UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le Pere Emile Legault : l’homme et l’oeuvre Lindsay-Keay, Anne Caron 1974

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Notice for Google Chrome users:
If you are having trouble viewing or searching the PDF with Google Chrome, please download it here instead.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1974_A8 L55.pdf [ 11.58MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0093259.json
JSON-LD: 831-1.0093259-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0093259-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0093259-rdf.json
Turtle: 831-1.0093259-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0093259-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0093259-source.json
Full Text
831-1.0093259-fulltext.txt
Citation
831-1.0093259.ris

Full Text

LE PERE EMILE LEGAULT: L'HOMME ET L'OEUVRE 07 ANNE CARON LINDSAY-KEAY B.A., B i s h o p ' s U n i v e r s i t y , 1968 A THESIS SUBMITTED I N PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n t h e Department o f FRENCH V/e a c c e p t t h i s t h e s i s as c o n f o r m i n g t o t h e r e q u i r e d s t a n d a r d THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1974 In p resent ing t h i s thes is in p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y sha l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree t h a t permission fo r ex tens ive copying o f t h i s thes is f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h is rep resen ta t i ves . I t is understood that copying or p u b l i c a t i o n o f t h i s thes is f o r f i n a n c i a l gain sha l l not be al lowed wi thout my w r i t t e n permiss ion. Department of ffrenoh  The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date September 1974 RESUME L'ensemble des questions soulevees par l a r e a l i t e d'un theatre n a t i o n a l et contemporain de langue francaise au Canada et plus specifiquement au Quebec, se prete aujourd'hui a une argumentation complexe. Les aspects de ses debuts et de son o r i e n t a t i o n renferment en eux-memes une sorte d'enigme. En f a i t , on se pose souvent l a question: 350, 40, 25 ou 5 ans de theatre chez nous? II faut d i r e que ce n'est qu'au vingtieme s i e c l e et plus precisement vers l e s annees '40 et '50, qu'une t r a d i t i o n theatrale typiquement "canadienne" d 1ex-pression francaise commence a se f a i r e reconnaltre. Une etude du theatre quebecois contemporain, c'est-a-dire du theatre de 1940 a nos jours, nous oblige done a f a i r e des d i s t i n c t i o n s fondamentales entre ce qu'on nommait i l n'y a pas tres longtemps "theatre canadien-francais" et ce qu'on d e f i n i t depuis l a revolution t r a n q u i l l e comme etant " l e nouveau theatre quebecois." D ' a i l l e u r s , cette demarcation est a l ' o r i g i n e de toute l a proble-matique du theatre quebecois. Dans cette these, nous nous proposons d'etudier l e sens du mouvement de reevaluation et d'experimentation qui s'effectua sur l a scene "canadienne-francaise" entre l e s annees 1938 et 1952. A notre sens, on a pas suffisamment souligne 1'importance et l a portee du t r a v a i l de l'homme qui f u t responsable de 1'orientation du theatre de langue francaise au Canada. Cette etude v i s e en f a i t a affirmer que l'aventure du Pere Emile Legault et des Compagnons de St-Laurent, par l a forme qu'elle s'est donnee, par 1'action concrete i i i • a l a q u e l l e e l l e s ' e s t engagee e t par l e ca rac te re g l o b a l de ses p r i n c i p a l e s m a n i f e s t a t i o n s , d o i t e t r e vue comme l e premier courant majeur dans l ' a r t i c u -l a t i o n d 'une t r a d i t i o n dramatique authent iquement " c a n a d i e n n e - f r a n c a i s e " ou quebecoise. A ce meme t i t r e , l ' o n veu t s o u l i g n e r que l e fondateur -an imateur des Compagnons de S t -Lauren t es t en d r o i t d ' e t r e reconnu comme " . . „ 1 ' a c c o u -cheur du t h e a t r e q u e b e c o i s . . . " des v i n g t - c i n q de rn ie res annees. Cer ta ins " doutent de l a v a l i d i t e de ce t argument. Pour tous c e u x - l a , i l impor te de d i r e que l e Pere Emile Legau l t es t largement responsable de 1 'e f fe rvescence e t de l ' a c t i v i t e t h e a t r a l e a c t u e l l e au Quebec, en ce q u ' i l a regenere l ' a r t dramatique chez nous en l u i redonnant l e gout de l a v i e e t de l a l i b e r t e . En f a i t , i l es t i n d e n i a b l e que depuis ce t e f f o r t de renouvel lement l ' a r t t h e a t r a l autochtone l a i s s e p a r a i t r e sa v r a i e n a t u r e qu 'on n ' a v a i t jamais su l u i ass igner avant l 'epoque des Compagnons. A n o t r e sens, on ne peut p lus min imiser 1 ' i n f l u e n c e du Pere Legau l t e t des Compagnons sur l e degel c u l t u r e l e t s o c i a l au Quebec e t sur l 'avenement du nouveau t h e a t r e quebecois . Dans l e s c h a p i t r e s qu i s u i v e n t , i l conv ien t de f a i r e v o i r l e s i n f l u e n c e s p rec ises q u i f u r e n t a l a source de 1 ' i n s p i r a t i o n du Pere L e g a u l t , depuis son enfance j u s q u ' a sa m a t u r i t e a r t i s t i q u e . Une t e l l e analyse r e v e l e l es l i e n s de parente en t re l ' o e u v r e du Pere Legau l t e t c e l l e s de Jacques Copeau, Henr i Gheon, Leon Chancere l , l e C a r t e l des Quatre e t Cons tan t in S t a n i s l a v s k i , pour ne nommer que l es i n f l u e n c e s l es p l u s d i r e c t e s . Puis nous explorons 1 ' o r i e n t a t i o n n o u v e l l e que donne l e Pere Legau l t a l a scene quebecoise. Tout d 'abord c e l u i - c i developpe une atmosphere f a v o r a b l e a 1*epanouissement f u t u r de l a dramaturg ie quebecoise, en r e t a b l i s s a n t un a r t honnete, en temoignant un respec t pour 1 'oeuvre e c r i t e e t en encourageant l a c o l l a b o r a t i o n e n t r e nos e c r i v a i n s e t nos gens de t h e a t r e . Par son e n t r e -p r i s e e t par son exemple, l e d i r e c t e u r des Compagnons c o n t r i b u e a l a r e h a b i -l i t a t i o n du met ier de comedien e t a l a f o r m a t i o n de deux genera t ions d ' a c t e u r s quebecois. De son exper ience pedagogique sont s o r t i s l e Theatre du Nouveau-Monde e t l e Theatre Club a i n s i que nombre d 'equ ipes d 'amateurs dont l e s s a l l e s sont en vogue en t re 1955 e t 1965. I I a p p a r t i e n t egalement au Pere Legau l t d ' a v o i r r e s t r u c t u r e l e t h e a t r e canad ien- f ranca is e t d ' a v o i r mis a l a d i s p o s i t i o n de nos a u t e u r s , de nos acteurs e t de nos met teurs en scene, une scene epuree e t des ins t rumen ts de t r a v a i l propres a. son developpement. Cho is i ssan t d*en t reprendre un s e r v i c e s o c i a l au tan t que c u l t u r e l , l e Pere Legau l t e t ses Compagnons acceptent l es charges at tachees a c e t t e n o t i o n e t s u r t o u t i l s r e u s s i s s e n t a s e n s i b i l i s e r toutes l es couches de l a s o c i e t e quebecoise. L ' i n s t a u r a t i o n d 'un courant de t h e a t r e " p o p u l a i r e " au Quebec a c e t t e epoque, correspond a l ' a t t e n t e d 'une "democrat ie s o c i a l e " q u i comporte e s s e n t i e l l e m e n t l ' e s p o i r d 'une c u l t u r e que-becoise que l e thea t re essa ie ra lui-meme de c o n s o l i d e r . Done, i l f au t d i r e qu 'au de la des exemples q u ' i l s ont s u s c i t e s , d e 1 ' i n -f luence profonde q u ' i l s ont eue, l e m e r i t e du Pere Legault. e t des Compagnons de S t -Lau ren t t i e n t davantage au f a i t q u ' i l s on t prouve que l e t h e a t r e chez nous peut encore s e r v i r a quelque chose. T A B L E D E S M A T I E R E S Resume" ^ ^ I n t r o d u c t i o n - Le T h e a t r e Q u e b e c o i s de 1920 a 1937 1 C h a p i t r e I - I n i t i a t i o n du P e r e L e g a u l t au T h e a t r e 13 C h a p i t r e I I - F o r m a t i o n Europeenne 36 C h a p i t r e I I I - Le P e r e L e g a u l t e t l e s Compagnons de 55 S a i n t - L a u r e n t C h a p i t r e I V - L a R e c e p t i o n de l ' o e u v r e 0,2 C o n c l u s i o n - 1 2 6 B i b l i o g r a p h i e - X31 A p p e n d i c e s - 188 Nous tenons a remercier, pour leur precieuse collaboration*le Reverend Pere Emile Legault et MM. Adrien Therio et David Hayne. 1 . I N T R O D U C T I O N Le Theatre Quebecois de 1920 a 1937 11 Je ne sais pas d'etat qui demande des moeurs plus pures que le theatre". Diderot « L'"ensemble des questions soulev6es par l a reality d'un theatre national et contemporain de langue francaise au Canada et plus specifi'quement au Quebec, se prSte m§me aujourd'hui a une r argumentation complexe. Elle se voit indissolublement li6e au phenomene d'abord social et culturel, puis politique de sa drama-turgie, ainsi qu'a une multiplicity d'interpretations d'ordre es-th£tique, th£orique et pratique quant a sa formule artistique. Les aspects de ses debuts et de son orientation renferment en eux-m§-mes une sorte d'enigme. II est d i f f i c i l e de se soumettre a. une stricte periodisation historique s i l'on s'en tient aux divergen-ces d'opinions exprim<§es par nos critiques, historiens et biogra-phes a ce sujet. Les premieres manifestations thdatrales en Nou-velle-France remontent au 17ieme si&cle, soit i l y a environ 350 ans, comme l'affirme Jean Beraud. Ce n'est cependant qu'au 20ie-me sidcle et plus pr6cisement vers les ann6es '40 et '5Q, qu'une tradition theatrale typiquement "canadienne" d'expression francai-se commence a se faire reconnaitre. L'etude du theatre contemporain, c'est-a-dire du theatre de 1940 a nos jours, nous oblige a faire des distinctions fonda-mentales entre ce qu'on nommait i l n'y a pas tr&s longtemps "thea-tre canadien-francais" et ce qu'on definit depuis l a revolution tranquille comme etant "le nouveau theatre quebecois". Bien enten-du, le premier catalyse 1'action du deuxieme, mais malgre leurs as-pirations communes, i l s se distinguent nettement quant a leur es-sence. Michel Belair, dans son ouvrage sur Le Nouveau Theatre Que-becois, declare a ce propos: "Avant d'etre quebecois, l e theatre d'expression fran-$aise au Quebec a d'abord ete canadien. Canadien par ses themes, par les problemes a caractere universel q u ' i l abordait et aussi par une denegation certaine du contexte c i v i l i s a t i o n n e l dans lequel i l se manifes-tai-t. .-.Toutef ois., i l - f a u t . b i e n ..que *le theatre quebecois s'inspire de certains "ancetres"; i c i comme a i l l e u r s i l ne saurait §tre question de germination spontanee..."1 Puis i l ajoute: "La notion du theatre quebecois est toute entidre fon-dee sur l*id£e m§me de l a reconnaissance d'un f a i t , d'un donne quebecois".2 Pour a i n s i d i r e , une lit t e r a t u r e dramatique de nature canadienne-framjaise ne s'articule que depuis l'apr&s-guerre et sert d'entree en matiSre au f a i t theatral quebecois qui, l u i , "n'est que tres re-cent s i l'on considdre son affirmation revendicatrice, sa nature socio-politique actuelle et son langage. Toutefois, un nouveau courant dramatique ne se manifesto pas simplement par son contexte l i t t e r a i r e . I I doit egalement s 1interpreter d'apres les donnees constitutives de son expression artistique, de son evolution scenique et de sa conception esthe-tique sans lesquelles le fond dramaturgique reste tres fragmentaire. Comme I'explique Jan Doat, Eminent metteur en scene: " . . . l e theatre n'est..ni un spectacle n i une an-nexe de l a . l i t t e r a t u r e a. quoi l a representation ne donne qu'une forme momentanee..Mais un acte ou chaque element n'est valable qu'autant q u ' i l soumet l e spectacle a. sa si g n i f i c a t i o n 1. Editions Lemeac, Ottawa, 1973? p. 12. 2. Ibid., p. 20. 3 . superieure dans un echange vivant." Ce que nous nous proposons d'etudier dans cet essai, c'est le sens du mouvement de r e v a l u a t i o n et d'experimentation qui s'effectua sur notre scene i l y a bientdt trente-cinq ans. Mouvement qui, par ses realisations, q u ' i l s'agisse de recherches structurales, stylistiques ou techniques, prepara un milieu pro-pice at 1'etablissement d'un theatre au Canada francais; ebauche qui sut, en outre, creer un climat favorable a l'eclosion d'un art dramatique vivant ainsi qu'une raison d'Stre bien canadienne et plus tard quebecoise a notre dramaturgie. On pourrait dresser une longue l i s t e de personnages qui ont soutenu ce projet d'assai' nissement et de rehabilitation du theatre au Canada francais dans les demieres d6cennies. Cependant, c'est l e nom du Pere Emile Legault qui figure en t6te car i l fut indiscutablement le chef de f i l e du renouveau de ce theatre. Le Pere Legault, tout comme ses emules Copeau, Chancerel, Gheon et Stanislavski, s'evertua a: 11 •. .1' ennoblissement du poete dans son inspiration, 1'eiargissement du critique dans sa comprehension, l a bonne volonte du public et son assiduity, l a s i n -cerity du metteur en scene dans ses audaces, 1'ima-gination de l'architecte dans l e plan de l a scene et de l a s a l l e , l a modestie, l a science, l a purete de l'acteur."4-Tache enorme qu ' i l sut envisager avec intelligence, l u c i d i t e et optimisme et qui l u i valut l a reputation d'initiateur et de reformateur du theatre de langue franchise au Canada. 3 . Theatre, portes ouvertes, Cercle du Livre de France, Ottawa, 1 W , P! 5 2 . 4-. Copeau, Jacques, "Remarques autour du jeune theatre d'aujour-d'hui", dans les Cahiers des Compagnons, I, 1, sept-oct. l W , p. 10. 4. En ce sens, on peut dire que d&s l a saison 1939-4-0, 1'activity des Compagnons de St-Laurent sur l a scene montr^alai-se, sous l a direction du Pere Legault, annonce deja. une modifi-cation dans le domaine de l ' a r t et de l a production dramatique d'origine canadienne-francjaise. Certes, une transformation radicale ne se f a i t pas du jour au lendemain; pourtant, nous ne pouvons douter n i de leur progres n i de leur e f f i c a c i t e puisque, ult6rieurement, les Compagnons parviennent a changer les condi-tions physiques et i n t e l l e c t u e l l e s de ce milieu, tant au niveau professionnel que sur le plan amateur. En effet, l 1 i n f l u e n c e des Compagnons n'est pas mince car le Pere Legault et ses dis-ciples sont les premiers a. presenter un "...theatre poetique, populaire, spiritualiste..dans une rigueur esthetique, au milieu d'un climat Chretien. I I y a done un contraste frappant entre cette periode qui voit naltre des entreprises originales et l'etape precedente qui n'avait f a i t aucun effort de renouvellement. Ces f a i t s peu-vent semibler quelque peu schematiques et incomplets. Pour mieux comprendre et interpreter 1 1oeuvre du Pere Legault et l a portee de son aventure avec les Compagnons, i l est necessaire, tout d'abord, de pr6ciser les t r a i t s qui ont caracterise cette perio-de d ' i n f e r t i l i t e ' et d'inertie qui a precede l'epoque contem-poraine. Entre 1920 et 1939» l e theatre au Canada francais traverse une phase critique; en f a i t , son existence n'est que tres marginale. Sans doute, y a - t - i l une relation entre l'apathie 5. Legault, Emile, "Nous ouvrons un c h a n t i e r . . , Ibid., p. 3« 5. qui se manifeste sur l a scene et les troubles econo-politiques qui marquent ces annees d i f f i c i l e s . D'abord, l a periode pseudo-prospere de 1920 a 1930 cede l a place a l a depression des annees '30: l a politique quebecoise, en etat de flux et de reflux constant, aboutit au regime duplessiste en 1 9 3 6 : l a menace d'une deuxieme guerre mondiale et d'une conscription entraine avec e l l e une in s t a b i l i t y collective d'ordre moral et i n t e l l e c t u e l : et f i n a l e -ment, le retard culturel au Quebec se prolonge dans une attitude de l a i s s e r - f a i r e . Comme nous pouvons l e constater ces conditions ne sont certainement pas favorables a 1'epanouissement des arts de l a scene. Comme toujours, l e roman demeure le genre l i t t e r a i r e le plus populaire, sui v i de prds par l a poesie, releguant a i n s i l a dramaturgie et le theatre a 1 'arridre-plan. Par a i l l e u r s , i l faut reconnaitre que l'essor de 1'In-dustrie cinematographique "parlante" americaine et franchise pose a son tour un probleme, car e l l e entre en concurrence se-rieuse avec les bonnes pieces de theatre qu'on met en scene. Par 1 1intermediaire d'un procede plus abordable et plus attirant, cet "art nouveau", malgre ses imperfections, s 1assure un succes f a c i l e aupr£s d'une clientele populaire. "En effet," d i r a Emile Copfer-mann, "face aux acquisitions nouvelles de l a diffusion de masse que l'industrie de 1'amusement accapare en les developpant, l e theatre-representation f a i t figure d'anachronisme. La portee de son message, compared a celle..du cinema est derisoire." 6. Emile Copfermann: Le Theatre populaire pourquoi?, Maspero, Paris, 1965, p. 9-> 6. La radio, e l l e aussi, f a i t obstacle a. notre evolution dramatique. La variety d'emissions incorporee a l a programmation radiodiffus£e a t t i r e un auditoire beteroclite. La majority des auteurs de nos pieces radiophoniques se contentent de presenter un assortiment d'improvisations malmen6es ainsi que des i n t e r -pretations dramatiques de troisidme ordre. Ces abus ne co n t r i -buent assurement pas a 1'amelioration d'un repertoire deja. sous-alimente. Ce n'est qu'en 1939 que l a Societe Radio-Canada prend son eian avec: "...son programme de theatre classique..(qui) affrontait..des entreprises plus soucieuses de 1'affaire qu*interessees a 1'esthetique, et (qui) substituait. .a des jeux dramatiques d'un go<lt douteux, des oeuvres de grande inspiration".? L*impact de ces nouvelles formes audio-visuelles polarise 1'ele-ment assimilateur-participateur, soit le public, desequilibre l'univers th.ea.tral et le laisse dans une position tout a f a i t precaire. Ces facteurs sont en partie responsables du manque d'enthousiasme et d ' i n t e r l t du public a l'egard de l a production dramatique de l'epoque. Mais i l y a d'autres causes qui se r a t -tachent plus directement a l a lenteur des reformes qu'on attend. En premier l i e u , du point de vue finances, l a situation n'est gudre rose. Tout organisme ou entreprise de theatre doit se su f f i r e a lui-meme car i l n'existe aucun regime de subventions culturelles. S i l'on tient compte du principe de 1'esthetique economique au theatre qui dicte selon les paroles de Michel Beiair "...que 1'esthetique de toute forme theatrale (est) l i e e 7. Houie, Leopold, L'Histoire du theatre au Canada, Fides, Montreal, 194-5, p. 96. 7. directement aux facteurs economiques qui l a conditiohnent.."", i l n'est pas etormant d'apprendre que nos troupes d'essai aient eu l a vie ephemere. Strictement preoccup^s de recettes, les directeurs et les impresarios de ces groupes soit-disant "pro-fessionnels", encouragent des spectacles boulevardiers qui ne tiennent a l ' a f f i c h e que peu de temps. En general, les s a i -sons sont courtes et infecondes. Etant donne 1*inexperience des acteurs et des regisseurs - car nous ne possedons encore de metteurs en scdne - l a plupart de nos ac t i v i t e s profession-nelles sentent le dilettantisme au pire sens du mot et echou-ent desastreusement, a 1'exception de quelques tentatives es-quissees au Theatre S t e l l a , a l'Academie Canadienne d'Art Dra-matique et au Theatre de 1'Arcade. L'exposition scenique se ressent aussi de l'etat financier de 1 'entreprise. Aucune i n -novation, aucune o r i g i n a l i t e dans l a mise en scdne et l a mise en espace d'une production theatrale. On s'enracine dans les cliches r e a l i s t e s et naturalistes francais qui tendent au v u l -gaire et au pragmatisme. Rien de surprenant done s i l a scdne montrealaise, depuis l e d£but du si&cle, doit s'alimenter presque totale-ment a des compagnies francaises de passage, comme: "...celles de Feraudy, de Sacha Guitry, de Firmin Gender, de c e c i l e Sorel, de Gaby Morlay, de George C o l l i n et de qui encore".9 8. Beiair, Michel, Le Nouveau Theatre Quebecois, p. 105. 9. Houie, Leopold, L'Histoire..., p. 91. 8. Toutefois, ces presentations, souvent trop espacees, n'ont aucun effet imm6diat aupres d'un public amorphe et changeant qui peut difficilement juger d'un theatre qui a certaines exigences i n -tel l e c t u e l l e s et artistiques. Ajoutons que 1'incompetence de l a critique dramatique est partiellement responsable de 1'ignorance du public: "Le fe u i l l e t o n i s t e theatral, l u i , se contente de signaler l e f a i t . I I l u i arrive rarement, a peu pres jamais, d © s'exercer a l a criti q u e . D'ailleurs, i l n'est l a que par accident. II joue "les u t i l i t e s " . Service t r a n s i t o i r e . . i l s'en trouvait pour fustiger, au nom du gros bon sens, ceux-la qui jugeaient du theatre comme s ' i l s avaient juge d'une course de chevaux ou d'un crime passionnel."10 L'on n'a qu'a consulter les journaux quotidiens de l'epoque pour en avoir l a preuve ! :,, /; Quant aux troupes d'amateurs, e l l e s ne fonctionnent que dans un univers tres l i m i t s ou le but est de d i s t r a i r e et de "servir" par l'entremise d'un repertoire qui ne d^passe"...les cadres du m61odrame. Les classiques et les romantiques (sont) tenus a distance et pour cause. Le theatre l i t t e r a i r e (presente) trop d'ecueils pour nos jeunes artistes malgre leur temerite."^ Autrement d i t , elles sont aussi inefficaces dans leur rendement que leur contrepartie professionnelle. Maurice Deleglise n'avait certainement pas tort de dire: "Au Canada, l a vie dramatique s'est exclusivement developp<§e dans les grands colleges religieux dont les salles abritent l a plupart des manifestations importantes.."12 10. Ibid., pp. 104-105. 11. Ibid., p. 125. 12. Le Theatre de Henri Gh6on, Sion, Paris, 1947, p. 266% "Importantes" parce q u ' i c i l ' a c t i v i t e qui regne sur l a scene s'articule dans un cadre dramatique salubre et orthodoxe eloigne de l a f a c t i c i t e et de l a concurrence commercialisee, l o i n du cabotinage et de l a fausset6. L'on y joue principalement du theatre religieux, du theatre classique et du theatre moderne a partir de 1930, delaissant ainsi "...les melos C h r e t i e n s , les a-daptations batardes de Labiche et Sardou, les farces de caserne". Ajoutons que les "seances" mont6es par nos groupes de collegiens font preuve d'un souci esthetique et d'une quality dramatique, valeurs jusqu'ici ignorees sur l a scene professionnelle. Le college de St-Laurent, a Montreal, donne le ton a tous les au-tres colleges classiques de l a province. Leur bilan des annees 1932-36 indique un retour aux formes theatrales traditionnelles et demeure assez impressionnant s i l'on considere 1*indigence i n t e l l e c t u e l l e de cette d6cennie. En v o i c i un echantillon: 1932 - G i l l e s de Henri Gh<§on 1933 - Athalie de Racine 1934 - Polyeucte de Corneille 1935 - Noe d'Andre Obey - Britannicus de Racine 1936 - Horace de Corneille 14 - Le Comedien et l a Grace de Henri Gheon Bien entendu, l'auditoire est restreint mais on a l a consolation de le voir reagir sainement. Et du moins s'applique-t-on dans ce milieu, a transformer d'une maniere positive et concrete, 13. Legault, Emile, Confidences, Fides, Montreal, 1955» p. 81• 14. Programme Huon de Bordeaux, College St-Laurent, 194?, voir bibliographie. 10. 1'atmosphere d'indifference et de p u e r i l i t y qui dure depuis trop longtemps au theatre. Finalement, 1'absence totale d'une dramaturgie essentiel-lement canadienne-franQaise se f a i t gravement sentir. Jusqu'en 1948, les pieces de notre repertoire "...ne comptent guere plus, dans l ' h i s t o i r e d'un theatre n a t i o n a l . . . " ^ car nos auteurs n'ont pas su cr^er une ambiance convenable a 1'execution d'un theatre re-presentatif d'une id^ologie au sens vraiment canadien-franqais, n i e v e i l l e r un sentiment inn6 de l a personnalite" quebecoise. "Victor Barbeau, d'ailleurs, resume cet hiatus dans ses Cahiers de Turc; "Chaque f o i s qu'on monte une pidce canadienne on c r o i r a i t assister a un d e b u t . L'indifference du public est en apport constant avec 1•inexperience des ecrivains...On ne sent n i chez l'un n i chez les autres le desir d'un theatre bien a nous".16 I I s u f f i t de dire que le theatre au Canada fran<jais subit une gra-ve regression. En f a i t , ce n'est qu'a travers une prise de con-science collective et l a manifestation d'une identite r e e l l e que s'imposera cette tradition theatrale nationale pourtant s i i n -dispensable a l a vie normale d'un peuple. Puisque notre propre dramaturgie ne commence a vivre vraiment qu'avec l a realisation de Tit-Coq de Gratien Geiinas, on peut se demander ce qu'on presente avant l u i sur les treteaux. Depuis plusieurs annees d e j a , le theatre r e a l i s t e bourgeois franxjais encombre nos salles. Les mises en spectacle, d'habitude denuees de verite scenique comme d'interSt artistique, se com-posent surtout de meiodrames, de comedies de salon, de vaudevilles 15. Godin, J.C. et Mailhot, R., Le Theatre quebecois, Editions HMH, Montreal, 1970, p. 22. 16. I X , 2ieme serie, l e r juin, 1927, p. 239-11. absurdes et de pieces a these. On s'abandonne aux 6crivains en vogue: "Le seul theatre jou£ occasionnellement est cel u i de B a t a i l l e , de Bernstein, de Denys Amiel, de Frondaie et aux autres boulevardiers a succds de l'entre-deux guerres, avec de rares incursions chez Rostand, chez Feydeau, chez Sardou, chez de Piers et Caillevet" . 1 7 A i n s i , l a penurie d'une li t t e r a t u r e dramatique entierement ndtre, nous limite a un repertoire etranger a caractdre douteux. Comme nous l'avons deja mentionn£ auparavant, quoique les grands au-teurs classiques soient parfois abord£s par des soci£t6s ama-teures perspicaces et par des troupes estudiantines, i l s demeu-rent presque inconnus. Notre avenir theatral n'est done guere prometteur. En verite, 1*ensemble de ces circonstances defavora-bles ne peut qu'a f f a i b l i r les liaisons entre le theatre et l e public et n'apporte r i e n de s i g n i f i c a t i f dans ce domaine. Ce ne sera qu'a l'insistance du Pere Emile Legault et de sa troupe des Compagnons de St-Laurent, composee presque totalement de jeunes etudiants, que l'univers theatral commencera a vivre au Canada francais. Dans les chapitres qui suivent nous essaierons de f a i r e v o i r les influences precises qui furent a l a source de 1'inspiration du Pdre Legault, et de d£finir son r61e comme "pionnier" de l a scene quebecoise. Nous suivrons ensuite le 17. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre au Canada franQais, Editions du Jour, Ottawa, 1961, p. 8. Pere Legault dans son aventure avec les Compagnons de St-Laurent, puis nous interrogerons le public et l a critique que-becoise. Ce n'est qu'a. p a r t i r de ces donnees qu'on pourra reconnaitre 1'importance de cette aventure dans l a re a l i s a t i o n d'un theatre essentiellement "canadien-frangais". 13. C H A P I T R E I I n i t i a t i o n du Pere Legault au Theatre "Pour ramener l a joie dans l ' a r t , i l faut f a i r e appel a l a jeu-nesse." Gordon Craig Nous avons examine de fagon tres sommaire, l a position equivoque qu'occupe le theatre de l'entre-deux guerres au Ca-nada francais. II faut convenir qu'a. cette epoque, le spec-tacle de l a scene a perdu sa j u s t i f i c a t i o n profonde, voire sa raison d'etre. C'est 1*evidence: i l faut maintenant que l a scene chez nous se transforme, se metamorphose s i l'on ne veut pas retomber dans 1 ' a r t i f i c e et 1 'exploitation commerciale. Or, le retablissement ou plutot "1 'etahlissement" d'une tradition theatrale vivante et progressive dans ce milieu, implique au prealable, une redefinition de l a fonction morale et socio-culturelle du theatre, une restrueturation de ses formes et de ses conventions et une remise en question globale des principes essentiels a l 1elaboration d'une reforme a r t i s -tique. Ce n'est toutefois que vers l a f i n des annees '30, que les exigences de 1'epoque changent et qu'une tentative de ce genre s'articule. En effet, le point de depart d'un renouveau theatral dans le milieu quebecois est axe sur l a fondation des Compagnons de St-Laurent, par le Pere Emile Legault dont l a pensee et 1 'action sont a l'origine de ce mouvement emanci-pateur. 14. Le Pere Emile Legault, l'homme de theatre, est a l a f o i s un personnage complexe et "engage", erudit et clairvoyant. Con-vaincu de l a necessity d'une reforme profonde dans le domaine du theatre, i l eut le merite de comprendre qu'elle ne r 6 u s s i r a i t que s i ses assises reposaient sur des valeurs ethiques autant qu'esthe-tiques. Oeuvrant en terre vierge, i l chercha a ramener l ' a r t t h e -a t r a l a sa purete, a sa simplicity o r i g i n e l l e et a reacclimater l a poesie a l a scene. Perseverant, courageux, i l chercha a repondre de fa$on toujours plus complete aux exigences d'un theatre esthe-tiquement "pur", au sens l i t t o r a l du terme, par un retour aux gran-des traditions th£atrales. Tentant une experience dont i l ne put prevoir toutes les d i f f i c u l t e s et les problemes futurs, i l insuf-f l a au theatre canadien-francais une vie nouvelle. II fut un de ces hommes qui, seul, entreprit cette grande reforme, sans argent, sans autres ressources que sa determination et sa f o i . Pendant plus de vingt ans, ce jeune religieux se consa-cre a l a scene d'une facon exemplaire en tenant tous les r61es imaginables: celui de directeur artistique, de metteur en scdne, d'administrateur, de regisseur, de theoricien et de praticien d'art dramatique. Non seulement e s t - i l reconnu aujourd'hui com-me le champion a t t i t r e de l a renaissance du theatre au Canada francais, mais i l est aussi l'un des premiers individus a avoir "... assume l a lourde obligation de nous prouver l a maturite de notre culture...". 1 Le but de son entreprise n'est pas ex-clusivement de redonner au theatre sa probite et sa dignite. 1. Chaput-Rolland, Solange, "L'oeuvre des Compagnons ne peut pas mourir", l e Devoir, XLIII, no. 231, mardi, 30 septembre, 1952, p. 4, c o l . 3-15-II reve de voir l ' a r t dramatique canadien-fran^ais respecte au mgme t i t r e que tout autre art. Jusqu'en 1955» i l se d6pensera sans compter et i l ne quittera l a scene qu'apres y avoir laisse sa marque dis t i n c t i v e . D'ailleurs plus on s'en eloigne, plus on se rend compte de 1'importance de son oeuvre dans 1'orientation du theatre "canadien-francais". Au m§me t i t r e , on ne peut mi-nimiser 1'influence qu'elle eut sur le degel culturel et social au Quebec et sur l'av&nement du nouveau theatre quebecois. Qu'est-ce qui a t t i r a l e Pere Legault a. l a scene? Quels furent les influences marquantes et les facteurs determinants qui l'inciterent a entreprendre avec les Compagnons, un t r a v a i l qui demeure le grand oeuvre de sa vie? Notre intention n'est pas i c i de reconstituer les elements biographiques de l a vie du Pere Legault. Nous voulons plutQt degager les motifs qui nous semblent l i e s a son Evolution personnelle et a c e l l e de son art. Cette approche vise a. en t i r e r les perspectives les plus revelatrices qui f a c i l i t e r o n t par a i l l e u r s , une etude critique du t r a v a i l que cet homme a accompli. De cette fagon, nous esperons montrer com-ment les idees de l'animateur des Compagnons se sont transformers et precisees, se c r i s t a l l i s a n t 6ventuellement autour d'une doc-trine esthetique largement inspiree par Jacques Copeau. Disons au depart que l a formation du Pere Legault se f a i t en plusieurs etapes, chacune l u i apportant, en des temps diffbrents, des considerations nouvelles et ses exigences propres. Ainsi, le Pere presente-t-il l'exemple d'une evolution constante et soutenue; cette transformation successive s'articule avec une remarquable coherence a. p a r t i r d'un tres jeune age jusqu'a. 16. sa maturity artistique. II est toujours risque de s o l l i c i t e r dans les petits faits de l'enfance les signes annonciateurs d'une vo-cation future. Toutefois, certaines indications concretes par le Pere Legault lui-meme meritent sans doute d'§tre eclaircies. Le troisieme de sept enfants, Emile Legault est ne le 29 mars 1906 a. V i l l e St-Laurent, en banlieu de Montreal. A premiere vue, i l n'est rien dans sa petite enfance qui suggere une carriere dramatique. Cependant, ses premieres sources d'ins-piration semblent remonter a cette date bien qu'elles se limitent a de bien modestes dimensions. Alors qu'ils sont encore tres jeunes, Mme. Legault revdle a. ses enfants le mysterieux univers del*improvisation, du jeu et de la po£sie. Pour le jeune Emile, c'est l a fuite vers un monde imaginaire, fantaisiste et capti-vant. Plus tard, pendant ses vacances, avec ses freres et soeurs, cousins et voisins, i l aoue dans de petites saynetes mises en scene par "le grand cousin Adelard". II aide a l a preparation de ces spectacles enfantins puis i l s'initio aux regies £lemen-taires du jeu conventionnel dans le theatre de poche amenage au sous-sol de l a maison paternelle. Parlant de sa jeunesse en 1946, dans un article publie dans les Cahlers des Compagnons, l e Pere declare sans hesitation: "L'aventure des Compagnons, c'est l a qu'elle a pris naissance, dans cette cave de l a maison, o\i j'ai contracte le virus du theatre". C'est sans doute i c i qu'il faut trouver l a source de ce que sera sa conception du jeu thea-t r a l : cette transposition dans l'art des jeux d'enfants. 2. "Perspectives sur les Compagnons", II, 1, janvier-fevrier, 1946, p. 9. 17-Assurement, ses notions sont encore tres fragmentaires et imprecises mais ces plongees dans l ' i r r e e l , dans le suggestif sont un avant-gout de ce qu ' i l essaiera de retrouver dans l a poesie scenique, plus tard. Pour l e moment, i l s'amuse au jeu de 1'interpretation, purement et simplement et a ce sujet i l dira: "II manquait sur tout cela un style, un sens de l a transposition, un rythme. Nous ignorions ces aspects de l ' a r t dramatique."3 Sauf ces pieces inventees et le jeu de "charades", le Pere Legault n'eut aucun contact avec l a scene avant son adolescence. Cependant, i l avouera dans Confidences que ces petits diver-tissements "... n'ont pas pu ne pas avoir une influence., (puis-qu'ils) accentuerent mes premiers emerveillements..devant le 4 mystere dramatique." Adolescent, le jeune Legault poursuit des etudes clas-siques au College St-Laurent. II y decouvre l a vraie scene pour l a premiere f o i s et ce sera le debut d'une frequentation assidue aux seances semi-annuelles presentees par les eleves de cet etablissement. En depit de l a quasi-m£diocrite' du reper-toire, i l constate q u ' i l prend p l a i s i r a ce theatre amateur. Jeune collegien, i l brule d'envie de monter sur les planches. II devra toutefois se contenter d'assister aux representations comme spectateur et d'observer 1'action qui se deroule sur l a scdne. Du reste, ceci l u i permettra d'approfondir quelque peu 3. Legault, Emile, Confidences, p. 23. 4. Ibid., p. 70. 18. ses connaissances tre*s limit£es en theatre. F a i t curieux, a ce moment-la, les costumes et les decors ne 1'interessent pratique-ment pas. Ce sont plut6t l ' a r t et le metier du comedien qui l'inquietent car, remarque-t-il: "Notre admiration se centrait surtout sur les comediens. Je les observais, tachant a decouvrir le secret de cette puissance herolque dont i l s etaient i n v e s t i s " . 5 Chose qu' i l retiendra assurement car l a formation du comedien deviendra l'un de ses soucis essentiels l o r s q u ' i l se devouera serieusement au theatre en 1937* Petit a p e t i t , le jeune Emile decouvre l a matiere meme de l ' a r t dramatique: 1*emotion humaine, ce l i e n intime qui r e l i e l'acteur au public. Dou£ d'un imagi-nation f e r t i l e et melant le r e e l au f i c t i f , i l s'identifie f a -cilement aux personnages dramatiques; i l est conscient de 1'ex-change vivant qui se produit entre ses copains-com6diens et l u i -m§me. Neanmoins, 1'orchestration precise de tous les elements de l a mise en scene l u i echappent encore presque totalement. Pour 1*instant, le theatre amateur l u i fournit ample matiere a reflexion. On l u i accorde parfois l a permission d'al-le r voir des pieces a Montreal. II n'en garde, d i t - i l , qu'un vague souvenir. II se peut que le niveau de ces spectacles a i t et6 hors de sa port6e. Ou est-ce l a naissance du dedal,n et de l a disapprobation q u ' i l ressentira plus tard du professionna-lisme? I I ne s'agit peut-dtre bien en definitive que d'un man-que de perception analytique et du f a i t q u ' i l ne soit pas encore assez mur pour aborder un theatre adulte et i n t e l l e c t u a l i s e . 5. Ibid., p. 72. 19-En Belles-Lettres, le jeune collegien se sent appele vers l a pretrise et desormais, sa vie restera marquee par 1 ' i n -fluence des Peres de St-Croix chez lesquels i l f a i t son noviciat. "J'avoue, raco n t e - t - i l , que ce qui m'attira a St-Croix, ce fut l'amitie des Peres et l a "belle camaraderie que je voyais s'e-ployer devant mes yeux d'adolescent." Ce climat de franche ca-maraderie et 1 'esprit de c o r d i a l i t e , d ' i n i t i a t i v e et de coope-ration q u ' i l retrouve chez les Peres de St-Croix seront des qua-l i t e s q u ' i l cherchera a imposer lui-m§me plus tard a tous les membres de sa troupe des Compagnons de St-Laurent. I I ne songe aucunement a une carriere dramatique a ce moment-la. Cependant, certains evenements se presenteront qui 1'orienteront dans cette direction. Eleve b r i l l a n t , Emile partage son temps entre ses etudes de l i t t e r a t u r e , de philosophie et de theologie et ses ac-t i v i t e s avec les Laurentiens, p e t i t groupe de theatre amateur du college St-Laurent. I I apporte Bon concours a toutes leurs mises en scene m§me s ' i l ne o°ue pas lui-m§me. Ce bref t r a v a i l avec les Laurentiens l e preparera en quelque sorte a son metier d'animateur de theatre. Durant cette periode d'apprentissage, i l se familiarise quelque peu avec l a technique du theatre, mais les mbyens sceniques de l a scene collegiale sont forts ru-dimentaires. II ne peut avoir appris beaucoup. Les Laurentiens donnent quelques representations empruntees au repertoire clas-sique tels que Polyeucte de Corneille et Athalie de Racine. 6. Ibid., p. 36. 20. Cependant, i l devra attendre "..jusqu'a (sa) philosophie pour connaltre le choc de beaute que proposent les grands classiques du 17ieme si&cle".^ C'est a Moliere qu ' i l reservera toutefois l a place d'honneur lors de ses annees au service de l a scSne. Ce grand dramaturge deviendra d'une certaine maniere l a divi n i t e tu-t e i a i r e des Compagnons. Contrairement a ce que l'on pourrait penser, i l n'y aura jamais de c o n f l i t entre sa vocation religieuse et son en-gagement au theatre. Ces deux forces resteront toujours comple1-mentaires dans l a vie du Pere Legault; l'une se d£finissant par 1'action de 1'autre. Dans l a r e l i g i o n i l retrouve une reponse a ses "exigences s p i r i t u e l l e s " tandis qu'au theatre i l s a t i s f a i t son penchant artistique. Tout cela est du a l a comprehension et a 1'encouragement de l'Ordre de St-Croix qui ne voit aucune objection a l a vocation th6atrale d'un des leurs. Le 29 ju i n , 1930, a l'age de vingt-quatre ans, Emile Legault est ordonne pretre. Peu aprSs, i l devient professeur au College St-Laurent, son Alma Mater. Un an plus tard, i l se voit confier l a direction des Laurentiens et i l devient l e r£-dacteur en chef du journal o f f i c i e l du college: "...j'assumai l a direction de l a scene co l l e g i a l e , p r e c i s e - t - i l , assez demuni, comptant surtout sur un instinct dramatique qui e t a i t , au fond, ma seule j u s t i f i c a t i o n . Et qui l'est rest£e. Pour le res-te, je commis toutes les erreurs des novices en l a matiere".8 De 1931 a 19351 le Pere Legault et son collaborateur, le Pere 7. Ibid., p. 75-8. Ibid., p. 76. 21. Paul-Emile Houle avancent a -batons, ne suivant aucune methode bien definie. Le terrain ou i l s eVoluent leur cr6e des surpri-ses. Mais ensemble, i l s contribuent a 1'epanouissement de l ' a r t dramatique scolaire: "Le premier..excelled t a. rompre de jeunes acteurs aux d i f f i c i l e s regies de l ' a r t dramatique; le second, servi par un gout tres stir, une culture plus etendue et un sens critique trds aiguise, sut garder (ce) theatre dans les cadres rigides de l a s t r i c t e observance de l ' a r t " . 9 II faut souligner que 1'action conjointe de ces deux hommes sera a l'origine d'un mouvement de renovation poetique sur cette scene d'amateurs. A ce point de vue, l'on peut dire que le Pere Legault se f a i t peu a peu a son r81e futur de the-oricien et de praticien d'art dramatique. Par a i l l e u r s , c'est a. cette epoque q u ' i l rencontre plusieurs des jeunes com6diens qui prendront part a son aventure: Francois Lavigne, Paul TJupuis et Roger Varin pour n'en nommer que quelques-uns. Comme nous l'avons laisse entendre, c'est de ces an-nees fructueuses et accaparentes que date son apprentissage a l ' a r t de l a mise en scene. Grace a un ancien acteur profession-nel montrealais, un d6nomme M. F i l i o n , i l apprend l a technique de 1'organisation materielle de l a representation: l e choix des decors, des places, des mouvements et du jeu des acteurs. Ces quelques le<jons en scenographie et en mise en scene l u i donnent de 1'assurance et l u i seront plus tard un precieux atout comme directeur de troupe. Dds cette epoque, i l se rend compte: 9 . Programme Huon de Bordeaux, College St-Laurent, 1 9 4 7 . 22. "... que l e theatre n'est pas l a chasse-gardee du genie. Qu'il est un metier dur, exigeant, laborieux ou. entrent sans doute plus d'intui-tion que de technique, plus d 1 inspiration que de dissertation" . 