Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Comptabilité d’inflation en France : Comparison avec l’approche canadienne Cormier, D. 1983

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1983_A4_6 C67.pdf [ 8.34MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0095539.json
JSON-LD: 831-1.0095539-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0095539-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0095539-rdf.json
Turtle: 831-1.0095539-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0095539-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0095539-source.json
Full Text
831-1.0095539-fulltext.txt
Citation
831-1.0095539.ris

Full Text

Comptabilite d ' i n f l a t i o n en France -Comparaison avec l'approche canadienne by Denis Cormier B.A.A., Universite de Moncton, 1978 L.SC. Compt., Universite Laval, 1981 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF SCIENCE (in BUSINESS ADMINISTRATION) in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES Department of accounting, Faculty of Commerce and Business Administration We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September 1983 ©Denis Cormier, 1983 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree th a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree t h a t permission f o r e x t e n s i v e copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the head of my department or by h i s or her r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s understood t h a t copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my w r i t t e n permission. Department of f?^(LuXt^ Co%ooa^Uj^ 0^ ^A^d . / / ^ W t ^ The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 Date 3/ / / 0 /*3 DE-6 (3/81) SOMMAIRE L'objet de cette d i s s e r t a t i o n e t a i t de mettre en r e l i e f I'approche frangaise avec I'approche canadienne r e l a t i v e a l a comptabilite d * i n f l a t i o n . Dans un premier temps, les l o i s francaises de reevaluation l i b r e et legale des bilans ont ete analysees. II ressort de l a reevaluation l i b r e qu'elle n'est que tr£s peu u t i l i s e e . Le f a i t que l'operation s o i t peu avan-tageuse fiscalement et qu'elle ne s o i t pas d'un grand secours dans l a negotiation des prets expliquent cet etat de chose. La reevaluation l i b r e a €te remplacee par l a reevaluation legale de 19 76 5 19 79 mais depuis, on y est revenu. Pour ce qui est de l a reevaluation legale, l a valeur d ' u t i -l i t y servant de base a l a reevaluation est tr§s subjective; le caractere ponctuel de l'operation de reevaluation gene l'obten-tion d'une information sincere et objective. Une autre f a i -blesse de l a reevaluation legale est 1 1 absence de corrections sur les stocks. Finalement, d'apr5s un sondage effectue aupr§s de firmes de comptables, seulement 1% des entreprises etaient obligees de proceder 3 l a reevaluation et seulement 1.5% des entreprises non astreintes a l a reevaluation ont c h o i s i de s 'y prater. La n e u t r a l i t y f i s c a l e est l a raison majeure expliquant 1' indifference des entreprises. Dans un deuxi&me temps, l'Avis des experts comptables (de 19 81) a ete compare au chapitre 4510 du Manuel de l'ICCA. Certaines faiblesses de l'Avis ont ete r e s s o r t i e s : l ' u t i l i s a -i i i t i o n du cout d'origine indexe pour f i n s de c a l c u l de l a charge d 1amortissement et de 1'evaluation des immobilisations alors que l'on u t i l i s e les p r i x d'entree courants pour les stocks represente une p o s i t i o n d i f f i c i l e m e n t defendable. Aussi, l e f a i t de ne pas reconnaitre les plus-values non r e a l i s e e s au niveau du p r o f i t d'entreprise s'explique mal. E n f i n , les moyens suggeres pour t e n i r compte de l 1 i n c i d e n c e de l a structure financi§re donnent des r e s u l t a t s tr§s d i f f e r e n t s et peuvent sou-vent consister en des o u t i l s mediocres. On peut conclure que l e s p o s i t i o n s de l a France aussi bien avec l a reevaluation ( l i b r e et legale) qu'avec l ' A v i s des experts comptables souffrent d'un c e r t a i n manque de logique et de coherence. iv. Table des matieres Sommaire 1 Liste de figures v i Li s t e des tableaux v i i Li s t e des appendices v i i i INTRODUCTION • • ix Chapitre 1 • • • • 1 ORIGINE ET BESOINS DE LA COMPTABILITE D ' INFLATION 1 1.1 P r o f i t economique versus p r o f i t comptable 2 1.2 Modules de comptabilite d ' i n f l a t i o n 4 a) Comptabilite indexee 5 b) Comptabilite au cout actuel nominal 6 c) Comptabilite au cout actuel r e e l 7 1.3 Remise en question du modele tr a d i t i o n n e l ......8 Chapitre 2 11 REGLEMENTATION DE LA PROFESSION COMPTABLE EN FRANCE 11 2.1 Legislation r e l a t i v e au regroupement de l a profession comptable 11 2.2 Conseil superieur de I'ordre des experts comptables et des comptables agrees (CSOECCA) 12 2.3 Commissaire du gouvernement 13 2.4 Expert comptable 14 2.5 Commissaires aux comptes 15 2.6 Conseil national de l a comptabilite 16 2.7 Syndicat des comptables 17 Chapitre 3 18 REPERES HISTORIQUES (1920 a 1960) 18 3.1 Evolution du contexte economique 18 V 3.2 L e g i s l a t i o n (1920 a 1960) 25 3.3 Methodes comptables tenant compte des e f f e t s de v a r i a t i o n s de p r i x 36 Chapitre 4 ..46. DEVALUATION DES BILANS ET SOLUTIONS DE RECKANGE (196 0 a nos jours).46 4.1 Reevaluation l i b r e des b i lans ....46 4.1.1 Aspect comptable de l a reevaluation l i b r e . . . 4 7 4.1.2 Aspect f i s c a l de l a reevaluation l i b r e 49 4.1.3 Aspect economique de l a reevaluation l i b r e . . 5 9 4.2 Reevaluation legale des b i l a n s selon l e regime des l o i s de finance pour 1977 et 1978 53 4.2.1 Contenu et c r i t i q u e des l o i s r e l a t i v e s a l a reevaluation 54 4.2.2 Reserve de reevaluation 64 4.2.3 Aspect comptable de l a reevaluation legale..65 4.2.4 Limites de l a reevaluation legale 6 7 4.2.5 Resultats empiriques de l a reevaluation legale 70 4.3 Solution de rechange 3. l a reevaluation legale mise de l'avant par un auteur francais 76 4.3.1 Faiblesse de l a p o s i t i o n de 1'auteur 79 4.4. Au-dela de l a reevaluation 1977-1978 80 4.5 Exemples pratiques .82 ANNEXE I: Exemples de reevaluation legale des b i l a n s 83 Chapitre 5 104 AVIS RELATIF A L'ETABLISSEMENT DE CERTAINES DONNEES CORRIGEES DES EFFETS DE VARIATIONS DE PRIX 104 5.1 Introduction 10 4 5.2 Sommaire du contenu de l ' A v i s . 10 7 5.2.1 Correction du r e s u l t a t 107 a) Determination d'un r e s u l t a t historique pur 10 7 b) Retraitement du cout des ventes 109 c) Incidence de l a structure financiSre.... 14v i 5.2.2 Correction des fonds propres 115 5.2.3 Presentation comparative 116 Chapitre 6 • .118 ANALYSE COMPARATIVE DE LA POSITION FRANCAISE 118 6.1 Etat des resultats 118 6.2 Avoir des actionnaires 122 6.3 Bien-fonde des prix d'entree courants 122 6.4 Comparaison des modules de comptabilite d ' i n f l a -tion - exemple c h i f f r e . . 127 6.5 Incidence de l a structure financiSre 131 6.6 Incidence de l a structure financi&re et r e t r a i -tement pour i n f l a t i o n . 134 6.7 Prises de positions r e l a t i v e s aux notions de preservation du patrimoine 136 6.7.1 Notions de preservation du patrimoine et redressement financier 139 6.7.2 Faiblesses de r a t i o dans le c a l c u l du" redressement fi n a n c i e r . 142 6.7.3 Les donnees du marche boursier - une al t e r n a t i v e . 143 6.7.4 Plus-values devant f a i r e partie du redressement financier 144 6.8 Systeme de v a l o r i s a t i o n preconise par 1'approche f rancaise 145 6.9 SystSme de v a l o r i s a t i o n francais et le redressement financier 150 Chapitre 7 153 APPRECIATION GENE RALE ET CONCLUSION 153 7.1 Appreciation generale de I'approche francaise 153 7.2 Conclusion 156 BIBLIOGRAPIIIE 15 7 V l l L i s t e des figures Figure I: Comparaison: Taux d ' i n f l a t i o n (1914-1960), p. 20 Figure I I : Comparaison: Taux d ' i n f l a t i o n - (1961-1982) , p. 55 v i i i L i s t e des tableaux Tableau I: Comparaison entre d i f f e r e n t s modules de presen-t a t i o n de donnees corrigees des e f f e t s de 1' i n f l a t i o n a) Resultats p. 120 b) Avoir des actionnaires p. 121 Tableau I I : ModSles bases sur l a preservation du c a p i t a l en terme r e e l (prix d'entree courants) a) Resultats p. 132 b) Avoir des actionnaires p. 133 Tableau I I I : Modules bases sur l a preservation des capacites de fonctionnement (prix d'entree courants) a) Resultats p. 146 b) Avoir des actionnaires p. 14 7 Tableau IV: ModSles francais selon les recommandations contenues dans I'Avis p. 14 9 Tableau V: Comparaison des syst§mes de v a l o r i s a t i o n u t i l i s e s p. 152 i x L i s t e des appendices Appendice I: Taux d ' i n f l a t i o n comparatifs pour l a France, le Canada et les Etats-Unis (1914-1982), p. 165 Appendice I I : E x p l i c a t i o n des symboles des tableaux I, I I , III et IV, p. 168 Appendice I I I : C a l c u l des donnees a" i n c l u r e dans 1 1 information au cout actuel (exemple 6-2 et tableaux I I , III et IV y a f f e r a n t ) , p. 369 X REMERCIEMENTS Je tiens a remercier sincerement le directeur du comite de cette d i s s e r t a t i o n , Dr. Mattessich, pour toute 1'attention apportee et les bons conseils prodigues. Je dois une recon-naissance p a r t i c u l i e r e a Dr. Butterworth et Dr. Gibbins d*avoir daigne accepter de f a i r e p a r t i e du comite et pour les precieuses suggestions dont i l s m'ont f a i t part. Au comite tout e n t i e r et a l a Faculte des etudes graduees vont mes remerciements pour avoir accepte que ce document s o i t presente en f r a n c a i s . Finalement, je m'en voudrais d'oublier de remercier Monsieur G i l b e r t Declercq, expert comptable a' Pari s , pour toute l a documentation pertinente q u ' i l m'a f a i t parvenir. x i INTRODUCTION Cette d i s s e r t a t i o n se veut une d e s c r i p t i o n de l'approche francaise r e l a t i v e 3. 1 ' i n f l a t i o n . Pour mieux comprendre cette approche, i l est necessaire de t r a i t e r premierement des orig i n e s et besoins de l a comptabilite d ' i n f l a t i o n . II faudra ensuite se placer dans l e contexte de l a France en c i t a n t l e s rep&res historiques pertinents au sujet. A i n s i , un his t o r i q u e de 1 ' i n f l a t i o n sera donne de meme que les mesures pr i s e s par les pouvoirs publics a f i n d'en t e n i r compte (1920 a 1960). Dans un deuxi£me temps (1960 £ nos jo u r s ) , nous entrerons dans l e v i f du sujet a. savoir ce qui s 'est f a i t recemment, ce qui se f a i t presentement de meme que l a tendance a c t u e l l e dans le domaine. Dans uri meme ordre d'idees, l'approche frangaise sera comparee §. l'approche canadienne et les forces et f a i -blesses seront r e s s o r t i e s . A u s s i A a f i n de mieux apprecier les d i f f e r e n t e s approche, l e modSle de Edwards & B e l l (1961) de m§me que le mod&le americain (1979) seront i n c l u s comme repSres. Chapitre 1 ORIGINE ET BESOINS DE LA COMPTABILITE D'INFLATION Les entreprises depuis p l u s i e u r s annees ont ete frappees par des taux d * i n f l a t i o n eleves. Ces fortes v a r i a t i o n s de p r i x ont eu pour e f f e t de creer des d i s t o r s i o n s d'envergure dans les rapports f i n a n c i e r s dresses en monnaie d'origine, et ce tant au niveau du r e s u l t a t que du b i l a n . Pour p a l l i e r a ces d i s t o r s i o n s , i l s'imposait que l a profes-sion comptable developpe un nouveau module qui puisse f o u r n i r une mesure du p r o f i t plus adequate a i n s i qu'un meilleur p o r t r a i t de l a s i t u a t i o n financi&re, d'ou l'on v i t n a i t r e l a comptabilite d ' i n f l a t i o n . Ce besoin de developper un nouveau module s e . f i t s e n t i r parmi l a plupart des pays occidentaux. r La presente etude tentera justement d'exposer les modules developpes au cours des annees. A cet egard, les modSles de l a France et du Canada seront presentes. D'autres modules t e l s c e l u i de Edwards & B e l l et du FASB seront aussi discutes dans les chapitres qui suivent. 2 1.1 PROFIT ECONOMIQUE VERSUS PROFIT COMPTABLE Avant l a f i n du 19e s i S c l e , l a mesure du p r o f i t e t a i t b asee uniquement s u r l a c o m p t a b i l i t e de c a i s s e . "Vers l a f i n du 19e si§cle, l e s e c o n o m i s t e s Bohm-Bawerk e t W i c k s e l l o n t d e f i n i l e p r o f i t s e l o n un c o n c e p t de c a p i t a l e t de b e n e f i c e . " 1 La n o t i o n du p r o f i t economique s ' e s t done t r a n s f o r m e d au c o u r s des ages. B i e n que l ' o n r e t r o u v e p l u s i e u r s v e r s i o n s du p r o f i t e c o -nomique dans l a l i t t e r a t u r e , une d e f i n i t i o n s o u v e n t p r e s e n t e e e s t c e l l e de H i c k s : * Le p r o f i t economique c o r r e s p o n d au "montant maximum qu'un i n d i v i d u p u i s s e d e p e n s e r pendant une semaine en e t a n t a u s s i 2 r i c h e 3. l a f i n de l a semaine q u ' i l ne 1 ' e t a i t au d e b u t " . La methode d 1 a c t u a l i s a t i o n des r e n t r e e s de f o n d s f u t u r e s debouche s u r l e p r o f i t economique dans s a forme l a p l u s p u r e . B i e n que l a methode d ' a c t u a l i s a t i o n s o i t s i m p l i s t e du p o i n t de vue t h e o r i q u e , i l e x i s t e c e r t a i n e s d i f f i c u l t e s dans son a p p l i c a -t i o n . De 1 ' i n c e r t i t u d e s u b s i s t e f a c e a 1 ' e s t i m a t i o n des r e n t r e e s *Hicks e t u d i a dans son important ouvrage "Value and C a p i t a l " (1946) l e concept du p r o f i t de fa?on d e t a i l l e e en c o n s i d e r a n t ce d e r n i e r comme une a p p r e c i a t i o n de l a v a l e u r du c a p i t a l par r a p p o r t au temps. 1 Most, Kenneth, S., A c counting Theory, G r i d , 1977, p. 130. 2 H i c k s , J . R. , Value and C a p i t a l , Oxford, Clarendon P r e s s , 2e e d i t i o n , 1946, p. 122. ( t r a d u c t i o n ) 3 de fonds et du moment ou e l l e s se concretiseront. De plus, i l ex i s t e une certaine s u b j e c t i v i t e dans l e choix du taux d'actua-l i s a t i o n . La methode d ' a c t u a l i s a t i o n dans 1'elaboration du p r o f i t economique est l a plus adequate du point de vue theorique mais l a moins du point de vue pratique. I l faut done d i r e que ce module d o i t continuer d'etre u t i l e a l'homme non pas comme un concept de p r i s e de dec i s i o n mais p l u t o t comme un module theo-rique pour f i n s d'analyse. Une bonne approximation du p r o f i t economique peut etre obtenue a p a r t i r de 1'equation suivante: P r o f i t economique = P r o f i t comptable + Plus-values non r e a l i s e e s sur a c t i f s corporels - Plus-values r e a l i s e e s au cours de l ' e x e r c i c e sur a c t i f s corpo-r e l s mais qui se sont produites au cours des exercices precedents + Variations dans l a valeur des a c t i f s i n c o r p o r e l s 3 Bien que l'on puisse e t a b l i r une r e l a t i o n entre l e p r o f i t economique et comptable, i l n'en demeure pas moins q u ' i l e x i s t e des divergences entre ces deux modules. Parmi ces divergences, i l est a mentionner que l e p r o f i t economique repond mal aux deux 3 S o l o m o n s , D a v i d , " E c o n o m i c a n d A c c o u n t i n g C o n c e p t s o f I n c o m e " , T h e A c c o u n t i n g R e v i e w , j u i l l e t 1 9 6 1 , p . 3 7 6 . 4 c r i t S r e s de l a profession comptable' en ce qui a t r a i t a* l a mesure du p r o f i t , soient l a f i a b i l i t e et 1 ' o b j e c t i v i t e . Hendriksen met en evidence ces ;dif f erences:. entre les comptables et les economistes: " S o u v e n t l e s c o m p t a b l e s s ' a p p u i e n t s u r deux c o n c e p t s e c o n o m i q u e s b a s e s s u r d e s o b s e r v a -t i o n s dans l e mohde r e e l comme p o i n t de d e p a r t a une d e f i n i t i o n d'un c o n c e p t de p r o f i t c o m p t a b l e . Ces deux c o n c e p t s e c o n o -m i q u e s s o n t l e s changements dans l e b i e n -e t r e e t l a m a x i m i s a t i o n du p r o f i t ... T o u t e f o i s , l e s e c o n o m i s t e s n ' o n t p a s e t e t r e s u t i l e s a s o l u t i o n n e r l e s p r o b l e m e s de mesure r e l i e s a. c e s c o n c e p t s . I I en r e s u l t e que l e s c o m p t a b l e s o n t c h o i s i d ' a p p l i q u e r des r e g i e s p r e c i s e s p o u r l a mesure du p r o f i t , e t ce s a n s se s o u c i e r 4 de l a mesure des c o n c e p t s de 1 ' e c o n o m i s t e . " Notons e n f i n que l e p r o f i t c a l c u l i selon un module de comptabilite au cout actuel se rapproche plus du p r o f i t econo-mique d e c r i t ci-haut que le mod§le t r a d i t i o n n e l . 1.2 MODELES DE COMPTABILITE D'INFLATION Trois grands modules de comptabilite d 1 i n f l a t i o n ont ete developpes, soient: 4 H e n d r i k s e n , E l d o n , A c c o u n t i n g T h e o r y , I r w i n , 4e e d i t i o n , 1982, p. 141. ( t r a d u c t i o n ) 5 a) l a comptabilite indexee b) l a comptabilite au cout actuel nominal c) l a comptabilite au cout actuel r e e l a) comptabilite indexee La comptabilite indexee se c a r a c t e r i s e par l e r e j e t du postulat de l a s t a b i l i t e de 1'unite monetaire. La preparation des etats f i n a n c i e r s est effectuee par une technique tr&s simple qui consiste a indexer les postes non monetaires et a c a l c u l e r le gain ou l a perte sur l e niveau general des p r i x occasionne par les postes monetaires. Avantages - Le benefice net f i g u r a n t a l ' e t a t des r e s u l t a t s t r a d i t i o n -nel .comprend des gains attribuables S. 1 ' i n f l a t i o n . Or, l a p l u -part des hommes d ' a f f a i r e s consid&rent que ces "gains" repre-sentent un remboursement du c a p i t a l de l ' e n t r e p r i s e et non un rendement obtenu sur ce meme c a p i t a l . - Les gains ou pertes sur les elements monetaires sont c a l -cules. Le l e c t e u r a l a p o s s i b i l i t e d'evaluer l ' e f f e t de I n v o -l u t i o n du niveau general des p r i x sur l a p o s i t i o n monetaire nette de l ' e n t r e p r i s e . - Un meilleur appariement des produits et des charges est assure puisque l'on t i e n t compte du pouvoir d'achat du d o l l a r s (notion de preservation du c a p i t a l en terme reel) dans l ' e t a -blissement des etats f i n a n c i e r s ; tandis qu'avec l a comptabilite aux couts h i s t o r i q u e s , les produits et l e s charges sont apparies en terme de nombre de d o l l a r s (notion de presentation du numeraire). 6 Inconvenients - Les c h i f f r e s indexes peuvent etre une source de confusion pour l e lecteur puisque c e l u i - c i p o u r r a i t penser a t o r t q u ' i l s representent l a valeur courante des biens. - Les analystes f i n a n c i e r s ne semblent pas favorables a l a comptabilite indexee. Certains estiment q u ' i l s peuvent f a c i l e -ment determiner approximativement les e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n sans avoir des etats enti§rement indexes. b) comptabilite au cout actuel nominal La c a r a c t e r i s t i q u e p r i n c i p a l e de ce module est l e r e j e t du p r i n c i p e du cout d ' a c q u i s i t i o n . II s'agit de dresser les etats f i n a n c i e r s en u t i l i s a n t l e s valeurs courantes. Avantages - L'information, comptable n'est plus u t i l i s e e aux memes f i n s qu'auparavant. Les lecteurs des etats f i n a n c i e r s desirent main-tenant avoir des renseignements le u r permettant d'evaluer l a ges-t i o n a c t u e l l e p l u t o t qu'une r e d d i t i o n des comptes fondee sur les coQts h i s t o r i q u e s . Avec ce modSle, on retrouve des renseigne-ments t e l s les plus-values r e a l i s e e s et non r e a l i s e e s ce qui rend possible 1'evaluation de 1 ' e f f i c a c i t e de l ' e n t r e p r i s e en ce qui a t r a i t a l a gestion de ses a c t i f s . - La p r i s e de decision en mati^re des projets d ' i n v e s t i s s e -ment sera f a c i l i t e e puisque l'on connait les coQts actuels des biens p l u t o t que seulement leurs couts d ' a c q u i s i t i o n . 7 - Le b i l a n donne un meilleur p o r t r a i t de l a p o s i t i o n f i n a n -ci S r e que lorsque les a c t i f s sont evalues a leur valeur aux l i v r e s . Inconvenients - Une t e l l e comptabilite engendre certainement du t r a v a i l additionnel qui se t r a d u i t par des f r a i s d ' e x p l o i t a t i o n plus elevSs. - Les valeurs courantes peuvent p a r f o i s §tre d i f f i c i l e s a obtenir, quoiqu'avec les indices specifiques 1'information peut s'obtenir de plus en plus rapidement. - Ce module ne t i e n t pas compte des e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n . c) Comptabilite au cofit actuel r e e l L'objet de l a comptabilite au cout actuel r e e l est de com-biner les avantages d'une comptabilite indexee a ceux d'une comptabilite au coflt actuel nominal. Ce module est fonde sur l e f a i t que l e gain r e e l r e s u l t a n t de l a possession de biens correspond a l a diffe r e n c e entre l e cout d'origine indexe sur le niveau general des p r i x et l e mon-tant redresse pour t e n i r compte de 1'evolution specifique des pr i x . Avantages Memes avantages que l e module precedent en plus des suivants: 8 - On obtient une information mieux d e t a i l l e e sur les plus-values en eliminant l a p a r t i e f i c t i v e de c e l l e s - c i . - La comparaison des etats f i n a n c i e r s d.'.un exercice a 1'autre sera f a c i l i t e e puisque l'on t i e n t compte du pouvoir d'achat du d o l l a r . - Les d i r i g e a n t s sont en mesure de mieux t e n i r compte des e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n dans leur p r i s e de d e c i s i o n . Inconvenient - Les memes inconvenients que ceux associes au mod§le au cout actuel nominal sauf pour les e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n qui sont consideres dans l e mod&le present. Les differents'mod&les de coflt a c t uel exposes seront t r a i t e s de maniSre d e t a i l l e e au chapitre 6. 1.3 REMISE EN QUESTION DU MODELE TRADITIONNEL La comptabilite d ' i n f l a t i o n r e s u l t e de l a remise en question du module t r a d i t i o n n e l qui contient p l u s i e u r s f a i b l e s s e s . Parmi ces f a i b l e s s e s , on y retrouve: i ) Le p r o f i t c o m p t a b l e b a s e s u r l a v a l e u r d ' o r i g i n e c o n t i e n t des e r r e u r s d ' a p p a r i e -ment dans l e temps p o r t a n t s u r l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n e t l e s p l u s - v a l u e s ou m o i n s -v a l u e s de d e t e n t i o n . A i n s i : a) i l e x c l u t l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n e t l e s p l u s - v a l u e s (ou m o i n s - v a l u e s ) de 9 d e t e n t i o n d e l a p e r i o d e q u i s e r o n t m a t e r i a l i s e s d a n s l e f u t u r ; b ) i l i n c l u t e t c o m b i n e e n u n s e u l c h i f f r e l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n e t l e s p l u s - v a l u e s d e d e t e n t i o n m a t e r i a l i s e s d a n s l a p e r i o d e a c t u e l l e e t d o n t l ' o r i g i n e r e m o n t e a d e s p e r i o d e s a n t e r i -e u r e s . i i ) L e p r o f i t c o m p t a b l e b a s e s u r l a v a l e u r d ' o r i g i n e c o n t i e n t d e s e r r e u r s d ' u n i t e s d e m e s u r e p u i s q u e : a ) i l n e t i e n t p a s c o m p t e d e 1 ' e v o -l u t i o n g e n e r a l e d e s p r i x a u m o y e n d ' u n e i n d e x a t i o n s u r l e n i v e a u g e n e r a l d e s p r i x ; b ) i l n e t i e n t p a s c o m p t e d e 1 ' e v o -l u t i o n s p e c i f i q u e d e s p r i x p a r c e q u ' i l n ' u t i l i s e p a s l a v a l e u r a c t u e l l e p l u t o t q u e l a v a l e u r d ' o r i g i n e c o m m e b a s e d ' e v a l u a t i o n d e s a c t i f s e t d e s p a s s i f s . i i i ) L e p r o f i t c o m p t a b l e b a s e s u r l a v a l e u r d ' o r i g i n e m e s u r e l e c h a n g e m e n t d u n u m e -r a i r e ; e n d ' a u t r e s t e r m e s , i l m e s u r e l e c h a n g e m e n t d a n s l e n o m b r e d e d o l l a r s d u r a n t u n e p e r i o d e . E n c e s e n s s e u l e -m e n t i l p e u t e t r e i n t e r p r e t s . Continuer 3. se butter aveuglement a l a comptabilite aux couts historiques p o u r r a i t avoir des repercussions nefastes sur 5 B l e k a o u i , A h m e d , T h e o r i e c o m p t a b l e , L e s p r e s s e s d e l ' U n i v e r -s i t e d u Q u e b e c , 1 9 8 1 , p . 2 0 3 . 1 0 l a c r e d i b i l i t e de 1 1 information f i n a n c i S r e fournie par l e s entreprises. La r e f l e x i o n de Daniel Boussard le d e c r i t : "Au t o t a l , l a photographie donnee par l a c o m p t a b i l i t e depend de l ' o p t i q u e u t i l i s e e . C'est une facon de v o i r l e s choses, un f i l t r e de l a r e a l i t e . A i n s i , meme en l'absence d ' i n f l a t i o n , se pose l e probleme de l a p e r t i n e n c e des r e g i e s comptables, des c l a s s i f i c a t i o n s q u ' e l l e s e t a b l i s s e n t , des c h i f f r e s q u ' e l l e s generent. L ' i n f l a -t i o n a pour e f f e t de s t i m u l e r l a r e f l e x i o n sur ces r e g i e s . D'ou une g r a d a t i o n de reponses a l l a n t des p e t i t e s retouches aux bouleversements du systeme comptable con-6 v e n t r o n n e l . " La comptabilite d ' i n f l a t i o n prend done une grande dimension s i l'on veut assurer le developpement et l a con t i n u i t e de l a science comptable. Maintenant que nous sommes convaincus de l a s u p e r i o r i t y d'un modSle qui t i e n t compte des e f f e t s de v a r i a t i o n s des p r i x , nous verrons dans les prochains chapitres d i f f e r e n t e s approches p r i s e s par l a France (aussi l e Canada) et une c r i t i q u e sera donnee. Boussard p. 12 . D a n i e l , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , Masson, 1983 11 Chapitre 2 RE GLE MEN TATION DE LA PROFESSION COMPTABLE EN FRANCE 2.1 L E G I S L A T I O N R E L A T I V E A U R 5 G R 0 U P E M E N T D E L A P R O F E S S I O N  C O M P T A B L E C'est en 1942 que l e regroupement de l a profession comptable s'est effectue en France alo r s que l'Ordre des experts comptables et des comptables agrees f u t cree. Trois ans plus tard, s o i t en 1945 apparait l'Ordonnance du 19 septembre portant i n s t i t u t i o n de l'Ordre et reglementant les t i t r e s et les professions de compta-ble. Le but de cette l e g i s l a t i o n e t a i t d'organiser l a profession comptable dans l a meilleure harmonie possible " . . . c e p r o j e t d ' O r d o n n a n c e s ' i n s p i r e e n d e f i n i t i v e , d u d o u b l e s o u c i d ' o r g a n i s e r l a p r o f e s s i o n c o m p t a b l e d a n s l e s e n s d e l ' i n t e r e t g e n e r a l e t d e s a u v e g a r d e r l e s l e g i t i m e s i n t e r e t s d e s d i v e r s e s c a t e g o r i e s 7 d e p r a t i c i e n s . " 7 • " E x p e r t s c o m p t a b l e s e t c o m p t a b l e s a g r e e s - r e g l e m e n t a t i o n d e s t i t r e s e t d e s p r o f e s s i o n s " , J o u r n a l o f f i c i e l d e l a R e p u b l i q u e  f r a n g a i s e , n o 1 3 7 3 , o c t o b r e 1 9 7 1 , p . 1 12 Done, ce qui prime d'abord, e'est l ' i n t e r e t du public et e'est l ' E t a t lui-meme qui se charge de prendre les mesures q u ' i l c r o i t u t i l e pour sauvegarder cet i n t e r e t . Par cette Ordonnance, les comptables agrees (qui sont vus comme les e.g.a. au Canada en quelque sorte) sont autorises a pratiquer 1'expertise comptable au meme t i t r e que l e s experts comptables mais sont t o u t e f o i s en voie de d i s p a r i t i o n . Comme le c i t e 1'Ordonnance de 1945: " . . . c e s m o t i f s l ' o n t c o n d u i t e a e s t i m e r q u e l a d e s c r i m i n a t i o n e n t r e e x p e r t c o m p t a b l e e t c o m p t a b l e a g r e e n e s a u r a i t p l u s e t r e f o n d e s u r 1 1 a c t i v i t e d u p r o f e s -' 8 s i o n n e l m a i s s u r s a c o m p e t e n c e . " 2.2 C O K S E I L S U P E R I E U R D E L ' O R D R E D B S E X P E R T S C O M P T A B L E S E T D E S  C O M P T A B L E S A G R E E S (CSOECCA) C'est un organisme c o n s u l t a t i f qui f a i t appel a\des gens de divers secteurs par l e b i a i s de d i f f e r e n t s comites perma-nents. On consultera des gens de l a bourse, des avocats et divers u t i l i s a t e u r s de 1 1 information comptable. Le Conseil a pour mission: 8 I b i d . , p . 3. 13 "-De p r e p a r e r l e code des d e v o i r s p r o f e s -s i o n n e l s , d'en f a i r e r e s p e c -t e r l e s p r e s c r i p t i o n s . - D ' a s s u r e r 1 ' a d m i n i s t r a t i o n de l ' O r d r e e t l a g e s t i o n de son p a t r i m o i n e . -De d e l i b e r e r s u r t o u t e q u e s t i o n i n t e -r e s s a n t l e s p r o f e s s i o n s r e l e v a n t de s a c o m p e t e n c e . -De r e p r e s e n t e r l ' O r d r e a u p r e s des p o u -v o i r s p u b l i c s . - D ' a s s u r e r l e f o n e t i o n n e m e n t r e g u l i e r des d i v e r s o r g a n i s m e s de l ' O r d r e , de c o o r d o n n e r l ' a c t i v i t e des c o n s e i l s r e g i o n a u x e t de f i x e r l e m o n t a n t des r e d e v a n c e s q u ' i l p e u t i m p o s e r a c e u x - c i p o u r c o u v r i r l e s d e p e n s e s a d m i n i s t r a t i -v e s e n t r a i n e e s p a r l ' e x e r c i c e de ses 9 a t t r i b u t i o n s . " 2.3 COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT L'etat garde un controle sur l a profession en deleguant un commissaire du gouvernement pour sieger sur l e c o n s e i l superieur de 1 1Ordre. "En r a i s o n notamment du r o l e que l e s membres de l a p r o f e s s i o n s o n t a p p e l e s a ~ j o u e r dans l ' e c o n o m i e n a t i o n a l e , i l a e t e j u g e n e c e s s a i r e de m a i n t e n i r l e c o m m i s s a r i a t du g o u v e r n e m e n t a u p r e s des c o n s e i l s de 1 ' O r d r e . 9 10 I b i d . , p. 79. I b i d . , p. 4 . 14 "La t u t e l l e des p o u v o i r s p u b l i c s s u r l ' O r d r e des e x p e r t s c o m p t a b l e s e t des c o m p t a b l e s a g r e e s e s t e x e r c e p a r l e m i n i s t r e de l ' e c o -nomie e t des f i n a n c e s q u i , a c e t e f f e t , e s t r e p r e s e n t ! p a r un c o m m i s s a i r e du g o u v e r n e m e n t a u p r e s du c o n s e i l s u p e r i e u r de l ' O r d r e e t p a r un c o m m i s s a i r e r e g i o n a l du g o u v e r n e m e n t a u p r e s de c h a q u e c o n s e i l r e g i o n a l de l ' O r d r e . Les decisions' du c o n s e i l superieur ne sont executoires qu'apr&s avoir ete revetues de 1'approbation du commissaire. II en est de meme pour les decisions des co n s e i l s regionaux lesquels doivent obtenir approbation du commissaire regional du gouvernement. De plus, l e commissaire du gouvernement pr§s l e c o n s e i l superieur de l'Ordre oriente, d i r i g e , con-t r o l e et coordonne 1'action des commissaires regionaux du gouvernement. 2.4 EXPERT COMPTABLE L ' a r t i c l e 2 de l a l o i 1 . 8 - 9 4 6 du 31 octobre 1968 d e f i n i t un expert comptable en ces termes: " E s t e x p e r t c o m p t a b l e ou r e v i s e u r c o m p t a b l e ... c e l u i q u i f a i t p r o f e s s i o n h a b i t u e l l e de r e v i s e r e t d ' a p p r e c i e r l e s c o m p t a b i l i t e s des e n t r e p r i s e s e t o r g a n i s m e s a u x q u e l s i l n ' e s t 11 I b i d . , p. 28 . 15 pas l i e p a r un c o n t r a t de t r a v a i l . I I e s t e g a l e m e n t h a b i l i t e a a t t e s t e r l a r e g u l a r i t y e t l a s i n c e r i t e des comptes , 1 2 de r e s u l t a t s . " II est important de constater que l a fonction d'attesta-t i o n effectuee par l'expert comptable n'est valable que pour •* les f i n s du c l i e n t lui-meme. Les commissaires aux comptes sont les personnes h a b i l i t e e s a\ jouer l e ro l e d'assurer l a f i a -b i l i t e de 1 1 information comptable pour l e s t i e r s face aux d i r i -geants. 2.5 COMMISSAIRES AUX COMPTES En France, un autre groupe de p r a t i c i e n s appeles commis-saires aux comptes sont nommes par l ' E t a t , lequel f i x e egale-ment leur remuneration. " l i s sont charges de v o i r a l a v e r i -f i c a t i o n des entreprises d ' u t i l i t e publique, des compagnies f a i s a n t appel au financement p u b l i c , e t c . . . " 1 3 II est 1 noter que generalement, un expert comptable accede au t i t r e de com-missaire aux comptes. 12 Ib i d . , p. 6. 13 La corporation p r o f e s s i o n n e l l e des e.g.a. du Quebec, " P e t i t i o n a 1'office des professions du Quebec", Quebec, j u i n 1975, p. 17. " L ' e x p e r t c o m p t a b l e p e u t a c c e d e r a p r e s examen a l a f o n c t i o n de c o m m i s s a i r e aux comptes a g r e e p r e s l a c o u r s d ' a p p e l : i l e s t c h a r g e de v e r i f i e r l e s l i v r e s , l a c a i s s e , l e p o r t e f e u i l l e , l e s b i l a n s des s o c i e t e s anonymes. II e x i s t e une certaine r i v a l i t e entre les E.C. et CA. d'une part et les commissaires aux comptes d 1autre part. En e f f e t , jusqu'a. tout recemment, on n'avait pas encore r e u s s i a s'entendre a savoir lequel des deux groupes a l l a i t repre-senter l a France au niveau du comite i n t e r n a t i o n a l de norma-l i s a t i o n de l a comptabilite (C.I.N.C.). 