Open Collections

The Chung Collection

Chung Logo

The Chung Collection

Le "Canadien Pacifique", la nouvelle route vers l'Orient, à travers les montagnes, les prairies et les… Canadian Pacific Railway Company 1900

Item Metadata

Download

Media
chungtext-1.0226246.pdf
Metadata
JSON: chungtext-1.0226246.json
JSON-LD: chungtext-1.0226246-ld.json
RDF/XML (Pretty): chungtext-1.0226246-rdf.xml
RDF/JSON: chungtext-1.0226246-rdf.json
Turtle: chungtext-1.0226246-turtle.txt
N-Triples: chungtext-1.0226246-rdf-ntriples.txt
Original Record: chungtext-1.0226246-source.json
Full Text
chungtext-1.0226246-fulltext.txt
Citation
chungtext-1.0226246.ris

Full Text

 /fov Administrateurs Generaux du Chemin de fer du "Canadian Pacific."
Bureau   Central,  Montreal,   Canada.
Sir William C. Van Horne, K.C.M.G., Chairman of the Board      Montreal.
. SirT. G. Shaughnessy  President .". .' ..'..'\
D. McNicoll .. ..2nd Vice-President and General Manager :..'.[       "
Charles Drinkwater Secretary and Assistant to the President 	
Wm; Whyte Assistant to the President  ......Winnipeg.
I. G. Ogden  Comptroller     Montreal.
W. R. Baker Assistant to the 2nd Vice-President	
W. Sutherland Taylor Treasurer  _	
P. A. Peterson  Chief Engineer  ',
G. M. Bosworth Freight Traffic Manager .......v..!.       "
Kobert Kerr  Passenger Traffic Manager ,
Thomas Tait Manager of Transportation	
James Oborne  General Superintendent, Atlantic Division  St. John N.B.
C. W. Spenoer General Superintendent, Eastern Division  Montreal.
H. P. Timmerman  General Superintendent, Ontario Division  Toronto.
T. Williams General Superintendent Lake Superior Division  North Bay.
J. W. Leonard  General Superintendent, Western Division  Winnipeg.
R. Marpole  :General Superintendent. Pacific Division  Vancouver, B.C.
E. J. Duchesnay  Assistant General Superintendent, Pacific Division  Revelstoke B.C.
E. A. Williams  Superintendent Rolling Stock Montreal.
James Kent  ....Manager of Telegraphs       •._
J. A. Sheffield     Superintendent Sleeping, Dining Cars and Hotels         „
Arthur Piers  Superintendent of Steamship Lines ,
A. C. Henry     General Purchasing Agent ,
A. D. MaoTier     General Fuel Agent	
G. S, Cantlie  Superintendent of Car Service ,
F. T. Griffin  Land Commissioner Winnipeg.
G. McL. Brown  .'. .Executive Agent  , Vancouver, B.C.
C. E. E. Ussher  General Passenger Agent, Eastern Lines Montreal.
C. E. McPherson General Passenger Agent Western Lines  Winnipeg.
A. H. Notman Assistant General Passenger Agent  Toronto.
E. J. Coyle  ^—Assistant General Passenger Agent. Pacific Division Vancouver. B.C.
W. B. Bulling  Assistant Freight Traffic Manager, Eastern Lines Montreal.
W. R. MacInnes  Assistant Freight Traffic Manager, Western Lines. Winnipeg.
J. N. Sutherland  General Freight Agent, Atlantic Division  St. John, N.B.
S. P. Howard  General Freight Agent. Eastern and Lake Superior Divisions Montreal.
W. B. Lanigan  ....General Freight Agent, Western Division  ..Winnipeg.
F. W. Peters General Freight Agent, Pacific Division  ... .Vancouver, B.C
H. E. Macdonnell  General Freight Agent. Kootenay Lines, etc  Nelson B.C.
M. H. Brown  Assistant General Freight Agent. Ontario Division  Toronto.
R. H. Morris  General Baggage Agent .,:.. ....Montreal.
H. L. Penny  General Auditor	
J. H. Shearing  Auditor of Passenger Receipts 	
E. Emery Assistant Auditor of Passenger Receipts ...
C. J. Flanagan  Auditor of Freight and Telegraph Receipts	
James Bonner Assistant Auditor of Freight and Telegraph Receipts	
John Leslie  -Auditor of Disbursements	
A. A. Goodchild  Auditor of Statistics          ,.
J. R. Steele  Freight Claims Auditor	
C. J Black Auditor of Agencies        ,.
AGENCIES.
Adelaide, Aus Australian United Steam Navigation Co., Ltd.   r- ;
Amoy China Jardine, Matheson & Co !	
Auckland. N.Z Union S.S. Co. of New Zealand, Ltd.. Thos. Cook & Son 	
Ballarat, Vict. Thos. Cook Ai Son	
Baltimore Md J. H. Thompson, Freight and Passenger Agent 129, East Baltimore Street.
Bangkok, Siam  Windsor & Co	
Batavia, Java MacLaine, Watson & Co	
Bombay. India Thos. Cook & Son.   Ewart. Lathom & Co ..13, Esplanade Road.
Boston. Mass H. J. Colvin, District Passenger Agent 197. Washington Street.
Brisbane. Queensland The British India and Queensland Agency Co	
Buffalo, N.Y A. J. Shulman, City Freight and Passenger Agent   233. Main Street.
.   ,. | Thos. Cook & Son  9, Old Court House Street.
Calcutta. India  , Gilanders. Arbuthnot & Co	
Canton, China Jardine, Matheson & Co	
Chemulpo, Korea  Holme. Ringer & Co—	
Chicago. Ill A. C. Shaw, General Agent. Passenger Department ...228. South Clark Street.
Colombo, Ceylon  Thos. Cook AilSon (E. B. Creasey).   Bois Bros	
Detroit. Michigan A. E. Edmonds. Passenger Agent  '. 7, Fort Street, West.
Glasgow, Scotland Archer Baker. European Traffic Manager    67, St. Vincent Street.
Halifax, N.S J. D. Chipman, Ticket Agent 107. Hollis Street.
Hamilton, Ontario  W. J. Grant, Commercial Agent  Cor. King & James Streets.
Hankow, China  Jardine, Matheson & Co ,	
Hobart, Tasmania  C. E. Knight & Co   Thos. Cook & Son	
Hong Kong  D. E. Brown, General Agent, China. Japan, etc	
Honolulu. H.I Theo. H. Davies & Co. Ltd	
Kobe, Japan G. Millward 14A. Maye-maclu.
Liverpool Eng Archer Baker, European Traffic Manager  , 9, James Street.
London, Eng Archer Baker. European Traffic Manager  07 & 68. King William Street, L.C.,
and 30, Cockspur Street, Charing Cross, S.W.
London, Ontario  W. Fulton, City Ticket Agent : 161  Dundas Street:
MALTA s Turnbull, Junr., & Somerville, Correspondents	
Melbourne, Aus Union S.S. Co. of New Zealand, Ltd    Thos. Cook & Son	
Montreal, Que William F. Egg, City Passenger Agent  ., 129, St James Street.
„     „„„,, „„ J'E. V. Skinner. General Eastern Agent  353, Broadway.
NEW kork, jn.y \Land and Immigration Office  1, Broadway.
Niagara Falls, N.Y D. Isaacs    Prospect House.
Ottawa Ont George Duncan, City Passenger Agent 42, Sparks Street.
fHernu, Peron & Co., Ticket Agents 61, Boulevard Haiissmann
and 95, Rue de Marais, St. Martin.
Paris, France  j Thos_ Cook & gon  -..l, Place de l'Opera. .
lL. Desbois, Agent 9, Rue de Rome
Philadelphia, Pa H. MacMurtrie, Freight and Passenger Agent 629-631. Chestnut Street.
Portland, Me G. H. Thompson, Ticket Agent, Maine Central Railroad  Union Depot.
Quebec, Que E. H. Crean, City Passenger Agent  Opposite Post Office.
St. John, N.B A.J. Heath, District Passenger Agent :	
Samarang, Java MacNeill & Co .-■. ■
San Francisco, Cal M. M. Stern, District Freight and Passenger Agent  Chronicle Building.
Seattle, Wash W. R. Thompson  Mutual Life Building, 609, First Avenue.
Shanghai, China jardlne, Matheson & Co	
Sourabaya, Java  Fraser. Eaton & Co	
Sydney. Aus Wm. Stitt, General Passenger Agent, Canadian-Australian Line..
Toronto, Ont W. Maughan, City Ticket Agent  1, King Street. East.
Vancouver, B.C James Sclater, Ticket Agent	
Victoria, B.C B. W. Greer, Freight and Passenger Agent  Government Street.
Vladivostook, Siberia    Clarkson & Co	
Washington. D.C W. W. Mcrkle, Freight and Passenger Agent  1229, Pennsylvania Avenue.
Winnipeg, Man A. C. Smith, City Ticket Agent 471, Main Street.
Yokohama, Japan William T. Payne, General Traffic Agent for Japan 14. Bund. ;<joo
LA
NOUVELLE      ROUTE
POUR
LORIENT
AU    TRAVERS   DES
MONTAGNES,   DES    PRAIRIES
ET   DES
RIVIERES
DU
CANADA
i
:           , ■
\                                     PUBLIE    PAR    LA    ClE.    DU
CHEMIN    DE    FER   CANADIEN    PACIFIQUE. I
H
S3
O
H
W
H
Pi
o
a
S5
< Le Chemin de fer Ganadien Pacifique.
NE voie ferr6e de l'Atlantique au Pacifique,
entierement sur sol Britannique, tel fut long-
temps le reve caress6 par quelques personnes
//iHfiil HHl llF^ au   ^ana^a ■     ^'°  i'i'\'(!' de   quelques-uns  devint,
ffjlllg Hip?' ■■'''       ' vl§L. avec ^e temPs> un espoir pour beaucoup ; et lors
de la confederation des Provinces Britanniques
de l'Amerique du Nord, en 1867, sa r6alisation
fut reconnue d'utilite politique. C'est alors que
le nouveau gouvernement de la " Dominion" du
Canada entreprit la construction du chemin de
fer Canadien Pacifique, un travail dont les vastes
proportions auraient bien pu faire hesiter le plus
riche Empire d'Europe  avant de l'entreprendre.
Une grande partie du pays que cette ligne devait traverser 6tait inexploree. Vers
l'Est aux environs du Lac Sup6rieur et jusqu'a la riviere Rouge, se trouvait une vaste
region couverte de rocs, ou la nature dans sa jeunesse avait subi de grandes commotions et
ou des lacs profonds, des rivieres enormes venaient s'opposer en tous sens aux progres de
l'ingenieur. Au dela de la riviere Rouge, sur des milliers de lieues s'etendait une grande
plaine, connue seulement de l'lndien sauvage et des chasseurs de fourrures ; puis les
montagnes se succedant par chaines rapprochees et toutes inexplorees. Au travers de ces
obstacles naturels sur un parcours de mille lieues, il fallut d'abord faire un releve de la
ligne. Ce trace demanda beaucoup de temps et d'argent; on s'impatienta commencant a
critiquer et a douter. Les opinions se diviserent et ainenerent des discussions de politique
interieure ; ce ne flit qu' en 1875 que la construction commen9a serieusement.—Aussi
bonne que soit une administration officielle, elle se prete mal a l'execution d'une pareille
eritreprise et dans le cas prtsent, elle fut souvent arretee ou retardee par les jalousies
politiques et les luttes des partis. Les gouvernements se succederent, de nouveaux retards
se produisirent, lorsqu' enfin, en 1880, on se d6cida d'un commun accord a remettre
l'entreprise a une compagnie privee.
Les explorations et leves de plans necessites pour la construction du chemin de fer
avaient fait connaitre le caractere du pays qu'il devait traverser. On decouvrit dans ces
regions incultes a Test au nord et 4 l'ouest du Lac Superieur, des forets de sapins et d'autres
essences, des depots mineraux de grande valeur, et aussi des millions d'hectares de terrain
arable.   La vaste region de prairies, entre Winnipeg et les montagnes rocheuses se trouva LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE. LE   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
etre d'une richesse merveilleuse en ressources agricoles. Sur le flanc des montagnes on trouva
d'importants gisements de charbon, et Ton s'aper9Ut qu'au dela, la Colombie Anglaise
possedait presque tous les elements de commerce et de richesse. Des milliers de geus
s'etaient deja etahlis dans les prairies du Nord Ouest, et leur succes en amenait bientot des
milliers d'autres. On oublia bientot les discussions politiques pour ne songer qu'aux
avantages de la construction du chemin de fer au point de vue commercial, et il fut alors
facile de trouver un groupe de capitalistes, dispos6s a degager le gouvernement et prets a
executer le travail comme entreprise commerciale. La Compagnie du chemin de fer
Canadian Pacifique, fut formee au debut de 1881 et prit immediatement l'engagement
envers le gouvernement de terminer la ligne dans l'espace de dix ans.
