Open Collections

BC Historical Books

BC Historical Books

BC Historical Books

Missions de l'Orégon et voyages aux montagnes Rocheuses, aux sources de la Colombie, de l'Athabasca… Smet, Pierre-Jean de, 1801-1873 1848

Item Metadata

Download

Media
bcbooks-1.0231750.pdf
Metadata
JSON: bcbooks-1.0231750.json
JSON-LD: bcbooks-1.0231750-ld.json
RDF/XML (Pretty): bcbooks-1.0231750-rdf.xml
RDF/JSON: bcbooks-1.0231750-rdf.json
Turtle: bcbooks-1.0231750-turtle.txt
N-Triples: bcbooks-1.0231750-rdf-ntriples.txt
Original Record: bcbooks-1.0231750-source.json
Full Text
bcbooks-1.0231750-fulltext.txt
Citation
bcbooks-1.0231750.ris

Full Text

           (Osma^wm
PLACET MPRMATIIR,
Datum Gandw, 20 februarii 1848.
jl
I  L. J. Epus. Gand.
 «^f£#^<€«&>- «»§■§•»* <€i«> *mm*> <€E^^^I4»=>
La propriete de cet ouvrage repose sous la sauve-
garde de la loi.
tmwsfr <mm^'^wm-'<m^^-^m^^''<^^^>-mnm
to*
— .....-*
 A   SA   GRANDEUR
MSMPUR LOUIS-JOSEPH DILIBICQUI
EVfiQUE DE GAND
PRELAT   DOMESTIQUE   DE   S.   S.
ET
ASSISTANT
A U
TRONE      PONTIFICAL
&(mde<tane>cttf,
eta
C'est a l'oeuvre de la Propagation de la Foi, que
nous devons en partie les secours, qui nous ont
mis a meme de porter au milieu des Sauvages du
Nouveau-Monde le flambeau de FEvangile \ et de
"*' -
 ■I!
II
reunir autour de la Croix, quelques-unes de ces
tribus errantes et disperses. C'est en consequence
votre nom, Monseigneur, que j'ose inscrire en tete
de ce livre | destine a redire quelques-une sdes mer-
veilles de la Grace dans ces contrees. Daignez
accepter, Monseigneur, ce faible gage de reconnaissance pour le zele infatigable, que vous inspira
toujours cette belle oeuvre de la Propagation de la
Foi; pour le zele et la generosite que vous s&tes
inspirer aux fiddles confies a votre sollicitude.
Puisse cet hommage vous 6tre agreable, et vous
temoigner la veneration ptofonde de celui, qui
benira toujours le ciel d'avoir donne a sa patrie, un
Prelat aussi distingue par ses eminentes qualites,
que par son z6le pour la gloire de Dieu et le salut
des ames ! ' *
J'ai l'honneur d'etre avec le plus profond
respect,
Monseigneur,
de votre Grandeur
le trfes-humble servitem\
*   J.   &e  y*ne/.   &   ^
Gand, 20 fevrier 1848.
 pvefatetbe fiHtittr*
f&Mm
Les lettres contenues dans ce volume ont ete publiees il
y a six mois en Amerique, elles: y ont recu Facceuil le plus
favorable. Les journaux se sont empfesses de reconnaitre
et de proclamerla verite, Fexactitude, Finteret que Ie
zele missionnaire a su deployer dans ces recits1, destines a
mettre sous nos yeux et les§pntrees qu'il a parcourues,
et les moeurs de ces tribusjsauvages au milieu desquelles
il a vecu.
Il ne faudrait cependant pas s'attendre a ces pompeuses
descriptions, a ces scenes gigantesques qu'on croit inseparables d'un livre, destine a faire connaitre quelque partie
du nouveau monde. Trop souvent ces magnifiques ta-
 IV
bleaux n'ont de realite que dans l'imagination de Fecrivain
voyageur. — Preoccupe uniquement de 18|dee de faire un
livre neuf, saisissant, il se met assez peu en peine d'une
exactitude qui lui serait d'ailleurs tres-souvent impossible,
araison de la rapidite avec laquelle il a parcouru les contrees qu'il decrit; mais appelant a son seeours toutes les
ressources de son talent, a Faidede quelques traits qu'il a
pu recueillir, il brode des developpements fort poetiques
peut-etre, mais assurement peu fideles. — Tel n'est pas le
Missionnaire.
Ces montagnes, ces forets, ces vallees qu'il decrit, il
les a parcourues en tout sens; — ces moeurs qu'il peint,
il s'y est en quelquesorte identifie par son sejour au milieu
des sauvages; —jces chasses qu'il met sous nos yeux, il
lesavues, maintes fois il en a partage les joies et les
perils; —| ces festins dont un simple recit nous fera peut-
etre bondir le coeur, il a du s'y associer, et surmonter
bien des repugnances pour ne pas blesserfa susceptibilite
du sauvage; — enfin ces changements inouis, ces moeurs
nouvelles, ces prodiges de la grace, il en a ete Finstru-
nient! —
Aussi point d'exaltation, point d'enthousiasme; c'est la
verite s'exprimant avec cette simplicite, qui est son caractere et sa former natiaiyfe. Nous ne savons si c'est une
erreur; mais il nous semble qu'il pa dans tout cela, pour
des chretiens surtout, un interet bien plus puissant que
dans ces recits dont l'imagination est le principe.
Les lithographies qui ornent ce volume, ont ete copiees
sur les dessins originaux du R. P. Point, Missjonnaire lui
aussi au milieu des sauvages. Tous ont ete faits d'apres
nature; la purete, la delieatesse des details ne le cedent en
rien a la verite de Fensemble.
C'est done avec confiance que nous publions dans un
pays si catholique ces nouvelles lettres des Montagnes-
Rocheuses. L'acceuil qu'elles ont recu en Amerique au
 sein meme d'une population protestante, Finteret qu'elles
ont excite, tout cela nous est un gage de Facceuil que lui
prepare la patrie du Missionnaire qui les a ecrites, de Finteret qii'y exciteront ces pages eminemment religieuses.
Nous faisons suivre ici les extraits de quelques journaux
Americains, la plupart protestants. lis montreront au
lecteur, la bienveillance avec laquelle Fouvrage du Pere
De Smet a ete recu dans le Nouveau-Monde. "H^"
Voici comment ces journaux s'expriment :
Le Evening Mirror de New-York: %■
| This is a very handsome volume, of over 400 pages,
illustrated by engravings, and dedicated to Bishop
Hughes, from the distant solitudes of the Rocky
Mountains, by a pious Catholic priest, who is devoting
his life to the conversion of the Children of the Forest
to Christianity. The book might properly enough be
called a history of the religious occupation of Oregon,
for it gives a minute account of al the missions that
have been established, or attempted, in that vast
and wonderful region to which the red men have been
compelled to fly before the rising tide of civilization.
| We have been more deeply interested in the contents of this well-written volume, than in any similar
work that we have ever read. The author seems to
spread the great wilderness but before us like a map,
and while kindling in our minds a sense of the infinite
grandeur and beauty of Nature, inspires us at the
ikne with something of the spirit of his own holy mission. The very names of the solitary places fr6m which
he dates his letters, not only startle us by their strangeness, but are linked with the most affecting associations — " Foot of the Cross of Peace " •— $ Village
of the Sacred Heart of Jesus "      such are the names
 M
VI
)>
»
»
)l
)l
)»
»
)l
)>
)»
»
)»
>»
»
with which the Catholic Fathers christen the wilderness
which is made glaol by their labors.
» It is good in this world of hypocrisy and selfishness
to find here and there a Howard and an Oberlin, to
redeem the name of Christian from contempt, and to
prove to us, by the force of great and glorious examples like theirs, that religion is not all a hollow mockery. Such a book as this revives our faith in the
"Gospel according to the Apostle John. | There must,
indeed, be a faith that works by love, and can overcome the world. It bends in humble reverence beneath
the swelling dome of St. Peters, and lifts devout eyes
to Heaven from the rocky pinnacles of Oregon. §
Le Catholic journal Pittsburg :
« The author of these Letters is known to all our
readers, and wherever he is known he is admired. But
even if the writer was an utter stranger, the interesting details of travel, the scenic descriptions, and the
lively recital of events would recommend this book to
every one who can feel an interest beyond his own
selfish concerns. It is a Catholic work, and can be read
over and over again with pleasure and instruction. It is
also adapted for a library, being a work to which
reference can be made. I
Le Freeman's Journal, de New-Yorfcf |
« We have been for some time awaiting thejappearance
of this most interesting book. We read such of these
letters as were addressed to the Right Rev. Bishop, and
published in our columns, with the greatest pleasure;
but even they gain a new interest as gathered together
» with other valuable matter in this beautiful volume.
)>
)>
)>
»*■■
 »
II
)>
»
5)
»
3)
3)
3)
3)
3)
»
3>
3)
3)
Vll
rfhey present a continuous history of missionnary zeal
and adventure, and tell us that the old spirit which
shines fort in the " Lettres edifiantes et curieuses, " is
not dead—but still animates the earnest, intelligent,
self-denying Fathers of the Society of Jesus. There is
no need that we should recommend the work to our
readers; for it recommends itself, inside and outside—
every one will read it with delight, and none without
profit. It is made the more valuable at this time as
affording a brief but exact and faithful account of this
new country, which so lately formed a subject of contention between us and England; and a part of which
is now definitely included in the territorjgof the United
States. It is illustrated by admirably executed engravings, illustrating the scenes described—and is got up
with the excellent taste characteristic of all the works
that come from the enterprising publisher. »
A Foccasioki d'un corp^d'armde h envoyer dans les pays
sauvages, le meme journal £crit le 16 Octobre 1847:
3)
3)
3i
3)
3)
3)
3)
3)
3>
3)
;•>
3)
3)
yLln the above article there is undoubtedly much
exaggeration,in general,and in detail, bu| at thasame
time we believe there is also much truth. To meet the
danger 2000 soldiers is certainly aveiy smalLnumber to
propose as a standing army — 10,000 would lie more
adequate to the occasion. But we can mention a way in
which 20 men shall effect more than either the 2000 or
10,000 i armed, commanded and equipped " as the
Expositor suggests. Let the American government askfor
20 devoted missionaries—hundreds are needed for so
vast a population as above supposed—but let 20 be obtained " armed, commanded and equipped | by the
Catholic Church, and sent among these Indians, and
then we will be responsible for the woes that shall
 JI
VIII
» spring out of Indian aggression. Let any one that does
pilot understand us get and read the " Oregon Mis-
» sions " of Father De Smet, just published by Mr.
» Dunigan in this city, and he will see how correct we
I are in our assertion, and how expensive an affair Anti-
»  Popery proves itself in national affairs. »
Le New-York commercial-advenHser:
I
31
)>
)>
I
3)
3)
3)
)>
3)
« These letters form a very handsome volume, the
illustrations of which are numerous and spirited. The
letters are narrative and descriptive, and cannot fail
to interest the reader, who will be able to form from
them a correct estimate of the country through which
the reverend author travelled and of the customs and
character of the people among whom he unweariedly
labored. The whole field is interesting alike in its religious, political and social aspects, and eo§h of these
is cpreetly or incidentally treated of in this interesting
volume. The author ifvof known veracity and of high
personal character, possessing a sound judgment and
wielding a graphig pen. The vjplume will find numerous
readers.»
3>
3)
»
I
3>
3)
3/>
3)
Le New-York Journal of Commerce du 5 Nov. 1847:
I Oregon Missions. — The Jesuit Missionary of the
Rocky Mountains, Father De Smet, has produced a
work of extraordinary interest — comprehending in
its design the manners and customs of the North American Indians, their traditions and superstitions, the
incidents thatbefel the author, the events that transpired during his sojourn in those wild regions,
together with exquisite descriptions of scenery. The
text is illustrated with accurate lithographic sketches.»
_^—~-*
 IX
Le Morning Courier and New-York du 5 Nov. 1847 :
}>
»
»
»
»
»
3)
« " Oregon Missions and Travels over the Rocky Moufc
tains in 184S-6, ™ is the title of a very elegant volume
by Father P. J. De Smet, of the Society of Jesus,
which has just been published by E. Dunigan at 151
Fulton st. It is a record of the travels, observations and
labors of a zealous Missionary of the Jesuits among the
Indians of our Western wilds, — and as such cannot
fail to be of very decided interest to all classes of the
community, whether they do or do not sympathize
with the peculiar form of doctrine which he labored
to inculcate. It is dedicated to Bishop Hughes. We
commend it to the notice of our readers. >»
Enfin un autre journal de New-York
3)
»
3)
1)
»
)>
3)
»
»
« The name of Father De Smet is familiar to most of
our readers as that of the celebrated missionary of the
Rocky Mountains; and the volome here announced is a
history of his travels, adventures and observations, in
that wild, romantic and interesting region. It is a
volume of over 400 pages, got up in the first style of
printing and binding, and is one of the most interesting
and beautifully written productious of the New-York
press this year. It is also illustrated by maps and numerous engravings, which add much the value of the
work* »
    SUR
t.,r..-«.<j
&i wmmm di raira
ET  DE  SES  MISSIONS,
TYree de I'Almanack Catholique des Etats-Unis,
La discussion politique, qui a existe pendant plusieurs
annees, entre le Gouvernement Anglais et celui des Etats-
Unis , sur la question de l'Oregon, a attire Fatlention du
public sur cette Region lointaine, et a fait naitre chez lui un
interet bien vif, qui s'augmentera a mesure quel'emigration I
la civilisation et le commerce y feront des progres. Cejpn-
dant aux yeux du chretienetduphilantrope, cepays devient
encore plus interessant, lorsqu'on remarque les efforts qui
ont ete faits, et qu'on continue a faire, pour y repandre
lqs avantages, que les verites de la religion seule procurent
aux malheureuses tribus Indiennes de ce Territoire. Au
catholique, surtout, cette contree lointaine presente de
scenes vraiment consolantes, et c'est ce qui nous a engages
a donner au Iecteur Fhistoire abr^gee de sa decouverte,
de ses etablissements et de ses missions, entreprises pour
le bonheur spirituel et temporel de ses habitants.
Le territoire de FOregon, tant americain qu'anglais,
est cette importante partie de l'Amerique Septentrionale
situee au dela des Montagnes-Rocheuses, entre le 42° et
o4° 40 parallele. II est borne au nord par les possessions
M
1
m
 ;|    .        — 10 — j ,
Russes, h Fest par les Montagnes-Rocheuses, au sud par
la Californie et a Fouest par FOcean Pacifique. Il comprend
une etendue de plus de SOWJeues du nord au sud sur une
largeur de pres de 200 de Fest a Fouest. La population de
l'Oregon est de 2d),000 ames. (1^   |    | ;v
Que cesoient les Espagnols qui ont les premiers decouvert
et visite l'Oregon (2), c'est un fait qui nenous parait plus
maintenant souffrirle moindre doute. Outre les documents
qui leconstatfcnt, on en trouve encore la preuve dans la
tradition des sauvages memes. Ils rapport ent qu'un bati-
raent visita la cote au sud de la riviere Colombie avant
1790, et qu'il existe encore une fille dont le pere etait un
des matelots de l'equipage et la mere une femme du pays,
de la tribu des Kilimouks. Des crucifix tres-uses qu'on a
trouves entre les mains des Tchinouks, et qui avaient ete
donnes a leurs ancetres par des capitaines de vaisseaux,
des ruines d'edifices qui subsistent encore dans File de
Vancouver, le nom de Juan de Fuca que porte le detroit
qui separe, au sud, cette ile de la terre ferme; la proximite
des missions Espagnoles etablies pres d'un siecle aupara-
vant en Californie, tout cela doit etre plus que suffisant
pour rendre cette assertion indubitable.
Le capitaine Cook longea les cotes de l'Amerique Septentrionale en 1790, et fit connaitre qu'elles etaient peuplees
de loutres de mer. On y vit arriver, en 1792, des vaisseaux
(i) Les possessions anglaises qui s'etendent au nord de l'Oregon
jusqu'a la mer glaciale ayant 400 lieues de longueur, appartiennent
aussi a la juridiction des eveques de l'Oregon. A Fouest, se trouvent
les possessions russes qui ont 200 lieues carrees.
(2) Carver, voyageur Anglais, est le premier qui ait parle d'un
fleuve a l'Ouest des Montagnes Rocheuses appeie Oregon. Ce voyageur
n'a jamais penetre a l'Ouest de ces Montagnes. — Le mot Oregon
n'entre dans aucune des langues des tribus de ce vaste territoire. II
aura ou fabrique ce nom, ou mal compris les Indiens qui habitent a
l'Est des Montagnes et qui lui ont donne connaissance de l'existence
d' un grand fleuve a l'Ouest. Le mot Oregon a ete adopte par cette
circonstance.
 — ii — ,       n
de presque toutes les nations. Que les Americains y soient
venus les premiers et en plus grand nombre que les autres,
comme le pretendent quelques-uns, c'est ce qu'il nous
importe peu de savoir. Mais ce qu'il y a de certain, c'est
qu'en 1792, ils s'y etaient deja rendus,puisqu'un batiment
des Etats-Unis, appeie Colombia, capitaine Gray, entra,
cette meme annee, dans une riviere inconnue et la re-
monta Fespace de six lieues environ. Cette riviere a depuis retenule nom de ce vaisseau, et la baie ou il mouilla,
celui du capitaine. Cette baie est un peu au-dessus du fort
George, sur la rive oppos^e. C'est de la que date la decouverte de la riviere appelee Colombie. Mais le pays a
conserve le nom primitif d'Oregon qu'avait fait connaitre
Carver.
Le capitaine Gray, en sortant de la riviere Colombie,
rencontra le capitaine Vancouver qui venait de visiter la
Baie Puget. Celui-ci entra aussi dans la Colombie et la
remonta pres de quarante lieues, jusqu'a la pointe qui
porte son nom. Ce capitaine a laisse, de cette riviere et
des cotes du nord de cette partie septentrionale, des cartes qui passentpour etre tres-exactes.
Cette visite fut suivie de celle de sir Alexandre MacKen-
zie qui, apres avoir decouvert le fleuve qui porte son nom,
remonta la riviere de la Paix qui tombe dans le Lac des
Esclaves. Comme il en suivit les detours jusqu'au-delk
des Montagnes Rocheuses, il tomba sur les sources de la
Riviere Fraser qu'il prit pour la riviere Colombie ; mais
continuant de diriger sa course vers Fouest, il arriva, en
passant par la tribu des Atnans, a la Mer Pacifique vers
le S2° de latitude nord. Ce fut en 1795. m
En 1804, MM. Lewis et Clarke recurent du gouverne-
ment americain la mission d'aller explorer les sources de
la riviere Colombie. Comme ils s'y etaient rendus par
terre, ils descendirent cette riviere jusqu'a la baie Gray
ou ils passerent l'hiver.
 — 12 —
En 1810, M. Astor, des Etats-Unis, fit partir deux
expeditions pour l'Oregon, afin de s'emparer de la traite
de pelleterie, qu'on y faisait. L'une de ces expeditions
partit par mer sur un vaisseau appeie le Tonquin, et
l'autre par terre sous la conduite de M. Hunt. Chacune
d'elles comptait dans son sein une quarantaine de Canadiens, dont M. Franchere, qui voyagea par mer, faisait
partie. Elles n'arriverent que Fannee suivante, en 1811,
au terme de leur voyage. L'expedition de mer, qui arriva
la premiere, batit un fort appeie Astoria, du nom de M.
Astor. Ce fort est a quinze milles de l'embouchure de la
Colombie, sur la rive gauche.
La compagnie du nord-ouest, qui convoitait aussi la
traite des pelleteries avec les sauvages de ce pays, y en-
voya un de ses bourgeois qui, ayant suivi la route qu'avait
tenue sir Alexandre Mac Kenzie en 1792, et traverse la
nouvelle Caledonie du nord au sud, descendit la riviere
Okanagan9 qui est a environ 140 lieues de Vancouver.
II descendit ensuite la Colombie; mais il n'arriva au fort
Astoria que plusieurs mois apres la premiere expedition
americaine.
Durant la guerre americaine de 1812, un batiment
anglais partit pour aller s'emparer d'Astoria et de ses
richesses. Mais a son arrivee, le capitaine de ce vaisseau le
trouva, a son grand desappointement, en la possession d'un
bourgeois de la Compagnie du Nord-Ouest, qui, sachant le
projet qu'on avait de s'en emparer par les armes, 1'avait
achete peu auparavant, avec tout ce qu'il contenait.
Comme la compagnie du Nord-Ouest n'employait pres-
qu'exclusivement que des Canadiens et quelques Iroquois,
le nouveau maitre d'Astoria s'empressa d'engager ceux
qu'il y trouva lorsqu'il fit Facquisition de cette place. De
la il est facile de comprendre que le nombre des Canadiens
devaitaugmenter.dans l'Oregon a mesure quela compagnie
y augmentait le nombre de ses forts. Aussi traverserenfcils
 V
II    ' -^   "       — i5 §:# '
bientot le pays en tous sens, parlant de Dieu, de la Reli-
gioa et de leurs pretres aux differentes tribus sauvages
qu'ils visitaient.
En 1821, les compagnies de la Baie d'Hudson et du
Nord-Ouest s'etant reunies, la traite des pelleteries, dans
l'Oregon,prit unnouvel essor. L'entree surtout de Mr John
MacLaughlin, dans la contree, en 1824, y fit epoque. De
lui vint la prosperite de la traite et du pays. Les postes
pour la traite y furent augmentes. On commenca a y cul-
tiver le ble, cette annee la meme.
II restait de l'expedition de terre de M. Hunt, trois
Canadiens. L'un deux ayant commence a cultiver la terre
en 1829 dans la vallee du Wallamet, cet exemple entraina
les deux autres qui s'empresserent d'en faire autant en
1831. Plussieurs vieux serviteurs de la compagnie de la
Baie d'Hudson obtinrent le meme avantage. Comme cette
petite colonie continuait a prendre de jour en jour de
nouveaux accroissements, elle s'empressa, mais sans
succes, de demander, en 1834, des pretres a Monseigneur
de Juliopolis, eveque de la Riviere-Rouge. Elle renouvela
sa demande des Fannee suivante; et cette fois elle parut
devoir etre exaucee, car Monseigneur de Juliopolis obtint
de l'honorable compagnie de la Baie d'Hudson, le passage
sur ses canots pour deux missionnaires et leur entree dans
l'Oregon. M. Blanchet quitta Lachine, le 3 mai 1838 et
alia prendre son compagnon M. Demers, a la Riviere-
Rouge. Ils arriverentau fort Vancouver, le 24 novembre.
Ce poste est au 45-36 de latitude nord, sur la rive droite
de la Colombie, et a environ trcnte-trois lieues de l'embouchure de cette riviere: nous allons nous occuper de la
position et de la distance des autres lieux par rapport a
celui-ci.
La riviere Wallamet, est tributaire de la Colombie;
elle a son embouchure a deux lieues plus bas que Vancouver, sur la rive opposee. A huit lieues de son em-
 — 14 —
bouehure, est une chute de vingt a quarante-cinq pieds
de hauteur, et dix lieues plus loin, l'etablissement canadien. II s'y trouvait vingt-six families catholiques, en
1858, outre les families americaines. L'etablissement des
ministres methodistes etait a quatre lieues plus haut, sur
la meme riviere.
La riviere Cowlitz a son embouchure a douze lieues
plus bas que Vancouver, sur la meme rive. II faut la
remonter de dix-huit lieues pour arriver a l'etablissement
qui porte son nom. Lors de l'arrivee des missionnaires, il
y avait quatre families de Canadiens etablies a ce poste.
De la pour se rendre a Nesqucdy, qui est situe a l'extre-
mite sud de la baie Puget, il faut faire un portage (1) de"
vingt-cinq a trente lieues, et de cette derniere place le
traj&t est a peu pres de trente lieues par eau pour arriver
a File de Whitbaie. A deux jours de marche, encore plus
au nord, se trouve l'embouchure de la Riviere Fraser, et
le FortLangley, a environ dix lieues de son embouetare.
Cette riviere se decharge dans la baie Puget ou Golfe de
Georgie.
En remontant la Colombie, environ dix lieues plus
haut que Vancouver, se trouvent les Cascades, et quinze
lieues plus loin, les Grandes Dalles ou Wascopom.
De cette derniere place au fort Walla-Walla, il y a
encore quarante lieues, soixante-quatre de celui-ci au fort
Okanagan, et soixante-cinq de ce dernier a Colville.
La rftiere Colombie suit la direction de Fouest a Fest,
Fespace d'environ 105 lieues, depuis son embouchure
jusqu'a Walla-Wallar; ensuite elle remonte soixante lieues
vers le nord jusqu'a Okanagan; elle reprend sa premiere
direction de Fouest a Fest jusqu'a Colvillto; de la elle
remonte au nord durant trois degrds et descend au sud le
(i) Cest-&-dire que les passagers doivent debarquer,st, lorsqu'ils
ne rencontrent pas de chevaux pour ce service, porter eux-memes
malles et provisions, et meme les canots.
-- -it
 -15
long des montagnes-Rocheuses ou elle prend sa source; son
cours estde 426 lieues. Uu peu plus haut que W^alla-Walla,
une branche considerable de cette riviere, qui prend le
nom de riviere des Nez-Perces, gagne le sud-est, pendant
que la principale branche, qui retient le nom de Colombie, remonte au nord.
La mission Sainte-Marie, chez les Tetes Plates, est a
dix jours de marche de Colville, vers le sud-est et a environ deux cent quatre-vingts lieues de Vancouver. Le
point le plus eloigne ou M. Demers soit parvenu, comme
on le verraplus loin, est leZac a VOurs, dans la nouvelle
Caledonie, derriere les possessions russes. Ce lac est a
environ 300 lieues de Vancouver.
Plusieurs chaines de montagnes qui traversent le pays
presqu'en tous sens et qu'il faut souvent franchir pour
aller d'un poste a un autre, rendent les communications
difficiles, les voyages tres-penibles et les rivieres peu
navigables. Generalement ces chaines de montagnes cou-
rent du nord au sud, a peu pres en lignes paralleles avec
les Montagnes-Rocheuses. Les bords de l'Ocean surtout
sont montagneux. Une chaine de montagnes bien bois^e
separela vallee de la riviere Wallamet de la Mer Pacifique.
Cette vallee est elle-meme separee des prairies qui s'etendent depuis les Grandes Dalles ou Wascopom jusqu'a
Colville, par une autre chaine de montagnes qui court
aussi du nord au sud. Entre les autres differentes montagnes qu'on rencontre de chaque cotede la valine de la
Wallamet, on en remarque trois dont les clmes elevees
en forme de cone et couvertes d'une neige eternelle, leur
font donner le nom de Montagnes de neige. La plus
proche de l'etablissement canadien est le mont Hood,
ainsi appeie du nom de Fun des officiers du capitaine Vancouver; la seconde est le mont sainte-Helene, a Fest en
face de la maison de la mission du Cowlitz, et a deux jours
de marche de ce poste. Elle renferme un volcan qui
 16
i
It*1;
h
I
vomit des flanimes depuis quelques annees seulement.
La troisieme est le mont Rainier, au nord-est de la susdite
maison de Cowlitz, vers Nesqualy. Les deux tiers de la
hauteur de ces montagnes sont couverts de neige.
Outre les rivieres dont nous avons parle, il y en a plusieurs autres dont les principales sont: au sud, les rivieres
Clamet et Umpqua qui se dechargent dans la Mer Pacifique, la premiere vers le 43e degre de latitude nord et la
seconde vers le 44e. Cette derniere n'est guere navigable.
L'honorable Compagnie de la baie d'Hudson y a un poste
pour la traite, a quelques jours de marche de son embouchure. II y a encore celle de Chekilis qui se decharge
dans FOcean vers le 47° degre, mais elle est peu considerable et n'est point navigable. La Colombie est navigable
jusqu'aux Cascades, pour des navires qui tirent 14 pieds
d'eau; et la Riviere Fraser ne Fest que jusqu'a une cer-
taine distance de son embouchure.
II y a dans l'Oregon plusieurs vallees immenses couver-
tes de prairies vastes et fertiles, qui, comme les chaines
de montagnes, courent du nord au sud. Ces plaines sont
entrecoupees de ruisseaux et de coules (1) qui facilitent
beaucoup la culture des terres. Ces ruisseaux et ces
coules sont bordes d'arbres. Les prairies ont ordinai-
rement depuis un jusqu'a trois milles de largeur. Elles
sont couvertes d'un gazon vert que la charrue enleve fact
lement. Cependant la premiere recolte n'y est pas abondante , parce que la premiere annee, ce gazon, verse dans
la terre, y echauffe trop la racine du grain; mais a la
seconde annee, le cultivateur recueille ordinairement ce
qu'il lui faut pour vivre largement. L'ensemencement du
ble d'automne se fait jusqu'au 15 Janvier; celui du ble du
printemps a lieu en mars. On peut y labourer tout Fhiver.
Le sol de l'Oregon est en general fertile, surtout du
(i) Espece de fosses naturels.
 if — 17 —
cote du sud. C'est a Nesqualy qu'il parait de la qualite
la plus mediocre. Tous les grains viennent parfaitement
bien au Cowlitz, a Vancouver, dans la vallee de la
Wallamet et particulierement en gagnant plus au sud. Le
grain vient aussi tres-bien, sur les bords de la riviere
Walla-Walla, dans les environs de Colville et a la mission Sainte-Marie. On seme encore avec succes au fort
Langley, sur la Riviere Fraser. Sur les cotes du nord, les
sauvages cultivent lespatates, qui pesent souvent plusieurs
livres. Cependant on rencontre beaucoup d'endroits ou le
terrain, rempli de gravier, donnerait peu d'esperance
au cultivateur: maisil est alors excellent pour le paturage.
La temperature du Bas Oregon est temperee en hiyer.
II n'y tombe jamais plus de trois a quatre pouces de neige,
encore est-il rare qu'elle reste longtemps, a moins que la
terrene soit gelee. Alors si les pluies, presque continuelles
de I'hiver, recommencent et durent pendant quelque
temps, il y a inondation. Car cette neige, venant a fondre
tout a coup, s'&oule des montagnes en abondance, et
cette eau, reunie k celle des pluies, gonfle les rivieres et
inonde les prairies de la Wallamet. La temperature n'est
pas partout la meme : elle est plus froide en approchant
des Montagnes Rocheuses et du cote du nord.
Le temps de Fhiver se passe ordinairement en pluies
presque continuelles. Elles sont peu abondantes en octo-
bre et novembre, mais deviennent presque continuelles
en deeembre, Janvier, fevrier et mars. Quelquefois pour-
tant, les grandes pluies viennent en automne, e'est-a-dire,
en novembre, deeembre et Janvier; tandis que d'autres
fois, aucontraire, ces mois conservent la temperature
douce et agreable de Fautomne, et les pluies ne viennent
que plus tard. Les froids n'y sont jamais rigoureux et n'y
durent tout au plus que quelques semaines. Dans Fespace
de sept ans, la glace est devenue deux fois seulement assez
forte sur les rivieres Wallamet et Colombie, pour qu'on
 18
put y passer en voiture. On n'y Stable point le betail. Les
chaleurs d'ete y sont moins etouffantes qu'au Canada. Le
printemps y est aussi plus agreable.
II y a tous les ans, au mois de juin, une inondation
de la Colombie. Elle est causee par la fonte des neiges des
Montagnes Rocheuses, aux premieres chaleurs du printemps, vers la fin de mai. Ce qu'il y a de remarquable
c'est qu'elle est plus considerable tous les quatre ou cinq
ans. La Colombie n'est guere navigable alors: c'est un
courant rapide dans tout son cours. L'eau se repand sur
les prairies environnantes et couvrememe les lies de cette
riviere a une hauteur considerable. C'est ce qui rend
inhabi tables plusieurs belles prairies qui Favoisinent. Cette
inondation cause quelquefois de grands dommages aux
champs ensemences de Vancouver. Dans les inondations
ordinaires les pertes sont peu considerables.-h
Quoique notre but ne soit pas de faire connaitre le genie
et les moeurs des Sauvages de l'Oregon, cependant, apres
avoir donne une idee de l'importance de ce pays, des
ressources, des quality de son sol et de la douceur de son
climat, il ne doit pas etre hors de propos de nous occuper
quelques instants du caractere et des habitudes de ses
indigenes, pour mieux connaitre les obstacles que rencon-
trent les Iumieres de FEvangile parmi eux, les difficultes
que les missionnaires doivent avoir a surmonter, le courage et la Constance dont il faut etre arme, pour parvenir
a rendre ces peuplades ehretiennes.
Quoique l'Oregon n'ait jamais ete aussi peuple que
1'etaient les Antilles et le Mexique, a Fepoque ou Fon en
fit la decouverte, cependant il est certain que des tribus
nombreuses couvraient presquetout son territoire jusqu'en
1830. Mais le fleau qui ravagea, cette meme annee, les
peuplades de la riviere Colombie et des autres parties du
sud, a beaucoup diminueleur nombre. On pretend meme
qu' a peine il en reste un tiers dans les cantons que nous
 X
— 19 —
venons de nommer. Quoique le climat de ce pays paraisse
tres-salubre, une fievre tremblante et contagieuse, qui se
declara cette meme ann^e!830, enleva pres des deux
tiers des habitants, depuis le bas de la riviere Colombie,
jusqu'aux Cascades. Tous ceux qui en Etaient atteints,
etaient pour ainsi dire assures de succomber au bout de
quelques jours. Quelquefois elle etait si violente, que les
malades en Etaient comme bruits et consumes. Dans la
force de la douleur, quelques-uns allaient se jeter a l'eau,
pour se rafraichir, et cesinfortunesn'avaient que le temps
de rentier chez eux pour y mourir. Souvent ils expiraient
avant d'avoir atteint leur logis. Des villages, dans toutes
les directions, disparurent entierement. Dans plusieurs
endroits, le nombre des morts fut si considerable, qu'on
fut oblige de faire bruler les villages pour empecher la
peste qu'auraient pu causer les cadavres, qu'on y avait
laisses sans sepulture. Quoique les blames fussent aussi
attaquegs de cette terrible maladie, au fort Vancouver,
cela n'empecha point le docteur Mac Laughlin de braver
la maladie et de voler d'un poste a un autre. Il etait jour
et nuit sur pied, pour porter secours aux malades, et il le
faisait avec unzele et un courage au dessus de tout eloge.
Les Sauvages, dans leur superstition, attribuaient ce
fleau k la mesintelligence qui avait eclate entre quelques
bourgeois de l'honorable Compagnie de la Baie d'Hudson
et lc capitaine d'un vaisseau americain, qui, pour se ven-
ger, disaient-ils, avait jete au fond de la riviere, avant
son depart, un morceau de papier qui renfermait la
mauvaise medecine. (Expression superstitieuse du sauvage,
synonyme d'un mauvais sort ou charme.) Ces fievresreparajs-
sent encore de temps en temps, mais avec moins d'intensite.
D'ailleurs on est parvenu a trouver des remedes efficaces
pour s'en gu6rir, ou pour s'en preserver. Le fleau qui est
maintenant le plus a craindre pour les Sauvages, c'est la
petite verole. Cet implacable ennemi du genre humain^
 m
»i'
- i
I
Ii
— 20 —
fait des ravages considerables, depuis quelques annees,
parmi les peuples de la riviere Umpqua. Depuis 1839
leur abattement est tel que, lorsqu'on leur demande pour-
quoi ils ne batissent pas de grandes et bonnes habitations,
comme autrefois, ils repondent: « C'est que nous n'avons
pas longtemps a vivre. »
Cependant malgre lespertes considerables dont on vient
de parler, le territoire de l'Oregon contient encore pres
de 200,000 ames (1), dont la grande majorite se trouve
du cote du nord, dans la Baie Puget, File Vancouver et
File de la Princesse Charlotte, au nord de celle de Vancouver. II est a remarquer que les peuplades de ces differentes places ont eu, jusqu'a present, le bonheur d'etre
exemptesdu fleau qui, en 1830, a si cruellement depeuple
la Colombie. C'est pourquoi elles se trouvent si nombreuses
maintenant comparativement aux autres. On pretend que
File de la Princesse Charlotle est presque aussi grande
que FAngleterre, et qu'elle rcnferme, a elle seule, dc
25,000 a 50,000 sauvages.      || -
Le caractere des peuplades qui couvrent l'Oregon, est
loin d'etre partout le meme. Les Sauvages des bords de
FOcean, surtout en remontant vers le nord, paraissent en
general beaucoup plus farouches et plus barbares que
ceux de l'interieur. Les usages, les moeurs, le langage, les
traits meme du visage de ces peuplades ne different pas
moins entr'eux. II y a presque autant de nations, de langues et de tribus, que de lieux. On compte vihgt-cinq a
trente idiomes differents. Les progres de FEvangile en
souffrent considerablement, et cette diversite de dialectes
n'est pas le £eul obstacle, qui cause beaucoup de peine
etde souci aux missionnaires. II nous est impossible d'es-
quisser les moeurs et les coutumes de chaque tribu dans
U) On donne aux possessions anglaises au nord de l'Oregon,
100,000, aux possessions russes 200,000 ames.
