The Chung Collection

Chung Logo

The Chung Collection

A travers le Canada Canadian Pacific Railway Company 1921

Item Metadata

Download

Media
chungtext-1.0229105.pdf
Metadata
JSON: chungtext-1.0229105.json
JSON-LD: chungtext-1.0229105-ld.json
RDF/XML (Pretty): chungtext-1.0229105-rdf.xml
RDF/JSON: chungtext-1.0229105-rdf.json
Turtle: chungtext-1.0229105-turtle.txt
N-Triples: chungtext-1.0229105-rdf-ntriples.txt
Original Record: chungtext-1.0229105-source.json
Full Text
chungtext-1.0229105-fulltext.txt
Citation
chungtext-1.0229105.ris

Full Text

 <$.clrauers'le (Panad
If
%
±*L r~
i e/T muers le (PanaSa
Le Pacifique Qanadien
{Canadian Pacific Railway)
, Septembre : Octobre : I<?21 LA FRANCE AU CANADA
Train-Exposition des Produits de I Industrie Frangaise
Le projet du train-exposition francais au Canada est maintenant du domaine
de la realite, grace a la bonne volonte et a l'etroite cooperation de toutes les parties
interessees, et actuellement, cette exposition roulante est en marche a travers le
Canada, visitant en route les principaux centres du pays.
Le train, qui est compose de huit wagons-exposition, a part les voitures affectees
au personnel, presente d'une maniere pratique au public canadien, des echantillons
de la fabrication industrielle frangaise. Dans ces wagons, dont chacun a ete organise
sous la direction d'une personnalitemarquante dans le domaine del 'Industrie ou du
Commerce en France, ont ete disposes de facon a en permettre 1'inspection facile,
les articles que Ton veut faire mieux connaitre en Canada. En voici 1'enumeration
dans l'ordre qu'on a suivi pour constituer le convoi:
ler wagon.—    LA PENSEE FRANCAISE.
Litterature ancienne et moderne. Sciences. Arts civils et religieux.
Musique. Theatre. Archeologie. Pedagogie. Medecine et Chirurgie.
Librairie. Enseignement technique. Chambres de Commerce.
Banques.
2ieme wagon.—LE DOMAINE INDUSTRIEL, COMMERCIAL ET TOURIS-
TIQUE DE LA FRANCE.
Voyages. Chemins de fer. Navigation. Colonies. Photographic
Aviation. Genie civil. Mines et Metallurgie. Mecanique. Decoration des edifices et des habitations.   Sports.
3ieme wagon.—INDUSTRIES DE LA MODE, DU VETEMENT ET DE
LEURS ACCESSOIRES. SOIERIES. FILS. TISSUS.
DENTELLES.
4ieme wagon.—INDUSTRIES DU CUIR.
Matieres premieres. Application. Articles de Voyage. Sellerie.
Chaussures. Ganterie.
5ieme wagon.—PRODUITS CHIMIQUES. DROGUERIE. PHARMACIE,
PARFUMERIE.
6ieme wagon.—ARTICLES DE PARIS. INSTRUMENTS DE PRECISION
ET ELECTRICITE. BROSSERIE. MAROQUINERIE.
TABLETTERIE.   VANNERIE.   BIMBELOTERIE. JOUETS
7ieme wagon.—AGRICULTURE.   HORTICULTURE.   ALIMENTATION.
8ieme wagon.—ORFEVRERIE. OBJETS D'ART. BRONZES. HORLOGERIE
BIJOUTERIE COUTELLERIE. Le Chateau de Ramezay
par Bertha des Clayes AVANT-PROPOS
Le developpement du Canada depuis le commencement du vingtieme siecle,
constitue une des merveilles economiques sur laquelle l'attention universelle s'est
fixee. Si Ton en juge par 1'extraordinaire expansion de ses industries et de son
commerce, par l'essor qu'y a pris l'agriculture depuis qu'ont ete ouvertes les
immenses plaines de l'Ouest, de meme que par la richesse de ses ressources naturelles,
dont la plus grande partie est encore a exploiter, il est facile de prevoir quelle
place importante le Canada est appele a occuper parmi les pays du Nouveau-Monde.
Dans cette vaste contree, dont les cotes sont balayees par les vagues de deux
oceans; qui s'appuie au sud sur les Grands Lacs et la latitude 49ieme, et dont les
territoires du Nord vont se perdre dans les mysterieuses et inaccessibles mers
polaires, tout est immensite et variete. On croirait que la Nature a voulu manifester
sa puissance en y faisant beaucoup de choses et en les faisant toutes grandes.
Les fleuves, les lacs, les montagnes, les glaciers, les plaines, les forets et les cataractes,
tout est gigantesque, tout est de dimensions larges et puissantes.
D'abord, le Dominion lui-meme, a une superficie de 3,604,000 milles carres,
soit un peu plus de dix-sept fois celle de la France, et il est divise en neuf grandes
provinces et en deux territoires. La province de Quebec est la plus etendue de
toutes, comptant 690,865 milles carres de superficie a elle seule, ce qui equivaut
a plus de trois fois la grandeur de la France. Des nombreux cours d'eau qui drainent
le pays, le majestueux fleuve St-Laurent est le plus considerable et celui qui rend
les plus grands services a la navigation; il coule vers le nord-est, des Grands
Lacs jusqu'a l'Atlantique, a travers une region populeuse, en partie cultivee
et en partie boisee. Du groupe de lacs immenses qui constituent la source
de ce fleuve, le lac Superieur, avec sa superficie de 31,800 milles carres, est la plus
grande nappe d'eau douce du monde entier. Les prairies de l'Ouest, qui etaient
autrefois le lit d'une vaste mer, sont aujourd'hui transformees en un ocean de
champs de bie dont les limites se perdent a 1'horizon, de quelque cote que Ton jette
la vue. Leur recolte est enorme et ce n'est pas sans raison qu'on appelle ce territoire,
le "grenier de 1'univers." Que dire ensuite de la region des cyclopeennes montagnes
Rocheuses, ces contreforts naturels qui arretent la course de la plaine albertaine
vers l'ouest? C'est un dedale titanesque de pics inaccessibles, de glaciers geants,
de gorges profondes, de ravins infranchissables, de vallees verdoyantes, de lacs
limpides et sans fond, de cataractes bruyantes. C'est la Suisse, mais amplifiee
cinquante fois et beaucoup plus sauvage.
Le Canada peut done se diviser en trois zones distinctes: en premier, celle de
l'Est, legerement accidentee en certains enuroits, et a l'origine couverte de forets
vierges, qu'il a fallu abattre pour coloniser; c'est la province de Quebec, les provinces
maritimes et l'Ontario. Ensuite, celle du Centre, formee par les plaines ensoleillees
du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta, sur lesquelles paissaient avant
1'arrivee du colon, ces troupeaux merveilleux de bisons et de chevaux sauvages.
Enfin celle de l'Ouest, qui comprend les chaines escarpees des Rocheuses et qui
couvre toute la Colombie-Anglaise et une partie de l'Alberta. De ces trois zones, celle de l'Est est la plus importante, et actuellement celle
qui a subi le plus grand developpement, tant agricole qu'industriel; surtout
industriel, car c'est dans les provinces de Quebec et d'Ontario que se trouvent les
ressources les plus considerables de bois de pulpe et les plus puissants pouvoirs
hydrauliques, et que Ton rencontre le plus grand nombre et les plus prosperes
etablissements manufacturiers de tout le Dominion. C'est dans la Nouvelle-Ecosse
que Ton exploite les plus riches mines de charbon du Canada; c'est dans le Quebec
que Ton trouve 85% de l'amiante utilise dans le monde, et c'est dans le nord de
l'Ontario, qu'on extrait des entrailles du sol, de si grandes quantites d'or, d'argent
et de nickel.
La zone de l'Est fut la premiere du pays a etre defrichee, grace a l.'etablissement
de la colonie francaise le long du St-Laurent, au dix-septieme siecle. La zone
centrale, qui est purement agricole, sauf quelques exceptions, a pris son importance
au cours du dernier demi siecle, par la venue en masse des colons dans les prairies.
Aujourd'hui, sa production de cereales est l'une des plus grandes sources de revenu
du pays, et l'elevage y est pratique sur une vaste echelle. La zone de l'Ouest
progresse surement, en developpant ses mines, ses pecheries, son industrie forestiere
et la culture fruitiere. On doit dire que ce partage en zones est plutot approxi-
matif, car il est assez difficile de generaliser dans un pays au caractere complexe
tel que le Canada.
La population du Dominion depasse actuellement 9,000,000 d'habitants. Elle
est composee des descendants des premiers colons francais et anglais, qui vinrent
autrefois s'etablir dans la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre, de meme
que d'un grand nombre d'emigres europeens arrives depuis la Conquete.
Aujourd'hui, c'est vers l'Ouest et les territoires encore a developper que se tourne
surtout 1'immigration.
Deux langues sont officiellement reconnues en Canada, 1'anglais et le francais.
La langue francaise est celle de la majeure partie des habitants de la province de
Quebec, dont les ancetres, venus de France il y a longtemps, defricherent les rives
du St-Laurent, sous la protection du drapeau fleurdelise. Les Canadiens-Francais
sont au nombre de 3,000,000 dans le pays, de 60,000 qu'ils etaient a l'epoque de
la Conquete. II s'en trouve de forts contingents en dehors du Quebec, dans
l'Ontario, les provinces maritimes et les provinces prairies.
Avant de terminer, disons quelques mots du Pacifique Canadien, cette puissante organisation
de transport, qui a ete un si grand facteur de progres pour le Canada. C'est le paracnevement
de ce chemin de fer transcontinental qui a rendu possible l'union des provinces canadiennes, et
Ton peut dire sans exagerer, que c'est lui qui a fait l'Ouest ce qu'il est aujourd'hui. Construit
au prix des plus grandes difficultes, par des genies humains que rien de pouvait decourager, pas
plus l'embarras financier et l'apathie generale, que l'opinion publique qui vouait ouvertement
l'entreprise a la ruine, le Pacifique Canadien a tout surmonte et grace a une sage administration,
il est probablement aujourd'hui l'organisation ferroviaire la plus prospere du monde. Depuis
quarante ans qu'il existe, il a rendu de grands services au pays et il serait difficile de definir
exactement l'importance du role qu'il a joue et qu'il est encore appele a jouer dans le developpement des ressources naturelles du Dominion. Toujours, en depit des crises et des periodes
mouvementees traversees par les organisations industrielles et commerciales, le Pacifique Canadien
continue la saine exploitation de son reseau, sans montrer ni faiblesse ni hesitation. Ses fondateurs
en ont fait un succes financier et ses administrateurs actuels marchent sur les traces de leurs
predecesseurs.    Le Pacifique Canadien est Tun des plus precieux actifs du pays. A    TRAVERS    LE    CANADA
Milles de     MONTREAL
Montreal
0
Montreal, la metropole du Canada, est une ville industrielle et com-
merciale qui est appelee par son developpement, a devenir l'un des
centres les plus considerables du continent. Admirablement situee sur
le fleuve St-Laurent, aupieddumajestueuxet verdoyant Mont-Royal,
la cite s'eleve sur la rive est de l'ile vaste qui porte son nom, a l'endroit
ou se trouvait autrefois la bourgade huronne d'Hochelaga, visitee par
le valeureux explorateur Jacques Cartier, lors d'un voyage qu'il fit
au Canada en 1535. Ce n'est que cent ans plus tard cependant, que
furent faites les premieres tentatives de colonisation dans cette partie
de la Nouvelle-France, lorsqu'en 1642, Maisonneuve et ses quelques
compagnons remonterent le fleuve, bravant les dangers de toutes
sortes semes sur leur route, pour fonder sous l'egide de la Vierge, le
bourg de Ville-Marie, dont le nom devait dans la suite etre change
en celui de Montreal.
Quelle transformation s'est operee depuis cette epoque lointaine!
Montreal compte aujourd'hui pres de 800,000 ames de population,
en majeure partie canadienne-francaise; elle est le terminus de nombreuses lignes de chemins de fer et elle peut a juste titre s'enorgueillir
de posseder le port le plus important du Canada et l'un des mieux
outilles de l'Amerique du Nord. Quoiqu'il soit situe a pres de mille
milles dans l'interieur du pays, les gros oceaniques y arrivent facilement, grace aux travaux qui ont ete effectues pour rendre sure, la
route du St-Laurent.
Malgre son caractere plutot commercial, la ville de Montreal n'en
possede pas moins des quartiers residentiels fashionables, tranquilles
et bien ombrages, comme il ne s'en trouve pas de plus beaux dans
les autres villes canadiennes. C'est au pied de la montagne, le long
des magnifiques avenues qui sillonnent les municipalites de West-
mount et d'Outremont, qu'ont ete erigees les plus belles residences.
La ville est dotee de jolis pares, dont les massifs de verdure viennent
faire une heureuse diversion avec les pates de constructions; elle en
compte plusieurs, mais de tous, le plus beau est celui du Mont-Royal,
situe sur le sommet de la montagne. D'elegantes avenues y conduisent
de diverses directions, etla-haut, une plate-forme observatoire permet
a l'oeil d'embrasser un panorama unique en son genre.
La metropole est aussi riche en endroits historiques et ce serait
une erreur de croire que sa marche progressive lui a fait complete-
ment perdre ce caractere d'anciennete que Ton remarque toujours
dans certaines parties de la ville de Quebec. Elle a encore son vieux
quartier, avec ses rues etroites et ses antiques maisons de pierre,
dont plusieurs datent du regime frangais, et parmi les vieilles
batisses que Ton cite a Tattention des visiteurs, le Chateau de
Ramezay n'est pas le moins interessant. Construit en 1705, aux plus Un Village dans la Region de Quebec
par John Johnstone, A.R.C.A. MMIeS ^1 beaux jours de la colonie francaise, il a subi avant et apres la Con-
Montreal qU£t6j des fortunes diverses qui en ont fait Tune des plus curieuses
reliques de cette epoque de notre histoire. Depuis quelques annees,
il a ete transforme en musee et prete pour cette fin a la Societe des
Numismates, qui a reuni a l'interieur de ses vieilles murailles, toutes
sortes de souvenirs se rapportant a la Nouvelle-France et au vieux
Montreal.
Montreal possede plusieurs beaux monuments eleves soit a la
memoire de ses heros, soit a celle de ses hommes publics. Ses eglises
sont riches et spacieuses; ses maisons d'education sont nombreuses
et fournissent un sain enseignement a toutes les classes de la population ; ses hopitaux sont vaistes et modernes; ses grands magasins
rivalisent avec ceux des centres americains et ses industries sont
multiples. La plus grande compagnie de transport du monde entier,
le Pacifique Canadien, a etabli a Montreal ses quartiers-generaux et
c'est des bureaux de la gare Windsor, que sont dirigees les des-
tinees de cette puissante organisation de chemins de fer et de navigation. Les deux principales gares du Pacifique Canadien dans la
ville sont celle de la rue Windsor, d'ou partent les trains st destination des provinces maritimes, de l'Ouest canadien et de Toronto, et
celle de la Place Viger, qui sert de terminus aux trains qui desser-
vent le district des Laurentides et la region de Quebec. La Compagnie possede encore dans 1'est de la metropole, les vastes usines Angus,
qui couvrent une superficie de 200 acres de terrain et qui emploient
en temps normal, pres de huit mille ouvriers.
Montreal compte plusieurs excellentes hotelleries, parmi lesquelles
le Windsor, le Ritz-Carlton, le Queens et le Viger tiennent les
premieres places. Ce dernier est la propriete du Pacifique Canadien
et fait partie de la chaine d'hotels que cette compagnie a construits
a travers le Canada pour recevoir les voyageurs. Le Mont-Royal,
un nouvel hotel actuellement en construction dans le centre des
affaires, sera lorsqu'il sera termine, le plus considerable du pays.
En quittant Montreal pour se diriger vers Quebec, le train circule d'abord a
travers les faubourgs de la ville, puis apres avoir passe la gare du Mile-End, il
sort completement de la metropole. A Bordeaux, il traverse la riviere des Prairies
et entre dans Tile Jesus, tandis qu'a Terrebonne, il passe sur la terre ferme en
sautant la riviere des Mille-1 les.
Jusqu'a Quebec, la voie longe le fleuve de plus ou moins pres et passe a travers
une des plaines les plus fertiles du Canada, toute parsemee de pittoresques
villages, dont la totalite des habitants sont canadiens-frangais. Chacun de ces
villages a son eglise paroissiale, surmontee d'un clocher qui domine toute la
campagne environnante, et dont les cloches carillonnantes appellent le dimanche
les fideles a l'ofjice divin. Toute la population rurale de la province de Quebec
est restee sincerement attachee a la foi des ancetres; c'est ce qui explique ses
moeurs paisibles, son respect des lois et son aversion pour les idees revolutionnaires
qui ont bouleverse le monde depuis quelques annees.
95
TROIS-RIVIERES
Trois-Rivieres, dont la fondation par le Sieur de la Violette, re-
monte a 1634, est l'une des plus anciennes villes de ce continent.   Ainsi Milles de nommee a cause de sa situation a la triple embouchure de la riviere St-
Montreal Maurice, elle fut pendant les premiers temps de la colonie francaise,
un poste tres frequente par les tribus sauvages, qui y venaient faire
l'echange de leurs pelleteries avec les traiteurs de France. Aujourd'hui,
Trois-Rivieres est le centre d'un important district agricole et aussi
la porte d'entree d'un vaste territoire, riche en ressources forestieres
et minerales. Parmi ses industries, elle compte plusieurs pulperies
et moulins a papier, une grande filature de coton, de vastes chantiers
maritimes et plusieurs fonderies de fer. Son port peut facilement
recevoir les plus gros paquebots en service sur les hautes mers.
Sa population, preque exclusivement de langue frangaise, s'eleve a
plus de 30,000 ames.
172     QUEBEC
La capitale actuelle de la province, a ete dans 1' Amerique du Nord,
le berceau de la civilisation europeenne, qui s'est ensuite etendue
sur tout le continent, de l'Atlantique au Pacifique. La grandeur
de son site, la beaute des paysages qui s'offrent tout autour aux
yeux emerveilles, le caractere historique qu'elle a garde en depit
de sa marche progressive, les manieres affables et hospitalieres de
sa population, tout concourt a en faire pour le visiteur, un endroit
unique a tous les points de vue, un endroit qu'on aime en l'apercevant
et que Ton ne quitte qu'a regret. C'est la Mecque des touristes
sur ce continent, la ville par excellence pour ceux qui recherchent
les beautes sceniques et les reliques d'un age disparu.
