Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Quatre ecrivains venus de France au debut du XXe siecle: une interpretation nouvelle de la nature canadienne Luethy, Ivor Charles Edward 1960

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1960_A8 L9 Q9.pdf [ 2.74MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0105971.json
JSON-LD: 831-1.0105971-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0105971-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0105971-rdf.json
Turtle: 831-1.0105971-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0105971-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0105971-source.json
Full Text
831-1.0105971-fulltext.txt
Citation
831-1.0105971.ris

Full Text

QUATRE ECRIVAINS VENUS DE FRANCE AU DEBUT DU XXe SIECLE: UNE INTERPRETATION NOUVELLE DE LA NATURE CANADIENNE by Ivor C. E. Luethy B.A., University of C a l i f o r n i a , 1952 M.A., University of C a l i f o r n i a , 1954 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of Romance Studies We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA October, 1960 i In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree that permission f o r extensive copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department o r by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s understood tha t copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be allowed without my w r i t t e n permission. Department of Romance Studies  The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancouver 3 , Canada. Date 7 June f I960 Preface De tous les genres l i t t e r a i r e s l e roman e t a i t le moins en faveur chez les ecrivains du Canada Francais au XIXe s i e c l e . Le manque de metier de ces ecrivains et leur incapacite a observer et a. analyser les caracteres expliquent sans doute cet-te etrange lacune. Les premiers romans contenaient surtout des legendes, des rapports historiques meles d'etudes de moeurs indien-nes. L'exploitation de l a veine d'aventure etant toujours le point de depart de toute l i t t e r a t u r e naissante, le roman canadien-francais s * e t a i t tourne vers l a ver i t a b l e aventure du Canada, c'est-a-dire l a colonisation. Les themes en etaient 1•attachement au s o l , S e x -p l o i t a t i o n et le patriotisme. Mais l a presentation e t a i t primitive. En 1914 "Le Temps" publie Maria Chapdelaine de Louis Hemon. Cette oeuvre a donne l e ton a bien des romanciers canadiens-francais, qui ont trouve chez un e c r i v a i n venu de France les elements qui leur manquaient, c'est-a-dire une technique, un st y l e , 1'observation exacte et 1'analyse des caracteres. Ce chef-d'oeuvre de Louis Hemon contient un theme important, c e l u i de l a lutt e de l'homme contre l a nature. i i i Ce theme se trouve aussi dans les oeuvres de t r o i s autres ecrivains: Marie Le Franc, Georges Bugnet et Maurice Constantin-Weyer, tous arrives de France au debut du vingtieme s i e -c l e . Cette these se propose d'etudier l'homme et l a na-ture a travers les oeuvres de ces quatre ecrivains francais, et les elements nouveaux q u ' i l s ont apportes a l a l i t t e r a t u r e du Canada Francais. TABLE DES MATIERES Introduction p. 1 I Chapitre L o u i s ^ m Q Q p > 5 II Chapitre M a r i e L e p r a n c p < l g III Chapitre _ „ . , 0 ^ Georges Bugnet p. 32 IV Chapitre M a u r i c e constantin-Weyer p. 41 Conclusion p. 55 Bibliographie p. 66 i v Introduction Dans son l i v r e Le Canada Francais et son Expres- sion L i t t e r a i r e * Jules Leger signale, aux environs de 1900, l 1 e x i s t e n c e de deux mouvements l i t t e r a i r e s : l'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal, nee en 1895 et l'Ecole du t e r r o i r , qui s'est manifestee des 1902, representent deux tendances opposees. L'Ecole l i t t e r a i -re de Montreal cherchait son i n s p i r a t i o n , ses moyens d*expression, et ses .idees uniquement dans l a l i t t e r a t u r e francaise. E l l e tom-ba done dans les memes defauts qu'elle avait reproches k l a genera-tion precedente, c e l l e de 1860, qui avait subi 1'influence marquee du Romantisme francais. Les ecrivains canadiens sous 1'emprise de l a terre maternelle ne pouvaient donner l i b r e essor a leur person-n a l i t e , car leurs paysages sortaient des l i v r e s francais. L'art francais fut transplants au Canada sans y etre acclimate et, par consequent, ces oeuvres manquaient d ' o r i g i n a l i t e et surtout de beau-te, restant inferieures a leurs modeles. D'autre part les ecrivains de l'Ecole du t e r r o i r voulaient f a i r e oeuvre essentiellement cana* dienne, en trouvant au Canada meme les idees, les sentiments et les aspirations necessaires a son developpement. Cette ecole produisit, selon Jules Leger, des "oeuvres informes, denuees de toute psycholo-gie, f a r c i e s d 1expressions populaires et qui souvent n'etaient meme 2 plus de l a l i t t e r a t u r e tellement e l l e s manquaient de beaute a r t i s -tique." T e l l e e t a i t l a si t u a t i o n au moment ou ces quatre ro-manciers francais arriverent au Canada. Que cherchaient-ils dans cette immense solitude canadienne? Quelle e t a i t leur reaction en-vers cette nature? Louis Hemon sans doute a l a recherche d'une aven-ture a voulu echapper aux pays c i v i l i s e s . II a decouvert au Canada un primitivisme qui correspondait a ses i n s t i n c t s naturels. Georges Bugnet qui vecut toute sa vie en Alberta recherchait l a solitude et l'isolement. II connait probablement mieux que tous ces autres roraan-c i e r s cette nature canadienne qui s'attaque a l'homme et cette vie banale et dure du colon. Constantin-Weyer est plutot venu en aventu-r i e r , en s p o r t i f . II a f a i t connaitre a l a France le Canada, v e r i t a -ble pays d'epopee. La decouverte du Canada, son exploration, sa colo-nisation, 1'effort humain et sa lu t t e contre l a nature ont des dimen-sions grandioses. Pour Marie Le Franc l a nature a toujours joue un role important dans sa v i e . Comme l a lande deserte de Bretagne, l e Canada a suscite chez e l l e une espece d'envoutement. La nature — surtout l a foret canadienne — n'est pas un monstre: Marie Le Franc y cherche l e repos. Le theme de l a nature et c e l u i de l a colonisation sont communs a ces quatre ecrivains. l i s ne sont pas nouveaux dans l a l i t -terature canadienne-francaise, mais leur interpretation est differente. Ces romanciers nous donnent un tableau ve r i t a b l e du colon. Le d e f r i -cheur est depeint dans sa vie simple; i l n'y a aucune tentative de leur part pour f a i r e un cantique en son honneur t e l que l'avaient f a i t les auteurs canadiens-francais. 3 Une troisieme ecole d i t de " n a t i o n a l i s a t i o n " se s e r a i t manifestee, selon Jules Leger, un peu plus tard. C e l u i - c i semble attribuer 1 'evolution de ce mouvement de " n a t i o n a l i s a t i o n " a l a faiblesse evidente des oeuvres issues de 1 'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal et de c e l l e du t e r r o i r et surtout a l a publication de Maria Chapdelaine. Jules Leger v o i t un equilibre harmonieux entre les deux tendances opposees dans l'Ecole de " n a t i o n a l i s a t i o n " qui " t i e n t de ces deux ecoles a l a f o i s et qui parfois semble meme se confondre avec l'une ou l 1 a u t r e , a t e l point q u ' i l est f o r t d i f f i -c i l e de reconnaitre les oeuvres qu'elle a produites. C'est une doc-t r i n e qui n'a r i e n de reactionnaire; e l l e s'est formee par 1 'assimi-l a t i o n des theories deja c i t e e s , en empruntant ce q u ' i l y avait de 4 bon dans les deux." Notes 1 Jules Leger, Le Canada Francais et son Expression  L i t t e r a i r e , L i b r a i r i e Nizet et Bastard, Paris 1938. 2 Ibid., p. 151. 3 Louis Hemon est arrive au Canada en 1911 a l'age de trente et un ans. "Le Temps" publie Maria Chap-delaine en 1914, une annee apres l a mort de l*au-teur. Georges Bugnet est ne en 1879; i l est venu au Canada au debut de 1905 et publie son premier l i v r e Le Lys de sang en 1925. Maurice Constantin-Weyer arrive dans ce pays a l'age de vingt et un ans. Son premier l i v r e Vers L'Quest a paru en 1921. Marie Le Franc publie La Voix de l'ame et du coeur, r e c u e i l de poemes, a Montreal en 1920; La Riviere S o l i t a i r e a paru en 1934. Marie Le Franc est nee en 1879, et en 1905, a l'age de vi n g t - s i x ans, s'embarque pour le Canada. 4 Jules Leger, op. c i t . , p. 150-151. 4 Chapitre I Louis Hemon Georges Bugnet dans l a preface de La Voix de l a  Solitude demontre le role de l a nature dans le domaine de l a l i t -terature canadienne-francaise: "A l'encontre de presque tous les autres pays, l a nature au Canada, l o i n d'etre un sim-ple decor, recherche des ecrivains pour en pa-rer leurs personnages, retrouve, sans nul appel a des a r t i f i c e s l i t t e r a i r e s , une importance, une puissance, une majeste qu'elle ne presente a i 1 l e u r s . " * Bugnet a nettement vu 1 'importance de cette nature qui pour l u i est "oeuvre divine, infiniment superieure a toute crea-t i o n de 1'esprit humain, et son grave discours depasse les choses de l a t e r r e . E l l e assigne a l'humanite sa juste place qui est infime." Louis Hemon avait certainement senti l e pouvoir de cette nature, car selon Bugnet, "que vaudrait l ' h i s t o i r e de Maria  Chapdelaine sans l a formidable presence de cette nature t e r r i b l e , 5 6 c r u e l l e et pourtant acceptee, preferee." Les auteurs canadiens-francais ont vu dans l e chef-d'oeuvre de Louis Hemon un modele a imiter: 1 'essence de l'ame ca-nadienne apparait dans Maria Chapdelaine sous l a forme d'une nature puissante ecrasant l'homme, mais donnant a sa vie un sens, une unite et une s i m p l i c i t e . Louis Hemon f a i t mouvoir ses personnages dans un de-cor sauvage tres exactement et tres admirablement depeint. II decrit les rigueurs de l'h i v e r , i l remarque 1 'avarice de l'ete et l a cr u e l l e solitude des colons en racontant l a banale existence d'une familie de defricheurs. Le role q u ' i l avait assume e t a i t c e l u i d'observer et d'e-voquer avec s i n c e r i t e et ver i t e l'ame et l a vie du colon. La supreme qualite de Maria Chapdelaine vient de l a connaissance intime et pro-fonde que Louis Hemon avait du pays, des gens et surtout de cette fo-ret contre laquelle l u t t e l'homme qui veut l u i arracher sa terre. Les descriptions de Louis Hemon ont une valeur de do-cument. II a penetre dans les maisons des colons et en a depeint avec precis i o n les moindres d e t a i l s : "Les murs de planches de l a maison etaient tapisses avec de vieux journaux, ornes de calendriers distribues par les fabricants de machines agricoles ou les marchands de grain, et aussi de gravures pieuses: une re-production presque sans perspective, en cou-leurs crues, de l a basilique de Sainte-Anne-de Beaupre; le p o r t r a i t du Pape Pie X, un chromo 7 ou l a Vierge Marie o f f r a i t aux regards avec un sourire pale son coeur a l a f o i s sanglant 4 et nimbe d'or." La maladie et l a mort de l a mere Chapdelaine sont retracees en des pages emouvantes de v e r i t e . Au commencement e l l e ne songe qu'a prendre un peu de repos, mais bien v i t e le mal s'ag-grave: "Oh, mon Dou: gemissait-elle. J ' a i mal dans tout l e corps et l a tete me brule. Je vas mourir! " Et le medecin ignorant ce qui amene ce mal obscur et le "remmancheur" capable seulement de rajuster les os brises avouent leur impuissance devant cette mala-die. II ne reste plus qu'a f a i r e venir le cure de Saint-Henri: "Mais devant l a mort inevitable et pro-chaine, ce qui r e s t a i t a f a i r e e t a i t simple et prevu