UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Francis Ponge, artisan du langage Coope, Renee A.G. 1960

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1960_A8 C6 F7.pdf [ 6.07MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0105933.json
JSON-LD: 831-1.0105933-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0105933-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0105933-rdf.json
Turtle: 831-1.0105933-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0105933-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0105933-source.json
Full Text
831-1.0105933-fulltext.txt
Citation
831-1.0105933.ris

Full Text

FHAHCIS PONGB, ARTXSA8 DU IARGAGE A* o« coope Licenoiea Ss-Lettree de I'TJnlrergite" de MoEtpeUler less A THESIS SUBMITTED 13 5S&STER PARTIAL FULFILMENT OF S9H Xlffi DEGREB O f ©FARTS la the Department of &mam& Studios We acoept thia thesis as conforming to the required standard SHE UNIVERSITY OF BRITISH COI53MBIA April. 2960 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make i t freely available for reference and study. I further agree that permission for ex-tensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the Head of my Department or by his representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. In case of publication, I reserve f u l l protection under the international copy right law. Department of Romance Studies. The University of British Columbia, Vancouver 8, Canada. Date ft yv^JL J l<? £ O Avaafe-propos Sauls quaiquee ieri<ealaS' et amis da Sraaoie Pong© eat Wfflarqu& sen oeuvre at lu t oat consaoro, entr© autre©» divers artielee dans das revues l i t t ^ r a i r e s t e l l e s qua lee Cahiors du Sua, lea Ca&iara da 2a Plllade ©t l a g.S.R.g. qui a voulu a t t i r e r l*aitentlon du ©fand public en l a p r l s i a * taat dans ua nw&*& epleial ("Samisage d Francis Pong©")* Sires a pm d*e3taiaplaireaf las ouwage© d© Ponge paraiesent surtout ohes Oallisaard, ca qui donas una idle de i'togorfcanee de oa podfce preeque toeonau. Da -t*H belles Idltiono aus illuetretiorio pr^cieiisee cat para ©has Moraod, keuise L e i r i s , Pvt^fmiisfa «*« Saul ^ F a r t l pris dea efeeeea a eoama uae rsodition. Quolquos potbes furent publics dead dea revues ou separeraent, avant d*8*re reoueillle dans l a Rage de 1»expressions Rranois Pong© est a l en 18990 Cmm 11 e'agit d*une oouwe inaohev4e« eette #bude ne pent Btr<a au fond que provisoire» II est; I seter qu»apr$a un eilenee de vingfe ans, oette oatwre fut lanel* vers 1842, publication qui a profit© d*une eertains accalml© l l t t l r a i r e ©out I'Occupation Allasaande, Sana renier see premiere pdstaa horjaStiques, Pong© a pens* qu*l l avait alors quelque .chose «t dire* Boeeuvert par Jean Paulban# Perage a it$ eaeuite vivsraent entoura-ge'- par Sartre et Camus st coatinner sa tentative p©&tiqu©o II a* est pas &le$ de trouver, Estae ches ua l i b r a i r e parlsien, las oinees plaquettes de Pongs., Nous tenons* & oe sujat* 3 reraerelor Mile Elisabeth Salter qui a bisn wulu none cosaauniquer* avee d'autres reaeel* gnesents, l a testa inSdit d*une oonl^renoa de 1'auteur. &» Gordon Aadison du 8e>artem@nt de Irangals nous a soutenue de aes eneovoragesKmfce au long do aotre travail* oopendaot quo Kurt Weinberg du D^partetaezit de Frangaio nous m tout partiouliereitaeafc ald£e de eec oaaaeile* d© e«M8 suggestions 0% do sea oriti^ueo ataieales. Jo lew *dree~ e» & toua detas ma trSe eicofiree r<sar»r«i©maBt6. fASIft 0£S Sf&yiERSS Xntroduotloa •••»•«••• P* X I Chapitro £A qufae du bonh*wa» p* ® fee pe$ft« des cfcossa p* 2? I l l Ctepltra . £& po§©#*«ltfefc- *.••««»»* p* 44 Coaeiusicm ••««•««•« P» 69 Bibliographic •••«.«»«• p* 78 IHTRODUCTIOH "Sou* oe qui a rapport aveo la Polsie n'est jamais qu*enfcrevu.B Hens' Menard Parmi lea po&tes d4aujourd'hui, "1© plug cons©lent & la fols d'un© tentetion mlherbionne et de son leurre aa somble etro Francis Ponge. Se eree-t-il pas son oeuvre & partir du dosir et de 1*impossibility ega-lement rigoureusc de orSer en c© temps oeuvre classique, de fonder le poSme qui eerait paisible et solonnel ot d l f i n i t l f de I'homme au ooeur de son royaurae*"^ par " f i e r t l promethienne"a2 Francis Ponge, proohe par son ideal olasoique d'un Henri Michaux ou d'un Rene Char, BO met a la recherche "d'une poSsie qui donna a I'honane par le langago, maftris© sur sos demons et sur sea dieux".^ Ce def i jete aux forces obscures qui m£-nont la destine© hum in©, sollicite, ohea cot humble artisan du langage, un effort constant, douloureux presque, un esprit de reVolte que damine eependant une conscience luoide. La tentative poetiquo de Ponge aitu© son auteur parmi cos poetes du XXe siecle, de grande poetes pour la plupart qui sont s "dans la solitude ou les tient un aveuglement quasi universal, les grants de 1'honneur de PhQnsae"** F. Pong© qui, indifferent d.la publioite> eorivit do longues annees sans se fair® connaitrea livre son osuvre paroimonieusement* 1 3 21 demeure *et ranger" a ses eontemporains = Cet inconnu du grand public prefigure don© un de ees heroe "absurd©©" du monde l l t t i r a i r e , qui, dans leur attaohement pour lee choEos, pour la chose en sol B annoncent une re-naissance de la poesie. Ponge semble ainai utiliser les armes mikes de la civilisation materialist© pour la defier. Un humanism©, paradoxal en apparence, se degage en effet de son oeuvres Ponge e'oecupe la fois de la redemption soeiale de 1'homme et de la redemption dee ehoses dansc son ©sprit".* Pourquol ehoisir Vobjet? Eeoutona ea reponse, M © choisis comme eu-jets non dee sentiments humains ou des aventures mis des objsts les plus indifferents possible ••• ou 11 m'apparait (instinctivement) que la garantie de la necessitS d'expression se troutre dans le mutism© habi-tual de I'Dbjet."6 Les influences eubies par Ponge n'apparaissent pas evidentesj i i ne ee reclame de personne einon peut-etre de Maiherbe et quelquefois da Ifellarme. Comm© lo podte claseiqu© de ValSry, Ponge represent© cependant, a bien dee egards, "I'ecrivatn qui port© un critique en lui-mea® et qui l'aasooie intimemsnt k see travaux".7 Ses amis, j© n'oae dire ses c r i t i -ques, l u i ont deeouvert oertaiaes affinites avee de grands artistes du passe. Franz Hellene, par exemple, s'est plu a voir en Ponge, "le Baudelaire du XXe sidole". 8 Jean Grenier 1'a rapprochS de Chardin 9 1© peintre des natures mortes. P« Bigongiari a cel£bre en lui les mSmes vertus artisanales qui animent les oeuvres de H, Moore, do P. Valery, d'Alain. A. Pieyre de Mandiargues l*a compare a Cyrano de Bergerae, poSte que 1© XXe sieol© dSgag© enfin dos eendree d© l'oubli. L*humour, souvent noir, la satire d'un Cyrano rejoignent a travers le temps, cetto extraordinaire ironi© verbal© basSe avant tout sur 1© langage que Ponge s triture aveo joie* L'hutBour de Ponge ou se anient sarcasms et tendres8@8 fau&our qui pourrait-faiire' Ie iujot de toute one ltud©# sort des cadres de cet essai qui ae limitera a presenter d&rie la preMi^re parti©, Ponge 4 la recherche du bonheur d*expre8eion* La eeoonde partie sera eonsaoreo & son thlme favor i * les'ekos'es* Pour terminer cot apergu do I ' O G U U T © d© Ponge nous essaierons de montrer isa technique de composition & 1'exenjple de quelquee-uns de eefi po&me8« 4 References L'exergue est e x t r a i t e d'une oeuvr© de R. Menard, l a Condition po&tique, C o l l e c t i o n Bspoir, P a r i s * i960, cite 1 par A* Rousseau* dans son a r t i c l e "Poasi© honneur de l'hGxnmen» Figaro Littferalre-» 9 Janvier I960, p. 2. 1 G.-E. Cl a n o i e r , "Eautes S o l i t u d e s " , Le Pointy PoSsie d'aujourdyhul, XLVJI, j u i n 1954, 6 . 2 Ponge, Froemes, Galliraard, P a r i s , 1943, p. 163. 3 G,-E. C l a n o i e r j "Hautes S o l i t u d e s " , op., C i t * , p. 8* 4 A. Roueseaux, "Poesie honneur de l*ho2moen, op. s c i t . , p. 2. 5 Proemee, p. 207. 6 Ponge, La Rage de 1*expression, Sfermod, A i g l e , 1952, 47. 7 P. Valery,• Oeuvres ccroplltes, La Pleiads, W.N.R.F.j p. 604, 8 Frona B e l l e n s , "La. nouvoaute de Francis Pong©", La Revue de  oulture europlennej Ho. 8, 206. 9 Jean Grenior, "Presentation de Francis Ponge", II.l.R.F., Bo 40t Soptembre 1956, S9S. 2.0 V o i r el ce aujet, Piero B i g o n g i a r i , "Le P a r t i p r i s de Ponge"*, N.H.R.F., Ho 45, Septembre 1956, 418. 11 V o i r a ce eu j e t , A, Pieyre de Mandlarguesj "Le feu et l a p i e r r e " , H.EUR.F«, Ho 48, Septestore*1956, 408. CHAPITOE I La qu£t© du bonheur °De quoi #*agit*$|' pout J*hoiamet Be vlvroi d© ©oatiauer i 'vivify et de vivre hewreapl**^ Sfranoia ponge' pese alnsi le problem© de la destine© nuaaiae dans lea " R l n e s i o ^ guHl c e n t r e * VeseatWsurW de Cava*, la pensee d# Ponge s'apparent© nettement ft Sell© de philosophes tele que Kierkegaard, Eusseri* qui reoonnaiaeent 1»absurdity d© 1*exis-tence humaine dlpourvu© du concept de 1*immortality de l*Sm©» Cependant ie ces mfmee penseurs, i i adnet I'impuissanc© de la raleon, male se refuse k porter "tout juge* meat de valetxr • •« sur l a Monde ou la Satur©"** II ne tente pas d'ex-pliquer le monde, i l ne se ?eut pas pnilesepae* comma le souhaiterait Son ami Camus» i l se dit "artiste en prose" $ denomination qui d*ail-leure ne le satisfait guere. A plusieurs reprises, i l proolame son d©V geflt des idles, 11 l u i eemble qu'elleS le "beusoulent", l * a injurlent** 1© "battent", 11 eratnt de e»y noyer, i l "a© domin© pas leur oours"•' 8 II les abandon®© ausc "grrrrands mStaphyslcoliciens" (ale). Cett© horreur des idles ne i*emp#ehe d'ailleurs nullement de t r a i * tor de l»homm© et d»exposer une philosophiehumniete asses proehe de cel-l s d© Camus* C»eat alnsi que, pour l u i , 1© monde est absurd©j hypothdse S 6 qu'il omprunt© & Camus sans la mettre ®n question* II affirm© a ins is "Plan ©ntendu 1© monde ©st absurd©! Bien ©ntendu ia non-signification du monde ! n® Copendant, eel on Ponge, au @©ln de cett© absurdite m8me, I'homme peut trouver le bonheur. B© quel bonheur e'agit-iX? II se degage, de 1*oeuvre de Francis Ponge 3 quelques conceptions du bonheur proches de csllee que Camus a devoloppees, par exemple, dans Le %the d© Sigyphe ©t dans Hooes s d'une part la luciditS ot d'autre part la reohoroh© du plalsir eensuel. fout d*abord cett© lucldlte ©st d la sour., d. • „ Joia « M . d. Si.ypte-.l0 c , O T t u „ 0 I l l M u r a S d e la confidence lucid© du condemn©« qui ©ontesple, d la lumilre d© son intelligence, la chute sempiternelle de son rooher. Le Sisyphe de Camus rest© toujours pleinement consoisrrt d© sen supplice. Zl n© poa-sedo pas mSm© l'espoir de pouvoir, un jour, caler son rooher sur 1© sommet de la montagne* C©pendant 9 11 s© dStourne du suicides o© serait avouer eon incomprehension de la vie. En plain© revolts, 11 releve 1© defi et continue a pouseer son rocher car, pour l u i , 11 s'agit d© vivr©. Et quand i l s'agira de mourir, o'eat irreconeilie' qu'il affronters la mort. Egalement, Heureault, personnag© central de VStranger, attendant dans la cellule d© sa prison 1'aocoraplleeemont de eon destin, attoint jusqu'au bout d© VAbsurd©, & cet extreme qui est & la fois conscience et refus d© la mort. II ©st heuroux; 11 poseed© la lumiere de l*&vi« deno©, car "non seulement pare© qu'il devisage sa destines, male parse que sec efforts aboutiesont 3 des resultats relatifs tree importants".** De son cote, Francis Pong© place son oeuvre d© baa© Le Parti prls  des chosoe "a 1*extremity d'une philosophie d© la non-sighificationc'du monde (et d© 1'infidel it© des moyens d* expression)". Pong© qui va 7 raremenfc au bout do sa pens6e, Bugger©» par quclques traits ds lumiero projetla aur son oeuvre„ qu'il eoutiont oontre 1© langage un© lutte sans r l p i t . Pleinemont conscient d© aes diffloultee, i l fournit un oonanentaire continu de son oeuvre.1** Sl consider© son Parti Prie aveoa semble-t-il, la lucidit5 joyeuso du condamao & mort camusien* *^ L* elaboration de 11oeuvre devient le rdoher qu*il "laisee rouler du haut d© la montagn©"*5* apree 1* a voir pousel vers les sossaets d© I'ab-soluo II gait que ee rocher ne pent jaraais rester en equiiibre sur le pie, que ea chfite se reproduira inevitablement et qu'olle resoudra "le tragiqus de oette s i t u a t i o n " E n ©ffet, "la joie abaurdo par excel-lence «•• la creation"**' pout s*identifier ehoz Pong© jcie de Sisyphe qui contemple sa destines. "J«ai reconnu I'lmpossibillte de m* ©sprier}"*6 avoue Ponge. J l relive oependant c© de'fi du langage en se rabattant "sur la tentative do description des ehosee".*7 Dans le Parti priSj i l voit avant tout des "©chaos de descriptions". 3 , 8 ti doute conetajsment de la validity de son oeuvre* Dior ire, oette "dernier© ambition d'un© pause© absurd©"*9 rapproche Ponge de certains *a A oe sujet, L.-G. Gros renarquei "Rares sont les poetes qui s*aa-ploient a. dSfinir ainsi leur system© et leur sifithode, A 1'except ion peut-Str© de Pong© qui est un mitre de 1 'auto-Crit iqu©, on ne saurait guer© oiter qu*un ouvrage d© «J. Rouseelot conaaontant un de ees pre-miers reoueilt." (Cahiers du Sud, Bo SSI, juillet 1959, p* 397.) *b Cotte conception peut Str© rapprocbi© de celle de BaudelaireJ "La peine do mort n*a pas pour but d© eauyer la soci^te, s&teriellement du moins. Bile a pour but do sauver '(spirituollsment) la socilt© et le coupablo. Pour quo 1© sacrifice soit par fa i t , i l faut qu'il y ait as-sent iEisnt et joia, de la part de la victims." (C. Baudelaire, Oeuvree, ed. de la Pleiad®, B.R.P., (Paris, 1938), p. 1212. 8 phSnomSnologues, tela quo Huas©rl„ Jaspers, Heidegger, qui, ©draft© lui» "nient le poxrooir transeeadant do la raleoa" et "roatituont le stonde dans sa d i v e r a i t l " . 2 0 Au* grands precipes metaphyeiques, i l s opponent les ©hoses« A son tour* Ponge developp© eet unlvors spirituel d© 1'ob-Jet* ou i l voit Bun© variety infinio d© qualitis ©t d© sentiments pos-sibles". 