1 0 A part quelques auteurs classiques, i l est v r a i que le reper-toire c o l l e g i a l de 1'epoque s'en tient encore au theatre an-tique et solennel. Lors de ses premiers essais dramatiques, le Pere Legault puisera nalvement parmi ces pieces obscures et i l montera consecutivement Joseph Vendu par ses Freres, Le F i l s de Ganelon, et une version masculinisee de La F i l l e  de Roland. Simple erreur de debutant, car i l ne mettra pas beaucoup de temps a comprendre q u ' i l faut supplanter ce mode surarme, f r u i t d'une periode revolue et le remplacer par un choix de pieces plus f a c i l e s a. adapter a. l a sc£ne. I I donne-ra l a p r i o r i t e aux classiques et aux modernes fran<jais: Racine, Comeille, Andre Obey. Cependant, sa plus grande decouverte a cette date sera l e theatre de Henri Gheon. En 1932, i l voit jouer pour l a premie're f o i s , G i l l e s ou le Saint Malgre  Lui , au College Saint-Jean de Brebeuf, et ce sera pour l u i une revelation: "C 'etait tellement poetique, tellement colore, parlant. C ' e t a i t le v r a i theatre au point de vue esthetique pur. Un theatre de style, un theatre de si g n e s " . l l Puis i l ajoutera dans Confidences: 10. Legault, Emile, Confidences, p. 73-11. Legault, Emile, entreyue sur bande magnetique f a i t e par l'auteur, Montreal, decembre, 1971' 23. "...je decouvrais, tout a coup, un style d'6cri-ture et de traitement dramatique carrement eta b l i sous le signe de l a poesie."12 L'impact de cette piece est t e l l e q u ' i l l a reprendra quelques mois plus tard a St-Laurent, ou e l l e sera Men a c c u e i l l i e . A p a r t i r de ce moment, le Pere Legault sera obsed6 par l'idee de creer un repertoire mystico-poetique s t y l i s e , capable de plaire a un public ordinaire. En f a i t , c'est un mode qu'i l tachera d'explorer, de favoriser et de prescrire. L'oeuvre de Gh£on exercera une grande influence sur l u i . II ne cache d ' a i l -leurs pas l a reconnaissance qu'il a envers Gheon qui l u i a 13 f a i t ". .decouvrir le v r a i visage du theatre." Apres plusieurs annees de theatre c o l l e g i a l , le Pere Legault sent naitre en l u i une "vague inquietude". D o i t - i l se vouer a ce genre de theatre pour le reste d e ses jours? D6ja, i l nourrit de plus hautes ambitions artistiques mais i l devra attendre a plus tard... C'est avec un sentiment d'appaisement q u ' i l se voit appeler a a s s u m e r temporairement l a direction du Journal d'Action  Catholique pour l a Jeunesse Etudiante, en 1935. Cette organi-sation de jeunes militants ouvriers et etudiants C h r e t i e n s l u i est quelque peu familiere car l'annee precedente, i l avait monte un "choeur parle" avec plusieurs d'entre eux pour le premier congres de l a Jeunesse Ouvriere Catholique. Le Pere estime que ce mouvement y est pour beaucoup dans 1'elargissement de son experience auprds des jeunes. II se sent a l'aise dans 12. Legault, Emile, Confidences, p. 81. 13. Ibid., p. 80. 24. cet environnement de corapagnonnage ou l'on s'astreint a des p r i n c i -pes trds r ^ a l i s t e s et a un esprit d'equipe bien d e f i n i . Bien q u ' i l ne s'occupe pas de theatre dans ce milieu, le Pere en ressortira plein d'id6es neuves. C'est en f a i t au cours de sa breve l i a i s o n avec l a J.E.C. que germeront les lignes essentielles de sa doctr i -ne esthetique qui le guideront plus tard. Ayant m^dite longuement sur le theatre, i l juge que l ' a r t dramatique chez nous ne rega-gnera sa si g n i f i c a t i o n totale que s ' i l y a une collusion entre les principes de l ' a r t et de l a f o i : "Le theatre ne m'apparaissait plus comme une des parties merveilleuses de l a poesie: je mesurais plus que jamais l'exiguite d'une th^orie comme l ' a r t pour l ' a r t . Je sentais que r i e n d'autre ne saurait me combler qu'une action dramatique l z, ouyrant quelques perspectives sur l a surnature". Rien de surprenant done, qu' i l adopte l a devise des Compagnons de Notre-Dame, disciples de Gh£on, pour sa propre troupe des Compagnons de St-Laurent en 1937s "Pour l a Foi par l'Art dramatique Pour l'Art dramatique en esprit de Foi". D'ailleurs, i l affirmera que c'est bien du a. 1'Action Catholique que se concretise l'id£e des Compagnons de St-Laurent. Le PSre Legault deviendra de plus en plus convaincu qu'a "..c8te des mouvements d'action catholique, a cdti des scouts, i l y (aura) place pour un groupe de jeunes, d£sireux de conqu^rir des ames 15 par le theatre et d'aider l a revolution s p i r i t u e l l e " . y C'est dans cette optique, immediatement tributaire de 1'Action Catho-14. Legault, Emile, "Perspectives sur les Compagnons", dans Cahiers des Compagnons, I I , 1, janvier-f6vrier, 194-6, p. 9« 15. Legault, Emile, "Le R.P. Emile Legault, c.s.c. chez les retraitants", Le Devoir, XXXIII, no. 264, jeudi, le 12 novembre, 1942, p. 7, c o l . 2. 25-l i q u e que ce jeune r e l i g i e u x f e r a ses premieres armes au t h e a t r e . Mais deux ans s 1 e c o u l e r o n t avant que son p r o j e t ne commence a se r e a l i s e r . L'annee 1937 marque un p o i n t tournant important dans sa c a r r i e r e a r t i s t i q u e . Nomme a St-Laurent a t i t r e de v i c a i r e , i l en p r o f i t e pour se r e p l o n g e r dans l e t h e a t r e . Au mois d'aotlt, a l 1 o c c a s i o n des c e l e b r a t i o n s du c e n t e n n a i r e de l a f o n -d a t i o n de S t - L a u r e n t , i l e s t i n v i t e par l e cure de l a p a r o i s s e , l e Pere Theoret, a monter un "mystere" dramatique sur l e p a r v i s de l ' e g l i s e . Ayant garde une constante n o s t a l g i e de l a scene depuis son depart du c o l l e g e , i l p r e p a r e r a ce s p e c t a c l e avec beaucoup d*enthousiasme. Ce p r o j e t l u i p e r m e t t r a de mettre ses connaissances a l'epreuve e t de prendre a nouveau conscience de ses moyens. Entoure de jeunes dont c e r t a i n s sont de ses anciens e l e v e s , i l monte Le J e u de C e l l e q u i l a P o r t e P i t S 1 o u v r i r , un j e u m a r i a l du Pere L o u i s B a r j o n , s . j . Premiere m a n i f e s t a t i o n de ce genre a. M o n t r e a l , e l l e f a i t s e n s a t i o n . L a presse et l a c r i t i q u e en r a f f o l e n t ; "Or ( l e peuple) q u i se p r e s s a i t aux deux premieres r e p r e s e n t a t i o n s . . a donne spontanement son v e r d i t , d i t un c r i t i q u e . I l s e t a i e n t l a des m i l l i e r s , (on a p a r l e de 6,000 personnes) f i g u r e s tendues e t s i -l e n c i e u s e s , sur q u i p a s s a i t une v i s i b l e emotion, a mesure que p r o g r e s s a i t l e j e u et q u i e n v a h i r e n t . . . l e p a r v i s a l a f i n , en chantant de p l e i n e v o i x l e M a g n i f i c a t . " 1 6 16o Anonyme, "Le 'jeu' C h r e t i e n a. S t - L a u r e n t " , Le D e v o i r , XXVTII, no. 186, v e n d r e d i , 13 aout, 1937, p. 4, c o l . 3. 26. En f a i t , le succes est t e l , qu'apres une s6rie de representations a St-Laurent, on l u i demande de reprendre le jeu sur le parvis de Notre-Dame de Montreal. Ce retour a un theatre populaire, realise en ple i n a i r et inspire des traditions chretiennes de l'antiquite et du Moyen-Age, sera a l a base meme de sa nouvel-le formule esthetique. A 1'insistence de son "meneur de jeu", Roger Varin, le Pere Legault se r£sout a fonder dans sa paroisse une com-pagnie formee d'amateurs qui travailleront a p a r t i r d'un reper-toire religieux. "C'est au lendemain de ce spectacle, d i t - i l , 17 que se situe l a fondation des Compagnons de St-Laurent". ' Prenant 1'initiative d'une t e l l e entreprise, i l s'apprete, a l'age de trente et un ans, a donner au Canada francais un the-atre vivant, etabli sur des bases solides. Effectivement, i l ne prend pas cette decision a l a leg&re. L'idie de ce theatre s'etait imposee a l u i graduellement, au cours de ses armies d'apprentissage a l a scene. Cette nouvelle aventure est le point culminant d'une pens6e strictement personnelle, d'une accumulation de connaissances acquises et d'experiences vicues. Pour l u i , cette action voudra dire: "Quinze annees de l u t t e , de boulot tumultueux, de souffrancos et de joies, d 1inquietudes et d'exaltation".18 17. Legault, Emile, Confidences, p. 98. 18. Ibid., p. 100. 27-Sans aucun doute, les Compagnons sont arrives au bon moment. Le v r a i theatre au Canada frangais n'existe a peu prds pas. Leur fondation r6pond a. une attente du public. Plus important encore, cette premiere manifestation est le signe de 1'orientation future du theatre "canadien-fran<;ais" et contrai-rement a l a majorite" des groupes dont i l est question jusqu'ici, les Compagnons s'adressent a tout l e monde. Travaillant en terre vierge, i l s dirigent leur act i v i t y dans le sens de l a sensibilisation populaire. On verra d'ailleurs un peu plus l o i n ce qu'implique cette nouvelle approche au theatre. Pour 1'instant ce mouvement n'est qu'une oeuvre a l'Stat d'£bauche, qu'une tentative premiere de reforme. Cependant, l'elan i n i -t i a l est donn& et ce n'est pas peu a cette date. Dans un a r t i -cle public dans 1'Action Nationale en 1937, Jacques Leduc porte ce jugement sur l a nouvelle entreprise du Pere Legault: "Nos Canadiens comprendraient-ils un theatre r6duit au minimum? Depuis g u i l l e t , nous n'en doutons plus..II s u f f i r a i t de quelques Pdres Legault pour ai n s i s a i s i r l a race au bon mo-ment., et l a pousser, du cfite de 1'Intelligence. Le Pdre Legault c'est un jeune, et qui a compris d'un coup nos miseres."19 La formation, proprement dite, des Compagnons ne prend place qu'en septembre de cette m§me annee. Ce groupe d'amateurs se recrute exclusivement parmi des acteurs non-professionnels et leur participation sera gratuite. La premidre 6quipe ne depasse pas le nombre de six, c'est-a-dire t r o i s hommes et tr o i s femmes et s'appuie sur l a jeunesse. Les jeunes acteurs qui se 19. "Sauves par le theatre", 5ieme annee, tome X, dScembre, 1937, P. 311. 28. r a l l i e n t autour du Pere Legault sont Roger Varin, bien entendu, Norman Hartenstein, Francois Z a l l o n i , Marguerite Groulx-Jalbert, Suzanne Taudrin et Jeannine Morissette. Plus tard, de nouveaux noms viendront s'ajouter a ce premier noyeau: Rolande Lamoureux, Marie Lambert, Francois Bertrand, Pierre Dagenais, Paul Dupuis, Georges Groulx, Bertrand Gagnon, Si t a Riddez, Lucie Dagenais, Marthe Letourneau et a 1'occasion Francois Lavigne et quelques autres jeunes "mordus" du theatre. Au depart, l a formule de cette nouvelle troupe n'est pas encore bien d i f i n i e . E l l e s'a-bandonne simplement a. un ideal: c e l l e de donner a l a notion d'art comme a l a notion de f o i toute sa plenitude en exploitant modestement le repertoire Chretien moderne. Comme l'explique le Pere Legault: "C 'etait l'^poque souriante et sans problems des premiers pas mal assures..nous baignions dans l a legeret6 20 de 1*amitie; nous rencontrions l'ame de Henri Gh6on." Ce n'est qu'apres son retour d'Europe en 1939 que le directeur des Compagnons elaborera un genre de manifeste, une charte s p i r i -tuelle "rigoureuse" par laquelle i l d i f i n i r a specifiquement les buts immediats des Compagnons et precisera leurs moyens d'action. Pour l e moment, plus encore que 1'enonciation et l a categorisation de principes, i l s'agit de creer un certain es-p r i t d'amitie, de sincerity et d'authenticite ou 1'ambition personnelle ne prevaudra jamais. A f i n de garder une homogeneite parmi les membres de l ' e q u i p e , le Pere Legault impose l a regie 20. "Perspectives sur les Compagnonsdans Cahiers des  Compagnons, I I , 1, p. 9. 29 de l'anonymat a ses com6diens: qui jouera r81e primaix*e lors d'une certaine piece, sera relegue1 a un r61e secondaire et a. d'autres emplois au prochain programme a l ' a f f i c h e . "Ce systdme, di t Jean Hamelin, a l'avantage de donner au jeu de l a troupe "beaucoup de cohesion et d ' o f f r i r au public des spectacles par-p i f o i s d^munis de nuances, mais enleves avec prestesse." Soumis a l a discipline de leur animateur, les nouveaux Compagnons s'appliquent a l a preparation de chaque representation avec soin. Une etude de l'auteur et de l a piece en question precede gen6-ralement l a periode des repetitions et l a formulation d'un plan d'action. Ensemble, ces jeunes acteurs acceptent de s'unir et de subir les directives de leur metteur en scene. Puis, on distribue les r81es dramatiques et techniques avec pour chacun des fonctions bien determines. Aux comediens, i l appartient de comprendre qu'ils ne sont qu'un des elements du spectacle et de t r a v a i l l e r dans un esprit d'unite lorsqu'ils sont sur l a scene, le theatre devenant en quelque sorte un art t o t a l . Enfin, le cote s p i r i t u e l viendra completer ces realisations pratiques. Les repetitions commencent et se terminent par une pridre et le Pdre Legault exige que tous participent a une messe de com-munion avant chaque mise en spectacle. Tout bien consider, on peut apprecier 1'effort de ces jeunes gens dont l a plupart sont encore aux etudes et qui ne disposent que de leur temps l i b r e pour preparer leurs r61es et pour f a i r e eux-m§mes leurs decors, leurs costumes et les accessoires; car, leur directeur 21. Le Renouveau du Theatre, p. 19. 30. est d'avis qu'un groupe theatral doit se stiff i r e a lui-meme. C'est "beau d'avoir une troupe mais ou va-t-elle jouer? N'ayant acces a aucune sal l e o f f i c i e l l e , les Compagnons donneront des representations irregulieres sous l e patronnage du College St-Laurent quand i l s ne joueront pas en pl e i n a i r . I l s disposeront done d'un plateau adequat et d'une salle ayant une atmosphere plaisante sans debourser un sou, II s'agit maintenant de trouver un public. A qui s'adresseront-ils? Le Pere Legault se propose, dds l'abord, d'atteindre et d'eduquer les gens de toutes les classes de l a society: "Nous n'acceptons pas de require les perspectives de notre action a un theatre clos, reserve a l a seule e l i t e de 1'esprit. (Notre pro jet ) n'a de sens pour nous que s ' i l autorise l'espoir d'un solide debordement de notre influence dans les classes populaires."22 Les places de 1'Auditorium St-Laurent se vendent a prix mo-* diques a f i n de permettre a tous ceux qui le veulent d'assister aux representations des Compagnons. Quant au repertoire, i l est strictement religieux. Le Pere Legault cherchera a r e a l i s e r une de ses plus cheres ambitions: 1'execution d'un theatre poetique, de jeu pur, a l a saveur evangeiique. I I est done logique q u ' i l s'inspire de l'oeuvre de Henri Gheon qui l u i donna son premier contact avec une formule moderne du theatre Chretien. A l'automne, pour son spectacle inaugural, i l ch o i s i t l a pastorale sacree, 22. Legault, Emile, "Nous sommes des artisans", dans Cahiers  des Compagnons, I, 2, novembre-decembre, 1944, P« 33' 31. L a B e r g e r e au P a y s des L o u p s . Dans un d e c o r s t y l i s e e t une m i s e en scene d e p o u i l l e e , l e s Compagnons interpr£teront l a p i e c e avec une s e n s i b i l i t e s u r p r e n a n t e . L a c r i t i q u e s o u l i g n e r a l a v£rit6 de l e u r e x e c u t i o n a r t i s t i q u e , l e u r " . . . j e u i n t e l l i g e n t , b i e n c o h e -r e n t , ( l e u r ) a i s a n c e en scene q u i f a i t p l a i s i r a v o i r " . ^ P e n d a n t l a s a i s o n des f S t e s , on p r e s e n t e r a Le No§l s u r l a P l a c e , u n j e u en t r o i s p a r t i e s des c i n q m y s t e r e s du R o s a i r e . On r 6 p 6 t e r a c e t t e p i d c e a. l a v e i l l e de N08I p u i s q u ' e l l e p r e p a r e a d m i r a b l e m e n t a. l a messe de m i n u i t ! E n f a i t , L e N o S l . . d e v i e n d r a une t r a d i t i o n c h e z l e s Compagnons a ce moment de 1'annee. L ' a c c u e i l du p u b l i c e s t p l u s r e s e r v e 1 qu'a 1'Epoque de C e l l e q u i . , m a i s i l e s t d ' a u t a n t p l u s m e r i t o i r e c a r i l o b l i g e l e s s p e c t a t e u r s a. p o r t e r u n jugement c r i t i q u e p l u t 6 t qu'a a c c e p t e r p a s s i v e m e n t ce qu'on l u i o f f r e . L e s a u d i t e u r s , en g e n e r a l , s e m b l e n t p r o f i t e r de c e t t e n o u v e l l e e x p e r i e n c e t h e a t r a l e . L a s i m p l i c i t e du l a n g a g e e t l a t r a n s p o s i -t i o n l y r i q u e e t h e r o i q u e du r e p e r t o i r e gheonesque e s t a l a p o r t e e de t o u s . Le P e r e L e g a u l t r e s t e p e r s u a d e : " . . . ( q u ' ) on s a u v e r a , on r e s t a u r e r a l a p u r e t e d'une ame en n ' e m p l o y a n t que des methodes p u r e s . . On r e t a b l i r a l a v i e au t h e a t r e en f a i s a n t c o l l a -b o r e r p l u s e n c o r e que l e s a c t e u r s , l e s a u d i t e u r s . Que t o u t l e monde s'en m§le, a v a n t l a p i e c e , d u r a n t e t a p r e s " . 2 4 En q u a t r e m o i s avec deux p i e c e s de Gheon, l e s Compa-gnons o n t r e u s s i a se t a i l l e r une p l a c e s u r l a scdne amateure m o n t r e a l a i s e . l i s o n t s u p r o v o q u e r u n r e e l inter§t p o u r l a 23. Anonyme, " L a B e r g e r e au P a y s des L o u p s " , l e D e v o i r , X X V I I I , no. 276, m a r d i , 30 novembre, ±937, P« <±i ^ol. 4. 24. L e g a u l t , E m i l e , l o c . c i t . , dans "Sauves p a r l e t h e a t r e " , 1 ' A c t i o n N a t i o n a l e , p. 301. chose d r a m a t i q u e , p o u r un s t y l e f a i t de p u r e t e a r t i s t i q u e , e n f i n p o u r un t h e a t r e c a t h o l i q u e p o e t i q u e . I l s o n t p r o u v e qu'une j e u n e t r o u p e d 'amateurs, s o u l e v e s p a r un v e r i t a b l e e s p r i t de f o i , soumis aux e x i g e n c e s de l e u r a r t e t subordonnes a l ' a u t o r i t e de l e u r d i r e c t e u r , e s t v i a b l e . J.M. P a r e n t d i r a d e s Compagnons: " I l s s a v e n t , c e s j e u n e s g e n s , que l e u r t e c h n i q u e n ' e s t p a s p a r f a i t e . L e u r a r t manque de c e t t e f o r c e e t de c e t t e l i b e r t y q u i s o n t l e f r u i t d'une l o n g u e p a t i e n c e e t d'un t r a v a i l a r d u . I l s s o n t l e s p r e m i e r s a l ' a f f i r m e r . M a i s i l y a une g r a n d e f e r v e u r q u i l e s anime; e t c ' e s t avec une v i v e p i e t 6 q u ' i l s a c c o m p l i s s e n t l e u r oeuvre".25 Dans un a r t i c l e s i n g u l i e r e m e n t proph£tique, J a c q u e s Leduc a n t i -c i p e r a l e s e f f e t s l o i n t a i n s d u t r a v a i l du P e r e L e g a u l t e t i l met t o u t e s a c o n f i a n c e dans s e s t a l e n t s d ' a n i m a t e u r de t h e a t r e : "... l e Canada f r a n c a i s v o u s d e v r a s a r e c o n n a i s s a n c e a r t i s t i q u e , s a r e n a i s s a n c e l i t t e r a i r e , s a f o i . Vous §tes u n homme e s s e n t i e l l e m e n t en v i e . Nous comptons s u r v o u s . . C o n t i n u e z . L a j e u n e s s e e s t f o l l e de v o t r e o e u v r e " . 2 6 P o u r l ' a n n e e 1938, l e s Compagnons m e t t r o n t s u r p i e d deux a u t r e s o e u v r e s de Gh£on. Le M y s t e r e de l a Messe s e r a j o u e a Quebec en j u i n , a 1 ' o c c a s i o n du C o n g r e s E u c h a r i s t i q u e N a t i o n a l e t une n o u v e l l e c r e a t i o n de c e t a u t e u r s e r a p r e s e n t e e a S t -L a u r e n t a l a f i n de l ' 4 t e . Ghdon f e r a un voyage s p e c i a l au Quebec a f i n de d i r i g e r l a p r e m i e r e m o n d i a l e de s o n n o uveau J e u  de S t - L a u r e n t du F l e u v e , c r e 6 en l ' h o n n e u r de c e t t e t r o u p e c a -n a d i e n n e q u i a p o u r l u i t a n t d ' e s t i m e e t de c o n s i d e r a t i o n . 25. "Les Compagnons de S a i n t - L a u r e n t " , dans 1 ' A c t i o n n a t i o n a l e , 6ieme annee, tome X I , f e v r i e r 1938, p. 16*2": 26. "Sauves p a r l e t h e a t r e " , dans 1 ' A c t i o n n a t i o n a l e , p. 311. 33. II debarque a. Quebec, le 25 juin, ou l'attendent l e Pere Legault et les Compagnons. Le lendemain, i l a l e p l a i s i r d'assister a son Mystere de l a Messe sur les Plaines d'Abraham. I I y voit r6unie une foule d'environ 65,000 spectateurs et i l est surpris d'apprendre que le "peuple f i d e l e " canadien connait d^ja une grande partie de son oeuvre. De retour a Montreal, les Compa-gnons montent le Jeu de St-Laurent, sous l a direction de son createur. Ce sera une experience inoubliable pour le Pere Legault, ses acteurs et le public. Pour le Pere Legault, l a presence de 1'animateur des Compagnons de Kotre-Dame a Montreal, pendant ces mois d ' e t e , sera d'une valeur inestimable. Pendant de longues heures, les deux hommes 6changent leurs vues sur le theatre et commen-tent leurs experiences. Aupres de Gheon, le Pere accumule l e maximum de documentation sur les pieces de l'auteur, t i r e le<jon des rares experiences tentees par l e "patron" et sa troupe et i l pendtre a. fond l a pensee et 1'esthetique de ce renovateur de l ' a r t dramatique contemporain. C'est a Gheon enfin que le jeune religieux doit d'avoir decouvert pour l a premiere f o i s les composantes essentielles du theatre: " . . . p o e s i e et style, 27 rythme et valeur plastique, s t y l i s a t i o n et valeur du signe." ' Le Pdre Legault l u i est particulidrement reconnaissant de l u i avoir f a i t connaltre les grands animateurs du renouveau drama-tique frangais, tels que Copeau et Chancerel et i l d i r a plus tard: "Esthetiquement nous devons plus q u ' i l n'y parait a Gheon, 27. Legault, Emile, Confidences, p. 81. par qui nous somes verms a Copeau et au Vieux-Colombier. Du reste, sous l 1influence de Gheon, le directeur des Compagnons de St-Laurent elargit sensiblement sa vision personnelle sur l ' a r t du theatre. Au cours de ses quinze annees avec les Compagnons, le Pere Legault jouera toutes les principales oeuvres de Gheon. II se servira de son repertoire comme instrument de formation, afin d*6duquer ses acteurs et son public. Neanmoins, c'est l a que se posera l'une des majeures faiblesses de son mouvement renovateur. II aura trop joue Gheon. La critique l u i reprochera sevdrement de s'etre cantonne dans un mode mineur, d'avoir ainsi comparti-ment£ son repertoire et de s'Stre limite a. une formule i n f l e x i b l e et unilaterale. Cet excds en vient a r£duire considerablement l a force de son entreprise mais i l s'avisa a temps du danger de ne pas d i v e r s i f i e r son programme. L'ironie du sort voudra que le chant du cygne des Compagnons en 1952, soit Le Mystere de l a Messe, piece reprise sous le signe de Gheon. Pourtant le Pere Legault demeurera toujours f i d e l e a l a memoire de son ami intime et dans le volume des Cahiers des Compagnons consacre entierement a Gheon apres sa mort, i l dira: "Obscurement, patiemment, Gheon aura contribute autant et plus que bien d'autres a. refaire le v r a i visage du theatre".29 28. Legault, Emile, "'Lucrece' et les Compagnons...", le Devoir, XXXIX, no. 75, jeudi, l e r a v r i l , 1948, p. 5, c o l . 29. "Comme un grand c r i d'amitie", I, 3, janvier-fevrier, 1945, p« 66 • 35. L e 16 septembre 1938, l e P e r e L e g a u l t s'embarque a b o r d de 1'Empress o f A u s t r a l i a avec l e " p a t r o n " . T i t u l a i r e d'une b o u r s e d'etude du gouvernement p r o v i n c i a l , i l se r e n d r a o u t r e - m e r pendant s i x mois a f i n de p a r f a i r e s e s e t u d e s d r a -m a t i q u e s a u p r e s de p l u s i e u r s a u t r e s r 6 f o r m a t e u r s du t h e a t r e c o n t e m p o r a i n . 36. C H A P I T R E II Formation Europeenne "Aucune pens^e personnelle n'a de valeur que s i e l l e reprend l a pens6e commune, l a longue chaine de pens^e forg^e et r§v6e par les maitres depuis les origines d'une certaine tradition". Henri Gheon. Au moment ou le theatre de langue frangaise au Canada cherche sa voie, l'espoir d'un renouveau dramatique s'appuie sur l a tentative, a peine eiaboree, des Compagnons de St-Lau-rent. Ce groupe d'amateurs s'orientant au depart vers une approche "puriste" du theatre vise a redonner au "grand" public une production dramatique a l a f o i s lyrique et simplifi^e et une presentation visuelle d^barassee des faux-semblants du naturalisme photographique. Par suite d'une redefinition totale du spectacle qui se veut acte artistique et soc i a l , leur reper-toire sera a l a f o i s Chretien et poetique. Ce n'est peut-etre pas par def i n i t i o n le theatre " t o t a l " ou "integral", mais i l importe de souligner qu'on y distingue un changement d'esprit et c'est un progres considerable pour 1'epoque. L'on commettrait cependant une erreur de croire que le succes r e l a t i f des Compagnons en cette premiere annee mar-que l a f i n de 1'orientation dramatique du Pere Legault. En f a i t , 1'experience q u ' i l subit auprds d'eux l u i permet de mesu-rer combien i l l u i reste a apprendre. Abordant peu a peu les 37-problemes qu 1entrainent 1'amorce de son projet, l e directeur des Compagnons ne peut que prendre conscience du t r a v a i l qui l u i reste a f a i r e . Lorsqu'il lance son aventure en 1937, nous doutons f o r t que le Pere a i t esp6r6 un succes aussi soudain, aussi soutenu que celui qui l'attendait. II ne croyait cer-tainement pas que son action a l l a i t revolutionner l'univers th£atral "canadien-franc, ai s " . Mais l a reaction du public et de l a critique et son contact avec Henri Gheon, l'obligent a. modifier son plan i n i t i a l . En un an l a physionomie de son entreprise a beaucoup changee. On considere maintenant les Compagnons non plus comme une "petite troupe paroissiale" de moindre importance mais plut8t comme une "jeune 6quipe anateure" qui prend a coeur l'int6r§t du public et qui pr^sente des spec-tacles bien r8d6s un peu partout dans l a province. Par conse-quent, 1'acquisition de cette nouvelle identity le force a donner a son projet une toute autre dimension. II comprend que pour promouvoir l'idee d'un nouveau theatre, i l ne s u f f i t pas de cr£er une troupe et d'avoir une certaine o r i g i n a l i t y . II redSfinit done les buts q u ' i l s'etait donnes en ce premier temps, et i l precise le programme d'action des Compagnons. II est d i f f i c i l e de concevoir qu'un homme aussi cons-ciencieux que le Pere Legault a i t pu poursuivre son t r a v a i l sans d'abord f a i r e 1'inventaire de ses moyens. Sans doute se rend-il compte tr&s t6t que pour s'affirmer plus concretement i l a besoin d'exemples. A i n s i , son premier objectif est de prendre connaissance des projets et des realisations de cer-tains thdoriciens et animateurs de theatre chez qui i l sent 38. un l i e n de parents. Puisqu'il est seul, a. ce jour, a contrer les conventions " f a c i l e s " du theatre embourgeois6 au Quebec, i l est f a c i l e de comprendre pourquoi l a structure et les ideaux de sa troupe n'empruntent rien a des emules canadiens. Le P&re Legault doit se rendre outre-mer pour 6tudier les principes des novateurs du theatre moderne, leurs m4thodes et leurs tech-niques th6atrales. C'est un moment ou I n v o l u t i o n dramatique du Pere Legault prend une nouvelle tournure. I I cherche a re-d ^ f i n i r son esthetique. Mais cela ne veut pas dire q u ' i l y a une remise en question fondamentale de ses propres conceptions dramatiques; plutdt, c'est 1*£largissement de certaines notions preconcues et dans un sens, de certaines questions auxquelles i l cherche encore a donner des reponses satisfaisantes. Au pays comme a. l'etranger, le theatre semble malade. Mais en 1938, lors de son voyage en Europe, le directeur des Compagnons de St-Laurent dScouvre que ce malaise commence a se dissiper et que depuis plusieurs annees deja les conditions essentielles d'une regeneration scenique existent. Comme on le s a i t , au tournant du siec l e , nombre d'esth^ticiens et de metteurs en scene etaient partis en guerre contre les proc^des frelates du natural!sme et du r<§alisme sceniques. Independemment mais parallelement le russe Constantin Stanislavski, le S u i s s e Adolphe Appia, l'autrichien Max Reinhardt, 1'anglais Gordon Craig et le frangais Jacques Copeau, pour ne c i t e r que les plus i l l u s t r e s theoriciens de ce temps, avaient pr6conis6 une revalorisation globale de l a conception dramatique non seulement dans sa forme mais aussi d a n s son infrastructure. Mais quelle que fut l a 39. part de chacun dans ce mouvement de renovation, i l faut dire que l'objet de leur demarche n'est pas celui de 1'innovation, plus que d'une remise a. neuf. Etant donne la complexite et l'6tendue du sujet, nous ne pouvons tenir compte i c i de toutes les carac-teristiques et de toutes les phases de son developpement. Ce nouveau courant dramatique et ideologique peut nianmoins se risumer ainsi: "... (ce) mouvement.. est peut-etre plus .tradi-tionaliste ,.que..reactioiinaire.. E t . i l est peut-6tre plus moral en son essence qu'il n'est litt6raire et esthetique. C'est un changement d'esprit. II s'agit d'insuf-f l e r au theatre une ame nouvelle, d'assainir ses moeurs, de le renouveler de fond en comble".1 II est tout a fa i t naturel, done, que le Pdre Legault se soit senti a t t i r i par l a philosophie de ces hommes. Mais, a vrai dire, ce n'est que par leurs disciples, c'est-a-dire, l a deuxieme generation d'animateurs et de metteurs en scene qu'il parvient a connaitre i'expression concrete de leurs pensees. II arrive en Europe au moment ou. les "descendants" des grands maitres reussissent a imposer cette nouvelle tendance soit-di-sant "avant-gardiste" sur l a scene contemporaine. Les heritiers directs des initiateurs du renouveau -dramatique du 20ieme siecle expirimentent a leur tour dans leurs propres theatres et labo-ratoires de recherches dramatiques. Chez ces derniers, le Pere Legault se rend compte que le theatre d'art, le theatre po£tique est l a grande force de frappe de cette ecole de pens6e. Au 1. Copeau, Jacques, "L'esprit des petits theatres", dans Cahiers  Renaud-Barrault, II, 4, 1954, p. 9. 40 c o u r s de s o n voyage q u i l e c o n d u i r a de l ' A n g l e t e r r e a l a F r a n c e e t de l ' l t a l i e a l a B e l g i q u e , i l p a r v i e n d r a a se f a m i l i a r i s e r a v e c l e s composantes e s s e n t i e l l e s des o e u v r e s d e s " c h e f s de f i l e " de c e mouvement. En f a i t , c e r t a i n s i -d e aux l u i s e r o n t de r e e l l e s s o u r c e s d ' i n s p i r a t i o n ; i l y p u i s e r a d e s exemples e t d e s encouragements p r o p r e s a l e g u i d e r e t a l ' e c l a i r e r dans s e s r e c h e r c h e s p e r s o n n e l l e s . II y d ^ c o u v r i r a c e r t a i n e s m£thodes do n t i l se s e r v i r a a s o n r e t o u r au Canada. En p r e m i e r l i e u , l e P e r e L e g a u l t se r e n d a L o n d r e s ou i l f a i t l a c o n n a i s s a n c e de M i c h e l S a i n t - D e n i s , n e v e u de Co-p e a u e t a n c i e n d i r e c t e u r de l a Compagnie des Q u i n z e . Dans u n e s p r i t a p p a r e n t ^ a c e l u i de l ' E c o l e d u V i e u x - C o l o m b i e r , c e d e r -n i e r y d i r i g e l e London T h e a t r e S t u d i o , u n l i e u d ' d t u d e s e t de f o r m a t i o n p o u r j e u n e s a c t e u r s e t u n c e n t r e de r e c h e r c h e s e t d ' e s s a i s d r a m a t i q u e s . S u r p l a c e , l e j e u n e r e l i g i e u x r e ^ o i t d e s e n s e i g n e m e n t s p r a t i q u e s s u r l a m i s e en scene a u p r e s de S a i n t - D e n i s lui-mSme ( i ) . II s ' a t t a r d e au f o n c t i o n n e m e n t d e s c o u r s de mouvement, de d i c t i o n e t d ' i m p r o v i s a t i o n / i n t e r p r e -t a t i o n , en p r o g r e s au S t u d i o . E n m a t i e r e de m i s e en s c e n e , ( i ) Nous nous p e r m e t t o n s de p r i c i s e r que l e P e r e L e g a u l t n ' 6 t u d i a p a s l a m i s e en scene avec J a c q u e s Copeau a L o n d r e s , comme l ' a f f i r m e J.M. C h a r honneau dans s a B i o - B i b l i o g r a p h i e du R.P. E m i l e L e g a u l t , M o n t r e a l , 1945. D'apres une e n t r e v u e p e r s o n n e l l e , en decembre 1971, ce d e r n i e r nous r e v e l e n ' a v o i r j a m a i s r e n c o n -t r 6 Copeau, meme l o r s de s o n s e j o u r a P a r i s . 41. Saint-Denis reprend certaines des idees maltresses de son oncle. Mais voulant "...se liberer le plus totalement de toutes les ser-vitudes de l a decoration t r a d i t i o n n e l l e . . ( i l ) proclame bien haut le principe de l a convention fondamentale du theatre qui doit p vivre de f i c t i o n et d'imagination, non pas d' i l l u s i o n . " Se faisant l'adversaire de toute ornementation et machinerie et de tout ce qui pourrait d£roger a 1'imagination du poete et au jeu de l'acteur, i l congoit l'espace scenique dans le sens de l a rigorit£ plut6t que de l a simplicity, comme l e f a i t Copeau. A ce point de vue, i l se montre plus absolutiste encore que l e "maltre" dans sa conception architecturale et scenique. Et selon l u i , c'est au metteur en scene que revient l a tache imperieuse de regler strictement l a cohesion interne et exteme du spec-tacle, car: "A theatrical production needs the director's talent, his personality, his imagination, his power of attraction, his authority over the actors and a l l other people who collaborate ; i n the show..The director i s the centre of the organisation, he i s the l i n k connecting together..the elements.(of) a modem prod-uction. .He stands for unity, he i s the guar-antee of intelligence, of efficiency, of quality."3 S i l e Plre accepte les vues fecondes de Saint-Denis en ce qui concerne les fonctions multiples de metteur en sc&ne et l a discipline que requiert ce metier, i l ne se montrera jamais aussi severe sur l a disposition scenique du plateau. Pour l u i , l e theatre restera " l a patrie de 1'illusion" sans toutefois 2. Doisy, Marcel, Jacques Copeau ou 1'Absolutisme dans l ' a r t , Cercle du Livre, Paris, 1954, pp. 205-206. 3. Saint-Denis, Michel, Theatre: The Rediscovery of Style, Heinemann, London, I960, p. 72. 42. coincer 1 * imagination...entre les frontieres materielles de l a scene..".^ A i n s i , le bref s6jour que f a i t le Pere a Londres, l u i permet d'apprendre qu'au dela d'une solide culture l i t t e -r a i r e , tout scenographe doit posseder une excellente formation technique et doit se r£v61er patient, sincere, humble et imagina-t i f . L'austerity du concept d£coratif de Saint-Denis l u i ouvre l a voie qui le conduit a. une mise en scene plus pure, visant a bien servir 1'intention du podte et 1'interpretation du com<§dien. Quittant l a Grande-Bretagne, i l se met en route vers l a Prance. La scene franchise subit les effets d'une renaissance depuis au moins trente ans et 1'oeuvre de reforme a laquelle Jacques Copeau a donne" 1'impulsion en 1913» se prolonge en plu-sieurs directions. Paris connait l'avenement eclatant du Cartel des Quatre et en marge du boulevard, qui d'ailleurs perd son elan, toute tentative valable se voit a f f i l i e e directement ou indirectement au Vieux-Colombier. C'est 1'epoque des metteurs en sc&ne et l e public s ' a l l i e au theatre de son choix plut8t par son attachement au directeur-metteur en scene qu'au drama-turge, comme en avait et£ l a coutume dans le passe. La plus grande v i c t o i r e des ascetes du theatre po£tique est 1'entree de Jacques Copeau et de t r o i s membres du Cartel, Louis Jouvet, Charles Dullin, et Gaston Baty, a l a Comedie-Fran<jaise en 1936. "...veritable bouleversement qu'entraine cette intrusion du theatre privS sur l a scene n a t i o n a l e . d i r a - t - o n . Toutefois, 4. Legault, Emile, Confidences, p. 82. 5. Fauny-Anders, France, Jacques Copeau et le Cartel des  ftuatre, Nizet, Paris, 1959, p. 243. 43. les r6sultats de 1'action de Copeau et du Cartel ne se limitent pas entierement a l a scene professionnelle. On retrouve a Paris et en province un fourmillement de jeunes compagnies d'amateurs animies d'une meme volonte, d'un m§me esprit d'opposition a l ' a r t commercialise. On peut dire que 1'influence du theatre amateur, a cette epoque, est tout aussi importante que c e l l e du theatre professionnel, par le mouvement qu' i l cr6e, par les essais q u ' i l suscite et par l a voie qu ' i l ouvre devant l u i . D ullin passera l a remarque en 1931, dans Correspondence: "Nous ne pouvons pas nous desinteresser de l a situation theatrale en province. C'est l'un des points les plus noirs de l a crise que nous traversons. Des efforts interessants existent dans plusieurs centres importants.."6 Bien entendu, le jeune vieaire de St-Laurent prendra un inter8t p a r t i c u l i e r a ce que font ces troupes d'amateurs puisque l a na-ture de leurs entreprises s'apparente davantage a l a sienne. Trop vieux pour s'inscrire au Conservatoire d'Art Drama-tique a Paris, "... heureusement d'ailleurs, d e v a i t - i l dire plus tard, puisque je me serais peut-etre d6form6 dans une certaine mesure car le Conservatoire, a ce moment-la, etait encore assez poussiereux..."'7 le Pere met a bon p r o f i t l a liberty dont i l dispose. Ce sera pour l u i , 1'occasion de m£diter sur les con-ditions essentielles de l ' a r t dramatique contemporain, de re-nouer contact avec Henri Gheon, de suivre les realisations du Cartel ( i i ) , des Compagnons de Jeux d'Henri Brochet et des 6. Cf. Fauny-Anders, p. 246. 7« Entrevue sur bande magnetique f a i t e par l'auteur, Montreal, 1971. ( i i ) . Nous voulons souligner que les membres du Cartel des Quatre sont Jouvet, Baty, Dullin et Pitoeff et non Jouvet, Dullin, Baty et Barrault comme le cit e Jean Hamelin dans Le Renouveau du thea-tre ..., p. 9« 44 Com£diens-Routiers, d'etudier aupres de L6on Chancerel, de voir tout ce qu'i l y a moyen de voir au point de vue de theatre de quality a Paris, mais plus important encore de se "plonger" dans 1'etude de Jacques Copeau. Bref, d'y f a i r e son education d'ar-tisan, de metteur en scene, d'animateur d'art dramatique. A son arrivee, i l s'empresse de rendre v i s i t e a son premier maitre, Henri GhSon et les deux hommes ne tardent pas a reprendre leurs interminables discussions sur l ' a r t du theatre. Le "patron" l e met sans doute au courant de ses dernieres ac-t i v i t y , l u i suggere quelques bons spectacles et ensemble, i l s causent longuement de Copeau. Puis, comme prevu, Gh6on l u i presente Henri Brochet, l'animateur des Compagnons de Jeux et le directeur de l a revue d'art dramatique Jeux, Treteaux et  Personnages. Le Pere cohnait d6ja l a nature et l a portee du tr a v a i l de Brochet mais i l se propose d'£tudier plus attentive-ment le programme et l a structure de cette £quipe d'amateurs pendant son s6jour a Paris. Cette rencontre est l e debut d'une longue amitie qui va murir au f i l des annees. Doue1 d'un esprit s u b t i l et penetrant, possedant une vaste culture, auteur et metteur en scene competent, Henri Bro-chet envisage le renouvellement de l ' a r t dramatique par le m§me biais que Gh«§on: cel u i d'un retour a l a convention moyennageuse par l a creation d'un theatre Chretien, populaire et "franc de tige". II veut au-dessus de tout guider et servir d'exemple aux troupes d'amateurs qui surgissent de toute part, en construisant un "chantier" de t r a v a i l qui puisse unir tous ces jeunes a r t i -sans de l a scene. N'est-ce pas ce que le Pere projette de fair e a Montreal? 45 N6s des Compagnons de Notre-Dame, l e s Compagnons de J e u x se donnent l e s mdmes b u t s que l e u r s p r 6 d 6 c e s s e u r s m a i s i l s e n t e n d e n t p o u s s e r p l u s l o i n l e u r champ d * e t u d e s e t de r e -c h e r c h e s t h i a t r a l e s , en c r e a n t a P a r i s u n c e n t r e c a t h o l i q u e r e g u l i e r d ' a r t d r a m a t i q u e . En 1951, l e s a c t i v i t e s de c e t t e compagnie se d e p l o i e n t dans u n p e t i t t h e a t r e , l a " M a i s o n d ' A r l e q u i n " , ou e l l e p r i s e n t e chaque semaine s e s s p e c t a c l e s . T o u t e f o i s , v u l e s t a t u t n o n - p r o f e s s i o n n e l des "Compagnons" e t f a u t e de f o n d s , e l l e d o i t b i e n t 6 t abandonner ce r y t h me de p r o -d u c t i o n p o u r ne d o n n e r qu'un nombre l i m i t e de r e p r e s e n t a t i o n s a P a r i s . M a l g r e l e s d i f f i c u l t e s m a t e r i e l l e s e t l a s i t u a t i o n p e u e n v i a b l e a u x q u e l l e s i l s d o i v e n t f a i r e f a c e , l e s "Compagnons r t c o n t i n u e n t a r e m p l i r l e u r t a c h e en j o u a n t p a r t o u t en P r a n c e e t a l ' e t r a n g e r . G r a c e a eux, l e developpement du t h e a t r e Chretien moderae e s t a s s u r e e t on ne p e u t p l u s i g n o r e r s a p r e s e n c e , c a r i l s o n t v e r i t a b l e m e n t a c c o m p l i ce q u ' i l s a v a i e n t r e s o l u de f a i r e : " C ' e s t aux "Compagnons de J e u x " que r e v i e n t l ' h o n n e u r d ' a v o i r cree l e s p r i n c i p a l e s o e u v r e s de Gheon, d i r a M a u r i c e Deieglise* L e u r s m i s e s en scdne ( s e r v e n t ) de moddles a d ' i n n o m b r a b l e s t r o u p e s d'amateurs."8 A 1 * i n v i t a t i o n de B r o c h e t , l e P e r e L e g a u l t s u i t p l u s i e u r s r e p e -t i t i o n s en c o u r s a 1 ' a t e l i e r des "Compagnons". En s o n h o n n e u r , i l s montent l a p r e s e n t a t i o n du Chemin de l a C r o i x de H e n r i Gheon. Sans d o u t e , un g e s t e r e c i p r o q u e p o u r l a b i e n v e i l l a n c e q u ' a v a i e n t montree l e s Compagnons de S t - L a u r e n t e n v e r s Gheon, l o r s de s a v i s i t e au Canada. L ' a n i m a t e u r c a n a d i e n s e r a f r a p p e p a r l e s r e -s u l t a t s i m p r e s s i o n n a n t s q u ' a t t e i g n e n t c e s amateurs m a i s p l u s e n c o r e i l s e r a e m e r v e i l i e p a r l a t e n a c i t e , l a s e n s i b i l i t e , 8. L e T h e a t r e de H e n r i Gheon, p. 548. 46. 1 ' e s p r i t d ' e q u i p e q u i l e s animent de c e t id£al de p e r f e c t i o n q u ' i l s s o u t i e n n e n t m a l g r ^ l e u r s d e c e p t i o n s . S t i m u l i p a r l ' a c t e de c o u r a g e e t de p e r s e v e r a n c e d o n t i l s f o n t p r e u v e , i l s ' i n s p i r e r a l a r g e m e n t de 1'oeuvre de s o n c o l l & g u e e t l o r s d'une c o n f e r e n c e q u ' i l donne a M o n t r e a l en 1 9 4 1 , i l avoue candidement: "A l ' o r i g i n e nous a v i o n s assume exactement l e p r o -gramme des Compagnons de Jeux...Nous v o u l i o n s t r a v a i l -l e r e x c l u s i v e m e n t a. i m p o s e r c h e z - n o u s une t r a d i t i o n de t h e a t r e r e l i g i e u x . C ' e s t a i n s i que nous avons p r e s e n t s s u c c e s s i v e m e n t L a B e r g e r e au P a y s des L o u p s , L e No81 s u r  l a P l a c e , L a F a r c e du Pendu D<§pendu, L a F i l l e ~ d u S u l t a n . . s u r n o s t r e t e a u x e r i g e s en p l e i n a i r , L e J e u de S a i n t -L a u r e n t du F l e u v e , que nous avons c o l l a b o r e a l a cr§ation du M y s t e r e de l a Messe.. a l ' e t e de 1940".9 A c e t t e d a t e , l e t h e a t r e m e d i e v a l t^moigne a u s s i de s a v i t a l i t e a P a r i s e t l e P e r e L e g a u l t f e r a s o n p r o f i t de 1 ' e x p e r i e n c e des T h e o p h i l i e n s , j e u n e groupe d'£tudiants de l a S o r b o n n e , mene1 p a r l e c e l e b r e m£dieviste G u s t a v e Cohen. J o u a n t des "deux" r e -cemment d£couverts p a r l e u r m a l t r e , "... ( l e s ) T h e o p h i l i e n s , p a r dela. l e s s i e c l e s , ( r e n o u e n t ) avec l a p l u s a u t h e n t i q u e t r a d i t i o n m e d i e v a l e , c e l l e d u t h e a t r e d e s c l e r c s , m a i t r e s e t e t u d i a n t s . P a r des proced£s purement e m p i r i q u e s e t u n s t y l e r e s u l t a n t d'un melange de l ' a n c i e n e t du n o u v e a u , Cohen a p p r e n d a s e s A l e v e s c e que f u t l e t h e a t r e d u passe" e t i l l e u r m o n t r e , avec des exemples a l ' a p p u i , comment 1 ' e v o l u t i o n d u t h e a t r e se p o u r s u i t p l u s o u moins dans l e meme sens d e p u i s des g e n e r a t i o n s . 