depuis des s i e c l e s par des l o i s i n f a i l l i -bles. M. le cure venait, que ce fut l e jour ou l a nuit, i l venait de l o i n , apportant le Saint-Sacrement a travers les r i v i e r e s t o r r e n t i e l l e s du printemps, sur l a glace t r a l t r e s s e , par les mauvais chemins emplis de neige, en face du no-roua c r u e l , i l venait sans jamais manquer ..." Selon A. de Grandpre, Louis Hemon s ' i n t r o d u i r a i t d'une maniere discrete dans son r e c i t , quand i l decrit les t r o i s 7 Francais arrives depuis quelques mois a Honfleur. Quand on leur demande pourquoi i l s etaient venus au Canada, i l s avaient pu'l'ex-pliquer d'abondance, avec des phrases j a i l l i e s du coeur: l a l a s s i -tude du t r o t t o i r et du pave, de l ' a i r pauvre des v i l l e s ... de l a 8 vie saine et l i b r e du s o l fecond. I l s auraient su dire tout cela * 8 avec chaleur quelques mois plus tot ..." I l s n'avaient pas prevu les mouches noires," n i compris tout a f a i t ce que s e r a i t le f r o i d de l ' h i v e r , ni soupconne les mi l i e s duretes d'une terre impitoyable." Seulement maintenant i l s commencait a comprendre leur erreur, car " i l s n'avaient ni l a force, ni l a rudesse necessaire, ni 1 'aptitude a toutes les besognes . . . " ^ II semble que 1'on sente percer dans ces quelques lignes l'ame de l'auteur, qui s ' e t a i t sauve d'un pays c i v i l i s e a l a recherche d'une region primitive et l o i n t a i n e . Mais contrairement a ces t r o i s Francais, Louis Hemon a entierement compris cette nature s i differente de l a sienne. II a observe avec profondeur, i l a f a i t p a rtie de l a vie journaliere des colons, i l a ete quelqu'un de l a fo-re t , et i l s'est surtout rendu compte des travaux durs. Dans son re-c i t on remarque un accord p a r f a i t entre l'auteur et le milieu ou i l a situe son h i s t o i r e , qui est simple et sans grands evenements. C'est simplement 1 'existence banale. La reussite de ce chef-d'oeuvre est basee sur une observation appliquee et minutieuse resultant d'une ex-perience personnelle. Samuel Chapdelaine est un de ces defricheurs qui rae-nent une vie dure et austere, et qui se battent avec l a foret pour avoir l a t e r r e . II est pousse par 1 ' i n s t i n c t du pionnier. II appar-t i e n t a cette race de paysan "en qui le vaste pays sauvage avait re-v e i l l e un atavisme l o i n t a i n de vagabondage et d'aventure." Des q u ' i l a reussi a gagner quelques arpents sur l e bois, l a "place" i n -connue 1 ' a t t i r e . Pour l u i r i e n ne vaut l a nature rude et sauvage, 9 i l n'est heureux que l o r s q u ' i l s'attaque a l a foret. Toute sa f a -mille souffre done de ces d i f f i c i l e s conditions d'existence, et l a mere Chapdelaine admet son mecontentement: "C'est peut-etre peche de dir e : mais tout mon regne j'aurai du regret que ton pere a i t eu 12 l e gout de mouver s i souvent." Louis Hemon s'est bien rendu corapte que le sujet du triomphe de l a perseverance d'une familie sur l a durete de l a nature pour se maintenir et se repandre, p o r t a i t en l u i quelque chose de grand et d'humain. II a surtout observe l a patience et l a resigna-t i o n de l'homme qui supporte " l e fardeau ecrasant du long hiver": "L'hiver, f a i r e fondre avec son haleine un peu de givre opaque sur l a v i t r e et regar-der l a neige tomber sur l a campagne deja blan-che et sur le bois ... Le bois ... Toujours le bois, impenetrable, h o s t i l e , p l e i n de secrets s i n i s t r e s , ferme autour d'eux comme une poigne c r u e l l e q u ' i l faudrait desserrer peu a peu, peu a peu, annee par annee, gagnant quelques arpents chaque f o i s au printemps et a l'autom-ne, annee par annee, a travers toute une lon-gue vie terne et dure."*^ Maria est l a figure centrale autour de laquelle s'or-donnent les personnages et le decor dans ce r e c i t . A plusieurs re-prises le paysage et l a vie de cette jeune f i l l e simple et robuste, 10 naive et r e c u e i l l i e se confondent de memes couleurs, i l y a unisson p a r f a i t . Ainsi selon " l ' e t a t d'ame du personnage l a nature prend un 14 visage d i f f e r e n t . " Les descriptions de l a nature dans ces circons-tances ne se rapportent plus a l a r e a l i t e , e l l e s deviennent un simple decor pour exprimer surtout les sentiments et les pensees de Maria. Ce procede est employe avec beaucoup de succes dans diverses pages de ce l i v r e . Lorsque Maria rencontre Francois Paradis, qui a quitte l a terre paternelle pour courir les bois, et qui 1'avait d'abord seduite par l ' a t t r a i t de l'inconnu, "tout ce qui l'entourait ce matin-la l u i parut soudain adouci, illumine par un reconfort, par quelque chose de precieux et de bon qu'elle pouvait maintenant attendre. Le printemps a r r i v a i t , peut-etre ... ou bien encore l'approche d'une autre raison 15 de j o i e qui venait vers e l l e sans l a i s s e r deviner son nom." Et lorsque Francois Paradis, en qui Maria trouve deja un charme etrange, parce q u ' i l ne mene pas 1'existence banale du colon, vient rendre v i -s i t e , en ete, aux Chapdelaine, Maria eprouve une emotion profonde et "l e lendemain fut une journee bleue, une de ces journees ou le c i e l 16 eclatant j e t t e un peu de sa couleur c l a i r e sur l a te r r e . " L'amour nait, et i l s echangent leur promesse. Alors Francois Paradis qui n'a pas hesite a s'engager dans l a foret, en p l e i n hiver, pour revenir v o i r Maria, s'egare et meurt de f r o i d . C'est Eutrope Gagnon qui vient apporter l a mauvaise nouvelle. Tout change alors, 1'horizon se r e t r e c i t . La familie s'agenouille pour l a priere, et lorsqu'on se releve apre> le dernier signe de croix, Maria se detourne pres de l a fenetre. E l l e reste l a un moment immobile, dans un "abandon pathetique", puis machinalement e l l e ouvre l a porte et s o r t . E l l e se rend compte comment Francois Paradis a du mourir 11 dans l a neige, sentant sur son visage l a morsure aigue de l ' a i r glace: "Vu du s e u i l , l e monde fige dans son som-meil blanc semblait p l e i n d'une grande serenite; mais des que Maria fut hors de l ' a b r i des murs le f r o i d descendit sur e l l e comme un couperet, et l a l i s i e r e l o i n t a i n e du bois se rapprocha sou-dain, sombre facade derriere laquelle cent se-crets tragiques, enfouis, appelaient et se lamen-17 taient comme des voix." La l i s i e r e s i proche et s i menacante est l a , tres r e e l l e . Tout en Maria semble mort, e l l e se trouve dans un monde etrangement vide. Un drame i n t e r i e u r se declenche chez Maria, et ce tourment profond qui 1'accable se r e f l e t e aussi dans l a nature: "... car depuis le matin l e c i e l e t a i t demeure g r i s et le s o l e i l i n v i s i b l e . De l a tr i s t e s s e pesait sur l e sol l i v i d e ; les sa-pins et cypres n'avaient pas l ' a i r d'arbres vivants, et les bouleaux denudes semblaient douter du printemps." Maintenant que l a nature l u i avait r a v i quelqu'un qu'elle c h e r i s s a i t , Maria se sent prise de degout pour cette foret i n h o s p i t a l i e r e . E l l e eprouve "un sentiment nouveau f a i t d'un peu de crainte et d'un peu de haine pour l a campagne deserte, le bois sombre, le f r o i d , l a neige, toutes ces choses parmi lesquelles e l l e 12 avait toujours vecu et qui l'avaient blessee." Contre l ' h i v e r trop severe, les mefaits de l a natu-re et l a desolation de l a solitude, se dresse Lorenzo Surprenant. II a grandi dans ces regions rigoureuses et i l en a subi l a durete. II evoque l a magie mysterieuse des c i t e s , i l f a i t miroiter aux yeux de Maria " l e regne" q u ' i l l u i promet aux Etats-Unis ou i l voudrait l'emmener. Lorenzo souligne par contraste le repoussant tableau de 1'existence que l a colonisation reserve a Maria Chapdelaine. D'autre part Eutrope Gagnon qu'elle n'avait jamais imagine serieusement comme epoux et qui represente pour e l l e 1'attachement au s o l , l u i parle de cette tendre amitie q u ' i l a pour e l l e et qui "ne peut pas se di r e " . Lorsque Maria doit c h o i s i r entre Eutrope Gagnon et Lorenzo Surprenant, c'est encore a l a nature que Louis Hemon a recours pour demontrer l e tourment i n t e r i e u r qui l a dechire. Les changements du paysage sont en harmonie avec l a voix et les pensees de Maria. "Avec 1'espoir d'un depart meme l o i n t a i n , c'est le .ciel baigne de lune, lumineux et pro-20 fond." Le so l blanc n'evoque plus aucune idee de f r o i d n i de t r i s -tesse, "car l a brise e t a i t tiede, et quelque vertu mysterieuse du printemps qui venait, f a i s a i t de l a neige un simple deguisement du paysage." Maria, prise de haine pour l a foret se demande pour-quoi rester dans ce paysage barbare, dans ces grands bois ou les hom-mes qui s'etaient ecartes mouraient sans secours. Pourquoi tant p e i -ner, tant s o u f f r i r , alors qu'elle pourrait s'en a l l e r vers l e Sud. L'auteur alors l a i s s e encore parler l a nature, qui r e f l e t e pour Maria le desir des merveilles l o i n t a i n e s : 13 "Le vent ti&de qui annoncait le printemps vint battre l a fenetre apportant quelques b r u i t s confus: le murmure des arbres serres dont les branches fremissent et se fro l e n t , l e c r i l o i n -22 t a i n d'un hibou." Pendant toute sa c r i s e , Maria reste silencieuse et renfermee, parce qu'elle est simple et sincere, et ignore les mots. E l l e eprouve courageusement toute l a peine d'un amour sans esperan-ce. E l l e est done bien de l a race des paysans, comme Louis Hemon l ' a tres bien f a i t remarquer "qui ne meurent point dor chagrins d'a-mour, ni n'en restent marques tragiquement toute l a vi e . I l s sont trop pres de l a nature, et percoivent trop clairement l a hierarchie 23 e s s e n t i e l l e des choses qui comptent." Maria, l i v r e e a elle-meme, c h o i s i r a i t peut-etre Lorenzo et l a vie des v i l l e s . Mais l a mort de sa mere l u i revele une v e r i t e : 1'humble et courageuse destinee de sa mere se decouvre toute entiere a ses yeux, et Maria prend conscience d'elle-meme. "Ce qu'elle venait d'entendre 1'avait emue et troublee; e l l e avait 1 ' i n t u i t i o n confuse que ce r e c i t d'une vie dure, bravement vecue, avait pour e l l e un sens profond et opportun, et q u ' i l contenait une 24 lecon, s i seulement e l l e pouvait comprendre." Du silence et de l a nuit alors des voix s'elSvent, voix qui l u i rappellent les douceurs 25 meconnues du pays qu'elle voulait f u i r . " La premiere voix evoque "1'apparition quasi miracu-26 leuse de l a terre au printemps, apres les longs mois d'hiver", "1'eblouissement des midis e n s o l e i l l e s " , 2 7 " l a moisson, le grain 14 28 n o u r r i c i e r s'empilant dans les granges", " l a caresse de l a pre-miere brise fraiche, venant du Nord-Ouest apres le coucher du s o l e i l , et l a paix i n f i n i e de l a campagne s'endormant tout entiere dans l e sil e n c e . " La deuxieme voix l u i f a i t parvenir l a douceur de l a langue, et lorsqu'elle songe encore a l a rudesse du pays, "une t r o i -30 sieme voix plus grande que les autres s'eleva dans l e si l e n c e . " E l l e revele a Maria Chapdelaine le destin d'une race qui ne s a i t pas mourir, d'une race f i d e l e qui ne veut ni oublier n i changer. C'est l'ame de l a province qui parle dans cette voix, l'ame de tout le pays de Quebec: "Nous y sommes venus i l y a t r o i s cents 31 ans et nous sommes restes ..." Et Maria ne s'en i r a point; e l l e epousera Eutrope Gagnon, e l l e v i v r a comme a vecu sa mere. Presque tous les chapitres debutent par un paysage et se terminent d'une maniere tres simple sur un etat d'ame. Maria est comme un rairoir ou tout se r e f l e c h i t . C'est aussi dans l a lutte contre l a nature que l'hom-me, selon Louis Hemon, trouve l a grandeur et l a vie dans son perfec-tionnement. Comme un c r i t i q u e l ' a f a i t remarquer, " i l nous montre l a beaute morale d'une petite societe, qui s'accroit dans sa lu t t e avec une nature q u ' i l l u i faut dompter, et c'est dans ce combat meme qu'elle trouve un aliment a ses v e r t u s . " ^ Hemon a peint une miniature du pays de Quebec. II y a beaucoup de passages qui sont strictement f i d e l e s a l a r e a l i t e . 