2* Ponge, ©n prole & la nostalgia d© la v & r i l t l , 8 3 attaint a des suocSs relatif© d*expression. XI veut s'en oontenter, i l y trou-v© sa joi© d© createur. II a con$u Le Parti pris, oeuvr© de revolte eontre la raison,"par creation HEUREUSE du nuetalogique".23 Qu'entend-il par l&t "Motalogique", sunt forge par l u i , ©©able destine A remplaeer la "(POESIE)"^ tend© tabou entre tous qu'il n'oso employer qu'entre parentheses. Quant & la "creation heureus©", i l peut s'agir & la foia de la joi© d© fair© un© oeuvre d'art et d@ la chance d© la reussir. C'est & nouveau la "creation mStalogique" qu'il oppos© au suicide ontologiquo. La mort volcmtaire ou 1© silence rossemblent & des aveuac d'Sohee, d'ineapacite d'aeeepter la vie. XI s'agirait e pour Pong© de eauver'quelquoa 3©unes gens du suicide", 2 5 i l pens© & e©ux "qui se sulcident par dlgouV 2 6 pare© qu'il© trouvent qu© "les autre©" prea-nent trop d© place en oux, et par "autre©", i l ontend aussi les paroles, les moyone d*expressions tout faita qui* par lour imperfection, paraly-8ent la conscience. Pong© ef flour© d© grands problem©s, coux du langa-ge, qu© H. Sarraut© dlvoloppe, ©n partioulior, dans L'Bre du saupgon ou ©11© condamn© l'usag© du lieu-oommun au sens 1© plus large du term©. II precise, plus loin, qu'il souhait© "sauver d© la resignation" 2 7 ds jounes horames. En fait, i l s'agit "de continuer A vivrc" et mesa© * C© theme sera d§veloppe et illustr© dans un ohapitr© suivant. "d vivr© heur©ux" en ne se rlsiga&at pas, '©n se foreant & demeurer,' • coram© 18homo absurdua de Camus, los yeux ouverts, t e l 1'adept© d*un© "fidSllte superieur© qui nl© les dieux ©t souleve les roohsrs". Pong© deoouvre, ainsi, la joi© absurd© d© I'artist© ©onstoieati, en lutte avec 1© langage, ear "la lutt© ©lle-m&ne vers les sosmets euffit d rem-29 plir un coeur d'horatne." : D© 1* oeuvre d© Camus, en partioulier du reouell d'essai© intitule Hooea, s© degago un© conception d© bonheur tout hedonists dont l'auteur donne 1© ton des les premieres pages: "Nous narchons d la rencontre de 1*amour et du desir. Sous ne cherohons pas d© lecons, nl 1'amSre phi-losophie qu'on demand© a la grandeur. Hors du soleil, des baisers ©t des parfums sauvages tout nous parait futile." Le thorne d© la lu-miSr© ss -dessine, comparable & la lucidit© d© la pens©©* L'eelat du soleil matinal sous la quel "un grand bonheur s© balance"3* ©enable igyfl&olisar la conscience, annoaeer la lueidit© d© Sisyphe* ' Cett© luminosity, qui inond© Hoees, cett© union du sole 11 ©t do la mt in-vite aux joies facile© de la jeunesse. Cett© jouissance, illumine© ©t ohaud©, j a i l l i t de la succession d© bonheur© pasaagors, saisi© au vol, pulses dan© 1 * instant. A colui qui n'a pas craint de jouir, d oet home fier d© son corps, la mort ee&bi© "un© port© ferae© • •• un© aventure horrible et sal©". Friaonnier du temps, "1© bonheur salt de 1'abeeho© d'espoir". L© bonheur appartient au moment present ©t ee rSduit d un© diversit© d'eveneraents heureux. C'est fi o©tt© diversit© mam© qu© ©'arret© F. Pong© ©n ce que j*al app©l$ sa quets du bonheur* L'influence d© Camus: - s l toutsfola in-fluence i l y a - ne s© rlvM© pas direotoment. Pas plus qu'il ne 10 chant e lee labeure et lee joies Bilancieuses de Sisyphe, le poSm© pon-giea n'invite le leoteur I s'Stehdr© sin* les plages ensoleillSes de la Meaiterranee. t*hedonism©, ehez Ponge, Sublt nn© transposition, la recherche du bonheur se concretise dans la multiplieits dee poesies qu*il nomme autant d© "raieone d© vivr© heuraus".3* Qu'attend-il du poem©? Des "rotoura de la joi©, des rafraiohlseemants & la memoir© dee objects de sensations".^5 L'artiste pari© ©t ©xpriH© la jole Igols-te du ©reateur'o II recherche avidSmsnt "la facult© de s'arret er pour jouir du present",^® i l insist© eur " la jeuissanc©", "la leoon" que l u i donne, le solr, quand i l 1© salsit pour ©n meaiter chaque'houvel objet".®7 Vole! que s© mSle fi un dlsir seneuel de palper I'objet, do 1© tenlr au creux d© sa main, la jole absurd© par excellence, eette "jouissanc© effective" qu'il trouve "dans la description ©seay©© ... d'objets ©xtremement differents". Dans Proemes, Pong© expose sur-tout 1'aspect theoriqu© de sa quSte du bonheur. II n© faut point cher-eher dariS oee oxordes un trait© bi©n oonstruit eur 1*hedonism© ou sur 1'absurd©. Ce r e c u e i l de pensSes se compose en f a i t , do notes jetees en vrae, d© "promesses de grandeur"38 dont se fatigue Etiemble, et peut-etre §. juste t l t r e . Ainai Pong© oscille ent re 1'©vocation d© sa propr© jol© ne© do l felaboration de l'oeuvro, ot une peinture quelque peu carieatural© de l*hoam© heureux, Sfec© & l'homm©, Francis Ponge prend peur J "Hon, 1'hassne die i d ©meat m*eet beaueoup trop imposant pour que j'en puisse parlor I " ^ En effet, i l n*y coneacr© qu© quelquea pages dans son recueil d© fragments, Proernes. II chsrch© ft rem©ttr©l*hOmm© & sa place dans la nature, cell© d*un "ani-mal social pa© beaueoup plus police que les autres."^ II XI dit ailleurs quo "1'horns* est un dieu qui se nrfooimalt.«« m f ^ t , i l insist© BUT une sorte d*equiiibre ouee maintient I'hostKie entre "ea nostalgia-d*abSoiu" St "sa facult© do vivre dans 1© r o l a t i f " . 4 3 "La notion d© l*homm© ©st prooh© d© la notion d'equilibrSi 1**^ precise-t-il. Comment arrlve-t-il 8. eonoevoir set ideal de mesure qu'un auteur elas-Slque a'aura.lt pa© reniS? Par un proeldl honni par le dlx-septiime sid-ol© francaie, et plus tard par Kant a 11 traite I'hoxsa© ©n chose* Peut-etre Ponge c r o l t - i l eimplifier le problems quand i l dits "tin© cer-tain© vibration de la nature s'appell© l*hoEHa©*"^ II fait subir aV l'homme une feroce reduction phenomenologique, • L<homae deviant un© on-d©, une suecession d© "mouvements browniens"4® s lee intermlttenees du eoeur. celles d© 1'hSredit© ©t d© la personnalite."*7 Les fluctuations et les metamorphoses huuainea deeouragent Pong©; aussi s© refugie-t-il dans un materialism© qu*il espere simplificateur. Encore un© foia, i l 30U© eur lea mote, employant 1'expression "vibration" >.' terme^  de; meca-nique ondulatoire, pour designer les variations du comportement husain« Cos tentative© paeudo-aoientifiquei amenent le poSte a vouloir prendre lul-m&ae la place d'un© machine, dfun© rltin© artifioiell©.**5 II sem-bl© parfois que Pong© se laisse slduire par 1© dlsir d© livrer au leo-teur I'iisag© purement objective* 11 vaut fair© du poet© un medium pas-elf, une sort© de plaque photographique* II acoommode„son:regard en *a osoiation periodique *b Alain Robbe-Grillot Se defend ainsl d*une accusation esmblablss "ia critique pretend que Je cherche d fairs des descriptions impartia-lea, neutres cousae oelles que ferait un appareil photographique idial* Cast absurd©." (L'Express, 8 oot., 1959, p. 32) is faisant "la zaise au point" et prend 1© monde exterieur "sous l'objee-t i f « eependant,il avou© la di f f i c u l t ! do traitor 1'hCsme m ©ujet de nature morte, qu*il est "facile d© disposers de fair© sauter dans la main."50 Aussi t < B t ^ l l - t e : t ^ - « » - i N M ' « * i m - i ^ hutonis^, ou pout-Stre d'un anti^huaaniisme, un hosme-cb^et * un facile sujet d'S-tv.de* stranger & I'hoBBEs reel et surtout d i'hoiian© vivant* Ponge ne cllebre-t-il pas, avec joie, l a blaneheur et la propretl du (Squelettet 11 dlcouvre ainsi dans le ludion, figurine en suspension dans une ©prouvett© reapli© d'eau, le symbol© de l'horan© flottant ©ntre deux infinis* L'homonoule du famulus Wagner semble ressusciter sous una variant©• C'est done un© conception tout© pejorative d© I'homm© fa-briqui, qui, au lieu de s*©vaporer par manque d© matier© ©t d© gravite* finit par 8© condenser en un© sort© d© statuette pltrifi©© dans c© qu'il plait d Ponge d'appoler "un nouveau classisme". 5 1 Alors qu© 2© petit home a r t i f i c i a l d© I'alchin&ete pldantesque, represent© la cari* -eature d'un prinoip© puromont ©pirituol, avid© d'atteiadr© & la vi© compllte, o©lui d© Pong© n'eet qu'un pant in satis fa i t , Sartr© coaaaCnt© ainsi ce thlm© de I'hoiame-galQt* "Loin qu'il y ait l e i humanisation du galet, i l y a dishumanisation, poussi© jusqu'aux sentiments, d© 1'hoirae." Pong© t©ndc en effet, d un homm© "blano ©t simple"5^ "nu com© un ver, * On croiralt entendre l a voix d© Wagner ooatemplant dan© sa bout ©ill©„ le reeultat d© eon experiences Das Glas erklingt von lieblioher Gewalt, Es trubt, ©s klfrt sich? also muss ©a werdenS Ich seh' in alerlicher Gestalt Bin artig KSnnlein eieh gebarden* (Goethe, Faust II, vers 6871-6874,) IS aussi rose, arisei i^agralemant propr© et lis©,© que possible"* 11. • . r«hr© d'un hosm© "qui veut vivr© aelon sa l o i , selon sa density propr© de ludion"* II voit oot home de for, issu de la forge, "la tueri© aetuelle", tout proohe dos creations d© Gernain© Richier, dont i l a ollobrS 1© talent *, de ess statues sabres, dlebarales ou I'horaae gamble "pris" et torturfi done 1© f©r forglo Cep&ndasfc, I'homo, selon. Pong©, est lies©, coram© le vor, oonsite 1© galot, statique. L'Selairag© oru que l u i reserve 1© podt©„ l u i refuse la uiobilit4a alor© qu© lo© Status© d© G©rmi,a© Richier exigent une lutnidr© Itudie© pour prendre tout© lour signification. L'horarao vivant ne s©nible pas lnt©r©as©r Ponge, qui ©'arrSt© dovant "1© visage d'un noma© sur le point d© parlor". Cett© predilection de Ponge pour I'honsn© p^trifi© sembl© r^pondre au Sisyph© d© Conius, au visage d© pierr©, "supSrieur & son deatin", "plus fort qu© son rochei*"* , . ,au moment ®Bm® ou i l ©n oontemple la Ohihe, oar "©otto ,h©ur© est cell© do la conscience"»59 Sisyph© et 1'hoxaae.de . Pong©, ©yrabolisent dans leur dure*© 1© tragiqu© bonheur d© 1'hoEan© oons-ciont. La luoiditf d© I'esprit, l'innoeenc© rejoignent ainsi, a1 traver© la metaphor©, 1© soleil illurainant le. sable ©t 1© roo. Camus Qon&ider© I'hoHtrae q u i a toujours ©tl, dans son labeur constant, prisonnier d'un mouvesient qui n© s'arret© jamais, alor© qu© Pong© imagine un hoasae in-mobile, une sorts de pant in offrayant dans sa purotS, mis qui n'exist© pa© encore, "oar 1'Home est d venir".6® L'auteur d© Proem©© rev© done d© ©ontribuer fi cott© creation second© d© l'hoime. Francis Pong©, "tourmsnt© par un ©©ntisasnt de responsabillt©' eivi-1©", aoUhait© brier pour son homme-statu© "des objete ds Jouissanoe* * ©f.tf " Gewaaine Richier* l.K.R.F. Deo., 1966, Wo 48, p. 1074-107?. 14 d* ©saltation, d© roveil". II ante© don© la pierre, tel un nouveau Pygmalion. Void I'honra©, selon Ponge, douS de sensations, capabl© . d© jouir dans tous lee sens du terme. Pong© a 1 * intent ion d© n'seri-fs que pour 1© public. II repousse les theories de I'art pour l'arts "On veut que l*art vivo pour lui-meme, <Jfe n'y ent ends rien, i l n'y a Id que I'hamme. II faut plaire, ©'eat tout.1*6^ Peu lui import© d'ail-lours do fair©, d'un© vibration do la matilre, la base d© son art* Apres tout, e'eet 1'objet qui l'interesse dans 1'hours©» Cett© concep-tion phenomenologique de l'homra© n'empSche pas lfauteur do PrOemes d'offrir & eon lecteur un© certain© recherche dans le sensual ism© d'expreseicn ou 8© melent quelques details Srotiques, en part tree hum-bis, et cette joie particuliere n©6 du sens de la •vue, que, ehes Pong©, 1© polte-peintre ©t 1© critique d'art oherehent 8. communiquer. C'est a 1'erotisms littlraire qu'll fait appel done un text© tel que "Hitler© et Memoir©", ofi i l Identifl© la pierre lithographlqu© avee une feme qui livrerait see souvenirs "dans une slri© d© baisers"6* ou qui, maintes foiS usee, "rappelle(rait) dans 1'amour le nem d© sea amants anoiene".^(8ic) L'arbist© sol lie ite "les Igarements", "les fa-66 veurs* de la pierre. Pong© ajoutss "II aura fallu l u i permettr© d'Stal©r jusqu'au bout r- ehaque trace, ohaque taoh© -* 3usqu*a\la fin de son dlsir, jusqu'st la fin du mouvement qu'il provoqu©, jusqu'& .1'iEt-raobilite." La plerr© lithographique n*a# sans doute, ©n sol rien d«©~ rotiquoj, ©©pendant ©n employant le wcabulalre d# la seduction Ponge re* vol© dans une succession do riches metaphor©s la hantiae de la mlmoire prisoaniere de la matiere. "L© camot du Bols de Pins" Ivoquo, & eon tour un sensualism© fait 15 de prdpretf sain©, de discretion, d'agropent. , L© leet©ur, coram© ppussl H f u i r s o n Stat, naturel d'homa© debout et d rejoindre I 'imobilite', hu-milioe des ohosea ot des morts, se sent i n v i t l d s'Stendre Sur l'epaisseur au sol elastique et y©rra©ill©. 69 Dans "I'abri noble" 7 0 du bois de pins, i l oroit deoouvrlr un "salon de musiqu© sobremsnt parfume", Voioi done I'horaaie abattu, livr© aict c har-ms© du bois de pins,, "rousse Venus", "ou ussrine ou la©ust©",* 7 2 dont l'ombre, "issue de la baignoire" 1,'envelopp© et le grlee. Le bois de pins "peigne odoriflrant d'une geante"7 4 l u i inspire encore un autre court tableau en prose: Grand Nu sous Eels dans lequel Ponge, le pein-tre, ivoque fi nouveau un honme etj©ndu, un geant solitaire, paisible, . ause sens referm£a sur le monde sxterieur, vaguement agitS de tressaille-jaents awe approohes du sommoil. Ponge sugger©.*, ailleurs, "les plaisirs de la port©"* la joi© d© la "tonir dans s©s bras", de 1 *empoignor. au -ventre par son noeud d© por-celain©" ©t d© s© 11 vrer aveo ©He & un de c©s doux "corps d corps ra* pidos" pour se r©trouver ©nsuit©'©nolos" dans l'autr© piSce. Serait-ce 1© symbol© d'un affranohissement? P©ut~e*tr© c©lui d'un nouvel esclavage. En effetj I'auteur du Peintre d 1'ltud© termine par un© inversion bru-tal©* cett© tendre ©vocation sympathiqu© & la chosea "D'une main ami-oalo i l la retient encore, avant d© la repousser dSoidSment ©t s'enolo-r re* -c- 00 dont 1© deolic du res sort puissant mais bien hui l l agrlabl©-^  msnt l'assur©."7® 11 tient Ividenaaent d saettr© ©n valour le, verb© "as-suror", un do ses mots-clef, ohargl d© oozaauniquer una certitude, * Cett© image n*©st pas sane rappeler "La naissance De Venus" de.Botticelli 16 eelle d'etre, protfge par des murs, un prisonnier volont aire. Le sen-sual i sme d«expression semble ainsi duvrir le© portes d'une nouvello tour d*ivolre, d'o$ le poet© observe le monde des objete. Comme le fait reciarquer Albert Camus dans son article intitule, "Lettre au sujet du Parti Prls", 1'originalit! de Ponge est earaeteVl* s$© par le monde qui se volt. L'image visuelle prldomine dene ses des-criptions. II contample de preference les natures mort03, et, S 1'op-pose du peintre oontemporain qui point autre chose que son model©, 11 aim© & ocrire ©n presence d© 1'objet. 7 7 II s'astreint d I'objeetlvit©' 78 en cherchant £ s'oublier "pour considerer le monde". Cependant, 11 ne pent ©clapper & lui-mewe, que 00 eolt nn oeillet blano ou un galet Usee qu'il eerr© au oreux de sa main, "jamais 11 ne se rend saieux compte d© lui-mens"79 oar i l libera ees Impressions sensorlelles et trouve ainsi une nouveils source d© joi© par 1© bonheur d'expression. Le poeto-peintre suit son epoque. "Papier© oolles, f i l d© fer, bribes d© conversation, Ileus commune",**0 volei le collage, inspire par le surrealism©, autre chose qu'un© "matiero", "un© critique de la si pointure". Enchant© par cett© pauvret© d© soyen, 11 sembl© que Pong© ait voulu rotrouver la technique du collage dans certains de ses poemoe, aortes de tableaux ©xperimentaus ou se retrouvent "foul Ilea d© ooil©, oolophan© bleu©, atolls d© eucre, prof ends oahiers" tout un assemblage hetaroolite de nateriaux tentant de reconstituer una marine. Pour le Huage, Pong© a decouvert "un llnon humid© et glad ... ou la transpiration a peril", 11 en tomb© des "cristaux plume us". 