9. L e g a u l t , E m i l e , dans l e s C o n f e r e n c e s , 1941-42, p. 32. 10. P e r n o u d , R£gine, "Le T h e a t r e au Moyen-Age", dans E n c y c l o p e -d i c de l a P l e i a d e , tome X I X , N.R.F., P a r i s , 1965, p. 555. 47-Le Pere n'oubliera pas cette lecon, et i l d ira lors d'une entrevue accord£e au Devoir en 1942: "Cohen..est le plus grand medieviste vivant et..on l u i doit des decouvertes importantes qui ont eclaire notre connaissance du Moyen-Age."ll En f a i t , lorsque Cohen f a i t une tournee de conferences en Ameri-que durant l a guerre, le Pere Legault 1'invite a r e a l i s e r Le Jeu d'Adam et Eve, l a plus ancienne piece du theatre francais et Le Jeu de Robin et Marion, le plus v i e i l op<§ra comique de cette meme tradition, a l'Ermitage avec les Compagnons de St-Laurent. Pendant son sejour dans l a capitale franchise, l e Pdre se l i e egalement d'amitie avec Pierre Delbos, O l i v i e r Hussenot, Louis Simon, Georges LeRoy, les RR.PP. Pa r v i l l e z s . j . , Roquet o.p. et Gillot, o.p. et plusieurs autres personnalites connues ou obscu-res, associes au cercles amateurs francais. I c i l'on duge "... vi t e l'homme a sa re e l l e valeur, commente Jean-Marie Charbonneau, et aussi (s'adresse-t-on) a l u i en vue d'obtenir divers rensei-gnements sur les p o s s i b i l i t y d'y et a b l i r des f i l i a l e s des mouve-12 ments sociaux catholiques du monde theatral." La chronique dramatique du Pere Legault publico sous le t i t r e de Cahiers des  Compagnons en 1944, deviendra 1*instrument de propagande de ces mouvements au Canada et par 1'information qu'elle divulgue, e l l e etablira plus directement un l i e u d'echange entre les multiples mouvements amateurs francais et canadiens. Et, bien entendu, le directeur des Compagnons correspondra autant que possible avec 11. "Gustave Cohen chez les Compagnons", Le Devoir, XXXIII, no. 248, samedi, 24 octobre, 1942, p. 4, c o l . 3. 12. Bio-Bibliographie du R.P. Emile Legault, Ecole des B i b l i o -thecaires, Montreal, 1945, p. 31• 48. plusieurs de ses nouveaux amis afin de se mettre en rapport avec les travaux de tous ces artisans de l a scene chretienne. C'est l a belle Epoque du theatre en France. Le Pere Le-gault fr6quente r6gulierement les salles du Theatre de 1 ' A t e l i e r , du Theatre Montparnasse et du Theatre des Mathurins, lieux d'ac-cu e i l des tendances nouvelles du theatre d'art, dirig^s respec-tivement par Charles Dullin, Gaston Baty et Georges Pitogff. Dans 1'atmosphere s i particuliere de ces petits theatres "d*avant-garde" , i l suit attentivement les mises en spectacle qui figurent au programme de l a saison 1 9 3 8 - 3 9 . II aura le privilege d'y voir un peu de tout car l a selection des oeuvres se compose d'une part, d'ouvrages classiques et de textes Strangers consacres, et d'au-tre part, de pieces nouvelles et connues par des auteurs modernes frangais. ( i i i ) "Je me nourissais de leurs spectacles"^ nous c o n f i e - t - i l et sans doute est-ce l a premiere f o i s q u ' i l se v o i t entoure' d'un t e l choix. Et, a. l a Comedie-Frangaise, i l v o i t le Mariage de Figaro dans une mise en scdne de Charles Du l l i n , ( i i i ) Theatre de 1 ' A t e l i e r 8 novembre 1 9 3 8 - La Terre est Ronde ou Savonarole d'Andre Salacrou Theatre Montparnasse 9 octobre 1958 - Arden de Faversham de H.R. Lenormand 3 0 novembre 1 9 3 8 - Dulcin.ee de Gaston Baty 31 Janvier 1 9 3 9 - Manon Lescaut adapt, de M. Maurette 9 mars 1 9 3 9 - Phedre de Racine Theatre des Mathurins 3 novembre 1 9 3 8 - La-Bas de Titayna 1 0 decembre 1 9 3 8 - La Fenetre Ouyerte de M. Martin du Gard 17 Janvier 1 9 3 9 - La Mouette de Tchekov 13* Entrevue sur bande magnetique, f a i t e par l'auteur. 4 9 . Tricolore et Cantique dee Cantiques mont£s par Louis Jouvet a i n s i qu'un pe t i t nombre de spectacles qui contrastent 6trangement avec les productions intelligentes et stylisees realisees par Jouvet 14 et Dullin. "Ces spectacles me faisaient rugir," et les raisons de son mepris sont cl a i r e s : 1'esprit de routine, les decors na^ tu r a l i s t e s , l a negligence du texte au p r o f i t des com£diens et l e style declamatoire, grandiloquent et superflu, caracteristique de l a Com6die a ce moment-la, ne font qu'accentuer l'indgalite de ces presentations inferieures. Par contre, 1'originalite des mises en scene de Jouvet, Du l l i n , Baty et PitoSff, ne manque pas de surprendre et d'attirer 1'attention du Pere Legault. Pour les membres du Cartel, l a re-r naissance du theatre se f a i t par une revolution dans l a prison-^ tation et 1'interpretation des oeuvres bien plus que par une re-; cherche de sujets et de themes nouveaux ou un renouvellement du style £crit. Bien qu'ils fassent cause commune contre les formu-* les debilitantes du theatre de boulevard, chacun de ces hommes retient son independence artistique "...avec des moyens envisa^ 15 ges.. sous une optique propre, selon son genie personnel." ^ Loin de se f i g e r en des modes pr£cis, i l s font preuve d'une invention qui se renouvelle sans cesse. Toutefois, les conceptions st y l i s - r tiques et sceniques de deux d'entre eux, influenceront plus par-!: ticulidrement le Pere Legault. D'ailleurs, dans un a r t i c l e publie dans les Cahiers des Compagnons, des 1944, l'on propose ce que les Compagnons empruntent a Louis Jouvet et a. Gaston Baty. 14. Ibid. 15. Fauny-Anders, Jacques Copeau..., p. 152. 50. "Leurs r6alisateurs theatrales contiennent d6ja et synthetisent l a plastique, les couleurs, les lumieres, le rythme et le style de Copeau, de Jouvet et de Baty. De plus, i l s semblent avoir cree une "poesie dans l'espace". Leur theatre donne 1'impression d'etre..affranchi "de.la dictature exclusive de.la parole"."16 Ayant assume maintes responsabilites techniques et ayant contribue a plusieurs des innovations architecturales et sceniques au Vieux-Coloiabier, Jouvet avait acquis une grande ha-bilete dans ces deux domaines. Comme Copeau, i l prefere l a scene a l'italienne et plus tard dans son propre theatre de 1 ' A t e l i e r , i l devise un ingenieux d i s p o s i t i f "construit" auquel sont appli-ques les principes orthodoxes de l a machinerie classique. Dans toutes ses mises en scene, i l cherche consciemment a reduire a. un minimum les effets techniques et exterieurs et i l garde l 1 a s -pect decoratif sobre et suggestif tout en recreant: "...une sorte de realisme s t y l i s e , personnel et artistique, avec quelques elements bien choisis, des lumieres et des demi-teintes".17 S'adaptant admirablement a. l a re a l i s a t i o n des grandes oeuvres classiques et romantiques comme aux pieces modernes, son fameux systeme architectural inspire de Craig, Appia et Copeau, ser-v i r a comme element de base scenique aux Compagnons de St-Laurent. Pour sa part, Gaston Baty confere une position assez differente, aux autres membres du Cartel, a l a mise en scene, a 16. Daltour, Pierre, "A l'Ermitage les 'Compagnons' m'ont f a i t retrouver le coeur et l'ame de Paris..", dans les Cahiers  des Compagnons, I, 2, novembre-decembre, 1944, p. 50~I 17. Pauny-Anders, Jacques Copeau..., p. 191. l'apport scenique et aux moyens techniques du plateau. Dans sa volonte de "retheatraliser" le theatre, i l conteste l a primaute du texte, l a souverainete de l'acteur et i l confie aux decors, aux eclairages, aux moyens techniques et a l a machinerie thea-trale une importance grandissante. Selon l u i , le theatre est un art-synthase ou: "La sculpture donne 1'attitude; l a danse, l a peinture, le costume et le decor; l a l i t t e r a t u r e , le texte; l a musique, l a voix de l'acteur; les bruits, le chant et souvent l a symphonie".18 Son gout personnel souleve par moments de vives controverses, car Baty deploie non seulement l a perfection des Allemands dans les jeux de lumieres et d*ombres, mais i l est le seul a avoir l'audace d'experimenter avec l e style expressioniste de ceux-ci, malgre q u ' i l s'en tienne plus generalement a un souci de mise en scene symbolique. Ce que le Pere retiendra surtout de Baty, ce-pendant, ce sera sa maniere de concevoir l'espace et l a matiere sceniques: "Principale innovation: le plateau presente quatre aires de jeu..Quant aux decors, a l'exemple de ceux dont avait reve Copeau..ils sont constitues par un systeme de cubes et de blocs, dont 1'assem-blage permet l a creation d'interieurs de toutes sortes".19 En plus de s'inspirer des apports varies de l a mise en scene moderne, le Pere Legault rejoint les hommes du Cartel dans l a p r i o r i t e qu'ils reservent aux chefs d'oeuvre du passe et plus particulierement a Moliere et a Shakespeare. Ce qui leur importe 18. cf. Fauny-Anders, Jacques Copeau..., p. 179« 19. Borgal, Clement, Metteurs en Scene, Editions Fernand Lanore, Paris, 1963, p. 14TT" 52. principalemerit, c'est de renover l a presentation des classiques, d'adapter les themes anciens a l a scene moderne tout en renouant avec l a tradition de l a comedie italienne. Une meditation sem-blable sur le repertoire molieresque conduira l'animateur des Compagnons a. ses premiers triomphes. L'on s a i t le succes que connaitront les Compagnons alors qu'ils presentent Moli&re au public quebecois et i l s laissent rarement passer une saison sans revenir a ce grand dramaturge. Assurement c'est un peu a cause de Copeau, Chancerel et des hommes du Cartel que: "...les "Compagnons" ont £cout£ attentivement l a lecjon de Moliere..Ce dernier devait son sens populaire, inattaque par les temps, a. son contact avec.les secrets de l a Commedia dell'arte: efforts vers un theatre aerien, feerique, dansant presque, dont un des moyens est le d6cor s t y l i s e , qui sug-gere plus qu ' i l ne d i t , domaine ou les "Compagnons" sont passes maitres."20 Mais s ' i l s attachent une importance singulidre aux auteurs c l a s s i -ques, les associ£s du Cartel ouvrent aussi leurs theatres aux auteurs modernes et i l s encouragent l a floraison de talents nou-veaux. Plus que tout autre, Dullin se sent preoccupy par une "ecole d'auteurs" et le Pere partage avec l u i et les autres, une conviction profonde qu ' i l ne pouvait y avoir qu'une renaissance superficielle sans l'eclosion d'une dramaturgie nationale. Plus les annees passent, plus ce d6sir se precise en l u i : "Notre ambition est de susciter un repertoire authentiquement canadien qui soit de l a bonne veine: poesie, rythme, style, e t c . L e fonds ne manque pas...Nous continuerons pendant quelques temps, a proposer des textes emprunt£s aux tre-sors etrangers...Pour servir de modeles et mettre nos dramaturges en appetit. Mais vienne bient6t 20. Brochet, Henri, Jeux, Treteaux et Personnages, no. 114, mars-avril, 1947, p. 57- ' 5 3 . 21 une production de bon cru canadien." Malheureusement, ce reve ne se reali s e r a qu'apres son depart de l a scene. Mais n'est-ce pas l u i qui avait prepare le terrain pour l a venue des dramaturges quebecois futurs? La le<jon du Cartel eclaire le Pere Legault sur les pro-blemes essentiels de l a mise en scene, confirme son aversion pour l a formule naturaliste de decor et l u i donne une foule d'idSes sur le choix de son repertoire futur. II se souviendra d'eux et i l leur temoignera sa reconnaissance a plusieurs reprises. En 1942, lors du voyage de Ludmilla Pitoftff au Canada, i l l u i confie-r a sa compagnie et l a mise en scdne de 1'Echange de Claudel a. l'Ermitage tout comme i l le f a i t avec Cohen. Cependant, 1'influ-ence du Cartel compte au meme t i t r e que cel l e de Gheon et de Bro-chet parce que ce sont eux qui l u i f i r e n t decouvrir et appr£cier 1'oeuvre fascinante de Jacques Copeau que les Compagnons "...con-op siderent comme le grand inspirateur de leur e f f o r t " . Avant tout, i l faut prendre soin de ne point melanger les epoques. Moins recente, puisqu'elle date de 1913* 1'expe-rience de Jacques Copeau au Vieux-Colombier se voit a l a base du mouvement de renovation dramatique qui se manifeste alors en Prance. Apr£s avoir deblaye le terrain et avoir f a i t ecole, e l l e prepara l a venue de tous les hommes ci-haut mentionnes. Autant et meme plus que toute autre entreprise anterieure et a venir, cette experience de Copeau marque fortement l e theatre contempo-rain. A l a mort de c e l u i - c i en 194-9, l a scene franchise v i t encore 21. Legault, Emile, "Vienne un repertoire" dans Cahiers des  Compagnons, I , 2, novembre-decembre, 1944, p. 45. 22. Legault, Emile, les Conferences.., 1941-42, p. 31• 54. sur l a lanc6e des Deux Colombes. Le Pere Legault s'est nourri des idees et des conceptions de ce geant de l a scene et les rap-prochements entre ces deux hommes n'ont pas, a notre avis, ete suffisamment mis en evidence. II faut dire qu'a. son arrivee, le jeune pr§tre ne con-nait de l u i que ce qu*Henri Gheon et Michel Saint-Denis l u i ont rev61£ et que ce qu ' i l a pu decouvrir par ses lectures. II ne s'agit que d'une introduction assez elimentaire et plutot super-f i c i e l l e . Neanmoins i l n'en faut pas plus pour e v e i l l e r sa cu-r i o s i t e et soulever son admiration devant ce noble artisan du theatre. De tous les animateurs francais et de tous les estheti-ciens Strangers, Copeau est celui dont nous devons considerer 1'influence comme capitale et determinante dans I n v o l u t i o n drama-tique du Pere Legault. Ce dernier ne reniera jamais son a f f i l i a -tion au Yieux-Colombier n i le f a i t q u ' i l a i t f a i t sienne l a pensSe de Copeau: "J' a i tout adopte de l u i , nous d£clare-t-il. Je buvais ses disques, je mangeais ce q u ' i l e c r i v a i t et je peux dire q u ' i l n'y avait pas une phrase qui me f a i s a i t "tiquer". Pas une qui me d i s a i t , "non, ce n'est pas cela". Tout le temps c'etait (juste) et ca ripondait v r a i -ment a des intuitions chez moi. Alors, j ' a i done f o u i l l e Copeau tant et plus la-bas en Prance."23 II sera decu de ne pouvoir rencontrer Copeau mais Gheon le pre-vient que c e l u i - c i traverse une periode sombre et i l aurait ten-dance a le r e f r o i d i r , a l u i enlever son enthousiasme. A i n s i , l e Pere n'aura l a chance de l e voir qu'a 1'occasion de ses quelques apparitions publiques. II i r a 1'entendre prononcer quelques 23. Legault, Emile, entrevue sur bande magnetique, f a i t e par l'auteur. 55. conferences sur l a problematique du theatre contemporain mais ce qui le passionne surtout ce sont les lectures dramatiques que donne Copeau. II entendra les plus beaux passages du Sermon de  Bossuet et des grands textes de Shakespeare et des classiques. "A chaque f o i s , i l f a i s a i t salle comble", remarque-t-il, "tant son talent de lecteur etait extraordinaire". En outre, le Pere se "plonge" dans une etude minutieuse de Copeau et des l'abord, comme nous l'avons signale plus haut, i l se sent en parfait accord avec ce grand artisan de l a scene. Ce qui le seduit au depart, c'est le caractere exceptionnel de l'oeuvre de Copeau, le f a i t qu'elle a i t suscite une renovation dramatique "en profondeur" et catalyse nombre de reformes dans le monde theatral. Par esprit de reaction, Copeau declarait dds 19U: "...pour l'oeuvre nouvelle un treteau nu. Decouvrir a nouveau l a l o i fondamentale de l a scene tant au point de vue des come-diens et des ecrivains qu'au point de vue de l a mise en scene., seule, 1'action dra-matique determine l a forme architecturale de l a scene."25 II en etait arrive a l a certitude que l a condition essentielle pour rendre au theatre toute son authenticity et toute sa s i -gnification etait l a communion intime entre l'acteur et l e spec-tateur dans un monde cree par l'auteur. Or, son id£e de "refaire le theatre" s'appuyait premierement sur le depouillement de l'espace scenique, puis sur l a reconnaissance de ce qui etait pour l u i les premiers elements de l a representation: le texte 24. Ibid. 25. B o l l , Andre, La Mise en scene contemporaine: son evolution Nouvelle Revue Critique, Paris, 1944, op. c i t . , p. 29. 56. e t l a p r e s e n c e p h y s i q u e de l ' a c t e u r s u r l a s c e n e . T o u t e s s e s r e c h e r c h e s a v a i e n t l a r g e m e n t c o n t r i b u e a o r i e n t e r l ' a r t de l a mise en scene e t 1 ' a r c h i t e c t u r e s c e n i q u e v e r s des f o r m e s " p u r e s " , a r e n d r e au m e t i e r de comSdien s e s d r o i t s e t l ' e s t i m e p u b l i q u e , p e r d u s d e p u i s l o n g t e m p s . S e l o n l u i , ce n ' e t a i t qu'en f a i s a n t marche a r r i e r e , qu'en r e p r e n a n t c o n t a c t avec l e s g r a n d e s t r a -d i t i o n s du passe* e t en r e n o u a n t avec u n c l a s s i c i s m e de forme e t de p e n s e e , que l e t h e a t r e se lib£rerait. En f o n d a n t l a t r o u p e des Compagnons de S t - L a u r e n t , l e P e r e L e g a u l t s ' e t a i t donnd c e t t e m§me m i s s i o n m a i s s u r u n p l a n i n f i n i m e n t p l u s p e t i t . Ce n ' e s t d ' a i l l e u r s qu'en a n a l y s a n t a f o n d l e s c o n c e p t i o n s de Copeau q u ' i l se r e n d compte q u ' i l marche dans l e s p a s du "mal-t r e " e t q u ' i l e s t s u r l a bonne v o i e : "Mon s e u l m e r i t e s i j ' e n a i u n , e s t f a i t s u r t o u t d'un p e u de bonne v o l o n t e * avec l e degout i n s t i n c -t i f de t o u t ce qui..demeure f i g 6 . . ( i l f a u t ) t e n -t e r de r S h a b i l i t e r l a scene e t l'homme de l a scene."26 Aucune s a l l e p a r i s i e n n e ne r e p o n d a i t a l o r s au degre* de p e r f e c -t i o n q u ' e x i g e a i t Copeau. I I l u i f a l l u t metamorphoser l a s a l l e du V i e u x - C o l o m b i e r , a u d e p a r t . A l a p r e m i e r e epoque, s o i t de 1913 a 1914, i l s u b s t i t u a i t une sc&ne a r c h i t e c t u r e e b a s e e s u r des volumes a une scene aux d e c o r s en t r o m p e - l ' o e i l e t m a c h i -n e e , p o p u l a i r e dans l e s t h e a t r e s de b o u l e v a r d . De r e t o u r a P a r i s a p r e s l a p r e m i e r e g r a n d e g u e r r e , i l m o d i f i a i t l e p l a t e a u une f o i s de p l u s , a b o u t i s s a n t a u n s o l en c i m e n t e t a u n d i s -p o s i t i f s c e n i q u e f i x e " . . . P r o c h e des c o n c e p t i o n s a n t i q u e s e t 6 1 i s a b e t h a i n e s . . . m o d i f i a b l e a v o l o n t 6 p a r a d d i t i o n d * e l e m e n t s m o b i l e s , s e ( p r e t a n t ) a t o u s l e s t y l e s , e t ( a y a n t ) l ' a v a n t a g e 26. L e g a u l t , E m i l e , l e s C o n f e r e n c e s . . . . 1 9 4 1 - 4 2 , pp. 28-29. 57. de concentrer tout l'lnterSt du spectacle sur les deux p61es de l a representation, le podte et l'acteur."^' 7 Done, a l'exem-ple du directeur du "Vieux-Pigeonnier" et des associes du Cartel, l e Pere Legault herite des mdmes qualites de sobriete et d'eco-nomic de moyens, et i l se debarassera d'apparats i n u t i l e s , de tout ce qui cede a 1 ' a r t i f i c i e l , a l ' e c i a t et a " l ' e f f e t " . I I s'expliquera plus d'une f o i s sur le r61e q u ' i l entend a t t r i -buer au decor: "Le decor au theatre, ne se dissocie pas du reste des elements dramatiques. II est com-piementaire d'un tout organique: texte, i n -terpretation, plastique et rythmique de l'ac-teur, costume, musique, eclairage, grimage, masques. On l u i demande sans doute de co n t r i -buer a 1'atmosphere..Mais i l doit se soumettre aux exigences de 1'action: i l est serviteur de 1'action pour l a favoriser, l a soutenir, se faisant un tremplin au besoih".28 De l a notion indispensable d'harmonie, d'integralite et de t o t a l i t e est nee l a conception copeiienne de l a mise en scene. Copeau avait compris (et l e Pere en t i r e lecon) qu'une mise en scene equil ibree a l l a i t plus l o i n que 1'organisation materielle et technique du plateau: e l l e devait avoir pour but de donner une expression et une i l l u s i o n scenique au texte. A i n s i , partant de l'oeuvre ecrite, le r81e du metteur en scene est de traduire l a pensee du dramaturge, de p l a n i f i e r l e s ope-rations techniques et esthetiques selon les exigences du texte, de conseiller l'acteur et enfin, servant l'un et 1'autre e q u i -27. Pauny-Anders, France, Jacques Copeau... p. 46. 28. Legault, Emile, "Decors pour 'les Fourberies'", dans Cahiers des Compagnons, I, 1, p. 1 ^ . ~ 58. tablement, de transformer l'ouvrage l i t t S r a i r e en un spectacle thSatral dont 1*essence m§me est l a synthese de tous ces arts. II va sans dire que l a responsabilite' de l'acteur, soumis a l'autorite du metteur en scene et charge de communi-quer les id£es du poete au public, est lourde et difficilement assumee sans une formation disciplined et un stage d'apprentis-sage. Tout comme Stanislavski et Gordon Craig, Copeau posait done comme essentiel le probleme de l a formation du comedien. Comme on l e s a i t , le Pere partage depuis longtemps ce dSsir de reh a b i l i t e r l'interprdte de l a scdne. "C'est ici..que je rejoins implicitement l a pens£e des grands rSformateurs de l a scene.." 7 d i r a - t - i l . En ce sens, i l ne peut qu'etre d'accord avec les experiences de Copeau a l'Ecole du Vieux-Colombier. II examinera en d e t a i l tous les aspects de ce programme d'en-seignement; i l en Studiera le fonctionnement et l a structure tout autant que l a philosophie qui predominant dans cette entreprise. II faut preciser que l'Ecole de Copeau fonctionnait a. c6te de son theatre, et qu'en plus d 'etre une 6cole pour com6diens, e l l e Stait aussi un l i e u d'apprentissage, d'ou 1'importance Snorme des ateliers de t r a v a i l . Le programme se d i v i s a i t par suite en deux sections distinctes. Les cours "ouverts" ou on i n i t i a i t les 6ldves aux theories du theatre, de 1*architecture scenique et du rythme verbal, aux travaux pratiques de v e r s i f i c a t i o n et a l ' h i s t o i r e des c i v i l i s a t i o n s et ou on les rompait aux exigences de l a diction, du jeu, du 29. Ibid., I I , 1, p. 11. 59. chant et de l a mise en scene. Puis, en marge de ces cours, l'on s'occupait de l a formation technique du comedien; lecons d'edu-cation physique completers par un cours en technique corporelle, musique et chant, education de 1'instinct theatral, cours de langue francaise, exercices de memoire, developpement du sens theatral, et enfin travaux d*atelier en decoration, costumes, modelage, confection de masques et plusieurs autres exercices de toutes descriptions. Mais au-dessus de tout cela, Copeau entendait developper chez l'acteur des qualites humaines et morales. En bref, ce q u ' i l essayait de cr6er c'etait: "...un l i e u reserve oil, dans une atmosphere de simplicite, d'honnetete, de camaraderie, et sous une forte d i s c i p l i n e , les jeunes serviteurs du theatre acquerront l a technique complete et 1'esprit de leur profession, ou i l s apprendront a considerer leur art..comme un ideal qui demande pour §tre atteint, avec une haute abnegation de caractere, un t r a v a i l dur, acharne, souvent i n -grat, un t r a v a i l qui ne se f a i t pas seulement avec l a bouche..et 1*esprit, mais avec le corps aussi et le coeur, avec toute l a personne, toutes les facultes, avec tout l'§tre."30 Pour que l'Ecole atteigne son plus haut degre de rendement, i l f a l l a i t devenir une sorte de communaute, i l f a l l a i t renouer avec l a tradition antique du "choeur". Chaque individu e t a i t appeie a se subordonner a 1'ensemble dans un sens de desinte-ressement et de denument complet et le principe de "l'anonymat" permettait de sauvegarder 1'unite et l ' e g a l i t e des membres de l a troupe. Tels sont les facteurs qui ont redonne le prestige et l a dignite perdue au comedien. 30. Copeau, Jacques, l o c . c i t . , dans Fauny-Anders, Jacques Copeau..., p. 66. 60. Apres s'Stre documents sur les methodes et les grands principes de Copeau, qui ne se retrouvaient, apres tout, que sur papier, le directeur des Compagnons i r a consulter Leon Chancerel, l'un des plus authentiques h6ritiers du "maitre", pour y puiser certains eclaircissements et a f i n de s ' i n i t i e r a l a technique de l'animateur des ComSdiens-Routiers. A ce sujet, le Pere Scrira dans 1'avant-propos d'Un Reformateur du Theatre de Jean Cusson: "J*aural plus appris a cQtoyer Chancerel et ses ardents collaborateurs..Je le revois dans son laboratoire a. Neuilly, oil j'aimais frequenter, pour tout ce q u ' i l m'apportait de revelations authentiques..on l u i doit l a diffusion des id£es les plus cheres a Copeau, comme i l faut reconnaitre dans 1'ensemble de son entreprise le p l e i n developpement de l a doctrine du grand reformateur."31 L'importance de Chancerel se traduit par le f a i t q u ' i l a i t contribue plus que tout autre a. changer 1'esprit du theatre amateur en y apportant un style nouveau et en introduisant l e theatre dans 1'Education. Puisque les Compagnons de St-Laurent sont a 1'avant-garde du mouvement dramatique au Canada fran-cais, le Thre ne peut qu'appuyer 1'argument solide de ce dernier: "Lorsqu'ils savent a l a f o i s s'appliquer et demeurer eux-m§mes, les amateurs sont capa-bles d'une perfection qui leur est propre; i l peut se d£gager d'eux une fraicheur et une sincSrite qu'en general les profession-nels ont perdues."32 31. Legault, Emile, dans Jean Cusson, Un R6formateur de  Thiatre: L6on Chancerel, Editions Fides, Montreal, 1942, p p . 1 0 - i n 32. Ibid., p . 80. 61. Cette remarque ne cessera, en effet, de banter l e Pere et en 19^9 lorsque les Compagnons opteront pour l e "professionalisme", i l en eprouvera les consequences pinibles; pour l u i , ce changement marquera le debut d'un echec futur. En 1938, Leon Chancerel devient directeur du Centre Dramatique Kellerman a Paris ou i l e t ablit un centre permanent d'etudes et de representations dramatiques. Comme Copeau, i l est d'avis qu'un metier ne peut se passer d'un laboratoire. I I poursuit, reprend, approfondit et reinvente dans certaines de ses composantes l'entreprise de Copeau. Le Centre Kellerman deviendra un l i e u d'information, d'enseignement et de renseigne-ment du noble "jeu dramatique" ou de jeunes artisans seront entraines a le bien jouer. D'ailleurs, une de ses plus belles realisations sera justement de remettre le jeu a. l a mode. Ce retour au "vrai theatre" l u i permet de retrouver et de r e a f f i r -mer certains principes perdus ou oublies: "Le jeu, d i t - i l , est un precieux instrument de perfectionnement physique et moral..unis-sant plus intimement les jeunes, les liberant d'eux-m§mes pour les fondre. dans un tout b a i -gne d'amour, de f o i , d'abnegation, de charite chretienne".33 Renouant avec l a grande tradition technique de l a Commedia dell'arte, i l i n i t i e ses eleves au jeu "pur" et improvise, en faisant appel au masque, au mime, a l a danse, a l a chanson et au choeur parle. A 1'usage de tous ces moyens, i l entend e v e i l l e r chez l'acteur une certaine attitude morale et une se n s i b i l i t e envers son art, en plus de pourvoir au developpement de sa dex-te r i t e corporelle, de son expression verbale et de sa faculte 33. Ibid., p. 66. 6 2 . d ' i n v e n t i o n . C e p e n d a n t , l e j e u d e v i e n d r a p o u r l u i , p l u s qu'un i n s t r u m e n t de t r a v a i l , p l u s qu'une v a l e u r d ' e x e r c i c e : i l s e r a l e t h e a t r e meme a l ' e t a t p u r e t p l u s i e u r s des r e p r e s e n t a t i o n s montSes p a r s e s d i s c i p l e s c o n s i s t e r o n t en des j e u x sc£niques M e r i t s p a r C h a n c e r e l lui-m§me. L e P e r e L e g a u l t s ' a v i s e r a de c e t t e d e v i a t i o n dans l a m i s e au p o i n t de s o n p r o p r e programme e t i l s ' e c a r t e r a de c e t t e n o t i o n p o u r a d o p t e r l a p o s i t i o n de Copeau q u i n ' e m p l o i e l e j e u i m p r o v i s e que comme o u t i l de c o n -d i t i o n n e m e n t p o u r l ' a c t e u r e t non comme une f i n en s o i . Du r e s t e , H e n r i B r o c h e t p r e c i s e c e que l e P e r e r e t i e n t de c h a c u n d'eux: " L ' e f f o r t des "Compagnons" se s i t u e a mi-chemin e n t r e 1'enseignement de Copeau e t de C h a n c e r e l . Au p r e m i e r , i l s o n t emprunt6 une e x t r a o r d i n a i r e p u r e t e q u i v a du s p e c t a c l e au c o m e d i e n , u n c u l t e du v r a i , l ' h o r r e u r des g l o r i o l e s , de l a v e d e t t e — q u i l e s a amenes a l ' a n o n y m a t — ; a 1 ' a u t r e , l ' a -bandon a. 1 ' i m p r o v i s a t i o n q u i n ' e s t q u ' a p p a r e n t e , ^4 p u i s q u ' e l l e e s t appuyee s u r une f o r m a t i o n s o l i d e . " ^ A j o u t o n s que c e s emprunts l u i p e r m e t t e n t d ' e t u d i e r p l u s a t t e n t i -vement l e p r o b l e m e de 1 ' i n v e n t i o n d r a m a t i q u e e t de d S c o u v r i r e n q u e l s t e r m e s i l c o n v i e n d r a i t de l a p o s e r . Q u o i q u ' i l en s o i t , l ' a n i m a t e u r des Compagnons p u i s e l ' e s s e n t i e l de s e s i d 6 e s s u r l a f o r m a t i o n e t l e j e u de l ' a c t e u r a u p r e s de c e s deux hommes. P l u s t a r d , l o r s q u ' i l s e r a de r e t o u r au Canada, l e P e r e L e g a u l t s ' i n s t a l l e r a a l a campagne avec s e s comediens e t i l r e n o u v e l l e r a 1 ' e x p e r i e n c e de Copeau au L i m o n , de S t a n i s l a v s k i a. P o u c h k i n o e t de C r a i g a 1'Arena G o l d o n i . Son e x p e r i e n c e p e r -s o n n e l l e ne d u r e r a qu'un an e t l ' o n n'y r e t r o u v e r i e n de f o n -34. J e u x , T r e t e a u x e t P e r s o n n a g e s , no. 114, m a r s - a v r i l 1947, p. 57. 63. cierement nouveau a part lo f a i t qu© oe mod© d'experimentation et de formation s'articule specifiquement d'apr&s les besains des Compagnons de St-Laurent et a'adapt© & l a mesure de 1'es-prit canadien. Pour faire suit© a oett© tentative, le Per© Legault fonde, un an plus tard, soit en 1948, le Centre Drama-tique des Compagnons a. Montreal. Cett© ecol© d'art dramatique qui menera ulterieurement a l'ouvertur© d© I'Ecole des Compagnons, presente nombre d'analogies au Centre Kellerman et a l'Eoole du Vieux-Colombier. De plus, a 1'instar d© Chanoerel, i l forme un petit theatre de poche semblabl© au "Theatre d© l'Onole sebas-tien", ou les jeunes montrealais de 6 I 14 ans, peuvent se d i -vertir tout en prenant contact av©c d©s spectacles qui leur sont specialement destines, Le direoteur des Compagnons se distingue tout autant que ses predecesseurs par son enseignement et ses realisations pedagogiques. Ce faisant, i l aide a crier des con-ditions favorables au developpement et a la rehabilitation du comedien au Canada francais. Vers la mdrne epoque, une autre tentative dramatique attire 1'attention du Pere Legault: celle du Reverend Pere Boon, en Belgique. Nous ne possedons sur celui-ci d'autres indica-tions que l a description sommaire qu'en donne Maurice Deiiglise dans son livre sur Le Theatre de Henri Ghion: "Dans la paroisse de Knocke-sur-Mer, MM. Hulb Hoste et Rene Moulaert construisirent, sur le modele du Vieux-Colombier, la premiere scene moderne en Plandre, et confierent a M. l ' A b b e Ernest Verstraete la direction dramatique d'un groupe de jeunes f i l l e s . Le R.P. Boon decouvrit cette troupe en 1929 ©t, en prit la direction, l a mettant sous 1'influence direct© de 1'esprit et les methodes de Henri Gheon."35 35. p. 352. 64 Nous presumons que l e s deux a n i m a t e u r s se s o n t r e n c o n t r e s p a r 1 1 e n t r e n d se de B r o c h e t . E t qu'ensemble, i l s o n t echange l e u r s i d e e s s u r l e s m e r i t e s d'une f i l i a l e i n t e r n a t i o n a l e du th.6a.tre amateur C h r e t i e n en p l u s d'y d i s c u t e r de 1 ' i n t e r p r e t a t i o n de 1'oeuvre ghSonesque. Au terme de ce voyage d ' E t u d e s , l e P e r e L e g a u l t a a t -t e i n t s o n o b j e c t i f : i l r e t o u r n e a l a scene avec une c o n n a i s s a n c e t h S o r i q u e a p p r o f o n d i e , une p r e p a r a t i o n t e c h n i q u e p l u s s u r e , e t avec l a c o n v i c t i o n que p o u r f a i r e o e u v r e n o u v e l l e , i l i m p o r t e a v a n t t o u t de d e b a r a s s e r l a s c e n e de s e s immondices en i m p o s a n t u n e s s a i de r S f o r m e q u i " . . . ( e n g l o b e ) t o u s l e s E l e m e n t s ( c o n -c o u r a n t ) a l a m a n i f e s t a t i o n t h e a t r a l e , d e p u i s l e d r a m a t u r g e j u s -qu'au s p e c t a t e u r . " > v A i n s i , i l p o u r r a f o r m e r des a c t e u r s , c r e e r un p u b l i c e t s u s c i t e r u n r e p e r t o i r e t y p i q u e m e n t c a n a d i e n - f r a n e / a i s . En p r a t i q u e , ce d e r n i e r ne se f e r a j a m a i s l ' e s c l a v e i n c o n d i t i o n -n e l d'aucun de s e s modules. A i d e de l e u r s c o n s e i l s e t s ' i n s p i -r a n t de l e u r s e x e m p l e s , i l r e - f o r m u l e r a s a p r o p r e e s t h e t i q u e s u r une b a s e s o l i d e e t i l r e p r e n d r a son a c t i v i t e a u p r e s des Compa-gnons de S t - L a u r e n t dans l e b u t i m m e d i a t de " l * i n s u r e r dans l e c o n t e x t e c a n a d i e n . " 36. B o r g a l , C l e m e n t , J a c q u e s Copeau, L ' A r c h e , P a r i s , I 9 6 0 , p. 70. 65-C H A P I T R E III Le Pere Legault et les Compagnons de St-Laurent "On ne peut nier que ce qu'on connalt et on ne peut tuer que ce qu'on remplace..pour pouvoir cr6er en tenant compte de 1'ex-perience des temps, i l est ne-cessaire de connaitre les temps passes." Jan Doat, A sa rentr6e au Canada, au printemps 1939, le Pere Le-gault est plus que mur pour passer a. 1'action. Point par point, i l r e d i f i n i t les buts du nouveau programme des Compagnons de St-Laurent. En f a i t , c'est d'un theatre entierement refondu, entid-rement repensi, q u ' i l s'agit. Plus que jamais, l e Pere Legault est persuade que seul l e theatre d'art doit regner sur l a scene cana-dienne et c'est a p a r t i r de cette idee q u ' i l reprend ses activites avec l a troupe reconstitute des Compagnons. Imprigne de l'exemple de Jacques Copeau comme de l'exemple d'Henri Ghion, d'Henri Bro-chet et de Lion Chancerel, i l aborde cette nouvelle periode de son aventure avec un enthousiasme et un optimisme dibordants. Tout reste encore a f a i r e , toutefois, une nouvelle orientation se des-sine clairement comblant ai n s i l ' i c a r t entre le theatre r e a l i s t s et naturaliste et ce que deviendra le nouveau theatre "canadien-fran<jais". 66. Aujourd'hui, on est enclin a sous-estimer ou a f a i r e abstraction de 1'importance et de 1*originalite du t r a v a i l de base Slabore par le directeur des Compagnons de St-Laurent l o r s q u ' i l est question du panorama thSatral au Quebec. On a trop tendance a. ne voir 1 * i n i t i a t i v e du Pere Legault que comme un o u t i l de pro-pagande religieux ou bien encore, selon Michel Belair, un vehi-cule a 1'ineluctable "culture universelie" et au "theatre de repertoire". C'est evidemment un o u t i l de propagande s i l'on ne prend pas l e temps d'examiner 1'ensemble des circonstances et des facteurs se rapportant au developpement du theatre "canadien-frangais". Et l'on doit aussi souligner que l a formule du thea-tre C h r e t i e n fut vite d61aissee par les Compagnons au p r o f i t d'un theatre integral qui repondait aux exigences exclusives de l ' a r t scenique. Ce qu'on oublie souvent de mentionner, c'est que l e directeur artistique des Compagnons fut lui-meme tres preoccupe par l'avenement d'un theatre national traduisant les aspirations du peuple quebecois. "Nous r^vons", s ' o b s t i n a i t - i l a nous rep£-ter sans cesse, "d'une reussite immense: 1'elaboration d'une scdne canadienne, multiple et homogene, autour de quoi puisse se c r i s -t a l l i s e r le meilleur de l'ame canadienne." 1 Par rapport a 1'as-pect revendicateur du nouveau theatre qui se manifeste actuelle-ment au Quebec, nous admettons que cette periode n'est pas riche du point de vue de l a creation dramaturgique canadienne-frangaise. "Ne nous frappons pas, d i s a i t le Pere. Nous avons nos poetes a qui i l s u f f i r a de proposer 1. "Nous sommes des artisans", dans Cahiers des Compagnons, I , 2, p. 33. un instrument et des modeles. J'en sais qui hesitent a ecrire pour l a scene faute de pou-voir compter sur une iquipe disposee a les jouer proprement; les Compagnons s'offrent a eux avec leur bonne volonte. Le repertoire nai-t r a par un effet de suggestion."2 Cette premiere note, d' optimisme doit certainement §tre interpre-t i e comme un c r i lo i n t a i n de ce qui devait etre plus tard, l a notion d'un theatre proprement quebecois. Evidemment, les valeurs et les idiaux ont beaucoup change depuis "l'Age d'Or de 1'esth.etique tneatrale". Neanmoins, ce serait negliger plusieurs aspects importantsde l a question the atrale "canadienne-franc/aise" que de l a presenter et de l'etudier suivant les memes criteres et les m§mes attitudes qui servent a. une approche du "nouveau theatre quebecois". Le decalage qui s'impose entre ces deux phenomenes doit §tre respecte. En plus, dans une perspective historique et dans un sens artistique, l'on doit tenir compte du f a i t que le courant quasi-reactionnaire des annees '40 est le noyeau central a pa r t i r duquel s'edifie ce nou-v e l orbite de notre monde theatral. Or, a notre sens, c'est singulierement minimiser l'oeu-vre du Pere Legault que de l u i attribuer 1'epithete pejoratif de "divertissement-evasion" ou bien de qu a l i f i e r son entreprise de "thiatre edifiant" comme le f a i t Jack Crompton dans un a r t i c l e publie dans NORD. S i l'on replace son action regeneratrice dans sa juste perspective, l'on se rend v i t e compte qu'elle mit en lumiere et en question plusieurs aspects de notre univers thea-t r a l , qu'elle provoqua une prise de conscience culturelle c o l l e c -t i v e et fut a l'origine d'une refonte du materiau dramatique au 2. Les Conferences..., 1941-42, p. 36. 68. Canada frangais. Le Pere Legault fut l 1 i n s t i g a t e u r du mouvement qui f i t "...d'un agonisant l'un des secteurs les plus importants de l a vie culturelle quebecoise.."^ et nous sommes d'avis que, n'eiit ete de cette entreprise, notre theatre aurait mis plus de temps encore a. deboucher sur l a notion capitale de l a "queb6ci-tude" a laquelle Michel Beiair f a i t allusion dans son etude sur les nouvelles phases du theatre quebecois d'aujourd'hui. Et c'est dans ce sens bien precis que l'on doit considerer l'eian du theatre canadien-frangais et le cheminement d'une tradition et d'une idSologie "..tributaires d'une 6cole de pensee qui (s'adapta) parfaitement a l a situation culturelle de 1'apres-guer-r e " N o u s analyserons i c i les conceptions dramatiques du Pere Legault au plan purement artistique, c'est-a-dire en suivant des criteres theatraux a f i n de replacer son experience dans son juste contexte. S i l'on f a i t un diagnostic du theatre de son epoque, l'on comprend que le P&re Legault se soit oppose* a ce que l a scene montrealaise se laisse emporter par un systeme de consom-mation vulgaire et a l a depravation d'un art qui ne se souciait guere que de l a l o i de 1'offre et de l a demande ou plus simple-ment, du succes financier. Exposant avec force sa repugance en-vers ce monopole et ce proselytisme abject, i l mene des son retour d'Europe, une campagne ouverte contre 1'industrialisation d'un theatre vide de sens: "...nous recusons toutes aspirations m6-diocres,- toutes sophistications, toutes conceptions basses de ce 3. Beiair, Michel, Le Nouveau theatre quebecois, p. 22. 4. Ibid. que l'on nomme succSs". Au meme t i t r e , i l ne se contente pas de denigrer 1'imposture des exploiteurs/directeurs de l a scdne, de denoncer 1'esprit "vedette" et le cabotinage des acteurs, 1'in-comprehension et le mauvais gout du public et le dilettantisme de l a critique, mais i l f a i t table rase des conventions du natu-ralisme et du rSalisme bourgeois. Position serieuse q u ' i l doit defendre avec science et conviction et qui porte f r u i t dans l a d£cennie suivante: "Nous avons eu cette audace, pr£cise-t-il,.. de nous attaquer au theatre "commercialise", i n s t a l i e entre les mains "d'entrepreneurs" en spectacles..Nous avons pr£tendu humilier le theatre commercialise, en reveler les rides et l a decrepitude. Et nous avons deja reussi.. La jeunesse a opte massivement, pour l a rigueur esthetique au theatre."6 Done, le Pere Legault et ses Compagnons s'emploient d'une part, a. l a demystification de ce regime stereotype, a l a denonciation de cette forme de divertissement anodin et d'autre part, a former une solide tradition autochtone, a epurer les moeurs du theatre et a reclamer pour l ' a r t dramatique, une nouvelle l i b e r t e . Ajoutons que c'est l a premiere f o i s au Canada frangais, qu'un directeur de troupe se veut a l a f o i s createur et critique de repertoire tout en tachant de trouver une solution concrete a notre probldme theatral. Dans ce r 6 v e i l , les Compagnons entendent f a i r e oeuvre culturelle et educationnelle par le moyen d'un nouveau theatre: "...les Compagnons existent d'abord pour un r61e de reaction. Contre toutes les laideurs qui pervertissent le vrai visage du theatre. Pour un r81e de construction a u s s i . . ( l i s ) 5. dans Cahiers des Compagnons, I, 5-6, mai-aotit, 194-5, p. 177* 6. Ibid., I I , 1, Janvier, 1946, pp. 9-10. 70. veulent mettre l a main a l a roue et apporter leur effort dans l'oeuvre de reconstruction."