UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Hantise feminine dans l'oeuvre de J.-K. Huysmans Clucas, L. Sheilagh 1971

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1971_A8 C48.pdf [ 11.05MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0102056.json
JSON-LD: 831-1.0102056-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0102056-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0102056-rdf.json
Turtle: 831-1.0102056-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0102056-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0102056-source.json
Full Text
831-1.0102056-fulltext.txt
Citation
831-1.0102056.ris

Full Text

LA HANTISE FEMININE DANS L'OEUVRE DE J.-K. HUYSMANS by L. SHEILAGH GLUCAS B.A., University of British Coliambla, 1970., A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in the Department of French We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1971. In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s in p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a , I ag r ee tha t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and s t u d y . I f u r t h e r ag ree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y p u r p o s e s may be. g r a n t e d by the Head o f my Department o r by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . It i s u n d e r s t o o d tha t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f French The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Co lumb ia Vancouve r, 8, Canada Date September 30. 1971 REMERCIEMENTS Mes sinceres remerciements a K, F. St. Clair de m'avoir montre" les oeuvres l i t t e r a l r e s de Joris-Karl Hnysmans, et a M. D. Nlederauer d favoir l u s i attentivement cette these. ABSTRACT Pessimiste, misogyne et sadiste i ces termes constituent une analyse concise de l'oeuvre l i t t ^ r a l r e de Joris-Karl Huysmans (1848-1907). Etemellement ins a t i s f a l t , i l se servalt de ses livres comme vehicules pour exprimer ses reac-tions en face du microcosme parlslen qu'il frequentait. C'est que rien ne l e touchalt — mouvements politiques, questions sociales, ou causes naturelles — ses reflexions se portaient sur son •moi'*. Bien qu'il n'ait Jamais permls a l a vie de son milieu de l e dominer, deux problemes l'ont touche l n -timement (selon ses oeuvres autobiographlques) i l a quSte d'un repas acceptable et l a recherche desesperee d'une femme id^ale. On trouve que ces deux themes s•entrepenetrent dans les oeuvres de Huysmans et qu'ils en sont l e f i l conducteur de ses debuts l i t t ^ r a i r e s jusqu'a l a f i n de sa carrlere l i t t ^ r a l r e . L'oeuvre de J.-K. Huysmans se divise assez nettement en trois parties chronologiques, selon l a f o l esthetique ou religieuse qu'il met en Evidence dans les li v r e s . Sous l a rubrique de "roman naturalists" se trouvent ses premieres oeuvres t Marthe, (1876) Les Soeurs Vatard, (1879) aa menage, (1881) et A Vau-l'eau. (1882). A ce groupe on peut rattaeher ses recueils, L'Art modeme (1883) et Croquls Parislens (1880). Le groupe de liv r e s "decadents" comporte A rebours« (1884) La-bast (1891) et un recueil de critiques d'art, Certains. (1889) et un roman ecrit a cette epoque mais qui n'est pas, a proprement parler, "decadent" — En rade (1887). Les oeuvres de l a troisieme cate*gorie que l'on a consult^es sont nettement "catholiques" au point de vue du sujet i En route, (1895) La Cathedrale« (I898) Sainte Lydwlne de Schiedam. (1901) De Tout. (1902) L'Oblat. (1903) Trois Prlmltlfs. (1905) et Les Foules de Lourdes (1906). Dans chacune de ces oeuvres, de Marthe aux Foules de Lourdes. on est conscient de l a presence de l a Femme, une presence qui ronge l'esprit et l e coeur de l'auteur. Huysmans, dans les "oeuvres naturalistes" se reVele hante* par les souvenirs, a peine caches, d'une trahison matemellei i l se sert d'un personnage autobiographique dans ses premiers livres (et dans tous ceux qui suivent) pour dls-cuter lntermlnablement son enfance mainoureuse, son degout de l a femme sur l e plan physique, et son d^sir oontradictolre d'Stre "en menage" avec une femme qui ne salt que raccommoder et faire de l a cuisine; Huysmans subit l e tiraillement de cette dichotomie — femme physique contre femme s p i r l t u e l l e — pendant toute son oeuvre. Son lnsatisfaction sexuelle et emotionnelle se voit aggrav£e dans les "oeuvres d^cadentes", jusqu'a l a nevrose. Les themes de l a cuisine et de l'amour redoublent de leur intensity pour r e f l ^ t e r 1'incapacity de Joris-Karl de trouver du bonheur ou de valeurs effectives» et 1*auteur/heros est pousse aux manifestations sadiques. Huysmans, dans ses livres "catholiques", est a l a f i n de son odyss^e personnelle, et peu a peu, i l comprend que le havre d'affection maternelle q u ' i l s'£tait cree sous l a forme de Notre-Dame, n'est qu'un mirage. Chaque annee l o r s de l a ffcte de l a Nat i v i t e , E l l e se reVele une femme perfide, voire sexuelle, comme toutes l e s autres, et Huysmans reste une epave f l o t t a n t e aux limbes. La reaction de l'auteur a ce refus ultlme par une Mere adoptive est un renforcement i n f l n i des tendances sadlques q u ' i l a montrees dans ses l i v r e s anterieurs en faee du refus feminin. Les oeuvres "catholiques" de Huysmans ne sont point des expressions dldactiques sur l a "bonne vole" a sulvrej au contraire, J o r i s - K a r l s'y abandonne a un sadi6me porte* sur l e plan l l t t ^ r a i r e j on ne trouve guere que des repertoires de douleurs feminines. "L'Art, l a Femme, l e Diable et Dieu furent l e s grands in t e r e t s de sa vi e mentale...."* d i t Paul Val^ry a propos de Huysmans. Toutefois, 11 nous semble q u ' i l sled de donner une place toute sp£ciale a l a Femme. Nous nous proposons de montrer dans cet essai que sa hantjse de l a femme — une trahison maternelle et l a quSte resultants d'une femme ideale, insexu£e et maternelle qui puisse supplier a l ' a f f e c t i o n qui l u i a ete arrachee, est l e fond meme de l a psychologie de J.-K. Huysmans. Dans sa quSte i d ^ a l i s t e , constamment dejou^e par l a femme "sexuelle", Huysmans ne f a i t autre chose que de recou r l r aux expressions sadlques qui revelent 1*essence v e r i t a b l e de ses l i v r e s , q u ' i l s soient "n a t u r a l i s t e s " , "decadents" ou "catholiques". •Paul Valery, Huysmans (Paris : La Jeune Parque, 1927), P. 23. ABSTRACT i l l INTRODUCTION 1 Notes 27 Chapitre I. LA FILLE CONTRE L'EPOUSE 30 Notes 83 II. L'ESPRIT CONTRE LE CORPS 91 Notes 139 III . LE PLAISIR DE LA DOULEUR 1^ 5 Notes 185 CONCLUSION 192 Notes 201 BIBLIOGRAPHIE 202 INTRODUCTION Celu i qui se propose d'ttudier l e s oeuvres l i t t e r a i r e s de Jorls-Karl.Huysmans (1848-1907) rencontre ce qui est devenu un l i e u commun des etudes huysmansiennest une d i v i s i o n de sa ca r r i e r e et de son oeuvre en t r o i s p a r t i e s i d'abord, sa periode " n a t u r a l i s t e " , deuxiemement, ses oeuvres wde"cadentes", et enfin, sa volte-face "catholique". C'est un schema qui n'est pas sans J u s t i f i c a t i o n , mais plusleurs c r i t i q u e s , a f f l l g t s de l a maladie de vo u l o i r tout t t i q u e t e r , ont une tendance regrettable a presenter Huysmans comme un auteur doue" d'une c e r v e l l e a lames. 1 C'est fausser, ou meme p i r e , obscurer 1'existence des themes constants » une obsession des paysages s t t r l l e s , un gout pour l a re-cherche de l a pourriture, une jouissance non dtguieee de l a douleur, ( l a delectation morose dont parle Mario Praz 2) une misogynie fonclere dont l e s sentiments touchent l a p r o s t i t u t e et l'tpouse, l a paysanne et l a bourgeolse, l e s moniales, l e s salntes, et Notre-Dame, et surtout, l e theme de 1'evasion hors du r6el — l e d e s i r a toujours Inexauce* de se de"barrasser de l a chair encombrante, de retrouver enfln sa femme ideale, i n s a i s i s s a b l e et inoorporelle, et de re s t e r a l ' a b r i , au sein de cette "mere a moi". Nous nous proposons de montrer que c'est cette I n s a t i s f a c t i o n chronique au sujet de l a femme qui produit un pessimisme inguerissable qui est l a maladie de base des romans de J.-K. Huysmans. S i l e s c r i t i q u e s huysmanslens ont, en premier l i e u , une propension de l e trancher en t r o i s etres diffe"rents, l a deuxieme tendance des cr i t i q u e s est un c o r o l l a i r e de l a premiere} c'est-a-dire q u ' i l s considerent l'oeuvre de J o r i s - K a r l comme l e re*clt propre de son Evolution " s p i r i t u e l l e " — s o n ascension de l a boue du materialisms n a t u r a l i s t e a l ' a i r pur du splritualisme cathollque. I c i i l faut convenir que l e s romans de Huysmans (Les Soeurs Vatard. En menage, Marthe. A Vau-l'eau, A rebours. La-bas. En rade, En route. La Cathedrale et L'Oblat) ont de nombreux elements auto-biographiques, comme l ' a remarque" Albert Regglo^ a i n s i que l a plupart des c r i t i q u e s de Huysmans. Dans un a r t i c l e d*auto-critique (publie" en 1885) sous l e pseudonyme d' "A. Meunlei? l'auteur admet volontlers que ses personnages principaux sont d'un "type unique" et que ce type" $ .. . t i e n t l a corde dans chacune de ses oeuvres. Cyprlen jTlballle. Andre. Folantin et des Esseintes ne sont, en somme, qu'une seule et meme personne, transported dans des milieux qui d i f f e r e n t . Et tres eVidemment cette personne est M. Huysmans, cela se sent... Apres son roman, A rebours. l e s preoccupations et l e s ennuis de cette ombre l l t t e r a l r e de Huysmans devlennent l a v e r i t a b l e ralson d'etre des oeuvres successlves. II prend d e f i n l t i v e -ment l e nom "Durtal" dans La-bas, 1'identity q u ' i l gardera pendant l e reste de sa c a r r i e r e l i t t e r a i r e . Pour reprendre l'idee de 1' "evolution s p i r i t u e l l e " de Huysmans racontee dans ses ouvrages, on est tente de voir un ecrlvain fondamentalement spiritualiste (sans eon-notation pejorative) qui est attire" momentanement par le guet-apens du Naturalisme que l'on tend au Jeune debutant. Rien n'est plus inexact} Huysmans ne savait ou i l a l l a l t , mais l a comblnaison du "pessimlsme" et de l'insatlsfaction Inspires par son incapacity de trouver de l'amour, le derange n'importe ou 11 pretend se reposeri et par consequent, i l erre en quete d'un bonheur absolu aupres d'une femme ideale inaccessible. La voie qu'il suit devient moins ombrag£e dans La-bas que dans les livres anterieursj 11 l u i est cependant impossible de voir clairement les indicateurs i on entend des Hermies dire a son alter ego, Durtal, que i "Fatalement, tu devais, un jour, f u i r ce te r r i t o i r e am£rlcain de l ' a r t et chercher, au l o i n , une region plus aeree et moins plane."^ A ce sujet, Henry Brandreth remarque flnement que c'est un "largely unconscious movement of his mind from materialism to supernaturalism. . . .".^ Bien que l e "havre sur"? que cherche Huysmans reste indefini, son inquietude quasi-metaphyslque ne l u i echappe past i l en devient vic-time. II est prole a ce que M. Bachelin appelle des "indera-cinables habitudes d'analyse" de lui-meme qui 1'empSchent de trouver l a moindre satisfaction quol qu'il fasset i l se montre Incapable de bonheur "parce qu'il complique tout, i n t e l l e c t u a l l s e tout, ramene tout au ralsonnement ou a l ' a r t . " 9 Nous avons deja mentionne' l e s themes constants dans l e s oeuvres de Euysmans. Peut-Stre que l e plus s a i l l a n t des themes est c e l u i de l a misanthrople ou plus preeisement, de l a misogynie t Huysmans, tout l e long de sa v i e , cherche a inculper l a cause de son malheur, son l n s a t l s f a c t l o n , et son pessimismsj i l nomme comme coupable l a "muflerle" de 10 l a soeiete a c t u e l l e , son " s i e c l e infame", l'epoque "ou tous l e s hommes sont exclusivement hantes par des pense*es de luxure et de l u c r e " . 1 1 Plus souvent, toutefois, ses invectives sont d i r l g ^ e s vers une classe speciale t l a bourgeoisie, qui, doue*e d'une s o t t l s e invetere"e et des pr£-juges odieux, semble prScher l e progres des id^es u t i l i t a i r e s et l a destruction de toute beauts, de tout a r t . En general, J o r i s - K a r l est misanthrope t mais en p a r t i c u l i e r , i l est misogynei s ' i l est obs£de par "le s muflemans" i l estfranchement hante par l a femme, " l a bfete veneneuse" q u ' i l execre et fustl g e a travers son oeuvre. C'est l a creature responsable de l a tentation et de l a chute, qui f l n i t , dans l e s l i v r e s de Euysmans, par payer l e f o r f a i t de son influence pemicieuse et destruetrice. L'angoisse continuelle de l'auteur pa r a i t Stre entlerement due a l a femmet s ' i l cede p a r f o i s aux appels imperieux des "c r i s e s juponnieres", n'empSche q u ' i l reste ahuri et degoute" de l a chair i 11 deteste l a femme pour ses "appas degoutants" et i l maudlt ses propres app^ t l t s . II en veut a l a femme d'etre I r r e s i s t i b l e , et a l a suite, de ne pas l u i o f f r i r une extase, une transcendance de sa "coque charnelle" et de son "moi*. Toute rencontre feminine dans l e s romans f i n i t malj dtsabus, deception, et degout en resultent. L'oeuvre de Huysmans ne constltue pas un drame entre l a f o i et l a raison, par reference a son "evolution s p i r i t u e l l e 5 1 j e l l e n'est meme pas une quSte deconcertte de l a f o i . E l l e est, au contraire, l e temolgnage d'un homme sensuel qui v i t dans l e concret, mais qui veut exorclser l a sensualite* — c'est un drame de l a chair. La hantise de"favorable eVoquee par l a femme, qu'elle s o i t f l l l e , "femme biz a r r e " , sainte, ou Notre-Bame, determine l e s themes et l'on hasarde 1'opinion qu'elle determine meme 1'existence des oeuvres l i t t & r a i r e s de J.-K. Huysmans. K. J.-P. Desjardins, dans un a r t i c l e des Cahlers de La Tour Saint-Jacques* f a i t une remarque perspicace sur 1'essence des l i v r e s de Huysmans t ...depuis l'Eros ricaneur de ses jeunes ann£es jusqu'au moment ou 11 renle noblement en faveur d'une i r r t e l l e feminlte, sa mlsogynle, court une llg n e de v i e inte"rleure dont son a r t ne cessa jamais d'etre l'expression t o t a l e . 1 2 H©us considtrons, toutefois, que cette misogynie de Huysmans est un Element p r i n c i p a l et u n i f i c a t e u r de son oeuvre qui ne cesse point "au moment ou i l renie noblement en faveur d'une i r r t e l l e feminite"i au contraire, sa misogynie devient intense et sadique. Autour du theme de l a Femme dans les l i v r e s de J.-E. Huysmans se groupent d'une manlere conslstente l e s themes de 1'Enfant et de l a Cuisine. Les enfants huysmanslens sont de p e t i t s "momes" s o u l l l t s t i l s ne sont que l e s material-isations detestables de l'amour. La nourriture est une p r e -occupation Egalement l i e e a c e l l e de l a femme t l e s mauvals aliments, un repas mai presente ou mai c u l t , p r e c l p i t e n t une c r i s e d ' i r r i t a b i l i t e qui mene J o r i s - K a r l a maudire son temps et a exeV'rer l a femme, et a mettre en e v e i l ses autres appetlts lnassouvis. La bonne chere, au contraire, est plutSt l e r e s u l t a t de son e t a t d'esprit heureux qui a, pour cause, l a s o l f charnelle etaneb.ee. On admet q u ' i l est valable et u t i l e , au point de vue d'une analyse presentee chronologlquement, de d i v i s e r l'oeuvre de Huysman6 en t r o i s periodes "esthetiques", pourvu que 1,'on n'oublie pas que l a se r l e des romans t r a l t e essentiellement du "moi'* de l'auteur, et qu'elle constitue done, 1*expression des ruminations l e s plus intlmesj l e u r sujet est I n v o l u t i o n personnelle de l'homme et ses tenta-t i v e s de venir aux pr i s e s avec sa hantise de l a femme. II est egalement important de comprendre l a s i g n i f i c a t i o n en termes generaux, des t r o i s etiquettes qui sont coliees sur l'oeuvre de Huysmans. Une d e f i n i t i o n , quoique p a r t i e l l e , donne a savolr quels sont l e s influences et l e credo esthetiques des milieux auxquels Huysmans, l'homme et l'auteur, s'attache. Parler du "naturallsme", c'est degager quelques themes d6ja obsedants dans s e s premiers e c r i t s « Majrjbhe, Les Soeurs Vatard. En menage, A Vau-1 1eau et l ' A r t moderne. Tout e e r l v a i n n a t u r a l l s t e , fidele-aux exigences du chef Zola, manifeste quelques t r a i t s d e f l n i s dans ses oeuvres i son l i v r e t r a i t e d'un m i l i e u pauvre et frequemment sordlde, ou 11 s'insere pour mener une enquSte et pour prendre des notes copleuses et d£taillees, q u ' i l r e c u e i l l i t et publie sous forme d'un "roman n a t u r a l l s t e " . Le roman "tranche de v i e " engendre par l a methode s c i e n t l f i q u e s'int^resse presque exclusivement aux gens louches ou corrompus, et de preference, bStes souvent sans f a i r e cas d'une h i s t o l r e ou d'un f i l d 'intrigue. La methode s c i e n t l f i q u e , l ' e s p r i t p o s i t i v i s t e , l'horreur du bourgeois, et un pesslmisme a l a Schopenhauer font tous p a r t i e de l'ambiance n a t u r a l l s t e t "Document humain, anatomie exacte, science experlmentale", selon M. Bachelin sont l e s mots qui "reviennent le plus souvent sous l a plume de ses mainteneurs. w l3 Peut-Stre que personne n'a r i e n e c r i t au sujet du naturalisme qui s o i t plus l u c i d e ou plus exact que l e s quelques pages de Huysmans •— sa defense de Zola et de l a doctrine n a t u r a l l s t e — qui se trouvent dans une preface i n t i t u i e e "Emile Zola et l'Assommolr" i ...pustules vertes ou chairs roses, peu nous importei nous touchons aux unes et aux autres, parce que l e s unes et l e s autres existent, parce que l e goujat merite d'etre etudie aussi bien que l e plus p a r f a i t des hommes, parce que l e s f l l l e s perdues foisonnent dans now v i l l e s et y ont d r o i t de c i t e aussi "bien que l e s f l l l e s honnStes. La socie"te\ a deux faces s nous montrons ces deux faces /T.^. Nous ne{pr^ferons pas, quol qu'on en dise, l e v i c e a l a vertu, l a corruption a l a pudeur, nous applaudissons egalement au roman rude et polvre et au roman suere et tendre, s i tous l e s deux sont observes, sont vecus. Selon Huysmans, l e s pereonnages du nouveau roman n a t u r a l l s t e sont grandeur nature et sont des etres indeniablement vivants et modernes t ...un e c r i v a i n . . .dolt etre de son temps, nous scmmes des a r t i s t e s a s s o i f f e s de modernite, nous voulons 1'enterrement des romans de cape et d'epee...nous voulons essayer de ne pas f a i r e comme l e s romantiques des fantoches plus beaux que nature...nous voulons essayer de camper sur leurs pie&s des Stres en chair et en os, des §tres qui parlent l a langue qui l e u r f u t apprise, des etres enfin qui palpitent et qui vivent /T.^y. Les romans qui resultent d'une a p p l i c a t i o n de ses rnethodes ne sont moins que des "oeuvres v i r l l e s " * et Huysmans conclut que i . . . l e naturallsme c'est l ' e t u d e des Stres crees, 1*etude des consequences resultant du oontaot ou du choc de oes Stres reunis entre eux; l e naturallsme, c'est, sulvant l'expression meme de M. Zola, l'etude patiente de l a real!te.^1'ensemble obtenu par 1*ob-servation des d e t a i l s . 1 * Le p a r t i p r l s de J o r i s - K a r l est evident oar 11 e c r i t cet essai a l'epoque ou i l appartlent au Groupe de Medah, un cercle de Jeunes ecrlvalns admirateurs et amis de Zola. Dans l e s romans que Huysmans f a i t p a r a l t r e a cette epoque-la, i l essaie de mettre en pratique l e s prineipes n a t u r a l i s t e s . On y trouve une documentation atten t i v e , un i n t e r e t port£ sur l a f l l l e dechue, et une reproduction un peu lourde de 1'argot dans Mar'the. h l s t o l r e d'une f l l l e (1876) et Les  Soeurs Vatard (1879)* En menage (1881) oomporte des passages ouvertement clnglants sur l a s o t t i s e et l a salete de l a femme, et 4 Vau-l'eau (1882) resume tout l e pessimisms d£termlniste, un pesslmisme destructeur qui se concentre sur l a femme et qui domlne l e s romans de cette pSriode dans l a c a r r i e r e l i t t e r a l r e de Huysmans. Ce roman, au s s i bien qu* En menage« m e r l t e d'etre signale comme une oeuvre qui fournit "des apereus de m£lancolle et d'ames dtsolees et f a i b l e s " . Pour J o r l s - K a r l , ce dernier est " l e chant du nlhili s m e " , tandis qu* A Vau-l'eau se donne comme " l e diaoonat des miseres moyennes".1^ II semble que l a v i e p l e t i n e sur l e s espoirs et l e s tentatives des "heros" de l'auteur1 tout d t s l r e n t s a t i s f a i r e aux sens affames, trouver un contentement de son sort, mais pulsque l a v i e rate toujours des a f f a i r e s , un Fo l a n t i n desespere cede en face de l a v i e , et se renonce corps et ame aux caprices du destln J ...11 embrassa d'un coup, d ' o e i l l*horlzon desole de l a vie1 i l comprlt /\*J l a s t ^ r i l i t e des Slans et des efforts} 11 faut se l a i s s e r a l l e r a vau l*eau} Schopenhauer a ralson, se dlt-11, " l a v i e de l'homme o s o l l l e comme un pendule entre l a douleur et 1'ennui." Aussi n'est-oe point l a peine de tenter d*aco£l3rer ou de retarder l a marohe du balanoier} 11 n'y a qu'a se c r o l s e r l e bras et a tacher de dormlr /7. 7/. A l i e n s , decldement, l e mieux n*exists pas w pour l e s gens sans l e sou} seul, l e p i r e a r r i v e . Bien que oes romans de Huysmans renferment l e s Elements na t u r a l i s t e s de rlgueur, l a qualite de l a souffranoe des personnages est autre chose. On a 1'impression que l'auteur eprouve un f r i s s o n d£licieux en errant ces malheureux meMlocres qui l u i ressemblent, et a l e s v o i r s o u f f r l r et f a i r e tant de vagabondages dans l e neant, a l a recherche d'un bonheur i n d e f i n l qui l e u r ^chappe a jamais. Sa jouissance malsaine de l a douleur physique et emotionnelle d'autrui (et surtout de l a femme) apparatt dans tous ses l i v r e s i c'est un t r a i t personnel, cette misogynie sadlste, oar nul autre e c r i v a l n " n a t u r a l i s t s " ne montre un t e l sarcasms et une oruaute s l aoerbe envers l a femme. Cyprlen, en parlant de 1'espece feminine (dans En mjnage), d i t q u ' i l va "toujours aux hypo-theses qui peuvent l e u r Stre l e s plus dtfavorablesi je suis sur a i n s i de ne pas me t r o m p e r . C e n'est pas exagerer a d i r e que l'auteur l a l s s e a i n s i v o i r l e s traces d'un sadlsme nalssant, oar ses personnages ont tous l e meme probleme i un manque t o t a l de s a t i s f a c t i o n et une incapacity de trouver une femme suffisamment ''raaternelle" pui puisse s a t l s f a i r e a l e u r beaoins. Albert Mordell, dans une etude i n t l t u l e e The E r o t i c Motive i n L i t e r a t u r e . note que i There are cases of sublimated sadism In p r a c t i c a l l y a l l l i t e r a t u r e where pain i s described. The author displays a craving to see people suffe r even where he sympathises with them and he s a t i s f i e s that craving by drawing them In t h e i r agonies.18 Ses remarques aldent a expliquer l e sens a demi cache" des "romans n a t u r a l i s t e s " de Huysmans, et aussi a e c l a i r e r l e s oeuvres qui suiventi comme on verra, son attitude envers l a femme ne se modifie pas. En t r a i t a n t l e theme n a t u r a l l s t e de l a f l l l e , J o r i s - K a r l ne s'as s u j e t i t pas a une manie esthetique ou a un simple gout l i t t e r a i r e des annees *70j i l s'y int^resse pour des raisons toutes a l u i . On v o l t clairement l e personnage dominant, l e porte-parole l'auteur, avec ses opinions excentriques et ses appetits a jamais inassouvis, se detacher du fond de l a t o i l e n a t u r a l l s t e , Et ses ennuis causes par l a femme, l a sexuallte et l e mariage sont d'une supreme importance dans l e s premieres oeuvres de Huysmans. Cette meme hantise de l a femme se v o l t dans A rebours (1884) et dans La-bas (I891), oeuvres d'apparence "decadentes"? l ' i n s a t i s f a c t l o n aux niveaux physique et emotionnel des premiers romans s'aggrave a travers l e s personnages auto-blographiques dans l e s l i v r e s "decadents". Cette periods de l a "decadence" est un phenomene l i t t e r a i r e qui a t t i r e un nombre r e s t r e l n t d'ecrivains pendant l e s annees *80 en France, et se caracterise par un sentiment d*ennui en face de l a v i e a c t u e l l e . S i quelques ecrlvains apotres de Zola voyaient des p o s s i b i l i t e s i n f i n l s des progres amenes par l a science et f a i s a i e n t des tentatives pour reunlr l a science et l ' a r t , l e u r d e s i l l u s i o n avec l a Science Toute-puissante est rapide et complete » l e schlsme toujours croissant entre l a science et l ' a r t des annees *80, mene plusieurs a r t i s t e s a se refu g l e r dans l a doctrine de "l * A r t . pour 1'Art", a chercher l e s sensations nouvelles et exquises et a ignorer " l a bStise humaine". I l s con§oivent l a v i e a c t u e l l e comme incolore, bourgeoise, et ma t e r i a l l s t e , et se decldent, par consequent, a repudier cette v i e , a louer l a solitude, et a creer des oeuvres qui chantent 1'Evasion. Pour manifester l e u r revolte, leurs ouvrages s'occupent de sensations esoteriques exprimees a travers un style touffu, "faisande", et complique". Les ecrivains tentent de s'enlvrer, de chercher l ' o u b l i par des manieres diverses » l a femme, l e s drogues, l e diabolisms, l e s p i r i t i s m s , l ' a r t , aussi que l a r e l i g i o n deviennent tous l e s l e i t m o t i f s de l a l i t t e r a t u r e de l'epoque. Le pessimisms l e s pousse a 1'evasion de l ' a c -t u a l l t e banale. I l s se mettent en quete de l a sensation p a r f a i t e , de l'extase permanente, d e f i n l par Walter Pater comme l e hard gemlike flame qui doit etre l e but de l a v i e . Dans l a phrase de George Ridge, "Decadence i s i d e n t i f i e d with what i s eccentric, or awry from nature" 1 9 ? e n e f f e t , l e s p r l n c i p a l e s preoccupations des "decadents" sont l'anormal, 1 ' a r t i f i c i a l , et l e dedain de l a nature. Pendant sa soi-disant "periode decadente", breve mais decisive pour l u i , Euysmans e c r i t deux "romans" qui constituent une rupture carrement avouee avec les theories n a t u r a l i s t e s de Zola. Pulsque 1'un des l i v r e s se construit sur un canevas de f a n t a l s i e (A rebours) £ l'autre desire ajouter une autre dimension — c e l l e du "suprasenslble" — pour creer un "naturallsme s p i r i t u a l i s t e " ^ 0 i»auteur exprime a i n s i dans A rebours et La-bas son d e s i r de renler sa " f o l n a t u r a l l s t e " . Dans A, rebpurs f l e theme d e l 1 e v a s i o n f a i t prime} l ' a r t l s t e affllge" de l a maladie " f i n de s i e c l e " , ayant recours a l a f a n t a i s i e pour s'echapper au monde accablant, trouve que 1'imagination est l a seule chose qui l u i permette d'adouclr son pessimlsme et de soulager sa douleur de v i v r e . Ce pessimlsme est l e r e s u l t a t de son degout t o t a l des "mufleries" de l a v i e , et c'est une manifestation de son etat d*esprit p a r t i c U l i e r — de son taedium v i t a e qui carac-t e r i s e l a "decadence". S i Huysmans o h o i s l t d'ecrire des romans qui correspondent nettement a l'esthetique decadente en ce qui concerne l a quSte d'un i d e a l et 1'evasion hors du r e e l , 11 entend, comme i l l ' a d i t vingt ans apres l a parution d'A rebours. que « On e t a i t a l o r s en p l e i n naturallsme; mais cette ecole, qui, devalt rendre l ^ i B o u b l l a b l e service de s i t u e r des personnages reels dans des milieux exacts, e t a i t oondamnee a se rabacher, en pletlnant sur place.21 Ce q u ' i l d i t sur l e roman est particullerement lnteressant i Je cherchais vaguement a m'evader d'un cul-de-sac ou Je suffoquais, mais je n'avals aucun plan determine et A Rebours, qui me l i b e r a d'une l i t t e r a t u r e sans issue, en m'aerant, est un ouvrage parfaltement inconscient, imagine sans idees preconcues, sans intentions reservees d'avenir, sans r i e n du tout.22 Le d e s i r de Huysmans "de b r l s e r l e s l l m i t e s du roman** f a i t n a i t r e son plan de "supprlmer 1*intrigue t r a d i t i o n n e l l e " , de f a i r e d i s p a r a i t r e "meme l a passion 8* a i n s i que " l a femme, et de "concentrer l e plnoeau de lumlere sur un seul personnage, f a i r e a tout p r l x du neuf." 23 II est particulierement interessant que l*auteur mentionne l a femmej s l J o r i s - K a r l v o u l a i t l a rayer de ses l i v r e s , 11 n*a pas "bien reussi t A rebours fourmille de toutes sortes de femmes — l e s f l l l e s de Madame Laure, l e s mattresses bizarres de des Esselntes, l e s servantes negresses, ses amies "nues" dans l a ch&mbre rose, et meme l e s t e r r i b l e s v i s i o n s de son cauchemar, tandls que dans La-bas 11 oree l a sataniste Hyacinthe Chantelouve, qui joue un r o l e e s s e n t i e l . II e c r i t des romans que l*on etlquete "decadents" mais sa hantise de l a femme l e torture meme plus qu'auparavant. Huysmans dans ces deux l i v r e s , de meme que dans Certains. un r e c u e i l de moroeaux c r i t i q u e s , et dans En rade, un roman compose a l a m^ me epoque, se trouve en quSte de quelque chose "de plus" que l e p l a i s i r douteux de l a chair i Une seule passion, l a femme, eut pu l e r e t e n l r dans cet universel d£dain qui l e poignait, mais o e l l e - l a etalt, e l l e a u ssi, usitee. II avait touche aux repas charnels avec un appetit d*homme quinteux, affecte de malacie, obs£de de f r l n g a l e s et dont l e p a l a i s s'emousse et se blase v l t e /T.JT'.2^ Ce qui obsbde Huysmans maintenant, c'est I'erethisme cerebral — l a pensee q u ' i l d o i t e x i s t e r quelque perversion, quelque piment a l*aote banal qui l u i procure de l a g r a t i -f i c a t i o n , pour q u ' i l pulsse se s e n t i r apals£ i "Je oherche des parfums nouveaux, des f l e u r s plus larges, des p l a i s i r s ineprouves,*'2-* d i t des Esselntes, en repttant l e s paroles de Flaubert. Ce heros de Huysmans s'obstine a chercher une sensation physique pour assagir ses besoins entierement cerebraux; bien que son ennui, son d e s i r d'un id£al i n d e f i n l , et sa quete d'un bonheur absolu abregent l e sentiment " f i n de s i e c l e " qui a f f l i g e "l'epoque d£cadente", 11 y a toujours quelque chose de particulierement huysmanslen la-dedans. Ces oeuvres de J o r i s - K a r l restent, derriere l e u r fagade decadente, une traduction toute personnelle de l a qu.@sfc3.OR d@ base que l'on a vu apparaltre des 1876 — 1'at-titude o r u e l l e envers l a femme qui ne peut a l l e g e r l e s oriaea, ou charnelles ou emotlonnelles, pour Huysmans. Sachant qu'aucune femme n'a maintenant l a molndre chance de l e contenter, i l a c u e i l l i t l e s complications ctrabrales ou nerveuses, comme du poivre pour relever l e p l a t fade des sens. A ce moment-la, 1* a r t i s t e joue l a piece avec un accompagnement "decadent". Au moment ou l'©n a r r i v e a examiner l e s oeuvres de l a t r o i s i e m e ptriode" de Huysmans (En route. La Cathedrale. L'Oblat, Salnte Lydwlne de Schiedam, et Les Foules de Lourdes) 11 est indenlable qu'elles sont d ' inspirat ion "catholique"} d'autre part , 1 1 serait inexact de dire qu'elles sont denudes de cette odeur huysmansienne, ce parfum pessimiste et saveur misogyne qui pesent sur tout ce q u ' i l e c r i t . Le retour a l ' E g l i s e catholique est un ph£nomene dramatlque qui surgit vers l a f i n du XIXe siecle j c 'est que l a generation des posit iv lstes subit l a f a i l l i t e du soientisme, et comme 1*envisage Jean Calvet i . . . l a science n 'a pas f a i t f a i l l i t e et ses methodes s'averent chaque jour plus f£condesi mais l e scientisme qui pretendait absorber dans l a science l a m£taphysique et l a r e l i g i o n a ete piteusement rulne. 2 ° Et non seulement ceux qui pensaient que l a raison humaine a l l a i t tout resoudre, mais aussi ceux (que M. Calvet appelle " l a g e n e r a t i o n des chercheurs d ' i d e a l " 2 ? ) qui voulaient f u i r l e tracas de 1*existence quotidienne, sont revenus a l ' E g l i s e . Huysmans, des 1895 (et jusqu'a sa mort en 1907) frequente de nombreuses eglises, des personnes religieuses, et e c r i t des oeuvres que l ' o n nomme "catholiques" en vertu de leur preoccupations d'une nature nettement religieuse i l a conversion de Durtal/Huysmans, sa retraite comme oblat, l e symbolique de l a cathedrale de Chartres, l 'haglographie, et l a cri t ique de l ' a r t religleux des " P r i m i t i f s " . Huysmans, toutefois, ne se l i b e r e point de sa hantise feminine ou de ses ennuis chamels, meme dans ses oeuvres "catholiques" t on y rencontre Eve, l a Femme et e r n e l l e , metamorphosed en Marie, l a Vierge immaculeej l e s hallucinations sexuelles de " l a n u i t obscure" a l a Trappe sont pulssamment d^ c r i t e s : on apprend que l e l i v r e avait comme t i t r e p r o v i s o i r e , La  B a t a l l l e charnelle. et que l'auteur 1 * i n t i t u l e plus tard, En route. Dans une de ses prefaces, Huysmans i n s i s t s sur l e s consequences n u l s i b l e s de l a presence feminine i "...tant qu'une femme reste dans votre v i e , auoune mystique n'est possible /T,jJ 11 importe de se l i b ^ r e r du servage encombrant des chairs et de v i v r e , dans l a p r l e r e , s e u l . " 2 ^ La mystique que Huysmans se cr£e est une mystique mi-sensuelle, mi-rellgieuse. Le p l a l s i r q u ' i l t i r e de l a douleur feminine que l'on v o i t des ses premieres oeuvres, devient plus intense au moment ou J o r i s - K a r l tente de refou l e r sa charnalite^ et cette delectation est encore presente sous forme de descr i p t i o n des salntes martyres et de leurs supplices physiques. Huysmans prefere l a Sainte Vierge souffrante, d l t - i l , et 11 l'aime exclusivement l o r s q u ' i l pense a " l a semalne peineuse" et i l evoque 1'image de l a p l e t a . 2 9 Huysmans c r o i t avoir trouve enfin sa femme ideale, une femme maternelle qui l e soignerait, une femme a l a volonte de qui i l d o i t c£der; (un echo de l a tendance e x p l l c i t e de des Esseintes) une femelle enfin, qui est indenlablement une femme invraisemblable, a laquelle i l r e v a i t des 1876.30 n pense, surtout, que c'est une femme qui l'aimerait d'un amour pur, un amour non s o u i l l e par l a necessite de l' a c t e q u ' i l q u a l i f i e B l a suite anlmale" de toute rencontre feminine, q u ' i l juge "malpropre", "un c r i banal", et "une commotion attendue".^ 1 Huysmans veut que son amour de l a Vierge a r r i v e , par une voie entierement s p i r i t u e l l e , a un etat d'extase (rappelons l e hard gemllke  flame des annees anttrleures) qui se substitue a 1'experience erotique. Sa nature l e force a se c r t e r lnconsclemment une sorte de mystique charnelle composte d'une i n t e v e n t r a t i o n de s p i r i t u a l i t y et de matyriallsme. Et c'est justement ce melange qui l'empeohe de trouver son "havre" et sa femme i d t a l e . Les remarques de Henri Bachelln sur l e st y l e de Huysmans par rapport a ses Intentions soutlennent cette hypothese i 11 note q u ' i l existe une "savoureuse contra-d i c t i o n fondamentale qu'on releve entre l a s p i r i t u a l i t y , qui voudrait s'epurer, de ses desirs d'une v i e aliygee de tous besoins physiques et oharnels, et l a m a t e r i a l i t y persistante des descriptions q u ' i l en fait."3** Tout l e long de sa car r i e r e l i t - t e r a i r e , J.-K. Huysmans met l a misogynie en eVidence dans ses oeuvres. Au dybut, pendant l e s annees '70, au moment ou l e naturalisme est l e mouvement l i t t e r a l r e qui prend l e dessus dans l e monde des l e t t r e s , i l p a r a l t a premiere vue, que l a preoccupation de Huysmans avec l a f l l l e dechue et des "noces" n'est qu'un simple t r a i t esthetique car, a cette epoque-la, 1'etude de l a f i l l e est enormement populaire i Nana de Zola, La F i l l e  E l l s a des Goncourt, et Marthe de Huysmans, pour en nommer quelques exemples. Mais J o r i s - K a r l ne reste pas observateur dans ses oeuvresi H y a un element autobiographlque dans chacun des l i v r e s natural1stes i meme dans Marthe. etude de moeurs d'une f i l l e , etude qui doit, selon l e s principes de Zola, etre un document s c i e n t i f i q u e et lmpersonnel, on trouve l e Jeune e c r l v a i n , Leo, qui " s ' e t a i t a f f r a n c h i de bonne heure de l a servitude maternelle et £ , J avait tant misuse de l a l i b e r t e acquise que, vengeresse des moeurs, l a debauche 1'avait f l e t r i , corps et ame." Et d'un ton de confession, l'auteur continue que Leo : Se sentant un v r a i talent que devaient apprecier l e s a r t i s t e s et honnir l e s bourgeois, i l s' e t a i t ~~ jete, tete balssee, dans l e marecage des lettres.- 5- 5 Le moment oil Huysmans s'lnsere dans son propre roman, ou 11 se l a l s s e t r a i n e r dans des endrolts louches, s a l l r parmi des gens de mauvalse reputation, et puis se f a i t s o u f f r i r un dtsabus tranohant euand 11 cede aux "tracas" charnels avec une f l l l e qui 1'attire hypnotiqueaient mais passagerement, on se demande s ' i l se punit, s ' i l essaie d*exerciser l a femme e t l a c h a i r , tout en se f a l s a n t subir constavaraent l a douleur d'une deception chaque f o i s q u ' i l se l a i s s e a l l e r — une espeoe de th^rapeutique du choc l i t t e " r a i r e . Mais on a deja remarque* que Euysmans aime regarder l a souffranee et q u ' i l y a un sadisme v l r t u e l qui s'exprime dans ses oeuvres. Cote a cote avec ce sadisme existe l e masochisme » Euysmans t i r e un p l a i s i r pervers a i n t e l l e c t u a l ! s e r ses ennuis, et a se regarder s o u f f r i r j on pose en these que ce personnage autobiographique de Huysmans — Leo, Cyprien, Andr£, Folantin, des Eseelntes, et D u r t a l y i — sont tous des vehicules d'une sorte de masochisme i n t e l l e c t u e l . Comme l'explique Albert Mordell t The man who hates a vice most intensely i s often just the man who has something of i t i n his own nature, against which he i s f i g h t i n g . The author sometimes punishes himself i n his novel by making the character suff e r f o r engaging i n the course of l i f e that the author himself followed. There i s always a suspicion, when a writer raves most f u r i o u s l y against a crime«pr act, that he has committed the deed. . . . M. Mordell constate aussi que ce masochisme se trouve d*habitude £troitement l i e au sadisme, et q u ' i l y a plusleurs auteurs qui sont evidemment heureux seulement l o r s q u ' i l s font l e r£cit de leurs malheurs. "They f i n d delight i n to r t u r i n g themselves and i n recounting t h e i r s u f f e r i n g . " dit-11. Ce phenomene, selon l u i , s'appelle "sublimated  masochism".35 e t o n affirme que l e s deux, l e masochisme et l e sadisme, font incontestablement p a r t i e de l'oeuvre de J.-K. Huysmans. La souffranee de Euysmans est exqulsej plus i l essale de re f o u l e r ses passions charnelles, plus e l l e s s•augmentent. Tout l e long des l i v r e s "decadents", on entend raconter son a l t e r ego, des Esseintes, l e s l i a i s o n s f a n t a l s i s t e s avec l e s femmes biz a r r e s , et son autre persona Durtal, l e s rel a t i o n s avec une femme satanique, Eyaclnthe. Le heros se met a meme a i n s i de eompliquer " l a commotion attendue" par l ' a d d i t i o n du "rare et de l ' i n e d i t " , et par l e piment du p£che ultime de l a luxure — l e sacrilege. La l i a i s o n avec Eyacinthe montre l a distance que Durtal/Euysmans a parcouru dans sa qu^te » 11 a presque qultte l e domaine des sens vulgaires pour entrer dans l e royaume de l*e*r£thisme cerebral. Mais l a question du corps ne d l s p a r a l t pas. Euysmans pense avoir franehi l e s l i m i t e s toler^es des sens et maintenant, 11 essaie de se convaincre que » Autrefois, quand j'e"tais jeune et ardent, l e s femmes se f i c h a i e n t de moi; maintenant que je suis r a s s l s , c'est moi qui me f i c h e d ' e l l e s . C'est l e v r a i r o l e , c e l u l - l a /7.