8 3 Cett© pauvret© de oouleurs* cot aveu du mat&riau employ5, prouveralent-i l s une nouvell© tentative dans 1'expression, par degout do la parol© 1 7 trop use©? Cost oourageux et maladroit. Le poSte qui -vole au peintre sa technique, d un degr© trop avanels trahit l a oause du langag© en l e torturant inutilement, m§m© s ' l l croit reeonnaftre dans l e collage une revolt© sain© contre le tub© de eouleur. La eouleur, en ©ffet, dans l'oouvre de Pong© ne jou© pas un role de premier plan* L*aspeot plas-tiqu© de sa poesi© rappell© le tableau monoohrome, le sine eobre, alane et noir, 1© dessin l i n l a i r e meme. Lo faune aooroupi d© Picasso se re* trouve dans 1'evocation d© " l a Jcune l l r e " 8 ^ aux courbes souples, ety-llsees qui effacent l a oharpente* "L© (gymnast©" , 8 5 sort© d© marion-nette WB©11© epoque", s'agite, prisonnier des lettres qui fbrmant son nomi "Comme son <5 I'lndique* le gymnast© port© 1© bono et l a moustache", "11 port© aussi oomm© son Y l a queue a gauche"* Son numero f l n i , i l tomb©, Icar© grotesque, "commo un© chenille",' et rappell© par sa mitamorphoe© I'hossa® insect© d© Kafka* Trla souvent, Pong© Se desisteresse do 1'homme, pantin dlsarticule, pour amsner lee ohoses i une sort© d© vi© experimental©, 11 abandonne elors Son talent d© peintre pour eelui de cameraman* Ses &tud©e tlen-nent d l a fois du court saStrage et de la band© l l l u s t r l e * La lentill© de 1* object i f se rapproch© d© l a surface du pain et "nellies* crttee, onduiations, crevasses" 8 7 eurglsseat* L© morceau d© viand© vu d l a loupe se meut oomm© des "moulins et pressoirs & sang" 6 8 avant d© r a f r o l -dir "d l a nuit, & l a mort", sort© d'int©midlaire entre l*aninal at l'ob-j©t* Au eujet du galet, 1'auteur du Parti Prls raeonte en images l a creation du monde, d*un monde animS qui vibr© ©t qui sent, i i d i t " 1 9 o r i -gin© du gris chaos de l a ferre, notre humble et magnlfiqu© aSjour"* 8^ II dSshumanise I'home ©t donne vie & l a matiere, d i a recherche d'un 16 ilquilibre ©t aem© d'un© idontitl entre les deux0 C'est & I'lllustra* tion de oe &ateriali©iae que Ponge oonsaor© son talent de poete-psinrbre-oamerainan dans sa tentative de renouvellexneni du langage* l l est ausai critique d'art. Le dessin, la couleur 1'intlreasent, i l oomenta les oeuvres des peintros Braque, Fautrier, Picq* l l recher-che en ©us le rn&ae souqi d*expression qui ne oesse de le tourmenter. Bans un de ees calendars, caractSristiques de eon humour, i l pari© d© ^'expression (du tub© d© coulour)" 9 0 au sens d© "jaillissement", coram© lui*m©^ a© secrete des parolee. II rev© do la conception d*uh pol-a© trie visuol, ©pais, d trois dimensions. II s'int6resse d Fautrier dont la peinture grenue, statiqu© epaisee ©xprim© o© qu© iui-mome sbubait© obtenir d© son inspiration, us objet palpable du doigt, source d© plaisir ©ensue!• Devant 1© p©infer©* i l n*h4slte pas d s'hurailler, ©V'teervir d© ropoussoir"^ sachant que 1© peintr© a dead trouvi eon raoyen d'oxpression ©t que "la bonne peinture sera cell© dont, ©ssayant toujours de parler, on n© pourra jamais rien dir© d© satisfaisant".^ Donnorait-il vraimont la prSslano© S la peinture dans sa hierarohi© des arts? Peut-etre ©st-il un pointre qui a*ignore* ou un artist© paseif* sterile on some, un creatour paralyse devant la toil© blanch©. Sout©-fois, i l dexaour© ©n Francis Pong© un eritiqu© d'art, tres conscient de sa tSohe ©t qui choroh© avec soin d deoouvrir dans 1©peintr© qu'il etudie, 1'artist© "engage". Adept© d'un certain hSdonlsxa©, d'un© reoherohe du plaisir dans I'ata-raxie* ! Pong© veut aboutir"4 1'impassibiiitS intlrieur©, Cependant, les horreurs de nla guerr©, IvoquSes par Goya, les themes du "Guernica" de Picasso, "1© cannibalisms" d©s nazia qui inspira & Fautrier ess "Otages" 19 suseitont en lui n l a honte, un certain dUgoQt de vivr© dans ©es oondi-ti«*, m i S surtout la stupefaction, puis la ooler©".94 L 'art d'un Fautrier l u i rendra la serenlt© gra*c© d sea ©ouleurs " s i hanaoniouaQS* s i pareilles It la carnation rose, bleu©, jaune, orange ou vlride des , fleurs". 9 5 L* artiste pent avoir &t% genl par son sujet sals "gen© et rag© Sola tent ©n beaut© suave"»96 la phrase qui torain© Hot© sur  les Otagea dSfinit ce roouell d© reproductions par un d© oes alesaa-drlns dont Pong© aims ©Vomer aa prose* "l'horrcur et la beaut© tael&e© dsns 1© constat." 9 7 L*art doit " r a o 3 u r©r" 9 8 non tooubler. Francis Pong© pr8n© l*art ©ngagl* un art qui vout raasurer l*hQsraca© du vingtiSiaa allele, qui l u i offre des objets d© joulss&no© dans la eSr&ilte d'une demi-oonsciCno©, ©t qui s'appliqu© d l u i raontrer com-ment oroer ©a propr© rhetor ique. la tentative de:<Fong© a sug^SrS & J.P.Sartre une odraparaieon ©ntr© la© Parti Prle et les. natures raortos d© Braque. Dana son article "L'hoiffia© et lea chose©", Sartre decouvr© en effet ch©2 Pong© un© "dlscontinuit©"" semblable aus llements solides des tableaux d© Braque, "entre lesquel© l'oeil doit Stablir cent unit!© different©©, mill© relations ©t corres-pondances pour composer ©nfin aveo ©us un s©ul tableau". Sartre not© eneor©* "l^effet d© oes discentinuites ... constitu© peut-Str© le char-me le plus iismSdiat et le plus difficllement explicable des oeuvre© d© Pong©".9® Dana le vmtm ordr© d'ide©s, 1© thin© du miroir revient a plasieurs reprises dans Sea lerits* c© miroir qui ciroonssrit, qui ro-f l l t e , qui fait "qu'on a© trouv© ohang£". 1 0 0 L'ofcrit individuol, en reflltant la r e a l i t i , en datach© un sioroeau ©t la dSforta©. C© que Pong© admlro, en effet, chea son ami Charbonnier, c*©st un© nature vu© "par 30 101 fragments dans un miroir". Cett© nature Interroge la jouiesan-e© n'exist© alors plus que par "cette (absurd©) lucidlt©*"*®2 ©t pas du tout, coram© dans 1© mond© d© Braque* par une appropriation ou'les objets S titter, 4 Streindro, enfin & interrogor" donnent & jouir aux sens • Ges deux derniers. exemples que yoiol, relatifs & Braqu© ©t 4 Sautrier, illuetront en raocourci les preoccupations de Ponget La confidence lucid© de l*artist© en face de son ©enure et le sensualis-ms d*expression, tentative d'tra model© d© rhltorlque. Pong© volt ©n effet dans le poem© "un objet de joulssanoe propose d l'homme".*®* Le diclaotlsme qui se do1 gage de son oeuvre consist© S donner l'exempl© &fun© rhetorique personnel!©, d enseigner d chaque homm© "l*art d© re-si ater aux .paroles". Pour Ponge, "o'est une oeuvr© d© salut pu-106 blie". II rejoint Camus en affirmant que, de nos jours, l*artist© doit avoir une fonetion social®. Le podt© n© pent ©*tre qu' engage ra&ss s * i l s'y r©£uso. La mission de l*artlate est d© fair© d© l'art autre ohose qu» "un exeroice sans grand© oonsSquenoe, et un simple di-vert issement"*^7 La beautfi, selon Camus, n'est pas un© "legon d'igofs-me, male d© dure fraterait©".*®8 Pong© a 1*intention d© livrer au leo-t©ur son experience d'artiste, 11 se peut d'a'illeurs que 1© poSte ne tienn© pas toutes les prcsaesses du thloriclen. En effet, Ponge dout© parfois d© ses talents naturals d'lerivaln et a© each© pas que pour l u i l»art d'eerire soit un© tSehe d i f f i c i l e . 11 Iprouve un certain plaisir d fair© part d© ses reussites, quelque relatives qu'elles solent, et souhalte eveiller ©n ebaqve lecteur cett© "rag© d© 1»expression" qui 1® tourmente. 21 • -tiki* ecment p|0ottd--il poa#; Iiai«aS«' i t d i f f i c i l e 'p^tim 4* ¥m* pression? A 1'safer dea paroles* Poaga eherote una leau©. II aurait p*i fe tsire, c^paadmt 11 a *ho|i»i 4'^rlx*, gar &4f£V dlb*il* la "»ge de V*it®flfflto6* f«l le $o*t4d»* m'&mmtm pan. too* 1© vide, des port concepts, 11 lui faub dee prolet ocnordtsa, tangibles, solides, des e*tr©e vivaata nitrifies taSnte. • G'est ainsi qu'uae eorta d»apaia««t l u i viont cyrleuseaent d'objets iasignifiaats en apparency Kale dont l a costem plation, source de joio* eontribue, 11 l«©sper», £ une renaissance du langage. 22 Eeferenoea 1 ProemeS* Gallimard, Paris, 1948, p. 174. 2 Ibid., p. 14S. 3. Ibid., p. 172. 4 Ibid,, p* 174. 5 Ibid., p. 170. 6 Ibid., p. 167. 7 Loc. Cit. 8 Ibid., p. 168. 9 Ibid., p. 166. 10 Albert Camus, Le % t h e de Sleyphs, Gallimard, Parisj 1046, p. 167* 11 Proemes, p.- 161* 12 Ibid., p. 171* 13 Ibid., p. 172. 14 Ibid., p. 171. 16 Le Scythe de Sleyphe* p* ISO* 1 6 Proexaos, p. 146. Xf Ibid., p. 147. 18 Leo. C i t . * 9 Le % t h e de Siayphe, p. 131. 20 Ibid*, p. 43. 21 Proemes, p. 176. 22 Voir d ce eujet, Ibid., p. 177. 23 Ibid., p, 173-24 Ibid., p. 166. as 28 Proemes, p. 103. 26 Loo. Pit, 27 Ibid., p,, 162. 28 Le Ejythe d© Sieyphg, p. 168. 29 Loc. oit, 30 Albert Camus, Jbces,, Calllmard, Paris, i960, p. IS. 31 Ibid., p. 18. 32 Ibid., p. 34. 33 Ibid., p. 89. 34 Pro&nes, p« 119, 36 Ibid., p. 121. 36 Ibid., p. 120. 37 Ibid., p. 16 38 Ibid., p. 136. 39 Rene Etiemble, "Pour Francis Ponge", Les femps Modems a, Ho 55, S&d I960, 2087. 40 Proemes, p. 205. 41 Ibid., p. 197. 42 Ibid., p. 193. 43 Ibid., p. 203. 44 Ibid., p*. 202. 45 Ibid.* p. 203. 46 Ibid'., P. 204. 47 Loo, c i t . 48 Loo* c i t . 49 Ibid., p. 201. 60 Loo. c i t . 3 4 81 Prolines, p* 208. 52 Jean-Paul Sartre, Situations I, Oallimard, Paris, 1947, p. 289. 83 Proemes, p. 208. 54 Ff Pong©, "Text© ©ur l ' e l e o t r i c i t l 0 , I.H.R.F., fo 81, Juillet 1988,;. 2 § ^ y 55 ProeaiQSi p. 207. 56 Loo, ©it. 87 Ibid., p. 187. 88 Le ajythe de Slsyphe, p. 168. 69 Los, oit . 60 Proemes, p. 208. 61 Ibid., p. 156. 62 Loo, oit. 68 Francis Pong©, Linage, Vingt et un testes, suivis d'une  blbliographle, Lis Icrivains reunis, A. Henneuse, Id.V Lyon, 1948, "p. 16. 64 Francis Pong©, Le Peintre d 1'Itud©, Gallis&rd, Paris, 1948, p. 100. ' 66 Ibid., p. 101. 66 Ibid., p. 103. 67 Ibid*, p. 98, 68 Francis Pong©, La Bag© de 1'expression* Ms mod, Algl©, 1982, p. 79. 69 Ibid., p. 100, 70 Ibid, i p. 83. 71 Ibid., p. 84. 72 Ibid., p, 103. 78 Loc. ©it. 25 74 La Rage de l 1expression, p'» 87, 75 Francis Ponge, Le Parti pris dee choses, Gallimard, Paris, 1949, p» 21. 76 Loc, c i t . 77 La tRage de 1»expression, p. 50, 78 Le Peintre d !•etude, p. 127. 79 Loc. eit. 80 Ibid., p. 130. 81 Loo, eit. 82 P. Ponge, "Marine" j "Le Huage", Cahiers du Sad, Ho 311, p. 45* 83 Ibid., p. 46. 84 Le Parti 'pri3.» p. 45. 88 Ibid., p. 44. 86 Loc. eit. 87 Ibid.* p. 23. 88 Ibid., p. 45. 89 Ibid., p. 76. 90 Le Peintre a 1*etude, p. 61. 91 Ibid., p. 31. 92 Ibid., p. S4. 93 Ibid., p. 46. 34 Ibid., p. 47. 95 Ibid., p. 25. 96 Ibid., p* 78. 97 Ibid., p. 79. 98 Ibid., p. 134. 26 9 9 Situations!, p. 274. 100 F. Ponge, "La Tentative orale", Leg Gahiers de la Pleiade, Printempa 1949, 82» 101 Le Peintre II 1*etude, p* 110. 102 Ibid., p. 111. 103 Ibid., p. 110. 104 Proemes, p. 84. 108 Ibid., p# 104. 105 Loo oit. 107 A. Casus, Biseours de Suede, Gallimard, Paris, 1958, p.35. 108 Ibid., p. 60. CHAPIfRE II Le po§te des ehoses Ponge ne vient pas aux ohoses par ha sard, mais eelles dont i l par-3 l e sent Slues, "ellas tapissent l e fond de sa memoir©". II avoue qu© oertaines d'entre ©lies I'obsedents "J*ai du mimosa un© id©© au fond de mol qu'il faut qu© j*en sort©". II n© s*agit plus l e i d'un© vulgalr© description photographiqu© qu© 1© poSt© voudrait proposer, non, i l re-cherche I'Str© d© l a chose, ce que, au fond, elle l u i refusera toujours. Sartre montr© a i n s i , en s*@nfoncant dans 1© jargon d© l a psyehanalyae, qu© I'objet choisi prend chez Pong© l a valeur d'un complex© qui hante sa personnalitS et en definlt le secret.** Vers quels objets Pong© dirlg©-t-ll ses regards? Tout d'abord vers l'objet 1© plus simple* II esplique a i n s i l a diversity d© son ehotxt "La riohess© des propositions cont©nu©S dans le molndr© objet est s l grand© que j© ne concols pas encore autre chose que des plus simpless un© pierre, une herbe, 1© feu, un morceau de bois, un norceau d© viands." L*oeuvre d© Pong© laisse, pour 1© moment, 1*Impression d'un etalage de "fragments discontinue" et son reive de creer un© cosmogonle ne sembl© qu*d l*4itat d'Sbaucho. II sSleotionne encore les elements bruts qui l u i permettront plus tard d© c r i e r , 11 esper©, un nouveau De latura Rerum. 27 28 I l lor i t done Prolmea i "Ainsi done, s i ridieulem©ttt prltentieux qu'il puisse paraitre, voioi quel est & peu prls man dessein? je voudrais eorire une sort© de De Katura Rerum. On voit bien la difflronce avec les pontes oontemporalnsj o© n© sont pas des posmes que j© veux eom-poser, mis un© seule cosmogonie." Cspendant le dloalage rest© enco-re Inorme ©ntr© la volenti ©t la facultl, entre le long poem© de Lucre* o© et l©e minoea lorits d© Pong©. Une autre r©marque s'imposes l'idl© d© oosmogonio prlsuppoae 1*exist©no© d'un dieu crlateur ©t organiea-tour do la nature auquel Pong© n© oroit pas* A iaolns qu© le poet© Pong© na ehorche a s'identifier d un dieu, 11 oit© quelqu© parts "Le Verb© est Dieu, i l n*y a qu© 1© Verb©, j© suis Is Verb©." lentorait-il d© reorler 1© mond© aprls 1'avoir dltruit: "J© mettrais 1© feu & mon xlet Kon settlement aus vlgltations I <Je me ©haufferais & blaac jusqu'au rooi Jusqu'i 1'inhabitablet J'allumerais peut-ltr© un s o l e i l , " 8 Des C©ndr©a qu'il, aura pu ainsi produir©* i l semble qu'il veuill© fair© rc-naitre 1© mond© dans "la form© dos ohosee les plus partioulieres, lea plus asymltriques ©t de reputation contingent©?,"9 Obsldl par le par-ticulior, i l s© dlfend d© mite© dans Proem©© d'avoir la nostalgic d© l»u-10 nit!. Si bien que certains, & son dire, ont voulu appslor 1'oeuvre 11 d© Pong© un "De Varietat© Rorum".• II s©mbl© don© qu© l'autaur du Parti Pris des Chose© aouhalte composer une sort© d© mosalque, dont cha^ qu© cub© ©Willi, rich© d© sa valeur propre, formsrait un ensemble, un© frssque d'ou amergerait un© nouwll© conception du r l e l . Cett© transpo-sition, ©n fait 1© domain© propre d© Part, or!