A cause du role marquant qu'elle a joue dans l'histoire de l'eta-
blissement de la colonie francaise sur les bords du St-Laurent, la
vieille cite fondee en 1608 par Champlain, est devenue le rendez-vous
de ceux qu'interessent particulierement les faits se rapportant au
regime du drapeau fleurdelise en Canada. Elle fourmille en effet
de souvenirs historiques et Ton peut dire que pour tout Canadien
de langue frangaise, faire a Quebec une premiere visite, c'est presque
accomplir un pelerinage. Chaque site, chaque rue, les monuments,
les pares, certaines vieilles constructions, tout a garde l'empreinte
du passe et rappelle cette epoque glorieuse si vaillamment illustree
par ceux qui defendirent l'un des derniers coins de terre frangaise
en Amerique. Parmi les points les plus interessants a visiter a
Quebec, la Citadelle, cette masse enorme de pierre grise, qui du haut
du cap Diamant, domine toute la ville, le fleuve et la contree en-
vironnante, doit etre mentionnee la premiere; c'est une forteresse
comparable a celle de Gibraltar, et qui longtemps, suffit a garder le
pays tout entier contre les attaques de l'ennemi. Viennent ensuite
les Plaines d'Abraham, ou se livra le 13 septembre 1759, entre les
forces frangaises et anglaises, la fameuse bataille qui decida du sort
de la colonie et au cours de laquelle les deux commandants opposes,
Montcalm et Wolfe, perdirent la vie; la Basilique, avec ses anciennes
peintures; la petite eglise de Notre-Dame des Victoires, erigee en Mii\J|IeS ^1     ^88 et ^ediee P^us tarc* a 'a Vierge, apres la retraite de l'amiral
Montreal    phipps devant Quebec; la maison de Montcalm; les vieilles batteries;
les anciens remparts, sur lesquels il fait bon d'aller se promener a
1'heure du crepuscule, lorsque le calme du s.oir envahit graduellement
les lieux et les choses.
La superbe Terrasse Dufferin, qui s' allonge entre le Bureau de
Poste et la base de la Citadelle, est dans la vieille capitale, le lieu
favori de promenade et l'endroit ou Ton rencontre le soir, le tout
Quebec fashionable. Par sa situation elevee au-dessus de la Basse-
Ville, dont elle domine les anciennes constructions et les rues etroites,
elle constitue un lieu d'observation unique, d'ou Ton peut admirer
l'un des plus grandioses panoramas sur lequel il soit donne de jeter
les yeux. En arriere, c'est le gigantesque Chateau Frontenac et
plus loin, la Citadelle; en bas a nos pieds, c'est l'archaique Basse-
Ville, avec ses maisons aux toits pointus et aux fenetres curieuses.
Ensuite c'est le port, puis le fleuve, tout parseme de navires, et
comme arriere-plan, les hauteurs de Levis d'un cote; l'ile d'Orleans,
les villages de la cote de Beauport et la petite riviere St-Charles de
l'autre, et la-bas a 1'horizon, les montagnes Laurentides, sur les
cimcs desquelles flottent de gros nuages blancs que pousse sans
effort la brise qui vient du golfe.
Quebec possede dans le Chateau Frontenac, une hotellerie
unique en Canada, tant pour le luxe des pieces et 1'excellence des
services, que pour le site admirable et le grand nombre de pensionnaires auxquels elle peut fournir la nourriture et le logement. Cet
hotel, qui s'eleveau fond de la Terrasse Dufferin, sur l'emplacement
meme du vieux Chateau St-Louis, si fameux dans l'histoire de la
ville, rappelle par son style, ces superbes chateaux dont la France se
couvrit a l'epoque de la Renaissance. La Compagnie du Pacifique
Canadien qui l'a fait construire, a voulu en adoptant ce genre d'architecture, contribuer a conserver a la ville, son caractere bien frangais.
Ce style se retrouve encore dans la gare du Palais, erigee dans la
Basse-Ville il y a quelques annees.
La ville de Quebec a aussi ses quartiers residentiels selects;
ses industries sont prosperes et son port, l'un des plus beaux du
Nouveau-Monde, voit accoster a ses quais, les navires de plusieurs
lignes oceaniques, dont l'une, celle du Pacifique Canadien, n'est pas
la moindre. Le pont erige par le gouvernement canadien a une
dizaine de milles en haut de Quebec, est une merveille du genie
humain. Cette structure colossale, dont on a termine la construction
il y a a peine trois ans, au prix des plus grandes difficultes techniques,
est du type "cantilever" et mesure 3239 pieds de longueur; une
distance de 1800 pieds separe ses deux seuls piliers. II n'est surpasse
pour la longueur entre les piliers, que par le fameux pont du Firth of
Forth, en Ecosse. Son parachevement a permis ci'ameliorer sensible-
ment les moyens de communication avec la vieille capitale, surtout
entre celle-ci et les territoires de la rive sud. Le Bassin Louise, a Quebec
par John Johnstone, A.R.C.A. Milles de Les excursions interessantes a faire autour de Quebec ne se comp-
Montreal tent pas. je toutes cependant, celle de la chute Montmorency
et de Ste-Anne de Beaupre, dans la direction nord-est, est la plus
populaire parmi les touristes. Ste-Anne de Beaupre est un lieu de
pelerinage connu dans toute l'Amerique catholique, et le point de
rendez-vous de centaines de mille pelerins, qui viennent de partout
demander 1'intercession de la venerable Sainte.
344      Montreal Pour se rendre a Toronto, en partant de la bonne vieille cite
473     Smith's-Falls  de Champlain, il faut revenir sur nos pas,  passer de nouveau
576     Trenton par Trois-Rivieres et rentrer a Montreal.
608      Cobourg Les trains transcontinentaux du Pacifique Canadien qui quit-
614     Port-Hope tent Montreal, de meme que ceux qui se dirigent du cote de
637      Bowmanville    Toronto, atteignent a une vingtaine de minutes de trajet de la
647      Oshawa gare Windsor, le majestueux lac St-Louis, qui est forme par un
652     Whitby elargissement du fleuve St-Laurent.  Apres avoir laisse en arriere
toute une serie de jolis endroits de villegiature etablis sur la rive nord de ce lac,
ils arrivent a Ste-Anne de Bellevue, situee a l'extremite de l'ile de Montreal, au
confluent du St-Laurent et de la riviere Ottawa.  C'est la que se trouve le college
agricole MacDonald, l'un des plus modernes etablissements du genre dans le pays.
En amont de Ste-Anne, l'Ottawa s'elargit et forme le lac des Deux-Montagnes,
sur la rive nord duquel sont etablis a Oka, le monastere et 1'ecole d'agriculture
des Trappistes.
A Vaudreuil, les trains a destination de l'Ouest canadien s'en vont vers Ottawa,
tandis que ceux de Toronto continuent dans la direction sud-ouest, en traversant,
apres etre sortis de la province de Quebec, une des plus fertiles parties de l'Ontario.
C'est une region agricole qui ressemble beaucoup au versant nord du St-Laurent,
entre Montreal et Quebec. De tous cotes, on voit s'echelonner des fermes prosperes
sur lesquelles les cultivateurs pratiquent avec succes, la culture des cereales et
des produits maraichers, de meme que l'industrie laitiere. Un peu partout, aux
abords des maisons de ferme et de leurs dependances, on apergoit de beaux vergers
qui produisent plusieurs varietes de pommes succulentes.
685     TORONTO
Toronto, la seconde ville en importance du pays, par sa population
qui depasse le demi million et par le developpement de ses industries et
de son commerce, est situee sur la rive nord du lac Ontario, au centre
de la section la plus populeuse de la province d'Ontario, dont elle
est en meme temps la capitale. Fiers de son importance, ses citoyens
la surnomment parfois non sans affectation, la 'Ville reine" du
Canada.
Toronto, dont le nom signifie en langue indienne/'lieu de rendezvous," fut autrefois le site du fort Rouille, etabli en cet endroit par les
Frangais de la Nouvelle-France, vers la fin du dix-septieme siecle. Apres
la conquete du pays en 1760, ce fort regut le nom de Toronto, que la
ville a ensuite adopte, apres avoir porte pendant quelques annees
celui de York. C'est vers 1775, a l'epoque de la guerre de l'lnde-
pendance americaine, que Toronto vit lever l'aurore de son veritable
developpement, lorsque les Loyalistes de la Nouvelle-Angleterre,
preferant abandonner leurs foyers, que de rester dans un pays qui
avait leve l'etendard de la revoke contre la mere patrie, emigrerent
en nombre au Canada.    Une grande proportion de ces loyaux sujets Procession   a  Ste-Anne  de   Beaupre
par John Johnstone, A.R.C.A. Milles de
Montreal
Milles d e
Toronto
149
267
276
764
871
875
1102
1156
de l'Angleterre qui passerent dans l'Ontario, y fonderent des villes
et y defricherent le sol. Ce sont eux et leurs descendants qui ont
transforme la vieille partie de la province en l'une des plus prosperes
regions de tout le Dominion.
Le nombre des manufactures et des etablissements industriels
de toutes sortes se chiffre a plus d'un millier a Toronto, et Ton peut
dire que leur production s'evalue a des centaines de millions annuelle-
ment. La ville possede de grands magasins, des banques puissantes,
des rues propres et larges, des pares spacieux et bien ombr^ges,
des quartiers residentiels fashionables. Ses maisons d'education
sont renommees dans toute la province et son Universite est fre-
quentee par des etudiants qui viennent de toutes les parties du
Canada. Son port, vaste et bien protege contre les grands vents,
regoit un trafic considerable de fret et de passagers. Les industries
de Toronto obtiennent leur energie electrique des chutes Niagara,
qui developpent une force motrice suffisante pour toute la region
environnante.
La capitale de l'Ontario est efficacement desservie par plusieurs
compagnies de chemins de fer, dont les lignes rayonnent dans toutes
les directions. Le Pacifique Canadien exploite d'ici, tout comme de
Montreal, un service de trains-voyageurs de luxe, avec Vancouver,
sur la cote de l'ocean Pacifique.
II ne faut pas omettre de mentionner avant de terminer cette
breve description de Toronto, 1'interessante exposition qui y est
tenue chaque automne durant une couple de semaines. Les plus
beaux produits de la province, tant agricoles qu'industriels, sont
exposes a la vue des milliers de visiteurs qui viennent de tous les
recoins du Canada et meme des Etats-Unis. C'est peut-etre la plus
importante foire annuelle sur ce continent, et les succes de plus en
plus marques qu'elle remporte chaque annee depuis 34 ans, sont tout
a l'honneur de ses organisateurs et de la population de la "ville
reine."
Parry-Sound Pour aller de Toronto a Winnipeg par voie des Chemins de Fer
Sudbury Nationaux,le train se dirige vers le nord de la province d'Ontario, en
Capreol longeant d'abord la contree qui s'etend a Test de la baie Georgienne
Orient-Bay et qui est toute semee de lacs et de rivieres dont les eaux poisson-
Port-Arthur neuses font la joie des amateurs de peche. Apres avoir traverse
Fort-William la voie principale du Pacifique Canadien aux environs de Sudbury,
Fort-Frances le convoi entre dans un vaste territoire dont les ressources
Rainy-River forestieres constituent l'une des plus grandes richesses naturelles
de la province. Les lacs et les rivieres ab ndent partout, trouant
la foret et donnant au pays un caractere de sauvage grandeur. C'est un paradis
pour les chasseurs, qui y viennent a l'automne, se mettre a l'affut de l'original
et du caribou, ces rois de la faune canadienne.
La ligne du chemin de. fer, apres avoir suivi une direction nord-ouest sur une
distance de plusieurs centaines de milles, tourne maintenant vers le sud-ouest,
traverse la tumultueuse riviere Nipigon, qui sert a l'ecoulement des eaux du lac
Nipigon dans le lac Superieur, puis atteint la ville de Port-Arthur, qui avec
Fort-William, est situee a la tete de la navigation canadienne sur les Grands Lacs. Milles de De la, elle se dirige vers l'ouest en passant dans une region a peu pres semblable
Toronto au point de vue topographique,' a celle qui separe Sudbury de Port-Arthur. Ce
ne sont que forets d'epinettes, coupees de lacs et de cours d'eau, et semees de
rochers plus ou moins eleves. Le bois de pulpe y est abondant et sert a alimenter
plusieurs pulperies et moulins a papier considerables. La voie contourne l'extremite
sud du pittoresque lac des Bois, traverse la frontiere du Manitoba et entre
bientot dans la capitale de cette province.
1309      WINNIPEG
4 C'est la troisieme ville en importance du Canada, avec sa population
de quelque 200,000 ames. A cause de sa situation exceptionnelle au
centre d'un vaste et fertile district agricole, elle est surement appelee
a garder ce rang parmi les villes canadiennes; elle est en effet le plus
important marche a grain de l'Empire britannique. Situee au
confluent des rivieres Rouge et Assiniboine, c'est la ville typique
des prairies, avec ses rues larges et unies, distribuees regulierement
comme sur un damier geant; avec ses boulevards et ses pares; avec
ses quartiers residentiels construits d'une fagon saine et intelligente,
sans egard a la perte de quelques pieds de terrain autour de chaque
habitation, d'abord qu'une parfaite aeration est assuree. C'est aussi
la capitale provinciale du Manitoba et le site de majestueux edifices
parlementaires.
Depuis 1910, Winnipeg a fait de rapides progres dans le sens
industriel; il s'y trouve aujourd'hui plusieurs grandes minoteries,
des usines metallurgiques, des cours a bestiaux et des etablissements
pour la mise en conserve des viandes. Durant la recente guerre, la
ville a fait construire au prix de $16,000,000, pour fournir l'eau a
sa population, un aqueduc d'une capacite quotidienne de 100,000,000
de gallons.
La ville de Winnipeg possede dans le Royal-Alexandra, une
hotellerie dont elle a sujet d'etre fiere. Construite par le Pacifique
Canadien au cout de $1,250,000, cette magnifique batisse s'eleve a
cote de la gare de cette compagnie. Celle-ci a encore fait eriger dans
la metropole du Manitoba, de puissantes usines pour la reparation
de son materiel roulant. Ses cours de fret dans cette ville sont parmi
les plus vastes du monde entier, l'une ayant soixante-dix voies de
remisage, d'une longueur totale de 183 milles. C'est dans cette cour
que la Compagnie a fait batir un entrepot a grain d'une capacite
d'un million de minots. Le Pacifique Canadien detient encore de
grandes etendues de terrain propre a 1'agriculture dans les provinces
de l'Ouest, et sa politique est de faciliter par tous les moyens possibles,
l'etablissement des colons sur ces terres en disponibilite. II maintient
dans ce but a Winnipeg, un bureau d'information et de vente. Les
bureaux d'immigration du gouvernement, pour l'Ouest, sont aussi a
Winnipeg.
Terminons cette courte monographie de la capitale du Manitoba
par quelques notes historiques. La Verandrye fut le premier Blanc
qui mit le   pied   a Winnipeg,   lorsqu'en   1738, en route pour les Mi lies de
Toronto
Milles  de
Winnipeg
54
142
279
408
Rocheuses, il y construisit le fort Rouge sur la riviere de ce nom.
Deux ans plus tard, il erigea sur les bords du lac Winnipeg, dans un
endroit plus propice pour la traite des pelleteries avec les Sauvages,
le petit fort Maurepas. En 1806, la Compagnie du Nord-Ouest
construisit le fort Gibraltar sur le site de la ville actuelle. Detruit
par un incendie en 1816, ce fort fut reconstruit en 1822, et quelques
annees plus tard, lorsque la Compagnie du Nord-Ouest fut absorbee
par la puissante Compagnie de la Baie d'Hudson, le poste prit le nom
de Fort-Garry, lequel fut de nouveau reconstruit sur des bases plus
solides en 183 5, par le gouverneur Christie. Fort-Garry fut longtemps
dans les prairies, un centre^ de premiere importance pour la traite
des fourrures, quoique cependant jusqu'en 1871, sa population ne
s'eleva guere a plus de 200 habitants.
Les premiers defricheurs du Manitoba furent en majeure partie
des Canadiens-Frangais, et encore aujourd'hui, une forte proportion
de la population de cette province est d'origine frangaise; on doit
dire a son honneur, qu'en depit de toutes sortes de difficultes, elle
a garde la langue et la foi de ses peres. St-Boniface, situee vis-a-vis
Winnipeg, de l'autre cote de la riviere Rouge, est une veritable ville
canadienne-francaise, ou Ton retrouve les moeurs, le caractere et les
noms des centres de la province de Quebec.
On a dit que Winnipeg etait la porte de la Terre Promise!
Les vastes territoires qui s'etendent a l'ouest de cette ville
meritent sans aucun doute cette pompeuse appellation, car
ils ont fait la riehesse de centaines de milliers de colons
qui sont venus y cultiver la terre et qui ont vu leurs efforts
couronnes du plus franc succes. Les prairies interminables du Manitoba, de la
Saskatchewan et de l'Alberta, sont d'une si grande fertilite, qu'on les surnomme
aujourd'hui et non sans raison, le "grenier de l'univers." Leur population, tout
en ayant grandement augmente depuis la fin du siecle dernier, pourrait encore
s'accroitre de plusieurs millions d'habitants, sans que personne ne soit a l'etroit
dans ces plaines sans fin. L'essor de l'Ouest canadien ne fait que commencer et
il serait difficile de dire des maintenant ou il s'arretera.
De Winnipeg a Vancouver, le train va continuer son voyage sur le reseau des
Chemins de Fer Nationaux, mais il convient de signaler en passant, que les
villes visitees sur ce parcours sont en meme temps desservies par les lignes du
Pacifique Canadien, dont la Lvoie principale traverse aussi ces provinces, mais
plus au sud.
Sorti de la metropole de l'Ouest en suivant la riviere Assiniboine, dont les
eaux bourbeuses coulent vers la riviere Rouge, on entre bientot dans les prairies
immenses qui se deroulent des deux cotes de la voie, avec ici et la des fermes
dont les proprietaires doivent leur bien-etre a la culture du bie principalement.
Apres etre depasse Portage-la-Prairie, le panorama change un peu. II de vient
un peu plus pittoresque. La foret se mele aux prairies, et les collines dominent
la plaine. A cote des champs de bie, apparaissent des paturages ou moutons,
pores, chevaux et vaches semblent mener une existence heureuse. Le sol devient
plus noir et il en sera desormais de meme presque jusqu'a Edmonton, une distance
de sept ou huit cents milles. Tout le long de la voie, sont dissemines des villages
qui ont surgi du sol avec le developpement de la contree.