? A ce niveau, le t r a v a i l du Pere Legault ne se limite pas, comme on a souvent tendance a le croire, a son activi t e avec les Compagnons de St-Laurent. II depasse ces bornes, par sa nature et par sa fonction. En f a i t , i l est unique en son genre, en ce q u ' i l fut, au sens ttymologique du terme, une revolution, par laquelle l e jeune pretre entreprit de mettre de l'ordre dans le monde d i s c r t -dite du theatre. A travers les principales donntes de l ' e s t h e t i -que du Pere Legault, voyons comment se particularise son experience multidimensionnelle et l'ttonnant essor de l ' a r t dramatique cana-dien-francais entre 1937 et 1952. De l a lecon des estheticiens Strangers, l'animateur des Compagnons comprend que pour que le theatre soit v r a i , authenti-que, inseparable du jeu et de l a potsie, i l faut tout reprendre a l a base et "faire ou refaire le theatre de notre pays": "II faut reconstruire du tout au tout, un theatre neuf, miroir de notre ame collective qui trouve son rajeunissement constant dans une f i d e l i t y exacte a sa vocation."8 Deja avant son retour d'Europe, le Pere trace les grandes lignes du programme d'action que suivra l a troupe reconstitute des Com-pagnons. II est c l a i r que s i les Compagnons comptent r e v i v i f i e r l a scene au Canada francais et en influencer 1'orientation, i l s doivent primo, evoluer vers un raffinement precis de 1'instrument dramatique, secundo, defendre leur ideal par un repertoire judicieux. 7. Legault, Emile, les Conferences..., 1941-42, pp. 29 et 32. 8. Legault, Emile, dans Jean Cusson, Un Reformateur.., p. 10. 71. Done, solution premiere: un theatre nouveau dans des formes nouvel-les pour a t t i r e r un public grandissant est une aventure a. laquelle i l s croient fermement et pour laquelle i l s sont p r § t s a se donner inconditionnellement. Cela suppose au depart, une option tres net-te: un repertoire d'une quality l i t t e r a i r e indeniable. On trouvera dans l'appendice le b i l a n complet des spec-tacles presentes par les Compagnons. II s u f f i t de s'y reporter pour constater que 1'aspect general du repertoire forme un k a l e i -doscope aux couleurs multiples; on notera aussi que dans les pre-miers temps, c e l u i - c i v a c i l l e entre un theatre C h r e t i e n a caracte-re plus ou moins evang61isateur et un theatre de repertoire plus traditionnel. Cet atermoiement peut s'expliquer a p a r t i r du cadre so'ciologique du Quebec d'alors et egalement par le f a i t que le Pere Legault se dSfait difficilement de son attitude presque mysti-que en face du theatre. L'on se souvient qu'a cette epoque encore, l a h i e r a r c h i e ecclesiastique au Quebec sanctionne strictement les l o i s sociales et morales du peuple canadien-frangais et que pour un public mi-puritain, mi-janseniste et non-averti, le programme ebauche par le Pere Legault presente une porte d'acces a une culture saine et acceptable pour tous. Cette strategie partisane et spontanee permet de tater le pouls du nouveau public ainsi que de preparer l a voie a un autre theatre qui sera soit-disant "profane" et plus avant-gardiste. Andre Langevin aborde brievement l a question du theatre religieux chez les Compagnons: "Pour ceux qui ont s i souvent reproche aux Compagnons de s'en tenir a. Gheon, Chancerel, Brochet et au th.6a.tre de patronage..(ces) oeuvres ne leur 6taient qu'un instrument. Ces auteurs leur ont permis de se mieux 72. former a leur art, i l s leur ont enseigne un art scenique renove, l a jeunesse et l a pro-bite artistique. ( I l s n'ont pas voulu nous les imposer comme les plus grands dramaturges de tous les temps.)..Les Compagnons possedent (maintenant) l a formation necessaire pour nous presenter de grands dramaturges sans craindre de ne pas leur rendre justice."9 A ce point de vue, le Pere Legault a m§me droit a. une certaine reconnaissance puisqu'il a su dormer le plus de r e l i e f possible au theatre C h r e t i e n . Ce retour de l a r e l i g i o n au theatre, i l le f a i t sans engager de polemique. Prtsentant leur cause sans affectation, sans prejuge, les Compagnons se placent subtilement au premier rang du theatre canadien, au moment ou c e l u i - c i de-mande a s'affirmer dans une direction nouvelle. La doctrine du Pere Legault se fonde, i l va sans dire, sur un ordre interieur, et l a collusion des principes d'ethique et d'esthitique dans l ' a r t scenique "colle" necessairement a l a r e a l i t y quebecoise du temps. A v r a i dire, ce n'est qu'a l a lon-gue que ces deux p61es vont s'opposer pour f a i r e place a. un theatre plus actuel domine p a r des concepts artistiques. Et c'est ainsi qu'en 194-5, le Pere Legault elar g i t son champ d'action en optant pour " ...le theatre tout court - religieux, profane - a condition q u ' i l (soit) un theatre d'art sain ou l a pottique, le jeu et l a convention (entrent) en composantes harmonisees. II se rend compte que son attitude socio-apostolique comparti-mente trop son repertoire; ce q u ' i l recherche a p a r t i r de ce moment, c'est une reconciliation avec l a forme conventionnelle 9. "Les Compagnons de St-Laurent", Le Devoir, XXXVI, no. 232, mercredi, 10 octobre, 1945, p. 7, c o l . 4. 10. Legault, Emile, dans Jean Hamelin, Le Renouveau du theatre..., p. 29. 73. d u t h e a t r e e t u n r e p e r t o i r e r e p o n d a n t aux b e s o i n s de 1 ' e x p e r i e n c e du temps. S ' e l o i g n a n t de p l u s en p l u s du t h e a t r e b o u r g e o i s r e a -l i s t e , l e s o e u v r e s n o u v e l l e s q u ' i l m e t t r a a s o n programme f o r m e -r o n t u n r e p e r t o i r e p l u s 6 q u i l i b r 6 e t p l u s s i m p l e , c e q u i ne v e u t pas d i r e p l u s f a c i l e ou ennuyeux. L e s Compagnons f u r e n t l e s p r e m i e r s e t l e s s e u l s a i n s c r i -r e a l e u r s programmes, l e s noms d ' a u t e u r s q u i f i g u r e n t "...dans ( l a ) c o u r b e i m m o r t e l l e q u i v a de S o p h o c l e a C l a u d e l " . 1 1 I l s o f -f r e n t a. l e u r s a u d i t e u r s e t a l a p r e s s e , l ' a t t r a i t de l a n o u v e a u t e e t l e g o u t p o u r l ' i n s o l i t e . l i s a v a n c e n t done s u r un t e r r a i n v i e r g e e t l ' e n t r e p r i s e e s t d ' i m p o r t a n c e . A p a r t M o l i e r e , q u ' i l s j o u e n t s o u v e n t e t q u i d ' a i l l e u r s l e u r a p p o r t e l e u r s p l u s g r a n d s s u c c d s , C o r n e i l l e , R a c i n e e t Obey, aucune de l e u r s r e p r e s e n t a t i o n s ne r e p r e n d r a des p i e c e s j o u 6 e s s u r l a scene m o n t r e a l a i s e a u p a r a -v a n t . F i d e l e a s a d o c t r i n e , l e Pe"re L e g a u l t e s t c o n s c i e n t de l a necessite de f a m i l i a r i s e r l e p u b l i c avec l e s c h e f s - d ' o e u v r e d u p a s s e e t i l v i s e a l e s a s s o u p l i r p a r 1 ' i n t e r p r e t a t i o n e t l a m i s e en s c e n e . M a i s l e p a s s e n'a d ' i n t e r e t p o u r l u i "...que dans l a mesure ou i l ( l u i ) f o u r n i t des p r e t e x t e s ou d e s moddles p o u r b a t i r 12 p o s i t i v e m e n t une r 6 a l i t e en marche." Done, aux c l a s s i q u e s mon-tes dans u n s t y l e r a j e u n i v i e n d r o n t s ' a j o u t e r S h a k e s p e a r e e t l e s p o e t e s r o m a n t i q u e s , B e a u m a r c h a i s , M u s s e t e t M a r i v a u x . T o u t e f o i s , i l r e c o n n a i t a u s s i l a v a l e u r de l a n c e m e n t s r 6 g u l i e r s de t e x t e s c o n t e m p o r a i n s . A ce t i t r e , on l u i d o i t p a r t i c u l i e r e m e n t d ' a v o i r f a i t d 6 c o u v r i r a u Canada f r a n g a i s , C l a u d e l , C o c t e a u , A n o u i l h , 1 1 . L e g a u l t , E m i l e , l e s C o n f e r e n c e s . . . , 1941-42, p. 36. 12. I b i d , p. 29. 74. Giraudoux, Lorca, Martinez Sierra, Goldoni, Pirandello, E l i o t a i n s i que les dramaturges amtricains Tennessee Williams, Thornton Wilder et Emmet Lavery, en plus d'avoir donne l a premiere mondiale de L'Honneur de Dieu de Pierre Emmanuel. Le f l a i r qu'ont les Compa-gnons pour l a comtdie leur gagne, a bon droit, l a sympathie du public. L'originality du choix du Pere Legault se traduit par son evolution de l a Commedia dell'arte sous une forme moderne (Les Femmes Savantes, Les Precieuses Ridicules et Le Misanthrope), a un humour pottique et raffine i l l u s t r i par l'Apollon de Bellac, en passant par un melange de fantaisie, de poesie et de farce dans des formes de comedie satirique et ironique tels que Le Bal des  Voleurs, On ne Badine pas avec 1'Amour, Le Voyage de Monsieur  Perrichon, Les Romanesques, La Dame de l'Aube et La Nuit des Rois, allant jusqu'a l a grosse farce tendant au burlesque que sont Les  Fourberies de Scapin, Les Gueux au Paradis et L'Impromptu de Barbe-Bleue de Charles Vildrac. De tous ces spectacles, Les Fourberies  de Scapin, jouees a l'Ermitage en 1944, obtient un succes extraor-dinaire, suptrieur dit-on, a c e l u i q u ' i l avait connu du temps de Moliere: " . . . l e spectacle des Compagnons dtpasse l a realisation de l a Maison de Molidre. Le compliment est imposant; personne ne me contredira qui aura vu l'elan, l a preci-sion de rythme, l'alltgresse comique de-ployee par les Compagnons. Jouant l a f a r -ce de Moliere sous le masque? i l s en tirent des effets i r r e s i s t i b l e s . Des l a premidre replique, d'ailleurs, le public est accroche; l a tension de l a salle ne cesse d'augmenter et l'on se retient de r i r e pour ne perdre aucune re^artie. Les costumes sont f r a i s et plaisent a l ' o e i l . Le jeu multiforme des acteurs renouvelle sans cesse l a composition 75. mouvante de l a scene".^ Mais i l ne faut pas oublier pour ga, les r^ussites des Compagnons dans le drame et l a tragedie. Du reste, I'alternance de ces gen-res a leur programme est sans doute l'un des secrets de leur force et de leur perennite. Le Pere Legault ajoute a son repertoire Orphee et Oedipe-Roi, Romeo et J u l i e t t e , Meurtre dans l a Cathe-drale, Antigone, Les Noces de Sang, L"Echange de Claudel, Andro-maque et Le V i o l de Lucrece. Au sujet des deux dernieres pieces, 1'opinion de l a critique est divisSe et laisse planer une note discordante sur le plan ideologique. A 1'occasion de l a presen-tation d'Andromaque, certains membres de l a presse accusent le Pere d'avoir procede a certains remaniements arb i t r a i r e s . Nous savons bien aujourd'hui ce q u ' i l faut penser de t e l l e s accusa-tions. Toujours fidele a l'auteur et au texte, 1'intervention du P£re Legault n'avait consiste qu'a. choisir lui-mSme l a version "interpretative" qui l u i semblait l a meilleure. I I avait simple-ment heurte l e gout conventionnel de certaines gens. Cette c i r -constance n'est pas que negative, cependant; car e l l e fournit au Pere "...1'occasion de def i n i r publiquement ses positions comme i l ne 1'avait jamais f a i t jusque-la et de r£clamer une certaine l i b e r t y . d ' i n t e r p r e t a t i o n pour le metteur en scene. Thea-tre edifiant? II faudrait alors renier l a tradition theatrale universelle I 13. C.F., "Les Compagnons a Rimouski", Le Devoir,XXXV , no. 242, vendredi, 20 octobre, 1944, p. 4, c o l . 5. 14. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre..., p. 29» Mais enfin, on peut bien se demander, et avec raison, quelle position le Pere Legault adopta vis-a-vis le theatre "canadien-francais", puisque les Compagnons n'ont joue que quatre pieces canadiennes-francaises. Disons tout de suite que tout au long de sa carriere theatrale l'animateur des Compagnons fut sans cesse anime d'un sentiment d'urgence l o r s q u ' i l fut question d'un theatre national. Ses paroles en font l a preuve: "Si vous voulez retrouver toute l a noblesse de l ' a r t theatral, i l faut le reconnaitre comme le rassembleur de tout un peuple autour de son ame nationale..si 1'on veut un theatre national, digne de sa fonction, q u ' i l devienne le rendez-vous de nos meilleurs poetes, de ceux qui re-fletent exactement les multiples facettes de notre ame traditionnelle, que ces poetes <§cri-vent des oeuvres oil soient represented les rives, les elans, les mysteres, les richesses de notre peuple. Et que les representations revetent pour ce peuple le caractere d'un r i t e national..."15 On ne peut done pas accuser le Pere Legault de ne pas avoir ac-corde de c r e d i b i l i t y a. 1'existence m§me de l a c o l l e c t i v i t y que-becoise et de ne pas avoir encourage l ' t c l o s i o n d'une expression theatrale refletant les mythes, les reves ou les caracteristiques qui l u i sont propres. L'epreuve du dramaturge, c'est d'etre jou£. Cette chance, le Pere l a leur donna sachant bien que son oeuvre r e s t a i t incomplete sans l'essai de nos poetes a l a scene. II a l i a meme jusqu'a organiser des concours destines aux jeunes auteurs quebecois. TJne annonce dans le Devoir datant du 28 juin 1947, f a i t part de sa perspicacity en cette matiere: 15. Legault, Emile, "Vyrisme et poesie au theatre", dans les  Conferences..., 1942-43, pp. 87-88. 77. "Pour encourager l ' a r t dramatique. .neglige* chez nous, les Amis de l'Art annoncent..un concours de pieces de theatre en un acte et en t r o i s actes, ouvert a tous les citoyens canadiens des deux langues, leur age ne devant pas depasser 35 ans. jury: le R.P. Emile Legault-directeur des Compagnons M. Louis Mulligan - du Montreal Repertory Theatre.. M. Jean B6raud - critique dramatique a l a Presse."16 Pourtant, faute de dramaturges contemporains de valeur, les plus "brillants triomphes des Compagnons resteront les oeuvres c l a s s i -ques et les auteurs modernes francjais et etrangers. I I s u f f i t pour se convaincre de l a carence des poetes sceniques canadiens-francais de consulter l'ouvrage sur Le Theatre Quebecois de Godin et Mailhot. Ces derniers affirment sans scrupule: "II semble bien que..les quarante premieres annees du vingtieme ( s i e c l e ) , aient apporte peu d'oeuvres sig n i f i c a t i v e s ; rien en tout cas qui s'impose a l a posterite".17 Et c'est le cas pour l a Passion de Notre-Seigneur du R.P. Andre Legault et Les Bergers a l a Creche de Robert Choquette. Peut-£tre Sanctus et Maluron de F61ix Leclerc sont-elles les expres-sions dramatiques les plus proches des Queb6cois a cette p6riode, car Leclerc est le seul a avoir amasse l a substance enrichissan-te de ses courtes fantaisies dramatiques "...dans l'humus de notre 18 fonds humain, de nos traditions.." Mais, comme nous le savons, 16. XXXVIII, no. 147, P« 8, c o l . 5-6. 17. p. 26. 18. Legault, Emile, "Cinq Minutes a v e c . l e R.P. E. Legault", le Devoir, XXXIX, no. 255, samedi, 30 octobre, 1948, p. 38, c o l . 4. 78 i l se fera une reputation de chansonnier-poete plut6t que d'auteur dramatique. En peu de temps cette situation devait changer. Ce ne fut pas par snobisme n i indifference que les Compagnons joue-rent un repertoire "importe". II f a l l a i t jouer des pidces i t r a n -geres car le repas aurait ete maigre s i l'on s'6tait alimente uni-quement au repertoire canadien. Pour ainsi dire, le Pere Legault prepara le terrain pour une dramaturgie quebecoise et mit en ques-tion l a notion mSme de l'oeuvre autochtone, le theatre devenant pour l u i un instrument de communication v i t a l , s i g n i f i c a t i f et immtdiat. II 6tait inevitable q u ' i l f a i l l e passer par ce stage im i t a t i f des cultures etrangeres avant d'acceder a une prise de conscience nationale et a. une culture dramatique autochtone. Le Pere Legault eut assurement raison de croire que le theatre au Canada francais ne pouvait "bouger" que s ' i l s'appro-p r i a i t les instruments indispensables a son developpement: l'ac-teur, le metteur en scene, comme de raison l a scene elle-meme et le public. La tradition, sous toutes ses formes, demeure son argument principal et s ' i l se cabre contre des procedes boiteux et perimts, ce n'est pas simplement pour s'ancrer dans le nou-veau. I I se souviendra des paroles de Copeau: "II n'est pas de renouvellement durable qui ne se rattache a l a tradition, continued ou retrouvee, point de revolution qui n ' a i l l e jeter ses racines dans les secrets les plus eloignes d'une tradition qu'on croyait morte..On s'imagine trop volontiers encore que l a nouveaute, c'est l e changement".19 Sans doute, le directeur des Compagnons emprunte-t-il nombre de ses idies aux animateurs franqais, mais on peut voir que lui-m§me, avant son depart pour 1*Europe, tend vers des concepts eprouves 19. Copeau, Jacques, dans Pauny-Anders, Jacques Copeau..., p. 63. 79. q u i o n t a u t r e f o i s f a i t l a g r a n d e u r du t h e a t r e . I I l u i f a u t done b r i s e r l e s m a t e r i a u x a s a d i s p o s i t i o n , c e u x de l ' a r t p h o t o g r a p h i -quement p l a t du t h e a t r e de b o u l e v a r d , r e f u s e r l a s t e r e o t y p i c e t l e s c l i c h e s a l a mode e t avec l e s f r a g m e n t s r e c o n s t r u i r e u n n o u -v e a u m a t e r i a u . P o u r r e d o n n e r a u t h e a t r e s o n sen s d ' a r t , i l r e -met a l ' h o n n e u r d e s f v a l e u r s e s t h e t i q u e s p r i o r i t a i r e s e t des me-t h o d e s 6 p u r 6 e s , q u i s o n t s e l o n l u i l e s o u t i l s n 6 c e s s a i r e s a. l a r e n o v a t i o n du t h e a t r e . U n i s s a n t e t r o i t e m e n t l a n o t i o n de " t h 6 -a t r a l i t e " e t c e l l e d ' a r t , i l d e c l a r e : " . . . l e t h e a t r e e s t un a r t e x i g e a n t ( q u i ) ne s a u r a i t s'accommoder de l a s e u l e v i r t u o s i t e t e c h n i q u e . . i l r e c l a m e une i n t e r p r e t a t i o n p o e t i q u e de l a r e a l i t e , une t r a n s p o s i t i o n . , s a q u a l i t e e s t d ' e t r e r e e l dans l ' i r r e e l , e t . . i l ne s a u r a i t . s a n s se t r a h i r . . r e p r o d u i r e . . l e s b a n a l i t e s q u o t i d i e n n e s " . 2 0 S'appuyant s u r du c o n c r e t , i l , s'engage dans l a v o i e du v r a i t r a v a i l en y a p p l i q u a n t s e s c o n n a i s s a n c e s , s o n i n t u i t i o n , s e s t a l e n t s e t s o n sen s a r t i s t i q u e . M a i s p a r ou. commencer? C a r , comme l e s o u l i g n e L o u v i g n y de M o n t i g n y , " . . . l e s c a u s e s de l a mal c r o i s s a n c e du t h e a t r e s o n t s i m u l t i p l e s q u ' i l e s t d i f f i c i l e de l e s d 6 m e l e r des a u t r e s c a u s e s de d 6 p 6 r i s s e m e n t q u i g u e t t e n t 21 t o u t e g e r m i n a t i o n a r t i s t i q u e au Canada". Une ch o s e e s t c e r -t a i n e , c ' e s t q u ' i l f a u t r 6 h a b i l i t e r l a p r o f e s s i o n , du com6dien e t l e com6dien iui-meme. J u s q u ' a l o r s , c e d e r n i e r se v o i t i r r 6 -v o c a b l e m e n t t e n u en d 6 f a v e u r , p a r s a f a u t e en c e r t a i n s c a s , m a i s p l u s g 6 n 6 r a l e m e n t p a r c e que l e t h e a t r e e s t devenu synonyme d'un passe-temps s u p e r f i c i e l e t t r i v i a l . P a r l e r e p e r t o i r e que j o u e n t 20. L e g a u l t , E m i l e , "Le T h e a t r e q u ' i l nous f a u t " , dans Amerique  f r a n g a i s e , I I , 8, j u i n , 1948, p. 34. 21 . dans "Avons-nous u n t h e a t r e c a n a d i e n ? " , l e s C o n f e r e n c e s . . . , 1943^44, p. 31. 80. les Compagnons, le Pere s 1applique a changer 1*image publique du comedien. Sans "interprete", i l n'y a pas de theatre, c'est l a logique m§me. Or, l e Pere est persuade que "...chez nous..la reconstruction du theatre, sa preservation, son embellissement constant seront largement conditionnes par une reforme du c o m e -d i e n " . 2 2 La formation du comedien, ce "mediateur" entre drama-turge et spectateur, devient une des preoccupations majeures du Pere Legault. Entre deux tendances assez extremes, l'une acco-lant a. l'acteur le pseudonyme de "bon viveur", 1'autre l u i vouant un culte a. l a "vedette", avec tout ce que cela implique d ' a r t i -f i c e , de cabotinage et d'affectation de tous genres, i l recherche un juste milieu ou l'acteur sera vu d'un o e i l favorable. Faisant l'inventaire des dangers qui menacent l e comedien, i l ressent l e besoin de l e prottger non seulement contre 1'exploitation mais aussi contre lui-m§me: "L'elaboration d'une vie theatrale canadienne, confirme-t-il, se fera par l a concentration des artisans sinceres pour qui le theatre est autre chose qu'un pretexte a des manifestations mondaines sans prolongement culturel".23 Ai n s i , l'acteur doit abdiquer sa personnalite et se c o l l e r a l a peau d'un personnage l o r s q u ' i l est sur scene et pour aboutir a cela, i l faut l u i donner une conception tres haute de son metier. Cel u i - c i doit prendre conscience de l'importance et de 1'essence meme de son r61e qui est avant tout s o c i a l : 22. Legault, Emile, dans Cahiers des Compagnons, I, 1, p. 1. 23. Legault, Emile, "A son tour le P. Legault attaque Maxwell Wray et 1'organisation du F e s t i v a l " , dans le Devoir, XLI , no. 78, mardi, 4 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 4. 8 1 . " L a f i n de 1 ' a r t i s t e n ' e s t p a s d ' u s u r p e r , c e l a v a de s o i , l e s f o n c t i o n s du p o l i t i q u e , du g u e r r i e r , du m o r a l i s t e , de l'homme de s c i e n c e , m a i s de f a i r e r a y o n n e r . . u n r e f l e t de b e a u t s a t r a v e r s l e s d i s p o s i t i o n s harmo-n i e u s e s d'une m a t i e r e , v e r b e , l u m i e r e , c o u -l e u r , e l o q u e n c e du c o r p s , m a t i e r e c o n t r a i n t e a s e r v i r 1 ' e s p r i t " . 2 4 P u i s i l a j o u t e : "Le t h e a t r e marque..dans l a mesure ou i l f a i t r ^ a g i r a u t o u r de c e r t a i n e s p e n s e e s , de c e r -t a i n e s e m o t i o n s , de c e r t a i n e s c o n c e s s i o n s . C ' e s t a ce t i t r e que l e com6dien assume une r e s p o h s a b i l i t e e t qu'on a l e d r o i t de l u i d e-mander compte de son action".25 E n f a i s a n t l ' a p o l o g i e du co m e d i e n , l e P e r e L e g a u l t n ' a m b i t i o n n e pas d ' y r i g e r c e l u i - c i en un h y r o s m y t h o l o g i q u e ou mSme de l u i donner une p l a c e a p a r t . C ' e s t e x a g e r e r l e s c h o s e s que de p a r -l e r de l ' a c t e u r , a c e t t e epoque, comme d'une s o r t e de d i v i n i t e p u i s q u e l e P e r e v i s e j u s t e m e n t a d y t r u i r e c e t t e n o t i o n e r r o n y e : " . . . i l f a u t b i e n l e d i r e , a d m e t - l l : ( p o u r ) l'homme de l a r u e , l'homme de t o u s l e s j o u r s . . l e s comydiens s o n t d e s p e r s o n n a g e s a p a r t , e n n o b l i s p a r l a m a i n des d i e u x . I I d e v r a i t s a v o i r q u ' i l s ne s o n t p o u r t a n t qu'une femme, qu'un homme de s t a t u r e o r d i n a i r e , 26 q u i o n t c u l t i v y l e s l i g n e s de f o r c e d'un t a l e n t p a r t i c u l i e r . " V i s i o n n a i r e , i l l ' a y t y p u i s q u ' i l a a i d y a u comedien a r e t r o u v e r son p r e s t i g e , s a d i g n i t y p e r d u e e t a. r e v e n d i q u e r s o n "hu m a n i t y " . C e t t e n o u v e l l e c o n c e p t i o n du c o m y d i e n , p a r c e q u ' e l l e s ' a f f i r m e c o n t r e l ' a b a t a r d i s s e m e n t d'un m y t i e r d i f f i c i l e , e x i g e a n t de m u l -t i p l e s q u a l i t y s e t une a b n e g a t i o n p e u commune, s e r t a r y i n t e g r e r ce p e r s o n n a g e dans une s o c i y t y q u i l ' a l o n g t e m p s b a n n i . 24. L e g a u l t , E m i l e , l e s C o n f y r e n c e s . . . , 1942-43, p. 84. 25. I b i d . , p. 8 5 . 26. L e g a u l t , E m i l e , C o n f i d e n c e s , p. 74. Selon le Pere Legault, au th.6a.tre, comme pour toute autre profession, i l est essentiel de se soumettre a. des l o i s , a des rd-glements, car le theatre n'est pas seulement un art, i l est aussi un artisanat. Au depart, i l s'adressera a des amateurs qu'il tiendra loin de l a "...tentation d'exhibitionisme..du battage des caisses, de l'enivrement et des illusions" 2 , 7 et qui accepteront plus volon-tiers de se plier a. une discipline strieuse. II voue son tnergie -a la-creation •&'une ^ troupe qui pui'sse §tre ". ..d'accord sur toute po l a ligne: primaute de l'equipe, anonymat, exigence de l a poisie". Former une troupe, dira-t-on, est chose facile car tant de jeunes rSvent de monter sur les planches. Toutefois, constituer une equi-pe qui reponde a toutes les obligations de la scene et qui puisse maitriser 1'operation technique et scenique d'un theatre est dtja plus d i f f i c i l e . Mais les Compagnons ont releve' ce d6fi et ont tenu bon pendant quinze ans et cela, en soi, est un record. Quelle fut l a c ie de leur succds, de leur durie? II y a d'abord les realisa-tions pedagogiques du Pere Legault; i l y a ensuite 1'energie des jjeunes artisans qui ont fa i t partie des Compagnons de St-Laurent. Alors que les impresarios s'occupent de trouver des ve-dettes, le Pere Legault veut trouver de jeunes acteurs qui envahi-ront les theatres de demain. L'on se souviendra qu'en 194-7, i l f a i t audacieusement sa premiere demarche de pedagogue, en entrai-nant ses jeunes eieves a Vaudreull. Loin de l a v i l l e , i l entend etablir une "colonie" de comediens qui sera en m§me temps un labo-ratoire d'etudes dramatiques "dans la virginite de l a grande nature". Pans sa reforme du comedien, i l accorde part egale aux probldmes 27. 'Ibid., p. 25. 28. Ibid., p. 187. 83. moraux, sociaux, et esthetiques auxquels i l cherche des remedes. Tout d'abord, chaque comedien doit s'assujetir a une s6rie d'exerci-ces et d'etudes qui assoupliront son corps et sensibiliseront son esprit. Ensuite, les besognes pratiques les plus diverses l u i mon-treront l a necessite, pour un comedien, de posseder son metier dans les moindres details. Pour le Pere, un comedien: "...c'est un athlete, un clown, un danseur, un acrobate..le serviteur souple et disponible d'un texte dramatique. II doit abdiquer sa personna-l i t e au p r o f i t d'une autre ame provisoirement assu-mee. Cela exige une certaine ascese...Un comedien qui va jusqu'au bout de lui-m§me, c'est un modeste et un tetu qui f a i t bon marche* de ses dons imme-diats, de t a i l l e , de voix, d'apparence et qui se t r a v a i l l e l'ame en durete et en profondeur".29 Ce long t r a v a i l d'apprentissage requiert, en certaines circonstan-ces des directives precises. L'animateur des Compagnons connait aussi l a valeur de 1'experimentation-improvisation; l'apprenti-comedien renouera done avec l a veritable tradition, c e l l e du jeu improvise qui n'a sa place qu'en studio. Par ce retour aux grandes traditions techniques, i l maitrisera avec plus de f a c i l i t e l ' a r t d'incarner un personnage. Cette metamorphose est comparable, en bien des fagons a. l a creation d'une oeuvre dramatique. Quant a 1'interpretation, le Pere c r o i t qu'a " . . . l ' e -xemple d'un "orchestre", e l l e doit former un tout indissoluble sur l a scene de fagon a ce que chacun mette ses qualites au service des autres sans toujours viser a. f a i r e r e s s o r t i r sa personnali-t 6 " . ^ L'education technique, pratique et i n t e l l e c t u e l l e de l ' a r -t i s t e comedien doit toutefois dSpasser les bornes de 1'atelier. 29. Ibid., pp. 144, 149 et 159-30. Legault, Emile, "Cinq minutes a v e c . l e R.P. E. Legault", le Devoir, XXXIX, no. 255, samedi, 30 octobre, 1948, p. 38, c o l . 4. "Fabricando f i t faber": i l fera de ce v i e i l adage, sa devise per-manente car souligne-t-il: "L'art dramatique ne s'apprend pas en studio ferme seulement, par l a seule etude unilaterale des textes. On peut, en studio, maitriser les regies de l a phone-tique, assimiler une technique vocale; on peut aussi, par des exercices appropries de mime et d*improvisa-tion, dtcouvrir les secrets de l a plastique et du rythme corporel..mais i l serait etonnant et rare que (l'acteur puisse) apprendre vraiment (son) metier sans l'exercer de facon pratique sur une scene..c'est pourquoi je ne vois un Conservatoire..que menant pa-rallelement, un theatre experimental" .31 L'experience de Yaudreuil permettra a l'animateur des Compagnons d ' e c l a i r c i r et de mettre en pratique ses idees per-sonnelles sur l a technique dramatique. En sus, el l e l u i four-nir a les moyens de liberer le comedien de l a routine du metier, de l'encourager a dormer l i b r e cours a sa spontaneite et de l u i proposer une profonde lecon de simplicite. Cependant, le long trajet entre l a campagne et l a metropole ou. ces jeunes acteurs doivent se rendre pour donner leurs spectacles et l'isolement de l a vie quasi-claustrale qu'ils menent, decide l e Pere Legault a abandonner ce projet. Loin de se decourager, i l fonde en 194-9 son Ecole, en marge du Theatre des Compagnons. II ne peut plus concevoir l'un sans 1'autre et i l sera persuade que son Ecole est une experience indispensable pour son projet de renovation theatrale. Cette idee qu ' i l porte en l u i depuis 1939, ne prenant corps que neuf ans plus tard, suivra avec quelques alterations, l e programme de Vaudreuil. Faisant appel a une nouvelle gene-ration de jeunes, le dessein du Pere Legault i r a au-dela de l a formation de l'acteur; i l entend aborder tous les aspects de l ' a r t 31. Legault, Emile, Confidences, p. 84. du theatre en instaurant un cycle d 1etudes pour auteurs, metteurs en scene et techniciens de l a scene. Dans cette perspective, l'on peut conclure qu'appuye des conseils de Chancerel et de l'exemple de Copeau, mais refaisant pour l u i 1'experience des Compagnons de St-Laurent, le Pere Legault decouvre les instruments essentiels a. l a structuration d'un theatre neuf. Cette i n i t i a t i v e qui malheu-reusement ne depassera pas les premiers stades d'experimentation, sera l'une des plus grandes forces de frappe du jeune pretre que-becois et plus tard, conduira directement a. l'ouverture de con-servatoires et d'6coles qui s'appuieront sur les memes principes. "Nous avons done tent6 de reunir quelques vrais artisans d'un re-nouveau du theatre, dira-t-il,..Leur action ne vise pas a. etre pur divertissement et jeu gratuit, mais e l l e (s'efforcera) d'§tre au service d'une certaine conception de l'avenir culturel de no-tre pays", y Les Compagnons, a. leurs debuts, choisirent de t r a v a i l -l e r dans l'anonymat et en cela i l s adoptdrent une optique enti-erement differente de ce qui s'6tait f a i t auparavant au Canada. Au meme t i t r e , i l s furent une 6quipe "concertee", et non en ensem-ble de personnages juxtaposes, sinon opposes. En f a i t , une ex-pression qui caracterise ce groupe d'amateurs devenus semi-pro-fessionels, serait celle d'une "famille" de comediens unissant: "Toutes les formes de temperaments..des arrieres-plans culturels ou sociaux differents, des talents varies, mais en travers un monde en reduction, une sorte d'affinite commune, une allegeance fervente et desinteressee".33 La composition, 1'entrainement severe et r i g i d e , les 32. Anonyme, "Cinq minutes a v e c . l e R.P. E. Legault", le Devoir, XXXIX, no. 255, samedi, 30 octobre, 1948, p. 38, c o l . 4. 33. Legault, Emile, Confidences, p. 114-. 86. activites collectives et l a " r e a l i t y communautaire des Compa-gnons furent sans question, les points d'appui de l a jeune troupe. En se r6ferant ainsi aux statuts internes de l'equipe, qui en cours de route se definirent de plus en plus, l'on peut dire que 1'aventure des Compagnons n'aurait jamais tenu le coup s i ce n'avait ete de l a collaboration intime et du support moral des jeunes artisans qui en f i r e n t partie. Ce qui frappe le plus, c'est l a tonalite et l a coloration particuliere qui distingua 1'action des Compagnons de toute autre a c t i v i t e thSatrale au Quebec; car, chaque individu se donna l a responsabilite de defen-dre 1'orientation id^ologique d'un theatre de chez nous. Chaque comedien eut le d6sir de se consacrer a l a liberation du theatre, a sa propre liberation, en tant qu'acteur, et ensemble i l s po-s&rent un exemple qui pouvait etre un moddle du genre. Mais l a premidre equipe "permanente" des Compagnons aurait assurSment perdu de son entrain sans 1*addition d'un grand nombre de membres permanents et temporaires qui vinrent y ajouter leur t r a v a i l et leur energie et qui injecterent du sang neuf a 1'entreprise. Pour tous, chaque spectacle etait 1'occasion de cimenter 1'esprit d'6quipe qui les animait. Tout comedien "...(eprouva) le besoin de s'appuyer sur son compagnon, tous (sentant) obscurement qu'une d6falliance de l'un d'entre eux pourrait dtre fatale a 1'ensemble de l a r e a l i s a t i o n " . ^ Leur but fut done de se mettre au service de l a scene pour en amSliorer l a disposition. S i l'on considere l a portee de leurs realisations, i l n'est peut-etre pas tout a f a i t i l l u s o i r e de penser que le Pere Legault et ses Compagnons 34. Legault, Emile, "Bilan de deux spectacles", Cahiers des  Compagnons, I I , 2, avril-mai 1946, p. 4. 87-sont responsables d*avoir r e l i e le passe a une culture contempo-raine venue d'ailleurs, a l a culture quebecoise. En plus, i l s ont contribut a 1'acceptation et a l a reconnaissance o f f i c i e l l e d'un theatre "canadien-francais", c e l u i - c i se "...posant comme une essentielle et inevitable phase i n t r o d u c t i v e " ^ au f a i t t h e -atral "quebecois". Le projet du Pere Legault ne se limite toutefois pas a sa recherche d'un nouveau repertoire et a l a rehabilitation du comedien. Puisqu'il doit lui-meme regler les mises en scene des Compagnons, i l se rend compte q u ' i l ne sert a rien d'avoir une troupe et des oeuvres interessantes et riches s i l'on ne peut concilier tous les elements qui font du theatre un "spectacle". Ce qui sensibilise le public, c'est l a "production" proprement dite de l'oeuvre l i t t e r a i r e et l a fa<;on l a plus rationnelle et l a plus orthodoxe d'aborder une representation theatrale, selon l u i , est par une mise en scene poetico-visuelle toujours exclu-sivement mise en fonction du texte. En f a i t , ce qui f a i t que le theatre " c o l l e " , c'est cette comprehension du phenomene de l a transposition car l a mise en scene releve directement de l a con-naissanoe d'un texte sur les plans l i t t e r a i r e s et theatraux. Or, l e metteur en scene doit doser selon son imagination, tout en respectant l a convention, les elements du spectacle, en creant une ambiance, en suggerant 1'atmosphere mettant en valeur l e c6te textuel de l'oeuvre et en substituant au realisme vulgaire une mise en scene suggestive a l'aide de tous les autres arts plastiques destines a l u i rendre sa forme. 35. Beiair, Michel, Le Nouveau theatre quebecois, p. 21. 88. "Pour juger d'une oeuvre dramatique, explique-t - i l , i l faut..la l i r e debout, en sentant sous ses pieds par un jeu de 1'imagination, l a so-l i d i t e des planches. II faut chercher avant meme l a rigueur psychologique, ou l a puissance de l ' a f -fabulation, cette impatience derriere les mots qui veulent prendre corps; se resoudre en une plastique animee; i l faut chercher a travers le verbe, le soulevement de l a poesie qui creve les plafonds bas du realisme, pour determiner 1'envoi de l ' i -magination ou l a joie de 1'esprit. I I doit y avoir, sous le verbe dramatique, une promesse qui ne trompe pas, par quoi se dScdle l a main de l'ouvrier."36 Le texte est done bien partie essentielle de l ' a r t dramatique, sans §tre l a f i n et les autres arts doivent se mettre a son «ser-vice pour le rendre "scenique". Pour atteindre ce but, le metteur en scene doit savoir t i r e r p a r t i de l a nature de chaque individu prenant part a l a "theatralisation" du texte e c r i t ; i l dirige ain-s i les attitudes, les expressions et le ton des comediens, tout en leur laissant l a latitude necessaire a l a conception de leur "jeu" et de leurs personnages, et i l v e i l l e aux eclairages, aux decors et a l a musique, laissant, a nouveau, une libe r t y d'ex-pression au peintre, au scenographe et au musicien, car une mise en scene par son essence mime est d'abord: ".•.1'exeg&se profonde d'un tout, 1'assimilation d'une certaine nervosity dramatique, l a concen-tration d'une pensee".37 S'attachant a decrire le f a i t dramatique, dans ce que l'on pourrait appeler un espace theatral epure, le Pere Legault tient a ce que le theatre soit un l i e u autant physique qu'intel-lectuel, un cadre qui, a l a f o i s , circonscrit et est circonscrit par 1'action theatrale de l a representation. Remettant en ques-tion 1'espace surcharge et cria r d de l a tradition bourgeoise, 36. Legault, Emile, Cahiers des Compagnons, I, 3, janvier-fe-v r i e r , 19^5, p. S6~ii 37. Legault, Emile, Confidences, p. 77-89. ou le decor et les costumes ecrasent le mot, i l recuse toute preoccupation de rtalisme sur l a scene, en fonctionnant a par-t i r de moyens reduits et "purs". Pour bien accentuer ce p a r t i -pris a n t i - r e a l i s t e , l e Pere Legault, des son premier spectacle, invite le public a 1'abandon du souci naturaliste. L'art dra-matique, comme i l l'entend, ne doit pas echapper a son r61e de "s i g n i f i e r " l e r e e l , non de le reproduire platement. Or, apres 1'etude du texte, su i t , pour le metteur en scene, 1'etude du decor. Le probleme fondamental est de red-l i s e r un espace decrivant les tr o i s dimensions de l a scdne et non ses surfaces. Pour restituer a 1'espace scenique l a t r o i -sieme dimension, i l f a i t appel au praticable qui consiste en plate-formes, plans inclined, escaliers ou cubes qui definis-sent le plateau et foumissent a l'acteur 1'occasion de donner a son jeu plus de variation et de transformer par le mouvement l a pensed profonde de l'oeuvre l i t t e r a i r e . Bien entendu, cet element f l e x i b l e permet d ' u t i l i s e r dans toutes ses dimensions le cube scenique et de t r a v a i l l e r par moyen de "volumes". D6-limitant a i n s i l ' a i r e du jeu, le spectateur peut alors repren-dre sa place de joueur. Ce retablissement de 1'atmosphere con-ventionnelle du theatre delivre l e spectateur de l a matiere ar-t i f i c i e l l e et brute de l a machinerie et du trompe l ' o e i l . Pour r e t a b l i r un contact entre l a salle et l a scene, le Pere Legault t i r e p r o f i t du proscenium. II est evident que pour des piedes ou 1'action se dedoule en plusieurs lieux, l e proscenium r e l i e ces aires de jeu et donne une homogeniite au spectacle. Parfois, pour des pieces requerant un espace moins complexe et agenci, de simples tentures aident a delimiter le 90. l i e u de 1'action. Une tenture sobre remplace l e rideau "voyant" d'autrefois et un systeme d'Sclairages indirect vient Completer les e f f e c t i f s , tragant dans l'espace, des plans et des lieux, des jeux d'ombres et de lumieres qui suffisent a d ^ f i n i r une atmosphere; car aucune pidce montSe par le Pere Legault ne se soucie de 11epoque n i du l i e u . De meme que le d£cor retrouve sa fonction propre qui est ce l l e "...d'un support "fonctionnel" et un tremplin de 1'action sce-nique..."^ l a conception de l a costumation doit aussi subir un chan-gement. Simplifies par besoin de souligner les t r a i t s principaux du jeu de l'acteur, les costumes ne doivent pas simplement plaire a 1'oeil mais eux aussi doiyent servir de texte et de pretexte aux e-volutions du comedien et au deroulement de 1'oeuvre scenique. Le Pere Legault joua done un r81e important dans 1'Evolu-tion de l a fonetion du metteur en scene au Canada. II l u i appartient d'avoir eleve l a conception du thdatre qui est ; avant tout "represen-tation", harmonie et Squilibre entre divers 616ments l i 6 s dtroite-ment par l'emploi de l a mise en scene. Ce faisant, i l a 6galement dote le theatre contemporain "canadien-frangais" d'une physionomie tout a f a i t originale. Pour se rendre compte du t r a v a i l q u ' i l a accompli dans ce domaine, i l n'est que de mesurer le chemin qui distancie ce concept de c e l u i de l'ancienne regie. Dans l'optique du probleme de 1'accessibilite de ce nou-veau theatre "canadien-frangais", l a pierre d'achoppement du met-teur en scene et evidemment l'un des plus grands obstacles a. 38. Legault, Emile, "Bilan de deux spectacles", dans Cahiers des  Compagnons, I I , 2, avril-mai, 1945, p. 7» 91 . son developpement, le Pere Legault forme depuis longtemps le pro-jet ambitieux de s'adresser a tout le monde: "Nous nous adressons au grand public. Nous par-ticipons a l 1evolution culturelle qui s'elabore chez nous. Le theatre est encore a batir. Nous estimons qu'il est de toute premidre importance., que nous puissions nous reclamer d'un humanisme authentique, bien en sante".39 Comme Jouvet, i l croit que le critdre du theatre est le succds, et dans une conference sur "Le troisidme element du theatre", le Pere Legault souligne le r61e indispensable que doit jouer le public pour assurer la renaissance de l a vie dramatique au Canada francais. "Le theatre canadien, remarque-t-il, tient moins dans l'ecriture et dans le cadre de 1'action que dans une 40 question d'esprit, de climat". Mais i l est conscient du f a i t qu'il ne suffit pas que le peuple aime le theatre et s'y rende, i l f a u t ne'cessairement que le theatre a i l l e vers le peuple l u i -m§me. C'est bien ce que les Compagnons ont essaye de faire par leurs tournees multiples a travers l a province, leurs spectacles en plein air, a part leurs saisons regulieres a. Montreal. Pourtant, malgre tout cela, malgre 1'effort qu'ils ont fa i t pour s'adresser au "grand" public, Belair et Crompton s'obs-tinent a qualifier leur entreprise "d'ilitisme". II sera plus facile de determiner l a validite ou l a non-validite de leur ar-gument a partir des donntes memes de la society et de la c r i t i -que canadiennes-frangaises. 39. Legault, Emile, "Lucrdce et les Compagnons", le Devoir, XXXTX, no. 75 , jeudi, ler a v r i l , 1948, p. 5, col. 6-7. 40. Legault, Emile "Notre dramaturgie canadienne-francaise", Ibid., XLVT, no. 260, mardi, 15 novembre, 1955, P« 21, col. 5. 92. C H A P I T R E IV La reception de l'oeuvre "On parle de renouveau drama-tique..on ne semble pas s'aviser q u ' i l n'est possi-ble que dans l a mesure ou l'on refera un public". _Le Pere Emile Legault. On a beaucoup epilogue sur l e role ptdagogique de 1'ex-perience du Pere Legault et de ses Compagnons de St-Laurent. D'une part, on acclame l a s o l i d i t e de cette entreprise pour ce qu'elle a legue a l a scene quebecoise "...un public stable et i n t e l l e c t u e l -lement forme dont le nombre pourrait s'evaluer a 15*000 spectateurs (ce qui ne s'etait jamais vu avant eux dans un repertoire de cette qualite), et dans ce public un gout, un e v e i l , un inter6t non equi-voques pour l a chose dramatique, un esprit critique aussi, ce qui est igalement estimable". 