© un mond© qui semble se suffir© a lui-msao, qui contient tous les desire d'lvasion. "Inutile de partir* 9® t * M * l £ r t f aux #a*s<M»*»** Ainsi P«a$# jgie**fcre*fe*li taaa ib i* l i t ! t i a w t u p a l ^ M o a t e ^ des- ehoaas* t l y velf m -refuge centra i a ehaaa actual 4a l a sooiato humaiaa ©fe una dSlui-asae pout-atre fact ice <?e stafeiiite. to poSte *©'sagsgo* et assise iHadiqua le titr© de sen ra* ' oueil de pdfess ea prose* i l prend l a parti dad eaoesa* En taieri#« Ponge afeandotsae 1*Hodge de i*home» 11 l'onot do sa ooemogonle at quaad i l daigoe y penser* 11 an Unit* ea*e nous i'avans w9 una ohoca, B§S 1987, Ortega y Gasset sumtere dans sen etude eur la dlahumaalea-tioa de l*art oe t r a i t oaraetSrlotiquo das artistes da XKe allele qui oat eholel une sorts d'looneoiasma d*ou o*offao<5rait la silhouette twmi-»«• Cependaat, ehss Ponge, a IHnterieur du po&aa se profile* & demi aas®9»li sous d## ^»a | a a at dea «&*hm$ l a visage da l»tia«ae* * Qusilo qua eoit soft intention, Poags as peat gulra lehsapar & ia condition hu-mine* alia l a poureuit d trover* lea baubles objete da la vie quotidien* na* XI ©*Starlit ainsi use aorta d*fiqu5,llbre antra l^oatas at les ohosos, un© sorts d*eohange oontinuel da valeura et earns douta un onricbi«3oa9nt mutual. "Pour f l a i r , hoote* bStee, plantos* minSraur, Sont aie Sur ia ra&ae Quaad Poage s*intlraaaa aux Stres vivaats* 11 oe tourne vera lea for-raoe da via las plus primitives, I'inseeto, le «>liusqua« tee sMmifoata-tisas do |a vie l u i "Semaient aneora da beaueoup trop diffleiiee at * "Cat effort fear sa voir par les yea* d'ua© iSfSes #traa®irey, re* prfieanterait, dfapr|a Sarfcro, !,uao des oonaequonces da la raort de BieV*, qui anitrefais ragardalt i*nojEae« "Au^ourd'aui qu'ii est soul Bleu at qua sen regard ffeit lalore tout® ohoee* i l tord la aou pour essayar da s a voir.*' Sartre, Sltuationo I, op, c i t . , y• 26S-2S9, 30 ehargees de significations incites d deoouvrir • (pour qu'il) pulsse i s songer d s'y atteler de longtempa*"* En f a i t s Ponge redoute ie mouve-ment, sign© ehez I'individu d'un© volenti eonsoi©nt©» L'homme "3 venir" dent i l reve,evoqu© parfols les robots sans dm© ©t sans relief d© George Orwell* l i v r l s d l'enorm© machine administrative du "Grand Frer©". Au cours de sa quet© du bonheur, Pong© souhaitant ©ncor© davantag© 1'anni-hilation do la vie, fait de I'homa© une figurine de pierr©, semblable d un de ees galets que son ami Braqu© almait A semlpter sur les plages* Dependantj 11 ©Seal© d© se "transferer11 direoteraent & i'-homme* "L© Gymnaste"» acteur aux gestes depourvus de sens, dont I'adresso ©man© d'un© if "slri© de conduit©S figeea par 1' hereaite'", "La Jeune m§rO", "polypier" dont "1'unite' hum in© a 1 est evaaouie"*8 prennent des poses d'iasectos ou do mellusquea* , Pong©.aeslmil©.Is© col leotivit.es aumineS & deo .fourr milidres, dont les occupants sesiblent obelr inoonsCiemBent "au dernier rite de la s ingulier© o6remonla"e*® Les clients du "Restaurant Lemsu-nier" acoompliseent aveo ensemble les gestes automatiquos du dineuf dans un cadr© vulgair© ©t bruyaato Cos grotesques pant ins endimanohls, sem-blables aux promeneurs dominieaus qui animent La Hausoe d© Sartre, s© trouvont,d un moment precis* remplaoes par "un soulSvement general du mo-bilier" et "une vast© menagerie d© chaises et de tables," regardant "aveo hebltude et paasion la rue deserte".^- Void done les ohoses donees d'Sines aux sentis®rt;s contradictoIres, voles aux hommes, semble-t-il par une singuliere osmose de valours« * ef« Chap* I. 31 L'auteur du Parti Prle evoque encore une autre commuaautl, au titr© curious,qui pourrait Itre oelui d'un dossierj d'un document administra-t i f y "R.C.Seine Ho", s i imprloie HS&B© que le nuraero en est perdu. Ponge design© par c© sign© un bureau d'affaires ou viennent s'asphyxier deux fois par jour, "un peloton d© petit© employe© a l a foi s mesquin© et eau-vag©e" qui "4 un© allure do grains d© cafe" appro©hent "de 1'Cngrenag© broyeur."*^ Suit une description do la machine "dont los nombreus ©a-naux s© ooupent a angle© droits"^' 0 ot ot. so cSldbr© "1© oult©" eaori 24 :d© "1'analphabStism© commercial". C'est l a qu'offioiont les chef© do service qui. S l a f i n du jour;"s© dlfroqueat tout 4 coup d© leur grimace caractlristique ©t se transformer* on veritables hommes du mond©", • pontifes ridicules se mltamorphosant soudain en mannequins charmeurs. L'iroaie d© Pong© ©'attaqu©, ©a ©ffet, 4 tout© organisation social© dans laquell© 11 deoele l a presence d'un r i t e , d'un© mloanisatlon ab-surd© ou prldomineraient les geetes in e t i n c t i f s . II consider©, 4 cer-tains moments, 1'homm© oontempcrain avec ha in© ou araertum© ©t s'excroe avec un© joie insidious© 4 1© dlshumaaiser. Obside par les ©hoses, c'est 4 ©lies quo Jrancis Pong© a'offore© de eiroonsorlre son champ d'inspiration. Gomw© 1'a rexaarque Braque dans 26 8on "Homaag© a Francis Pong©", 11 "a l a sagessa de partlr du plus bag". A dessein, 11 ohoislt l'objot 1© plus simple qui ©oit, 1© galot, tout proch© encore d© l a naissano© d© la terro, d© son premier element solid©, 1© roe, pour inciter chacun 4 "un voyage dans I'epaiseeur do© choees".^7 I I sembl© que ce prisaitivisme depasse, parson obsession du minlral* oelul * Cett© imago sembl© evoquer los tableaux de Llger et do Picasso. 32 d«un J. <?« Bousssau enooro £ la recherche d'un age d'or* La chess sat la* i l la contg^plo ©t la respects du taclaa i l 1© voudrait. 11 dlt du mimosa« "«7»al «n t**$a grand reap©©* pour l u i , *.*# J© ne voudrais pas lo traitor 4 la l^gere** L'lerivain chorch© § e^'»f^«©r'd«mat la oa®*st 3ymbole phSaoralnologiqu© de l*8tre, Au Qasala. 11 norait int6r©0eant da rapproohar oette intention d© ©ells dad phSnomfinologu©© pour qui "penser, ©'est rSappreadre & voSr, 4 dtre attsntlf, o*«st dirlgcr ©a conscience* e'set fair© de ehaque idle, da cfaae^e image* tl JA facoa d© Probst, us lieti jpriyiiigil"* • ' Camus ispa*tf#> & ca avtfet* I'Jnpertftae* que prand I 1 humble ©b^et, ooinpara aux grands prinoipos unifioateurs, 11 elts Husserl et ass disciples qui ae refusent "A expiiquor la monds" et a* rechsrehsnt ©.tj'^ uns description du vlau** 3 9* Scutes las images dawien-neat ©lor© privlllglloss "le pStale de roB©, la bora© kilo^feriqu© eu la min humaiss ont autaat d*importance que 1'amour, le dSeir ou 1«© Uu «, l a gr.vitotion..^ * l e «. Itotl rtlWrt qu» imparfaitement oette th©ori«» car Pongs pr$te> aussltSt»aux ohosee des 6tats d'firo©* Commoncant par do© descriptions & la Bufflao* oss 4hro* cattcni d© chose© ie tsrmlnont convent en oourtes fables trio rapidoe, & tendance phlloBopbique^douSce d'un met iacialf rappelant un dee ©oucio primordiaux de Francis Ponge, eclui de 1'expression* Voioi I'huftr©. "C*est un© mond© ©pinifitraaeat ©los* Fourtant« on psut I'ouvrir",^ et par oe geste* on dltrult ee Btonds# m 1© tus* Pongs cmet ensuit© ds nous dire qua i*huftre ©at comestibl©. Get *©nB Impersonnel. "qui scmblo d*ra $mm ds Saffea", " * d * mettr© un act© dopoi«*vu ds •#«&§* cot "ou" obatinl "dieparait et fait 88 plaoo It ee» dolgts curious <*ai *»#$0S»bl#nt tm pen & ceux dea mains frap-$ettf98* dans lea freeques de tm, A»gelice% i ?* Pong© c^leelaai un "mond* otrasga ou l*hoaaa© eat par ess sntroprieQe* Mtid absent C O M eeprlt at coma© preset* l a ohose* de son edt#, l u i emprunt© dee t r a i t s de oaraotoro t r i e huasains* Ainsi , "opinifitrement;'1 adverbs du vo-eabuleir© l i sot i f , baud^lairier, noistre de l a part de l * h u i t r o , l a volonte d*engag©r une' lutte eongeiente centre le couteau qpui l a Eartyrise* Oa* verts* ©**st "tout un *a©ade"» Les terse* glo^aphlques s*aecm&ulents afir®awafej ©i«u*# mm qui flttt et re f lu©, " 8 6 e l l s devient un olorooos" me* l*iiaags d'ruae..coao#fil<m humine* S©rait-ce l u i moBtoNv* plus de res* pect que d« l a gebert Onivars r l d u i t ou nourrlture* l *huitre perd son i d e n t i t y Au fond, PeagC na reoonsaft pan g l a chose un© existence en sei* Xnfidtle d l a phlncaenoleglea 1 1 fiN£ci§# a l l le t tr t* " l a nature to quo par l*aomm©"#^ C'est au poets* & 1 •artiste sa ggnfiral, "d»exprl~ mer* d© r l f l e c h i r " l a natures La er&ense i© I'hcmm© colore* anime* trav©r»© oes courts poSmgs, rlduits d des fragments d© miroirs qui reflateraicnt des Amotions at dos peasers husfcias* Srop ssrrea* les fruits* ©nfermls dans Is <*ag©ot, * ttVm textes* W Icrits* prormont &ut®l le m&se cmract#re (oolul d'une glace oase6©)0 l i s voue parainssnt eoEsaa dee glasses* ceaeoe dos miroirs* i l eeabl© que vous y soyes snferme«n F. Ponge, "Tentative O r a l * " , op.* «it*» f« 83* meat". La pareathese est de mol* 34 A travers i * imagination do Ponge* le papiilon* "ellumette volante" devient une sorte d© joust mecaniquo d'ou s'eehappent des alias de flam-me inoffensive, Objet solitaire, "erratlque"* sanS influence eur i'sclo* sion des flours, ie papiilon ne peut eommunlquer le feu qui 1»illumine 11 'arrive trop tard" demnt la fleur eelose. Hals la metamorphose da 1»insects continue* Ponge l u i prSte un r81e huaain. 1$ v o i d "lam-piste" 9 graiasant* au passage* les rouages de ehaque fleur, a" son tour mecanisee. Ce papiilon, servlteur des corolles, loin d'evoquer la fono-tion attendue de lHnseote butinaat le pollen* donne de i a real ite une image renverse© cosm par un prismS* Humaln encore, i l se "venge de sa longue humiliation de chenille au pied des tiges". 4 S te papiilon se Utfta do Son humble ©tat de aoliusqua* emprunte pour un moment une pose vaguement humaino, tout en prenant la forme felrique d'un oiseau de £m. XI aembl©* en effet* que Ponge prSte d oe simple insecte les attribute de l'Stre fabuleux imagine par les anoisaS, 1*oiseau Strange rouge et or qui se brSlait lul-meme. SuT le bQcher de I'iEimortallte at renaissait de ses oendres. II est d'ailleurs intereeeant de constater que le phenis, oiseau de la mythologle orientals soit lie" d 1*invention de la muslque . et de la dense• Ce mythe de 1'oiseau de feu* eatrevn par Ponge, dans son evocation de "l'alluaatte volants", semble rlualr le symbol© de la resur-rection et wBm de i'lwortalitd, et prater d l*art une origins fabuleu-se et saeree* Malgrl sa volonte arrStee de ne contempler que I'objet an Soi, Ponge ne peut s*emp@eher toutefois de derive* dans le domains * Cat humour semble rappeler ceiui du "Canard Eneha£ne"* myatlrieux du myth© ©t du symbol© qul;d© tout temps;attira los poetes. Laissant son paplllon d© lumilr© "vagabonder au jardin",^ 4 Pong© se tourn© vers les escargots. Us alment la terr© humid© ©t s'en nour-rissent. L'her©si© bioiogique n© gin© pas notr© poete, au contraire, i l a5en amuse, assimilant 1'oacargot 4 la fois au ver de terre ot 4 l*etre humin, ©©mm© pour se moquer oruellemont des vanitls do o© der* nier* Les esoargots ont d© "la pudeur" ©t du "sang f r o i d " . 4 5 " l i s ba* 46 j, * vent d'orgueil" proteges par l©ure ©oquilles. (lis sont souvent 11-vres "aux bees des volatile©",47 comae oes lerivains designee par un "sillag© argent! (qui) les suit",^® tombent vlotimes d© la ferocltl des looteurs ou des critiques, leurres peut-etre par 1© clinquant d'oeuvrs© mineos ©t vides d© sens.) L'esoargot, animal solitaire, montr© "nobles-s©, l©nt©ur, sagesse, orguell, vanit©, fi©rt©".^ I l n© forme pas son "expression comma un© demeure solid©"} davantage qu'un artiste, c'est Sl un hires, "dont 1'existence mime ©at oeuvre d'art". Sa ooqullle, pro-is portlonne© 4 ©on Itr© physique "se met ©n form©" ©t l u i survit. Modi-1© de limitation et de mo sure, i l ©nseigne une legont "Perfectionne-toi moralement ©t tu feras d© beaux vers." 5 3 Le fronton du temple d© Dolph© sembl© dresser ©a Silhouette derriere ces snotse "Connaie-toi done d'a-bord toi-meme. Bt aocepto-toi tol qu© tu os. Ba aooord avec tes vices, en proportion avec ta mesur©."^ A ses debuts, Ponge cher©halt l'etre des ohosss. II n'a trouv© qu© la sagesse antique et s'est rlfug i l dans son humanism©. AprSs l'esoargot, symbol© d© l'eerivain moralist©, voioi 1© lizard, alllgori© d© 1'ldle que I'esprit "form© ©t puis, 4 vol ont I, resort©".*'5 §6 Co "chef-d'oeuvre do la bijouterie prlhistoriquS, d'un mStal entre Ie bronae vert et i e vif-a rgent,^dont le ventre soul est fluid©", j a i i l i t des fissures des "ouvrages de ma<jonaerien* telle 2!'idee qui apparaJt dans le ohamp nu et ohauffl d blane d© la ©onsoieno©. Ponge imagine oette derniore comme' un© page illumlnl© "par un violent desir d*obser-vation" , relic© par des failles & "1«ombre et (d) la fraloh©ur qui sent d 1'interieur do 1'©sprit". L© leaard eurgit, et avalant quelques mot® perdus d'aventure sur 1© roc, dessine "un petit train de peneles griees". Ainsi se formal© l'ldSe, avant d© dlsparaStre, i nouveau* dans "les tun* nele de 1'esprit". Ponge ohoieit see allegories dans le domain© des humbles animaux* pourtant derniere vestiges de la faun© prehistoriqu©, tout proches encore, par leur forme, de la orSation du monde. AinSi,ie" l&sard, pense© materialise©, se situe ©ntr© la chose, (c'est un "bijou") ©t 1'animal, (o'est un "petit saurian"). 5 6 Dans L'Ardign©©, I© poSt© des ohoscs, dessin© 1'allegoric d© l ' l -orivain, 6. Garampon volt dahs ce poeme;non pas une representation df I'ecrimin lui-ia§me, mais plut6t,"un© definition do son type". 5 7 L'aralgnee " f i l e ©t tisse sa toil© en la tlrant d'ell© m&ne subtilement ... en la eecretant, en la bavant, ©tr© assez imaonde aux yeux du com-mun male dont l'ouvrage, s i Solid© dans ie hardiesse et sa tenuite, *a Shim© d© l'homonoulst le vif-argent transparent, symbol© de la pense© d la recherche d'un corps. *b feilarmS's'est comparS lui*m8m© d une "araignl© saeree" qui,"sur les principals f i l e dSjd sortie de eon esprit, tisse, aux points de rencontre de merveilleuses dentellSs". C i t l par Pierre Mich©!, Les grands eorivaina francais par la dlsserta*  tlon, Ed. Pouoher, p. 10. ST porter. pr0vl»oir«nent tout le pold* d. VouvriSr,". 0 0 ftelmta, aecro©h$ a son oeuvre, attend 1© leot©ur, sa prole. Loin d© s9adr©s-ser a l u i comae 4 un^emblabl©" 4 un "frire" • pour l'assoeier 4 see vices, i l oaeroh© avant tout 4 10 dltruire, 4 lui"fair© connaStra son neant",^9 et en fair© avec joie un cadavre, o»©st-4«d3jr© un objet. L'lerivain, pour Pong©, n'a pas de mission saorSe, 1 1 est r Adult 4"un determinism© bioiogique" » t i naffe ©orivaln ©t livr© au public d©# seerlticns eolides d© preference, ou "se rotrouvent prises la multipli-city, la variet© de s©e s©nsation$",6^ Coquillag©, carapace, toil© d'araigne©, ©©ere'tionS solidiflees on fait* montrent l'attiranc© de Pong© pour 1© mineral, i'objet dur et see* Stranger 4 la vi©, innnortel ©t sterile. Le galot auquel Pong© a coneacrl les pages d© conclusion du Parti pria des ohoses, malgr©* son aspeot statiqu© d'objet mort, deohet d'erosion, dernier fragment d© roc avant 1© sable, s'anim© d'un© consolen* c© primitive, ©t humaine,4 la fois. Avant d© parler du galet, Pong© re* mont© au dSlug© ©t raconte 1'histoir© d© eon "ateul ©norm©"s la terrso Dou© d© memoir©, "le galot se souvisnt qu'il naquit par I*effort d© c© mpnstre informs"• la mer* L'eau 1© oris© parfois puis le repolit* *a Coaaa© 1© f i t Baudelaire dans sa preface des Flours du Bal wAu locteur"s ' - Bypocrit© leoteur, - men eemblable, - men frerol Qeuvres, voir op., oit., p. 82. . «b Eooutons Camus nous parler 4 son tour du galet $ "COJOU© I© galet vernis par les marios, j'itais poll par 1© vent usS jusqu'4 I'fim®. • . . L© vent me faoonnait 4 1*image d© 1'ardent© nudltl qui m'entou-rait. Et sa fugitive Itreint© me donnait, pierre parmi les pierros, la solitude d'un© ooldnnei ou d'un ollvi©r dans 1© eleldlfefc& U * Camus, Hoces, op., oit., p. 32. t alore, " i l a eur tout le corps 1'oeil de la jeunesse." A traver© les a ventures de ses amours aveo la ffisr,:..il garde son harmonic' "puls-que ses proportions ne dependent aucunement d© son volume". Ce ga-let i danS son immobilite, dans sa eonetane©, Ivoqu© le ludion, ideal '^ I'huiaanisme" Cher d Ponge, iina'ge d© I'Dtr© poll et pfopre qui "l&isse, & travera l u i , passer tout© la mer qui se perd on sa profondeur sans pouvoir en auoun© facon fair© aveo lui de la bou©".