Le reseau du Canada oriental, s'arangait d6ja assez loin du cot6 de la vallee d'Ottawa,
attire surtout par le trafic de plus en plus important des forets de sapins, et ce fut d'un
point de raccordement sur ce reseau que la ligne du Canadien Pacifique, devait gagner la
cote pacifique, par un parcours de huit cent cinquante lieues. Le gouvernement avait deja
construit une section de cent quarante lieues, du Lac Sup6rieur a Winnipeg, et une autre
de soixante quinze lieues entre Burrard Inlet, sur la cote pacifique, se dirigeant vers Test
sur le Lac Kamloops, dans la Colombie Anglaise. La compagnie entreprit alors la construction des six cent trente cinq lieues restant, et pour cela elle devait recevoir du gouvernement nombre de privileges importants et d'exemptions, plus vingt cinq millions de dollars
et dix millions d'hectares de terrains agricoles. Les deux sections de la ligne en construction
devaient etre terminees par le gouvernement, et donnees a la compagnie en plus de ses
subsides en argent et terrains, et de l'embranchement de 20 lieues deja en exploitation,
entre Winnipeg vers le sud et la frontiere des Etats-Unis ; le r6seau entier, une fois terming,
devenait la proprfete de la compagnie.
La compagnie se mit a l'ceuvre avec vigueur, et pendant que ses ingenieurs exploraient
la section la plus dimcultueuse et la moins connue depuis la riviere Ottawa jusqu' au Lac
Superieur et autour et jalonnaient la ligne pour les terrassiers, elle commengait le travail
a Winnipeg, le poussait vers l'ouest, a travers les prairies, et avant la fin de la premiere
ann6e terminait soixante lieues de la ligne.
Pendant la deuxieme annee les rails avancerent de cent cinquante lieues. La fin de la
troisieme ann6e les trouva au sommet des Montagnes rocheuses, et la quatrieme dans les
monts Selkirks a environ trois cent soixante lieues de Winnipeg.
Pendant que ces progres rapides se faisaient dans la direction de l'Ouest, de Winnipeg,
les rails avangant en moyenne de plus d'une lieue par jour, pendant des mois interrompus,
quelquefois de deux lieues par jour, des armees d'hommes, munis des appareils les plus
modernes et de milliers de tonnes de dynamite, ouvraient un passage dans les durs rochers
Laurentiens et Huraniens, et 6tendaient la ligne au travers des forets, vers le Nord et l'Est
du Lac Superieur, et cela avec une telle energie qu'au commencement de 1885 le Canada
oriental etait uni au Nord Ouest par une voie ferree continue.
Pendant ce temps la section du gouvernement qui partait de la cote du Pacifique se
dirigeant vers Test, atteignait le Lac Kamloops, et la la Compagnie prenait le travail sous
sa direction et reliait la ligne a celle venant vers l'ouest qui traversait les montagnes rocheuses
et Selkirks. LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
Les deux 6quipes travaillant en face l'une de l'autre, se rencontrerent a Craigellachie,
dans la passe de l'Aigle, dans la chaine des montagnes Colombiennes ou de For, et la, par
un matin pluvieux, le 7 Novembre 1885, le dernier rail fut pos6 sur la ligne centrale du
chemin de fer Canadien Pacifique.
La Compagnie n'avait pas seulement d6ploye son energie dans l'accomplissement de
son contrat avec le gouvernement. Elle fit beaucoup plus afin que la ligne remplit le but
propose au point de vue commercial, ou s'assura des communications independantes avec
les bords de l'Atlantique, par l'achat de lignes se dirigeant vers l'Est, vers Montreal et
Quebec ; ou se procura des embranchements vers les centres commerciaux du Canada
oriental en achetant et en construisant des lignes, pour recueillir et distribuer les transports
de la grande ligne ; d'autres chemins furent construits vers le. Nord Ouest pour le
developpement des grandes prairies.
ST.   JOHN,   NEW   BRUNSWICK.
A la fin de 1885 la Compagnie se trouvait en possession, apres a peine 5 ansji'existence,
de 1040 lieues de voie ferree, comprenant la plus grande ligne de chemins de fer du monde,
s'etendant de Quebec et Montreal a travers le continent jusqu'a FOcean Pacifique, une
distance de 1015 lieues ; et a Fete de 1886 tout ce vaste reseau etait en pleine exploitation.
Des villages, des villes et meme de grandes cites s'elevaient avec la meme rapidite que la
construction des voies ; les forets disparaissaient, le sol des prairies etait defriche, des mines
s'ouvraient, et avant meme que le dernier rail fut pose, les sections terminees servaient dfrja
a d'importants et fructueux transports. L'effet de ce jeune geant du Nord sur le commerce
du monde, se faisait deja sentir avant meme que son existence fut connue ; et sans se
contenter du commerce des cotes dorees du Pacifique de Californie a Alaska, il etendait
bientot ses bras au dela de ce grand ocean, pour s'emparer des thes et des soies de la Chine et
du Japon et les echanger contre les tissus de FEurope et de l'Amerique du Nord. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
d ,o_S^  ,-w       ».    a_j3
WW.
yuA 8 LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
Les annees suivantes furent marquees par un d6veloppement 6norme du trafic, par
Faddition de plusieurs lignes au reseau de la Compagnie, et par l'6tablissement d'un service
de magnifiques bateaux a vapeur vers le Japon et la Chine. On 6tendit une voie a FEst
de Montreal, traversant la province du Maine pour rejoindre le reseau des provinces
maritimes du Canada, reliant ainsi les ports de Halifax et de St. John ; on en completa
une autre partant de Sudbury, situe sur la grande ligne, allant a Sault Ste Marie, a la sortie
du Lac Superieur ou un grand pont d'acier relie la voie a celle des deux importantes lignes
Americaines qui vont vers Fouest—Fune passant par St. Paul et Minneapolis et dela
traversant le Dakota, Fautre passant par les nombreuses mines de fer des districts de la
Marquette et du Gogebic, allant a, Duluth a Fextremife occidentale du Lac Sup6rieur.
CHATEAU   FRONTENAC,   TERRACE   DUFFERIN,   QUEBEC.
Une autre encore, la derniere construite, prolonge le reseau de la Compagnie vers Fouest de
Toronto jusqu'a Detroit; se reliant la aux lignes de Chicago, St. Louis, et de la grande
valfee du Mississippi. Des lors, les lignes de la Compagnie, comprennent 2000 lieues de
voie ferree et s'etendent vers Fouest comme les doigts d'une main gigantesque, et la
question ; " Cela rapportera-t-il 1 " a sa r6pouse dans le produit de Fann6e ecoulee, qui
s'eleve a vingt millions de dollars, laissant un profit de plus de 8 millions et demi de dollars.
La ceinture de fer du Canada a donn6 une impulsion magnetique a ses champs, ses
mines et ses manufactures, et la modeste colonie d'hier est aujourdhui une nation energique,
ayant de grands projets, de grandes esperances et de hautes aspirations. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
E pourrai-je pas vous tenter, cher lecteur, de quitter FAngleterre
pour quelques courtes semaines et de voyager avec moi a
travers ce vaste pays, dont les beautes et les gloires sont
maintenant a notre port6e 1
Vous n'aurez ni soufFrances a endurer, ni difficulty a
surmonter, ni dangers d'aucune sorte. Vous verrez d'enormes
rivieres, de vastes forets, des plaines sans bornes, des
montagnes majestueuses et d'innombrables merveilles ; et vous
verrez tout cela entour6 non seulement de comfort mais de luxe,
Si vous etes un touriste blase, las des scenes du Vieux Monde,
vous y trouverez tout frais et nouveau. Si vous etes un
sportsman, vous y rencontrerez maintes occasions d'une variete
sans fin, et personne ne vous contestera le droit de chasser ou de pecher a votre aise. Si
vous etes un grimpeur de montagnes, vous trouverez des rochers et des pics escarpes, dignes
d'une ascension ; et si vous avez habite les Indes et que vous ne trouviez plus de charme
dans la chasse aux tigres, Fours grison des Montagnes Rocheuses vous fera trouver un
nouvel attrait a la vie.
Nous avons le choix entre un steamer Canadien et un Americain. Le premier
nous conduira, en ete, directement par la noble riviere St. Laurent a la vieille, et
pittoresque cite de Quebec, le Gibraltar de l'Amerique, et la plus int6ressante de toutes
les villes du Nouveau Monde. Ses constructions originales, se pressant le long de Feau,
perchees sur le cote de la montague, ses murs massifs et creneles s'elevant par rangees
jusqu'a la fameuse citadelle, qui couronne le haut de la montagne, et domine ainsi le
magnifique paysage a plusieurs lieues a la ronde, vous indiquent de suite une ville et un
peuple qui ont une histoire. Tout ce qui entoure cette ancienne forteresse, aux Frangais
d'abord et aux Anglais plus tard, chaque hauteur, chaque colline fut la scene de batailles
terribles. Ici s'est d6roulee la derniere lutte des Frangais pour leur Empire d'Amerique,
dans cette memorable bataille dans laquelle perirent Wolfe et Montcalm ! Mais la
paix a prevalu depuis bien des annees, les fortifications ont fait place aux entrepots, aux
usines, aux hotels, aux universites et les nouveaux docks aux constructions massives
indiquent que Quebec veut entrer dans la lutte avec Montreal, pour la suprematie
commerciale du Canada et le nouvel hotel, le chateau Frontenac, qui occupe sur la terrace
Dufferin le plus beau site du monde, est le dernier grand pas dans cette direction.
La nous trouvons le chemin de fer Canadien Pacifique et Fun de ses trains nous
emmenera dans quelques heures le long du rivage nord du St. Lawrence, au travers d'un
pays bien cultive et d'une suite de villes et villages frangais, jusqu'a Montreal, la
capitale commerciale des Etats du Canada,
En hiver le steamer Canadien nous debarquera a la vieille cite de "Halifax, avec son
magnifique port son imposante citadelle garnie de troupes anglaises, ses immenses fabriques
de coton et ses raffineries de sucre, ses beaux pares et ses charmants panoramas.
La aussi nous trouverous une ligne du Canadien Pacifique qui nous transporter a a Montr6al 10
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
par Fouest, en passant par les petites collines vertes de la Nouvelle Ecosse jusqu'a
Moncton, puis contournant la Baie de Fundy jusqu'a St. John, la ville principale de
New Brunswick, une belle et industrieuse cite et la plus importante des Provinces
Maritimes. Port de mer qui fait un grand commerce interieur autant que sur Focean ;
puis suivant la belle vallee de la riviere St. John pendant une heure, la quittant pour
traverser FEtat du Maine oil le decor est aussi sauvage et varie que pourrait le d6sirer
tout admirateur de la nature ; de la traversant la frontiere nous rentrons au Canada, ou
les villes et les villages reapparaissent, augmentant en grandeur a mesure que nous
avangons, jusqu'a ce que nous rencontrions de grandes cites, les forets et les scieries faisant
place a des champs en belle culture ; a travers Lennoxville, Sherbrooke, Magog, Farnham
et St. Johns sur le Richelieu ; a travers la large vallee du St. Lawrence, semee de monts
isoles s'elevant ga et la et enfin traversant la riviere St. Lawrence sur le fameux pont du
HOTEL  ET  GARE DE   LA   PLACE   VIGER   (CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE).
Chemin de fer Canadien Pacifique a hauteur des Rapides Lachine, nous apercevrons bientot
les clochers et les chemin6es de Montr6al et quelques minutes apres, roulant sur un
viaduc aux arches en magonnerie, d'ou la cit6 s'etend a nos pieds nous entrerons dans
la magnifique gare terminus de la Compagnie du Chemin de fer Canadien Pacifique.
Eussions-nous pris un steamer Americain, nous aurions ete amenes par le Nord de
New York en chemin de fer, le long des rives de la fameuse riviere Hudson jusqu'a Troy
ou Albany et de la par un cote ou Fautre du Lac Champlain jusqu'a Montr6al—a un jour
ou une nuit de New York.
C'est ici, a Montreal, que, un siecle avant la conquete du Canada par FAngleterre, les
Frangais trafiquaient avec les Indiens, et, c'est d'ici que leurs hardis soldats, pretres,
commergants et voyageurs partaient explorer Fimmensit6 sauvage pour y construire des
forts, y 6tablir des missions et des comptoirs et fonder des colonies sur toutes les rivieres
et les lacs. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
11 12 LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
C'est d'ici que, longtemps apres Foccupation anglaise les Indiens echangeaient nos
produits contre les fourrures et les pelleteries. et par ce commerce Montr6al devint riche et
importante.
Mais bientot un changement survint. L'apparition de la navigation a vapeur dans les
eaux de Finterieur accelera la colonisation de la conferee fertile de FOuest; des villes et des
cites s'eleverent autour des anciens avant-postes des missionaires et des chasseurs de
fourrures ; les Indiens reculerent et disparurent et les produits agricoles remplacerent les
fourrures dans le commerce de Montreal. Puis vinrent les chemins de fer, penetrant dans
Finterieur par toutes les directions, apportant encore de plus grands changements, et
donnant une impulsion merveilleuse a la region occidentale, et Montreal grandit vite.
Maintenant elle s'etend depuis le large St. Laurent jusqu'aux collines du Mont Royal,
dominant une r6gion tres peuplee, semee de gais et charmants villages,—une grande et
belle cite, moiti6 frangaise, moitie anglaise, moitie ancienne, moiti6 moderne ; des 6glises
en quantite, d'imposants monuments publics, de magnifiques hotels, et de riches villas
decorees avec gout; une longue suite d'entrepots massifs, d'immenses constructions pour
les graines, et des fabriques aux innombrables fenetres ; des docks s'etendant a perte de
vue, remplis de bateaux de toutes sortes, depuis la plus petite barque de riviere jusqu'au
plus grand vaisseau de Focean.
