UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Quelques approaches de la critique moderne devant Le Jour est noir Haussmann, Chantal 1973

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Notice for Google Chrome users:
If you are having trouble viewing or searching the PDF with Google Chrome, please download it here instead.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1973_A8 H39_8.pdf [ 5.17MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0101501.json
JSON-LD: 831-1.0101501-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0101501-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0101501-rdf.json
Turtle: 831-1.0101501-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0101501-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0101501-source.json
Full Text
831-1.0101501-fulltext.txt
Citation
831-1.0101501.ris

Full Text

QUELQUES APPROGHES DE LA CRITIQUE MODERNE DEVANT LE JOUR EST NOIR h y CHANTAL HAUSSMANN B.A., Brown U n i v e r s i t y , 1971 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of French We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA October, 1973 In presenting t h i s thesis i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree at the University of B r i t i s h Columbia, I agree that the Library s h a l l make i t f r e e l y available for reference and study. I further agree that permission fo r extensive copying of t h i s thesis fo r scholarly purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representatives. It i s understood that copying or publication of t h i s thesis f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. Department of French The University of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date October Q f 197^ R e s u m e Notre i n t e n t i o n , dans c e t t e these, e s t d'examiner par une analyse i n t e r n e l e degre de coherence a r t i s t i q u e q u i e x i s t e aux niveaux symboliques, thematiques et s t r u c t u r a u x dans Le Jour est n o i r de M a r i e - C l a i r e B l a i s . A c e t t e f i n , nous nous s e r v i r o n s de t r o i s methodes c r i t i -ques: c r i t i q u e phenomenologique, c r i t i q u e thematique et c r i t i q u e s t r u c t u r a l e . Le premier c h a p i t r e e t u d i e l a symbolique du temps s e l o n une methode phenomenologique. Dans l e roman, l e s images qui se r e f e r e n t a. l'eau c o n s t i t u e n t 1'expression c e n t r a l e du temps, formant un reseau temporel et s p a t i a l q u i symbolise l e passe, l e present et l ' a v e n i r des person-nages. L'Eau est evoquee sous p l u s i e u r s aspects: l a mer, l a r i v i e r e , l e b r o u i l l a r d et l a n e i g e . Leurs nuances symboliques seront examinees. Le deuxieme c h a p i t r e e t u d i e l a thematique de l ' a -l i e n a t i o n . Deux niveaux d ' a l i e n a t i o n sont d e c r i t s : une a l i e n a t i o n r e l a t i v e et une a l i e n a t i o n absolue. Le t r o i s i e m e c h a p i t r e examine l a s t r u c t u r e i n t e -r i e u r e du roman a. l a lumiere des o b s e r v a t i o n s de Claude Bremond sur l a s t r u c t u r e des oeuvres romanesques parues dans son a r t i c l e "La Logique des p o s s i b l e s n a r r a t i f s . " i i i Table des matieres I n t r o d u c t i o n 1., I . L a Symbolique de l'eau 11, I I . La Thematique de 1 " a l i e n a t i o n 50 I I I . Les S t r u c t u r e s n a r r a t i v e s 73 IV. C o n c l u s i o n 88, B i b l i o g r a p h i e : 93. Oeuvres c i t e e s 93 Oeuvres cons u l t e e s 95-1. I N T R O D U C T I O N Depuis sa p a r t i t i o n en 1962, Le Jour est n o i r , l e t r o i s i e m e roman de M a r i e - C l a i r e B l a i s , r e s t e peu connu et des c r i t i q u e s et des e t u d i a n t s en l i t t e r a t u r e quebecoise. Les r a i s o n s de ce manque d ' i n t e r e t demeurent evidentes quoique r e g r e t t a b l e s . Par r a p p o r t au grand nombre de romans e c r i t s au Quebec, l e s etudes c r i t i q u e s de ces oeuvres frappent par l e u r r e l a t i v e r a r e t e . De p l u s , l'oeuvre de M a r i e - C l a i r e B l a i s e st copieux quoique l o i n d'§tre termine. I I e s t d i v e r s en genres, en nombre et en i n n o v a t i o n s a r t i s t i q u e s . Pour ce q u i concerne l e s debuts romanesques de l ' a u t e u r , y compris Le Jour e s t n o i r , l e u r importance, du p o i n t de vne de l ' a n a l y s e c r i t i q u e , a p a l i en face de 1 ' e c l a t d'Une  Saison dans l a v i e d'Emmanuel q u i a remporte l e P r i x M e d i c i s en 1966. C'est de ce roman, considere comme un chef d'oeuvre de l a l i t t e r a t u r e quebecoise, que remontent l e s etudes c r i t i q u e s importantes sur M a r i e - C l a i r e B l a i s . I I n ' e x i s t e pas d'analyse c r i t i q u e approfondie du roman J__e Jour est n o i r , mais quelques c r i t i q u e s se sont prononces a son egard, s u r t o u t en des compte-rendus ou des resumes f a i s a n t p a r t i e d'anthologies de l a l i t t e r a t u r e 2. canadienne-francaise. Jean Menard, dans l e s A r c h i v e s des  L e t t r e s canadiennes, Tome I I , d e c r i t ce roman comme etant tone des oeuvres l e s p l u s sombres de l a l i t t e r a t u r e canadien-ne-f r a n g a i s e . ^  Apres un resume q u i t i e n t compte du c a r a c t e r e t o u f f u de l ' i n t r i q u e , M. Menard commente 1'element de d i s -c o n t i n u i t y q u i impregne l ' u n i v e r s du Jour e s t n o i r et q u ' i l c r o i t e t r e un defaut du roman. "Ce roman, en somme, manque d'unite," l-'inter§t-s'eparpille sur -trop de f a i t s - d i f f e r e n t s . Les personnages ne savent ce q u ' i l s v e u l e n t , se pendent 2 sans r e f l e c h i r . " Des personnages du roman, i l nous d i t q u ' i l s ne possedent aucune joyeuse spontaneity et ne res p e c t e n t pas 1 ' e s p r i t d'une enfance q u ' i l s ne peuvent depasser. : I l s ont l e s s o u c i s des a d u l t e s , sans j o u i r de 1•insouciance des en f a n t s . I I f a u d r a i t qu'un j o u r M a r i e - C l a i r e B l a i s cessat de confondre l e s ages et l e s temps. Autrement, e l l e r i s q u e ^ de sombrer de p l u s en p l u s dans 1 1 a r b i t r a i r e . I I a j o ute p l u s l o i n : "...un roman d e v r a i t e n r i c h i r n o t r e connaissance de l'homme, et nous s o u h a i t e r i o n s que Mar i e -C l a i r e B l a i s d e c r i v i t avec p l u s de c l a r t e des personnages i n c o h e r e n t s . " Gerard Tougas, dans H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e  canadienne-fpaneaise d e c r i t Le Jour est n o i r comme "... l'oeuvre l a p l u s poetique de l a n o u v e l l e e c o l e , " et nous d i t que B l a i s s'y f a i t a t t e n t i v e au mystere de v i v r e . 3 En d i s c u t a n t brievement l e s procedes s t y l i s t i q u e s de l ' a u t e u r , M. Tougas touche a un des phenomenes l e s p l u s i n t e r e s s a n t s du roman: l a j u x t a p o s i t i o n de procedes s t y l i s t i q u e s venus du nouveau roman et d'une a r t i c u l a t i o n c l a s s i q u e q u i f o n c t i o n n e comme cadre s t r u c t u r a l du roman. pLes c o n v e r s a t i o n s se b r o u i l l e n t , s e l o n des procedes auxquels t o u t a n t i - r o m a n c i e r q u i se respecte e s t tenu de s a c r i f i e r . M a r i e - C l a i r e B l a i s f a i t un usage modere de ce c o n t r e p o i n t a l a mode. Sa phrase, c o n c i s e et d i r e c t e , e v i t e l e s l i e u x com-muns. En d e p i t des contours vagues exiges par l e genre, Le Jour est n o i r v i t s u r t o u t par l a retenue c l a s s i q u e de son e x e c u t i o n . 6 Parmi d'autres c r i t i q u e s , P i e r r e de Grandpre groupe l e s t r o i s premiers romans de M a r i e - C l a i r e B l a i s , La B e l l e  Bete (1959), Tete Blanche (I960) et Le Jour e s t n o i r (1962) sous l a r u b r i q u e de romans c a r a c t e r i s e s par une c e r t a i n e forme de v i o l e n c e q ui se manifeste dans l a r e v o l t e d'adoles-cents egares dans un u n i v e r s de reve. I I nous d i t a u s s i que: "La v i r u l e n c e de ces oeuvres est cependant e t o u f f e e par une poesie vague et d i f f u s e , q u i p r i v a i t l e s personnages de toute epaisseur r e e l l e . " ^ Cette these comportera, en p a r t i e , une reponse aux o b j e c t i o n s c r i t i q u e s de Menard et de Grandpre, qui sont non seulement vagues mais a u s s i demodees, etant donne l'etendue des recherch.es f a i t e s sur l e genre romanesque depuis l e s annees s o i x a n t e . Pour l e t r a i t de d i s c o n t i n u i t e que mentionne 4. M. Menard, nous essayerons au c o n t r a i r e de montrer, par une analyse i n t e r n e , l e degre de coherence a r t i s t i q u e q u i e x i s t e dans Le Jour est n o i r , coherence q u i se r e v e l e aux niveaux symboliques, thematiques et s t r u c t u r a u x . Quant a l a c o n f u s i o n des ages et des temps que M. Menard c r i t i q u e comme un de f a u t , nous esperons justement montrer l e r61e p a r t i c u l i e r qu'y joue l e Temps. Ce r61e se r a e t u d i e a. t r a v e r s t r o i s methodes c r i t i q u e s : c r i t i q u e phenomenologique pour ce q u i concerne l a symbolique du temps, c r i t i q u e thematique et c r i t i q u e s t r u c t u r a l e q u i degageront une correspondence entre l a forme et l e fond de l'oeuvre. A l ' i d e e qu'un roman d e v r a i t e n r i -c h i r n o t re connaissance de l'homme, nous souscrivons v o l o n -t i e r s , mais pas de l a facon qu'impliquent Menard et Grandpre. Les jugements de c e u x - c i reposent sur l a c o n v i c t i o n q u 'ins-t r u i r e et p l a i r e sont l e s buts de l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e ou que personnages et s i t u a t i o n s d oivent renvoyer a. une c o i n c i -dence p l u s ou moins exacte entre " l a r e a l i t e humaine" et l a " r e a l i t e " du monde romanesque. Autrement d i t , M. Menard et M. Grandpre ne semblent pas a v o i r apprecie l e c a r a c t e r e l y r i -que et meme o n i r i q u e du roman. M a r i e - C l a i r e B l a i s nous p r e -sente un monde reve q u i se s u b s t i t u e au monde r e e l pour dormer a l ' u n i v e r s personnel des personnages une t r o i s i e m e dimension, une espece d'intermonde s i t u e a. mi-chemin entre l a v i e s p i r i -t u e l l e et l e monde m a t e r i e l . Nous croyons que l a c r e a t i o n de cet intermonde, venant largement du f a i t que l e personnage 5. r e s t e c a p t i f de son f o r i n t e r i e u r , f o u r n i t sa p l u s grande source a l a poesie du Jour est n o i r . I I e x i s t e une t e n s i o n l y r i q u e q u i p r o v i e n t justement de l a j u x t a p o s i t i o n de 1 1evenement vecu et de 1'evenement imagine, et du glissement de l'un a. 1'autre. Avant de pres e n t e r l e s d i v e r s aspects q u i vont c o n s t i t u e r l e s u j e t de c e t t e these, nous croyons q u ' i l s e r a i t p r o f i t a b l e de f a i r e brievement quelques c o n s i d e r a t i o n s metho-dologiques q u i ont non seulement i n f l u e n c e l e c h o i x de metho-des c r i t i q u e s assez v a r i e es u t i l i s e e s " dans c e t t e these, mais a u s s i l e u r convergence dans notre t i t r e : "Quelques Approches de l a .critiqu e moderne devant Le Jour e s t n o i r . " Dans 1 ' i n t e n t i o n meme de no t r e analyse, nous avons c r u e s s e n t i e l de nous l i m i t e r a l ' u n i v e r s propre du roman sans f a i r e i n t e r v e n i r de commentaire quelconque de l a p a r t de l ' a u -t e u r sur son propre roman. Dans notre cas, c e t t e d e c i s i o n a ete f a c i l i t e e par l e f a i t que M a r i e - C l a i r e B l a i s r e s t e assez s i l e n c i e u s e sur son oeuvre l i t t e r a i r e a 1'exception de q u e l -ques e n t r e t i e n s p r i v e s . P l u s importante encore est l a c o n s i -d e r a t i o n qu'un roman, une f o i s termine par l e romancier, as-sume une v i e q u i l u i e st propre en tan t que r e a l i t e l i v r e s q u e hors du c o n t r o l e de 1 ' a r t i s t e q u i l ' a cree. F a i r e un roman, comme l a c r e a t i o n de toute oeuvre d ' a r t , presuppose que l ' a u t e u r n ' a v a i t pas l a m a i t r i s e i n t e l l e c t u e l l e du probleme q u i l ' a pousse a. e c r i r e . B i e n qu'au moment de sa c r e a t i o n , l e roman s o i t gouverne par une ou p l u s i e u r s i n t e n t i o n s de l ' a u t e u r , ces 6. i n t e n t i o n s d o i v e n t evoluer s e l o n l a p o u r s u i t e de l ' a u t e u r , e t s e l o n l e phenomene d'osmose q u i se p r o d u i t entre l ' a u t e u r et sa c r e a t i o n l i t t e r a i r e . Le roman, une f o i s acheve par l ' a u t e u r et vu par l e l e c t e u r , e x i s t e e n - s o i , ouvert a. des m u l t i p l e s i n t e r p r e t a t i o n s . C e l a ne veut pas d i r e , cependant, que l'oeuvre a une e x i s t e n c e independante ou o b j e c t i v e . E l l e a p p a r a i t dans un u n i v e r s l i t t e r a i r e habite" par des oeuvres deja. e x i s t a n t e s et auquel e l l e s ' i n t e g r e . Quant a 1 ' i n t e r p r e t a t i o n de l ' o e u v r e , e l l e v a r i e r a s u i v a n t l a p e r s o n n a l i t e et l a f o r m a t i o n du c r i -t i q u e , et s u i v a n t l e s epoques. L'auteur, b i e n s u r , peut o f f r i r son i n t e r p r e t a t i o n mais e l l e a u s s i s e r a gouvernee par un sub-j e c t i v i s m e de l a l e c t u r e et de l'epoque. C'est l a t e n t a t i o n de juger une oeuvre d'art s e l o n l 1 i n t e n t i o n de l ' a u t e u r q u i nous p a r a i t erronee. Notre analyse done, s e r a fondee sur l e t e x t e de l ' o e u v r e , sans temoignages de l ' a u t e u r . Nous p a r l e -rons de 1'univers du roman de M a r i e - C l a i r e B l a i s et non de 1 1 u n i v e r s de 1'auteur. P l u s i e u r s methodes c r i t i q u e s se presentent pour l ' a n a l y s e du Jour est n o i r . I I s e r a i t p o s s i b l e , par exemple, de c h o i s i r une image s t y l i s t i q u e et de 1'analyser en d e t a i l . Cette p e r s p e c t i v e , sans doute, s e r a i t t r e s r e v e l a t r i c e et v a l a b l e , mais pour un s e u l aspect du roman. De p l u s , l e s dangers, s u r t o u t pour un roman a u s s i peu connu que Le Jour  e s t n o i r , semblent nombreux. Pour une oeuvre c e l e b r e , i l 7. est p o s s i b l e d ' i s o l e r un t r a i t p a r t i c u l i e r justement parce q u ' i l e x i s t e une q u a n t i t e abondante d 1 i n t e r p r e t a t i o n s q u i temoignent l a r i c h e s s e de l'oeuvre. Les desavantages, pour une oeuvre peu connue, d'une p e r s p e c t i v e r e s t r e i n t e s e r a i e n t de p r e s e n t e r une vue p a r t i e l l e et l i m i t e e de l'oeuvre et de r i s q u e r une i n t e r p r e t a t i o n incomplete dans l a mesure ou e l l e r e l e v e r a i t un element de son contexte. Ayant decide d ' e v i t e r l e s desavantages d'une perspec-t i v e r e s t r e i n t e , nous avons considere l e s avantages d'une approche f o r m e l l e , c e l l e de l ' a n a l y s e i n t e r n e et s t r u c t u r a l e q u i permettra de p e r c e v o i r l'oeuvre dans sa t o t a l i t e . Comme l e d i t S e r j e Doubrovsky: La p e r c e p t i o n c r i t i q u e c o r r e c t e sera c e l l e q u i aura une ' p r i s e p r e c i s e ' , qui s a i s i r a l'oeuvre a l a f o i s dans son u n i t e et sa t o t a l i t e , dans l a communication concrete de ses aspects par-t i c u l i e r s . I I s ' a g i r a de comprendre l e s p a r t i e s par l e tout q u ' e l l e s forment, et l e t o u t , non comme une somme, mais une synthese de p a r t i e s l i e e s entre e l l e s . " 8 En p l u s de 1 ' i n t e r S t que presente 1 1 a p p r e c i a t i o n de l'oeuvre comme t o t a l i t e , une approche f o r m e l l e a l e double avantage d'approfondir l a n o t i o n que r i e n n'est g r a t u i t de l a pa r t de l ' a u t e u r e t , comme nous 1'avons d e j a d i t , de se p o r t e r sur 1'univers du roman p l u t o t que sur c e l u i du romancier. Une o b j e c t i o n p o s s i b l e , qui v i e n d r a i t s u r t o u t des c r i t i q u e s so-c i o l o g i q u e s , s e r a i t qu'une methode s t r u c t u r a l i s t e de ce genre b o r n e r a i t l'oeuvre ou l a c r e a t i o n romanesque en t a n t qu'objet 8. d ' a r t . Nous avons c r u e s s e n t i e l d ' e v i t e r une approche s o c i o -l o g i q u e q u i v i s e r a i t a e t a b l i r une homologie entre l ' u n i v e r s du roman et l a " v i s i o n du monde", 1'ensemble de tendances, sentiments, et d'idees s p e c i f i q u e s a un groupe p a r t i c u l i e r . Ce genre d 1 e q u a t i o n a d e j a ete e x p l o i t e par Edmund Wilson et L u c i e n Goldmann a propos d'Une S a i s o n et de La B e l l e Bete, deux romans qui se r a t t a c h e n t par l e u r contenu, p l u s p r e c i -sement a une r e a l i t e q u i e x i s t a i t , i l y a une d i z a i n e d'annees, 9 & 10 au Quebec. Pour notre p a r t , nous avons juge mappro-p r i e dans Le Jour e s t n o i r , de deduire un schema q u i e t a b l i -r a i t des correspondances entre l ' u n i v e r s du roman et une r e a -l i t e p o l i t i q u e , s o c i a l e ou r e l i g i e u s e . Le premier c h a p i t r e e t u d i e r a l a symbolique du temps dans l e roman se l o n une methode phenomenologique i n s p i r e e s u r -t o u t de l'oeuvre de Gaston Bachelard et de M i c h e l Mansuy. A cet egard, l e s images aquatiques, c e l l e s q u i r e n v o i e n t aux d i v e r s e s m a n i f e s t a t i o n s que prend l ' e a u , f o n c t i o n n e n t dans Le  Jour e s t n o i r comme symboles du temps passe, present et f u t u r , s e l o n l a forme de l'eau evoquee e t , s e l o n son emplacement dans l e roman. L'eau se r e v e l e premierement comme un symbole du temps passe, a. l a f o i s p r i m o r d i a l , e t e r n e l et perso n n e l . Selon B a c h e l a r d , l'eau est naturellement m a t e r n e l l e et c'est sous 1'aspect de l a mer ou de 1'ocean que se trouve un des p l u s constants symboles maternels. B i e n que 1'ecoulement de l'eau s o i t a u s s i l e symbole tr o p connu de l a v i e et de son d e s t i n qui g l i s s e sans r e p i t v e r s sa d i s s o l u t i o n , d'autres composantes de l ' e a u , notamment l e b r o u i l l a r d et l a neige a m p l i f i e n t l a symbolique du temps en f a i s a n t r e s s o r t i r 1'ambivalence d'un temps personnel et i n t e r i e u r q u i se heurte au temps o b j e c t i f et chronologique. Le b r o u i l l a r d , en creant ses propres resonnances temporelles et s p a t i a l e s , represente un temps suspendu et immobile, non moins vecu que l e temps l i n e a i r e et q u i l e prolonge et l e transcende. De meme l a n e i g e , a s s o c i e e dans Le Jour est n o i r avec l a mort, represente a l a f o i s un temps f u t u r et un p a r a d i s t e r r e s t r e . Le deuxieme c h a p i t r e e s t consacre a. l a thematique du temps, s u r t o u t par r a p p o r t aux themes de 1 ' a l i e n a t i o n et de 1'incommunicabilite. Le t r o i s i e m e s e r a une analyse s t r u c t u r a l e q ui a pour but d'approfondir l e s s t r u c t u r e s n a r r a t i v e s du r e c i t . Le c h a p i t r e s e r a fonde sur un a r t i c l e paru dans Communications 8: "La Logique des p o s s i b l e s n a r r a t i f s " de Claude Bremond. 10. NOTES (INTRODUCTION) 1. Jean Menard, "Le Jour e s t n o i r , " A r c h i v e s des L e t t r e s canadiennes, Tome I I , (1963), p. 327. 2 . Menard, p. 328. 3 . Menard, p. 328. 4. Menard, p. 328. 5. H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-franqaise ( P a r i s : P resses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1967) , p. 200. 6 . Tougas, p. 201 . 7 . H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e f r a n q a i s e au Quebec, Tome IV (Montreal: L i b r a i r i e Beauchemxn L i m i t e e , 1969) , p. 133. 8. Pourquoi l a n o u v e l l e c r i t i q u e ( P a r i s : Mercure de France, 196877 p. 65. 9 . Edmund Wi l s o n , " I n t r o d u c t i o n to A Season i n the L i f e of Emmanuel," A Season i n the l i f e of Emmanuel, t r a n s . Derek CoTtman (New York: Grosset and Dunlop, 1969) . 10. L u c i e n Goldmann, S t r u c t u r e s mentales et c r e a t i o n c u l - t u r e l l e ( P a r i s : E d i t i o n s Anthropos, 1970) , pp. 401-414. 