UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Entendre avec les yeux : étude sur la bande dessinée Navarro, Liza Alexandra 2016

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
24-ubc_2017_february_navarro_liza.pdf [ 2.52MB ]
Metadata
JSON: 24-1.0340262.json
JSON-LD: 24-1.0340262-ld.json
RDF/XML (Pretty): 24-1.0340262-rdf.xml
RDF/JSON: 24-1.0340262-rdf.json
Turtle: 24-1.0340262-turtle.txt
N-Triples: 24-1.0340262-rdf-ntriples.txt
Original Record: 24-1.0340262-source.json
Full Text
24-1.0340262-fulltext.txt
Citation
24-1.0340262.ris

Full Text

	 		  ENTENDRE AVEC LES YEUX: ÉTUDE DE LA BANDE DESSINÉE by LIZA ALEXANDRA NAVARRO B.A. French, The University of Houston, 2009 B.B.A. Marketing, The University of Houston, 2009  THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFULLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE AND POSTDOCTORAL STUDIES (French) THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA (Vancouver) December 2016 © Liza Alexandra Navarro, 2016   	 	 		ii	Abstract Research on comics has steadily increased in the last decade. However, one key element of comics has not been fully explored: sound. This research begins by investigating the evolution of sound in comics by understanding the important contributions of several comic artists such as William Hogarth, who emphasized the use of sequential art, and Rodolphe Töpffer, who added narration. This research then focuses on two well-known francophone comic series, Tintin by Hergé and Astérix by Goscinny and Uderzo. It addresses the question of how dialogue and onomatopoeias are shaped by textual elements such as speech bubbles, typography and text size. In Tintin and Astérix, sound is present in almost every page and is found to play an important role in each story. Although both series display a range of sounds, Astérix surpasses Tintin in two ways: the typography used in speech bubbles and the use and large variety of onomatopoeias. By exploring sound in comics in its various forms, this research brings new insight into the way readers interpret meaning through visual cues.           	 	 		iii	Préface (Preface)  This dissertation is original, unpublished, independent work by the author, L. Navarro.    	 	 		iv	Table des matières Abstract .............................................................................................................................. ii   Préface .............................................................................................................................. iii   Table des matières..............................................................................................................iv  Liste des tableaux ...............................................................................................................vi   Liste des figures ................................................................................................................vii   Reconnaissance…….........................................................................................................viii   Dévouement .......................................................................................................................ix   Chapitre 1: Introduction.......................................................................................................1   Chapitre 2: L’évolution de la narration en son ...................................................................6   Chapitre 3: La parole et le son dans Tintin et Astérix .......................................................21  3.1 Tintin ...............................................................................................................21  3.2 Astérix .............................................................................................................22  3.3 Mise en page ...................................................................................................23  3.4 Narration .........................................................................................................24  3.5 Phylactère et parole .........................................................................................26  3.6 Ponctuation et texte dans le phylactère ...........................................................31  3.7 Dessins dans le phylactère ..............................................................................33  3.8 Accents ............................................................................................................36  3.9 Langues étrangères .........................................................................................40  3.10 Animaux ........................................................................................................43  Chapitre 4: Les onomatopées ……....................................................................................46  4.1 Onomatopée dans Tintin et Astérix .................................................................47  4.2 Emplacement de l’onomatopée .......................................................................48  4.3 Forme de l’onomatopée ..................................................................................50 4.4 Durée du son ...................................................................................................52 4.5 Pourcentage des onomatopées ........................................................................53 4.6 Tableaux descriptifs des onomatopées ...........................................................54 4.7 Synthèse des tableaux descriptifs des onomatopées .......................................56 4.8 Coup de feu .....................................................................................................60 4.9 Coup de poing .................................................................................................60 4.10 Bruits naturels ...............................................................................................62 4.11 Onomatopées d’origine anglaises .................................................................63  	 	 		v	Chapitre 5: Conclusion .....................................................................................................65  Figures ...............................................................................................................................69  Bibliographie......................................................................................................................72 Appendice: Tableaux descriptifs des onomatopées ..........................................................77      	 	 		vi	Liste des tableaux  Tableau 1 .....................................................................................................................53-54 Tableau 2 ...........................................................................................................................57 Tableau 3......................................................................................................................57-58 Tableau 4 ...........................................................................................................................61	  	 	 		vii	Liste des figures  Figure 1 : Father of the Comic Strip : Rodolph Töpffer, 41 (2007)…………...…………69 Figure 2 : Father of the Comic Strip : Rodolph Töpffer, 168 (2007)………...…………..69 Figure 3 : Persepolis, 1 (2000) .........................................................................................69 Figure 4 : Sous le Ciel de l’ouest, 19 (1993) ...………….....……….……………...…….70 Figure 5 : Le Combat Ordinaire, 7 (2004) ...………………………………………….…70 Figure 6 : Le Devin, 5 (1972) …………………………………...……………………….70 Figure 7 : Tintin au Pays Soviets, 1 (1999) …..……………………………………..…...70 Figure 8 : Astérix le Gaulois, 5 (1961) .............................................................................70 Figure 9 : La Grande Traversée, 7 (1975)...……………………………...……………...70 Figure 10 : Les 7 Boules de Cristal, 9 (1948) …………………………………………..,70 Figure 11 : Le Temple de Soleil, 37 (1948) ...................................................................... 70 Figure 12 : Tintin au Pays Soviets, 130 (1999) ................................................................ 70 Figure 13 : Le Trésor de Rackham le Rouge, 5 (1944) .................................................... 70 Figure 14 : Astérix et les Goths, 29 (1963) ...................................................................... 70 Figure 15 : Astérix Légionnaire, 18 (1967) ..................................................................... 70 Figure 16 : La Serpe d’or, 29 (1962) ............................................................................... 70 Figure 17 : Astérix en Hispanie, 9 (1969) ........................................................................ 70 Figure 18 : La Serpe d’or, 32 (1962) ............................................................................... 70 Figure 19 : Tintin au Pays Soviets, 34 (1999) ...................................................................70 Figure 20 : Astérix le Gaulois, 1 (1961) ...........................................................................71 Figure 21 : Tintin en Amérique, 34 (1946) .......................................................................71 Figure 22 : Astérix et Cléopâtre, 14 (1965) ..................................................................... 71 Figure 23 : Astérix et Cléopâtre, 15 (1965) ......................................................................71 Figure 24 : Le Bouclier Arverne, 35 (1968) ......................................................................71 Figure 25 : Tintin en Amérique, 50 (1946) ...................................................................... 71 Figure 26 : Astérix et les Goths, 14 (1963) ...................................................................... 71 Figure 27 : Tintin en Amérique, 32 (1946) ...................................................................... 71 Figure 28 : Tintin au Tibet, 61 (1960) .............................................................................. 71 Figure 29 : Astérix et Cléopâtre, 20 (1965) ..................................................................... 71 Figure 30 : Astérix en Hispanie, 32 (1969) ...................................................................... 71 Figure 31 : Tintin au Tibet, 60 (1960) .............................................................................. 71         	 	 		viii	Reconnaissance (Acknowledgements)   I would like to give a heartfelt thank you to those that helped me during the thesis writing process at the University of British Columbia. I owe particular thanks to Dr. Hervé Curat for his guidance and knowledge. He pushed me to think deeper and opened my eyes to French comics.   I thank Dr. Christine Rouget and Dr. Joël Castonguay-Belanger for being a part of my committee and providing me with additional support.   Special thanks to Liza Bolen, Christine Hennico and Morgane Pocard for their friendship and for offering their eyes and ears during the writing process.      	 	 		ix	Dévouement (Dedication)  I dedicate this piece to my parents who have supported me throughout my academic endeavors and who have always encouraged me to pursue my passion. 	 		 Chapitre 1 – Introduction Comics. Historietas. Manga. Fumetti. Qu’est-ce que tous ces mots ont en commun ? Ils se réfèrent à la bande dessinée. Toutefois, trouver une définition universelle pour la bande dessinée n’est pas chose simple. Des centaines de critiques l’ont essayé mais cela pose toujours des difficultés car chacun a des opinions différentes sur les éléments fondamentaux de la bande dessinée. La bande dessinée est une forme d’art à part avec une histoire encore contestable et des éléments uniques qui continuent à prendre forme.  Au dix-huitième siècle, William Hogarth a contribué à l’émergence de la bande dessinée avec ses dessins qui illustrent une histoire à travers des toiles de gauche à droite. Puis, dans les années 1830, Rodolphe Töpffer, un professeur de Genève, a établi la bande dessinée avec sa création d’images en panneaux illustrant l’union de l’image et de la langue écrite. Même si Töpffer savait ce qu’il faisait, il n’aurait jamais imaginé les effets de ses œuvres puisque pour lui, ce n’était que des histoires en estampes (Peeters 11). Töpffer a effectivement eu une influence énorme sur ses successeurs, grâce à un changement de style, de forme et d’audience.  L’évolution de la bande dessinée a soulevé beaucoup de questions : S’agit-il d’une forme d’art? À qui est-ce qu’elle s’adresse? Parmi les spécialistes, le plus connu aux États-Unis est Scott McCloud qui a publié Understanding Comics : The Invisible Art (1993). Dans cet ouvrage, il discute les éléments fondamentaux de la bande dessinée tels que la division des panneaux, la taille des vignettes et la place des personnages. De plus, son livre est fait comme une bande dessinée avec des images en vignettes et du texte. Bien que le travail de McCloud soit fort intéressant, il y a encore bien des choses à dire, 	 	 		2	notamment concernant la relation entre l’image et la parole. En effet, après McCloud, beaucoup de spécialistes se sont intéressés à cette relation. Parmi eux, Benoît Peeters et David Carrier ont réussi à évoquer des sujets différents. Peeters, connu pour Les cités obscures, une série de bandes dessinées réalisée avec François Schuiten, a décidé d’étudier le domaine de la bande dessinée. Dans La bande dessinée, Peeters examine l’histoire de la bande dessinée et renforce l’importance de la parole et l’image : « Par leur position dans la case, leur taille, leur style graphique, les bulles rythment la lecture : elles définissent les silences, les hésitations, les brusques accélérations, favorisant le trajet de l’œil à travers l’image et à travers la page » (Peeters 29). Puis, dans The Aesthetics of Comics, Carrier a posé une bonne question : « until we grasp how their particular combination of words and pictures fonctions, how can we evaluate them critically…? » (Carrier 2). À travers son livre, il essaye de répondre à cette question en insistant sur l’importance du dialogue et du récit, des images et de leur succession, ainsi que sur l’interprétation de la bande dessinée et la façon dont elle s’identifie en tant qu’art.  Parmi ces éléments, celui qui nous intéresse le plus est le son. En effet, la bande dessinée se démarque des autres formes d’art, car elle nous fait utiliser trois de nos cinq sens : la vue, le toucher et l’ouïe. Quand on lit une bande dessinée, il faut la regarder avec ses yeux, puis quand on veut tourner la page, bien sûr, il faut la prendre entre ses doigts, mais surtout, quand on voit le mot « BOOM » ou « POW » on comprend qu’il s’agit d’une image mais aussi d’un son. Certes, il n’y a pas réellement de bruit, mais notre esprit comprend la parole et fabrique des sons. La typographie, la taille des lettres, les onomatopées, et même les images s'ajoutent à ces « sons » qu’on entend avec les yeux. Ils expriment, par exemple, des sons familiers, puissants ou même forts. Il y a beaucoup 	 	 		3	d’information et d'interprétations de l’image et de la parole mais peu sur les deux en relation avec le son. Dans ce mémoire, on propose donc une exploration du rôle du son dans la bande dessinée et des raisons entourant l’importance de sa représentation.  Le premier chapitre se focalisera sur une étude du rapport entre l’image et l’écriture dans la bande dessinée. Comment est-ce que l’incorporation de textes a évolué et comment s’est-elle développée ? Comment est-ce que le son a été intégré ? Afin de traiter ces points, on se servira des bandes dessinées de Rodolphe Töpffer, bien connu comme l’inventeur de la bande dessinée, qui a révolutionné le monde avec ses « histoires en estampes » ou ses « caricatures » (Peeters 5). Töpffer a profité du rôle de la narration et a établi la fondation sur laquelle la bande dessinée s’est développée. Dans les années qui ont suivi, la narration a changé et le dialogue et le son ont pris forme. Puis, on regardera quelques bandes dessinées en français qui montrent l’évolution de la représentation des sons, comme Persepolis par Marjan Satrapi (2008), Le tueur par Luc Jacamon et Matz (2008) et Le combat ordinaire par Manu Larcenet (2004). Pour nous guider nous allons nous appuyer sur les travaux de spécialistes de la bande dessinée comme Understanding Comics par Scott McCloud, La bande dessinée par Benoit Peeters, Bande dessinée et narration par Thierry Groensteen et The Aesthetics of Comics par David Carrier. Ils ont tous contribué à l’étude de la bande dessinée de manières différentes et ils ont tous incorporé des commentaires sur la narration et son évolution. Dans le deuxième chapitre, on propose une étude de la parole et de sa fonction dans deux bandes dessinée qui sont mondialement connues: Tintin par Hergé et Astérix par René Goscinny et Albert Uderzo. La bande dessinée est une forme littéraire et dans ces deux bandes dessinées, les dessinateurs racontent une histoire à travers des dessins et 	 	 		4	du texte. Quand ils utilisent ces éléments ensemble, est-ce qu’ils s’appuient l’un l’autre pour créer la parole ?  Comment est-ce que les dessinateurs montrent la parole et quelle est sa fonction ? Dans les deux cas, on débutera par une exploration historique et visuelle des œuvres pour mieux comprendre leur style et les objectifs respectifs des auteurs. Ensuite, on regardera les outils qu’ils utilisent. Quel est le rôle de la narration de nos jours ? Comment est-ce que la parole est présentée ? Quel est le rôle principal du phylactère, et comment est-il utilisé par Hergé, Goscinny et Uderzo ?  Ont-ils en commun des techniques et des manières de représenter les tons et les accents ? Pour soutenir nos conclusions, nous nous appuierons sur quelques livres qui mettent l’accent sur la parole dans la bande dessinée, principalement, The Language of Comics : Word and Image par Robert Varnum et Christina T. Gibbons (2001), Making Comics par Scott McCloud (2006), Les langues étrangères dans l’œuvre d’Hergé par Patrick Mérand (2013) et Lire la bande dessinée par Benoît Peeters (1998).  Dans le chapitre trois, on continuera à explorer les aventures de Tintin et Astérix mais cette fois-ci dans le domaine linguistique. Un des éléments plus connu dans la bande dessinée est l’onomatopée. Selon Peeters, l’onomatopée est une « transposition écrite d’un bruit ou d’un son » (Peeters 111). Par exemple, BZZ est une onomatopée qui évoque le son d’une abeille et POW est une onomatopée qui évoque le son d’un coup de poing. Les histoires de Tintin et Astérix sont pleines d’onomatopées et on explorera quatre histoires de chaque série : Tintin en Amérique (1946), Les Cigares du Pharaon (1955), Tintin au Tibet (1960), VOL 714 pour Sydney (1968), Astérix et les Goths (1963), Astérix et Cléopâtre (1965), Astérix chez les Bretons (1966), et Astérix en Hispanie (1969). Dans notre recherche, nous avons fait des tableaux descriptifs des onomatopées dans chacune 	 	 		5	de ces bandes dessinées pour voir comment ces onomatopées sont utilisées et les bruits qu’elles imitent. On se demande qui utilise plus d’onomatopées et par conséquent produit une série plus sonore ?  Comment est-ce que les dessinateurs présentent les onomatopées au lecteur ? Est-ce que Hergé ou Goscinny et Uderzo ont découvert d’autres moyens de signifier le son des onomatopées ? On n’a trouvé personne qui a exploré le domaine des onomatopées de cette manière. Pour nous guider, nous nous appuierons sur des dictionnaires comme Le petit Robert (2014) et Le Trésor de la langue française informatisé.   	 	 		6	Chapitre 2: L’évolution de la narration en son L’origine de la bande dessinée reste un sujet contesté parce que les éléments fondamentaux ont été créés par les contributions de deux dessinateurs : William Hogarth et Rodolphe Töpffer. Au dix-huitième siècle, Hogarth a contribué à l’émergence de la bande dessinée à travers des toiles ordonnées de gauche à droite. Ses pièces racontent des histoires, formulent parfois des critiques de la société, et elles introduisent la représentation séquentielle qui est un des éléments fondamentaux de la bande dessinée. À cette époque, cette représentation était une nouveauté en matière d’art profane. C’est surtout la façon dont Hogarth a intégré l’idée dans ses œuvres qui était distincte. Le public était habitué à regarder une seule image avec sa propre histoire, plutôt qu’une suite d’images qui s’appuient les unes sur les autres. Bien que Hogarth ait laissé sa marque sur le monde de la caricature, il faudra un siècle avant que Töpffer continue ce que Hogarth avait commencé.    C’est grâce à son père, qui était lui aussi peintre et dessinateur, que Töpffer est entré en contact avec les créations de Hogarth. Selon Töpffer, la bande dessinée n’a pas de limite et il a essayé d’y intégrer son propre style. Ses histoires sont plus longues, bien développées et plus détaillées. Töpffer a essayé de reproduire le monde dans lequel il habitait et il n’épargnait personne. Pour guider le lecteur, Töpffer a mis ses dessins dans des boîtes ou des cadres. Les cadres fonctionnent comme un guide qui mène le lecteur de gauche à droite à travers les pages. Chaque page ou chaque planche est composée au moins d’un cadre. Dans ces livres, chaque cadre possède sa propre légende pour guider le lecteur dans l’histoire. À cause de ses innovations, ses techniques et ses publications, Töpffer est reconnu comme le père fondateur de la bande dessinée : « Pour la bande 	 	 		7	dessinée, la question des origines ne souffre plus guère de discussion : Rodolphe Töpffer en est bel et bien l’inventeur » (Groensteen 43).  Töpffer a grandi à Genève où il est devenu professeur. Au début de sa carrière, il voulait incorporer quelque chose de différent dans ses cours et, grâce à ses dessins, il a pu le faire. Ses dessins et ses histoires étaient faits pour ses étudiants. Ses créations étaient donc une méthode d’enseignement ; elles servaient à établir un rapport avec ses élèves, à partager des informations importantes, et à raconter des histoires pertinentes pour le cours. Son rôle pédagogique le distingue des autres dessinateurs et donne une nouvelle importance à la bande dessinée. Il ne s’agit pas uniquement de dessins : c’est une façon de transmettre des idées et des opinions. Dans la Figure 1, on voit que les dessins de Töpffer étaient accompagnés par du texte. Selon Töpffer, le texte ajoute une dimension au dessin et il aide à comprendre l’histoire qu’il essaye de raconter. Il connaissait les limites de l’image et il croyait qu’une légende était essentielle.  Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose d’une série de dessins au trait. Chacun de ces dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n’auraient qu’une signification obscure; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout forme une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’autre chose. (qtd. dans Peeters 26) Dans son livre, Töpffer admet que même si les dessins n’avaient pas de texte, ils auraient une signification. Par contre le texte de la bande dessinée ne contient pas assez d’information pour se passer de l’image. Bien que les deux éléments fonctionnent ensemble, selon Töpffer le rôle des dessins est plus grand. Cette opinion reste encore pertinente aujourd’hui. Est-ce qu’on peut comprendre l’histoire ou la signification d’une 	 	 		8	planche ou même d’un cadre sans texte? Quand il n’y a pas de texte, c’est au lecteur ou au public de trouver la signification. Il faut donc que le dessinateur s’exprime bien sans parole sinon le résultat sera incompréhensible. Il existe du reste des cas où, dans une succession de cadres, l’un d’eux n’a pas de texte, de phylactère, ni de narration. Mais il existe aussi des cas où on a juste du texte sans image : dans Tintin au pays des Soviets, il y a trois cas où Tintin et Milou se trouvent dans le noir complet. Le lecteur sait qui parle à cause des images précédentes et à cause de la position des phylactères. L’image et son texte travaillent ensemble pour fournir l’information.  L’importance de la narration dans les légendes de Töpffer montrent l’influence du roman. Un roman pose toujours un narrateur qui raconte une histoire et qui est parfois lui-même un personnage de l’histoire. C’est au narrateur de fournir l’information nécessaire à la compréhension de l’histoire. Il sert de guide et il crée la mise en scène. De plus, il a le pouvoir de faire naître des opinions dans l’esprit des lecteurs. Töpffer a compris le pouvoir du narrateur dans les romans et il l’a utilisé dans ses bandes dessinées. À travers la succession de ses dessins, ses lecteurs comprennent que le narrateur a un rôle indépendant de l’histoire.  Les versions préliminaires de Töpffer montrent comment ses dessins ont évolué ; avec chaque révision, ils sont plus détaillés et plus compréhensibles. On voit aussi qu’il dessinait avant d’écrire. Donc, le texte s’adapte au dessin:  With Töpffer the captions were evidently composed or written after the drawing was done, with their overruns, crowding, blank spaces, and awkward word breaks, despite the many signs revealed by sketchbooks of careful plotting of the scenario in advance. The pictures drive the narrative. (Kunzle 118) 	 	 		9	On voit ici que le dessin a une plus grande importance que le texte. Cela veut dire que Töpffer était habitué à dessiner ses idées au lieu de les écrire.  Après Töpffer, la bande dessinée change, ce n’est plus le narrateur qui est la source primaire d’information. Il perd son rôle exclusif et les dessinateurs donnent désormais la parole aux personnages. Le moment exact où cette transformation a pris place n’est pas clair. Dans les bandes dessinées de Töpffer, il n’y avait que des phrases narratives. Le narrateur dirigeait l’histoire. Ses successeurs ont d’abord incorporé des guillemets dans les légendes. Là encore, on voit l’influence du roman. Dans un roman ou un journal, les guillemets séparent les répliques d’un échange verbal. Dans ces bandes dessinées aussi, les guillemets annoncent la parole. Ils distinguent celui qui parle du narrateur. Un dessinateur influencé par Töpffer qui a utilisé cette technique était William Makepeace Thackeray. Dans Dionysus Diddler, l’histoire est présentée comme chez Töpffer : des dessins accompagnés de légendes (Figure 2). Dans ce texte, Thackeray mélange la narration et le dialogue en marquant le dialogue des personnages par des guillemets. La parole rend ses personnages plus actifs et plus riches. De plus, elle engage le lecteur. Thackeray n’était pas le seul à utiliser les guillemets. La parole et le dialogue commençaient à prendre de l’importance.  Après Töpffer la narration est encore importante mais elle n’occupe plus tout le texte, qu’elle partage maintenant avec le dialogue. Certains dessinateurs ont modifié la mise en page de la légende : « une des premières modifications concerne le texte : il sort du cadre et est composé de manière typographique » (Peeters 111). Le texte n’est plus écrit à la main, comme chez Töpffer. Il est imprimé comme dans un roman. L’évolution de la narration provoque une évolution de tous les éléments fondamentaux de la bande 	 	 		10	dessinée. Dans La famille Fenouillard de Christophe, et même dans les premières bandes dessinées de Hergé, Extraordinaires aventures de Totor, on voit que la typographie donne une perception différente de l’histoire et qu’elle s’éloigne du dessin. Le texte donne l’impression d’être automatisé et pas original comme l’image dont il parle. Les caractères créent une barrière entre l’image et la légende. Dans ce cas, l’image s’appuie sur le texte et on sent une distance. Cette transition n’a pas duré longtemps et le texte est revenu au style manuscrit. Pour distinguer la narration et le texte, certains dessinateurs  ont changé la typographie. Dans Tintin, la narration est en cursive et les dialogues sont en manuscrit. Dans Les schtroumpfs, la narration est en italique et les dialogues sont en manuscrit. Dans Blake et Mortimer, la narration est en majuscules et les dialogues sont en minuscules. L’idée d’un caractère différent pour la narration et le dialogue a survécu. Cependant au début du vingtième siècle, la narration a continué à perdre sa position centrale. Au lieu d’être du récit, la narration est devenue plutôt un commentaire qui met la scène en place et la parole des personnages a trouvé sa place. Bien sûr, il y a toujours des exceptions comme dans Le tueur par Jacamon et Matz qui est l’autobiographie d’un tueur français. Dans cette bande dessinée, l’histoire est racontée par le tueur et les créateurs s’appuient beaucoup sur la narration. Puisque le narrateur est le personnage principal, le lecteur est dans sa tête et se sent lié à lui ; on comprend ses motivations, ses attitudes et ses stratégies. Le pouvoir de la narration dans ce cas est fondamental. Néanmoins, Jacamon et Matz utilisent le dialogue pour ajouter une autre dimension à l’histoire. L’image, la narration et le dialogue fonctionnent ensemble pour raconter l’histoire. Benoît Peeters favorise la collaboration des éléments et encourage le mélange : 	 	 		11	Loin d’être une forme bâtarde unissant tant bien que mal le visuel et le verbal, la bande dessinée est un langage cohérent où ces deux éléments se lient de manière indissociable. Il n’est question ni de légendes ni d’illustrations, mais bien d’une véritable complémentarité entre le lisible et le visible, deux instances qui assument chacune leur part de narrativité. (Peeters 26) Il admet que même les images fonctionnent comme une narration graphique qui s’appuie sur le texte.    Selon les deux critiques de bande dessinée les plus connus en Europe, Benoît Peeters et Thierry Groensteen, l’importance respective des mots et des images dépend du créateur. Chacun a des idées et des intentions différentes et c’est à lui de décider comment il veut distribuer son histoire : est-ce qu’il appuie sur l’image, sur le texte, ou sur les deux ? Au vingtième siècle, certains dessinateurs, comme Holzchnitte Von Frans Masereel et Lynd Ward, ont privilégié l’image. En 1927, Masereel a fait sa bande dessinée, Die Sonne, sur des gravures en bois. Sa narration graphique est composée de 63 cadres sans aucun texte sauf le cadre titre. En 1937, Ward a utilisé cette même méthode pour créer Vertigo, une œuvre sans mots qui s’appuie sur des images détaillées pour raconter l’histoire. Ces bandes dessinées muettes montrent le pouvoir narratif des images, ce qui confirme le principe de Töpffer. Bien sûr, beaucoup de dessinateurs ont utilisé une combinaison d'images et de texte comme Hergé dans Tintin et Peyo dans Les schtroumpfs. Chacun invente sa propre manière de raconter des histoires en combinant les deux éléments. Bien que Masereel, Ward et Töpffer aient été des innovateurs dans leur genre, les bandes dessinées composées de texte et d’images étaient plus populaires. De plus, le texte a pris sa place dans l’espace de l’image.  	 	 		12	 Le dessin dans la bande dessinée est en principe encadré. Töpffer mettait la légende en dessous de l’image. Au vingtième siècle, la légende était généralement dans le cadre de l’image, ils partageaient le même espace, mais on trouve encore beaucoup de bande dessinée qui mettent la narration hors du cadre comme dans Asterix et les Goths. Parfois, la narration est écrite dans un cadre carré au coin de l’image. Par contre, le dialogue est fréquemment mis dans des phylactères ronds et non carrés. Cette position intermédiaire sépare le dialogue de la narration. Les guillemets étaient enlevés et le dialogue avait son propre véhicule, le phylactère aussi nommé bulle ou ballon. Le mot phylactère vient du Moyen Âge et il fait référence à une banderole qui porte « le texte des paroles prononcées par les personnages d’une œuvre d’art » (“Phylactère”, def 1.b.). En Europe, la banderole était liée à la religion et elle faisait référence à des textes sacrés comme la Bible. Dans Saint Anne et Angel (1506) par Bernhard Strigel, il y a une banderole avec une inscription en latin qui sort de la bouche de l’ange comme s’il parlait. Dans la bande dessinée, le phylactère signale la parole. Les définitions de la bulle et du ballon font référence à la parole et à la forme du dessin : « Espace délimité par une ligne fermée, où sont inscrites les paroles ou les pensées d'un personnage dessiné » (“Bulle”, def 2.d) et « Espace délimité par une courbe fermée, à proximité de la bouche d'un personnage de bande dessinée, qui contient ses paroles ou ses pensées » (“Ballon”, def 1.i). Le texte, ou la parole, est encerclé par un dessin qui fonctionne comme des guillemets. La transformation des guillemets en phylactère est une étape importante dans l’évolution de la bande dessinée : « it established a word/image unity that distinguishes comics from pictures illustrating a text » (Carrier 4). Si le phylactère évoque la parole, il évoque le son.  	 	 		13	 Quand on lit, au contraire d’une conversation ou d’une pièce de théâtre, il n’y a pas de stimulation auditive, mais on imagine des voix. Lorsqu’on lit un passage d’un roman ou d’un article, on imagine notre propre voix. Par contre, nos cerveaux enregistrent les mots entourés de guillemets ou de phylactères et ils recréent des sons différents. Quand on lit un dialogue ou des phylactères, on imagine des voix différentes pour chaque locuteur. Le décodage n’est donc pas seulement un décodage du sens des mots mais un décodage des sons des mots.  Au début du vingtième siècle, il n’y avait que des films muets. Parfois, le réalisateur ajoutait le texte des dialogues et parfois des musiciens accompagnaient les scènes du film, ce que l’auditoire aimait. L’addition des phylactères dans la bande dessinée a été une révolution aussi importante que la sonorisation du cinéma. Les auteurs de bande dessinée se sont rendus compte que le dialogue rend les images plus vivantes aux yeux du public, et ils l’ont réalisé avant l’industrie du film. Bien que personne n’ait encore identifié le vrai inventeur du phylactère, on en trouvait déjà à la fin du dix-neuvième siècle. L’innovation du phylactère a uni deux esthétiques différentes : celle de l’image et celle du texte.   Par exemple, si on regarde la Figure 3, la première planche de Persepolis par Marjane Satrapi, on voit qu’elle est composée de 5 cadres, tous de tailles différentes. On a déjà une composition dynamique. Le premier cadre montre une fille, la narratrice Marjane. On le sait parce qu’elle le dit dans la narration qui est encadrée en haut du dessin. Puis nos yeux continuent vers le deuxième cadre où elle nous montre une photo de ses camarades de classe. Elle nous donne leurs noms de gauche à droite. Bien que Satrapi ait grandi en Iran et qu'elle ait appris le persan qui s’écrit de droite à gauche, elle 	 	 		14	suit les règles de la bande dessinée française et de la langue française. Elle enchaine les images de gauche à droite et de haut en bas. Le quatrième cadre mélange narration, image et phylactère. D’abord, on devra lire la narration, puis on regardera l’image, et on descendra vers le phylactère. Finalement, le dernier cadre de la planche est composé de plusieurs personnes et de dialogue. D’abord on commence par la narration en haut. Parce qu’on est habitué à lire de gauche à droite, le dialogue, ou les phylactères, fonctionnent de la même manière. Cela veut dire que la position des personnages de gauche à droite dans l’image, ou de haut en bas, est guidée par l’ordre des phylactères : « l’écrit est le véhicule privilégié du récit en général » (Groensteen 10). Si le dessinateur veut qu’un personnage commence le dialogue, il faut qu’il le mette à gauche de l’autre et qu’il mette le phylactère plus à gauche que l’autre ou au-dessous. Dans le dernier cadre de la Figure 3, les seuls phylactères qui doivent être lus dans un ordre de succession seront les deux qui se trouvent à droite et en haut du cadre : entre les deux filles, celle qui commence le dialogue a son phylactère plus haut que l’autre. Par contre, dans la Figure 4, l’ordre des phylactères est plus important. Ceux de gauche peuvent être lus dans n’importe quel ordre, mais ceux de droites devraient être lus de haut en bas parce que les phrases se suivent l’une après l’autre pour former des phrases plus longues. La position des phylactères est très importante dans la bande dessinée parce que normalement elle contrôle la position des personnages et l’ordre dans lequel on lit.  Chaque créateur a sa manière de dessiner les phylactères. Normalement, la bande dessinée utilise pour le dialogue des phylactères arrondis comme dans la Figure 3 ou des phylactères cadrés. De plus, le phylactère a une queue ou un vecteur qui pointe vers le locuteur et l’identifie. Sans queue et surtout s’ils étaient carrés, les phylactères 	 	 		15	donneraient l’impression de faire partie de la narration. Par exemple, dans la Figure 3, plusieurs jeunes filles jouent et parlent pendant la récréation. Chaque locuteur a son propre phylactère arrondi avec une queue. La narration dans Persepolis est par contre toujours dans un cadre rectangulaire. En fonction des autres personnages et quand plusieurs locuteurs disent la même chose, la queue et la forme des phylactères changent. Il aura plusieurs queues. Cela permet de ne pas répéter les mêmes phrases et de renforcer l'accord ou la relation entre les deux. Quand certains personnages ne bougent pas mais continuent à parler, le dessinateur lie parfois plusieurs phylactères. Cela permet de gagner de la place dans la planche s’il n’y a pas de changement dans l’image. La succession du dialogue commence donc en haut et descend. Le phylactère permet aussi de transmettre les émotions du locuteur : quand il s’énerve, le phylactère devient plus gros et la ligne qui entoure le texte devient dentelée, grasse et plus grande. Un contour pointu signifie la colère et la frustration du personnage et un agrandissement de la taille des lettres montre le ton du locuteur. Par exemple, dans Persepolis après que Marjane a découvert qu’il y a une bombe près de sa maison, elle essaie de prendre un taxi. Dans son désespoir, elle court et appelle un taxi. Quand elle crie taxi, le mot est en majuscules avec un point d’exclamation à la fin et il est entouré par un phylactère dentelé. À ce moment, on imagine un cri perçant.  Bien que la plupart des phylactères contiennent des sons, certains montrent les pensées de quelqu’un. La voix intérieure de la pensée ou du rêve est parfois distinguée par un phylactère en forme de nuage. La queue est composée d’une chaîne de petits nuages qui lie le phylactère au personnage qui pense. À la place des nuages, on voit parfois des cercles en succession qui descendent vers le personnage qui rêve. L’usage de 	 	 		16	ces phylactères muets dépend du type de narration. Dans Le tueur, on ne voit pas de phylactères muets parce que le récit est dicté par le personnage principal. Le narrateur joue un rôle actif dans l’histoire et chaque fois qu’on lit la narration, on est dans sa tête. On ne sait pas ce que les autres pensent, juste le narrateur. Par contre, dans Persepolis, Satrapi raconte son histoire comme témoin et aussi comme personnage. Sa narration met la scène en place et elle raconte ses histoires, comme si tout se passait au présent. Elle raconte sa vie aux lecteurs avec différentes sortes de phylactères. Même si les phylactères muets jouent un rôle dans la bande dessinée, les phylactères sonores sont plus communs.  Dans la bande dessinée de notre époque, le texte dicte l’histoire et détermine les éléments principaux du phylactère: taille, forme et interlocuteur. Chaque dessinateur a son propre style et choisit le lettrage que le lecteur lira pour décoder l’ambiance de l’histoire et le ton du personnage qui parle. Après que le dessinateur a choisi son lettrage principal pour la bande dessinée, il l’adapte pour évoquer le son : « Le lettrage manuel joue un rôle décisif pour faire du neuvième art un média réellement audiovisuel. Car, souvent le texte dit autant par sa taille, sa forme, sa position dans l’image que par son seul contenu » (Peeters 31). Par exemple, dans Le combat ordinaire par Manu Larcenet, le personnage principal, Marco,  rend visite à son frère qui habite dans un vieil appartement. Quand il touche à l’interphone et se présente, le phylactère est arrondi et le texte est dans le lettrage normal du dessinateur. Quand son frère répond à l’interphone, le phylactère est dentelé et le lettrage est plus grand et plus fin (Figure 5). Le dessinateur essaye d’évoquer le son discordant produit par un interphone en mauvais état. Nos expériences des interphones et le lettrage nous laissent entendre le contraste des voix. Deux planches plus tard, les deux frères commencent à crier des absurdités. Leurs mots 	 	 		17	deviennent grands et gros, et la fin de leurs phrases est ponctuée de points d’exclamation. Dans la vie réelle, quand on est passionné ou ravi par quelque chose, on hausse le ton. Dans la bande dessinée, le dessinateur fait la même chose ; quand le ton d’un personnage monte, le lettrage s’agrandit et on voit des points d’exclamation. Par contre, si un personnage chuchote, on verra une réduction dans la taille du lettrage. Le lettrage peut aussi distinguer les accents régionaux et les langues étrangères. Par exemple, dans Astérix par Goscinny et Uderzo, Astérix et Obélix font la connaissance de plusieurs étrangers. Quand ils rencontrent des Égyptiens, et qu’ils se parlent, le texte est remplacé par des dessins hiéroglyphiques (qui restent encore compréhensibles dans le contexte). Les Égyptiens parlent dans leur langue maternelle et non en français. Quand leurs héros rencontrent des Grecs, Goscinny et Uderzo utilisent un lettrage grec mais les mots sont en français. Le lecteur qui voit ces lettrages différents entend les accents. Quand les Égyptiens parlent, on voit ainsi des dessins dans les phylactères qui sont dessinés avec des coins arrondis comme les cartouches hiéroglyphiques.   Depuis le début de ce chapitre, nous avons centré notre discussion sur le dessinateur, mais il est important de noter que beaucoup de bandes dessinées sont faites en collaboration : souvent un scénariste et un dessinateur travaillent ensemble. Le scénariste écrit l’histoire et il décrit ce qu’il veut voir. Puis c’est au dessinateur de rendre le tout en images. Parce que la bande dessinée n’est pas un roman et qu'on doit incorporer plus d’éléments que dans un livre, le texte que la bande dessinée utilise doit être plus composé. Dans Graphic Storytelling and Visual Narrative, Will Eisner consacre un chapitre à l’écriture et au processus de traduction du texte en images et en paroles. Ses exemples montrent les problèmes que le dessinateur rencontre quand il essaye de garder 	 	 		18	l’originalité de l’écrivain dans quelques cadres. Parfois, un long paragraphe doit être mis dans un cadre et c’est le dessinateur qui décide comment le présenter et placer les mots. Dans un phylactère, le dessinateur essaye de préserver le texte de l’écrivain : les mots, les descriptions des images, ou les signes de ponctuation. Bien qu’on soit habitué à voir du texte dans le phylactère, que peut-on faire quand on voit des dessins dans le phylactère ? Comment est-ce qu’ils fonctionnent avec le texte, ou même sans, pour produire des sons? D’abord, il y a des icônes bien connues que les dessinateurs utilisent pour évoquer certains thèmes telles les fleurs, les crânes, les cœurs, les notes musicales et les signes de ponctuations. Les cœurs représentent l’amour et travaillent avec le texte pour suggérer une parole délicate et amoureuse. Les notes musicales fonctionnent comme indicateur de la musique ; quand on lit le phylactère dont le texte est entouré de notes musicales, on comprend que c’est les paroles d’une chanson. De plus, la façon dont les notes sont dessinées indique la clarté du son. Dans Astérix, il y a beaucoup de cas où on entend de la musique. Quand les sons sont harmonieux, on voit des notes musicales dessinées parfaitement. Par contre, quand le son est discordant, les notes sont tordues et défigurées. Comme les autres images, les signes de ponctuation fonctionnent comme partenaires du texte mais aussi il y a des cas où ils fonctionnent tous seuls dans le phylactère. S’il y a du texte dans le phylactère, le signe de ponctuation indique comment la phrase doit être lue. Le point (.) signifie un ton normal, le point interrogation (?) peut impliquer un ton montant en fonction de la réaction du personnage. Par exemple, dans Le combat ordinaire, le frère de Marco lui pose la question « Quoi ? ». En français, quand on utilise le mot quoi comme question, la voix monte. Le point d’exclamation (!) peut indiquer la surprise, la passion, la terreur ou la colère ; dans tous ces cas, il suggère aussi un ton 	 	 		19	montant, un son plus fort. Parfois le point interrogation ou le point d’exclamation sont seuls dans le phylactère et chacun représente leur sens iconique: la perplexité et l’étonnement. Mais il y a aussi des cas où les deux fonctionnent ensemble (?!) pour conjuguer les deux sentiments. Les signes de ponctuations sont quelquefois mélangés avec des images étranges, ou des dingbats. Cette méthode est commune quand un personnage dit un mot grossier ou quelque chose d'inexplicable. Dans Astérix, Goscinny et Uderzo emploient plusieurs dessins pour signifier les mots grossiers comme des têtes de morts, des éclairs, des points d’exclamations et des étoiles. Ils emploient aussi des signes de violence pour suggérer des paroles violentes. Bien que la plus grande partie du texte se trouve dans un phylactère, il sort parfois de ce cadre et entre dans le dessin grâce aux onomatopées.   