®6 Ponge* ©no ore une fois,tombe dans 1© symbol©. Ave© humour, 11 reconnaft n'avoir pu saisir I'Str© mem© du galets "ayant Cntrepris d'eerir© un© doeoription d© la pierre, i l g'empStra".67 t© poete, liber© queiquefois de ses entraves minerales, aime d marcher sur 1© bord, des routes ou les buissons der mures aauvage® con* eretisent un© image du poemo-objet. 1 Ainsi dans *"Les Mures" les images d© la plant© vivante et colore© se mSlent d cellee de l a machine pour 88 orSer un objet-symbole, 1© "bulsaon typographiqu©"• Pong© pose cat-t© Itraage creature sur une "route qui he men© hors d©i ©hoses ni d 1'esprit", 8 9 oherehant d mbntrar qu'avant tout le poem© symbollsl par 1© buisson de mures deaeur© dans l'univers geomstrique et palpable des ©hoses. Dans son desir d© donner au poeme un© valeur encore plus con-crete, i l I'assimil© d une machine d Imprimer dont 1•enore emplit "les fruits ... formes d'un© agglomeration d© spheres",70 figurant les m o t B , t e l s des idoograramos d trois dimensions. Cos mots-ob.jets e'humanisont llg^rementj T , i l s offr©nt plutSt ie spectacle d'un© famllie rogue",7* mepriee® par las oiseaux, CertoS, le poem© ©oneu par Pong©, sort© d*ef-fort constant d'un© creation qui n'arrive pas d son term©, ne seault pas, II se montre sane vergogne d ses differents stages d© maturity, tel 1© S9 buisson de mures* ou flours, fruits eneore roses, se melent aux fruits mQrs. Ponge voudrait-il faire do ses"Mures", le poeme du poeme, 1*hum-ble model© ou le podte "au ©ours de sa promenade professional!©, ••• prend de la grain© d r a l s o n f 7 8 II souhalte montrer au poet©, Cost-d-d ire a lui-mem©, dans 'la fleur trie fragil©"75* protege© par des ron-oes rebarbativoa la prSfiguration du poems acheve. Copendant, Pong© adraet qu© ses oeuvres sont "des echaes de descriptions". 7* Cett© humi* l i t e , fausse pout-Str©, l u i diet© cett© metaphor© curious© d© 1'oeuvre d*art ©n oontinuell© maturite ressuscitant avec ohaqu© fruit 1© long des ohemins. 40 Chapitre II References 1 Sartre* Situations:I, op"., e i t . , p. 246. ,2 Ponge j La Bage de I'espreasion, op,., o i t . , p. 62. .3 Voir d ©e Sujet, Situations I* p. 247. 4. Ponge, Proemes, op., e|t.» p., 137. . 5 Situations I, p. 250, 6 Proemes, p. 140*141. 7 , Ibid., p. 63. 8 Loo.;0lt. 9 Ibid., p. 125. 10 Ibid., p. 177. 11 Ibid., p. 176, 12 Ibid., p. 136. 13 Jean Grenier, "Presentation de Francis Ponge", B.H.R.P., No 46* Septembre 1966, 394. 1 4 Situations I , p. 283. 15 Pro&aes, p. 137. 16 Ibid., p. 208. 17 Situations I, p. 255. 18 Loo a olt» 19 Ponge, Le Parti pris des ohoses* op. e i t . , p. 53. 20 Ibid.* p. 53. 21 Ibid.* p. 54. 22 Ibid., p. 46. 23 Le Parti p r i s , p. 47. 24 Loo, e i t . 25 Ibid., p. 49, 26 Braquoi "Hommage d Francis Ponge", K.N.a.P., No 46, Septembre 1956, 385. 27 Proemes, p. 139. 28 La Bage de 1*expression, p. 62. 29 Camus, Le Myths de Sieyphe, op, c i t , , p. 43. SO Ibid., p. 65. 31 Ibid. a p. 43. 32 Le Parti pris» p. 20. S3 Situations I, p. 280. 34 Ibid,, p. 281. 35 Loc. c i t . 36 Le Parti o r i s , p. 20, 37 Proemes, p. 196. 38 Loo, e i t . 39 Le Parti p r i s , p. IS. 40 Ibid., p. 17. 41 Ibid., p. 16. 42 Ibid., p. 34. 43 Loo* c i t . 44 Loc. C i t e 45 Ibid., p. 29. 46 Ibid., p. SO. 47 Ibid. a p. 31. 42 48 L© Pri8» P« 1S» 49 Loc. c i t . 50 Ibid.* p. 32* 81 Ibid*, p. S3* 82 too* oit* 63 Loo. oit* 84 Loo* oit. SS F. Ponge, Le Lizard, Editions Jeanne Bucher, Paris, 1983, Ouvrag© publis sans pagination. 86 ioutes lee citations comprises ©ntr© les references 88 et 56 sont ©straites d© c© livr©. 87 Francis Pong©, L'Arai^aee, public© l l I'intirleur de son  apparcil critique, aooompagnl© d'un oommentair©, nF*P. ou La Resolution Hum&in© par Georges Qarampon", Jean Aubier, Paris, 1982, p. 4l. 58 Ibid., p. 42* 59 Loc. oit. 60 Loc* oit. 61 Ibid., p. 43, Soulignl par Fauteur. 62 L© Parti prla, p. 74. 68 Ibid., p. 83. 64 Loo, oit. 65 Ibid*, p. 84, 66 Loc. oit* 67 Loc. ci t . 68 Ibid*, p. 13. 4S 69 Le Parti pris, p . IS. 70 Loo* oit. 71 Loc. olt» 73 Loo. olt«, 73 Ibid.., p.. 14. 74 Proeme s, p. 147* CHAPITRE III L© poeme-objet "L© buisson typographique," imago du poem© on elaboration, illustr© 1' intention qu'a 1© poSte d© donner un© qualitl sigillalre i tout objet dont i l l u i plait de fair© 1'etude. Coram© prts dans la olre, oes objets dotSs d'un© valour symbol!quo marquent son oeuvre d© points de roper© tout en s'y mglant etroitement. En ©ffet, dans la pens!© d© Pong©, eom-m© d'ailleurs en chacun de nous, 1© mond© des corps ot 1© mond© do© s i -gnes s'entre penetrant et so superposent sans ©esse* Chez Ponge, poet© ©t oreateur, I'objet et 1© poem© tendent & une equivalence comme si la nomination du reel prenait la valeur d'un© re-orNation d© la metier©. la form© du poete, aussl bien que sa structure intern©, ©hereh© a donner 1'impression d'un objet, ©t, ©omm© 1© montr© Sartre, "les poemos de Ponge se presentent comme des constructions biseautees dont ohaqu© facette est un paragraph©",* Sartre expliqu© oommsnt chaque paragraph©, " s© suff leant a lui-memo, form© un© unit I organiqu©. Pong© evito d© fai -rs des transitions oreant ainsi un© juxtaposition nett© des image©,* * <!• Cocteau definit ainsi la syntax© du cinematograph©t "Cett© synta-x© n'est obtenu© que par 1© ©hoc des images ©ntr© ©lies." II precises "Mon premier soin dans un film, est d'empSoher que les images n© ooulent, d© los opposer, encastrer ©t joindre sans nulr© & leur relief." J. Cocteau, Bntretiens autour du cinematograph©, Collection Encyolopidle du cinema, Dirigoe par Andrl Fraigneau, Id. Andre1 Bonne, Paris 1961, p. 13. 44 48 oomirtG s i l'objet ©tait observe chaque fols sous ua angle different, Cette technique, propre d l'art cinematograph!que, se retrouv© d'ail~ leurs chez un autre amateur de ehoses A* Robbe-Grillot9 dans un reman tel que La Jalousie, ou le mem© thime chargl d* images identiques re-vlent, observe d'un lieu variable, jusqu'd en devenir irritant. Pongs, ©pris lu i aussi d'objectivitl au sens,ou 1'entend A. Robbe-Grillet, de "tournl vers l'objet, c'est-d-dire vers le monde e&tSrieur% oherohe & situor sa tentative po&tique au-deld non seulement du polme & idles mais du podme & analogies et d images, dans le domains de l'objet pur* II voudralt forme et objot Interchangeables s "L© poSte ne doit jamais proposer une penee© mais un objet, ©'©st-d-dire que mime d la pens©©, 11 doit faire prendre une pose d'ebjet."8 Cette peneee, entachee de materialite, aurait fait fremir ua MallarraS qui, avide d fideal et pos-sess" par le Hdve, ne pouvait, S I'invers© de Ponge, qu'aboutir et la feuille blanche. Ponge, serait=il tente do crier quelque sort© de cal-ligramm©? Dans un poem© coram© "La GuSpe, i l soumet le deroulement du teste aux extravagances mimes de i'lnsecte, sujet du poeme. Rlussit-il eependant, & faire un poeme-objet, au seas ou 11 le eoncolt, o'est-fi-dire une pensSe matSriallsle? L© poeme prend, en effet, ches Ponge, une signification tout© partieullere, i l expliquo ainsi dans %• Creative Method, oe qu'il entend par "objets 1itteraires"s "II s'agit d«objets d*origin© humaine, faite et poses speoialement pour I'homme (et par I'hcmms), mais qui atteignent & I'exterlorite ©t d la complexity, en m§m© temps qu'a la presence ©t & 11evidence des objets naturels." tout d'abord, i l attaint par la juxtaposition des paragraphes d un effet d© prlsme. 0© poeme montre, d travers chaque paragraph©, un© 46 qualitl nouvell© de la gueipe. Au debut, elle est machine, tramway, ©n~ Buite, subiessnt d'autres metamorphoses, elle se transform© en divert eb* jets mecaaiques, male doul© d'une vie intlrieure, "elle ressembl© d un de oes vehioules qui s© nourrissent ©ux-mSmes* un© petit© voiture d© I'aseainiaaement publio".^ Pong© interrog©, dans 1© paragraph© euivant, le nom de 1'oepece biologique de la guepe, hymlnoptere et decouvre dan© 6 I'aapeet d© o© mot "& la fois mievre, ©t tendu, prltentieux, doctoral", un© ressemblance aveo l'aile dee gulpes, XI mil© ainsi,au sens Itymolo-gique du mot;des associations d'idles purement subjective© dlfiniseant 1© met aussi bien que 1'objet. A la recherche d© l'idlogramm© dldaoti-que, Pong© se rejouit sans doute de 1'existence de ce mot ©avant, c'est-a-dir© artifioi©l$ "Vbila un mot abstrait qui tient see concrete d'un© langu© morte.1,6 Peut-etre, I'autour dloouvre-t-il av©e plaisir, dans est emprunt fait au grec olassique, une certain© sclerose qui, ©n minerali-sant 1© mot, lui donn© un air d'lternitlo C© mot-image, l l b l r l des ©a-traves de 1'histoire, * se compose d'lllm©nts concrete & I'origlne, dont 1© matlriau visible rappeile, ©n quelque sort©, la ©implicit! des Idifices elaasiques aux pierres nuos. Quoiqu© o© mot, d structure v i s i -ble l'intiresse.j Fonge trouvant o© terrain subjoctif un pen dangereux, annonc© qu'il ne s'avanoera npas beaucoup plus loin en e© sens".'*' Aussi se tourn©-t-il vers 1'aspect dramatique d'un© vi© de gulps, vers la solitude & laquclle ©lie so condamne, oar tout contact l u i est e, Cette evasion hers d© I'histoir© aerait & rapproeher d© CQ© quel* quae lignes de Census» "La mesure d© I'homme? Le silence et les pierres, Tout 1© rest© appartient a 1'histaire," A. Camus, Nooea, op. c i t . , p. 86. 47 fatal» "Laissez-noi el mon train-train vous au v6tr©« A mon aotivitl somnaabulique d m vie Interieur©", s'Sori© la guSpS, La recherche de I'ideograiame ou du mot-objet parfalt, susceptible d'Svoquer I'insee-t© dans son Str© entier, s*Stent solde par un quasi Sehec, i l semble que Ponge tent© ma in tenant do fair© de la gu8p© mSiae un Symbol©» L* ex-pression de la pensSo, de la vi© intSrleure a ne peut apporter que la destruction de I'Str©, condasinS ainsi d la rSelusion dans sa prison d© Silences "St jamais", reprond la gu@p© do Pong©, "j*aeeeptaiS 1© moin-dr© contact aveo 1© monde, s i j'Stais un jour astreint© & la sincSrltS, e ' i l me fallalt dire ce que j© pens©! «•« J'y laisscrais ma vie, ©t on A O temps que ma rSpons© - mon dard."9 Suivont quelques paragraphes courts, fa is ant allusion d certains dStalls etymalogiques. Pong© s*off ore© d»observer 1*insect© sous tous les angles possibles coram© ceux d© Vanalog!©, d© la biologi© et mem© d© la mStaphysiquS, II not© le mot eesaimg "de exagmen, de ex agiret pousser hers" sans explication eupplSmentaire, satis fait sans doute d© l u i trouver un sens prooh© d'esprimer. XI continue aveo frSnStiquei "PrlnStiqu©, pout-Str© a cause d© l»©xlguStS de son diaphragm©",** qu* 11 rapproch© du gre© v^v slgnlfiant d la fois pensS© ©t diaphragm©» Parmi les qualitls morales qu'il s'amuao d inventor d la gu§pe, i l la jug© mlohant© comm© les autre© "animus tigrSs"**^ Puis,il pass© d e©s relations aveo le fruit, "transport d© pulp© baisSo, meurtrle, en-desaaagSe, oontaminSo, mortifiSe par la trop brillant© dorSe-noire, gypsy* don-juan©".*3 Voici done la guSpe d nouveau animS© de sentiments, d*un amour^haine pour le fruit qu'elle dStSriore. Au oours du m@m© para-graph©, ©11© redevient objet, pas mSm© insect©, mais "agent physieo-m cbds&que" qui ^ prlblplt© la postrsatwratioa, la. deoeaposStior* da l a pulps vegStal©."^ KachlKQ volant© dangereuso qui j a i l l i t du "brasior p$fcii-l a n i " 3 , 5 ' da son gaSpiar* petit avion offsnsif qui e'en va accomplir "son devoir » **«ett<4*dl#» son erisae"**^ Baag le paragraphs suivant, Pong© isontre ce earactlre agresslf da la guSpa face d laquelle, tol ua. aeteur sur eedne* 11 prerafi des attitudes et pousae dos ©»la»%i#ns* Pongs semble mS»© poser m feftrtuife qui a®» aoceralt la venue d© 8l»easalB, de; %ots gustos * ; O U gulpier"? ace ffiohaus pStillemont du silloaa n*est~e®'la addition d'usso eacto d® graii*** pat* . $$®$m$m oontr© le sewuf?"* Cott© mltaphwe* aa»©isceralt*®lle la lut-te contra le lajspg® qui ©bald© Ponge, ©t, pe«t*?§tr© l© Bbarbar© eesaiia" dos aiitterateurs ocntes^oraine dont Claude Curiae a r&&msm& nontr* lo ftrogNto? * . Pang© illustr© eepanAuft 1'aspect fausseraeat iaoffessif de 1*expres-sion just©J "C*est aussi un© ball© de f u s i l , mis an llberte* raai© ©oils* qui EJuaerait, d'appmrenc© nonchalant© » ." i S sals qui, soudain,attaint son but. Cepondant,la gu0pa, symbol© do I'espresslea juste, affect© profos-d&aeat co qu'ell© touche, et de a© contact, ell© meurt. Mm dcraiSre transposition de 1* insects, syaaatheelque cette fols* sous la ".forme ma* sioal© du taiei" ("un© note majeure* Aioata* Insistent© «•>« poissante, elaire . , u ) 2 0 aofe^ ve "cette irruption dans la lltterature de (la) gulps da faesa importune, a&aeante, fcugBeuee et tausarda, « la .Hois". Ponge, auto~erltiguefi affooto d© reconnaStre t son teste "une allure eaccadSe", tea© "presentation dlsordoanl© on algsaga", 8 2 ea vol d© guSpe, dont wi© * Voir & co sujot, Cl. SSurlaaff I'Allttlrature aonteaporaine, ado A. mohel, Paris, 19SS. 49 briliant disooatinu" , "1© piquant", quoique Sims profondeur, ne deaeu-re pas sans danger. Ponge earaoteris© avaa justess© son paem©"«obj©t; ohargl d'entrelacs d© symboles, d© juxtapositions d'idebe sans ordr© ap-parent, at, attirant son critique futur dans 1© piege d&ngereux d© la nomination, i l voudrait qu© celui-ci traitat "superbement (son) oeuvre 24 d© tom I B S mm qu'olle merit©".' Victim©, 1© critique pourrait faci-lemont ©chouar dans le lieu commun, c© moyen d'expression reoonnu, ac-cept© , o© terrain de rencontre, par excellence, de la conversation, qu'il appar'fcionn© aux arts ou aux sciences, ©t contre lequel, Nathalie Sarraute, aoutonu© par JiP. Sartre, s'© love avec vlhemeno© dan© For- trait d'un taconnu. 