15 Son p e t i t tableau represente simplement "un centre de defricheurs canadiens-francais, autour d'une chapelle" — dans n'importe quelle solitude du Canada — "vers le Nord, l o i n des frontieres americai-nes, l a ou les hivers sont longs, le climat rigoureux, les families nombreuses et les races fortes.""''' Notes 1 Georges Bugnet, La Voix de l a solitude, Les Editions du Totem, Montreal 1938, p. 19. 2 Ibid., p. 20. 3 Loc. C i t . 4 Louis Hemon, Maria Chapdelaine, Bernard Grasset, Editeur Paris 1921, p. 19. 5 Ibid., p. 201. 6 Ibid., p. 226. 7 A. de Grandpre, "Maria Chapdelaine", Le Parler  Francais, Juin, J u i l l e t , Aout 1917, p. 445. 8 Maria Chapdelaine, p. 167. 9 Ibid., p. 168. 10 Ibid., p. 169. 11 Ibid., p. 50. 12 Ibid., p. 30. 13 Ibid., p. 190-191. 14 Samuel Baillargeon, L i t t e r a t u r e canadienne- francaise, Fides, Montreal 1957, p. 236. 15 Maria Chapdelaine, p. 16-17. 16 Ibid., p. 89. 17 Ibid., p. 148. 16 17 18 Maria Chapdelaine, p. 162. 19 Loc. C i t . 20 L. J . Dalbis, Le Bouclier canadien-francais, C. Deom, Montreal 1925, p. 145-146. 21 Maria Chapdelaine, p. 243. 22 Ibid., p. 245. 23 Ibid., p. 153. 24 Ibid., p. 242. 25 Ibid., p. 246. 26 Loc. C i t . 27 Ibid., p. 247. 28 Loc. C i t . 29 Ibid., p. 248. 30 Ibid., p. 251. 31 Loc. C i t . 32 Georges Le Cardonnel, "Maria Chapdelaine", Revue Universelle, 15 aout 1921, p. 486. 33 Louvigny de Montigny, La Revanche de Maria  Chapdelaine, Editions de l'A.C.-F., Montreal 1937, p. 40. Chapitre II Marie Le Franc Marie Le Franc a besoin de s'evader, de se j e t e r en pleine nature et de s e n t i r devant e l l e l'espace i l l i m i t e . E l l e cher-che avant tout les paysages canadiens qui n*ont pas encore ete f l e -t r i s par l'homme. Deja quand e l l e e t a i t jeune, e l l e aimait c o u r i r sur l a lande deserte de sa Bretagne, et deja a cette epoque e l l e sen-t a i t l e besoin d'espace, de chercher l'aventure, de connaxtre le pri- 0' m i t i f . Le pays canadien a parfaitement repondu a son temperament, e l l e s'y est sentie tout a f a i t chez e l l e . E l l e voulait surtout v o i r et connaitre a fond ce paysage et a decrit toutes les splendeurs de l a foret, de 1'aspect changeant du c i e l canadien, de l a musique de l a neige, des r i v i e r e s , des lacs et des plaines. La nature canadienne a suscite chez e l l e une espece d'envoutement. E l l e est plus curieuse qu'effrayee de l'etrangete des lie u x inhabites, e l l e y cherche l e mystere. E l l e a voulu penetrer ce paysage vertigineux pour en comprendre l a beaute par simple p l a i s i r esthetique. Ce que Marie Le Franc a chante d'abord de cet espace 18 19 canadien, c'est l a foret. L'isolement de cette foret l u i convient particulierement: "Ce que je suis venue chercher i c i , c'est l'apre-te de l a solitude, une solitude sans truquage et sans f a r d . " * Ou en-core: "Je dois tout a l a solitude. Je n'existe que par e l l e . Je suis 2 parce qu'elle est." E l l e s'est refugiee dans les bois pendant des jours, pendant des nuits, seule, pour se confondre avec eux. Dans ses oeuvres on sent q u ' i l y a accord p a r f a i t entre cette ame de Bre-tonne et l a nature canadienne: "J'essaierai de chanter ta foret, d'etre l a voix qui trace en bas un ruisseau p a r a l l e l e a l'entrelac des branches. Je n'aimais avant t o i que l a plaine, l a lande et le granit et l e linge huraide de mon horizon natal etendu sur les coteaux que l a mer a p e l e s . " ^ La foret a pour e l l e quelque chose d'attirant; e l l e l ' a respiree dans toute sa profondeur: " E l l e me f a i t l e cerveau grand en hau-teur, en large et en long, en un mot ample, avec place ou r e s p i r e r . Et de quel souffle 1 J ' a i du printemps en moi pour toute ma vie v i -vante. Et, pour mon eternite de l'automne, saison ou j ' a i plus qu'en d'autres respire l a foret . Respire i l semblerait avec raes yeux au-tant qu'avefi ma gorge, avec chaque battement de mon coeur, avec l a peau de mon visage et l a plante sensible de mes pieds. Avec mes mains 4 qui se posaient sur 1'air palpitant." 20 Marie Le Franc s'arrete dans des lieux inconnus et ecoute les bruits de l a foret. Que ce s o i t le bruissement des f e u i l -l e s , qu'elle entend chanter, les arbres qui craquent, des sapins fouet-tes par le vent, ou que ce so i t les lounes lancant sur les eaux'leurs cascades de r i r e s nerveux, vdluptueux, tremblants, effrenes, leur s t r i -5 dent c r i de j o i e " , le haietement rauque de l ' o r i g n a l , Marie Le Franc a entendu toutes ces voix et nous les a f a i t entendre dans des pages admirabies. Pour e l l e tous les arbres de l a foret sont des etres humains qui s'entretiennent entre eux, et " i l s forment meme des f a -mille s ou les uns symbolisent l'homme et d'autres l a femrae." Cette foret en devenant personne possede un visage et un coeur. Tout le long de son oeuvre les objets ont pour e l l e une ame qui s'anime de son amour et de sa f o i en l a grandeur de l a nature. Cette personnifica-tion de l a foret se degage nettement de l a c i t a t i o n suivante: " I l s se groupent par families. On d i s -tingue 1'element male de 1'element femelle, cote a cote, jamais confondus. Les bouleaux sont d'une langueur, d'une mollesse et d'une grace charnelles. Les sapins reussissent, meme au coeur de l a foret, a. f a i r e le vide autour d'eux. J'en a i vu amoureux d'un lac , q u ' i l s encerclaient jalousement. Parfois deux arbres se frolent de leurs f e u i l l e s , a i n s i que deux visages. Certains ont un aspect boudeur d'enfants incompris et font l a moue avec leurs frondaisons gonflees; Des arbres c l a i r s au bord de l a sombre foret sont aussi expressifs que des regards. A leur pied, 21 i l y a des taches de s o l e i l , des baisers de 7 s o l e i l . " Le bouleau a toujours retenu son attention. II sym-bolise le mieux l'et r e humain, et se rapproche l e plus de l a nature de l'homme: "Leur tronc l i s s e , charnu et dore, f a i -s a i t penser a un corps de jeune homme. Malgre leur grace, leur attitude legerement penchee, i l s etaient suggestifs de v i r i l i t e , groupes par g p e t i t s nombres, a l a facon des jeunes gens...." La nuit, en foret, a quelque chose de mysterieux pour l'auteur: " Je regardais l a nuit, merveilleuse de douceur, de paix et de c l a r t e , le c i e l qui f a i -s a i t e q u i l i b r e , par sa masse li q u i d e , au pesant vaisseau de l a foret .... Peut-etre l a foret 9 nocturne me r e s e r v a i t - e l l e quelque revelation ..." La foret nocturne joue aussi un role important dans La Riviere S o l i t a i r e . Lorsque Anne Bruchesi et Jerry Trepanier en-trent dans l a foret, i l s se sentent environnes par un monde qui les impressionne par son mystere, mais "q u ' i l s ne pouvaient pas imaginer h o s t i l e . " ^ La nature semble de connivence avec eux. La foret res-p i r e doucement, e l l e est vivante. Anne Bruchesi a 1 ' i l l u s i o n de vivre 22 un reve. Seulement les voix des animaux interrompent cette s o l i -tude : "Un rat musque se l a i s s a i t g l i s s e r dans l'eau d'un creek; au l o i n , un huard poussait son appel melancolique, d'une douceur poi-gnante.v_i.vqui entrafnait 1•imagination jusqu'au royaume des • . . • grandes eaux desertes du lac Barriere ou de l'Opa-se t i c a ; un l i e v r e qu'un renard emportait par l a peau du cou poussait des piaillements de p e t i t enfant." 1 1 Marie Le Franc donne un sens plus intime a l a foret en faisant decouvrir tout ce qu'elle renferme comme les betes, et les b r u i t s , mais e l l e a surtout percu l a foret comme personnage so-l i t a i r e . E l l e veut recevoir de cette foret toutes les sensations possibles et entrer en communion avec toutes les choses de l a nature. La foret est s i pres de l'homme. La raison en est simple: "Je l a croi s amoureuse de l'homme, qu'elle ne f a i t qu'entrevoir et ne peut r e t e n i r J ' a i vu des arbres qui se penchaient pour me re-garder passer." Marie Le Franc s'attarde aussi a l a foret d'hiver. C'est peut-etre a cet instant qu'elle s'est effrayee un peu devant l a grande solitude qui regne sur les arbres enveloppes peu a peu par les flocons qui tombent doucement. E l l e s'arrete devant l a n e i -ge pour y trouver son i n s p i r a t i o n . A plusieurs reprises dans son 23 l i v r e Au Bays canadien-franeais i l est question de l a neige, qui est a l a f o i s musique et sil e n c e : '•Une musique de notes blanches, f r a g i l e -ment r e l i e e s l es unes aux autres E l l e s creent leur propre harmonie, d'une t e l l e d e l i -catesse, d'une t e l l e transparence, qu'on ne pourrait les interpreter que sur des i n s t r u -ments de c r i s t a l . " ^ Cette musique devient alors, sans qu'on s'en aper-coive, s i l e n c e . Marie Le Franc en excursion sur un lac ou sur une r i v i e r e , a l'aventure dans les plaines ou les bois, cherche partout l a solitude et le silence: "Tes arbres sont un hymne de sil e n c e . Chaque branche est une palme ou le silence se balance. De chaque f e u i l l e penchante, un s i -lence liquide et gomme tombe goutte a goutte... 0 grand pays, je trempe mes doigts dans ton s i -lence et je me signe." Le grand merite de Marie Le Franc est d'avoir mis dans ces l i v r e s beaucoup de sa propre experience. E l l e analyse "l'ame, les nerfs, le paysage, en les recreant sous sa plume, non pas comme des choses, mais comme des etres qui fatalement nous obse-dent et nous possedent toujours davantage, a mesure que l'auteur 15 leur donne sa couleur, sa lumiere et son a l a c r i t e subjectives." 24 Dans ses descriptions Marie Le Franc a su v o i r les choses avec ses sens, e l l e les a rendues physiquement accessibles. De nombreuses pages dans son oeuvre trahissent un talent s i n g u l i e r , puissant, c e l u i de s e n t i r une nature vivante et de dialoguer avec e l l e . Et grace a cette intimite avec l a nature canadienne, e l l e a su exprimer ses emois et ses impressions d'une maniere saisissante. Toute l a personne de Marie Le Franc se retrouve aus-s i dans La Riviere S o l i t a i r e , ou e l l e a etudie un milieu de colons. Ce l i v r e supplemente Maria Chapdelaine, car on se trouve devant un groupe canadien-francais de defricheurs — des retours a l a terre — venus dans une region a peu pres deserte, ou le gouverneraent a cree une colonie de chomeurs. Comme Louis Hemon, Marie Le Franc v o i t l a foret i n h o s p i t a l i e r e , l a neige, les longs hivers, l e f r o i d , l a s o l i -tude et l'isolement et l a pauvrete. E l l e a refuse de donner une v i -sion romanesque; e l l e s'est limitee au grand orgueil de donner 1'im-pression de l a ve r i t e s e n s o r i e l l e et sensuelle. Le theme de ce r e c i t est semblable a c e l u i de Maria Chapdelaine; l'homme en face d'une na-ture qui l e repousse et q u ' i l essaye de vaincre. L'intrigue t i e n t peu de place dans 1'oeuvre de Marie Le Franc. C'est plutot un reportage poetique ou l ' e c r i v a i n f a i t as-s i s t e r le lecteur a l a naissance d'une colonie. E l l e a bien observe, e l l e a reconstitue 1'atmosphSre et a s a i s i les caracteres dominants des types. Ce qu'elle depeint c'est " l a rumeur et les peines d'une 16 foule." Rappelant les peintures de l a grande nature canadienne des oeuvres precedentes La Riviere S o l i t a i r e , cependant, est d i f f e -rente, parce que l'auteur s'est aussi rapproche de l a vie des etres. 