DE quelque chemin que nous , venions, Montreal doit etre consideree comme le
point central de notre voyage trans-continental, car c'est la principale gare
terminus orientale du chemin de fer Canadien Pacifique, et c'est le terminus non
seulement de la ligne principale, mais aussi de nombreuses autres lignes construites et
achetees par la Compagnie pour concentrer ou distribuer son trafic. Nous avons le choix
de deux routes pour partir d'ici sur un parcours de 300 lieues. Nous pouvons aller a travers
les fermes et les vergers de FOntario jusqu'a Toronto, la seconde cite du Canada comme
importance, bien, plus recente que Montreal, mais grandissant de meme tous les jours
dans l'extension de son commerce et de ses industries, et esperant bientot surpasser sa
vieille rivale,—une cit6 moderne et magnifiquement batie, ou la solidite et le gout de
FEst ancient se combinent a la gaiet6 et a Fardente activite de FOuest moderne. Ici,
comme a Montreal, aboutissent plusieurs lignes de chemins de fer et de tous cot6s, l'on
peut voir Fevidence d'un commerce etendu et d'une grande prosperite. D'ici nous pouvons
en quelques heures aller voir le Niagara, et ensuite, reprenant notre voyage vers Fouest,
sur une des lignes du Canadien Pacifique, en 4 heures nous serons transports a Owen
Sound, sur la baie georgienne, d'oit Fun des jolis steamers d'acier de la compagnie nous
portera, en moins de deux jours, d'un rivage a 1'autre du lac Huron, et, par le detroit de LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
13
Sault Ste Marie, d'ou nous serons 6lev6s par une enorme ecluse, jusqu'au niveau du Lac
Superieur, et ensuite a travers cette immensite d'eau douce jusqu'a Fort William, sur
la baie Thunder, ou commence la section occidentale du chemin de fer Canadien Pacifique.
Mais vous etes impatient et voulez voir les montagnes, permettez-moi alors de choisir
la route, cher lecteur, nous quitterons Montreal par la grande ligne et pour ne rien
manquer, nous reviendrons par les grands lacs, visiterons alors Toronto et les chutes
du Niagara.
Bien que la locomotive siffie deja, et semble impatiente d'attendre le signal du d6part,_
nous avons cependant encore quelques minutes a perdre, et si cela vous est agr6able, nous
les passerons a examiner le train qui nous   emportera   vers le Pacifique.    Suivant la
INTERIEUR    UU    DINING   CAR"     CH,    DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
locomotive, nous trouvons un long wagon des Postes dans lequel de nombreux employes
sont occupes a trier des lettres et a ranger des sacs de courriers, en suite un wagon pour
les petits paquets, un autre rempli de bagages. Viennent apres deux ou trois voitures
pour les colons, gaies et comfortables, dont les sieges peuvent se transformer le soir en
couchettes, pourvues de toutes sortes de combinaisons en vue du bien etre des 6migrants
a la bonne figure hardie, qui sont deja, installes a leur place pour le long voyage qui les
deposera dans les prairies du Nord Ouest ou les vallees de la Colombie anglaise. Suivent
deux ou trois, jolies voitures pour les voyageurs n'allant qu'a de petites distances, et enfin 14
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
les " sleeping cars" dans Fun desquels nous passerons quelques jours et quelques
nuits. Les voitures que vous avez l'habitude de voir, sont petites et en proportion des
conditions du vieux monde, mais celles-ci qui composent notre train sont proportionnees
aux dimensions du pays. Notre wagon lit, ne ressemble guere aux Pulmans que vous
voyez en Angleterre, il est beaucoup plus grand et plus luxurieux. Ses coussins souples
et riches, ses rideaux de soie, ses tapis epais, ses belles decorations aux sculptures delicates,
ses nombreuses et ingenieuses inventions pour le comfort et la convenance du voyageur
(jusqu'a la salle de bain si chere au voyageur anglais), tout nous y promet un delicieux
voyage. .
Nous sortons de la gare
de Montreal, passons de
longs abris a marchandises,
d'immenses entrepots et des
elevateurs a grains, nous
courrons le long d'une
terrace au-dessus des quais,
passons les ateliers du
chemin de fer, le grand
depot a b6tail, et laissons
la cit6 derriere nous.
Nous sornmes encore
pendant quelque temps
parmi les anciennes colonies
frangaises, faciles a recon-
naitre par leurs jolis cottages
et leurs longues et fitroites
fermes bien cultivees. II y
apartout unair deprosperite
et de comfort. D'un cote,
nous avons les collines et les
montagnes dans le lointain,
d'un autre la riviere Ottawa,
large et belle. Les villages
se succ6dent, et bientot nous
approchons d'Ottawa, la
capitale des Etats. La haut,
sur un coteau a pic, dominant la riviere, ce sont les
edifices du Gouvernement,
etle Parlement des Etats, avec leur tours gothiques et leurs nombreux clochetons formant
un magnifique groupe. Auloin, a gauche, Rideau Hall, la residence du Gouverneur G6neral
et 's'etendant par dela les hauteurs se trouve la cite. Dans les larges plaines au-dessous,
s'etendent stir" des hectares, peut-etre des lieues de long de grandes piles de bois carrfies, et
SALON   DE   WAGON-LIT   Ire   CLASSE. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
15
P^^f 16 LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
le nuage qui s'6l6ve au dela vient des chutes de la Chaudiere, ou tout le volume d'eau de
la riviere Ottawa tombe en cascade fournissant une force motrice a une multitude de
scieries et de fabriques.
Je ne m'etonne pas que vous ayez et6 si absorbe par les contours immenses de la riviere
Ottawa, depuis notre depart, que vous ayez tout a fait oublie que c'etait l'heure du lunch.
Ce gargon au tablier blanc, a la jaquette blanche va vous apporter des sandwiches, du
cafe, du vin et quoi encore 1
Nous quittons la region frangaise maintenant; les fermes deviennent plus grandes et
les modestes cottages cedent place aux vastes fermes, beaucoup d'entre elles construites
de pierre et de briques, toutes ayant un air aise. Les villes sont plus importantes, les
fabriques plus nombreuses, beaucoup plus de bruit et de mouvement. Sur les bancs de la
riviere les scieries sont nombreuses, entourees d'immenses piles de bois. Les arbres
abattus descendent de la foret au fil de Feau de la riviere Ottawa et de ses affluents, et le
produit est expedie en Europe, aux Etats-Unis et partout.
Graduellement les villes diminuent de grandeur, les fermes deviennent plus espac6es,
la vallee se contracte et s'approfondit, nous sommes dans le nouveau pays.
Nous nous eloignons de la riviere Ottawa, et nous dirigeons sur le Lac Superieur. Nous
sommes surpris de voir l'activite prospere des villages qui ont surgi ga et la, le nombre de
hardis colons ouvrant la foret et se construisant une patrie a eux. Toutes les 3 ou 4 heures,
nous traversons les stations divisionnaires ou nous voyons des ateliers, des depots de
machines et toute une suite de cottages proprets. A ces endroits nous changeons de
machine et continuons notre route. C'est un long voyage d'Ottawa au Lac SupSrieur,
mais heureusement les collines rocheuses couvertes de sapins se melent aux lacs gracieux,
aux forets tehebreuses, aux ruisseaux brillants et aux cascades pour augmenter notre
interet. Nous sommes tous sur le qui vive pour voir un ours, un chevreuil, et nous en
oublions l'heure. Notre seul regret est de ne pouvoir nous arreter seulement une heure
pour jeter une mouche dans une de ces nombreuses nappes d'eau qui nous attirent. Un
wagon restaurant est attache a notre train, une merveille de comfort et de commodity, et
c'est pour nous un plaisir nouveau et delicieux de prendre nos repas a notre aise,
luxueusement servis, pendant que nous filons au milieu de sites interessants.
A Sudbury, une ville toute neuve 6lev6e dans la foret, nous trouvons un embranchement
de la ligne conduisant aux passages de Sault Ste Marie, ou elle se relie a deux lignes
Americaines s'etendant jusqu'a Duluth, St. Paul. Minneapolis et au de la, apportant de
ce cote-ci de grandes quantites de grains et de farines, destinees aux ports de FAtlantique ;
ici, a Sudbury, nous voyons de longues rangees de voitures chargees des produits des mines
et des hauts fourneaux voisins, car a plusieurs lieues a la ronde se trouvent des gisements de
cuivre et de nickel repr6sentant des millions de tonnes, largement travailles ainsi que
l'indiquent les nombreuses colonnes de fumee qui s'6levent au dessus des forets.
Nous continuons notre voyage a travers les collines sans fin, les prairies, les forets et
les lacs, et, ce matin, le deuxieme jour depuis notre depart de Montr6al, nous apercevons le
Lac Superieur au loin a notre gauche et bientot nous courrons sur ses bords escarpes.
A notre droite s'elevent des montagnes boisees et de tous coets nombre de rochers. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
17
Pendant plusieurs heures nous avons vue sur le lac, en ce moment calme et plat, sem6
ga et la de bateaux ou raye par la fumee noire d'un steamer. Par moments, nous nous en
eloignons d'un kilometre ou deux, passons au-dessus sur les hauteurs, puis nous en
rapprochant, courrons le long des falaises, aussi pres du bord qu'il a 6te possible a
Fingenieur de le faire. Pendant des heures, nous glissons au travers de tunnels et de
profondes tranchees dans le roc, sur d'immenses remblais, ponts et viaducts, partout
treis impressionnes par les difficultes extraordinaires qu'ont eu a vaihcre les ing6nieurs
qui construisirent la ligne.
Nous traversons la riviere Nepigon, fameuse par ses truites de cinq livres, suivons les
rives de la baie de Thunder, et stoppons a la gare de Port Arthur, a mille lieues de
Montreal. Cette gare et Fort William, a l'embouchure de la riviere Kaministiquia, un peu
plus loin dans la baie, constituent le Terminus du Lac sur la section occidentale du chemin
de fer.
STEAMER   DE   LA   COMPAGNIE   SUR   LES   LACS   HURON   ET   SUPERIEUR.
Sur tout le parcours jusqu'ici, nous avons rencontre de nombreux trains charges de
grains et de farines, de betail et de marchandises, mais ce n'est que maintenant que nous
pouvons nous faire une idee exacte de l'importance du trafic du Nord Ouest. Partout ici
nous en voyons les preuves. De longues jetees et quais couverts de marchandises, de
grandes piles de bois, du charbon, et, dominant le tout les machines efevatoires pour grains.
A Fort William, trois de ces machines gigantesques contiennent chacune de douze a quinze
cents boisseaux de graines. A quelque distance de la sont de riches mines d'argent reliees
par une voie, ainsi que des gisements de fer plus loin.
Le decor ici est plus vari6 et plus beau que tout ce que nous avons vu jusqu'a pr6sent.
Les eaux vert-emeraude de la baie de Thunder sont enfermees, d'un cote, dans des falaises
basaltiques a pic, d'une couleur noire et pourpre, et de l'autre, par des collines s'6levant en 18
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
rouleaux. Voici la riviere Kaministiquia, large, profonde et calme, qui sort d'une sombre
foret et joint les eaux du Lac Superieur, ne portant aucun signe revelant la chute sauvage
qu'elle fait quelques lieues avant d'une hauteur qui surpasse celle des chutes du Niagara
lui-meme.
Notre train est allonge afin de pourvoir au transport des voyageurs venus par steamer
et qui nous rejoignent ici et pour ceux qui, en nombre important, sont venus pecher et
chasser dans le voisinage et qui desirent comme nous voir les grandes montagnes
de FOuest. Nous quittons le lac et de nouveau allons vers Fouest; nous traversons
maintenant pendant une nuit et une partie de la journee un etrange pays. Les rivieres
semblent toutes pressees et nous ne voyons que rapides furieux et cataractes 6cumantes.
Les lacs profonds et entoures de rochers grandissent a mesure que nous avangons vers
FOuest.   Des incendies se sont repandus dans les bois, et, par endroits, les troncs noircis et
ELEVATEURS   DE   GRAINS   DE   LA   COMPAGNIE   AU   FORT   WILLIAM.
les arbres morts avec leurs branches nues et tendues vers le ciel ressemblent a des fantomes
qui passent devant nous dans le clair de lune. Ce fut au travers de cette region sauvage,
sur une distance de plus de 500 Kilometres, que le g6neral anglais Wolseley conduisit avec
succes en 1870 son arnfee, pour reprimer une revolte des metis sur la riviere rouge et Fon
peut encore voir du train ses bateaux abandonnes.
Aussi rude et aussi sauvage qu'elle soit, cette region est pleine de richesses naturelles.
Les mineraux de valeur et les metaux precieux y abondent et c'est d'ici surtout qu'est tire
le bois employe dans les prairies voisines. En plein milieu de ce d6sert, a la sortie du Lac
des Bois, nous nous trouvons soudain en face de nombreuses scieries en pleine activity ; et
s'elevant au-dessus de tout cela, un immense mbulin a farine, en granit, et autour, un grand
nombre de machines elevatoires et de magasins. A mesure que nous approchons des prairies,
apparaissent les grandes scieries, entourees de tas de madriers, prets a etre expedi6s : les
stations deviennent plus encombr6es de chargements pour Fouest, de bois pour tous usages. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
19
Les forets emploient beaucoup de monde et des villages s'6levent ga et la. Aussi bizarre
que cela paraisse, les colons ouvrent le pays et etablissent des fermes ; mais ce sont des
Canadiens de FEst, nes dans les bois et qui meprisent les fermes toutes pretes des prairies.