2 . ' 6 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Le c o n s e i l n a t i o n a l de l a comptabilite (CNC) est un orga nisme public charge du developpement des normes comptables. Ce c o n s e i l v o i t 3. ce que les l e g i s l a t i o n s comptables viennent en force. Toute l e g i s l a t i o n comptable d o i t prealablement obtenir 1 1 approbation du CNC puis d'un arrete du ministre de l'§conomie et des finances avant d 1 a v o i r force de l o i . 14 " E x p e r t c o m p t a b l e e t d i p l o m e de g e s t i o n c o m p t a b l e " , C e n t r e d ' i n f o r m a t i o n e t de d o c u m e n t a t i o n j e u n e s s e , P a r i s , s e p t e m b r e 1979, p . 1. 17 2-. 7 SYNDIC/AT DES COMPTABLES Les comptables francais peuvent adherer s ' i l s l e desirent a une union syndicale. Les principaux o b j e c t i f s d'un t e l syn-d i c a t sont d ' a s s a i n i r l a profession, de defendre les membres, de d i s c u t e r des honoraires avec l e c o n s e i l superieur de l'Ordre* et de d i f f e r e n t s problgmes p o l i t i q u e s . Les comptables sont tenus d'adherer a l'Ordre mais non au syndicat. II importe aussi de mentionner que le personnel c l e r i c a l et de soutien f a i t aussi p a r t i e d'associations syndicales. Conclusion En f i n , i l est a souhaiter que les quelques renseignements r e l a t i f s a l a reglementation comptable en France aidera l e lect e u r a mieux s a i s i r la.portee des legislations.comptables contenues dans les chapitres qui suivront. *Les e x p e r t s c o m p t a b l e s s o n t r e m u n e r e s s o u s f o r m e d ' h o n o r a i r e s c a l c u l e s d ' a p r e s l e s baremes e t a b l i s p a r l e c o n s e i l s u p e r i e u r de 1 ' O r d r e . 18 Chapitre 3 REPERES HISTORIQUES (1920 a 1960) 3.1 EVOLUTION DU CONTEXTE ECONOMIQUE La connaissance des f a l t s r e l a t i f s 3. 1'evolution d'une d i s c i p l i n e comme l a comptabilite degage les evenements econo-miques, p o l i t i q u e s et sociaux qui j u s t i f i e n t 1'emploi des tendances comptables a c t u e l l e s . L 1experience de 1 ' i n f l a t i o n de l a France, au debut du 20i§me s i 5 c l e , demontre justement cet e f f o r t a s'adapter aux evenements economiques par une i n t e r a c t i o n p o l i t i q u e . En suivant l e cours de l ' h i s t o i r e frangaise du debut du si§cle a nos jours, cette premi&re demarche tentera de souligner les evenements qui ont contribue av implanter un systeme comptable et des mesures f i s c a l e s repondant 3 l a s i t u a t i o n i n f l a t i o n i s t e . Les deux guerres mondiales ont bouleverse l'economie frangaise en semant par une hausse c o n t i n u e l l e des p r i x un desequilibre monetaire. Au lendemain de l a l&re guerre mondiale, l a dette frangaise a t t e i g n a i t des proportions alarmantes, et pour combler ce d e f i c i t , l e gouvernement frangais dut emprunter sur l e marche domestique et etranger. 19 La reaction en chaine se manifesta par un accroissement de l a c i r c u l a t i o n monetaire et par 1'augmentation du pouvoir d'achat sur l e marche frangais. Mais les r e s u l t a t s d'une t e l l e manifestation eurent un e f f e t plus dramatique; a i n s i l a confiance en l a monnaie frangaise diminua, l e franc deprecia sur l e marche etranger entraxnant une augmentation rapide des p r i x . S i l'on compare 1'evolution de 1 ' i n f l a t i o n en France avec l e Canada et l e s Etats-Unis pour les annees 1918-1920, on s'apergoit que c ' e t a i t dramatique (voir figure I pour 1'evolu-t i o n des p r i x des annees 1914 a" 1960) . La reconstruction d'apr§s-guerre de l a France se vu refou-lee par 1'abandon de l a s o l i d a r i t e f inanciSre des Etats-Unis et de l a Grande-Bretagne, 1 ' i n f l a t i o n devint encore plus menagante. L ' i n t e n s i t e de cette i n f l a t i o n se t r a d u i t bien par l a remarque de Marc A u f f r e t : "Par sa nouveaute autant que par son ampleur, l e probleme de 1 ' i n f l a t i o n et de l a s t a b i l i t e de l a monnaie va domi-ner l a v i e economique du pays pendant l e s d i x annees q u i ont s u i v i l a f i n du c o n f l i t . " 1 5 La c r i s e de 1921 se manifestant mondialement, ranima l ' e q u i l i b r e de l a balance commerciale, cependant cette remon-15 La France de l ' e n t r e - d e u x Ed. c u l t u r e , A r t , L o i s i r s France , p . 6 7. guerres , 1919-1939, P a r i s . , C o l l e c t i o n H i s t o i r e de l a F i g u r e I C O M P A R A I S O N : T A U X D ' I N F L A T I O N ( 1 9 1 4 - 1 9 6 0 ) INFLATION Source: R e f e r e r a l'appendice 11. t o o 21 tee n'eut qu'uhe courte duree. On crut longtemps en l a p o s s i -b i l i t y d'un retour du franc a sa valeur au p a i r , mais on dut v i t e constater que ces esperances ne se c o n c r e t i s e r a i e n t pas dans un avenir prochain. C'est a i n s i que: " L ' e v o l u t i o n du c o u r s des c h a n g e s v a , au c o n t r a i r e , e n r e g i s t r e r une d e g r a d a t i o n de p l u s en p l u s marquee. T a n d i s que l e s c o u r s j o u r n a l i e r s e t m e n s u e l s c o n n a i s s e n t d ' i m p o r -t a n t e s v a r i a t i o n s a l a h a u s s e e t a l a b a i s s e , l a t e n d a n c e g e n e r a l e , e x p r i m e e p a r l e c o u r s moyen a n n u e l , t r a d u i t une d e p r e c i a t i o n c o n -t i n u e q u i a t t e i n d r a son n i v e a u l e p l u s e l e v e 16 au mois de j u i l l e t 1926." Malgre cette fo r t e i n f l a t i o n , l'economie frangaise face 3 l a reconstruction et aux besoins nouveaux crees par l a guerre, connalt une expansion rapide de sa production. Le secteur i n d u s t r i e l surtout, p r o f i t e de cette conjoncture eco-nomique, favorisee aussi par 1'augmentation de l a population-ouvriSre et par l e progr^s technologique. La periode de 192 7 3. 1929 est caracterisee par une s t a b i l i t e monetaire, on c r o i t en l a prosperite de l a France. Par contre d§s 19 30, une nou-v e l l e c r i s e mondiale touche l a France; sa dependance aux mar-ches exterieurs frappe son economie, l a s t a b i l i t e monetaire connue ephemerement n ' e t a i t pas s u f f i s a n t e §. sa sauvegarde. En 1935, l e gouvernement s'engage dans l a l u t t e a 1 ' i n f l a t i o n , ' une baisse a u t o r i t a i r e des p r i x et des s a l a i r e s devient l a 16 I b i d . , p . 68. 22 mesure pour combattre les e f f e t s de l a c r i s e . De nouveau, l a France est engagee dans l a guerre, l a deuxi§me guerre mondiale entraine une des pires c r i s e s q u ' e l l e subit, 3 sa d e f a i t e morale plus que penible s'ajoute l a des-t r u c t i o n et l e bouleversement de toutes ses a c t i v i t e s . Apr§s l a deuxi^me guerre, l a France connait une croissance acceleree, mais l ' i n f l a t i o n accompagne toujours son economie. Des politiques. successives de s t a b i l i s a t i o n monetaire tentent d'annee en annee de ramener un e q u i l i b r e , t o u t e f o i s les f l u c -tuations res tent importantes au niveau des p r i x et l e ry thine de l ' i n f l a t i o n demeure c r o i s s a n t . La periode d'apr§s-guerre connait plusieurs flambees d ' i n f l a t i o n , auxquelles l e gouvernement tente de combattre par d i f f e r e n t e s p o l i t i q u e s dont l a devaluation monetaire. Le pro-gr§s considerable des secteurs i n d u s t r i e l s f a v o r i s e par l ' i n f l a t i o n se retrouve souvent f r e i n e par ces p o l i t i q u e s de s t a b i l i s a t i o n . De 1946 3 1969, l a France connait une poussee demographique qui 1'oblige 3, repenser ses structures economi-ques, on constate a i n s i diverses modifications dans les condi-tions et exigences de t r a v a i l auxquelles l a nouvelle technologie influence les facteurs de p r o d u c t i v i t e . L'Europe change peu 3 peu de structure; de pays anterieurement independants economique-ment, un changement s'amorce apr&s l a deuxiSme guerre mondiale, se concretisant par l e mouvement d'interdependance des economies respectives. Mentionnons par exemple, quelques associations qui ont p r i s naissance durant cette periode, et qui maintenant sont 23 s o i t conservees integralement dans leurs p r i n c i p e s , ou ont con-tribue 3 en e t a b l i r d'autres qui repondent mieux aux conditions a c t u e l l e s ; O.E.C.E. (Organisation Europeenne de Cooperation Economique), U.E.P. (Union Europeenne des Paiements), l e Marche Commun. Le General de Gaulle f a i t son retour au pouvoir en langant une mesure plus aust£re a* 1 ' i n f l a t i o n ; l a creation du nouveau franc accompagnee de d'autres reformes de structures economi-ques et s o c i a l e s . Depuis 19 59, on a s s i s t e au niveau mondial 3 l'ouverture des f r o n t i S r e s vers des echanges exterieurs impor-tants, en f a i t l a r e a l i s a t i o n de 1*Union douani§re a. l ' i n t e r i -eur du Marche Commun, en demontre un exemple en procurant a l a France des p o s s i b i l i t e s d'echanges structures. Par contre, ce developpement des echanges internationaux s'accompagne d'une degradation du syst&me monetaire i n t e r n a t i o n a l . Le flottement de l a monnaie devient general, l a valeur de l a monnaie ne peut plus etre d e f i n i e comme anterieurement sur une base de poids-or ou sur une base de nombre de d o l l a r s . La s i t u a t i o n resumee par Jean Rivoire en temoigne: "Le p r i x o f f i c i e l de $42 ,22 1 1 once n'a p l u s aucune s i g n i f i c a t i o n , pas meme comme s i m p l e r e p e r e , i l s e r a d ' a i l l e u r s a b a n -donne en 1976 ... La v a l e u r de chaque monnaie ne se d e f i n i t p l u s p a r un c e r t a i n p o i d s d ' o r ou un c e r t a i n nombre de d o l l a r s , e l l e se c o n s t a t e t o u t s i m p l e m e n t s u r l e 24 marche des c h a n g e s , p a r r a p p o r t a t e l l e 1 7 ou t e l l e a u t r e m o n n a i e . " Ces derniSres annees, l ' i n f l a t i o n n'apparalt plus comme un moteur de 1'expansion des a f f a i r e s , e l l e est maintenant c o n s i -dered comme un r e s u l t a t de l a r i g i d i t e des economies modernes. A i n s i , l ' i n f l a t i o n ne cohabite plus seule, l a stagnation (reces-sion) se j o i n t 3 e l l e , et e l l e s aggravent ensemble les conse-quences d'une economie sans s o l u t i o n apparente, car les s o l u -tions trouvees a f i n de combler les probl&mes occasionnes par 1'une ne font qu'empirer les consequences nefastes de 1'autre. Be plus, ce cycle v i c i e u x s'alimente des nouvelles c a r a c t e r i s -tiques du monde moderne; "mouvement conte s t a i r e , debat sur l a 18 croissance, d e c l i n demographique, permanence de l ' i n f l a t i o n " . La c r i s e de 1'energie est un exemple d'une manifestation economique et p o l i t i q u e qui a contribue 3 relancer l e caractere i n f l a t i o n i s t e de l a societe moderne, l a France f i t face au double o b j e c t i f de remedier 3 cette c r i s e energitique en r e f u -sant de se coritraindre aux exigences du marche ou de garder ses echanges ext e r i e u r s , e l l e dut done avoir recours aux emprunts 1 9 internationaux. "La recherche d'un nouvel ordre economique" devient maintenant le p r i n c i p a l souci des pays occidentaux. 1 7 L ' E c o n o m i e m o n d i a l e d e p u i s 1 9 4 5 , P r e s s e s u n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , c o l l e c t i o n que s a i s - j e ? 1 9 8 0 , p . 8 7 . ' 1 8 I b i d . , p . 8 9 . 1 9 I b i d . , p . 8 9 . 25 En attendant, l e caract&re t r a n s i t o i r e de"la periode a c t u e l l e ne d o i t pas negliger 1'importance de se conformer au present, done de repondre dans les a c t i v i t e s economiques aux exigences de l a r e a l i t e sous toutes ses formes. 3.2 LEGISLATION (1920 3 1960) Les deux guerres successives obliggrent l e gouvernement frangais 3 i n t e r v e n i r par l a reglementation dans tous les sec-teurs d ' a c t i v i t e s du pays. Ce pouvoir etatique cherche l e con-t r o l e de l'economie par plusieurs interventions p o l i t i q u e s . Avec l a reconstruction d'apr§s-guerre, l e gouvernement instaure des reformes dans l ' o b j e c t i f de remettre les structures econo-miques dans une p o s i t i o n d ' e q u i l i b r e avec l ' e x t e r i e u r et de s t a b i l i t e avec 1 1 i n t e r i e u r . . Ces reformes promulguent 1 ' i n s t i -t u t i o n n a l i s a t i o n de comites professionnels d'entreprises, l a secur i t e s o c i a l e , e t l a n a t i o n a l i s a t i o n des secteurs aeriens. Par a i l l e u r s , ce phenom§ne de n a t i o n a l i s a t i o n a v a i t d e j l vu l e jour avant l a guerre, notamment dans les secteurs f i n a n c i e r s (banque de France), f e r r o v i a i r e s et aeronautiques. De plus, d'autres secteurs comme l e gaz, 1 ' e l e c t r i c i t e , l e s banques et assurances se v i r e n t touches par ce phenomSne. Le gouvernement accentue done son in t e r v e n t i o n , et tente de garder son pouvoir monetaire, que ce s o i t par 1'etablissement et l e contr61e du c r e d i t ou par des nouveaux decrets regissant l e controle des changes. Mais cette recherche du pouvoir de l a monnaie se retrouve f r e i n e par 1'acceptation de l ' E t a t d'avoir recours au 2 6 Fonds Monetaire I n t e r n a t i o n a l . Cette perte de pouvoir est • • occasionnee 3 l a f o i s par les prets mutuels 3 long terme et par l a f i x a t i o n de l a valeur monetaire par 1 1 organisation monetaire i n t e r n a t i o n a l e . Cette a u t o r i t e n'est done plus unique 3 l ' E t a t comme l e constate Andre Neurisse: " A i n s i , ce p o u v o i r monetaire qu'ont t o u j o u r s recherche Rois de France et gouvernements r e p u b l i c a i n s ( l a n a t i o n a l i s a t i o n de l a Banque de France et l e c o n t r o l e du c r e d i t q u i s ' i n -s c r i v e n t i n d i s c u t a b l e m e n t dans c e t t e l i g n e de conduite) e c h a p p a i t - i l a 1 ' a u t o r i t e e x c l u s i v e de l ' E t a t par 1'adhesion au Fonds Monetaire 2 0 I n t e r n a t i o n a l . " Des p o l i t i q u e s economiques rigoureuses apparaissent pour res t r e i n d r e l e c r e d i t , attenuer les depenses publiques et augmenter l a charge f i s c a l e . Que ce s o r t un gouvernement ou un autre, chacun une f o i s au pouvoir f a i t face aux problSmes economiques, et i l s i n s c r i v e n t 3 l e u r tour un ess a i de reformes qui se concretise par l a devaluation monetaire. Certains auteurs associent l e retard economique de l a France 3 cette intervention gouvernementale. Notamment, Charles P. Kindleberger, professeur d'economie souligne ce point comme s u i t : 20 H i s t o i r e du Franc, Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, C o l l e c t i o n que s a i s - j e ? 1967, no 1082, p. 96. " L 1 i n t e r v e n t i o n g o u v e r n e m e n t a l e , s o i t p o u r m a i n t e n i r l a s t a b i l i t e s o c i a l e , s o i t p o u r d i r i g e r l a r e p a r t i t i o n des r e s s o u r c e s , ou r e a l i s e r des p r o f i t s n a t i o n a u x t r o p a m b i -t i e u x , e n t r a i n e n t des p o l i t i q u e s c o n t r a d i c -t o i r e s , une c e n t r a l i s a t i o n e x c e s s i v e e t l e mal s u p p l e m e n t a i r e de 1 ' i n c o m p e t e n c e ,.21 e c o n o m i q u e . Par contre, l a p l a n i f i c a t i o n economique prend une large mesure de 1'innovation p o l i t i q u e et devient un element essen-t i e l dans l e developpement de l'economie fr a n c a i s e . C'est a i n s i que l e Plan de Modernisation et d'Equipement promulgue par Jean Monnet, economiste frangais, demontre cette recherche de p l a n i f i c a t i o n par des programmes d'investissements, et tou-chant autant les notions de quali-te des produits, de producti-v i t y , de formation p r o f e s s i o n n e l l e que d'organisation des marches. Dans les annees qui ont s u i v i immediatement les deux guerres mondiales, l a France a connu des flambees i n f l a t i o n -n istes beaucoup plus prononcees que les Etats-Unis ou l e Canada ont pu connaitre. On e t a i t done plus sensible aux e f f e t s de ce f l e a u sur les donnees financi&res et a u s s i t o t qu'en 19 28, l a France l e g i f e r a i t dans l e but de permettre une reevaluation des a c t i f s . Cette reevaluation n ' e t a i t cependant que f a c u l t a t i v e et a cette epoque, l ' i n d u s t r i e ne 21 A l a r e c h e r c h e de l a F r a n c e , e d i t i o n s du S e u i l , P a r i s , 1963, p . 14 3. 28 s'en p r e v a l a i t que tr£s peu. Le f a i t q u ' i l n'y a v a i t aucun avantage f i s c a l associe a l a reevaluation explique le peu d 1enthousiasme de l a part de l ' i n d u s t r i e . Les taux eleves d ' i n f l a t i o n de l a f i n des annees 19 30 oblig&rent l e gouvernement 3. modifier certaines r£gles f i s -cales a f i n d'eviter des prelSvements d'impots sur des p r o f i t s f i c t i f s d i s a i t - o n . Les regies de base sur l a reevaluation e t a i e n t contenues dans 1'ordonnance du 15 aout 19 45. Cette ordonnance accorda aux entreprises l a p o s s i b i l i t y de reevaluer leurs a c t i f s . La reevaluation des bilans n ' e t a i t encore que f a c u l t a t i v e . Les methodes de reevaluation suggerees etaient disponibles pour les p r o p r i e t a i r e s uniques, les societes en nom c o l l e c t i f de meme que les compagnies. Les postes du b i l a n 3 etre s e l e c -tionnes pour f i n s de reevaluation etaient l a i s s e s 3 l a d i s c r e -t i o n des entreprises (3 1'exception des postes f r a i s de c o n s t i -t u t i o n et achalandage, que l'on ne pouvait reevaluer). Les principaux elements f a i s a n t l ' o b j e t de reevaluation etaient essentiellement les stocks et les immobilisations. Reevaluation des immobilisations E l l e s devaient etre reevaluees en u t i l i s a n t un indice i n t i t u l e " c o e f f i c i e n t de reevaluation". Cet i n d i c e e t a i t publie par l e gouvernement et e t a i t base sur 1'indice des p r i x  de gros pour les materiaux de construction et les produits de 1'acier. "Les i n d i c e s de ces groupes de p r o d u i t s e t a i e n t c h o i s i s parce q u ' i l s c o n s t i t u a i e n t l e s p r i n c i p a u x elements de couts de l a 2 2 p l u p a r t des i m m o b i l i s a t i o n s . " La charge pour amortissement pour les annees restantes du bien e t a i t calculee sur l a base du montant reevalue et e t a i t pleinement deductible pour f i n s d'impot. Reevaluation des stocks I l n'a jamais ete permis de presenter les stocks aux etats f i n a n c i e r s autrement qu'au cout h i s t o r i q u e . On verra que l a l o i sur l a reevaluation l i b r e des b i l a n s de 1966 de meme que les l o i s de 1977 et 1978 sur l a reevaluation legale des b i l a n s ne font aucunement mention des stocks. Toutefois, i l est interessant d'examiner les methodes u t i -l i s e e s pour eliminer les e f f e t s des v a r i a t i o n s des p r i x sur l e s stocks pour f i n s f i s c a l e s . En 1948, l e f i s c permettait une "dotation pour approvisionnement technique" (provision for the replenishment of stores) qui a v a i t pour but d'eliminer les gains dans l e s stocks r e s u l t a n t de l a hausse des p r i x . Le montant maximum u t i l i s e comme pro v i s i o n e t a i t determine de fagon suivante: 22 H o l z e r , P e t e r , H., S c h o n f e l d , Hanns-Martin, "The French approach to the post-war p r i c e l e v e l problem "The account-in g Review, A p r i l 1963, p. 383. ( t r a d u c t i o n ) 30 1 - La d i f f e r e n c e entre-le stock du debut et l e stock de l a f i n de 1948 evalue au plus bas du cout ou du marche. 2 - Le stock de l a f i n 1948 d i v i s e par 2, l e plus bas des deux montants determinant l e montant de l a p r o v i s i o n . Exemple 3-1 2 3 stock du debut 3 000 000 FF stock de l a f i n 10 000 000 FF 1) 10 000 000 - 3 000 000 =7 000 000 2) 10 000 000 4-2 = 5 000 000 Le montant de l a p r o v i s i o n deductible se c h i f f r e 3. 5 00 0 000 FF. S i l'on presume q u ' i l n'y a aucun changement dans l a quantite en stock, i l est evident que cette methode n'exclut qu'une p a r t i e de 1'evolution des p r i x du benefice imposable. Cette deduction e t a i t i n i t i a l e m e n t disponible pour les entreprises manufacturiSres car on e s t i m a i t que leurs p r o f i t s montraient des d i s t o r s i o n s a cause de l a f a i b l e r o t a t i o n des stocks. Un an plus tard, on etendait cette deduction aux entre-p r i s e s de d e t a i l mais 3 c e l l e s montrant un r a t i o de r o t a t i o n des stocks de 0.5 par an ou moins. Les entreprises demontrant 23 I b i d . , p . 385. ( t r a d u c t i o n ) 31 un r a t i o de r o t a t i o n plus eleve pouvaient tout de meme se pre-v a l o i r en p a r t i e de l a deduction f i s c a l e . " P a r e x e m p l e , s i l a r o t a t i o n des s t o c k s e s t e n t r e un e t deux mois ( i . e . e n t r e 6 e t 12 p a r a n ) , s e u l e m e n t 25% de l a p r o -^ 2 4 v i s i o n p o u v a i t e t r e d e d u i t e . " En 1952, de nouvelles regies sont mises en place pour y demeurer jusqu'en 19 59. Ces nouvelles regies d e f i n i s s e n t un "stock indispensable" (minimum stock). Ce stock indispensable au depart e t a i t d e f i n i comme etant l a moyenne des stocks de l a f i n des exercices 1949 et 19 50. Plus tard, l a moyenne des stocks de l a f i n des t r o i s precedents exercices (ulterieurement change 3 cinq) fiscaux determinera l e stock indispensable. Deux methodes de c a l c u l e t a i ent d e f i n i e s . (Voir exemple 3-2 page suivante.) 1 - La methode quant i t a t i v e e t a i t o b l i g a t o i r e pour les stocks de mati&res premieres. Le stock indispensable e t a i t c a l c u l e en prenant l a moyenne des stocks de l a f i n des e x e r c i -ces precedents en termes d'unites de matiere. 2 - La methode indexee qui devait etre u t i l i s e e pour les stocks de produits en cours et les stocks de produits f i n i s . On c a l c u l a i t l a moyenne des stocks de l a f i n des exercices pre-cedents en terme monetaire. Les stocks devaient etre i n s c r i t s 3 leur p r i x de revient moyen pour f i n s de ce c a l c u l . 24 I b i d . , p. 385. (traduction) 32 E x e m p l e 3 - 2 2 5 M e t h o d e q u a n t i t a t i v e ( m a t i e r e s p r e m i e r e s ) M a t e r i e l S t o c k C o u t m o y e n d e l ' i n v e n t a i r e M o n t a n t i n d i s p e n s a b l e s u p p l e m e n -3 1 - / 1 2 / 5 4 3 1 / 1 2 / 5 5 t a i r e 1 2 3 4 2 x ( 4 - 3 ) 1 0 0 k g 2 0 0 F F c h a c u n 1 0 0 l b s 1 8 0 F F c h a c u n 3 0 0 F F c h a c u n 1 0 0 0 0 F F 1 5 0 F F c h a c u n - 3 0 0 0 F F M o n t a n t s u p p l e m e n t a i r e 7 0 0 0 F F M e t h o d e i n d e x e e ( q u a l i t a t i v e ) ( p r o d u i t s e n c o u r s e t p r o d u i t s f i n i s ) P r o d u i t S t o c k i n d i s - I n d i c e a u M o n t a n t s u p p l e m e n t a i r e p e n s a b l e a u 3 1 / 1 2 / 5 5 c o u t m o y e n 1 2 3 3 x 2 - 2 C 1 0 0 0 0 0 0 F F 0 , 9 5 - 5 0 0 0 0 F F D 2 0 0 0 0 0 0 F F 1 , 1 0 2 0 0 0 0 0 F F M o n t a n t s u p p l e m e n t a i r e 1 5 0 0 0 0 F F 2 5 H o l z e r , P e t e r , H . a n d S c h o n f e l d , H a n n s - M a r t i n , " T h e F r e n c h A p p r o a c h t o t h e P o s t - W a r p r i c e l e v e l p r o b l e m " , T h e a c c o u n t i n g R e v i e w , t a b l e a u p . 3 8 6 . ( t r a d u c t i o n ) L'indice u t i l i s e dans.la "methode indexee" e t a i t l ' i n d i c e -specifique des p r i x de gros base sur une large e v e n t a i l de produits. Choix de l ' i n d i c e - r e l a t i f 3 l a reevaluation des immobilisations Les methodes u t i l i s e e s pour reevaluer les immobilisations avaient pour o b j e c t i f d 1 e l i m i n e r l ' e f f e t des v a r i a t i o n s des p r i x des etats f i n a n c i e r s en u t i l i s a n t un indice de produits qui composent largement les immobilisations. La methode f r a n -caise a i n s i done v i s a i t 3 eliminer les e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n sur des biens sp e c i f i q u e s . "Le c o e f f i c i e n t de reevaluation u t i l i s e pour l e c a l c u l du cotat actuel ne r e f l e t a i t done pas correctement les changements dans l e niveau general des p r i x . " 2 6 L ' u t i l i s a t i o n d'un indice specifique t e l l ' i n d i c e d'une machi-nerie sophistiquee ou d'un e d i f i c e pour f i n de reevaluation a pour o b j e c t i f de "mesurer les changements dans l a substance phy-sique du c a p i t a l i n v e s t i " . 2 7 Le but recherche par 1 ' u t i l i s a t i o n d'un indice general est de f o u r n i r une base commune pour mesurer les changements dans l e c a p i t a l monetaire i n v e s t i dans l ' e n t r e -p r i s e . L'approche francaise p o u r r a i t etre q u a l i f i e e de mitoyenne (middle of the road) i . e . un compromis entre 1 ' u t i l i s a t i o n d'un indice specifique et d'un ind i c e general. II est d i f f i c i l e de 2 6 I b i d . , p . 387. ( t r a d u c t i o n ) j u s t i f i e r une t e l l e approche. En e f f e t , que s i g n i f i e - l e s -c h i f f r e s reevalues? Choix de l ' i n d i c e r e l a t i f 3 l a reevaluation des stocks .£-(pour f i n s f i s c a l e s ) Dans l e cas des stocks, l e systeme francais proposait un in d i c e specifique des p r i x de gros, on peut d i r e que l'on ten-t a i t d'exclure aussi bien 1 ' e f f e t general que specifique des p r i x . Plusieurs auteurs ont indique a 1'epoque que l a methode L.I.F.O. pouvait rencontrer plus facilement les o b j e c t i f s de t e n i r compte de 1'evolution specifique des p r i x des stocks. Ceci n'est certes plus v r a i de nos jours ou les i n d i c e s sont de plus en plus p r e c i s et peuvent etre obtenus dans des d e l a i s beaucoup plus raisonnables. Finalement, i l est dommage que l a reevaluation des immobi l i s a t i o n s n ' e t a i t que f a c u l t a t i v e et l a i s s e e au bon jugement des entreprises. Comme en f a i t f o i l'enonce de Peter Holzer e Hanns-Martin SchSnfeld: " C e c i d e t r u i t 1 ' u n i f o r m i t e e t l a compa-r a b i l i t y des e t a t s f i n a n c i e r s e t r e n d p o s s i b l e l a m a n i p u l a t i o n des b i l a n s e t d e s r e s u l t a t s . " 2 ^ De plus, p l u s i e u r s auteurs notaient quelques f a i b l e s s e s dans l e systeme de reevaluation des stocks, notamment James C. McKeown souligne justement 1'importance de 1'exactitude dans 28 I b i d . , p. 387. ( t r a d u c t i o n ) 35 les methodes d'evaluation: " L ' e f f i c a c i t e de l a methode f r a n c a i s e pour e l i m i n e r l e s e f f e t s de l a hauss.e des p r i x sur l e revenu imposable e t a i t , cependant en grande p a r t i e dependante de 1 ' e x a c t i t u d e du stock i n d i s p e n s a b l e et de l a v a l i d i t e des systemes d ' i n d e x a -2 9 t i o n u t i l i s e s . " Le retour au pouvoir de De Gaule modifia l ' i d e o l o g i e r e l a t i v e aux p o l i t i q u e s monetaires face 3 l ' i n f l a t i o n . Ce dernier c r o y a i t en 1'etablissement d'une p o l i t i q u e monetaire plus r a d i c a l e pour combattre ce fl e a u . Cette p o l i t i q u e cher-c h a i t done a eliminer l ' i n f l a t i o n p l u t o t que de l'alimenter. A i n s i on c o n s t a t a i t que les p o l i t i q u e s precedentes avaient eu pour e f f e t de n o u r r i r l ' i n f l a t i o n p l u t S t que de l a juguler. L'av§hement du nouveau franc en 195 9 comme mesure pour combattre le desequilibre monetaire j u s t i f i a l a d i s c o n t i n u i t y du systSme de reevaluation i n t r o d u i t anterieurement par les p o l i t i q u e s f i s c a l e s des gouvernements frangais. Malgre cer-taines d e f a i l l a n c e s du systSme de reevaluation comme l e demontre l e choix des indices et les d i f f i c u l t e s dans l a determination du stock indispensable, cette recherche de solu-tions aux probl£mes engendres par l ' i n f l a t i o n demontre 1 ' e f f o r t soutenu. 29 I n f l a t i o n and Current Value A c c o u n t i n g , ed. James C. McKeown, I l l i n o i s , 1979, p. 6 5 - ( t r a d u c t i o n ) 3.3 METHODES COMPTABLES TENANT COMPTE PES EFFETS DE  VARIATIONS DE PRIX Un autre apport important 3 l a comptabilite s'est manifeste, et c e l a d&s 1926 par l a c o n t r i b u t i o n dlau.teurs ..frangais 3 1'ela-boration de methodes comptables adaptees a une s i t u a t i o n i n f l a -t i o n n i s t e . Durant une periode oil 1'accroissement rapide des p r i x se manifeste, plusieurs problSmes quant a 1 ' i n t e r p r e t a t i o n des etats f i n a n c i e r s sont souleves. Certains auteurs t e l s que 30 Delavelle, Bayart, Fain, Leger, Raffegeau, Lacout et Thomas ont s e n t i l e besoin d'elaborer des methodes de reevaluation des comptes durant une periode ou le papier monnaie deprecie et ou 1'augmentation rapide des p r i x se manifeste. Cinq methodes p r i n c i p a l e s dans cette recherche d'elabora-t i o n de methodes comptables sont proposees pour t e n i r compte de 1 ' i n f l a t i o n . Ces methodes sont une adaptation de l a comptabi-l i t e d ' i n f l a t i o n de 1'Allemagne. Pour comprendre leur c o n t r i -bution 3. l a comptabilite,. deux de ces methodes seront presentees plus en d e t a i l . La premiere methode "Tenue de l i v r e en papier-franc avec 1'etablissement d'un b i l a n en tenue franc-or" proposee par P i e r r e B a y a r t , 3 1 consiste en 1 ' u t i l i s a t i o n normale du systeme 30 Dans Wasserman, Max G. "Accounting P r a c t i c e i n France During the P e r i o d of Monetary I n f l a t i o n , 1919-1927", Acc o u n t i n g Review, mars 1931, pp. 6-29. 31 "Les e f f e t s de l ' i n f l a t i o n , l e b i l a n au p o i n t de vue f i s c a l " , dans Wasserman, Max J . , "Accounting P r a c t i c e i n France During the P e r i o d of Monetary I n f l a t i o n , 1919-1927", Acc o u n t i n g Review, mars 1931, pp. 9-11. comptable en terme de francs-papier deprecies, accompagne des" r e s u l t a t s annuels ou mensuels du b i l a n en terme de papier-francs reconstitue en franc-or. Tous les comptes 3. 1'exception des immobilisations et du c a p i t a l sont d i v i s e s par le c o e f f i c i e n t du taux de change.* Les immobilisations et l e c a p i t a l ne sont pas d i v i s e s par l e c o e f f i c i e n t car i l s sont dejS. exprimes en franc-or, s ' i l s ont ete acquis avant l a periode d ' i n f l a t i o n . A l ' a i d e d'un exemple numerique, i l sera plus f a c i l e de com-prendre les pratiques qui se degagent de cette methode. (Voir exemple 3-3). Comme on peut le remarquer, l e poste "Reserve legale" apparaissaht dans l a colonne franc-papier est exclu de l a colonne franc-or, c e c i de par l a nature meme de l a reserve, car les societes franchises doivent approprier une portion de leurs benefices non re p a r t i s sous forme de reserve, appe-lee reserve legale. Etant donne que l e b i l a n en franc-or ne demontre aucun surplus, ce poste n'apparait evidemment pas dans l a colonne franc-or. Ce systeme quoique u t i l e au niveau de 1'information sur le b i l a n , ne f o u r n i t aucun in d i c e aux dirigeants sur l a conduite de leurs a f f a i r e s en periode d ' i n f l a -t i o n . De plus, cette methode presente certaines l i m i t e s dans l a divulg a t i o n d'elements e s s e n t i e l s quant aux d e t a i l s sur les r e s u l t a t s d ' e x p l o i t a t i o n et 3 l a determination du p r o f i t p e r i o -dique. A f i n de contrer ces problSmes, deux autres auteurs, *Le t a u x de change e s t base s u r 1 ' i n d i c e d es p r i x de g r o s . Exemple 3-3^ 2 ACTIFS PASSIFS p a p i e r  f r a n c s d e p r e c i e f r a n c - o r Usine et achalandage 850 000 T e r r a i n et equipement 7 000 000 E n c a i s s e 4 240 000 Bon du T r e s o r 760 000 5%, o b l i g a t i o n s 972 000 E f f e t s a r e c e v o i r 920 000 Loyer paye d'avance 6 000 Stocks 3 600 000 Chevaux, wagons,etc. 1 800 000 Comptes a r e c e v o i r 1 800 000 Avances aux action-n a i r e s D e p r e c i a t i o n or 2 250 000 850 000 7 000 000 1 060 000 190 000 243 000 230 000 1 500 900 000 450 000 450 000 562 500 2 738 000 24 198 000 14 675 000 er f r a n c s d e p r e c i e f r a n c - o r C a p i t a l A c t i o n s 4%, o b l i g a t i o n s a payer Reserve l e g a l e Reserve pour l i t i g e ImpSts de guerre ImpSts sur l e s b e n e f i c e s Amortissement accumule Comptes a payer Dividendes a payer I n t e r e t s a payer P r o f i t f r a n c p a p i e r 9 000 000 7 000 000 196 000 108 000 188 000 220 000 2 800 000 3 800 000 16 000 168 000 702 000 9 000 000 1 750 000 27 000 47 000 55 000 2 800 000 9 50 0 00 4 000 42 000 24 198 000 14 675 000 32 Wasserman, M.J., "Accounting Pr a c t i c e s i n France During the P e r i o d of Monetary I n f l a t i o n 1919-1927", Accounting Review, mars 1931, p. 10. messieurs'Raffegeau et Lacout, ont suggere une houvelle methode appelee "Correction en monnaie-or par l a methode retrograde avec r e c t i f i c a t i o n du b i l a n d'entree". Un nou-veau compte "Correction du b i l a n d'entree" est cree et represente l a reevaluation de l'ancienne balance. De plus, un autre compte "depreciation du c a p i t a l et des reserves" est e t a b l i , i l represente 1'accumulation des gains ou pertes resultant de l a d i f f e r e n c e entre l a valeur en franc-papier et en franc-or. L'exemple 3-4 peut encore s e r v i r pour f a c i -l i t e r l a comprehension. En analysant ce tableau on peut observer que l e debit de 6 300 000 represente par les matieres premieres, retranche du c r e d i t de 4 800 000 r e l a t i f 3. l a production l a i s s e un solde de 1 500 000. Or, l e stock f i n a l a ete e t a b l i 3 300 000 en franc-or en u t i l i s a n t un c o e f f i c i e n t de 5. L'ecart entre l e solde determine au debut de 1 500 000 et l e stock f i n a l de 300 000 donne un c r e d i t de 1 200 000 qu'on impute a l ' e t a t des r e s u l t a t s en contrepartie. Pour les periodes precedentes, ce m§me p r i n c i p e s'applique et on i n t r o d u i t un nouveau compte i n t i t u l e "Correction du b i l a n d'entree": 33 " E t a b l i s s e m e n t des b i l a n s en f r a n c - o r , " dans Wasserman, Max J . , "Accounting P r a c t i c e i n France During the P e r i o d of Monetary I n f l a t i o n , 1919-1927", Accounting Review, Mars 1931, pp. 11-14. i Exemple 3-4 34 Matieres premieres Debits Solde Achats a c r e d i t Achats au comptant 900 000 4 500 000 900 000 6 300 000 C r e d i t s P r o d u c t i o n R e s u l t a t s Solde au b i l a n 4 800 000 1 200 000 300 000 6 300 000 Pe r i o d e s p r e c e d e n t e s 3 ^ Matieres premieres  D e b i t s Solde (ancien) Achats a c r e d i t Achats au comptant 900 000 4 500 000 900 000 6 300 000 C r e d i t s P r o d u c t i o n 4 800 000 C o r r e c t i o n du b i l a n d'entree 600 000 R e s u l t a t s 600 000 Solde (nouveau) 300 000 6 3 00 0 00 34 Wasserman, Max, J . , "Accounting P r a c t i c e s i n France During the P e r i o d of Monetary I n f l a t i o n 1919-1927", Accounting Review, March 1931, p. 12. 