The Chung Collection

Chung Logo

The Chung Collection

Le Canada et le Canadian Pacific Canadian Pacific Railway Company 1923

Item Metadata

Download

Media
chungtext-1.0357120.pdf
Metadata
JSON: chungtext-1.0357120.json
JSON-LD: chungtext-1.0357120-ld.json
RDF/XML (Pretty): chungtext-1.0357120-rdf.xml
RDF/JSON: chungtext-1.0357120-rdf.json
Turtle: chungtext-1.0357120-turtle.txt
N-Triples: chungtext-1.0357120-rdf-ntriples.txt
Original Record: chungtext-1.0357120-source.json
Full Text
chungtext-1.0357120-fulltext.txt
Citation
chungtext-1.0357120.ris

Full Text

 "tl MM Hill IMHWWfWI
\^Z7
V^7
le Canada
ET    LE
CANADIAN PACIFIC
l py^y—JL  i°D)    l    Cbfe)    I    vSfigj)        (MOD)    ;    (W>)    \    \H°W
i°D)   \   KA0W   I   Ky>WJ
LE CANADA
ET   LE
CANADIAN
PACIFIC
CQoR)
W   |   W NOTES  DESCRIPTIVES
CANADA
et les divers services du
CANADIAN    PACIFIC ^>^>$^>$^^>$^>^
AVANT-PROPOS
Le developpement du Canada, depuis le commencement du vingtieme siecle, constitue
une des merveilles economiques sur laquelle l'attention universelle s'est fixee. Si Ton en juge
par l'extraordinaire expansion de ses industries et de son commerce, par l'essor qu'y a pris
l'agricuiture depuis qu'ont ete ouvertes les immenses piaines de l'Ouest, de meme que par la
richesse de ses ressources naturelles, dont la plus grande partie est encore a exploiter, il est
facile de prevoir quelle place importante le Canada est appele a occuper parmi les pays du
Nouveau-Monde.
Dans cette vaste contree, dont les cotes sont balayees par les vagues de deux oceans ; qui
s'appuie au sud sur les Grands Lacs et la latitude 49e, et dont les territoires du Nord vont se
perdre dans les mysterieuses et inaccessibles mers polaires, tout est immensite et variete. On
croirait que la Nature a voulu manifester sa puissance en y faisant beaucoup de choses et en
les faisant toutes grandes. Les fleuves, les lacs, les montagnes, les glaciers les piaines, les
forets et les cataractes, tout est gigantesque, tout est de dimensions larges et   puissantes.
D'abord, le Dominion lui-meme a une superficie de 9.660.000 kilometres carres, soit un
peu plus de dix-sept fois celle de la France, et il est divise en neuf grandes provinces et en
deux territoires. La province de Quebec est la plus etendue de toutes, comptant 1.814.470 kilometres carres de superficie a elle seule, ce qui equivaut a plus de trois fois la grandeur de la
France. Des nombreux cours d'eau qui drainent lepays,le majestueux fleuve Saint-Laurent est
le plus considerable et celui qui rend les plus grands services a la navigation ; il coule vers le
nord-est, des Grands Lacs jusqu'a l'Atlantique, a travers une region populeuse, en partie
cultivee et en partie boisee. Du groupe de lacs immenses qui constituent la source de ce fleuve,
le lac Superieur, avec sa superficie de 82.428 kilometres carres, est la plus grande nappe d'eau
douce du monde entier. Les prairies de l'Ouest, qui etaient autrefois le lit d'une vaste mer,
sont aujourd'hui transformees en un ocean de champs de ble dont les limites se perdent a
1'horizon, de quelque cote que Ton jette la vue. Leur recolte est enorme, et ce n'est pas sans
raison que Ton appelle ce territoire, le grenier de Vunivers. Que dire ensuite de la region des
cyclopeennes montagnes rocbeuses, ces contreforts naturels qui arretent la course de la plaine
albertaine vers l'Ouest. G'est un dedale titanesque de pics inaccessibles, de glaciers geants,
de gorges profondes, de ravins infranchissables, de vallees verdoyantes, de lacs limpides et
sans fond, de cataractes bruyantes. G'est la Suisse, mais cinquante fois plus grande et
beaucoup plus sauvage.
Le Canada peut done se diviser en trois zones distinctes : en premier, celle de l'Est, lege-
rement accidentee en certains endroits, et, a l'origine, couverte de forets vierges, qu'il a fallu
abattre pour coloniser; c'est la province de Quebec, les Provinces Maritimes et
l'Ontario. Ensuite, celle du Centre, formee par les piaines du Manitoba, de la Saskatchewan, et de l'Alberta, sur lesquelles paissaient, avant l'arrivee du colon, ces troupeaux
merveilleux de bisons et de chevaux sauvages. Enfin celle de l'Ouest, qui comprend les chaines
escarpees des Rocbeuses et qui couvre toute la Colombie-Anglaise et une partie de
l'Alberta. *
De ces trois zones, celle de l'Est est la plus importante, et jusqu'a present celle qui a subi
le plus grand developpement, tant agricole qu'industriel; surtout industriel, car c'est dans les
provinces de Quebec et d'Ontario que les ressources les plus considerables de bois
de pulpe et les plus puissants pouvoirs hydrauliques, et que Ton rencontre le plus grand
nombre et les plus prosperes etablissements manufacturiers de toutle Dominion. G'est dans
la Nouvelle-Ecosse que Ton exploite les plus riches mines de charbon du Canada ; c'est
dans le Quebec que Ton trouve pres de 85 % de l'amiante utilise dans le monde ; et c'est
dans le nord de l'Ontario qu'on extrait des entrailles du sol de si grandes quantites d'or,
d'argent et de nickel.
La zone de l'Est fut la premiere du pays a etre defrichee, grace a l'etablissement de la
colonie francaise le long du Saint-Laurent, au dix-septieme siecle. La zone Gentrale, qui
est purement agricole, sauf quelques exceptions, a pris son importance au ■ cours du dernier
demi-siecle, par la venue en massse des colons dans les prairies. Aujourd'hui, sa production
de cereales est l'une des plus grandes sources de revenu du pays, et l'elevage y est pratique
sur une vaste echelle. La zone de l'Ouest progresse surement en developpant ses mines, ses
pecheries, son industrie forestiere et la culture fruitiere. On doit dire que ce partage en zones
est plutot approximatif, car il est difficile de generaliser dans un pays aussi vaste et au caractere aussi complexe que le Canada.
La population du Dominion atteint actuellement pres de 9.000.000 d'habitants. Elle est
composee des descendants des premiers colons francais et anglais, qui vinrent autrefois
s'etablir dans la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre, de meme que d'un grand nombre
d'emigres europeens arrives depuis la Gonquete. Aujourd'hui, c'est vers l'Ouest et les territoires
encore a developper que se tourne surtout l'immigration.
Deux langues sont officiellement recormues en Canada, l'anglais et le francais. La langue
— 3 - Xe Canadian ^Pacific
frangaise est celle de la majeure partie des habitants de la province de Quebec, dont les
ancetres, venus de France il y a longtemps, defricherent les rives du Saint-Laurent, sous la
protection du drapeau fleurdelise. Les Canadiens francais sont au nombre de 3.000.000 dans
le pays, de (30.000 qu'ils etaient a l'epoque de la Gonquete. 11 s'en trouve de forts contingents
en dehors du Quebec — dans l'Ontario, lesProvinces Maritimes et les Provinces
des  Prairies.
Parmi les nomb reuses organisations industrielles et financieres qui ont participe au
developpement du Canada depuis un demi-siecle, le Canadian Pacific occupe certainement
une place d'honneur ; et ses fondateurs, de meme que ceux qui ont continue leur oeuvre de
progres, meritent aujourd'hui l'admiration et la reconnaissance de la Nation tout entiere. Au
cours de son existence, qui ne compte pas encore un bien grand nombre d'annees, cette
compagnie de chemins de fer a peut etre plus fait pour assurer Ie succes de la tache entreprise
par les Peres de la Confederation, que toutes les autres organisations de transport
canadiennes reunies. Et ceci, grace a la sagesse, a l'habilete et a la perseverance des pionniers,
qui, en face des difficultes apparemment insurmontables du debut, ne mirent pas moins toutes
les ressources cle leur energie a contribution pour la reussite d'un projet que les plus opti-
mistes memes cm rent souvent compromis.
On se rappelle encore au prix de quels sacrifices fut parachevee la voie transcontinentale
qui devait reunir entre elles les provinces canadiennes, travail gigantesque, mais sans lequel
la Confederation n'aurait ete qu'un vain mot. On se souvient de l'embarras financier des
promoteurs, de leurs ■■ tra eas, de meme que de 1'apathie generale clu public, qui vouait
ouvertement l'entreprise a la mine. Mais en depit de tout, les Sandford Fleming, les Stephen,
les Van Home et les Donald Smith, qui presidaient aux destinees de l'organisation naissante,
triompherent des multiples obstacles et virent le plus franc succes couronner l'oeuvre nationale a
laquelle ils avaient lie leur reputation. Aujourd'hui, la Compagnie du Canadian Pacific est la
societe ferroviaire la plus considerable et la plus prospere clu monde entier. Son exemple est
cite a l'etranger, ou elle contribue a accroitre le bon renom, sinon le credit du Canada.
Essayons de demontrer ici, par un href expose des accomplissements du Canadian Pacific
dans les spheres diverses ou il a dirige ses activites, ce que celui-ci a fait pour le Dominion,
pour le developpement de ses ressources naturelles, pour l'augmentation de sa population,
pour l'amelioration de ses relations commerciales, pour en faire connaitre les beautes
pittoresques et pour sa protection aux heures de danger.
Ce n'est peut-etre pas sans trop d'exageration, que quelqu'un, dans un moment d'aclmiration
sincere, l'appela un jour le createur de la Nation ; car n'est-ce pas grace au parachevement
de son reseau que fut eflectuee l'union totale des provinces Canadiennes ? Jusqu'en 1885,
l'Est du Canada s'etait developpe dans une certaine mesure, mais la-bas, par dela les
Grands Lacs, gisait dans l'inertie un vaste empire riche en ressources de toutes sortes, dont
il etait pratiquement impossible de tirer profit faute de moyens de communications. A peine
les constructeurs du Canadian Pacific eurent-ils reussi a etablir, jusqu'a la cote de l'Ocean
Pacifique, la voie d'acier qui permettait en fin d'atteindre ce territoire, que, comme sous l'elfet
d'une baguette magique, les immenses prairies cle l'Ouest canadien commencerent a se peupler
d'une laborieuse population, anxieuse cl'arracher a ce sol vierge les richesses qu'il renfermait.
Les fermes se multiplierent cle tous cotes ; des villes surgirent comme par enchantement, et en
peu d'annees, des provinces nouvelles clurent etre creees. La Colombie-Anglaise livra ses forets
et ses mines a l'exploitation, ainsi que ses panoramas incomparables de grandeur, a
l'admiration cles touristes de toutes les parties du monde. De villages ou de simples postes cle
traite qu'ils etaient, Winnipeg, Edmonton, Regina, Calgary et Vancouver,
devinrent bientot cles metropoles digues de rivaliser avec celles des provinces ainees.
11 fauclrait cles pages entieres pour dire tout ce que le Canadian Pacific a fait pour la
colonisation des Provinces des Prairies. Les autorites de la Compagnie avaient compris
l'importance cle peupler ces solitudes, jus que la pour la plus grande partie entre les mains cles
tribus indiennes qui y vivaient en nomacles, chassant les innombrables troupeaux cle bisons
et de chevaux sauvages. Aussi procurerent-elles toutes sortes d'avantages aux colons desireux
de venir s'y etablir pour pratiquer l'agricuiture. Encore de nos jours, la Compagnie continue
son travail de developpement agricole. Anxieuse de tirer partie des districts du sud de
l'Alberta, oil les pluies insuflisantes compromettent les recoltes, elle a introduit, la premiere
en Canada, le systeme cle la culture par l'irrigation. Au prix de plusieurs millions, elle a
fait barrer, a Bassano, le cours cle la riviere How, se procurant ainsi l'eau necessaire a Earrosage
de centaines de milliers d'hectares d'un terrain jusque la inculte.
La voie transcontinentale ne fut pas longtemps l'unique artere a la disposition du Canadian
Pacific. Gelui-ci sentit bien vite le besoin cle se diriger vers les regions eloignees de la ligne
principale qui paraissaient les plus propices a la colonisation. De nouveaux embranchements
furent achetes, avec le resultat qu'aujourd'hui la Compagnie possede ou controle pres de
33.000  kilometres de voies.
Pour maintenir en operation un reseau d'une telle envergure, il fallait necessairement un
materiel roulant enorme et un personnel non moins considerable. On aura une idee des
exigences d'une pareille exploitation par les quelques chiffres suivants: en 1886, le Canadian
Pacific possedait 372 locomotives, 378 wagons a voyageurs, 8.253 wagons a marchandises et
259 wagons divers ; tandis qu'en 1922, il avait  en  main  2,255 locomotives ,  2.857 wagons a
— 4 — Xe Canadian ^Pacific
voyageurs, wagons a bagages, wagons-lits, wagons restaurants, wagons-salons et wagons
speciaux; 90,542 wagons a marchandises et wagons a bestiaux; 8,205 wagons d'autres
categories.
Si, en 1886, ses convois transporterent 1,899,319 voyageurs, par contre, en 1922, ils en
transporterent 14,310,842. Son reseau telegraphique est d'une longueur qui depasse presque
l'imagination ; si tous les fils en etaient mis a la suite les uns des autres sur une seule ligne,
ils couvriraient une distance de 196,000 kilometres, soit cinq fois la circonference du globe.
Son personnel, tant pour ses services ferroviaires que pour ceux de la navigation, compte
pres de 100,000 employes.
II faut aussi dire quelques mots des services de navigation du Canadian Pacific. Sur les
deux oceans, la Compagnie possede des navires qui transportent, dans presque toutes les
parties du monde, des passagers et des marchandises. De Montreal et de Quebec durant
Fete, et de Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, durant l'hiver, des transatlantiques partent
chaque semaine a destination de la France, de EAngleterre, de la Belgique et de l'Allemagne,
tandis que de Vancouver, d'autres paquebots se dirigent regulierenent vers les ports du
Japon, de la Chine et de l'Australie. Sur les Grands Lacs, de luxueux navires font le service
conjointement avec le chemin de fer, entre Port-McNicoll, sur la Baie Georgienne, et
Fort-William, a l'extremite ouest du lac Superieur. D'autres vapeurs portant les couleurs
de la Compagnie quittent aussi Vancouver et Victoria, sur la cote de la Colombie-
Anglaise, pour se rendre jusqu'aux solitudes de l'Alaska. Cette flotte considerable, dont le
jaugeage est de pres de 500,000 tonnes, s'accroit continuellement par l'addition de nouvelles
unites et contribue largement a l'amelioration de nos relations commerciales avec 1'etranger.
Avant la construction du premier transcontinental, on ne soupconnait guere l'existence de
toutes les beautes sceniques que nous possedons a l'ouest des Grands Lacs. G'est lui qui a
permis aux amateurs des beautes de la Nature, d'aller admirer les vastes horizons des prairies
et les panoramas merveilleux formes par les cimes enneigees des Rocheuses. II faut traverser
le declale de ces montagnes pour avoir une juste idee de leur majeste, car la plume se refuse
a en decrire la sublime grandeur. Des milliers de touristes, grace aux excellents services du
Canadian Pacific, vont chaque ete s'extasier devant la splendeur du lac Louise ou du mont
Stephen, devant la beaute du coquet village alpin de Banff ou devant la sombre et tortueuse gorge
du Fraser. Des personnes qui ont visite les Alpes, les Pyrenees ou d'autres chaines celebres,
reviennent dans les Rocheuses, en disant qu'elles sont uniques au monde.
Afin de procurer aux touristes le confort du chez soi au sein de ces regions pittoresques,
le Canadian Pacific a fait eriger clans les plus beaux endroits, a Banff, L ac Louise,
Glacier, Sicamous et Windermere, de luxueuses hotelleries, renommees aujourd'hui
a travers tout le continent. La Compagnie dirige encore d'autres superbes hotels a Vancouver, Victoria, Calgary, Winnipeg et St.-Andrews by-the-Sea. Nous avons le
Viger a Montreal, et a Quebec, le majestueux Chateau Frontenac, qui domine du haut
de la Terrasse Dufferin toute la vieille cite de Champlain.
