UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Un représentant contemporain de l’inquiétude spirituelle Pesseat, Joseph Jean-Marie Andre

Abstract

En marge de son metier, Roger Besus, ingenieur Normand des Ponts et Chaussees ecrit des romans depuis 1947. Dix-huit le dernier etant sous presse ont deja vu le jour. En marge? c'est trop dire, car son milieu de travail lui offre precisement chaque jour cet echantillon humain, etendu et varie ,dont s'alimente une imagination d'ecrivain. Si Roger Besus a ecrit son premier roman par necessite psychologi-que pour ainsi dire, les suivants repondaient a un besoin d'apologetique religieuse—jusqu'au jour ou, renies par l'Eglise, ils se tournerent vers une apologetique humaine et continuerent a militer "par un autre chemin." S'il ne se considere plus catholique, Roger Besus a neanmoins garde entieres sa foi en Dieu, et, pour cette raison, sa foi en l'honime. C'est au nan de celles-ci qu'il s'adresse a notre monde qu'il voit s'engager a corps perdu dans les voies du materialisme; car son inquietude spirituelle ne se fait pas contemplation morose et impuissante du mal,mais s'eleve, crie et fustige. Elle invective l'harime qui sombre dans la fri-volite et ne prend pas "la vie au serieux"; mais elle apostrophe aussi l'Eglise coupable, sous le faux pretexte de rapprochement,de se laisser naturaliser et d'oublier son role de porteuse de transcendance. Son requisitoire, tout vibrant encore des accents de Bloy et de Ber-nanos, qu'il l'exprime soit par la bouche de vrais pretres ou d'un profane affuble d'une soutane., d'abord,soit par celle de simples laics ensuite, Roger Besus le maintiendra semblable et sans entorse, charge d'une foi intense et d'un grand amour. Tous ses personnages, participant d'une nature commune, se reconnais-sent sous leur defrogue variee, car tous, pelerins de l'Absolu, s'ils vivent consummes par leur ideal et "exiles" au milieu de leurs contempo-rains qui ne les comprennent pas, lis n'en restent pas moins les "messa-gers" de l'au-dela. L'oeuvre de Roger Besus s'inscrit dans le "hie et nunc" de l'Histoire par l'ensemble de ces etres tout droit sortis de notre epoque, observes qu'ils ont ete dans l'entourage de leur auteur; elle s'en degage aussi le depassant, par la perception, sous la canedie des attitudes et l'agitation collective, du desir permanent de Beau et de Bien. Elle lance l'anatheme mais profere l'optimisme; elle se fait violente mais se charge de tendresse. Elle oscille entre le concret et le voile, le particulier et l'universel, le quotidien et l'eternel.. Ces va-et-vient, de nature en apparence differente, sont essentiellement identiques et s'expliquent par les deux tendances contraires qui composent le temperament d'un ecri-vain aux attaches tant terrestres que celestes fortement et egalement marquees. Voila ce que fut le resultat de nos lectures et de notre analyse; et ces observations, nous les avons groupees sous quatre rubriques prin-cipales. Voulant rendre compte par l'orientation meme de notre demarche, de l'evolution de l'auteur qui reporta finalement sur l'hcmme la mission qu'il avait d'abord crue etre celle de l'Eglise, nous avons en premier lieu envisage le versant purement ireligieux de sa somme ramanesque. C'est ainsi que le chapitre initial presente "le vrai pretre", reconnu tres proche de son aine, le cure d'Ambricourt, et qu'un deuxieme chapitre sur "la religion" met en contraste l'image qu'elle projette avec celle qu'elle devrait idealement offrir. Abordant ensuite le versant laic de l'oeuvre dans le troisieme chapitre employe a definir "l'homme besusien", nous avons remarque qu'il n'existe pas de coupure radicale entre le pretre et ce dernier, car "l'homme besusien" est devore du meme feu que celui-la; et c'est done moins de lalcisation qu'il faut parler que de la mise a jour chez le laic de ressources et besoins spirituels caches. L'auteur est un voyant. Le quatrieme chapitre redit cela qui, parallelement a l'aspect familier des lieux, evenements et personnages ainsi qu'au carac-tere concret du style, fera ressortir, par les structures singulieres qu'on y observe, par l'emploi des correspondances qu'on y decele et par l'usage repete du symbole qu'on y fait, l'originalite de l'univers besusien. Le reman de Roger Besus, dans lequel on releve la rencontre de deux mondes, est en definitive le produit d'un ecrivain chez qui la transcription realiste cede bientot le pas a la creation visionnaire. Ajoutons enfin que Roger Besus est peu lu. Qui s'en etonnerait puis-que ni par ses idees, ni par son style qui ne veulent en rien sacrifier aux vogues du jour, il ne fait pas le jeu du siecle. C'est la la raison de sa solitude. C'est la aussi son grand merite.

Item Media

Item Citations and Data

License

For non-commercial purposes only, such as research, private study and education. Additional conditions apply, see Terms of Use https://open.library.ubc.ca/terms_of_use.

Usage Statistics