35 I b i d . , page 13. ° Le solde du debut est de 900 Oao et sa-valeur en franc-or est de 300 000 etant donne qu'un c o e f f i c i e n t de 3 a ete u t i l i s e . La d i f f e r e n c e de 600 000 entre ces deux montants est un ajuste-ment qu'on impute dans un compte du b i l a n . Cet ajustement n'est pas porte a l ' e t a t des r e s u l t a t s car i l represente l e d e c l i n dans l e franc-or du solde des stocks du debut et corres-pond a i n s i a une perte applicable a l ' e x e r c i c e precedent. En resume, les montants i n s c r i t s au poste "Correction des b i l a n s d 1entree" reprisentent une reevaluation des soldes precedents et i l s sont i n s c r i t s dans un compte portant le meme nom. La dif f e r e n c e entre l e franc-papier et l e franc-or du nouveau solde determine l e debit ou le c r e d i t des comptes de r e s u l t a t . De plus, l e compte "depreciation du c a p i t a l et des reserves" represente 1'accumulation des gains et pertes des exercices passes. Cette methode presente des avantages de par l a sim-p l i c i t y de son a p p l i c a t i o n et de par l e peu de couts encourus pour son etablissement. Par contre, e l l e donne peu d'informa-tions sur les couts de production et ne t i e n t pas compte des couts de remplacement. A i n s i , une comptabilite continue pour-r a i t remedier a ces probl§mes engendres par des ajustements periodiques. La deuxiSme methode sur l a q u e l l e i l peut etre interessant de s'attarder est c e l l e de Leger appelee "Comptabilite en papier franc avec compte de c o r r e c t i o n " . 3 6 36 "Le redressement des b i l a n s en f r a n c s - p a p i e r " , dans Wasserman, Max J . , "Accounting P r a c t i c e s i n France During the P e r i o d of Monetary I n f l a t i o n , 1919-1927", Ac c o u n t i n g  Review, mars 1931, pp. 18-22. 42 L'auteur- c l a s s i f i e t r o i s types d'erreurs dans 1'evaluation des comptes durant une periode i n f l a t i o n n i s t e : "amortissement ...insuf f i s a n t des immobili-sations , un p r o f i t brut plus eleve que ce qu'on obtient en periode de s t a b i l i t e de l a monnaie, perte due a 1'evolution du niveau general des p r i x occasionnee par 1 ' excedent de l ' a c t i f monetaire sur 37 le p a s s i f monetaire." Pour eliminer ces problSmes, i l propose une s o l u t i o n pour chacun d'eux. Premi&rement, l e probl£me souleve par 1'amor-tissement i n s u f f i s a n t des immobilisations sera resolu en les depreciant sur leur valeur-or. A i n s i l ' e n t r e p r i s e comptabi-l i s e un montant s u f f i s a n t pour remplacer l ' a c t i f au terme de sa vie u t i l e . La methode pour evaluer 1 1amortissement neces-s a i r e p r e s c r i t d ' u t i l i s e r l a valeur-or de l ' a c t i f et de l a m u l t i p l i e r par le c o e f f i c i e n t du taux de change.* Ensuite, le pourcentage annuel de ce montant sera impute a. l ' e t a t des r e s u l t a t s et c r e d i t e au compte de reserve pour amortissement. Pour ce qui est du deuxi£me problSme (evaluation du p r o f i t b r u t ) , l'auteur demontre par un exemple comment les c h i f f r e s 3 8 e t a b l i s en papier-franc sont inexacts. *Le taux de change est base sur l ' i n d i c e des p r i x de gros. 37 i b i d . , p. 18 . 38 i b i d . , p. 18 . 43 Exemple 3-5 ventes (papier-franc) 1 350 000 cout des marchandises vendues (papier-franc) 1 000 000 p r o f i t brut (papier-franc) 350 000 M. Leger assume que l e franc a deprecie durant l a periode entre 1 1 a c q u i s i t i o n et l a vente des biens. Le c o e f f i c i e n t de change e t a i t de 4 pour l'annee precedente et de 5 pour l'annee courante. Lorsque t r a d u i t en poids-or, l e r e s u l t a t est l e suivant: ventes (franc-or) 2 70 00 0 cout des marchandises vendues (franc-or) 250 000 p r o f i t brut (franc-or) 20 000 Le p r o f i t de 20 000 francs redresses en papier-franc (avec un c o e f f i c i e n t de 5) donne un r e s u l t a t de 100 000 et non de 350 000 comme demontre dans l e premier exemple. L'auteur mai.n-t i e n t que l e 250 000 d'ecart n'est qu'un p r o f i t f i c t i f (papier p r o f i t ) que l ' e n t r e p r i s e a besoin pour remplacer ses stocks. En e f f e t , puisque l e franc s'est deprecie de 25% (le coef-f i c i e n t est passe de 4 ! 5), s i 1'entrepreneur v o u l a i t remplacer ses stocks au moment de l a vente, i l d e v r a i t debourser 1 2 50 000 papier-frdnc au l i e u de 1 000 000.* *5/4 x 1 000 000 = 1 250 000. C e c i d o n n e r a l e c o u t de r e m p l a c e -ment a p p r o x i m a t i f . En u t i l i s a n t l e t a u x de c h a n g e ( e t a l o n - o r d' un p a y s e t r a n g e r , g e n e r a l e m e n t l e s E t a t s - U n i s ) p o u r d e t e r m i n e r l e c o u t de r e m p l a c e m e n t , on assume que ce d e r n i e r e s t a f f e c t e e x a c t e m e n t de l a meme m a n i e r e que l e t a u x de c h a n g e , ce q u i 44 Finalement, Monsieur Leger propose l a c o r r e c t i o n suivante: 39 ventes (<papier-f ranc) 1 350 000 cout des marchandises vendues (papier-franc) 1 000 000 compte de reserve, (papier-franc) 250 000 1 250 000 p r o f i t brut, franc papier 100 000 Puisque l e probl&me reside essentiellement dans l a mauvaise evaluation du cout des marchandises vendues, Monsieur. Leger sou-ligne qu'en pratique on n ' u t i l i s e r a pas l a date exacte de 1'acquisition des biens, car cela occasionnerait trop de t r a v a i l i n u t i l e . Done, i l propose que les c a l c u l s soient effectues sur 1'ensemble des achats de l ' e x e r c i c e en u t i l i s a n t une moyenne pour l a periode. • Finalement, le dernier probl^me manifeste par l a perte mone-t a i r e entre l ' a c t i f §. court terme et l e p a s s i f 3 court terme peut etre solutionne en creant une reserve. Cette reserve sera repre-sentee par l a portion du fonds de roulement qu'on ne peut inves-t i r en valeur c o r p o r e l l e . n ' e s t c e r t e s p a s l e c a s p o u r l e s b i e n s a u t r e s que l e s i m p o r t a -t i o n s . S e l o n l ' a u t e u r , l e s r e s u l t a t s a t t e i n t s en p r e n a n t une t e l l e h y p o t h e s e s o n t t o u t e f o i s s a t i s f a i s a n t s . 39 I b i d , p. 19. 45 Un apercu rapide de ces methodes a permis de r e a l i s e r l'apport precaire des theoriciens francais aux problSmes que soul&vent une s i t u a t i o n i n f l a t i o n n i s t e . A l a lumiSre de ces f a i t s , on peut considerer l a France de 1920 avangardiste dans l e domaine. Apr^s un survol de l ' h i s t o r i q u e de l a France, nous avons r e a l i s e que l a s i t u a t i o n economique d'alors comman-d a i t des p r i s e s de p o s i t i o n fermes a f i n de rendre compte de l ' i n f l a t i o n aux rapports f i n a n c i e r s . 46 Chapitre 4 REEVALUATION DES BILANS ET SOLUTIONS DE RECHANGE (19 60 a nos jours) 4.1 REEVALUATION LIBRE DES BILANS II s'agit 13 d'une v e r i t a b l e r e v a l o r i s a t i o n du b i l a n r e s u l -tant des d i s p o s i t i o n s de 1 ' a r t i c l e 341 de l a l o i du 24 j u i l l e t 1966 sur l e s societes commerciales frangaises. Cette l o i leur donne l a f a c u l t e de "modifier leurs methodes d'evaluation, mais avec 1'approbation de 1'assemblee generale 3. l a q u e l l e les comptes doivent etre presentes selon les formes tant anciennes que nou-v e l l e s . " 4 0 4 1 Cette reevaluation d o i t etre "sincere", i . e . que l e s comptes ne doivent pas etre appliques de fagon erronee et donner une id£e fausse de l a s i t u a t i o n s o c i a l e de l ' e n t r e p r i s e . De plus, cette reevaluation l i b r e ne d o i t pas modifier l e r e s u l t a t de l ' e x e r c i c e autrement que par le jeu de 1'amortissement. 40 L e f e b v r e , F r a n c i s , "La r e e v a l u a t i o n l i b r e des b i l a n s " , B u l l e t i n de documentation p r a t i q u e des impots d i r e c t s  et des d r o i t s d ' e n r e g i s t r e m e n t , Ed. F. L e f e b v r e , decembre 1973, p. 984. 41 Ordre des experts-comptables et des comptables agre e s : " L ' e x e r c i c e du commissariat aux comptes dans l e cadre de l a n o u v e l l e l e g i s l a t i o n sur l e s s o c i e t e s commerciales", 1970, p. 80. 47 4.1.1 Aspect comptable de l a reevaluation l i b r e Puisqu'une plus-value ne peut concourir 3 l a determina-t i o n du benefice que s i e l l e est l e r e s u l t a t d'une operation accomplie avec des t i e r s , l e compte u t i l i s e sera un compte de s i t u a t i o n nette et i n t i t u l e "ecart de reevaluation l i b r e " . La reevaluation est prevue pour deux types d'elements, soient les elements amortissables et les elements non amor-t i s s a b l e s . Pour les elements non amortissables, l ' e c r i t u r e ne pose aucune d i f f i c u l t e : Terrains XXX @ Ecart de reevaluation l i b r e XXX Pour les elements amortissables, i l existe t r o i s pos-s i b i l i t e s qui correspondent §. des conceptions d i f f e r e n t e s . l e r cas L'amortissement correspond au rythme exact de depre-c i a t i o n de 1'immobilisation. Avant Apr&s Reevaluation Reevaluation P r i x de revient 4 000 FF 12 000 FF Amortissement 3 000 FF 9 000 FF Valeur nette comptable 1 000 FF, 3 000 FF 48 L ' e c r i t u r e sera l a suivante: Immobilisations (12 000 - 4 000) 8 000 @ Amortissement accumule. (9 000 - 3 000) 6 000 Ecart de reevaluation l i b r e 2 000 La s o l i d i t e de cette technique repose sur 1'hypothSse que 1'amortissement correspond au rythme exact de deprecia-t i o n ce qui, dans l a plupart des cas, est bien d i f f i c i l e 3 affirmer. 2e cas Les amortissements accumules correspondent exactement au montant de l a depreciation subie par l e bien. La plus-value de reevaluation est done l e r e f l e t de 1'accroissement du p r i x de r e v i e n t du bien entre sa date d ' a c q u i s i t i o n et l a date de reevaluation. Un exemple correspondant 3 cette hypothSse :pourrait etre les plus-values immobili&res.. L ' e c r i t u r e sera l a suivante: Immobilisations 2 000 @ Ecart de reevaluation l i b r e 2 000 3e cas La plus-value de reevaluation correspond exclusivement a des amortissements e x c e s s i f s . Dans l e domaine de 1'auto-mobile, on peut rencontrer ce type de s i t u a t i o n . 49 V o i c i 1 1 e c r i t u r e : Amo r t i s s erne n t s 2 000 @ Ecart de reevaluation l i b r e 2 0:00 Pratiquement parlant, le choix de l'une ou 1'autre methode ou un melange des t r o i s aura forcement quelque chose d ' a r b i t r a i r e . Le choix de l'une ou 1'autre des methodes n'a que peu d'importance du point de vue de l a presentation f i n a n -c i ^ r e s i on prend pour acquis que les immobilisations sont presentees 3 leur valeur nette au b i l a n . La seule i n f l u -ence d'une methode par rapport 3. 1'autre reside au niveau f i s c a l . En e f f e t , i l e x i s t e des dif f e r e n c e s dans l e moment ou l a plus-value taxee 3. l a date de reevaluation sera recuperee par l e jeu de 1'amortissement. Cette reevaluation l i b r e des b i l a n s est en contradic-t i o n avec l a t r a d i t i o n n e l l e r§gle de prudence que les comptables respectent. 4.1.2 Aspect f i s c a l de l a reevaluation l i b r e plus-value de reevaluation Dans l e cas d'une entreprise a s s u j e t t i e 3 l'impot des societes, l a plus-value de reevaluation non r e a l i s e e est imposable au taux de 50%. 50 amortissement des biens reeValues La base de c a l c u l de 1'amortissement est c o n s t i t u t e par l a nouvelle valeur brute des immobilisations. "Par ce b i a i s , l ' e n t r e p r i s e recup&re l'impot verse sur l a plus-value de reevaluation. Done, l a reevaluation ne se t r a -duit pas par une charge f i s c a l e supplementaire (dans l e cas des biens amortissables), mais par une simple avance d'impot ulterieurement recuperee ( s i l ' e n t r e p r i s e est 4 2 b e n e f i c i a i r e ) . " 4.1.3 Aspect economique de l a reevaluation l i b r e S i une entreprise est d i f i c i t a i r e , l a plus-value de reevaluation r e d u i t les pertes reportables sur les b e n e f i -ces des exercices u l t e r i e u r s . L'operation de reevaluation l i b r e n'entraine un avantage f i s c a l que dans un seul cas: lorsque des d e f i c i t s risquent d'etre fiscalement perdus. En France, les pertes ne sont reportables que pendant cinq ans. S i , par exemple, l e benefice de 1975 e t a i t i n s u f f i -sant pour absorber une perte subie en 1970 i l s e r a i t f i s c a -lement avantageux de proceder a" une reevaluation l i b r e et augmenter l e revenu imposable de l'annee en cours. De nombreux partisans de l a reevaluation pensent qu'en augmentant l a s i t u a t i o n nette d'une entreprise, on peut augmenter sa capacite d'endettement. Pour ce qui touche l a France, 1'argument est f a i b l e : B u r l a u d , A l a i n , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , e d i t i o n s CUJAS, P a r i s , 1977, p. 55. 51 " L e s b a n q u e s n ' a c c o r d e n t pas de p r e t s au vu d e s s e u l s c o m p t e s . E l l e s demandent un e t a t d e t a i l l e d e s i m m o b i l i s a t i o n s e t notamment du p a t r i m o i n e i m m o b i l i e r des e n t r e -p r i s e s , ce q u i l e u r p e r m e t de p r o -c e d e r a des c o r r e c t i o n s e x t r a -c o m p t a b l e s . L o r s q u ' i l s ' a g i t de p e t i t e s e t moyennes e n t r e p r i s e s , l a c a u t i o n p e r s o n n e l l e des d i r i -g e a n t s e t de l e u r s c o n j o i n t s e s t 43 s o u v e n t e x i g e e . " I l semble que l a reevaluation l i b r e des b i l a n s n'est que tr§s peu connue et appliquee. Le f a i t que l'operation s o i t generalement peu avantageuse fiscalement et q u ' e l l e ne s o i t pas d'un grand secours dans l a negociation des pr§ts expliquent cet etat de chose. II est douteux qu'une reevaluation l i b r e des b i l a n s puisse etre c l a i r e et objective lorsqu'aucune r&gle per-mettant de q u a n t i f i e r les valeurs actives n'a ete e t a b l i e ( i l peut s'agir d'une valeur de remplacement, d'un coflt' h i s t o r i q u e indexe, d'une valeur de l i q u i d a t i o n , etc.) et qu'en plus, e l l e est f a c u l t a t i v e . II est entendu que l e commissaire aux comptes d o i t dans son rapport indiquer les consequences de l a reevaluation sur l e s d i f f e r e n t s postes des etats f i n a n c i e r s , ce qui permet l a r e c o n s t i t u -t i o n des comptes avant l'operation de reevaluation. Toute-43 I b i d , p. 57 . 52 f o i s , ce qui importe, e'est de rendre possible l a compa-raison des b i l a n s reevalues d'une maniSre homog£ne. Or, l a reevaluation l i b r e des b i l a n s t e l l e que connue sous sa forme a c t u e l l e ne permet-pas d'atteindre cet o b j e c t i f . E n f i n , cette operation de reevaluation s'apparente fortement au chapitre 3270 (Plus-values constatees par expertise) du Manuel de l'ICCA puis de 3060 (Immobilisa-t i o n s ) . Au Canada, t o u t e f o i s , on n'exige pas de recons-t i t u e r les comptes pour montrer l ' e f f e t avant l a reevalua-t i o n . Le paragraphe .04 du chapitre 3060 c i t e : " S i l a v a l e u r des i m m o b i l i s a t i o n s repose sur une e x p e r t i s e , i l f a u t donner l a date de l ' e x p e r t i s e . S i l ' e x p e r t i s e remonte a moins de 5 ans de l a date du b i l a n , i l f a u t i n d i q u e r l e nom de l ' e v a l u a t e u r et l e c r i t e r e q u ' i l a u t i l i s e et p r e c i s e r l e t r a i t e m e n t comptable de l a p l u s - v a l u e , s i ce n ' e s t e v i -44 dent au b i l a n . " Pour ce qui est du traitement de l a plus-value, con-trairement a" l a France, on permet un virement aux benefices non r e p a r t i s comme en f a i t f o i l e paragraphe .02 du chapi-tre 32 70 du Manuel de l'ICCA: 44 " I m m o b i l i s a t i o n s " , Manuel de 1'ICCA, p. 1571. 53 "La p l u s - v a l u e c o n s t a t e e par e x p e r t i s e d o i t e t r e p ortee a un poste d i s t i n c t a l ' a v o i r des a c t i o n n a i r e s . E l l e d o i t y r e s t e r en permanence a moins que l a p a r t i e r e a l i s e e par vente ou par amor-ti s s e m e n t ne s o i t v i r e e aux b e n e f i c e s non r e p a r t i s . Nous savons tous qu'aii Canada, ces reevaluations ne sont absolument pas tenues en ligne de compte par l e f i s c , d'ou l a moindre importance d'une t e l l e operation. E n f i n , i l est bon de mentionner que ce type de reeva-l u a t i o n a f a i t l ' o b j e t d'une i n t e r d i c t i o n p r o v i s o i r e pen-dant l a periode de reevaluation reglementee (qui sera d e c r i t e 5.1a section 4.2) du 31 d§cembre 19 76 au 31 decembre 19 79. A i n s i , "l'on est maintenant revenu au 4 g regime de l a reevaluation l i b r e " . 4.2 REEVALUATION LEGALE DES BILANS SELON LE REGIME DES LOIS  DE FINANCE POUR 1977 ET 1978 Dans l a premigre p a r t i e de cette d i s s e r t a t i o n (historique, page 28), on a vu que l e decret de 1945 accorda aux entreprises l a p o s s i b i l i t y de reevaluer leurs a c t i f s . Ce systSme f u t abroge en 1959 avec l a venue au pouvoir du general De Gaulle. 45 " P l u s - v a l u e s c o n s t a t e e s par e x p e r t i s e " , Manuel de l'ICCA, p. 15 91. 46 Desmeuraux, A l a i n , " R e e v a l u a t i o n des b i l a n s : Les l e c o n s de 1 1 e x p e r i e n c e " , Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , a v r i l 1982, p. 163. 54 AprSs une longue l u t t e opposant l e gouvernement et les milieux patronaux qui revendiquaient l e retour 1 une l e g i s l a t i o n proche de c e l l e qui d i s p a r a i s s a i t en 1959, on v i t n a i t r e ce nou-veau regime de reevaluation. Avec l e developpement de l a c r i s e economique et 1'accelera-t i o n de l a hausse des p r i x , I ' e q u i l i b r e des forces en presence s'est modifie et, f i n 1975, 1'assembled nationale a adopte un proj e t de l o i t r a i t a n t de l a reevaluation legale des b i l a n s (voir f i g u r e II pour l a tendance de l a f l u c t u a t i o n dans les taux d ' i n f l a t i o n ) . Le gouvernement ecartera toutes l e s conse-quences f i s c a l e s de 1'operation de reevaluation. Maintenant, nous examinerons bri^vement les grandes lignes des a r t i c l e s 61 de l a l o i des finances pour 1977 et 69 pour 1978. 4.2.1 Contenu et c r i t i q u e s des l o i s r e l a t i v e s 3 l a  reevaluation Categories d'entreprises obligatoirement concer-nees: 1 - Les societes cotees; 2 - Les societes entrant dans l e champ de consolidation d'une societe cotee; 3 - Les societes f a i s a n t publiquement appel a 1' epargne. Les autres entreprises sont seulement admises et non ast r e i n t e s h. reevaluer leur b i l a n . II y a deux categories de biens reevaluables, l e s uns f a i s a n t reference 3 1 ' a r t i c l e 61 et les autres a 1 ' a r t i c l e F i g u r e I I COMPARAISON: TAUX D'INFLATION (1961 - 1982) 69. L ' a r t i c l e 61 ne t r a i t e que des b i e n s non a m o r t i s s a b l e s . L ' a r t i c l e 69, de son c o t e , t r a i t e des i m m o b i l i s a t i o n s amor-t i s s a b l e s . Tout comme en 1959, l e s e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n ne s o n t p r i s en compte que p a r t i e l l e m e n t . De p l u s , l a p l u -p a r t des e n t r e p r i s e s ne s o n t pas t e n u e s de r e e v a l u e r l e u r s b i l a n s e t l o r s q u ' e l l e s l e s o n t , une i m p o r t a n t e l i b e r t e e s t l a i s s e e q u a n t aux methodes a u t i l i s e r . P a r c o n t r e , e l l e s ne peuvent pas r e e v a l u e r s e u l e m e n t une p a r t i e de l e u r s i m m o b i l i s a t i o n s , c ' e s t t o u t ou r i e n . L a d e t e r m i n a t i o n de l a v a l e u r des b i e n s r e e v a l u e s e s t l e problSme e s s e n t i e l p u i s q u ' i l e s t au c e n t r e du c o n f l i t o p p o s a n t l e s t h e o r i c i e n s q u i p r i v i l e g i e n t une v a l e u r e c o -nomique e t l e s p r a t i c i e n s q u i r e c h e r c h e n t des s o l u t i o n s s i m p l e s e t o b j e c t i v e s . La l o i 61 s t i p u l e que " l a v a l e u r _ r e t e n i r p our chaque b i e n e s t c e l l e c o r r e s p o n d a n t aux sommes qu'un c h e f d ' e n t r e -p r i s e p r u d e n t e t a v i s e a c c e p t e r a i t de d e c a i s s e r p o u r o b t e -n i r l e b i e n s ' i l a v a i t 5. l ' a c q u e r i r , compte t e n u de l ' u t i -l i t e que s a p o s s e s s i o n p r e s e n t e r a i t p o u r l a r e a l i s a t i o n des 4 7 o b j e c t i f s de l ' e n t r e p r i s e . " "Avis no 6 du C o n s e i l n a t i o n a l de l a c o m p t a b i l i t e et a r t i c l e 4 du d e c r e t " , t i r e de C o n s e i l s u p e r i e u r ordre des exp e r t s comptables e t des comptables agrees, "Avis r e l a t i f a l a r e e v a l u a t i o n l e g a l e des b i l a n s " , supplement a l a Revue f r a n g a i s e de c o m p t a b i l i t e no 84, j u i l l e t 1978, p. 2. La compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) a precise sa p o s i t i o n face 3 cette d e f i n i t i o n du c o n s e i l national de l a comptabilite en ces termes: " L ' u t i l i t e dont p a r l e l ' a r t i c l e 61 et q u i s e r t de base a l a r e e v a -l u a t i o n d o i t e t r e a p p r e c i e e ' i n a b s t r a c t o ' par r e f e r e n c e a l ' o p i -n i o n d'un chef d ' e n t r e p r i s e p r u -dent et a v i s e et non en f o n c t i o n de c e l l e du d i r i g e a n t de l a s o c i -ete c o n s i d e r e e . -La v a l e u r a r e t e n i r e s t une v a l e u r d'achat ( p r i x d ' e n t r e e ) . - L ' u t i l i t e d o i t e t r e a p p r e c i e e dans l'hypothese d'une c o n t i -n u i t y normale de l ' a c t i v i t e de 4 8 -1 ' e n t r e p r i s e . " La commission des operations de bourse (COB) tente d ' e c l a i r e r l a l e g i s l a t i o n frangaise en se r e f e r a n t 3 l a d e f i n i t i o n donnee par l e l g g i s l a t e u r allemand de l a Teilwert ("valeur f r a c t i o n n e l l e " ) . La valeur a r e t e n i r correspond 3 l a "somme pour l a q u e l l e un acquereur de l a t o t a l i t e de l ' e n t r e p r i s e a u r a i t evalue un bien i n d i v i d u e l d'equipement en tant qu'element du p r i x d'achat global en etant cense con-" R e e v a l u a t i o n des - i m m o b i l i s a t i o n s non a m o r t i s s a b l e s " , B u l l e t i n du CNCC no 26, j u i n 1977, pp. 173-179. 58 tinuer 1 'exp l o i t a t i o n . " "* J Les biens necessaires 3. 1'exploitation d'une entreprise ont une valeur de negociati-on ..qui ne peut etre dissociee . d'une estimation globale de l ' e n t r e p r i s e . L ' a r t i c l e de l o i explique que "les immobilisations non amortissables sont reevaluees en foncti'on de l ' u t i l i t e que leur possession presente pour l ' e n t r e p r i s e au 31 decem-bre 19 76, 3 leur cout d ' a c q u i s i t i o n ou de r e c o n s t i t u t i o n en l ' e t a t . " 5 0 En e f f e t , i l s ' a g i t d'une reforme ponctuelle: l a reevaluation n'est pas permanente puisqu'elle se f a i t en fonction d'une valeur d ' u t i l i t e 3 une date donnee. La phrase suivante enoncee par A l a i n Desreumaux resume bien l a f a i b l e s s e d'une t e l l e approche: "Le c a r a c t e r e p o n c t u e l de 1'ope-r a t i o n , a l o r s qu'une r e e v a l u a t i o n n ' a u r a i t de sens que s i e l l e e t a i t c o n t i n u e et g e n e r a l i s e e , f a i t que des l i m i t e s a l a r e e v a l u a t i o n des 49 B u l l e t i n COB no 102, mars 1978, t i r e de B u r l a u d , A l a i n , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , e d i t i o n s CUJAS, P a r i s , 1977, p . 40 . 50 C o n s e i l s u p e r i e u r ordre des experts comptables et des comptables agrees, "Avis r e l a t i f a l a r e e v a l u a t i o n des b i l a n s " , supplement a l a Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , no 84, j u i l l e t 1978, p. 2. 1 1 o b t e n -s i n c e r e On retrouve t r o i s grandes categories de biens non amortissables: 1 - terrains. 2 - fonds de commerce (achalandage) 3 - t i t r e s de p a r t i c i p a t i o n Les biens seront evalues differemment dependant s ' i l s sont reconnus comme necessaires ou non 3. 1'exploitation de l ' e n t r e p r i s e . A i n s i : 1 - T e r r a i n s : Dans le cas oil l e t e r r a i n est non u t i l e 3 1'exploitation, l a valeur nette de r e a l i s a t i o n sera l e montant u t i l i s e pour l a reevaluation. Dans l e cas oil l e t e r r a i n est u t i l e _ 1'exploitation, l e p r i x du marche (prix d'entree courant) sera l e montant de reevaluation. I l est t o u t e f o i s accepte que l'on procede 3 une indexation dans certains cas specifiques (comme l o r s -que l e t e r r a i n a f a i t l ' o b j e t d'une transaction recente). Ceci semble en accord avec les p r i s e s de p o s i t i o n nord-americaines, oil l'on p r i v i l e g i e les p r i x d'entree courants i m m o b i l i s a t i o n s genent t i o n d'une i n f o r m a t i o n et o b j e c t i v e . " 5 1 Desreumaux, A l a i n , " R e e v a l u a t i o n des b i l a n s : Les l e c o n s de 1'experience", Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , a v r i l 1982, 6 0 lorsque les biens sont necessaires 3 1'exploitation normale de l ' e n t r e p r i s e . 2 - Fonds de commerce: "L'evaluation.des fonds de commerce est fondamentalement l i e e S. l a r e n t a b i l i t e poten-t i e l l e de l ' e n t r e p r i s e , a sa capacite d'engendrer des 52 benefices." "La reevaluation des fonds de commerce sera inenee avec l e meme soin que s ' i l s ' a g i s s a i t d'une evaluation f a i t e dans l e cadre d'une cession ou fusion de l ' e n t r e p r i s e avec un t i e r s . " Les organisations p r o f e s s i o n n e l l e s emettent d'impor-tantes reserves sur cette nouvelles l e g i s l a t i o n , plus particuli&rement pour ce qui est de l a reevaluation des fonds de commerce. A i n s i , pour une, l a COB s'oppose en ces termes: "La v a l e u r du fonds de commerce es t par essence a l e a t o i r e et i n s t a b l e , et renoncer a i n s c r i r e une v a l e u r r e e v a l u e e c o n s t i t u e r a p l u s souvent une marque de p r u -52 C o n s e i l s u p e r i e u r ordre des experts comptables e t des comptables agrees - "Avis r e l a t i f a l a r e e v a l u a t i o n des b i l a n s " , supplement a l a Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , no 84, j u i l l e t 1978, p. 3. 53 I b i d . 61 d e n c e qu'une r e c o n n a i s s a n c e d ' a b s e n c e r e e l l e de v a l e u r . " ^ 4 Toujours 5. propos du fonds de commerce, l e CNCC declare que "dans beaucoup d'entreprises importantes, aucune valeur n'est generalement retenue et, on r a p p e l l e r a que dans l a plupart des pays, l e fonds de commerce est amorti sur une duree tr&s c o u r t e " . 5 5 E n f i n , l e CNCC s'inquiSte du t r a v a i l qu'aura 3 e f f e c -tuer les commissaires aux comptes; " l i s a u r o n t a. se p r o n o n c e r s u r des e v a l u a t i o n s d o n t l a s i n c e -r i t y s e r a p l u s d i f f i c i l e a a p p r e c i e r q u ' i l n ' e s t de c o u -tume. En e f f e t : - i l s ' a g i t de b i e n s q u i p o u r l a p l u p a r t s o n t , p a r l e u r n a t u r e couran.te meme, p a r t i -c u l i e r e m e n t d i f f i c i l e a e v a -l u e r ; - p o u r l e s q u e l s l e s d i v e r s e s methodes d ' e v a l u a t i o n o n t un c a r a c t e r e a r t i f i c i e l e t r e l a -t i f . " 5 6 54 B u l l e t i n COB no 97, t i r e de B u r l a u d , A l a i n , C o m p t a b i l i t e  e t i n f l a t i o n , e d i t i o n s CUJAS, P a r i s , 1977, p . 41. 55 " R e e v a l u a t i o n des i m m o b i l i s a t i o n s non a m o r t i s s a b l e s " , r e c o m m a n d a t i o n no 48, B u l l e t i n du CNCC no 26, j u i n 1977, p . 178 . 56 I b i d . 62 3 - T i t r e s de p a r t i c i p a t i o n : La valeur d'usage d'un t i t r e sera estimee en tenant compte des considerations suivantes: "Cours de bourse, r e n t a b i l i t e e t p e r s p e c t i v e s de r e n t a b i l i t e , a c t i f net, p e r s p e c t i v e s de r e a -l i s a t i o n , c o n j o n c t u r e economique, m o t i f s d 1 a p p r e c i a t i o n sur l e s -quels repose l a t r a n s a c t i o n d ' o r i g m e . " Les t i t r e s peuvent etre (lvalues en u t i l i s a n t l a methode de l a mise en equivalence: c e l l e - c i consiste a" "substituer a" l a valeur nette comptable des t i t r e s detenus, l e montant prealablement c a l c u l e de l a part 3 l a q u e l l e i l s equivalent 5 8 dans l a s i t u a t i o n nette de l a societe emettrice." Cette methode peut s'averer d'autant meilleure dans l e cas ou une societe emettrice a reevalue.ses elements d ' a c t i f . II convient t o u t e f o i s de s'assurer "que 1 ' u t i l i -sation de l a methode de l a mise en equivalence ne conduit 57 Avis no 5 du C o n s e i l n a t i o n a l de l a c o m p t a b i l i t e , t i r e de C o n s e i l s u p e r i e u r de l ' o r d r e ' d e s experts comptables e t des comptables agrees, "Avis r e l a t i f a l a r e e v a l u a t i o n l e g a l e de b i l a n s " , Supplement a l a Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e  no 84, j u i l l e t 1978, p. 3. 58 C o n s e i l n a t i o n a l de l a c o m p t a b i l i t e - " c o n s o l i d a t i o n des b i l a n s e t des comptes", t i r e de C o n s e i l s u p e r i e u r de l ' o r d r e des e x p e r t s comptables et des comptables agrees, "Avis r e l a -t i f a l a r e e v a l u a t i o n l e g a l e de b i l a n s " , Supplement a l a  Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e no 84, j u i l l e t 1978, p . 4 . pas 3 des r e s u l t a t s inacceptables, compte tenu d'autres 59 elements d'appreciation." Immobilisations amortissables En ce qui concerne les immobilisations amortissables, l ' a r t i c l e 69 ajoute que les valeurs reevaluees ne doivent  pas exceder les montants obtenus en appliquant aux valeurs nettes comptables des indices r e p r e s e n t a t i f s de Involu-t i o n : - du p r i x des constructions en ce qui concerne les biens de cette nature; - du p r i x des materiels et o u t i l l a g e s en ce qui concerne les autres immobilisations amortissables. Finalement, a f i n d'objectiver ces regies d'evaluation aussi bien le CNCC que l e Conseil n a t i o n a l de l a comptabi-l i t e ont suggere des marches 3 suivre. C'est p a r t i c u l i & r e ment v r a i dans deux cas: " - l o r s q u ' u n a c t i f a f a i t l ' o b j e t d'une t r a n s a c t i o n recente , on p o u r r a l e r e e v a l u e r par a p p l i -c a t i o n d'un i n d i c e de p r i x a p p r o p r i e ; — pour l e s t i t r e s de p a r t i c i p a -t i o n , on p o u r r a a p p l i q u e r dans l a p l u p a r t des cas et a C o n s e i l s u p e r i e u r de 1 1 o r d r e des e x p e r t s comptables et des comptables agrees - "Avis r e l a t i f a l a r e e v a l u a t i o n des b i l a n s " , supplement a l a Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e  no 84, j u i l l e t 1978, p. 4. 64 t i t r e de s i m p l i f i c a t i o n l a l a methode de mise en e q u i -v a l e n c e , en tenant compte de l a r e e v a l u a t i o n des s e u l s elements non a m o r t i s s a b l e s dans l e b i l a n de l a s o c i e t e . . . „60 e m e t t r i c e . 