En temps de guerre comme en temps de paix, l'admirable organisation du Canadian
Pacific est au service de la Nation. Deja, a l'epoque de la construction de la voie transcontinentale, la Compagnie etait appelee a participer au maintien de l'ordre dans l'Ouest, lors de
la revolte des Metis de Riel. Plus tard, ses convois transporterent les volontaires canadiens
en route pour le Sud Africain. Mais c'est au cours du grand conflit europeen que le puissant
systeme du transport a prouve toute sa vaieur a l'heure du danger. De toutes les parties du
Dominion les trains du Canadian Pacific amenerent dans nos ports les contingents qui,
durant plus de quatre ans, ne cesserent de se diriger vers les champs debataille. Surlesmers,
ses navires rendirent les plus grands services a la cause des Allies, et lorsqu'il s'agit de
ramener dans leurs foyers nos glorieux blesses, des navires et des wagons furent specialement
amenages pour les transporter avec tout le confort possible. Au front, la Compagnie preta
les services de ses plus competents ingenieurs pour l'etablissement des lignes de chemin de
fer strategiques.
Que pourrait-on dire encore du Canadian Pacific? Plus que nous le permet l'espace a
notre disposition. Le nom de la grande corporation canadienne est associe a tous les
mouvements sociaux, patriotiques et meme artistiques, qui ont pour theatre notre vaste
Dominion. On se rappelle la part active prise par certains departements de la Compagnie aux
campagnes organisees dans le but de faire souscrire des fonds pour venir en aide aux families
des soldats, puis plus tard pour aider la Croix-Rouge. Les grands emprunts nationaux lances
durant la guerre eurent tout le concours du Canadian Pacific.
Depuis plus de quarante ans qu'il existe, le Canadian Pacific a done rendu de grands
services au pays, et il serait difficile de definir exactement l'importance du role qu'il est
encore appele a jouer dans le developpement general du Dominion. Toujours, en depit des
crises et des periodes mouvementees traversers par les organisations industrielles et commerciales, il continue la saine exploitation de son reseau et de ses services divers, sans montrer
ni faiblesse, ni hesitation. Ses fondateurs en ont fait un succes financier, et ses admmistra-
teurs actuels marchent sur les traces de leurs predecesseurs. Le Canadian Pacific est l'un
des plus precieux actifs du Canada et un frcteur dominant dans sa vie economique et
sociale. Xe Canadian ^Pacific
ii"1" imiiimimiii 11111111 ■ 111 ■ 11 1111 ■ 1111111111111 111 ii i m 11 in i in 111 in i ii 111111111111111 in 111 in 111 it 11 miitani,!,,,,,!,,!,
Services Maritimes Transatlantiques
111111■111111111111111111111111111111111111111111111T111 11111111111111111111111111111 1111111111 1■11111111111111111111111111111■11111■11■■11111■n|!11,11
La Compagnie du Canadian Pacific n'a pas limite ses activites aux lignes de chemins de fer
seulement. Depuis de nombreuses annees, elle exploite sur les deux grands oceans, une puissante
flotte de paquebots dont le tonnage s'accroit sans cesse par l'addition de nouvelles unites.
Les chefs de la grande organisation de transport canadienne avaient compris^ des 1887,
toute rimportance que pouvait avoir la creation d'une flotte de navires de commerce, pour
assurer le succes de l'entreprise ferroviaire qu'ils venaient de fonder en Canada. C'est vers
cette epoque que fut etabli le premier service maritime regulier du Canadian Pacific, quand la
Compagnie nolisa les vapeurs Batavia, Parthia et Abyssinia, pour les placer sur la route de
l'Orient. Quatre ans plus tard, ce service s'augmentait de trois unites d'un tonnage plus considerable, YEmpress of India, YEmpress of Japan et YEmpress of China, jaugeant chacun
6,000 tonneaux. En 1903, la Compagnie debutait sur l'Atlantique avec une quinzaine de
navires qu'elle avait achetes a la Ligne Elder-Dempster. G'est ici que sa flotte devait surtout
s'augmenter et devenir une source pratiquement intarissable de trafic pour ces lignes ferro-
viaires. En 1906, deux grands paquebots modemes,YEmpress of Britain et YEmpress of Ireland,
Empress of Scotland (25.000 tonnes).
furent construits pour le compte du Canadian Pacific et places sur l'Atlantique. La popularity toujours croissante de la route du Saint-Laurent et des paquebots du Canadian Pacific,
obligea les directeurs de la Compagnie de continuer l'amelioration de leurs services. En 1914,
deux autres paquebots du type dit " a une classe de cabines, " le Metagama et le Missanabie,
furent ajoutes a la flotte. En 1917, celle-ci s'accrut encore par l'addition du Melita, et un an
plus tard, du Minnedosa. Plus recemment, toute une serie de luxueux paquebots, ofFrant aux
passagers le confort et l'atmosphere du chez-soi, ont ete mis en service sur l'Atlantique,
avec le resulat que la flotte du Canadian Pacific est aujourd'hui l'une des plus formidables
organisations de transport maritime operant entre 1'Amerique et l'Europe. Parmi ces dernieres
unites, il faut mentionner tout particulierement YEmpress of Scotland et YEmpress of France,
qui font le service entre Quebec, Southampton, Cherbourg et Hambourg; aussi
le Montcalm, le Montrose, le Montclare et le Montlaurier, quatre paquebots du type " a une
classe de cabines, " un genre de plus en plus populaire sur la route du fleuve Saint-Laurent.
La flotte  du   Canadian Pacific rendit de precieux services a la cause des Allies durant la
grande guerre, particulierement sur l'Atlantique, ou  des les premiers  mois des hostilites
— 6 — Xe Canadian ^Pacific
et jusque vers la fin de l'annee 1918, les paquebots de la Compagnie furent affectes au transport des troupes du Canada en Europe. Pendant plusieurs mois apres l'armistice, ces navires
ramenerent au pays les phalanges  canadiennes,   dont la vaieur et le courage sur les champs
de bataille de France avaient provo-
que, durant la guerre, l'admiration du
monde entier.
Sur ses navires comme dans les
autres services qu'elle met a la disposition du public voyageur, la Compagnie du Canadian Pacific vise a
atteindre la perfection et dans ce but
n'epargne rien pour rendre aux passagers leur sejour sur mer aussi
agreable que possible. Elle s'efforce
de creer a bord de ses paquebots une
atmosphere de confort et de bien-etre
general qui est desormais justement
appreciee par ceux qui utilisent ses
services pour traverser d'Europe au
Canada ou vice versa. Certains de
ses paquebots, entre autres YEmpress
of Scotland et YEmpress of France,
les deux plus grands de la flotte trans-
atlantique, contiennent des pieces
publiques, des cabines et des suites
de luxe d'une richesse et d'une somp-
tuosite qui leur permettent de riva-
liser avec les plus beaux paquebots actuellement en service sur les mers du globe. La cuisine
a bord de tous les navires du Canadian Pacific est particulierement soignee.
La route du fleuve Saint-Laurent, suivie par les paquebots du Canadian Pacific a destination de l'Europe, assure aux passagers une traversee rapide et exempte degros temps, au moins sur
une bonne partie du trajet, car, durant les deux premiers jours du voyage, en partant de
Quebec, les paquebots naviguent presque continuellement en vue des cotes protectrices du
fleuve et du golfe. La traversee proprement dite de l'ocean Atlantique ne dure ensuite que
quatre jours. G'est la un des points favorables de cette route, et, dans une certaine mesure,; le
secret de sa popularity.
La flotte de l'Atlantique du Canadian Pacific est composee de 30 unites. Les 15 dont les
noms suivent sont specialement affectees au transport des passagers entre l'Europe et le Canada.
Grand escalier de l'Empress of Scotland.
Paquebots
Tonnage
brut
Empress of Scotland 25,000
Empress of France.. 18,400
Montlaurier  17,000
Montroyal  15,450
Montrose   16,400
Montclare. .  16,400
Montcalm  16,400
Minnedosa  14,000
Longueur
en metres
206
174
179
164
167
167
167
158.5
Paquebots Tonnage
brut
Melita  14,000
Metagama  12,450
Marvale  11,450
Marburn  10,750
Marloch  10,600
Marglen  10,450
Montreal  9,750
Longueur
enmelres
158.5
152.5
152.5
152.5
158.5
157
145
La ligne Hambourg, Cherbourg, Southampton et Quebec
est desservie par YEmpress of Scotland
et YEmpress of France, paquebots a
trois classes. Les autres navires enu-
me*res plus haut sont affectes aux divers
services entre Cherbourg, Anvers,
Southampton, Liverpool, Glasgow, Belfast, Quebec et Montreal.
Pendant la saison d'hiver, lorsque
les glaces obstruent la navigation sur
le fleuve Saint-Laurent, les paquebots
du Canadian Pacific se rendent a
Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, ou
la liaison est etablie avec le reseau
ferroviaire de la Compagnie.
Aux voyageurs de l'etranger qui
arrivent en Canada, il convient d'abord
Couchette de Ire classe de l'Empress of Scotland. Xe Canadian ^Pacific
de signaler les grands hotels du pays, ceux qui se rapprochent le plus, quand ils n'egalent ou
meme ne surpassent pas, par le luxe, le confort general et la perfection de leurs services, les
hotelleries les plus reputees des Etats-Unis et de l'Europe.
Empress of France (18.500 tonnes).
La Compagnie du Canadian Pacific, qui, depuis au dela d'une vingtaine d'annees, a
tellement fait pour assurer le confort aux voyageurs, non seulement sur ses trains et ses
paquebots, mais encore dans les centres desservis par ses services de transport, occupe une
place des plus importantes dans l'industrie hoteliere canadien ne. Dans cette exploitation
comme   dans   toutes   les  autres  qu'elle a  entreprises,  elle  devait surpasser  ses  rivaux,  en
importance comme en perfection. Le
Canadian Pacific exploite, en effet, dans
les principaux centres du Canada, ainsi
que dans les j s belles villegiatures des
Montagnes Rocheuses, une douzaine de
grands hotels qu'il n'est pas exagere de
classer parmi les meilleurs du pays
tout entier. Leur popularity, d'ailleurs,
prouve d'une fagon non equivoque qu'ils
sont justement apprecies du public.
Chaque hotel du Canadian Pacific
possede ses caracteristiques particu-
lieres, mais tous indistinctement ont
ce cachet de distinction et d'efficacite
qui a fait la reputation dela Compagnie,
dans toutes les spheres ou elle a dirige
ses activites.
De tous  les   hotels   du   Canadian
Pacific, le superbe Chateau Frontenac, qui, du haut  de   la   Terrasse
Dufferin, domine la ville historique de
Un^saion de l'Empress of France. Quebec, le majestueux fleuve St-Laurent Xe Canadian ^Pacific
I
qui coule au pied de la falaise et les contrees environnantes, est certes le plus interessant, en
meme temps que le plus frequente par les touristes toujours nombreux dans ia vieille cite" de
Champlain. Sa situation est unique, car il serait fort probablement tres difficile de trouver
pour un hotel un site aussi imposant
et ofFrant, pour le coup d'oeil, de
semblables avantages. II rappelle par
son style les chateaux de la Renaissance frangaise et contribue ainsi,
pour sa part, a conserver a Quebec
ce caractere bien frangais que le tou-
riste aime a retrouverlorsqu'il penetre
dans l'enceinte de l'antique cite, qui
autrefois joua un role si important
dans l'histoire de la Nouvelle-France.
Depuis les travaux d'agrandisse-
ment qu'on y a fait effectuer recem-
ment, travaux qui comportaient la
construction d'une gigantesque tour
centrale, des fenetres de laquelle il
est maintenant possible d'admirer les
plus grandioses panoramas, le Chateau Frontenac s'est assure le
premier rang parmi n hotels canadiens. Ses salons, ses salles a manger,
sa salle de bal, ses suites speciales,
ses chambres au nombre de plus de
700, sont ce qu'il y a deplus moderne
et de plus luxueux.
. f Le Place Viger, a Montreal, est un autre hotel du Canadian Pacific, ou le voyageur
eprouve, comme au Chateau Frontenac, cette sensation d'intimite et de bien-etre trop
rarement ressentie dans les grands hotels metropolitans. C'est un endroit ideal pour ceux qui
preferent, au va-et-vient des caravanserails modernes, le calme et la tranquillite. II est situe
pres du centre des affaires et des magasins, en meme temps qu'a deux pas des points les plus
mteressants du vieux Montreal. Le Place Viger compte 115 chambres.
A Winnipeg, capitale du Manitoba, le Canadian Pacific possede dans le Royal
Alexandra, un bel hotel moderne de pres de 400 chambres, qui jouit d'une faveur bien
mentee dans cette grande ville de l'Ouest canadien. A Calgary, autre ville importante des
prairies, mais situee dans la province d'Alberta, la Compagnie" exploite aussi une splendide
hotellerie fort appreciee des voyageurs ; c'est le Palliser, qui contient pres de 300 chambres.
> Dans les Montagnes Rocheuses, la Compagnie du Canadian Pacific s'est surpassee et a
erige des hotels vraiment dignes de la grande beaute  de  cette region  canadienne, permettant
Salon de lecture de l'Empress of France.
Le Montlaurier (17.000 tonnes).
— 9 - Xe Canadian ^Pacific
ainsi aux touristes de sojourner dans les endroits les plus pittoresques de ces montagnes, pour
en visiter les merveilles naturelles. A Banff, centre fameux de tourisme et station thermale
reputee, l'hdtel Banff Springs  se  dresse au milieu  d'un feerique decor de forets  et de
Le Montcalm (16.400 tonnes).
montagnes elevees. Cette immense construction, de pres de 300 chambres, d'un luxe et de
dimensions inconcevables dans une pareille solitude, est frequentee, durant la saison d'ete,
par des milliers de touristes qui sont attires dans cette region par les beaux sites et les
sources d'eau chaude sulfureuse qui jaillissent des flancs du mont Sulphur, Le Chateau est,
avec le Banff Springs, le plus bel hotel exploite dans les Rocheuses par le Canadian
Pacific. II s'eleve sur les bords du magnifique lac Louise, surnomme par ses admirateurs, la
Perle des Montagnes Rocheuses. Contenant environ 275 chambres, il assure a ceux qui
desirent visiter le lac Louise et ses environs, un logement spacieux et confortable. A Glacier,
joli hameau situe un peu plus a l'ouest dans les montagnes, se trouve le Glacier House,
choisi comme base par un grand nombre, pour toutes sortes d'excursions alpestres dans la
haute chaine des Selkirks.
Sur  la   cote  de l'Ocean  Pacifique,  le  Canadian Pacific possede  deux  superbes  hotels,
dignes de rivaliser avec les plus grands et les plus beaux du continent. Le Vancouver, qui
Le Minnedosa (14.000 tonnes).
-   10   - Xe Canadian ^Pacific
fait l'orgueil de la metropole commerciale de la Golombie-Anglaise, a ete construit il y a une
dizaine d'annees. II est le rendez-vous des voyageurs de passage a Vancouver. Tres vaste,
moderne dans sa disposition interieure et d'un beau style architectural, il contient pres de
500 chambres. L'Empress, a Victoria, capitale provinciale de la Golombie-Anglaise, jouit
d'une grande renommee parmi les touristes nombreux qui, en toutes saisons, visitent la « ville
jar din » de l'ile Vancouver. II compte 278 chambres.
Le Canadian Pacific exploite encore l'Agonquin a St-Andrews-by-the-Sea, plage
populaire du Nouveau-Brunswick; l'hotel McAdam, a McAdam Jonction, dans la meme
province ; l'hotel Sicamous, sur les bords du lac Shuswap, et le Chalet au lac Emeraude,
tous deux en Golombie-Anglaise.
Le groupe des provinces canadiennes que Ton appelle communement Provinces
Maritimes, parce que situees sur le littoral de l'Atlantique, elles sont presque completement
entourees d'eau, est forme du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Ecosse et de l'ile du Prince-
Edouard. La superficie totale de ces provinces est de 143.000 kilometres carres, tandis que
L'Hotel du Chateau Frontenac du Canadian Pacific.
leur population se chiffre a environ 1.000.000 d'habitants, dont pres de 200.000 descendent
des anciens Acadiens et parlent encore le frangais.
Sans avoir joue dans l'histoire un role aussi important que la province de Quebec, les
Provinces Maritimes n'ont pas moins ete le theatre de luttes glorieuses entre les armees
de France et■ d'Angleterre, a l'epoque ou les deux grandes puissances europeennes essayaient
de se supplanter mutuellement en Amerique. UAcadie, de tragique memoire, etait situee sur
le territoire a.ctuel de la Nouvelle-Ecosse, au fond de la baie de Fundy. Fertile et jouissant
d'une grande prosperity, cette colonie fut ravie a la France au cours des guerres qui precederent
la conquete finale de la Nouvelle-France, et ses paisibles habitants, apres avoir vecu quelques
annees sous 1'egide de la Grande-Bretagne, furent brutalement chasses de leurs villages,
embarques sur des navires anglais et disperses le long des cotes de la Nouvelle-Angleterre,
parmi des populations plus hostiles que bienveillantes. Plusieurs de ces Acadiens qui revinrent
dans leurs foyers au cours des annees qui suivirent cette dispersion, joints a ceux de leurs
compatriotes qui avaient echappe a l'embarquement en se cachant dans les bois, formerent ce
noyau frangais qui ne s'assimila jamais et dont les descendants constituent aujourd'hui un
cinquieme de la population totale de ces provinces.