I
 ".
cette courte analyse, et nous devons souvent attribuer
comme naturel aux indigenes en general, ce qui n'est
ordinaire que chez quelques peuplades. Ainsi les sauvages
de l'interieur sont d'un caractere doux, aimable, officieux
et sociable, et pourtant vindicatifs et superbes; ils sont
intelligents et spirituels, mais indolents;  ils croient a
l'immortalite de Fame, ou du moins a une autre vie, bonne
ou mauvaise, selon qu'on le merite; mais ils se font un
paradis ou un enfer k leur maniere, et qui n'est guere
autre chose qu'un lieu d'abondance ou de disette. Avec
notre nature degradee, on peut dire que leurs moeurs sont
plutot pures que corrompues, pour des nations livrees aux
seules ressources des lumieres de la raison. lis ont une
idee assez distincte du bien et du mal. Plusieurs grands
principes du droit naturel y sont reconnus. La raison et la
conscience publiques desapprouvent et condamnent le vol,
l'adultere, Fhomicideet lemensonge. La polygamic elle-
meme y est plutot toleree qu'approuvee. Les poly games
sont le plus souvent des chefs, qui ne prennent plusieurs
femmes, que pour conserver la paix avec les nations voi-
sines. La licence y est aussi moins grande, sous le rapport
des moeurs, qu'on  pourrait  se l'imaginer. Quoique la
decence et Feducation exigeassent bien davantage, cependant on n'y est point sans pudeur: on a soin de se couvrir;
la reserve la plus absolue regne parmi les jeunes gens des
deux sexes. Qe sont les parents qui regie nt les unions et
en determinent les conditions. Les femmes s'achetent
plutot qu'elles nese donnent en mariage. Dans les families
aisees, une epouse ne s'obtient pas sans donner en retour
d'assez grands presents. Mais si la femme vient a mourir,
l'epoux ou ses parents ont droit de reclamer et de repren-
dre ce qu'ils ont donne. Ce n'est pas a dire pour cela que
les femmes y soient les esclaves ou les servantes de leurs
maris, comme elles le sont parmi les sauvages du Canada:
au contraire, un grand nombre ont elles-memes des
 — 22 —
esclaves a leur service. Si elles etaient maltraitees, elles
pourraient se detruire ou se pendre, comme il est arrive
quelquefois. Or, cette mort violente est une infaniie pour
Fepoux, etmalheur a lui, s'il n'apaise les parents de la
defunte par de nouveaux presents. Ce sont les esclaves qui
font presque toute la besogne; mais ils ne sont pas fort
maltraites, excepte quand ils deviennent vieux et inutiles,
car alors on va jusqu'a les laisser perir de misere et de
faim. Outre ceux qui naissent dans Fesclavage, il en est
encore plusieurs qui, ayant ete libres autrefois, ne sont
tombes dans cet avilissement que par les malheurs de la
guerre. Le plus souvent neanmoins, ce sont les enfants des
vaincus, qui subissent ce triste sort. Les guerriers cherchent a surprendre et a tuer les parents, pour enleverles
enfants et en faire des esclaves. II parait qu'on en veut a
tout prix. C'est, pour ainsi dire, le premier bien-etre des
Sauvages. On va meme jusqu'a entreprendre des guerres
pour s'en procurer. II ne parait pas que les blancs aient
beaucoup a craindre d'eux maintenant, si ce n'est le long
del'Ocean, ducote du nord, ou, dit-on, leur vie meme
n'est pas encore en surete. On pretend que les prisonniers
sont devores dans les festins, et qu'il y a encore des tribus
d'anthropophages. La, quoique les bourgades soient plus
nombreuses que partout ailleurs, chaque nation y est
moins eparse; elles y sont aussi moins nomades que dans
le reste du pays; c'est ce qui explique pourquoi leurs
Mtisses sont plus grandes, plus hautes et plus solides.
Quand elles ont un chef capable de prendre de Fautorite et
surtout puissant en paroles, il a toujours le gros de la
nation autour de lui. Ces sortes de chefs sont plus com-
muns au nord qu'au sud.
Dans presque tout le pays, les batisses sont plutot des
loges que des maisons. Ce sont des especes de cabanes de
quinze, vingt a vingt-cinq pieds de long, larges a proportion, dont les faces ont de trois a quatre pieds de
 "•     — 23 —
hauteur, et qui ont le toit, couvert d'ecorces de cedre.
Dans l'interieur on suspend des perches croisees pour
faire secher le saumon, les viandes et quelques autres
substances qui servent de nourriture. II n'y a point de
cheminee, le feu se fait au milieu des loges, dans une
espece de bassin, en forme de carre long, que Fon creuse
en terre, d'un pied de profondeur environ. S'il y a plusieurs families dans la meme loge, chacune y a son feu,
dont la fumee s'echappe par le toit. On voit que ces habitations sont loin d'etre elegantes et delicieuses, meme
pour des sauvages.
Leurs vetements ne sont guere plus recherches, ni plus
capables de les preserver du froid et des autres intemperies
de Fair. Autrefois, dit-on, ils vivaient richement et s'ha-
billaient de peaux de Castors et d'autres fourrures, qu'ils
avaient en abandance et bien au dela de leurs besoins.
Alors ils pouvaient se couvrir chaudement dans la froide
saison; mais depuis que la traite des pelleteries y est
etablie, les fourrures sont devenues beaucoup plus pre-
cieuses. La grande quantite qu'on en a tiree, les a rendues
aussi beaucoup plus rares. Au lieu d'en trouver abondam-
ment pour avoir de quoi s'habiller a Feuropeenne comme
autrefois, maintenant ils en sont presque prives. D'ou il
arrive que les pauvres n'ont souvent pour tout habillement
qu'une chemise et une couverture: et c'est a ce denue-
ment, a cette pauvrete et au malaise qui en resulte, qu'on
attribue, en grande partie, les maladies dont nous avons
parle, et la diminution sensible des indigenes.
Les sauvages vivent, en general, de la chasse et de la
peche. Leur nourriture la plus ordinaire est le saumon,
Festurgeon et plusieurs autres especes de po issons; les
canards, les outardes, les dindes sauvages, le chevreuil
et le cerf. Ils font encore usage des fruits des champs et
surtout de la racine de Camask (voyez lettre du 17 aout
1845.) Afin de conserver le saumon pour Fhiver, ils en
 {
, — 24 —     ::     ^
6tent Farete et quelques tranches du dos pour lui laisser
partout une epaisseur de trois quarts de pouce, le font
ensuite secher au soleil et le mettent en paquet. Quand
ils veulent le manger, ils le font chauffer; il est alors dans
tout son jus et dans toute sa graisse. C'est dans le mois de
juin que se fait la peche du saumon. Pour le prendre,
les sauvages se servent ordinairement de seines (1) de
cinquante a soixante brasses de longueur, qu'ils confec-
tionnent eux-memes avec la plus grande dexterite et la
plus grande perfection.
On ne trouve pour ainsi dire aucune trace de culte public
parmi ces nations. Tout s'y reduit a certaines traditions
fort denaturees et par consequent tres-obscures. On croi-
rait pourtant y reconnaitre un indice de la tradition du
deluge et de la redemption. II y en a qui exercent le
metier de jongleur; mais c'est presqu'uniquement a l'e-
gard des malades, et afin de les guerir.   On permet
facilement et avec empressement meme, au jongleur, de
faire sa jonglerie, mais malheur au charlatan, si le malade
vient a mourir (2). Si quelqu'un succombe a une maladie
un peu extraordinaire, il est rare qu'on ne Fattribue pas
a quelque malefice et que le soupcon ne tombe sur
quelqu'un.
Quoique toutes ces nations aient toujours veeu, a peu
pres, sans aueun culte public, celles de l'interieur du
territoire, paraissent cependant aimer le christianisme.
Avant de suivre les missionnaires dans leurs nombreuses et penibles courses a travers le territoire de l'Oregon,
il est necessaire de faire connaitre la penible situation
(i) Filets.
(2) Le jongleur malheureux dans son traitetisent ou la personne
soupconnee d'avoir fait la mauvaise medecine, est en danger d'etre
tue ou pille, s'il ne se rachete, en livrant une grande partie de son
bien aux parents du defunt. Un malade donne souvent tout ce qu'il a
pour se faire guerir par le jongleur.
1
 25
u se trouvaient les catholiques de ce pays, lors de Far-
ivie de MM. Blanchet et Demers , et le besoin qu'il y
rait de leur presence pour mettre la foi de ces fideles en
irete, et pour empecher Ferreur d'y prendre racine et
3 s'y etablir.
La compagnie de la baie jKHudson y posse*dait alors
rigt-huit etablissements poufcpa traite de pelleteries,
nt au nord qu'au sud. 11 y a dans chacun de ces etabKii
ments, un certain nombre de serviteurs presque %us
^oliques Canadiens. II y avait en outre vingt-six famil-
> catholiques au Wallamet et quatre au Cowlitz. Les
phodistes y avaient dejk deux missions: une a quatre
ues de la chapelle du Wallamet, ou dtait une ecole sous
ftf direction, et une autre aux Grandes Dalles.  Un
nistre anglican se trouvait k Vancouvei^Les Presby-
uens avaient aussi une mission k Wallawalla; et des
]39, ils en etablirent u&e seconde sur la Riviere Spokan,
juelques jours de marche de Colville. Ce fut en 1840
ela propagande Methodiste de l'Oregon recut Ie plus
»nd renfort. Cette meme annee, un M. Lee y arriva
?c un vaisseau, il avait avec lui plusieurs ministres ac-
npagnes de leurs femmes et de leurs enfants; il avait
jsi des fermiers, des forgerons et autres aifisans.
jait une veritable colonic. Des ministres furent places
is les postes les plus importants, tels qu'a la chute du
dlamet, chevies Clatsop$m has du fort George (autre-
|l Astoria et k Nesqualy. L'arrivee des missionnaires
lioliques fut un coup de foudre pour les ministres. II
jllu bien des soins et des instructions, beaucoup de
be et de patience, pour eclairer ou affermir dans la veri-
es consciences chancelantes des catholiques, et pour
lener aux pratiques de la religion tant de personnes
! les avaient abandonnees depuis longues annees, ou
I eievees dans l'infidelite, n'en avaient jamais rien
I au ni pratique.
o
 113
If
I
f
M SI
mi
i
1
i
i
w
rill
.,.  — 26 —
Voila pourquof les missionnaires etaient en quelque
sorte obliges de se multiplier.
A peine MM. Blanchet et Demers se furent-ils rendus
a leur destination, qu'ils commencerent leurs travaux
apostoliques a Vancouver. Ils travaillerent de concert dans
ce poste, depuis le 24 novembre, jour de leur arrivee,
jusqu'au mois de Janvier 1839, que M. Blanchet par®
pour donner k mission aux Canadiens de Wallamet,
pendant que M. Demers passait le reste de Fhiver au fort
Vancouver, afin d'affermir dans le bien ces premiers
neophytes. Les Canadiens du Wallamet avaient bati uhe
chapelle de soixante et dix pieds de long. L'arrivee de
M. Blanchet fut une veritable rejouissance: hommes,
femmes, enfants, tous semblaient rivaliser d'empresse-
ment et d'emulation. Aussi M. Blanchet eut-il la consolation de pouvoir benir un grand nombre de mariages,
avant son depart, et d'administrer soixante-quatorze
baptemes. La chapelle fut benite sous Finvocation de
Saint Paul, qui lui fut donne pour patron; e|f c'est
pourquoi l'etablissement Canadien du Wallamet prend
aussi le nom de Saint-Paul.
Apres la mission du Wallamet, ce fut l'etablissement
de Cowlitz qui eut la meme faveur. M. Blanchet s'y rendit
au mois d'avril, et n'en repartit que vers la fin de juin.
Les fruits qu'il y recueillit furent des plus consolants. Ce
fut pendant son premier sejour dans ce poste qu'il eut le
plaisir de recevoir douze sauvages de la baie Puget,
qui, un chef en tete, etaient venus de plus de cinquante
lieues, expres pour le voir et Fentendre. C'est a leur
occasion qu'il imagina son Echelle catholique, qui fut
depuis dun si grand secours dans les missions. Ces
sauvages furent quasi comme douze apotres : ils etftnt
restes assez longtemps au Cowlitz pour apprendre quel-
ques-unes des principales verites de la religion, surtout
1'explication  de FEchelle, dont nous, venonsde parlej?
Hi
If
 v    . ■   —'27 —
■et qui aide si merveilleusement a classer dans la memoire
les principaux evenements tant de FAncien que du Nouveau Testament. De retour dans^w tribu, ils s'empres-
serent d'enseigner aux autres ce qu'ils avaient appris.
Pendant que M. Blanchet evangelisait au Cowlitz, M.
Demers alia visiter Nesqualy. II y trouva 16s salvages dans
lesmeilleures dispositions. Les chifs de la baie Puget, aver-
fisde son arrivee, s'y rendirent aussitot. II commenca ales
•fttstruire; mais le temps ne lui* permit que d'y jeter la
premiere semence, parce qu'il lui fallut etre de retour a
Vancouver au commencement de juitf, pour y joindre
les engages (1) de la Nouvelle-Caledonie et du haut de la
Colombie, qui y descendent tous les ans, a cette epoque,
pour y amener les pelleteries de leurlpostes. Comme il y
vient un assez grand nombre d'engages de presque tous
les postes, on comprend que c'est une occasion pour
en inftruire plusieurs a la fois, et qu'il lie faut pas la man-
quer. Aussi M. Demers, lipres avoir evangelise les sauvages de Nesqualy, revimVil assez a temps a Vancouver, pour
ne rien perdre d'une circonstance aussi avantageus^ II y
demeura un mois. Ensuite il partit pour le haut de la Co-
wmbie. II visita Wallawalla, Okanaganlf Colville, instrui-
sant et baptisant, le long de sa route, les enfants qu'on
venait Mi presenter. Ce voyage dura trois mois, pendant
lesquels M. Blanchet prit soin des Ideles de saint Paul du
Wallamet, de ceux du saint Nom-de-Marie de Vancouver
et de Saint-FrancfiPXavier de Cowlitz. Cependant•, mal-
gre ses occu^atioA, il partit encore au commencement de
septembre pour Nesqualy. A peine y fut-il arrive que les
chefs de la baie Puget l'ayant appris, s'y rendirent en toute
hate , suivis d'un grand nombre de leurs gens. Le
zele missionnaire ne laissa point eehapper une si belle occasion de semer la parole evangelique dans une terre si
Si
(1) Expression usitee dans le pays, s^ifftime de ^mestique.
 1
1
§i 28 —
bien preparee. II instruisit ces peuples avec tout le soin et
toutes les peines dont il etait capable, sans toutefois ne-
gliger les engages Canadiens de ce poste non plus que
leurs femmes.
Les deux missionnaires se reunirent au mois d'octobre,
a Vancouver, qui depuis leur arrivee en 1838, avait toujours et4regardecommele lieu de leur domicile. lis se sepa-
rerent de nouveau le 10 du meme mois, pour aller passer
l'hiver chacun dans son poste respectif:M. Blanchet a Saint-
Paul du Wallamet, et M. Demers a Saint-Francois-Xa-
vicr du Cowlitz; afin de pouvoir s'occuper de ces etablissements d'une maniere plus particuliere, durant la saison de
l'hiver ou des pluies. Cette premiere annee, ils eurent le
bonheur de conferer le saint bapteme a 309 personnes.
En 1840, des que le printemps fut arrive, les deux
missionnnaires se reunirent de nouveau a Vancouver,
pour se concerter entr'eux et pour regler leur Mission.
Bientot apres, M. Blanchet partit pour Nesqualy et M.
Demers alia visiter les Tchinouks.
Celui-ei, apres avoir passe trois semames a instruire les
Tchinouks, retourna a Vancouver pour y rencontrer les
brigades d'engages de la Nouvelle Caledonie, du haut de
la Colombie et de la Californie. II en repartit a la fin de ce
mois pour aller visiter les postes de Wallawalla, d'Okana-
gan et de Colville, comme il 1'avait fait Fannee precedente,
et Fon pourrait appliquer au disciple ce qui est dit du
maitre: transiit benefaciendo. Ce fut alors que le R. P.
De Smet, qui ignorait que l'Oregon possedat deja deux
missionnaires, fut envoye par son, superieur chez les Tetes
Plates (mission Sainte-Marie). Mais en ayant ete instruit,
il ecrivit aussitot a M. Demers pour Finformer qu'il allait
s'en retourner a Saint-Louis, afin d'y chercher du secours;
et qu'il reyiendrait Fannee Suivante avec du renfort (1).
Hit!
(i) Les details de sa mission ont ete publies en 1843 a Malines.
 — 29 —
Dans cette seconde mission, M. Demers fut encore trois
mois en voyage.
Cependant M, Blanchet se rendit a Nesqualy. Il y arriva
au mois d'Avril. Mais a peine y eut-il passe' huit jours a
instruire les sauvages de ce poste, que les chefs de la baie
Puget envoyerent une deputation pour le prier de se rendre jusque chez eux. Ne croyant pas devoir refuser, il se
se mit en route pour visiter ces peuplades, et s'avanca jusqu'a File de Withbaie. Ce fut alors qu'il eut le plaisir de
rencontrer des sauvages, qui, sans avoir jamais vu de
missionnaires, savaient faire le signe de la croix, chanter
descantiques, etc., etobservaient meme le jour du Seigneur.
C'&aient les chefs qui lfur avaient mon(a?e ce qu'ils avaient
appris a Nesqualy. Cette mission fut des plus fructueuses:
une croix fut planted, un grand nombre d'enfants baptises, deux tribus en guerre furent reconciliees, et les chefs
demanderent des pretres pour les instruire davantage.
L'Echelle catholique passait de nation en nation et les savants l'expliquaient aux autres. C'etait pour eux un Iwre
divin.
Les missionnaires, apres avoir beni plusieurs mariages et
confere en outre 288 baptemes, presque tous dans les memes missions que Fannee precedente, se reunirent encore
vers Fautomhe a Vancouver, avant d'aller passer la saison
des pluies dans leurs pontes respectifs.M. Blanchet se rendit
a St. Paul du Wallamet et M. Demers a Saint-Francois-
Xavier du Cowlitz. Cette saison n'etait pas pour eux un
temps de repos; car, outre qu'il fallait y catechiser les
enfants et les nouveaux catechumenes qui se trouvaient
tous les ans a ces postes, ils etaient encore tout occupes
du soin des cultivateurs et de leurs femmes, qui gemissaieat
de Fabsence de leurs peres spirituels, et qui auraient
voulu les posseder pendant t§ute Fannie ; tant ils etaient
avides de la parole de Dieu et desireux de reparer, dans
le service du Seigneur, les annees qu'ils avaient perdues
•4T
 — 30 —
au service du deftion. Cefut dans le cours de Fete 1840
qu'un capitaine anglais, nomme Belger, remonta la Colombie, avec sa petite escadre, pour eh dresser la carte. II
alia ensuite visiter les cotes de la mer, au nord et.au sud
de l'embouchure de cette riviere.
Au printemps de 1841, M. Demers fit encore la mission
de Vancouver aux brigades, avant de partir pour les postes
eloignes. 11 se rendit a Nesqualy, entra dans la baie Puget,
et les chefs le conduisant de tj&bu en tribu, cet ouvrier
zele penetra jusqu'au fort Langley, situe sur la riviere
Frazer. Quelle ne dut pas etre sit joie de s'y voir presque
aussitot environhe de plusieurs milliers de sauvages qui,
jusque-la, n'avaient coutume de se rencontrer que les armes a la main, et pour se faire la guerre ! Us laisserent
tous baptiser leurs enfants au nombre de 765.
Pendant que M. Demers recueillait les premices d'une
moissonsiaboridaMe,M. Blanchet de son cote,ne demeura
point oisif: apres avoir fait faire la premiere commumon
au Wallamet, il visita les etablissements de Vancouver et
du Cowlitz, s'occupant des adultes et du catechisme, qu'il
fallait faire aux femmes et aux enfants de ces postes. Des
le printemps meme, il avait vftate les sauvages de la chute
du Wallamet et ceux de la rWdere Tlakemas, qui ne sont
qu'a un mille de la chute. M. Blanchet les instruisit, leur
apprit quelques cantiques, ne les laissa qu'apres avoir
baptise leurs enfants, et les avoir affermis dans leurs resolutions. Pendant le meme ete, il alia visiter les sauvages
des Cascades; cette mission ne fut pas sans fruit: les enfants y ftirent baptises et plusieurs adultes iBstririts.
Le Reverend Pere De Smet, fidele a sa parole, revinl
dans Fautomne de 1841, chez les Tetes Plates, avec les
Reverends Peres Point et Mengarini. En consequence la
mission de Sainte-Marie fut fondee cette annee meme.
Les sauvages y furent instruits et baptises et les jnaria-
geg benis. (Voyez Voyages aux Montagnes Roclieuses.)
 — 51 —    -
Vers le meme temps, on eut la consolation d'apprendre
par des lettres arrivees du Canada, que deux nouveaux
missionnaires canadiens: MM. J.-B. Zacharie Bolduc et
A. Langlois, etaient partis par mer pour l'Oregon.
Malgre les perils d'un voyage pendant l'hiver, M. Blanchet alia visiter son confrere. Son devouement faillit lui
couter cher. Le 16 deeembre, il remontait la riviere Wallamet, alors gonflee par les pluies de l'hiver ; et lorsqu'il
futau bout de la chute, il vit son canot chavirer et les
sept personnes qui le montaient entrainees par le courant.
La Providence ne permit pas qu'aucune d'elles perit. Par
une heureuse cireonstance, il etait descendu du canot,
avant Faccident, et il evita ainsi ce danger.
Au printemps de 1842, tandis que M. Blanchet etait
occupe a faire le catechisme au Wallamet, etqueM. Demers
donnait sessoins au&fideles de Vancouver, ils furent agre-
ablement surprispar l'arrivee du Reverend ^ere De Smet,
qui etait descendu de chez les Tftes Plates pour pouvoir
les rencontrer et se concerter avec eux. Cet intrepide
missionnaire, en descendant la Colombie, non loin de
Colville, ou il s'etait embarquesur uneberge($), avait failli
perir, et il ne dut son salut, comme M. Blanchet, qu'a la
bonte de la Providence, qui ne permit pas qu'il fut dans la
berge lorsqu'elle fut submergee dan un rapide(2),et qu'ils
eut la douleur d'y voir perir cinq hommes de F equipage
et d'y perdre tous ses effets.
Les trois missionnaires se reunirent d'abordau Wallamet,
puisaVancouver; ils formerent les plans qui depuis, ont si
merveilleusement tourne a Favantage et au succes de la
1
1
(i) Bateau.
(a) La Colombie est traversee assez frequemmenjt par ces lignes de
rochers qui forment, dans son lit, des especes de barrages d'ou ses
eaux se precipitent. On descend ces barrages dans les endroits les
moins eleves. C'est ce que Vm nomme rapide.
 32
Ml
Hfli
religion parmi les sauvages de Fimmense territoire de
l'Oregon.
La Nouvelle-Caledonie est a 200 lieues de Vancouver.
II fut resolu que M. Demers se mettrait en route pour s'y
rendre. II s'embarqua sur les berges de la compagnie de
la baie d'Hudson et n'arriva dans la Caledonie qu'apres
deux mois de voyage. La moisson etait mure dans cette
terre lointaine. Les sauvaees le recurent a bras ouverts et
n'eurent rien de plus empresse que de se rendre a ses instructions. II etait surprenant de les voir, hommes, femmes
et enfants rivalisant de zele pour suivre les instructions, et
pour profiter de ces jours de graces et de salut. On eut
dit que ces malheureuses nations barbares eussent compris
d'avance, le besoin d'une religion revelee, l'excellence du
christianisme, et le bonheur d'etre eclaires des lumieres
de FEvangile. M. Demers put se convaincre que ces bons
sauvages ne le cedaient point en bonnes dispositions et-cn
ferveur, a la tribu des Tetes-Plates, qui passe pour avoir
un gout et un attrait si particuliers pour la vertu. I|g ne
purent s'empecher de verser des torrents de larmes en
voyant partir celui qu'ils appelaient leur pere et qui Fetait
a si juste titre.
Pendant que M. Demers recueillait de si beaux fruits
dans la Nouvelle-Caledonie, le Reverend Pere De Smet,
qui s'etait charge de la penible tache de repasser les montagnes Rocheuses, se remit en route des le commencement
de juillet. II revit, en passant, sa mission de Sainte-Marie
et se rendit, en deeembre, a Saint-Louis aupres de son
premier superieur pour avoir de nouveaux renforts. Mais
celui-ci jugeant qu'il devenait necessaire de prendre de
suite des mesures plus efficaces, secontenta de faire partir,
au printemps de 1843, pour la mission de Sainte-Marie,
les Reverends Peres De Vos et Hoeken, qui n'arriverent
chez les Tetes Plates que Fautomne suivant; il retint le
Reverend Pere De Smet, afin de le faire passer en Europe,
 v-?r
— 35 —
oii il arriva la meme annee, visitant lltalie, la France et la
Belgique, sa patrie. ^
Depuis le depart de M. Demers pour la Nouvelle-Caledonie et celui du Reverend Pere De Smet pour Saint-
Louis, M. Blanchet, reste au bas de l'Oregon, se trouvait
charge seul de toute cette partie. Wallamet, Vancouver
et Cowlitz reclamaient tour a tour sa presence et il lui
fallait encore avoir soin de tous les sauvages des environs.
Tout cet ete fut pour lui, en quelque sorte, une course
continuelle; en automne il vit arriver MM. Langlois et
Bolduc, apres un an de voyage, depuis leur depart du
Canada.
Malgre les fatigues d'un si long voyage, les deux nouveaux missionnaires furent forces de se mettre aussitot a
Foeuvre. Des que la premiere communion fut faite a
Wallamet, comme il fallait en faire faire autant a Vancouver, M. Blanchet s'y rendit avec M. Langlois. lis y
travaillerent pendant quelque temps. Mais la saison de
prendre ses quartiers d'hiver etant venue, M. Langlois
retourna a Wallamet et M. Boiduc alia prendre soin de
la mission du Cowlitz, qui ne pouvait se consoler de Fab-
sence de M. Demers. M. Blanchet resta charge de Vancouver, ou les engages, leurs femmes et leurs enfants,
ainsi que les sauvages des alentours, ne cessaient de recla-
mer son ministere. Les trois missionnaires passerent
l'hiver chacun dans son poste, constamment occupes du
soin de ces nouvelles chrdtientes. Ce fut aussi cette meme
annee, 1843, que les Peres Jesuites fonderent la mission
du Sacre Coeur de Jesus parmi les Coeurs d'Alenes. Cette
peuplade ayant eu le bonheur d'embrasser la foi, les
Reverends Peres furent assez heureux pour pouvoir y
elever une chapelle, benir un grand nombre de mariages
et baptiser tous les enfants.
L'hiver de 1845paraissait tirer a sa fin; M. Demers,
apres avoir parcouru les prineipaux postes de la Nouvelle
i
 — 34 —:
Caledonie, et penetre jusqu'au Lac a I'-Ours, se mit en
route pour venir rejoindre ses confreres qui etaient au
has de la riviere Colombie. II quitta la Nouvelle Caledonie
au mois de fevrier et arriva au fort Vancouver au milieu
d'avril. M. Bolduc, des le printemps, visita File de Vancouver et celle de Whitbaie.
Les Peres de Vos et Hoeken, ainsi que trois freres coad-
juteurs arriverent en septembre chez les Tetes-Plates, et
passerent l'hiver dans les missions du|iautde FOregon. Ces
peres qui se trouvaient au nombre de cinq, travaillaient
avec un succes qu'on pourrait dire merveilleux, tant la
religion et la piete ont deja change les tribus qu'ils ont
evangelisees et y ont jete de profondes racines.
Ce fut vers cette epoque que M. Blanchet fit elever a
Wallamet une maison d'education, dont il confia la direction a Mr Langlois, qu'il chargera aussi de la mission de
Sl Paul. Mr Blanchet passa l'hiver a Vancouver, et MM.
Demers et Bolduc eurent le Cowlitz en partage.
Des que le printemps de 1845 fut arrive, M. Blanchet
alia visiter le Cowlitz. Malgre le travail qu'y trouvaient
les deux missionnaires, il en retira M. Demers pour Feta-
blir a la Chute, ou Oregon-City, ou sa presence devenait
de pli*s en plus necessaire. Cette petite ville, capitale de
FOregon, doit son origineaudocteur Mac Laughlin, qui y
fit elever les premieres batisses en 1842. Elle comptait
deja plus de soixante maisons, a l'arrivee de Mr Demers.
L'ouvrage ne manquait pas a M. Blanchet dans sa mission de Vancouver, cependant il etait souvent oblige de
s'en absenter pour s'assurer par lui-meme, des secours qui
etaient necessaires ailleurs, etdesprogres que faisait la
religion* jjj&
Le Pere De Smet arriva a Vancouver, au commencement d'aout 1844, accompagne des Reverends Pere?
Accolti, Vercruysse, Ravalli et Nobili, et de six religieuses
deNotre-Dame, de Namur.
 35
M. Blanchet n'eut pas plus tot appris a Wallamet leur
heureuse arrivee, qu'il partit pour Vancouver, et quoiqu'on
fiit au fort de la moisson, il se vit accompagne de canots
charges d'habitants qui, dans leur allegresse, avaient
quitte leurs recoltes pour aller a la rencontre de la nouvelle colonic MM. John Mac Laughlin et James Douglas,
les recurent a Vancouver avec les plus grands egards et
avec toute la politesse possible. Ces messieurs pousserent
meme la complaisance jusqu'a preter un bateau pour
conduire les religieuses a Wallamet. Elles en profiterent,
et les Reverends Peres prirent des canots. Leur marche
jusqu'a Saint-Paul fut un veritable triomphe.
Les Soeurs prirent possession du couvent qu'on leur
avait prepare; mais qui n'etait pas encore entierement
acheve. Les Reverends Peres Jesuites, s'etablirent a quelque distance de Saint-Paul, et fondercnt la maison de S*
Francois Xavier.
Le Pere De Smet ne tarda pas a r$@ommencer ses courses aposfcoliques: des Fautomne, il se rendit chez les Tetes-
Plates. Une nouvelle mission sous Ie nom de Saint-Ignace
fut fondee a quelques joiis de marche de celles de SaMte-
Marie et du Sacre Coeur de Jesus. Quelque temps apres,
arriverent de Saint-Louis, par les prairies, chez les Peres
Jesuites qui resident aux Montagnes, les Reverends Peres
Zerbinati et Joset, ainsi qu'uiaifrere coadjuteur.
H L'annee 1844 doit dine etre regardee comme une
epoque Providentielle pour la mission de FOregon. L'arrivee dftjsept Jesuites, dans une mission qui ne possedait
encore que quatre Peres et autant de pretres seculiers,
procurait vraiment un renfort considerable. Mais qu'est-
ce que seize missionnaires pour une mission si etendue et
ou se trouvent tant de pai'ens. Car sur 200,000 sauvages,
on ne compte qu'environ 6,000chretiens. Quelle immense
moisson il reste done encore a recueillir! Nous avons vu
avec quelle ardeur des peuplades entieres embrassent la
'if
(1
 II
— 36 —
foi, avec quelles instances elles demandent des missionnaires. Au moment du depart de Monseigneur Blanchet,
deux sauvages de la Nouvelle Caledonie avaient ete envoyes
a Vancouver, par les tribus de cette contree lointaine,
pour demander des pretres; ceux de la baie Puget, qui en
sollicitaient avec tant d'instance, depuis 1839, n'ont cesse
de renouveler leur priere depuis le depart de Mgr. Blanchet. Les voeux des premiers ont ete exauces dans le cours
de Fannee derniere: le Pere Nobili est alle les evangeliser.
Ceux des seconds le seront au retour de Mgr. Blanchet ; mais combien d'autres tribus seront encore privees
de ce bonheur!
Une mission qui ne fait que de commencer, qui manque
de tout, qui necessite des courses longues et dispendieuses
et un grand nombre de missionnaires, ne peut subsister
qu'avec des secours proportionnes a ses besoins. Si les
depends qu'elle exige ont 6t6 et sont encore considerables, il est consolant du moins de voir qu'elles n'ont pas
6t6 inutiles. Six mille pai'ens clevenus chretiens en six
ans, quinze chapelles elevees, un pensionnat et un couvent
dtablis, quinze cents Canadiens consoles et desservis ,
voila des faits qui parlent assez haut pour en constater les
fruits. Quand on compare le petit nombre de missionnaires avec la grandeur du resultat, on a peine a com-
prendre comment tout cela ait pu s'accomplir sans prodige!
II ne reste qu'a demander au Seigneur de continuer son
ceuvre; et aux membres de la Propagation de la Foi, qu'a
seconder la Providence par le double secours de leurs
prieres et de leurs aumones.
!r
 37
Statbttquc fa la Mmion be I'GDn'gotu
Total des sauvages, environ 200,000
Sauvages chretiens  6,000
Canadiens  1,500
Americains         10,000
Cultivateurs canadiens, families.    .    .    .    180a200
Sujets anglais. ..*......    500 a 400
Jesuites ........... 10
Freres Jesuites  6
Missionnaires Canadiens  4
Religieuses de Finstitut de Notre-Dame
de Namur, (Belgique)  6
Un college de 60 pieds sur 25.
La maison de S.* Francois-Xavier de 45 pieds sur 35.
Un couvent de 60 pieds sur 50.
Une maison de 80 pieds, avec une chapelle pour Fusage
de la communaute.
15 chapelles: 5 sur la Wallamet, 1 a Vancouver, 1
au Cowlitz, 1 a Whitbaie, 4 dans la Nouvelle Caledonie,
4 dans les missions des Montagnes Rocheuses, savoir:
chez les Tetes-Plates (Sainte-Marie, le Sacre-Coeur, S.*
Ignace et S.1 Paul de Colville), 1 a la Chute ou Oregoncity.
Les bestiaux, tels que les betes a comes, les moutons,
les cochons et surtout les chevaux, y sont en tres-grand
nombre. Les premiers animaux domestiques furent
amenes en 1857, de la Californie, au nombre de 600.
Les volailles, telles que les poules, les dindes, les oies,
les canards, y sont aussi en abondance. Des lettres du Canada parvinrent a Saint-Paul du Wallamet, le 4 novembre
1844, ety firent connaitre que des bulles avaient ete
exp&ii&s a Monseigneur Blanchet, en date du icr d£-
 $4~;
■ ,;f— 58 — 1'   a '
cembre de Fannee precedente, l'Oregon etant par les
memes bulles erige en vicariat apostolique. Les missionnaires de l'Oregon le presserent aussitot d'accepter. Comme
les secours arrives avec le Pere De Smet, etaient insuffi-
sants pour les besoins de la mission, Monseigneur Blanchet
se determina a passer en Europe pour s'y procurer de
nouveaux renforts. II partit de Vancouver le 28 novembre
1844, sur un vaisseau qui faisait voile pour Londres,
ou il arriva le 22 mai. Des»le4 juin, il s'emfcqua de
nouveau a Liverpool, sur le steamer de la ligne Cunard
et arriva au Canada le 24 du meme- mois, apres un trajet
de 7,522 lieues*.   -   f|. * /*|§§-' > j    - <
II s'y rendait pour recevoir la consecration episeopale
des mains de Monseigneur Farcheveque de Quebec. La
c&emonie se fit dans la cathedrale de cette ville, au
milieu d'une foule de fi deles *accourus meme des pa-
roisses eloignees. Plus de deux cents ecclesiastiques y
assisterent.
Monseigneur Blanchet quitta Montreal le 12 aout
1844, et vint en Europe pour y chercher de nouveaux
collaborateurs dans la vigne du Seigneur. II parcourut
tour a tour FAngleterre, la France, la Belgique; puis
il se rendit a Rome pour exposer au Souverain Pontife
Fetat et les besoins de son immense diocese. Sa Saintete
divisa FOregon en huit dioceses et Ferigea en province
ecclesiastique dont Mgr. Blanchet est nomme archeveque
sous le titre darcheveque d'Oregoncity et primat de
cette province. Les deux suffragants sont Mgr. Demers,
eveque deja nomme de File Vancouver, et Mgr. Blanchet,
frcire de Mgr. l'arcneveque, eveque de Wallawalla (1).
