UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Vigny et l'Angleterre: Shakespeare, Milton et Byron Jardine, Judith 1947

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1947_A8 J2 V5.pdf [ 8.13MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0107080.json
JSON-LD: 831-1.0107080-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0107080-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0107080-rdf.json
Turtle: 831-1.0107080-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0107080-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0107080-source.json
Full Text
831-1.0107080-fulltext.txt
Citation
831-1.0107080.ris

Full Text

t-)f 7 ft? VIGNY ET L1ANGLETERRE SHAKESPEARE, MILTON ET BYRON Judith Jardine A Thesis submitted i n P a r t i a l The Requirements f o r the Degree of Fulfilment of MASTER OF ARTS i n the Department of French The University of B r i t i s h Columbia October, 1947. VIGNY ET L'ANGLETERRE SHAKESPEARE. MILTON ET BYRON by Judith Jardine ABSTRACT The subject of the relations of Vigny with England includes the consideration of such matters as his knowledge of the language, his travels i n England, his marriage with Lydia Bunbury, his many English friends and the number of English characters in his work. These are dealt with in the introduction. Shakespeare's influence i s the topic of the f i r s t chapter. The nature of this influence on Vigny emerges from the study of his aims in translating Shakespeare and his qualifications for this work. A discussion of the translations themselves— le More de Venlse, the fragments of Romeo et Juliette, and Shylock—purposes to show their excellence, especially in com-parison with preceding translations and in consideration of the d i f f i c u l t i e s facing the producer of Shakespeare on the French stage of the time. Vigny's original work written under the Shakesperean influence i s mainly confined to l a Marechale d'Ancre, but Vigny's admiration for the great English dramatist should not be underestimated. The second chapter deals with Milton and Vigny. The fact that elsewhere this subject has been much less throroughly treated than the influence of Shakespeare or of Byron accounts for the comparative length of this part of the study. Opening with a discussion of Milton's rdle in French romanticism i t seeks to establish that i t was through Chateaubriand that Vigny came to know Milton. A reason for Vigny's admiration for the English poet i s suggested: Milton exemplifies Vigny's favourite paradox of the mission and the suffering of the poet as revealed, for instance, i n the characterization i n Cinq-Mars. The influence of Milton's work (mainly Paradise  Lost) on Vigny's i s treated in great detail, distinction being made between the passages of Paradise Lost which are to be found in le Genie or les Martyrs and the much smaller number which Vigny must have found elsewhere. Eloa, the fragments of Satan sauve and of le Jugement Dernier are by far the most important works of Vigny i n this regard and are considered f i r s t , after a short digression upon the meaning of Eloa. A more general comparison»between the characters and atmosphere of the work of Milton and of Vigny necessitates mention of Moore and ends with a brief analysis of French Satanism and i t s culmination in Baudelaire. After tracing Milton through the rest of Vigny's work (notably in l a Colere  de Samson, le Deluge,and Moise) the chapter ends with a contrast and comparison of the philosophical and religious views of the two writers, showing Vigny to be not a pessimist, but an idealist; not a f a t a l i s t , but a believer in a partial predes-tination in which free-will remains important. Byron i s treated i n the third chapter, which studies f i r s t i n general terms his influence on Vigny, passing on to a discussion of Byronism i n Prance and i t s great importance in the romantic movement. The poems written before 1826 are the f i r s t to be treated, since they show the most evident traces of Byron. The approach i s quite different from that adopted l n the chapter on Milton; no attempt at a complete analysis is made. A few examples taken from Vigny 1s later works are followed by a series of contrasts between Byron and Vigny, with the aim of disproving the popular contention that Vigny*s philosophy ares much to Byron. The conclusion, mentioning other influences upon Vigny, stresses his originality, his greatness, his influence, and his significance today. VIGNY ET L'ANGLETERRE SHAKESPEARE, MILTON ET BYRON INTRODUCTION Que de pontes ne sont que plagiaires! II est triste d'en trouver d'illustres qui l»ont ktb souvent, trop souvent. (1) Depuis longtemps on s'occupe d'etudier les sources diverses de l'oeuvre d'Alfred de Vigny, poete qui, malgre sa grande originalite, doit beaucoup aussi a d'autres,. Le present ouvrage sera consacre a l'examen de ce qu'il doit a trois poetes anglais: Shakespeare, Milton et Byron. II ne s'agit done pas d'une etude complete de 1'influence anglaise sur Vigny; Sir Wa!tertSc8tt, par exemple, s i influent sur l'auteur de Cinq-Mars. meriterait une attention particuliere. Les etudes anglaises de Vigny commencerent de bonne heure. A l'ecole, l»abbe Galliard l u i f i t traduire Homere en anglais, et puis comparer sa version avec celle de Pope. * Son progres ne semble pas avoir ete extrSmement rapide, mais sea traductions de Shakespeare, faites une douzaine d'annees plus tard, le montrent maltre de l a langue ecrite, et i l faut supposer. que pendant les annees intermedialres i l avait 1 Journal d'un poete. p.56. de p l u s en pl u s etendu l e domaine de ses l e c t u r e s . Sa femme n'ayant jamais b i e n a p p r i s l e f r a n c a i s , Vigny eut ehez l u l constamment occasion de p a r l e r a n g l a i s . Pour sa f a c i l i t y nous avons ce temoignage d'un de ses amis, Hervey: . I I p a r l a i t 1'anglais correctement, mais avec un f o r t accent et 11 e t a i t evident q u ' i l a v a i t f a i t des etudes d'anglais longues et l a b o r i e u s e s . Quand j e l u i demandai ou 11 l 1 a v a i t a p p r i s , 11 r e p o n d i t : "De ma femme et de Shakespeare. " (1) Leon Seche a pu suggerer en e f f e t que l e v i f i n t e r e t que p o r t a Vlgny a ce t t e epoque a l a l i t t e r a t u r e d'Angleterre l e predisposa a tomber amoureux d'une b e l l e A n g l a i s e . (2) On s a l t combien Vigny a peu voyagej ses seules excursions hors de Prance f u r e n t en A n g l e t e r r e , ou I I n'est pas c e r t a i n s ' i l voyagea t r o i s f o i s ou seulement deux. Leon Seche suppose que l u i et sa femme y a l l e r e n t passer l e u r lune de m i e l , ou du moins peu apres l e u r mariage; (3). 11 prouve du moins par une l e t t r e de Vigny que l e voyage de 1836 eut l i e u . C e l u i de 1839 f u t l e pl u s l o n g , exige par°le proces malheureux et I n u t i l e qui s u i v i t l a mort de son beau-pere. Cette f o i s , l u l et sa femme demeurerent en Angleterre pendant quelques mois. Le J o u r n a l et l a correspondance de Vigny r e v b l e n t une admiration s i n c e r e pour l 1 A n g l e t e r r e et tous l e s aspects de l a v i e a n g l a i s e , surtout son gouvernement. Comment n'aimerais-je pas un pays ou l' o n me r e c o i t avec tant de grace? (4) demanda-t-il une f o i s a C a m i l l a Maunoir. E t l'on s a l t combien 1 Seche, Leon. A l f r e d de Vigny, tome 2, p.62, note 2. 2 ouvrage c i t e , pp.59-60. 3 ouvrage c i t e , p.67. 4 ouvrage c i t e , p.64. d'amities a n g l a i s e s i l forma pendant sa v i e , surtout entre l e s amis de sa femme. Aussi n ' e s t - i l p o i n t surprenant de trouver dans son oeuvre "beaucoup de personnages a n g l a i s , par exemple, • dans l 1 E p i s o d e de S t e l l o qui a donne l i e u au drame de Chatterton; l e p o r t r a i t de Lord Collingwood dans l a Canne de Jonc e s t , dans l e s mots de Vigny, "une carte de v i s i t e p o l i e que j'envoyais a 1 1 A n g l e t e r r e . " (1) . ' I I est i n t e r e s s a n t a u s s i d'apprendre l'estime dans l a q u e l l e , en A n g l e t e r r e , on t e n a i t son oeuvre, I I se r e f e r e dans une l e t t r e a l a grande p o p u l a r i t y a Londres de S t e l l o et de Cinq- Mars ; (2) une autre l e t t r e a f f i r m e qu'on se s e r v a i t de Servitude  et grandeur m i l i t a i r e s "pour l e s compositions et etudes de notre langue au c o l l e g e d'Eton, a 1'occasion des p r i x que donne l e p r i n c e A l b e r t . " (3) Le premier des romantiques, Vigny se montra dans son oeuvre s e n s i b l e aux i n f l u e n c e s a n g l a i s e s ; son i n t e r e t s t i m u l a sans doute c e l u i des autres poetes, de sorte qu'on a pu d i r e : Grace a l u i , c'est tout une veine de f o r t e et f r a l c h e poesie qui se repandait dans l a l i t t e r a t u r e f r a n c h i s e . 1 ouvrage c i t e , pp.64-5. 2 Correspondence t ed. S a k e l l a r i d e s , p.223. 3 Seche, ouvrage c i t e , pp.64-5. 4 Esteve, Edmond, A l f r e d de Vigny, sa pensee et son a r t , p.289 CHAPITRE I" L'INFLUENCE DE SHAKESPEARE On n'auralt pas bien tort en disant que 1»Influence de Shakespeare sur le drame francais commenca avec. 1'epoque roman-tlque. Avant l'age classique en France on remarque dans le drame des slmilarites avec la drame anglais de l'age d'Elisabeth. II y a le meme manque d'unite, des violences sur l a scene, en somme, l a meme exuberance de vie.. Mais a cette epoque, et pour bien des annees, on ne connaissait pas en France le nom de Shakespeare, et le theatre anglais a son epoque n'exerca aucune influence sur le theatre francais. Puis vint l'age classique du dix-septieme siecle, et l a tragedie franchise dut se conformer a un code emprunte a Aristote. Les conventions les plus Importantes 'etaient: 1'observation des trois unites de lieu,, de temps et d'action, l'absence de la violence sur l a scene, l'emploi de monologues et de recits d'un style oratoire pour presenter des caracteres dont l a pensee et les emotions sont bien rendues mais qui restent un peu froids, manquant de realisme physique. Le theatre classique etait soumis aussi a toute une suite de regies de versification. De grands artistes, comme Corneille et Racine, pouvaient ecrire des pieces immortelles dans les bornes de ce regies. l i s mettaient de l'originalite et de l'art dans leurs oeuvres i fortement marquees par 1'influence des Grecs et des Romains. Mais leurs successeurs ne f i r e n t qu'imiter Corneille et Racine, efe l a tragedie franqaise f i n i t par deve-n i r de plus en plus fade, Avant l e XVIII 6 sifecle, l'ignorance franchise de l a l i t -terature anglaise e t a i t quelque chose d 1incroyable. On con-n a i s s a i t de l'Angleterre les oeuvres en langue l a t i n e , comme c e l l e de Francis Bacon, mais non c e l l e s en anglais. La pre-miere reference franqaise a Shakespeare qu'on connaisse est c e l u i de Nicolas Clement, l e b i b l i o t h e c a i r e r o y a l de Louis XIV$ qui e c r i v i t sur l a carte du catalogue des drames de Shakespeare: Ce poete anglois a 1'imagination asses b e l l e , i l pense naturellement, i l s'exprime avec finesse; mais ces b e l l e s qualitez sont obscurcies par l e s ordures q u ' i l m§le dans ses comedies. (1) C e t a i t pres de l a f i n du X V I I e s i e c l e . Longtemps les references et l e s appreciations de Shakes-peare sont restees aussi laconiques que c e l l e - c i . Cependant l 1 i n t e r e t aux choses anglaises grandissait en France a mesure qu'un plus grand nombre de voyageurs franQais v i s i t a i t l'Angle-t e r r e . Les plus importants etaient l'Abbe Prevost et V o l t a i r e . Dans ses Memoires, l'Abbe Prevost relatant son voyage en Angleterre s'interessa beaucoup au theatre anglais, surtout-a c e l u i de Shakespeare. I I l u i reprocha son manque de r e g u l a r i t y , mais i l en loua l a beaute de sentiment, l e pouvoir tragique, l'energie de 1'expression et de 1'action (2). Mais c'est V o l t a i r e qui f i t connaltre a l a France l'Angle-terre et l a l i t t e r a t u r e anglaise. En 1734 11 publia ses Lettres philosophiques ou Lettres sur l e s Anglais qui furent 1 Jusserand, J . - J . , Shakespeare i n France under the Ancient  Regime. p.173. '• 2 ouvrage c i t e , p.192. beaucoup lues et discutees. V o l t a i r e avait vu en Angleterre des representations shakespeariennes. Dans ses Lettres phllosophiques i l d i t : Shakespeare avait un genie p l e i n de force et de fecondite, de naturel et de sublime, sans l a moindre fetincelle de bon gout, et sans l a moindre connaissance des regies . (1) II c r i t i q u a l a violence d-iOthello et de Hamlet; i l soutint l'emploi du vers dans l a tragedie et le respect des t r o i s unites. Cependant, " s a i s i par l a profondeur et l e pathe-tique de 1 1 i n s p i r a t i o n shakespearienne," (2) i l apprecia l e genie de Shakespeare. Son oeuvre dramatique montre des traces de cette influence, surtout dans l a psychologie de ses heroine tragiques. La premiere traduction franchise de Shakespeare est c e l l e de La Place, et e l l e parut en 1745 sous l e t i t r e du Theatre  Anglais. La Place ne v o u l a i t pas choquer les classiques j de sorte que ses "traductions" ne sont guere que des adaptations en prose et vers melanges; c'est sa preface, l e Discours sur  le Theatre, qui apporta quelque chose de presque revolution-naire. I I y d i t que meme s i ses lecteurs n'aimaient pas Shakespeare, i l s devaient le connaltre a cause de sa gr"ande popularity en Angleterre. I I soutint les t r o i s unites, mais en j u s t i f i a n t l e melange des genres et 1'usage de l a prose a c6te du vers; et son admiration de Shakespeare est evidente. L'oeuvre de La Place eut un succes surprenant, mais i l f a l l u t attendre une trentaine d'amies, jusqu'a 1776, pour 1 Baldensperger, P., Etudes d ' h i s t o i r e l i t t e r a i r e , 2 e s e r i e , 2 l o c . c i t . 7 qu'on v l t paraltre une vraie traduction de Shakespeare. I I s'agit de c e l l e de Letourneur, dont l a preface a egalement une grande importance. On y l i s a i t : Jamais...homme de genie ne penetra plus avant que Shakespeare dans l'ahlme du coeur humain, et ne f i t mieux par l e r aux passions le langage de. l a nature. (1) Cette preface s'en p r i t aux cr i t i q u e s intolerants de Shakes-peare. E l l e promit une traduction qui s e r a i t "Shakespeare lui-meme, avec ses imperfections, mais dans sa grandeur nat u r e l l e , " (2) et l a traduction e t a i t tres exacte, surtout pour l'epoque. E l l e e t a i t en prose, avec tres peu de cou-pures. Miss Gilman constate qu'elle est f i d e l e k l ' e s p r i t de Shakespeare, mais qu'elle montre encore maintes traces du langage classique. (3) Les traductions La Place et Letourneur etaient e c r i t e s pour etre lues. C e t a i t un prohleme d i f f i c i l e de mettre Shakespeare sur l a scene franchise ou les regies classiques p e r s i s t a i e n t encore. I I f a l l a i t des adaptations excessivoaent d i -l&ees. -:Le;s-;adaptatl6hS'0las -ifiieux' •o'bhtfu i^si &&6i4a&ki4 3?le six4e Ducis, qui adorait Shakespeare mais qui ne savait pas l i r e 1'anglais. II modifia souvent 1'intrigue des drames ( i l donna, par exemple, une f i n alternative et heureuse a Othello) et en faussa a i n s i les personnages et 1'implication. S ' i l avait f a i t autrement, oh ne l ' a u r a i t pas to l e r e . I I en est de meme des autres adaptations de Shakespeare de cette epoque. 1 Gilman, Margaret, Othello i n French, p.22 2 l o c . c i t . 3 ouvrage c i t e . •a C'est qu'au XVIII s l e c l e l e public resta classique de gout^ et que les c r i t i q u e s etaient largement d'accord pour se mefier de 1'influence anglaise au theatre; entre aufcres Marie-Joseph Chenier, qui s'Snscrit a l n s i en faux contre 1'opinion de son f r e r e Andre, . et surtout l e vleux V o l t a i r e . C e l u i - c l enrageait contre ceux qui semblaient mettre Shakespeare au-dessus des grands maltres fran c a i s , et contre les commencements timides de l 1emancipation du theatre q u ' i l voulait maintenlr dans l a t r a d i t i o n classique. C'est surtout l a preface de Letourneur qui l u i i n s p i r a ses d i a -tribes contre Shakespeare, "Gilie-Shakespeare" comme i l l'appe-l a i t maintenant, et contre ses admirateurs; e l l e s culminferent dans une l e t t r e violente a d'Alembert, qui f u t lue a l a cour en 1776. Apres V o l t a i r e , La Harpe et Geoffroy soutinrent l e p a r t i -p r i s anti-shakespearien. pour Neanmoins 1*amitie pour 1'Angleterre et/tout ce qui e t a i t anglais gagnait de plus en plus de t e r r a i n et Shakespeare trouvait toujours plus d'admirateurs. Entre ceux-ci etaient D'Arnaud, Mercier et l e Chevalier de Jaucourt, qui e c r i v i t 1 ' a r t i c l e sur Shakespeare dans 1 1Encyclopedic. La Hamburg!sche Dramaturgic de Lessing eut en Prance une influence favorable a. Shakespeare, comme plus tard l e Cours de l i t t e r a t u r e dramatique de Schlegel. Avant 1'epoque romantique, Chateaubriand et Madame de Stael sont les protagonistes francais les plus importants de Shakespeare. La c r i -tique de Chateaubriand peut etre resumee dans ses propres mots: Je ne sais s i jamais homme a jete des regards plus pro-fonds sur l a nature humaine....C'est sous le rapport du  genie q u ' i l faut considerer les b e l l e s scenes iso l e e s dans Shakespeare, et non sous l e rapport de l ' a r t dramatique.(1) 1 Baldensperger, ouvrage c i t e , p.189, du Mercure galant de Prance d ' a v r i l 1801. Chateaubriand, reprenait plus ou moins l a premiere c r i t i q u e de V o l t a i r e : genie mais point d'art. Madame de Stae"! donna une .appreciation plus complete de Shakespeare. Dans De l a L i t t e r a t u r e e l l e admira sa maltrise de l a p i t i e et de l a terreur, tout en fais a n t les reserves famllieres au sujet du manque d'art et de gout. E l l e se montra plus -favorable a Shakespeare dans De l'Allemagne qui parut une dizaine d'annees plus tard, en 1813. Dans l e cha-p i t r e "De l'Arr*t dramatique" e l l e attaque l e systeme franqais de l a tragedie, et e l l e loue chez les dramaturges etrangers l a v e r i t e des personnages et du langage, et l a f i d e l i t e historique et geographique. E l l e loue l e melange des genres et ne conserve que 1'unite d'action. E l l e admire Shakespeare plus que jamais, mais sans l u i conceder l e don du theatre. Peu a peu l e drame franqais f a i s a i t des pas tres timides vers le renouvellement. Deja V o l t a i r e avait admis sur l a scene un peu de couleur locale et d'action. Le President Renault au m i l i e u du XVIII e s i e c l e e c r i v i t des drames historiques ou i l s u i v i t ouvertement l'exemple de Shakespeare. Des genres nouveaux virent le jour: l a comedie larmoyante, le melodrame (qui montrait quelquefois des traces de Shakespeare) et l a "tragedie sombre." Mais 1'influence de Shakespeare r e s t a i t encore extremement s u p e r f i c i e l l e . Entre l a tragedie selon le r i t e consacre et l e melodrame violent ou larmoyant, i l n'y avait place pour aucun genre serieux; et Shakespeare ne rentrant dans aucune de ces deux categories l i t t e r a i r e s , i l n ' e x i s t a i t que comme source a laquelle pouvaient s'alimenter ces deux genres; p r i v i l b g e que s'arrogerent d ' a i l l e u r s 1'opera, l 1 o p e r a comique, l a pantomime, le vaudeville et meme le cirque....(1) 1 Borgerhoff, J.-L., l e Theatre anglais a Paris sous l a Restauration, p.2, Le theatre f r a n c a i s e t a i t d ' a i l l e u r s dans un e t a t lamen-t a b l e . 11 y a v a i t d'une part de pauvres i m i t a t e u r s de l a g l o i r e de C o r n e i l l e et de Racine, d'autre p a r t des e c r i v a i n s p r a t i q u a n t des genres mediocres et s e n s a t i o n n e l s . En un mot, apres l e s a-peu-pres de V o l t a i r e , dans l e meme genre a. peine m o d i f i e , apres 1'avorte-ment de D i d e r o t , apres l e s pseudo-tragedies i n s i -pides de 1'Empire, 11 f a l l a l t l a r e v o l u t i o n romantique. (1 Le t r e s l e n t progres du theatre vers l e nouveau se remarque par une c e r t a i n e l a t i t u d e qu'on se dome a l'egard des r e g i e s c l a s s i q u e s , et quelquefois par l e choix de themes non-classiques. En 1821 parut une nouvelle e d i t i o n , preparee par Guizot, de l a t r a d u c t i o n Letourneur. Guizot e c r i v i t une preface, ou 11 se montra l e premier c r i t i q u e f r a n q a i s qui a i t apprecie "the e s s e n t i a l greatness of Shakespeare's drama-t i c p l a n , the domination of human character over a l l e l s e . " (2) Guizot est a i n s i l e premier en Prance qui a i t admis 1'exis-tence d'une esthetique Shakespearienne, et qui l ' a i t etudiae i dans ses rapports h i s t o r i q u e s . 11 approuva l e melange des genres et l e r e j e t de toute u n i t e hors c e l l e d ' i n t e r e t . En 1822 v i n t un evenement t r e s important au develop-pement de 1'influence shakespearienne en Prance. La troupe de Penley a r r i v a a. P a r i s pour f a i r e des representations de Shakespeare et d'autres dramaturges a n g l a i s . La premiere eut l i e u l e 31 j u i l l e t , lorsqu'on donna O t h e l l o . La r e c e p t i o n f u t f o r t mauvaise; l ' a u d i t o i r e n ' e t a i t venu que pour s i f f l e r . 1 Souriau, Maurice, De l a Convention dans l a tragedie  c l a s s i q u e et dans l e drama romantique, pp.61-2. 2 Haines, CM., Shakespeare i n Prance, p.118. II L'anglophobie e t a i t courante a cette epoque s i proche de l a defalte de Napoleon; les liberaux halssant l'Angleterre parce qu'elle etaitnune monarchie; les classiques, encore nombreux, r e s i s t a n t k toute innovation. "A bas Shakespeare! G'est un lieutenant de Wellington]" crierent les spectateurs. "A bas les Anglais! Pas d'etrangers en France!" (1) Apres une deuxieme soiree qui connut une reception semblable l a troupe a l i a completer l a serie k un theatre pr i v e , ph se rendirent par souscription beaucoup d'hommes de l e t t r e s enthousiaates pour v o i r Romeo et J u l i e t t e . Richard i n , Macbeth, Hamlet et d'autres drames anglais. Les journaux en general regretterent l a conduite du pu b l i c , mais l e plus souvent sans d i f f e r e r beaucoup en f a i t de jugement. Seulement quelques-uns se pl a i g n i r e n t de ne pas avoir pu apprecier les pieces anglaises. Les representations publiques de 1822 furent un echec t o t a l , mais pendant les annees suivantes les conditions devinrent rapidement plus favorables. Surtout l'anglophobie diminuait rapidement. De plus, i l parut une succession d'ouvrages t r a i t a n t de l'Angleterre et de sa l i t t e r a t u r e . En 1822 et en 1824, Stendhal publia son Racine et Shakespeare, qui reserve k c e l u i - c i l a plupart de ses louanges. En 1824 a ete fonde l e Globe, l a voix du romantisme, qui se devoua k repandre l a connaissance de Shakespeare et l e culte de ses oeuvres. Quand de nouveau en 1827 une troupe anglaise a r r i v a en P a r i s , l e Globe s'enthousiasma dans une serie d 1 a r t i c l e s . 1 Borgerhoff, ouvrage c i t e , p.14. '3. Le Globe escompte deja non aeulement les p l a i s i r s que ces representations donneront a beaucoup de gens, mais encore et surtout l e s avantages qui en resulteront pour l a cause q u ' i l defend depuis t r o i s ahs. (1) Un des a r t i c l e s exprima a i n s i les espoirs du journal: ( L'art dramatique en Prance gagnera a l a pratique du theatre anglais. Ce n'est pas que nous v e u i l l i o n s que l a muse francaise a i l l e s e'precipiter sous une imitation etrangere...mais qu'a l a vuede l'indepen-dance des muses fetrangeres e l l e sente sa force et bris e ses f e r s . (2) Les representations anglaises de.1827-8 furent un succes aussi complet que f u t l'echec de 1822. L'anglophobie e t a i t morte, et l ' a u d i t o i r e , parmi lequel i l y avait bien des.hommes de l e t t r e s et des etudiants, e t a i t venu pour apprecier. La premiere eut l i e u l e 6 septembre, mais ce n'est que cinq so l r s plus tard qu'on commenQa a jouer Shakespeare avec Hamlet. Cette representation f i t une impression enorme sur les deux p a r t i s l i t t e r a i r e s ; l e Globe du 15 septembre en pa r l a a i n s i : Pelicitons-nous de cet evenement comme d'une v i c t o i r e . L'art vient de couronner son oeuvre. Hamlet a enfin paru sur l a scene franchise dans toute sa v e r i t e , et i l y a paru aux applaudissements unanimes. (3) Les autres journaux se rangerent entre mepris et louanges. Du commencement de septembre 1827 jusqu'a l a f i n de j u i l l e t 1828 suivirent des representations assez r e g u l i e r e s . Sur une centaine de pieces anglaises, t r e n t e - t r o i s etaient de Shakespeare. On joua sept f o i s Hamlet, s i x f o i s Othelio et l e Marchand de Venise, cinq f o i s Romeo et J u l i e t t e , et t r o i s f o i s l e Rolg Lear. Richard I I I , et Macbeth. Pendant l'ete de 1827 1 ouvrage c i t e , p.42. 2 lo.c. c i t . ' r-, ; , J.2 A r ? puyrage cIte-'i;,p..76,-'-; i l y eut encore neuf representations, dont t r o i s de Shakespeare: Othello, C o r i o l a n l e Marchand de Venise. Pour l a forme des representations, e l l e e t a i t plus ou moins c e l l e qu'on donnait a l a meme epoque en Angleterre, avec beaucoup de coupures, de modifications, de rdles supprimes, et meme d'additions qui, quelquefois, changeaient toute l a portee des pieces. On coupait trois-septibmes de Hamlet. (1) C'etait p i r e encore avec Romeo et J u l i e t t e dont on omit un peu plus d'une moitie et qu'on joua avec le denouement de Garrick dans lequel J u l i e t t e s ' e v e i l l e avant l a mort de Romeo. Othello fu t moins coupe, mais sa portee f u t plus changee. Le rd l e de Bianca e t a i t entierement omis, comme l a scene ou Othello se pense convaincu et l a chanson du saule de Desd&mone. Macready dans sa representation f i t encore des coupures. Le Roi Lear et Richard III furent radicalement changes. Du Marchand de  Venise un peu plus des t r o i s quarts resta, comme de Macbeth, qui s o u f f r i t le moins de changements. Les representations anglaises eurent un e f f e t remarquable sur les acteurs franqais romantiques. l i s ont adopte l e jeu plus naturel typique des acteurs anglais et en contraste a.vec la- dignite severe de l a t r a d i t i o n classique. Mais 1'influence l a plus importante des representations anglaises s'est f a i t r e s s e n t i r sur les jeunes ecrivains romantiques. l i s adoraient Shakespeare plus souvent qu'ils ne l e comprenaient, etant seduits par "sa l i b e r t e d ' a l l u r e , sa f a n t a i s i e vagabonde et sa grande connaissance du coeur humain." (2) 1 Je suis i c i les analyses de Borgerhoff dans l'appendice de son l i v r e deja c i t e . 2 ouvrage c i t e , p.180. Borgerhoff d i v i s e les auteurs dramatiques a l'aube du romantlsme en t r o i s classes: d'abord les "orthodoxes," les classiques intrepides, comme Augier, Viennet, et tous les membres de l'Academie; puis les "demi-orthodoxes," comme Delavigne et Lebrun, qui suivaient plus ou moins l a forme et le style classiques en y ajoutant quelques innovations,et enfin les "protestants," les auteurs des melodrames comme Pixerecourt et les poetes du Cenacle. Ceux-ci furent l e s .. .inspirateur.s de l a preface de Cromwell, qui reclamaient l a l i b e r t e l a plus complete, a b o l i t i o n des unites de temps et de l i e u , du style noble et des confidents, melange du comique et du tragique, du grotesque et du sublime, emploi du pittoresque dans le langage et du lyrisme, mais qui voulaient conserver l e vers, assoupli certes et degage des entraves de l'alexandrin t r a d i t i o n n e l . (1) C*etait dans les scenes hlstoriques que le drame franqais avait f a i t j u s q u ' i c i ses plus grands pas vers l a l i b e r t e , J ' a i deja parle du President Henault. Peu avant 1'epoque romantique le Comte Gain-Montaignac et l e Comte Roederer e c r i v i r e n t de ces drames hlstoriques, soucieux surtout de l a verit§ du f a i t h istorique. Stendhal dans son Racine et Shakespeare s»en p r i t a l a tragedie classique. I I se mefia des unites de temps et de l i e u , ne gardant que c e l l e d 'interet. I I demanda un drame historique et en prose qui a i t de l a v e r i t e psychologique et un langage naturel. Dans quelques annees un a r t i c l e du Globe (2) a l l a l t demander l a m§me chose: Qu'ils Ties auteurs romantlques] comprennent surtout, 1 ouvrage c i t e , p.190. 2 deja c i t e , p . i l . .^. f . en face des drames historiques de Shakespeare, s i pittoresqu.es, s i animes, que l ' h i s t o i r e de Prance peut aussi leur o f f r i r de nobles et emouvants sujets, pourvu q u ' i l s n'immolent pas l a v e r i t e historique au respect des unites.... (1) Les successeurs de Stendhal pensaient que l a tragedie historique e t a i t ce dont l e theatre franqais avait surtout besoin, et i l s i se souciaient de l a v e r i t e du d e t a i l h istorique. Tels etaient Merimee, Pongeray, et V i t e t . Ceux-la n'ecrivaient que pour l e lecteur, mais c e l u i - c i e c r i v i t les Etats de B l o i s ou l a mort  de MM. de Guise pour l a scene. Quelle fut 1'influence de Shakespeare aupres des grands ecrivains romantiques? On peut essayer de l a preciser en re-pondant "sujets d ' h i s t o i r e , " "psychologie plus humairie," et en usant d'autres locutions semblables, locutions absolument justes en elles-memes mais qui n'expriment pas l 1essence de 1'influence shakespearienne qui e t a i t surtout une force l i b e r a t r i c e . Shakespeare e t a i t pour eux surtout un symbole: c e l u i de l a l i b e r t e au t h e a t r e , — e t un nom sonore: leur c r i de guerre contre les classiques. (2) Neanmoins, personne ne peut nier que l a plupart des theories dramatiques des romantiques ne se trouvent exemplifiees dans 1'oeuvre de Shakespeare. Tous l e u r s . e f f o r t s vers le naturel nous font souvenir de l u i : l a suppression des unites (hors c e l l e d ' i n t e r e t ) , l e dialogue naturel et tout ce qui essaie de rendre les evenements et les personnages plus proches de l a vie humaine. Les caracteres des tragedies classiques sont 1 ouvrage c i t e , p.42. 2 Se'ssely, Annie, 1'Influence de Shakespeare sur A l f r e d de  Vigny. p.117. l e plus souvent la ' p e r s o n n i f i c a t i o n de quelque qualite d'ame; les caracteres des drames romantiques sont plus'complexes, car l i s ont des t r a i t s physiques en meme temps que des t r a i t s s p i -r i t u e l s , et le contraste entre les deux aspects de l'homme peuvent etre exploites; . . . l a tragedie nous montrait des heros toujours "en representation: le drame nous les presente avec leurs f a i b l e s s e s , leurs petitesses meme. (1) Les personnages des drames romantiques sont domines par leur destinee qui, comme dans.1 1oeuvre de Shakespeare, vient de leur caractere et de ses f a i b l e s s e s . On s 1imagine que les jeunes romantiques parlaient beaucoup de Shakespeare quand i l s se reunissaient chez Nodier, cet admi-rateur sincere du grand Anglais, mais on ne s a l t combien i l con-tribua a 1 1 enthousiasme de:;ses amis l i t t e r a i r e s . Dans sa fameuse Preface de Cromwell (1827), Victor Hugo promulgua ses theories l i t t e r a i r e s et exalta les procedes de Shakespeare, tout en defendant de r i e n imiter s i ce n'est l a nature elle-meme. L'oeuvre de Hugo ne montre pas de t r a i t s shakespeariens tres caracterises; ce q u ' i l adorait chez l u i , c 'etait l'antithese, dont Hugo lui-meme e t a i t hante. Du reste son admiration dura toute sa v i e ; en 1864 i l publia son William  Shakespeare, oeuvre c r i t i q u e et in t e r p r e t a t i v e . Le jeune Musset p r o f i t a aussi de l'exemple de Shakespeare, Son oeuvre dramatique r^ppelle souvent l a f a n t a i s i e et l a f e e r i e shakespeariennes, et Lorenzaccio montre des traces de Shakespeare chroniqueur. 