Une onomatopée est un mot dont la forme phonique évoque le signifié. Les plus connus sont les sons d’animaux comme miaou et coin-coin. Mais dans la bande dessinée, les lecteurs sont habitués à clac, crac et boum. Grâce aux onomatopées « toute grande bande dessinée est en mesure de restituer le mouvement et de suggérer un univers sonore » (Peeters 30). Les onomatopées suggèrent une polyphonie (Peeters 31). Quand le dessinateur emploie une onomatopée, on a en général une variation dans le lettrage. Parfois le lettrage ressemble au son que le mot imite. Par exemple, dans Le secret de la licorne, Tintin reçoit un appel. Dans le cadre, on voit le téléphone entouré par des lignes ondulées comme des vibrations et en haut, on peut lire drring drring. Les mots sont écrits avec des lignes ondulées dirigées vers le téléphone, la source, et ensemble ils figurent son son. Les onomatopées sont très populaires dans la bande dessinée en général, et particulièrement chez les Américains qui continuent à publier des bandes dessinées de 	 	 		20	super-héros comme Batman et Superman. Bien que ces bandes dessinées soient en anglais, les onomatopées restent dans les traductions dans le monde entier. Elles fonctionnent comme une langue universelle. Même si en français on écrit BOUM et qu’en anglais on choisit plutôt BOOM, le sens ne varie pratiquement pas et la traduction est claire.     	 	 		21	Chapitre 3 - La parole et le son dans Tintin et Astérix Le terme parole se réfère aux mots et à la façon dont ils sont utilisés pour signifier un sentiment, une pensée, une promesse ou une expression verbale. Dans la bande dessinée, on n’entend pas la parole, mais on la lit. Elle s’appuie sur l’image pour raconter une histoire au lecteur qui devient l’auditoire dans ce récit interactif. Pour suivre l’histoire, le lecteur doit regarder les images et lire la parole. La présentation de la parole diffère pour chaque dessinateur. Dans ce chapitre, nous allons explorer les formes de la parole, ses effets dans l’histoire et les sons qu’elles produisent dans deux bandes dessinées bien connu du monde francophone : Tintin et Astérix.  3.1 Tintin Georges Remi est le créateur de Tintin, mais il est plus connu sous son nom de plume, Hergé. Il a grandi en Belgique où il a commencé sa carrière dans deux journaux, Le Boy-Scout Belge et Le vingtième siècle. Au Boy-Scout Belge, il a créé Les aventures de Totor, une bande dessinée qui reflétait son admiration et son intérêt pour les boy-scouts (Hergé et Sadoul 34). Ses expériences comme boy-scout lui ont donné certaines valeurs fondamentales qui se voient dans Totor et Tintin: l’importance du courage, de la fraternité et de la patrie. Les dessins et les histoires des aventures de Totor l’ont amené à créer Tintin. Totor, le personnage principal, est un boy-scout belge qui voyage aux États-Unis pour rendre visite à ses parents. Au cours de ses aventures, il croise beaucoup d’étrangers et il se trouve aussi dans des situations problématiques, comme Tintin.  Dans les premiers épisodes des aventures de Totor, la parole a la forme d’une narration en-dessous du cadre. Par la suite, son style a évolué et a commencé à incorporer des innovations telles que les phylactères. En 1929, grâce à Norbert Wallez, Hergé a 	 	 		22	publié la première série de Tintin : Les Aventures de Tintin reporter du Petit « Vingtième » au pays des Soviets. Chaque semaine, il publiait quelques pages qui racontaient les aventures de Tintin et Milou, le jeune reporter et son chien. Cette nouvelle bande dessinée cultivait ses intérêts pour le reportage et surtout pour le cinéma qui, à l’époque, était en train de se développer. Le succès de Tintin a étonné Hergé et son équipe. Il a continué à collaborer avec Le vingtième siècle jusqu’à l’occupation de la Belgique. Pendant l’occupation, il a travaillé avec Le Soir mais en 1944, Le Soir a fermé ses portes. Hergé a alors fait la connaissance de Raymond LeBlanc avec qui il s’est associé pour créer le magazine Tintin en 1946. C’est là que Hergé a publié les aventures de Tintin et les bandes dessinées d’autres dessinateurs comme Blake et Mortimer par Edgar P. Jacobs. Tintin a ouvert la porte à plusieurs dessinateurs comme René Goscinny (Potet, « Astérix : du Oumpah-Pah ») 3.2 Astérix  La carrière de Goscinny s’est développée à travers ce magazine mais ses premiers dessins ont été créés dès 1946. Après son service militaire, il s’est rendu aux États-Unis pour travailler. Ensuite, il a fait la connaissance de plusieurs dessinateurs comme Morris avec qui il a travaillé pour dessiner Lucky Luke, une bande dessinée basée sur l’histoire d’un cowboy justicier. Bien que Lucky Luke soit connu en France, la publication de Pilote et surtout la création d’Astérix restent les deux choses qui ont distingué la carrière de Goscinny. En 1959 avec la collaboration d’Albert Uderzo, il a créé Astérix, une bande dessinée qui a marqué la France. Dans leurs histoires, ils racontent les aventures de deux Gaulois, Astérix et Obélix, qui essayent de protéger leur petit village contre les Romains. Ces bandes dessinées pleines de couleurs et de blagues incorporent plusieurs techniques 	 	 		23	illustratives. Même si les œuvres de Hergé et de Goscinny ont un écart de trente ans, la composition de leurs bandes dessinées a quelques caractéristiques communes.  3.3 Mise en page  Dans Tintin, Hergé se focalise sur l’image entière et la mise en page. L’image est essentielle pour lui parce qu’elle ajoute un aspect interactif comme au cinéma. À travers les dessins on voit l’action, le mouvement et les émotions de Tintin, ses amis et ses ennemis. Chaque page est composée de cadres de dimensions différentes. Il y a au moins un cadre et au maximum cinq rangs de cadres. Le dessin et le texte se lisent de gauche à droite. Bien que la série ait commencé en noir et blanc, en 1942 L’étoile mystérieuse a été publié en couleur. Suite à cela, Hergé a republié les aventures précédentes en couleur et dans des livres de soixante-deux pages. Hergé a créé vingt-quatre aventures de Tintin mais il n’a pas pu finir la dernière, Tintin et l’alpha art.  Goscinny pouvait dessiner mais il pensait que ses idées et son écriture étaient son point fort, il a donc laissé la réalisation des dessins d’Astérix à Uderzo. Ils avaient déjà travaillé ensemble à Junior où ils avaient créé Jehan Pistolet et Luc Junior. Puis, dans Tintin, ils ont créé Oumpah-pah. Les caractéristiques physiques des personnages d’Astérix, la composition des phylactères et la typographie sont proche de ceux de Oumpah-pah. Comme dans Tintin, chaque page d’Astérix est composée de cadres de dimensions différentes. Il y a toujours au moins un cadre et au maximum quatre rangs de cadres. Le dessin et le texte se lisent normalement de gauche à droite et de haut en bas. Cependant, il y a des cas où il faut enchaîner les cadres d’une façon différente. Dans ces cas, Goscinny et Uderzo mettent des flèches pour guider le lecteur d’un cadre à l’autre. La série est toute en couleur. Goscinny et Uderzo ont compris les possibilités de la 	 	 		24	couleur pour rendre leurs images vivantes, pour marquer le ton d’un dialogue ou encore pour suggérer le moment de la journée. Pendant dix-huit ans, Goscinny et Uderzo ont travaillé ensemble et ils ont créé vingt-quatre aventures. Après la mort de Goscinny, Uderzo a continué la série seul jusqu’en 2008 (Potet « Astérix: comment Albert Uderzo à cédé le flambeau »).  Aujourd’hui Tintin et Astérix continuent d’être les deux bandes dessinées les plus connues en France. Leur succès et leur popularité peuvent être attribués à des visions créatives qui mettent en avant l’aventure et la comédie. Alors qu’il y avait déjà des bandes dessinées d’aventure aux États-Unis, Hergé a introduit le récit d’action en Belgique et en France. Tintin est un reporter qui doit résoudre des mystères complexes et chaque aventure l’amène dans des pays différents. Bien qu’il ne soit pas détective, il travaille comme s’il en était un. Il cherche des indices, il rencontre des criminels et il aide la justice. Bien qu’il y ait des moments amusants dans Tintin, grâce notamment à Milou, le contenu est plutôt sérieux. Par contre, l’aventure et la comédie vont de pair dans Astérix, comme leurs deux personnages principaux et comme les créateurs, Goscinny et Uderzo. Astérix et Obélix travaillent ensemble pour maintenir la paix parmi les Gaulois. Leurs aventures regorgent de disputes, de batailles et bien sûr de blagues. À chaque page, il y a des dialogues et des dessins humoristiques qui évoquent les sons. Bien que leurs visions soient différentes, les dessinateurs de Tintin et d’Astérix ont mis l’accent sur la parole et la relation entre le texte et l’image.   3.4 Narration Dans le premier chapitre, on a vu la naissance de la parole dans la bande dessinée et comment elle a évolué. Dans Tintin et Astérix, la narration est encore utilisée mais sa 	 	 		25	présence est plus prononcée dans Astérix. Le premier Tintin, Tintin au pays des Soviets, n’a pas de narration et le premier cadre de l’histoire est plutôt une petite introduction pour les lecteurs du Petit Vingtième qui leur parle un peu de Tintin et ce qui les attend dans les livraisons suivantes. Dans la deuxième bande dessinée de Tintin, Tintin au Congo, Hergé emploie la narration pour la première fois et elle se trouve dans 30,6 pour cent des planches (19/62). La narration revient dans toutes les bandes dessinées de Tintin qui ont suivi. Il l’utilise pour créer la mise en scène et pour établir le lieu et le moment de la scène. La narration est en lettres cursives et se trouve normalement en haut du cadre dans une boîte jaune. Il y a des cas aussi où elle se trouve superposée au dessin de fond. Sa présence indique le temps et elle aide le lecteur à suivre l’histoire comme dans un film.  Chez Hergé, la narration revient seulement à signaler le temps et l’endroit où l’histoire se déroule. Chez Goscinny et Uderzo, la narration joue un rôle plus important parce qu’il y a un narrateur. Le narrateur prend plaisir à mettre la scène en place avec beaucoup de détails. Il raconte l’histoire comme s’il n’était pas juste un narrateur mais un Gaulois. Il célèbre les victoires d’Astérix et Obélix qu’il nomme leurs héros. C’est le narrateur qui introduit Astérix et Obélix, c’est le narrateur qui applaudit leurs victoires et c’est le narrateur qui finit chaque histoire. Sa parole est toujours en italiques et elle est normalement encadrée dans une boîte. Dans la première aventure, Astérix le Gaulois, la narration intervient dans quarante pourcent des pages (18/44). Elle est toujours encadrée, généralement dans une boîte blanche, mais parfois rouge ou jaune. Dans les aventures qui suivent, Goscinny et Uderzo ont développé la narration et ce qu’elle peut faire. Parfois elle se trouve dans le coin du cadre sans contours et parfois elle se trouve écrite sur un 	 	 		26	parchemin, un journal ou même un panneau d’information. La Figure 6 montre la narration sans boîte et sans cadre. Le narrateur raconte une autre histoire entre parenthèses avec beaucoup de commentaires qui prennent toute la planche. Le narrateur révèle des détails importants. Comme dans les phylactères, il y a parfois des mots en gras pour souligner quelque chose au lecteur. Selon Thierry Groensteen, « the narrator, whether regarded as compulsory agent or as optional, is defined in every case as an intermediary between the story and the reader, an instance that expresses a point of view on the events recounted » (Groensteen 80). Groensteen parle du rôle du narrateur dans la bande dessinée et il remarque sa relation avec l’histoire et le lecteur. C’est cette relation avec le narrateur qui distingue Astérix de Tintin. Dans Astérix, le narrateur joue un rôle subtil mais signifiant avec l’aide du dessin pour mettre la scène en place dans l’histoire comme une didascalie dans une pièce de théâtre qui donne des informations aux interprètes. Mais peu importe comment elle est présentée, le lecteur la distingue de la parole et des bruits grâce aux italiques et au contenu. Au contraire, la parole chez Hergé, Goscinny et Uderzo est presque toujours présentée dans des phylactères.   3.5 Phylactère et parole Dès Tintin au pays des Soviets, Hergé s’appuyait sur la parole seulement pour dérouler l’histoire. La narration était totalement absente de ce premier volume des aventures de Tintin. Dans Tintin, la parole est écrite dans des phylactères. Les lettres semblent être écrites à la main et Hergé garde ce style jusqu’à la fin de l’histoire. D’habitude, les phylactères sont blancs mais Hergé change parfois la couleur pour suggérer un ton différent. Par exemple, pour montrer la colère, il utilise normalement le rouge ou l’orange mais aucune couleur ne suggère la joie ou quelque autre sentiment. 	 	 		27	Dans chaque cadre, chaque locuteur a son propre phylactère qui est toujours rectangulaire. La taille par contre varie en fonction de la longueur des paroles. Chaque phylactère a son propre vecteur en forme d’éclair pour indiquer le locuteur, et Hergé place les phylactères et les locuteurs dans l’ordre chronologique de la parole. Par exemple, dans le deuxième cadre de la Figure 7, un homme âgé parle à Tintin. L’homme est dessiné à gauche et Tintin à droite. Les deux phylactères se trouvent l’un à côté de l’autre, mais le lecteur doit commencer par le phylactère de gauche, celui de l’homme. Chaque fois que quelqu’un parle, Hergé dessine un phylactère. Mais on voit aussi qu’il utilise parfois des phylactères pour représenter les bruits produits par un personnage. Dans le dernier cadre de la Figure 7, Tintin dort. On voit un phylactère qui sort de sa bouche avec les sons « RRON…RRON !!!! » (Hergé, Tintin au pays Soviets 1). Même si le ronflement est plutôt un bruit qu’une expression verbale, il se trouve dans un phylactère. Mais plus loin dans cette bande dessinée quand Tintin dort dans son lit en haut de sa tête il y a les sons « RRON RRON » sans phylactère (Hergé, Tintin au pays Soviets 118). Il est clair que la question « Qu’est-ce qu’on met dans un phylactère ? » n’est pas résolue pour lui. Le phylactère sert surtout à représenter la parole mais ce qui se trouve à l’intérieur varie selon chaque dessinateur et jusque chez le même auteur d’une œuvre à l’autre.  Selon Goscinny, la parole est importante et le phylactère est nécessaire pour qu’elle prenne forme : « quand on a pas beaucoup de place pour s’exprimer, on concentre ses idées » (Goscinny 48). Même si, comme chez Hergé, la parole est essentielle dans les aventures d’Astérix et Obélix, la façon dont les personnages de Goscinny et Uderzo parlent et s’expriment est différente. Ils utilisent typiquement un phylactère de forme 	 	 		28	circulaire, comme leurs prédécesseurs. Pour Goscinny et Uderzo, le vecteur prend deux formes : celle en forme de V et celle en forme d’éclair comme dans Tintin. Les deux formes sont interchangeables et il n’y a pas de caractéristiques qui les distinguent l’une de l’autre. De plus, il y a plus de cas chez Goscinny et Uderzo où des personnages partagent un phylactère pour ajouter encore du comique. Par exemple, la Figure 8 montre une scène où un groupe de Romains joue à la chaise musicale. Le trompettiste vient de finir la chanson et un Romain a perdu. Le groupe, mort de rire, pointe du doigt au malheureux et ils crient ensemble : « C’est Caligula Minus qui s’y colle ! » (Goscinny et Uderzo, Astérix le Gaulois 5). Il n’y a qu’un phylactère avec six vecteurs ; un pour chaque Romain à la bouche ouverte. De plus, le phylactère est si grand qu’il est coupé par le cadre. Goscinny et Uderzo ont vraiment repoussé les limites du phylactère. Pour le duo, le phylactère est essentiellement le vecteur de la parole, mais il fait aussi partie du dessin. Comme le texte des personnages des aventures, il peut être dessiné petit, grand, blanc, jaune et même déformé. Sa forme dépend de la parole du personnage, de son ton et de ses émotions. Comme dans Tintin, les phylactères dans Astérix se lisent de haut en bas et de gauche à droite. Bien sûr, il y a des cas où l’ordre des phylactères n’est pas nécessairement le même que l’ordre des personnages. Il y a aussi des cas où on ne voit pas les personnages qui parlent mais on voit leurs phylactères. Par exemple, dans La Serpe d’or, Astérix et Obélix se trouvent seuls dans la nuit et dans la pluie. Dans les cadres précédents, Obélix est à gauche et Astérix à droite. Quand la nuit tombe, on ne voit que la pluie et deux phylactères mais on sait à qui ils appartiennent : un phylactère est plus haut que l’autre et dans le deuxième, le personnage s’adresse à Obélix. Grâce à la position des phylactères et à la parole on sait qui parle et on peut facilement 	 	 		29	suivre l’histoire. Cette technique se retrouve dans grand nombre de leurs aventures et elle est particulièrement développée dans La Grande traversée. Dans la Figure 9, la planche est composée de douze cadres dont dix montrent des scènes qui se déroulent dans la nuit. On ne voit que des phylactères. Grâce aux cadres précédents, on sait qu’Astérix, Obélix et Idéfix sont présents. De plus, chaque fois qu’ils se parlent, il y a au moins un personnage qui identifie l’autre. Mais au sixième cadre, on voit une typographie différente dans les phylactères. Ce n’est ni Astérix ni Obélix mais des inconnus. Bien que les lettres aient des accents qui ne sont pas typiques du français, elles sont lisibles et elles nous donnent l’impression que les personnes qui parlent sont des étrangers. En fait, ce sont des Vikings et ces Vikings remarquent l’accent d’Astérix et d’Obélix. On voit donc que même sans image, Goscinny et Uderzo sont capables de développer une histoire grâce aux phylactères, à la typographie.       Selon Benoît Peeters, « même chez les dessinateurs les plus virtuoses, le langage restait la source fondamentale et la clé de toute compréhension » (Peeters 109) et ça se voit dans les aventures de Tintin et Astérix grâce au phylactère. La parole peut faire avancer, présager ou ajouter un élément comique à l’histoire. Dans sa recherche, Catherine Khordoc fait une remarque contestable sur le phylactère : « The ballon is a visual symbol for sound in general, and other elaborate symbols, graphic and pictorial, contribute to the representation of more specific types of sounds » (Khordoc 173). Il est vrai que le phylactère fonctionne comme un symbole mais pas pour des sons généraux. Il signale avant tout la parole dans une bande dessinée.  Les aventures de Tintin le mettent dans des situations dangereuses qui provoquent chez lui la peur ou la tristesse. Hergé caractérise la peur par un phylactère dentelé ou un 	 	 		30	texte dentelé. Par exemple, dans Les 7 Boules de cristal, une scène montre l’assistante du magicien qui commence à prévoir l’avenir. Pendant qu’elle parle, elle devient sérieuse et le cadre représente son visage en gros plan comme dans un film pour montrer la peur dans ses yeux. Ses dernières phrases l’ont tellement effrayée qu’elle crie. La Figure 10 montre son cri dans un phylactère traditionnel, mais les lettres sont toutes fines et dentelées. Elles tremblent. La typographie fine caractérise un ton plus élevé et la police dentelée représente la peur. Dans la Figure 11, le capitaine Haddock se réveille à côté d’un grand fourmiller qui mange les fourmis sur son visage. Haddock a tellement peur qu’il crie « Au secours ! ». Le texte est en grandes majuscules et en gras mais il n’est pas dentelé. Par contre, le phylactère qui contient sa parole est dentelé. Le phylactère du grand fourmiller quant à lui est de forme traditionnelle, mais le point d’exclamation qui signale sa surprise est dentelé. Cela suggère que le grand fourmiller a peur aussi (Hergé, Le Temple du Soleil 37). Les Bijoux de la Castafiore illustre grâce à la parole une autre émotion, la tristesse. Alors que Tintin et le capitaine Haddock se promènent dans la forêt, ils entendent les pleurs d’une fillette. Hergé reproduit les sons traditionnels de quelqu’un qui pleure : « bou-ou-ouh » et on comprend sa tristesse dans les traits de son visage et dans ses larmes. Quand Haddock essaie de l’aider, la fille a peur et le mord. Il crie fort et on voit un phylactère dentelé et un cri perçant grâce au dessin de lettrage. Le phylactère et les caractères s’appuient l’un sur l’autre pour créer un son fort. Selon McCloud, le timbre sonore dans une bande dessinée évoque « the quality of the sound, its roughness, waviness, sharpness, fuzziness, etc… » (McCloud 147).    	 	 		