Le digne archeveque s'est embarque pendant le mois
de fevrier 1847, a Brest (France), sur un batiment neuf,
nomme VlZtoile de la mer. II est accompagne de 26 per-
(i) Sacre lc 27 septembre dernier a ^Montreal.
M
 — 59 —
sonnes, savoir: 2 Peres et trois Freres Jesuites, 5 Pretres,
2 Sous-Diacres et un Tonsure, seculiers; 2 Peres et 4
Freres de Notre-Dame de Sainte-Croix (du Mans), pour
les ecoles de garcons, et 7 Soeurs de Notre-Dame de
Namur pour celles des filles.
Cette mission si importante va done recevoir un renfort
considerable, quoique bien insuffisant eu egard a Fetendue
de ce pays et aux travaux apostoliques qui restent a y
entreprendre. Ajoutons ici que deja les fondements de
plusieurs villes sont jetes sur divers points de ce vaste
territoire. La principale a recu le nom d'Oregoncity : elle
est batie sur la Wallamet pres d'une belle chute d'eau.
Si le projet du chemin de fer qui doit traverser les Etats
Unis et l'Oregon dans toute sa largeur s'execute, comme
on a lieu de le croire, le trajet de Belgique sera abrege
de plus d'un tiers, et Fon verra bientot des communications regulieres s'etablir entre FEurope et cette
partie de l'Amerique, a laquelle nous prenons un si vif
interet.
y yEaMsBm
    41
N°  I.
A.   M.   D.   G.
31 Mv £. 3Je Smet1 3uge be |Jatet a <&anir. (I)
S.1 Frangois-Xavier du Wallamette,
9 octobre 1844.
rfMoN cher Frere,
<c C'est apres une navigation de pres de huit mois, que,
Ie 28 juillet, nous decouvrimes les cotes de l'Oregon. Oh I
quelle joie alors I quels transports d'allegresse! quelles
actions de graces dans nos coeurs et sur nos levres! Tous,
nous entonnames Fhymne de la reconnaissance t le Te
Deum; mais a peine nous etions-nous livres aux premiers
sentiments de bonheur, que Fidee de nouveaux perils a
affronter vint renouveler toutes nos inquietudes: nous ap-
prochions du Colombia. L'embouchure de ce fleuve est
d'un acces difficile et dangereux, meme pour les marins
pourvus de bonnes cartes; et nous savions que notre capitaine , n'ayant pu en aucune maniere s'en procurer, ne
connaissait pas les rochers et les brisants, qui rendent Fen-
tree du fleuve presque infranchissable dans la saison ou
nous etions.
» Nous apercumes bientot lecap Desappointement, qui
(i) On sait que le Pere De Smet, accompagne de cinq autres
membres de la meme Compagnie et de six soeurs de la Congregation
de Notre-Dame, quitterent Ie port d'Anvers le 12 deeembre 1843,
pour se rendre aux Montagnes-Rocheuses. Le navire YJnfatigable
qui les portait, apres avoir traverse I'Ocean Atlantique, double la
pointe meridionale de rAmerique du sud et remonte I'Ocean
Pacifique, arriva le 28 juillet 1844 en vue des cdtes de 1 'Oregon^
et le 5 aout suivant il mouilla au fort Vancouver, situe sur "la rive
du fleuve Colombia.
 — 42 — ' &        f " ■
semble indiquer aux voyageurs la route qu'ils doivent suivre. Comme il etait deja tard, le capitaine prit la resolution de virer de bord, pour eviter les cotes pendant la
nui£. Pendant que le vaisseau s'eloignait de la terre ferme,
nous considerions de loin les hautes montagnes et les
vastes forets de l'Oregon. Ca et la, nous vimes s'elever la
fumee des cabanes des sauvages. A cette vue, une foule de
sentiments s'emparerent de notre Ame; les redire ici ne
me serait pas possible. II faut avoir ete dans notre position,
pour comprendre ce que nous sentimes alors; notre coeur
palpitait de joie a Faspect de ces pays immenses, ou se
trouvent tant d'ames abandonnees, naissant, vieillissant
et mourant dans les tenebres de Finfidelite, faute de Missionnaires; malheur, auquel nous allions mettre unterme,
sinon pour tous, du moins pour un grand nombre.
« Le 29, tous les Peres celebrerent le saint Sacrifice;
nous voulions faire une derniere violence au ciel. Le commencement de ce jour fut sombre, nos esprits Fetaient
aussi; vers dix heures, le temps s'eclaif cit et nous permit
d'approcher, avec precaution, de cette vaste et affreuse
embouchure du Colombia. On ne tarda pas a decouvrir
d'enormes brisants, signe certain d'un banc de sable de
plusieurs milles d'etendue. Les ecueils traversent le fleuve
dans toute sa largeur et presentent une barre', qui
semble en inter dire Fentree. Cette vue nous jeta vrai-
ment dans la consternation; on sentait, qu'il etait inutile de tenter le passage et qu'infailliblement nous y
trouverions notre perte.
| Dans cette triste situation, que faire, que devenir,
ou aller ?	
« Le 50, le capitaine se trouvant au haut du mat pour
faire quelques decouvertes, apercut un navire qui longeait
le cap pour sortirdu fleuve. Onnele vit que peu de temps,
car il^Jia jeter Fancre derriere un rocher, en attendant le
vent favorable. Nous conjecturames alors, que le fleuve
 45
etait encore praticable, et nous esperames pouvoir nous
diriger sur la course de ce navire.
« Vers trois heures, le capitaine envoya le lieutenant
avec quatre matelots, pour sonder les brisants et chercher
une voie pour entrer le lendemain dans Ie fleuve. C'etait
le 31 juillet, jour de la fete de saint Ignace: cette heu-
reuse coincidence ranima nos esperances et releva nos
courages. Nous attendions tout de la protection de notre
Fondateu^ et nous le priames, avec toute la ferveur dont
nous etions capables, de ne pas nous abandonner dans ce
peril extreme. Ce devoir rempli, on n'eut rien de plus
presse, que d'aller sur le tillac, pour decouvrir la cha-
loupe monte'e par le lieutenant. Vers les onze heures,
elle re}oignitYInfatigable; les visages tristes et decourages
des matelots nous annoncaient de mauvaises nouvelles; on
* 7
n'osait les interroger... Cependant le lieutenant dit au
capitaine,  qu'il n'avait pas trouve d'obstacles et que la
veille, a onze heures du soir, il avait traverse la barre
avec cinq brasses d'eau (30 pieds). Alors on deploy a les
voiles, etYInfatigable s'avanca a la faveur d'une legere brise.
Le ciel etait pur, le soleil brillait de tout son eclat; depuis
longtemps nous n'avions pas eu une aussi belle journee.
« II ne manquait plus, pour la rendre la plus belle de
notre voyage, que l'heureuse entree dans le fleuve. A me-
sure qu'on approchait, tous redoublerent leurs prieres,
chacun se recueillait et se tenait pret a tout eve'nement.
Cependant le vigilant et courageux capitaine ordonne de
jeter le plomb. Deux matelots s'attachent au dehors du
vaisseau et sondent; on entend Ie cri: 7 brasses. De deux
a deux minutes, le cri se renouvelle; puis, 6 brasses...
5 brasses... le nombre diminuait toujours. On devine,
combien chaque cri devait faire palpiter nos coeurs.  Mais
quand on cria, 3 brasses et deux brasses et demie, tout
espoir s'evanouit; car c'etait le minimum de l'eau neces-
saire au navire. On crut un instant, que le vaisseau allait
se briser contre les recifs.
 44 —
n
M i
1>
I Le Seigneur voulait mettre notre foi a l'epreuve; il
n'avait pas resolu notre perte. Le cri de 4 brasses se fait
entendre, on respire, on prend courage; mais le danger
n'etait pas passe. Nous avions encore deux milles de brisants a franchir. Un second cri de 3 brasses, vint de nouveau nous remplir d'epouvante. Le lieutenant dit alors au
capitaine : « Nous nous sommes trompes de route, » tt
Bah! reprit le capitaine, ne voyez-vous pas que f Infatigable
passe partout? Avancez... Le Ciel etait pour nous! Sans
lui, ni l'habilite du capitaine, ni la bonte du navire, ni
Factivite de l'equipage, n'eussent pu nous preserver d'une
perte certaine. Nous etions a plus de cent metres de la
bonne voie, au milieu du canal du Sud-, que jamais vaisseau n'avait traverse. Quelques moments apres, nous apprimes d'une maniere positive, que nous avions echappe
comme par miracle.
I En effet, notre vaisseau avait pris d'abord une bonne
direction a Fentree du fleuve; mais a peu de distance de
son embouchure, le Colombia se divise en deux branches
formant comme deux canaux; Fun au Nord, non loin du
cap Desappointement, est celui qui nous devious suivre;
l'autre au Sud, n'est point frequente, a cause des brisants, qui en barrent Fentree et sur lesquels nous avons
passe les premiers et probablement les derniers. Nous
sumes encore, que le capitaine du fort Astoria, nous
ayant apercus depuis deux jours, s'etait rendu a Fextre-
mitedu cap avec quelques sauvages, et que, pour nous
attirer de ce cote, il avait allume de grands feux, eleve
un drapeau et tire quelques coups de fusil. Nous avions,
ij est vrai, remarque ses signaux; mais nul d'entre nous
n'en avait compris le motif * Dieu sans doute voulait nous
montrer, qu'il est assez puissant pour nous exposer au danger et nous en retirer ensuite sains et saufs. Que son saint
nom soit beni! Gloire aussi a saint Ignace, qui a protege si
visiblement ses enfants, le jour de sa fete.
 45
« Vers quatre heures et demie, un canot se dirigea vers
nous; il etait monte par des sauvages Clatsops, ayant a
leur tete un Americain etabli sur les cotes; leurs cris
etonnerent beaucoup nos Peres et les soeurs de Notre-
Dame. Nous ne pumes distinguer que le mot Calche qu'ils
repetaient a Finfini. On leur fit signe d'approcher, et le
capitaine leur permit de monter a notre bord. Aussitot
FAmericain m'aborde et m'expose le danger, que nous
avions couru; il ajoute, qu'il avait voulu venir a notre
secours, mais que les sauvages, voyant le peril, n'avaient
ose s'y exposer.
<c De leur cote, les Indiens nous racontaient par signes,
quelles avaient ete leurs craintes; comment a chaque
instant, ils s'attendaient a voir le navire renverse et brise;
ils avaient pleure' et dechire leurs vetements, siirs que,
sans Fintervention du Grand-Esprit, nous n'eussions jamais
echappe au peril. En verite, ces bons ^sauvages ne
s'etaient pas trompes. C'est le temoignage de tous ceux, qui
connaissent Fhistoire de notre passage; ils ne cessent de
nous en feliciter, comme d'une chose unique et merveil-
leuse.
« La seconde visite, que nous recumes a bord, fut celle
de quelques Tchinouks, peuplade etablie dans l'immense
foret, qui s'etend sur la rive septentrionale du fleuve. Les
Clatsops occupent la rive meridionale et forment une
population d'environ cent cinquante hommes. Les Tchinouks habitent trois grands villages au-dela de la foret;
ces deux nations, quoique voisines, sont ennemies Fune
de l'autre. Les hommes s'enveloppent d'une couverture,
pour paraitre devaoj les blancs. Ils mettent toute leur
vanite dans leurs colliers et leurs pendants d'oreilles; ils
donneraient tout ce qu'ils possedent pour s'en procurer.
Ces sauvages se mettent extremement a leur aise; ilfaut
etre tres-reserve avec eux, afin d'empecher la trop grande
familiarite. Illeursuffit, qu'on ne les chasse point; contents
II
 :
H
I
•— 46 — .  ■ ' /||,
pourlors, ils n'exigentpas qu'on s'occupe autrement d'eux;
ils sont d'un naturel paisible; ils trouvent facilement de
quoi satisfaire a leurs besoins et menent pour la plupart
une vie faineante et oisive; leur unique occupation est la
peche et la chasse. Les Indiens conservent la coutume
d'applatir la tete de leurs enfants. Le saumon abonde dans
leurs fleuves, et le gibier, dans leurs forets. Apres s'etre
pourvus chaque jour de ce qui leur est necessaire, ils se
couchent au soleil, des heures entieres, sans bouger. Ils
vivent, du reste, dans Fignorance la plus grossiere dela
religion (1).
| Le lendemain matin, nous vimes une chaloupe qui
s'efforcait de nous rejoindre; elle portait M. Burney, le
meme, qui, les jours precedents, s'etait, duhaut du cap, si
vivement interesse a notre sort. II nous aborda avec toute
la bienveillance possible; c'est a lui, que la garde du fort
Astoria est confiee; il y fait sa residence avec sa famille,
et il etait charge de la part de son epouse et de ses
enfants, de nous inviter a descendre chez lui, pour leur
procurer le plaisir de nous voir. Persuades, qu'apres un si
long sejour sur mer, cette visite serait tres-agreable a
chacun de nous, nous nous rendimes a son invitation.
Pendant que cette honorable famille nous preparait a
diner, nous fimes une petite excursion dans la foret voisine. Nous y admirames des sapins d'une hauteur et d'une
grosseur prodigieuses. II n'est pas rare d'en rencontrer de
deux cents pieds de haut sur quatre et demi de diametre.
On nous montra untronc de sapin, qui avait quarante-deuX
pieds de circonference (2). Apres une course de deux
heures, M. Burney nous recoiiduisit au fort*
(i) Les Tchinouks, les Clatsops et les Kilamukes, tribus Indiennes
de la q&tedu Nord-Ouest, appellent leur plus grand dieu Ekannwm,
et lui attribuent la creation de toutes choses. Le dieu, qui a fait
la riviere Colombie et ses poissons, ils Fappellent Etalapasse.
(a) Le m&ne arbre, dont Balbi fait mention dans sa Geographic
 — 47 m .
| Dans une seconde promenade, plusieurs d'entre nous
admirerent des tombeaux de sauvages. Le corps du defunt
est place dans une espece de canot, fabricjue d'un tronc
d'arbre; on le couvre de nattes ou de peaux, puis on le
suspend a un arbre, ou on l'expose sur les bords de la
riviere. Nous vimes jusqu'a douze tombeaux semblables,
minis dans un meme endroit; ils se trouvent ordinaire-
ment dans des lieux de difficile acces, tels que des iles ou
des pointes de rochers, afin d'etre ainsi plus a Fabri des
animaux feroces. Non loin de ce cimetiere, un de nos
Peres plus curieux que les autres, ayant apercu a Fecart
le museau d'un ours, qui n'avait pas Fair trop apprivoise,
s'en revint saisi d'une panique assez plaisante.
« Le 2 aout, je resolus de devancer mes compagnons au
fort Vancouver, pour informer Ie Rev. M. Blanchet de
notre heureuse arrivee. Du reste, voici, pour nos Peles, ce
qui concerne le reste de leur voyage: le 3 et le 4, la
marche du navire fut retardee faute de vent; d'un coup
d'oeil on pouvait apercevoir le chemin qu'on avait fait en
trois jours. Vers le soir, une legere brise se leva et permit
de continuer la route. Au bout de quelques heures, on
fut au-dela des ecueils, qui se prolongent Fespace de six
milles ou deux lieues. Cette distance une fois parcourue,
on peut tenir constamment le milieu du fleuve, il s'y
trouve toujours une quantite d'eau suffisante, mais les
nombreuses sinuosites exigent une manoeuvre continuelle.
« Ici la riviere est des plus belles: surface unie comme
un cristal, courant intercepte a la vue par le retrecisse-
ment du lit et des rochers, mugissement sourd de quelques
petites chutes et cascades sur les deux bords; rien n'est
plus varie ni plus agreable que le Colombia. On ne se lasse
pas d'admirer la richesse, la variete etla beaute des sites,
que la nature offre dans ces regions solitaires; des forets
vierges bordent les deux rives dans presque toute leur
longueur; elles sont couronnees de montagnes egalement
 48
boisees. En remontant le Colombia, on rencontre ca et la
d'assez larges baies, au milieu desquelless'eleventde jolies
petitesiles, qui, semees sur les flots comme des groupes de
ileurs et de verdure, presentent un coup-d'oeil charmant;
c'est ici, que les artistes devraient venir etudier leur art:
ils y trouveraient les vues les plus pittoresques et les plus
gracieuses: les couleurs variees, les sites ravissants sont
prodigues sur cette terre. Plus on avance, plus les perspectives sont grandes et majestueuses. Enfin le 5 aout,
le navire arriva au fort Vancouver, vers les sept heures
dusoir. M. le gouverneur, homme plein de religion,
accompagne de son epouse et des personnes les plus notables, se trouvait sur la rive pour nous recevoir. Nous
jetamesl'ancre; nous nous rendimes aussitot au fort, ou
nous fumes accueillis et traites avec toute la cordialite
possible.
« Le 12, apres huit jours d'attente, arriva le Rev. M.
Blanchet. Il n'avait pas reeu la lettre que je lui avais ecrite;
mais aussitot que la nouvelle de notre arrivee lui fut par-
venue , il se hata de nous rejoindre, accompagne d'un
bon nombre de ses paroissiens. II avait voyage tout un
jour et une nuit sans s'arreter. Sa presence nous combla
dejoie. Quoique nous fussions tres-bien au fort, nous
desirions parvenir au plus t6t a Fendroit, que la divine
Providence nous avait destine; les religieuses de leur cote
soupiraient apres leur nouveau couvent de Wallamette.
En consequence M. Blanchet ordonna les preparatifs du
depart, et le 14, nous quittames le fort Vancouver.
Un adieu bien sensible nous restaita faire au capitaine
de notre navire; il nous attendait au bord du fleuve.
L'emotion fut vive de part et d'autre: lorsque pendant huit
mois on a partage les memes dangers, et qu'ensemble on
a vu si souvent la mort de pres, on ne se separe pas sans
larmes.
« Notre petite escadre se composait de quatre canots,
 — 49 —
montes par les paroissiens de M. Blanchet, et de notre
chaloupe; nous remonta4 mes le fleuve, et bientot nous
entrames dans la riviere Wallamette, qui se jette dans le
Colombia. i
« Aux approches de la nuit, nous amarr&mes nos barques et nous allames camper sur le bord. Lk, nous nous
reunimes autour du feu en table d'hote assez pittoresque;
puis nous nous livrames au repos; mais les maringouins
vinrent par milliers interrompre notre sommeil; les religieuses, auxquelles on avait cede la tente, ne furent pas
plus epargnees que ceux qui dormaient a la belle etoile.
Vous comprenez sans peine, que la nuit nous parut un peu
longue; aussi fumes-nous sur pied au premier rayon du
jour. J'aidai les religieuses a dresser un petit autel; c'etait
le 15 aout, jour de FAssomption, fete qu'on ne celebre
toutefois ici que le dimanche suivant. M. Blanchet offrit
le saint Sacrifice; tous les autres eommunierent.
« Enfin le 17, a onze heures du matin, on apercut la
chere Mission de Wallamette. M. Blanchet eut soin de
faire transporter nos bagages; les religieuses furent conduces en charrette a leur demeure, eloignee d'environ
trois milles de la riviere; k deux heures, nous etions tous
.rassembles et prosternes dans l'eglise de Wallamette,]>our
y adorer et remercier notre Divin Sauveur par un Te
Deum solennel, qui fut chants avec une vive emotion.
« Le dimanche 18, ici fete de FAssomption, des huit
heures du matin, on vit arriver en foule les cavaliers canadiens , qui avaient amene de loin leurs femmes et leurs
enfants, pourassister a la solennite. A neuf heures, la foule
se pressa dans l'eglise: les hommes d'un cote, les femmes
de l'autre, dans un ordre parfait. Vingt enfants de choeur
environnaient Fautel; le Rev. M. Blanchet c$ebra le saint
Sacrifice. Quant a ses paroissiens, ils nous edifierent
beaucoup par leur piet&
Arrives a la Mission de S.* Paul du Wallamette * le tres-
 50
i I
i  
Rev. W Blanchet nous accueillifc chez lui, avec une charite et une cordialite vraiment paternelles, mettanj tout ce
qu'il possedait a notre disposition. Mon premier soin fut
d'aller a la recherche de quelque site favorable, oil, con-
formement aux intentions et au plan de notre Tres-Rev.
Pere General, nous pussions etablir une Mission-mere.
Je fis en consequence avec Mr Blanchet plusieurs excursions, qui n'eurent aucun resultat; car les sites etaient
deja occupes, et une foule d'autres obstacles se presentment. Les Methodistes me proposerent d'acheter-leur
Academic C'est une assez grande et belle maison; mais
il n'y a dans les environs ni bois, ni terre labourable.
J'etais dans une grande perplexite, lorsque Mr Blanchet
meproposa d'examiner les terres appartenant a la Mission,
et m'offrit avec un desinteressement admirable, de choisir
Fetendue, que je jugerais necessaire a l'etablissement pro-
jete. J'examinai le terrain, et a peine avions-nous fait deux
milles, q ue nous arrivames a un point, qui presenta a nos
yeux une foule de beautes et d'avantages, en reunissant
Futile, Fagreable et meme le grandiose. Qu'on s'imagine
au Midi une plaine immense, d'ou Fon apercoit, s'elancant
jusqu'aux nues, les cimes blanchatres des trois plus grandes
Montagnes de la chaine des Cascades: le mont Hood, le
montSte Helene, et le mont JeffersonouMolelis; au Levant,
des lointains, dont les douces nuances se fondent avec
Fazur du ciel; a FOccident, les eaux brillantes et limpides
de deux beaux petits lacs, ou nageaient et folatraient
insouciants, pendant que nous les contemplions du haut
de la cote, et Ie Castor, et la Loutre, et le Rat-musque.
Un de ces petits lacs se trouve meme au pied de la cote,
vis-a-vis d'un amphitheatre, qui monte en pente douce
sur le coteau eleve, que nous occupions, et que je choisis
pour y etablir la maison de S* Francois-Xavier.
Les doux souvenirs de notre premier etablissement du
Missouri me revinrent a la pensee. J'espere, qu'ici un
im
   — 51 —
jour, a Fexemple de la Maison S* Stanislas, pres Sl Ferdinand, qui s'est etendue sur une grande partie du Missouri,
dans l'Ohio, dans la Louisiane, dans les Montagnes-Rocheuses, jusqu'aux extremites de Fouest de FAmerique,
ici, je Fespere, s'etablira aussi une petite pepiniere de
Missionnaires z&es, qui dans la suite, (puisse le temps
n'&tre pas Eloigne!) se repandront parmi les differentes
tribus de cet immense Territoire, pour y porter le flambeau de la foi.
Sous nos yeux la belle riviere du Wallamette forme une
immense courbe, bordee par une superbeforet, qui four-
nira en abondance des bois de differentes especes, pour
les besoins de l'etablissement. — Nulle part je n'ai vu
dans cette region des Pins, des Sapins, des Ifs, des Co-
tonniers, des Frenes, des Amies, des Chenes, plus ma-
jestueux et en plus grande abondance. — Entre la foret et
le cdteau se trouvent des bocages touffus et de riantes prairies. La terre en est fertile, propre a toutes sortes de pro-
duits et capable de fournir a Fentretien d'une grande fer-
me. Ajoutez a tous cesavantages, une suite de fontaines vers
Ie milieu de la cote; Fune d'elles n'est qu'a cent pas de la
maison; on pourra plus tard entirer bon parti. La resolution une fois prise, on ne tarda pas de mettre la main a
Foeuvre. Oncommencapar deblayer, par couper les brous-
sailles et les arbres epars, et avecl'aide de plusieurs habitants, nousy elevames bientdt trois batiments en bois, sous
un seul toit de 90 pieds de longueur. Ils devaient servir
de maisons de travail au frere charpentler, au forgeron et
au menuisier. Un Mtiment a deux etages de 45 pieds sur
35, est aussi en construction et deja bien avance; ce
sera la demeure des Missionnaires.
Une maladie, qui parut contagieuse (le Flux de Sang,)
mais que lesmedecins attribuerent aux eaux malsaines des
rivieres, regnait dans l'Oregon, lors de notre arrivee. Un
grand nombre de sauvages, particulierement parmi les
 Tchinouks et les Indiens des Cascades, en moururent.
II etait pitoyable de les Voir dans leurs petits campements,
presque sans abri,etendus et expirants surle sable,le long
du rivage. Ils tachaient de gagner le fort Vancouver, pour
obtenir le secours du medecin. La plupart de nos matelots
furent attaques du mal; le capitaine surtout m'inspira de
vives inquietudes; je craignis, qu'il ne succombat et ne
put revoir cette famille cherie, sa femme et ses chers
enfants, dont il prenait plaisir a m'entretenir tous les
jours. C'etait un digne homme et un habile marin, je Fes-
timais et je Faffectionnais sincerement. Trois des soeurs
payerent leur tribut a la maladie; le P. Accolti et moi,
nous ne tardames pas non plus a en ressentir les terribles effets. Je dus garder le lit pendant quinze longs
jours, observant la plus stricte diete. Nous eunies tous le
bonheur d'en echapper.
L'hiver approchait rapidement, et malgre mon etat de
convalescence, je ne pus resister au besoin et en meme
temps au desir pressant que j'eprouvais, de revoir mes
chers sauvages des Montagnes, qui aussi attendaient mon
retour avec impatience; c'etait la nouvelle que m'en af ait
donnee le Rev. P. Mengarini, leur missionnaire, qui
etait venu au-devant de moi.
Aujourd'hui, 9 octobre, j'ai le bonheur de me mettre
en route pour les Montagnes-Rocheuses.
« Je suis,
Cher Francois,
Votre devoue Frere
P. J. DE SMET, S. J.
F
Note. Des le9 septembre, en attendant que leur maison fut habitable , les Soeurs commencerent & instruire en plein air les femmes et
les enfants, quisedisposaient a la premiere communion. Le 12, eUes
avaient deja dix-neuf eleves agees de 16 a 60 ans. Toutes ces personnes viennent de loin, apportent des vivres pour plusieurs jours,
BB
 "-\ — 55 —
et couchent dans la forSt, exposees a toutes les injures de Fair. On ne
peut concevoir, combien ces pauvres gens sont avides d'inslruction;
on consacre jusqu'a six heures par jour a leur enseigner le signe de la
croix et les prieres ordinaires. Un jour, on appnt qu'une femme
etait depuis deux jours sans manger; les chiens avaient devore sa
petite provision, et elle n'avait pas voulu retourner chez elle, afin de
ne pas perdre la lecon du catecbisme.
On ne saurait croire, combien les Soeurs sont cheries et respectees 9
et quelles demonstrations de reconnaissance ces Indiennes leur
font; les unes leur apportent des melons, les autres des pommes de
terre, du beurre, des oeufs, etc.
Le couvent n'ayant encore, le 24, ni portes, ni chassis, a eause
de la rarete des ouvriers, on vit ces bonnes Soeurs, les unes s'essayer
au maniement du rabot, les autres placer les vitres, peindre les portes
et les fenetres, etc. Ce qui leur fait si ardemment desirer leur nouvelle habitation, c'est que deja on leur a presente une trentaine de
pensionnaires canadiennes, qui leur procureront les moyens de nourrir
gratuitement les jeunes orphelines, qui se trouvent abandonnees. Ces
jeunes enfants, recueillies chez les Soeurs, pourront ainsi recevoir des
soins spirituels et corporels; mais, pour realiser ce projet, qui promet
de si beaux resultats, il faudrait quelque secours qui permit de leur
fournir des habillements; le produit du pensionnat ne pou vant servir
qu'a leur nourriture. Voici, du reste, le brillant prospectus de ce
pensionnat.
Par trimestre: 100 livres defarine, 251ivresvde lard ou 36 de
boeuf, 4 livres de sain doux, un sac de pommes de terre, 3 galons
de pois, 3 douzaines d'oeufs, un galon de sel, 4 livres de chandelles,
une livre de the, 4 livres de riz.
C'est au mois d'octobre, que les Soeurs sont definitivement entrees
dans leur couvent; le Rev. Mp Blanchet vint peu apres benir leur
«4 chapelle avec toute la solennite possible. Depuis ce moment, elles ont
le bonheur d'avoir tous les jours la Sainte Messe, qu'un des Rev.
Peres missionnaires de la maison de Sl. Francois Xavier vient y cele-
brer. Des les premiers jours de leur installation, elles ont eu encore
la douce consolation de voir faire la premiere communion a une trentaine de femmes, qu'elles avaient instruites et preparees. Ces succes,
obtenus en si peu de temps, ont fait concevoir le projet de former une
seconde maison de ce genre a la ville d'Oregon. Les circonstances
sont tres-favorables a ce nouvel etablissement des religieuses. Mal-
heureusement, la station de Ste Marie du Wallamette fournirait a elle
seule, de quoi occuper douze Soeurs, et elles nesont que six!
Nous apprenons avec plaisir, que Mgr Blanchet se rendra en Europe,
pour y 6tre consacre, et qu'il fera de nouvelles demarches, pour obtenir
encore douze autres religieuses. Fasse le ciel qu'il reussisse, et que le
defaut de moyens pecuniaires ne metle pasun obstacle insurmontable
au grand sacrifice, que, cette fois encore, la pieuse congregation des-
Soeurs de Notre Dame s'imposerait avec la m&ie generosite!
 i££2*«tt
1  f
S.h
i
54
il 11
i :;
II
ii
I
1|!  \{
N° II.
A.    M.   D.    G.
2t Monzt\$nt\xv %gt)es, <&)fyuc ie tlem^ork
Au pied de la Grande Glaciere, une des
sources de la riviere Athabasca.
Monseigneur,
Je n'ai pas oublie mes promesses, et je me rapellerai
toujours avec plaisir les grandes obligations, que j'ai
contractees envers votre Grandeur, dans ces jours, ou
j'avais le bonheur de voyager en votre compagnie. Je
vous adresse aujourd'hui douze lettres des Montagnes-
Rocheuses ; elles renferment la narration de mes excursions de Fannee derniere et des visiles que j'ai faites a
differentes tribus ; je vous y entretiens de tout ce que j'ai
vu et entendu et de tout ce qui m'est arrive dans ma
longue excursion au milieu de nos Montagnes isolees. J'es-
pere, que mes lettres, toutes simples qu'elles sont, vous
consoleront par les nouvelles qu'elles vous apportent,
touchant les progres de notre Sainte Religion, au milieu
des tribus eparses de l'Oregon et parmi les tribus solitai-
taires, qui parcourent les forets, les lacs et les rivieres du
grand fleuve du Nord: FAthabasca. Quatre Pretres du
Diocese de la riviere Rouge exerceront bientot le St.
Ministere dans les plus affreuses regions du Territoire de
1'Hudson-Baie. Qu'il est desolant, que le grand desert
II
■—*■
 de l'Ouest, qui s'etend des Etats-Unis, jusqu'a la base
Orientale des Monts Rocheux, et qui s'avance jusqu'aux
frontieres du Mexique, soit une plage, presqu'entierement
privee de secours spirituels! Ah! quelle belle vigne !
Quel vaste champ se presente au zele du Missionnaire
cathofique! D'apres mes propres observations et celles
de tous nos Peres qui ont traverse ce desert, j'ose affir-
mer, que le travail y serait couronne d'un tres-grand succes. Les Indiens, en general, sont mal juges et peu
connus dans le monde civilise; on forme son opinion sur
ce qu'on voit d'eux dans nos villes et sur les frontieres,
ou u l'eau de feu, | la malheureuse boisson, et les vices
les plus degradants de la civilisation leur ont cause les
plus grands malheurs. A mesure que Fon penetre dans
le desert, on trouve les indigenes mieux disposes; ils
ecoutent avec plaisir les instructions et recoivent avec
empressement et avidite Fheureuse et bonne nouvelle du
salut.
Un Eveque, qui visiterait avec deux ou trois Pretres
les differentes tribus de ce vaste desert, sejournant parmi
chacune d'elles durant quelques semaines, pour les instruire, en obtiendrait le resul tat le plus heureux et le
plus consolant; les guerres cruelles disparaitraient, et, aux
cris de mort et de carnage, qui y ont retenti depuis tant
de siecles, succederaient le chant des cantiques et les
louanges du Tout-Puissant. L'idee de reunir en villages
permanents les nations nomades, qui parcourent les
plaines de Fouest, serait, dans mon opinion, une oeuvre
impossible, ouqui, du moins, demanderait bien du temps.
On pourrait faire de bons chretiens des sauvages, et leur
permettre neanmoins de mener la vie de chasseurs, aussi
longtemps que les bullies, les cerfs, les chevreuils et les
cabris abondent sur leurs terres.
L'interet que je porte a ces pauvres tribus, et Fassu-
ranceque j'ai, qu'elles possedent dans la personne de votre
 n
ii'
1
L j i
InPi
I   1
1
'   •   — 56 —
Grandeur un Protecteur puissant et un sincere Ami, me
pressent ] de faire un appel en leur faveur a votre coeur
Paternel, afin qu'un prompt remede soit applique aux
besoins urgents de ce district des Etats-Unis.
Les blancs sont entoures de soins, de moyens de salut,
et Fon compte par milliers, ceux qui n'en profitent pas et
s'eloignent de la bonne voie; les peaux rouges ont aussi des
ames a sauver, des ames rachetees par le sang precieux
du Sauveur, et par milliers ces enfants, abandonnes dans
le desert, implorent le secours bienfaisant de la Religion.
Je suis avec le plus profond respect et Festime la plus
sincere, me recommandant a vos St9 Sacrifices et prieres,
Monseigneur,
j Votre tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C.
I P. J. DE SMET S. J.
ill
|i
ill l!
f [If     it
ff:
I   1
l!
BR
 57
N° III.
A.    M.    D.    G.
Si Francois Xavier du Wallamette
le 20 juin 1845.
'
Monseigneur ,
Au commencement de Fevrier, je me suis mis en route
pour visiter nos differents etablissements et nos stations \
et pour en ouvrir dfautres parmi les tribus voisines de
nos reductions. Quatre a cinq pieds de neige couvraient
alors toute la surface du pays; et je dusme resoudre a me
rendre en canot d'ecorce, de la Baie des Pends-d'oreilles
jusqu'a la Prairie des chevaux, distante d'environ 250
milles.
Au temps pascal, j'etaisparmi mes chers Tetes-Plates et
Kalispels des Montagnes; ce fut pour moi une grande consolation, de les trouver remplis de zele et de ferveur, dans
Faccomplissement de tous les devoirs des vrais enfants de
la priere. Au grand jour de Paques, tous les Tetes-Plates
qui se trouvaient | Ste Marie, s'approcfi£rent devotement
dela Ste table pendant ma Messe, et environ trois cents
Kalispels, la plupart adultes, de la station de 1 Francois-
de Borgia, vinrent se presenter aux fonds baptismaux.
Cinq chefs se trouvaient dans leurs rangs; les trois prin-
cipaux sont: Sliettiedloodsho, ou le chef des braves- Sel-
pisto, le grand chef, et Chalax, c'est-i-dire, le vetement
blanc, surnomme le jongleur ou le grand homme de
medecine. (Medecine est ici synonyme de jonglerie.)
 fl
;&l
!   .'
iff,
urn
m
If
■    tl:?
IF;   |
fi\
1
I
II
Ij
■>v
Qu'il est doux, de verser l'eau Sainte du Bapteme sur
les fronts rides et cicatrices de ces guerriers du desert!
Qu'il est consolant, de voir ces enfants des plaines et des
forets secouer la poussiere, qui les a couverts si longtemps,
cette profonde ignorance et ces superstitions absurdes,
triste heritage que leur avaient laisse leurs ancetres, apres
se Fetre transmis pendant tant de siecles! Qu'il est beau,
de les voir embrasserlaFoi et toutes ses saintes pratiques ,
avec un empressement et' un zele vraiment dignes des
premiers jours du christianisme !