1 Souriau, ouvrage c i t e , p.196. C'est a Alf r e d de Vigny q u ' i l echut de consommer .. . l e grand acte revolutionnaire, supremement roman- . tique, de traduire en vers l e More de Venise et de remporter l a v i c t o i r e sur le classicisme epouvante. (1 On n'a;.. pas eu t o r t en l'appelant l e "grand-maltre des cere-monies l i t t e r a i r e s . " (2) Dans l'avant propos de son e d i t i o n de l a correspondance de Vigny, M. Baldensperger souligne l 1importance du r&le de Vigny dans l e mouvement romantique l o r s q u ' i l constate que l'auteur du More de Venise ...prend plus a coeur que tous ses compagnons d'armes i n t e l l e c t u e l s l a necessite d'un renouvellement pro-fond des l e t t r e s franchises entre 1819 et 1828: mais i l connait aussi les l i m i t e s souhaitables, les voies et moyens de ce renouveau, qui d o i t conti-nuer l a t r a d i t i o n francaise et non pas 1 1interrompre ou l a bousculer. (3) Puis M. Baldensperger enumere ce q u ' i l appelle l e " t r i p l e e f f o r t " romantique de Vigny: le developpement du roman h i s -torique, l a collaboration avec l a Muse Franchise et ses t r a -vaux shakespeariens qui constituent en meme temps une c o n t r i -bution a l a traduction de Shakespeare en France et a l'assou-plissement du vers franqais. A i n s i comme tous les romantiques franqais Vigny preconi-s a i t un changement dramatique r a d i c a l . II voyait en Shakespeare un guide; c ' e t a i t pourquoi II essaya de donner t r o i s de ses drames a l a scene franqaise. II avait un autre d e s i r ; c ' e t a i t de v o i r en France un repertoire de pieces anglaises comme on en avait un deja en Allemagne. 1 Le Roy, Albert, l'Aube du theatre romantique, p.294. 2 ouvrage c i t e , p.311. 3 p . x i i i . Toutefois, comme r i e n ne se perd en Prance, j ' a i l a confiance que peu a peu s'y construira un monument p a r e i l a c e l u i que possede l'Allemagne, une traduc-t i o n en vers, et propre a l a scene, de toutes les oeuvres de Shakespeare. La premiere p i e r r e en f u t posee avec Othello.... (1) De plus, i l vou l a i t exemplifier ses propres theoris dramatiques, qui etaient, plus ou moins, c e l l e s de l a Preface de Cromwell et de L'Allemagne. Ce hut de traducteur, i l l'exprima dans l a Lettre a lo r d en preface a son Othello. Une simple question est a resoudre. La v o i c i : La scene franqaise s ' o u v r i r a - t - e l l e , ou non, a une tragedie moderne produisant:—dans sa conception, un tableau large de l a v i e , au l i e u du tableau resserre de l a catastrophe d'une in t r i g u e ; dans sa composition, des caracteres, non des r61es, des scenes p a i s i b l e s sans drame, melees a des scenes comiques et tragiques;--dans son execution, un style f a m i l i e r , comique, tragique et parfois ppique? (2) Vigny continua en disant que pour exemplifier ce type de drame i l l u i f a l l a i t une piece dont tout l e monde connaissait l ' h i s t o i r e . C'est pourquoi i l c h o i s i t Othello. I I exprima aussi sa grande reverence pour Shakespeare, " l a main l a plus puissante qui a i t jamais cree pour l a scene." (3) Mais i l a v e r t i t l'auteur des dangers de 1'imitation: Un imitateur de Shakespeare s e r a i t aussi faux dans notre temps que l e sont les imitateurs de l'auteur d'Athalie. Encore une f o i s , nous marchons, et quoique Shake-speare a i t a t t e i n t l e plus haut degre peut-etre ou puisse parvenir l a tragedie moderne, i l l ' a a t t e n i t selon son temps; ce qui est poesie et observation de moraliste est aussi beau en l u i que jamais i l l'eut ete, parce que 1'inspiration ne f a i t pas de progres, et que l a nature des individus ne change pas; mais ce qui est philosophie divine ou humairie doit correspondre au besoin de l a societe ou v i t l e poete; or les so-cietes avancent. (4) 1 l'Avant-propos de Vigny, Theatre I, p.VIII. 2 Theatre I . "Lettre a lo r d ™ , " p.XIV. 3 ouvrage c i t e , p.XV. 4 ouvrage c i t e , p.XXXVI. Comme tout theoricien de drame romantique, Vigny p a r l a des unites, d'une psychologie plus v r a i , et de toutes ces ques-tions f a m i l i e r e s . Ce q u ' i l voyait surtout en Shakespeare, c' e t a i t un maitre du style qui emanciperait l a poesie drama-tique franqaise des entraves du classicisme et qui enseignerait les romantiques a representer naturellement le parler humain, meme dans l a formec de l'alexandrin. On peut se demander pourquoi Vigny s'interessa tant au developpement du drame, l u i qui d i t : L'art de l a scene appartient trop a 1'action pour ne pas troubler l e recueillement du poete; outre c e l a , c'est l ' a r t l e plus e t r o i t qui existe; deja trop home pour les developpements philosophiques a cause de l'impatience d'une'assemblee et du temps qu'elle ne veut pas dep&sser, i l est encore resserre par des entraves de tout genre. (1) Mais l e drame represente pour les romantiques l e genre l i t t e r a i r e par excellence, et' Vigny n 1echappa pas a cette idee. C'etait, apres tout, l a fagon l a plus e f f i c a c e de presenter ses idees a un pu b l i c , dont un grand pourcentage ne savait pas l i r e (2) et qui a p a r t i r de 1'epoque class!que aimait le drame. Au-dela de ces raisons pratiques, l e s auteurs romantiques recherchaient ce q u ' i l s appelaient l ' a r t t o t a l , synthese dont le drame est le genre le plus proche. Aussi Vigny e n t r e p r i t - i l une traduction de Shakespeare. Quelles etaient ses q u a l i f i c a t i o n s ? II avait a l a f o i s une grande admiration et une connaissance acceptable du dramaturge anglais. Mile. Sessely date son premier enthousiasme de vers 18.16, epoque a laquelle remonte son Antoine et Cleppatre, oeuvre 1 ouvrage c i t ^ e , p.XVI. 2 Meme quand on s a l t l i r e on est tente de sauter les sermons, ce qu'on ne peut f a i r e dans une s a l l e de spectacle. de jeunesse q u ' i l brula plus tard. Une influence forte sur sa jeune maturity a ete exercee par 1'oeuvre de son parent eloigne, Bruguiere de Sorsum, o r i e n t a l i s t e et traducteur de Byron, de Moore, de Southey et de Shakespeare, dont i l publia des traductions de l a Tempete, de Macbeth, du Songe d'une nuit d'ete et de Coriolan, et t r a d u i s i t aussi Othello et Romeo et J u l i e t t e . Ses deux principes de traducteur etaient l a f i d e l i t y au texte et l a f i d e l i t e a l a forme ( l a prose pour l a prose, des alexandrine non rimes pour les vers blancs, et des alexandrins rimes pour les vers rimes). Nous savons grace a une l e t t r e (1) que Vigny admira 1'ouvrage de Bruguiere, car i l d i t : II a t r a d u i t . . .Shakespeare d'une maniere orig'inale, l i t t e r a l e , et l a seule qui revfele l e genie anglais. Mile. Sessely resume 1'influence de Bruguiere a i n s i : ...Vigny a l u Shakespeare plus attentivement, et avec l'Idee de l e traduire; i l s'est elabore un systeme de traduction en opposition, i l est v r a i , au systeme de Bruguiere; enfin, II a pu apprendre chez c e l u i - c i a respecter les textes, et c' e t a i t une leQon dont i l avait alors besoin. (2) Une autre influence, commune aux romantiques, c'est c e l l e des representations anglaises. Mile. Sessely presume (3) q u ' i l a du^oir du moins Romeo et J u l i e t t e en 1822, parce que dans les fragments de SatanYsauve i l parla de " J u l i e t t e qui se leve de sa tombe pour promettre des jours heureux a un Romeo qui a dans les veines l e poison f a t a l . " C'est l e denouement de Garrick, et i l semble f o r t probable que Vigny l ' a i t vu dans l a represen-t a t i o n anglaise. 1 Correspondance, ed. Baldensperger, p.47. • 2 ouvrage c i t e , p.25. 3 ouvrage c i t y , p.28; On s a l t que Vigny v i t Othello (1827-8) par sa l e t t r e a Pauthier ou 11 deplore l a reception i n c i v i l e que l u i avait donnee l e public. C'est encore d'une l e t t r e a Pauthier qu'on apprend que Vigny a s s i s t a a l a representation du Marchand de Venise. Et Borgerhoff trouve l a preuve que Vigny v i t Macready dans Macbeth, Hamlet et Othello dans une l e t t r e de 1829 (date de son premier voyage en Angleterre) qui parle de Macready comme " l e grand tragedien que j ' a i admire et applaud!...dans presque tous les grands r o l e s , et dernierement dans l a Tempete."(1) L'Influence des representations anglaises sur Vigny se vo i t surtout dans son choix des pieces a traduire et dans les coupures et changements q u ' i l f i t , qui sont frequemment ceux du theatre anglais. (2) Vigny l u t Shakespeare pendant toute sa v i e , l e plus souvent en anglais. Dans son Journal d'un poete et dans sa correspondance II f i t des references periodiques au poete anglais, et on s a l t qu'une de ses dernieres lectures fut l e s drames hlstoriques de Shakespeare. Mais peut-etre l e temoignage l e plus frappant de son estime e s t - i l donne par ces mots du Journal; II ne s u f f i t pas d'entendre 1'anglais pour comprendre ce grand homme; II faut entendre l e Shakespeare qui est une langue aussi.... C'est l a justement ce que Vigny essaya de f a i r e . Baldensperger remarque que Vigny e t a i t l e seul poete romantique qui a i t suffisament compris Shakespeare pour penetrer son mystere (3): Quel f u t jadis Shakespeare?--On ne repondra pas. 1 ouvrage c i t e , p.183. 2 ouvrage c i t e , p.34. 3 Etudes d ' h l s t o l r e l i t t e r a i r e , p.205. Z3L Pour juger les traductions de Vigny i l faut connaitxe ses buts et les conditions sous les quelles i l t r a v a i l l a i t . Son but, i l nous l e d i t dans l a Lettre a l o r d *>**>: "Sendre 1'esprit, non l a l e t t r e . " (1) "Toute traduction," d i t - i l , "est f a i t e pour ceux qui n'entendent pas l a langue mere et n'est f a i t e que pour eux..." (2) Pour rendre ju s t i c e a Vigny, i l dut surmonter beaucoup de d i f f i c u l t i e s . La t r a d i t i o n classique n'etait pas morte; i l ne put courir l e risque de trop l a choquer, jS&ns quoi on ne l ' a u r a i t pas ecoute. C e t a i t v r a i pour l e s d e t a i l s de 1'action, c ' e t a i t v r a i aussi pour le langage. De-plus, i l f a l l u t encore des annees de t r a v a i l de l a part des romantiques pour e l a r g i r l a langue franchise qui e t a i t encore dbminee par des t r a i t s classiques. A nos yeux aujourd'hui les traductions de Vigny semblent bien timides; a ses contemporains e l l e s semblaient bien temeraires. Nous l'accusons d'avoir f a i t beaucoup de coupures et quelques changements, mais tres souvent i l s u i v a i t l e modele du Shakes-peare de l a scene anglaise du XIX e s i e c l e , et quelquefois i l f i t moins d 1omissions. Quelquefois i l s'exprima en des p e r i -phrases, trace de classicisme q u ' i l faut souvent expliquer sans doute par les exigences de 1 1alexandrin, mais maintes f o i s i l se s e r v i t du mot propre q u ' i l vanta dans l a Lettre a  lord v>*>*>. En somme, s i l'on regarde Vigny en r e l a t i o n avec son temps, on sera force de d i r e avec Anatole Prance (3), du moins du More de Venise, que c'est "...une traduction aussi 1 p.XXXIV. 2 . l o c . c i t . 3 Alfred de Vigny, p.62, c i t e par E l i s a b e t h Lebbin. Alfred de Vignys Beziehungen zu England und zur engllschen L i t e r a t u r . p.93. *3 l i t t e r a l e que pejut etre une traduction en vers." Car Vigny s'assigna ce but doublement d i f f i c i l e a atteindre: une t r a -duction de Shakespeare en vers. I I ne pensait pas que l e systeme de Bruguiere de Sorsum s e r a i t acceptable sur l a scene franqaise de son temps. II essaya de rendre aussi naturel que possible l'alexandrin et de l e vari e r pour le rendre con-venable aux personnages comme l e langage de Shakespeare. Vigny adresse a ses auditeurs ce voeu: Ecoutez...le langage que je pense devoir etre c e l u l de l a tragedie moderne; dans lequel chaque personnage parlera selon son caractere, et dans l ' a r t comme dans l a vie , passera de l a si m p l i c i t e habi-tuBlle a 1'exaltation passionnee; du r e c i t a t i f au chant. (1) Le More de Venise. traduction d 1Othello, est en meme temps sa traduction de Shakespeare l a plus exacte et l a plus impor-tante. A i n s i je vais l a discuter d'abord, bien qu'elle v l n t plus tard que sa premiere traduction, c e l l e de Romeo et J u l i e t t e , q u ' i l f i t en collaboration avec Emile Deschamps. En 1828 l e baron Taylor, directeur de l a Comedie Franqaise, demanda a Vigny de traduire Othello; l e poete se mit au t r a v a i l l a meme ann&e; en j u i l l e t 1829 son More de Venise f u t accepte par l a Comedie Franchise, et i l f u t joue l e 24 octobre. L'audi-t o i r e se montra p o l l et a t t e n t i f , mais i l f i t tant d'objections a certains passages que Vigny dut les omettre dans les repre-sentations suivantes. Des deux buts de Vigny eh mettant Othello sur l a scene franqaise, c e l u i de l a reforme du style dramatique et poetique e t a i t plus important que l a traduction en elle-meme. Aussi f a l l a i t - 1 1 ne pas deplaire au. p u b l i c . 1 Lettre a lord . p.XV. L'attitude de Vigny se montre dans ses notes oil i l exprime de temps en temps son regret de ne pas avoir pu traduire plus exactement, et dans les additions q u ' i l f i t plus tard. Vigny s u i v i t . e n general 1»edition i n - f o l i o de 1623; i l t i r a quelques scenes des editions subsequentes. I I abregea l a piece d'un t i e r s en omettant les scenes de Shakespeare qui ne font pas avancer 1'intrigue, e'est-a-dire principalement toutes les scenes comiques. I I s u i v i t l a t r a d i t i o n anglaise de son epoque dans beaucoup de ses coupures, par exemple en omettant quelques-unes des scenes de-Blanca, c e l l e du meurtre d'Emilia par Yago, et aussi l a plupart des grossieretes. I I coupures, les unes importantes, d'autres f i t d'autres/plus ou moins negligeables. La scene derniere est beaucoup resserree. Vigny l'explique dans une note: "...6'est aujourd'hui, pour l a Prance surtout, une necessity que l a der-niere emotion s o i t l a plus vive et l a plus profonde." (1) La encore II dut s'fcncliner devant son auditoire; cependant c'est le remaniement qui change peut-etre l e plus l e drame. Le genie de Shakespeare a pu nous f a i r e encore aimer Othello a l a f i n , apres 1'avoir abhorre; l a traduction de Vigny n'y r e u s s i t pas tout a f a i t . ' Toujours f a u t - i l se rappeler que l a version de Vigny e t a i t plus complete que c e l l e qu'on donnait a son epoque en Angleterre. Ces changements ont naturellement change quelque peu l a personnalite des caracteres, qui restent, neanmoins, remarquablement f i d e l e s a ceux de Shakespeare. La preoccupation chez Vigny de l a presentation des personnages se v o i t dans l a m u l t i p l i c i t y 1 Theatre I, p.171. des instructions q u ' i l donna dans l e texte aux acteurs et aussi par l e s e f f o r t s q u ' i l f i t en dirigeant les r e p e t i t i o n s . Pour son i n t e r p r e t a t i o n d'Yago, le caractere le plus complexe, i l ecouta 1'opinion et de Young et de Macready. Desdemona, dont l e caractere n'est pas complique, est de tous peut-etre l a plus proche de Shakespeare. C'est surtout par l e style q u ' i l faut juger cette t r a -duction, parce que c'e t a i t ce dont Vigny se souciait par-dessus tout. Certes, on y remarque beaucoup de restes classiques, des periphrases par exemple. Mais comme nous l'avons vu, c'eta i t inevitable en 1829. S ' i l d i t " j ' a i regne sur ce coeur innocent" pour "I won his daughter,"(1) i l rompt .toutes l e s regies classiques de v e r s i f i c a t i o n dans ces vers: Ah! s i ce n'est demain, que ce so i t done bien v i t e , Demain s o i r , ou mardi matin, ou v e r s m i d i , Ou mardi s o i r , ou bien, au plus tard, mercredi, Des l e matinl (2) II se sert souvent a i n s i de 11enjambement, des cesures roman-tiques,. et aussi de l'h i a t u s , pour rendre l e style de l a con-versation f a m i l i e r e . . En e f f e t , l ' a u d i t o i r e f u t tellement indigne par ces vers q u ' i l dut les enlever a l a deuxieme representation. De meme on s i f f l a l o r s q u ' i l f i t entrer sur l a scene l e fameux mouchoir. Vigny a tendance a user de periphrases surtout dans les pass'ages d i f f i c i l e s ou grossiers. Quelquefois i l en change meme l e sens. Mais l a chose importante, c'est que le traduc-teur franQais s u i t fidfelement 1'esprit de Shakespeare. Comme 1 G-ilman, Margaret, Othello In French, p. 103. 2 ouvrage c i t e , p.105. le remarque Miss Gilman, c'est l a seule version franqaise d 1Othello f a i t e par un grand poete, ...the f i r s t and almost the only t r a n s l a t i o n i n which r e l a t i v e f i d e l i t y i s joined with true poetry. (1) E l l e c i t e comme un bel exemple 1'adieu d'Othello a l a guerre. Mile. Sessely remarque aussi que c'est surtout dans les passages lyriques ("le chant") que Vigny a t t e i n t l a grandeur. (2) Vigny, en choisissant l a voie moyenne, a essuye des c r i -tiques de chaque c6te. Son auditoire trouva son More trop p l e i n de groBsrie'retes et de hardiesses de s t y l e , mais meme a cette epoque l a Revue de Paris p u b l i a : FIdele et i n f i d e l e a l a f o i s a son modfele, tantdt exagerant l a f a m i l i a r i t e du.dialogue, tant6t supprimant ces t r a i t v i f s et s p i r i t u e l s qui suppleent au defaut d'action; plus bri'llant tout a tour ou plus t r i v i a l que Shakespeare; encherissant et sur l e co l o r i s de son tableau et sur l a naivete de ses elans, M;-Aifred de Vigny...n'a point t r a d u i t Shakespeare. Souvent i l a respecte l a forme et l a profondeur du sens l u i a echappe: souvent II a cru embellir son auteur, et cette parure, en l e chargeant de p a i l l e t t e s modernes, a defigure cette antique physionomie.... (3) Une t e l l e c r i t i q u e devance les reproches par exemple de Dupuy et de Dubeux de nos jours qui estiment cette oeuvre de Vigny trop timide. Mais quand on l a place dans son epoque, on est force, i l me semble, d'en admettre 1 1 excellence. Une courte comparaison avec Duels sera interessante. Voypns comme tous les deux tr a d u i s i r e n t ces beaux vers d 1Othello au Senat: She lov'd me for the dangers I had pass'd, And I lov'd her that she did p i t y them. This only i s the witchcraft I have used. Here comes the lady. Let her witness i t . 1 ouvrage c i t e , p.109.. 2 ouvrage c i t e , p.81. 3 Gilman, ouvrage c i t e . p.98. Ducis d i t : Sa p i t i e pour mes maux seule a produit ma flamme; L'aspect'de sa p i t i e seule a touche mon ailie; V o i l a par quels moyens, par quel art dangereux, Un innocent amour nous a seduit tous deux. (1) Vigny d i t : Pour mes p e r i l s passes e l l e m'aima; de meme, Je l'aimai quand je v i s qu'elle en avait p i t i e . A toute ma magie on est i n i t i e . Seigneurs, consultez-la, je l a vols qui s'avance. (2) Quelle difference] Cette traduction de Vigny, mieux que l e drame malhabile de Cromwell. i l l u s t r e l a theorie de l a Preface de Cromwell. De plus, "Shakespeare avait desormais d r o i t de c i t e sur l a scene franchise." (3) Prepare en collaboration avec son ami Emile Deschamps qui, l u i aussi, voyait en Shakespeare l'exemplifieur par excellence des nouvelles theories dramatiques, Romfeo et J u l i e t t e fut l e premier essai de Vigny traducteur de Shakespeare. Les deux amis y ont t r a v a i l l e pendant 1826 et 1827, epoque a laquelle Vigny, d'apres M. Baldensperger, "donne a Shakespeare l e temps que ne reclament n i ses occupations f a m i l i a l e s ou mondaines, n l les soins exiges par l a sante de sa femme." (4) Vigny s'est charge des deux derniers actes. La piece fut acceptee par l a Comedie Pranqaise, mais ne f u t jamais jouee. On ne put trouver une J u l i e t t e ; en attendant,une autre adaptation de P. Soulie a l'Odeon rendit intempestive l a representation,de 1'oeuvre de 1 ouvrage c i t e , p.67. 2 ouvrage c i t e , p.107. 3 Le Roy, ouvrage cite,' p.329. 4 Theatre I, "Notes et Eclaircissements," p.282. sot Deschamps et de Vigny, qui ne fut pas meme publiee. E n f i n Des-champs t r a d u i s i t lui-meme les t r o i s derniers actes et publia l e tout sous son nom. En 1856, Vigny se mit a completer sa traduction, mais i l . ne f i t qu'indiquer l e scenario des t r o i s premiers actes et qu'ecrire quelques vers i s o l e s des deux premieres scenes. Nous n'avons aujourd'hui que quelques fragments des deux derniers actes. Vigny n'estimait pas son Romeo et ne le jugeait pas digne d'etre compris dans ses oeuvres completes. De nouveau Vigny s u i v i t plus ou moins le modele de l a repre-sentation anglaise. II se s e r v i t du denouement de Garrick; i l ne f i t aucune coupure que les Anglais n'eussent deja f a i t e a moins que ce ne so i t un vers i s o l e ; quelquefois meme i l r e t i n t ce qu'ils avaient omis. En l i s a n t ces fragments publies, Mile. Sessely remarque t r o i s choses: . . . l a f i d e l i t e au contenu de 1*original,—mais l a profonde difference dans le caractere du s t y l e , — e n f i n , l a hardiesse dans le maniement de 1'alexandrin. (1) I c i , plus que dans l e More, on trouve bien des locutions c l a s -siques. (2) Vigny y evi t a toute grossierete; de plus i l se ser v i t tres souvent de periphrases, ou f u t tout simplement verbeux, comme quand i l t r a d u i s i t : . The roses ,on thy l i p s and cheeks s h a l l fade To paly ashes. par: Vos levres ou sourit l a jeunesse en sa f l e u r Echangeront soudain leur b r i l l a n t e couleur Pour l a teinte IIvide et sombre de l a cendre. (3) 1 ouvrage c i t e , p.57. 2 Ce qui n'est pas surprenant, car le More v i n t plus tard. 3 Lebbin, ouvrage c i t e , p.99. Cependant les fragments de Romeo contiennent beaucoup plus de be l l e poesie que de mauvaise. En admettant qu'une traduction ' est toujours moins pa r f a i t e que 1' o r i g i n a l , Vigny n'aurait aucune cause de rougir quand on l i t l e monologue de son Romeo a cdte de c e l u i du heros de Shakespeare. A cet egard i l est interessant de l i r e l a c r i t i q u e de Gaspard de Pons: J' a i entendu de l u i (A. de Vignyjj l a traduction des deux derniers actes de Romeo et J u l i e t t e , et j'y a i trouve une oeuvre tragique bien superieure a l a traduction complete du More. (1) En 1830 Vigny entreprit une adaptation pour l a scene du Marchand de Venise, qui ne fu t cependant jouee qu'en 1905. Baldensperger d i t que .. . l e poete...voulait, i c i encore, rapprocher de ses compatriotes, par une sorte de transaction, une variete plus l i b r e d'action comique et de person-nages. (2) Pour rendre plus jouable Shylock sur l a scene francaise, Vigny comprima les cinq actes de Shakespeare en t r o i s et f i t des . transpositions. Huit scenes et huit personnages sont omis; en somrae II ne reste qu'a peu pres l a moitie du drame de Shakespeare. Toujours i l f i t des e f f o r t s pour s i m p l l f i e r une action compliquee et pour ,en separer les deux in t e r e t s principaux. I I r e a l i s a presque 1'unite de l i e u (meme voisinage) et 1'unite de temps ( t r o i s jours). I I omit les deux Gobbo et a i n s i le gros comique. Ce quoon regrette surtout, c'est 1'omission de . . . l a scene ou Bassanio c h o l s i t l a cassette...enveloppee d'une atmosphere de f e e r i e et de poesie grace a l a musique qui do i t 1•accompagner et a l a ravissante chanson: " T e l l me where i s fancy bred." (3) 1 Dupuy, Ernest, A l f r e d de Vigny, l a vie et 1'oeuvre, p.208. 2 Ouvrage c i t e , p.287. 3 Sessely, ouvrage c i t e , p.64. Vigny se sert quelquefois de l a stichomythie, comme a l a f i n du drame, pour traduire un discours plus long. I I use de plus de l i b e r t e encore envers Shakespeare en ajdutant quelques t r a i t s a 1'action. Si nous regardons maintenant le style de Shylock nous y retrouverons quelques restes de langage classique en depit des e f f o r t s du traducteur a trouver l e mot propre et' l a meme hardiesse surtout dans 1'alexandrin. Vigny se sert partout de periphrases pour eviter l a grossierete; on trouve de temps en temps des alexandrins tout classiques. Mais ces passages sont rares. Et en general, on ne peut qu'admirer combien Vigny a su b r i s e r avec l a t r a d i t i o n et creer, en suivant Shakespeare, un style nouveau. (1) Vigny se montre encore maitre de l 1 a l e x a n d r i n romantique, qui dans le dialogue est. p l e i n d'enjambements et de cesures i r r e -g ulieres, et qui acneve une beaute toute lyrique dans ce que Vigny appelle l e "chant." Mile. Sessely (2) donne deux exem-ples excellents de l'h a b i l e t e de Vigny: le dialogue ou l e mot "bague" paralt huit f o i s , d'apres Shakespeare qui f a i t rimer neuf f o i s avec lui-meine l e mot " r i n g , " et l e lyrique duo d'amour de Lorenzo et Jessica, qui n'a presque r i e n perdu de son charme o r i g i n a l : Ce f u t dans un t e l s o i r , avec ce c i e l d'azur, Tandis qu'un vent leger caressait l a f e u i l l e e , Des larmes de l a nuit encore toute mouillee, Que T r o l l u s de Troie escalada les murs, . Pour venir doucement, par des chemins obscurs, Adresser les soupirs de son fime brulante A Cressida l a Grecque.... 1 ouvrage c i t e , p.68. 2 ouvrage c i t e , pp.67 et 68. 31 Je ne partage pas 1'opinion de M. Dupuy quand i l parle du "merite mediocre de cette adaptation, evidemment impro-visee," (1) n i c e l l e de Mile. Sessely, qui avoue l e charme de l a piece, mais d i t que Vigny n'a f a i t qu'un j o l i drame franQais.(2) I c i , comme dans l e More de Venise et dans Romeo et J u l i e t t e , je pense que Vigny est reste tres f i d e l e a 1'esprit de Shakespeare, et apres tout, c'est ce q u ' i l v o u l a i t f a i r e : J'ai done cherche a rendre 1'esprit, non l a l e t t r e . Cela n'a pas ete compris par tout l e monde....(3) II faut maintenant repondre a l a question: en quelle mesure 1'oeuvre de Shakespeare i n f l u e n z a - t - e l l e 1'oeuvre o r i g i n a l e de Vigny? En cherchant une t e l l e influence, on court"toujours l e risque d'exagerer, car une ressemblance n'Indique pas tou-jours une influence. Deux ecrivains peuvent avoir l a memeeidee, se s e r v i r de l a meme image ou des memes procedes l i t t e r a i r e s . I I y a une tendance a s'imaginer les romantiques franQais f e u i l l e t a n t leur exemplaire de Shakespeare pour chercher quelques idees chaque f o i s q u ' i l s a l l a i e n t e c r i r e un drame. On d i t que Shakespeare e t a i t leur maitre, et c'est v r a i , mais c'est parce qu'avec Shakespeare l i s . ecoutaient un maitre plus puissant en-core: l a l i b e r t e . Et souvent c'est a cette l i b e r t e q u ' i l faut attribuer l e s t r a i t s "shakespeariens" du drame romantique. Or procedons avec l a mefiance de l ' l n c r e d u l i t e a l a recherche des traces'd'influence de Shakespeare sur l'oeuvre personnelle de Vigny. 1 ouvrage c i t e , p.209. 2 ouvrage c i t e , p.69. 3 Lettre a lo r d . p.XXXV. 3X II va sans dire que cette influence do i t fctre l a plus f o r t e dans son oeuvre dramatique. Comme nous venons de v o i r , Vigny s 1 i n t e r e s s a i t beaucoup au drame et a son emancipation. Quelque part dans l e Journal ne d i t - i l pas q u ' i l e t a i t "moralists et drama-tique de forme"? Le Roy (1) trace l e commencement de l a ca r r i e r e l i t t e r a i r e de Vigny a un drame de son adolescence, J u l l e n l'Apostat 1 dont Beauchamp l ' h i s t o r i e n l u i d i t : Souvenez-vous de c e c i : a dater d 1aujourd'hui, "vous avez conquis votre independance. Plus ou moins au meme temps i l ec r i v i t un Antoine et Oleopfttge et une tragedie de Ro land . V i i n y d e t r u i s i t ces trois drames plus tard. On d i t que Cinq-Mars f u t commence sous forme de tragedie, et meme s ' i l ne nous reste que quelques broui l l o n s d'autres drames, le poete publia t r o i s pieces completes a part ces t r a -ductions de Shakespeare. On d i t que parce q u ' i l cessa de publier des drames apres Chatterton (1835), que cela prouve q u ' i l n'aimait pas l e genre dramatique. On semble oublier q u ' i l ne publia presque r i e n du tout apres 1835. Sa correspondance parle toujours des oeuvres q u ' i l t r a v a i l l a i t , mais c'est presque tout ce que nous savons. E t a i t - i l s i occupe des soins de sa pauvre Lydia, tou-jours malade?" Manquait-Il vraiment d'imagination et de pouvoir createur comme beaucoup ont d i t ? Cela reste un mystere, mais on peut r e f l e c h i r sur le- caractere d'inacheve de 1'inspiration ro-mantique dans tous les genres. L 1 i d e a l que cherchaient les romantiques e t a i t peut-etre s i eleve que meme un poete, c e l u i qui " l i t dans les astres l a route que nous montre le doigt du Seigneur," ne pouvait l'exprimer. 1 ouvrage c i t e , p.302. V ^ 33 A-vrai d i r e , les drames de Vigny ne montre.nt pas 1 ' i n f l u -ence nettement caracterisee de Shakespeare. I I avait parle lui-meme des dangers de 1'imitation et, de plus, son genie d i f f e r a i t de c e l u i de Shakespeare. Chez Vigny, l'idee e t a i t l a chose l a plus importante; i l philosophait toujours et some oeuvre manquait a i n s i souvent da action*c La psychologie des" personnages dans son oeuvre est maintes f o i s coloree par l'idee qui l'entraine. De plus, dans le s drames de Vigny les carac-teres secondaires tendent a §tre i n d i s t i n c t s . Tout cela est absolument oppose au procede de Shakespeare. Vigny, en depit sa profonde p i t i e s o c i a l e , se sentait eloigne du peuple, et souvent ne pouvait l e peindre vraiment. Mais c ' e t a i t l a un des dons les plus merveilleux de Shakespeare. , Cependant on peut trouver quelques ressemblances aussi o entre Vigny et Shakespeare. Vigny n ' a t t e i g n i t pas l'imperson-n a l i t e absolue de Shakespeare; i l est v r a i que son oeuvre ex-prime toujours l e s idees du poete; mais nous navons de l u i non plus l e s "confessions" auxquelles on s'attend d'un poete roman-tique. Deux conceptions philosophiques de Vigny et de Shakespeare se ressemblent. L'une est l a conception de l a destinee (1). L'autre est 1'attitude a l a femme. Pour tous deux e l l e est tendre, douce, f a i b l e , quelquefois rusee et s e r v i l e (2). Comme Shakespeare et comme les autres romantiques, Vigny, meme s ' i l ne r e u s s i t pas toujours, pretend creer des individus, et non 1 voi r pp. /oo-ofo. 2 c f . Citoleux, Marc, Al f r e d de Vigny, persistances classiques  et a f f i n i t e s etrangeres, p.422. 3 i f des types comme les classiques. Venons maintenant h. I 1 etude de 1 ! oeuvre personnelle de Vigny. On peut l i r e dans un a r t i c l e au sujet de l a Marechale d 1Ancre de l a Quotidienne (1) qu 1 ...apres avoir traduit...1*"Othello"..., M.de Vigny voulut f a i r e un drame historique dans l e gout de son modele. C e t a i t le jugement de l a plupart des c r i t i q u e s . En e f f e t , c'est le drame o r i g i n a l de Vigny qui s u i t de plus pres 1'exemple de Shakespeare, et peut-Stre M.Citoleux et Mile. Sessely o n t - i l s raisori quand i l s en imputent beaucoup des defauts a son souci de reproduire des t r a i t s du maitre anglais, bien que Mile. Sessely q u a l i f i e son jugement dans ces termes: Mais que reconnaltre dans l e c l i q u e t i s d'epees, les duels dans 1*obscurite, les lueurs d'incendie, l e s cabinets secrets et les e s c a l i e r s caches de cette piece, sinon l e romantisme de 1830 Influence lui-meme par l e melodrame, et dont Vigny devait subir l u i aussi l a contagion? Rendre Shakespeare responsable de tout ce fatras romantique s e r a i t une i n j u s t i c e . (2) D'abord, Vigny obeit a l a p r e s c r i p t i o n de Stendhal et a 1*exemple de Shakespeare en choisissant un sujet d ' h i s t o i r e : Avec l a Marechale d'Ancre. j'essayai de f a i r e l i r e une page d ' h i s t o i r e sur l e theatre. (3) C e t a i t un but tout shakespearien, mais quand Vigny ajoute q u ' i l y presentait une these morale, " l ' a b o l i t i o n de l a peine de mort en matiere p o l i t i q u e , " i l s'eloigne immediatement de son maitre anglais. M.Baldensperger remarque (if) que Vigny e t a i t s i pre-occupe de sa these q u ' i l n'etudia pas tres soigneusement les f a i t s historiques. 