//.3° On peut entendre une confession de ce que l'on a soup§onne pendant toutes ses descriptions de f i l l e s et de furieuses "noces" i o'est-a-dire que Euysmans garde en s o i une anxiete in^branlable au sujet du sexe, et ses l i v r e s l u i servent de champs de b a t a i l l e pour v o i r en c o n f l i t ses i n s t i n c t s contradictolres — l a sensualite et l a s p i r i t u a l i t e . Mais, a l a f i n , l a v r a i ennemie se reVele — l a Femme — et avec l a botte et l a parade misogynes, J o r i s - K a r l tache a l a vaincre. Ayant r e u s s i , p e n s e - t - i l , a se hi s s e r dans l e s r e g i o n s s p i r i t u e l l e s pendant sa "ptriode catholique", Huysmans ne se l i b e r e toujours pas. Detraque* par l'erotisme, i l se concentre sur l a douleur delicieuse des "victlmes repara-t r i e e s " , et l e masochisme des oeuvres antertores se transforme en un sadisme franc. Ses oeuvres "saintes" en fourmlllent et Huysmans se delecte a decrire l a souffrance feminine. Heme s i ses vituperations directes contre l a la i d e u r du corps et de l'ame femelles cessent, II reste cet element du sadisme qui est, on a l l e g e , inconscient de l a part de l'auteur. J o r i s - K a r l blame toujours l a femme d'avoir cree l e s malheurs du monde, et 1 1 considere que c'est j u s t i c e qu'elles en souffrentj 1 1 est f l a t t e de penser qu'un couvent de moniales p r i e , f a i t l e jeune, et se chatle l e corps pour reparer l e s ptches charnels commis, et l e s d t s i r s lubriques v l r t u e l s . S l l'auteur professe d'almer Notre-Dame, 1 1 l'aime seulement " t r i s t e " et "souffrante* 1, et en meme temps, 1 1 veut absolument 1'aimer d'un amour s p i r i t u e l dont 1 1 parle d'une maniere consistente en termes tout physiques. C'est l ' l r o n l e tranchante de l'oeuvre "cathollque" de Huysmans t 1 1 p a r a i t se conslderer gueri de tout d e s i r de l a chair, de toute l n c l i n a i s o n envers l a femme en tant qu'epouse, surtout en ce qui concerne son a f f e c t i o n pour l a Sainte Vierge. La contradiction evidente entre son intention de se s p i r l t u a l i s e r et sa fa§on concrete — materialIsante — d'ecrire, revele beaucoup plus q u ' i l ne veut. En r e a l i t e , 11 n'a pas perdu son desir de "soulager ses rancunes sur l e dos" de quelqu'un. A cet egard, l a gravite et 1'indignation de sa c r i t i q u e du "catholicisme moderne" ont une exhalaison ironique, sinon presque comique. Ce nouveau catholicisme est, a son avis t ...un culte r i d i c u l e , compost de statuettes et de trSnes, de chandelles et de chromosj c'est l u i qui a materialise 1'ideal de l'amour, en inventant une devotion toute physique au Sacre-Coeur!37 Le probleme de Euysmans, c'est q u ' i l veut se creer un amour sur mesure, d i t M. l e dpcteur Gallot. Selon ce c r i t i q u e de l'oeuvre huysmanslenne, J o r l s - K a r l veut que cet amour s o i t "passablement egofste et possesslf, mais s ' i n -tegrant cependant dans un systeme harmonleusement congu au point de vue i n t e l l e c t u e l et esthetique." M. Gallot c r o i t que l a Vierge "etait veritablement c e l l e q u ' i l recherchait depuis toujours puisqu'elle s ' o f f r a i t a l u i comme une mere p a r f a i t e , ideale, pure, soumise mais admirable et toute-^puissante."3^ Mais, comme nous avons 1*intention de montrer, meme Notre-Dame ne l u i convient pas dans ce ro l e de femme ideale. En e f f e t , l'oeuvre de Euysmans se di v i s e en t r o i s groupes d e : l i v r e s selon l e u r forme, Mais, dans l e s ouvrages qui servent de base a cette etude fMarthe. Les Soeurs Vatard, En menage. et A Vau-1 1 eau (oeuvres " n a t u r a l i s t e s " ) ; A rebours et La-bas. (oeuvres "d^cadentes")» et En route. La Cathedrale. L'Oblat. Sainte Lydwlne de Schiedam, et Les Foules de  Lourdes (oeuvres "catholiques",}/ l e fond reste entierement huysmansien : on trouve l a femme omnipresente, quoique sous formes di f f e r e n t e s — l a " f i l l e " , l a "femme bi z a r r e " , l e s "viotimes reparatrioes * et l a "Sainte Vierge". On tentera de montrer que toute oeuvre de Huysmans se base sur l a hantise feminine de l e u r auteur, qui se manifeste en un sadisme meme present dans l e s l i v r e s Merits "apres l a conversion". Huysmans n*est entierement pas dupe de 1*in-fluence e"norme de l a Femme sur son a o t i v i t e c r e a t r i c e « l a plupart des oeuvres comportent des references dlrectes a l * a c t e genant et absurde qui l e de§olt toujours; pas d'extase -- pas d'evasion. II ne trouve jamais l*au-dela des sens. Par consequent, i l en veut a l a femme; 11 l'aocuse et l a blame de tous ses chagrins, et dans ses oeuvres, i l l a f a i t s o u f f r i r . J o r i s - K a r l trouve son propre corps une co q u l l l e qui ne repond plus aux stimulations sensuelles, et i l dedalgne l a chair, et rabalsse oonstamment l ' a c t e physique dans ses oeuvres. Un amour "mystique" est l e terminus auquel ses pensees vagabondes devalent a r r l v e r ; 11 f i n i t par chanter son amour mystique a 1*accord sensuel, car 11 existe chez l u i une attitude ambivalente envers l a Femme. Pulsque sa nature lntranslgeante n'aecepte jamais de oompromis et exige toujours l'absolu, l'auteur veut £purer cet amour i i l desire l e sentiment, mais pas l a suite charnelle J S'aimer de l o i n et sans espoir, ne jamais s'appartenir, rever chastement, a de pales appas, a d*impossibles baisers, a des caresses £teintes sur des fronts oublies de morts, ahl c'est quelque chose comme un egarement delioieux et sans ret o u r l Tout l e reste est ignoble ou vide, — Mais aussi, faut-11 que 1'existence s o i t abominable pour que ce s o i t l a l e seul bonheur vraiment a l t i e r , vraiment pur que l e c i e l concede, i c i - b a s , aux ames IncreMules que l ' e t e r n e l l e abjection de l a v i e offre.39 Pour Huysmans, l a femme est a l a f o i s 1*instrumentum d i a b o l i et l a mere de Dieuj i l l a h a l t et IL 1'adore. Pour comprendre l e r o l e de l a femme dans l'oeuvre de J.-K. Huysmans, i l est necessaire de prendre l a perspective chretlenne de 1* "Eve de l a chute o r i g i n e l l e " et de l a "Vierge coredemptrice". Dans l e s mots de Marcel Lobet t La femme s e r a i t tout a]a f o i s c e l l e qui i n c i t e l'homme a l a faute et c e l l e qui l e t i r e de sa mlsere morale pour l e hausser, par-dela l e rachat, jusqu'aux serelnes regions d'une purete reoonqulse par l a souffranee,^° Comme i l sera montre, J.-K. Huysmans ne gagne jamais l e s "sereines regions" t 11 reste Jusqu'a sa mort au stade de l a souffranee q u ' i l prete joyeusement a l a femme "bSte de somme" et "victime reparatrlce". La femme dans l'oeuvre de Huysmans, qu'elle s o i t f i l l e galante ou epouse, oourtisane ou nonne, sainte ou Notre-Dame, reste l a "bdte de charge*1 de ses "transes"i l e s l i v r e s de J.-K. Huysmans l u i servent de vehicule pour "soulager ses rancunes sur l e dos d*une femme". NOTES On c h o i s l t comae exemple, l ' e t u d e de George Ross Ridge, J o r i s - K a r l Huysmans (New Yorkt Twayne Publishers, 1968). Davidson^New Yor&t 3Albert Reggio, Au S e u i l de l e u r Sme t etudes de  psychologie c r i t i q u e (Paris J Perrin, l^OTF), p. WB. **"A. Meunier" (pseudonyne de J.-K. Huysmans), "J.-K. Huysmans," dans En Marge, £d. Lucien Descaves (Parist Lesage, 1927), p. 57. 5j.-K. Huysmans, Lk-bas (2 vols. P a r i s i Ores, 1930)» I, 29. ^Henry R. T. Brandreth, Huysmans (London! Bowes & Bowes, 1963)» P. 72. 7©n peut trouver cette "expresslon-cle" partout dans l'oeuvre de Huysmans? e l l e symbolise pour l u i son Id£al vague qui s'^croule chaque f o i s q u ' i l s'en approche. ^Henri Bachelin, J.-K. Huysmans (Parist P e r r i n , 1926), p. 297. ^Pierre Gogny, J.-K. Huysmans k l a recherche de  1'unlte (Paris1 Nizet, 1953),p. 103. *°J.-K. Huysmans, Lk-bas. I I , 60. 1 1J.-K. Huysmans, En route (2 v o l s . Paris 1 Ores, 1930), I I , 164. 1 2Jean-F. Desjardins, "Sur l a Recherche huysmanslenne," dans Les Cahiers de La Tour Saint-Jacques (Parist H. Roudll, Editeur, 1963), P. 33. ^•3Henri Bachelin, J.-K. Huysmans, p. 39. I k J.-K. Huysmans, "Emile Zola et l'Assommolr." dans En Marge, pp. 15-19. ^"A. Meunier" (J.-K. Huysmans), "J.-K. Huysmans," dans En Marge, pp. 56-57» J.-K. Huysmans, A Vau-l*eau (Paris! Cres, 1928), pp. 84-85, ^J.-K. Huysmans, En manage (Parisj Cres, 1928), p. 220. l 8 A l b e r t Mordell, The E r o t i c Motive In Lite r a t u r e (New Yorkt C o l l i e r Books, 1962), p. 109. ^George Ross Ridge, J o r i s - K a r l Huysmans. p. 111. 2 0J.-K. Huysmans, La-bas« I I , 60. 2 1J.~K. Huysmans, "Preface e c r l t e vingt ans apres l e roman,'1 dans A rebours (Pariss Cres, 1929), P- VII. 2 2J.-K. Huysmans, "Preface....*" p. XI. 2 3J.-K. Huysmans, "Preface " p. XXIII. 2 i fJ.-K. Huysmans, A rebours (Paris: Cres, 1929), P- 10. 25j.-K. Huysmans, A rebours, p. 163. 2^Jean Calvet, Le Renouveau cathollque dans l a l i t t e r a t u r e oontemooralne (Paris, F. Lanore, 192?)i p. l b . 2 ^ C a l v e t , Le Renouveau cathollque.... , p. 15• 2 8J.-K. Huysmans, "Le L a t i n mystique," dans En Marge, p. 70. 2 9J.-K. Huysmans, L'Oblat (2 vols. Parist Cres, 193^)» I I , 72-73. 3°J.-K. Huysmans, Marthe. l ' h i s t o i r e d'une f l l l e (Parist Cres, 1928), p. 50. 31j.-K. Huysmans, " F t l i c i e n Hops," dans Certains (Pa r i s i Cres, 1929), p. 72. 32nenrl Bachelin, J.-K. Huysmans. p. 156. 33J.-K. Huysmans, ftarthe. p. 49. ^ A l b e r t Mordell. The E r o t i c Motive i n L i t e r a t u r e . p. 80. 35 Albert Mordell, The E r o t i c Motive..... p. 110. 36J.-K. Huysmans, La-bas, 11,207. •"J.-K. Huysmans, En route. I I , 166. 38H.-M. Gallo t , E x p l i c a t i o n de J.-K. Huysmans (Paris Agence parisienne de d i s t r i b u t i o n , 1954), p. 151. 39J.-K. Huysmans, La-bas. I I , 53. ^OMarcel Lobet, J.-K. Huysmans ou l e temoln eoorohe (Lyoni E. V i t t e , I960), p. 49. CHAPITRE PREMIER LA FILLE CONTRE L'EPOUSE Au moment ou J . - K . Huysmans tente de se faire avancer dans l e monde 1 1tteraire en France, un grand brouhaha se f a i t entendre, car Zola vlent de formuler sa theorie du roman qui s'oppose aux oeuvres "romantiques", aux person-nages "fantoches", aux intrigues outrees, et a l1ambiance fantalsiste. La reaction, con$ue par Z o l a et loute par quelques ecrivains de l a "nouvelle generation", prend a soi 1*appellation "naturalisms". Dans l'histoire l i t t e r a i r e l a periode entre 1870 et 1880 est nommee "naturaliste" parce que ses defenseurs et praticiens se vouent a l a methode scientlfique de l a recherche et de l a presentation d'une "tranche de vie". l i s ont tous l a manie de l a "fiche" 1 i l s se documentent, tout en observant leur milieu choisi — habltuellement un milieu bas, car, censt-ment, l a litterature romantique n'a pelnt que des fantoches plus grand que nature. Ils rassemblent ces fiches et publient, sous le drapeau du "roman naturaliste", les r esultats d'une investigation scrupuleusement objective. Un des sujets favoris aupres duquel les naturalistes menent leurs investigations, est l a femme degeneree, ou bien l a prostltueej l a f i l l e se trouve une veritable cause celebre dans le monde a r t i s t 10,116. Helen Trudgian, en notant que Huysmans aussi bien que les autres naturalistes "s'attache a l'etude de l a prostitute", dans ses premieres oeuvres— dans Marthe (18?6 ) , Les Soeurs Vatard (I879), En menage (1881) , et dans Groauls parislens (1880) /et e l l e aurait pu mentionner A vau-l'eau (1882) et l'Art modeme (1883)^7 — remarque que l a f i l l e est une grande question sooiale, qu'elle est meme le sujet d'un debat judlolaire et que 1 'attention du public est dlrlgte vers e l l e . Mile Trudgian remarque aussi que 1 'attitude de J.-K. Huysmans envers l a femme qu'il presente comme "volage" ou comme "coureuse" peut s'expliquer 1 l a prostitute qui va s i largement "flgurer dans ses l i v r e s f a i s a i t parler d'elle. On se preoocupalt de son sort. Elle fut mSme l ' o b j e t d'une legislation sptciale." 1 Huysmans, en tant que jeune ecrlvain qui aspire a se faire remarquer par les hommes de lettres, n'a vraiment pas de choix que de se rattacher a un groupe d'admirateurs de Zola dont le monde l i t t e r a i r e f a i t c e i e b r i t e , et de s'atteler a l a tache de produlre une oeuvre a l a mode naturallste qui l u i a t t l r e r a l t del'attention. A vrai dire, cette "tache" ne semble pas ttrangere a l a senslbilite esthetlque de Huysmans, puisque c'est " l a vie, rendue sans emphase, te l l e qu'elle est", et une oeuvre qui f a i t f l e u r i r "a plein nez l a prostitute qui nous est chere" et qui salt "Envelopper ses personnages de l a senteur du monde auquel l i s appartiennent...." qui l u i plaisent, d i t - i l dans l'Art moderne..2 On voit Joris-Karl a i n s i , defenseur de l a doctrine du naturalisme objectif. Hals, s l les autres naturalistes ont comme credo l a presentation elinlque, denude d'emotion, de l a vie basse, et 1*existence morae de l a prostitute qui en f a i t partie, Huysmans, d'autre part, avec son "gout inne pour l a l a i d , l e malpropre, et l e biscorau", que note Andre" du Fresnois3, Huysmans semble par temperament et par lnclinaison presque hypnotist par l'aspect d'un "desir bSte" et par des •clowneries sensuelles", qui dominent l a femme et qui menent sa victims a partager les dtlices rtglees par l a "philosophie de l'amour t a r i f i t " ^ , dans ses propres mots. Au moment ou Huysmans met en pratique les theories naturalistes, et commence a torire les romans qui traitent de sujets tels que l a f i l l e et l a peinture des milieux exacts, quelque chose d'lnteressant arrive aux preceptes de l'objeetivite. Jorls^Karl,. romancler, est l o i n d'Stre une simple machine a enregistrer i , Ernest Raynaud analyse lucidement l e "naturalisme" de Huysmans t Encore qu'elle soit l'alnet, Marthe tient de Nana et de La F l l l e E l l s a , mais ell e n'a ni l e r e l i e f de l'une n i 1'interet de l'autre. C'est que Huysmans est impuissant a s'Objeotiver. II n'est apte qu'a noter ses propres impressions et l'on voit, des les premieres pages de son l i v r e , que sous le pretexte d'une monographie de l a f i l l e , i l tient journal de ses etats d'esprit Et ses etats d*esprit alternent entre le degout de l a femme et l a haine de l a f i l l e , car Euysmans est obsede par l a femme et par 1'Impossibility d'un amour satisfaisant, sur le plan physique. Cette hantise parait etre a l a base de chacune de ses oeuvres naturalistes, et d'une facon assez explicitei elle se trouve refoulte mais neanmolns presente dans ses oeuvres posterieures. L'objectivite* envers un milieu et ses parties oomposantes devient, dans les oeuvres de Joris-Karl — Marthe, Les Soeurs Vatard, Croquis -parislens. En menage, A Vau-l'eau. et l'Art moderns — une convention esthe*tlque qui n'a rien a faire dans ses soi-disant "oeuvres naturalistes On pense aux oeuvres en termes gtneraux t Huysmans aime un milieus t r i s t e et souffrant, et 11 ne s'inquiete meme pas a deguiser ses preferences pour un paysage scabreux, moribond, et l a i d . Dans son l i v r e de critique d'art, l'Art modeme, public en 1883, on rencontre des allusions frequentes a ce qui touche ses sensibilites partlculieres t 11 loue les •adorables et funfcbres paysages"^ que peint Bafafilli et Juge comme "absolument excellentes" ses toiles ou les "malheureux ... cheminent, ereintes", dans un "merveilleux et terrible paysage". Ces representations de trlstesse et de misere l'empoigne "douleureusement" et "deiioieusement".? Pour Huysmans, " l a beaute d'un paysage est surtout faite de melanoolie".8 S a remarque sur l a Bievre dans Croquis  parislens est celebre 1 "La nature n'est interessante que debile et navrte".^ Dans Les Spears Vatard, 11 pelnt l a misere de l a chausste du Maine qui t ...est en revanche d'une tristesse lugubre. II y f a i t noir comme dans, un four et les boutiques sont closes des 8 heures. Ca et l a , une pissotiere dont l a bouche est bouillonnee par l a fleur du chlore chantonne doucement..•.*° Non seulement l a vue d'un panorama attrlstant, mais aussi le son qui suggere le malheur l u i font p l a i s i r . Le pere Vatard "se delecta a ecouter l e chant p l a i n t i f d'une gar-gouille, l e haut-le-coeur d'un tuyeau mal soudt a un a u t r e . U n autre aspect perpttuel de l a nature huysman-sienne est l e temps pluvieux, avec les cieux, les rues, les t o i t s , et l'humanite, tous noyes d'eau. Ses paysages sont constamment sous des canopies de plomb, et menaces par un orage dont cette description dans En menage est typique i ".,.le c i e l semblait tacht de patts d'encre, et ' barboulllt de cendre pour les faire secher." 1 2 Lorsque Joris-Karl se propose de regarder agir v l'espece humaine dans ce cadre effrayant, i l fixe non seulement la' prostitute de son regard, mais en f a i t , l a femme en gtneral. Son attitude est oruellei on peut m$me dire, un peu malsaine. Au l i e u d'Stre un simple objet d^ttude scientlfique dans Marthe. Les Soeurs Vatard, En menage, A Vau-l'eau, et l'Art modeme, l a femme est traitee s i subjectivement, que l'on est j u s t i f i e de tenter l a reconstruction de l'etat d'esprit de Huysmans par rapport a l a femme qui semble 6tre l a force motrice de l a production l i t t e r a i r e a cette tpoque-le,. Son point de vue est negatift i l assume une attitude envers l a femme qui est pareille a celle de Freud qui eonsidere que i "...woman's complex sexual development exhausts her potentialities, leaving her an almost purely .sexuel being and therefore hardly capable of rational or moral develop-ment ."*3 Huysmans s'attaque a l a femme pour sa stupldite, sa laideur morale, et salaideur physique, et i l f l n l t par invectlver contre sa sexualitt. Au moment ou l'on voit Joris-Karl en revolte oontre l a sexualitt feminine, on peut examiner ses rapports avec l a prostitute, dont 11 f a i t l e reci t sans nombre des pietres aventures, tout le long des oeuvres "naturalistes". Arrive" au dtgout total de l'acte "brutal", Huysmans, a travers ses personnages autobiographiques., contemple l e mariage i a ce moment-la, on est a mfeme d»examiner 1*attitude de l'auteur a l'egard de 1'spouse. On l e voit qui arrive enfin a un etat aboulique, engendre par son attitude envers l a femme. II est u t i l e comme point de dtpart, de conslderer les observations de Hussmare sur l a femme en gentral. Toute femelle, selon l u i , est d'une sottise accablante et d'une stupldite" au-dessus de l a moyennej 11 rabache toujours d'un a i r suffisant l e theme de l a stupldite des femmes « dans En menage, i l parle de " l a profonde inertie des sens" et de l a "parfaite oapacite de s o t t i s e " 1 ^ evidentes chez l a femme. II qualifie les discussions entre les femmes "se to r t i l l a n t sur leur chaise," comme un tehange "derriere les entrechats de 1'tventail des ricochets de nlaiseries s o r d i d e s . . . . " . T a n d i s que Lto dans Marthe insiste sur 1'impossibilite d'une conversation intelligente avec une femme,AO Gyprien (En menage) constate qu'une l i a i s o n quelconque ezige de "banales effusions" et de "commodes courtoisies necessaires a l'entretien d e l * a f f e c t i o n et au repos de 1*intelligence".A7 Encore une f o i s , c'est Cyprien qui resume succinctement l a pensee de Huysmans sur l a mentalite feminine i "... .une eternelle morte-saison d'idees, un fumler de penstes dans une caboche rose....".*8 II n'existe pas d'etre femelle dans ces premieres oeuvres qui a i t de 1'espriti Euysmans tralte toute femme en sotte qui est completement assujetie aux appels fievreux de sa chair, mais cyniquement, i l se mefle d'elles a cause d'une "irrecusable verite que s i stupide et s i boucheV qu'elle puisse e\tre, une femme roulera toujours l'homme l e plus intelligent et le plus f i n . " 1 ? La femme est non seulement un tas de betises, mais elle laisse voir a tout moment sa laideur morale; e l l e ne yeut que trioher l'homme — sa vanltt et son amour-propre prenhent toujours l e dessus. Et parce qu'elle est incapable d'une penste raisonnte, el l e n'apprecle au grand jamais l a valeur de 1'amitit masculine, et el l e plaque toujours son homme. Une femme "amoureuse" n'a ni imagination ni o r l g i -nalite* dans ses expressions d'affection; elle repond a certaines i n c i t e t i o n s sensuelles tout comme un animal que l'on fouette ou comme un fantoohe dont on t i r e l e s f i c e l l e s . Huysmans denue a i n s i l a femme de tout semblant de s i n c e r i t e , d 1humanitt meme, en decrivant l a nature identique des habitudes des amoureuses — l e u r fagon d'appuyer l a tete sur l'epaule de l'amant, et "comme toutes l e s amoureuses au c l a i r de lune", de le v e r "sans savoir pourquoi, l e nez en l ' a i r " , d'admirer l e s e t o l l e s , "puis un peu penchte", de presser "a p e t i t e s secousses l e bras de son homme", l a femme l e pince "du bout de l'.ongle pour q u ' i l l a regardat et l a v l t sourlre".20 i x n'y a r i e n de nouveau, de d i f f e r e n t , de passionnant, en ce qui concerne l a femme. Huysmans f a i t r e s s o r t i r l a l a i d e u r morale de l a femme; i l i n s i s t e sur l a faussete et l'inconstance de toute femme, oar maitresses, tpouses, f i l l e s , toutes f i n i s s e n t par "turluplner" l'homme. Berthe, l a femme d'Andre" dans En  menage. donne a son marl l a d i s t i n c t i o n douteuse du cocuage quand i l l a dteouvre en flagrant d e l i t avec "un gommeux fade"} meme sa maltresse Jeanne, qui vient l e chercher apres un hiatus de plusieurs annees, est entlere-ment sans coeur — e l l e l e l a l s s e tomber sans meme y penser. Celine, une des soeurs Vatard, prend un p l a l s i r intense a duper et a l a i s s e r l a son amant, Cyprien t e l l e t r a v a i l l e assidument pour se rendre indispensable a son bonheur, de sorte que l a rupture s o i t plus douleureuse et plus algre pour l u i . E l l e y r e u s s l t t Malntenant qu'elle e t a i t p a r t i e , 11 avai t I'accablement d'un homme qui se v o l t perdu! (...) La solitude q u ' i l supportait s i fierement j a d l s , l e f i t c r i e r de peur.21 Dans Les Soeurs Vatard. on trouve une vignette du mecanisme d'un coeur feminin qui resume tout l e cynisme de J o r i s - K a r l par rapport a l a s l n c t r i t e de l a femme i un jeune homme va p a r t i r pour l a guerre, son amle s'en p l a i n t , et Huysmans alltgrement r t d u i t tous ses sentiments exprimes dans cette scene au niveau d'un Jeu aux actions mtcaniques et vaguement comiques t l a femme "embrassait son amoureux, l e consolait, l u i essuyait l e nez avec son mouchoir, l u i j u r a l t un eterael amour, et e l l e e t a i t sans doute de bonne f o i a ce moment-la."22 On apprend plus tard que, naturellement, e l l e n'a plus pense a l u i apres son depart. On entend meme Marthe, l a f l l l e celebre, f a i r e une p e t i t e confession sur l a nature femininei e l l e nie q u ' i l y a i t de femme honiiSte. 23 Huysmans ne veut qu'etablir un r e q u i s i t e i r e qui oherohe a inculper l a femme pour l a f a i l l i t e de toute l i a i s o n , legitime ou pas. Selon Gyprien (En menage) toutes ces amities deohues sont attribuables a l a stu p l d i t e , 1'in-s i n c t r i t e , et a l a laideu r morale d'une femme i "...$a ne prouve qu'une chose, c'est qu'amours de d i s t i n c t i o n et amours de rebut c'est k i f - k l f , §a se lezarde et 9 a croulel"24 S i , en e f f e t , un homme est assez balourd pour l a i s s e r pousser un gra i n de sympathle ou de sentiment envers une femme, assurement, l a s o t t i s e , l a rouerie, et l a salete d'ame chez l a femme l'etr a n g l e r a l e n t a u s s l t o t . Gyprien d fEn manage, voulant j u s t l f i e r sa halne et son mepris i l l i m l t t s de l a femme, l u i assigns l a faute t "...tu l e sal s pourtant bien, s i t*amarrais pour de bon une femme, e l l e te mettrait l'ame a v i f , e l l e t'ecorcheralt, tout en ayant l ' a i r de de panserl — C'est a i n s i que l e s rapports entre !: l a femme et l'homme ont et£ r e g i e s par l a Providence. — Je ne dls pas que c e l a s o i t bien, mais c'est Aussi bien que sa l a l d e u r morale, Huysmans exeore l a l a l d e u r physique de l a Femme; i l a comme objet de tuer ralde l e s i l l u s i o n s sentimentales qui entourent l a femme, et en meme temps, i l veut ecraser toute notion de beautt feminine t i l donne des monstruositts qui r e f l e t e n t , dans l a l a l d e u r de l e u r peau, leurs v i l a i n e s ames. II est Indtnlable que Huysmans se p l a i t k t r a i n e r 1'image romantique de l a femme dans l a crotte et q u ' i l se delecte k l a notation de l a hideur corporelle de l a femme. J o r i s -K a r l , k travers l e s personnages de Cyprlen et Andre (En  menage) et Leo (Marthe) repkte souvent sa lassitude des femmes et son dtgout des pltoyables,extases de l a chair; comme s ' i l . v e u t se convaincre et se raffermir dans son dedain de l a chair et son degout du corps feminin, Huysmans larde ses romans de p o r t r a i t s c r uels, teoeurants et exagtrts de femmes grotesques. On l'entend d i r e , par exemple, que " l e s jeunes f i l l e s " ne sont qu'un "eventaire de gorges pas mures et de slants f a c t i c e s " , 2 ^ et que l a femme est "bete comme un l i t r e vide", et que sa gorge est "deux oomme l e n t i l l e s sur une asslette! Des yeux? des pruneaux dans du blano d'oeuf l " 2 ' ' C'est comme s ' i l veut refouler ses propres dtsirs en oreant de sa plume des femmes d'une laldeur physique a donner des hauts-de-coeurt peut-Stre espere-t-il q u ' i l les rendra ainsi plus degoutantes et qu'il pourra plus faoilement detourner ses lnclinaisons sensuelles. Dans l a galerie huysmanslenne de caricatures feminlnes, on s'arrete (dans Les Soeurs Vatard) pros de l a devanture d'un portraitiste ou l'on f a i t face a plusieurs t ...portraits degrades, piques comme de chiures de mouches dans l e blanc sale qui fuyait des tetes, des portraits de femmes, des dondons deool-letees laohant des tetasses enormes, des visages a guetter aux portes, a faire p s l t l p s i t ! au coin des allees, l e s o l r i . . . . On y trouve aussi des types speclfiques comme i ...des actrices du quinzleme ordre, avec des maillots en coton et des fleurs en taffetas dans les oheveuxj des bonnes avec des tabliers sur l e ventre et des engelures aux doigtsj des nouveaux.maries t l a femme assise, les mains sur les genoux....28 Les chanteuses et les actrices, traditionnellement belles et fournisseuses d'une i l l u s i o n romantlque, ces femmes se trouvent revelees dans toute l a laideur de leur p o l l feminlnj Joris-Karl les prive non seulement de leur beaute quolqu'illusoire, mais aussi, de toute apparenoe d'human!te — e l l e s devlennent des automates formees de chair grume-leuse plaquee de fard, et enfoncees dans un tissu ttineelant, La ohanteuse que regardent les soeurs Vatard "etait enveloppte d'une robe rose tres dteolletee, et ses bras nus et encore rouges ttaient blanchis par de l a poudre." Quand cette pourvoyeuse de reves commence a hurler, on voit l a bouche, "grande ouverte" qui "beait comme un trou nolr"i au moment ou elle se penche vers I'orchestre et "le menetrier en chef", "elle se seoouait les bras, et une sorte de fumee noire f l o t t a i t dans l e ravin entrevu sous son aisselle"; e l l e s'Incline, et f a i t voir "ses deux pis reunls dans l a digue de son corsage et stpares par une fente ou perlaient des gouttes". Ses gestes qui accompagnent "le graillement de son gosier" ne sont que quatre qui font deployer ses "gants a huit boutons dont les pointes ttaient roidles par I'empols des sueurs" t ...une main sur l e coeur et l'autre oolite l e long de l a jambe, -- l e bras droit en avant, l e gauche en arrlere, — le meme mouvement effeetut en sens inverse, —- les deux mains enfin se tendant ensemble vers l e public. Bile dtgolsait un couplet a gauche de l a scene, un autre a droite. Ses yeux se fermaifent et se rouvraient sulvant que l a musique qu'elle rabotait devait toucher les ames ou les tgayer. El l e n'est, en effet, remarque Huysmans, qu'un "luxe de chairs mastlquees et de sole pelntes", 2 9 tout comme une autre chanteuse dans Les Soeurs Vatard qui est egalement laidej tout l'ebloulssement de son fard ne reussit pas a oaoher l a femme essentielle. Huysmans met en vedette ses "yeux eralll£s, les joues gravees par l a petite verole, les cicatrices, les bouquets d*herpes aux coins des levres, les chairs flasques," et "les bras canailles".3° La boule de sulf du theatre Bobino. dans Marthe est de l a meme espece que les autres femmes grotesques aux chairs repous-santes t celle-oi est "une actrice enorme dont l e nez marlnalt dans un lac de graisse. La tirade ejaculee par l a bonde de cette cuve humaine, fut scandee a grands renforts de ' l a r i f l a , f l a , f l a ' . ^ 1 Huysmans ne se borne pas a l a peinture de femmes sImplement grosses, comme, par exemple, l a femme Voblat, une ouvriere brocheuse (Marthe) qui est "un roulls de chairs molles, un monstre ignbblement g r a s . . . . " , 3 2 ©u peut-etre meme d'une laldeur lncroyable comme l a grosse M&Lie d'En menage qui paralt i ...par trop boulotte et par trop mure; floelee avec cela oomme un paquet, les joues r a v i t a l l l t e s avec du fard, les oheveux rongts par une rale a pellicules, les yeux plelns d'eau oomme ceux d'une chienne..,.33 Mais nonl Joris-Karl deerit, dans Les Soeurs Vatard. l a creme de l a creme en matiere d'obtsitt feminine — l e s femmes oolosses d'une fete forainel On s'tooeure a'% vue des "pains de graisse, modeless en fagon de femmes". Huysmans continue Joyeusement qu* "II y en avait de toutes les provenances et pour tous les gouts; l a Venus de Luchon, l a belle Brabangonne, l a gtante d'Auvergne....". Elles montraient les "gueules de glgantesques berdouilles" /alo/t elles avaient des "selns comme des boules d'halteres", et des "vjambes comme des tours", et "tous oes monstres avangaient sur un coussin vermeil l'tnorme jambon de leurs cuisses..,.".3^ Huysmans continue k rtdiger son aote d*accusation contre l a femme physique en faisant ressortlr l a putrefaction et l a puanteur qui emanent du corps de l a femelle. II serait d i f f i c i l e de trouver les descriptions plus nauseabondes de l a femme, sauf peut-etre celles de 1'anglais Swift, qui, tout comme Huysmans, s'attaque a l a nature meme de l a femme. Ce que Katharine Rogers observe au sujet de Swift, est egalement valable pour Joris-Karl » Swift's keen sense of smell was particularly sensitive to odors connected with the female body. (...) he brooded over the fact that women perspire and excrete, and f e l t that these functions made them disgusting.35 Huysmans f a i t grand cas des aromes, fttldes ou agreables, et 1*Element olfaotlf joue un r&le enorme dans sa sensi-b i l i t y esthttique. Tout comme Swift, i l a subit une compulsion maisalne de dresser un lnventaire des odeurs rtpugnantes de l a femme, et i l semble a l a fois repousse et fasoine par les odeurs feminines qu'il detaille d'une fagon inattendue dans ses oeuvres. Le gousset de l a femme exhale d'innombrables nuances d'odeurs, nous dit Huysmans J "...c'est une gamme parcourant tout l e clavier de l'odorat. •36 II admet volontlers que c'est ce "baume de leurs bras" qui est un savoureux "bolte a t p i c e s " qui pique et releve "1*amoureux ragout que 1*habitude rend s l indigeste et s i fade meme".^ Physiquement, l a femme dans oes oeuvres de Huysmans est un tas sans oervelle de chair et d'os, et un fumier d*odeurs mauvalses, ranees, ou infeotes; et meme s i " l a f l l l e sent l a f i l l e et l a femme du monde sent l a femme du monde",^ e l l e s possedent toutes une emanation feminine que Polantin appelle " l e fumet de femme"i39 q U i e s t presente "ou qu'elles se trouvent et chauffent, dans un b a l , l ' h i v e r , ou dans une rue, l'ete."** 0 Privee de ses aides trompeurs — des f l o t s de patchouli, de poudre de r l z , et d'ambre, l e s "bras poudres de p e r l i n e , ses s o u r c i l s charbonne levres rouges comme des viahdes saignantes" 1*' 1 — l a femelle exhale "une insupportable odeur de ... sueur de femmes dont l e s dessous sont sales, Une senteur f o r t e de ohevres qui auralent gigoteV au sole 11, se melaient aux emanations p u t r i d e s . ^ 2 En dtcrivant une certaine odeur qui f l o t t e autour de l a femme "dans l a robe ouverte du b a l " , Huysmans remarque l a presence "du vale-rianate d'ammoniaque et d e l ' u r i n e " , dont l'arome "s'accentue brutalement p a r f o i s et souvent meme un leger f l e u r d'acide prussique, une f a i b l e bouffee de peche t a l e s et par trop mure passe dans l e soupir des e x t r a l t s de f l e u r et des poudres". Et J o r i s - K a r l juge cette j o l i e combinaison un "exquis et d i v i n fumet". Cette a e n s l b i l i t e extreme aux exhalaisons feminines souligne une obsession fonciere de l'acte sexuelj Huysmans l ' a remarque lui-mSme en parlant de G i l l e s de Bais i . . . G i l l e s p a r a l t a v oir du reste (...) execre l e sexe. Apres avoir baratte l e s ribaudes des camps et besogne, avec l e s X a i n t r a i l l e s et l e s La Hire, l e s p r o s t i t u t e s de l a Cour de Charles VII, i l ^ semble que l e meprls des formes femlnines l u i s o i t venu. Huysmans continue que G i l l e s , gorge des delices avec les femmes, a r r i v e a l e s trouver repugnantes : A i n s i que l e s gens dont 1'ideal de concupiscence s'altere et devle, i l en a r r i v e certainement a Stre dtgoute" (...) par cette PJLeur de l a femme que tous l e s sodomites abhorrent.^ Ce rassaslement de l ' a p p e t i t sensuel q u ' i l attribue a G i l l e s est aussi l a pl a i n t e de Cyprien, son porte-parole dans En menage. On peut traduire, done, l a prtoccupation deHujsmans avec l e "fumet" feminin dans ces romans comme une manifestation d'anxitte au sujet du sexe, et ses remarques ( p a r e i l l e s a c e l l e s de Swift) sur ce que Swift q u a l l f i e l e s "Humours gross", "frowzy Streams", "noisom w h i f f s " , et "sweaty Streams",oomme une tentative de re Jeter entierement l a femme sexuelle. On a d t j a vu q u ' i l refuse de oonsidtrer l a femme comme un etre i n t e l l i g e n t j i l l a considere comme une creature entierement sexuelle, et de l a , i l n'est pas l o i n de l a v o i r comme l a f i l l e d'Eve, " a l l vanity and screech and defilement", comme l a d t c r i t D.H. Lawrence,^ l a femme coureuse qui menace l a t r a n q u i l l i t t de l'homme. La prostitute est l'exemple indtniable de oette femme qui f a i t de l'homme sa proie pour soulager "les reVtlations de sa chair, ses dtsirs ... irr i t a n t s et drus" et qui s'efforce ainsi de comprendre les "lachetts les faiblesses, les dtsespoirs enragts" de toutes ses 47 soeurs de l a rue. Bans ses romans, Marthe, Les Soeurs Vatard. En mtnage, et A Vau-l'eau. Joris-Karl montre un mepris, une haine, un degout de l a femme en gtntral, mais de l a f l l l e en partlculier. Toutefois, son attitude est certainement comme celle de l a tradition ohretienne qui volt l a femme a double-face— Eve et Marie — Euysmans, meme dans ces premieres oeuvres naturalistes, oette premiere partie de ce que Georges Veysset appelle sa "vaste autobiographie sous les pseudonyms de ses personnages",^8 Huysmans a une tendance explicite a voir dans l a femme l a source du mai et un havre ou on pourra s'abriter de cette influence nuisible. II dtteste l a f l l l e a cause de sa disponlbllite quand i l entend l'appel de ses propres faiblesses de l a chain cet homme, victime des sens en eve11, est peint \ travers les personnages autobiographiques, Leo, Cyprlen, Andre et Folantin. II halt le corps de l a f i l l e qui 1'at-t i r e lrresistiblement, et 11 execre ses "incendles" charnels qui se servent de l'homme pour s'tteindre. II prend du p l a i s i r a decrire les habitudes stupides, 1'ln-sipidite intellectuelle, les odeurs repoussantes et l a nature animaliere de l'espeoe feminine dont ces qualites s'incarnent dans l a f i l l e . La femme en "histrionne de l'amour'1 l e fascine comme un serpent; ses cosmttlques, son arome fauve, ses vetements rulsselantes, font rebiffer ses sens. Dans l'Art moderne, par exemple, l e sujet de Degas et de Forain, l a F i l l e , mtrite son approbation. Parlant de Degas, Joris-Karl trouve qu'il n'exists "Pas un pour s a i s l r oomme; l u i le pourtour desFolies-Bergere, pour en traduire toute l'attirante pourriture, toute 1'Elegance libertine", et c'est l u i aussi qui salt repro-dulre parfaltement les visages des "affolantes et celestes arsoullles".^ 9 Huysmans di t que Forain, pour sa part, a •profondement observe" l a f i l l e ; "nul n'a plus scrupulousement fixe son r i r e impudent, ses yeux provocants et son a i r rosse; nul n'a mieux comprls les plaisants caprices de ses modes, les seins enormes, jetes en avant, les bras grel.es comme des allumettes, l a t a l l l e amenuisee, l e busts craquant sous 1'effort de l'armure comprlmant et diminuant l a chair, d'un cfcte, pour l a distendre et l'augmenter, d'un autre."5 e On regarde le portrait vivant d'une f i l l e de maison dans Marthe: ell e f l o t t e dans un "(grand peignoir" qui remonte "avec le mouvement des bras"; ainsi on entrevoit t ...un large espace entre sa pale vapeur et l e granit des chairs; l e s seins se redressaient aussi dans cet enlevement des ccudes et leurs orbes bombaient, blanos et durs, dans des f r i s e s de rosettes. tandis que Marthe, elle-meme, d'une expression "enfantine et c a n a i l l e " , l a p o i t r i n e "ramasste et peureuse" attend aux M e s s i e u r s . H u y s m a n s contemple l a p r o s t i t u t e avec une " d e l i o i e u s e horreur"; i l est a t t i r e et repugnt par t . . . l e s tepides amorces de ses yeux vldes, 1'embuohe p o l i e de son sourire, 1'emoi parfumt de ses seins, l e glorieux dodinage de son chignon trempe dans l e s eaux oxygtntes et l e s potasses;.... et en se concentrant sur son exterleur phosphorescent, 11 r t v e l e sa peur devant cette femme eter n e l l e qui, p e n s e - t - i l , veut dtvorer l'homme t ...son masque rosse, ses tltgances vengeresses des famines subles, ses deches v o l l t e s sous l a galett des f a l b a l a s et l ' t c l a t des f a r d s . 5 2 Dans l e s romans, Les Soeurs Vatard et En menage, l'auteur remarque plusleurs f o i s sur l a nature sexuelle de l a femme qui l a transforme en f i l l e affamee de s a t i s f a c t i o n au depens de l'homme. I l . s e c r o i t entourt de tentations t ...ce P a r i s , c'est s i troublant avec son obscene candeur des pubertes qui poussent, son hysterle sympathique des femmes de quarante ans, son v i c e complique des bourgeoises pas mures...." A l a vue d'un homme, l e r t p e r t o i r e r e s t r e l n t et bien connu d'une f l l l e est mis au point; e l l e tache de "pivoiner" et de "baisser" ses "stores", toutes "font 5a pour enjoler les hommes*}elle deploie aussi " l a langueur du sourire, l a polissonnerie du regard", et elle f a i t passer devant les yeux "le tortillement des hanches" "toutes les fariboles usitees en pareil cas."5^ S i , d'autre part, l a f i l l e est vraiment a jeun, et "les persecutions, de l a chair" l a rendent "sans force", l u i donnent "des chaleurs dans les mains et aux tempes" et "les nevralgies a rompre l a crane", J l a f i l l e est invariablement plus dlrecte; dans ce cas, les f i l l e s rlcanent et tentent e'attirer les hommes a elles "avec 1*ordure coulante de leurs levres", tout en "braeon-nant derrlere les portes a clairevoie".^® Et meme s i l'homme qu'elle appelle n'est qu'un enfant, i l l u i s u f f i t pour s'apaiser; Cyprien se rappelle Helolse, " l a grosse memere blonde" qui " t t a i t pleine de pitie" pour mes seize ans...." 59 c'est Cyprien aussi qui loue les appas piquants de " l a f i l l e jeune et vannee" 1 i l aperoolt derrlere sa facade assez bien reparee, les premieres indications d'une dtchtanee physique, et c'est cela qui l u i p l a i t — l'exemple vivant d'une beaute" i l l u s o l r e 1 • • «'Z*s7 teint dtja defralchl par les soirees longues, les seine encore tlastlques mais moSlsant et commencant a tomber, l a figure aliechante et mauvaise, polissonne et fardie, l ' a t t i r a l t . 