11. CHAPITRE I : LA SYMBOLIQUE DE L'EAU Ce c h a p i t r e etudie l a symbolique du temps dans l e roman Le Jour est n o i r s e l o n une methode phenomenologique basee premierement sur l e t e x t e du roman, et deuxiemement, sur 'les recherches de Gaston Ba c h e l a r d , M i c h e l Mansuy et M i r c e a E l i a d e . Comme ex p r e s s i o n c e n t r a l e du temps, nous avons d h o i s i d 1 examiner l e s images qui se r e f e r e n t a. l'eau. Le c h a p i t r e a deux i n t e n t i o n s p r i n c i p a l e s . La premiere e s t d'analyser l e s images aquatiques et l e s s i t u a t i o n s ou. appa-r a i s s e n t l'eau et ses composantes, l e b r o u i l l a r d et l a neige. L'analyse des images aquatiques s u i v r a l a s t r u c t u r e chronolo-gique du roman q u i comporte un prologue, c i n q p a r t i e s , un c h a p i t r e i n t i t u l e "Les Retours" et un e p i l o g u e . Pour ce qui concerne l e classement des images, nous s u i v r o n s l ' o r d r e de-termine par Gaston Bachelard dans L'Eau et l e s r§ves, s u i v a n t l a d i s t i n c t i o n q u ' i l f a i t entre l e s images s u p e r f i c i e l l e s ou p i t t o r e s q u e s , et l e s images profondes ou fondamentales q u i t r a d u i s e n t un sentiment humain p r i m i t i f . Quant aux resonances des images l i t t e r a i r e s , nous nous s e r v i r o n s des analyses de Ba c h e l a r d , Mansuy et E l i a d e ; l e u r s recherches c o n s t i t u e r o n t l e p o i n t de depart pour l e s d i v e r s niveaux symboliques que prend l'eau dans Le Jour est n o i r . La deuxieme i n t e n t i o n s e r a d ' e t a b l i r des correspondences entre l'eau et l e temps dans l e roman, correspondances q u i se v o i e n t a p a r t i r de l a forme d'eau evoquee et du contexte temporel qu'entraine l e r61e de l'eau dans l e roman. Entre l a nature des images aquatiques et l e u r symbolisme sur l e p l a n temporel, i l e x i s t e un v a - e t -12. v i e n t de l'un a. 1'autre. Notre analyse f e r a r e s s o r t i r ce mouvement a l t e r n a t i f i n e v i t a b l e . Pour ce qui concerne l e s images aquatiques qui se trouvent dans ciiaque p a r t i e du Jour est n o i r , nous ferons preceder 1'analyse par un court resume de l ' i n t r i g u e et de l a structure generale de l a p a r t i e en question. Le Jour est n o i r etant peu connu, nous avons cru cette etape necessaire pour f a c i l i t e r l a lecture de cette these. Marie-Claire B l a i s c h o i s i t d'ouvrir son r e c i t par un prologue qui fonctionne non seulement comme une presentation des evenements anterieurs a 1'action propre du roman, mais • aussi comme un presage d'apres le q u e l l e le c t e u r peut pr e v o i r l ' a v e n i r des ci n q personnages en question. Ces elements de presentation et de presage c a r a c t e r i s t i q u e s du prologue du Jour est noir.. ont l e u r s origines dans l a structure classique de l a tragedie grecque: l e s prologues servent a s i t u e r et l e sujet du drame et l e s evenements qui l e p r e c i p i t e n t . Dans l e cas du Jour est n o i r , l e prologue e t a b l i t l e s r e l a t i o n s entre l e s c i n q personnages principaux et cree 1'atmosphere d'attente du roman e n t i e r . L'action se passe un samedi apres-midi probablement pendant l ' e t e , quoique l a saison aussi bien que l'e n d r o i t ne soient pas pr e c i s e s . Le paysage reste i n d e t e r -mine malgre quelques vagues i n d i c a t i o n s sceniques dans, l e prologue. I I y a une r i v i e r e , des c e r i s i e r s , un arbre pourri. et des balancoires. Situes dans une ambiance qui t r a d u i t une douceur bucoliqiie, quatre enfants au s e u i l de 1'adolescence 13. sont en t r a i n de c u e i l l i r et de manger des c e r i s e s . Deux d'entre eux, Yance et Josue c h o i s i s s e n t de se "balancer t a n d i s que l e s deux a u t r e s , Raphael et M a r i e - C h r i s t i n e s ' a s s o i e n t sur une branche d'arbre t o u t p r e s . E n s u i t e l e s quatre enfants se separent en couples: Y a n c e — J o s u e , M a r i e - C h r i s t i n e — Raphael. I l s se d i r i g e n t tous v e r s une r i v i e r e . Sur l a r i v e , Raphael embrasse M a r i e - C h r i s t i n e . Pendant que Yance l e r e -garde f a i r e , Josue avance s e u l dans l e b r o u i l l a r d q u i enveloppe l a r i v i e r e . Un moment apres, Josue s o r t du b r o u i l l a r d et l e s quatre se regroupent. Une tempete s'annonce et i l s r e n t r e n t chez eux. Chez Raphael et Yance q u i sont f r e r e et soeur, un cinquieme personnage nomme Genevieve, berce un p e t i t enfant N i c o l a s q u ' e l l e essaye d'endormir en l u i chantant une berceuse. Tout a. l a f i n du prologue et dans une scene u l t e r i e u r e au samedi en q u e s t i o n , Yance et Raphael se promenent, ce d e r n i e r annonQant son i n t e n t i o n de p a r t i r . Le prologue se termine par l e depart de Raphael pour des r a i s o n s et des l i e u x i n d e -termines. Malgre l e c a r a c t e r e vague et scinde de 1 ' i n t r i g u e , marquee s u r t o u t par une absence d ' i n t e r p r e t a t i o n de l a p a r t de l ' a u t e u r sous l a forme d'une n a r r a t i o n omnisciente, l a s t r u c t u r e et l a thematique du prologue sont assez i n t e l l i g i -b l e s . T r o i s questions s u r g i s s e n t du dialogue entre l e s e n f a n t s , des questions qui t r a d u i s e n t l e theme d'une quete metaphysique,: q u i sommes-nous? d'ou venons-nous? et que ferons-nous? Le prologue montre l e s enfants dans un e t a t de l i m b e s , l i b r e s s o i t d'avancer v e r s l'age a d u l t e et toutes ses r e s p o n s a b i l i t e s , 14. s'oit de r e c u l e r v e r s l'enfance au moins s p i r i t u e l l e m e n t , de r e f u s e r l e temps present et l ' a v e n i r . Le theme d'une d e f i n i -t i o n de s o i en termes d ' o r i g i n e s , d * a c t i o n s et de temps pre-sent, passe et f u t u r c o n s t i t u e non seulement l a base de l a s t r u c t u r e du prologue mais a u s s i l e l e i t m o t i f de tout l e roman. En quelque s o r t e , l e s c i n q p a r t i e s du roman formulent d i f f e r e n t e s reponses aux questions metaphysiques soulevees. Ces reponses seront etudiees dans l a mesure ou. e l l e s se d e f i -n i s s e n t par l e c o n f l i t entre l e temps s u b j e c t i f du personnage et l e temps chronologique. Une l e c t u r e du prologue r e v e l e que l'e a u , beaucoup p l u s que l e s autres elements, l e f e u , l ' a i r ou l a t e r r e , appa-r a i t comme un axe con s t a n t , non seulement en f o n c t i o n d'une ornementation du paysage mais comme un reseau temporel et s p a t i a l q u i i n f l u e n c e , pour au moins un des personnages, l e passe, l e present et l ' a v e n i r . Josue, pour adopter une t e r m i -n o l o g i e chere a. Bach e l a r d , est un e t r e "voue a 1'eau."^ I I se d e f i n i t en p a r t i e par ses ra p p o r t s avec l ' e a u , q u ' e l l e s o i t sous l a forme de l a mer, de l a r i v i e r e ou du b r o u i l l a r d . Un recensement des images dans l e prologue montre l e s d i v e r s e s m a n i f e s t a t i o n s que prennent l'eau et ses compo-santes. A p l u s i e u r s r e p r i s e s l a mer, l a r i v i e r e et l e b r o u i l -l a r d sont evoques. Moins nombreuses, mais se rangeant dans l a c a t e g o r i e des images aquatiques, on v o i t une f o n t a i n e , l a p l u i e , des pecheurs, 1'orage, l e sable et l a boue. Pour ce qui concerne l e s types d'images l i t t e r a i r e s qu'assument l'eau 15. et ses d i v e r s e s m a n i f e s t a t i o n s , i l s ' a g i t s u r t o u t de comparai-sons; on ne r e l e v e que deux metaphores marines. Au cours de notre analyse, nous verrons que l'eau f o n c t i o n n e premierement dans l e prologue comme un p r i n c i p e de t r a n s f o r m a t i o n : c'est l'eau baptismale. Quant a l a mer, e l l e est evoquee s u r t o u t en f o n c t i o n d'une symbolique mater-n e l l e . Nous verrons a u s s i que l'eau a p p a r a i t comme l e l i e u d'une ev a s i o n , l'espace d'un passe q u i r e n v o i e a l'enfance et comme une source d'animation de souvenirs et de memoires. Comme moyen de classement des images qui r e n v o i e n t . a. l ' e a u , nous avons decide de s u i v r e l ' o r d r e chronologique de l e u r apparence dans l e prologue, m o d i f i e par l a frequence des r e f e r e n c e s au genre d'eau en qu e s t i o n . A cet egard, nous voyons q u ' i l e x i s t e dans l e prologue, une e v o l u t i o n des d i -verses formes de l'eau: de l a mer a l a r i v i e r e , de l a r i v i e r e au b r o u i l l a r d et du b r o u i l l a r d a. l ' o r a g e . Cette e v o l u t i o n s e r a d i s c u t e e apres l ' a n a l y s e des d i v e r s e s expressions de l'eau. La mer est d'abord evoquee dans l e prologue sous une forme assez enigmatique. L'un des personnages, Raphael, pose une q u e s t i o n a. Josue: "d'ou. v i e n s - t u ? " Josue repond " q u ' i l v i e n t de l a mer." A premiere vue, c e t t e reponse semble r e u n i r simplement l e s o r i g i n e s geographiques de Josue, sans p r e c i s i o n exacte. Or, l e manque de p r e c i s i o n , p r i s avec l e commentaire du n a r r a t e u r que "Josue est un peu m e u r t r i en dedans quand i l p a r l e de l a mer" l a i s s e soupQonner q u ' i l s ' a g i t d'une reponse 16. 2 beaucoup p l u s s u b t i l e qu'une simple i n d i c a t i o n geographique. En f o n c t i o n de l a s t r u c t u r e du prologue, i l e s t important de not e r que c e t t e q u e s t i o n "d'ou v i e n s - t u ? " r e -presente une des t r o i s questions metaphysiques venant du d i a -logue des personnages. Au nive a u metaphysique, c e t t e q u e s t i o n se trouve a l a base des o r i g i n e s de toute v i e humaine. Au m§me n i v e a u , l'eau precisement sous 1'image de l a mer, appa-r a i t comme l'un des symboles maternels l e s p l u s constants. La reponse de Josue, i n t e r p r e t e d sous ce meme aspect, prend l e s dimensions d'une symbolique m a t e r n e l l e . La s i t u a t i o n f a m i l i a l e des enfants r e n f o r c e l a p o s s i b i l i t e d'une t e l l e symbolique: l e s parents de Yance et Raphael se s e r a i e n t s u i -c i d e s l ' h i v e r precedent, et l e s parents de Josue ne semblent pas e x i s t e r . Bachelard t r a i t e l'eau m a t e r n e l l e s u r t o u t en f o n c t i o n de ses resonances n o u r r i c i e r e s , l a t r a n s f o r m a t i o n de l'eau en l a i t m a t emel. Mansuy e l a r g i t l a conception de Bachelard en reconnaissant dans l ' e a u , un symbole de l ' o r i g i n e de toute l a v i e . En se fondant sur l a medecine des anciens i l nous d i t : "Comme d'autre p a r t l e foetus se developpe dans l'eau de 1'uterus, de meme que l e c r i s t a l dans l e s eaux-meres, i l est normal de c o n s i d e r e r l'eau comme l a matrice et m§me l a mere de toute chose." Les psychanalystes appuient c et argument: "Qu'elle s o i t etang ou ocean, Jung l a compte parmi l e s symboles l e s p l u s anciens de 1'archetype maternel." Selon Mansuy, l'eau p r e n d r a i t un c a r a c t e r e maternel s u r t o u t par son element n o u r r i c i e r et son rythme berceur. G i l b e r t 17. Durand o f f r e une i n t e r p r e t a t i o n p l u s cosmique de l a maternite des eaux, i n s p i r e e par l e s recherches de M i r c e a E l i a d e : "Les eaux se t r o u v e r a i e n t au commencement et a l a f i n des evene-ments cosmiques... l e s eaux precedent toute c r e a t i o n et toute forme... l e s eaux s e r a i e n t done l e s meres du monde. Quoique l'eau n o u r r i c i e r e n 1 e n t r e pas dans l e pro-logue, l'eau bercante a c e r t a i n s r a p p o r t s avec l e s deux meta-phores marines q u i s'y t r o u v e n t . Le contexte du roman et l e f a i t que Josue n'a que t r e i z e ans, permettent de v o i r une a s s o c i a t i o n entre l a mer et l' e n f a n c e , a s s o c i a t i o n q u i f e r a i t de l a mer l a mere s p i r i t u e l l e de Josue. Cette a s s o c i a t i o n devient p l u s c l a i r e s i l ' o n se souvient que Josue a q u i t t e l a mer et done, quand e l l e e s t evoquee par l u i q u ' e l l e r e u -n i t des souvenirs du passe, passe q u i forcement equivaut a l'enfance de Josue. L'idee d'une eau berceuse est a m p l i f i e e par quelques i n d i c e s donnes dans l e t e x t e meme. Pendant que Josue se balance, Raphael et M a r i e - C h r i s t i n e d i s e n t , "Josue est un bateau," "Josue est un phare."^"'"'1"^ Ces deux meta-phores marines semblent g r a t u i t e s , a moins qu'on ne l e s r a t -tache en quelque s o r t e avec l a n o t i o n de rythme evoquee par l e mouvement des b a l a n c o i r e s . Sous cet aspect, ces deux metaphores i n c o r p o r e n t a. l a f o i s l ' i d e e de soumission au rythme de l'eau et l a n o t i o n d'avertissement ou de s e c u r i t e . Ce rythme reprend l ' i d e e de Mansuy d'une eau berceuse et m a t e r n e l l e , justement parce q u ' e l l e berce. "L'eau s a t i s f a i t 18. un b e s o i n l a t e n t meme chez l'homme f a i t q u i , sans t o u j o u r s en a v o i r p l e i n e conscience, r e g r e t t e l e temps ou i l e t a i t balance dans une b e r c e l o n n e t t e , sous l a chaude p r o t e c t i o n n de ses parents."' La n o t i o n de s e c u r i t y i n t r o d u i t e par l a metaphore du phare est secondee par l e commentaire du nar-r a t e u r q u i i n t e r v i e n t , d i s a n t que Josue "...aime s e n t i r q u ' i l y a quelqu'un en bas, comme chez son pere, quand l a tempete b a t t a i t a l a f e n e t r e . A l o r s , on entendait l e s femmes et l e s hommes de l a maison q u i p a r l a i e n t a v o i x chaude."(H) L'e v o c a t i o n de l a maison f a m i l i a l e , a b r i contre l e s tempetes, et l e s deux metaphores qui s o u l i g n e n t l e sentiment de s e c u r i t e , e l a r g i s s e n t 1 ' a s s o c i a t i o n entre l a mer et l ' e n -fance en f a i s a n t de l a mer l e paysage de l'enfance de Josue. Ce paysage a u r a i t pour centre l a mer, et se f i x e r a i t dans l e passe. Q u ' i l s o i t maintenant separe d ' e l l e , au moins p h y s i -quement, es t s o u l i g n e par un c o n t r a s t e e t a b l i entre l a r i v i e r e q u i se trouve a l a portee des enfants et l e s souvenirs de l a mer evoques par l e d i a l o g u e . Josue demande s ' i l e s t v r a i q u ' i l n'y a qu'une r i v i e r e dans toute l a v i l l e . Par une ques-t i o n p a r a l l e l e , Raphael demande s ' i l e s t v r a i q u ' i l y a l a mer l a d'ou. v i e n t Josue. La reponse de Josue "Oui, des mai-(a) sons pour l e s p§cheurs, et l a mer, et l a brume, b i e n s u r " w y r e n f o r c e l a n o t i o n de l a mer comme centre de l ' u n i v e r s de l'enfance de Josue, en l u i pr§tant un contexte p l u s personnel: l ' a b r i f a m i l i a l , l e s gens q u i h a b i t e n t pres de l a mer et en dependent, et l a brume, phenomene a e r i e n et aquatique q u i envahit l a mer et ses a l e n t o u r s . Done, l a n o t i o n de mer 19. devient p l u s p r e c i s e et p l u s p e r s o n n e l l e , agrandie par un espace h a b i t e , l a maison f a m i l i a l e de Josue. En d e p i t de sa s e p a r a t i o n de l a mer, Josue se trouve encore "un peu m e u r t r i en dedans quand i l p a r l e de l a mer. (q) Mais on ne peut s a v o i r p o u r q u o i . " w y Cette s e p a r a t i o n l u i s e r a i t p e n i b l e . I I e s t i n t e r e s s a n t de remarquer que l e n a r -r a t e u r se garde d ' o f f r i r une e x p l i c a t i o n au phenomene. Ce manque d ' e x p l i c a t i o n aide a s i t u e r Le Jour est n o i r par r a p -p o r t au roman t r a d i t i o n n e l . De ne pas f o u r n i r d ' e x p l i c a t i o n c o n s t i t u e une d e s t r u c t i o n de 1'element d'omniscience. Dans l e cas du Jour e s t n o i r , l e n a r r a t e u r en s a i t autant que son personnage mais pas p l u s . Ce phenomene in d i q u e assez 1'evo-l u t i o n romanesque de l ' a u t e u r , l ' o u v e r t u r e dans l a d i r e c t i o n du nouveau roman. L'elargissement de 1'espace marin q u i s'accomplit s u r t o u t par 1 ' i n c o r p o r a t i o n de l a maison f a m i l i a l e amene un autre element, l a brume. En termes de reseau temporel et s p a t i a l , l a maison s e r t s u r t o u t a s i t u e r l a mer dans un paysage du passe, c e l u i de l'enfance de Josue. La brume, par c o n t r e , s'associe assez curieusement avec l ' a v e n i r de deux des person-nages, Josue et Yance. A l a q u e s t i o n "...Que f e r a s - t u quand t u seras un homme?"^"^ Josue repond q u ' i l aura une maison dans l a brume. A l a suggestion q u ' i l s e r a frequente par Yance, i l r e p l i q u e que l e s maisons de brume sont t r o p p e t i t e s . Done, 1'espace q u ' i l h a b i t e r a dans l ' a v e n i r e x c l u t l e s a u t r e s , sauf (12) pour quelqu'un, Yance, q u i se f e r a i t mince comme une ombre. v 20. I I e s t i n t e r e s s a n t de remarquer que l a "brume i c i s'associe non seulement avec l ' a v e n i r , mais a u s s i avec un f u t u r f a n t a s t i q u e et meme menacant. La p o s s i b i l i t y d ' a v o i r un enfant e s t men-tionnee mais a. l a c o n d i t i o n d ' e l a r g i r l a maison, c o n d i t i o n q u i amenerait s e l o n Josue, l a mort de 1'enfant. Tout ce dialogue qu i r e t i e n t une q u a l i t e s u r n a t u r e l l e resonne assez fortement comme une s o r t e de presage, augure de l ' a v e n i r de Yance et Josue, l e couple c e n t r a l du roman. La n e c e s s i t e d'agrandir l a maison a. cause d'un enfant deviendra un episode de c r i s e dans l a v i e du jeune couple. La mort de l a p e t i t e f i l l e de Yance se r a presque accomplie; Roxane s e r a abandonnee par ses parents. Done l a brume est suggestive a. l a f o i s d'un temps f u t u r et d'un f u t u r menac,ant. Par ses q u a l i t e s vagues et im-p r e c i s e s , e l l e resume b i e n l ' i d e e d'un a v e n i r i n c e r t a i n . Apres 1'evocation de l a mer q u i r e n v o i e a. un temps passe et de l a brume q u i annonce un temps f u t u r , 1 ' a t t e n t i o n des personnages se port e vers l a presence d'une r i v i e r e . La r i v i e r e semble a v o i r une f o r t e a t t i r a n c e pour tous l e s person-nages; e l l e s e r t de l i e u b a p t i s m a l ou a l i e u 1 ' i n i t i a t i o n a l'age a d u l t e . La r i v i e r e etant l ' e n d r o i t ou. Raphael embrasse M a r i e - C h r i s t i n e , s'impose premierement comme un l i e u d ' i n t i m i t e . Cependant, l e s consequences de c e t t e intimites sont a n t i t h e t i -ques. Pour Raphael, l e f a i t d'embrasser M a r i e - C h r i s t i n e c o n s t i -tue une s o r t e de r i t e dormant acces a. l'age a d u l t e . Pour M a r i e -C h r i s t i n e , l e f a i t d'etre embrassee represente un a v i l i s s e m e n t de son enfance, un evenement n e g a t i f q ui d e t r u i t 1'innocence de sa jeunesse. La p r o x i m i t e de l'eau e n t r a i n e des evenements q u i s i g n i f i e n t a l a f o i s une f i n et un commencement: f i n ou mort de l ' e n f a n c e , debut de 1'adolescence ou de l'age a d u l t e . M i r c e a E l i a d e p a r l e assez longuement de l a symbolique du c o n t a c t avec l'eau q u i s e l o n l u i , incarne une mort a u s s i b i e n qu'une r e g e n e r a t i o n . The Waters symbolize the e n t i r e u n i v e r s e of the v i r t u a l ; they are the fons et o r i g o , the r e s e r v o i r of a l l the p o t e n t i a l i t i e s of e x i s t e n c e ; they precede every form and s u s t a i n every c r e a t i o n . The exemplary image of the whole c r e a t i o n i s the I s l a n d t h a t sudden-l y 'manifests' i t s e l f amidst the waves. Conversely, immersion i n the waters symbolizes a r e g r e s s i o n i n t o the p r e - f o r m a l , r e i n t e g r a t i o n i n t o the u n d i f f e r e n t i a -t e d mode of p r e - e x i s t e n c e . Emergence repeats the cosmogonic act of formal m a n i f e s t a t i o n ; w h i l e immer-s i o n i s e q u i v a l e n t t o a d i s s o l u t i o n of forms. That i s why the Symbolism of the Waters i n c l u d e s Death as w e l l as R e - B i r t h . Contact w i t h water always goes w i t h a r e g e n e r a t i o n , on the one hand because d i s s o l u -t i o n i s f o l l o w e d by a 'new b i r t h ' , and on the other hand because immersion f e r t i l i z e s and m u l t i p l i e s the p o t e n t i a l i t i e s of l i f e . 