Le groupe acadien se developpe de plus en plus vite, dans~les Provinces Maritimes.
11 — Xe Canadian ^Pacific
Hotel Empress Victoria (Colombie britannique).
II a eu, il y a quelques annees, un premier ministre a l'ile du Prince-Edouard, M. Arsenault;
il a maintenant un premier ministre, au Nouveau-Brunswick, M. Veniot, descendant de la
nombreuse famille Vigneau. Ghasses de Grand-Pre et de toute YAcadie, par les Anglais, vers
la fin du regime frangais au Canada,
.       les Acadiens  de la  Nouvelle-Ecosse
sont en train de se  reinstaller tout
autour  des  regions dont on pensait
bien les  avoir exiles  a tout jamais.
Rien que dans le Nouveau-Brunswick,
ou ils sont aujourd'hui puissants, les
Acadiens ont fait des progres considerables, depuis 1881. Aurecensement
federal  de  cette annee-la, il y avait
en   tout et pour tout,   au   Nouveau-
Brunswick, sur 321.000 ames, 56.000
citoyens de langue frangaise, la plu-
part d'origine acadienne, soit 14 pour
cent de la population totale. En 1901,
sur une population totale de 331.000,
les citoyens de langue frangaise,  au
Nouveau-Brunswick,    etaient    deja
98.600, plus d'un quart del'ensemble.
Enfin,   au   dernier  recensement  de-
cennal — celui de Juin 1921 — sur une population totale de 387.000 ames, les gens de langue
frangaise du Nouveau-Brunswick comptaient pres de 122.000 ames, tout pres d'un tiers. Ils
ont augmente aussi de fagon sensible,  dans la Nouvelle Ecosse, et si leur nombre parait avoir
flechi dans l'ile du Prince-Edouard, c'est que celle-ci voit baisser sa population, de quelque
origine qu'elle soit, d'une   decade a I'autre.   De toutes fagons, les manoeuvres anglaises  du
XVIIIe siecle, en Acadie, d'ou Ton deracina toute une brave nation pour la disperser des deux
c6tes de l'Atlantique, n'ont abouti a rien du tout, et ce petit peuple est en train de reconquerir
la place.
Les endroits qui rappellent le regime du drapeau fleurdelise de France sont nombreux dans
les Provinces Maritimes, et ils font aujourd'hui la curiosite des touristes qui visitent
ces regions. Port-Royal, qui prit plus tard le nom d'Annapolis Royal, en est un des plus
interessants, en ce sens qu'il fut le premier etablissement fonde en Amerique du Nord, apres
Saint-Augustin, en Floride. Champlain et M. de Monts y etablirent, en 1604, un petit poste,
qui devint bientot la clef de la suprematie anglaise ou frangaise. en cette partie du Canada.
Car le fort eut des fortunes diverses et passa tour a tour aux mains des Anglais et des
Frangais, avant de rester definitivement en possession de l'Angleterre. Louisbourg, sur File
du Cape-Breton, est un autre site d'un haut interet historique ; il fut, au dix-huitieme siecle,
avec Quebec, la plus formidable forteresse que possedait la France en Canada. Pris vers 1758
et demantele pen apres, on ne voit plus que quelques ruines a la place des puissantes fortifications qu'y avait fait elever le gouvernement de Louis XIV.
Grand-Pre, immortalise par le poete americain Longfellow, dont YEvangeline revela au
monde les horreurs de la dispersion acadienne, est devenu un endroit de pelerinage ou se
rendent aujourd'hui les descendants des malheureux exiles. C'est non loin de ce village que
les Acadiens dirent un dernier adieu a leur terre natale, au moment de s'embarquer, contre
leur gre, sur les transports anglais. Saint-Jean, ville considerable situee a l'embouchure de
la riviere du meme nom, au Nouveau-Brunswick, fut a l'origine un ;poste frangais d'une
grande vaieur strategique. Fredericton, la capitale de cette province,
situee elle aussi sur la riviere Saint-
Jean, mais a 135 kilometres de son
embouchure, fut fondee en 1639 par
les Frangais, qui lui donnerent le
nom de Pointe Sainte-Anne.
La peche a la morue et aux autres
varietes de poissons qui abondent sur
leurs cotes d'une si vaste etendue,
est la principale Industrie des Provinces Maritimes. L'exploitation
forestiere, l'agricuiture et l'industrie
miniere y occupent aussi une place de
premier plan. Le Nouveau-Brunswick
est riche en forets immenses et l'industrie du bois y est, par consequent,
d'une importance primordiale.
La Nouvelle-Ecosse possede  des
Hotel Place Vigier, a Montreal.
—  12 — Xe Canadian ^Pacific
mines de charbon dont le rendement constitue a peu pres 60 % de toute la production canadienne.
L'agricuiture est aussi tres developpee dans cette province, qui est en meme temps reputee
pour les fruits savoureux de ses immenses vergers. L'ile du Prince-Edouard, la plus petite des
provinces canadiennes et la plus populeuse par rapport a son etendue, est essentiellement agricole, quoique les pecheries y soient aussi une source appreciable de revenus pour la population.
Les principales villes cle ces provinces sont : en Nouvelle-Ecosse, Halifax, la capitale et
l'un des ports de mer les plus considerables du Canada, population 50.000 habitants ; Sidney,
port prospere de l'ile du Cap-Breton, population 25.000 habitants : Yarmouth, autre port
situe a l'extremite sud de la peninsule ; Truro, Antigonish, Pictou, Amherst, Digby
et Kentville. Au Nouveau-Brunswick se trouve Saint-Jean, a l'embouchure de la riviere
Saint Jean, sur la baie de Fundy, principal port d'hiver clu Canada sur l'Atlantique, population
50.000 habitants ; Moncton, population 16.000 habitants ; Fredericton, la capitale, situee
Hotel de Banff Springs, a Banff.
au centre de la province, population 8.000 habitants ; St. Andrews-by-the-Sea, villegia-
ture tres frequentee, situee a l'embouchure de la riviere Sainte-Croix, sur la baie de Fundy ;
Chatham, Bathurst, Newcastle et Campbellton, centres ou le commerce du bois
est d'une grande activite. Dans File du Prince-Edouard, Charlottetown, la capitale, est
pour ainsi dire la seule ville de quelque importance ; sa population est d'environ 12.000 ames.
La ville de Saint-Jean, dontTorigine remonte au debut du regime frangais en Amerique
du Nord, ne vit pourtant lever l'aurore de son veritable developpement qu'a la fin du
dix-huitieme siecle, lorsqu'a la suite de la guerre de l'lndependance americaine, plus de
3.000 Loyalistes qui avaient refuse de preter le serment d'allegeance au nouveau gouvernement
des Etats-Unis, vinrent etablir leurs foyers a l'embouchure de la riviere Saint-Jean et fonder
la ville actuelle. Depuis, Saint-Jean a progresse d'une fagon constante, et son importance
lui vaut aujourd'hui d'etre classee parmi les villes les plus prosperes du Dominion.
Saint-Jean, qui est une ville interessante a plus d'un point de vue pour les touristes
nombreux qui s'y arretent durant les mois de la belle saison, possede comme attraction
naturelle, les fameuses chutes reversibles de la riviere Saint-Jean, situees un peu en amont
du port, immediatement en-dessous du pont du Canadian Pacific. G'est une curiosite qu'il ne
faut pas manquer d'aller voir. Ce phenomene d'une riviere coulant alternativement  dans les
— 13 - Xe Canadian "Pacific
deux directions est du aux hautes marees de la baie de Fundy. A maree basse, la riviere suit
son cours naturel vers la mer, tandis qu'au moment du flux, comme le niveau de la baie de
Fundy s'eleve plus haut que celui de la riviere Saint-Jean, c'est l'eau de la mer qui se deverse
dans le lit de celle-ci. La navigation n'est possible a l'endroit des chutes qu'entre le montant
et le descendant, alors que l'eau devient calme comme sur un lac et que rien ne fait pre voir
que, dans quelques heures, le fond de la riviere se couvrira de rapides ecumants et impetueux.
Les Provinces Maritimes sont frequentees par un grand nombre de touristes, qui
trouvent, en plus d'une foule d'endroits historiques d'un interet palpitant, des paysages
uniques et d'un cachet pittoresque qui ne le cede a aucune autre partie du Canada. Elles sont
aussi le rendez-vous d'une foule de sportsmen, qui y viennent chasser le gibier dans les vastes
forets qui couvrent encore une grande partie de leurs territoires, ou pecher la truite et le
saumon dans les rivieres et les lacs dont elles sont parsemees. L'orignal, ce monarque des
forets canadiennes, le chevreuil et Fours y sont particulierement abondants, et, chaque
automne, des nemrods des Etats-Unis et des autres parties du Canada s'enfoncent dans les
grands bois de la Nouvelle-P^cosse et du Nouveau-Brunswick, a la poursuite de ces animaux
sauvages.
La Compagnie du Canadian Pacific possede dans les Provinces Maritimes des interets
importants. Ses lignes de chemin de fer desservent plusieurs centres du Nouveau-Brunswick,
principalement Saint-Jean, qui est le terminus Est de son reseau transcontinental. Durant
la saison d'hiver, lorsque les glaces ferment le fleuve Saint Laurent a la navigation et que les
ports de Quebec et Montreal ne sont
plus accessibles aux paquebots trans-
atlantiques du Canadian Pacific,
ceux-ci se rendent a Saint-Jean,
ou ils operent leur jonction avec le
reseau ferroviaire de la Compagnie.
Le Dominion Atlantic Ry, ligne
subsidiaire du Canadian Pacific,
dessert l'une des regions les plus
pittoresques de la Nouvelle-Ecosse —
le pays d'Evangeline ou l'ancienne
Acadie. Ge chemin de fer, qui va de
Yarmouth a Halifax, traverse
les magnifiques vallees d'Annapolis
et d'Evangeline, reputees pour leurs
vergers immenses et pour les souvenirs historiques qu'elles renferment.
Toute cette belle region, surnommee
le cc verger de l'Atlantique ", offre,
au temps de la floraison, un aspect
quasi feerique. Sur des kilometres et des kilometres de distance, le train file entre deux haies
de pommiers dont les fleurs epanouies exhalent un parfum qui embaume l'atmosphere. G'est
un spectacle unique, et beaucoup de touristes font le voyage de la Nouvelle-Ecosse au prin-
temps pour en etre temoins. A l'automne, la scene change d'apparence. G'est le temps de
l'abondance. Les arbres, apres un ete laborieux, se couvrent de magnifiques fruits savoureux
dont lepoids fait souvent plier les branches jusqu'au sol. Pour etre different, le spectacle n'en
est pas moins attrayant et propre a rejouir l'oeil.
Afin d'etablir une liaison entre le terminus de sa voie transcontinentale et la ligne du
Dominion Atlantic Ry, le Canadian Pacific maintient sur la baie de Fundy un excellent
service de traversee entre Saint-Jean, Nouveau-Brunswick et Digby, Nouvelle-Ecosse.
LiEmpress, un solide et confortable navire, fait tous les jours le voyage entre ces deux ports,
permettant ainsi aux voyageurs de communiquer directement entre le Nouveau-Brunswick et
la\Nouvelle-Ecosse, sans etre forces pour se rendre ru pays d'Evangeline ou meme a Halifax
de passer par l'isthme de Chignectou, qui relie ces deux provinces plus au Nord.
St. Andrews-by-the-Sea est, nous l'avons dit plus loin, l'une des plus belles villegia-
tures du Canada. Ses environs pittoresques, sa plage magnifique, ses terrains de golf, sa
situation incomparable sur la baie de Passamaquoddy, qui s'ouvre un peu plus loin sur la
baie de Fundy, les avantages qu'elle offre aux sportsmen dans ses environs immediats, toutes
ces choses en font l'endroit de predilection d'un grand nombre de touristes, qui viennent,
durant les mois de la belle saison, y jouir de l'existence saine, calme et en meme temps si
interessante qu'elle leur offre. La Compagnie du Canadian Pacific y possede un bel hotel,
digne de l'excellente reputation qu'elle s'est acquise dans tous ses services ;■ YAlgonquin, tel
est le nom de cette hotellerie, est une elegante construction entierement a l'epreuve du feu et
pourvue de tons les perfectionnements qui peuvent procurer le confort moderne et l'atmosphere
agreable du chez-soi.
La plus vaste du Dominion du Canada et la seconde en importance par le chiffre de sa population, la province de Quebec se signale encore a l'attention par le  charme  qui emane
WM
Hotel du Chateau Lac Louise.
— 14 Xe Canadian ^Pacific
de ses sites pittoresques et par l'interet qui s'attache aux nombreux endroits historiques
qu'elle renferme. Berceau de la civilisation en Amerique du Nord, cette province, qui a joue
un si grand role dans l'histoire de ce continent, a conserve, malgre la marche du temps
et le progres de la civilisation, un cachet qui ne se retrouve nulle part ailleurs en Canada.
Les hardis explorateurs frangais, a qui nous devons la decouverte du pays canadien,
aborderent sur les rives de son grand fleuve au seizieme et au dix septieme siecles, avant
de pousser plus loin dans l'interieur. G'est la qu'ils fonderent les premiers etablissements de
la Nouvelle-France, cette florissante possession frangaise qui fut le theatre de si glorieux
exploits a l'epoque des guerres coloniales en Amerique.
La province de Quebec, en depit des circonstances adverses qui changerent son
allegeance, est restee frangaise de caractere, de langue et de coutumes. Les descendants des
valeureux pionniers qui vinrent s'etablir en ce pays nouveau sous la protection du drapeau
fleurdelise, ont garde, depuis l'institution du regime anglais, la foi, l'idiome et les traditions
des ancetres. De 60.000 qu'ils etaient sur les rives du Saint-Laurent a l'epoque dela Gonquete,
les Canadiens frangais sont aujourd'hui pres de 2.000.000 dans la province de Quebec,
et de 4.000.000 dans l'Amerique entiere, en comptant les groupements frangais des Provinces
Maritimes, de l'Ontario, des provinces   de   l'Ouest   et   des   Etats-Unis.   Quel   extraordinaire
Le Port de Saint-Jean (N. B.)
exemple de vitalite a donne au monde ce petit peuple abandonne dans un si vaste pays et noye
au milieu d'elements etrangers et parfois hostiles !
La province de Quebec, a part le caractere pittoresque que lui donnent ses cours
d'eau, ses montagnes, ses forets et ses lacs innombrables, se pare du prestige des grands
souvenirs de son histoire, et, de ce fait, offre aux touristes un interet plus qu'ordinaire.
Ceux-ci y trouvent, jointe au progres et a l'initiative caracteristiques du vingtieme siecle,
l'atmosphere du vieux continent, evoquee par des lieux auxquels s'attachent trois siecles d'une
epopee de hauts faits et d'aventureuses decouvertes. La vie moderne la plus intense s'y mele
aux souvenirs de son glorieux passe.
Lorque le voyageur remonte le fleuve Saint-Laurent a bord d'un des puissants paquebots
du Canadian Pacific, il penetre dans le pays comme jadis Jacques Cartier, lors du premier
voyage que fit au Canada, en 1535, le celebre explorateur de Saint-Malo. Mais que de chan-
gements se sont operes depuis cette lointaine epoque ! Apres une longue traversee, les
panoramas qui se deroulent sous les yeux a mesure que le navire s'avance dans l'interieur,
forment toute une succession de tableaux pittoresques qu'on ne peut s'empecher d'admirer,
autant pour leur grande beaute, qu'a cause de cette sorte de soulagement qu'ils apportent
a l'ceil fatigue par les monotones horizons de l'ocean. Les sombres forets qui bordaient
autrefois ces rives ont du ceder graduellement devant la civilisation et faire place aux fermes
fertiles, aux villages et aux villes prosperes qui s'echelonnent aujourd'hui le long du majestueux
Saint-Laurent, des regions eloignees de Gaspesie jusqu'aux rivages du lac Ontario.