31	3.6 Ponctuation et texte dans le phylactère Ayant établi l’importance du phylactère, nous regardons maintenant la ponctuation et le texte du phylactère pour voir les sons qu’ils peuvent signaler. Hergé, Goscinny et Uderzo utilisent la ponctuation pour indiquer la confusion, l’étonnement et parfois la terreur que ressentent leurs personnages. Bien que les signes de ponctuation n’évoquent pas des sons quand ils sont présentés tous seuls, ils montrent aux lecteurs les émotions ou les réactions des personnages. De ce fait, ils suggèrent des variations dans le ton et l’intensité de la voix. Le point d’interrogation montre la confusion, le point d’exclamation montre l’étonnement, et quand les deux sont écrits dans une écriture tremblante, ils montrent la terreur. De plus, quand Hergé, Goscinny et Uderzo les utilisent avec des mots, ils signalent le ton et l’intensité du dialogue. Si les lettres sont écrites en minuscules ou sont plus petites que la taille normale du reste de la bande dessinée, le personnage parle à voix basse. Par contre, si les lettres sont écrites en majuscules et si elles sont en gras, cela suggère que le personnage parle fort. Par exemple, dans la Figure 12, Tintin trouve Milou par terre. Il s’inquiète et il commence à dire son nom « MILOU… !! MILOU !!! MILOU !!! » (Hergé, Tintin au pays Soviets 130). Son visage montre son inquiétude et les lettres qui augmentent en taille signalent un ton qui monte progressivement. Ce changement de taille et par conséquent de ton se voit aussi quand un personnage se fâche. Par exemple le capitaine Haddock, personnage connu pour son impatience, est toujours en colère. Dans la Figure 13, on voit qu’il commence à poser une question sur un ton normal grâce à la police traditionnelle de Hergé, mais après quelques essais, Haddock s’irrite. Le texte passe en majuscule et la police change de taille et d’épaisseur. D’ailleurs, d’un cadre à l’autre, son visage devient 	 	 		32	plus sérieux, plus rouge, et il commence à transpirer et à montrer des signes de colère. Dans le quatrième cadre, on voit aussi que les autres personnages s’éloignent à cause du son intense qui arrache le chapeau de la tête de Tournesol. On comprend que Haddock parle d’une voix très forte. Comme dans Tintin, la taille des lettres dans Astérix indique une voix normale, grave ou élevée. Elle a donc une relation avec le son comme Catherine Khordoc l’observe: In fact, the size of the letters conveys meaning : large, bold letters suggest that the volume of the character’s voice is quite elevated. In fact, there is a direct relationship between the size of the letters and of the volume of the voice : the bigger the letters, the louder the voice, and the smaller the letters, the lower the voice. (Khordoc 164-165) Khordoc pense qu’on peut distinguer une voix forte d’une voix grave. Dans les Figures 8, 9, 14 et 15, on voit des lettres écrites dans des tailles normales et grandes. De plus, tous ces exemples sauf la Figure 9 montrent les visages des personnages qui parlent. Pour comprendre le ton du personnage ou des personnages, il faut utiliser tous les éléments disponibles. Par exemple, dans la Figure 8, la narration est en taille normale et les paroles du phylactère sont de grande taille. Puis on voit que tous les soldats rient donc on a l’impression qu’ils sont heureux et qu’ils parlent fort. Par contre, dans la Figure 9, il n’y a pas de dessin, juste des phylactères donc on n’a que la parole pour nous aider. Astérix et Obélix parlent sur un ton normal jusqu’au moment où ils entendent le grognement du chien des Vikings. Après ce son, Obélix a peur et sa voix monte ce qui se voit par la taille du texte. On sait qu’il s’inquiète parce que Astérix lui dit à voix haute de se calmer. Il est 	 	 		33	comique d’observer, en parallèle, que dans les cadres qui suivent, les Vikings se trouvent dans les mêmes circonstances ; un d’eux s’inquiète, l’autre essaie d’être calme, mais finalement il s’énerve comme Astérix et sa voix monte et du coup la taille du texte grandit aussi. Bien que la Figure 9 soit un exemple d’une voix haute, il y a aussi beaucoup de cas où ils parlent à voix basse.  Par exemple dans la Figure 16, Astérix et Obélix se cachent dans un arbre. Comme toujours, Obélix n’est pas vraiment discret et fait du bruit alors qu’il devrait être silencieux. Il parle sur un ton normal mais qui est quand même trop fort dans leur situation. Astérix lui demande alors le silence. La parole d’Astérix est écrite en petite taille comme s’il chuchotait et dans le cadre qui suit, Astérix continue à chuchoter. Ses lettres sont petites et son doigt sur sa bouche signale le silence. Même si Obélix n’a pas compris l’importance du silence à ce moment précis, il y a beaucoup de cas où Obélix se parle doucement. Chaque fois qu’il le fait, c’est avec des lettres de petite taille.  3.7 Dessins dans le phylactère Pour suggérer des tons différents, Hergé s’appuie sur les caractères et la forme du phylactère. Goscinny et Uderzo s’appuient en outre sur les petits dessins qu’ils ajoutent dans le phylactère autour du texte. Dans la Figure 17, l’armée Romaine avance vers les Gaulois. Pour entrer dans le camp, le chef commence à parler poliment à un Gaulois. Il le vouvoie et lui parle au conditionnel qui est associé à la politesse, et autour de ses mots on voit des fleurs (Lawless 1). Dès qu’il finit de mentir pour apaiser les Gaulois, sa voix devient forte et les fleurs ne sont plus visibles. Les fleurs dans le phylactère rendent la parole plus belle et plus douce. Chez Goscinny et Uderzo, les fleurs suggèrent la paix, la 	 	 		34	gentillesse et l’amour. Par contre quand on voit un crâne, une bombe ou des images bizarres et inconnues, c’est plutôt négatif.  Hergé, Goscinny et Uderzo ont évité d’utiliser des gros mots dans leurs bandes dessinées parce qu’ils savaient qu’ils avaient des lecteurs de tous âges. Pour les remplacer, les trois dessinateurs ont intégré des images négatives ou violentes dans le phylactère. Dans la Figure 18, Astérix et Obélix ont réussi à coincer l’ennemi, Lentix, sous une pierre. Bien qu’on ne voie pas Lentix, son phylactère sort d’en dessous de la pierre et dedans on trouve un caractère inconnu, une explosion, un crâne, une étoile et un tourbillon ; rien de bon. On sait que Lentix est en colère grâce aux dessins dans le phylactère et on sait qu’il dit des gros mots grâce à Obélix : « Il en connaît des gros mots ! » (Goscinny et Uderzo, Astérix le Gaulois 5). Le phylactère contenant le commentaire d’Obélix assure que les images dans le phylactère remplacent les gros mots et son commentaire donne un ton plutôt drôle à l’image.  Outre l’inclusion d’images dans le phylactère, Hergé a incorporé des symboles musicaux, ainsi des notes de musique. La première fois qu’il les a utilisées, c’était dans Tintin aux pays des Soviets. Milou commence à hurler et dans son phylactère à côté de son hurlement, il y a une barre avec des notes musicales qui montent et descendent. On imagine le changement du son dans sa voix. Hergé a des difficultés à incorporer les notes et la parole dans le phylactère. Ainsi, vers la fin de l’histoire, Tintin essaye de reconstruire l’hélice de son avion. Pendant qu’il bricole, il chante. Dans le cadre, les paroles de la chanson et les notes musicales se trouvent dans le phylactère mais il y a aussi des notes musicales en dehors du phylactère. Dans les aventures qui suivent, la technique de Hergé a évolué et elle est devenue plus uniforme. Quand les sons musicaux 	 	 		35	viennent directement d’une personne, d’un instrument ou même d’une radio, il dessine les notes dans un phylactère. Par contre, quand il voudrait montrer que quelqu’un siffle ou que le son s’entend partout, les notes musicales viennent sans phylactère. Par exemple, à la fin de Tintin et les Picaros, il y a un grand défilé. Sur un char du défilé, il y a des musiciens qui jouent leurs instruments. Dans les cadres, il y a des notes musicales partout pour signaler la musique qu’ils font (Hergé, Tintin et les Picaros 60).  Goscinny et Uderzo ont aussi incorporé des dessins de notes pour signaler la musique comme Hergé. Chez eux, la musique peut avoir un son agréable mais aussi désagréable. Normalement à la fin de chaque histoire, il y a une grande fête remplie de monde, de nourriture et de musique. Malheureusement, le barde du village, Assurancetourix, n’est pas doué. Comme le narrateur le remarque, Assurancetourix se trouve génial mais les autres villageois pensent qu’il est innommable (Goscinny et Uderzo, La Serpe d’or II). Chaque fois qu’il essaye de chanter et de jouer la harpe, on voit des notes musicales tordues autour de lui qui signalent des sons désagréables. Afin d’insister encore plus sur ce point, il y a des cas où les notes musicales sortent de son phylactère et tombent par terre (Goscinny et Uderzo, Astérix et les goths 1). Par contre, si on voit des notes musicales normales, on peut comprendre que les personnages entendent un son agréable. Comme chez Hergé, si la musique vient directement d’une personne ou d’un objet, elle est présentée dans un phylactère. Par contre, si c’est un son ambiant, il se trouve dehors. De plus, les notes musicales peuvent être dessinées petites ou grandes, selon l’intensité du son. Il est évident que Goscinny et Uderzo traitent les sons de la musique comme de la parole ; ils peuvent être représentés de façons différentes, dans des tailles différentes et dans un phylactère ou sans lui. 	 	 		36	3.8 Accents Les personnages principaux de Tintin et Astérix voyagent dans des pays différents ; les aventures de Tintin l’amènent au tour du monde, par contre Astérix et Obélix restent habituellement en Europe. Tous rencontrent des étrangers et Hergé, Goscinny et Uderzo ont défini des méthodes pour évoquer les sons de certains accents. Dans Tintin, au lieu de signaler l’accent, Hergé essaye d’incorporer des phrases authentiques dans la langue étrangère. Dans Tintin au pays des Soviets, par exemple, Tintin croise deux fois des étrangers : un soldat russe et deux tortionnaires chinois. Les trois personnages ont l’occasion de parler dans leurs langues maternelles. Dans la Figure 19, quand Tintin et Milou écoutent le soldat russe, le lecteur sait qu’ils ne comprennent rien grâce au point d’interrogation placé à côté de la tête de Tintin et au phylactère de Milou contenant la phrase « Hein ? ». La parole du Russe est écrite en russe et est incompréhensible pour ceux qui ne parlent pas la langue. Mais grâce aux images, on devine qu’il demande ce qu’ils font. De fait « что вы ту делаете ???» signifie « Que faites-vous??? » (Hergé, Tintin au pays Soviets 34). Bien que la première phrase soit traduisible, la deuxième est plus compliquée et mal construite. Dans le troisième cadre, Hergé, pour être bien compris, inscrit les paroles du soldat en français. Toutefois, au dernier cadre de la page, il y a des mots écrits en alphabet cyrillique qui sont à nouveau incompréhensibles mais cette fois, elles n’ont aucun sens. On voit que le soldat est en colère et on devine qu’il dit des gros mots. On voit la même chose quand Tintin rencontre les tortionnaires chinois. Quand chacun commence à parler, c’est en français mais quand ils s’énervent des caractères chinois sortent de leurs bouches. Les caractères sont incompréhensibles et n’ont aucun sens mais on sait que les personnages ont mal, ces 	 	 		37	caractères sont donc soit des cris soit des gros mots. Dans Les Langues étrangères dans l’œuvre d’Hergé, Patrick Mérand essaye de traduire les phrases étrangères en français pour voir la pertinence de graphismes. Il n’a pas regardé toutes les œuvres de Tintin mais dans celles qu’il a dépouillées, il trouve que Hergé utilise parfois de vrais mots et parfois des mots inventés. On remarque donc, dans Tintin au pays des Soviets, les débuts du style unique et très personnel de Hergé.  Même si les aventures d’Astérix et Obélix les amènent dans des villes et des pays étrangers, avec de nombreuses langues différentes et des accents inconnus la langue des phylactères dans Astérix est normalement le français. Dès la première page de la première aventure d’Astérix, Astérix le Gaulois, on lit et on entend des accents. La Figure 20 montre deux barbares. Dans leurs phylactères, les phrases sont écrites en français, mais quelques mots sont mal écrits. Cependant, quand on lit les phrases, on comprend ce qu’ils veulent dire. Par exemple, quand le premier homme dit « Pon ! Pon ! On s’en fa ! », il voulait dire « Bon ! Bon ! On s’en va » (Goscinny et Uderzo, Astérix le Gaulois 1).  Il confond le son [b] avec [p] et le son [v] avec [f]. Son camarade poursuit : « Mais addentzion ! On refiendra ! » qui veut dire: « Mais attention ! On reviendra ! » (Goscinny et Uderzo, Astérix le Gaulois 1). On a encore la confusion des sons [v] et [f] et des sons [t] et [d] qui est typique de l’accent allemand. À travers la série, Goscinny et Uderzo continuent à utiliser cette technique pour montrer les accents régionaux et aussi les accents des étrangers qui parlent en français. Dans La Serpe d’or, Astérix et Obélix vont au restaurant et le serveur vient de Gergovie, au centre de la France. Il a un accent fort et par conséquent, il substitue au son [j] avec le son [ʃe]. À la sortie, Astérix fait une remarque sur l’homme en demandant s’il y avait quelque chose d’étrange et Obélix 	 	 		38	répond « Oui, son accent » (Goscinny et Uderzo, La Serpe d’or 10). Il y a aussi beaucoup d’autres cas où ils rencontrent des personnes avec des accents intéressants qu’on note grâce à l’orthographe.  Chez Hergé aussi, l’orthographe est un indice qui suggère des accents étrangers. Dans le dialogue en français, Hergé s’exprime toujours assez correctement pour que ses lecteurs puissent comprendre l’histoire. Quand il y a des fautes de grammaire en français, c’est volontaire (Figure 21). Hergé est prudent et s’il y a une faute c’est parce qu’il essaye de suggérer quelque chose, comme dans Tintin au Congo où Hergé montre sa conception de la syntaxe des congolais. Même si les congolais parlent français, Hergé sait qu’ils ont une façon particulière de parler. Il change l’orthographe des mots pour qu’ils puissent évoquer des sons différents mais quand même compréhensibles dans l’histoire. Par exemple, quand le compagnon congolais de Tintin lui parle, il dit missié au lieu de dire monsieur. De plus, Hergé change la structure de la phrase pour montrer une ignorance de la grammaire. Parfois dans le dialogue, il manque des éléments importants tels le verbe et les accords. Par contre, quand Tintin voyage aux États-Unis et en Chine, on ne voit pas d’erreurs dans la parole des américains et des chinois. Même si on sait qu’ils devraient avoir un accent, Hergé ne le montre pas. Mais quand Tintin rencontre un Mexicain aux États-Unis, on remarque l’accent espagnol.  Dans la Figure 21, on voit que sa parole est un mélange de mots espagnols et français. En outre, Hergé met des accents fautifs sur des lettres pour une graphie qui se rapproche davantage de l’espagnol que du français. Dans le troisième cadre de la Figure 21, le Mexicain dit « S’il mé voit, jé souis pris ! » (Hergé, Tintin en Amérique 34). On sait qu’il voudrait dire « S’il me voit, je suis pris ! ». Mais, grâce aux accents et à 	 	 		39	l’orthographe du verbe être, on entend l’accent espagnol qui utilise beaucoup le son [e] qui en espagnol est écrit e mais en français é. Dans Les 7 Boules de Cristal également, on note l’accent espagnol du général Alcazar pour qui Hergé continue de mettre cet accent qui modifie la prononciation de la voyelle e. Le locuteur a aussi des difficultés avec les sons [u] et le [ʒ]. La graphie de Hergé oblige le lecteur à lire les mots français lettre par lettre pour comprendre la phrase dans son ensemble.  Ce format utilisé pour évoquer l’accent espagnol est modifié pour les tibétains dans Tintin au Tibet. On voit l’accent tibétain dans la parole de Tharkey, le guide de Tintin et du capitaine Haddock, mais cette fois-ci, au lieu d’écrire les mots incorrectement avec des accents mal employés, Hergé joue avec l’ordre des mots et la syntaxe. Quand Tharkey parle, il confond les pronoms, il a du mal à conjuguer les verbes et il ne sait pas comment utiliser les expressions négatives. Par exemple, à la planche trente-six, au lieu de dire Non, Sahib je ne vais pas continuer, il dit « Non, Sahib, moi pas continuer » (Hergé, Tintin au Tibet 36). Il ne sait pas faire la distinction entre je et moi, il ne conjugue pas le verbe continuer, et il n’utilise pas les particules négatives. Quand on lit les paroles de Tharkey, on sait qu’il a des difficultés en français et on imagine qu’il a un accent. Mais, en l’absence de fautes d’orthographe, il devient difficile d’imaginer de quel type d’accent il s’agit. De plus, il est facilement imaginable qu’à cette époque, les Français et les Belges étaient très peu familiers avec l’accent tibétain. On remarque les mêmes erreurs dans la parole d’un adolescent tibétain (Hergé, Tintin au Tibet 53). On se demande si Hergé a eu la chance d’entendre des Tibétains parler français où s’il invente quelque chose pour le bénéfice de l’histoire. Il est évident que Hergé essaye d’incorporer les langues étrangères et leurs accents, mais ses histoires ne suivent pas toujours le même 	 	 		40	format. Durant toute sa carrière, il a repris la question des langues et des accents et la quête d’une méthode uniforme pour les représenter. Quand il change l’orthographe, les accents sont plus évidents. Par contre, quand le lecteur n’a pas cet indice, il faut qu’il utilise plus son imagination.  3.9 Langues étrangères La première langue étrangère qu’on rencontre dans Astérix est le latin. Selon Goscinny, le latin est essentiel pour l’histoire d’Astérix qui se passe à une époque où le latin est la langue commune des Romains mais pas la langue parlée des Gaulois. De plus, même si le latin est une langue morte il était enseigné à l’école dans les années 1960, donc beaucoup de lecteurs comprenaient les références en latin, ce qui ajoutent un élément de comédie. Par contre, les jeunes lecteurs d’aujourd’hui ne sont plus équipés pour comprendre toutes ces références. Pour les expressions latines, Goscinny fait une recherche : « Je me suis toujours inspiré des pages roses du Petit Larousse pour faire parler mes Romains en latin… Moi, je ne peux pas faire d’erreurs… je n’ai jamais fait de latin » (Goscinny 107). Il emploie normalement le latin quand les Romains se parlent mais il n’y a jamais uniquement du latin afin de ne pas perdre ses lecteurs, qui ne connaissent pas nécessairement cette langue. Il est à noter, de plus, qu’il s’agit toujours d’expressions courtes et simples, et que le latin est la seule langue étrangère qui s’écrit dans la même police que le français.  Dans Astérix et les Goths, la parole des Goths est toujours en français mais la police est en style gothique. Pour signaler une langue étrangère, Goscinny et Uderzo jouent parfois avec la police des mots, quelque chose qui le distingue de Hergé. Dans la Figure 14, le chef goth commande à son traducteur de parler à Panoramix pour demander 	 	 		41	la recette de sa potion magique. Le traducteur l’a fait en français, mais comme il n’a pas reçu la réponse espérée, il l’a mal traduite pour éviter des ennuis. Malheureusement, il ne savait pas que Panoramix parle goth et sa trahison est révélée (Figure 14). Dans ce cas, le rôle du traducteur était d’aider son chef plutôt que d’aider le lecteur à comprendre la langue étrangère parce que toutes les phrases sont écrites en français. Catherine Khordoc a aussi remarqué l’importance de la police pour suggérer d’autres langues:  This use of typography is a clever way of representing a foreign language, without having to rely on a narrator to state that another language is being spoken, or on translations, yet, the readers are able to understand the actual linguistic code being used, since it is the language in which they are reading the comics. (Khordoc 165)    Même si on n’avait pas besoin de traducteur pour comprendre la langue des Vikings dans La Grande traversée, ce n’est pas le cas quand Astérix et Obélix vont en Égypte.  Dans Astérix et Cléopatre, Goscinny et Uderzo essaient de représenter la langue égyptienne. Au lieu d’écrire en français avec une police différente, ils ont utilisé des hiéroglyphes qui fonctionnent comme des pictogrammes comme dans le jeu ancien qui s’appelle rébus dans lequel on doit deviner des mots avec l’aide de dessins. Bien qu’ils aient inventé leur propre façon de dessiner, il est clair que c’est une langue étrangère pour Astérix et Obélix, de même que pour les lecteurs. Les images sont parfois dessinées d’une manière compréhensible, mais quand elles sont longues et complexes, il y a presque toujours une traduction soit dans le même cadre ou dans le cadre qui suit. Cette traduction est normalement faite par un traducteur ou par une légende. Par exemple, dans la Figure 22, le chef du convoi hurle des instructions à ses travailleurs en égyptien. À côté 	 	 		42	des images, on voit un astérisque et en dessous du chef, il y a une légende avec la traduction. La même technique est employée dans les deux cadres qui suivent. Ensuite dans la Figure 23, un traducteur est présent. Il essaye d’enseigner à Obélix le mot parler mais il ne réussit pas. En regardant le hiéroglyphe du traducteur et celui d’Obélix, on voit la différence entre les deux images. Celle d’Obélix est maladroite et mal dessinée, on a l’impression qu’il a fait une erreur de prononciation. Ensuite, dans le deuxième cadre qui suit, on voit une longe phrase en hiéroglyphes et une traduction faite par le traducteur. Dans ce cas, les hiéroglyphes sont plus élaborés et difficiles à suivre. Il est clair que Goscinny et Uderzo essaient de se distinguer des autres par leur façon de présenter les langues étrangères. Mais comme chez Hergé il y a aussi des incohérences.   Quand Astérix et Obélix arrivent à Athènes avec les Gaulois pour les jeux olympiques, on commence à voir des lettres écrites en police inspirée de l’alphabet grec. Traditionnellement, chez Goscinny et Uderzo, le changement de la police suggère une langue étrangère. Mais dans cette aventure, rien ne montre des difficultés de communication entre les Grecs et les Gaulois. Ils se parlent comme s’ils parlaient la même langue. C’est à demander donc si les Gaulois comprennent le grec ou si les Grecs parlent vraiment en français avec un accent grec. Dans Astérix légionnaire, Astérix et Obélix rencontrent un grec quand ils s’inscrivent dans l’armée. Dans la Figure 15, le grec pose une question au sergent concernant leur paie. Le sergent répond à sa question et ils commencent à se disputer. Les cadres montrent qu’ils se comprennent bien même si la typographie de chaque locuteur est différente. Si on regarde les autres cas où Goscinny et Uderzo utilisent une typographie différente, on voit qu’elle crée une division entre les Gaulois et les étrangers. Ils ne se comprennent pas sans un traducteur et cette 	 	 		43	incompréhension ajoute une dimension comique à cette scène. Par contre quand Astérix, Obélix ou même les autres Gaulois rencontrent les Grecs, ils n’ont pas besoin d’ajouter quoi que ce soit parce que l’histoire avance bien sans l’effet comique d’un traducteur ou d’une traduction. Par exemple, dans la Figure 15, la dispute entre le soldat et le sergent est amusante et, avec les dessins, elle l’est encore plus. On voit que les deux essaient de négocier, mais qu’ils perdent patience. Grâce aux visages et à la taille de la parole, on voit et on comprend leur frustration. On a vu les mêmes techniques chez Hergé avec le capitaine Haddock qui est connu pour sa mauvaise humeur.  