8 Le b r o u i l l a r d , q u i entoure l a r i v i e r e correspond egalement a une eau t r a n s f o r m a t r i c e et a f f e c t e Josue. Yance et Josue se trouvent dans une s i t u a t i o n p a r a l l e l e a c e l l e de Raphael et de M a r i e - C h r i s t i n e . Josue prend l a main de Yance et l u i demande d'avancer dans l e b r o u i l l a r d avec l u i . Le n a r r a t e u r r e l a t e cependant que c'est un geste i n c o n s c i e n t chez l u i . Yance r e t i r e sa main et Josue avance s e u l dans l e b r o u i l l a r d . I I est l e s e u l personnage q u i d e v i e n t immerg par l ' e a u , et l e commentaire du n a r r a t e u r , "Josue r e v i e n t du b r o u i l l a r d . C'est un enfant Stranger 1 6 ^ ne l a i s s e aucun. doute: i l a b i e n s u b i une t r a n s f o r m a t i o n . Or 1'usage du mot "enfant" s o u l i g n e que c e t t e t r a n s f o r m a t i o n ne s e r a i t pas comme pour Raphael, une I n i t i a t i o n v e r s l'age a d u l t e . En co n t r a s t e avec c e l l e de Raphael, l a t r a n s f o r m a t i o n de Josue r e s t e assez ambiguS; i l y a l a seule i n d i c a t i o n q u ' i l s ' a g i -r a i t d'une r e a c t i o n de peur. En contemplant l'orage et l a p l u i e qui s'annoncent, Josue semble a t t e i n t par l a peur. Le n a r r a t e u r d i t : " I I Josue p a r a i t long et f o r t mais i l tremble comme un p e t i t enfant" (1^) et e n s u i t e " I I regarde l a r i v i e r e et i l f r e m i t de f r o i d . " ^ 1 ^ Cette i n d i c a t i o n de peur asso-c i e e avec l'eau donne au b r o u i l l a r d une q u a l i t e mysterieuse ou menacante. I I est i n t e r e s s a n t de remarquer que c e t t e qua-l i t e n e g a t i v e de l'eau n'est pas mentionnee par Bac h e l a r d , Mansuy ou E l i a d e excepte sous l a forme de 1'ocean c o l e r e u x . I I se peut que 1'immersion dans l e b r o u i l l a r d s i g n i f i e un d e s i r de r e t o u r n e r v e r s l ' i n f o r m e , accompagne par l' a n g o i s s e de ce p o t e n t i e l de d i s i n t e g r a t i o n . Le b r o u i l l a r d , comme forme hybride de l'eau et de l ' a i r e s t assez ambivalent quant au classement d'elements phenomenologiques. Etant forme de gouttes d'eau d i s p e r s e e s ou suspendues dans l ' a i r , i l r e t i e n t a. l a f o i s des c a r a c t e -r i s t i q u e s aquatiques et aeriennes. Un o b j e t enveloppe de b r o u i l l a r d perd ses contours p r e c i s ; l e b r o u i l l a r d amene une d i s i n t e g r a t i o n des l i m i t e s de l ' o b j e t . C e t te q u a s i - d e s i n t e -g r a t i o n equivaut une d e m a t e r i a l i s a t i o n de l ' o b j e t . Souvent, l e b r o u i l l a r d s e r t a separer l ' o b j e t de sa p r o x i m i t e avec l a t e r r e , dormant 1'impression que l ' o b j e t f l o t t e . La de-m a t e r i a l i s a t i o n et l a q u a l i t e de suspension r e j o i g n e n t l e s 2 3 . c a r a c t e r i s t i q u e s d'une i m a g i n a t i o n aerienne, qui veut depasser ses l i m i t e s t e r r e s t r e s et c o r p o r e l l e s par l a l i b e r t e de 1 'ima-g i n a t i o n et de l a pensee. L ' e q u i v a l e n t humain de c e t t e d i c h o -tomie peut se v o i r dans l e dualisme q u i e x i s t e dans l'homme entre son corps t e r r e s t r e et son Hme q u i r e j o i n t une v o l o n t e aerienne. Mansuy s o u l i g n e ce dualisme: ... [ l ' o n i r i s m e a e r i e n ] n a i t du c o n t r a s t e vecu entre l a s u j e t i o n du corps et l a spontaneite de 1 ' e s p r i t . I I est t r o p evident que no t r e enveloppe c o r p o r e l l e est r i v e e en un p o i n t determine du tenvns et de 1 'es-pace, t a n d i s que no t r e pensee remonte a sa guise l e cour§ de 1 ' h i s t o i r e , s'aventure dans l ' a v e n i r ou se promene dans tous l e s cantons de 1 ' u n i v e r s . '9 La t r a n s f o r m a t i o n que s u b i r a i t l'homme entoure de b r o u i l l a r d a u r a i t p e u t - e t r e l e s memes resonances que c e l l e s de l'homme entoure d ' a i r . Son corps r e s t e f i x e dans un temps et un es-pace qui e s t l e p r e s e n t , t a n d i s que sa pensee depasse l e s l i -m ites d'un temps present et se d i s p e r s e s o i t dans l e passe s o i t dans l ' a v e n i r . Le b r o u i l l a r d dans l e cas de Josue s'as-s o c i e avec une suspension du temps et une recherche de s o i . L*immersion dans l e b r o u i l l a r d s ' a s socie avec un r e t o u r v e r s l ' i n f o r m e , v e r s l a fragmentation du moi. Le b r o u i l l a r d f o n c t i o n n e a u s s i , pour Josue, comme 1 'espace d'une evasion aquatique, une evasion q u i separe Josue des o b l i g a t i o n s ou des r e l a t i o n s avec l e s a u t r e s . La s o l i t u d e de Josue q u i v i e n t de 1 'immersion dans l e b r o u i l l a r d e s t evoquee par Yance a t r a v e r s l e s r e f l e x i o n s du n a r r a t e u r . "Yance regarde Josue. I I a p r e f e r e l e b r o u i l l a r d a ses paro-l e s . I I a p r e f e r e l a r i v i e r e ' a son a m i t i e , mais Yance veut 24. p r o t e g e r ce garcon..."^ ; Une a n t i t h e s e est e t a b l i e entre l e b r o u i l l a r d et l a p a r o l e humaine, entre l a r i v i e r e et l ' a m i t i e humaine. Le b r o u i l l a r d , q u i a separe Josue des a u t r e s , f o n c -t i o n n e comme l'espace d'une evasion. Cette c a r a c t e r i s t i q u e de s e p a r a t i o n s e r a r e p r i s e dans l a deuxieme p a r t i e du roman. S i l'on s u i t 1 ' e v o l u t i o n de l'eau et de sa f o n c t i o n dans l e prologue, l ' o n s ' a p e r g o i t q u ' i l y a r e t r e c i s s e m e n t p r o g r e s s i f de l'etendue de l'eau: de l a mer a l a r i v i e r e , de l a r i v i e r e au b r o u i l l a r d . D'une maniere p a r a l l e l e , l e temps evoque par l a symbolique de l'eau progresse du passe ver s l ' a v e n i r . Quand l a mer est rappelee par Josue, i l s ' a g i t de deux passes: son passe p e r s o n n e l , l e temps de son enfance, e t , par 1 ' a s s o c i a t i o n avec l e s questions metaphysiques, un passe p r i m o r d i a l f a i s a n t de l a mer l a mere de toute v i e humaine et t e r r e s t r e . La r i v i e r e , par c o n t r e , s i t u e l e s quatre person-nages dans l e present du r e c i t , servant de l i e u d ' i n i t i a t i o n a l'age a d u l t e . La f o n c t i o n temporelle du b r o u i l l a r d r e s t e p l u s ambiguS: l a brume renv o i e a. l ' a v e n i r t r o u b l e de Yance et de Josue, mais en meme temps s e r t de l i e u d'evasion du p r e -sent pour Josue, l i b e r a n t son corps et sa pensee des con-t r a i n t e s du present. De p a i r avec c e t t e d i m i n u t i o n des dimensions de l ' e a u , v i e n t une i n t e n s i f i c a t i o n des r e l a t i o n s p e r s o n n e l l e s entre l e s quatre e n f a n t s . La r i v i e r e sous cet aspect r e p r e -sente a l a f o i s un l i e u d ' i n t i m i t e et d ' a v i l i s s e m e n t . Sa presence permet des actes i n t i m e s entre Raphael et Marie-2 5 . C h r i s t i n e q u i condamneront l e u r a v e n i r . E l l e accentue l a m e l a n c o l i e de Josue q u i empechera un mariage heureux entre l u i et Yance. Quant au c y c l e de l'eau auquel l ' a u t e u r semble r e n -voyer, de l a mer a l a r i v i e r e , au b r o u i l l a r d , l ' o n p o u r r a i t y v o i r une p r o g r e s s i o n qui s e r a i t 1 ' i n v e r s e du c y c l e t r a d i -t i o n n e l . Northrop Frye d i s c u t e ce c y c l e t r a d i t i o n n e l dans Anatomy of C r i t i c i s m . Water symbolism has a l s o i t s own c y c l e , from r a i n s to s p r i n g s , from s p r i n g s and f o u n t a i n s to brooks and r i v e r s , from r i v e r s to the sea or w i n t e r snow, and back again. These c y c l i c a l symbols are u s u a l l y d i v i d e d i n t o f o u r main phases, the f o u r seasons of the year being the type f o r f o u r p e r i o d s of the day, (morning, noon, evening, n i g h t ) , f o u r aspects of the water c y c l e , ( r a i n , f o u n t a i n s , r i v e r s , sea or snow), f o u r p e r i o d s of l i f e , ( youth, m a t u r i t y , age, d e a t h ) , and the l i k e . 10 L a s i g n i f i c a t i o n du c y c l e en sens i n v e r s e qui se v o i t dans l e -prologue r e s t e peu c l a i r e . S i l e c y c l e de Frye represente l a p r o g r e s s i o n l i n e a i r e du temps, l e c y c l e renverse du prologue implique une d e s t r u c t i o n , un r e f u s de l a l i n e a r i t e du temps. Comme nous l e verrons au cours du roman, Josue a u s s i b i e n que Raphael r e f u s e n t l ' a v e n i r , l'un en s'evadant dans son pays de brume, l ' a u t r e en se s u i c i d a n t . Le c y c l e de l'eau dans l e s t r o i s d e r n i e r e s p a r t i e s , i n c l u e r a l a neige comme symbole de l a mort. I I n'y aura pas de r e t o u r v e r s l'eau courante qui s i -g n i f i e r a i t passage ou l a p r o g r e s s i o n du temps. Nous verrons dans l a premiere p a r t i e que l'eau assume une symbolique tout a f a i t p o s i t i v e ; e l l e se metamorphose en l a i t maternel et s'associe avec l a r e g e n e r a t i o n de l a v i e et de 1 'amour. 26. La premiere p a r t i e du roman qui represente presque l a m o i t i e du l i v r e , nous t r a n s p o r t e sept ans apres l e prologue. Au commencement, Yance et Josue sont amants. I l s partagent un appartement. Cependant, Yance retourne souvent a sa maison f a m i l i a l e ou v i v e n t Genevieve et N i c o l a s . N i c o l a s , t o u j o u r s a l a garde de Genevieve, l a soeur ainee de Yance, meurt a l'age de d i x ans, peu apres l e debut d e l a premiere p a r t i e . Raphael, qui e t a i t p a r t i a l a f i n du prologue, r e v i e n t ; i l est cense v e n i r r e c o n q u e r i r M a r i e - C h r i s t i n e q u i e s t maintenant a c t r i c e . Yance et Josue se marient. Yance veut a v o i r un en-f a n t et d e v i e n t e n c e i n t e . Malgre l e f a i t q u ' i l s attendent un enfant , 1'amour entre Yance et Josue d e c l i n e progressivement. Deux i n c i d e n t s c a p i t a u x f o n t soupconner a. Yance que son mari l a trompe avec Genevieve. Une n u i t quand Josue n'est pas en-core r e n t r e , Yance f a i t une promenade dans un pare. S u b i t e -ment, e l l e v o i t un homme q u i ressemble a Josue embrasser une femme. E l l e c r o i t que c'est Genevieve. Peu apres, Yance a un r§ve dans l e q u e l Genevieve•se trouve endormie dans un j a r d i n . E l l e est enlacee de t i g e s . Josue entre dans l e j a r -d i n , coupe l e s t i g e s avec ses dents et l'embrasse. La n a i s -sance de l e u r p e t i t e f i l l e Roxane ne change r i e n a l a dete-r i o r i s a t i o n de l e u r amour et i l s decident de se separer pour un mois. Le r e t o u r de Josue p r e c i p i t e l e u r d e c i s i o n de q u i t t e r l a v i l l e ou i l s v i v e n t et de passer quelques temps ensemble a l ' l l e N o i r e , r e g i o n d'ou s e r a i t venu Josue i l y a longtemps. Roxane ne l e s accompagne pas; e l l e v i t l a p l u p a r t du temps chez Genevieve. Le c h a p i t r e termine avec l e depart pour 27. l ' l l e N o i r e . Narree par Yance a l a premiere personne, c e t t e par-t i e du roman explore l e s r e l a t i o n s du jeune couple a p a r t i r du l e i t m o t i f des t r o i s questions metaphysiques soulevees dans l e prologue. La d e f i n i t i o n de s o i q u i est evoquee dans l e p r o l o -gue s ' i n t e n s i f i e pour i n c o r p o r e r l a d i a l e c t i q u e du corps et de l'ame, l e s deux grandes u n i t e s q u i se r e u n i s s e n t dans l'hom-me. Yance veut posseder et dominer l a t o t a l i t e que represente Josue, son corps et son e s p r i t . L a decouverte de Yance a t r a v e r s c e t t e premiere p a r t i e s e r a l a dichotomie q u i e x i s t e en Josue, l ' i n c a p a c i t e de r e c o n c i l i e r son corps et son ame. Son c o r p s , par l a puissance du d e s i r physique, l u i a p p a r t i e n t t a n d i s que son ame l e f a i t s'evader pour des reves auxquels e l l e ne peut p a r t i c i p e r . La d e s t r u c t i o n de l e u r amour l u i e n l e v e r a et l e corps et l ' c l m e de Josue. Neanmoins, l'eau se v o i t maintenant associee f o r t e -ment avec 1'amour et avec l ' a v e n i r . Comme p r i n c i p e de t r a n s -f o r m a t i o n , l'eau symbolise l a r e g e n e r a t i o n , notamment a par-t i r de ses r a p p o r t s avec 1'enfant de Yance et Josue. La neige sous forme de metaphore f e r a p a r t i e a u s s i de l a symbolique de l a r e g e n e r a t i o n . Deux concepts s p a t i a u x , l e pays de brume et l ' l l e N o i r e , sont i n t r o d u i t s , r e u n i s s a n t l e s themes de 1 ' a l i e n a t i o n et du depart. L ' l l e N o i r e s u r t o u t , malgre son nom s i n i s t r e , r e s t e associee a un passe heureux que l e jeune couple essayera de recuperer. L'eau et 1'amour se trouvent a l l i e s v e r s l e debut de l a premiere p a r t i e ou l e s r e l a t i o n s entre Yance et Josue sont a. l e u r comble. Yance se s e r t des metaphores de l'eau et du sable pour evoquer 1'amour qui i n f u s e son corps. E l l e d i t , peu apres l a mort de N i c o l a s : "Et que m'importe l a c o r -r u p t i o n de l a mort puisque mon amour f l e u r i t . I I s'ouvre dans l e sable chaud de mes v e i n e s . " ( ^ ^ Les veine s devien-nent l a r i v i e r e de sang q u i supporte l a v i e ; l e sable chaud s e r a i t l a c h a i r q u i entoure l e s v e i n e s . L'eau, u t i l i s e e pour evoquer 1'amour, s u r g i t done comme un p r i n c i p e de v i e et de b i e n . L'eau comme symbole de l a r e g e n e r a t i o n se v o i t s u r -t o u t en f o n c t i o n avec 1'enfant que Yance p o r t e . L'enfant encore en g e s t a t i o n est compare a une eau comblante. " J ' a t -tends un enfant. Josue n e g l i g e l e c o l l e g e et m'entoure d'une tendresse exquise. L u i , s i s i l e n c i e u x h a b i t u e l l e m e n t , me p a r l e beaucoup de c e t t e v i e aveugle q u i g r a n d i t en moi comme une eau comblante."(57) L'enfant f u t u r devient une concre-t i s a t i o n de l ' a v e n i r . La comparaison entre l'eau comblante et 1'enfant r e n f o r c e 1 ' a s s o c i a t i o n entre l'eau et l a v i e , l'eau et l ' a v e n i r . Une autre composante de l ' e a u , l a n e i g e , s e r t a q u a l i f i e r l e corps de Yance qui c o n t i e n t 1'enfant f u t u r . "Je l'embrasse dans l e s cheveux, sur l e s p a u p i e r e s , d e s i r a n t c o n s o l e r en l u i , 1'enfant f u t u r , encore l o i n dans l e s neiges t i e d e s de mon corps." (57) - Q es^- i n t e r e s s a n t de remarquer que l ' i d e e de neige exprimant l e cor p s , r e s t e f i d e l e a. l a 29. n o t i o n de l'eau qui s e r a i t 1'enfant. La ne i g e , etant blanche, et f a i t e de l ' e a u , c o n t i e n t l a n o t i o n de purete qui va de p a i r avec l a g e s t a t i o n d'un enfant innocent. Que M a r i e - C l a i r e B l a i s c h o i s i s s e de r e u n i r deux n o t i o n s d i s p a r a t e s , "neiges t i e d e s " s o u l i g n e a l a f o i s l e p o t e n t i e l de l a neige de fondre en eau, symbole de 1'enfant et idee de cha l e u r venant du corps. L ' i n -terdependence de l a mere et de 1'enfant est s o u l i g n e e . La chale u r est beaucoup p l u s appropriee que l a f r o i d e u r pour q u a l i f i e r l a c h a i r . La mer, q u i j o u a i t un r d l e important dans l e p r o l o -gue, representant 1'espace de l'enfance de Josue, n'est pas evoquee directement dans l a premiere p a r t i e , mais par l ' i n -t e r m e d i a i r e du vent s a l e . En se r e v e i l l a n t du reve dans l e -quel Josue l i b e r e et embrasse Genevieve, Yance c o u r t au j a r -d i n et nous d i t : "Je r e t r o u v a i ce vent s a l e comme l e vent de l a mer." g ^ i t e de 1' a s s o c i a t i o n f a i t e dans l e pro-logue entre l a mer et Josue, ce vent s a l e annonce et symbolise l a presence de Josue. Yance nous d i t en e f f e t q u ' e l l e v o i t Genevieve a s s i s e pres de Josue q u i embrassait ses mains, son f r o n t et ses cheveux denoues. Cependant, l e l e c t e u r n'est pas convaincu puisque l ' e t a t mental de Yance r e s t e a. mi-chemin entre l e r§ve et l a r e a l i t e au moment de son r e v e i l . L'eau comme symbole maternel, d e j a vue dans l e prologue, est r e p r i s e dans l a premiere p a r t i e sous l a forme du l a i t maternel q u i n o u r r i t 1'enfant. B i e n que sous c e t t e forme l'eau symbolise un p r i n c i p e de v i e , l a d e s c r i p t i o n de l ' a l -30. l a i t e m e n t s o u l i g n e en c o n t r e p a r t i e , l a p e r t e de v i e g r a d u e l l e de l a p a r t de Yance. "Ta v i e , ma v i e nous es t arrachee gout-te a. goutte par un p e t i t corps d' enfant." (5^-) c e-tte p e r t e de v i e , b i e n s t i r , r e n v o i e d'une maniere symbolique a l a d i s i n -t e g r a t i o n de 1'amour entre Yance et Josue. Deux images s p a t i a l e s sont evoquees vers l a f i n de l a premiere p a r t i e , l e pays de brume et l ' l l e N o i r e , qui t o u -t e s deux se r e f e r e n t au phenomene de l'eau. L ' i n t r o s p e c t i o n de Yance q u i essaye de d e f i n i r son mari l u i r e v e l e que Josue l a q u i t t e physiquement et s p i r i t u e l l e m e n t . E l l e n'a pas r e u s s i a posseder l a t o t a l i t e de Josue, son corps et son ame. Que Josue r e s t e un e t r e a. p a r t , incapable de prendre p a r t aux r e s p o n s a b i l i t e s d'une v i e q u i accepte l e s c o n t r a i n t e s du temps p r e s e n t , e s t s o u l i g n e par l a c r e a t i o n d'un pays de brume, royaume de f a n t a i s i e et de reve q u ' i l a u r a i t c o n s t r u i t pour s'evader. Par un moment de c r i s e , Yance decouvre l e c o n f l i t entre e l l e et Josue. J ' a i s e n t i une flamme de v i e a ma t a i l l e , j ' a i ecoute b a t t r e t o u t l'ame d'une enfant dans mes v e i n e s , et 1'amour dans mon coeur, j e s u i s v i v a n t e , saine et responsable a ma f a c o n , mais Josue est l e r e f l e t q u i se m u l t i p l i e , l a n u i t d e s a r t i c u l e e en fantomes: i l approche l e s hommes et l e s choses sans l e s connaxtre. I I v i t dans une fugue c o n t i n u e l l e . I I est venu v e r s moi pour m'entrainer dans son pays de brumes et de dangereuses f e e r i e s , i l a caresse mon corps avec des mains innocentes et j ' a u r a i s du. comprendre des l e debut que c e t t e innocence me t u e r a i t p u i s q u ' e l l e e-t a i t p l u s p e r f i d e qu'un m a l e f i c e . (62) La brume, dans l e prologue, s'associe premierement avec l ' a v e n i r , par 1'evocation d'une maison de brume q u i f e r a 31. p a r t i e de l ' a v e n i r r§ve de Josue. Le phenomene d'un pays de brume q u i appartienne uniquement a. Josue ren v o i e a. l ' i d e e suggeree dans l e prologue d'une dimension s p a t i a l e q u i e x c l u t l e s a u t r e s . Or, 1'elargissement de l a maison a tout un pays r e n f o r c e l ' i d e e d ' a l i e n a t i o n entre Josue et l e monde present en creant t o u t un royaume d i f f e r e n t , peuple par des gens a. p a r t et r e g i par des l o i s d i f f e r e n t e s . Malgre l e u r e v o c a t i o n du pays de brume, et l e u r se-p a r a t i o n imminente, Yance et Josue t e n t e n t de renou v e l e r l e u r amour avec l e souvenir et en s u i t e l e voyage a. l ' l l e N o i r e . Cet-t e l i e e s t associee a l a r e g e n e r a t i o n . Yance nous l ' e x p l i q u e : Sur c e t t e l i e , nous avons commence notre aventure, a u t r e f o i s . . C ' e t a i t au temps i n e x p l o r e de toutes s o r t e s de naissances: naissance a l a f u g i t i v e pu-deur des garcjons, naissance a l a p a s s i o n inexprimee, p u i s a. 1'amour qui ne co n n a i t r i e n des gest e s . (63) Yance espere que l e temps passe sur l ' l l e N o i r e g u e r i r a l a me-l a n c o l i e de Josue, q u ' e l l e nomme maladie. E l l e p a r l e de c e t t e maladie comme un r e f u s des r e s p o n s a b i l i t e s de l a r e a l i t e de l a v i e . J ' a i g r a n d i l i b r e comme Josue qui l a n g u i s s a i t sur l e s greves du matin a l a n u i t . Mais j ' a i soudain d e s i r e l a r e a l i t e de l a v i e et ma propre r e a l i t e d'enfant responsable, t a n d i s que Josue n'a accepts que l e monde changeant et i n o f f e n s i f des p l a g e s , l e rythme de l a mer. Depuis, i l y a deux mondes en Josue, l e monde comme l ' i -magine tous l e s hommes et ce monde v i s i o n n a i r e de l ' e n -fance; mais l'u n de ces u n i v e r s n'a pas trouve sa p l a c e et i l a t o u t a s s a s s i n e autour de l u i . (63) 32. L'idee q u ' i l e x i s t e maintenant un v e r i t a b l e d e s e r t d'amour entre eux e s t r e p r i s e par l a metaphore de 1'oasis pour q u a l i f i e r l ' l l e N o i r e . "Nous trav e r s o n s sous l e s o l e i l des paysages que nous e f f l e u r o n s a peine de regards t r o u b l e s . Et viennent ces departs en t r a i n s , ces gares ou nous attendons 1'oasis."(k^) L'eau es t associee encore une f o i s a l a v i e et a 1'amour. Une autre dimension symbolique de l'eau nous est o f f e r t e par l a psychanalyse. Selon Jung et A e p p l i , l'eau e s t un symbole de 1 ' i n c o n s c i e n t . Dans ce g o u f f r e viennent se noyer l e s souvenirs perdus, l e s d e s i r s r e f o u l e s , l e s d e s e s p o i r s t u s . V o i l a pour-quoi au fond des eaux revees g i s e n t t a n t d'epaves d i s l o q u e e s , pourquoi t a n t de monstres y r6dent (nos mauvais i n s t i n c t s ) , cependant que des t r e s o r s a t t e n -dent d'y §tre repech.es. Les abysses de l'ame, f i -gures par ceux des mers sont a u s s i . . . l e l i e u des reves ancestraux. 