Vous faire l'histoire de ce§ trois chefs, depasserait les
bornes que je me suis proposees. Qu'il me suffise de dire,
que ces Heros des Montagnes Rocheuses ont ete depuis
des annees la terreur de leurs ennemis. Chalax avait
acquis une grande renommee comme jongleur, et souvent
il avait predit Favenir; s'il faut en croire les Kalispels et
les Blancs qui ont voyage dans son camp, ses predictions
se sont toujours verifiees. II indiquait le jour, Fendroit,
le nombre de Pieds-Noirs, qui venaient a Fattaque du
camp. Interroge relativement a cette affaire, il me
dit avec beaucoup de franchise et de simplicite: « On
3> m'appelle VHomme de Medecine; cependant je n'ai
» jamais aime ni lajonglerie, ni la pratique trompeuse
3> des jongleurs; jerecois toute ma force de la priere.
| Lorsque je me trouve dans les pays dangereux, je
m'adresse au Maitre de la Vie; je lui offre mon coeur et
mon ame, le suppliant de nous prendre en pitie et de
nous proteger contre nos ennemis. Quand une voix
m'avait deja averti de l'approche du danger, je recom-
mandais la prudence et la vigilance dans le camp; car
cette voix ne m'a jamais trompe. Aujourd'hui j'ai une
faveur a vous demander: la voix mysterieuse m'appelle
par le nom de Chalax, et, si vous le permettez, je
desire porter ce nom jusqu'a la mort. I J'y consentis
volontiers, et lui lis l'explication de la belle ceremonie
3>
))
3)
3)
)>
3)
■))
3>
))
wms.
mm
 du vitement blanc qu'il allait recevoir dans le S* Sacrement
du Bapteme. Au beau nom de Chalax, j'ajoutai celui du
Prince des Apotres. C'est ce meme chef, qui, a ma premiere visite aux Montagnes (visite dont je vous ai entre-
tenu deja ailleurs), aide de soixante hommes seulement,
avait soutenu des combats reiteres, durant cinq jours de
suite, contre deux cents loges des Pieds-Noirs. Ceux-ci
furent mis en fuite, laissant 80 morts sur le champ de
bataille, tandis que parmi les Tetes-Plates, un seul homme
recut un blessure mortelle, dont il mourut trois mois
apres, le lendemain de son bapteme.
Je quittai avec regret ces bons Indiens et mes chers
confreres en Jesus-Christ: les Rev.ds Peres Mengarini et
Zerbinati; ainsi que quatre Freres,coadjuteurs, qui tra-
vaillent avec un zele infatigable dans cette portion de la
vigne du Seigneur.
Comme les neiges avaient commence a disparaitre, les
Kalispels de la Baie attendaient mon retour. Je repris mon
fragile canot, conduit par deux Indiens, et je me hatai
de redescendre la riviere a Clark. Jugez de son impetuo-
site: j'avais mis seize jours pour la remonter, je n'en
mis que quatre au retour. Revenu a la Baie avec le Rev.
Pere Adrien Hoeken et plusieurs chefs, je m'empressai
dWaminer les terres de cette partie de la tribu des
Kalispels, afin de choisir un site convenable, a l'etablissement de la nouvelle reduction de S* Ignace. Une
grande prairie d'un sol riche et fertile, s'etendant a
plus d'une lieue et entouree de cedres et de pins; le voisinage de la caverne de la Nouvelle Manrese avec ses
belles carrieres; une longue suite de paturages et une
chute de plus de deux cents pieds, fort propre a Ferection
de plusieurs moulins, semblaient reunis tout expres.
J'abattis les premiers arbres, et, apres avoir pris toutes
les mesures necessaires pour hater les travaux, je partis
pour Walla-Walla, oil je m'embarquai en esquif sur le
 ir
ill
Ii 3
fli
— 60 — ^
fleuve Colombie, pour descendre jusqu'au Fort Vancouver   Le fleuve avait grossi eonsiderablement par la fonte
des neiges et notre course etait rapide. On m'indiqua
l'endroit, ou, quelques mois auparavant, quatre voyageurs
des Eltats-Unis avaient miserablement pen, vietimes de
leur imprudence et de leur presomption.   Avertis de
prendre un guide, ils repondirent  J qu'fls n'en avaient
pas besoin. 1 « Prenez garde, 1 ajouta-t-on, « car le fleuve
est dangereux et traitre. | Le pilote, grand fanfaron,
repliqua avec un rire moqueur :   | Je suis capable de
dicker ma barque, fut-ce a travers le gouffre infernal. |
On leur souhaita un heureux voyage, mais on netait
pas sans inquietude; ce pilote, se disait-on, n'est pas
un Indien  du pays;,ce n'est pas un Iroquois,  ce nest
pas meme un Canadien! Le fleuve recut ces passagers
temeraires. lis pousserent au large; le canot glissait, avec
la rapidited'une fleche,laissant apres lui une longue trace
d'ecume, excitee sous les coups redoubles de la pagaie....
Le premier rapide se presente:   ils s'y  elancent sans
crainte- helas! c'est sans retour ! Arretes soudain par un
tournant, ils font d'impuissants  efforts pour l'eviter:
l'abime se creuse devant eux;  en vain luttent-ils pour
echapper a cette spirale menacante, qui les reclame comme
sa proie.   Tout est perdu; les vofla, lances sur  les
bords du gouffre tournoyant : ils y pirouettent quelques
instants, avecle roseau et la paille; la proue s'enfonce,
et un cri de desespoir, que le mugissement des ondes
rend encore plus lugubre, sortant de l'abime, annonce
au loin, repete par les echos, le nouveau desastre de la Colombie. Le gouffre se referme aussitot, sans laisser aucune
trace de ses malheureuses vietimes. Lecon terrible pour
ceux qui voudraient a l'avenir se risquer sans guide, sur
leredoutable fleuve de l'Ouest.
lift: I
I
 ~ '   ' — 61 — M
Apres une heureuse navigation de cinq jours, nous
debarquames a Vancouver, ou j'eus le bonheur de rencontrer le Pere Nobili, qui, pendant huit mois, tout en
s'appliquant a l'etude des langues du pays, avait exerce
le S.1 Ministere avec grand succes parmi les employes
catholiques du Fort et les Indiens du voisinage. Une
maladie mortelle avait plus que decime ces derniers,
mais tous eurent Ie bonheur de recevoir le Bapteme avant
de mourir.
Nous remontames ensemble en canot Tchinouk la belle
riviere du Multonomak ou Wallamette jusqu'au village
de Champois, a une lieue de distance de notre residence
de S.* Francois Xavier. Tous les Peres etaient venus a
notre rencontre et se trouvaient au debarquement; la joie
de se revoir et de se trouver reunis apres une absence
d'un long hiver, etait bien grande: Les Rev. Peres Ita-
liens s'etaient principalement appliques a l'etude des
langues. Le Rev. Pere Ravalli, par ses connaissances
en Medecine, rendit dans l'exercice du Saint ministere de
grands services a tous les habitants de la mission de Sfc
Paul, car chaque habitation contenait plusieurs malades.... Le Rev. P. Vereruysse, a h. demande de Monseigneur Blanchet, avait commence une nouvelle mission
pkrmi les Canadiens eloignes de Sfc Paul, et avait reussi a
les faire eontribuer a Ferection d'une nouvelle Eglise, dans
un endroit central et peu eloigne de leurs habitations. Le
P. De Vos, le seul de nos Peres du Wallamette qui parle
FAnglais, donne tous ses soins aux Americains, qui sont
deja au-dela de quatre mille. II y a parmi eux plusieurs
families catholiques, et d'autres disposees a embrasser
la foi.
A voir FOregon en ce moment, personne ne saurait
douter des grands progres, que notre Ste Religion y a faits
et de ceux qui s'y preparent pour Favenir. Le Tres-Rev.
Mr De Mers, Grand-Vicaire et Administrateur du diocese
 
— 62 —
pendant Fabsence dc Monseigneur, fait preparer tous les
materiaux pour une cathedrale en briques. II fait con-
struire une belle Eglise a la chute du Wallamette, site
choisi pour la premiere ville de l'Oregon, qui ne date que
de trois ans, et ou deja Fon compte au-dela de cent
maisons. Plusieurs terrains y ont ete assignes par le
respectable Mr Mac Laughlin, Gouverneur de la Baie
d'Hudson, a Fouest des Montagnes Rocheuses, a Fusage
d'un couvent et de deux ecoles. Une Eglise catholique est
en construction au fort Vancouver. Le couvent des Soeurs
de Notre-Dame est tres-avance, et sera sans contredit le
plus beau batiment du Wallamette. On y joint une
Eglise d'environ quatre-vingts pieds de long et d'une largeur proportionnee, sous Finvocation de la Ste Vierge. Ces
religieuses ont deja cinquante pensionnaires. Le petit college
de S* Joseph, sous la presidence du Tres-Digne et Tres-
Rev. Mr Bolduc, prospere et s'augmente; quarante jeunes
gens, la plupart Metis, y recoivent une instruction soignee
et chretienne. Une Eglise en bois a ete batie depuis plusieurs annees au Cowlitz, et Fon y prepare les materiaux
pour la construction d'un couvent, sous la direction du
Rev. Mr Langlois. Notre residence de S* Francois Xavier
est achevee; elle pourra servir plus tard de Noviciat et de
Seminaire aux jeunes missionnaires, pour s'y preparer
aux travaux apostoliques. J'espere, que cette annee (et
les mesures ont ete prises a cet effet) nos Peres du
Wallamette visiteront plusieurs peuplades, qui habitent
les cotes de la mer Pacifique, au nord et au sud de la
Colombie, ou deja les visites de Monseigneur et de son
Grand-Vicaire ont eu de si heureux resultats. En date
du 17 Fevrier 1842, Monseigneur Blanchet ecrivait a
FEveque de Quebec: « Dieu a daign£ benir nos travaux et
I donner de Faccroissement au pain de la parole de la
« vie. Le nom adorable de Jesus a. ete annonce a de
» nouvelles peuplades vers le Nord. Mr De Mers a porte
 65
j>
)>
5)
ses pas jusqu'au fort Langley, sur la riviere Fraser, et
il a confere le bapteme a plus de sept cents enfants,
dont plusieurs jouissent deja du fruit de la grace qui
les a regeneres. » Iff
Dans mes lettres precedentes, je vous ai donne les details de nos Missions: je vousai parle de la conversion de
deux peuplades, les Tetes-Plates et les Coeurs-d'Aiene;
de la premiere communion de ces derniers et d'un grand
nombre de conversions parmi les Kalispels de la Baie, a la
derniere fete de Noel. De 1859, date de l'etablissement
de la premiere Mission dans l'Oregon, jusqu'en Juillet
1845, les Revds Mess, du Canada avaient baptise environ
trois mille personnes. — Le nombre d'employes catholiques aux differents postes de FHonorable Compagnie de la
Baie d'Hudson dans l'Oregon, avec les colons du meme
pays, monte a plusieurs centaines; ce qui, joint aux
2857 baptemes, administres depuis 1841 dans nos differentes missions des Montagnes, donne un total d'au-dela
de six mille catholiques pour l'Oregon... Le grain de
senevecroit admirablement bien et grandit sur cette terre,
autrefois si sterile et si longtemps negligee.
Au mois de juin, le Rev. Pere Nobili, accompagne d'un
frere Novice, quitta le Wallamette, pour aller visiter les
di&erentes tribus de la Nouvelle-Caledonie, deja visitees en
1842-45, par le Rev. Mr De Mers, savoir: les Kameloups,
les Atnans ou Shouwapemoh, les Porteurs ou Ltaoten.
Leur nom varie suivant les divers lieux, que leurs camps oc-
cupent,etaveclaterminaison ten, qui signifie gens, devient
ou Stelaoten, ou Nashkoten, ou Tchilkoten, ou Nakuzeteoten.
Le P. Nobili baptisa 456 enfants. Telle a ete la ferveur et
le zele deces pauvres Indiens, que malgre Fabsence de
tout Pretre, ils ont bati trois Eglises en bois, dans le doux
espoir qu'un Nepapayattok ou Pere, viendrait s'etablir au
milieu d'eux.... Le nombre des employes catholiques est
grand dans les differents forts de ce pays. Les Messieurs
 
— 64 — ; M
de FHonorable Compagnie de la Baie d'Hudson, quoique
protestants, se sont fortement interesses en faveur de ces
sauvages, pour obtenir et faciliter Fentree d'un Pretre
sur les terres de cette partie de leur jurisdiction.
J'ai l'honneur d'etre avec le plus profond respect.
Monseigneur,
Votre tres-humble et tres-obeissantjv
serviteur et fils en J.-C.
P. J. DE SMET S. J.     "§;
m
■ 1
 65
N° IV.
A.   M.    D.    G.
Sl Ignace de la baie des Kalispels
7 Aout 1845.
Monseigneur ?
Quelques jours apres le depart du P. Nobili, qui avait
obtenu une place dans les berges de l'honorable Compagnie
de la baie d'Hudson, je quittai, par terre, la residence de
Sl Francois-Xavier, avec onze chevaux charges de char-
rues, de beches, de pioches, de scies de long et d'outils
de charpente. J'avais pour compagnons le bon Frere Mac
Gil, Irlandais, et deux Metis. Nous rencontrames beaucoup d'obstacles et de difficultes dans les Montagnes-des-
Cascades, ou les eaux descendent partout en torrents
dans cette saison de Fannee, et roulent avec une telle im-
petuosite sur les gros blocs de roches, dont leurs lits sont
parsemes, qu'on ne les traverse qu'avec mille perils et des
dangers continuels... Dans les etroites vallees de ces Montagnes , les Rododendrums etaient toute leur beaute et
toute leur force. Hauts de quinze a vingt-cinq pieds et
minis par milliers, ils y forment des bocages, ou leurs
branches s'entrelacant, presentent de magnifiques voutes,
semees de bouquets innombrables, incarnats, rouges et
blancs, et ou se peignent toutes les nuances de la rose.
La route, que nous traversames, etait parsemee d'osse-
ments de chevaux et de boeufs, tristes souvenirs des ca-
lamites que i'autres voyageurs avaient eprouvees dans ces
mr-
 If
It
II
III
66
n
)>
3)
n
j)
parages. Nous pass&mes au pied de la Montagne Hood,
qui domine toutes les autres. Le Capitaine Wyeth, en la
voyant du sommet des Montagnes Bleues, en parle avec
enthousiasme. « Le voyageur, en s'avancant vers Fouest,
voit les pics eleves des Montagnes-des-Cascades a une
distance de cent soixante milles; — plusieurs s'elevent
a seize mille pieds au-dessus du niveau de la mer.
» Toutes les autres perspectives en Amerique, comparees
» a celle-ci, s'evanouissent. D'un seul endroit, j'ai con-
)> temple sept hautes montagnes de cette chaine, s'eten-
dant du Nord au Sud; — leur blancheur eblouissante,
leurs formes coniques et escarpees, leur donnent les
» apparences d'immenses pains de sucre.   »
Nous employames vingt jours a nous rendre du Wallamette a Walla-Walla, par des landes desertes et ondoyan-
tes, qui ne produisent que Fabsynthe, le cactus, le gazon
en touffes et d'autres especes d'herbages et de plantes,
propres aux terres steriles et sablonneuses.... Le gibier y
est rare: on yvoit cependant de grosses perdrix ou faisans,
des avocettes, plusieurs petits oiseaux d'especes nouvelles,
des lapins et des lievres; les Salamandres y fourmillent;
les Armadillos s'y rencontrent frequemment, surtout
dans le voisinage des Grandes Dalles.
Le Fort Walla-Walla se trouve au 46°2' de latitude, et
a la longitude de 119°50'. II est entoure de sables; ses
environs offrent Faspect des deserts de FArabic L'embouchure de la riviere Walla-Walla n'en est eloignee que d'un
mille. Ses bas-fonds, lorsqu'ils sont arroses, sont fertiles
et Fon y cultive avec succes le mais , le froment, Forge, les
patates *et toutes sortes de legumes. Ils ont aussi au Fort
desvaches, des pores en grand nombre et des bandes
considerables de chevaux.
Je vous ai parle plusieurs fois du desert Nez-perce et
Spokan; je n'ai plus rien a ajouter au recit, que je vous ai
fait de cette triste region* A mesure cependant qu'on ap-
 — 67 —  '
proche des Montagnes Bleues, vers FEst, les plairfes de-
viennent plus fertiles et plus belles; elles sont coupees par
d'innombrables petites fourches, dont les eaux sont pures
et saines. Les vallons, qui bordent la montagne, sont tres-
pittoresques, fertiles en riches paturages et couvertes de
belles forets de pins, de sapins, de pluches et d'epinettes;
c'est dans ces riantes prairies, que resident les Nez-perces
et les Kayuses. Ils possedent une grande quantite de chevaux ; quelques families en possedent jusqu'a quinze cents.
lis cultivent avec succes le ble, les patates, les pois et
plusieurs autres legumes et fruits. C'est de tout l'Oregon
la region, qui offre de plus beaux paturages; meme en
hiver, les animaux y trouvent une nourriture abondante
et n'ont pas besom d'abri pour se garantir du froid; car
le climat y est fort tempere; les neiges, ainsi que les pluies
excessives et durables, n'y sont pas connues.
J'arrivai avec tous mes bagages k la Baie des Kalispels,
vers Ie milieu de juillet. Depuis mon depart au printemps,
le nombre des neophytes y avait augmente. Le jour de
FAscension, le Rev. P. Adrien Hoeken avait eu le bonheur
debaptiser cent adultes. Pendant mon absence, on y avait
construit quatre maisons en bois, et prepare tous les materiaux , pour la construction d'une petite Eglise avec un
cnamp clos de quatre-vingts arpents. Le nombre des Kalispels baptises, adultes et enfants, monte aujourd'hui a
plus de quatre cents. Ils sont tous remplis de zele et de
ferveur; ils mettent la main avec courage a la hache et a
la charrue, determines a laisser la vie nomade et a se
procurer une demeure et une existence fixes.
Les belles chutes de la Colombie, appelees les Chau-
dieres, dans le voisinage du Fort Colville, ne sont
qu'a deux petites journees de distance de la nouvelle residence de S* Ignace. Huit a neuf cents sauvages s'y trouvaient reunis, pour la peche du saumon. Je m'y rendis,
rcsolu de passer avec eux la neuvaine de notre illustre
 IS i'i.
•■■ !•
/ \'f>
— 68 —
Fondafeur. Pendant les quatre dernieres annees, un grand
nombre deces Indiens avaient eule bonheur d'etre visites
pafeles Robes-noires, et avaient recu le bapteme... Ils
me riecurent avec une tendresse et une joie vraiment filia-
les... Je fis dresser ma pauvre petite chapelle en joncs,
sur une eminence, au milieu des huttes Indiennes. —
Elle representait au naturel le pelican du desert, recueil-
lant sous ses ailes et nourrissant avec amour ses petits
encore tendres, mais avides d'une nourriture substantielle.
Chaque jour, je fis trois instructions, auxquellesles Indiens
assistaient avec toute Fassiduite et Fattention desirables.
La fete de S* Ignace fut pour moi Fannee derniere, un
jour d'epreuve et d'inquietude; mais aussi un jour de
protection speciale de la Providence sur nous, un jour
dont j'aime a rappeler le souvenir. Il se termina si heu-
reusement et surtout si glorieusement, que tous mes compagnons, j'en suis sur, n'en perdront jamais la memoire,
et en rendront d'eternelles actions de graces a Dieu. Sans
carte, sans eonnaissance de l'embouchure, nous traver-
s&mes, ce jour-la, la dangereuse et redoutable barre de la
Colombie, comme portes sur les ailes des Anges!!! Cette
annee, j'ai passe la fete de S* Ignace au milieu des travaux,
mais de ces travaux si doux au coeur du missionnaire, et
qui, par la consolation qu'ils apportent, le recompensent
au centuple de toutes les privations, les peines et les fatigues qu'il endure.
Plus de cent enfants me furent presentes pour le Bapteme, ainsi que onze vieillards, dont plusieurs portes
sur des peaux, semblaient n'attendre que le jour de
la regeneration, pour aller se reposer dans le sein de leur
Divin Sauveur. Le plus ancien d'entr'eux, un Okinagane,
etait aveugle et presque centenaire; il me dit entr'autres
ces touchantes paroles : p Ma vie a ete longue sur la terre,
» et mes pleurs n'ont cesse de couler. — Je pleure encore
5> tous les jours, car j'ai vu mourir tous mes enfants. —
9P
 69
3)
»
3>
)>
W
3)
Tons mes anciens amis ont disparu. -—Je me trouve
3> dans ma nation isole et comme au milieu d'un peuple
» etranger. — Les souvenirs seuls m'occupent et ils sont
» tristes et amers. Toutefois, je trouve une consolation :
» — J'ai evite la compagnie des mechants. — Jamais je
» n'ai voulu me joindre a eux, ni dans leurs vols, ni dans
leurs batailles, ni dans leurs meurtres. Aujourd'hui la
joie a penetre jusqu'au fond de mes entrailles. — Le
Grand Esprit m'a pris en pitie. — J'ai recu le Bapteme.
— Je lui en rends grace. — Je lui donne mon coeur et
ma vie. |
J'avais employe tous mes moments de loisir pendant
la neuvaine a les preparer a recevoir dignement le
S* Sacrement de la regeneration. Une Messe solennelle
fut celebree, pendant laquelle les Indiens chanterent deg
cantiques a la louange de Dieu. — Les ceremonies du
bapteme eurent lieu ensuite et tout se termina dans l'ordre le plus parfait, au grand contentement et a 1 edification §e tous les sauvages.
Cette reunion offrait un aspect vraiment grandiose: le
vaste rocher, le bruit sourd des grandes chutes, qui reten-
tit au loin dans la solitude, sur les bords du puissant fleuve
de l'Oregon, quand ses eaux impatientes forment un immense et impetueux torrent; se precipitent a travers un
dedale de rochers, et, comme autant de colonnes transpa-
rentes, s'elevent de toutes parts en jets d'eau, ou se pei-
gnent aux rayons du soleil les riches couleurs de Farc-en-
ciel. Tout contribuait a donner un plus vif interet aux
belles ceremonies du jour... Outre les Indiens Shuyelpi
ou Chaudieres, on y voyait des Indiens des grands lacs
de la Colombie, des Okinaganes, des Sinpoils, des
Zingomenes, et plusieurs Kalispels r qui m'avaient accompagne pour me servir de catechistes et de ehantres. J'ai
donne le nom de Sfc Paul a la station des Shuyelpi; celle
des grands lacs de la Colombie, ou le Pere Hoeken doit
i
 i.iiiiij*'^*5^"■ e* K
; . • J   4* 70 —    .. ^   -        ,g
bientot se rendre, pour continuer Finstruction et pour
baptiser tous les adultes, a ete placee sous le Patronage
de p Pierre.
Ma presence au milieu de ces bons Indiens n'interrompit
pas leur belle et abondante peche. Un enorme panier fut
attache a une pointe saillante du rocher et les superbes
poissons de la Colombie venaient s'y jeter en foule et
comme par enchantement. Sept ouhuit fois le jour, on
vidait le panier, et chaque fois, on y trouvait jusqu'a
250 saumons. Dans Fintervalle, les dardeurs ranges sur
le rocher, plongeaient et replongeaient leurs dards avec
tant de dexterite, que presque jamais ils ne manquaient
leur proie.
Hors de l'Oregon onm'accusera peut-etre d'exageration.
J'ose affirmer pourtant, qu'on pourrait compter les
cailloux, semes avec profusion sur les deux bords du fleuve
Colombia, aussi facilement, que les poissons de differentes
especes qu'il renferme. Qu'on en juge par Fenorme con-
sommation qui s'en fait. Comme le buffle des plaines a
l'Est des montagnes, le poisson a FOuest est la seule
nourriture des peuples qui habitent ces regions. Lorsque
le saumon et les autres poissons remontent les rivieres,
les tribus Indiennes se rendent en foule sur tous les
points les plus favorables a la peche. Non-seulement
elles y trouvent une nourriture abondante durant toute
cette saison; mais la quantite des poissons qu'elles prennent est si grande, qu'en les sechant, en les pulverisant
et en melant a cette poudre l'huile que le poisson fournit,
elles peuvent, avec un peu de prevoyance et de travail, se
procurer des provisions suffisantes pour le reste de
Fannee.
Des multitudes innombrables de saumons remontent
jusqu'aux sources des rivieres et y meurent epuises et
faute d'eau. Les truites et une espece de carpes les suivent
en foule, et se regalent du frai que les premiers deposent
111 1
III
 71
dans les trous et les remous des rivieres. Au printemps
suivant,les petits saumons descendent vers la mer, et
Fon dit (j'ignore sur quelle autorite) qu'ils ne retournent
que la quatrieme annee. On trouve dans les eaux de la
Colombie six differentes especes de saumons.
Le 4 du mois d'Aoiit, je quittai les chutes des chau-
dieres, accompagne de plusieurs Metis de la nation des
Cries, afin d'aller examiner un champ qu'ils avaient choisi,
pour Ferection ou le site d'un village. Je trouvai la terre
propre a Fagriculture et fertile; plusieurs batiments y
etaient deja en construction. J'ai donne le nom de S*.
Francois Regis a cette nouvelle reduction, ou un grand
nombre de Metis et de chasseurs a castor ont resolu de
venir se fixer avec leurs families.
Le 6, je traversal la haute montagne des Kalispels et
j'arrivai vers le soir a la Reduction de Sfc Ignace. Les
Rev. PP. Hoeken et Ravalli avec deux Freres coadjuteurs,
dirigent cette interessante petite colonic De Sl Ignace,
ils iront evangeliser les differentes peuplades du voisinage;
telles que les Zingomenes, les Sinpoils, les Okinaganes,
les stations de S* Francois-Regis, de S* Paul et de S*
Pierre, les Arcs-a-plats et les Koetenais. Je me propose
de visiter sous peu ces deux dernieres tribus, ou jamais
pretre n'a penetre, pour y preparer les voies k la reception de leurs Missionnaires futurs. Ces differentes peuplades , terme moyen, comptent chacune environ cinq cents
ames.
J'ai l'honneur d'etre avec le plus profond respect et
Festime la plus sincere,
Monseigneur ,
Votre tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C,
P. J. DE SMET S. J.    :■
 aSSm
72 —
Br [?•■
N° V.
A.   M.   D.   G.
Station de FAssomption, Arcs-a-Piats
17 Aout 1845.
Monseigneur ,
Le 9 du mois d'aout, je continual ma route vers le
pays des Arcs-a-Plats. Les sfcntiers se trouvaient encore
inondes, par la grande crue des eaux; je preferai remon-
ter la riviere a Clark ou aux Tetes-Plates en canot d'ecor-
ce, et j'envoyai mes chevaux a travers les forets epaisses
qui bordent la riviere, m'attendre au grand lac des
Kalispels.
Je fis ici une rencontre imprevue et bien agreable :
comme nous approchions de la foret, nous en vimes sortir
une douzaine de cavaliers en habits dechires, conduits
par un gentilhomme en guenilles et a grand chapeau
rabattu: tout leur exterieur annoncait qu'ils avaient laisse
maiates reliques dans les forets presqu'impenetrables du
pays Koetenai, qu'ils venaient de traverser. Le gentilhomme me salua par mon nom, avec les marques d'une
ancienne connaissance. Je rendis le salut, en m'informant
a qui favais l'honneur de parler. Une petite riviere nous
separait, et, avec un sourire, je recus pour reponse:
« Attendez, que je me trouve sur l'autre bord, et la,
vous me connaitrez. » Ce n'est pas un chasseur a castor,
me disais-je, et sous cet habit en guenilles, sous se mediant chapeau, je ne pouvais pas facilement reconnaitre
 - _ 73 —     \   fft   .
un des principaux membres de l'Honorable Compagnie de
la Baie d'Hudson, le digne et respectable Mr Ogdon.
J'avais eu l'honneur et le bonheur en 1842, de voyager
avec lui dans sa berge, de Colville jusqu'au fort Vancouver,
et l'on.ne saurait trouver de societe plus interessante et
plus agreable que celle de ce digne Monsieur. II faut voyager dans le desert, etre isole, loin de ses freres et de ses
amis, pour concevoir la consolation et la joie d'une pareille
rencontre... Mr Ogdon avait quitte FAngleterre au mois
d'Avril dernier, accompagne de deux officiers du genie.
Je recus avec plaisir les nouvelles recentes de FEurope,
mais la question de FOregon me parut un peu alarmante;
car ce n'etait pas la curiosite et Ie plaisir de voyager, qui
avaient conduit ces deux Messieurs a travers tant de contrees desertes, et qui leur faisaient hater leur course vers
l'embouchure de la Colombie. Ils avaient ordre de leur
gouvernement, de prendre possession du cap Desappoin-
tement, d'y arborer Ie drapeau Anglais et d'y eriger une
forteresse, pour s'assurer de Fentree du fleuve. Dans la
question de FOregon, John Bull, (1) sans trop parler,
va droit au but et s'empare du poste le plus important du
pays^ Uncle Sam, (2) au contraire, se perd en paroles,
s'emporte et tempete; il a passe des annees en debats et
en controverses inutiles, sans faire un effort pour s'assurer de son droit reel ou pretendu* Ceux, a qui Ie pays
appartient en realite, les pauvres indigenes de l'Oregon,
sont les seuls qu'on ne consul te pas; leur destinee sera
sans doute celle de tant de malheureuses tribus, qui,
apres avoir vecu paisiblement durant des siecles, du produit de la peche et de la chasse, disparaitront enfin,
vietimes des vices et de Finfluence meurtriere de la civilisation modernc.
(i) L'Anglais. (2) L'Americain.
G
 II
ii
ilal
1;;
•    - .      ;|    _   74   _ . _
Du grand lac la route vous conduit aux Arcs-a-Plats,
a travers des forets epaisses, remplies d'embarras (arbres
abattus) de lacs, de marais et de bourbiers affreux, d'ou
les pauvres betes de somme ont de la peine a se tirer;
mais, lorsqu'au sortir de la foret, le voyageur contemple
d'un plateau eleve, la riante vallee qui s'offre tout-a-coup
a ses regards; ces deux beaux lacs, qui y entretiennent
partout une riche et delicieuse verdure; cette magnifique
riviere des Arcs-a-Plats ou Mac Gilvray, qui serpente en
tous sens, il oublie le passe et se sent dedommage des
tristes vues et des fatigues d'une longue journee demarche.
Cette partie de la vallee des Ares-a-Plats ressemble
beaucoup aux deux vallees des Coeurs-d'Alenes: meme
fertilite de terrain, memes marecages, memes lacs; de
beaux paturages, desboeages de saules et depins, de hautes
montagnes, couvertes jusqu'au sommet de forets epaisses,
des bas-fonds, ou les cedres deploient toute leur majeste
et leur magnifique feuillage, et, comme dit Racine,
« Cachent dans les cieux
Leur front audacieux. »
il I
ng pi
ii
I
m
La riviere dans cet endroit, profonde et tranquille,
roule lentement ses eaux; mais, a la fonte des neiges, elle
deborde et se precipite avec une telle impetuosite, qu'elle
dechire ses bords, et, dans sa course furibonde, entraine
des arbres, des fragments de rochers et tout ce qui vou-
drait s'opposer a son passage. Alors toute la vallee est
inondee en peu de jours; elle n'offre plus au regard, que
des lacs et des marais immenses, separes entr'eux par
quelques lisieres de bois. C'est par ce moyen, que la
Providence, toujours bienveillante envers ses creatures,
vient au secours des malheureuses peuplades, qui habitent
ces regions, et fournit liberalement a leurs besoins. Les
lacs et les marais, qui se forment au printemps, se rem-
 ~~  >     ' — 75 —       ~ f ■-
plissent de poissons, qui y restent enfermes comme dans
des reservoirs naturels, a Fusage des habitants. Ils y four-
millent en si grande abondance, qu'on n'a que la peine de
les retirer de l'eau et de les preparer pour la chaudierc
Une telle existence n'est toutefois que precaire; les
sauvages n'ayant pas fait des provisions suffisantes, sont
obliges ensuite d'aller a la recherche des racines, des
grains et des fruits. Tels sont: le buisson epineux, qui
porte un fruit noir, agreable et doux; les boutons de
roses; les cerises a grappes; le cormier; les framboises;
les senelles; les pambines; le Wappatoo (Sagitta Folia),
racine bulbeuse tres-nourrissante; la racine amere, dont
le nom denote assez la qualite et qui est cependant tres-
saine; elle croit dans des terres legeres et seches, ainsi
que le Caious ou racine a biscuit: la premiere est mince
et de forme cylindrique, la seconde est d'un farineux
insipide; elle remplace cependant assez bien le pain et
ressemble dans sa forme a de petitsradis blancs; la patate
d'eau, biilbe ovale et verdatre, qui se prepare comme les
pommes de terre, mais qui ne les vaut pas; le petit oignon ; Foignon doux, qui porte une tres-belle fleur f dans
le genre des Tulipes; les fraises, qui sont delicieuses et
tres-communes. Je pourrais augmenter ce catalogue, en
y ajoutant une liste des fruits et des racines detestables i
dont les sauvages se nourrissent (ils mangent tout dans ce
genre), mais que des estomacs civilises ne pourraient
supporter. Je ne puis toutefois passer sous silence la
racine du Kamash (le Sxaylo des Indiens) et la maniere
remarquable dont on la prepare: cette racine est tres-
abondante, et c'est, a mon gout, la racine reine de ces
regions.
C'est un petit oignon blanc, fade avant la cuisson, noir
et sucre apres Foperation. Quand les femmes, armees de
batons pointus et recourbes, se sont procure par un travail
long et fatiguant une certaine quantite de ces oignons \
 76
elles creusent un trou de trois a quatre decimetres de
profondeur, et d'un diametre proportionne a leur ri-
chesse: elles en couvrent le fond d'un pave bien uni,
qu'elles font rougir au moyen d'un grand feu. Apres avoir
retire avec soin toutes les braises, elles recouvrent ces
pierres d'herbes vertes ou de foin mouille, sur lesquelles
elles versent leur Kamash: vient ensuite une autre couche
de foin mouille, puis une d'ecorce, enfin un tas de terre,
sur laquelle elles entretiennent une espece d'incendie,
pendant 50, 60 et quelquefois 70 heures: la Kamash
acquiert ainsi une consistance a peu pres egale a celle de
vos jujubes; elle se reduit quelquefois en pains de diverses
dimensions.  Elle est excellente, surtout cuite avec la
viande; elle se conserve longtemps, pourvu qu'on ne la
mouille pas.
Aussitot que les produits de la peche et de la recolte sont
epuises, les Indiens s'elancent a la poursuite des animaux
de la foret, des plaines et des montagnes. S'ils ont peu cle
succes a la chasse, leur faim devient si extreme, qu'ils se
trouvent reduits en dernier lieu a la Mousse, ressource
toujours abondante de ceux qui jeunent, et beaucoup plus
facile a obtenir que la Kamash; c'est le parasite d'un gros
pin, fort commun dans ces contrees; de ses branches
pend en grande quantite une mousse noiratre, qui parai-
trait, au premier abord, plus propre a bourrer un matelas,
qu'a soutenir la vie humaine. Lorsqu'on s'en est procure
une bonne quantite, on la trie, pour en oter toute substance heterogene; puis on lui fait subir la cuisson, dont
j'ai parle au sujet de la Kamash. La mousse se forme alors
en couches epaisses, compactes, adherentes les unes aux
autres. C'est la plus chetive des nourritures; elle reduit
en peu de semaines a un etat pitoyable de langueur.
Tels sont les Arcs-a-Plats. Ils ne connaissent ni Industrie, ni art, ni science: les mots mien et tien leur sont a
peine connus. Ils jouissent en commun des faveurs, que
 la nature leur accorde spontanement; et, comme en general le sauvage est etrangement imprevoyant, ils passent
souvent d'une grande abondance a une extreme disette.
Aujourd'hui, ils se rempliront le corps a toute outrance,
le lendemain et souvent plusieurs jours de suite se pas-
seront dans une abstinence totalc Cependant les deux
extremes leur sont toujours egalement pernicieux: les
figures cadavereuses et sans vie, que je rencontrai parmi
eux, m'offrirent une triste preuve de ce que j'avance.
J'etais arrive a temps parmi les Arcs-a-Plats, pour etre
temoin de leur premiere peche et du grand festin, qu'ils
celebrent tous les ans a cette occasion. Les hommes seuls
ont le privilege d'y assister... Un feu d'environ cinquante
pieds de long etait allume, et des monceaux de cailloux,
de la grosseur d'un ceuf de dinde, se trouvaient sur les
braises. Quatre-vingts hommes etaient ranges autour
de ce feu, chacun avec sa chaudiered'osier, remplie d'eau
et de poissons; la salle ou ce festin extraordinaire se don-
nait, etait construite en nattes de joncs: elle avait trois
ouvertures ou portes, une a chaque extremite, pour servir d'entree aux convives, et une troisieme au milieu,
pour donner passage aux poissons. Toutes les mesures
etant prises et chacun a son poste, le chef fit une courte
harangue d'encouragement a son peuple et finit par une
priere de supplique au Grand Esprit, dans laquelle il
demandait une peche abondante. II donna le signal, et
tous les hommes, armes de deux batons applatis aux
bouts, en guise de pincettes, retirerent les cailloux du milieu des braises et les mirent, chacun dans sa chaudierc
Ils renouvelerent cette operation a deux differentes reprises , et les poissons furent cuits dans Fespace de quelques
minutes. Enfin ils s'accroupirent et commencerent le
festin, evitant avec le plus grand soin de briser ou de
detacher les arretes du poisson, condition, sine qua non,
d'une abondante peche: une seule arrete brisee serait de
 ft! il
m
imv
; ■ — 78 —
mauvais augure, et le coupable devrait etre aussitot exclu
de la bande des pecheurs, ou sa presence serait nuisible
et porterait infailliblement malheur. On trouve dans le
grand lac et dans la riviere des Arcs-a-Plats une espece
d'Esturgeon, qui a souvent six, dix et quelquefois douze
pieds de long. Les sauvages s'en emparent en le percant
de dards.