3.10 Animaux Les éléments analysés jusqu’à présent, tels que les polices de langues étrangères et la taille des lettres, ne sont pas limités aux êtres humains dans Tintin et Astérix. Ils s’appliquent aussi aux animaux. Hergé, Goscinny et Uderzo donnent parfois la parole aux animaux grâce au phylactère. Milou, le terrier blanc de Tintin, parle beaucoup et seuls les lecteurs le comprennent. À travers ses remarques, Hergé lui attribue des caractéristiques humaines. Milou pense, il a des émotions et il se comporte parfois comme un humain. Dans Tintin, Hergé expérimente avec les phylactères de Milou et on voit qu’il a parfois des difficultés à les représenter. Par exemple, quand Milou aboie, Hergé utilise le son «wouah ! wouah ! » (Les cigares du Pharaon 6). Parfois on trouve les aboiements dans un phylactère et parfois sans phylactère. Cette incohérence a commencé avec la première aventure, et continue jusqu’à la dernière. Dans Vol 714 pour Sydney, chaque fois que Milou parle, sa parole se trouve dans un phylactère avec des vecteurs en forme de chaîne de bulles qui suggèrent d’habitude une pensée ou un rêve. Par contre, quand il aboie, le vecteur est en forme d’éclair qui indique un son entendu par les autres personnages.  	 	 		44	Même si Idéfix et Milou sont tous les deux de petits chiens blancs, leurs rôles sont bien différents. La présence de Milou était essentielle dans plusieurs aventures, mais celle d’Idéfix sert plutôt à amuser Obélix et les lecteurs. Chez Hergé, Milou parle mais les seuls qui le comprennent sont quelques animaux et le lecteur. Comparé à Milou, Idéfix ne dit pas grand chose. Par contre, il fait beaucoup de bruit. Quand Goscinny et Uderzo lui donnent un phylactère, c’est pour qu’il puisse aboyer, crier et grogner. Mais comme Hergé, on voit des cas où le bruit qu’il fait n’est pas dans un phylactère. L’usage des phylactères est irrégulier quand les dessinateurs essayent d’évoquer le bruit d’un chien et celui des autres animaux.  Dans Tintin et Astérix, on voit aussi que les animaux se parlent, qu’ils ont des émotions et qu’ils ont parfois des accents. Les traits typiques du langage des humains se passent aux animaux. Quand Milou fait la connaissance d’un nouvel animal, on sait tout de suite s’ils se comprennent ou pas grâce aux phylactères. Par exemple, dans Les Cigares du Pharaon, Milou s’est perdu. Il suit la voie ferrée pour retrouver Tintin. En route, il rencontre une vache. Il lui pose poliment une question mais elle s’énerve et lui parle avec un ton condescendant. Milou répond impoliment et la vache essaie de lui apprendre la politesse. Leur échange de parole et leurs réactions donnent l’impression qu’ils se comprennent parfaitement. Par contre il y a aussi des cas où Milou rencontre des animaux et ils ne se comprennent pas.  Dans Astérix, Goscinny et Uderzo vont encore plus loin que Hergé dans la parole des animaux. D’abord ils leur donnent parfois des accents. Dans la Figure 24, deux poulets arvernes s’énervent contre un coq et l’insultent. Quand ils parlent, on remarque leur accent grâce à l’orthographe. Ils prononcent le [s] comme [ʃe]. Outre les accents, on 	 	 		45	voit aussi des langues étrangères chez les animaux. Dans la Figure 9, l’aboiement du chien des Vikings est représenté dans la même police que la parole des Vikings et quand le chien rencontre Idéfix, chacun apprend les aboiements de l’autre. Dans Tintin, on ne voit ni accent ni changement de typographie pour les animaux. On peut donc clairement déduire que Goscinny et Uderzo, comparés à Hergé, sont allés plus loin dans plusieurs aspects de la parole. Les sons qu’ils essayent d’évoquer à travers leurs histoires grâce au phylactère sont plus graphiques et produisent une plus grande diversité sonore.      	 	 		46	Chapitre 4 - Les onomatopées BOUM ! CLAC ! PAF ! Chacun de ces mots signale une action et évoque un son. Tous sont des exemples d’onomatopées. Selon le Petit Robert, onomatopée vient du mot grec, onomatopoila, qui voulait dire création de mots. Cette définition était notamment importante pour le conservateur à la Bibliothèque de l’Arsenal Charles Nodier qui au dix-neuvième siècle a publié le premier grand dictionnaire des onomatopées. Selon lui, les onomatopées sont importantes pour l’écriture:  La parole est le signe de la pensée. L’écriture est le signe de la parole. Pour faire passer une sensation dans l’esprit des autres, on a dû représenter l’objet qui la produisait par son bruit ou par sa figure.  Les noms des choses, parlés, ont donc été l’imitation de leurs sons, et les noms des choses, écrits, l’imitation de leurs formes. L’onomatopée est donc le type des langues prononcées, et l’hiéroglyphe, le type des langues écrites. (Nodier et Jeandillou 6) Nodier comprenait donc l’importance du son. Il suggère que l’onomatopée est une forme plus fondamentale des mots et de la langue que l’écrit.   L’usage des onomatopées s’est répandu et la définition a été révisée. Voyons en quoi, pour le Petit Robert, l’onomatopée est une « création de mot suggérant ou prétendant suggérer par imitation phonétique la chose dénommée ; le mot imitatif lui-même » (« Onomatopée »). Selon Pierre Enckell et Pierre Rézeau dans leur dictionnaire des onomatopées (2013), « l’onomatopée est un “mot” imitant ou prétendant imiter, par le langage articulé, un bruit (humain, animal, de la nature, d’un produit manufacturé, 	 	 		47	etc.) » (Enckell et Rézeau 12). Bien que l’on fasse référence au bruit dans ces deux définitions, celle d’Enckell et de Rézeau exprime aussi un doute. L’utilisation des guillemets autour de mot suggère qu’ils ont des difficultés à catégoriser l’onomatopée, même s’ils comprennent sa fonction linguistique. Enckell et Rézeau remarquent que « les choses nouvelles font des bruits jamais entendus. Bon nombre des bruits qui font partie aujourd’hui de notre environnement sonore sont relativement récents » (Enckell et Rézeau 22). Ce développement des bruits explique les milliers d’onomatopées, tirées des livres, de la télévision et des bandes dessinées, qui ont une entrée dans le dictionnaire de Enckell et Rézeau.  4.1 Onomatopée dans Tintin et Astérix Dans la première moitié du vingtième siècle l’utilisation des onomatopées dans les bandes dessinées françaises n’était pas aussi développée qu’aux États-Unis. Elle était très fréquente dans les bandes dessinées américaines d’action comme Superman et Batman. Prenant modèle sur la bande dessinée américaine, la bande dessinée française a fait un effort pour les incorporer. Petit à petit, l’onomatopée est devenue incontournable dans la bande dessinée francophone. C’est notamment le cas dans les aventures de Tintin et d’Astérix.  Comme nous l’avons vu dans le chapitre deux, le phylactère sert presque exclusivement à exprimer le langage à haute voix ou intériorisé. Les onomatopées évoquent les bruits fait par les objets, les animaux, l’environnement, et même les personnages. Ces onomatopées ne rentrent pas dans les phylactères, mais sont tout de même représentés par des signes linguistiques. C’est à ces onomatopées que nous nous intéressons maintenant. Comme le phylactère, l’onomatopée a évolué dans la bande 	 	 		48	dessinée. D’habitude, l’onomatopée n’est pas isolée du dessin par un trait de séparation comme le phylactère. Elle est superposée au dessin du cadre et fonctionne comme partie de l’image.  Comment peut-on parler de bandes dessinées, sans que, paf ! ne surgisse obligatoirement le sujet des onomatopées ? Il a bien fallu, pourtant, que nous utilisions un bruitage pour sonoriser nos histoires désespérément muettes ; un petit bonhomme qui ne fait pas de bing ! en tombant, ne tombe pas vraiment. (Goscinny 126) Selon Goscinny, l’onomatopée rend vivantes les actions qui se déroulent dans ses bandes dessinées. Le lettrage d’une onomatopée a des caractéristiques graphiques. Elle peut être dessinée dans n’importe quelle forme ou couleur. De plus, elle est écrite différemment du texte de la parole, il est rare de la voir avec la même police que les phylactères voisins. Par exemple, le « DRRING » de la Figure 13, évoque le son d’une sonnette et il est écrit en lettres grasses (pour suggérer l’intensité) et tremblantes (pour suggérer la vibration), sans rapport avec la police normalement employée par Hergé dans ses phylactères. À partir de huit volumes de bandes dessinées françaises classiques, on va voir comment les onomatopées sont utilisées, les bruits qu’elles font, la source des sons et surtout leurs rôles : Tintin en Amérique (1946), Les Cigares du Pharaon (1955), Tintin au Tibet (1960), VOL 714 pour Sydney (1968), Astérix et les Goths (1963), Astérix et Cléopâtre (1965), Astérix chez les Bretons (1966) et Astérix en Hispanie (1969). 4.2 Emplacement de l’onomatopée Dans ces bandes dessinées, les cadres sont composés de quatre niveaux. En arrière plan nous avons le paysage. Ensuite, nous avons les bruits et la parole et, enfin, au 	 	 		49	premier plan, on a les personnages. L’onomatopée est toujours dessinée au troisième plan derrière des phylactères. Elle couvre le dessin du fond et se différencie des autres éléments du cadre. Cependant, l’onomatopée ne fonctionne pas sans une image de référence : un objet, une personne ou une action. Les deux travaillent ensemble comme des partenaires pour bien présenter les sons. L’emplacement et la direction de l’onomatopée dans le cadre dépendent toujours de la source du bruit que le scénariste veut évoquer. Même si l’onomatopée est composée de lettres, elle présente aussi des aspects visuels (et donc inaudibles) qui évoquent des aspects du son : Comme Benoît Peeters l’a noté, l’onomatopée est la « transposition écrite d’un bruit ou d’un son » (Peeters 111).   La source du bruit est normalement évidente mais il faut parfois s’appuyer sur des indices dans le cadre pour l’identifier. La planche quatre de Tintin en Amérique montre une scène de collision. Dans les cadres qui suivent, une ambulance apparaît et les sons « DING DING DING » rayonnent de la sirène avec des lignes ondulées indiquant la diffusion du son. Les sons commencent à la sirène de l’ambulance et rayonnent vers les gens pour qui il est important de l’entendre et de l’écouter. Ensuite, dans la Figure 25, il y a une scène de combat où Tintin porte une armure. Il assène un coup du pommeau de son épée sur la tête du bandit. Le mouvement de l’épée se voit grâce aux lignes de mouvement, et entre ces lignes se lit l’onomatopée « WOUAC ». Dans ce cas, l’onomatopée suit une courbe comme le mouvement de l’épée. Outre l’onomatopée, des étoiles multicolores rayonnent de la tête du bandit, symbolisant la désorientation de la victime ; clin d’œil à l’expression en « voir de toutes les couleurs ». Hergé renvoie à des expressions idiomatiques à travers le dessin. À part des étoiles colorées, il utilise parfois 	 	 		50	des chandelles comme l’expression voir trente-six chandelles qui signifie « être ébloui, étourdi par un coup » (« Chandelle », def.2). Hergé aime surtout utiliser les étoiles comme symbole de désorientation. L’utilisation des étoiles est moins fréquente chez Goscinny et Uderzo qui insistent plus sur les sons des coups qui se traduisent par plus d’onomatopées. Dans Astérix presque chaque coup mérite un PAF ! ou un POF !. Dans la Figure 23, Obélix frappe un vendeur. Le mouvement de son bras se voit dans le cadre et au-dessus de ses mouvements on voit six « PAF ! », six coups. À côté de ces gifles, il y a aussi des étoiles et dans le coin du cadre les aboiements d’Idéfix sortent directement de sa gueule: « HOUA ! HOUA ! HOUA ! ». Goscinny et Uderzo placent les onomatopées de façon qu’elles soient compréhensibles. Dans la Figure 26, Astérix et Obélix se cachent dans un arbre pour attaquer des Romains parce qu’ils ont besoin de leurs vêtements pour se déguiser. Quand le moment de l’attaque arrive, le cadre ne contient que des onomatopées, des étoiles et des cercles: « PAF ! PIFFF ! BOMM ! SPLATCHHH ! ». On sait qu’il y a eu un combat à cause du cadre précédent où ils quittent l’arbre et du cadre qui suit où ils prennent les vêtements des victimes. Les onomatopées dominent le cadre et elles sont écrites dans toutes les directions.  4.3 Forme de l’onomatopée Comme le texte du phylactère, les onomatopées peuvent être écrites et dessinées de façons différentes. Dans Tintin et Astérix, les onomatopées sont en lettrage manuel et la façon dont elles sont dessinées varie. Comme le texte du phylactère, l’intensité du son de l’onomatopée est représentée par sa taille. L’onomatopée dessinée en grand indique que c’est un son fort. Si elle est petite, c’est un son faible. Dans la Figure 23, les PAF ! donnés par Obélix sont plus grands que les WOUAH ! d’Idéfix. Les PAF ! des coups sont 	 	 		51	plus forts. Dans Tintin et dans Astérix les onomatopées sont en général en majuscules. Le texte du phylactère n’est en majuscules que si le locuteur hausse le ton comme dans Tintin VOL 714 pour Sydney, planche 22. Quel que soit le cas, les onomatopées sont toujours reconnaissables et se distinguent de la parole. Outre la taille, la couleur et les effets stylistiques changent selon la source et la force du bruit.  Les onomatopées de Tintin et Astérix s’adaptent au bruit qu’elles représentent. Cette adaptation change parfois le graphisme. Par exemple, le « BOUM» dans la Figure 27 est dessiné d’une manière qui évoque les vibrations de l’explosion. L’effet se voit beaucoup pour les sons qui tremblent, comme par exemple une explosion ou un téléphone qui sonne. À la fin de Tintin au Tibet le Capitaine Haddock souffle dans une trompette cérémonielle. Dans notre Figure 28, on voit l’onomatopée « POOAA » en majuscules noires et entre des lignes noires qui signalent le mouvement du son. Le P et le premier O sont dessinés clairement mais les lettres qui suivent ont des imperfections. Elles commencent à se détériorer et le dernier A est dessiné en morceaux brisés. Cette onomatopée donne l’impression que le son a changé et que la fin est un bruit discordant. On remarque donc que les lettres ont pris la forme du son. Dans VOL 714 pour Sydney, Hergé joue encore avec le dessin de l’onomatopée. Dans la planche 53, Tintin fuit une éruption volcanique si puissante qu’elle sort du cadre et au centre il y a les lettres « PSCHH ». Toutes les lettres sont en majuscules noires et de la même forme. Dans ce cas, les lettres ont pris la forme de l’éruption ; elles sont dessinées comme la lave qui sort.  Astérix présente aussi des cas où les onomatopées prennent la forme du son. Par exemple, dans la Figure 29, Obélix utilise toute sa force pour percuter la porte de la 	 	 		52	pyramide. Il a déjà quitté le cadre, mais il reste derrière lui un SWOUSHH ! et un PAF !. Exceptionnellement, il faut lire de droite à gauche. Le SWOUSHH ! se lit avant le PAF !; l’onomatopée au centre du cadre amène le lecteur à l’autre onomatopée à gauche du cadre. Le SWOUSHH est dessiné en gris dans la poussière que soulève le mouvement d’Obélix. Les lettres sont étendues et décolorées. Elles donnent l’impression que l’action a été rapide. Le PAF ! est en noir comme la plupart des onomatopées d’Astérix et de Tintin. En outre, le PAF ! est plus grand que l’autre onomatopée et le son est plus fort. Autour du PAF ! il y a aussi une ligne dentelée qui signale l’impact d’Obélix contre la porte en pierre. Goscinny et Uderzo utilisent souvent cette technique quand il y a une collision forte pour évoquer la force du son.  4.4 Durée du son Quand ils veulent prolonger un son, ils utilisent des méthodes différentes. Comme dans le cas des sons et des bruits réels, les onomatopées sont parfois sporadiques et parfois continues. Si c’est un son court, l’onomatopée est faite de petites sections avec des lettres comme un coup de poing qui fait PAF ! ou POC !. De plus, si le son est constant, il y a parfois un mélange de sons courts l’un après l’autre ou une longue onomatopée qui se répète. Dans la Figure 23 de Astérix et Cléopâtre, par exemple, Obélix donne plusieurs claques. Il y a des « PAF ! » séparés près du visage du vilain. Mais quand Cléopâtre est impatiente, elle commence à pianoter et à côté de ses doigts on lit « TAPATAP ». Quand les lettres sont les unes à côté des autres comme ici, c’est un son continu et le lecteur peut imaginer le rythme des TAP enchaînés. Astérix en Hispanie offre aussi des exemples de petites et longues onomatopées avec le son CLAP. Quand Obélix rencontre les Ibères, ils font la fête et tout le monde commence à applaudir. Au 	 	 		53	début c’est un « CLAP » et puis dans la Figure 30 cela devient « CLAPACLAP ! CLAPACLAP ! ». Les longues onomatopées fonctionnent comme la musique qu’ils écoutent et sur laquelle ils dansent.  4.5 Pourcentage des onomatopées  Les onomatopées d’Astérix créent une ambiance sonore, alors que Tintin se concentre plus sur le dialogue que sur le bruit ambiant. Catherine Khordoc aussi a remarqué que Tintin n’est pas aussi sonorisé que d’autres bandes dessinées :  Though he makes use of onomatopoeia, iconic symbols and other devices to create the effect of sounds, Hergé has not displayed, in my opinion, the full range of sounds which can be represented ‘graphically’. In other words, this series is not as ‘audible’, or as noisy, as others. (Khordoc 158) Quand on observe combien d’onomatopées sont utilisées dans Tintin et Astérix, les différences sont claires. Dans mon enquête, huit œuvres ont été dépouillées – quatre de Tintin et quatre d’Astérix. D’abord nous avons relevé les planches et les cadres de toutes les onomatopées. Pour calculer le pourcentage d’onomatopée, nous avons compté le nombre total de cadres de chaque volume et le nombre de cadres qui contiennent des onomatopées. Le Tableau 1 montre ce décompte.  Volume Pages Cadres avec Onomatopées  Cadres au total Pourcentage Tintin en Amérique (1946) 62 41 720 5,69% Les Cigares de Pharaon (1955) 62 43 794 5,42% Tintin au Tibet (1960) 62 32 778 4,11% VOL 714 pour Sydney (1968) 62 50 792 6,31% Astérix et les Goths (1963) 43 61 423 14,42% 	 	 		54	Volume Pages Cadres avec Onomatopées  Cadres au total Pourcentage Astérix et  Cléopâtre (1965) 44 62 404 15,35% Astérix chez les Bretons (1966) 44 77 412 18,69% Astérix en Hispanie (1969) 44 55 387 14,21%  Total Tintin : 166 3 084 5,38%  Total Astérix : 255 1 626 15,68% Tableau 1 : Pourcentage des onomatopées      Dans ce relevé, on voit de grandes différences entre Tintin et Astérix. Astérix montre trois fois plus de cadres contenant des onomatopées que Tintin. Les proportions varient d’un volume à l’autre, mais restent dans une fourchette de 4,1% à 6,3% pour Tintin, de 14,4% à 18,7% pour Astérix. La différence reste donc à peu près constante. La variation dans Tintin ne semble pas liée à quelque évolution ; le volume qui en contient le plus et celui qui en contient le moins datent des années 60, les volumes intermédiaires datent des années 40 et 50. On remarque la même chose pour Astérix.  4.6 Tableaux descriptifs des onomatopées Outre ces pourcentages, nous avons fait des tableaux descriptifs des onomatopées utilisées dans chacune de ces bandes dessinées. Dans les tableaux qui se trouvent dans l’appendice, on trouvera les onomatopées et les bruits qu’elles imitent. Ils sont divisés en cinq colonnes : onomatopée, son, datation, origine selon le Trésor de la langue française et nombre de cadres qui contiennent chaque onomatopée. La première colonne, onomatopée, montre toutes les onomatopées utilisées dans l’histoire sauf celles qui se trouvent dans un phylactère. Notre recherche porte surtout sur les bruits ambiants. Les onomatopées sont rangées par ordre alphabétique. Quand une onomatopée se trouve 	 	 		55	plusieurs fois dans des cadres différents d’une histoire, la répétition est notée dans la colonne Nombres de cadres dans l’ouvrage.  Ensuite vient la colonne son qui identifie la cause du bruit ou ce que l’onomatopée essaye d’évoquer. Pour identifier le son, on a utilisé les indices contextuels des cadres tels que les phylactères et les dessins. Ensuite, on a caractérisé le son de façon uniforme. Par exemple, dans Astérix les coups de poings sont fréquents et donnés par plusieurs personnages. Au lieu de remarquer qui donne le coup et qui reçoit le coup, on a mis coup de poing. Avoir des descriptifs simples permet une colonne plus lisible et cohérente. De plus, cela permet de réorganiser la liste en fonction du son pour voir la variété des onomatopées pour un même bruit.  Datation indique la plus ancienne source donnée de l’onomatopée selon le Trésor de la langue française. Quand nous n’avons rien trouvé dans le TLF, nous avons cherché dans Le Petit Robert et Merriam-Webster Dictionnary. S’il n’y a pas de date, ça veut dire que l’onomatopée n’est pas attestée dans nos sources lexicographiques et elle est noté non attesté dans la colonne.  La colonne origine décrit le sens et l’origine de l’onomatopée selon la source lexicographique. La plupart des origines sont françaises. Si l’onomatopée vient d’une autre langue, c’est noté en parenthèse avant sa description. Si l’onomatopée est une variante d’une autre onomatopée, les colonnes datation et origine reprennent les informations de l’onomatopée originale. Par exemple, ring est attesté mais si on essaye de trouver rrring, il n’y a rien. Dans ce cas, on renvoie à ring comme origine de rrring.  Finalement, le nombre de cadres montre l’occurrence des onomatopées dans chacune des bandes dessinées. Par exemple pour Tintin au Tibet, l’onomatopée dong 	 	 		56	vient trois fois parce qu’elle représente un bruit différent chaque fois. Les deux premiers dong se trouvent dans un cadre par contre le dernier se trouve dans deux cadres différents. Plutôt que le nombre de fois où une onomatopée est utilisée dans la bande dessinée, nous avons relevé le nombre de cadre où elle se trouve.  4.7 Synthèse des tableaux descriptifs des onomatopées Les tableaux descriptifs, montrent quelles onomatopées sont utilisées et lesquelles sont les plus fréquentes dans Tintin et Astérix. Ainsi, pan, clac et toc sont les plus utilisées dans Les Cigares de Pharaon, et toc est la seule onomatopée qui représente des sons différents. Les tableaux descriptifs qui regroupent les sons selon leur type révèlent une grande variété de sons. Les Tableaux 2 et 3 montrent les sons les plus fréquents dans Tintin et Astérix.   