Non loin de Brandon, une chaine de grandes collines apparait tout a coup
dans la direction sud. On dit que ces elevations etaient au temps prehistorique,
la rive d'une mer immense qui couvrait la plus grande partie du Manitoba et
Portage-la-Prairie
Rivers
Melville
Watrous La Moisson dans les Prairies
par C. W. Simpson, R.C.A. Milles de     dela Saskatchewan. Cette mer disparue, a depuis ete appelee Agassiz, en l'honneur
Winnipeg     du geologue de ce nom, qui le premier emit la theorie que les prairies de l'Ouest
n'etaient que le lit d'une ancienne mer interieure.
En parcourant ces plaines d'une si vaste etendue, il est difficile de ne pas songer
a ce qu'elles devaient etre avant la venue des colons, alors que les troupeaux de
bisons en etaient les maitres incontestes. Les seuls etres humains qui s'y aven-
turaient etaient les Sauvages et les trappeursa la recherche des precieuses fourrures.
Comme moyens de locomotion, le cheval, le canot ou la traine a chiens en hiver.
Aujourd'hui les chemins de fer les sillonnent en tous sens, y apportant la civilisation et la prosperite.
Peu apres etre passe du Manitoba dans la Saskatchewan, le train penetre dans
la deuxieme serie des plaines de l'Ouest. Sans s'en etre beaucoup apercu, on est
ici parvenu a plus de 1800 pieds au-dessus du niveau de la mer. La region est
fertile et grande productrice de bie.
469     SASKATOON
Saskatoon, situee dans le centre de la Saskatchewan, sur la riviere Sas-
katchewan-nord est une ville qui, grace a la merveilleuse fertilite de la region qui Ten toure, est appelee a une grande expansion. Dejaaucoursde
sa courte existence, elle s'est developpee d'une fagon etonnante;
sa population est aujourd'hui de 26,000 habitants; elle possede de
beaux edifices publics, des rUes larges et bien entretenues, un service
de tramways efficace et de grands pares et terrains de jeux. Elle
est aussi le siege de plusieurs industries, et le gouvernement y a fait
eriger un elevateur pouvant contenir 3,500,000 minots de grain.
Saskatoon est tres bien desservie* par plusieurs lignes de chemins de
fer.
528     Biggar De Saskatoon a Edmonton, le train circule encore parmi les
668     Wainwright    champs de bie et d'autres cereales qui garnissent la prairie dans
cette feconde partie de l'Ouest canadien.   L'elevage y est aussi
pratique avec un certain succes.   La frontiere qui separe la Saskatchewan de
l'Alberta est presqu'a mi-chemin entre Saskatoon et la capitale de cette derniere
province.
Le charbon est abondant dans l'Alberta, surtout aux environs d'Edmonton,
et plusieurs mines actuellement en exploitation y donnent d'excellents resultats.
795     EDMONTON
La capitale de l'Alberta, est construite sur les deux rives dela riviere
Saskatchewan-nord, que relie un grand pont metallique de 2,250
pieds de long, erige par le Pacifique Canadien en 1913. Cette
magnifique structure, qui s'eleve a 152 pieds au-dessus du niveau de
1'eau, permet le passage des trains, des tramways, des vehicules et,
dds pietons. Edmonton fut d'abord le site d'un fort de ce nom,
etabli en 1795 par la Compagnie de la Baie d'Hudson. C'est sur
1'emplacement de ce vieux fort, demantele il y a quelques annees
seulement, que s'eleve aujourd'hui les superbes edifices du Parlement
provincial. Parmi ses nombreuses maisons d'education, Edmonton
compte l'Universite de l'Alberta et plusieurs colleges importants.
L'administration municipale est ici conduite sur une base d'affaires,
la ville exploitant elle-meme toutes ses utilites publiques. Milles de La capitale provinciate de l'Alberta a aujourd'hui une population
Winnipeg ^ 550OO ames et est situee dans un district ou le sol est
d'une grande fertilite. II existe aussi dans ses environs immediats,
des mines de charbon qui se developpent en proportion des besoins
de la population de la region; deja a l'heure actuelle, leur rendement
quotidien est de plus de 4,500 tonnes. Beaucoup de Canadiens-
Frangais, originates pour la plupart de la province de Quebec,
habitent Edmonton et les autres endroits de 1 'Alberta; ce sont tous
d'excellents citoyens et de bons travailleurs, qui sont venus tenter
fortune dans les plaines de l'Ouest.
Par sa situation a peu pres au centre ae l'Alberta, Edmonton est
encore destinee a voir largement croitre sa population et le nombre
de ses industries. Le developpement agricole de la region de la
riviere a la Paix et l'exploitation des riches champs petroliferes
decouverts dans le Nord, sur la riviere a la Paix, le Grand Lac des
Esclaves et le fleuve Mackenzie, ne sera pas sans contribuer encore
a sa prosperite.
Le voyageur qui s'approche des montagnes Rocheuses en venant de l'Est, est
d'autant plus frappe par l'imposante grandeur de ces gigantesques chaines, dont
la vision rappelle de si terribles bouleversements, qu'il vient de traverser les
vastes prairies qui s'etendent du Manitoba aux confins de l'Alberta, et qu'il lui
tarde de voir changer l'aspect quelquefois monotone des paysages apercus durant
les dernieres heures du trajet.
Peu apres avoir quitte Edmonton, on commence a voir s'estomper dans le
lointain les cimes blanches des Rocheuses, qui forment une ligne irreguliere sur
l'azur du ciel. Le train avance rapidement, et en quelques heures, apres avoir
roule a travers toute une serie d'ondulations terrestres qui sont comme la transition
entre les montagnes et la prairie, il entre dans le long labyrinthe forme par les
ravins profonds, les vallees tortueuses, les pics innombrables et les glaciers enormes
jetes pele-mele dans ce territoire illimite de monts geants, qui couvre une partie
de l'Alberta et toute la Colombie-Anglaise. Le spectacle est grandiose au supreme
degre.
LES MONTAGNES ROCHEUSES
Les Rocheuses! Ces mots remettent devant les yeux de celui qui a eu
la bonne fortune de faire un voyage a travers 1 e Canada, j usqu' a la cote de
1'ocean Pacifique, le plus beau et le plus grand spectacle de la Nature,
qu'il lui ait ete donne de contempler; ils evoquent dans son esprit la
vision de quelque chose d'incommensurable, de majestueux et de
terrible tout a la fois; ils font derouler a son regard, le panorama le
plus grandiose qu'un cerveau humain puisse concevoir; ils rappellent
les furieux bouleversements de la croute terrestre aux epoques pre-
historiques et les effroyables convulsions de notre planete, lorsque
commenga sa periode de refroidissement. Jamais le poete ni le peintre,
si puissants genies qu'ils soient, ne parviendront a reproduire fidele-
ment la grandeur des spectacles que ces montagnes offrent aux yeux
etonnes et ravis. S'il faut en croire les voyageurs qui ont visite les Alpes,
les Rocheuses depassent en magnificence et en immensite, la fameuse
chaine qui a attire tant de touristes en Europe. Le grand Matterhorn, Milles  de
Winnipeg
alpiniste celebre, le reconnait bien, puisqu'il a dit que sans exagera-
tion, cinquante Suisses pourraient etre jetees dans les Rocheuses.
Sur une superficie de deux cent mille milles carres, entassez les
uns sur les autres des centaines de Mont-Royal et de Cap Eternite,
des milliers de montagnes plus elevees que les plus hautes de nos
Laurentides; garnissez-les de forets epaisses aux arbres seculaires, ou
couvrez-les de millions de tonnes de glace et de neige; plantez de dix
milles en dix milles des pics qui touchent aux nues et vous commen-
cerez a avoir une idee des Montagnes Rocheuses. Puis dans cette
masse de roc, creusez des gouffres profonds de centaines de pieds;
dans cette prison aux murs .quasi infranchissables, enfermez les
torrents les plus impetueux; dans ces gorges beantes, lachez les
cataractes les plus furieuses; dechainez si vous voulez les chutes les
plus rugissantes, et vous croirez avoir une conception de ces montagnes
extraordinaires.
En quelque partie que vous soyiez, de quelque cote que vous
jetiez le regard, dans quelque direction que vous portiez la vue, vous
ne voyez que des montagnes, toujours des montagnes. On dirait
parfois que leur masse va s'effronder; on les dirait si pres de soi, qu'on
croirait pouvoir les toucher de la main. Elles sont si hautes et si
grandes, qu'on prendrait pour des ruisseaux, les cours d'eau qui
coulent dans les vallees et les gorges; les avalanches qui s'en detachent
sont si fortes, qu'elles emportent dans leur chute, des arbres de deux
cents pieds de hauteur. En beaucoup d'endroits, on peut voir de ces
geants abattus etgisant aux flancs des monts superbes, qui semblent
les contempler comme des vaincusterrasses. Si hautes sont encore ces
montagnes, que leurs sommets s'enveloppent de nuages, tandis que
lesoleil vient comme s'y asseoir et donner aux glaciers qui les couvrent,
un brillant qui les fait miroiter a nos yeux eblouis.
Qu'il parait petit, le train qui roule sur la voie qui traverse les
Rocheuses! Pourtant, au prix de quelles difficult^ et de quels efforts
inouis est-on parvenu a faire penetrer le ruban d'acier jusqu'aux
confins de ces montagnes qui barraient la route de l'ocean Pacifique.
On ne peut s'empecher d'admirer le genie de l'homme qui a reussi a
dompter ces monstres qui ne voulaient pas le laisser passer, en meme
temps que la perseverance des pionniers du premier transcontinental
canadien, dans cette entreprise que l'opinion publique, en face des
obstacles apparemment insurmontables, vouait alors a la mine.
Le chemin de fer suit les vallees et les gorges, contourne les gouffres,
et s'il trouve sur sa route un pan de montagne, il le perce d'un tunnel
de mille ou de dix mille pieds; au besoin il creusera dans le roc
jusqu'a cinq milles et demi pour eviter un detour inutile et dangereux.
L'obstacle est-il infranchissable, qu'il saute par-dessus au moyen d'un
pont ou d'un viaduc. Les avalanches menacent-elles de bloquer la
voie, que des abris souvent de plusieurs milles de longueur, sont
construits pour la proteger.  Jamais on eut pu concevoir la reussite M™l.les. de     ^u ProJet de franchir ce dedale naturel avec une voie ferree.   Et
Winnipeg
pourtant, depuis trente-cinq ans, tous les jours et plusieurs fois par
jour, des trains s'en vont a toute vapeur a travers cette region,
j etant comme un defi aux monts superbes et terribles dans leur
immobilite.
Devant la grandeur de certains pics, plus imposants encore que
les autres, le voyageur est parfois porte a se demander quel age
peuvent avoir ces montagnes. Leur age! On s'arrete trouble par
cette simple question. Notre cerveau se sent incapable de decouvrir
depuis combien de temps ces montagnes, confondant les siecles avec
les secondes, montent ainsi la garde aux confins du grand Ouest
canadien, qu'elles separent des rives du Pacifique. Ces monts
impertubables ont vu defiler les jours, les ans, les siecles et les ages,
et toujours ils dressent leurs sommets immobiles. En vain interrogez-
vous ces masses de pierre, elles restent muettes. Leur silence vous
fait peur et vous glace; il vous etreint Fame et vous serre le coeur,
si vous songer a tout ce que ces montagnes ont vu passer depuis le
commencement du monde. Elles ont assiste a tous les grands evene-
ments et vu se derouler toutes les peripeties de l'histoire universelle.
Elles ont ete temoins de toutes les scenes qui ont eu la terre pour
theatre et elles ne veulent rien dire. Leur silence est eternel comme
elles!
Les Montagnes Rocheuses ne sont cependant pas remarquables
qu'au point de vue pittoresque et naturel; elles renferment encore
des richesses incalculables, dont la plus grande partie n'a pas ete
exploitee. Les ressources minieres et forestieres entassees dans
1'immense territoire qu'elles couvrent, constituent un actif important
pour la prosperite du pays tout entier. D'apres la Commission
Geologique d'Ottawa, les Rocheuses renferment pas moins de 75
billions de tonnes de charbon, dont 14 millions seulement ont ete
utilisees jusqu'a present. On trouve dans les forets de la Colombie-
Anglaise, des arbres d'une grande valeur pour la construction,
tandis que les pouvoirs hydrauliques nombreux n'attendent que le
moment d'etre controles pour developper une grande energie elec-
trique. Et que dire des richesses representees par les animaux a
fourrures et les pecheries?
C'est pour les touristes cependant, que les Rocheuses ont le plus
d'attraits; leurs splendides panoramas sont un regal de chaque
instant, dont il est impossible de se rassasier; les amusements les
plus varies s'offrent aux visiteurs, dans des decors magnifiques;
l'alpinisme, le golf, la peche, la chasse, l'equitation, le canotage et
les bains sont a la portee de tous, au sein des plus grandioses paysages
du monde; l'atmosphere y est d'une incomparable purete, et le ciel
d'un bleu d'azur, fait un fond admirable sur lequel se detachent les
pics et les glaciers. Grace aux hotelleries qui ont ete erigees par la
Compagnie du Pacifique Canadien dans les plus belles villegiatures 923
Edson
1029
Jasper
1162
Blue-River
1287
Vinsulla
1304
Kamloops
1432
Boston-Bar
Milles de    <Jes Rocheuses, les touristes sont assures de pouvoir trouver dans la
Winnipeg    region, tout le confort qu'il est possible de leur procurer dans les
grandes villes.
C'est apres avoir passe sous un tunnel de 800 pieds de long, perce
dans le flanc de la montagne Boule Roche, qu'on parvient a la
gare de Jasper, situee dans le fameux pare national de Jasper,
dont les beautes naturelles font l'admirationdes touristes qui vont
le visiter.   Au sortir de ce tunnel, un tableau d'une imposante
grandeur s'offre aux yeux des voyageurs.   Le train suit la riviere
Athabaska, dont le nom seul rappelle l'heroique passe de tant de
valeureux pionniers, puis on apergoit au nord, la Roche de Smet et de l'autre
cote, la Roche Miette, deux monts de quelque 8,000 pieds d'altitude, qui se
dressent devant nous, drapes dans leur tunique rugueuse et couronnes de rochers
escarpes.  La vallee s'elargit ensuite aux environs de Jasper, qui n'est qu'un petit
village perdu dans les montagnes, mais dont le site est enchanteur.   II est bati
sur un plateau, au pied du mont Pyramid, haut de 9,026 pieds.
Le pare de Jasper, qui couvre une superficie de 4,000 acres, est une reserve
nationale ou des centaines de bisons, d'elans et d'autres animaux sauvages des
montagnes, paissent en liberte sous la protection du gouvernement federal. Ce
pare renferme dans ses limites l'une des regions les plus pittoresques des Rocheuses,
ou les vallees, les pics, les glaciers et les torrents rivalisent pour donner aux
paysages un cachet de sauvage et naturelle beaute.
A part les monts deja nommes, qui dominent ici la riante vallee que longe le
chemin de fer, il ne faut pas oublier de mentionner le mont Jasper lui-meme,
qui s'eleve a 9,300 pieds d'altitude, et le mont Edith Cavell, haut de 11,000 pieds,
dont le nom evoque le souvenir de l'heroique infirmiere anglaise, qui mourut
d'une facon si tragique aux mains des Allemands, durant la grande guerre. Le
pare de Jasper est situe sur la front iere qui separe l'Alberta de la Colombie-Anglaise,
mais en territoire albertain.
En continuant ensuite vers Lucerne, un petit hameau bati sur le bord du lac
Lucerne, a une vingtaine de milles de Jasper, le train s'achemine au milieu d'un
decor d'une magnificence incomparable. C'est ici qu'on approche du mont
Robson, dont la vue arrache tant d'exclamations a ceux qui l'apercoivent pour
la premiere fois. C'est un pic altier qui porte fierement sa cime a 13,087 pieds
dans les airs, au milieu de plusieurs autres montagnes dont il semble etre le chef.
II est si grand qu'on le croirait tout pres, et pourtant une distance de quatre
milles le separe de la ligne du chemin de fer. Ses proportions sont si colossales,
que les monts qui l'entourent ont l'air de vulgaires collines, malgre leur altitude
de quelque 10,000 pieds. Le mont Robson est une sentinelle qui surplombe
toute la contree en cette partie des Rocheuses. Apres l'avoir depasse, le voyage
se continue au milieu de panoramas qui changent a chaque instant, mais qui
restent toujours pleins d'enchantement. Parfois un vallon creuse d'un lac apparait,
mais aussitot une chaine nouvelle se deroule. Et le convoi, comme un coursier
infatigable et haletant sous la charge qu'il traine, avance toujours, tantot passant
au bas de falaises terribles, tantot contournant des lacs limpides ou suivant des
rivieres ecumantes.
La voie rejoint celle du Pacifique Canadien aux environs de Kamloops et se
deroule ensuite parallelement a celle-ci jusqu'a Vancouver, en cotoyant les
rivieres Thompson et Fraser, deux torrents qui deversent leurs fiots agites entre
des rives escarpees, qu'il a fallu percer en plusieurs endroits pour faire passer le
chemin de fer.
1564     VANCOUVER
Vancouver, dont la population touche de pres les 200,000 ames, est
souvent appelee la "metropole de la cote du Pacifique." C'est la plus
grande ville de la Colombie-Anglaise et la quatrieme du Canada par
le chiffre de sa population.    Elle est le terminus de la ligne de chemin La Gorge de la Riviere Fraser
par C. W. Simpson, R.C.A. MAJ.les. de de fer du Pacifique Canadien dans l'Ouest, et son port, Tun des plus
Winnipeg beaux et ^es mieux abrites qu'une ville puisse desirer, est aussi le
port d'attache des services de navigation oceanique, que cette meme
compagnie de transport maintient entre le Canada et 1'Extreme-
Orient. D'un petit village qui s'elevait sur la lisiere de la foret
au siecle dernier, Vancouver s'est trans formee dans l'espace de trente-
cinq ans, en la progressive metropole qu'elle est aujourd'hui, et ceci
grace a la construction de la ligne transcontinentale du Pacifique
Canadien, a son commerce avec 1'Orient et aux merveilleuses ressources naturelles que Ton rencontre dans ses environs et qui consistent surtout en vastes forets et en mines diverses. Des industries
qui florissent dans ses limites, la construction maritime est probable-
ment la principale.