Nous sortons subitement des bois et entrons dans la vallee large et plate de la riviere
Rouge ; et bientot, nous traversons cette riviere sur un grand pont de fer, apercevons de
curieux bateaux a vapeur et nous arrivons dans la cit6 magique de Winnipeg. Vous ne
regrefeterez pas un arret d'un jour ici. Malgre tout ce que vous avez pu en entrendre dire,
vous^ne pouvez croire que vous allez voir ce comptoir d'hier sur la frontiere, transforrrfe
aujourd'hui en une cite de trente mille habitants, avec des kilometres d'imposantes
constructions, hotels, magasins, banques et theatres, avec des 6glises magnifiques, des
ecoles, des colleges, des villas gracieuses et meme splendides, d'immenses moulins,
de.'nombreuses fabriques faisant un commerce tres etendu et avec toutes les preuves de
richesse, de comfort et de civilisation que l'on trouve dans les villes d'un siecle d'existence.
WAGON-LIT  DE   LA   COMPAGNIE   CHEMIN [DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
Tandis que vous trouverez a Winnipeg la clef de ce que vous verrez plus loin, vous
devez chercher plus loin la clef de tout ce que vous verrez a Winnipeg. Situee a Fendroit
ou les forets finissent, ot oil les prairies commencent, centre d'immenses communications
fluviales vers le nord, le sud et Fouest, et de voies ferrees rayonnant dans toutes les
directions, comme les rayons d'une roue, Winnipeg est devenue, ce qu'elle sera toujours,
le foyer commercial du Nord Ouest Canadien. Considerez ces longues rangees de magasins
remplis de marchandises, ces vingt mille kilometres et plus, de voie ferree couverts de
wagons, et vous commencerez a juger de la grandeur du pays que vous allez visiter.
C'est d'ici qu'est envoye tout ce dont les populations de FOuest ont besoin, et ici
qu'arrivent les produits de leurs champs ; du Nord on y apporte des fourrures de toutes
variet6s et en grandes quantites. 20
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
ET maintenant en route pour la dernfere etape de notre voyage. Le magnifique
"sleeping car "qui nous amena de Montreal, a continu6 sa route vers Fouest pendant que
nous visitions Winnipeg, mais un autre nous attend, ne differant du premier que par
son nom. Si nous examinons le train, nous ne reconnaissons que bien peu de nos compa-
gnons de voyage d'hier. Presque tout le monde s'arrete a Winnipeg pour plus ou moins
longtemps, quelques-uns pour s'y 6tablir, d'autres pour render visite aux bureaux des
terrains du Gouvernement ou de la Compagnie du chemin de fer, d'autres pour acheter
des materiaux ou des provisions pour leur nouveau " home " dans la prairie, d'autres
simplement pour voir la ville comme nous Favons fait.
Nous trouVons parmi les passagers des types de toutes les classes de la societe,
gentlemen voyageant pour leur plaisir, sportsmen, marchands et voyageurs de commerce,
jeunes gens de grande famille a la recherche d'une fortune dans la culture ou les bois,
LA   CITE    DE BRANDON,   MANITOBA.
Japonais a Fair malin, et Chinois avec leur tresse dans le dos, solides emigrants anglais,
allemands, ecossais et su6dois, a la recherche d'un terrain, les poches pleines de plans et de
prospectus, des mineurs d'or et d'argent pour les montagnes, des mineurs de charbon pour
la r6gion Saskatchewan, et des hommes de tous les metiers. On ne voit pas un seul visage
triste ; les figures sont gaies et pleines d'esperance, et le beau ciel clair et ensoleill6 vient
encore ajouter a la gaiete du paysage.
Les montagnes rocheuses sont encore a plus de trois cents lieues. II y a a peine
quelques annees c'eut ete un voyage de six semaines, les circonstances s'y pr6tant, et Fon
considerait que c'etait un voyage rapide, quand les charriots a boeufs du bon vieux temps
emportant les marchandises et les provisions aux comptoirs eloign6s, atteignaient les
montagnes en trois mois ; mais nos etapes se compteront par heures au lieu de jours. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT. 21
En quittant Winnipeg, nous tombons de suite sur une large plaine, aussi verte et bien
nivefee qu'un tapis de billard, paraissant s'etendre a perte de vue au nord et a Fouest, et
encadree au sud par une rangee d'arbres, marquant la direction de la riviere Assiniboine.
Ce n'est pas encore la prairie, mais une large ouverture des rivieres Rouge et Assiniboine
qui se rejoignent a Winnipeg. A gauche, et contournant la riviere, se trouve une ligne
continue de fermes bien cultivees dont les habitations comfortables percent a travers le
feuillage. A droite s'etendent de vastes paturages, ou paissent de nombreux troupeaux a
demi caches dans 1'herbe. La voie se deroule devant nous sans la moindre courbe et aussi
loin que l'ceil peut atteindre ; le mouvement du train se fait a peine sentir. A mesure que
nous avangons vers Fouest, le terrain s'eleve insensiblement, la campagne se bigarre de
champs de c6reales et se couvre ga et la, jusqu'au loin dans la distance, de fermes et de
meules de bl6.
A quinze lieues de Winnipeg, nous arrivons a, Portage-la-Prairie, une autre cite grandie
en un jour, le centre d'une region de cultures bien developp6e et prosperant, ses grandes
machines elevatoires et ses moulins a farine, ses rues mouvementees et ses solides maisons
en disent long. De la une nouvelle ligne de 70 lieues se dirige vers le nord-ouest, rendant
ainsi les terrains plus accessibles (au cas ou ils deviendraient nficessaires), transportant le
betail et les grains et destinee d'ici peu au transport du sel et du petrole. Nous traversons
une serie de petites collines de sable, indiquant les bords d'un ancien lac et gagnons une
magnifique region ondulee, fertile et bien colonisee, comme le prouvent les petites villes et
les machines el6vatoires a grains.
A quarante lieues de Winnipeg, nous traversons la riviere Assiniboine et atteignons
Brandon, la plus grande ville du Nord-Ouest apres Winnipeg, une grande cite en effet, bien
que datant de quelques annees seulement, avec de belles constructions, des rues bien tracees
et un nombre plus grand que jamais de machines 6levatoires et moulins ; de la encore
des lignes vont dans toutes les directions, une vers le nord ouest, une autre vers le sud ouest,
aux mines de charbon de la Souris.
En quittant Brandon nous avons atteiht le premier des steppes des grandes prairies, qui
s'efevent l'une apres Fautre a de longs intervalles, jusqu'aux montagnes Rocheuses ; nous
sommes alors sur la vraie prairie, non pas cette plaine monotone et sans interet que votre
imagination vous suggere, mais un immense ocean ondulant de fleurs et d'herbes, tantot
s'elevant en petites collines, puis s'abaissant bientot en larges bassins de lacs 6tincelants ;
brises ga et la de vallees et de rangees d'arbres irreguli6res suivant les contours de l'eau.
L'horizon seul encadre cette vue ; et aussi loin que Fon peut voir, la prairie est semee de
fermes nouvellement baties, de grands carr6s noirs fraichement laboures et de troupeaux.
L'herbe courte, d'un vert tendre, semillee de fleurs brillantes, couvre la terre comme d'un
tapis aux couleurs variees, changeant avec les fleurs, qui lui donnent la teinte dominante,
selon la saison.
Le sol brun de la vallee que nous avons quittee ce matin a fait place a un sol plus clair,
recouvrant une argile poreuse, moins engageante pour Fagriculteur inexperimente mais
neanmoins d'une grande valeur, puisque c'est ici qu'on obtient le ble fameux entre tous,
connu sous le nom de " ble dur du Manitoba," —des avoines aussi, du seigle, de Forge, du 22
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT. 23
chanvre, d'6normes pommes de terres et presque tout ce qui peut croitre dans un climat
temp6r6. Tout ici y neurit sans irrigation du sol. L'agriculteur europ6en oublie bientot
l'emploi des engrais ; ses enfants, peut-etre, devront les employer, mais lui peut s'en passer,
Nous passons stations apres stations, se ressemblant toutes, plus ou moins grandes
d'apres l'importance du village qu'elles desservent, dont quelques-uns sont tres importants.
La construction de ces stations est uniforme et consiste en une gare de voyageurs et
marchandises, un immense reservoir rond, des cottages pour les hommes de la section, en
machines 6levatoires a grains qui reviennent toujours, et dont les vastes proportions disent
encore la meme histoire. A chaque instant nous apercevons des couvees de poulets de prairie
sortant de Fherbe, effray6s au passage du train. Autour des 6tangs, des canards de toutes
sortes, se melent aux oies sauvages et aux grues et quelquefois meme a de grands pelicans
blancs. Les chasseurs sont descendus aux differentes stations. Ceux qui restent, vont
plus loin dans Fouest, chasser le gros gibier—Fantilope ou le caribou, Fours, le mouton ou
la ch6vre des montagnes.
r A cent lieues de Winnipeg, nous traversons la fameuse ferme Bell, qui contient 35
lieues carr6es de terre.
C'est une veritable fabrique a ble ; le travail s'y fait avec une organisation toute
militaire, des brigades labourent, des divisions r6coltent. Figurez-vous un champ ou les
sillons ordinaires ont une lieue et demie de long, et un pays ou une chose pareille soit
possible ! On y voit des cottages en pierre, bien propres, d'amples granges sur tous les
points, et pres de la station, au quartier gen6ral, un veritable village, comprenant une 6glise,
un hotel, un moulin et naturellement une machine elevatoire, car, en ce pays, ces machines
apparaissent toujours partout ou se trouve du ble.
Nous atteignons bientot Regina, la capitale de la province d'Assiniboia, situee au centre
d'une plaine tres fertile et qui semble sans bornes. Les constructions y ressemblent
davantage a des constructions de frontiere que celles des villes que nous avons traversees
jusqu'ici ; mais c'est une ville tres mouvementee, un centre commercial important, une des
cites de l'avenir. Une ligne part vers le nord traversant la riviere du " South Saskatchewan "
a Saskatoon et continue jusqu'a Prince Albert sur le "North Saskatchewan." En quittant la
station, en allant vers Fouest, nous apercevons, la r6sidence du Gouverneur a droite, et un peu
plus loin, le quartier general de la police mont6e du Nord Ouest, un corps dont le Canada est
fier et a juste titre. Ce corps est compose de jeunes gens choisis, bien exerces, et commandes
avec la discipline^ plus stricte. Leur administration ferme et raisonnable gagna le respect
et Fobeissance des Indiens bien avant l'arrivee des chemins de fer dont Fintroduction ne
donna lieu a aucune de ces violences qui ont tristement marque Fouverture de certains
districts en Anferique, et cela, grace a la renommee de ces bons gardiens de la prairie.
A Pasqua, a sept lieues de Regina, la grande ligne est rejointe par celle venant de St. Paul
et de Minneapolis, une ligne qui appartient a la Compagnie du Chemin de fer Canadien
Pacifique, ligne qui terminee sous peu sera le plus court chemin entre la vallee du Mississippi
et la cote du Pacifique. 24 LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
Nous quittons Moosejaw, et commencons Fascension d'un autre steppe de la prairie.
Nous avons presque atteint l'extremite de la region colonisee d'une fagon continue, et au
dela, jusqu'aux montagnes, nous ne trouverons'plus guere que ga et la quelques groupes de
fermes, et toutes les deux ou trois heures, les douze etablissements d'une compagnie anglaise
qui cultive le bl6 et eleve le betail sur une grande echelle ; chaque etablissement contient plus
de quarante mille hectares. La campagne, tout en gardant son caractere de prairie, devient
plus accident6e, et de nombreuses depressions de terrain produisent des lacs et des 6tangs.
Nous ne verrons plus d'arbres maintenant pendant pres de 30 lieues, ce qui donne au paysage
un air aride et desole ; mais il est loin d'etre denud6 ainsi que le prouvent quelques fermes
et jardins pleins de merveilleux legumes et de belles cereales. Un mouvement se produit
parmi les voyageurs, on se precipite aux fenetres. Une Antilope ! Nous en rencontrerons
assez souvent maintenant. A Chaplin, nous approchons de Fun des lacs des " Old Wives,"
qui sont de grandes nappes d'eau fermees et par consequent alcalines.
Nous entrons dans un vrai paradis pour les chasseurs. Les lacs deviennent plus
nombreux. Quelques-uns sont sal6s, d'autres alcalins, mais pour la plupart clairs et frais.
C'est par myriades que les oies sauvages, les grues, les canards, de toutes especes, les
becassines, les pluviers et les poules d'eau se trouvent ici. La surface des lacs et des etangs
est noire de poules d'eau, de longues rangees blanches de pelicans s'ebattent sur les bords,
et nous entendons les cris de bien des oiseaux 6tranges, desquels je ne saurais vous dire les
noms.     Les poulets de prairie abondent sur les hauteurs, et les antilopes sur les collines.