6 0 Ce portrait de l a f i l l e est pareil a celui de "l'Ambulante" dans l e s Croquls p a r i s l e n s , ou l a prostituee agte, engloutle dans une "sauce des fards", sangle ses chairs flasques dans une rote ytincelante, cache "I'ampleur dthordte" des seihs qui pendent dans " l e s barrieres du corset", et se promfene dans 1*obscurltt pour qu'un c l i e n t (et J o r i s - K a r l remarque qu'elle en a peu) ne vole pas son corps f l t t r i et sa "face meurtrle".^ 1 A considtrer l e s autres passages ou Huysmans d t o r i t l a f l l l e , ce p o r t r a i t de l a f l l l e fanee, l a i d e et r e j e t t e ne semble pas Stre debordant de sympathie ou meme d'une " p i t i t un peu cynique, p a r f o i s " comme l e trouve Pierre Cogny.^ 2 Au contraire, 11 semble encore une autre vignette amere de l a prostituee qui f a i t sonner ce que Gyprien appelle sa "note bafouante et c r u e l l e sur l a f i l l e surtout", l a montrant t e l l e quelle, avec l e s "honteuses pourritures de ses dessous et l e s corruptions opulentes de ses dessus."^ Ce qui p l a i t aussi a l a s e n s i b i l i t y de J.-K. Huysmans c'est l a d e s c r i p t i o n de l a f i l l e en animal, et surtout, dans ces premieres oeuvres, l a comparison avec une chienne en rut. Helen Trudgian a nott justement cette tendance de Huysmans a relever l e s "ressemblances anlmales" dans ce qui conceme l e comportement de i a femme, et surtout, dans c e l u i de l a f i l l e a l a vertu douteusej et ces "passages ou s'stale l a b e s t l a l i t e humaine"64 n e s e l i m i t e n t pas aux oeuvres n a t u r a l i s t e s i i l s se trouvent a travers toute son oeuvre. Dans Les Soeurs Vatard on v o i t l e s p e t l t e s ouvrieres qui "se tordaient et aboyaient, l e menton en avant et l e s dents s o r t i e s , bavant, se ruant, l e s bras en l ' a i r , l a fosse de l ' a i s s e l l e a l ' a i r . . . . " . ^ 5 Huysmans eVoque dans des termes p a r e i l s une autre f i l l e qui "couralt comme une 66 chienne apres un homme qui se moquait bien.d'elle....", et on en v o i t d'autres qui font p a r t i e d'un regiment de mercenaires qui sont "acorouples comme des chlennes, sur un tabouret" dans l e u r maison.^? Les f i l l e s , l e s " h i s -trlonnes d'amour", se voient t r a i t e e s d' "humanltt bestiale"68 et aussi de "betail"^9 dans l ' A r t moderne et dans Marthe. •l'auteur se sert del*image des chlennes en parlant de l a chanteuse que l'on a ; deja vu hurler, l a bouohe un "trou n o l r " dans Les Soeurs Vatardi e l l e q u i t t e l a place, son •museau* en l ' a i r . L'image des chlennes apparalt encore en parlant des femmes bourgeoises qui ne s'entr'aident jamais et qui l a i s s e n t "generalement crever comme des chlennes" l e s gens auzquels e l l e s ne se sont pas rattachtes par " l n t t r e t " ou par "plaisir".?® La nature animallere est frequemment soullente par rapport a l'amour i l a penste de "miserables n u i t s " , de "sabbats vagabonds", et d'amours "be s t i a l e s " dans une certaine "bauge sordide"? 1 f a i t geler leu r s intentions amoureuses a Dtsiree et a Auguste dans Les Soeurs Vatard. Enfin, c'est l e d e s i r charnel lui-meme qui est " b e s t i a l " t ...on a beau l e s avoir museltes, toutes l e s v i e l l l e s passions qu'on a pu placer,„se Invent et aboient quand un jupon passei,... II y a plusieurs scenes dans l e s romans Marthe. Les  Soeurs Vatard. En menage et A Vau-1'eau qui exprlment olairement I'amblgulte de Huysmans a propos de l a f l l l e t i l montre une repulsion de ses moeurs accompagnee d'un de s i r chamel. II ne v o i t que l e s f i l l e s qui hatent l'extase, qui se depechent de l e "renvoyer pour descendre dans l a rue ou dans l e salon s'ingurgiter des verres de v i n ou de biere"; i l ne trouve chez l a f i l l e n i "l'apparence n i d'une sympathie, n i d'une p o l i t e s s e , d'un p l a l s l r quelconque, encore moins".?3 "La grande g a i l l a r d e blonde" des soeurs Vatard est l e type par excellence de l a femme eter n e l l e qui hante Huysmans t Celine se sert des hommes pour apaiser " l e s persecutions de sa ch a i r " et l e "malaise de brulure au ventre"?** » c'est l a femme animale qui menace l a t r a n q u l l l i t e des hommes. II s'exhorte a r e g i s t e r aux appels fievreux, mais s ' i l cede aux appas maquille's, 11 se deteste et i l maudit l a f l l l e a u s s i , parce que l'aote " b r u t a l " qu'elle provoque l a l s s e toujours un vide dans l'ame de l'homme. Quol que l'on fasse, l e s "nooes guerissantes" avec leurs promesses de transports sexuels q u ' i l attend trouver aupres de chaque femme d i f f e r e n t e , ne l u i l a i s s e n t qu'une enorme t r l s t e s s e ; i l n'y a que " l ' a c t e b r u t a l " et l e degout d'avoir 066.6, Que f a i r e ? C'est que l e s desirs deviennent plus imperieux que jamais et l e s "heros" de Huysmans vont tous a l a prostituee ou a l a f i l l e d'une maison pour se soulagerj mais cet allegement de leurs besoins physiques n'apporte pas de bon-heur 1 en e f f e t , l e s romans ont comme f i l conducteur l a s t r l e des deceptions erotiques du "heros". On v o l t l e s hommes qui, ayant recu l e s services d'une maison de f i l l e s , se r e v e l l l e n t l e lendemain et crachent l e u r haine et degout a l a f i l l e et a eux-memes;^ Cyprien T i b a i l l e a assez frequente cette espece de femme pour en avoir acquis un "sacre meprls".?^ Monsieur Polantin, a cause de ses deceptions lncessantes et sa crainte constante d'un " f i a s c o " , se declare degoute des femmes a l'age de 27 ans, lorsqu'en e f f e t , i l n'a vraiment rencontre que l e s "raccrocheuses" et a i n s i f a i t son jugement selon ces mlserables aventures. L 6 0 est de§u de trouver Marthe p a r e l l l e a toutes l e s autres f i l l e s i ? ? ceilne Vatard s'ttOnne a dtcouvrir que son peintre ne d i f f e r e pas des autres hommes — e l l e est certaine que tout homme se ressemble, et e l l e f i n l t par d i r e que 1 "Je suis sure que l'Empereur quand i l e t a i t dans l e u r p o s i t i o n , ne f a i s a i t pas autrement qu'eux...."7° Andre (En menage) se l i v r e "a de consciencieuses rlbotes"79 pour soulager ses appetits oharnels, mais ses rencontres avec l a f i l l e ou l a femme sont tellement decevantes, que ce malheureux personnage q u a l i f i e son existence comme un " d e u i l " qui est traverse d' "amours incomprises, d'opiniatres O n chagrins et de joies breves.* Meme Berthe, l a femme d'Andre, v o i t ecrouler toutes ses esperanees d'un bonheur physique demesurej Huysmans, avec un p e t i t a i r de triomphe indique l a f d l i e de Berthe, en fa i s a n t l t z a r d e r , un a un, ses "reves de jeune f i l l e * . On v o i t l a mariee qui "demeura i n t e r d i t e " i ...toutes l e s Joies reveltes par des amies, a volx basse, dans l e coin des fenfctres, toutes l e s attentes de paradis brusquement ouvert sous des courtines, r a t e r e n t . 8 1 Berthe se l a i s s e a l l e r , comme l e font l e s htros des r o m a n s de J o r i s - K a r l j i l s choississent un menu varle de pros t i t u t e s pour eprouver l'extase qui l e u r tchappe a jamaist Berthe tente l'adultere. Mais l e s "voluptes tremblantes de l'adultere ne l a souleverent point. Devant l'amant comme devant l e marl, l'emol des sens avorta, l a bourrasque tant attendue ne v i n t pas."**2 Les personnages dans Marthe. Les Soeurs Vatard, En menage et A Vau-l'eau, veulent tous rabalsser l'acte sexuelj en voulant atteindre un nirvana avec l a femme, Leo ou Andre, Gyprlen ou Folantin — chacun est oonvaincu simultenement de l a nature degoutante de l'a c t e meme q u ' i l desire. Le heros huysmansien est p l e i n de ressentlment centre l a f i l l e , car i l ne veut r i e n d ' e l l e , mais i l entend 1'appal de certains i n s t i n c t s et de certains besoins et l a f i l l e est toujours l a pour 1 * i n c i t e r a se dtgrader. I l s expriment tous l e u r antipathie envers l e s desir s de l a chair et leurs f i n s tellement dtcevantes, et envers l a pr o s t i t u t e qui ne l e u r procure pas de bonheur. L'absence de sentiment chez l e s f i l l e s qui se rattaohent a l a p h i l o -sophie de "l'amour t a r i f i t " signale un refus franc sur l e plan physique (sexuel) qu'tprouvent l e s heros autoblo-graphiques, et done, probablement, Huysmans lui-meme. La femme-prostitute est evidemment l e symbole de l a femme sexuelle dans l e s romans de Huysmans, et en tant que t e l l e , est ecorchte vlve. E l l e court apres l e s hommes, e l l e est I r r e s i s t i b l e mais peu s a t i s f a l s a n t e , car tout personnage autobiographique p r t v o l t l a conclusion d'angolsse (et, dans l e cas de Polantin, d'impuissance) meme avant l ' a c t e . I l s q u a l i f i e n t l ' a c t e comme "ces tatonnements, ces douleurs", "cette trep i d a t i o n d'une minute", "ce c r i arrache dans une secousse ... Ahl o'etalt bete!...."®3| ou encore, dans En mtnage, "l'entralnement i r r e f l t c h l d'un s o i r , l ' a c t e brutal aussitot r e g r e t t t " , ou "les clowneries sensuelles". Sa d e s c r i p t i o n de sa premiere aventure est une confession e x p l i c i t e de ce que l a plupart des autres aventures ne rtve l e n t qu'en sourdine i encore une f o i s , l e garQon, viotlme de l a f i l l e , est un Stre autobiographique, et typiquement, l a femme est une p r o s t i t u t e et pas une p e t i t e amle. Les deux compagnons, (En manage)ayant tooute 1'invite des "raccrocheuses", se deoident a v o i r de quo! i l s'agit t Une f o i s i s o l t dans une pauvre ohambre, mai t c l a i r e e ... devant un l i t d t f a i t et une cuvette en permanence sur l e oarreau. une envie de se sauver avait empoigne Andrt. Ses d t s l r s de college ne l e chauffaient plus. — L'acte b r u t a l e t a i t l a . - - L a crainte de paraJtre enfantin et n i a i s a j o u t a i t encore a ses angolsses. * La deception a Andre et a son ami est aussi poignante mais moins dtsesperee que c e l l e des personnages plus murs des romans t II desoendit a i n s i que son camarade de ce bouge, dans l a rue pensant i ce n'est done que celaI s'tvertuant malgrt tout, a se montrer l a tete, a s'imaglner q u ' i l s avaient epulse des ivresses ardentes. (...) La d i s i l l u s i o n n'apparut vraiment que lorsque, s'ttant stpares, chacun t t a i t rentre s'etendre sur sa couchette. La femme peut a v o i r l a mine j o l i e ou l a forme appttissante, d i t Huysmans, mais en examinant "l e s f i l l e t t e s qui ont decoucht" a travers l e s yeux d'Andre (En mtnage\ J o r i s - K a r l tvoque derriere " l a grace mutine de l e u r marche des dtceptions trotlques..., des desordres d ' o r e i l l e r s dans des chambres tiedes et, apres l e long balser u s i t t en p a r e i l cas l e secret contentement du Monsieur qui v o i t enfin p a r t l r de chez l u i l a femme."8? Andre" constate mtlancoliquement que toutes l e s consommations sont l e s memes, que toutes l a i s s e n t "un arriere-gout d'aigre, une s o i f nouvelle de douceurs propres". F o l a n t i n eprouve un "besoin meme plus urgent de tendresses parce que son dtgout de l a p r o s t i t u t e et de ses services se mue en une orainte p o s i t i v e de l'a c t e sexuel. Cette cralnte entrains une sorte de masochisme de p r i v a t i o n de l a femme q u ' i l appelle l a "douce supplies de ne pas l a touoher".^ Toutefois, F o l a n t i n ne s'est pas dtbarrasst d'une certalne inquittude sensuelle q u ' i l a peur de soulager, et s i son appetlt charnel l e maltrlse, 11 a recours au "rebuts de l'amour", une experience qui antantit ses i l l u s i o n s romantiques et rend plus angoisses ses malheurs — car cette avenue vers l a s a t i s f a c t i o n s'avere un cul-de-sac. Son horreur de l a chair en c o n f l i t aveo l e d e s i r (un t r a i t qu'on a observe dans chaque roman a travers l e s descriptions desagrtables du corps de l a f i l l e ) peut etre i n t e r p r t t t (comme l e f a i t P i e r r e Cogny) en tant qu'un complexe d'impulssance, non seulement chez F o l a n t i n , mais chez tout personnage autobiographique -- Lto, Andre, Cyprien — et done, chez Huysmans lui-meme. Dans ses propres mots, M. Cogny d i t que dans cette opposition entre "l'appel de l a femme" et l a orainte et l e dtgout de l a chair, on entend "l'aveu d'un complexe d'impuissanoe", oar, resume-t - i l , l e s rtaotlons de Hujsmahs sont bien souvent i ... c e l l e s d'un voyeur ou d'un de ces p e t l t s v i e l l l a r d s a 1'oe l l allumt qui rodent dans l e s coulisses des music-halls pour f r o l e r l e s danseuses, heureux a bon compte de se procurer 1 ' i l l u s i o n d'une vlgueur passagerement retrouvee.9 Q Nous nous trouvons entierement d'acoord avec l a conclusion de M. Cogny sur l e "complexe d'impuissance", mais plus disoutable est son int e r p r e t a t i o n des reactions de Huysmans par rapport a une v i r l l i t e i l l u s o i r e , parce que Jo r i s - K a r l montre un manque s i n g u l i e r d * i l l u s i o n s sur l a v l r i l i t t dans tous ces romans soi-disant n a t u r a l i s t e s . comme on l ' a vu. Les personnages autobiographiques ne fr&lent pas l e s danseuses inacoessibles, l i s se heurtent frequemment contre le s p r o s t i t u t e s — l e s etres de ohair et d'os et d*odeurs — avec l e s memes re s u l t a t s chaque f o i s : une deception ecrasante et une t r i s t e s s e accablante. Huysmans pousse l e s F o l a n t i n et l e s Andre* dans de pi e t r e s aventures dont i l s se mtfient et q u ' i l s oraignenti comme nous 1'avons montrt, l e s personnages savent meme avant q u ' i l s l'abordent que l'aventure f i n i r a mai, q u ' i l y aura l a meme sensation de degout, de d i s i l l u s i o n , de las s i t u d e et de vide l n t e r i e u r . En ce qui concerns l'acte sexuel, l e s images que l e heros huysmansien se oree sont toujours mellleures que l a r t a l i t t , et toute experience, meme s ' i l ne sublt pas une defait e lnfamante, est un demi-toheo. F o l a n t i n est l e personnage chez lequel l e o o n f l i t entre l e dedaln de l a chai r et l e d e s i r prend des proportions assommantes, et f i n i t par l e rendre aboullque. II se sent entlerement rejete par l a femme charnelle! toutes ses aventures sont l e s desastres sinon au point de vue physique, oertainement au point de vue sentimental. I I ne frtquente que l e s raocrocheuses a bon marcht et evidemment 1'amour-sentiment n'y a point de placej cette femme r t g l t e par sa propre nature purement charnelle (selon Huysmans) et par l't t h i q u e de l'amour " t a r i f i t * ne considere jamais l e s besoins de tendresse d'un c l i e n t peureux. Dtgoutt de l' a c t e , F o l a n t i n jure de renonoer l a chair et oherohe des s a t i s f a c t i o n s sexuelles dans des reves trotiques. Mais i l m i * toujours l a presence d'une femmej 11 veut Stre soigne, caresstj 11 veut une femme maternelle qui n'exige pas l a o t l t b r a t i o n du r i t e conjugal. Folantin, oomme Andre, a une orainte de l'aotet Lto et Cyprien anathematlsent l'acte banal et i n -s u f f i s a n t , et tous f i n l s s e n t au meme stade — a un dtgout t o t a l du sexe et une haine peureuse mais fasointe de l a pr o s t i t u t e qui ne l e u r procure pas de bonheur. L'attitude de ces quatre hommes a l'egard du sexe est l a c i t a c e l l e de J o r i s - K a r l t l e d t s i r de l a chair est une sorte de maladie qui doit etre gutrie avant q u ' i l s pulssent gagner du bonheur et de l a t r a n q u i l l i t t . Ce qui pique et obsede Huysmans dans tous ses romans, c'est qu'au sens f i g u r e , l ' a c t e sexuel est une maladie chronique, mais au pied de l a l e t t r e , 11 cause une des plus rtpugnantes des, maladies — l a s y p h i l i s — ce qui semble une sorte de ju s t i c e pottique. Andrt et Cyprien se souviennent de 1'exhibition que f a i s a i t l e u r "marchand de soupe" des "p o r t r a i t s d'hommes, chimerlquement ravages par l a s y p h i l i s " i l i s se rappellent q u ' i l h u r l a i t aux gargons q u ' i l s devlendraient "oomme oela" s ' i l s p e r s i s t a i e n t a •s'amuser" avec leurs "petites camarades".91 Cyprien lui-meme pelnt une se r i e d*aquarelles qui representent "toute une gamme de maladies de peau, tout un c l a v i e r de boutons et 92 de d a r t r e s " , 7 et l u i et son ami sont p a r f o i s t e n a l l l e s par une apprehension affreuse d*avoir contraote un •'incurable mai, un mai a vous ravager l e c u i r chevelu et a vous manger l e nez..,." 93 Naturellemant, l a femme se trouve coupable d'avoir repandu oette maladlej Cyprien prononce un r t q u i s l -t o i r e contre e l l e , pulsque c'est " k i f - k i f " , on 1'attrape comme l e rS s u l t a t de n'importe quel amour i . . . s i on a l e moyen de lever l e s personnes appar-tenant a l'eoole de danse ou a toute autre ecole d ' a i l l e u r s i que s l on se l i v r e avec e l l e s a de couteuses r l p a i l l e s , l'on tombe malade. — Et c'est l a juste punition i n f l l g e e par l e o i e l a l a dtbauche. . . . s i , au l i e u d'etre p a i l l a r d et d'etre riohe l'on a l'ame etherte et pauvrei que s i i , au l i e u de go d a l l l e r avec des sauteuses on aime une jeune personne que l'on c r o i t sage, eh Men, l'on tombe egalement malade. — Et c'est l a encore l a Juste punition i n f l i g t e par l e o i e l a l a naJvete.°4 Quand ce seul havre s'toroule, quand l'homme se rend compte que l' a c t e sexuel, pour d i r e l e mieux, n'est r i e n , et au p i r e , que c'est n u l s l b l e i quand sa ourlo s i t e est s a t i s f a i t e et q u ' i l admet q u ' i l ne court apres une f l l l e que pour "ces tatonnements et pour ces douleurs", pour "cette t r e p i d a t i o n d'une minute, pour ce o r i arrache dans une seoousse", 9^ i»homme est al o r s pret a se marier, a s'attacher a une femme. A ce moment-la, i l s tprouvent tous un d e s i r de tendresses maternelles t pour Gyprlen, sa "maladie" ("une inflammation de l a muqueuse du ventre") d o i t §tre "soigne"i pour Folantin, ses "repas" doivent etre "prepares"; pour Andre, ses "chemises" ont besoln d'Stre "raccommodtes"; pour Lto, ses "chaussettes" ont besoln d'Stre "ravaudees". I l s commencent, avec Gyprlen, a dtoouvrir et a se rendre oompte du f a i t q u ' i l n'y a "pas un moment dans l a v i e " ou l'on peut "dire zut aux femmesi".96 Les romans " n a t u r a l i s t e s " oomportent, en e f f e t , un r e c u e l l de pensees huysmanslennes sur l e marlage, et 11 n'est pas tres d i f f i c i l e d'en reconstruire sa philosophle parce que l e theme du mariage revient et reparait avec une frequence obsedante. S i l'on e h o i s i t de supporter l a oompagnie d'une femme, c'est parce qu'elle sert d'une nt o e s s l t t physique pour l'homme, mais, en meme temps, e l l e d o i t Stre l e chef d'orohestre de l'harmonle domes-tique t e l l e n'a qu'a e t a b l i r une ambiance de douceur et a coudre l e s chemises d t c h i r t e s . Les htros f i n i s s e n t tous sur un c o n f l i t identique — se marier ou ne pas se marier? — et tentent de trouver une solution, meme s i cette d e c i s i o n f a i t rtsonner ce que l'auteur appelle l e "chant du nihilisme".97 Cyprien d'En menage oh o i s i t l e concubinage avec l a grasse et l a i d e M i l i e ; e l l e est peu a t t i r a n t e , mais g e n t i l l e , lasse du "commerce chamel", et surtout, c'est une femme maternelle. Son ami Andre prefere recommencer l a v i e con-jugale avec sa femme Berthe; L6o (Marthe) decide de se marler pour avoir une femme qui fasse l e manage pour l u i i Auguste (Les Soeurs Vatard) veut l e mariage pour l e mariage meme, simplement pour e t a b l i r un "chez-soi", tandis que l e pauvre Folantin se trouve dans un etat aboullque et se refugle dans des reves erotiques. Nombreux sont l e s heros de Euysmans qui subissent l a torture de v i v r e avec une femme pour avoir l a maitresse/con-clerge sous l a main. Puisqu'lls ont tous l e s sens £mouss£s, et tprouvent un de s i r intense des conforts materiels et comme l'explique Folantin, un d e s i r "d'etre caresst",9® l e concu-binage ou l e mariage semblent Stre l a conclusion s a t l s f a i s a n t e a l e u r quSte. C'est q u ' i l s n'ont plus d ' I l l u s i o n s sur l a nature de l'amour romantique; l i s n'esperent pas que l e menage a deux s o i t une existence enrobee de mlel, une v e r i t a b l e t l y s i e d'embrassements, de becots, et de paroles douoes. La notion que 1'amour-sentiment et l e mariage vont naturellement ensemble est entierement etrangere a l'oeuvre de J.-K. Huysmans; pour commencer (comme on l ' a dieja vu) hors l'amour physique, chez l a femme, i l n'y a r i e n . La femme est tenement tpaisse lntellectuellement que l a communication avec e l l e est impossible. D'un ton cynique, Huysmans partout f a i t exploser toute idte romantique de 1* amourj i l f a i t d i r e par l e pere Vatard que i S l l'on ne marie pas avec l e s gens qui vous ont s e r v i a f i l e r l e p a r f a i t amour, ceux-la vous prtparent du moins a en aimer d'autres que l'on epousei Le tout, c'est de f a i r e au coeur sa premiere mise en t r a i n ; aprfcs c e l a , i l va tout seul, comme sur des roulettes.°9 Huysmans conclut que "Betise pour betise, l e mariage vaut mieux" que des Inconvenlents d ' a l l e r chereher une femme au besoin, d'avolr l e s chemises toute trouees au coudes et de manger f r o i d . On entend l e s personnages masculins rept t e r constarn-ment dans ses oeuvres ces t r o i s ralsons, seules j u s t i f i c a -tions du mariage t c e l u i qui l e oontemple d o i t Stre vraiment use du "commerce c h a m e l " 1 0 0 ; a ce moment-la, i l ne s'attend plus a une extase qui n'arrivera jamais; plutot l'acte sera accepts comme une simple "convention repugnante" qui ne f a i t que rtpondre a une certaine n e c i s s i t t physiologique. Comme l'explique Cyprien t ...quand on est las des femmes et qu'on commence a c r i e r de bonne f o i qu'on l e s dtteste, on peut graisser ses bottes et se f a i r e donner l e viatlque. Le mariage et l e concubinage sont l a ; l e s dtsastres sont proches. 1" 1 Un candidat pour l a v i e eohjugale doi t Stre aussi desireux de se f a i r e raceommoder son li n g e chez sol. 1® 2 Leo remarque q u ' i l s e r a i t tres "terre a t e r r e " , mais enfin, tres convenable, de regarder son epouse, " l e s o i r , ravauder mes chaussettes" 1 03; Andrt est agact par "des devants de chemise qui baillaient et perdalent leurs boutons", et veut se "moucher dans des linges propres". (En sus, 11 manque, tout comme Folantin, l®** de Tneches a lampes" et l e trouve agreable de pouvoir "voir c l a l r " quand tombe l a nuit. W ) La troisieme, et peut-etre i a plus importante consideration pour les personnages de Joris-Karl qui s'inollnent vers l e gouffre du mariage c'est qu'ils sont ennuyts a mort des "fallacleux r o s b l f s " 1 0 ^ des estamlnets, et tcoeures par des "potages f l g t s " prepares par l a femme de manage ou par l e concierge. Gette envie d'un bon repas est extremement importante comme symbole de l'lnsatisfaction sensuelle des personnages. La nourrlture est, comme le remarquent plusleurs critiques, un theme constant dans les oeuvres de J.-K. Huysmans. Michael Issacharoff, en parlant d'un morceau des Croquis  parislens intitule "Poeme en prose des viandes....", observe que "Cette petite piece...prefigure...A vau-1* eau et l e theme de l a cuisine — theme qu'on retrouve assez souvent chez Huysmans...."i i l remarque aussi que "...le restaurant, l a nourrlture constituent chez Huysmans un theme obsesslonnel qu'on retrouve partout dans son oeuvre...." 1 0 ? Dans son oeuvre de critique au t i t r e piquant, Les Auteurs oruels. Andre Dinar d i t simplement i "Remarquons en passant 1'im-portance de ces questions dans l'oeuvre de Huysmans. La cuisine d'abord."!®8 En effet, ses observations en finissent l a ; i l n'examine pas l a signification de l a presence de 1'image. Au sujet de " l a cuisine" aussi, Henri Bachelin constate que "c'est toujours Huysmans qui proteste contre l a c u i s i n e " , un theme "sur quo! i l brodera d'innombrables v a r i a t i o n s " . II l e trouve un "theme double" puisqu'11 se jeigne a c e l u i du vieux gar§on malheureux parce que "rechigne c e l l b a t a i r e " . 1 0 9 Bien que malnts [critiques alent note l a presence du theme de " l a cuisine", nul n'a e t a b l i l a l i a i s o n e t r o i t e entre l ' a p p e t l t charnel i n s a t i s f a l t et l a continuelle i n s a t l s f a c t l o n gastronomique que l'on trouve partout dans l e s romans. L ' i n s a t l s f a c t l o n sexuelle et tout ennui amoureux sont portts sur 1 ' i n s a t l s f a c t l o n gastronomique des htros .-, que J o r i s - K a r l montre a jamais lnassouvis. Ces deux appetite sensuels a l a quete de l e u r s a t i s f a c t i o n se oonfondent dans l e theme constant de " l a cuisine. Comme l'exprlme Andre, quand on r e u s s i t flnalement a s'emplir l e ventre, c'est l a f i n des "nuits ou l'on ne dort p a s " . 1 1 0 On peut regarder l e heros huysmansien en quSte d'un repas qui ne l u i donne pas des hauts-de-coeur, qui s o i t <te.'bonne q u a l i t e , bien prepare" et s e r v i . Andre avoue q u ' i l sent " l e besoln de ne plus manger de potages f l g e s w l l l j l e s longues peregrinations de Folantin dans Paris sont bien connues. Avec des ressouroes finaneieres extremement r e s t r e i n t e s , 11 est reduit a manger l e s rebuts de l a cuisine tout comme 11 f i n l t par accepter l e s rebuts de l'amour. Augusts et Desiree aussi se promenent partout et dlnent dans tous les restaurants et des mastroquets en route, mais toujours quelque chose leur manquej c 'est que l e ventre p l e i n ne se substltue pas au vide dans l'ame. Apres un diner assez satisfaisant au point de vue c u l l n a i r e , i l s veulent quand mame rentrer ensemble, passer toute une soiree a eux deux. On les regarde qui "apres avoir tpuist l a phrastologie des caresses, i l s deploralent en de monotones complaintes l 'ardeur inassouvi de leurs voeux, l i s ne tarissaient p l u s . " 1 1 2 Dans les romans de Huysmans, l'homme et l a femme sont tenths de se servir de l a nourrlture comme moyen de sat lsfaire aux appels des sens, mais l a satisfaction sensuelle et l a t r a n q u l l l l t e s p i r i t u e l l e jae sont pas abordtes par l a voie de l'estomac. Tout l e long de son oeuvre, 1*insatlsfactlon de Euysmans qu'amene les mauvais repas ou des mets franchement repoussants, piquent les sens a trouver leur apaisement charnel, tandls que 1'insatlsfactlon amoureuse s'assocle avec les mets d'un gout desagrtable » cet inassouvissement des passions entralne une recherche desesptrte d'uhe cuisine exotlque et pimentee. L 'etat d 'esprit heureux ou tranquille qui accompagne une periods etonnamment breve de bonheur avec une femme a, comme c o r o l l a i r e , l e p l a i s i r dans l e manger. Folantin ne trouve n i l ' u n n i l 'autrej Andrt, heureux avec Jeanne, ses pas-sions assouvies, a de l a joie a s'empiffrer t . . . l a gourmandise s ' e t a i t introduite chez eux comme un nouvel interfct, amene comme une passion de prfctres qui, p r i v t s de Joles charnelles, hennissent devant des mets d e l l c a t s et de vieux v i n s . 1 1 3 Au moment ou l'homme se trouve un agape avec ses confreres d'interSt, et i l s entament une discussion l n t e l l e c t u e l l e et a r t l s t i q u e , l a on peut trouver une "belle communion (quoique passag*ere) d'esprlts denuis de toute hantise charnelle. La nourriture est toujours presente pendant ces seances, et peu lmporte ce que l'on sert comme mets aux convives — c'est sans exception "charmant". Un repas quelconque s a t i s f e r a . aux sens, p a r a l t - i l , sans l a presence tnervante de l a femme sensuelle qui devie son e s p r i t . Une f o i s debarrasse de son Spouse, Andre, par exemple, est a meme de diner avec Cyprienj i l s pataugent ensemble dans l e s p l a t s "au hasard du pot"; et ce sont des "repas charmants" ou l'on cause d'art, ou l'on s'attarde, " l e s coudes sur l a table, d£gu8tant des p e t i t s verres, chassant l a fumee des cigarettes qui montait en tourbillonnant sous 1'abat-jour." 1 1^ II semble que ce que l e s personnages cherchent ( s ' i l s pourraient 1*arranger sans trop de tracas) c'est un mariage qui c o n s t l t u e r a l t , pour l e marl , une sorte de "beatitude flamande" d'etre lalen assise, heureuse simplement d'avolr l e ventre p l e l n et l e s pieds au chaud." 1 1^ Carrement, l e mariage veut d i r e , selon l e s romans de Huysmans, r i e n que le s conforts mattriaux, en faveur du marl. Mais, tout oomme on a vu Huysmans v a c i l l e r par rapport a son a t t i t u d e envers l a f i l l e , on l e v o i t montrer une meme atti t u d e ambivalente envers l e mariage. Bien qu'une tpouse garantisse ses oonforts materlaux, l e s saints noeuds du mariage impliquent tant de mlseres, que l e tout ne vaut pas l a peine. Le mari d o l t attendre a v o i r ses "amis fichus a l a porte"; l a l i a i s o n entraine une I n e v i t a b l e deche, et 1 ' a l l i a n c e signale surtout, " l a misere d'un coucher a deux, l'insomnle ou l e ronflement d'un autre, l e s coups de coude et l e s coups de pieds, l a fatigue des caresses exlgtes, 1'ennui des baisers prevus J * . l l D ^ Enfin, "eclatant comme l a gerbe f i n a l e , oomme l e bouquet de ces emblements", l e mariage amene " l e cocuage opert par un gommeux fade". 1 1? Dans Marthe, Huysmans declare 1 ' i n e v l t a b i l i t e d'une decheance de toute r e l a t i o n avec une autre i Les premiers temps chacun s'efforce d'etre almablej c'est a qui devancera l e s desirs de l'autre et cedera a toutes ses volontes. (...) A l l e z done pa r l e r l i t t e r a t u r e et beaux-arts devant une femme qui b a i l i e dans sa main, qui regarde furtivement l a pendule, qui semble vous d i r e i Mais a l l e z done vous-en, que nous nous oouohlons. Ce suicide d * i n t e l l i g e n c e que I'oo nomrae "un collage" com-men§alt a l u i p e s e r . 1 1 8 Huysmans, dans un autre eas, part de l a supposition qu'un b r l n d' " a f f e c t i o n " e x i s t a l t entre l e couple pour debuter, mais, d l t - i l t Les pe t i t e s v i l e n i e s , l e s bassesses, l e s algreurs, l a l i e du caractere qui s ' e t a i e n t seches et tus quand l ' a f f e c t i o n q u ' i l s se portaient e t o u f f a i t en eux toute idee de froisseraent et de l u t t e , coramencalent a se montrer comme se montre, sous l a trame usee d'un vetement, une doublure grossiere. 1 1° Tout "collage " est voue" a 1'tehee parce que l a femme reste une femme i("pecore ignorante et grlncheuse", selon Cyprien) stupide, m a t t r i a l l s t e , tgofste, et surtout, sexuelle. D'apres l a pelnture de l'epouse dans l e s romans de Hujsmans, c'est une crtature tpouvantable dont l a pensee meme aneantit toute esptranee du mariage comme havre. L'auteur r e u s s i t a degonfler meme l a ceremonie qui unit deux personnes « en parlant d'une fete des f i a n g a i l l e s , 11 soullgne l a b a n a l i t i et l a s o t t l s e de l a jeune f i l l e que son prttendu n'alme meme pas t Apres s ' S t r e u n peu dtfendue pour l e prinoipe, 1'enfant tendit sa main et a l o r s , dans un engloutlssement de marrons g r i l l t s , dans une verste de v i n blanc, i l s eohangbrent l e reten-t i s s a n t baiser des f i a n g a i l l e s . 1 2 0 II y a aussi des vignettes de ce que sont l e s noces, d'un point de vue femlnin. Pour l a oontre-maitre de Deslree Vatard, l a penste que » ...sa p e t i t e Dtsiree t r o t t e r a l t dans une e g l i s e , avec une grappe d*©ranger sur l e s cheveux et un v o i l e balayant l e s d a l l e s , l u i causa une t e l l e Impression qu'elle p l u t des yeux a grosses g o u t t e s . . . . 1 2 1 Pour Cyprien, d'autre part, i l s'aglt d' "accoler son nom a c e l u i d'une autre sous l e g r i l l a g e d'une mairie ,"122 ou bien de "passer (...) devant un autre homme qui l e s l n t e r r o g e r a i t , apres qu'on l u i auralt mis une celnture de cotonnade autour des r e i n s " f 1 2 3 tandis que Leo dans Marthe envisage l e s noces oomme "Deux individus" qui se rtunlssent, "a une heure oonvenue, au son d'un orgue et en presence d'invites impatients d ' a l l e r se repaitre de mets" qui ne leur coutent r i e n . S i , en deplt de tout, un des personnages Huysmans se decide a se marier avec une femme quelconque, i l est a noter que pour J o r i s - K a r l , l a vertu ne compte pour r i e n , parce que l e s appas de l a femme sont, au p l r e , "ranees", et, au mieux, une deception ecrasante, et d ' a i l l e u r s , une femme "vertueuse" n'est qu'une m a t t r l a l i s t e — une voleuse qui boira et l'ame et l e s biens du marl infbrtune, Dans l e s romans de Huysmans, l a ohastett feminine n'est eertalnement plus m t r i t o i r e que l a promiscuitej s i une "noceuse" est mauvaise, une chipie chaste est m i l l e f o i s p l r e . Les Soeurs Vatard est l ' h i s t o l r e de deux jeunes f i l l e s ouvrieres, exactement une noceuse et une chipie, et pas "the wise and the foolish, v i r g i n * comme l e s q u a l i f i e Algar Thorold. 1 25 Desiree, l a chi p i e , est "une galoplne de qulnze ans, une brunette aux grands yeux a f f a l b l i s pas tres d r o i t s , grasse sans exces, avenante et propre", mais e l l e ne veut qu'un mariage avantageux. A i n s i , e l l e veut posse'der l'ame d'un homme, pense Huysmans, et non pas posstder passagerement son corps, comme l e veut sa soeur dont l e sang "boulllonne" dans l e s velnes. Bien que son Ideal de mariage s o i t i n t o l i r a b l e -ment borne et mediocre, quand meme, ce qu'elle (et l e s autres vierges de son espece) desirent, d'apres J.-K.H., est beau-coup plus a craindre que l ' e t r e l n t e d'une C i l l n e . On rencontre d'autres exemples de purete dans ces oeuvres de Huysmans, et ce q u ' i l en d i t t r a h l t son etat d'esprit envers l a femme vierge qui refuse de eider pour qu'elle puisse gagner une s i t u a t i o n heureuse J ...quelles p e t i t e s rosses, etaient l e s quelques vlerges disseminies dans l e s a t e l i e r s , des mljauries, savantes comme chaussons, esoomptant, pour l' a v e n i r des appas deja fanis et des dessous ranees.... 1 2' On l e juge mieux d'Stre "drSle" que de se rendre " a e r l a t r e " ou "mauvaise comme oes f i l l e s que l a ohastete rend a i g r e s " , 1 2 8 ou peut-Stre comme une eertaine "contre-maitre, une v i r g l n i t i a i g r l e . . . . " 1 2 ^ Cette espece de femme qui veut epouser ligitimement un homme avant que de l u i cider, est c e l l e dans l'oeuvre de Huysmans qui 1'attrape pour l'enfermer dans un appartement, l e p r l v e r de ses amis, de ses p l a i s i r s en dehors de l a demeure, et meme en dedans » e l l e l e commando, l e p i l l e de son argent et de ses blens — e l l e invente "un abominable systeme de quimanderles" et e l l e s o l l i c i t e "des r i p a l l l e s et des robes w l 3 0 f selon J o r i s - K a r l , c'est l a ou " 1 ' i t e r n e l ferainin" se retrouve oar toute femme "juge naturel de s o u t i r e r a l'homme de qui e l l e depend...autant de monnaie qu'elle en peut prendre."131 Selon son point de vue special de l a femme, toute epouse, en f i n de oorapte, ne vaut r i e n . E l l e f a i t de l a mauvalse euisine, ne f a i t que rarement l e manage, et l e f a i t mal en tout oas, et e l l e refuse de f a i r e l'amour — e l l e l e oonsidere "une salete p t n i b l e " ou "une convention repugnante" 1^ — et e l l e n'autorise ces "amours rationne'es , , 133 que pour produire d'odieux "mioches". La femme ne reste pas tpouse quoique agac,ante, pour soigner son horamej e l l e devient v i t e l a femme en mere qui n'a plus besoln de l'homme, parce que l e mariage veut d i r e , d i t Huysmans, l e risque constant d'enfanter un troupeau de mioches. J o r i s -K a r l se sent menace" par 1'epouse qui n'est, selon l u i , qu'une mere en puissance : encore c'est l a question sexuelle qui se pose » l a femme qui court apres l e s hommes pour s'en s e r v l r . Dans cette a t t i t u d e , l'auteur semble Stre sous 1*influence de l a pensee de Schopenhauer sur l a femme, l'amour et l e s enfants. Jeanne de Plandreysy explique que, selon ce philosophe allemand, l'amour apporte l e s "promesses seductrloes" mais entralne 1'esclavage et "le s tourments". Et l a femme elle-meme, avec sa b e l l e mine trompeuse, son ap-parence d'une "fantomatique figure de dieu toujours jeune, toujours sedulsant", se montre bient&t " l e s secretes inten-tions d'une puissance infernale vouee au culte du mal." 13^ En face de l ' i n t t r e t maternel, l'homme n'est r i e n i tout est subordonnt aux interSts de l a mere dont l e r t s u l t a t est, dans l e s oeuvres de Hujsmans, un fourmillement de "mloohes" hurlants, sales, et entierement repoussants. Selon Mile de Plahdreysy, l a celebre theorie de l'amour de Schopenhauer pretend que "l'tpouse n'est qu'un simple mais lngtnieux moyen dont l a mere future se sert pour r i a l i s e r , a 1'ex-olusion de toute pensie poetique ou d t s l n t t r e s s t e , ses propres f i n s u t i l i t a i r e s . " *35 Par consequent, J o r i s - K a r l pelnt l e p o r t r a i t nauseabond de 1*enfant, un p o r t r a i t qui accentue l e cote physique, oar ces enfants sont l a manifes-t a t i o n halssable de l ' a c t e sexuel q u ' i l a en horreur. Huysmans est incapable de l e s eonsiderer autrement qu'un produit feminin. L'attitude q u ' i l montre envers l e s enfants, male ou femelle, est c e l l e de degout i c'est l e tracas physique des enfants qui l e derange, et q u ' i l d i c r I t avec une v i v a o i t i vintneuse a travers ces oeuvres. F o l a n t i n , par exemple, ne peut pas s'empSoher de penser aux " i n -cessantes inquietudes" et aux "perpttuelles nuits blanches" * "Le gosse b r a i l l e . . . g a pue l e l a i t sur et l e p i p i , par toute l a ohambre".136 J o r i s - K a r l nous presente dans Les Soeurs  Vatard une scene ou l e s "marmots p u l l u l a i e n t dans l e u r s jambes, des marmots dont l a gourme s ' e o a i l l a l t " , 1 ^ e t 11 esquisse un autre tableau ou " l e s enfants etouffes par l e s sucreries pleuralent et avaient des hauts-de-ooeur".*38 Bans Marthe. on entend Leo p a r l e r des enfants et l e v o i t se r e b i f f e r a l a pensie qu* "au bout d'un nombre de mois determines, sauf accident" deux individus donnent " l e Jour a d'affreux bamblns" qui p l a l l l e n t , "pendant des nults entieres", sous l e prttexte q u ' i l s souffrent des d e n t s . ^ 9 II y a encore des "mioches" aux maladies de peau qui font v o i r "des chemises s'envolant des pantalons, ces epaules en pente, des mines rachitiques, des trous sees de scrofules au oou"j enfants qui se pre sent ent oomme "des rouleaux de chairs rouges empaquetts dans des linges,...des rouleaux gigotants d'ou s'eehappent des o r i s , de 1'urine, des larmes", 1^ 0 et, en outre, i l y a "des moutardsde t r e i z e ans" qui fument •des megots" et s a l l v e n t . 1 ^ 0 * Les opinions de J.