1 Et d'autre part, on s'acharne a. etique-ter les vistes du Pere Legault comme itant "paternalistes et e l i -t a i r e s " . On a meme parle, dans 1'etude de Jack Crompton, de l ' a -vortement de l a mission socio-culturelle de ce meme homme, car d i t -on "...on f a i s a i t du theatre populaire pour un public d'e l i t e . . " , 1. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre..., p. 62. 2. B e i a i r , Michel, Le Nouveau theatre quebecois, p. 24-. 93. du "theaVfcr^ e pour le theatre".^ Maigres accusations que celles-la, s i l'on a en mEmoire les dimensions de l'activite intin^rante des Compagnons et s i l'on s'interesse, de la m§me maniere, a l a mise en place, a cette epoque, d'une infrastructure culturelle du sec-teur moyen de l a population quebecoise. Ces jugements viennent sans doute, en grande partie, de ce que la qualite des spectacles des Compagnons a donne 1'impres-sion qu'on s'adressait a 1'Elite. II f a l l a i t 6tre un "connais-seur", disait-on, pour prendre gout aux innovations subtiles et parfois choquantes de ce nouveau theatre. Ce n'etait pourtant pas le cas. On a faussement cherche des complications ou i l n'y avait que simplicity. En f a i t , on semble confondre l a pEdagogie avec pedantisme et didactisme. L'entreprise des Compagnons fut en ef-fet de nature pEdagogique puisqu'elle enseigna a la fois, aux spectateurs et a l a critique, aux acteurs et aux dramaturges ce que doit §tre un theatre digne de ce nom. Mais cette aventure n'est pas essentiellement le f a i t d'un seul homme ni meme d'un groupe d'individus qui, ayant conguvune idee, chercha a l'imposer sans se soucier des "besoins.de ceux a qui i l s'adressa. Elle correspondit a un dEsir profond de s'adresser au grand public. D'ailleurs, l a naissance des Compagnons, a notre sens, inaugure un nouveau chapitre dans l'histoire des publics de theatre au Canada frangais. Avec plus de vingt ans de recul, nous voyons que cet organisme theatral f a i t cause commune avec 1'evolution de la soci-3. Crompton, Jack, "Le Theatre qu'ossa donne", dans NORD, pp. 178 et 185-6t6 quebecoise. Au meme t i t r e , l a dramaturgie du nouveau theatre quebecois des deux dernieres decennies n 1aurait pu acceder a "... une constante mise en r e l i e f des lignes de force qui se manifes-4 tent dans l a vie sociale, politique et cul t u r e l l e . . " de l a c o l -l e c t i v i t y quebecoise, s i c e l l e - c i n'avait et6 assez mure pour ac-cepter ces nouvelles conditions theatrales. Au reste, i l faut souligner que le Pere Legault n'eut point de plus chere ambition, pendant ses quinze annees a l a sce-ne, que de sa t i s f a i r e un large public. Et par public, i l n'enten-d i t pas seulement les gens qui s'y connaissaient, mais plut6t tous et chacun: "Nous voulons f a i r e du theatre populaire, prononca-t - i l avec force. C'est l a formule l a plus sure du succes. Sans le suffrage populaire, nous aurons beau plaire a une certaine e l i t e , notre oeuvre ne sera jamais assured".5 Done, i l manquait encore a sa nouvelle entreprise un o u t i l i n d i s -pensable: le public. En ce sens, i l est certain que l'homogen6i-sation des couches sociales du public canadien-francais et son acces au theatre furent des valeurs hautement p r i o r i t a i r e s dans l a conception artistique de l'animateur des Compagnons. Des les d e b u t s de sa carriere theatrale, ce dernier se rendit compte de l a necessity de vthiculer une forme de theatre en rapport avec les preoccupations profondes d'un public repredentatif de ce peuple; done, i l l u i importa, au premier chef, d'instaurer un theatre de 4. Belair, Michel, Le Nouveau theatre quebecois, p. 23. 5. "Le R.P. Emile Legault, c.s.c. chez les retraitants", Le Devoir, XXXIII, no. 264, jeudi, 12 novembre, 1942, p. 77 c o l . 2. participation accessible au plus grand nombre de spectateurs pos-sibl e . Axe sur 1'animation sociale et c u l t u r e l l e de l a societe canadienne-francaise, le programme d'action de ce jeune groupe d1amateurs visa a cr£er une psychologie vivante du theatre et a faire revivre une tradition de theatre populaire dans ce milieu, "...G'est-a-dire, theatre d'un peuple..(car) i l ne saurait.. exister deux theatres dont l'un pour les masses et 1'autre pour les delicats". A i n s i , le Pere Legault et ses Compagnons par leur action se firent les denonciateurs du theatre de c l i e n t e l e , du theatre 11 ferm£" , comme on l'entendait avant 1937 • L'affirmation d'un theatre populaire, dans le sens le plus large du terme, supposa necessairement 1'organisation d'un public cohesif et d'une formule qui repondait a. des necessites nouvelles de "consommation" c u l t u r e l l e . Paisant une analyse bre-ve, mais sure du phenomene sociologique du public de l'entre-deux guerres, le Pere Legault se rendit compte d'abord q u ' i l l u i f a l l a i t pratiquement restructurer l a societe quebecoise avant me-me de recruter un public "participateur" et c o l l e c t i f du theatre. Un theatre populaire, selon l u i , ne pouvait s'imposer n i se struc-turer artificiellement. II devait naitre de lui-m§me, dans un certain climat de liberte et d'authenticity. A ce point de vue, l a problematique de l a diffusion-consommation du theatre d'art au Canada f rang ais-, demeura l'une des plus graves questions que l e Pere Legault eut a resoudre. Bien entendu, i l heurta un cer-tain nombre de coutumes, d'usages et d'attitudes. Cependant, 6. Legault, Emile, "Theatre populaire", dans 1'Action nationale, 6ieme, x i , juin 1938» P« 515• 96. en p e u de temps, l ' o n a d m i t l e b i e n - f o n d e de son e n t r e p r i s e . I I r e s t e m a i n t e n a n t a d e c i d e r j u s q u ' a q u e l p o i n t l e s Compagnons s o n t r e s p o n s a b l e s de l ' e v e i l de l a c o n s c i e n c e t h t a t r a l e c a n a d i e n n e - f r a n -$ a i s e e t en meme temps, a v o i r s ' i l s o n t v r a i m e n t s u " d e m o c r a t ! s e r " l ' u n i v e r s tb.6a.tral dans ce m i l i e u . TJn t h e a t r e p o u r t o u t l e monde, un t h e a t r e p o p u l a i r e — a v a n t l a deuxieme g u e r r e m o n d i a l e , p e u de Q u e b t c o i s a u r a i e n t p u p r e n d r e c e t t e a f f i r m a t i o n au s e r i e u x , c a r l e " g r a n d " p u b l i c n'a-v a i t eu j u s q u ' a ce moment-la aucun ou peu de c o n t a c t avec l e t h e -a t r e . L a scene p r o f e s s i o n n e l l e a M o n t r e a l e t a. Quebec, e n t r e 1920 e t 1937, t r a v a i l l e en f o n c t i o n des v a l e u r s marchandes e t ne s ' i n -t t r e s s e qu'au s u c c e s c o m m e r c i a l , p o u r p l a i r e a. u n a u d i t o i r e p r i v i -1 6 g i 6 q u i en v e u t p o u r s o n a r g e n t . S i l ' o n examine l e p u b l i c q u i p a r t i c i p e p l u s ou moins r e g u l i e r e m e n t a c e t t e " c h a i n e de p r o d u c -t i o n " , l ' o n ne p e u t se l e r e p r e s e n t e r que comme un E l e m e n t i s o l t de l a masse; une s o c i 6 t e b o u r g e o i s e s q u e l e t t i q u e c h e r c h a n t a. se d i s t r a i r e p a r des p l a i s i r s f a c i l e s e t p o u r q u i l ' a r t d r a m a t i q u e n ' e s t a u t r e qu'une e v a s i o n s u r u n p l a n i n f e r i e u r . Au d i r e de V i c -t o r B a r b e a u , l a b a l a n c e du p u b l i c " . . c h e z n o u s . . p e u t se d i v i s e r en q u a t r e c l a s s e s : l e p u b l i c s n o b , l e p u b l i c c u l t i v e , l e p e t i t p u b l i c e t l e p u b l i c S t r a n g e r " . ^ D'apres ce d e r n i e r , l e p u b l i c "snob" e s t c h a n g e a n t e t i n s t a b l e e t l e s e n t r e p r i s e s s i n c e r e s ne p e u v e n t se f i e r a l u i c a r i l o s c i l l e constamment e n t r e l e s s u p e r -c h e r i e s d u t h e a t r e de b o u l e v a r d e t u n t h e a t r e p l u s i n t e l l e c t u e l , s e l o n ce q u i l e t e n t e l e p l u s . Quant au p u b l i c " c u l t i v e " , s o n c h o i x e s t n e t p u i s q u e c e l u i - c i e s t " . . t r o p a v e r t i p o u r e n c o u r a g e r 7. C a h i e r s de T u r c , i i , 2ieme s e r i e , lex' novembre, 1926, p. 4 3 . 97. i n d i f f eremment n'importe quel spectacle..". A i n s i , ce genre de public reagit avec degout devant un theatre bassement naturaliste, et i l se rend tres peu au theatre. D'ailleurs, i l ne forme qu'un pourcentage infime de l a society quebecoise. Pour ce qui est du public "etranger", i l saurait egalement s'intEresser a des spec-tacles plus sophistiquEs, plus l i t t E r a i r e s car le theatre de bou-levard l u i pue au nez; i l en a assez vu pour en Stre repu. Done, dans les deux principales v i l l e s du Quebec, on f a i t du theatre non pour LE public mais pour UN public de petits bourgeois. Du reste, ne comptant que sur un auditoire peu nombreux, payant des prix de places eleves, l a valeur marchande dicte exclusivement l a valeur culturelle au Quebec. Critique acerbe du theatre bour-geois realiste et du theatre naturaliste, l e Pere Legault s'en 9 prend "..au troupeau des nouveaux riches et des bourgeois.."^ qui rabaisse continuellement l e niveau de l a production drama-tique car i l ; ne sait: "..manifester des exigences, pas meme des desirs.. (ni) f a i r e lui-meme sa police, (ni) imposer sa l o i . . I l (ingurgite) passivement tout ce qu'on l u i (offre) et de preference ce qui ( f l a t t e ) ses plus bas instincts."10 Le "petit" public, l u i , applaudit des cercles d'amateurs et des troupes estudiantines dans presque toutes les v i l l e s de l a province car tous les spectacles professionnels l u i sont in t e r -d i t s de par leurs .prix memes. II ne comprend, en somme, qu'un mince 8. Ibid. 9. Legault, Emile, les Conferences..., 1942-4J, pp. 84-85. 10. Legault, Emile, Cahiers des Compagnons, I, 5-6, p. 172. 98. cercle de quelques centaines de parents, d'amis et de paroissiens devots, a chaque endroit. II s'agit d'un auditoire forme sous les auspices de societes benevolentes et de patronages et d'un public plus affable qu'interesst, or i l ne faut pas s'attendre a ce qu ' i l prenne le gout du theatre. " I c i , d i t Jan Doat, l'homme moyen ne peut lutter; i l recoit, i l subit. D'abord en etat d'in-decision et d'amoindrissement, i l s'efforce ensuite a. sentir l ' o -pinion commune et cherche tout naturellement a s'y adapter aban-donnant tout esprit c r i t i q u e " . 1 1 Et enfin, i l ne faut pas oubli-er de mentionner le public du cin6ma qui relegue une f o i s de plus l e theatre dans 1'ombre. Le cinema atteint potentiellement tout l e monde, et i l touche spontanement ce plus grand nombre que le theatre ne peut jamais s' a t t i r e r . Mais le fond du probleme est plus serieux que tout cela puisqu'il existe surtout dans le manque d'int6r£t to t a l d'un large public qui ne vient pas au the-atre parce que cet univers ne l u i appartient pas. Or, on peut dire que jusqu'en 1937* le "grand" public est vraiment laisse pour compte et ne vient pas au theatre. L'ensemble des conditions sociales pose les criteres suivants: en premier l i e u , l e facteur economique determine l a clientele; puis, l e choix du repertoire emp^che le grand public d'y venir; et enfin, l a concurrence du cinema donne au theatre des auditoires dramatiques inadaptes. Malgr6 l a situation nifaste a laquelle i l s doivent f a i -re face, l e Pere Legault et ses Compagnons entendent persuader l'homme moyen que le theatre l u i est accessible; 11. Theatre, portes ouvertes, p. 67. 99. "II m'apparait, declare le Pere Legault, que dans les grandes manoeuvres de redressement national, le theatre populaire devra jouer un role primordial, combler une lacune dans l a vie de nos gens..Parce qu' i l est un f a i t psychologique: l'homme de l a rue a besoin du theatre comme de man-ger..II a besoin de r i r e et de pleurer".12 Mais comment cette troupe d'amateurs reussira-t-elle a s e n s i b i l i -ser un public demuni de sens t h 6 a t r a l et surtout un auditoire plus varie, sinon l a masse, deja seduits par l a formule du cine-ma contemporain? Le Pere Legault et ses disciples se voient evidemment confronter avec un d i f f i c i l e probleme d'education, de prepara-tion du public a un theatre esthetiquement pur et de haute sa-tis f a c t i o n i n t e l l e c t u e l l e et artistique. I I leur faut trouver un fonds d'aspirations communes, d*ideal populaire. I I leur i n -combe egalement de f a i r e connaitre au grand public, un theatre de quality, un theatre de repertoire et de trouver un terrain sur l e -quel toutes les classes de l a society puissent se reunir pour par-t i c i p e r ensemble au mystere dramatique, retrouvant a i n s i l'ancien-ne conception grecque du theatre. II leur faut selon les paroles de leur directeur-metteur en sc£ne: "..repenser le repertoire a l a lumi^re des besoins reels du public: au besoin opter pour l a sim-p l i c i t y " . 1 ^ Projet ambitieux s i l'on considere les mythes et les prejugys qu'ils doivent dissiper. Rompant deliberyment avec le repertoire bourgeois rya-l i s t e et n'abdiquant pas son culte pour l ' a r t , le Pere Legault 12o Legault, Emile, "Theatre populaire", L'Action nationale, 6e annye, tome XI, juin, 1938, p. 154. 13. Legault, Emile, "Pere Legault: l a veritable crise se situe au niveau des comediens", le Devoir. L, no. 291, samedi, 12 decembre, 1959, p. 10, c o l . 3. 100. opte au depart d e son entreprise pour un r e p e r t o i r e C h r e t i e n m o -derne car i l constate qu'au t h e a t r e les reelles valeurs ethiques sont compatibles a v e c l a notion esthetique, surtout l o r s q u ' i l s'agit de plaire a u n e societe dont: " . . l a formation religieuse..est profonde et ancienne. Cette disposition s p i r i t u e l l e devrait r e n d r e le (grand) public receptif et enthousiaste d e v a n t 1'apparition d'un t h e a t r e p o e t i q u e " .14 Enthousiaste i l l ' e s t car on a su f a i r e appel a son imagination, a sa sen s i b i l i t e et a son in s t i n c t , les secrets vitaux de l a psychologie collective de l a masse. Dans le Devoir du 13 aout 1937» l'on note qu'au moins 10,000 personnes sont venues voir les representations de Celle qui l a Porte F i t S'ouvrir presen-tees sur les parvis de l ' e g l i s e St-Laurent et de l ' e g l i s e Notre-Dame de Montreal. Malgre ce premier succes, auquel le Pere Le-gault ne s'attendait certainement pas, i l faut toutefois se de-mander s i les gens n'ont pas et6 attires simplement par l a nou-veaute d'un spectacle en plein a i r . En f a i t , un critique s'in-terroge a ce sujet: "Le theatre Chretien p e u t - i l vivre chez nous? questionne - t-il. P e u t - i l a t t i r e r et retenir pendant des heures un autre public que celui des v i e i l l e s devotes, des en-fants de choeur et des f i l l e t t e s de couvent"? 1^ Pour repondre a ces questions, les statistiques de l'epoque sont plus eloquentes que tout commentaire. Le Noel sur 14-. Daltour, Pierre, "A l'Ermitage..", dans Cahiers des Com-pagnons , I, 2, novembre-decembre, 1937» pp. 49-50. 15. Desbiens, Lucien, "Le N06I sur l a Place", le Devoir, XXXVTII, no. 294, mereredi, 22 decembre, 1957, P» 12, c o l . 4. 101. l a Place, le deuxieme spectacle des Compagnons attire des "..cen-1 6 taines de figures rejouies.." a l'Auditorium St-Laurent quelques jours avant Noel. Puis, i l est question d'environ 65,000 specta-teurs a. la premiere du Mystere de la Messe au Congres Eucharisti-que qui a lieu sur les Plaines d'Abraham, a. l'ete* 1958. "La se-conde reculee d'un jour en raison de mauvais temps, (rassemble) ;125,000 spectateurs au meme lieu, par un froid glacial, de onze heures du soir a une heure du m a t i n . a f f i r m e Maurice Del6-glise. Et pour ce qui est du Jeu de Saint-Laurent du Fleuve monte sur les terrasses du College St-Laurent au mois d'aout de cette meme annee, Lucien Desbiens nous dit que ce spectacle at-tire "..des reprEsentants de toutes les classes de la societe* a. partir des chefs hierarchiques de l'Eglise a 1'humble ouvrier. C'est, ajoute-t-il, vraiment comme au temps du Moyen-Age, une grande f§te familiale chrEtienne. Ce sera l'un des eV6nements les plus importants — sinon le plus important — dont aura et6 temoin le Canada frangais". Ces chiffres representent indis-cutablement le plus grand nombre de participants jamais present a des representations dramatiques depuis les debuts de la Nou-velle-France. On admettra done sans peine, l a pleine u t i l i t e d'un retour au theatre Chretien dans l a premiere phase de la demarche des Compagnons car le public quebecois s'identifie fa-cilement aux themes religieux qui forment une bonne partie de ses connaissances. Le Pere Legault a mise juste et les rSsultats 16. Ibid. 17. DelEglise, Maurice, Le Theatre de Henri Gheon, p. 267. 18. "Apr£s GhEon?", Le Devoir, XXIX , no. 183, mardi, .9 aout, 1938, p. 3, col. 2. 102. en sont la preuve. Les Compagnons comptent, en ce premier temps, parmi leur peuple "fiddle" des gens de toutes les couches de la society quebecoise, rurale, citadine, populaire, bourgeoise et meme 1'Elite. Leopold HoulE dira a. ce sujet: "On avait cru que certains spectacles, ceux du naturalisme (etc.) avaient deformE le goflt du public et l 1avaient dEtournE a tout jamais du thEatre artistique. On vient d 1avoir la preuve.du contraire..La masse du public a la vertu de la rEsistance et sait rEagir a l 1 o c -casion. Ayons confiance puisque 1'esthEtique du thEatre — du thEatre li t t e r a i r e , du thea-tre humanisant, du thEatre rEaliste spiritua-l i s t e — a plu, et que savoir plaire, c'est gagner sa cause".19 Ce ne sont encore la que des essais, des tatonnements, mais dEja le peuple commence a s'assembler. On a touchE le pu-bli c . Bien entendu, les rEticences et les oppositions se font parfois sentir. Ce genre de rEaction n'est pourtant que normal et nEcessaire car l a nouveautE du thEatre chrEtien Etonne et choque encore. Cependant, elle oblige les Compagnons a ne pas se contenter de succds faciles et a travailler consciencieusement. Ces rEussites permettent egalement a la troupe de se specialiser dans un thEatre poEtique "populaire" en plus de devenir une sor-te de service social offert a l a masse qui s'Etait vue cultu-rellement dEfavorisEe. A travers ces manifestations collectives, a travers un thEatre a sa portEe, le public a senti un souci de comprEhension de l a part des Compagnons et lui-m§me a compris que l a promotion de l'art Etait le but premier de ces jeunes ar-tisans et non leur propre promotion. Aprds un an et demi d'exis-tence et l a prEsentation de cinq pieces empruntEes au rEpertoire 19. dans Cahiers des Compagnons, II, 2, avril-mai, 19^6, p. 32. 103. C h r e t i e n moderae, l'avenir sourit aux Compagnons. I l s sont bien a c c u e i l l i s a Montreal et en tournee, chacun de leurs spectacles attire un grand nombre de personnes et l a majorite de l a c r i t i -que d'abord reticente ou sceptique semble maintenant bienveil-lante a leur egard. On se rend de plus en plus a l 1evidence: ce nouveau theatre conceme tout le monde. Le c h e m i n est trace, i l s'agit maintenant q u ' i l soit d'acces a tous. Pendant six mois, de septembre 1938 a mars 1939, alors que le Pere Legault achdve ses etudes en Europe, les Compagnons restent muets. A sa rentree, le Pere devra f a i r e appel at de nouveaux disciples ayant perdu, pendant son absence, quelques-uns de ses premiers Compagnons. On se remet bientot a 1'oeuvre et i l est apparent que le public ne les a pas oubliEs. La troupe reprend ses activitEs sur scene a 1'etE 1939 avec La Farce du  Pendu DEpendu de Henri GhEon. Fort de son experience recente, l'animateur des Compagnons veut reprendre contact d'abord avec son public l e plus 61oign£ et "...c'est avec cette farce (qu'ils) se prominent a travers l a province au cours des vacances..; 1*ayant 20 donnfemaintes fois et devant des publics varies.." l a troupe nouvellement reconstitute des Compagnons prEsente un spectacle homogdne et marque d'une rare s u b t i l i t e . Mais i l faut aussi reconquerir l a critique et le public montrEalais. Faudra-t-il repartir a z£ro? Devant un auditoire chaleureux qui avait su i v i 1'effort du groupe de 1937 a 1938, le 20. Anonyme, "A Saint-Laurent ce so i r " , l e Devoir, XXX, no. 237, mardi, 10 octobre, 1939, p. 4, c o l . "2~I 104. Pere repete La Farce du Pendu Dependu au mois d'octobre 1939, a 1'Auditorium St-Laurent. Le mois suivant, on revient avec une piece de GhEon, La F i l l e du Sultan et le Bon Jardinier. Les tE-moignages qui viennent de tous c6tes a cette f i n d'annee 1939, rassurent le Pere Legault car i l s montrent une f o i s de plus 1'in-fluence grandissante des Compagnons dans l a region montrealaise. TJn critique du Devoir rapporte que: "...les Compagnons rivalisent..avec les meil-leures de nos troupes de thEatre. Cette sym-pathique association est d'ailleurs en tr a i n de se t a i l l e r une reputation enviable chez nos gens..et chacun de leurs spectacles., f a i t salle comble".21 C'est i c i qu'intervient le r61e de l a critique, des joumaux et de l a pu b l i c i t e . La receptivite des QuEbEcois a l'oeuvre des Compagnons, pousse le Pere a f a i r e sa premidre incursion dans l e grand thEatre classique. Le Misanthrope de Moliere, leur prochain spectacle, est une piece de choix et e l l e gagne l a sympathie de l a presse et des auditoires. Avec cette nouvelle v i c t o i r e on at-teint l a somme de sept reprEsentations. Le retour au v r a i esprit de Moliere rEapparait peu a peu, dEbarasse de l a lourdeur dont l a tradition miteuse collEgiale l'avait dotE. En f a i t , le rEper-toire moliEresque deviendra l a soupape de suretE des Compagnons dans le futur et a 1'occasion de l a premiere du Misanthrope, on affirme n 1avoir jamais vu ce dramaturge s i bien servi chez nous: "La prEsentation du Misanthrope, hier so i r . . marque une date non seulement dans l ' h i s t o i r e des Compagnons..mais dans les annales du thE-atre chez nous. La premiere soirEe classique 21. Desbiens, Jeanne M., "La F i l l e du Sultan", le Devoir, XXX, no 263, vendredi, 10 nGvembre, 1959, P- 7, c o l . 4. 105. chez les Compagnonsa ete, a tous les points de vue, une manifestation artistique de haut ton. L'atelier des Compagnons..montre d6ja qu' i l est un foyer de culture singulierement efficace..(ce) coup de debut est un coup de maitre".22 La variety sera l a cle de leurs succds et sur l a force du Misan-thrope , on presente en a v r i l 1940, Britannicus de Racine, premiere tragedie montee par les Compagnons. Cette experience frappe da-vantage et l a critique signale cette realisation de grande enver-gure. Somme toute, dira-t-on, un spectacle qui ajoute un fleuron a. l a couronne des Compagnons. Le grand public est sans doute ga-gne* a l'idee d'un theatre de repertoire anime par une troupe sta-ble et bien douEe. Mais le Pere n'oublie pas pour autant les grands jeux dramatiques qui ont a. l'origine assure l a reputation de l a troupe et attire un vaste peuple. On reprend le Mystere de l a Messe au Stade Molson a Montreal, en juin et j u i l l e t 1940 et s i l'on se f i e aux journaux quotidiens le tout Montreal s'y presse. L'harmonie des costumes, l a perfection soutenue de l a mise en sc&ne et des jeux de lumieres, l'excellente interpretation f a i t qu'on ne parle plus de succes, mais de triomphe car " . . l a foule a vibre, avec 23 une ardeur inconnue". Les Compagnons jouent a 1'Auditorium du Plateau, pour l a saison 1940-41: cinq pieces dont t r o i s de Gh£on, le Mystdre  de l a Messe, La Farce du Pendu Dependu et le Noel sur l a Place, Les Femmes Savantes de Moliere et l'Athalie de Racine. L'accueil 22. Desbiens, Lucien, "Le Misanthrope", le Devoir, XXX , no. 284, mardi, 5 decembre, 1959, p. c o l . W. 23. Desbiens, Lucien, "Le Mystdre de l a Messe", le Devoir, XXXI , no. 154, jeudi, 4 j u i l l e t , 1940, p. 4, c o l . 4^ 106. du public et de l a critique est toujours rassurante. Dans le Ca-nada, Roger Duhamel s'exclame: "A voir evoluer ces artistes avec une aisance et un sens de l a mesure aussi rares que meritoires, on se demande plut6t s i nous ne sommes pas en presence de comediens aguerris qui connaissent f o r t bien leur m e -t i e r et qui t£moignent d'une belle culture i n t e l l e c -tuelle".24 L'on n'oublie pas non plus de rendre justice a l'homme qui alimen-te le renouveau dramatique au Canada francais: "La troupe des Compagnons t r a v a i l l e sous l a direction immediate et constante d'un des plus i n t e l l i g e n t s met-teurs en scene que nous ayons a. Montreal, le Pere Emile Legault, qui, a l ' i n s t a r de quelques-uns des plus grands artistes europeens, avec lesquels i l a etudie, consacre toute son energie et tous ses l o i s i r s au rajeunissement du theatre".25 Ain s i s'acheve l a premiere Etape de 1'aventure des Compa-gnons et en retrospective, 1'image qui s'en degage refl e t e un c l i -mat d'effervescence, une ouverture dynamique vers un theatre "... reformateur et r£generateur d'un public neuf et v i t e muri, qui participe activement (a son developpement) et qui commence a s'in-26 teresser a l a discussion des idees". Une atmosphere de confiance s'etablit peu a peu et les Compagnons sont lanc£s. En ce sens, l'on peut meme dire que l a generation de l a seconde guerre retrouve l a sign i f i c a t i o n ancienne du theatre qui est une f§te, une celebration, une communion entre lui-m§me et les acteurs. L'art dramatique re-monte a. sa source, reprend forme et tisse un l i e n a f f e c t i f entre les membres de l a communaute sociale quebecoise. On a f a i t un bon pas en avant et les Compagnons savent maintenant qu'ils int£-24. op. c i t . , "Moliere au Plateau", dans le Devoir, ZXXX, no. 287, mardi, 10 dEcembre, 1940, p. 4, c o l . 4. 25. Anonyme, "'Britannicus' a Saint-Laurent", le Devoir, XXXI, no. 58, samedi, 9 mars, 1940, p. 4, c o l . 4. 26. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre..., p. 14. 107. ressent un public amateur du theatre qui continuera a supporter leur entreprise. A p a r t i r de 1942, les Compagnons changeront d'adresse trois f o i s en dix ans. Apres quelques mois d'une demi-retraite active pendant laquelle i l s jouent surtout a l'exterieur de Mont-real et dans des auditoriums de colleges et de salles paroissia-les , ces derniers reviennent enfin vers le public de l a metropole. I l s s'installent dans une salle reguliere (800 fauteuils) au centre de l a v i l l e , sur l a rue Guy entre Sherbrooke et des Pins. Pour 1'occasion, ce theatre est sensiblement modernise par les proprietaires, les Peres de St-Sulpice: l a scene est agrandie et est pourvue d'un ingenieux systeme d'eclairage; un simple rideau de scene permet de subdiviser 1'espace scenique en deux parties; un jeu de rideaux sobres sert a. delimiter les aires de jeux; l a salle est redecoree avec des couleurs c l a i r e s ; les fen§tres sont dissimulees sous d'epaisses tentures pour ameliorer 1'accoustique, donnant aussi un cachet d'intimite au nouveau thEatre. En f i n l a salle est rebaptisEe et sera connue sous le nom de l'Ermitage. Pendant qu'on met l a derniere main a toutes ces trans-formations, le Pere Legault et ses disciples prEparent le specta-cle inaugural pour l'ouverture de leur nouvelle demeure. On ad-mire sans rEserve l a presentation du NoE d'AndrE Obey. En f a i t , l a presse entiere en f a i t l'Eloge. Le plus haut compliment qui leur est adressE vient de l a Patrie: "Les Compagnons..ont bien debutE, a. l'Ermitage, salle ideale pour le thEatre artistique et chrEtien. Ce sera une sorte de Vieux-Colombier montrEalais, s i le public le veut bien".27 . "Ce soir. derniere de 'NoE"' dans le Devoir, XXXIII, no. 34, jeudi, 12 f e v r i e r , 19427~p. 4, col.~y. A J U U . ± ± . J , 108. Deja on commence a comparer l'oeuvre du Pere Legault a la creme des theatres d'art francais. Ce n'est pas un petit compliment et ce sera une reputation que l a troupe entiere devra defendre et sou-tenir au gre des annees. Ce tour de force n'est qu'une des surpri-ses que ceux-ci reservent a leurs auditoires de l'Ermitage ou i l s joueront pendant trois saisons. Parmi les realisations les plus ap-pr6ci£es, on signale 1'Echange et l'Annonce Faite a Marie de Claudel montees en mars 1942 et decembre de l a m§me annee, avec le concours sans pareil de Ludmilla Pittoeff; le Jeu de Robin et Marion, jouE en octobre 1942 et repris en Janvier 1943, par lequel Gustave Cohen communique son enthousiasme et son ardeur pour le theatre du Moyen-Age au public quebtcois; Le Chant du Berceau de Martinez Sierra p r e -sents en Janvier et mars 1944, qui "..se propose l'une des meilleu-po res reussites des Compagnons..depuis quelques annees.."; puis, au 29 mois de fevrier de cette annee, "..les foules..(acclament)..." 7 Le Barbier de Seville de Beaumarchais, mdme que certains soirs i l faut faire l a queue pour obtenir un b i l l e t afin de voir cette pidce. La derniere saison a l'Ermitage dEbute avec le succds bruyant des Pourberies de Scapin et l a double affiche d'Orphee et d'Oedipe-Roi le mois suivant, dont le "..jeu des interpretes accuse un 30 renouvellement progressif..", captive 1'audience qui voit du Cocteau pour l a premiere fois. Malheureusement, le Sanctus de Felix Leclerc, interpret^ en fevrier 1943, n'obtient pas le re-28. Anonyme, "'Le Chant du Berceau' a l'Ermitage", le Devoir, XXXv, no. 9, jeudi, 13 janvier, 1944, p. 4, col. 3. 29. Ibid., "Succes inedit du 'Barbier de Seville' chez les Com-pagnons", no. 57, jeudi, 9 mars, 1944, p. 4, col. 4. 30. Ibid., "Deux pieces de Cocteau a l'Ermitage", no. 263, mercredi, 15 novembre, 1944, p. 4, col. 3. 109. tentissement qu'on esperait. Les gens ne l u i ont rEservE qu'un succds d'estime. Du tout au tout, chaque saison semble marquer une ame-lior a t i o n sur l a precedente, tant au point de vue du repertoire qui s'elargit considerablement que de 1'interpretation des co-mEdiens. Comme on peut le constater le public est pret a ac-c u e i l l i r des spectacles plus sophistiques et l'on s'eloigne pe-t i t a p e t i t du repertoire gheonesque. Dans sa partie integrale et i d e n t i f i a b l e , le public de l'Ermitage est, en effet, forme* de plusieurs Elements. D'une part, i l se compose de l a classe des jeunes ouvriers et ouvrieres appartenant a. l a Jeunesse Ouvriere Catholique qui se souvient du jeune prgtre qui avait mis de l a "vie" dans leur coin i l y a quelques annees, de l a classe des jeunes travai l l e u r s , "des midinettes, des secretaires, et des d a c t y l o s . . . " j ^ 1 et de l a classe des collegiens et des jeunes uni-versitaires "..qui se retrouvent, les coudes serres, pour applau-dir~Beaumarchais et Cocteau, Claudel et Obey, Moliere et Gheon". Et d fautre part, d'un public adulte moyen, du public Etranger et de 1'Elite i n t e l l e c t u e l l e qui "..vient parfois texte en main.." Et bien entendu, i l y a toujours les curieux qui viennent voir les Compagnons pour l a premiere f o i s . Quand on songe, devant ces 31. Legault, Emile, entrevue sur bande magnetique, f a i t e par 1*auteur. 32. Hamelin, Jean, Le Renouveau du ThEatre..., p. 12. 33. Legault, Emile, entrevue sur bande magnEtique, f a i t e par 1'auteur. 110. saisons bien remplies, que les Compagnons sont pour l a plupart des jeunes encore aux etudes, obliged par consequent de se donner a leur art dans leurs moments l i b r e s , i l est d i f f i c i l e de conce-voir comment i l s ont pu atteindre des representations d'une t e l l e q u a l i t e . On ne s'arr§te pas l a , car a chaque £te "..des m i l l i e r s d'amateurs attendent.. M > les grands "jeux populaires" dont l a tradition a £te inaugured avec le Mystere de l a Messe, a Quebec et au Stade Molson. Apres quoi on se met en route vers les plus petites v i l l e s et les villages de l a province. Avec quelques sous dans leurs poches, avec une voiture et une roulotte, les Compagnons entreprennent un programme d ' e t t ; en f a i t , chez les Compagnons on t r a v a i l l e a. temps et a contre-temps, 300 jours par annee, car on est d'avis que le theatre est pour tout le monde. Et on continuera a trimballer ce "theatre ambulant" a travers l a province pendant les vacances jusqu'a l a dispersion des Compa-gnons en 1952, c'est-a-dire pendant 10 ans. En province, on joue principalement pour le secteur "agraire" de l a societe, pour l a classe des ouvriers et des "petits marchands" et bien entendu, pour tous les jeunes auxquels le Pere Legault s'interesse p a r t i -culierement. MSme qu ' i l encourage ces derniers a former des pe-t i t s groupes d'amateurs pouvant r e a l i s e r des spectacles, chacun dans leurs "coins" respectifs. Le Pere attend l a saison des tour-neds avec impatience car explique-t-il: " . . l e bon peuple de nos paroisses. C'est pour l u i aussi, pour l u i surtout..que nous t r a -34. Anonyme, "Le Jeu de Saint-Laurent", le Devoir, XXXIII, no. 148, lundi, 22 juin, 194k, p. 4 , c o l . 5. vaillons: i l nous reserve de comblantes joies parce qu'il^a des chances d'etre v r a i , sponta-ne, non empetre de faux esth6tisme. Nous con-tinuerons de jouer pour nos amis des petits centres ruraux".35 Ce public a, selon l u i , un plus grand sens de 1 1 appreciation car i l n'est pas "gate" d'une saison reguliere comme le public mont-realais. En octobre 1944, le Pere Legault met a execution un projet auquel i l s o n g e depuis longtemps: une publication theatra-l e , un journal de bord de l'entreprise des Compagnons. Un commu-nique de l a Centrale des Compagnons dans le Devoir annonce: "Les Compagnons..communiquent une bonne nou-velle a leurs amis et a tous les amateurs de l a chose dramatique: au cours d'octobre parai-tra le premier numero des Cahiers des Compagnons. Les Compagnons estiment l'heure de f i x e r sur papier leur doctrine, leurs experiences; d'o-rienter les amateurs du theatre, d'alimenter progressivement le repertoire, de fournir aux jeunes une technique du comedien, de l a mise en sc^ne etc.. ..les Cahiers contiendront: 1) ar t i c l e s th6oriques sur 1'essence du theatre 2) l a mystique du comedien 3) des indications techniques ,g 4) des textes dramatiques etc...""' De par cette formule, les Compagnons entendent s'exprimer et en-trer en contact avec leur public. I l s veulent que ce b u l l e t i n de t r a v a i l soit une extension de leur oeuvre sur scdne. I l s veulent souder "1*elaboration d'une orchestique canadienne". Paute de temps et d'argent, d'une orientation assez imprecise et peut-etre aussi parce que leur revue avait des proportions trop 35• Legault, Emile, "Perspectives sur les Compagnons", dans Relations, vieme annee, no. 58, octobre 1945, p. 273• 36. "Les Cahiers des Compagnons", ZXXV, no. 227, lundi, 2 oc-tobre, 1944, p. 4, c o l . 4. 112. v a s t e s , l e s C a h i e r s c e s s e n t de p a r a i t r e deux ans a p r d s l e u r f o n -d a t i o n . C e t o u t i l de propagande a p e r m i s neanmoins au p u b l i c d 1 a s s i m i l e r l e s c o n c e p t i o n s t h e a t r a l e s des Compagnons e t de l e u r m a i t r e e t p o u r c e t t e r a i s o n s e u i e m e n t , i l rev§t une i m p o r t a n c e s i n g u l i e r e en ce q u ' i l c o n t r i b u e "..enormement a c e t t e o e u v r e d 1 e d u c a t i o n t h e a t r a l e d o n t nous avons t a n t b e s o i n " . ^ ' 7 Pendant l e s t r o i s s a i s o n s s u i v a n t e s , s o i t *de 194-5 a 1948, l e s Compagnons s ' i n s t a l l e n t a. l a s a l l e du G6su. On p a s s e de l ' E r m i t a g e au Ges\l, a c a u s e de l ' e x i g u l t e du p l a t e a u . R i e n ne change done, a p r e m i e r e v u e , s i ce n ' e s t l e l o c a l q u i , s i t u e e n t r e l ' o u e s t e t l ' e s t de l a m d t r o p o l e , e s t p l u s f a c i l e d ' a c c e s p o u r l e s s p e c t a t e u r s . L a c o n t i n u i t e de l ' o e u v r e e s t s o u l i g n e e p a r l e mouvement a c c e l e r i de c e t t e n o u v e l l e s a i s o n : on j o u e r a s i x p i e c e s de novembre 194-5 a. j u i n 194-6. L e s p e c t a c l e d ' o u v e r -t u r e , On ne B a d i n e pas avec 1'Amour d ' A l f r e d de M u s s e t , dans une mise en scene du P e r e L e g a u l t e t dans des costumes e t des d t c o r s d ' A n d r t J a s m i n , " . . a l e don de d i v i s e r l a c r i t i q u e d r a m a t i q u e de M o n t r e a l . . l e d e b a t ne p o r t e p a s s u r l a v a l e u r p r o p r e m e n t drama-t i q u e de l ' o e u v r e , m a i s s u r l a c o n c e p t i o n s c e n i q u e qu'on p e u t 38 en a v o i r " . On a c c u s e l e s Compagnons d ' a v o i r commis une f a u t e de gout en f a i s a n t a p p e l au g r o t e s q u e ou l e comique f i n a u r a i t s u f f i t . P a r a i l l e u r s , on emet 1 ' o p i n i o n que l e P e r e L e g a u l t 37. L e D r o i t , op. c i t . , dans C a h i e r s des Compagnons, I , 2 novembre-decembre 1944, p. 47. 38. L a n g e v i n , A n d r E , "Le r i r e e t 1'emotion c h e z A l f r e d de M u s s e t " , l e D e v o i r , XXXVI, no . 257, v e n d r e d i , 9 novembre, 1945, p. 4, c o l . 3. 113. donne 1*impression d'avoir peur que l a pidce ne "prenne" sans l a surchage comique. Apres ce depart hesitant, les Compagnons, prudemment, reprennent une piece qui leur a valu un bon succ&s lors de l a premiere a l'Ermitage en f e v r i e r , 1942. Le Ho6 d'An-dre Obey, beaucoup plus a point que l a piece de Musset, leur me-r i t e a. nouveau les f e l i c i t a t i o n s de l a presse et les six repre-sentations qu'on en donne remplissent l a salle a chaque soir. Puis, on f a i t l'essai d'un autre auteur romantique, au mois de decembre, avec Le Jeu de 1'Amour et du Hasard de Marivaux et l'on clfiture cette premiere partie de 1*annee avec une reprise du Noftl sur l a Place. Puis on reprend son souffle jusqu'en mars 1946, l o r s -qu'on se remet au t r a v a i l avec Le Bal des Yoleurs qui sans dou-te "..est l a plus b r i l l a n t e r e a l i s a t i o n des Compagnons a date.." y La piece suivante, La Huit des Rois de Shakespeare, reprise huit f o i s , a l a f i n mars debut a v r i l 1946, est deroutante car le spec-tateur semble perdre int6r§t dans 1'oeuvre, trop occupe q u ' i l est par les toiles et les costumes de Pellan. La saison se ter-mine, cependant, sur une note optimiste avec 1'Antigone d'A-nouilh que l a critique franchise et anglaise de Montreal loue hautement. Compte f a i t , l a presse sera unanime a. un point de vue: "Jamais nous n'avons eu a. Montreal, une aussi b r i l l a n t e saison 40 theatrale", d i r a - t - e l l e . Et en general, 1'impression sur le 39. Langevin, Andre,"'Le Bal des Voleurs' de Jean Anouilh", le Devoir, XXZVTI, no. 56, vendredi, 8 mars, 1946, p. 4, coTT 3. 40. Ibid. 114. public reste bonne puisque les Compagnons ont joue pendant douze semaines sans arret. Ces jeunes gens s'affirment sans cesse dans leur art et 1'indication l a plus sure est l a reaction du public montrealais qui pour une deuxieme annee consecutive r e -serve plus de b i l l e t s de saison qu'on ne l'avait prevu. Au cours des deux saisons suivantes, le directeur des Compagnons se promet d'etablir un rythme de presentation plus hu-main, mieux synchronise. Mais, comme toujours ces promesses ne tiennent bon que jusqu'au moment ou. i l se met a elaborer de nouveaux projets. Par exemple, a l'automne de l a saison 1947-45, i l propose d'instaurer une saison plus ou moins reguliere a Quebec et a. Ottawa. La realisation de ces spectacles suppose un t r a v a i l considerable et le Pdre ne cesse de diriger et de tout surveiller lui-m§me. De Moliere a Giraudoux et a Lorca, i l y a 6videmment un decalage immense. Comment l e Pere Legault a - t - i l pu franchir cet 6cart en dix-huit mois? On ne laisse pas de t6moigner quel-que surprise lorsqu'on le voit mettre en scene en octobre 1946, Les Romanesques d'Edmond Rostand. Toutefois, on loue 1'effort des Compagnons qui ont transforme un texte moins qu'erudit en une fantaisie leste et audacieuse. Le 30 novembre de l a m§me annee, creation du M6decin Malgre Lui et des PrEcieuses Ridicu-les , que l'on reprend au cours d'une toumee en Nouvelle-Angle-terre, aux Etats-Unis, a l a f i n du mois de novembre, qui d ' a i l -leurs f a i t sensation. L'on joue Les Fourberies.. et Les PrEcieu-ses egalement a 1'occasion du premier f e s t i v a l d'art dramatique tenu a London, Ontario, en mai 1947. Remportant l e troph6e 115. Bessborough, le prestige des Compagnons s'etend a travers le Cana-da entier et Jean Hamelin n'hesite pas a ecrire: • "Ce qui est plus important..que prix et trophies, c'est 1'impression profonde causee par les Com-pagnons sur les troupes et le public de langue an^laise qui les voient a 1'.oeuvre pour l a pre-miere fois..Les Compagnons sont classes d'emblee comme l e groupe theatral le plus important du Canada tout entier et en d£pit de certains echecs, i l s vont conserver cette position privilegiee jus-qu'a leur disparition d e f i n i t i v e , cinq ans plus tard".41 Le tableau de ces deux saisons comporte cependant quelques f a i -blesses. Le public regrette les demi-echecs d'Andromaque, de l'Apollon de Bellac et du V i o l de Lucr&ce autour duquel se sou-leve une controverse d'ordre moral. La piece est interdite a Ottawa en a v r i l , 1947, par 1'archeveque, Mgr. VachOn, a. 1'occa-sion du deuxieme f e s t i v a l national d'art dramatique sous pretex-te qu'elle est a. 1 1 index et que les Compagnons essaient d'ex-plo i t e r le scandale pour grossir l a recette a l a caisse ! Comme de raison un scandale p a r e i l f a i t parler les mauvaises langues. Le temps est passE ou les Compagnons peuvent compter sur l a seule sympathie du public. I l s passent au rang d'une troupe semi-pro-fessionnelle et on attend d'eux des'spectacles presqu'irrepro-chables. Les Compagnons luttent seuls sur le terrain dramatique et cette solitude a ses repercussions sur l a qualite de leurs spectacles. La presse se montrera severe envers eux lorsqu'ils monteront une soiree de Varietes Dramatiques en fevrier 1948, composed de jewx dramatiques de Chancerel, de Jacques Tournier et de Jean-Pierre Grenier. Jean Vincent d i r a dans le Devoir: 41. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre..., p. 26. 116. "..les "VariEtes Dramatigues" que presentent les Compagnons, pe-chent a l a f o i s par le manque d'un morceau principal et par l'ab-% 42 sence de cohesion et de caractere tout entier". II est d i f f i c i l e de jouer dix ans a. l a scene sans soulever l a moindre opposition; l e Pere Legault aurait ete l e premier a reconnaitre l ' i n e f f i c a c i t e et l a s t e r i l i t e de l a critique s i c e l l e - c i n'avait jamais attaque certaines des pieces presentees par les Compagnons. Avec Leocadia et Antigone, Les Gueux au Parasis de G.M. Martens et La Savetiere  Prodigieuse de Lorca, les Compagnons rafermissent toutefois, leur position "..aupres d'un public de plus en plus nombreux et de plus en plus gagne a l'idee d'un theatre renouvele par l a poEsie".