11 sembl© qu'il y ait, indubitablement, des a f f i -nites ©ntr© 1'oeuvre d© Pong© ©t oo mouvement littorair© contemporaia dont ios adepts©, auteure de romans dits objeotifs, font, avant tout, 1© procSs de la parol© oral© ©t la soupoonn©nbJ'8tr©;)a la fois, une ex-pression incomplete, sinon fauss©* d© 1'dtre reel ©t un© muraill© sie-ve© pour arreter les irruptions, peut-ltre nlfastos, d© la "sous-Con^ versation". La gu§pe, image de 1'expression just©, ©here a Pong©, paraft done prefigure*' les monstres et polypes ©trangee qui animent 1© mond© d© l'inexprime. "La guepe" de Pong© propose, oomm© nous l'avons w»t un© sort© de poeme-objet fantastique, disloqui dans sa composition, mais ©vooatour d*analogies, d'images qui, S travers les transpositions ©t lea mltamorphoses subies par 1'insect©, trahlssent, en un sens, la cause de 1'objet pur. La pens©© n© pout Ividemment s© degagor, sans se * Sartre montre, dans la preface, comment N« Sarraute ohereh©, dans ses romans, 1§ dedans d© nous-mimes, qui se disslmul© sous la carapace du lieu commun, d©3 genoralit&s ©t du "on", "rSgne d© l'inauthentieitl", N. Sarraute, Portrait d'un inoonnu, O&llimard, Paris, 1956, p. 10-11. 50 d&trulre, des symboles qui lui conferent son existence. Si elle rouea i t S prendre vaguement le rythme de l'objet qu'ell© e'efforce d© transposer, ell© ne le reorl© pas effectivercent en tant qu'objet, ear "tout© pense© aussi est a implement une pense©. Eli© est ce qui exist© en sol isolement, mentalemant. Quels que sclent ses objets, la pense© ne peut jamais les poser, los peneer qu'd i'intSrieur d'elle-melm©", L'ordonnance des paragraphes pr§t® done au poem© un© certain© qua* li t e de ohose, et;oomme 1© montr© Sartre;"ce type d*existence pourrait s© dSfinir consn© celui d'un© statue ©nsorcellei nous avons affair.© d des 27 marbres hantes par la vie," Les phrases d© Pong© gardent le caracter© discontlnu des paragraphes "suspendus dans le vide.par une decomposition subtil© d© leure liaisons.' En fait, la phrase chea Ponge tend au pro-verb©. II conetruit eouvent des phrases sans verb© rlduites d une ex-pression, II mepriso les transitions ©t mots ooajonotifs. l i s gene-raioat son style & reflets mStalliques, Dans "La Gue*pe" nous trouvonss "Valid 1© cofflble de la stupefaction preventive, Un eomble aussi dans 1© defi," La phrase prend aillsur6 un© allure de titre. Pong© aoeumul© los ©ffets typographiques, points dVoxolamation, d*interrogation qui ha-obent l e text© en menus morceaux, A. Du Bcuchet y volt des "phras©s griffuee, ooriaoea, lourdes ou lostee, comme des cailloux ou eoorces, so bouts d*eau ou de verre." En rapproohant 1© stylo de Ponge d*©laments primitifs, presque d© dlchets, i l saisit, en effet, le oaractlr© chaoti-que, rebondissant d'un style que 1© poSte fait oonsciemment lolater. Pong© manifest©, au cours de son oeuvre, VIntention d»identifier la for-me d son objet, II faut entendre par "objet" non seuloment la chose male encore la raison de la tentative artistique, Obslde par la nostalgic natural!© & un podte, 40 "refair© 1© monde", * 11 semble qu'il <m r©Ve» tout d%bord, la destruotioa0 Sans ©on ©goSsme do erSateur, 11 a© ©tor* • oh© pas mains qu'ti Is ru&uire 4 I'ltat mineral* & en fairs un taa dt galets* einsn ua© dune de sable* Prls entro le symbols et le phenomena* 11 pulverise ainsi sen style, donnant d la phrase un aepeet orlstalliee'* transparent, dur qui diffract© ot transforae 1'objet do 1'etude. La phrase-provorbe forme un mondo en sol meoaoaiit le r l e l dans son integri-ty, Ainsi" la" parabola.- du; verne" d'eaujla chose auss parol© salnces S9 O K t -quelle sous la preaslon de l a glee©* et* se refusant & ©tr© noml#* Pvple+m lolsteau contact du mot".38 L© dleaatre du vearre d'eau l&isee l?expr;e©Bien iat&cte* moulee dans un objet qu'oll© voue <t l a rials©* so- • i i d l f i l e S l'eoart de tout© vie dans l'enfer glace" des sao£s» Do safes* la gatpe-expresslon-juste endcassage le fruit qu'elle pique de sm dardg coaaaaloe erlstaux de glace, ©11©. port© en elle un pouvoir ixmS de des* traction* La phrase-proverb© semble issue du r l e l sals, dene un© slm-pliclte recherche© par 1'auteur* ©lie deaarqu© I'objet, reooanaissable pourtant & travers le monologue intsrleur qu'elle augger©* Pareourons au hasard, La Rage de 1»expression 11 serait .8urpr©n©i$.d0.»e paa ss-heurter - d des cascade© de phraees-dlfiaitioaso - Ponge ©orit au sujei du "Siiaoea", eatre autres phtate®. inoisivesr- "La Heur oet 1® p a r e ^ « de 35 la jouissance do i'iadividu". La plant© humanise© trablt lo.vegltal* acquiort une senaibiiitl husaines simule ainsi un© ina&e d'or^sms et pourtant rest© encore fleur« Be T2£m® qu'il eaerehe d isoler la phrase en lui doaa&st «&6-ml-©ur- • intrinsequs 8 Ponge eouhaiteprater au mot "une ©paisoeur s&nantiqu©".8^ 36 Sartre ne prend'piuc tous les jours au serieux" cette tentative* 58 m&ae s ' i l l u i rooonnait quelqu©3 prouossss d'invention* Pong© laanipu-1© ie Calembour sou vent avec bonheur, forge dos mots pittoresque© tele qu© "floribond" (L© Mimosa)86 "lahriveau" (L'AraignSe)?7 Sartre dleou-vre ' ohs's l u i un© "tendress© sensuelle pour les nome". Ponge aim© en effet, a oaresser 1© mot* * l i s "presser"5^ & l u i fair© rsndre son jus ©omme d un© orange* II cllSbre 1© dlctionn&ire, ©n particulier le Littre, "o© ooffro merveilleux d1expressions anoienne©"^ ou ehaqu© eolonne aouligae le mot par des definitions, des examples qui l u i oon-ferent une riohasse prssque physique. Leur long ruban decoupe les pa-ges dont 1© cortege d© trouvailles tente le poet©. Ponge choisit l e mot, (ou le reconnait) 1© dissequ©, en prem&dii© 1*usage aveo sola. Dans**!© Mimosa" ©t "L'Osillet* ©n partiouliar, i l exhlb© sa technique du poem© eventrl, du poem© "en flagrant del i t d© creation 1' ou, et co-te du biseautag© dec paragrapb.es, oomm© nous l'avons dojd vu dans "La Gu%)©", Ponge isol© les phrases ©t demonte le© mots. II abord© "L'Oeillot" par uae phraso-tltr© qui resume 1© combat qu'il men© tout au long de ©on oouvret "Kelever le d l f i des choses au langage".^ II n© s'attach© pa© d dlfinir lapo&sie en foriotion d© sa tentative. Pour l u i , "c'est un bCsoln, un engagement, un© oolere, un© affair© d'amour-propre et voild tout." Certains precedes s'averent necessaires au ©uecSs de 1'entreprlse. l i s appartiCnnent aux sciences, d l a rhStorlque, & l a vie ©implement. 11 ©numeres "on pout fair© appel $ Ponge ©ite avec reconnaissance un jugement d© Picasso, au ©ours d'un© eonference donul© a Stuttart, le 12 juillet 1968« "Voue, Vos mots, o'est comme des petits pious d'eoheos vous saves, des petites statuettesj l i s tOurnent et l i s ont plusieurs faces, cheque mot et l i s s'eClairent lee una les autres." "La Pratique de la littlrature", Inidit. . a u diotiormaire, d l'sneyclape'die, k- 1* imagination, au rive, • au tS* loSoop©* 'au'microscope'. *«..***^  $1 i s *©ffore's do fair© preuve d» esprit acientifique, de naivete, d'une sincerity (peut-s*tr © truque©), d * ou son i:otentioa.;,d*e»lil©r' I© po&as ©a• elaboration• de eomtteut aires, d© 'v&ri&n* t e s,.de . ' d S f i x ^ a^Xiaatiaa da test©.' • : - ' Des X© premier paragraph©, i l soumet au I©ot@ur ua© list® de mots, aocompagnSs d'un© d£finition, qu * i l semble avoir roleves en feuillotant un d©£ • nombreujB dietioan&ires dont i l se sert.#. ••Ces mots se rappertent & l'oelllet, l e deerivent par des analogies diverse®, Ainsi3 "Opinifitr©"4 choisi dejd potsr qualifier l 'huJtre, se pose oomme un adjeetif Svoquant d'la fbis un© emotion humalne st l*attachement d© la tlge & la-,fleur. Pong© l4abaadoan@ra par-la suite. Certains de eeS'mot® ^uggirent la • silhouette de l'oelllet* (dechirl, fastens, fris&s, franges, dlehiquet6sr d tautres, la texturet (erem©, crlmeux, satin fouett©")*^ d'autres la eause d'une sensation? (jaeasso, froiBsS, ©tei-nuer) Pong© eit© m$m 1© bo-tanist© Charles d© LiruiS, polte d ses heures* qui, dans sa definition de l*.oeillat,(^bouquet.:pariait, bouquet tau|vfait")*® seable pressentir v?; un ©mbryon de ealligramme*" Par souci dfSrudltion, .1© po&te de La-Rage s'interests au Sens Stymologlqu© du EOt, II expliqu© ainsi quo "dec hire*" vient d'un mot vgermaniquS s&§rr@a* • L*effort • vers 1'exactitude Ssientifi* que »*est pas toujours monS, chos lui,'!'son 'terms',' II S%girait'>plut@fc d'une certain© affectation, I l annonce par ©xempl© que "frango" n» a pas d'Stym®logie connu©, 11 neglige sans dout© d© consulter le Larouss© du XKe slecle qui donries "frange" du l a t i n frimbria qui deviant d'abord '' frimitia puis frenge, A I'appui do ces mote descriptifs, i l cit© volon-t i e r s des teraes techniquess.au sujet de "frange", 11 note encores 54 "term© d'anatoaiei repli de synoviales",*'0 ©e choix d© mots annonce les quaiites ©ssentielles du poezae, la prolisit© du vocabulaire, l a recher-oh© d© 1*expression exact© ot ua intlr&fc tout partieulier pour leg Synes* tnesies. Avant d'offrir au lecrteur la premier© version d© son pohm0 i l prS* ois© par des definitions tree breves quelquea termes au ©ours des para-graphes suivaate* II precede par contrast©, oppoa&nt l'oelllet aus "fleurs oalmes (et);rond©sVS* le parfum do la flour d I'effot qufeil© produit eur I'homa©* "A les respirer on eprouve le plaisir dont 1© revers serait l'eternueraent. A les voir, eelui qu'on oprouve d voir la culotte deehiroe d belles deats d*un® f i l l e jeua© qui soigne son ling©". • (Iol se gliss© ua© image Srotique, ohos© rare chez Ponge.) II rovient ainsi I see themes prlflres* la destruction et la propretS* Par souci d*ordre* II etiquette et date sea desouverteSi "Ces Sis premiers moreeaux, la nuit du 12 ou 13 juin 1941* en presence des oeillets blencs du jardin d© Sin© Dugourd",^® tel un naturalist© de la langue francaise assis d sa table de travail entre un bouquet d© flours et un dictionnaire» Le re-sultat de ees recherehos se soldo par un ourieux massacre, deehiquetag© de la phrase et du mot. Dans cette jonglerie, i l multipli© images* ©1* lipses, membrea d© definitions, neologismea. II develappa le theme Ini-t i a l de 1 'oeillet-chiffon en un Savant et riche desordre § un© sort© d© surrealiame oonseient, s i je peux me permottr© I'audac© d'un t e l oxymoron. Paplllot© chiffon fris© torchon d© luxe satin frold Chiffon de luxe a belles dents forohon fris©" d© satin froid Mouchoir de luxe & belles dents Fripes d© luxe en satin froid De lustre 04 58 Pas d© ponotuafcibBj ai d© verb© * un© avalanche d© substa&tifa (d© mots*-©noses en fait) et d© partioipos passes• epithet©© partioulier©s aux descriptions statiquess Fronds froissea frisls frlpes Franges festonnes fouettSs ChiffonnSs boucles gondolas fuyautes gaufres oalamiatrea Taillades dsohirls plies dechiquotes Ruohes tordus ondes dentoles ^ Ce meme essai du 14 juin se teraine par une point© & savour arehaJqu©* Alns aux approohea de juillet So dSboutonn© 1'oeillot gg L© 15 juin, i l revient a une pros© articulle par des propositions re-latives ©n cascades• II conserve ensuit© dans la tentative no 13 les oharnieres verbal©s et 1'extravagance du vooabulairet On merveilleus chiffon d© satin frold un jabot d folson d© flamme'che© froide© de languettos du mem© tlssu torduos ©t deehirees par la violence de leur propos 57 Ce© membrcs d© phrases irrSguliers que 1'on n'ose appeler vers, sent disposes de facon a donner au poem© Vaspect dechiquate" de I'eeiilet.* Peut-Str© Bong© veut-il en fair© "un bouquet tout fait*, un© Iruption de mots et de phrases, fixes a une tig©. Cette ingenieus© composition, dont 1* orchestration laiss© entendre encore 1*instrument qui 8saccord©, n'est pas sans rappeler le calligrammes 0 fendu ©n OE 0! Bouton d'un ohaume ©nergique fendu ©n OEILLEE L'herbe, aux rotulss immobileg ELLS 6 viguour juvenile * 11 dit, dans un teste inSdlt,au sujet d'un poeme sur la pora&ea "11 est question d'en fair© un text© qui ressemble a une ponsse." "La Pratique de la litterature", op. cit L A M A N D O L I N E L'GBILLET E T L E B A M B O U PLAHCBE I h mm apostrophes symltriques 0 1*olive souple «t pelstus dlplile ea OS, 1, deux &» B, $ Languotbss dlohireea Far la violence d« leur propoa Satin huaido satin oru S Q etc.* (sit) 9 Le ealligiP*Easie reprliente me recherche de forme et de rnltorlque 4ui tonta jadis l'leole m&rotlque* ** te "lyrieme v i e u e l w S 9 d'Apol-linaire s'&ppliqua 4 en crier* Aux dlres de Pierre Sohneider eep©»-danto les oelligrajsmes invent!© par Ponge "soraient superleura aux jeux d» Apoilinaire, parse qu*ile ne sent pas extlrieurs ait t««te<. « • car, i l s aaissent peur la piupart dans le calembour* « • ta parole est ainsi retresapSe au ellence dec ehoses". Ooatemplens "L* Cellist", pote. v l 0„el d.,,,cn^ire. ( T s » n^oho I) Cot. w U 1 < l t plu, ploturrt * que oelui de Ponge, poselde dee feuilles et, sapate eventual, est adres* s4 & quelque bien«aimee« En clllbrant ainsi le eilge de 1'odorat, le poete des nCalligramses n donne A sa fleur de mete une rlsoanande bands* lalrieaae. Bien de gembiabie chea Ponge, S&uf dans l a tentative no 13 ofi 11 ,m»Um». en p^tlouU-K-. parto d-.a^no. .t.rnutatolr.",61 Ponge omet l'edorat dans «a derniere etude ds 1'eeillet, I l prlsente c e l l e d * qu'il avoue par m °etew n'ltre pas definitive, ©emae une <& Habclals nettait dims! dans la bouohe de Bacbuo une Epileaie en forme de bouteille a panne renflS©, Voir & ee sajefc* Le ClnqulSme tlvre, Lis Texte* Francis, Paris 1948, Pt 103* »b Dans tes Soirees de Paris de Juillet 1914, Apoilinaire* sous id pseudonyme de ^'"ii^iS^' expliqu* sen but dans une preface Ii ess "idle* gmasase lyrlques"* II qualifie sa tentative de "Rlvolutloa devant abou* t i r d un ensemble plctural em rapport avec le sujet traitl". C i t l par U* Adema, guillaume Apoilinaire, le ml-aictl, Pion, Paris 1952, »» 130» i i 57 analyse da I'idlogramme OEILtBf, Identifiant son polm© et l a fleur mo-del©, 11 Is veut menu* *lfon eeillet ne doit pas ttr© trop gi«nd*ohoa6t 62 i l faut qu'entr© deux doigts on le puisse tenlr". En effet, 11 le limits a ones vers de longueurs diverse© vaguement assennaaels, Dans ohaque lettr© du met, i l recherche une similitude avee la fleur eolose ou en bouton, L'irrlgularitl de l a eonstruotion se trouve mis© en va-lour par un vooabulair© rlohs en mots qui dlorivent la vie animal© 68' (Inergiqu©, rotules* juvenile, olive, humlde, oru). II semble mime que est "oelllet" ne soit psi) dlpourvu d*allusions & tendance erotique. tee angled et les barrea des lettres L»E,$* Ivoqutnt, sans douts, les pltales dlohiquetle de l f o e i l l o t * t»aspect rafra$ohiSsant de la fleur cache ©©pendant une colore qui lolate dans ses "languettes deohireee". Cett© ©ollr© n'est autre que la rage de 1'expression, L*o©ill©t sym* bolie© ainsi pour F. Ponge line conception de la poleic qui oumule les qualitee antithctiquas d'un d l f i au langage et d'une sensuailtl douce et eaimante* Au oours de sa quite au bonheur, Peng© met en effet la jouissance & i'crlgine de 1'aete poltique* ttParai les jottisgancei com-portent lecons tl tirer de la contemplation de 1*cellist, i l en est de pluaieurs sortes et j© veux* graduant notre plaisir* oommenoer par les mcins lelatantes". 