-K. Huysmans sur l a procreation des enfants r e f l e t e n t aussi 1'influence de l a pensee pesslmlste de Schopenhauer. Dans En menage, par exemple, on entend l e s meditations d'Andre qui "voyait dans ces morveuses qui s'affineront avec l'age, l a souffranee future des momes qui grandiront pour devenlr a mesure plus bStes" i l a f u t i l i t e de l a procreation et l a douleur qui attendent l e s enfants une f o i s adultes s'entend plusieurs f o i s dans l e s romans de cette epoque. Andre i n s l s t e q u ' i l "n'aimalt point l e s enfants, ne jugeait pas q u ' i l f u t u t i l e d'en p r o o r e e r . . . . " i ^ 2 , et o e l u i - e i est aussi l e r e f r a i n que chante Folantinj i l i n -s l s t e que "C'est l e s vouer au mepris des autres quand l i s seront grands; c'est l e s Jeter dans une degoutante lutte,sans defense et sans armesj c'est persecutor et chatier des Innocents a qui l'on Impose de reooamencer l a miserable v i e de l e u r pere." l 2*3 La philosophle pessimists et negative a l a Schopen-hauer j oependant, ne peut pas se s e r v i r de camouflage a Huysmans pour ses ve r i t a b l e s i n s t i n c t s et son obsession de l a chair. On peut ©iter malntes references aux f i l l e t t e s qui sont e x p l i c l t e s a ce point de vue i J o r i s - K a r l l e s v o l t comme l e s femmes en miniature. II y a l e s p e t i t e s f l l l e s des ouvrieres qui "montraient sous leurs jupes relevees, de p e t i t s mollets blancs et des pleds tres longs" 1** 2*! on v o i t aussi bien, t r o i s p e t i t e s f l l l e s qui "etaient ao-oroupies...decouvrant des p e t i t s derrieres Men fendus au mi l i e u et b l a n c s " . I I y a bien en evidence une scene ou quelques p e t i t s gargons "se jettent..,du sable dans l e s yeux et se pinoent", tandls que l e s f i l l e t t e s pavanent, "etalant des pantalons brodis, des jupons blancs, f a l s a n t l e s dedaigneuses, divlsageaht de haut l e s enfants de leur age qui l e s l n v l t e n t a Jouer, ripondant non s i l a robe est fanee et l e manteau pas neuf."1**^ Nous avons parle tres brievement du ro l e de l a femme en mere par rapport a l'homme et a. l a procreation! 11 est aussi bien a remarquer l e rSle que joue l a mere par rapport a 1*enfance et au desir adulte. Ce desir se manifesto chez Fo l a n t i n par un besoin d* "Stre c a r e s s i " , et chez Andre, par un besoin de "douceurs propres". Maurice Gallot a note que l a mere de Marthe n'a auoune valeur sentlmentale, que l a mere des soeurs Vatard est "un monstre hydropique", et que l a mere d'Andrt, une veuve sans l e sou, est assommantel^i mais ce qui est important, c'est l e f a i t q u ' i l est possible d ' t t a b l i r un modele du personnage maternel dans ces oeuvres n a t u r a l i s t e s . La mere de Marthe "se mit vaillamment a l'ouvrage, et quand Marthe...eut a t t a i n t son apprentissage, e l l e mourut a son tour....". l k8 Tout comme l e pere de Marthe, l e pere de Folantin meurt, et l a mere et 1*enfant se trouvent de l a meme facon "sur l e pavt"i cette mere se s a c r i f i e pour parer aux f r a i s des examens de son gar$on; des q u ' i l est admis dans un ministere, l a mere meurt. 1*^ La mere Vatard est en v e r i t e comme morte j e l l e est "souffrante et stupide" 1^©, et e l l e ne f a i t r i e n pour ses enfants. Andre (En menage) se p l a i n t de sa "Jeunesse d'humillation et de panne"j sa mere l e flanque a l a porte pour q u ' i l a i l l e vers son internat ou 11 est pensionnaire a l a semaine. Cyprien se p l a i n t , l u i a u s si, de son enfance " g i f l t e " et de sa "Jeunesse bien dttrousste par l e s femmes". Done, l e s personnages principaux qui figurent dans l e s romans de Huysmans Jusqu'a 1884 ont tous un souvenir de trahison maternelle, et d'un menage reduit en fragments par l a mort d'un pere qui ne paralfc a v o i r plus qu'un rapport biologique dans l a v i e du htros/Huysmans. Les rapports n'existent pas entre l e s peres d'un cote et l e s meres et 1*enfant de 1*autre; oette absence de pere, aussi bien que 1'indigence de l a mere et son enfant, et l a d i s p a r i t i o n eventuelle de l a mere, sont l e s elements constants en ce qui concerne l a maternlteVet 1*enfance dans ces romans. On peut conclure que l e theme du refus maternel domine ses premieres oeuvres, car dans chacune, l a d i s p a r i t i o n de l a mere, au sens figu r e — 1*incapacity to t a l e de l a mere Vatard et 1'absence hebdomadalre de l a mere d'Andre" — et au sens propre du mot — l a mort de l a mere de Marthe, de c e l l e de Fo l a n t i n (et plus tard, de c e l l e de des Esseintes); l a d i s p a r i t i o n de l a mere marque un theme obsessionnel du refUs maternel. Puisque l'on s a l t que 1 *enfance de J.-K. Huysmans e t a i t n o l r c i e par un p a r e i l e v t n e m e n t , o n p e u t y trouver un souvenir pt n l b l e qui contribue a l a f o i s a son mepris de l a femme (en mere et en amante) et a son envie de tendresse, et de "douceurs propres". Comme on a vu, l e probleme de l a femme et de l'amour est a l a base des romans " n a t u r a l i s t e s " de Huysmans t Marthe. Leg Soeurs Vatard, En menage, et A Vau-1'eau i on a vu Huysmans constamment peser l e pour et l e contre du mariage et sur cinq personnages autobiographlques, t r o i s cholssiseent l e mariage, un opte pour l e concubinage, et l e dernier reste dans un £tat aboulique; incapable d'en f a i r e l e choix, i l decide de "s'endormlr". Puisque F o l a n t i n est l e dernier de ces personnages (parlant chronologlquement selon l a parution des romans) on peut conolure a u s s i , qu'a l a f i n , Huysmans r e j e t t e l e mariage comme l a soluti o n aux ennuis sensuelsi c'est-a-dire, l e mariage conventionnel qui conslste en un marl et une epouse, un etre mi-sensuel, m i - u t l l i t a i r e . J o r i s - K a r l veut t l i m i n e r l a femme sexuelle du mariage. Cependant, i l d t s i r e ardemment une certaine tendresse maternelle, des " o a l i n e r l e s " et des "caresses de p e t i t e f i l l e " , l e s t r a i t s qui sont presents chez Melie, l a grosse amie de Cyprien dans En manage. XI est enorme-ment important de noter que physiquement, Melie est une femme desespe? selon l e point de vue de Euysmans t pas de tracas sensuel, plus de "commerce charnel" — e l l e y i n s i s t e . Done, Cyprien n'est pas menace" par l' a c t e sexuel q u ' i l c r a i n t (comme tous l e s autres qui sont l e s a l t e r ego de l'auteur) ou par l a p o s s l b i l i t e de l a procreation de "mioches" q u ' i l abhorre (comme justement l e font les autres). Ces deux choses qui accablent tout autre personnage masoulin sont absentes de cette l i a i s o n de Cyprien et Melie. Pendant un moment, Cyprien semble Stre l e plus content des htros deHxysmahs, mais dans l e prochain roman, i l se transforme en un Fo l a n t i n , p l a i n t i f et maussade. La dlchotomie de l a femme qui dechire Euysmans est nettement e t a b l l e dans ces premiers romans "n a t u r a l i s t e s " . D'une part, Eve — l a pr o s t i t u t e — qui l ' a t t i r e i r r e s i s -tiblement a cause de ses propres a p p t t l t s charnels q u ' i l porte sur l a f l l l e , et qui, par l a sui t e , l ' a n i a n t i t par l a nature degoutante de "l' a c t e brutal"t d'autre part, Marie — l a mere — qui promet de l e soigner, de l e c h e r i r , mais qui peut facilement l e r e j e t e r en procreant un autre enfant. II y a dans ces romans na t u r a l i s t e s un entrelacement des deux rSles de l a mere et de l'ipouse dans l e seul personnage de 1'espouse? mais dans l e s romans qui sulvent, Euysmans ne s'occupe plus de cette "epouse" et se concentre sur l a "mere". Pour r e c a p i t u l e r l a dlchotomie i t a b l l e dans ces premiers romans, i l faut regarder d'abord l a p r o s t i t u t e . L'embarquement pour "Lesbos" ou pour "Cyth&re"!53 promls par le s appas maquillts des f l l l e s ne se produit jamais pour l u i i i l se sent j e t t dans l'avant-bassln d'ou 11 f l o t t e peu a peu envers l e havre du mariage. L'idte du mariage surnage des ondes ou i l se trouve? l e mariage l'obsede comme l a seule chose qui pulsse l e sauver. J.-K. Huysmans veut, a tout p r l x , "trouver une dtl i v r a n c e , un havre" ou 11 peut "s'ichouer...." •. Ce havre l u i semble "comme une Sainte-Ptrine, soignant l e s impotents et l e s infirmes. " 1 5 5 Mais des q u ' i l s'en approche, son havre commence a s'tcroulert i l envisage l e s "clowneries sensuelles", l e s *'transports autorises par 1 ' t g l i s e " , l e s "amours rationnees", et " l a s a l e t t penible" d'une "convention rtpugnante" et i l d e f a i l l e . J o r i s - K a r l tvoque "des nults occupies a s u r v e l l l e r l e s dents de l a i t qui poussent" et l e s "seins dtformts" de l a femme qui "a n o u r r i , elle-meme, p a r t c o n o m l e " , 1 ^ e t , comme Folantin, i l n'en veut r i e n , "linge raccommode" ou pas. Done, i l refuse et l a pr o s t i t u t e et l'tpouee. Cyprien admet q u ' i l possede une " v i s i o n melancolique de l a v i e " qui est "innte" et "graduellement developpee par ses deboires et par ses tehe e s . . . . " 1 ^ ! on peut bien ajouter, ses tehees amoureux. Folantin, l u i aussi, a comme probleme ce n t r a l une hantise sexuelle, et une absence de s a t i s f a c t i o n - qui rend amere et pessimiste sa v i s i o n de l a v i e . Ce q u ' i l f a i t pour se soulager — cou r i r aux marchands d'estampes pour reluquer l e s gravures "d'assassins" — est une espece de "sadisme r e f o u l e " porte sur un autre plan. Sa reaction devient d'une grande portte en tant que pres-sentiment de ce que feront l e s personnages po s t t r i e u r s pour rtsoudre l e u r anxiete sexuelle, une anxiett que Maurice Gallot expllque comme un besoln de " s a t i s f a c t i o n s a f f e e t i v e s " et d'une "atmosphere d'intimite conflante". On d o i t noter i c i que cet Element sadlque Joue deja un rSle dans d'autres romans qu'A Vau-l'eaut l e cas de Fo l a n t i n n'est pas excep-tionnel. Cyprien, par exemple, d e f l n i t l ' t t a t conjugal comme une "caisse d'epargnes ou l'on se place des soins pour ses vieux j o u r s i c'est l e d r o i t de soulager ses rancunes sur l e dos d'un autre, de se f a i r e plalndre au besoln et aimer p a r f o i s J". *->9 Ce dtsir de faire souffrir la femme est un point a noter, car c'est l a pierre de touche dans les rapports de Euysmans avec la femme pendant toute sa carrlere 1 1 t t e r a i r e t l a prostitute est l'objet sur lequel un homme vient "oublier, dans 1*enervement de sa couohe, de persistants ennuis, de saignantes rancunes, d*intarlssables douleurs"1^0} le devoir de 1'epouse envers son marl est d'avolr "Sa face a b a i s e r tous l e s deux jours, son polng a sublr toutes les deux heures", et c'est tout. 1^ 1 La femme, quoique prostituee ou epouse, se voit comme une "victime reparatrlce", l'Stre sur lequel Huysmans prend des revendicatIons pour son manque de bonheur. Tel est le personnage q u i reapparait constamment dans ses ouvrages. On va examiner les exemples du sadisme intellectuel (ou bien esthttlquej dans les romans qui sulvent — A rebours et La-bas — et on peut ainsi etablir le ton dominant des oeuvres de J.-K. Huysmans, c a r , au dessous de sa "quote splrltuelle* dont parle tout critique huysmansien, est l e desir omnipresent de "soulager ses rancunes sur l e 6\os w d'une femme. On arrive a l a fin de sa ptriode "naturaliste", au Monsieur Folantin d'A Vau-l'eau. Une vie d'indecision, comme celle qu'a choisle le Folantin aboulique, est impos-sible, et sa vacillation entre les deux poles d'amour physique et d'amour maternel ne peut pas s*arreter au centre du vide d'un n i h i l i s m e i on verra done Euysmans, dans ses prochains romans, f a i r e demarrer l e pendule. On verra ou i l restera dans l e s deux romans de sa perlode decadente NOTES 1Helen Trudgian, 1 *Evolution des idees esthetlques  chez J.-K. Huysmans (Parist Conard, 1934), pp. 134-35-2J.-K. Huysmans, l ' A r t moderne (Parist Ores, 1929). p. 176. 3Andre du Fresnois, Une Etape de l a conversion de  J.-K. Huysmans (Parist Dorbon-alni, 1912T, p. 8. 4 Huysmans, l ' A r t moderne. p. 126. ^Ernest Raynaud, Le Mercure de France. 1890, c i t e par Lucien Descaves, "Note a Marthe." dans Marthe (Parist Ores, 1928), p. 146. ^Huysmans, l ' A r t moderne. p. 120. ? Huysmans, l ' A r t moderne. p. 52. 8Huysmans, l ' A r t moderne, p. 34. 9J.-K. Huysmans, "La Bievre," dans Croquis parislens (Parist Cres, 1929), P. 87. 1 0J.-K. Huysmans, Les Soeurs Vatard (Parist Cres, 1928), P. 133. 1:LHuysmans, Les Soeurs Vatard. p. 39. 1 2J.-K. Huysmans, En menage (Parist Cres, 1928), p. 24. ^Katharine M. Rogers, The Troublesome Helpmate (Seattlet University of Washington Press, 1966), p. 235. 14 Huysmans, En menage, p. 19. ^Huysmans, En menage. p. 9. 16 J.-K. Huysmans, Marthe. h l s t o l r e d'une f i l l e (Parist Cres, 1928), p. 64. ^Huysmans, En menage. p. 284. 18 Huysmans, En menage, p. 9. 1 9Huysmans, En menage. p. 88. 20Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 206. 21Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 323' 22Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 212. 23Huysmans, Marthe. p. 115* 2^Huysmans, En menage, p. 26. ^Huysmans, En menage, p. 169. 26Huysmans, Marthe. p. 9. 27Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 201. 28Huysmans, Les Soeurs Vatard. pp. 300-301. 29Huysmans, Les Soeurs Vatard. pp. 138-40. 3°Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 319. •^Huysmans, Marthe. p. 15. 32Huysmans, Les Soeurs Vatard, p. 11. 33Huysmans, En menage, p. 310. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. pp. 81-82. 3 5Katharlne M. Rogers, The Troublesome Helpmate, p. 170. 3^J.-K. Huysmans, "Le Gousset, " dans Groduls parIslens (Parisi Cres, 1929). p. 135. 3?Huysmans, "Le Gousset," pp. 135-36. 38Huysmans. 1'Art moderne. p. 43. 3 9J,-K. Huysmans, A Vau-l'eau (Paris: Cres, 1928), p. 16. ^Huysmans, "Le Gousset," p. 13^. 1Huysmans, Marthe. p. 34. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 14. "^Huysmans, "Le Gousset," p. 13k. ^J.-K. Huysmans, La-baa (Parist Cres, 1930), I I , 8* k$Jonathan Swift, "Strephon and Chloe," c i t e par Katharine Sogers dans The Troublesome Helpmate, p. 17o. **6D.H. Lawrence, The White Peacock (Londont J . M . Dent, 1935), PP. l k 9 - 5 ° . ^Huysmans, Les Soeurs Vatard, p. 147. ^Georges Veysset, Huvsmans et Ja medeolne (J«rl"« Socitte d'edition "Les Belles Lettres", 1950), p. 40. ^Huysmans, l ' A r t moderne. pp. 122-23. 5°Huysmans, l ' A r t moderne, p. 125. ^Huysmans, Marthe. pp. 34-36. 52J._K. Huysmans, Certains ( P a r i s i Cres, 1929), pp. 42-43. 53Huysmans, En menage, p. 68. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 204. 55HUysmans, Les Soeurs Vatard, p. 126. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 116. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 5 k« 58Huysmans, Les Soeurs Vatard, p. 145. ^Huysmans, En manage, p. 47. 6 0Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. l 6 l . 6 1J.-K. Huysmans, "L'Ambulante," dans Croquis parislens ( P a r i s i Cres, 1929), P« 66. 6 2 P l e r r e Cogny, J.-K. Huysmans k l a recherche de 1 ' u n l t t (Parist L l b r a i r i e Nizet, 1953), P* 43. ^Huysmans, En manage. p. 132. 6 \ e l e n Trudgian, L'Evolution des idees esthetlques chez J.-K. Huysmans. p. 13°. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. P. 10. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. P. 19. ^Huysmans, Marthe. p. 35. ^8Huysmans, l'Art moderne. p. 126. ^Huysmans, Marthe. p. 126. ?®Huysmans, En manage. p. 256. "^Huysmans, Les Soeurs Vatard. P. 231. 72 ' Huysmans, En menage. p. 68. ^Huysmans, En menage. p. 160. ^Huysmans, Les Soeurs Vatard. PP. 5 3 - 5 k . 75Huysmans, Marthe. p. 126. ^Huysmans ^  En manage. p. 16. ??Huysmans, Marthe, p. 52. ^8Huysmans, Les Soeurs Vatard. P. 155. ?9Huysmans, En manage. P. 159. Huysmans, En menage, p. 304. 8 l Huysmans, En menage. p. 86. 82_ Huysmans, En menage. p. 100. 83Huysmans, Les Soeurs Vatard, PP. 47-48. 84„ Huysmans, En menage. P. 333. 8%uysmans, En menage. p. 161. 86„ Huysmans, En manage• p. 162. 8^Huysmans, En menage. PP. 127 -28. 0 0 0 Huysmans, En menage, p. 163. 89Huysmans, A Vau-l'eau, p. 16. 9°Pierre Cogny, J.-K. Huysmans a l a recherche de I'unltt (Parlst Nizet, 1953), p. 55. 91Huysmans, En menage, p. 56. 92, 'Huysmans, En menage, pp. 308-309. ^Huysmans, En menage, p. 162. 91*Huysmans, En menage, p. 172. 96, 95 7 •'Huysmans, Les Soeurs Vatard, p. 4?. 'Huysmans, En menage, p. 357. 9 7"A. Meunier" (pseudonyme de J.-K. Huysmans), "J.-K. Huysmans," dans En marge, ed. Lucien Descaves (Paris* Lesage, 1927), P. 56. 98Huysmans, A Vau-l'eau. pp. 17-18. 99Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 298. 10OHuysmans, En menage, p. 333. 101 f Huysmans, En menage, p. 337* 102Huysmans, Marthe, p. 87. 103i 10lfHuysmans, A Vau-l'eau. p. 23. 10^Huysmans, En menage, pp. 10-11. 1G6Huysmans, A Vau-l'eau. p. 87. 1 0 7Miohael Issacharoff, Huysmans devant l a critique en France (1874-1960) (Parist Editions Klinoksleck, 1970), pp. 43-47. l o 8Andre Dinar, Les Auteurs cruels (Paris» Mercure de France, 1942), p. 45. 1 09Henri Bachelln, J.-K. Huvsmans 1 du naturalisme l l t t t r a i r e au naturalisme mystique (Parlst Librairie acadimique Perrin et Cle., 1926), pp. 48-49. ^^'&oc$m&xi&% Marthe. p. 139. il0Huysmans, En mjnage, p. 288. ^Huysmans, En menage, p. 11. 1 1 2Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 20?. 1 1 3 H U y s m a n s , fin mJnajSS.* P» 288. l l 2 fHuysmans, En manage, p. 122. ^Huygmans, En manage, p. 213. ^Huysmans, En manage, p. 10. 1 ^ Huysmans, En manage, p. 135* l l 8Huysmans, Marthe. pp. 61-64. l l 9Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 273* 1 2 QHuysmans, Les Soeurs Vatard. p. 287. 1 2 1Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 185. 1 2 2Huysmans, En menage, p. 19. 1 23Huysmans, ~ menage, p. 320. 1 2 4Huysmans, Marthe. p. 137. 1 2 5 A l g a r Thorold, Six Masters In D i s i l l u s i o n (Londont Constable, 1909). P. 8 3 . 1 2^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 17. Huysmans, En menage. p. 271. 1 2 8Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 36. 1 2^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 74. 1^°Huysmans, Les Soeurs Vatard, p. 100. ^Huysmans, En menage, p. 83. ^Huysmans, En menage, p. 86. * ^ Huysmans, En menage, p. 62. ^ J e a n n e de Flandreysy, Essal sur l a Femme et 1'Amour (Parist L i b r a i r i e des "Annales," 1908), p. 4 l 6 . 1 3^Flandreysy, E&sal sur l a Femme et 1*Amour, p. 416, 136j 137, •^Huysmans, A V a u - l ' e a u . p . 33. Huysmans, Les Soeurs Vatard. p . 89. 1 Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 95• 139 Huysmans, Marthe. p . 137. "^Huysmans, En menage, pp. 63-64. l i f , 3 a Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 135. huysmans, En manage, p . 166. 1 4 ? Huysmans, En manage, p . 18. ^Huysmans» A V a u - l ' e a u . pp. 33-34. ^^Huysmans, En menage. p . 49. ^-'Huysmans, En menage. p. 63. ^^Huysmans, En manage, p . 48. ^ M a u r i c e G a l l o t , E x p l i c a t i o n de J . - K . Huysmans (Par is 1 Agenoe paris ienne de d i s t r i b u t i o n , 1954), pp. 46-47. Huysmans, Marthe. p. 21. l i f 9 Huysmans, A V a u - l ' e a u . pp. 13-14. ^•-^Huysmans, Les Soeurs Vatard. p . 36. ^Huysmans, En menage, pp. 47-58. ^ V o i r Robert B a l d l c k , The L i f e of J . - K . Huysmans (Oxford1 Clarendon press , 1955)• On apprend dans cette etude biographlque (peut-etre l a m e i l l e u r e , au point de vue d ' o b j e c t i v i t e , parmi un grand nombre qui sont parues) que l e pere de J . - K . Huysmans est mort quand 1'enfant a sept ans, et que peu apres, sa mere s ' e s t marieV avec un c e r t a i n M. Ogi l e jeune J o r i s - K a r l est a l l e , par l a s u i t e , au pensionnat. ^^Huysmans, Marthe. p. 123. Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 282. "^Huysmans, En menage, p. 303• "^Huysmans, En menage, p. 61. "^Huysmans, En menage, p. 130. "^Maurice Gallot, E x p l i c a t i o n de J.-K. Huysmans. p. 104. 1-^Huysmans, En menage, p. 11. 1 fciO Huysmans, Marthe. p. 37. l61 Huysmans, Les Soeurs Vatard. p. 50. CHAPITRE II L'ESPRIT CONTRE LE CORPS Au sujet de l'epoque decadente, Mario Praz d i t que i "In no other l i t e r a r y period . . . has sex "been so obviously the mainspring of works of imagination . . . . t t l C'est une remarque Importante par rapport aux deux romans que J.-K. Huysmans a e c r i t s vers l a f i n du XIXe s i e c l e i A rebours (1884) et La-bas (I891) qui sont considered comme "oeuvres decadentes". Plusieurs c r i t i q u e s ont f a i t face au spectre de " l a decadence" et ont tente de l e decrire. Le ton dominant de l'tpoque est c e l u i de l a maladie " f i n de s i e c l e " , un sentiment penetrant qui s'attaque aux a r t i s t e s et l e s rend degoutes de le u r epoque et de leur m i l i e u , et qui l e s a f f l i g e d'undlsir d'evaslon de l ' a c t u a l i t t qui l e s agace s i brutalement. Dans l e u r a s p i r a t i o n a l a sensation p a r f a i t e , l'experience absolue, qui l e u r permettrait une transcendence permanente de leur "moi", l e s "decadents" explorent toute avenue d'evasion, physique et s p i r i t u e l l e » l e s femmes, l e s drogues, l e spl r i t i s m e , l e diabolisms et meme l a r e l i g i o n . Ces cr i s e s de l a maladie " f i n de•siecle" font manlfester ce que Pierre Moreau d t c r i t oomme "tout un monde tphemere d'attitudes, d'affectations, mais aussi de tourments et de confuses aspirations", qui r e f l e t e n t l e "sentiment de vague angolsse devant une ere qui s'acheve, a une panique d' "an m i l " , aussi que " l ' o r g u e i l malsain d'une 2 corruption, qui denonce l a mort des valeurs anciennes." Des 1913, Holbrook Jackson determine l e s t r a i t s principaux de l a "decadence" d'etre l a perversity, l ' a r t i f i c i a l i t e , l'tgotisme, et l a c u r i o s i t e , ^ et Karl Beckson, en examinant de plus pres cette idee de l ' a r t i f i c i a l i t e , d i t que c ' e t a i t Baudelaire qui a inspire^ grace a sa v i s i o n de l'homme et de l a nature, un "culte d ' a r t i f i c e " . * * Dans son etude penttrante de l'epoque, A. E. Garter trouve que l a sensi-b i l i t e decadente est une sorte de " l i t e r a r y schizophrenia", une combinaison d'une adoration et d'une detestation de l a modernltej et en avouant que l e s decadents ont accepts" l a Nature comme l a norme, M. Carter remarque que « They admitted . . . that anything d i f f e r e n t . . . c i v i l i z e d or " a r t i f i c i a l " was a p r i o r i unnatural and depraved. From the very beginning, decadent s e n s i b i l i t y i s thus self-conscious, perverse, and i t s c u l t of the a r t i f i c i a l distinguishes i t sharply from Romanticism, whatever traces of depravity may be found i n c e r t a i n Romantics.5 A rebours et La-bas sont, tous deux, indenlablement preoccupes de l'Evasion dans un Paradis a r t i f i c i e l quelconque. Des Esseintes, l e due exoentrique d'A rebours, s'obstine a chercher un bonheur absolu par un moyen sensuel, et a cette f i n , i l se sert de toute combinaison bizarre ou perverse des cinq sens. Durtal, cependant, l ' t c r i v a i n mtcontent de La-bas. se l a i s s e a l l e r l e long des sentlers du Diabolisms pour trouver son experience s a t l s f a i s a n t e i ces deux avenues, l'une sensuelle, l'autre, s p i r i t u e l l e , sont l e s routes dtoadentes de 1'evasion bien connues. Et cette excursion dans l'au-dela du s p i r i t i s m s , de l ' o c c u l t e , et meme de l a r e l i g i o n , n'est, d i t K. G. Millward, qu'une autre manifes-t a t i o n "du malaise ' f i n de s i e c l e ' . De meme que l'on a v a i t cherehe des paradis a r t i f i c i e l s avec l a morphine, on v o u l a i t connaltre d'autres extases par l e moyen de l a r e l i g i o n . En vertu de son theme d'evasion s p i r i t u e l l e , aussi que temporelle (c'est un exemple net d'un "time exoticism"), on peut juger comme decadent l e roman La-bas. meme s l l'on y entend v o o l f t r e r l'auteur contre l ' e s t h t t i q u e dtoadente en faveur d'un "naturalisme s p i r i t u a l i s t e " . Huysmans veut repudier et l e s themes et l e st y l e decadents; i l p a r a l t reconnaitre comme dtoadente l a matiere de base de son roman anterieur, A rebours. i l est souvent d i t que ce roman ©onstitue l e point culminant de l a decadence » Havelock E l l i s constate que J "Certain aesthetic Ideals of the l a t t e r h a l f of the nineteenth century are more quln-t e s s e n t i a l l y expressed i n A Rebours than i n any other book." 7 Et i l continue a noter aussi que l e roman est un "wonderful confession of aesthetic faith."® Les c r i t i q u e s sont tous d*accord sur l a nature "decadente" d'A rebours, mais dans La-bas. on apprend que J o r i s - K a r l , en 1891, juge p u t r i l s l e s attitudes et l e s t y l e du "clan decadent" qui ne font que c u i s i n e r "des hachis de mots" t En r e a l i t e c e l u i - l a se borne a cacher 1'incom-parable d i s e t t e de ses i d e e s sous un ahurlssement voulu du style.9 II nous renseigne egalement qu'au moment ou i l e c r i v a i t A rebours. ce q u ' i l f a i s a i t e t a i t sans dessin prevuj l a composition, l a forme, et l e s themes qui s'y trouvent, n'avaient r i e n a f a i r e avec un roman decadent per se en 1884. Ce q u ' i l v o u l a i t f a i r e , nous d l t - i l , c ' t t a l t de s'evader "d'un c u l de sac ou Je suffoquais, mais je n'avais aucun plan determine et A rebours qui me l i b e r a d'une l i t t e r a t u r e sans issue, / l e naturalisme7 en m'atrant, est un ouvrage parfaltement inconscient, imagine sans idees preconcues, sans intentions reservees d*avenir, sans r i e n du t o u t . " 1 0 Certainement, l'atmosphere d'A rebours est determlnee par une tres decadente exactitude de couleur, une p r e c i s i o n energlque d'epithete, une perversite t r a v a i l i e e et une a r t l f i c i a l i t e i n s t i n c t i v e 1 1 ; l e ton dominant de La-baa est c e l u i d'un pessimisms foncier qui engendre son d e s i r consequent d'evaslon a une epoque moins h o s t i l e . Mais s i l'on deiustre l e s deux romans de ce vernis decadent, on trouve l a matiere toute nue des "etats d'esprit" et l a sub-ject i v i t e de J o r i s - K a r l que l'on a d e j a vus en evidence der r l e r e sa fagade n a t u r a l i s t s . Alors, encore que ces deux romans renferment l e s manifestations d'une s e n s i b i l i t e decadente et soient " l a r g e l y determined by the maladie f i n de s i e c l e — the diseased nerves that, i n his ^uysmans^/ case, have given a curious personal qu a l i t y of pessimism to his outlook i n the world, his view of l i f e " , comme l e d i t Arthur Symons en I 8 9 3 , 1 2 i l y a toujours dans ces romans, l e Huysmans e s s e n t i e l , l'homme vlctime d'une hantise de l a femme q u ' i l tente d*exerciser par l e moyen de son oeuvre. II s'agit encore une f o i s pendant l'epoque "decadente", de Huysmans, l a femme, et l e sexe, et toujours dans un pays d'alentour maussade et rev&tu de corruption, de s t t r l l i t e , et de faisandage — l e s mots c i t s dans ces romans. II est valable de regarder d'abord l a nature et l e s cadres que fo u r n i t J.-K. Huysmans comme t e l l e de fond aux oeuvres dtcadentes, car on y v o i t des indications de son attit u d e erotique pendant cette ptriode. Les paysages que l'on v o i t dans A rebours, La-bas. /et meme dans En rade ( 1 8 8 7 ) qui n'est point un roman decadent, mais qui appartient a cette meme epoque de productivity l i t t t r a i r e de Huysmans^ l e s paysages dans ces romans ont tous un aspect i n c u l t e , et dans l e s deux derniers ©uvrages, positlvement l u n a l r e , h a l -l u c l n a t o i r e meme. On a vu, en passant, l a f a s c i n a t i o n que montre J o r i s - K a r l dans l e s romans anterleurs, de l a v i l l e u l c i r e e et morne, et l e s paysages pluvieux et t r i s t e s t malntenant, son i n t e r e t en un paysage desolte devient plus intense et ses descriptions plus nolres. Dans En rade. Jacques, l e porte-parole de J o r l e - K a r l , se promene aux environs du Chateau de Lourps ou t La campagne t t a l t s l n i s t r e i sous un c i e l g r i s , tres bas, des nuages p a r e i l s a des f unites d'incendle fuyaient en hate et s'tcrepaient sur des cStes l o i n t a i n e s dont l e s o a l l l a s s e s degoulinalent dans des f l o t s de boue. Parfols des r a f a l e s hurlalent qui secouaient l e bols en face, entouralent l e vacarme interne du chateau d'un b r u i t mugissant de vaguesj et l e s arbres p l i e s rebondissaient, c r l a i e n t sous l a chaine des l i e r r e s . tendus comme des cordages, se dtchevelaient, perdant leurs f e u l l l e s qui fuyaient, a i n s i que des oiseaux, a t i r e - d ' a i l e , au-dessus des cimes. r^ C e l l e - c i est une scene de nature v e r i t a b l e que v o l t Jacques, mais des Esseintes (A rebours). se cree un paysage chimerique au son de l a musique de Schubert, et en p a r t i c u l l e r , a l'tcoute Des Madchens Klage, 11 se cree une nature deserte en evoquant l e spectacle d' "une f i n d'amour dans un paysage t r i s t e " ; i l f a i t f l e t t e r devant ses yeux "un s i t e de banlleue", "avare, muet, ou sans b r u i t , au l o i n , des f i l e s de gens, harasses par l a v i e , se perdaient, courbts en deux, dans l e crtpuscule", tandis que des Esseintes se sent "abreuve d'amertumes", "gorge de dtgout** et tout seul, "terrasse" par une i n d i c i b l e melancolie, par une i n d i c i b l e detresse" dans " l a nature eploree". 1^ Une nature egalement souffrante mais pas chimerique, se presente dans La-bas ou Durtal commente sur un "firmament couleur de f e r " et sur un " s o l famtlique, a peine empourpre, 9a et l a , par l a f l e u r sanglante du ble n o i r . . . . " Et encore une f o i s , J o r i s - K a r l presente l a misere humaine au centre d'une nature h o s t i l e » ce peuple p i t i a b l e se tratnent a travers l a scene dtsolee J dans ce "champs sans aide" apparaissent "les mendiants e s t r o p l t s , manges de vermines et vernis de crasse" a i n s i que l e " b e t a l l " qui sont frustes et p e t i t s . 1 ^ Toujours un p o r t r a i t d'un paysage maussadej mais cette f o i s , ce n'est pas un c i e l de plomb, des nuages couleur de cendre, une tempete de p l u i e , et des ruisseaux de boue coulante que peint Huysmans, mais au contraire, "apres l e s r a f a l e s et l e s brumes" i l montre des Esseintes qui d o i t supporter des cieux chauffes "a blanc" et l e s "plaques de t o l e " qui sortent de 1'horizon. "En deux jours, sans aucune t r a n s i t i o n , au f r o i d humide des b r o u i l l a r d s , au ruissellement des p l u l e s , succeda une chaleur t o r r i d e , une atmosphere d'une lourdeur atroce." Et l e s o l e i l s'ouvre "en gueule de four" comme s i on l ' a t t i s e "par de furieux ringards" et i l darde partout une lumiere blanche qui brule l a vue. ...une pousslere de flammes s'eleva des routes c a l c i n t e s , g r l l l a n t l e s arbres sees, r i s s o l a n t l e s gazons Jaunesj...une temperature de fonderie en Cnauffe pesa sur l e l o g i s de des Esseintes. 1? On peut appeler cette scene, avec Justice, un paysage d'enfer. La d e s c r i p t i o n d'un paysage non seulement souffrant et p o u r r i , mais neglige et moribond, a une grande place dans l e s ouvrages de Huysmans. Un s o l e i l brulant est une r a r i t e j J o r i s - K a r l deteste l e s cieux bleus (et l e s gens meridionaux) et, certainement, l e temps pluvieux est plus typique et l a scene putrefiee est presque de rigueur. Bien q u ' i l y a i t dans l e s romans de cette deuxieme periode des descriptions d'une v i l l e inondee (par exemple l a scene du "voyage" de des Esseintes a "Londres"), un paysage a l'abandon est vraiment typique. Jacques (En rade), par exemple, s u i t un p e t i t s entier seme de " m i l l i e r s d'epingles brunes" des pins, et i l regarde, "etonne", l e "chaos de plantes et d'arbres" d'un j a r d i n desert i <Ja et l a , de grands chenes, elances de travers se cro i s a i e n t et, morts de v i e i l l e s s e , servaient d'appui aux parasites qui s'enroulaient entre eux, s'embranchaient en de f i n s reseaux serrts par des boucles, pendaient, t e l s que des f i l e t s aux mallles vertes, remplis d'une rustlque p&che de frondaisonsj des cognassiers, des p o l r l e r s se feuJDDLaient plus l o i n , mais l e u r seye a f f a i b l i e t t a i t lnerte a procreer des f r u i t s . 1 8 II y a revelee dans cette description des alentours du chateau, l a cle a l a f a s c i n a t i o n de- Huysmans avec cette espece de scene i l a s t e r i l i t t et l a mort. II continue a noter eloquemment l a desolation de l a vue « Toutes les f l e u r s cultlvees des parterres etaient mortes; c ' e t a i t un inextricable echeveau de racines et de l i a n e s , une invasion de chiendent, un assaut de plantes potageres aux graines portees par l e vent, de legumes incomestibles, aux pulpes laineuses, aux chairs deformees et suries par l a solitude dans une terre f r i c h e . 1 9 Ces descriptions de l a nature inculte ont, comme l e u r point culminant, l a peinture de t e r r i b l e s paysages mineraux dans l e cauchemar de des Esseintes et l e paysage mort dans l a songe de Jacques d'un voyage a l a lune dans En rade. Des Esseintes (A rebours) se ch a t o u i l l e a l a vue des gravures des "paysages de mort" de Bresdin, et des "paysages d'enfer" d'Odilon Redonj l a scene fantomatique du premier s'appelle l a Comedle de l a Mort ', et Huysmans s'amuse a d e t a i n e r son "invraisemblable paysage, herlsse d'arbres, de t a i l l i s , de touffes" qui se sert de cadre pour "des formes de demons et de fantSmes", et des oiseaux "a tetes de r a t s , a queues de legumes"; tout ce t e r r a i n , d i t - i l heureusement, est semi de "vertebres, de cotes, de cranes, des saules / q u i / se dressent, noueux et crevasses, surmontes de squelettes agitant, l e s bras en l ' a i r . . . . " Pour combler l a j o l i e scene, 1'a r t i s t e y insere un ermite en contemplation, un Christ qui "s'enfuit dans un c i e l pommele", et un miserable qui "meurt, ^ p u i s i de priv a t i o n s , extenue" de faim, ttendu sur l e dos, l e s pieds devant une mare." 2 0 Les t o i l e s de Eedon qui l ' a t t i r e n t sont l e s etudes "des paysages sees, arides, des plaines calcinees, des mouvements de s o l , des soulevements volcaniques accrochant des nuees en revolte, des c i e l s stagnants et l l v i d e s : , " tandls que l e s etres qui s'y trouvent sont l e s sujets qui remontent "aux temps prehistoriques". Huysmans se complait a indiquer "des personnages dont l e type simien, l e s epals m a x i l l a i r e s , l e s arcades des s o u r c l l s en avant, l e front fuyant, l e sommet apLati du crane,...de l'homme encore frugivore et denue de paroles, contemporain du mammouth" qui f igurent dans l e s dessins d'un "fantastlque 21 de maladie et de d e l i r e . " Prenant ces ouvrages comme in s p i r a t i o n , 1*inconscient de des Esseintes prend l e dessus pendant un cauchemar effroyable et se cree une ve r i t a b l e scene d'enfer i ...un paysage mineral atroce fuyant au l o i n , un paysage blafa r d , desert, ravine, mort; une lumiere e c l a i r a l t ce s i t e desole, une lumiere t r a n q u i l l e , blanche, rappelant l e s lueurs du phosphors dessous dans l'huile.22 II n'y a pas de difference appreciable entre cet enfer fantastlque et l e s alentours lunaires que Jacques Maries se cree pendant son reve d'une excursion dans l a lune. Selon l a f a n t a i s i e , l u i et sa femme, "s'imaginent se promener sur des t a i l l i s p l a t s , sur des arborisations laminees, t t a l e e s sous une eau diaphane et ferme" dans "un Sahara de l a i t de chaux f i g t " , un "immense desert de pl a t r e sec". Jacques l e s v o i t a r r i v e r a l a Mer de l a T r a n q u l l l i t e "dont le s contours simulent l a blanche image d'un ventre s i g i l e d'un nombril par l e Jansen, sexut comme une f i l l e par l e grand V d'un golfe, fourche de deux jambes ecartees de pied-bot par l e s mers de l a Fecondite et du Nectar." Aux yeux enchanted de Jacques et de Louise, p e n s e - t - i l , l e Marals du Sommeil par a l t etre "teinte de jaune comme une mare coagulee de b i l e " , tandis que l a Mer des Crises ressemble a "un plateau c o n c r t f l e de boue, du verdatre l a i t e u x des jades". Partout, Jacques Imagine l e s "cataractes de bave c a i l l e e , des avalanches p t t r i f i e e s de f l o t s , des torrents de clamours aphones, toute une exasperation de tempete tasste, anestheslee d'un geste." ^ Ce songe de l a lune seche et s t e r i l e d e c r i t bien l a vie et l e mariage de Jacques — s t e r i l e s et morts. La scene qui comble l'oeuvre de Huysmans, paysagiste h a l l u c i n a t o i r e , se trouve dans La-bas t dans ce "roman a 1'interieur d'un roman", Durtal est en t r a i n d'ecrire une h i s t o l r e de G i l l e s de Rais, et i l presente G i l l e s en d e l i r e dans une campagne de Bretagne. Sous un " c i e l melancolique et grave", sur une terre qui vagabonde "a perte de vue, en de s t e r i l e s landes, trouees de mares d'eau r o u i l l t e , herlssees de rocs," G i l l e s ne v o i t dans ce "pays d*abomination" que des formes ftmlnines obscenes i l e s nuages se "gonflent en mamelons", et se "fendent en croupes". I l s s'arrondissent en "des outres fecondes" et se dispersent, l a i s s a n t l e s "trainees epandues de l a i t e " qui se regroupent pour devenir "les incubes et l e s succubes qui passent." Quant a l a f u t a i e que G i l l e s a en horreur, e l l e l e menace en se transformant devant ses yeux en "images de cuisses gtantes ou naines"} l e s arbres deviennent "triangles feminins", et "grands V". En e f f e t , l e s arbres ne sont que maintes "bouches de Sodome, que c i c a t r i c e s qui s'ebrasent, qu'issues humides!". 2^ II commence a se f a i r e jour maintenant, l a s i g n i f i c a t i o n de cette obsession de paysages s t t r i l e s et moribonds que peint Huysmans i au moment ou l'on a r r i v e aux hallucinations sexuelles en pleine campagne et aux f a n t a l s i e s somnambules dans l e s pays de reves chez Jacques et des Esseintes, l e u r symbolisme sexuel est net. On peut averer que l a delectation huysmansienne de paysages maussades et de campagnes souf-freteuses, s t i r i l e s , pourries, et moribondes, est un t r a i t beaucoup plus personnel et revt l a t e u r q u ' i l ne pense. C'est plus que l a manifestation d'une simple f o i esthttique, quolque n a t u r a l i s t e ou decadente; dans l e s deux cas, son adhesion n'est que s u p e r f i c i e l l e et ce sont ses propres "etats d'esprit" qui font prime dans tout roman. Dans l e cas des "paysages" que l e s nat u r a l i s t e s veulent v o i r " t e l quel", l e s decadents, "fa i s a n d i s " , on v o l t une contravention de l'ancienne t r a d i t i o n l i t t e r a l r e d'entendre l e s campagnes vertes, f l e u r i e s et e n s o l e i l l e e s — l e symbole d'une nature feconde, une nature qui i n s p i r a i t l e s poetes bucoliques a chanter l e u r amour (et amour sexuel sous-entendu) d'une P h i l i s ou d'une C l e l i e . Naturellement, Huysmans, dont l e trouble sexuel est a l a base de son i n s p i r a t i o n l i t t t r a l r e , voudrait n i e r l a ftcondite r i a n t e dans ses romans; l a pre-sence des paysages d'une noirceur, d'une t r i s t e s s e et d'une s t e r i l i t e non mitigees en est l a preuve et l e r i s u l t a t . II convient de noter ce que Albert Mordell d i t au sujet d'une etude symbolique des "paysages l i t t e r a i r e s " t Freud ventures the opinion that dreams about complicated machinery and landscapes and trees have a d e f i n i t e sexual s i g n i f i c a n c e . If t h i s i s so, and he gives h i s reason therefore /sic7, i t could mean that a l l those authors who have a par-t i a l i t y f o r describing landscapes and machinery i n t h e i r works continually, are unconsciously revealing a.personal t r a i t they never intended to convey. 2 0 On peut noter brievement, au su'jet des "machines", que Huysmans f a i t une reference e x p l i c l t e (dans La-bas) a cet egard i 11 parle de l'acte sexuel en termes mecaniques i "Vols, d l t - i l , l e s machines, l e jeu des pistons dans l e s cylindres; ce sont des J u l i e t t e en fonte et des Romeo d'acier; l e s expressions humaines ne d i f f e r e n t pas du tout du va-et-vient de nos machines." 