Tintin en Amérique (1946) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Coup de feu 2 8 41 19,51% Explosion 1 4 41 9,76% Quelqu’un frappe à la porte 2 2 41 4,88% Quelqu’un tombe dans un liquide 2 2 41 4,88% Sirène d’ambulance 1 2 41 4,88% Train 1 2 41 4,88% Une porte claque 1 2 41 4,88% Les Cigares du Pharaon (1955) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Coup de feu 5 13 43 30,23% Une porte claque 2 6 43 13,95% Quelqu’un frappe à la porte 1 6 43 13,95% Aboiement 1 2 43 4,65% 	 	 		57	Les Cigares du Pharaon (1955) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Quelqu’un cogne sur une porte 1 2 43 4,65% Un coup sur la tête  1 2 43 4,65% Tintin au Tibet (1960) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Instrument de musique 7 5 32 15,63% Quelqu’un essaie de siffler 4 4 32 12,50% Quelqu’un frappe à la porte 1 3 32 9,38% Quelque chose tombe à l’eau 1 3 32 9,38% Un chien essaie de manger un poulet congelé 1 3 32 9,38% VOL 714 pour Sydney (1968) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Coup de feu 5 11 50 22% Une balle siffle 2 4 50 8% Coup de poing 7 3 50 6% Éternuement 2 3 50 6%  Tableau  2 : Les sons les plus fréquents dans Tintin 	Astérix et les Goths (1963) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Coup de poing 19 18 61 29,50% Quelqu’un boit 3 11 61 18,03% Rupture d’une porte 3 6 61 9,83% Astérix et Cléopâtre (1965) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Coup de poing 4 6 62 9,68% Quelqu’un boit 2 5 62 8,06% Coup de fouet 1 4 62 6,45% 	 	 		58	Astérix chez les Bretons (1966) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Coup de poing 15 21 77 27,27% Coup de pied 4 4 77 5,19% Quelqu’un dort 2 4 77 5,19% Quelqu’un boit 3 4 77 5,19% Applaudissement 1 3 77 3,90% Quelqu’un frappe à la porte 1 3 77 3,90% Astérix en Hispanie (1969) Variété des onomatopées pour ce son Cadres avec ces onomatopées Total des onomatopées Pourcentage dans ce volume Claquement de mains 2 6 55 10,91% Coup de poing 7 6 55 10,91% Quelqu’un tombe à terre 4 4 55 7,27% Quelqu’un dort 1 3 55 5,45% Quelqu’un est frappé avec un poisson 2 3 55 5,45% Quelqu’un boit 1 3 55 5,45%  Tableau 3 : Les sons les plus fréquents dans Astérix Ces relevés montrent des sons qui viennent d’objets, d’actions, de personnes et d’animaux et sont parfois représentés par une grande variété d’onomatopées. Ainsi Hergé utilise sept onomatopées différentes pour évoquer les sons d’instruments de musique dans Tintin au Tibet. La Figure 31 montre six de ces onomatopées dans le même cadre. Les proportions de son et d’onomatopées varient d’un volume à l’autre, mais les sons les plus fréquents dans les quatre aventures de Tintin viennent d’objets : une arme à feu, une porte et un instrument de musique. La distribution de sons est plus variée dans Astérix. Ils viennent plutôt des personnes et des actions. Dans Astérix et les Goths, par exemple, un coup de poing, quelqu’un qui boit et une rupture d’une porte sont les sons les plus fréquents. Ce volume montre la plus grande variété d’onomatopées (19) utilisées pour 	 	 		59	évoquer un son dans tout notre corpus ; il offre aussi la plus grand proportion de coups de poing dans les volumes d’Astérix: 29,5%.    Beaucoup d’onomatopées des Tableaux 2 et 3 signalent les mêmes bruits et actions dans Tintin et Astérix. Mais si on regarde les onomatopées dans les deux séries, on voit que leurs différences sont liées à l’époque où les histoires se passent. Les aventures de Tintin se passent au vingtième siècle et celles d’Astérix se passent 50 ans avant Jésus-Christ. Dans Tintin, il y a des voitures qui font VROOM, des pistolets qui tirent des balles, PAN PAN, et des téléphones qui sonnent, DRRING. Chacune de ces choses ajoute à la bande dessinée ses propres sons qui ne se retrouvent pas dans les aventures d’Astérix. Par contre, même si Astérix a été créé trente ans après le début de Tintin, l’histoire se passe plusieurs siècles avant Tintin et on n’y trouve aucun des sons mécaniques de Tintin. Tintin utilise le TOC à la porte, les GLOU de quelqu’un qui boit et le WOUAC d’un coup de poing comme dans Astérix. Les Tableaux 2 et 3 révèlent des cas où des onomatopées différentes sont employées pour évoquer le même son. Même si les combats se font souvent avec des armes à feu dans Tintin et avec des armes blanches dans Astérix, les coups de poing abondent dans les deux séries. Ils produisent des bruits variés. Dans les quatre bandes dessinées de Tintin sélectionnées, il y a onze onomatopées différentes pour évoquer le bruit d’un coup de poing. C’est beaucoup, mais dans les quatre bandes dessinées d’Astérix, il y a vingt-six onomatopées différentes, plus du double de Tintin. Entres les deux, il n’y a que quatre onomatopées communes: Bang, Paf, Pif et Pof.    	 	 		60	4.8 Coup de feu Le Tableau 2 montre que le coup de feu est le son plus fréquent dans les aventures de Tintin. Des onomatopées différentes peuvent signaler des bruits fort proches, mais provoqués par des sources différentes. Par exemple dans Tintin en Amérique, il y a deux onomatopées représentant des coups de feu : PAN et TAC. Les deux se trouvent sur la même planche et le lecteur voit clairement l’arme utilisée : pan évoque le coup de feu d’un revolver, et tac est utilisé pour un fusil. Dans Les Cigares de Pharaon cinq onomatopées sont utilisées pour les coups de feu: BANG, BOUM, BOUNG, TACATACATAC et PAN. Pour les trois premières onomatopées, on ne voit pas les armes mais on sait que ce sont des coups de feu grâce au contexte. Les deux dernières sont clairement visibles. Tac est encore associé à une arme longue mais cette fois-ci, c’est une arme automatique. De son côté, Pan continue d’être attribué à un revolver. Hergé continue à distinguer tac et pan en suivant le même modèle dans les autres volumes. Tac est utilisé avec des armes longues telles qu’un fusil ou une arme automatique mais pas toujours de la même façon. Cela dépend de la situation et des tirs de l’arme ; parfois il y a des tac avec un intervalle qui représente des coups séparés: tac tac. Il y a aussi des cas où deux tac se trouvent l’un après l’autre pour mettre l’accent sur un tir rapide comme avec une arme semi-automatique: tactac. Finalement, il y a des tac avec un a au milieu qui signalent les coups de feu d’une arme automatique: tacatacatac. Selon Hergé, les coups de feu peuvent faire des sons différents en fonction de l’arme utilisée.  4.9 Coup de poing Goscinny et Uderzo font quelque chose de semblable avec les coups de poing. La variété des onomatopées pour les coups de poing chez Goscinny et Uderzo est encore 	 	 		61	plus grande que celle pour les coups de feu chez Hergé. Dans Tintin, le bruit d’un coup de feu provient de l’arme qui tire ; par contre dans Astérix, le bruit vient de l’interaction physique entre le poing et un corps. Dans ce cas, les sons produits varient selon la partie du corps frappée. Le Tableau 4 montre le nombre d’onomatopées différentes qui sont utilisées dans chaque bande dessinée d’Astérix pour évoquer le bruit d’un coup.  Bande Dessinée Nombre d’onomatopées évoquant des coups  Astérix et les Goths (1963) 19 Astérix et Cléopâtre (1965) 4 Astérix chez les Bretons (1966) 15 Astérix en Hispanie (1969) 7 Tableau 4 : Les coups de poing dans Astérix Il est clair que Goscinny et Uderzo ont employé beaucoup de sons pour les coups de poing. Les écarts d’un volume à l’autre démontrent que les scènes de combat sont plus fréquentes dans certaines histoires que dans d’autres. Quoi qu’il en soit, le nombre d’onomatopées évoquant des coups montre que ce bruit est particulièrement dynamique chez Astérix. À ce sujet, deux cas sont à noter. Quand un coup de poing porte sur la tête de quelqu’un, d’habitude l’onomatopée bong est utilisée. En outre, bong se voit aussi quand il y a une collision de quelque chose contre la tête de quelqu’un. Dans les deux cas, la tête est le point commun. Son origine est anglaise et il est défini comme un son résonnant. À part bong, on remarque que paf, qui est souvent utilisé pour un coup de poing est aussi employé pour évoquer le bruit d’une gifle. Dans ce cas, le coup ou la gifle porte sur la joue et crée un son différent. Paf a une origine française et il est caractérisé comme le bruit d’un coup ou d’une chute. Dans les deux exemples, Goscinny et Uderzo ont choisi des onomatopées différentes selon la partie du corps qui reçoit le coup.      	 	 		62	4.10 Bruits naturels Voyons maintenant comment nos auteurs ont adapté et fait évoluer les onomatopées. Pour cela, nous avons choisi des bruits naturels comme le son de quelqu’un qui boit, de quelqu’un qui frappe à la porte ou d’un chien qui aboie. Dans Tintin, un personnage qui boit de l’eau est représenté par glou et gloub. L’onomatopée originale est glou qui est caractérisé comme le bruit d’un liquide. Gloub n’est attesté dans aucune de nos sources lexicographiques. Même si la variante n’est pas notée dans les sources, on sait à cause de la graphie et à cause de l’image que gloub est liée à glou. Bien que Tintin n’aie qu’une variante de glou, Astérix en compte cinq: glop, gloup, scloup, sooup, et glouglouglou. Toutes les onomatopées se trouvent à côté de quelqu’un qui boit un liquide. Glouglou est décrit comme un « bruit que fait un liquide qui coule dans un conduit » (« glouglou ») et gloup est défini comme  une « interjection exprimant une déglutition rapide ou difficile » (« gloup »). Dans les deux cas joue la racine glou, et leurs fonctions sont similaires. Scloup et sooup ne commencent pas avec un g mais sont aussi utilisés pour décrit l’ingestion d’un liquide. Sooup évoque soupe qui est encore un liquide qu’on ingère. Quant à scloup, il semble être un hybride entre gloup et soup. Ni sooup ni scloup ne sont attestés, ils montrent la créativité de Goscinny et Uderzo.   Si on compare le son de quelqu’un qui frappe à une porte et les aboiements d’un chien entre Tintin et Astérix, on verra que ces onomatopées ne suivent pas le modèle de glou. Dans Tintin, toc est utilisé pour évoquer le bruit de quelqu’un qui frappe à la porte. Toc vient du français et il est caractérisé comme un bruit sec (« toc »). Il se voit dans trois des quatre Tintin sélectionnés et il n’y a pas de variante. C’est toujours toc. Dans Astérix, toc est le bruit fait par quelqu’un qui se tapote la tempe. Quand quelqu’un frappe à la 	 	 		63	porte, on voit pom et pas toc. Pom n’est pas reconnu dans les sources comme onomatopée mais le TLF fait référence à pom quand il parle de poum. Selon le TLF, poum implique le « son que l'on fait entendre d'une façon répétée ou avec d'autres sons sans signification, à la place de paroles, du nom des notes, lorsqu'on chantonne » (« Poum », def 1.).   Passons des gens aux chiens. Comme on l’a déjà remarqué au chapitre trois, Milou se différencie des autres chiens par sa capacité à parler aux autres animaux et au lecteur. En plus de parler, il aboie. Parfois ça se voit dans un phylactère mais aussi hors du cadre de la parole. Quand il aboie, on voit toujours l’onomatopée wouah. Wouah n’est pas attesté, mais on a trouvé ouah qui est associé avec l’aboiement ou le cri d’un chien  (« Ouah », def 1). Dans ce cas, Hergé a ajouté un w. Pourquoi ? On sait que Hergé était américanophile et qu’il utilise parfois des onomatopées anglaise dans ses histoires. En anglais, l’onomatopée utilisée pour évoquer le son d’un chien est woof. Hergé semble avoir ajouté le w de woof, à l’onomatopée française. Goscinny et Uderzo gardent la forme originale française. Dans Astérix, Idéfix ne parle pas comme Milou, mais il a des pensées et surtout il aboie quand il se fâche et quand il essaye de se défendre. Dans ce cas, on voit ouah. Mais Goscinny et Uderzo utilisent aussi la variante houa. Au lieu d’avoir le h à la fin de l’aboiement comme dans l’original, ils l’ont mis au début. Dans les histoires sélectionnées d’Astérix il n’y a que ces deux aboiements. Il n’y a pas de recoupement entre Tintin et Astérix en fonction des coups à la porte mais en ce qui concerne les aboiements, tous partent de l’onomatopée originale ouah.   4.11 Onomatopées d’origine anglaises Regardons les onomatopées d’origine anglaises dans Tintin et Astérix. Comme on l’a déjà noté, il y a plus d’onomatopées dans Astérix que dans Tintin et c’est vrai aussi 	 	 		64	des onomatopées anglaises. Bien qu’il y ait plus d’onomatopées anglaises dans Astérix, leur variété est plus grande chez Hergé. Par exemple, dans Astérix en Hispanie il y a trois onomatopées anglaises qui sont utilisées pour évoquer le son de cinq choses différentes : bong, clang et clonk. Par contre, dans VOL 714 pour Sydney, il y a cinq onomatopées dérivées de l’anglais utilisées pour reproduire le bruit de cinq choses différentes : bông, crsch (crash), flap, bang et wham. Dans les quatre Astérix, il n’y a que huit onomatopées anglaises par contre les quatre Tintin ont quatorze onomatopées anglaises, presque deux fois plus qu’Astérix. L’intérêt de Hergé pour les États-Unis et l’anglais se voit dans ses œuvres.       Parmi les onomatopées anglaises, bang est la seule qui se voit dans Tintin et Astérix. De plus, bang est une des plus connues chez les anglophones car elle est ancienne, elle date de 1550. Sa popularité est aussi attribuable aux bandes dessinées américaines, qui l’emploient beaucoup. Au seizième siècle, bang était utilisé pour exprimer « le bruit d’une explosion ou d’un coup de feu » (« Bang », def 1.) mais comme c’est souvent le cas pour les mots, elle a évoluée. Astérix et Tintin montrent comment bang peut être associé à des choses différentes. Dans Astérix, bang est utilisé pour reproduire le son d’un coup, la collision des armes et la rupture d’un baril. Ensuite dans Tintin, bang évoque le son de quelqu’un qui frappe à la porte, d’un coup de poing et le son d’une porte qui s’ouvre en frappant quelqu’un. Dans les deux bandes dessinées, les créateurs ont donc changé ou plutôt élargi l’emploi original. L’usage de l’onomatopée continue d’être quelque chose de flexible pour chaque créateur. Dans les bandes dessinées de Tintin et d’Astérix, l’onomatopée ajoute des sons reconnaissables pour le lecteur, ce qui lui permet d’entendre avec les yeux.    	 	 		65	Chapitre 5 : Conclusion Depuis ses débuts, la bande dessinée a beaucoup évolué; elle est plus variée, plus dynamique, et bien sûr plus connue. Les éléments qui la distinguent des autres formes d’art continuent à attirer un public de tous âges. De plus, le cadrage attire l’attention d’une audience attentive qui aime bien s’intégrer dans le monde fictif dans lequel il faut assembler une histoire. Le lecteur doit regarder les images, comprendre la parole, et deviner ce qui s’est passé entre les hiatus. La bande dessinée limite les sens que nous utilisons. Par conséquent, nous devons nous servir de nos yeux pour évoquer les autres sens, comme l’ouïe. En regardant la bande dessinée du début jusqu’à maintenant, il est évident qu’un des éléments fondamentaux est le son.  Dans le premier chapitre, on a vu comment Hogarth a établi la base de l’art séquentiel. Ensuite Töpffer s’est servi des œuvres de Hogarth pour créer sa propre méthode qui a encadré les dessins accompagnés d’un texte. En observant ses brouillons, on peut constater que, dans la chronologie de son processus créatif, la légende est ajoutée après que les dessins ont été complétés, et donc que ce sont les dessins qui conduisent la trame narrative. L’incorporation du texte dans ses œuvres a mis l’accent sur l’importance de la narration qui fonctionne comme guide pour le lecteur. Le rôle de la narration a progressivement changé et, en quelque sorte, celle-ci a été remplacée par la parole. Enfin, le phylactère s’est imposé en tant que mode de communication pour la parole et le son dans la bande dessinée.  Le deuxième chapitre a exploré la parole chez Hergé, Goscinny et Uderzo. Dans Tintin et Astérix, on a constaté qu’ils partagent des éléments fondamentaux de la bande dessinée comme l’art séquentiel, l’utilisation des phylactères et l’incorporation de la 	 	 		66	narration. Les deux séries s’appuient sur le texte et le dessin pour mener le lecteur à travers l’histoire. Tintin utilise la narration pour donner des détails ordinaires comme le lieu, la date et l’heure. Par contre, la narration d’Astérix est plus prononcée, et se distingue de ce que l’on observe chez Tintin notamment par la présence d’un narrateur. Ce dernier ajoute un élément différent à l’histoire ; il raconte ce qui se passe, il se permet même d’ajouter des blagues et des opinions, et il a toujours le dernier mot de l’histoire. Le narrateur est donc comme un personnage qui crée une relation avec le lecteur.  Tintin et Astérix se servent tous deux des phylactères pour évoquer la parole. La parole donne vie à l’histoire et crée un dialogue non seulement avec les personnages, mais aussi avec le lecteur. Le lecteur joue un rôle actif quand il lit les mots écrits dans le phylactère. C’est le lecteur qui doit remarquer les formes différentes des phylactères, des caractères et des dessins pour comprendre le ton, les émotions et les accents présents. Tintin et Astérix partagent plusieurs points communs : l’importance de la parole chez les humains et les animaux, les effets sonores liées à la taille des lettres, et les formes différentes de phylactères qui indiquent des émotions et des pensées. Cependant, en ce qui concerne les accents régionaux et les langues étrangères Astérix va au-delà de Tintin. On remarque que Hergé essaye d’incorporer des accents régionaux par l’orthographe, mais ses efforts sont incohérents et ne se manifestent pas toujours de façon uniforme. Bien que Goscinny et Uderzo ne soient pas sans faille, leur méthode paraît plus cohérente et élaborée. Ils s’appuient sur l’orthographe, la typographie et les dessins pour évoquer les accents.  Le troisième chapitre se focalise sur l’onomatopée, qui est sans doute l’élément le plus clairement auditif et aussi le plus connu du monde de la bande dessinée. Dans les 	 	 		67	bandes dessinées de Tintin et d’Astérix, on a trouvé que les onomatopées prennent des caractéristiques similaires au texte du phylactère pour évoquer les variations du bruit. Elles peuvent être de taille petite, grande ou normale et elles peuvent avoir une typographie différente qui s’adapte au bruit qu’elles représentent. De plus, leur position dans le cadre dépend de la source de bruit et leur longueur dépend du son qu’ils essayent de figurer.  La collection des onomatopées a aussi fourni des conclusions intéressantes. Des huit volumes qu’on a choisis, on a trouvé que les proportions des onomatopées varient. De plus, la différence entre Tintin et Astérix est notable. Astérix a toujours plus d’onomatopées que Tintin même si l’histoire de Tintin est toujours plus longue. Dans les tableaux descriptifs des onomatopées, on a trouvé que les deux séries ont beaucoup d’onomatopée différentes pour évoquer un même son.  Les onomatopées ont aussi des origines variées et parfois non attestées. Quand elles n’ont pas d’origine, le lecteur peut avoir l’impression que soit le dessinateur les a inventées, soit elles n’ont pas encore été remarquée. Par contre, les onomatopées qui possèdent une origine claire permettent de voir les relations avec leurs usages dans la bande dessinée ; le lien entre l’onomatopée et le son est reconnaissable. Finalement, on a trouvé que Tintin a plus d’onomatopée dérivées de l’anglais qu’Astérix et que la seule onomatopée anglaise que ces deux œuvres ont en commun est BANG.  Dans cette étude, on a trouvé que Goscinny et Uderzo vont plus loin que Hergé. Bien que Tintin ait captivé le monde avec ses histoires pleines de mystère, on le lit différemment que la bande dessinée de Goscinny et Uderzo notamment à cause de la manière dont il représente les sons. Dans les deux séries, les trois auteurs jouent  	 	 		68	avec le pouvoir du son d’immerger le lecteur dans l’histoire. Chaque page amène le lecteur de gauche à droite à travers des panneaux pleins d'images, de dialogues et de bruit. Les personnages parlent dans des phylactères, le dessin utilise des onomatopées pour exprimer des bruits et parfois du dessin est mis dans un phylactère. Les combinaisons de l’image et du texte sont variées et c’est évident qu’avec le son, les images et le texte deviennent plus vivants et réels.  Étant donné la diversité des sons et la vaste nature des possibilités des bandes dessinées, cette étude n’est qu’un premier pas dans la compréhension du rôle du son et des sens. Il existe effectivement plusieurs pistes intéressantes pour des recherches futures dans l’exploration des mécaniques de la parole et de la grammaire de la bande dessinée, et comment celle-ci se distingue, par exemple, de la manière dont la parole est représentée dans les romans ou le théâtre.  D’un point de vue pédagogique, on peut aussi se demander à quel point la bande dessinée peut servir à l’enseignement des langues étrangères comme le français. Dans Tintin et Astérix, il y a beaucoup de références à la culture, beaucoup de vocabulaires et beaucoup d’exemples de grammaire essentiels à l’apprentissage de la langue. Les tableaux descriptifs des onomatopées ne sont qu’un premier exemple d’une source intéressante qui pourrait être incorporée dans une activité pédagogique pour montrer des onomatopées qui font partie de l’expérience francophone. Car après tout, c’est bien vrai : les onomatopées, aussi simples soient-elles, font partie de la culture et de la langue françaises.  	 	 		69	Figures  	Figure 1. This image was removed due to copyright : Töpffer, Father of the Comic Strip: Rodolph Töpffer (Jackson: University Press of Mississippi, 2007; 41)  Figure 2. This image was removed due to copyright : Thackeray, Dionysus Diddler qtd Töpffer, Father of the Comic Strip: Rodolph Töpffer (Jackson: University Press of Mississippi, 2007; 168)                                      Figure 3. Persepolis  © 2000, Marjane Satrapi & L’Association  	 	 		70	 	Figure 4. This image was removed due to copyright : Morris, Sous Le Ciel de l'ouest. (Belgique: Dupuis, 1993; Print; 19) Figure 5. This image was removed due to copyright : Larcenet, Le Combat Ordinaire. (Paris: Dargaud, 2004; Print ; 7:2-7) Figure 6. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Le Devin (France: Dargaud,1972; Print; 5: 1-3) Figure 7. This image was removed due to copyright : Hergé, Tintin au Pays Soviets. (Belgique: Casterman, 1999; Print; 1) Figure 8. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix le Gaulois (France: Dargaud,1961; Print; 5: 8)  Figure 9. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. La Grande Traversée (France: Dargaud,1975; Print; 7) Figure 10. This image was removed due to copyright : Hergé, Les 7 Boules de Cristal (Belgique: Casterman, 1948 ; Print; 9: 3) Figure 11. This image was removed due to copyright : Hergé, Le Temples de Soleil (Belgique: Casterman, 1948 ; Print; 37: 12-14) Figure 12. This image was removed due to copyright : Hergé, Tintin au Pays Soviets. (Belgique: Casterman, 1999; Print; 130:5) Figure 13. This image was removed due to copyright : Hergé, Le Trésor de Rackham le Rouge. (Belgique: Casterman, 1944; Print; 5:5-11) Figure 14. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix et les Goths (France: Dargaud,1963; Print; 29: 1-8) Figure 15. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix Légionnaire (France: Dargaud,1967; Print; 18: 1-5)  Figure 16. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. La Serpe d’or (France: Dargaud,1962; Print; : 29:1-3) 	Figure 17. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix en Hispanie (France: Dargaud,1969; Print; 9: 1-7) Figure		18.	This image was removed due to copyright : Goscinny	et	Uderzo.	La Serpe d’or (France: Dargaud,1962; Print; : 32:10)		Figure 19. This image was removed due to copyright : Hergé, Tintin au Pays Soviets. (Belgique: Casterman, 1999; Print; 34) 	 	 		71	Figure 20. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix le Gaulois (France: Dargaud,1961; Print; 1: 3)	 Figure 21. This image was removed due to copyright : Hergé. Tintin en Amérique (Belgique: Casterman, 1946; Print; 34:6-12)  Figure 22. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix et Cléopâtre (France: Dargaud,1965; Print; 14: 4-8) Figure 23. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix et Cléopâtre (France: Dargaud,1965; Print; 15: 6-10) Figure 24. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Le Bouclier Arverne (France: Dargaud,1968; Print; 35:1) Figure 25. This image was removed due to copyright : Hergé, Tintin en Amérique (Belgique: Casterman, 1946 ; Print; 50: 7-9)  Figure 26. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo, Astérix et les Goths (France: Dargaud,1963; Print; 14: 1-8) Figure 27. This image was removed due to copyright : Hergé, Tintin en Amérique (Belgique: Casterman. 1946; Print; 32:4)  Figure 28. This image was removed due to copyright : Hergé. Tintin au Tibet. (Belgique: Casterman, 1960; Print; 61:8) Figure	29.	This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo. Astérix et Cléopâtre (France: Dargaud,1965; Print; 20: 7) Figure 30. This image was removed due to copyright : Goscinny et Uderzo, Astérix en Hispanie (France: Dargaud, 1969; Print; 32:9) Figure 31. This image was removed due to copyright : Hergé. Tintin au Tibet. (Belgique: Casterman, 1960; Print; 60:12) 	 	 	 		72	Bibliographie  « Ballon. » Def. 1i. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.   « Bang. » Def. A. Le Trésor de la langue française informatisé, n.p., en ligne.  « Bulle. » Def. 2d. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.  Bramlett, Frank. Linguistics and the Study of Comics. Houndmills, Basingstoke, Hampshire: Palgrave Macmillan, 2012. Imprimé. Carrier, David. The Aesthetics of Comics. University Park: Pennsylvania State UP, 2000. « Chandelle. » Def. 2. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.   Colomb, Georges. La famille Fenouillard: Christophe. Paris: Armand Colin & Cie, 1893. « Didascalie. » Def. 1. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne. Eisner, Will. Graphic Storytelling and Visual Narrative: Principles and Practices from the Legendary Cartoonist. New York: W.W. Norton, 2008. Imprimé. ---. Comics and Sequential Art: Principles and practices from the Lengendary Cartoonist. New York: W.W. Norton, 2008. Imprimé. Enckell, Pierre, et Pierre Rézeau. Dictionnaire des onomatopées. 2e éd. Paris: Presses universitaires de France, 2003. « Glouglou. » Def. 1. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.  « Gloup. »Def. 1. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.   Goscinny, René. René Goscinny raconte les secrets d’Astérix. Paris : Le Cherche midi, 2014.  Goscinny, René et Albert Uderzo. Astérix aux jeux olympiques. Paris : Dargaud, 1968. Imprimé. ---. Astérix chez les Bretons. Paris : Dargaud, 1966. Imprimé.  	 	 		73	---. Astérix en Hispanie. Paris : Dargaud, 1969. Imprimé. ---. Astérix et Cléopâtre. Paris : Dargaud, 1965. Imprimé.     ---. Astérix le Gaulois. Paris : Dargaud, 1961. Imprimé.  ---. Astérix et les Goths. Paris : Dargaud, 1963. Imprimé. ---. Astérix légionnaire. Paris : Dargaud, 1967. Imprimé.    	---. La Grande traversée. Paris : Dargaud, 1975. Imprimé. ---. La Serpe d’or. Paris : Dargaud, 1962. Imprimé. ---. Le Bouclier arverne. Paris : Dargaud, 1968. Imprimé. ---. Le Devin. Paris : Dargaud, 1972. Imprimé Groensteen, Thierry. Système de la bande dessinée. Paris: Presses Universitaires de France, 2011. Imprimé. Groensteen, Thierry, et Ann Miller. Comics and Narration, University Press of Mississippi, Jackson, 2013. Imprimé. Hergé. Les aventures de Tintin : reporter du Petit « Vingtième » au pays des Soviets. Tournai: Casterman, 1999. Imprimé.  ---. Les Cigares du Pharaon. Tournai : Casterman, 1955. Imprimé. ---. Le Temple de Soleil. Tournai: Casterman, 1948. Imprimé. ---. Le Trésor de Rackham le rouge. Tournai: Casterman, 1944. Imprimé. ---. Les Bijoux de la Castafiore. Tournai: Casterman, 1962. Imprimé. ---. Les 7 Boules de Cristal. Tournai : Casterman, 1948. Imprimé ---. Tintin au Tibet. Tournai: Casterman, 1960. Imprimé. ---. Tintin au Congo. Tournai: Casterman, 1946. Imprimé. ---. Tintin en Amérique. Tournai: Casterman, 1946. Imprimé. 	 	 		74	---. Tintin et les Picaros. Tournai: Casterman, 1976. Imprimé. ---.Vol 714 pour Sydney. Tournai: Casterman, 1968. Imprimé. Hergé, et Numa Sadoul. Tintin et moi: Entretiens avec Hergé [i.e. G. Rémy], Casterman, Paris, 1975. Imprimé. Hogarth, William, British Museum, et Vancouver Art Gallery. William Hogarth: Nationalism, Mass Media and the Artist. Vancouver: The Gallery, 1980. Imprimé. Jacobs, Edgar Pierre. Le secret de l'espadon. Bruxelles: Les éd. Blake et Mortimer, 1998. Imprimé. Jacoman, Luc et Matz. Le tueur : premier cycle. Paris : Casterman, 2008. Imprimé. Jühne, Jesper. The Blue Lotus. Le 30 août 2015. Web. Le 29 décembre 2012.                    http://www.tintinologist.org/guides/books/05bluelotus.html Khordoc, Catherine, (2001). « The Comic book’s soundtrack, Visual sound effects in Astérix ». Robin Varnum, and Christina T. Gibbons. The Language of Comics: Word and Image. (156-173). Jackson: University Press of Mississippi, 2001. Kunzle, David. Father of the Comic Strip: Rodolphe Töpffer. Jackson: University Press of Mississippi, 2007. Imprimé. Larcenet, Manu, et Patrice Larcenet. Le combat ordinaire. Paris: Dargaud, 2004. Imprimé. Lawless, Laura. « French conditional mood: How to use the French conditional mood ». About education, Oct. 2016, http://french.about.com/od/grammar/a/conditional.htm. Accedé le 4 octobre 2016.     Masereel, Frans. The Sun: A Novel Told in 63 Woodcuts. London: Redstone, 1990. Imprimé. 	 	 		75	McCloud, Scott. Making Comics: Storytelling Secrets of Comics, Manga and Graphic Novels, Harper, New York, 2006. Imprimé. ---. Understanding Comics: The Invisible Art. New York: Harper Perennial, 1994. Imprimé. Mérand, Patrick. Les langues étrangères dans l’œuvre d’Hergé. Saint-Maur des Fossés: Sépia, 2013. Imprimé. Morris. Lucky Luke: Sous le ciel de l'ouest. Belgique: Dupuis, 1993. Imprimé. Nodier, Charles, et Jean-François Jeandillou. Dictionnaire raisonné des onomatopées françaises. 40;40.; Vol. Genève: Droz, 2008. Imprimé. « Onomatopée. » Def. 1. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.  « Ouah. » Def. 1. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne. Peeters, Benoît. Lire la bande dessinée. Paris: Flammarion, 1998. Imprimé. ---. La bande dessinée. Paris: Flammarion, 1993. Imprimé. Peyo. Le Schtroumpfissime. Montréal: Dupuis, 1978. Imprimé. « Phylactère. » Def. 1b. Le petit Robert. 2014 ed. en ligne.  « Poum. » Def. A. Le Trésor de la langue française informatisé, n.p., http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3476060805; en ligne.  Potet, Frédérix. « Astérix: comment Albert Uderzo a cédé le flambeau ». Le monde, le 11 août 2012. http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/08/11/asterix-comment-albert-uderzo-a-cede-le-flambeau_3460059_3208.html Accédé le 1 octobre 2016. ---. « Astérix : du Oumpah-Pah dans l'air... » Le monde, le 17 août 2013. http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/08/17/asterix-du-oumpah-pah-dans-l-	 	 		76	air_3462822_3260.html?xtmc=goscinny_journal_tintin&xtcr=4 Accédé le 6 octobre 2016.  Satrapi, Marjane. Persepolis. Paris: L'Association, 2008. Imprimé.  « Toc. » Def. A.1. Le Trésor de la langue française informatisé, n.p., http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?13;s=3476060805;r=1;nat=;sol=2; en ligne.   Töpffer, Rodolphe, et Pierre Cailler. Œuvres complètes de Rodolphe Töpffer: Caricatures. Genève: A. Skira, 1944. Imprimé. Varnum, Robin, et Christina Gibbons. The Language of Comics: Word and Image. Jackson: U of Mississippi, 2001. Imprimé. Vessels, Joel E. Drawing France: French Comics and the Republic. Jackson: University Press of Mississippi, 2010. Imprimé. 	 		 		 		Appendice : Tableaux descriptifs des onomatopées Onomatopée: Tintin en Amérique (1946) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BANG  coup de poing 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1 BANG  une lampe tombe à terre 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1 BOUM explosion (grande) 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 3 BOUM  un pneu crève 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 1 CLAC  une porte claque 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide  s'emploie souvent précédé de clic) 2 CLAC  hache 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1 CLOP CLOP  coup de poing (plusieurs)   non attesté 1 DING DING DING  sirène d'ambulance (plusieurs) XVI Onomatopée évoquant un tintement, un coup de sonnette. 2 PAN  coup de feu 1731 Onomatopée qui sert à transcrire un bruit sec, une détonation, le claquement d'un corps sur un autre corps 7 	 	 		78	Onomatopée: Tintin en Amérique (1946) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PAN PAN PAN  retour de flame d'un moteur 1731 Onomatopée qui sert à transcrire un bruit sec, une détonation, le claquement d'un corps sur un autre corps 1 PLATCH   quelqu'un tombe dans une liquide   non attesté 1 PLOP  coup de pierre sur la tête   non attesté 2 PLOUF  quelqu'un tombe à l'eau 1816 Onomatopée évoquant le bruit de la chute d'un corps dans un liquide ou sur une surface molle 1 PUITCH explosion qui fait long feu   non attesté 1 RRON RRRON  ronflement (plusieurs) 1694 Ronfler-> Émettre, pendant le sommeil, un bruit sonore, variable selon les individus, et qui provient du nez et de la gorge et survient à l'inspiration et parfois à l'expiration.  1 RRRING RRRING  téléphone (plusieurs) avant le 12e siècle (anglais) Ring -> le son d'une cloche (M.W.) 1 SCHHH mèche qui brûle   non attesté 1 TAC TAC TAC TAC TAC coup de feu (plusieurs) 1552 Onomatopée traduisant un bruit sec émis à intervalles réguliers et rapprochés 1 TCHOUK TCHOUK TCHOUK  train    (anglais) choo choo -> le bruit d'un train 2 	 	 		79	Onomatopée: Tintin en Amérique (1946) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage TIC chiquenaude 1496 Tiquer-> Exprime un bruit bref et régulier comme celui d'un mouvement uniformément répété, en partic. comme celui d'un mouvement d'horloge 1 TIC  déclic d'arme vide 1496 Tiquer -> Exprime un bruit bref et régulier comme celui d'un mouvement uniformément répété, en partic. comme celui d'un mouvement d'horloge 1 TOC TOC TOC TOC  quelqu'un frappe à la porte 1496 Onomatopée exprimant un bruit sec, un choc 2 TOOOOOT   sirène de bateau 1510 (anglais) Toot -> coup d'un instrument à vent (M.W.) 1 TRRRIT  sifflet   non attesté 1 WOUAAAAAAH les cris d'un bébé   non attesté 1 WOUAC coup sur la tête   non attesté 1 WOUAH WOUAH WOUAH les cris d'un bébé   non attesté 1 WOUIT  flèche   non attesté 1 	 	 	 	 	Onomatopée: Les Cigares du Pharaon (1955) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BAF coup de poing 1931 Baffe -> gifle. flanquer, envoyer une baffe 1 BANG coup de feu 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1 	 	 		80	Onomatopée: Les Cigares du Pharaon (1955) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BANG une porte ouvre sur quelqu'un  1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1 BANG  une porte claque (bois) 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1 BING  une balle perce une gourde 1865 Onomatopée évoquant un mouvement brusque, un bruit qui peut résulter d'un choc ou d'un heurt physique 1 BOUM  coup de feu 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 2 BOUM BOUM BOUM  quelqu'un cogne sur une porte 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 2 BOUNG coup de feu   non attesté 1 CLAC  une porte claque (pierre) 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 5 CRAC  quelqu'un ouvre un cercueil 1492 craquer -> évoque un bruit sec 1 CRAC  un avion s'écrase dans les arbres 1492 craquer -> évoque un bruit sec 1 CRAC  un rocher se casse 1492 Craquer -> évoque un bruit sec 1 DRRING DRRING DRRING  téléphone (plusieurs) 1852 Onomatopée évoquant le bruit d'une sonnette (PR) 1 GRRR grognement   non attesté 1 GRRR GRRR GRRR  grognement (plusieurs)   non attesté 1 	 	 		81	Onomatopée: Les Cigares du Pharaon (1955) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PAN PAN PAN  coup de feu (plusieurs) 1731 Onomatopée qui sert à transcrire un bruit sec, une détonation, le claquement d'un corps sur un autre corps 9 PLOUF quelqu'un se jette à l'eau 1816 Onomatopée évoquant le bruit de la chute d'un corps dans un liquide ou sur une surface molle 1 POP coup de poing 1591 (anglais) un bruit sec (M.W.) 1 RRRH RRRH RRRH  quelqu'un scie des barreaux   non attesté 1 TACATACATAC coup de feu (arme automatique) 1552 Onomatopée traduisant un bruit sec émis à intervalles réguliers et rapprochés 2 TOC TOC TOC quelqu'un frappe à la porte 1496 Onomatopée exprimant un bruit sec, un choc 6 TOC TOC TOC quelqu'un frappe un tronc creux 1496 Onomatopée exprimant un bruit sec, un choc 1 WOUAC un coup sur la tête 1719 (anglais) Whack -> grand coup (M.W.) 2 WOUAC  coup de poing 1719 (anglais) Whack -> un grand coup (M.W.) 2 WOUAH WOUAH  aboiement (plusieurs)   non attesté 2 WROUM  une voiture part à toute vitesse 1965 (anglais) Vroom -> imite le son d'un moteur (M.W.) 1 ZIIP  quelqu'un glisse sur une banane 1966 (anglais) Adapté de l'anglo-américain. Zippered: Muni d'une fermeture à glissière 1 				 	 	 		 	 		82	Onomatopée: Tintin au Tibet (1960) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BANG des morceaux de glace s'écrasent 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1	BING des morceaux de glace s'écrasent 1865 Onomatopée évoquant un mouvement brusque, un bruit qui peut résulter d'un choc ou d'un heurt physique 2	BOUM  explosion 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 1	BROUMM avalanche 1835 Onomatopée imitant le bruit d'un raclement, d'un moteur, d'une trépidation 1	BROUMMM avalanche 1835 Onomatopée imitant le bruit d'un raclement, d'un moteur, d'une trépidation 1	CRAC coup de pied 1492 craquer -> évoque un bruit sec 1	CRAC  la glace craque 1492 craquer -> évoque un bruit sec 2	CRRR  un chien essaie de manger un poulet congelé   non attesté 3	DINGELING instrument de musique 1935 (anglais) Ding-a-ling -> variation de ding (M.W.) 1	DONG instrument de musique 1611 (anglais) Ding-dong -> le son d'une cloche (M.W.) 1	DONG  une cloche sonne 1611 (anglais) Ding-dong -> le son d'une cloche (M.W.) 1	DONG  coup de tambour   non attesté 2	DZING instrument de musique   non attesté 1		 	 		83	Onomatopée: Tintin au Tibet (1960) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage DZING  une pierre tombe sur un sac pleine de bouteilles   non attesté 1	DZIONNNG un câble casse   non attesté 1	FFFH  quelqu'un essaie de siffler   non attesté 1	GLOU GLOU quelqu'un boit 1569 Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 1	HAW-HAWAAAW cri du yeti   non attesté 2	PLOUF  quelque chose tombe à l'eau 1816 Onomatopée évoquant le bruit de la chute d'un corps dans un liquide ou sur une surface molle 3	PLOUTCH  un fruit pourri tombe à terre   non attesté 2	POM instrument de musique 1813 Poum-> Onomatopée qui évoque le bruit assourdi d'une canonnade, d'une explosion ou le bruit sourd d'une chute 1	POOAA  coup de trompette   non attesté 1	POOOOT  quelqu'un se mouche   non attesté 1	POOT quelqu'un se mouche   non attesté 1	PPPH  quelqu'un essaie de siffler   non attesté 1	TOC TOC TOC quelqu'un frappe à la porte 1496 Onomatopée exprimant un bruit sec, un choc 3	TOOOT  instrument de musique 1510 (anglais) Toot -> coup d'un instrument à vent (M.W.) 1		 	 		84	Onomatopée: Tintin au Tibet (1960) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage TUUT  instrument de musique 1510 (anglais) Toot -> coup d'un instrument à vent (M.W.) 1	WIUUUUW  coup de vent   non attesté 1	WWH  quelqu'un essaie de siffler   non attesté 1	ZZZZ quelqu'un essaie de siffler 1892 Onomatopée employer pour évoquer le sifflement d'un projectile ou le bruit léger et continu produit notamment par le souffle d'un dormeur, le vol d'un insecte ou le mouvement d'une machine, d'un moteur 1	  	 	 	Onomatopée: VOL 714 pour Sydney (1968) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BAF coup de poing 1435 Baffe -> Gifle. Flanquer, envoyer une baffe  1 BANG  un pneu crève 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion, d'un coup de feu 1 BAOUM  éruption (grande)   non attesté 1 BÔÔÔNG quelqu'un se cogne dans un arbre 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1 BOUM  quelqu'un tombe à terre 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 1 BROMM  tremblement de terre   non attesté 2 BROUM  quelqu'un tombe à terre   non attesté 1 	 	 		85	Onomatopée: VOL 714 pour Sydney (1968) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BZZ BZZ BZZ  soucoupe volante (plusieurs) 1835 Onomatopée imitant le bruit d'un raclement, d'un moteur, d'une trépidation 2 CLAC un parachute s'ouvre 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1 CLAC  le raccrochement du téléphone 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1 CLAC  une porte claque 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1 CLAC CLAC des balles frappent une pierre 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1 CLANGGG une porte claque   non attesté 1 CLONGG  quelqu'un se cogne dans une porte   non attesté 1 CRAC quelqu'un arrache un chapeau dessous une statue 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1 CRAC quelqu'un casse une épine 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1 CRAC un animal traverse la forêt 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 2 CRAC un parachute se déchire 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1 	 	 		86	Onomatopée: VOL 714 pour Sydney (1968) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage CRSCH  quelqu'un tombe en forêt 1580 (anglais) Crash -> un bruit fort 1 FLAP coup de poing 14e siècle (anglais) Flap: le son fait par le mouvement de quelque chose flexible qui coulisse d'avant en arrière comme une aile (M.W.) 1 GLOUB quelqu'un avale 1569 Glou -> Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 1 PAF coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 3 PAF  quelqu'un fait sauter le chapeau de quelqu'un d'autre 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PAN  coup de feu 1731 Onomatopée qui sert à transcrire un bruit sec, une détonation, le claquement d'un corps sur un autre corps 4 PAW PAW PAW  des pas résonnent (plusieurs)   non attesté 2 PIF coup de poing 1718 Onomatopée souvent redoublée de paf et associée à d'autres interjections 1 PIOUOUOU  une balle siffle 1611 Onomatopée évoquant le cri des poissons 1 PIOUOW une balle siffle   non attesté 3 PIOUUUW PIOUUUW  une balle siffle (plusieurs) 1611 Onomatopée évoquant le cri des poissons 1 	 	 		87	Onomatopée: VOL 714 pour Sydney (1968) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PLOC  goutte d'eau 1845 Onomatopée imitant le bruit d'un corps solide qui tombe à plat sure le sol ou qui plonge dans l'eau; sert à transcrire le bruit répété d'un liquide, de sabots ferrés d'un cheval, d'une mule qui résonne 1 POF coup de poing   non attesté 2 PONGG quelqu'un se cogne dans un arbre   non attesté 1 PSCHH éruption volcanique 1870 Onomatopée évoquant le bruit d'un fluide qui fuse -> PSCH(I)T(T)  1 RRHOR un lac se vide   non attesté 1 RROOHRRROHR un lac se vide   non attesté 1 SCROTCH quelqu'un mange   non attesté 1 SCRRUC SCRRUC SCRRUC un chien mord des cordes   non attesté 1 TAC TAC TAC coup de feu 1552 Onomatopée traduisant un bruit sec émis à intervalles réguliers et rapprochés 1 TACATACATAC coup de feu (arme automatique) 1552 Onomatopée traduisant un bruit sec émis à intervalles réguliers et rapprochés 3 TACTAC TACTAC  coup de feu (arme automatique) 1552 Onomatopée traduisant un bruit sec émis à intervalles réguliers et rapprochés 2 TACTACTAC coup de feu (arme automatique) 1552 Onomatopée traduisant un bruit sec émis à intervalles réguliers et rapprochés 2 	 	 		88	Onomatopée: VOL 714 pour Sydney (1968) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage TCHAA (*AAAAA en bulle avant) éternuement   non attesté 1 TCHAAA éternuement   non attesté 2 Tchâââ éternuement   non attesté 1 VLAF coup de poing 1751 non attesté 1 VLOP coup de poing   non attesté 1 WHAM  explosion d'une grenade 1739 (anglais) Wham -> le son fort d'un choc (M.W.) 1 WOUAH aboiement   non attesté 1 	Onomatopée: Astérix et les Goths (1963) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage ATCHOUM !  éternuement   éternuer -> atchoum  1 BAAAOOOO BOOOAAA  coup de trompe (plusieurs)   non attesté 1 BANG!  coup de poing 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion 1 BiMM! coup de poing   non attesté 1 BiNG!  coup de poing 1865 Onomatopée évoquant un mouvement brusque, un bruit qui peut résulter d'un choc ou d'un heurt physique 1 BLAM ! choc d'armes   non attesté 1 BOF! coup de poing 1968 Interjection exprimant le mépris, la lassitude, l'indifférence (Le Petit Robert) 2 BOING ! BOING ! cordes d'un banjo (plusieurs)   non attesté 1 	 	 		89	Onomatopée: Astérix et les Goths (1963) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BOMM! coup de poing   non attesté 1 BONG !  coup de poing sur la tête 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 2 BOOOO coup de trompe (plusieurs)   non attesté 1 BOOOOO  coup de trompe (plusieurs)   non attesté 1 BOUM! coup de poing 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion , un choc, une chute 1 BROM  quelqu'un écrase un Romain   non attesté 1 CLAC !  coup de fouet 1477 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide  1 CLAC !  un arme tombe à terre 1477 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide  1 CLAC CLAC CLAC! quelqu'un tape une serpe contre quelque chose métallique 1477 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide 1 CLANG !  