25 L'oeuvre est simple, comme 1'existence de ces gens modestes. Pour decrire le developpement de cette colonisation des terres neuves, e l l e a c h o i s i l ' a r r i v e e des colons et l a saison l a plus dure, l ' h i v e r . Un jour, a H u l l , un missionaire-colonisateur est venu les trouver pour les d i r i g e r vers cette foret dans le Nord. Les hommes partent d'abord pour construire des maisons. Les d e f r i -cheurs menent pendant les premiers mois une rude l u t t e pour survivre. L'auteur a bien note leur detresse dans leur l u t t e avec l a terre neu-ve: "II f a l l u t allonger pouce par pouce l e 'cordon' dans l e bois, abattre les arbres qu'on j e t a i t en guise de ponts sur les r i v i e r e s et camper le s o i r l a ou on se trouvait. On e t a i t dans l a boue jusqu'au ventre. Les pieds ge-lai e n t dans les bottes qui se dechiraient aux . • M „ 17 chicots " La l u t t e e t a i t encore plus acharnee, parce que par-mi ces colons ramenes a cette vie primitive se trouvaient des gens qui avaient connu une vie plus aisee — des victimes des temps — qui etaient retournes a l a terre. II y en avait parmi eux qui n'avaient jamais c u l t i v e l a terre et qui n'arriveraient jamais a en f a i r e . C e t a i e n t surtout des gens "qui avaient connu de grosses situations, principalement dans l ' i n d u s t r i e du bois, des proprietaires de chan-t i e r s ou de s c i e r i e s , aussi bien que des prospecteurs et des mineurs, victimes des temps, qui s'etaient mis heroxquement sur les rangs des retours a l a terre et s'efforcaient de cacher q u ' i l s n'entendaient 26 18 pas grand'chose a leur nouveau metier." C e t a i e n t done pour l a plupart des deracines. Leur detresse Marie Le Franc l ' a decrite avec v e r i t e . Meme apres avoir subi un hiver p l e i n de desagrements l'ete n'apporte aucun soulagement aux colons. L'auteur a evoque avec beaucoup de force l a . c r i s e sans pain, sans aucun secours que devaient traverser les colons jusqu'a l a re c o l t e . II y avait ceux qui se rendaient compte que d'ouvrir "une terre e t a i t decidement plus 19 dur que n'importe quelle entreprise au monde." I l s rencontrerent tant de deceptions que beaucoup d'entre eux ne cherchaient plus qu'a retourner dans les v i l l e s . L'administrateur, M. Rolland, un ancien colon possede par l a passion de voir grandir une nouvelle colonie c a l -c u l a i t qu'un quart des colons ne restaient pas. Puisqu'ils creaient un e s p r i t de revolte et de decouragement, l'administrateur voulait se debarrasser d'eux. Ceux qui restaient sans se plaindre de leur sort "etaient les plus t e r r i b l e s a v o i r avec leurs joues creuses q u ' i l s ne rasaient plus, mordus par l a faim, et leurs yeux pleins de desespoir enfonces dans les orbit e s . " ^ Parmi les habitants de cette nouvelle colonie, Marie Le Franc a in t r o d u i t Rose-Aimee Trepanier et l ' i n f i r m i e r e Anne Bruche-s i . L'auteur a compris leurs caracteres d i f f e r e n t s aux prises avec le probleme identique de l'homme et de l a nature. Rose-Aimee est une au-tre Maria Chapdelaine. E l l e se distingue de cette colonie, qui s'e-bauche dans l a foret, par sa si m p l i c i t e et par sa comprehension de l a nature. Comme Maria Chapdelaine e l l e a des reves qui ne se r e a l i s e -ront jamais. E l l e s'interesse a un employe du poste, qui part un beau 27 jour sans qu'elle le sache. Decue de cette premiere aventure s e n t i -mentale, e l l e n'a qu'une idee: " f u i r , se s e n t i r enveloppee par l a 21 » solitude du bois." Et l a v o i c i s'abandonnant a l a nature qui l'en-voute: " E l l e voyait pour l a premiere f o i s le visage de son pays dont l a solitude insoupcon-nee, 1'inconcevable silence et l a grandeur se-vere l a remplissaient d'une surprise proche de 22 1 *envoutement." Ou encore e l l e communie en e l l e : "De l'endroit ou e l l e e t a i t , e l l e aperce-v a i t l a r i v i e r e , l a douce, l a t r i s t e , l a s i l e n -cieuse, condamnee pour toujours a ses eaux g r i -ses ou les vagues formaient de fines c i c a t r i c e s . E l l e l'aimait a i n s i Rose-Aimee et e l l e se parlaient, echangeaient leurs deux regards d'un g r i s p a r e i l , et l a reveuse se leva enfin pour venir tremper doucement ses mains dans les eaux limoneuses." Anne Bruchesi, l a garde-malade f r e l e et mince, par contre, donne 1'impression d'une deracinee, qui neanmoins, a beau-coup de courage pour supporter ces t e r r i b l e s randonnees dans l e f r o i d implacable au risque de mourir sur place sans secours. Le bois n'a pour e l l e r i e n de rassurant. Anne est souvent accompagnee 1'hi-ve r dans ses courses nocturnes par l e frere de Rose-Aimee, Jerry, et 28 sa faiblesse, protegee par cette force physique y prend le sentiment d'un confort. L'ete viendra et Jerry l ' o u b l i e r a . Pour Anne l a fo-r $ t a surtout quelque chose d'etrange et de t e r r i b l e quand e l l e s'y trouve seule: "Les arbres ont soudain des yeux pour vous regarder Peu a peu le bois changeait de physionomie, o f f r a i t des vallonnements qu'elle n*avait jamais vus, ou l e pied de l'homme ne s'e-t a i t jamais pose. II se peuplait d'arbres vivants, des sapins au fe u i l l a g e intact qui le rendaient d'un aspect plus menacant encore, avec leurs bran-ches pattues et gourdes chargees de neige qui l a f r o l a i e n t au passage. Un sentiment l a dominait: i .t 2 4 l a peur." Le role de garde-malade perd bientot sa nouveaute pour Anne, e l l e ne sent que l'ecrasante fatigue, se lasse des colons et manque de patience devant leurs plaintes. Vers l a f i n du r e c i t , Anne et Rose-Aimee sont i n v i -tees par le garde-feu, M. Ca r t i e r , a une promenade sur l a r i v i e r e . Rose-Aimee rencontre Bruno Shenick, 1 'assistant du garde-feu, dont 1'experience des bois est grande, et e l l e , vivante et forte, s'accor-de aussitot avec l u i , tandis que Anne Bruchesi, qui se sent etrange-re dans ce milieu retourne a l a v i l l e . La Riviere S o l i t a i r e revele dans de nombreux pas-sages le talent s i n g u l i e r et puissant de se n t i r une nature vivante et de dialoguer avec e l l e . Le vaste pays canadien encore une f o i s 29 a inspire a l'auteur ses plus beaux chants poetiques. E l l e a racon-te en poete les d e t a i l s de tous les jours, le rude t r a v a i l d'un grou-pe de colons. C'est leur epopee qu'elle chante: " I l s fai s a i e n t de l a 25 terre neuve, et l a terre faisadt de l'homme neuf." Cette phrase r e v i l e tout le sens du l i v r e , trSs beau, tres emouvant. II est surtout vigoureux. Un f o r t realisme se mele au lyrisme de Marie Le Franc. Son l i v r e degage "un parfum de since-26 r i t e qui nous touche particulierement." E l l e a su f a i r e s e n t i r ses emois. E l l e a montre des types canadiens reels bien observes et a cause de ce l a son roman prend une valeur de document. Notes 1 Renee Jardin, "Dans les solitudes canadiennes avec Marie Le Franc", Les Nouvelles L i t t e r a i r e s , 29 septembre 1928, p. 8. 2 Claude Pierrey, "Marie Le Franc, chantre de l a solitude", Les Nouvelles L i t t e r a i r e s , 13 aout 1932, p. 3. 3 Marie Le Franc, Au Pays canadien-francais, Fasquel-le Editeurs, Paris 1931, p. 11. 4 Adrien Therio, "La Nature dans l'oeuvre canadienne de Marie Le Franc," Amerique Francaise, Volume XIII, No 4, 1955, p. 146. 5 Au Pays canadien-francais, p. 220. 6 Adrien Therio, op. c i t . , p. 147. 7 Au Pays canadien-francais, p. 212. 8 Marie Le Franc, Visages de Montreal, Les Editions du Zodiaque, Montreal 1934, p. 24. 9 Au Pays canadien-francais, p. 227-228. 10 Marie Le Franc, La Riviere S o l i t a i r e , Fides, Montreal 1957, p. 76. 11 Ibid., p. 109. 12 Au Pays canadien-francais, p. 222. 30 31 13 Au Pays canadien-francais, p. 31. 14 Ibid., p. 10. 15 Maurice Hebert, "Visages de Montreal", Le Canada  Francais, Juin 1935, p. 1019. 16 John Charpentier, "La Riviere S o l i t a i r e " , Mercure  de France, 15 j u i n 1935, p. 590. 17 La Riviere S o l i t a i r e , p. 16. 18 Ibid., p. 93. 19 Ibid., p. 176. 20 Ibid., p. 177. 21 Ibid., p. 146. 22 Ibid., p. 21. 23 Ibid., p. 166-167. 24 Ibid., p. 84. 25 Ibid., p. 127. 26 Edmond Jaloux, "La Riviere S o l i t a i r e " , Les Nou- v e l l e s L i t t e r a i r e s , 26 Janvier 1935, p. 5. Chapitre III Georges Bugnet Parmi les ecrivains qui se sont occupes du probleme de l'homme, nul mieux que Georges Bugnet n'a penetre le sens de sa l u t t e avec l a nature. P a r t i jeune de France i l s'est e t a b l i colon dans l'ouest du Canada, a t r a v a i l l e l a terre, a observe et s'est mis a e c r i r e pendant ces longs hivers canadiens. Selon Bugnet, une profonde humilite de l'homme devant cette nature est necessaire a f i n que l ' i n d i v i d u puisse l a comprendre et avoir pour e l l e "un respect, une admiration, une veneration, qui vont quelquefois jusqu'a 1'amour, a cet amour non egoiste mais tota-lement desinteresse qui ne demande r i e n pour l'homme, qui peut meme prendre p a r t i pour l a Nature contre l'homme, contre ces debiles ou ces presomptueux qui l a viennent insolemment defier, et jusqu'a un t e l exces d'amour que, pour mieux communier avec son idole, l'araant tache autant que possible d'ignorer soi-meme et toute 1'humanite."* Cette singuliere conception des rapports de l'homme avec l a nature n'existerait litterairement, selon Bugnet, qu'au Cana-da. Dans les l i t t e r a t u r e s europeennes c'est toujours l ' e t e r n e l l e l u t -te de l'homme contre l'homme et l a nature ne joue qu'un rol e de decor: 32 33 "La Nature? O n t - i l s pour e l l e quelque respect? S ' i l s s'occupent d'elle n'est-ce pas simplement pour rehausser l e decor, mettre mieux en valeur leurs propres f a i t s et gestes, embellir leurs propos, enfler leurs sentiments Aujourd'hui l'homme.seul importe. Ou d ' a i l l e u r s , p o u r r a i t - i l a present rencontrer les puissances de l a Nature? Non seulement as-servie, mais enchainee, ravagee, devastee, e l l e 2 ne semble plus qu'un pitoyable jouet." Dans cette l i t t e r a t u r e l'homme aux prises avec l a nature y reste toujours le maitre; i l devient immense et n'accorde a c e l l e - c i qu'une place i n f e r i e u r e . Dans La Foret de Bugnet, par contre, l'homme ne se mesure pas avec l a nature pour accroitre son propre prestige. II ne parviendra a s ' e t a b l i r qu'au p r i x de durs et persistants s a c r i f i c e s . L ' o r i g i n a l i t e propre de ce r e c i t c'est que l'homme n'ecrase pas l a nature, mais doit ceder k ses influences, s'adapter a e l l e . La Foret est l ' h i s t o i r e du destin manque d'un jeune couple venu de France pour s ' e t a b l i r dans 1 'Alberta. L'auteur a travers son r e c i t montre Roger Bourgouin dans sa lu t t e contre l a fo-ret canadienne, qui ne se l a i s s e pas conquerir. Sa jeune femme, Louise, v o i t cette nature se dresser entre eux, et e l l e perd confian-ce en l'avenir. Le t r a v a i l acharne auquel le jeune couple doit se soumettre, l a resistance de l a foret, les querelles de menage suivies de r e c o n c i l i a t i o n s froissees, et l a perte de leur enfant, ne dans l a foret, tous ces problemes forceront finalement le jeune couple a abandonner l a terre apres une lu t t e qui durera un peu plus de deux 3 4 annees. C'est l e drame de deux etre