UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le langage de Rimbaud Metford, Lionel Jacques Seymour 1947

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1947_A8 M47 L2.pdf [ 4.79MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0302320.json
JSON-LD: 831-1.0302320-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0302320-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0302320-rdf.json
Turtle: 831-1.0302320-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0302320-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0302320-source.json
Full Text
831-1.0302320-fulltext.txt
Citation
831-1.0302320.ris

Full Text

U £=3 ft 7 LE LANGAGE DE RIMBAUD Li o n e l Jacques Seymour Metford A Thesis submitted f o r the Degree of MASTER OF ARTS i n the Department of FRMCH The Un i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia A p r i l , 1947 PRECIS LE LANGAGE DE RIMBAUD Li o n e l Jacques Seymour Metford LE LANGAGE DE RIMBAUD  PRECIS • Pendant l e s t r e n t e dernieres annees on a p u b l i e un assez grand nombre d'etudes de Rimbaud. I I y en a t r e s peu qui t r a i t e n t du langage assez s p e c i a l du poete. Toutefois i l e s t hien plus f a c i l e de oomprendre un poeme quand on s a i t non seulement ce que l e poete a d i t dans l a langue courante mais a u s s i ce q u ' i l a voulu d i r e dans sa langue p e r s o n n e l l e . Tout mot posse&e pour chacun de nous un sens un peu d i f f e r e n t . L'Homme s u b i t l ' i n f l u e n e e de l ' h e r e d i t e , du mi-l i e u et de 1'education. Chacune de ces i n f l u e n c e s prete a un mot donne une e x h a l a i s o n toute s p e c i a l e . Done, a f i n d ' a r r i v e r a une comprehension plus complete de l 1 o e u v r e de ce poete symbo-l i s t e , je me s u i s mis a e t u d i e r son langage d'une facon presque s c i e n t i f i q u e . Disons, par exemple, que je prends l e mot bonheur qui j o u i t d'une importance assez considerable dans l a h i e r a r c h i e . l i n g u i s t i q u e qu'a creee Rimbaud. J'aime a c r o i r e que 1'etude du terme va e c l a i r c i r un peu l a n o t i o n du bonheur qu'a formee l e poete. Je puise done dans ses poemes une douzaine de textes ou se trouve ce terme. Evidemment, pour f a i r e un ehoix sans m fega-r e r de l a voie c h o i s i e , i l f a u t me mefier des vers ou Rimbaud a voulu exprimer^ seulement.le sens q u o t i d i e n du bonheur, ce qui l u i a r r i v e p l u s i e u r s f o i s . L ' i n c l u s i o n de ces vers f a u s s e r a i t 1'experience .que je tente de pourauivre. 2. Une f o i s l e s textes c h o i s i s , ' je l e s a i etudies f o f t soigneusement pour pouvoir ensuite t r a d u i r e en prose o r d i -n a i r e l a pensee e s s e n t i e l l e de ehaque r a p p e l . Dans l e s traduc-t i o n s a i n s i e f f e c t u e e s , j ' a i trouve un l i e u commun, une pensee c e n t r a l e , qui f a i t p a r t i e de cet ensemble d'idees qu 1 est l e bonheur et qui l i e l e s l e x t e s l e s uns aux autres. De cette pensee c e n t r a l e v i e n t l e resume des i n d i c e s importants du maltre-mot bonheur, resume que je v a i s appeler des maintenant une m a l t r e s s e - d e f i n i t i o n . C'est seulement a p a r t i r du moment ou j ' a i range toutes mes d e f i n i t i o n s que je peux commencer l a p a r t i e l a plus importante de -1' etude du langage r i m b a l d i e n . Je v a i s chercher a e t a h l i r l e s l i e n s qui u n i s s e n t l e s quelques