La province de Quebec, qui couvre une superficie totale de 1.814.470 kilometres
carres, est formee par les deux immenses versants du fleuve Saint-Laurent, ainsi que par
les vastes territoires du Nord, qui s'etendent du Labrador a la baie d'Hudson, jusqu'au detroit
du Baffin. Elle est riche en ressources naturelles de  toutes  sortes  et son   sol   est   des   plus
- 15 — Xe Canadian ^Pacific
propice a l'agricuiture. Sa population de 2.500.000 habitants, pour la plus grande partie
dispersee dans le sud, n'est peut-etre pas tres considerable, si.Ton songe a l'immensite de
son territoire et au fait qu'elle est trois fois et demie plus grande que la France; mais la
colonisation y progresse rapidement, et chaque annee de nouvelles paroisses sont fondees
dans les regions qui sont ouvertes aux colons. II est evident que cette province est appelee
a garder dans la grande Confederation canadienne son rang de premier plan.
L'agricuiture est la principale industrie de la province de Quebec. On y cultivait autrefois
le ble sur une tres vaste echelle, mais devant I'enorme production de l'Ouest canadien, cette
culture a ete plus ou moins delaissee au profit de celle des cererales en general, de l'industrie laitiere, de l'elevage et de la culture fruitiere.
Les vastes forets de la province sont une source de revenus considerables pour sa population.
Grace aux nombreux cours d'eau qui la sillonnent en tous sens et au grand nombre de
pouvoirs hydrauliques, l'industrie forestiere y est d'exploitation relativement facile. II s'y
fait, depuis quelques annees, un commerce extraordinaire de bois de pulpe ; on compte en
effet dans le Quebec plus de 40 pulperies et papeteries qui produisent annuellement pour
$50,000,000  de pulpe et $ 33.000.000 de papier.
Ses mines, sans etre aussi importantes que celles de certaines autres provinces canadiennes,
n'en sont pas moins dignes de mention. La province de Quebec produit plus de 80%
de l'amiante employe dans le monde entier ; elle possede d'importantes mines de gypse, de
graphite et de mica ; on y trouve du fer dans la region  du  Saint-Maurice  et  de Tor  dans la
Beauce et le Temiskamingue. Si elle
ne possede pas de charbon dans son
territoire, par contre, ses pouvoirs
hydrauliques peuvent lui fournir, en
quantite illimitee, la houille blanche
ou l'electricite dont elle peut avoir
besoin pour ses industries.
Les manufactures de la province
de Quebec, au nombre de plus
10.000, procurent du travail a quelque
200.000 ouvriers et produisent des
marchandises pour une vaieur de pres
de $ 1.000.000 chaque annee. L'industrie du cuir y est surtout cleveloppee,
venant en importance immediatement
apres celle de la pulpe et des produits
de laiterie.
Grace a sa position geographique,
le Quebec est favorise d'un formidable commerce de transit, qui enri-
chit sa population et donne une grande activite a ses ports. Plus de la moitie du commerce
exterieur du Canada passe par son territoire.
A part le fleuve Saint-Laurent, qui permet aux navires oceaniques de se rendre jusqu'a
Montreal, la metropole du Canada et l'un des ports les plus importants de l'Amerique, la
province de Quebec compte plusieurs rivieres navigables, sur la totalite ou sur une
bonne partie de leur parcours : l'Ottawa, le Richelieu, le Saint-Maurice et le Saguenay sont
ses principaux cours d'eau. Elle est sillonnee de chemins de fer, qui desservent toutes ses
regions deja habitees et qui contribuent au developpement des autres plus recemment ouvertes
a la colonisation. Les lignes du Canadian Pacific y sont particulierement importantes,
couvrant une longueur totale de 2.590 kilometres et desservant tous les grands centres de
commerce et d'industrie. Cette importante compagnie de transport, dont le siege principal
est etabli a Montreal, a dans la province de Quebec des interets considerables; c'est de
cette province que rayonnent les divers services dont elle a couvert le Canada tout entier,
ainsi que les deux grands oceans qui le bornent a l'Est et a l'Ouest, respectivement.
Montreal, la metropole commerciale du Canada, est une ville qui est appelee par son
developpement a devenir l'un des centres les plus considerables du continent. Admirablement
situee sur le fleuve Saint-Laurent, au pied du majestueux et verdoyant Mont-Royal, la cite
s'eleve sur la rive est de l'ile vaste qui porte son nom, a l'endroit ou se trouvait autrefois la
bourgade huronne d'Hochelaga, visitee par le valeureux explorateur Jacques Cartier, lors d'un
voyage qu'il fit au Canada en 1535. Ce n'est que cent ans plus tard, cependant, que furent
faites les premieres tentatives de colonisation dans cette partie de la Nouvelle-France,
lorsqu'en 1642, Maisonneuve et ses quelques compagnons remonterent le fleuve, bravant les
dangers de toutes sortes semes sur leur route, pour fonder, sous l'egide de la Vierge, le bourg
de Ville-Marie, dont le nom devait dans la suite etre change en celui de Montreal.
Quelle transformation s'est operee depuis cette epoque lointaine ! Montreal compte
aujourd'hui pres de 80.000 ames de population, en majeure partie canadienne-frangaise ;
elle  est le terminus  de nombreuses lignes   de  chemins  de fer  et  elle   peut   a juste   titre
Main Street, a "Winnipeg
16 Xe Canadian "Pacific
s enorgueillir de posseder le port le plus important du Canada et l'un des mieux outilles de
1 Amerique cm Nord. Quoiqu'il soit situe apres de 1.600 kilometres dans l'interieur du pays
les gros oceaniques y arnvent facilement, grace aux travaux qui ont ete effectues pour rendre
sure la route du Saint-Laurent.
Montreal possede plusieurs beaux monuments eleves soit a la memoire de ses heros
soit a celle de ses hommes publics. Ses eglises sont riches et spacieuses ; ses maisons
cl education sont nombreuses et fournissent un sain enseignement a toutes les classes de la
population ; ses hopitaux sont vastes et moclernes ; ses grands magasins rivalisent avec ceux
des centres amencains, et ses industries sont multiples. La plus grande compagnie de
transport du monde entier, le Canadian Pacific, a etabli a Montreal ses quartiers-generaux,
et cest des bureaux de la gare Windsor que sont dirigees les destinees de cette puissante
organisation de chemins de fer et de navigation. Les deux principales gares du Canadian
Pacific dans la ville sont celle de la rue Windsor,  d'ou partent les trains a destination des
Les Chutes du Niagara.
Provinces Maritimes, de l'Ouest canadien et de Toronto, et celle de la Place Viger, qui sert
de terminus aux trains qui desservent le district des Laurentides et la region&de Quebec.
Le Canadian Pacific possede encore dans Test de la metropole les vastes usines Angus^
qui emploient, en temps normal, pres de huit mille ouvriers. L'hdtel Viger fait partie de la
chaine d'hotelleries que cette Compagnie a jetee a travers le Canada pour le confort et la
commodite des voyageurs.
Quebec, la capitale actuelle de la province, a ete dans 1'Amerique du Nord le [berceau
de la civilisation europeenne, qui s'est etendue sur tout le continent, de l'Atlantique au
Pacifique. La grandeur de son site, la beaute des paysages qui s'offrent tout autour aux yeux
emeryeilleS, le caractere historique qu'elle a garde en depit de sa marche progressive, les
manieres affables et hospitalieres de sa population, tout concourt a en faire pour le visiteur
un endroit unique a tous les points de vue, un endroit qu'on aime en l'apercevant et que Ton
ne quitte qu'a regret. G'est la Mecque des touristes sur ce continent, la ville par excellence
pour ceux qui recherchent les beautes sceniques et les reliques d'un age disparu.|
Superbement debout sur son roc, etageant sur le granit de sa falaise, eglises et palais,
Quebec — que Ton parle sentiment ou topographie — est certes l'une des villes les plus
remarquables de 1'Amerique. Dans une ere ou triomphe le pratique, elle brandit encore le
flambeau du Romanesque. Gar, maintenant que chaque pays se modele sur son voisin, et que
toutes les villes semblent avoir ete coulees dans le meme moule, si bien que le voyageur
transports par  quelque tapis  magique, ne  saurait  distinguer l'une de I'autre — la ville des
— 17 — Xe Canadian "Pacific
c6tes du Pacifique ou des prairies n'est-elle pas jumelle de celle du littoral atlantique ? —
Quebec demeure, elle, distincte, etrange, toute impregnee d'une impassible et noble
personnalite. Quebec est marquee, seule de notre continent, d'un cachet special et charmant.
Cela n'a rien qui nous doive etonner, car
elle existait deja quandles venerables Pelerins
— venus de Hollande ou d'Angleterre —
mirent un pied audacieux sur le Roc de
Plymouth. Telle quelque marquise, elle a su
vieillir si gracieusement, et de si imperceptible fagon, qu'il ne lui fut pas necessaire
d'effacer et de faire disparaitre les marques
successives que les ans imprimaient sur son
front. Le commerce moderne et les idees du
siecle ont pu croitre cote a cote avec elle,
mais elle n'en a pas moins su conserver les
lourds et nobles edifices qui caracterisaient
les siecles qui ne sont plus.
Mais, mieux encore, elle est frangaise —
essentiellement. Quoique Montreal — cin-
quieme ville frangaise de l'univers — ait une
population beaucoup plus considerable, c'est
la vieille capitale qui a donne a la culture
frangaise de l'hemisphere occidental son inspiration et ses directions. Quebec fut fondee
par un Frangais ; son site, decouvert par un
Frangais. Pendant plus de 150 ans, elle fut le
chateau fort des Frangais en Amerique, et c'est
encore l'anneau le plus resistant de la chaine
sentimentale qui relie a la France la Puissance
du Canada.
Une rue d'Hamilton. ,..,-     , ,    ^     ,_ , .
D autre part, Quebec est, aussi, etroite-
ment unie aux villes de l'Ouest et aux Etats-
Unis. C'est de Quebec que s'aventurerent explorateurs et geographes, pour ne s'arreter, au
sud, qu'au golfe du Mexique et a l'ouest, aux sources des fieuves geants de cette contree. La
recherche des eaux douces, tant vantees des Indiens, clevait les passionner et, bientot, les
Grands Lacs n'eurent pas plus de secrets pour eux que leur propre Saint-Laurent. Le desir de
fonder pour la France un empire immense poussa ses explorateurs les plus hardis et les
plus renommes jusqu'aux regions ou le Mississipi se deverse clans le golfe du Mexique. Jolliet
et Marquette, Du Lhur et La Salle! — de
tels noms sont inoubliables, meme dans ce
pays ou le livre de l'Histoire n'est qu'une;
longue legende de hauts faits.
A cause du role marquant qu'elle a jo-ue
dans l'histoire de l'etablissement de la colonie
frangaise sur les bords du Saint-Laurent, la
vieille cite, fondee en 1608 par Champlain,
est devenue le rendez-vous de ceux qu'inte-
ressent particulierement les faits se rappor-
tant au regime du drapeau fleurdelise en
Canada. Elle fourmille en effet de souvenirs
historiques. Chaque site, chaque rue, les
monuments, les pares, certaines vieilles
constructions, tout a garde l'empreinte du
passe et rappelle cette epoque glorieuse si
vaillamment illustree par ceux qui defendirent
l'un des derniers coins de terre frangaise en
Amerique. Parmi les points les plus interes-
sants a visiter a Quebec, *la Citadelle, cette
masse enorme de pierre grise, qui, du haut
du cap Diamant, domine toute la ville, le
fleuve et la contree environnante, doit etre
mentionnee la premiere ; c'est une forteresse
comparable a celle de Gibraltar, et qui longtemps, suffit a garder le pays tout entier
contre les attaques de l'ennemi. Viennent
ensuite les piaines d'Abraham, ou se livra, le
13 septembre 1759, entre les forces frangaises Sparks Street, a Ottawa.
— 18 — Xe Canadian "Pacific
et anglaises, la fameuse bataille qui decida du sort de la colonie et au cours de laquelle les
deux commandants opposes, Montcalm et Wolfe, perdirent la vie ; la petite eglise de Notre-
Dame des Victoires, erigee en 1688 et dediee plus tard a la Vierge, apres la retraite de
l'amiral Phipps devant Quebec ; la maison de Montcalm ; les vieilles batteries ; les anciens
remparts, sur lesquels il fait bon d'aller se promener a l'heure du crepuscule, lorsque le calme
du soir envahit graduellement les lieux et les choses.
La superbe Terrasse Dufferin, qui s'allonge entre le Bureau de Poste et la base de la
Gitadelle, est dans la vieille capitale le lieu favori de promenade et l'endroit ou Ton rencontre,
le soir, tout Quebec fashionable. Par sa situation elevee au-dessus de la Basse-Ville, dont elle
domine les anciennes constructions et les rues etroites, elle constitue un lieu d'observation
unique, d'ou Ton pent admirer l'un des plus grandioses panoramas sur lequel il soit donne
de jeter les yeux. En arriere, c'est le gigantesque Chateau Fontenac et, plus loin, la Gitadelle ;
en bas c'est l'archaique Basse-Ville, avec ses maisons aux toits pointus et aux fenetres curieuses.
PSfia
Philip Square, a Montreal.
Ensuite c'est le port, ou viennent accoster les luxueux Transatlantiques du Canadian Pacific,
puis le fleuve, tout parseme de navires, et comme arriere-plan, les hauteurs de Levis d'un
cote ; File d'Orleans, les villages de la cote de Beauport et la petite riviere Saint-Charles de
I'autre, et la-bas a l'horizon, les montagnes Laurentides, sur les cimes desquelles flottent de
gros nuages blancs que pousse sans effort la brise qui vient du golfe.
Quebec possede dans le Chateau Frontenac une hotellerie unique en Canada, tant pour
le luxe des pieces et l'excellence des services, que pour le site admirable et le grand nombre
de pensionnaires auxquels elle peut fournir la nourriture et le logement. Get hotel, qui s'eleve
au fond de la Terrasse Dufferin, sur l'emplacement meme du vieux Chateau Saint-Louis, si
fameux dans l'histoire de la ville, rappelle par son style, ces superbes chateaux dont la France
se couvrit a l'epoque de la Renaissance. La Compagnie du Canadian Pacific qui l'a fait
construire, a voulu en adoptant ce genre d'architecture, contribuer a conserver a la ville son
caractere bien frangais. Ce style se retrouye encore dans la gare du Palais, erigee dans la
Basse-Ville il y a quelques annees.
Les excursions interessantes a faire autour de Quebec ne se comptent pas ; de toutes
cependant, celle de la chute Montmorency et de Sainte-x\nne-de-Beaupre, dans la direction
nord-est, est la plus populaire parmi les touristes. Sainte-Anne-de-Beaupre est un lieu de
pelerinage connu dans toute l'Amerique catholique, et le point de rendez-vous de centaines de
mille pelerins, qui viennent de partout demander l'intercession de la venerable Sainte.
19 LA  ROUTE  SANS  RIVALE  ENTRE  L'EUROPE,  LE  CANADA  ET  L'ORIENT
Trans-Atlantique     —     Trans-Canada     —     Trans-Pacifique
Paquebots. Sur les deux grands oceans, les paquebots du Canadian Pacific unissent le
Canada a l'Europe et a l'Asie. Service rapide entre l'Europe et le Canada par
YEmpress of Scotland, YEmpress of France, et toute la serie des luxueux paquebots u a une
classe de cabines ". Traversee rapide et confortable de l'Ocean Pacifique, de Vancouver au
Japon et en Chine, par YEmpress of Canada, YEmpress of Australia, YEmpress of Russia
et YEmpress of Asia. Ligne directe de Vancouver a la Nouvelle-Zelande et en Australie par
la Canadian-Australasian Line.
Chemins    Les voies ferrees du Canadian Pacific traversent le Canada, de l'Atlantique au
de fer. Pacifique, et desservent toutes les regions pittoresques, agricoles et industrielles
de ce vaste pays d'Amerique. Les Provinces Maritimes, l'historique province de
Quebec, celle d'Ontario, les fertiles prairies de l'Ouest et les pittoresques Montagnes Rocheuses
sont sillonnees par les lignes ferroviaires du Canadian Pacific. Trains surs, rapides et
confortables. Voyages circulaires au choix.
Hotels.    La Compagnie a fait construire dans tous les grands centres ainsi que dans les
plus belles villegiatures du Canada, plusieurs luxueux hotels,  ou les  voyageurs
sont   assures   de   trouver   le   confort  et l'atmosphere particuliers   aux   grandes   hotelleries
metropolitaines.
Fret.     Service rapide de fret, de l'Europe aux riches marches du Nouveau-Monde, par voie
des navires et des convois du Canadian Pacific. La route ideale pour l'expedition
des marchandises.