^ Cette periode est sans doute l'etape l a plus active et l a plus f e r t i l e des Compagnons de St-Laurent. L'art dramatique s'affirme chaque annee avec plus de vigueur et l a critique prend son metier au serieux. Les Compagnons servent bien leur public qui s'agrandit sans cesse car dans leur programme de renouvelle-ment i l s tendent vers un mouvement de "decentralisation" du the-atre. D'ailleurs, i l s prefigurent l a decentralisation t e l l e qu'el-l e s'affirme maintenant au Quebec. D'un s t r i c t point de vue d'efficacite, l a troupe cherche un fonctionnement optimum, durant l e laps de temps ou leurs representations peuvent a t t i r e r un nom-bre ElevE de spectateurs, pendant l a saison regulidre. I l s 42. Vincent, Jean, "Le spectacle des Compagnons", le Devoir, XXXIX, no. 25, lundi, 2 fevrier, 1948, p. 9, c o l . 5. 43. Hamelin, Jean, Le Renouveau du thEatre..., p. 23. 117. suscitent l'interet des jeunes troupes d'amateurs en dehors des grands centres. Ils investissent leur temps et leurs efforts dans une occupation multidimensionnelle. Le theatre devient ain-s i "populaire" par son public et son repertoire. "Le plus com-blant de l 1 a f f a i r e , dira-t-on c'est de constater combien le pu-blic amateur de theatre est desormais averti de ce qu'on pourra 4-5 appeler 1'essence de l a scene.." ^ A partir de ces constats, i l faut dire que les Compagnons atteignent de plus en plus leur but dans l a mise en place d'une infrastructure culturelle du secteur semi-public quebecois. En f a i t , leur influence dEborde sans question dans les classes populaires. Cette activite in-tense leur vaut egalement une reputation non seulement nationale mais nord-amEricaine. On a certainement fa i t beaucoup de che-min depuis les debuts. Le rapide developpement des Compagnons les oblige a se trouver un pied a terre permanent. Au printemps de 1948, i l s prennent possession des immeubles de l'ancienne eglise St. Tho-mas a 1*angle des rues De Lorimier et Sherbrooke. On s'installe dans le presbytSre, qui devient l a nouvelle centrale. L'Eglise servira d'ecole d'art dramatique et de salle de thEatre. En quatre saisons, l a troupe entreprendra quinze spectacles. Para-doxalement, l'avenir des Compagnons est en train de s'assombrir. La premiere saison, a. part La MEnagerie de Yerre de Tennessee Williams qui ".. f a i t bonne carriere et lance de fa<jon prometteuse l a nouvelle salle.." , s'avere dEceptive et faible. 43. Anonyme, "Les Compagnons triomphent a QuEbec", le Devoir, XXXIX, no. 20, mardi, 27 Janvier, 1948, p. 5, col. 6. 44. Hamelin, Jean, Le Renouveau du thEatre..., p. 53« 118. II semble manquer aux Compagnons cette energie, cet entrain qui les caracterisaient s i "bien autrefois. Cette atonie semble s ' i n f i l t r e r peu a peu parmi eux et en effet, on ne voit plus tres bien ou va l a troupe en 194-8-4-9. Certains critiques dramatiques sont meme d'avis que les Compagnons courent a leur ruine et "..quelques journaux leur (font) deja des oraisons funebres" Le public ne les de-serte pas mais i l est confus et decu. Avec les departs continuels d'anciens Compagnons, l'equipe s ' a f f a i b l i t visiblement et le Pere se voit oblige de puiser en dehors de ses cadres. L'ecole, en fonction depuis un an seulement, ne peut fournir les talents ne-cessaires a l a scene semi-professionnelle. Pour l a saison 194-9-50, on alterne prudemment entre le theatre classique, qui a f a i t l a force des Compagnons et le drame moderne. L'un des plus grands succes des Compagnons sera Le Ma- lade Imaginaire de Moliere. La presse s'empresse de s'eerier: "Les Compagnons sont ressuscites..(ils en) ont f a i t un succes 46 complet..le malade a t t i r e toute l a v i l l e " . Plus de 2,000 per-sonnes viennent voir cette piece en deux jours et on admet que les Compagnons sont plus vivants que jamais. Coup sur coup, i l s se meritent les louanges de l a presse et de leur public revigore, avec Le Chant du Berceau, l a d i f f i c i l e mise en scene du Meurtre  dans l a Cathedrale par Robert Speaight, Les Gueux au Paradis dont .1'interpretation (est) presque parf aite. ."^, et Romeo et 45. Aubin, Michel, "Compagnons: v r a i ou faux?", le Devoir, XXXIX, mercredi, 29 decembre, 194-8, p. 4, c o l . 1. 46. Anonyme, "Moliere est mort 1 Vive Moliere", le Devoir, XL, no. 285, mercredi, 7 decembre, 194-9, p. 6, c o l . 1. 47. Anonyme, " 1 Le Malade Imaginaire' en 2e semaine chez les Compagnons", le Devoir, XL, no. 280, jeudi, l e r decembre, 194-9, p. 6, c o l . 1. 119. Juliette de Shakespeare qui "..atteint..les sommets artistiques qui leur ont valu une renommEe nationale et meme ultra-nationale". Malgre ce qui semble un succes sans p a r e i l aux guichets, car on joue maintenant une quinzaine de representations a chaque spectacle, les problemes gestionnaires s'accroissent. La campagne de souscrip-tion, lancee en 194-8, n'atteint pas l e but f i x e et comme on l e s a l t les subventions se font rares. Les Compagnons devront done se contenter de peu pour subsister. Mais on persiste a. t r a v a i l l e r dans ces conditions penibles, tant bien que mal. A 1'occasion des celebrations de 1'annee sainte, i l s retournent au vieux patelin de St-Laurent en aout 1950, avec La Passion de Hotre-Seigneur du R.P. Andre Legault et les temoignages sont unanimes: "Le specta-cle est une entiere et magistrate rEussite. On ne t a r i t pas d*e-loges sur l a beaute des decors, l a magie des eclairages, le f i n i de 1*interpretation..les gens de toutes les classes viennent com-munier..devant le d r a m e " L e Pere Legault n'hesite done pas a reprendre cette piece au Theatre des Compagnons, a. l a f i n aout et au debut de septembre. On avait predit que ce serait un cas-se-gueule 1 En octobre 1950, les Compagnons mettent a. l'a f f i c h e Le Voyage de Monsieur Perrichon d'Eugene Labiche. Cette comedie vaudevillesque a litterallement conquis les auditoires. Les Com-pagnons ont retrouve leur forme des beaux jours. Ce qui est plus 48. Vincent, Jean, "Romeo et J u l i e t t e " , le Devoir, XLI, no. 96, mereredi, 26 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 4. 49. Anonyme, "Tout le monde pourra voir 'La Passion 1 a Saint-Laurent", le Devoir, XLI, no. 207, vendredi, 8 septembre, 1950, p. 6, c o l . 3-120. i m p o r t a n t , c ' e s t que l a p r e s s e e s t au d i a p a s o n du p u b l i c . P o u r l e deuxieme s p e c t a c l e de l a s a i s o n 1950-51, l a t r o u p e aborde L a P r e m i e r e L E g i o n d'Emmett L a v e r y , avec une c e r t a i n e a p p r e h e n s i o n . T o u t e f o i s , au l e n d e m a i n de l a p r e m i e r e , i l s s o n t r a s s u r i s p a r l ' a c c u e i l a r d e n t du p u b l i c e t de l a c r i t i q u e . L e D e v o i r p u b l i e l e s relev<§s de l a p r e s s e : " L a P r e s s e : Une p i e c e f o r t s e r i e u s e e t r e -marquablement b i e n j o u e e . L e H e r a l d : Une m a g n i f i q u e d i s t r i b u t i o n q u i f a i t h o nneur a l a p i e c e de L a v e r y . L a P a t r i e : Avec L a P r e m i e r e L E g i o n , l e s Com-pagnons s o n t r e v e n u s a l e u r p l u s h a u t n i v e a u t h e a t r a l . . L e S t a n d a r d : V o i l a une e n t r e p r i s e d r a m a t i q u e f o r m i d a b l e . . N o t r e Temps: L e s Compagnons donnent a n o t r e a v i s , l a m e i l l e u r e i n t e r p r e t a -t i o n de l e u r c a r r i e r e . L e Canada: L a P r e m i e r e L i g i o n s e r a p r o b a b l e -ment l e m e i l l e u r s p e c t a c l e de 1'annee des Compagnons".50 E t a i n s i v a l e r e s t e de l a s a i s o n : l e t o n b u r l e s q u e des Gueux  au P a r a d i s e n c h a n t e l ' a u d i t o i r e ; p u i s , l a t r o u p e a c c o m p l i t u n t r a v a i l r e m a r q u a b l e avec L a L o c a n d i e r a de G o l d o n i . N o t r e P e t i t e  V i l l e de T h o r n t o n W i l d e r f a i t d i r e a M a u r i c e B l a i n : " C e t t e i n -d i s t i n c t e m£16e, c e t t e s o r t e d ' 6 g a l i t e i n c o n s c i e n t e de l'homme dans l a v i e e t dans l a mort: t e l e t a i t l e c l i m a t d r a m a t i q u e . . Le s p e c t a c l e . . s e s i t u e dans l ' e p a i s s e u r du r 6 e l . . T o u s l e s i n t e r -p r e t s se s o n t e f f o r c e s v e r s l a d i s c r e t i o n , l a b a n a l i t e , l a 50. Anonyme,"'La P r e m i e r e L E g i o n ' a l a scene j u s q u ' a u 1 9 " , l e D e v o i r , XI±7 n o . d<o±y s a m e d i , 11 novembre, 1950, p. 6, c o l . 3. 121. ressemblance..Jamais peut-etre des comEdiens se sont sentis plus 51 Egaux" ; et enfin, Le Bal des Voleurs cl6t l a saison sur une note tres enthousiaste. Les Compagnons sont a 1'apogee de leur carriere mais leur quinzierne annee sera leur dernie*re. Cette Equipe qui se situe a mi-chemin entre le thEatre professionnel et le theatre amateur ne peut exister plus longtemps sans un appui financier de 1'extErieur. Malgre leur ingeniosite, les Compagnons ne pourront r i v a l i s e r leur nouveau concurrent le Theatre du Nouveau Monde: "Les Comnagnons ne sont pas de t a i l l e et i l s luttent a armes inEgales contre ces nouveaux rivaux qui viennent de dEbuter au GEsu et rassemblent v i t e autour d'eux l a creme des comEdiens de MontrEal, dont plusieurs sont d'anciens Compagnons".52 Ain s i , en cette derniere saison, malgrE tous les problemes, on semble reprendre courage. Les Compagnons donneront a ce moment-l a quelques-uns de leurs meilleurs spectacles. Henri rv de P i -randello obtient un succds extraordinaire et "..dont on gardera l a mEmoire longtemps, s i longtemps meme qu'on ne l'aura pas en-core oubliE lorsque le ThEatre National Populaire de Jean V i l a r viendra donner l a piece a MontrEal, sept ans plus t a r d " . ^ En novembre, Georges Groulx met en scene et tient le rdle t i t r e des 51. Blain, Maurice, "'Notre Petite V i l l e ' de Thornton Wilder", le Devoir, XLII, no. 48, mardi, 27 f E v r i e r , 1951, p. 6, c o l . 3. 52. Hamelin, Jean, Le Renouveau du thEatre..., p. 59« 55. Ibid. 122. Fourberiea de Scapin. Ce n'est pas encore du Moliere "a. l a rock" mais 1'interpretation moderne et vivace qui 6chappe totalement a l a libre improvisation de l a Commedia dell'arte "..respire, danse et s'exprime avec une parfaite libert6 " L*experience est une reussite a tous les 6gards, et on ajoutera quelques representations supplEmentaires pour permettre aux retardataires de voir cette pidce. Les Noces de Sang, l a trag6die moderne de Lorca, montee en Janvier 1952, est un echec a peu pres complet: le verdict de l'homme de l a salle et de l a critique est rendu avant meme le troisieme acte. La troupe de plus en plus disparate des Compa-gnons pourra-t-elle durer jusqu'en f i n de saison? se demande-t-on. Avec une vitalite etonnante, les Compagnons reviennent a. l a charge un mois plus tard avec le Federigo de Rene Laporte, dirige cette fois-ci par Jean Coutu. "L'exceptionnelle reussite du Federigo de Jean Coutu, dira Maurice Blain, c'est celle du spectacle vs. l a piSce elle-meme. Le metteur en scdne l u i a communique un mouve-ment dramatique, une.chaieur humaine..que ne revele pas 1'oeuvre ecrite..Dans cette affabulation, i l a r6ussi a. concilier l'ardeur et l a maturite du travail artistique".-^ La critique tout entiere recommande ce spectacle au public et l a piece tient a l'affiche pendant trois semaines. Pressentant l a f i n prochaine, le Pere rend ensuite hommage a. son v i e i l ami Henri Gheon pour l'avant-derniere fois avec Le Comedien et l a Grace qui l u i avait valu un bon succds a l'Ermitage en 194-5. II est ironique que l a derniere 54. Blain, Maurice, "'Les Fourberiea' avec Georges Groulx", le Devoir, XLII, no. 26^, mercredi, 14 novembre, 1951» P* 6, col. 2 . 55. Blain, Maurice, "Jean Coutu - 'F6d6rigo' en quite d'auteur", le Devoir, XLIII , no. 45, mercredi, 'di) fevrier, 1952, p. 6, col. 2-3. piece jouEe au Theatre des Compagnons est l a premiere mondiale de L'Honneur de Dieu confiee au directeur des Compagnons par l'au-teur lui-meme. Les Compagnons quittent l a scene de fa<;on honora-ble puisque leur interpretation n'est rien moins que b r i l l a n t e . I l s "..ont donne le meilleur de leur ferveur et de leur e f f o r t , sinon de l a perfection dramatique, pour f a i r e de l a piece une 5 6 grande tragEdie". Avec une troupe completement extEnuEe, les Compagnons se sont distinguEs, en leur derniere saison, a l ' a -vant-garde d'un thEatre de contradiction. I l s ont enrichi leur repertoire de Pirandello, de Lorca et d'Emmanuel. Et disant a-dieu a leur peuple "fiddle", i l s montent nostalgiquement Le Mys-tere de l a Messe au Mont Laurier pour le Congres Eucharistique. A l a f i n d'aotit 1952, les Compagnons ne sont plus. Une mauvaise administration financiere, des faiblesses au point de vue a r t i s -tique et le demembrement continu de l a troupe causent l a mort des Compagnons de St-Laurent. On voit done trds clairement q u ' i l y eut dans le t r a -v a i l des Compagnons une ligne d'orientation precise et un souci d'aller toujours plus l o i n ; et c'est d'ailleurs ce que nous avons tentE d ' i l l u s t r e r plus haut en mettant en Evidence les points saillants et les principales lignes de force de l a dEmarche de cette troupe. A leurs dEbuts, les Compagnons ne prEsentaient une piece que t r o i s ou quatre f o i s . En quelques annEes, cependant, un spectacle tenait a l'affiche pendant au moins une semaine com-plete et souvent quelques reprEsentations supplEmentaires Etaient 56. Blain, Maurice, "'L'Honneur de Dieu' de Pierre Emmanuel", le Devoir, XLIII., no. 9 6 , mercredi, 23 a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 2. 124. ajoutees au programme. En 1948, i l s passerent a l a quinzaine, et en 1949, Briser l a Statue de Gilbert Cesbron atteignit vingt representations. Puis, en 1952, on donna g6derigo vingt-neuf f o i s . En resume, quinze ans de t r a v a i l ardu, plus de quarante auteurs joues, cent dix pieces donnees, environ 700 represen-tations, prds d'un demi million de spectateurs. Et c,a, sans compter les centaines de spectacles interpreted en tournie a chaque 6t6 a i n s i que les pieces montees pour l a jeunesse mont-r6alaise et les toumies americaines. Bilan extraordinaire s i l'on connait l a situation theatrale avant 1937* Pace aux dernieres realisations dites "populaires" du nouveau theatre quebicois, l'oeuvre du Pdre Legault et des Compagnons de St-Laurent s ' i n s c r i t comme l a premiere tendance exprimie dans l a courbe montante de l a dtmocratisation du thEatre au Quebec. Le theatre populaire de ceux-ci, n'est sans doute pas un theatre revolutionnaire "piscatorien" n i "brechtien", mais i l peut §tre classe dans une certaine mesure, comme ayant ete un theatre de revendication cultur e l l e en ce qu' i l a evei l i e un sentiment national dans l e milieu quebecois. A ce t i t r e , les Compagnons furent les premiers a avoir trouve une reponse au probldme de 1*accessibility du theatre chez nous. Pour le Pdre Legault, i l fut toujours d'une importance primordiale que le theatre fut incorpor6 a l a vie des Quebe-cois, q u ' i l ne soit pas consider comme un objet de luxe. En instaurant un theatre comprehensible a tous les niveaux de l a 125-societe et pax suite de sa politique de touraee, le Pere Legault contribuera plus que tout autre de sa generation, a l'avenement d'une production theatrale et d'une dramaturgie proprement que-becoise, en plus de l£guer un public form£ et une critique plus aguerrie a l a chose dramatique. C O N C L U S I O N "Notre pays est a l'.age des premiers jours du m o n d e " - Anne HEbert. A p a r t i r de cette Etude, i l faut se rendre a l'Eviden-dencer on ne peut plus f a i r e abstraction de l a demarche du Pere Legault et des Compagnons de St-Laurent dans le panorama theatral quebecois contemporain. Ce mouvement quasi-reactionnaire, par l a forme q u ' i l s'est donnee, par 1'action concrete a laquelle i l s'est engage et par le caractere global de ses principales manifestations, doit i t r e vu comme le premier courant majeur dans '1'articulation d'une tradition dramatique authentiquement "canadienne-francaise" ou quEbecoise, s i l'on prEfere. Posant ai n s i les bases d'un renouveau dramatique dans ce milieu ,et imposant l e "...thEatre avec un •"T". majuscule sur nos seines..""1' le fondateur-animateur des Compagnons est en droit d'etre re-connu selon Jean-Claude Germain, comme "..1'accoucheur du thE-atre quEbEcois.." des vint-cinq dernieres annEes. A ce t i t r e , i l faut Egalement souligner que le Pere Legault est largement 1. Germain, Jean-Claude, "Le Pere Legault ne fera plus jamais de thEatre: On n'avait plus besoin d'un moine dans ce mon-de-la." , Le Petit Journal, 42ieme annEe, no. 22, 24- mars, 1968, p. 4-8, c o l . 1-5. 2. Ibid. 127. responsable de 1'effervescence et de 1'activity theatrale actu-e l l e au Quebec, en ce q u ' i l a regenere l ' a r t dramatique chez nous, en l u i redonnant le gout de l a vie et de l a l i b e r t e . En f a i t , i l est indeniable que depuis cet effort de renouvellement, l ' a r t the'atral autochtone laisse paraitre sa vraie nature qu'on n'avait jamais su l u i assigner avant l'epoque des Compagnons. La naissance des Compagnons de St-Laurent tient, en : effet une place preponderante dans 1'evolution du theatre au Quebec. Remplacant des conventions boiteuses, perimees et re-plied s sur elles-memes par un theatre d'art pottique, dramatique, humain et populaire, le Pere Legault et sa troupe furent les premiers a donner une orientation precise a l a scene quebecoise. On se rend compte maintenant de 1'impact de cette tentative de reforme i n i t i a l e : e l l e restitue l a scene quebecoise aux Quebe-cois. De plus, a p a r t i r de cette experience "..le theatre qudbedois se definit desormais comme une r e a l i t e mouvante, v i -vante, ajustant constamment ses antennes, cherchant..moins a devancer l a societe qu'a trouver un point d'accord avec son "inconscient c o l l e c t i f . " ^ Cette nouvelle approche correspond de faqon r t a l i s t e a l a situation politico-sociale du temps de l'apres-guerre et meme dans son contexte non-radical, l a demar-che des Compagnons trouve son o r i g i n a l i t e en ce qu'elle vise a l a recuperation de l'identite culturelie quebecoise. 3. Godin et Mailhot, Le Theatre quebecois, p. 231. 128. En sus, c'est "bien du au P£re Legault s i le thEatre connait en ce premier temps de renouveau dramatique, une pEriode t r i s r i -che en realisations et en dEcouvertes artistiques. Tout d'abord, celui-ci dEveloppe une atmosphere favorable a 1'Epanouissement futur de l a dramaturgie quEbEcoise, en rEtablissant un art honnlte, en tEmoignant un respect pour 1'oeuvre Ecrite et en encourageant l a collaboration entre nos Ecrivains et nos gens de thEatre. Par son entreprise et par son exemple, le direc-teur des Compagnons contribue a l a rehabilitation du mEtier de comedien et a la formation de deux generations d'acteurs quebe-cois. Au cabotinage et au phenomene de l a "vedette", i l substi-tute une troupe homogene et d6sinteressee ou domine 1'esprit d'6-quipe, l'estime, l ' i n t e g r i t e , 1'amour de l'art et de l a probi-tE et i l cr6e un lieu oil l a formation technique de l'acteur va de pair avec celle du caractere. Du mime coup, i l rerdonne au comedien un prestige nouveau et i l refait son image publique.. De son experience p6dagogique sont "..sorties deux des princi-pales troupes permanentes de Montreal, le Theatre du Nouveau-Monde et le Theatre Club, toutes deux fondees par d'anciens Compagnons.." ainsi que nombre d'equipes d'amateurs tels que les Apprentis-Sorciers, le theatre des Saltimbanques, le groupe de l'Egregore et plusieurs autres troupes dont les salles sont en vogue, entre 1955 et 1965* dans la metropole et ailleurs. De f a i t , presque toutes les tentatives valables de cette nou-velle epoque, sont tributaires de 1'aventure des Compagnons 4. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre..., p. 62. de St-Laurent, soit par un l i e n d'attache direct ou indirect. II appartient 6galement au Pere Legault d'avoir re-structure le thEatre canadien-fran$ais et d'avoir mis a l a dispo-s i t i o n de nos auteurs, de nos acteurs et de nos metteurs en scene, une scene epurie et des instruments de t r a v a i l propres a son de-veloppement. Par un retour en arriere qui, pour l u i est synonyme de progrds, i l remet en vigueur des principes surs a f i n de recu-perer un art f a i t de mesure, de gotit et de sobrietE* Peu a peu, i l impose sa conception du thEatre, rattachEe a l a fonction du metteur en scene. En accordant a ce dernier une autoritE nou-velle autrefois rEservEe a l'acteur ou a l'auteur, i l donne au thEatre quEbEcois une physionomie strictement original©. L'ef-fo r t contemporain, selon l u i , doit tenter de synthEtiser les composantes Eparses de l a creation collective qu'est le specta-cle; "rethEatraliser" l e thEatre, c'est-a-dire, r E a l i s e r l a fusion des Elements de l a representation dramatique, les equilibrer, et reintegrer a c6te de l'oeuvre l i t t 6 r a i r e et sur l e m§me plan, l e decor, l a plastique, l a musique et tous les autres elements qui peuvent servir a. retrouver 1 • i n t e g r a l i t e de l'oeuvre scenique. Tendant vers une mise en scene a n t i r 6 a l i s t e , depouiliee et sug-gestive, le Pere redef i n i t 1'espace theatral quebecois en l u i redonnant sa plus simple expression. Par son choix de pi&ces et par le style de ses representations, i l libere l a scene d'un systeme de consommation vulgaire et d'un art qui porte ses exi-gences sur l a l o i de 1*offre et de l a demande. Ayant a i n s i e i i -mine tous les facteurs negatifs qui ont cause l'anemie et l a veulerie de l ' a r t dramatique au Canada francais, i l rebatit un 130. nouveau thEatre sur des fondements solides. Choisissant d'entreprendre un service social autant que c u l t u r e l , l e P§re Legault et ses Compagnons acceptent les charges attachEes a cette notion et surtout i l s rEussissent a se n s i b i l i s e r toutes les couches de l a sociEtE quEbEcoise. L'ins-t a l l a t i o n d'un cOurant de theatre "populaire" au QuEbec a cette Epoque, correspond a l'attente d'une "dEmocratie sociale" qui comporte essentiellement l'espoir d'une culture populaire quE-bEcoise que le thEatre essaiera lui-meme de consolider. En ce sens, l e thEatre populaire des Compagnons n'est nul autre qu'un thEatre de rEgEnEration et de revendication puisqu'il oblige a une prise de conscience collective et e v e i l l e un sentiment na-tional dans le milieu quebEcois. C'est encore de 1 ' i n i t i a t i v e du Pere Legault qu'est nE l e phEnomene artistique et social de l a "dEcentralisation" du thEatre dont l'origine remonte a l a politique de tournEe des Compagnons de St-Laurent. Au terme de ce t r a v a i l , disons qu'au dela. des exemples qu'ils ont suscites, de 1'influence profonde qu'ils ont eue, l e mErite du Pere Legault et des Compagnons de St-Laurent tient da-vantage au f a i t qu'ils ont prouvE que l e thEatre chez nous peut encore servir a quelque chose. 151. B I B L I O G R A P H I E Sources Primaires: 1. Legault, Emile, Confidences, Fides, Montreal, 1955, 188 p. " 2. Cahiers des Compagnons, Montreal. Les Cahiers des Compagnons ont ite publies en deux series. La premiere s e r i e date de septembre-octobre, 1944 a. mai-ao&t, 1945 et l a deuxieme serie date de janvier-fevrier, 1946 a. octobre-decembre, 1946. Nous presentons i c i les principaux a r t i c l e s publies dans ces cahiers. i ) Volume I, no. 1, septembre-octobre, 1944. Legault, Emile, "Nous ouvrons un chantier", pp. 1-5» • , "DEcor pour les Fourberies" , p. 1 3 « Lamoureux, Roger, "Ascese de l ' a r t dramatique", pp. 17-18. Poulin, Rejane, "Le climat des Compagnons", p. 25. Legault, Emile, "Les comediens de laN.E.F.", p. 30. i i ) Volume I, no. 2, novembre-dEcembre, 1944. Legault, Emile, "Nous sommes des artisans", pp. 3 3 -35. Anonyme, "Une Jeunesse qui agit", p. 41. , "Vienne un repertoire", p. 45. Les Compagnons, "Notre oeuvre apprEciee...", pp. 46' .47. Daltour, Pierre, "A l'Ermitage, les 'Compagnons' m'ont f a i t retrouver le coeur et l'ame de Paris", pp. 49-51. 132. Legault, Emile, "Theatre inedit", p. 51. , "Notes breves", p. 64. i i i ) Volume I, no. 3, janvier-fevrier, 1945. Legault, Emile, "Comme un grand c r i d'amitie", pp. 65-67. iv) Volume I, no. 4-, mars-avril, 1945. Legault, Emile, "Technique et mystique", p. 129. Bellot, Dom Paul, o.s.b., "Simples notes", pp. 144-146. Gaze, Alexandre, o.m.i., "Scapin a Ottawa", pp. 147-50. Anonyme, "Les Spectacles des Compagnons devant l a c r i -tique", pp. 151-52. v) Volume I, nos. 5-6, mai-aout, 1945-Legault, Emile, "Une Etape...", pp. 153-54. Dupuy, Jacqueline, "Nous irons plus l o i n encore...", pp. 156-68. P e l l e t i e r , Gerard, "La l e t t r e que j'aurais pu ecrire aux Compagnons...", pp. 158-60. Legault, Emile, "Du public", pp. 171-72. Legault, Emile, "Jeu dramatique improvise", pp. 185-86. vi) Volume I I , no. 1, janvier-fevrier, 1946. Le T r a i t d'Union, "Les Compagnons et les oeunes", p. 8. Legault, Emile, "Perspectives sur les Compagnons", pp. 9-13• v i i ) Volume I I , no. 2, avril-mai, 1946. Boisvert, R e g i n a l d , "Les Cahiers des Compagnons - presen-tation" , pp. 1-2. Legault, Emile, "Bilan de deux spectacles", pp. 3-8. , "Costumation pour le 'Bal'", p. 9. 133. , "Decors pour le •Bal'", pp. 10-11. R. B., "Choregraphie pour le 'Bal'", pp. 12-13. v i i i ) Volume I I , no. 4, aout-septembre, 1946. Legault, Emile, "Marges du coeur", pp. 65-69. Raymond, Marcel, "Ludmilla Pitoeff nous quitte", pp. 70-72. ix) Volume I I , nos. 5-6, octobre-dedembre, 1946. Delage, Jean, "L'envers du decor", pp. 98-99. Roux, Jean-Louis, "Les Monstres sacres", pp. 102-117. 3. Articles Principaux du Pere Legault A) Revues et Journaux "Un Artiste viendra a. St-Laurent cet 6te", Le Lauren-tien, v o l . XI, no. 3, fevrier-mars, 1938, p. 2. "Theatre populaire", 1 'Action nationale, XI, 6e annee, juin, 1938, pp. 514-"2T: "Le Congres Eucharistique 'national'", 1 'Ecole canadien-ne, XHIe annee, no. 10, juin, 1938, pp. 340-43. "Gheon ambassadeur magnifique du genie francais", Jeux, Treteaux et Personnages, no. 85, 15 Janvier, 1939, pp. 9 - 1 2 . "Grandeur et misere du theatre", les Conferences du  Club Musical et L i t t e r a i r e de Montreal, 1941-42, pp. 28 -40. :  "Verisme et poesie au theatre", les Conferences du Club  Musical et L i t t e r a i r e de Montreal, 1942-45, pp. 20-40. "Le R.P. Emile Legault, c.s.c. chez les retraitants", le Devoir, XXXIII, no. 264, jeudi, 12 novembre, 1942, p. 7, c o l . 1-2. "L'art dramatique en education", 1 'Ecole canadienne, XVIIIe annee, no. 6, fe v r i e r , 1943, pp. 254-55. 134. "Vers une orchestique canadienne", l'Ecole cana-dienne , XVIIIe annee, no. 9, mai, 194-3, pp. 396-97 "Le theatre q u ' i l nous faut", Amerique francaise, I I , 2e, annee, no. 8, juin, 194-3, pp. 27-35* "Le Jeu retrouve", 1'Action nationale, XXII, no. 3, novembre, 194-3, pp. 240-4-3. "L'art du theatre de Henri Gheon", le Devoir, XXXVT, no. 15, samedi, 20 Janvier, 1945, p. 8, c o l . 3-4-. "Plaidoyer pour le comedien", le Devoir, XXXVT, no. 240, vendredi, 19 octobre, 1945, p. 4, c o l . 3-4-." "Perspectives sur les Compagnons", Relations, Ve annee, no. 58, octobre, 1945, pp. 272-73* "Felix Leclerc aborde l a scene", le Devoir, XXXVIII no. 52, mercredi, 5 mars 194-7, p. 5, c o l . 6. "'Lucrece' et les Compagnons", le Devoir, XXXIX, no. 75, jeudi, l e r a v r i l , 1948, p. 5, c o l . 6-7* "Le theatre q u ' i l nous faut", Amerique franchise, vo l . I I , no. 8, juin, 1946, pp. 27-35. "A propos de 'Britannicus'", le Devoir, XL, no. 13, mardi, 18 Janvier, 1949, p. 4, c o l . 3-4-. "A son tour, le P. Legault attaque Maxwell Wray et 1'organisation du Fe s t i v a l " , le Devoir, XLI, no. 78, mardi, 4 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 3-5* "De l a scene a l'ecran", le Devoir, XLI, no. 151, mardi, 4 j u i l l e t , 1950, p. 6, c o l . 4. "Conference du R.P. Emile Legault, c.s.c. au cer-cle j u i f " , le Devoir, v o l . XLI, no. 256, lundi, 6 novembre, 1950, p. 6, c o l . 4. "Avant le lever du rideau sur 'Notre Petite V i l l e ' " le Devoir, XLII, no. 46, samedi, 24 f e v r i e r , 1951, p. 6, c o l . 5-6. "Reflexions en marge 'd'Henri IV'", Amerique fran-caise , vol. I l l , no. 5, septembre-octobre, 1951, pp. 50-53. "A Maurice Blain, Iconoclaste", le Devoir, XLIII, n jeudi, 31 Janvier 1952, p. 6, c o l . 2-4. 135 "Le Pere Legault nous parle de l'Honneur de Digu", le Devoir, XLIII, no. 104, vendredi, 2 mai, 1952, p. 6, c o l . 2 -3. "Mise en veilleuse temporaire des Compagnons de St Laurent", le Devoir, XLIII, no. 209, o'eudi, 4 sep-tembre, 1952, p. 6, c o l . 2 -3. "Notre dramaturgie canadienne-frangaise", le De-voir , XLVI, no. 260, mardi, 15 novembre, 1955, pT~2l, c o l . 4-8. "Pere Legault: l a veritable crise se situe au n i -veau des comediens", l e Devoir, L, no. 291, samedi 12 decembre, 1959, p. 9 , c o l . 1-3, p. 10, c o l . 1-2 B) Prefaces Tin reformateur de theatre: Leon Chancerel. (par) Jean Cusson. Avant-propos du R.P. Emile Legault, c.s.c., Fides, MontrEal, 1942. "ThEatre-Montreal '44-145". "II faut que le thea-tre reprenne de l a hauteur", par Emile Legault, c • s • c • 4. Entrevue sur bande magn6tique, Montreal, decembre, 1971, f a i t e par 1"auteur. 5. Charbonneau, Jean-Marie, Bio-Bibliographie du R.P. Emile  Legault, Ecole des Bibliothecaires, Montreal, 1945, 4 y p . Bibliographie Gen6rale: 1. Ouvrages et a r t i c l e s portant sur le theatre canadien-fran-cais Ampleman, John, "Theatre canadien", La Nouvelle Releve, v o l . VI, no. 3, f6vrier, 1948, pp. 273-76. Anonyme, "La Situation du theatre canadien", le Devoir, XXXIX, no. 73 , mardi, 30 mars, 1948, p. 5, c o l . 4. Baillargeon, Samuel, "Le theatre", Litterafrure  canadienne-francaise, Montreal, 1957, PP« 429-37* B a l l , John L e s l i e , "Theatre i n Canada", Canadian  Literature, no. 14, autumn 1962, pp. 85-100. ' 136. Barbeau, Victor, les Cahiers de Turc, Montreal, lere et 2e serie, octobre 1921 a juln 1927. La Barre du Jour, v o l . 1, nos. 3-5 ("Theatre-Quebec"), juillet-decembre, 1965. Beaulne, Guy, "Le Theatre de l a langue francaise au Canada: son evolution depuis l a derniere grande-guer-re", Vie francaise, v o l . 12, mars-avril, 1958, pp. 223-38": , Le Theatre, conscience cl'un peuple, Ministere des affaires culturelles, Quebec, 1967. Belair, Michel, Le Nouveau theatre quEbecois, les Editions Lemeac, Ottawa, 1973, 205 P» Bellerive, Georges, Nos auteurs dramatiques, L i b r a i r i e Garneau, Quebec, 1933, 162 p. Beraud, Jean, 550 ans de theatre au Canada francais, le Cercle du Livre de France, Montreal, 1958, 316 p. Boucher, Pierre, "Nos publics de theatre", l a Revue  de l'TJniversite Laval, v o l . VIII, no. 4, decembre, 1 9 5 3 , PP. 3 5 1 - 5 7 . Charbonneau, Robert, "Le ThEatre nouveau", La Re1eve, l e r cahier, lere sErie, a v r i l , 1934, pp. 15-18. Doat, Jan, ThEatre, portes ouvertes, le Cercle du Livre de Prance, Montreal, 1970, 152 p. De GrandprE, Jacques, "L'Etat doit aider le thEatre", le Devoir, XXXVIII, no. 229, samedi, 4 octobre, 1947, p. 6, c o l . 1-8. De GrandprE, Pierre, Histoire de l a l i t t E r a t u r e du  QuEbec, tome II (1900-1945), Beauchemin, Montreal, 1968, pp. 52-62. GElinas, Gratien, "Pour un thEatre national et popu-l a i r e " , AmErique francaise, VII, 3, a v r i l - j u i n , pp. 32-42. Godin, Jean-ClEo et Mailhot, Laurent, Le ThEatre  quEbEcois, Editions• HMH, Montreal, 1970, 254 p. Hamelin, Jean, Le Renouveau du theatre au Canada fran-cais , les Editions du Jour, Montreal, 1961, 159 p. 137-^ , Le Theatre au Canada francais, Minis-tere des affaires culturelles, Quebec, 1964. Henaut, G i l l e s et Roy, Michel, "Montreal a - t - i l encore besoin de son theatre? EnquSte", le Devoir, L, no. 291, samedi, 12 decembre, 1959, pp. 9-10. Houle, Leopold, "Notre theatre et l a critique", les ME-moires de l a Societe Royale du Canada, 3 d ser. 35, \section 1, 1941, pp. 77-90. , "Retour des classiques", les Memoires de l a Societe Royale du Canada, 3 d ser. 3 6 , section 1 , 1 9 4 2 , pp. 5 9 - 6 9 . , "Avons-nous un theatre canadien?", les  Conferences du Club Musical et L i t t e r a i r e de Montreal, 1943_.44, pp. 20-40. ; , L'Histoire du theatre au Canada, Fides, Montreal, 1 9 4 5 , 176 p. Kempf, Y e r r i , Les t r o i s coups a Montreal, L i b r a i r i e Deom, Montreal, 1965, 383 p. Laliberte, Jean-Marc, "Nos societes artistiques man-quent presque toutes de ressources financieres..Deman-des d'octroi", le Devoir, XL, no. 274, jeudi, 24 no-vembre, 1945, p. 5, c o l . 1-3« Laxigevin, Andre, "Le ThEatre au Canada franqais", le Devoir, XXXVI, no. 143, samedi, 23 ju i n , 1945, p. _7 c o l . 3-4. Laurent, Edouard, "REflexions sur le thettre", Culture 6, Janvier, 1945, pp. 39-54. Lemelin, Roger, "L'Evolution du public en matiere d'art", Action nationale, v o l . XXV, no. 2, f e v r i e r , 1945, pp. 90-100. NORD, nos. 4-5 ("Le Theatre au Quebec 1950-1972"), au-tomne-hiver 1975* Paquet, AndrE, s . j . , "Les Origines du thEatre francais au Canada", Canada francais, v o l . 52, 1944, pp. 99-109. , "Au thEatre", Relations, X l l e annEe, no. 133, Janvier, 1952, pp. 18-19. , "Chronique du thEatre", Relations, Xl l e annEe, no. 136, a v r i l , 1952, p. 105• 138. Parabolier, "Mouvement du theatre canadien", les Carnets  Viatoriens, Vil e annee, no. 2, a v r i l , 1942, p. 134. Perigord. Fr. Denis, "Le Mouvement actuel du theatre re-ligieux ( l ) " , les Carnets du Theologue, 2e annee, no. 2, juin, 1937, pp. 66-73. , ^ _ J i " l j e Mouvement actuel du theatre re-ligieux ( 2 ) " , les Carnets du Theologue, 2e annee, no. 3, octobre, 1937, pp. 111-13. Racicot, Paul-Emile, s . j . , "Situation de notre theatre", Relations, v o l . 16, no. 190, octobre, 1956, pp. 290-91. Roux, Jean-Louis, "Le Theatre quebecois", Europe, no. 478-479, fevrier-mars, 1969, pp. 222-28. Temkine, Raymonde, "L'Activity theatrale au Quebec", Europe, no. 478-479, fevrier-mars, 1969, pp. 228-38. Toupin, Paul, "Le Theatre", Cahiers de l'Academie fran-qaise I I I , Montreal, 1958, pp. 110-23. , "L'Ecrivain et son theatre, le Cercle du Livre de France, Montreal, 1964, 97 P» 2. Ouvrages et a r t i c l e s traitant du theatre en general Bablet, Denis, La Mise en scdne contemporaine, l a Renais-sance du Livre, Bruxelles, 1968, 97 p. Blanchart, Paul, Histoire de l a mise en scene. Presses Universitaires de France, Paris, 1948, 128 p. B o l l , Andre, La Mise en scene contemporaine: son Evolu-tion, Nouvelle Revue Critique, Paris, 1944, 145 "pi Borgal, ClEment, Metteurs en scene: Jacques Copeau, Louis  Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty, Georges Pitoeff, Editions Fernand Lanore, Paris, 1965, 222 p. Brasillach, Robert, Animateurs de Cartel, CorrEa, Paris, 1956, 224 p. , Animateurs de theatre. Editions de l a Table Ronde, Paris, 1954, 267 p. Copfermann, Emile, Le ThEatre populaire pourquoi?, MaspEro, Paris, 1965, 165 P« Descotes, Maurice, Le Public de thEatre et son h i s t o i r e , Presses Universitaires, Paris, 1964, 362 p. 139. Dhomme, Sylvain, La Mise en scene contemporaine d'An-dre Antoine a Bertolt Brecht, F. Nathan, Paris, 1959, 349 p. Doisy, Marcel, Le Theatre francais contemporain. La Boetie, Bruxelles, 1947, 275 p. Duvignaud, Jean Auger, Les Ombres collectives; So- ciologie du theatre, Presses Universitaires de France, Paris, 1965, 592 p. Giraudon, Rene, Defence et mort du theatre, Casterman, Paris, 1971, 150~p: \ " Histoire des spectacles, Encyclopedie de l a Pleiade, tome XIX, Gallimard, Paris, 1965, 2010 p. Hort, Jean, Les Theatres du Cartel et leurs animateurs, Editions Skira, Geneve, 1944, 207 p. Lalou, Rene, Le Theatre en France depuis 1900, Presses Universitaires, Paris, 1956, 126 p. Lee, Vera, Quest for a public: French popular theater  since 1945, Schenkman, Cambridge, Massachusetts, 1970, 200 p. Mignon^ Paul Louis, Le Theatre d'aujourd'hui de A  jusqu'a Z, Michet Brient, Paris, 1966, 336 p. Obey, Andre, Aspects du theatre contemporain en France  (1930-1945), Editions du Pavois, Paris, 1945, 295 p. Pandolfi, Vito, ""La. Science de l a mise en scene", Histoire du theatre, tome 3, Marabout Universite, Verviers, 1968,.pp. 225-347. Raymond, Marcel, Le Jeu Retrouve, Editions de l'Arbre, Montreal, 1943, 239 p. Veinstein, Andre, Du Theatre Libre au Theatre Louis  Jouvet, Billaudot, Paris, 1955, 282 p. [ ' ~ Livres et a r t i c l e s consulted sur les animateurs de theatre  etrangers A. Adolphe Appia Appia, Adolphe, L'Oeuvre d'art vivant, Edition Atar, Geneve, 115 p. 140. B. Gaston Baty Baty, Gaston, Rideau Baisse, Bordas, Paris, 194-9, 226 p. Cogniat, Raymond, Gaston Baty, Presses L i t t e r a i r e s de Prance, Paris, 1953, 57 p. C. Henri Brochet Jeux, Treteaux et Personnages, cahiers mensuels d'art: dramatique, fondes et diriges par Henri Brochet. (15 octobre, 1930 - 15 j u i l l e t , 1939 - no. 1-91) - De-venus "Revue internationale de theatre" en 1946 -(no. 107, d&nvier-fevrier, 1946 - no. 108, mars-avril, 1946). Brochet, Henri, "Un mot de Brochet", Cahiers des Com-pagnons , I, 2, novembre-decembre, 1944, p. 45. D. Leon Chancerel Chancerel, Leon, "Vers une renaissance theatrale", Etu-des 220, 20 septembre, 1934, pp. 795-806. , "Renovation dramatique en profondeur", Etudes 224, 5 septembre, 1935, pp. 634-647. , Leg Jeux dramatiques. Editions du Cerf, Juvisy, France, 1939, 180 p. , "Les Conditions d'une veritable reno-vation dramatique", Cahiers des Compagnons, I, 1, sep-tembre-octobre, 1944, pp, 14-16T , "Le Palais du r o i Gondofurus", Cahiers des CompagnonsT I, 5-6, mai-aout, 1945, pp. 162-70. , "Public snob...", Cahiers des Compa-gnons, I, 5-6, mai-aout, 194-5, pp. 180-82. , "Un Spectateur de Poulo...", Cahiers des CompagnonsT I, 5-6, mai-aout, 1945, pp. 183-84. , "Une Pantomime burlesque", Cahiers des Compagnons, I, "5-6, mai-aofit, 194-5, pp. 187-90. , "La Goutte de Miel", Cahiers des Com-pagnons, I I , 1"7 janvier-fevrier, 1946, pp. 25-32. 141. , L e T h e a t r e e t l a j e u n e s s e , B o u r r e l i e r , P a r i s , " 1 9 4 6 , 183T. : — , "Comment monter e t p r e s e n t e r u n s p e c -t a c l e de q u a l i t e " , s upplement au no. 5 des C a h i e r s  d ' a r t d r a m a t i q u e , P a r i s , 1948, pp. 3-79. | P e t i t e . h i s t o i r e de l ' a r t e t des a r -t i s t e s : l e t h e a t r e e t l e s c o m e d i e n s , P e r n a n d N a t h a n , P a r i s , 1 9 5 1 , 1 5 8 p. :  • , Panorama du t h e a t r e , d e a o r i g i n e s a. nos n o u r s , " A 5 i a n d C o l i n , P a r i s , . 1 9 5 5 , 2 1 9 p. C u s s o n , J e a n , Un R e f o r m a t e u r du T h E a t r e : L e o n Chance-r e l . E d i t i o n s F i d e s , M o n t r e a l , 1945, 95 P» Raymond, M a r c e l , "Les J e u x d r a m a t i q u e s " , dans L a _ N o u v e l l e R e l e v e , v o l . I I , no. 7, j u i n , 1945, pp. 442-43. G u s t a v e Cohen Cohen, G u s t a v e , "Le J e u d 1Adam e t E v e " , Amerique f r a n -c a i s e , I , 5, a v r i l , 1942, pp. 28-31. -, "Le T h e a t r e en Sorbonne..." , C a h i e r s des Compagnons, I , 4, m a r s - a v r i l , 1945, pp. 138-43. J a c q u e s Copeau B o r g a l , C l e m e n t , J a c q u e s Copeau, L ' A r c h e , P a r i s , I 9 6 0 , 302 p. Copeau, J a c q u e s , Un e s s a i de r e n o v a t i o n d r a m a t i q u e : l e t h e a t r e du V i e u x - C o l o m b i e r , N.R.F., P a r i s , 1915. , E t u d e s d ' a r t d r a m a t i q u e , N o u v e l l e Revue F r a n Q a i s e , P a r i s , 1 923, 252 p. , C r i t i q u e s d'un a u t r e temps, N.R.P., P a r i s , 1923, 1 2 5 ¥• , S o u v e n i r s du V i e u x - C o l o m b i e r , Nou-v e l l e s E d i t i o n s L a t i n e s , P a r i s , 1931, 125 P* • L e T h e a t r e p o p u l a i r e , P r e s s e s U n i -v e r s i t a i r e s de F r a n c e , P a r i s , 1 9 4 1 , 64 p. 142. , "Remarques autour du jeune theatre d' au jourd 1hui", Cahiers des Compagnons, I, 1, septem-bre-octobre, 1944, pp. 9-11. , "L'Esprit des petits theatres", Cahiers Renaud-Barrault, I I , 4, 1954, pp. 8-20. , Notes sur le metier de comedien, Marcel Brient, Paris, 1955, 75 p. Doisy, Marcel, Jacques Copeau ou l'Absolu dans l ' a r t , le Cercle du Livre, Paris, 1954, 253 P« Fauny-Anders, France, Jacques Copeau et le Cartel des  Quatre, A.G. Nizet, Paris, I960, 340 p. Kurtz, Maurice, Jacques Copeau, biographie d'un thea-tre, Nagel, Paris, 1951, 269 p. Lerminier, Georges, Copeau, le reformateur, Presses Lit t e r a i r e s de France, Paris, 1953, 86 p. Raymond, Marcel, "Jacques Copeau", La Relive, 5e ca-hier, 3e serie, 1941, pp. 84-90. Edward Gordon Craig Bablet, Denis, Edward Gordon Craig, London, Heinemann, 1966, 207 p. Craig, Edward Gordon, Scene, Benjamin Blom, New York, 1968, 27 p. Charles Dullin Arnaud, Lucien, Charles Dullin, l'Arche, Paris, 1952, 255 P. Henri Gheon -Beaulieu, Paul, "Gheon, romancier Chretien", La Re- leve, 4e cahier, 6e serie, juin 1938, pp. 183-85. Brunet, Berthelot, "L'Art du theatre", La Nouvelle Releve, v o l . I l l , no. 8, novembre, 1944, p. 497. Cusson, Jean, "Le Comedien et l a Grace", Amerique  Francaise, I I , 8, juin, 1948, pp. 51-52. 143. Deleglise, Maurice, Le Theatre de Henri Gh6on, Sion, Paris, 1947, 407 p. '. Duhamel, Roger, "Henri Gheon", Action Universitaire, v o l . XII, no. 4, decembre, 1945, pp. 22-28. E l i e , Robert, "Pour le peuple f i d d l e " , La Re1eve, 4e cahier, 6e serie, juin, 1938, pp. 179-821 Gheon, Henri, "Entretien sur l ' a r t " , La Releve, 4-e cahier, 6e serie, juin, 1938, p. 161. , "L'Art du theatre", Regards, v o l . I l l , no. 5, fevrier, 1942, pp. 220-27-^ , L'Art du theatre, Editions Serge, Montreal, 1944, 212 p. ~~-, "Sur l a seine chretienne", Cahiers des Compagnons, I, 3, Janvier-fevrier, 1945, pp. 68-69. , "De Profundis", Cahiers des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, p. 88. , "Francis V i e l d - G r i f f i n " , Cahiers des Compagnons, I, 3, Janvier-fevrier, 1945, p. 92. , "Aridite et inspiration", Cahiers des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, pp. 99-102. , Dramaturgie d'hier et de demain, Editions E. V i t t e , Lyon, 1 9 6 3 , 1 8 2 p. ; Henaut, G i l l e s , "L'art du theatre", Amerique Franqaise, IV, 2, novembre, 1944, pp. 71-72. H i l a i r e , Pere, o.m.cap., "Un theatre de chretiente", Cahiers des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, pp. 121-126. Hurtubise, Claude, "Entretien avec Gheon", La Releve, 4-e cahier, 6e serie, juin, 1938, pp. 161-69* , "Gheon devant Mozart", La Releve, 4-e cahier, 6e serie, juin, 1938, pp. 186-8"^ "La Derniere l e t t r e de Gheon, chez les Compagnons", Cahiers des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, p. 126. 