deracines, c'est l a tragedie de deux Junes opprimees par une force qui les domine sans merci. Roger Bourgouin qui c r o i t en sa propre force s*atta-que avec beaucoup de courage et malgre son inexperience a cette fo-ret sauvage et i n h o s p i t a l i e r e ; i l prevoit le jour ou i l possedera des champs de ble. Dans ce cadre trop vaste Louise est tout de s u i -te eperdue, e l l e redoute ce pays dur. E l l e n*arrive pas a le compren-dre, i l l u i est etranger et enigmatique.. Comme e l l e est impuissan-te contre cette force aveugle, e l l e se revolte contre l'homme qu'elle aime et 1 'accuse de sa detresse. Dans le cours de cette l u t t e Louise le v o i t changer peu a peu; l a nature s'iraprime sur son caractere: "... cette foret q u ' i l voudrait abattre, v cette terre sauvage q u ' i l voudrait asservir, et qui se yengent, sournoisement, par p e t i t s coups, l u i enlevant tout ce qui f a i s a i t de l u i un hom-me superieur, l e transformant en un etre v u l g a i -re, et qui devient b r u t a l . . . . Oui... c'est cette terre, c'est cette foret, qui font aussi de moi une ame sans j o i e , toujours en revolte.... A quelles f a t a l i t e s sommes-nous venus nous l i v r e r ? .... Qu'ai-je done f a i t , pour que je sois a i n s i ecrasee, lentement, par ce pays sans p i t i e ? Bugnet montre avec beaucoup d'habilete 1 *effet psychologique que l a foret exerce sur ces deux etres. Un eloigne-ment graduel se manifeste. Leur amour commence a s'eteindre; Roger neglige son apparence et son langage. II ne s'interesse qu'au t r a v a i l manuel, i l perd ses gouts i n t e l l e c t u e l s , ses conversa-35 tions n'ont plus r i e n de releve, i l ne pense qu'a l a terre. Cette nature enleve a l a femme non seulement 1'amour de son homme, mais de plus s'empare de toute son i n t e l l i g e n c e . C'est l a raison pour l a -quelle Louise essaye de ramener son mari a une vie s p i r i t u e l l e . E l l e y re u s s i t temporairement car Roger cherche, comme remede a son desoeu-vrement, le t r a v a i l l i t t e r a i r e pendant l e premier long hiver passe dans cette fore t . Peut-etre en se remettant a son ancien metier, se l a s s e r a - t - i l de c e l u i de colon, et c o n s e n t i r a - t - i l a abandonner cette foret et a retourner dans une grande v i l l e ou sont inconnues les r i -gueurs de l a solitude. Cette solitude pese lourdement sur Louise, et c'est seulement avec l a naissance d'un enfant qu'elle commence a moins s o u f f r i r de son isolement. La jeune mere, dans son aversion pour cette contree, dans laquelle e l l e ne veut trouver aucune beaute, et Roger, qui t i e n t absolument a l a conquete de l a terre, veulent f a i r e accepter mutuellement leurs interets personnels. C'est une lu t t e psychologique, qui continue pendant longtemps, et comme aucun rapprochement ne se produit, chacun s'enfonce dans sa determination, avec plus d'enervement et d'amertume. Le desespoir s'empare enfin de Roger, qui commence a se lasser de l a lenteur de son t r a v a i l . Roger se rend compte que sa cause est perdue dans l a lu t t e contre l a forSt, qui possede le fond de son etre, et qui l'amene meme a des actes tout a f a i t hors du controle de sa volonte et de son jugement. Bugnet a tres bien observe l e changement de caractere que l a nature l u i f a i t subir: "La mauvaise humeur de Roger se transforma en soudaine colere. II commenca de cin g l e r le dos 36 des chevaux avec les epaisses et souples guides de c u i r , les dents serrees, dans une f u r i e c r o i s -sante, une rage muette, aveugle, froide Dans cet emportement qui avait surgi des troubles fonds de son etre, qui 1 'avait s a i s i totaleraent, qui 1 'avait force, sans resistance consciente, a des actes d'une sauvage b r u t a l i t e , i l sentait l a dangereuse puissance qui souleve les pires i n s -t i n c t s de l'homme, le remplit d'indomptables fe-r o c i t e s , et peut l e pousser jusqu'au crime. II en fut s u r p r i s . Depuis q u ' i l avait l'age d'homme i l avait su demeurer a peu pres maitre de s o i , refouler ces montees de fureurs pueriles, primitives, animales. En revenant a l a maison, i l songeait: 'On d i r a i t en e f f e t que je subis une de-4 formation.' " La mort de leur enfant, victime de cette nature sau vage fournit un denouement a leur drame. Roger comprend finalement que ce q u ' i l est venu deraander a ce pays l u i a ete refuse, et le jeune couple accepte l a defaite. "Qu'aurions-nous jamais pu attendre de cette terre? ... Qu'aurait-elle f a i t de toi? Qu'aurait-elle f a i t de moi? ... Apres nous avoir ecrase le coeur et l'ame, ne vois-tu pas qu'elle aurait toujours f i n i par avoir aussi 5 ton cadavre et le mien? ..." Bugnet introduit dans son r e c i t en contraste avec les Bourgouins, l a familie Roy, etablie pres de l a terre du jeune menage francais. Le pere, l a mere et les deux f i l s de cette fami 11 37 canadienne-francaise, sont des etres robustes qui laissent leur em-preinte dans ce decor. I l s s'opposent a l a foret de toutes leurs forces, tandis que Roger se hasarde dans sa conquete d'une raaniere mal assuree. Pour accentuer l a force aveugle de l a foret l'auteur "n'avait qu'a poursuivre en profondeur 1 'opposition constante entre l a familie des terriens — plantee dans l e s o l , inaccessible aux terreurs qui a s s a i l lent l'ame su b t i l e de Louise — et l e jeune couple transplants hors de son milieu naturel." Louise, qui se rassure de ce voisinage, n*arrive pas a comprendre l a vie humble de ces colons: "Louise ecoutait, avec un interet qui l u i l a i s s a i t un arriere-gout d'amertume. E l l e ne comprenait guere l a s i m p l i c i t e de ces ames qui trouvaient tout naturel de mener s i rudes exis-tences. Leurs humbles ambitions l u i paraissaient miserables. Pourtant e l l e enviait leur entrain, leur force, leur courage, qui l'eussent aidee a mieux supporter le vide et les mecontentements de son propre coeur." Une de ces caracteristiques les plus importantes de La Foret est que l'auteur i n s i s t e sur l a detresse du colon. "Ses colons t r a v a i l l e n t et souffrent en toute s i m p l i c i t e , i l s endurent et patissent non pas en cabotins, mais comme des etres sur qui pese g 1'immensite et qui se concentrent." Mais c'est surtout dans cette oeuvre de Bugnet, a i n s i que dans Maria Chapdelaine et dans La Riviere S o l i t a i r e q u ' i l y a definitivement une tendance a. s'eloigner de l a t r a d i t i o n l i t t e r a i r e canadienne-francaise qui e t a i t de chanter l a g l o i r e du colon. 38 Le but de l'auteur e t a i t de leguer, pas precisement un roman, mais plutot un document, "ou 1'authentique r e a l i t e parut n'avoir subi a peu pres aucune de ces transformations ou deforma-tions dues a des procedes l i t t e r a i r e s ou a de personnelles impulsions'.'.' Pour donner un ton de ve r i t e a son r e c i t , l'auteur a evite l'autobio-graphie et les p o r t r a i t s trop dominants, car " l e lecteur en aurait conclu que, meme v r a i , un t e l cas e t a i t i n d i v i d u e l , exceptionnel, ou i d e a l i s e " . ^ C'est l a raison pour laquelle ce r e c i t ne presente que des personnages ordinaires a f i n de f a i r e comprendre aux lecteurs que les aventures de ces defricheurs devaient etre chose commune. Avec ces personnages sans r e l i e f , i l y a parallelement dans cette h i s t o i -re 1'absence d'une serie d'evenements pathetiques. Bugnet aurait pu en r i c h i r son r e c i t par toute sorte d'incidents, qui sont des r e s u l -tats inevitables de l a nature canadienne. Mais alors l'auteur se se r a i t d i r i g e vers le romanesque, et l ' h i s t o i r e s e r a i t devenue moins convaincante. Le but de l'auteur e t a i t done de creer une image assez complete et ve r i t a b l e , d'eliminer tout ce qui pourrait passer pour romanesque et de s'en t e n i r a l a plus ordinaire r e a l i t e , sans s u s c i -ter un seul doute. C'est l a vie du colon et ses souffrances en tou-te s i m p l i c i t e . L'auteur, qui a,sans doute,ete temoin de tous les de-sastres qu'ont subis les colons, a voulu r e t e n i r 1 'attention sur ceux-c i dans La Foret. On avait a t t i r e d'Europe un grand nombre de colons qu'on avait lances "dans le Nord-Ouest sur des terres lointaines et inh o s p i t a l i e r e s , des hommes, des femmes et des enfants incapables de supporter des labeurs et un climat ou seuls les plus robustes ne re-culent pas". ^ 3 9 Georges Bugnet a l a i s s e une oeuvre qui sera, sans doute, consideree par l a posterite comme un tableau f i d e l e du pays et des d i f f i c u l t e s qu'avaient k surmonter l a plupart des defricheurs. Selon un c r i t i q u e , ce l i v r e doit etre vu comme un document "en concordance avec mi l l e s autres temoignages que l ' h i s t o i r e aura t r i e s , tandis que je ne suis pas sur que meme Maria Chapdelaine s o i t alors consideree comme aussi v r a i e . La 12 Foret, c'est l a vie dure du colon, et c'est tout." Notes 1 Georges Bugnet, "La Foret", Le Canada Francais, Janvier 1940, p. 398. 2 Ibid., p. 396. 3 Georges Bugnet, La Foret, Les Editions du Totem, Montreal 1935, p. 136. 4 Ibid., p. 189-190. 5 Ibid., p. 236. 6 Lucien Parizeau, "La Foret", Les Idees, Mai 1935, No. 5, p. 314. 7 La Foret, p. 118. 8 Berthelot Brunet, "Georges Bugnet et son oeuvre", Les I dees, J u i l l e t - A o u t 1938, p. 5. 9 Georges Bugnet, "La Foret", Le Canada Francais, p. 393. 10 Loc. C i t . 11 Loc. - C i t . 12 Berthelot Brunet, op. c i t . , p. 6. 40 Chapitre IV Maurice Constantin-Weyer Un Homme se Penche sur son Passe qui a valu l e Prix Goncourt de 1928 a Constantin-Weyer, est le sixieme l i v r e con-sacre par l'auteur au Canada; deux autres, qui ferment ce cycle, ont s u i v i plus tard. Bien que les oeuvres de Constantin-Weyer appartiennent k des genres tres d i f f e r e n t s , e l l e s procedent toutes d'une idee commune. Selon l'auteur ces r e c i t s sont nes "du desir de f a i r e connaitre a l a France le Canada, veritable pays d'epopee sous ses divers aspects dans le temps et dans 1'espace."