11 Pour l e s p s y c h a n a l y s t e s , 1'immersion dans l'eau symbolise 1 ' e f f o r t pour d e c h i f f r e r l'enigme qui e x i s t e en l'homme. Mansuy r e l a t e que R. Roland c o n c r e t i s e l a p r i s e de conscience du moi jusqu'a en f a i r e des l i e s s u r g i s s a n t dans l e f l e u v e de l a v i e . D'abord, d ' e t r o i t s H o t s perdus, des rochers q u i a f -f l e u r e n t a l a surface des eaux. Autour d'eux, dans l e demi-jour qui p o i n t , l a grande nappe t r a n q u i l l e continue de s'etendre. P u i s , de nouveaux H o t s , que dore l e s o l e i l . ' 12 Cette hypothese d'une p r i s e de conscience du moi, symbolisee par l ' i l e s'accorde b i e n avec l e s o u c i de regene-r a t i o n de 1'amour mourant. Ce renouvellement n e c e s s i t e r a i t pour Tance et pour Josue une i n t r o s p e c t i o n . Le deplacement physique par l e voyage a l ' l l e N o i r e v i s e a r e c r e e r 1'ambian-ce de l e u r premier amour. Cependant, l a p r i s e de conscience q u i v i e n t avec l e temps passe sur l ' l l e N o i r e n'amene que l a decouverte q u ' i l s sont i n c o m p a t i b l e s . Done, pendant l a premiere p a r t i e du roman, i l y a une e v o l u t i o n de l a symbolique de l'eau q u i va d'une a s s o c i a -t i o n p o s i t i v e entre l ' e a u , 1'amour et l ' a v e n i r , a l a c r e a t i o n de deux concepts s p a t i a u x , l e pays de brume et l ' l l e N o i r e q u i s o u l i g n e n t 1 ' a l i e n a t i o n de Josue de sa f a m i l l e d'une p a r t et du monde contemporain de l ' a u t r e . L'eau es t premierement symbole de l a r e g e n e r a t i o n sous l a forme du l a i t maternel et de 1'enfant qui va n a i t r e . Sous ce p r i n c i p e de r e g e n e r a t i o n , l'eau est associee a l ' a v e n i r , a l a promesse d'un temps f u t u r qui s'incarne dans 1'enfant. Le pays de brume, par c o n t r e , representee un figement du temps, un royaume d'evasion pour Josue. L ' l l e N o i r e , sous son aspect temporel c o n t i e n t a l a f o i s l ' i d e e d'un r e t o u r vers l e passe dont l e s consequences se p r o l o n g e r a i e n t dans l ' a v e n i r : un renouvellement de 1'amour. La deuxieme p a r t i e v e r r a l'echec de c e t t e t e n t a t i v e de reno-v a t i o n . La deuxieme p a r t i e du roman se passe sur l ' l l e N o i r e et represente l a p r i s e de conscience et de Yance et de Josue q u ' i l s ne pourront v i v r e ensemble. La premiere m o i t i e e s t 3 4 . narree a. l a premiere personne par Yance, l a deuxieme, par Josue. Le changement de p e r s p e c t i v e q u i se trouve avec l a n a r r a t i o n de Josue fo n c t i o n n e non seulement comme e x p l i c a t i o n du p o i n t de vue de Josue, mais a u s s i comme l a c r e a t i o n d'une omniscience de c e t t e s i t u a t i o n de c r i s e , vue de deux perspec-t i v e s complementaires. Du p o i n t de vue s t y l i s t i q u e , c e t t e i n c o r p o r a t i o n de l a n a r r a t i o n de Josue a propos des memes evenements d e t r u i t une des i l l u s i o n s p o s s i b l e s venant de l a n a r r a t i o n a. l a premiere personne, c e l l e de l a s i n c e r i t e f o n -c i e r e du n a r r a t e u r . Souvent, par l e simple usage d'une n a r r a t i o n a. l a premiere personne, l e l e c t e u r est s e d u i t par l e s p a r o l e s du l o c u t e u r , croyant que parce q u ' i l tache d'explorer son moi, i l e st s i n c e r e . Par 1 ' i n c o r p o r a t i o n de deux p e r s p e c t i v e s com-pl e m e n t a i r e s , M a r i e - C l a i r e B l a i s e v i t e d'inventer un r e c i t q u i n'est que de l a simple a u t o j u s t i f i c a t i o n . Cette c a r a c t e r i s -t i q u e d'au moins deux p o i n t s de vue et souvent t r o i s ou quatre devient un des elements frappants de l a prose de M i l e B l a i s . Aupres des nombreux elements d ' i n t r o s p e c t i o n et de reminiscences sur l e passe, 1 ' i n t r i g u e , dans c e t t e deuxieme p a r t i e , paraxt b i e n mince. Josue et Yance se prominent sur l e s plages et marchent dans l e s b o i s de l ' l l e N o i r e . A un moment, l a brume tombe et Josue, comme dans l e prologue, se l a i s s e envahir par e l l e . Quand i l s o r t de l a brume, Yance 35 comprend q u ' i l a c h o i s i l a "brume avec toutes ses nuances d'un passe heureux, p l u t o t qu'une v i e avec e l l e , une v i e qui ac-cepte et l e present et l e f u t u r . E l l e veut q u i t t e r l ' l l e N o i r e et r e t o u r n e r a. l a v i l l e . Puisque l a deuxieme p a r t i e se passe sur l ' l l e N o i r e , 1'ambiance de c e t t e p a r t i e e s t nettement aquatique. L ' l l e N o i r e , q ui f i g u r e deja. a l a f i n de l a premiere p a r t i e , d e vient irrevocablement associee au passe et en p l u s , a une periode heureuse pour l e jeune couple. Les brumes q u i dans l e p r o l o -gue formaient un royaume r§ve de l ' a v e n i r de Josue, mainte-nant q u ' i l e s t homme, o r i e n t e n t l e l e c t e u r v e r s son enfance. Du p o i n t de vue thematique, c e t t e deuxieme p a r t i e donne des p r e c i s i o n s sur l'enigme qu'est Josue. La q u e s t i o n " q u i e s t -i l ? " e s t r e p r i s e et l a reponse est donnee en des termes q u i sont aquatiques. La c r e a t i o n de l ' l l e N o i r e , deja. i n t r o d u i t e dans l a premiere p a r t i e s e r t a o r i e n t e r l e l e c t e u r v e r s l e passe. Quoique l e couple Yance-Josue s'evolue dans l e present du r e c i t , t o u t es l e s resonances temporelles se s i t u e n t dans l e passe. L ' l l e N o i r e . Ce pays ou a g r a n d i , aime et vecu l'homme que j'aime. J ' a i reve a cet ete ou nous avions dormi dans l a p a i l l e , chante a l a peche et rencontre toute une jeunesse moqueuse qui ve-n a i t chaque s a i s o n f a i r e r e v i v r e l ' l l e Morte. (65) Que l ' i l e s o i t a ssociee avec une r e g e n e r a t i o n d'amour, avec un recommencement, es t a u s s i s o u l i g n e : "En quelques j o u r s 36. a u s s i , nous avons r e p r i s nos promenades sur l e s plages m o u i l -l e e s , nos mains et nos pieds ont reconnu l e s empreintes du premier e t e . " ^ 5 ) jjn r e t r a c a n t l e s chemins du passe, Yance et Josue essayent d ' o u b l i e r l e u r s t r o u b l e s p r e s e n t s . Cepen-dant, 1'immersion dans l'eau q u i d e v r a i t r e p r e s e n t e r une s o r t e de bapteme ou de p u r i f i c a t i o n ne f a i t qu'accentuer l a melan-c o l i e de Josue. "Souvent, quand nous revenons du b a i n , main dans l a main, Josue tourne ver s moi une t e t e ravagee d'homme malheur eux."^ ^  ^ Le temps des brumes q u i a r r i v e v e r s l a f i n de l a periode passee sur l ' i l e annonce l a s e p a r a t i o n immanente de Yance et Josue. Premierement, l e s brumes sont associees au r e f u s de l ' a v e n i r . "Avec l e s d e r n i e r s j o u r s de vacances, quelque chose d'obscur m'enveloppe. Je ferme l e s yeux sur l e lendemain. C e l a v i e n t , avec l e temps des brumes, c e l a s e r r e mon ven t r e comme l ' a p p e l de l a m o r t . " ^ ^ ' De p l u s , l e s brumes se dressent en r i v a u x de Yance, a t t i r a n t Josue v e r s e l l e s . " A l o r s , a l o r s commence c e t t e chute de brume sur l a mer. Une brume f i x e q u i j a i l l i t sournoisement des vagues. Josue se leve et regarde l a brume. Son regard est beau, v a s t e , n o i r , mais ce regard n'a jamais ete a u s s i beau et a u s s i vaste pour moi." (^~67) S o r t a n t de l a brume, Josue e x p l i q u e l e u r a t t i r a n c e q u i f a i s a i t p a r t i e egalement de son enfsince. "Je n ' a i pas c h o i s i l e s brumes: e l l e s sont venues a moi. J ' a i grand i dans l e songe v i v a n t de l a mer, j ' a i g r a n d i avec l e s pecheurs q u i t i e n n e n t l e c i e l des eaux entre l e u r s mains labou:-37. r e e s , j ' a i touche l e s ombres, j e l e s c o n n a i s . " ^ 9 _ 7 0 ) Q U 6 l e s brumes se s o i e n t s u b s t i t u t e s a Yance d e v i e n t , s i l ' o n en c r o i t Josue, une r e a l i t e . "Je s u i s un homme qui q u i t t e sa femme pour une enfance de brumes. Et c e l a n'est pas b i e n . Mais comment a p p a r t e n i r a un s i e c l e , a. une femme?"^0) L ' a l i e n a t i o n que Josue r e s s e n t v i s - a - v i s du monde est accen-tuee par son c h o i x des brumes: "La r e a l i t e des brumes e s t (71") p l u s v i v a n t e que toute autre r e a l i t e . " w J Josue se d e f i n i t en termes aquatiques et a e r i e n s . "Quand on est f i l s des eaux et des p l a g e s , on se sent appele par l e v e n t . " ^ ^ Done, l a symbolique m a t e r n e l l e des eaux, qui e t a i t suggeree dans l e prologue, e s t maintenant evoquee directement par Josue. En p l u s d'une symbolique m a t e r n e l l e q u i j a i l l i s s a i t autour de l'eau et su r t o u t de l a mer, d'autres nuances qui sont beaucoup p l u s s e x u e l l e s se v o i e n t a s s o c i e e s a 1'ambiance de l ' l l e N o i r e . Sur l ' l l e N o i r e e t pendant un ete de l e u r adolescence, Yance et Josue a u r a i e n t ete i n i t i e s a. l ' a c t e s e x u e l . L'ete des s e i z e a n s . . . j ' a i s e r r e tes genoux entre mes d o i g t s , ce geste q u i s i g n i f i e pour moi l e pr e -mier e f f e u i l l e m e n t d'un corps. J ' a i e f f e u i l l e t e s genoux, Yance. J ' a i goutte a. t e s muscles avec mes d o i g t s tendus. La femme qu i a ete aimee s a i t beau-coup de choses. L'homme qui a aime es t soudain frappe d'une lumineuse d e c h i r u r e c h a r n e l l e comme l a f a i m . (72) Selon Josue, Yance l ' a u r a i t amene a. l ' l l e N o i r e pour l e 3 8 . . r e s s u s c i t e r ; ses armes sont son corps et l e d e s i r s e x u e l . "Courageuse amante, c'est avec c e t amour de c h a i r q u ' e l l e l u t t e et veut me s o u t e n i r dans ma f a i b l e s s e . " v ' ^ J Cepen-dant, l ' a c t e d'amour ne f a i t qu'accentuer l a dichotomie entre l e corps et l'ame de l'homme. L'esclavage du corps a i g u i s e l e b e s o i n de l a l i b e r t e de 1 ' e s p r i t ou de l a pensee, et ce be s o i n de l i b e r t e d e t r u i r a , f i n a l e m e n t , l e jeune couple. Josue resume l ' e s p o i r de Yance de renouv e l e r l e u r amour dans une comparaison entre l'esperance et l a mer: "Ma (no) f o l l e amie a v a i t une esperance insensee comme l a m e r . " w J Cette comparaison ajoute une autre dimension temporelle a. l a mer q u i auparavant se l i a i t au temps passe et meme p r i m o r d i a l . Maintenant, l a mer s'associe avec l ' a v e n i r ; l e f l u x rythmique amene du nouveau a. chaque battement des vagues. Mansuy com-mente c e t t e a s s o c i a t i o n entre l a mer et l ' a v e n i r en f a i s a n t de 1 'ocean l e s e u l v r a i royaume de l'aventure aquatique, d'une evasion aquatique qui depasse l e s bornes du temps. La h a n t i s e de 1 'ocean correspond chez un songeur au b e s o i n e s s e n t i e l de sa nature mobile: echapper a lui-meme. P a r f o i s i l veut s'arracher a un passe qu i I'a degu. 13 Cette d e r n i e r e p o s s i b i l i t y s'accorde b i e n avec l ' a t t i r a n c e des brumes et de l a mer; 1 'immersion dans l e s brumes c o n s t i -tue une evasion de soi-meme. Mansuy continue: Mais l'ame v e r i t a b l e m e n t marine j e t t e par-dessus bord l e passe et l e present meme heureux, pour l a seule r a i s o n q u ' i l s sont l e d e j a - r e a l i s e et ne 1 ' i n t e r e s s e n t p l u s . E l l e veut §tre ce q u ' e l l e 39. n'est pas encore et dans l a mer, t o u t l a f a s c i n e parce que tout est promesse... 14 Quoique c e t aspect d'une l i a i s o n entre l a mer et l ' a v e n i r n'est que suggeree brievement, l a m u l t i p l i c i t e de nuances de l a mer e s t temoignee. L'eau de l a deuxieme p a r t i e se v o i t done s u r t o u t dans l e phenomene de l a brume, d e j a rencontre dans l e pro-logue, et l ' l l e N o i r e . La brume q u i a t t i r e Josue et dans l a q u e l l e i l s'immerse, l e r e n v o i e a. son enfance, un d e s i r i n t e n s e de sa p a r t de se l i b e r e r des c o n t r a i n t e s du p r e s e n t . T r a d u i t en termes temporels, son c h o i x des brumes represente l a suprematie du passe sur l e temps sur l e temps pre s e n t . Les brumes s u r g i s s e n t comme un s u b s t i t u t a l'humanite a. l a q u e l l e i l e s t p o s s i b l e d ' a p p a r t e n i r , t a n d i s que Josue trouve i m p o s s i b l e d ' a p p a r t e n i r a sa femme ou au temps dans l e q u e l i l v i t . La t r o i s i e m e p a r t i e du roman montrera une autre t r a n s f o r m a t i o n de l ' a t t i r a n c e aquatique, c e l l e de l a neige qui a t t i r e v e r s e l l e un autre personnage a l i e n e , Raphael. S ' i l f a l l a i t resumer l a t r o i s i e m e p a r t i e du roman en une formule, 1'expression " c h a p i t r e de departs" s e r a i t a ppropriee. Yance et Josue se separent; Josue p a r t i r a pour une v i l l e pres de l a mer; Yance p a r t a u s s i pour une v i l l e l o i n t a i n e . Vers l a m o i t i e du c h a p i t r e , l e l e c t e u r e s t plonge i n medias r e s dans une c o n v e r s a t i o n entre Raphael 40. et M a r i e - C h r i s t i n e q u i p a r l e n t a u s s i de p a r t i r : M a r i e - C h r i s -t i n e pour un pays heureux, Raphael pour un pays de neig e . Cette t r o i s i e m e p a r t i e pose l a d e r n i e r e des questions meta-physiques soulevees dans l e prologue: "Ou al l o n s - n o u s ? " et donne l e s quatre reponses proposees par M a r i e - C l a i r e B l a i s . Pour Josue, l ' e s s e n t i e l c o n s i s t e a a l l e r quelque p a r t pres de l a mer. Bans l a deuxieme p a r t i e , i l s'est de-f i n i comme etant " f i l s des eaux et des pla g e s " ; i l a b e s o i n de l a p r o x i m i t e de l'eau pour v i v r e . Yance, q u i o h o i s i t de p a r t i r v e r s une autre v i l l e , s o u l i g n e l ' a n t i t h e s e creee en-t r e l a v i l l e et l a mer, suggeree d e j a dans l a deuxieme p a r t i e . Cette a n t i t h e s e entre v i l l e e t mer garde l e s nuances d'un c o n f l i t p a s t o r a l , l a l i b e r t e de l a nature contre l ' a r t i f i -c i a l i t e e t 1'impersonnalite d'une v i e r e g i e par l e rythme i n e x o r a b l e de l a v i l l e . En c o n t r a s t e avec l a v i l l e , l ' l l e N o i r e d e v i e n t un morceau de l i b e r t e t o t a l e protegee b i e n sur par l'eau q ui 1'entoure. Comme l e d i t Mansuy, l e s i l e s marines re p r e s e n t e n t " l e s d e l i c e s de l a t e r r e ferme sans 15 aucune de ses s e r v i t u d e s . " ^  L'eau done, sous l a forme de l a mer ou de l ' l l e N o i r e r e s t e associee a. l a l i b e r t e . A p a r t l a mention d ' a l l e r v i v r e pres de l a mer, dans l a t r o i s i e m e p a r t i e , l'eau devient c e l l e de l a neige et p l u s precisement, d'un pays de neig e . Ce pays de neige qui e st d'abord evoque par M a r i e - C h r i s t i n e , s'impose comme un e n d r o i t malheureux en c o n t r a s t e avec l e pays heureux 41. yer s l e q u e l e l l e v o u d r a i t p a r t i r . E l l e d i t : "Je veux e t r e une grande comedienne, mais l a i s s e z - m o i p a r t i r pour un pays heureux ! Je n'aime pas ce pays de neiges ou. j ' a i g r a n d i , ( 81^ et ces amours glacees que l ' o n y v i t . . . " ^ J Le pays de neige a done des r a p p o r t s avec l'espace de l'enfance de M a r i e - C h r i s t i n e et de Raphael. Pour Raphael, l e pays de neige t i e n t l a meme a t t i r a n c e que l'eau ou l a mer pour Josue. " I I p a r t i r a pour ne p l u s penser au d e s a s t r e q u i l'obsede. I I p a r t i r a sans songer a son pays et aux neiges de son pays q u ' i l aime, mais i l s a i t q u ' i l ne peut v i v r e que dans ce pays qui est l e s i e n , c e l u i ou. i l a i n s t a l l e son gout de l a /Q-| f-\0\ f i n et de l ' a g o n i e . " ^ ~ •> Que l a neige s o i t a ssociee avec l a f i n ou l a mort e s t assez t r a d i t i o n n e l parmi l e s niveaux symboliques q u ' e l l e peut endosser. Cependant, l a symbolique de l a neige est a u s s i ambivalente p u i s q u ' e l l e c o n t i e n t l a promesse d'une r e g e n e r a t i o n . E l l e f a i t p a r t i e du grand mythe c y c l i q u e de l ' h i v e r . E l l e recouvre l a t e r r e pour p l u s t a r d d e c o u v r i r l a n o u v e l l e v i e q u i se v o i t au printemps. Or, nous verrons dans l a quatrieme p a r t i e que Ma-r i e - C l a i r e B l a i s ignore 1'aspect renovateur de l a neige pour y v o i r s u r t o u t l e temps de l a mort. La quatrieme p a r t i e du roman nous f a i t un saut d'a. peu pres d i x - h u i t ans dans l e temps. I I s ' a g i t mainte-nant du menage Jessy-Roxane, Roxane etant l a f i l l e de Yance et Josue. L ' i n t r i g u e de c e t t e p a r t i e s u i t assez fidelement l e s evenements de l a premiere p a r t i e . Jessy et Roxane sont maries depuis un an, l e u r amour est sur l e p o i n t de mourir. Roxane, comme son pere auparavant, r e s s e n t l e b e s o i n de s'evader pour des r a i s o n s mysterieuses. Comme l u i , e l l e recherche l e s brumes. Jessy et Roxane sont e t u d i a n t s et Roxane a t t e n d un enfant dont e l l e ne veut pas. Comme Yance et Josue, i l s essayent de sauver l e u r amour par un voyage. Mais c e t t e f o i s , l e voyage aura l i e u pendant 1'hiver. Au temps des n e i g e s , i l s q u i t t e n t l a v i l l e . Un ap r e s - m i d i , Jessy decide de se promener dans une for§t nommee l a f o r e t Du Cygne. L a , i l s'accroche a. un arbre e t , sans r e g r e t s n i l u t t e , i l se pend. L'eau se manifeste dans c e t t e p a r t i e sous deux formes, c e l l e s de l a brume et de l a neige. La brume pour Roxane a u s s i b i e n que pour son pere, represente l a f u i t e v e r s un espace q u i ne s o i t pas humanise. Quand Jessy l u i demande ce q u ' e l l e v o i t dans l e s brumes et sur l a greve, e l l e repond: "Doutes ces choses heureuses et b e l l e s parce q u ' e l l e s ne sont pas h u m a i n e s . " C o m m e tous l e s per-sonnages, Roxane cherche a. d e f i n i r d'ou e l l e v i e n t , mais pour e l l e c e t t e quete s ' i d e n t i f i e avec l e d e s i r de r e -tourner d'ou. e l l e v i e n t . C'est dans l e s brumes q u ' e l l e veut apprendre comment r e t o u r n e r d'ou e l l e v i e n t . A l a suggestion q u ' e l l e v i e n t de l a v i e comme tous l e s i t r e s , e l l e repond: " I l me semble que j e s u i s nee comme un rev e , dans un reve...''^^) L a q u i t e de ses o r i g i n e s r a p p e l l e 4 3 ,1a m§me angoisse chez son pere q u i l u i a u s s i se t r o u v a i t a l i e n e du monde. Jess y r e c o n n a i t que Roxane s o u f f r e d ' e x i s -t e r . I I d i t : " . . . e l l e a d i x - h u i t ans et e l l e e s t ma femme et j e n ' a i pas r e u s s i a l a f a i r e e n t r e r dans l e royaume des v i v a n t s . " E t encore, " Je l a v o i s me f u i r comme l ' a l g u e morte q u i cherche l e r i v a g e . " ^ ^ Roxane, comme son pere est soumise au rythme et au cours de l ' e a u , i n c a p a b l e de m a i t r i s e r , par sa v o l o n t e , 1*ambiance q u i 1'entoure. Comme l e r i v a g e devient un c i m e t i e r e t e r r e s t r e pour l ' a l g u e morte, l a v i e t e r r e s t r e represente l a mort pour Roxane. Rdveuse, melancolique, e l l e ne peut pas accepter de v i v r e dans l e pr e s e n t , pour l ' a v e n i r . J e s s y , par c o n t r e , accepte l a l i n e a r i t y du temps: Je v i e n s d'une autre g e n e r a t i o n : de l a g e n e r a t i o n des hommes, j ' a i deserte 1'immense reve pour une r e a l i t e du pr e s e n t , du f u t u r , ou b i e n j ' a i p r e f e r e l ' h u m i l i t e des choses quotidiennes a c e t t e torpeur sans nom ou. se perd l a pensee de Roxane. A i n s i n o t r e chambre se referme sur une p i t o y a b l e decou-v e r t e . . . (88) Avec l ' a r r i v e e des n e i g e s , Jessy et Roxane q u i t -t e n t l a v i l l e pour l e u r maison d ' h i v e r . La neige et l e f r o i d en quelque s o r t e accompliront un renouvellement de l e u r amour. Premierement, en l e u r f a i s a n t prendre c o n s c i -ence de l e u r s i t u a t i o n . "Et c'est l a s a i s o n l a p l u s de-sesperee entre t o u t e s , l a s a i s o n n o i r e , c e t t e f i l l e sau-vage qu'est l ' h i v e r q u i nous pousse a prendre conscience. A i n s i , l'ame commence a devisager l e c o r p s . ' Par un j o u r etrange q u i r a p p e l l e c e l u i de 1'apocalypse, J e s s y decide de se promener dans l e s b o i s . Le n a r r a t e u r omniscient r e v e l e que l a neige tombe encore, depuis des j o u r s et des n u i t s . Parmi ce deluge de ne i g e , Jessy ressemble au d e r n i e r homme, expl o r a n t l a t e r r e ferme pour l a d e r n i e r e f o i s . En marchant, l a neige penetre l e s vetements de Jessy. I I est immerge par l a neige fondue et p u r i f i e par e l l e . "Cette neige f a i t du b i e n a sa c h a i r . H i e r , l a neige g u e r i s s a i t son ame."^^ La neige l u i f a i t songer a son enfance et i l se r a p p e l l e l e s p a r o l e s de ses parents q u i e x i g e a i e n t q u ' i l r e n t r e a. c i n q heures. I I r e f a i t l a route de son enfance, en r e v i v a n t des segments. Cependant, 1'entree dans l a for§t Du Cygne l e rend c o n s c i e n t de sa v i e presente, q u ' i l ne r e t o u r n e r a i t p l u s a. son enfance. Une f o i s dans l a f o r e t , i l r e s s e n t " . . . l a p e r f e c t i o n du temps et une so r t e de p e r f e c t i o n i n a -chevee de l a v i e . " ^ ^ Le s i l e n c e de l a neige semble t e l -lement p r i m o r d i a l que 1' i m a g i n a t i o n de Jessy se donne a. une s o r t e de s o l i t u d e i n f i n i e . I I se d i t l i b r e ; i l ne r e -t o u r n e r a pas a sa v i e qu o t i d i e n n e . Une autre v i e se pre-pare. En se pendant, J e s s y , maintenant au-dessus de l a nei g e , sent l e s o l se r e t i r e r . La neige fond, l e recou-vre et par une s o r t e d'acte b a p t i s m a l l ' i n t r o d u i t dans l a mort, dans l a v i e au-dela. La ne i g e , f a i t e d'eau c r y s -t a l l i s e e , 1'attend comme une tombe a. ses p i e d s . Etant donne l e s a s s o c i a t i o n s entre l a n e i g e , 45. l ' h i v e r et l a f i n de l'annee, i l e s t tou t n a t u r e l de v o i r J essy se pendre en h i v e r et de v o i r c e t t e scene impregnee de n e i g e . Les rap p o r t s entre l a neige et l a mort sont con-nus. I I est i n t e r e s s a n t de remarquer que l e s phenomenolo-gues v o i e n t en l a neige un element a l a f o i s t e r r e s t r e et a e r i e n . Mansuy nous d i t que l'eau emprunte a l a t e r r e sa s o l i d i t e et se metamorphose en neige. En o u t r e , 1'element recemment f l u i d e se f a i t l e g e r comme l e duvet et done a des c a r a c t e r i s t i q u e s aeriennes. A l o r s l a n e i g e , comme e l e -ment heterogene, emprunte ses c a r a c t e r i s t i q u e s a l a t e r r e et a. l ' a i r . La coul e u r de l a ne i g e , sa blancheur, e x p r i -me t r a d i t i o n n e l l e m e n t l e degre supreme de l a purete. Cette blancheur cependant, est tr o p f r o i d e pour permettre l a v i -goureuse a g i t a t i o n de l a v i e . Cette blancheur v i r g i n a l e c o n t i e n t done un element de d e s t r u c t i o n ou de neg a t i o n de l a v i e . J e s s y , r e c o u v e r t de n e i g e , y mele son propre d e s i r de s u i c i d e . A premiere vue, l e c h o i x du nom "for§t Du Cygne" peut p a r a i t r e etrange. Ce nom ne s a u r a i t §tre g r a t u i t , i l f a u t l e r a t t a c h e r a c e t t e scene de s u i c i d e . Les recherches de Bachelard a ce s u j e t sont t r e s r e v e l a t r i c e s . Bachelard nous d i t premierement, que l e cygne, en l i t t e r a t u r e , e s t un succedane de l a femme nue. Sa blancheur immaculee r e -presente l a n u d i t e feminine. Le chant du cygne, l e chant 17 du cygne mourant, devient l e symbole du d e s i r s e x u e l . Q u o i q u ' i l ne s'agisse pas de chant du cygne dans ce passa-46. ge, i l r e s t e neanmoins p o s s i b l e de v o i r p l u s i e u r s nuances s e x u e l l e s dans l a d e s c r i p t i o n de l a f o r e t . Une ref e r e n c e a l a f o r e t l a d e c r i t comme etant t r e s s e u l e . Jessy pense q u ' i l p o u r r a i t " s c u l p t e r de hautes v i e r g e s " w " dans l a neige de l a f o r e t . L'usage du terme " v i e r g e " outre l e s resonances r e l i g i e u s e s q u ' i l a u r a i t s ' i l e t a i t ortnographie avec une majuscule a l ' i n i t i a l e , i n d i q u e un e n d r o i t non encore conta-ining par 1 ' i n v a s i o n de l'homme. En e f f e t , l a for§t par sa blancheur sous l a n e i g e , r e s t e un espace v i r g i n a l . La des-c r i p t i o n de l ' a c t e meme de pendaison permet de 1 ' i n t e r p r e t e r comme un acte d'amour. L'arbre auquel J e s s y s'accroche de-v i e n t presque une amante. "Et cet a r b r e , en s'y appuyant, on se sent e n d e u i l l e de l u i . On l e r e s p i r e pleinement. On devie n t son coeur, on adhere a sa nuit."