144. Lamarche, Antonin, c.s.v., "Le plus grand ami de Mozart", Cahiers des Compagnons, I, 5, janvier-fevrier, 1945, pp. 1 0 9 - 1 1 6 . Lamarche, Gustave, c.s.v., "Gheon et l a rythmique du drame", Cahiers des Compagnons, I, 3, nanvier-fevri-er, 1945, pp. 8 9 - 9 2 . Laurendeau, Andre, "Henri Gh6on et Saint-Laurent du Fleuve", 1'Action Nationale, 6e annee, tome XI, sep-tembre, 1938, pp. 76-80. Leclerc, F e l i x , "Lettre a Monsieur Gheon", Cahiers  des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, p. 70. Maritain, Jacques, "Hommage a Gheon", Cahiers des  Compagnons, I, 3, Janvier-.evrier, 1945, p. 72. Mauffette, Guy, "Gheon, incomparable ami", Cahiers  des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, p. 87. Orland, Claude, "TJn Sommet du classicisme C h r e t i e n " , Cahiers des Compagnons, I, 5, ganvier-fevrier, 1945, p. 120. Parabolier, "Henri Gheon, prophete du theatre poeti-que", les Carnets Viatoriens, IXe annee, no. 4, octo-bre, 1944, pp. 272-85. Parent, Jean-Marie, "Henri Gheon, le comEdien de l a grace", La Releve, v o l . 4, no. 6, juin, 1958, pp. 170-74. Pa r v i l l e z , Alphonse de, "Gheon dramaturge", Cahiers  des Compagnons, I, 3, janvier-fevrier, 1945, p. 71. P e l l e t i e r , Gerard, "Gheon et les vivants", Cahiers des  Compagnons, I, 3, Janvier--evrier, 1945, pp. 105-09. Pinard, Gaston, c.s.v., "Un grand serviteur du theatre s p i r i t u e l : Henri Gheon", les Carnets Viatoriens, Vie no. 4, octobre, 1941, pp. 277~3T Raymond, Marcel, "Henri GhEon et Andre Gide", La Releve, 4e cahier, 6e serie, juin, 1958, pp. 175-78. , "Entretiens avec Gheon", Regards, vo l . I l l , no. 6, mars, 1942, pp. 264-70. , "Un Roman d'Henri Gheon - 'La Jambe Noire'", La Nouvelle Releve, v o l . I I , no. 6, a v r i l , 1945, pp. 3 8 1 - 8 2 . 145. , "Andre G i d e e t H e n r i Gheon",, l e s G a n t s du G i e l , n o. 5, mars, 1944, pp. 31-44. , " T r i p t y q u e s u r H e n r i Gheon", C a h i e r s des Compagnons, I , 3, j a n v i e r - f e v r i e r , 1945, p. 116. R i g a u l t , J e a n de, "Pour u n t h e a t r e n o uveau", Ame- r i q u e f r a n c a i s e , I , 3, f E v r i e r , 1942, pp. 32-37. Salome, Rene, "Gheon, d r a m a t u r g e " , C a h i e r s des  Compagnons, I , 3, j a n v i e r - f e v r i e r , 1945, p. 104. Sheed, F . J . , "The s e c r e t o f H e n r i Gheon", C a h i e r s  des Compagnons, I , 3? j a n v i e r - f e v r i e r , 194-5, p.' TUT. V a l d o m b r e , "Le P o e t e H e n r i GhEon", Le L a u r e n t i e n , s e p t e m b r e - o c t o b r e , 1938, p . 4. , "De G i d e a D i e u " , C a h i e r s des Compa-gnons , I , 3, j a n v i e r - f E v r i e r , 1945, p p . 93-99. V a r i n , R o g e r , "GhEon, i n t i m e " , C a h i e r s des Com-pagnons , I , 3, j a n v i e r - f E v r i e r , 1945, pp. 117-20. J . L o u i s J o u v e t C E z a n , C l a u d e , L o u i s J o u v e t e t l e t h e a t r e d'au-. j o u r d ' h u i , E m i l e - P a u l , P a r i s , 1948, 12b p. J o u v e t , L o u i s , Temoignages s u r l e t h E a t r e , F l a m -m a r i o n , P a r i s , 1951» 249 p . K. Georges e t L u d m i l l a P i t o S f f P r a n k , A n d r E , Georges P i t o e f f , L ' A r c h e , P a r i s , 1958, 158 p. H o r t , J e a n , L a V i e h E r o l q u e des P i t o e f f , P. C a i l l e r , Geneve, 1966, 555 P« P i t o S f f , G e o r g e s , N o t r e t h e a t r e , L i b r a i r i e Bona-p a r t e , P a r i s , 1949, 113 p. L. C o n s t a n t i n S t a n i s l a v s k i Moore, S o n i a , The S t a n i s l a v s k i method, V i k i n g P r e s s , New York", I 9 6 0 , 78 p. 146. Stanislavski, Constantin, Ma Vie dans l ' a r t , Editions Albert, Paris, 1950, 236 p. , Stanislavski 1s Legacy, Theatre Arts Books, New York, 1958, 208 p. Stanislavski on the art of the stage, H i l l and Wang, New York, 1961, 255 P-M. Michel Saint-Denis Saint-Denis, Michel, Theatre: The Rediscovery of  Style, Heineiaann, London, I960, 110 p. 4. Theses Gagnon, G i l l e s , Le Theatre des Compagnons de Saint-Laurent , L. es L., Laval, mai, 1967. Nugent, Maurice James, Les Compagnons, M.A., Yale University, June, 1949. Rickett, 011a Goewey, The French-speaking theatre  of Montreal, 1937-1963, Ph. D., Cornell University, 1964. I I I . Etudes portant sur le Pere Emile Legault et les Compagnons de  Saint-Laurent: 1. Periodiques Ampleman, John, "L'Aventure des Compagnons", La Nouvelle Releve, V, no. 9, aout-septembre, 19^7, pp. 844-48". Angers, Pierre,"'L'Honneur de Dieu 1 chez les Compa-gnons", Relations, Xl l e annee, no. 138, juin, 1952, pp. 161-62. Anonyme, "Les Compagnons de St-Laurent", Le Crieur, no. 2, novembre, 19371 p. 1. , "Vers un thEatre authentique", Le Lauren-tien, v o l . XI, no. 1, septembre-octobre, 1939, P« 6. , "Beau t r a v a i l des Compagnons de Saint-Lau-rent" , Camets Viatoriens, Xe annEe, no. 2, a v r i l , 1945, p. 143. 147. , "Beau travail des Compagnons de Saint-Laurent", Carnets Viatoriens, Xe annee, no. 2, avril 1945, p. 1~^ '• Baulieu, Paul, "Le Noel sur la Place", La Releve, 4e cahier, lere serie, Janvier 1938, pp. 17-20. , "Reflexions sur 11'Echange1", La Releve, 4e cahier, 4e serie, juin 1938, p. 97. Coleman, Francis, "The Theatre in Canada: Les Compa-gnons", Theatre Arts, vol. 30, no. 7, July 1946, pp. 391-92. Corbeil, G i l l e s ? "Jeu de Nostre-Dame, Louis Barjon", Amerique francaise, I , 1, novembre, 1941, pp. 42-43. Desbiens,Lucien, "Pour un theatre C h r e t i e n " , Le Lau-rent i en, vol. X, no. 2, decembre-Janvier 1937-38, p. 8. ______» "La Bergere au Pays des Loups — Le Nogl sur l a Place", Le Laurentxen, vol. X, no. 2, "de-cembre-Janvier 1937-38, p. 9. Duhamel, Roger, "Le Feuilleton des spectacles", Rela- tions , Vie annee, no. 70, octobre 1946, p. 311. Gagnon, Gilles, "Le Theatre des Compagnons de Saint-Laurent", Culture 30, 1969, pp. 129-45. Houle, Jean-Pierre, "Les Compagnons", 1*Action univer- sitaire, vol. X I I , no. 4, decembre 1945, pp. 20-22. Hurtubise, Claude, "Moliere chez les Compagnons", La Releve, 5e cahier, 4e serie, nuillet-aoCt 1940, pp. l24-_5l Jasmin, Judith, "Petit Palmares de la saison theatrale a Montreal", la Nouvelle Revue Canadienne, vol. I , no. 3, juin-ouillet 1951, pp. 65-69. , "Les Compagnons et le theatre d u Nou-veau-Monde", la Nouvelle Revue Canadienne, vol. I , no. 5, novembre-decembre 1951, PP. 60-63. , "'Noces d e Sang1, chez les Compagnons", la Nouvelle Re'vue Canadienne, vol. I , no. 6, fevrier-mars 1952, pp. 67-70. " , "Fed6rigo", la Nouvelle Revue Canadien-n e , vol. I I , no. 1, avril-mai 1952, pp. 65-66. 148. , "L'Honneur de Dieu", l a Nouvelle Revue Canadienne, v o l . I I , no. 2, j u i n - j u i l l e t , 1952, pp. 148-51. Johnstone, Ken, "The Companions, unique French-Canadian group dedicated to theater", The  Standard, Montreal, January 25, 194-7, pp. 2-8. Laurion, Gaston, "L*Au-Revoir' des Compagnons", 1'Action nationale, XXIX, no. 6, juin, 194-7, pp. 483-85. LeDuc, Jacques, "Sauves par le theatre", 1'Action  nationale, 5© annee, tome X, dEcembre 1957, pp. 300-12. LeGrand, Albert, s . j . , "Avec les Compagnons a l'Ermitage", Relations, H e annee, no. 24, de-cembre, 194-2, pp. 331-52. Le Scrutateur, "Beau t r a v a i l des Compagnons de St-Laurent", Carnets Viatoriens, Xe annee, no. 2, a v r i l 194-5, p. 143. Mont, Marc, "Chez les Compagnons", Amerique Fran-caise, 3, 6, novembre-decembre 1951, PP* 64-63^ Piquet, Andre, s . j . , "'Henri I V au Theatre des Compagnons", Relations, Xle annee, no. 151, novembre 1951, PP. 511-12. Parent, Jean-Marie, "Les Compagnons de Saint-Laurent", 1'Action nationale, 6e annEe, tome XI, fevrier 1958, pp. 162-66. Raymond, Marcel, "'L'Echange' chez les Compa-gnons de Saint-Laurent", La Nouvelle Releve, I, no. 6, fevrier 194-2, pp. 366-71. Scarpaleggia, Cherubina, "'Les Romanesques' chez les Compagnons", Amerique Francaise, 5, 10, decembre 1946, pp. 22-23. ~~ , "'Le Medecin Malgre L u i 1 chez les Compagnons", Amerique Francaise, 6, 1, janvier, 1947, pp. 35-54. , " 'Leocadia' chez les Compagnons", Amerique Francaise, 6, 5, mars 1947, pp. 47-4"8~: 149. "Troupe from Canada - Les Compagnons", Newsweek, vol . 28, no. 84, December 23, 1946, p. 84". Un Compagnon, "Vers un theatre authentique: Le Misan-thrope de Moliere", Le Laurentien, XI, no. 1, novem-bre, 1939, p. 6. Villemure, Pierre, "Les Compagnons — longue f i d e -l i t e au theatre, "Le Nouvelliste, 48e annee, no. 172, 22 mai, 1968, p. 10, c o l . 3-8. 2. Joumaux A. Le Devoir Nous presentons tous les a r t i c l e s et communi-ques publies sur le Pere Legault et les Compagnons de Saint-Laurent par ordre chronologique de 1937 a 1954. -1937-Mercier-Gouin, Mme. Leon, "L'Art dramatique chez nous", XXVTII, no. 146, lundi, 28 juin, 1937, P« 11, c o l . 5. Anonyme, "Le 'Jeu' Chretien a. St-Laurent", XXVIII, no. 186, vendredi, 13 aout, 1937, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "C16ture des fetes de St-Laurent", XXVIII, no. 187, samedi, 14 aout, 1937, P« 8, c o l . 2. Anonyme, "Une Troupe d 1avant-garde" — les Compagnons de St-Laurent", XXVIII, no. 262, samedi, 13 novembre, 1937, p. 8, c o l . 4. Communique, "La Bergere au Pays des Loups", XXVTII, no. 268, samedi, 20 novembre, 1937, P• 4, c o l . 4. Anonyme, "La Bergere au Pays des Loups", XXVTII, no. 276, mardi, 30 novembre, 1937, P« 2, c o l . 4-5. Communique, "La Bergere au Pays des Loups". XXVIII, no. 280, samedi, 4 decembre, 1937, p. 4, c o l . 4. Desbiens, Lucien, "Le Noel sur l a Place", XXVIII, no. 294, mercredi, 22 decembre, 1937, P« 12, c o l . 3« 150. -1938-Desbiens, Lucien, "Le Mystere de l a Messe" . XXIX, no. 146, samedi, 25 juin, 1938, p. 3, c o l . 5. Desbiens, Lucien, "Henri Gheon a Quebec", XXIX, no. 146, samedi, 25 juin, 1938, p. 9, c o l . 4. Anonyme, "Le Mystere de l a Messe", XXIX, no. 147, lundi, 27 juin, 1938, p. 4, c o l . 1. Gheon, Henri, "Avant 'Le Jeu de Saint-Laurent du Fleuve'", XXIX, no. 180, vendredi, > aout, 1938, p.1^ c o l . 1. Heroux, Omer, "Apris Gheon?...", XXIX, no. 183, mardi, 9 aout, 1938, p. 1, c o l . 1. Desbiens, Lucien, "Saint-Laurent du Fleuve", XXIX, no. 183, mardi, 9 aout, 1938, p. 3, c o l . 2. Desbiens, Lucien, "Henri Gheon 'cr6e' au Canada", XXIX, no. 185, jeudi, 11 aout, 1938, p. 3, c o l . 1. Desbiens, Lucien, "De l a 'Chute d'un Ange ' .. .a Henri Gheon", XXIX, no. 187, samedi, 13 aout, 1938, p. 1, c o l . 1. Desbiens, Lucien, "Gheon a. 'l'Heure Provinciale 1", XXIX, no. 187, samedi, 13 aout, 1938, p. 3, c o l . 1. Anonyme, "Le 'Jeu de Saint-Laurent du Fleuve'", XXIX, no. 189, mardi, 16 aout, 1938, p. 10, c o l . 3. Gheon, Henri, "Le Renouveau catholique dans les lettres franchises", XXIX,no. 190, mercredi, 17 aout, 1938, p. 6, c o l . 1-3. Anonyme, "Henri Gheon au Plateau", XXIX, no. 214, jeudi, 15 septembre, 1938, p. 7* c o l . 1-2. -1939-Anonyme "A Saint-Laurent ce soir " , XXX, no. 237» mardi, 10 octobre, 1939, P» 4, c o l . 3» Desbiens, Lucien, "Les 'Compagnons de Saint-Laurent' et le H i e centennaire de Racine", XXX, no. 260, mardi, 7 novembre, 1939, p. 2, c o l . 4. 151. Desbiens, Jeanne M. , "La F i l l e du Sultan", XXX, no. 263, vendredi, 10 novembre, 1959, p. 7, c o l . 4. Anonyme, "La Distribution du 'Misanthrope'", XXX, no. 273, mercredi, 22 novembre, 1959, p. 7, c o l . 5« Communique, "La Premiere du 'Misanthrope' a Saint-Laurent", XXX, no. 282, samedi, 2 decembre, 1939, p. 4, c o l . 4. Desbiens, Lucien, "Le Misanthrope", XXX, no. 284, mardi, 5 decembre, 1939, P« 2, c o l . 4. Anonyme, "Spectacle de Noel chez les 'Compagnons'", XXX, no. 293, samedi, 16 decembre, 1939, p. 4, co l . 3« P e l l e t i e r , Frederic, "Le Noel sur l a Place"« XXX, no. 299, samedi, 23 decembre, 1939, P« 4, c o l . 4. -1940-Desbiens, Lucien, "Les Debuts du theatre et du cinema", XXXI, no. 46, samedi, 24 f e v r i e r , 1940, p. 6, c o l . 1-7. Communique, "'Britannicus' a Saint-Laurent", XXXI, no. 58, samedi, 9 mars, 1940, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Racine chez les Compagnons de St-Lau-rent", XXXI, no. 68, jeudi, 21 mars, 1940, p. 11, co l . 3. Anonyme, "Les Compagnons de St-Laurent dans 'Britannicus'", XXXI, no. 79, jeudi, 4 a v r i l , 1940, p. 4, c o l . 5« Anonyme, "Les decors de 'Britannicus'", XXXI, no. 80, vendredi, 5 a v r i l , 1940, p. 4, c o l . 6-7. Desbiens, Lucien, "Britannicus", XXXI, no. 83, mardi, 9 a v r i l , 1940, p. 4, c o l . 4. Desbiens, Lucien, "Le Mystere de l a Messe", XXXI, no. 154, jeudi, 4 j u i l i e t , 1940, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Un grand jeu a St-Isidore", XXXI, no. 190, jeudi, 15 aout, 1940, p. 4, c o l . 4. 152. Anonyme, "'Le Mystere de l a Messe' au P l a t e a u " , XXXI, no. 244, samedi, 19 o c t o b r e , 1940, p. 4, c o l . 2. Anonyme, "Chez l e s Compagnons de S t - L a u r e n t , 'Les  Femmes Savantes'", XXXI, no. 272, v e n d r e d i , 22 novem-b r e , 1940, p. 7, c o l . 5. Anonyme, "Les 'Compagnons' au P l a t e a u " , XXXI, no. 273, samedi, 23 novembre, 1940, p. 4, c o l . 3. Huot, Maurice, "A l ' e c o l e de M o l i e r e " , XXXI, no. 284, v e n d r e d i , 6 decembre, 1940, p. 4, c o l . 3. Anonyme, " M o l i e r e au P l a t e a u " , XXXI, no. 287, mardi, 10 decembre, 1940, p. 4, c o l . 4. Desbiens, L u c i e n , "Le NoSl sur l a P l a c e " , XXXI, no. 296, v e n d r e d i , 20 decembre, 1940, p. 4, c o l . 3. -1941-Anonyme, "Le F e s t i v a l du t h e a t r e Chretien", X X X I I , no. 102, samedi, 3 mai, 1941, p. 4, c o l . 4. Huot ? M a u r i c e , "Le Theatre c l a s s i q u e " , X XXII, no. 109, l u n d i , 12 mai, 1941, p. 1, c o l . 3. Communique, " S a l l e comble pour ' A t h a l i e ' " , X XXII, no. 119, samedi, 24 mai, 1941, p. 4, c o l . 4. Desbiens, L u c i e n , " ' L ' A t h a l i e ' des Compagnons", XXXII, no. 121, mardi, 27 mai, 1941, p. 4, c o l . 5. Communique, "Derniere chance de v o i r ' A t h a l i e ' " , XXXII, no. 123, j e u d i , 29 mai, 1941, p. 4, c o l . 3. Comnunique, "Chez l e s Compagnons", XXXII, no. 215, m e r c r e d i , 17 septembre, 1941, p. 4, c o l . 4. Communique, "Les Compagnons de S t - L a u r e n t p r e s e n t e r o n t 'Le Mort a C h e v a l ' " , XXXII, no. 226, mardi, 50 sep-tembre, 1941, p. 4, c o l . 4. Communique,"'Le Mort a Cheval' avec l e s Compagnons", XXX I I , no. 228, j e u d i , 2 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 4. Huot, Maurice, "'Le Mort a Cheval' et 'La Tour'", XXXII, no. 231, l u n d i , 6 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 4. 153. Communique, "'Le Jeu de Nostre-Daiae' au Forum", XXXII, no. 232, mardi, 7 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 4. Desbiens, L u c i e n , "Les Compagnons a 1 ' A i g u i l l e d u P a u v r e ' " , XXXII, no.'234, j e u d i , 9 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 2. Communique, "Les Compagnons de St-Laurent au Forum", XXXII, no. 239, m e r c r e d i , 15 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 4. Communique, "Les Compagnons de St - L a u r e n t au Forum", XXXII, no. 241, v e n d r e d i , 17 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 4. Communique, "Ce s o i r , l e s Compagnons au Forum", XXXII, no. 244, mardi, 21 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 3-4. Desbiens, L u c i e n , "L'hommage des 'Compagnons' a. Nostre-Dame", XXXII, no. 245, m e r c r e d i , 22 o c t o b r e , 1941, p. 4, c o l . 4. Communique, "'Noe' a. l ' a f f i c h e " , X X X I I , no. 285, mer c r e d i , 10 decembre, 1941, p. 8, c o l . 1. Communique, "Le Noe l sur l a P l a c e " , XXXII, no. 293, v e n d r e d i , 19 decembre, 1941, p. 4, c o l . 6 . -1942-Communique, "Ouverture de l ' E r m i t a g e " , X X X I I I , no. 1, samedi, 3 J a n v i e r , 1942, p. 4, c o l . 4. Communique, "A propos du 'Noe1 d'Andre Obey", X X X I I I , no. 10, j e u d i , 15 J a n v i e r , 1942, p. 4, c o l . 2. Communique, "La ' M a i t r i s e de l ' A r t ' e t 'Noe'", X X X I I I , no. 11, v e n d r e d i , 16 J a n v i e r , l94"2~7 p. 4, c o l . 3« Communique, "M. l e Consul de France chez l e s Com-pagnons", X X X I I I , no. 18, samedi, 24 J a n v i e r , 1942, p. 8, c o l . 3« Communique, "'Noe'a l ' E r m i t a g e " , X X X I I I , no. 23 , v e n d r e d i , 30 J a n v i e r , 1942, p. 4, c o l . 5. Communique, "Hautes P e r s o n n a l i t e s at 'Noe'", X X X I I I , no. 24, samedi, 31 J a n v i e r , 1942, p. 11, c o l . 4. 154. Desbiens, Lucien, "La Nouvelle salle de l'Ermi-tage", XXXIII, no. 26, mardi, 3 fevrier, 1942, p. 4, c o l . 4. Communique, "La Famille Noe", XXXIII, no. 28, jeudi, 5 fe v r i e r , 1942, p. 7, c o l . 4. Desbiens, Lucien, "'Noe' a l'Ermitage", XXXIII, no. 29, vendredi, 6 fe v r i e r , 1942, p. 9, c o l . 3. Anonyme, "Mme. P i t o i f f dans 'L'Echange' de Clau-del", XXXIII, no. 30, samedi, 7 f e v r i e r , 1942, p. 6, c o l . 4. Communique, "Ce soi r , derniere de 'Noe'", XXXIII, no. 34, jeudi, 12 fevrier, 1942, p. 4, c o l . 3» Anonyme, "'L'Echange' a l'Ermitage", XXXIII, no. 35, vendredi, 13 £evrier, 1942, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "'L'Echange' de Claudel avec Mme Pitoeff," XXXIII, no. 42, samedi, 21 fEvrier, 1942, p. 10, co l . 1. Anonyme, "Ludmilla Pitoeff sera une Marthe extra-ordinaire", XXXIII, no. 44, mardi, 24 f e v r i e r , 1942, p. 4, c o l . 3. Huot, Maurice, "Trois Actes de Paul Claudel", XXXIII, no. 50, mardi, 3 mars, 1942, p. 4, c o l . 3. Cohen, Gustave, "Les Origines de l a mise en scene dans le theatre frangais", XXXIII, no. 68, mardi, 24 mars, 1942, p. 4, c o l . 4. CommuniquE, "Le 'Jeu de Saint-Laurent du Fleuve' au Stade de 1'University McGill", XXXIII, no. 123, vendredi, 29 mai, 1942, p. 4, c o l . 5-6. Anonyme, "Le 'Jeu de Saint-Laurent' repris par les Compagnons", XXXIII, no. 129, vendredi, 5 jui n , 1942, p. 4, c o l . 4. Amyot, Georges, "Pour un beau theatre communau-tai r e " , XXXIII, no. 130, samedi, 6 juin, 1942, p. 7, c o l . 4. Anonyme "Appel aux jeunes qui veulent servir le theatre", XXXIII, no. 133, mercredi, 10 juin, 1942, p. 4, c o l . 5. 155-Communique, "L'oeuvre de Gheon r e p r i s e l e s 23 , 25 et 27 j u i n " , X X X I I I , no. 134, j e u d i , 11 j u i n , 1942, p. 4, c o l . 5. Anonyme, "Un Grand j e u a l'enseigne du t r o i s i e -me c e n t e n n a i r e " , X X X I I I , no. 136, samedi, 13 j u i n , 1942, p. 7, c o l . 1-2. Anonyme, " S a i n t L a u r e n t , p a t r o n de n o t r e f l e u -ve", X X X I I I , no. 138, mardi, 16 j u i n , 1942, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Le J e u de S a i n t - L a u r e n t " , X X X I I I , no. 148, l u n d i , 22 j u i n , 1942, p. 4, c o l . 4-5. Anonyme, "Le Centre Dramatique", X X X I I I , no. 230, samedi, 30 o c t o b r e , 1942, p. 4-, c o l . 3» Anonyme, "Le 'Jeu d'Adam et Eye1", X X X I I I , no. 245, m e r c r e d i , 21 o c t o b r e , 1942, p. 4, c o l . 5« Anonyme, "M. Gustave Cohen a M o n t r e a l " , X X X I I I , no. 246, j e u d i , 22 o c t o b r e , 1942, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Gustave Cohen chez l e s Compagnons", X X X I I I , no. 248, samedi, 24 o c t o b r e , 1942, p. 4, c o l . 3« Anonyme, "Le Jeu d'Adam et Eve", X X X I I I , no. 249, l u n d i , 26 o c t o b r e , 1942, p. 4, c o l . 5. Anonyme, "Un S p e c t a c l e medieval a l ' E r m i t a g e " , X X X I I I , no. 251, m e r c r e d i , 28 o c t o b r e , 1942, p. 4, c o l . 5. Duhamel, Roger, "Le Moyen Age r e v i t a. l ' E r m i -tage", XXXIII,, no. 253, v e n d r e d i , 30 o c t o b r e , 1942, p. 4, c o l . 3. Communique, "L'Annonce f a i t e a M a r i e " , X X X I I I , no. 272, samedi, 21 novembre, 1942, p. 4, c o l . 4. Communique, "L'Annonce f a i t e a M a r i e " , X X X I I I , no. 275, m e r c r e d i , 25 novembre, 1942, p. 7, c o l . 5-Communique, "Demain et samedi a. l ' E r m i t a g e " , X X X I I I , no. 282, j e u d i , 3 decembre, 1942, p. 4, c o l . 5. 156. Duhamel, Roger, "L'Annonce Faite a Marie", XXXIII, no. 285, lundi, 7 decembre, 1942, p. 4, co l . 4. Communique, "Le Noel sur l a Place", XXXIII, no. 295, samedi, 19 decembre, 1942, p. 4, c o l . 6. -1945-Anonyme, "Les Compagnons a l'Ermitage", XXXIV, no. 7, mardi, 12 Janvier, 1945, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Moliere chez les Compagnons", XXXIV, no. 16, vendredi, 22 Janvier, 1945, p. 4, c o l . 5» Anonyme, "'Le Mariage Force' a l'Ermitage", XXXIV, no. 29, samedi, 6 fevrier, 1945, p. 4, c o l . 5» Anonyme, "Le 'Sanctus1 de Felix Leclerc", XXXIV, no. 32, mercredi, 10 fevrier, 1943, p. 4, c o l . 5. Duhamel, Roger, "Moliere chez les Compagnons", XXXIV, no. 34, vendredi, 12 fevrier, 1943, p. 6, co l . 4-5° Anonyme, "Les Matinees dominicales a. l'Ermitage", XXXIV, no. 41, samedi, 20 fevrier, 1943, p. 4, c o l . 5-6. Communique, "Prochain spectacle des Compagnons", XXXIV, no. 96, mardi, 27 a v r i l , 1945, p. 8, co l . 4. Anonyme, "Les Matinees dominicales des Compagnons", XXXIV, no. 99, samedi, l e r mai, 1945, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Une piece sur les comediens a l'Ermi-tage", XXXIV, no. 101, mardi, 4 mai, 1945, p. 6, co l . 5. Duhamel, Georges, "Le Comedien et l a Grace", XXXIV, no. 104, vendredi, 7 mai, 1945, p. 4, c o l . 4-5. Anonyme, "La Vie profonde de Saint Francois", XXXIV, no. 224, jeudi, 30 septembre, 1943, p. 4, col. 2-3. 157 SauricT, Paul, "La Vie profonde de Saint Francois", XXXIV, no. 229, mercredi, 6 octobre, 1943, P- 4, col. 3-4. Desmarchais, Rex, "Naissance d'un theatre", XXXIV, no. 244, sanedi, 23 octobre, p. 9, c o l . 3-5. Communique, "A l'Ermitage", XXXIV, no. 254, ven-dredi, 5 novembre, 1943, p. 4, c o l . 5« Anonyme, "Les Compagnons de St-Laurent", XXXIV, no. 261, samedi, 13 novembre, 1943, p. 4, c o l . 5. Anonyme, "'Le Barbier de Sev i l l e ' chez les Compa-gnons, XXXIV, no. 272, vendredi, 26 novembre, 1943, p. 4, c o l . 5. Anonyme, "A l'Ermitage", XXXIV, no. 278, vendredi, 3 decembre, 1943, p. 4, c o l . 4-5. Anonyme, "Le 'Barbier de Sevil l e ' remis en fev r i e r " , XXXIV, no. 281, mardi, 7 decembre, 1943, p. 4, c o l . 4. Anonyme, "Une oeuvre espagnole chez les Compagnons", XXXIV, no. 300, vendredi, 31 decembre, 1943, p. 15, c o l . 6-7. -1944-Anonyme, "'Le Chant du Berceau' a. l'Ermitage", XXXV, no. 9, jeudi, 13 Janvier, 1944, p. 4, c o l . 3. Anonyme, "Comoedia et 'Le Chant du Berceau 1", XXXV, no. 10, vendredi, 14 Janvier, 1944, p. 6, c o l . 3» Duhamel, Roger, "Le Chant du Berceau", XXXV, no. 19, mardi, 25 Janvier, 1944, p. 4, c o l . 3-Anonyme, "Les Compagnons de Saint-Laurent", XXXV, no. 34, vendredi, 11 fe v r i e r , 1944, p. 4, c o l . 5« Anonyme, "Le Barbier de S e v i l l e " , XXXV, no. 40, vendredi, 18 f e v r i e r , 1944, p. "4, c o l . 4. Anonyme, "A l'Ermitage", XXXV, no. 41, samedi, 19 fevrier, 1944, p. 9, c o l . 4. Anonyme, "'Le Barbier de Sev i l l e ' chez les Compa-gnons", XXXV, no.. 46, vendredi, 25 fEvrier, 1944, p. 4, c o l . 5« 158. Anonyme, "Triomphe du 'Barbier'", XXXV, no. 56, mercredi, 8 mars, 1944, p. 4 , c o l . 5. Anonyme, "Succes inedit du 'Barbier de Sevil l e ' chez les Compagnons", XXXV, no. 57, jeudi, 9 mars, 1944, p. 5, c o l . 4 . Anonyme, "Reprise d'un grand succes chez les Compa-gnons", XXXV, no. 62, mercredi, 15 mars, 1944, p. 4 , c o l . 4 . Anonyme, "'Le Chant du Berceau' reprend l'affiche a l'Ermitage", XXXV, no. 65, samedi, 18 mars, 1944, p. 4 , c o l . 2. Anonyme, "Le Barbier de S e v i l l e " , XXXV, no. 82, sa-medi, 8 a v r i l , 1944, p. 6, c o l . 3. Anonyme, "'Le Barbier de Seville• reprend 1•affiche chez les Compagnons", XXXV, no~T~83, mardi, 11 a v r i l , 1944, p. 4 , c o l . 4 . Communique, '"Le Barbier de S e v i l l e ' , samedi, 15 a-v r i l " , XXXV, no. 85, jeudi, 13 a v r i l , 1944, p. 4 , c o l . 4 . Anonyme, "Brillante saison chez les Compagnons", XXXV, no. 220, samedi, 23 septembre, 1944, p. 7, c o l . 3« Communique, "Les 'Cahiers des Compagnons* — Bull e t i n d'art dramatique", XXXV, no. 227, lundi, 2 octobre, 1944, p. 4 , c o l . 4 . Anonyme, "Les Compagnons inaugurent leur saison", XXXV, no. 231, vendredi, 6 octobre, 1944, p. 6, c o l . 3» Communique, "'Les Boulingrins' chez les Compagnons", XXXV, no. 233, mardi, 10 octobre, 1944, p. 6, c o l . 3. C.F., "Les Compagnons a Rimouski", XXXV, no. 242, vendredi, 20 octobre, 1944, p. 4 , c o l . 5-6. Guay, Jacques, "'Les Eourberies de Scapin' a l ' E r -mitage", XXXV, no. 244, lundi, 23 octobre, 1944, p. 4 , c o l . 2-3-Communique, "Orphee — Oedipe-Roi", XXXV, no. 256, mardi, 7 novembre, 1944, p. 4 , c o l . 4 . 159. Communique, "Ce s o i r a. l ' E r m i t a g e " , XXXV, no. 260, samedi, 11 novembre, 1944, p. 4, c o l . 5« Communique, "Deux p i e c e s de Cocteau a l ' E r m i t a g e " , XXXV, no. 263, m e r c r e d i , 15 novembre, 1944, p. 4, c o l . 3. G u i l b a u l t , J e a n - P a u l , "Les 'Compagnons' s ' a f f i r m e n t davantage", XXXV, no. 264, j e u d i , 16 novembre, 1944, p. 4, c o l . 2. Communique, "Les Compagnons a Quebec", XXXV, no. 289, samedi, 16 decembre, 1944, p. 12, c o l . 4, Communique, " P r o c h a i n s p e c t a c l e des 'Compagnons'", XXXV, no. 299, v e n d r e d i , 29 decembre, 1944, p. 4, c o l . 4. -1945-G u i l b a u l t , J e a n - P a u l , "Chez l e s 'Compagnons'", XXXVI, no. 9, samedi, 18 J a n v i e r , 1945, p. 4, c o l . 1-2. Anonyme, "Hommage des 'Compagnons' a. H e n r i Gheon", XXXVI, no. 21, samedi, 27 J a n v i e r , 1945, p. 4, c o l . 4. Langevin, Andre, "Le Pauvre sous 1 ' E s c a l i e r " , XXXVI, no. 42, m e r c r e d i , 23 f e v r i e r , 1945, p. 4, c o l . 4-5. Gerard, J e a n - P a u l , "De l'ouvrage b i e n f a i t — l e s "Cahiers des Compagnons"", XXXVT, no. 63, samedi, 17 mars, 1945, p. 8, c o l . 1-2. Anonyme, "Les 'Compagnons' jo u e r o n t a New York", XXXVI, no. 78, v e n d r e d i , 6 a v r i l , 1945, p. 4, c o l . 4. Communique, " ' P i c r o c h o l e ' de R a b e l a i s " , XXXVI, no. 85, j e u d i , 12 a v r i l , 1945, p. 6, c o l . 2. Langevin, Andre, " P i c r o c h o l e " , XXXVI, no. 92, l u n -d i , 25 a v r i l , 1945, p. 4, c o l . 4. Anonyme, " M o n t r e a l — T h e a t r e '44-'45", XXXVI, no. 104, l u n d i , 7 mai, 1945, p. 4, c o l . 5» Langevin, Andre, "Pour un c l i m a t t h e a t r a l " , XXXVI, no. 230, samedi, 6 o c t o b r e , 1945, p. 9, c o l . 1-2. 160. Langevin, Andre, "Les Compagnons de Saint-Laurent", XXXVI, no. 232, mercredi, 10 octo-bre, 1945, p. 7, col. 4-5. Anonyme, "35 representations chez les Compagnons XXXVI, no. 255, samedi, 13 octobre, 1945, p. 4, col. 2. Communique, "On ne Badine pas avec l1Amour", XXXVI, no. 24>, jeudi, 2> octobre, 194b, p. 8, col. 6. Communique, "Les Compagnons au Gesu", XXXVT, no. 247, samedi, 27 octobre, 1945, p. 9, col. 4. Langevin, Andre, "On ne Badine pas avec 1'Amour" XXXVI, no. 251, vendredi, 2 novembre, 1945, p. 4, col. 3. Anonyme, "Les Compagnons au Monument National", XXXVI, no. 255, mercredi, 7 novembre, 1945, p. 6, col. 2. Langevin, AndrE, "Le Hire et 1'Emotion chez Alfred de Musset", XXXVI, no. 257, vendredi, 9 novembre, 1945, p. 4, col. 3-4. Langevin, Andre, "L'Etrange metier de comedien", XXXVI, no. 258, samedi, 10 novembre, 1945, p. 6, col. 1-2. Langevin, Andre, "'NoE' d'AndrE Obey", XXXVI, no. 263, vendredi, 16 novembre, 1945, p. 6, col. 2-3. CommuniquE, "Les 'Compagnons* au Monument Na-tional", XXXVI, no. 263, vendredi, 16 novembre, 1945, p. 6, col. 3. CommuniquE, "AndrE Obey et le jeu", XXXVI, no. 264, samedi, 17 novembre, 1945, p. 10, col. 5. Langevin, AndrE, "Le P. Emile Legault — ani-mateur des Compagnons de Saint-Laurent", XXXVI, no. 265, lundi, 19 novembre, 1945, p. 7, col. 1-CommuniquE, "'NoE1chez les Compagnons", XXXVI, no. 269, vendredi, 23 novembre, 1945, p. 4, col. 3« 161. Communique, "Piece de Marivaux chez les Compa-gnons", XXXVI, no. 271, lundi, 26 novembre, 1945, p. 6, c o l . 3. Communique, "Le Marivaudage du 'Jeu del'Amour  et du Hasard'", XXXVI, no. 273, mercredi, 28 novembre, p. 6, c o l . 3. Langevin, Andre, "Marivaux et l a simplicite", XXXVI, no. 278, vendredi, 30 novembre, 194-5, p. 4-, c o l . 1-2. Anonyme, "Ce qui est et ce qui n'est pas dans Marivaux", XXXVI, no. 276, samedi, l e r decembre, 194-5, p. 4-, c o l . 5-6. Anonyme, "Le 'Noel sur l a Place' au Gesu", XXXVI, no. 290, mercredi, 19 decembre, 194-5, p. 6, c o l . 5. -1946-Anonyme, "'Le Bal des Voleurs' chez les Compa-gnons", XXXVII, no. 4-3, jeudi, 21 fe v r i e r , 1946, p. 6, c o l . 5* Anonyme, "La musique du 1Bal des Voleurs'", XXXVII, no. 4-5, samedi, 23 fevrier, 1946, p. 8, c o l . 6. Communique, "Les ballets du 'Bal des Voleurs'", XXXVII, no. 48, mercredi, 27 f e v r i e r , 1946, p. 4, c o l . 5. Communique, "Le Bal des Voleurs", XXXVII, no. 50, vendredi, l e r mars, 1946, p.. 6, c o l . 3« Langevin, Andre, "Jean Anouilh et l a conven-tion" , XXXVII, no. 51, samedi, 2 mars, 1946, p. 6, c o l . 1-2. Langevin, Andre, "'Le Bal des Voleurs' de Jean Anouilh", XXXVII, no. 56, vendredi, 8 mars, 1946, p. 4-, c o l . 2-3, p. 10, c o l . 4-6. Communique, "La Veine molieresque en comedie moderne", XXXVII, no. 60, mercredi, 13 mars, 1946, p. 6, c o l . 4-. 1 6 2 . Communique, "Les Personnages du 'Bal des Vo- leurs'", XXXVII, no. 62, vendredi, 15 mars, 1946, p. 4, c o l . 5-Langevin, Andre, "Le Prochain spectacle des Compagnons", XXXVII, no. 65, samedi, 16 mars, 1946, p. 7, c o l . 2-5. Communique, "L'Art de l a cabriole chez M. Jean Anouilh", XXXVII, no. 65, samedi, 16 mars, 1946, p. 7, c o l . 5. Langevin, Andre, " 1La Nuit des Rois' de Sha-kespeare — Alfred Pellan et les Compagnons-" , XXXVTI, no. 70, lundi, 25 mars, 1946, p. 4, c o l . 2-3. Langevin, Andre, "Actualites Artistiques — les Cahiers des Compagnons", XXXVII, no. 75, samedi, 30 mars, 1946, p. 4, c o l . 1-2. Communique, "'L'Antigone' de Jean Anouilh au Gesu", XXXVII, no. I l l , mardi, 14 mai, 1946, p. 4, c o l . 3» Communique, "Le Sujet t r a i t e par Anouilh dans 'Antigone'", XXXVII, no. 112, mercredi, 15 mai, 193-6*, p. 4, c o l . 5« Langevin, Andre, "Actualites artistiques — 'Antigone' de Jean Anouilh", XXXVII, no. 120, samedi,~_5 mai, 1946, p. 6, c o l . 1-5• Langevin, Andre, "'Antigone' de Jean Anouilh", XXXVII, no. 121, lundi, 27mai, 1946, p. 5, co l . 4. Anonyme, "On tourne 'Antigone'", XXXVII, no. 123, mercredi, 29 mai, 1946, p. 5, c o l . 5« Langevin, Andre, "ActualitEs artistiques •— Nous manquons de dynamisme — Bilan d'une saison", XXXVII, no. 125, samedi, l e r ou"-11, 1946, p. 5, c o l . 1-2. Langevin, Andre, "Actualites artistiques — M. Gustave Cohen, homme de theatre", XXXVII, no. 131, samedi, 8 juin, 1946, p. 5, c o l . 1-3. Brochet, Henri, "Grandeur du theatre populaire C h r e t i e n " , XXXVII, no. 201, samedi, 31 aout, 1946, p. 8, c o l . 5-7. 163. CoramuniquE, "Brillante saison chez les Compa-gnons", XXXVII, no. 215, mercredi, 18 septembre, 1946, p. 5, c o l . 5. Communique, "Vente acceleree chez les Compa-gnons", XXXVII, no. 217, vendredi, 20 septembre, 1946, p. 5, c o l . 4. Communique, "La Saison des Compagnons", XXXVII, no. 218, samedi, 21 septembre, 1946, p. 6, col. 1-2. Communique, "Les B i l l e t s de Saison chez les Compagnons", XXXVII, no. 220, mardi, 24 septem-bre, 1946, p. 5, c o l . 4. Communique, "La lOe saison des Compagnons", XXXVII, no. 233, mercredi, 9 octobre, 1946, p. 5, c o l . 3» Langevin, Andre, "ActualitEs artistiques — Les Compagnons rehabiliteront Rostand ce soir" , XXXVII, no. 236, samedi, 12 octobre, 1946, p. 7, c o l . 3« Anonyme, "Les Romanesques", XXXVII, no. 238, mercredi, 16 octobre, 1946, p. 5, c o l . 3« Anonyme, "Les Compagnons rayonnent", XXXVII, no. 242, lundi, 21 octobre, 1946, p. 5, c o l . 3« Anonyme, "L'auteur des 'Precieuses' et du 'Mede-cin Malgre Lui 1" XXXVII, no. 266, mercredi, 20 novembre, 1946, p. 5, c o l . 5-6. Anonyme, "Origine et sujet du 'Medecin Malgre Lui'", XXXVII, no. 268, vendredi, 22 novembre, 1 9 5 6 , p. 5, c o l . 4. Anonyme, "Moliere eleva le prix des places pour les 'Precieuses 1", XXXVII, no. 269, samedi, 23 novembre, 1946, p. 8, c o l . 1-2. Francois, "Moliere chez les Compagnons", XXXVII, no. 276, lundi, 2 decembre, 1946, p. 5, c o l . 4-5. Communique, "Les Compagnons invites aux Etats-Unis", XXXVII, no. 279, jeudi, 5 decembre, 1946, p. 5, c o l . 3« 164. de Grandpre, Jacques, "Un 'Noel sur l a P l a c e ' dans un m i l i e u n a t u r e l " , XXXVTI, no. 299, l u n d i , 30 decembre, 1946, p. 5, c o l . 6-7. • -1947-Anonyme, "'Leocadia' d'Anouilh chez l e s Compa-gnons", XXXVIII, no. 8, l u n d i , 13 J a n v i e r , 1947, p. 5, c o l . 6. Anonyme, "La duchesse de L e o c a d i a " , XXXVIII, no. 13, samedi, 18 J a n v i e r , 1947, p. 5, c o l . 4. Anonyme, "Le o c a d i a " , XXXVIII, no. 24, v e n d r e d i , 31 J a n v i e r , 1947, p. 5, c o l . 3. de Grandpre, Jacques, "'Leocadia', un r a v i s s e -ment", XXXVIII, no. 26, l u n d i , 3 f e v r i e r , 1947, p. 6, c o l . 3-4. Anonyme, " C r e a t i o n d'une oeuvre canadienne chez l e s Compagnons", XXXVIII, no. 28, m e r c r e d i , 5 f e v r i e r , 1947, p. 5, c o l . 4. Anonyme, "Tournee des Compagnons au Saguenay", XXXVIII, no. 39, mardi, 18 f e v r i e r , 1947, p. 5, c o l . 2. G i l b e r t , Don, "Deux b e l l e s troupes: Les Compa-gnons et l ' E q u i p e " , XXXVIII, no. 40, m e r c r e d i , 19 f e v r i e r , 1947, p. 5, c o l . 5. Anonyme, "Une P i e c e canadienne chez l e s Compa-? gnons", XXXVIII, no. 45, mardi, 25 f e v r i e r , 1947, p. 5, c o l . 5-7* Anonyme, "Le Personnage de 'Maluron'", XXXVIII, no. 47, j e u d i , 27 f e v r i e r , 1947, p. 5, c o l . 5-Anonyme, "La campagne de 'Maluron'", XXXVIII, no. 54, v e n d r e d i , 7 mars, 1947, p. 5, c o l . 7« L e c l e r c , F e l i x , " J ' a i e c r i t 'Maluron'", XXXVIII, no. 55, samedi, 8 mars, 1947, p. 6, c o l . 5-6. de Grandpre, Jacques, "Maluron", XXXVIII, no. 56, l u n d i , 10 mars, 1947, p. 5, c o l . 6. 165. Anonyme, "L'Action de l a piece de M. Fel i x Leclerc", XXXVIII, no. 57, mardi, 11 mars, 194-7, p. 5, c o l . 6. de Grandpre, Jacques, "La Moralite sur nos sce-nes", XXXVIII, no. 71, deudi, 27 mars, 194-7, p. 5, c o l . 6-7. Anonyme, "Compagnons et 'M.R.T.' vainqueurs du Festival dramatique", XXXVIII, no. 74-, lundi, 31 mars, 194-7, p. 5, c o l . 5« Anonyme, "'Les Gueux au Paradis' chez les Com-pagnons", XXXVIII, no. 80, mercredi, 9 a v r i l , 194-7, p. 5, c o l . 6. Anonyme, "Le comique des 'Gueux au Paradis'", XXXVIII, no. 8 5 , mardi, 15 a v r i l , 194-7, p. 5, c o l . 5« Anonyme, "Les Compagnons n'iront pas a Prague", XXXVIII, no. 90, lundi, 21 a v r i l , 194-7, p. 5, c o l . 2. de Grandpre, Therese, "Les Gueux au Paradis", XXXVIII, no. 91, mardi, 22 a v r i l , 194-7, p. 5, c o l . 1-2. Anonyme, "Les Compagnons i r o n t - i l s a. London?", XXXVIII, no. 9 5 , samedi, 26 a v r i l , 194-7, p. 6, c o l . 3» Anonyme, "Notes biographiques sur Paul Dupuis", XXXVIII, no. 100, vendredi, 2 mai, 194-7, p. 5, c o l . 3« Anonyme, "Le Festival dramatique s'ouvre dans le r i r e " , XXXVIII, no. 104-, mercredi, 7 mai, 194-7, p. 5, c o l . 6. Anonyme, "Les Compagnons fort louanges a London", XXXVTII, no. 107, samedi, 10 mai, 194-7, p. 1 1 , c o l . 5-6. Anonyme, "Concours de pieces de theatre ouvert jusqu'au 31 decembre", XXXVIII, no. 14-7, samedi, 28 juin, 194-7, p. 8, c o l . 5-6. Anonyme, "La Prochaine saison des Compagnons", XXXVTII, no. 189, lundi, 18 aout, 194-7, p. 5, c o l . 2. 166. de Grandpre, Jacques, "Les Compagnons et Mo-l i e r e " , XXXVIII, no. 197, mercredi, 2? aout, 194-7, p. 5, c o l . 3-4. Anonyme, "La saison chez les Compagnons", XXXVIII, no. 209, jeudi, 11 septembre, 1947, p. 5, c o l . 2. Anonyme, "Au lOe anniversaire des Compagnons", XXXVIII, no. 212, lundi, 15 septembre, 1947, p. 5, c o l . 3. Anonyme, "Le Theatre espagnol chez les Compa-gnons", XXXVIII, no. 213, mardi, 16 sentembre, 1947, p. 5, c o l . 5. Communique, "Nouvel administrateur chez les Compagnons", XXXVIII, no. 214, mercredi, 17 septembre, 1947, p. 5, c o l . 3-Anonyme, "La Savetiere", XXXVIII, no. 215, jeudi, 18 septembre, 1947, p. 5, c o l . 2. Anonyme, "Des Variations a l a Giraudoux", XXXVIII, no. 219, mardi, 25 septembre, 1947, p. 5, c o l . 5-6. Anonyme? "Les Compagnons remportent un grand succes a Quebec", XXXVIII, no. 232, mercredi, 8 octobre, 1947, p. 5, c o l . 7. Anonyme, "Ouverture de saison chez les Compa-gnons", XXXVIII, no. 235, samedi, 11 octobre, 1947, p. 5, c o l . 6. de Grandpre, Jacques, "'L'Apollon' et 'La Sa- vetiere'" , XXXVIII, no. 256, mardi, 14 octo-bre, 1947, p. 2, c o l . 4. Anonyme, "Oeuvre de Racine chez les Compagnons", XXXVIII, no. 251, vendredi, 31 octobre, 1947, p. 6, c o l . 4. Anonyme, "Tournee des Compagnons", XXXVIII, no. 252, lundi, 3 novembre, 1947, p. 5, c o l . 4. Anonyme, "Les Compagnons jouent a guichet ferine", XXXVIII, no. 261, jeudi, 13 novembre, 1947, p. 5, c o l . 7. 167. Anonyme, "Les 280 ans 'Andromaque1", XXXVIII, no. 262, vendredi, 14 novembre, 1947, p. 5, col. 4. Anonyme, "Taine et le theatre de Racine", XXXVIII, no. 263, samedi, 15 novembre, 194-7, p. 6, col. 3» de Grandpre, Jacques, "Andromaque", XXXVIII, no. 264, lundi, 17 novembre, 1947, p. 5, col. 5. Trudel, Fernand, "Le Triomphe 1d'Andromaque1", XXXVIII, no. 289, mercredi, 17 decembre, 194-7, p. 5, col. 6-7--1948-Anonyme, "Jeux de Chancerel par les Compagnons", XXXIX, no. 8, mardi, 13 Janvier, 1948, p. 5, col. 5-6. Anonyme, "Cinq Pieces en un acte, salle du Gesu", XXXIX, no. 9, mercredi, 14 Janvier, 1948, p. 5, col. 2-3. Anonyme, "'Jofroi', un acte d'apres J. Giono", XXXIX, no. 10, jeudi, 15 Janvier, 194-8, p. 5, col. 6. Anonyme, "Les Compagnons triomphent a. Quebec", XXXIX, no. 20, mardi, 27 Janvier, 1946, p. 5, col. 6-7. Anonyme, "Le Festival d'art dramatique", XXXIX, no. 23, vendredi, 30 Janvier, 1946, p. 5, col. 6. Vincent, Jean, "Le Spectacle des Compagnons", XXXIX, no. 25, lundi, 2 fevrier, 194-8, p. 9, col. 5« Anonyme, "Les Compagnons et la 'Goutte de Miel'", XXXIX, no. 26, mardi, 3 fevrier, 1948, p. 9, col. 3-4-. Anonyme, "Spectacle coupe, aux Compagnons", XXXIX, no. 28, jeudi, 5 fevrier, 1946, p. 5, col. 3-4. 168. Communique, "'Lucrece' d1Andre Obey, le 6 mars", XXXIX, no. 59, mercredi, 18.fevrier, 1948, p. 5, c o l . 7« Anonyme, "Lucrece et Tarquin vus par Andre Obey", XXXIX, no. 40, jeudi, 19 fev r i e r , 1948, p. 5, c o l . 3-4. Anonyme, "Grande nouveaute par les Compagnons", XXXIX, no. 43, lundi, 23 fevrier, 1948, p. 7, co l . 6. Anonyme, "Ceux qui changerent l a vertu de Lu-crece", XXXIX, no. 47, vendredi, 27 fe v r i e r , 1948, p. 5, c o l . 3-4. Vincent, Jean, "Les Compagnons presenteront 'Lucrece'", XXXIX, no. 55, lundi, 8 mars, 1948, p. 5, c o l . 1-2. Anonyme, "Lucrece", XXXIX, no. 59, vendredi, 12 mars, 1948, p. 5, c o l . 4-5. Anonyme, "Pantomime, dialogue, narration et jeu entremelts par Obey", XXXIX, no. 62, mardi, 16 mars, 1948, p. 5, c o l . 5« Anonyme, "Les Compagnons dans 'Le Bourgeois Gen-tilhomme'", XXXIX, no. 73, mardi, 30 mars, 1948, p. 5, c o l . 4. Anonyme, "Moliere, s a t i r i s t e de l a sotte vanite", XXXIX, no. 80, mercredi, 7 a v r i l , 1948, p. 5, co l . 5. Anonyme, "Moliere, l i b r e t t i s t e d'opera et cho-regraphe", XXXIX, no. 81, jeudi, 8 a v r i l , 1948, p. 5, c o l . 6. Anonyme, "Les Compagnons dans une impasse", XXXIX, no. 82, vendredi, 9 a v r i l , 1948, p. 5, col. 7« Anonyme, "Moliere devant ses commentateurs", XXXIX, no. 85, mardi, 13 a v r i l , 1948,. p. 5, co l . 1. Anonyme, "Moliere veut des acteurs comiques", XXXIX, no. 86, mercredi, 14 a v r i l , 1948, p. 5, co l . 7-169. Vincent, Jean, "'Le Bourgeois Gentilhomme' par les Compagnons", XXXIX, no. 88, vendredi, 16 a v r i l , 1948, p. 5, c o l . 3-4. Anonyme, "Les Compagnons perdent le prix Bess"borough", XXXIX, no. 102, lundi, 3 mai, 1948, p. 5, c o l . 3-5-Anonyme, "Le Theatre des Compagnons", XXXIX, no. 114, mardi, 18 mai, 1948, p. 5, c o l . 2-3. Anonyme, "Les Compagnons auront un nouveau the-atre", XXXIX, no. 114, mardi, 18 mai, 1948, p. 5, c o l . 4. Communique, "Le Nouveau Centre Dramatique", XXXIX, no. 161, lundi, 12 j u i l l e t , 1948, p. 5, c o l . 4-5. Communique, "'Le Bourgeois Gentilhomme' contre-mande", XXXIX, no. 17/. vendredi, 30 j u i l l e t , 1948, p. 5, c o l . 4. Anonyme, "Les Compagnons a Rimouski", XXXIX, no. 180, mardi, 3 aout, 1948, p. 5, c o l . 4. Communique, "Les Compagnons ouvrent leur Ecole", XXXIX, no. 227, mardi, 23 septembre, 1948, p. 5, co l . 5-6. Communique, "Les Compagnons presentent un succes de Broadway", XXXIX, no. 230, vendredi, l e r oc-tobre, 1948, p. 5, c o l . 7-8. Anonyme, "La Menagerie de Verre", XXXIX, no. 235, jeudi, 7 octobre, 1948, p. 5, c o l . 1-2. Y.C., "A l'Ecole des Compagnons", XXXIX, no. 237, samedi, 9 octobre, 1948, p. 5, c o l . 3« Anonyme, "On d i t chez les Compagnons...", XXXIX, no. 239, mardi, 12 octobre, 1948, p. 5, c o l . 4-5. Anonyme, "Le nouveau theatre des Compagnons", XXXIX, no. 240, mercredi, 13 octobre, 1948, p. 5, c o l . 1-2. Anonyme, "La Menagerie de Verre", XXXIX, no. 242, vendredi, 15 octobre, 1948, p. 5, c o l . 5-Anonyme, "Les Compagnons joueront le 'Maitre de  Santiago' ", XXXIX, no. 24-5, mardi, 19 octobre, 1948, p. 5, c o l . 4. 170. Anonyme, "La Vie aventureuse de Tennessee Williams", XXXIX, no. 24-7, jeudi, 21 octobre, 194-8, p. 5, c o l . 7-8. Vincent, Jean, "Le Tour du 'Proprio' chez les Compagnons", XXXIX, mardi, 26 octobre, 194-8, p. 5, col. 4-5. Anonyme, "Cinq minutes avec...le R.P.E. Legault", XXXIX, no. 255, samedi, 30 octobre, 194-8, p. 38, c o l . 4. Communique, "Representations supplementaires chez les Compagnons", XXXIX, no. 267, lundi, 15 novembre, 1948, p. 4, c o l . 3« Anonyme, "Le Noel sur l a Place", XXXIX, no. 288, vendredi, 10 decembre, 1948, p. 4, c o l . 3« Aubin, Michel, "Compagnons: v r a i ou faux", XXXIX, no. 305, mercredi, 29 decembre, 1948, p. 4, col. 1-2. -1949-Vincent, Jean, "Soi-disant 'Britannicus'", XL, no. 10, vendredi, 14 Janvier, 1949, p. 4, col . 4-5. Vincent, Jean, "Britannicus contre 'Britannicus'", XL, no. 17, samedi, 22 Janvier, 1949, p. 7, co l . 5-6. Anonyme, "Le 'Comite Meteor' et les Compagnons", XL, no. 33, jeudi, 10 fev r i e r , 1949, p. 4, c o l . 4-5-Anonyme, "'Les Compagnons' en tournee, retour a Montreal le 5 mars", XL, no. 40, vendredi, 18 fevrier, 1949, p. 4, c o l . 4-5. Communique, "Les Compagnons vous conviennent a. un spectacle de choix", XL, no. 44, mercredi, 23 fev r i e r , 1949, p. 4, c o l . 4-5. Anonyme, "Chez les Compagnons", XL, no. 55, same-d i , 5 mars, 1949, p. 6, c o l . 1-2. 171. V i n c e n t , Jean, " B r i s e r la. S t a t u e " , XL, no. 54, l u n d i , 7 mars, 1949, p. 5, c o l . 6. Anonyme, "Une Bonne n o u v e l l e chez l e s Compagnons", XL, no. 55, mardi, 8 mars, 1949, p. 5, c o l . 6. Communique, " R e s u l t a t de l a s o u s c r i p t i o n chez l e s Compagnons", XL, no. 61, mardi, 15 mars, 1949, p. 5, c o l . 1-2. Anonyme, " l e s Compagnons p a r t i c i p e r o n t au F e s t i -v a l de M o n t r e a l " , XL, no. 63, j e u d i , 17 mars, 1949, p. 5, c o l . 7-8. Anonyme, "Le Troisieme element du t h e a t r e " , XL, no. 70, v e n d r e d i , 25 mars, 1949, p. 4, c o l . 