* Constantin-Weyer ne se propose pas de donner au lecteur une etude technique de l a population, du sol et de ses richesses. Ce qui l u i semble beaucoup plus important de f a i r e r e s s o r t i r dans son oeuvre, ce q u ' i l a observe de pres et vecu lui-meme, c'est l a l u t t e de l'hom-me contre l a nature. La decouverte, 1'exploration, et l a colonisa-t i o n du Canada, dues a un splendide e f f o r t humain sont l e v r a i sujet de 1'ensemble de son oeuvre, indique sans doute a l'auteur par les souvenirs d'une vie aventureuse, qui l e mena pendant une dizaine d'annees du Golfe du Mexique a l a Baie d'Hudson, comme eleveur, bu-cheron et trappeur. C'est un homme de sang-froid, p o s i t i f , "qui t r a i t e l a vie de l a P r a i r i e plus en s p o r t i f . . . , un homme qui s'adapte 41 42 a toutes circonstances." Constantin-Weyer a passe beaucoup de temps seul, au milieu de l a nature, des betes sauvages et domestiques. II ne s'est pas contente de mener une existence rude, i l a observe. II a recu des lecons des animaux et ce q u ' i l a r e c u e i l l i de l a nature, i l l ' a decrit avec une rare puissance. Personne sans doute n'a e c r i t autant que l u i sur l e Canada mettant a p r o f i t sa culture l i t -t e r a i r e , ses experiences et sa connaissance du pays. "II est sur-tout un peintre de l a nature et un poete de l a vie humaine dans, et de l ' a c t i o n humaine contre l a Nature, de l' a c t i o n c i v i l i s a t r i c e 3 aux prises avec l a matiere brute, avec les elements." Ce que 1 1 on admire dans Un Homme se penche sur son  passe, fragment d'une sorte d'epopee canadienne, commence deja dans Vers 1'Quest et Manitoba, c'est le tableau de 1*evocation d'une na-ture surprenante, violente, h o s t i l e et glacee. Le protagoniste de ce r e c i t , Monge, est depeint avec des couleurs et des contours v i -goureux. II est presente comme quelqu'un de f o r t avec une nature de vainqueur et doit etre vu dans des dimensions hero'iques a f i n de ne pas se perdre dans ce domaine i n f i n i et sauvage. Les themes les plus importants de cette oeuvre sont d'abord c e l u i des l o i s de l a nature et de l a vie; par l a l'auteur entend l a lecon que l'homme peut apprendre de l a vie sauvage que "de tous les instants, l a vie est naturellement un sublime et t r a g i -que melange de volupte et de douleur, — dites, s i vous le voulez, 4 d'amour et de mortJ":; deuxiemement l e theme de 1'antagonisme des races, evident dans l'aventure conjugale du heros Monge, et 4 3 troisiemement, ce que l'auteur veut surtout esquisser, le theme de 1'epopee du Canada, c'est-a-dire l a transformation et l a croissance d'un pays et l a conquete de l a nature par l a volonte humaine. Monge dans sa vie et son a c t i v i t e se presente dans cette h i s t o i r e sous des aspects divers: comme "cowboy" chevauchant dans l a P r a i r i e , comme fermier dans 1 'Alberta et comme trappeur dans les solitudes glacees du Nord. Ce dont l e lecteur est temoin dans cette oeuvre des le debut est l a transformation et l a croissance d'un pays, c e l u i du Canada; ce qui e t a i t l a p r a i r i e et qui appartenait au "cowboy" se vo i t deshonore par l e colon et l a charrue. La p r a i r i e appartient a un age mort, et Monge et son compagnon, le metis Napo-leon, se voient forces d'abandonner leur metier d'eleveurs de che-vaux sauvages. Le spectacle qui s u i t est grand aussi, ce sont les humbles fermiers, venus d'Irlande, d'Ecosse, d'Angleterre, du Canada Francais pour dompter cette terre vierge. Sous les yeux de l'auteur, ce sont "les v r a i s ouvriers de 1'Empire t r a v a i l l a h t . . i c i a l a pros-perity et au developpement de l a gigantesque entreprise, sous l e s i -5 gne de 1'Union Jack." Le heros de ce r e c i t v i v r a pendant un certain temps parmi ces gens, a t t i r e par leur vie, tandis que Napoleon se me-fi a n t de l a foret et d'une vie de defricheur part pour les Etats-Unis. Or Monge s ' i n s t a l l e pres des fermes de Paul Durand, un compatriote, et de l a famille i r l a n d a i s e , O'Molloy, qui a deux f i l l e s , Hannah et Magd, et un valet de ferme, Archer. La s e n s i b i l i t e que Monge temoignera au charme de l a jeune fermiere i r l a n d a i s e , Hannah, q u ' i l devra conquerir sur son r i v a l , Archer, sera developpee comme un des deux drames de ce r e c i t . * t r a v a i l l a i e n t 4 4 L'autre aventure dramatique qui concerne Paul Durand, fiance de Magd, est etroitement l i e e a ce theme de "1'amour et l a mort". Paul Durand se decide a p a r t i r avec Monge vers le grand Nord pour le commerce des fourrures, a f i n d'inspirer plus d'admiration a sa fiancee et d'avoir plus d'argent a l u i o f f r i r . Mais l a lu t t e con-tre le f r o i d , l'epuisement des hommes et les tempetes de neige ap-portent l a mort au plus f a i b l e des deux. Les dernieres pensees de l a v i e de Paul sont uniquement consacrees a Magd. Dans ce passage i l y a quelque chose qui se rapporte a l a s i g n i f i c a t i o n profonde du l i v r e . "Paul Durand a trouve l a f i n naturelle a laquelle l e vouait une destinee de vaincu", car quand Monge retournera de son expedi-ti o n , l a famille O'Molloy sera en t r a i n de feter les f i a n c a i l l e s de Magd pour laquelle Paul Durand avait perdu sa v i e . C'est surtout dans cette partie de l ' h i s t o i r e qu'on se rend compte que Constantin-Weyer n'ecrit que d'apres son expe-rience personnelle, et q u ' i l ne s'inspire que de ses impressions en donnant une description du grand Nord. Le deuxieme drame concerne ce t r i s t e mariage entre Monge et Hannah, qui sert de trame a ce r e c i t . Constantin-Weyer te-nait l a un sujet interessant, c e l u i de 1'antagonisme des races mais i l l ' a deliberement neglige pour f a i r e une epopee canadienne autour de son heros, Monge. Hannah, l a jeune Irlandaise, " e t a i t l i e e par un l i e n plus f o r t qu'elle ne le croyait a cet homme de sa race et 1'autre, le Francais, demeurait pour e l l e , jusque dans le mariage, 7 un etranger." E l l e epousera Monge, mais le vaincu, l ' I r l a n d a i s Archer, qui qu i t t e r a pour un instant l a ferme des O'Molloy, 45 reviendra, et sera finalement le vainqueur. Un beau jour i l s'en-f u i r a avec Hannah pour les deserts du Nord canadien poursuivi par Monge. L'antagonisme des races, selon l'auteur, s e r a i t done une des causes les plus importantes de cette union conjugale manquee entre Monge et Hannah, et se base sur l a difference d'education et de va-leurs morales acceptees par les jeunes maries de differentes na-tionalites,:' " A i n s i , notre pauvre, t r i s t e et tragique h i s t o i r e s y nthetisait ces etonnantes d i f f e r e n -ces qu'on releve entre peuples d i f f e r e n t s . Une forme nouvelle de nationalisme s u r g i s s a i t cons-ciemment en moi, inconsciemment en e l l e , et con-g t r i b u a i t a nous f a i r e s o u f f r i r . " Ce qui declenche ce drame entre Monge, Archer, Hannah sera un incident entre les deux rivaux. Dans cette oeuvre les "sentiments sont s i peu de chose, devant les forces de l a na-ture et les r e a l i t e s de l a v i e . Ces r e a l i t e s dominent les person-nages dans le roman de M. Constantin-Weyer, les forces conduisent 9 » l ' a c t i o n . " Le theme des l o i s de l a nature et de l a v i e , cette ana-l o g i c qu'on peut t i r e r entre ce qui se passe dans l a vie sauvage et l a vie humaine, au pouvoir de l a nature, se degage clairement du paragraphe suivant: "Nous suivions done l a trace ... Chemin faisant, j'enseignais a raon compagnon quelqu'une des lecons 46 que l a vie des bois m'avait apprises, et quel-ques-uns des mysteres de 1 'existence animale. Je l u i apprenais le pourquoi de certaines cho-ses, le role de l a peur dans l a conservation des especes, les raisons profondes de divers reflexes des betes, tout ce que l a Nature pre-sente a l a f o i s de magnifique et d'horrible, de voluptueux et de cruel, de vivant et de mor-t e l . Ce grand rythme de l a Vie et de l a Mort, eternellement, circulairement enchainees l'une a 1 'autre, se perpetuant l'une par 1 'autre avec cette etonnante guirlande de joies et de dou-leurs enlacees dans un prodigieux e q u i l i b r e , c'est le theme meme de l a Nature. E l l e est merveilleuse et t e r r i b l e . Des que nous echap-pons a 1 ' a r t i f i c i e l l e construction de l a C i v i -l i s a t i o n , nous nous heurtons a un monde qui ne v i t que par le meurtre et 1'amour, sans qu'on puisse dire lequel des deux est le plus f a t a l . Avec une curieuse insistance, Archer m'ecoutait devoiler ces ve r i t e s q u ' i l n'est peut-etre pas bon que l'homme approfondisse trop.""'"^ Archer qui comprendra l a lecon, t i r e r a au moment op-portun sur son compagnon, mais l a balle ne l'atteindra point. "L'a-mour n ' e s t - i l done dans ce cas que l e jeu de l a vie et de l a mort?" 1 Dans l a f i n du r e c i t ce theme jouera encore sa tragique partie dans l a f u i t e du couple i r l a n d a i s , car 1 'enfant de Monge perdra l a vie pendant cette f u i t e violente a travers cette nature sauvage du Cana-A 1 2 da. L'element qui forme le theme central de ce l i v r e est 47 1'epopee du Canada. Ce sont les personnages representes avec une pa r t i c u l i e r e v e r i t e de d e t a i l s qu'on trouve associes a une vie c o l l e c t i v e , et qui participent a un destin commun, c e l u i du peuple canadien. Par consequent c'est surtout un roman du Canada, "c'est 13 le Canada qui l u i donne son unite, sa couleur, son accent." Constantin-Weyer ne conduit le lecteur que dans les terres neuves, decrivant les scenes et les aspects les plus simples, les plus p r i -m i t i f s et les plus rudes. II depeint les scenes du Canada ou l a colonisation s'est a peine e t a b l i e . II donne au lecteur 1'impres-sion que quelque chose de grand est en t r a i n de se passer; l a con-quete magnifique, le trioraphe par l a volonte de l'homme sur l a na-ture, en bref l a reussite canadienne: "J'avais sous les yeux l a genese meme d'un pays magnifique. Le triomphant poeme de l a reus-s i t e canadienne chantait a mes o r e i l l e s son ryth-me puissant. C e t a i t l a magnifique conquete de l a nature par l a volonte. L'energie humaine re-duis a i t a merci l a massive i n e r t i e de l a matiere. Le climat meme e t a i t reduit a changer ses habitu-des devant 1'effort continu de l'homme. Pour l a premiere f o i s , l a g l o i r e de ce Dominion, dont j ' e t a i s une des poussieres, m'apparut dans toute sa splendeur. II me f a l l a i t deja un e f f o r t de volonte pour me representer ce pays t e l q u ' i l e t a i t avant que le Canadien P a c i f i c n'eut pousse d'un ocean a 1'autre ses antennes p a r a l l e l e s et voraces. A i n s i , en moins de trente ans, 1'effort de quelques hommes, conducteurs de peuples, avait 14 f a i t de ce desert un pays riche." 48 L'idee generale qui a travers son oeuvre anime tout l 1ensemble, ce n'est pas seulement l a description n i l a g l o r i f i c a -t i o n du Canada, mais surtout 1 ' e f f o r t des hommes sur cette terre grandiose et feconde. Ce qui enchante l'auteur dans une nature a demi-domptee, c'est surtout l a lutte. q u ' i l veut f a i r e revivre dans son oeuvre. Ce q u ' i l y a de s i a t t i r a n t pour l'homme dans 1 'oeuvre de Constantin-Weyer c'est l a joie de conquerir et de vaincre. Cette qualite se trouve deja dans son premier roman Vers 1'Quest, qui se deroule au milieu du dix-neuvieme s i e c l e , parmi les metis de l a R i -viere Rouge, qui avaient ete employes par l a compagnie des p e l l e t e -r i e s du Nord-Ouest. La partie l a plus interessante de ce roman sera encore une expedition vers l e Nord. Cette premiere ebauche des de-serts giaces, des marches de nuit, de tempete et d'agonie ont deja un r e l i e f etonnant, qui constituent encore les meilleures pages du l i v r e couronne par l'Academie Goncourt. Dans Vers 1'Quest c'est Je-remie a l l a n t vers le grand Nord pour conquerir et chercher l a dot qui assurera son mariage. Manitoba contient une j o l i e nouvelle peignant l ' e f f o r t d'une jeune menage de defricheurs, Jean Baptiste et Ubaldi-ne, dont l a tenacite au t r a v a i l devient une sorte d'heroisme incons-cient. Ce jeune couple qui a t r a v a i l l e dur pendant des annees, ont presque tout perdu en une nuit de tempete. A peine a r r i v e n t - i l s a sauver leur propre v i e . Leur lu t t e contre cette nature sauvage et glacee est depeinte avec un realisme surprenant: "Ce q u ' i l s f i r e n t pendant une vingtaine d'heures depasse votre raison, et l a mienne et l a leur... Marcher... Jean Baptiste comprenait confusement que c' e t a i t l a seule chose a f a i r e . . . 