6* II observe alors la racine, C'est ainsi qu'il fait sulvre, par soucl de dldaotiems, le polme visuel, ideographique, dirait Apollinair©, d»un© mise au point * qu'il Intitule "rhltoriqud rlsolue de l ' o e i l l e t n , 6 6 peaige a iouhaitl crier * 11 esmble qu*Apollinaire ne fasse auoune distinction ©ntr© les ter-mes ,'Calligram!BCi , , et BIdlcgrammes'*, / \ p a r pee»»* a'a^^^ira fm* " c b a q u * el>J# dolt et not* H antique S& teoteiquo de oorcpocition *ur una au e Ufaia: fteit* essential** V> m pvfm&«a& Ml*erd*"e *t#w*|.*w da sen tsai* aigranEas 3 l'objet d* sa coatemplation, 2 ° en inaiatant sur la nomina-tion da l*obj«t (ia a i l ttoMlyiis fc*tfcr# 9*9 latfejpf* trwA vsletsp d*iile> groOToe) at 3° on laiseant transparaJtre dans l a po§ms 1* effort la&oo df son filaboratlon. ? l developpe as dernier point par im roitour vers l*oe~ Jat* par uae trope o« la ocnoret figure l*abotraitj I'arraohement da la raalaf* II prlaie* 4.^ili#^#* *0**§* fHitfiii fjfc is**jwws8»i# iWti A i a paraae par laquolle | »ae^ u*liemegi&-* da i*S9^riRsr n»^ & Itolto i o l son analyes & la diffioultft da l**tty**t§i4fe* L»ensscnbl* da son poems smtre toutofois $|tgs qu'un !»ei# avata de ^ oo-uragOTient ("jo paua aussi ale* me i&ira") s t i l l & de i'aspeti? (*use autre foi#°)«6Si Bien fas* dane ua* tradition touto mllarro&BDoae, Ponge sis redouts pas d*ft%<Mfe4# au ailema, at al# ainSi i a m|#9SSit#- qua Mallard avait af« lirffila dans l a poane, $$ a*«a deaoure pas s»ias que eoa oeuvre, m faad tr$e complex©, "qui paraffc ainel sa limiter volontBlrewat as tlg&i (an qualque dart*} par eii**s$wtt» du poeae-objot, tran«forae oelui-ol en tan cueieust aai (paragraph©*, phrases, raota) refletent 1* objet d r,une:, savante $0 mimtm iilwatra g son toar Una tentative tout aussi bardie da rtfaire i*sfejat au *qr*n de lHaSt*um©»i prodigies* du Z A * « * aha s*aiB&re ardae* a$s l a prea*Ntia» Peage aveu# ia d i l f i e u l t l da treprlse* Stranger d tm© inspiration que parfeis U estime inutile* et que parfelfc i l i©u&, * 11 av©u#i- d'abord i l faut noter qui le mimosa ne m*inspire pae du tout," 7* II s'en detaeh# ©earn© d'un© mattresse qu'il remerei© male juge* fee trace d'hedonlsme subsists dan© la gratitude qu'il dedie aux delicate© Hears jaunes. II five-que ea jeunesset "Sur les ondes puissantes de son parfum je f l o t t a i i , ©Xtasl©*.7^ Avec une naivete un pen ffcu»i# d'eeelie? appllquf* 11 annoncet "Comme c'est un sujet tres d i f f i c i l e , 11 faut done que j'ou* vre un ©aaier",7^ II ne dicflt pa* le mimosa, i l le fait entrer $» ##*> ne, Le persoanage burlesque de la comedie italieane camp© sa naive glefdct©* 'vltt 4te*m&** de suite i l s'empare du mm et douvre un aaagrammi "dans ai&dea* i l f a aiasa* ^  qui vient eerrebere? 1'allusion A 1'attitude theatre!* de la flea*, II latiste sur sa #m* faction* " i i devient dlffi#il« d# trouver mm P W d l f l a l r l a ®he«#' que ce aemmta©*.7® Bedrir© 1'objet a© I'lntlresee gulr©, 11 preflre 1'humaniser, l u i dcjaaer des reflets d'etre vivant, l u i prtfcer un ''earae* tire a la f e l t glorieax et deux, careesant, s#3|$ibl#* tendr©".77 Cona© pour «i*0eilletn, i l ouvre le L l t t r l , y dlcouwe le mm* de " f e l l i c i t u * de" (coKcaunicaticn de sentiments et de peasles iattasi) at ds1,daforenee" (coadesoendaao© mSlee d'egards ©t diotee par m motif d© reapeet)*7® Ces de«x tenses qui *tggt*fe& "le tenor© salut de sa palm©"79 rappro-onent encore la plaate d© l'homm## Pour eusciter l a grtee un pen efou-lant© de 1'arbuste, 11 introduit I'iasage de "gleriele", de "pantomime" * 11 Utit au aujet du "Cheval", poem© inedit 4 m ©e&naiesaneei "6e que j*app©lie une »ug#ttl#| #*est I dire une ©aes® venue preiqu® eom-plltemeat dans 1©moment, dan© 1*inspiration*,*" F*P*, |* pratique' de la lltt&rature, (inldit) op, oit* V 60 do ^eotiiioa* qui Svoqueat l*aspeat colore' ot bruyant d«une fe*te SOT ralne* Avast d*aborder ua premier "(polme en profS)* 8^ dedie au mimosa, Ponge e f attache, en effet, ft oreer une figure d© synesthesia relative* meat eomplexai Le parfum des fleura "porta loin", pule a l e miiaosa parla ft haute at totalligihle voix, i i parie d*orw* ©dew, eon at aeuleur sent ainsi Stroitemeat males. Leur valeur deviant interehaageabla. La telnte brlllente de la fleur Iveqa* d'abord des po us sine jauncs, puis, par association d»ideas, leurs plaillements aigus. Sans une image rea-ver sie, le mimosa "parie d'or", amusant jeu antithStique sur les mots que Ponge crle ft son sujet par contagion sans doute avee le proverbial "Silence d*or*. Le mimosa,par Ses eris lumineux at odorants5devieafc io porte-parol© du poite toujours en quite de l»expression exacte, oonuain-oantet "Mais oe a*est pas un dissours qu*il tlent, o*est une note pros* tidigieuse, toujour* la mSme, asses eapable de persuasion"• Le poeme en prose, (ainsi nommS par I'auteur) deTaut* par une cas» eade d'hyperbolesj "Bypersenslbles planes d poussins d'or 1'avenue a deux kilometres dont ua seul brin vm ft la lunette d'approehe embaume ia qui rappelle un pen le "Linda" d'Apolllnairej Mais ones Ponge le rythme est mort. 11 le reaplase par i*apo®t3W>f»a* Miraculous© MOmentanle SAtlsfaotion! 61 Sttnute MOusseus© SAirajiesi sa Apr§a avoir oontraint Xe laagage & oette Surlease gymnastique da mots eroiels# Pong© poursuit eon exp4riease * par ua© profusion d*agastr@» phsji ou U mil© IHneengruit© d la jitani© presque mystiquet *Peigats deeeuragis par la beaut© das poux d'or sul adissent da leurs dentsI *.. Geyser de piumoS pouasinantes!*.* Panaehee9 de eoleils eoutonables eonstelie^ ****** I i revieat ensuite i eette piu^-proverbe qu*it pre* fere, et qu*ll place proche de 1»axiom©J °-La flor&ieon est un parosys* me« <*' La floralson est une valeur ©sthetlque, l a fruetuation une valeur moralet l*une precede 1*autre".88 En predicant Certains termee, est formulas fixant soudaln la pan-SS© de l*auteur eomme pour assagir son exuberance verbal©* Sans ses efforts pour donner au mot, m§me solitaire* toute l a riohesse des sens possible* 11 consult© & nouveau le Larousse, la Grande Encyclopedic* le Littra surtou*.8* II choisit eatr© autres^paroxysme"* "enthOuslas-me" ., cett© fureur divine* qui pesseoait las sybiiles rendant leurs oracles, semble deorlre aveo bonheur 1*effervescence de couleur ©t df oris qu*Svoque ie mimosa* "Hiffieu*" surtout 1* inter esse par son sens •4t|7nologiqu©» "de mixaue, pare© qu*en se oontraetant cos plant©© seatbleat reprisanter les griraaeee d*ua saime"*^ "J^pribonde" quHi invegte ea passant et ne trouve, et pour cause, dans auoun dictionnaire. La teata-* "oul je me veux moine poet© que "savant". Se desire moins aboutir d ua poeme qu'd une formule, qu'a un eelalrcissement d*impressiona. S* i l est possible de fonder une soienc© dont la metiers serait les im-pressions esthstiques, je veux $tre l'homme de cette science." La Rage de 1*expression, ©p. pit*.* p* 157-158* 62 t l « , d a t i . da i anil imX « * 4 g » M « . tamp flea, de « « . bulaire "& decourage-feuille" construite par analog!© aveo & "tue-teW dans tm souoi prloieux de concision. II revient un pen plus loin au Llttre, releve "panache"»"Paradis"* "podssinieres", ate* * Dans son ardour d trouvsr le mot juste, i l precise* "Inutile de dire que J'ai consider© ces trouvailles comme, en favour de ce que j*avais eorit, un bouquet de preuvea a posteriori".9® A ^ B plusieura variantes, i l livre au leoteur son dernier poem© Sur le mimosas Floribond* d tue~t8te, d dementIT vos plumes Defaites d»un bosquet offense jusqu'au ooeur Far une autoritl terrible de nolroeur L*aaur aarlnes bios insplrant vos oraoles „ 4 Piailles vous plailles d ?or glorioleux poussins Un text© do cet ordre a;certe3,besoin d*§tre priced© d'un Sventrement consolencieux, ce dont le pcSte ne se priv© pas* II prend gentlmcnt "1© looteur par l a main"95 pour 1© conduir© d travors cett© "fore"t d© symboles" peuplee d*une Strange faun© d© rhetorique. L*esprit du Ba-roque rdd©, senble-t-il,dans cett© proliferation du langage, d travors 1© soin infini qu'll prend dans 1© ohoix du mot, la point©, la dislo-cation de la phrase, 1*invention dans la metaphor©* Bt pourtant Ponge avoue son ©cheos "Ce n*est pas encore t propos du mimosa que je feral la oonqu@te de men mode d«expression".96 Mais 11 tient a oonserver ^acquis* "j*ai gagne quel que chose d oe propel, j© ne veux pas 1© perdr©".97 11 publie done, comme pour "L*0elllet"* "Le Bois de pins", et malnts po&nes de La Rage de 1'expression, I'oeuvre d l'etat d'ebaucho, de composition, s i j'ose dire. Le poeme-objet prend figure de model©, 63 qui, demonte sous les yeux du lecteur, apprentl-poSte $v©ntuel» pent 1*inciter § deeouvrir d la fois un mode d'expression personnel et l a joie Souvent douloureuse de l*artlste erlateur. 6 4 Chapttre H i Reference! 1 Sartre, Situations I, op. oit., p. 270* 2 Ponge, Pro&ass, op.: c i t . , p» 54, $ Ponge, ^ Creative Method, Atlantis Verlag, Zurich, 1949, sans pagination, (Sidi-Madani, S8-XII-47). 4 Ponge, Ls^Rage de 1'expression, op. oit., p, 17. 5 Ibid., p. 17-18. 6 Ibid., p. 17. 7 Ibid., p. 18, 8 Ibid., p« 19. 9 toe, c i t . 10 Ibid., p. 20. 11 Loo, c i t , 12 toe, c i t , IS Loc. oit. 14 Ibid., p. 21. 15 Ibid., p. 22. 16 Loo, c i t . 17 Loc. oit. 18 Loo. Cit. 19 Ibid., p. 22-23. 2 0 Ibid., p. 23, 21 Ibid,, p. 24, 22 Lee. oit. 60 S3 La Rage do 1*expression, p. 24* 24 toe..elt. 25 H. Ssrraute, L*Bre du soupgcm, Bssals ear le roman, 6a3lSsMrA*!t$M# p, f t * 20 6, Fotiiet, l a Distance intirleure, Plon, Far I t 1953, preface, (jS,p.) 8 7 Situations I, p. 275* 28 Loc. eit. 29 La Rage de 1'expression, p. 20* & A, du Bouohat, nFranei* P©ag#% Critique, SO 45* Fovrler 1951s IBS. 91 p&ka&j,p* $80* 32 A, du eouohft, "Jraaeig Foage*, Critique, Ie 45, • Flvrier 1951, 18?*. 33 La Rage de 1'expression, p, 67* 34 progmes, p, 180* 8 5 Situations I, p. 277, 36 La Rage de 1'expression, p. 72# 37 Ponge, t'Ar&lgale, op, eit«, p. 35. 38 Situations 1, p. 877. 39 to©., pit. 40 Ponge, Pes Orlstaux naturels, tt'A&f du temps* Achevfi d'imprimer un jour de soleil d l a oampagae*.. , p. 0, 41 <J. Sort«sl, ^ Franttls Ponge et la formulation global©'*, Cahlers du Sud, 1 sem> 1953, So 319, p# 489, m 40 $& Jftflfc VJ 46 45 Loc. c i t . 44 Ibid*, p* 46* 45 Lc Parti pri« dec ehpaaaa op. aft#* p. 2Q» 46 La Eagy do l*aspraaaloiit a#. 4t* 4? too* atfr» 43 Loo» cit» 4® H>id»,j p. 4?« 60 Ibid*a p* 48* Gl too* c i t . 62 Ibid,, p. 49* @i Ibid., g„ $ 0 . 84 Loo, c i t . 58 Ibid.* p# 62. 56 Loc* Pit, 8? Ibid** g>* 54* 68 Ibld. # pf 80* §0 Apolliaairo, rtL'Esprit aouveau at laa pelt da, Fraaoe, Ho 401* Doc 1918, $ 6 % 60 Pierre So5moidor, "Francio Ponge e» l'Eoriturc grandeur aatura 0, Syntheses, Bo 64* Juillet 1953* 64. 01 La Hage do 1'expreBCion, p. §4« 62 Ibid., p« 65* 63 Loc* oit. 64 Loo* ott» 67 68 La Rage de. I'esroressiott* p* 80* 6 6 tj& Creative Method* (avp,) Sidi~Haaadi 31~l-4G, 6? Voir d ce sttfet, H« Mima* C^illaus^ Apoilinaire, lc raal-aial* Plan* Paris 1853* p* 179*181* 68 La Rage do I'earprcggloa* p* 56* 69 Ibid** p* 58* 7© J * Nortel* "Proline d %aaaie Ponge", Cahicre du Sod* Be 295* p. 478, 71 la Sage de 1'expression, p* 63* 72 Led*- e i t . 78 Loc. cit* 74 Ibid.* p„ 61. 75 LOC* Cit. • • 76 Ibid., p« 68. 77 Ibid.* p* 84* 78 Loc. Ojt* 79 Leo, cit* 80 Loc, oit, 81 Ibid., p. 68, 38 Loo, clt* 83 Loc a c l t . 84 Loc. pits-. 83 Apoilinaire* Oeuvres Completes, La Plliade, dalltaard* Paris 1956, p* 881. 88 la Rage de 1'expression, p* 66* 87;- 8a»„.Rage de .3$'^mtmaUsik • *>» 66* 88 Me*,,,sit», 89 toir & ee sdjet, Ibid.* p. 68. 90 Loc. pit. / 91 ibid., p* 69, 92 Ibid., p # 72-73. 93 Ibid., p. 73. 94 Ibid.j p. 76* 95 Ibid., p. 70. 96 Ibid., p. 69* 97 too, eit* Conclusion Ea publicist i e pohm avee sea Sbauches ot see variant0 3 , see rechor-ohss ot # 0 9 deoouvertes, P* Ponge auggftr© 1»effort nu da 1'artisan au t r a -vail*. Dane Im hesitations, loe redites* I I s© l i t ©owae uae Gouffraada i n t l r i e u r e * l a orainte d'un ociisio possible et' eouvent avoul* See "ete" oi g a l f i c a t i f s aehevent ptrfei* l e dernier "eohae du lasgage" et assurent que tout est ft refairo. Ls poftte, mrtyr des efforts de l a creation f a i t St r e f a i t aosjoiteniellea-xent son oouvro. Son aata absurd* illumine ©open* dant "sa eensaia&ee or€ante n l ear eat act© deaeure l a qu§te d'un eymbal* unlvereei* La pcltiqtt* da Ponge* oeaentlelleicent aati*lyriquo veut sa UftftftfP ferocement ft l'objet pur* jetant $$le*m@le i*ao»ae at l a potm© dans ua aoule da plfttra» Le poftma* "panel* E?atSriaHs©V* ports an l u i ea nega-tion* tea an^antiseerasat. Bait da eyntooleo, las mots, 11 ne peut eNshap* per ft sa condition de symbol** de p£le reflet d'une a s a t l r i a l i t l an aoa-taet de laqnalli 11 a© peut qua se detruiro 0 Le poSme-cbjet semble ua leurre* 11 se rSfugl© alors dans l e po«tee-des*in* i»ldlogramtae ou i© ©al* ligraraH© qui eapruat© ft un autr© art l a aoy©» d*axpresslGa p&rtioulier qua l u i refuao 1© laagage* L'hsisrae, da San oSta, e»isnoMllse et tend ft devenir una eharpente* ua equelotte, ua © t r * mineral "uae Jasqu'ft l'fltne n, "pierre parai las pier* ros" 2 fft a l a fols Eolluaqu© f$©§taa& daw© "oie coqulllo do parolee"? t l deviant Sous' la s doigts da Poage l e eymbole propre, l i s * * at blaao da l a mort cans eonditions, nSoessaire at tamable. 