4.2.2 Reserve de reevaluation Cette reserve ne peut etre d i s t r i b u t e , ce qui est logique puisqu'elle n'est pas r e a l i s e e . I l y a t o u t e f o i s deux exceptions 3 cette r§gle: 1 — On peut, de mani§re detournee mais tout 3 f a i t admissible, l a d i s t r i b u e r en 1'incorporant au c a p i t a l puis en effectuant une reduction du c a p i t a l jusqu'a" concurrence de son montant (voir exemple 4-1). 2 - En cas de cession de 1'immobilisation reevaluee, l a f r a c t i o n de l a reserve correspondante peut etre d i s t r i - . buee, ce q u i , cette f o i s , est inadmissible puisque l a plus-value qui se trouve a i n s i r e a l i s e e peut n'etre que purement nominale (voir exemple 4-2). C'est done une reduction du c a p i t a l qui est t r a i t e e au point de vue j u r i -dique et comptable comme une d i s t r i b u t i o n du benefice puisque "1'ecart de reevaluation" r e l a t i f au bien cede est v i r e au c r e d i t du compte de r e s u l t a t s ( p r o f i t exceptionnel). 60 B u r l a u d , A l a i n , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , e d i t i o n s CUJAS, P a r i s , 1977, p. 41. Lorsque l a reserve de reevaluation correspond 3. un bien amortissable, e l l e d o i t etre reintegree proportion-nellement au rythme de 1 1amortissement dans les r e s u l t a t s des d i f f e r e n t s exercices a f i n de contrebalancer 1'augmenta-ti o n des charges d'amortissement calculees sur l a base d'une valeur reevaluee. Ce mecanisme permet de rendre l'operation fiscalement neutre puisque 1'augmentation de charge resultants d'amortissements reevalues est e q u i l i -bree par un " p r o f i t " provenant de cette " r e p r i s e " de l a reserve de reevaluation. 4.2.3 Aspect comptable de l a reevaluation legale  Exemple 4-1 6 1 Immobilisations non amortissables S o i t un- t e r r a i n acquis i l y a plusieurs annees: 1 000 FF 1 - au 31 decembre 1977, i l est reevaluee de 500 FF; 2 - au 31 decembre 1978, l a reserve de reevaluation est partiellement c a p i t a l i s e e ; 3 - au 31 decembre 1979, on constate une depreciation de ce t e r r a i n de 600 FF. Terrain T e r r a i n , ecart de reevaluation T e r r a i n , p r o v i s i o n pour perte de valeur 1 000 (1) 500 (3) 600 T i r e de B u r l a u d , A l a i n , C o m p t a b i l i t e CUJAS, P a r i s , 1977, p. 43. et i n f l a t i o n , e d i t i o n s 66 Ecart de reevaluation C a p i t a l Dotation aux provisions (2) 300 (1) 500 (2) 300 (3) 400 (3) 200 Le compte "dotation aux provisions" n'est u t i l i s e que dans l a mesure ou l e solde du compte "ecart de reevaluation" est i n s u f f i s a n t pour constater l a depreciation. Dans 1'exemple qui nons in t e r e s s e , s i on n'avait pas c a p i t a l i s e une p a r t i e de cette reserve (300 FF), l a dota-t i o n aux provisions a u r a i t ete de 100 FF et non de 400 FF. M§me s i du point de vue economique, i l n'y a pas de d i f f e -rence entre un compte de reserve et un compte de c a p i t a l , i l y a pourtant une d i f f e r e n c e au niveau des r e s u l t a t s qui v a r i e dans notre exemple de 100 FF 3. 600 FF. Ceci est certes une deficience de l a l o i . 6 2 Exemple 4-2 Immobilisations amortissables .Poste mobilier au 31.12.76: Brut = 10 000; amortissement = 7 000 (taux 10%); net = 3 000 .Valeur d ' u t i l i t e au 31.12.76: estimation = 5 000 .Indice correspondant a" l'annee d ' a c q u i s i t i o n : 1,60; done l a valeur indexee (4 800) est i n f e r i e u r e a l a valeur d ' u t i l i t e (5 000). 62 T i r e de Boussard, D a n i e l , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , e d i t i o n s Masson, P a r i s , 1983 , pp. 129-130.. 67 a) E c r i t u r e de reevaluation: M o b i l i e r de bureau 6 000 4 200 @ Amortissement du mobilier Provision reglementee 1 800 6 000 - (10 000 x 1,60 - 10 000) 4 200 m ( 7 000 x 1,60 - 7 000) 1 800 - ( 4 800 - 3 000) Dotation aux amortissements 1 600 @ Amortissement du mobilier 1 600 1 600 = (16 000 : 10) Pro v i s i o n reglementee 600 @ P r o f i t exceptionnel 600 • 600 = (16 000 - 10 000) : 10 b) Ajustement de 1'amortissement de 19 77 (operation exceptionnelle) Perte exceptionnelle 600 600 @ Amortissement du mobilier puis: Provision reglementee 600 @ P r o f i t exceptionnel 600 NOTA: S i l a valeur d ' u t i l i t e a v a i t ete retenue, l e coef-f i c i e n t 3 appliquer 3 l a valeur brute du mobilier et aux amortissements passes a u r a i t ete de (5 000 * 3 000) c) Supposons maintenant que l e mobilier s o i t cede debut 1979 pour 2 000. La valeur r e s i d u e l l e du bien est c a l -culee d'aprSs l a valeur reevaluee: (16 000 - 14 400) s o i t 1 600. La plus-value est de 400 et 1'ecriture de cession est l ' e c r i t u r e classique. La p r o v i s i o n r e g l e -mentee dont l e solde est de 600 d o i t etre rapportee au r e s u l t a t : P rovision reglementee 600 @ P r o f i t exceptionnel 600 4.2.4 Limites de l a reevaluation legale L ' e f f i c a c i t e de l a reevaluation legale en ce qui touche 1 1 amelioration de 1'information comptable d o i t etre examinee tant au niveau du r e s u l t a t que du b i l a n . 68 En ce qui concerne l e r e s u l t a t , une meilleure mesure peut etre obtenue du montant necessaire au renouvellement des immobilisations. Toutefois, cette c o r r e c t i o n ne m§ne pas 3 un " p r o f i t d i s t r i b u a b l e " comme l e mentionne Ginette Broncy: " C e t t e c o r r e c t i o n ne p e r m e t p a s d ' o b t e n i r n i l e ' r e s u l t a t c o r r i g e ' n i l e ' p r o f i t d i s t r i b u a b l e ' en r a i s o n de 1 ' a b s e n c e de c o r r e c t i o n s s u r s t o c k s , c o r r e c t i o n s q u i , p o u r l e s e n t r e p r i s e s i n d u s t r i e l l e s , o n t un i m p a c t i m p o r t a n t s u r l e r e s u l t a t . En o u t r e , l e r i s q u e de n e u t r a l i t e f i s c a l e d o n t e s t a s s o r t i e l a r e e v a -l u a t i o n , l e r i s q u e de p r e l e v e m e n t f i s c a l s u r l a s u b s t a n c e de l ' e n t r e - • p r i s e n ' e s t p a s s u p p r i m e . " 6 3 Sur l e plan du b i l a n , en raison du caractere tr§s s u b j e c t i f de l a notion de valeur d ' u t i l i t e retenue comme base d'evaluation des immobilisations, i l est possible dans certains cas q u ' i l n'y a i t pas amelioration r e e l l e de 1'information. De plus, l e f a i t de ne pas reevaluer les stocks ne permet pas d'obtenir le p r o f i t d i s t r i b u a b l e aux actionnaires. 6 3 B r o n c y , G i n e t t e , v e r i t e ou m i r o i r m a r s - a v r i l 1979, "La r e e v a l u a t i o n des b i l a n s d e f o r m a a t " , Revue f r a n c a i s e p . 12. O p e r a t i o n -de g e s t i o n , 69 Au niveau de l a structure financi&re du b i l a n , l ' e c a r t de reevaluation, contrepartie de l a reevaluation des a c t i f s , permet de remedier dans une certaine mesure 3. l a sous-evaluation des capitaux propres. Toutefois, 1'effet de cette c o r r e c t i o n d i f f e r e r a d'une entreprise 3 1'autre. " I I s ' a g i t d'une r e e v a l u a t i o n i n d i r e c t e d o n t l a p o r t e e e s t t r e s d i f f e r e n t e s e l o n l a s t r u c t u r e des a c t i f s e t s e l o n l ' a g e ' d e s e n t r e p r i s e s . " 6 4 II apparait que l a reevaluation prevue par l e s l o i s des finances 1977 et 1978 ne c o r r i g e que tr&s imparfaite-ment les deformations que 1 ' i n f l a t i o n f a i t s ubir aux comptes des entreprises et, par consequent, n'apporte pas de solutions s a t i s f a i s a n t e s aux problSmes que posent ces deformations. Neanmoins, a ce stade c i , i l s e r a i t inopportun de vou-l o i r remplacer l e module d'origine par un module base s t r i c -tement sur les valeurs a c t u e l l e s , c e c i 3 cause du manque d ' o b j e c t i v i t e (par opposition 3 l a notion du coQt h i s t o r i -que), des t r a d i t i o n s ancrees chez les u t i l i s a t u e r s et tous les autres problSmes insurmontables. D'autres modules peuvent etre experimented et etre d'une aide precieuse aux usagers tout en etant beaucoup plus pragmatiques. 6 4 i b i d . 70 " P o i n t n ' e s t - i l b e s o i n de r e m e t t r e en c a u s e l a r e g i e du c o u t h i s t o r i q u e en c h e r -c h a n t a s u b s t i t u e r aux g r a n -d e u r s n o m i n a l e s des g r a n d e u r s ' r e e l l e s ' . Une demarche p l u s m o d e s t e p o u r r a i t c o n s i s t e r a p r o m o u v o i r un e n s e m b l e d ' i n f o r -m a t i o n s e x t r a - c o m p t a b l e s p e r -m e t t a n t aux g e s t i o n n a i r e s e t aux t i e r s d ' a v o i r en p e r m a -n e n c e une m e i l l e u r e c o n n a i s -s a n c e de l a r e a l i t e e c o n o m i q u e de l ' e n t r e p r i s e a. t r a v e r s son o u t i l de p r o d u c t i o n , s e s r e s u l -t a t s e t s e s s t r u c t u r e s f i n a n -„65 c i e r e s . 4.2.5 Resultats empiriques de l a reevaluation legale I l apparaxt opportun d'examiner l a facon dont s'est deroulee l a derniSre reevaluation et d'en evaluer les r e s u l t a t s . Un auteur f r a n c a i s , A l a i n Desreumaux* a entrepris en 1978-1979 une recherche auprfes de l a pro-fession comptable. La recherche a ete centree sur 1'analyse des a t t i t u d e s des entreprises §. 1'egard du d i s p o s i t i f de reevaluation. * A l a i n Desreumaux e s t D i r e c t e u r de l ' I n s t i t u t des t e c h n i q u e s e c o n o m i q u e s e t c o m p t a b l e s de l ' U n i v e r s i t e de L i l l e I I . 65 I b i d . , p . 12. 71 Pour rassembler 1'information, une premiere enquete a ete r e a l i s e e en 1978-1979 par l'envoi d'un questionnaire a" 1'ensemble des membres de 1'O.E.C.C.A. i n s c r i t au tableau d'une region au nord de l a France. Outre les renseignements q u a n t i t a t i f s sur les r e v a l u a -tions pratiquees et non pratiquees, les entreprises concer-nees et leurs c a r a c t e r i s t i q u e s , ce questionnaire permettait d'aborder les problSmes de procedure de reevaluation: "com-ment l e problSme a v a i t - i l ete aborde, quels aspects de 1'operation retenaient 1'attention des entreprises, comment les techniques d'evaluation a v a i e n t - e l l e s ete d e f i n i e s , ,.66 etc. Le f a i b l e t a u x d e reponse (3% environ) a necessite'une deuxiSme enquete qui f u t menee en 1980-1981 par voie d'entrevue d i r e c t e d'une quinzaine d'experts comptables c h o i s i s sur les recommandations de membres du Conseil . Regional de l'Ordre. Cette deuxi§me enque*te a permis de completer l a premiSre et de r e c u e i l l i r des opinions plus compl&tes que c e l l e s r e c u e i l l i e s 5. l'aide du questionnaire. Au t o t a l , 3 500 entreprises f a i s a i e n t p a r t i e de 1'echantillon. II s ' a g i s s a i t de p e t i t e s et moyennes entre-p r i s e s (P.M.E.) pour l a plupart (92%) qui se sont soumises 66 Desreumaux, A l a i n . , " R e e v a l u a t i o n des b i l a n s : L e s l e c o n s de 1 ' e x p e r i e n c e " , Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , a v r i l 1982, p. 163. 72 au d i s p o s i t i f de reevaluation. Selon l e sondage, 1% seule-ment des entreprises de 1'echantillon e t a i e n t obligees de proceder §. l a reevaluation. Les comptes d'un type d'entreprise comme les P.M.E. ne sont pas 3 l ' a b r i des d i s t o r t i o n s engendrees par 1 ' i n f l a -t i o n : "Certaines simulations operees a p a r t i r de dossiers d'analyse financiere de P.M.E. ont montre, a t i t r e i r i d i c a t i f , qu'une reeva-luation pourrait en moyenne f a i r e passer l a part de l a valeur des immobilisations nettes sur le t o t a l du bi l a n de 31% a 48%, et c e l l e des ressources propres de 39% a 51%." 5 7 La reevaluation e t a i t f a c u l t a t i v e pour l e plus grand nombre d'entreprises et peu d'entreprises s 1 en prevalaient lorsqu'elles n'y etaient pas a s t r e i n t e s . Comme Al a i n Desreumaux l e c i t e : "Le premier constat qui s'impose est c e l u i du nombre tres f a i b l e de r e v a l u a t i o n s pratiquees par les entreprises qui n'etaient pas obligees de le f a i r e : 1.5% seulement de ces dernieres ont decide de reevaluer leurs bilans 67 Ibid. , p. 164. 73 et , sur ce nombre, un peu p l u s de l a m o i t i e c o n s i s t e en r e e v a -l u a t i o n s l i m i t e e s aux i m m o b i l i -68 s a t i o n s non a m o r t i s s a b l e s . " C e t t e frequence tr&s f a i b l e dans l a p r a t i q u e de l a r e e v a l u a t i o n demontre l e manque d ' i n t e r e t f l a g r a n t des e n t r e p r i s e s 3 c e t egard. La s i t u a t i o n resumee p a r J.-P. P i e r r e t en temoigne: "L'une des p r i n c i p a l e s d i f f i -c u l t e s r e n c o n t r e e s par l e s experts comptables v i s - a - v i s du probleme de 1 1 i n d i f f e r e n c e a ete l e manque de c o l l a b o r a t i o n de l a p a r t des e n t r e p r i s e s et l e u r absence de 69 m o t i v a t i o n . " La n e u t r a l i t e f i s c a l e de 1 ' o p e r a t i o n e s t une r a i s o n majeure q u i e x p l i q u e c e t t e i n d i f f e r e n c e des e n t r e p r i s e s . De p l u s , l ' i d e e s e l o n l a q u e l l e l e s P.M.E., p l u s que l e s grandes e n t r e p r i s e s , p o u v a i e n t t i r e r un avantage f i n a n c i e r d'une o p e r a t i o n de r e e v a l u a t i o n , en termes d ' a m e l i o r a t i o n de l a p r e s e n t a t i o n des b i l a n s e t en consequence de n e g o c i a -t i o n avec l e s banques e t l e s a u t r e s i n s t i t u t i o n s f i n a n c i e r e s 68 Desreumaux, A l a i n , " R e e v a l u a t i o n des b i l a n s : Les l e c o n s de 1 * e x p e r i e n c e " , Revue f r a n g a i s e de c o m p t a b i l i t e , a v r i l 1982, p. 164. 69 "La r e e v a l u a t i o n des b i l a n s , une demi-mesure a p p l i q u e e dans 1 ' i n d i f f e r e n c e " , Analyse f i n a n c i e r e , 4e t r i m . 1980-1981, pp. 80 a. 83, t i r e de Desreumaux, A l a i n , " R e e v a l u a t i o n des b i l a n s : Les legons de 1' e x p e r i e n c e " , Revue f r a n c a i s e de  c o m p t a b i l i t e , a v r i l 1982, p. 164. 74 est l o i n de se v e r i f i e r dans l e cas present. Une autre f a i b l e s s e de l a reevaluation est qu'elle n'assure pas. l ' e n t r e p r i s e contre 1'erosion monetaire. Comme en f a i t f o i G i l b e r t Lecointre: " R e e v a l u e r l e r e s u l t a t d'une s o c i e t e ne s u p p r i m e p a s l e s g a i n s e t p e r t e s d ' i n f l a t i o n (meme s i l a r e e v a l u a t i o n l u i e v i t e l a p e r t e de s u b s t a n c e i n c o n s c i e n t e que p r o v . o q u e r a i t l a d i s t r i b u t i o n de p r o f i t s i l l u s o i r e s au s e n s de p u r e m e n t n o m i n a u x ) ; p a r e x e m p l e , une e n t r e p r i s e d o n t l e s p r i x de p r o d u c t i o n s des b i e n s v e n d u e s augmente moins que c e l u i des f a c t e u r s u t i l i s e s s u b i t une p e r t e d ' i n f l a t i o n e t l a r e e v a l u a t i o n ne compense pas ,/ _ „70 ce d e s a v a n t a g e . Le meme auteur ajoute que pour mieux c h o i s i r nos investissements, i l e s t temps de remettre en question l e couple un peu pervers que forme l e rythme f i s c a l de 1'amortissement degressif uni a l 1absence de reevaluation: 70 L e c o i n t r e , G i l b e r t , "Pour un n o u v e a u d e p a r t : ne pas i n d e x e r mais r e e v a l u e r " , Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , mars 1983, p . 146. 75 "On t o u c h e p r o b a b l e m e n t la. un i m p o r t a n t f a c t e u r d 1 e x p l i c a t i o n des s u r - c a p a c i t e s de p r o d u c t i o n des e n t r e p r i s e s f r a n g a i s e s e t de l e u r t e n d a n c e a p r e f e r e r l e s i n v e s t i s s e m e n t s c o u r t s aux ..71 i n v e s t i s s e m e n t s l o n g s . " Le mecanisme qui s'op&re est done l e suivant: pour c a l c u l e r 1 ' a l l o c a t i o n du coQt en c a p i t a l , les entreprises u t i l i s e n t l e plus souvent l e syst^me degressif; e l l e s amortissent done l e maximum de ce que l e f i s c leur permet d'amortir. "Or, ces amortissements sont pratiques en p a r t i e pour compenser 1'absence de reevaluation, sur une duree ( f i s c a l e ) plus courte que l a duree economique et, tr&s frequemment, i l s sont immediatement employes pour-72 de nouveaux investissements." L'annexe qui s u i t ce chapitre presente des exemples de reevaluation legale de compagnies frangaises. I i - s e r a interessant d'examiner 1'incidence de cette operation sur les b i l a n s . 71 i b i d . , p . 148. 72 I b i d . 76 4.3 SOLUTION DE RECHANGE A LA REEVALUATION LEGALE MISE DE  L'AVANT PAR UN AUTEUR FRANCAIS"7"3 L 1auteur propose une methode pour prendre en consideration les e f f e t s des v a r i a t i o n s de p r i x . * I l mentionne que les deformations dans les comptes causees par l ' i n f l a t i o n sont dues 3 des decalages dans l e temps, des d i f f e r e n t s cycles de l ' e n t r e p r i s e , s o i t l e cycle d ' e x p l o i t a t i o n , l e cycle d'investissement et le cycle de financement. Ces deca-lages ont t r a i t aux entrees et aux s o r t i e s de capitaux dans l e s comptes. A i n s i , a l'§tat des r e s u l t a t s , 1'amortissement est c a l c u l e sur un cout h i s t o r i q u e , les stocks de debut et de f i n d'exercice sont mesures en .unite monetaire ayant une valeur d i f f e r e n t e . La meme chose se produit pour les operations d ' e x p l o i t a t i o n , et les f r a i s et produits f i n a n c i e r s sont influences par 1 ' i n s t a b i l i t y monetaire. De plus, les divers elements qui f i g u r e n t au b i l a n sont aussi mesuris en une unite monetaire d i f f e r e n t e . Cette unite se trouve influenced par l a date ou l ' e n t r e p r i s e f a i t 1 ' a c q u i s i -t i o n de 1'element. *L'auteur e s t membre de l a Chambre n a t i o n a l e des c o n s e i l l e r s f i n a n c i e r s . Sa demarche se veut une p r o p o s i t i o n p r a t i q u e v i s a n t a a m e l i o r e r l a connaissance de l a r e a l i t e economique des e n t r e p r i s e s . 73 Broncy, G i n e t t e , v e r i t e ou m i r o i r m a r s - a v r i l 1979, "La r e e v a l u a t i o n des b i l a n s deformant" , Revue f r a n c a i s e pp. 6-12 . O p e r a t i o n -de. g e s t i o n , 77 Ce que 1'auteur presente, e'est une co r r e c t i o n 3 l'aide d'un indice general pour enlever l e melange de v a l o r i s a t i o n s , c e c i complement^ par un indice s p e c i f i q u e . L'indice•des p r i x 3. l a consommation s e r v i r a pour ramener les d i f f e r e n t s comptes en une unite monetaire de meme valeur. Les techniques proposees pour e f f e c t u e r ces corrections sont assez simples. Les stocks du debut et de l a f i n d'exercice sont corriges selon l a date de 1'entree en stock avec 1'indice correspondant. Pour les operations courantes, s o i t 1'achat et l a vente de biens et services, on u t i l i s e une moyenne de 1'indice annuel l o r s q u ' i l est logique de l e f a i r e , sinon on d i v i s e l ' e x e r c i c e en sous-periode, et on applique 1'indice correspondant. L'amortissement est converti en prenant 1'indice de 1'evo-l u t i o n du pouvoir d'achat de l a monnaie entre l a date d'entree dans l ' e n t r e p r i s e des immobilisations et l a date de c l o t u r e de 1'exercice. La conversion des f r a i s f i n a n c i e r s am§ne beaucoup de discus-sion; on propose toutefois de les c o r r i g e r de l a meme fagon que les operations courantes, s o i t selon l a date ou i l s ont ete encourus. Lorsqu'on v i e n t 3 apporter les corrections au b i l a n , " i l semble preferable que l e fonds d'amortissement s o i t presente au p a s s i f p u i s q u ' i l represente un moyen de financement qui a 78 ete r e i n v e s t i " dans 1'entreprise." 7 4 Cette p o s i t i o n semble v o u l o i r l a i s s e r entendre que l e nouveau fonds d'amortissements tiendra compte des fonds necessaires au financement des immo-b i l i s a t i o n s . Or i l se peut q u ' i l n'en s o i t r i e n puisque l a v a r i a t i o n specifique de p r i x dans bien des cas peut d i f f e r e r grandement du taux d ' i n f l a t i o n . Les immobilisations, les stocks et l e s capitaux propres, incluant l e fonds d 1amortissement, sont reevalues en fonction de l a date d'entree. . II faut noter que l'on ne reevalue pas les elements monitaires. Lorsque l ' a c t i f reevalue est superieur au p a s s i f reevalue, on considSre un gain monetaire, sinon une perte monetaire. Les corrections effectuees permettent de ramener en une unite monetaire de meme valeur l e s d i f f e r e n t s elements comptables. M§me avec ces cor r e c t i o n s , on se demande s i 1'expression en terme de pouvoir d'achat general des a c t i f s de l ' e n t r e p r i s e et en p a r t i c u l i e r ceux constituant l e pouvoir de production est bien representee 3 l a date de clQture de l ' e x e r c i c e . Ceci parce que les corrections sont fondees sur l ' i n d i c e des p r i x 3. l a consommation et que l ' e n t r e p r i s e a une structure de consomma-ti o n d i f f e r e n t e de c e l l e u t i l i s e e pour c a l c u l e r cet in d i c e . B r o n c y , G i n e t t e , v e r i t e ou m i r o i r m a r s - a v r i l 1977, "La r e e v a l u a t i o n des b i l a n s : o p e r a t i o n -d e f o r m a n t " , Revue f r a n c a i s e de g e s t i o n , p<. 9. 79 -C'est pourguoi on propose une c o r r e c t i o n supplementaire a l'aide d'un indice specifique. Le procede consiste a" trouver le.cout actuel.de remplacement des a c t i f s corporels et 3 f a i r e des provisions pour assurer le maintien des capacites de fonctionnement. Les provisions feront l ' o b j e t de dotations egales 3 l a d i f f e r e n c e entre l ' i n d i c e spe-c i f i q u e et l ' i n d i c e general. La reevaluation se f e r a i t 3 l ' a i d e d'un i n d i c e , ce qui est plus pratique et uniforme que I'approche u t i l i s e e par 1 ' a r t i c l e 61 ou on u t i l i s e p l u t o t l a valeur qu'un di r e c t e u r d'entreprise s e r a i t pr§t 3. donner pour chaque immobilisation en considerant son u t i l i t e pour l a r e a l i s a t i o n des o b j e c t i f s de l ' e n t r e p r i s e . L'auteur conclut done en disant que l a reevaluation (legale) n'est pas 1'operation-verite qui permet de trouver l a r e a l i t e du r e s u l t a t du patrimoine et de l a structure financi§re.* 4.3.1 Faiblesse de l a p o s i t i o n de l'auteur La f a i b l e s s e de l a p o s i t i o n de l'auteur reside dans l e traitement de 1'amortissement. Puisque l'auteur sugg^re de reevaluer les immobilisations a l'aide d'indices s p e c i f i -ques, pourquoi ne pas baser 1'amortissement sur l e cout de remplacement p l u t o t que sur le cout d'origine indexe qui *Dans l a s e c t i o n q u i s u i t , on v e r r a que l ' o r d r e des e x p e r t s c o m p t a b l e s e t des c o m p t a b l e s a g r e e s dans l e u r e x p o s e - s o n d a g e de mars 1981 ( A v i s r e l a t i f a 1 ' e t a b l i s s e m e n t de c e r t a i n e s d o n -n e e s c o r r i g e e s des e f f e t s des v a r i a t i o n s de p r i x ) p r e n n e n t une p o s i t i o n q u i s ' a p p a r e n t e f o r t e m e n t a c e l l e s u g g e r e e p a r l ' a u t e u r f r a n c a i s . 80 dans l a majorite des cas sera totalement non pertinent. Au niveau du traitement des plus-values, i l s e r a i t i l l o g i q u e de seulement reconnaitre comme r e a l i s e e par l e jeu de 1 1amortissement l a p a r t i e f i c t i v e (et e'est c e l a qui se produira s i on base 1'amortissement sur l e cout d'origine indexe) . Ce qui est malheureux, e'est qu'on semble associer trop , etroitement l e f i s c 3. l a comptabilite. En e f f e t , l e f a i t de preconiser des methodes semblables v i e n t principalement du f a i t qu'on voudrait que l e l e g i s l a t e u r reconnaisse (comme i l l e f a i s a i t avant l ' a r r i v e e de De Gaulle d ' a i l l e u r s ) 1'evolution du niveau general des p r i x dans l a charge pour amortissement. 4.4 AU-DELA DE LA REEVALUATION 1977-1978 Un point qui semble encourageant e'est qu'en France, on ne considere plus seulement l ' i n f l a t i o n comme une "derive du niveau general des p r i x mais aussi comme une a m p l i f i c a t i o n des v a r i a -tions specifiques de p r i x . " 7 5 La commission des operations de bourse (C.O.B.). se pre-occupe avec i n t e r e t de l a question. 75 Boussard, D a n i e l , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , e d i t i o n s Masson, 1983, p. 125. 81 " E l l e a notamment o r g a n i s e en decembre 1980 une r e u n i o n d ' i n f o r m a t i o n e t de r e f l e x i o n s u r l a d e t e r m i n a t i o n des r e s u l -t a t s c o r r i g e s des e n t r e p r i s e s , en p e r i o d e de v a r i a t i o n d e s p r i x . Des c o n c l u s i o n s t i r e e s p a r l e p r e s i d e n t de l a C.O.B., l e s t a t u quo n * a p p a r a i t p l u s comme d u r a b l e m e n t a c c e p t a b l e , m a i s un d e l a i r a i s o n n a b l e semble n e c e s s a i r e p o u r o b s e r v e r d e v o -l u t i o n des p r i n c i p a l e s p r a t i q u e s * . s 1.7 6 e t r a n g e r e s . . " Le Conseil superieur de l'O.E.C.C.A. (Ordre des experts comptables) a publie un Avis en f e v r i e r 1981 par lequel l e s entreprises francaises devraient p u b l i e r des informations sur les e f f e t s de l ' i n f l a t i o n et des v a r i a t i o n s de p r i x s p e c i f i -ques. Dans les chapitres qui suivent, une d e s c r i p t i o n sommaire de 1'Avis sera f a i t e et les approches francaise et canadienne seront mises en r e l i e f . 76 I b i d . 82 4.5 EXEMPLES PRATIQUES L'annexe I r e p r o d u i t des exemples c o n c r e t s de r e e v a l u a t i o n l e g a l e des b i l a n s p r e s e n t e s conformement aux l o i s des f i n a n c e s 61 e t 69 r e l a t i v e s aux b i e n s non a m o r t i s s a b l e s e t a m o r t i s s a b l e s . Des e x t r a i t s des e t a t s f i n a n c i e r s de M i c h e l i n p our l ' a n n e e 1978, L a f a r g e pour 1979 e t a u t o m o b i l e s P e u g e o t pour 19 80 s o n t p r e s e n t e s . D i f f e r e n t e s annees s o n t i n c l u s e s a f i n de m e t t r e en e v i d e n c e l e s o p e r a t i o n s de v i r e m e n t de l ' e c a r t de r e e v a l u a t i o n . Le l e c t e u r n o t e r a que l ' o n mentionne l e s mots " r e s e r v e s " e t " p r o v i s i o n s " en s u b d i v i s i o n de l ' e c a r t de r e e v a l u a t i o n . Le mot " r e s e r v e s " ref£re aux b i e n s non a m o r t i s s a b l e s t a n d i s que l e mot " p r o v i s i o n s " r e f S r e aux i m m o b i l i s a t i o n s a m o r t i s s a b l e s . ANNEXE I EXEMPLES DE REEVALUATION LEGALE DES BILANS 84 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS M I C H E L I N MICHELIN & C " Societe en commandite par actions au capital de 496 667 400 francs Siege social : 4, rue du Terrail C L E R M O N T - F E R R A N D (Puy-de-D6me) R.C.S. Clermont-Ferrand B 855 200 887 A S S E M B L E E G E N E R A L E A N N U E L L E du 22 juin 1979 EXERCICE 1978 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN * A N N E X E A U R A P P O R T DES G E R A N T S EVOLUTION DES POSTES DU BI LAIN! Le total du bilan s'eleve a 7 507 748 013,99 F contre 2 671 928 840,89 F en 1977 ; cet accroisse-ment important est, pour Pessentiel, provoque par la reevaluation a laquelle il a ete procede, tant en ce qui concerne les immobilisations non amortissables (article 61 de la loi de finances pour 1977) que les immobilisations amortissables (article 69 de la loi de finances pour 1978). Actif Les FRAIS D'ETABLISSEMENT s'elevent, en valeur nette, a 2 424 400,00 et sont en diminution de 584 960 F. Cette diminution est provoquee par 1'amortissement normal des primes de remboursement des emprunts obligataires, ainsi que par les variations de change sur les primes de l'emprunt dollar 7,50 % 1973. Les IMMOBILISATIONS nettes atteignent 2 839 667,16 Elles ont augmente de 517 551,32 F, cette augmentation s'analysant comme suit : , — Augmentation du brut + 1 060 318,85 — Augmentation des amortissements — 542 767,53 Le montant brut et les amortissements subissent 1'incidence de la reeva-luation, qui se traduit, au niveau du montant net, par une reevaluation des terrains de 304 500 F, et des autres immobilisations de 296 899,56 F. La contrepartie de ces montants apparait dans la situation nette, au poste « Ecart de reevaluation ». Les PRETS A PLUS D'UN A N s'elevent a 157 013 938,85 La diminution constatee, soit 4 488 068,82 F, provient d'une part du virement dans les debiteurs a court terme de la partie des prets devant etre remboursee dans l'annee, soit 22,7 millions et d'autre part de l'enregistrement de nouvelles creances a moyen terme d'un montant de . ; 18,2 millions Les TITRES DE PARTICIPATION forment, en valeur nette, un total de en augmentation de 4 592 583 341,49 F ; 6 158 913 231,70 86 la reevaluation a provoque une augmentation "— nette de + 4 596 255 168,60 alors que les autres mouvements sur participa-tions se traduisaient par une diminution nette d e - 3 671 827,11 Incidence de la reevaluation — Virement dans un compte de Situation Nette (Amortissements reglementes) des deprecia-tions sur participations reevaluees qui prove-naient de remplois de plus-values (article 40 «. du Code General des Impots) d'un montant de 403 304 275,54 Les depreciations diminuent d'autant. — Reintegration au credit de Pertes et Profits des depreciations libres sur les autres partici-pations reevaluees, soit s 338 410,63 — Les participations reevaluees sont comptabi-lisees a l'Actif pour leur valeur reevaluee ; la difference entre cette nouvelle valeur et la valeur brute anterieure trouve sa contrepartie en Situation Nette, dans le compte « Ecart de reevaluation » (Reserve) ; le montant est de 4 192 612 482,43 Les autres mouvements concernant les partici-pations sont les suivants : — Augmentation de la participation dans la Societe de Participations dans les Entreprises Regionales en Expansion « Siparex » + 2 800 000,00 — Prise de participation dans la Societe Trans-priva + 998 000,00 — Cession de la participation dans la Societe Sonedia — 4 999 600,00 — Reajustement de depreciations — 2 470 227,11 Les DEPOTS ET CAUTIONNEMENTS sont inchanges a 856,00 Les SOCIETES MERES ET FILIALES figurent pour un montant de 152 225 358,74 en augmentation de 6 801 548,97 F. En chiffres ronds, cette augmentation se decompose ainsi : — Creances nouvelles + 73,4 millions-— Creances remboursees par les debiteurs — 79,1 millions — Ajustement de change sur creances en devises dont le nominal est inchange + 6,1 millions — Creances remontees des « Prets a moins d'un an » + 6,4 millions 87 L ' E C A R T DE R E E V A L U A T I O N (PROVISION) s'eleve a '. 296 899,56 Comme le poste precedent, il enregistre l'incidence de la reevaluation, mais il s'agit ici des immobilisations amortissables, et ce montant sera progressivement reintegre a Pertes et Profits au fur et a mesure de l'amortissement de la valeur reevaluee correspondante. La SITUATION N E T T E APRES R E E V A L U A T I O N atteint 5 883 386 901,02 et fait apparaltre un accroissement de 4 863 419 168,59 F par rapport a la situation nette, non reevaluee, au 31 decembre 1977.  Les PROVISIONS POUR PERTES ET C H A R G E S s'elevent a 332 701 756,58 apres les dotations 1978 + 43 306 630,64 et les reintegrations — 16 753 544,01 Elles ont, au total, augmente de 26 553 086,63 -Les OBLIGATIONS A PLUS D'UN A N qui s'elevent a 963 353 760,00 ont diminue de 79 031 840 F, se decomposant ainsi : — annuites 1979 virees a court terme — 53 561 120,00 — reajustement de change sur l'emprunt dollar .. — 25 440 000,00 — obligations converties non echues — . 30 720,00 Les DETTES A C O U R T T E R M E , dont le total est de 187 340 304,69 ont augmente de 9 414 789,74 F. Les variations principales sont les suivantes : — Etat : impots et taxes + 46 474 588,89 Augmentation sensible de l'impot sur les Societes. . — Capital non appele — 27 000 000,00 Le solde de l'augmentation de capital Spika a ete libere. — Autres creanciers — 5 956 617,20 Ce compte enregistre les dividendes et interets a payer, ainsi que les obligations a rembour-ser, sorties au tirage et non encore presentees au remboursement. — Les autres dettes a court terme ont peu varie : — Comptes de regularisation — Passif — 3 840 778,09 — Societes meres et filiales — 152 903,86 — Obligations a moins d'un an — 109 500,00 Le BENEFICE DE L ' E X E R C I C E ressort a II est en augmentation de 15 463 968,14 F. 140 965 291,70 C O M P A G N I E G E N E R A L E D E S E T A B L I S S E M E N T S M I C H E L I N BILAN A U 31 D E C E M B R E 1978 I'oteurs immobilizes ACTIF ! F R A I S D E T A B L I S S E M E N T t ! Primes lie rcmboursemcnl des obligations . I M M O B I L I S A T I O N S Terrains Constructions Mnhil icr et matiricl de bureau Agcnccmcnts, installations . . . Immobilisations incorporelles . A U T f t E S V A L E U R S I M M O D I L I S E E S Prcts a plus d'un an Tines de paiticipntion Depots ct cautionnctnenls . V A L E U R S R E A L I S A B L E S A C O U R T T E R M E O U D I S P O N I B L E S Camples tie tiers Comptes \ financiers I Societes meres el Hlinles . . . Atnrcs debitcurs Comptes de rcgularisalion -PrSts a nioins d 'un an - Actlf . Titres de placement. Ilanrpics Cheques poslaux . . . Caisscs T O T A L D E L ' A C T I F . Engagements repus M O N T A N T I IUUT 2 884 200,00 574 500,00 2 437 416.96 370 843.58 146 616.62 20 402 076.80 23 951 458.96 157 013 938.85 6 692 868 327.65 856.00 6 849 883 122,50 152 225 358.74 13 115.53 115 339 893.90 211 130 338,85 I 042 571.01 706 672 013,76 86 613.08 77 579.39 I 186587 484,26 8 063 286 265.72 A M O R T I S -S r - M l i N T S O U PROVIS IONS P O U R D t P R t C I A T I O N 459 800.00 690 675.94 252 448.65 65 017,97 20 083 649,24 21 091 791,80 533 955 095,95 533 955 095.95 31 563.98 31 363,98 555 338 251,73 M O N T A N T NITT 2 424 400.00 574 500.00 I 746 741.02 118 399.93 81 598.65 318 427.56 2 839 667,16 157 013 938.85 6 158 913 231.70 836.00 .6 315 928 026.55 152 225 358.74 13 115.53 115 339 893.90 211 130 338.85 I O i l 007.03 706 672 013.76 86 613.08 77 579,39 I 186 555 920.28 7 507 748 013.99 210 000,00 PASSIF Capttaux permanent! C A P I T A U X P R O P R E S E T R E S E R V E S Capital social (donl capital amnrl l 750 000 p) . Primes d'emission Complement rcfu sur actions ( A . G . E . 