1 22 j u i n 1840, c i t e par Partridge, E r i c , The French romantics' knowledge of E n g l i s h l i t e r a t u r e , p.250. : :  2 ouvrage c i t e , pp.93-4. 3 Journal d'un poete. 4 The&tre I I . "Notes et Eclaircissements," , :p.354. On a vu a u s s i 1'Influence de Shakespeare autant que c e l l e de S i r Walter Sc o t t dans l a p e i n t u r e des gens du peuple. Dans l a Marechai. d 1Ancre, nous voyons se de-gager de l a f o u l e , toujours l i c h e , un element genereux, l e peuple.... (1) Ce peuple e s t represents en p a r t i c u l i e r par F i c a r d et Samuel, qui sont, cependant, trop r a f f i n e s , et ne p a r l e n t n i n'aglssent comme un P i s t o l , par exemple. (2) Les scenes de cour suggerent a u s s i Shakespeare: " l a cruaute p o l i e " dont Vigny p a r l e dans son Avant-Propos et toutes l e s moeurs de l a cour. (3) De tous l e s personnages de l a p i e c e , l a Marechale montre l a p l u s grande ressemblance avec Shakespeare. M. Baldensperger l ' a p p e l l e "une lady Macbeth manquee;" (4) e l l e s ont chacune l a volonte et I 1 e s p r i t d'un homme avec l a tendresse m a t e r n e l i e . La s u p e r s t i t i o n de l a Marechale v i e n t peut-dtre a u s s i de Shakespeare, c ' e s t - a - d i r e de Macbeth et de J u l e s Cesar. Samuel porte quelques souvenirs de Shylock. Ce drame de Vigny r a p p e l l e Shakespeare par l e manque d*unite de l i e u et p l u s ou moins de temps a u s s i ( l 1 a c t i o n dure deux jours) mais i l e s t encore l o i n de Shakespeare en ce q u * i l s a c r i f i e l»unite d ' i n t e r f c t . Vigny essaya quelquefois i c i l e melange des genres dans l'amoindrissement du s e r i e u x (on ne peut pas d i r e " l e comique") des scenes du peuple et surtout l a scene entre Madame de Rouvres et Madame de Moret, ce qui 1 Souriau, ouvrage c i t e , p.167. 2 Se s s e l y , ouvrage c i t e , p.90. 3 Lebbin, ouvrage c i t e , p.102. F r & u l e i n Lebbin donne Une s u i t e de p a r a l l e l e s entre l a Marechale d'Ancre et l e Henry V I I I dans l e q u e l Shakespeare f u t un c o l l a b o r a t e u r . 4 Theatre I . "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.288. e s t , d'apres M i l e . Sessely ( 1 ) , t r e s f r a n c h i s e t o u t en etant shakespearlenne. Vigny e t a i t trop occupe de sa these p h i l o s o -phique et de sa conception de l a destinee (2) pour se prftter au comlque. I c i , c'est s u r t o u t peut-etre dans c e t t e conception de l a destinee q u ' i l ressemhle a Shakespeare, Dans l e s t y l e (que comme nous avons vu Vigny a d m i r a i t surtout chez^Shakespeare et q u ' i l v o u l a i t s urtout i m i t e r ) on ne v o i t dans l a Marechale d'Ancre qu'une i n f l u e n c e t o u t nega-t i v e , 1'absence du c l a s s i c i s m e . Les personnages n'y p a r l e n t pas d 1apres l e u r p o s i t i o n sociale.. La v a r i a t i o n du " r e c i t a t i f " au "chant" e s t presque i m p e r c e p t i b l e , a p a r t un ou deux passages t r e s r a r e s de prose l y r i q u e comme c e l u i ou, Borgia p a r l e a l a Marechale de l e u r s jeunes amours. (3) Quand quelquefois l e s personnages montrent des t r a i t s de caraetere shakespeariens, l i s d e v ient frequemment de l e u r propre c a r a e t e r e , comme quand l a v i o l e n t e I s a b e l l a devient soudain douce comme Desdemona. (4) S i l'on cherche soigneusement on peut trouver quelques t o u r s de mots qui suggerent Shakespeare. M i l e . Sessely s i g n a l e quelques scenes de f o r c e , qui dans l e u r maniement suggerent Shakespeare, comme l e jugement de l a Marechale, l e d u e l , l a rencontre de l a Marechale avec ses enfants, et l e s scenes qui precedent l ' a r r e s t a t i o n de l a Marechale, Mais en d e p i t de tous ces rapprochements, l a Marechale d 1Ancre r e s t e beau-coup p l u s romantique et vignesque que shakespearlenne. 1 ouvrage c i t e , p.87. 2 "Au centre du c e r c l e que d e c r i t c e t t e composition, un regard sur peut e n t r e v o i r l a Destinee, contre l a q u e l l e nous l u t t o n s tou-j o u r s , mais qui l'emporte sur nous des que l e Caraetere s'af-f a i b l i t ou s ' a l t e r e . . . . " Vigny, Avant-propos de j a Marechale d 1Ancre. Theatre I I , p.3. 3 I I I 3, c i t e S e s s e l y , ouvrage c i t e , p.93. 4 ouvrage c i t e , p.89. 37 En 1.833 Vigny e c r i v i t encore un drame, Qultte pour l a peur, dont 11 remarqua a l a Vicomtesse du P l e s s i s : . . . j e ne pretends pas defendre c e t t e b a g a t e l l e , mais j e ne desespere pas de vous prouver que l e fond en es t p l u s grave que vous ne p.ensez. I I est bon de c o r r i g e r des O t h e l l o sans amour comme 11 s'en e s t trouve souvent en Prance.... (1) "Cet audacieux marivaudage " comme l e q u a l i f i e M. Baldensperger(2) a en e f f e t un theme feminists:..?Vigny...denle a l'homme l e d r o i t de b r i s e r l a v i e de sa femme, meme coupable...." (3) L * i n s p i r a t i o n i n i t i a l e v e n a l t de Shakespeare, et l' o n a r e -marque dans l a Duehesse des q u a i l t e s de Desdemona et d*Ophelia pathetiques et douces. Mais a v r a i d i r e 1'influence de Shakespeare e s t n e g l i g e a b l e . Encore dans Chatterton on ne trouve que des reminiscences de Shakespeare. M i l e . Sessely comme M. C i t o l e u x i n s i s t e n t que c'est une composition r a c i n i e n n e . E l l e donne pour ses ra i s o n s l ' o b s e r v a t i o n des t r o i s u n i t e s , l e traitement d'une c r i s e , 1'action i n t e r i e u r e . (4)Tout c e l a est v r a i , mais c'est un peu d i f f i c i l e de v o i r comment Vigny a u r a l t pu t r a i t e r autre-ment son s u j e t ; un r e c i t de toute l a v i e malheureuse de Chat-t e r t o n a u r a i t couru l e danger d'ennuyer. E l l e remarque a u s s i que l e s caracteres ne sont que des idees p e r s o n n l f i e e s . A un c e r t a i n p o i n t , c'est v r a i , e t i l f a u t s'y attendre dans une piece a these, mais assurement ces caracteres ont a u s s i des pe r s o n n a l i t e s marquees. D*autre p a r t , M i l e . Sessely l'admet 1 Correspondance j * S a k e l l a r i d b s . Emma, p.145. 2 Theatre I I . "Notes e t E c l a i r c i f s e m e n t s , " p.356. 3 P l o t t e s , P i e r r e , l a Pensee p o l i t i q u e et s o c i a l e d ' A l f r e d  de Vigny. p.132. ouvrage c i t & , pp.99-100. en montrant comme l e s personnages d i f f e r e n t s p a r l e n t s e l o n l e u r p o s i t i o n et l e u r caraetere. (1) C f e s t l k une ressem-blance avec l e precede de Shakespeare. Une autre e s t l e melange des genres, dont Vigny t i r e un e f f e t s i f o r t dans l a scene de Lord Talbot et des jeunes l o r d s . K i t t y B e l l , e l l e a u s s i , f a i t penser k Desdemona par sa soumission k son marl b r u t a l et par l a tendresse et le.malheur de sa nature. Chatterton , comme l a Marechale, e s t domine par l a d e s t i n e e , mais ce n'est pas l a destinee du caraetere comme Shakespeare 1'envisaged, t ; c'est une conception toute romantique: l a des-t i n e e s o c i a l e . (2) F r a u l e i n Lebbin a trouve quelques autres aspects shakes-peariens dans Chatterton , entre eux l e contraste des carae-te r e s et l'abondance de l a couleur, comme a u s s i 1'usage du monologue, qui r a p p e l l e Hamlet. Tout de meme, ce n'est qu'en l e s cherchant qu'on v o i t des a f f i n i t e s entre Chatterton et 1 'oeuvre de Shakespeare; e l l e s ne frappent pas l e l e c t e u r . Shakespeare n'exerqa presque aucune Influence sur l a poesie et sur l f o e u v r e en prose de Vigny. Quelquefois on y trouve une image ou une expression qui r a p p e l l e Shakespeare, mais e e l a ne prouve que ce que nous savlons encore, que Vigny l i s a i t beaucoup et admi r a l t f o r t 1 'oeuvre du dramaturge a n g l a i s , et q u ' i l a v a i t Tine mfemoire e x c e l l e n t e . Cherchons, cependant, quelques exemples. Le symbole de l a Roue dans P a r i s ressemble k un passage de Hamlet. I l l 3, oil Rosenkrantz p a r l e : 1 ouvrage c i t e , p.101. 2 ouvrage c i t e , p.100. *1 • The cease of majesty .. . i s a massy wheel, Fix'd on the summit of the highest mount, ...which, when i t f a l l s , Each small annexment, petty consequence, Attends the boisterous ruin. (1) Dans les Oracles, VI, Vigny e c r i v i t : Les Doctrines croissalent,...• Tuaient Polonius a travers le tapis. (2) On a compare le vers de l a Malson du Berger: Pleurant, comme Diane au bord de ses fontalnes.•.. a celui de Comme i l vous plalra( IV 1 ) : I w i l l weep for nothing, like Diana at the fountain. (3) Dans Cinq-Mars i l y a deux epigraphes tires de Shakespeare, et au chapitre XIV, un eloge de celui.-ci. "La derniere nuit de tra v a i l " qui sert de preface a Chatterton prend pour epigraphe "Ceci est l a question" de Hamlet, et l a repetition: "La cause....La cause...." f a i t penser a Othello. Mile. Sessely parle de quelques traces de l a feerie de Shakespeare dans 1'oeuvre de Vigny, surtout dans Eloa. Volci un de ses exemples: D'ou viens-tu, bel Archange?... Vas-tu... Partager l a rosee aux calices des fleurs, Ou courber sur les monts l'echarpe aux sept couleurs? (4) E l l e compare ces vers au Songe d'une nuit d'ete et a l a Tempftte, que Vigny pouvait avoir ete en train de l i r e dans l a traduction de Bruguiere. 1 JBVC cite Sessely, ouvrage cite, pp. 105-06. 2 ouvrage cite, p.106. 3 ouvrage cite,(d*apres Lesans, "Notes sur deux poernes de Vigny"), p.107. 4 ouvrage cite, p.110. On p o u r r a l t c i t e r encore drfexemples s i m i l a i r e s , que 1 que s-uns t i r e s du J o u r n a l et de l a Correspondance, mais ce ne s e r a i e n t ll que quelques temoignages de p l u s du v l f i n t e r e t a Shakespeare que Vigny garda toute sa v i e , Ojuant aux e f f e t s de 1* i n f l u e n c e Shakespearlenne sur l u i et son oeuvre, i l s peuvent se resumer en un e f f o r t vers Tine p l u s grande l i b e r t e , et de forme, et de pensee. Le poete a n g l a i s a donne au poete f r a n c j a i s , a un moment d e c i s i f , 1* impulsion neces-s a i r e . . , , (1) 1 Sessely, ouvrage c l t $ e , p.118, CHAPITRE I i : L»INFLUENCE DE MILTON Nous venons de v o i r que Shakespeare est une f o r c e qui a g i t presque partout dans l e romantisme f r a n q a i s ; 1'ascendant de M i l t o n , moins important 11 f a u t l'avouer, y est p l u s fuyant. Car s i l e s romantiques p a r l a l e n t incessamment de Shakespeare, en vantant et en adoptant ses methodes, l i s ne p a r l a l e n t que beaucoup p l u s rarement de M i l t o n . Mais l e s images mlltonlennes o ont penetre subtilement dans l e u r a r t ; dans c e l u i de Chenier, de Hugo, de Vigny et de B a u d e l a i r e , pour ne nommer que l e s mieux connus. Tres d i f f e r e n t e de l 1 i n f l u e n c e de Shakespeare, qui e t a i t p l u s ou moins d i r e c t e e t toute ouverte, c e l l e de M i l t o n e t a i t emlnemment i n d l r e c t e ; e l l e est souvent passee de poete en poete sans recours a 1 ' o r i g i n a l , et meme sans recours k une t r a d u c t i o n . Neanmoins on nous assure que l e Paradis perdu e t a i t un des l i v r e s l e s p l u s f e u l l l e t e s des poetes du Cenacle. Cet I n t e r e t a M i l t o n n'est p o i n t surprenant chez l e s romantiques non seulement a. cause de l e u r preoccupation b i e n connue avec l e s l i t t e r a t u r e s s e p t e n t r i o n a l e s , e t surtout peut-etre avec 1'anglaise, mais a u s s i a cause du grand i n t e r e t r e n a i s s a n t au genre epique et a tout ce qui se rapporte au moyen-age. On s a l t que presque tous l e s poetes de c e t t e epoque r e y a i e n t de composer quelque grande epopee comprenant l ' h i s t o i r e de l ' h u -manite k t r a v e r s l e s ages, avec l ' E t e r n i t e pour fond, dans un developpement mystique. T e l l e a u r a i t ete l a "'Theogonie chretienne': £projet d'un vaste poeme synthetique, so r t e de Genie du C h r i s t i a n i s m e en v e r s . . . . ! " dont p a r l e Vigny dans son J o u r n a l . (1) L ' h i s t o i r e d'Eloa, dont i l ne nous r e s t e qu'un s e u l poeme, des b r o u i l l o n s de deux a u t r e s , et p l u s l e u r s references assez mysterieuses dans l e J o u r n a l , n 1 a u r a l t peut-Stre ete qu'une p a r t l e de cet immense p r o j e t . T e l s e t a l e n t l a , Legende des S l e c l e s , Dieu et l a P i n de Satan de V i c t o r Hugo, un des r a r e s poetes qui a l e n t r e a l i s e l e u r reve epique. T e l a u r a l t ete l e grand p r o j e t de Lamartine, dont seulement J o c e l y n et l a Chute d'un Angeeont ete e c r i t s . E t l'espace manque i c i pour p a r I e r de l'Ahasverus de Quinet, d e . l a D i v i n e Epopee de Soumet, des compositions epiques de Ballanche et de tous l e s beaux songes des poetes secondalres de c e t t e epoque supreme-ment i d e a l i s t s qui f u t l e dix-neuvieme s i e c l e en Prance. Dr. Hunt (2) nous montre comment 1'epopee, qui pour.ne pas St r e fade et a r t i f i c i e l l e a b e soln de quelque i n s p i r a t i o n forte--que ce s o i t une i n s p i r a t i o n n a t i o n a l e et p a t r i o t i q u e , r e l l g i e u s a ou m o r a l e — 1 * a puisee a c e t t e epoque en France dans un mysticisme nouveau, f a i t d'un essor r e l i g l e u x , sinon en general t r a d i t i o n n e l l e m e n t Chretien, et d'un v i f sentiment humanitaire avec une c o n v i c t i o n profonde de l a s o l i d a r i t e humaine, non seulement des v i v a n t s , mais de tous l e s hommes de tous l e s temps, du passe, du present e t de l ' a v e n l r . Or, pour l a generation romantique qui e x p l o r a i t l e genre epique et l a l i t t e r a t u r e a n g l a i s e , q u e l l e m e i l l e u r e i n s p i r a t i o n 1 p.2. 2 dans The E p i c i n Nineteenth Century France. que c e l l e du Paradls perdu, ce monument epique q u i , en meme temps e t peut-etre a l ' i n s u de l ' a u t e u r , montre tant de tr a c e s du romantisme? (3) Car c' e t a i e n t encore un a t t r a i t que l e romantisme et avant to u t que l e satanisme m l l t o n i e n s , c e t t e d e r n i e r e m a n i f e s t a t i o n etant etroltement l l e e , comme nous verrons plus t a r d , aux rftves humanitaires du dix-neuvieme s l e c l e en France. "Le genre fepique," he ^ V i g n y J a v e r s , . . . i n 1832,(2) '.'a l a place d'etendre ses a i l e s dans l e grand roman." I n 1835 he w i l l r e f e r to Cinq-Mars. S t e l l o . and Servitude et Grandeur m i l l t a l r e s as " l e s chants d'une sorte de poeme epique sur l a d i s i l l u s i o n . . . . " (3) S i E l o a et l e Deluge sont l e s seuls poemes vraiment epiques de Vigny, i l crea un nouveau genre, du type de Mol36 et de l a Femme Adu l t e r e . " I t i s not e p i c , hut thought cast i n t o an e p i c or dramatic mould." (5) A i n s i c e l a n'etonne p o i n t que Vigny surtout des romantiques franc,ais a i t subi 1'influence m i l t o -nienne, l u i qui s'est proclame dans son J o u r n a l "une so r t e de m o r a l l s t e epique," l u i qu'on regarde ordinairement comme c e l u i qui e s t venu l e p l u s proche de l e u r hut commun, l a poesle philosophique. Les romantiques f i r e n t l a connaissance de M i l t o n grace aux e f f o r t s de Chateaubriand, un des p l u s ardents admirateurs franQais de M i l t o n . En 1836, Vigny p r o j e t a dans son J o u r n a l un a r t i c l e (jamais publifc.) au s u j e t de Chateaubriand, et 1 c f . l ' a r t i c l e d'Edgar E. S t o l l , " M i l t o n a romantic." 2 J o u r n a l . p.73. 3 ouvrage c i t e , p.199. 4 Hunt, ouvrage c i t e , pp. 150-1. 5 ouvrage c i t e , p.150. I I s'y montre assez h o s t i l e contre, l e "pere du romantisme: 1 1 BYpocrysie p o l i t i q u e , l i t t e r a i r e e t r e l i g i e u s e , faux a i r de genie, c'est t o u t ce q u ' i l y a dans cet horame qui n'a jamais invente.—Rene e s t i m i t e de Werther. A t a l a de Paul et V i r g l n l e . — L e s Martyrs sont une mosalque dont chaque p a r t i e e s t t i r e e d'un monument a n t i q u e . — L e Genie du C h r i s t l a n i s m e est un l i v r e de mauvaise c r i t i q u e l i t t e r a i r e f o r t arrlferee.--Les  Etudes sur l a l i t t e r a t u r e a n g l a i s e sont un pamphlet contre l a nouvelle e c o l e , oeuvre de f a t u i t e et d 1 i g -norance . (1) Cette e x p l o s i o n semhle un peu l n g r a t e quand on r e f l e c h i t a tout ce que Vigny et ses amis l i t t e r a i r e s durent a Chateau-b r i a n d . Chez notre poete c ' e t a i t prlncipalement une i n f l u e n c e de jeunesse, t r e s v i s i b l e , par exemple, dans l e s d e t a i l s d fHelena. M. C i t o l e u x exagere quand 11 d i t : A i n s i Chateaubriand f u t d'abord et toujours pour Vigny l'auteur du Gfenle du C h r i s t l a n i s m e . I I y t r o u v a i t l a p u n i t i o n de l'bumanite, l e caraetere a l a f o i s n a t u r e l et s u r n a t u r e l du c h r i s t l a n i s m e , l e respect de l a femme; l a n e c e s s i t y de conserver l e c h r i s t l a n i s m e pour sauver l a morale et l a s o c i e t e , l e contraste de l a . v i e c i v i l i s e e e t de l a v i e sau-vage. Pui s l e s M a r t y r s . l e s Etudes h i s t o r i q u e s l u i f o u r n i r e n t , n o h seulement un nouveau c o n t r a s t e , c e l u i du paganisme et du c h r i s t l a n i s m e , mais une vue h i s t o r i q u e du e h r i s t i a n i s m e p r i m i t i f . (2) Vigny, penseur b i e n superieur a Chateaubriand, a pu evoluer sa p h i l o s o p h l e sans a v o i r b e soln des t h e o r i e s de l'auteur du Genie du C h r l s t i a n l s m e . Tout de meme i l l u i d o i t beaucoup, et surtout maints t r a i t s du p o n c i f romantique. Ce n'est pas seulement se s e r v i r d'une phrase h a b i l e qu'appeler Chateaubriand l e pere du romantisme, car on peut trouver chez l u i une grande p a r t i e de ce qui va devenir c a r a c t e r i s t i q u e du romantisme . f r a n q a i s . On peut t r a c e r l e s sources de ce mouvement chez 1 p.117; c'est Vigny qui s o u l i g n e . 2 ouvrage c i t e , p.288. ceux qui e c r i v a i e n t en p l e l n dix-huitieme s i e c l e s chez Rous-seau, chez Bernardin de S a i n t - P i e r r e , quelquefois chez Did e r o t . C'est cependant surtout dans 1*oeuvre de Chateaubriand, oil ces t r a i t s romantiques sont combines et a m p l i f i e s , que l e s poetes du dix-neuvieme s l e c l e l e s chercherent. Peut-etre l e t r a i t l e p l u s c a r a c t e r i s t i q u e de Chateaubriand e s t - i l l e "mal de Rene" qui d e v i n t p l u s t a r d l e "mal du s i e c l e " et qui t y p i f i e l ' e t a t d'ame romantique. Cette maladie s p l r i t u e l l e qui a f f l i g e a Chateaubriand f u t contraetee par tous s s heros, par Rene par Eudore, et meme par quelques-unes de ses h e r o i n e s , V e l l e d a , par exemple. Tres importante a u s s i f u t sa r e v o l t e contre l e r a t l o n a l l s m e du dix-huitieme s l e c l e , et sa defense de l a r e -l i g i o n c hretienne, p l u s a cause de sa beaute qu'a cause de sa v e r i t e . (1) I I "a mis l a B i b l e entre l e s mains f_de Hugo, de Lamartine et de VignyJ , e t , par c e l a s e u l , a r e j e u n i l a poe-s i e f r a n c h i s e . . . . " (2) I I se montra absolument oppose au fameux d i c t o n de B o i l e a u contre l e s images poetiques chretiennes. I I s ' e c r l a : ...plus d ' e s p r i t antique, p l u s de r e l i g i o n antique, p l u s de morale antique. Soyons f r a n q a i s , C h r e t i e n s , modernes et nous-memes....(3) Ce r e j e t du c l a s s i c i s m e i m p l l q u a i t , entre autres choses, un r e t o u r vers l e moyen-age, ce qui explique peut-etre l a forme epique qu'a p r i s e toute ou presque toute son oeuvre. (4) En p a r l a n t de son genie, Paguet d i t (5) q u ' i l e s t compose de 1 Paguet, E m i l e , Dix-neuvieme s l e c l e . etudes l i t t e r a i r e s . p.15. 2 Dupuy, E r n e s t , l a J e u n e s s e des Romantiques. p.315. 3 Paguet, ouvrage c i t e , pp.37-8. 4 Baker, A.T.. " M i l t o n and Chateaubriand," pp.88-9. 5 ouvrage c i t e , p.325. e e n s i b i l i t e et surtout d 1 I m a g i n a t i o n , deux q u a l i t e s presque nec e s s a i r e s au poete mais qui manquent a l a p l u p a r t des auteurs de ce q u i ' p a s s a l t pour poetique k son epoque. Un autre t r a i t romantique, c'est son gout de 1'immense, de l ' i n f i n i . " I I d i t quelque p a r t : 'Une epopee d o i t renfermer l ' u n i v e r s . ' " (1) C'est surtout un genie d e s c r i p t i f ; i l peut to u t pelndre: des tableaux v i v a n t s de l a nature, des scenes ou de p a l x ou d ' a c t i o n . E t son oeuvre, surtout l e s M a r t y r s , r u t pour l e s romantiques "une sort e de Thesaurus p o e t i c u s f r a n q a i s , ou s i l ' o n veut, une mer des images." (3) On ne peut guere exagerer son ascendant, mais j ' a i peur que Paguet ne l ' a i t peut-etre un peu s u r f a i t quand i l d i t : Tout Lamartine, to u t Vigny, l a premiere maniere d'Hugo, l a premiere maniere de George- Sand, une p a r t i e de Musset, l a p l u s grande p a r t i e de F l a u b e r t d e r i v e n t de l u i . . . . Son c h r i s t l a n i s m e , s i n c e r e , mais d'un t i t r e s i peu c e r t a i n , e s t devenu l a forme meme, vague et f l o t -t a n t e , du sentiment r e l i g i e u x moderne....(4) Son i n f l u e n c e sur l e s moeurs a ete considerable . . . . I I a presque invente des Jjtats psychologiques. La desesperance, l a m e l a n c o l l e , l a f a t i g u e d'etre sont devenues des e t a t s o r d i n a l r e s apres l u i . . . . Son genie l i t t e r a i r e a ouvert toutes grandes toutes l e s sources. I I a compris toutes l e beautes 1 Paguet, ouvrage c i t e , p.48. 2 ouvrage c i t e , pp. 55-8. 3 Dupuy, ouvrage c i t e , p.325. 4 I I est i n t e r e s s a n t de comparer avec c e t t e e x p o s i t i o n de l a r e l i g i o n de Chateaubriand c e l l e de Mr. Baker, donnee dans une note (p.93) de son a r t i c l e dejk c i t e : I t seems to us th a t j u s t as the s i x t e e n t h - and seventeenth-century w r i t e r s — e x t e r n a l l y at l e a s t -were C h r i s t i a n by f a i t h and pagan l n i m a g i n a t i o n , so Chateaubriand was of the eighteenth century i n h i s a t t i t u d e towards C h r i s t i a n dogma, but C h r i s t i a n i n imaginagion. This C h r i s t i a n i magination i s h i s great g i f t to French Romanticism. *47 de tous l e s temps et de tous l e s mondes, et i n v i t e tous l e s t a l e n t s a y p u i s e r . (1) On a toujours reconnu 1'importance de Chateaubriand dans l e developpement, de l a l i t t e r a t u r e romantique f r a n c h i s e , mais souvent on semble ne.pas s'etre aprc.u de 1'importance de M i l t o n dans l 1 o e u v r e de Chateaubriand, chose q u ' i l est d i f f i c i l e d'exagerer. La premiere mention q u ' i l f a i t du poete a n g l a i s est dans un poeme mediocre de 1797, M i l t o n et Davenant. En 1836 i l p u b l i a ' sa t r a d u c t i o n en prose du Paradis perdu qui r e s t e l a t r a d u c t i o n l a p l u s exacte et l a m e i l l e u r e en prose que l a France a i t p r o d u i t e , et que Chateaubriand a p p e l a i t "1*ouvrage e n t l e r de ma v i e , car i l y a t r e n t e ans que j e l i s , r e l i s e t t r a d u i s s, M i l t o n . " (2) Dans son a r t i c l e sur M i l t o n et Chateaubriand, Mr. Baker souligne 1'importance de ee t r a v a i l qui a du s a t u r e r 1 * e s p r i t du traducteur avec l a poesie de M i l t o n . I I est evident q u ' i l admira f o r t l e poete a n g l a i s ; autrement i l n ' a u r a i t pu so u t e n i r l e s demandss de c e t t e tache immense. (3) Le r e s u l t a t de c e t t e grande admiration et de c e t t e longue preoccupation a ete une i n f l u e n c e enorme sur son oeuvre p e r s o n n e l l e . Le Genie du C h r i s t l a n i s m e , a p a r t beaucoup d ' e x t r a i t s t r a d u i t s du Paradis perdu, est p l e i n d'eloges de M i l t o n . En cherchant a demontrer l a beaute l i t t e r a i r e de l a r e l i g i o n chretienne, i l a trouve chez M i l t o n une source feconde de preuves. De p l u s , comme remarque Mr. Baker: A c a r e f u l examination of Le Genie tends, we t h i n k , to show that i t was the M i l t o n i c conception of the Universe, of God, Man, Nature, the C r e a t i o n , t h a t Chateaubriand h e l d . (4) 1 oUvrage c i t e , pp.70-71. 2 T e l l e e n , John M a r t i n , M i l t o n dans l a l i t t e r a t u r e franchise.p.130 3 a r t i c l e c i t e , p.88. 4 a r t i c l e c i t e , p.91. Et partout oil Chateaubriand compare l e Paradis perdu avec un ouvrage ancien, c'est Milton qui a sa preference. (1) L 1 i n f l u e n c e de Milton sur les autres ouvrages de Chateaubriand, s i e l l e est moins evidente, n'est aucunement moins importante. Nous avons deja remarque l e caraetere epique des ouvrages de Cha t e aubr i and. Moreover, Les l&artyrs and Les Natchez are epics after the form of Paradise Lost, with the supernatural element running through them i n alternating chapters to the human element, the s p i r i t s meeting and f i g h t i n g t h e i r battles on human t e r r i t o r y . The Mil t o n i c i n s p i r a t i o n In the descriptions of the supernatural i s so obvious that i t Is hardly worth remarking on. (2) Mr. Baker soutientsa these en montrant plusieurs p a r a l l e l e s entre 1'oeuvre de Chateaubriand et c e l l e de Milton, entre leurs descriptions comme entre leur pensee. I I trouve s i m i l a i r e chez tous les deux, par exemple, 1'attitude a l a femme. (3) Tres importants aussi sont les passages ou plus ou moins inconsciemment Chateaubriand adopte l a maniere miltonienne. Admettons done que ce f u t en l i s a n t Chateaubriand que Vigny comme les autres romantiques apprit a admirer 1'oeuvre miltonienne et a i n s i a sonder cette source pleine d'images. En e f f e t l e Paradis  perdu, comme l e remarque M. Baldensperger, semble avoir ete "va.un des breviaires de Vigny...." (4) et Milton, un de ses grands heros l i t t e r a i r e s . A part les influences les mieux connues, on peut fipouver dans 1'oeuvre de Vigny quelques references a; Milton dont meme lai-qualite f o r t u i t e nous suggere que l e poete anglais e t a i t tres sou-vent dans l a pensee de Vigny.Par exemple,en ecrivant au Prince 1 Telleen, ouvrage c i t e , p.119. 2 Baker, a r t i c l e c i t e , pp. 88-9. 3 pp.88-9. 4 "Alfred de Vigny et les l i t t e r a t u r e s etrangeres," 6 e confe-rence, p.344. Maxim!lien-/Joseph de Baviere i l remarque que: Ce q ui a ete grand demeure grand, et l a p o s t e r I t e remeut tout a sa p l a c e . Les mauvaises comedies de La Fontaine n'ont pas p l u s d e t r u i t ses f a b l e s que l e Paradis  reconquls de M i l t o n n'a f a i t t o r t a son Paradis perdu.(1) On peut a j o u t e r ces vers du sonnet Aux sourds-muets: E n f a n t s , ne maudissez n i Dieu n i votre mere. Vous 8tes p l u s heureux que M i l t o n et qu'Homere. (2) Plus importante est c e t t e remarpue «pte du Docteur-Noir vers l a f i n de S t e l l o ; i l f a i t 1 1 enumeration des poetes b i e n connus qu'on a meprises en l e u r v i v a n t ; y compris " M i l t o n aveugle, j e t a n t a un l i b r a i r e son Paradis perdu pour d i x l i v r e s s t e r l i n g . " (3) V o i l a , i l me semble, une des c l e f s a 1'admiration de Vigny; i l v o l t en M i l t o n non seulement un poete supreme, mais a u s s i un poete t r e s conscient de sa m i s s i o n qui f u t tout de meme meprise par son s l e c l e . A l n s l dans M i l t o n i l a trouve un b e l exemple de deux theses qui l u i f u r e n t cheres: l a m i s s i o n du poete et l e s u p p l i c e du poete, et s ' i l a un peu exagere l a presence chez M i l t o n de c e l u i - c i , i l s e r a i t presque impossible de tr o p p a r I e r de c e l l e - l a . Tout l e monde s a l t que Vigny eut une t r e s haute conception du r'dle du poete. La p l u p a r t des poetes et des hommes de l e t t r e s romantiques se regarderent comme p l u s ou moins des guides de 1'human!te; Vigny s u r t o u t f u t t r e s conscient de sa m i s s i o n . I I e c r i v i t , nous d i t - I l , parce que: . . . j e sens en moi l e besoin de d i r e a l a s o c i e t e l e s idees que j ' a i en moi et qui veulent s o r t i r . (4) 1 Correspondance. ed. S a k e l l a r i d e s , p.92, 17 septembre 1839. 2 Poemes, "Motes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.355. 3 p.273. 4 J o u r n a l , p.106. C'est Vigny qui sou l i g n e . 50 C'est dans S t e l l o qu'on trouve 1'expression l a p l u s complete et l a p l u s eloquente de 1'extreme r e s p o n s a b i l i t e qui p e s a l t sur l a v i e du poete. Pres du commencement on l i t c e t t e d e f i n i t i o n e x altee qui s'app«ll« "Un Credo": Je c r o i s en moi, parce que j e sens au fond de mon coeur une puissance s e c r e t e , i n v i s i b l e et inde-f i n i s s a b l e , toute p a r e i l l e t u n pressentiment de l ' a v e n i r et a une r e v e l a t i o n des causes mysterieuses du temps p r e s e n t . . J e c r o i s fermement en une voc a t i o n i n e f f a b l e qui m'est donnee, et j ' y c r o i s a cause de l a p i t i e sans bornes que m'inspirent l e s hommes....je sens s'eteindre l e s e c l a i r s de l ' i n s p i r a t i o n et l e s c l a r t e s de l a pensee lorsque l a f o r c e i n d e f i r i i s -sable qui s o u t l e n t ma v i e , 1'Amour, cesse de me r e m p l i r de sa chaleureuse puissance; et l o r s q u ' i l c i r c u l e en moi, toute mon ame en est i l l u m i n e e ; je c r o i s comprendre t o u t a l a f o i s l ' E t e r n i t e , l'Espace, l a C r e a t i o n , l e s creatures et l a Destinee; c'est a l o r s que 1 ' I l l u s i o n , phenix au plumage dore, v i e n t se poser sur mes l e v r e s et chante. Mais je c r o i s que, lorsque l e don de f o r t i f i e r l e s f a i b l e s commencera de t a r i r dans l e poete, a l o r s a u s s i t a r i r a sa v i e ; c a r , s ' i l n'est bon a tous, i l n'est p l u s bon au monde. (1) I I f a u t que l e poete serve patiemment l'humanite, meme s i presque toujours e l l e ne l e pale que comme e l l e paya G i l b e r t et Chatterton et Chenier, avec l e meprls, l a haine et meme l a mort. Pour l a mieux s e r v i r , i l l u i f a u t s u i v r e "l'Ordonnance du Docteur-Noir": SEUL ET LIBRE, ACCOMPLIR SA MISSION. Suivre l e s c o n d i t i o n s de son e t r e , degage de 1'Influence des A s s o c i a t i o n s , meme l e s p l u s b e l l e s . Parce que l a S o l i t u d e est l a source des i n s -p i r a t i o n s . LA SOLITUDE EST SAINTE. (2) Ce sont ces mots p l u s que d' autres qui inspirei»ent l a legende 1 pp. 30-31 2 S t e l l o . p.288. 