Vancouver est une belle ville moderne, avec des quartiers resi-
dentielles chics et une section des affaires ou regne une constante
activite. Ses hotels sont vastes et luxueux, particulierement le
Vancouver, termine en 1914 par la Compagnie du Pacifique Canadien;
cet hotel est un elegant edifice de 490 chambres, qui offre aux voyageurs de toutes classes, un logement confortable et une cuisine hors
pair. Le plus beau pare de Vancouver est indubitablement le pare
Stanley, forme par une presqu'ile dune dizaine de milles de circonference, qui ferme a demi 1'entree du havre et le protege en meme
temps contre les vents du large. C'est un pare public comme peu de
villes en possedent, et que Ton signale avec raison a l'attention des
touristes de passage a Vancouver. II est couvert d'une luxuriante
vegetation et de pins geants, a travers lesquels rayonnent toutes
sortes de jolis sentiers et de magnifiques avenues. Le "canyon" de
Capilano a Vancouver-nord, est aussi un sujet de curiosite pour les
visiteurs.
Malgre sa situation sur une latitude assez elevee, la metropole du
Pacifique jouit d'un climat tres doux, qui en fait un endroit favorise
par les touristes, pour lesquels ses beaux points pittoresques, sa
superbe plage d'English-Bay, ses boulevards et ses excellentes routes
d'auto, constituent autant d'attractions dignes d'interet. A part ses
services de paquebots oceaniques avec la Chine, le Japon et l'Aus-
tralie, le Pacifique Canadien exploite entre Vancouver, Victoria,
Seattle et 1'Alaska, des lignes de navigation qui sont encore une source
de prosperite pour cette ville.
La distance entre Vancouver et Victoria, a travers le detroit de Juan de Fuca,
est couverte en quatre heures par les luxueux navires du Pacifique Canadien,
qui relient en meme temps ces deux endroits avec Seattle, sur la cote du Puget
Sound. Cette derniere ville, la plus populeuse de l'etat de Washington, est le
second port americain en importance sur la cote de l'ocean Pacifique.
1647     VICTORIA
La capitale de la province de la Colombie-Anglaise, est situee a
l'extremite sud de l'ile Vancouver, sur une legere elevation d'ou
elle domine le detroit de Juan de Fuca, que ferme a l'horizon, la Panorama apercu du toit de VHotel Vancouver
par C. W. Simpson, R.C.A. Milles  de
Winnipeg
Milles de
Victoria
83
212
239
261
286
chaine des monts Olympiques. C'est une tres belle ville, que son
cachet presque exclusivement residentiel, fait rechercher par les
gens anxieux de trouver le calme et la tranquillite. Son climat,
que Ton peut presque qualifier de semi-tropical, a cause des chaudes
effluves qui emanent du Kouro-Sivo, ce courant d'eau chaude qui
vient baigner la cote de l'ile Vancouver, et dont 1'atmosphere est
saturee, lui assure toute l'annee durant, une abondante vegetation.
Ses pares de Beacon Hill et Gorge, sont de vastes etendues de terrain,
semees d'arbres varies, de jolis bosquets, d'etangs aux bords ombrages
et de belles avenues pour les promeneurs.
En face du port de Victoria, s'elevent, le magnifique hotel Empress, du Pacifique Canadien, le dernier a l'ouest, des hotels diriges
dans les grands centres du pays par cette compagnie; et les massifs
edifices du Parlement de la province. A proximite, se trouvent le
Musee de la Colombie-Anglaise, qui abrite une importante collection
d'objets autrefois en usage parmi les tribus indiennes de la cote du
Pacifique, et la Bibliotheque provinciale, riche en manuscrits et en
documents anciens. Non loin de la ville, le gouvernement federal a
fait batir sur une elevation naturelle, un observatoire meteorologique
qui possede dans son outillage, un immense telescope muni d'un
reflecteur de 72 pouces de diametre; c'est le plus grand en usage
dans le monde entier.
Victoria est un endroit ou chaque annee affluent des milliers de
touristes, qui viennent de tous les pays, jouir de son climat ideal et
se livrer a la pratique des sports varies, en vogue dans cette partie
de l'ile Vancouver. Plusieurs terrains de golf sont mis a la disposition
des visiteurs, tandis que la peche et la chasse sont des plus fructueuses
dans des regions facilement accessibles de la ville. De tres bonnes
routes d'auto relient maintenant la capitale avec les autres centres
du sud de l'ile.
Vancouver
North-Bend
Lytton
Spence's-Bridge
Ashcroft
Le parcours des montagnes Rocheuses sur la ligne du Pacifique
Canadien, offre des panoramas beaucoup plus beaux que sur
aucune autre voie ferree qui traverse ces chaines rocailleuses.
De Vancouver a Banff, c'est une ascension continuelle, d'une
altitude de 33 pieds au-dessus du niveau de la mer, a plus de
5,300 pieds, a la base du mont Stephen pres de Field, soit
un mille au-dessus du niveau de l'ocean. Et tandis qu'ailleurs la ligne du chemin
de fer ne se fraye un chemin qu'en pleine nature sauvage ou n'apparaissent que
des hameaux recents, du cote du Pacifique Canadien, on voit dans les montagnes,
des villes assez populeuses et des villegiatures modernes et bien organisees,
pourvues de luxueux hotels qui surpassent par 1'ampleur de leurs dimensions et
par l'excellence de leurs services, tout ce que Ton peut rencontrer en fait d'eta-
blissements du meme genre dans d'autres chaines de montagnes, que ce soit en
Europe ou en Amerique.
En revenant vers l'Est, apres avoir laisse en arriere la metropole de la Colombie-
Anglaise, le train suit d'abord la rive sud de Burrard Inlet, puis longe sur une
bonne distance, la tumultueuse riviere Fraser, deja apercue durant la premiere
partie du voyage. Passe la petite gare de Hope, ou se bifurque avec la voie
principale, 1'embranchement qui va desservir la section meridionale de la Colombie-
Anglaise, le train s'engage dans la gorge effrayante du Fraser.   La riviere n'est UHotel Empress, a Victoria
par C. W. Simpson, R.C.A. Milles de maintenant plus navigable, et ses eaux qui coulent avec une grande vitesse entre
Victoria deux redoutables falaises, sont comme une continuelle cataracte, dont le bruit
nous accompagne a mesure que nous avancons. Le chemin de fer se fraye un
passage avec peine parmi ces dangereux abimes; il cotoie la riviere, contourne
un rocher, en perce un autre, saute un torrent sur un pont, ou longe avec precaution un gouffre insondable. Le paysage est parfois terrible et des voyageurs
sont glaces d'effroi a la vue de certains precipices, au fond desquels il semble,
un accident pourrait faire rouler le convoi. Le rapide de la Porte de l'Enfer est
le plus grandiose du Fraser; il est forme par deux rochers, qui, en s'avancant
dans le torrent, en retiennent les eaux, qui tombent ensuite en cataracte d'une
hauteur de plusieurs pieds. La force de l'onde est si grande en cet endroit, qu'elle
constitue un obstacle presque insurmontable pour le saumon, lorsque celui-ci
remonte le courant de la riviere en bancs serres, a l'epoque du frai. C'est alors
que les Sauvages s'empressent de le pecher et de le faire secher au grand air,
pour sen faire des provisions d'hiver. Une permission speciale leur est accordee
a cette fin par le gouvernement federal.
L'ancienne route que suivaient autrefois les chercheurs d'or de la region du
Caribou, longeait elle aussi la riviere Fr7aser jusqu'a Vancouver. Abandonnee
depuis la construction du chemin de fer, on en voit encore des troncons ici et la,
suspendus a la falaise, a mille pieds au-dessus de la riviere.
Lorsqu'on a passe Lytton, on laisse la gorge du Fraser pour suivre la riviere
Thompson, qui coule dans un decor non moins imposant. A un certain endroit
surtout, le voyageur reste comme petrifie de terreur, lorsque le train s'engouffre
dans un sombre passage domine par des rochers escarpes, qu'il saute un pont et
traverse immediatement un tunnel, pendant qu'en dessous, les Mots de la riviere
se brisent sur des ecueils. Plus loin, c'est une serie de denies tortueux et de
crevasses beantes qui indiquent d'anciennes convulsions de la croute terrestre
dans cette region. Parfois la route est barree par un pan de montagne, ce qui
force le train a passer en dessous; ailleurs, c'est sur le bord de falaises dangereuses
qu'il lui faut circuler. Mais il ne s'emeut pas; il court vers son but a toute vapeur,
se riant des obstacles qu'il a vaincus et qui ne peuvent plus l'arreter. Une partie
du pays traverse ici fut celebre un moment, quand en 1849, des filons d'or y furent
decouverts. Ashcroft et Spence's-Bridge sont des noms qui remettent en memoire
les mines du Caribou.   Nous voici maintenant a Kamloops.
333     KAMLOOPS
Kamloops est la principale ville dans l'interieur de la Colombie-
Anglaise; sa population est de pres de 6,000 habitants. Fondeeily a
environ une centaine d'annees, par les traiteurs de la Compagnie de la
Baie d'Hudson, elle s'eleve au confluent des rivieres Thompson-nord
et Thompson-sud, dans une belle region au climat doux et agreable,
qu'affectionnent particulierement de nos jours, les touristes et les
sportsmen. Les sites y sont en effet pittoresques, et la peche et
la chasse fructueuses. Les principales industries du district de
Kamloops sont l'elevage, les cultures mixte, maraichere et fruitiere,
la coupe du bois et les mines. Une grande partie de la vallee, ou
Ton pratique l'irrigation, produit d'abondantes recoltes. L'industrie
miniere a prix un regain d'importance depuis quelques annees dans la
region; les mineraux qu'on y trouve surtout, sont Tor, le cuivre et le
fer. Kamloops exploite sa propre usine generatrice d'electricite a
Barriere, a quarante milles de distance, sur la riviere Thompson-
nord.
417     Sicamous    A peine sorti de Kamloops, le train arrive a Shuswap, sur le lac de
ce nom.   C'est un endroit de villegiature tres recherche.   Apres,
c'est Salmon Arm, avec ses vergers, et Sicamous, ou le Pacifique Canadien dirige %P
Milles de     un superbe hotel sur la rive du lac Shuswap.   Tous les lacs des environs sont
Victoria      reputes pour les belles truites qu'ils recelent.   C'est a Sicamous que s'opere avec
la voie principale, la jonction de 1'embranchement qui dessert la vallee et le lac
d'Okanagan.
463     VERNON
Vernon est une coquette petite ville de 3,500 ames, situee a
l'extremite nord du lac Okanagan. Un embranchement qui part de
Sicamous, la relie a la voie principale du Pacifique Canadien, au nord.
Elle est l'endroit le plus considerable de la region, et aussi le centre
judiciaire du district, de meme que le point principal de distribution
pour toute la recolte de fruits du nord de la vallee d'Okanagan.
Toute la contree environnante est specialement adonnee a la culture
des pommes, des prunes, des peches, des poires, des cerises et du
raisin, qui y poussent admirablement bien. C'est aux environs de la
ville que se trouve cette vaste ferme de 13,000 acres, arrosee par
l'irrigation et presqu'en totalite couverte de vergers de toutes sortes.
Une importante societe cooperative pour la vente des fruits, etablie
a Vernon, dispose de la recolte de la partie nord de la vallee d'Okanagan.
Situe un peu plus loin, Okanagan-Landing est le point de depart des
luxueux navires du Pacifique Canadien, qui font le service jusqu'a
Penticton, a l'extremite sud du lac.
Quelques milles a Test de Sicamous se trouve Craigellachie, endroit memorable
ou le 7 novembre 1885, fut enfoncee par feu Lord Stratchcona, la derniere cheville
de la voie transcontinentale du Pacifique Canadien, qui liait enfin ensemble, l'Est
et l'Ouest du pays. Une simple pierre commemorative placee a cote de la voie,
rappelle cette ceremonie qui marqua le parachevement du reseau.
On suit apres cela une petite riviere ecumante, et Ton s'approche de la Columbia,
que Ton atteint enfin a Revelstoke.
554     REVELSTOKE
La situation de Revelstoke est des plus pittoresques, au sein des
majestueuses montagnes qui entourent de tous cotes la belle vallee
de la Columbia, arrosee par la riviere de ce nom. C'est une florissante
petite ville de 4,000 habitants seulement, mais qui promet de se
developper rapidement, grace a l'activite et a 1'initiative de son
industrieuse population. Revelstoke est la porte d'entree des fertiles
districts fruitiers qui s'etendent le long des lacs Kootenay et Arrow,
dans la direction sud. C'est aussi un centre pour les sportsmen,
qui sont attires dans la region par l'abondance du gibier et du poisson.
Chaque hiver, Revelstoke a son carnaval et ses fetes sportives,
auxquels prennent part tous les amateurs de sports d'hiver de la
province. Grace au caractere accidente du pays, raquetteurs, glisseurs
en toboggan et skieurs, ont tous les avantages de se livrer a ces sains
amusements si en vogue en Canada. Le mont Revelstoke est le plus
haut des environs. Une bonne route d'auto conduit aujourd'hui
jusqu'a son sommet, de sorte que les touristes n'ont pas meme a
s'imposer la fatigue d'une ascension pour pouvoir admirer tout autour,
l'un des plus magnifiques panoramas qu'il soit donne de voir dans
les Rocheuses. Des routes modernes conduisent de la ville, aux
endroits les plus populeux des alentours. Milles de     Albert-Canyon    Nous nous acheminons maintenant vers les plus grandioses
Victoria panoramas de montagnes altieres et de pics enneiges qu'il soit
575     donne de voir dans les Rocheuses.   En route, on passe la redoutable en meme
temps qu'admirable gorge qui est appelee "Albert-Canyon." Le convoi s'y arrete
un instant pour permettre aux voyageurs de contempler le travail de titan que
les forces de la Nature ont accompli en cet endroit.  C'est aujourd'hui un gouffre
caverneux au fond duquel coule la riviere lllecillewaet, mais autrefois, quelles
masses d'eau et de glace ont du etre jetees la pour pouvoir percer ainsi le rocher?
Le train penetre dans la vallee de 1'lllecillewaet et s'approche de la chaine
des Selkirks, traversee par le fameux tunnel Connaught.   II arrive bientot a la
petite gare de Glacier.
595     GLACIER
Cet endroit est situe au sein de la chaine des Selkirks, au fond
d'une vallee que surplombent les monts Sir Donald, McDonald,
Avalanche, Abbott, Cheops et Ross; c'est l'un des plus pittoresques
des Rocheuses. Le Pacifique Canadien y tient non loin de la gare,
un excellent hotel frequente par beaucoup de touristes qu'attire
1'incomparable grandeur de la region. La riviere lllecillewaet coule
au fond de la vallee que suit ici la ligne du chemin de fer.
En arriere de l'hotel de Glacier, a une couple de milles seulement
de distance, on peut sans difficulte, visiter un interessant glacier qui
descend graduellement des flancs du mont Sir Donald. Celui-ci, qui
a 10,808 pieds de hauteur, est le plus eleve de tous ceux qui dominent
la vallee. II porte le nom de Sir Donald Smith, plus tard Lord Strathcona, qui fut l'un des pionniers de la construction du Pacifique
Canadien.
Au nombre des excursions a faire aux environs de Glacier, notons
celle des grottes Nakimu, qui s'enfoncent dans les entrailles de la
montagne, a l'extremite de la vallee du Cougar. Ces grottes, qui se
trouvent a sept milles de la gare, sont tres curieuses, surtout pour
ceux qui s'interessent a 1'etude des formations geologiques. Elles
servaient autrefois de lit a un torrent impetueux qui descendait des
glaciers, et elles furent pour cette raison appelees "Nakimu" par les
Indiens, ce qui signifie "cavernes rugissantes." C'est a la gare de
Glacier, que les trains se dirigeant vers l'ouest, emergent du tunnel
Connaught, qui sur une longueur de cinq milles, traverse la base de la
chaine des Selkirks, au-dessous du mont McDonald. C'est le plus
long tunnel d'Amerique et son forage a coute a la Compagnie plusieurs
millions de dollars. Commences en 1913, les travaux de construction
ont ete termines en 1916, et depuis, le parcours par la pittoresque
passe Rogers, plus long de quatre milles, a ete abandonne. La raison
primordiale qui a milite en faveur du percement de cette immense
artere souterraine, a ete le danger auquel les trains etaient exposes
dans la passe Rogers et aux abords de Glacier, lorsqu' au printemps,
les avalanches descendaient des montagnes, bloquant la voie et
mettant en peril la vie des voyageurs. On a depuis transforme
l'ancienne voie de la passe Rogers en une route carrossable, et les
touristes qui viennent a Glacier peuvent quand meme aller y admirer
les superbes panoramas qui s'offrent a la vue de tous cotes. Le Mont Sir Donald et le grand Glacier
par C. W. Simpson, R.C.A. Milles de     Golden    Lorsqu'il a emerge du long passage souterrain qui perce la base des
Victoria Selkirks, le train s'avance dans une region moins montagneuse, ou
645 1'agriculture est pratiquee sur une assez vaste echelle. C'est la contree traversee
par la riviere Columbia, que suit la voie ferree sur une assez longue distance,
avant d'arriver a la petite ville de Golden. Mais la plaine est vite
laissee en arriere, et ce sont encore des pics et des glaciers qui ferment de nouveau
l'horizon. Les sommets de la chaine des Rocheuses proprement dites, la plus
majestueuse de toutes celles qui couvrent la region, se dressent bientot devant
nous, immenses et solennels, sous les manteaux de glace qui les couvrent en
partie. Nous cotoyons la riviere Kicking-Horse et approchons de Field, indique
par la masse du mont Stephen que Ton reconnait de loin.
680     FIELD
Field, dont l'altitude est de 4072 pieds, est un point divisionnaire
sur la ligne du Pacifique Canadien; il separe les districts de 1'Alberta
et de la Colombie-Anglaise. C'est un joli petit village alpin de quelques centaines d'habitants a peine, situe sur la riviere Kicking-Horse,
qui coule en meandres capricieux a travers une serie de pics geants,
dont le plus beau est probablement le mont Stephen. Celui-ci, du
haut de ses 10,485 pieds, ecrase de sa masse, les habitations ainsi que
la riviere qui chantonne a ses pieds.
C'est de Field que Ton peut atteindre par une tres bonne route,
la celebre vallee Yoho, que vont visiter la plupart des touristes qui
viennent dans cette partie des montagnes. II semble que la Nature a
pris plaisir a entasser dans ce recoin des Rocheuses, toutes les
merveilles imaginables. On voit en effet dans la vallee Yoho, des
cataractes admirables, des torrents limpides, des vertes forets et des
glaciers geants.
On peut aussi de Field, se rendre au lac Emeraude, Tun des plus
coquets de tout ce vaste territoire, pourtant parseme d'une infinite
de nappes limpides. Les monts Ogden, Cathedrale, Burgess, Wapta,
President et Dennis, sont parmi les plus imposants des alentours.
Notre route monte de plus en plus: rochers, rivieres, glaciers, chutes, cascades
apparaissent, se succedent, disparaissent, selon les courbes et les caprices du trace.