Cette annee, comme toutes celles que j'ai passees jus-
qu'ici au milieu des sauvages, FAssomption de la Ste
Vierge Marie fut pour moi un jour de consolation et de
bonheur. J'avais eu le temps de tout preparer pour les
ceremonies de cette belle fete. Grace aux instructions et
aux bons conseils d'un brave Canadien, Mr Berland, qui
a ldngtemps reside parmi eux en qualite de Traiteur, je
trouvai la petite bande des Arcs-a-Plats, docile a la grace
et parfaitement disposee a embrasser la Foi Chretienne.
Ils connaissaient deja les principaux articles de la Religion et ils chantaient distinctement plusieurs cantiques
en Francais et en langue Indienne. lis sont environ 90
families. J'y celebrai la premiere Messe qui ait ete dite
sur leurs terres... Apres les saintes et augustes ceremonies
de FAutel, quatre-vingt-douze de leurs petits enfants
recurent le bapteme, ainsi que dix adultes d'un age tres-
avance... Ils etaient tres-attentifs et tres-assidus a toutes
mes instructions. Dans la soiree eut lieu la plantation de
la croix, aussi solennelle que les circonstances le permi-
rent. L'humble etendard du Dieu Sauveur s'eleva sur les
. bords du lac, au bruit d'une salve de quatre-vingts coups
de fusils. A ses pieds, la tribu entiere fit au Grand Esprit
Foffrande de son coeur, promit un attachement inviolable
a tous les devoirs des vrais enfants de la priere et detrui-
sit entierement ce qui restait de ses jongleries et de ses
anciennes superstitions. La Station recut le beau nom de
VAssomption... Sous la protection de Marie, cette bonne
Mere, dont ils n'ont cesse de chanter les cantiques depuis
 — 79 —
plusieurs annees, nous esperons, que la religion s'affer-
mira et fleurira de plus en plus au milieu de cette
interessante peuplade, ou regnent encore dans toute leur
vigueur Funion, la simplicity, Finnocence et la paix. Ils
desirent ardemment de s'adonner a Fagriculture, dont je
leur expliquai les avantages, et ils recurent avec la plus
grande joie la promesse, que je leur fis, de leur envoyer
des semences et quelques outils.
Je me recommande a vos SS. Sacrifices et j'ai l'honneur
d'etre dans les SS. Coeurs de Jesus et de Marie, de votre
Grandeur,
Monseigneur,
Le tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C.
P. J. DE SMET S. J.
■
 Q
N° VI
A.    M.    D.    G,
m 111
I! fi
Km
1
Haute Traverse de la riviere des Arcs-a-Plats ?
3 septembre 1845.
Monseigneur,
Les Arcs-a-Plats et les Koetenaissont connus dans lepays
sous le nom de Skalzi et ne forment qu'une seule peuplade, divisee en deux parties. La route, qui conduit a ces
derniers, change d'aspect a chaque instant: d'abord vous
traversez de belles et claires forets de sapins rouges, de
pluches et d'epinettes legerement ondoyantes; vous en-
trez ensuite dans des forets epaisses, qui se presentent
comme le nee plus ultra du desert; c'est la, que, la hache
en main, il faut se frayer de nouveaux sentiers, pour evi-
ter les nombreux embarras, causes par les chutes dime
infinite d'arbres, que les tempetes de Fautomne ont abat-
tus et entasses les uns sur les autres.
Les forets dont je vous parle, sont partout si epaisses,
qu'on y perd de vue son guide, a la distance d'une dou-
zaine de verges. Le moyen le plus sur pour ne pas s'ega-
rer en les traversant, c'est de se fier entierementa la
sagacite de son cheval; il suit toujours fidelement les
autres betes de somme, qui ouvrent la marche: cent fois
je me serais perdu sans cet expedient.... Je ne saurais vous
le cacher, ces tristes lieux font naitre dans Fespritidu
voyageur des idees sombres et sinistres, qui, le jettent
dans Finquietude et Fangoisse; mille fantomes effraient
«p
 >L
— SI —
l'imagination, comme si Fon etait condamne, a ne jamais
sortir de ces labyrinthes, qui servent de repaires aux
Ours et aux Pantheres.
Le sentier serpente dans le voisinage de la riviere, et |
de temps en temps, il permet aux yeux de se reposer sur
quelques-uns des tableaux les plus agreables, qu'elle
presente dans son cours. Le sentier coupe les pointes ou
deviations de la riviere, partout ou le sol rocailleux le
permet. A un endroit, qu'on appelle le Portage, la riviere
traverse une gorge de montagnes ou plutot de rochers
escarpes d'une hauteur effrayante. C'est a travers ces
obstacles, en appareiice insurmontables, qu'il faut, au
risque de perir cent fois, voyager Fespace de huit milles
environ. Tout ce qu'on peut imaginer de plus difficile, de
plus effrayant et de plus dangereux en fait de chemin, s'y
rencontre. Ce ne sont que montees et descentes a pics,
que precipices affreux, que glacis longs et etroits. A
chaque pas, la vue du danger glace le sang dans les veines
et couvre tous les membres d'une sueur froide. Plusieurs
fois je fus oblige de me trainer comme un chat, et, a
chaque passage, je remerciais le Seigneur, comme si je
venais d'echapper a la mort avec toutes ses angoisses. Au
milieu de cette masse informe de rochers, les eaux se
sont fraye un passage, sous mille aspects differents: ce
sont des chutes, des tourniquets, des gouffres capables
d'engloutir les plus gros arbres; ici, le doux murmure
des ondes; la, le mugissement sourd du torrent impe-
tueux, d'une chute, d'une suite de cascades; Foreille en
est ^tourdie, tandis que l'ceil contemple en Tneme temps,
une succession de pointes saillantes et d'iles rocheuses,
legerement garnies de cedres et de cypres.
Aux pieds des Montagnes du Portage, se trouve un
immense plateau tres-eleve, qui offrirait dans les pays
populeux un site magnifique pour la construction d'une
grande ville. Les montagnes, qui Fenvironnent, sont
 PI
iii
i
il Ml;
■ im:
•|. : —    82    —■   . • '-
majestueuses et pittoresques; elles me rappelaient les
montagnes Mapocho, qui entourent la belle capitale du
Chili (Santiago). De leurs cimes, d'innombrables petits
ruisseaux descendent dans la plaine, et Farrosent dans
toute son etenduc La belle riviere la Chute la traverse,
et a sa base coule tranquillement la Riviere des Arcs-a-
Plats... Les forets et les carrieres y sont inepuisables; des
monceaux de charbon de terre, que j'ai vus le long du
rivage, indiquent, que ce precieux mineral n'y manque
pas. Que ne deviendrait pas cette immense solitude
aujourd'hui si triste, sous Finfluence d'une civilisation
bienfaisante, dirigee par le christianismc Le pays des
Skalzi n'attend que le travail et Findustrie de l'homme
laborieux et industrieux. Le plomb y est si abondant, que
dans plusieurs endroits il se trouve en monceaux sur la
surface du sol meme, et d'une qualite si belle, qu'il y a
peu de doute, qu'il ne soitmele avec une certaine quantite
d'argent. Pauvres et malheureux Indiens! ils foulent aux
pieds, sans les connaitre, en les meprisant meme, tant de
tresors eaches! Ils se contentent de la peche; ils vivent
de racines et de fruits; ils poursuivent paisiblement
les animaux de la foret; ils regardent avec surprise,
mais sans inquietude, Favidite avec laquelle, l'homme a
peau blanche, la pale figure vient examiner ces pierres
luisantes de leur territoire. Ah ! ils trembleraient les
pauvres innocents, s'ils connaissaient l'histoire de cette
longue liste de peuplades, qui ont disparu de la terre et
dont les noms survivent a peine; s'ils savaient, que toutes
les provinces, qui recelaient autrefois ces richesses dans
leur sein, ont ete envahies par la cupidite et desolees par
une civilisation cruelle, qui n'a apporte aux Indiens que
des vices, et en a fait partout les tristes vietimes de
l'egoi'sme et des passions mauvaises.
Nous arrivames, apres quelques jours de marche, a la
prairie de Tabac, la residence ordinaire des Koetenais.
 I»
,1
m
till
■-; V    " ■ V       __ 84 —
ceremonies de la plantation de la croix, qui s'eleva dans
les airs, saluee par une decharge de tous les fusils du
camp. Puis tous les chefs, a la tete de la peuplade, vinrent se prosterner au pied de ce touchant symbole du
consolant et sublime mystere de la mort du Dieu Sau-
veur, et firent a haute voix Foffrande de leurs coeurs a
celui, qui s'en declare le Pasteur et le Maitre....
Cette station a recu le nom de YImmacule Cceur de
Marie. Un de nos Peres visitera bientot les deux branches
de cette peuplade. Une mission de quelques semaines,
donnee avec zele et perseverance, procurerait a plus de
sept cents adultes le bonheur de devenir les dignes enfants de FEglisc
Le jeune les pressait fortement a mon arrivee; ils me
prierent neanmoins de rester plusieurs jours parmi eux
et de leur donner de bons avis et de salutaires conseils,
avant qu'ils se divisassent en petites bandes, pour aller
chercher de quoi vivre dans les defiles des montagnes....
Le 50 aout, je fis mes adieux aux Koetenais. Deux
jeunes gens de la tribu se presenterent, pour m'accom-
pagner et pour me servir de guides jusque dans le pays
des Pieds-Noirs; un troisieme Indien, adroit chasseur et
mon interprete, completait ma petite escorte. Je continual
ainsi ma route vers les sources, appelees la Tete de la
Colombie. Le pays que nous travers&nies est tres-pittores-
que; il est agreablement diversifie par des belles prairies,
emaillees de fleurs et d'arbustes de differentes especes;
par des vallees riantes et des lacs, entoures de ces nobles
forets vierges, ou n'a jamais encore retenti le bruit de la
*hache, et qui conservent dans la solitude toute leur
vigueur et toute leur magnificence. Elles sont entrecou-
pees par un grand nombre de fourches et de ruisseaux,
descendant avec impetuosite des chaines des montagnes,
qui se presentaient a notre droite, comme autant de
barrieresimpenetrables. De la prairie de Tabac jusqu'aux
II
mm
 — 85 —
sources de la Colombie, nous trouvames le sentier beau et
praticablc
Je suis avec le plus profond respect, en union de vos
prieres et SS. Sacrifices,
Monseigneur,
Votre tres-humble et tres-obeissant
serviteur en J. C.
*§P. J. DE SMET. S. J.
■ii
 — 85 —
C'est une belle et vaste plaine, entouree de deux plateaux
eleves, dont les pentes douces et regulieres, couvertes de
cailloux arrondis par les eaux, paraissent etre les rives
dessechees d'un immense lac, qui aurait couvert toute
cette plaine, a une epoque plus reculee,
Je n'y trouvai qu'une trentaine de loges de Koetenais:
la disette avait force un grand nombre de families a
traverser la grande montagne, avant mon arrivee, pour
s'approcherdes grands animaux, tels que le Buffle, FOrig-
nal, le Caribou et la Biche. Ceux qui restaient me
recurent au bruit d'une longue fusillade et avec Fempresse-
ment, la joie et toutes les demonstrations d'une affection
sincere et filialc Plusieurs me montrerent leur journal,
c'est-a-dire un baton carre, sur lequel ils avaient marque
les jours et les semaines, depuis que je les avais visites
dans le voisinage du grand lac Tete-platev Ils comptaient
deja quarante-un mois et quelques jours.
Mr Berland s'est donne parmi les Koetenais, comme
parmi leurs confreres les Arcs-a-Plats, beaucoup de soins,
pour entretenir les bonnes dispositions, dans lesquelles
ces braves gens se trouvent. Tout ce que je leur avais
recommande dans ma premiere visite, autant qu'ils
avaient pu s'en souvenir, se pratiquait a la lettre, et avec
la plus grande exactitude. C'etait le moment de decider
quelques points dc controverse, mal compris ou mal inter-
pretes par quelques-uns dans ma premiere visite. Ils
chantent des cantiques en francais et en Tete-Plate, font en
commun les prieres du soir et du matin, et observent
strictement le Dimanche.
Le jour qu'on celebre la Fete du Cceur Immacule de
Marie, j'y chantai la grand' Messe et je pris possession,
au nom de Dieu, de cette nouvelle terre, ou le Pretre
penetrait pour la premiere fois. J'administrai ensuite le
bapteme a 105 personnes, dont vingt adultes. Ce beau
jour, comme parmi les Arcs-a-Plats, se termina paries
ill
 86
N° VII.
A.     M.     D.     G.
Aux sources de la Colombie
Septembre 1845.
Salut, roche majestueuse,
Futur asile du bonheur;
De ses tresors le Divin Coeur
T'ouYre aujourd'hui la source heureuse.
(Cantique Tete-Plate.^
Monseigneur ,
Le 4 de septembre, vers midf, je me trouvai aux sources de la Colombie. Je contemplai avec admiration ces
montagnes pierreuses et gigantesques, d'oii le grand
fleuve s'&happe majestueux mais turbulent, meme a sa
source, pour devenir dans sa course vagabonde le plus
dangereux des fleuves de l'Ouest de l'hemisphere Americain. Deux beaux petits lacs de quatre a cinq milles de
longueur, formes par une infinite de ruisseaux et de
sources, recoivent ses premieres eaux.
Ma tente fut placee sur le bord de la premiere fourche,
qui vient lui payer son tribut, et qu'on voit descendre de
cascade en cascade, des rochers inaccessible^ qui s'elevent
a la droite. Quels rochers! Quelle varietede figures ils vous
offrent! Le fantastique sous toutes ses formes; Fagreable,
le plaisant et le sublime s'ypresentent tout a-la-fois, dans un
m£me Coup-d'oeil, et, pour peu que l'imagination vienne
aider Fillusion, on y decouvre aussitot des chateaux de Fan-
cienne chevalerie errante avec leurs nombreuses tourelles,
   f:_ 87 —  f: '
des forts entoures de mursetdebastions, des palais, des
cathedrales enfin surmontees de domes et de tours.
Au moment ou je parus en vue des deux lacs, des
nuees d'oiseaux aquatiques, des poules d'eau, des canards
de plusieurs especes, des sarcelles, des cormorants, des
grues, des outardes et des cygnes en couvraient toute la
surface; tandis que l'interieur des lacs fourmillait de
saumons, epuises de fatigues, enarrivant au terme de
leur longue course. A Fentree du second lac dans un en-
droit peu large etpeu profond, je les vis passer par grosses
bandes, laceres et mutiles par les nombreux rapides, les
cascades, les dalles et les chutes, qu'ils avaient rencontres
dans leur pelerinage maritime. C'est une procession non
interrompue, qui dure des semaines et des mois. A peine
le croira-t-on: les saumons sont querelleurs! Je fus temoin
des terribles coups de dents, qu'ils se donnaient mutuelle-
ment. Les deux lacs leur servent de tombeaux; ils y
meurent en si grand nombre, que souvent Fatmosphere
en est infectee a une distance considerable.
En Fabsence de l'homme, Faigle, le vautour, le loup,
Fours gris, Fours noir et Fours brun, y viennent en grandes bandes, pour faire la peche, a cette saison de Fannec
lis guettent leur proie sur Ie bord de la riviere et a
Fentree des lacs. Le bee, les dents, les griffes leur
tiennent lieu de crochets et de dards. De la, lorsque la
saison des neiges commence, les ours reprennent, gros et
gras, le chemin de leurs tannieres, au fond des forets et
dans les creux des rochers pour y passer les quatre tris-
tes mois de l'hiver dans une indolence complete, n'ayant
d'autre amusement, d'autre occupation, que de sucer teurs
quatre pattes. S'il faut en croire les Indiens, chaque patte
occupe Fours une lune (un mois), et, la tache accomplie,
il se retourne sur l'autre cote et commence a sucer la seconde, et ainsi de suite. Je vous dirai ici en passant, que
tous les chasseurs et les Indiens remarquent, que c'est un
 *
I
^      —      88      — :*ft '■
casrare, qu'une ourse soit tu^e avec ses petits dans Ie
corps, et cependant on les tue dans toutes les saisons de
Fannee. Ou vont-elles ? Que deviennent-elles, pendant Ie
temps qu'elles portent leurs petits ? C'est un probleme
encore a resoudre dans nos montagnes.
Dans une epoque, qui, selon toute probalite est peu
eloignee, lorsque Findustrie, les sciences et les arts pene-
treront avec Femigration dans les mille et mille vallees
des Montagnes Rocheuses, vallees qui se presentent, si
j'ose m'exprimer ainsi, comme autant de veines, capables
de faire circuler la vie dans un corps bien robuste, bien
etendu et bien vaste, les sources de la Colombie deviendra
un point tres-important. Le climat y est delicieux; le froid
et la chaleur n'y sont pas excessifs; les neiges y disparais-
sent absorbees par Fair, a mesure qu'elles tombent. La
vallee recompenserait au centuple la main laborieuse,
qui travaillerait son sol fertile; des troupeaux innombra-
bles d'animaux trouveraient toute Fannee leur nourriture
dans les paturages, ou les fontaines et les sources entre-
tiennent la fraicheur et Fabondance. Les coteaux et les
pentes des montagnes sont en general garnis de forets
inepuisables, ou dominent le larix, Fepinette, le cedre et
Ie cypres.
Dans la plaine, entre les deux lacs, se trouvent de belles
fontaines, dont les eaux, chargees de substances calcaires,
forment en s'ecoulant un rocher de tufeau, semblable a
une immense cascade congelee ou changee en pierre. Ces
eaux sont douces et claires et de la meme temperature que
le lait, qui sort du pis de la vache. La description, que
donne Chandler de la fameuse fontaine de Pambouk Kalesi
ou Fancienne Hierapolis de FAsie Mineure, dans la vallee
de Meandre, pourrait etre litteralement appliquee aux
fontaines chaudes de la Tete de la Colombie. Le coup-d'oeil,
qui se deployait devant nous, etait si merveilleux, que la
desljription, pour en donner une faible ressemblance doit
ill
 — 89 —
etre romantique. Nous contemplames avec admiration
cette vaste pente, qui de loin nous avait paru de craie, et
qui de pres se deploya, comme une immense cascade con-
gelee; sa surface ondoyante ressemblait a une eau subite-
ment arretee ou soudainement petrifiee dans sa course
rapide.
Le premier lac de la Colombie ne se trouve guere qu'a
deux milles et demie de la riviere des Arcs-a-Plats, et
recoit une partie de ses eaux pendant les grandes crues
du printemps. Un bas-fond les separc Les avantages, que
la nature semble avoir accordes a la Tete de la Colombie,
rendront un jour sa position gieographique tres-avanta-
geusc La main industrieuse et habile de l'homme civilise
en ferait un petit paradis-terrestre.
Le Canadien! Quel est Fendroit du desert, ou il n'ait pas
penetre? Le monarque, qui gouverne aux sources de la
Colombie, est un honnete habitant de Sl Martin (district de
Mont-Real), qui, depuis vingt-six ans, se trouve dans Ie
d&ert. La peau du caribou et de Forignal sont les materiaux, dont son palais portatif est compose", et, pour me
servir de ses propres expressions , il s'embarque d
cheval avec sa femme et ses sept enfants et il debarque
ou prend terre partout ou il veut; il se trouve seul maitre du pays, et Polk et Peel (1), qui se disputent en ce
moment ses domaines, sont aussi fnconnus a notre carabi-
nier, que les deux plus grandes puissances de la Iune...
Son sceptre, c'est un piege a castor; sa loiT c'est sa carabine.
L'un sur Ie dos et l'autre sur Ie bras, il visite ses nom-
breux sujets a poil: Ie castor, la Ioutre, le rat musque,
la marte, le pecan, le renard, Fours et le loup, Ie mouton
et la chevre blanche des montagnes, le chevreuil a qdfeue
noire, aussi bien que son cousin a queue rouge; le cerf, le
caribou, Forignal; tous respectent son sceptre et se sou-
(1) L'Americain et TAnglais^
L
 m
— 90 —
mettent a sa lot; il exige et recoit le tribut en cliair et en
peaux.... Entoure de tant de grandeurs, paisible posses-
seur de tous les chateaux, de tous les palais, de tous les
forts, dont je viens de faire mention; seigneur solitaire
de ces montagnes majestueuses, qui &event jusqu'aux
nues leurs cimes glacees, Morigeau, (c'est son nom),
n'oublie pas son devoir de chretien. Tous les jours, soir et
matin, on le voit entoure de sa petite famille reciter pieu-
sement ses prieres.
Depuis plusieurs annees, Morigeau desirait ardemment
de voir un pretre; lorsqu'il apprit que j'allais passer a la
Tete de la Colombie, il s'y rendit en toute hate, pour
procurer a sa femme et a ses enfants Finsigne bonheur du
bapteme. Cette faveur leur fut accordee, le jour de la
Nativite de la St0 Vierge, ainsi qu'aux enfants de trois
families Indiennes, qui le suivent dans ses differentes
migrations. Ce fut un jour solennel pour le desert! L'au-
guste sacrifice de la Messe y fut offert; Morigeau s'appro-
cha devotement de la Sainte Table: sa femme, ses enfants
et dix petits Indiens furent regeneres dans les SS. Eaux
du bapteme: la benediction nuptiale eut lieu ensuite au
pied de Fhumble autel. En memoire de tant de bienfaits,
une grande croix fut plantee dans la plaine, appelee depuis
la Plaine de la Nativite.
Je ne puis quitter mon bon canadien, sans faire une
mention honorable de sa cuisine, royale a la sauvage. Le
premier plat qu'il m'offrit, contenait deux pattes d'Ours.
— Ailleurs, ce ragout aurait pu causer quelque appre*
hension; on aurait pu croire, qu'on avait devant soi deux
pieds d'hommes, tant la ressemblance etait grande. Un
pore-epic, cuit a la broche, fit ensuite son apparition,
accompagne d'un muffle d'orignal, qui avait bouilli toute
la nuit, et qui etait vraiment delicieux; la grande chau-
diere enfin, contenant une espece d*Hotch-potch ou Sal-
migondis, fut placee au milieu des convives et chacun en
*"ii!
il
 — 91 —
lira un morceau selon son gout: depouilles de vaches,
de buffie, cotelettes de biche, queues de castor, perdrix,
tourtes, lievre, et un bouillon substantiel.
J'ai l'honneur d'etre avec le plus profond respect et
l'estime la plus sincere,
Monseigneur,
Votre tres-humble
et tres-obeissant serviteur en J.-C.
# P. J. DE SMET S. J.
 — 92
N° VIIL
A.    M.    D.    G.
Au pied de la Croix de la Paix,
15 septembre 1845.
i
Monseigneur ;
Le 9, nous fimes nos adieux a Morigeau et a sa famille,
ainsi qu'a ses compagnons de chasse, les Sioushwaps.
Nous quitt&mes la vallee superieure de la Colombie par un
petit sentier, qui nous eut bientot conduit a une etroite
gorge de montagne, ou penetrait a peine la lumiere du
jour, interceptee par des masses colossales de rochers. Le
grand, le beau, le sublime se reunissent, pour former ici
les plus singuliers et les plus fantastiques combinaisons.
— Bien que le granit grisatre y predomine, nous rencon-
trames une masse enorme de porphyre granit a veines
blanches. Ca et la, dans ses flancs dechires, et partout ou
se trouve une poignee de poussiere, le pin audacieux et
immortel prend racine, melant sa sombre verdure aux couleurs variees de ces rochers imposants. De ces sentiers aux
mille detours, sepresentent souvent de pittoresques points
de vues, des perspectives ravissantes. Entoure de mu-
railles gigantesques, on voit la nature etaler aux regards,
dan^ toute leur magnificence,.les spectacles les plus varies. — Le pluche et le cedre s'elancent majestueux dans
ces forets antiques et venerables; le gracieux peuplier
balance dans les airs son panache d'emeraude, qui souvent
ondoie sous les coups de la tempete mugissante, tandis que,
   — 95
au-dessus des rocs denteles, le pin immobile projette ses
sombres et religieux ombrages. Lebouleau, sortant d'une
terre tapissee de mousse, etincellc, semblable a une co^
lonne d'argent, et porte comme un diademe d'or ses
feuilles d'iutomne, au milieu des terebinthes azures et
des genevriersga baies pourprees, qui repandent leuit
parfums dans ces forets humides et ces fraiches vallees.
Apres une journee de marche a travers ces spectacles
d'une nature primitive, nous arrivames sur les bords de
la riviere des Arcs-a-Plats, a Fendroit, ou d'innombrables
torrents, s'elancant avec impetuosite de tous les flancs des
montagnes, viennent se reunir pour former cette riviere
superbe. De loin on entend le sourd et continuel mugis-
sement de ses eaux, qui roulent sur un lit de rocher avec
une effrayante rapiditc Nous les traversames, pour aller
tenter le passage d'une gorge encore plus terrible, ou les
eaux du Vermilion se sont violemment fraye une route.
Ici tout frappe d'etonnement, tout est d'une sublimite
sauvage dans cette profonde mais turbulente solitude.
Des monfeypes saillantes s'elevent, semblablesadestours
etS|des domes religieux, d'ou l'homme peut communi-
quer avec le ciel ;de tous cotes s'ouvrent des precipices me-
nacants;le bruit etourdissant et perpetuel des eaux mugis-
santeset vagabondes, imiteles eclats de la tempete, lorsque
sauvage etdechainee, elle se precipite comme le genie de
la liberte. Ici la riviere s'eiance avec fracas dans un gouffre,
d'ou elle sort bientot ecumante, rentreo^is son lit et
semble se jouer a travers le&joncs; puis elle roule de chute
en chute, de cascade en cascade, franchissant dans sa
course une longue suite de rapides; plus loin, se cachant
sous les ombrages epais des cedres et des pins, elle epanche
ses eaux brillantes et pures comme le cristal dans un bas-
sin spacieux, ou elle semble se reposer un moment,
pour continuer avec une nouvelle impetuosite sa course
vagabonde.
 iff'
— 94 —
Entendez! de ces forets impenetrates s'echappent des
bruits harmonieux. C'est le cri du cerf genereux, qui ap-
pelle sa compagne; c'est Foriginal, le plus vigilant des animate, qui sonne Falarme; il a entendu le craquement de
la branche, il a respire le vent qui lui vient du chasseur.
— Un bruit confus se fait entendre sur la montagne: les
yeux se tournent vers les cimes glacees, et Fon apercoit
un troupeau de cariboux perches sur des bancs de neige;
reveilles a l'approche de l'homme, ils partent, et en un instant ils ont disparu au milieu de ces pics inacessibles. Les
chevreuils viennent de temps a autre deployer leurs formes gracieuses; ils se cachent, bondissent; tout-a-coup,
les oreilles dressees comme des pointes de lances, ils
s'arretent pour observer, puis reprennent leur course et
s'enfoncent enfin dans la foret. — « Regardez ces taches
rondes et blanches sur la crete et les flancs du rocher, me
dit mon guide, elles montent, descendent. | « Ce n'est done
pas de la neige, m'ecriai-je ? » C'etaient des troupeaux de
chevres blanches: insouciantes et tranquilles, elles se
jouaient au milieu de ces precipices affreux, hors de la
portee du chasseur le plus intrepide.
Un monstrueux animal, Fours gris, qui dans nos montagnes remplace le lion d'Afrique, ne se contente pas
de rugir et de menacer le temeraire, qui ose mettre le
pied sur ses domaines; un horrible grincement de dents
annonce Fexplosion de sa rage. Mais souvent un coup de
carabine bien vise lui repond et Foblige de faire une pro-
fonde reverence; on le voit alors se rouler dans lapoussiere,
mordre le sable inond£ de son sang et expirer. — Le cri
per$ant de la panthere, le hurlement du loup sont la
musique ordinaire du desert. — On en fait peu de cas. —
Lepetit lievre des montagnes, qui n'a pas plus de six pou-
ces et dont la biographie n'a point encore trouve place
dans l'histoire naturelle, s'amuse parmi les debris des
rochers etdeploie une activite extraordinaire; tandisque
Hfl
 — 95 —
son voisin, le paresseux pore-epic, s'arrete perche sur utf
cypres, dont il ronge Fecorce; il voit d'un air stupide et
indifferent Fadroit chasseur, qui le recherche pour la de-
licatesse de sa chair et auquel il echappe rarement.
L'industrieux castor, vigilante sentinelle, annonce notre
arrivee a sa famille en frappant l'eau de sa queue. Aussitot
le rat musque plonge dans son etang; la loutre quitte ses
jeux'et se glisse sur le ventre dans les roseaux; le timide
ecureuil saute de branche en branche, jusqu'a ce qu'il soit
arrive au sommet touffu d'un cypres, qui lui sert de re-
traite.Lamartes'elance d'arbre en arbre et s'ensevelit sous
le feuillagc Le siffleur, le pecan et la belette regagnent
leurs gites. Le renard se hate,et une fuite rapide peut
seule sauver sa pelisse argentee; le blaireau, enfin trop
eloigne de sa demeure creuse le sol sablonneux et s'y ense-
velit tout vivant, pour echapper a toute poursuite; mais sa
riche fourure est destinee a ceindre les reins d'un Indien,
et les efforts reunis de deux hommes suffisent a peine
pour Farracher a ce lieu de refuge et lui donner la mort.
Le soir, qui preceda notre sortie des sombres labyrin-
thes de ces forets, une scene ravissante vint nous recreer.
Lorsqu'elle apparait apres un combat desastreux, sa vue
console le coeur afflige du guerrier sauvage. Du sommet
de la montagne, nous contemplames la danse des manitous
ou des esprits, et Ventree glorieuse des guerriers defunts
dans le pays des ames.
De vastes colonnes de lumiere, aux splendeurs variees,
semblaient se jouer et se balancer dans les cieux : quel-
ques-unes sous des formes perpendiculaires, d'autres
semblables a des vagues ondoyantes; elles se cachaient,
puis se montraient a differentes reprises et sous divers
aspects, jusqu'a ce qu'enfin tout l'horizon parut illumine
des plus brillantes clartes. Toutes ces masses de lumiere
se reunirent au zenith et se separerent ensuite sous une
multitude de formes. Vaurore boreale est un phenomene,
 — 96 —
que je contemple toujours avec admiration et plaisir...
Tout ce qu'on voit, tout ce qu'on entend dans cette solitude impenetrable, est tout a la fois agreable et instructif;
tout frappe, captive, eleve Fesprit vers FAuteur de la nature: Mirabilia opera Domini!!!
Le 15, apres plusieurs journees de fatigues, de peines,
et apres bien de nouveaux sujets d'admiration, nous tra-
versames le sommet de la montagne, qui separe les eaux
de la Colombie de celles du Sascatshawin, Fancien fleuve
Bourbon avant la conquete du Canada par les Anglais.
C'est le plus grand tributaire du lac Winnepeg; il se de-
charge dans la Baie d'Hudson, par la riviere Nelson, au
58° degre de latitude Nord.
Aux sources de ces deux fleuves, la croix a ete elevee.
Puisse-t-elle etre un signe de salut et de paix pour toutes
les tribus eparses a FEst et a l'Ouest de ces montagnes gi-
gantesques! Sur le cypres, qui devait servir a la construction de la croix, Faigle, Fembleme du guerrier Indien, se
trouvait perche. Le chasseur le visa et Fabattit; mais
jusque dans sa chute, le noble Roi des oiseaux paraissait
conserver toute sa fierte.
Nous dejeunames sur le bord d'un beau petit lac, au
pied de la croix de la Paix, d'ou j'ai l'honneur dedater ma
lettre, en vous assurant de mon profond respect et de mon
estime sincere, recommandant aux prieres de votre Grandeur ce vaste desert, ou tant d'stmes precieuses'gemissent
encore sous Fempire de Satan,
Monseigneur,
Votre tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C.
P. J. DE Smet, S. J.
nw
mm
 97
N°   IX.
A.   M.   D.   G,
Camp Assiniboin, 26 Septembre 1845.
Monseigneur;
Une descente a pic nous conduisit bientot dans une
riche vallee, agreablement diversifiee par de belles prairies, de superbes forets, des lacs, ou la truite commune
et la truite saumonee sont en si grande abondance, que
dans Fespace de quelques minutes nous en primes a la
ligne assez, pour fournir a un excellent repas. La vallee
est bordee de chaque cote par une chaine de rochers
pittoresques, dont les cimes superbes, s'elevant en forme
de pyramides, vont se perdre dans les nuages. Les fameux
monuments Egyptiens de Cheops et de Cephrene ne sont
plus rien, en face de ces pics aux gigantesques proportions.
Ji.es pyramides naturelles des Monts-Rocheux semblent
un defi, jete a toutes les constructions. Elles servent d'ap-
pui aux nuages, qui viennent s'y reposer et couronner
leur front.... La main du Seigneur en a jete les fonde-
ments: il a permis aux elements de les faconner; elles pro-
clament dans tous les siecles sa gloire et sa toute-puissance!
Le 18 septembre, apres trois jours de marche, nous
quittames cette delicieuse vallee; le sentier nous conduisit a travers une montagne, dont la coupe escarpee n'offrit
que des obstacles, et fut pour nos hommes et pour nos
chevaux, la cause d'un grand nombre de contusions.
Pendant six heures, nous avions a nous frayer un passage
 1R ii
If
iii
II
,|IS
ill'
M. ~ 98 —
a travers les debris des rochers et les embarras d'une immense foret brulee, ou des milliers d'arbres a moitie
consumes, couvraient la terre dans tous les sens: toute
trace de vegetation avait disparu. Je n'avais jamais con-
temple des restes d'une incendie, plus lugubres et plus
desolants.
Nous arrivames, dans la soiree, sur les bords de la
Riviere-des-Arcs ou Askow, et nous y dressames notre
tente solitaire. Ici, nous apercumes les premiers vestiges
d'un parti sauvage. Cinq jours auparavant, neuf loges
d'Indiens y avaient campc Tout fut examine soigneuse-
ment. Etaient-ce des Pieds-Noirs ? mon guide etait de cet
avis: le meme jour, nous avions vu deux boueanes
s'elever du bord de la plaine, que ces barbares parcou-
rftnt... Mes compagnons semblent hesiter, a mesure que
nous penetrons sur les terres de ces redoutables Pieds-
Noirs. Ils me racontent enfin leurs reves sinistres et
vculent me detourner de mon projet. L'un dit: « J'ai
ete devore par un ours, dans mon somwieil; •» l'autre :
« fai vu des corbeaux et des vautours (oiseaux de mauvais
augure) planer au-dessus de la tente de notre Pere. » Le
troisieme « avudusang. » Je leur raconte a mon tour,
le recit d'une de mes sentinelles du desert, le prototype
de la vigilance, du courage et surtout de la naivete; le
voici en vers:
t?
Dans les horreurs de la nuit sombre ,
Rien de plus stir, mes yeux ont vu
Des sauvages la mechante ombre,
Qui par trois fois a reparu.
Plein de courage, je m'elance,
Ou plutdt, je veux m'elancer,
Quand du fer de sa longue lance
L'ombre accourut pour me percer.
Fidele au poste, aux armes! aux armes
L'lndien! m'ecriai-je, l'lndien!
Soudain le camp tout en alarmes
S'eveille et voit — QUE JE DORS BIEN.
'":
 ,    — 99 —
Mes guides sourient k ce recit, et semblent comprendre,
quelle importance j'attache a ces sortes de reves. « Ad-
vienne quqpourra? disent-ils, nous ne vous abandonne-
rons point, jusqu'a ce que nous vous voyions en surete. »
Je ne demandais pas mieux.
Je ne puis cependant me faire illusion: je me trouve
enfin sur ces plages, le theatre de tant de scenes sanglantes , pres de ces peuples barbares et ennemis des blancs,
d'ou peut-etre je ne reviendrai jamais. Dans sa rage
effrenee, a la nouvelle de quelque parent tue, par caprice
souvent, le Pied-Noir porte le coup mortel au premier
etranger qu'il rencontre, lui arrache la chevelure, et
abandonne aux loups et aux chiens les membres palpitants
de la malheureuse victime, qu'il immole k sa vengeance,
a sa haine ou a ses superstitions... Que vais-je devenir?
Mille inquietudes, je vousl'avoue, m'assiegent; la pauvre
nature, ce timide et fragile mens homo, s'effraie quelquefois; il voudrait regarder en arriere et ecouter des reves.