La contree est marquee des traces des buffles, qui s'y sont vautres ; mais, c'est au
nord ouest qu'il faut aller maintenant pour trouver le buffle, ou il est connu sous le nom de
buffle des bois. Nous roulons pendant des heures, sans changement notable dans Faspect
du paysage. Les oies et les canards ont cesse de nous interesser et meme la vue d'un coyote
ne nous attire plus ; la belle antilope cependant nous charme toujours et tandis qu'a notre
approche, elle s'enfuit en bondissant, nous suivons des yeux la touffe blanche de sa queue,
jusqu'a ce qu'elle disparaisse au loin.
Nous avons pass6 la region aceidentee qu'on appelle le Coteau et nous apercevons
au loin, dans le sud-ouest, les collines du Cypres indiquees par une ligne bleu fonc6, et a
mesure que nous en approchons, nous les regardons grandir pour nous distraire. La ligne
contourne leur base sur plusieurs lieues, en suivant ce qui nous semble etre une vaste
vallee, ou elle traverse de nombreux petits ruisseaux limpides qui descendent des collines du
nord jusqu'au Saskatchewan. A Maple Creek, une petite ville aux larges pr6aus pour
Fembarquement du betail, nous apercevons les habits rouges de la police monteequi surveille
pres de la un camp d'lndiens. Quelques-uns d'entre eux, de toutes les classes, sont sur le
quai, echangeant des pipes et des breloques contre du tabac et de Fargent, ils forment un
groupe pittoresque, mais sale. En quittant la station, nous apercevons leur camp a un
kilometre, des tentes, hautes et coniques en peaux ou en tissus bien fumes ; des Indiens
vetus de couvertures aux couleurs brillantes ; des centaines de poneys broutant Fherbe
haute, une rangee d'arbres gracieux au fond, paraissant encore plus beaux pas leur rarete ; le
tout formant, avec les collines sombres du Cypres qui s'elevent dans le lointain, un tableau
frappant et nouveau. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT.
25
De Dunmore Junction, 655 milles a FOuest de Winnipeg se d6tache Fembranchement
du Crow's Nest Pass (Passage du Nid du Corbeau) du Chemin de Fer Canadien Pacifique,
au sud du reseau transcontinental principal qui est la voie la plus directe pour les mines d'or
de Kootenay. Cette ligne de construction recente touche aux mines de charbon de Lethbridge,
a la ville florissante de Macleod, traverse le vaste pays sud d'Alberta, le foyer du Cow-boy et du
Cattle King. Au dela de Macleod les Rocheuses se dessinent abruptement a l'horison, tandis
que le pays interm6diaire est un panorama de prairies onduleuses oil paissent d'innombrables
troupeaux. En se rapprochant des montagnes les prairies sont semees de nombreux
ruisseaux et rivieres d'eau crystallisee glacee se deversant dans le fleuve Saskatchewan, ou
abondent des truites d'especes diverses ; on y trouve aussi des poules d'eau, le poulet des
prairies et quantite de gibier, tandis que le chasseur plus ambitieux trouvera plus haut
Fours noir, Felan, le mouton et la chevre des montagnes. Le chemin de fer entre les Rocheuses
STEAMER DE   LA    COMPAGNIE   SUR   LE     LAC    ARROW.
par une gorge etroite gardee de chaque cote par des pics eleves dont la base touche la voie
ferree puis contournant le Lac du Crow's Nest traverse le sommet des Rocheuses a une
elevation de 4427 pieds puis p6netre la r6gion de East Kootenay qui est en voie de develope-
ment rapide. L'or et 1'argent et d'autres metaux moins precieux se trouvent ici en abondance
et aussi dit-on les trouillieres, non encore exploitees, les plus considerables du monde.
A Fernie, une ville datant d'hier, on apergoit a chaque pas les evidences de la prosperite
naissante, les fourneaux a coke se multiplient rapidement pour fournir le combustible aux
fondeurs de West Kootenay. Nous passons Cranbrook et d'autres villes datant de Farrivee du
Chemin de fer et a Moyelle sur le beau lac Moyie nous nous trouvons en plein dans les
operations minieres. Lacontree que nous traversons est riche non seulement en mineraux et
forets,mais en plus ses larges vallees offrent des chances exceptionelles aux fermiers arrivants. 26
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
Bien que les montagnes n'ont pas la majestequi caracterise la ligne principale du Canadien
Pacifique au Nord, elles ont un charme particulier par leur formation de crevasses de pics
blancs, de prairies verdoyantes et de pieces d'eau pittoresques. Le Terminus actuel de
Fembranchement du Crow's Nest Pass est a Kootenay Landing a l'extremite sud du Lac
Kootenay, un peu au sud de Fendroit ou la riviere Kootenay entre de nouvean dans le
territoire Canadien apres avoir fait un d6tour au travers de Montana et Idaho ; la Compagnie
a construit des racordements permettant aux Wagons changes d'etre transferes sur des
barques et remorques a Nelson ou ils sont retransferes sur la voie ferree allant de la vers
Fouest et le Nord.
Par un des vapeurs si splendidement amenages de la Compagnie qui sillonent ces eaux
magnifiques de Finterieur de British Columbia nous sommes transported a Nelson, une ville
miniere prospere d'un grand avenir situ6e pittoresquement sur un bras du lac.    D'ici nous
STEAMER   DE    LA   COMPAGNIE    SUR   LE   LAC   SLOCAN.
pouvons descendre par Ch. de fer le grand canon de la riviere inferieure Kootenay jusqu'a
Robson et ensuite a Trail le grand centre des fonderies, puis a Rossland entoure d'un groupe
fameux de mines. De Robson nous pouvons a Fouest entrer dans la nouvelle Boundary
Country et visiter une douzaine de camps miniers prosperee dus a la richesse min6rale de
la r6gion.
De Robson nous pouvons rejoindre la ligne principale du Canadien Pacifique en
naviguant sur la riviere Columbia et la partie superieure du Lac Arrow, nous arretant si
on le desire a Naskusp et dela prenant un autre embranchement jusqu'a Sandon au centre
de la riche region de plomb-argentifere de Slocan qui peut etreatteintedirectement de Nelson LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT. 27
par le lac Slocan un des plus charmants lacs be montagne. Retournant a Naskusps notre
itineraire est plus au nord du Lac Arrow situe entre les Selkirks d'une part et la Gold range
d'autre part, une region ou existe une combinaison superbe de lacs et de montagnes. De
Arrowhead, a Fembouchure de la Columbia,un court trajet en, Ch. de fer nous conduira a
la cote nouvellement creee de Revelstoke, d'oii nous reprendrons notre voyage a FOuest.
Retournons a Dunmore voyageant sur la ligne principale du Canadien Pacifique
traversant un pays d'un charme peut etre sans rival au monde pour le touriste. Nous
descendons dans la vallee du Sud Saskatchewan et arrivons bientdt a Medicine Hat, ville
fort bien situee et s'agrandissant rapid ement a un millier de milles du Lac Sup6rieur. Le
largeet superbefleuve Sasckatchewan est navigable jusqu'a une grande distance plus haut et
a 335 lieues plus bas. L'entreprise de ,1'Occident a ete prompte a saisir les avantages offerts
ici. Traversant le fleuve sur un long pont en fer nous remontons derechef la haute prairie,
un riche paturage parsemS de petits lacs. Partout le gazon fleuri montre les sillons profonds
du buffle et les creux ou ces monstres velus aimaient a se vautrer. Ci et la dans la plaine
dans toutes les directions on voit les cranes blanchis de ces nobles animaux dont la race est
maintenant presque eteinte. On apergoit des fermes pres des petites stations dans cet
extreme Ouest et les troupeaux de bestiaux paissant nous indiquent la contree des ranches.
Ici la nature semble avoir supple6 au manque de forets par des reservoirs de gase naturel
au dessous de la surface du sol, qui a ete recueilli a quelques stations et utilise comme moteur
pour pomper l'eau, pour l'6clairage et le chauffage dans les maisons des stations et qui
sera sous peu utilise pour la reduction des minerals argentiferes des montagnes a proximite.
A mesure que nous approchons de la station de Crowfoot, notre impatience augmente
d'etre les premiers & voir les Monts Rocheux, qui sont encore a plus de trente lieues d'ici,
mais bientot nous les apercevons, une ligne splendide de pics couverts de neige, s'elevant
droite dans la plaine, couvrent Fhorizon occidental en entier comme d'une barriere
infranchissable. A mesure que nous avangons, de nouveaux pics se montrent, de
sombres forets s'offrent a notre vue, rejoignant lapointe neigeuse ; les glaciers et les mers de
glace miroitent au soleil, et Fon apergoit les passages au-dessus des collines, profondes
ouvertures dans le flanc des montagnes. Nous sommes a present dans la region des Pieds
Noirs si redoutes autrefois, la plus belle tribu indienne et la plus guerriere, maintenant
paisiblement etablie sur un terrain qui lui est r6serv6 non loin de la. Nous avons couru sur
les bords ombrages de la riviere Bow, et apres en avoir travers6 les eaux limpides, nous nous
trouvons sur un joli plateau entoure de coteaux, au centre duquel s'etend la nouvelle ville de
Calgary, au pied des Monts Rocheux, a 700 lieues de Montreal et a 3416 pieds au-dessus du
niveau de Focean.
Devant nous, de chaque cot6, s'6levent des montagnes, de formes et d'aspect varies,
suivant la lumiere qu'elles regoivent. Derriere nous s'ouvre'1'immense prairie. Au nord le
district boise d'Edmonton et le " North Saskatchewan," peuple d'ours, d'elans et de toutes
sortes d'animaux a fourrures et de gibier a plumes ; c'est une region agricole des plus
attrayantes. La region aride s'etend jusqu'aux frontieres des Etats-Unis vers le sud, sur une
distance de 50 lieues ; et ces deux districts ont ete relies au Nord, par une ligne recente, entre
Calgary et Edmonton, au sud jusqu'a Macleod. 28
LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE. LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT. 29
Vous serez les bienvenus si vous allez visiter les habitants de cette conferee, qui en
vaut bien la peine. Vous les trouverez le long des coteaux, leurs nombreux troupeaux
paissant au loin dans la prairie. Chevaux et betail broutent a leur aise dans la campagne,
6te comme hiver. Les vents chauds du " Chinook " qui souffle des montagnes, chasse la
neige en hiver, et permettent aux troupeaux de prendre leur nourriture naturellement safee.
Au printemps et a Fautomne, les hommes-forment un cercle, rabattent le betail et le trient
suivant la marque des differents proprietaires ; alors le " Cow boy " apparait dans toute sa
gloire. Le spectacle de ces splendides cavaliers, separant les animaux du troupeau general,
les attrapant au lazzo, pour qu'ils soient marqu6s au fer du proprietaire, ou bien, reunissant
en troupeaux des chevaux nes en liberte et r6tifs, vaut bien la peine du voyage. Les
habitants, les plus beaux types des meilleures families de l'est et de l'Angleterre, y vivent en
princes. Cavaliers admirables, ayant d'abondants loisirs et maintes occasions de sport, leur
attachement profond pour ce pays n'a rien de surprenant et il n'est pas etonnant non plus de
voir arriver tous les jours des jeunes gens des meilleures classes de la soci6t6, heureux de
prendre part a cette vie libre et joyeuse. La, de limpides ruisseaux descendent de la base
des montagnes vers la plaine, le charbon abonde le long des cours d'eau et le bois dans les
collines inferieures. Le sol arable est riche et profond, le gibier est abondant, et le climat
sans egal.     Que peut on desirer de plus 1
Nous quittons Calgary, nous nous dirigeons encore vers Fouest en suivant la vallee de la
Bow, et, pendant une heure ou deux, les montagnes nous sont cachSes par les terraces des
rivieres qui augmentent graduellement et paries cirques gazonn6s aupied des montagnes, ou
paissent d'innombrables chevaux, du betail et des moutons. Tout a coup nous en approchons,
elles sont a portee de la main. Sur plus de 200 lieues, jusqu'a ce que nous atteignions
le Pacifique, elles seront.constamment avec nous. Nous nous engageons dans un portail a
moitie cache et nous nous trouvons dans une vallee entre deux grandes chaines de montagnes.
A chaque detour de la vallee, tantot en forme de gorges escarpees, tantot en larges pares, un
nouveau tableau s'offre a notre vue, que nous pouvons contempler dans toute son etendue du
wagon d'observation attach6 en queue de notre train. La riviere magnifique roule tantot en
grondant dans un etroit defile, tantot s'elargit en un lac placide et refl6chit les forets les
coteaux et les sommets neigeux.
Des pics denteles, de vastes pyramides de rochers superposes, sont surmontes par
d'immenses masses ayant l'apparence de chateaux, aux cotes desquels des cascades
de plusieurs milliers de pieds de hauteur. La clarte merveilleuse de Fair fait ressortir les
plus petits d6tails de cette sculpture Titanesque. A travers les gorges, nous apercevons les
glaciers et d'autres scenes 6tranges, et de temps en temps des chevres sauvages et des moutons
paissant sur les coteaux, au-dessus de nous, pres des neiges. Ces montagnes deviendraient
monotones par leur grandeur, leur solemnity et leur solitude, si le paysage n'offrait de temps
en temps a la vue le panorama d'une ville miniere ou la tente d'un sportsman qui donnent
un interet vivant a la scene.