la rupture d'une poignée de porte 1557 (anglais) Clang-> un son métallique (M.W.) 1 CLANG ! CLANG ! CLANG !  quelqu'un tape contre une assiette 1557 (anglais) Clang-> un son métallique (M.W.) 1 CLAP ! CLAP ! CLAP ! - CCC-CC-CC applaudissement (plusieurs) 14e siècle (anglais) Clap  -> applaudissement (M.W.) 5 CRAAAC !  quelqu'un déracine un arbre 1492 craquer -> évoque un bruit sec 1 	 	 		90	Onomatopée: Astérix et les Goths (1963) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage CRÂÂÂC! rupture d'une porte 1492 craquer -> évoque un bruit sec (M.W.) 1 CRÂAC ! rupture d'une porte 1492 craquer -> évoque un bruit sec (M.W.) 3 CRAC! coup de poing 1492 craquer -> évoque un bruit sec (M.W.)  1 CRRRÂC!  rupture d'une porte 1492 craquer -> évoque un bruit sec (M.W.) 2 FLAPCHT coup de poing   non attesté 1 GLOP ! GLOP ! quelqu'un boit 1569 Glou -> bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 1 GLOU ! GLOU ! GLOU ! quelqu'un boit 1569 Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 2 GLOUP ! GLOUP ! GLOUP !  quelqu'un boit 1569 Glou -> bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 6 HA HA ! éclat de rire (plusieurs) 1177 Représente les sons vocaux produits par qqn qui rit aux éclats 1 Hi ! Hi ! Hi ! éclat de rire (plusieurs) 1480 transcrit les sons produits par qqn qui rit d'une chose qui, à l'évidence pour lui, n'est pas jugée amusante par l'interlocuteur 1 Ho! Ho! éclat de rire (plusieurs) 1223 Représente divers son vocaux ou cris d'animaux 1 PAF! coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup 3 PAF! PAF! gifle (plusieurs) 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup 3 PAFF! coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup 3 PAMM ! coup de poing 1050 se pâmer -> tomber en syncope ou perdre connaissance 1 	 	 		91	Onomatopée: Astérix et les Goths (1963) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PAN ! PAN !  coup de marteau 1731 Onomatopée qui sert à transcrire un bruit sec, une détonation, le claquement d'un corps sur un autre corps 1 PiF! PiF! gifle (plusieurs) 1718 Onomatopée souvent redoublée de paf (v. paf) et associée à d'autres interjection 1 PIFFF !  coup de poing 1718 Onomatopée souvent redoublée de paf (v. paf) et associée à d'autres interjection 1 PLAC ! PLAC ! PLAC !  applaudissement (plusieurs) 1845 Onomatopée imitant le bruit d'un corps solide qui tombe à plat sur le sol ou qui plonge dans l'eau 1 PLATCH !  quelqu'un tombe par terre   non attesté 1 PLOM! - P-P-P-P-P-P quelqu'un trainer quelqu'un d'autre par terre   non attesté 1 POC-P-P-P-P-P-P coup de poing   non attesté 3 POF ! POF !  quelqu'un donne des coups sur le sol   non attesté 1 POF ! POF ! POF ! coup de poing sur la tête (plusieurs)   non attesté 1 POF ! POF ! POF ! quelqu'un tape du pied (plusieurs)   non attesté 1 POM ! POM !  quelqu'un se frappe la poitrine (plusieurs) 1649 Paumer -> Donner un, des coup(s); frapper 1 	 	 		92	Onomatopée: Astérix et les Goths (1963) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage POM ! POM ! POM !  une tête frappe la terre (plusieurs) 1649 Paumer -> Donner un, des coup(s); frapper 1 PON quelqu'un se mouche 1967 Pin-pon -> exprime le bruit des avertisseurs à deux tons des voitures de pompiers dans leurs déplacements d'intervention d'urgence 1 SCLOUP !  quelqu'un boit   non attesté 1 SCROTCH ! SCROTCH !  quelqu'un mange   non attesté 1 SNIF ! SNIF !  reniflement (plusieurs) 14e siècle (anglais) Sniff -> sentir (M.W.) 1 SOOUP! quelqu'un boit   non attesté 1 SPLATCHHH! coup de poing 1897 (anglais) Splat -> le son d'une claque (M.W.) 1 TCHAC! coup de poing   non attesté 2 TCHAC! mouvement de personnes dans des arbres   non attesté 1 TCHIC!   mouvement de personnes dans des arbres   non attesté 1 TCHOC !  coup de poing   non attesté 1 TCHOC! mouvement de personnes dans des arbres   non attesté 1 TCRRRR quelqu'un froisse une feuille de papier   non attesté 1 THCHINNNG  rupture de chaînes   non attesté 1 	 	 		93	Onomatopée: Astérix et les Goths (1963) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage VLAN une porte claque 1803 Onomatopée qui imite ou accompagne un bruit fort et sec, un coup subit (coup de poing, gifle) ou encore une action faite avec vivacité 1 VLAN! coup de poing 1803 Onomatopée qui imite ou accompagne un bruit fort et sec 2   	 	 	  	 	 	Onomatopée: Astérix et Cléopâtre (1965) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BOF !  une pierre tombe par terre   non attesté 1 BONG !  quelqu'un tombe dans les escaliers 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1 BONG ! BONG ! BONG ! coup de poing sur la tête (plusieurs) 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1 BONG! le choc d'une pierre contre du concret   non attesté 1 BONNG ! des pierres frappent des boucliers  1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1 BONNNG !  des pierres frappent des boucliers  1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1 BOUHOUHOUHOU coup de trompe   non attesté 1 BOUHOUOUOU coup de trompe   non attesté 1 	 	 		94	Onomatopée: Astérix et Cléopâtre (1965) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BOUM ! coup de tambour 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion , un choc, une chute 1 BOUM! instrument de musique 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion , un choc, une chute 1 BOUOUOUHOUOU  coup de trompe   non attesté 1 BRADABOUM ! salle s'écroule   non attesté 1 CLAC !  coup de fouet 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide ( s'emploie souvent précédé de clic) 4 CLAC!  quelqu'un se frappe le front 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1 CLAP !  claquement des doigts 14e siècle (anglais) Clap  -> applaudissement (M.W.) 3 CRAAAC! rupture d'une porte 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1 CRAAC ! une grande pierre se casse 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1 CRAC ! un vase se casse 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 2 CRAC !  une porte se casse 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1 	 	 		95	Onomatopée: Astérix et Cléopâtre (1965) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage DING ! DING  cloche (plusieurs) XVI Onomatopée évoquant un tintement, un coup de sonnette. 2 DZIM! cymbale   non attesté 1 GLOP ! GLOP ! GLOP !  quelqu'un boit 1569 Glou -> bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 1 GLOUP ! GLOUP !  quelqu'un boit 1569 Glou -> bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 2 GRRRRRR grognement   non attesté 1 GRRRRRRRRR  grognement   non attesté 2 HOUA! HOUA! HOUA!  aboiement (plusieurs)   non attesté 1 KAï ! KAï ! KAï !  cri d'un chien (plusieurs)   non attesté 1 OUAH ! OUAH !  aboiement (plusieurs) 1849 Synonyme de bah, ouais 2 PAF !  quelqu'un tombe sur une pierre 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PAF !  une pierre tombe sur quelqu'un 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PAF !  une porte se casse 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PAF ! PAF ! PAF ! PAF ! PAF ! PAF !  gifle (plusieurs) 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PAF! coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 2 PAF! le choc d'une pierre contre du ciment 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PAF! quelqu'un se frappe le front 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 	 	 		96	Onomatopée: Astérix et Cléopâtre (1965) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PAFF! coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1 PFFFF quelqu'un exhale    non attesté 1 PLAF! une pierre tombe    non attesté 1 PLOUF ! une pierre tombe dans l'eau 1816 Onomatopée évoquant le bruit de la chute d'un corps dans un liquide ou sur une surface molle 1 POC ! POC ! coup de marteau (plusieurs)   non attesté 2 POC ! POC ! quelqu'un tombe dans les escaliers (plusieurs)   non attesté 1 POF !  coup de poing   non attesté 1 POF !  quelqu'un soulève une pierre   non attesté 1 POF !  quelqu'un tombe à terre   non attesté 1 POF ! POF ! POF ! quelqu'un tape du pied (plusieurs)   non attesté 2 RÂ ! -R-R-R-R une foule se réjouit 1842 Ra -> Coup de baguettes frappé sur le tambour pour produire un roulement très bref. 1 SCRONCH! quelqu'un mange 1832 (anglais) Crunch -> le son de mâcher (M.W.) 1 SCROTCH ! SCROTCH ! SCROTCH ! quelqu'un mange   non attesté 4 SCROUNCH! quelqu'un mange 1832 (anglais) Crunch -> le son de mâcher (M.W.) 1 SCRRRiNCH quelqu'un mange 1832 (anglais) Crunch -> le son de mâcher (M.W.) 1 	 	 		97	Onomatopée: Astérix et Cléopâtre (1965) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage SCRRROUiNCH   quelqu'un mange 1832 (anglais) Crunch -> le son de mâcher (M.W.) 1 SCRRROUNCH quelqu'un mange 1832 (anglais) Crunch -> le son de mâcher (M.W.) 1 SLAP ! SLAP ! un chien lape (plusieurs)   non attesté 1 SLAP! quelqu'un mange   non attesté 1 SNIF ! SNIF !  reniflements (plusieurs) 14e siècle (anglais) Sniff -> sentir (M.W.) 1 SWOUSHH !! coup de vent causé par un mouvement rapide 1867 (anglais) Swoosh -> le son d'un mouvement rapide (M.W.) 1 TADZIM !   instrument de musique   non attesté 1 TADZOUM ! instrument de musique   non attesté 1 TAPATAP ! TAPATAP !  quelqu'un pianote des doigts  1200 taper -> Frapper, donner des coups sur quelque chose 1 TARARiiiiii ! instrument de musique   non attesté 1 TARATATARiiii  coup de trompette   non attesté 1 TCHAC !  détente d'une catapulte   non attesté 1 TCHAC !  quelqu'un heurte des gens   non attesté 1 TCHIP TCHIP TCHIP TCHIP !  quelqu'un se frotte les mains   non attesté 1 TCHONK !  détente d'une catapulte   non attesté 1 TOC! TOC! TOC! quelqu'un se tape le tempe 1496 Onomatopée exprimant un bruit sec, un choc 1 	 	 		98	Onomatopée: Astérix et Cléopâtre (1965) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage VLAM !  une porte claque 1803 Onomatopée qui imite ou accompagne un bruit fort et sec, un coup subit (coup de poing, gifle) ou encore une action faite avec vivacité 1 WOF !  quelqu'un heurte des gens   non attesté 1 ZZZZZZZZ quelqu'un dort 1892 Onomatopée employer pour évoquer le sifflement d'un projectile ou le bruit léger et continu produit notamment par le souffle d'un dormeur, le vol d'un insecte ou le mouvement d'une machine, d'un moteur 1   	 	 	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BANG !  claquement d'armes 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion 1	BANG !  rupture d'un baril 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion 1	BANG!  détente d'une catapulte 1550 (anglais) Onomatopée exprimant le bruit d'une explosion 1	BIMMM! coup de poing   non attesté 1	BING ! coup de pied contre une casquette de métal 1865 Onomatopée évoquant un mouvement brusque, un bruit qui peut résulter d'un choc ou d'un heurt physique 1		 	 		99	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BING! coup de poing 1865 Onomatopée évoquant un mouvement brusque, un bruit qui peut résulter d'un choc ou d'un heurt physique 1	BLAM !  coup de pied   non attesté 1	BOM! BOM! -B-B quelqu'un frappe la terre   non attesté 1	BONG - B- B- B quelqu'un saute sur la tête de quelqu'un d'autre 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 2	BONG !  quelqu'un tape sur un comptoir 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1	BONG ! BONG ! quelqu'un se frappe la poitrine 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1	BONG ! BONG !  coup de poing sur la tête (plusieurs) 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 2	BONG! coup de poing 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1	BOUM ! BOUM !  coup de tambour (plusieurs) 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute  1	BOUM! coup de poing 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 1	BROUMBROUMBROUMBROUM! un chariot roule  1835 Onomatopée imitant le bruit d'un raclement, d'un moteur, d'une trépidation 1		 	 		100	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage CLANG !  bruit inconnu (il vient de dehors) 1557 (anglais) Clang-> un son métallique (M.W.) 1	CLAP ! CLAP ! applaudissements (plusieurs comme forme musicales) 14e siècle (anglais) Clap  -> applaudissement (M.W.) 3	CLIC! quelqu'un coup des herbes 1932 Onomatopée exprimant un claquement sec 1	CLiC! CLiC! CLiC! quelqu'un tricote 1932 Onomatopée exprimant un claquement sec 1	CLiPiCLOP ! CLiPiCLOP !- C-C  cheval (plusieurs pas)   non attesté 1	CRAAAC !  une porte se casse 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 3	CRAC !  une chaîne se casse 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1	CRAC !  une table se casse 1492 Onomatopée qui évoque un bruit sec. Celui de corps qui craquent, se brisent, se déchirent 1	CROAAA !  un corbeau croasse 1932 Croasser -> [En parlant du corbeau ou de la corneille] Pousser le cri (rauque et discordant) spécifique de leur espèce 1	FLOUF !  un main plonge dans une barrique de vin   non attesté 1	FRRP FRRP des chaussures sur un tapis (plusieurs)   non attesté 1		 	 		101	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage GLOU! GLOU! GLOU! quelqu'un boit 1569 Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 1	GLOUGLOUGLOU (8x consécutif) quelqu'un boit 1569 Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 2	GLOUP ! GLOUP ! GLOUP !  quelqu'un boit (plusieurs) 1569 Glou -> bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 1	GNiiiiiNNN ! cornemuse (plusieurs)   non attesté 1	Hiiiiiiii une folle crie 1480 transcrit les sons produits par qqn qui rit d'une chose qui, à l'évidence pour lui, n'est pas jugée amusante par l'interlocuteur 1	HiPS! hoquet   non attesté 1	HOHO HOHO HOHO  quelqu'un rit 1223 Ho  Représente divers son vocaux ou cris d'animaux 1	OUAH ! OUAH !  aboiement (plusieurs) 1849 Synonyme de bah, ouais 1	OUiiiiiiiN ! cornemuse (plusieurs)   non attesté 1	PAF !  coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute   3	PAF ! PAF ! PAF ! PAF ! PAF !  coup de poing (plusieurs) 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 9	PAF! quelqu'un se frappe le front 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1	PATCHOC !  coup de poing (grand)   non attesté 1		 	 		102	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PIF! coup de poing 1718 Onomatopée souvent redoublée de paf (v. paf1) et associée à d'autres interjections 1	PLOUF!  quelque chose tombe à l'eau 1816 Onomatopée évoquant le bruit de la chute d'un corps dans un liquide ou sur une surface molle 1	POC !  coup de pied    non attesté 2	POC !  deux têtes se heurtent   non attesté 1	POC! claque des tasses   non attesté 1	POC! coup de poing   non attesté 1	POM POM -P-P-P-P-P-P ! quelqu'un frappe à la porte 1649 Paumer -> Donner un, des coup(s); frapper 3	PON!  coup de trompe 1967 Pin-pon-> Exprime le bruit des avertisseurs à deux tons des voitures de pompiers dans leurs déplacements d'intervention d'urgence 1	PONNN! coup de trompe 1967 Pin-pon-> Exprime le bruit des avertisseurs à deux tons des voitures de pompiers dans leurs déplacements d'intervention d'urgence 1	POP! quelqu'un ouvre une gourde 15e siècle (anglais) Pop -> un bruit sec (M.W.) 1	POTCK !  quelque chose tombe à l'eau   non attesté 1	SCHTOUNG ! coup de pied   non attesté 1	SCLONK !  quelqu'un vêtu en armure tombe par terre   non attesté 1		 	 		103	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage SNIF ! SNIF ! quelqu'un se frotte les yeux 14e siècle (anglais) Sniff -> sentir (M.W.) 1	SNiF ! SNiF ! reniflement (plusieurs) 1956 Onomatopée désignant un bruit de reniflement.(Le Petit Robert) 2	SNiF! SNiF! reniflement 1956 Onomatopée désignant un bruit de reniflement.(Le Petit Robert) 		SPLATCH ! coup de poing 1897 (anglais) Splat -> le son d'une claque (M.W.) 1	STCHOUF !  collision   non attesté 1	TAP ! TAP ! TAP !  quelqu'un tape des mains 1200 Taper -> frapper, donner des coups sur quelque chose 1	TAP ! TAP ! TAP !  quelqu'un tape la main de quelqu'un d'autre 1200 Taper -> Frapper, donner des coups sur quelque chose 1	TARARAAAA coup de trompette (plusieurs)   non attesté 1	TARARiiiiii coup de trompette (plusieurs)   non attesté 1	TCHAC ! des gens ouvrent des barriques (en même temps)   non attesté 1	TCHAC ! rupture de chaînes   non attesté 2	TCHAC !  coup de poing   non attesté 7	TCHAC !  rupture d'une arme   non attesté 1	TCHAC! quelqu'un rame un bateau   non attesté 1	TCHAC! rupture d'une corde   non attesté 1		 	 		104	Onomatopée: Astérix chez les Bretons (1966) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage TCHOC ! une fléchette frappe la cible   non attesté 1	TCHOC ! coup de poing   non attesté 2	TCHOCK! coup de poing   non attesté 1	TCHONC !  coup de poing   non attesté 1	TCHRAAAAAC!!  collision de gens courant   non attesté 1	TCHRAAAC! collision de bateau   non attesté 1	TCHRRiiii un coureur freine brusquement   non attesté 1	TCHRRRRR  un coureur freine brusquement   non attesté 1	TOC ! TOC ! TOC !  quelqu'un tapote la tempe 1496 Onomatopée exprimant un bruit sec, un choc 2	ZZZ quelqu'un dort 1892 Onomatopée employer pour évoquer le sifflement d'un projectile ou le bruit léger et continu produit notamment par le souffle d'un dormeur, le vol d'un insecte ou le mouvement d'une machine, d'un moteur 3	ZZZZ quelqu'un dort 1892 Onomatopée employer pour évoquer le sifflement d'un projectile ou le bruit léger et continu produit notamment par le souffle d'un dormeur, le vol d'un insecte ou le mouvement d'une machine, d'un moteur 1		 	 		105		 	 	 	 	Onomatopée: Astérix en Hispanie (1969) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage BADABOMBADABOUM un taureau court/avance   non attesté 1	BOMM! coup de poing   non attesté 1	BONG !  quelqu'un entre en collision avec Obélix 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 2	BONG!  choc des têtes 1853 (anglais) Bong -> un son résonnant (M.W.) 1	BOUM ! quelqu'un tombe à terre 1905 Onomatopée servant à suggérer le bruit soudain, fort et grave, produit par une explosion, un choc, une chute 1	BRAAAAAOUUUMM !  un taureau court si vite que ses sabots patinent   non attesté 1	CHLANG !  coup avec un sac   non attesté 1	CLAC !  coup de fouet 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1	CLAC ! CLAC claquements des doigts (plusieurs) 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide  (s'emploie souvent précédé de clic) 1	CLAC! claque des doigts 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1	CLACLACLACLAC genoux qui claquent 1477-1483 Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide (s'emploie souvent précédé de clic) 1	CLAGCLINGCL  casserole tombe par terre   non attesté 1		 	 		106	Onomatopée: Astérix en Hispanie (1969) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage CLAK ! CLAK !  claquement des doigts (plusieurs) 1477-1483 Clac -> Onomatopée qui traduit un bruit sec et rapide  (s'emploie souvent précédé de clic) 1	CLANG ! une serrure s'ouvre 1557 (anglais) Clang-> un son métallique (M.W.) 1	CLANG! coup de poing 1557 (anglais) Clang-> un son métallique (M.W.) 1	CLAP ! CLAP ! CLAP !  claquement de mains (plusieurs) 14e siècle (anglais) Clap  -> applaudissement (M.W.) 1	CLAPACLAP ! CLAPACLAP ! CLAPACLAP !  claquement de mains (plusieurs) 14e siècle (anglais) Clap  -> applaudissement (M.W.) 6	CLiNG! choc d'armes 		 non attesté 1	CLONG! cordes d'une harpe   non attesté 1	CLONK! une serrure s'ouvre 1930 (anglais) Clonk -> un bruit creux (M.W.) 1	GLOU ! GLOU ! -G-G-G-G quelqu'un boit 1569 Bruit (d'un liquide ou d'un conduit, d'un contenant) qui fait « glouglou » 2	GRRRR grognement   non attesté 2	GRRRRR ! grognement   non attesté 1	HARF éclat de rire   non attesté 1	KAIIKAIIKAIIKAII les cris d'un chien   non attesté 1	OHHO ! bâillement 1659 Interjection qui marque la surprise ou qui donne plus d'énergie à la phrase 1	OOOOOUUUWW hurlement d'un chien   non attesté 1	PAF ! quelqu'un tombe à terre 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1	PAF ! PAF ! PAF !  quelqu'un frappe les mains 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1		 	 		107	Onomatopée: Astérix en Hispanie (1969) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage PAF! un taureau se cogne sur un mur 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1	PAF!  coup de poing 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1	PAFPAFPAFPAFPAF ! applaudissement (plusieurs) 1751 Onomatopée évoquant le bruit d'un coup, d'une chute 1	PIF! coup de poing 1718 Onomatopée souvent redoublée de paf (v. paf1) et associée à d'autres interjections 1	PLAF! quelqu'un tombe à terre   Synonyme de Plof (sert à transcrire ou à évoquer le bruit mat ou sonore d'une chute d'un corps sur une surface ou dans l'eau) 1	PLAFF !  quelqu'un est frappé avec un poisson   Synonyme de Plof (sert à transcrire ou à évoquer le bruit mat ou sonore d'une chute d'un corps sur une surface ou dans l'eau) 2	PLATCH !  quelqu'un est frappé avec un poisson   non attesté 1	POC ! coup de pied   non attesté 1	POC ! coup de poing   non attesté 1	POC !  coup de pierre   non attesté 2	POF !  quelqu'un tombe à terre   non attesté 1	POF ! POF ! POF ! quelqu'un tape du pied   non attesté 1	PRRRROU éclat de rire   non attesté 1		 	 		108	Onomatopée: Astérix en Hispanie (1969) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage RRRRRRONNNNN ronflement  1694 Émettre, pendant le sommeil, un bruit sonore, variable selon les individus, et qui provient du nez et de la gorge et survient à l'inspiration et parfois à l'expiration.  1	SCHLANG !  collision de personnes   non attesté 1	SCHLAP ! quelqu'un arrache un poison des mains de quelqu'un d'autre   non attesté 1	SNIFF ! SNIFF ! reniflement (plusieurs) 1956 Onomatopée désignant un bruit de reniflement.(Le Petit Robert) 1	SPLATCH !  quelqu'un jette un poisson dans les bras de quelqu'un d'autre   non attesté 1	TARAAA coup de trompe et trompette   non attesté 1	TARATARII  coup de trompette   non attesté 1	TCHAC !  coup de poing   non attesté 1	TCHAC! coup de poing   non attesté 1	TCHRÂÂÂC collision de personnes   non attesté 1	TCHRÂÂC ! un chariot tombe en panne   non attesté 1	TCHRAC !  un arbre tombe   non attesté 1		 	 		109	Onomatopée: Astérix en Hispanie (1969) Son Datation Origine selon le Trésor de la langue française Nombres de cadres dans l'ouvrage TOC ! TOC ! TOC !  quelqu'un se tapote la tempe 1496 Bruit sec produit par un choc, un coup. 1	TOÏNG ! cordes d'une harpe   non attesté 1	VRAAOUM !  une armée avance   non attesté 1	ZZZZZ quelqu'un dort 1892 Onomatopée employée pour évoquer le sifflement d'un projectile ou le bruit léger et continu produit notamment par le souffle d'un dormeur, le vol d'un insecte ou le mouvement d'une machine, d'un moteur 3	 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.24.1-0340262/manifest

Comment

Related Items