— Mesdesirsme poussent et me crient: En avant! Je
mets toute ma confiance en Dieu. — Les prieres de tant
de freres et de tant de bonnes ames m'encouragent et
m'animent. Je ne m'arreterai pas vis-a-vis d'un danger
incertain. —j Le Seigneur sait bien, quand il lui plait,
adoucir ces coeurs cruels et sans pi tie. II s'agit du salut des
ames, de la conservation de la Mission de Ste Marie, ou
les incursions des Pieds-Noirs sont si frequentes. Quelle
autre consideration pourrait me detourner d'un projet,
que j'ai nourri dans mon coeur depuis ma premiere visite
aux Montagnes ?....
Le 19 et le 20, nous suivimes les traces de nos devan-
ciers inconnus et nous les trouvames de plus en plus
fraiches. J'envoyai mes deux guides a la decouverte,
pour sonder le terrain et connaitre, a qui nous allions
avoir a faire. L'un d'eux revint vers le soir avec la nou-
vellels, qu'i avaient trouvd une petit camp dsAssiniboins
 — 100 —
des Forets ; qu'ils en avaient ete tres-bien recus; qu'une
maladie, dont deux personnes etaient mortes peu de jours
auparavant, regnait parmi eux, et que tous manifestaient
un grand desir de me voir.... Nous les rejoignimes le lendemain, pour faire route ensemble pendant quelques
jours.
Les Assiniboins des Forits ne sont guere qu'une cin-
quantaine de loges ou families, divisees en plusieurs bandes. On les voit rarement dans les plaines; la foret est leur
element, et comme chasseurs et comme guerriers, ils s'y
distinguent d'une maniere remarquable. Ilsparcourent les
montagnes et les bois suivant les differentes fourches et les
branches diverses des sources du Sascatshawin et de
FAthabasca. L'agriculture leur est inconnue; ils vivent
exclusivement de petits animaux, tels que moutons,
chevres, chevreuils et surtout pores-epics, dont cette
region fourmille. Lorsque la faim les presse, ils ont
recours aux racines, aux graines et a Fecorce interieure
du cypres. Ils ont peu de chevaux et font tous leurs
voyages a pied et par petits campements... De grand
matin, tous les chasseurs prennent les devants et pendent
aux arbres, le long de la route, le fruit de leur chasse.
Leurs pauvres femmes, ou disons plutot, leurs esclaves |
ayant souvent deux enfants sur le dos et plusieurs autres
qu'elles trainent apres elles, suivent lentement les traces
de leurs maris et ramassent en passant, ce que ceux-ci ont
tue: elles conduisent une longue filede chiens, charges
de tout leur petit menage et des provisions.... Chaque
famille en possede une bande de six a douze; chaque
chien peut porter de 50 a 50 livres... Ce sont sans con-
tredit les animaux, dont l'existence est la plus malheu-
reuse; ils recoivent de leurs tendres maitres et maitresses
plus de coups de batons, que de morceaux a manger.
Ces chiens sont les voleurs les plus adroits et les
plus   incorrigibles. qu'on  puisse  rencontrer   dans les
 -|;.' ~      f-     ■    — 101 —
forets. Chaque soirr il faut necessairement pendre a des
arbres tout ce que Fon possede, ou le mettre hors de
la portee de ces animaux voraces et affames; de
plus il faut se barricader dans sa tente pour la nuit
et Fentourer de branches; car tout ce qui est cuir,
tout ce qui a appartenu a un etre vivant, ces fourbes
adroits Femportent et le devorent.... Je les traite peu
charitablement, me direz-vous; ne vous en etonnez pas.
Un beau soir, j'avais neglige d'etablir une barricade autour
de ma tente; eh bien! je me trouvai le matin sans sou-
liers, sans col a ma soutane et moins une jambe a me&
culottes de peau.
Le chef de ce petit camp me racontait, que Fhiver
dernier, un homme de sa nation, reduit a Fextremite (et
les cas ne sont pas rares) avait mange successivement sa
femme et ses quatre enfants. Le monstre s'enfonca ensuite
dans la foret, sans qu'on ait pu savoir ce qu'il est devenu....
Le Reverend Mr Bolduc, Missionnaire de l'Oregon, rap-
porte dans son journal, qu'a Akena, une des iles Gambier,
il vit une vieille femme, qui, sur huit maris qu'elle avait
eus, en avait mange trois pendant un temps de disette. Je
rapporte ce dernier fait, pour montrer le revers de cette
triste et affreuse medaille. ||
Les Assiniboins ont la reputation parmi leurs voisins
d'etre querelleurs, jaseurs et jaloux; par suite de ces
mauvaises qualites, les batailles et les meurtres sont
communs parmi eux, et^ela, toutes les divisions dans
cette petite peuplade... Tous les soirs, je leur fis une
instruction par trucheman: ils parurent assez dociles,
quoiqu'un peu timides; car ils avaient ete visites plusieurs
fois par des personnes, qui avaient diffame les Pretres et
la Religion? Je rendis a leurs malades tous les petits
services, qui furent en mon pouvoir; je baptisai six de
leurs petits enfants et un vieillard moribond, qui n'a
survecu que deux jours a sa regeneration spirituelle et
 SB Ll
!J  |i%
1-
1
Vv'l
liii'i
1111
m :«11
11
j«|
1 ■ ■    'sis
I.     1
ill
m
il
MM
— 102 — .;j|: ■
qui a ete enterre avec les prieres et toutes les ceremonies
de FEglisc
La proprete ne figure pas parmi les vertus domestiques de
l'lndien: sous ce rapport, les Assiniboins montrent une indifference et une ignorance encore plus prononcee, qu'aucun
de leurs voisins: ils sont sales au-dela de toute expression:
la vermine les devore et ils devorent la vermine. Un sauvage, que je reprenais par plaisanterie sur ce genre de
eruaute: « N'as-tu pas honte, lui dis-je, de mordre ces
pauvres petites betes ? — Elles m'ont mordu les premieres; fai droit de repre'sailles, » fut sa replique.
Un jour j'assistai par complaisance a leur festin
du pore-epic: c'etait a faire bondir Festomac le plus
intr^pide et le plus aflame. A defaut de nappe et de
vaisselle, les chemises de cuir de quelques convives, lui-
santes de crasse, et ou (passez-moi l'imagepeu ragoutante)
maitres poux fourmillaient, furent en un instant otecs et
etendues sur le sol: ce fut sur ce couvert, qu'on coupa et
qu'on distribua la viande; a leur tour, les cheveux firent
l'office de serviettes, quand il fallut s'essuyer les mains.
Comme le pore-epic a naturellement une odeur forte et
desagr^able, c'est a peine, si Fon peut supporter ceux qui
se nourissent de sa chair et se frottent le corps de sa
graisse... Une bonne vieille, le visage tout barbouille du
sang de cet animal (car elle etait en deuil) me presenta un
plat de bois rempli de bouillon: la cuillere en corne de
mouton, dont je devais me servir, etant mal-propre et
couverte de graisse, elle eut la complaisance de la lecher,
avant de la mettre dans ma soupe. Si un morceau de
viande seche, ou tout ce qui se prepare pour la cuisson,
a besoin d'etre nettoye, la cuisiniere se remplit la bouche
d'eau et la fait jaillir avec force sur ces differents objets...
Un plat, considere delicieux parmi les Indiens, se prepare singulierement et meriterait vraiment un brevet
d'invention: les femmes seules s'en occupent. Elles tra
il
If
 103
vaillent d'abord avec des mains crasseuses le sang d'un
animal; ensuite elles font bouillir ce sang, mele d'eau;
enfin elles rcmplissent la chaudiere de viande et de graisse
hach&s, mais hachees avec les dents: souvent une demi-
douzaine de vieilles sont occupees, durant des heures entires k la preparation de ce singulier ragout: elles machent
et remachent, bouchee par bouchee, ce qu'elles font passer ensuite dans la marmite, afin de composer le fameux
hachis ou les fricandeaux des Monts-Rocheux. Ajoutez a
tout cela, en forme de dessert, un gros plat rempli de
eroutes, faites avec des fourmis et des sauterelles broyees
Ct sechees au soleil, et vous connaitrez a peu pres les
friandisesd'une table Assiniboine.
Le pore-epic Americain, YHystrix dorsata, est appeie
le castor epineux par quelques naturalistes modernes. En
effet, ces deux animaux se ressemblent sous bien des rapports : ils sont de la meme grandeur, de la meme forme
et habitent la meme region; Fun et l'autre ont a l'extremite
de chaque machoire deux dents longues, fortes, aigueset
tranchantes. Le pore-epic, comme le castor, a un double
poil: le premier est long et doux, le second est encore
plus doux et ressemble au duvet et au feutre; ses epines
sont courtes et presque couvertes de poils.
Les Tetes-Plates nomment le pore-epic, le frere du
castor, et racontent qu'anciennement ces deux animaux
vivaient en famille; mais que Findolence et la paresse du
premier, ainsi que sa grande aversion pour Feau, ayant
contribue" plusieurs fois a les faire decouvrir a leurs ennemis communs, les castors, reunis en conseil, se decla-
rerent, a Funanimite des voix, contre Funion... Les
castors done se prevalurent du beau temps, et inviterent
leurs freres epineux, a faire une longue excursion,
parmi les genevriers et les cypres de la foret. Les
paresseux insouciants s'y remplirent le corps, des bouts
de branebe du premier de ces arbres et de la tendre ecorce
.it.
 < ii .1
1
iff
— 104 —
de l'autre; ils s'etendirent ensuite sur un lit de mousse et
dormirent d'un long et profond sommeil. C'etait le moment convenu, pour le depart des vigilants castors et pour
leur separation d'avec les indolents pores-epics.
Les Assiniboins des plaines sont plus nombreux, que
leurs confreres des forets, et comptent au-dela de trois
cents loges. Ils sont plus riches en chevaux, et les hommes
en general sont plus robustes et plus beaux. lis sont en
meme temps plus voleurs, plus buveurs et toujours en
guerre ou a la chasse des buffles.Ils parcourent les grandes
plaines, situees entre les rivieres Sascafehawin, la riviere
Rouge, le Missouri et la Roche-Jaune. Leurs plus grands
ennemis sont les Corbeaux, les Pieds-Noirs, les Arikaras
et les Scioux. lis parlent a peu pres la meme langue que
ces derniers, et proviennent de la meme souche.
J'ai l'honneur d'etre, avee le plus profond respect et
I'estime la plus sincere,
Monseigneur,
Votre tres-humble et tres-obeissant
serviteur en J.-C.
P.-J. DE SMET, S. J.
 105
N°   X.
A.    M.    D.    G.
Fort des Montagnes, 5 octobre 1845.
Monseigneur |
Nous voyageames plusieurs jours avec Ie petit camp*
Assiniboin; mais Faspect d$i pays n'offrit rien de bienin-
teressant. Nous passames d'une vallee a une autre, toujours entre deux hautes chaines de montagnes pierreuses,
dont les flancs sont couverts ca et la par des bancs de
neiges perpetuelles. Une belle fontaine vint seule inter-
rompre la monotonie de notre route: elle sortait du milieu d'un rocher perpendiculaire, a une hauteur d'environ
500 pieds, puis elle tombait dans la plaine en ecume et
en pluie.
Le 27, nous nous separames des Assiniboins. Le sentier
nous conduisit Bientot au travers d'une epaisse foret de
cypres: on me dit que c'etait la derniere; alors, Deo gra-
tias. Ces sortes de forets sont trcs-nombreuses et forment
dans cette partie, entre Fest et Fouest des montagnes, des
barrieres presque insurmontables aux communications
par terre... J'ai un conseil a vous donner, dans le cas ou
vous veniez visiter vous-meme^ ces parages.... A Fentree de chacune de ees- epaisses forets, il faut vous bou-
tonner, vous rendre aussi mince, aussi court, aussi svelte
que la chose est possible; il faut vous tenir souple a cheval, imiter dans Foccasion toutes les differentes evolutions
d'un cavalier ivre; mais avec adresse et presence d'esprit:
8
 !
— 106 —
je veux dire, qu'il faut savoir se balancer, se cramponner
sur sa monture de toutes les facons, pour eviter les in-
nombrables branches, qui, a chaque pas, dechirent les
vetements, ecorchent le visage et les mains. Malgre ces
precautions, il est rare de sortir de la foret sans lui avoir
paye le tribut d'une maniere ou d'une autre. Un jour je me
suis trouve dans une position critique et assez singuliere:
j'avais a passer sous un arbre, entierement incline sur le
sentier que je suivais; une de ses branches, brisee a l'ex-
tremite, presentait un crochet menacant. Pour Feviter, je
m'etendis sur le col de mon cheval, mais vaine precaution : je fus pris par le col de mon surtout; et, mon cheval
continuant son pas rapide, voila le cavalier en Fair, sede-
battant comme un poisson accroche... Plusieurs lambeaux
respectables de ma soutane, agites ainsi par le vent comme
autant d'enseignes, rediront longtemps mon passage au
sein de ces forets.... Un chapeau troue et brise, un oeil
poche, deux fortes egratignures sur une joue m'auraicnt
donne, dans un pays civilise, plutot les apparences d'un
bretailleur sortant de la Foret noire, que d'un missionnaire.
Pour rendre une foret mauvaise, mauvaise au supreme degre, une grande neige estnecessaire: cette faveur nous fut
accordee avec prodigalite dans ce dernier passage. Malheur
alors aux premiers passants! Les branches gemissent sous
le linceuil de l'hiver;  elles semblent porter la devise:
I Si tangas, frangas."Etassurement, a chaque frottement
du chapeau, au moindre toucher du bras ou de la jambe,
une giboulee, ou, pour me servir de Fexpression du pays,
une pouderie de neige enveloppe et couvre le cavalier et
sa monture, ct aussitot la branche se releve fierement,
comme par derision.... On n'a done rien de mieux a faire,
dans ces sortes d'occasions, que de former Farriere-garde
et de marcher dans les pistes de ses devanciers; on trouve
le passage de la foret plus libre et sans neige. Chemin faisant nous remarquames pendant la journee du 27, sur
 107
une des fourches de la Riviere aux Daims (red Deer) plusieurs fontaines sulfureuses, qui produisent une grande
quantite de soufre, et une mine de charbon, qui parait
tres-riche. Je dirai ici en passant, que le charbon abonde a
FEst des Montagnes-Rocheuses, sur les eaux du Missouri
et de la Roche-Jaune, du Sascatshawin et de FAthabasca.
Le salpetre se trouve dans plusieurs parties des montagnes; le fer n'y manque pas; je vous ai parle' du plomb du
pays des Koetenais. Le nom de la Riviere a la Mine de
Cuivre, indique sarichesse; ou decouvre dans les rochers,
que bordent cette riviere, des fragments de ce precieux
mineral. Le sel abonde dans le pays Serpent.
La vallee, dont je viens de vous parler, est etroite,
mais tres-pi Moresque et tres-variee; plusieurs bandes de
moutons et de chevres, qu'on voyait se divertir sur les
flancs des rochers, vinrent ajouter a la beaute dela scene.
Les pistes d'ours et de bullies y etaient tres-nombreuses.
A la vue de ces dernieres, mes hommes s'animaient; car
la chair du buffle est sans contredit la plus delicate de
ces contrees; jamais on ne s'en lassc Jusqu'a ce jour, tous
les animaux de la montagne avaient liberalement fourni a
nos besoins: le chasseur en avait tue dix-huit, sans compter la volaille et les poissons, qui abondent dans ces
regions. Le meme soir, au souper, les derniers restes de
nos provisions disparurent et Fon proposa de faire une
course aux buffles. Le lendemain, le chasseur partit de
grand matin, et bientot nous vimes arriver notre homme
avec une vache grasse toute ronde. Aussitot les cotes, les
intestins et la bosse honorerent le foyer de leur presence...
La journee fut employee a faire de nouvelles provisions...
Le 50, nous continuames notre route par la vallee, ou
la fourche de FEau-claire serpentc Elle est, comme toutes
les vallees a FEst des montagnes | agreablement diversifiee
par des prairies, des lacs et des forets... La vallee s'elargit
a mesure qu'on la descend: les cretes rocheuses disparais-
1!
 I
^      |;  . _  108  — '      ^    -.
sent, les montagnes s'abaissent et semblent se fondre;
quelques-unes sont couvertes de forets jusqu'a leurs cimes;
d'autres vous presentent des cones, des plateaux eleves,
couverts d'une riche verdure.
Le 5 octobre, apres avoir longe les montagnes pendant
dix-neuf jours a la recherche des Pieds-Noirs, nous
entrames dans la Grande Plaine, dans cet ocean de
prairies, habite par une multitude de peuples errants,
ensevelis dans les plus grossieres superstitions. Les Pieds-
Noirs, les Corbeaux, les Serpents, lesAricaras,les Assiniboins des plaines, les Sheyennes, les Camanches, les
Scioux, les Omahas, les Ottos, les Pawnees, les Kants,
les Saucs, les Ajouas, etc., etc., sont sans Pasteurs! Nous
esperons, que la divine misericorde n'a pas eloigne Fepo-
que, ou les tenebres, qui enveloppent encore ces immen-
ses regions, feront place a la lumiere bienfaisante de
FEvangile; de dignes et zeles pasteurs, remplis de Famour
divin, viendront guider dans le chemin du salut, ces
pauvres et malheureux enfants du desert. La, ou durant
tant de siecles, le demon a regne, et ou les chants de
guerre et les cris de carnage n'ont jamais cesse de retentir,
la, nous Fesperons, regneront bientot a leur tour la paix
et la charite chretiennes f et Fon y entendra les louanges
du vrai Dieu.
Un digne et zele Eveque, Monseigneur de Juliopolis,
a etabli son siege Episcopal sur la Riviere-Rouge, tributaire du lac Winnepeg, au centre des possessions Anglo-
Indiennes. Deja deux zeles missionnaires, les Reverends
Messieurs Thibault et Bourassa, ont penetre jusqu'aux
pieds des Montagnes-Rocheuses, tandis que d'autres pretres ont ete employes depuis plusieurs annees, a etendre
le royaume du Seigneur sur tous les points de son immense
diocese. La population* de la seule Riviere-Rouge est
d'environ 5500 ames, dont 5175 catholiques... II y a
750 maisons habitees. Voici l'extrait d'une lettre, que
 51
»
»
>J
n
n
— 109 — -
j'eus l'honneur de recevoir du Rev. Mr Thibault, a mm
arrivee dans ces parages. « Depuis le mois de Mars jusqu'au mois de Septembre dernier de cette annee, j'ai
travaille parmi la nation Montagnese (une bande d'Ob-
jibbeways), qui est tout entiere disposee a embrasser la
foi. Je ne saurais mieux vous donner une idee des dis-
» positions de ce bon peuple, qu'en les comparant aux
» Tetes-Plates. J'ai fait pres de 500 baptemes d'enfants
» et de vieilles personnes, dans le cours de cette mission.
m Aussitot qu'il y aura moyen de voyager en canot, j'irai
» continuer mes travaux parmi ces bons sauvages et
>* prolonger mes courses jusqu'a la riviere Mackenzie...
» Plusieurs bons pretres trouveraient bien de quoi s'occu-
» per de ce c6te-la; car la nation dont je vous parle, est
» tres-nombreuse et occupe un immense pays; sans compter qu'il y a plusieurs autres nations, que j'ai eu occasion de rencontrer cet ete. « Viens done chez nous,
» m'ont-ils dit, nous aussi, nous serons contents d'ap-
I prendre les nouvelles, que tu viens apporter a nos
» parents des Montagnes; nous aussi, nous faisonspitie,
» ne connaissant point la parole du Grand-Esprit. Fais-
nous done charite: viens nous faire connaitre le chemin
de la vie; nous t'ecouterons. » Mon cher confrere
Bourassa est parti en Septembre, pour aller annoncer
FEvangile, du cote de la Riviere a la Paix. »
Du lac Ste Anne ou Manitou, la residence ordinaire de
ces deux Messieurs, ils etendent leurs courses Apostoliques
parmi les differentes tribus sur les rivieres Athabasca,
Mackenzie, la Riviere a la Paix et le grand Lac des Esclaves. Dans les limites jusqu'ici parcourues, on trouve
quelques Pieds-Nohf, des Cries, des Assiniboins des
forets,des Montagnes, des Gens de Castor, des Plats-
cotes de Chiens, la Tribu des Esclaves et les Peaux de
Lievres.
Le grand district Indien des Etats-Unis est, pour ainsi
»
»
3»
»
 f 11
III
r
— 110 —
dire, seul depourvu de secours spirituels et de moyens de
salut. II renferme plusieurs centaines de mille de sauvages.... Ce vaste territoire a pour limites, au Nord-Ouest
les possessions Anglo-Indiennes, a FEst les Etats-Unis, au
Sud le Texas et le Mexique, a l'Ouest les Montagnes-
Rocheuses. II contient un grand nombre de forts ou de
maisons de traite, ou la plupart des engages sont catholiques Canadiens et Creoles des Etats. Les principaux de
ces postes sont: leFort des Corbeaux sur la Roche-Jaune,
le Fort Laramee sur une des fourches de la Riviere-Plate,
le Fort Ossage, sur une branche de cette riviere. Sur le
Missouri: le Fort Pied-Noir, a Fentree de la riviere du
Chantier; le Fort Union, pres de l'embouchure de la
Roche-Jaune; le Fort Mandan; le Fort Pierre, a l'embouchure du petit Missouri; le Fort Vermilion, a l'embouchure de cette riviere; les maisons de traite parmi les
Potowotomies du Council-Bluffs et de Belle-Vue.
C'est a S1 Louis, qu'on a bati le grand magasin, qui
fournit a tous ces postes, et qui en recoit les pelleteries et
les robes de buffles.... Monseigneur Loras, Eveque de
Du Buque, a envoye deux Pretres parmi les Scioux, sur
la riviere Sl Pierre, tributaire du Mississippi. Les Peres
de la Compagnie de Jesus, etablis a Sfc Louis, ont
ouvert une mission sur le Sugar-Creek, tributaire de la
riviere Ossage, parmi les Potowotomies. Trois Peres de la
Compagnie et plusieurs freres y resident, et de la, ils font
des excursions dans le voisinage parmi differentes tribus...
Les Dames du Sacre-Cosur y ont etabli une maison pour
Feducation des filles.... Ces deux missions, eloignees Fune
de l'autre, se trouvent pres des frontieres des Etats-Unis
et sont les seules dans tout cet immense territoire. Le
Haut-Missouri et toutes ses fourches jusqu'aux Montagnes-
Rocheuses sont sans secours spirituels; partout cependant,
ou le pretre a passe (j'ai traverse quatre fois ce desert),
il a ete recu a bras ouverts par les pauvres et malheureux
kkf:
rv
T
 ■-1.    • —in
habitants, qui parcourent ces plages, helas! si longtemps
oubliees et negligees.
Dans la soiree du 4 octobre, farrivai au Fort des Montagues , appartenant a l'Honorable Compagnie de la Baie
d'Hudson, sans avoir atteint l'objet de mon voyage et de
mes desirs, la rencontre des Pieds-Noirs. Le Commandant
du Fort,Mr Harriot, Anglais de naissance, est un des
gentils-hommes les plus aimables,' que j'aie jamais eu le
bonheur de rencontrer. II invita le pauvre missionnaire
catholique et etranger, le recut dans son fort hospitaller
avec une politesse et une cordialite vraiment fraternelles,
qualites, qui distinguent d'ailleurs tous les Messieurs de
la Compagnie d'Hudson. Bien qu'il soit protestant, il m'en-
couragea a visiter les Pieds-Noirs, qui ne pouvaient pas
tarder a venir au Fort; il me promit d'employer toute son
influence aupres de ces barbares, parmi lesquels il a passe
un grand nombre d'annees, pour m'obtenir une bonne
reception. Toutefois, il ne me cacha point les grands dangers  et les perils, auxquels je serais bientot exposil
« Nous sommes dans les mains du Seigneur. Que sa sainte
volonte s'accomplisse. »
Je suis avec le plus profond respect et Festime la plus
sincere,
Monseigneur,
Votre tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C.
■'■■ ^--'#-   P. J. DE SMET. S. J. &
 in^HiMii
112
N° XL
A.   M.   D.   G.
%
*Fort-des-Monlagnes, 50 Oetobrc 18*5.
Monseigneur;
Inline bande d'environ vingt Cries, campes pres du Fort,
vinrent me serrer affectueusement la main. La joie, que
ma presence paraissait leur causer, m'annonca d'avance,
que je n'etals pas le premier pretre qu'ils vissent. La
plupart d'sfllleurs portaient des medailles et des croix. lis
m'apprirent, qu'eux aussi avaient le bonheur de posseder
une Robe-Noire (le Rev. Monsieur Thibault), qui leur avait
appris a connaitre et a servir le Grand-Esprit, et qui avait
baptise tous leurs petits enfants, trois exeeptes, qui
etaient alors absents. Ils me furent presentes. Je leur
conferai le Sacrement de la Regeneration ainsi qu'a un
denies guides... Je leur fis plusieurs instructions pendant
leur sejour au Fort.
Deux Cries de la meme bande et de la meme famille,
pere et fils, avaient ete tues dans une querelle, deux annees auparavant. La presence des meiirtriers reveilla
chez ces barbares cet esprit de rancune et de vengeance,
si naturel au coeur de l'lndien et que la religion chre-
tienne est seule capable d'adoucir. On avait tout lieu de
craindre les suites facheuses de la vieille querelle; les
deux partis, se trouvant en presence pour la premiere
fois, depuis que les meurtres avaieM ete commis. Avec
J'agrement de Mr Harriot, je les fis tous rassembler dans
 114
ill
bandes, serait placee a la tete de 1'armee indienne, et que,
dans cet etat, elle servirait de guide aux combattants. En
cas de succes, Fheroine etait destinee a devenir l'epouse
du plus vaillant des guerriers. D'apres les oracles de leWt/
medecine, le grand chef seul pouvait la chausser et la
dechausser tousles soirs.... Les voila doneen marche;
ivres de confiance et de presomption, les guerriers s'elan-
cent dans la plaine, a la suite de ce guide etrange: ils
vontpar monts et par vaux, a travers les ravins et les
marais. Aujourd'hui elle dirige ses pas vers le Nord, le
lendemain c'est vers le Sud ou l'Ouest; n'importe le point
du compas, le Manitou de la guerre etait cense la guider,
et les Cries, en aveugles, suivent toujours l'Indienne
aveuglee. Deja ils s'etaient avancesbien loin dans la plaine,
lorsqu'une bande de sept Pieds-Noirs les decouvrit. Ces
derniers auraient pu s'echapper a la faveur de la nuit,
mais le partisan ou capitaine Pied-Noir, homme brave et
courageux, resolut de s'opposer a cette force formidable.
A Faide de leurs dagues, ils creuserent un trou pour se
mettre a l'abri. Le lendemain a la pointe du jour, les huit
cents guerriers environnaient leur faible proie: les plus
presses pour les deloger furent repousses a differentes
reprises, avec une perte de sept hommes et quinze blesses   Le manque de munitions mit les  Pieds-Noirs
a la merci des Cries, qui les taillerent en pieces.... Cette
premiere rencontre jeta la consternation dans la grande
armee; car eux aussi avaient eu sept morts et quinze
blesses. Des-lors on ota le bandeau a la jeune heroine; les
manitous qu'ils avaient crus d'abord sipropices, furent
alors juges defavorables aux projets de guerre: les guerriers s'en allerent confusement et sans ordre, et regagne-
rent a la hate leurs foyers, par le plus court chemin.
Les Cries ont une coutume assez singuliere et contraire
aux usages des autres nations. Ils couvrent de vermilion la figure des guerriers, qui ont succombe dans les
lit"
 -~ 115
combats et les parent de leurs plus beaux ornements; ils
les exposent ensuite dans les endroits, ou ils peuvent plus
facilement etre vus de leurs ennemis. lis placent a leurs
cotes leurs fusils, leurs arcs et leurs fleches, pour faire
connaitre qu'ils n'ont pas ete laches en mourant, et afin
qu'ils soient haches en morceaux, ce que les ennemis ne
manquent jamais de faire: c'est pour les guerriers Cries le
comble de la gloirc... Les autres nations, au contraire,
enlevent et cachent les cadavres, p&ur les soustraire a la
rapacite et a la cruaute de leurs ennemis. Etre mis en
pieces, meme apres la mort, passe parmi eux pour un
grand deshonneur.
Les Cries et les Sauteux sont allies et unis par des mariages reciproques. Ces derniers forment la nation la plus
puissante et la plus repandue de ces contrees. On les
trouve sur les confins du Bas-Canada et jusque dans les
Montagnes-Rocheuses. C'est aussi la nation la plus a-
donnee a la medecine: tous pretendent etre jongleurs et
ils vendent tres-cher leurs drogues et leurs jongleries....
Par suite de cet attachement a leurs anciennes pratiques
superstitieuses et du gain considerable qu'ils en retirent,
la parole divine n'a fait aucune impression sur leurs ames
fletries. Un imposteur, qui avait ete baptise, homme adroit
et fort habile dans la medecine (jonglerie), n'a pas peu con-
tribue a tenir sa nation dans une ignorance obstinee, qui
lui fait preferer les tenebres du paganisme a la lumiere
bienfaisante de FEvangile. A la suite d'une lethargie, pendant laquelle on 1'avait cru mort, il rassembla sa bande et
lui dit: « Ayant ete baptise, je me rendis immediatement
» apres ma mort au ciel des blancs ou des chretiens, ou
j> le Grand-Esprit et Jesus-Christ, resident; mais ils refu-
» serent de m'y admettre, a cause de ma peau rouge; je
me rendis de la au pays des ames de mes ancetres, qui
m'en defendirent pareillement Fentree a cause de mon
bapteme: je suis done revenu sur la terre, pour rejeter
5)
)»
 — 115-
le Fort; le commandant lui-m&ne daigna me servir
d'interpr^te: il leur parla longtemps sur les devoirs
et la necessite d'une sincere reconciliation; Faffaire fut
discutee; chaque Indien prit la parole, et ils parlerent
avec une moderation et un bon sens, qui me surprirent
beaucoup. J'eus la satisfaction et le plaisir de voir passer
le calumet de bouche en bouche... « C'est le pacte solem-
nel de la paix! C'est tembleme de la Fraternite Indienne!
C'est la decision la plus formelle de I'oubli et du sincere
pardon d'un outrage !
Les Cries sont une nation puissante et forment plus de
six cents loges. Ils sont des plus redoutables ennemis des
Pieds-Noirs et empietent constamment sur le territoire de
leurs adversaires. L'annee derniere, lis leur enleverent
au-deli de six cents chevaux. Les limites actuelles du pays
qu'ils parcourent, s'etendent de la base des Montagnes-
Rocheuses, entre les deux fourches du Sascatschawin,
jusqu'au dela de la Riviere Rouge. Leur esprit turbulent et
guerrier, leur avidite pour Ie pillage et le vol surtout des
chevaux, tels sont les grands obstacles, qui retardent la
conversion de la plus grande partie de cette peuplade.
X^exemple de leurs confreres, qui ecoutent avec docilite la
parole de leur z&e et infatigable Missionnaire, portera des
fruits dans son temps, et sera, je Fespere, suivi par toute
la nation. Le recit de ce qui vient de se passer dernierement
parmi eux, vous donnera une idee de leur maniere de
faire la guerre et des profondes superstitions, dans les-
quelles ce pauvre peuple est encore enseveli.
Les Cries meditaient de porter un terrible coup aux
Pieds-Noirs; ils rassemblerent a cet effet toutes leurs
forces; elles se montaient a plus de huit cents guerriers,
et, avant de s'fflancer dans les plaines k la recherche de
Fennemi, on eut recours a toutes les ressources de la
jonglerie et de la sorcellerie, pour assurer le succes de
i'c^pedition. II fut decide qu'une jeune fille, les yeux
 51
1
I
II
7
n
>i
»
)f
)»
»
1;        . —   116   —
mes promesses de bapteme et pour reprendre mon sac
a medecine; j'espere expier ma premiere faute par mon
attachement sincere aux jongleries, et par la me rendre
digne de nouveau, des belles et vastes plaines de ce
sejour delicieux et agreable, oii r^gne un printemps
eternel; ou des troupeaux innombrables d'animaux
proeurent une subsistance abondante et durable a tous
les habitants de l'Elisee Indien. » Cette nouvelle, qui
s'est repandue dans toute la tribu et parmi les peuplades
voisines, a beaueoup eontribue a les attacher a leurs
anciens usages et a leurs pratiques superstitieuses. Depuis
ce temps, ils se montrent presque sourds aux instructions
de leur digne missionnaire.
Le Rev. Mr Belcourt a reussi cependant a en convertir
un bon nombre, qu'il a fait renoncer aux superstitions si
ordinaires parmi eux; il les a r&mis en village a S.* Paul-
des-Sauteux, ouils perseverent avec ferveur dans toutes
les pratiques de la Religion. Le nombre des fideles y
augmentc chaque annee.
Le 25 octobre enfin, treize Pieds-Noirs arriverent au
Fort. Ils me saluerent avec une politesse vraiment a la
Pied-Noir, qui avait quelque chose de rude et d'agreable
a la fois. Le vieux chef m'embrassa meme tendrement,
lorsqu'il apprit Fobjet de mon voyage... Son accoutrement
se distinguait de ses compagnons; il etait orne de plumes
d'Aigles, depuis la tete jusqu'aux pieds, et portait sur sa
poitrine une grande assiette a fleurs bleues, comme
marque distinctive et en forme de medaillon. II etait pro-
digue d'amities a mon egard: chaque fois que je les visitai
dans leur appartement, il me fit asseoir a ses cotes, me
serra affectueusement la main et me brossa amicalement
les deux joues avec son nez vermillonne; il m'invita cor-
dialement a visiter son pays et s'offrit m&me a me servir
de guide et a m'introduire chez son peuple.
La difference qui existe entre les physionomies^des sau-
 m~: — 117 — Jr
vagesdesplaines, a FEst des Montagnes; et cellesdes Indiens,
sur les eaux superieures de la Colombie, est aussi grande
que les Monts-Rocheux qui les separent. La douceur, la
serenite, I'affabilite caracterisent ceux-ci; tandis que la
cruaute, la* fourberie, le mot sang, se distinguent dan*
tous les traits du Pied-Noir; a peine trouverait-on une
main innocente dans toute cette nation. Le Seigneur
toutefois est tout-puissant: | Des pierres, il peut faire sur~
gir des enfants d'A braham; » et rempli de confiance dans
les tresors de sa sainte grace et de ses misericordes, je me
propose de les visiter. Le point essentiel et mon plus
grand embarras, c'est de rencontrer un bon interprete. Le seul qui se trouve au Fort en ce moment,
est un homme suspect et dangereux: tous ses antecedents
deposent contre lui; il fait cependant de belles promesses.
Plutot que de renoncer a mon projet, j'accepterai ses
services. — Puisse-t-il etre fidele a son engagement!
L'annee 1845 fera epoque dans les tristes annales des
Pieds-Noirs. C'est vraiment une annee de desastre pour
eux. Ils ont perdu vingt-et-un guerriers dans deux escar-
mouehes avec les Tetes-Plates et les Kalispels. Les
Cries leur ont vole uu grand nombre de chevaux et enleve
vingt-sept chevelures. Les Corbeaux leur ont porte un
coup mortd, en massacrant la bande presqu'entiere de la
Petite Robe, qui se composait de cinquante loges ou families. Cent soixante femmes et enfants ont ete menes en
captivitc Quel terrible sort pour ces pauvres malheureux!
Dans les premiers transports de la passion, un grand
nombre de captives ont ete immolees par les femmes des
Corbeaux. Elles vengeaient la mort d'un epoux, d'un frere,
d'un pereou d'un fils. Les malheureuses, qui survivent,
sont condamnees a Fesclavage.
. La fievre scarlatine venait de se declarer dans le camp
des vainqueurs: elle se communiqua rapidement de loge
en loge. Les Corbeaux se crurent attaques de la petite-
 I
t
■ . — 118 — m .
verolc Les Pieds-Noirs, ayant ete visites par ce fleau
quelques annees auparavant, interrogerent les captives ^
pour savoir par quels moyens elles avaient echappe a la
mort ? Un esprit de vengeance saisit ces dernieres : elles
conseillerent les bains froids, comme l'unique remede....
Les malades se plongerent aussitot dans l'eau et
les meres descendirent dans la riviere, pour y baigner
leurs petits enfants. Les uns y trouvaient leur tombeau ;
d'autres rendaient le dernier soupir quelques instants
apres. Les meres desolees rentrerent chez elles, avec des
enfants morts ou expirants dans leurs bras. Les gemisse-
mentset les larmes succederent aux chants des Corbeaux.