Trois heures apres avoir quitte Calgary, nous commengons a voir, des Canmore, les
mines de charbon, d'anthracite et de bitume, et bientot apres, nous arrivons a Banff, d6ja
fameusepar ses sources chaudes et sulfureusesquipossedent despouvoirs curatifs marveilleux
lesquels attirent tous les jours des milliers de gens de tous les points.     Le Gouvernement 30
LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
s
o
rt
A<
H
a
o
o
rt
00
H
o
3
rt
B
e
o
rt
H
a
^yyyyi/^M^/M/^^y/Myyy^-- LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT. 31
Canadien s'est reserve ce district sur plusieurs lieues a la ronde comme pare national et a
d6ja fait beaucoup pour ajouter a sa beaute naturelle, ou plutot pour en rendre ses beaut6s
accessibles ; car, dans ce pays si merveilleusement beau, la main de l'homme peut ajouter
bien peu. Tout le monde s'arrete ici pour un jour ou deux au moins, pourquoi n'en ferions
nous pas autant ! Nous trouverons des appartements luxueux dans de grands hotels bien
meubfes, situes sur une colline dominant la belle vallee de la riviere Bow. Cette riviere
descend de ses sources glacees a Fouest, se jette au fond d'un pr6cipice, au-dessous des
balcons de 1'hotel et s'etendant au loin a travers la vallee boisee et profonde, disparait dans
les montagnes a, Fest. Une demi-douzaine de chaines de montagnes. couvertes de neiges,
convergent ici, toutes diff erentes de forme et de couleurs, et les valfees qui les s6parent, off rent
a l'oeil des tableaux incomparables dans toutes les directions. Des routes bien entretenues
pour les voitures et pour les cavaliers conduisent aux diff erentes sources et serpentent en tous
sens dans les montagnes.
Reprenant notre voyage, Fapproche de champs de neige et de glace sur les flancs des
montagnes, nous previent bientot que nous atteignons une grande hautenr.
A quinze lieues a Fouest de Banff, est Laggan, la station des Lacs dans les Nuages,
(Lakes in the Clouds). Nous ne devons pas manquer de visiter ces lacs d'une beaut6
particuliere et situes Fun au-dessus de Fautre au milieu des montagnes, et d'un acces facile
depuis la gare. Au bord du Lac Louise, que l'on atteint le premier, se trouve un chalet
pittoresque ou les touristes trouvent un gite et de la nourriture. A deux heures de Banff,
notre train s'arrete a, une petite station et nous apprenons que c'est le sommet des Monts
Rocheux, a plus de 1000 metres au-dessus de la mer ; mais le sommet seulement au point de
vue de l'ingenieur, car les montagnes levent encore leur tete blanche a plus de six cents pieds
au-dessus de nous et s'etendent vers le nord-ouest et le sud-est, comme une grande epine
dorsale ; c'est en effet " l'epine dorsale du continent."
Deux petits ruisseaux sortent ici de la meme source. Les eaux de Fun descendent
jusqu'au Saskatchewan et a la baie de FHudson et Fautre rejoint le torrent que la Colombie
deverse dans Focean Pacifique. Nous passons pres de trois lacs bleus, profond6ment creuses
dans les montagnes et suivons le ruisseau qui va vers Fouest a travers un passage tortueux
dans le roc ou ses eaux 6cumantes bondissent en tourbillons incessants. C'est la passe de la
Wapta ou du " Cheval qui rue." A trois lieues au-dessous du sommet nous contournons la
base du Mont Stephen, une montagne merveilleuse qui monte d'un seul jet, du niveau de la
voie jusqu'a une hauteur de plus de huit mille pieds, supportant sur une de ses 6paules et
presqu au dessus de nos tetes, un glacier dont la glace verte et miroitante, epaisse de cinq
cents pieds, s'entasse lentement au-dessusd'unpr6cipice d'une hauteur vertigineuseet s'y6crase
en tombant au fond. Sur la face large de la montagne, nous distinguons les zig-zags d'une
ligne de tramway qui descend d'une mine d'argent situee quelque part pres des nuages. Du
train, comme nous montons sur le flanc de la montagne, nous apercevons en bas la vallee dela
riviere, qui s'elargissant subitement, pr6sente, au milieu des montagnes sombres et bois6es
de sapins, sa surface unie comme un miroir ou se refiechissent avec une fidelite surprenante,
tous les pics et tous les precipices. 32
LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE. LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT. 33
Nous suivons toujours la riviere, et tantot traversant de profonds ravins, tantot
penetrant sur des rochers en saillie en forme d'eperons, tantot glissant tranquillement au
milieu d'ehormes surfaces vertes ayant l'apparence d'un pare, avee de beaux arbres, de
gracieux petits lacs et des ruisseaux babillards, ga et la une scierie, une carrfere d'ardoises
ou quelqu'autre industrie, nous entrons bientot dans une gorge imposante, dont les murs
sombres, hauts de quelques milliers de pieds, semblent suspendus au-dessus du rapide
bouillonnant qui serpente et rugit a leur base, et c'est pendant des heures que nous suivons
cette gorge, priv6s de la lumiere du jour.
A deux cents pieds au-dessous du sommet, e'est-a-dire apres deux heures, la gorge s'6largit
subitement et nous voyons devant nous, s'6levant vers le ciel, une nouvelle rangee de pics
neigeux dont les formes et les couleurs sont diflferentes. Une large et profonde vallee couverte
de forets s'ouvre au milieu d'eux contenant une riviere grande et rapide, la Colombie.
Les nouvelles montagnes qui nous font face, sont les monts Selkirks et nous avons
maintenant pass6 les regions rocheuses. De la vallee de la Colombie que nous parcourons,
nous avons une vue admirable des montagnes. Au nord et au sud, aussi loin que l'ceil peut
s'etendre, nous avons les monts Rocheux d'un cote et les Selkirks de Fautre, d'aspect tout a
fait different, mais tous d'un effet grand et indescriptible. Ils s'el6vent du niveau de la
riviere en une suite de marches bois6es et bientot se denudant s'elancent vers les regions
neigeuses et glaciales. Ici, c'est la nouvelle ville de Golden, avec ses fonderies, ses steamers
de rivfere, et ses innombrables coins charmants. Le chemin de fer se detourne de la
Colombie pour longer pendant 6 lieues jusqu'a Donald, un des bancs de la riviere a travers
des arbres gigantesques ; un grand nombre de voyageurs descend ici.
Ce sont pour la plupart des mineurs ou des explorateurs allant aux mines d'argent dans le
voisinage ou a celles d'or un peu plus bas sur la riviere ; ce sont d'ambitieux sportsmen, a la
recherche de la chevre de montagne ou du caribou, ou du mouton a grandes cornes. Ils ne
manqueront pas de rencontrer Fours noir ou grisatre.
Apres avoir traverse la Colombie, et l'avoir suivie dans une profonde crevace, a travers
les tunnels et les rocs, nous entrons bientot dans la vallee du Beaver et commengons
Fascension des Monts Selkirks, dont nous escaladons les flancs sur plus de six lieues, a travers
des forets d'arbres enormes, jusqu'a ce que, press du sommet, nous nous trouvions au milieu
d'un groupe merveilleux de pics aux formes et aux couleurs fantastiques. Au sommet
supreme, a 1500 pieds au-dessus des plus hautes mar6es, se trouve une surface plane, large
et entouree de montagnes geantes toutes couvertes de glaciers. Etrange a voir, sous ce ciel
d'ete, la bataille de la glace et du roc, bataille qui commenga il y a des siecles et qui se
continuera pendant des si6cles a venir ! Au Nord, et si pres de nous, qu'il nous semble
entendre les craquements de la glace, est un grand glacier dont nous apercevons les fissures
vertes et claires. Au sud, un autre encore plus vaste, aupres duquel le plus grand des Alpes
est insignifiant. De plus petits glaciers se rencontrent sur tous les coteaux et toutes les
marches des montagnes, d'ou d'innombrables cascades scintillantes d'eau glacee, descendent
par sauts. 34
LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE. LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT.
35
o
< 36 LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
Nous descendons vers Fouest et atteignons en quelques minutes la Maison du Glacier, un
hotel delicieux, situe presqu'en face du grand glacier, au pied du plus grand de tous les
pics, le " Sir Donald," qui est une pyramide aigue de rocs nus qui s'6lancent a pres de 8000
pieds au-dessus de nous. Dans la vallee sombre, nous apercevons au fond, la riviere
Illicilliwset que forment les glaciers, et qui miroite a travers la cime des arbres ; plus loin, et
partout, les montagnes, qui s'6l6vent majestueuses et immenses, incomparablement belles.
Pour atteindre la profonde vallee, les ingenieurs ont deroule la ligne en une serie de courbes
et d'anneaux sur le flanc des montagnes, et, a mesure que nous descendons, cette scene
merveilleuse se montre sous tous ses aspects.
Nous sommes enfouis pendant des heures encore, dans des gorges escarp6es, profondes
et sombres, traversons a nouveau la Colombie qui a fait un grand d6tour autour des Monts
Selkirks pendant que nous les traversions en droite ligne. Ici la riviere est plus large et
plus profonde, et la navigation possible sur pres de sept cents lieues vers le sud.
Sur la rive orientale se trouve Revelstoke, le point d'approvisionnement des districts
miniers autour de la riviere, et les hauts fourneaux qui fondent les minerais d'argent
apportes par le chemin de fer et les bateaux a vapeur.
Nous nous arreterons ici quelques jours pourvisiter le pays de la Kootenay qui en vaut
bien la peine. Un steamer comfortable, nous conduira en descendant la riviere Colombie a
travers les beaux lacs de 1 Arrow, entre les Selkirks d'un cote et les Monts d'Or de Fautre,
jusqu'a l'ouverture du passage Kootenay, puis a travers ce grand passage par ou s elance la
puissante rivfere Kootenay pour se joindre a la Colombie ; de la une nouvelle ligne de chemin
de fer nous portera jusqu'au grand lac Kootenay ou nous pourrons encore prendre un
steamer et visiter les nombreuses mines d'or, d'argent et de cuivre, ou admirer la plus
superbe combinaison de lacs et de montagnes qui existe au monde.
Mais si nous continuons notre voyage vers le Pacifique, nous rencontrons tout de suite
les Monts d'Or, encore de grandes montagnes couvertes de neiges, mais ouvertes et n'offrant
aucune barriere au chemin de fer. Le passage profond et etroit a travers ces montagnes,
nous conduit sur pres de vingt lieues, entre deux lignes paralleles de rochers presque a pic,
coupes de temps a autres par de profonds lacs noirs ; sur tout le parcours, le fond de la
vallee est plante d'arbres de toutes vari6tes et de dimensions 6tonnantes, surpassant meme
ceux de la Colombie. Un rayon de lumiere nous indique tout a coup que nous sortons
du passage et nous apercevons devant nous les lacs Shuswap, dont les eaux limpides
sont bordees et coup6es en tout sens par des montagnes abruptes.
D'ici encore nous pouvons, quittant le train, visiter le lac Okanagan, a deux heures de
distance par chemin de fer, un lac borde de montagnes et de plusieure kilometres d'etendue
vers le sud. Si nous continuons notre chemin, apres avoir passe de nombreux lacs pendant
une heure ou deux, nous atteignons la vallee de la riviere " South Thompson," une large
vallee presque sans arbres deja exploitee d'un bout a Fautre pour Fagriculture et Felevage du
betail, et pour la premiere fois apparaissent les ruisseaux d'irrigation. Partout paissent des
moutons et du b6tail, et les montagnes semblent ici nous contempler d'un air moins sauvige. LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT.
37 38
LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
Puis vient Kamloops, la principale ville de Finterieur de la Colombie anglaise ; un peu
plus loin, nous suivons pendant une heure le lac Kamloops, puis, passant d'un tunnel sous un
autre, nous quittons la vallee, regagnons les montagnes qui redeviennent sauvages et
pendant des heures nous roulons sur leur flanc apercevant une riviere dont les eaux quelque
fois pres de nous se perdent bientot dans la profondeur. Nous franchissons la gorge
profonde et sombre de la riviere Fraser, sur un pont d'acier que Fon croirait construit dans
les airs, passons sous un tunnel, et entrons dans le fameux passage du Fraser.
De grande la vue devient ici1 terrible.
A travers cette gorge si profonde et si
6troite que les rayons du. soleil peuvent a
peine y pen6trer, les eaux noires et feroces
| de cette grande riviere se frayent un
passage. Nous sommes au centre de
la montagne   de la Cascade, et au-dessus
GLACIER   DU   PIC   ROSS LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT.
39
H
~H
U
rt
P
O
Ph
rt
p
g
rt
•H
g
s
H
H
rt
H
g
s
rt
P
o
Ah
H
H
rt
>
P
o
p
H
S
o
a
2
3
-»!
Hi
g
z
o
o
rt
a
<! 40 LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
des murs du d6file, voyons par moments les pics brillants dans le ciel. Le chemin
de fer est a cent pieds au-dessus de la riviere, entaill6 dans le roc, franchissant de temps en
temps un abime sur un vaste viaduct ou disparaissant sous un tunnel dans un eperon de roc
en saillie, mais si bien fait et si solidement prot6ge partout, que nous n'avons aucune
sensation de danger. Pendant des heures, nous sommes assourdis par le grondement des
eaux, et nous attendons avec impatience de revenir a, la lumiere. La scene est fascinante dans
son horreur et nous sommes contents de la quitter, avec regret cependant.