49 Marcher pour ne pas s'engourdir, pour ne pas s'endormir, pour ne pas mourir ... II serra alors les dents et, assurant son bras autour de l a t a i l l e d'Ubaldine, i l se contenta de temps a autre de l u i di r e : 'Courage, on v a a r -rxver.' " Apres une lu t t e acharnee, i l s arrivent chez un v i e i l oncle qui leur propose d'entrer a son service pendant l ' h i v e r . Et Jean Baptiste, ayant perdu ses chevaux et traineau indispensables pour defricher l a terre, repond avec calme: " — f a i t jamais qu'un an ou deux de perdus ... N'est-ce pas, Ubaldine? Mais Ubal-dine ne l'ecoutait pas. E l l e e t a i t deja occu-16 pee a f a i r e le menage de 1'oncle Hormidas." Les colons de Constantin-Weyer, done surmontent 1'obstacle, i l s sont plus f o r t s dans leur duel avec l a nature, par-ce q u ' i l s arrivent a s'imposer. Ces defricheurs goutent une cer-taine s a t i s f a c t i o n , qui vient de l a conscience d'avoir remporte l a v i c t o i r e par de rudes vertus, par 1'endurance, par 1'acharnement a recommencer apres les echecs. L'homme en se depassant grandit; i l y a dans cette s a t i s f a c t i o n le sentiment d'un accroissement person-ne l . Monge, aveugle par l a neige, separe de son compagnon, l u t t e sans arret contre l e f r o i d et l a faira et echappe a un sort qu'un autre n'aurait pu e v i t e r . Cette tension de tous les ressorts, cette e x p l o i t a t i o n de s o i jusqu'au maximum de rendement est l a marque des SO personnages de Constantin-Weyer. Ses descriptions de l a nature et ses r e f l e c t i o n s sur l a vie animale sont contenues en des pages d'une beaute s i n -gu l i e r e . C l a i r i e r e est un roman sans intrigue et dont tout l ' i n -teret et toute 1'emotion tiennent a sa verite raeme. Ce r e c i t pre-sente l a vie de l'auteur comme un colon d'une espece plutot rare. Temoignant d'une s u b t i l i t e d'observation, i l se l a i s s e seduire par toutes les manifestations de l a vie et de 1'existence des betes sous les aspects les plus intimes. II a su s a i s i r 1'effort inces-sant de l ' i n d i v i d u ou de 1'espece pour sa survivance. II a su v i -vre au coeur de l a nature, dans cette c l a i r i e r e du Manitoba, ou. i l planta sa maison de bois. C'est l a q u ' i l a passe l a plus grande partie de sa vie au Canada; c'est l a raison pour laquelle 1'accent de son r e c i t est intime. La foret canadienne, jalouse de ses secrets, l'au-teur l a penetre avec confiance. II decrit l a beaute singuliere, les splendeurs de l a foret printaniere et automnale, mais i l y ob-serve aussi l a vie animale: les amours et les joutes des cerfs et des biches, l a chasse des loups, le guet-apens du lynx, une foret qui ne montre aucune douceur, aucune bonte, aucune demence dans les especes animales qui s'entre-devorent: "Toutes les forets du monde abritent cote a cote l ' i d y l l e et le drarae. La nuit, surtout. Aucun animal n'y est assure de v o i r se lever l'au-be. Non! pas meme au Manitoba, le loup. Car, 51 contrairement au proverbe, les loups se mangent 17 parfois entre eux." A peine entre dans l a foret l'auteur met en doute 1'innocence meme du printemps: "Qui donne l a v i e , donne l a mort. Toute l a nuit, tant de soupirs d'amour ont annonce que les betes a l l a i e n t preparer une descendance, comme e l l e s predestinee au meur tre et a l a mort." Les plantes et les arbres ne sont pas meilleurs. y a non seulement une lu t t e pour l'espace, mais aussi pour l a nour r i t u r e , "conquete t e r r i t o r i a l e et aliment aire'.*: "Des trembles raalingres, des chenes rabou-g r i s , qui n'ont guere trouve, dans cette s i l i c e , d'humus a conquerir, souffrent et peinent. La, des plantes, soeurs ennemies, se massacrent im-pitoyablement. Tel jeune tremble n'atteindra jamais l a somptueuse v i e i l l e s s e a laquelle i l as-pire, parce que deux de ses aines l'etouffent sauvageusement entre leurs r a c i n e s . " * ^ Derriere les p a r t i c u l a r i t e s du monde animal et vege t a l , i l ne cesse de v o i r les l o i s permanentes de "1'Amour et de l a Mort": "Des f e u i l l e s seches, mortes depuis 1'au-tre automne, et pas encore decomposees, qui se froissent doucement sous le pas des betes ... 52 Des souffles d'amour et des soupirs ... Des c r i s d'agonie et des rales ... Et brodant sur l e tout, l a hautaine et c r u e l l e fanfare d'une meute de loups a l a poursuite d'un che-v r e u i l . Motif d'amour, motif de mart s i n g u l i e -rement enlaces l'un a 1'autre. La symphonie meme de l a v i e ! " ^ Ce qui se degage done de ce r e c i t est "une sorte de nature hegelienne qui assure l a domination des f o r t s , et pousse » 21 chaque individu a une l u t t e inexorable pour 1'existence." Notes 1 Alphonse de P a r v i l l e z , "Maurice Constantin-Weyer, chantre du Canada, Etudes Historiques et L i t t e -r a i r e s , Janvier-Fevrier-Mars 1929, p. 328. 2 Jean Prevost, "Un Homme se penche sur son passe", Nouvelle Revue Francaise, Janvier-Juin 1929, p. 118. 3 Valery Larbaud, "Un Francais, romancier du Canada, Nouvelles L i t t e r a i r e s , 8 septembre 1928, p. 1. 4 Maurice Constantin-Weyer, Un Homme se penche sur  son passe, Les Editions Rieder, Paris 1923, p. 154. 5 Ibid., p. 52. 6 Firmin Roz, "Un romancier de l'Ouest canadien", Revue Politique et L i t t e r a i r e , No. 24, 15 decembre 1928, p. 761. 7 Ibid., p. 762. 8 Un Homme se penche sur son passe, p. 155. 9 Firmin Roz, l o c . c i t . 10 Un Homme se penche sur son passe, p. 175. 11 F. Roz, l o c . c i t . 12 Loc. C i t . 13 Loc. C i t . 53 54 14 Un Homme se penche sur son passe, p. 205-206. 15 Maurice Constantin-Weyer, Manitoba, Les Editions Rieder, Paris 1928, p. 122. 16 Ibid., p. 124. 17 Maurice Constantin-Weyer, C l a i r i e r e , L i b r a i r i e Stock, Paris 1929, p. 24. 18 Ibid., p. 49. 19 Ibid., p. 51. 20 Ibid., p. 72. 21 Ph. Neel, " C l a i r i e r e " , Les Nouvelles L i t t e r a i r e s , 8 f e v r i e r 1930, p. 3. Conclusion Les romanciers francais etudies ci-dessus ont ap-porte les elements importants qui manquaient a l a l i t t e r a t u r e d*ex-pression francaise au Canada: une observation exacte de l a nature et du milieu, une analyse precise des caracteres, une langue et un style et une esthetique nouvelle. Au dix-neuvieme s i e c l e l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise n'a connu que peu de romans de valeur, comme les Memoires (1866) de Philippe Aubert de Gaspe et Angeline de Montbrun (1881) de Laure Conan. Au debut du vingtieme s i e c l e plusieurs auteurs avaient voulu f a i r e connaitre les d i f f e r e n t s aspects de l a vie ru-ral e et f o r e s t i e r e , et les defricheurs avaient ete le sujet de nom-breux r e c i t s . Mais ces oeuvres n'etaient que mediocres. Les ro-manciers n'etaient reconnus, selon Dostaler O'Leary, que s ' i l s " s * a -charnaient a retourner l e seul, 1'unique theme de 1'attachement a l a terre, le seul qui trouvat grace devant les professeurs et les clercs."^" La qualite premiere du roman e t a i t done de s ' i n s p i r e r de l a terre, de l ' h i s t o i r e , des moeurs et des coutumes; le roman devait etre surtout national. ^  55 56 Ces idees se rapprochent de c e l l e s de l'Ecole du T e r r o i r , qui exigeait une l i t t e r a t u r e essentiellement canadienne, c'est-a-dire une l i t t e r a t u r e puisant dans le Canada son vocabulaire, sa forme et ses sujets. Poursuivant cette voie, les romans ayant comme sujet l a terre ou encore des themes qui se voulaient pa t r i o -tiques, ne presentaient pas le colon sous un jour authentique. "Tout e t a i t transpose sur le plan de 1'eloquence, sinon de l a gran-diloquence. On f a i s a i t une apologie." Et Montigny de Louvigny re-marque a ce sujet: "Nos romanciers avaient accoutume de chan-ter le prestige et l a douceur des s i t e s canadiens, de g l o r i f i e r les exploits de notre histoire,, de n'exhiber nos gens que sous leur aspect le plus avantageux et le plus seduisant, en y appliquant 4 beaucoup d'huile." Le theme du colon et de sa l u t t e avec l a terre, contenu dans les ouvrages de quatre romanciers francais etudies n'est done pas nouveau dans l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise. C'est plutot leur interpretation qui indique une nouvelle orienta-tion..- Constantin-Weyer s'est attache au Manitoba, Louis Hemon a l a region du Lac Saint-Jean, Georges Bugnet a 1'Alberta et Marie Le Franc aux Laurentides,et cependant tous ont f a i t preuve d'un sens aigu de 1'observation. I l s ont vu le pays t e l q u ' i l est et s'eloignent done de cette t r a d i t i o n l i t t e r a i r e canadienne-francai-se d'une interpretation qui n'est pas conforme a l a r e a l i t e . Ces ecrivains francais nous ont presente le defricheur dans l e cadre 57 d'une nature fidelement decrite. I l s ont penetre dans l ' i n t i r a i t e de l'ame du colon et ont done su reconstituer 1'atmosphere de l a vie du defricheur. En percant l e mystere de l a survie francaise au Canada, i l s ont su capter l'ame de 1'immense pays canadien. Ces ecrivains francais, en outre, ont apporte l ' a r t d'ecrire. Le probleme qui se pose au debut du vingtieme s i e c l e pour les romanciers au Canada est c e l u i de l a langue l i t t e r a i r e . L'Ecole du T e r r o i r , societe qui se donna pour mission d'etudier l e parler po-pulaire, acceptait l'emploi d'un vocabulaire purement canadien, c'est-a-dire qu'"on n'avait qu'a reproduire servilement le parler populai-5 re, a employer des locutions v i e i l l i e s . " Le r e s u l t a t en e t a i t des oeuvres qui manquaient d'art et de beaute. Ce que ces auteurs fran-cais ont apporte a l a l i t t e r a t u r e canadienne, c'est une formule, l a seule acceptable pour l'emploi de l a langue: se s e r v i r autant que possible du francais, langue u n i v e r s e l l e , et employer des expressions populaires l a ou e l l e s sont indispensables, surtout dans les d i a l o -gues. Tous excellent a. donner au lecteur 1' i l l u s i o n du langage po-pulaire; i l s ont su c h o i s i r les termes du t e r r o i r et les disperser avec beaucoup d'habilete au cours des diverses conversations de leurs personnages. On trouve meme quelquefois dans leurs oeuvres un cer-t a i n nombre d•anglicismes qui se sont g l i s s e s dans les coins les plus eloignes des centres bilingues. De r e c u e i l l i r ces termes fam i l i e r s et f a i r e parler les habitants sans que leurs expressions paraissent forcees, temoigne d'un talent d'observation accompli chez ces e c r i -vains. S i ces auteurs ont su nous donner 1 ' i l l u s i o n du langage po-pul a i r e , i l s reussissent, en outre, a decrire avec v e r i t e les scenes 58 canadiennes. Chez Louis Hemon le s t y l e est merveilleusement approprie a l a description de l a vie des colons. "La plume de Louis Hemon a su prendre le ton necessaire a un t e l r e c i t . Pas d'eclat n i de couleurs trop vives, une grande c l a r t e , et l a t e i n -te plutot un peu morne de nos grands paysages d'hiver," un c r i -tique a f a i t remarquer. Ce s t y l e net sans eclats est evident dans l a c i t a t i o n suivante, qui decrit l a lutte de Francois Paradis avec l a tempete: ".... e l l e connait assez bien 1'aspect redoutable des grands bois en hiver, l a neige amoncelee jusqu'aux premieres branches des sa-pins, les buissons d'aunes enterres presque en entier, les bouleaux et les trembles depouil-les comme des squelettes et tremblant sous l e vent glace, le c i e l pale se revelant a t r a -vers l e f o u i l l i s des a i g u i l l e s vert sombre. Francois Paradis s'en est a l l e a travers les troncs serres, les membres raides de f r o i d , l a peau rapee par le noroua impitoyable, deja 7 mordu par l a faim, trebuchant de fatigue..." Dans le tableau sobre et robuste que nous donne l'auteur des pionniers du Lac Saint-Jean l e s t y l e en general est depouille. Une legere tendance au lyrisme se manifeste pour s'ac-corder par instants aux meditations sentimentales de Maria. 