2? En dans A rebours. bien que sa remarque s o i t perverse, f a n t a i s i s t e — "decadente" pour tout d i r e — on 1'entend quand meme denlgrer et l'amour physique et l a maternite, en l e u r preftrant une locomotive du chemin de f e r du Nord. . . . l a femmei est-ce que l'homme n'a oas, de son cote, fabrique, a l u i tout seul, un etre anime et f a c t i c e qui l a vaut amplement, au point de vue de l a beaute plastique? est-ce q u ' i l e x i s t s , ioi-bas, un etre congu dans l e s joies d'une f o r n i c a t i o n et s o r t i des douleurs d'une matrice dont l e modele, dont l e type s o i t plus ebloulssant, plus splendide que c e l u i de ces deux locomotives adoptees sur l a ligne du chemin de f e r du Nord. 2 8 On est tente de s o u r c i l l e r j n!est-ce pas l a question sexuelle qui se pose encore une f o i s chez Huysmans en face de l a nature, et pas slmplement l a question de sa "decadence" en matiere l i t t e r a i r e ? On a r r i v e a i n s i au noeud du probleme des "oeuvres dtcadentes" de J.-K. Huysmans — l a Femme. C'est cette meme preoccupation avec l a s t e r i l l t t qui q u a l l f i e ses rapports avec l a femelle pendant oette epoque "decadente". On a vu dans ses premiers ouvrages 1'etablissement d'une dichotomie au sujet de l a femme t l a pr o s t i t u t e contre 1'epouse. Et cette derniere, que l'on a indiquee comme etant une com-binaison de l a Mere et de 1*Epouse, legerement dtguisee en epouse simple, est, a oette ptriode, toujours embrouillte dans l ' e s p r i t de Huysmans. Puisque 1'epouse a Joue un r o l e s i enorme dans ses romans jusqu'a 1884, 11 convient d'abord d'examiner son attit u d e qui reste essentlellement l a meme, mais qui devient moins c r u e l l e , envers l e personnage de l'tpouse dans l e s l i v r e s de 1884 a 1891. Cette femme reste une crtature infiniment stupide i dans A rebours, J o r i s - K a r l ne t a r i t pas sur " l a s o t t i s e inveteree" des femmes, et Jacques (En rade) se heurt constamment contre l a " s o t t i s e " de sa femmej une so t t i s e dont 11 ne soup§onnait 1'existence, mais qui est neanmoins presente, puisqu'une femme, selon l'auteur, est toujours une femme, et une femme est sans exception "une eter n e l l e morte-salson d'idees dans une caboche rose"! On entend d i r e Huysmans encore que l a femme en epouse est une bete de somme, supportable seulement a cause de sa nature u t i l i t a i r e ; Jacques avoue q u ' i l s'est marie pour l e s "conf orts", et pour trouver un "arche a l ' a b r i " des inconvenients de l a vi e de gargon. La plqure des " p e t i t s r i e n s " l u i f a i t v o u l o i r l e mariage, tout comme c'est l e cas chez Lto, Andre, Cyprien, et Folantin. Pour Jacques, l e s conforts fournis par une epouse sont "l'eloignement des odieux d e t a i l s , l'apaisement de 1 ' o f f i c e , l e silence de l a cuisine, 1'atmosphere d o u i l l e t t e , l e m i l i e u duvete, t t e i n t , 1'existence arrondie, sans angles pour aoerocher 1*attention sur des ennuis...." 29 Comme on l ' a dtjk vu, pour Huysmans, l'homme se marie l o r s q u ' i l est blase de sexe. J o r i s - K a r l f a i t Jouer encore des variatio n s sur ce theme des "sens biases" dans A rebours t l e s hommes s'achevent "dans l e s levres des f i l l e s " , l i s ont "leur v i e durant, l e s restants des voyous", puis i l s se marlent, et c'est al o r s l e u r femme qui possede " l e s restes des voyoutes " . 3 ° Dans En rade. on entend Jacques resumer d'une fagon admirablement ironique l a pensee huysmansienne sur l e mariage i " . . . c * e t a i t l e tout sous l a main, sans attentes et sans courses, amour et b o u i l l o n , linges et l i v r e s . " 3 1 Mais, tout comme on l ' a vu dans l e s romans " n a t u r a l i s t e s " ou l'epouse et l e mariage signalent l a deche et l e desastre, 11 y a un revers de l a medaille. Cet apaisement attendu de son a l l i a n c e avec Louise se disperse a cause de l a nevrose de sa femme, et Jacques l a blame de l e u r misere naissante » "...1*horreur de l ' a v e n i r , " " l a mendicite", et l e "manque de pain," 1*hospice pour son epouse et l a "gueuserle" des bas-fonds pour Jacques lui-meme. On peut v o i r que ce p o r t r a i t de 1*epouse et du mariage est entlerement negatif, exactement comme tous l e s autres dans l'album de Huysmans. II pers i s t e a v i t r i o l e r l e s deux de l a meme fagon dans 4 rebours f au moment ou des Esseintes se souvient du mariage d'un ancien ami, d'Aiguirande. Des Esseintes ne tente pas de l e dissuader de l e f a i r e , et tandis que l e s autres "perstverants c e l i b a t a l r e s " l u i peignent l'horreur "des sommells dans l e meme l i n g e " , (on se rappelle l e degout des "couchers a deux" chez Cyprien dans En manage) des Esseintes, comme str a t e g i s t e dans une b a t a i l l e , 1'encourage dans son projet de mariage, car l a fiancee veciit loger dans un appartement moderne ou tout s e r a i t arrondi, et des Esseintes y prevoit *1'impitoyable puissance des p e t i t e s mlseres". II comprend que ce de s i r i r r e f l e c h i , en combinaison avec un menage sans fonds encombrt de tout un • mobilier fabrique en forme d'arc, en croissants, devidts par der r i e r e , et l e tout a une dtpense double, court l e risque de l a banqueroute. Evidemment, cet echec v i r t u e l est attribuable a l a femme qui, n'ayant pas d'argent s u f f i s a n t pour sa t o i l e t t e , s'en va habiter un appartement carre, moins cher, ou aucun meuble ne peut " n i cadrer n i t e n i r " . Et, assurement, e l l e se conforme au modele de l a femme que nous f o u r n i t Huysmans deja dans En menage; c e l l e - c i quSte, "parmi l e s expedients de l'adultere, l ' o u b l i de sa vie pluvieuse 32 et p l a t e . " Maintenant, pendant sa "perlode dtcadente", Huysmans ne considere n i l e mariage n i l'epouse comme un ehoix a faire? i l n'est plus t i r a i l l e dans ces romans entre l a p r o s t i t u t e et l a femme, car des l'aboulie de Folantin — son absence morbide de volontt — Huysmans refoule l ' i d t e d'une epouse et ellmine l a question de mariage. L'epouse l ' i n t e r e s s e uniquement en tant qu'exemple de l a femme d t s t r u c t r i c e J l a stductrice et source du mal. La question du mariage etant refQuite, l e probleme de l'tpouse comme femme menagante et sexuelle ne se pose vraiment pas d'une maniere urgente, et par constquent, l ' a n x i t t e par rapport a l a maternite, l a pu t r i c u l t u r e , et l e s "mioches" scrofuleux ne se presente non plus de l a meme fa§on qu'auparavant. L'apparence des "moutards" se l i m l t e a l'tnumtration des victimes pitoyables de G i l l e s de Rais (La-bas), l a p e t i t e pourvoyeuse et l e s f i l l e t t e s qui sautent a l a corde (En rade), et l e s "marmots" qui se battent devant des Esseintes, dont l a vue provoque un expost schopenhaurien sur l a procreation. Ce discours de des Esseintes rabache tout ce que l'on a entendu d i r e par Andre et par Folantin; et comme leurs tirades aussi, c e l l e de des Esseintes incorpore un parfum particulierement huysmansien au parfum pessimiste de Schopenhauer. Des Esselrtes ne peut r e s i s t e r a p a r l e r de : . . . l a gourme, des coliques et des f i e v r e s , des rougeoles et des g l f l e s des l e premier age; des coups de bottes et des travaux abetissants, vers l e s t r e l z e ans; des duperies de femmes, des maladies et des cocuages des l'age de l'homme; c' e t a i t aussi, vers l e d e c l i n , des in f i r m l t e s et des agonies, dans un depot de mendicite ou dans un h o s p i c e . " Des Esseintes va plus l o i n dans ses ruminations au sujet de l a procreation que l e s autres; i l verbalise ses w c h a r i t a b l e s r e f l e x i o n s " sur l e s "fraudes en matiere de generation", et l'expulsion d* "un foetus" q u ' i l concoit "un animal, moins forme, moins vivant, et a coup sur, moins i n t e l l i g e n t et plus l a i d qu'un chien ou qu'un chat qu'on peut se permettre impunement d'i t r a n g l e r des sa na i s s a n c e l " . 3 ^ I I resume que l a v i e n'est qu'un moyen "d'aggraver l a miserable condition de l'homme" et " . . . s i jamais, au nom de l a p i t i e , 1 ' i n u t i l e procreation devalt etre abolie, c ' i t a i t maintenant1".^ Mais s i , en essayant une "fraude" une femme doit avoir recours a un "homme maladroit" a cause d'une "supercherie", Huysmans avoue q u ' i l est "bon d'ajouter...que, pour plus d'equite", c'est l a femme, victime de " l a maladresse" qui doit expier " l e f o r f a i t d'avoir 36 sauve de l a v i e un innocent 1". Encore une f o i s , on entrevoit l'auteur se f i e r a une theorie de l a femme comme l a source du mai et de l a femme, par consequent, victime reparatrice. Ce que l'on remarque dans l e s romans de Huysmans qui datent de cette tpoque — A rebours. En rade. La-bas — c'est l a s t e r i l l t e t otale t s t e r i l l t e " de paysages, l e s marlages s t e r i l e s et morts (Jacques et Louise, 1'unlon d'Aiguirande) et enfin, l a s t e r i l l t e absolue du de s i r sexuel chez l e s "heros" s des Esseintes, Jacques lui-meme, et Durtal. Leur desir n'est meme plus un appetlt sensuel authentiquej au contraire, c'est un simple "etat d'esprit" d'un "homme presque impuissant", comme l e d i t Durtal. Le de s i r est en quete d'une sensation surhumaine sans aucun rapport emotionnel avec l a femme. Durtal l'exprime bien, en parlant de l a l i a i s o n avec l a satanique Hyacinthe t . . . s i je me recapitule, je l'aime de tete et pas de coeuri c'est 1*important, r-- Dans ces conditions, quoi q u ' i l a r r i v e , ce seront des amours breves et je suis a peu pres sfir de m'en t i r e r , sans commettre des f o l i e s , en sommeW' Ce qui importe a Huysmans a cette epoque, c'est l'trethlsme c t r t b r a l e , l e divorce entre tete et coeur, entre 1'esprit et l e corps, et sa conviction meme plus exasperee qu'auparavant, des personnages dans chaque roman, de l a s t e r i l i t y , roboterie, et f u t i l i t e " totales du sexe. On v o i t une g a l e r i e d'etres detraques par l a quSte d'une extase, d'une sensation exquise. Pour chacun, 1'insuffisance de l'a c t e physique est l e point de depart de toute a c t i o n et de toute pensee s des Esseintes, Durtal, Hyacinthe, G i l l e s de Rais, Jacques, et peut-Stre meme Louise Maries, dont l a nevrose mysterieuse force l e marl a subir un jeune chronique et de se s e r v i r de reves erotlques pour soustraire a l a r e a l i t e accablante (tout comme Folantin, dont cette f a c u l t e de songer supplee a 1'action meme). Les "heros" huysmansiens aspirent d'une maniere patente a l a sensation supreme, absolue, pour assouvir l e s instances de l a c e r v e l l e , et pas le s besoins du corps, et on l e s v o i t qui se servent de l a femme encore une f o i s comme vehicule pour a r r i v e r a l a sensation ultime. Ce n'est qu'une i n t e n s i f i c a t i o n presentee sous forme "decadente* de son ancien probleme a Huysmans « l' i n s u f f i s a n c e du sexe comme moyen de s a t i s f a i r e aux exigences d'un besoin de tendresse maternelle. Le r e s u l t a t de ses deceptions constantes avec l a femme est tout naturellement un degout t o t a l des femmes, morale-ment et physiquement, et une conviction de l a femelle comme non seulement l a source de ses malheurs personnels, mais aussi l a source du Mai. Comme on l ' a vu dans l e s ouvrages "na t u r a l i s t e s " , Huysmans c r a l n t l a femme a cause de sa fa s c i n a t i o n physique qui l e rend Incapable de ten l r bon contre e l l e . Au moment ou 11 p a r l a i t de l a prostituee, J o r i s - K a r l f a i s a i t face a 1 'incarnation de l a femme en "bete sexuelle"; on l ' a entendu blamer l a f i l l e galante pour ses faibles s e s charnelles a l u i , et 11 1 'accuse de c o u r i r apres l e s hommes et de l e s exciter a i n s i a se dtgrader. On l'entend maintenant inculper toute femelle — dame, donzelle, ou demi-mondaine — de cette faute. On rencontre dans ses oeuvres qui datent de 1884 a I891, l a "femme e s s e n t i e l l e " , " f l e u r venedeuse", "vase d'iniquited", et "serve absolue du dlable", bref, l a femme c r u e l l e et satanlque. E l l e est, selon Mario Praz, l a creature decadente qui constitue un theme constant a l'epoque t "femme f a t a l e " . Mais Huysmans, ayant entierement rejete l'epouse comme l a soluti o n a une nature sensuelle troubled, ayant vu s'ecrouler jusqu'au fondement son havre matrimonial, et avec l u i , p a r a l t - i l , ses esperances inconscientes de tendresses maternelles, 11 est toujours en quete de l a s a t i s f a c t i o n i une sensation absolue qui apparalt maintenant en guise de 1'Ideal i n s a l s i s s a b l e qui hante l e s auteurs "decadents". Huysmans, dans ses a r t i c l e s de c r i t i q u e d'art r e c u e l l l l s dans Certains, et dans ses romans, A rebours. En rade, et La-bas. r e d l t ses arguments contre l a femme. D'abord c'est un animal sexuel qui pourchasse l e s hommes t dans Certains, e l l e est "toute animale, sans complication de sens qui inttressent", et une simple "machine a forniquer", une creature qui, pressed par l e besoln, s'allege. " V o i l a t o u t . " ^ 8 I I i n s i s t e sur sa l a l d e u r physique et 11 f a i t un usage considerable de ressemblances anlmalleres a une etendue plus varied que c e l l e des "chlennes" d'auparavant. J o r i s - K a r l est au comble de l a jo l e en regardant l e s pastels de Degas (exposes en 1886) qui culbutent, pense-t-11, " l ' l d o l e con-stamment menaged, l a femme". I I y note une "attentive cruautt" et "une patiente haine" dans l e s tableaux qui a v i l i s s e n t l a femme lorsqu'11 l a represente...dans l e s humillantes poses de solns intimes". Les " p o r t r a i t s " conviennent au point de vue de Huysmans sur l a femme, un point de vue que A. E. Carter q u a l i f i e comme une sorte de myopie decadente 3?, car J o r i s - K a r l ne v o i t dans ces b a l l e r i n e s d e l l c a t e s que l a femme c r u e l l e et menagante. Quant aux femmes nues de Degas, elles, comme les esquisses verbales de Huysmans dans ses oeuvres " n a t u r a l i s t e s " , i n s i s t e n t trop sur 1'obesity feminine t on est regale de l a vue transmlse dans l a prose de J o r i s - K a r l , des " r o u l l s tubuleux des peaux" qui perdent "toute tenue, toute l i g n e " de sorte que l a f l l l e devient une "charcutiere", une "bouchere", une "creature. ..dont l a vul g a r i t y de l a t a i l l e et l'ypalsseur des t r a i t s suggerent l a continence et decident l ' h o r r e u r l " . II y a presentyes une rousse "boulotte et f a r c i e " , une autre, "grasse, bredon-nante et oourte", une blonde "ramassye, trapue et debout", une "dondon accroupie" — "du moignon d'estrople, de l a gorge de sabouleuse, du dandlllement de c u l - d e - j a t t e " . ^ 0 Huysmans n^exprlme pas son simple dydain de l a femme physique, c'est plutot I ...1'execration penetrants, sure, de quelques femmes pour l e s Joies devlles de le u r sexe, une execration qui l e s f a i t deborder de raisons atroces et se s a l i r , elles-memes, en avouant tout haut l'humide. horreur d'un corps qu'aucune l o t i o n n'epure I**1 J.-K. Huysmans tente de deshumanlser completement l a femme, et surtout l a f i l l e galante, en comparant leurs actions a c e l l e s des machines on des fanto c h e s . ^ Dans A rebours. 11 lnsere une i l l u s t r a t i o n e x p l i o i t e a cet egard. Des Esseintes parle des pros t i t u t e s donti La plupart avaient des t r a i t s massifs, des voix enroutes, des gorges molles et des yeux points, et toutes, p a r e i l l e s a des automates remontes a .. l a f o i s par l a meme c l e f , lanoalent du, meme t=on l e s memes ,ylnjite,s^,....jltbl.tfa^ent avec l e meme . sourlre l e s memes propos biscornus, l e s memes r t -fl e x i o n s baroques. Comme s ' i l a peur de ne pas remporter du succes a l e s mecaniser, Huysmans i n s i s t s a comparer l e s femmes aux animaux. Dans La-bas. on apprend que Schopenhauer t r a l t e l a femme de "Dame" tandls que pour Durtal e l l e n'est que " l a p e t i t e oie, comme je l a q u a l l f l e r a l s v o l o n t i e r s . . . . " J o r i s - K a r l , c r i t i q u e d'art, l a trouve "grenouillarde et slmlesque a l o r s qu'elle dolt...se balsser a f i n de masquer ses dtchets par ces pansages",^^ et meme l e s p e t i t e s f i l l e s de 6 ans sont t r a l t t e s de "petites s i n g e s s e s " . ^ Des Esseintes se souvient d'avoir entrevu "des femmes qui marchaient, en se trainant et en avan§ant l e cou, comme font l e s o i e s . . . . " ' Huysmans d t c r i e non seulement l a nature physique de l a femme, mais aussi 11 execre son "ame". On a vu l'auteur tout l e long de son oeuvre appuyer sur l a " s a l e t t d'ame" de toute femme. Ses a i r s pudiques, par exemple, ne servent qu'a cacher un but m a t t r i a l i s t e et rtprth e n s i b l e j a prendre "miss "Urania" qui l e croyait ntcessaire de "ne point ctder, sans une prt a l a b l e court ntanmolns, elle s© montra peu farouche, sachant par l e s ouf-dlre, que des Esseintes e t a i t riche et que son nom p a i d a i t a lancer l e s femmes." Hyaeinthe aussi, pense Durtal, sera "comme toutes l e s femmes", c'est qu'elle va tenter de "se f a i r e p r i e r , a se f a i r e du reste.. . o f f r l r *• ce qu'elle veut.** 9 c'est Durtal, comme plusieurs autres " h i r o s " huysmanslens, qui rumlne sur l e caractere v i l e de l a femme par rapport a sa propre "enfance g i f l t e " et "bien ditrousste par des femmes", comme l ' a p p e l a i t Cyprien. Durtal i ...se regurgita l e s souvenirs ftminins de sa Jeunesse, se rappela l e s attentes et l e s mensonges, l e s caro£tes et l e s cocuages, l'im- i r 0 pltoyable salete d'ame des femmes encore jeunesP Jacques (En rade) aboutit a l a conclusion p t n i b l e qu'une femme n'est qu'une charge qui rend l a v i e dure a l'homme auquel e l l e se rattache. Son epouse " l u i avait aliene l e s biens de son sexe" et pensalt forcement, " a i n s i que toutes l e s femmes, que l a possession de son corps e t a i t un inestimable don...." Et, comme toutes l e s femmes encore"i ... .epouses, f l l l e s ou mattresses, e l l e pensalt aussi que l e marl, l e pere ou l'amant avait et6 mis sur l a terre pour subvenir aux besoins de l a femme, pour l ' e n t r e t e n i r , pour etre, en un mot, sa bete a pain.51 Toute femme, selon Durtal, "quelle qu'elle s o i t " , est un "haras de chagrins et d'ennuis" t S i e l l e est bonne, e l l e est souvent par trop bete, ou alo r s e l l e n'a pas de sante ou bien encore e l l e est disolamment feconde, des qu'on l a touohe. S i e l l e est mauvaise, l'on peut s'attendre, en plus, a toutes l e s deboires, a tous l e s soucis, a toutes l e s hontes. Ah! quoi qu'on fasse, on i c o p e l " Grosso-modo, l e s femmes d'A rebours et de La-bas sont de t r o i s especes i l a prostituee, l a femme biz a r r e , et l a femme maternelle. A l a suite de toute aventure, l ' i n s a t i s -f a c t i o n et l a deception erotique surgissent. Holbrook Jackson d i t au sujet des "decadents*' que i To k i l l a desire, as you can, by s a t i s f y i n g i t , i s to create a new desire. The decadents always did that, with the r e s u l t that they demanded of l i f e not a r e p e t i t i o n of old but opportunities f o r new experiences.53 Pour Huysmans, toutefois, 11 s'aglt d*un nouvel d e s i r qui surviendrait des cendres d'un d e s i r lnassouvi (au niveau sentimental). Entierement degoute de l a chair et de toute f i l l e t t a et_ feoute sorciere, i l va toujours a l a recherche d*une extase, l e corps extenut, mais f o u e t t i par l e s instances du cerveau. Dans ses rapports avec l a prostituee dans A rebours et dans La-bas. on entend J o r i s - K a r l r e i t e r e r l e s thbmes de "l'impuissance" (franchement avouee dans ces deux romans) et de "1'enfance malheureuse" avec l e s souvenirs desagreables de l a mere (A rebours). On apprend que Durtal se considere un "Novembre de corps", une "Toussaint d'ame", "sans desirs v e r i t a b l e s " ; en outre, "presque lmpuissant". II se oonvaino d'etre a l ' a b r i des c r i s e s et analyse son etat aetttel t l'auteur decide q u ' i l s'oublie "lui-meme depuis des mois".-^ Quant a des Esseintes, 11 admet mtlancoliquement q u ' i l a toucht "aux repas oharnels" mais que son p a l a i s "s'emousse et blase v l t e " , et l a femme, l a seule passion qui a i t l e pouvolr de l e " r e t e n i r dans cet universel dedain" qui l'empoigne, est " e l l e a u ssi, usee". Ayant pratique" l e s "amours exceptionnelles, l e s joies devices", l a sante de des Esseintes f a i b l l t , 11 est toucht des premieres manifes-tations de l a ntvrose, et ses sens tombent "en I t t h a r g i e " ; 1'impuissance est "proche". Gn l e v o i t meme donner un retentlssant et outrageux diner n o i r pour " c t l t b r e r l a plus f u t i l e des mesaventures" et cette f e t e , ce diner "de f a i r e -part d'une v i r l l i t e momentanement morte" etant un "repas de d e u i l " , est t c r l t "sur l e s l e t t r e s d ' i n v i t a t i o n s semblables a c e l l e s des enterrements".55 Impuissants ou non, tous l e s deux — des Esseintes et Durtal — usent de l a f i l l e legere et de l a p r o s t i t u t e pour tenter de t r a n q u i l l i s e r l e u r corps, ou p l u t o t l e u r e s p r i t . La p r o s t i t u t e dans La-bas que frtquente Durtal f a i t invec-t i v e r contre e l l e et contre l a chair; J o r i s - K a r l exprime l e c o n f l i t identique entre l e d t s l r et l e dtgout de l a chair, sauf maintenant, ce n'est plus un d t s i r eorporel, mais l n t e l l e c t u e l , et i l n'y a toujours pas de mbyen par lequel l' a c t e peut l'apaiser. Tout comme auparavant, l e dtgout et l a orainte d'une d e f a l l i a n c e empechent meme une p i e t r e s a t i s f a c t i o n . On a f a i t mention des capacites de Huysmans a tout i n t e l l e c t u a l i s e r ; Pierre Cogny trouve que ses oeuvres appartlennent a l a t r a d i t i o n des "viviseoteurs de leurs nerfs et de leurs c e r v e l l e s " . O n hasarde 1*opinion que ce n'est pas l a v i r i l i t e des autres hommes que jalouse Huysmans quand i l parle de l'impuissancei p l u t o t , i l l e u r envie l a capacity de s e n t i r sans y penser et a i n s i d t t r u i r e tout p l s i s i r possible. Dans La-bas. J o r i s - K a r l compare cette condition a une "maladie"; 11 avoue que cette tendance de "se s o u i l l e r d'avance par l a r e f l e x i o n tous l e s p l a i s i r s , se s a l i r tout i d t a l des qu'on l ' a t t e i n t l " est au coeur de son angoisse i 11 se p l a i n t de ne pouvoir plus toucher a r i e n "sans l e gater"-*? et nomme ce phtriomene comme l a cause de son i n s a t l s f a c t l o n sensuelle. Au moment ou Durtal, sans d t s i r s "authentiques", s'en va chez " l a brune" pour assaglr ses "sens" en e v e i l , i l se soumet aux caresses comme a un v r a i supplice. Comme plusleurs "heros" huysmanslens, 11 a deja renonce aux esptrances de Joie ou de p l a i s i r , et n'attend qu'a eprouver une sorte de soulagement. A i n s i , l a l s s e - t - i l o uvrir l e s "etables de ses sens" pour mener l e "dtgoutant troupeau de son peche dans des abattoirs ou l e s boucheres d'amour l'assommaient d'un coup"; l a v i s i t e chez l a b e l l e brune aux yeux en fSte et des "dents de loup" (encore 1'image animaliere de l a p r o s t i t u t e ) est une deception icrasante. C'est une femme habile qui s a l t effondrer l e s moelles, granuler l e s poumons et dimolir "en quelques tours de balsers, l e s re i n s " , de sorte que Durtal, " t r l s t e " , "haletant", "gene", et "sans convoitises authentlques" f i n i s s e par "s'abattre sur une couche" et sublr, "inerve jusqu'a c r i e r , l e laborieux suppllce des eehinantes dragues." Durtal se rend compte que " l a question charnelle" n'est que "s u b s i d l a i r e " ©t une simple "consequence d'un etat lmprevu d'ame", et i l sort de l a chambre plus ripugnt que jamais, tout en extcrant l a chair, meme plus qu'auparavant.^ 8 Les f l l l e s de maison (A rebours) se revelent encore une f o i s l a source de 1'Inquietude masoullne dans l a scene de l a seduction d'un garcon innocent. Des Esseintes y amene l e p e t i t Auguste parce q u ' i l desire creer un crimlnel et un assassin, en habituant un adolescent aux etreintes des prost i t u t e s pour que l e d t s i r sexuel s o i t a i n s i l a source du mai pour Augusts, et l a source de sa rulne. Pour pouvoir frequenter ces f l l l e s , explique des Esseintes, "11 tuera je l'espere...le monsieur qui apparaltra mai a propos tandls q u ' i l tentera de fo r c e r son sec r e t a i r e . . . . " Done Huysmans presente l e s f i l l e s comme n u i s i b l e s , et l e sexe comme une mauvaise habitude a eradiquer. Que l e sexe s o i t repoussant a J o r i s - K a r l est confirme par l e s suites de "son" aventure avec Hyacinthe, ou " l a r e a l i t e tue l e rSve"i Durtal l u i reproche ses "depenses" charnelles "excessives et b i z a r r e s " , quel qu'elles solent exaetement ce q u ' i l v o u l a i t trouver — l e s delices nouvelles et passionnees — et i l se revolte contre ces "bStises de modiste en r u t " et l e s "immondices de p r o s t i t u t e " que montre l a Chantelouve. A l a r t v u l s i o n de Durtal, Hyacinthe "couchte" s'avere "une f i l l e , crachant de l a boue, perdant toute vergogne".^ 0 Mais en une abrupte volte-face, Durtal/Huysmans, effare de cette passion immoderee, d i t q u ' i l prefere depenser vlngt francs chez une simple f i l l e , car en sus de savoir " c u i s i n e r l e s p e t l t s p l a t s des sens", une f i l l e n&vend que de "studieuses c r i s e s " . ^ 1 Peut-Stre se s e n t - i l menace" par l a s e x u a l l t t CB Hyacinthe t qu'elle 1 ' i n c i t e a mesurer ses forces avec e l l e , en tout comme l e jeune Andrt, 11 c r a i n t de p a r a i t r e " n i a i s " ou p i r e , i n s u f f i s a n t , et tout comme auparavant aussi, i l execre l a notion de " l ' a c t e b r u t a l " . De cette fagon on l e v o i t , encore une f o i s , r e j e t e r et Hyacinthe et toute p r o s t i t u t e sur l e plan sexuel. La quete de l a s a t i s f a c t i o n , devenue l a recherche d'un I d t a l , une sensation p a r f a i t e , mene Huysmans tout n a t u r e l l e -ment aupres des femmes tnormtment r a f f i n t e s , doutes de perversions exotlques, de gouts bizarres, plutSt que de c o u r l r l e c o t i l l o n humble d'auparavant. II se peut bien que des Esseintes, en cholsissant l e s "femmes bi z a r r e s " — t e l l e s que l a femme ventrlloque, l'acrobate q u ' i l oonjure androgyne et puis male, et l'amante ntvroste — v e u i l l e s'affranchir de toute r e s p o n s a b i l l t i du denouement d'un " f i a s c o " et l a " n i a l s e r l e " qui en decoule, peut-Stre q u ' i l puisse eprouver ce dont Durtal, plus tard, v o u l a i t f a i r e 1'experience. Tous deux esperent s'exalter "plus haut que les d e l i r e s mugissants des sens" et de palper 1'impalpable t l e s " j o i e s lnexplorees et supernelles" dans les regions ou "l'ame chavire" — l e s sens ne doivent y avoir plus de r o l e . II y a, cependant, un sentiment toujours ambigu chez J o r i s - K a r l par rapport a ces femmes exotlques t on notera q u ' i l est t i r a i l l e entre un d e s i r d'eprouver l e s d e l i c e s sensuelles (paradoxalement a 1'exclusion des sens) en maitrisant sadlquement ces femelles — i l l e u r cree des r&les et l e s force a l e s jouer — et en meme temps,' 11 a un besoin indeniable de se soumettre aux femmes. II demontre, ou une retrogression a 1'enfance, ou l e s symptomes d*algolagnia — l'amant o r a i n t i f et humble qui veut absolument se soumettre & l a volonte et aux d i s i r s d'une b e l l e femme enragee. Ces "femmes b l z a r r e s " que c h o i s i t Huysmans comme amantes eVoluent au personnage de Hyaclnthe qui est, d i t Mario Praz, "the h y s t e r i c a l woman of exasperated desire, i n whose hands man becomes a submissive instrument."^ Cette ambivalence, cette contradiction envers l a femme que l'on a vue s l souvent dans l e s ouvrages " n a t u r a l i s t e s " — l e d t s l r , d'une part, de l a seumlsslon ( l e d e s i r de caresses maternelles) et d'autre part, de l a reVolte ( l e d t s l r de revolte contre l a s e x u a l i t t feminine) — reparalt avec beaucoup plus d*insistence dans A rebours et La-bas. En examinant l e s rapports avec l e s prostitutes que documents l'auteur dans ces deux romans, on l ' a entendu admettre que son probleme est entierement " s p i r i t u e l " et pas "physique". A i n s i r t s o l u , i l f a i t l e geste contradlctoire en s'achemi-nant avec empressement vers l e s femmes exotiques pour a r r l v e r a une s o l u t i o n sensuelle au probleme franchement cerebral. Assortment, avec chaque l i a i s o n voute a 1*tehee avant qu'elle ne commence, son a p p t t i t d t s i r e ardemment de nouveaux p l a t s plmentts. II est typique q u ' i l compare son a p p t t i t i n s a t i a b l e a c e l u i des femelles dont l e s d t s i r s sensuels s ' t v e l l l e n t t Be meme que ces gamines qui, sous l e coup de l a pubertt, s'affament^de mets a l t t r t s ou abjectes, 11 en vient a rever, a pratiquer l e s amours exceptionnelles, l e s joies d t v l t e s . . . .°-> Une des femmes bizarres que des Esseintes dtnlche est une "Pygmalion" chimtrique qui se r t v e l e etre autre que 1'imagination de l'homme ne c r o i t . Aux yeux ntvrosts de des Esseintes, une apparence masculine chez l'acrobate, sa "senteur de bete" en combinaison avec l ' t t a t du cerveau chez Huysmans/des Esseintes, l e f a i t creer une c u r i o s l t t c t r t b r a l e a propos de son gendre. Dans cette l i a i s o n avec "miss Urania" apparalt nettement l e d t s i r de soumission t des Esseintes s'imagine une transformation du corps "bien dtcouplt", des "jambes nerveuses", des "muscles d'acier", et des "bras de fonte" de l a f i l l e en corps, d'abord, d'un androgyne, et finalement, en c e l u i d'un homme. Pour sa part, 11 sublt mentalement un changement a r t i f l c l e l de sexe et se c r o l t dtfinltivement feminise. En sus de l'tchange de sexe et l e renversement des rSles entre l'acrobate et des Esseintes q u ' i l exlge comme une condition de l e u r l i a i s o n , 11 se l a i s s e entralner par l a penste de "1* exorbitant a t t r a i t de l a boue" et l a promesse de recevoir d'un Stre q u ' i l veut "stupide et b e s t i a l e comme un l u t t e u r de f o i r e " , l e s " b r u t a l i t e s d'athlete" au l i t . En depit des exigences de son cerveau, "miss Urania" est, et reste, femelle. D'une maniere s i g n i -f i c a t i v e , l ' l s s u de l a l i a i s o n est une aggravation et une augmentation de son impulssance "precoce", car, au-dessous de son d t s i r de l'extase est l e d e s i r de caresses maternelles t "...ses impressions de feminlnlte, de f a i b l e s s e , de quasi-66 protection achetee, de peur meme, disparurent...." La necessity de conslderer cette femme comme un etre sexuel qui ne veut que l u i enlever ses forces comme n'importe quelle f i l l e vorace, d e t r u i t son i l l u s i o n de l'acrobate comme un melange d'un Stre a u t o r i t a l r e et d'une mere tendre et "protectrice". La meme deception au niveau d'une a f f e c t i o n maternelle enfin retrouvie, met au terme sa l i a i s o n avec l a ventriloque; en l a contraignant a reciter l e s dialogues flaubertiens de l a Chimere et du Sphinx — dialogues qui racontent l a f i e v r e de l'inconnu et l e besoin de chercher, sans jamais l ' a t t e i n d r e une certitude, un I d t a l — des Esseintes se retrograde a l ' e t a t peureux d'un enfant egart dans l'o b s c u r i t d , simplement pour q u ' i l puisse t t r e i n d r e l a ventriloque silencleuse, "a ses cotes", et se refugier, " a i n s i qu'un enfant inconsole, pres d ' e l l e . . . . " II ne v o i t pas " l ' a i r maussade de l ' a c t r i c e obligee par l e s excentrlcites de des Esseintes de "jouer une scene" chez e l l e . II a presque r e u s s i a trouver l e s certitudes a f f e c t l v e s et maternelles, mais, cette "femme-mere" conforme au type presente a travers son oeuvre, et e l l e l e t r a h i t , en l e l a i s s a n t l a t ...malgre l e s p r i x exagerts q u ' i l l u i paya, l a ventriloque l e congidla et, l e s o l r meme, s ' o f f r i t a un g a i l l a r d dont l e s exigences etalent moins compliquees et l e s reins plus stirs. 6? On peut entendre dans l'echec de eette l i a i s o n encore un exemple de 1'inconstance des femmes, mais plus p a r t i c u l i e r e -ment, un autre cas de trahison maternelle qui obsede Huysmans. Ces f i l l e s l'ont r e j e t t autant sur l e plan sensuel que sur l e plan maternel; l e u r presence ne produit l e plus souvent qu'un denouement de d e f a l l l a n c e pour des Esseintes, pour l a simple raison qu*elles sont f i l l e s , l e u r metier s'occupe des questions charnelles et non s p l r i t u e l l e s , et e l l e s ne peuvent jamais comprendre que son trouble sled a l a region du cerveau et pas a c e l l e des "reins". Toujours pour l e s "htros" huysmansiens, l a d i s i l l u s i o n est complete, car "L'assouvissement de l'apres" j u s t i f i e "!'inappttence de l 1 avant" i l a femme l e repugne et 11 se f a i t horreur. ° Evidemment, l a solution de son probleme de l a Femme ne se trouve pas dans l e sexe. Huysmans semble s'approcher d'avantage de son i d e a l feminln au moment ou ses appetlts charnels deviehnent outranciers, mais ces "plats pimentts" ne font que rendre ses deceptions a t t e r r i s s a n t e s i i l est toujours dans " l a c r o t t e " et tres l o i n de bondir hors du monde dans l e pays de son reve. Le theme de r e v e / r e a l i t e , d 1 i l l u s l o n / d e s l l l u s i o n , est d'une importance primordiale dans l'oeuvre de J.-K. Huysmans. On l ' a remarqut dans l e s ouvrages de l'epoque " n a t u r a l i s t e " par rapport au depouillement des i l l u s i o n s sur l a beaute feminine et des i d y l l e s romantiques avec l a femme, quoique f l l l e , a c t r l c e ou chanteuse. Dans La-bas, cette obsession se v o l t a nu comme l e denouement de sa r e l a t i o n charnelle avec Hyacinthe Chantelouve, " l a femme b i z a r r e " par excellence dans toutes l e s l i v r e s de J o r i s - K a r l . Comme toutes ses devancieres, humbles ou r a f f i n e e s , c'est une femme inten-siment charnelle, insensible, et c r u e l l e , qui aneantit l e s i l l u s i o n s des hommes — 1'animal femelle h o s t i l e a 1'idealisme masculln t . . . e l l e se venge en effondrant l e reve, en l e pietinant, en le jetant en loques dans un tas de boue! 6? Mais l a difference entre Hyacinthe et l e s autres est que c e l l e - l a est i n t e l l i g e n t e i e l l e se rend bien compte de l a nature f u t i l e et l n s u f f i s a n t e de l ' a c t e , et e l l e taqulne sa prochaine victime, Durtal, avec ses reflexions a ce sujet, en l u i ecrivant que t "Comme vous, monsieur, je s a i s , h e l a s l que r i e n n'arrive et que nos Jouissances l e s plus certaines sont encore c e l l e s que l'on reve"; et e l l e 1'exhorte, tout en l e poursuivant, a re f o u l e r ses i n c l i n a i s o n s charnelles 70 envers e l l e , puisque " l a r e a l i t t tuera l e reve".' Le theme se presente aussi dans En rade et dans A rebours ou l'on entend l e s "heros" se poser l a question sur l e rapport entre 1 ' i l l u s i o n du sexe et sa realite". Jacques raisonne que J . . . s i l'homme abdique pour l e s t r i b u l a t i o n s intimes de l a femme toute repugnance, c'est Sarce que, semblable a un m i l i e u r t f r i n g a n t qui eforme l a r e a l i t e des choses, l a passion.charnelle i l l u s i o n n e et r a i t du eorps de l a remme 1'instrument de s i redondante joles que l a misere de ses rebuts s'efface.7 1 Des Esseintes, pour sa part, trouve eVidente l a nature scandaleusement l l l u s o i r e de cette promesse de bonheur et d'assouvissement a travers l ' a c t e sexuel, au moment ou i l commente sur l a oondition de l a p r o s t i t u t i o n i Cette diminution de l a p r o s t i t u t i o n soumlse au p r o f i t des amours clandestines, r e s i d a l t evidemment dans l e s incomprehensibles i l l u s i o n s des hommes, au point de vue charnel. II note l a presence inevitable d'un "regret" et d'une " t r i s t e s s e " qui "suecedent aux transports eteints et aux surexcitations apaisees des sens."? 2 A cause de cette d e s i l l u s i o n a l'egard du sexe, Huysmans eneore une f o i s , tente a travers ses "he"ros" de rabaisser l ' a c t e q u ' i l c r a l n t et deteste t c'est l e proctde ldentlque q u ' i l a deja employe" dans ses romans anterieurs. Toutes ses propres deceptions, p a r a i t - i l , s*entrevoient d e r r i e r e l a facade de Jacques au moment ou 11 v o l t l a consequence d'avolr mene une vache au taureau i "...c'est aussi peu dtsordonne" et aussi court?" En f a i t de lyrlsme, l a s a i l l i e se composait d'un amasde deux sortes de viandes qu'on b a t t a l t , qu'on empilait l'une sur 1*autre puis qu'on emportait, aussitSt qu'elles s'etaient touohees, en retapant dessus173 Pour J o r i s - K a r l , l ' a c t e ne consiste qu'en une sorte de "dttresse corporelle" q u ' i l vlent de d i e r i r e d'une fagon s i peu de l i c a t e dans En rade. Durtal parle de l a meme velne en pensant a Hyacinthe t E l l e ne veut pas aboutir a l'a c t e meme. Craint-e l l e a i n s i qu'elle l ' a f f i r m e , l a d i s i l l u s i o n ? se rend-elle compte eombisn l e s soubresauts amoureux sont grotesques?' Huysmans se l a i s s e meme di r e dans Certains que "l'acte de fo r n i c a t i o n " est "malpropre" et que c'est une simple mani-f e s t a t i o n "de nerfs plus ou moins vlbrants, de reins plus ou moins f o r t s " . II f a i t aussi une remarque qui resume son attit u d e envers l e sexe; cette attitude est un f i l conducteur a travers sa c a r r i e r s 11tteraire, et non seulement pendant l'epoque "decadente" ou 11 est a 14 recherche d'une sensation sup43|me.. Huy,sroe^.^^ exception que l'acte est une grosse deception, incroyablement l n s u f f l s a n t , et, en f a i t , "denui d ' i n t i r e t , comme trop court, comme ne provoquant qu'une commotion attendue, qu'un c r i banal". On eprouve, dit-11, "dans tous l e s cas, apres une p o l l u t i o n r t e l l e , une d i s i l l u s i o n , une t r i s t e s s e atroces. " ^ Huysmans ar r i v e e n f i n a pouvolr d i r e q u ' i l "n'y a de vraiment bon que l e s femmes que "l'on n'a pas eues" puisque " l e f a i t seul de connaitre l'inconnue" l a rend "moins desirable, plus vulgaire". Oar, en e f f e t , "1'inaccessible entrevu" tue " l a chimere".?^ Huysmans veut definitivement renoncer a ce q u ' i l appelle "le s degoutants appas des femmes".?? Celui qui ne peut pas r e s i s t e r aux charmes entierement i l l u s o l r e s des femmes, ou c e l u i qui s'obstine a s'y oramponner, est sous l e coup d'une malediction, car l a femme est l a source du mal. Cette attitude moyenageuse envers l a femme est exprimee catigorique-ment dans Certains ou l'auteur pose l a question t ...l'homme n ' e s t - i l pas ind u l t aux d e l i t s et aux crimes par l a femme qui est, elle-meme presque toujours perdue par sa semblable? E l l e est, en somme, l a grande vase des i n l q u i t i s et des crimes, l e charnier des miseres et des hontes, l a v e r i t a b l e introductrice des ambassades deleguees dans nos ames par tous l e s vices.7° Sa phobie de l a femelle en seductrice v i r t u e l l e et son aversion pour l e sexe sont semblables a c e l l e s des Peres misogynes de l ' E g l i s e ,?9 Au sujet de ces origines de l a misogynie chritienne dont Huysmans est encore un interprete, Katharine Rogers d i t que c'est une atti t u d e que l e s Peres ont deduit de l a Bible, bien q u ' i l s aient une tendance a misInterpreter et a p e r v e r t i r l e s textes — tout comme J o r i s - K a r l a une tendance a calomnier l a femme a son gre\. From the myth of the F a l l , from the s t o r i e s of Samson, David, and Solomon, from a number of apparently neutral B i b l i c a l texts, they derived the conviction that woman's attractiveness i s the greatest possible p e r i l to man's soul. In an e f f o r t to n u l l i f y the pernicious influence, they repeatedly i n s i s t e d that the female body i s not r e a l l y an a t t r a c t i v e object, but a vessel of f i l t h . . . . s o Ou q u ' i l se retourne, Huysmans v o i t l a figur e menagante et l e corps devorant de l a Femme et e r n e l l e j dans l e s t o i l e s de F e l i c i e n Hops, l'auteur f a i t face a l a "buveuse d'absinthe", "dtsabrutie et a jeun...au regard f i x e et cru e l des trlbades"» a l a "loupeuse i n s a t i a b l e et cupide"? ou bien aux "nympho-manes nalnes* 1 a l a "chair ohaude" et a l ' a l l u r e de "chattes en rut". I I devisage l'eau-forte d'une femme "en chemise et l e s seins nus" et reste f i x e devant "ses yeux ou p e t i l l e l e mout fringant des noces", et avec "sa bouche mauvaise et serrte, e l l e est i r r e s i s t i b l e " . Cette "bouche mauvaise" est aussi un t r a i t decadent a l a mode pour d t c r i r e l a mys-terleuse femme f a t a l e , p a r e i l l e a l a Joconde. On v o i t ce sourire enigmatlque chez l a mere de des Esseintes, chez Hyacinthe, et chez l e s apparitions des cauchemars de Jacques 81 et des Esseintes. II p l a i t a J o r i s - K a r l de penser que Hops a " s u i v i l'immuable t r a d i t i o n des s i e c l e s , a l o r s que, dans son oeuvre satanique, 11 a c h o i s i pour p r i n c i p a l personnage l a femme, mal£fici£e par l e Diable et veneficiant, a son tour, l'homme qui l a touche" (tout oomme l a Salome de Gustave Moreau dec r l t e dans A r e b o u r s ) . 