5« cr&ee par Sainte-Beuve, et acceptee depuis son tempa par l a p l u p a r t des c r i t i q u e s , de l a r e t r a i t e p r e c o c e de Vigny dans une tour d ' i v o i r e . Le f a i t e s t q u ' i l ne vecut p o i n t l s o l e du monde humain, n i ne recommanda jamais une t e l l e v i e au poete. Ojuand j ' a i d i t : "La S o l i t u d e e s t s a i n t e , " j e n ' a i pas entendu par s o l i t u d e une s e p a r a t i o n et un o u b l i e n t i e r des hommes et de l a S o c l e t e , mais une r e t r a i t e ou l'ame se p u i s s e r e c u e i l l i r en elle-meme, pui s s e j o u i r de ses propres f a c u l t e s et rassembler ses f o r c e s pour produire quelque chose de grand. --Cette p r o d u c t i o n ne peut jamais 6 t r e qu'un r e f l e t des impressions recues.de.la s o c l e t e , mais i l sera S&s-^Smh^^v^&^i^l^t p l u s epure* par l a flamme d'un amour ext a t i q u e de l a pensee et l'ardeur d'un t r a v a i l o p i n i a t r e . (1) Car l e Poete v o l t sans r e g i e Le mot s e c r e t de tous l e s sphinx....(2) et sa m i s s i o n premiere est de presenter et de preserver pour l a c i v i l i s a t i o n l e s e t e r n e l l e s v e r l t e s sans l e s q u e l l e s e l l e a" p e r i r a l t . (3) 1 J o u r n a l , p.74. 2 " l a Poesie des nombres," Poernes, "Notes et ficlaircissements," p.368. 3 Dr. Hunt (ouvrage c i t e , p. 112) compare, c e t t e concejfcion de l a m i s s i o n du poete avec c e l l e de Quinet, qui y e s t i d e n t i q u e . Dr. Evans (dans son a r t i c l e " A l f r e d de Vigny and Positivism', 1 pp.291-2) p a r l e de Chatterton: The immediate problem i s economic: how to secure . to poets, and indeed to i n t e l l e c t u a l s i n g e n e r a l , t h e i r means of l i v e l i h o o d . And the s o l u t i o n proposed, t h a t the State provide pensions f o r the most m e r i t o r i o u s , has f o r i t s context the Saint-Simonian p r o j e c t of a C r e d i t I n t e l l e c t u a l which i s a l s o r e f l e c t e d i n Comtej I n r e t u r n f o r State support i t was understood that the I n t e l l i g e n t s i a would a b s t a i n from p o l i t i c a l a c t i -v i t i e s , the b e t t e r t o serve those great moral ends which were committed to i t s e s p e c i a l care. Such i s p r e c i s e l y the p o s i t i o n which Vigny takes i n S t e l l o . . . . He r e c u r s t o i t I n La Malson du berger. blaming by i m p l i c a t i o n Lamartine f o r having betrayed h i s m i s s i o n by e n t e r i n g the p o l i t i c a l arena. SI M i l t o n a u s s i eut une c o n v i c t i o n f o r t e de sa m i s s i o n comme poete. Nature formed M i l t o n t o be a great poet. But what other poet has shown so s i n c e r e a sense of the grandeur of h i s v o c a t i o n , and a moral e f f o r t so constant and sublime t o make and keep hi m s e l f worthy of i t ? (1) Dans l e Paradis perdu t o u t en r e g r e t t a n t sa c e c i t e i l s o u t i e n t que l a v i s i o n i n t e r i e u r e de 1»esprit est p l u s importante au poete; So much the r a t h e r thou, c e l e s t i a l L i g h t , Shine Inward, and the mind through a l l her pow'rs I r r a d i a t e , there p l a n t eyes, a l l m i s t from thence Purge and d i s p e r s e , t h a t I may see and t e l l Of things I n v i s i b l e to m o r t a l s i g h t . (2) I I consacra une t r e s haute place a l a p o e s i e ; s i son ambition f u t d'etre un poete i l l u s t r e , son premier but f u t toujours l a g l o r i f i c a t i o n de Dieu. Mais i l p r i t l e cours oppose a c e l u i de Vigny au s u j e t de 1'action. Le Docteur-Noir c o n s e i l l e a S t e l l o d' "...employer toutes l e s f o r c e s de l a volonte a detourner sa vue des e n t r e p r i s e s trop f a c i l e s de l a v i e a c t i v e . " (3) M i l t o n pendant l a l u t t e entre l e s P u r i t a i n s et l e s Anglicans concut autrement son d e v o i r ; i l ajourna ses travaux poetiques pour entreprendre l e t r a v a i l assez antipathique d'auteur de pamphlets. Vigny f a i t e n t r e r deux f o i s M i l t o n sur l a scene de Cinq-Mars; l a premiere f o i s au s a l o n de Marion de Lorme et 1»autre dans une conversation etrange avec C o r n e i l l e au s u j e t de l a destinee de l a Prance, conversation qui f o u r n i t une f i n b i z a r r e au l i v r e . La reunion forcee de Descartes, avec M o l i e r e , C o r n e i l l e (qui 1 A r n o l d , Matthew, Essays i n C r i t i c i s m , p.64. 2 Paradise Lost I I I , p.70. 3 S t e l l o . p.289. fetal t a l o r s en Hollande) et M i l t o n (qui e t a i t e n i t a l i e ) , defaut s e r i e u x du l i v r e , ne peut s'excuser que comme symbole de " l a pensee ferme et noble qui d o i t dominer 1'opinion." (1) L 1 i n c l u s i o n de M i l t o n , et l a place d'importance qui l u i e s t donhee, est un haut temoignage de l'estime du poete f r a n q a i s . On apprend d'une note de Vigny q u ' i l f u t egare par Toland, qui n'est pas t r e s c l a i r a cet egard, au s u j e t de l a date du sejour de M i l t o n a P a r i s . I I ne f a u t pas blamer Toland pour l e p o r t r a i t s i romantique du poete a n g l a i s , car v o i c i presque l a seule d e s c r i p t i o n que Toland en donne; He was m i d d l e s i z ' d and w e l l p r o p o r t i o n ' d , h i s Deport-ment er e c t and manly, h i s Hair of a l i g h t brown, h i s Features e x a c t l y r e g u l a r , h i s Complexion wonderfully f a i r when a Youth and ruddy to the very l a s t . He was a f f a b l e i n Conversation, of an equal and c h e e r f u l Temper....(2) Qu'on compare l a d e s c r i p t i o n dans Cinq-Mars d'un M i l t o n qui "semblait d'une sante f a i b l e " avec des "yeux grands et beaux, mais a demi fermes et roug i s par des v e i l l e s ou des larmes." Quand ce jeune homme s ' e e r i e ; Que m'importe l a g l o i r e du moment I . . .je ne songe p o i n t au sueces; je chante parce que je me. sens poete; je v a i s ou 1 ' i n s p i r a t i o n m'entraine; ce qu ' e l l e p r o d u i t est toujours b i e n . Quand on ne d e v r a i t l i r e ces vers que cent ans apres ma mort, j e l e s f e r a i s t o u j o u r s . (3) c'est l k p l u t & t Vigny que M i l t o n qui p a r l e . I I a f a i t de l'auteur du Paradis perdu un poete, ou k v r a i d i r e un heros et presque un homme f a t a l , dans l a t r a d i t i o n romantique. 1 Baldensperger, Pernand, " A l f r e d de Vigny et l e s l i t t e r a t u r e s etrangeres," 6 e conference, p.344. 2 L i f e of M i l t o n , p.83. / 3 Cinq-Mars. tome 2, p.89. Fur Vigny i s t a l l e s flussere mur Symbol eines Inneren. Seine Helden s i n d a l l e " pale." (1) S ' i l est c e r t a i n que Vigny connut 1»oeuvre de M i l t o n , ce sera probablement toujours un s u j e t de controverse q u e l l e est l a t r a d u c t i o n , ou q u e l l e s sont l e s t r a d u c t i o n s , dans l e s q u e l i e s i l l ' a l u e . Nous savons q u ' i l l u t l e Genie du C h t i s t l a n l s m e et l e s M a r t y r s , e t nous verrons p l u s t a r d que quand i l e c r i v i t E l o a (2) 11 p r o f i t a des passages dans ces l i v r e s qui t r a d u i s e n t oU qui montrent 1'influence du Paradis perdu. Quelques p a r a l l e l e s dans Eloa suggerent q u ' i l a v a i t . d e j a l u , du moins en p a r t i e , ou une t r a d u c t i o n p l u s complete ou 1'anglais de M i l t o n . I I f a u t c r o i r e q u ' i l a v a i t I S davantage du Paradis perdu dans l'une ou dans 1'autre forme avant d'achever Cinq-Mars (qui parut en 1826), dans l e q u e l i l a paraphrase quatre passages assez longs: l i v r e deux du premier/, un du quatrieme et un autre du cinquieme l i v r e s . Ces paraphrases r e v e l e n t une connaissance exacte de 1 ' o r i g i n a l , mais e l l e s ne l e sulvent pas d'assez pres pour qu'on puisse en deduire sur q u e l l e forme e l l e s sont fondees. I I est b i e n p o s s i b l e que Vigny eut d e j a l u 1'anglais de M i l t o n ; moins d'une annee apres l a p u b l i c a t i o n de Cinq-Mars i l se m i t , en c o l l a b o -r a t i o n avec Emile Deschamps, a t r a d u i r e Romeo et J u l i e t t e , et pour c e l a nous savons q u ' i l l u t 1'anglais de Shakespeare. (3) On peut trouver encore un appui a c e t t e t h e o r i e dans l a note 1 Lebbin, E l i s a b e t h , ouvrage c i t e , p.26. 2 Publiee en 1824 avec l a date de 1823, E l o a e t a i t en t r a i n dfTtre composee pendant p l u s i e u r s annees. .3 Chapitre IT, p.zi et Xn.t-rodjux.ti.on.,pi.. dans Cinq-Mars (1) ou i l se r e f e r e en a n g l a i s au l i v r e : "Toland's L i f e of M i l t o n . " I I semble q u ' i l a i t l u ce l i v r e en a n g l a i s , M e n q u ' i l e&t ete t r a d u l t en f r a n q a i s . A u s s i peut-on suggerer q u ' i l a l u vers l e meme temps l e P a r a d i s perdu en a n g l a i s . Assurfoment t o t ou t a r d i l l ' a l u a i n s i . S i avant d ' e c r i r e E l o a et Cinq-Mars i l ne 1'avait l u qu'en t r a d u c t i o n , peut-etre v i t - 1 1 l e manuscrit de l a v e r s i o n de Chateaubriand, qui ne parut qu'en 1836, mais qui e t a i t en e t a t de composition depuis une t r e n t a l n e d'annees. A defaut de e e t t e , l e c t u r e , i l a pu c h o i s i r entre b i e n des tra d u c t i o n s et des paraphrases qui avaient paru au cours du dix-huitieme s l e c l e . Car M i l t o n e t a i t beaucoup mieux connu que Shakespeare pendant l e e i e c l e des l u m i e r e s , meme s i d'abord on ne l e regarda que comme homme p o l i t i q u e et r e v o l u t i o n n a l r e et a i n s i s u j e t a c a u t i o n . L ' a r t i c l e de Bayle dans son D l c t l o n n a l r e (1697) e s t , nous d i t Dr. T e l l e e n : . . . l ' e c r l t franc, a i s l e p l u s long et l e p l u s sub-s t a n t i e l que l e X V I I e s i e e l e p u b l i a en l'honneur de M i l t o n . . . . ( 2 ) Bayle ne d i t que quelques mots au su j e t de l a poesie de M i l t o n ; c'est a sa p o l i t i q u e q u ' i l s ' i n t e r e s s e . Peu a peu au cours du dix-huitieme s l e c l e on f i t p l u s d ' a t t e n t i o n a ses poemes, et b l e n t d t commenqa 1'oeuvre de t r a d u c t i o n et de c r i t i q u e m l l t o n i e n n e s , dont 1'etude es t aujourd'hul assez ennuyeuse. Prenons V o l t a i r e pour representor l a c r i t i q u e d'un s i e e l e qui p l u s ou moins s u l v i t servilement ses jugements. 1 tome 2, p.81. 2 ouvrage c i t e , p.6. Comme l a c r i t i q u e shakespearlenne de V o l t a i r e , sa c r i t i q u e m i l t o n i e n n e , d'abord sympathlque, se f i t p l u s t a r d h o s t i l e quand l ' a d m i r a i t i o n francjaise l u i sembla Btre devenue trop enthouslaste. Son a t t i t u d e fondamentale r e s t a sans doute assez egale, et d e v i n t p l u s ou moins generale* en Prance. Dr. T e l l e e n l a resume a i n s i : . . . s i l ' o n examine tous l e s e n d r o i t s oil i l e s t question du Paradis perdu dans ses e c r i t s , on trouve que l e blame l'emporte de beaucoup sur l a louange. V o l t a i r e r e c o n n a i s s a i t l e s beautes du poeme, mais ses defauts l e choquaient. 11 a d m i r a i t 1'imagination p u i s s a n t e , mais i l d e t e s t a i t l ' e n e r g i e outree; 11 l o u a i t l a beaute des d e t a i l s , mais l e s t r a i t s b i z a r r e s r e c e v a i e n t p l u s d 1 a t t e n t i o n . I I t r o u v a i t que l e s vers blancs e t a i e n t p a r f o i s f o r t beaux, mais q u ' i l s ressemblalent souvent a de l a mauvaise prose. (1) La premiere t r a d u c t i o n du Paradis perdu f u t en prose, p u b l i e e en 1729; l ' i d e n t i t e de l'auteur r e s t e encore un mystere. (2) Quoique lamentablement i n e x a c t e , e l l e j o u i t d'une immense p o p u l a r i t y , Stant reimprimee malntes f o i s au dix-huitieme et au dix-neuvieme s i e c l e s . De p l u s i e u r s autres t r a d u c t i o n s , l e s p l u s i n t e r e s s a n t e s sont c e l l e en prose de Louis Racine qui parut v i n g t annees p l u s t a r d et c e l l e en vers de D e l i l l e (1804) qui r e s t e " l a m e i l l e u r e qui a i t paru en vers f r a n q a i s , " (3) encore que p l e i n e d ' i n e x a c t i t u d e s . Notons en passant l e Paradis t e r r e s t r e (1748) de Mme. du Boccage, une adaptation p a s t o r a l e et mievre qui i n s l s t e sur l e s scenes au berceau d'Eden en abregeant l e s scenes au C i e l et en Enfer 1 ouvrage c i t e , p.45. 2 E l l e est l e plus souvent a t t r i b u t e a Dupre de Saint-Maur; quelques-uns en f o n t g l o i r e a Boiamorand. T e l l e e n pense que c * e t a i t probablement une oeuvre de c o l l a b o r a t i o n . 3 T e l l e e n , ouvrage c i t e , p.121. et en omettant beaucoup d 1 images, surtout des Images paiennes. Cet opuscule eut une p o p u l a r i t y etonnante, meme en A n g l e t e r r e . La seule i n f l u e n c e vraiement importante de M i l t o n au dix-huitieme s i e e l e f u t sur Andre Chenier qui ...ne nous a l a l s s e que quelques vers qui sont moins l a preuve de 1'Influence de M i l t o n sur l u i qu'uh temoignage d'admiration et du d e s i r de l ' i m i t e r . Mais l e temps approchait oh l e grand poete a l l a i t e t r e apprfecie dignement et ou des e c r i v a l n s comme D e l i l l e , Chateaubriand et A l f r e d de Vigny a l l a i e n t ehidier ses oeuvres e t se f a i r e g l o i r e de l ' l m i t e r . (1) Passons maintenant a 1'etude d'Eloa et des fragments du Jugement Dernier et de Satan; ee sont l e s e c r i t s de Vigny qui montrent l ' i n f l u e n c e l a p l u s marquee de M i l t o n . Mais qu'on me permette d'abord uhe d i g r e s s i o n au s\ijet de l a s i g n i f i c a t i o n de l ' i d e e cBEloa. Un grand nombre des c r i t i q u e s de Vigny ont accepte, m§me s ' i l s l a m o d l f i e n t , l a these de Sainte-Beuve: Tout ange q u ' e l l e e s t , E l o a est b i e n femme....et c'est e l l e meme qui tombe...non repentante malgre t o u t , j e l e c r a i n s , et heureuse jusque dans sa faute de se perdre a jamais avec l u i . (2) C'est ne v o i r dans ce grand poeme que l a t r a n s p o s i t i o n aux royaumes e t e r n e l s d'un a f f a i r e de coeur entre une jeune f i l l e coquette et un amant infame. Mais ce s e r a i t assurement un blaspheme de n'imaginer l a b e l l e o r i g i n e d'une ange nee d'une larme de Jesus que pour symboliser tin eeat des choses malheureux et trop frequent, p e u t - e t r e , mais apres t o u t , completement humain. C'est un peu d i f f i c i l e de comprendre comment Sain t e -Beuve a pu a v o i r c e t t e conception d'Eloa. tout en i n s i s t a n t 1 ouvrage c i t e , pp.95-6. 2 Nouveaux Lundis, tome 6, pp.407-8. que l e but de Vigny n'y est " r i e n , s i ce n'est f a i r e acte de haute poesie." (1) Toutes l e s references a E l o a et a son h i s t o i r e dans l e J o u r n a l et dans l a correspondance a t t e s t e n t l a conception t r e s serleuse du poete. Prenons par exemple ce t t e phrase e x t r a ! t e d'une l e t t r e a Hugo, ou Vigny se p l a i n t des c r i t i q u e s defavorables d'Eloa: P a u t - i l done que je renonce a ces regions dont l a purete m'enivre d'amour? (2) Sans doute M. Paguet a - t - i l r a l s o n quand 11 suggere que Vigny n'a pas b i e n exprlme sa pensee, (3) q u ' i l a f a i t d'Eloa une ange trop feminine, trop enfantine meme, pour e t r e l e symbole q u ' i l v o u l a i t . Sainte-Beuve pense que sa p i t i e est nee de 1'amour; Vigny v o u l a i t d i r e que son amour e s t ne de l a p i t i e . Comme nous l e r a p p e l l e M. G r i l l e t , (4) 11 f a u t toujours l i r e E l o a en pensant a sa s u i t e pro je t e e , oil Satan a u r a l t ete sauve par E l o a . Non; en d e p l t des arguments qu'on peut poser pour s o u t e n l r l a t h e o r i e c o n t r a i r e , i l me semble q u ' i l f a u t v o i r dans E l o a l e symbole de l a p i t i e c h r e t l enne, humaine et d i v i n e a l a f o i s , de l a c h a r i t e evangelique. E t pourquoi pas, dans une epoque toute fremissante de rfives mystlquement human!taires? • Retournons maintenant aux images miltoniennes dans E l o a et l e s Fragmeris. En i s o l a n t ces images, on eprouve p l u s i e u r s d l f f i c u l t e s qui ne precedent pas seulement de l'immensite du Paradis perdu. On s a l t que Vigny comme M i l t o n e t a i t un l e c t e u r constant de l a B i b l e , (j&f e t quelquefois ce qui 1 ouvrage c i t e , p.408. 2 ed. Conard, p.70. | ouvrage c i t e , pp.144-5 c ^ ' f H ? . * ' ° l « » d i T " » "Satan, heros romantique,"pp.730-31. semble en E l o a 8 t r e une image ou une idee miltonienne peut e t r e egalement une image ou une idee b i b l i q u e , tellement que M. F l o t t e s constate: C'est de l a B i b l e q u ' i l t i r e l e s s u j e t s du Jugement  d e r n i e r , de Satan sauve, d'Eloa. (1) 11 ne f a u t pas chereher chez M i l t o n 1 • i n s p i r a t i o n p h i l o -sophique d'Eloa, mais seulement des images. L ' l d e e . v i e n t de l'ame romantique de Vigny, stimulee sans doute par l e s reves human!taires de son epoque. Pourquoi l a r e t r a c e r comme Dupuy aux vers du Paradis perdu, t r a d u i t s dans l e Bfenle du C h r i s t l a n i s m e , ou Dieu l e Pere demande des ha b i t a n t s du C l e l q u i se s a c r i f i e r a pour sauver l'homme? Pourquoi v o i r pour ce poeme p l u s que l e nom d'Eloa et quelques t r a i t s d e s c r i p t i f s dans l ' e x t r a i t — t r a d u i t a u s s i dans l e Genie—de l a Messiade de Klopstock? (2) Une autre d i f f i c u l t y qui se presente au chercheur d'images et de passages m i l t o n i e n s e s t q u ' i l s sont entrem61es parmi des images et des passages d e r i v a n t d'autres poetes qui ont t r a i t e des s u j e t s c e l e s t e s et in f e r n a u x . M. Baldensperger p a r l e d'une note des manuscrits de Vigny ( i l s ' a g l t du Jugement D e r n i e r ) : . . . l e s noms de ses informateurs: 1 11'Apocalypse; Young; Lablee; Baour de Lormian; Michel-Ange". I I y f a u t a j o u t e r , evidemment, l e poete par exc e l l e n c e du monde sup r a s e n s i b l e : Dante....(3) I I f a u t a j o u t e r Byron pour Satan et pour E l o a , Thomas Moore pour c e l l e - c i , et peut-etre l a l i s t e des sources a p a r t M i l t o n n ' e s t - e l l e pas encore complete. Encore une d i f f i c u l t y r y s u l t e du f a i t que Byron, qui est probablement a u s s i important que 1 ouvrage c i t f e , p.36. c f . Vigny: "Ma B i b l e , quelques gravures a n g l a i s e s me suivent comme mes penates....," Correspondance, ed. S a k e l l a r i d e s , p.9, 1824. 2 Jeunesse des romantiques, pp.331-2. 3 r o W a ,HM,vh« g ttni «H r.M aa«m«r>*:a i » p.314. que M i l t o n comme source d*images, et Moore a u s s i , ont tous l e s deux beaucoup appris de M i l t o n . Quand on ajoute a toutes ces d i f f i c u l t e s l e s v i e i l l e s t r a d i t i o n s des paysages Infernaux et c e l e s t e s , 11 e s t peu surprenant qu'on se trouve confus et q u ' i l f a i l l e desesf>erer de jamais i s o l e r tout ce qui est m i l t o n i e n dans Vigny. L ' h i s t o i r e d'Eloa e t a i t dans l a pensee de Vigny pendant p l u s i e u r s annees avant l a p u b l i c a t i o n du s e u l poeme acheve sur ce s u j e t . M. Baldensperger date de 1819 l e s b r o u i l l o n s du Jugement D e r n i e r , p r o j e t qui est de l a meme i n s p i r a t i o n tout en ne t r a i t a n t pas de l'ange d e . l a p i t i e . I I date de 1819 a 1823 l e s fragments de Satan q u i , nous l'avons vu, d e v a l t Stre une p l u s grande composition de l a q u e l i e l e poeme d'Eloa que nous connaissons ne d e v a i t Stre qu'une p a r t i e . E l o a elle-meme f u t achevee en 1823. En e t u d l a n t ces t r o i s "mysteres," on remarque dans tous des souvenirs de M i l t o n , mais t a n d i s q u ' i l n'y en a que deux ou t r o i s dans l e Jugement B e r n l e r , i l y en a p l u s i e u r s dans Satan qui e s t de tous t r o i s , p e u t - 8 t r e , l e p l u s byronien. Le p l u s grand nombre se trouve dans E l o a . Tandis que p l u s i e u r s c r i t i q u e s ont p a r l e de ces Images et en ont donne des exemples, personne ne semble l e s a v o i r analysess. Edmond Esteve, par exemple, en soutenant sa t h e o r i e de 1 ' i n f e r t i l i t y de 1'imagination de Vigny, l u i reproche surtout d'avoir du emprunter aux autres ses tableaux s u r n a t u r e l s s s Dans E l o a . v e u t - i l d e s s i n e r des hauteurs de 1'ether aux profondeurs du chaos l a topographie de l ' u n i v e r s , s i t u e r dans l'espace sans l i m i t e s l e c i e l que f u l t l'ange compatissante et l ' e n f e r sur quoi e l l e se penche, suspendre dans l ' I n t e r v a l l e l e globe ou h a b i t a n t l e s homines, c'est au Paradis perdu q u ' i l emprunte l e s degres immenses qui r e j o i g n e n t l e s mondes, l e s coupoles de s a p h i r , l ' a z u r et l e c r i s t a l qui r e s p l e n d i s s e n t aux regions de l a lumlere, comme l e s tenebres et l ' h o r r e u r et de l'abime, et l e vent f u r i e u x qui dechire son s e i n profond. S ' i l parseme > l'etendue de s o l e i l s et d ' e t o i l e s , s ' i l marque l a route des a s t r e s , s u i t dans ses courses l a comete e r r a n t e , ou t i r e du neant de "jeunes p l a n e s t s " , s ' i l allume l e s feux du firmament ou celebre l'harmonie ,des spheres, c'est de Moore q u ' i l s ' i n s p i r e . S ' i l peuple l e Paradis de creatures angeliques, Cherubins qu'enveloppent s i x a i l e s , tendres Seraphins, "Rfeves pieux" et " s a i n t e s Louanges", messagers de Dieu et gardiens des hommes c'est a l a s u i t e de M i l t o n encore, et de Moore, et de Chateaubriand. (1) I I semble que Vigny a i t t i r e l a p l u p a r t des images miltoniennes d'Eloa et des fragments de Satan et du Jugement  Dernier des e x t r a i t s t r a d u i t s dans l e Genie du C h r i s t l a n i s m e (1802) et des images adoptees par Chateaubriand dans l e s Martyrs (1809). Une ou deux d'entre e l l e s rSssemblent a des passages s i m i l a i r e s des Natchez, q u i , quoique n'ayant ete p u b l i e s qu'en 1826, f u r e n t e c r i t s vers 1797, et que Vigny a u r a i t a i n s i peut-Stre pu l i r e dans l e manuscrlt. Pour l e s a u t r e s , comme j ' a i defta d i t , on ne peut que r i s q u e r des conj e c t u r e s . Regardons d'abord ces images qui viennent de M i l t o n t r e s probablement par l e moyen de Chateaubriand. Dans E l o a , v o l c i deux d e s c r i p t i o n s du C i e l : Saphlrs des encen s o i r s , or du c e l e s t e dome.... (2) . . . l ' a z u r i l l i m i t e , Coupole de saphlrs qu'empllt l a T r l n i t e . . . . ( 3 ) On trouve dans l e Genie: ... 1' empyrpe'e avec $es tours d'opale et ses portes de v i v a n t s s a p h l r s . . . . ( 4 ) 1 A l f r e d de Vigny, sa penaee et son a r t , pp,233-4, 2 E l o a , I . p.16, 3 E l o a I , p.19. 4 p.294; t r a d u c t i o n du Paradis perdu. Schultz-Gora compare avec p l u s i e u r s passages du Paradis perdu ce passage d'Eloa; Chars v l v a n t s dont l e s yeux ont d ' e c l a t a n t s p r e s t i g e s , Armures du Seigneur....(1) On peut a u s s i b i e n l e comparer avec ces deux d e s c r i p t i o n s t i r e e s des Martyrs qui mo'ntrent 1'influence evident^ de M i l t o n : Pres de l u i [_ du C h r i s t l l e s t son char y l v a n t , dont l e s roues lancent des foudres et des e c l a i r s . (2) . . . l e char d'Emmanuel s'ebranle sur son e s s i e u de foudres et d ' e c l a i r s ; l e s cherubins r p u l e n t l e u r s a i l e s impetueuses, et allument l a f u r e u r de l e u r s yeux. (3) L'image es t complete des qu'on y ajoute quelque reminiscence du premier c h a p i t r e d'Ezecfalel ©u l e prophete p a r l e du char anime de Dieu qui a des roues p l e i n e s d'yeux. (4) On a; souvent remarque 1' enumeration miltonienne des personnages c e l e s t e s dans E l o a ; Les Cherubins b r u l a n t s qu'enveloppent s i x a i l e s ; Les tendres Seraphins, Dieux des amours f i d e l e s , Les Tr6nes, l e s V e r t u s , l e s P r i n c e s , l e s Ardeurs, Les Dominations, l e s Gardlens, l e s Splendours, E t l e s Rfcves p i e u x , et l e s s a i n t e s Louanges, Et tous l e s Anges p u r s , et tous l e s grands Archanges....(5) 1 E l o a I , p.16; Schultz-Gora, 0., "Studie zur Eloa A l f r e d s de Vigny," p.283. 2 M a r t y r s , p.57. 3 Martyrs t p.62. 4 I I est I n t e r e s s a n t k cet egard de l i r e ces vers dans l e Reve, p e t i t poime adresse a, "Marie de Clerembault, agee de v i n g t j o u r s , et date de 1822: Au char d'Emmanuel tes a i l e s a t t e l e e s Guidaient l a roue ardente et son e s s i e u v l v a n t . . . . (Poemes, "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.314) L'image apparalt encore dans P a r i s oil l a v i l l e v i b r a n t e d ' a c t i v i t e et de p r o j e t s e s t comparee a "une Roue ardente," " l a vivante Roue," 11 et c'est l a main de Dieu p.362 Qui t i e n t et f a i t mouvoir son i n v i s i b l e e s s i e u . " (Poemes/ Le developpement de cett e image s u i t Hamlet, nous l'avons vu, mais l ' i d e e i n i t i a l e semble a v o i r ete sugg&ree par Ezechiel et par M i l t o n . i E l l e v i e n t sans doute indirectement du poete a n g l a i s , a. t r a v e r s ces deux passages des Martyrs: . . . l e s choeurs des cherubins et des seraphins, des anges et des archanges, des Trdnes et des Dominations (1) Dieux des n a t i o n s , tr&nes, ardeurs, g u e r r i e r s genereux (2) o Ce d e r n i e r texte a ete compare par Miss M i l l e r a p l u s i e u r s passages du Paradis perdu (3) M. C i t o l e u x a s i g n a l e l a source miltonienne des s i x a i l e s de ces cherubins, qu'on trouve dans l a t r a d u c t i o n du Genie: . . . l e seraphin [ Raphael] porte s i x a i l e s . (4) Les vers au s u j e t ...des f l e u r s qu'au C i e l s e u l f i t germer l a Nature, Des f l e u r s qu'on ne v o l t pas dans l'Etfe des humalns.... peuvent s t i n s p i r e r de ces mots des Natchez: Les eaux, l e s a r b r e s , l e s f l e u r s de ces champs inconnus du Paradis n'ont r l e n qui ressemble aux n&tres. hors l e s noms. (6) Quand Satan p a r l e a E l o a des "parfums de ton v o l , " (7) n*esl$-pas un souvenir du Raphael du Paradis perdu, secouant "ses plumes qui repandent des odeurs c e l e s t e s ? " (8) E t quand 11 1 p.52. 2 p.154. 3 M i l l e r , Meta Helena, Chateaubriand and E n g l i s h l i t e r a t u r e , p.48. 4 p.286. 5 E l o a I , p.14. 6 Natchez, p.194. Miss M i l l e r (ouvrage c i t e , p.25) met ce passage en p a r a l l b l e avec c e l u l - c i du Paradis perdu X I : 0 f l o w e r s That never w i l l i n other climate grow.... 7 Eloa I I I , p.32. 8 Genie. p.286. demande; Vas-tu, te reposant au centre d'un S o l e i l , Guider 1'ardent f o y e r de son c e r c l e vermeil...? (1) c'est sans doute parce que Vigny pense au "cherubin qui d i r i g e l e cours du s o l e i l " dans l e s Martyrs,(2) c e l u i qui se nomme U r i e l dans l e s Natchez et dans l e Paradis perdu, l e "regent * of the sun," place "au centre du s o l e i l . " (3) Pour chercher l'Ange dechu i l f a u t qu'Eloa t r a v e r s e l e Chaos, et p l u s i e u r s c r i t i q u e s ont remarque maintes s i m i l a r i t e s entre l e Chaos p e i n t par Vigny et c e l u i de M i l t o n (dans l e Paradis perdu Satan l ' a du f r a n c h i r en recherchant l a t e r r e qui v e n a i t d'etre c r e e e ) . Ce qui nous surprend, c'est qu'Eloa, . . . l e u r tlmide compagne... Etend l ' a i l e e t s o u r i t , s'envole....(4) E l l e n'a pas peur, t a n d i s que Satan "regarde dans l e vaste g o u f f r e . . . ; i l pese en lui-meme l e s dangers du voyage." (5) La phrase d'Eloa; " l e Chaos et l a n u i t inconnue," (6) comme La c e l l e - c i du Dernier ijugement; "1'anolanne/fiult et l e Chaos, n o i r s anefctres du monde," (7) reprennent une expression f a v o r i t e de M i l t o n , t r a d u i t e dans l e Genie; "l'ancienne N u i t et l e Chaos, aieux de l a Nature." (8) , Pour l a d e s c r i p t i o n elle-meme de ce vaste neant, on peut suggerer du moins t r o i s sources 1 E l o a I I , p.25. 2 p.309. 3 Paradise l o s t I I I , p.87; Natchez, p.189. 4 E l o a I . p.18. 5 Genie, p.293. 6 E l o a I . p.20. 7 Poemes.•"Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.316. 8 p.293. dans l e Paradis perdu. Vigny l e d e c r i t a i n s i : L'espace est d e s e r t , t r i s t e , obscur et s i l l o n n e , Par un n o i r t o u r b i l l o h lentement e n t r a l n e . Un jour douteux et pale e c l a i r e en v a i n l a nue; Sous e l l e est l e Chaos et l a n u i t inconnue, E t lorsqu'un vent de f e u b r i s e son s e i n profond, On devine l e vide impalpable et sans fond. (1) Peut-etre l e m e i l l e u r rapprochement e s t - i l c e l u i suggere par M. Baldensperger, dont on trouve l a t r a d u c t i o n dans l e Genie ( 2 ) : Soudain, aux regards de Satan se d e v o i l e n t l e s secrets de 1*antique abime; ocean sombre et sans bornes, ou l e s temps, les:dimensions et l e s l l e u x viennent se perdre, ou 1'ancienne Nuit et l e Chaos, aieux de l a Nature, malntiennent une e t e r n e l l e anarchie au m i l i e u d'une e t e r n e l l e guerre, et regnent par l a confusion. (3) En d e c r i v a n t Satan, Vigny en d i t : ...sa f a i b l e couleur De l a brume des s o i r s i m i t a i t l a p a l e u r . . . . (4) F r a u l e l n Lebbin nous indique une source m i l t o n i e n n e , qu'on trouve t r a d u i t e dans l e Genie. La " g l o i r e un peu o b s c u r c i e " de Satan est ...comme lorsque l e s o l e i l l e v a n t , d e p o u i l l e de ses rayons, j e t t e un regard h o r i z o n t a l a t r a v e r s l e s  b r o u i l l a r d s du matin....(5) E t quand Vigny ajoute a son p o r t r a i t de Satan que: Des diamante nombreux rayonnent avec grace Sur ses pieds d e l i c a t s qu'un c e r c l e d'or embrasse....(6) 1 E l o a I , pp.19-20. 2 Poemes. "Notes et E c l a i c i s s e m e n t s , " p.334. Les deux autres passages du Paradis perdu sont: Paradise Lost I . p.30. "...yon dreary p l a i n " e t c . Paradise Lost I I I , p.80, "...a globe f a r o f f I t seem'd " e t c . (Ce d e r n i e r p a r a l l e l e v i e n t de Lebbin, ouvrage c i t e , p, 57) 3 p.293. 4 E l o a I , p.24. 5 Genie, pp.283-4; Lebbin, E l i s a b e t h , ouvrage c i t e , pp.54-5. 6 E l o a I I . p.24. ne p e n s e - t - i l pas aux Martyrs ou l' o n ' p a r l e du demon du deses-p o i r : " l i e par cent noeuds de diamafatr^" (1) d e s c r i p t i o n inspirfee par l e s "adamantine chains and penal f i r e " (2) du Paradis perdu? L ' o r g u e i l l e u x Satan s 1 e e r i e a. E l o a : J ' a i p r l s au Craateur sa f a i b l e c r e a t u r e ; Nous avons, malgre l u i , partage l a Nature....(3) Le Satan de M i l t o n a v a i t d i t : Mal, s o l s mon unique M e n ! Par t o i du moins avec l e Roi du c i e l j e p a r t a g e r a i l 1 e m p i r e ; peut-etre meme r e g n e r a i - j e sur p l u s d'une m o i t i e de l ' u n i v e r s , comme 1'homme et ce monde nouveau 1•apprendront en peu de temps. (4) Dans l e Paradis perdu L u c i f e r d i t ; L'enfer est partout ou je s u i s , moi-meme je s u i s l ' e n f e r . (5) Cette idee e s t exprimee dans E l o a ; £?.son coeur ©u l ' E n f e r recommence.... (6) Au moins t r o i s f o i s dans l e Paradis perdu L u c i f e r a quelques moments de r e p e n t l r ; l e premier a r r i v e quand i l regarde l e s anges dechus qui s o u f f r e n t pour sa f a u t e . De l a meme faqon l e Satan des Martyrs s o u f f r e d'un remords momentane en pensant aux maux q u ' i l causers aux hommes; Une larme i n v o l o n t a i r e m o u i l l e l e s yeux de 1'E s p r i t pervers....Un mouvement de remords et de p i t i e s a i s i t l e coeur de l'Archange r e b e l l e . • ' i 1 M a r t y r s , p.151. 