L'eau des lacs et des cataractes est d'une coloration impossible a decrire: tantot
d'un bleu limpide, ici d'une opacite de turquoise, plus loin translucide comme un
saphir, la, dela transparence d'une emeraude, tout pres, pure comme du cristal.
Selon les reverberations de la lumiere sur les eternels glaciers, la surface des lacs
s'irise; l'onde qui tourbillonne au fond des abimes monte en vapeurs legeres,
prismes etincelants qui seteignent en retombant; l'eau qui court dans les rapides
seme des arcs-en-ciel ephemeres autour des roches qui barrent sa route. A cette
orgie des couleurs, s'ajoute celle de la forme. Les pics se dressent, lointains d'abord,
puis se rapprochent, reculant devant le train ou semblant venir au-devant de
cette chose d'acier que rien n'epouvante. L'un d'eux s'erige en une cathedrale
aux multiples clochetons, l'autre s'arrondit en pain de sucre, son voisin s'etage
en aretes graduees, tandis que celui-ci ressemble a un melon gigantesque dans
un jardin de titans. Efflorescence colossale poussee durant les cycles millenaires,
comme un eternel monument de la Puissance Divine, telles nous paraissent ces
montagnes au coeur desquelles nous penetrans, avec une vitesSe sans ent rave.
S'il arrive qu'un enorme bloc se dresse devant le double ruban des rails, avec un
air de dire: "On ne passe pas"! On passe quand meme. Le genie de l'homme a
vaincu la masse de granit, il a perfore ses flancs, dene les lois de la pesanteur.
Un tunnel s'est insinue pas a pas, petit a petit, et les trains, aujourd'hui circulent, Le Lac Emeraude, pres de Field
par Oliver Dennett Grover
i~7 Milles de     vont et viennent, comme en se moquant, sous les montagnes, dans les courbes,
Victoria      au-dessus des chutes, au bord des precipices.   On passe quand meme.
Immediatement apres avoir quitte Field, la locomotive entreprend de grimper
une rampe assez raide, en pouffant de toute la force de ses cylindres. C'est ici
qu'on traverse les fameux tunnels en spirale que la Compagnie a du faire forer
pour eviter une pente si forte, que la circulation y etait dangereuse pour la securite
des voyageurs. Ces tunnels sont plutot deux boucles, qui juxtaposees l'une a
l'autre, forment le chiffre 8. L'une des boucles, en dessous du mont Ogden, a
2,910 pieds de longueur, tandis que l'autre, creusee dans les entrailles du mont
Cathedrale, a 3,200 pieds, d'un orifice a l'autre. Par cet expedient unique en son
genre en Amerique, on a pu raccourcir le parcours de quelques milles et reduire
la pente de 4.5 a 2.2 degres. Le travail a coute $1,500,000, mais cette somme a
depuis ete partiellement reprise par I'economie du materiel  et du charbon.
C'est entre Field et Lac Louise, que la voie du Pacifique Canadien atteint
son point le plus eleve dans les Rocheuses; 5,213 pieds au-dessus du niveau de
la mer. A cet endroit se trouve la ligne du partage des eaux, qui coulent d'un cote
vers l'ocean Pacifique et de l'autre, vers l'Atlantique. C'est l'epine dorsale du
continent.
700     LE LAC LOUISE
Apres etre descendu du train, a la petite gare de Lac Louise, il
faut encore monter une hauteur de 620 pieds avant d'atteindre le
lac lui-meme, situe a 5684 pieds au-dessus du niveau de la mer, dans
un decor feerique de montagnes et de glaciers merveilleux, devant
lequel la plume de Lecrivain et le pinceau de 1'artiste restent impuis-
sants, tant il semble difficile de decrire la sublime beaute de ce lieu
enchanteur. Ainsi nomme en 1'honneur de la princesse Louise, fille
de la reine Victoria et epouse d'un ancien gouverneur-general du
Canada, le lac Louise est justement appele la "Perle des Rocheuses"
par ses admirateurs, dont le nombre va sans cesse grandissant.
Grace au luxueux hotel que la Compagnie du Pacifique Canadien
a fait eriger sur la rive du lac, les touristes sont assures d'y trouver
tout le confort qu'ils peuvent desirer. Aujourd'hui, personne ne
songerait a traverser les montagnes, sans s'arreter a la rustique petite
gare qui se dresse dans la vallee et qu'on appelait autrefois Laggan,
afin de pouvoir aller se repaitre du spectacle grandiose que presente
ce joyau rare qu'est la nappe couleur d'emeraude du lac Louise, dans
son enchassement de hauts pics, de glaciers et de vertes forets.
Le lac lui-meme n'est pas la seule attraction pour les touristes qui
descendent au Chateau; il sen trouve au contraire un grand nombre
d'autres et toutes dignes de mention. A part les lacs Miroir et Agnes,
que Ton surnomme les "lacs dans les Nuages" a cause de leur grande
altitude; a part le gigantesque glacier Victoria qui surplombe le lac
Louise de toute sa masse d'une blancheur immaculee; en plus des
monts Saddleback, Fairview et Beehive, qui peuvent facilement etre
escalades par des sentiers surs, il y a encore une foule d'excursions
que Ton peut faire aux alentours, en prenant l'hotel comme point
de depart. Celle du lac Moraine a neuf milles de distance, et celle
de la vallee du Paradis, sont parmi les plus attrayantes. C'est dans
cette vallee que coule le torrent qui forme les chutes des Pas de Geant,
un veritable escalier gigantesque sur les marches duquel l'eau descend
en cascades ecumantes. mk
Le Lac Louise, "la Perle des Rocheuses"
par C. W. Simpson, R.C.A.
t Milles de De Lac Louise a Banff, le trajet s'effectue le long de la riviere Bow et en vue de
Victoria belles montagnes, qui de tous cotes, limitent la ligne d'horizon. Le mont Castle,
qui rappelle par ses formes, un de ces anciens castels feodaux du Moyen age,
se dresse isole et superbe a gauche de la voie. Puis ce sont les monts Bourgeau,
9,517 pieds d'altitude; Ball, 10,825 pieds; Pilot, 9, 680, pieds, apercus a droite,
et la fleche curieuse du mont Edith, a gauche, avant de rentrer a Banff.
735     BANFF
Banff! Un nom bizarre qui evoque les vallees verdoyantes et les pics
enneiges des Rocheuses! La premiere impression, lorsque Ton descend
du convoi qui nous a amene au sein des gigantesques montagnes qui
encerclent ce lieu enchante, est faite de respect et de surprise. Beaute
imposante du spectacle, blancheur inattendue des cimes s'etendant
vers les flancs; sont-ce la vraiment les neiges eternelles, et ne vont-
elles pas plutot fondre demain sous le soleil ou la pluie d'ete? En
tout eas, elles deconcertent un peu par leur omnipresence, qui attire
et obsede le regard tout autour de 1'horizon. Inconsciemment, on
voudrait que les grands monts se debarrassent de cette neige, avant
qu'on. les examine en detail, avant qu'on entre en relation. Cette
blancheur striee de rocher grisatre, agace comme une intrusion.
Pourtant a nos pieds, toute la vallee sourit dans la verdure,
pendant que la-haut, tres haut, les grands sommets menacent,
solennels, sous la lueur mate de la neige. C'est sublime et contra-
dictoire. La riviere Bow, que les Sauvages comparaient avec raison
aunesuite d'arcs, coule a nos pieds sous le joli pont en fer qui rriene
au village. Celui-ci s'etend tout droit et dru, bati comme une petite
ville, de chaque cote de sa rue droite et large, et a peu pres unique.
Et tout le temps et partout, les montagnes nous regardent, nous
dominent et nous ecrasent, forcant tout de suite notre admiration.
Dememe que les geants humains sont generalement doux et pacifiques,
de meme ces rochers cyclopeens nous deviennent bientot tout a fait
sympathiques; personne ne peut quitter Banff sans avoir noue des
relations cordiales avec le mont Cascade, qui porte tres haut son
sommet denude, ou avec la chaine boisee des monts Sulphur, au pied
de laquelle, au sein d'une verdoyante foret, se dresse avec ses fleches,
la superbe hotellerie du Pacifique Canadien. Et que dire de 1'irresistible mont Rundle!
D'abord ce n'est pas une montagne, c'est un geste, un mouvement
immense arrete; c'est une vague gigantesque de rocher qui semble
avoir ete fige brusquement par la main du Createur. Elle a conserve
1'allure qui l'animait, et voila pourquoi le mont Rundle, d'ou qu'on
le regarde, ressemble a un monstre mate, a une vague qui va quelque
jour continuer sa marche fatidique et rouler dans la vallee. Son
flanc d'un cote, est en pente douce et apparemment facile a l'ascension,
tandis que de l'autre, il est coupe a pic. Quelles formidables convulsions notre planete a du subir pour porter depareilles cicatrices?
Elle est partout, aussi loin que la vue peut embrasser, ouverte,
torturee et dechiree!
Et dans ce decor, dont chaque trait rappelle l'inimaginable et
terrifiante tempete de souffre, de feu et de fracas qui fit eclater un UHotel de Banff
par C. W. Simpson, R.C.A. Milles de jour ces vallees et lanca au ciel ces amas de roc vif, vous voyez couler
Victoria ^ vos pjecis peau limpide et froide qui vient des glaciers, et vous
regardez venir au loin, comme un ruban qu'accompagne une mince
fumee, un train, tout petit, tout ecrase comme un serpent, et qui
venant des rives lointaines du fleuve St-Laurent, s'en va gringant et
pouffant comme un leger jouet, vers les confins du continent, du
cote de l'ocean Pacifique.
L'hotellerie du Pacifique Canadien se dresse dans un site unique
et rapelle par ses formes et sa masse, un castel feodal du Moyen age,
Des touristes de toutes les parties du monde, attires par la reputation
que s'est acquise Banff, tant par sa beaute pittoresque, qu'avec ses
fameuses sources sulfureuses, y viennent sejourner durant les mois de
l'ete. Plusieurs grandes piscines construites en divers endroits sur le
flanc du mont Sulphur, permettent aux visiteurs de prendre des bains
d'eau chaude avec tout le confort voulu. Banff offre encore de
nombreuses attractions; son pare zoologique en est une des plus
interessantes, mais il ne faut pas oublier non plus de mentionner les
excursions a cheval, les ascensions alpines, le canotage sur la riviere
Bow et les lacs Vermilion, le golf, etc. Le mont Assiniboine, qui
s'eleve a une vingtaine de milles au sud de Banff et qui dresse sa
cime enneigee a 12,000 pieds dans les airs, est souvent appele le
"Matterhorn du Nouveau-Monde." Ce pic a ete escalade pour la
premiere fois en 1901.
En laissant la populaire station balneaire de Banff, la ligne s'allonge au fond
d'une vallee qu'arrose la riviere Bow et que dominent de chaque cote de hautes
chaines de montagnes, aux cimes rocailleuses et a demi couvertes de neiges
eternelles.
A Bankhead, il y a des mines de charbon dur, exploitees par la Compagnie
du Pacifique Canadien. Ce sont les seules mines d'anthracite au Canada. A Can-
more, un peu plus loin, on peut voir a droite trois superbes montagnes, dont les
sommets assez rapproches se ressemblent a tel point, qu'on les a appelees les
"Trois Soeurs." On passe encore quelques pics moins eleves, et le train sort enfin
des Rocheuses gigantesques, et entre dans un territoire plutot ondule, qui separe
les montagnes de la prairie. Pendant de longues heures, on verra encore les
hautes silhouettes des Rocheuses, qui graduellement disparaitront en arriere de
nous. Le pays traverse entre les montagnes et Calgary est surtout adonne a
l'elevage, tout comme la majeure partie du sud-ouest de l'Alberta d'ailleurs, qui
est couverte de "ranches" sur lesquels les chevaux, les moutons et les betes a
cornes se comptent par milliers. A Morley, la voie traverse la vaste reserve
indienne de la tribu des Stoneys, ancienne peuplade guerriere de la prairie,
transformee depuis en une industrieuse population.
817     CALGARY
Calgary, population 72,000 habitants, altitude 3439pieds ;c'est laplus
grande ville de l'Alberta et de toute cette partie du pays qui separe
Winnipeg de Vancouver, sur la cote del'ocean Pacifique. Fondeeilya
a peine une quarantaine d'annees, sur les bords de la riviere Bow,
elle s'est merveilleusement developpee durant cet espace de temps
relativement court, et aujourd'hui, elle possede de florissantes
industries, des cours a bestiaux considerables, des etablissements
pour la mise en conserve des viandes; ses rues sont larges et tracees Les Trois Soeurs, a Canmore
par C. W. Simpson, R.C.A. Milles de    regulierement, selon la mode des villes modernes.    Elle se trouve
ictoria    aussi £ proximite de formidables pouvoirs hydrauliques et de vastes
gisements decharbon. Sa population a encore l'avantage de pouvoir
se procurer a un prix tres modique, pour usage domestique et pour
fins industrielles, tout le gaz naturel qu'elle desire.
Le Pacifique Canadien possede a Calgary un des plus beaux
hotels de tous ceux qu'il a enges a travers le Canada; le Palliser, tel
est le nom de cette luxueuse batisse, s'eleve tout pres de la gare
du chemin de fer, en plein centre de la ville. Du toit, l'oeil embrasse
un incomparable panorama: d'un cote, ce sont les prairies, dont
l'etendue rappelle le vaste ocean; de l'autre, vers l'ouest, ce sont
d'abord de legeres ondulations dans la plaine, puis plus loin, les
cyclopeennes chaines des Rocheuses, avec leurs cimes enneigees
qui se decoupent sur l'azur du ciel, a l'horizon.
Le Pacifique Canadien a fait effectuer des travaux considerables
aux environs de Calgary, dans le but de sauver par 1'irrigation,
tout un vaste district qui etait pratiquement perdu pour 1'agriculture, a cause de Tinsuffisance des pluies. Au prix de plusieurs millions
de dollars, la Compagnie a reussi a barrer la riviere Bow a Bassano,
a. Test de Calgary, et de la sorte, a s'approvisionner d'une quantite
d'eau suffisante pour fournir Thumidite essentielle a la croissance
des plantes sur les fermes des alentours. Tout le terrain qui devait
etre irrigue avait d'abord ete achete par le Pacifique Canadien, mais
celui-ci, des que les travaux ont ete termines, a commence a en
disposer, en le morcelant et en le vendarit aux colons a des prix
avantageux. A l'heure actuelle, des fermes fertiles s'elevent sur ces
terres autrefois incultes, que l'irrigation a transformees.
Pour atteindre Lethbridge, nous voyageons directement vers le sud, dans une
region onduleuse, ou l'elevage est la principale industrie de la population rurale.
De vastes "ranches" s'etendent a droite et a gauche de la voie ferree, et a tout
instant, on apergoit sur le flanc d'une colline ou sur le sommet d'un coteau, un
troupeau de vaches ou de moutons, paissant sous la surveillance de quelques
cow-boys a cheval. Sans cesse, les Rocheuses montent la garde dans l'ouest.
Milles d Quand le temps est clair, nous pouvons clairement distinguer dans le lointain,
q i leurs sommets dechiquetes.
126     LETHBRIDGE
Lethbridge a une population de 15,000 ames environ et est situee sur
la riviere Old Man, a une altitude de 2973 pieds au-dessus du niveau de
la mer. C'est un centre agricole et minierde premiere importance dans
cette partie de l'Alberta, ou l'elevage des bestiaux est aussi pratique
sur une haute echelle. Dans un rayon de cinq milles autour de cet
endroit, il y a sept mines de charbon qui produisent une tres bonne
qualite de lignite, fort en demande dans les provinces prairies.
Deux de ces mines, dont les puits sont dans les limites memes de la
ville, sont exploitees par le Pacifique Canadien. Les ^principales
industries de Lethbridge comprennent quatre gros moulins a farine
et une fabrique de macaroni.   Son marche aux laines est le plus Milles de    considerable du Canada.    Le gouvernement federal maintient ici
Calgary    une ferme experimental qui rend de grands services a l'agriculture.
Un peu a l'ouest de Lethbridge, le Pacifique Canadien a construit
pour permettre a ses trains de traverser la riviere Old Man, un
gigantesque viaduc en acier, qui figure parmi les principaux travaux
de genie effectues par -cette compagnie a travers le Canada. Ce
viaduc a 5325 pieds de longueur et repose sur une serie de piliers en
acier, qui a leur plus grande hauteur, supportent la voie a 314 pieds
dans les airs.
Le sol du sud de l'Alberta, quoique excellent pour l'elevage, n'est pas tout a
fait propice a la culture du bie ou des autres cereales, a cause des grandes secheresses
qui sevissent en ete dans cette partie de la province. C'est pourquoi Ton songe
aujourd'hui a recourir a l'irrigation, d'une fa con beaucoup plus generate qu'on
ne l'a fait jusqu'a present. L'exemple donne par la Compagnie du Pacifique
Canadien sur ses terrains de Bassano, non loin de Calgary, commence a porter
ses fruits et a convaincre les plus incredules. La contree qui s'etend de Lethbridge
a Medicine-Hat serait tout aussi fertile que celle du nord de la province, mais
il lui manque de la pluie. II faudra tot ou tard y remedier au moyen de l'arrosage
artificiel.
Aux environs de Lethbridge, le sous-sol est tres riche en charbon, tandis
qu'a Medicine-Hat, c'est du gaz naturel qui s'y trouve en quantites inepuisables.
On s'en sert pour toutes sortes d'usage dans la ville et on le paie un prix ridicule-
ment bas comparativement ace qu'il coute dans les centres ou il faut le fabriquer.
Avant d'entrer dans Medicine-Hat, le train traverse d'abord la riviere
Saskatchewan-du-Sud, qui coule dans une tranchee profonde creusee dans le sol
de la prairie.
241     MEDICINE-HAT
Population 12,000 habitants, altitude 2,181 pieds au-dessus du niveau de la mer; c'est une progressive petite ville situee sur la riviere Sas-
katchewan-sud, dans une belle region agricole. C'est un endroit
repute pour ses puits de gaz naturel, qui fournissent pour le chauffage
domestique et pour l'industrie, un excellent combustible a un prix
excessivement bas. Le premier puits de gaz naturel a Medicine-
Hat, a ete fore en 1903 et depuis cette date, on a en perce 22 autres
d'une profondeur variant de 1000 a 1200 pieds. Chacun peut pro-
duire de deux a trois millions de pieds cubes de gaz chaque jour.
On pretend que le merveilleux depot de gaz naturel qui se trouve
sous la ville, s'etend sur une superficie de plus de 100 milles carres.
Medicine-Hat a aussi de grandes minoteries, dont le rendement total
est de 4,700 barils de farine par jour.