d e f i n i t i o n s . Par s u i t e , l e schema qu'a s u i v i Rimbaud dans son oeuvre, l e systeme q u ' i l a voulu demontrer, va p a r a l t r e pour a i d e r a l a comprehen-s i o n des poemes. Pour e x p l i q u e r ce systeme, je reprends l e terme bonheur. l a m a l t r e s s e - d e f i n i t i o n indique que ce terme d o i t s i g n a l e r et un eta t et une f o r c e : c'est un e t a t mental q u ' i l chef>che mais c e l a represente egalement un& source d'ou provi e n t l a f o r c e qui l e pousse a l a recherche du bonheur meme. Or i l est evident que pour comprendre l a nature du bonheur dont p a r l e Rimbaud, i l nous faut e t u d i e r en m§me temps l a f o r c e . C'est e l l e qui permet a l'homme de se developper de deux faqons — ou d'acquerir l e bonheur physique qui l e transformera en c r i m i n e l , ou d ' e l a r g i r l e s l i m i t e s de l a pensee et de l a eonnaissance pour trouver l e feonheur s p i r i t u e l . Quelque voie q u ' i l c h o i s i s s e , l e poete sera separe du reste du monde. Mais ou cela nous mene-t-il? Ce Rimbaud qui eherche, p a r a l t - i l , un bonheur inoul, qui revendi&ue l' a i d e de l a force et de I 1amour, comment d e e r i t - i l l e but q u ' i l vise au • cour de ces experiences? Le nom q u ' i l donne a ce but, c'est l e Genie, terme qui est l i e de tout pres a c e l u i d'innocent aussi bien qu'a cel u i de voyant. En v o i c i l a preuve, dans l e s paroles memes du poete: "II est l ' a f f e c t i o n et l'avenir, l a force et 1'amour que nous, debout dans les rages et les ennuis, nous voyons passer dans l e c i e l de tempete et l e s drapeaux d'extase." (Genie:- Oeuvres de Arthur Rimbaud, Pa r i s , Mercure de France, 1^34, p. iZTT V o i l a nos quatre termes, l e bonheur, l a force, 1 1 amour et l e genie. l i s forment une partie e s s e n t i e l l e du message de Rimbaud. Mais l e message est hermetique; i l nous faut l a c l e f qui en l i v r e r a le secret. C'est meme comme s i on essaie de penetrer dans un ja r d i n dont l a porte a plusieurs serfures. lous avons l e s c l e f s ; i l s'agit de trouver c e l l e qui eonvient a chaq.ue serrure. De m§me Rimbaud nous, o f f re ses maltres-mots (ses motsr-clefs); c'est a nous de nous en s e r v i r . J T a r r i v e done a ranger ces quatre mots-clefs dans un schema qui ajoute a leur importance et qui met en re-l i e f l e s theories de Rimbaud. II est bien evident, a p a r t i r de ce moment, que Rimbaud n'emploie pas ibes termes dans leur sens quotidien,et que traduire ou bonheur, ou force ou genie par un equivalent ordinaire, c'est perdre l e chemin et manquer de comprendre l e poVte-voyant. Ensuite i l faut chercher d'autres maltres-mots pour l e s inserer dans l e schema, l a faim, par exemple, se pre-sente comme un a t t r i b u t de l a force. C'est une faim cerebrale qui exige une nourriture nullement physique et qui ne permet point au poete de mettre f i n a ses recherches. E l l e est d'au-tant plus importante qu'elle represente dans son sens jo u r n a l i e r une des forces majeures de l a vie physique. Et toujours asso-ciee a l a notion de l a faim, i l . y a.la s o i f . Chez Rimbaud l a s o i f est l e symbole d'un desir primordial de sauver son ame, de penetrer dans un pays plus proche de son i d e a l . Je viens d'exposer l a methode que j ' a i suivie a l'egard des termes a l l i e s . Mais i l ne faut pas oublier l e s termes opposes. Prenons, par exemple, l e mot Occident. Cela represente