The Chung Collection

Chung Logo

The Chung Collection

Le Quebec pittoresque Canadian Pacific Railway Company 1915

Item Metadata

Download

Media
chungtext-1.0229166.pdf
Metadata
JSON: chungtext-1.0229166.json
JSON-LD: chungtext-1.0229166-ld.json
RDF/XML (Pretty): chungtext-1.0229166-rdf.xml
RDF/JSON: chungtext-1.0229166-rdf.json
Turtle: chungtext-1.0229166-turtle.txt
N-Triples: chungtext-1.0229166-rdf-ntriples.txt
Original Record: chungtext-1.0229166-source.json
Full Text
chungtext-1.0229166-fulltext.txt
Citation
chungtext-1.0229166.ris

Full Text

Array Ek
PlTTORESOUE
fp/s LE   PACIFIQUE   CANADIEN
OFFICIERS DU DEPARTEMENT DU TRAFIC
G. M. BOSWORTH, Vice-President, Montreal
C. E. E. Ussher Passenger Traffic Manager Montreal
■ W. R. MacInnes Freight Traffic Manager Montreal
Geo. McL. Brown European Manager. Londres, Ang.
C. B. Foster Asst. Passenger Traffic Manager. Montreal
C. E. McPherson Asst. Passenger Traffic Manager  .Winnipeg
W. H. Snell General Passenger Agent Montreal
G. A. Walton General Passenger Agent Winnipeg
H. W. Brodie General Passenger Agent Vancouver
H. E. MacDonnell Assistant Freight Traffic Manager Montreal
W. B. Lanigan Assistant Freight Traffic Manager. Winnipeg
H. G. Dring General Passenger Agent Londres, Angl.
Geo. C. Wells Asst. to Passenger Traffic Manager Montreal
A. O. Seymour . General Tourist Agent Montreal
J. O. Apps General Baggage Agent Montreal
J. M. Gibbon General Publicity Agent Montreal
Auckland N.Z.
Belfast IRLANDE
Bel ling ham WASH.
Birmingham. . . .ANGL.
Boston Mass.
Brandon MAN.
Brisbane Qd.
Bristol Angl.
Brockville ONT.
Buffalo N.-Y.
Calcutta Indes.
Calgary Alta.
Canton Chine
Chicago , .ILL.
Cincinnati OHIO
Cleveland Ohio
Detroit Mich.
Duluth Minn.
Ed monton ALTA.
Everett Wash.
Fort William ONT.
Glasgow Ecosse
Halifax N.S
Hamilton Ont.
Hong  Kong CHINE
Honolulu H.I.
Kansas City Mo.
Kingston ONT.
Kobe. .     JAPON
Liverpool ANGL..
Londres  . ANGL.
London ONT..
Los Angeles Cal. .
Melbourne AUST..
Milwaukee. Wis..
Minneapolis. . . .MINN..
Montreal QUE..
Nagasaki JAPON.
Nelson C.-A
New York.
. . . .N.Y,
Ottawa ONT.
Paris France
Philadelphia Pa.
Pittsburgh PA.
Portland Me.
Portland ORE.
Quebec QUE.
Regina Sask.
Sault Ste. Marie. .Ont.
Sault Ste. Marie.Mich.
St. John N.B.
St. Louis Mo.
St. Paul Minn.
San  Francisco ... .CAL.
Seattle Wash.
Shanghai Chine.
Sherbrooke Que.
Spokane. ......   Wash.
Sydney  AUS.
Tacoma WASH.
Toronto ONT..
Vancouver C.-A.
Victoria C.-A.
Washington D.C.
Winnipeg Man.
Yokohama JAPON
IMPRIME AU CANADA
AGENGES
. .Union S. S. Co. of New Zealand (Ltd.).
. .Wm. McCalla,  Agent 41 Victoria St.
. . W. H. Gordon, Freight and Pass. Agt 113 West Holly St.
. . W. T. Treadaway, Agent  .4 Victoria Sauare
. .E. F. L. Sturdee, Gen. Agent Pass. Dept., 332 Washington St.
. . J. A. McDonald, District Passenger Agent.
. .McDonald-Hamilton Co.
. . A.   S.   Ray, Agent 18 St.   Augustines Parade
. .Geo.E.McGlade,CityTicketAgt.,Cor.KingSt.&CourtHse.Av.
. .L. R. Hart, Gen. Agent Pass'r Dept 302 Main St.
] Thos. Cook & Son 9 Old Court House St.
I Gillanders Arbuthnot & Co.
. Robt. Dawson, Dist. Pass'r Agt.. . .113 Can. Pac. Station Bldg.
.Jardine, Matheson & Co.
.T. J. Wall, Gen. Agent Pass'r Dept....224 South Clark St.
. M. E. Malone, Gen. Agent Pass'r Dept 436 Walnut St.
.Geo. A. Clifford, Gen. Agent Pass'r Dept.. .213 Euclid Ave.
.A. E. Edmonds, Gen. Agent Pass'r Dept.. .7 Fort St. West
.Jas. Maney, G. P. A., D.S.S   & A.Ry Fidelity Building
.Chas. S. Fyfe, City Ticket Agent 145 Jasper Ave. East
.A. B. Winter, Ticket Agent 1515 Hewitt Ave.
.A. J. Boreham, City Passenger Agent 404 Victoria Ave.
.Thos. Russell, Agent 120 St. Vincent St.
.J. D. Chipman, City Pass, and Frt. Agent. ..... 126 Hollis St.
.A. Craig, City Passenger Agent.. .Cor. King and James Sts.
.P. D. Sutherland, G.A.P.D., C.P.O.S., Ltd.
.Theo. H. Davies & Co.
.K. A. Cook, Travelling Pass'r Agent 441 Sheidley Bldg.
. F. Conway, City Freight and Passenger Agent.
. J. D. Abell, Agent, C.P.O.S., Ltd 1 Bund
. Thos. McNeil, Agt., C.P.O.S., Ltd.,Royal Liver Bldg., Pier Head
I H. G. Dring, Gen. Pass. Agt. J 62-65 Charing Cross S.W. and
I T. J. Smith, Gen. Freight Agt. 1 67-68 King William St., E.C.
. .H. J. McCallum, City Passenger Agent 161 Dundas St.
. . A. A. Polhamus, Gen. Agent Pass. Dept., 708 South Spring St.
. .Union S.S. Co. of New Zealand (Ltd.) Thos. Cook & Son
. .F. T. Sansom, Pass'r Agent Soo Line 100 Wisconsin St.
. .R. S. Elworthy, Gen. Agent Pass'r Dept.. .402 Nicolett Ave
. . A. E. Lalande, City Pass'r Agent 141-145 St. James St.
. . Hohne, Ringer & Co.
. . J. S. Carter, District Passenger Agent.
I F. R. Perry, Gen. Agt. Pass. Dept. 1231 Broadway, cor. 30th St.
. \ G. O. Walton City Pass'r Agent..1231 Broadway, cor. 30th St.
llnternationa 1 Sleeping Car Co. . . .281 Fifth Ave. cor .30th St.
. .T. Mullins, City Passenger Agent 42 Sparks St.
. .Aug. Catoni, Agent 1 Rue Scribe
.R. C. Clayton, City Pass'r Agent 629 & 631 Chestnut St.
.C. L. Williams, Gen. Agt. Pass'r Dept 340 Sixth Ave.
, .Leon W. Merritt, T. Agt. Maine Cent. Rd Union Depot
.J. V. Murphy, Gen. Agent Pass'r Dept 55 Third St.
. . G. J. P. Moore, City Pass. Agt., 30 St. John St., cor. Palace Hill
. . J. E. Proctor, District Passenger Agent 1812 Scarth St.
.H. J. Moorehouse, City Passenger Agent.
. W. J . Atchison, City Passenger Agent 224 Ashmun St.
.M. G. Murphy, District Pass'r Agent. . . .40 and 42 King St.
. E. L. Sheehan, G.A.P.D 725 Olive St.
.B. E. Smeed, City Pass'r Agent, Soo Line 379 Robert St.
.F. L. Nason, G.A.P.D 645 Market St.  (Palace Hotel)
.E. E. Penn, Gen. Agent Pass'r Dept 713 Second Ave.
.A. J. Blaisdell, G.A.P.D., C.P.O.S., Ltd.
.A. Metivier, City Passenger Agent 74 Wellington St.
.H. M. Beyers, City Passenger Agent 603 Sprague Ave
.Union S.S. Co. of New Zealand (Ltd.).
. .D. C. O'Keefe, City Passenger Agent 1113 Pacific Ave.
J W. B. Howard, District Passenger Agent.. I   -.  TZin„ q*   T^nct
1 W. Fulton, Asst. Dist. Pass. Agent f 1 Kmg bt- ^ast
. .J. Moe, City Passenger Agent 434 Hastings St. West
, .L. D. Chetham, City Passenger Agent. .1102 Government St.
.C. E. Phelps, City Passenger Agent 1419 N.Y. Ave.