Navigation Sur les Grands Lacs canadiens, ainsi que sur les lacs de la Golombie-
interieure Anglaise, le Canadian Pacific exploite des services de navigation importants,
et cotiere. fort en faveur aupres des touristes. La Compagnie possede aussi sur les cotes
de la Colombie-Anglaise plusieurs vapeurs qui font le service entre Vancouver,
Victoria, Seattle et les ports de l'Alasba.
Telegraphes.    Le   Canadian Pacific possede  son propre  reseau  de   telegraphes   reliant
ensemble toutes les parties du Canada. Places sur une seule ligne, ses fils
telegraphiques couvriraient une distance de pres de 200.000 kilometres.
Messageries.    Les colis et marchandises sont transported, grande vitesse, par les paquebots
et  les  trains-voyageurs rapides   du   Canadian Pacific,  parTintermediaire
de la Dominion Express,   une   Compagnie affiliee  a la grande  organisation  de   transport
canadienne. Prix speciaux pour consignations importantes.
CHEMIN  DE  FER  CANADIAN   PACIFIC
— 20 —
— 21 — Xe Canadian ^Pacific
Trois-Rivieres, dont la fondation par le Sieur de la Violette remonte a 1634, est l'une
des plus anciennes villes de ce continent. Ainsi nominee a cause de sa situation a la triple
embouchure de la riviere Saint-Maurice, elle fut, pendant les  premiers  temps   de la  colonie
frangaise, un poste tres frequente par
les tribus sauvages, qui y venaient
faire l'echange de leurs pelleteries avec
les traiteurs de France. Aujourd'hui,
Trois-Rivieres est le centre d'un
important district agricole et aussi la
porte d'entree d'un vaste territoire,
riche en ressources forestieres et mine-
rales. Son port peut facilement recevoir
les plus gros paquebots en service sur
les hautes mers. Sa population, presque
exclusivement de langues frangaises,
s'eleve a plus de 30.000 ames.
Sherbrooke, avec sa population
de 25.000 ames ses florissantes industries, ses excellentes maisons d'ecluca-
tion, ses nombreuses facilites de communication, son site exceptionnel au
confluent des rivieres Magog et Saint-
Frangois, et au centre d'une fertile
region agricole, avec son industrieuse
population aujourd'hui aux trois-quarts
canadienne-frangaise, est la principale
importance de la province de Quebec.
Le Parlement d'Edmonton.
ville des Cantons  de l'Est et Is
quatneme
Saint-Hyacinthe, situee sur la riviere Yamaska, est une ville d'une douzaine de mille
habitants, etablie a une trentaine de mille de la metropole, vers Test, dans une region
agricole tres prospere. Elle est le centre d'un diocese et le siege de plusieurs bonnes maisons
d'education pour gargons et jeunes filles.
Saint-Jean, Hull, Valleyfield, Montmagny, Chicoutimi, Shawinigan-
Falls, Grand Mere, Joliette, Sorel, Thetford et Riviere-du-Loup, sont les
autres centres les plus importants de la province de Quebec.
Champlain, fondateur de Quebec et surnomme a juste titre le pere de la Nouvelle-France,
decouvrit au cours de ses voyages d'exploration a travers les solitudes de l'Amerique du Nord,
le territoire qui forme aujourd'hui la vaste et prospere province d'Ontario. En 1613,
il remontait la riviere Ottawa jusqu'a l'ile des Allumettes et deux ans plus tard, ayant ete
blesse dans une rencontre avec les Iroquois, il passa l'hiver chez des tribus alliees et decouvrit
peu apres les lacs Nipissing, Huron et Ontario.
Plus tard, Jolliet, La Salle, le Pere Marquette et plusieurs autres celebres explorateurs et
missionnaires frangais parcoururent ces regions sauvages, et, arborant en divers endroits le
drapeau fleurdelise, prirent possession du pays au nom du roi de France. Ce sont eux qui
decouvrirent les chutes imposantes de Niagara, les lacs Erie, Huron, Michigan, Superieur,
Sainte-Claire et Simcoe ; ce sont eux qui explorerent les vastes forets qui couvraient a cette
epoque toutes ces regions, et qui dresserent les premieres cartes de cet immense territoire,
destine a devenir la plus populeuse et
la plus prospere province du Canada.
Au cours des guerres incessantes
qui mirent aux prises, au dix-septieme
et au dix-huitieme siecles, les forces
de la France et de l'Angleterre, les
deux puissances qui se disputaient
alors la suprematie en Amerique du
Nord, l'Ontario fut le theatre de
maints hauts faits dont la relation enri-
chit aujourd'hui l'histoire du Canada.
Les premiers arrives dans le pays,
les Frangais, n'etaient pas disposes a
ceder a leurs ambitieux voisins du
Sud, ces regions qu'ils avaient anne-
xees a la Nouvelle-France et dont le
developpement, grace a leur esprit
d'initiative, etait deja commence sous
les plus heureux auspices. C'est pour-
quoi, sous la vigoureuse impulsion de
plusieurs    gouverneurs    de    Quebec, Portage Avenue, Winnipeg Xe Canadian "Pacific
toute une chaine de forts fut jetee a travers le pays, en divers points strategiques, pour le
proteger contre les attaques possibles des Anglais. Frontenac fit eriger en 1672, sur le site
actuel de Kingston, le fort Cotaracoui; le fort Rouille fut construit par La Galissonniere
en 1748, a l'endroit ou s'eleve aujourd'hui la ville de Toronto ; d'autres postes furent fondes
au Sault-Sainte-Marie et ailleurs, mais tous ces travaux d'organisation et de defense ne purent
empecher le desastre de 1759. Apres la prise de Quebec, l'Ontario, comme partie integrale
de la Nouvelle-France, dut passer aux mains des Anglais victorieux.
Depuis cette date, la province d'Ontario s'est developpee d'abord lentement, puis, sous
la poussee continuelle d'une forte immigration, sa progression s'est accentuee plus vivement,
avec le resultat qu'elle est aujourd'hui, au point de vue de la population et des industries,
la premiere du Canada.
L'Ontario, qui s'etend entre les Grands Lacs au  Sud,  le Manitoba  a l'Ouest, la baie
Vue de Toronto.
d'Hudson au Nord et la province de Quebec a l'Est, couvre une superficie d'environ
1.036.840 kilometres carres, soit deux fois la superficie de la France, ou trois fois et demie
celle des lies Britanniques. Sa population atteint presque 3.000.000 d'habitants, parmi lesquels
on peut compter environ 300.000 Canadiens frangais, groupes principalement le long de la
frontiere de la province de Quebec et dans les districts du Nouvel-Ontario, recemment
ouverts a la colonisation.
On peut diviserla province en deux sections distinctes : on a d'abord l'Ontario meridional,
une peninsule triangulaire limitee par les lacs Nipissing, Huron, Erie, Ontario, par le fleuve
Saint-Laurent et la riviere Ottawa. C'est la partie la plus populeuse et la plus riche;
elle renferme presque toutes les villes importantes, les industries et les centres de commerce.
De nombreux reseaux de chemins de fer, parmi lesquels celui du Canadian Pacific occupe
une place preponderate, y assurent des communications faciles et rapides. Puis vient
l'Ontario septentrional ou Nouvel-Ontario, qui comprend le reste de la province. Ce
vaste territoire, qui s'etend entre la baie Georgienne et le lac Superieur au Sud, et la baie
d'Hudson au Nord, est encore pour la plus grande partie couvert de forets vierges. G'est une
region legerement accidentee, coupee de rivieres et semee d'innombrables lacs, qui offre aux
sportsmen des avantages uniques pour la chasSe, la peche et tous les plaisirs de la vie au
grand air.   Certains ^districts,  parmi lesquels  on peut mentionner  ceux  de la  riviere  aux
23 — Xe Canadian ^Pacific
Frangais, du Sault-Sainte-Marie et de la riviere Nipigon, sont particulierement affectionnes
des nemrods, qui viennent, jusque des grandes villes cles Etats-Unis, s'y livrer a leur sport
favori. Les lacs et les rivieres y fourmillent de poissons de toutes sortes, tandis que Tours,
le chevreuil et l'orignal sont abondants dans les forets qui les couvrent presque completement.
L'Ontario occupe le premier rang parmi les provinces canadiennes, pour l'agricuiture,
les mines, l'industrie manufacturiere et le commerce en general. 11 tire aussi des revenus
considerables de ses vastes forets. Sa production agricole comprend le ble, l'avoine et autres
cereales, les legumes et les fruits les plus varies. L'industrie laitiere et l'elevage y sont aussi
prosperes. Gette province est sans contredit la plus riche du Canada au point de vue minier;
tous les mineraux importants y abondent, sauf le charbon. On y exploite des mines de fer au
Nord du lac Superieur ; de nickel dans les districts de Sudbury et de Nipissing ; d'argent
dans le district de Nipissing; de cuivre au Nord du lac Superieur, ainsi que dans les districts
Champ de ble, a Portage La Prairie.
de Sudbury et Nipissing; on y trouve du sel gemme'sur les rives du lac Huron, pres de la
ville de Windsor; du petrole et du gaz naturel sur les bords du lac Sainte-Glaire. La vaieur
des tproduits miniers y atteint pres de $80,000,000 annuellement. L'Ontario fournit les
huit-dixiemes de tout le nickel employe dans le monde entier ; le reste est extrait des mines
de la Nouvelle-Galedonie. II occupe le troisieme rang pour la production de l'argent.
Les matieres premieres nombreuses, ainsi que les puissants pouvoirs hydrauliques
propices au developpement de la force motrice, ont rendu possible l'essor de l'Ontario dans
les industries. On voit surtout, dans ses grands centres manufacturiers, des usines
metallurgiques, des fabriques de machines agricoles, d'automobiles, de voitures, de papier,
de conserves alimentaires, des filatures de laine et de coton, etc. L'industrie du bois etant
tres active dans le Nord de la province, il s'ensuit qu'on y trouve d'importantes pulperies ou
le bois est prepare pour l'exportation. Le Sault-Sainte-Marie possede, dans 1'etablissement de
la Spanish River Pulp and Paper Co., la plus vaste pulperie du monde entier.
La province d'Ontario est bien dotee de moyens de communications, tant par eau que
par terre. Elle possede des milliers de kilometres de chemins de fer qui desservent tous ses
centres importants. Ses canaux sont nombreux, et, grace a ses lacs immenses, la navigation y
a atteint une grande expansion. La Compagnie du Canadian Pacific, qui exploite pour sa part
plus de 4.025 kilometres de  voies  ferrees   dans la province,  touchant  a  toutes  les grandes
— 24 — Xe Canadian ^Pacific
villes y compris Ottawa, Toronto, Hamilton, London, Windsor, Sault-Sainte-
Marie, Fort-William, etc., maintient encore sur les Grands Lacs un service de
navigation d'une grande importance. Ginq vapeurs, dont trois sont affectes au transport des
passagers et du fret conjointement, le Keewatin, le Manitoba et YAssiniboia, et deux au
transport du fret seulement, YAlberta, et YAthabaska, sont en service sur cette route, qui va
de Port-McNicoll, sur la baie Georgienne, a Fort-William, sur le lac Superieur, en passant
par le canal du Sault-Sainte-Marie. Une forte proportion de la recolte de l'Ouest canadien est
ainsi transported vers Test par voie des Grands Lacs.
Le Canadian Pacific a fait eriger, a Fort-William et a Port McNicoll, des elevateurs
monstres pourTentreposage des vastes quantites de grain dont le transport lui est confie.
Disons en passant que les services de navigation du Canadian Pacific sur les Grands Lacs
sont fort en faveur aupres des touristes et des voyageurs qui vont ou viennent de l'Ouest
canadien et qui desirent rompre la monotonie d'un long voyage en chemin de fer par cette
agreable croisiere sur les plus grandes nappes d'eau douce du globe.
Les   villes   importantes   sont   nombreuses   dans la province  d'Ontario.  Toronto, la
seconde ville du Canada par sa population qui depasse le demi-million et par le developpement
de ses industries et de son commerce, est situee sur la rive  nord  du lac  Ontario,  au  centre
de la section la plus populeuse de la province, dont elle est la  capitale.   Son  nom  en  langue
indienne   signifie   lieu  de rendez-vous.   Elle possede  de  florissantes  industries,   de  grands
magasins,   des  banques  puissantes  et
des   maisons   d'education   frequentees
par des etudiants de toutes les parties
du  Canada.   Son  port,   vaste  et bien
protege contre les grands vents, regoit
un  trafic   considerable   de   fret  et  de
passagers. Les industries de Toronto
obtiennent leur energie electrique  des
chutes  Niagara,   qui   developpent une
force motrice suffisante pour toute la
region   environnante.    Ces   cataractes
imposantes, rendez-vous   d'un  nombre
incalculable  de  touristes,   et   decrites
part    tant    d'enthousiastes    visiteurs,
sont facilement atteintes de Toronto,
grace a un excellent service de navires
qui y font de frequents voyages a travers le lac Ontario.
Hamilton, dont la population est
de 125.000 habitants, est une ville
essentiellement manufacturiere, sise sur
les bords du lac Ontario, au centre du
fameux district fruitier de la peninsule
de Niagara. Sa production industrielle
troisieme ville manufacturiere du Canada
Ottawa, la capitale du Dominion du Canada, est situee a l'endroit ou la riviere Rideau
se jette dans celle d'Ottawa. G'est une belle ville, plutot residentielle, de 130.000 habitants,
qui s'eleve en un site admirable, souvent compare a celui de Quebec. Ottawa est le centre du
gouvernement du pays et, comme tel, est le rendez-vous des representants du peuple, qui, de
l'Atlantique aux rives lointaines du Pacifique, y viennent sieger dans les magnifiques edifices
du Parlement, qui font l'orgueil et l'ornement de la ville. L'element canadien-frangais est
represente a Ottawa par une forte proportion de la population, qui est de langue frangaise.
London, population 60.000 habitants, est une autre des principales villes industrielles
de la province. Elle est situee dans un fertile district agricole.
Windsor, ville manufacturiere de 40.000 habitants, s'eleve sur le cote canadien de la
riviere Detroit, en face de la grande cite americaine du meme nom, celebre pour le grand
nombre et l'importance de ses fabriques d'automobiles.
Brantford, 30.000 habitants, sise sur la riviere Grand, a la distinction d'avoir ete la
premiere ville du monde a se servir du telephone. G'est la en effet que le fameux inventeur
Graham Bell fit, en 1876, ses premieres experiences telephoniques.
~~ Fort-William, 28.00.0 habitants, et Port-Arthur, 20,000 habitants, surnommees les
villes jumelles a cause de leur contiguite, sont situees a la tete de la navigation sur le lac
Superieur. Une forte proportion de la recolte de l'Ouest passe par leur port respectif chaque
annee. Fort-William est le point de separation entre les lignes de l'Est et celles de l'Ouest
du reseau du Canadian Pacific, et est en meme temps le terminus ouest du service de
navigation de cette Compagnie sur les Grands Lacs.
Sault-Sainte-Marie, ville industrielle de 25.000 ames de population, est etablie sur la
y-EEEESM.
Les elevateurs de ble a Winnipeg.
est  si  considerable,   qu'elle  est   classee  comme la
25 Xe Canadian "Pacific
riviere Sainte-Marie, dont le cours re unit les lacs Huron et Superieur. Deux grands canaux
permettent ici aux navires d'eviter les rapides clangereux qui encombrent cette riviere et cle
passer ainsi facilement d'un lac a I'autre.
Parmi les autres centres importants de l'Ontario, on peut encore mentionner Kitchener,
pop. 22.500 habitants ; Peterborough, pop. 22.000 habitants ; Sainte-Catharine, pop.
20.000 habitants; Guelph, pop. 20.000 habitants ; Stratford et Chatham, pop.
18.000 habitants; Galt, North-Bay, Kingston, Sudbury, Brockville, Saint-
Thomas, Sarnia, Oshawa, Niagara, Owen-Sound, Pembroke et Trenton.
Le Manitoba occupe a peu pres le centre du Canada, et, sauf au nord est ou il s'appuie
sur la baie d'Hudson, il n'a que des limites conventionnelles. Sa superficie est d'environ
648.025 kilometres carres et sa population,   qui   depasse  600.000 habitants,   compte pres  de
\\WBmm.
Elevateurs de ble a Fort-William.
50.000 Canadiens frangais. C'est une province essentiellement agricole, qui produit annuel-
lement pres d'un demi-milliard de quintaux de grains de toutes sortes, dont une grande
partie est exportee a l'etranger. Depuis quelques annees cependant, l'industrie lainiere et
l'elevage y font de sensibles progres comme resultats de l'accroissement rapide de la
population dans les grands centres.