2 Le p a r a l l e l e entre l e s Martyrs et l e Paradis perdu est c i t e par Miss M i l l e r (ouvrage c i t e , p.60} de KBhler. 3 E l o a I I , p.27. 4 Genie, p.285. 5 Genie, p.284. 6 E l o a I I I , p.34. *7 "C'est done moi, s ' e e r i e - t - i l , qui ai creuse ces prisons, et rassemble tous ces maux! " (1) Son trouble devant l a beaute d'Eve est reflete dans ce passage des Martyrs: Hierocles demeure un moment interdit devant l'autorite de 1'innocence de l a faiblesse et du malheur. (2) M. Citoleux suggere une comparalson entre ces passages du Paradis perdu et les regrets de Satan inspires par l a presence d 'Eloa: Trlste amour du peche! sombres desirs du mail. De l'orgueil, du savoir gigantesques pensees! Comment ai-je connu vos ardeurs lnsensees? Maudit soit le moment ou j'a i mesure Dieu! Simplicity du coeur a qui j'ai dit adieu! Je tremble devant t o i , mais pourtant je t'adore; Je suis moins criminel puisque je t'aime encore; Mais dans mon sein f l e t r l tu ne revlendras pas!..., Je souffre, et mon esprit par le mal abattu Ne peut plus remonter jusqu'a tant de vertu. Qu'%tes-Vous devenus, jours de paix, jours celestes!.. Le Tentateur lui-meme etait presque charme, II avait oublie son art et sa victime...•(3) On note aussi une ressemblance avec les chagrins qu'inspire au Satan de Milton l a lumlbre du s o l e i l qui l u i rappelle: ...de quelle hauteur je suis tombe...! L'orgueil et 1'ambition m'ont preciplte. J'osai, dans le c i e l meme, declarer l a guerre au Roi du ciel....N'est-il aucune voie laissee au repentir, aucune misericorde hors l'obeissance? L'obyissance! l'orgueil me difend ce mot. Quelle honte pour moi devant les esprits de l'abime! (4) .1 Martyrs. p.150; cite par Miss Miller (ouvrage cite, p.43) de Kfihler. 2 Martyrs. pp.353-4; cite par Miss Miller (ouvrage cite, pp.63-4) 3 Eloa III-, pp.35-6. 4 Genie. p.284. Chez les deux Satan le remords ne dure que quelques Instants. Celui de Milton s'eerie: "Mal, sois mon unique Men!" et i l reprend ses projets de faire tomber l'hbmme. 'Celui de Vigny, voyant Eloa qui essaie de remonter aux cieux, "rougit d 1avoir pu douter de sa puissance...," (1) et se remet a seduire l'ange II reste. a noter deux paralleles. La celVbre apostrophe: D'oti venez-vous, Pudeur, noble cralnte, 6 Mystere...? Vous pouvez seule encor remplacer 1'Innocence, Mais -l'arbre defendu vous a donne naissance; Au charme des vertus votre charme est egal, Mais vous etes aussi le premier pas du mal; D'un chaste vetement votre sein se decore, Eve avant le serpent n'en avait pas encore....(2) M. Dupuy a note l a source miltonienne de cette apotheose de 1'innocence; (3) elle etait traduite dans le Genie. E l l e f a i t une partie de la description d'Adam et d'Eve,ti innocents encore et nus; P i l l e du peche, pudeur impudique...! Ah! vous avez banni de notre vie ce qui seul est l a veritable vie, l a simplicity et 1'innocence. (4) Citons enfin cette description de l a nuit: Vers le c i e l etoile, dans l'orgueil de son vol, S'elance le premier 1'eloquent rossignol; Sa voix sonore, a l'onde, a l a terre, a l a nue, De mon heure cherie annonce l a venue...; Heraut harmonieux, partout i l me proclame....(5) Dupuy l'a comparee avec un passage qu'on ne trouve pas dans 1 Eloa III, p.37. 2 Sloe" III, p.30. 3 ouvrage cite, p.339. 4 Genie. p.198. Ce passage de Milton est une des premieres expressions du regret de 1'innocence des ages passes et du deslr de quitter les complications materielles et surtout spirituelles de l a vie moderne pour y retourner. Ce sera le reve de plusieurs des poetes symbolistes du dix-neuvieme sieele et jusqu'a. nos jours, de Rimbaud par exemple. 5 Eloa II?:, p.28. l e Genie ( 1 ) ; pourquoi pas c e l u i - c i , qui y f i g u r e ? ...tout se- t a i s a i t , hors l e r o s s i g n o l , anant des v e i l l e s : 11 r e m p l i s s a i t l a n u i t de ses p l a i n t e s amoureuses, et l e s i l e n c e e t a i t r a v i . (2) On trouve d ' a i l l e u r s en l i s a n t E l o a quelques images miltoniennes que Vigny a du chercher autre p a r t que dans l e Genie du C h r i s t i a n l s m e . l e s Martyrs et l e s Natchez. La p l u s frappante en e s t c e l l e - c i , a cause de 1 ' a l l u s i o n d i r e c t e au Paradis perdu: ...ce peuple d ' E s p r i t s , c e t t e f a m i l l e aimante Qui, pour nous, pres de nous, p r i e et v e i l l e t o u j o u r s , U n i t sa pure essence en de .saintes amours; L'Archange Raphael, l o r s q u ' i l v i n t sur l a T e r r e , Sous l e berceau d'Eden conta ce doux mystere. (3) Entre a u t r e s , Schultz-Gora a compare ces vers avec un passage m i l t o n i e n b i e n connu. (4) Quand l e s anges p a r l e n t a i n s i a E l o a de Satan: Nul Ange n'osera vous conter son h i s t o i r e , Aucun S a i n t n ' o s e r a i t d i r e une f o i s son nom. (5) nous nous rappelons, comme F r f i u l e i n Lebbin, l e Paradis perdu: Satan: so c a l l him now, h i s former name Is heard no more i n heav'n. (6) Cette phrase de Satan raconte l e s souffrances des anges dechus: Toutes l e s passions l e u r sont conservees, seulement l e u r malheur e s t d'en v o i r l e vide sans en perdre l e d e s i r et 1 ' e t e r n e l l e impulssance d ' a l l e r au dels, de ces i n e p u i s a b l e s souhaits l e u r donne une c o n t i n u e l l e douleur. (7) 1 ouvrage c i t e , pp.338-9. 2 Genie. p.200. 3 E l o a I . pp.13-14. 4 Paradise Lost V I I I , p.209; Schultz-Gora, a r t i c l e c i t e , pp.282-3. 5 E l o a I . p.16. 6 Paradise Lost V, p.138; Lebbin, ouvrage c i t e , p.54. 7 Poemes. "Notes et E c l a i r c i e e e m e n t s , " p.321. IO Cela. montre une res semblance remarquable avec l a p l a i n t e de Satan dans l e Paradis perdu. I I regarde Adam et Eve, et i l enrage parce q u ' l l s sont heureux: ...while I to h e l l am t h r u s t , Where n e i t h e r joy nor l o v e , but f i e r c e d e s i r e , Among our other torments not the l e a s t , S t i l l u n f u l f i l l ' d w i t h p a i n of lo n g i n g p i n e s . (1) Encore, l e s anges dechus sont q u a l i f i e s dans Satan comme: . . . l a f l e u r du c i e l et des f i l s de lumiere. (2) et dans l e Paradis perdu: , ...the f l o w e r of heaven....(3) On a propose deux p a r a l l e l e s d ' a i l l e u r s peu convaincants pour ces vers d'Eloa: (4) I I est dams le C i e l meme une pure f o n t a i n e ; . . . Une eau b r i l l a n t e y court sur un sable v e r m e i l . Quand un Ange l a p u l s e , 11 d o r t . . . . Mais en v a i n E l o a s'abreuvalt de son onde, Sa dbuleur i n q u i e t e en e t a i t p l u s profonde....(5) On est tente d'y s u b s t i t u e r c e t t e phrase des Mart y r s : Un f l e u v e decoule du tr6ne du Tout-Puissant; I I arrose le c e l e s t e Eden, et r o u l e dans ses f l o t s 1»amour pur et l a sapience de Dieu. (6) Peut-etre f a u t - i l encore f a i r e e t a t de deux text e s qui semblent v e n l r de M i l t o n , mais non a t r a v e r s Chateaubriand. M . Baldensperger a indique ces v e r s : Un jour...(Comment oser nommer du nom de jour Ce qui n'a pas de f u i t e et n'a pas de re t o u r ? • Des langages humalns d e f i a n t 1'indigence, 1 Paradise Lost I y , p.104. 2 Poemes. "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.324. 3 Paradise Lost I , p.23. 4 Pour ces deux p a r a l l e l e s , v o i r C i t o l e u x , ouvrage c i t e , p.408 et Lebbin, ouvrage c i t e , p.57. 5 E l o a I , p.17. L ' E t e r n i t e se v o i l e a notre i n t e l l i g e n c e , E t pour nous f a i r e entendre un de ces courts i n s t a n t s , I I f a u t chereher pour eux un nom parmi l e s Temps)....(1 I I suggere comme source: ...when on a day (For time, though i n e t e r n i t y apply'd To motion, measures a l l thi n g s durable By present, p a s t , and f u t u r e , ) on such day As heav'n's great year b r i n g s f o r t h . . . . ( 2 ) De nouveau., Vigny a pu se souvenir des Martyrs: ...aucun s o l e i l ne se l e v e , aucun s o l e i l ne se couche dans l e s 11eux ou r i e n ne f i n i t , ou r i e n ne commence...1 (3) 0 Dieu, d i s e n t - e l l e s £les fimes benies2J , q u e l l e done est votre grandeur!' Tout ce que vous avez f a i t v n a l t r e e s t renferme dans l e s l i m i t e s du temps; et l e temps, qui s ' o f f r e aux mortels comme une mer sans bornes, n'est qu'une goutte Imperceptible de 1'ocean de. votre e t e r n i t e . (4) I I y a e n f i n l a conception de l a n u i t et du sorameil au C i e l : Les Anges ont des n u i t s comme l a n u i t humaine....(5) Evening now approach'd (For we have a l s o our evening and our morn, We ours f o r change d e l e c t a b l e , not need)....(6) The g r a t e f u l t w i l i g h t ( f o r n i g h t comes not there I n darker v e i l ) and roseate dews dispos'd A l l but t h ' unsleeping eyes of God to r e s t . (7) L'idee e s t a demi suggeree dans l e s Martyrs: La lumlere qui e c l a i r e ces r e t r a i t e s fortunees se compose des roses du matin, de l a flamme du m i d i et de l a pourpre du s o i r ; t o u t e f o i s , . . . a u c u n s o l e i l ne se l e v e , aucun s o l e i l ne se couche....(8) 1 E l o a I , p.15. 2 Paradise Lost V, p.136; Baldensperger dans l e s Poemes. "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.330. 3 M a r t y r s t p.52. 4 Martyrs tp.54. 5 E l o a I . p.17. 6 Paradise Lost V, p.137. 7 Paradise Lost V, p.138. 8 Ma r t y r s , p.52. On peut appeler l e M i l t o n une langue a p a r t — c ' e s t ce que Vigny a d i t une f o i s de Shakespeare—et c'est une langue dont notre poete a beaucoup a p p r i s . Etudions un ou deux passages qui ont l ' a i r m i l t o n i e n , sans qu'on puisse d e c o u v r i r des p a r a l l e l e s exacts. V o i c i d'abord l a d e s c r i p t i o n de l a j o i e au C i e l a cause de l a nalssance d'Eloa; l e s anges: Tous, de l e u r s a i l e s d'or v o i l e s en meme temps, Abaisserent l e u r s f r o n t s jusqu'a. ses pieds de neige, E t l e s Vierges ses soeurs, s'unissant en cortege,... Se tenant par l a main, coururent pour l a v o i r , Des harpes d'or pendaient a l e u r chaste c e i n t u r e ; E t des f l e u r s qu'au C i e l s e u l f i t germer l a Nature, Des f l e u r s qu'on ne v o i t pas dans l'Ete des humalns, Comme une l a r g e p l u i e abondaient sous l e u r s mains. "Heureux, chantaient a l o r s des v o i x incomparables, Heureux l e monde o f f e r t a ses pas secourables! (1) La p l u p a r t de ces d e t a i l s p araiesent p a r - c i p a r - l a dans l e s Mar t y r s , mais i c i Vigny semble l e s a v o i r f a l t s s i e n s . Tout de meme, i l e st d i f f i c i l e de ne pas penser a da d e s c r i p t i o n miltonienne de l a j o i e c e l e s t e a cause de l a Redemption promise The m u l t i t u d e of Angels w i t h a shout Loud as from numbers without number, sweet As from b l e s t voices u t t e r i n g j o y , heav'n rung With j u b i l e e , and loud hosannas f i l l ' d Th' e t e r n a l r e g i o n s : l o w l y reverent Towards e i t h e r throne they bow, and to the ground With solemn ado r a t i o n down they cast T h e i r crowns inwove w i t h amaranth and g o l d ; Immortal amaranth, a f l o w ' r which once I n P a r a d i s e , f a s t by the t r e e of l i f e , Began to bloom; but soon f o r Man's offence To heav'n remov'd, where f i r s t I t grew, there grows, And f l o w ' r s a l o f t shading the fount of l i f e . . . . Then crowned again, t h e i r golden harps they took, Harps ever tun'd, t h a t g l i t t e r i n g by t h e i r s i de L i k e quivers hung, and w i t h preambles sweet Of charming symphony they introduce .Their sacred song, and waken raptures high....(2) 1 E l o a I , p.14. 2 Paradise Lost I I I , p.78. \ Lfe§u&eux poetes p a r l e n t avec des reserves de l 1 e x i s t e n c e ' du mainour dans l e C i e l . E l o a "dans l e C i e l n ' a v a i t pas vu des larmes;" (1) ses propres p l e u r s a cause de L u c i f e r ont ete sans doute quelque chose de t r e s r a r e au Royaume c e l e s t e . Chateaubriand t r a d u i t dans le\c-fenle ce fragment du Paradis perdu ( i l est question du t r o u b l e des anges a cause de l a chute de l'homme): "c e t t e t r i s t e s s e melee a l a  p i t i e . n»altera p o i n t l e u r bonheur." (2) Posons aupres de ces tableaux c e l e s t e s un paysage i n f e r n a l , t i r e de Satan: Sombre voute de nuages oil v i v e n t l e s reprouves comme s i ( s l c ) u n vaste orage qui se repand sur 1*Ocean et se rapprochant de plus en p l u s semble toujours p r S t a l l e n g l o u t i r . T e l l e est l a tente e t e r n e l l e et orageuse qui recouvre l e s l i e u x de Tenebres. De temps en temps des e c l a i r s en j a i l l i s s e n t qui r a p p e l l e n t aux maudits l e s co l e r e s du Seigneur. Mais au m i l i e u r de ces immenses regions e s t une sombre montagne dont l e f r o n t est entoure de nuages plus n o i r s que ceux qui precedent l 1 e x p l o s i o n du Vesuve. La se r e t i r e i n v i s i b l e l e p r i n c e du mal et de l a sa vue perqante decouvre tout ce qui se passe dans ses t r i s t e s royaumes. (3) On se souvient de passages du Paradis perdu t e l s que c e u x - c i : Belch'd f i r e and r o l l i n g smoke.... How o f t amidst Thick clouds and dark, doth heav'ns a l l - r u l i n g S i r e Choose to r e s i d e h i s g l o r y unobscur'd, And w i t h the majesty of darkness round Covers h i s throne; from whence deep thunders r o a r Must'ring t h e i r ' rage, and heav'n resembles h e l l ? (5) 1 E l o a I I I , p.37. 2 g e n i e , p.179. C'est Chateaubriand q u i s o u l l g n e . 3 Poemes. "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.321. 4 Paradise Lost I , p.32. 5 Paradise Lost I I , p.46. There stood a h i l l Le vague expresslf est un des traits les plus caracteris-tique s du style de Milton, et l'on ne peut guere l i r e ces poemes et brouillons dits "mysteres" sans voir combien Vigny a profite d'observer cette maniere d'eerire. II l f a pratiquee surtout dans Satan; par exemple, l'Enfer est decrlt a i n s i : Une foule immense v i t et s'agite sur des nuages inegaux et sombres, que l ' o e l l le plus fort ne pourrait suivre jusqu'a leur horizon incommensurable. Dans Eloa le Chaos est appele "le vide impalpable et sans fin;"(2 dans un fragment du manuscrlt d'Eloa nous trouvons ces vers: La terre s'aperqoit sous les vapeurs profondes Comme une tache obscure au sein des pales ondes. (3) A vrai dire, Vigny s'est montre dans ce style meilleur disciple de Milton que Chateaubriand. Celui-ci a dit que: ...Dante...n'a f a i t de Satan enclave au centre de l a terre qu'un monstre odieux; le Tasse en l u i dormant des cornes, 1'a presque rendu ridicule. Entralne par ces autorites, Milton a eu un moment le mauuais gpC&t de mesurer son Satan; mais i l se releve bientdt d'une maniere sublime. (4) C'est malheureusement vrai que Milton s'est approche du ridicule plus d'une fois dans le Paradis perdu (la guerre dans le Ciel est peut-etre l'exemple le plus manlfeste), mais Chateaubriand a commis beaucoup plus souvent ce peche. Le lecteur des Martyrs et des Natchez ne peut de temps en temps supprimer un sourlre mechant; l'auteur parle trop exactement de ce que personne ne peut savoir dans l a vie terrestre. Vigny a su eviter ce piege. 1 Poemes, "Notes et Eclaircissements," p.321. 2 Eloa I. p.20. Voir toute cette description au-dessus, p.<»5" 3 Poemes, "Notes et Eclaircissements," p.330. 4 Qehie, p.283. I * * Les b r o u i l l o n s de Satan promettaient un poeme p l u s majes-i tueux qu'Eloa, p l u s m i l t o n i e n d ' e s p r i t sinon p l u s p l e i n d * i m i t a t i o n s du poete a n g l a i s . Ecoutons ces p a r o l e s de Satan: Habitants immortels des e t e r n e l l e s flammes, DIeux tombes qui regnez sur l e s humalnes ames, Inventeurs des tourments qui rongez l e s damnes, Ranimez a l e u r s maux tous l e s feux d e s t i n e s . Levez vos bras p u i s s a n t s , ouvrez-leur tout l'ablme Que sa bouche s'apprete a r e c e v o i r l e crime.... N ' a l - j e pas entendu deja l e b r u i t des ple u r s ? Sourions a ce j o u r , c'est l e jour des douleurs. Nous a l l i o n s j u s q u ' i c l mendier notre p r o i e . . . . ( 1 ) Cela est digne d'&tre mis k cdte des m e r v e i l l e u x d i s c o u r s du Satan de M i l t o n , d i s c o u r s p l e l n s d ' o r g u e i l , de courage et de r e v o l t e . Cependant c e t t e f o r c e de s t y l e manque a E l o a . La grandeur du desespoir byronien, nee de sa v i o l e n c e meme, presente dans l e s Fragments, dans E l o a est p l u s a g g a i b l i e . Justement, c'est c e t t e absence de grandeur qui est l a d i f f e r e n c e l a p l u s frappante entre l e s t y l e d'Eloa et c e l u i du Paradis perdu. A quoi l ' a t t r i b u e r ? I I y a une i n f l u e n c e qu'Eloa seule de ces compositions a subie, c e l l e du pofete i r l a n d a i s Thomas Moore et de son poeme l e s Amours des Anges. Ce poeme ,fut p u b l i e dans une t r a d u c t i o n f r a n c h i s e ..en 1823, un peu.. apres l a p u b l i c a t i o n en A n g l e t e r r e , quand Vigny achevait ses travaux sur E l o a ; et M. Baldensperger constate que l a m i e v r e r i e de son poeme est en p a r t i e l e r e s u l t a t d'une i m i t a t i o n trop s e r v i l e de Moore. I I s o u t i e n t que c e t t e Influence se montre surtout dans l e traitement du C i e l et des anges; i l va meme a. d i r e que Moore a donne a Vigny p l u s de d e t a i l s d e s c r i p t i f s que M i l t o n , Byron ou Klopstock. (2) I I se montre d»accord avec 1 "Le Jugement Dernier," Poemes, "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.317. 2 A l f r e d de Vigny. C o n t r i b u t i o n a sa blographle i n t e l l e c t u e l l e . p.103. M. C i t o l e u x qui d i t : . . . I I nous semble que ce s e r a i t au contact de l a ~ pensee de Moore que l e caraetere d'Eloa a u r a i t p r i s forme; 11 l a depasse, mais 11 en p a r t , (1) E t M, C i t o l e u x v o l t une source de l ' i d e e de l a naissance d'Eloa dans 1 » h i s t o i r e de l a P e r i dans L a i l a Roukh qui peut e n t r e r dans l e C i e l parce q u ' e l l e apporte l a larme d'un pecheur p e n i t e n t ; a i n s i dans l e s deux poemes une larme est o f f e r t e a Dieu. I I me semble que c'est a l l e r un peu trop l o i n ; probablement 1 ' e v a l u a t i o n exacte de 1 'Influence des Amours des Anges s e r a i t * entre ces opinions e t c e l l e de Dupuy, qui d i t que Vigny a l u l e poeme, mais q u ' i l en a peu retenu. (2) Une etude d e t a i l l e e des sources s e r a i t p e n i b l e , car en comparalson avec E l o a l e poeme de Moore est beaucoup moins beau et d'une conception moins elevee, Je ne c r o i s pas que notre poete dolve une seule pensee a Moore, mais uniquement quelques images, (3) Parce que Vigny e s t plus vralment poete que Moore, i l a su r e u s s i r en d e p i t de son i n f l u e n c e enervante. Je ne me trouve pas completement d'accord avec M, Baldensperger quand.il d i t : 1 ouvrage c i t e , p,415, 2 ouvrage c i t e , p.335, note. 3 Pour ne pas et r e i n j u s t e envers Moore, i l me f a u t i c l c i t e r quelques mots de sa preface aux Amours des Anges, ou i l d i t que son but a ete de montrer: ...the f a l l of the s o u l from i t s o r i g i n a l p u r i t y — t h e l o s s of l i g h t and happiness which i t s u f f e r s , i n the p u r s u i t of t h i s world's p e r i s h a b l e p l e a s u r e s — a n d the punishments, both from conscience and d i v i n e j u s t i c e , w i t h which i m p u r i t y , p r i d e , and presumptuous i n q u i r y i n t o the awful s e c r e t s of God, are sure to be v i s i t e d . ( P o e t i c a l works, p.520) On peut ne pas etre absolument d 1 a c c o r d avec c e t t e p h i l o s o p h l e ; one" rien s a u r a i t n i e r l a g r a v i t e . S i Moore ne r e u s s i t pas a l'exprimer, c'est sans doute faute de genie poetique p l u t d t que de haute pensee. 77 La lumiere d'Eden, chez l'un et chez 1*autre, est p l u t d t azuree ou nacree que franchement e c l a t a n t e ; une c e r t a i n e mollesse a s i a t i q u e semble s ' i n s i n u e r dans l e u r i m a g i n a t i o n , et l ' o n est l o i n . • . d u C i e l p u r i t a i n de M i l t o n et du C i e l evangelique de Klopstock. (1) T o u t e f o i s , i l y a dans ce jugement une p a r t de v e r i t e . C'est 1*influence de Moore q u ' i l f a u t blamer, je pense, pour l a con-f u s i o n touchant l a s i g n i f i c a t i o n d'Eloa. Car l e s t r a i t s t i r e s des Amours des Anges ajoutes aux idees o r i g i n a l e s de Vigny y f o n t f i g u r e d'Strangers et nuisent a 1*ensemble. La haute conception d'Eloa a v a i t besoin de l a majeste du s t y l e m i l t o n i e n , fonde sur l e s rythmes et l e s expressions b i b l i q u e s . On a voulu v o i r dans Eve un modele d'Eloa, r e s u l t a t n a t u r e l de l a tendance a e x p l i q u e r l e poeme en termes mondalns. E l o a a peut-etre l a beaute d'Eve: - La grace e s t dans sa demarche, l e c i e l dans ses yeux, et l a d i g n i t e de 1'amour dans tous ses mouvements. (2) Je m'obstlne cependant a n i e r une ressemblance importante entre l e s p o r t r a i t s moraux, parce que comme l ' a d i t Chateaubriand: . . . M i l t o n n'a pas voulu peindre son Eve p a r f a i t e ; i l l ' a representee i r r e s i s t i b l e par l e s charmes, mais un peu i n d i s c r e t e et amante de p a r o l e s , a f i n qu'on p r e v i t l e malheur ou ce defaut va l ' e n t r a l n e r . (3) S i l e s fragments de Satan n'ont jamais l e u r scene au C i e l , E l o a n'a jamais l a sienne en E n f e r — L u c i f e r va sur un 1 ouvrage c i t e , p.105. 2 Genie. p.177. Ne v o i t - o n pas quelque ressemblance de f a m i l l e entre E l o a et Genevieve, l'ange p r o t e c t r i c e de l a Prance des Natchez? Genevieve! une nue blanche forme ton vetementj des cheveux d'un or f l u i d e accompagnent divinement t a tfcte: a t r a v e r s ton im m o r t a l i t e on r e c o n n a l t l e s graces p l e i n e s d'amour, l e s charmes i n d i c i b l e s d'une vle r g e f r a n c h i s e ! (Natchez. p.190) 3 Genie, p.177. nuage a l a rencontre de l'ange de l a p i t i e — c ' e s t dans l e s Fragments que nous entrons dans l e royaume i n f e r n a l . S i Moore a eu une Influence importante sur l e C i e l d'Eloa. Jean-Paul R i e n t e r l ' a eue sur l ' E n f e r des Fragments. (1) C'est d'apres l e Songe que Vigny a f a i t r e s s o r t i r ce qui f u t deja. chez M i l t o n l e t r a i t premier de l ' E n f e r : l a souffranee s p i r i -t u e l l e . (2) Nous sommes l o i n maintenant des flammes et de l ' h u l l e b o u i l l a n t e qui comprenaient l a conception p l u s simple, quoIque p l u s p i t t o r e s q u e , du moyen-age. Ce sera l ' e n f e r de l a pensee....(3) a d i t Vigny dans l e J o u r n a l , et ce sentiment e s t repete dans Satan quand l e s anges dechus implorent Dieu: Rendez-nous, rendez-nous nos f a i b l e s corps d ' a r g i l e , Le coeur qui s o u f f r i t t a n t et tout l ' e t r e f r a g i l e ; Frappez l e corps, b l e s s e z l e coeur, versez l e sang, Et nous s o u f f r l r o n s moins qu'au sejour l a n g u i s s a n t Ou l'&me en face d ' e l l e e s t seule et d e l a l s s e e : Car l e malheur, c'est l a pensee! (4) Les anges i n f e r n a u x , nous l'avons vu, ont l e u r s moments de re g r e t du C i e l , mais l i s a f f i r m e n t q u ' l l s ne veulent pas y r e n t r e r . 0 quels ennuis profonds h a b i t e n t dans l e s c i e u x ! (5) d i t l e heros maudit de Satan; et l e Mammon du Paradis perdu: This must be our task I n heav'n, t h i s our d e l i g h t ; how wearisome E t e r n i t y so spent i n worship p a i d To whom we hate! (6) Neanmoins c'est dans &loa qu'on trouve l e p o r t r a i t l e 1 Baldensperger, Fernand, dans l e s Poemes. "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.322. 2 c f Rudwin, M a x i m i l i e n , Supernatural!am and Satanism l n  Chateaubriand. p.18. " 5 PoemesT""Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.322. 4 ouvrage c i t e , p.327. 5 ouvrage c i t e , p.325. 6 Paradise Lost I I , p.45. p l u s d e t a i l l e de Satan lui-meme, et l e r o i de l ' E n f e r a s o u f f e r t l a meme a t t e n u a t i o n que son royaume. Sous 1 ' e f f e t d'un byronisme d i l u e . e t du charme f a t a l des anges de Moore, (1) l e Satan de Vigny n'est p o i n t l'Ennemi majestueux et formidable du Paradis  perdu. I I n'a pas meme ses bona t r a i t s de caraetere. Le Satan de M i l t o n est courage-ox, i l est p l e i n de ressources, en somme i l a toutes l e s q u a i l t e s du grand chef. I I ressent une c e r t a l n e sympathie pour ses compagnons en misere. Le Satan de Vigny s ' a t t e n d r i t a l a vue d'Eloa et r e g r e t t e quelques i n s t a n t s son et a t ancien; c'est l e s e u l r e s t e de bonte q u ' i l montre. On a souvent constate que c'est un p o r t r a i t f a v o r a b l e que Vigny p e i n t de L u c i f e r ; mais aprest;tout, i l f a i t p a r l e r L u c i f e r l u i -meme qui veut r e t e n i r l a sympathie d'Eloa. C'est pourquoi i l se nomme " c e l u i qu'on aime et qu'on ne conna.lt pas," (2.) ...un Consolateur; Qui pleure sur l ' e s c l a v e et l e derobe au maitre,. Le sauve par 1'amour des chagrins de son e t r e , E t , dans l a mal commun lui-meme e n s e v e l i , L u i donne un peu de charme, et quelquefois l ' o u b l l . (3) I I adresse meme ce t t e suggestion s a c r i l e g e a l'ange nee d'une larme du C h r i s t , q u ' i l se peut que ...ton o r i g i n e , a u s s i douce que t o i , T ' a i t f a i t une p a t r i e un peu p l u s pres de moi....(4) Vigny a souvent prononce des reproches contre Dieu, mais s ' i l a v a i t voulu i c i d e i f i e r Satan (on l ' a quelquefois suggere) pourquoi l e rendre s i d e t e s t a b l e a l a f i n du poeme? La 1 P r f l u l e i n Lebbin compare l e Satan de Vigny au deuxieme ange de Moore, qui e s t o r g u e l l l e u x comme l u i et qui es s a i e d'egarer en f a i s a n t appel aux sens, (ouvrage c i t e , p.62). 2 g l o a I I , p.26. C'est l'amant mysterieux des poemes de 3 E l o a I I , p.29. 4 EToa I I , p.32. c o n c l u s i o n p r o j e t e e , oil un Satan repentant a u r a i t ete r e i n t e g r e au C i e l , ne temoigne p o i n t a sa d e i f i c a t i o n , mais seulement a 1'immense p i t i e des poetes romantiques qui p l e u r a i e n t meme pour l e r o i du Mal. Ce Satan pretend q u ' i l a une grande puissance, q u ' i l e st l e r i v a l de Dieu, mais on ne l e c r o i t pas; sa langueur ne semble pas d'accord avec un t e l pouvoir. C'est p l u t S t l'ange qui a v e r t i t E l o a q u ' i l f a u t ecouter s i l ' o n veut s a v o i r l a v e r i t e sur Satan dans ce poeme. I I en es t de mBme de l a conception du peche dans E l o a . Parce que c'est Satan qui en p a r l e , i l e s t tout n a t u r e l q u ' i l en fasse quelque chose de beau, mais i l n'y a pas l i e u d'en deduiredque c ' e t a i t 1 ' a t t i t u d e de Vigny. S i ce L u c i f e r d i f f e r e beaucoup de c e l u i de M i l t o n , i l lu.i d o i t pourtant d'une faqon i n d i r e c t e . Edmond Esteve l ' a compare au demon de l a v o l u p t e , A s t a r t e , dans l e s M a r t y r s , l e q u e l e st d'apres M. Rudwln "Chateaubriand's best and most s u c c e s s f u l d i a b o l i c a l c r e a t i o n . " (1) Mala, d i t M. Esteve, A s t a r t e e s t l a " p e r s o n n i f i c a t i o n de l a s e n s u a l i t e g r o s s i e r e , " t a n d i s que l e L u c i f e r d'Eloa est un " d e l i c a t seducteur qui caresse 1'Ima-g i n a t i o n d'Eloa," et qui ne l a f a i t tomber que par son malheur. Sans doute est-ce ce qu ' E l o a v o i t dans Satan, mais au coeur I I e st vraiment t r e s semblable a A s t a r t e , comme on v e r r a en l i s a n t l e s passages qui t r a i t e n t de ce " f a i b l e demon" (3) a i n s i d e c r i t : ...ses yeux sont r e m p l i s d'une molle langueur, sa v o l x porte l e t r o u b l e dans l e s §mes et l a b r l l l a n t e 1 Supernatural!sm and Satanism i n Chateaubriand, p.23. 2 A l f r e d de Vigny, sa pensee et son a r t , p.252. 3 Martyra. p.159. c e i n t u r e qui se r a t t a c h e autour de ses f l a n c s est l'ouvrage l e p l u s dangereux des puissances de l'abime. (1) C'est l a l a s s i t u d e du Satan d'Eloa et des Fragments. La nature semble se ranimer a sa presence, l a colombe gemit, l e r o s s i g n o l soupire, l e cerg" s u i t en bramant sa legere compagne. (2) "La Nature, a t t e n t i v e aux l o i s de mon empire, M ' a c c u e i l l e avec amour, m'ecoute et me r e s p i r e . . . . " (3) Et surtout c e t t e d e s c r i p t i o n , qui p o u r r a i t a v o i r ete t i r e e d'entre l e s b r o u i l l o n s de Vigny: Le p l u s beau des anges tombes apres l'archange rebe&le, i l a conserve une p a r t i e des graces dont 1'avait orne l e Createur; mais au fond de ses regards s i doux, a t r a v e r s l e charme de sa v o l x et de son s o u r i r e , on decouvre je ne s a l s quol de p e r f i d e et d'empoisonne. Ne pour 1'amour, e t e r n e l h a b i t a n t du sejour de l a haine, i l supporte lmpatiemment son malheur; trop d e l i c a t pour pousser des c r i s de rage, i l p l e u r e seulement, et prononce ces p a r o l e s avec de profonds s o u p i r s : "Dieux..., o u i , l ' e n f e r me pese I " (4) Comme l e "Roi secret des secrestes amours," A s t a r t e v ainc l'humanite par 1'amour coupable. S i l e Satan d'Eloa d o i t k A s t a r t e , c e l u i - c i d o i t k B e l i a l , l e demon de l a luxure du Paradis perdu; A f a i r e r person l o s t not heaven; he seem'd For d i g n i t y composed and h i g h e x p l o i t ; But a l l was f a l s e and hollow; though h i s tongue Dropp'd manna, and could make the worse appear The b e t t e r reason, to perplew and dash Maturest c o u n c i l s ; f o r h i s thoughts were low; To v i c e i n d u s t r i o u s , but to nobler deeds Timorous and s l o t h f u l : y e t he pleased the ear.... (5) 1 Martyrs. p.154. 2 M a r t y r s . p.234. 3 E l o a I I . p.27. 4 M a r t y r s . p.158. 5 Paradise Lost I I , p.42.. B e l i a l . . . t h a n whom a s p i r i t more lewd P e l l not from heav'n, or more gross to love Vtee f o r i t s e l f . . . . I n courts and palaces he a l s o r e i g n s , And i n l u x u r i o u s c i t i e s . . . . (1) On ne peut q u i t t e r l e L u c i f e r de Vigny sans d i r e quelques mots sur son r d l e dans l a f i l i a t i o n l i t t e r a i r e du satanisme. I I e st entre l e s premiers d'une longue l i g n e e de Satans f r a n q a i s dont l a p l u p a r t conservent des tra c e s de l e u r s ancetres crees par M i l t o n , pair Byron et par Chateaubriand. • Pourquoi c e t t e preoccupation des romantiques f r a n q a i s avec Satan? On ne peut en donner une e x p l i c a t i o n s u f f i s a n t e en p a r l a n t des o r l g l n e s l i t t e r a i r e s : 1. ' i n t e r 81 au moyen-age et aux l i t t e r a t u r e s du nord. (2) I I f a u t chercher des r a i s o n s p hilosophlques, dont on a observe p l u s i e u r s especes d i f f e r e n t e s . C e r t a i n s e c r i v a i n s — o n a eu t o r t , j e pense, de ranger parmi eux V i g n y — a y a n t blame Dieu pour l e mal et l a souffrance de l ' u n i v e r s , ont voulu d e i f i e r Satan. (3) S i Dieu, r a i s o n n e n t - i l s , Qui a ete regarde comme l e Bi e n supreme, est vraiment l e Mal, 11 f a u t que Satan, par t r a d i t i o n l e Mauvais, s o i t en v e r i t e bon. Cependant l a conception l a p l u s generale du satanisme est c e l l e que v o i c i . I I semble a iLa premiere vue paradoxal de r e f l e c h i r que l e t r a i t de 1'homme qui l ' e l e v e vers l e C i e l est c e l u i qui l e rapproche de l ' E n f e r . Lamartine l ' a d i t dans un couplet b i e n connu; Borne dans sa nature, i n f i n i dans ses voeux, L'homme est un d i e u tombe qui se souvient des ci e u x . 