.A. G. Richardson, Dist. Pass. Agt...cor. Main and Portage Ave
.G. M. Jackson, G.A.P.D., C.P.O.S., Ltd 14 Bund
LE QUEBEC PITTOKESQUE
'UNE superficie egale a
deux fois celle des trois
pays allies, la France,
l'Angleterre et la Belgique;
avec des lacs s'etendant
sur une surface totale de
trois millions et demi
d'acres; avec des forests
couvrant 130,000,000 d'acres et un Pare National
de 3,271 milles carres; pos-
sedant la plus majestueuse
riviere de TAmerique  du   Nord,   le  St-Laurent,   qui
la traverse sur une distance de mille milles;
aussi renommee que  n'importe   quelle
autre   partie   de   notre   continent
pour ses endroits de chasse et
de p£che; avec ses deux grandes
cites auxquelles s'attachent
trois siecles d'une histoire
de   decouvertes  et    de
hauts  faits; avec  son
atmosphere du vieux
continent   et   la
marche progressive
du    nouveau,    la
province de Quebec  possede pour
le  touriste   et le
voyageur   un   cachet unique d'ori-
ginalite, et pour sa
propre   population
de    deux   millions,
des richesses et des
ressources   d e   t o u s
genres.
La province de Quebec
est formee des deux im
menses versants qui bordent
le   St-Laurent.      Lorsque   le
voyageur remonte le majestueux
fleuve sur Tun des puissants transat-
lantiques   du  Pacifique  Canadien,  il
entre dans le pays comme jadis son
decouvreur,   Jacques   Cartier,   de   St
Malo, lors de son premier voyage en   1535.
quels changements se sont operes depuis !
A differents intervalles on apercoit le clocher d'un
village  qui  brille  au soleil, et, groupees autour,  des
maisons peintes ou blanchies a la chaux, qui, avec leurs
volets verts nous rappellent si bien les campagnes de
France. Les longues et etroites bandes de terrain
sont semees d'orge, d'avoine, de patates, de navets,
de choux, ou sont simplement- en paturage. Sur la
grande route se dressent la maison de ferme et ses
communs. Ici et la un bouquet durables, d'epinettes
ou de bouleaux met un point gai dans le paysage, et,
plus loin, une cascade tombe en bondissant, de la
falaise dans le grand fleuve.
Le vapeur ou le chemin de fer nous amene a. travers
une succession de villages et de hameaux dont les noms
eveillent le pieux souvenir de la Vierge, du Seigneur,
des ap6tres,   des   saints,   des   martys,   et   qui   quel-
quefois,   places    dans   des   endroits  denudes,   n'ont
de  grace que par   le   nom qu'ils portent.
Que   ceux-ci    sont    jolis,    par    ex-
emple: L'Ange-Gardien, L'Epipha-
nie,   Ste-Cecile',   St-Hyacinthe,
L'Assomption,   St - Celestin,
St-Raphael, He Jesus.
Mais    non   seulement
les   paroisses   posse-
dent  de ces  denominations;   les    mon-
tagnes,   les   lacs et
les   rivieres   disent
aussi  leur histoire
du  passe,  rappellent  une legende:
La   Pointe-aux-
Trembles, Sault-
au-Recollet,   Carillon,   C h u t e - a-
Blondeau,   Calumet, Riviere-au-
Chien, Bout-de-1'Ile,
Portage - du - Fort, le
Mont-Royal.   Et  que
de   souvenirs   eveillent
encore chez   nous   des
noms tels que   Longueuil,
Richelieu,Contrecoeur, Montmorency,  Joliette, Laval,
Levis,    Champlain    et   Maisonneuve ! Montreal,  la metropole com-
Baigneurs dans la Riviere du Nord, merciale du Canada, possede un yaste
port pour les oceaniques et est situee
trois cents milles plus pres de Liverpool que New-York.
Sise a mille milles du detroit de Belle-Isle, qui est la
t£te de la navigation oceanique sur le St-Laurent, elle
est le centre des operations du plus grand chemin de
fer du monde entier et est entouree d'une fertile plaine
presque aussi vaste que l'Angleterre.
Shawbridge
Mais
Page Une
i MO   M   T   JV  E  A  L
ONTREAL  est aujour-
d'hui une ville d'affaires,
quoiqu'on y trouve des
quartiers      residentiels
qui   peuvent   rivaliser
pour le pittoresque avec
les plus belles cites du
Canada;   mais pres du ;
havre et dans son cen- j
tre   le   caractere  com-
mercial  domine   et se
revele   partout.       Le    Pacifique    Canadien   et    plu-
sieurs   autres   importantes   corporations  y  ont ^ leurs
quartiers-generaux.    Plus de la moitie de ses habitants j
parlent   le   francais,    leur    langue     maternelle,    les
Canadiens-Francais  occupant  surtout les districts   de |
Test de la ville.
Le Chateau de Ramesay est une vieille et pittoresque
construction ou Ton a reuni en musee plusieurs souve- j
nirs   de   la   Nouvelle-France   et   du   vieux   Montreal.
Construit en 1705, aux jours de l'ancien regime francais, I
il  a ete la scene de plusieurs assemblies historiques
jusqu'en 1745, alors qu'il passa aux mains de la Com- j
pagnie des Indes pour devenir le centre du commerce
de   la   fourrure.    En   1763   il   devint   de   nouveau   la'
residence du gouverneur du pays (anglais cette fois),
et servit a cette fin durant cent ans, excepte en 1775-6,
alors   qu'il  fut   employe  pour les quartiers-generaux
du    Congres    Continental.    La,    Benjamin   Franklin
essaya  de  persuader  les   Canadiens  d'abandonner  le
drapeau britannique, et Ton conserve encore dans le
Chateau la presse a imprimer qu'il avait apportee avec
lui.    Notre-Dame  de   Bonsecours  est   la  plus  vieille
eglise de Montreal; dans la nef on peut voir suspendus,
. plusieurs   petits   bateaux   faits   par   des   matelots,   et
presentes a la Vierge comme ex-voto.
Une vue panoramique splendide peut etre obtenue
du haut des observatoires du Mont-Royal, situe aui
centre de la cite.
Le Place Viger, l'un des hotels les plus fashionables!
de Montreal, est dirige par la compagnie du Pacifique'
Canadien.
Les environs de Montreal sont eux aussi dignes
d'interet: St-Hilaire, Sault-au-Recollet, Bout-de-1'Ile,
Laprairie et Lachine. Lachine ressemble d'une maniere,
frappante aux banlieues de certaines villes de France,!
on pourrait meme dire aux faubourgs de Paris. L'eglise1
paroissiale, le couvent avec ses jardins entoures de
hauts murs, les maisons aux toits francais, disseminees
ici et la, certaines boutiques, tout contribue beaucoupj
a donner une telle illusion.
Page Deux
On voit encore a Lachine plusieurs souvenirs du
temps ou cet endroit etait l'un des postes les plus
avances de la colonie dans cette direction. Son nom
rappelle d'une maniere plaisante l'idee fixe du grand
explorateur La Salle, qui croyait pouvoir decouvrir de
ce cote la un passage a travers le continent pour se
rendre en Chine.
A l'extremite ouest de 1'ile de Montreal se trouve
le joli village de Ste-Anne de Bellevue, et dans les
environs, les ruines de trois forts construits pour
defendre la colonie des invasions meurtrieres des
Iroquois. C'est ce village que Thomas Moore a
immortalise dans sa chanson "The Canadian Boat
Song," dont le populaire refrain est:
"The rapids are near and the daylight's past."
La maison de Moore est aujourd'hui employee par
la Banque de Montreal, qui l'a louee pour ouvrir une
branche locale. Mais la principale attraction de
Ste-Anne est le magnifique groupe de constructions
erigees au cout de $7,000,000, et connu sous le nom
de Macdonald College. Cette institution, ou nos
jeunes Canadiens et Canadiennes peuvent acquerir
une saine education en matiere d'agriculture et de
sciences domestiques, fait aujourd'hui l'orgueil de la
province de Quebec.
Toutes les rivieres des environs sont remplies de
rapides, mais les mieux connus sont ceux de Lachine:
"sauter les Rapides" sur l'un des vapeurs affectes a
ce service est un plaisir excitant, mais sans danger,
que Ton ne doit pas manquer.
L'ile de Montreal est renommee pour ses vergers et
ses jardins; la "pomme fameuse," pourpre et juteuse,
a atteint une reputation que ne peut lui enlever aucune
autre categorie de ces fruits. Les melons que cultivent
les maraichers sont les meilleurs du genre.
La voie courte du C. P. R. pour Ottawa passe a
travers Ste-Anne et dessert en meme temps sur le lac
des Deux-Montagnes, plusieurs endroits de villegiature
fort populaires chez les Montrealais; Vaudreuil, Ile-
Cadieux, Como, Hudson et Hudson Heights, ou il y a
un magnifique terrain de golf. Rigaud, situe un peu
plus loin, possede un sanctuaire ou Ton va en pelerinage.
C'est a Rigaud que Ton peut voir le fameux champ de
cailloux, le "champ du diable," comme on l'appelle:
la legende rapporte qu'un paysan impie qui avait
laboure le dimanche au lieu de se rendre a l'eglise, fut
puni par Satan, qui changea ses sillons en gros cailloux.
A Oka, sur le rivage oppose de l'lle-Cadieux, il y a un
monastere de Trappistes ou ces religieux enseignent
les methodes modernes d'agriculture aux fils de culti-
vateurs. Le sanctuaire d'Oka est frequente chaque
annee par des milliers de pelerins.
Procession de la Fete-Dieu, Montreal
La Gare Windsor, vue du Square Dominion
Le Dome de la Cathedrale
Un vieux moulin a vent
Hotel Place Viger
Page Trois ^>
u
'EST apres avoir depasse
Tile d'Orleans qu'on apercoit d'abord Quebec, la
capitale de la province.
Perche sur son rocher rou-
geatre, c'est un de ces
endroits uniques en Ame-
rique, et comme on en
rencontre peu sur le vieux
continent, dont le carac-
tere est tout impregne de l'histoire de ses heros.