Le Manitoba forme avec la Saskatchewan et l'Alberta le groupe generalement connu
sous le nom de Provinces des Prairies. G'est en effet a l'interieur de ses limites que commen-
cent les vastes piaines au sol degarni de grands arbres, qui se prolongent vers l'ouest jusqu'au
pied des Montagnes Rocheuses. G'est une region d'une extreme fertilite, qui a merite, par sa
production phenomenale de cereales variees, d'etre appelee le grenier de Vunivers.
Le premier Blanc qui foula le sol du Manitoba, fut Pierre de la Verendrye, lorsqu'en
1738, en route pour les Rocheuses, le celebre explorateur de l'Ouest canadien, traversa ces
territoires, ou il construisit meme, sur les bords de la riviere Rouge, un petit poste pour la
traite des pelleteries avec les Sauvages. Plus tard, les premiers colons qui vinrent s'etablir
dans ces solitudes pour y cultiver le sol, furent des Canadiens frangais, dont les descendants,
augmentes par une continuelle immigration de la province de Quebec, forment aujourd'hui
une forte proportion de la population du Manitoba.
Mais c'est surtout a la  creation   et   a   l'amelioration   des   moyens   de   transport   que   le
26 Xe Canadian ^Pacific
Manitoba doit son remarquable essor de developpement depuis plus d'un quart de siecle.
Le Chemin de fer du Canadian Pacific, pour sa part, a largement contribue a la colonisation
des terres fertiles de cette partie du Canada, comme de celles de tout l'Ouest canadien
d'ailleurs. D'une simple ligne traversant la province de Test a l'ouest, qu'elle possedait vers
1884, cette Compagnie exploite aujourd'hui dans le district du Manitoba seulement,
3.908 kilometres de voies ferrees desservant toutes les villes et la majeure partie des points
d'importance secondaire.
Le Manitoba est sillonne de cours d'eau considerables, dont les principaux sont les
rivieres Rouge, Saskatchewan, Winnipeg, Nelson et Churchill. II renferme aussi dans sa
partie nord, des lacs immenses qui sont, parait-il, les restes d'une vaste mer qui couvrait, a
une epoque tres reculee, une large portion des prairies de l'Ouest et pratiquement toute
l'etendue du Manitoba. Cette mer, nominee Agassiz par les geologues, s'est peu a peu
retiree laissant au norcl de cette province une grande surface lacustre de pres de  40.000 kilo-
Le Parlement a Regina.
metres carres, divisee en trois sections qui communiquent entre elles et qui portent les noms
de lacs Winnipeg, lac Winnipegosis et lac Manitoba. Quoique peu profonds, ces lacs sont
cependant fort poissonneux et font la joie des pecheurs qui vont jeter la ligne dans leurs
eaux.
Winnipeg, qui est, dit-on, la porte de la Terre Promise, parce qu'elle est situee a
l'entree des fertiles prairies canadiennes, es£ la ville la plus importante du Manitoba, en
meme temps que la capitale de la province. Par sa population de quelque 200.000 ames, elle
est la troisieme ville du Canada en importance. Situee au confluent des rivieres Rouge et
Assiniboine, elle est la ville typique des prairies avec ses' rues larges et unies, distributes
regulierement comme sur un damier geant; avec ses quartiers residentiels d'une fagon saine et
intelligente, sans egard a la perte de quelques pieds de terrain autour des habitations, pourvu
qu'une parfaite aeration soit assuree. Depuis 1910, Winnipeg a fait de rapides progres
dans le sens industriel. II s'y trouve aujourd'hui plusieurs grandes minoteries, des usines
metallurgiques, des cours a bestiaux et des etablissements pour la mise en conserve des
viandes. Le Canadian Pacific y possede de puissantes usines pour la reparation de son
materiel roulant, et ses cours de fret dans cette ville sont classees parmi les plus vastes du
monde, l'une ayant 70 voies de remisage d'une longueur totale de 294 kilometres. Le
Canadian Pacific a fait batir a Winnipeg un gigantesque entrepot a grains d'une capacite
de 275,000 quintaux, et son luxueux hotel, le Royal Alexandra, attenant a sa gare centrale,
est un sujet de juste fierte pour les citoyens de Winnipeg.
— 27 — Xe Canadian ^Pacific
Pres ,du Lac Louise.
Brandon a une population de 18.000 ames environ. Sa situation sur les bords de la riviere
Assiniboine, au milieu d'une belle et fertile region, en fait un centre agricole d'une grande importance.
G'est une belle  ville possedant   de   charmants   quartiers   residentiels,   de   bonnes   maisons
d'education et plusieurs industries.
Le plus grand entrepot de grains de
semence de tout l'Ouest se trouve a
Brandon.
Situee a 56 milles a l'ouest de
Winnipeg, Portage-la-Prairie,
dont la population est de 7.000 ames,
compte quelques industries prosperes,
parmi lesquelles des minoteries et des
briqueteries. On y voit aussi quelques
grands elevateurs a grains qui servent
d'entrepots aux recoltes abondantes de
ble et d'avoine qui poussent dans le
district. Portage-la-Prairie est
sise a un mille a peine de la riviere
Assiniboine et en meme temps, non
loin de l'extremite sud du lac Manitoba.
G'est de cette ville qu'un embranche-
ment du Canadian Pacific laisse la voie
principale de cette compagnie, pour
se diriger vers le nord-ouest jusqu'a
Edmonton, en passant par Saskatoon.
Parmi les autres villes importantes du Manitoba, mentionnons encore Le Pas, situee
a 483 kilometres au nord de Winnipeg, population 2.000 habitants ; Saint-Boniface,
situee en face de Winnipeg, de I'autre cote de la riviere Rouge, pop. 13.000 habitants.
Cette derniere ville, qui est entierement frangaise de langue, est le chateau fort des Canadiens
frangais de l'Ouest canadien. Elle est le siege d'un eveche.
Cette fertile province de la Confederation canadienne, dont toutes les limites sont
purement conventionnelles, forme un vaste trapeze borne au sud par les Etats-Unis, au nord
par les territoires non organises du Nord-Ouest, a Test par le Manitoba et a l'ouest par la
province d'Alberta. Elle mesure environ 1.223 kilometres du nord au sud et 563 kilometres de
I'est a l'ouest.
Dans sa partie meridionale, Saskatchewan est une immense plaine deboisee, lege-
rement ondulee, avec quelques collines isolees et de nombreux bosquets d'arbrisseaux disperses
ici et la particulierement le long des cours d'eau. Le nord, a partir du 53e parallele, est
couvert de forets et parseme d'innombrables lacs, parmi lesquels le grand lac du Renne et le
lac Athabaska meritent d'etre signales a l'attention a cause de leur etendue. La partie
centrale de la province est arrosee par les deux branches de la riviere Saskatchewan, dont
les affluents, les rivieres Assiniboine, Qu'Appelle et Souris, arrosent la section meridionale.
La riviere Churchill promene son cours parmi les nombreux lacs de la partie nord.
La Saskatchewan, qui a 648.025 kilometres carres de superficie, est plus grande que
la France, mais, cependant, trois fois plus petite que la province de Quebec. Sa population
est de 760.000 habitants et comprend une cinquantaine de mille Canadiens frangais groupes
en plusieurs centres florissants. Le climat de cette province est tres froid en hiver, mais
chaud durant la belle saison. Quoique
Fete y soit plutot sec, la fraicheur
humide qui monte du sol lent a degeler
est tres salutaire a la vegetation.
De toutes les provinces canadiennes
la Saskatchewan, est celle dont
l'essor a ete le plus rapide, grace a la
merveilleuse fecondite de son sol, qui
lui a attire, depuis une vingtaine
d'annees, une laborieuse population
d'agriculteurs. Ses terres sont surtout
propices a la grande culture du ble et
Ton estime qu'elles produisent en
moyenne, depuis quelques annees,
81.550.000 quintaux de cette precieuse
cereale. On s'y adonne aussi de plus
en plus a l'elevage et a la culture
mixte, surtout dans sa partie meridionale. Dans le Nord, l'industrie du bois,
sans etre bien considerable, est cependant la source de quelques revenus. Lac Emerald.
28 Xe Canadian ^Pacific
En parcourant ces piaines d'une si vaste eten due, il  est   difficile   de  ne pas  songer  a ce
qu'elles devaient etre avant la venue du colon, alors que les prodigieux troupeaux  de bisons
en etaient les maitres incontestes. Les seuls etres humains qui  s'aventuraient dans  ces solli-
tudes   etaient   les    Sauvages   et   les
trappeurs qui y faisaient la chasse aux
animaux a fourrures, quand ce n'etait
pas a ces bisons, dont ils utilisaient la
viande pour se nourrir.  Comme moyen
de locomotion : le cheval, le canot ou
le traineau a chien en hiver.
Aujourd'hui les chemins de fer les
sillonnent en tous sens, y  apportant
la civilisation et la prosperite. Ce sont
eux qui ont ete les pionniers  de la
colonisation   dans  la    Saskatchewan et qui ont precede le defriche-
ment dans ces regions nouvelles. La
province possede maintenant, a l'interieur  de  ses   limites   plus   de   9.660
kilometres de voies ferrees,  et rares
sont les fermes qui sont eloignees de
plus   de 30 kilometres d'une gare de
chemin  de fer. Le Canadian Pacific,
qui a ete le premier a jeter son reseau
d'acier a travers les territoires de la
Saskatchewan, exploite actuelle-
ment dans la province plus de 3.700
kilometres de voies, dirigees vers tous
les grands centres et les regions les
plus populeuses.
Regina est la capitale en  meme
temps que la metropole de la Saskatchewan ; sa population est de 40.000
habitants,  dont un bon nombre sont
Canadiens  frangais.  Le Palais de la
Legislation   Provinciale,    qui   s'eleve
sur la rive du petit lac Wascana, est
un  magnifique edifice dont la masse
domine toute la ville. Regina est  depuis  plus de quarante ans les quartiers generaux  du
fameux corps de la Police Montee Canadienne auquel etait autrefois confiee la surveillance des
territoires du Nord-Ouest, avant que les Blancs aient completement etabli leur controle dans
ces regions. Depuis la pacification des tribus indiennes, la colonisation du pays et l'amelioration
des moyens de transport, le maintien de l'ordre est beaucoup moins difficile dans les prairies.
Saskatoon, situee au centre de la Saskatchewan, est une ville qui, grace a l'extraor-
dinaire fertilite de la region qui l'entoure, est appelee a une grande expansion. Deja au  cours
de sa breve existence, elle s'est developpee d'une. fagon   etonnante  et sa population  depasse,
a l'heure actuelle, les 25.000 ames. Elle
est le siege de plusieurs industries et
le gouvernement y a fait eriger, il y a
quelques annees, un gigantesque entrepot a grain d'une capacite de 952.000
quintaux.
Moose-Jaw, un peu a l'ouest de
Regina, a une population de plus de
20.000 habitants. Cette ville tire son
etrange appellation du nom que les
Indiens donnaient autrefois a l'endroit
oii elle s'eleve, et qui signifiait dans
leur langue: l'endroit ou Vhomme blanc
repara sa charrette avec une ganache
d'orignal. Le nombre des minoteries et
les entrepots a grain que Ton peut voir
dans la ville et ses environs, est une
preuve evidente de la fecondite du sol
dans cette partie de la province. Le
Canadian Pacific a recemment fait
eriger a Moose Jaw une superbe gare,
digne  de l'importance de cet  endroit.
Cascade.
Horse River,  a Field.
— 29 Xe Canadian ^Pacific
Swift-Current a une population de 5.000 ames ; c'est une active petite ville situee sur
les bords d'une jolie riviere, dont les eaux agitees lui ont fait dormer le nom qu'elle porte
aujourd'hui. Elle est le point de separation entre le district de la Saskatchewan et celui de
l'Alberta, du chemin de fer Canadian Pacific. Swift-Current est un centre de distribution
de marchandises generates dans un territoire qui s'etend presque jusqu'a la frontiere
americaine, dans la direction sud. L'altitude de la region est de quelque 800 metres.
Prince-Albert, population 10.000 habitants, est le centre le plus considerable dans
l'extreme nord; il s'y trouve un fort groupement de Canadiens frangais. Battleford,
Qu'Appelle, Indian Head et Gravelbourg sont aussi des centres d'avenir.
La chaine Rocheuse, l'un des gigantesques escarpements qui composent l'ensemble des
montagnes Rocheuses, forme de sa crete accidentee la frontiere entre l'Alberta et la
Colombie-Anglaise.   Au   sud,   l'Alberta  est bornee par   les   Etats-Unis,   a   Test  par   la
Les Montagnes Van Home, a Field (Colombie britannique).
Saskatchewan, tandis qu'au nord, le 60e parallele, qui est aussi la limite septentrionale de la
Saskatchewan et du Manitoba, la separe des Territoires non organises du Nord-Ouest.
L'Alberta peut se diviser en quatre regions : 1. le Nord, couvert de montagnes boisees et
parseme de lacs ; 2. le Centre, qui est la continuation de la vaste et fertile plaine du Manitoba
et de la Saskatchewan ; 3. le Sud, region trop seche pour la culture proprement dite, mais ou
se pratique sur une grande echelle l'elevage des betes a comes, des moutons et des chevaux ;
4. le flanc des Montagnes Rocheuses, remarquable par ses sites pittoresques, ses monts
altiers et ses sources thermales qui font la curiosite et l'admiration des touristes. La province
est arrosee par une multitude de cours d'eau, et deux des plus grandes rivieres du Canada
prennent leur source a l'interieur de ses limites ; ce sont la Saskatchewan, qui deverse ses
eaux dans la baie d'Hudson, et le Mackenzie, qui va jeter les siennes dans l'ocean Glacial
Arctique.
_ La superficie de l'Alberta est legerement superieure a celle de la Saskatchewan, mais le
chiffre de sa population est un peu moins eleve ; on y compte pres de 600.000 habitants, dont
40.000 Canadiens frangais. Commence un peu apres celui de la Saskatchewan, sa voisine,
l'essor de l'Alberta a, cependant, ete aussi rapide, grace aux avantages multiples offerts aux
colons par cette province. L'elevage y est surtout repandu dans la partie meridionale, ou la
rarete des pluies rend la culture du ble et des autres cereales plutot difficile. Celles-ci viennent
30 — Xe Canadian "Pacific
cependant tres bien dans les terrains irrigues du sud, de meme qu'au centre et au nord de la
province, ou elles constituent la plus grande source de revenus de la population. L'Alberta
renferme de riches gisements de houille, qui produisent annuellement plus de 7.000.000 de
tonnes de charbon bitumineux et d'anthracite. II s'y trouve aussi de nombreux puits de
petrole et de gaz naturel; des mines de fer et de sel sont exploitees dans le nord, le long de
la riviere k la Paix.
Comme les autres provinces de l'Ouest canadien, l'Alberta doit surtout son developpement aux lignes de chemin de fer, dont la construction a permis aux colons de venir s'6tablir
sur ses terres auparavant incultes. Ici encore le Canadian Pacific a devance ses concurrents
actuels dans l'exploitation ferroviaire, car, des 1883, il jetait a travers la province le double
ruban d'acier qui devait un peu plus tard relier les rives de l'Atlantique a celles du Pacifique.
Son reseau albertain qui ne comptait a cette epoque que quelques centaines de kilometres de
:■§
Em^M^ ■:'2Ey: AyA EAyyEEYyymy:WYWEAE
Bisons dans un pare pres Tdes Montagnes Rocheuses.
voies,^s'etend aujourd'hui sur une longueur totale de 4.549 kilometres. G'est-a-dire qu'il dessert
maintenant tous les districts deja colonises ou susceptibles d'un plus grand developpement.
Mais le Canadian Pacific n'a pas contribue a la prosperity de l'Alberta par la construction
de chemins de fer seulement; son initiative dans cette province s'est dirigee vers une autre
sphere d'une grande importance ; nous voulons parler de l'irrigation, qu'il a ete le premier a
introduire en Alberta. Groyant pouvoir sauver par l'arrosage artificiel tout un vaste district
ou l'insuffisance des pluies compromettait toute culture, le Canadian Pacific n'a pas hesite a
depenser des millions de dollars pour etablir a Bassano, sur la riviere Bow, un gigantesque
barrage destine a recueillir l'eau necessaire a l'irrigation de ces centaines de milliers d'hectares
de terrain jusque-la impropre a l'agricuiture. Le succes le plus complet est venu couronner
l'entreprise, et les millions depenses dans ces gigantesques travaux de barrage et de canalisation ont ete depuis plus d'une fois rembourses. A l'heure actuelle, des fermes fertiles sont
dispersees sur ces territoires que l'irrigation a completement transformes.