La mort visita toutes les loges du camp vainqueur.
Les traditions sur Forigine de l'homme et sur une vie
immortelle, se sont conservees cfez la plupart des peuples
Indiens, que j'ai eu occasion de visiter et d'interroger sur
ce sujet. On y rencontre des varietes, selon la difference
des climats ou des productions dont se couvrent les regions, que les peuplades parcourent. Les peuples qui vi-
vent de la peche, se figurent un ciel de beaux lacs et de
belles rivieres tres-poissonneuses, dont les bords enchanted
et les iles riantes produisent des fruits de toute espece....
J'ai campe sur les bords de deux lacs a Fest des Montagnes-
Rocheuses, a plusieurs journees de distance Fun de l'autre,
que les Pieds-Noirs appellent le Lac des hommes et le Lac
des femmes. Selon leurs traditions, du premier lac sortit
une bande de jeunes gens beaux et vigoureux, mais pauvres et nus : du second lac sortit un nombre egal de jeunes
filles, ingenieuses et laborieuses, qui se firent des loges
et des habits convenables... Ils vecurent longtemps sepa-
reinent, sans meme connaitre leur existence reciproquc
Le grand Manitou Wizakeschak ou le Vieux, qui est encore de nos jours invoque par les Pieds-Noirs, visita les
hommes. II leur apprit a tuer les animaux a la chasse;
mais, comme ils ignoraient Fart de travailler les peaux >
 Ii
, — 119 —
Wizakeschak se mit a leur tete et les conduisit a la
demeure des femmes Les jeunes gens furent recus avec
des cris de joie, des acclamations et des danses. Des sou-
liers, des mitasses, des chemises et des robes brodees en
pore-epic, leur furent presentees. Chaque fille choisit son
hote et lui offrit un plat, rempli de grains et de racines.
Dans le desir de contribuer a l'entretien de leurs hotesses,
les hommes allerent a la chasse et revinrent, charges des
depouilles des animaux. Les lilies aimaient la viande et
admiraient la force, 1'adresse et la valeur des chasseurs.
Les jeunes gens se plaisaient aussi dans Iqurs beaux vete-
ments et admiraient Findustrie des filles. Ils se crurent
necessaires les uns aux autres, et Wizakeschak, presidant
jt la ceremonie, leur fit conclure un pacte solennel, par
lequel l'homme, en devenant le protecteur de la femme,
recut Fobligation de pourvoir a la subsistance de sa famille,
tandis que tous les autres soins et obligations du menage
devinrent le partage de la femme.... Les femmes Pieds-
Noirs de nos jours, se plaignent souvent et amerement de
Fetrange accord et de la folie de leurs premieres meres,
et declarent que, si la chose etait encore a faire, elles s'y
prendraient bien autrement.
Le ciel, dans l'opinion des Pieds-Noirs, est une contree
de buttes sablonneuses, qu'ils appellent Espatchekie, ou
les ames se rendent apres la mort, et ou ils retrouvent tous
les animaux qu'ils ont tues, et tous les chevaux qu'ils ont
voles. Les buffles, les orignaux, les biches, les cariboux,
etc. etc. y abondent. En parlant d'un defunt, au lieu de
dire: | un tel est mort, | le Pied-Noir dit: Espatchekie
etapo; pour les buttes de sable il est parti.
En union de vos SS. Sacrifices, je suis bien affectueuse-
ment,
Monseigneur,
Votre tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C.
P.  J. DE SMET S. J.
i
I
4i
 120
ii
N°   XII.
A.     M.     D.     G.
Fort Auguste| sur le Sascatshawin,
51 Deeembre 1845.
Monseigneur ;
J'etais convenu avec les treize Pieds-Noirs, dont je vous
ai parle dans ma lettre precedente, qu'ils me precederaient
dans leur peuplade, pour y preparer les voies et les esprits
a ma reception. — Tout s'annoncait favorablement. Je
fis mes adieux a I'a&iable Mr Harriot et je partis du Fort,
le 51 octobre', avec mon interprete etun jeune Metis, de
la nation des Cries, pour avoir soin des chevaux. Mon interprete , malgre ses promesses, ne tarda pas a devoilcr
son caractere; il commenca a bouder tout de bon; ciel et
terre lui paraissaient a charge; il eampait de preference
dans les endroits, ou les pauvres betes de somme, apres
une longue journee de marche, ne trouvaient rien a manger. — Il n'y avait pas moyen de lui arracher une seule
parole honnetc — A mesure que nous penetrances dans
le desert, son air devint de plus en plus farouche. — Ses
paroles incoherentes, et ses allusions me causerent a la fin
des inquietudes serieuses. J'avais deja marche <lix mortel-
les journees a sa suite Mes deux dernieres nuits avaient
ete des nuits d'angoisses et de veilles. J'eus Ie bonheur
de rencontrer alors un Canadien avec sa famille indienne.
Je Fengageai a me suivre pendant quelques jours. Le lendemain, l'interpr£te disparut. Malgre ma situation criti-
\
 121
que dans ce desert dangereux, sans interprete et sans
guide, le depart de cet homme sombre et boudeur me deli vra d'un pesant fardeau. Sans la rencontre opportune
du Canadien, je n'aurais pas echappe a si bon compte...
Amis et voyageurs, gardez-vous dans le desert, d'etre a
la merci d'un homme boudeur, surtout, s'il a longtemps
reside parmi les sauvages. Aux vices des blancs, les gens
de cette espece ajoutent la ruse de l'lndien. w
Je resolus de continuer ma route a la recherche d'un
interprete Canadien, que nous croyions etre dans le voisinage. Huit jours de suite nous penetrances dans ce laby-
rinthe de vallees, le parcourant dans tous les sens; mais
ce fut en vain: meme au centre de leur pays, nous ne
trouvames, ni les Pieds-Noirs, ni le Canadien en question.... Les partis de guerre des Cries battaient en meme
temps la campagne et tous les Pieds-Noirs avaient fui devant eux. Nous eumes quatre jours de neiges continuelles.
Le passage de FEst a l'Ouest des Montagnes etait devenu
impraticablc Je n'avais d'autre alternative, que de me
rendre a Fun des Forts de FHonorable Compagnie de la
Baie d'Hudson, et d'y demander Fhospitalite pendant la
mauvaise saison.
Toute la region, qui avoisine la premiere chaine a FEst
des Montagnes-Rocheuses, dans une largeur de 50 a 60
milles, et qui lui sert de base, est remarquable par la ri-
chesse de son sol, par ses forets, ses plaines, ses lacs, ses
fontaines et ses sources minerales. Les rivieres et les
ruisseaux y sont innombrables, et presentent partout des
sites favorables pour y batir des moulins.
Les branches du Sascatshawin couvrent toute la surface
du district que j'ai parcouru, 1'espace d'environ trois cents
milles. Des forets de sapins, de cypres, d'epinettes, de
peupliers, de trembles et d'autres arbres en occupent une
tres-grande portion et couvrent les pentes des vallees
montagneuses et les bords des rivieres. Elles prennent^
9
 n
Ii
flfflt
—   122  — .;.      :     ^
pour la plupart, leurs sources dans les plus hautes chaines
de montagnes. Leur banc et leur lit sont rocailleux, et
leur cours est tres-rapide. Mais a mesure qu'elles s'eloi-
gnent des montagnes, elles s'elargissent et leurs courants
perdent leur impetuosite. Les eaux y sont en general tres-
pures et tres-claires. On y rencontre quelques personnes a
goitres.
Ce pays serait capable de fournir a Fentretien d'une
grande population; Forge, le ble, les patates, les pois et les
feves y viennent admirablement. Ces abondants paturages
seront-ils toujours consumes par les feux, ou doivent-ils
perir a jamais sous les neiges de Fautomne? Ces superbes
forets resteront-elles les repaires des animaux feroces? Ces
carrieres inepuisables, ces mines fecondes de charbon, cce
plomb, ce fer, ce cuivre, ce soufre et ce salpetre, reste-
ront-ils toujours inutiles ? Nous ne le pensonspas: une main
laborieuse viendra un jour mettre toutes ces richesses a
profit. Un peuple robuste, actif et perseverant, est destine
a venir remplir ce grand vide de la terre. Les animaux
sauvages de ces regions cederont un jour leurs places a nos
animaux domestiques, qui occuperont les paturages, les
plaines, les vallees fecondes de cette immense region.
Une grande partie de ce pays a ete couvcrt de lacs arti-
ficiels, formes par les castors. Chemin faisant, nous re^
marquames tous les jours avec admiration et etonnement
Fetendue et la grandeur dc leurs digues ingenieuses, de
leurs vastes et solides loges, restes de ces admirables
petites republiques, dont on m'a conte avec raison tant de
merveilles. II y a environ un demi-siecle, tel etait le
nombre de castors dans ce pays, qu'il n'etait pas rare pour
un bon chasseur, d'en tuer quatre cents dans FespaGe d'un
mois.
J'arrivai au Fort Auguste ou Edmonton, vers la fin de
Fannee. Le respectable Commandant Mr Rowand me
recut avec toute la tendresse d'un Pere et me combla de
mm
 ~   ,■ —   125   —    .;|
bontes et d'egards, ainsi que ses estimables enfants. Jamais je nc pourrai me montrer assez reconhaissant pour
tant de bienfaits. Que le ciel les protege et les recompense!
J'attends un moment plus favorable, pour penetrer au
milieu des Pieds-Noirs. Des partis de guerre parcourent
tout lepays, et toutes les nouvelles, qui en viennent, ne
parlent que de vol et de carnage.
En attendant, j'ai l'honneur d'etre avec le plus profond
respect et Festime la plus sincere,
Monseigneur,
Votre tf es-humble et tres-obeissant
serviteur et fils en J.-C.
P. J. DE SMET. S. J.
 1111
lill
124 —
N° XIII.
A.     M.      D.      G.
Du Fort Jasper, Avril 1846.
Monseigneur;
Le Fort Edmonton ou Auguste est Ie principal etablissement de FHonorable Compagnie de la Baie d'Hudson,
dans les districts du Haut-Sascatshawin et du Haut-
Athabasca; les Forts Jasper, Assiniboin, du Petit Lac des
Esclaves, ceux des Montagnes, de Pitt, de Carrolton et de
Cumberland en dependent. Le respectable Mr Rowand,
gouverneur de ce grand district, joint a toutes les quali-
tes aimables d'un parfait gentilhomme, celles d'un ami
sincere, et une hospitalite sans bornes. Sa bonte et sa
tendresse paternelles en font un veritable Patriarche, au
milieu de sa charmante et nombreuse famille; quoique
deja avance en age, il est encore d'une activite extraordinaire ; les tribus qui Fenvironnent, le respectent et le
venerent. Le nombre des serviteurs d'Edmonton , y com-
pris les femmes etles enfants, est d'environ quatre-vingts.
Tout s'y passe dans un ordre admirable. Sans parler d'un
grand jardin, d'un champ de patates et de froment, attaches a l'etablissement, les lacs, les forets et les plaines
du voisinage leur fournissent des provisions en abondance.
A mon arrivee au Fort, il y avait dans la glaciere trente
mille poissons blancs, d'environ quatre livres chacun, et
cinq cents buffles: c'est le nombre qui y entre chaque
hiver. Tel est le nombre des oiseaux aquatiques de cette
 — 125 —
region, qu'en ete; les chasseurs reviennent souvent au
Fort, avec leurs charrettes remplies de volailles et de milliers d'oeufs, qu'ils n'ont que la peine de ramasser dans les
foins, dans les joncs des marais et sur les bords des lacs.
La plupart des engages du Fort etant catholiques, je
trouvai de quoi exercer mon ministere. Tous les matins,
j'expliquai le catechisme aux enfants; tous les soirs \ apres
les travaux, je faisais une instruction et la priere, pour la
Ifemille de Fhonorable Commandant et pour les engages.
Je dois dire a la gloire de tous les habitants d'Edmonton,
que leur assiduite et leur empressement a remplir les
devoirs religieux, leur bonte, le respect qu'ils temoignaient
a mon caractere sacre, sont digues de tous eloges: les
deux mois, que j'ai passes au milieu d'eux, ont ete pour
moi la source d'abondantes consolations. Puisse le
ciel, qui leur accorde si liberalement la rosee de la terre,
leur accorder liberalement celle du ciel! C'est le souhait
bien sincere d'un ami et d'un pauvre missionnaire, qui
ne les oubliera jamais.
J'ai visite le lac Ste Anne, residence ordinaire des
Reverends Messieurs Thibault et Bourassa. Sa distance
du Fort est d'environ cinquante milles anglais. Je vous ai
parle de cette interessante mission dans mes lettres prece-
dentes ; disons un mot du pays....tLa surface de cette
region est en general unie et legerement ondulee dans
quelques endroits; elle est parsemee de forets, de praipies
et de lacs, ou le poisson fourmillc Dans le lac Ste Anne
seul, on a peche, Fautomne dernier, au-dela de soixante-dix
mille poissons blancs, les plus delicieux de leur espece;
on les prend a la raie, dans toutes les saisohs de Fannee...
Malgre la rigueur et la duree des hivers dans cette region
septentrionale, la terre parait en general fertile: la
vegetation y est si forte et si prompte dans le printemps
et dans Fete, que le froment et Forge, les patates et tous
les legumes du Canada y reussissent et viennent a matu-
• ■;
 file. Le froment d'automne y rapporterait plus, a mon
avis, que le froment du printemps, qu'on y a seme jusqu'a present. Le lac Ste Anne fait partie d'une chaine de
lacs, qui se dechargent dans le Sascatshawin par la petite
riviere des Esturgeons. Autrefois des r^publiques innom-
brables de castors y existaient: chaque lac, chaque marais,
chaque riviere et ses fourches portent encore de nos jours,
les traces de leurs travaux.... Lorsque le caribou, le buffle
et Forignal abondaient dans la partie dont je vous parle,
les Cries en etaient les paisibles possesseurs. Les animaux
ont disparu et avec eux tous les anciens habitants dupay s:
a peine y rencontre-t-on de nos jours quelques loges solitaires, et, de loin en loin, la trace d'un grand animal....
Dix-sept families de Metis, descendants de Canadiens et de
sauvages, se sont rassemblees et etablies pros de leur
missionnaire... Les Cries ont gagneles plaines desbuffles
et se les disputent aujourd'hui avec les tribus Pieds-Noirs,
dont ils sont devenus les mortels ennemis.
A mesure que le beau temps commencait a poindre k
travers les rigueurs de l'hiver, mon coeur battait de plus
en plus et semblait me pousser vers la montagne, pour
y attendre le premier moment favorable de la traverser, et
me rendre ensuite, le plus tot possible, a la Mission de
S.1 Ignace.
Le 12 du mois de Mars, je fis mes adieux a la respectable famille Rowand et a tous les serviteurs du Fort.
J'etais accompagne de trois bons Metis, que Mr Thibault
avait eu la bonte de me procurer.... Dans cette saison de
Fannee, toute cette region est ensevelie sous les neiges;
on y voyage en traineaux tires par des chiens. Deux trai-
neaux portaient nos vivres et nos bagages,, le troisienie
ni'etait reserve, il etait traine par quatre chiens.... Cette
mode de voyager ^tait nouvelle pour moi; sur les rivieres
surtout, elle est tres-agreable ettres-facilc... Le troisieme
jour, nous camp&mes au lac de FAigie-Nonne, qui abonde
■M
 127
en Toutlebis, espece de poisson blanc, mais qui ne vaut pas
le veritable... Le sixieme jour, nous nous trouvames
au Fort Assiniboin, bati dans une belle prairie, sur le bord
de la Riviere Athabasca, qui a ici une largueur de deux
cent trente-trois brasses, largeur qu'elle semble conser-
ver jusqu'a sa sortie des grandes montagnes. Son courant
est tres-rapide; au printemps, on descend en trois jours
du Fort Jasper au Fort Assiniboin, une distance de plus de
trois cents milles. Avec nos traineaux, nous mimes neuf
jours a faire ce trajet.... Le lit de la riviere est parseme
d'iles jusqu'aux montagnes; par leurs differentes positions
et leurs aspects divers, ells en rendent la vue tres-agreable:
lefs deux bords sont couverts de forets epaisses d'epinet-
tes, au milieu desquelles des rochers et de hautes collines
apparaissent de temps en temps, rompant agreablement
Ja monotonie generate de ce desert... Les principales
de ses fourches que j'ai vues, sont: le Pembina, qui a
quatre cent soixante-quatre pieds de large; la riviere
des Avirons, qui en a cent vingt-huit; la Riviere des jgens
Libres; la Fourche a Macloud; la Riviere Baptist Berland,
qui a environ quatre-vingts brasses a son embouchure;
les Rivieres du Vieifx, du Milieu, des Prairies et des
Roches, forment de beaux courants. Le Lac Jasper, qui
a environ huit milles de longueur, se trouve au pied de
la premiere grande chaine des montagnes purement
rocheuses. Le Fort du meme nom et le deuxieme lac se
trouvent dix milles plus haut et au coeur des montagnes.
Avant d'y arriver, on traverse la Riviere du Violon et
a la Medecine du cote du Sud, et FAssiniboine du cote du
Nord. Avant de se rendre a la hauteur des terres, on
traverse la Riviere Maline, la Riviere des Gens de Collets,
la Riviere Miette et la Riviere du Trou, qu'on remonte
jusqu'a sa source. La Riviere a la Medecine s'entrelace,
avec les Fourches de la branche du Nord du Sascatshawin;
Assiniboine et la Riviere des Gens de Colets s'entrelacent
 — 128 —
avec les branches de la Fourche a la Boucane, un tributaire
de la Riviere a la Paix. Les eaux de la Miette ont leurs
sources dans les memes hauteurs, que les fourches de la
Riviere Fraser, qui traverse la Nouvelle Caledonie.
Les profondes vallees et les forets de l'Athabasca etaient,
il y a peu d'annees, les seuls endroits, que les Assiniboins
des forets frequentassent dans leurs classes. Ils furent
obliges de quitter ces terres, a cause de la rarete du
gibier, qui cependant, depuis leur depart, s'y est multiple d'une maniere etonnante Plusieurs families erran-
tes de Porteurs et d'Ashiganes de la Nouvelle Caledonie,
poussees pareillement parlafaim, ont quitte leur pays, se
dirigeant vers FEst des Montagnes, et parcourent aujourd'hui les vallees de cette region, pour y chercher des
vivres. Ils se nourrissent de racines et de tout ce qu'ils
peuvent rencontrer; un grand nombre ont les dents usees
jusqu'aux gencives, par la poussiere et les sables qu'ils
avaient avec leur nourriture; en hiver surtout, ils font
bonne chere, car alors les orignaux et les cariboux ne
leur manquent pas. L'estomac de ce dernier animal,
rempli d'une petite mousse a demi-digeree, dont il se
nourrit, est considere comme le grand regal de ces Indiens,
d'ailleurs assez peu delicats. On les voit aussi par friandise
arracher, avec le bout du pouce, les yeux aux poissons et
les avaler tout crus; les intestins tels que des animaux,
sans autre eeremonie que de passer un instant sur des
braises, entrent tout entiers, avec tout ce qu'ils renfer-
ment, dans leur estomac, sans meme subir Faction des
machoires.
Les Montagnes habitent la partie inferieure de l'Athabasca, ainsi que le grand lac de ce nom. L'orignal y est
tres-commun et les cariboux s'y trouvent par grandes
bandes. La chasse de ces derniers est tres-facile et sin-
gulierc Ces animaux se rendent regulierement vers le
Nord, dans l'automne; et, au printemps, ils retournent
 — 129 —
vers le Sud. Les Indiens, connaissaht les endroits ordi-
naires, ou ils traversent les lacs et les grandes rivieres, y
guettent leur proie, et lorsque tout le troupeau, souvent
plusieurs centaines a la fois, est a l'eau et approche du
rivage oppose, les chasseurs sortent de leur embuscade,
sautent dans leurs legers canots d'ecorce, jet tent des cris,
pour faire regagner le large a toute la bande; puis ils les
amusent et les fatiguent, les empechant seulement de
gagner le rivage, jusqu'a ce que ces pauvres animaux n'en
puissentplus; c'est le moment du carnage: ils les tuent
alors sans la moindre difficulte a coups de dagues et de
dards; il est rare qu'un seul echappe... En hiver, ils les
prennent au lacet. Avec la peau du caribou, ils s'habillent
et font leurs loges.
Leur pays est couvert de lacs et de marais, ou les
cygnes, les outardes, les oies et les canards de differentes
especes, viennent par milliers, au printemps et en ete.
Les sauvages parcourent alors en raquettes ces endroits
marecageux et ces terres tremblantes, a la recherche des
oeufs, leur principale nourriture dans cette saison de
Fannee: souvent on y trouve des carres de plusieurs
arpents, converts de nids.... Le poisson blanc, les carpes,
les dores, les grosses truites saumonees et plusieurs poissons inconnus, abondent dans les rivieres et dans les lacs.
Deux Missionnaires: un Pere Oblat de Marseille et un
pretre Canadien, sont en route, pour penetrer dans leur
pays. La reception, que les Montagnes ont fait au Rev. M.
Thibault Fete dernier, laissepeu de doute sur le succes
de leur noble et sainte entreprise.
Chemin faisant, nous rencontrames sur le bord du Lac
Jasper un vieux Iroquois, LouisKwaragkwante ou le soleil
qui marche, avecsa nombreuse famille, trente-six personnes
en tout. II y avait quarante ans, qu'il avait quitte sa
patrie et qu'il n'avait point vu de Pretre. II avait passe les
trehtc-quatre dernieres annees de sa vie dans les forets de
 Hi
111
If
— 130 —
1 'Athabasca et de la Riviere a la Paix, vivant de la chasse
et de la peche... Le bon vieillard parut au comble de la
joie, aussi bien que ses enfants, lorsqu'ils apprirent que
j'etais Pretre. « 3Ioi, beaucoup content 4tre venu ici, » me
dit le vieux dans son jargon francais: «moi longtemps pas
voir un pretre. — Aujourd'hui moi voir un pretre,
pareil comme dans mon pays. — Content mon coeur. —
Moi vous suivre avec tous mes enfants. — Tous entendre ta parole, la priere. — Mes enfants tous grand
bonheur, recevoir bientot le BapUme. C'est pour cela
beaucoup heureux mon coeur. » Le petit camp Iroquois
se mit aussit6t en mouvement et me suivit jusqu'au
Fort Jasper.
La plupart connaissaient les prieres en Iroquois. Je
passai une quinzaine de jours avec eux, pour les instruire
des devoirs de la Religion; le jour de Paques, apres la
Messe, tous furent regeneres dans les saintes eaux du
Bapteme et sept mariages renouveles et benis. Le nombre
des baptises fut de quarante-quatre; parmi eux se trouvaient la Dame de Mr Fraser, employe du Fort, quatre
de ses enfants et deux de ses engages.
Je suis avec le plus profond respect et Festime la plus
sincere,
Monseigneur,
Votre tres-humble et tres-obeissant
serviteur en J.-C.
P. J. DE SMET. S. J.
H
III w
1IIti Hi
;;';■;■■
I'll
 131
N° XIV.
A.    M.    D.    G.
Au Pied de laGrande-Glaciere dans 1c
Haut-Athabasca, 6 Mai 1846.
Monseigneur ;
Les provisions etant rares au Fort de Jasper, et la
grande famille Iroquoise se trouvant campee a l'entour,
resolue a y rester jusqu'a mon depart, pour profiter des
instructions; M. Fraser nous invita tous, a aller camper
avec lui et sa famille dans le voisinage, sur le bord du Lac
des Iles, pour y vivre en partie de la peche... Nous nous
y trouvdmes minis au nombre de 54 personnes, plus une
vingtaine de chiens ;je nomme ces derniers, parce qu'il fallait les nourrir, tout autant que des membres de la
famille. Une petite note de toutes les pieces que les chasseurs apporterent au camp, pendant les vingt-six jours que
nous sejournames ensemble, ne sera pas sans quelqu'in-
teret pour votre Grandeur; elle vous fera connaitre les
animaux de ces parages, et vous saurez en meme temps,
que les Montagnards de FAthabasca, sont favorises de
bons estomacs....
pi Animaux tues: 12 orignaux, 2 caribous, 50 moutons
ou grosses cornes, 2 pores-epics, 2101ievres, un castor,
2 rats musques, 26 outardes*, 115 canards, 21 faisants,
une becassine, un aigle et un hibou. Ajoutez-y 50 a 50
beaux poissons blancs par jour, et une vingtaine de belles
truites, et jugez, si nos gens ont eu lieu de se plaindre.
*-
 152 —
Touslesjours j'entendais cependant dire: « La vie est dure
dans cet endroit. — Le pays est bien pauvre.. — Ony
jeune. »
Avant de me separer de mes nouveaux et chers enfants
en Dieu, ils voulurent m'honorer par une petite ceremo-
nie, « pour me montrer, me disaient-ils, leur attache-
» ment, et afin que leurs petits enfants se ressouvinssent
» toujours de celui, qui les avait mis dans le chemin de la
| vie » (baptises). Au milieu d'une triple salve d'aeclama-
tions, ils dechargent tous ensemble leurs fusils sur la plus
haute montagne, qui se presentat devant eux et lui don-
nent mon nom. Cette montagne est un enorme rocher
saillant, de la forme d'un pain de sucre, couvert de neiges
perpetuelles: elle a plus de quatorze mille pieds d'elevation.
Le 25 Avril, je fis mes adieux a Faimable Mr Fraser et
a ses bons petits enfants, qui m'avaient comble d'amitie et
de politesse, pendant mon sejour avec la famille... Tous
les hommes du camp voulurent me reconduire ct m'ac-
compagnerent a une distance de dix milles.... Chacun me
serra affectueusement la main; nous echangeames mille et
mille souhaits; des pleurs coulerent de part et d'autre, et
de nouveau, je me trouvai seul avec mes compagnons,
lance dans ces abimes de Montagnes, qui se presenterent
partout a la vue, comme autant de barrieres infranchis-
sables.
Le Haut Athabasca est sans doute la partie la plus
elevee de toute l'Amerique du Nord. Toutes les Montagnes y paraissent prodigieuses et dressent jusqu'aux nues
leurs cimes rocheuses et glacees. Les avalanches ou masses
de neiges, qui s'en detachent dans cette saison de Fannee,
descendent avec un fracas epouvantable, et avecun bruit,
semblable a celui du tonnerre retentissant au loin dans la
solitude; elles entrainent souvent dans leurs chutes
d'enormes fragments de rochers, se font des passages a
travers les forets, qui couvrent leurs bases, broient ct
 — 155 —
rasent les arbres jusqu'a terre, remplissent et coniblent
les vallees de debris.... Chaque jour, souvent a chaque
heure, le bruit etourdissant de dix avalanches a la fois
viennent frapper les oreilles. Nous les voyions descendre
autour de nous avec une rapidite effrayante; heureux de
nous trouver campes hors de leur portee C'est dans ces
montagnes, que les grands fleuves du Nord, sur les deux
bords des Monts-Rocheux, puisent une grande partie de
leurs eaux. Teles sont: la Branche du Nord du Sascatshawin , les deux grandes fourches de la Mackenzie, FAtha-
basea et la Riviere a la Paix; a FEst,le Fleuve Colombie et
la Riviere Fraser, a l'Ouest.
Nous rencontrames, dans le voisinage de la Riviere
Miette, une de ces pauvres families de Porteurs, ou
Ltaoten de la Nouvelle-Caledonie, dont je vous ai parle dans
ma lettre precedentc De la crete de la montagne, qui
borde la vallee, ou nous nous trouvions, ils nous avaient
decouverts, et, nous ayant reconnus pour des blancs, ils
s'etaient hates de venir nousrejoindre Leur joieparut bien
grande en nous voyant, surtout en me reconnaissant pour
pretre, a mon habit. Ils paraissaient bien pauvres: de mi-
serables haillons et quelques morceaux de peau les cou-
vraient a peine Malgre leur detresse, ils mirent a mes
pieds le belier, qu'ils venaient de tuer et de descendre sur
leurs epaules, de la montagne Ils me demanderent le bapteme avec tant d'instances, que j'en etais ta jusqu'aux
larmes : je ne pus toutefois accorder cette faveur, qu'a
deux de leurs petits enfants; je me trouvais sans interprete, et les autres avaient besoin ^instruction. Je les
exhortai a retourner sur leurs terres, ou ils rencontre-
raient une Robe-Noire (leP. Nobili), qui les instruirait, et
les baptiserait.... Ils firent le signe de la croix, reciterent
des prieres dans leur langue et chanterent plusieurs cantiques, avec l'apparence d'une piete bien sincere
L'histoire d'une pauvre jeune fille Porteuse, merite
 — 154 —
d'etrerapportee ici et donne une idde des profondes miseres et des grands dangers, auxquels ces malheureux se
trouvent exposes. A l'age de 15 ans, son pere, sa mere et
ses freres, ainsi qu'une autre famille de sa nation, furent
surpris par un parti de guerre d'Assiniboins des forets et
furent impitoyablement massacres. Au moment de l'atta-
que, ellese trouvait dans la foret avec ses deux soeurs, plus
jeunes qu'elle, a une petite distance de l'endroit, ou la
cruelle scene eut lieu; elles se cacherent et echapperent
aux mains des assassins. La malheureuse orpheline erra
dans ce desert pendant deux annees, sans voir ou rencontrer personne: sans couteau et sans hache, faisant son feu
a Faide de deux morceaux de bois, vivant de racines,
de fruits sauvages et de pores-epics, passant ses hivers dans
le repaire abandonne d'un ours. Ses deux soeurs s'etaient
separees d'elle a la fin de la premiere annee, et n'ont
jamais reparu. La 5me annee, elle eut le bonheur d'etre
trouv^e par un bon Metis Canadien, qui en eut soin. Il la
remit, six mois apres, entre les mains des gens de sa
nation et de ses connaissances.
Le lendemain de la visite des Porteurs, nous continua-
mes notre route par monts et par vaux, et, vers le soir,
nous nous retrouvames sur FAthabasca, a un endroit appel^ la Grande Traverse, ou le chemin quitte la riviere et
prend la vallee de la fourche du Trou.... A mesure que
nous continuiOns notre route vers la hauteur des terres,
les neiges devenaient de plus en plus profondes.
Le lr Mai, nous arriv&mes k la grande Bature, qui a
toutes les apparences d'un lac a sec. C'est la, que nous
dress&mes notre tente, afin d'attendre la brigade de la
Colombie, qui passe chaque annee par cette route, pour
se rendre au Canada et k Jork-Factory. Pres de notre
campement, nous remarquames avec etonnement et admiration, entre deux enormes rochers, une montagne isolee
de glace pure, qui peut avoir une Elevation d'environ
 — 155 —
1,500 pieds au-dessus du vallon. C'est de la base de cette
grande glaciere, que sort la Riviere du Trou. Telle est la
transparence de cette belle glace, qu'on y distingue facile-
ment tous les objets qu'elle renferme, a une profondeur
de plus de six pieds. On dirait que de grands glacons,
dans unecrue subite et extraordinaire de la riviere, se
soient trouves arretes entre les rochers qui bordent le
vallon, et s'y soient entasses de maniere a former l'im-
mense glaciere. Ce qui donne quelque vraisemblance a
cette conjecture, c'est qu'un grand lac tres-eleve se trouve
sur l'autre bord de la glaciere.
Le 6 Mai. La brigade de la Colombie approche; le guide
vient d'arriver dans notre camp. Avant de fermer mes
lettres, permettez-moi, deme recommander, avec toutes
les pauvres tribus de nos missions, d'une maniere toute
speciale, k vos SS. Sacrifices et a vos prieres. Adieu; ce ne
sera que dans Fautomne prochain, quejepourrai vous
envoyer d'autres nouvelles.
Je suis avec le plus profond respect et l'estime la plus
sincere,
Monseigneur,
Votre tres-humble et
tres-obeissant serviteur en J.-C.
P. J. DE SMET. S. J.
 i
156
N° XV.
A.      M.     D.      G.
Jtettns au tU'p. |Ike Wan JJe ttetfre, llroohtctal in
Jttbeouru
Campement des Berges sur la Colombie
10 Mai 1846.
Mon Rev. et Tres-Cher Pere en J.-C,
Mes dernieres lettres, adressees a Monseigneur de New-
York , et dans lesquelles se trouva it le recit des missions,
que j'ai faites parmi differentes tribus des Montagnes-
Rocheuses, en 1845 et au commencement de 1846, vous
auront appris, que j'etais arrive au pied de la grande
glaciere, une des sources de la riviere du Trou, qui est
tributaire de FAthabasca ou Riviere a la Biche Je me
propose, dans une serie de lettres, de donner a votre
Reverence la continuation de mon perilleux et difficile
voyage, a travers la grande chaine des Monts-Rocheux;
ma descente sur le fleuve Colombie, pour retourner vers
mes chers Freres dans FOregon.
Vers le soir du 6 mai, nous decouvrimes l'approche de
deux voyageurs en raquettes, a la distance de trois milles.
Ils dechargerent leurs fusils et jeterent des cris de joie, a
la vue de notre tente, qu'ils avaient apercue dans le loin-
tain. Oubliant leurs fatigues, ils doublerent le pas et
bient6t ils nous rejoignirent. C'etaient les avant-coureurs
de la brigade Anglaise, qui, au printemps de chaque
il- ;
 157
annee, se rend du Fort Vancouver sur la Colombie, a la
Eactorerie d'York, situee a l'embouchure de la Riviere
Nelson; cette riviere se jette dans la Baie d'Hudson, au
cinquante-septieme degre de Latitude Nord. Le lendemain, nous dejeunames de bonne heure et allames a la
rencontre de la brigade. Une marche de huit milles nous
conduisit au campement, qu'elle etait sur le point de
quitter. Le moment de notre reunion devait etre court,
mais il etait interessaht et joy eux. La grande fonte des
neiges avait commence et il fallait se hater de part et
d'autre, pour passer a temps les torrents et les rivieres,
qui grossissaient a chaque minute. Les nouvelles des deux
cotes de la montagne se communiquerent done rapide-
ment. Le chef de la brigade etait un ancien ami, le bon
Mr Ermatinger, de FHonorable Compagnie de la Baie
d'Hudson, accompagne de deux officiers distingues de
l'armee anglaise, les capitaines Ward et Vavasseur, que
j'avais eu l'honneur d'entretenir dans le eourant de Fete
passe, au grand lac des Kalispels. Le capitaine Ward eut
lacomplaisance, de se charger de mes lettres pour FEurope
et pour les Etats-Unis. Quinze Indiens de la tribu des
Schuyelpi ou Chaudieres, avaient accompagne la brigade
jusqu'ici, en qualite de porteurs* Plusieurs avaient gravi
la montagne avec une charge de 150 livres. Mr Ward
m'en fit les plus grands eloges. II admirait leur honnetcte
et leur complaisance*, surtout leur piete' sincere et leur
grande regularite dans leur devoirs spirituels: chaque
jour, soir et matin, ils se retiraienta une petite distance
du camp, pour chanter un ou deux cantiques et pour
reciter leurs prieres en commun: « J'espere, ajouta le
capitaine, que je n'oublierai jamais l'exemple, que ces
pauvres, mais bons sauvages nous ont donne. Depuis
qu'ils voyagent avec nous, leur conduite a ete excellente
et irreprochable^ et nulle part je n'ai vu des exemples
d'une piete aussi sincere m
10
»
)>
3>
))
5)
m
 138
ill
Les Messieurs de la brigade anglaise se trouvaient au
terme de leurs plus grandes difficultes. Aussi fut-ce avec
empressement et plaisir, qu'ils oterent leurs raquettes,
pour faire la route a cheval pendant quatre jours, et se
rendre ensuite en esquif, du Fort Jasper au Fort Assiniboin
sur l'Athabasca. Ici, ils reprennent encore des chevaux,
pour gagner le Fort Edmonton ou Auguste, sur le Sascatshawin. Ils descendent cette riviere, qui se jette dans le
lac Winnepeg, traversent le lac et suivent enfin la riviere
Nelson jusqu'a son embouchure, terme de leur long
voyage annuel a travers le continent Americain. Pour moi,
j'avais a essayer les raquettes et a les ajuster a mes jneds
pour la premiere fois de ma vie. J'allais franchir ces af-
freux remparts, ces barrieres de neige, qui separent le
monde Atlantique, les eaux de la mer Glaciale et celles de
la mer Pacifique. Je Fai deja lit dans mes lettres preee-
dentes, c'est probablement ici le point le plus eleve
des Montagnes-Rocheuses; cinq grandes rivieres y prennent leur source; savoir: la Branche du Nord du Sascatshawin; l'Athabasca et la Riviere a la Paix, qui s'unis-
sent et sont tributaires du grand lac des Esclaves, qui a
son tour se decharge dans la mer Glaciale, par le Mackenzie (1), le plus solitaire des fleuves; enfin le fleuve Colombie, qui recoit toutes les eaux de l'Oregon; et le Frazer,
la dangereuse riviere, qui traverse toute la Nouvelle
Caledonie; tous cinq ont au sein de ces montagnes des
milliers de fontaines et de torrents.