1968). . Reserve legale Atilrcs reserves Reserve speciale pour plus-values J long terme. R E P O R T A N O U V E A U Situation nette ovnnt reva lua t ion . Amortissements reglcmcnlcs Ixarl de r&valuatinn : — reserve de revaluat ion — provision speciale de revaluat ion , , . S i t u n t l o n n e t t o a p r e s r o d v o l u o t i o n P R O V I S I O N S P O U R P E R T E S E T C H A R G E S . D E T T E S A L O N G E T M O Y E N T E R M E Obligations ct boni a plus d'un an D E T T E S A C O U R T T E R M E Comptes de tiers Htat : Inipdts et taxes Sociili 's meres et filiates Autres citancicrs Comptes de regulartsalion — Passif Obligations et emprunts a moius d'un an . R E S U L T A T S IWncficc de Pcxcrcice . T O T A L D U P A S S I F . Engagements donnes M O N T A N T Nl-ll 496 667 ' 74 306 103 068 49 553 153 983 399 485 I 277 065 9 803 I 286 868 401 304 4 192 916 296 400.00 820.06 768.88 592.00 223.11 600.87 401,92 338,57 74.1.40 275,54 982.43 899,.<r> 5 883J86 3.12 701 756.58 963 353 760.00 68 635 108.36 5 185 141,05 16 224 726,25 52 087 0.16,113 45 208 291.00 IS7 340 304,69 140 965 291.70 7 507 748 013.99 212 973 442,40 NOTE ANNEXE AU BILAN L A R E E V A L U A T I O N DES IMMOBILISATIONS Decret n° 77-550 du 1 e r juin 1977 relatif a la reevaluation des immobilisations non amortissables Decret n° 78-738 du 11 juillet 1978 relatif a la reevaluation des immobilisations amortissables En application des dispositions des decrets ci-dessus, il a ete procede, avant la cloture des comp-tes de l'exercice 1978, a la reevaluation des immobilisations de la Compagnie. LES METHODES UTILISEES ONT ETE LES SUIVANTES : 1 — Immobilisations amortissables Les valeurs reevaluees ont ete determinees en appliquant aux valeurs d'actif.les coefficients de reevaluation fixes par l'arrete du Ministre delegue a PEconomie et aux Finances en date du 24 mars 1978. 2 — Immobilisations non amortissables • Les terrains ont fait l'objet d'une evaluation etablie par reference aux prix du marche. • Les participations : apres un examen d'ensemble des divers criteres possibles devaluation, il est apparu que PActif net comptable des diverses Societes filiales ou participations de la Compagnie, apres eventuellement leur propre reevaluation, pouvait constituer, d'une maniere generate et compte tenu de divers amenagements, la base d'une reevaluation objective et prudente. Apres analyse de Pensemble des titres de participation de la Compagnie, il a ete procede, dans le cadre legal actuel, a la reevaluation des titres des Societes ci-dessous : — Manufacture Francaise des Pneumatiques Michelin — Societe d'Exportation Michelin — Societe des Matieres Premieres Tropicales — Societe" Antillaise des Pneumatiques Michelin . — Society Malienne des Pneumatiques Michelin — Compagnie Financiere Michelin (Bale) — Budd Securities Investing Co (Mexico) — Michelin Corporation (New York) 9 0 Ces societes ont ite examinees, aux fins de reevaluation de leur valeur d'inventaire dans les comptes de la Compagnie, et leur Evaluation a ete generalement effectuee par mise en equiva-lence, en substituant a la valeur nette comptable des titres detenus le montant de la part a laquelle ils correspondent dans la situation nette de la societe concernee. La localisation des actifs de certaines societes, largement depreciees dans les comptes de la Compagnie, a conduit soit a ne pratiquer sur leurs titres aucune reevaluation, soit a n'adopter comme Equivalence qu'une fraction seulement de leur situation nette. D'autre part, il n'a iii pris en compte dans la Situation nette reevaluee de ia Manufacture Francaise des Pneumatiques Michelin, pour 1'evaluation de ses titres dans les comptes de la Compagnie, ni la Provision Speciale de reevaluation appelee a disparattre par reintegration aux Resultats, ni l'impot latent inclus dans Ies Provisions speciales constituees en franchise d'impot. Prealablement aux operations de reevaluation les depreciations affectant les participations a rievaluer ont iii soit riintegrees aux Resultats dans le cas de depreciations libres, soit affectees au compte de situation nette intitule « Amortissements reglementes » lorsqu'il s'agissait de remplois de plus-values effectues sous le regime de l'ancien article 40 du Code General des Impots. L'etat ci-apres indique le detail de la « Provision Speciale de revaluation ». ETAT DETAILLE DE LA PROVISION SPECIALE DE REEVALUATION Valeur reevaluee des immobi l isat ions aux 31-12-1976 et 1978 Amort issements reevalues A u 31-12-1976 A u 31-12-1978 Immobi l isat ions reevaluees A u g m e n t a -t ion valeur A u g m e n t a -t ion M a r g e d'amort issement utrlisee Prov is ion speciale Va leur brute M o n t a n t total des amortisse-ments anterieurs M o n t a n t total au u'tr; 1977 au titre 1978 1 870 442,06 200 090,77 566 974,90 230 882,41 300 420,47 690 675,94 13 087,12 13 087,12 240 380,19 Mater ie l , mobi l ier 111 833,18 120 499,65 93 086,15 220 045,35 3 525,41 3 525,44 11 696,18 Agencements , 110 025,16 17 964,50 25 004,72 12 272,05 61 292,59 1 417,41 1 417,41 2 857,63 347 040,00 55 036,80 35 874,00 7 567,56 83 649,24 2 751,84 2 751,84 41 965,56 2 527 597.99 751 809,38 412 260,78 413 346,23 1 055 663,12 20 781,78 20 781,81 296 899,56 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN TABLEAU COMPARATIF DES COMPTES AVANT ET APRES REEVALUATION Exercict 1978 j . - IMMOBILISATION! NON AMORTISSABLES A V A N T R E E V A L U A T I O N A P R C S R E E V A L U A T I O N A C T I F R E S U L T A T S A C T I P P A S SIF Valeur brute Depreciation Valeur nette Depreciations libres rcinlcgrees aux resullatt Valeur nette rMvalu<e « Amortissements reglemenlis » Ecart ' de r ievalua' lon u Reserve » 270 000,00 2 500 255 845.22 937 597 782.12 270 000.00 1 562 658 063.10 338 410.63 574 500,00 6 158 913 231.70 403 304 273,54 304 500,00 4 192 612 482,43 403 304 275,54 4 192 916 982,43 II. - IMMOBILISATION! AMORTISSABLES Agcnccmcnts, Installations . . A V A N T R E E V A L U A T I O N A P R E S R E E V A L U A T I O N A C T I F A c r i F PASSU' Valeur brute Amortissements Valeur nette Valeur brute itevaluce Amortissements Valeur ncllc rccvalucc Eca i l de reva luat ion « Provision w 1 870 442,06 239 015.40 128 652.12 20 347 040,00 364 081,23 152 311.65 49 911,10 20 070 578,00 1 506 360.83 106 703.75 78 741,02 276 462.00 2 437 416,96 370 848.58 146 616,62 20 402 076.80 23 356 958,96 690 675,94 252 448,65 65 017,97 20 083 649.24 1 746 741.02 118 399.93 81 398,65 318 427.56 240 380.19 II 696.18 2 857,63 41 965,56 296 899,56 22 60S 149.58 20 636 881,98 1 968 267,60 21 091 791.80 2 265 167.16 COMPAGNIE GENERALS OES ETABUSSEMENTS MICHELIN BILANS COMPARES AU 31 DECEMBRE ( E N M I L K E R S 01 F R A N C S I ACTIF 1974 I97J 1976 1977 1978 PASSIF 1974 I»73 1970 H77 1971 FRAIS OfTABLISSEMENT 3 594 3 413 3 475 3 009 1 424 CAPITAUX PROPflES ET RESERVES 449 779 449 779 494 937 495 5)6 496 667 102 244 102 244 SB 87) 64 214 74 307 25 1)7 29 007 39 925 46 116 10) 069 IMMOBILISATIONS 22 619 26 782 31 348 36 812 49 554 119 98) 127 983 1)4 913 143 98) 15.1 «I3 10 270 270 270 575 Reserve speciale pour phis-vidua ft long lermc 66 924 66 924 66 9:4 122_I2I 399 486 1)5 1 712 1 645 1 573 1 747 786 616 102 719 126 992 1 009 482 1 277 OM 64 14 12 94 118 II 27 • B3 91 •2 REPORT A NOUVEAU 9 111 9 333 9 904 10 486 9 103 204 193 311 294 318 4)4 1 216 2 393 2 322 2 840 Total tlluatlon notta 795 997 •112 051 836 896 1 019 961 1 186 169 • — 403 304 AUTRES VALEURS IMMOBILISEES tcait de revaluation : R (serve fecarf de rcivaluation : Provision - -— — 4 192 917 297 70S JU 736 723 331 200 176 194 161 502 137 014 1 Total tlluallon n«tto _ 3 18) 317 Tirrc* tie par licipiitiim 977 566 1 1 506 6>2 1 1 566 330 1 6 158 913 1 1 i PROVISIONS POUn PERTES 1 442 242 1 509 767 1 682 877 1 727 8)3 6 315 928 i 93 697 143 33) 179 108 _306 149 331 702 OETTES A LONO ET MOYEN TERME 633 772 639 411 1 110 148 1 042 386 961 )<4 297 051 233 39) — — _ VALEURS flEALISABLES A COURT TERME OU OlSPONIBLES 930 823 874 814 1 110 148 1 042 386 _961_3)4 21 313 126 464 124 792 204 098 145 424 152 225 DETTES A COURT TERME )5 33 35 13 13 31 018 2 492 3 065 22 161 61 IV. 1 423 10 061 8 143 82 886 115 340 127 481 149 977 27 W 200 Oil 179 634 95 792 175 0O2 211 130 3 809 10 9)2 3 481 5 227 5 3)1 3 11) 1 Oil 10 767 21 01) 22 IRI 16 225 •91 911 819 857 21 620 71 0)6 22 8)6 56 421 51 921 57 O J ; 396 1)6 304 33 224 28) 520 902 534 521 706 672 120 619 45 5117 4) 317 43 201 199 21 17 41 21 41 87 l/UIJc,il IUI1* 4-1 ^ ll|'l inus • IflMtJ u H 18 267 916 162 223 283 210 177 923 117 .140 225 416 561 479 829 9I» 9)8 76) 1 186 356 ntSUlTATS 13 25) 91 321 109 302 _I2S_50I 140 963 TOTAL ACTIF M i l 686 2 01) 945 2 518 664 2 671 929 7 507 748 TOTAL PASSIF 2 171 686 2 08) 945 2 518 664 I 671 929 1 307 718 ~Z1" HORS BILAN En£ii£f menu rccus 210 210 210 210 210 IfORS BILAN 305 140 3)1 268 406 781 .17) 361 711 173 . , RAPPORT ANNUEL 1979 LAFARGE La reevaluation 94 I - La reevaluation legale des valeurs immobilisees prevue par les lois de finances pour 1977 et 1978 et les decrets d'application des 1»' juin 1977 et 11 juillet 1978. concerne les elements d'actif detenus au 31 decembre 1976. Elle est realisee suivant les regies mentionnees ci-dessous. avec I'accord de nos Commissaires aux Comptes : 1) Les terrains ont ete reevalues sur la base des valeurs d'utilite en tenant compte des situations particulieres. 2) Le systeme indiciaire a et6 retenu pour les constructions (autres que celles du siege social et de Bougival), le materiel et I'outillage. 31 Les ensembles immobiliers du siege social et de Bougival ont ete reevalues sur la base d'etudes recentes degageant une valeur d'utilite. Dans ce cas un « compte d'ordre » est cree a I'actif pour recueillir I'ecart entre la reevaluation pratiquee suivant la valeur d'utilite et celle qui aurait ete degagee avec le systeme indiciaire. 41 Les elements incorporels n'ont fait I'objet d'aucune reevaluation et ont ete maintenus a leur valeur comptable. 5) Pour les titres de participation il a ete tenu compte, principalement, de la situation nette reevaluee de chaque societe au 31 decembre 1976 et de sa rentabilite mesuree a panir des resultats et de la marge brute d'autofinancement. II - La contrepartie de cette reevaluation figure dans les capitaux propres sous la rubrique « Ecarts de reevaluation 1976 », ventilee en trois Elements : — Reserve : comprenant les ecarts pour les terrains et les titres de participation, sauf la fraction correspondant a des plus-values reinvesties. — Provision : pour les ecarts sur les immobilisations amortissables. — Autres ecarts : correspondant aux « compte d'ordre •> et plus-values reinvesties dans les titres de participation. Chaque annee, une reprise d'un montant egal aux amortissements correspondents est effectuee sur les postes « Ecarts de reevaluation 1 976 » (« Provision » et « Autres ecarts »l. Au 31 decembre 1979, cette diminution represente les amortissements de 1 977, 1 978 et 1 979. III - En resume, I'ecart de reevaluation au 31-12-1976 s'analyse ainsi : En millions de francs : Immobilisations 65.6 Titres de participation 957,5 Total 1 023.1 Les reprises effectuees sur « I'ecart de reevaluation » au titre de ('amortissement pour les annees 1 977, 1978, 1 979 s'elevent a : 9 MF. Resultats et bilan consolides du Groupe Le resultat net apres elements de conversion et la marge brute d'autofinancement consolides ont evolue comme suit au cours des trois derniers exercices : (en millions de francs) -j QJJ Resultat net (part du Groupe apres elements de conversion) Marge brute d'autofinancement (cash flow) 159,7 220.1 287.5 632.4 695 904,6 Le resultat net apres elements de conversion est en 1979 superieur de 30,6 % a celui de 1978, qui avail progresse de 38 % par rapport S 1977. Cette augmentation est due : — a Amelioration des resultats consolides du groupe Ciments et Betons France. — au redressement du groupe Sanitaire dont le resultat consolide est devenu positif, — a la bonne performance d'ensemble des groupes operationnels qui realisent tous un resultat consolide positif. Au bilan, compte tenu de la prise en compte au niveau consolide des devaluations pratiquees sur les seuls biens non amortissables. les immobilisations en valeur brute s'elevent a 8 800 642 F. soil une augmentation de 19 % sur 1 978 Avec 882 622 F, le fonds de roulement diminue de 1 6 1 77 F La situation nette part du Groupe 12 1 97,1 50 fv'F) progresse de 21 %. Les capitaux employes, hors subventions d'equipemem '22 428 F), s'6levent a 5 920 525 F, en augmentation de 21 % par rapport a 1978. lis sont finances a concurrence de : 3 483,509 MF par les fonds propres. 234,783 MF par I'emprunt convertible 6 % 1972, 2 202.233 MF par la dette a long terme. Rapport des Commissalres aux comptes Messieurs, Nous avons examine le bilan de voire societe au 31 decembre 1979. ainsi que le compte d'exploitation, le compte de pertes el profits et le tableau de financement qui I'accompagnent. Nos verifications, basees sur un programme de revision, ont comporte celles de caractere general et classique et toutes les autres que nous avons juge necessaire d'effectuer en la ciiconstance. et notamment celles qui nous conduisent a exprimer par ailleurs notre opinion sur les comptes consolides de votre Societe. A notie avis, les comptes qui vous sont presentes, etablis suivant les memes principes que pour I'exercice precedent, sauf en ce qui concerne les immobilisations et les titres de participation qui ont fait I'objet en 1979 d'une reevaluation conforme aux dispositions iegales, sont reguliers et sinceres. lis donnent, dans le cadre des regies en vigueur, une image fidele de la situation generale de la Societe, du resultat de I'exercice clos le 31 decembre 1979 et de 1'evolution de la situation financiere au cours de 1979. Les notes qui accompagnent le bilan expriment d'une maniere correcte, a notre avis, les variations essentielles qui ont affecte le patrimoine de la Societe et les principes qui regissent revaluation des postes les plus importants. Elles n'appellent pas de commentai'es particuliers de notre part. Nous attirons toutefois votre attention sur les points suivants : — La reevaluation dont les effets sont analyses en note N 1 I a contribue pour 1 014 1 39 000 F a la progression de I'actif net de votre Societe. Sans effet sur le resultat final, du fait de la reduction operee sur I'ecart de reevaluation. elle a neanmoins influence le resultat d'exploitation pour 2 911 000 F. Les principes adoptes et leur application au calcul des nouvelles valeurs bilancielles n'appellent pas de reserve de notre part. — Les mouvements du compte de pertes et profits ont exerce sur le resultat une-influence favorable de 43 372 000 F qui peut s'analyser ainsi : (en milliers de francs! Ecarts sur evaluation des dettes et avoirs en devises etrangeres — gain sur evaluation des dettes 2 983 — pertes sur evaluation des titres de placement — 4 191 — ajustement de la provision pour fluctuation des changes (voir note n° 7) 4 055 2 847 Incidence de I'application du regime de I'integration fiscale 8 500 Incidence de la reevaluation — neutralisation, par voie de reduction de I'ecart de reevaluation, du complement d'amortissement pratique au titre de 1 979 2 91 1 Plus-values realisees sur cession de titres de participation et d'immobilisation — plus-value resultant de lechange des participations bresiliennes 23 759 — resultat des autres cessions (net) 5 466 29 225 Provisions constitutes ou reprises au cours de I'exercice — depreciation des titres de participation — 3 985 — provision pour participation — 850 — reprise de provision pour impot sur plus-values devenues sans objet 2 384 — 2 451 Montants divers Inetsl 2 340 43 372 Pour nous conformer aux dispositions Iegales, nous ajouterons : — que les indications d'ordre comptable mentionnees au rapport de votre Conseil d'Administration n'appellent aucune observation de votre part; — qu'il nous a ete justifie du depot des actions possedees par les administrateurs en garantie de leur gestion. Les Commissnires aux comptes : Fiduciuirc Economique et Financiere Cabinet Mulquin Soccefi et associes Membres de la Compagnie Regionale de Paris. r Bilan au 31-12-1979 .Actir , 4t **MnJ.\\r».r»r jlVftl« •fli»btHM«l>'n<MI| <*>* •tll.tj.(>>*l4 ,|MH.lt>«tftWI>ll JMH<WH'.Vii<i?«t» mmMi%.ltmnS | InMDH mfwIisi^fixHits . | CuntlMiCI'Oll iHIKKIWHI'lllfnll m>»t44mw*iif4 I Mat*"**! rt* HiwmpoM 4»iw>»li««*«tt»n|«t | MotHlin. i m ^ n a g e m r n l i , HKl.lf.UKWl* * m » I Ant'FS i"ttit«itt*SJli*in«t .. | "tiwtK>li*,..it»nn« t>n r.ow* 1nni*>tt i o i . i l l im i d e l II>IWII»I**.1IHVI* liH.ildtn, fi<tMWti»4nmnntt | Pi M i uf, r.i+n»rRf A d'un »n . Provision IKW  rtAr"#CI.H'«" ... rt"«"* <1«" p.nt*«p»tw»n | CMpoH *l c»»rtHW>»-i"ei»l» 41 134 664 41 111 124 - 4 101 371 36 131 269 - 1 457 469 2 561 406 i~4 762~ 523 - 1066 433 433 031 - 13 698 456 36 665 322 11 866 380 10 476 471 - J_1ll J l l 26 775 766 - 3 113 612 SS 476 353 26 191 620 - 32 031 449 23 645 306 - 13 316 426 27 460 236 - 4 576 162 ' 22 904 064 26 735 162 18 099 3S7 - 26 164 351 2 670 631 - 15 961 994 • 315 602 259 921 165616 149 686 - 141 529 30 335 701 12 977 367 - 16 705 660 ] 530 021 - 9 722 521 473 910 473 910 330 tie 143 792 _ 309 518 160 605 656 67 513 664 - 61 666 106 '•JJ.M'2. 4 2 664 604 27 626 632 59 618 176 748 366 16 676 466 - 740 306 40 013 034 660 007 7 305,659 'it 875 302 2 137 362 117 392 164 392 32 814 2< 948 000 2 402 356 256 - 25 262 B94 2 437 093 361 291 607 2 464 263 494 1 350 409 501 -_21 342 394 1 329067 167 275 344 1 380 212 32? I V.l/'i>r« tt*.-ttt\.lhlr3 4 Cfitl trnna rt i/ivpiwu/iVt KMfw*.M!iK« : ncontptrs vc*it» < rofnmattdr* d'e«rJo*l»lion ... | Cl3f«l» Provision rxxM <1*|K*ci»l'f>i ... | Atilr** nVOiruf* •mitnon poo' dcpiteidlion ... I Cnmrrtfido ifrQuljmiMion «Cti* .. Pii*ts t ntnm% d'un un f lie••! * fi*c«!woir O^l""*'* el n l lMl *etw:i'MiH ... rs ii> iiMcornciil Pinvionn praif Mp>*dniton ... I Q.m'lwrt ei ct>c<t«rnt pnti.iua O s s * Tot'tl-Kltf I A'OJIMII drs rnp.iqemenii t*tui 26 451 990 181 160 89 848 i92 181 107 28 270 810 89 848 892 8 006 104 88 565 790 91 821 84 258 708 4 191_332_ 60 067 374 12 369 229 62 622 283.459^ 11^  2 807 091 867 14 873 zea 22 947 537 - 181J80 110 023 423 12 900 144 088 22 760 357 110010 523 3 687 479 163 0O3 064 237 320 200 O0S 1 586 422 04 7 77 2JMJ 80^59 1 747 I OB 7*0 21 5B6 509 Passlf Capital at riservcs CniMi.il luciAt Piims* i.'Ciiiiiilon d'actions Pfbnet do fusion IliJiotve t*oalo Rcsciva ipccioli? plus-values nolle! Amies lewives Ptovision pnu» invflilisscment 509 839 BOO 184 019 825 73 690 732 45 774 491 41 735 610 133 183 305 801 S20 509 630 800 184 619 825 73 690 732 54 045 970 46 939 244 166 942 617 801 820 509 837 100 1R4 6in GfU> 13 010 737 45 774 401 41 715 610 133 Ifl.l 3'.5 601 !.70 lean tie revaluation It9761 Reseive Pioviiiun ifiicl.ikj Autres ec»(l i 962 142 638 962 142 638 13 466 762 13 485 762 38 510 708 38 510 768 fatal Repot t a neuveau.. 2 063 783 425 2 101 017 901 1 043 630 100 67 665 721 100565011 67 005 721 Situation MM 2 121 649 146 7 201 802 912 1J101 505 111 Subventiros d'equipcnitni Subvanlloi ts tcctMil Suhvonlloni kiscijies ft p**ta* •( p»o0l» .. Provisions pour panes at charges, PinvJs'on pour (liquet Piovinlnn pour irliflilc* Pinvlsrmi poiu |itiillri|iNikm ttai snlmltJ .. Oettcs a moven at long tetma j OMi«»i'onsconvt«tlb»fli 0 % 1972.... OMlgaooos el bom • pKis d'un an Aimei doltet b phu d'wt an 7 389 947 1 517 COO 1 027 000 234 763 339 122 034 000 81 463 432 7 389 947 1 I 445 010 1 617 600 1 504 OM> 1 877 000 717 (UK) 234 763 339 122 034 000 01 453 432 262 043 inn tin n-tn mm 37 503 4iifl 418 270 772 4J8 2J02.J2 4M <»J.?I6 Deltas i ciiuti lenttc r-o.Mn»wu.. 2 948 342 2 948 342 2 207 0*7 C«^.«.r«-^.d-.Mo«»«. 2 003 MB "8 70 0!»5 fi:i« Vernciiwiiu trilattl l ellccliwt tiM lilies da PMIidrB-llm, nnn u>«,4t 076 000 0 70 000 C.LTc.4Wi.'i 62 679 603 02 679 053 4 . V . 7 370 C o i . w . . * . ( g . t o l . » l i o . . p 4 . « i l 26 007 760 26 • • » »«0 > ' » « " > 0 M V . M m « b M » « o i n > * ~ » . n 33 606 520 33 686 520 3 1 9 0 0 0 3 0 A u , . c . . n . „ » m o i . . , d - . - . „ 31 159 609 '"5» « 5 « J"5 0 '" E l l n . t p . y c . 007 230 0O7 3J0 910 l.i 151 606 41S 2 3 7 ^ 6 4 238 jOO 303 73> am<4llca da I'vKfficka 166 429 506 > M « f k M « . r . 2 607 691 967 1 067 091 967 1 7 4 7 I O 0 74I, M . | * T V , i o ^ » n i . «mmt, 652 732 499 652 732 499 H « "4 1 6«» Notes au bilan au 31 -12-1979 9 7 Les renseignements presentes dans ces notes sont exprimes en milliers de francs. Note N° 1 - Incidence de la revaluation sur les differents postes du bilan et des comptes de resultats Valeurs brutes A c t i f s immobi l isAs Immobilisa tions Terrains Constructions Compte d'ordre immobilier Autres immobilisations amortissables . Titres de participation Ecart de reevaluation represente au Passif par : • Reserve • Provision speciale • Autres ecarts 20 222 31 286 27 480 16 174 95 162 957 527 Amortis-sements 18 451 4 576 1 5 523 38 550 Valeurs nettes 20 222 12 835 22 904 651 56 612 957 527 1 052 689 38 550 1 014 139 962 143 1 3 485 38 51 1 1 014 139 Compte Compts Pertes d'exploitation et Profits Total incidences en resultat Dotation aux amortissements : - 1979 - 1977 et 1978 Reprise de l'ecart de reevaluation a concurrence des amortis-sements 2 91 1 - 6 085 + 8 996 - 2 91 1 - 6 085 8 996 - 2 91 1 + 2911 Note N° 2 - Frais d'etablissement L'accroissement des frais d'etablissement au cours de l'exercice 1 979, soit 336 represente essentiellement le solde des frais de I'augmentation du capital en numeraire realisee en 1 978 31 8 Ces frais ont ete amortis. en totalite, au cours de l'exercice 1 979. Note N° 3 - Immobilisations Les variations constatees au cours de l'exercice 1979 sont resumees, par nature d'operations, dans le tableau ci-dessous. Eltes sont analysees ensuite par categories d'immobilisations, d'une mantere qui met plus particulierement en evidence les operations relatives a la reevaluation des elements detenus au 31 decembre 1976 et figurant a l'actif au 31 decembre 1 979. Le rapport du Conseil expose les techniques retenues pour cette reevaluation conformement aux recommandations de la Commission des Operations de 8ourse et de la Compagnie des Commissaires aux comptes. En resume. I'augmentation de la valeur nette des immobilisations intervenue au cours de l'exercice 1 979, soit : 53 972, se presente ainsi : Valeurs Amortissements Valeurs brutes et provisions nettes 67 513 42 565 24 948 Acquisitions et investissements de l'exercice 1 862 — 1 862 - 3 932 - 105 - 3 827 — 2 676 - 2 676 Reprise de la provision pour depreciation des terrains — - 2 000 + 2 000 Reevaluation des immobilisations detenues au 31 -1 2-1976 .... 95 162 29 554 65 608 Amortissements 1977, 1978 et 1979 sur ecarts de — 8 996 - 8 996 Si tuat ion en fin d ' e x e r c i c e . 160 605 81 686 78 919 La dotation aux amortissements de l'exercice a ete calculee de la meme facon que celle des annees anterieures. sous reserve des modifications apportees au calcul des amortissements degressifs par les lois des 16 juillet 1974 et 29 decembre 1 976. e) Retraitement des comptes sociaux ~" 9 8 Diverses corrections sont apportees aux comptes sociaux des societes au cours du processus de consolidation. — Les operations intragroupe, telles que paiement de dividendes. plus-values de cession, constitution ou annulation de provision pour depreciation de titres consolides et depreciation de prets a des societes consolidees, sont eliminees; — L'elaboration et la presentation des comptes des societes consolidees sont harmonisees (notamment, les amortissements des actifs cimentiers). Les provisions pour impdts constitutes par les societes sont modifiees en fonction des corrections de consolidation mentionnees ci-dessus. II - Bases devaluation comptables retenues a) Immobilisations Les criteres devaluation des immobilisations dependent des lois et regies fiscales des pays ou le Groupe a ses exploitations. Les interSts courus sur les emprunts directement lies au financement des investissements importants, au cours de la periode de construction, sont consideres comme un element du cout d'acquisition et capitalises en consequence. Les methodes d'amortissement utilisees pour I'etablissement des comptes consolides sont les suivantes : — Les terrains de carrieres sont amortis en fonction des tonnages effectivement extraits; les autres terrains ne sont pas amortis; — Les batiments sont amortis par annuites constantes sur des pe>iodes allant de vingt ans pour les bitiments industriels jusqu'a cinquante ans pour les batiments administratifs ou d'habitation; — Les amortissements des materiels et equipements cimentiers font I'objet de calculs particuliers, aux fins de substituer aux amortissements pratiques par les societes des amortissements lineaires homogenes calcules en fonction de la duree de vie probable des usines; — Les autres materiels, equipements et installations sont amortis selon la methode degressive ou lineaire et sur une periode correspondant a leur duree de vie probable; — Les immobilisations incorporelles (autres que fonds de commercel sont amorties par annuites constantes sur les durees appropriees. — Reevaluation ; . Les filiales fran^aises consolidees ont procede a la cloture de l'exercice 1979 aux devaluations de leurs actifs amortissables et non amortissables prevues par les lois de finances pour 1 977 et 1 978 et les decrets d'application du 1 •' juin 1977 et du 11 juillet 1 978. Les filiales etrangeres ont fourni les elements pro forma necessaires a la reevaluation des titres de participation de la maison-mere. En consolidation la reevaluation des biens amortissables a ete eliminie car elle s'applique au 31 decembre 1 976 et se trouve deja largement amortie a la cloture de l'exercice 1979. De plus, en raison des limites imposees a la reevaluation par I'application d'indices. la correction apportee a la valeur des biens amortissables n'est pas significative. Par centre, l'ecart de reevaluation degage sur les terrains non amortissables. s'inscrit en reserves et augmente d'une maniere durable les fonds propres. II a done ete maintenu en consolidation. bl Frais d'etablissement Les frais d'etablissement regroupent deux categories de charges : — les primes de remboursement des obligations; I'amortissement assimile a des frais financiers complementaires est calcule au prorata du nombre d'obligations non encore amorties a chaque fin d'exercice; — les autres frais d'etablissement, soit, principalement frais et commissions sur emission d'obligations ou autres emprunts, frais d'augmentation de capital ainsi que divers frais de constitution chez certaines filiales; ces frais sont entierement amortis I'annee oil ils sont supportes et elimines du bilan I'annee suivante. cl Effets remis a I'escompte et non echus La valeur des effets remis a I'escompte et non echus, elimines des comptes d'engagement. apparait en majoration de l'actif du bilan sous les rubriques « Clients et effets a recevoir » et en majoration du passif sous la rubrique « Banques ». dl Chi f f re d 'af fa ires Le chiffre d'affaires consolide represente la valeur hors taxes des biens et services vendus par les societes integrees du Groupe dans le cadre normal de leur activite et apres elimination des ventes intragroupe. el Resultats consolides avant impAts Les resultats consolides som calcules apres prise en charge de I'ensemble des couts de production et frais generaux. Les frais de recherche et developpement sont traites comme des charges de l'exercice au cours duquel ils ont ete supportes, quel qu'en soit leur aboutissement. fl Elements exceptionnels Les elements exceptionnels sont constitues des gains ou pertes lies a I'exploitation, mais de caractere non repetitif, dont I'importance relative justifie la prise en consideration dans la comparaison des resultats avant elements extraordinaires et gains ou pertes de conversion. A U T O M O B I L E S P E U G E O T E x e r c i c e 1 9 8 0 D o c u m e n t s j u r i d i q u e s e t f i n a n c i e r s S u i t e d u R a p p o r t d u D i r e c t o i r e S o m m a i r e GROUPE AUTOMOBILES PEUGEOT 2 « 1980 en bref 2 » Commentaires sur les comptes consolides 3 » Liste des societes entrant dans la consolidation 6 • Note des reviseurs sur les comptes consolides 7 • Comptes consolides 8 » Notes sur les comptes consolides U » Fiches sur les principales societes du groupe 17 SOCIETE AUTOMOBILES PEUGEOT 27 » Observations du Conseil de Surveillance 27 > Rapports des Commissaires aux comptes 28 » Rapport du Commissaire aux Apports 32 • Resolutions 34 • Comptes 37 • Commentaires sur les comptes 4J • Autres tableaux financiers 46 S O C I E T E A U T O M O B I L E S P E U G E O T 100 Bilan au 31 decembre 1980 (en milliers de francs) A C T I F Montant brut Amortissements et plus-values reinvesties Montant net avant affectation Montant net apres affectation Frais d'etablissement Immobilisations Terrains Constructions Materiel et outillage Materiel de transport Autres immobilisations corporelles Immobilisations incorporelles Immobilisations en cours 45 633 472 971 2 360 136 6 244 795 280 776 4 053 622 17 643 774 310 16 288 6 400 1 047 995 3 893 462 152 006 2 269 903 6 574 29 345 466 571 1 312 141 2 351 333 128 770 1 783 719 11 069 774 310 29 345 466 571 1 312 141 2 351 333 128 770 1 783 719 11 069 774 310 14 204 253 7 376 340 6 827 913 6 827 913 pour depreciation Autres valeurs immobilisees Prets et creances a plus d'un an Titres de participation _ _ Titres de participation — partie non liberee Depots et cautionnements 414 603 2 821 150 82 213 21 885 3 339 851 19 868 513 762 1 168 534 798 394 735 2 307 388 82 213 20 717 2 805 053 394 735 2 307 388 82 213 20 717 2 805 053 Valeurs d'exploitation Marchandises Matieres et fournitures Produits semi-ouvres Produits finis Produits et travaux en cours Emballages commerciaux 672 978 1 111 946 965 669 2 541 608 739 786 15 637 35 178 77 542 9 795 30 163 637 800 1 034 404 955 874 2 511 445 739 786 15 637 637 800 1 034 404 955 874 2 511 445 739 786 15 637 6 047 624 152 678 5 894 946 5 894 946 Valeurs realisables et disponibles • Comptes de tiers : Fournisseurs Clients Personnel Etat Societes apparentees Autres debiteurs Comptes de regularisation — Actif 90 685 3 111 989 64 624 191 616 622 322 173 062 529 419 186 17 484 1 233 90 499 3 094 505 64 624 191 616 622 322 171 829 529 419 90 499 3 094 505 64 624 191 616 622 322 171 829 529 419 4 783 717 18 903 4 764 814 4 764 814 • Comptes financiers : Prets et creances a moins d'un an Effets a recevoir Cheques et coupons & encaisser Titres de placement Banques et cheques postaux Caisse 146 587 157 659 931 349 43 639 164 184 2 768 1 146 587 157 659 931 349 43 638 164 184 2 768 146 587 157 659 931 349 43 638 164 184 2 768 1 446 186 1 1 446 185 1 446 185 6 229 903 18 904 6 210 999 6 210 999 Resultat Perte de l'exercice 965 553 TOTAL GENERAL 22 733 809 21 768 256 Engagements hors bilan (en mil l iers de francs) 101 P A S S I F Avant affectation Apres affectation Cap i t a l social Pr ime d 'emiss ion 'ou d 'apport Reserve legale Reserve generate Autres reserves et provisions facultatives Provisions reglementees Report a nouveau 1 378 000 1 325 511 120 000 2 400 000 630 327 237 048 1 378 000 1 325 511 120 000 2 400 000 630 327 - 728 505 Situation nette avant reevaluation Ecart de reevaluation : • Reserve de reevaluation • Provis ion speciale de reevaluation 6 090 886 190 487 250 726 5 125 333 190 487 250 726 441213 441 213 Situation nette apres reevaluation 6 532 099 5 566 546 Subventions d'equipement recues Subventions recues Subventions inscrites a pertes et profits 16 910 10 445 16910 10 445 6 465 6 465 Provisions pour pertes et charges Provisions pour risques 515 133 Provisions pour charges a repartir sur plusieurs exercices 2 529 Provisions pour part icipat ion des salaries — Provisions pour autres pertes et charges 1 012 534 515 133 2 529 1 012 534 1 530 196 1 530 196 Dettes a long et moyen terme Obligat ions a plus d 'un an Autres dettes i plus d 'un an Fonds de par t ic ipat ion des salaries 1 321 415 2 421 489 602 872 1 321 415 2 421 489 602 872 4 345 776 4 345 776 Dettes a court terme • Comptes de tiers : Fournisseurs Cl ients Personnel Etat Associes Societes apparentees Autres creanciers Comptes de regularisation — Passif 1 822 811 116 714 50 607 204 179 31 14 488 474 228 2 078 838 1 822 811 116 714 50 607 204 179 31 14 488 474 228 2 078 838 • Comptes financiers : Obligat ions a moins d 'un an Autres emprunts a moins d 'un an Effets a payer Banques 4 761 896 108 354 851 532 4 261 268 336 223 4 761 896 108 354 851 532 4 261 268 336 223 5 557 377 • 5 557 377 10 319 273 10 319 273 T O T A L G E N E R A L 22 733 809 21 768 256 Engagements hors bilan Engagements donnes 1 695 309 1 695 309 SOCIETE AUTOMOBILES PEUGEOT S i 102 Immobilisations reevaluees Immobilisations H O D amortissables Reserve speciale initiale Incorporation au capital Incidence des biens cedes ou deprecies Reserve au cours des exercises ptecedents au cours de l'exercice speciale au 31/12/1980 Terrains 278 043 694,59 ISO 000 000,00 22 141,56 106 936,72 127 9146I6J1 Immobilisations incorporelles 4 912 500,00 — — - — 4 912 500,00 Titres de participation 82 605 231,10 — 20 467,03 24 924 817,53 57 659 946.54 Total 369 561 425,69 150 000 000,00 42 60839 25 031 754,25 1 190 487 062J5 Immobilisations amortissables Valeur reevaluee des immobilisations au 31/12/1980 Ajnortissements reevalues au 31/12/1980 i ' . Marge Provision ! dWtissement H*"" i btns'ceaes en 1980 6 J 7 Valeur brute 1 Augmentation de vaieur brute 2 Montant total 3 Marge d'amortissement utilisee Au cours de rexercice 4 Cumulee 5 Constructions 1 450 238 237,40 576 635 867,50 827 845 238,17 27 952 046,36 114 685 523,80 208 716 367.95 158 519.41 Materiel et Outillage 1 492 455 070J8 295 695 320,89 1 441 692 378,44 3 392 573,18 51 614 080,39 4 934 180,47 19421,19 Materiel roulant 76 265 073,07 13 930 412,04 73 971 078,08 179 997,02 3 696 316,72 43 728,64 3 961,96 Autres immobilisations 1 721 931 560,21 433 186 919,37 1 450 269 699,75 11 329 972,26 90 779 365,80 37 032 116,41 454 732,06 Total 4 740 889 940,96 jl 319 448 519,80 |3 793 778 394.44 42 854 588,82 2*0 775 2*6.71 | 250 726 393,47 j 636 634,62 1 0 3 Bilans resumes (en milliers de francs) 1976 1977 1979 1978 Automobi les Automobi les Peugeot Talbot 1980 A C T I F Frais d'etablissement bruts Immobilisations brutes Amortissements Total 16 989 5 441 191 - 3 344 923 2 113 257 41 262 6 569 345 - 3 935 333 2 675 274 21 700 9 628 416 - 5 655 642. 