UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La création romanesque et le problème de l’écriture dans la mise a mort de Louis Aragon Chung, Mimi Irene

Abstract

La Mise à mort de Louis Aragon nous a offert un sujet dont l’amplitude dépasse les dimensions de ce mémoire. Celui-ci n'est qu'une modeste tentative pour mieux comprendre l'au-teur à travers l’élaboration de son oeuvre. Les problèmes que posent aujourd'hui la création romanesque et les jeux de l’écriture ne sont nullement notions nouvelles en littérature, moins encore pour un Aragon qui en fait, depuis les années vingt, la matière de ses réflexions. La Mise à mort, de 1965, avec toute son actualité critique, est le fruit de cette longue expérience d'écrivain. Notre étude supposera connu ce cheminement d'Aragon; son intérêt devrait tenir plutôt à la valeur analytique du point de vue adopté: dans un effort plus méthodique qu'inspiré, notre propos est en effet d'éclairer La Mise à mort par l’application d'une analyse structurale qu'une pareille oeuvre semble provoquer d'elle-même. Cette analyse sera, à proprement parler, grammaticale et structurale puisque, basée d'abord sur une étude du-langage, elle découvre la présence d'une grammaire du récit qui, s'érigeant en une première structure - celle de la phrase-récit - renferme pour l'examen de tout le roman une possibilité d'expansion au moyen d'autres structures, que les fonctions (cardinales et catalyses) de Roland Barthes aideront à préciser. Une Introduction sommaire propose une première situation de La Mise à mort parmi les orientations de la littérature française contemporaine. Les deux premiers chapitres renferment l’élaboration théorique de notre approche grammaticale et structurale: le premier intitulé "Le récit et le miroir" justifie le rôle de l'écriture dans la création romanesque et dévoile les jeux de miroir qu'elle institue entre fiction et narration, les deux facettes du récit littéraire; le second sous le titre "Pour une grammaire du récit dans La Mise à mort" établit un premier rapprochement entre le récit et le langage, et présente la coincidence entre l'aspect structural et l'aspect grammatical de l'analyse sous forme d'un procès en puissance qui trouvera son élaboration dans les chapitres qui suivent. L'analyse détaillée du roman se déroulera alors dans ces chapitres III et IV grâce à l'éclairage des fonctions cardinales et catalyses de Barthes. C'est dans ces chapitres aussi que s’épanouiront en même temps le point de rue adopté et la compréhension de l'oeuvre. Le chapitre V reprendra ce qui n'a pas été dit des trois contes qui figurent dans le roman et y jouent un rôle important. Notre Conclusion relèvera la pertinence de cette étude par une comparaison finale entre le récit et le langage qui mettra sous une lumière nouvelle l'art de la création romanesque et pour l'auteur et pour nous, lecteurs.

Item Media

Item Citations and Data

License

For non-commercial purposes only, such as research, private study and education. Additional conditions apply, see Terms of Use https://open.library.ubc.ca/terms_of_use.

Usage Statistics