1 Paradise Lost I I , p.IB. I, P«-2 Rudwin, M a x i m i l l e n , Romantisme et Satanisme. pp.11 et 14. 3 Rudwin, l e s E c r i v a i n s d i a b o l l q u e s de France, pp.101-02. L'ame humaine ne peut e t r e s a t i s f a l t e dans ce monde-ci; c'est ce qui montre son o r i g i n e c e l e s t e . Mais i l n'est pas a supposer que l e s anges dans l e C i e l a i e n t ces d e s i r s i n a s s o u v i s ; nous croyons q u ' i l s sont parfaitement heureux. Ce sont seulement l e s anges dechus, p l e i n s de r e g r e t s du C i e l , qui peuvent l e s a v o i r ; a i n s i nous l e u r ressemblons. C'est sans doute pourquoi on a appele sataniques tous ces d e s i r s vagueis et l n f i n i s qui emanent du romantisme. Dans l e satanisme romantique en France s ' a t t e s t e un autre element. Le c u l t e de l a r a i s o n qui dominait l e dix-huitieme s i e e l e a v a i t cede a une r e l i g i o s i t e p l e i n e d 1emotion, l e p l u s souvent a un c h r i s t l a n i s m e p l u s ou moins m o d l f l e . Cette mystique e t a i t c a r a c t e r i s & e par un v i f sentiment humanitalre qui est devenu chez beaucoup, l e u r seule r e l i g i o n * C'est 1'aspect du satanisme qui est r e v e l e dans E l o a , Satan et l e  Jugement D e r n i e r , oh l a vaste p i t i e romantique enveloppe l ' E n f e r meme. E l l e ne peut s o u f f r i r l a pensee d'une p u n l t i o n e t e r n e l l e des damnes. Le reve des apdtres du progres est M e n exprlme a. l a f i n des b r o u i l l o n s de Satan; Dieu a v a i t tout juge du regard quand l i s J^Eloa et L u c i f e r ^ a r r i v e r e n t . Les anges e t a i e n t a s s i s . Une place e t a i t vacante parmi eux; c ' e t a i t l a premiere. Une v o l x i n e f f a b l e prononqa ces mots: — T u as fete puni pendant l e temps; t u as assez s o u f f e r t , pulsque t u f u s l'ange du mal. Tu as aime une f o i s ; entre dans mon e t e r n l t e . Le mal n ' e x i s t e p l u s . (1) 1 Potemes, "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.328. Rudwin (Romantisme et satanisme, p.29) enumere d*autres oeuvres romantiques qui t r a i t e n t de l a r e i n t e g r a t i o n au C i e l de L u c i f e r : l a Larme du  d l a b l e de G a u t i e r , l a D i v i n e epopfee de Soumet, l a F i n de Satan de V i c t o r Hugo, et l e M e r l i n 1'Enchanteur de Quinet. 44 La B i b l e nous d i t t r e s peu de chose au s u j e t de Satan et de l ' E n f e r ; l a p l u p a r t des d e t a i l s ont ete l a i s s e s a. 1'Imagination des hommes qui ont cree a t r a v e r s l e s s i e c l e s une t r a d i t i o n satanique lmposante. L'ldee medlevale de Satan e t a i t assez na i v e ; c * e t a i t un monstre hideux qui h a b i t a i t un Enfer enflamme p l e i n de toute sorte de creatures h o r r i b l e s . Cette conception a change peu a peu pour devenir beaucoup p l u s s u b t i l e , comme chez l e Satan de M i l t o n , "the greatest p e r s o n i f i c a t i o n of e v i l i n a l l C h r i s t i a n poems." (1) M i l t o n conferred upon the f i g u r e of Satan a l l the charm of an untamed r e b e l which already belonged to the Prometheus of Aeschylus and to the Capaneo of Dante, but i t must not be f o r g o t t e n t h a t Marino had preceded him i n the same path.... With M i l t o n , the E v i l One d e f i n i t e l y assumes an aspect of f a l l e n beauty, of splendour shadowed by sadness and death; he i s 'majestic though i n r u i n ' . (2) V o i l a l e byronisme avant l a l e t t r e I Depuis l a Renaissance, et surtout au dix-huitieme s i e e l e , on a v a i t p l u s ou moins n e g l i g e l e s p o s s i b i l l t e s l i t t e r a i r e s de Satan et de l ' E n f e r , l e s e c r i v a i n s r e l i g i e u x etant d'aecord avec B o l l e a u sur l e s u j e t du m e r v e l l l e u x Chretien et l e s autres l e meprlsant comme quelque chose de medieval. C e t a i t done encore un avertlssement du romantisme quand Chateaubriand commenqa a s ' i n t e r e s s e r au Di a b l e et au demon!aque. M. Rudwin d i t que c ' e t a i t l e Satan de M i l t o n qui l u i montra l a f o r c e l i t t e r a i r e du m e r v e l l l e u x Chretien, (3) mais que ses e f f o r t s sataniques sont c(*ez l u i assez f a i b l e s parce q u ' i l n'y c r o l t pas, (4) comme 1 The D e v i l l n Legend and L i t e r a t u r e , p . 1 0 . 2 Praz., Mario, The .Romantic Agony, pp.55-6. 3 Romantisme et satanisme. p,8. 4 Supernaturalism and satanlsm i n Chateaubriand, p.35. l e s romantiques n'y c r o i e n t pas non p l u s : I I va sans d i r e que l e s romantiques ne croyaien t pas a un d i a b l e v r a i , d i s t i n c t , p e r s o n n e l . . " J ' a i t r o p d'estime pour Dieu, a d i t A l f r e d de Vigny, pour cr a i n d r e l e d i a b l e . " Tous n i a i e n t l ' e n f e r . . . . Les romantiques c o n s i d e r a i e n t Satan simplement comme un r e s s o r t poetique et n'en f a i s a i e n t qu'un theme romanesque, une f i g u r e de r h e t o r i q u e , un symbole philosophlque ou p o l i t i q u e . . . . ( 1 ) I I semble que f a i r e un symbole de Satan ce s o i t c r o l r e en l u i dans un c e r t a i n sens, mais c'est v r a i que l e s romantiques, ayant une r e l i g i o n de p l u s en p l u s l i b r e et vague, ne l ' o n t pas c r a i n t . l i s l ' o n t p r i s en p i t i e et l i s ont beaucoup t i r e de l a source poetique de ses souffra n c e s , en l e s ' t r a i t a n t t e l l e s q u e l l e s ou en l e s t r a n s f e r ant a leux&heros humalns. Cette d e r n i e r e methode a r e s u l t e dans l a c r e a t i o n de 1'homme f a t a l , ayant: ...mysterious (but conjectured, to be exalted) o r i g i n , t races of burnt-out p a s s i o n s , s u s p i c i o n of a g h a s t l y g u i l t , melancholy h a b i t s , pale f a c e , u n f o r g e t t a b l e eyes. (2) Cet homme pl u s ou moins t e l n t du d i a b o l l q u e f a i t l e tourment de quelque femme douce et p a t l e n t e q u i , comme l a Dona S o l d'Hernanl t aime eperdument. E l l e devient l a femme persecutfee, • autre c r e a t i o n romantique de l a q u e l l e l e prototype e s t l a C l a r i s s e de Richardson, t r a h i e par son Lovelace q u i , l u i a u s s i , est un- homme f a t a l . M. Esteve a p a r l e de l a ressemblance entre l ' h i s t o i r e de C l a r i s s e et c e l l e d'Eloa. L u c i f e r , d i t - i l , 1 Romantisme et satanisme, p.25. 2 Pra z , Mario, ouvrage c i t e , p.59. Ce type l i t t e r a i r e r e c e v r a p l u s d 1 a t t e n t i o n dans l e c h a p i t r e s u l v a n t . I I ne fa u t pas oublier. 1'importance de Chateaubriand dans ce developpement. est comme Lovelace: ...un melange de f e i n t e douceur, de r o u e r i e et d'auda cieuse v i o l e n c e . (" Toutes l e s deux heroines sont c a r a c t e r i s e e s par l e u r p u r e t e , l e u r douceur et l e u r Innocence. Chacune est a v e r t i e du danger, mais l e besoin de se devouer l e s entraine toutes l e s deux. (1) Le satanisme franc,ais a t t e l n t son p o i n t culminant dans. 1'oeuvre de Ba u d e l a i r e , dont i l ys.a maints avertissements chez Vigny, surtout dans E l o a . ou M. Baldensperger trouve ...une poesie mysterieuse et nocturne, d'un c l a i r -obscur f i e v r e u x qui sera c e l u i de Bau d e l a i r e . Le c r i t i q u e c i t e a preuve ce passage: Le coeur repond au coeur comme l ' a i r a. l a l y r e et a u s s i l a d e s c r i p t i o n de l a n u i t c o n s o l a t r i c e de 1'homme malheureux. (2) Baudelaire a por t e a. sa con c l u s i o n extreme l a t h e o r i e celebre du grotesque de l a Preface de Cromwell en d i s a n t : J ' a i trouve l a d e f i n i t i o n du Beau, de mon Beau. C'est quelque chose d'ardent et de t r i s t e , quelque chose d'un peu vague, l a i s s a n t c a r r i b r e a l a conjecture....Une t e t e seduisante et b e l l e , une te t e de femme, veux-je d i r e , c'est une t e t e qui ' f a i t r&ver a l a f o i s , — m a i s d'une maniere c o n f u s e , — de volupte et de t r i s t e s s e . . . . L e mystere, l e r e g r e t sont a u s s i des caracteres du Beau. Une b e l l e t e t e d*homme...contiendra a u s s i quelque chose d*ardent et de t r i s t e . . . l e mystere, et e n f i n . . . l e malheur. Je ne pretends paB que l a Jo i e ne puisse pas s'ass o c i e r avec l a Beaute, mais je d i s que l a J o i e e s t un des ornements l e s p l u s v u l g a i r e s t a n d i s que l a Melancoli'e en es t pour a i n s i d i r e l ' l l l u s t r e compagne, a. ce p o i n t que je ne conqoi 1 A l f r e d de Vigny, sa pensee et son a r t , pp.249-51. 2 A l f r e d de Vigny. pp.38-9 guere...un type de Beaute ou i l n'y a i t du Malheur. Appuye sur...ces i d e e s , on conqoit q u ' i l me s e r a i t d i f f i c i l e de n'en pas conclure que l e p l u s p a r f a i t type de Beaute v i r i l e e st S a t a n , — a l a maniere de M i l t o n . (1) De t r o i s faqons p r i n c i p a l e s 1'oeuvre de Baudelaire e s t satanique. I I est t r e s conscient du grand pouvoir du Di a b l e dans l a v i e humaine: . . . i l e s t p l u s d i f f i c i l e aux gens de ce s i e e l e de c r o i r e au d i a b l e que de 1'aimer. Tout l e monde l e sent et personne n'y c r o i t . Sublime s u b t i l i t e du D i a b l e ! (2$ C'est l e D i a b l e qui t i e n t l e s f i l s qui nous remuent1! Aux objets repugnarits nous trouvons des appas; Chaque jour vers l ' E n f e r nous descendons un pas, Sans ho r r e u r , a t r a v e r s des tenebres qui puent. (3) En v r a i romantique 11 se sent inonde par l e degout de l a v i e , symbolise dans l e Masque par une s t a t u e : — E l l e p l e u r e , insense, parce q u ' e l l e a vecu! Et parce q u ' e l l e v i t ! Mais ce q u ' e l l e deplore Su r t o u t , ce qui l a f a i t f r e m l r jusqu'aux genoux, C'est que demain, h e l a s l 11 faudra v i v r e encore! Demain, apres-demain et toujours,--comme nous! (4) E n f i n , chose qu'on a souvent oub l i e e en t r a i t a n t du satanisme de B a u d e l a i r e , i l e st possede par 1'Immense Idealisme des romantiques: Notre ame e s t un tro i s - m a t s cherchant son I c a r i e ; Une v o i x r e t e n t i t sur l e pont: "Ouvre l ' o e l l ! " Une v o i x de l a hune, ardente et f o l l e , c r i e ; "Amour!...gloire...bonheur!" E n f e r ! c'est un e c u e i l . . . . 0 Mort, vieux c a p i t a i n e , i l e st temps! levons 1'ancre! Ce pays nous ennule, 8 Mort! A p p a r e i l l o n s ! . . . 1 Journaux i n t l m e s , pp.18-20. Lisons apres cett e e x p o s i t i o n l e Malheur de Vigny, ou i l s ' a g l t de 1'omnipresence da malheur dans l a v i e humaine, mais ou i l e st concu comme quelque chose qui gate l a Beaute. 2 P r o j e t s de Preface pour l e s F l e u r s du Mal. Oeuvres. tome l,p.58C 3 "Au Lecteur," Oeuvres, tome 1, p.17. 4 Oeuvres, tome 1, p.36. Verse-nous ton poison pour qu'il nous reconforte! Nous voulons, tant ce feu nous brule le eerveau, Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Giel, qu'importe? Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau! (1) II faut malntenant retourner a Vigny pour chercher dans ses autres poemes des traees de 1'lnfluence miltonienne; el l e y est beaucoup moins importante et plus d i f f i c i l e a tracer. Sans doute ne pourra-t-on jamais esperer trouver toutes ces influences; l a recherche vaudra cependant l a peine s i nous repferons quelques exemples, car ainsi nous verrons que Milton n'a pas ete oublie quand Vigny etait devenu poete mur. Parlons d'abord de l a Colere de Samson, ecrite en Angle-terre en 1839. On a souvent voulu voir un rapport entre ce poeme et le Samson Agonlstes de Milton; on a peut-etre exagere; apres tout, quand deux auteurs choisissent le meme sujet, comment eviter quelques similarites de traitement? La difference qu'on a toujours remarquee est dans 1'attitude des deux Samson. Celui de Milton se blame lui-meme et se crolt justement puni; i l ne blame l a femme que secondairement. Celui de Vigny maudit l a femme. Celui de Milton s'humllle devant Dieu; celui de Vigny, l o i n du repentir, demande dans son indignation a. Dieu: "Jugez-nous." On a compare surtout 1'attitude des deux poetes a l a femme a. cause du des enchant ement qu'ils expriment, d'accord avec les reproches violents d'Adam dans le Paradis perdu. II est un peu Injuste, d'oublier tout ce que Milton a dit en faveur de la femme dans ses pamphlets, et meme dans le Paradis perdu. (2) 1 "Le Voyage," Oeuvres, tome 1, pp.145 et 149. 2 cf. Saurat, Milton, man and thinker, pp.133-41. II est plus injuste encore de passer sous silence tout ce que Vigny a di t d'autre part a l'honneur de l a femme, d'oublier une de ses creations les plus importantes, le caraetere mySterieux d'Eva. (1) Vigny a compose l a Colere de Samson quand/11 souffrait de l a d i s i l l u s i o n personnelle. Qui le blame s i dans un t e l etat d'&me i l generalise et s 1eerie: ...plus ou moins, l a Femme est toujours DALILA. (2) M. Baldensperger d i t que d»apres Vigny: ...c'est 1'homme, malgre qu'il paraisse, qui a les tout premiers torts. "Le plus fortaa f a i t l a l o i " , et 1'homme devait tous.les matins, au li e u de dire a l a femme: "Bonjour!" lui-^dire "Pardon!" (3) M. Saurat donne un$ interpretation semblable de 1»attitude de Milton: ...Adam is tempted to throw on woman the causes of ev i l i t s e l f : ^Jut s t i l l I see the tenor of man's woe HolcLon the same, from woman to begin. From man's effeminate slackness It begins Said the angel; who should better hold his place By wisdom, and superior gifts receiv'd. For man i s responsible-for woman, and i f she.became the instrument of e v i l , the fault i s his. (4) Milton aecorde a l a femme une plus grande sensibilite: 1 Vigny doit plus au Saint-Simon!sme qu'a Milton a. cet egard. "L'union du BERger et d'Eva realise, mystiquement, le couple prStre d'Enfantin." (Flottes, ouvrage cite, p.240). 2 Ce poeme n'a pas ete publie de son vivant, n'apparaissant qu'en 1864 dans l a Revue des deux mondes. Pourquoi M. Citoleux se sent-il oblige de le prendre pour son point de depart pour esse.yer de prouver que l a perfidie de l a femme est toujours presente dans 1'oeuvre de Vigny? Ainsi Kitty B e l l , par exemple, est perfide, parce qu'elle alme Chatterton en secret; l a tendre Eloa meme est perfide! (ouvrage cite) 3 Alfred de Vlgnv. p.114. 4 ouvrage cite, pp.137-8. 1° ...those g r a c e f u l a c t s , Those thousand decencies that d a i l y f l o w Prom a l l her words and a c t i o n s mix'd w i t h l o v e And sweet compliance. (1) C'est comme l a mystferieuse Eva de l a Malson du BBrgert . . . t u n'as r i e n de nos laches prudences, Ton coeur v i b r e et resonne au c r i de 1•opprimfe.... C'est a t o i q u ' i l convient d'ouir l e s grandes p l a i n t e s Que l'humanitfe t r i s t e exhale sourdement. E l l e est p l e i n e de "grace" et de "tendresse" (2) Pour M i l t o n , l a femme donne a 1'homme du rfeplt i n t e l l e c t u e l au m i l i e u de ses l a b e u r s : No mortal nature can endure, e i t h e r i n the a c t i o n s of r e l i g i o n , or study of wisdom, without sometime sl a c k e n i n g the cords of intense thought and labour....(3) et pour Vigny e l l e 1 ' i n s p i r e et l e f o r t i f l e ; Tes pa r o l e s de f e u meuvent l e s m u l t i t u d e s , Tes p l e u r s l a v e n t 1 ' i n j u r e et l e s i n g r a t i t u d e s , Tu pousses par l e bras l'homme...Il se leve arine. (4) S i l a femme d'aujourd'hui trouve ce r&l e un peu trop p a s s i f e t soumis, e l l e ne peut d i r e justement que ces poetes l ' a l e n t insultfee. Les s i m i l a r l t f e s d'expression avec l a Colore de Samson se "trouvent p l u s fr&quentes dans l e Paradis perdu que dans Samson  Agonistes. ce que montrent l e s p a r a l l e l e s lntferessants signalfes par M. Lesans dans ses "Notes sur deux poemes de Vigny." On 1 Saurat, ouvrage c i t f e , p.136.. 2 Poemes. pp.188-9 et 190. 3 Tetrachordon. citfe par Saurat, ouvrage c i t f e , p.55. 4 " l a Malson du Berger," Pofemes. p.188. Cette comparaison est limitfee a une des i n t e r p r e t a t i o n s f a v o r i t e s du caraetere d'Eva, e'est-a-dire q u ' e l l e ref>rfesente l a femme, ou l ' f e t e r n e l f f e m i n i n . Mais pour Vigny ce n'fetait sans doute qu'une moltife de sa s i g n i f i c a t i o n . Les qualltfes d'Eva sont l e s p l u s b e l l e s qualltfes de l a femme et de 1'homme; e l l e s comprisent l a sympathie,, 1 ' a s p i r a t i o n , 1'enthousiasme, l' i d f e a l i s m e , . Eva peut e t r e i d e n t i f i f e e avec l a Pofesie de l a v i e . Dr.Evans a dfemontrfe l a r e l a t i o n entre l'idfee d'Eva et l a R e l i g i o n d'Humanitfe de Comte ( a r t i c l e c i t f e , pp.296-7). V peut cependant comparer avec le poeme de Vigny ces reproches amers du Samson miltonien: Out, out hyaena; these are thy wonted arts, And arts of every woman false like thee. To break a l l fai t h , a l l vows, deceive, betray, Then as-repentant to submit, beseech, And reconcilement move with feigri'd remorse...; That wisest and best men f u l l oft beguil'd With goodness principled not to reject The penitnnt, but ever to forgive^ Are 'drawn to wear out miserable days, Intangled with a pols'nous bosom snake, If not by quick destruction soon cut off As. I by thee, to ages an example. (1) Le choeur aussi lance une Imprecation mordante contre l a femme. Bra^Hunt compare le theme de sacrifice dans le Deluge de Vigny a celui d'Eloa (2) Ne voit-on pas quelques ressemblances entre les deux jeunes amants, Emmanuel et Sara, et l'Adam et l'Bve du Paradis perdu? Tous deux nes dans les champs, l o i n d'un peuple lmposteur, Leur langage etait doux, leurs mains etaient unies Comme au jour fortune des unions benies; l i s semblaient, en passant sur ces monts inconnus, Retourner vers le Ciel dont l i s etaient venus; Et, sans l ' a i r de douleur, signe que Dieu nous laisse, Rien n'eftt de leur nature indlque l a faiblesse, Tant les traits primitifs et leur simple beaute Avaient sur leur visage empreint de majeste. (3) V o i d l a description d'Adam et d'Eve dans l a traduction du Genie: ...deux etres d'une forme plus noble, d'une stature drolte et eievee, comme celle des esprits immortels. Dans tout l'honneur primitif de leur naissance, une majestueuse nudite les couvre: on les prendrait pour les souverains de ce nouvel univers, et l i s semblent dignes de I'etre. (4) Madeleine Dempsey f a i t allusion (5) au parallele releve par M. Dick entre le chapitre du Genie intit u l e "du Deluge" 1 Samson Agonistes. p.117. 2 ouvrage cite, p.l50. 3 Poemes. pp.42-3. 4 p.197". . £ Dick, Chateaubrlands Vernaltnis zu Milton; Dempsey, A Contribu-tion to the suudy of the sources of the Gfenle du Christlanisme .p."54*. et l a description du meme evenement dans le Paradis perdu (livre XI), et l'on ne peut que supposer que Vigny ait profite de sa lecture de ce passage du Genie en decrivant dans son poeme ce desastre. Pour tout le sujet de ce poeme, i l est d i f f i c i l e de dire s i Vigny l'a t i r e des Amours des Anges de Moore, du Ciel et Terre de Byron ou du passage biblique qui les a inspires tous les deux. (1) Une autre Influence miltonienne possible sur le Deluge " V vient du Genie ou Chateaubriand parle de l a chute de 1'homme dans le Paradis perdu. Adam et Eve ont pris l a pomme: A cette consommation du crime, rien ne s'altere encore dans l a nature. (2) On se rappelle ces mots quand on l i t dans le Deluge; La Terre etait riante et dans sa fleur premiere... Rien n'avait dans sa forme altere l a nature.... Tout etait pur encor. Mais 1'homme etait mechant. (3) La meme idee est aussi exprimee dans l e fragment du Jugement Dernier; La terre n'etait pas usee ni degradee.... Ces mondes avaient ete c i v i l i s e s et etaient tombes dans l a corruption....(4) Dans le Paradis perdu. l'Archange Michel mene Adam au sommet d'une montagne pour l u i montrer l a terre; . . . i t was a h i l l Of Paradise the highest, from whose top The hemisphere of earth in clearest ken Stretch'd out to th' amplest reach of prospect lay. (5) 1 Lebbin, ouvrage cite, p.61. Nous verrons plus tard 1'import de Ciel et Terre a ce poeme. a genie, p.179. 3 Poemes. pp.41-2. 4 Poemes. "Notes et Eclaircissements," p.316. 5 Paradise Lost XI, p.289. Miss Miller rapproche ce passage a celui des Martyrs: ...au lever du jour nous atteignlmes l a pdinte l a plus elevee-du mont Colzim. Un horizon immense s'etendait en cercle autour de nous. (1) Ces descriptions de vastes paysages semtolent avoir Influence deux passages de Vigny, l'un tire3du Deluge: Quand du mont orageux l i s toucherent l a cime, La campagne a leurs pieds s'ouvrit comme un ablme; ( 2) 1'autre de Molse; Du sterile Nebo gravissant l a montagne, MoSse, homme de Dieu, s'arrete, et, sans orgueil, Sur le vaste horizon promene un long coup d'oeil. (3) M. Citoleux confronte 1*attitude de Moise qui trouve insupportable le poids du savoir total et celle d'Adam apres l a chute. MoSse se plaint: Helas! je sais aussi tous les secrets des cieux....(4) et 11 demande a Dieu: Laissez-moi m'endormir du sommeil de l a terre! (5) M. Esteve a f a i t remarquer l'habllete de Vigny pour faire siennes des images qui viennent d'autrui. Pour i l l u s t r e r sa these, i l presente une longue citation du Paradis perdu; en voici l a partie importante pour l a comparaison: 1 Martyrs XI, p.208; Miller, ouvrage cite, p.54. 2 Pofemes, p.43. 3 Pobmes, p.5. Cette comparaison entre Molse et les Martyrs est suggeree par G. Rudler dans son article "Les •Martyrs', de Chateaubriand, et 'Mofse', d'Alfred de Vigny," p.47, article qui,d'ailleurs, dfeveloppe plusieurs paralleles interessants entre les deux ouvrages, et qui ainsi souligne encore 1'importance cte Chateaubriand a Vigny. 4 Poemes. p.7. 5 Citoleux, ouvrage cite, p.409. I f P uis l e s o i r p a i s i b l e v i n t , et l e g r l s crepuscule de sa sobfie l l v f i e e rJevetit toutes choses;...la lune... d e v o i l a sa lumiere sans r i v a l e et sur 1'ombre j e t a son manteau d*argent. On trouve l e s t r a c e s de ce passage, du r e s t e beaucoup m o d i f i e , dans une strophe de l a Malson du Berger;. c'est un t a b l e a u : . . . q u i , sans. M i l t o n , ne se seztalt sans doute pas presents a 1 1Imagination du poete, mais dont i l n'y a pas p l u s d'un demi-vers 4 qui vienne directement de M i l t o n . . . . ( 1 ) V o i c i l a strophe signalee par M. Esteve: Le crepuscule ami s'endort dans l a v a l l e e , Sur l'herbe d'emeraude et sur l ' o r du gazon, Sous l e s timides joncs de l a source l s o l e e , E t sous l e b o i s r l v e u r qu* tremble a 1'horizon, Se balance en fuyant dans l e s grappes sauvages,, J e t t e son manteau g r l s sur l e bord des r i v a g e s , • E t des f l e u r s de l a n u i t entr'ouvre l a p r i s o n . (2) Terminons c e t t e etude des images miltoniennes par c e l l e - c i . On a donne des sources pour l e vers celebre de l a Maison du Berger: On me d i t tine mere et j e s u i s une tombe. (3) I I suggere c e t t e d e s c r i p t i o n du Chaos dans l e Paradis perdu: The womb of Nature, and perhaps her grave....(4) q u i , d'apres Miss M i l l e r , a i n s p i r e une phrase des M a r t y r s i ...regions maudites, tombe et berceau de l a mort.... (5) 1 A l f r e d de Vigny, sa pensee et son a r t , p.266. I I est i n t e r e s s a n t de noter que l a t r a d u c t i o n du Genie n'a pas probablement ete l a source de ce passage; e l l e donne 1'image du manteau, mais " l e g r l s crepuscule" n'est que "doux." . . . l e s o i r s'avanqait t r a n q u i l l e , et par degres un doux crepuscule enveloppait l e s objets de son ombre uniforme...; l a r e l n e des n u i t s . . . r e p a n d i t sa tendre lumiere, et j e t a son manteau d'argent sur l e dos des ombres., , • „ (Genie, pp.199-200) 2 Poemes, p.180. 3 Paradise Lost I I , p.62. 4 p.150; M i l l e r , ouvrage c i t e , p.50. ^5 Ayant examine en d e t a i l ce qu'on peut appeler 1'ascendant a r t i s t ! q u e de M i l t o n sur Vigny, cherchons s i nous ne pouvons d i s c e r n e r quelques s i m i l a r i t e s philosophiques entre l e s deux penseurs. D'une p a r t , on s e r a i t tente de comparer l e u r s opinions p o l i t i q u e s et s o c i a l e s , car l i s e t a i e n t tous l e s deux preoccupes d'idees de ce genre, et de temps en temps on soupqonne i c i quelques correspondances. Mais i l semble peu probable que Vigny a i t subi 1'influence de M i l t o n dans c e t t e sphere. Ses a t t i t u d e s p o l i t i q u e s et s o c i a l e s se formerent pendant des meditations sur l e s c o n d i t i o n s et l e s mouvements sociaux contem-p o r a i n s , s t i m u l a t i o n puissante qui n ' a v a i t p o i n t besoln des spec u l a t i o n s d'un A n g l a i s mort 11 y a v a i t p l u s d'un s l e c l e . De p l u s , l e s i m p l i c a t i o n s p o l i t i q u e s qu'on a pu trouver dans l a poesle de M i l t o n ne frappent pas fortement l e l e c t e u r qui ne connait pas l e s pamphlets, et l ' o n n'a aucune r a i s o n de penser que Vigny l e s a i t connus. Bornons-nous done aux i d l e s p l u s precisement p h i l o s o p h i q u e s , et p l u t d t thfeologiques et r e l i e u s e s , des deux auteurs. To a t t a i n The height and depth of thy e t e r n a l ways A l l human thoughts come s h o r t , Supreme of t h i n g s , d i t Adam reverencieusement a. son Createur, avant l a Chute. (1) Apres l e jugement de Dieu sur son peche Adam se p l a i n t : • . . i n e x p l i c a b l e Thy j u s t i c e seems. (2) L ' E t e r n i t e se v o i l e a notre i n t e l l i g e n c e . . . . medite Vigny dans E l o a ( 3 ) , et dans un manuscrit de ee poeme: Sagesse du Tres Haut, qui vous penetrera? (4) 1 Paradise Lost V I I I , p.205. 2 Paradise Lost X, p.266. 3 E l o a I . p.15. 4 Poemes. "Notes et E c l a i r c i s s e m e n t s , " p.332. Dans le Paradis perdu, une partie des anges dechus chante: ...and complain that fate Free virtue should inthral to force or chance.... Others apart sat on a h i l l r e t i r ' d , In thoughts more elevate, and reason'd high Of providence, foreknowledge, w i l l , and fate, Of good and e v i l much they argued, then Of happiness and f i n a l misery, Passion and apathy, and glory, and shame, Vain wisdom a l l , and false philosophy: Yet with a pleasing socery could charm Pain for a while, and anguish, and excite Fallacious hope, or arm th' obdured breast With stubborn patience as with tr i p l e . s t e e l . (1) De meme dans Satan Lucifer d i t des anges: Tous les anges disaient: I 1esprit e s t - i l puni? D'ou vient' qu'a l a matiere i l passe reuni? Pourquoi traverse-t-Il cette existence impure? Pourquoi l a mort, l a vie, et pourquoi l a naturS? (2) Et ce sont ces memes probiernes qui affligent 1'human!te que Jesus, d 1apres le Mont des Ollviers. a voulu devoller au'monde; Ce qui dure et ce qui doit f i n i r ; Ce qu'a mis le Seigneur au coeur de l a Nature... Quels sont, avec le Ci e l , ses muets entretiens... Comment tout s'y detruit et tout s'y renouvelle, Pourquoi ce qui s'y cache et ce qui s'y revele;... Ce qu'a de vrai l a fable et de c l a i r le mystere; D'ignorant le savoir et de faux l a Raison; Pourquoi l'ame est liee en sa faible prison; Et pourquoi nul sentier entre deux larges voles, Entre 1'ennui du calme et des palslbles joies Et l a rage sans find des vagues passions, Entre l a lethargie et les convulsions; Et pourquoi pend l a Mort comme une sombre epee,... S i le Juste et le Bien, s i l'Injuste et le Mal Sont de v i l s accidents en un cercle f a t a l , Ou s i de l'univers l i s sont les deux grands pdles... --Et s i les Nations sont des Femmes guidees... Ou de folles enfants sans lampes dans l a nuit... — E t s i , lorsque des temps l'horloge perissable Aura jusqu'au dernier verse ses grains de sable, Un regard de vos yeux, un c r i de votre voix, Un soupir de mon coeur, un signe de ma croix, Pourra faire ouvrir l'ongle aux Peines Eternelles, Lacher leur prole humaine et reployer leurs ailes: 1 Paradise Lost II, pp.53-4. 2 Poemes, "Notes et Eclaircissements," p.325. V? --Tout sera revele des que 1'homme saura De quels lieux 11 arrive et dans quels i l i r a . (1) Mais ces mysteres ne sont pas reveles, et s i Milton f a i t dire par Raphael a. Adam: S o l i c i t not thy thoughts with matters hid... ...heav'n i s for thee too high To know what passes there; he lowly wise: Think only what concerns thee and thy being; Dream not of other worlds....(2) l'auteur du Paradis perdu, pas plus que l'auteur du Mont des 011-viers, n'a jamais cesse d'y mediter dans son oeuvre. II serait maintenant u t i l e de reflechir quelque peu sur les aspects generaux de l a religion personnelle de Milton et de Vigny; toutefois c'est une question extrBmement d i f f i c i l e . II faut bien de l a temerlte pour essayer de sonder les croyances, et c'est une tache encore plus formidable dans le cas de deux poetes dont l a theologie offre depuis longtemps un sujet favor! d•argumentation critique. Constatons d'abord que ni Vigny n i Milton n'etait chretieas orthodoxe. II y a souvent eu tendance a* exagerer l'orthodoxie de Milton, cet homme austere et redoutable, qui proclamait avec tant de force sa f o i en Dieu. C e t a i t toujours un esprit tres religieux; mais, d'abord Puritain, puis penchant vers les Anabaptistes et les Independants, 11 passa sa vieillesse et mourut hors d'aucune secte. (3) Son zele religieux n'etait pour aucune secte, mais pour Dieu et pour l a liberte de la pensee humaine. (4) II se construisit une theologie compliquee, de laquelle 11 ne faut i c i que faire le plus bref des sommalres. II ne perdit jamais sa confiance absolue dans 1'existence et l a 1 Poemes. pp.228-9. :2 Paradise lost VIII, p.197. j3Toland, Life of Milton, p.84. # cf Saurat, ouvrage c i t l , p.2. justice eternelle de Dieu; l a destinee fetait pour l u i l a manifestation de cette justice providentielle. (1) Pour l u i , Dieu le Pere est l'AbsoJu, et ainsi l'lneonnaissable. Ce que nous savons de Dieu est pour Milton Dieu le F i l s , Qui est ainsi secondalre au Pere, parce qu'il est connaissable et parce qu'il est le Crfeateur. (2) I I est aussi l a Creation, car I I l ' a faite par l a retraite de Sa volonterd'une partie de Lui-meme. (3) Aussi l a matiere est-elle bonne; I I n'y a point de difference essentielle entre corps et ame, (4) tous les deux sont immortels, le corps fetant destine a devenir esprit, c 1est-a-dire, quelque chose de l a mfeme substance, mais plus subtile. Pour nous, l a plus importante des theories de Milton est celle du mal terrestre; i l blame 1'homme toujours, car si Dieu prevoit tout1, I I ne predestine pas tout. (5) L'homme a la volonte l i b r e ; l a somme des volontes libres est, s l l'on veut, l a matiere avec laquSlle Dieu organise l a Destinee, qui est au-dessus des volon£es lndividuelles. (6) Le peche est le resultat de l a nature double de 1'homme, qui est composee de passions et de raison. Les passions sont legitimes quand elles sont sous l a direction de l a raison. Quand les passions triomphent sur la raison, 1'homme devient pecheur. (7) En effet, l a Redemption pour Milton est le retour de l a raison 1 Saurat, ouvrage cite, pp.67-8. 