aux yeux de Rimbaud tout ce qui est haissable, de-goutant, banal. Le contraire de ce terme Occident ne sera pas a negliger. Je eherche done des vers ou des phrases oh l e poete parle de 1'orient, et je trouve encore un maltre-mot. L'Orient est pour Rimbaud l a patrie de l a sagesse et de l a force pure. Y o i l a l a facon dont j ' a i essaye d'exposer l e s theories du Voyant et de. f a c i l i t e r l a comprehension totale de 1'oeuvre de Rimbaud. Mais, comme je l ' a i deja indlque, i l ne faut pas croire que l e s maitresses-definitions s'appliquent partout dans ses e c r i t s . Dans l e s Premiers vers on peut trouver bien des f o i s que plusieurs termes, destines a se transformer plus tard en maltres-mots, ne sont pas encore doues d'un sens special rimbaldien. Essayer d'appliquer a ces mots-la l a f o r -mule duschema s e r a i t i n u t i l e . II y a une^date importante avant 5. l a q u e l l e i l ne fa u t pas en general " t r a d u i r e " ces mots s e l o n l a methode u t i l i s e e plus t a r d . Cette date e s t , assez n a t u r e l -lement, l e T5 mai 1871, j o u r ou a paru l a " l e t t r e du voyant". Avant de terminer ce court expose de mon t r a v a i l , i l me r.este encore une question a resoudre: pourquoi analyser de cette faqon 1'oeuvre de Rimbaud? Pourquoi e x p l i q u e r , d e c r i r e , t r a d u i r e ? C'est que l e t r a v a i l de Rimbaud a v a i t pour but et de trouver ce que l e poete a p p e l a i t l e bonheur et de nous montrer comment l e trouver nous-m§mes. Les poemes de Rimbaud nous rendent i n q u i e t s , i l s nous bouleversent, i l s sont obscurs. Mais i l s nous apprennent a nous a f f r a n c h i r de c e t t e t r a n q u i l l i -te de l'ame qui n u i t tant a l ' e n e r g i e , pour chercher ensuite quelquechose de mieux, s o i t l e bonheur, s o i t l a l i b e r t e . Rimbaud e t a i t un r e v o l t e . Certes, i l s'est moque de l!homme,de l a s o c i e t e , de l a r e l i g i o n , de l a v i e . Mais, quand m§me, i l nous a o f f e r t l e moyen de nous sauver de cet enfer qui e t a i t pour l u i l a bourgeoisie et l a p e t i t e s s e de l'ame. Tout homme.qui cherche a se r e a l i s e r e s t , peut-etre a son i n s u , un d i s c i p l e de Rimbaud. CHAPITRE I INTRODUCTION Par une nuit d'ejfce, on v o i t p a r fois dans l e o i e l une e t o i l e f i l a n t e . "On instant e l l e b r i l l e plus f o r t que ses compagnes sereines, puis e l l e n fy est plus. Tout ce qui nous en reste, c'est un beau souvenir. II en est a i n s i dans l e monde l i t t e r a i r e . U n poete f a i t son apparition, i l e c r i t , i l a sa conception propre de l a v i e et de l ' a r t ; et puis l u i aussi d i s p a r a l t . Le souvenir de 1'etoile est 1*equivalent de 1'oeuvre du poete. On n* a pas toujours l e temps de tracer avec p r e c i s i o n l e cours de 1'etoile, mais grace a l a duree des pages imprimees on peut apprecier 1'enseignement du poete disparu. Jean-Nicolas Arthur Rimbaud est un pofete qui ressemble a une de ces e ^ t o i l e s f i l a n t e s . Pour ses quelques amis f i -deles, i l n'avait pas son egal. On l ' a fete, on a loue pour l u i des appartements; Verlaine a quitte sa femme pour l e suivre. Mais son extreme jeunesse et son dedain de l a v i e et de l a soeiete conventionnelles, mettant obstacle k l a recon-naissance de son genie, l'ont maintenu dans une obscurite peu meritee et qu'on a a peine penetree aprbs sa mort. Pendant l e s trente dernieres annees