Nous avions a parcourir soixante-dix milles en raquettes, pour nous rendre au campement des Berges, sur les
bords de la Colombie. On se proposa d'accomplir ce trajet
en deux jours et demi. Messieurs Rowand et Harriot, qui
m'avaient comble d'amities, au Fort des Montagnes et au
Fort Auguste, et dont je ne perdrai jamais le souvenir,
(j) Le Mackenzie, a la sortie du lac, a un mille de largeur.
 159 —
auraient voulu me d&ourner de ce voyage; ils pensaient,
que mon embonpoint me rendait absolument incapable
de Faccomplir. Ils avaient raison; la suite vous le dira.
J'avais cru pouvoir remedier k l'inconv&iient de la pesan-
teur, par un jeune rigoureux etvolontaire d'une trentaine
de jours. Je me trouvais vraiment allege et je me mis
avec courage en route sur seize a vingt pieds de neige.
Nous marchamesen file, gravissant et descendant alter-
nativement, tantot a travers une plaine remplie de debris
d'avalanches; tantot sur des lacs, sur des torrents enseve-
lis profondement sous les neiges; ici, sur le penchant
d'une montagne escarpee; la, a travers une foret de cypres, dont nous n'apercevions que la cime. Je ne saurais
vous dire le nombre de mes culbutes. A chaque instant,
je me trouvais embarrass^ dans mes raquettes ou accroche
a quelque branche. Lorsqu'on tombe, naturellement et
comme par instinct, on etend les bras pour empecher
qu'on ne se heurte, et sur une profonde neige le danger
n'est pas grand; les bras s'enfoncent jusqu'aux epaules,
on se debat et Fon rit. Mes compagnons eurent beaucoup
de complaisance a mon egard; apres chaque chute, ils
s'empressaient de me redresser sur mes jambes.
Mous fimes environ trente milles et nous nous dispo-
sames a camper. Les tetes de quelques pins furent abat-
tues et depouillees de leurs branches, pour nous fournirun
lit et tapisser la surface de la neige On forma en meme
temps un carre de troncs d'arbres verts, pour servir de
fondement au feuv, et on Fetendit pareillement sur la
neige Dormir sur la neige, a la belle etoile, doit vous
paraitre incommode et bien etrange, aussi bien qu'a tous
les amateurs des chambres chaudes et des matelats bien
fourres. On se trompe; venez respirer Fair pur de la
montagne, ou Fon n'entend jamais tousser, ou Fon ne
songe guere a irriter l'appetit par des assaisonnements,
completement inutiles dans   ces parages; venez faire
■v.
I
 140
Fessai de la vie nomade: et vous direz, qu'on oublie
facilement les fatigues d'une longue course; qu'on trouve
du contentement, du repos; qu'on s'endort a merveille
dans une peaude Buffle, etendu sur des branches de pins,
a cote d'un feu petillant.
Le lendemain, nous tentamesla descente escarpee de ce
qu'on appelle la Grande Cote de l'Ouest. Nous y mimes
cinq heures. Tout le penchant de cette cote est couvert
d'arbres gigantesques, de pins et de sapins de differentes
especes, de m<p^j^$t de cedres. Gare a vous, si le poids
du corps ou quelque mauvais pas vous entraine! J'en eus
maintes experiences: plusieurs fois j erne ramassai, a 20 ou
a 50 pas du point de mon depart. Heureux, si dans sa
chute on ne donne avec violence de la tete contre quelque
gros arbre.
Au pied de la grande montagne, un nouvel obstacle se
presenta; les barrieres de neige, les digues innombrables,
qui avaient arrete jusqu'alors les eaux des torrents, des
lacs et des ruisseaux, s'etaient brisees pendant la nuit et
avaient fait croitre de plusieurs pieds la grande Riviere du
Portage. Cette riviere fait tant de detours dans cette
etroite vallee, qui n'a guere qu'un mille de largeur et que
nous avions a parcourir, que nous la diimes traverser
plus de quarante fois en un jour et demi, ayant Feau
jusqu'aux epaules. Telle est son impetuosite, qu'elle semble comme descendre des nues; on a besoin de s'accrocher
et de se soutenir mutuellement pour ne pas etre emporte
par le courant. Nous marchames avec nos habits trempes,
pendant toute cette triste route L'humidite, jointe a mes
grandes fatigues, enfla mes jambes; tous les ongles de
mes pieds se detachaient et le sang se coagulait dans mes
souliers indiens (mocassins). Quatre fois, je me sentis au
bout de mes forces et j'aurais peri dans cet affreux desert,
si Ie courage et les bras de mes compagnons ne m'eussent
soutenu et aide dans ma detrcsse.
 — 141 —
On voit des mais tout le long du Portage; chaque voyageur qui y passe pour la premiere fois, y choisit le sien. Un
jeune Metis tres-complaisant eut la bonte de m'en dedier
un, qui avait au moins 120 pieds de hauteur et qui dres-
sait sa jolie petite tete au-dessus de tous les mais du
voisinage. Croyez-vous que je l'aie merite?... Ondepouilla
Farbre de toutes ses branches, ne lui laissant au sommet
qu'une petite eouronne. A sa base, on ecrit le nom de l'in-
dividu et la date de son passage. Les Cariboux, les chevreuils, les grosses cornes et les chevres des montagnes
sont nombreux dans ces parages.
Nous quittsunes enfin la vallee du Portage, a travers
une foret epaisse et tres-montagneuse, sur les debris d'une
infinite d'arbres abattus par la vetuste, les vents et les
feux. Plusieurs marais tremblants se presenterent ensuite;
nous les passames a gue soutenus par les broussailles
et les racines des plantes aquatiques. Ces dernieres diffi-
cultes etaient legeres, comparers aux precedentes; nous
etions d'ailleurs encourages par la vue d'une riante et
verte plaine, ou, sur le gazon verdoyant, nous admi-
rions les sauts et les bonds de quatre gros cariboux.
Sans doute eux aussi venaient de quitter les neiges et les
glaces, et voulaient a leur maniere nous exprimer la joie,
qui les animait, a la belle perspective et au contraste
frappant d'une riche verdure emaillee de fleurs, au pied
d'une montagne couverte de neige. Dix balles a la fois
furent dechargees contre ces innocentes creatures. Je
remarquai avec plaisir, a la rapidite extraordinaire de
leurs mouvements, qu'ils n'avaient point ete atteints par
les chasseurs.
Le 10 vers midi, nous arrivames au campement des
Berges, sur les bords de la Colombie, a l'embouchure de
la Riviere du Portage. Ceux, qui ont traverse les Montagnes-Rocheuses, a la fonte des neiges, au cinquante-
troisieme degre de Latitude Nord, savent s'ilsmeritent ou
 — 142 —
non Ie titre de voyageurs. J'ai accompli le trajet; mais il
etait temps d'arriver; je me trouvais absolument au bout
de mes forces. J'avoue, que je n'oserais plus passer, par
cette haute latitude, dans cette saison de Fannee
Apres tant de fatigues, on merite un regal; heureuse-
ment, nous trouvames au campement des Berges tout ce
qui etait necessaire au festin: un sac de farine, un
gros jambon, lamoitie d'un caribou, dubeurre, du fro-
mage, du the et du sucre en abondance, que les Messieurs de la Brigade Anglaise y avaient charitablement
laisse. Tandis |ue les uns s'occupaient a calfater et a
arranger l'esquif, les autres prirent soin de la chaudiere
et de la cuisine; au bout d'une heure, nous nous trouvames tous fort joliment assis, entourant la chaudiere,
chacun une grillade de caribou au bout d'un baton, riant
et plaisantant sur les culbutes et les accidents du passage
de la montagne. Je n'ai pas besoin de vous dire, qu'on
me fit passer pour le plus maladroit et le plus mauvais
pieton de la bande.
Trois belles rivieres se reunissent au campement des
Berges: la Colombie, venant du Sud-Est, la Riviere du
Portage, venant du Nord-Est et la Riviere des Canots,
venant du Nord-Ouest. On s'y trouve entoure d'un grand
nombre de montagnes magnifiques, couvertes de neiges
perpetuelles et qui s'elevent, pour la plupart, de douze a
seize mille pieds au-dessus du niveau de la mer. Le Hooker et le Brown sont les plus hautes; ce dernier s'eleve a
seize mille pieds.
Je suis avec le plus profond respect et Festime la plus
sincere,
Mon reverend et bicn-cher Pere,
Votre tres-humble et tres-obeissant
serviteur et frere en J.-C.
P. J. DE SMET. S. J.
 145
N°. XVI.
M.
D.
G.
Station de S* Paul, pres du Fort Colville,
29 Mai 1846. W
Mon r£v. et bien cher Pere en J.-C;
4 Au campement des Berges, la Colombie a une elevation
de trois mille six cents pieds au-dessus du niveau de la
mer. Le diner fini, nous lancames la barque a l'eau et
nous descendimes rapidement le fleuve, que la crue
subite du printemps avait gonfle de plusieurs pieds. Un
admirateur de la nature, s'il n'avait d'autres devoirs a
remplir, s'arreterait volontiers dans cfitte belle region, ou
tout parait [grandiose et se presente sous des aspects en-
chanteurs. Une suite d'iles rocheuses et basaltiques se
succedent agreablement sous tous les aspects. On s'y
trouve entre deux rangees de hautes montagnes pittores-
ques, dont les bases viennent se baigner dans le fleuve;
tandis que leurs flancs et leurs cimes paraissent s'agiter
sous les efforts gigantesques de Favalanche, pour se deba-
rasser du linceuil de l'hiver, de l'epaisse couche de neige
qui les couvre, et faire place a la belle verdure du mois de
Mai, avec ses fleurs riantes et variees. Les mille fontaines,
qu'on voit bondir et jaillir avec un doux murmure sur les
flancs des rochers perpendiculaires, quibordent le fleuve,
pretent, ajoutent de Finteret aux beautes de la nature,
qui se deploient dans cette haute region de la Colombie,
avec toute l'energie de la grandeur et de la magnificence.
.1
■
 II
Quelques heures de descente nous amenerent au Rapide
Martin, ou un Canadien de ce nom et son fils avaient
trouve la mort. Le bruit des eaux y est epouvantable et
Fagitation ressemble a celle d'une mer en tourmente Le
lit dufleuvey est parseme d'enormes fragments de rochers.
Notre guide Iroquois, pilote habile et hardi, lance sa
barque au travers des ecueils menacants: aides de dix
rames, tout en dansant et en sautant de vague en vague,
nous passames I^grlBfd Rapide de la Colombie, avec la
vitesse de F$Efi$r?
Vers le coucfiffi^u soleil, nous nous trouvames a Fentree des Dalles des morts. (Les voyageurs Canadiens
donnent le nom de Dalle aux endroits des rivieres, ou les
eaux se trouvent resserrees entre des rochers perpendiculaires. En 1838, douze malheureux voyageurs y furent
engloutis.) Pendant un espace d'environ deux milles, les
eauxpassent entre une suite de rochers perpendiculaires,
presentant des pointes etdes fentes sans nombre, a travers
lesquelles la Colombie se jette avec une impetuosite irresistible, formant ca et la des tournants, ou tout ce qui
flotte disparait sous les ondes. A l'aide de deux longues
cordes, nous descendlmes notre esquif a travers les Dalles
et nous allames camper a la sortie.
Le 11, nous continuames notre route de grand matin.
D'epais brouillards et une brume obscure nous cacherent
la vue pittoresque des montagnes; on voyait la vapeur
s'elancer, sous la forme de colonnes et d'immenses cornes
d'abondance et aller se perdre dans les nuages, qui se for-
maient, jusqu'a ce que toute l'atmosphere fut couverte De
temps en temps, comme pour interrompre la monotonie
de ce desert, un chevreuil ou un caribou venait se montrer
sur le bord du fleuve. Souvent on les observait, caches
parmi les Terebinthes, levant les oreilles avec inquietude,
lorsque le son etrange des rames et les chants des rameurs
venaient les troubler dans leur paisible solitude. La vue
 .   — 145 —
de l'homme est odieuse k toutes les creatures timides des
forets; elles s'en effraient et s'eloignent en toute hate,
pour se mettre a l'abri et hors de la portee des armes
meurtrieres... Dans le courant de la journee, noiis
sautdmes Fendroit appeie les Petites Dalles et nous campames a Fentree du premier lac.
Lelac, avec ses eaux transparentes comme le cristal,
presente un spectacle ravissant, au moment ou le soleil
levant darde ses premiers rayons sur,le^j|imes rocheuses
et glacees des montagnes voisines. Il a de quatre a cinq
milles de largeur, sur vingt-cinq a trente de long. Ses
bords sont embellis par des rochers saillants et par des pics
majestueux, qui s'&ancent hardiment au-dessus de la
region nebuleuse Leurs flancs converts de neige, domi-
nent les belles forets de pins et de cedres, qui bordent le
lac. Les deux plus hauts pics s'appellent le Sfc Pierre et le
S'Paul. I |; 1^
Une vingtaine de families indiennes de la station de Sfc
Pierre se trouvaient campees sur les bords du lac. Je me
rendis avec plaisir a leur pressante invitation. C'etait la
rencontre d'un pere avec ses enfants, apres dix mois d'ab-
sence et de dangers. J'ose le dire, la joie fut grande et
sincere de part et d'autre. La plus grande portion de leur
tribu avait ete evangelisee aux Chutes des Chaudieres,
dans le courant de Fete dernier; ceux-ci avaient ete
absents en cette occasion. Je restai done quelques jours
parmi eux, pour les instruire des devoirs et des pratiques
de la Religion; ils recurent le bapteme, avec toutes les
marques d'une sincere piete et de la plus grande reconnaissance. Gregoire, c'est le nom du grand chef, eut le
bonheur, en 1858, de recevoir le bapteme des mains du
Rev.d M.r Blanchet, maintenant Archeveque, a son entree
dans FOregon. Ce digne et respectable chef fut au comble
de la joie, lorsqu'il vit enfin tous les membres de sa peuplade ranges sous Fetendard de Jesus-Christ. Depuis sa
 : I
apftp'
fit
,'ftf  ■   ■   ,     __ 146 — - • -p.
conversion, il n'avaitcessede les y exhorter par ses paroles
et par son exemple. La Tribu des Lacs fait partie de la
nation des Schuyelpi. Aussitot que nous aurons plus de
moyens a notre disposition, nous leur viendrons en aide,
avec des instruments de labourage, des semences et des
racines, qui promettent de reussir dans leur pays et qui
seront d'un grand secours pour ce pauvre peuple denue
de tout.
Le second lac^Wioigi^du premier d'environ six a huit
mu1fe|! il est mflaS large, mais a peu pres de la meme
longueur. On y passe sous un rocher perpendiculaire,
dont les fentes sont remplies de fleches. Les Indiens, soit
qu'ils montent ou qu'ils descendent le lac en canot, ont la
coutume de decocher une fleche dans les crevasses du
rocher. L'origine et la cause de cette coutume m'est in-
connue C'est de cette circonstance, que les premiers
voyageurs ont appeie ces lacs, les Lacs aux Fleches.
L'embouchure dela Riviere Mac Gilvray, ou des Arcs-a-
Plats, est pres de la sortie de ce second lac. Elle presente
un bel emplacement pour une reduction ou mission
future; j'y ai deja marque l'endroit propre a la construction d'une eglise. Environ vingt milles plus bas, nous
passames la Riviere Tete-Plate ou Clark, qui decharge une
grande quantite d'eau dans la Colombie. Ces deux beaux
tributaires du grand fleuve de l'Ouest descendent de la
meme chaine des Montagnes-Rocheuses, ou un grand
nombre de fourches de la branche du Sud du Sascatshawin
et du Missouri viennent s'alimenter. Depuis leurs embouchures, elles offrent, dans Fespace d'environ trente milles,
de grands obstacles a la navigation, a cause d'une succession continuellede chutes et de rapides insurmontables.
Parmi les nombreux lacs unis a la Riviere Tete-Plate, trois
sont tres-considerables et's'etendent de trente a quarante
milles, avec une largeur de quatre a sixmilles. Le Lac Tete-
Plate recoit une grande riviere, dontle cours s'etend aphis
 &1
0
*m?m+m**^im+iim*immlarm
• -y-
m>
 If
I
 0
. '|ft     — 147 —    •
de cent milles vers le Nord-Ouest, a travers une riante vallee; ses eaux sont grossies par des torrents considerables,
qui descendent d'un chainon de belles montagnes, attache
immediatement a la grande chaine, au milieu desquels
on remarque une profusion de lacs. La Riviere Tete-Plate
ou a Clark passe par le Lac Kalispel. Le Lac Roothaan se
trouve parmi les montagnes des Pends-d'Oreilles et des
Arcs-a-Plats, et se decharge, par la Riviere des Robes-
Noires, dans la Riviere a Clark, vingt milles au-dessous
du Lac Kalispel. Ces trois beaux lacs sont couverts d'iles. La
Riviere Ste Marie ou Racine-Amere vient du Sud et s'en-
trelace avec plusieurs fourches du Missouri: c'est le plus
grand tributaire de la Riviere a Clark; sur ses bords se
trouve la residence principale de la tribu des Tetes-Plates.
Toutes ces eaux contiennent des poissons en abondance,
particulierement les differentes especes des truites. La
geographie de la tete de la Riviere a Clark ou Tete-Plate
est peuconnue, si Fon enjuge d'apres les cartes; la
branche du Sud-Est, ou la Riviere Ste Marie, est peu considerable, comparee a la riviere principale, qui vient du
Nord-Est et qui passe par le grand Lac Tete-Plate Notre
berge fut en grand danger de perir dans les Dalles, a
quelques milles au-dessus de Colville. J'etais sorti, pour
faire a pied le dangereux portage; malgre mes remon-
trances, les jeunes Metis Canadiens, trop confiants en
leur adresse, crurent pouvoir les sauter en siirete. Un
tournant arreta soudainement leur course Ils redouble-
rent d'efforts, mais inutilement; je les vis attires avec une
force irresistible vers le centre engloutissant; deja, la
proue descendait dans l'abime entr'ouvert et se remplis-
sait d'eau! J'etais a genoux sur le rocher, qui dominait
ce spectacle effrayant, entoure de plusieurs Indiens: nous
implorames le secours du ciel, en faveur de nos pauvres
compagnons. Ils nous parurent evidemment perdus;
lorsque tout-a-coup le tournant se remplit et rejeta de son
1
9
 — 148 —
sein la proie, qu'il avait paru etreindre sans retour. Jugez
de Jeurs actions de graces envers Dieu, lorsqu'ils se virent
echappes a un danger si imminent de perir!
Dela sortie du second lac jusqu'au Fort Colville, l'aspect
du pays est tres-pittoresque et fort interessant: toute
cette region, situee sur les deux bords de la riviere, est
sillonnee par une grande quantite de torrents et de ruisseaux. Le sol parait leger, mais produit un gazon abon-
dant. Les montagnes n'y sont pas tres-elevees; les forets
qui les ombragent sont ouvertes, les arbres y sont clair-
semes; les bas-fonds y presentent partout de beaux bosquets. La Riviere Guyelpitoeg ou Sioushwaps entre a
l'Ouest, en vue du Fort Colville.
Vers la fin du mois d'Aout, j'arrivai au Fort Colville J'y
trouvai toute la nation des Schuyelpi, baptisee par le Rev.
P. Hoeken, qui avait continue a les instruire apres mon
depart, au mois d'Aout de Fannee derniere. A ma grande
surprise, ils avaient bati une petite eglise en charpente,
d'autant plus belle et plus agreable a mes yeux, qu'elle
etait l'ouvrage exclusif des pauvres Indiens. Ils me con-
duisirent, comme en triomphe, a l'humble et nouveau
Temple du Seigneur, et j'offris Fauguste Sacrifice de l'Au-
tel, en faveur de ce bon peuple, et pour qu'il perseverat
dans la foi.
L'arrivee du bon Pere Nobili k Colville, mecombla de
joie et de consolation. II venait de parcourir la plus grande
etendue de la Nouvelle-Caledonie; partout, les tribus de
ces parages l'avaient recu a bras ouverts; tous les petits
enfants, qui n'a vaient pas encore ete baptises, lui furent
presentes avec empressement. J'ajouterai a cette lettre un
extrait du journal de ce Rev. Pere, enumerant les bap-
temes qu'il a administres, dans ses differentes missions
del'annee derniere. Apres une retraite de huit jours, dans
le reduction de Sl Ignace, et un mois de repos et de pre-
paratifs pour une seconde expedition, le Rev. P. Nobili
 — 149 —
retournera chez ses c{iers Caledoniens, avec un courage et
un zele ranimes par la priere, accompagne de plusieurs
ouvriers et d'une douzaine de chevaux, charges d'outils
de labourage et de charpente
Comme temoignage de ma sincere reconnaissance et
pour vous faire connaitre, que nous avons des amis et des^
bienfaiteurs dans l'Oregon, je vous dirai, que le P. Nobili
etmoi-memeavons ete recus et entretenus au Fort Colville,
avec la plus grande charite et la plus grande cordialite. Je
n'oublierai jamais la politesse et Faffabilite de l'honorable
Mr Lewis, a notre egard. L'attention et Famitie, temoi-
gnees au Rev. P. Nobili dans toutes les maisons de commerce de la Nouvelle-Caledonie, surpassent tous les
eloges qu'on pourrait en faire. Le chef d'escadre,
Capitaine Wilkes, a dit bien a propos et en toute justice :
u Que la liberalite et 1'hospitalite des MM. de l'Honorable
Compagnie de la Baie d'Hudson, sont proverbiales. » En
effet, l'experience que nous en avons eue et que nous en
avons encore en maintes occasions, confirment cette assertion.
J'ai l'honneur d'etre avec Ie plus grand respect et
l'estime la plus sincere,
Mon rev. et bien cher Pere,
Voire tres-humble et tres-obeissant
serviteur et frere en J.-C.
! P.-J. DE SMET, S. J.
1
r
 150
N°   XVII.
A.
M.
D.
G.
(fetrah in Journal in %'d. $♦ tlobtlt.
Fort Colville, Juin 1846.
Mon rev. Pere;
J'ai baptise, au Fort Vancouver, au-dela de soixante
personnes, pendant une maladie dangereuse qui regnait
dans le pays. La plupart de ceux, qui recurent le bapteme,
moururent avec toutes les marques d'une sincere conversion. Le 27 de juillet de Fannee derniere, j'ai baptise, au
Fort Okinagane, neuf enfants, au nombre desquels etaient
ceux du chef des Sioushwaps. Le bon chef parut au
comble de sa joie, en voyant la Robe-Noire se diriger
vers son pays. Je partis le 29 du meme mois et suivis la
brigade Tous les soirs,jefaisais Fa priere en commun aux
blancs et aux Indiens. Chemin faisant, je fis la rencontre
de trois vieillards, qui me supplierent avec ardeur
« d'avoir pitie d'eux, de les rendre dignes du ciel. » Apres
les avoir instruits des devoirs et des principales verites de
la religion, ainsi que de la necessite du bapteme, j'admi-
nistrai a eux et a quarante-six enfants de la meme tribu,
ce qui parut le comble de leurs desirs et de leurs souhaits,
le S* Sacrement de la Regeneration.
Le 11 du mois d'Aout, une tribu d'Indiens du Lac Supe-
rieur vint a ma rencontre sur la Riviere a Thompson^, lis
M'
J;*
T*
 151
me recurent avec toutes les marques d'une amitid sincere
et filiate; ils me suivirent pendant deux jours, et ne me
quitterent, qu'apres avoir exige et obtenu l'assurance for-
melle, que je viendrais les evangeliser dans le courant de
l'automne ou de l'hiver.
Arrive au Fort des Sioushwaps, les chefs des tribus vinrent me fdliciter de mon heureuse arrivee au milieu d'eux.
Ils batirent une grande cabane, pour servir d'eglise et de
salle d'instruction, pendant mon sejour au Fort. J'y ai
baptise douze de leurs petits enfants. Lorsque le temps
dela peche au saumon fut arrive, je dus me separer a
regret et pour quelques mois de ces chers sauvages, et je
continuai ma route vers la Nouvelle Caledonie.
Le 25 Aout, j'arrivai au fort Alexandria. Les memes
signes de joie, les memes marques d'amitie et d'affection
m'accueillirent chez toutes les tribus que je rencon-
tais. A ma grande joie et contre mon attente, je trouvai au Fort une grande eglise en bois. J'y retournai dans
Fautomne et j'y fis un sejour d'un mois, absorbe, du matin
au soir, par tous les exercices du Sl Ministere Les Canadiens se confesserent; j'y benis plusieurs mariages et je
distribuai la Ste Communion a un grand nombre d'en-
tr'eux. Vingt-quatre enfants et quarante-sept adultes
recurent le bapteme.
Le 2 Septembre, je m'enbarquai sur la Riviere Frazer,
et, apres avoir couru beaucoup de risques dans cette dan-
gereuse navigation, j'arrivai, le 12, au Fort George. Ici
comme ailleurs, je fus recu avec la meme joie et la meme
affection de la part des sauvages. Cinquante Indiens etaient
venus des Montagnes-Rocheuses et attendaient patiem-
ment mon arrivee, depuis dix-neuf jours, pour avoir la
consolation d'assister aux ceremonies du bapteme. Je
baptisai douze de leurs enfants et vingt-sept autres personnes, dont dix etaient malades, d'un age deja avance.
Entoure d'un grand nombre de sauvages, je fis les cere-
 — 152 —
monies de la Plantation de la Croix. Le 14, jour de
l'Exaltation de la St8 Croix, je m'embarquai sur la riviere
Nesqually et le 24 j'arrivai au Fort du lac Stuart. Pendant
onze jours, je donnai des instructions aux Indiens. J'eus
le bonheur d'obtenir l'abolition de la coutume, de bruler
les morts et d'infliger des brulures et d'autres tourments
aumari oua la femme du defunt. Ils renoncerent solennellement a toutes les jongleries idolatriques. La grande
salle du festin, ou se tenaient leurs rites superstitieux,
fut changee en eglise; elle fut benite et dediee a Dieu,
sous le patronage de S* Francois Xavier. La Plantation
de la Croix eut lieu ensuite, avec toutes les ceremonies
usitees dans une telle occasion. Seize enfants et cinq vieil-
lards recurent le bapteme.
Le 24 octobre, je visitai le village des Chilcotins: cette
mission dura douze jours, pendant lesquels j'ai baptise
dix-huit enfants et vingt-quatre adultes, et celebre huit
mariages. Je benis ici le premier eimetiere et j'enterrai,
avec toutes les ceremonies du rituel,une femme Indienne,
la premiere, qui se fut ici convertie au Christianisme.
J'ai visite ensuite deux autres villages de la meme tribu;
dans le premier, j'ai baptise vingt personnes, dont trois
adultes; dans le second, deux chefs recurent le bapteme
avee trente de leurs gens. J'y fis deux mariages: j'ai aboli
Ie concubinage partout ou j'ai passe. Parmi une nation
voisine du fort Alexandria, j'ai baptise cinquante-sept
personnes, dont trente-un adultes, et j'ai beni neuf
mariages.
Apres mon retour parmi les Sioushwaps, j'ai baptise
quarante-et-une personnes , dont onze etaient adultes. J'ai,
visite cinq autres petites tribus, parmi lesquelles j'ai baptise environ deux cents personnes. J'ai fait les ceremonies
de la Plantation de la Croix dans huit differents endroits,
et j'y ai trouv^ quatre eglises en bois, baties par les sauvages.
-r—'>
 — 155 —
Chaque tribu ou village d'Indiens dans la Nouvelle
Caledonie se compose d'environ deux cents ames.
r%Dans le voisinage du Fort Alexandre, le nombre des
Sauvages monte a 1255
Dans la Nouvelle Caledonie, au Fort George . Si    545
I » au Lac a Frazer.    .      258
I » au Lac a Stuart.    .      211
| » au Lac a Mc Leod    .        80
Parmi les differentes tribus des Indiens Barbines| | 1190
Tribus dans le voisinage du lac a l'Ours*    .    .     801
4158
Population de la riviere a Thompson, ou terre des
Sioushwaps ou Antnass.
Le nombre des Sioushwaps proprement dits est de     585
| Okinaganes 685
Population de la branche du Nord. .    .    . ||| .      525
duLae Superieur     «     522
de la Fontaine au Eac Frazer. .    .    .    1127
des Indiens Couteaux.    .... IS 1572
>*
)>
4814
Nombre total   8952
J'ai l'honneur d'etre^
Mon rev. Pere,
^   Votre ttfes-humble
serviteur et frere en J.-C
1 NOBILI. s. m
u
 154
1     I
N° XVIII.
A.
M.
D.
G.
Fort Walla-Walla, 18 juillet 1846,
'M
Mon r^v. et tres-cher Pere en J.-C.
I
m
J'acceptai 1'offre polie de Mr Lewis, commandant de
Colville, et je pris ma place dans une des berges de la
brigade de la Compagnie d'Hudson, qui Hescendaient au
Fort Vancouver, chargees de pelleteries. Nous nous
arretames au Fort Okinagane, ou je baptisai quarante-
trois personnes. C'etaient^ pour la plupart, des enfants en
bas age Notre voyage fut tres-agreable et se termina sans
accident.
J'ai peu de chosesa ajouter a ce que j'ai deja rapporte
dans mes lettres de Fannee derniere, sur notre residence
de% Francois-Xavier, et sur les autres etablissements
catholiques de la Vallee du Wallamette et de son voisinage
L'Eglise de S* Jacques a Vancouver; de S* Jean l'Evange-
liste, dans la ville d'Oregon, aux Chutft du Wallamette*
de Ste Marie, au Couvent et au Pensionnat des Soeurs,
et la chapelle de Sk Francois-Xavier, a la residence du
meme nom, ont toutes ete ouvertes au service divin. La
nouvelle cathedrale de S* Paul s'acheve et une Eglise est
sur le point d'etre terminee, parmi les colons Canadiens
de la Grande Prairie
Le nombre des enfants qui frequentent Fecole des
§oeurs, etait considerablement augmente: ils paraissent
avoir beaucoup profile sous tousles reports. La Soeur.
j
 — 1S5 —
Loyola, Superieure du Couvent, me fit les plus grands
eloges de ses eleves.
Deux families protestantes, des plus respectables de
l'Oregon: celle du Doeteur Long et celle du Juge Burnet,
ont ete recues au sein de l'eglise, dans la ville de l'Oregon.
On y attendait alors avec impatience l'arrivee de Monseigneur Blanchet et de ses compagnons. Que le Seigneur leur
acc^rde une heureuse navigation sur le dangereux Ocean,
route qu'ils paraissent avoir preferee, pour se rendre a
leur lontaine destination! — Oh ! que la vigne est grande!
L'ile Vancouver seule contient au-dela de vingt mille
habitants, prets a recevoir les Missionnaires. Elle vient
d'etre erigee en Eveche, auquel a ete nomme le Digne et
Rey,dMrDeM.ers; un vastechamp attend les moissonneurs,
parmi les nombreuses tribus de la §$te du Nord-Ouest.
Les visites faites a ces differentes tribus par les Robes-Noi-
res, l'affection et l'amjtie avec lesquelles les Indiens les
recoivent, laissent peu de doute sur le succes de leur
sainte entreprise
Les cotes du Nord-Ouest, a mesure qu'on approche des
Possessions Russes du Nord de l'Amerique, sont encore
peu connues. Ou possede des renseignements interessants
sur cette partie, ainsi que sur les iles Aietiennes et Kuri-
les, qui sont dus al'Ami^glWrangel, qui, de 1850 a 1855,
A reside sur cette cote, comme Directeur-General des
Possessions Russes. Les details, qn'il donne sur les chasses
des sauvages dans ces regions, sont tres-curieusesjl La
chasse aux loutres est leur passion dominante Montes sur
de legers bateaux en peaux d'animaux, tendus sur une
charpente en bois ou en os, et avec lesquels ils entrepren-
nent souvent de longs voyages, ils^vont en grand
nombre formant une fjotille d'environ cent bateaux,
dans les parages frequentes par les loutres; elle s'approche
du rivage et attend un temps calme Puis, quand 1'atmos-
phere est favorable, la flotte reprend la mer et s'eloigne
 1
I:
— 156 —
*
souvent de plus de dix lieues de la cote Les bateaux sont
alors mis en ligne et suffisamment rapproches Fun.de
l'autre, poftr voir ce qui se passe entr'eux. Des qu'une
loutre apparait et montre au-dessus de l'eau son dos noir,
le pecheur qui I'apercoit le premier, eleve une des rames
en Fair comme signal, et s'elance vers elle Toute la flotte
forme bientot un cercle et attend avec anxiete une seconde
apparition de l'animal. A peine se montre-t-il encore une
fois, que des fleches lui sont lancees de toutes parts; mais
il plonge et replonge sans cesse, avant de recevoir le coup
mortel. Enfin il succombe et devient le prix de celui qui
Fa blesse le plus pres de la tete Souvent plusieurs loutres
paraissent en meme temps; alors autant de cercles de bateaux se forment autour de chacune d'elles; circonstance
favorable a l'animal, qui echappe plus facilement aux
coups qui le menacent, chaque cercle etant necessatre-
ment moins nomjbreux. Au milieu de ces evolutions,
executees avec une precision etonnante, le silence dip
chasseurs n'est interrompu que par le bruit des rames.
Les plus intrepides de ces chasseurs sont ceux des Iles
du Renard; ils chassent la loutre, pendant l'hiver le plus
rude Ils partent avec la tempete et se presentent devant
les rocs inabordables, sachant bien que l'animal s'y met
a l'abri pendant Forage, et attend ainsi la fin de la tour-
mente Deux bateaux seulement prennent part ordinaire-
ment a Pexpedition. Arrives pres du rocher, Fun des chasseurs se tient debout et attend, qu^une vague souleve son
bateau a une certaine hauteur; il saisit siofcs 1'instant
favorable et saute sur le rocher, Ississant a son eompagnon
le soin de garden son canot, qu'il vient de quitter. II
trouve les loutres endormies et n'a que la peine de fi$
tuer. L'intrepidc chasseur attend une nouvelle vague, et
d'un bond s'elance du rocher dans son Mteau. II n'y a pas
de chasse qui demande peut-etre plus d'adresse et d'au-
dace, que celle des loutres: le veau marin et Ie morse,
 _ 1S7 —
malgre leur enorme volume, pr&entent bien moins de
difficultes.
Quand les chasseurs decouvrent un troupeau de veaux
marins,ilss'efforcent de leur couper toute retraite du cote
de la mer, et de les attirer le plus pres que possible de la
terre. La, se fait un terrible carnage de ces animaux.
Quelques-uns seulement et les plus vieux parviennent a
s'echapper. Les Russes et les Indiens se nourrissent de la
chair des jeunes veaux. Les peaux se vendent sur les
marches de la Siberie, a vingt-cinq et trente roubles la
piece; on en tue soixante a soixante-dix mille tolls les ans.
Les dents du morse forment un important artiele dansle
commerce de cette extremite de l'Amerique. Les indigenes en vendent les* dents a la Compagnie Russe. (test dans
cet unique but, que trois a quatre mille morses sont tues
chaque annee Nulle autre partie de l'animal n'est utilisee:
la chair, la graisse, la peau sont abandonnees sur le champ
de bataille et emportees par la premiere maree Ce n'est
qu'avec precaution, que les chasseurs s'approchent d'un
troupeau de morses; ils les poussent aussi loin que possible du voisinage de la mer, et attendent pour les attaquer,
qu'ils soient fatigues. Alors ils se precipitent sur eux, en
jetant de grands cris et cherchant a enfoncer la lance dans
les endroits, ou la peau de l'animal est la moins epaisse.
Les chasseurs portent de cette scene de carnage, couverts
de sang; ces morses enormes,couches en monceaux les uag
sur les autres, presentcnt alors le plus horrible spectacle,
qu'un sportsman- puisse jamais desirer de voir.
La peche de la baleine demande beaucoup de courage
et de precautions.iLe pecheur monte dans son petit canot,
approche le colosse avec precaution et essaie dilplonger sa
lance dans le point convenable; si le fer a ete bien dirige,
la blessure est mortelle, quoique le cetace conserve la
vie encore deux ou trois jours. Personne, que le maitre de
la lance, n'essaie de reckoner cette proie, quand on trouve
 1
— 158 —      ■■-;"&qu