D'une certaine distance peut-etre, la ville de Quebec
off re a l'ceil peu de details distincts; elle ressemble
plutot avec ses fortifications, a un redoutable Gibraltar
qu'a une cite. Mais peu a peu cependant, les details
ressortent a mesure qu'on approche, les edifices se
detachent des remparts et des bastions, et apparaissent
separes du rocher en corniche qu'est le Cap Diamant.
On y voit les maisons qui s'accrochent au roc et esca-
ladent la rue de la Cote de la Montagne jusqu'a la
Grande Batterie; plus loin, l'universite Laval et le
Seminaire, le jardin du Gouverneur, le Bureau de Poste,
le Monument Champlain, le Chateau Frontenac, l'in-
terminable terrasse Dufferin surplombant la falaise
avec ses kiosques, le monument Wolfe et Montcalm,
et plus haut encore, la Citadelle.
Dans le Chateau Frontenac, la ville possede une
hotellerie qui, pour la beaute du site et le luxe desj
pieces, ne peut etre surpassee dans aucun endroit. Ce
magnifique h6tel a. l'epreuve du feu, dirige par le
Pacifique Canadien, est situe a l'extremite est de la
superbe esplanade, connue sous le nom de Terrasse
Dufferin, juste en bas du bastion du Roi. De ce point
on obtient une vue unique du St-Laurent et des contrees
environnantes; on peut voir de l'autre cote de Pile
d'Orleans, on apercoit Levis, les falaises qui bordent;
le fleuve du cote sud, et a gauche, la region qui formej
la belle vallee de la riviere St-Charles. La grandeur1
du paysage est sans rivale, et jamais pour un hotel,
pouvait-on trouver sur ce continent un site possedant
comme celui-la tous les avantages reunis. L'h6tel est!
de plus erige dans un endroit d'un interet plus qu'ordi-
naire, car la s'elevait autrefois le vieux Chateau St-
Louis, si fameux dans l'histoire du pays, et qui servit
un temps de residence aux gouverneurs du Canada,
sous le regime francais.
Et quel panorama se deroule a nos yeux des fenetres;
du Chateau Frontenac ou de la Terrasse, par un apres-
midi d'ete !    A nos pieds sont groupees les maisons aux
Page Quatre
E     C
toits pointus de la Basse-Ville, avec leurs anciennes
fenetres, leurs cheminees aux formes curieuses, leurs
ponts en bois allant d'un toit a l'autre, le tout separe
par des rues si etroites qu'il semblerait que plus d'une
voiture ne peut y circuler a la fois: un veritable coin
de Normandie. Plus loin, le large St-Laurent, parseme
de navires, et comme arriere plan, les hauteurs de
Levis, l'ile d'Orleans, les villages de la Cote de Beaupre,
et la-bas, a l'horizon, les montagnes auxquelles les gros"
nuages blancs semblent servir de manteau.
Quebec, qui fut le berceau de la colonisation au
Canada, fourmille d'endroits historiques du plus haut
interet; aussi sa reputation est mondiale. Mais 1'at-
traction principale pour la plupart des visiteurs est
peut-etre les Plaines d'Abraham, ou, le 13 septembre
1759, fut livree la fameuse bataille dans laquelle les
deux commandants francais et anglais, Montcalm et
Wolfe, perdirent la vie.
Neuf milles en bas de Quebec, la chute de Montmorency se precipite en mugissant de la falaise, pour
rejoindre un peu plus loin les eaux du St-Laurent.
C'est une merveille naturelle que tout etranger va voir
avant de songer a quitter la vieille cite de Champlain.
En route, on passe pres des ruines du vieux chateau des
intendants francais et a. travers le village de Beauport
qui encore, avec ses maisons blanchies et ses usages
anciens, rappelle la vie primitive des colons francais.
Le bruit des eaux de la riviere Montmorency tombant
d'un precipice de 250 pieds, nous avertit bientot qu'on
approche de la cataracte; on apercoit enfin l'ecume
blanche et les tourbillons qui se heurtent en bas avec
un grondement de tonnerre dont l'echo se repercute
au fond de la gorge creusee dans la falaise. La vue
est imposante de grandeur et de majeste. Un kiosque
perche sur le rocher en haut de la chute, nous procure
une excellente vue de celle-ci.
Plus loin vers Test, se trouve Ste-Anne de Beaupre,
qu'une longue suite de miracles a rendu fameux dans
tout le Nouveau-Monde. C'est le Notre-Dame de
Lourdes des Catholiques de l'Amerique du Nord; des
milliers de Cannes et de bequilles laissees par les infirmes
et les malades qui sont venus ici pour obtenir la guerison
de leurs maux, et qui ont vu leurs vceux exauces, rem-
plissent l'interieur de la superbe basilique qu'on y a
erigee a. la Sainte. On dit que pres d'un quart de
million de pelerins visitent chaque annee le Sanctuaire.
A part la Basilique, on doit voir la chapelle de la
Scala Sancta erigee en 1893. L'escalier, qu'on monte
a genoux, est un fac-simile des celebres degres de marbre
du Vatican apportes de Jerusalem par un pape, au
quatrieme siecle, ou dit-on, ils conduisaient au Pretoire
dans lequel Jesus fut juge par Pilate.
Quebec, vue prise de Pointe Levis
Les Chutes de Montmorency
Quebec—La rue Sous-le-Cap
Auto pour tounstes, pre
La Terrasse Dufferin, Quebec
Page Cinq r
MOKTAGKES ** LAURENTIDES
U nord-ouest de Montreal
s'etend un vaste district
montagneux, pittoresque
et plein d'attractions pour
ceux qui cherchent un en-
droit de villegiature ideal.
Mais ce qu'on doit^ faire
surtout remarquer a pro-
pos du district des Laurentides, a part du fait qu'on
doit y inviter les amateurs
des beautes naturelles, les ■
sportsmen et les convalescents, c'est sa facilite d'acces. Le Pacifique Canadien j
a penetre a travers ses hautes collmes, ses fertilesi
vallees, ses lacs innombrables, ses ruisseaux tortueux,
et en quelques heures, trois ou quatre au plus, ce
chemin de fer nous amene au cceur des bois et des
monts enchanteurs.
Le voyage lui-meme, qu'on ferait cent fois en le
trouvant toujours nouveau, n'est pas l'un des moindres;
plaisirs d'une vacance passee dans ce merveilleuxf
district. Les confortables wagons qui y font le service
sont les seules choses qui donnent un aspect moderne(
a cette Arcadie d'un autre continent. Les noms des
villages, d'ailleurs, attestent du fait qu'on a laissei
loin en arriere la vie intense des villes, la vie des luttesy
et des combats pour le succes. Ste-Adele, Ivry, St-i
Faustin, Piedmont, Ste-Agathe des Monts, l'Annon-
ciation, Val-Morin, le Mont Tremblant, sont^ desi
appellations pleines de charme rustique et qui pretent
a l'imagination.
Mais si les noms des endroits que 1'on passe sur lei
parcours de 158 milles de Montreal a. Mont-Laurier,:
sont si attrayants, que ne doit-on pas dire du paysage
qui se deroule a nos yeux le long de la route! Sur
des milles de distance, au cours de son ascension de
1,400 pieds au-dessus du niveau de la mer, le train
suit la riviere du Nord qui avance en se tordant sur
elle-meme, parfois noire et calme dans sa course, plus
loin se precipitant en cascades ecumantes au fond des
gorges profondes; ailleurs il contourne des monts
escarpes revetus de verdure et couronnes de jeunes
bouleaux, ou il se fraye un passage dans de pittoresques
vallees. Le decor change a chaque pas, mais toujours
il reste plein d'enchantement. La courbe du Fer-a-
Cheval de Ste-Marguerite est aussi etonnante que tout
ce qu'on peut voir dans le genre sur les chemins de fer
des Alpes.
Mais ou va-t-on s'arreter ? Ici on n'a que l'em-
barras du choix. Le touriste a besoin d'un guide
pour choisir une place de villegiature, parce que tous
les villages l'invitent avec des droits egaux. Et le
voyageur, qu'il veuille un endroit modeste et tranquille,
une excellente table, des amusements divers mais pai-
sibles, ou qu'il desire la solitude, la vie de camp, pecher
la truite, explorer des territoires dont quelques-uns
sont plus vastes que certains etats de I'Umon, trouvera
a satisfaire ses gouts; il n'aura qu'a etudier un peu ce
qu'offre chaque section du district.
A moins d'une heure de Montreal, le train atteint
le village de Ste-Therese ou le Pacifique Canadien se
bifurque vers le nord et entre dans les montagnes
Laurentides. St-Jerome, situe a treize milles plus
loin, possede plusieurs modestes hotelleries et maisons
de pension; ce point pourra etre utilise comme base
par celui qui projette un voyage dans ce paradis dont
il gardera certainement un vivace souvenir. La peche
a la truite est fructueuse a moins d'un mille de la;
au lac L'Achigan (11 milles plus loin), ainsi que dans
la region qui s'etend au nord, on trouvera de la truite
mouchetee et grise en meme temps que de l'achigan
en abondance. D'excellentes facilites de logement
peuvent etre obtenues au Lac L'Achigan.
L'arret suivant d'importance est Shawbridge, neuf
milles plus loin. Quoique ce soit l'un des plus vieux
endroits sur le chemin de fer, ce n'est que depuis
quelques annees qu'il est apprecie dans toute sa yaleur
comme place de villegiature par les Montrealais.