En filant vers Swift-Current et Moose-Jaw, on voyage dans une region tres
fertile, ou se pratique non seulement la culture des cereales sur une grande
echelle, mais encore la culture mixte et l'elevage des chevaux. Le pays est
desormais plus plat, et en certains endroits, on remarque des etangs et meme des
lacs, dont les rives sont bordees d'une substance qui fait penser a de la craie ou
de la neige; c'est de l'alcali, oxyde mineral depose sur le sol a mesure que se
dessechent ces nappes d'eau peu profondes.
C'est au village de MaplerCreek passe en route, que le chef sioux, Sitting-Bull,
fut capture par la gendarmerie a cheval, il y a plusieurs annees, apres qu'il eut
massacre le general americain Custer et sa troupe de cavaliers. M i 11 e s d e     SWIFT-CURRENT
Calgary Population 4,500 ames; c'est une active petite ville situee sur les
388 bords d'une jolie riviere, dont les eaux agitees lui ont fait donner
le nom qu'elle porte aujourd'hui. Elle est le point de separation
entre le district de la Saskatchewan et celui de l'Alberta, du chemin
de fer du Pacifique Canadien. Swift-Current est un centre de distribution de marchandises generates dans un territoire qui s'etend
presque jusqu'a la frontiere americaine, dans la direction sud. Le
gouvernement a etabli ici un observatoire meteorologique interessant.
L'altitude de la region est de pres de 2,500 pieds.
Le train reprend sa course vers Moose-Jaw en descendant dans une large
plaine encore tachetee d'alcali, provenant d'une depression du bassin des lacs
Chaplin, mieux connus des anciens colons sous le nom de "lacs des Vieilles
Femmes." Plus au nord, on voit les rives herbeuses du lac Ruth, grande nappe
d'eau qu'affectionnent les oies et les canards sauvages.
On ne voit maintenant plus d'arbres, depuis les collines Cypres jusqu'a
l'extremite est de la plaine de Regina, soit une distance de deux cents milles.
Sans etre aussi riche, le sol est quand meme encore bon. Ici et la, le voyageur
averti peut encore voir des sentiers creuses dans la croute de la prairie par les
bisons d'antan, lorsqu'ils cheminaient par dizaines de milliers vers leurs abreuvoirs.
En certaines places, le sol est parseme de trous et Ton est porte a se demander
comment se sont formees ces etranges cicatrices. II parait que ce sont les anciens
**rois de la plaine" qui les ont faites, en roulant leur enorme corpulence lorsqu'ils
etaient repus.
498     MOOSE-JAW
Moose-Jaw, dont la population est de 25,000 ames, est situee a une
altitude de 1779 pieds, au milieu d'un des plus fertiles districts a bie de
tout l'Ouest canadien. Le nombre des minoteries et des entrepots a
grain qui s'elevent dans la ville et aux environs, sont en effet une
preuve evidente de la fertilite du sol de la region, pour la production
du bie. Le gouvernement federal possede un peu a l'ouest de la
ville, un elevateur colossal, d'une capacite de 3,500,000 minots. Les
cours a bestiaux les plus considerables entre Winnipeg et la cote du
Pacifique, se trouvent encore a Moose-Jaw.
Cette ville tire son etrange appellation du nom que les Indiens
du pays donnaient autrefois a l'endroit ou elle est construite et qui
signifiait dans leur langue, 4Tendroit ou l'homme blanc repara sa
charrette avec une ganache d'orignal."
De Moose-Jaw a Regina, le chemin de fer est borde de vert et d'or, selon
qu'il traverse des paturages ou des champs de bie muri. C'est un district agricole
d'une grande fecondite, dont la capitale de la Saskatchewan est le centre.
540     REGINA
Regina est la capitale, en meme temps que la plus importante ville
de la Saskatchewan; sa population est de 45,000 habitants. C est aussi
le plus grand centre commercial et industriel entre Winnipeg et
Calgary, plus a l'ouest. On y voit en effet nombre de maisons de
gros, d'importantes agences pour la distribution des machines agri-
coles dans toute la province, diverses fabriques et une grande raffinerie
d'huile, construite au cout de $2,000,000.   Le Palais de la Legislature, r       " ''
Le Battage du Bie dans VOuest Canadien
par G. F. Gillespie Milles de    qui s'eleve en face du petit lac Wascana, est une magnifique con-
Calgary    struction, dont la masse domine toute la ville.
Regina a ete pendant plus de quarante ans les quartiers-generaux
de ce fameux corps de police montee, auquel etait confiee la surveillance dans les territoires du Nord-Ouest, avant que les Blancs aient
completement etabli leur controle dans ces regions. Les exploits
aceomplis par les hommes de cette force constabulaire, ont ete si
souvent racontes, que celle-ci est devenue fameuse dans le monde
ent ier et que son nom est appele a passer dans l'histoire. Depuis la
pacification des tribus indiennes, la colonisation du pays et 1'amelioration des moyens de communication, le maintien de l'ordre est beaucoup moins ardu dans les prairies, de sorte que la tache de la police
montee est desormais plus facile. Celle-ci porte aujourd'hui le nom
de Royal Canadian Mounted Police. L'altitude de Regina est de
1896 pieds.
633     Broadview   Entre Regina et Brandon, tout le pays est couvert de fermes
717     Virden prosperes.   Le sol est tres riche et la culture des cereales est la
principale industrie de la population. Le paysage perd un peu de
sa monotonie et Ion voit un peu partout, des bosquets verdoyants et meme des
lacs assez considerables, dont les eaux, dit-on, sont tres poissonneuses. Les villages
de Qu'Appelle, Indian Head, Wolseley, Broadview et Virden sont des centres
agricoles importants, possedant chacun de nombreux elevateurs a grain, signe
infaillible de la fertilite du sol.
764     BRANDON
Brandon a une population de 18,000 ames environ. Sa situation
sur les bords de la riviere Assiniboine, au milieu d'une belle et fertile
region, en fait un centre agricole d'une grande importance. C'est une
belle ville, possedant de charmants quartiers residentiels, de bonnes
maisons d'education et plusieurs industries. Le gouvernement
federal maintient ici une ferme experimental et une ecole speciale
pour les Indiens. Le plus grand entrepot de grains de semence de
tout l'Ouest, se trouve a Brandon.
Graduellement, en s'eloignant des montagnes Rocheuses, l'altitude
devient de moins en moins forte; a Brandon, elle est seulement de
1200 pieds au-dessus du niveau de la mer.
A mesure qu'on avance plus a 1'est dans le Manitoba, le caractere du pays
change graduellement. II devient plus accidente, parseme de bosquets, de lacs
et de rivieres. II est evident qu'on en acheve avec les vastes horizons des prairies.
De Brandon a Portage-la-Prairie, les campagnes sont bien colonisees et produisent
d'abondantes recoltes de grain. On y pratique aussi avec succes l'elevage des
bestiaux.
841     PORTAGE-LA-PRAIRIE
Situee 56 milles a l'ouest de Winnipeg, cette ville, dont la population
est de 7,000 ames, compte quelques industries prosperes, parmi
lesquelles on peut mentionner des minoteries et des briqueteries. On
y voit aussi quelques grands elevateurs a grain qui servent d'entrepots
aux recoltes abondantes de bie et d'avoine qui poussent dans le
district.  Portage-la-Prairie est une ville propre et possedant de tres Milles de jolies rues residentielles. Elle est sise a un mille a peine de la riviere
Calgary Assiniboine et en meme temps, non loin de l'extremite sud du beau
lac Manitoba, dont les rives sont parsemees de chalets appartenant
aux residents de la ville. C'est de Portage-la-Prairie, qu'un embranchement du Pacifique Canadien laisse la voie principale de cette compagnie, pour se diriger vers le nord-ouest jusqu'a Edmonton, en
passant par Saskatoon.
De Portage a Winnipeg, la voie du Pacifique Canadien traverse des prairies
remarquables, ou le foin et les cereales poussent tres bien. L'industrie laitiere
et la culture mixte y sont aussi en faveur. A la petite station de Reaburn, nous
sommes exactement a mi-chemin entre Montreal et Vancouver.
897 Winnipeg Le parcours, de la capitale du Manitoba jusqu'a Fort-William et
1030 Kenora Port-Arthur, par le Pacifique Canadien, ne differe guere de celui par
1176 Ignace les Chemins de Fer Nationaux, quant a la nature des regions traversees.
Apres avoir quitte le Manitoba et etre passe dans l'Ontario a Telford, le train
penetre dans un immense territoire boise, couvert de lacs et de rivieres poissonneux.
La ville de Kenora, situee au nord du lac des Bois, est le centre le plus considerable
apercu en route. II s'y trouve une grande minoterie. C'est encore un lieu de
villegiatiire fort recherche.
1323     PORT-ARTHUR ET FORT-WILLIAM
Ces deux cites, qu'a cause de leur contiguite, on appelle souvent les
*Villes jumelles," sont situees a la tete dela navigation canadienne sur
le lac Superieur et ont la distinct ion d'etre le centre dedistribut ion de
1'immense recolte de grain des provinces prairies. C'esta leurs quais que
les navires vont chercher les vastes quantites de bie recoltees chaque
annee dans les plaines ensoleillees de l'Ouest canadien, pour les
transporter a Port-McNicoll, Buffalo, Cleveland et autres ports des
Grands Lacs. En 1916 seulement, 369,000,000 de minots de grain
passerent par Fort-William et Port-Arthur, en route pour l'Est du
pays et vers les divers marches du monde. La capacite totale des
dix-sept gigantesques elevateurs a grain de ces deux villes, est de
46,000,000 de minots.
Port-Arthur, dont la population est de pres de 20,000 habitants,
est le centre du district judiciaire de la baie du Tonnerre et le siege
de diverses industries prosperes. On y voit des chantiers maritimes,
des moulins a papier, des scieries, des hauts-fourneaux, etc. C'est
une ville moderne dans toute l'acception du mot, possedant des rues
bien pavees, de bons hotels, de vastes hopitaux et d'excellentes
maisons d'education.
Fort-William l'emporte sur Port-Arthur par sa population, qui
est de 28,000 ames. Cette ville, situee a l'embouchure de la riviere
Kaministiquia, est le point de separation entre les lignes de l'Est
et celles de l'Ouest, du reseau du Pacifique Canadien. C'est aussi le
port terminus du service de navigation de cette compagnie sur les
Grands Lacs. Le nouveau quai a charbon qu'a fait construire le
Pacifique Canadien a Fort-William, au cout d'un million de dollars,
et dont la capacite est de 800,000 tonnes, est l'un des mieux outilles
du genre sur ce continent.    Port-Arthur et Fort-William recoivent Milles de leur energie electrique des chutes Kakabeka, situees a vingt milles
Calgary dans l'interieur, sur la riviere Kaministiquia. Une nouvelle usine en
construction a Nipigon, fournira encore aux * Villes jumelles". un
surcrott de force motrice. Les ressources naturelles sont presque
illimitees dans cette region; la pulpe y est abondante, tandis que
d'importantes decouvertes de minerai de cuivre, de fer, d'argent et
d'or, y ont ete faites au cours des dernieres annees. C'est aussi une
contree reputee pour la peche et la chasse au gros gibier; la truite,
l'achigan et le maskinonge abondent dans ses rivieres et ses lacs,
et l'orignal, le chevreuil, le caribou et l'ours, errent en nombre dans
ses grands bois.
Fort-William etait autrefois le site d'un poste de la Compagnie
de la Baie d'Hudson, que frequentaient tous les chasseurs et les
coureurs des bois qui passaient par ce pays. En 1731, l'explorateur
La Verandrye y avait construit un petit fort.
Milles de     Schreiber La voie cotoie maintenant sur une tres longue distance, la rive
Fort-   White-River    nord du majestueux lac Superieur, le plus considerable des Grands
William      Franz Lacs.   Les paysages ressemblent un peu ici aux panoramas des
132 Rocheuses, car ce ne sont que rochers escarpes, ravins profonds,
250     tunnels et torrents nombreux.   Parfois le chemin de fer doit faire de grands
298     detours pour eviter une vallee infranchissable; parfois il longe un precipice
effrayant, domine par un roc rougeatre, qui va semble-t-il, se detacher et ecraser
le train.   Ici et la, des trouees qui se font dans le paysage, laissent voir a droite,
l'immensite du lac Superieur, cette vaste mer d'eau douce, d'ou il souffle toujours
une fraiche brise.
A Heron-Bay, on s'eloigne du lac Superieur, pour rouler a travers un district
accidente, couvert d'une vegetation sauvage et rabougrie, mais qui peut-etre,
recele dans ses flancs de riches gisements de mineraux, car on s'approche ici d'une
region miniere dont 1'exploitation a deja donne des resultats plus que satisfaisants.
Nous voulons parler de la region de Sudbury, un peu plus a Test.
Pour se rendre au Sault-Ste-Marie, le train va maintenant s'engager sur la
voie de l'Algoma Central Ry. et prendre la direction sud, a partir de la petite
gare de Franz, sur le Pacifique Canadien. Cette ligne de chemin de fer a ete
construite dans un riche territoire forestier, dont la pulpe alimente les vastes
moulins a papier du Sault-Ste-Marie. C'est encore une region ideale pour les
sportsmen, qui y trouvent du gros gibier en abondance, et plusieurs varietes de
poissons dans les lacs et les rivieres dont elle est parsemee.
493     LE SAULT-STE-MARIE
Cette ville, qui a une population de 23,000 habitants, est situee sur la
riviere Ste-Marie,par laquelle les eaux du lac Superieur se deversent dans
le lac Huron ;c'estcetterivierequilaseparedela ville americaine du meme nom,etablie en face, dans l'etat du Michigan. Les rapides dange-
reux qui obstruent la navigation en cette partie de la riviere Ste-Marie,
ont necessite le creusage de deux canaux, l'un du cote canadien et
l'autre du cote americain, pour permettre le passage des navires du
lac Superieur dans le lac Huron et vice versa. Construit de 1888 a
1895 au cout approximatif de $4,000,000, le canal canadien est long
de 7472 pieds et possede une ecluse de 900 pieds par 60 pieds de
largeur, pouvant lever un navire a une hauteur de 18 pieds. Les
canaux du Sault-Ste-Marie servent surtout au trafic du grain de Milles de l'Ouest canadien et du minerai de fer et de cuivre expedie des mines
WIT*" ^u 'ac Superieur. On a construit ici pour relier la rive canadienne a
la rive americaine, un pont de neuf arches, ayant chacune 240 pieds
de longueur. Au-dessus du canal canadien, ce pont s'ouvre au
moyen d'un tablier tournant, long de 410 pieds, tandis que pour le
canal americain, on a pare a la difficulte en construisant une structure
unique en son genre: c'est un pont a bascule double, d'une longueur
totale de 430 pieds, dont les deux immenses tabliers se rejoignent
au milieu du canal pour permettre la circulation.
Le Sault-Ste-Marie possede d'importantes usines metallurgiques,
qui ont un rendement mensuel de 83,000 tonnes d'acier; des moulins
a papier pouvant produire 230 tonnes de papier par jour; des pul-
peries, des usines de produits chimiques, etc. Au point de vue de
l'histoire, cet endroit a joue un role assez marquant, depuis l'origine
de la colonie francaise, jusqu'au commencement du siecle dernier.
Le premier poste qui s'eleva sur cette rive, fut fonde vers 1632 par
des traiteurs francais et des missionnaires, et nomme Ste-Marie en
signe de gratitude, apres une victoire remportee sur les Sauvages. En
1812, durant la guerre avec les Etats-Unis, un detachement de troupes
americaines s'empara du village et en pilla les habitations et les
magasins.
Les vapeurs du Pacifique Canadien qui font le service du fret
et des passagers sur les Grands Lacs, de Port-McNicoll sur la baie
Georgienne, a Fort-William sur le lac Superieur, passent en route par
le canal canadien du Sault-Ste-Marie.
Jusqu'a Sudbury, la voie du Pacifique Canadien longe plus ou moins la rive
nord de la baie Georgienne et traverse plusieurs cours d'eau qui servent au flottage
du bois, coupe dans l'interieur du pays. Ici encore, la peche est fructueuse, et
1'original, le chevreuil et le caribou sont a la portee du chasseur habile.
672     SUDBURY
Apres avoir circule a travers une contree fortement accidentee et
boisee, couverte de lacs et de rivieres, le train entre dans Sudbury,
le centre d'une des plus riches regions minieres du Canada. On
estime en effet qu'il existe ici sur une superficie de trente milles de
long par seize de large, une quantite de minerai de cuivre et de nickel
evaluee a cinq cent millions de tonnes; c'est le plus grand gisement
de nickel du monde ent ier, car il fournit plus des deux tiers de la
consommation mondiale de ce metal. Le minerai contient une proportion de 3.09 pour cent de nickel et 2.12 pour cent de cuivre. Les
compagnies International Nickel, Mond Nickel et British American
Nickel Corporation, qui possedent ici des hauts-fourneaux, expedient
le metal a leurs raffineries du pays deGalles, et de Port-Colborne dans
le New-Jersey. Non loin de Sudbury, se trouvent les montagnes de
l'Orignal, qui renferment plus de cent millions de tonnes de fer.
Sudbury est aussi un important centre de distribution pour tout le
pays du Nord.   Sa population est de 9,000 ames.
De Sudbury a North-Bay, s'etend au nord et a l'ouest du lac Nipissing, l'une
des plus riches regions minieres du continent americain.   C'est ici qu'on extrait Milles de      la plus grande partie du nickel employe dans le monde entier, tandis que d'immenses
Fort-      quantites de cuivre gisent aussi dans le sol, en plusieurs endroits de ce district.
William     De North-Bay, la ligne du Temiskaming and Northern Ontario Ry. se dirige
vers le nord, pour desservir les regions argentiferes et auriferes de Cobalt et
Porcupine.
751     NORTH-BAY
North-Bay est le plus grand centre ferroviaire du district d'Algoma,
dans le nord de l'Ontario, car six lignes de chemins de fer traversent
la ville et rayonnent ensuite dans toutes les directions. L'une de ces
lignes, celle du Temiskaming and Northern Ontario Ry, dessert dans
le Nord, les celebres regions, minieres de Temiskamingue, de Cobalt et
de Porcupine, d'ou Ton extrait depuis quelques annees, des quantites
phenomenales d'argent et d'or. Cette ligne, qui coopere avec le
Pacifique Canadien pour le service des voyageurs dans cette partie
du pays, va jusqu'a Cochrane, sur la voie du Transcontinental-
National. C'est par son intermediate que les sportsmen peuvent
atteindre la giboyeuse contree qui entoure le lac Temagami.