Edmonton, la capitale provinciale de l'Alberta, s'eleve sur les rives de la riviere
Saskatchewan du Nord que relie entre elles un grand pont metallique de 830 metres de
longueur, construit par la Compagnie du Canadian Pacific. Un ancien poste de traite de la
Compagnie de la Baie d'Hudson, erige en 1795, se dressait autrefois sur le site de la ville,
dont la population aujourd'hui est de 65.000 habitants. Par sa situation a peu pres au centre
— 31 — Xe Canadian "Pacific
de l'Alberta, Edmonton est destinee a voir croitre largement sa population et le nombre
de ses industries. La colonisation du district de la riviere a la Paix et l'exploitation des riches
champs petroliferes decouverts recemment dans le nord, ne seront pas sans contribuer encore
a sa prosperite future. 11 existe dans ses environs immediats des mines de charbon qui se
developpent en proportion des besoins de la region.
Calgary, dont la population est de 75.000 habitants, est la metropole commerciale de
l'Alberta. Fondee il y a a peine une quarantaine d'annees, elle s'est developpee rapidement
durant ce court laps de-temps. Elle possede de florissantes industries, d'immenses cours a
bestiaux, de vastes minoteries et d'importants entrepots a grain. Le Canadian Pacific possede
a Calgary un luxueux hotel, le Palliser, qui se dresse a proximite de la gare centrale, au
milieu de la ville.
Lethbridge, population 15.000 habitants, est une autre ville importante dans le sud de
la province.-Elle est situee au centre du pays  de l'elevage,  en  meme temps que Jdu district
Le Pic Sir Donald.
houiller. Le Canadian Pacific exploite, a proximite de la ville, deux mines de charbon d'un
rendement considerable. Un peu a l'ouest de Lethbridge, cette Compagnie a construit, pour
permettre a ses trains de traverser un ravin profond, un gigantesque viaduc en acier long de
1.775 metres et reposant sur une serie de piliers aussi en acier, qui, a leur plus grande
hauteur, supportent la voie a plus de 100 metres dans les airs.
Medicine-Hat, population 12.030 habitants, est un centre progressif, repute pour ses
puits de gaz naturel, qui fournissent, pour le chaulfage domestique aussi bien que pour
l'industrie, un excellent combustible.
Les Rocheuses ! Ces mots "remettent devant les yeux de celui qui a eu la bonne fortune
de faire un voyage a travers le Canada, jusqu'a la cote de l'Ocean Pacifique, le plus beau et
le plus grand spectacle de la Nature qu'il lui ait ete donne de contempler ; ils evoquent dans
son esprit la vision cle quelque chose d'incommensurable, de majestueux et de terrible tout
a la fois ; ils font derouler a son regard le panorama le plus grandiose qu'un cerveau humain
puisse concevoir ; ils rappellent les furieux bouleversements de la croute terrestre aux epoques
prehistoriques et les effroyables convulsions de notre planete, lorsque commenga sa periode
de refroidissement. Jamais le poete ni le peintre, si puissants genies qu'ils soient, ne
parviendront a reproduire fidelement la grandeur des spectacles que ces montagnes offrent
aux yeux etonnes et ravis.
En quelque partie que vous soyez, de quelque cote que vous jetiez le regard, dans quelque
32 Xe Canadian ^Pacific
direction que vous portiez la vue, vous ne voyez que des montagnes, toujours cles montagnes.
On dirait parfois que leur masse va s'effondrer ; on les dirait si pres de soi, qu'on croirait
pouvoir les toucher de la main. Elles sont si hautes et si grandes, qu'on prendrait pour
des ruisseaux les cours d'eau qui coulent dans les vallees et les gorges ; les avalanches qui
s'en detachent sont si fortes qu'elles emportent dans leur chute des arbres de pres de
cinquante metres de hauteur. En beaucoup d'endroits, on peut voir de ces geants abattus
aux flancs des monts superbes, qui semblent les contempler comme des vaincus terrasses.
Qu'il parait petit, le train qui roule sur la voie qui traverse les Rocheuses ! Pourtant,
au prix de quelles difficultes et de quels efforts inouis est-on parvenu a faire penetrer le ruban
d'acier jusqu'aux confins de ces montagnes qui barraient la route de l'Ocean Pacifique !
On ne peut s'empecher d'admirer le genie de l'homme qui a reussi a dompter ces monstres qui
ne voulaient pas le laisser passer, en meme temps que la perseverance des pionniers du premier
Montagnes des 10 pics pres du Lac Louise.
transcontinental canadien, dans cette entreprise que 1'opinion publique, en face des obstacles
apparemment insurmontables, vouait alors a la ruine.
Le chemin de fer suit les vallees et les gorges, contourne les gouffres, et s'il trouve sur
sa route un pan de montagne, il le perce d'un tunnel de cent ou de mille metres ; au besoin
il creusera dans le roc jusqu'a huit kilometres et demi pour eviter un detour inutile et
dangereux. L'obstacle est-il infranchissable, qu'il saute par-dessus au moyen d'un pont ou
d'un viaduc. Les avalanches menacent elles de bloquer la voie, que des abris, souvent
de plusieurs kilometres de longueur, sont construits pour la proteger. Jamais on eut pu
concevoir la reussite du projet de franchir ce dedale naturel avec une voie ferree. Et pourtant,
depuis quarante ans, tous les jours et plusieurs fois par jour, des trains s'en vont a toute
vapeur a travers cette region, jetant comme un defi aux monts superbes et terribles dans
leur immobility.
Devant la grandeur de certains pics, plus imposants encore que les autres, le voyageur
est parfois porte a se demander quel age peuvent avoir ces montagnes. Leur age ! On s'arrete
trouble par cette simple question. Notre cerveau se sent incapable de decouvrir depuis
combien de temps ces montagnes, confondant les siecles avec les secondes, montent ainsi
la garde ^aux  confins   du  grand  Ouest  canadien,   qu'elles  separent  des  rives du Pacifique.
— 33 Xe Canadian "Pacific
pes monts imperturbables ont vu defiler les jours, les ans, les siecles et les ages, et toujours
ils dressent leurs sommets immobiles. En vain, interrogez-vous ces masses dejpierre, elles
restent muettes. Leur silence vous fait peur et vous glace ; il vous etreint Fame et vous serre
le coeur, si vous songez a tout ce que ces montagnes ont vu passer depuis le commencement
du monde. Elles ont assiste a tous les grands evenements et vu se derouler toutes les peripeties
Fetiches indiens a Albert Bay (Colombie britannique).
del'histoire universelle. Elles ont ete temoins de toutes les scenes qui  ont  eu  la  terre  pour
theatre ; et elles ne veulent rien dire. Leur silence est eternel comme elles !
Les Montagnes Rocheuses ne sont cependant pas remarquables qu'ampoint de vue
pittoresque et naturel; elles renferment encore des richesses incalculables, dont la plus grande
partie n'a pas ete exploitee. Les ressources minieres et forestieres entassees dans 1'immense
territoire qu'elles couvrent, constituent un actif important pour la prosperity du pays tout
entier. D'apres la Commission Geologique d'Ottawa, les Rocheuses ne renferment pas moins de
75 billions de tonnes de charbon, dont 14 millions seulement ont ete utilisees jusqu'a present.
On trouve dans les forets de la Colombie-Anglaise des arbres d'une grande vaieur pour
la construction,  tandis  que les  pouvoirs  hydrauliques nombreux n'attendent que le moment
— 34 — Xe Canadian ^Pacific
d'etre  controles pour  developper  une grande  energie  electrique.  Et que dire des richesses
representees par les animaux a fourrures et les pecheries ?
G'est pour les touristes, cependant, que les Rocheuses ont le plus d'attraits ; leurs
splendides panoramas sont un regal de chaque instant dont il est impossible de se rassasier*';
les amusements les plus varies s'offrent aux visiteurs, dans des decors magnifiques ; Falpinisme,
le golf, la peche, la chasse, l'equitation, le canotage et les bains, sont a la portee de tous,
au sein des plus grandioses paysages du monde ; l'atmosphere y est d'une incomparable
purete, et le ciel d'un bleu d'azur fait un fond admirable sur lequel se detachent les pics
et les glaciers. Grace aux hotelleries qui ont ete erigees par la Compagnie du Canadian
Pacific  dans  les plus belles  villegiatures  des  Rocheuses,  les touristes  sont assures de
Fetiches indiens  a Albert Bay (Colombie britannique).
pouvoir trouver dans la region tout le confort, le luxe meme, offerts par les hotels
des grandes villes.
Parmi les plus beaux endroits frequentes par les touristes dans ces montagnes, la celebre
station thermale de Banff est certes la plus populaire.
Banff ! Un nom bizarre qui evoque les vallees verdoyantes et les pics enneiges des
Rocheuses ! La premiere impression, lorsque Ton descend du convoi qui nous a amene
au sein des gigantesques montagnes qui encerclent ce lieu enchante, est faite de respect et
de surprise. Beaute imposante du spectacle, blancheur inattendue des cimes s'etendant vers
les flancs ; sont-ce la vraiment les neiges eternelles, et ne vont-elles pas plutot fondre demain
sous le soleil ou la pluie d'ete ? En tout eas, elles deconcertent un peu par leur omnipresence,
qui attire et obsede le regard tout autour de l'horizon.
Pourtant, a nos pieds, toute la vallee sourit dans la verdure, pendant que la-haut, tres haut,
les grands sommets menacent, solennels, sous la lueur mate de la neige. C'est sublime et
contradictoire. La riviere Bow, que les Sauvages comparaient avec raison a une suite d'arcs,
coule a nos pieds sous le joli pont defer qui mene au village. Celui-ci setend tout droit et dru,
b&ti comme une petite ville, de chaque cote de sa rue droite et large, et a peu pres unique.
Et tout le temps et partout, les montagnes nous regardent, nous dominent et nous ecrasent,
forgant tout de suite notre admiration. De meme que les  geants  humains  sont generalement
- 35 - Xe Canadian "Pacific
doux et pacifiques, de meme ces rochers cyclopeens nous deviennent bientot tout a fait
sympathiques ; personne ne peut quitter Banff sans avoir noue des relations cordiales avec
le mont Cascade, qui porte tres haut son sommet denude, ou avec la chaine boisee des monts
Sulphur, au pied de laquelle, au sein d'une verdoyante foret, se dresse avec ses Heches la
superbe hotellerie du Canadian Pacific. Et que dire de l'irresistible mont Rundle !
Et dans ce decor, dont chaque trait rappelle l'inimaginable et terrifiante tempete de souffre,
de feu et de fracas, qui fit eclater un jour ces vallees et langa au ciel ces amas de roc vif,
vous voyez couler a vos pieds l'eau limpide et froide qui vient des glaciers, et vous regardez
venir au loin comme un ruban qu'accompagne une mince fumee, un train, tout petit, tout
ecrase comme un serpent, et qui, venant des rives lointaines du fleuve Saint-Laurent, s'en va,
gringant et soufflant comme un leger jouet, vers les confins du continent, du cote de l'ocean
Pacifique.
L'hotellerie du Canadian Pacific se dresse dans un site unique et rappelle, par ses formes
et sa masse, un castel feodal du moyen age. Des touristes de toutes les patries du monde,
attires par la reputation que s'est acquise Banff, tant par sa beaute pittoresque, que par ses
fameuses sources sulfureuses, y viennent sojourner durant les mois del'ete. Plusieurs grandes
piscines construites en divers endroits, sur le flanc du mont Sulphur, permettent aux visiteurs
de prendre des bains d'eau chaude avec tout le confort voulu. Banff offre encore de
nombreuses  attractions ; son Pare Zoologique en est une des plus  interessantes,  mais il ne
Le Parlement de Victoria.
faut pas oublier non plus de mentionner les excursions a cheval, les ascensions alpines, le
canotage sur la riviere Bow et les lacs Vermilion, le golf, etc. Le mont Assiniboine, qui s'eleve
a une vingtaine de kilometres au sud de Banff et qui dresse sa cime enneigee a 4.000 metres
dans les airs, est souvent appele le Matterhorn du Nouveau-Monde. Ce pic a ete escalade'
pour la premiere   fois en 1901.
Lac Louise est l'une des plus belles villegiatures des Montagnes Rocheuses et
peut-etre celle qui durant l'ete est frequentee par le plus grand nombre de touristes.
Apres etre descendu du train, a la petite gare de Lac Louise, il faut encore monter une
hauteur de 194 metres avant d'atteindre le lac lui meme, situe a 1.776 metres au-dessus du
niveau de la mer, dans un decor feerique de montagnes et de glaciers merveilleux, devant
lequel la plume de l'ecrivain et le pinceau de l'artiste restent impuissants, tant il semble
difficile de decrire la sublime beaute de ce lieu enchanteur. Ainsi nomme en l'honneur de
la princesse Louise, fille de la reine Victoria et epouse d'un ancien gouverneur general du
Canada, le lac Louise est justement appele la Perle des Rocheuses par ses admirateurs,
dont le nombre va sans cesse grandissant.
Grace au luxueux hotel que la Compagnie du Canadian Pacific a fait eriger sur la rive du
lac, les touristes sont assures d'y trouver tout le confort qu'ils peuvent desirer. Aujourd'hui,
personne ne songerait a traverser les montagnes sans s'arreter a la rustique petite gare qui se
dresse dans la vallee et qu'on appelait autrefois Laggan, afin de pouvoir se repaitre du
spectacle grandiose que represente ce joyau rare qu'est la nappe couleur d'emeraude du
lac Louise, dans son enchassement de hauts pics, de glaciers et de vertes forets.
Le joli hameau de Glacier est situe au sein de la chaine des Selkirks, au fond d'une
vallee que surplombent les monts Sir Donald, McDonald, Avalanche, Abbott, Cheops et Ross ;
c'est l'un des plus pittoresques des Rocheuses. Le Canadian Pacific y tient, non loin de la
gare, un excellent hotel, frequente par beaucoup de touristes qu'attire l'incomparable grandeur
36 Xe Canadian "Pacific
de la region. La riviere lllecillewaet coule au fond "de" la vallee que suit la ligne du chemin  de
fer.
# En arriere de l'hotel de Glacier, a trois kilometres seulement de distance, on peut sans
difficulte visiter un interessant glacier qui descend gradueliement des flancs du mont
Sir Donald. Gelui-ci, qui a 3.600 metres de hauteur, est le plus eleve cle tous ceux qui
dominent la vallee. II porte le nom de Sir Donald Smith, plus tard Lord Strathcona, qui fut
l'un cles pionniers de la construction du Canadian Pacific.
Au nombre des excursions a faire aux environs de Glacier, notons celles cles grottes
Nahimu, qui s'enfoncent dans les entrailles de la montagne, a l'extremite de la vallee du
Cougar. Ces grottes, cjui.se trouvent a onze kilometres dela gare, sont tres curieuses, surtout
pour ceux qui s'interessent a l'etude des formations geologiques. Elles servaient autrefois cle
lit a un torrent lmpetueux qui descendait des glaciers, et elles furent pour cette raison
appelees Nakimu par les Indiens,  ce qui signifie   cavernes  rugissantes.   G'est  a  la   gare   de
Ileide Vancouver.
Glacier que les trains se dirigeant vers l'ouest, emergent du tunnel Connaught, qui, sur
une longueur de plus de huit kilometres, traverse la base de la chaine des Selkirks,
au-dessous du mont McDonald. G'est le plus long tunnel d'Amerique, et son forage a coute a
la Compagnie plusieurs millions cle dollars. Commences en 1913, les travaux de construction
ont ete termines en 1916, et depuis, le parcours par la pittoresque Passe Rogers, plus long cle
six kilometres, a ete abandonne.
Field, dont l'altitude est de quelque 1.300 metres, est un point divisionnaire sur la ligne
du Canadian Pacific, il separe les districts cle l'Alberta et cle la Colombie-Anglaise, G'est un
joli petit village alpin cle quelques centaines d'habitants a peine, situe sur la riviere Kicking-
Horse, qui coule en meanclres capricieux a travers une serie de pics geants, dont le plus beau
est probablement le mont Stephen, Gelui-ci ecrase de sa masse les habitations, ainsi que la
riviere qui   chantonne a ses pieds.
Vaste region montagneuse situee entre l'Alberta et l'ocean Pacifique, qui la bornent a Test
et a l'ouest respectivement, la Colombie-Anglaise est l'une des plus grandes provinces
de la Confederation canadienne. Elle mesure plus de 907.235 kilometres carres et sa population est de 520.000 habitants, parmi lesquels on peut compter une vingtaine cle mille Canadiens
frangais. Elle forme un territoire plus etendu que la Belgique, la Hollande, le Danemark, la
Suede et la Norvege reunis.