Meme aujourd'hui, malgre qu'on ait construit ici de
nombreuses residences d'ete, la region de Ste-Angelique,
dont Shawbridge est l'entree et qui peut etre atteinte
de Montreal en moins de trois heures, est ouverte a
tous ceux qui voudraient venir y passer quelques mois
durant les chaleurs de la belle saison. C'est un district
sans egal pour camper, et les lacs, dont plusieurs ont
des plages ideales pour les baigneurs, abondent en
poissons de toutes sortes.
Apres avoir depasse Piedmont, la station suivante,
on entre pour de bon dans les montagnes, la ligne
s'elevant continuellement, jusqu'a ce qu'enfin on ait
atteint Ste-Marguerite, l'un des points les plus populates des Laurentides. Les lacs Masson et Charlebois
ont depuis quelque temps attire des milliers de visiteurs
et sans nul doute, ils continueront pendant encore de
nombreuses annees a £tre le rendez-vous d'un nombre
toujours plus grand de touristes. Le village de Ste-
Marguerite, qui possede deux hotels de premier ordre
et plusieurs maisons de pension, est coquettement etabli
sur les rives du lac Masson. S'elevant des bords du
lac, il y a une montagne du sommet de laquelle on
obtient une vue magnifique des Laurentides. Disse-
mines en bas, dans un encadrement de noir et de vert,
1'ceil apercoit dix-huit lacs dont quelques-uns sont
parsemes d'iles qui font les delices des campeurs; la
plupart, specialement le lac Charlebois, fourmillent de
truites mouchetees.
Val-Morin a^ gagne sa popularite ces dernieres
annees.    II y a a peine quelque temps, cet endroit etait
Lac des Isles, Ste. Agathe
L'appel a l'orignal
"
Hotel du &
lac Mercier
Page Six
Page Sept MONTAGNES <*<* LAURENTIDES
connu seulement de trois ou quatre heureux propne-
taires de modestes chalets et de leurs amis; aujourd'hui
plusieurs personnes riches s'y rendent, et peu a. peu
il prend une apparence tout a fait fashionable. En
plus d'un hotel d'une certaine pretention, il y & une
demi-douzaine de maisons de pension ou le pecheur
se sentira parfaitement chez lui. II faut dire que Val-
Morin jouit d'une grande vogue parmi les amateurs
du bambou, car plusieurs lacs et ruisseaux des environs
sont fort poissonneux.
A soixante-quatre milles de Montreal sur les bords
du pittoresque Lac des Sables, se trouve Ste-Agathe des
Monts, qui, de petit village, s'est transforme en quelques
annees en une place d'eau d'une assez grande importance. De magnifiques chalets ont ete batis sur les
iles et sur les rives en pente du lac, dont les eaux sont I
sillonnees en tous sens par de nombreux canots-;
automobiles.
Ste-Agathe possede un terrain de golf et est un centre
pour les excursions dans l'interieur du pays, qui
est d'une grande beaute. Avec une population de
4,000 ames, et possedant la plus belle eglise au nord
de Montreal, Ste-Agathe n'a pas neglige ses routes qui
permettent de visiter tres facilement une region dans
laquelle il a trente-trois lacs dans un rayon de huit
milles.
Ste-Lucie, situe sur les limites d'une reserve d'lndiens,
a. sept milles au nord de Ste-Agathe, a un confortable
hotel offrant toutes les commodites aux pelcheurs
qu'attirent dans cette direction une vingtaine de lacs
dissemines a. peu de distance du village. A sept ou
huit milles au sud de Ste-Agathe, on rencontrera St-
Adolphe et le district du lac St-Joseph dans le voisinage
duquel la Y.M.C.A. a etabli une colonie de vacances
permanente. De Ste-Agathe, le touriste peut se
rendre en auto dans la pittoresque region des montagnes
Noires ou la chasse est fructueuse et la peche abondante
dans les lacs Archambault et Ouareau.
Revenant maintenant a la ligne de chemin de fer,
on arrive a Ivry qui donne acces au lac Manitou ou
sont les quartiers generaux du club Manitou, l'un des
clubs de p6che les plus populaires autour de Montreal.
A douze milles au-dela de Ste-Agathe des Monts
par le chemin de fer, se trouve St-Faustin, place favorite
des pecheurs a la truite, de Montreal, qui visitent
pendant l'ete les montagnes Laurentides pour faire
de la peche leur passe-temps continuel. Vingt ans
passes, le village de St-Faustin etabli a un mille et
demi de la gare, laissait s'ecouler le temps sans songer
aux pensionnaires d'ete, mais un jour, Valentin Grenon
s'avisa de batir pres de la gare sur les bords du lac
Carre, un modeste hotel pour les sportsmen. Ses
premiers pensionnaires, longtemps avant qu'on ajoutat
les etages superieurs, furent deux employes du Pacifique
Canadien dont l'un se construisit peu apres au lac
Superieur un chalet qu'il possede encore. Desjors la
reputation de St-Faustin comme centre de peche se
repandit rapidement et les Montrealais_ attires par ce
qu'on disait des prises extraordinaires faites dans le lac
Carre lui-meme, commencerent a s'y donner rendezvous. Alimente par plusieurs ruisseaux, ce petit lac
d'un quart de mille carre, abonda pendant phisieurs
annees de truites pesant d'un quart de livre jusqu'a
une livre et demie, qu'on prenait par milliers chaque
saison. Quoiqu'il soit encore fort poissonneux, il a
perdu un peu de cette merveilleuse fecondite.
Les Americains entendirent d'abord parler de St-
Faustin par "Lafe" Heidell, un fameux pecheur,
vainqueur au Madison Square Garden et ailleurs, de
nombreux concours pour lancer la mouche. II vint ici
pendant plusieurs saisons, amenant chaque fois de
nouveaux enthousiastes, qui a leur retour, continuerent
a propager le renom du district. St-Faustin a une
population de 1,500 ames et aujourd'hui, l'hotel
primitif de Grenon a ete remplace par une hotellerie
plus moderne qui domine le lac, dont les rives sont
bordees de coquets chalets d'ete. Au village, comme
pres de la gare d'ailleurs, les visiteurs trouveront aise-
ment a loger. Le lac Paquette, a un mille du lac
Carre, pouvait un temps rivaliser avec tous ceux des
alentours; on y prenait des truites de deux livres. On
fera encore dans ses eaux de fructueuses peches, malgre
qu'on s'expose parfois a y etre desappointe. On peut
dire la meme chose du lac Plat, situe a deux milles et
demi de la station; l'expert a la mouche y prendra
cependant de temps a autre une demi-douzaine de
belles pieces, dont pas une ne pesera moins d'une
livre et demie, quelques-unes allant me:me jusqu'a
trois lirres. Les lacs Rouge, Blanche, Decaire,
Francais, Gauthier et quelques autres dans un rayon
de trois ou quatre milles, procureront des resultats plus
certains, mais le poisson y est de plus petite dimension.
Cinq milles au nord-ouest de la station s'etend la
superbe nappe d'eau connue sous le nom de Lac
Superieur, sur les bords duquel on a deja erige une
vingtaine de chalets, deux maisons de pension et un
bureau de poste. C'est au debut de la saison et tard
en aout que la peche y est la plus fructueuse, alors que
la grosse truite mouchetee abonde. Dans les environs
coulent des rivieres tres poissonneuses; la riviere du
Diable, a une heure de distance, et la riviere Boulee
qui est encore plus pres, sont des cours d'eau ou le
poisson est d'une certaine grosseur. Dans le ruisseau
Archambault et le ruisseau Noir on pourra tres rapidement remplir un panier de petites truites. Le lac des
Quenouilles, a cinq milles au nord-est de St-Faustin,
est un autre point frequente. Grenon y dirige une
bonne maison de pension et maintient un service
d'automobiles entre le lac et la gare.
^mmm-
, •  :     ■   .:.
Les chutes, Ste-Marguerite
Page Kuit
Page Neuf MONTAGNES des
He Fron
Dans le Lac
re, St-Faustin
Page Dix
LAURENTIDES
La peche en famille
St-Jovite est un endroit renomme pour la peche. II y a dans le village plusieurs modestes h6tels,
alors que sur les rives du lac Ouimet, a. deux milles et demi de la station, s'eleve une charmante hotel-
lerie appelee l'Auberge des Roches Grises. De ce point, un sentier conduit au sommet du Mont
Tremblant. Une plage pour les baigneurs, des terrains pour le tennis et le croquet, aideront a
passer agreablement le temps; le lac est rempli d'achigan, de truite rouge et de truite grise. Le lac
Tremblant, long de sept milles et tout parseme d'ilots, est atteint de la station du Mont
Tremblant, a trois milles de la.
S'elevant au-dessus de la station suivante, la Conception, le Mont Tremblant s'elance dans le ciel
a une hauteur de 1,600 pieds. II faudra une b(Ane partie de la journee pour parvenir au sommet,,
mais le touriste qui se donnera la peine d'en faire 1'ascension sera amplement recompense par le
splendide panorama qui s'offrira a. ses yeux de cette hluteur. En bas, le lac Tremblant se deroule comme
un ruban avec ses iles ornees de camps et de chalet^*/ dans le flanc de la montagne, trois lacs aux dimensions moindres sont reunis par plusieurs ruisseaux dont les eaux, en  se   precipitant des rochers, forment
Le canotage sur la Riviere du Nord, Shawbridge
mpm
Baigneurs dans la Riviere du Nord,   Shawbridge
Page Onze MONTAGNES ** LAURENTIDES
de bruyantes cascades qui semblent faire trembler
la montagne; de la. le nom qu'on a donne a celle-ci. ■
Un hotel a ete construit sur le rivage du lac, dans
les eaux duquel le pecheur trouvera du saumon,
de   la   truite   et   du   brochet.