8 2 Ce personnage que peint Bops, d i t Huysmans, est un Stre tres l o i n des sujets de l ' a r t materialist© et bourgeois, qui ne sont que "des hysteriques mangees par leurs ovalres ou l e s nympho-manes dont l e cerveau bat dans l e s regions du ventre". Huysmans, en fa i s a n t l'eloge de Rops dans Certains, et de Moreau dans A rebours. reVele son obsession paranofde de l a femme et du sexe; i l conclut que Rops c i l e b r e non l a femme parislenne, co:ntemporalne et commune, mais, au contraire, 11 crte un modele qui represente l e "spirltualisme de l a Luxure qu'est l e Satanisme". E l l e est, en e f f e t , " l a Femme es s e n t i e l l e et hors des temps, l a Bete veneneuse et nue, l a mercenalre des Tenebres, l a serve absolue du D i a b l e " . 8 3 Cette femme e s s e n t i e l l e met au supplies l e s "heros" 1 Jacques Maries et des Esseintes racontent leurs confrontations t e r r l f i a n t e s avec l a v i s i o n de l a femme et e r n e l l e dans leurs cauehemars erotiques, tandls que Durtal est torture par Hyacinthe, 1*incarnation v e r i t a b l e de l a "femme f a t a l e " . Jacques, pousse a s'en f u i r dans l e s reves erotiques, v o i t e c l a t e r l'image d'Esther "comme une mysterieuse f l e u r " et "maciree, douze mois durant, dans l e s aromates, baignee dans l e s h u i l e s , roulee dans l e s poudres, conduite, nue, par Egee l'eunuque, vers l a couche redemptrioe d'un peuple". Mais l e fantome de son cauchemar effroyable, est c e l u i de l a V e r i t e , "d'une beaute solennelle et tragique, a l t i e r e et douce". C'est une creature au sourlre "langoureux et barbare." a l a face pale, dont l e s yeux se detachent et rebondissent, dans une alternance de "regards azures" et de "trous cramolsis". (Notons que dans ce passage, symbolists par l a couleur, coexistent l e s deux aspects contradictoires de l a femme qui t l r a i l l e n t Huysmans t l e bleu s i g n l f i e 1'aspect s p i r i t u e l et materael, l e rouge, l a nature sensuelle, sexuelle, pour tout dire.) La v i s i o n se transforme en "guenlpe sordide" aux yeux l i q u i d e s , au nez sans racine et eerase au bout, et " l a gueule gachee et o a r l t e " . E l l e est l a " V t r i t e " , " l a grande Roulure de 1'esprit, l a Trained de l'ame" que tous ont possedee i . . . e l l e caressait chaeun sulvant son temperament, suivant ses I l l u s i o n s et ses manies, sulvant son age, s ' o f f r a i t -a sa concupiscence de certitudes. dans toutes l e s postures, sur toutes l e s faces, au choix. 0^ / i t a l i q u e s mien§7 Cette V e r i t e est l a Femme t t e r n e l l e , l e meme fantome sous forme de l a S y p h i l i s , qui s u r g l t dans l e cauchemar de des Esseintesj l u i , apres avoir gulgne l e s tableaux de Salome comme l n c l t a t l o n , se perd dans un reve, et subit une sensation d'horreur p a r e i l l e a c e l l e de Jacques. La f i g u r e a des yeux tgalement t e r r i b l e s , d'un bleu c l a i r i e l l e a l e s boutons autour de l a bouche, l e s bras de squelette, et l e s cuisses decharnees c'est, se d i t - i l , 1'image de l a "Grande Verole". Une autre a p p a r i t i o n l ' a p p e l l e d'une voix toute basse, et, Incapable de l u i r e s l s t e r , 11 est sur l e point de f r o l e r "avec son corps l a hideuse biessure* de l a "Fleur" — et i l se r e v e i l l e . Meme s i Durtal n'a pas de reves erotiques, i l se rattache a l'exemple v e r i t a b l e de chair et d'os de l a femme etern e l l e t e l l e est une femme satanique, q u i , dirt Mario Praz dans son etude i n t l t u l e e The Neurotic In Literature t " . . . i n moments of c r i s i s has sulphur eyes, the mouth of a vampire, an i r o n w i l l . " 8 - * En l a i s s a n t vaguer ses pensees, en revant de l a femme cr u e l l e et t t e r n e l l e , l a f l e u r sur-humaine, l a bSte monstrueuse; et en songeant a "de "joies inexplorees et supernelles", aux "sensations surhumalnes", a "d'impossibles baisers", a un "elan vers l ' l n f o r m u l t " , 8 ^ ou un "elan hors du monde",87 ou bien aux "parfums nouveaux, des f l e u r s plus larges, des p l a i s l r s ineprouves", Huysmans se dlvague dans l e s regions de l a Luxure, jusqu'au "bout du d e l i r e orgiaque". 8? Ce q u ' i l veut, ce n'est pas l'acte physique i on l ' a vu qui tente de l ' e v i t e r des ses debuts de confessions l l t t i r a i r e s en I876. C'est p l u t o t un amour impossible, sans aucune consommation qu'est son Ideal. Des Esseintes admire l e s amants de P 0 8 avec leurs "amours chastes, atriennes, ou l e s sens n'existaient pas, ou l a ce r v e l l e s o l i t a i r e s ' t r i g e a l t , sans correspondre a des organes qui, s ' l l s e x i s t a l e n t , demeuraient a jamais glaces et vierges " , 9 0 e t Durtal, l u i aussi, avoue son approbation de l a meme sorte d'amour insexuel s II n'y a que ces amours r t e l l e s et intangibles, ces amours f a i t e s de melancolies elolgnees et de regrets qui valent! Et puis i l n'y a pas de chairs la-dedans, pas de l e v a i n d'ordures l " * 1 Pendant sa soi-disant "periode decadente", J.-K. Huysmans s'est enfin rendu compte que l a soluti o n a son probleme d'une psychologie complexe, ne se trouvera pas dans l' a c t e charnel j 11 comprend enfin qu'une amante ne f a i t qu'aggraver son ennui, et l a v e r i t e se f a i t jour dans son espdt qu'une a f f e c t i o n chaste, d'un amour s p i r l t u e l est l a seule s o l u t i o n possible. S'aimer de l o i n et sans espoir, ne jamais s'appartenlr, rever chastement a de pales appas, a d'Impossibles baisers, a des caresses i t e i n t e s sur des fronts oublies de mortes, ah! c'est quelque chose comme un egarement d e l i c i e u x et sans r e t o u r l Tout l e reste est ignoble ou vide.92 Ce q u ' i l iprouve est "un sincere dtgout des Joies sensuelles" et ce qui l ' i n t t r e s s e , remarque-t-il dans Certains, c'est 1*esprit de Luxure qui comporte "sans d t s l r s corporels", des I d t e s trotiques i s o l t e s , sans correspondance m a t t r i e l l e , 93 sans besoln,d*une suite animale qui l e s apaise." Le mot f i n a l sur l'horreur, l e dtgout, et l a crainte de Huysmans a propos de l a question corporelle est prononot dans La-bas t ...en somme, tout, i c i - b a s , aboutit a l'a c t e que tu /purtal7 reprouves. Le coeur qui est rtputt l a p a r t i e noble de l'homme a l a meme forme que l e penis qui en est, soi-dlsant, l a p a r t i e v i l e ; c'est tres symbolique, car tout amour de coeur f i n i t par l'organe qui l u i ressemble. L'imagination humaine l o r s q u ' e l l e se mele d'animer des etres d ' a r t l f i c e en est reduite a reproduire l e s mouvements des animaux qui se propagent.9^ Et comme s ' i l pense que l'on considerera ses oeuvres, comme i l a lui-meme designe Marihfi., une sorte de "repoussoir a l'honnetete", Huysmans ajoute dans Certains que " c e l u i qui cede aux abois lubriques n'est guere en etat de l e s traduire sur un papier ou sur un t o i l e . . . . " Au fond, d i t - i l , " i l n'y a de rtellement obscenes que l e s gens chastes" dont l a solitude et l a continence font naltre des "penstes l i b e r t i n e s affreuses"; et pour cette raison, 11 est vralsemblable que "1*artiste qui t r a i t e violemment l e s sujets chamel6, est, pour une raison ou une autre, un homme chaste."95 On v o i t Huysmans examiner son probleme de l ' e s p r i t contre l e corps dans A rebours et La-bas. oeuvres "dicadentes", 4 8 , 1 8 Certains, un r e c u e l l de ses c r i t i q u e s d'art, et meme dans En rade, quoique " l e dernier roman de Huysmans ou 1*influence du naturalisme p e r s i s t s , a f f a i b l i e , combattue, mais manifeste encore", selon Lucien Descaves. 9^ En somme, J o r i s - K a r l t r a i t e l a question de "l'trethlsme" de sa "c e r v e l l e " qui l e torture et s'oppose a l a "convoitise authentique" inexlstente. II a t t a i n t l e divorce p a r f a l t entre l e corps et l e coeur pendant sa l i a i s o n avec Hyacinthet l e divorce semble etre l e r e s u l t a t de ses l i a i s o n s anterieures qui tuent en l u i tout espoir d'une a f f e c t i o n sentlmentale i i l a cherche l a fusion de 1*affection maternelle avec l a s a t i s f a c t i o n physique, dans ses r e l a t i o n s avec "miss Urania" et : avec l a ventriloque. Ges deux femmes l'ont carrement rejete et t r a h i , sur l e s deux plans — physique et maternel. Mais J o r i s - K a r l cherche toujours a tatons une s o l l i e i t a t i o n maternelle depourvue de l a menace de l a puericulture$ i l l u i faut une femme asexuee, peut-Stre comme l e s Morella et l e s L i g e i a de Po8, l e s femmes aux "poitrines garconnieres et inertes d'anges" qui sont, pour a i n s i d i r e , "insexuelles"7'» ou bien l a maman Carhaix, (La-bas) une v i e i l l e bonne femme, qui ne demande autre que l e p r i v i l e g e d ' t t a b l i r l'harmonle domestique, de pourvolr aux p l a i s i r s de son marl et d'appro-visionner ses connalssances. Tout comme l a grasse Melie (En menage), l a Carhaix est "joyeuse de retrouver ses anciens convives" et d'apporter " l a soupe grasse"; e l l e ne menace l e s hommes n i intellectuellement t — Moi, jeta l a femme de Carhaix qui p r l t conge de ses hotes et s ' a l l a coucher, je suis bien s a t i s f a i t e de ne pas etre mSlie a toutes ces aventures qui me font peur et de pouvoir p r i e r et v i v r e en paix. n i sexuellement, car e l l e est agee, et t . . . l a v e r i t e , c'est qu'elle est tlimte jusqu'a l a corde; e l l e a monti trop d'escaliers, dans sa v i e , l a pauvre femmeJ Durtal songe brievement, en e f f e t , combien 11 s e r a i t agreable de " s ? i n s t a l l e r i c i " , en amenageant dans l a chambre "un sejour balsamlque et d o u i l l e t , un havre tiede", car i l se sent vraiment "detendu" par "cette atmosphere l e n i t i v e que degageaient Carhaix et cette brave femme, au visage debile mais ouvert, aux yeux apitoyes et francs." Mais peu apres, i l se prend a sourire "de l a naivete de son r e v e " . 9 8 On peut degager quand meme dans l a description de Mme Carhaix une espece de p l a i s l r sadique a l a penste que l a femme maternelle sublt sa dechtance physique ( on se rappelle l a jo i e patente de Huysmans a d t c r i r e l a decheance des prostituees dans l e s ouvrages "naturalistes") et qu'elle se s a c r i f i e pour l e marl i en e f f e t , sa v i e est un martyre, car ce sont l e s e s c a l i e r s de i i t o u r qui l u i cause du mai — l a tour des cloches qui constitue l a v e r i t a b l e v i e de son homme. L'element sadique d'un p l a i s l r evoque par l e s descriptions de l a dtchtance physique feminine rtapparalt dans En rade bu Jacques remarque que les femmes du pays sont "affreuses" pulsqu'elles sont sans seins, et a vingt ans, "fanies" et "fagottes t e l l e s que des souil l o n s " . "Credleu! quels lalderons!" s'exclame Jacques. Meme l e s pe t i t e s f l l l e s de 6 ans sont en avance sur l e u r age; e l l e s oit des " t r a i t s accuses et l ' a i r vieux", et typiquement, J o r i s - K a r l l e s appelle "ces pe t i t e s s l n g e s s e s " . 9 9 Les tendances au sadisme sont indtniables chez des Esseintesi ses reactions sont p a r e l l l e s a c e l l e s de Folantin, car des Esseintes, faute de s a t i s f a c t i o n , s'amuse a donner des oeillades aux gravures de supplices de Luyken ou aux esquisses brutales de Goya. II se r e j o u i t sadiquement a p e r v e r t l r l a vertu et a f a i r e du mal a a u t r u i . En e f f e t , comme l e remarque A. E. Carter, 11 y a chez des Esseintes, "The dandy's l u s t f o r domination" qui "appears with r e f i n e d viclousness . . . . 1 , 1 0 0 i l veut creer un criminel du p e t i t innocent Augusts Langlols, 11 aide son "ami" a achever sesprojets de mariage simplement parce q u ' i l y preVoit dtsastre et miseres, et 11 oblige ses maltresses a jouer certains roles et a obelr a ses t d l t s sensuels. Enfin, 11 y a 1*exemple du sadisme outre de des Esseintes envers l e s femmes dans sa chambre rose. II prend sa revanche sur l e corps des f i l l e s pour son enfance malheureuse, et sa mere dont i l garde des souvenirs dtdaigneux. Des Esseintes, en recevant ces f i l l e s chez l u i , se souvient des "maux passes" et aux "ennuis dtfunts"? 11 evoque l a "haine" et l e mepris de son enfance aussi bien que "toutes l e s s o i r t e s eontraintes et muettes chez sa mere, tout 1'abandon d'une jeunesse souffrante et r e f o u l t e " . Ces souvenirs se bousculent devant l u i , tandis q u ' i l caresse "machinalement" l a f i l l e quelconque, et a ce moment-la, un tumulte se leve en son ame t ...un besoin de vengeance des t r i s t e s s e s endurees, une rage de s a l i r par des turpitudes des souvenirs de f a m i l l e , un d t s i r furleux de panteler sur des coussins de chair, d'epuiser jusqu'a leurs dernieres gouttes, l e s plus vehementes et l e s plus acres des f o l l e s c h a r n e l l e s . 1 0 C'est l a f i l l e en "victime r t p a r a t r i c e " que l'on revo l t ; l a f i l l e qui pale l e f o r f a i t d'un souvenir de trahlson maternelle chez des Esseintes/Huysmans, car cette mere se t a i l l e parfaitement au modfele de l a "mere absente" des romans a n t i r i e u r s . Durtal, cependant, et l e s autres "Durtal* autobiographiques qui survlennent apres (sauf c e l u i d'En route), est un etre sans l i e n s famlliaux; J o r i s - K a r l a peut-etre reussi e nfin a l e s exerciser, ou au moins a l e s re f o u l e r apres 1884, grace a ses maintes expressions l l t t e r a i r e s de l a mere l n f i d e l e et insoucleuse, et l e s enfants delaisses. Ces f l l l e s reparatrices de des Esseintes sont l'exemple l e plus e x p l i c i t e du sadisme l a t e n t et de l a revendicatlon active contre l a femme qui doit payer l e s souvenirs desagriables a Huysmans. En regardant l e sadisme de "Durtal", on doit admettre que c'est vraiment l e cas l e plus c l a i r . II e c r i t un tome sur G i l l e s de Hals, 1 0 2 monstre moyenageux et " s a d i s t i c pedophile" par excellence qui passe presque toute sa v i e a . i n f l i g e r des tortures i n d i c l b l e s sur l e s enfants et a commettre des assassinats lnnombrables. Le pendule " n a t u r a l i s t e " a oscille* entre l a prostituee (le corps) et 1'epouse/mere ( l ' e s p r i t ) , mais, a l a f i n de cette periode l i t t e r a i r e de Huysmans, 11 reste entre l e s deux, dans l e neant. Ce pendule, a l'tpoque "decadente*' de l a c a r r l e r e l i t t e r a i r e de J o r i s - K a r l , demarre de nouveau et s'elance dans l a d i r e c t i o n du "corps" avec un mouvement s i abrupte, q u ' i l revient avec un choc au cote de "1'esprit" et s'y coince. A ce moment, J.-K. Huysmans se rend compte du f a i t que ses besoins sont i n f i n i s et ses capacites physiques pour l e s s a t i s f a i r e sont bornees. Que l a question sexuelle hante Huysmans, i l n'y a pas de doute i dans La-bas qui t r a i t e oensement l e probleme du satanisme francais au XLXe s i e c l e , l'auteur commence et termine son l i v r e sur une note bizarrement personnelle. II d i t au dtbut q u ' i l se sent "peu soucieux des ebats charnels" et f i n i t sur une note qui sonne desesperee et sourde « Autrefois, quand j ' t t a i s jeune et ardent, l e s femmes s i f i c h a i e n t de moii maintenant que je suis r a s s i s j c'est moi qui me f i c h e d ' e l l e s . C'est l e v r a i r o l e , c e l u i - l a , mon vieux, d i t - i l a son c h a t . . . . 1 0 3 Hassis du sexe peut-etre, mais toujours a s s o l f f e d 'affection maternelle, Huysmans doit attendre a ce que l e pendule se degage pour determiner ou i l restera enfin, dans l e s oeuvres de l a "troisieme periode", de 1892 a 190?. NOTES 1Mario Praz, The Romantic Agony, trans. Angus Davidson (New Yorkt"Herldlah B6oks, '1956), p. v i i . 2 P i e r r e Moreau, "Preface," a L'OEuvre de Pierre  L o t l et 1 'Esprit "Fin de S i e c l e " (Parist MzeT, 1955), p. 6. ^Holbrook Jackson, The Eighteen Nineties. 2e ed. (New Yorki Capricorn Books, 1966), p. VT. k K a r l Beckson, i d . , Aesthetes and Decadents (New Yorkt Vintage Books, 1966), p. xxv. 5A. E. Garter, The Idea of Decadence i n French  L i t e r a t u r e . l830-1900^or3nTo7~Universlty 5T Toronto Press, 195«), PP. 90, 4-5. 6K. G. Millward, L'OEuvre de Pierre L o t l et 1 'Esprit  "Fin de S i e c l e " ( P a r i s i Nizet, 1955), P. 2.W. ^Havelock E l l i s , "Introduction" a Against the Grain  (A Rebours) (New Yorki The Modern Library, 1930), p. 18. 8Havelock E l l i s , "Introduction," p. 17. 9 j . - K . Huysmans, La-bas (2 vols.? P a r i s i Cres, 1930), I, 11, 33, 12. 1 0J.-K. Huysmans, "Preface d'A Rebours." dans En Marge, i d . Lucien Descaves (Parlsi Marcelle Lesage, 1927), pp. 125-26. 11 Arthur Symons, "The Decadent Movement In L i t e r a t u r e , " dans Aesthetes and Decadents. ed. Karl Beckson (New Yorki Vintage Books, 1966), p. 148. 1 2 A r t h u r Symons, "The Decadent Movement i n L i t e r a t u r e , " P. 147. ^ E n rade parut d'abord en f e u i l l e t o n s entre l e s mois de novembre, 1886 et a v r i l , 1887, dans La Revue Independantei directeur. Edouard Dujardln et redacteur en chef, F e l i x Feneon. Au printemps, 1887, l e l i v r e est mis en vente par Stock. l k j , - K . Huysmans, En rade (P a r i s i Cres, 1929), p. 189. 15j.-K. Huysmans, A rebours (P a r i s i Cres, 1929), p. 313. ^Huysmans, La-bas, I, 178. 17Huysmans, A rebours. pp. 147-48. l8Huysmans, En rade. p. 50. ^Huysmans, En rade. pp. 50-51. 20Huysmans, A rebours. pp. 9^-95. 21Huysmans, A rebours, pp. 96-97. 22Huysmans, A rebours. p. 14?. ^Huysmans, En rade. pp. 101, 99, 106-107. ^Huysmans, La-bas. I. 46. ^Huysmans, La-bas. II, 20-21. 2 6 A l b e r t Mordell, The Erotic Motive in Literature. 2e 6d. (New Yorkt Collier Books, 1962), p.--121. 27Huysmans, La-bas. II, 56. 28Huysmans, A rebours, p. 36. 29Huysmans, En rade. p. 118. 3°Huysmans, A rebours. pp. 326-27. 31Huysmans, En rade. p. 118. 32Huysmans, A rebours, pp. 103-105* 33Huysmans, A rebours. p. 254. ^Huysmans, A rebours. pp. 257-58. -^Huysmans, A rebours. pp. 255-56. ^Huysmans, A rebours. p. 257. 37Huysmans, La-bas, I, 201. 38Huysmans, Certains (Parlst Cres, 1929), P. 78. 39A. E. Carter, The Idea of Decadence in French  Literature, 1830-1900 (Torontot University of Toronto Press, 1958), p. 132. Huysmans, Certains, pp. 21-23. 4 1 Huysmans, Certains. p. 25. U4? On se rappelle l a chanteuse dans Les Soeurs Vatard qui n'avait que "quatre gestes", d i e r l t s Joyeusement (ou dans l a mesure que Huysmans s a l t etre gai) par l'auteur. ^•%uysmans, A rebours. p. 262. 44 * n Huysmans, La-bas. I, 108. 45 Huysmans, Certains. p. 23. ^Huysmans, En rade. p. 158. ^7Huysmans, A rebours. p. 262. 48 Huysmans, A rebours. p. 158. ^Huysmans, La-bas. I, 200. 5°Huysmans, La-bas, I, l 4 l . ^Huysmans, En rade. pp. 127-28. -*2Huysmans, La-bas. I, l 4 l . ^^Holbrook Jackson, The Eighteen Nineties, 2e i d . (New Yorkt Capricorn Books, 1966), P« 63T ^Huysmans, La-bas. I, 150. II est lnteressant a noter que dans l e s romans " n a t u r a l i s t e s " qui ont paru de I 8 7 6 a 1882, l a question d'impuissance n'est guere i m p l i c i t e , bien que l'on puisse l e dedulre d'une certaine hantlse et crainte de l ' a c t e r a cette epoque-OLa, J o r i s - K a r l avait de 28 a 34 ans. Au moment ou 11 mentionne carrement l e mot, 11 a environ 43 ans, et se trouve a meme, p a r a i t - i l , de remplir l a prophetie penlble d'un Folantin. ^Huysmans, A rebours. pp. 10, 11-12, 18-10. -^Pierre Cogny, Le "Huysmans lntlme" de Henry Ciard et de  Jean de Caldaln (Paris.Nizet, 1957), p. 58. 57Huysmans, La-bas. I I , 51. ^Huysmans, La-bas, I, 151-52. CO ^Huysmans, A rebours, p. 109. 6oHuysmans, L&£bas, II, 48. 6huysmans, La-bas. II, 48, 95, 96. / T o Huysmans, La-bas, II, 48. ^^Marlo Praz, The Romantic Agony, trans. Angus Davidson (New Yorki Meridian Books, 1956), pp. 206, 21?, 267, 297, 313, 369. 64 • Praz, The Romantic Agony, p. 267. ^Huysmans, A rebours. pp. 11-12. ^Huysmans, A rebours. pp. 156-60. ^Huysmans, A rebours. pp. 160-64. 68Huysmans, La-bas. II, 47. 69Huysmans, La-bas. II, 48. ^°Huysmans, La-bas. I, 144, 196. ^huysmans, En rade. p. 245. ?2Huysmans, A rebours, pp. 263, 300. ^Huysmans, En rade. pp. 242, 243. 74 Huysmans, La-bas. I, 248. ^Huysmans, Certains. pp. 71-72. 76 Huysmans, La-bas. II, 52; I, 165. ''''j.-K. Huysmans, wLe Latin Mystique," dans En Marge, ed. Lucien Descaves.(Parist Marcelle Lesage, 1927)7 p. 76. 78 ' Huysmans, Certains, p. 88. "^Une l i s t e des Peres de l'Eglise aux tendances miso-gynistes, d'une maniere crlarde,Q3mporterait•'- Tertullien, Saint Augustin, Saint Jean Chrysoste, Saint Jerome. Tous ont suivi l a pensee de Saint Paul en ce qui concerne l a condamnatlon de l a femme et du sexe. Un apergu des debuts de l a misogynie chritienne se trouve dans Katharine Rogers, The Troublesome  Helpmate (Seattlei University of Washington Press, 1966), pp.3-22. 8 0Katharine M. Rogers, The Troublesome Helpmate, p. 22. 8 1A 1 ' e g a r d de l a " b o u c h e m a u v a i s e " voir A r e b o u r s , r, 4 (la m£re dTdes Esseintes); les autres . e x e m p l e s de l a s o u r i r S I n i g m a t i q u e se t r o u v e r o n t c i t e s dans l e texte de cet essai. 82Huysmans, A rebours, pp. 82-90. 8%uysmans, Certains, pp. 85, 84, 87, 88-89, 105, 106. 8i+Huysmans, En rade, pp. 59, 58, 221-25. 8 5Mario Praz, The Neurotic i n Literature (Melbourne. Melbourne University Press, 19&5), P« 1 2• 86Huysmans, La-bas, I I , 47; I, l ^ i I I . 53i I, * 8 2-87Huysmans, En rade, p. 58. 88Huysmans, A rebours, p. 163-89Huysmans, Certains. p. 70. 9°Huysmans, 4 rebours, p. 290. 91Huysmans, La-bas, I I , 52. 92Huysmans, La-bas, I I , 53* 93Huysmans, Certains, pp. 70-71. ^Huysmans, La-bas, I I , 56. ^Huysmans, Certains, pp. 69-70. 9 6Lucien Descaves, "Note" a En rade (Paris. Cres, 1929), P. 2 7 5 . 97Huysmans, A rebours, p. 290. 98Huysmans, La-bas. I I , 176, 188; I, 110, 58-59-99Huysmans, En rade, pp. 157-58. 1°°A. E. Carter, The Idea of Decadence In French Literature, 1830-1900, P« 82. 1 0 1Huysmans, A rebours. pp. 16-17. 1 0 2 C a r t e r , The Idea of Decadence i n French L i t e r a t u r e . 1830-1900. pp. 91-92. 1 0 3Huysmans, La-bas. I I , 207. CHAPITRE III LE PLAISIR DE LA DOULEUR Au moment ou l e tumulte "decadent" prend a sol une lueur cripusculaire et le XIXe siecle t i r e a sa f i n , les portes du XXe siecle s'ouvrent et revelent un phenomene au premier plan i un renouveau catholique. Ce sont, en grande p a r t i e , les art istes qui s'y lnteressent t les personnes qui se sont traines langoureusement, eheveux longs, figure maquillie, pantalons de velours, " o e i l l e t vert" dans une main et plume perverse dans l ' a u t r e — tels sont les individus q u i , d'abord et avant tout, regoivent cette v i s i o n du catholieisme a bras ouverts. Arthur Symons, en discutant l a conversion de J . - K . Huysmans, paralt expllquer p a r t l e l l e -ment l a motivation de cette procession vers l ' E g l i s e i In his escape from the world, one man chooses r e l i g i o n , and seems to find himself; another choosing love may seem also to find himself; and may not another, coming to art as to a r e l i g i o n and as to a woman, seem to find himself not less effectively? The one certainty i s that society is the enemy of man, and that formal art i s the enemy of the a r t i s t . ( . . . ) It i s to escape from material r e a l i t y into whatever form of ecstasy os our own form of s p i r i t u a l existence.1 On peut aussi considerer comme cause de cevmouvement vers l a r e l i g i o n catholique, " l a mort du scientisme,"* comme Jean Calvet disigne cette grosse deception d'une f o i mal fondee sur un melange de science, de r e l i g i o n et de meta-physique. Quand cette mixtion anodine s'avere inefficace pour guerlr l a maladie " f i n de s i e c l e " , l e s a r t i s t e s doivent chercher l e u r panacee autre part. M. Calvet trouve, toutefois, que l a f a i l l i t e du scientlsme a reussi au moins a diblayer l e chemin qui "conduit a l a f o i " de sorte que "les e s p r i t s U t e r e s du scientlsme y marchent avec f a c i l i t e " . Ce sont l e s memes esp r i t s qu'a remarquis M. Symons, mais selon 1*expression de M. Calvet, i l s constituent " l a generation des nostalgiques" ou bien " l a generation des chercheurs d*ideal", a qui "la r e a l i t e , l e s reves p r i m i t i v i s t e s et l e s I dea l s de l a science ne s u f f l s e n t pas, qui souffreht du vide q u ' i l s sentent en eux, qui entendent d'autres appels et s'orlentent vers l e s voix lnconnues."3 I I y a un autre e lement a considerer par rapport au retour g e n e r a l a l ' E g l i s e cathollque a l a f i n du s i e c l e dernierj c'est c e l u i de l ' a g i t a t i o n p o l i t i q u e et des regimes qui se modiflent assez rapldement. I I est question de l a democratic naissante (et 11 faut entendre " l e republieanisme") contre l e gouvernement f e o d a l , r o y a l , de l a France auquel l a r e l i g i o n s ' e t a i t etroltement l i e e depuis des s i e c l e s . L'Eglise a p a r t i c l p e , d i t Rene Dumesnil, "...au pouvoir p o l i t i q u e , ses chefs appartenaient presque tous a l a classe dominante (...). Le catholicisme garde alor s necessairement une empreinte profonde de l'ancien regime : 11 reste reactionnaire (...)."**. Et Jules Sageret, dans son etude de quatre "grands convertis", conclut que pour eux, de meme que pour maints autres, l ' a t t r a i t du cathollclsme se trouve dans cet element de tradition.-* Quelles que solent l e s causes, 11 est de f a i t que l e retour a l ' E g l i s e catholique est une action certaine pour plusieurs e c r i v a i n s . Parml l e s convertis f r a n c a i s , on peut compter V i l l i e r s de 1'Isle-Adam, J.-K. Euysmans, Verlaine, Barres, et Lion Bloy^ tandls que l e groupe des auteurs anglais comprend Aubrey Beardsley, Lord A l f r e d Douglas, "Michael F i e l d " , ( l e pseudonyme de Katharine Bradley et de sa niece, Edith Cooper; l e s deux se sont converties en 1907) John Gray, et enfin, L i o n e l Johnson. Tous ces nouveaux catholiques sont, selon Jean Calvet, l e s "nio-catholiques" a cause de l e u r f o i p a r t i c u l i e r e ; e l l e manque, d l t - . i l , d'une p r e c i s i o n et d' "une d i s c i p l i n e morale". I I explique que l e u r cathollclsme consiste globalement en une a f f e c t i o n pour " l ' a c c l d e n t e l " t ...dans l ' i g l i s e , a l a fleche a j o u r i e , au v i t r a i l flamboyant, aux statues du porche, aux dalmatiques rouges et a l'encens; dans l a doctrine, aux reactions de Satan, aux mysticismes exceptlonnels. aux v i s i o n s exaltees. I l s avaient neglige l ' e s s e n t i e l , sulvre J i s u s - C h r i s t au Calvaire et a l ' a u t e l . I l s sus-c i t e r e n t de grandes esperanoes et i l s en r e a l i s e r e n t au moins une, en dmposant a l a l i t t e r a t u r e l e vooabulaire r e l i g i e u x qu'elle.avait desappris et en exorcisant l'imaginatlon de l ' a r t i s t e de son f a t r a s scientlfique.7 II est incontestable que l e s dernieres oeuvres de Euysmans sont d'Inspiration catholique; 11 y raconte sa l u t t e contre l e servage de l a chair et sa conversion. C'est l a l e sujet d'En route (1895). Dans La Cathedrale (1898), J o r i s - K a r l parle d'un sejour prolonge ( q u ' i l n'a jamais f a i t — i l n'y a f a i t que plusieurs voyages de courte duree) dans l a Beauoe o i 11 ttudle l e symbolisme d e t a i l l i de l a cathidrale de Chartres. Salnte Lydwlne de Schiedam (1901), oeuvre hagiographique, enumere l e s p l a i e s gangrt-neuses qui l ' a f f l l g e n t , et l e s miracles qu'effectue cette sainte pendant sa v i e de victime reparatrice. Un r e c u e i l de ses morceaux de journal s u i t i De Tout (19G2) ou Huysmans t c r l t sur certaines saintes et quelques peintures r e l i g l e u s e s de l a N a t i v i t e au Louvre, parmi d'autres sujets. Son journal de l a vie monastique se v o i t dans L'Oblat (1903), et ses impressions de plusieurs oeuvres d'art q u ' i l a vues pendant un voyage en Allemagne est l e sujet de Trois P r i m i t i f s (1905). Son dernier l i v r e , Les Foules de Lourdes (1906) pretend mettre a nu l e s deux faces de cet endroit de maladies et de miracles; comme l'explique Huysmaas lui-meme t J ' a i voulu montrer un Lourdes exact, en reveler aussi bien l e s v i l a l n s que l e s tres beaux cotes; f a i r e j u s t i c e enfin des Imputations d i r l g t e s par Zola contre l e s Peres de l a grotte et contre 1*authenticity des miracles." Ce qui est l e plus frappant dans ses oeuvres de l a '•troisieme periode", cependant, ce n'est n i 1'authenticity n i l a s i n c e r i t e de l a f o i cathollque que professe l'auteur, c'est 1'incorporation dans l a r e l i g i o n d'une misogynie fone!ere qui se mue en tendances sadlques. On peut meme conclure que deux elements — ses deceptions amoureuses anterieures et sa quete d'une a f f e c t i o n matemelle et lncorporelle constamment dejouie — aboutissent en une i n s a t i s f a c t i o n chronique et un degout i r r e p r e s s i b l e devant l a femme. II se peut que sa rancoeur contre l a femme en mere deloyale et l a femme en amante perfide engendrent son intbranlable pessimisms en face de l a v i e t e r r e s t r e , et explique, et son appel a l ' E g l i s e , et l a nature evldemment misogyne de sa f o i . Certes, l e temperament d i f f i c i l e , intranslgesnt, et revendicatlf de J o r i s - K a r l est un tltment important dans ses "oeuvres catholiques", mais l a v e r i t a b l e quintessence de ces l i v r e s est l a misogynie sadique. Avouer explicitement, comme l e f a i t Henry Brandreth (aussi bien que l a plupart des c r i t i q u e s huysmanslens) que son attitude pessimiste envers l a femme, "...bolstered up as i t was by Schopenhauer, appears i n a l l the novels u n t i l the conversion," c'est mai interpreter l a force motrice de l a v i e et de l a ca r r i e r e l l t t e r a i r e de J.-K. Huysmans. Qu'il s o i t eplucheur, on ne saurait l e nler? q u ' i l preche dans l e s "parties l e s plus diaboliques en apparence" pour "ramener dans l e bon chemln l e s ames e*gar£es", comme l e d i t Andre" Dinar, v o l l a qui est moins sur. M. Dinar continue d'une maniere en apparence contradictolre, mais qui s'approohe nianmoins de l a v e r i t e , en disant que t ...Huysmans est a l a f o i s un a r t i s t e qui a besoin de se l i b e r e r et un Chretien qui veut se convalncre lui-meme t 11 s'emploie a ces deux f i n s , de son premier a son dernier l i v r e . 1 0 Mais, comme nous espirons l e demontrer, cet analyse de M. Dinar ne va pas suffisamment l o i n i Huysmans n'est seulement pas un " a r t i s t e " qui tente de "se l l b e r e r " ; c'est aussi un homme qui lnconsciemment s'efforce de se l l b i r e r de l a hantise de l a femme, d'exorciser l a malediction de son existence a travers l e seul intermediaire q u ' i l eon-naisse — l a l i t t e r a t u r e . Dans l e s l i v r e s "catholiques" (En,route. La Cathedrale. Salnte Lydwlne de Schiedam. De Tout. L'Oblat. Trois P r i m i t i f s et Les Foules de Lourdes), on v o i t revenir l e s themes obsedants des oeuvres " n a t u r a l i s t e s " et "dicadentes". D'abord, 11 y a l e degout de l a femme et de l a chair encombrante et l a constatatlon du p l a l s l r i l l u s o i r e de l ' a c t e physique; on re v o l t l e manque de s a t i s f a c t i o n qui amene l e s manifestations de sadisme; l a nature rassurante de tendresses maternelles est soulignee; et, flnalement, i l donne une d e f i n i t i o n a tatons de l'amour i d i a l qui l u i conviendrait, p e n s e - t - i l , et auquel 11 aspire. Dans ses "oeuvres catholiques", et en p a r t l c u l l e r , eans En route, Huysmans a une conscience atroce de l a presence des Instances charnelles, et par suite de ses crises, i l maudlt l a femme corporelle qui s'Impose a sa vue et a sa ce r v e l l e . II est obsede du d i s l r de se debarrasser de ses chairs "encombrantes" et, tout comme auparavant, 11 t i e n t une conception nette que ses desirs physiques ne sont que l e s echauffements dans l'ordre c i r i b r a l — et i l se h o r r i p l l e . L'auteur parle ouvertement de son "irethlsme c e r i b r a l e " dans En route i l'abbe Gevresin l u i d i t que Euysmans a franchi 1'age ou l ' e v e i l des sens et l e s enflevrements de l a chair doivent s u s c i t e r l e s tentations, et q u ' i l est au stade ou t ...ce sont l e s pensies lubriques qui se presentent d'abord a 1'imagination, avant que les sens ne t r e s s a i l l e n t . II s ' a g i r a i t done de combattre moins votre corps endormi que votre ame qui l e stimule et l e t r o u b l e . 1 1 J o r i s - K a r l , en notant que ses i n c l l n a i s o n s aux "ordures" sont plus f o r t e s , plus frequentes, et "plus tenaces", essale de se convaincre q u ' i l est "sufflsamment use par vingt ans de noce pour n*avoir plus de besolns charnels", et 1 1 avoue q u ' i l l u i faut cependant ordonner a sa "miserable 12 c e r v e l l e de se t a i r e . " Dans encore un des passages d ' i n t e l l e c t u a l l s a t l o n qui ensemencent ses oeuvres, Huysmans se p l a i n t de sa "dyspepsie d'ame", qui ne digere plus l e s p l a t s coutumiers et qui exige "pour se n o u r r i r des ravigotes de songeries, des salaisons d'idees....". Agace par sa faim b i z a r r e , l'auteur conclut que i ...ce s e r a i t done cette inappitence des repas sains qui au^ait engendre cette convoitise de mets baroques, cet i d e a l trouble, cette envie de s'echapper hors de moi, de f r a n c h i r , ne fut-ce que pendant une seconde, ces l i s i e r e s tolerees des s e n s . l 3 II est vraiment torture" pas l a salacite" de ses pensies et par l e "servage des ch a i r s " t 1 1 crache son degout d'avoir a payer "1'impot des sens" et tente de reculer de l e u r "fumage infamant" qui f a i t de son ame "un seau d'ordures". 1 M' Huysmans admet franchement q u ' i l desire une projec t i o n " l o i n de son corps", une evasion "de sa ge*ole" c h a r n e l l e 1 ^ qui l'emmene a commettre l e s "porcherles" i Pere, J'ai chasse l e s pourceaux de mon etre, mais i l s m'ont pie tine et couvert de purln et l'e t a b l e meme est en ruine. Ayez p i t l e , je reviens de s i l o i n ! f a i t e s misericorde, Seigneur, au porcher sans p l a c e ! . . . . 1 0 Huysmans ne peut que maudire "1'ignominie" de son 17 existence et Jurer "d'etouffer ses emois charnels", mais, en subissant l e s .penstes l i b i d i n e u s e s , ou en ne voyant autour de l u i que des l n c l t a t i o n s l a s c i v e s , 11 s'en prend toujours a l a femme, et par l a suite, i l s'attaque constamment a l a femme physique. Degout© par l ' a t t r a c t i o n qu'exerce l a femme sur l u i , J o r i s - K a r l , tout comme dans l e s l i v r e s precedents, montre une attitude ambivalente envers 1'espece feminine. Dans La Cathedrale. i l note l e cSte" " r i d i c u l e " et "odieux" des "vices* qui "assiegent" l e s hommes,18 tandis que dans En route, une ancienne maitresse, Florence, trempee dans l ' i n c e s t e et l a p r o s t i t u t i o n des sa Jeunesse, 1 9 i e met au supplice a l a pensie de son h a b l l i t e orduribre — et i l d o l t admettre que ces memes vices "odieux" sont en meme temps, i r r e s i s t i b l e s . Huysmans evoque ses "aberrations" et bien q u ' i l l a meprlse et l'execre, " l a demence de ses impostures" l e rend "fou"j c'est que meme l e souvenir de ses obscenites l e f a it devenir bouc contre son gre, car e l l e est un gourmet de l a sensuallte, et aucune f i l l e "ne savait appreter d'aussl dellcieuses immondices, oonditlonner d'aussi t e r r l b l e s p l a t s . " 2 0 La meme combinaison de p l a l s i r et de honte provenant de l a degradation charnelle est evldente dans sa v i s i o n obsedante d'une autre f i l l e » II se r e b l f f a , degoute, voulut repousser l'assaut de ces hontes et e l l e s persisterent. Une femme, dont l e s perversions 1'affolaient, r e v l n t l e trouver l a . II r e v i t sous l e s chemisettes de dentelles et de sole, r e n f l e r l e s chairs; ses mains tremblerent et, fieVreusement, e l l e s ouvrlrent l e s abjeates et le s d i l l c l e u s e s cassolettes de cette f i l l e . Huysmans s'obstlne a d i n i g r e r l a beaute " i l l u s o i r e " de l a femme; ses "oeuvres catholiques" foisonnent de descriptions animalieres et des pelntures de l' o b e s i t e . Employant souvent des comparaisons animalieres, 11 se moque des tentatlves des femmes de f a i r e quoi que ce s o i t . Huysmans Indique, par exemple J ...une troupe de Jeunes et V i e l l l e s oies qui dans une musique ae f o i r e f a i s a l e n t tourner l a Vierge sur ses l i t a n i e s oomme sur des chevaux de bois.22 ou bien i l remarque une jeune sacr l s t a i n e qui l u i semble "s'envoler comme une grande chauve-sourls". 2^ Mme Mesurat, l a femme de menage de Durtal (La Cathedrale) est une "grosse mouehe" 2 k; l e s paysannes a l ' e g l i s e dans L'Oblat ouvrent l e s bouches "en valves d ' h u i t r e s , " 2 ^ e t une moniale clottree (En route) est une "bSte de charge", un "cheval" et un "mulet". 2 6 En sua de ses comparalsons anlmalleres, Huysmans esquisse l e s reproductions de femmes corporellement l a i d e s . Les deux femmes de manage, Mme Mesurat et Mme Vergognat (L'Oblat) sont des guenons; c e l l e - c i a " l ' o e i l p orcin et des p o l l s de brosse, poivre et s e l , plantes sous un nez cu l t ; l a bouche c r t n e l t e de dents couleur de r o u i l l e " est " h i l a i r e " et pourtant, l o r s q u ' e l l e se ferme, "mince et pincee"; e l l e est, somme toute, "une rempallleuse pocharde 27 et une terrlenne madree". La Mesurat est egalement depouillee de charmes physiques, de sorte que l'auteur puisse meme mettre en doute sa f e m i n l t i t E l l e i t a i t une de ces femmes auxquelles l e u r f o r t e t a i l l e et l e u r prestance masculine donneraient l e d r o i t de s ' h a b i l l e r , sans qu'on l e s remarquat, en homme. E l l e avait une tete pirlforme, des joues ?u i b a l l o t t a i e n t , dtgonflees, un nez fastueux et ombant bas, fleurant de pres une lev r e infer!eure s'avancant a i n s i qu'une console et simulant l a moue d'un i n s i s t a n t dedaln.... E l l e evoqualt, en somme, l ' i d t e absurde d'un Marlborough, solennel et f a l o t , degulse en bonne. 