A Yale finit le d6fil6 et la riviere s'elargit, mais nous avons encore des montagnes de
tous cotes, tantot se rapprochant et s'eloignant. Nous voyons des Chinois lavant de For sur
le sable, et des Indiens conduisant des troupeaux dans la prairie ; des villages indiens avec
leurs petites maisons grossierement baties et leur chapelle en miniature, alternent rapidement
avec Fagglomeration de hutes ou logent les Chinois. De longues perches pres de la riviere
supportant des saumons qui sechent, donnent au paysage une vive couleur, et ga et la nous
apercevons les curieux cimetieres indiens, proprement entoures et d6cor6s de bannieres,
de drapeaux et de toutes sortes de " totems " sculpt6s.
Un cone blanc et brillant s'6leve vers l'est. C'est le Mont Baker, a 20 lieues de nous et
1400 pieds au-dessus. Nous traversons de larges rivieres qui se jettent dans la Fraser,
toutes coulant lentement ici, comme pour se reposer apres leur passage precipite entre les
chaines de montagnes. A mesure que la vallee s'elargit, les fermes et les vergers
deviennent de plus en plus fr6quents, et nos coeurs battent de plaisir, a la vue du balai
et des autres ustensiles domestiques familiers a Foeil anglais, car, a mesure que nous
approchons de la cote, nous trouvons un climat semblable a celui du Sud de FAngleterre mais
plus ensoleilfe. Nous cotoyons la riviere Fraser de temps en temps et apercevons des
steamers et des canots indiens occupes a pecher le Saumon qui pullule dans cette riviere, et
qui, une fois pris, est gele et envoye par chemin de fer vers l'est ou mis en boites et expedie
dans toutes les parties du monde.
A Mission, un embranchement se dirige vers le sud, traverse la riviere, Fraser
immediatement et se reliant a la frontiere internationale avec les chemins de fer qui
s'etendent le long de Puget Sound, jusqu' a Seattle, Tacoma, Portland et San Francisco,
jusqu'au golfe de Californie, passe pres de tous ces pics de montagne isoles mais glorieux
qui bordent la cote du Pacifique, les pics du Baker, du Tacoma, du Hood et du Shasta.
Nous passons a travers une foret d'arbres gigantesques dont quelques uns ont douze
pieds et plus de diametre et pres de trois cents pieds de haut et nous nous trouvons a la
maree haute a Fextremite Est de la pointe du Burrard sur le Pacifique. Nous descendons
le long des bords de cette pointe entouree de montagnes pendant une demi heure et notre
train entre dans la gare de Vancouver, le terminus occidental du chemin de fer Canadien
Pacifique. LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT.
41
w
W
a
3
H
m
m
a
Q
o
<
cs
Q
<
p_j
H
H
-1
o 42 LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
NOUS nous installons bientot dans un agr6able appartement, dans un bel hotel aussi
confortable que ceux que nous avons vus dans FEst, et sa position elevee nous
procure une vue charmante et des plus interessantes sur la nouvelle cite et la
campagne environnante. Dans le lointain, vers le sud-est, le Mont Baker apparait tout
blanc. Au nord, s'elevant du milieu des flots, c'est le groupe magnifique des montagnes
de la Cascade, baigne d'une lumiere violette, et se refletant clairement dans les eaux
cristallines de la baie. Si nous dirigeons notre vue vers Fouest, au dela de la baie
Anglaise, et du detroit de Georgie, nous apercevons les montagnes bleu fonc6 de File
de Vancouver et vers le sud-ouest, plus loin que le large delta de la rivere Fraser, on
apergoit les Monts Olympiens, une longue rangee de pics opales se perdant dans le lointain.
A nos pieds se deroule une scene vivante. La cite est nouvelle en effet; de ses monuments,
cinq ou six seulement, existaient il y a six ans ; une foret s'elevait la alors. Les hommes
qui construisirent la ville ne pouvaient attendre les briques et le mortier et les premieres
maisons furent construites en bois ; le feu les detruisit toutes, et de soildes et jolies
constructions en briques et en granit les remplacerent.
En bas, au bord de Feau sont de grands quais ou chargent et dechargent les steamers de
la Chine et du Japon, de FAustralie, des lies Sandwichs, de Californie, du Puget Sound et
de FAlaska ; pres des entrepots, le long des quais, sont. des lignes de chemin de fer ou les
wagons sont charges de the, de Sucre, de soie, de fourrures de loutre, de poisson, de fruits
et d'autres marchandises desthfees aux cotes de l'Atlantique. Tout autour de la baie, se
trouvent de grandes scieries ou des steamers et des voiliers chargent des bois pour la
Chine, FAustralie, l'Amerique du Sud et meme pour l'Angleterre. Le grand steamer peint
en blanc qui attire l'ceil tout d'abord, au milieurs de tous les autres dans le port, est
"l'lmperatrice des Indes," un des trois magnifiques steamers a double h6lice que la Compagnie
du chemin de fer Canadien Pacifique a recemment places dans le service entre Vancouver et
le Japon et la Chine, et dont les eaux du Pacifique n'ont jamais porte les pareils ; ce sont de
grands bateaux en acier, semblables aux meilleurs transatlantiques, mais plus luxueux dans
leur amenagement. Pensez-donc !. Nous sommes a dix jours de Yokohama, du Japon
merveilleux ! Pres de ce steamer s'en trouve un autre de premiere classe, un de la nouvelle
ligne qui va a Honolulu, a Sidney et en Australie. A quelques kilometres d'ici est New
Westminster sur la riviere Fraser, une des vieilles villes de la Colombie Anglaise, dont
Fextension est devenue triis, rapide depuis Fintroduction des chemins de fer, et les colonnes de
fumee qui s'6levent dans cette direction nous avertissent de l'existence de ses importantes
scieries et usines a saumon. La aussi, des navires chargent pour toutes les parties du monde.
Plus loin en face de File Vancouver, montent d'autres colonnes de fumee, qui indiquent les
grandes mines de charbon qui approvisionnent presque tous les navires a vapeur du
Pacifique.
Au nord sur une 6tendue de 400 lieues dans le golfe de Georgie pres des fiords
merveilleux de \'Alaska, oil les montagnes se trouvent entourees par mille bras de mer, de
nombreux bateaux de touristes,charg6s de passagers; naviguent frequemment. Au sud-ouest,
le detroit de Fuca conduit en plein Pacifique, apres avoir passe le Puget Sound et la ville
de Victoria. Toutes ces eaux, entre Puget Pound et Alaska, a peine connues il y a quelques
annees sont maintenant couvertes de toutes sortes d'embarcations, de la plus grande a la plus
petite, toutes employees dans les differents commerces. LA NOUVELLE ROUTE POUR L'ORIENT.
43
II n'y a rien d etonnant, qu'avec ses magnifiques ressources en mataux precieux, en
charbon et en fer, ses pecheries in6puisables et ses vastes forets, son climat delicieux et ses
riches vallees, ses ports sans egaus et ses chemins de fer transcontinentaux recemment
complet6s, la Colombie Anglaise compte sur un avenir brillant; et rien d'etonnant que tout
le monde ici travaille de toutes ses forces !
Vous m'excuserez, patient lecteur, d'avoir tant insiste a vous montrer toutes sortes de
choses le long de la route, sans savoir si cela vous plaisait ou non. Mon grand desir de vous
montrer tout ce que vous auriez pu d6sirer voir est ma seule excuse. Je vous ai ennuye a,
mort sans doute, et j'ai remarque des signes d'impatience qui me laissent croire que vous
desirez votre liberie d'action et puisque vous jugez qu'un guide n'est plus n6cessaire, je vais,
avec votre permission, vous quitter ici; mais avant de nous separer, laissez-moi vous donner
un dernier conseil; ne manquez pas, pendant que vous en etes si pres, d'aller visiter Victoria,
la belle Capitale de la Colombie Anglaise. Un steamer vous y portera en quelques heures et
vous en serez recompense en trouvant une partie de la vieille Angleterre transplantee la,
comme climat, population etc., plus vigoureuse, peut-etre a cause de cette transplantation.
La ville est situee a l'extremite sud de File Vancouver, dominant le detroit de Fuca et
Fentree du Puget Sound. La richesse de la Province se concentre surtout ici, et les grands
entrepots, les quais actifs temoignent de l'importance commerciale de la cite, et les gracieuses
et souvent somptueuses residences temoignent d'un raffinement plus que colonial.
Pres de Victoria vous trouverez Esquimalt, la station navale de F Angleterre dans le Nord
Pacifique, et un cuirassg ou deux et par hasard quelques vieux amis du pays. Permettez-moi
de vous donner un conseil encore, emportez tous vos bagages avec vous jusqu'a Victoria,
car vous ne serez pas presse d'en revenir. 44
LE   CHEMIN   DE   FER   CANADIEN   PACIFIQUE.
Compagnie du Chemin de fer Canadien Pacifique
ROUTE   DE   LA   MALLE   ROYALE   AU
JAPON    ET   A    LA    CHINE
PAR   LES   STEAMERS   A   DOUBLE   HELICE
"EMPRESS OF INDIA"        "EMPRESS OF JAPAN" "EMPRESS OF CHINA"
(Imperatrice des Indes.) (Imperatrice du Japon.) (Imperatrice de Chine.)
"F*:
Ces 3 steamers sont constrults sur le meme module, et mesurent 485 pieds de long, 51 pieds de large, 36 pieds
de profondeur, et jaugent 6000 tonneaux, sont a double helice, possedent une machine a triple expansion de la
force de 10,000 chevaux vapeur, et ont une Vitesse do 19 nceuds. Ils font le service entre VANCOUVER et
VICTORIA, B.C., et YOKOHAMA, KOBE, NAGASAKI, SHANGHAI et HONG KONG.
Un de ces magnifiques vaisseaux* construits sous la surveillance de l'Amiraute Anglaise, munis de
plusieurs compartiments etanches qui assurent une surete parfaite, et qui sont equipes avec tous les derniers
perfectionnements apportes dans la maehinerie navale moderne, dans le but d'obtenir une grande Vitesse,
beaucoup de comfort et de luxe, quittera Vancouver, B.C. (sauf cas de force majeure), UNE FOIS TOUTES
LES TROIS OU QUATRE SEMAINES.
Ces bateaux sont superieurs a tous ceux qui ont fait jnsqu'ici le service de l'ocean Pacifique. Leur route
est de trois cents miles plus courte que celle de n'importe quelle autre ligne trans-pacifique.
Ligne Ganadienne et Hustralienne de bateaux a vapeur.
Steamers:    "MIOWERA,"    "MOANA"   et   "AORANG1," de la Malle Royale.
'MIOWERA,"    "MOANA"   et   "AORANdl,
_entre   VANCOUVER   et   VICTORIA,   B.C.,  et
de la Malle Royale.
HONOLULU   (lies
Sandwichs
Steamers:
Departs   mensuels
et BRISBANE et SYDNEY (Australie). toutes les i Semaines.
Des billets sont delivris de LONDRES ou de LIVERPOOL, de NEW YORK, BOSTON, MONTREAL,
TORONTO ou de toutes les villes principales du CANADA ou des ETATS-UNIS.
Utibftmi    At*     UahJa     Speciality de billets en eorrespondance  avec les P.  & O.  et les lignes
IVUlOUr     (IU    4U0nUe. rapides transatlantiques.
Pour tous renseignements quant aux prix de passages, de fret, brochures, guide "Autour du Monde,"
guides aux principales villes du Japon et de la Chine s adresser a:
H. J. COLVIN, District Passenger Agent....  197, Washington Street, Boston.
E. V. SKINNER, General Eastern Agent 353, Broadway, New York.
A. C. SHAW, General Agent, Passenger Department 228, South Clark Street, Chicago.
M. M. STERN, District Passenger Agent    Chronicle Building, San Francisco.
A. H. NOTMAN, Assistant General Passenger Agent ■■ King Street East, Toronto.
E. J. COYLE, Assistant General Passenger Agent    Vancouver.
W. R. CALLAWAY, General Passenger Agent,  "Soo Line" Minneapolis, Minn.
W. S. THORN, Assistant General Passenger Agent,  "Soo Line"  St. Paul, Minn.
G. W. HIBBARD, General Passenger Agent,  "South Shore Line" Marquette, Mich.
W. T. PAYNE, General Traffic Agent for Japan           Yokohama, Japan.
C. E. McPHERSON, General Passenger Agent, Lines West of Lake Superior Winnipeg.
C. E. E. USSHER, General Passenger Agent, Lines East of Lake Superior Montreal.
WILLIAM STITT, General Passenger Agent, Canadian-Australian S.S. Line Sydney, N.S.W., Australia.
D. E.   BROWN, ARCHER   BAKER, European Traffic Manager,
General Agent China and Japan, India, etc. 67 & 68, King William St., E.C., London.
Hong Kong, Shanghai and Yokohama. 30, Cockspur St., S.W., London.
9, James St., Liverpool.   67, St. Vincent St., Glasgow.
G. M. BOSWORTH, Freight Traffic Manager, Montreal.
ROBT.  KERR, Passenger Traffic Manager, Montreal. LA   NOUVELLE   ROUTE   POUR   L'ORIENT. 45
Hotels du Grmdien Prgifique.