Parmi les points d'interet pres de Labelle, qui porte
le nom du devoue pretre missionnaire du Nord, il faut
mentionner la Chute aux Iroquois. Les lacs et ruisseaux des alentours abondent en diverses varietes de
poissons, et le village possede non seulement deux hotels
et plusieurs maisons de pension, mais aussi une ecune
de louage dont les cochers peuvent servir de guides
pour tout le district. Le club St-Jerome et le club
Ducharme ont leurs reserves pres de Labelle.
De Labelle a Nominingue, la peche sera plus fruc
tueuse que dans les regions situees plus pres de Montreal, mais ici le pecheur doit etre prepare a^ accepter
des facilites de logement plus ou moins primitives. Le
Lac Bouleau pres de l'Annonciation et le lac Lacoste,
a peu de distance de la station du meme nom, sont
excellents pour la peche a la truite. Le Grand Lac
Nominingue et le Petit Lac Nominingue sont aussi de
magnifiques nappes d'eau. De Nominingue a Mont-
Laurier, la contree est encore pour la plus grande
partie entre les mains des proprietaires de limites a
bois, des explorateurs et des mineurs, maiscependant
par l'intermediaire civilisateur du chemin de fer,
plusieurs colons s'y sont deja etablis et leurs fermes
prennent aujourd'hui une apparence de prosperite.
Le district est ideal pour les sportsmen.
Camp des Scouts d'Agaming, Lac Archambault
Auberge des Roches-Grises, St-Jovite
Page Douze
LA VIE *« GRAND Alkalies LAURENTIDES
ORSQU'EN 1892, la com-
pagnie du C. P. R. com-
pleta son embranchement
des Laurentides jusqu'a
Ste-Agathe, elle procura
aux campeurs l'avantage
d'explorer de nouvelles regions, toutes plus pitto-
resques les unes que les
autres, et donna par la un
regain de popularity a. la
vie sous la tente dans les montagnes du Nord.
L'annee precedente, un parti compose de plusieurs
hommes bien connus de Montreal, laissa le bout
de la ligne, alors quelque part autour de Piedmont, et s'enfoncant a. l'interieur, parvint jusqu'a
Ste-Agathe, qui n'etait dans le temps qu'un petit
village sis sur les bords du Lac des Sables. De
la on se dirigea vers le lac St-Joseph, sept milles au
sud-ouest, ou Ton comptait trouver un site propre a
l'etablissement d'un camp permanent pour hommes
et gargons. Le parti fit un rapport favorable et l'annee
suivante, une autre expedition se rendit au meme
endroit sur la demande de la Y.M.C.A., afin de preparer
le terrain et organiser le premier camp du genre dans
les Laurentides. Aujourd'hui encore, le camp central
de la Y.M.C.A. pour les hommes, occuppe une ile de ce
superbe lac, tandis que celui des garcons, apres y avoir
ete tenu pendant plusieurs annees, a ete transports
sur un autre point tres pittoresque, pres de Piedmont,
ou Ton a installe un campement des plus modernes,
pourvu de tout ce qu'il faut pour assurer un sejour
agreable aux nombreux jeunes gargons qui s'y rendent
chaque ete.
Le camp provincial des Boy Scouts, qui est aussi
situe sur un des lacs des environs, est encore le rendezvous de centaines de jeunes garcons, qui sous la surveillance du secretaire provincial de l'organisation,
peuvent y jouir pendant l'ete des plaisirs de la vie au
grand air. Un autre camp pour les jeunes Catholiques,
a recemment ete fonde sur les rives du lac des Deux-
Montagnes et est atteint par voie du C. P. R. via
Como. D'autres camps pour gargons et filles sont
actuellement a. s'organiser et pour ce qui regarde les
derniers, il n'y a aucun doute que sous une direction
sage et attendue, ils rencontreront tout le succes qu'ils
meritent.
L'une des colonies de vacances les plus populaires
pour gargons, en meme temps qu'une des plus anciennes,
est celle d'Agaming, fondee il y a quelques annees sur
les rives du lac St-Joseph. Desirant plus d'espace et
plus de facilites pour la peche, ses organisateurs se
mirent un jour a la recherche d'un site qui remplirait
mieux les conditions, sans etre toutefois trop eloigne
de la civilisation et du chemin de fer. Apres de longues
journees d'exploration dans cette partie des Laurentides, il fut decide qu'on s'etablirait au bord du magnifique lac Archambault, ou la position semblait satisfaire
ja toutes les exigences. A 27 milles de la voie ferree, les
campeurs peuvent cependant se procurer aux environs
les provisions necessaires a leur alimentation. Sur une
longueur de 500 verges, la plage, semee d'un beau
sable fin, glisse graduellement dans les eaux du lac
jusqu'a ce qu'a une distance de 100 verges, l'onde n'ait
atteint qu'une profondeur de 5 pieds. Les rives sont
ombragees de blancs bouleaux dont les branches se
mirent dans l'eau bleue, tandis qu'un peu plus loin
la foret touffue procure une ombre rafraichissante pour
^installation des tentes. Tout le paysage environnant
est parseme de lacs, de vallons et de montagnes ver-
doyantes, dont les sommets se decoupent dans l'azur du
ciel. Nulle part ailleurs dans les Laurentides, a l'ex-
ception peut-etre du lac Tremblant, la Nature a ete
plus prodigue de ses contrastes, que dans la vallee qui
retient les eaux des lacs Archambault et Ouareau.
Les lacs et les ruisseaux, les pentes ombragees et les
riants vallons, tout s'unit pour former un panorama
des plus pittoresques.
Deux milles au nord du lac Archambault, toute trace
de civilisation disparait et de la. jusqu'aux rivages de
la Baie d'Hudson, l'explorateur pourrait marcher des
semaines et des mois sans rien rencontrer ni voir, qui
lui rappelle la vie des villes, avec ses mille restrictions
journalieres. II n'y a certes rien de plus delicieux pour
l'homme de bureau ou pour l'ecolier en vacances, que
la liberte de ces camps organises.
On arrive tout plein d'enthousiasme, joyeux de
respirer le grand air des bois; on endosse de vieux habits
et Ton se met activement au travail, qui consiste d'abord
[a monter les tentes, allumer des feux, etc. A chaque
instant il faut courir a. la greve, regarder au loin sur le
Page Treize LA VIE *» GRAND KlKd^nsies LAURENTIDES
lac, tant le spectacle est nouveau, et lorsque le cuisinier
annonce que le diner ne sera pret que dans une heure,
on se demande pourquoi il est aussi lent et il semble
que Ton ne s'est rien mis sous la dent depuis une
semaine. Heureusement qu'il y a cent moyens de
s'occuper en attendant. Par exemple, un bain dans j
1'onde limpide ou une promenade en canot.
Le deuxieme jour, le cours de l'existence que Ton
va mener pendant ces quinze jours, commence a. se
regulariser et chacun apprend ce qu'il doit faire pour
lui-meme, de meme que pour la communaute, car dans
ce petit monde perdu dans les bois, il faut considerer
ses compagnons autant que soi-meme. Les anciens
enseignent aux nouveaux ce que leur experience des
camps precedents leur a appris et ceux-ci, des que
l'occasion se presentera, s'empresseront de mettre ces J
legons en pratique.
Le matin apres le lever, les tentes sont ouvertes, lesf
couvertures pliees, on nettoie les lanternes et tout est!
soigneusement mis en place pour l'inspection quoti-|
dienne par l'ofncier du jour, apres quoi chacun set
dirige ou bon lui semble pour la journee. Les uns vont
a la peche, les autres prennent les canots ou   les cha- u
loupes, tandis que les amateurs des divers jeux de
champ entrent en lice, soit pour une partie de base-ball,
de foot-ball ou de tennis.    L'activite regne partout.
Mais il y a encore ceux qui veulent voir du pays
nouveau, des explorateurs en herbe a 1'esprit aven-
turier. Ceux-la preparent une expedition dans l'inte-
rieur. Sous la conduite d'un guide qui s'y connait,
chacun prend sa part de bagages et Ton se met en
marche vers l'inconnu. Le voyage durera peut-etre
quelques jours, mais qu'importe un peu de fatigue,
on n'en mangera que de meilleur appetit. On suit
une riviere qu'on parvient finalement a. traverser a
gue, on contourne lac apres lac, on escalade des collines,
on descend au fond de tortueuses vallees et Ton s'arrete
enfin au soir pres d'un joli ruisseau ou il faudra passer
la nuit. Le lendemain, l'expedition se continue jusqu'a ce qu'on ait decide de revenir au camp, apres avoir
decouvert un petit lac perdu dans le flanc d'une montagne et dont on ne peut trouver aucune indication
sur la carte. Tout le monde est heureux, et Christophe
Colomb ne ressentit pas plus de joie lorsqu'il apergut
San Salvador, que ces jeunes gargons lorsqu'ils decou-
vrirent ce lac minuscule.
Un combat de Boxe au Camp Agaming
Flottille en ligne de formation
Page Quatorze
Une course sur le rivage
Sports aquatiques au Camp Agaming
La voile est un sport excitant
Un superbe plongeon
Le coin des cuisiniers
Exercice matinal
Page Quinze VALLEE de £a GATINEAU
A region des dix mille lacs _ :|
cette denomination^ decrit
brievement les comtesd'Ottawa et de Pontiac a travers lesquels coule l'un des
plus importants tributaires
de l'Ottawa, la Gatineau.