2 8 Dans ses l i v r e s "catholiques" Huysmans se r e j o u i t mSme plus a decrire l e s lalderons de Vierges q u ' i l v o i t dans l e s t o i l e s d'autrul, que de peindre l e s caricatures de femmes naturelles lui-meme. Ce q u ' i l veut, c'est Marie l a Mere, depossedee de son corps, toute en ame, mais ce q u ' i l v o l t l e rend acerbe » Durtal, par exemple i ...s'attendait a rencontrer des anges blonds presque impalpables, des madones flamandes, en quelque sorte ethtrees, dtbarrassees de le u r coque charnelle...avec des yeux encore c l a r i f i e s et les corps qui n'en sont plus.... 2? II tombe sur une somptuosite de chairs et un eclat de luxe qui l e f a i t s'envenlmer, parce q u ' i l s aneantissent son I l l u s i o n . II prend de l a vengeance en decrivant ces representations de Notre-Dame oomme s i e l l e s etaient l e s p o r t r a i t s de trayeuses. La Vierge de Stephane Lochner se v o i t "rousse, a tete ronde" et "bouffie, redondante, maffluej e l l e a v a i t un cou de genlsse et des chairs en creme, en t o t - f a l t , qui tremble quand on y touche." En e f f e t , d i t Huysmans t Cette Vierge commune et tassie n ' e t a i t qu'une bonne allemande bien vetue et honnetement camped, mais jamais e l l e n'avalt ete" l a Mere extasiee d'un Dieu . 3 0 Une autre Madone est douee, selon J o r i s - K a r l , "d'intention fade, pourlechee, d'une Jollesse plus redolue encorej e l l e e t a i t l e triomphe du d i l i c a t et du coquet?" et e l l e possede, malheureusement, un a i r "d'une p e t i t e soubrette de theatre, avec ses cheveux ondes sur l e f r o n t . . . . " 3 1 Cette i c o l e de peinture de Cologne est, dans son opinion, " 1 'incon-tinence du capiton et du satine, l'apotheose du roublard et du bouffi"^ 2} c'est l'ecole qui s a l t presenter, sans arriere-pensee, et selon un Huysmans qui s'en d i l e c t e , l e s Vierges et l e s sainte Ursule, "au front renfle" t e l qu'un verre de ventouse, au ventre de femme enceinte, flanquee d'autres creatures, dehanche'es comme e l l e et tronant, avec des nez en pled de marmite, l e s vessies de graisse blanche" qui l e u r servent de visage.33 Aussi selon l e s impressions de J o r i s - K a r l , l a Vierge de B o t t i c e l l i est l a jumelle de l a Venus du meme a r t i s t e , une Venus aux "paupieres de p e t i t l a p i n , des paupieres roses"j Marie est, en v e r i t e , "elle-meme" i ...avec son nez mobile un peu r e t r o u s s i , sa bouche en forme de feuiUe r e p l l e e de t r e f l e , ses yeux saumatres, ses paupieres roses, ses cheveux d'or, son t e i n t de jjhlorose, son corps robuste et ses mains fortes.-*' L'oblat Durtal remarque dans "un p e t i t in-quarto" l e s Vierges de l a N a t i v i t e , "a peine puberes, milancoliques et mutines", et commente sur l a "femme mechante" qu'est l a Vierge de Claus S l u t e r i e l l e l u i semble "prSte a fouetter un eifant qui p l e u r e . " 3 5 Le Durtal de La Cathedrale f a i t l a nique devant l e s Eve de Cranach a l ' a i r de "courtisanes malgriottes et b ouffies, avec des tStes rondes a p e t i t s yeux de crevettes, £on pense aux bouches en "huitres" des paysannesj des levres modelees dans de l a pommade rosat, des selns en pommes remontees pres du cou, des jambes d i l i i e s , longues, f i n e s , avec mollets hauts et pieds a c h e v i l l e s f o r t e s , grands et p l a t s . " - ^ La statue de l a sainte Wilgeforte est repous-sante pour Huysmans, l e c r i t i q u e d'art. Dans De Tout i l confesse que cette figure i ...avec son ventre mitebrise et sa gorge n u l l e , e l l e repugne?...les t r a i t s sont r i g i d e s , l e nez est dur et l a bouche b a i l i e et s'hibete. (...) e l l e est purement humaine et l a i d e , de cette laldeur de paysanne seche et tetue dont l a physionomie ne se ditend qu'a l a pensee d'une gain.37 Les propos aceres de Huysmans de l a femme physique se muent en une c r i t i q u e mordante de sa "salete d'ame"; 11 en parle dans l e s memes termes qu'auparavant en s'ap-puyant sur sa stupldite" ("...les seules femmes vraiment i n t e l l i g e n t e s , vraiment remarquables, son, hors l e s salons, hors l e monde, a l a tete des c l o l t r e s l " 3 8 ) j e n pes a n t sur sa nature sexuelle, et en i n s i s t e n t sur son role terrestre de d t s t r u c t r i c e et de source du mai. Comme on a vu dans l a s e r i e de vignettes feminines t i r e e s de ses oeuvres " n a t u r a l i s t e s " et "decadentes"p l a salete" d'ame de l a femme est l e produit de son essence sexuelle. J o r i s - K a r l ne peut pas supporter l e son de l a femme qui chante, car de toute fagon l a voix reste feminine, partant "iinpure". ...Dieu s a l t . . . s i j'execre l a voix de l a femme dans l e l i e u saint, car e l l e Jreste quand meme impure. I l me semble que l a femme apporte toujours avec e l l e l e s miasmes permanents de ses malaises et qu'elle fasse tourner l e s psaumes. II est ce r t a i n , d i t Huysmans, q u ' i l reste dans cette voix de l a femme, une quantity de "vanlte" et de "concupiscence", et que i ...les o r i s d'adoration aupres de l'orgue ne sont que l e s o r i s de 1'instance charnelle, ses plaintes meme dans l e s hymnes l i t u r g i q u e s l e s plus sombres ne s'addressent que des levres a Dieu, car, au fond, l a femme ne pleure que l e mediocre i d e a l du p l a i s l r t e r r e s t r e qu'elle ne put atteindre. Et J o r i s - K a r l trouve infiniment juste que l ' E g l i s e a i t replete l a femme de ses o f f i c e s de sorte qu'elle ne le s contamine pas.39 La voix meme de l a moniale l u i d e p l a l t en vertu de sa "langueur"j e l l e aussi conserve, a cause de son sexe, "une tendance au roucoulement et, disons-le, souvent une certalne complaisance...." C'est que l e s c l o i t r i e r e s chantent "humalnement, en femmes" k°, et l e s autres femmes du monde, l e s "jeunes et v i e i l l e s pies" que l'on a d i j a vues, ne font qu'un gnangnan l o r s q u * e l l e s ouvrent l a bouche. On rencontre encore une f o i s (comme dans l e s oeuvres anterieures) l e s femmes traduites en animaux sexuels et insensibles, incapables d*amitie ou d'amour-sentiment. Durtal (En route) avoue que c'est un "axiome faux" que dire Un "plus on aime, plus on est aime" et l'abbe Gevresin l u i d i t q u ' i l faut "reserver votre tendresse pour l ' E g l i s e et l e s manifestations de cette tendresse pour les f i l l e s . " (Quel contraste avec l ' i d i t de saint Paul!) Ce pretre venerable continue en disant qu' " i l ne faut pas trop vous plaindrej car, voyez-vous, 1'important, c'est de n*aimer que corporellement l a femme. Quand l e C i e l vous a departi cette grace de n'Stre pas p r i s par l e s sentiments, avec un 43 peu de bonne v o l e n t i tout s'arrange." La femme incapable de tendresse reparait sous l a forme de bourgeoises qui ne s'entr'aident point t E l l e s medisent, lesent grievement l e prochain, l u i refusent toute p i t i i et toute aide et e l l e s s'en excusent a i n s i que de fautes sans consiquence \ mais manger gras, un vendredi! c'est autre chose; e l l e s sont convaincues que l e pechi qui ne se remet point est celui-la.44 L'epouse a l'ame sale se v o l t encore en femme adultere, un personnage qui revient dans chaque "periode l i t t e r a i r e " de Huysmans.k5 A cet e\gard, Durtal, dans L'Oblat, raconte l a p e t i t e " p l a i s a n t e r i e scatologique" de " l a Passion de saint Gandolphe" dont l a femme "dissolue" et adultere, l'assassine, f a i t l i t i e r e des miracles qui eclatent sur sa tombe, en disant qu'elle s'en f i c h a i t i ...comme une des choses que l'on attribue s i mal-honnetement aux nonnes, oui, une sorte de belgnet.... Et e l l e f u t immediatement punle par un chatiment approprie" aux termes memes de son mepris. Tant qu'elle v i c u t , e l l e s ' i p e r d i t en des f u l t e s sonores — et c e l a sans arret....4" Meme dans La Cathedrale on trouve une reference tordue. a l'adultere; l e l l v r e comporte une sorte de b e s t i a l r e moyenageux dont une des creatures b i z a r r e s , le porphyrion, symbolise l a "chastete"". Au sujet de cette bSte, i l apprend au l e c t e u r que « ...son o r i g i n a l l t e consiste a pleurer l'adultere et a aimer son maitre d'un t e l amour qa'il meurt de compassion sur son sein, l o r s q u ' i l s a l t que l a femme l e trompe. Aussi, ce que cette espece n'a point tarde a s'eteindre v*f II est important a noter q u ' i l s 'agit toujours d'exemples de l a femme adultere dans ses l i v r e s ; l'homme adultere ne s'y trouve jamais. Dans La C a t h e d r a le aussi, on entend p a r l e r des femmes aux "ames creuses" et "impermiables" qui bavardent au confessional comme dans un salon; e l l e s n'osent avouer l e u r adultere, cependant, au cure" du v i l l a g e qui dine chez e l l e s ; a l o r s , ces femmes p r o f i t e n t d'un passage a Paris pour **s*ouvrir a un abbe qui ne les cennait point* 1. En regie generale, lorsqu*une femme parle de son cure en de mauvais termes, lo r s q u * e l l e debute au confessional, par vous d i r e q u ' i l est...lnapte a comprendre et a guider l e s ames, vous pouvez etre sur que l*av§u du peche contre l e sixieme commandement est proche. Et Huysmans termine son r e q u i s i t o i r e par dire (dans Salnte  Lydwlne de Schiedam) que l*epoque a c t u e l l e a vraiment besoin d*une Lydwine, car, a present, '•chacun ne poursuit qu*un but i vole r son prochain et j o u i r en paix dans l*adultere ou l e divorce de ses dols.... II est indin i a b l e que J.-K. Huysmans considfere toujours l a femme comme source d*ennui, de chagrin et de mai; 11 1'accuse nettement de son miserable i t a t d*esprit et de corps, en nommant ces "complices'* feminines de ce ptchi "simiesque", " l e s agentes de ses decheances".^° A ce point de vue, l a femme est a e v i t e r , surtout au moment ou e l l e s'approche de son vingt-neuvieme annte, d l t - i l , car en ce moment-la, e l l e subit une **crise passionnelle**; mais pendant l * e t e , e l l e est plus dangeureuse encore, car l'homme do i t c o u r i r l e risque des "vetements entr'ouverts" pendant l e temps ou " l * a i r vente des trombes de calorifere**, et suscite **des ruts**; en e f f e t , l e s o l e i l ne v a i t qu*aider l e developpement du "ferment des vices**.^ 2 Huysmans i n s i s t e q u * l l importe peu ce que l'homme fasse, ou de quelque cote q u ' i l tourne avec l a femme, car i l "souffre** i l a femme est, selon l u i , **le plus puissant engin de douleur que Dieu a i t donne a l'homme."^ Toujours paranofde au point de vue de l a femme, et ambigu dans son attitude la-dessus, Huysmans lnterprete l e p o r t r a i t d'une b e l l e jeune " f l o r e n t i n e " du XVe s i e c l e comme 1'expression de " l a purete de l*lmpurete"j e l l e est, a ses yeux, une "androgyne Implacable et J o l l e " qui "stimU-le" et " a v e r t i t " , qui est "tentante mais re*servee", qui est en meme temps, " 1 * i n s t l g a t r i c e de l a luxure et 1 'annonciatrice de l ' e x p i a t i o n dee joies des sens...."5^ J o r i s - K a r l c r a i n t l a femme, et v o i c i a quoi l e ramenent ses sentiments de haine, de degout, et de crainte — 11 est toujours question de sexe i ...en e f f e t , c e l u i qui commet indument l'acte de chair est presque toujours, de son vivant puni. Pour l e s uns, ce sont des batards a elever, des^ femmes infirmes, de bas concubinages, des car r l e r e s brisees,d'abomlnables duperies de l a part de c e l l e s q u ' l i s aiment.55 On entend Huysmans haranguer contre l e mariage et l e s enfants. Dans L'Oblat i l f a i t Dom de Ponneuve se representer l a v i e la*.que qui consiste en une necessite de "gagner ma v i e , payer mon terme, elever des enfants s i je m'etais marie, soigner peut-Stre une femme malade....". En se fais a n t pretre, 11 a supprime ces "tracas" et i l ignore l e s "arias de 1 'ex i s t e n c e " , ^ G'est l a meme h i s t o i r e pour l e s c l o i t r e e s » e l l e s ont toutes i v i t e un dtsagreable haras de mlseres quotidiennes; " e l l e s demeurent innocentes, l o i n de ces p e r i l s et l o i n de ces boues" qui sont l e destin de toute autre femme i Mariees a des pochards et marteles de coups; ou bien servantes dans des auberges, violees par leurs patrons, b r u t a l i s i e s par l e s autres domestiques, condamnees aux couches clandestlnes, vou|es au mepris des carrefours, aux dangers des retapes !57 Pour Huysmans, l e mariage reste l a scene grotesque dans une chambre a coucher, sulvant une ceremorle que J o r i s - K a r l essaie encore une f o i s , a dscrediter, en l a designant "les marches de Mendelssohn1* et l a "gaiete des chants" des "auteurs profanes". Se figure-? t-on — et cela se f a i t pourtant — l e cantique de l a Vierge servant a magnifier l*impatiente allegresse d'une jeune f i l l e qui attend qu*un monsieur l'entame, l e s o i r meme, apres un repas? s*imagine-t-on l e Te Deum chantant l a beatitude d*un homme qui va force r sur un l i t une femme q u ' i l epouse parce q u ' i l n'a pas decouvert d'autres moyens de l u i voler sa dot ?38 Le mariage produit presque inevitablement des momes, un accident qui a tant effraye l e s autres personnages huysman-siens dans l e s romans anterieurs; 11 n'alme toujours point l e s enfants » on v o i t l e s "hldeux mioches en soldats"; 59 Durtal (Lei Cathedrale) l e trouve extraordinaire que " l ' E g l i s e fagonne des "angelots" et s a l t l e s muer "d'ordinalres momes";^° encore une f o i s , l a vue des pet i t e s f i l l e s susclte 6l en l u i des "pensees infames", tahdis que l a pensee d'une v i e a Paris ou 11 s e r a l t entoure de "mioches" l e f a i t d i f a l l l i r . II s'imagine l e vacarme i ...de femmes s'hysterisant sur des pianos et de mioches roulant avec fracas des chaises pendant 1'apres-midl et hurlant, sans qu'on se re"solve a le s i t r a n g l e r , pendant l a nult.... 2 .Mais l e s marmots except!onnellement rebutants que Huysmans presente dans l e s oeuvres de 1892 a 1906, sont l e s bebes nains, des "youpins anemiques", des bamblns "adipeux", " v i e i l l o t s " , et " l a i d s " qui se trouvent dans l e s represen-tations de l a N a t i v i t e . Tout comme l'auteur prend de l a revanche a v e r b a l i s e r l a hldeur physique des Images de l a Sainte Vierge, l a Femme qui l u i est censement son amle intime a cette epoque-la, 11 s'amuse a de"talller l e s deformites q u ' i l v o i t chez l e p e t i t Enfant. Celui de Bianchi, par exemple, sous l a plume de J o r i s - K a r l devient **une pelote de gralsse a r t i c u l i e " j l e Nouveau-Ne de Lorenzo d i Credi est "terne et sebaci" aux joues qui se ballonnent "d'une f l u x i o n " et aux doigts "de pe t i t e s saucisses ichaudees devenues blanches". Cet Enfant "a l ' a i r d'un notalre de pygmies", tandls que l e p e t i t Messie de Perugln est un "hydrocephale a t t e i n t de p h t i s i e mesenterlque"; Celui de Gozzoll " a des touffes de choux-fleurs de chaque cote de l a tete et une houppe sur l e front",. et l e "marmot" de B e l t r a f f i c a une "saveur onctueuse et papelarde" et l ' a i r quemandeur et "grippe-sou". Les Enfants peints par l e s P r i m i t i f s allemands sont "vulgaires" t on v o i t "un p e t i t rouquln" tout humaln, ou "un mlniscule gringalet, un avorton maladif et fadasse". Un "mioche a crane de calebasse, avec un t e i n t suifeux, des yeux a f l e u r de tete, des Jones a l n s l que des aloques et pas de menton", et "un p e t i t vieux qui M g l e et qui est ratatine comme c o n f i t dans de I'aleool; 11 y a du foetus dans ce malheureuxl? — ces deux Enfants font p a r t i e de l'oeuvre de l'Ecole de Flandres. II serai t en e f f e t , d i f f i c i l e de soutenir que Huysmans ne s'egaye pas a depeindre tous ces p e t i t s "Jesus du musee" q u ' i l trouve, en somme i ...a de rares exceptions, des embryons boursoufles et mafflus, des nabots rondouillards,...presque tous ont, quelques mois apres l e u r naissance, des figures d'hommes.°> Comme on l ' a deja note, J o r i s - K a r l , des ses oeuvres "n a t u r a l i s t e s " , est incapable de conslderer l e s enfants comme autre chose qu'un produit feminin, et une manifes-tati o n de l'acte q u ' i l c r a i n t et d i t e s t e . On l'entend encore une f o i s , dans l e s l i v r e s "catholiques" vllipender l'amour et l e sexe. II constate carrement (Salnte Lydwine de Schiedam) que l'amour humain n'est qu'une "parodie" de 64 l'amour d i v i n — l e ve r i t a b l e amour; i l eonsidere l'acte un "immondice" et l e geste s i franchement "simiesque"^ q u ' i l desire rebolre "mon vomis a. pleine bouche" quand i l y cede. Huysmans se decide a "etancher l e pus ces sens" et de re f o u l e r ses convoitises et ses gouts " c a r i i s " , bien q u ' i l porte lnevitablement une " c i c a t r i c e du peche o r i g i n e l " . 0 ^ En avouant que l e mariage n'est qu'une "breve jole de corps", Huysmans repete tout ce q u ' i l a d i t plusleurs f o i s ; en c r i a n t que 1* "amour humain" n'est que "Perdre son ame pour l e p l a i s i r de proJeter un peu de boue hors de s o i , car c'est cela votre amour humalnl Quelle defence!"^ 8 11 soullgne son theme obsesslonnel qui apparait des son premier l i v r e . II d i t meme (un peu comme l a constatatlon de Durtal dans La-bas) que tous, "depuis que l e monde existe, ont eu pour tremplin l a chai r , " qui ne f a i t que permettre "a l'homme et a l a femme de s a t i s f a i r e leurs passions s o i -69 disant...." A un moment donne,Durtal, ecoeure du souvenir des "souches des anciennes luxures" decouvre q u ' i l en est hante p a r f o i s j cependant, i l examine l a question charnelle et s'etonne i ...d'avolr ete s i longtemps^la dupe de ces malpropres manigances, ne comprenant meme plus l a puissance de ces mirages, 1 ' i l l u s i o n de ces oasis charnelles. rencontrees dans l e desert d'une existence....70 Son incapacity a se creer une I l l u s i o n tenace au sujet de l a femme a s s a l l l i t Huysmans encore dans ses "oeuvres catholiques". On a vu l'auteur degarnlr l a femme de sa beaute, l a dep o u i l l e r des sentiments amoureux en l a rtduisant a un sac de corruption aux besoins charnels, et 11 a denude l e mariage de tout respect. Et son r e q u i s i t o l r e ne s'y arrete pas i ce sont l e s r e l l g i e u s e s , a cette epoque l l t -t e r a i r e , qui paient de le u r personne l e plus f o r t de son attaque. E l l e s sont toutes l e s animaux sexuels et l a i d s . On l e v o i t f a i r e l a moue devant "l e s devotes modemes avec leurs faces c o n f i t e s , l e u r remuement slmiesque des badigolnces, l e u r s malgres dolgts roulant des boulettes de chapelets, leurs funebres chapeaux et leurs robes aux teintes funestes de fonds de chemlnee et de cendre...."^ 1 Durtal, au moment ou 11 est a meme d'examiner l e s bonnes soeurs (En route) pendant une seconde, commence a grommeler que t ...sa d i s i l l u s i o n f u t d'abord complete, II se l e s f i g u r a l t pales et graves comme l a nonne q u ' i l a v a l t entrevae dans l a tribune et presque toutes etaient rouges, tachees de son, et cro l s a l e n t de pauvres dolgts boudinis et creves par l e s engelures. E l l e s avaient des visages g o n f l i s et semblaient toutes commencer ou terminer une fluxi o n ; e l l e s etaient evldemment des f i l l e s de l a campagnej et l e s novioes reconnaissables a leurs robes gr l s e s , sous l e v o i l e blanc, etaient plus vulgaires encore....' 2 Huysmans remarque que l e s nonnes sont incapables d'executer parfaitement l e chant gregorien puisque l a vanite fimlnine est omnipresente, et on s'avise d'une suggestion de l a femme maternelle i sa volx "conserve, en raison meme de son sexe, une sorte de langueur, une tendance au roucoulement" et, i l faut l'avouer, "souvent une certaine complaisance a s'entendre quand e l l e n'Ignore pas qu'on l'ecoute...."^^ Et J o r i s - K a r l veut s'assurer que meme l a nonne n'est qu'une autre femme sexuelle « e l l e subit, d i t - i l , une " c r i s e passionnelle" a. l'age de vingt-neuf ans; cette c r i s e est, selon l u i i .. . l e regret ardent, fou, de cette maternite qu'elles ignorent; l e s e n t r a l l i e s delalssees de l a femme se revoltent et s i p l e i n q u ' i l s o i t de Dieu, son coeur eelate, L'enfant Jesus qu'elles ont tant aimi l e u r apparatt a l o r s s i inaccessible et s i l o i n d ' e l l e s l Toute r e l i g i e u s e , d i t - i l , ne desire que " f a i r e , en un mot, oeuvre de mere."72* Andre Dinar f a i t une observation qui nous semble juste en remarquant que Huysmans, rechigne, r e j e t t e toute i l l u s i o n sur ce qui l'entoure t "II est cruel parce q u ' i l manque de ce pouvoir qui cree a s s e z . d ' i l l u s i o n pour rendre tolerable l e monde t e l q u ' i l est," d i t M. Dinar; 7^ mais n u l l e part ne f a i t - i l de remarque sur 1*attitude s i n g u l i e r e de Huysmans envers l a femme, a l'egard de " l ' i l l u s i o n " t car, en e f f e t , c'est e l l e qui est l a premiere et l a deraiere d i s i l l u s i o n de sa v i e , et l a cause de toutes l e s autres. "Mis a part L'Oblat et La Cathidrale, d i t M. Dinar, l'oeuvre de Huysmans constitue une b e l l e c o l l e c t i o n de monstres dont l'auteur se complalt a d e t a i n e r l e s anomalies, 76 avec un satanisme q u ' i l ne deguise meme pas." Non seulement est-oe que J o r i s - K a r l d e c r i t l e s "anomalies" des "monstres", mais aussi (et surtout, on ose ajouter) 11 s'enthouslasme sadlquement pour les descriptions des souf-franees des personnages femlnins. On a remarque l e s reactions de F o l a n t i n et de des Esseintes, craignant de commettre l'ac t e charnel, sachant q u ' i l s seront de§us — i n s a t i s f a i t s au point de vue physique et emotionnel et f r o i s s i s de l a femme — i l s s'en a l l a l e n t guigner l e s gravures de supplices. C'est exactement l a reaction de Huysmans dans l e s l i v r e s "catholiques"; ce ne sont plus l e s " f l l l e s " q u ' i l ecorche vives, ou l e s "femmes bi z a r r e s " q u ' i l deteste, comme dans l e s oeuvres " n a t u r a l i s t e s " et "dicadentes" respectivement, ce sont l e s nonnes, l e s salntes, et Notre-Dame, qui endurent l e s maux et subissent l e s tortures pittoresque-ment oampes tout l e long des oeuvres "catholiques**. Comme l e remarque Luclen Descaves, Huysmans, en matiere d'hagio-graphie, ne s*exalte que par l e s "plales nausiabondes" 7 7j 11 d e t a i l l e avec brio l e s blessures suppurantes et innom-brables. J o r i s - K a r l lui-meme joyeusement q u a l l f i e une de ses victimes ( l a sainte Lydwine) de "Cette vorace de 1'im-molation", et comme "1*lnfatlgable danafde de l a souffranee"; a. v r a i d i r e , i l presente toute femme dans l e s oeuvres a cette "epoque catholique", comme " l e vase de douleurs" qu*elle s'efforce "de remplir, sans pouvoir en atteindre l e fond...." 7 Et dans ces l i v r e s aussi, i l a r r i v e enfin a confondre difinltlvement l a douleur et l'amour i "...ces mots Douleur et Amour sont presque des synonymes...."79 Huysmans est certainement conscient de l a m u l t i p l i c i t y d'exemples de douleur et de souffranee, et i l l e s j u s t i f i e en avirant que l a douleur f a i t du bien a l'homme t "...acquittez-vous done, tandis que vous l e pouvez et ne rechignez pas a endurer cette douleur qui est seule apte a r e f r i n e r vos i n s t i n c t s de luxure, a b r i s e r votre o r g u e i l , a am o l l i r l a dureti de vos coeurs," puis i l continue a decrlre l e s souffranees fiminines. "Les machines sous pression, d i t - i l , sont munies de soupapes de suretej des recreations distendent l'ame eomprimee, permettent de deverser l e trop p l e i n , de se detendre....". Et J o r i s - K a r l pretend que n'lmporte quel victlme j o u i t de t e l l e s douleurs t pour p l a i r e a Huysmans, c'est l a femme qui d o i t avoir un corps qui puisse "vraiment sourlre, lorsque l'ame est a l a torture" et une ame qui "s'egaie a son tour, quand l e corps souffre."® 1 Ce sont, en grande p a r t i e , l e s femelles — nonnes, salntes, et l a Sainte Vierge — qui sombrent dans l e s a f f l i c t i o n s l e s plus graves dans ses l i v r e s j Huysmans semble v o u l o l r l e j u s t i f i e r en montrant que c l e s t a i n s i dans l e s oeuvres hagiographiques, dans toutes l e s vies des martyres. J o r i s - K a r l mantient que l a douleur a un ro l e d' "effroyable B i e n f a i t r l c e " , et dans ses oeuvres "catholiques", e l l e se v o i t en " s a l u t a i r e Eumenide", en " f i l l e e xpiatrice de l a Desobtissance", en "Preposee aux oeuvres divines", et en "Tortionnalre", qui i ...lasse de ne suggerer, dans sa besogne reparatrlce, que des coleres et des huees, e l l e a t t e n d i t , e l l e a u s si, avec impatience l a venue du Messie qui devait l a redimer de son abominable renom et d t t r u i r e ce stigmate execre qu'elle p o r t a i t en e l l e . Et cette Douleur s'est 6lev6e avec l a mort de Jesus au Calvaire, de sorte que sa "mission" s o i t "anoblie" i . . . e l l e e t a i t dortnavant comprehensible pour l e s Chretiens et e l l e a l l a i t Stre jusqu'a l a f i n des ages ajmee par des ames qui l a devaient appeler pour hater 1*expiation de leurs peches et de ceux des autres, l'almer en souvenir et en i n c i t a t i o n de l a Passion.du C h r i s t . 8 3 Huysmans se sert de 1*interpretation cathollque de l ' u t i l l t e de l a douleur salubre et du role fructueux de l a victime reparatrlce, comme i t a n t l a raison d'etre de sa preoccupation avec cet aspect des suppllces, de tourments, et de martyres chez l e s femmes. Apres a v o i r regarde l e s nombreux modeles de souffranee que f o u r n i t J o r i s - K a r l , 11 nous semble necessaire d'examiner de nouveau sa j u s t i f i c a -t i o n r e l i g i e u s e , et nous osons nous demander s ' i l ne l ' a pas obtenue grace a une sorte de t r l c h e r l e . Huysmans lui-meme, dans Salnte Lydwine de Schiedam, trouve q u ' i l s l e d d'observer que sur l e s 321 victimes stigmatisees "que l ' h i s t o i r e connalt, 11 y a 27 k femmes et k 7 hommes." Et 11 trouve Juste qie Dieu semble r i s e r v e r aux femmes ce role de " d i b l t r l c e s " en vertu de l e u r nature "plus passive", "plus Impressionable", et "plus f a c i l e a emouTolr", que c e l l e de l'homme. La femme done, "pas revetue du caractere sacerdotal, se tord, en silen c e , sur un l i t . " II convient aussi, d i t Huysmans, d'ajouter que i ...chez l e s vlerges, l'amour maternel r e n t r i se fond dans l a d i l e c t i o n de l'Epoux qui se dedouble pour e l l e s et devient, quand e l l e s l e d i s i r e n t , 1'Enfant; l e s allegresses de Bethleem l e u r sont plus accessibles qi'a l'homme et l'on congoit alsement alors qu'elles reagissent moins que l u i contre l'emprise divine. En depit de l e u r c6t£ v e r s a t i l e et sujet aux i l l u s i o n s , c'est done chez l e s femmes que l'Epoux recrute ses victimes de choix.... a* N'est-ce pas l a meme Femme i c i , bien que victime e x p i a t r i c e , qui hante Huysmans l e long de son oeuvre? l a femme qui v o l t dans l'homme, comme dans l e marl, l e simple moyen de s a t i s -f a i r e aux i n s t i n c t s maternels? » " . . . l e C h r i st se donne charnellement sous l e s apparences d'un pain," d i t Huysmans; "...c'est l e mariage mystique, l'unlon divine oonsommte par l a voie des levresj 11 est bien l'Epoux des femmes...."8^ Ces victimes, tout en etant l e s epouses du C h r i s t , sont 86 " l e s sosies" de l e u r Epoux, et e l l e s menent une vie admirablement dure par egard de Jesus-Christ. Durtal (En route) se complait a l a pensee que l e s nonnes restent l e s "betes de somme",87 des "betes de charge", et qu'elles se l a i s s e n t condulre comme "un cheval et un mulet". ° II est enchanti a l a vue d'une jeune s a c r i s t a i n e aux " t r a i t s maladifs et charmants, ses paupieres enfumees, ses yeux d'un bleu l a s " , et son "corps fusele par l e s p r i e r e s " , 8 9 e t s a l a vue de quelques moniales c l o i t r e e s qui ne sont qu' "une rangte de cadavres, debout, dans des suaires noires. Toutes etaient exsangues, avaient des joues blanches, des paupieres l i l a s et des bouches grises...."9° Evidemment, reprlmer ces femmes, au point de vue de l a volonte et du corps, semble a Huysmans, non seulement juste, mais aussi, charmant. Au moment ou l'auteur parle des martyres, on entre dans une v e r i t a b l e s a l l e d'horreurs sadiques a propos des salntes. II presente deux cas de mutilation chez l e s femmes qui voulaient n i e r l e u r sensual i t t et eViter *fe mariage t l a sainte Wilgeforte ( e l l e est aussi designee "sainte Debarras") et l a sainte Angradresme. Les deux desirent s ' e n l a i d i r pour decourager l e s pritendants « c e l l e - c i "avait obtenu du c i e l l a grace d'avolr...le visage ronge par une h o r r i b l e l e p r e , " tandis que c e l l e - l a s'est "metamorphosee en une sorte de monstre" androgyne aux "eheveux de femmew, au masque " p a r e i l a. un loup" couvrant l e haut de l a face, a l a "barbe de sapeur, une gorge plate et un ventre de personne 91 enceinte de plusieurs mois." II y a l e s saintes suppllciees i l a sainte Angele de Foligno qui "subit des tentations char-n e l l e s s i violentes qu'elle en est reduite a s a i s i r des charbons allumes et a cauteriser par l e feu l a p l a i e meme 92 de ses sens". On v o i t aussi l a sainte Lydwine — J o r i s - K a r l d e t a i l l e d'une fagon minutieuse ses malntes a f f l i c t i o n s absolument icoeurantes, et meme l e s vers qui p u l l u l e n t dans ses p l a i e s putrefiees sont d e c r i t s i " . . . i l s avaient l a grosseur du bout d'un fuseau et leurs corps etaient g r l s et aqueux et leurs tetes noires".93 Huysmans ajoute meme q u ' i l adoucit l e s descriptions des biographies de l a s a i n t e I I present l a sainte Marie-Marguerite des Anges qui t ...pratique l e s jeunes l e s plus farouches, l e s f l a g e l l a t i o n s l e s plus tumultueuses, se ceint l a p o i t r i n e de chaines herissees de pointes, se nourr i t de rogatons recraches sur l e s a s s i e t t e s , b o i t , pour se d i s a l t i r e r , l'eau des v a l s s e l l e s , a s i f r o i d , un hiver, que ses jambes gelent. Et, d i t Huysmans, "Son corps est une plaie...."95 Tel est aussi l e d e s t i n de l a sainte Frangoise Romaine (De Tout) qui se macere et se torture "a sa guise" i . . . l ' e t a t de sante est deplorable, mais e l l e n'en porte pas moins un double c i l i c e , se ceint l e s reins d'un cercle de f e r , ne se no u r r i t que de racines et d'herbes, se f l a g e l l e a tour de bras et e l l e verse dans ses p l a i e s qui saignent de l a c i r e fondue et l e s enflamme.... Cette sainte "eprouve l e s douleurs de l a Passion", note 96 s implement J o r i s - K a r l . ' On peut "tiquer" avec justesse, en approfondissant l a question des sentiments huysmansiens envers l a Sainte Vieigej c'est que Huysmans est obsede exclusivement par Notre-Dame des Douleurs /C'est moi qui soulignej.7. Dans La Cathedrale, Durtal signale que ce sont l e s "ames mystiques" que c e l l e s "eprises de l a douleur...aimant a revivre l e s souffrances de l a Passion, a suivre dans son deehirant chemin de croix, l a Mere. La, E l l e est moins a t t i r a n t e pour l e vulgaire qui n'aime n i l a t r i s t e s s e , n i l e s pleurs...."9? Ce meme personnage dans L'Oblat avoue que t Au fond, pour d i r e toute l a v e r i t e , l a semaine peineuse e t a i t c e l l e qui convenait l e mieux a ses aspirations et a ses goutsj i l ne voyait bien Notre-Seigneur qu'en croix et l a Yierge en larmes. La "gieta " s u r g i s s a i t devant l u i avant l a creche. 9 II est content que l a Mere "compatlt a s o u f f r i r " " et i l c r o i t v o i r meme dans une Madone de l a Na t l v l t e d'Andria del Eobbia, une expression de souci, un "je ne sais quoi d'apeure et de dolent; . . . i l semble qu'elles repensent toujours, dans l a joie de l a maternite divine, a l a pro-phetie de Simeon", et dans une autre Mere, une expression reveuse, comme s i e l l e "boude, en quelque sorte, a l'avenir. On d i r a i t qu'une v i s i o n du Golgotha se dessine au l o i n . . . . " 1 0 0 Le cote de Marie, "Notre-Dame-des-Larmes", est egalement souligne dans Sainte Lydwine de Schiedam ou cette martyre medlte quotidiennement sur " l a Passion", " l e chemin du Calvaire" et sur l a "vole du Golgotha" ou Marie "en pleurant" 10 1 l u i s o u r l t . Et Durtal (L'Oblat) se concentre sur une conjecture » combien l e temps qu'Elle a passe au Calvaire e t a i t "atrooe". II l a v o i t "au pied du gibet, dans des f l o t s de sang" du Sauveur et se recree toute 1*histoire des "sept glaives des pieties capitaux" i En se rememorant ce lamentable r e c i t , Durtal revenait toujours a sa premiere idee » avant de pinetrer franchement dans l a chair et d'y r e s t e r fi x e e s , quelles tortures ces implacables ipees n ' i n f l i g e r e n t -e l l e s pas a Notre Dame des Sept Douleurs, en tournant dans l e s blessures, en a t t i s a n t en quelque sorte l e f i n des p l a i e s , avec ces sautes de desesperances et d'espolrs, et quel sujet de meditation que I'acuite de ces transes dans l a v i e s i parfaitement inconnue de notre Mere! 1 0 2 Huysmans, aimant v o i r l a Vierge "surhumainement souffrante", est a t t i r e par l ' h l s t o i r e du chemin de l a cr o i x , et en admire l e s representations, t e l l e que l a C r u c i f i x i o n a Colmar ou. l a Vierge est "souffrante"; 11 admet, en e f f e t , q u ' i l ne saurait "rendre l a Vierge que s o u f f r a n t e " . 1 0 3 Maintenant, apres tant d'exemples de 1*attitude de Huysmans envers Notre-Dame, ne peut-on pas se demander Impunement s i cette preoccupation de J o r i s - K a r l avec l a souffranee des femmes et de cette mere symbolique, s i ce n'est p l u t o t du sadisme que de l a f o i orthodoxe et deslnteressee au point de vue feminin? Mario Praz, en discutant plusieurs t c r i v a i n s d'une psychologie complexe a l'egard du sexe, pense que Euysmans est peut-etre encore un exemple d'un "confused C h r i s t i a n i t y " . Given the extremely equivocal basis on which the r e l i g i o n (. . .) i s founded, one may reasonably suspect that (. . .) even i n i t s most seemingly innocent manifestations, t h i s r e l i g i o n i s merely a disguised form of morbid s a t i s f a c t l o n i repentance may be nothing more than a mask f o r algolagnia.1 0 ^ Et 11 note, justement, que "algolagnia i s quite obvious i n passages such as that of Euysmans on the V i r g i n of the Maltre of Flemalle at Frankfurt i 'Cette Madone, s i tendre-ment dolente, on peut l u i preter toutes l e s angoisses, toutes l e s transes, & c . ' " . 1 0 5 On maintient que l'aspect sadique est l e cote de 1' "algolagnia" qui est l e plus f o r t a travers l'oeuvre de Euysmans, en ce qui concerne l e s femmes, et on ne pourrait pas n i e r que ce sadisme est une i n s p i r a t i o n particulierement importante des " l i v r e s catholiques" i C'est admirable! (...) l a v i e ! l a v i e de ces femmes! coucher sur une p a i l l a s s e piquee de crln s (...), jeuner (...), toujours manger, debout, des legumes et des aliments maigres; r e s t e r sans feu (...); psalmodier (...)} se chatier l e corps (...)» (...) prler.^des l e matin, toute l a journee jusqu'a m i n u i t . . . . 1 0 b Bien que Euysmans se montre toujours rancunier contre l a femme, son attitude vengeresse l u i l a i s s e , encore une f o i s , une grande place a son i d e a l d'un amour maternel quelconque J l a pensie que l e s memes victimes reparatrices souffrent pour l u i f l a t t e , tantot son amour-propre, tantot son d e s i r d'etre aime "spirltuellement". F a u t - i l qu'elles aient p i t i i de nous et qu'elles tiennent a expier l ' i m b e c i l i t e du monde qui l e s t r a i t e d'hysterlques et de f o l l e s , car 11 est inapte a comprendre l e s joles suppliciees de t e l l e s ames! 1 0? L' a f f e c t i o n presque physique qu'eprouve Huysmans pour Marie est sur l e plan maternel, mais cette a f f e c t i o n reste "impossible", l o r s q u ' i l s'agit de caresses physiques i .. . l e C h r i s t . . . e s t bien l'Epoux des femmes, tandis que, nous autres, sans l e vo u l o i r , par l'aimant meme de notre nature, nous sommes plus a t t i r e s par l a Vierge. Mais e l l e ne se l i v r e pas, a i n s i que son F i l s , a nous; e l l e ne reside pas dans l e sacrement; l a possession est avec e l l e impossible; e l l e est notre Mere mais e l l e n'est pas notre Epouse, comme l u i est l'Epoux des v i e r g e s . 1 0 8 Les personnages de Mme Bavoil et de Mile Garambois l u i servent de remplacantes ter r e s t r e s pous sa "mere ideale", tout comme Melie (En menage) et " l a maman Carhaix" (La-bas). Comme ces deux femmes des oeuvres a n t i r i e u r e s , Mme Bavoil et Mile Garambois ne menacent pas "Durtal" sexuellenent — i l n'est pas question d'une creature sexuelle et d'une mere en puissance. S i Melie a carrement avoue sa r e p l e t i o n du "commerce charnel", et Mme Carhaix est v i e i l l e , " i r e i n t e e jusqu'a l a corde", on peut a i n s i v o i r l a ligne de f i l i a t i o n entre e l l e s et Mme Bavoil — femme r e l i g i e u s e , dedaigneuse de l a bonne chere et de l a chair, mais qui s a l t neanmoins preparer des repas excellents — et Mile Garambois, qui, bien que gourmande, est une oblate qui a prononce ses voeux. Sa "maman Bavoil", pour sa part, l u i reproche toujours 109 "d'avachir l e s poches" de son pardessus, 7 et e l l e passe en revue l e s vSteraents de Durtal, " l o r s q u ' e l l e soupconnait q u ' i l y ava i t des sutures a operer, des boutons a coudre." E l l e renseigne Durtal sur l a meilleur facon d'aborder l a Sainte Mere i "...on l u i b a b l l l e , a i n s i qu'un enfant, un beau message et E l l e est contente 1",*1"10 et on v o i t Mme Bavoil qui "l'embrassa affectueusement, maternellement..., n l 1 1 II est aussi a noter q u ' i l est constamment question de repas par rapport a ces "meres-suppleantes"; ce sont toujours des repas amicaux et s a t i s f a i s a n t s , en presence de ces femmes qui font de l a bonne c u i s i n e i c'est l e meme phenomene que l'on a remarque" par rapport a "1'atmosphere l e n i t i v e " qui entoure l e "heros" pendant l e s diners chez Melie et chez l e s Carhaix. L ' i r o n i e l a plus frappante de l'oeuvre de Huysmans, c'est q u ' i l f l e t r i t l e "catholicisme moderne" pour ce q u ' i l appelle son "culte r i d i c u l e " qui "a materialise 1'ideal de l'amour, en inventant une devotion toute physique au Sacre-CoeurI",112 quend en f a i t , l'auteur ne cesse jamais dans ses l i v r e s "catholiques" de f a i r e reference a Marie en termes concrets. II parle de sa "touche caressante"H3 et exprime son d i s i r d'etre seul avec sa Mere i de "se rendre pres d ' E l l e " , 1 1 * * de son p l a l s i r en l e s "reines de"laissies", en l e s " e g l i s e s d i s e r t e s " , et en l e s "entretiens dans l a nuit de l a crypte et l e crepuscule du nef avec l a Vierge. AhJ c'est i c i seulement qu'on est aupres d ' E l l e et qu'on l a v o i t ! " 1 1 ^ . Huysmans d i t que l a Vierge l ' a "toujours mene" par l a main j u s q u ' i c i , " et 11 1'Implore de ramener son " e s p r i t remuant, de l e t e n l r pres d ' E l l e " , sa "Mere". 1 1 6 II songe aussi a l a Vierge "dont l e s v i g i l a n t e s attentions l'avaient tant de f o i s preserve des risques imprevus, l e s f a c i l e s faux pas, des amples c h u t e s " , 1 1 7 et en se fondant en " l a douceur caressante d'hymnes", Durtal i ...ne reclamant plus r i e n , taisant ses deslrs inexauces, celant ses secretes doliances, ne songeant qu'a souhaiter un affectueux bonjour a sa Mere aupres de l a q u e l l e i l i t a i t revenu, apres de s i l o i n t a l n e s peregrinations dans l e s pays du peche, apres de s i longs voyages.118 C'est que J o r i s - K a r l se v o i t en v e r i t a b l e f i l s prodigue qui a retrouve sa merej c'est l e rSve q u ' i l n'a jamais pu r e a l i s e r , meme aupres de Notre-Dame, car E l l e s'avere une simple femme physique, et sexuelle. Huysmans donne l e renseignement que l a Vierge qui l e "hante" est l a Madone (et l'on a deja vu ses descriptions horribles des p o r t r a i t s de l a jeune Mere de l a Nativite), qui s'apprete "a a l l a i t e r l ' E n f a n t , " 1 1 ? et dans Sainte Lydwine de Schiedam. 