on a publie un assez grand nomhee d 1etudes de Rimbaud. II y en a de tres savantes, et e l l e s ont toutes servi a e c l a i r e r son oeuvre et sa v i e . Quand meme i l y a tres peu d' etudes qui se preoccupent du langage de Rimbaud. Q u ' i l a i t ete un grand poete et un preeurseur du symbolisme, on ne peut pas en douter. Mais i l est toujours plus f a c i l e de eomprendre un poeme quand on s a i t non seule-ment ce que l e poete a d i t dans l a langue courante maJLs aussi ce q u ' i l v o u l a i t d i r e dans sa langue personnelle. Tout mot possede pour chaeun de nous un sens un peu d i f f e r e n t . L'homme subit 1'influence de l'heredite, du milieu, et de 1'education. Chaeune de ces influences prete a un mot donne une exhalaison toute speciale. Chez un poete, cette exhalaison est rendue plus forte du f a i t de l a nature de ses idees. I I en resulte que, pour a r r i v e r au point oh l'on peut eomprendre 1'oeuvre d'un poete symboliste, i l faut que l e l e c -teur se mette a. en etudier l e langage d'une facon presque s c i e n t i f i q u e . M.Michel Garrouges a resume en ces mots l e probleme du poete: "La poesie est l a plus prodigieuse des merveilles humaines..... Impossible de trouver dans l e l a n -gage ordinaire une expression adequate. I I faut que ce langage se brise, trop f a i b l e q u ' i l est pour enserrer l a charge explosive." (1) II faut admettre que l e poete d o i t b r i s e r l e s cadres de son, langage pour q u ' i l puisse exprimer avec veraeite ses pensees. Mais i l faut admettre en c o r o l l a i r e evidente que l e lecteur, afitin de tout eomprendre, d o i t avoir recours a l a methode inverse et analyser ce langage pour trouver l e s secrets caches (1) Carrouges, M.: Eluard et Claudel, pp. 13-14. derriere l ' e x t e r i e u r apparemment confus. M. Carrcrages appelle ce t r a v a i l 1' i n t e r p r e t a t i o n organique des oeuvres (1). I I nous offre un systeme compose de Complexes et de Dominantes; c'est, d i t - i l , " l e reseau plus pu moins occulte sur lequel s ' e ^ d i f i e tout l e reste de 1'ouvrage" (2). M. Carrouges f a i t r e s s o r t i r 1'importance des mots-clefs qui "correspondent a ce qui s 1exprime en peinture par des cou-leurs preferees" (3). II nous o f f r e a t i t r e d'exemple l e s " i n f i n i s gouffres" de Hugo, et i l ajoute: "C'est ordinairement contre ces mots qu'on bute s i l'on n'adhere pas a l'auteur, ou au contraire c'est de leur r e p e t i t i o n qu.' on s'enthousiasme s i l'on est eonquis. l i s renferment sous p l i s c e l l e l e quintes-sence de l'oeuvre et seuls l e s i n i t i e s savent l e s ouvrir." "... ©n ne trouvera jamais dans l e dictionnaire n i dans aucun autre endroit exterieur l e sens s u b j e c t i f et personnel des mots 'pur', 'gratuit' et 'nuee' chers a, Valery, Gide et Maurras: ce sens n 1 a v a i t justement pas d'existence socialement determinable, i l n ' e x i s t a i t m§me pas du tout..." (4) Pour degager ce sens s u b j e c t i f et personnel du mot, i l n'existe qu'un seul moyen vraiment s c i e n t i f i q u e . Quand un c h i -miste eherche a trouver l a nature d'une substance, i l faut qu»il en fasse l'analyse. Une partie de cette analyse consiste assez souvent a a l l i e r l a substance inconnue avec plusieurs autres, successivement, dont on connaxt l e s proprietes. De l a comparai-son de ces conclusions, l e chimiste en ar r i v e enfin a constater ce q.ue c'est que l a substance inconnue. Dans notre epoq,ue (1) Carrouges, ouvr. c i t e , p.