La   Colombie-Anglaise   est surtout un pays  de montagnes,  et  comme tel, elle est
— 37 - Xe Canadian ^Pacific
probablement, de toutes les provinces canadiennes, celle qui offre les panoramas les plus
grandioses, les plus beaux paysages et qui a, par consequent, le plus d'attraits pour les
touristes. Ceux-ci ne lui menagent pas leur faveur, et chaque ete ils viennent en grand nombre
admirer ses  sites les plus pittoresques.
Nous avons parte, dans un chapitre precedent, de la beaute et cle la grandeur scenique
cles Montagnes Rocheuses, qui couvrent la plus grande partie cle la Colombie-Anglaise.
II ne faudrait pas croire pour cela que celle-ci n'est qu'une region de pics rocailleux, de
glaciers et cle neiges eternelles, impropre a toute culture ou a toute exploitation, sauf celle
des mines. II s'y trouve au contraire, entre les diverses chaines de montagnes qui composent
l'ensemble cles Rocheuses, des vallees et cles piaines au climat doux, ou se pratiquent la culture
mixte et l'elevage des bestiaux. Dans la partie meridionale, la culture fruitiere est tres
florissante dans les vallees et sur les rives des lacs Okanagan, Arrow, Kootenay et Windermere. L'industrie forestiere y occupe aussi une place cles plus importantes, clu fait que cette
province possede la plus riche zone de forets du Canada, et meme cle toute 1'Amerique du
Nord. Par sa production miniere, la province vient immediatement apres l'Ontaria, c'est-a-
dire qu'elle occupe le second rang en Canada ; For, le charbon et le cuivre sont extraits en
abondance de ses mines. Enfin la Colombie-Anglaise tire cle ses pecheries, qui sont les
plus considerables clu pays, peut-etre meme du monde entier, des revenus considerables. La
Colombie-Anglaise compte dans son territoire une multitude cle beaux et grands lacs
ainsi que de nombreuses rivieres, dont la Colombia, le Fraser, la Skeena, la Thompson et la
riviere a la Paix sont les plus importantes.
En 1871, la Colombie-Anglaise consentait a entrer dans la Confederation canadienne
a condition qu'une ligne cle chemin de fer serait construite pour mettre la nouvelle province
en rapport avec les autres parties clu Canada. C'est pour remplir cette clause que fut etablic,
au prix de mille difficultes, la voie transcontinentale clu Canadian Pacific, qui va de Montreal
a Vancouver. II faut avoir traverse les Montagnes Rocheuses j)our comprendre l'ampleur cle la
tache a laquelle s'attaquerent les ingenieurs charges de mettre a execution ce projet hardi.
Les obstacles qu'ils eurent a surmonter pour jeter a travers ce declale cle pics, cle glaciers, de
vallees, de gorges profondes, cle forets, de rivieres tumultueuses et cle lacs limpicles, le reseau
d'acier qui permet maintenant au touriste de voyager avec tout le confort que peut procurer
un train ultra-moderne clans cette region pittoresque, paraissent si grands, meme aujourd'hui,
qu'on ne pent s'empecher de se demancler quelle energie animait ces pionniers a qui nous
devons d'avoir ouvert a la civilisation ces merveilleux territoires. Le chemin de fer se fraye
parfois un passage difficile a travers une suite de montagnes dont il lui faut contourner la
base ; ou bien il cotoie une riviere ou longe avec precaution un gouffre insondable, quand
il ne doit pas percer un rocher ou meme une montagne, et sauter un peu plus loin un torrent
impetueux. Tantot il s'eleve jusqu'a pres de 2.000 metres pour franchir une passe difficile,
tantot il descend au fond cle vallees que dominent les monts geants. Les paysages changent
sans cesse, mais toujours ils sont pleins de majeste. Comment ne pourrait-on pas, a la vue
des travaux qu'il a fallu accomplir ici pour faire franchir a la voie ce labyrinthe titanesque,
s'incliner devant ie genie humain qu'aucune difficulte ne saurait effrayer ? Le tunnel Connaught,
long de 8 kilometres 800 et fore a travers la chaine des Selkirks, les tunnels en spirale cle Field,
les autres tunnels nombreux dans ces montagnes, les pouts jetes sur les ravins et les torrents,
sont autant de victoires remportees par les ingenieurs sur la Nature rebelle !
A part sa voie principale, le Canadian Pacific exploite en Colombie-Anglaise plusieurs
autres lignes et embranchements dont le developpement total atteint 3.255 kilometres. II
maintient aussi sur les lacs Arrow, Kootenay et Okanagan d'excellents services cle vapeurs
qui permettent aux touristes de penetrer clans de pittoresques et fertiles districts non encore
desservis par le chemin cle fer. Sur les cotes dela province, le Canadian Pacific a mis en
service une douzaine de confortables navires qui sont affectes au transport cles passagers et
clu fret entre Vancouver, Victoria, Seattle et nombre d'autres points dissemines sur le littoral
du Pacifique. Quelques-uns cle ces vapeurs se rendent meme jusqu'a Skagway dans les loin-
tains territoires septentrionaux cle 1'Alaska.
Vancouver, situee pres de l'embouchure de la riviere Fraser, est la plus grande ville
de la Colombie-Anglaise et la quatrieme du Canada par le chiffre de sa population, qui
touche de pres les 200.000 ames. Elle est le terminus ouest du reseau ferroviaire clu Canadian
Pacific, et son port et l'un des plus beaux et des plus actifs clu pays ; la Compagnie y a fait
construire des quais immenses, ou accostent ses paquebots qui font le service de l'Orient.
Le Canadian Pacific possede encore a Vancouver une gare des plus modernes et un magni-
fique hotel, le Vancouver.
Victoria, la capitale cle la province, se dresse a l'extremite sud-est de l'ile Vancouver
et compte une population de 60.000 habitants. C'est une belle ville residentielle, favorisee
d'une grande affluence de touristes, qu'attire la douceur du climat demi-tropical cle cette
partie de la province. Les edifices clu Parlement provincial, qui font l'omement cle Victoria,
sont classes parmi les plus beaux clu pays.
New-Westminster, Nanaimo, Prince-Rupert, Rossland, Fernie, Revelstoke et Kamloops sont les autres centres les plus importants de la Colombie-Anglaise,
- 38 - Xe Canadian ^Pacific
 "X 11111111II! 111 tl 1111111111111111II11H11111111111 i 111 f 1111111111111 i 111111 n 111 n 1111 1111111111111111 f ill 1111 •• 1111111 ■■ 11111111111111
Services  Maritimes  sur  POcean  Pacifique
■ ■■■■■mi im 111111111 ■ i ■ 1111 • 11111 i 111 i i 111 i 1111 i 11111 j 11 11111 i 11111111 i r 111111 i i 1111111 nn iiiiiiiiiiiiiiiiimiimiiiiimi
JSP*
G'est sur l'ocean Pacifique que la Compagnie du   Canadian  Pacific  clebuta   dans  l'exploitation clu transport maritime, quand en 1887, deux  ans  apres  le parachevement  de  sa  voix
transcontinentale a travers  le   Canada,   Elle ketablit  sa premiere  ligne  sur l'Orient  avec  le
Baiavia, \e Parthia etYAbyssinia, navires specialement nolises  pour  ce  service.   En   1891,
apres avoir obtenu clu gouvernement britannique le contrat pour le transport de la malle entre
le Canada et l'Orient, elle mit en service les paquebots Empress of India, Empress of China
et Empyress  of Japan,
jaugcant   chacun  6.000
tonneaux   et    construit
pour son propre compte.
Eu    1900,   un   nouveau
navire,    le    Mon (eagle.
etait aussi uflecte a cette
route.
Sans s'etre develop-
pee dans les memes proportions que celles de
l'Atlantique, la ligne
d'Orient a cependant vu
sa popularity s'accroitre
d'une fagon remarquable
depuis une vingtaine
d'annees. Et devant
l'augmentation conti-
n u elle clu trafic cles
passagers et du fret, le
Canadian Pacific a du
ameliorer, ici comme
ailleurs, ses facilites de
transport. En 1913, deux
vastes paquebots jau-
geant presde 17.000 tonnes chacun, YEmpress
of Russia el YEmpress
of Asia, etaient ajoutes
a la flotte o rien tale, la
Compagnie assurant de
ce fait la premiere place
sur le plus grand ocean
du globe.
Mais c'est surtout par
la recente addition de
YEmpress of Canadia
c t del' Emp res s ofA us-
tralia, que cette flotte
a merite ia juste reputation qui rejaillit aujourd'hui avec eclat sur le nom clu Canadian Pacific. Ces deux immenses
paquebots, dont le confort et le luxe ne le cedent en rien aux autres unites navigant sur les
mers d'Orient, ou meme cle toute autre partie du monde, ont ete mis en service en 1922, et
ils forment aujourd'hui avec YEmpress of Russia et YEmpress of Asia toute la flotte du
Pacific. Nous donnons ici le tonnage et la longueur de chacun de ces navires, de meme
que le nombre de passagers cle cabines qu'ils peuvent embarquer :
Paquebots Tonnage Passagers de Longueur en
brut cabines metres
Empress of Canada  22.000 612 199
Empress of Australia  21.850 563 179
Empress of Russia.  16.900 430 174
Empress of Asia  16.900 430 174
Ces Empress, dont l'un, YEmpress of Russia, detient le record cle vitesse pour la traversee
cle Yokohama, Japon, a Victoria, Colombie-Anglaise (8 jours, 18 heures et 31  minutes),
Empress of Canada,  a Vancouver.
— 39 — Xe Canadian ^Pacific
font la nayette entre les ports de Vancouver et Victoria, sur la cote canadienne, et
ceux   de   Yokohama,    Kobe,   Nagasaki au Japon et de Shanghai et Hong-Kong,
en Chine, lis forment en quelque sorte le dernier anneau de l'immense chaine de services de
transport qui permet au Canadian Pacific de relier l'Europe a l'Asie en passant par le
Canada. Ces paquebots sont les plus rapides sur la route d'Orient, et sont en meme temps les
plus luxueux, les plus confortables et les mieux amenages pour le climat tropical de ces
regions. De la la popularite extraordinaire dont ils jouissent aupres de ceux qui, soit pour
leur plaisir ou pour leurs affaires, voyagent en cette partie du globe. Ils permettent de se
rendre cle Vancouver au Japon en moins cle 10 jours, et en Chine en 14 jours. Et grace
a eux, il est possible de couvrir en 21 jours, voyageant continuellement sur les trains ou sur
les paquebots de ia meme Compagnie, la distance qui separe la France du Japon.
Les Empress du Pacific contiennent
des suites de luxe d'un gout recherche, cles
cabines spacieuses et bien aerees et les salons
d'une somptuosite vraiment orientate. Leurs
ponts-promenacles sont vastes et bien amenages pour preserver les passagers des arcleurs
du soleil. La cuisine est excellente, et le personnel, compose de Blancs et d'Asiatiques,
est d'une courtoisie et d'un empressement
excempts cl'obsequiosite, a l'egard des passagers. Yl Empress of Canada et YEmpress of
Australia sont pourvus chacun d'une vaste
piscine qui permet aux passagers cle se livrer
aux plaisirs de la natation durant la longue
traversee. Ces cleux paquebots emploient le
petrole comme combustible, tandis que
. YEmpress of Russia, et YEmpress of Asia
chauffent au charbon, Le Canadian-Australasian Line, une compagnie affiliee au Canadian
Pacific, exploite entre Vancouver, la
Nouvelle-Zelande et l'Australie, un
excellent service cle paquebots.
Sur le Pacifique comme sur l'Atlantique, les paquebots du Canadian Pacific
l'u rent appeles a rendre des services signales
aux pays Allies durant la grande guerre.
L'Empress of Russia tout specialement eut,
durant ces annees tragiques, cles aventures
qui attirerent sur son nom l'attention clu
monde entier. Transforme en croiseur auxiliaire des aoiit 1914, arme cle canons et charge
cle charbon jusque dans ses salons et ses cabines de luxe, ce navire fut envoye dans l'ocean
Indien par l'Amiraute anglaise, an moment ou le celebre croiseur allemand Emden y jetait
la terreur parmi les paisibles navires cle commerce des nations ennemies de l'Allemagne.
L'Empress of Russia arriva sur la scene des exploits du pirate trop tard pour lui donner
la chassc, car le croiseur australien Sydney, qu'il rencontra en route, venait cle reduire le
navire de guerre boche en une masse informe cle debris. II prit cependant a son bord ce qui
restait de 1'equipage de YEmden, y compris le fameux capitaine Von Muller, et conduisit ces
prisonniers a Geylan. Plus tard, avec le concours cle territoriaux Hindous et d'une batterie
d'artillerie, ce paqucbot captura, sur la mer Rouge, le fort cle Kamaran defendu par les Turcs.
Apres plusieurs autres aventures, YEmpress of Russia fit partie de la flotte qui bloqua ie
port cle Manille, aux Philippines, ou cles les premiers jours de la guerre, quinze navires
bodies s'etait refiigi.es avec des vivres et des munitions qu'ils osperaient pouvoir livrer aux
navires de guerre de leur patrie, qui ecumaient les mers du Sud.
L"Empress of Russia traversa sans encombre cette periode mouvementee, et, a la conclusion
des hostilites, il retourna a son service regulier sur le Pacifiquey apres avoir subi une renovation
complete.
Salon de l'Empress of Canada.
LILLE,  IMP.   L.   DANEL Xe Canadian "Pacific
COMPAGNIE  DU  CANADIAN  PACIFIC
AGENCES   PRINCIPALIS  DANS   LES   DIVERS   PAYS  DU   MONDE
EUROPE
Anvers, Belgique    . W. D. Grosset.. .
Belfast, Irlande  Wm. McCalla ..
Birmingham, Angleterre  W. T. Treadaway
Bristol, Angleterre  A. S. Ray	
Bruxelles, Belgique  L. R. II. Plummer
Bucharest, Roumanie  1). Kapeller	
Cherbourg, France  Canadian Pacific.
Christiania, Norvege  E. Bone wick ... .
Dundee, Ecosse  H.N. Borthwick.
Glasgow, Ecosse  M. L. Duffy	
Hambourg, Allemagne  Carl Flugge	
Kovno, Lithuanie    .. Canadian Pacific.
L3 Havre, France  J. M. Currie & C°
Libau, Latvia  Canadian Pacific .
Liverpool, Angleterre  T. McNeil	
Londres, Angleterre  C H. G. Dring....
» »   ( G. Saxon Jones , .
Manchester, Angleterre ...... J. W. Maine ....
Moscou, Russie  A.R. Owen	
Prague, Tcheco-Slovaquie .... E. Schmitz	
Rotterdam, Hollande  J. S,. Springett..
Southampton, Angleterre .... D. Drummoncl ..
Vienne, Autriche  A. W. Treadaway
Varsovie, Pologne  H. V. Gard	
J2agreb, Jougo-Slavie  Dr. Ivan Shvegel.
25,  Quai Jordaens.
41 Victoria Street.
4 Victoria Square.
18 St. Augustine's Parade.
98, Boulevard Adolphe Max.
Galeo Grivitei 153.
46, Quai Alexandre III.
Jernbanetorvet 4.
88 Commercial St.
25 Both well St.
Alsterdamn 24.
Laisves Aleja 43.
2, Rue Pleuvry.
9 Grossestrasse.
Pier Head.
62-65 Charing Cross, S.W. 1.
103 Leadenhall St., E.C. 3.
31 Mosley Street.
Arbat Serebrianny Pereulok 4.
Havlickovo namesti cukerni palac 33.
42 Goolsingel.
7 Canute Road.
Kaerntnerring 6.
117 Marszalkowska.
Jurisiceva 30.
POUR   TOUS   RENSEIGNEMENTS
S'adresser aux bureaux de la Compagnie
Canadian Pacific Railway (France)
(SOCIETE ANONYME AU  CAPITAL  DE  250.000  FRANCS)
7,   Rue   Scribe,   7
PARIS
A. V. CLARK, Administrateur-Delegue
-Adresse Telegraphique
GACANPAC-PARIS
Registre dn C«e Seine N° 190.338
Telephone :
CENTRAL  75.90 rt;
w
 !   }'—ll   ,
lira
o
o
o
Q
O
o
o
a
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
le Canada
**Z22££S?
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
©
©
o
o
o
o
o
0
o
o
©
0
o
o
o
Q
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
0
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
o
0
o
o
o
o
**&***
c
o
o
c
o
o
o
ET    LE
CANADIAN PACIFIC
nnnimiiiiiiiiiiinimiiin miiiniDimi'iiii
llll'IIIIIHIII

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/cdm.chungtext.1-0357120/manifest

Comment

Related Items