O
Bien que le service parfait des " sleeping cars " et wagons restaurants du chemin der fer Canadien Pacifique,
pourvoie au comfort des voyageurs qui font tout le trajet de la ligne, il a ete juge" necessaire d'etablir, aux principaux
endroits interessants, dans les montagnes, des hotels d'oii les voyageurs pussent explorer et jouir du magnifique
paysage. La Compagnie a construit ces hotels sur des points bien choisis, et par leur comfort ces maisons ajoutent un
nouvel Element de superiorite a ceux de\ja nombreux qui lui ont valu sa renommee. Un h6tel-gare a ete construit a
Montreal qui a 6te ouvert en Juin 1898.
LE   CHATEAU   FRONTENAC
a Quebec, la cite la plus curieuse et historiquement la plus interessante en Amerique, est un des plus beaux hdtels
du^Continent Am6ricain. B est a l'epreuve du feu et occupe un site dominant le fleuve St. Laurent, l'emplacement, peut
etre, le plus grandiose du monde. Le Chateau Frontenac fut construit en 1893 au cotH d'env. 1 million de dollars et est
maintenant agrandi pour repondre aux demandes des voyageurs. L'ameublement, les installations et decorations de cet
edifice imposant font preuve de bon gout, de comfort et d'elegance.
Les prix sont de trois dollars et cinquante cents a cinq dollars par jour et des arrangements speciaux sont pris
pour des parties et ceux qui font un sejour prolonge. L'adresse est Directeur du Chateau Frontenac, Quebec, Canada,
voir la gravure du Chateau Frontenac, page 8.
PLACE   VIGER
a Montreal est une jolie construction hotel-gare, cet etablissement situe en face de la place Viger est tres bien menble et
instalie dans le style general et l'eiegance du Chateau&Frontenac a Quebec.
Les prix sont de 3 dollars par jour et en sus, avec arrangements speciaua pour des parties et pour ceive qui font un
sejour prolonge.
LA   KAMINISTIQUIA
a Fort William, le terminus occidental de la route des lacs et de la Division de l'Ouest du C.P.It. est un h6tel excellent
et bien amenage sous tous les rapports qui offre des " attractions " uniques a ceux qui cherchent le repos et la recreation
dans cette region du Lac Superieur.
Les .prix varient de %\ dollars a 3£ dollars par jour, avec reduction pour de grandes parties et paur visite prolongee.
L'adresse est
" Directeur, Hotel Kaministiquia, Fort William, Ont."
MOOSE   JAW   HOTEL,
un nouvel h6tel construit k Moose Jaw, dans le Nord Ouest du Canada, a la jonction de la ligne du Soo-Pacific avec
ia ligne principale du Chemin de Fer Canadien Pacifique. L'installation de l'hotel est moderne et son ameublement
elegant.
Tarif 2.50 dollars per jour avec une reduction pour les voyageurs qui restent une semaine ou plus.
BANFF   SPRINGS   HOTEL
est situe sur un promontoire dans les montagnes, a 4511 pieds au-dessus de la mer, au confluent des rivieres Bow et
Spray ; c'est une construction majestueuse, munie de tout ce que peut donner le comfort moderne, et qui a coute
250,000 dollars. Bien que ce ne soit pas un etablissement de sante, tout y est prevu pour le bien-etre des invalides.
Les sources sulfureuses chaudes qui abondent dans le voislnage, varient comme temperature de 80 a 121 degres
Fahrenheit, et l'hotel fournit le bains. Les sources ressemblent a celles d'Arkansas, et leurs pouvoirs curatifs sont plus
grands, sans doute a cause de l'air sec des Montagnes.
Un grand nombre de collines rayonne autour de Banff, et d'imposantes montagnes elevent leur tete a plusieurs
kilometres au-dessus de l'hotel.
Le gibier est abondant et le lac de la Tete du Diable, aux environs, ayant un ou dzux kilometres de large et vingt
de long, permet un sport excellent pour la peche a la truite.
Le tarif de l'hotel est de trois dollars et demi a 5 dollars par jour, selon les chambles ;  prix speciaux au mois ou a
la semaine.    Sradresser pour renseignements au
" Gerant, Banff Springs Hotel, Banff, Alberta, N. W. T., Canada." 46 LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
LAKE   LOUISE   CHALET.
Cette demeure^paisible dans les montagnes est situee au bord du Lac Louise, a environ deux kilometres de la
station de Laggan, d'ou\ y conduit une bonne route carrossable, est un point excellent pour les touristes qui desirent
voir les lacs et le paysage a loisir.
De bons litp et une bonne table sont a la disposition des voyageurs ; ce n'est pas exactement un hdtel comme les
autres, mais un endroit de repos et un restaurant pour les touristes qui visitent les Lacs dans les hauteurs.
MOUNT   STEPHEN   HOUSE
Chalet-H6tel a 18 lieues de Banff dans le defile du " Cheval qui rue," a la base de Mont Stephen le principal pic  des
Monts Rocheux,  d'une hauteur de 8,000 pieds.    Endroit  favori des  touristes, grimpeurs de Montagnes et artistes.
Dans la vallee on apergoit les Monts Ottertail a gauche et la chaine du Van Home h droite.   Tarif 3 dollars par jour.
S'adresser au
" Gerant, Mount Stephen House, Field, B.C., Canada."
GLACIER   HOUSE.
Situe au centre des Selkirks, a un quart d'heure de marche du Grand Glacier, qui a une superficie d'environ quinze
lieues carrees,
L'h6tel qui a ete agrandi recemment pour recevoir les touristes dont le nombre augmente toujours, est situe dans
un bel amphitheatre entoure de hautes montagnes, dont la plus haute est le " Sir Donald," 8,000 pieds. Les nombreuses
for&ts aux environs sont egayees par le murmure de nombreux ruisseaux, qui attirent le pdcheur de truites ; le chasseur
de gros gibier y trouve un choix d'animaux a cornes, de chevres et d'ours gris des montagnes. La principale attraction
cependant est le Grand Glacier. On peut en surete franchir sa surface ridee ou penetrer dans ses cavernes. Son 6paisseur
en avant est d'environ 500 pieds, il couvre en superficie celle de tous les glaciers de Suisse reunis.
Le   touriste ne doit pas manquer de  s'y arreter un jour au moins.   B ne doit certainement pas le quitter
avant une semaine.    Tarif—3 dollars par jour.    S'adresser au
" Gerant, Glacier House, Colombie Anglaise."
HOTEL REVELSTOKE
a Revelstoke, B.C.,—dans le bassin de la Columbia entre Selkirk et les   ranges   auriferes—la   porte   d'entree   de   la
region miniere de West Kootenay.   Bien que construit durant Vete de 1897 cet hotel a deja dd etre agrandi et est
perche  sur  une  hauteur  dominant la  gare  et entoure de tous cotes par des montagnes majestueuses. Vis-a-vis de
l'Hotel, a  15 miles de  distance est le  glacier   Begbie   un des   plus   grandioses   des   sommites   de   British   Columbia.
L'Hotel est pourvu de toutes les ameliorations   modernes, bains chauds et  froids,   chauffage  a  la  vapeur,   eclairage
electrique etc.   C'est un arret favorable pour les touristes et voyageurs de et au Kootenay.   Prix 3 dollars par jour
La correspondence doit ttre adressee au
" Directeur, Hotel Revelstoke, Revelstoke, B.C."
HOTEL    SICAMOUS,
a Sicamous, C.B., une belle construction neuve, construite sur les bords des lacs Shuswap, a l'endroit ou 1'embranchement
Okanagan du Chemin de Fer Canadien Pacifique tourne vers le sud dans la vallee Okanagan et le district minier
adjacent.   L'hOtel est splendidemcnt meuble et posseue toutes les installations et tout le confort modernes.
Tarif, trois dollars par jour et plus, avec reduction pour les voyageurs qui restent une semaine ou davantage.
FRASER   CANON    HOUSE
a North Bend, a 60 lieues Est de Vancouver, est situ6e sur la riviere Fraser.    On y trouve le mime comfort ef la mime
prevenance qui prevaut dans tous les services de la Compagnie.     Le paysage le long de la riviere est bien denomme de
■ feroce " et l'hotel est un bon point pour.l'exploration.
Tarif—3 dollars par jour.   S'adresser au
Gerant. Fraser Canon House, Colombie Anglaise."
HOTEL VANCOUVER,
a Vancouver, B.C., le terminus du chemin de fer sur la cote Pacifique.   Cet hotel magnifique est construit en proportion
de l'importance commerciale de la ville et du nombre de touristes qui, dGsirent s'arreter ici quelques jours.     Pres du
centre de la cite, on jouit d'une belle vue dans toutes les directions ; le service est parfait dans tous ses details etsurpasse
tous les hotels de 1'Est du Canada ou des Etats-Unis.     Tarif—3 ou 4 dollars et demi par jour prix speciaux pour plus
long sejour.   S'adresser au
" Gerant, Hotel Vancouver, Vancouver, B.C."
Pour tout demande de logis, prix, etc., des   Hotels  du Canadien  Pacifique,  s'adresser aux gerants des differents
Hotels qui repondront promptenent, ou directement a
J.    A.   SHEFFIELD,
Supt. et Manager, Company's Hotels Montreal. LE CHEMIN DE FER CANADIEN PACIFIQUE.
47
4?- Chemin de fer Canadien Pacifique
LA   ROUTE   DU   MONDE,   DE   L'ATLANTIQUE   AU   PACIFIQUE.
La plus solidement construite.,   et la mieux agencee de toutes les routes transcontinentales.
LE    SERVICE    DES    WAQONS-RESTAURANTS,    SALONS   ET   L1TS,    recoit   une   attention    speciale,
service tres important dont les voitures voyagent plus de MILLE LIEUES SANS CHANGER.
CES voitures sont de grandeur et de solidite peu usuelles, avec des chambres a coucher et de vastes cabinets de toilette
en proportion. Les wagon-lits transcontinentaux sont pourvus de salles de bain et sont tous munis de doubles portes
et fenetres, contre la poussiere en ete et le froid en hiver.
Les sieges sont bien remboures, de tous cotes, et la section centrale est transformee en sofas luxueux dans le jour.
Les lits superieurs sont pourvus de fenetres et de ventilateurs et sont separes des autres par des rideaux. L'exterieur
est en acajou rouge poli, et 1'interieur en acajou blanc et en erable bien sculpt6s, tous les accessoires en cuivre sont de styles
anciens.
Rien n'a ete epargne pour fournir a la table des viandes de premier choix et les legumes et les fruits de la saison ;
le menu et la carte des vins ne craint la comparaison avec aucun des hotels les plus comfortables.
DES WAGONS D'OBSERVATION, specialement construits et qui permettent de contempler la vue du paysage
merveilleux sans obstacle, sont attaches a tous les trains transcontinentaux, pendant le jour.
LES VOITURES DE PREMIERE CLASSE DU JOUR, sont
luxueuses et comfortables en proportion, et pour ceux qui desirent
voyager meilleur marche, des wagon-
lits pour colons sont attaches au train
sans augmentation de prix. Ces wagons
sont munis de doubles couches, de la
meme fagon que les au-tres, mais ne
sont pas remboures ; le passager peut
rembourer le sien lui-meme ou acheter
le necessaire chez les agents de la
Compagnie aux stations terminus, a un
prix fixe. Le tout elegant et comfortable.
Tarif   des   Wagons=lits   et
Salons  de   Iere  Class?.
Pour un lit au premier Tarif
ou au second 6txge dans les       du Touriste
"Sleeping Cars" entre. Car.
Halifax et Montreal  4.00    	
St. John, N.B.,et Montreal 2.50     	
Quebec et Montreal  1.50     	
Montreal et Toronto  2.00     	
Montreal et Chicago  5.00    	
Montreal et Winnipeg    8.00 4.00
Montreal et Calgary  13.00 6.50
Montreal et Revelstoke  15.50 7.00
Montreal et Vancouver  18.00 8.00
Ottawa et Toronto  2.00 ..,..
Ottawa et Vancouver  17.50 8.00
Fort William et Vancouver 15.00    	
Toronto et Chicago  3.00    	
Toronto et Winnipeg  8.00 4.00
Toronto et Calgary  12.00 6.00
Toronto et Revelstoke  14.50 6.50
Toronto et Vancouver  17.00 7.50
Boston et Montreal  2.00    	
Boston a Vancouver  19.00    	
New York et Montreal  2.00    	
Boston et S. Palu  7.00     	
Boston et Chicago  5.50    	
Montreal et St. Paul •   6.00     	
St. Paul et Winnipeg  3.00     	
St. Paul et Vancouver  12.00     	
Winnipeg et Vancouver.... 12.00 6.00
Entre d'antres Station en proportion.
Prix pour une section entiere
double du prix d'un berth. Salons de
luxe 3 ou 4 fois le prix des berths.
Les Wagon-lits de premiere et
les Salons Car ne sont loues qu'aux
porteures de billets de premieres et les
tourists cars aux porteursde billetes de
premieres et de deuxiemes.
/fa J
SALON   D'UN   WAGON-LIT   DE   PEEMIERE   DE  I 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/cdm.chungtext.1-0226246/manifest

Comment

Related Items