3 994 474 21 556 10 974 925 - 6 654 271 . 4 342 210 13 337 4 223 996 - 2 623 525 1 613 808 45 633 14 204 253 -.7 392 628 6 857 258 Autres valeurs immobilisees nettes 687 300 620 182 941 789 1 228 244 1 259 586 2 805 053 Valeurs d'exploitation nettes 2 068 340 2 409 699 2 966 113 3 537 655 1 816 160 5 894 946 Valeurs realisables et disponibles Comptes de tiers Comptes financiers Total 1 831 464 842 054 2 673 518 2 024 548 650 284 2 674 832 2 365 507 424 543 2 790 050 2 201 485 1 111 782 3 313 267 1 568 065 308 814 1 876 879 4 764 814 1 446 185 6 210 999 Total actif 7 542 415 8 379 987 10 692 426 12 421 376 6 566 433 21 768 256 PASSIF Situation nette Capital Primes et reserves Ecart de reevaluation Total 692 076 1 946 284 2 638 360 692 076 2 553 055 3 245 131 1 050 000 2 780 058 721 253 4551 311 1 200 000 3 489 388 509 736 5 199 124 468 803 210 410 151 896 831 109 1 378 000 3 747 333 441 213 5 566 546 Provisions pour pertes et charges 414 096 582 296 612 424 778 610 179 096 1 536 661 Dettes a long et moyen terme 1 614 659 2 132 054 2 254 821 2 261 649 1 539 920 4 345 776 Dettes a court terme Comptes de tiers Comptes financiers Total 2 827 861 47 439 2 875 300 2 324 223 96 283 2 420 506 2 515 085 758 785 3 273 870 3 111 711 1 070 282 4 181 993 2 246 296 1 770 012 4 016 308 4 761 896 • 5 557 377 10 319 273 Total passif 7 542 415 8 379 987 10 692 426 12 421 376 6 566 433 21 768 256 10lf Chapitre 5 AVIS RELATIF A L'ETABLISSEMENT DE CERTAINES DONNEES CORRIGEES DES EFFETS DE VARIATIONS DE PRIX 5.1 INTRODUCTION En France, l e modele de base sur lequel l a comptabilite repose est c e l u i de l a comptabilite au cout h i s t o r i q u e ; par consequent, tous les postes fi g u r a n t aux etats f i n a n c i e r s sont a leur valeur d'origine. Le contexte economique des dernieres annees, c a r a c t e r i s e par des hausses de p r i x constantes, i n t r o d u i t des d i s t o r s i o n s d'envergure dans les montants des comptes. Ces d i s t o r s i o n s sont aujourd'hui bien connues mais le u r incidence demeure d i f -fi c i l e m e n t mesurable. A f i n de p a l l i e r a ces d i f f i c u l t e s , les pouvoirs publics ont accepte, en 19 76 et 1977 par l a reevaluation legale des b i l a n s , le p r i n c i p e d'une reevaluation des biens amortissables et non amortissables ( d e c r i t a l a section reevaluation l e g a l e des b i l a n s ) . Ceci constitue certainement un e f f o r t dans l a bonne voie meme s ' i l existe encore de nombreux problSmes a solutionner. Les presentes propositions contenues dans l ' a v i s (semblables a un expose-sondage au Canada) se veulent comme complement au module de comptabilite t r a d i t i o n n e l p l u t o t qu'a t i t r e de s u b s t i t u t . Les raisons invoquees pour 1'adop-t i o n d'une t e l l e approche sont l a s i m p l i c i t e , 1 ' o b j e c t i v i t e et 1'acceptation u n i v e r s e l l e par les u t i l i s a t e u r s du modSle t r a d i t i o n n e l . L ' e f f e t de resistance aux changements n'est certes pas negligeable vu l e pr i n c i p e de prudence qui a toujours prime dans notre module comptable conventionnel. Ce p r i n c i p e a eu comme repercussions d'impregner une cer-taine mentalite de conservatisme chez l a profession. La comptabilite au cout h i s t o r i q u e , n'englobant pas les concepts de preservation du patrimoine: . -preservation du c a p i t a l en terme r e e l , et -preservation des capacites de fonctionnement, en plus de ne pas rendre compte de l a valeur courante des biens (comptabilite au cout actuel) a comme r e s u l t a t de pro-duire des etats f i n a n c i e r s ne representant pas un juste por-t r a i t de l a p o s i t i o n financi&re et des r e s u l t a t s d'exploita-t i o n de l ' e n t r e p r i s e ; et ce, surtout en periode de for t e s v a r i a t i o n s des p r i x . En ce qui regarde les capacites de fonctionnement, l'auteur f r a n c a i s , M. D. Assouline elabore en disant: 106 " I l ne f a u t jamais p e r d r e de vue que l e s fonds degages par l e s p r o f i t s sur s t o c k s sont absorbes pour l e r a c h a t d ' a u t r e s s t o c k s a. des p r i x p l u s e l e v e s , et que l e u r d i s t r i b u t i o n sous forme: d'impots sup p l e m e n t a i r e s aux gouvernements, de d i v i d e n d e s p l u s e l e v e s aux a c t i o n n a i r e s , de s a l a i r e s a c c r u s aux employes, ne p o u r r a 77 qu'entamer l a substance d'une a f f a i r e . " La recente approche adoptee en France dans l e develop-pement de recommandations sur les e f f e t s de v a r i a t i o n des p r i x est tr§s si r r i i l a i r e a c e l l e employee au Canada. Le chapitre 4510 du Manuel de l'ICCA s t i p u l e que " l ' e s s a i de diverses methodes d'estimation des couts actuels a c c r o i t r a les connaissances en ce- domaine. et permettra d'elaborer des 7 8 recoiranandations plus d e t a i l l e e s a une etape u l t e r i e u r e " . Le present avis maintient done comme module de base l a comptabilite d'origine tout en requerant de 1 1information tant sur les v a r i a t i o n s generales que specifiques des p r i x . On a c h o i s i de developper un cadre theorique permettant une certaine souplesse dans son a p p l i c a t i o n . Cette souplesse est encouragee a f i n d'en a r r i v e r a des recommandations formel-77 A s s o u l i n e , D., "La p r o v i s i o n pour hausse des p r i x en t a n t que procedure de redressement des comptes de s t o c k s en p e r i o d e d ' i n f l a t i o n . " I l l , p e r i o d i q u e , TC: travaux et  m e t h o d e s , F r a n c e , 1 9 7 8 , p . 4 1 . 78 " I n f o r m a t i o n sur l e s e f f e t s . des v a r i a t i o n s de p r i x " , Manuel de 1'ICCA, p. 3 550. 1 les en se basant sur une approche tant empirique que theorique pour a i n s i mieux repondre aux asp i r a t i o n s des u t i l i s a t e u r s . La meme approche semble etre p r i v i l e g i e e en France comme en f a i t f o i 1'enonce suivant: "Le p r e s e n t a v i s d o i t e t r e c o n s i d e r e comme un e n o n c e c o h e r e n t m a i s non l i m i t a t i f de p r o p o s i t i o n s d e s t i n i e s a c o r r i g e r c e r t a i n s e f f e t s des v a r i a t i o n s de p r i x . La v a l i d i t e d e s p r o p o s i t i o n s ne p o u r r a a p p a r a i t r e qu' a. 1 ' i s s u e d'une p h a s e d ' e x p e r i m e n t a t i o n a u p r e s d ' e n t r e p r i s e s de t a l l i e s e t de s e c t e u r s * 7 9 d i f f e r e n t s . " I l s e r a i t pretentieux de considerer cet avis comme etant un enonce coherent. En e f f e t , i l sera demontre au prochain chapitre que les propositions contenues dans cet avis sont decousues et souvent denudees de fondement theorique. 5.2 SOMMAIRE DU CONTENU DE L'AVIS 5.2.1 Correction du r e s u l t a t a) Determination d'un.resultat h i s t o r i q u e pur En France, les comptes des entreprises n'etant pas 79 C o n s e i l s u p e r i e u r de l ' o r d r e des e x p e r t s - c o m p t a b l e s e t des c o m p t a b l e s a g r e e s , " A v i s r e l a t i f a 1 ' e t a b l i s s e m e n t de c e r t a i n e s d o n n e e s c o r r i g e e s d e s e f f e t s de v a r i a t i o n s de p r i x " , mars 1981, p. 2. 108 e t a b l i s sur une base identique, et ce dans l a plupart des cas, r e s u l t e n t en un manque d'homogeneite ce qui rend impossible 1'appreciation de 1'incidence des v a r i a t i o n s de p r i x sur ceux-ci. L ' a p p l i c a t i o n f a c u l t a t i v e de certaines d i s p o s i t i o n s f i s c a l e s , v i s a n t a rendre compte des e f f e t s de I 1 i n f l a t i o n , contribue davantage a ce manque d'homogeneite dans l e s comptes. Ce genre de d i s p a r i t e se manifeste au niveau de certaines rSgles d'amortissement (amortissement degressif) ou provisions 'rSglementees (provisions pour hausse des p r i x ) . * La connaissance du r e s u l t a t h i s t o r i q u e "pur" malgre ses l i m i t e s inherentes apparait comme fondamentale pour permettre toute comparaison. A i n s i , les amortissements seront-redresses en s u b s t i -tuant aux amortissements fiscaux un amortissement plus r a t i o n n e l , en general l i n e a i r e . La periode d 1amortissement prevue du point de vue f i s c a l devra etre evaluee a f i n de v e r i f i e r s i e l l e represente fid&lement l a duree de v i e economique du bien; l e cas echeant, l'on procgdera aux reajustements qui s'imposent. *De meme, au Canada nombre d ' e n t r e p r i s e s u t i l i s e n t l e s memes methodes d ' a m o r t i s s e m e n t que c e l l e s a d o p t e e s p a r l e f i s c a f i n d ' e v i t e r l e s i m p o t s r e p o r t e s meme s i en t h e o r i e , l a methode c h o i s i e d e v r a i t t e n d r e a r e p a r t i r s y s t e m a t i q u e m e n t l e c o u t d'un b i e n s u r s a v i e u t i l e . 109 La presentation de ces redressements d o i t f i g u r e r a des endroits bien specifiques & 1'etat des r e s u l t a t s : "Le r e t r a i t e m e n t , d e s t i n e a d e g a g e r des d o n n e e s c o m p a r a b l e s , s.1 e f f e c t u e r a au n i v e a u du r e s u l t a t a v a n t : - e l e m e n t s e x c e p t i o n n e l s , - i m p o t s u r l e s s o c i e t e s , - f r a i s f i n a n c i e r s n e t s , a f i n de m e t t r e en e v i d e n c e u l t e r i e u r e m e n t 1 ' i n c i d e n c e de l a s t r u c t u r e f i n a n c i e r e de 1 ' e n t r e p r i s e . " 8 0 b) Retraitement du cout"des ventes Le mod<51e classique de l a comptabilite au cout h i s t o -rique contient des f a i l l e s dues a 1'effet des v a r i a t i o n s de p r i x , dont: - n'assure pas l e maintien du p o t e n t i e l economique, ce qui va a l'encontre du postulat de l a permanence. "Le renouvellement des immobilisations et des stocks d o i t etre 81 normalement assure par 1'autofinancement." (On entend par autofinancement les capitaux propres de l'entreprise.) - donne un mauvais appariement des produits et des charges vu 1'effet de v a r i a t i o n s des p r i x sur les comptes 80 C o n s e i l s u p e r i e u r de l ' o r d r e des e x p e r t s - c o m p t a b l e s e t d e s c o m p t a b l e s a g r e e s , " A v i s r e l a t i f a 1 ' e t a b l i s s e m e n t de c e r t a i n e s d o n n e e s c o r r i g e e s des e f f e t s de v a r i a t i o n s de p r i x " , mars 1981, p . 3. 81 I b i d . 110 de cout des marchandises vendues et amortissements. I l en res u l t e que cert a i n s p r o f i t s sont imputes aux mauvais exer-cice s f i n a n c i e r s . Par l e f a i t meme, l a comparaison entre les r e s u l t a t s de d i f f e r e n t s exercices se trouve a i n s i faussee. Les lacunes soulevees am^nent l a remise en question du module t r a d i t i o n n e l : "En d e f i n i t i v e , i l a p p a r a i t n e c e s s a i r e de c o r r i g e r l e r e s u l t a t de l ' e n t r e p r i s e en r a p p r o c h a n t l e s p r o d u i t s de l a p e r i o d e de l e u r s c o u t s a c t u a l i s e s , c e q u i a p o u r e f f e t de m e t t r e en e v i d e n c e l e complement d ' a u t o f i n a n c e m e n t n e c e s s a i r e au m a i n t i e n 82 de s o n p o t e n t i e l . " Deux redressements du coQt des ventes sont consideres comme indispensables, soient c e l u i de 1 1amortissement et des consommations. Le redressement peut se f a i r e en tenant compte de 1'evolution du niveau general des p r i x , de 1'evolution spe-c i f i q u e de p r i x , ou bien une combinaison des deux dependant des postes en cause. I b i d . , page 4. I l l i ) Retraitement des amortissements La notion du coQt actuel de remplacement est bonne en theorie, mais l a s u b j e c t i v i t e dans l a determination du cout de remplacement rend son a p p l i c a t i o n d i f f i c i l e . Dans l a plupart des cas, l a cession des biens n ' i n t e r v i e n t que p l u -sieurs annees apres l a date de reevaluation; et tres sou-vent, les changements (technologiques, structure du marche, etc.) sont t e l s que l e bien en question ne repond plus aux besoins; a i n s i , l e coQt de renouvellement n'est plus acc e s s i b l e . Par consequent, l e Conseil superieur, dans un souci de s i m p l i f i c a t i o n des c a l c u l s , accepte que les amortisse-ments soient r e c a l c u l e s a p a r t i r d'une reevaluation des immobilisations basee sur un i n d i c e r e p r e s e n t a t i f de  1'evolution generale des p r i x . * Cette reevaluation a f f e c t e egalement l a plus, ou moins-value degagee l o r s de 1'alienation d'immobilisations. La plus ou moins-value a ce moment l a , est d e f i n i e comme l a di f f e r e n c e entre l e p r i x de vente et l a valeur nette reevaluee. i i ) Retraitement des consommations Les stocks representent pour l a plupart des entreprises une part importante des besoins en fonds de roulement, d'ou *.A c e t e g a r d , l e c o n s e i l a d o p t e l a meme p o s i t i o n que c e l l e m i s e de 1 * a v a n t p a r G i n e t t e B r o n c y ( d e c r i t e aux p a g e s 77 e t 78) . . .• , 1 1 2 l ' i n t e r e t apporte au retraitement de ceux-ci. " S i 1'on admet que l e s t o c k r e p r e -s e n t e p o u r l ' e n t r e p r i s e une v e r i t a -b l e i m m o b i l i s a t i o n , i l n'y a p a s l i e u de c o n s t a t e r l e s p l u s - v a l u e s l a t e n t e s (non r e a l i s e e s ) r e s u l t a n t de l a v a r i a t i o n des p r i x a v a n t l a 8 3 " l i q u i d a t i o n de l ' e n t r e p r i s e . " Le c a l c u l des plus-values sur stocks d o i t s'effectuer en tenant compte de 1'evolution specifique des p r i x meme s ' i l est possible de t e n i r compte des effets- de l ' i n f l a t i o n sur ces plus-values ( i l est en e f f e t p o s s i b l e de d i s t i n g u e r les plus-values r e e l l e s des plus-values f i c t i v e s ) . "Le C o n s e i l s u p e r i e u r a e s t i m e que l a s e u l e p r i s e en compte des e f f e t s de l a d e p r e c i a t i o n de l a monnaie n ' e t a i t p a s s u f f i s a n t e , l e s v a r i a -t i o n s de p r i x s p e c i f i q u e s a f f e c t a n t l e s s t o c k s de m a t i e r e s p r e m i e r e s notamment, p o u v a n t a v o i r des e f f e t s b e a u c o u p p l u s i m p o r t a n t s . I I e s t c e r t e s p o s s i b l e de d i s t i n g u e r l e s s e u l s e f f e t s de l ' i n f l a t i o n m a i s 1 1 i n f o r m a t i o n e s s e n t i e l l e d o i t p r e n -d r e en compte l e s v a r i a t i o n s e f f e c -84 t i v e s des p r i x . " 83 C o n s e i l s u p e r i e u r de l ' o r d r e des e x p e r t s - c o m p t a b l e s e t d e s c o m p t a b l e s a g r e e s , " A v i s r e l a t i f a 1 ' e t a b l i s s e m e n t de c e r -t a i n e s d o n nees c o r r i g e e s des e f f e t s de v a r i a t i o n s de p r i x " , mars 1981, p . 5 . 84 I b i d . 113 En theorie, l a s o l u t i o n l a plus appropriee c o n s i s t e -r a i t a c a l c u l e r en permanence l e cout de remplacement des mati§res consommees par l ' e n t r e p r i s e . Le Conseil superieur semble f a v o r i s e r l a methode du dernier entre, premier s o r t i (L.I.F.O.) qui s e r a i t u t i l i s e e parall§lement a l a comptabilite des stocks selon les metho-des t r a d i t i o n n e l l e s . Les deux methodes o f f i c i e l l e m e n t reconnues par l e plan comptable sont c e l l e s du premier entre, premier s o r t i (F.I.F.O.) et du p r i x de r e v i e n t moyen pondere. Toutefois, on n'exclut pas l a p o s s i b i l i t e d'experimen-ter d'autres methodes, dont: - 1 ' u t i l i s a t i o n d'indices generaux ou specifiques des p r i x , l a p r o v i s i o n pour renouvellement correspondant a l a difference entre l a v a r i a t i o n des stocks en coQt h i s t o r i q u e et l a v a r i a t i o n en couts actuels. Cette methode s'appa-rente a c e l l e d e c r i t e au chapitre 3 s e c t i o n 3.3 (Historique page .4 2 it. 44) . - l a constatation d'un fonds de renouvellement des stocks a p a r t i r de l a determination d'un stock de base. Cette methode s'apparente a l a base d'evaluation appelee "stock indispensable" d e c r i t e a l a section 3.2 du chapitre 3, page 31. 114 c) Incidence de l a structure f i n a n c i e r e Les retraitements des amortissements et des stocks ne prennent pas en consideration 1'incidence de l a s t r u c t u r e f i n a n c i e r e sur les comptes de l ' e n t r e p r i s e . Les e f f e t s de l ' i n f l a t i o n sur l e s elements monetaires (creances, dettes, d i s p o n i b i l i t e s , etc.) creent des gains ou pertes selon l e cas vu que ceux-ci se- trouvent a f f e c t e s par l a depreciation de l a monnaie. Les societes sont done tenues de montrer 1'incidence de l a structure financi&re: 1 - " s o i t en montrant 1'incidence de l a depreciation monetaire (gain/perte sur le niveau general des prix) sur l a s i t u a t i o n monetaire nette ( a c t i f / p a s s i f monetaire net) de l ' e n t r e p r i s e ; 2 - s o i t en indiquant ce que s e r a i t l e montant des f r a i s f i n a n c i e r s s ' i l s e taient c a l c u l e s sur l a base d'un taux d ' i n t e r e t net d ' i n f l a t i o n ; 3 - s o i t en appliquant aux retraitements sur stocks et amortissements un r a t i o r e p r e s e n t a t i f de l a structure 8 5 f i n a n c i e r e . " Cette troisiSme approche s'apparente fortement avec le redressement f i n a n c i e r suggere au Canada au chapitre 4510 du Manuel de l'ICCA. 8 5 Ibid . , page 6. 115 Le Conseil accorde preference a l a premiere methode vu qu'elle conserve l a coherence des retraitements suggeres precedemment. II est f a c i l e de comprendre l e s raisons pour l e s -quelles l e Conseil Superieur pref§re l a premiSre methode a l a troisiSme. AprJes avoir effectue l e s redressements pour t e n i r compte de l ' i n f l a t i o n sur les postes non mone-t a i r e s , l a contrepartie de ces corrections se veut en quelque sorte l e gain ou l a perte sur 1'evolution du niveau general des p r i x . 5.2.2 Correction des fonds propres "La. sous-evaluation des fonds propres ne peut etre mise en Evidence qu'au moyen d'une. reevaluation de tous les a c t i f s non monetaires en fonction de l e u r valeur 8 6 d ' u t i l i t e pour l ' e n t r e p r i s e a l a cloture de I'exercice." Toutefois, une approche s a t i s f a i s a n t e de l a c o r r e c t i o n a apporter au montant des capitaux propres p o u r r a i t r e s u l -ter de l a constatation de: - l a plus-value sur immobilisation; c e l l e - c i etant calculee en u t i l i s a n t les memes indices que pour l e redressement des amortissements; (on sugg§re d ' u t i l i s e r 1'indice des p r i x a l a consommation). O r d r e des e x p e r t s c o m p t a b l e s e t d e s c o m p t a b l e s a g r e e s , " A v i s r e l a t i f a 1 ' e t a b l i s s e m e n t de c e r t a i n e s d o n n e e s c o r r i -gees des e f f e t s de v a r i a t i o n s de p r i x , " mars 1981, p. 6. 116 - l a plus-value non materi a l i s e d sur stocks; cette plus-value se c a l c u l a n t en se basant sur l e dernier p r i x fournisseur ou du dernier cout de production, selon l e cas ; - l a plus-value eventuelle sur t i t r e s de p a r t i c i p a t i o n s autres que .consolides, et sur t i t r e s de placement. 5.2.3 Presentation comparative Les societes francaises, par force de l o i , sont tenues de pu b l i e r c e r t a i n s elements comparatifs sur cinq exercices. "La h a u s s e des p r i x r e n d d i f f i c i l e l a c o m p a r a i s o n d " e l e m e n t s e x p r i m e s en u n i t e s m o n e t a i r e s n ' a y a n t p a s l e meme p o u v o i r d ' a c h a t . I l semble done n e c e s s a i r e que l e s d o n n e e s l e s p l u s i m p o r t a n t e s s o i e n t c a l c u l e e s e g a l e m e n t en une u n i t e m o n e t a i r e de meme p o u v o i r d ' a c h a t , de p r e f e r e n c e c e l l e du d e r n i e r e x e r c i c e c l o s . S e r o n t p r e s e n t e s en p o u v o i r d ' a c h a t c o n s t a n t s u r c i n q a n s : - l e c h i f f r e d ' a f f a i r e s a n n u e l ; - l e r e s u l t a t c o u r a n t r e t r a i t e ; - l a s i t u a t i o n n e t t e r e t r a i t e e ; 8 7 - l e d i v i d e n d e p a r a c t i o n . " 87 I b i d . , page 7. 117 Finalement l e Conseil termine ses suggestions par 1' enonce suivant: " A f i n de ne p a s i n d u i r e en. e r r e u r l e s a c t i o n n a i r e s en c o n f o n d a n t , au s e i n d'une c o r r e c t i o n u n i q u e , l e s g a i n s ou p e r t e s q u i l e u r r e v i e n n e n t «• a v e c c e u x q u i e n r i c h i s s e n t ou a p p a u -v r i s s e n t l e s d e b i t e u r s e t c r e a n c i e r s de l a s o c i e t e , l e C o n s e i l s u p e r i e u r e s t i m e que l e r e s u l t a t c o u r a n t  r e t r a i t e e t l a s i t u a t i o n n e t t e r e e v a -l u e e d e v r a i e n t e t r e p r e s e n t e s a p r e s 88 i n c i d e n c e de l a s t r u c t u r e f i n a n c x e r e . " Dans l e chapitre qui s u i t , l e s recommandations du present avis seront mises en r e l i e f a l ' a i d e d'un exemple s i m p l i f i e . A ce moment, les forces et f a i b l e s s e s de I'approche frangaises seront r e s s o r t i e s . 88 I b i d . , page 7 . Chapitre 6 ANALYSE COMPARATIVE DE LA POSITION FRANCAISE Dans ce chapitre, une comparaison du modele de l a comptabi-l i t e d ' i n f l a t i o n de l a France avec c e l u i du Canada sera e f f e c -tuee. Un exemple s i m p l i f i e s e r v i r a a mettre en evidence les s i m i l i t u d e s de meme que les differences entre les approches preconisees par ces deux pays. La p o s i t i o n americaine souvent consideree comme un compromis a l'approche britannique (cout actuel nominal) et 1'indexation sur l e niveau general des p r i x sera aussi discutee. 6.1 ETAT PES RESULTATS Le tableau I—a l a i s s e v o i r l ' e t a t des r e s u l t a t s sous les d i f f e r e n t s modeles en cause. Le module d'Edwards & B e l l (coQt actuel reel) est i n c l u s dans les tableaux. Tous ceux qui s'interessent a l a comptabilite d ' i n f l a t i o n savent a quel point leur modele debouchant sur un p r o f i t d'entreprise a influence l a l i t t e r a t u r e comptable dans l e domaine. En examinant attentivement l e tableau I-a,: on s'apercoit que l e modele de p r o f i t d'entreprise de Edwards & B e l l est pre-conise presqu'integralement par l'ICCA lorsque l'on veut preser-ver l e c a p i t a l en terme r e e l . La seule d i f f e r e n c e reside dans 119 le f a i t que l'ICCA demande que l'on montre separeraent les plus-values globales, puis l a p a r t i e f i c t i v e pour a r r i v e r au montant r e e l . l e FASB pour sa part n'a pas retenu l a notion de p r o f i t d'entreprise mais s'attarde p l u t S t sur l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n . * Le p r o f i t d'entreprise dans l e module francais 'est un p r o f i t qui ne t i e n t pas compte des plus-values non r e a l i s e e s . II sera appele dans l e present chapitre p r o f i t d'entreprise r e a l i s e . Pourquoi une t e l l e prudence dans l a reconnaissance du p r o f i t au cout actuel? Le p r i n c i p e de r e a l i s a t i o n est u t i l i s e en compta-b i l i t e d'origine parce qu"'au l i e u d'assumer l ' i d e n t i t e du p r i x coQtant et du coQt a c t u e l , les comptables ont adopte une conven-t i o n de reconnaissance du p r o f i t au moment de l a vente; aucun e f f o r t n'est deploye pour mesurer l e p r o f i t l o r s q u ' i l prend place par l a production ou par l a simple hausse des p r i x des a c t i f s detenus . Dans l e contexte present ou 1'information sur les e f f e t s ;. . des v a r i a t i o n s de p r i x est strictement prevue a t i t r e d'informa-t i o n a d d i t i o n n e l l e a l a comptabilite d'origine, une t e l l e p o s i -t i o n est d i f f i c i l e m e n t j u s t i f i a b l e . *Note: V o i r appendice II pour e x p l i c a t i o n des symboles p r e s e n t e s aux t a b l e a u x I..,.. I I et I I I et IV. 89 Edwards & B e l l , The Theory and Measurement of Business  Income, U n i v e r s i t y of C a l i f o r n i a P r e s s , 6th Ed., 1972, p. 10. ( t r a d u c t i o n ) Tableau I - a Comparaison entre d l f f e r e n t s modeles de presenilation de donnees corrigees des e f f e t s de l ' i n f l a t i o n Edwards & B e l l Cout actuel r e e l 1961 (17 FASB #33 (2) ICCA PCR* PCF** Ordinaire France PCR F r a i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n PCF Resultats Ventes Depenses - cout act u e l PECA PE RF PAA PVRR PVM PE_ PECA PVRR PE_ P r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n au cout actuel PECA PECA ' PECA PECA Plus-value r e e l l e t o t a l e PVRT Plus-value globale t o t a l e - PVGT Plus-value f i c t i v e t o t a l e - (PVFT) Plus-value r e e l l e r e a l i s e e - - r-Plus-value monetaire PVM PVM Redressement f i n a n c i e r P r o f i t d'entreprise PE P r o f i t actribuable aux ac t i o n n a i r e s (1) Modele t i r e de Edwards & B e l l , Theory and Measurement of Business Income, U n i v e r s i t y of C a l i f o r n i a Press, 6th E d i t i o n , 1972, p.218. (2) Modele t i r e de Statement of F i n a n c i a l Accounting Standards No.33, F i n a n c i a l Reporting and Changing P r i c e s , FASB, 1979, p.32. * PCR - Preservation du c a p i t a l en terme r e e l . ** PCF - Preservation des capacites de fonctionnement. PECA RF PAA Tableau I -b Comparaison entre d l f f e r e n t s modeles de presentation de donnees corrigees des e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n Avoir des actionnaires Capital-actions Retraitement pour I' i n f l a t i o n P r o f i t Plus-value monetaire Plus-value f i c t i v e t o t a l e Plus-value r e e l l e t o t a l e Plus-value r e e l l e non re a l i s e e Retraitement pour 1 ' i n f l a t i o n moins plus-values f i c t i v e s t o t a l e s Redressement financier Edwards & B e l l Cout actuel reel 1961 CA RI PE Total FASB #33 CA PE PVM PVFT PVRT RI-PVFT Total ICCA PCR* PCF** CA CA RI PE PAA PVFT PVRT (RF) Ordinaire CA RI PE PVRNR Total T o t a l Total France PCR Fra i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n CA RI** PE PVRNR Tota l PCF CA PAA PVFT PVRT (RF) Tot a l * PCR - Preservation du c a p i t a l en terme r e e l . ** PCF - Preservation des capacites de fonctionnement. *** RI - Differe du au f a i t que le gain sur passif monetaire n'est base que sur les emprunts portant i n t e r e t . 122 6.2 AVOIR DES ACTIONNAIRES Le tableau I-b est une t e n t a t i v e de demonstration de 1'avoir des actionnaires sous d l f f e r e n t s modeles. I l est toute-f o i s important de noter que l e Canada et les Etats-Unis n'exigent aucune information au cout actuel r e l a t i v e a 1'avoir des actionnaires. L'information est concentree sur l ' e t a t des r e s u l t a t s d'une part puis sur les plus-values sur l e s stocks et les immobilisations. Cependant, en considerant 1'information requise au niveau du r e s u l t a t , i l e s t possible de completer l e mod&le au niveau du b i l a n et plus precisement de 1'avoir des actionnaires. I c i (I-b), on s'apercoit que l e modSle de l'ICCA et c e l u i d'Edwards & B e l l sont identiques l o r s q u ' i l s ' a g i t de preserver l e c a p i t a l en terme r e e l . Pour ce qui est de l a France, i l nous faut ajouter les plus-values non r e a l i s e e s qui n'ont pas ete reconnues au niveau du r e s u l t a t . 6.3 BIEN-FONDE, DES PRIX D'ENTREE ET PRIX DE SORTIE COURANTS Dans un systeme de v a l o r i s a t i o n ou 1'on u t i l i s e l e s p r i x d'entree courants, on peut d i r e que l e p r i n c i p e de r e a l i s a t i o n demeure encore partiellement. En e f f e t , c e l a implique que l e s a c t i f s doivent etre evalues en terme de p r i x d'entree courants jusqu'a ce q u ' i l s q u i t t e n t l ' e n t r e p r i s e par l e b i a i s d'une vente. I l s'ensuit qu'aucun p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n n'est reconnu avant qu'une vente n ' a i t ete consommee. Toutefois, dans l e c a l c u l du p r o f i t d'entreprise, on est en d r o i t de reconnaitre l'augmenta-123 t a t i o n des p r i x des stocks en main (plus-values non r e a l i s e e s ) . La seule c r i t i q u e que l'on est en d r o i t de f a i r e au c h i f f r e de p r o f i t d'entreprise base sur les p r i x d'entree.: courants est q u ' i l contient des erreurs d'appariement dans l e temps portant sur l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n (et non sur les plus-values de detention). Ceci parce que les revenus ne sont reconnus que l o r s q u ' i l s sont r e a l i s e s . Comme l e d e c r i t Ahmed Belkaoui: "II s ' e n s u i t q u e l e p r o f i t c o m p t a b l e b a s e s u r l e s p r i x d ' e n t r e e c o u r a n t s a p o u r e f f e t : a ) d ' o m e t t r e l e s p r o f i t s d ' e x p l o i t a t i o n d e l a p e r i o d e q u i n e s o n t p a s e n c o r e m a t e r i a l i s e s ; b ) d ' i n c l u r e l e s p r o f i t s d 1 e x p l o i t a t i o n d e p e r i o d e s a n t e r i e u r e s q u i s e s o n t m a t e r i a l i s e s a u c o u r s d e l a p e r i o d e a c t u e l l e ; c ) d ' i n c l u r e c o r r e c t e m e n t l e s p l u s - v a l u e s 9 0 e t m o m s - v a l u e s d e d e t e n t i o n . " I l s'ensuit qu'un systeme de v a l o r i s a t i o n base sur les p r i x de s o r t i e courants e l i m i n e r a i t ce problSme d'appariement en enregistrant toute modification de p r i x r e a l i s e e ou non r e a l i s e e durant une periode. II s'a g i t done suivant l a methode des p r i x de s o r t i e courants de l a i s s e r tomber le moment de l a vente comme etant l'etape determinante a l a m a t e r i a l i s a t i o n du revenu. 9 0 B e l k a o u i , A h m e d , T h e o r i e c o m p t a b l e , L e s p r e s s e s d e 1 ' U n i v e r s i t e d u Q u e b e c , 1 9 8 1 , p . 2 0 4 . 124 L'exemple"qui s u i t permettra de f a c i l i t e r l a comprehension de ces d i f f e r e n t s systemes de v a l o r i s a t i o n . 91 Exemple 6-1 La compagnie "Monti L t e e " e s t f o n d l e l e l e r J a n v i e r 1983 dans l e but de d i s t r i b u e r un nouveau p r o d u i t . Le l e r J a n v i e r , l a compagnie Monti Ltee debute son e x p l o i t a t i o n par 1'achat de 600 u n i t e s a $10 chacune. Le l e r mai, l a compagnie vend 500 u n i t e s a $15 chacune. Les changements s p e c i f i q u e s et generaux des p r i x se l i s e n t a l o r s comme s u i t : l e r j a n v i e r 19 8 3 l e r mai 1983 31 decembre 1983 $10 $12 15 $13 17 E t a t des r e s u l t a t s E x e r c i c e termine l e 31 decembre 1983 V a l e u r d ' o r i g i n e P r i x d ' e n t r e e c o u r a n t s P r i x de s o r t i e c o u r a n t s $7 500^ 5 000 $7 500 6 000 $9 200g 7 300 -Cout des marchandises vendues.. $2 500 300 $1 500 300 $1 900 300 91 I b i d . , p. 12 0 . 125 P r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n P l u s - v a l u e s ( r e a l i s e e s ) P l u s - v a l u e s (non r e a l i s e e s ) . . . . 0 $1 200 1 000 3 0.0 $1 600 1 000 300 P r o f i t net $2 200 $2 500 $2 900 1. $15 x 500 = $7 500. 2. $10 x 500 = $5 000. 3. I n d u s dans l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n . 4. $12 x 500 * $6 000. 5. ($12 - $10) x 500 • $1 000. 6. ($13 - $10) x 100 = $300. 7. $7 500 + $17(100) = $9 200. 8. $6 000 .+ $13(100) = $7 300. 