2 ouvrage cite, pp.93-100. 3 ouvrage cite, pp.101-03, p.111. 4'ouvrage cite, p.114. 5 Ti l l y a r d , E.M.W., Milton, p.227. 6 Saurat, ouvrage citfe, p.104. 7 ouvrage citfe,, p. 124. par le mdyen du Christ. L'homme est tombe de 1'innocence, mais le resultat en est l a regeneration, l a redemption, et l a grace, qui sont meilleures que l'innocence. (1) Ces doctrines, s i quelques-unes d'entre elles ne sont pas orthodoxes, sont pleinement optimlstes. Ce qui nous Interesse beaucoup c'est le sous-courant forme par une attitude qui touche au desespoir pour l a vie mondaine. Ce sous-courant est marque1 par Mr. T i l l y a r d , surtout vers l a f i n du Paradis perdu; (2) i l di t que c'est une attitude inconsciente: Pessimism betrays Itself in Satan's anguished impotence at the beginning of Book Pour; i t is implicit i n the description of Paradise, which has i n i t the hopeless ache for the unattainable. But i t comes out strongest of a l l i n the last four books. There i s a dreadful sense of the wrongness of the order of things In the f i r s t approach of the action i n the Ninth Book.... The woes of Adam and Eve are typical of humanity; and they never should have happened: such l s , one feels, what Milton thought i n the bottom of his heart. The same sense Is present even more powerfully i n the incomparable description in Book Eleven of the corruption of eternal spring and the entry of discord into the animal world....Certainly Milton says very plainly that i n i t s ultimate effects the P a l l was a good thing....But i n his scheme the proportion of mankind, the true elect, who are to be saved through Christ i s iso miserably small. Prom the wreck of a world corrupt to the very end a few shall be rescued but the great bulk cast out into eternal torment. (3) ...so shall the world go on, To good malignant, to bad men menign, Under her own weight groaning, t i l l the day Appear of respiration to the just, And vengeance to the wicked....(4) Tout de meme, Dieu n'est pas responsable pour l a souffran? e 1 Til l y a r d , ouvrage cite, p.256. 2 pp.284-8. 3 Till y a r d , ouvrage cite, pp.284-6. 4 Paradise Lost XII, p.319. too de 1'homme, qui results du peche orlginel et du peche personnel, le juste souffre, mais 11 sera sauve au Jugement Dernier. Comme dit Adam: ...to obey i s best And love with fear the only God, to walk As i n his presence, ever to observe His providence, and on him sole depend, Merciful over a l l his works, with good S t i l l overcoming e v i l . . . ...that suffering for truth's sake Is fortitude to fcfee- highest victory, And, to the f a i t h f u l , death the gate of l i f e . (1) On peut dire que s i Milton flxa sa pensee sur ce qu'il croyait, Vigny semble avoir fixe l a sienne sur ce dont 11 doutait. Dans ce sens c'est peut-etre un pesslmiste, mais on a beaucoup exagere son pretendu pessimisme; "blasphemateur," "libre-pensant," "athee" meme sont des mots favoris en parlant de Vigny qu'on aime a regarder comme simplement un stoique. Celui qui d i t que l a vie humaine n'est pas toujours heureuse n'est pas un pesslmiste; i l ne di t que l a verite. Dire que Dieu n'existe pas, et ainsi que l'univers n'a point de but et que l a vie terrestre est tout, voila ce qui est pessimisme, et Vigny n'a jamais dit cela. Ce qui le troublait c'est que nous ne pouvons savoir, qu'il nous faut avoir f o i ^ans avoir des preuves concluantes: Noire tristesse de ce que nulle religion et nulle philosophie n'ont donne une explication suffisante de la creation, (2) Dans le Mont des Ollvlers Jesus crie a. Son Pere: Mais je vais l a quitter, cette indigente terre, N'ayant que souleve ce manteau de misere. Ojui l'entoure a grands p l i s , drap lugubre et fa t a l Que d'un bout tient le Doute et de l'autre le Mal. 1 Paradise Lost XII, p.319. 2; Journal, p. 182. lOt Mal et Doute! En un mot je puis les mettre en poudre; Vous les aviez prevus, laissez-moi vous absoudre De les avoir permis.... —Tout sera revele des que 1'homme saura De quels lieux i l arrive * t dans quels i l i r a . (1) Mais pour savoir i l faut attendre au Jugement Dernier: Ce se©e sera ce jour-la que Dieu viendra se JUSTIPIER devant toutes les ames et tout ce qui est vie. II paraltra et parlera, i l dira clairement pourquoi l a creation et pourquoi l a souffrance et l a mort de 11Innocence....(2) Comment peut-on dire que Vigny nie 1'existence de Dieu, quand presque toute son oeuvre revele une ame religieuse, quand partout i l parle de Dieu, de l'ame, de l'Eternite? 11 a d i t : Ne parle jamais, n'eeris jamais sur Dieu. La Divinite, une ou t r i p l e , est lnconnue, Invisible et muette. (3) C'est un conseil qu'il n'a jamais suivi, mais ce n'est pas l a negation de Dieu. On di t qtf'il a nie l a Divinite du Christ, mais nous lisons dans le Journal: Vous nous avez laisses dans 1'incertitude, Seigneur. Votre P i l s en vain vous supplia sur le Mont des Ollviers. * C'est justement parce que Jesus est le P l l s de Dieu que Vigny trouve doublement cruel cette fois le silence du Pere. 11 parle toujours avec reverence de Jesus, et l'on ne peut que remarquer combien son portrait du Christ est plus sympathlque que celui f a i t par Milton. Le poete anglais a peint un Divin Logicien; Vigny a peint 1'Homme de Douleura, L'human!te devalt tomber a. genoux devant cette histoire, parce que le sacrifice est ce qu'il y a de plus beau au monde, et qu'un Dieu ne sur l a creche et mort sur l a croix depasse les bornes des plus grands sacrifices. (5) 1 Poemes. pp.228-9. 2 Journal, p.261. 3 Journal t p.261 4 Journal, p.23. 5 Journal, p.21. Pour Vigny le Christlanisme donnait l a reponse l a plus vraie que l a terre ait trouvee a des questions qu'on ne peut re-soudre dans cette vie; ce n'etait pas une reponse complete. C'est du monde C h r e t i e n de son temps que Vigny parle symbol!quement dans Daphne plutdtt que du monde remain du temps de Jul!en quand i l f a i t dire a Libanius: Deux choses auraient pu nous sauver... .Les homines de notre temps auraient pu avoir assez de bonne vigueur romaine encore pour reprendre, en en entier, le zele sincere des reelles Divinites...; ou bien, a defaut de cette antique et primitive vertu, l i s auraient pu avoir deja un assez grand partage de cette hardiesse qui nous a ete donnee a quelques-uns que nous sommes, repandus par le monde et rarement reunis, cette autre force plus jeune et plus graa de qui consiste a. com-prendre l a Divinite, 1'immortalite de l'ame, l a vertu et l a beaute sans le secours grossier des symboles. (1) Mais i l salt que l a plupart des hommes ont besoin des dogmes; pour eux i l accepte heureusement le Christlanisme, car ...les pures maximes, les institutions vertueuses, les l o i s prudentes ne se conservent pas s i elles ne sont a l'abri d'un dogme religieux....(2) II faut admettre que Vigny a dit des choses bien desesperantes, souvent dans le Journal, beaucoup plus rarement dans, son oeuvre publiee. On peut supposer que c'est le journal qui revele l a vraie pensee de 1'homme, mais je ne crois pas que ce soit le cas chez Vigny. II avait une conscience trop sobre de sa mission comme poete et comme guide de l'humanite pour ne pas exprlmer sa vraie f o l dans ses ouvrages. L'oeuvre et le . journal sont egalement sinceres, mais tandis que celui- c i recorde des etats d'ame momentanes, celle-la est plus medltee, plus organ!que pour ainsi dire. 1 Daphne, pp.151-2. 2 Daphne, pp.144. / o 3 De plus, ces mots tires de l a Malson du Berge'r et de la Flute, et qui ne sont point isoles dans 1'oeuvre de Vigny, compensent mainte expression decourageante: L 1Invisible est reel. Les ames ont leur monde Oil sont accumules d'impalpables tresors. Le Seigneur contient tout dans ses deux bras immenses, Son Verbe est le sejour de nos intelligences, Comme ici-bas l'espace est celui de nos corps. (1) Je crois qu1 apres l a mort, quand 1.'union s'acheve, L'ame retrouve alors l a vue et l a clarte, Et que, jugeant son oeuvre avec serenite, Comprenant sans obstacle" et s'expllquant sans peine, Comme ses soeurs du c i e l elle est puissante et reine, Se mesure au vrai poids, connait visiblement Que son souffle etait faux par le faux Instrument, N'etait nl glorieux n i v i l , n'etant pas l i b r e ; Que' le corps seulement empechait l'equilibre; Et, calme, elle reprend, dans l 1 i d e a l bonheur La sainte egalite des esprits du Seigneur. (2) Derriere le chrlstianisme i l abritait une religion personnelle qui, pour n'Stre pas orthodoxe, n'en est pas moins profondement idealiste, voire optimiste; et dont les termes essentiels pourralent bien etre: Providence. Esprit, Immortallte. Pour degager cette religion i l faut me.ttre en lumiere des poemes qu'on a trop souvent tenus dans l1ombre: La Bouteille k l a Mer, l a Flute, le Post- Scriptum des Oracles, l'EsprilTPur.... C 3 ; Les conclusions de Leon Seche au sujet de l a religion de nous paraissent interessantes. II est justement d 1accord avec le P. Gratry quand i l ecrit dans une lettre a. Vigny: ...que l a these du doute et de l a negation n'etait pas la sienne propre, mais celle du Docteur Nolr, lequel, pour exprimer souvent ses pensees de derriere l a t§te, est alle certalnement, dans cette vole, beaucoup plus loin que l u i , Vigny, n'est jamais a l l e . (4) Neanmoins 11 me semble que M. Seche pousse trop l o i n son argument 1 "la Maison du Berger," Poemes, p.187. 2 " l a Flute," Poemes, p.2^37" 3 Citoleux, Alfred de Vigny, Persistances classiques p.303. 4 Seche, Alfred de Vigny. tome 1, p.484. quand, tirant des appuis de l a vie, de l a correspondance, des ecrits de Vigny, II Insiste que tout son desespoir n'est que Jansenisme, qu'une f o i ferme dans l a predestinaion absolue. Tout ceci nous suggere une comparaison interessante entre Milton et Vigny. On a deja. dit que Milton croyait a l a volontfe lib r e , et l'on vient d'apprendre l a these de M. Seche, que Vigny croyait a l a predestination. Nous allons trouver, cependant, de l a terre commune entre nos deux poetes. Tournons au troisieme li v r e du Paradis perdu ou se trouve une exposition de l a doctrine de l a Grace et comparons-la a/ec celle dans les Destinees. Dans ce passage du Paradis perdu Dieu prevoit la chute de 1'homme, et II d i t : Whose fault? Whose but his own?... ...I made him just and right, Sufficient to have stood, though free to f a l l . Such I created a l l th' ethereal pow'rs And s p i r i t s , both them who stood, and them who f a i l ' d ; Freely they stood who stood, and f e l l who f e l l . Not free, what proof could they have giv'n sincere Of true allegiance...? ...they themselves decreed Their own revolt, not I; i f I foreknew, Foreknowledge had no influence on their fault.... The f i r s t sortf c'est-a-dire les anges dechus]| by their own suggestion f e l l , Self-tempted, self-deprav'd; Man f a l l s , deceiv'd By th' other f i r s t : Man therefore shall find grace, The other none.... Man shall not quite be lost, but sav'd who w i l l Yet not of w i l l in him, but grace in me Freely vouchsaf'd... Upheld by me yet once more shall he stand On even ground against his mortal foe, By me upheld, that he may know how f r a i l His f a l l ' n condition i s , and to me owe A l l his deliverance; and to none but me. Some I have chosen of peculiar grace Elect above the rest; so is my w i l l : The rest shall hear me c a l l , and oft be warn'd Th«'ir sinful state.... Et s ' i l s se repentent, l i s seront sauves. (1) 1 Paradise Lost III, pp.71-4 Le poeme des Destinees est le developpement dec.ces motss du Journal; II y a deux sortes de Destinees; celles de l a Fatalite ont des pieds de plomb, celles de l a Grace des ailes d'anges. (1) Avant l a naissance du Christ, l a Fatalite reglait le monde humain, mais quand 11 est ne: . Detachant les noeuds lourds du joug de plomb du Sort, Toutes les Nations a l a fois s'ecrierent: "0 Seigneur! e s t - i l vrai? le.Destin e s t - i l mort?" Mais l a Grace de Dieu repond aux Destinees fatales: Retournez en mon nom, Reines, je suis la Grace. L'Homme sera toujours un nageur incertain Dans les ondes 'du temps qui se mesure et passe.. "Vous toucherez son front, 6 f i l l e s du Destin.... "II sera plus heureux, se croyant maitre et libre En luttant contre vous dans un combat mauvais Ou moi seule, d'en haut, je tiendrai l'equilibre. "De moi naltra son souffle et sa force a jamais. Son merite est le mien, sa l o i perpetuBlle: Faire ce que je veux pour venir OU JE SAIS." Et le choeur descendit vers sa prole eternelle.... Nous soulevons parfois leur doigt faux et cruel. La Volonte transporte a. des hauteurs sublimes Notre front .eclaire par un rayon du c i e l . Cependaht.... Oh! dans quel desepoir nous sommes encor tous! Vous avez elargi le gOLLIER qui nous l i e , Mais qui done tient l a chaine?—Ah! Dieu Juste, est-ce vous? Arbitre libre et f i e r des actes de sa vie, Si notre coeur s'entr'ouvre au parfum des vertus, S ' i l s'embrase a 1'amour, s ' i l s'eleve au genie, Ojue 1'ombre des Destins, Seigneur, n'oppose plus...! 1 Journal. p.227 0 sujet d'epouvante a troubler le plus brave.... Notre mot eternel e s t - i l : C*ETAIT ECRIT? — SUR LE LIVRE DE DIEU, dit- 1'orient esclave; Et l»occident repond:—SUR LE LIVRE DU CHRIST. (1) C'est ce que Jesus a dit dans le Mont des Ollvlers: . . . j ' a i coupe les temps en deux parts, l'une esclave Et 1'autre libre....(2) II ne s'agit pas d'une predestination absolue; i l y a d'une part la volonte a moitie libre de 1'homme, et d*autre part l a Predes-tination de Dieu et l a Grace de Dieu, sans laquelie personne ne serait sauve. C'est a peu ores l a these du passage du Paradis  perdu. La difference principale est que Milton, tout en admettant et en etant rejoui de la Grace Divine, regarde comme plus importante la volonte de l'homme, car c'est l a seule chose que 1'homme puisse regler. Vigny, tout en admettant a un certain point la liberte de l'homme, regarde comme plus Importante l a Grace (ou l a Predestination), car elle est inevitable. Que conclure de cette confrontation theologique? On ne doit pas, je crois, en deduire une influence miltonienne de plus. La comparaison aura sa valeur s i elle offre seulement encore un temolgnage de l'ame religieuse de Vigny. 1 "les Destinees," Poemes, pp.174-8. 2 Poemes. p.227. CHAPITRE I I I L«INFLUENCE DE BYRON Le nom de Byron est toujours a. 1' evidence quand i l s ' a g i t du romantisme f r a n q a i s , car on peut a f f i r m e r qu'aucun poete ° de ce mouvement n'a pu absolument echapper a. son charme. A cet t e g e n e r a l i t y , A l f r e d de Vigny ne f a i t pas exception. Son premier poeme, Helena, montre une i n s p i r a t i o n byronienne t r e s evidente, et une c r i t i q u e de Byron est l e premier ouvrage q u ' i l a i t p u b l i e . I I s ' a g i t d'un a r t i c l e qui parut dans l e Conservateur l i t t e r a i r e en 1820, c ' e s t - a - d i r e avant l a p l e i n e e x p l o s i o n du byronisme en France. Cet a r t i c l e f a i t f o i de 1'enthousiasme de Vigny pour l e poete a n g l a i s ; en v o i d un court e x t r a i t : Lord Byron j e t t e une t e l l e defaveur sur l a v i e presente, et ta n t de doutes sur l a v i e f u t u r e , que l'on partage l e desespolr qui semble a v o i r i n s p i r e l e poete; mais ( t e l est l e charme i n e x p l i c a b l e de . l a poesie) i l a f f l l g e l'ame sans l a dessecher, t a n d i s qudavec l e meme fonds d'idees l e s philosophes du XVIII® s i e e l e engourdissent l'ame et d e t r u i s e n t toutes l e s esperances de l a v i e . (1) Comme beaucoup des poetes f r a n q a i s de son epoque, Vigny s'est i n s p i r e de l a mort de Byron pour e c r i r e une ode p l e i n e d'ad-m i r a t i o n : Poete-conquerant, adieu pour c e t t e v i e ! Je regarde t a mort et j e te porte envie; Car t u meurs a cet age ou l e coeur, jeune encore, De ses i l l u s i o n s conserve l e t r e s o r . 1 c i t e par Edmond Esteve dans Byron et l e romantisme f r a n g a i s , p.99. Dans l e cours de ce c h a p i t r e j e ne p o u r r a i r e c o n n a l t r e toutes mes redevances a. c e t t e etude d e t a i l l e e qui ne l a i s s e que peu a glane r . Tel, aux yeux du marin, le s o l e i l des tropiques Se plonge tout ardent sous les flot s pacifiques, Et, sans p a l i r , descend a son nouveau sejour Aussi fort q u f i l etait dans le milieu du jour. (1) Si le culte.de Vigny pour Byron a dure pendant toute sa vie 1'influence byronienne est surtout un phenomene de sa jeunesse. Quelques poemes de cette epoque de sa vie relevent de l 1influence byronienne, et cette influence, comme celle de Milton, l u i a *fourni une source favorite d'images. On a beaucoup dit au sujet de la. popular!te presque incroyable de Byron et de son declin meteor!que. (2) Partout en Europe on parlait de l u i et de sa vie, l a legende se mSlant a l a verite. Sa mort glorieuse fut un motif de plus; le byronisme europeen a l l a l t a l a manie. . Qu'est-ce que le byronisme? On peut repondre: le satanisme d'apres Byron. C'est dans 1'oeuvre de ce poete que l'homme fatal a ete le mieux caracterise. II s'incarne dans tous les herds byroniens, etant peut-etre le mieux developpe dans Manfred. (3) Le byronisme est f a i t de maints elements: d'un desespolr complet, d'un degout de l a vie, des passions furieuses, d'un amour de l a nature que balance une haine de 1'human!te, d'une vive sensibilite a l a souffrance et au mal de l a vie et d'une revolte constante contre cet etat des choses; tout cela enveloppe dai s un manteau de mystere et de crime soupQpnne, d'une noire f a t a l i t e — t e l s sont quelques traits du byronisme 1 Pofemes. "Notes et Eclaircissements," p.344. 2 Calvert, William J . , Byron. Romantic Paradox, p . v i i i 3 Voir son p o r t r a i t par Praz, au-dessus p.«s de Chllde Harold, celui qui a eu l a plus grande vogue. Cependant i l y a un autre byronisme: l a satire et le cynisme, 1'humour tour a tour amer et comique, le materialisme absolu de Don Juan. On retrouve ces sympt&mes, et surtout ceux de l a premiere forme du byronisme, partout dans le romantisme franqs-ls; aussi a-t-on frequemment pretendu que Byron fut l'in i t i a t e u r de tout ce mouvement. En realite 11 ne l u i a rien apporte: ...qui l u i fut totalement inconnu. II l u i a meme, dans une large mesure, rapporte ce qu'elle l u i avait donne....(1) Beaucoup d'elements de ce qu'on appelle le byronisme avalenC existe chez deux ecrivains francjais bien connus du dix-huitieme sieele, Rousseau et Voltaire, (2) qui ont exerce une influence importante sur le poete anglais. On volt surtout des similarites entre 1'oeuvre de Byron et celle de Chateaubriand. M. Rudwin ecrit a ce sujet: C'est Chateaubriand qui a cree le caraetere satanique attribue a tort a Byron. Rene avail deja la soi-disant pose byronienne. (3) Mario Praz,tout en admettant l a possibility d'une influence de Chateaubriand sur Byron, estime qu'on l'a beaucoup exageree. (4) Quelques-uns des irispirateurs anglais de Byron etaient connus des romantiques franqais: Young et ses Nuits surtout, et aussi les auteurs des romans "noirs" comme Mrs. Radcllffe et John Moore. Enfin leur interSt a l a litterature allemande avait i n i t i o les romantiques franqais a 1'oeuvre de Goethe et de 1 Esteve, ouvrage cite, p.516. 2 ouvrage cite, pp.24-8, 36-7. 3 Romantisme et Satanisme, p.22. 4 The Romantic Agony, p.68. Schiller; i c i encore se trouvaient avantle poete anglais des themes byrqniens. (1) M. Esteve a pu dire que l'oewitfre de Byron: ...est une sorte de compendium ou de breviaire du romantisme. On s'explique par l a qu'elle ait ete accueillie avec entiousiasme et adoptee du premier coup par une generation toute penetree elle-meme des influences que nous venons d'enumerer. (2) A partir de 18l3 en Prance parurent de temps en temps des articles au sujet de Byron. Le byronisme vrai date cependant de 1818, quand les freres Galignani publierent a Paris leur edition anglaise qui fut devoree par ceux qui savaient l a l i r e . En 1819 parurent les deux premiers tomes de la traduction Pichot, suivls de 1819 a 1821 de huit autres; malhtenant tout le monde lisa.it Byron. Une grande admiration pour l a poesie se melait a ...une certaine inquietude sur les effets demoralisa-teurs de son oeuvre, et une repugnance pour les sujets qu'il traite d'ordinaire....(3) Don Juan scandalisa beaucoup d'admirateurs ardents de Byron, qui devint cependant ...le chef avoue et l'inspirateur supreme du lyrisme nouveau. (4) Chez Victor Hugo, 1'influence de Byron est peu importante, ne se montrant qu'en quelques traits de caraetere d'Hernani et de Didier, dsns l a trlstesse des Peuilles d'automne. dans un detail par-ci par-la des Orientales. (5) La philosophle de Lamartine, comme celle de Hugo, s'opposalt trop a celle de 1 Esteve, ouvrage cite, pp.37-40. 2 ouvrage cite, pp.39-40. 3 ouvrage cite, p.72. 4 ouvrage cite, p.517. 5 ouvrage cite, pp.299-307. Byron pour qu'elle en sublt 1'Influence, mais dsns l a poesie de Lamartine, "beaucoup des apotheoses de l a nature, beaucoup de l a melancolie portent l'empreinte manifests du poete anglais. (1 Musset pendant sa jeunesse l i t t e r a i r e etait un eleve diligent du Byron de Don Juan; des oeuvres telles que Mardoche, Namouna, Portia, Rolla en sont l a preuve. Muri par l 1experience de 1'amour et du malheur, Musset plus tard ne suit plus Byron, bien qu'il l'admire toujours. (2) Les poetes secondaires et les poetes tout franchement mauvais furent jusqu'au dernier comme enivres par ce nouveau type, e% l i s produisirent un nombre incroyable de poemes, plus ou moins stupides, dans cette nouvelle tradition. Byron...allait pendant dix ans regner sur l a poesie franchise. C'est dans une gloire d'apotheose que,chez nous, s'acheve pour l u i cette annee 1824, qui va le voir acclame, depit en de tous les scrupules religieux et de tous les chauvinismes l i t t e r a i r e s , au mBme rang que Chateaubriand, et avec plus d'enthou-siasme peut-etre, comme le chef inconteste du romantisme. (3) M. Esteve a remarque deux phases distinctes de l a ferveur byronienne en Prance. On pourrait prendre Lamartine pour en i l l u s t r e r l a premiere, Musset pour la seconde. La premiere, jusqu'a 1830 environ, est 1'epoque de l a voulgue de Chllde  Harold et de Manfred; pendant cette perStode on explolta tous ses themes de melancolie, de desespoir et de remords. L a generation de 1830, d 1autre part, porta a l'honneur le poncif byronien, en accentuant le cote cynlque et amer de Don Juan. II en resulta urie poesie fort desagreable et faite du 1 ouvrage cite, pp.310-57. 2 ouvrage cite, pp.409-39. 3 ouvrage cite, p.128. "2. cauchemar, qui s'achemlnait: ...a ce qu'il y aura de mediocre et de facheux dans. Baudelaire. (1) Apres cette grande popularity, i l f a l l a i t s'attendre au dfeclin rapide du byronisme, qui s'annonce vers 1835. M. Esteve cite deux raisons qui expliquent ce declin: le f a i t que les jeunes admirateurs de 1825 et de 1830 etaient maintenant plus ages, et l a force nouvelle de l a religion, des nouveaux enthou-siasmes sociaux. Ce qu'il appelle l'ecole du bon sens parut. La plupart des critiques smt d'accord pour regarder 1'influence de Byron sur L'oeuvre de Vigny comme surtout une influence de jeunesse, du moins en ce qui regarde l'esthfetique. Quant a 1'ascendant philosophique, ceux qui traitent Vigny de pesslmiste le voient persister toute sa vie. Vigny fut un des tout premiers des romantiques gagnfes a la cause de Byron. M. Esteve f a i t remonter a 1819 les premieres lectures byroniennes de Vigny, car II ne croit pas que notre auteur ait su a cette epoque l i r e assez facilement 1'anglais pour lutter avec 1'original. En 1819 parut l a traduction Plchot, mais deja l a meme annee Bruguiere de Sorsum, parent de Vigny, avait publie sa version des Tenebres et de Parisina: ...c'est d'elle que date, presque certainement, l 1 I n i t i a t i o n d'Alfred de Vigny a l a poesie byronienne. (2) Des seize poemes que Vigny publia de 1819 a 1826, douze montrent des traces plus ou moins marquees de Byron. (3) 1 ouvrage cite, p.228. 2 ouvrage citfe, p.72. 3 ouvrage citfe, pp.367-8 Ne parlons pas de ceux comme l a F l l l e de Jephte et le Malheur ou l 1 influence est negligeable ou secondaire, mais passons aux influences importantes. (1) Helena iparut en 1822. C'est le premier poeme que Vigny a i t publie, et i l porte tous les defauts d'une oeuvre de jeunesse, ayant *res probablement ete sur le chantier pendant plusieurs -annees (Vigny lui-m§me le f a i t remonter a 1816). A chaque page i l evoque des souvenirs de Byron. Comme Chllde Harold, le Giaour et le Corsalre i l commence par une description des coutumes aslatiques et de l a position des Grecs sous l a domination turque; (2) Fraulein Lebbin compare Helena elle-meme a. l a fiandee d'Abydos. (3)La cause de l a liberte de l a Grece doit toujours rappeler le nom de Byron. Aussi l a matiere d'Helena doit-elle beaucoup au poete anglais; 1'expression l u i doit encore davantage: . . . i c i c'est le poeme tout entier qu'il faut suivre ligne a ligne, s i l'on veut voir jusqu'a. quel point Vigny s'etait nourri de l a lecture de Byron. (4) La comparaison des navires a des cygnes, par exemple, (5) vient de Childe Harold; l a description de l a bataille entre les boeufs et un loup et le parallele des soldats atheniens montrent l'influence d'un passage du Siege de Corlnthe. (6) Ce ne sont l a que deux exemples isoles d'une influence qui se . montre partout dans le poeme. Mais n'Insistons pas sur Helena, car.apres tout, Vigny l'a rejetee de ses oeuvres publiees pendant 1 Les Images byroniennes dans 1'oeuvre de Vigny sont plus nombreuses que les images miltoniennes, prlncipalement a cause d'Hfelena. 2 Lebbin, ouvrage cite, p.31. 3 l o c . c i t . 4 Esteve, ouvrage c i t e , p.377. .5 Hfelfena II, Poemes, "Notes et Eclaircissements," p.295. 6 Helena III, p.305. Ces deux paralleles viennent d'Esteve,pp.374-5 sa v i e ; revenons a un ouvrage beaucoup plus important, a Eloa et aux Fragments. I I me semble que Satan montre plus de byronisme qu'Eloa—sans doute est-ce encore l a faute de Moore. Car l a revolte majestueuse qui manque a Eloa provient en p a r t i e de Byron. Les creatures sont toutes malheureuses. C'est donc...le Createur qui est coupable et justement revoltees contre l u i e l l e s doivent l u i demander raison de leur misere. (1) Que de maledictions byroniennes ne rappellent pas de t e l s passages! Vigny a e c r i t sur un de ses f e u i l l e t s prfepara-t o i r e s : " r e l i r e l e Cain de Lord Byron"; et c'est bien, i c i , l a grande amertume revoltee.... (2 ) L'ange dechu se reb e l l e contre l e s devotions exigees dans l e C i e l : C'etait trop demander pour nous avoir f a i t n a l t r e . (3) s ' e c r i e - t - i l , tout comme Cain qui ne v o i t pas pourquoi lib faut remercier Dieu de l u i avoir donne l a v i e . La conception de cet autre Satan est tout semoTable a c e l l e que presente Cain: —Un mal universel accable l a nature.... Un eternel soupir est l a voix de l a vie A laquelle repond. dans l'age i l l i m i t e Le soupir eternel de l'immortalite. (4) to Mais s i dans E l o a l a revolte byronienne f a i t defaut, on n'a pas de peine a y trouver bien d»autres traces de 1 'influence du pofete anglais. La plus importante sans doute vise l a per-sonnalite de Satan lui-meme. Car l e personnage de Vigny n'est point- l a grande figure miltonienne, n i meme l e Lucifer de 1 "Satan," Poemes, "Notes et Eclaircissements," p.320. 2 Baldensperger dans ses "Notes et Bclaircissemerits" aux Poemes de Vigny. p.317. 3 "Notes et Eclaircissements," p.326. 4 l o c . c i t . Cain qui, l u i aussi, declare l a guerre eternelle contre Dieu. I I n'a pas l ' a i r d'etre plus qu'un homme, ou plus preclsement . un homme f a t a l d'apres Byron. II est beau, t r i s t e , completement mechant, mais tres charmant. On a compare son pouvoir hypno-tique sur Eloa a c e l u i du Luc i f e r de Cain sur Adah: .. .my heart Beats quick; he awes me, and yet draws me near, . Nearer and nearer:--Cain--Cain—save me from him! (1) Adah aussi a o f f e r t ses pleurs pour reconforter l e malheureux L u c i f e r . (2) L'image meme par laquelle l a seduction d'Eloa est d e c r i t e , c e l l e de l a perdrix charmee par l e regard du chien, vient du Giaour. (3) Adah (dans Cafoi) se devoue a son marl f r a t r i c i d e ; Ahollbamah (dans C i e l et Terre) proclame qu'elle aimerait son ange meme: ...though the serpent's sting should pierce me thorough And thou thyself wert l i k e the serpent....(4) A i n s i E l o a , en vraie femme persecutee, se devoue au Prince des Tenebres en depit de ses propres souffrancos. (5) Quand L u c i f e r parle a E l o a de son pouvoir sur l a nature, nous pensons a l a premiere stance de 1'incantation celebre dans Manfred; l a malediction prononcee contre Manfred vers l a f i n e de cette Incantation: I...compel Thyself to be thy proper H e l l ! (6) f a i t penser a Satan; • Ce sera l'enfer de l a pensee. (7) 1 Cain I, i , 409-11. Dupuy, a e a w & sse 0aes Romantiques. p.357. II faut toujours nous souvenir, comme nous l e co n s e i l l e Prftulein Lebbin (ouvrage c i t e , p.30), que Vigny peut souvent h e r i t e r de Rousseau et surtout de Chateaubriand une pa r t i e de ce que nous attribuojCns a Byron. 2 Dupuy, ouvrage c i t e , p.356. 3 842-3. Le parallfele est d'Esteve, ouvrage c i t e , pp.371-2. 4 Heaven and Earth. I, 126-9. 6 Estelve, ouvrage cite,pp.380-1 5 Dupuy, ouvrage c i t e , p.355. 1771, I, 250-1 De tous les poemes de Vigny, le Deluge est le plus interes-sant quand i l s'agit de l 1 influence byronienne, car c'es,t ...une imitation constante, et, par endroits, une traduction de Heaven and Earth....En suivant attentivement les deux textes, on retrouve dans le second les traits les plus expressifs du premier, tantdt epars, tantdt reproduits avec une f i d e l i t e quasi l i t t e r a l e dans leur groupement originel. ( 1 ) M.Dupuy l'a appele " l a mise en oeuvre...d'une partie des elements du drame de Byron...." ( 2 ) II parle du desir de Japhet de perir avec Anah et 1'human!te condamnee. Dans le Deluge. Emmanuel aurait eu une chance d'etre sauve s ' i l etait al l e seul, comme 1 'avait ordonne son pere, au mont Arar; Sara aurait pu etre sauvee en epousant Japhet; mais i l s preferent mourlr ensemble. Le r o i refusant dedaigneusement le salut que l u i offre Japhet: Va-t'en, l u i c r i a - t - i l , De ton lache salut je refuse l ' e x i l ; Va... Construire tes cites sur le tombeau du monde; Mon peuple est mort lk, sous l a mer je suis r o i . ( 3 ) f a i t penser au mepris de 1 ' e s p r i t qui parle k Japhet dans Ciel et Terre: Who would outlive their kind, Except the base and blind? Mine Hateth thine As of a different order In the sphere, But not our own., • There i s not one who hath not l e f t a throne Vacant i n heaven to dwell in darkness here, Rather than see his mates endure alone. So wretch! and give A l i f e like thine to other wretches—live! (4) 1 Esteve, ouvrage cite, p . 3 7 9 . 2 ouvrage elite, p p . 2 5 3 - 4 . 3 Poemes, p . 5 0 . 4 Heaven and Earth, i i i , 1 4 4 - 5 4 . Ce parallele est suggere £ar M. Baldensperger dans "Alfred de Vigny et les litteratures Stran-ger es," S^Conference, p p . 