II y a 90 ans, John Mac-
taggart, un ingenieur civil
employe a la construction
du canal Rideau, par le
colonel By, ecrivit un ou-
vrage sur le Canada de ce
temps, tel qu'il l'avait vu, et dans une description de
ce district ou il avait fait une excursion, il dit que ce
serait un "endroit ideal" pour envoyer des forgats.
L'observateur se doutait peu alors que ce "Val de
la Gattineau," comme il l'appelait, serait un jour
traverse sur une longueur de pres de 100 milles par
une voie du plus grand systeme de transport au;
monde, l'embranchement de Maniwaki du Pacifique
Canadien.
La Gatineau a ete pendant de longues annees un
district forestier de la plus grande importance; la
moyenne annuelle des billots qui descendaient le cou-
rant pour se rendre aux moulins de Rockland et
d'Ottawa etant alors d'un million. On y developpera
probablement un jour une grande energie electrique,
car jusqu'a 100 milles en haut de l'embouchure de la
riviere, on peut compter une quinzaine de chutes et.
de rapides dont la force, si elle etait exploitee, pourrait
etre transformee en des milliers de chevaux-vapeur..
Mais actuellement, ce qu'on apergoit surtout sur ses
bords enchanteurs, ce sont plutot les jolies residences
d'ete ou les gens d'Ottawa vont se refugier durant les
grandes chaleurs de l'ete. Les services accordes par le
C. P. R. sur cette ligne de Maniwaki sont si commodes,-
que les villegiatureurs qui doivent vaquer a leurs]
affaires a. la ville, peuvent soir et matin voyager d'Ottawa a la campagne.
C'est pour le touriste cependant que la vallee de la
Gatineau a le plus d'attraits. De Chelsea (neuf milles
d'Ottawa) jusqu'a Maniwaki, le terminus de la ligne, i
sont dissemines toute une succession de jolis villages1
ou il peut s'arreter a volonte. Dans cette pittoresque
contree des lacs, il trouvera des specimens varies de
poissons dont la peche est des plus excitantes; le
maskinonge, la truite mouchetee, l'achigan, le brochet
et la truite grise abondent dans des lacs situes a peu
de distance des gares de chemin de fer.
A mesure qu'on s'avance vers le nord par le chemin
de fer, les endroits de peche s'offrent plus nombreux.!
On rencontrera en plus dans toute la Gatineau, le cerl
rouge de l'Amerique du Nord, dont certains specimens
ont ete vus recemment jusqu'a deux milles de la ville
de Hull. Pour chasser l'orignal, ce roi de nos forets, il!
faut aller un peu plus au nord de Maniwaki, car l'avance]
du chemin de fer dans ses domaines 1'eloigne continuel-
lement de la civilisation.    Toute personne est libre de
Page Seize
pecher, ou de chasser le chevreuil et J'orignal, pourvu
qu'elle soit munie d'une licence provinciate.
Le visiteur qui vient dans la capitale ne doit pas
manquer, meme s'il n'a qu'une journee a disposer, de
faire le voyage de Maniwaki; c'est une occasion unique
de voir la contree et les forets canadiennes a leur etat
sauvage. Le trajet d'Ottawa au bout de la ligne et
retour, une distance de 166 milles, s'effectue en moins de
neuf heures, y compris un arret d'une heure a Maniwaki
ou Ton peut se faire facilement servir a diner dans l'un
des cinq hotels.
Traversant d'abord la riviere Ottawa sur le pont
suspendu, le train arrive bientot a la gare de Hull.
Apres une courte attente, le voyage se continue et en
moins de cinq minutes, on entre dans la vallee de la
Gatineau. Sur un parcours d'une trentaine de milles,
la voie suit les detours de la riviere, procurant ainsi
toutes les facilites d'observer le superbe paysage. # On
laisse graduellement en arriere de nous Chelsea, Kirk's
Ferry, Les Cascades, Pointe de la Ferme, Rockhurst
et Wakefield, endroits favoris de villegiature. Quelques-
unes des residences d'ete sont construites tout pres du
rivage, les autres un peu plus loin, a demi cachees dans
les bois ou perchees sur le haut des collines. De l'autre
cote de la riviere, les Laurentides s'elevent avec majeste
a des centaines de pieds dans le ciel. Quoique Ton ait
coupe la majeure partie du pin dans cette region, le
sapin, l'erable, l'epinette, le bouleau et quelques autres
varietes de bois qui s'y trouvent en abondance, ajoutent
une grande beaute au panorama, surtout l'automne
lorsque les feuilles ont pris leurs teintes multicolores.
A Pointe de la Ferme il y a un bel h6tel d'ete ou la
pension est excellente, de magnifiques terrains de jeux,
toutes les facilites pour le canotage et une superbe
plage pour les baigneurs.
Apres avoir depasse Wakefield-Nord, le chemin de
fer, tout en se conformant a la topographie du pays,
suit une ligne septentrionale plus directe. On passe a
Farrelton, Low, Venosta et le train entre ensuite a
Kazabazua, dans le voisinage duquel il y a plusieurs
beaux lacs; ce village possede un confortable hotel ou
on loue en meme temps des chevaux aux voyageurs.
Gracefield, a soixante milles de la capitale, fut long-
temps le terminus de la ligne, et l'endroit ou s'arretaient
les "draveurs" en route pour les chantiers du Nord.
Depuis qu'on a pousse la voie jusqu'a Maniwaki, le
village a perdu un peu de son activite, malgre qu'il
soit encore un centre assez important par sa population,
possedant deux hotels et plusieurs magasins. C'est le
centre d'un district ou plusieurs cours d'eau et lacs sont
loues, parmi lesquels il faut nommer le Lac des 31
Milles et le lac Pemichangan, tous deux contrdles par
le Club de Chasse et de Peche de la Gatineau. Cette
organisation comprend soixante membres dont la moitie
sont des Americains de New-York et du New-Jersey et
les autres sont canadiens. Le chalet du club, construit
avec tout le confort possible, est une superbe batisse.
Ces gens ont trente milles de cours d'eau dans lesquels
abondent l'achigan et la truite grise; aussi peuvent-ils
VALLEE de U GATINEAU
tout a leur aise se livrer aux plaisirs de la peche. Les
clubs Abitibi et Kegema sont deux autres organisations
importantes qui ont leur base a Gracefield.
Peu apres avoir laisse Gracefield, le touriste s'extasie
devant la beaute du paysage qui se deroule a ses yeux
emerveilles: sur une longueur de neuf milles, le train
longe les rives du lac Mer-Bleue en s'arretant aux
stations de Mer-Bleue, Ellard, Rockhaven et Burbridge.
II faudrait la plume d'un poete pour decrire justement
les merveilles de cette nappe d'eau parsemee d'iles aux
formes diverses et recouvertes de verdure. De su-
perbes chalets, la plupart appartenant a. des citoyens
d'Ottawa qui y viennent rejoindre leurs families a la
fin de chaque semaine, sont batis sur les plus beaux
points d'interet autour du lac. Ici et la une ferme
pousse ses limites jusqu'au rivage, etablissant ainsi un
contraste agreable avec les bois et les rochers des
environs. De nombreuses bandes de sable jetees
a. divers intervalles sur la rive, fournissent toutes les
facilites pour les baigneurs. Une seule chose manque
a Mer-Bleue, mais il n'y aucun doute que cette lacune
sera bientot comblee, c'est une hotellerie d'ete pour
les villegiatureurs.
La permission d'etablir un campement peut pour une
faible retribution etre obtenue des cultivateurs des
environs et de ceux-ci on pourra a. des prix tres raison-
nables se procurer en outre des volailles, des ceufs, du
lait, du beurre, etc. Le lac, qui est situe a 537 pieds
au-dessus du niveau de la mer, soit a 250 pieds plus
haut qu'Ottawa, est un endroit excellent pour les per-
sonnes dont la constitution demande un stage a une
forte altitude.
De Burbridge, la station la plus au nord sur le lac,
il reste dix milles pour se rendre jusqu'a Maniwaki,
le terminus de la ligne du Pacifique Canadien dans cette
direction. C'est un village florissant situe sur la riviere
Desert, tres frequente par les hommes de chantiers, c^r
aujourd'hui, l'industrie du bois de cette partie du pays
est alimentee par les forets du nord des comtes d'Ottawa
et de Pontiac. De hardis colons canadiens-frangais ont
pousse encore plus loin que le chemin de fer, et entrant
bravement dans ces regions sauvages, s 'y sont defriche
des fermes prosperes. Ce sont eux d'ailleurs qui ont
colonise la plus grande partie de la vallee que le voyageur vient de traverser. Bon, genereux et hospitalier,
paisjble, travailleur et craignant Dieu, le colon de la
Gatineau n'a rien a envier a ses compatriotes du
Canada.
La provision d'eau pour la journee
L;Achigan est abondant dans la Gatineau
WM^:'''-'■''WIMp
rk's Ferry
Page Dix-sep CANTONS de L'EST
AGOG, dont la population
est de 4,000 habitants,
est situe a 80 milles de
Montreal, sur les bords
du magnifique lac Mem-
phremagog, long d'une
trentaine de milles, tout
parseme d'iles et entoure
de hautes collines boi-
sees. Ce lac, qui res-
semble beaucoup au Lock Lomond en Ecosse, est un
lieu de rendez-vous favori pour les touristes d'ete.