North-Bay est une ville d'une dizaine de milliers d'habitants,
possedant quelques industries; elle s'eleve sur les bords du beau lac
Nipissing, qu'on pourrait presque classer au nombre des Grands Lacs,
auxquels ilest d'ailleurs relie par la riviere aux Francais, car il a 90
milles de long, par plus de 20 milles de largeur en certains endroits.
Toute la contree drainee par la riviere aux Francais voit affluer des
touristes et des sportsmen de partout, durant les mois de la belle
saison. Un petit vapeur fait la navette sur le lac Nippissing et
transporte les passagers, de North-Bay a l'embouchure de la riviere
aux Francais.
892      Orillia A North-Bay, le train quitte le reseau du Pacifique Canadien,
914     Barrie pour se diriger dans le sud de l'Ontario par voie du Grand-Tronc,
974     Georgetown    dont la ligne traverse d'abord une section boisee, legerement
accidentee et remplie de lacs poissonneux.   Apres avoir depasse
le grand lac Simcoe, on commence a apercevoir de nouveau des campagnes comme
il s'en trouve dans toute la partie meridionale de l'Ontario et dans la province
de Quebec.
La partie sud de l'Ontario, qui s'etend entre le lac Ontario, le lac Huron et le
lac Erie, jusqu'a Windsor, est la plus populeuse de la province et compte de
nombreuses villes desservies par plusieurs lignes de chemins de fer. Nous allons
maintenant visiter les principales d'entre elles, en voyageant sur le reseau du
Grand-Tronc, mais il est juste de dire que la plupart de ces points sont aussi
relies entre eux par les voies du Pacifique Canadien.
Le sud de l'Ontario est avant tout industriel, mais 1'agriculture y est aussi
pratiquee par une importante population rurale; La culture mixte et l'industrie
laitiere sont en faveur un peu partout, tandis qu'aux environs des villes, la culture
des produits maraichers est tres remuneratrice. Certaines parties, particuliere-
ment la peninsule de Niagara, sont surtout renommees pour leurs beaux fruits
et pour leurs vignobles.
C'est le long des cotes des lacs Ontario et Erie, qu'ont ete fondes les premiers
etablissements de la province, soit apres la conquete du Canada, oua la suite de
l'immigration des Loyalistes, venus des Etats-Unis apres la guerre de l'lndepen-
dance. Leurs descendants sont restes fideles aux traditions d'autrefois et ils ont
garde pour la mere patrie, un attachement que le temps ne fait qu'accroitre. I
La Cueillette des Pommes
par Bertha des Clayes Milles de     GUELPH
Fort-
William
Guelph, qui compte parmi ses maisons d'education le celebre Col-
993 legeAgricole del'Ontario, a une population d'environ 20,000 ames et est
construite sur une suite de collines baignees par la riviere Speed. Cette
ville fut fondee vers 1827 et fut ainsi nommee en l'honneur de la famille
royale d'Angleterre. Son ecole d'agriculture est frequentee annuelle-
ment par plus de mille etudiants des deux sexes, qui viennent non
seulement de toutes les parties du Canada, mais encore des pays
etrangers. Guelph compte plusieurs industries, entr'autres des
fonderies et des filatures. L'exposition provinciale qui s'y tient
chaque hiver, attire de nombreux exposants et des milliersde visiteurs;
c'est l'une des plus grandes expositions de moutons au Canada.
1009     GALT
Gait, sur la riviere Grand, est surnommee la "Manchester du Canada," a cause du volume considerable de ses produits manufactures,
lesquels consistent surtout en articles de laine tricotee, enoutils eten
pieces de machinerie. Dans son voisinage se trouvent d'immenses ressources forestieres et de grandes quantites de pierre a chaux et de
sable. Gait porte le nom du distingue romancier ecossais, John
Gait.    Sa population est de 13,000 habitants.
1022     KITCHENER
Kitchener, ainsi nommee en . nonneur du grand general a qui fut
d'abord confiee la reorganisation de l'armee anglaise au debut dela
recente guerre europeene, et qui perit d'une facon si mysterieuse
quelques mois apres l'ouverture des hostilites, est une ville dont la
population s'eleve a 22,500 habitants, pour la plus grande partie d'origi-
ne allemande. Sa fondation remonte au commencement du siecle
dernier, alors qu'un certain nombre de suj ets americains de l'etat de la
Pennsylvanie vinrent s'y fixer, pour etre plus tard suivis de plusieurs
emigres allemands. C'est a cause de ces derniers arrivants, que
jusqu'en 1914, cette ville porta le nom de Berlin; mais les circonstances
firent trouver cette appellation trop peu patriotique et malgre une
vive opposition venant d'une certaine part, on lui substitua le nom
de Kitchener.
La ville est situee dans la belle vallee qu arrose .a riviere Grand,
et les campagnes qui l'entourent sont parsemees de fermes prosperes.
Elle est essentiellement manufacturiere, produisant toutes sortes
d'articles qui la font connaitre dans toutes les parties du Dominion
et meme a Let ranger. Ses fabriquesdemeubles, d'articles en caoutchouc
et en cuir, de pneus, de sous-vetements et de chemises pour hommes,
emploient un grand nombre d'ouvriers. Kitchener compte en tout
170 etablissements industriels, ce qui est enorme, siTonconsiderele
chiffre de sa population.
1048     STRATFORD
Stratford a une population de 18,000 ames et estsisesurla riviere
Avon.   Elle rappelle par son nom la patrie de Shakespeare, la petite Milles de ville de Stratford-sur-Avon, en Angleterre. C'est une des plus belles
w.«?rt" cites residentielles de cette partie de l'Ontario, pourvuede rues larges et
bien tenues, de luxueuses residences, de pares spacieux et bien garnis
d'arbres. On y remarque aussi de jolies eglises, d'excellents hopitaux
et de bonnes maisons d'education. Les principales industries de
Stratford sont la construction des locomotives et la fabrication des
meubles.
1144     CHATHAM
Chatham est une ville de 18,000 habitants, situee dans une fertile
region, qui, grace a la douceur de son climat et a ladureede sa belle
saison, est dans une excellente position pour la culture des produits
maraichers dont la croissance exige une periode prolongee de douce
temperature. La betterave a sucre y pousse admirablement bien, et
cette culture est la source d'un gros revenu pour la population locale.
Chatham compte au nombre des ses nombreuses industries, une fabrique de sucre de betterave, d'une capacite de 1200 tonnes par jour;
c'est la deuxieme en importance sur ce continent. II s'y trouve aussi
une grande fabrique de conserves, une fabrique d'automobiles et des
manufactures d'accessoires pour automobiles.
Chatham possede de belles rues et de coquettes residences. Son
pare Tecumseh, sis au centre de la ville, sur les bords de la riviere
Thames, est l'endroit favori de promenade et aussi le rendez-vous
des amateurs de base-ball, de tennis, de cricket ou de boulingrin.
Les canotiers y viennent pousser leurs elegantes et freles embarca-
tions sur l'onde limpide de la riviere.
1191      WINDSOR
Windsor, avec une population de 35,000 habitants, dont une par-
tie est d'origine francaise, s'enorgueillit d'etre la plus importante des
"villes frontieres" baties sur les bords de la riviere Detroit et du
lac Ste-Claire, et qui comprennent encore Walkerville, Ford, Sandwich et Ojibway. D'un marche agricole qu'elle etait auparavant, la
ville de Windsor s'est developpee depuis quelques annees en un
grand centre manufacturier, avec une production considerable et
variee. Sa subite croissance a ete la consequence naturelle de sa
proximite de la ville de Detroit, le centre de la fabrication de 1'automobile dans la republique americaine, dont elle n'est separee que par
1' etroite riviere du meme nom. Les communications entre les deux
cites sont etablies par de nombreux traversiers pour ce qui est des
voitures et des pietons, tandis que les trains traversent la riviere au
moyen d'un tunnel, la propriete du chemin de fer Michigan-Central.
Grace a leur situation sur la frontiere, Windsor et les autres villes
enumerees plus haut, ont ete choisies par plusieurs firmes des Etats-
Unis pour l'etablissement de succursales en Canada.
1301     LONDON
Cette ville, ne ressemble pas seulement a la grande metropole europe-
enne par son nom; elle est aussi construite sur une riviere qui s'appelle la Milles de Tamise, ou Thames, dans un comte qui porte le nom de Middlesex
WIT*" et plusieurs de ses rues rappellent celles de la capitale anglaise, comme
par exemple celles de Cheapside, Piccadilly et Pali-Mall. Cette
similitude de noms est due au fait qu'a l'epoque de la fondation de la
ville, au commencement du siecle dernier, le gouverneur Simcoe
voulait aussi en faire une capitale, la capitale du Haut-Canada. Sa
ressemblance avec Londres n'en tient cependant qu'a 1'analogie qui
existe entre les appellations, car London est avant tout une ville
canadienne, autant par son caractere que par sa situation. C'est
un centre commercial et financier, en meme temps que manufacturier,
qui figure parmi les principaux de la prospere peninsule de l'Ontario-
ouest. Au nombre de ses 250 etablissements industriels, il se trouve
des fabriques d'instruments aratoires, de poeles et de fournaises, de
biscuits, de bonbons et de cigares. Tout autour de la ville, s'etend
un fertile district agricole qui n'est pas sans contribuer largement a
sa prosperite. London, qui passa au rang de ville en 1855, s'est
surtout developpee depuis une trentaine d'annees; sa population
depasse aujourd'hui les 60,000 habitants. A une heure de distance
en tramway electrique, se trouve Port-Stanley, une charmante
villegiature sur la cote du lac Erie.
1329     WOODSTOCK
Woodstock, dont la population est de 11,000 ames, est situee dans les
limites du richecomte agricole d'Oxford, a l'extremite est de la fertile vallee arrosee par la riviere Thames. C est un marche important pour les
produits de la ferme, en meme temps qu'un centre manufacturier
d'un rendement considerable. Parmi ses principales industries, on
remarque des fabriques d'orgues, de pianos, de meubles et de tissus.
Ses rues residentielles sont coquettes et bien tenues.
1355     BRANTFORD
Brantford, dont la population est de 32,000 habitants, a la distinction d'avoir ete la premiere ville du monde a se servirdu telephone.
C'est la en effet qu'en 1876, le celebre inventeur Graham Bell fit ses premieres experiences et qu'il reussit a converser au moyen d'un fil me-
tallique, entre sa maison et le village voisin de Mount-Pleasant. Un
monument destine a commemorer cette decouverte si importante
pour la civilisation, a ete eleve il y a quelques annees sur la propriete
que possedait alors le docteur Bell a Brantford.
La ville est sise sur la riviere Grand, a l'endroit ou se trouvait
autrefois une vaste reserve indienne, et son nom lui a ete donne en
l'honneur du fameux guerrier sauvage Brant, chef de la tribu des
Six-Nations, qui rendit de grands services a la cause anglaise lors
des guerres de la Conquete. En 1830, ces Indiens vendirent une
partie de leur propriete aux Blancs et se retirerent sur une autre
section de la reserve, a une distance de huit milles de la ville actuelle
de Brantford. Depuis cette date, le nouvel etablissement a fait de
continuels progres, jusqu'a ce qu'aujourd'hui, il compte une quantite La Cataracte du Niagara
par Norman Wilkinson Milles de de grandes industries employ ant plus de 10,000 ouvriers. Parmi
wn*>rt~ celles"ci> il faut noter des fabriques d'automobiles, de machines
agricoles, d'accessoires electriques, de ciment; des acieries et des
filatures. On voit encore sur les limites, de la ville de Brantford, la
premiere eglise construite dans la province d'Ontario; erigee sous le
vocable de St-Paul en 1785, elle devait servir a l'exercice du culte
dans la reserve des Six-Nations.
1380      HAMILTON
Cette ville, qui n'estseparee de Toronto que par une distance d'une
quarantaine de milles dans la direction sud-ouest, est sise sur la baie de
Burlington, a la tete dela navigation sur le lac Ontario, et au centre du
fameux district fruitier de la peninsule de Niagara. C'est l'une des
villes les plus progressives du pays et ce n'est pas sans raison qu'on
l'a souvent surnommee la "cite ambitieuse." Sa population est
de pres de 125,000 habitants.
Hamilton, si Ton considere sa production industrielle, est la
troisieme ville manufacturiere du Canada. Grace a ses excellents
moyens de communication, tant par terre que par eau; au cout peu
eleve de son energie electrique; a ses ressources de gaz naturel et
a 1'initiative de sa population en matieres commerciales, ses eta-
blissements industriels, dont le nombre s'eleve a plus de quatre cent,
avec une production annuelle evaluee a $50,000,000, sont tous dans
un florissant etat de prosperite.
Sa qualite de ville manufacturiere n'a cependant pas enleve a
Hamilton son cachet de cite residentielle; plusieurs de ses rues qui
longent le flanc d'une verdoyante colline, que par courtoisie pour
la population locale, on appelle "la montagne," sont bordees de
grands arbres et de superbes demeures. Une belle plage situee a
l'endroit ou la baie de Burlington joint le lac Ontario, procure aux
residents de la ville toutes les facilites pour se livrer aux plaisirs du
bain et de la natation.
Hamilton a ete ainsi nommee en l'honneur de l'arpenteur George
Hamilton, qui y accomplit certains travaux vers 1814, alors que le
village ne comptait pas encore 200 habitants. Son site fut d'abord
connu par l'explorateur La Salle en 1669, mais ce n'est que cent ans
plus tard qu'on y fit les premieres tentatives de colonisation.
1425     LES CHUTES NIAGARA
II n'est pas necessaire d'essayer de donner ici une longue description de ces gigantesques cataractes qui font l'emerveillement de tous
ceux qui les apercoivent pour la premiere fois. Leur beaute, leur
grandeur et leur majeste ont ete si souvent decrites qu'il serait
difficile d'en dire aujourd'hui quelque chose de nouveau. Tous nous
avons une idee plus ou moins nette de ces masses d'eau se precipitant en tourbillons, d'une hauteur de 150 pieds, pour couler
ensuite en rapides agites et ser jeter quelques milles plus loin,
dans le lac Ontario.: mais la conception qu'on sen est faite reste Milles de    ordinairement en dessous de la realite et il est impossible dereprimer
WIT*"    une exclamati°n> lorsqu'on est mis en face du grandiose spectacle
iam    qu'elles presentent.   Les chutes Niagara sont reconnuescommeetant
les plus  imposantes  de   1'univers,  et Ton peut dire que depuis la
decouverte de l'Amerique jusqu'a nos jours, des millions de touristes sont venus en admirer la supreme beaute.
On croit que la cataracte de la riviere Niagara se trouvait a
l'origine a l'endroit ou est aujourd'hui Queenston et qu'au cours de
milliers d'annees, par suite de 1'erosion du rocher sous le continuel
frottement de l'eau, elle a recule jusqu'ou elle est actuellement, soit
une distance de plus d'un mille. Ceci peut paraitre extraordinaire,
mais il ne faut pas oublier qu'il passe a peu pres 20,000,000 de gallons
d'eau par heure dans le Niagara, dont 95% du cote canadien et 5%
du cote americain. La chute canadienne a 3,000 pieds de largeur,
tandis que l'americaine n'a que 1,100 pieds et est beaucoup moins
profonde.
De jolis pares entourent la cataracte, tant sur la rive du Canada
que sur la rive des Etats-Unis, et en clifferents endroits, on a fait
placer des observatoires qui permettent aux visiteurs d'obtenir de
magnifiques coups d'oeil. C'est en passant par la ville americaine
de Niagara-Falls et en traversant ensuite sur l'ile de la Chevre, qu'on
approche le mieux du sommet de la chute; mais de la ville canadienne
de Niagara-Falls, la vue embrasse le panorama complet forme par
les divers accidents du Niagara. Un pont tres eleve relie les deux
cites, un peu plus bas que les chutes.
Comme on pouvait s'y attendre, l'industrie n'a pas ete lente a
tirer profit du formidable pouvoir hydraulique que constitue le
Niagara. Plusieurs usines generatrices d'electricite ont ete construites
depuis une trentaine d'annees, et aujourd'hui, la force totale qu'elles
peuvent developper s'eleve a 600,000 chevaux. On estime qu'on
pourrait, sans enlever a la cataracte son cachet de beaute naturelle,
lui faire fournir une force de 2,500,000 chevaux-vapeur, ce qui equi-
vaudrait a la combustion de 16,000,000 de tonnes de charbon, annuel-
lement. Plus de la moitie de l'energie developpee actuellement a
Niagara est utilisee en territoire canadien.
Toute la region traversee par la riviere Niagara a ete illustree par
divers faits historiques, depuis l'epoque coloniale francaise, jusqu'au
commencement du siecle dernier. C'est a Queeston-Heights que fut
livreeen 1812, entre les forces americaines et anglaises, la fameuse
bataille au cours de laquelle Sir Isaac Brock, le commandant anglais,
perdit la vie. Une haute colonne supportant la statue du general,
a ete elevee sur les hauteurs qui dominent la ville de Queenston, en
memoire de ce fait d'armes qui contribua a garder ce territoire a
la couronne britannique.
La ville canadienne de Niagara-Falls possede plusieurs industries
et est un marche important pour le fertile district fruitier qui s'etend
aux environs.   Sa population est d'une quinzaine de mille habitants. Millei?_ie ^e cana^ Welland, Tun des principaux du reseau de canaux des
Grands Lacs, traverse la peninsule de Niagara etrelie le lac Ontario
avec le lac Erie.  Son trafic est considerable.
Fort
William
1438     STE-CATHERINE
Ste-Catherine, situee sur le canal Welland, a trois milles du lac
Ontario, est une ville de 20,000 habitants, renommee pour ses sources
d'eau minerale, qui lui valent d'etre visitee chaque annee par de
nombreux touristes. C'est aussi une ville manufacturiere remarquable,
comptant dans ses limites pres d'une centaine d'etablissements
industriels, qui procurent du travail a 9,000 ouvriers. Elle possede
des fabriques de pneus, d'outils, de papier, d'articles en cuir et en
caoutchouc, des filatures, des verreries, etc.
La fondation de Ste-Catherine remonte a cent-cinquante ans
passes, alors que des Loyalistes emigres des provinces revoltees de
l'Union americaine, vinrent s'y etablir sous la protection du gouvernement anglais, auquel ces colons desiraient rester fideles. Le village
souffrit beaucoup des depradations causees par l'ennemi lors de la
guerre de 1812, et ce n'est que plusieurs annees apres la cessation
des hotilites, qu'il put se relever des pertes que lui causa ce conflit
entre le Canada et les Etats-Unis. Ste-Catherine est parfois appelee
la "ville des jardins," a cause de sa situation en plein centre du district
fruitier de la peninsule de Niagara.