8 2 - 3 . "7 Dans les deux poemes 11 est question de 1'amour des anges et des f i l l e s des hommes; chacun tourne sur ce theme qui a tourmente Byron et Vigny comme presque tout l e monde: l a souffrance et l a mort de ceux qui sont apparemment innocents. Pour apprecier combien Vigny doit i c i a Byron, i l faut comparer vers par vers le Deluge avec Ciel et Terre (principale-ment l a derniere scene). (I) Nfeanmoins ne quittons pas ce poeme sans noter ce parallele frappant deja signale par M. Esteve. (2) Le deluge est ainsi prfevu dans le poeme de Vigny: Le temps qu'a re«ju l'homme est aujourd'hui passe, Demain rien ne sera, Ce n'est point par l'fepfee, Posterity d'Adamr, que tu seras frappee, Ni par les maux du corps ou les chagrins du coeur; Non, c'est un element qui sera ton vainqueur. La Terre va mourir sous des eaux eternelles, Et l'Ange en l a cherchant fatiguera ses ailes. (3) Voici le passage analogue de Ciel et Terre: Not slow, not single, not by sword, nor sorrow, Nor years, nor heart-break, nor Time's sapping motion,' Shall they drop off. Behold their la± tomorrow! Earth shall be ocean! And no breath, Save of the winds be on the unbounded wave! Angels shall tire their wings, but find,no spot,...(4) Moj£s_e, d'autre part, attests l'influence marquee de Manfred, (5) dont on aurait deja pu deeouvrir des traces dans Satan. Dans ce fragment, Lucifer demande a Dieu: Qu'avais-lje f a i t au c i e l pour fetre tant puni? (6). 1 Esteve, ouvrage cite, p.380, note 1. 2 ouvrage citfe, p.379. 3 Poemes, p.45. 4 Heaven and Earth i i i , 82-88. 5 Je ne citerai pas (lev sources pour les comparaisons entre Moise et 1*oeuvre de Byron, car tout le monde les a remarqufees. 6 Poemes, "Notes et Eclaircissements," p.321. Ailleurs i l s 1eerie: Vains honneurs! je mourais comme on meurt sur l a terre Des desirs eternels de l'ame so l i t a i r e . 0! que j'eusse voulu de mon sein agite •> Chasser comme un poison mon immortalite. (1) Molse reprend ses plaintes: Que vous ai-je done f a i t pour etre votre elu?(2) HelasJ je suis, Seigneur, puissant et so l i t a i r e , Laissez-moi m'endormiler du sommeil de l a terre J (3) Manfred avait demande: . Oblivion, self oblivion. (4) Mais sa condemnation est c e l l e - c l : Nor to slumber, nor to die, Shall be i n thy destiny. (5) Tous les heros byroniens se sentent isoles de l'humanite; Childe Harold est: ...the most unfit Of men to herd with Manj with whom he held L i t t l e i n common....(6) Manfred d i t : Prom my youth upwards My s p i r i t walk'd not with the souls of men, Nor look'd upon the earth with human eyes;... My joys, my griefs, my passions,and my powers, Made me a stranger;... Nor midst the creatures of clay that girded me Was theie but one who--but of her anon. (7) Moise n'a pas meme cette consolation de 1'amour; 11 se plaint a Dieu: . ' ' Sit6t que votre souffle & rempli le berger, Les hommes se sont d i t : "II nous est etranger"; 1 ouvrage cite, p.323. 2 Poemes. p.7. 3 l o c . c i t . 4 I, I, 144. 5 I, I, 254-5. 6 III, x i l . 7 II, 11, 50-59. "7 Et leurs yeux se baissaient devant me's yeux de flamme, Car l i s venaient, hfelas! d'y voir plus que mon ame. J'ai vu l1amour s'feteindre et l'amitife t a r i r , Les vierges se voilaient et craignaient de mourir....(1) La pesanteur immense de l a connaissance le trouble: Hfelas! je sals aussi tous les secrets des eieux, Et vous m'avez pretfe l a force de vos yeux. (2) C'est l a plainte aussi de Satan: Rien ne me consola d'avoir su tout connaitre, (3) Souvent dans 1*oeuvre de Byron on trouve cette meme idee: That knowledge i s not happiness....(4) et Manfred offre une preuve excellente de cette verite. C'est M. Esteve qui signale l a difference l a plus frappante entre Molse et l'homme fa t a l de Byron: On se sent en presence d'une ame plus haute et plus pure....S'il implore l'anfeantissement de soi-meme, ce n'est pas pour se soustraire aux remords d'un crime. Les pouvoirs surhumains dont i l a fete gratifife, 11 ne les a employes que pour le bonheur des hommes....(5) Car en dfepit de 1'influence byronienne, nous ne devons pas oublier que le theme principal du poeme, le sentiment d'isolement de l'homme de genie, appartient en propre a Vigny. Le Trappiste est un autre s o l i t a i r e , qu'on doit comparer surtout a Conrad, le Corsaire, a qui i l doit son portrait: Son front est t r i s t e et pale, et son oeil intrfepide; Son bras frappe et benit, son langage est rapide; II passe dans l a foule et ne s'y mele pas; Un pain noir et grossier compose ses repas; II parle, on obfeit; on tremble s ' i l commande; Et nul sur son destin ne tente une demande. (6) 1 Pofemes. p.8. 2 Pofemes. p.7. 3 Poemes, "Notes et ficlairclssements," p.326. 4 Manfred I I , i v , 61. 5 ouvrage citfe, p.391. 6 Poemes, p.135. /2-0 Conrad aussi a le "front large et pale;""son oe i l est perqant et sa main prompte." II mange du pain noir. "II ne se mele a eux [aux pirates] que pour les commander." (1) En somme, c'est l a meme figure lmposante et tenebreuse. . On trouve aussi des traits du heros f a t a l et mysterieux de Byron dans l a description du Christ au commencement du Mont des Ollviers; Triste jusqu'a l a mort, l ' o e i l sombre et tenebreux, Le front balsse, croisant les deux bras sur aa robe Comme un voleur de nuit cachant ce qu'il derobe.... (2) Vigny, sous 1'influence tres visible de Byron, avait ecrit dans sa jeunesse quelques poemes ou, selon le goflt du jour, les tableaux voluptueux alternaient avec les violences d'une passion portee au paroxysme. (3) C'est ainsi qu'on doit qualifier le Somnambule, Dolorlda, et la Femme adultere. Dolorida doit a Chllde Harold quelques traits de sa couleur espagnole, et une ou deux images. (4) Dans l a Femme adultere: . . . l a pelnture du trouble de l'epouse coupable, et surtout le t r a i t qui l a termine, sont empruntes a Parislna. (5) Toutes ces images proviennent de 1*oeuvre de Vigny anterieure a 1826. Plus tard les images byroniennes, comme les Images miltoniennes, se font beaucoup plus rares. M. Esteve en a cite les plus Interessantes; par exemple, ce paragraphe hautain du Journal. qui s*inspire directement de Manfred: Les animaux laches vont en troupe. Le lio n marche seul dans le desert. Qu'ainsi toujours matche le poete. (6) 1 Esteve, ouvrage cite, p.376. 2 goernes, p.225. 3 Esteve. Alfred de Vigny. sa pensee et son art, p.292. 4 Esteve, Byron et le romantisme franqais, p.373.-^. 5' ouvrage cite, p.370. 6 cite Esteve, ouvrage cite, pp.398-9. Tout le monde a^eommente la source byronienne de l a Mort  du loup. M. Esteve donne d'autres exemples tires de l a poesie plus mure de V i g n y — l i s ne sont pas tous tres convaincants— et II a j out e' qu'on peut souvent trouver une inspiration byronienne dans les "Poemes a faire" du Journal d'un Poete. Notons maintenant quelques comparaisons generales entre 1'oeuvre de Byron et celle de Vigny. Frfiulein Lebbin remarque que les deux poetes tendent, a traiter un seul'-- caraetere dans chaque ouvrage; du moins un caraetere domine presque toujours, et ce caraetere developpe un t r a i t de l a personnalite de l'auteur lui-meme. (1) M. Esteve f a i t remonter a Byron l a forme du poeme philosophique, dont Vigny fut l ' i n i t i a t e u r en Prance. (2) II ajoute que ce sont Manfred, Cain et Ciel et Terre. e'est-a-dire les vrais poemes philosophiques de Byron, qui onteu l a plus grande influence sur Vigny. Touchons enfin quelques mots de 1'influence de Byron sur 1'oeuvre en prose de Vigny. Tout le monde salt que 1'image du scorpion(\'Derniere nuit de travail") vient du Giaour. M. Esteve dit de Chatterton*: Le "marvellous boy" devint entre ses mains un Byron idealise,,.pur de toute passion mauvaise..., pauvre, timide, pur et f i e r . (3) II rappelle que plusieurs romantiques ont range Byron entre les poetes persecutes. Le theme de ce drame, qui est l a lutte entre un individu et l a soclete qui le meprise, est essentiellement byronien. On a d i t de Don Juan: 1 ouvrage cite, pp.39-40. 2 Esteve, ouvrage cite, p.388. 3 ouvrage cite, p.479. /22. The satire i s directed not at him [Don JuanJ b#tat society i t s e l f , which is to blame for transforming an ingenuous, charming, idealizing youth into a hardened, though not a hard, man of the world. (1) Cette lutte contre l a societe caracterise le heros byronien. Mais celui-ci est un revolte; Chatterton souffre et se suicide i l ne combat pas. On peut ainsi tracer le byronisme dans Cinq-Mars: le caraetere du heros lui-meme et de Jacques de Laubardement, 1'adieu de Cinq-Mars a son pays natal, le chapitre i n t i t u l e "l'Orage" et le commencement du chapitre i n t i t u l e "l 1Absence" qui est une meditation sur l a destinee humaine. (2) . Si nous interpretons de faqpn exacte l a philosophic de Vigny nous ne pouvons trouver une place importante pour le byronisme dans 1'elaboration de sa pensee. II est meme possible que ce soit le byronisme de 1'expression qui prete a tant de malentendus touchant l a pensee de Vigny. Son desespoir frequent porte des traces de Byron, mais le desespoir n'est pas le c&te important de sa philosophic. Cependant i l faut avouer que e'en est l a partie l a plus claire, son optimisms et son idealisme etant exprimes souvent au moyen d'un symbolisme mystique. AUssi sans parler des rapprochements a faire entre le c8te desesperant de l a pensee de Vigny et celle de Byron, passons immediatement aux differences qui separent ces deux poetes, D'abord, quel contraste plus frappant que celui entre les deux travailleurs poetiques? On salt que Byron etait extremement actif, et i l est naturel qu'un t e l homme ait ete un improvisateur I i H f l i v e * ' o u v r a | § 6 c f I t 6 ' p ^ \lit-7. n'ecrivant que sous 1'influence de l a passion violente, et q u ' i l a i t meprise l e t r a v a i l du s t y l e . Et parce que l a passion violente est en general de courte duree, II n'est pas surprenant que souvent i l change d'humeur au m i l i e u de son ouvrage. (1) Aucune comparaison entre cette faqpn d'ecrire et l a methode de Vigny, qui meditait s i longtemps avant d ' e c r i r e , et dont les manuscrits sont pleins de corrections. Je pars toujours du fond de l'jdee. Autour de ce centre l e f a i s tourner une fahle qui est l a preuve de l a pensee et doit s'y rattacher par tous ses rayons. (2) II est v r a i que l a poesie de Byron est pleine de deflexions, mais e l l e s semblent s i sommaires. E l l e s ne portent pas l e s traces de cette meditation prolongee qui est comme l a marque de Vigny. L'humour des deux poetes o f f r e une autre difference s a i l l a n t e . L'humour de Vigny est tres rare; on en trouve l e s meilleurs exemples dans sa correspondance oi l ' e l l e se. revele dans un badinage gracieux. On s'imagine que Vigny ne r i a i t presque jamais, q u ' i l ne f a i s a i t que sourire avec bienveillance. Byron au contraire a l e r i r e eclatant et souvent amer; qu'on songe a l'humour tour a tour bizarre et sarcastique de Beppo et de Don Juan. Sans doute ne f a u t - i l pas exagerer 1'influence sur 1'oeuvre d'un poete de sa v i e , mais e l l e a assurement son importance. Or a ce point de vue, on ne peut que r e f l e c h i r que l a vie de Byron e t a i t absolument opposee a c e l l e de Vigny. Le poete . anglais voyagea beaucoup et passa des annees dans des pays 1 Mr. Calvert nous assure cependant que l'auteur de Beppo et de Don Juan f u t un e c r i v a i n beaucoup plus methodique et soigneux que l e plus jeune Byron. (ouvrage c i t e , pp.127-8). 2 Journal d'un poete. etrangers. Sa vie doznestique est trop bien connue pour exiger i c i des remarques. Mr. Calvert i n s i s t e que Byron e t a i t un homme beaucoup plus normal et plus moral qu'on n'a pense, (1) mais tout de meme i l semble etrange et vi o l e n t en comparaison avec Vigny. Notre poete ne f i t d'autres voyages que ceux qui l e menerent en Angleterre; c ' e t a i t un des s a c r i f i c e s q u ' i l dut consentir pour sa mere et sa femme, et c' e t a i t d ' a i l l e u r s un detses regrets l e s plus v i f s . Quel contraste entre l a vie et l a mort theatrales de Byron et l a vie t r a n q u i l l e , s i d i f f i c i l e , de garde-malade, d'Academicien et de gentleman-farmer que Vigny a menee! On a souvent compare l e sentiment de l a solitude chez Vigny et chez Byron, mais i l faut noter une difference. Le desir de l a solitude chez Byron n 1 e t a i t generalement qu'une attitude poetique; ce n'etait pas vraiment un misanthrope, et pourtant, i i i 'amour de l a solitude q u ' i l d e c r i t dans ses poemes semble nee d'une haine de l'humanite. Chez Vigny l e besoin de solitude est sincere; II traduit l e desir du penseur de se r e c u d l l i r pour mediter. Le heros byronien veut s ' i s o l e r a cause de sa pretendue su p e r i o r i t y . L'isolement du genie en general et du poete en p a r t i c u l l e r est un theme frequent de Vigny, mais i l l e regarde comme encore un des supplices auxquels ces hommes sont soumis. Le poete, comme tous ceux qui voient plus ldn que les hommes ordinaires, est condamne a etre regarde comme l'enneml de l'humanite q u ' i l veut enseigner. de Byron On trouve constamment dans l'oeuvre/des passages comme c e l u i - c l de Childe Harold eoti l e heros du poeme est d e c r i t comme: 1 ouvrage c i t e , pp.3 et 50. ...the most unfit Of men to herd with man; with whom he held L i t t l e in common.... The desert, forest, cavwrn, breaker's foam, Were unto him companionship.... (1) v Byron a aime passionnement l a nature, surtout dans ses panoramas violents et orageux. Le contraste avec Vigny est _v:evidente: Ne me laisse jamais seul avec la Nature, Car je l a connais trop pour n'en pas avoir peur. E l l e me d i t : "Je suis l'impassible theatre Que ne peut remuer le pied de ses acteurs.... On me d i t une mere et je suis une tombe. Mon hiver prend vos morts comme son hetacombe, Mon printemps ne sent pas vos adorations. C'est l a ce que me d i t sa voix triste et superbe, Et dans mon coeur alors je l a hais.... Et je dis a mes yeux qui l u i trouvaient des charmes: "Ailleurs tous vos regards, ailleurs toutes vos larmes, Aimez ce que jamais on ne verra deux f o i s " . . . . Plus que tout votre regne et que ses splendeurs vaines J'aime l a majeste des souffranees humaines; Vous ne recevrez pas un c r i d'amour de moi. (2) Une opposition tres importante entre l a pensee de Byron etfc celle de Vigny s 1attests dans leur conception du rdle du poete dans l a societe. Nous avons deja. discute 1' attitude de Vigny sur ce sujet. Quelquefois Byron a exprime des sentiments sem-blables, mais sa vraie pensee semble etre tres dlfferente. II l u i arrive de r a i l l e r le poete. Mr. Calvert a d i t : He i s saved from an exaggerated emphasis on his impor-tance in the r61e of poet; he is a practiser of the craft of poetry, not a seer, a vates. (3) 1 JEIX, x i i - x i i i . 2 " l a Maison du Berger," Poemes, pp.189-91. M. Esteve (ouvrage cite, p.401) met en paraliele ces vers avec un passagede Lara qui exprime le meme sentiment de l a cruaute de l a nature qui continue de vivre et qui ne regrette pas l a mort de l'homme. C'est l a seule fois qu'il l ' a i t pu trouver cjuez Byron, mais c'est 1'attitude normale de Bigny. 3 ouvrage cite, p.87. Byron lui-meme a ecri t : I do think the preference of writers to agents... a sign of effeminacy, degeneracy, and weakness. Who would write., who had any thing "better to do?... "Actions—actions," I say, and not writart,—least of a l l , rhyme...what a worthless, idle brood i t i s ! (1) C Cette conception "reallste" du poete est typique de Byron. Je doute que l'on puisse l i r e une seule page Importante fie Vigny sans §tre conscient de l'ideallsme qui etait l a source de son oeuvre comme aussi la force motrice de sa vie et de sa philosophic. Des ouvrages tels que Daphne et les Destinees en donnent les illustrations les plus frappantes. Byron de son c&te a continuellement 1'esprit critique. Ses premieres oeuvres, c'est vrai, touchent a l'ideallsme. Le changement f i n a l vient dans le quatrieme chant de Childe Harold. (2) mais le meilleur exemple de cette tendance est certainement Don Juan. There i s no longer any escape from reality, nor i s there any flinching before the hardest facts. There is growing emphasis on the world as i t i s , preferably on i t s seamy side, an increasing effort to make his poetry accord with the l i t e r a l . (3) Le contraste violent entre le materialisme de Byron et l'ideallsme de Vigny nous amene a considerer la religion des deux poetes. Ceux qui prennent l a somme des expressions pessi-mistes de Vigny pour sa seule p h i l o s o D h i e ont tres natur.ellement releve 1'influence byronienne sur sa pensee religieuse. Meme i c i , je trouve une difference saillante. l i s ont eu tous les deux des pensees tristes sur le probleme de l a souffrance 1 The works of Lord Byron: Letters and Journals, II, p.345, cite Calvert, ouvrage cite, p.85. 2 ouvrage cite, p.149. 3 ouvrage cite, p.131. humaine mais tandis que l a reponse de Byron f u t l a . r e v o l t e et l e blaspheme, c e l l e de Vigny f u t l a resignation,car: La mort de 1'Innocence est pour l'homme un mystere....(1) Et i l d i t : * Je sens sur ma t§te le poids d'un condemnation que je subis toujours, & Seigneur, mais ignorant l a faute et l e proces, je subis ma prison. J'y tresse de l a p a i l l e pour 1'oublier quelquefois: l a se reduisent tous les travaux humalns. (2) La predestination occupe une place importante chez les deux poetes. Nous avons vu que Vigny semble avoir cru a. une predes-t i n a t i o n p a r t i e l l e , dai s laquelle l a volonte et 1'effort de l'homme restent importants. Byron semble avoir preserve de son enface l e concept c a l v i n i s t e de l a predestination absolue. II d i t : I t appears to me, just from my own r e f l e c t i o n s and experiences, that I am influenced In a way which i s Incomprehensible, and am led to do things which I never Intended....1 have,..contented myself with b e l i e -ving that there i s a predestination of events, and that the predestination depends upon.the w i l l of God. (3) Sa r e l i g i o n e t a i t toute crainte et, par consequent, r e b e l l i o n . II croyait que les uns etaient destines au C i e l , les autres a l'Enfer, et q u ' i l appartenait a cette dernlere classe, d'ou une naturelle fureur contre l e tyran de l'univers, une debauche desesperee. (4) Chez l u i i l n'y a aucune aspiration; i l n'aurait jamais pu e c r i r e ces beaux vers de Vigny: 1 ' I n v i s i b l e est r e e l . Les ames ont leur monde Ou sont accumules d'impalpables tresors. v Le Seigneur contient tout dans ses deux bras immenses, Son Verbe est l e sejour de nos i n t e l l i g e n c e s , Comme i c i - b a s l'espace est c e l u i dd nos corps. (5) 1 " l e Deluge," Poemes. p.46. 2 Journal. pp.75^T. 3 c i t e Calvert, ouvrage c i t e , p.12, de Kennedy. 4 Maurois, Byron, tome 2, p.12. 5 " l a Malson du Berger," Poemes. p.187. CONCLUSION Une etude comme celle- queyious venons de terminer risque de dormer a un poete l'apparence d'un pasticheur. Alfred de Vigny est un trop grand poete pour qu'on puisse l u i nuire en l'etudiant, a l a maniere de M. Baldensperger, par coupes trans-versales; pourtant on sent le besoin de faire quelque effort pour retablir les justes proportions. Et d'abord, i l ne faut pas oublier maints autres Inspirateurs de Vigny. Parml ses anc§tres l l t t e r a i r e s franqais nous avons deja f a i t mention de Chateaubriand et de Rousseau; i l y en a bien d'autres—dont quelques-uns sont important3, les autres secdndaires—entre eux, Corneille, Racine, Millevoye, D e l l l l e et Chenier. De Scott releve sa conception du roman historique. II sublt 1'influence plus superficielle de plusieurs autres auteurs anglais Ossian, Young et Richardson, par exemple; on ajoute meme Sterne (pour Stello) et Gibbon (pour Daphne). Surtout, entre les romantiques franqais, Vigny revele une connaissanee intime de l a Bible; et sa philosophie porte l a marque de Platon. Vigny doit beaucoup a d'autres ecrivains; pourtant c'est un des plus originaux des poetes franqais. Un passage du Journal eclaire ce paradoxe: Concevoir et mediter une pensee philosophique; trouver dans les actions humaines celle qui en est l a plus evidente preuve; l a reduire a une action simple qui se puisse graver en l a memoire et representer en quelque sorte une statue et un monument grandiose a. 1'imagination des hommes, voila ou doit tendre cette poSsie epique et dramatique a. l a fois." (1) Ecrite a. propos d'Eloa, cette page enonce une methode que suivit presque toujours Vigny. Car Vigny n'etait pas un de ceux auxquels une chose suggere et symbolise une pensee; pour l u i , l'idee venait d'abord. Quand 11 1'avait meditee,il cherchait les images pour l'exprimer. De la. sans doute le manque r e l a t i f de volume de 1'oeuvre de ce grand poete. (2) La con-ception de l a poesie comme un epanchement d'emotion, bien i l l u s t r e par Lamartine ou par Musset, ne s'applique point a Vigny; son oeuvre ne manque pas de passion, mais c'est l a passion de l'idee et non du sentiment. Cette explication des modestes proportions de son oeuvre se joint d'ailleurs a deux autres, egalement lmportantes: l'une est l a haute mission a laquelle i l consacre l a poesie, qui exige done des soins i n f i n i s ; 1'autre, l'lmpossibilite de jamais atteindre l a vraie expression de l'idee poetique. (3) On ne saurait juger un ecrivain du point de vue de l a seule productivity le v i e i l adage que l a qualite l'emporte sur l a quantite ne se montre jamais plus vrai qu'en matiere d'esthetique. Si de son vivant les ouvrages plus nombreux de ses contemporains obscurcirent un peu 1'oeuvre de Vigny, on a plus tard mieux reconnu sa valeur. De nos jours on a meme entendu dire que: Vigny est parml les plus grands ecrivains en vers qui aient jamais paru en Prance, et probablement aussi le plus grand poete franqais du XIX e sieele. (4) 2 Cette explication est suggeree par Esteve, M-fredde"'Vigny sa pensee et son art. p.239. B ~ 4 3 d'apres Esteve (ouvrage cite, p.167) c e l l e - c i est l a raison Comment j u s t i f i e r ce jugement extreme? On a deja q u a l i f i e Vigny de "grand-maitre dea ceremoniea l i t t e r a i r e a . " (1) I I a ete l e premier a f a i r e en poeale l e paa d e c i a i f pour ae aeparer du classiciame. Noua avona etudiee son r81e de pre-curaeur en traduisant Shakespeare et en stimulant l e developpement du drame romantique. I I p r l t de nouveaux modelea: l a Bible et l a l i t t e r a t u r e anglaise. Tout l e monde l u i accorde 1 ' i n i t i a t i v e en France du poeme philosophique. On a suggere que l'idee epique de ses. Poemes antiques et modernea Inspira Hugo a composer aa grande Legende des s i e c l e s . I I ne faut pas oublier que Vigny lui-meme a en une influence importante sur d 1autres ecrivains de son pays. M. de l a S a l l e constate que: Si l'auteur de Cinq-Mars avait ouvert l a vole a Dumas, l'auteur de Chatterton semble l ' o u v r i r d'une part a Dumas f i l s et, d'autre part, au mouvement f u t u r d u Theatre Libre. II y a par avance un element lbsenien dans l e r81e de K i t t y B e l l . (2) (C'est parce qu'elle exprime autant par ses silences que par, ses mota). On a aouvent observe, sans beaucoup 1'explorer, l'asjendant de Vigny sur Baudelaire, dont II admlra f o r t 1'oeuvre, (3) ascendant qui se montre surtout, je pense, dans l'ideallsme de Baudelaire qu'on neglige souvent. De plus, on a frequemment regard! Vigny comme l e fondateur du symbolisme franqais. Mais enfin, c'est surtout l a s i g n i f i c a t i o n durable de 1 c f . au-dessus, p. 2 A l f r e d de Vigny, p.226. 3 c r . sa l e t t r e a Baudelaire: ...je vous a l l u e t . r e l u , et j ' a i besoin de vous d i r e combien ces Fleurs du Mal sont pour moi des f l e u r s du bien. et me charment: combien aussi je vous trouve lnjuste envers ce bouquet, souvent s i dellcieusement parfume de printanlerea odeura, pour l u i avoir donne ce t i t r e , i n d i g n e de l u i et combien je voua en^veux de 1'avoir empoisonne quelquefois par je ne sals quelles emana-tions du clmetiere d'Hamlet.... ( c i t e par Maurice Paleologuefc, A l f r e d de V i g n y t p < 9 { ^ n o t e ^ } Vigny qui le f a i t toujours grand. C'est parce qu'il traite des questionssociales et morales qui sont encore les n&tres; c'est parce qu'il traite des problemes qui agacent toujours l a race humaine, les problemes fondamentaux de l a vie et de l a mort et de l a Verite eternelle. (1) N'est-ce pas enfin de proferer des paroles toujours neuves que Vigny lui-meme ambitionna? Quelques mois seulement avant sa mort i l ec r i v i t dans 1'Esprit pur; Jeune posterite d'un vlvant qui vous aimej Mesi traits dans vos regards ne sont pas effaces; Je peux en ce miroir me connaitre moi-meme. Juge toujours nouveau de mes travaux passes! Flots d'amis renalssants! Fuissent mes destinees Vous amener a moi, de dix en dix annees, Attentifs a mon oeuvre, et pour moi c'est assez! (2) 1 cf. Paleologue, ouvrage cite, pp.148-9. 2 Poemes. p.258. i BIBLIOGRAPHIE Arnold, Matthew, Essays in Criticism, Second Series, London, Macmillan, 1911. Baker, A.T. Baldensperger, Pernand, "Milton and Chateaubriand," French Quarterly, vol.1, pp.87-104, AprT!u July, 1919. Alfred de Vigny. Paris, La Nouvelle Revue Critique, 1929. Alfred de Vigny, contribution a  sa blographie intellectuelle, Paris, Hachette, 1912. "Alfred de Vigny et les litteratures etrangeres," Revue des cours et des  conferences, decembre 1924-decembre 1925 (sept articles) Alfred de Vigny. nouvelle contri- bution a sa blographie JLntellectuBlle. Paris, Les Belles-Lettres. 1933. Etudes d'histoire l i t t e r a i r e , deuxieme serie, Paris, Hachette, 1910, l'essai i n t i t u l e "Esquisse d'une histoire de Shakespeare en France." "Baudelaire's Satanism," the Times Literary Supplement, p.628, 21 December, 1946. Baudelaire, Charles, Borgerhoff, J.-L. Journaux intlmes. Paris, Cres, 1919. Oeuvres, Bruges, Nouvelle Revue Franchise, 1938, tome 1. le Theatre anglais a Paris sous  l a Restauration, Paris,. Hachette, 1912. Byron, George Gordon, Lord, Poetical Works, London, Oxford, 1945. Calvert, William J., Chateaubriand, vicomte de Byron, Romantic Paradox. Chapel H i l l , The University of North Carolina Press, 1935. Atala, Rene, Le Dernier Abencfe- rage, les Natchez, Paris, Gamier, 1872. Le Genie du Christianisme. Paris, Hachette, 1904. Les Martyrs. Paris, Hachette,1905. Oeuvres Completes, Paris, Pourrat Freres, 1837, tomes 35 et 36 (le  Paradis perdu). i i Citdteux, Marc, Dempsey, Madeleine, Deschamps, Emile, Dorison, L., Dubeux, Albert, Dupuy, Ernest, Esteve, Edmond, Evans, David Owen, Paguet, Emile, Plottes, Pierre, Gilman, Margaret, G r i l l e t , Claudius, Haines, CM.,. Hunt, Herbert J., Jusserand, J.J., Alfred de Vigny. persistances classiques  et affinite s etrangeres. Paris. Champion. 19241 A Contribution to the Study of the  Sources of the "GEnle du Christlanisme'J Paris, Champion, 1928. Etudes francaises et etrangeres, Paris, Urbaln Canel, 1829. Un symbole social. Alfred de Vigny  et l a poesie politique. Paris, Perrin et Cie., ISM. Les traductions franchises de  Shakespeare. Paris, Les Belles Lettres, 1928. Alfred de Vigny. l a vie et 1'oeuvre. Paris, Hachette, 1913. La Jeunesse des romantiques. Paris, Lecene, 1905. Alfred de Vigny, sa pensee et son  art. Paris. Garnier.Freres. 1923. Byron et le romantisme franqais. Paris, Hachette, 1907. "Alfred de Vigny and Positivism", The Romanic Review, vol. 35,„1944,^December, pp.288-298. Dix-neuyleme slecle: fetudes l l t t e r a i r e s , Paris, Lecbne, Oudin et Cie., 1910. La pensee politique et sociale  d'Alfred de Vigny, Paris, les Belles Lettres, 1927. Othello In French. Paris, Champion, 1925". "Satan, heros romantique," Le Corres- pondant. tome 286, pp.716-32, 25 fevrier, 1922. Shakespeare In France. Criticism. London, Humphrey Milford, 1925. The Epic in nineteenth-century France. Oxford, Basil Blackwell, 1941. Shakespeare l n France under the  Ancient Regime. London, T. Fisher Unwin, 1894. i i i Lebbin, Elisabeth, Le Roy, Albert, Lesans, Charles, Maurois, Andre, Miller, Meta Helena, Milton, John, Moore, Thomas, Paleologue, Maurice, Partridge, Eric, Popova, Ivanca M., Praz, Mario, • Racine, Louis, Roberts, W. Wright, Rudler, G-., Alfred de Vlgnys Bezlehungen zu  England und zur englischen Literatur. Halle (Saale), Eduard Klinz, 1936. L'Aube du theatre romantique, Paris, Ollendorff, 1904. ! "Notes sur deux poemes de Vigny," Revue d'histoire. l i t t e r a i r e de l a Prance, i s i i , pp.886-91. Byron, Paris, Bernard Grasset, 1930, 2 tomes. Chateaubriand and English literature, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1925. Complete poetical works. Boston, P h i l l i p s , Samjeon, and Company, 1859. Poetical works, London, Frederick Warne and Co., 1872. Alfred de Vigny. Paris, Hachette, 1914, 4 C edition. The French Romantics' Knowledge  of English literature? Paris. Champion. 1924. L'Originallte.de 1'Oeuvre d'Alfred  de Vigny, Toulouse, Imprlmerie du Sud-Ouest, 1937. The Romantic' agony. London, Humphrey Milford, 1933. Life of Milton together with  observations of Paradise Lost, translated with an introduction by Katherine John, London, Hogarth Press, 1930. "Chateaubriand et Milton," Modern  Language Review, vol.5, pp.409-29, 1910. "Quelques sources anglaises de Chateaubriand," Revue d'histoire  l i t t e r a i r e de l a France, pp.98-106, 1910. "Les 'Martyrs', de Chateaubriand, et 'Mofse', d'Alfred de Vigny," Le Franqais. 15 juin, 1918, pp.47-52. Iv Rudwin, Maximilien, Sainte-Beuve, C.-A., de l a Salle, Bertrand, Saurat, Denis, Schultz-Gora, 0., Seche, Leon, i. Sessely, Annie, Souriau, Maurice, S t o l l , Edgar E., 1/ Telleen, John Martin,• Tillyard, Er.M.W., Toland, John, Les E c r i v a i n s dlabollques de  France, Paris. Eugene Flguiere. 1937. Romantisme et Satanisme, Paris, Les Belles Lettres,. 1927. Supernaturalism and Satanism  ln Chateaubriand. Chicago and London, The Open Court Publishing Company, 1922; The Devil in legend and l i t e r a -ture. Chicago and London. The Open Court Publishing Company, 1931. Nouveaux Lundls. Paris, Calmann-Levy, sans date, tome 6, l'essal i n t i t u l e "Alfred de Vigny." Alfred de Vigny. Paris, Artheme Fayard, 1939. Milton. Man and thinker. J.M.Dent and Sons Ltd., London, 1946. "Studie zur Eloa Alfreds de Vigny," Zeltschrlft fur Neufran- zflsisehe Sprache une Literature tome 27, pp.278-92, 1904. Alfred de Vigny. Paris, Mercure de France, 1913,. 2 tomes. L 1Influence de Shakespeare sur  Alfred de Vigny. Berne. Les Editions du Chandelier, 1928. De l a convention dans l a tragedie  classique et dans le drame romantique. Paris, Hachette, 1885. "Milton a romantic," Review  of English studies, vol. 8, pp.425-36, October, 1932. Milton dans l a litterature  franchise. Paris, Hachette, 1904, Milton. London, Chatto and WIndus, 1930. Life of Milton, ed. William H. fluime.. western Reserve University 8 S * 8^ o S E " Z 7 ' p p ' 7 " 8 6 ' V de Vigny, A l f r e d , Cinq-Mars, ed. Louis Ratisbonne, Pa r i s , Delagratee, 1912. Correspondance (1816-1835), ed. Pernand Baldensperger, P a r i s , Conard, 1933. Correspondance, ed. Emma Sakellarides, P a r i s , Calmann-Levy, 1905. Daphne, ed. Pernand Gregh, Paris , Delagrave, 1913. Journal d'un poete, ed. Pernand Baldensperger, London, the Scholartis Press, 1928. Al f r e d de Vigny, Moreeaux c h o i s l s . ed. Rene Canat, P a r i s , D i d i e r , 1930. Poemes, ed. Pernand Baldensperger, Pa r i s , Conard, 1914. S t e l l o , ed. Louis Ratisbonne, P a r i s . Delagrave, 1912. Theatre, ed. Baldensperger, P a r i s , Conard, 1926, 2 tomes. v i TABLE DES MATTERES page Introduction 1 Chapitre I L 1influence de Shakespeare 4 Chapitre II L«influence de Milton 41 Chapitre III L»influence de Byron 107 Conclusion . 128 BiDliographie i 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0107080/manifest

Comment

Related Items