Deux montagnes d'une assez grande altitude s'elevent
dans les environs: le mont Orford (3,300 pieds), et
Owl's Head (2,300 pieds). Owl's Head est accessible
directement du lac, tandis qu'Orford est situe a. cinq
milles de Magog dans l'interieur. En ete un vapeur
part tous les jours de Magog, pres de la gare, pour faire
le tour du lac, s'arretant en route a. tous les points
importants et se rendant jusqu'a la coquette ville de
Newport, Vermont, a l'extremite sud. L'achigan, le
maskinonge, le brochet et le saumon abondent dans le
lac Memphremagog.
A mi-chemin entre Knowlton's et Bryant's Landing,
on construit actuellement un monastere semblable a
celui d'Oka pres de Montreal, qui portera le nom de
St-Benoit-du-Lac. Le gouvernement de Quebec etablit
en meme temps a. cet endroit une ferme experimentale
pour l'elevage des volailles et la culture des arbres
fruitiers; il n'y a done pas de doute que St-Benoit va
devenir assez populaire parmi les touristes au cours
des saisons prochaines.
Le club de l'Hermitage a moins de quatre milles de
Magog, comprend parmi ses membres plusieurs personality bien connues de Montreal. Une vieille residence anglaise a ete transformee en de confortables
quartiers pour ceux-ci, tandis qu'on y a amenage des
terrains de golf, de tennis et toutes sortes de facilites
pour faire du canotage, de la rams et du canot-auto-
mobile.
SHERBROOKE—Sherbrooke, dix-huit milles plus
a. Test sur la ligne principale du Pacifique Canadien,
est la metropole des Cantons de l'Est et possede
plusieurs florissantes industries. C'est une tres jolie
ville avec une population de 19,243 habitants dont plus
de la moitie sont canadiens-frangais; la pittoresque et
tumultueuse riviere Magog s'y jette dans le St-Frangois.
Ceux qui veulent se rendre a Quebec de Sherbrooke,
peuvent facilement le faire en communiquant avec le
Quebec-Central.
MEGANTIC—Megantic, situe a soixante-dix milles
a. Test de Sherbrooke, est un endroit sans egal pour les
chasseurs et les pecheurs. Les hotels y sont confortables et on y trouvera facilement des guides pour toutes
sortes d'excursions dans le pays. Le lac Megantic a
douze milles de long et de un a quatre milles de large.
Pres du lac Megantic se trouve le lac de l'Araignee ou
sont les quartiers-generaux du Club de Chasse et de
Peche Megantic.
BROME—Le lac Brome, situe au nord du comte du
meme nom, est un autre endroit de villegiature fort
apprecie des Montrealais.
Amat'
. vie des bois, Lac Brome
Les Regates a St-Jean, Que.
Page Dix-huit
LOIS * CHASSE «* de PECHE
PROVINCE DE QUEBEC.    (On pourra chasser ou pecher.)
CHASSE.
GROS GIBIER—L'orignal et le chevreuil, du ler
septembre au 31 decembre, inclusivement, excepte dans
les comtes d'Ottawa et de Pontiac, ou la saison est du
ler octobre au 30 novembre, inclusivement.
Caribou, du 1 septembre au 31 Janvier, inclusivement.
L'ours, du 20 aout au 30 juin inclusivement.
Aucune personne ne pourra tuer dans un meme saison,
plus d'un orignal, deux caribous et  deux chevreuils.
On pourra employer des chiens pour chasser le
chevreuil, du 20 octobre au ler novembre seulement.
Toute personne gardant chez elle un chien entraine a
la chasse du chevreuil, devra sous peine d'amende,
empecher celui-ci de courir en liberte dans les districts
habites par le chevreuil, du ler novembre d'une annee
jusqu'au 20 octobre de la suivante. Toute personne
rencontrant entre les dates mentionnees plus haut, un
chien courant en liberte dans un district habite par le
chevreuil, pourra le tuer sans encourir de responsabilite.
II est defendu de tuer les faons de l'orignal, du caribou
et du chevreuil, avant qu'ils aient atteint l'age de un an.
II est defendu en tout temps de tuer la femelle de
l'orignal.
AUTRE GIBIER—Vison, loutre, martre, pekan,
renard et raton, du ler novembre au 31 mars, inclusivement.
II est defendu de chasser le castor depuis le ler avril
1913 jusqu'au ler novembre 1917.
Lievre, du 15 octobre au 31 Janvier, inclusivement.
Rat musque, du ler avril au 30 avril, inclusivement.
OISEAUX—Les becasses, les courlis, les pluviers,
les becassines, les chevaliers et les maubeches, du ler
septembre au 31 Janvier ,inclusivement.
La perdrix blanche, du ler novembre au 31 Janvier.
Les macreuses, les sarcelles ou les canards sauvages
de toutes especes, excepte les harles, les huards, les
goelands et les pingouins, du ler septembre au 28
fevrier, inclusivement.
Les perdrix grises et de savane, du ler septembre au
15 decembre de chaque annee.
II est defendu jusqu'au ler octobre 1917, d'avoir en
sa possession dans le but de les vendre, des perdrix
grises et de savane.
Les lois pour cette partie des comtes de Chicoutimi
et Saguenay, situee au nord et a. Test de la riviere
Saguenay, sont les memes que les precedentes, excepte
qu'il sera permis de tuer:
Caribou, du ler septembre au 28 fevrier, inclusivement. On ne pourra tuer plus de quatre caribous dans
une m£me saison.
Lievre, du 15 octobre au ler mars, inclusivement.
Rat musque, du ler novembre au 31 mars, inclusivement.
Loutre, du 15 octobre au 15 avril, inclusivement.
Perdrix grises, du 15 septembre au 31 Janvier, inclusivement.
Perdrix blanches, du 15 novembre au 28 fevrier,
inclusivement.
Les personnes non domiciliees dans la Province de
Quebec, qui n'y sont membres d'aucun club diiment
incorpore, devront payer une licence de $25.00 pour
chasser dans les limites de celle-ci.
Les personnes non domiciliees dans la Province,
membres actifs de clubs de chasse et de peche legale-
ment organises, $10.00.
Cette licence est bonne pour la saison; on peut l'ob-
tenir par 1'Agent General du Service des Voyageurs du
C. P. R., a Montreal, ou par tout agent du Pacifique
Canadien.
Apres les quinze (15) jours qui suivent la fermeture
de la saison, il sera defendu a quiconque, de transporter
aucune peau, ou piece de gibier abattue au cours de
cette saison.
PECHE.—Dans toute la Province.
Esturgeon, du ler juillet au 31 mai.
Achigan, du 16 juin au ler mai, inclusivement.
Maskinonge, du 15 juin au 14 avril.
Ouananiche, du ler decembre au 30 septembre.
Saumon, du ler mai au 31 juillet; a la mouche, du 2
fevrier au 14 septembre.
Truite mouchetee, du ler mai au 30 septembre, inclusivement.
Truite des lacs (touladi), truite grise (lunge), du 2
decembre au 4 octobre, inclusivement.
Poisson blanc, du ler decembre au 9 novembre,
inclusivement.
Dore, du 16 mai au 14 avril (15 pouces).
Truite saumonee, du ler decembre au  14 octobre.
Pour la pikhe au saumon, les non-residents devront
payer pour la saison, une licence de $25.00.
Pour toute autre espece de poisson, $10.00.
Les membres actifs de clubs incorpores qui ont loue
un territoire de peche, devront payer une licence de
$5.00 pour la saison.
TRANSPORT.—Dans toute la Province.
Personne ne recevra, n'expediera, ne transportera ni
n'aura en sa possession, dans le but de l'expedier hors
du Canada, aucune truite mouchetee, truite de riviere
ou de mer, prise dans les Provinces d'Ontario, de
Quebec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Ecosse
et de l'lle du Prince-Edouard; pourvu:—•
(a) que toute personne pourra ainsi expedier la
truite capturee par elle pour le sport jusqu'a vingt-cinq
livres pesant, si l'envoi est accompagne d'un certificat,
soit de l'ofiicier local des pScheries dans le district
duquel le poisson a ete capture, soit de l'agent local de
la station adjacente a la localite ou le poisson a ete
capture, ou est accompagne d'une copie de la licence
ou du permis officiel delivre a la personne faisant l'envoi.
| (b) qu'aucun paquet de cette truite n'excedera vingt-
cinq livres pesant, ni que personne n'aura la permission
d'expedier plus d'un oanuet durant la saison.
xpedier plus d'un paquet durant la saison,
Vu la frequence des changements dans les lois de Chasse et de Peche, on ne peut garantir l'exactitude absolue de celles-ci.
Page Diz-neuj HOTELS   ET   MAISONS   DE   PENSION
I      r
(Malgre qu'on ait pris le plus grand soin pour obtenir avec exactitude les taux donnes plus  bas.  la  compagnie du  Pacifique  Canadien n'en accepte
pas la responsabihte et recommande plutot aux visiteurs de coifc muniquer directement avec les hotels et maisons de pension en question.)
MONTAGNES DES LAURENTIDES
Adresse postale
et hotel.
ANNONCIATION
Hotel	
Hotel	
Hotel	
BARETTE—
Hotel	
BELISLES MILLS
Maison de pension
Maison de pension
Maison de pension
Maison de pension
Maison de pension
Maison de pension
Maison de pension
HEBERT—
Hotel Hebert
Hotel Temperance
LABELLE—
Hotel Central.
Hotel du Nord
Maison de pension I
MONT LAURIER-
Hotel Central. ..
Chateau Laurier..
MONT TREMBLA
Mt. Tremblant
Inn	
Hotel	
Lac Tremblant.