9. Compose du p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n r e a l i s e ($1 200) e t du p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n non r e a l i s e ($400). II est a noter que les plus-values seront l e s m§mes peu importe le systeme de v a l o r i s a t i o n u t i l i s e (prix d'entree courants ou p r i x de s o r t i e courants). La di f f e r e n c e se si t u e au niveau du p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n . La d i f f e r e n c e fondamentale entre les deux approches (prix d'entree courants et p r i x de s o r t i e courants) peut etre resumee en terme de leur deviation du p r i n c i p e de r e a l i s a t i o n . Les a c t i v i t e s de l ' e n t r e p r i s e prennent deux dimensions; l e temps et l a production. Le pr i n c i p e de r e a l i s a t i o n englobe ces deux dimensions. "Dans l a dimension du temps, l e p r i n c i p e de r e a l i -sation demande qu'on assigne une valeur a un a c t i f a sa date d ' a c q u i s i t i o n et que cette valeur demeure jusqu'a ce qu'une 9 2 vente a i t l i e u . " 92 Edwards Income, p. 274. & B e l l , The Theory and Measurement of Business U n i v e r s i t y of C a l i f o r n i a P r e s s , 6th Ed., 1972, ( t r a d u c t i o n ) 126 D'un autre cote, " l a dimension de production est basee sur 9 3 l a forme des a c t i f s de 1'entree a l a s o r t i e de l ' e n t r e p r i s e " . Les p r i x d'entree courants doivent dominer jusqu'a l a vente sans egard au stage de production. C'est a i n s i que s i seulement l a dimension temps est delaissee, nous arrivons au p r o f i t d 1 e x p l o i -t a t i o n base sur les p r i x d'entree courants ($1 200 a l'exemple 6-1). Theoriquement, i l semble que 1 ' u t i l i s a t i o n des p r i x de s o r t i e courants s o i t superieur aux p r i x d'entree courants. En e f f e t , les avantages sont assez nombreux: Une comparaison entre les valeurs a c t u a l i s e e s et les p r i x de s o r t i e courants des biens permet de determiner plus objectivement s i l ' e n t r e p r i s e d e v r a i t continuer son e x p l o i t a t i o n . On peut done d i r e que les p r i x de s o r t i e courants representent l e s couts d'opportunity (de renon-c i a t i o n ) pour l ' e n t r e p r i s e ; a u s s i , ce syst§me permet l a recon-naissance de toute appreciation dans l a valeur des a c t i f s de l a firme pendant l e stage de production p l u t o t qu'a l a vente. Neanmoins, etant donne l a grande s u b j e c t i v i t e qui entoure ce systSme, on l u i prefgre de l o i n les p r i x d'entree courants. R. J. Chambers a ete le grand i n s t i g a t e u r d'un t e l syst£me. Cependant, lui-meme constate les l i m i t e s inherentes du systeme: "Certains produits peuvent etre consideres comme sans valeur etant donne 1'absence de marche normal. L'exemple le plus flagrant 93 Ibid . 127 e s t 1 ' a c h a l a n d a g e p o u r l e q u e l i l n'y a p a s ^ 9 4 de marche n o r m a l . " Finalement,.on peut d i r e que l e f a i t de r e j e t e r l e p r i n c i p e de r e a l i s a t i o n au niveau du p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n au moment de l a vente est une p o s i t i o n jugee tres r a d i c a l e par les comptables, d'ou l e peu d'enclin dans l a prbmotion d'un t e l systSme. Nous verrons a l a section 6.7 les consequences au niveau du p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n et du p r o f i t d'entreprise de l a p o s i t i o n de l a France quant au systeme de v a l o r i s a t i o n . 6.4 COMPARAISONS DES MODELES DE COMPTABILITE D'INFLATION -Exemple c h i f f r e A l ' a i d e d'un exemple c h i f f r e , i l sera p o s s i b l e de mieux comparer l'approche francaise a l'approche canadienne. L'exemple mettra en evidence les d i f f e r e n t e s notions de preservation du patrimoine soient l a preservation du capital, en terme r e e l et l a preservation des capacites de fonctionnement. (Les c a l c u l s des donnees incluses dans les tableaux se retrouvent a 1'appendice III.) Mise en garde Les_ tableaux_II_ £t_II_I_prennent conune hyp_oth&se q_ue les_ mpdeles_ presentes_ s_ont_bases_sur_les_prix d 1 en t r ee_cour an t s . 94 Chambers, R. J . , A c c o u n t i n g f o r I n f l a t i o n : Methods and P r o b l e m s , U n i v e r s i t y o f S i d n e y , 1975, p . 92., 128 Or^ en_ce gui touche_la France^ ce_nj_es_t_pas_le cas Pour_les drtvmobi^is_ations_._ Nous_avons_voulLu_dans_ ces tableaux_pres_up-p_oser_ gu_[_il_ y_ a v a i t uniformite_en ce_sens seulement pour_fac_i-l i t e r l_a_com£arai^son_. Les_differen_ces_dans ]^e_sY_sterne_de va^oris_ation_francais_ s e r o n t _ r e s s o r t i e s ^ u ^ ^ ^ e a u ^ V . Exemple 6-2 La compagnie XYZ Ltee e s t cree l e l e r J a n v i e r 19x1 et opere un magasin de vente au d e t a i l . A i n s i done, l e s st o c k s ne com-prennent aucune charge d 1 amortissement. Le taux d ' i n f l a t i o n de l ' e x e r c i c e a ete de 5%, l a v a r i a t i o n s p e c i f i q u e des p r i x pour ce type d ' e n t r e p r i s e a ete de 12% (pour l e s stock s a u s s i b i e n que l e s i m m o b i l i s a t i o n s ) . L ' e x e r c i c e f i n a n c i e r s'etend du l e r J a n v i e r au 31 decembre. 1 500 u n i t e s ont ete achetees durant l ' e x e r c i c e . Le cout de ces achats se c h i f f r a i t a 8 250 f r a n c s . Pour f i n s de compta-b i l i t e a v a l e u r d ' o r i g i n e , l e s s t o c k s sont e v a l u e s s e l o n l a methode F.I.F.O. A l a f i n de l ' e x e r c i c e , i l r e s t a i t en main 300 u n i t e s a c q u i s e s l e l e r decembre a. 6.0 f r a n c s 1 ' u n i t e . Les ventes ont eu l i e u uniformement t o u t au long de l ' e x e r c i c e . Les immo-b i l i s a t i o n s sont amorties sur 10 ans s e l o n l a methode l i n e a i r e . 129 E n t r e p r i s e XYZ Ltee B i l a n (en f r a n c s d ' o r i g i n e ) au 31 decembre 19x1 A c t i f 1/1/19x1 E n c a i s s e Stocks (300u@6.0FF) I m m o b i l i s a t i o n s Cout amortissement accumule 31/12/19x1 3 000FF 1 800 6 000FF 6 000 600 5 4 0 0 6 000FF 10 200FF P a s s i f Dette a long terme C a p i t a l - a c t i o n s B e n e f i c e s non r e p a r t i s 5 000 1 000 6 000FF 5 000 1 000 4 200 10 200FF E n t r e p r i s e XYZ Ltee E t a t s des r e s u l t a t s (en f r a n c s d ' o r i g i n e ) E x e r c i c e termine l e 31 decembre 19X1 Ventes Cout des marchandises vendues P r o f i t b r u t F r a i s d ' i n t e r e t Amortissement 1 200FF 6 450 5 550 750 600 4 200FF 130 Donnees a i n c l u r e dans 1'information au cout a c t u e l (voir appendice I I I pour les calculs) Retraitement r e l a t i f aux stocks Plus-value r e a l i s e e non r e a l i s e e t o t a l e globale 38 7 FF 18 FF 40 5 FF f i c t i v e 161 7 168 r e e l l e 226 FF 11 FF 237 FF Retraitement r e l a t i f aux immobilisations Plus-value r e a l i s e e non r e a l i s e e t o t a l e globale 72 FF f i c t i v e 30 r e e l l e 42 FF 648 270 378 FF FF 720 300 420 FF FF Plus-value monetaire nette 118 FF F r a i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n 500 FF Retraitement pour l ' i n f l a t i o n 350 FF Retraitement pour l ' i n f l a t i o n dans l e modele ou les f r a i s f i n a n c i e r s sont presentes nets d ' i n f l a t i o n (France) 213 FF Redressement f i n a n c i e r -Base sur les plus-values r e a l i s e e s et non r e a l i s e e s 563 FF -Base sur les plus-values r e a l i s e e s au 230 FF cours de I'exercice -Base sur le mode de v a l o r i s a t i o n preconise par l a France dans l e c a l c u l des plus-values 217 FF 131 Les tableaux I l - a et I l - b l a i s s e n t v o i r l e s etats f i n a n c i e r s selon les d i f f e r e n t s modules bases sur l a preservation du c a p i t a l en terme r e e l . Les montants de p r o f i t d'entreprise selon le mod&le de l'ICCA et de Edwards & B e l l seront semblables comme on le constate au tableau I l - a . Le montant d i f f e r e avec l e p r o f i t d'entreprise selon l e module francais (4 516 francs versus 4 127 pour l a France), c e l a du au f a i t que les plus-values non r e a l i s e e s ne sont pas recon-nues au niveau du r e s u l t a t par l a France. 6.5 INCIDENCE DE LA STRUCTURE FINANCIERE Nous avons vu au chapitre 5 que 1'incidence de l a structure f i n a n c i e r e peut etre demontree dans I'approche francaise de t r o i s d i f f e r e n t e s faeons (page 114). Or les deux premieres faeons ont t r a i t a l a notion de preservation du c a p i t a l en terme r e e l et l e s tableaux Il-a et Il-b l a i s s e n t v o i r les r e s u l t a t s selon l e s deux methodes. Selon l a premiSre methode (gain ou perte sur l e niveau general des p r i x ) , on aboutit au meme r e s u l t a t qu'au Canada et aux Etats-Unis, s o i t une plus-value monetaire de 118 francs. La deuxiSme methode consiste a reconnaitre un gain monetaire sur l e c a p i t a l emprunte d'une part et a reduire en contrepartie l a charge d ' i n t e r e t s . Tableau II -a Modeles bases sur l a preservation du c a p i t a l en terme r e e l ( p r i x d'entree courants) Resultats Exercice termine l e 31 decembre 19x1 Edwards & B e l l Cout actuel r e e l 1961 FASB #33 ICCA France Ordinaire F r a i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n 12000 FF 12000 FF 12000 FF 12000 FF 12000 FF Cout des ventes Interets Amortissements ca PECA 6837 750 672 3741 D } ca 0 PECA 6837 750 672 3741 ca PECA 6837 750 672 3741 ca PECA J 6 8 3 7 7 5 0 6 7 2 3 7 4 1 ca PECA 6837 500 672 3991* PVRT 657 PVGT 1 1 2 5 PVFT (468) PVRR 268 PVRR 268 PVM PE 118 4516 FF PECA 3741 FF PVM PE 118 4516 FF PVM PE 118 4127 FF PE r 4259 FF Le PECA d i f f e r e desautres modeles parce que les f r a i s d'interets sont c a l c u l e s nets d ' i n f l a t i o n . H to Tableau I I - b Modeles bases sur l a preservation du c a p i t a l en terme r e e l ( p r i x d'entree courants) Avoir des  actionnaires au 31 decembre 19x1 Edwards & B e l l Cout actuel r e e l 1961 CA 1000 FF PE 4516 FASB #33 PE 3741 ICCA* CA 1000 FF CA 1000 FF PE 4516 France Ordinaire CA 1000 FF PE 4127 r F r a i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n CA 1000 FF PE 4259 r RI 350 RI 350 RI 350 RI 218 PVM 118 PVFT 468 PVRT 657 PVRNR 389 PVRNR 389 5866 FF RI-PVFT (118) 5866 FF 5866 FF 5866 FF 5866 FF * Le Modele de Edwards & B e l l est le meme que c e l u i adopte par 1 1ICCA lorsqu'on veut proteger le c a p i t a l en terme r e e l . 134 "Des e x p e r t s f i n a n c i e r s c o n s i d e r e r i t qu'une p a r t i e des c h a r g e s f i n a n c i e r e s c o r r e s p o n d , en p e r i o d e d ' i n f l a t i o n , a un r e m b o u r s e m e n t a n t i c i p e de c a p i t a l e t non a une c h a r g e , ce r e m b o u r s e m e n t a n t i c i p e de c a p i t a l e t a n t l a c o n t r e p a r t i e de l a p e r t e de v a l e u r de 94 l a m o n n a i e . " Dans les circonstances, on reconnait un gain monetaire sur le c a p i t a l d'une part et ce gain v i e n t reduire l a charge d ' i n t e r e t d'autre part. Dans l'exemple qui nous preoccupe, en supposant un taux d' i n t e r e t de 15% sur l'emprunt de 5 000 francs tout en sachant que l e taux d ' i n f l a t i o n est de 5%, l a charge d ' i n t e r e t nette d ' i n f l a t i o n sera de 500 francs [5 000 x (.15 - .05)]. On peut constater l e r e s u l t a t au tableau II a. Le p r o f i t sera done de 4 259 FF selon cette methode comparativement a 4 127 FF pour l a methode o r d i n a i r e . 6.6 INCIDENCE DE LA STRUCTURE FINANCIERE ET RETRAITEMENT POUR  L ' INFLATION Le montant de retraitement pour 1 ' i n f l a t i o n peut etre c o n s i -dere comme l e montant necessaire a l a preservation du c a p i t a l en terme r e e l et pour se f a i r e , i l n'est pas approprie de simplement 94 B r o n c y , G i n e t t e , "La r e e v a l u a t i o n l e g a l e des o p e r a t i o n - v e r i t e ou m i r o i r d e f o r m a n t " , Revue  de g e s t i o n , m a i - a v r i l , 1979, p . 8. b i l a n s : f r a n c a i s e 135 m u l t i p l i e r l e c a p i t a l du debut par. l e facteur de 1'indice des p r i x a l a consommation. Ce retraitement est necessaire pour t e n i r compte de l a por-t i o n f i c t i v e des plus-values non monetaires. On peut l u i sous-t r a i r e l e gain sur p a s s i f monetaire net et l e solde donnera l e montant necessaire au maintien du c a p i t a l en terme r e e l . Dans l e present exemple, 350 francs sont necessaires a l a preservation du c a p i t a l de l ' e n t r e p r i s e s ' i l s'agit de l a methode o r d i n a i r e de preservation du c a p i t a l . Dans l e cas ou l'on decide de rendre compte de 1'incidence de l a structure f i n a n c i e r e en c a l c u l a n t l e s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n , l e retraitement pour i n f l a t i o n passe de 350 francs a 218 francs (voir appendice III pour c a l c u l s ) . A i n s i , l a d i f f e r e n c e de 132 francs (350 - 218) correspond a l a perte sur les a c t i f s monetaires detenues par l ' e n t r e p r i s e au cours de I'exercice que l a deuxieme methode francaise omet com-plStement. Done, on peut d i r e que l e c a p i t a l r e e l n'est pas pre-serve selon cette deuxieme methode. Selon cette methode, l a p a r t i e du gain sur l e niveau general des p r i x qui a t r a i t a l a dette v i e n t se rattacher directement a l a charge d'intere"t. Ce procede peut avoir son u t i l i t e au niveau de l a presentation mais i l ne f a u d r a i t pas o u b l i e r que l ' i n f l a -t i o n a f f e c t e d'autres postes que les dettes portant i n t e r e t . Toutefois, dans l'hypothese ou l'on c a l c u l e l e gain (ou l a perte) monetaire dQ a l ' i n f l a t i o n sur tous les postes monetaires, l e f a i t de r e p a r t i r ce gain peut certes constituer une information u t i l e pour l e lecteur. Le lecteur sera tout "de meme en d r o i t de questionner ce ~ -c h i f f r e ( f r a i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n ) car on ne d o i t pas oub l i e r q u ' i l nous faut v i v r e avec l ' i n f l a t i o n et qu'un taux d ' i n t e r e t net d ' i n f l a t i o n est utopique. E n f i n , cette methode peut donner des r e s u l t a t s tres d i f f e r e n t s de l a premiere methode lorsque l a dette ne compte que pour une p a r t i e du p a s s i f monetaire net comme on l e constate par l e present exemple. Cette methode va bien l o r s q u ' u t i l i s e e de concert avec l a premiere methode mais peut etre un o u t i l mediocre lorsqu'employee seule. 6.7 PRISES DE POSITIONS RELATIVES AUX NOTIONS DE PRESERVATION  DU PATRIMOINE En France comme au Canada, on ne semble pas v o u l o i r p r i v i -l e g i e r de notion de preservation du patrimoine integralement. On mentionne dans l'AVIS q u ' i l est necessaire de v o i r s i on a su maintenir notre p o t e n t i e l economique mais en meme temps, lorsque l'on parle de 1'incidence de l a structure f i n a n c i e r e sur l e s benefices, on suggSre l e c a l c u l du gain (ou de l a perte) sur l e NGP cause par l e p a s s i f (ou a c t i f ) monetaire net, ce qui est un element de l a notion de preservation du c a p i t a l en terme r e e l . Comme d i f f e r e n t s buts associes a l a presentation de 1'information comptable peuvent s i g n i f i e r d i f f e r e n t e s notions de preservation du patrimoine, i l est bon que l e l e g i s l a t e u r l a i s s e l i b r e cours aux dirigeants d'entreprises. 137 L'optique de l a preservation des capacites de fonctionnement 9' est une "optique de s p e c i a l i s a t i o n caracterisee par l a r i g i d i t e " . L'optique de preservation du c a p i t a l en terme r e e l est une " o p t i -que de d i v e r s i f i c a t i o n des placements dans l e temps,.caracterisee 96 par l a souplesse et l a m o b i l i t e " . Jean-Claude Lemaire ajoute que: " L ' e n t r e p r i s e peut employer l e s deux n o t i o n s a un double h o r i z o n : - s t r a t e g i q u e : p o s s i b i l i t y de changer de s e c t e u r d ' a c t i v i t e - t a c t i q u e : pendant un temps donne, l ' e n t r e p r i s e e s t tenue d ' e v o l u e r dans l e s e c t e u r c h o i s i avec' l e s con-t r a i n t e s s p e c i f i q u e s de ce s e c t e u r . Au l i e u de s ' e x c l u r e , ces deux methodes 97 sont i n t e r e s s a n t e s et complementaires." A premiere vue, l a notion de preservation des capacites de fonctionnement semble trSs valable puisqu'elle est 1'essence meme du postulat de l a permanence. Toutefois, e l l e ne s a u r a i t s e r v i r dans toutes les s i t u a t i o n s comme le demontre Richard Mattessich: 95 S e n e t e r r e , A l a i n , I n f l a t i o n et g e s t i o n , P a r i s , 1980, t i r e de Lemaire, Jean-Claude, "Methode d ' o b t e n t i o n d'un r e s u l t a t d ' e x p l o i t a t i o n c o r r i g e des e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n " , Revue  f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , J a n v i e r 1983, p. 20. 96 I b i d . 97 Lemaire, Jean-Claude, "Methodes d ' o b t e n t i o n d'un r e s u l t a t d ' e x p l o i t a t i o n c o r r i g e des e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n " , Revue f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , J a n v i e r 1983, p. 21. 138 "Assumons que l e c a p i t a l i n v e s t i _au debut de 1975 dans une e n t r e p r i s e d * o r d i n a t e u r s s o i t $1,000,000. L ' i n d i c e s p e c i f i q u e de p r i x dans ce domaine a d e c l i n e de 50% au cours des 6 annees s u i v a n t e s a l o r s que l ' i n f l a t i o n pour ces memes annees a f a i t c r o i t r . e l e s p r i x de 50%. Sur l a base du m a i n t i e n des c a p a c i t e s de fonctionnement, l a d i r e c t i o n p o u r r a i t d i s t r i b u e r $500,000 ($1,000,000 x 50%) aux a c t i o n n a i r e s a l o r s que sur l a base du m a i n t i e n du p o u v o i r d'achat, 1 ' a v o i r des a c t i o n n a i r e s s e r a i t l e t r i p l e a $1,500,000 ($1,000,000 x 1.5). Sans 1'ombre d'un doute, i l y a des s i t u a t i o n s a u x q u e l l e s l a n o t i o n de p r e s e r v a t i o n des c a p a c i t e s de f o n c t i o n n e -r 98 ment n'est pas j u s t i f i e e . " Un commentaire du meme auteur v i e n t renforcer ce qui a ete demontre dans cette d i s s e r t a t i o n : "Le FASB dans son statement no 33 a mani-f e s t e beaucoup de sagesse en c h o i s i s s a n t un modele de cout a c t u e l r e e l q u i o f f r e l a f l e x i b i l i t y n e c e s s a i r e pour l e s l e c t e u r s des e t a t s f i n a n c i e r s de c h o i s i r s o i t l a n o t i o n de p r e s e r v a t i o n du c a p i t a l en terme r e e l ou l a p r e s e r v a t i o n des c a p a c i t e s de 99 fonetionnement." 98 M a t t e s s i c h , R i c h a r d , "General P u r c h a s i n g Power, C a p i t a l Maintenance and the Canadian CCA Exposure D r a f t : (Major concept and problems of i n f l a t i o n a c c o u n t i n g - p a r t I I ) " CGA magazine , j u i n - j u l l l e t 1980, pp. 24-25. ( t r a d u c t i o n ) 99 i b i d . , p. 25. 139 I l s'agit evidemment des capacites de fonctionnement de l ' e n t r e -p r i s e et non c e l l e financee par l e s detenteurs d'actions o r d i -naires. La meme remarque peut d ' a i l l e u r s se f a i r e dans l e cas de l a France puisqu'on a opte pour un modele qui tienne compte tant de 1'evolution generale que specifique des pr i x . La seule ombre au tableau et ce tant au Canada qu'en France, e'est l e redresse-ment f i n a n c i e r auquel on semble tant t e n i r . 6.7.1 Notions de preservation du patrimoine et redressement  f i n a n c i e r La notion de preservation des capacites de fonctionne-ment peut etre r e l i e e a l a notion de p r o f i t a t t r i b u a b l e aux actionnaires (PAA), lequel est d e f i n i comme pouvant etre d i s t r i b u e sans reduire l e s capacites de fonctionnement financees par les actionnaires. - Le p r o f i t d 'entreprise. dans, l a notion de preservation des capacites de fonctionnement.ignore deux facteurs qui i n f l u e n t sur l e p r o f i t a t t r i b u a b l e aux actionnaires: L ' e f f e t des va r i a t i o n s de p r i x sur l e fonds de roulement monetaire et 1 1opportunity d'augmenter l e montant de dettes. en periode d'augmentation de p r i x . L'ICCA de meme que l a France fa v o r i s e n t 1'inclusion d'ajustements approximatifs pour t e n i r compte de ces f a c -teurs dans une mesure supplementaire du p r o f i t , s o i t l e PAA. Aux Etats-Unis, l e FASB a decide d'ignorer cette etape, ce qui est une sage de c i s i o n : 140 "Le C o m i t e ~a " c o n c l u q u ' a u c u n a j u s t e -ment ne d e v r a i t e t r e e x i g e p o u r l e moment en ce q u i t o u c h e l 1 e f f e t d es v a r i a t i o n s de p r i x s u r l e f o n d s de r o u l e m e n t m o n e t a i r e e t 1 ' o p p o r t u n i t e d ' a u g m e n t e r l a d e t t e en p e r i o d e de h a u s s e des p r i x p a r c e que: a) l e s a j u s t e m e n t s a u g m e n t e r a i e n t s i g n i f i c a t i v e m e n t l a c o m p l e x i t y d e s r e c o m m a n d a t i o n s e t b) l e m o n t a n t d 1 a u g m e n t a t i o n de l a d e t t e d e p e n d r a de d e c i s i o n s du r e s s o r t de l ' e n t r e p r i s e . " ^ 0 " Le FASB dans son "statement no. 33" ajoute ce qui s u i t : " C e r t a i n s membres du c o m i t e r e c o n -n a i s s e n t l a d e f i c i e n c e du g a i n ou de l a p e r t e s u r l e p o u v o i r d ' a c h a t p o u r l e s f i n s de l a p r e s e r v a t i o n des c a p a c i t e s de f o n c t i o n n e m e n t r e s u l -t a n t du f a i t que ce g a i n ou c e t t e p e r t e r e f l e t e l e s c h a n g e m e n t s dans l e n i v e a u g e n e r a l des p r i x p l u t o t que l e s c h a n g e m e n t s dans l e n i v e a u s p e c i f i q u e des p r i x . " ^ " " ' " 100 S t a t e m e n t o f f i n a n c i a l a c c o u n t i n g s t a n d a r d s no. 33, F i n a n -c i a l R e p o r t i n g and C h a n g i n g P r i c e s , FASB, 1979, p. 63. ( t r a d u c t i o n ) 101 I b i d . ( t r a d u c t i o n ) 141 Ce que ~le" redressement f i n a n c i e r tente de f a i r e , c'est de t r a n s f e r e r une p a r t i e des plus-values au p r o f i t des actionnaires par l e f a i t que les creanciers p a r t i c i -pent au financement de l ' e n t r e p r i s e . Mais en f a i t , l e r e e l t r a n s f e r t du creancier a 1'actionnaire, c'est l e gain sur l e p a s s i f monetaire net du a 1 ' i n f l a t i o n (118 francs dans l e present exemple) mais ce montant n'est applicable que dans l a notion de preservation du c a p i t a l en terme r e e l . Cet o u t i l n'est j u s t i f i e que dans un module au cout actuel qui ne t i e n t pas compte de 1 ' i n f l a t i o n (CCA nominal), ce qui n'est evidemment pas l e mod&le preconise au Canada et en France. Richard Mattessich en reponse a l'expose-sondage canadien "Information sur les e f f e t s des v a r i a t i o n s de p r i x — deuxiSme version" s'exprimait en ces termes: " S i c e t o u t i l p l u s exact (combi-n a i s o n de 1 ' e v o l u t i o n s p e c i f i q u e avec 1 ' e v o l u t i o n g e n e r a l e des p r i x ) e s t d i s p o n i b l e , a l o r s i l n'y a p l u s de r a i s o n de c a l c u l e r l e r a t i o f i n a n c i e r (comme ajustement pour t r a n s f e r t de p o u v o i r d'achat) en a p p l i q u a n t l e r a t i o d e t t e / e q u i t e au melange confus de p l u s - v a l u e s I n n f i c t i v e s et r e e l l e s . " 102 M a t t e s s i c h , R i c h a r d , "Commentary on the Re-Exposure D r a f t on 'the e f f e c t s of changing p r i c e s ' of the Accounting Research Committee", working paper no. 854, U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1982, p. 4. ( t r a d u c t i o n ) 142 6. T. 2~ Faiblesses du r a t i o dans l e c a l c u l du redressement  f i n a n c i e r Pour e t a b l i r l e r a t i o , on u t i l i s e des donnees au cout d'origine et d'autres au cout a c t u e l . En e f f e t , l a valeur nominale de l a dette a long terme peut d i f f e r e r grandement de sa valeur au marche. Pour ce qui est de l a France, on ne donne aucune pre-c i s i o n sur l a facon de c a l c u l e r ce r a t i o . Les seules i n s t r u c t i o n s ont t r a i t aux elements sur lesquels l e r a t i o sera applique, s o i t les plus-values r e a l i s e e s au cours de I'exercice (voir page 114). De plus, qu'est-ce qui j u s t i f i e de baser l e r a t i o sur une moyenne des dettes et de 1'Avoir net pour I'exercice. II est c l a i r que l'on veut c a l c u l e r l e t r a n s f e r t des c r e d i -teurs aux actionnaires en fonction du p a s s i f monetaire moyen de I'exercice mais i c i encore, on proc§de comme s ' i l s'agis-s a i t de t e n i r compte de 1'evolution generale des p r i x a l o r s que l e but du redressement f i n a n c i e r est de t e n i r compte de 1'evolution specifique des p r i x financee par l e s creanciers. Pour c a l c u l e r ce PAA, i l semblerait approprie de determiner l e montant des plus-values requis en f i n d'exercice a f i n de maintenir i n t a c t les capacites de fonctionnement et pour ce f a i r e , on d e v r a i t baser l e redressement f i n a n c i e r d'aprSs l a structure de c a p i t a l existante ou prevue dans un avenir rapproche et non en fonction de l a structure comptable  moyenne de I'exercice. 143 67.3 Les donnees du marcher boursier —-une a l t e r n a t i v e Les experts f i n a n c i e r s soutiennent que lorsqu'une entreprise desire reduire son cout de c a p i t a l - a u minimum, e l l e d o i t tendre vers une structure de c a p i t a l optimale. Or, cette structure n'a r i e n a v o i r avec l e s donnees compta-bles mais est p l u t o t basee sur les valeurs du marche. Le module suivant u t i l i s e les valeurs du marche. V_ = + V, 0 3 ou V m - Valeur au marche t o t a l e de T D A T l ' e n t r e p r i s e V Q = Valeur au marche t o t a l e des dettes V, = Valeur au marche t o t a l e des actions Pour f i n s de c a l c u l du r a t i o , i l s e r a i t plus logique d ' u t i l i s e r une mesure commune et l e marche- peut nous l a f o u r n i r facilement dans l e cas des societes cotees. A i n s i , l e cours des actions s e r v i r a i t a 1'evaluation du c a p i t a l -actions et l a valeur a c t u e l l e des dettes se trouve aussi facilement. En e f f e t , avec l e taux d ' i n t e r e t du marche prevalant sur les t i t r e s de dettes et l a date d'echeance de c e l l e s - c i , i l est f a c i l e de c a l c u l e r sa valeur au marche (lorsque les dettes ne sont pas cotees en bourse). 103 Myers, Stewart, C , "Changing the o p t i m a l c a p i t a l s t r u c t u r e " dans Modern Development i n F i n a n c i a l Management, Ed. Stewart C. Myers, School of Management MIS, 1981, p. 123. 144 11" n'est pas fonde lorsque l'on veut maximiser l a  richesse des actionnaires de f a i r e v a r i e r l e r a t i o dette/ a c t i f s en fonction de donnees comptables (les unes au cout d'origine, les autres au cout a c t u e l ) . 11 p o u r r a i t certes §tre u t i l e pour 1'investisseur de divulguer a t i t r e d'information a d d i t i o n n e l l e qu'en vertu de l a structure de c a p i t a l de l ' e n t r e p r i s e (base sur l a marche), une p a r t i e des plus-values survenues au cours de I'exercice n'est pas necessaire a l a preservation des capa-c i t e s de fonctionnement. Encore une f o i s , l e p o s i t i o n du FASB semble l a plus sage lorsque l'on mentionne que cette information p o u r r a i t etre donnee en dehors des informations sur les v a r i a t i o n s de p r i x . 6.7.4 Plus-values devant f a i r e p a r t i e de redressement  f i n a n c i e r Les plus-values r e a l i s e e s et non r e a l i s e e s devraient f a i r e p a r t i e du redressement f i n a n c i e r . Dans l e contexte de l a permanence de l ' e n t r e p r i s e , i l s e r a i t user de prudence a 1'extreme que d'ignorer les plus-values non r e a l i s e e s dans l e c a l c u l du redressement f i n a n c i e r . A cet egard, l e Canada p r i v i l e g i e l e redressement base sur l e s plus-values surve-nues au cours de I'exercice (realisees et non r e a l i s e e s ) mais r e q u i e r t aussi que l'on indique quel s e r a i t l e redres-sement s i on ne se preoccupait que des plus-values r e a l i s e e s au cours de I'exercice. L'enonce- suivant en f a i t f o i : 145 "Comme certains util'isateurs de 1'information financiere peuvent vo u l o i r exclure les v a r i a t i o n s de cout actuel non. .materialisees du benefice a t t r i b u a b l e aux deten-teurs d'actions o r d i n a i r e s , i l faut indiquer separement le mon-tant que l'on o b t i e n d r a i t s i l e redressement f i n a n c i e r e t a i t fonde sur les redressements au t i t r e du cout actuel dont on a tenu compte dans le c a l c u l du benefice net. La France t e l que mentionne auparavant maintient que l e redressement d o i t se f a i r e au niveau des plus-values r e a l i s e e s au cours de I'exercice. On peut constater aux tableau I l l - a et I l l - b que l e redressement f i n a n c i e r base sur plus-values r e a l i s e e s donne 230 francs comparativement a 563 francs lorsque l'on t i e n t compte des plus-values sur-venues au cours de I'exercice. 6.8 SYSTEME DE VALORISATION PRECONISE PAR L'APPROCHE FRANCAISE On. s-'apercoit en comparant les tableaux IV et I l - a que l e p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n pour l e module francais (ordinaire) d i f f e -rera du montant de p r o f i t sous l e module canadien (3 78 3 francs versus 3 7 41), c e c i e s t dO. au systeme de v a l o r i s a t i o n francais qui est un melange de p r i x d'entree courants (au moyen d'indices 104 Manuel de l'ICCA, chapitre 4510, p. 3518. Tableau III-ra Modeles bases sur l a preservation des capacites de fonctionnement ( p r i x d'entree courants) ICCA France .ere ' „ieme - u - i - ^ ' 1 p o s s i b i l i t e 2 p o s s i b i l i t e Resultats Exercice termine le 31 decembre 19x1 Ventes 12000 FF 12000 FF 12000 Cout des ventes 6837 6837 6837 Interets 750 750 750 Amortissements 672 672 672 PECA 3741 3741 3741 RF 563* 230** 230 PAA 4304 FF 3971 FF 3971 * Le redressement f i n a n c i e r est base sur les plus-values r e a l i s a b l e s ( r e a l i s e e s et non r e a l i s e e s ) . * Le redressement f i n a n c i e r est base sur les plus-values r e a l i s e e s au cours de l ' e x e r c i c e . cn Tableau I I I - b Modeles bases.sur l a preservation des capacities de fonctionnement ( p r i x d'entree courants) Avoir des actionnaires au 31 decembre 19x1 I CCA l e r e p o s s i b i l i t e .leme ., .. 2 p o s s i b i l i t e France CA 1000 FF 1000 FF 1000 FF PAA 4304 3971 3971 PVFT 468 468 468 PVRT 657 657 657 RF (563) 5866 FF (230) 5866 FF (230) 5866 FF 148 specifiques) et d'indexation sur l e niveau general des p r i x . En e f f e t , en ce qui concerne les stocks et les consommations, l a France preconise des methodes v i s a n t a les reevaluer au p r i x d'entree courants, ce qui correspond a I'approche canadienne (quoiqu'en France, on accorde plus de preference a l a methode LIFO pour atteindre l ' o b j e c t i f qu'on ne l e f a i t au Canada). Toutefois, lorsque v i e n t l e moment de reevaluer les immobi-l i s a t i o n s , on suggSre un "indice r e p r e s e n t a t i f de 1'evolution generale des p r i x " . Ou est l a logique d'une t e l l e approche? Comme 1'exprime Jean-Claude Lemaire: "Le c h o i x d e s v a r i a t i o n s s p e c i f i q u e s p o u r c o r r i g e r l e c o u t des v e n t e s e t l a r e f e r e n c e au p o u v o i r d ' a c h a t g e n e -r a l en ce q u i c o n c e r n e l a d o t a t i o n aux a m o r t i s s e m e n t s , s o n t d'un p o i n t de vue t h e o r i q u e , un p e u g e n a n t s . " ^ ^ Le p r o f i t d'entreprise sera cependant l e meme dans l a pre-sente s i t u a t i o n quelque s o i t l e syst£me de v a l o r i s a t i o n u t i l i s e pour les immobilisations puisque les plus-values non r e a l i s e e s sont exclues de l ' e t a t des r e s u l t a t s . On pourra l e constater en comparant les tableaux I l - a et IV. On v o i t que l a charge d'amortissement est i n f e r i e u r e de 42 francs sous l e systeme de v a l o r i s a t i o n francais et par l e f a i t meme, l a plus-value r e a l i s e e 105 L e m a i r e , J e a n - C l a u d e , "Methodes d ' o b t e n t i o n d'un r e s u l t a t d ' e x p l o i t a t i o n c o r r i g e des e f f e t s de 1 1 i n f l a t i o n " , Revue  f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , J a n v i e r 1983, p . 22. 149 Tableau IV Modeles f r a n g a i s s e l o n l e s recommandations contenues dans l'AVIS E t a t des r e s u l t a t s E x e r c i c e t e r m i n e l e 31 decembre 19x1 PCR* P CF * * o r d i n a i r e f r a i s f i n a n c i e r s nets d ' i n f l a t i o n Ventes Cout des ventes I n t e r e t s Amortissement P r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n Redressement f i n a n c i e r P l u s - v a l u e s r e e l l e s r e a l i s e e s (stocks) P l u s - v a l u e monetaire P r o f i t d ' e n t r e p r i s e P r o f i t a t t r i b u a b l e aux a c t i o n n a i r e s 12 000 FF 6 837 750 630 3 783 226 118 4 127 FF 12 000 FF 6 837 500 630 4 033 226 4 259 FF 12 000 FF 6 837 750 630 3 783 217 4 000 FF A v o i r des a c t i o n n a i r e s au 31 decembre 19x1 C a p i t a l - a c t i o n s P r o f i t . R etraitement pour i n f l a t i o n P l u s - v a l u e r e e l l e non r e a l i s e e ( s t o c k s ) , P l u s — v a l u e s r e e l l e s t o t a l e s PVRT P l u s - v a l u e s f i c t i v e s t o t a l e s PVFT Redressement f i n a n c i e r 1 000 4 127 350 11* 1 000 4 259 218 11 1 000 4 000 5 488 FF 5 488 FF 237** 468*** (217) 5-488 FF I m m obilisa-Stocks t i o n s  P.V. r e e l l e P.V. f i c t i v e f i c t i v e P l us -value s r e a l i s e e s 226 FF 161 FF 30 FF Plus - v a l u e s non r e a l i s e e s 11 7 270 ** 237 FF 168 FF 300 FF *** 468 FF * P r e s e r v a t i o n du c a p i t a l en terme r e e l . • • P r e s e r v a t i o n des c a p a c i t e s de fonctionnement. 