11 peint une des v i s i o n s de l a sainte qui a comme sujet l a N a t i v i t e i lorsque l e Messie apparait, " l e l i n des chastes tuniques des Vierges s'ouvrit et, en d'intarissables f l o t s , l e l a i t j a i l l i t " i quand l a v i s i o n s'efface, i l ne reste "plus sur un firmament de nu i t que 1*immense t r a j e c t o i r e de ce l a i t q u 'eclairaient, par derriere, des m i l l i e r s d ' e t o i l e s . " Et l*auteur ajoute que l'on "eut d i t d'une autre voie lactee..... !*»120, Notre-Dame est indeniablement,* "pour Huysmans, l a suppleante de l a v e r i t a b l e merej E l l e est presque l a figur e matemelle q u ' i l cherche des l e s debuts de l a longue confession l i t t e r a i r e — presque. car i l ne peut jamais l a posseder tout a l u i , a cause de sa nature meme de Mere de Jesus. II v o i t , t o u t e f o i s , dans l a statue de l a Vierge noire, l e s p o s s i b i l i t e s des "gateries de grand 'mere''12 11 tente de considerer Marie "une mere a moi a qui je d i s ce que je pense, a qui je raconte mes pe t i t e s a f f a i r e s , que je supplie de me t i r e r , moi et ceux auxquels je tiens, des mauvais pas!", bien q u ' i l se "1*imagine toujours sous l'aspect de Notre-Dame des Larmes". 1 2 2 II sourit a penser que Notre-Dame a l a Salette, " s i pitoyable, s i matemelle," prend des ames, toutes "en sang dans ses bras et l e s berce, a i n s i qu'un enfant malade, pour 1'endormir", 1 23 et que Notre-Dame de Paris condescende "a essuyer, comme une 1 ?4 Veronique, l a face eploree de ses f l l s . " II eprouve, en somme, "une atmosphere l e n i t i v e et d o u l l l e t t e " autour d'Ell e t l e s mots exacts dont 11 s'est s e r v i en parlant de 1'ambiance agreable que degageaient l e s Carhaix. Huysmans regrette l e Moyen Age ou "L'on aimalt a l o r s , en France, l a Madone, comme l'on aime sa gen i t r i c e n a t u r e l l e , sa ve r i t a b l e mere," 1 25 et remarque que "cette devotion a disparu et qu' "11 semblait que l e s gens de notre s i e c l e voulussent une Adjutrice plus s a i s s i s s a b l e , plus m a t e r n e l l e . . . . " 1 2 6 Mais, en conjunction avec tous l e s sentiments agreable-ment enfantins qu'eprouve J o r i s - K a r l en presence de l a Sainte Mere, i l y a"toujours quelque chose qui gate son p l a i s i r i c'est " l a presence douce et t e r r i b l e de l'Enfant qui ne quitte point sa Mere". 1 2 7 Sa "mere a s o l " q u ' i l s'est creee, ne l ' e s t pas; comme toutes ses autres tentatives pour trouver une femme maternelle qui v e u i l l e bien l e solgner, qui a i t vraiment a coeur ses i n t i r e t s sans l u i exiger un amour charnel, o e l l e - c l rate. Bien q u ' i l n ' a i t pas a viv r e a deux, a supporter l e tracas de l a presence constante d'une autre — et pour cause de cette " a f f e c t i o n sur demande " qui s'y prete seulement quand Huysmans l e desire — Marie est l a plus proche de son Amour i d e a l . Huysmans ne peut pas, cepdndant, ignorer l e f a i t que tous l e s ans, E l l e l e t r a h i t , pour a i n s i d i r e , en donnant nalssance a son F i l s ; et v o i l a pourquoi i l se delecte a l a pensee de cette Mere en larmes, a. 1* Evocation du Calvaire et l a semaine sainte t E l l e merlte ses douleurs pour 1'avoir t r a h i , comme toute autre femme quelconque qui l ' a rejete sur l e plan maternel. Et l'auteur se mefie maintenant d'absolument toute femelle en vertu de l a maternite v i r t u e l l e . Comme toutes l e s femmes, meres en puissance des oeuvres "naturalistes'' et "decadentes", meme l e s monlales, aux yeux de J o r i s - K a r l , regrettent l e u r " e n t r a l l l e s d e l a i s s i e s " , l e u r incapaclte de f a i r e "oeuvre de mere" 1 2 8 — et i l revele a i n s i son omnipresente hantise maternelle. Huysmans pense que l e s jeunes paysannes, en prian t "p a r t i e i p a l e n t peut-etre an peu aux delices riservees a Is Vierge, tout a l a f o i s Mere et Epouse et aussi Servants e x t a s i i e d'un Dieu." 1 29 Huysmans avoue que t ..;je peux meme me rappeler des sensations oubliees d'enfance, des eheminements souterrains d'idees suscitees par mes stations dans l e s i g l l s e s , mais ce que je ne puis f a i r e , c'est r e l i e r ces f i l s , l e s grouper en falsceau....*30 On est tente inevitablement de hasarder cet enehainement qui echappe a Huysmans. Les "sensations o u b l i i e s d'enfance" sont sans doute l e s memes q u ' i l revele dans ses l i v r e s anterieurs t l e souvenir du refus maternel, et l a crainte consequente de l a trahison par une femme en amante, au niveau sentimental, et aussi l e s doutes paralysants au sujet de ses c a p a c i t i s physiques de l u i s a t i s f a i r e — l e tout l'empeche d'aborder une l i a i s o n quol que ce s o i t , et l u i donne un d e s i r d'etre caresse, soigne par une suppleante de mere. Ces "idees souterraines" "suscitees" par l e s "stations dans l e s e g l i s e s " , sont, selon toute vraisemblance, l e s sentiments de s a t i s f a c t i o n , de p l a i s l r sadique, a evoquer cette Mere au supplicej car, apres des annees de quete, J.-K. Huysmans s'est enfin f i e a E l l e , mais Notre-Dame — bien que Vierge averee, et done, 1'espece de femme non-sen-su e l l e qui ne l e menace pas — E l l e a ussi, remplaoe son f i l s Huysmans par un autre P i l s qui re n a i t annuellement. Le ressentiment, a peine r e f o u l i e , que J o r i s - K a r l eprouve envers E l l e , se dechalne dans l e s passages marquants sur l a l a i d e u r de l a Mere et c e l l e de 1*Enfant dans l e s repre-sentations de l a N a t i v i t e . A i n s i , on peut entendre l e "groupement" de ces deux " f i l s " d'ldies comme un "faisceau" de sadisme envers l a femme, un sadisme beaucoup plus e x p l l c i t e et certainement i n t e n s i f i i dans ces l i v r e s "catholiques" que dans l e s oeuvres "decadentes" ou "natura-l i s t e s " . Huysmans se sent sinon carrement rejete par l a Sainte Mere, certainement remplace par son Enfant, 1*evenement meme q u ' i l c r a l g n a i t des son premier l i v r e et sa premiere confession l i t t e r a i r e . Loin d'etre a l ' a b r i de tout ennui, i l est toujours une epave f l o t t a n t e j i l blame l e Seigneur pour 1'apparence trompeuse de l ' E g l i s e en "havre s u r " 1 3 1 et i n s i s t e que meme l e s monasteres ne sont point de "Sainte-P e r i n e " . 1 3 2 II veut toujours a l l e r "au-dessus des sens" 1 33 et i l constate que l e "mariage de l'ame ne se consomme pas lorsque l e corps est toujours l a . " 1 3 ^ n aime l a Vierge au •corps eVapore" et 11 se montre approbatif du "corsage 136 enfantin" des femmes des P r i m i t i f s j 11 agree des Vierges "garconnets", 1^ i a voix "asexuee", et de "sexe lnde c i s " des 1 oft r e l i g i e u s e s , et aussi l e s "bouches desexuees des vierges" ; J o r i s - K a r l s'interesse fortement a l a sainte Wilgeforte androgyne (De Tout) et i l remarque que l e saint Frangols et l a sainte Therese se sont trompis du sexe, a cause du temperament masculin de c e l l e - c i , et f i m i n i n de c e l u i - l a . J.-K. Huysmans veut toujours un amour i d e a l , s'explique-t - i l , un amour e t h i r i , une "amitie" l o i n t a i n e , reserved, 140 lnassouvie", dont Notre-Dame a paru etre 1'exemple Incontestable. Mais i l est involontairement, et peut-etre, lnconsciemment, preoccupe avec l a sensuallte et avec l a femme physique, et E l l e ne l u i s a t i s f e r a jamais comme son idea l de maternlte" s t e r i l e , de "mere a moi" seul, puisqu'Elle s a l t procreer un Enfant. On l e v o i t , par consequent, f l a g e l l e r verbalement l a Mere et son F i l s , comme s a t i s f a c -t i o n compensatrice de sa trahison de l u i j et on 1'entend rapporter sadlquement l a mervellle et l a " j o i e suppliciee" des vies de gehenne (y compris l e s d e t a i l s nauseabonds) des "sosies" femelles du Christ. SI J.-K. Huysmans, en ecrlvant l e s l i v r e s "catholiques", pretend que son pendule de senslbilite" qui a o s c i l l e pendant toute sa c a r r i e r e l i t t e r a i r e entre l e s antipodes de l a s p i r l t u a l i t e et de l a s e n s u i l l t t reste au cote de l ' e s p r i t , i l s'en acquitte peu brillamment. La v e r i t e est que ses souvenirs d'une enfance malheureuse ou i l f u t d i l a i s s e par sa mere, continuent a ulce r e r , de sorte que Huysmans, en face de l a deception f i n a l e — l a trahison ultime de Notre-Dame — fasse e c l a t e r son ressentiment qui verse a f l o t s l e sadisme contre l e s femmes qui figurent dans l e s oeuvres t l e s monlales, l e s salntes, et l a Madone. Et, selon J o r i s -K a r l , ce sadisme est un chatiment juste pour leurs offenses contre l u i qui sont toutes dans l e domaine chamel. Toutes ses victimes sont l e s femelles, car, d'abord, toute femme exige voracement de l u i une a f f e c t i o n physique, chacune n'est qu'une mere v i r t u e l l e aux ruses sensuelles pour attraper un homme, et flnalement, une mere avec un enfant d i l a i s s e toujours l'homme dont e l l e s'est s e r v i . II n'est que juste que l e s victimes reparatrices expient l e s peches que leurs soeurs ont eommis contre Huysmans. Done 11 e c r i t ses " l i v r e s catholiques" pour f u s t i g e r l e s femmes, de sorte q u ' i l a i t e nfin l e p l a i s l r d'une espece de maitrlse symbolique sue l'Eve et l a Marie, l a femme sensuelle et l a femme matemelle, qui l'ont trompe des son enfance et dont i l n'a jamais pu ref o u l e r l a hantise qui a forme sa v i e malheureuse, son attitude pessimists, et sa quete oontinuelle d'un bonheur i n s a i s i s s a b l e . Le p l e t r e p l a i s l r qui l u i reste, c'est de f a i r e s o u f f r i r l e s femmes par l e seul moyen dont 11 dispose i l a l i t t e r a t u r e . NOTES Arthur Symons, "Studies i n Prose and Verse ," c i t e par Holbrook Jackson, The Eighteen N i n e t i e s . 2e ed. (New Yorki Capricorn Books, 1966), p . 15. . . . . . . . Jean Calvet , Le Renouveau cathollque dans l a l i t -e r a t u r e contemporalne ( P a r i s i Lanore. 1927), p. 18, ^Calvet, Le Renouveau C a t h o l l q u e . . . . . pp. 19, 15• ^Rene Dumesnil, L'Epoque r e a l i s t e et n a t u r a l i s t e ( P a r i s J E d i t i o n s Jules T a l l a n d l e r , 194577 P« 373-5Jules Sageret, Les Grands oonvertls ( P a r i s i Mercure de France, 1906). Mario Praz , The Romantic Agony, t rans . Angus Davidson (New York1 Meridian Books, 1956), p. 307. n -' C a l v e t , Le Renouveau c a t h o l l q u e . . . . . p. 15• p C'est l a reponse qu'a donne Huysmans a un redaeteur de L'Independent de Tarbes. a une question posie sur 1* in-s p i r a t i o n du l i v r e Les Foules de- Lourdes. C i te par Lucien Descaves sans une "Note1" a LeiHFoules de Lourdes (Parist Cres, 1934), pp. 339-40. 9 Henry Brandreth, Huysmans (Londonj Bowes & Bowes, 1963), P. 37. 1 G A n d r i Dinar , Les Auteurs cruels (Paris« Mercure de Franee, 1942), pp. 41^42. ^ J . - K . Huysmans, En route (2 v o l s . ; Paris» Cres, 1930), I , 113. l 2Huysmans, En route . I , 67-68. 13Huysmans, En route . I , 68. ^Huysmans, En route . I , 109, 25, 108. ^Huysmans, En route, I I , 5k. l^Huysmans, En route . I , 120; I I , 45. ^Huysmans, En route . I , 52. l 8J.-K. Huysmans, La Cathedrals (2 vols.* P a r i s . Cres, 1930-1931), H » 62. 1 9Huysmans, En route, I I , 62. 2 0Huysmans, En route, I, 131-32. 2lHuysmans, En route, I, 95• 2 2Huysmans, En route, I, 155. 23Huysmans, En route, I, 182. 2 kHuysmans, La Cathedrale, I I , 196. 25j.-K. Huysmans, L'Oblat (2 vols., Parist Cres, 193k), I I , 106. 2 6Huysmans, En route, I, 188. 27Huysmans, L'Oblat. I, 52. 2 8Huysmans, La Cathedrale, 1, l k 5 . 29Huysmans, La Cathedrale, I I , 131• 30nuysmans, La Cathedrale. I I , 132-33-31Huysmans, La Cathidrale, I I , 13 k. 32Huysmans, La Cathedrale, I I , 135-33Huysmans, La Cathedrale, I I , 133-3k-3kHuysmans, La Cathjdrale, I I , 139-35Huysmans, L'Oblat, I I , 95, 131. 36Huysmans, La Cathedrale. I I , 160. 37j . . K . Huysmans, "Sainte Debarras," dans De Tout, (Paris« Cres, 193k)» PP« 283-8k-38Huysmans, En route. I I , 311-39Huysmans, En route, I, 102. k°Huysmans, La cathedrale, I I , 9-10. k lHuysmans, En route, I, 155-^Huysmans, En route, I I , 179* ^Huysmans, En route, I, 114. k kHuysmans, La Cathedrale, I, 227. k 5 o n se rappelle l a femme d'Andre dans En menage, et l'epouse d'Aiguirande dans A rebours, aussi bien que l e s cas nombreux de tromperies, et l e s souvenirs frequents de trahison maternelle dans ces oeuvres "naturalistes'* et "decadentes". k°Huysmans, L'Oblat, I, 268-69. k 7Huysmans, La Cathedrale, I I , 210. k 8Huysmans, La Cathedrale, I, 228-31. 4 9J.-K. Huysmans, Sainte Lydwine de Schiedam (2 vols.; Paris; Cres, 1932-33), I I , 123. 50Huysmans, En route, I I , 62. ^Huysmans, En route, I, 186. 52Huysmans, La Cathedrale, I I , 67, 66. ^Huysmans, I S route. I, 126. 5 kj.-K. Huysmans, "Trois P r i m i t i f s , " dans La Blevre, Le Quartler Salnt-Severln. Trois Egllses et Trois P r i m i t i f s TParlst Cres, 1930), p. 323. Mario Praz, dans l e Romantic  Agony a c i t e ce passage a une etendue plus vaste, tout en explifc&nt que c'est l e p o r t r a i t d'une jeune f i l l e execute par Bartolomeo da Venezia; ce p o r t r a i t se trouve, d i t - i l , dans l e Staelsches Kunstinstitut a Francfort. M. Praz ajoute que selon Venturi, v o l . v i i , 4e p a r t i e , p. 699, cette oeuvre s ' i n t i t u l e La Cortlglana. 55Huysmans, En route, I, 126. ^^Huysmans, L'Oblat, I I , 211-12. 57Huysmans, En route, I, 98. 58Huysmans, En route, I, 25. ^9Huysmans, L'Oblat, I I , 25. uHuysmans, La Cathedrale, I, 126. ^Huysmans, En route, I, 95-6 2Huysmans, L*Oblat. I I , 276. 6 h , - K . Huysmans, De Tout (Parisj Cres, 193*0, PP. 142-147, 151. ^Huysmans, Sainte Lydwlne de Schiedam. I I , 13* ^Huysmans, En route, I, 132? I I , 8, 62. 6 6Huysmans, En route. I, 245, 227; I I , 95. ^7Huysmans, En route, I, 25. ^8Huysmans, En route. I, 120. ^9Huysmans, En route, I, 61. 7 0Huysmans, La Cathedrale. I, 55-56. 7 1J.-K. Huysmans, Les Foules de Lourdes (Paris 1 Cres, 193*0, pp. 312-13. 7 2Huysmans, En route, I, 96-97. 7 3Huysmans, La Cathedrale. I I , 9» 7**Huysmans, En route« I, 189. 75Andre Dinar, Les Auteurs cruels (Paris t Mercure de France, 19*+2), p. 50. 7^Dlnar, Les Auteurs cru e l s . p. 44. 7 7 L u c i e n Descaves, "Note" a Sainte Lydwlne de Schiedam (2 vols.; P a r i s : Cres, 1932-1933), P« 186. 7 8Huysmans, Sainte Lydwlne de Schiedam. I, 56. 79Ruysmans, Sainte Lydwlne..... I I , 14. 8 oHuysmanr Q m < V , + - ^ T ^ , * T T . Q 8 lHuysman£ 8 2Huysmanj 83 T i n * r c i m o n e L'Oblat. I, 165. L'Oblat, I I , 156-57. L'Oblat, I I , 159. 8kHuysmans, Sainte Lydwine de Schiedam. I I , 100-101. 85Huysmans, En route, I I , 178. Huysmans, Sainte Lydwine 8 7Huysmans, En route, I, 98. 8 8Huysmans, En route, I, 188. 8 9Huysmans, En route, I, 182. 9°Huysmans, En route, I, 211. 9 1Huysmans, De Tout, pp. 282-83. 9 2Huysmans, En route. I I , 74. ^Huysmans, Sainte Lydwine...., I, 77. 9kHuysmans, Sainte Lydwine I, 82. Pour un bon exemple de plusieuras descriptions nauseabondes de suit e , v o i r ;I, 72-83. 9%uysmans, La Cathedrale. I, 188. 9 6Huysmans, De Tout, p. 304. 97;Huysmans, La Cathedrale. I, 29. 9 8Huysmans, L'Oblat. I I , 73. ^Huysmans, L'Oblat. I I , 160-61. 1 0 0Huysmans, De Tout, pp. 149-50. 1 0 1Huysmans, Sainte Lydwine I I , 47-48. 1 0 2Huysmans, L'Oblat. I I , 68-72. 1 0 3j.-K. Huysmans, Trois P r i m i t i f s (Parist Cres, 1930), pp. 273, 277, 302. 10 kMario Praz, The Romantic Agony, trans. Angus Davidson (New Yorkt Meridian Books, 1956), p. 307. 1 0 5 p r a z , The Romantic Agony, pp. 307-3 08. M. Praz ne donne pas l a source exacte du passage q u ' i l c i t e mais i l est t i r e de Trois P r i m i t i f s (Parist Cres, 1930), p. 356. 1 0 6 H u y s m a n S j En route, I, 106. 1 0 7Huysmans, En route, I, 106-107. 1 0 8Huysmans, En route, II» 178. 1 0 9Huysmans, L'Oblat, I, 181. U 0Huysmans, La Cathedrale, I, 68, 142. 1 1 1Huysmans, La Cathedrale, I I , 295• 1 1 2Huysmans, En route, I I , 166. 1 13Huysmans, En route, I, 33» 248. l l kHuysmans, En route, I, 256. l l 5Huysmans, La Cathedrale, I I , 292. H6Huysmans, La Cathedrale, I I , 115* 13-7Huysmans, La Cathedrale, I, 12. l l 8Huysmans, La Cathedrale, I, 49. 1^Huysmans, L'Oblat, I, 304-305-12°Huysmans, Sainte Lydwine de Sphledam, I I , 57-58. 12lHuysmans, De Tout, p. 16. 1 2 2Huysmans, L'Oblat. I I , 164. 123Huysmans, Cathedrale, I, 34. 1 2 kHuysmans, De Tout, p. 18. 1 2%uysmans, La. Cathedrale, I, 341. 1 2 6Huysmans, La Cathedrale, I I , 173. 1 2 7Baysmans, La Cathedrale, I I , 187-1 2 8Huysmans, En route, I, 189. 1 2 9Huysmans, La Cathedrale, I, 36-37. 130Huysmans, En route, I, 33. ^Euysmans, L'Oblat., I I , 27^. ^Huysmans, La Cathedrale, I I , 112. 1 3%uysmans, En route, I I , 315. ^Huysmans, Sainte, Lydwlne....,, I, 91. 135Huysmans, De Tout, p. 1*7. 13 6Huysmans, En route., I, 11. 137Huysmans, De Tout, p. 1^. 138Huysmans, En route, I, 92, 102, 186 ^Huysmans, En route, I I , 1^6. ^Huysmans, En route, I I , 167. CONCLUSION Si l'on reconstltue brievement l a discussion sur l e s t r o i s groupements des l i v r e s de J.-K. Huysmans, on v o i t nettement r e s s o r t i r l e theme obsessionnel de l a Femme comme source d'un c o n f l i t interne que l'auteur tente de resoudre a travers son ouvrage. Dans l e s oeuvres que l'on nomme "na t u r a l i s t e s " (Marthe, Les Soeurs Vatard, En menage. £ V&u-l'eau) i l est en Evidence un modele de "mere i n f i d e l e " et de "heros" autobiographique. Ce "hires" ne t a r i t plus sur l a question de l a femme en animal exeluslvement sexuel, et 11 cr a i n t d'aborder une l i a i s o n , puisque toute femme, d l t - i l , ne f a i t que reJeter l'homme quand bon l u i semble. A i n s i on a r r i v e a 1'autre theme continuel et etroitement l i e au premier t " 1 ' i l l u s i o n " de l'a c t e sexuel et de l a beaute feminine; J o r i s - K a r l s'amuse a f a i r e une peinture d e t a i l l e e de l a femme pour reveler toutes ses imperfections, tous ses " r o u l i s de chair", et toutes l e s indications de decheance physique et de la i d e u r corporelle. Euysmans s'etonne d'etre toujours dupe de 1'apparence trompeuse, ear ce que l a femme offre n'est pas moins decevant que son exterieur m a q u i l l i » La r e a l i t e de 1'experience tue tout espiranee d'extase ou de p l a i s l r . On v o i t s ' i t a b l l r dans ces premiers l i v r e s l a dichotomle de l a femme : e l l e est, ou prostituee ou une comblnaison d'ipouse/mere qui raccommode son l i n g e , l e soigne, et n'existe pas sexuellement. Ses oeuvres de l'epoque "decadente" que l'on a discutes (A rebours. La-bas. Certains, et En rade) renferment plusieurs cas de trahison feminine. Huysmans donne des exemples de femmes adulteres et raconte son refus, sur l e niveau maternel, par ses "maitresses b i z a r r e s " qui refusent de jouer l e role de mere p r o t e c t r l c e d'un "enfant peureux". J o r i s - K a r l devient de plus en plus obsede de l a notion de l a femme vorace et c r u e l l e ; "1"animal sexuel" des oeuvres anterieures se mue en "b&te veneneuse" qui empoisonne et devore l e s hommes, et l'auteur, tout en avouant q u ' i l veut quelque chose de plus que " l a commotion attendue" des sens, desespere de l e trouver, et annonce q u ' i l a l e s sens " r a s s i s " et q u ' i l "s'en f i c h e " eperdument des femmes. On se demande s ' i l veut dire " r a s s i s " ou plus precisement "refoules" car Huysmans pense encore avec une horreur faseinee a l a femme "vase des i n i q u i t i s " et a l'acte "aussi peu desordonne et aussi court". Dans l e s l i v r e s consultes que l'on nomme "catholiques" (En route. La Cathedrale, L*Oblat. Sainte  Lydwlne de Schiedam, Les Foules de Lourdes, et Trois P r i m i t i f s ) on v o i t revenir l e theme du ref us maternel, cette f o i s par Notre-Dame q u ' i l pretend Stre sa "mere a moi". On v o i t aussi l a jouissance concomitante, non seulement dans l e s descriptions de l a lai d e u r repoussante de l a Mere i n f i d e l e (comme dans l e s l i v r e s " n a t u r a l i s t e s " oil i l represente l a femme comme un sac adipeux de mauvaises exhalaisons pour marquer sa rancune contre l a femelle qui ne l u i procure pas de s a t i s f a c t i o n ) mais aussi Huysmans presente ad nauseam l a douleur feminine — maladies, p l a i e s pourries, macerations jeunes — ces derniers l i v r e s "catholiques* 1 ne sont, au point de vue de l a femme, que du sang et de l a souffranee. Dans tout son oeuvre l l t t i r a l r e , J.-K. Huysmans cherche a se debarrasser de l a hantise feminine, et a resoudre son c o n f l i t qui surgi t des souvenirs d*une enfance malheureuse avec une mere qui l e r e j e t t e . Le modele de l a femme s ' e t a b l i t nettement des ses debuts en 1876 avec Marthe et ne varie pas dans l e s l i v r e s successlfs » c*est un £tre purement sexuel qui i n c i t e l*homme a l'acte "malpropre" pour s a t i s f a l r e aux instances de l a puericulturej e l l e ne s'occupe point du bonheur masoulin, car e l l e se montre lnvariablement stupide, insensible, i g o l s t e , et finalement, adultere. E l l e est de deux especes 1 l'amante ou l a mere. Huysmans execre c e l l e - l a , parce q u ' i l l a cralnt; en v e r i t e , 11 a peur d'Stre trompi et blame sa repugnance a l'aborder sur une impuissance "pricoce" et undsgout t o t a l de l'acte charnel. Le sexe est l'anatheme de sa v i e pour Huysmans1 en sus de l a nature i l l u s o i r e du plaisir. ephemere que l'on en t i r e , d i t - i l , on court l e risque de donner l e jour a d'affreux "momes". Pour ces deux raisons, J o r i s - K a r l r e j e t t e l a femme en amante et l a femme en epouse » l'une ne vaut pas l a peine, et l'autre, avec son enfant dans l e s bras, ne s'occuperait plus de l u i . II nous reste a considerer l a mere. Huysmans veut une femme qui remplace 1*affection de sa propre mere, perdue pour l u i , pendant 1'enfance, et dont 11 pelnt plusieurs exemples dans les "romans na t u r a l i s t e s " ; c'est-a-dire, une femme tendre envers l u i qui s a l t s'occuper du menage, f a i r e de l a bonne cuisine, qui est desexuee, pour a i n s i d i r e , qui ne s a l t procre*er l e s enfants qui l e supplantent. II y a en evidence a chaque "periode l i t t e r a i r e " de Huysmans, un exemple de sa mere remplacante t Melie, Mme Carhaix, Mme Bavoil, et dans une certaine mesure, Mile Garambois. II est surtout i n s t r u c t i f de se rendre compte que Huysmans lui-meme l e s eonsidere sous forme de "mere — 11 appelle Melie (En menage) " l a grosse mere", Mme Carhaix (La-bas) " l a maman Carhaix", et Mme Bavoil, (£& Cathedrale et L'Oblat) " l a maman Bavoil". Mais Huysmans veut tout ou r i e n ; 11 desire toujours "quelque chose de plus" et sa quete d'une femlnite i r r e e l l e l e mene loglquement a Notre-Dame, l a Sainte Mere. Mais cette Mere, bien que s p i r i t u e l l e , devient pour J o r i s - K a r l ce q u ' i l appelle sa "mere a moi", 11 l'aime d'une a f f e c t i o n "toute physique"; une f o i s transformed en mere r i e l l e , Notre-Dame de l a Nativite devient inconsclemment pour Huysmans une autre femme d i l o y a l e . II se sent rejete encore une f o i s par l a femme sexuelle. Les reactions de Huysmans aux refus de femmes dans ses l i v r e s ne d i f f e r e n t jamais chez ses dif f e r e n t s person-nages autobiographlques. Folantin, par exemple, craignant l e s femmes, lorgne l e s gravures de supplices; des Esseintes, "blase, garde toute une c o l l e c t i o n de scenes de tortures q u ' i l reluquei Durtal (La-bas) raconte l e s crimes iooeurants de G i l l e s de Rais, et Durtal/Huysmans (dans l e s oeuvres "cath-oliques") s'absorbe dans l e s descriptions horribles des femmes "victimes reparatrices". C'est vraiment sen mot f i n a l sur l a Femme; i l est juste qu'elle souffre, qu'elle expie l e s piches du monde J s i e l l e est " l e vase des i n i q u i t i s " comme J o r i s - K a r l 1'envisage, e l l e merite aussi bien d'etre " l e vase des douleurs". S i J.-K. Huysmans ne r e u s s i t pas a retrouver l ' a f -f e c t i o n maternelle qui l u i a et£ arraehee des son enfance, 11 n'a non plus reussi a se debarrasser de 1'inquietude sexuelle que l a perte de cette tendresse l u i a cause. II punit l e s femmes a travers toute son oeuvre, en i n s i s t a n t sur l a laideur de leurs corps obeses et de leurs ames vides, parce qu'elles ont anianti ses esperances i premierement, d'une evasion hors des " l i s l e r e s t o l i r e e s des sens", hors de son "moi", et "hors du monde", et deuxiemement, parce qu'elles ont efficacement frustre* et ecrase. sa quete des "douceurs propres". Toujours, comme nous apprend Hyacinthe (La-bas) " l a r e a l i t e tuera l e reve", mais Huysmans s'obstine a chercher l e reve, l a femme p a r f a i t e et ohlmerique, pour l a posseder. Au moment ou ce dernier espoir s'ecroule, dans son e s p r i t tourmenti J o r i s - K a r l comprend nettement q u ' i l ne l u i reste plus r i e n ; l ' a f f e c t i o n matemelle q u ' i l cherohe est l e "havre sur" qui l ' a u r a i t mis "a 1'abri" de ses ennuis et de ses chagrins, et pour l a derniere f o i s , i l subit l a trahison matemelle. II se plonge, une f o i s pour toutes, dans une delectation morblde t cette Mere ultime qui f a i t n a l t r e son autre P i l s est "aimee" par Huysmans lor s q u ' E l l e souffre et son F i l s usurpateur agonise au Calvalre — J o r i s -Karl se l a l s s e a l l e r dans ses derniers l i v r e s . Dans l e s "oeuvres catholiques", considerees par l e s c r i t i q u e s huysmanslens, ou comme une manifestation d'une f o i sincere, ou comme l e r e s u l t a t d'une conversion e s t h i t i q u e , ! on v o i t Huysmans tout simplement s'abandonner au sadisme en masse. Ou que l'on se tourne dans ces l i v r e s , 11 y a une femne — moniale ou sainte — que Huysmans oblige a se s a c r i f i e r et a. endurer l e s suppllees h o r r i b l e s , censement pour prouver l e s e f f e t s salubres de l a souffranco en ce qui concerne l a f o i cathollque. Huysmans passe sa v i e a se desi l l u s i o n n e r i on l ' a vu ecraser toute notion romantique a propos de l a femme « e l l e n'est qu'une exhalalson de mauvaises odeurs, et l ' a c t r i c e , pour sa part, n'est qu'un amas de graisse aux rides et c i c a t r i c e s de l a p e t i t e v i r o l e . II n'y a pas de mariage heureux, non plus; c'est une i l l u s i o n romantique. L'amour n'y ex i s t s point et l e mariage lui-meme est reduit a " l a deche" et a l'arome l a i s s i par l e " l a i t sur et l e p i p l " . J o r i s - K a r l d e t r u i t l e s i l l u s i o n s systematiquement : Leo, Cyprien, Andre (et meme son epouse, Berthe), Folantin, et Durtal, ont tous leurs I l l u s i o n s sur l'amour physique tuees devant eux. Quelques-uns des autres, Augusts et Deslree, et Marthe, servent a donner des legons sur l a nature i l l u s o i r e de l'amour sentiment et l e mariage, et Durtal (La Cathedrale) remarque definltivement que l'amour humain et charnel n'est qu'un "mirage*'. L ' i r o n i e comblante c'est que Huysmans f i n l t par etre p r i s par une i l l u s i o n s 11 pense avoir trouvi sa femme ldeale dans Marie, Notre-Dame, 11 pense q u ' i l a vraiment trouve l'amour s p i r i t u e l qui l e contente, et i l r a l l l e contre l e "cathollclsme moderne" d'avoir cree un culte "tout physique" et r i d i c u l e du S a c r i -Coeur. Comme on l ' a montre, Huysmans ne peut pas s'empecher de p a r l e r de Marie en termes concrets comme sa "mere a moi". II est certainement inconscient q u ' i l l ' a f a i t a un t e l degre, mais cette r e i t e r a t i o n du theme de materniti donne a pehser que J.-K. Huysmans n'a f a i t que refouler ses besoins d'un amour tendre et certainement physique. Le r e s u l t a t de ses besoins Inexauces est ce que Albert Mordell a s i bien nomme l e "sublimated sadism" qui est incontestablement present dans l e s l i v r e s "catholiques" de Huysmans. J o r i s - K a r l veut vraiment se convaincre que l e bonheur est impossible pour ceux qui pinetrent l a s u p e r f I c i a l i t e des choses mondalnes, et qui peuvent comprendre l a pauvrete des joies t e r r e s t r e s , et qui l n t e l l e e t u a l l s e n t leurs sensations physiques. Mais, en meme temps, J o r i s - K a r l refuse l e neant; i l veut afflrmer qu'un bonheur absolu dolt etre possible a l ' a b r l des "appas degoutants" de l a femme i t e r n e l l e qui ne desire que devorer l'homme par "les vices transvasis des meres". A travers l a bouche de Cyprien (En menage) Huysmans remarque q u ' i l y a des "gens bienheureux" qui obtiennent "a table et au l i t " en plus de ce qui l e u r est du, "un peu d ' i l l u s i o n 1 Nous, r i e n du tout. Nous sommes l e s malheureux qui allons Eternellement ohercher au dehors une part mesuree 2 de f r i c o t dans un b o l ! " C'est une remarque l u c i d e , car dans tous ses romans qui sulvent, on v o i t Huysmans toujours obsede d'une feminite i r r e e l l e j 11 s'obstine a chercher un paradis i n t e r i e u r a travers un moyen exterieur, c e l u i des sens. On affirms que c'est justement cette a t t i t u d e de l'auteur qui determine 1'existence de ses oeuvres l i t t i r a i r e s i chacun de ses l i v r e s contlent l e journal d'une quete personnelle de Huysmans pour trouver son Bonheur impossible, et l a quete elle-meme n'est autre que l a recherche d'une a f f e c t i o n mat-e m e l l e , insexuee, i r r e e l l e qui 1*obsede des ses debuts l i t t e r a i r e s , jusqu'a l e u r f i n . La consequence, toute naturelle de ses ennuis amoureux et de ses "trahisons", v e r i t a b l e s ou imaginees, est un ressentiment envers l a Femme, un ressentlmemt qui suppure et coule son pus sadique, surtout sans ses l i v r e s "catholiques" — au moment ou nul espoir l u i reste. Sa conver-sion ne guerit pas son pessimisme nolr, car 1*explication de ce pessimlsme se trouve en ses chagrins amoureux? peut-etre que J o r i s - K a r l cesse de haranguer sur l e s "noces", mais son probleme de base, l a sensualite et l e besoin d'affection maternelle, n'est que refoule, et surgl t dans ses oeuvres de l'epoque "catholique** comme un sadisme epanoui. Dire que sa "misogynie" n'existe plus apres sa "conversion", c*est sous-estimer, sinon n i e r completement, l e r o l e d i c i s i f que joue son attitude ambigue* envers l a Femme — l e d i s i r d * a f f e c t i o n et l e degout du sexe — dans l a creation de l'oeuvre de J.-K. Huysmans. NOTES II est lnteressant a l*egard de l a reaction des c r i t i q u e s huysmansiens a l a conversion de l*auteur, de se rapporter a l'oeuvre de Michael Issacharoff, J.-K. Huysmans  devant l a c r i t i q u e en France (1874-1960) (Paris 1 Kllncksieck, 1970), pp. 101-122. 2J.-K. Huysmans, En menage (Parist Cres, 1928), p. 71. BIBLIOGRAPHIE I. SOURCES PREMIERES Huysmans, J . - K . Le Drageolr aux Eploes et Sac au Dos, t. I des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1928. . M a r t h e . h l s t o l r e d'une f i l l e . et Emlle Zola et iTAssommolr. t. II des OEuvres completes. Parist G. Cres, 1928. . Les Soeurs Vatard, t. I l l des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1928. ; . En menage. t. IV des OEuvres completes. Parlst G. Cres", 1928. • . A Vau-l'eau« P i e r r o t soeptlque et Un dllemme. t. V des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1928. . L'Art moderne. t. VI des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1929. . A rebours, t. VII des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1929. . Croquls p a r l s l e n s . t. VIII des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1929. . En rade, t . IX des OEuvres completes. Parlst G. Cres, 1929. . Certains. t. X des OEuvres completes. Parist G. Cres, 1929. La Bltevre, Le Quartler Saln t - S i v e r l n , Trois Eglises et Trois P r i m i t i f s . t. XI des OEuvres completes. Paris: G. Cres, 1930. . La-bas. (2 vols.) t. XII:1 et XII:2 des OEuvres completes . Parlst G. Cres, 1930. Huysmans, J.-K. En route. (2 vols.) t . X I I I i l et XIIIt2 des OEuvres completes. P a r i s i G. Cres, 1930, __. La Cathedrale. (2 vols.) t . X I V i l et XIVt2 des OEuvres completes? P a r i s i G. Cres, 1930-1931. •JU, . Sainte Lydwine de Schiedam. (2 vols.) t . X V i l et XVi2 des OEuvres completes. Parist G. Cres, 1932-1933. . De Tout, t . XVI des OEuvres completes. Parist G. Cres, 1934. L'Oblat. (2 vols.) t . X V I I t l et XVIIt2 des OEuvres completes. Parist G. Cres, 1934. • • Les Foules de Lourdes. t. XVIII des OEuvres completes. Parist G. Cres, 193*. . En Marge, i d . Luoien Descaves. Parist Chez Marcelle Lesage, 192?. I I . CORRESPONDANCE DE J.-K. HUYSMANS CONSULTEE Huysmans, J.-K. Lettres lnedltes h Camllle Lemonnler. i d . Gustave Vanwelkenhuyzen. Genevet Libra 1rie Sroz, 1957. • Lettres l n i d l t e s h. Edmond de Goncourt. ed. Pierre Lambert et Pierr e Cogny. Parist L i b r a i r l e Nizet, 1956. . Lettres lnedltes a Emlle Zola, i d Pierre Lambert et Pierre Gognyl Geneve1 Droz, 1953. . Lettres lnedltes h Jules Destree. i d G. Vanwel-kenhuyzen. Genevet Droz, 1967. I I I . ETUDES CONSACREES A J.-K. HUYSMANS Aimery, Christiane. K.J. Huysmans./s*lo7 Parist P. Lethielleux, 1944. Bachelin, Henri. Du naturalisme l l t t i r a l r e au naturalisme  mystique. Paris* P e r r i n , 1924. Baldick, Robert. The L i f e of J.-K. Huysmans. Oxfordi Clarendon press, 1955. Belval, Maurice M. Etapes ds l a nensie mystique de JV-K. Huysmans. P a r l s i G.-P. Maisonneuve et Larose, 1968. B i l l y , Andr£. Huysmans et Cle. Paris* Editions Nizet, 1963. Blandln, Henri. J.-K. Huysmans. l'homme. l ' e o r i v a l n . 1'apoloKlste. Pa r i s : Maison du L i v r e , 1912. Brandreth, Henry Renaud Turner. Huysmans. London: Bowes & Bowes, 1963. Les Cahiers de La Tour Saint-Jacques. (Numero sp e c i a l consacre~a J.-K. Huysmans) Paris: 1957• Ceard, Henri et Jean de Caldain. Huysmans Intime. Pa r i s : P.-V. Stock, 1907. Chastel, Guy. J.-K. Huysmans et ses amis : documents i n e d i t s . Paris: Grasset, 1957. Cogny Pi e r r e . J.-K. Huysmans k l a recherche de 1 'unite. Paris* Nlzet, 1953. ________ Le Huysmans intlme" de Henri Ceard et de Jean de Caldain. Paris* Nizet, 1957. Coquiot, Gustave. Le v r a l J.-K. Huysmans. Paris* C. Bosse, 1912. Daudet, Lion. A propos de J.-K. Huysmans. Par i s : Editions du Cadran ,""l947, Deffoux, Leon Louis. J.-K. Huysmans sous divers aspects. Paris* Mercure de France, s.d.£19227. Descaves, Luclen. Les dernieres annees de J.-K. Huysmans. Paris* A. Miohel, 1941. . Deux amis, J.-K. Huysmans et l'abbi Mugnler * documents l n i d i t s . Paris* P l o n , 1946. Du Fresnols, Andri. Une itape de l a conversion de J.-K. Huysmans. Paris* Dorbon aine, 1912. Dumesnil, Rene. La pu b l i c a t i o n 1'"En route" de J.-K. Huysmans. Parist Society francaise d 1 e d i t i o n s l l t t i r a i r e s et techniques (E. Malfere), 1931. . La Trappe d fIgny. r e t r a l t e de J.-K. Huysmans. Parist A Morance, 1922. Duploye, Pie. Huysmans. Brugest Deselie, De Brouwer, 1968. G a l l o t , Henry Maurice. E x p l i c a t i o n de J.-K. Huysmans. Parist Agence parlsienne de d i s t r i b u t i o n , 1954. Gargon, Maurice. Huysmans lnconnu. Parist A. Michel, 1941. Groileau, Charles. Un Logls de J.-K. Huysmans 1 l e s rimontres  de l a Croix-Rouge. Parist G. Cres, 1928. Harry, Myriam. Trois ombres t J.-K. Huysmans. Jules Lemaltre. Anatole France. Parist Flammarion, 1932. Layer, James. The F i r s t Decadent. Being the Strange L i f e of J . K. Huysmans. Londont Faber & Faber, 1954. Lefevre, F r i d i r i c . Entretlens sur J.-K. Huysmans. Parist Editions des Horizons de France, 1931. L e z i n i e r , Michel. Avec Huysmans. promenades et souvenirs. Parist A. Delpeuch, 1928. Lobet, Marcel. J.-K. Huysmans ou l e temoin eeorche. Lyont E. V i t t e , 196"67 Martineau, Rene. Autour de J.-K. Huysmans. Brugest Desclee, De Brouwer, 1946. Mugnier, Arthur. J.-K. Huysmans k l a trappe. Parist Divan, 1927. Ridge, George Ross. J o r i s - K a r l Huysmans. New Yorki Twayne Publishers Inc., 196o\ S e i l l i e r e , Ernest. J.-K. Huysmans. Parist Grasset, 1931. T h i r l v e , Andri. J.-K. Huysmans t son oeuvre. Parist La nouvelle revue c r i t i q u e , 1924. Trudgian, Helen. L*Evolution des Idees esthitlques chez  J.-K. Huysmans. Parist Conard, 1934. Valery, Paul. Huysmans. Parist La Jeune Parque, 192?. Veysset, Georges. Huysmans et l a medeclne. Parist Societe d'edition "Les Belles L e t t r e s , " 1950. IV. OUVRAGES CRITIQUES SUR L'EPOQUE Beuchat, Charles. H i s t o l r e du naturallsme francais. 2 vols. Parist Editions Correa et Cie., 1949. B i l l y , Andre. L*Epoque 1900. Parist Editions Jules T a l l a n d i e r , 1951. Calvet, Jean. Le Renouveau oathollque dans l a l i t e r a t u r e cphtejBporalne. Parist P. Lanore, 1927. Carter, A. E. The Idea of Decadence i n French Li t e r a t u r e (1830-1900). Torohtot University of Toronto Press, 1957. Deffoux, Leon Louis, et Emlle Zavie. Le Groupe de Medan. 3arist Payot et Cie., 1920. Dinar, Andre. Les Auteurs oruels t difenseurs de l a morale  publlque. Parist Mercure de France, 1942. Doumic, Rene. Les .jeunes. etudes et p o r t r a i t s . Parist Perrin, 1907. Dumesnil, Rene. L'Epoque r i a l i s t e et n a t u r a l l s t e . Parist Editions Jules Tallandier, 1946T E l l i s , Havelock. Affirmations. Londont Constable, 1926. . The New S p i r i t . New Yorkt Boni and L i v e r i g h t , 1921. de Flandreysy, Jeanne. Essal sur l a Femme et 1'Amour dans l a l i t t e r a t u r e du XIXe sle"cle. Parist L i b r a i r i e des "Annalesj" 1908. G r i f f i t h s , Richard. The Reactionary Revolutlont The Catholic  Revival i n French L i t e r a t u r e . 1870-1914. Londont Constable, 19661. Huneker, J.-A. A Book of Supermen. New Yorkt Scribner's, 1909. Martino, Pi e r r e . Le Naturalisme francais. P a r i s : L i b r a i r i e Armand Colin, 1923. P e l l i s s i e r , Georges. Le Mouvement l l t t e r a l r e au XIXe s i e c l e . P a r i s : Hachette, 1900. Praz, Mario. The Romantic Agony, trans. Angus Davidson. New York: The World Publishing Company (Meridian Books), 1956. Reggio, Albert. Au s e u i l de l e u r |me, Etudes de psychologle  c r i t i q u e . Paris: Perrln, 1904. Retinger, J.-K. H l s t o l r e de l a l i t t e r a t u r e francaise du  romantlsme k nos .lours. P a r i s : Grasset, 1911. Richard, N 0 8 I . Le Mouvement decadent. Par i s : Nlzet, 1968. Ridge, George Ross. The Hero i n French Decadent L i t e r a t u r e . Athens, Ga.: University of Georgia Press, 196TI Sageret, Jules. Les Grands ConvertIs. Pa r i s : Mercure de France, 1906. Schmidt, Albert-Marie. La L l t e r a t u r a Slmbollsta. Buenos Aires: E d i t o r i a l U n i v e r s l t a r i a de Buenos Air e s , 1962. Thorold, Algar L. Six Masters i n D i s i l l u s i o n . London: Constable, 1909. V. AUTRES OUVRAGES UTILES A CETTE ETUDE Aesthetes and Decadents. Ed. et Intro., K a r l Beckson. New York: Random House (Vintage Books), 1966. Huxley, Aldous. The Doors of Perception and Heaven and H e l l . Harmondsworth, England: Penguin B0pks„ Ltd . , 1959. Huysmans, J.-K. Against Nature. Trans, et Intro., Robeifc Baldick. Harmondsworth, England: Penguin Books Ltd., 1959. Jackson, Holbrook. The Elgnteen Nineties. New Yorkt G. P. Putnam's Sons (Capricorn Books), 1966. Lawrence, D. H. The White Peacock. Londoni J. M. Dent, 1935-Millward, Keith G. L'OEuvre de Pierre L o t l et 1 ' E s p r i t  "F i n de S i e c l e " . Parlst Nizet, 1955. Mordell, Albert. The E r o t i c Motive In L i t e r a t u r e . 2e Edition, 1962t New Yorkt C o l l i e r Books, 1962. Praz, Mario. The Neurotic i n L i t e r a t u r e . Melbournet Melbourne University Press, 1965« Rogers, Katharine M. The Troublesome Helpmate. Seattlet University of Washington Press, 1966. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0102056/manifest

Comment

Related Items