(97-98) nej_g@ q Uj_ fond sur l u i caresse son corps: " E l l e coule sur ses r e i n s , entre ses c u i s s e s , g l i s s e contre ses t a l o n s et se mele a. l a sueur de son visage."(98) ^ a m o r - t ; v i e n t comme une j o u i s s a n -ce: I I ferme l e s yeux. Tout s'est ouvert en l u i , un deluge de passions et de desordres: son corps l ' a -bandonne, son sang l e q u i t t e de toutes p a r t s , ses yeux p l e u r e n t , ses epaules s ' e f f o n d r e n t ; l ' a r b r e r e s t e d r o i t , unique, s i l e n c i e u x . (98-99) La cinquieme p a r t i e du roman t r a i t e s u r t o u t de Raphael et de M a r i e - C h r i s t i n e q u i sont maries et ont p l u s i e u r s e n f a n t s . T r o i s scenes p r i n c i p a l e s se trouvent dans l a c i n -4 7 . quieme p a r t i e : une d i s c u s s i o n entre Raphael et M a r i e - C h r i s t i n e q u i annonce l e u r s e p a r a t i o n ; l a scene de l a mort de Raphael; une scene de combat entre C h r i s t o p h e r , l e f i l s cadet et de p l u s grands qui l e b a t t e n t . Dans l a premiere scene, Marie-C h r i s t i n e , q u i est comedienne, est en t r a i n de s ' h a b i l l e r pour a s s i s t e r a une f e t e . Raphael, q u i ne l 1accompagnera pas, l a regarde. I I annonce son i n t e n t i o n de r e v o i r l e s neiges de son pays, et tache d ' e x p l i q u e r a sa femme l e u r a t t i r a n c e . M a r i e - C h r i s t i n e ne l e s u i v r a pas; e l l e l u i accorde l a permis-s i o n de p a r t i r . La deuxieme scene se passe dans l e pays de Raphael. C'est l e temps des n e i g e s , et i l e st en t r a i n de marcher s e u l dans une f o r e t . C'est un matin etrange qui sug-gere l a f i n du monde. La que s t i o n de S t . P i e r r e avant 1 'en-t r e e au p a r a d i s est posee "...mon f r e r e , qu'as-tu f a i t de t a v i e ? „ ( 1 0 7 ) repond: " J ' a i cherche." (- 1 0 7' ) Raphael se couche dans l a neige et atten d l a mort. I I meurt de f r o i d v e r s l a f i n du j o u r . La t r o i s i e m e scene se passe entre C h r i s t o p h e r , sa mere et ses copains. I I veut a l l e r jouer sur un pont parce que l a , i l s e r a i t p o s s i b l e de v o i r tomber l a neige. M a r i e - C h r i s t i n e l u i donne l a p e r m i s s i o n d ' a l l e r j o u e r . Rendu au pont, C h r i s t o p h e r l u t t e contre l e s p l u s grands. I I se l a i s s e p i e t i n e r par l e s grands, apparemment parce q u ' i l s l u i a u r a i e n t promis de v o i r l e s n e i g e s , des neiges q u i n ' e x i s -t e n t , b i e n entendu, que dans 1 ' i m a g i n a t i o n du p e t i t garqon. L'eau, dans c e t t e p a r t i e , se metamorphose en neige e t , comme pour l a mort de Jessy dans l a quatrieme p a r t i e , 48. d e v i e n t l a cause de l a mort de Raphael. Les mimes a s s o c i a t i o n s entre l a neige et l a f i n de l a v i e se r e t r o u v e n t . L'eau t r a n s -formee en neige represente une s o r t e de d e s t i n pour Raphael, un d e s t i n q u i a b o u t i t a. l a mort. La n e i g e , qui e s t immobile et s o l i d e par son h o r i z o n t a l i t e et sa c r y s t a l l i s a t i o n , evoque l a mort, 1'arret du temps. L'eau de neige r e t i e n t son e l e -ment de t r a n s f o r m a t i o n , e l l e change l a v i e en mort. Nous avons vu l'eau sous p l u s i e u r s a s p e c t s , l a mer, l a r i v i e r e , l e b r o u i l l a r d et l a neige q u i r e v i e n n e n t comme des r e f r a i n s dans chaque p a r t i e de ce roman. Chaque m a n i f e s t a t i o n de l'eau c o n t i e n t ses propres resonances et accomplit une f o n c t i o n s p e c i a l e . La mer a p p a r a i t s u r t o u t nuancee de sa symbolique m a t e r n e l l e . D'une maniere t e m p o r e l l e , l a mer r e n -v o i e au passe: l ' u n i v e r s e n f a n t i n de Josue et un passe p r i -m o r d i a l qui est a 1 ' o r i g i n e de toute c r e a t i o n . La r i v i e r e s i g n i f i e l e passage du temps e t , dans sa c a p a c i t e t r a n s f o r -m a t r i c e , f o n c t i o n n e comme l i e u d ' i n t i m i t e et d ' i n i t i a t i o n a. l'age a d u l t e . Le b r o u i l l a r d ou l a brume renvo i e a. un ave-n i r i n c e r t a i n . L ' a t t r a i t q u ' i l exerce sur deux des personna-ges, Josue et Roxane, semble evoquer un espace anti-humain, une a l t e r n a t i v e pour ceux qui ne peuvent pas accepter l e s r e s p o n s a b i l i t e s d'une v i e partagee par tous. La neige garde sa symbolique t r a d i t i o n n e l l e et f i g u r e dans l e s scenes de mort, re p r e s e n t a n t 1'arret du temps. NOTES (CHAPITRE I ) " 1. Gaston B a c h e l a r d , L'Eau et l e s reves ( P a r i s : L i b r a i r i e Jose C o r t i , 1942), p. 9. 2. M a r i e - C l a i r e B l a i s , Le Jour est n o i r (Montreal: E d i t i o n s du Jo u r , 1970), p.~~9". Pour l a s u i t e de ce t r a v a i l , l e s c i t a t i o n s t i r e e s du Jour est n o i r seront indiquees par l e numero de l a page, entre parentheses, apres l a c i t a t i o n dans l e t e x t e . 3. M i c h e l Mansuy, Gaston Bachelard et l e s elements ( P a r i s : J . C o r t i , 1967), p. 201. 4. Mansuy, p. 201. 5 . Mansuy, p. 202. 6. Les s t r u c t u r e s anthropologiques de 1'imaginaire, 4e ed. ( P a r i s : Bordas, 1969), p. 2ST. 7. Mansuy, p. 202. 8. M i r c e a E l i a d e , Images and Symbols, t r a n s . P h i l i p M a i r e t (London: H a r v i l l P r e s s , 1961), p. 1 5 1 . 9. Mansuy, pp. 242-243. 10. Anatomy of C r i t i c i s m : Pour Essays (New York: Atheneum, 1966), p. 160. 1 1 . Mansuy, PP . 1 9 6 - 1 9 7 -1 2 . Mansuy, P. 1 9 7 . 1 3 . Mansuy, P. 2 1 3 . 14. Mansuy, P- 2 1 3 . 1 5 . Mansuy, P. 2 1 3 . 16. Mansuy, P. 2 2 1 . 1 7 . B a c h e l a r d , pp. 5 0 - 5 3 . 50 . CHAPITRE I I LA THEMATIQUE DE L 1ALIENATION Ce c h a p i t r e etudie l a thematique de 1 ' a l i e n a t i o n dans l e roman Le Jour est n o i r , l e s d i f f e r e n t e s formes d'a-l i e n a t i o n q u i s'y manifestent et l e s moyens s t y l i s t i q u e s dont se s e r t M a r i e - C l a i r e B l a i s pour evoquer l e c l i m a t d'a-l i e n a t i o n q u i i n v e s t i t t o u t l e roman. Une l e c t u r e c u r s i v e r e v e l e que dans ce roman, l a p l u p a r t des personnages sont v i c t i m e s s o i t d'une f i x a t i o n , s o i t d'une obsession p e r s o n n e l l e q u i c a r a c t e r i s e l e u r com-portement envers l e s e t r e s avec qui i l s e n t r e n t en communica-t i o n et envers l e u r s s i t u a t i o n s q u o t i d i e n n e s . Pour quelques-uns, c e t t e obsession p e r s o n n e l l e c o n s i s t e en un d e s i r de f u i r l e s r e s p o n s a b i l i t e s f a m i l i a l e s . Pour d'autres personnages, 1'obsession represente un b e s o i n de posseder, dominer et l e corps et 1 ' e s p r i t d ' a u t r u i . T r o i s personnages qui r e s s e n t e n t c e t t e a l i e n a t i o n a un degre beaucoup p l u s pousse se s u i c i d e n t en reconnaissant q u ' i l s ne peuvent s o u t e n i r l a p r e s s i o n de l ' a -v e n i r , un a v e n i r menacant p u i s q u ' i l ne peut e t r e p r e d i t . Cinq couples sont depeints au cours d'une v i n g t a i n e d'annees. Tous seront d e t r u i t s par l e s l u t t e s p e r s o n n e l l e s d'un ou de p l u -s i e u r s personnages q u i ne peuvent s'adapter a l a s i t u a t i o n dans l a q u e l l e i l s se t r o u v e n t . Avant d'aborder une etude de l a thematique de l ' a -l i e n a t i o n , i l s e r a i t i n t e r e s s a n t d'exposer l e s d i v e r s sens qu'a 5 1 . p r i s l e terme " a l i e n a t i o n " pour l e romancier contemporain. B r i a n F i t c h dans Le Sentiment d' e t r a n g e t e chez Malraux, S a r t r e , Camus et S. de B e a u v o i r a n a l y s e l ' a f f i n i t e qu'ont l e s u n i v e r s des p r o t a g o n i s t e s de ces quatre romanciers p ar r a p p o r t a. l ' i d e e d ' e t r a n g e t e ou d ' a l i e n a t i o n . 1 S e l o n F i t c h , Ces e c r i v a i n s evoquaient dans t o u t e s a comp l e x i t y e t dans t o u t e son i n c o m m u n i c a b i l i t e l a p a r t l a p l u s i n t i m e de l'homme q u i peut e x e r c e r de t e l s p o u v o i r s d'envoutement que l e monde ou se meuvent non seu-lement l e s a u t r e s mais a u s s i nous-memes e s t e n s u i t e r e d e c o u v e r t comme une a u t r e p l a n e t e dont 1 ' e t r a n g e t e nous desempare; p ar s a d e n s i t e e t par s a p l e n i t u d e , i l semble e x c l u r e et n i e r 1 ' e x i s t e n c e du n o i r i n t e -r i e u r de 1 ' e s p r i t auquel n o t r e c o n s c i e n c e de s o i nous a v a i t amenes a. nous i d e n t i f i e r . 2 Ces e c r i v a i n s en ta c h a n t de d e c o u v r i r ce qu'est l e moi, expriment l e sentiment d'un "decalage o n t o l o g i q u e , " un e c a r t que l'homme r e s s e n t e e n t r e l u i e t 1 ' u n i v e r s dans l e q u e l i l e s t i r r e p a r a b l e m e n t p l a c e . ^ S e l o n F i t c h , 1 ' a t t i t u d e que Malraux a c h o i s i d'a-dop t e r devant l e probleme de 1 ' a l i e n a t i o n se v o i t en p a r t i e p ar l a c r e a t i o n de 1 ' u n i v e r s r e v o l u t i o n n a i r e q u i i n v e s t i t l a p l u p a r t de ses romans.^ Le monde de r e v o l u t i o n en e s t un ou. l'homme, parce q u ' i l e s t l i m i t e a ses a c t e s et a ses p a r o l e s , supprime sa pensee i n t e r i e u r e . ^ L'homme s ' i d e n t i f i a n t a sa v i e d ' a c t i o n , s'en s e r t de moyen pour se r e f u g i e r . L a c r e a -t i o n de 1 ' u n i v e r s r e v o l u t i o n n a i r e r e p r e s e n t e 1 ' a b o l i t i o n de " . . . l a menace de 1 ' a l i e n a t i o n i n t e r i e u r e en r e d u i s a n t l'homme a. ce q u ' i l e s t pour l e s a u t r e s e t , ce f a i s a n t , e l l e enleve en meme temps l e danger d ' e t r e a l i e n e du monde, c a r puisque 52. •>son e x i s t e n c e peut §tre d e f i n i e uniquement par sa s i t u a t i o n dans l e monde, l'homme e t l e monde ne f a i t qu'un."^ L ' u n i -v e r s r e v o l u t i o n n a i r e q u i exige une r e i n t e g r a t i o n du moi dans l ' u n i v e r s , c o n s t i t u e une t e n t a t i v e de l a p a r t de Malraux d'e-l i m i n e r d e f i n i t i v e m e n t l e probleme de 1 ' a l i e n a t i o n i n t e r i e u r e . Pour l e heros s a r t r i e n t e l que Roquentin dans L a Nausee, l e sentiment d ' a l i e n a t i o n s'eprouve a t r o i s niveaux: l e s r a p p o r t s e n t r e l e p r o t a g o n i s t e e t l e "monde des o b j e t s , " l e s r a p p o r t s e n t r e l e heros e t sa v i e i n t e r i e u r e e t l e s n r a p p o r t s v i s - a - v i s des a u t r e s e t de l a s o c i e t e en g e n e r a l e . Au debut du roman, ce sont des s e n s a t i o n s t a c t i l e s q u i p r o -voquent l e s c r i s e s de nausee de l a p a r t de Roquentin. P l u s t a r d , des s e n s a t i o n s v i s u e l l e s auront l e meme e f f e t . S e l o n F i t c h , l e s r a i s o n s pour l e s q u e l l e s l e s choses l u i d e c l e n c h e n t un sentiment d ' a l i e n a t i o n sont d o u b l e s . Premidrement, l e s choses p a r l e u r e x i s t e n c e t e l l e m e n t s o l i d e e t c o n c r e t e sou-l i g n e n t l e c o n t r a s t e avec sa propre e x i s t e n c e q u i ne s e r a i t qu'un v i d e . Deuxiemement, e t venant du domaine temporel, l e s choses, c o n t r a i r e m e n t a s a pr o p r e e x i s t e n c e , semblent f a i r e p a r t i e de l ' e t e r n i t e t a n d i s que l u i f a i t p a r t i e d'un neant. I I e s t done a l i e n e du monde des choses p a r l e s com-p a r a i s o n s que lui-meme r e c h e r c h e e n t r e l e s choses e t sa propre e x i s t e n c e . L ' a l i e n a t i o n de Roquentin v i s - a - v i s de s a v i e i n t e r i e u r e , venant en p a r t i e de son i n t r o s p e c t i o n , e s t evo-quee de l a p a r t de l ' a u t e u r p ar l e phenomene du dedoublement du moi: deux v o i x i n t e r i e u r e s q u i se d e b a t t e n t a. l ' i n t e r i e u r du protagoniste. L ' a l i e n a t i o n du heros v i s - a - v i s des autres est voulue; i l veut §tre un sol i t a i r e . " 1 " ^ Le t i t r e meme de L'Etranger de Camus suggere l e theme c e n t r a l du roman, mais i l est plus d i f f i c i l e de d i s c e r -ner par rapport a quoi Meursault est etranger. Contraire-ment a. Roquentin, i l n'eprouve aucun sentiment d ' a l i e n a t i o n v i s - a - v i s des choses ou de l a nature. F i t c h soutient en e f f e t , que 1'impression d»etrangete que l e lect e u r ressente dans l a premiere p a r t i e v i e n t du procede n a r r a t i f , du deca-lage temporel qui separe l e narrateur des evenements q u ' i l raconte. "II ne s ' a g i r a i t , en f i n de compte, que de f a i -blesses de l a memoire a f f e c t i v e de Meursault."H De plus , dans l a deuxieme p a r t i e , Meursault devient etranger a. l u i -mgme, notamment a cause du changement qui est provoque en l u i par l e s evenements du proces. Le theme de l a solitude r e s s o r t des univers roma-nesques de Malraux, Sartre et Camus. Une consequence en est que l a vie du couple, l a ou e l l e e x i s t e , se termine par un 12 echec t o t a l . La solitude et 1 ' i m p o s s i b i l i t y de communica-t i o n ressortent egalement de 1'univers du Jour est n o i r ; cette f o i s une des causes p r i n c i p a l e s sera 1'echec de l a v i e du couple. Nous examinerons maintenant l e theme de 1'alienation dans Le Jour est n o i r . Nous allons aborder i c i Le Jour est n o i r dans l'op-54. .tique contemporaine de 1 1 a l i e n a t i o n dont l a h a n t i s e du dera-cinement, 1'obsession p e r s o n n e l l e , pa p e r s i s t a n c e et l a c r a i n t e de l a depossession sont l e s elements f o n c i e r s . L'on d o i t no-t e r que nous excluons de notre analyse toute i n t e r p r e t a t i o n p s y c h i a t r i q u e ; nous nous l i m i t e r o n s aux r a p p o r t s entre l'hom-me, ses ;semblables. et l ' u n i v e r s sans nous s e r v i r de diagnos-t i c s medicaux. Deux niveaux d ' a l i e n a t i o n sont d e c r i t s dans Le Jour  est n o i r . Le premier e s t une a l i e n a t i o n r e l a t i v e et i n d i v i -d u e l l e q u i e x i s t e par ra p p o r t a. l ' i n d i v i d u v i s - a - v i s des au t r e s . Les personnages sont r e d u i t s a. 1 ' i n c a p a c i t y de com-muniquer avec l e u r s semblables et de s'adapter aux c o n t i n -gences de l e u r s v i e s . Ce genre d ' a l i e n a t i o n a comme r e s u l t a t p r i n c i p a l , l a d e s t r u c t i o n de l a f a m i l l e , 1'ecroulement de l ' u n i v e r s de s e c u r i t e et de f r a t e r n i t e q u i donne a l ' i d i v i d u , l e sentiment d ' a p p a r t e n i r . Le deuxieme ni v e a u d ' a l i e n a t i o n est beaucoup p l u s cosmique et abso l u ; c'est l e sentiment d'etre coupi du r e s t e de l ' u n i v e r s , 1'impression d'§tre une gen e r a t i o n maudite q u i par sa c u l p a b i l i t e et ses a c t i o n s i n s e n s e e s , amenera l a f i n du monde. Ce deuxieme genre d'a-l i e n a t i o n s e r a en p a r t i e une mise en qu e s t i o n de l a c o n d i t i o n humaine. Une des m a n i f e s t a t i o n s de c e t t e a l i e n a t i o n absolue s e r a l a h a n t i s e de l a mort, non comme f i n i n e v i t a b l e de l a v i e mais p l u t 6 t comme une s o l u t i o n e s s e n t i e l l e n e c e s s i t e e 55 . par une v i e i m p o s s i b l e . La s o l i t u d e a p p a r a i t comme l e postu-l a t i n i t i a l de c e t t e preoccupation avec l a mort. E l l e s e r a 1'irremediable d e s t i n de 1'human!te toute e n t i e r e t e l l e q u ' e l -l e e s t representee dans L_e Jour e s t n o i r . Cette s o l i t u d e ecrase l e heros et l u i f a i t v o i r l a mort comme une v e r i t a b l e d e l i v r a n c e . Une autre c a r a c t e r i s t i q u e de c e t t e a l i e n a t i o n cosmique c o n s i s t e en l a n e g a t i o n de l ' a v e n i r , en l a l u t t e acharnee contre l a l i n e a r i t e du temps q ui pour l e s personna-ges se manifeste par l e u r i n c a p a c i t y de v i v r e au j o u r l e j o u r . Le personnage ne peut accepter que l e temps progresse irrevocablement et done i l c h o i s i t de se r e f u g i e r dans l e passe. I I se cree un monde ou i l s'immerge dans l e souvenir a f i n de d e t r u i r e l a r e a l i t e du monde present. Entre ces deux niveaux d ' a l i e n a t i o n i n d i v i d u e l l e et cosmique, i l e s t p o s s i b l e de v o i r quelques r a p p o r t s i n t e r e s -s a n t s . Premierement, i l semble y a v o i r une e v o l u t i o n tem-p o r e l l e entre l e s deux, c ' e s t - a - d i r e , une p r o g r e s s i o n de l ' a -l i e n a t i o n p e r s o n n e l l e vers 1 ' a l i e n a t i o n cosmique. Dans Le  Jour est n o i r , c e t t e e v o l u t i o n s u i v r a l a chr o n o l o g i e du roman. Au debut, M a r i e - C l a i r e B l a i s nous montre des enfants perdus dans un u n i v e r s sans p a r e n t s , s o l i t a i r e s et in c a p a b l e s de communiquer avec l e u r s amis. Vers l a f i n du roman, c e t t e s o l i t u d e e c r a s e r a l e personnage, e t , une f o i s parvenu a l'age a d u l t e , i l se s u i c i d e r a en reconnaissance de l'abime qui l e separe du monde dans l e q u e l i l v i t . I n e v i t a b l e m e n t , 56. i l j aura des rap p o r t s de c a u s a l i t e entre 1 ' a l i e n a t i o n i n t e r -p e r s o n n e l l e et cosmique: l e f a i t d'etre i n c a p a b l e de commu-ni q u e r avec l e s autres e n t r a i n e r a 1'effacement de l'homme dans l e monde. Chaque p a r t i e du roman i n c o r p o r e au moins un aspect du theme de 1 ' a l i e n a t i o n q u i s u i v r a , en gros, une e v o l u t i o n t e m p o r e l l e . A n o t e r a u s s i quatre elements thema-t i q u e s et s t y l i s t i q u e s de 1 ' a l i e n a t i o n q u i se trouvent dans Le Jour e s t n o i r : 1'absence de temps, 1'absence de l i e u , 1 ' i n a d a p t a t i o n a l a f r e n e s i e de l a v i e moderne et l a mort comme s o l u t i o n f i n a l e . Dans un prologue qui precede 1 ' a c t i o n propre du roman d'une d i z a i n e d'annees, M a r i e - C l a i r e B l a i s nous p r e -sente ses p r o t a g o n i s t e s a mi-chemin entre l'enfance et l ' a -dolescence, a. un age normalement c a r a c t e r i s e par 1'insou-ciance de l a jeunesse. Cependant, ces enfants se montrent d e j a preoccupes par des questions qui p o r t e n t sur l e u r o r i g i n e et sur l e u r a v e n i r . En p l u s , au moins un des per-sonnages se montre d e j a f a s c i n e par l a mort. Josue, q u i ap p a r a i t comme l ' e t r a n g e r du groupe, d o i t e t a b l i r q u i i l e s t , d'ou. i l v i e n t et ce q u ' i l f e r a quand i l s e r a un homme avant d'etre accepte par l e groupe. Raphael, en enoncant ses propres plans pour l ' a v e n i r , d i t q u ' i l i r a a l a guerre et mourra t r e s jeune comme ses parents. Les r a p p o r t s q u i s ' e t a b l i s s e n t e n s u i t e entre l e s quatre p r o t a g o n i s t e s t e -moigent de l e u r c a r a c t e r e a g g r e s s i f et p r o t e c t e u r , et s u r t o u t 57. precoce etant donne l e u r age. Raphael se cherche l e s expe-r i e n c e s s e x u e l l e s a. un age ou. l e s consequences de l ' a c t e s e x u e l sont inconnues. Yance veut proteger Josue par une s o r t e de s u f f o c a t i o n m a t e r n e l l e , en d e t r u i s a n t son indepen-dence par l ' a n a l y s e e x i s t e n t i e l l e de ses pensees. Done, l e s enfants se montrent possedes par des i n s t i n c t s et des preoccupations a d u l t e s sans 1'attenuation qui s e r a i t appor-tee par I'age. Dans l e prologue, un f a i t s o c i o l o g i q u e e s t s o u l i -gne qui aide a. p r e c i s e r l a s i t u a t i o n f a m i l i a l e des enfants. Raphael raconte que son pere se s e r a i t s u i c i d e l ' h i v e r p r e -cedent. La mere de Raphael et de Yance n'est pas mentionnee mais dans l a s u i t e de l a c o n v e r s a t i o n i l semble q u ' e l l e e s t morte e l l e a u s s i . Done Yance et Raphael sont o r p h e l i n s , eleves par une soeur ainee. La s o l i t u d e des enfants sans l a d i r e c t i o n des parents est evoquee p l u s t a r d par Yance: Nos parents morts des n o t r e enfance nous e v i t e n t de p a r I e r de l