£2. (2) ouvr. c i t e , p. 23. (3) ouvr. c i t e . p. 25. (4) ouvr. c i t e . p. 26-27. s e i e n t i f i q u e , i l est "bien nafcurel que des methodes d' analyse s e i e n t i f i q u e s penetrent meme dans l a c r i t i q u e de l a poesie. II semble done qu' etant donne un c e r t a i n terme d'une s i g n i f i c a t i o n toute speciale dans l e s oeuvres du poete, et qui p^eut etre q u a l i t i e de maltre-mot, l e moyen l e plus sur d' en trouver l a valeur est de puiser dans 1" oeuvre une demi-dou-aaine de textes o& se trouve ce terme. Le choix de ces textes est assez important car i l a r r i v e souvent que l e poete se sert du terme dans son sens quotidien: 1*inclusion de ces derniers textes dans l a l i s t e , qu'on prepare pour l 1 a n a l y s e f a u s s e r a i t 1'experience. Ayant t r i e l e s textes, i l faut qu'on se mette entitle-ment a l a place du poete et qu'on l i s e et r e l i s e l e s vers choi s i s , avant de prendre une decision. I c i , i l faut "bien nous rappeler ce que d i t M.Paulhan dans Les Fleurs de JEarbes; "Ce n'est pas l'auteur, mais l e l e c t e u r de lleux-communs qui se trouve en r e a l i t e tout occupe de mots et de phrases. Car l'auteur... §prouve ( l e sens q u ' i l veut t i r e r d'une phrase)... mais l e lecteur tatonne, hesite entre deux sens egalement possibles. • Gourmont et Albalat ne nous montrent pas ce qui s'est passe pour Bourget et Carco, mais ce qui se passe pour Gour-mont et Albalat quand i l s l i s e n t Bourget ou Carco." (1) Le c r i t i q u e a besoin de penetrer dans l a pensee eentrale de chaque texte pour exprimer ensuite dans son propre langage os que s i g n i f i e l e mot q u ' i l etudie. Une f o i s 1'analyse f a i t e de chaque vers s i g n i f i e a t i f ou se trouve l e terme c h o i s i , i l faut comparer de nouveau les textes. On peut a i n s i resumer dans une maltr e s s e - d e f i n i t i o n (l)Paulhan, J.: jLes, Fleurs de Tar be s. I.R.F:47: Jai.Jetf36 pp.187-188 l a connotation du maitre-iaot. Pourtant, c e l l e - c i n'est pas d e f i n i t i v e . Par 1'etude d'autres maltres-mots, l e c r i t i q u e verra bientot q u ' i l faudra eearter certains elements de cette premiere d e f i n i t i o n , ou q u ' i l faudra peut-etre en amplifier une certaine p a r t i e . Car, en etudiant de cette facon l e s textes, on appreciera de plus en plus l a valeur du langage p a r t i c u l i e r du poete, et l'on comprendra de mieux en mieux ce q u ' i l tente de dire., La maltresse-definition forme a i n s i un point d'appui qui aide a etudier l e s autres maltres-mots qu'on a c h o i s i s . Apres avoir termine cette p a r t i e de 1'etude du langage, on d o i t ehercher dans l a l i s t e des maitres-mots pour en trouver l e plus important. Ce ne sera peut-etre pas l e terme au plus grand nombre de rappels. Ce maltre-mot important sera pour l e c r i t i q u e un nouveau point d'appui dans l a seconde pa r t i e de son etude. On peut prendre, par exemple, l e terme bonheur, qui est, dans l e s oeuvres de Rimbaud, d'une certaine importance. Nous verrons plus tard que ce terme indique egalement'un etat et une force. Le poete eherche l e bonheur. Dans l e s vers qui contiennent.ee terme, nous l e trouvons a l l i e & 1'amour, au genie et a l a force. 1 Ces t r o i s termes, amour, genie, force, nous menent a d'autres maltres-mots. Apres une etude comprehensive de tous ces mots nous commencons & v o i r dans l e u r masse une sorte de systeme. 