59 C'est en poete que Marie Le Franc a vu le Canada. La poesie est l a vertu e s s e n t i e l l e du s t y l e de cette romanciere. Par sa riche sonorite et sensualite e l l e evoque des tableaux aux teintes les plus variees et les plus changeantes: " I l s (les colons) f a i s a i e n t penser aux racines des arbres chavires sur l a neige, c a l -cines jusqu'a l'ame, mais vivantes encore, plantant dans l ' a i r leurs g r i f f e s qui ne pou-g vaient plus se r e t e n i r au s o l . " Nul ne parle mieux de l a neige; son s t y l e est ex-tremement o r i g i n a l et puissant: "La neige se noyait dans l'etendue, s'ef-f r a y a i t des espaces, ne trouvait plus les l i m i -tes du c i e l et c r i a i t de terreur . . . Chaque f l o -con e t a i t une p e l l i c u l e d'ether, un eclat deta-che de cimes eblouissantes, un fragment d'une oeuvre geante qui ne pouvait a r r i v e r intacte au regard de l'homme. E l l e emportait le coeur et * 9 le melait a ses flocons exsangues . .." Les descriptions de l a nature de Georges Bugnet, qui se trouvent souvent au debut d'un chapitre, sont simples et donnent au lecteur 1'impression du r e e l . La c l a r t e du s t y l e est en p a r f a i t accord avec ses r e c i t s . Dans l a c i t a t i o n suivante le vent qui apporte le f r o i d est tres apre, et losque l a bise tombe, l a nuit regne sur cette grande solitude: 60 "Apres quelques b e l l e s journees le f r o i d revint, brusquement excessif. Le vent s o u f f i a du nord-est, apportant avec l u i l ' a i r glace des Terres S t e r i l e s . Pendant toute une journee, une poudrerie de neige fine et seche s ' e p a r p i l l a , redonnant a l a contree sa fourrure d'hermine. Le s o i r l a bise toraba. La nuit fut calme, sans un s o u f f l e . Le grand lac se durcit sur toute sa surface." ^ La souplesse et l a mesure du st y l e de Bugnet sont parfaitement appropriees a son r e c i t de l a vie simple et humble des colons et contribue a preciser le tableau f i d e l e et permanent que l'auteur veut presenter de l'ouest canadien. Bugnet parle d ' a i l l e u r s a i n s i de son propre s t y l e : "...cherchant moins a gagner une faveur immediate qu'a s e r v i r l a posterite et obtenir ses suffrages, l ' e c r i v a i n a tache, non d'imiter les modes du jour, mais de se rapprocher autant que possible, selon ses moyens, du francais classique, plus permanent. Homme s'adressant a des hommes, i l n'a pas cru devoir, sans cesse, pour les maintenir a t t e n t i f s , c h a t o u i l l e r leurs sensations, inventer des c u r i o s i t e s de verbe ou d'images." Les l i v r e s de Constantin-Weyer contiennent des pas-sages f o r t pittoresques et des tableaux enleves avec vigueur comme ceux sur 1'orchestration des nuits: 61 "Tout d'abord, avant que le s o l e i l fut tombe derriere l e boqueteau d'arbres, a l'ouest, les chouettes lancaient de branche en branche l a nouvelle de l'agonie du jour. Puis, un pre-mier loup h u r l a i t . Tout de suite, nos juments hennissaient le rappel des poulains... Jusqu'a l a l i s i e r e du bois, on entendait le vol mou de nocturnes geants, et leurs ombres pas-saient f u r t i v e s , entre nous et l a lune... Le 12 c r i d'un l i e v r e Strangle..." Les evocations du grand desert blanc ne sont pas moins b e l l e s . Cette nature f a i t des horreurs du f r o i d , de l a tem-pete est decrite dans un style hardi. Tous ses r e c i t s sont d'une al l u r e vive, entrainante un peu precipitee meme soutenue par un sens v i f du s t y l e : "Une saute de vent avait dechire le coton d'un nuage, et l'on voyait, a travers l a dechi-rure, l a soie c l a i r e d'un c i e l bleu se gonfler 13 jusqu'au zenith... C e t a i t le printemps." Les l i v r e s de ces romanciers francais revelent bien des beautes insoupconnees de l a vie du colon et de l a nature cana-dienne. Gn admire le genie t r a n q u i l l e et normal de Louis Hemon com-me on s'interesse au lyrisme de Marie Le Franc et aux descriptions rapides et pourtant s i precises de Constantin-Weyer. Louis Hemon surtout a su vo i r 1'unite et l a sim p l i -c i t y de cette vie du colon; l a force des sentiments simples et 62 naturels de ses personnages touche profondement le lecteur. Deux tendances se manifestent dans son oeuvre: d'une part ses descrip-tions du pays et du milieu sont r e a l i s t e s . L'auteur nous depeint avec prec i s i o n les moindres d e t a i l s de l a vie journaliere du d e f r i -cheur et de l a nature canadienne. De 1'autre, en nous presentant Maria comme figure centrale dont les pensees et les voix sont en harmonie avec l a nature, l'auteur nous f a i t l i r e dans son ame. Ainsi selon l ' e t a t d'ame de Maria, le paysage, qui dans ces circons-tances devient un simple decor, prend un visage d i f f e r e n t . L'au-teur qui nous permet de connaitre intimement l a personne de cette jeune f i l l e , nous f a i t penetrer ses sentiments les plus complexes comme son amour pour Francois Paradis et pour l a famill e , et l ' a t -tachement au s o l , a l a race et a l a r e l i g i o n . Au realisme de 1'oeuvre de Marie Le Franc se mSle etroitement un lyrisme de tous les instants. L'auteur penetre l a nature par tous les sens et nous f a i t eprouver ses sensations. La personnification de l a nature anime son oeuvre d'un bout a 1'autre. E l l e veut recevoir de l a foret toutes les sensations possibles, e l l e entre en communion avec e l l e . E l l e t r a i t e l e paysage non comme une chose, mais comme un etre, e l l e l e voit en poete. Un c r i t i q u e ca-nadien a f a i t remarquer: "... C'est que l'auteur v o i t les choses avec ses sens... On le decouvre bien dans ses peintures des Laurentides. C'est mieux que le po r t r a i t , c'est mieux que l a couleur. C'est l'ame meme du paysage, cette chose i n d e f i n i s s a -63 et divine, que percoit et que seul peut traduire le genie..." Georges Bugnet a mis dans l a peinture de ses person-nages une finesse psychologique admirable. I l s sont simples et v i -vants, car l'auteur ne veut pas dramatiser cette vie banale du colon. II s'en t i e n t a l a v e r i t e . II a raconte avec s i n c e r i t e , sans phra-ses grandiloquentes, sans emphase poetique et sans a r t i f i c e l i t t e r a i -re l a vie du defricheur. L'auteur en se tenant a l a plus ordinaire r e a l i t e nous a l a i s s e une oeuvre remarquable. Constantin-Weyer qui s'est attaque a l a vie de l'ouest canadien en aventurier ne nous donne pas une image aussi sincere du colon. Ce qui l ' a t t i r e , ce q u ' i l a vu de pres, c'est l a conquete de l a nature par l a volonte humaine et par consequent l a transformation et l a croissance du Canada. II nous a donne 1'impression du vecu; i l a su e t a b l i r entre l u i et le lecteur une communication qui nous f a i t r e s s e n t i r ses j o i e s , ses pensees et ses craintes. Homme d'action qui possede une solide culture l i t t e r a i r e , Constantin-Weyer est ne narrateur. Les romanciers canadiens ont trouve chez ces ecrivains venus de France les elements qui manquaient a l a l i t t e r a t u r e canadien-ne d'expression francaise. C e l l e - c i devra attendre l a generation des Desrosiers, Ringuet et Guevremont, qui enfin presenteront des romans canadiens comparables. Dans Trente Arpents (1937) de Ringuet se pro-duira finalement l a rupture avec l ' e t r o i t regionalisme qui avait regne jusqu'a cette periode. "Son roman n'est plus national; c'est simple-ment un roman e c r i t en francais par un Canadien... i l a t r a i t e un 64 probleme qui se posait au Canadien non en fonction du Canada, mais en fonction de l'homme. Ce n'est que compris de cette mani&re que notre roman paysan ou re g i o n a l i s t e pouvait se r e h a b i l i t e r et obtenir son dr o i t de c i t e . " * ^ La lecon de ces ecrivains francais, surtout c e l l e de Louis Hemon, a finalement ete apprise par les romanciers du Canada Francais. Notes 1 O'Leary, Le Roman Canadien-Francais, Le Cercle du Livre de France, Ottawa 1954, p. 46. 2 Loc. C i t . 3 Pierre Dupuy, "La Revanche de Maria Chapdelaine", Mercure de France, 291, Avril-Mai 1939, p. 488. 4 Montigny de Louvigny, op. c i t . p. 101. 5 Jules Leger, op. c i t . , p. 148. 6 A. de Grandpre, op. c i t . , p. 447. 7 Maria Chapdelaine, p. 149. 8 La Riviere S o l i t a i r e , p. 129. 9 Ibid., p. 77. 10 La Foret, p. 92. 11 Georges Bugnet, "La Foret", Le Canada Francais, p. 400. 12 Un Homme se penche sur son passe, p. 27-28. 13 Ibid., p. 11. 14 Claude Henri Grignon, Ombres et Clameurs, Editions Albert Levesque, Montreal 1933, p. 45-46. 15 O'Leary, op. c i t . , p. 61. 65 Bibliographic I. Oeuvres de ces quatre ecrivains citees dans cette these Georges Bugnet, La Voix de l a solitude, Les Editions du Totem, Montreal 1938. La Foret, Les Editions du Totem, Montreal 1935. Maurice Constantin-Weyer, Un Homme se penche sur son passe, Les Editions Rieder, Paris 1923. C l a i r i e r e , L i b r a i r i e Stock, Paris 1929. Manitoba, Les Editions Rieder, Paris 1928. Vers L'Quest, Renaissance du Livre, Paris 1921. Louis Hemon, Maria Chapdelaine, Bernard Grasset Editeur, Paris 1921. Marie Le Franc, Au Pays canadien-francais, Fasquelle Editeurs, Paris 1931. Visages de Montreal, Les Editions du Zodiaque, Montreal 1934. La Riviere S o l i t a i r e , Fide4, Montreal 1957. I I . Ouvrages c r i t i q u e s Samuel Baillargeon, L i t t e r a t u r e canadienne-francaise, Fides, Montreal 1957. Berthelot Brunet, "Georges Bugnet et son oeuvre", Les Idees, Ju i l l e t - A o u t 1938, pp. 1-18. 66 67 Georges Bugnet, "La Foret", Le Canada Francais, Janvier 1940, pp. 389-401. Georges Le Cardonnel, "Maria Chapdelaine", Revue Universelie, 15 aout 1921, pp. 482-487. John Charpentier, "La Riviere S o l i t a i r e " , Mercure de France, 15 j u i n 1935, p. 590. L. J . Dalbis, Le Bouclier canadien-francais, C. Deom, Montreal 1925. Pierre Dupuy, "La Revanche de Maria Chapdelaine", Mercure de  France, 291, Avril-Mai 1939, pp. 488-490. A. de Grandpre, "Maria Chapdelaine", Le Parler Francais, Juin-Juillet-Aout 1917, pp. 433-449. Claude H. Grignon, Ombres et Clameurs, Editions Albert Levesque, Montreal 1933. Maurice Hebert, "Visages de Montreal", Le Canada Francais, Juin 1935, pp. 1014-1020. Edmond Jaloux, "La Riviere S o l i t a i r e " , Les Nouvelles L i t t e r a i r e s , 26 Janvier 1935, p. 5. Renee Jardin, "Dans les solitudes canadiennes avec Marie Le Franc", Les Nouvelles L i t t e r a i r e s , 29 septem-bre 1928, p. 8. Valery Larbaud, "Un Francais, romancier du Canada," Les Nou-ve l l e s L i t t e r a i r e s , 8 septembre 1928, p. 1. 68 Jules Leger, Le Canada Francais et son expression l i t t e - r a i r e , L i b r a i r i e Nizet et Bastard, Paris 1938. Louvigny de Montigny, La Revanche de Maria Chapdelaine, Editions de l'A.C.-F., Montreal 1937. Ph. Neel, " C l a i r i e r e " , Les Nouvelles L i t t e r a i r e s , 8 f e v r i e r 1930, p. 3. D. O'Leary, Le Roman Canadien Francais, Le Cercle du Livre de France, Ottawa 1954. Lucien Parizeau, "La Foret',' Les Idees, Mai 1935, pp. 313-315. A. de P a r v i l l e z , "Maurice Constantin-Weyer, chantre du Canada", Etudes Historiques et L i t t e r a i r e s , Janvier-Fevrier-Mars 1929, pp. 328-341. Jean Prevost, "Un Homme se penche sur son passe", Nouvelle Revue Francaise, Janvier-Juin 1929, pp. 118-119. Claude Pierrey, "Marie Le Francy chantre de l a solitude", Les  Nouvelles L i t t e r a i r e s , 13 aout 1932, p. 3. Mgr. Camille Roy, La L i t t e r a t u r e Canadienne, Imprimerie de l'Action Sociale Ltee., Quebec 1930. Firmin Roz, "Un Romancier de l'ouest canadien", Revue P o l i -tique et L i t t e r a i r e , 15 decembre 1928, pp. 761-763. Adrien Therio, "La Nature dans 1'oeuvre canadienne de Marie Le Franc", Amerique Francaise, Volume XIII, No 4, 1955, pp. 141-165. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0105971/manifest

Comment

Related Items