a f r a y e u r de notre g e n e r a t i o n . Sou-d a i n , j ' a i une v i v e reconnaissance q u i ne se d o i t a personne, d ' a v o i r g r a n d i en p l e i n e s o l i t u d e . (50) Cette absence de parents prepare une des m a n i f e s t a t i o n s du theme de 1 ' a l i e n a t i o n : l a d i s i n t e g r a t i o n de l a f a m i l l e . L a d i s i n t e g r a t i o n de l a f a m i l l e inauguree par 1'absence des parents e s t soulignee par l a r e v o l t e de 1'ado-l e s c e n t Raphael, c e l u i q u i , par ses a c t i o n s et son d e s i r i n t e n s e de prouver q u ' i l est un homme, approche l e p l u s de 5 8 . l'age adolescent parmi l e s enfants. Vers l a f i n du prologue, Rapha§l decide de f u i r sa f a m i l l e . Cette d e c i s i o n e s t prepa-ree au cours du prologue par p l u s i e u r s exemples de p r o t e s t a -t i o n de l a p a r t de 1'enfant contre l ' a u t o r i t e de ses pa r e n t s . I I a f f i r m e par exemple q u ' i l ne r e n t r e r a pas a c i n q heures comme d*habitude. A une autre r e p r i s e , i l constate que, puisque c'est samedi, i l peut to u t f a i r e . Ses t e n t a t i v e s d ' a f f i r m e r son independence se m u l t i p l i e n t et culminent dans sa d e c i s i o n de p a r t i r . Done l ' i n d i v i d u a f f i r m e sa l i b e r t e et renonce a f a i r e p a r t i e de sa propre f a m i l l e . Cet acte de p r o t e s t a t i o n e s t vu s u r t o u t comme un acte de l i b e r a t i o n , mais i l e n t r a i n e a u s s i une pert e de c o n t i n u i t e temporelle a u s s i b i e n qu'une per t e d'appartenance a. une communaute, e'est-a-d i r e , l a c o n t i n u i t e q u i s ' a c c o m p l i s s a i t t r a d i t i o n n e l l e m e n t a. t r a v e r s l a f r a t e r n i t e de l a f a m i l l e . En p a r t a n t , l ' i n d i -v i d u f a i t 1'experience d'un isolement du moment present. Sa v i e est r e s t r e i n t e a un i n t e r v a l l e temporel beaucoup p l u s l i m i t e que l o r s q u ' i l se s e n t a i t p a r t i e de p l u s i e u r s genera-t i o n s s u c c e s s i v e s . Nous verrons au cours de 1 ' i n t r i g u e , que Raphael est i n c a p a b l e de supporter 1'isolement temporel. I I r e v i e n d r a r e c o n q u e r i r M a r i e - C h r i s t i n e , recuperer l e temps perdu l o i n de sa f a m i l l e . Le c a r a c t e r e anonyme et impersonnel du paysage q u i enveloppe l e s enfants r e n f o r c e l e sentiment d'isolement q u i emane du prologue. Le l i e u de 1' a c t i o n n'est pas p r e c i s e , 59. l e decor e s t r e d u i t au minimum, a. 1'exception de quelques i n -d i c a t i o n s sceniques: des c e r i s i e r s , des b a l a n g o i r e s , une r i v i e r e e t l e " b r o u i l l a r d . En p l u s , l a n a t u r e semble c o m p l i -quer l e s t e n t a t i v e s d ' a m i t i e s . Les enfants sont en t r a i n de c u e i l l i r des c e r i s e s q u i sont v e r t e s . L'arbre dans l e q u e l grimpe M a r i e - C h r i s t i n e e s t p o u r r i . Yance et Josue se b a l a n -cent, mais a contre-temps et i l s sont done i n c a p a b l e s de se p a r l e r . Raphael et M a r i e - C h r i s t i n e se promenent pres d'une r i v i e r e ; Raphael l a f o r c e a. l'embrasser et e l l e se donne sans l e v o u l o i r . Yance et Josue se promenent a u s s i pres de l a r i v i e r e ; cependant, l e b r o u i l l a r d tombe et Josue se se-pare de Yance pour se perdre s e u l dans l e b r o u i l l a r d . A l a f i n de 1'apres-midi, un orage s'annonce et l e s quatre pro-t a g o n i s t e s doivent se separer. L ' i n d i v i d u q u i s o r t de ce decor assume l u i a u s s i un ca r a c t e r e d * e x i l e ou de deracine, de quelqu'un qui e s t perdu. et q u i n'entre en r e l a t i o n avec personne. Sous c e t aspect, c'est s u r t o u t Josue q u i a p p a r a i t comme un d e r a c i n e , sans passe n i f u t u r l o g i q u e s . Les questions que l u i posent l e s autres enfants r e v e l e n t que l e s a s s o c i a t i o n s l e s p l u s s i g n i -f i c a t i v e s pour l u i s e r a i e n t avec l a mer comme centre de son 15 u n i v e r s e n f a n t i n . ^ I I est maintenant l o i n d ' e l l e et c e t t e s e p a r a t i o n l u i e s t p e n i b l e . Ses questions sur l a p r o x i m i t e de l'eau a. l ' e n d r o i t ou i l se trouve au moment, et son d e s i r d'etre immerge par l e b r o u i l l a r d peuvent a p p a r a i t r e comme un 60. e f f o r t pour recuperer l e passe, une t e n t a t i v e de se t r o u v e r en redecouvrant l e sentiment de c o n t i n u i t e avec une atmosphe-r e a s s o c i e e a son enfance. Les r a p p o r t s entre l e s enfants temoignent de l e u r i n c a p a c i t y de communiquer avec l e u r s semblables. Josue, comme nous 1'avons d e j a remarque, e s t t r e s s e n s i b l e a l a nature et a l'eau en p a r t i c u l i e r . ^ Raphael se l a i s s e en-v a h i r par son d e s i r s exuel et avec c e t t e arme, cherche a. con-q u e r i r M a r i e - C h r i s t i n e . E l l e a son t o u r , se r e d u i t a une p a s s i v i t e feminine et e l l e cede a l a domination du male. Yance veut proteger Josue en se l i a n t avec l u i en une s o r t e d'accouplement s p i r i t u e l q u i , par son c a r a c t e r e a n a l y t i q u e et m a t ernel, d e t r u i r a l a l i b e r t e de Josue. La premiere p a r t i e du roman propose deux a l t e r n a -t i v e s au sentiment d ' a l i e n a t i o n , deux moyens d'ecnapper a l a s o l i t u d e f o n c i e r e de l ' e t r e : l a maternite et 1'amour con-j u g a l . Cependant, ces deux a l t e r n a t i v e s echouent et abou-t i r o n t a. l'effacement ou a. l a d e s t r u c t i o n des i n d i v i d u s . Dans l a premiere p a r t i e , Genevieve, l a soeur ainee de Yance et de Raphael apparaxt comme l e symbole supreme de l a m a t e r n i t e . E l l e soigne N i c o l a s , son jeune f r e r e g r a -vement malade qui mourra b i e n t o t . L'importance de Genevieve 61. e s t s u r t o u t son devouement t o t a l pour l e jeune enfant, de-vouement q u i i r a j u s q u 1 a l a negation complete de sa propre p e r s o n n a l i t e . E l l e n 1 e x i s t e que pour ce p e t i t e n f a n t , e t , a. l a mort de N i c o l a s , sa r a i s o n de v i v r e d i s p a r a i t et e l l e d e v i e n t une morte v i v a n t e . Ce q u i commence par §tre un sentiment d'extrime a l t r u i s m e f i n i t par devenir une des-t r u c t i o n de l a p e r s o n n a l i t e comparable a. une s o r t e de s u i -c i d e . M a r i e - C l a i r e B l a i s t r a d u i t ce sentiment d ' a l i e n a t i o n de l a p a r t de Genevieve en l a r e d u i s a n t a. un fantSme meca-nique q u i s'anime seulement a l a mention d'un enfant ou quand un enfant e s t p l a c e dans ses b r a s . Son s e u l moyen de com-muniquer avec l e s autres ou de communiquer son propre de-s e s p o i r e s t par un chant melancollque q u i se repete comme un r e f r a i n t r i s t e au cours de l a premiere p a r t i e : Le vent e s t l o u r d ce. s o i r , . Agneau. J ' a i perdu mon chemin en r§vant, Ferme l e s yeux, ce s o i r , Agneau.. . (19) "J'aime l e vent quand i l berce 1 'enfant J'aime l a n u i t quand e l l e berce l e v e n t . " ( 2 7 ) "Et l e vent a berce 1 'enfant dans l e s e t o i l e s . " (28) Et 1 'enfant s'est r e v e i l l e dans l a lune. L'enfant q u i a v a i t p l e u r e sur l a t e r r e . ( 31 ) Par c e t t e chanson et s u r t o u t dans l e s deux d e r n i e r s v e r s , M i l e B l a i s communique l e sentiment que 1 ' e x i s t e n c e sur l a t e r r e et des 1 'enfance, e s t desesperante. La maladie de N i c o l a s f a i t r e s s o r t i r encore une autre forme de d e s e s p o i r s e l o n M i l e B l a i s , c e l l e d'un exces de c o n f i a n c e en l e temps q u i soulagera t o u t . Pour Genevieve, 62. ,cet e s p o i r se l i m i t e a une l u t t e contre une mort i n e v i t a b l e . Yance d i t : ' I I y a sans doute une f o l i e de l'esperance, une f o l i e ou. l ' o n r e t r e c i t sa memoire et son coeur pour ne penser qu'a N i c o l a s . B i e n t o t ma soeur ne prendra p l u s de p l a c e dans l a grande maison. E l l e ne se r a qu'un c r i . (32) Un autre presonnage, Raphael, est i n v e s t i t du meme sentiment d'esperance i r r e e l l e . De r e t o u r apres une longue absence, sa f o l i e d'esperance c o n s i s t e en un d e s i r de r e -co n q u e r i r M a r i e - C h r i s t i n e , q u ' i l i n i t i a a 1'amour a. un age ou e l l e n ' e t a i t pas p r e t e . I I d e s i r e r e v i v r e l e temps au moment ou i l l ' a v a i t l a i s s e c i n q ans auparavant. Pour Raphael a u s s i b i e n que pour Genevieve, l a n e g a t i o n du temps devient une preoccupation. Genevieve c r o i t l u t t e r contre l e temps q u i aggrave l a maladie de N i c o l a s ; Raphael veut i g n o r e r l e temps q u i l e separe maintenant de M a r i e - C h r i s t i n e . Tous deux creent un monde ou. l e present et l ' a v e n i r sont aneantis par l e souvenir du passe. Dans l e cas de Genevieve, c e t t e suprematie du passe r e n d r a l e present et l ' a v e n i r i n -a c c e p t a b l e s . E l l e s'enfermera dans sa maison et passera son temps a r e c r e e r par 1'imagination, l e temps ou. N i c o l a s e t a i t encore v i v a n t . Raphael a son t o u r se montrera incapable de v i v r e en acceptant 1 ' i n c e r t i t u d e de l ' a v e n i r et se s u i c i d e r a . De l a premiere a. l a cinquieme p a r t i e , Le Jour e s t n o i r d e c r i t t r o i s mariages, tous c a r a c t e r i s e s par l e u r 63. d i s i n t e g r a t i o n f i n a l e . La d i s i l l u s i o n avec l e mariage e s t l a cause p r i n c i p a l e de c e t t e d i s i n t e g r a t i o n , mais, au cours du processus de d e s t r u c t i o n , i l y aura p l u s i e u r s t e n t a t i v e s de r e n o v a t i o n q u i v i s e r o n t a r i d u i r e l e sentiment d ' a l i e n a -t i o n , p l u s i e u r s a l t e r n a t i v e s a l a s o l i t u d e du personnage. La premiere t e n t a t i v e contre l a s o l i t u d e c o n s i s t e en l a v i e ensemble, hors du mariage. A ce premier stade de l 1amour c o n j u g a l , un probleme c a p i t a l e st s o u l e v i : comment conserver l a l i b e r t i de l ' i n d i v i d u avec l ' i n t i m i t e q u i p r o v i e n t de 1'union des corps. Au d i b u t de l a premiere par-t i e , l ' i q u i l i b r e entre l e corps et 1 ' e s p r i t est maintenu a t r a v e r s un d i s i r de sauvegarder a l a f o i s 1'indipendance et l e s reves de chacun, i q u i l i b r e f a c i l i t e par des separa-t i o n s physiques. Cependant, c e t t e phase est de courte duree, et Yance r e c o n n a i t que " b i e n t o t nous serons t r o p amants pour e t r e l i b r e s e n c o r e . " ^ 5 ) j _ e p r obleme de l a po s s e s s i o n d'un autre e s t ameni par l e mariage q u i , dans l e cas de Yance, est v o u l u pour deux r a i s o n s : l e d i s i r d'approfondir son analyse de J o s u i et c e l u i d ' a v o i r un enfant. Yance se c r o i t responsable de Josue, responsable de c o n n a i t r e ses pensees et ses s e c r e t s . E l l e d i t : "Ah I S i J o s u i i t a i t a moi, s i j e c o n n a i s s a i s ses pensees '. Mais i l ne s a l t que pren-dre l a forme que j e l u i donne. E t i l ne v i t pas dans l a m§me c h a i r que m o i . " ^ ^ Par un s o u c i de 1'aider a u s s i b i e n que par c r a i n t e de l e per d r e , e l l e tache d'analyser ce q u i 64. rend son mari etranger au monde qui 1'entoure. Josue de son c6te trouve c e t t e preoccupation e t o u f f a n t e et commence a. se detacher de sa femme en l u i etant i n f i d e l e . I I l a q u i t t e r a pour de bon e n s u i t e en avouant que v i v r e avec e l l e l e d e p o u i l l e r a i t de ses re v e s . Voyant son mariage s ' e c r o u l e r , Yance c r o i t l e sauvegarder en ayant un enfant, ce q u i , pour e l l e , c o n s t i t u e une s o r t e d'investissement dans l e temps a u s s i b i e n qu'un acte de renouvellement. Pour Yance, 1'enfant represente l ' a v e n i r et 1'innocence. Je v o i s sur l e corps de mon enfant toutes l e s coul e u r s de l a v i e . Ses f u t u r e s pensees, ses amours, ses esperances. Des amours q u i p o u r r a i e n t ressembler aux miennes et des esperances q u i p o u r r a i e n t me plonger dans une autre e x i s t e n c e , et a u s s i , une confiance sourde dans l a f o r c e du temps que j e ne c o n n a i t r a i que par e l l e . C r u e l l e et devorante v i e ou. l e d e s t i n v i d e l e monde de demain. De mes s e i n s a mes e n t r a i l l e s j e s u i s une femme depossedee. (48-4-9) Pour Josue, q u i a l a c e r t i t u d e d ' a p p a r t e n i r a une g e n e r a t i o n de l a mort, l a naissance de l e u r f i l l e e st un d e s a s t r e . I I d i t : Yance, q u e l l e idee de mettre un enfant au monde I Tu es done sure de ce monde? I I y aura un desas-t r e . Pour nous, i l ne r e s t e que l e moment aveugle, l e s amours aveugles, l e s p l a i s i r s i n c o n s c i e n t s . Nous avons i n s t a l l e n o t r e a v e n i r dans un tou t p e t i t i n s t a n t tourmente. Nous sommes l a gen e r a t i o n de l a mort." (49) Une v i n g t a i n e d'annees p l u s t a r d , l e mari de Roxane, 65. l a f i l l e de Yance et Josue exprimera ce meme d e s i r d ' i n v e s t i r dans l e temps en ayant un enfant. Roxane, l a f i l l e de Josue, ne veut pas d'enfant; e l l e a h e r i t e du meme sentiment d ' a l i -e n a t i o n que son pere, l a c o n v i c t i o n en 1*aneantissement eventuel de 1'univers. J e s s y , son m a r i , veut 1'enfant. "Je veux f i x e r ma v i e dans l e temps avec c e t t e p e t i t e chose i n -forme q u i at t e n d . . . . . . . . . • • • • • • • • • • • • • • Je t r o u v e r a i moi-meme un s i e c l e e t une ame a. 1'enfant q u i v i e n t . " ( 8 9 ) Cependant, l e s r61es se re n v e r s e r o n t ; Roxane t r o u v e r a une r a i s o n pour l a c o n t i n u a t i o n de sa propre v i e dans l a n a i s -sance de son enfant. J e s s y , angoisse par ses r e s p o n s a b i l i -t e s , se s u i c i d e r a . De l a maternite a 1 1 amour c o n j u g a l , en passant par l e d e s i r s e x u e l , i l s e m b l e que dans Le Jour est n o i r , p l u s l'o n se rapproche des §tres humains, p l u s l'on aggrave l e sentiment d ' a l i e n a t i o n q u i a p p a r a l t comme l e p o s t u l a t i n i t i a l de tous l e s r a p p o r t s humains. Le devouement maternel, q u i impliqu e l a s u b o r d i n a t i o n des d e s i r s de s o i , mene a l a des-t r u c t i o n de l a p e r s o n n a l i t e . L*amour s e x u e l e s t r e d u i t , s o i t a. une conquete purement physique, s o i t a. une d e s t r u c t i o n de l a l i b e r t e f o n c i e r e de l ' S t r e . En somme, l e couple ou l e t r i o humain e s t d e t r u i t , l i m i t a n t l a communion humaine a un dialogue de sourds ou a un monologue desesperant. L'hom-66. me r e d u i t a sa s o l i t u d e par 1 ' i m p o s s i b i l i t e de communiquer, condamne toute sa g e n e r a t i o n , t o u t un s i e c l e . Ce qui commence par n*§tre qu'un echec des r e l a t i o n s humaines devient une h e r e d i t e d ' a l i e n a t i o n cosmique. Nous avons r e l e v e dans Le Jour est n o i r , deux niveaux d ' a l i e n a t i o n : une a l i e n a t i o n i n d i v i d u e l l e ou r e l a t i v e et une a l i e n a t i o n cosmique ou absolue. Entre l e sentiment d ' a l i e n a t i o n i n d i v i d u e l l e et 1 ' a l i e n a t i o n cosmique, i l e s t p o s s i b l e d ' e t a b l i r des r a p p o r t s de c a u s a l i t e . Le f a i t d'etre i s o l e des gens a-mene l'evasement du concept de 1 ' a l i e n a t i o n r e l a t i v e en une a l i e n a t i o n cosmique ou absolue. Les problemes d'un i n d i v i d u deviendront ceux de toute une genera t i o n q u i se s i t u e en dehors du t r a i n de l a v i e normale. De meme, des problemes q u o t i d i e n s , par exemple, comment rendre un menage heureux — s ' e l a r g i r o n t pour de v e n i r des problemes d'un monde q u i semble se p r e c i p i -t e r v e r s sa propre d e s t r u c t i o n . Quoique l ' o n p u i s s e n o t e r ce processus q u i mene d'une a l i e n a t i o n i n d i v i d u e l l e a une a l i e -n a t i o n cosmique, M a r i e - C l a i r e B l a i s h e s i t e a poser clairement l e s r a i s o n s ou l e s causes de l a suprematie de 1 ' a l i e n a t i o n . Un c r i t i q u e , que nous avons d e j a mentionni dans 1 ' i n t r o d u c t i o n , considere comme une f a i b l e s s e du roman 1'absence d ' e x p l i c a t i o n ou d ' i n t e r p r e t a t i o n de 1'aspect de 1 ' a l i e n a t i o n q u i s'y t r o u v e . ^ L'absence d ' e x p l i c a t i o n rend une analyse p l u s d i f -f i c i l e , mais e l l e n'est pas i l l o g i q u e s e l o n nous. S i M i l e B l a i s a v a i t c h o i s i de donner des r a i s o n s p r e c i s e s de l a presence 67. ,de 1 ' a l i e n a t i o n chez un c e r t a i n personnage, son e l a b o r a t i o n a u r a i t d e t r u i t 1'atmosphere de f a t a l i t e et d'heredite q u i impregne Le Jour e s t n o i r . Neanmoins, 1 ' a l i e n a t i o n cosmique d e v i e n t 1'expression d'une q u e s t i o n c e n t r a l e : qu'est-ce que l a c o n d i t i o n humaine? Une des premieres m a n i f e s t a t i o n s de 1 ' a l i e n a t i o n cosmique se v o i t dans l e s r e l a t i o n s entre l'homme et Dieu, l e s q u e l l e s se t r a d u i s e n t par un eloignement r e l i g i e u x . C'est avec cet aspect d ' a l i e n a t i o n que M i l e B l a i s semble rapprocher l e p l u s d'une condamnation d i v i n e . Au debut du r e c i t , i l y a un exemple de l ' i d e e que Dieu est responsable de 1 ' a l i e n a t i o n des hommes. En contemplant Josue, Yance d i t : Pourquoi Dieu a - t ' i l cree des §tres l o i n t a i n s et proches comme Josue? Des hommes, l o i n t a i n s dans 1'amour et proches dans l a souffrance? Pour eux, i l n'y a pas de s i e c l e , p a r t o u t et avec t o u s , i l s sont en e x i l . (24) La d e t e r i o r a t i o n des r a p p o r t s entre l'homme et Dieu est a u s s i s o u l i g n e e : " I I [josue] se c r o i t responsable de tou t aimer et (24) i l a l a c e r t i t u d e que Dieu l * a r e j e t e . " v J A i l l e u r s , Josue e c r i t dans une d i s s e r t a t i o n : "L'homme est un §tre que Dieu ne peut pas s a u v e r . " ^ ^ I I s e m b l e r a i t done, que Dieu renonce a assumer ses r e s p o n s a b i l i t e s envers ses c r e a t u r e s . Pour ceux a t t e i n t s par l a s o l i t u d e impliquee par l'absence de Dieu, i l n'y a qu'une s o l u t i o n , l a mort. I I y a t r o i s scenes de mort dans l e roman: une, en p a r t i c u l i e r , evoque, a. t r a v e r s l a mort d'un enfant , c e l l e de Dieu. E l l e se s i t u e 68. dans l a cinquieme p a r t i e , ou C h r i s t o p h e r , l e f i l s de Raphael, exprime son d e s i r d ' a l l e r dans un pays des neiges'. I I c r o i t a t t e i n d r e ce but en a l l a n t jouer sur un pont pres de sa mai-son. L a , un groupe de grands se combattent avec l u i et l e p i e t i n e n t a mort. Avant de mourir, l e p e t i t d i t q u ' i l accep-te d'§tre b a t t u parce que l e s grands l u i ont promis q u ' a i n s i , i l v e r r a i t l e s ne i g e s . Nous croyons que M i l e B l a i s se s e r t de c e t t e scene pour evoquer a t r a v e r s e l l e , l a mort du C h r i s t ; e l l e f a i t une analog i e entre l a mort du C h r i s t et l a mort d'un enfant innocent. Affirmer;que Dieu e s t mort par l a f a u t e des hommes, r e v i e n t a une condamnation generale du s i e c l e moderne. Yance, parmi d'autres, evoque c e t t e c o n v i c t i o n q u i exprime l a peur de l a mort. Je ne s u i s p l u s en confiance avec l a g e n e r a t i o n que port e ma f i l l e sous son f r o n t innocent. Une n u i t sans r e v e i l se p r o f i l e devant moi: sommes-nous con-damnes a mourir? Sommes-nous l a g e n e r a t i o n tene-breuse et c h o i s i e pour a s s i s t e r a. l a f i n de l ' u n i -v ers? Ce doute n ' e s t - i l qu'un pressentiment d'une h o r r i b l e f a t a l i t e ? . . . 1 1 e st v r a i que l e s e t r e s de no t r e g e n e r a t i o n s o u f f r e n t d'avancer dans un s i e c l e de d e s t r u c t i o n . I l s p r e f e r e n t soudain ne pas a v o i r de s i e c l e . Deliberement, i l s c h o i s i s s e n t des gouf-f r e s a l a t a i l l e de l e u r s r§ves. (50) Cette condamnation du s i e c l e moderne f a i t p a r t i e d'une a n t i -these creee entre l a nature et l a v i l l e . Nous avons d e j a 16 p a r l e de c e t t e a n t i t h e s e au premier c h a p i t r e . Rappelons i c i , a guise d'exemple, que l e calme du b r o u i l l a r d s'oppose aux b r u i t s des v i l l e s , et f o n c t i o n n e comme l'espace d'une evasion. 