Hotel	
NANTEL—
Maison de pension
NOMININGUE—
Commercial	
PIEDMONT—
Maison de pension!
Maison de pension
Hill Crest Inn..
STE-ADELE—
Hotel Aubert. .
Hotel Rochon..
Hotel Quevillon
Hotel  Descham
bault	
Maison de pension
Maison de pension
Maison de pension
STE. AGATHE—
Alexandria	
Bellevue	
Hotel Ste-Agathe.
Le Relais.	
La Villa	
ST-EUSTACHE—
Hotel Bellevue.. .
St-Eustache.....
Riviere du Chene.
Pesant	
Paquin	
Paquette House. .
ST-FAUSTIN—
Square Lake Inn..
Mountain View...
Hotel Braze	
Legare House....
Stanley Villa	
Grenon House... .
ST-JANVIER—
Bienvenu	
ST-JEROME—
Chateau Larose. .
Hotel du f arc ...
Hotel Bellevue. . .
ST-JOVITE—
Hotel	
Grey Rock Inn.. .
Hotel	
STE-MARGUERI
Hotel	
Hotel	
Chateau Quinte. .
Hotel	
St. Margaret	
Maison de pension)
Proprietaire
D. Charters	
Alfred Pharand. .
Eugene Danis.. .
J. M. Charbonneau
D. Dumouchel.
J. Rollin	
L. Deschamps.
J. O. Belisle. . .
Mme Gale	
Mme Reid	
A. Menard....
N. Desrosiers. ,
M. Painchaud.
A. Dumoulin	
N. Nantel	
Mme E. Bissonnettel
Jos. Ouellette.
Z. Raymond..
NT-
Gordon Clark.
W. Guay	
W. Guay	
Z. Meilleur. . .
D. Whelan. . .
J. H. Rochon.
M. Brosseau	
P. Charbonneau...
F. Boisseau	
J. L. Aubert	
G. Rochon	
J. M. Quevillon. . .
M. Deschambault.
J. H. Beauchamp..
H. Valiquette	
H. Nadon	
Syndicat	
Jos. Forget....
C. Lallier	
F. Lalande....
Louis Beaulieu.
J. Lauz6	
C. Laurin. . .
N. Robin	
A. Pesant. . .
A. Paquin. . .
M. Paquette.
A. Braze........
M. Dufour	
A. Braze	
J. Legare	
Mme J. E. Howe.
V. Grenon	
A. Filiatrault.
J. Larose...,
A. Sarazain. ,
P. Lapointe.
J. A. Lucas. . . .
G. E. Wheeler.
C. Picard	
TE—
E. P. Gauthier.
P. Gauthier	
A. Potvin	
Golf Course Club.
W. Herron	
Par
jour.
$1.50
1.00
1.00
2.00
1.00
1.00
pas se
1.00
1.00
1.00
1.00
1.50
1.50
1.50
1.00
1.00
1.50
1.50
2.00
2.00
2.00
2.00
1.00
1.00
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
2.50
2.50
2.00
2.00
2.50
1.50
1.50
1.50
2.00
2.00
1.50
2.00
2.00
2.50
1.50
2.50
1.25
$7.00
4.50
4.50
7.00
6.00
6.00
uleme
6.00
6.001
6.00
6.00
Distance de
la station.
12.00
10.00
12.00
10.00
6.00
7.00
7.00
7.00
6.00
6.00
6.00
5.00
6.00
6.00
6.00
16.50
16.50
16.50
20.00
7.00
7.00
7.00
8.00
7.00
7.00
12.00
9.00
9.00
9.00
9.00
9.00
5.00
Spl ,
7.00
14.00
14.00
15.00
7.00
15.00
8.00
2 minutes.
2 minutes.
K mille.
100 pieds.
1 minute.
1 minute,
nt, 1 minute
3 minutes.
1 mille.
1 mille.
5 minutes.
10 minutest
5 minutes.
K mille.
K mille.
K mille.
200 pieds.
10 pieds.
2% milles.
2K milles.
Quelq. pdsj
15 minutes*
K mille.
K mille.
% mille.
IK milles,
IK milles.
1 mille.
300 pieds.
IK milles.
IK milles. j
IK milles. j
mille.
mille.
. . mille.
5 minutes.}
K mille.
Pres statiofi.
Pres statiojl.
Pres station
Pres statiojpt.
Pres stations..
Pres static^.
H mille.
1 mille.
Vi mille.
H mille.    -j
Vi mille.
6 milles.
K mille.     j
2 minutes.
5 minutes.
5 minutes.
1 mille
2 milles.
2 minutes.
5 milles.
10 milles      !
5 milles
Pres station.
'Pres station
MONTAGNES DES LAURENTIDES—suite
Adresse postale
et hotel.
STE-ROSE—
Hotel Ste-Rose
Hotel Laval. . .
ST-SAUVEUR DES |
Maison de pension
STE-THERESE—
Blain ville	
Pacific	
SHAWBRIDGE—
Hotel	
Hotel St-Hypolite
Hotel	
Hotel	
VAL MORIN—
Laurentian Lodge.
Highland Mansion| Wm. Hubber
Proprietaire.
J. Roberts	
L. Archambault. . .
MONTS—
C. Beaulieu	
L. Desjardins.
A. Blanchard.
C. J. Archambault.
Thos. Desjardins. .
J. W. Boyd	
Geo. Shaw	
E.H.Dunham.
-w
a
Par
Par
se-
I
jour.
mai-
ne.
50
20
1.50
1.00
8.00
6.00
2.00
7.00
25
15
2.00
2.00
1.
50
1.25
1.00
1.00
7.00
8.00
7.00
7.00
60
34
2.50
2.50
12.00
15a00
15.00
26*00
Distance de
la station.
1 mille.
1 mille.
10 minutes.
3 minutes.
5 minutes.
7 milles.
5 minutes.
5 minutes.
5 minutes.
2K milles.
VALLEE DE LA GATINEAU
ALCOVE—
Cooper House..
BURBRIDGE—
Hotel	
GRACEFIELD—
Victoria House..
King Edward
Hotel	
Pickannock	
KAZABAZUA—
Kazabazua House
Gatineau House. .
LOW—
Brook's	
WAKEFIELD—
Commercial Hotel
Wakefield Hotel..
Maison de pension
Maison de pension)
Maison de pension
T. A. Cooper. . .
Frank Nault	
L. Vaillancourt.
J. May rand.
J. Ellard	
T. Marks..
C. Teeples.
Wyman Brooke.
F. Earle	
Vaillancourt Bros..
Mme J. Edmond . .
J. McLelland	
J. Wood	
1.50
9.00
10
1.40
9.00
1.40
4.50
1.40
1.40
4.50
4.50
20
10
1.25
1.50
8.00
8.00
1.50
7.00
20
20
1.50
1.50
8.00
7.00
5.00
5.00
5.00
Pres station.
100 verges.
mille.
. . mille.
1 mille.
2 milles.
2 milles.
mille.
K mille.
500 verges.
500 verges
12 milles.
12 milles.
CANTONS DE L'EST
BROME—
Oriental	
E.J. Peters & Son. .
40
1.50
6.00
30 verges.
Central House. . .
O. Lachambre	
100
2.00
7.00
K mille.
KNOWLTON—
Lake View House.
L. G. Green	
100
2.00
12.00
X mille.
Robinsons Hotel..
J. N. Robinson	
50
2.00
10.50
% mille.
Sanitarian	
Dr. N. M. Harris.. .
25
2.00
14.00
Pres station.
The Anchorage.. .
Geo. McFarlane... .
15
Taux sur
demande
K mille.
Maison privee	
H. F. Wood	
15
% mille.
Maison privee	
C. W. Bullard	
10
Pi mille.
P. W. England...
P. W. England	
10
K mille.
Maison privee. . .
C. Astone	
10
10
1-8 mille.
Maison de ferme..
John Patterson	
2K milles.
Brome Lake House
John Ohern	
75
3 milles.
Maison de ferme..
H. Cummings	
10
3 milles.
Maison de ferme..
John Jones	
10
3 milles.
Maison de ferme..
Jay. Ladd	
10
10
3 milles.
Maison de ferme..
Geo. McClay	
3 milles.
MAGOG—
Battles House... .
Green and Sloan.. . .
60
2.00
12.00
Grand Central
Hotel	
G. P. Garceau	
40
2.00
10.00
Hotel Union	
J. Ouellette	
26
1.50
7.00
NEWPORT—
Arabella Cottage.
Mrs. M. C. Brigham
14.00
IK milles.
Elnora Cottage.. .
14.00
IK milles.
Edgmer Cottage..
"            "
14.00
IK milles.
Roeder's Inn	
Albert Roeder	
40
2.50
14.00
K mille.
SHERBROOKE—
New Lake Park
Hotel	
A. C6te	
50
1.50
7.00
300 verges.
EMILE J. HEBERT, C. E. E. USSHER,
Premier Asst. de 1'Agent General Gerant du Trafic des
du Trafic des Voyageurs, Voyageurs,
Chemin de fer du Pacifique Canadien,  MONTREAL
i'
Page Vingt Vue a vofd'otseau des
MONTAGNES LAURENTDES
Monfr<3nf/es fipu/es,l(3cs ef/fy'vieres
compris dans/ed/sfrtcfdesserviparfe
PACIFIQUE CANADIEN
Znregisfre per fa comp&gnic? diis
Peafigue Canadien. Canada /#/? p
i

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/cdm.chungtext.1-0229166/manifest

Comment

Related Items