6a noaval butsanlsm* sea* b l * rftdulr* i*heae» ft l»objet par- axtre^u** sous l a forsse du gelet, b r i s l 70 et poll tour k tour par la mer. Cat objst dens®, oette reduction a I'infini du mond© materiel, oe represent ant du chaos amorphe orlginel paralt fixer le temps dans les rets d© ©a orietallisation. "la matier© mineral© . * * se ©ait* a peu de chose pres, Iternell© • * •"* L'homm© ridult au ludion, d la pierre re joint ainsi dans l e galet 1© symbole mime de I'SternitS. De son cStl, % 'artiste erea-teur, 1*artisan qui manipule avec adresse 1* out 11 delieat du langage ap-prehend© le tamps et tent© de le fixer par la technique trds partiouliSre du poeme-objet d facettes multiples, P0ng©» artist© en prose, artisan du langage semble avoir elu 1'objet pintSt quo 1© coeur humain^ non par mSpris de l'homm© mais pour 1© rena-M i l t e r d travers son respect pour les choses"* G. Perros 1 * appall© „ en effet, "le Bon Juan des choses" ©n Soho d cc themC s l aotuel d© l'homme ab-surd©. II precise que la poisie de Ponge, "n'ost pas de la relation, du reeit, mais de la oonqulte". La luoidit© qui I'imprSgn© la rapprooh© de Den Juan, le heros absurde par excellence. La tentative de Ponge ©voque en outre celle d'un Promethee prSt si defier les dieux, en creant "les choses dans 1'instant qu'il les nomme. "Mam© s i ohaqu© parole est une chute"-1© poSte oontinu© 3 lutter, parmi les ©paves de lleux-coramune, a la recher-che de 1'expression just© et d© "paroles ©ss©nti©lles°^ P. Pong© ne ©I* duit pas, n© charm© pas, pare© qu'il Svit© la musiqu© des mots, le rythme du vers, la richesse troublante des images. Sa tentative poetiqu©, sort© de collection d'essals au sen© premier du mot, a Irrite plus d'un critique. Gette re-erlation systematiqu© par la parole d'objete les plus simples a provoque les ires de M. Saillet, qui* dans un article virulent ©ondama© "1'incoordination glneralisl©"11 du Parti Pris, tout ©n lui r©proohant sa tfc pr5cio£itl. Les Bouse Petits iaritfl s« veient traitor par l a sSrao plus* de M^liKatiQ5 mm ret our". 1 3 Colui qui* en effet f recherche dsns l& polsl© la faeile representation de ses reveries InteVieuros ae doit pfc# ouvri* les livrea de Fonge* i l a'y irouverait qme dee pierres suae* dee • paroles crietallielas et tgu> strange dams* vorcsle. L'oeuvre de Foage se l i t met & met et se r e l i t * Straaglre au divertissement* elle est un Eiosoagfe* A* Kou©ti©aus y <sntrei/oit tffbt' "una ronciscanes de 2a pceei®"*5 quo Peng© dans IMA effort pour oo liiaitor d 1'objet, dan* t»humilit4 de gen uuto-critique* sas&le apporter au XKe eiecio. Che* ee potfce qui a ecrit vingt ana dani Id d&aert*** 4* foiftoi deeouwe que "i»aot# d*$eri* re •. • est la reoonnaisoanoe la plus lueid© de notre tes^e * ltd mime que J« Tortel* 0* fiarempoa i'a eomparl & Stelheybe au sujet de eertalas de "ses uoyeas dits elassiques* 1 6* la mesare* la graviti et le s e f ^ i a , , Far sa traaqwillitl et sa luoiditl, I'oeuvre de Fonge dreese les bases d'un neuveau dlaesiolaae* isau peut-ltre du jsurrlaliame tapagenr, male qui, eontrlll par un effort de la ©onacieaoe* «e trouve en reaotion oentre eon ©fferveaoono© verbal©* 11 est ©noore trop t i t pour dlfialr I'iafiuenee que Poag© a p i avoir BUT sea <5onfcej^orainffla CapenSant, oerfeaiass aff i n l -t l s de pensles ou de teehalqua eaisteat* telles que* per example * ©©ilea du diseontinu oner 'I Jules Senerd et 4 Caete&u, ou les mlthodes d*inves* tigationa HttiVaires du nouveau reman* Camus parle* aveo beauooup d'art du galet*'et 11 semble qu*ua Foage feuaaalel se retrouva en Pieyre de Kan-diargues qui elllbre "les objets merveilleux inaombrabies dans le sonde extlrieur*' qui voat "de l a femme au p>$m»* du serpent au tableau* de * Voir plus haut» p. 37 • I'torehttti*- au mm de f&ufceufg* au bels brGla ou lave" pt* l a * vaguaa* au gtaetetf* au galet at au reetf ft mr$© basso* da o r i a t a l d© roel» au v a l * , oaa, II l a ssiita raligieusa at au rSduve da pouaoi«ro (sans oublier l a poucai&ra latHae)*.*7 obligeasit l*hawM> ft sa sanfceiapier daaa las eheses * sous avoai va qua Ponge tieat ft I t a b l i r ua Iquillbre d* $ob&nga* estra las choaos et I '&ma ~ & se ratrowar deaf ces petite litres isueta* l*autauf du Parti p r i s effspa paiMoj»lejs#iofe elNfsp$ra»a® d'»uaaalufe da ft'tamp par Vhwm , • - i d me". En of f a t , l e poSte, Intem^diairo de er ealut* easale d'lilumiaer < i a s u i t latellectuQllo oft se ploage inoonscleweat ^ hewx* d*au^ourdi,hui#. dopourvu de touts via ep i r i t u e l l e , at tj-ansforffi© pea ft pea en ©achlne* A travors les abases* ft tr&ver* l a ref l e t que celles*oi laiesent deviner da i'hoame* Ponge veut tenter cette reaovation, oar w i a polsie mod©me a*effibellit pas* ne d i s t r a i t pas* a*aft pea un oraaaeafe de l a via interieu*» re* mais m& tentative quslquefois dleesptfle do rendre ft l*nosBBS des pou* voirs eompromie par l a c i v i l i s a t i o n quantitative et mScanicieane n.^ t&i# Pongs douta parfcia de sa reusslte* 1 1 avoues " I i est fort pas-sible que je ne poss&te pas les qualltes requiess pour laener ft Men vm t e n . Ommm Oe * * M H N W , U H W a » leotour l e i ©ffarts* "les eesais w ,* de sa tentative et ©spare qua nd*atttr«S visndrent qui utiiisaront olsu* que l u i les precedes q u * i l indiqua. Ca serent Id las h im d© i*esprit de 4m***J* *M# K. Weinberg a*a s i #e sans premier du mot Conclusion He'flreaees 1 Expression de Baohelard,oitSe par A* Rouuseaux, "RSve~ ri a at P©e>ieB* la Plff&re Li tt era ire, 6 £$v», I960* 2. 2 Camas* Hooea* op* s i t * * p* 32* 3 A. Bousseaux* "ItSverie at Peeai©w8 Le Figaro LlttSraire, op» ait*9 0* 4 Ponge* Pes Crlataux naturals* op* ait** p* 16* $ Voir a oe eujet* Cacaafe* "Lettre au eu-Jet du »Parti Pris** HjJUSjP* So 45* Septeaare l§56, 387. 6 6* Perros* "France Spang©", H.H.S*F* So §7, Quillet 1968* 163* 7 Loo, ait. 8 B* ISieha* "Sur Francis Ponge, poSte v#fcu eomm© un arbre" Revue de Suisse, Ho 9, 80 juin « Sl Juillet 1952 # 63* 9 Ibid** p* 66* 10 Loo* Sit. 11 Mo Saillat, "Le proSte Pong©** Mercure de France* 80 1030, 1 Juin 1849, 310. 12 Ibid** p. 806* 13 A* aousseaux, Lltt^rature du vingtieme sidcle, Bd* Aibia Michel, Paris 1953* p* 89*90* 14 Voir & ca sujet, P« Pongs* "La Tentative Orale"* op* eit. p* 82« 16 J* lortali,: "Francis Ponge et la formulation global©"* Cahiora du Sud, Ho 319* 1963* 496* 18 6. Sarampon, L'Araignga, op* olt«* p* 10* 73 n 1? A. Pieyre da JJandiarguee, cit# par ©anise Bourdofc dona tm article "Andre, Pieyre ds MaKdiarguse", Revue de Paris, 87e annee* Janvier i960, 140*141, 16 A* Roussaaux* "Polala Honneur de i'hoiase"* Le Figaro fcltte*  raire* 9 Janvier I960, 2* 19 E* Menard, cite par A. Roussemux, loc, alt* 80 Ponge* l a Rage de l^eaprasslon, op, oit** »* 46*. Sl Ibid*, p* 47. Bibliographic Oeuvrea de gyaaols Ponge Listo dee oeuvrea ooasultlea A* Ouvrages Iditl* Pea Grietfttac mturela. L'air da tempc, Aehevg d*ifflpriaier un jew de soleil d l a campagne et tire A petit nombre pour l a fleur de nos amis vers 1A fin du sonde, Bd* de Latte. Douao petits lerlts* aveo un portrait en lithographic par ISania Mawo, S.R.F.* Farle 1026* Chroniquos igt&rditeQ, "Detestation, relive* f Au* Editions de ' rninult, Paris 1845. Pis Court a sur l a method*. Seghere, Lyes 1946* La grevette dane tottS ses etats, burins de Gerard Vulliamy, Ed* PTO»Fr*nol»a Paris 1946* Le Parti prie dea choses. Collection m$temorphoses« <*altia»rdt Paris 1949* Uaesa, Vingt et un testes suivis d»une bibliographic, Les Eorivains Rluale, Ed* A. Henasuea* Lyon 1948* Le .Peiatre & I'&tude, H*S*F., Galllnard, Paris 1943* ffotea sur lea Otages* pelaturee deJJautrler par Francis Fo»$a Pierre Seghers, Paris 1946* Prodmee, B.H*P*, Gallissard* Paris 1848* m Creative Method* Atlantis Verlag, Zurich 1949. La Seine. Images de Maurice Blanc, Editions de Cialrefontaine, Paris Lausanne* 1950. m VAre.im6a, $ubti#e ft l*iaiN>rleur ds ® « apparail ©rltia.ua* F*jp* ou La Becoiutioa Hunsain© par Georges Oarampoa, Variantea Fae-elmllos* Joan Aubler* Paris 1950* to ^ ge de I'expreseloa, Mermod, Algid 1953* Iota h&felvo ft la gloire de Groethuysea, tee' Berivalas retails, Paris 1962* La tesard, Sept Eaass-Fortes dost une here testa par Jean Sigao-vert# Editions Jeanae Buonar* Paris 1953* B» Oeuvrea publigea dans doe p&rlodlqnsa "froie Satires" s B.R.P** XX* So 127* Jan-juln 1923* 878*882* "A la gloire d'un ami** S*R*F.* XXV, io 143, Juliiet-Dloeiabre 1925, 129-180* "Pauvres Pftoheur«°, *Bhu» dos foag3reew» Cossaeroe* So 5, Autosae 1925, 126*436* "Hotes d'un poaW** H»H»F.* io 158, Juillat-Deoemhre 1926, 546*847* 11 la fasailie du Sage", K.a.F. XXVII, So 156, £uillet-P©©©abre 1926* 192* . "Vegetation"* ff«R.F« XXXIX, aalUet-l>S©©aibre 1932 , 846-847. a&e trone d'arbre", X L I * <*ulllet«Deoesabre 1933* 668* "£* possme de terra** Confluences, No* 18, <Jaa~3uln 1643* 243-244. "L»Cellist", Lettrog, So 3, 1043, 7*20, "la batallle contra l*horr©ura8 Confluences, Sa 0, Juia*»cet« 1948* 472-480. "Bote* Premieres de |*h0JBa»* (1943-44), So 1, Oot-dee* 1945, 67*78* "Ad Littem", Laa femo* Ifederaea, Ho 10* Jull-oot. 1946, 67-68. "Tentative Oral©", Cafaisrs de la Plllade, Printemps 1948* 78-92, "Bbauohes d*un poleaoa", Las fempa Modaraaa* So 43* l&re»-julB 1949* 303*807, "D»ua verr© d'aaa1*, Cahlera de la Figlado, Ho 11, Elver 1980*81, 133*148. "Le Murmurs", La Table Roads, Se 43* Mai-aoGt 1981, 8886, "L* inspiration 4 rdaes ©ourtee"* Cahlers du Sud, So 811* X© semestre 1982, 48-60* "Le Monument", La fable Roads. So 53* Mai-aoift 1932, 61-62. °ua Bronze Parle", H.H.R.P* , So 18, Juia 1984.* 1018* "La PenStre", Le Point, PoSei© d'aujourd'hul* XLVIII, Juia 1964* IS. "Le soleil place* ea fib&ae*, ?.S.R*F., SC 84* Die* 1934, 981-976* "fexta sur i'Sleotriolta", S.g,R.F., Be 31, Juillet 1968, 1*29. "Oermaiaa Richlcr", H»K*RoP*, So 48, Dec* 1956, 1074-1077. "Malherbe", H*H.R*F*, So 48, Sept, 1986* 434-440, "Las hiroadelles", H.S .R.F. , So 48, Sept* 1986* 426-433*. "La ehevre", H.B*R»F*, BO 60* Oct* 1967, 1066-69. "La Souvelle^ Araigaee", S.K.R.F*, So 58, Juillet 1987, 1-6. "La Pratique de la Utterature% eaafeVeaee inealte prcmonale 4 stmtgsrt ie i$ s*mm isss* 4j?all|)paira# Oeuvraa CeaplStat* BlbliothSque d© ia PlSlade* V«fi».?*» Parle 1066* »^**w»*»*«#«|,*B8prlt aeuveaa at le# .poftt®8Bt ^reure de Prance, So 491, Die. 1916, 388-396* olta par M, Adfoa* '^i^iaa«a Apojllmlrc,, le asal-aldl* Plan* Parle 1952* Baudelaire* Charles* Oeuvres Coapl&tea* Slbllothjlque da ia FlSlada* Paris 1956. Bigcngiari, Piero* nLo parti pris da ponge"* S.H*S*P«, Bo 45, Sept* 1966* 417*461* (?rad* da Gabriel Berquet) Bouchet, A* du. "Praneie Ponge*** critique* So 46* f l v . 1951, 182*166. Braqua. Oeorgee* "Homage & Sranois Pongs*** H.S.IUF** Ho 45* Sept. 1956* 686* Casus* Albert. "Au sujet du »Partl Prie»B* B*B.R*F», So 45, Sept* 1966, 886-392* floees* Saiiiaard* Paris i960* m^.m.mmmm*m.mm^0 t'StraP^Or* (^lliSaTd* PftTiS 1048* le Mytho de Slsfyphe, Calllmard, Paris 1948* Dieoours da SuSde. dalliaard* Paris 1963* Carnerj Jose* "Francis Pong©", S+S.R.F*, So 48, Sept. 1956, 409-412, (Trad. d'Bmille Houlet) Cocteau, Jean. Entretlens autour du oinimatographe, Coll. Encyolopedie du oinlma, dirige© par A. Fraigneau, Bd. A. Bonn©, Paris 1951. Cyrano d© B©rg©rao, Savinien. Oeuvres, Le club francais du livre, Paris 1957. DuohS, Jean. "Francis Pong© et 1© Langage", Syntheses, Ho SO, Juillet 1950, 224-228* Etiemble, Rene. "Pour Francis Pong©", Les Temps Modornes, Ho 55, Mai 1950, 2087-2092, Glancier, G.-E. "Eautes Solitudes", Le Point, PoSsle d»aujour-d'hul, XLVIII, Juil 1954, 5*11. Goethe. Faust II, Editions Montaigne, Aubier, Paris (s.d.) Grenier, Jean. "Presentation d© Francis Pong©", N.H.R.F., Ho 45, Sept* 1956, 398-395* Gros, L^on^Gabri©!, "Prose et Pogsie par Robert Champigoy", Cahiers du Sud, Ho 351, Juillet 1959, 297. Hellene, Frana. "La nouveaut© d© Francis Pong©", La R©vu© de culture Europeenne, Ho. 8, 206-210. Jaoeottet, Philippe. "Remarques sur 1© »Soleil*°, H.H.R.F,, So 46, Sept. 1956, 396*408. Magny, C.E. "Francis Pong© ou I'homme narveux", Poesie 46, So 33, Juin-juillet 1946, 62-68, Marltain, J. et R, Situation de la poesie, Desol©© d© Brouwer ©t Cie, i d i t . , Pari© 1938. 80 Mauriac , Claude* L f Allttirature contemporalne, Ed* Alb in Michel, Paris 1968* Menard, Rene. la condition poetlque. Coll. Espoir, Paris I960. Mloha, Renl. "Sur Francis Ponge, poete v§tu comme un arbre", Revue de Suisse, No 9, 30 juin-51 juillet 1982, 42-56. Michel, Pierre. Les Brands Ecrivains francais, par la dis-sertation, Les Editions Foucher, Paris, (s.d.) Miller, Betty. "Personne a I'horison", H.H.R.F., Ho 45, Sept. 1956, 413-416, Mimier, Roger. "Francis Ponge", Libertg del*Esprit, Ho 37, Jan. 1953, 5-6. Mounin, Georges ."j*!Aati Pascal ou la polsie et les vaoanoesi Francis Ponge", Critique Ho 37, Juin 1949, 493-500. Ortega y Gasset, Jose. The Dehumanization of Art, and other writings on art and culture* Boubleday and Co. Inc., Garden City, S.Y., 1956. (Trans, by Willard R. Trask) Paulhan, Jean* Clef de la polsie. Coll. Metamorphoses, Galli-mard, Paris 1944. Perros, Georges. "France Sponge", H.H.R.F., Ho 67, Juillet 1958, 163*168. Peyre, Henri. Le Classicisms Francais, Editions de la Maison Francaise, Inc., H,7«, 1942. Pioon, Gaston. Panorama de la Houvelle Littsrature francaise, Le Point du jour, Galllmard, Paris 1949. Pieyr© de iSandiarguee , A. "L© Soleil d© Ponge", H.H.R.F*, Ho 36, Dec. 1965, 1196-1198. ———.•«.„ nLe feu et la pierre", H.H.R.F., Ho 45, Sept. 1956, 406*408. Cite par Denis© Bourdet dans Son article "Andre Pieyr© d© Mandiargues", Revue de Paris» 6?e anne©, Janvier I960, 187-141. Poulet, Georges. La Distance Interieure, Lib. Plon, Paris 1952, Pound, Esra. AB C of Reading, G. Routledg© and sons, Ltd., London, 1934* Rabelais, Francois. Qauvres completes, Le Cinquiasme Livre, Lettrea et lorits divers, SooiSte les Belles Lettres, Paris 1948* Robbe-Grlllet, Alain. La Jalousie, Les Editions d© minuit, Paris 1957, — " E n t r o t i e n s " , L'Bxpress, 8 oct. 1959, 31-34. Rousseaux, Andre. "Francis Pong© ©t la nature des choses", Figaro Lltteraire, 9 avril 1949, 2. — - — — — L a Littsrature du XX© SlScl©, P. Michel, Sd. Paris, 1953* — — — " p o e s i e honneur d© I'homm©", Figaro L i t t l -rairo, 9 Janvier 1960, 2. — — — . "R8verie ©t Poesie", Figaro Litterslr©, 6 fevrier 1960, 2. m BousQelot, j«asu Pftnoi-em critique dee nouveaux poetea francais, P* S©gaer«*' Paris 1952* Sailiet* laurioe* "La proet© Ponge", Bsreurs da Franca, fo 1030, 1 j«dn 194®». 303-313* Sarraute, Nathalie. L*Ero du eoupcona Bssaia sur 10' ron&n, Callimferd, Parla 1 9 5 6 . «^H»**M^ **«»*#*««**.# Fortran? d»ua iaconau, G&llteard, Parle 1966. Sartre, Jean-P&ul. Situations•!« Galllmard, Paris 1947, Schneider^ Pierre* "Francis Poage ou I'Beriture grandeur na-ture". Syntheses, ff© 84, Juillet 1983, 89-64* Tertel, Jean* "Francis Ponge at la Formulation global©", Cahiers du Sud, XXXVII, No 819, l9r aemestr© 1953, 492-506, «««**>^ *#w*<»». "Protee d Francid Ponge", Cahiers du Sud, XXIX, X** eemostre 1949, Ie 395t 477*484. Val&ry, Paul. Oeuvres Completea, BibliothSque de la Pl&lade, Galliaard, Paris 1 9 8 7 * V * U "She poet*s Vlrgialty", SO 4, Oct-Bec. 1948, 39-47* Zeltaer*Houkciiim, Garda. "GJX poSta da nature mertd"* N.fl.R.P*, So 45, Sept* 1346, 422-425* (Trad, d'Aliac Guillaln) 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0105933/manifest

Comment

Related Items