69. Parmi l e s moyens s t y l i s t i q u e s dont se s e r t M a r i e -C l a i r e B l a i s pour evoquer l e c l i m a t d ' a l i e n a t i o n , se trouvent 1'absence de temps et 1'absence de l i e u , deux elements c a r a c -t e r i s t i q u e s de l ' e c r i t u r e du Jour e s t n o i r . E n p a r l a n t de temps, i l f a u t t e n i r compte de l a d i s t i n c t i o n f a i t e entre l e temps chronologique ou h i s t o r i q u e , et l a duree, ou temps i n t e -rieurement vecu du personnage. Bans l'oeuvre de M a r i e - C l a i r e B l a i s , i l y a duree mais absence de temps h i s t o r i q u e . De m§me, en ce qui concerne l e l i e u , i l e x i s t e d i f f e r e n t s espaces ou 1'a c t i o n se d e r o u l e , mais absence de l i e u p r e c i s . Le r e s u l t a t e s t un depaysement t o t a l , un deracinement a b s o l u , q u i accentue l e c l i m a t d ' a l i e n a t i o n . Dans Le Jour e s t n o i r , l e s mois et l e s saisons se s u i v e n t ; l e matin, l'aube et l a n u i t reviennent regulierement mais l a v i e s'ecoule dans l a duree p l u t o t que dans l e temps h i s t o r i q u e . Q u e l q u e f o i s , M i l e B l a i s se s e r t d'une technique des nouveaux romanciers et bouleverse l a c h r o n o l o g i e : E n tre matin et s o i r , un homme peut comprendre. Nous e t i o n s aux memes noces a. v i n g t ans. Je t ' a v a l s simplement d i t "Bonsoir Josue." Et moi j ' a i repondu: "Adieu Yance." E t i l e s t encore m i n u i t . ( E p i l o g u e ) Mais l a p l u p a r t du temps, l e temps est marque par l a simple s u c c e s s i o n de scenes de monologue i n t e r i e u r , separees par des bl a n c s de passages. A 1 ' i n t e r i e u r de c e t t e s u c c e s s i o n , M i l e B l a i s s o u l i g n e quelques i n d i c e s temporels, notamment, l e s heu-res et l e s mois. P a r f o i s e l l e f a i t preceder une scene de 1 ' i n d i c a t i o n du mois dans l e q u e l 1 ' a c t i o n se der o u l e . Jamais 70. cependant, d ' i n d i c a t i o n s d'annees. Omettre des i n d i c a t i o n s de temps h i s t o r i q u e p r o d u i t une q u a l i t e e x t r a - t e m p o r e l l e q u i impregne t o u t l e r e c i t . La p r e c i s i o n dans l e temps s o u l i g n e -r a i t l ' u n i c i t e des evenements d e c r i t s ; par c o n t r e , 1'impreci-s i o n evoque l e u r c a r a c t e r e u n i v e r s e l . Le temps est f r a c t u r e , ce q u i , en combinaison avec l e monologue i n t e r i e u r , t r a d u i t l a d i s c o n t i n u i t e de l a pensee. I I es t important de no t e r que, lors q u e l ' a u t e u r se s e r t d'un i n d i c e temporel, i l s ' a g i t t o u -j o u r s , s o i t d'une n a i s s a n c e , s o i t d'une mort. Le temps semble done e x i s t e r comme l i m i t e marquant l e commencement et l a f i n de l a v i e . Dans une thematique de 1 ' a l i e n a t i o n , 1'absence de temps h i s t o r i q u e ou de l i e u p r e c i s f a i t r e s s o r t i r 1'element a. l a f o i s f a n t a i s i s t e et omnipresent de 1 ' a l i e n a t i o n . Nous avons d e j a note 1'absence de l i e u q u i c a r a c t e -r i s e l e r e c i t . Les scenes se s u b s t i t u e n t a l a d e s c r i p t i o n l o c a l e comme l e s sequences d'un f i l m . Neanmoins, deux images s p a t i a l e s reviennent frequemment au cours du roman, c e l l e s de l a maison et du b r o u i l l a r d q u i symbolisent deux p6 l e s de 1'evasion humaine, evasion q u i comprend une negation du temps. Le b r o u i l l a r d , comme nous 1'avons i n t e r p r e t s au premier cha-p i t r e , s e r t de l i e u d'evasion et se s u b s t i t u e a l'humanite, devenant une s o r t e d ' a b r i n a t u r e l contre l e s exigences de l a v i e . Au ni v e a u temporel, l e b r o u i l l a r d symbolise l a suspen-s i o n du temps h i s t o r i q u e . La maison, qui dans l a symbolique t r a d i t i o n n e l l e represente un u n i v e r s de s e c u r i t e et d ' i n t i m i -t e , dans Le Jour est n o i r d evient une tombe, pr§s d ' e n s e v e l i r 71. 'ceux q u i , par l e u r disenchantement, se o r i e n t un monde ou regne l e s o u v e n i r , refuge contre l e present et l ' a v e n i r . Ayant examini l a thimatique de l ' a l i i n a t i o n dans Le Jour est n o i r , nous y avons reconnu deux niveaux: une a l i i n a t i o n i n d i v i d u e l l e ou r e l a t i v e et une a l i i n a t i o n cosmi-que ou ahsolue. L ' i m p o s s i b i l i t i de communiquer c a r a c t i r i s e l e n i v e a u r e l a t i f et c e t t e i n c a p a c i t i e st d i p e i n t e des l e prologue. A t t e i n t s par des i n s t i n c t s et des i n c e r t i t u d e s p r i c o c e s , l e s p r o t a g o n i s t e s ne j o u i s s e n t pas de 1'insouciance de l a jeunesse. Parvenus a l'age a d u l t e , i l s d i t r u i s e n t l e u r f a m i l l e et p a r f o i s meme l e u r v i e . La m a t e r n i t e , l e d i s i r s e x u e l et 1'amour c o n j u g a l echouent; tous l e s r a p p o r t s humains s ' i c r o u l e n t . M a g n i f i i s , l e s problemes d'une v i e quotidienne deviennent ceux d'une coe x i s t e n c e avec un u n i v e r s abandonni premierement par Dieu e t , p e t i t a p e t i t , par l e s hommes. La mort de v i e n t l a s o l u t i o n f i n a l e , l e s e u l moyen, hors l a f o l i e , d'ichapper a l ' a n g o i s s e . NOTES ( C h a p i t r e II) 7 2 . Le Sentiment d* etrangete chez Malraux, S a r t r e , Camus et S. de Beauvoir ( P a r i s : L e t t r e s Modernes, 1964). F i t c h , pp. 9 - 1 0 . 3 . F i t c h 4. F i t c h 5 . F i t c h 6. F i t c h 7 . F i t c h 8. F i t c h 9. F i t c h 1 0 . F i t c h 1 1 . F i t c h 1 2 . F i t c h , p. 2 2 3 . p. 10. p. 91. p. 7 5 . p. 9 1 . pp. 97, 1 0 3 , 129. pp. 1 2 0 - 1 2 1 . p. 1 0 5 -p. 1 2 7 . p. 2 0 3 . 1 3 . V o i r C h a p i t r e I, p. 8. 14. V o i r C h a p i t r e I, p. 8. 1 5 . Menard, "Le Jour es t noir, 1,' p. 328. 16. V o i r C h a p i t r e I, p. 1_3. 7 3 . CHAPITRE I I I LES STRUCTURES NARRATIVES DU JOUR EST NOIR 'Dans l e s deux c h a p i t r e s precedents, nous avons exa-•mine a tour de r o l e l e s images aquatiques q u i gouvernent 1'as-pect poetique de l'oeuvre et l a thematique de 1 ' a l i e n a t i o n repandue dans c e t t e oeuvre. B i e n que ces deux aspects cons-t i t u e n t deux elements importants du roman, i l s ne l i v r e n t pas acces a l'oeuvre e n t i e r e . I I f a u t l e u r a d j o i n d r e des o b s e r v a t i o n s sur l a s t r u c t u r e de l'oeuvre ou l e s d i f f e r e n t s aspects du r e c i t n a r r a t i f , t e l s que l a l o g i q u e des a c t i o n s , l e s personnages et l e u r s r a p p o r t s , et l e s p o i n t s de vue n a r r a t i f s . Dans ce c h a p i t r e , nous essayons d'analyser l a t o t a l i t e du roman au n i v e a u de sa s t r u c t u r e , en recherchant l e s l o i s q u i r e g i s s e n t 1'univers r a c o n t e . A c e t t e f i n , nous avons decide de nous s e r v i r de deux a r t i c l e s q u i ont paru dans l e numero 8 de l a revue Communications comme base d'analyse s t r u c t u r a l e du roman; nous etudierons l a s t r u c t u r e du Jour est n o i r a l a lumiere des o b s e r v a t i o n s de Claude Bremond sur l a s t r u c t u r e de toute oeuvre romanesque. 1 Dans "La Logique des p o s s i b l e s n a r r a -t i f s" M. Bremond examine " . . . l e s c o n t r a i n t e s l o g i q u e s que toute s e r i e d fevenements ordonnee en forme de r e c i t d o i t 2 r e s p e c t e r sous peine d ' i t r e i n t e l l i g i b l e . " 74. En analysant ce q u ' i l a p p e l l e " l e c y c l e n a r r a t i f - " M. Bremond m a i n t i e n t que "Tout r e c i t c o n s i s t e en un d i s c o u r s i n t e g r a n t une s u c c e s s i o n d'evenements d ' i n t e r e t humain dans l ' u -n i t e d'une meme a c t i o n . " ^ Dans l a mesure ou. l e s evenements du r e c i t encouragent ou s'opposent au p r o j e t humain developpe, i l s peuvent s' o r g a n i s e r en deux modeles fondamentaux, q u i se de-p l o i e n t s e l o n l e s schemas s u i v a n t s : A m e l i o r a t i o n a obtenir-* Processus d'amel. (Amelioration obtenue Pas de processus [ A m e l i o r a t i o n non d'amel. ^ obtenue Degradation p r e v i -s i b l e Processus de degrad Pas de processus de ^degrad. Ipe g r a d a t i o n p r o d u i t e g r a d a t i o n e v i t e e Ce p r i n c i p e de classement dichotomique obtenu, 1 ' a m e l i o r a t i o n et l a d egradation peuvent se combiner l'une avec 1'autre s u i v a n t p l u s i e u r s m o d a l i t e s . La premiere c o n s i s t e en une a l t e r n a n c e continue des stades d ' a m e l i o r a t i o n et de degradation: Degradation p r o d u i t e f Processus de degrad. 4 Degradation p o s s i b l e A m e l i o r a t i o n a. o b t e n i r Processus d ' a m e l i o r a t i o n i A m e l i o r a t i o n obtenue La deuxieme modalite c o n s i s t e en un developpement "par enclave" s e l o n 1'expression de Bremond, avec p o s s i b i l i t e que l'echec d'un processus d ' a m e l i o r a t i o n ou de degradation s o i t l e r e s u l t a t de 1 ' i n s e r t i o n d'un processus i n v e r s e q u i 11emp§che d' a b o u t i r a son 4 terme normal: 7 5 . A m e l i o r a t i o n a. o b t e n i r Processus d ' a m e l i o r a t i o n Degradation p o s s i b l e Processus de degradation A m e l i o r a t i o n non obtenue La t r o i s i e m e modalite c o n s i s t e en l a s i m u l t a n e i t y d'un processus d ' a m e l i o r a t i o n et de degradation venant de l a meme s u i t e d'e-venements q u i a f f e c t e a l a f o i s deux agents animes par des inter§ts opposes. M. Bremond a p p e l l e ce genre de developpement 5 un processus "par accolement." y A m e l i o r a t i o n a. o b t e n i r v s . Degradation p o s s i b l e T f Processus d ' a m e l i o r a t i o n v s . Processus de degradation Done, l a degradation de l ' a v e n i r de l'un c o i n c i d e avec 1'amelio-r a t i o n de l ' a v e n i r de l ' a u t r e . Les avantages, s e l o n M. Bremond, des modeles presentes c i - d e s s u s sont q u ' i l s e v i t e n t "...de c o n s t r u i r e l a s t r u c t u r e du r e c i t en f o n c t i o n seulement d'un p o i n t de vue p r i v i l e g i e — c e l u i du 'heros' ou c e l u i du n a r r a -t e u r —..."^ La m u l t i p l i c i t y des p o i n t s de vue propres aux personnages d'un roman peut §tre incorporee dans un meme schema.''7 A m e l i o r a t i o n obtenue v s . t Degradation r e a l i s e e 76. Nous examinerons maintenant l e r e c i t du Jour e s t n o i r en tachant de l e r e d u i r e aux modeles proposes par M. Bremond. Nous commencerons avec l a premiere p a r t i e du roman qui est en gros l e r e c i t des r a p p o r t s du jeune couple Yance et Josue, raconte par Yance a l a premiere personne. La premiere p a r t i e debute avec un.pnocessus-" di' amelio-Q r a t i o n q u i en g r o s , s u i t l e schema s u i v a n t : A m e l i o r a t i o n a. o b t e n i r -••Obstacle a. e l i m i n e r Moyens p o s s i b l e s i Mise en oeuvre des moyens I A m e l i o r a t i o n obtenue Obstacle e l i m i n e — Succes des moyens La premiere phrase du r e c i t , "Ce s o i r , j e sens q u ' i l est mer-v e i l l e u x d'etre une femme," marque un stade heureux dans l a v i e du jeune couple. Cependant, quelques phrases p l u s t a r d , l e l e c t e u r apprend q u ' i l e x i s t e un ou meme deux o b s t a c l e s au bon-heur c o n j u g a l : l a presence de N i c o l a s et de Genevieve q u i r e -presente en quelque s o r t e , l a r e s p o n s a b i l i t e f a m i l i a l e de Yance. D'une p a r t , 1 ' a m e l i o r a t i o n a o b t e n i r est l e mariage de Yance et de Josue ou au moins, l e u r devouement t o t a l l'un a 1'autre e t , l a r u p t u r e des l i e n s entre Yance et sa f a m i l l e . Un moyen p o s s i b l e d ' o b t e n i r c e t t e a m e l i o r a t i o n et c'est c e l u i du l i v r e , s e r a i t l a mort de N i c o l a s , mort i n e v i t a b l e p u i s q u ' i l e s t con-damne. Le succes des moyens, l a mort de N i c o l a s , e n t r a i n e a u s s i 1 ' e l i m i n a t i o n du deuxieme o b s t a c l e , Genevieve. E l l e se r e t i r e de l a v i e q u i 1'entoure. Ces deux o b s t a c l e s e l i m i n e s , l'ame-77. l i o r a t i o n e s t obtenue; Yance et Josue s'epousent et attendent l a naissance de l e u r enfant. Nous avons done l e schema suivant: A m e l i o r a t i o n a. o b t e n i r Obstacles a e l i m i n e r i Moyens p o s s i b l e s Succes des moyens Obstacle e l i m i n e A m e l i o r a t i o n obtenue mariage de Yance et Josue T r e s p o n s a b i l i t e s envers Gene-v i e v e et N i c o l a s I mort i n e v i t a b l e de N i c o l a s \ N i c o l a s meurt, Genevieve se r e t i r e du monde mariage, 1'enfant Comme l e p r e v o i t M. Bremond, ce premier stade d 1 a m e l i o r a t i o n d o i t e t r e s u i v i par une phase de degradation. C'est ce qui a r r i v e dans Le Jour est n o i r . Cette f o i s , l e processus de degradation que nous raconte Yance correspond au procede "par accolement" s e l o n Bremond. La meme s u i t e d'evenements represente a l a f o i s une degradation pour Yance et une ame-l i o r a t i o n pour Josue. Revenant au r e c i t , nous voyons que l e f a i t d'etre enceinte represente un stade heureux pour Yance mais en meme temps, une source d'inquietude pour Josue. Le processus de degradation commence pour Yance des q u ' e l l e aper-cjoit Josue en t r a i n d'embrasser Genevieve au pare. En m§me temps, cet evenement represente un processus d ' a m e l i o r a t i o n pour Josue p u i s q u ' i l a r e u s s i a t r o u v e r l ' a m i t i e , s inon l ' a -9 mour, avec Genevieve. Les soupqons d ' i n f i d e l i t e de l a p a r t 78. de Josue tourmentent Yance, l e processus de degradation s'ac-c e l e r e . La naissance de 1'enfant i n t r o d u i t une phase d'ameli-o r a t i o n pour Yance et en meme temps, une degradation pour Josue. Cette naissance couronne l e s a s p i r a t i o n s de Yance, t a n d i s que l a r e s p o n s a b i l i t e de 1'enfant a i g u i s e l e s s e n t i -ments d'angoisse de Josue. Nouvel exemple du procede par ac-colement. La naissance de 1'enfant est s u i v i e par un pheno-mene de degradation des deux c 6 t e s ; l e s r a p p o r t s entre Yance et Josue se d e t e r i o r e n t rapidement. Neanmoins, l a premiere p a r t i e termine sur une note o p t i m i s t e correspondant a un stade d 1 a m e l i o r a t i o n a v e n i r ; l e s heros essayeront de renou-v e l e r l e u r amour en passant quelques temps a l ' l l e N o i r e , l i e u de bonheur d'un temps passe. La phase de d e g r a d a t i o n , q u i s u i t c e l l e d'amelio-r a t i o n notee a l a page 5, s ' i l l u s t r e s e l o n l e diagramme s u i v a n t : Degradation Yance A m e l i o r a t i o n Degradation * Degradation f Degradation I A m e l i o r a t i o n • Degradation L'evenement Yance e s t enceinte Josue s o r t avec Genevieve Josue embrasse Genevieve L ' i n f i d e l i t e de Josue La naissance de 1'enfant D e t e r i o r a t i o n des r a p p o r t s entre Yance et Josue Josue degradation a m e l i o r a t i o n a m e l i o r a t i o n t a m e l i o r a t i o n degradation , , i o degradation A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r (Deuxieme P a r t i e ) 79. Done, on v o i t que l ' a u t e u r o b e i t aux normes des con-v e n t i o n s du r e c i t formulees par M. Bremond. Les processus d ' a m e l i o r a t i o n et de degradation a l t e r n e n t . De p l u s , M i l e B l a i s se s e r t souvent d'un developpement "par accolement," ce qui permet, meme dans un r e c i t a l a premiere personne, de de-velopper deux p o i n t s de vue d i v e r g e n t s . Nous verrons dans l a deuxieme p a r t i e , ou l e s deux p e r s p e c t i v e s seront t o u r a. t o u r exprimees, se c r e e r l e phenomene de 1'omniscience de l'evene-ment. Josue f e r a c o n n a i t r e son p o i n t de vue sur l e s evene-ments d e j a racontes du p o i n t de vue de Yance. Le l e c t e u r s e r a o b l i g e de c h o i s i r l a p e r s p e c t i v e l a p l u s convaincante. A f i n de c o n t i n u e r notre analyse du c y c l e n a r r a t i f du Jour e s t n o i r , nous passons a l a deuxieme p a r t i e qui f o u r -n i t un exemple d'un developpement n a r r a t i f "par enclave": 1'echec d'un processus d ' a m e l i o r a t i o n venant de " 1 ' i n t e r j e c t i o n d'un processus de degradation q u i l'emp§che d'ab o u t i r a son terme n o r m a l . L a deuxieme p a r t i e commence par une amelio-r a t i o n a o b t e n i r , on espere que l e s r a p p o r t s entre Yance et Josu6 s'ameliorent pendant l e u r s e j o u r a l ' l l e N o i r e . L.'obsta-c l e a e l i m i n e r correspond a. l e u r s c o n f l i t s q u o t i d i e n s . Get o b s t a c l e s e r a i t possiblement e l i m i n e par l e changemeht. d'ambiance qu i r e n v o i e a 1'heureux temps de l e u r adolescence. Un pro-cessus de degradation e s t i n s e r e cependant, a cause de l a conduite b i z a r r e de Josue que l e b r o u i l l a r d a t t i r e , et se p o u r s u i t , de p a i r avec l a d e t e r i o r a t i o n de l e u r s r a p p o r t s . 80. La degradation a pour r e s u l t a t l e u r d e c i s i o n de se separer. A ce moment du r e c i t , i l y a un changement de p e r s p e c t i v e , e t c'est maintenant Josue qui commente l e s evenements a. l a p r e -miere personne. Selon l a p e r s p e c t i v e de Josue q u i d e s i r e l a s e p a r a t i o n , l e r e c i t s u i t un processus d ' a m e l i o r a t i o n . L'a-m e l i o r a t i o n a o b t e n i r est l a s e p a r a t i o n avec Yance; l a femme represente 1'obstacle a e l i m i n e r . Les moyens p o s s i b l e s sont l a f u i t e ou l a n e g o c i a t i o n . La deuxieme p a r t i e du roman se termine sur l e u r d e c i s i o n de se separer. Le schema de l a deuxieme p a r t i e se resume a i n s i : Processus d ' a m e l i o r a t i o n : A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r =s a m e l i o r a t i o n des r a p p o r t s t * Obstacle » c o n f l i t s f * Obstacle e l i m i n e «. n o u v e l l e ambiance de l ' l l e | | N o i r e I n t e r j e c t i o n du processus de degradation t ' * Degradation — conduite b i z a r r e de Josue t • Processus de degradation « d e t e r i o r a t i o n des r a p p o r t s I entre Yance et Josue T * R e s u l t a t •= d e c i s i o n de se separer | 4 Rupture: l a p e r s p e c t i v e de Josue ^ A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r rupture avec Yance t * Obstacle « Yance Moyens p o s s i b l e s =x f u i t e * * * * * * La t r o i s i e m e partie,amenera 1 ' a m e l i o r a t i o n obtenue: l a s e p a r a t i o n . 81. La premiere m o i t i e de l a t r o i s i e m e p a r t i e v o i t l a f i n du stade d ' a m e l i o r a t i o n inaugure dans l a deuxieme p a r t i e : l a s e p a r a t i o n d e f i n i t i v e de Yance et de Josue. Au m i l i e u de l a t r o i s i e m e p a r t i e , une scene se deroule entre Raphael et M a r i e -C h r i s t i n e q u i i n d i q u e une a m e l i o r a t i o n a o b t e n i r : l e u r depart et l e u r d e s i r de v i v r e ensemble. Assez curieusement, c e t e p i -sode n'est pas developpe et l e r e c i t est suspendu. La t r o i -sieme p a r t i e se resume a i n s i : A m e l i o r a t i o n obtenue = s e p a r a t i o n de Yance et Josue Autre episode A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r = Raphael et M a r i e - C h r i s t i n e v e u l e n t v i v r e ensemble * * * Suspension du r e c i t . La quatrieme p a r t i e concerne l e menage de J e s s y et de Roxane, l a f i l l e de Yance et Josue, et se p l a c e une v i n g -t a i n e d'annees p l u s t a r d . I c i , l a modalite de 1'accolement rend compte de l a l o g i q u e n a r r a t i v e . L 1 a m e l i o r a t i o n a. o b t e n i r s e r a i t que Roxane s ' i n t e g r e a l a v i e , t a n d i s que l a degradation p o s s i b l e pour Jessy s e r a i t q u ' i l perde Roxane. Le processus d ' a m e l i o r a t i o n qui evolue pour Roxane i n c l u t l ' a t t e n t e de son enfant. Le meme evenement i n t e n s i f i e l ' a n g o i s s e de Jessy. L ' a m e l i o r a t i o n obtenue pour Roxane est q u ' e l l e trouve une r a i s o n de v i v r e dans l ' a v e n i r de son enfant. Le processus de degradation est accompli pour Jessy ; i l se s u i c i d e . Le schema est c e l u i - c i : 82. A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r = que R. s ' i n t e g r e a l a v i e t Processus d 1 a m e l i o r a t i o n = a t t e n t e de l 1 e n f a n t v s . v s . processus de degradation = l ' a n g o i s s e de J e s s y Degradation p o s s i b l e = que Jessy perde Roxane A m e l i o r a t i o n obtenue = Roxane accepte l a v i e v s . degradation p r o d u i t e = Jessy se s u i c i d e . La cinquieme p a r t i e du roman represente un developpe-ment par enclave et concerne Raphael et M a r i e - C h r i s t i n e . E t a n t donne l e saut d'une v i n g t a i n e d'annees entre l a t r o i s i e m e et l a quatrieme p a r t i e , l e r e c i t concernant ces deux personnages q u i e t a i t suspendu a l a f i n de l a t r o i s i e m e p a r t i e n'est pas r e p r i s . Neanmoins, un autre procede d ' a m e l i o r a t i o n est i n t r o d u i t , q ui est assez comparable a c e l u i de l a t r o i s i e m e p a r t i e . L ' a m e l i -o r a t i o n a o b t e n i r s e r a i t que M a r i e - C h r i s t i n e aime Raphael. L ' o b s t a c l e c o n s i s t e en 1 ' i n d i f f e r e n c e de M a r i e - C h r i s t i n e envers Raphael. La degradation p o s s i b l e s e r a i t q u ' i l s se separent. La degradation est accomplie quand Raphael q u i t t e M a r i e - C h r i s t i n e et f i n i t par se s u i c i d e r . Le schema de l a cinquieme p a r t i e est l e s u i v a n t : A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r = que M a r i e - C h r i s t i n e aime Raphael o b s t a c l e i n d i f f e r e n c e de M a r i e - C h r i s t i n e echec de 1'amour Degradation accomplie ou = A m e l i o r a t i o n non ob-tenue Raphael q u i t t e M a r i e - C h r i s t i n e et se s u i c i d e . Le developpement i n t i t u l e "Les Retours" commence a u s s i 83. par une a m e l i o r a t i o n a o b t e n i r : l a reunion de Yance et de Josue. Pour Josue, 1'obstacle a. e l i m i n e r s e r a i t L i s a , l a femme avec q u i son mari v i t , et ses a f f i n i t e s avec l e b r o u i l -l a r d . Pour Yance, 1'obstacle est represente par Genevieve et par l e temps q u i l e s separe maintenant de l e u r passe mutuel. La degradation des deux est^apc.Omplie quancL,' fautejde-temps, i l l e u r devient i m p o s s i b l e de se r e u n i r . Le schema est l e s u i v a n t : A m e l i o r a t i o n a o b t e n i r = reunion Obstacle = Genevieve et l e temps (pour I Yance) L i s a et b r o u i l l a r d * (pour Josue ) Degradation p o s s i b l e = echec de l a re u n i o n * 1 Degradation accomplie ou T A m e l i o r a t i o n non obtenue = reunion i m p o s s i b l e . Avec l ' E p i l o g u e , l e l e c t e u r r e t r o u v e l ' e q u i l i b r e attendu en v a i n au denouement des "Retours". Une courte con-v e r s a t i o n a l i e u entre Yance et Josue, hors des c o n t r a i n t e s temporelles q u i menaqaient l e u r r e union dans l e c h a p i t r e p r e -cedent. Dans un c e r t a i n sens, 1'epilogue represente un de-nouement a l t e r n a t i f a c e l u i des "Retours". Le c y c l e des r e l a -t i o n s entre Yance et Josue est e n f i n termine;. l e u r r e u n i o n s'accomplit. Apres a v o i r applique l e s chemas de M. Bremond sur l a s t r u c t u r e du Jour e s t n o i r , on s'aperqoit q u ' i l s presentent c e r t a i n s desavantages et c e r t a i n s avantages q u ' i l c onvient d'e-t u d i e r . B i e n que ce c r i t i q u e pretende que ses schemas doivent 84. i t r e v a l a b l e s pour toute oeuvre romanesque, nous pensons que ses modeles s'appliquent seulement dans l e cas d'un r e c i t q u i r e s p e c t e l e s l o i s t r a d i t i o n n e l l e s d'un ordre logique des evenements. Les schemas dependent, de facjon c o n s i d e r a b l e , d'une suc c e s s i o n l i n e a i r e d'evenements de 1'ordre de l a f i c -t i o n et non de 1'ordre de l a n a r r a t i o n a l ' i n t e r i e u r d'un pro-cessus de degradation ou d ' a m e l i o r a t i o n . Heureusement, Le  Jour e s t n o i r r e s t e un roman t r a d i t i o n n e l a cet egard; l a chro n o l o g i e e s t l i n e a i r e . Done, i l e s t p o s s i b l e de se s e r v i r des schemas proposes par M. Bremond. Les avantages de ses modeles sont m u l t i p l e s . Premierement, et comme nous 1'avons d e j a d i t , i l s permettent d ' i n t e g r e r dans 1'unite d'un meme schema, l a p l u r a l i t y des p e r s p e c t i v e s propres aux d i v e r s agents du roman. De c e t t e faqon i l e s t p o s s i b l e , meme dans un r e c i t e c r i t a l a premiere personne, d'apercevoir deux p o i n t s de vue simultenement. De p l u s , ces schemas permet-t e n t d ' e t a b l i r l e s r a p p o r t s fondamentaux entre l e s person-nages du r e c i t . Par exemple, nous avons remarque dans Le  Jour e s t n o i r que l e p l u s souvent, 1'obstacle a e l i m i n e r c o n s i s t e en un autre personnage, quelqu'un q u i n u i t a l ' a -v e n i r de 1 ' i n s t i g a t e u r . I I e s t done p o s s i b l e de c l a s s e r l e s personnages en groupes t e l s que 1' o p p o s i t i o n , l e u r r e -l a t i o n de base. Yance et Josue, M a r i e - C h r i s t i n e et Raphael, Roxane et Jessy forment t r o i s couples d e c h i r e s dont chaque membre a des i n t e r e t s radicalement opposes a. ceux de son p a r t e n a i r e . L ' a c t i o n du roman se deroule s e l o n des c o n f l i t s 85. i n s t i g u i s par c e t t e o p p o s i t i o n fondamentale. A u s s i e s t - i l p o s s i b l e de d i s c e r n e r a t r a v e r s ces schemas l ' i s o l e m e n t de chaque couple envers l e s a u t r e s . La s o l i t u d e f o n c i e r e de H n d i v i d u , deja. d i s c u t e e dans n o t r e deuxieme c h a p i t r e , r e s s o r t davantage au cours d'une sc h e m a t i s a t i o n des a c t i o n s . Un autre avantage evident des schemas s e r a i t q u ' i l s permettent d'apprecier l e mouvement n a r r a t i f du r e c i t . On v o i t nettement dans 1'ensemble du Jour est n o i r que l e mouve-ment de degradation l'emporte sur l e s processus d 1 a m e l i o r a t i o n . T r o i s couples s'ecroulent l'un apres l ' a u t r e . Un autre avantage de c e t t e methode es t qu'en f a i -sant r e s s o r t i r l a s t r u c t u r e du r e c i t , ces schemas l a i s s e n t v o i r quelques defauts ou au moins des f a i b l e s s e s dans l a c o n s t r u c t i o n du r e c i t . Par exemple, nous avons remarque que l a t r o i s i e m e p a r t i e ne c o n t i e n t aucun developpement du stade d ' a m e l i o r a t i o n qui e s t propose. En e f f e t , c e t t e p a r t i e r e s t e une des p l u s f a i b l e s , justement a. cause de ce manque de de-veloppement. De meme, i l est p o s s i b l e de v o i r a. quel p o i n t l e p a r a l l e l i s m e joue un r61e important dans l a c o n s t r u c t i o n du r e c i t . Les a v e n i r s des couples r e s t e n t i d e n t i q u e s en ce sens q u ' i l s s'acheminent tous ve r s l a d i s i n t e g r a t i o n t o t a l e . Le p r o c i d i de d i s i n t e g r a t i o n r e s t e t r e s semblable dans chaque cas: un p r o c i d i d ' a m i l i o r a t i o n e s t interrompu par un p r o c i d i de d i g r a d a t i o n qui c o n s i s t e en une augmentation des c o n f l i t s du couple. La s i p a r a t i o n est done voulue, et e l l e e s t p r i -86. sentee comme l a s o l u t i o n i n e v i t a b l e . Dans deux cas, c e t t e s e p a r a t i o n r e s u l t e en l a mort de l'homme. Nous croyons que ce p a r a l l e l i s m e p a r f a i t u t i l i s e t r o i s f o i s e st une f a i b l e s s e c a r a c t e r i s e e . Le r e s u l t a t en est que l e theme du roman, etant repete t r o i s f o i s , f a i t de ce roman une s o r t e de roman a these tout e n t i e r fonde sur l a technique de l a r e p e t i t i o n . I I c o n v i e n t , apres une analyse de l a s t r u c t u r e i n t e r i e u r e du roman, d'aborder l a s t r u c t u r e e x t e r i e u r e , c ' e s t - a - d i r e l a d i v i s i o n en h u i t p a r t i e s : l e prologue, c i n q c h a p i t r e s , "Les Retours" e t 1'epilogue. A notre a v i s , c e t t e d i v i s i o n q u i correspond assez fi d e l e m e n t a l a d i v i s i o n t r a -d i t i o n n e l l e de l a t r a g e d i e grecque, r e s t e un element g r a t u i t de l'oeuvre. A p a r t l e prologue q u i i n t r o d u i t l e s personna-ges et l e u r s h a n t i s e s p e r s o n n e l l e s , l e s autres d i v i s i o n s sou-vent ne correspondent pas au commencement ou a l a f i n du r e c i t en q u e s t i o n . M a r i e - C l a i r e B l a i s commence souvent un nouveau r e c i t au beau m i l i e u d'une p a r t i e , sans r e s p e c t e r l e s d i v i -s i o n s q u ' e l l e s'est elle-meme imposees. NOTES ( C h a p i t r e I I I ) 87. 1. Claude Bremond, "La Logique des p o s s i b l e s n a r r a t i f s , " Communications, No. 8 ( P a r i s : S e u i l , 1966), pp.60-76. Dans ce c h a p i t r e , l e s schemas et l e u r s d e f i n i t i o n s viennent directement de 2. Bremond, P. 60. 3 . Bremond, P. 62. 4. Bremond, P. 63. 5- Bremond, P- 64. 6. Bremond, P- 64. 7. Bremond, P- 64. 8. Bremond, P- 65. 9. Bremond, P- 64, note 1. Selon Bremond, l e b e n e f i c i a i r e de 1 ' a m e l i o r a t i o n n'est pas necessairement c o n s c i e n t du processus q u i se pour-s u i t en sa fa v e u r ; c'est l e cas de Josue. 10. Josue e s t e n t r a i n e avec c e t t e degradation q u i de v i e n t du meme coup d'un c h i f f r e p o s i t i f parce q u ' i l d e s i r e l a s e p a r a t i o n . Cependant, ce f a i t n'est r e v e l e qu'a. l a deuxieme p a r t i e ou. i l nous donne sa v e r s i o n des evenements. 11. Bremond, p. 63. CHAPITRE IV C O N C L U S I O N Dans no t r e i n t r o d u c t i o n , nous avons a f f i r m e notre i n t e n t i o n d'examiner par une analyse i n t e r n e l e degre de coherence a r t i s t i q u e q ui e x i s t e aux niveaux symboliques, thematiques et s t r u c t u r a u x dans Le Jour e s t n o i r . A c e t t e f i n , t r o i s methodes c r i t i q u e s se sont r e v e l e e s p a r t i c u l i e r e -ment u t i l e s : c r i t i q u e phenomenologique, c r i t i q u e thematique et c r i t i q u e s t r u c t u r a l e . Le premier c h a p i t r e e t u d i e l a symbolique du temps dans l e roman s e l o n une methode phenomenologique i n s p i r e e de l'oeuvre de Gaston Bachelard et de M i c h e l Mansuy. Dans l e roman, l e s images qui se r e f e r e n t a l'eau c o n s t i t u e n t 1'ex-p r e s s i o n c e n t r a l e du temps, formant un reseau temporel et s p a t i a l q u i symbolise l e passe, l e present et l ' a v e n i r des personnages. L'eau e s t evoquee sous p l u s i e u r s aspects: l a mer, l a r i v i e r e , l e b r o u i l l a r d et l a neige reviennent comme des r e f r a i n s dans chaque p a r t i e du roman. L'eau f o n c t i o n n e dans l e prologue comme un p r i n c i p e de t r a n s f o r m a t i o n : c'est l'eau b a p t i s m a l e . La mer a p p a r a i t s u r t o u t nuancee d'une symbolique m a t e r n e l l e . D'une maniere t e m p o r e l l e , e l l e r e n v o i e au passe: a l ' u n i v e r s de l'enfance et a un passe p r i m o r d i a l qui est a 1 ' o r i g i n e de toute c r e a t i o n . La r i v i e r e s i g n i f i e 89. l e passage de temps e t , dans sa c a p a c i t e t r a n s f o r m a t r i c e , f o n c t i o n n e comme l i e u d ' i n t i m i t e et d 1 i n i t i a t i o n a. l'age a d u l t e . Le b r o u i l l a r d renvoie a. un a v e n i r menaqant et evoque un espace anti-humain. La neige garde sa symbolique t r a d i -t i o n n e l l e de l a mort: 1*arret du temps. Le deuxieme c h a p i t r e etudie l a thematique de 1 ' a l i -e n a t i o n , thematique q u i s'annoncait d e j a au cours de notre etude de l a symbolique du temps. Deux niveaux d ' a l i e n a t i o n sont d e c r i t s dans Le Jour e s t n o i r : une a l i e n a t i o n r e l a t i v e et i n d i v i d u e l l e q ui se manifeste entre l ' i n d i v i d u et l e s A u t r e s , et une a l i e n a t i o n absolue ou cosmique q u i exprime l e sentiment d'etre coupe du r e s t e de 1'univers. L ' i m p o s s i -b i l i t y de communiquer c a r a c t e r i s e 1 ' a l i e n a t i o n r e l a t i v e e t , par v o i e de consequence, tous l e s r a p p o r t s humains se trouvent v i c i e s . La m a t e r n i t e , l e d e s i r s e x u e l et 1'amour c o n j u g a l echouent. Les problemes d'une v i e quotidienne par r a p p o r t au n i v e a u cosmique, deviennent ceux d'une coe x i s t e n c e avec un u n i v e r s abandonne premierement par Dieu et progressivement par l e s hommes. Hors l a f o l i e , l e s e u l moyen d'echapper a 1'angoisse est c e l u i de l a mort. Le t r o i s i e m e c h a p i t r e examine l a s t r u c t u r e i n t e r i e u -r e du roman a l a lumiere des o b s e r v a t i o n s de Claude Bremond sur l a s t r u c t u r e des oeuvres romanesques parues dans son a r t i c l e "La Logique des p o s s i b l e s n a r r a t i f s . " Selon l e s schemas de Bremond, l e s evenements du r e c i t peuvent s' o r g a n i s e r 9 0 . en deux types fondamentaux: des processus d ' a m e l i o r a t i o n ou de degradation. Ces deux processus a l t e r n e n t au cours du roman s e l o n t r o i s modalites proposees par Bremond; des pro-cedes "par enclave," "par accolement" et "par a l t e r n a n c e " continue des stades d ' a m e l i o r a t i o n et de degradation. L 1usage d'approches c r i t i q u e s d i f f e r e n t e s , j u s t e -ment parce q u ' e l l e s ne se l i m i t e n t pas a 1'etude d'un s e u l aspect d'un roman, permet de degager a. l a f o i s l e s r i c h e s s e s et l e s f a i b l e s s e s d'une oeuvre et d ' a b o u t i r a. des c o n s i d e r a -t i o n s q u i , dans 1'ensemble, touchent a l a n o t i o n de l a v a l e u r e s t h e t i q u e du Jour est n o i r . Au niveau du langage, i l e x i s t e dans Le Jour e s t n o i r , une t e n t a t i v e v e r s une mu-sique v e r b a l e : 1 ' i n c o r p o r a t i o n d'un sens poetique dans l e s images symboliques qui i n v e s t i s s e n t non seulement l e s scenes de d e s c r i p t i o n , mais a u s s i 1 ' a r c h i t e c t u r e du roman. La r e p e t i t i o n des images aquatiques dans l e roman va au-dela des nuances symboliques et devient un p r i n c i p e de composition du roman. La f o n c t i o n des images aquatiques s ' e l a r g i t aux dimensions de toute l'oeuvre. I I e x i s t e une t r a n s f o r m a t i o n des formes d'eau qui t i e n t compte de 1 ' e v o l u t i o n des person-nages et de 1 ' i n t r i g u e . De p l u s , l a presence d'une forme de l'eau s i g n a l e un reseau temporel et s p a t i a l q u i souvent se s u b s t i t u e aux i n d i c a t i o n s temporelles t r a d i t i o n n e l l e s . L'eau sous l a forme d'images poetiques devient 1'expression c e n t r a l e du temps et de l ' e t a t d 1 e s p r i t des personnages. 9 1 . C'est 1 'image du b r o u i l l a r d que M i l e B l a i s semble u t i l i s e r avec l e p l u s bonheur: l e sens poetique d'un l i e u d'evasion se double d'un sens psychologique, 1 ' a l i e n a t i o n des person-nages. Le c l i m a t d ' a l i e n a t i o n q u i i n v e s t i t t o u t l e roman v i e n t , comme nous 1 'avons deja. d i t , de l'echec de tous l e s r a p p o r t s humains explores dans l e roman, et se manifeste sur deux niveaux: une a l i e n a t i o n r e l a t i v e et une a l i e n a t i o n cosmique. A notre a v i s 1 ' a l i e n a t i o n r e l a t i v e est assez b i e n depeinte, grace au comportement b i z a r r e des personnages. Pour ce qu i concerne l e niveau cosmique, M i l e B l a i s se mon-t r e , somme t o u t e , assez peu philosophe: 1 'absence de j u s t i -f i c a t i o n de ce nive a u d ' a l i e n a t i o n accentue 1 'element de f a t a l i t e , une f a t a l i t e ecrasante que l a p s y c h o l o g i e assez mince des personnages ne p a r v i e n t jamais, n i sur l e p l a n de 1 ' i n t r o s p e c t i o n , n i sur c e l u i de l a l u c i d i t e , a con t r e b a l a n c e r harmonieusement. La mort a p p a r a i t comme une s o l u t i o n un peu t r o p f a c i l e pour mettre f i n a. une angoisse metaphysique mal-developpee. C'est en employant l e s schemas de Bremond q u ' i l e st p o s s i b l e de mettre au j o u r l e s defauts de c o n s t r u c t i o n de l'oeuvre. T r o i s couples se d e s i n t e g r e n t de facjon presque i d e n t i q u e . L ' i n t e r e t du l e c t e u r se d i s s i p e souvent a. cause du manque de v a r i e t e et de profondeur psychologique. Le procede de r e p e t i t i o n est t r o p e v i d e n t . I I s e r a i t i n t e -r e s s a n t , dans une autre etude, d'examiner l e s r a p p o r t s 9 2 . p o s s i b l e s entre l e c l i m a t d ' a l i e n a t i o n que l e l e c t e u r r e s s e n t et l e s defauts dans l a c o n s t r u c t i o n du roman. Que l ' e f f e t s o i t v o u l u ou non, i l est c e r t a i n que l a d i s c o n t i n u i t y entre l e s r e c i t s et l e manque de r e s p e c t pour l e s grandes d i v i s i o n s du roman imposees par l ' a u t e u r , s o u l i g n e n t l e c l i m a t d ' a l i e n a t i o n . Notre tache n'aura pas ete vaine s i nous avons r e u s s i , par n o t r e analyse des symboles, du theme c e n t r a l et de l a s t r u c t u r e , a soul e v e r meme p a r t i e l l e m e n t l e mystere de c e t t e oeuvre qui e s t une r a i s o n de son charme et de son i r r e f u t a b l e pouvoir de f a s c i n a t i o n . 9 3 . Oeuvres c i t e e s B a c h e l a r d , Gaston. L'Eau et l e s rdves: E s s a i sur 1'imagina- t i o n de l a matiere. P a r i s : L i b r a i r i e Jose C o r t i , 1942. B l a i s , M a r i e - C l a i r e . Le Jour est n o i r . Montreal: E d i t i o n s du J o u r , 1970. Bremond, Claude. "La Logique des p o s s i b l e s n a r r a t i f s . " Communications, 8, P a r i s : S e u i l , 1966. Doubrovsky, Serge. Pourquoi l a n o u v e l l e c r i t i q u e : C r i t i q u e  et o b j e c t i v i t y • P a r i s : Mercure de Prance, 196£T Durand, G i l b e r t . Les S t r u c t u r e s anthropologiques de 1'ima-g i n a i r e : I n t r o d u c t i o n a l 1 a r c h e t y p o l o g i e generale. P a r i s : Bordas, 1969. E l i a d e , M i r c e a . Images and Symbols: S t u d i e s i n R e l i g i o u s  Symbolism, t r a n s . P h i l i p M a i r e t " London: H a r v i l l P r e s s , 1961. F i t c h , B r i a n . Le Sentiment d'etrangete chez Malraux, S a r t r e , Camus et S. de Beauvoir. P a r i s : M.J. Minard, F r y e , Northrop. Anatomy of C r i t i c i s m : Four Essays. P r i n c e t o n : P r i n c e t o n Univ. P r e s s , 1957-Goldmann, L u c i e n . "Note sur deux romans de B l a i s . " S t r u c t u r e s mentales et c r e a t i o n c u l t u r e l l e . P a r i s : E d i t i o n s Anthropos, 1^70. Grandpre de, P i e r r e . H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e f r a n g a i s e du Qulbec. Tome IV. Montreal? L i b r a i r i e Beauchemin TXmitee, 1969. Mansuy, M i c h e l . Gaston Bachelard et l e s elements. P a r i s : L i b r a i r i e Jose C o r t i , 1967. 94. Oeuvres c i t e e s ( s u i t e ) Menard, Jean. "Le Jour e s t n o i r . " A r c h i v e s des l e t t r e s cana-diennes, Tome I I : L'Ecole l i t t e r a i r e de Mo n t r e a l . Montreal: F i d e s , 1963. Tougas, Gerard. H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-fran-c a i s e . P a r i s : Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, W i l s o n , Edmund. " I n t r o d u c t i o n to A Season i n the l i f e of Emmanuel." A Season i n the l i f e of Emmanuel, t r a n s . Derek Coltman. New York: Grosset and Dunlop, 1969. Oeuvres con s u l t e e s 9 5 -A l b e r e s , R.M. H i s t o i r e du roman moderne. P a r i s : A l b i n M i c h e l , 1962. Albouy, P i e r r e . Mythes et mythologies dans l a l i t t e r a t u r e f r a n c a i s e . P a r i s : A. C o l i n , 1 9 6 9 . B a c h e l a r d , Gaston. La Poetique de 1 'espace. P a r i s : P resses U n i v e r s i t a i r e s de Prance, 1 9 7 0 . Barthes, Roland. Le Degre zero de 1 ' e c r i t u r e . P a r i s : E d i t i o n s - d ~ u S e u i l , 1 9 5 3 . Booth, Wayne C. The R h e t o r i c of F i c t i o n . Chicago: U n i v e r s i t y of Chicago P r e s s , 1 9 6 1 . Bonnet, H e n r i . Roman et poesie: E s s a i sur 1 1 e s t h e t i q u e  des genres. P a r i s : L i b r a i r i e N i z e t , 1 9 5 1 . B u t o r , M i c h e l . R e p e r t o i r e I I : Etudes et conferences 1 9 5 9 - 1 9 6 5 : P a r i s : E d i t i o n s cTe M i n u i t , 1964. C l a n c i e r , G.-E. Sur l e roman contemporain. P a r i s : E d i t i o n s K l i n c k s i e c k , 1 9 7 1 . E l i a d e , M i r c e a . Le Mythe de 1 * e t e r n e l r e t o u r : Archetypes  et r e p e t i t i o n s • P a r i s : G a l l i m a r d , 1 9 6 3 . Freedman, Ralph. The L y r i c a l Novel: S t u d i e s i n Herman Hesse, A n d r e G i d e , and V i r g i n i a WooIf. P r i n c e t o n : P r i n c e t o n Univ. P r e s s , 1 9 6 3 . Frohock, W.M. S t y l e and Temper: S t u d i e s i n French F i c t i o n , - 1925-1960. Cambridge: Harvard U n i v e r s i t y P r e s s 7 T 3 6 7 -F r y e , Northrop. The Educated Imagination. Toronto: Hunter Rose Company, 1963. 96. Oeuvres consultees ( s u i t e ) Harvey, S i r P a u l . The Oxford Companion to C l a s s i c a l L i t e r a t u r e , Oxford: The Clarendon P r e s s , 1^ 6"6. Lamarche, J.-A. "La thematique de 1 ' a l i e n a t i o n chez Marie-C l a i r e B l a i s , " C i t e L i b r e , 19e annee, numeros 88-89, j u i l l e t - a o u t 1966. Mendilow, A.A. Time and the Novel. New York: Humanities P r e s s , 1972. Meyerhoff, Hans. Time i n L i t e r a t u r e . Berkeley: Univ. of C a l i -f o r n i a P r e s s , 1"9"68. Naud, J u l i e n . S t r u c t u r e et sens du symbole: I ' i m a g i n a i r e  chez Gaston Bachelard. Montreal: B e l l a r m i n , 1971' Onimus, Jean. "L'Expression du temps dans l e roman contem-p o r a i n . " Revue de l i t t e r a t u r e comparee. X X V I I I , 3, J u i l l e t - S e p t . 1954. Peyre, H e n r i . French N o v e l i s t s of Today. New York: Oxford Univ. P r e s s , 1967. P o u l e t , Georges. Etudes sur l e temps humain I . Edinburgh: Edinburgh Univ. P r e s s , 1949. P o u l e t , Georges. L a Distance i n t e r i e u r e . P a r i s : L i b r a i r i e P l o n , 1 9 5 5 . ' R i c a r d o u , Jean. Problemes du nouveau roman. P a r i s : E d i t i o n s du S e u i l , 1967-R i c h a r d , J e a n - P i e r r e . Poesie et profondeur. P a r i s : E d i t i o n s du S e u i l , 1955• R i c h a r d , J e a n - P i e r r e . L i t t e r a t u r e et s e n s a t i o n . P a r i s : E d i t i o n s du S e u i l , 1954. Robidoux, Rejean et Renaud, Andre. Le Roman canadi e n - f r a n q a i s du vingtieme s i e c l e . Ottawa: E d i t i o n s de l'Um-v e r s i t e d'Ottawa, 1966. 97. Oeuvres con s u l t e e s ( s u i t e ) Rousset, Jean. Forme et s i g n i f i c a t i o n . P a r i s : L i b r a i r i e Jose C o r t i , 1962. Spencer, Sharon. Space, Time and S t r u c t u r e i n the Modern Novel. New York: New York Univ. P r e s s , 1971• T h e r r i e n , V i n c e n t . La R e v o l u t i o n de G. Bachelard en c r i t i q u e l i t t e r a i r e : Ses fondements, ses techniques, sa p o r t e e . P a r i s : K l i n c k s i e c k , 1970. Ullmann, Stephen. The Image i n the Modern French Novel. Oxford: B a s i l B l a c k w e l l , 1963-Wyczynski, P a u l . Poesie et symbole. Montreal: L i b r a i r i e Deom, 1965T 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            data-media="{[{embed.selectedMedia}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0101501/manifest

Comment

Related Items