1509      Toronto
Milles de      Lindsay    De Toronto a Brockville, le train circule a travers de jolies campagnes
Toronto qui s'etalent au nord du lac Ontario, avec ici et la, des villes indus-
69     trielles florissantes.  Les fermes apercues en route paraissent prosperes; la culture
mixte et l'elevage semblant etre avec l'industrie laitiere, les principales occupa-
92     tions des habitants.  Les vergers sont nombreux un peu partout.
PETERBOROUGH
Peterborough, sur la riviere Otonabee, est une cite industrielle qui
compte une population de 22,000 ames. C'est la que sont fabriques les
fameux canots * 'Peterboro,'' qui ont fait les delices de tant de j eunes gens
depuis plusieurs generations et qui ont popularise dans presque tous
les pays du monde, le nom de cette petite ville de l'Ontario. La
riviere Otonabee, dont le niveau varie de 150 pieds sur une distance
de quelques milles, a permis de capter pour le benefice des industries
de Peterborough, une grande force motrice. C'est aux environs de
la ville que se trouve la plus grande ecluse hydraulique du monde
entier, construite dans le but de parer a la difference enorme de
niveau entre deux sections d'un canal. Cette ecluse est actionnee
par la force hydraulique et souleve un navire en moins de 12 minutes,
a une hauteur de plus de cent pieds. De Peterborough, on peut
facilement atteindre le pittoresque district des lacs Kawartha et Rice.
155     BELLEVILLE
Belleville est le centre commercial d'une belle region agricole et d'un
important district fruitier. Parmi ses principales industries, il faut
mentionner une vaste fabrique de ciment,etdescarrieresqui fournissent Milles d e de grandes quantites de pierre a chaux. Cette ville, dont la population
Toronto est ^ peu pr£s 12,000 habitants, est magnifiquement situee sur
la baie de Quinte, qui est un prolongement du lac Ontario. Samuel
de Champlain, le grand explorateur francais, y sejourna un hiver au
cours de ses peregrinations dans cette partie de l'Ontario, mais ce ne
fut qu'a l'epoque de 1'immigration des Loyalistes, qu'y furent faites
les premieres tentatives d'etablissement permanent. La peche
a l'achigan et au maskinonge est fructueuse, dit-on, aux environs de
Belleville.
205     KINGSTON
Kingston est l'une des plus anciennes villes du Canada, ayant ete
fondee en 1673 par le comte de Frontenac, alors gouverneur de la
Nouvelle-France. C'etait a cette epoque un poste important qui
commandait la navigation a la tete du St -Laurent. Kingston est en effet
situee a l'endroit ou le fleuve St-Laurent prend sa source dans le lac
Ontario, et Ton peu encore voir sur une pointe qui s'avance dans ce lac,
les restes d'anciennes fortifications qui garderent, meme longtemps
apres la Conquete, une importance strategique. On apercoit en face
de la ville, les dernieres iles qui forment la pittoresque agglomeration
des Mille-Iles, dont le St-Laurent est tout parseme, depuis Brockville
jusqu'a l'entree du lac Ontario. Kingston possede une belle uni-
versite, une ecole des Mines, et un college militaire repute dans le
pays tout entier. Son port est tres actif et ses industries procurent
du travail a plusieurs centaines d'ouvriers.
255     BROCKVILLE
Brockville, dont la population est d'environ lu,000 ames, est une
coquette petite ville situee sur le St-Laurent, a peu pres a l'endroit ou
commence cette partie du fleuve que Ton appelle les Mille-Iles, et que
tant de touristes vont visiter durant la belle saison. Ainsi nommee en
l'honneur du general Brock, le heros de la guerre de 1812, cette ville est
entouree d'un fertile district agricole, particulierement adonne a
l'elevage et a l'industrie laitiere. Le beurre et le fromage des nombreuses fabriques disseminees dans la contree sont beaucoup recher-
ches sur le marche.    Brockville compte aussi plusieurs industries.
282      Smith's-Falls      De Brockville, il faut remonter vers le nord pour atteindre
299      Carleton-Place   Ottawa, la capitale du Canada.  Dans cette partie de l'Ontario,
qui touche de pres a la province de Quebec, la population
rurale est en partie canadienne-francaise.   Les fermes et les coquets villages dont
la contree est parsemee, indiquent que l'agriculture procure aux habitants le
bien-etre materiel.
La petite ville de Smith's-Falls, point divisionnaire sur la ligne du Pacifique
Canadien qui va de Montreal a Toronto, est traversee en route.
331     OTTAWA
La capitale federate du Dominion et l'une des plus jolies villes
canadiennes, est situee sur la riviere Ottawa, a la jonction de la
riviere Rideau, dans un endroit si pittoresque, que Ton compare
parfois  avec  celui  de  Quebec,  son  site  imposant.    Fondee  peu Toronto
MiMes de d'annees apres la guerre de 1812 avec les Etats-Unis, lorsque le
gouvernement Imperial decida dans un but strategique, de r el ier
le St-Laurent avec les Grands Lacs, par voie de la riviere Ottawa
et d'un reseau de canaux, la ville porta d'abord le nom de Bytown,
en 1' honneur du colonel By, chef d'un regiment d' Ingenieurs auxquels
fut confie le creusage du canal Rideau, entre l'Ottawa et le lac
Ontario. Admirablement choisi pour devenir le centre du commerce
du bois dans cette region couverte de majestueuses forets, le site de
Bytown se developpa rapidement et en 1850, la ville comptait une
population de quelque huit milliers d'habitants. Elle continua
a progresser normalement Jusqu'en 1865, alors qu'il fut decide
qu'elle serait la capitale de la nouvelle Confederation des provinces
canadiennes. C'est en cette occasion que lui fut donne le nom
d'Ottawa et c'est de cette epoque que date son veritable developpement comme ville capitale.
Ottawa est done le centre du gouvernement du pays et comme
tel, le rendez-vous des representants du peuple, qui, de l'Atlantique
au Pacifique, y viennent sieger dans les superbes edifices du Parle-
ment, construits sur une elevation surplombant la riviere, la ville
de Hull de l'autre cote, et la vaste region montagneuse et boisee qui
s'etend plus loin dans le nord, jusqu'a la limite de l'horizon. L'edifice central de ce magnifique groupement de constructions qui
constitue le siege du gouvernement, fut detruit par un terrible
incendie en 1916, maisil a depuis ete entierement reconstruit au prix
de plusieurs millions de dollars. C'est un massif batiment de
granit canadien, dont le style gothique s'harmonise parfaitement
avec celui des edifices environnants. Rideau-Hall, la demeure du
gouverneur-general du Canada, s'eleve dans les limites de la ville
et est le centre de la vie sociale de la capitale, particulierement a
l'epoque des Sessions. Parmi les autres edifices publics interessants
a visiter, il y a le Musee Victoria, le Tresor, la Bibliotheque du
Parlement, etc.
Les chutes Chaudiere, qui interrompent ici la navigation sur
la riviere Ottawa, fournissent l'energie necessaire aux industries de
la ville et des environs. Plusieurs scieries et pulperies recoivent
les vastes quantites de bois qui descendent soit de l'Ottawa, de la
Gatineau ou de leurs tributaires. Ottawa possede d'excellentes
facilites de communication, plusieurs bons hotels, de jolis pares et
d'elegantes avenues bordees de riches residences. Sa population,
qui est de 130,000 habitants, est en partie d'origine frangaise. Hull,
situee de l'autre cote de la riviere, dans la province de Quebec, a
une population presque exclusivement canadienne-frangaise.
En revenant d'Ottawa vers Test, le chemin de fer s'allonge a travers des
campagnes a peu pres semblables a celles apercues apres avoir laisse Brockville.
L'agriculture est la principale industrie.
Le train traverse le St-Laurent, avant d'entrer a Valleyfield, situee sur la rive
sud de ce fleuve. Une Vieille Ferme Canadienne-Frangaise
par John Johnstone, A.R.C.A. Milles de     VALLEYFIELD
°r°4l5 Valleyfield, la principale ville du comte de Beauharnois, s'eleve sur
la rive sud du fleuve St-Laurent, a une trentaine de milles de Montreal,
dans la direction sud-ouest. C'est le siege d'un eveche, d'un bon
college d'etudes classiques et en meme temps de plusieurs industries
comprenant des filatures, des minoteries, des fabriques d'outils, de
moteurs a essence, de portes et fenetres, d'habits et de cigares. Sa
population est de 10,000 habitants.
La section de la province de Quebec qui est situee au sud-est de Montreal,
immediatement au nord de la frontiere americaine, est aussi exclusivement
agricole, quoiqu'elle possede plusieurs centres industriels dignes de mention. La
population y est en majeure partie d'origine frangaise, surtout dans la vallee du
Richelieu. Plus pres de la frontiere des Etats-Unis, aux environs de Valleyfield
et de Huntingdon, de meme que dans les Cantons de l'Est, les habitants etaient
autrefois presque tous de langue anglaise, mais graduellement, les Canadiens-
Francais voient leur nombre augmenter dans ces comtes et depasser peu a peu
celui de leurs compatriotes d'origine anglaise.
482     ST-JEAN
A part la renommee qu'elle s'est acquise avec ses industries
florissantes, la jolie petite ville de St-Jean jouit encore d'une excellente
reputation parmi les touristes et parmi ceux qui aiment a passer les
chaleurs de l'ete a la campagne, loin du tintamarre de la grande
ville. A cause de son site enchanteur sur le bord de la riviere Richelieu
et grace a sa proximite de Montreal, elle est chaque ete le rendez-vous
d'un grande nombre de gens qui y viennent demeurer et qui peuvent
quand meme voyager a la ville pour leurs affaires. Durant leurs
heures de loisir, ces villegiateurs ont l'avantage de pouvoir se livrer
a toutes sortes d'amusements, parmi lesquels le canotage, le bain,
la peche, le yachting, le tennis, la danse ou l'auto, sont les plus en
vogue. A l'automne, la chasse aux canards sauvages fait les delices
des "nemrods," dans les joncs qui bordent la riviere, a quelques
milles en haut de la ville.
St-Jean est situee dans une region qui rappelle une foule de souvenirs historiques du temps de la domination frangaise en Amerique,
alors que le limpide Richelieu portait le nom de "Riviere des Iroquois"
et constituait pratiquement le seul moyen de communication entre
la Nouvelle-France et cette partie de la colonie qui s'etendait a la
tete du lac Champlain. II reste encore le long de ce cours d'eau,
plusieurs anciennes fortifications dignes d'interet. Le vieux fort de
Chambly, a une douzaine de milles en bas de St-Jean, qui fut longtemps au dix-septieme siecle, la sentinelle la plus avancee de la
colonie de ce cote;le fort moins considerable de St-Jean meme, dont
on apergoit encore la trace des remparts dans les limites de la ville; le
fort Lennox, qu'on appelait le fort de l'lle-aux-Noix du temps des
Frangais, bati sur l'ile de ce nom, a dix milles en haut de St-Jean et
le fort Montgomery a Rouses' Point, un peu plus loin, sont les
principaux que Ton signale aux touristes et aux amateurs de vestiges
historiques se rapportant a la periode aventureuse des guerres co- ♦Scene de Village aux Environs de Quebec
par John Johnstone, A.R.C.A. Milles de lonialesentre les forces frangaises et anglaises, qui s'efforgaient alors
Toronto cf'assurer leur suprematie sur ces superbes contrees. Le fort de
l'lle-aux-Noix est encore en bon etat de conservation, a cause de sa
restauration par les Anglais, lors de la guerre de 1812.
Le Richelieu prend sa source dans le superbe lac Champlain, a
une vingtaine de milles de St-Jean, sur la frontiere americaine, pour
se jeter ensuite dans le St-Laurent a Sorel, apres avoir coule sur une
distance de 70 milles, a travers la plus fertile vallee de la province
de Quebec.
Comme nous le disions plus haut, St-Jean est surtout une ville
industrielle, favorisee en ce sens par une excellente voie d'eau et par
plusieurs lignes de chemins de fer qui la relient aux villes voisines et
aux centres des Etats-Unis. Nommons parmi ses industries, une grande
manufacture de machines a coudre, une autre de chemises, une
filature de soie, une fabrique de conduits en gres, des poteries, des
chantiers pour la taille de la pierre et divers etablissements de moindre
importance. On y remarque enfin une ecole militaire ou se fait
l'entrainement des jeunes gens se destinant a la cavalerie. Durant
la guerre de 1914, les vastes casernes de la ville servirent de quartiers
a plusieurs bataillons qui se distinguerent ensuite sur les champs de
bataille de France, entr'autres le 22ieme Regiment Canadien-Frangais.
La population de St-Jean estde pres de 12,000 habitants. Iberville,
une coquette petite ville toute garnie de grands arbres, est situee de
l'autre cote du Richelieu, en face de St-Jean; trois ponts relient les
deux rives.
De l'autre cote de la riviere Richelieu, on apergoit vers Test, a quelques milles
seulement de St-Jean, trois ou quatre monts isoles dans la plaine, qui semblent
etre comme les derniers soubresauts de la chaine dont les sommets bleuatres
s'estompent a l'horizon, dans le sud-est. En approchant de St-Hyacinthe, le
train passe a proximite d'un de ces monts, dont la presence n'est pas sans con-
tribuer a l'embellissement du paysage. Le sol est partout ici d'une merveilleuse
fecondite et les fermes nombreuses attestent par leur belle apparence, de la
prosperite des cultivateurs.
532     ST-HYACINTHE
St-Hyacinthe est une ville d'une douzaine de mille habitants,
etablie a une trentaine de milles de la metropole, vers l'est, dans
une region agricole tres prospere. Elle est le centre d'un diocese et le
siege de plusieurs bonnes maisons d'education pour gargons et jeunes
filles. Son seminaire est frequente par un grand nombre de jeunes
gens des endroits environnants. Parmi ses industries, il faut men-
tionner en tout premier lieu la fabrique d'orgues des Casavant,
avantageusement connue aujourd'hui dans toute l'Amerique du
Nord. Viennent ensuite des manufactures de chaussures, d'outillage
de biscuits, de gants, d'instruments aratoires, de lainages, une dis-
tillerie, une tannerie et quelques maisons de commerce en gros, qui
toutes procurent du travail a plusieurs centaines d'ouvriers. La -
riviere Yamaska traverse la ville et fournit le pouvoir moteur a
plusieurs industries. Milles de     Richmond    En se dirigeant vers Sherbrooke, le train circule au sein d'une
Toronto contree plus accidentee, onduleuse et coupee de vallons au fond
572 desquels coulent parfois de jolies petites rivieres. Nous sommes dans les Cantons
de l'Est, renommes pour leur fertilite, de meme que pour l'activite et l'initiative
de leur population. Avant d'atteindre la metropole de ces Cantons, le voie suit
la riviere St-Frangois, le long de laquelle sont echelonnes quelques centres industriels assez importants.
597     SHERBROOKE
Sherbrooke, avec sa population de 25,000 ames, ses florissantes
industries, ses excellentes maisons d'education, ses nombreuses facilites de communication, son site exceptionnel au confluent des rivieres
Magog et St-Frangois, et au centre d'une fertile region agricole, avecson
industrieuse population aujourd'hui aux trois quarts canadienne-
frangaise, est la principale ville des Cantons de l'Est et la quatrieme
en importance de la province de Quebec. C'est une tres jolie ville,
legerement accidentee et bien pourvue de grands arbres, qui jettent
un ombrage rafraichissant le long de ses rues bordees de coquettes
residences. La plus grande partie de la force motrice necessaire
a ses industries est fournie par la pittoresque et tumultueuse riviere
Magog, qui coule en cascades ecumantes en plein centre de la ville.
Non loin de Sherbrooke, se trouve 1'important district minier de
Thetford, qui produit une grande proportion de l'amiante utilise
dans le monde ent ier. Dans ses environs immediats, de jolis endroits
de villegiature attirent une foule de touristes durant la belle saison.
615     Magog Pour le retour a Montreal, le trajet s'accomplit sur la voie principale
660      Farnham    du Pacifique Canadien.   A une dizaine de milles de Sherbrooke, se
703     Montreal    trouve la petite ville de Magog, dont la population est de 5,000
habitants et qui compte au nombre de ses industries, une grande
filature.   Elle est sise a l'extremite nord du splendide lac Memphremagog, long
de trente milles et tout parseme d'iles verdoyantes.   Ses rives sont couvertes de
chalets habites par une foule de villegiateurs en ete.  A quelques milles de Magog,
le train passe au pied d'une des plus hautes montagnes de la province, le mont
Orford, dont l'altitude est de 2,860 pieds.
Le sol des Cantons de l'Est est tres propice a l'agriculture. L'elevage et
l'industrie laitiere y sont tres en vogue et rapportent aux cultivateurs de bons
benefices.
Farnham, une ville industrielle de quelques milliers d'habitants, etablie sur
la riviere Yamaska, et St-Jean, sur la riviere Richelieu, sont passees en route,
puis apres avoir laisse en arriere la plaine fertile qui separe le Richelieu du
St-Laurent, le convoi, non loin de la reserve iroquoise de Caughnawaga, s'engage
sur le grand pont d'acier que le Pacifique Canadien a fait construire pour relier
les deux rives du fleuve et pour permettre a ses trains de rentrer a Montreal.
C'est une structure de 3,657 pieds de longueur, dont les deux voies sont supportees
a 60 pieds au-dessus du niveau de l'eau par 19 enormes piliers en pierre. Les
tumultueux rapides de Lachine, qui forment un obstacle insurmontable a la
navigation, se trouvent a quelques milles en bas de ce pont. C'est pour les eviter,
qu'il a fallu construire le canal de Lachine, que Ton traverse avant d'arriver a
la gare Windsor. ITINERAIRE
VERS L'OUEST
VERS L'EST
IACARA FALLS
DISTANCE TOTALE COUVERTE PAR LE
TRAIN^EXPOSITION
De Montreal a Toronto   685 milles
(par voie de Quebec)
De Toronto a Winnipeg  1309 milles
(par voie des Chemins de Fer Nationaux)
De Winnipeg a Victoria  1647 milles
(par voie des Chemins de Fer Nationaux)
De Victoria a Calgary   817 milles
(par voie de Glacier, Lac Louise et Banff)
De Calgary  a Fort-William  1323 milles
(par voie de Lethbridge, Regina et Winnipeg)
De Fort-William a Toronto 1509 milles
(par voie du Sault-Ste-Marie, Guelph, Windsor et Hamilton)
De Toronto a Montreal   703 milles
(par voie de Peterborough, Brockville, Ottawa et Sherbrooke)	
Total ....7993 milles
Imprimee au Canada  xzemque
/F) -s y-
(canadien

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/cdm.chungtext.1-0229105/manifest

Comment

Related Items