3-4. Anonyme, "En f e v r i e r 1950 - M. Robert Speaight j o u e r a 'Le Meurtre dans l a Ca t h e d r a l e ' sur l a sce-ne des Compagnons", XL, no. 91, m e r c r e d i , 20 a-v r i l , 1949, p. 4, c o l . 3-5. Communique, "Prochainement chez l e s Compagnons", XL, no. 93, v e n d r e d i , 22 a v r i l , 1949, p. 4, c o l . 6. V i n c e n t , Jean, "La P a i x " XL, no. 101, l u n d i , 2 mai, 1949, p. 4, c o l . 3« Communique, "Deux d e r n i e r e s chances de v o i r 'La P a i x ' chez l e s Compagnons", XL, no. 117, v e n d r e d i , 27Tmai, 1949, p. 4, c o l . 7-8. Anonyme, " ' L ' I l l u s i o n Comique' de C o r n e i l l e au Ch a l e t de l a Montague", XL, no. 167, m e r c r e d i , 20 j u i l l e t , 1949, p. 6, c o l . 3-4. Anonyme, "Le Pere L e g a u l t en Europe", XL, no. 167, m e r c r e d i , 20 j u i l l e t , 1949, p. 6, c o l . 5« Anonyme, "Au F e s t i v a l de M o n t r e a l " , XL, no. 169, v e n d r e d i , 22 j u i l l e t , 1949, p. 6, c o l . 1. Anonyme, " ' L ' I l l u s i o n Comique' de C o r n e i l l e par l e s Compagnons au C h a l e t " , XL, no. 170, samedi, 23 j u i l l e t , 1949, p. 5, c o l . 4-5. Communique, " ' L ' I l l u s i o n Comique' au C h a l e t , de-main s o i r " , XL, no. 173, m e r c r e d i , 27 j u i l l e t , 1949, p. 6, c o l . 1-2. 172. CommuniquE, "Les Compagnons joueront le trois et cinq aout", XL, no. 178, mardi, 2 aout, 1949, p. 6, c o l . 3-4. Communique, "'L'Illusion Comique' vendredi prochain", XL, no. 180, jeudi, 4 aotit, 1949, p. 6, c o l . 6. Marcotte, G i l l e s , "'L'Illusion Comique' est une honnete reussite", XL, no. 183, lundi, 8 aout, 1949, p. 6, c o l . 4-5. Anonyme, "'L'Illusion Comique' - ce qu'en pen-sent ces Messieurs de l a presse", XL, no. 185, mercredi, 10 aout, 1949, p. 6, c o l . .6. CommuniquE, "Derniere chance de voir 'L'Illusion  Comique', ce soi r " , XL, no. 187, vendredi, 12 aout, 1949, p. 6, c o l . 2. Anonyme, "Les Compagnons et les enfants...", XL, no. 195, lundi, 22 aotlt, 1949, p. 5, c o l . 2. CommuniquE, "Audition des Candidats a 1'Ecole Dramatique des Compagnons", XL, no. 204, jeudi, l e r septembre, 1949, p. 6, c o l . 2-3. CommuniquE, "'Les Compagnons' prEsentent of-ficiellement leur saison", XL, no. 216, ven-dredi, 16 septembre, 1949, p. 6, c o l . 3-4. Communique, "La Dame de 1'Aube", XL, no. 223, samedi, 24 septembre, 1949, p. 7, c o l . 3» CommuniquE, "Le Prochain spectacle des Compa-gnons", XL, no. 225, mardi, 27 septembre, 1949, p. 6, c o l . 4. Communique, "Ce soir 'La Dame de l'Aube'", XL, no. 227, jeudi, 29 septembre, 1949, p. 8, co l . 3. Anonyme, "Les Compagnons abandonnent1 1'ano-nymat", XL, no. 227, jeudi, 29 septembre, 1949, p. 8, c o l . 4. Vincent, Jean, "La Dame de l'Aube", XL, no. 228, vendredi, 30 septembre, 1949, p. 6, c o l . 1-2. 173-Anonyme, "Du nouveau chez l e s Compagnons", XL, no. 245, j e u d i , 20 o c t o b r e , 194-9, p. 5, c o l . 7. Communique, " E n f i n du t h e a t r e pour l e peuple ce s o i r chez l e s Compagnons", XL, no. 246, v e n d r e d i , 21 o c t o b r e , 194-9, p. 5, c o l . 3-4. Anonyme, " M o l i e r e chez l e s Compagnons", XL, no. 251, j e u d i , 27 o c t o b r e , 194-9, p. 6, c o l . 7. Communique, "Les Compagnons et l e u r ami Mo-l i e r e " , XL, no. 261, m e r c r e d i , 9 novembre, 194-9, p. 5, c o l . 3-Anonyme, "Theatre P o p u l a i r e chez l e s Compa-gnons", XL, no. 263, v e n d r e d i , 11 novembre, 194-9, p. 6, c o l . 2. Communique, " M o l i e r e vu par Jacques Copeau", XL, no. 265, l u n d i , 14- novembre, 194-9, p. 6, c o l . 4-5. Anonyme, "Les Compagnons jouent 'Le Malade  I m a g i n a i r e ' " , XL, no. 267, m e r c r e d i , 16 no-vembre , 194-9, p. 6, c o l . 4-5* Anonyme, "Neuf p i e c e s de M o l i e r e en douze ans.chez l e s Compagnons", XL, no. 270, samedi, 19 novembre, 1949, p. 6, c o l . 1-2. Communique, " M o l i e r e , ce s o i r chez l e s Compa-gnons", XL, no. 272, mardi, 22 novembre, 1949, p. 6, c o l . 3• V i n c e n t , Jean, "Du v r a i M o l i e r e " , XL, no. 273, m e r c r e d i , 23 novembre, 1949, p. 6, c o l . 3« Communique, "'Le Malade I m a g i n a i r e ' en 2e se-maine chez l e s Compagnons", XL, no. 287, v e n d r e d i , 9 decembre, 1949, p. 6, c o l . 5-6. Communique, " ' M i s t e r e ' du Moyen-Age et messe de m i n u i t chez l e s Compagnons", XL, no. 297, j e u d i , 22 decembre, 1949, p. 6, c o l . 3-4. Anonyme, "Le s p e c t a c l e de NoSl chez l e s Com-pagnons", XL, no. 302, m e r c r e d i , 28 decembre, 1949, p. 6, c o l . 6. 174. Communique, "Chez les Compagnons cette se-maine", XL, no. 305, samedi, 31 decembre, 1949, p. 6, c o l . 6-7. -1950-Anonyme, "'Le Chant du Berceau' chez les Com-pagnons", XLI, no. 6 , mardi, 10 Janvier, 1950, p. 6 , c o l . 1-2. Anonyme, "Theatre populaire des Compagnons", XLI, no. 7, mercredi, 11 Janvier, 1950, p. -6 , c o l 1. Anonyme, '"Le Chant du Berceau' chez les Com-pagnons", XLI, no. 9, vendredi, 13 Janvier, 1950, p. 6 , c o l . 4-5. Y.G., "Chant du Berceau" t XLI, no. 21, vendre-d i , 27 Janvier, 1950, p. 6 , c o l . 3. Anonyme, "Les Compagnons aux Etats-Unis", XLI, no. 24, mardi, 31 Janvier, 1950, p. 7, c o l . 1-2. Speaight, Robert, "A l a v e i l l e du 'Meurtre dans  l a Cathedrale'", XLI, no. 27, 3 fe v r i e r , 1950, p. 6 , c o l . 3-5• Vincent, Jean, "Le Meurtre dans l a Cathedrale", XLI, no. 29, lundi, 6 fevrier, 1950, p. b, co l . 3. Anonyme, "Conferences i l l u s t r e e s par Robert Speaight", XLI, no. 31, mercredi, 8 f e v r i e r , 1950, p. 6, c o l . 5. Anonyme, "S.E. le Gouverneur General,chez les Compagnons", XLI, no. 31, mercredi, 8 f e v r i e r , 1950, p. 6 , c o l . 7 -8 . Anonyme, "Le Meurtre dans l a Cathedrale", XLI, no. 36, mardi, 14- fev r i e r , 1950, p. 6 , c o l . 6 . Anonyme, "Robert Speaight, un vra i comedien", XLI, no. 39, vendredi, 17 fevrier, 1950, p. 6, c o l . 1. Anonyme, "L'Organisation du Fest i v a l " , XLI, no. 41, lundi, 20 fev r i e r , 1950, p. 6 , c o l . 4. 175. Communique, "Une comedie de "haute gresse" demain chez les Compagnons", XLI, no. 63, ven-dredi, 17 mars, 1950, P» 6, c o l . 5-4. Anonyme, "Les Gueux au Paradis", XLI, no. 64, samedi, 18 mars,"1950, p. 6, c o l . 1-2. Giroux, Yvette, "Les Gueux au Paradis", XLI, no. 67, mercredi, 22 mars, 1950, p. 6, c o l . 6-7. Anonyme. "'Le Chemin de l a Croix* chez les Com-pagnons", XLI, lundi, 5 a v r i l , 1950, p. 6, col . 1-2. Anonyme, "Hi les Compagnons n i le McGill n ' i -ront au Festival a Calgary", XLI, no. 77, lundi, 3 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 7-8. Anonyme, "Les Compagnons sont trop habitues aux compliments", XLI, no. 79, mercredi, 5 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 3-4. Anonyme, "Le Pere Legault demande que le F e s t i -val desapprouve M. Wray", XLI, no. 82, lundi, 10 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 7-8. Communique, "'Romeo et Juliette* chez les Com-pagnons", XLI, no. 85, jeudi, 15 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 5-6. Anonyme, "Romeo et J u l i e t t e " , XLI, no. 92, ven-dredi, 21 avril , . 1950, p. 6, c o l . 2. . Communique, "Ce soir, premiere de 'Romeo et Ju l i e t t e ' " , XLI, no. 95, mardi, 25 a v r i l , 1950, p. 6~"~,col. 6. Vincent, Jean, "Romeo et J u l i e t t e " , XLI, no. 96, mercredi, 26 a v r i l , 1950, p. 6, c o l . 4-5. Speaight, Robert, "'Vous avez un theatre' nous assure Robert Speaight apres un sejour chez les Compagnons", XLI, no. 105, samedi, 6 mai, 1950, p. 6, c o l . 1-4. Vincent, Jean, "Une Surprise au Festival de Calgary", XLI, no. 108, mercredi, 10 mai, 1950, p. 6, c o l . 3-4. Anonyme, "'Orphee' chez les Compagnons", XLI, no. 109, jeudx, 11 mai, 1950, p. 6, c o l . 4. 176. Anonyme, "La saison des Compagnons t i r e a sa f i n . . . " , XLI, no. 110, vendredi, 12 mai, 1950, p. 6, c o l . 2. Anonyme, "Le Theatre d'Arlequin chez les Compagnons", XLI, no. 114, mercredi, 17 mai, 1950, p. 6, c o l . 5. Vincent, Jean, "Orphee", XLI, no. 116, ven-dredi, 19 mai, 1950, p. 6, c o l . 4. Anonyme, "Le Theatre d'Arlequin reprend 'Orphee'", XLI, no. 151, jeudi, 9 juin, 1950, p. 6, c o l . 4. Anonyme, "Les Compagnons ne joueront pas 'La Tragedie de l'Hbmme' - mais 'La Passion', par des specialistes", XLI, no. 15_, mercre-d i , 5 j u i l l e t , 1950, p. 6, c o l . 5-4. Anonyme, "Les Compagnons montent 'La Passion  de Notre-Seigneur'", XLI, no. 158, mercredi, 12 j u i l l S t , 1950, p. 6, c o l . 4-5. Anonyme, "Rene Salvator Catta dans 'La Pas-sion' " , XLI, no. 176, mercredi, 2 aou"t"" 1950, p. 6, c o l . 3. Anonyme, "Les Compagnons suivent l'exemple des habitants d'Oberammergau", XLI, no. 178, vendredi, 4 aout, 1950, p. 6, c o l . 6-7. Anonyme, "Coup d'oeil sur Robert Prevost, le decorateur de 'La Passion'", XLI, no. 179, samedi, 5 aotit, 1950, p. 6, c o l . 4-5. Anonyme, "L*annee sainte et 'La Passion'", XLI, no. 181, mardi, 8 aout, 1950, p. 6, c o l . 5-6. Leger, Paul-Emile, "Son Excellence Mgr. Paul-Emile Leger loue 'La Passion' jouee a St-Laurent", XLI, no. 194, mercredi, 25 aout, 1950, p. 6, c o l . 4. de Quoy, E., "'La Passion' a Saint-Laurent", XLI, no. 195, jeudi, 24 aout, 1950, p. 6, col. 5» Communique, "Matinee pour les enfants, le samedi", XLI, no. 195, jeudi, 24 aodt, 1950, p. 6, c o l . 4. 177. Anonyme, "'La Passion' presentee sous les aus-pices des Syndicats Nationaux", XLI, no. 203, samedi, 2 septembre, 1950, p. 6, c o l . 2. Anonyme, "Tout le monde pourra voir 'La Pas-sion' a St-Laurent", XLI, no. 207, vendredi, 8 septembre, 1950, p. 6, c o l . 3-4-. Blain, Marcel, "Les Compagnons presentent leur prochaine saison dramatique", XLI, no. 208, 9 septembre, 1950, p. 6, c o l . 5-4-. Anonyme, "Les Compagnons ont remporte l a gageure", XLI, no. 211, mercredi, 13 septembre, 1950, p. 6, c o l . 4-. Communique, "Reprise de 'La Passion'", XLI, no. 222, mardi, 26 septembre, 1950, p. 6, col . 3' Communique, "Dernidres representations de *La Passion'", XLI, no. 225, vendredi, 29 septembre, 1950, p. 6, c o l . 3« Communique, "L'Ecole des Compagnons", XLI, no. 255, vendredi, 29 septembre, 1950, p. 6, col . 4-. Communique, "'Perrichon' debute en gaiete", XLI, no. 230, jeudi, 5 octobre, 1950, p. 6, co l . 4-. Blain, Marcel, "Le Voyage de Monsieur P e r r i -chon" , XLI, no. 231, vendredi, 6 octobre, T550, p. 6, c o l . 6. Anonyme, "Les High Schools chez les Compa-gnons", XLI, no. 240, mardi, 17 octobre, 1950, p. 6, c o l . 4-. Communique, "'La Premiere Legion' chez les Compagnons", XLI, no. 24-7, mercredi, 25 octo-bre, 1950, p. 6, c o l . 4-. Communique, "'La Premiere Legion' d'Emmet Lavery chez les Compagnons", XLI, no. 24-9, vendredi, 27 octobre, 1950, p. 6, c o l . 4-. d'Auteuil, Georges-Henri, s . j . , "Avant le lever du rideau sur 'La Premiere Legion'", XLI, no. 250, samedi, 28 octobre, 1^50, p. 7, co l . 4-5. 178. Blain^ Maurice, "Du meilleur au pire — "La Premiore Legion' chez les Compagnons", XLT~7 no. 253, jeudi, 2 novembre, 1950, p. 6, c o l . 3-Communique, '"La Premiere Legion' a. l a scene jusqu'au 19", XLI, no 261, samedi, 11 no-vembre, 1950, p. 6, c o l . 5* Communique, "'Mistere' du Moyen-Age et messe de minuit chez les Compagnons", XLI, no. 286, mardi, 12 decembre, 1950, p. 6, c o l . 2, Anonyme, "Les Compagnons en tournee a. R i - • mouski", XLI,-no. 292, mardi, 19 decembre, 1950, p. 6, c o l . 4. Communique, "Spectacle de Noel chez les Com-pagnons", XLI, no. 296, samedi, 23 decembre, 1950, p. 6, c o l . 8. Communique, "Messe de minuit chez les Com-pagnons", XLI, no. 299, jeudi, 28 decembre, 1950, p. 6, c o l . 5. -1951-Anonyme, "'Leg Gueux au Paradis' succes d'une reprise", XLII, no. 3, jeudi, 4 Janvier, 1951, p. 6, c o l . 3» Communique, "Les Compagnons, programme de l a nouvelle annee", XLII, no. 5, lundi, 8 Jan-v i e r , 1951, p. 6, c o l . 2. Communique, "'La Locandiera' de Carlo Gol« doni remise au 27", XLII, no. 16, samedi, 20 Janvier, 1951, p. 6, c o l . 7-8. Blain, Maurice, '"La Locandiera' chez les Compagnons", XLII, no. 25, mercredi, 31 Jan-vie r , 1951, p. 6, c o l . 5~6« Anonyme, '"Notre Petite V i l l e ' chez les Com-pagnons", XLII, no. 35, lundi, 12 fev r i e r , 1951, p» 6, c o l . 3« Communique, "La premiere de 'Notre Petite  V i l l e ' remise au 24", XLII, no. 37, mercredi, 14 fev r i e r , 1951, p. 6, c o l . 4, 179. Anonyme, "'Notre Petite V i l l e ' est l 1 h i s t o i r e de tous les jours", XLII, no. 43, mercredi, 21 fe-vr i e r , 1951, p. 6, c o l . 2. Anonyme, "Realisme poetique de Thornton Wilder", XLII, no. 45, vendredi, 23 fev r i e r , 1951, p. 6, co l . 4. Blain, Maurice, '"Notre Petite V i l l e 1 de Thornton Wilder", XLII, no. 48, mardi, 27 fe v r i e r , 1951, p. 6, c o l . 3-4. Blain, Maurice, '"Les Gueux au Paradis' avec les Compagnons", XLII, no. 48, mardi, 27 fe v r i e r , 1951, p. 6, c o l . 5-6. Anonyme, "'Notre Petite V i l l e ' un grand succes des Compagnons", XLII, no. 57, vendredi, 9 mars, 1951, p. 6, c o l . 2. Communique, "'Notre Petite V i l l e ' en deuxieme re-prise", XLII, no. 61, mercredi, 14 mars, 1951, p. 6, c o l . 7« Communique, "'Le Bal des Voleurs' en dernier spec-tacle a l a f i n d ' a v r i l " , XLII, no. 63, vendredi, 16 mars, 1951, p. 6, c o l . 2. Anonyme, "Les Compagnons battent un record", XLII, no. 72, mercredi, 28 mars, 1951, P« 6, c o l . 5« CommuniquE, "'Notre Petite V i l l e ' en derniere se-maine", XLII, no. 78, mercredi, 4 a v r i l , 1951, P» 6, c o l . 2. Anonyme, '"Le Bal des Voleurs' de Jean Anouilh chez les Compagnons", XLII, no. 90, mercredi, 18 a v r i l , 1951, P« 6, c o l . J>. Anonyme, "Pierre Mercure et 'Le Bal des Voleurs'", XLII, no. 95, samedi, 21 a v r i l , 1951, P» 6, c o l . 5. Anonyme, "Jean Anouilh nous parlera du thEatre, ce s o i r " , XLII, no. 95, mardi, 24 a v r i l , 1951, P« 6, c o l . 7» Blain, Maurice, "'Le Bal des Voleurs' chez les Compagnons", XLII, no. 96, mercredi, 25 a v r i l , 1951, p. €>, c o l . 5-6. 180. Anonyme, "Les Compagnons dans 'Le Mystdre de  l a Messe'"% XLII, no. 114, jeudi, l y mai, 1951, p. 6, c o l . 1. Anonyme, "Les Compagnons remportent le tro-phee Bessborough", 'XLII, no. 117? lundi, 21 mai, 1951, p. 6, c o l . 3-4. Anonyme, "'Le Mystere de l a Messe'; un spec-tacle symbolique", XLII, no. 124-, mardi, 29 mai, 1951, P« 6, c o l . 6. Blain, Maurice, "Jean Gascon a l a direction des Compagnons?", XLII, no. 126, jeudi, 31 mai, 1951, P« 6, c o l . 5-6. Blain, Maurice, "'Le Mystire de l a Messe', un grandiose spectacle 1", XLII, no. 127, ven-dredi, l e r juin, 1951> p. 6, c o l . 2. Somerset, Dorothy, "Temoignage d'une cana-dienne anglaise sur les Compagnons", XLII, no. 133, vendredi, 8 juin, 1951, p. 6, co l . 6-7. Blain, Maurice, "Paul Dupuis de retour chez les Compagnons", XLII, no. 14-9, oeudi, 28 juin, 1951, P» 6, c o l . 1-3• Communique, "Les Compagnons preparent une br i l l a n t e rentrie", XLII, no. 215, samedi, 15 septembre, 1951, P» 6, c o l . 5-6. Communique, "Auditions a 1'Atelier des Corn-* pagnons, lundi", XLII, no. 221, samedi, 27 septembre, 1951, P» 7, c o l . 4-. Anonyme, "Jacques Auger avec les Compagnons dans 'Henri IV'". XLII, no. 230, mercredi, 30 octobre, 1951, P» 6, c o l . 6# Communique, "Nouveaux professeurs chez les Compagnons", XLII, no. 236, mercredi, 10 octobre, 1951, P» 6, c o l . 6. Communique, "Distribution de 'Henri I V chez les Compagnons", XLII, no. 236, mercre-d i , 10 octobre, 1951, p. 6, c o l . 6. 181. Anonyme, "Luigi Pirandello, grand i l l u s i o n i s t e " , XLII, no..239, samedi, 13 octobre, 1951, p. 6, c o l . 6. Blain, Maurice, "Luigi Pirandello, maitre i l l u -sioniste chez les Compagnons", XLII, no. 24-2, mercredi, 17 octobre, 1951, P« 6, c o l . 5» Anonyme, "'La Bergere' de Gheon avec decors de Michel Ambrogi", XLII, no. 261, vendredi, 9 novembre, 1951, P« 6, c o l . 5» Anonyme, "'Les Pourberies' devant l a critique de New York'1, XLII, no. 262, samedi, 10 novem-bre, 1951, P« 6, c o l . 3« Communique, "'Les Pourberies' en premiere ce soir chez les Compagnons", XLII., no. 264-, mardi, 13 novembre, 1951, P« 6, c o l . 7» Blain, Maurice, "'Les Pourberies' avec Georges Groulx", XLII, no. 265, mercredi, 14- novembre, 1951, p. 6, c o l . 2-5. Anonyme, "Triomphe de Moliere chez les Compagnons", XLII, no. 268, samedi, 17 novembre, 1951, P» 6, c o l . 4-. Anonyme, "'La Bergere' de Gheon avec les Compa-gnons a l a J.I.CP. de Verdun", XLII, no. 274-, samedi, 24 novembre, 1951, P» 6, c o l . 3' Anonyme, "'L'oncle Sebastien' de retour sur l a scene des Compagnons", XLII, no. 274, samedi, 24 novembre, 1951, P» 6, c o l . 8. CommuniquE, "'Les Fourberies' en troisieme se-maine chez les Compagnons", XLII, no. 275, lundi, 26 novembre, 1951, P« 6, c o l . 4. Anonyme, "Le P. Emile Legault invite a Toronto", XLII, no. 283, mercredi, 5 decembre, 1951, P» 6, c o l . 3-4. Communique, "Reprise de Moliere et Musset les 8 et 9", XLII, no. 283, mercredi, 5 decembre, 1951, p. 6, c o l . 6. Anonyme, "Chez les Compagnons", XLII, no. 286, lundi, 10 decembre, 1951, P» 6, c o l . 7» 182. Communique, "'L'Atelier' presente 'La Bergere' de Gheon", XLII, no. 288, mercredi, 12 decembre, 1951, p. 6, c o l . 7. Anonyme, "Retour de Choquette au thEatre chez les Compagnons", XLII, no. 296, vendredi, 21 decemhre, 1951, p. 6, c o l . 7« CommuniquE, "Les Bergers, Piphagne et Babar au ThEatre des Compagnons", XLII, no. 302, samedi, . 29 dEcembre, 1951, p. 6, c o l . 4. -1952-CommuniquE, "FEdErico Garcia Lorca chez les Com-pagnons", XLIII, no. 8, jeudi, 10 Janvier, 1952, p. 6, c o l . 2-5. Blain, Maurice, "'Les Noces de Sang' chez les Com-pagnons", XLIII, no. 19, mercredi, 23 Janvier, 1952, p. 6, c o l . 5-6. Anonyme, "L'ElEphant Babar est malade chez les Com-pagnons" ,.XLIII, no. 22, samedi, 26 Janvier, 1952, p. 6, c o l . 4. CommuniquE, "Les Compagnons jouent 'La Passion' du 5 au 11 a v r i l " , XLIII, no. 24, mardi, 29 Janvier, 1952, p. 6, c o l . 7. CommuniquE, "'Les Noces de Sang' en derniere se-maine", XLIII, no. 28, samedi, 2 fEv r i e r , 1952, p. 6, c o l . 5» Anonyme, "'La Passion' sera montEe a grands f r a i s " , XLIII, no. 51, mercredi, 6 fEvr i e r , 1952, p. 6, co l . 7. Anonyme, "ThEatre pour enfants chez les Compagnons", XLIII, no. 33, vendredi, 8 fEvrier, 1952, p. 6, co l . 3« Anonyme, "Garcia Lorca a Paris et a MontrEal", XLIII, no. 34, samedi, 9 fEvrier, 1952, p. 6, c o l . 5-6. CommuniquE, "Avant premiere de 'Federigo' chez les Compagnons", XLIII, no. 39, vendredi, 15 fEv r i e r , 1952, p. 6, c o l . 6. 183. Communique, "Les Marionnettes et Babar remis a. l a semaine prochaine", XLIII, no. 39, vendredi, 15 fev r i e r , 1952, p. 6, c o l . 7-de Grandmont, E l o i , "'Federigo' un conte de La-porte", XLIII, no. 42, mardi, 19 f e v r i e r , 1952, p. 6, c o l . 1. Blain, Maurice, "Jean Coutu - Federigo en quite d'auteur", XLIII, no. 43, mercredi, 20 fe v r i e r , 1952, p. 6, c o l . 2-3. Anonyme, "'Federigo': un acte de f o i " , XLIII, no. 48, mardi, 26 fe v r i e r , 1952, p. 6, c o l . 7. Anonyme, "Les Compagnons vont creer une piece de Pierre Emmanuel", XLIII, no. 51, vendredi, 29 f e v r i e r , 1952, p. 6, c o l . 2-3. Anonyme, "Decors cries par un expert", XLIII, no. 54, mardi, 4 mars, 1952, p. 6, c o l . 5. Communique, "Les Compagnons presenteront 'La Passion'". XLIII, no. 59, lundi, 10 mars, 1952, p. 6, c o l . 1. Communiqui, "Ce soir chez les Compagnons", XLIII, no. 60, mardi, 11 mars, 1952, p. 6, c o l . 5. Anonyme, "Les decors de 'La Passion'", XLIII, no. 65, lundi, 17 mars, 1952, p. 6, c o l . 1. Anonyme, "'Fedirigo' et le M.R.T.", XLIII, no. 66, mardi, 18 mars, 1952, p. 6, c o l . 6-7-Communique, "'Federigo' continu", XLIII, no. 67, mercredi, 19 mars, 1952, p. 6, c o l . 3» Communiqui, "Deux dernieres representations de 'Federigo'", XLIII, no. 75, vendredi, 28 mars, 1952, p. 6, c o l . 5. Anonyme, "Decors construits sur chariots pour 'La Passion'", XLIII, no. 78, mardi, l e r a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 4. Anonyme, "'La Passion' realisation d'un r i v e " , XLIII, no. 80, jeudi, 3 a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 7. 184. Anonyme, "Le Theatre Marist chez les Compa-gnons", XLIII, no. 85, mercredi, 9 a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 6. Communique, "Propos sur l a prochaine piece des Compagnons", XLIII, no. 89, mardi, 15 a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 7. Anonyme, " 1L 1Honneur de Dieu' chez les Compa-gnons", XLIII, no. 95, mardi, 22 a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 5. Blain, Maurice, "'L'Honneur de Dieu' de Pierre Emmanuel", XLIII, no. 96, mercredi, 23 a v r i l , 1952, p. 6, c o l . 2-3-Communique, "Trois dernieres representations de 'L1 Honneur de Dieu'", XLIII, no. 107, mardi, 6 mai, 1952, p. 6, c o l . 3. Communique, "Les Compagnons rentrent d'une pre-miere tournee en province", XLIII, no. 139, vendredi, 13 juin, 1952, p. 6, c o l . 4-5. Blain, Maurice, "Bilan de l a saison dramatique" XLIII, no. 140, samedi, 14 juin, 1952, p. 6, co l . 2-3. Anonyme, "Les Compagnons au Congres Eucharisti-que de Mont-Laurier", XLIII, no. 142, mardi, 17 juin, 1952, p. 6, c o l . 2-3. Anonyme, "Les Compagnons a Mont-Laurier", XLIII no. 149, jeudi, 26 juln, 1952, p. 6, c o l . 5« Anonyme, "Les Compagnons joueront dans un chan-t i e r de construction", XLIII, no. 150, vendredi 27 juin, 1952, p. 6, c o l . 4-5. Anonyme, "Les Compagnons continuent leurs ac-tivit£s regulieres", XLIII, no. 191, mercredi, 13 aout, 1952, p. 6, c o l . 4-6. Blain, Maurice, "Hommage aux Compagnons", XLIII no. 206, samedi, 30 aout, 1952, p. 7, c o l . 1-2. Gascon, Jean, de Grandmont, E l o i , Eoux, Jean-Louis..., " l i s avaient gagne leur droit de c i t e XLIII, no. 206, samedi, 30 aout, 1952, p. 7, co l . 3-4. 185-Anonyme, "Les Compagnons ne sont plus", XLIII, no. 207, mardi, 2 septembre, 1952, p. 6, c o l . 5. Cailloux, AndrE, "'Lettres au Devoir'..La Re-leve des Compagnons est prdte...", XLIII, no. 219, mardi, 16 septembre, 1952, p. 4, c o l . 5-6. Chaput-Rolland, Solange, "L'Oeuvre des Compa-gnons ne peut pas mourir", XLIII, no. 231, mardi, 30 septembre, 1952, p. 4, c o l . 3-4. -1954-Communique, "Une Conference du P. Legault au Club Canadien", XLIII, no. 97, mercredi, 28 a v r i l , 1954, p. 7, c o l . 4. B. Autres Journaux Gingras, Claude, "Entrevue avec l e Pere Emile Legault", La Presse, 12 f e v r i e r , 1963, p. 32. Germain, Jean-Claude, "Le Pere Legault ne fera plus jamais de theatre: 'On n'avait plus be-soin d'un moine dans ce monde-la'", Le P e t i t  Journal, 42e annee, no. 22, 24 mars, 1968, p. 48, c o l . 1-5, p. 49, c o l . 1-2. IV Documents Inedits Les Compagnons de Saint-Laurent presentent  'Le Jeu de Saint-Laurent du Pleuye' mis a l a scene oar l'auteur Henri Gheon, Programme d'aoflt, 1938. Les Compagnons de Saint-Laurent presentent '^Le Misanthrope' de Moliere, Prograjnme de decembre, TO 'Le Mystdre de l a Messe' r e a l i s t par les Com- pjagn^ ons de Saint-Laurent, Programme d'ete. 186. 'Athalie' realised par les Compagnons de Saint-Laurent, Programme de mai, 1941. Les Compagnons de Saint-Laurent sur l a scene de  l'Ermitage: 'le Jeu d'Adam et Eye et de Robin et  Marion'/Programme d'octobre, 1941. Les Compagnons de Saint-Laurent: 'Noe1, Program-me de fev r i e r , 1942. Les Compagnons de Saint-Laurent: '1'Echange' de  Claudel, Programme de mars, 1942. Moliere avec les Compagnons de Saint-Laurent sur  l a scene de l'ErmitageY 'le Mariage Force' e-fa 'Sanctus' de Fe l i x Leclerc, Programme de f e v r i e r , i w : 'Le Comedien et l a Grace* chez les Compagnons de  Saint-Laurent, Programme de j u i l l e t , 1943. Les Compagnons de Saint-Laurent sur l a scene de  l'Ermitage: 'le Barbier de Sev i l l e ' de Beaumar-ena! s , Programme de fe v r i e r , 1944. 'Les Fourberies de Scapin': Moliere a l'Ermitage, Programme d'octobre, 1944. 'Un Songe de Nuit d'Ete', Programme d'aout, 1945. 'Huon de Bordeaux' au College Saint-Laurent, Programme de 1947. '. Les Compagnons de Saint-Laurent: 'Lucrece' et 'Le Bourgeois Gentilhomme', Programme d'avrTT, i w : — Les Compagnons de Saint-Laurent: 'La Passion de  Notre Seigneur', Programme d'ao-Qt, 1950. Deux mots d'histoire, anonyme et non-date,' (dos-sier personnel de Mile. Alice Legault.) Legault, Emile, "Quelques notes d'adresse des i n -terpretes de 'La Passion'", adresse. (dossier personnel de Mile. Alice Legault.) 187. L e g a u l t , E m i l e , " S i x annees d ' a c t i v i t e d r a -m a t i q u e " , L e Comedien e t l a G r a c e , ( d o s s i e r p e r s o n n e l de M i l e . A l i c e L e g a u l t . ) "Memoire s u r l e s Compagnons", P a m p h l e t n o n-s i g n e , H i s t o i r e des Compagnons, 1952. ( d o s s i e r p e r s o n n e l de M i l e . A l i c e L e g a u l t . ) 188. Appendice I: Liste des pieces jouees (1937-1952) pax* les Compagnons de Saint-Laurent. Note preliminaire: a) II y a quatre periodes distinctes, attribu-ables aux deplacements geographiques de l a troupe des Compagnons de Saint-Laurent, sous l a direction du Pere Emile Legault: 1. 1958-1942 - au College de Saint-Laurent . 2. 1942-1945 - a l'Ermitage. 3. 1945-1948 - au Gesu. 4. 1948-1952 - au Theatre des Compagnons, b) II faut aussi mettre en evidence une Evolu-tion qui semble capitale. Nous pourrions resumer cette evolution en t r o i s points, suivant l'ordre chronologique du repertoire allant de 1958 a 1952: 1. passage d'un theatre chrEtien a. un thEatre profane. (1958-1943). 2. passage d'un rEpertoire classique (17e siecle) a un rEpertoire roman-tique, puis moderne et contemporain. (1944-1946). 3. passage d'un theatre exclusivement francais a un theatre international. (1947-1952). A P P E N D I C E I TITRE GENRE AUTEUR 1. CELLE QUI LA POR-TE FIT S'OUVRIR Jeu marial Louis Barton,s.o 2. LA BERGERE AU PAYS Pastorale DES LOUPS sacree Henri Gh6on 3. LE NOEL SUR LA PLACE Jeu cnretien en 3 Parties Henri GhEon 4. LE MYSTERE DE LA MESSE 5. LE JEU DE SAINT-LAURENT DU FLEUVE Drame l i t u r g i - Henri Gheon que Drame magistral Henri Gheon 6. LA FARCE DU PENDU DEPENDU Farce en 3 actes Henri Gheon 7. LA FILLE DU SULTAN Jeu Chretien en Henri Gheon ET LE BON JARDINIER 3 actes SAISON THEATRE 13,14,15 aout, 1957 27,29 no-vembre , 4,6 decembre, 1957 18,21,24 decembre, 1957 24,26 juin, 1958 10,11,12,13, 23,25,26 aout, 1938 10 octobre, 1939 9 novembre, 1939 Eglise St-Laurent Eglise Notre-Dame de Montreal Auditorium du Col-lege St-Laurent Auditorium du Col-lege St-Laurent Plaines d'Abraham, Quebec Terrasses du College St-Laurent Auditorium du Col-lege St-Laurent Auditorium du Colle-ge St-Laurent Auditorium du Col-lege St-Laurent i—' 00 TITRE GENRE AUTEUR 8. LE MISANTHROPE Comedie Moliere 9. LE NOEL SUR LA PLACE 10. BRITANNICUS Jeu chr6tien en 3 parties Tragedie Henri Gheon Racine 11. LE MYSTERE DE LA MESSE Drame l i t u r -gique Henri Gheon 12. LE MYSTERE DE LA MESSE Drame l i t u r -gique Henri GhEon 13. LES FEMMES SA-VANTES ComEdie Moliere 14. LE NOEL SUR LA PLACE Jeu chrEtien en 3 parties Henri GhEon 15. LA FARCE DU PENDU Farce en 3 actes Henri Gheon DEPENDU SAISON THEATRE 4,6,7,13,15 decem-bre , 1939 10,24 fevrier, 1940 21,24 dEcembre, 1939 6,8,9,10,11,12, 13,20,27 a v r i l , 1940 20,24,29 juin, 1,3,5,6 j u i l l e t , 1940 26 octobre, 7,9,13,15,16,17, 18,19,20,21 novem-bre, 1940 28,30 novembre, 5,7,12,14 decembre, 1940 19,21,24,28 decem-bre, 1940 27 fEvrier, 1941 Auditorium du College St-Laurent Auditorium du College St-Laurent Auditorium du College St-Laurent Stade Molson Auditorium du Plateau Auditorium du Plateau Auditorium du Plateau Salle du Tres St-Sacrement VD O TITRE GENRE AUTEUR SAISON THEATRE 16. ATHALIE 17. A) LE MORT A CHEVAL B) LA TOUR 18. LE JEU DE NOSTRE-DAME 19. LE NOEL SUR LA PLACE 20. NOE 21. L'ECHANGE 22. LE JEU DE SAINT-LAURENT DU FLEUVE 23. LE MYSTERE DE LA MESSE Tragedie Miracle chrEtien Jeu dramatique Jeu marial Jeu chrEtien en 3 parties Drame moderne Drame lyrique Drame magistral Drame liturgique Racine Henri GhEon LEon Chancerel 26,27,28,29 mai, 1941 4- octobre, 1941 8 octobre, 194-1 Louis Barjon, s . j . , 21 octobre, Adaptation par les 194-1 Compagnons Henri GhEon AndrE Obey Paul Claudel Henri GhEon Henri GhEon 18 dEcembre, 20 dEcembre, 23 dEcembre, 24- dEcembre, 194-1 5,6,7,12 fEvrier, 194-2 2,3,4 mars, 194-2 23,24,26,27 juin, 1942 14- octobre, 1942 Monument National Auditorium du College St-Laurent Palestre Nationale Forum de MontrEal SEminaire de Ste. ThErese St. Jean Baptiste de Lasalle St. Alphonse d'Youville Oratoire St. Joseph L'Ermitage L'Ermitage Stade Molson Eglise St. Jacques le Majeur 1—1 TITRE GENRE AUTEUR SAISON THEATRE 24. L'ECHANGE 25. A) LE JEU D'ADAM ET EVE B) LE JEU DE ROBIN ET MARION 26. L'ANNONCE FAITE A MARIE 27. LE NOEL SUR LA PLACE 28. LE JEU DE ROBIN ET MARION Drame lyrique Paul Claude1 22 octobre, 1942 Mystere du Moyen- Anonyme - Adapte 29,30,31 octobre, Age Opera comique par Gustave Cohen Adam De La Halle AdaptE par Gustave Cohen 1942 Drame lyrique Paul Claude! Mystere en 4 actes et 1 Prologue Jeu Chretien en 3 parties Optra comique Henri Gheon 4,5,12,18,19 dicembre, 1942 25,24,28,29 decembre, 1942 Adam De La Halle 16 Janvier, Adapte par Gus-tave Cohen 29. A) SANCTUS B) LE MARIAGE FORCE 30. A) LE JEU DE ROBIN ET MARION B) LE MARIAGE FORCE 31o LE COMEDIEN ET LA GRACE Poeme dramatique Felix Leclerc Comedie Optra comique Farce Drame chrttien Moliere 1943 11,12,13 -evrier, 1943 Adam De La Halle 22 f t v r i e r , Adaptt par Gus-tave Cohen Moliere Henri Ghton 1943 6,7,8 mai, 1943 L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage Auditorium du College St-Laurent L'Ermitage TITRE 32. LA VIE PROFONDE DE ST. FRANCOIS 33. LE NOEL SUR LA PLACE 34. LE CHANT DU BER-CEAU 35. LE BARBIER DE SEVILLE 36. LE CHANT DU BERCEAU 37. LA VIE PROFONDE DE ST. FRANCOIS 39. 40. GENRE Jeu Chretien Jeu chrEtien en 3 parties ComEdie drama-tique ComEdie s a t i r i -que ComEdie drama-tique Jeu Chretien LE BARBIER DE SEVILLE A) LES FOURBERIES DE SCAPIN ComEdie s a t i r i -que Farce B) LES BOULINGRINS ComEdie A) ORPHEE B) OEDIPE-ROI Tragedie en 1 acte Tragedie en 1 acte et 1 inter AUTEUR Henri GhEon Henri GhEon SAISON 2,5,6 novembre, 1943 24 dEcembre, 1943 Gregorio Y Maria 24,26,28,29 Martinez Sierra oonvier, Beaumarchais 1944 24,25,26 fEvrier, 2,3,4,10,11 mars, 1944 Gregorio Y Maria 7,17,18 mars, 1 9 4 4 Martinez Sierra Henri GhEon Beaumarchais Moliere Georges Courteline Jean Cocteau Jean Cocteau 1 2 a v r i l , 1 9 4 4 15 a v r i l , 1944 21,23,24,25,27, 28 octobre, 1944 11,15,17,18 no-vembre , 1944 THEATRE L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage L'Ermitage TITRE 41. LE NOEL SUR LA PLACE 42. LE PAUVRE SOUS L1ESCALIER GENRE Jeu C h r e t i e n en 3 parties Tragi-comedie 43. LES FOURBERIES DE SCAPIN Farce 44. A) PICHROCOLE Tragi-comedie B) LES IRASCIBLES 45. LES FOURBERIES DE SCAPIN 46. ON NE BADINE PAS AVEC L'AMOUR Jeu dramatique Farce Comtdie s a t i -rique 47. NOE Drame moderne 48. LA FARCE DU PENDU DEPENDU Farce en 3 actes AUTEUR Henri Gheon Henri Ghton Molidre Rabelais Adapte par Leon Chancerel Leon Chancerel Moliere Alfred de Musset Andre Obey Henri GhSon SAISON 24 decembre, 1944 17,19,20,21,23, 24 fevrier, 3 mars, 1945 7 mars, 1945 20,21,24,25,27, 28 a v r i l , 1945 22 septembre, 1945 1,2,5,8,9,10 no-vembre , 1945 15,16,17,22,23, 24 novembre, 1945 27 novembre, 1945 THEATRE L'Ermitage L'Ermitage Auditorium du College St-Lau-rent L'Ermitage L'Ermitage Gesu Gesu Monument National TITRE GENRE 49. LE JEU DE L1AMOUR ComEdie ET DU HASARD 50. LE NOEL SUR LA PLACE Jeu Chretien en 3 parties 51. LE BAL DES VOLEURS Comedie-Ballet 52. LA NUIT DES ROIS Comedie romanti-que 53. ANTIGONE Tragedie 54. LES ROMANESQUES ComEdie sati-rique 55. A) LE MEDECIN MAL- Parce GRE LUI B) LES PRECIEUSES ComEdie RIDICULES 56. LE NOEL SUR LA PLACE Jeu chrEtien en 3 parties AUTEUR SAISON THEATRE Marivaux Henri GhEon Jean Anouilh Shakespeare Jean Anouilh Edmond Rostand Moliere Moliere Henri GhEon 29,30 novembre, 1,6,7,8 dEcembre, 1945 24 dEcembre, 1945 7,8,9,14,15,16 mars, 1946 21,22,23,28,29, 30 mars, 4,5,6 a v r i l , 1946 25,26,27,28,30, 31 mai, 1 juin, 1946 12,14,17,18,19 octobre, 1946 30 novembre, 2,3,5,6,7 decembre, 1946 24 dEcembre, 27 dEcembre, 1946 GEsu Gesu GEsu GEsu GEsu GEsu GEsu UniversitE de MontrEal Ecole B a r i l , MontrEal TITRE GENRE AUTEUR SAISON THEATRE 57. LEOCADIA 58. MALURON 59. LE MEDECIN MALGRE LUI 60. LES GUEUX AU PARA-DIS 61. LE JEU DES DEUX MONDES 62. A) LA SAVETIERE PRODIGIEUSE B) L1APOLLON DE BELLAC 65. ANDROMAQUE 64. ANTIGONE Comedie drama-tique Fantaisie dra-matique Farce Comedie fantas-tique Jeu Chretien Farce moderne Jean Anouilh Fe l i x Leclerc Moliere 1,3,4,6,7,8 fe-vr i e r , 1947 8,10,11,13,15 mars, 18 mars, 1947 25,26,27,28 mars, 1947 G.M. Martens 18,19,21,22,24, et Andre Obey 25,26 a v r i l , 1947 Roger Varin 29 juin, 1947 Federico Garcia 11,14,16,17,18, Lorca 21,23,24,25 oc-tobre , Comedie poetique Jean Giraudoux 1947 Tragedie Tragedie Racine Jean Anouilh 15,18,20,21,22, 25,27,28,29 novem-bre, 1947 29 Janvier, 1948 Gesu Gesu Auditorium du College St-Laurent Auditorium Sun L i f e Gesu Stade Molson Gesu G6su Auditorium Sun L i f e CP, TITRE 65. A) LA GOUTTE DE MIEL B) AU PARADIS OU LES QUATRE VIEUX GENRE Jeu dramatique Jeu dramatique C) LES NOCES IMPROMP- Intercede bur-TUES OU LE PLAISANT lesque VERDICT D) C'ETAIT UNE HIS- Fantaisie burles-TOIRE que E) JOPROI Paysannerie 66. LE VIOL DE LUCRECE Drame poEtique 6?. ANTIGONE 68. LE BOURGEOIS GENTILHOMME Tragedie ComEdie-Ballet 69. ANTIGONE Tragedie 70. ANTIGONE Tragedie AUTEUR Leon Chancerel Leon Chancerel 'SAISON 31 Janvier, 3,5,6,7,12,13,14 fEvrier, 1948 Leon Chancerel Jacques Tournier Jean-Pierre Grenier Andre Obey Jean Anouilh Moliere Jean Anouilh Jean Anouilh 6,9,11,12,13,18, 19,20 mars, 1948 11,13,18 mars, 1948 10,13,15,16,17, 22,23,24 a v r i l , 1948 30 a v r i l , 1948 20,21,22 mai, 1948 THEATRE GEsu GEsu GEsu GEsu Gesu ThEatre des Compagnons TITRE 71. LE BOURGEOIS GENTILHOMME 72. LA MENAGERIE DE VERRE GENRE ComEdie-Ballet Drame r e a l i s t e 73. LE NOEL SUR LA PLACE Jeu chrEtien en 3 parties 74. BRITANNICUS Tragedie 75. BRISER LA STATUE Drame religieux 76. LA PAIX Comedie fEErique 77. L'ILLUSION COMIQUE ComEdie AUTEUR SAISON THEATRE Moliere 25,27,28,29 mai, 1948 Tennessee Williams Henri GhEon Racine Gilbert Cesbron Aristophane AdaptE par Francois PorchE Corneille 28,29,30 octobre, 2,3,4,5,6,9,10, 11,12,13,15,16 novembre, 1948 24,28,29,30,31 dEcembre, 1948 4,5,6,11 Janvier, 1949 13,14,15,18,19, 20,21,22 Janvier, 1949 5,6,9,10,11,12, 13,16,17,18,19, 23,24,25,26,29, 30,31 mars, 1,2, a v r i l , 1949 30 a v r i l , 3,4,5,6,7,10,11, 12,13,14,17,18, 19,20,21 mai, 1949 6,7,8,10,12 aout, 1949 Theatre de£ Compagnons ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons Theatre des Compagnons ThEatre des Compagnons Pare Mont-Royal TITRE GENRE 78. LA DAME DE L'AUBE ComEdie fantai-siste 79. A) LE MEDECIN Farce VOLANT B) L1IMPROMPTU Comedie DE BARBE-BLEUE 80. LE MALADE IMA- Comedie GINAIRE 81. LE NOEL SUR LA PLACE Jeu Chretien en 3 parties 82. LE MISTERE DE LA NATIVTTE DE NOS-TRE-SAULVEUR 83. LE CHANT DU BER-CEAU Mystere chrEtien ComEdie drama-tique 84. MEURTRE DANS LA TragEdie CATHEDRALE AUTEUR SAISON THEATRE Alejandro Casona 29,30 septembre, 1,4,5,6,7,8,9,11, Moliire Charles V i l -drac Molidre Henri GhEon Arnould GrEban 12,13,14,15 octobre, 1949 21,23,24,27,28,30 octobre, 12 novembre, 1949 22,23,24,25,26,29, 30 novembre, 1,2,3,6,7,8,9,10 dEcembre, 1949 24,26,27,29,30,31 dEcembre, 1949 24,29,31 dEcembre, 1949 Theatre des Compagnons ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons Gregorio Y Maria Martinez Sierra T.S. E l i o t 14,15,16,17,18,19, 20,21,22 Janvier, 1950 4,7,8,9,10,11,14, 15,16,17,18,19,21, 22,23,24,25 fevrier, 1950 ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons VO , TITRE GENRE 85. IE CHEMIN DE LA Drame sacre CROIX 86. LES GUEUX AU PARA- Comedie fantas-DIS tique 87. LE CHEMIN DE Drame sacre LA CROIX 88. ROMEO ET JULIETTE Tragedie 89. LA PASSION DE Drame sacre NOTRE-SEIGNEUR 90. LE VOYAGE DE MONSIEUR PERRICHON Comtdie AUTEUR SAISON THEATRE Henri Ghton G.M. Martens et Andrt Obey Henri GhEon Sakespeare R.P. Andre Legault Eugene Labiche 2,4,11 fevrier, 1950 18,19,21,25,24,25, 26,27,28,50,31 mars, 1,2 a v r i l , 1950 4,5,6,7 a v r i l , 1950 25,27,28,29,50 a v r i l , 2,4,5,6,7,9,11, 12,15 mai, 1950 12,13 aout 18,19,20,26,27 aodt, 2,3,4,9,10,16,17, 50 septembre, 1 octobre, 1950 5,6,7,8,10,12,15, 14,15,17,18,19,21, 22 octobre, 1950 Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons Auditorium du College St-Laurent Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons O o TITRE 91. LA PREMIERE LEGION GENRE Drame religieux 92. LE MISTERE DE LA NATIVTTE DE NOSTRE-SAULVEUR 93. LES GUEUX AU PARADIS Mystere Chretien Comedie fantasti-que 94. A) LA LOCANDIERA Comedie B) LES IRASCIBLES Jeu dramatique 95. NOTRE PETITE VILLE ComSdie drama-tique Drame sacre 97. LE BAL DES VOI__URS ComSdie-Ballet 96. LA PASSION DE NOTRE-SEIGNEUR AUTEUR SAISON THEATRE Emmet Lavery Arnould GrSban 31 octobre, 1,2,3,4,5,7,8,9, 10,11,12,14,15,16 17,18,19 novembre, 1950 24,31 dEcembre, 1950 ThEatre des Compagnons Theatre des Compagnons G.M. Martens et AndrE Obey Carlo Goldoni LSon Chancerel Thornton Wilder R.P. AndrE Le-gault Jean Anouilh 28,29,30 dEcembre, 1950 5,4,5,6 Janvier, 1951 27,28,30,31 Jan-vier, 1,2,5,4,6,7,8,9, 10,11 fevrier, 26 fEvrier, 1951 24,25,27,28 f E v r i -er, 1,2,5,17,24,25,27, 28,29,50,31 mars, 1951 1,3,4,5,6,7 a v r i l , 1951 24,25,26,27,28, 29 a v r i l , 1,2,5,4,5,6,8,9, 10 mai, 1951 Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons Auditorium Sun L i f e ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons ThEatre des Compagnons o TITRE 98. LE MYSTERE DE LA MESSE 99. HENRI IV GENRE Drame liturgique Tragedie AUTEUR Henri Gheon Luigi Pirandello 100. A) UN CAPRICE Comedie Alfred de Musset B) LES FOURBERIES Farce Moliere DE SCAPIN 101. LES BERGERS A Feerie de Robert Choquette LA CRECHE Noel 102. LES NOCES DE SANG Tragedie moderne Federico Garcia Lorca 10$. FEDERIGO Drame moderne Ren6 Laporte 104. LE COMEDIEN ET Drame Chretien Henri Gheon LA GRACE SAISON THEATRE 31 mai, 1951 16,18,19,20,21, 23,25,26,27,28 octobre, 1,2,5,4 novembre, 1951 15,15,16,17,18, 20,22,25,24,25, 27,29,50 novembre, 1,2,4,8,9 decembre, 1951 24,31 decembre, 1951 Stade Delori-mier Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons Theatre des Compagnons 22,25,24,25,26, Theatre des 27,29,50,51 Janvier, Compagnons 1,2,5,6,7,8,9,10 f e -vr i e r , 1952 Theatre des Compagnons 16,19,20,21,22,25, 24?26,28,29 fe-v r i e r , 1,2,4,6,7,8,9,11, 13,14,15,16,19,21, 22,25,28,29,30 mars, 1952 18,20,21,22,23 mars, Theatre des 1952 Compagnons TITRE GENRE AUTEUR SAISON THEATRE 105. LA PASSION DE Drame sacre NOTRE-SEIGNEUR R.P. Andre Le-gault 106. L'HONNEUR DE DIEU Drame religieux Pierre Emmanuel 107. LE MYSTERE DE LA Drame liturgique Henri Gheon MESSE 7,8,9,10 a v r i l , 6,11 a v r i l , 1952 22,24,25,26,27, 30 a v r i l , 1,2,3,4,6,10,11 mai, 1952 26 cuin, 1952 Theatre des Compagnons Palais du Commerce Theatre des Compagnons Mont-Laurier fO o 204. Append!ce I I : Nous presentons i c i une l i s t e tentative des gens qui ont contribue aux efforts des Compa-gnons de St-Laurent entre 1937 et 1952. Nous incluons autant ceux^qui ont appartenu a l a troupe sur une base reguliere que ceux qui ont collabore a 1'occasion. Avertissement: Nous les indiquons d'apres les t r o i s prerio-des que ncus avons cru distinguer dans 11 evolution du groupe. Nous voulons souligner que l a demarcation entre les tro i s periodes est ar b i t r a i r e . 1937-194-2: NOM FONCTION Roger Varin Comedien Norman Hartenstein Comedien Francois Zalloni Comedien Marguerite Groulx-Jalbert Comedienne Jeannine Morissette Comedienne Suzanne Vaudrin Comedienne Marie Lambert Comedienne Francois Bertrand Comedien Paul Dupuis Comedien Marthe Letourneau Comedienne Vincent Paquette Comedien Marcel Pare Comedien Maurice Valiquette Comedien Pierre Dagenais Comedien Sita Riddez Comedienne Lucie Dagenais Comedienne Francois Lavigne Comedien Georges Groulx Comedien Rolande Lamoureux Comedienne Roger Garand Comedien Jean-Louis Roux Comedien Jean Choquet 1939-1946 R6gisseur 1 9 4 2 - 1 9 4 8 : NOM PC-NOTION Jean de Rigault Comedien Jacqueline Dupuis Comedienne Jean Gascon Comedien Andre Gascon Comedien Jean-Pierre Masson Comedien Gi l l e s Corbeil Comedien Edgar Tessier Comedien Therese Cadorette Comedienne Charlotte B o i s j o l i Comedienne Florent Forget Comedien Jean Coutu Comedien Guy Mauffette Comedien Denise Vachon Comedienne L u c i l l e Cousineau Comedienne Marthe Thierry Comedienne Guy Provost Comedien Bertrand Gagnon Comedien Denise P e l l e t i e r Comedienne Yves Letourneau Comedien Robert Provost Comidien Jean-Paul Fugere Comedien Helene L o i s e l l e Comedienne Ren6e David Comedienne HOM. Felix Leclerc Robert Prevost Andre Jasmin Charles Daudelin Jean de Belleval Alfred Pellan 1948-1952 Guy Hoffman Denise P e l l e t i e r Aime Major Lionel Villeneuve Madeleine Langlois Jacques Letouraeau Yvette Thuot Marcelle David Gabriel Gascon Gaetan Labreche Louis Bedard Madeleine Levesque Huguette Benfante Colette Courtois Paule Bayard Carmen Tremblay FONCTION Comedien Decorateur-Costumier Decorateur-Costumier Decorateur-Costumier Decorateur-Costumier Decorateur-Costumier Comedien Comedienne Comedien Comedien Comedienne Comedien Comedienne Comedienne Comedien Comedien Comedien Comedienne Comedienne Comedienne Comedienne Comedienne NOM FONCTION Marie Fitzgerald Comedienne Suzanne Rivard Comedienne Therese David Comedienne Huguette V i e l Comedienne Paul Blouin Comedien Andre Payette Comedien Claude Levesque Comedien Robert Rivard Comedien Yves Cousineau Com6dien Raymond Fafard Comedien Jean Dion Comedien Laurent Levesque Comedien Andre Bellemare Comedien Jean Daignault Com6dien Guy Godin Comedien Marcel Houle Comedien Celine Dussault Comedienne Lise Ouimet Comedienne Rene Verne Comedien Estelle Mauffette Comedienne Rene Salvator-Catta Comedien Denise Provost Comedienne Francoise Faucher Comedienne Louis de Santis Comedien NOM FONCTION Andre Cailloux Comedien Guy da S i l v a Comedien Huguette Oligny Comedienne Claude David Comedien Raymond David Comedien Paul David Comedien Marie Bertrand Comedienne Prancine Montpetit Comedienne Claude de Sorcy Comedien Jean Deslauriers Comedien Jean-Louis Paris Comedien Henri Norbert Comedien Jacques Auger Comedien Julien Bessette Comedien Guy B61anger Comedien Ginette Letondal Comedienne Helene Villeneuve Comedienne Robert Rivard Comedien Jean Ducepps Comedien Jacques Languirand Comedien G i l l e s P e l l e t i e r Comedien Jean-Paul Ladouceur Decorateur-Costumier Claude Perrier Decorateur-Costumier NOM Louis-Philippe Beaudoin Georges Campeau 1946-1952 Yves Vien 1947-1952 FONCTION Decorateur-Costumier Regisseur Admini s trat eur 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            data-media="{[{embed.selectedMedia}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0093259/manifest

Comment

Related Items