150 sur immobilisations sera aussi i n f e r i e u r e de 42 francs. Done, les consequences se montrent au niveau du p r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n et non au niveau du p r o f i t d'entreprise. Le p r o f i t d ' e x p l o i t a -t i o n d i f f e r e r a grandement entre l'approche francaise et l'appro-che canadienne s i l ' e n t r e p r i s e connait des taux d ' i n f l a t i o n specifiques tr§s eloignes du taux d ' i n f l a t i o n general. E n f i n , une t e l l e approche debouchera sur des montants d ' a c t i f s reeva-lues eloignes de l a r e a l i t e dans l e cas ou l e s v a r i a t i o n s spe-c i f iques de p r i x d i f f e r e n t grandement de 1'evolution generale des p r i x . Pourquoi ne pas prendre une approche theorique coherente dans l e domaine de l a comptabilite d ' i n f l a t i o n . En e f f e t , on ne semble pas s'etre i n s p i r e de modeles t e l s Edwards & B e l l , Chambers et autres dans l a preparation du present Avis. 6.9 SYSTEME DE VALORISATION FRANCAIS ET LE REDRESSEMENT  FINANCIER Le redressement f i n a n c i e r se trouve naturellement a f f e c t e par l e systeme de v a l o r i s a t i o n preconise par l a France. I l sera d ' a i l l e u r s a f f e c t e de deux faeons. D'abord, l e r a t i o (en e f f e t , a l a page 173 de 1'appendice I I I , on peut v o i r que 1'Avoir net moyen au coQt actuel est a f f e c t e a cause du montant reevalue des immobilisations) puis le montant des plus-values auquel on applique l e r a t i o (le montant des plus-values dans 1'exemple est de 417 francs comparativement a 459 au Canada). C'est done un redressement c a l c u l e en p a r t i e sur des plus-values globales et en p a r t i e sur des plus-values f i c t i v e s que l'on effectue. Enf i n , l e tableau V l a i s s e v o i r l a comparaison entre l e systSmes de v a l o r i s a t i o n preconises par l a France, l e Canada et les Etats-Unis. L'approche canadienne ressemble beaucoup I I'approche americaine a l a d i f f e r e n c e qu'aux Etats-Unis, I I information est presentee de t e l l e sorte que l e cout d ' o r i gine indexe est demontre de meme que l e cout a c t u e l . T a b l e a u V COMPARAISON DES SYSTEMES DE VALORISATION U T I L I S E S Pays -Methode R e t r a i t e m e n t du c o u t des v e n t e s R e t r a i t e m e n t de 1 1 a m o r t i s s e m e n t Methode c o n s e i l l e e de r e t r a i t e m e n t du c o u t des v e n t e s F r a n c e A v i s des e x p e r t s c o m p t a b l e s VS PAG • C a l c u l des c o n s o m m a t i o n s s e l o n l a methode LIFO • C a l c u l de l a v a r i a t i o n des s t o c k s au c o u t h i s t o r i q u e e t d e s s t o c k s au c o G t a c t u e l • C o n s t a t a t i o n d'un f o n d s de r e n o u v e l l e m e n t a p a r t i r de l a d e t e r m i n a t i o n d'un s t o c k de base . Canada P r i x d ' e n t r e e c o u r a n t s VS VS •Cout u n i t a i r e moyen r e e l de p r o d u c t i o n •Moyenne des c o u t s de r e m p l a c e m e n t d e b u t e t f i n d ' e x e r c i c e • C a l c u l des c o n s o m m a t i o n s s e l o n l a methode LIFO E t a t s - U n i s P r i x c o n s t a n t s j PAG 1 v a r i a t i o n PAG • R e e v a l u a t i o n des s t o c k s i n i t i a u x e t f i n a u x en $ de m i l i e u d ' e x e r c i c e E t a t s - U n i s P r i x d 1 e n t r e e c o u r a n t s J g l o b a l e VS VS •Moyenne des c o u t s de r e m p l a c e m e n t d e b u t e t f i n d ' e x e r c i c e • C a l c u l des c o n s o m m a t i o n s s e l o n l a methode LIFO • R e e v a l u a t i o n des s t o c k s i n i t i a u x e t f i n a u x en $ de m i l i e u d ' e x e r c i c e PAG = P o u v o i r d ' a c h a t g e n e r a l de l a monnaie ( t a u x d ' i n f l a t i o n g e n e r a l ) VS = V a r i a t i o n s p e c i f i q u e de p r i x ( t a u x de v a r i a t i o n p r o p r e s a c h a c u n des b i e n s u t i l i s e s p a r l ' e n t r e p r i s e ) Ln to 153 Chapitre 7 APPRECIATION GENERALE ET CONCLUSION 7.1 APPRECIATION GENERALE DE L'APPROCHE FRANCAISE Lorsque l'on j e t t e un coup d ' o e i l a l ' e v o l u t i o n de l a s i t u a t i o n concernant l a comptabilite de 1 ' i n f l a t i o n en France, on est en d r o i t d'etre d'abord tr&s enthousiaste puis par apr£s d e s i l l u s i o n n e . Enthousiaste lorsqu'on regarde l ' h i s t o r i q u e et que l'on r e a l i s e que d&s l e s annees 1920, des methodes comptables assez sophistiquees etaient elaborees dans l e but de t e n i r compte de 1 ' i n f l a t i o n et ce dans l e corps meme des etats f i n a n c i e r s . Desillusionne lorsqu'on compare ce qui se f a i t presentement en France avec ce qui se f a i t dans d'autres pays. On s a i t par exemple que l e Royaume Uni a adopte un module de comptabilite au cout actuel (Nominal CCA) en 1980, l e s americains pour leur part ont un systeme de coQt actuel r e e l en operation depuis 19 79 et enfin nous exigeons au Canada des donnees corrigees des e f f e t s des v a r i a t i o n s de p r i x depuis l e debut en 1983. Or, en France, on en est encore au stage de 1'expose-sondage. I l est v r a i que l a reevaluation legale des b i l a n s o f f r a i t des donnees corrigees sur c ertains postes des etats f i n a n c i e r s jusqu'au 31 decembre 154 1979* (mais non sur les stocks - v o i r reference 63 page 68). Ce qui est quelque peu surprenant, e'est de constater que plusieurs auteurs francais f a v o r i s e n t 1'indexation (evolution du niveau general des prix) comme co r r e c t i o n des etats f i n a n c i e r s . 1 0 * Or, on a pu se rendre compte au cours des dernieres annees que 1'indexation sur le niveau general des p r i x en tant que t e l l e e t a i t p l u t o t une methode simp l i s t e et que l e lecteur lui-meme sav a i t f a i r e les ajustements dont i l a besoin pour t e n i r compte du facteur i n f l a t i o n . D'autres auteurs t e l s Broncy et C a i l l i a u 1 0 7 proposent l a "methode combinee", qui constitue un melange de deux mgthodes, s o i t 1'indexation sur l e NGP et les valeurs courantes, e'est d ' a i l l e u r s l a p o s i t i o n a c t u e l l e du Conseil superieur des *Rappelons-nous que l e s e n t r e p r i s e s concernees p o u v a i e n t en e f f e t p r o c e d e r a l a r e e v a l u a t i o n de l e u r s i m m o b i l i s a t i o n s au p l u s t a r d dans l e s e c r i t u r e s de I ' e x e r c i c e c l o s l e 31 decembre 1979. 106 T e l s : T o u r n i e r , Jean-Claude, S a v o i r g e r e r l ' e n t r e p r i s e face a  1 ' i n f l a t i o n - v e r s une c o m p t a b i l i t e indexee , P a r i s , 1977. B u r l a u d , A l a i n , C o m p t a b i l i t e et i n f l a t i o n , P a r i s , 1977. 107 Broncy, G i n e t t e , "La r e e v a l u a t i o n l e g a l e des b i l a n s : o p e r a t i o n - v e r i t e ou m i r o i r deformant", Revue f r a n c a i s e de  g e s t i o n , m a r s - a v r i l 1979, pp. 7 a 12. C a i l l i a u , Jean-Claude, " V e r i t e des b i l a n s ? Le p o i n t de vue d'un expert-comptable", Analyse f i n a n c i e r e no 27, 1976, pp. 72 a 76. 155 experts comptables. Or i l a ete explique au chapitre precedent l a f a i b l e s s e d'un t e l syst£me de v a l o r i s a t i o n . Neanmoins, l a recente p r i s e de p o s i t i o n de l a France au chapitre de l a comptabilite d ' i n f l a t i o n temoigne d'une volonte d'elaborer des solutions a l a f o i s pratiques et simples comme l e mentionne Jean-Claude Lemaire: " L ' A v i s des e x p e r t s comptables a l e m e r i t e de sa s i m p l i c i t e : r e g i e s C l a i r e s , bonne l o g i q u e de l a c o r r e c t i o n du cout des v e n t e s , s u g g e s t i o n s p r a t i q u e s nom-breuses ( u t i l i s a t i o n d'un taux d ' i n t e r e t r e e l pour c a l c u l e r l e taux d'endettement, r e f e r e n c e a un s t o c k de base)."^"® Ce qui est l e plus frappant, c'est de constater l e manque de c r i t i q u e s de l a part d'auteurs francais notamment a l ' e n d r o i t de l'Avis des experts comptables r e l a t i f a l a comptabilite d ' i n f l a t i o n . De plus, l e peu'de c r i t i q u e s rencontrees sont d'une sobriete etonnante. S i l'on compare les c r i t i q u e s f r a n -gaises avec les nombreuses c r i t i q u e s d'auteurs canadiens face a 1'expose-sondage sur les e f f e t s des v a r i a t i o n s de p r i x , i l y a de quoi etonner. D'autant plus q u ' i l y a v a i t certes matiere 3. c r i t i q u e r dans l'Avis des experts comptables. 108 Lemaire, Jean-Claude, "Methodes d ' o b t e n t i o n dun r e s u l t a t d ' e x p l o i t a t i o n c o r r i g e des e f f e t s de 1 ' i n f l a t i o n " , Revue  f r a n c a i s e de c o m p t a b i l i t e , J a n v i e r 1983, p. 22. 156 7.2 CONCLUSION Cette recherche m'a permis de me f a m i l i a r i s e r avec I'approche francaise dans l e developpement de ses normes compta-bl e s . Je suis d'avis que l e f a i t que l a profession s o i t r e g l e -mentee par l.'Etat peut dans ce r t a i n s cas etre un obstacle a son evolution. Les p r i s e s de p o s i t i o n r e l a t i v e s a l a comptabilite d ' i n f l a t i o n demontrent a quel point les aspects fiscaux et comptables sont i n t e r r e l i e s en France. Dans un autre ordre d'idees, pour ce qui est du Canada f r a n c a i s , i l est dommage que l'on ne se ref§re pas plus aux ouvrages francais qui sont souvent trSs bien concus et presen-tes. Pour ce qui est.du domaine de recherche r e l i e a cette d i s s e r t a t i o n , c e r t a i n s de ces ouvrages resumaient l a p o s i t i o n americaine et britannique, ce qui p o u r r a i t nous etre d'un grand secours a nous francophones d'Amerique du Nord. En terminant, en ce qui regarde 1 ' i n f l a t i o n , l a comptabilite a un r o l e a jouer. Son r61e ne s e r v i r a probablement pas a mieux prevoir les taux d ' i n f l a t i o n futurs car e l l e n'a jamais ete un tr&s bon instrument de p r e v i s i o n . Ce a quoi on est en d r o i t de s'attendre, c'est q u ' e l l e contribue a f a i r e connaitre l e s trans-f e r ts i n f l a t i o n n i s t e s qui s'op£rent dans l ' e n t r e p r i s e , que ce s o i t entre actionnaires et o b l i g a t a i r e s , entre employeurs et s a l a r i e s ou entre le f i s c et l ' e n t r e p r i s e . 157 BIBLIOGRAPHIE Ouvrages Auf f r e t , Marc, La France de, 1,'entre-deux-guerres, 1919-1939,- .  P a r i s , Ed. cu l t u r e , a r t , l o i s i r s : c o l l e c t i o n H i s t o i r e de l a France, 1972, pp. 67-68. Belkaoui, Ahmed, Theorie comptable, Les Presses de l ' U n i v e r s i t e du Quebec, 1981, pp. 131 a 210. Boussard, Daniel, Comptabilite et i n f l a t i o n , Ed. Masson, P a r i s , 1983, pp. 1 a 142. Burlaud, A l a i n , Comptabilite et i n f l a t i o n , E d i t i o n s Cujas, P a r i s , 19 77, pp. 26 a 60. Chambers, R.J., Accounting f o r I n f l a t i o n ; Methods and Problems, Uni v e r s i t y of Sidney, 1975, pp. 81 a 92. Duby, G. H i s t o i r e de l a France, Ed. Frangaises Inc., 1970, L i b r a i r i e Larousse, pp. l a 111. Edwards, Edgar, 0., B e l l , P h i l i p , W., The Theory and Measurement  of Business Income, Unive r s i t y of C a l i f o r n i a Press, 6th e d i t i o n , 1972. Hendleberger, Charles, I n f l a t i o n and Current Value Accounting, Ed. James C. McKeown, I l l i n o i s , 1979, pp. 1 a 171. Hendriksen, Elden, S., Accounting Theory, fourth e d i t i o n , Richard D. Irwin Inc., I l l i n o i s , 1982, pp. 136 a 235. Kenry, More, Fluctuations, v a r i a t i o n s des p r i x et i n f l a t i o n , U n i v e r s i t e d 1 A i x - M a r s e i l l e s , pp. 1 a 24. (non date) Hicks, J.R., Value and C a p i t a l , Oxford, Clarendon Press, 2eme e d i t i o n , 1946, p. 122. Hoffmann, S., Kindleberger, Ch.-P., Wylie, L., P i t t s , J.-R., Duroselle, J.-B., Goguel, F., A l a recherche de l a France, Editions du S e u i l , P a r i s , 1963, pp. 140 a 144. (traduction frangaise) Lee, T.A., Income and Value Measurement - Theory and P r a c t i c e , 2eme e d i t i o n , U n i v e r s i t y Park Press, Baltimore, 1980, pp. 6 a 172. McKeown, James, C , I n f l a t i o n and Current Value Accounting, Ed. James C. McKeown, I l l i n o i s , 1979, pp. 57 a 72. 158 Most, Kenneth, Accounting Theory, Ed. Grid, Miami, 1977, pp. 123 a 140. Myers, Stewart, C , Modern Developments i n F i n a n c i a l Management, Ed. Stewart C. Myers, School of management, MIS, 1981, pp. 119-131. Neurisse, Andre, H i s t o i r e du franc, Presses u n i y e r s i t a i r e s de France, c o l l e c t i o n Que s a i s - j e ? , 1967, no 1082, pp. 1 a 126. Riv o i r e , Jean, L'economie mondiale depuis 1945, Presses u n i v e r s i -t a i r e s de France, c o l l e c t i o n Que s a i s - j e ? , 1980, no 1856, pp. 87 a 89. Rostow, W.W., The World Economy History and Prospect, Ed. Austin, London, Un i v e r s i t y of Texas Press, 1978, p. 351. Seneterre, A l a i n , I n f l a t i o n et gestion, Ed. Dunod, P a r i s , 1980, pp. 1 a 159. Vezina, P i e r r e , La determination du p r o f i t comptable et les  changements dans les p r i x , Les presses de l ' U n i v e r s i t e Laval, 1969, 1 a 238. 159 A r t i c l e s de revues Assouline, D., "La p r o v i s i o n pour hausse des p r i x en tant que procedure de redressement des comptes de stocks en periode d ' i n f l a t i o n " , I I I , periodique, TC: Travaux et methodes, France, 19 78, pp. 41 a 48. Boussard, Daniel, "La v a l i d i t e des taux de r e n t a b i l i t e comptables: Quelques exemples", Revue frangaise de comptabilite, octobre 1982, pp. 363 a 375. Broncy, Ginette, "La reevaluation des b i l a n s : o p e r a t i o n - v e r i t e ou m i r o i r deformant", Revue frangaise de comptabilite, mars-avril 1979 , pp. 7 a.12. C a i l l i a u , Jean-Claude, "Verite des b i l a n s ? l e point de vue d'un expert comptable", Analyse f i n a n c i e r e no 27, 4e trimestre, 1976, pp. 72 a 76. Centre d'information et de documentation, "Expert comptable et diplome de gestion comptable", P a r i s , septembre, 1979, pp. 1 a 4. Centre d'information et de documentation, "Le comptable", P a r i s , septembre 1979, pp. 1 a 4. C o l i n , Paul, "Reflexion sur l a c o r r e c t i o n des e f f e t s de 1 ' i n f l a -t i o n " , Revue frangaise de comptabilite, a v r i l 1982, pp. 168 a 170. De K e r v i l e r , I s a b e l l e , "Amortissements et provisions pour depre-c i a t i o n : l a nouvelle doctrine du plan comptable general r e v i s e " , Revue France comptable, 1980, pp. 294-303. Descamps, Rene, "Une approche nouvelle de l a comptabilite d ' i n f l a t i o n " , Revue frangaise de gestion no 17, septembre-octobre, 1978, pp. 32 a 44. Desreumaux, A l a i n , "Reevaluation des b i l a n s : Les legons de 1'experience", Revue frangaise de comptabilite, a v r i l 1982, pp. 162 a 167. Heim, Michel, "Comptabilite et declarations f i s c a l e s : controle de concordance", periodique, Revue frangaise de comptabilite, France, 1978, pp. 493 a 502. Holzer, H., Peter et Schonfeld, Hanns-Martin, "The french approach to the post-war p r i c e l e v e l problem", The  Accounting Review, a v r i l 1963, pp. 382 a 388. Lecointre, G i l b e r t , "Pour un nouveau depart: ne pas indexer mais reevaluer", Revue frangaise de comptabilite, mars 19 83, pp. 145 a 148. 160 Lefebvre, Francis, "La reevaluation l i b r e des b i l a n s " , B u l l e t i n  de documentation des impots d i r e c t s et des d r o i t s d'enre-gistrement, Ed. F. Lefebvre, decembre 1973, pp. 983 a 995. Lemaire, Jean-Claude, "Methodes d'obtention d'un r e s u l t a t d ' e x p l o i t a t i o n c o r r i g e des e f f e t s de l ' i n f l a t i o n " , Revue  francaise de comptabilite, Janvier 1983, pp. 14 a 22. Maarek, Gerard, "La gestion de l ' e n t r e p r i s e en periode d ' i n f l a -t i o n . S t rategie et comptabilite d ' i n f l a t i o n " , periodique, Revue francaise de comptabilite no 2, France, 1978, pp. 27 a 35. Mattessich, Richard, "Major concepts and problems of i n f l a t i o n : part I", CGA Magazine, mai 1981, pp. 10 a 15. Mattessich, Richard, "General purchasing power, c a p i t a l mainte-nance and the Canadian CCA exposure d r a f t : (major concepts and problems of i n f l a t i o n accounting - part I I ) " , CGA  Magazine, j u i n - j u i l l e t 1981, pp. 20 a 27. Mattessich, Richard, "On the evolution of i n f l a t i o n accounting-with a comparison of seven major models", Economic Azien-dale, v o l . 1, numero 3, decembre 1982, pp. 1 a 32. Most, Kenneth, S., "The french accounting experiment", The  International Journal of Accounting, Janvier 1971, pp. 15 a 27. "Reevaluation des operations non amortissables", B u l l e t i n du  CNCC, no 26, j u i n 1977, pp. 173 a 219. Ro b i l l a r d , J . , Lauzon, L.-P., "Plaidoyer pour une meilleure mesure du benefice comptable", Revue France comptable, no 99, 1980, pp. 32 a 41. Ramon, Jean-Pierre, "Une r e d e f i n i t i o n du c a p i t a l de l a firme", Revue francaise de gestion, novembre-decembre 1979, pp. 77 a 86. Scapens, R.W., "The treatment of i n f l a t i o n " , The Accounting  Review, septembre 1973, pp. 10 a 16. Solomons, David, "Economics and accounting concepts of income", The Accounting Review, j u i l l e t 1961, pp. 374-383. "Sommaire de l ' i n f l a t i o n et des facteurs r e l i e s , principaux pays de l'OCDE", Revue economique, Ottawa, a v r i l 19 81, p. 31. Tyra, Anita, I., " F i n a n c i a l d i s c l o s u r e pattern i n four european countries",-The International Journal of Accounting, printemps 1970, pp. 90 a 101. 161 V a l i n , Gerard, "Comptabilite et i n f l a t i o n : incidences sur l ' e q u i l i b r e f i n a n c i e r des compagnies d 1 assurance", Revue  francaise de comptabilite, mai 1982, pp. 212 a 217. Vibes, P i e r r e , "Comment apprecier 1'evolution des charges en periode d ' i n f l a t i o n " , Revue f rancaise de gestion, septembre-octobre 1981, pp. 45 a 48. Wasserman, Max, J . , "Accounting p r a c t i c e s i n France during the period of monetary i n f l a t i o n , 1919 - 1927", The Accounting  Review, mars 1931, pp. 1 a 29. 162 Autres publications Annuaire s t a t i s t i q u e 19 61, Nations-Unies, treizieme e d i t i o n , New-York, 1961, pp. 480-481. Annuaire s.tatistique 19 72, Nations-Unies, vingt-quatriSme e d i -t i o n , New-York, 1973, pp. 573-574. Annuaire s t a t i s t i q u e 1979-1980, Nations-Unies, trente-et-unieme e d i t i o n , New-York, 1981, pp. 720-721. Annuaire s t a t i s t i q u e de l a France, Resume r e t r o s p e c t i f 1966, soixante-douzieme volume, nouvelle" s e r i e no 14, P a r i s , p. 405. "Avis et rapports du c o n s e i l economique et s o c i a l " , Journal o f f i c i e l de l a republique francaise no 15, 17 j u i n 1982, pp. 617 a 640. Conseil n a t i o n a l de l a comptabilite, "Methodes des valeurs a c t u e l l e s " , no 382-75-10, mars 1975, pp. 1 a 3. Conseil n a t i o n a l de l a comptabilite, "Methodes des valeurs historiques indexees", no 382-75-09, f e v r i e r 1975, pp. 1 a 8. Conseil n a t i o n a l de l a comptabilite, "Presentation comparee des valeurs obtenues par a p p l i c a t i o n des d i f f e r e n t e s methodes de comptabilisation", no 382-75-11, f e v r i e r 1975, pp. 1-2. Conseil superieur de l'Ordre des experts comptables et des comptables agrees (OECCA). , "Avis r e l a t i f a l a reevaluation des b i l a n s " , j u i l l e t 1978, pp. 1 a 4. Conseil supereur de l'Ordre des experts comptables et des comptables agrees (OECCA), "Avis r e l a t i f aux e f f e t s de l a reevaluation des bilans sur les comptes consolides", mai 1979, pp. 1 a 4. Conseil superieur de l'Ordre des experts comptables et des comptables agrees (OECCA), "Avis r e l a t i f a 1'etablissement de. certaines donnees corrigees des e f f e t s de v a r i a t i o n s de p r i x " , mars 1981, pp. 1 a 8. Conseil superieur de l'Ordre des experts comptables et des comptables agrees (OECCA), "L'exercice du commissariat aux comptes dans l e cadre de l a nouvelle l e g i s l a t i o n sur les societes commerciales" , 1970. Conseil superieur de l'Ordre des experts comptables et des comptables agrees (OECCA) , L ' i n f l a t i o n et l'entreprise., etude presentee a 1'occasion du XXXIeme congr§s n a t i o n a l , 1976, pp. 1 a 407. 163 "Experts comptables et comptables agrees — Reglementation des t i t r e s et des professions", Journal o f f i c i e l de l a Republi-que frangaise no 1373, octobre 1971, pp. 1 a 109. F i n a n c i a l accounting standards board, F i n a n c i a l Reporting and  Changing P r i c e s , statement no. 33, Stamford, septembre 1979. I n s t i t u t canadien des comptables agrees, Manuel de l'ICCA, Toronto, decembre 19 82. La corporation p r o f e s s i o n n e l l e des e.g.a. du Quebec, " P e t i t i o n a 1'office des profession's du Quebec", Quebec, j u i n 1975, pp. 5 a 23. " L e g i s l a t i o n " , Recueil Dalloz, Sirey, P a r i s , 1978, pp. 118-121 et 389-391. Les nouvelles dimensions de l a profession d'expert comptable, Etude presentee a 1'occasion du VI§me congr§s n a t i o n a l de 1 ' I n s t i t u t frangais des experts comptables, supplement a l a Revue economie et comptabilits, j u i l l e t 1972. "Lois et decrets", Journal o f f i c i e l de l a republique frangaise, annee 1982, P a r i s , pp. 1 et 2. Mattessich, Richard, "Commentary on the re-exposure d r a f t on 'reporting the e f f e c t s of changing p r i c e s ' of the accounting research committee", Un i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancou-ver, 1982, pp. 1 a 11. O f f i c e des professions du Quebec, fessions du Quebec en France" 6. Prices and P r i c e Indexes 1913-1940, Dominion bureau of s t a t i s -t i c s , government of Canada, Ottawa, 19 42, p. 58. Pri c e s and P r i c e Indexes January 1951, Dominion bureau of s t a -t i s t i c s , government of Canada, Ottawa, 19 52, p. 14. Prices and Price Indexes December 195 7, Dominion bureau of s t a t i s t i c s , government of Canada, Ottawa, 1958, p. 20. Principaux indicateurs economiques OCDE, Departement des a f f a i r e s economiques et s t a t i s f i q u e s , a v r i l 1983, pp. 174-175. S t a t i s t i c a l Abstract of the United States 19 79, 100th annual e d i -t i o n , Bureau of the Census, Washington, 19 79, p. 483. S t a t i s t i c a l Abstract of the United States 1955, 76th annuel e d i t i o n , Bureau of the Cencus, Washington, 1953, p. 313. "Mission de 1' o f f i c e des pro-, Quebec, a v r i l . 1975 , pp. 1 a 164 APPENDICES Appendice I Annee Taux d ' i n f l a t i o n c o m p a r a t i f s p our l a F r a n c e , l e Canada e t l e s E t a t s - U n i s (1914-1982) France Canada E.-U. France Annee Canada E.-U. 1914 0.4 1.4 _ 1949 3.7 ( i.o) 13.2 1915 2.0 1.2 19.0 1950 3.5 1.0 10.0 1916 8.2 7.4 12.6 1951 10.5 8.0 16.3 1917 18.3 17.6 19.4 1952 2.5 ' 2.3 11.9 1918 13.2 17.3 29.4 1953 ( 1.0) 0.8 ( 1.0) 1919 9.9 15.1 25.1 1954 1.0 0.3 -1920 15.8 15.8 37.8 1955 - ( 0.4) 1.0 1921 (12.0) (10.9) (12.6) 1956 1.0 1.5 2.0 1922 ( 8.5) ( 6.3) ( 3.8) 1957 3.9 3.6 2.9 1923 0.3 1.8 11.0 1958 1.9 2.7 14.2 1924 ( 1.8) 0.3 14.1 1959 1.9 0.8 6.6 1925 0.9 2.6 7.1 1960 0.9 1.6 3.9 1926 1.0 0.8 30.2 1961 0.5 1.0 3.3 1927 ( 1.6) ( 1.9) 4.3 1962 1.2 1.1 4.9' 1928 0.5 ( 1.2) ( 0.2) 1963 1.8 1.2 4.8 1929 1.0 - 6.2 1964 2.0 1.3 3.0 1930 ( 0.7) ( 2.6) 0.7 1965 2.0 1.7 2.9 1931 ( 9.7) ( 9.0) ( 3.9) 1966 3.8 2.9 2.8 1932 ( 9.3) (10.2) ( 8.8) 1967 3.7 2.9 2.8 1933 ( 4.6) ( 5.3) ( 3.3) 1968 4.5 4.2 4.5 1934 1.4 3.4 ( 4.2) 1969 4.3 5.4 6.0 1935 0.5 2.6 ( 8.4) 1970 3.3 5.9 • 5.6 1936 2.0 1.0 7.3 1971 3.2 4.3 5.3 1937 3.2 3.5 25.9 1972 4.9 3.3 5.7 1938 1.0 ( 1.8) 13.5 1973 7.4 6.2 7.1 1939 ( 0.7) ( 1.5) 6.5 1974 11.2 - 11.0 14.2 1940 4.0 0.8 18.7 1975 10.1 9. 1 11.7 1941 5.8 5.0 17.3 1976 7.7 5.8 9.8 1942 4.7 10.8 20.1 1977 7.8 6.5 8.9 1943 1.2 6.2 23.4 1978 9.1 7.7 9.3 1944 0.4 1.6 23.0 1979 9.1 11.3 10.7 1945 0.5 2.3 48.4 1980 10.1 13.5 13.6 1946 3.4 8.5 52.6 1981 12.4 10.4 13.4 1947 9.6 14.5 49.2 1982 10.8 6.1 11.8 1948 14.4 7.6 58.7 Appendice I ( s u i t e ) Source: 166 Prices and Price Indexes 1913-1940 Dominion Bureau of S t a t i s t i c s , Internal Trade Branch, Ottawa, 1942, p. 58 S t a t i s t i c a l Abstract of the  United-States 1955 76th Annual E d i t i o n , Washington 25, D.C, p. 317 Annuaire S t a t i s t i q u e de l a France Resume Retros p e c t i f 1966, Soixante-Douzieme Volume Nouvelle S e r i e , No. 14, P a r i s , p. 405 Prices and Price Indexes January 1951 Government of Canada, Dominion Bureau of S t a t i s t i c s , Ottawa, Canada, Vol. 29 - No. 1, p. 14 Prices and P r i c e Indexes December 1957 Dominion Bureau of S t a t i s t i c s Labour and Prices D i v i s i o n , Ottawa, 1958, Vo l . 35 - No. 12, p. 20 S t a t i s t i c a l Abstract of the  United-States 100th E d i t i o n , U.S. Department of Commerce, Bureau of the Cencus, 1979, p. 483 Annuaire S t a t i s t i q u e , 1961 Nations-Unies, Treizieme Annee, New-York, 1961, p. 480 p. 481 Rostow, W.W., The World Economy  History and Prospect Ed. Austin & London, 1978, U n i v e r s i t y of Texas Press, p. 351 Canada Etats-Unis France 1914-1940 1914-1954 1914-1952 1941-1950 1951-1952 1955-1978 1953-1960 1953-1960 1961-1963 1961-1963 Appendice I ( s u i t e ) Source: 167 Canada Etats-Unis France Annuaire S t a t i s t i q u e 1972 Nations-Unies, Vingt-quatrieme E d i t i o n , New-York, 1973, p. 573 1964-1971 p. 574 1964-1971 Annuaire S t a t i s t i q u e 1979-80 Nations-Unies, Trente et Unieme E d i t i o n , New-York, 1981, p. 720 1972-1978 721 1972-1978 "Sommaire de l ' i n f l a t i o n et des facteurs r e l i e s , principaux pays de I'OCDE" Revue economique A v r i l 1981, Canada, p. 31 1979-1980 1979-1980 1979-1980 Principaux ind i c a t e u r s economiques  OCDE Departement des a f f a i r e s economiques et s t a t i s t i q u e s , a v r i l 1983, p.174 1981-1982 1981-1982 p. 175 1981-1982 Appendice II E x p l i c a t i o n des symboles des tableaux I, I I , . I I I e t IV CA - C a p i t a l - a c t i o n s D - Depenses t o t a l e s au cout actuel ca r PAA - P r o f i t a t t r i b u a b l e aux acti o n n a i r e s PE - P r o f i t d'entreprise PE^ - P r o f i t d'entreprise r e a l i s e PECA - P r o f i t d ' e x p l o i t a t i o n au cout actuel PVFT - Plus-value f i c t i v e t o t a l e (comprenant r e a l i s e e et non r e a l i s e e ) PVGT - Plus-value globale t o t a l e (comprend plus-value nominale r e a l i s e e et non r e a l i s e e ) PVM - Plus-value monetaire PVRNR - Plus-value r e e l l e non r e a l i s e e PVRR - Plus-value r e e l l e r e a l i s e e PVRT - Plus-value r e e l l e t o t a l e (comprenant r e a l i s e e et non r e a l i s e e ) RF - Redressement f i n a n c i e r RI - Retraitement pour l ' i n f l a t i o n 169 APPENDICE I I I CALCUL DES DONNEES A INCLURE DANS L'INFORMATION AU COUT ACTUEL (Exemple 6-2 et t a b l e a u x I I , I I I et IV y a f f e r a n t ) RETRAITEMENT RELATIF AUX STOCKS U n i t e s vendues uniformement durant l ' e x e r c i c e Achats Stocks a. l a . f i n Cout des ventes 8 250 FF 1 800 6 450 6 450 x 1 .06 = 6 837 FF au cout a c t u e l x 1.025 = 6 611 FF au cout d ' o r i g i n e indexe P l u s - v a l u e s r e a l i s e e s g l o b a l e s f i c t i v e s r e e l l e s 387 FF (6 837 - 6 450) 161 (6 611 - 6 450) 226 FF (6 837 - 6 611) non r e a l i s e e s 3 00 u n i t e s @ 6.0 F 1 800 x (1 + .12/12) 1 800 x (1 + .05/12) 1 800 FF cout d ' o r i g i n e 1 818 FF cout a c t u e l 1 807 FF cout d ' o r i g i n e indexe g l o b a l e s f i c t i v e s r e e l l e s 18 FF (1 818 - 1 800) 7 (1 807 - 1 800) 11 FF (1 818 - 1 807) Pour ce q u i e s t du r e t r a i t e m e n t sur s t o c k s , 1 ' u t i l i s a -t i o n d ' i n d i c e s s p e c i f i q u e s e s t accepte a u s s i b i e n en France qu'au Canada. RETRAITEMENT RELATIF AUX IMMOBILISATIONS 6 000 x 1.12 ( p u i s q u 1 a c q u i s en = 6 720 cout a c t u e l debut d ' e x e r c i c e ) 6 300 x 1.05 = 6 300 cout d ' o r i g i n e indexe 170 P i u s - v a l u e s 720 FF (6 720 - 6 000) 300 (6 300 - 6 000) 420 FF (6 720 - 6 300) r e a l i s e e s non r e a l i s e e s Par l e b i a i s de 1'amortissement 648 (720 - 72) 270 (300 - 30) 378 (420 - 42) g l o b a l e s f i c t i v e s r e e l l e s g l o b a l e s 72 (672 - 600) f i c t i v e s 3_0 (630 - 600) r e e l l e s 42 (672 - 630) RETRAITEMENT RELATIF AUX IMMOBILISATIONS SUGGERE PAR LA FRANCE - s t r i c t e m e n t base sur 1 ' e v o l u t i o n g e n e r a l e des p r i x 6 000 x 1.08 = 6 300 cout d ' o r i g i n e indexe 6 000 cout d ' o r i g i n e 300 p l u s - v a l u e r e a l i s e e s non r e a l i s e e s amortissement 630 - 600 = 30 FF 300 - 30 = 270 FF GAIN SUR PASSIF MONETAIRE NET Solde au 1/1/19x1 Ventes Achats I n t e r e t s ( 5 000 FF) 12 000 ( 6 450) ( 1 800) ( 750 ) x 1 . 05 x 1 . 025 x 1. 025 x (1 + x 1 . 0 05/12) ( 5 250 FF) 12 300 ( 6 611) ( 1 807) ( 750) (2 000) FF Gain sur p a s s i f monetaire net (2 118) FF 118 FF FRAIS FINANCIERS NETS D'INFLATION Emprunt - Taux d ' i n t e r e t s nominal 15% - 5 000 FF I n t e r e t nominal 5 000 FF x 15% 750 FF P a r t i e a f f e r e n t e a l ' i n f l a t i o n 5 000 x 5% ( 250) I n t e r e t net d ' i n f l a t i o n 500 FF 171 RETRAITEMENT POUR L'INFLATION Plus-values f i c t i v e s sur postes non monetaires s t o c k s (VOIR r e t r a i t e m e n t r e l a t i f aux s t o c k s pour d e t a i l s ) r e a l i s e e s 161 FF non r e a l i s e e s 7 168 FF Im m o b i l i s a t i o n s (VOIR r e t r a i t e m e n t r e l a t i f aux i m m o b i l i s a -t i o n s pour d e t a i l s ) r e a l i s e e s 30 FF non r e a l i s e e s 2 7 0 300 FF T o t a l p l u s - v a l u e s f i c t i v e s 468 moins: g a i n sur p a s s i f monetaire net (118) Retraitement pour 1 ' i n f l a t i o n 3 5 0 RETRAI..TEMENT POUR L'INFLATION DANS LE MODELE OU LES- FRAIS FINAN- CIERS SONT PRESENTES NETS D'INFLATION T o t a l p l u s - v a l u e s f i c t i v e s r e a l i s e e s et non r e a l i s e e s 468 FF moins: gain monetaire du a 1 ' i n f l a t i o n i n c l u s dans l a charge d ' i n t e r e t s (750 - 500) 250 218 FF ACTIF NET AU COUT ACTUEL 1/1/19x1 31/12/19x1 A c t i f net au cout d ' o r i g i n e 1 000 FF 5 200 FF D i f f e r e n c e entre l e cout a c t u e l et l e cout d ' o r i g i n e Stocks cout a c t u e l - 1 818 cout d ' o r i g i n e - 1 80 0 - 18 172 I m m o b i l i s a t i o n s cout non amorti cout a c t u e l cout d ' o r i g i n e 6 000 6 000 6 048 5 400 648 A c t i f net au cout a c t u e l 1 000 FF 5 866 FF P a s s i f monetaire net au cout a c t u e l A v o i r des a c t i o n n a i r e s o r d i n a i r e s au cout a c t u e l Solde au 1/1/19x1 5 000 FF Solde au 31/12/19x1 2 000 Moyenne de I ' e x e r c i c e 3 500 FF 1 000 FF 5 866 3 433 FF C o e f f i c i e n t : P a s s i f monetaire net moyen  P a s s i f monetaire net moyen + A v o i r des a c t i o n -n a i r e s o r d i n a i r e s moyen au cout actue1 s o i t , 3 500 FF • I I — ! .•••II I _ C A Q, 3 50 0 FF. + 3 433 FF " REDRESSEMENT FINANCIER Base sur l e s p l u s - v a l u e s survenues au cours de I ' e x e r c i c e  Stocks r e a l i s e e s 387 FF non r e a l i s e e s 18 405 I m m o b i l i s a t i o n s r e a l i s e e s non r e a l i s e e s 72 648 720 1 125 FF 1- 12 5 FF x 50% =. 563 FF 173 Base sur l e s p l u s - v a l u e s r e a l i s e e s au cours de l ' e x e r c i c e  Stocks r e a l i s e e s 387 FF I m m o b i l i s a t i o n s r e a l i s e e s 72 459 FF 459 FF x 50% » 230 FF REDRESSEMENT FINANCIER (FRANCE) P l u s - v a l u e s r e a l i s e e s au cours de l ' e x e r c i c e Stocks - g l o b a l e s 387 FF I m m o b i l i s a t i o n s - f i c t i v e s (car l a r e e v a l u a t i o n se f a i t a l ' a i d e de l ' i n d i c e des p r i x a l a consommation) 30 417 FF ACTIF NET AU COUT ACTUEL (FRANCE) 1/1/19x1 31/12/19x1 A c t i f net au cout d ' o r i g i n e . 1 000 FF 5 200 FF D i f f e r e n c e entre l e cout r e e v a l u e et l e cout d ' o r i g i n e Stock - cout a c t u e l - cout d ' o r i g i n e 1 818 1 800 18 I m m o b i l i s a t i o n s - cout . d ' o r i g i n e indexe 6 000 5 670 - cout d ' o r i g i n e 6 000 5 400 270 A c t i f net au cout a c t u e l 1 000 FF 5 488 FF 174 P a s s i f monetaire net au A v o i r des a c t i o n n a i r e s cout a c t u e l au cout a c t u e l Solde au 1/1/19x1 5 000 FF 1 000 FF Solde au 31/12/19x1 2 000 5 488 Moyenne de I ' e x e r c i c e 3 500 FF 3 244 FF C o e f f i c i e n t 3 500 _ 52% 3 500 + 3 244 " Redressement f i n a n c i e r 417 FF x 52% = 217 FF On a done un redressement c a l c u l e en p a r t i e sur des p l u s -v a l u e s g l o b a l e s et en p a r t i e sur des p l u s - v a l u e s f i c t i v e s . Q u e l l e s i g n i f i c a t i o n peut-on donner a ce c h i f f r e ? 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0095539/manifest

Comment

Related Items