1'un precede 1'autre dans 1'enchalnement des idees. La faim est a l l i e e -a- l a s o i f : 1*Occident s'oppose & l ' i d e e de 1'orient. I I en resulte que nous pouvons dresser 6. & 1'aide de ces mots une sorte de tableau des theories du poete. CHAPITRE II LE COMBAT IUTERIEUR DE RIMBAUD Dans l 1etude des oeuvres rimbaldiennes, i l convient tout d'abord d ' e t a b l i r 1'importance de l a l e t t r e du 15 mai, 1871, dans l a q u e l l e Rimbaud a resume ses theories poetiques (1). Cette l e t t r e est l e manifeste d'un poete revolte; M. Jacques Riviere indique l a portee de cette revolte quand i l d i t que "c'est une revolte non pas d'ordre s o c i a l , mais d'ordre meta-physique" (2). Rimbaud s'est oppose k l a famine, a l a patrJe , a l a vie elle-meme. II a voulu tout renverser, se l i b e r e r de toute eontrainte a f i n d'arriver au but q u ' i l v i s a i t depuls des annees. Rimbaud tenait a se f a i r e voyant. "Se f a i r e voyant", ce n'est qu'une phrase tres simple, mais pour l e poete de "flarolopolis" cela s i g n i f i a i t un nouveau monde. C'est l a na-ture precise de ce monde esoterique que nous allons essayer de d e f i n i r . Ou Rimbaud a - t - i l puise l e mot et l'idee du voyant? II s e r a i t necessaire de ehercher dans l'ame secrete du poete pour trouver l a vraie reponse a cette question. Toutefois, i l (1) M.Rolland de Reneville regarde cette l e t t r e comme une c l e f qui nous expliquera l e systeme du voyant: "Cette lettre constitue veritablement l a c l e f qui fpermet de penetrer san oeuvre elide suivre l e processus de sa pensee. II n'est pas, grace k e l l e , de probTeme qui reste sans reponse. Les oeu-vres que Rimbaujd produira desormais seront toutes elaborees d'apres un^m'etaphysique determine." (Rimbaud l e Voyant, Paris, Au Sans P a r e i l , 1929, pp. 33-3475 (2) Rimbaud, Paris, Era, 1930, p. 31. 8. est toujours permis d' indiquer l e l i e u oti i l a u r a i t pu ir ouver ces theories du "dereglement" et de "l'ame monstrueuse", de "l'inconnu" et "des h o r r i b l e s t r a v a i l l e u r s " . D'apres M.Arthur. Rhodes, qui a f o u i l l e l e s archives de l a bibliotheque de Charle-v i l l e pour trouver ce que l e poete avait sous l a main aiKannees cr i t i q u e s , c'est a l'a i d e des l i v r e s de magie et de mysticisme .que Rimbaud a fonde sa metaphysique personnelle: " I f , on the other hand, Helvetins and Condillac were - i n f l u e n t i a l i n bringing about the conversion of the 'p e t i t cagot' as he was c a l l e d by h i s class-mates — so great was his Chri s t i a n zeal — into the f i e r c e antago-n i s t who wrote upon the walls of his town: Mort k Dieu, the theosophical and other books of magic l i s t e d may have been no l e s s responsible i n inducing i n him that wierd and mystic s p e l l under which he wrote h i s l e t t e r of May 15, 1871, the Let t r e du Voyant, which ends with the pithy disclosure of brooding self-exorcism "Je t r a v a i l l e a me rendre voyant". Out of that t r a v a i l came Illumina- tions" (1). " Nous savons que Rimbaud a passe des journees entieres dans cette v i e i l l e bibliotheque, ou i l a agace et scandalise l e pauvre fonctionnaire en demandant des l i v r e s au sujet de l ' a l -chimie et de l a cabale. II a sans doute trouve dans ses l e c -tures des t r a i t e s sur l e mysticisme o r i e n t a l (2),'~et sur l e s (1) Rhodes, Arthur Rimbaud's Readings: Mod. Lang. . Notes 53, My »38, v.ZW. "~ (2) Citons MM. de,Reneville et Porehe a ce sujet: "C'est que l a l e t t r e du Voyant est tout entiere sous l e signe de l a grande 'tradition orientale, qui parvient, a travers l e s mysteres orphiques, jusqu"a l a @reee ancienne. Cette philosophic constitue l a trame sur laquelle' Rimbaud a tendu ses phrases." (de Reneville, op.cit., p.51) "Rimbaud, par ce q u ' i l nomme l e derbglement, cherche une l i b e r a t i o n ; i l espere que, de l a chair brisee, extenuee, pantelante, l'ame, par quelque blessure, se detachera en-f i n ; i l veut dans l a v i e de vane er l a mort, operer s u r l u i , l u i vivant, une separation qui est l e l o t du dernier souf-f l e . Et certes ce debauche est un mystique, mais un mys-tique o r i e n t a l . De l a , ses fugues incessantes, .soiinsatis-f a c t i o n de l'Europe: son v e r i t a b l e " l i e u " e t a i t en Asie, et sa chap^lle a Benares." (Porehe, F., Mathilde et l e s deux f i l s du s o l e i l , M.F., 241: Ja 15: 376-377) 9 . cultes des brahmanes et des sages indiens. Puis, au commencement de I 1annee 1868, a paru un l i v r e destine a influencer profondement l e s poetes du monde entie r pendant l e quart de sieele suivant. Les Fleurs du mal ont meme arrache & ce Rimbaud extrlmement c r i t i q u e et dedaigneuac des e-loges passionnes. I I va jusqu'a ecrire dans l a l e t t r e a Demeny: "Baudelaire est l e premier voyant, r o i des poetes, un v r a i dieu" (1). L'association des termes "Baudelaire" et "voyant" est a remarquer. Un autre poete, c r i t i q u e l i t t e r a i r e et ami de Baudelaire, en avait deja f a i t l a juxtaposition. C'etait Theophile Gautier, charge•d'ecrire l a preface a l ' e d i t i o n de 1868 des Fleurs du mal. V o i c i comment i l se sert du mot voyant; "Elevation nous montre l e poete na^eant en p l e i n c i e l , par _dela l e s spheres e t o i l e s , dans 1'ether lumineux, sur l e s eonfins de notre univers disparu au fond de 1 ' i n f i n i comme un p e t i t nuage, et s'enivrant de cet a i r rare et salubre ou ne monte aucun des miasmes de l a terre et que parfume l e souffle des anges; car i l ne faut pas oublier que Bau-delai r e , bien qu'on l ' a i t souvent accuse de materjalisme, reproche que l a s o t t i s e v n e manque pas de je t e r au t a l e n t , est, au contraire, douejun degre eminent du. don del l a s p i r i t u a l i t e , comme d i r a i t Swedenborg. II possede aussi l e don de correspondance, pour employer l e meme idaome mystique, c'est-a-dire q u ' i l s a i t decouvrir, par une i n -t u i t i o n secrete des rapports i n v i s i b l e s a d'autres et rap-pro cher a i n s i , par des analogies inattendues que ssul l e voyant peut s a i s i r , l e s objets l e s plus eloignes etles fJ«z opposes en apparence. Tout v r a i poete est doue de cette qualite plus ou moins developpee qui est 1'essence meme de son art" ( . Le Colonel Godchot resume tres bien l'emprunt que Rimbaud a f a i t k 1'oeuvre de Baudelaire et de Gautier: (1) Yerta-Melera, M., Arthur Rimbaud — Ebauches, (Lettre du 15 maJL, 1871), p.62. (2) Baudelaire, C , Les Fleurs du mal (1868), p.31. 10 . "De m£me q u ' i l imita souvent Baudelaire, et qu' i l l u i p r i t une partie.de son genie, c'est dans l a preface de Theophile Gautier q u ' i l puisa l'idee.du "voyant", de t e l l e sorte que l'on pourrait presque. f i x e r la.date oh i l l u t l e s Fleurs du mal et resolut l u i aussi de devenir "Voyant" (1). Que Rimbaud a i t t i r e de ses lectures du. mys.tieisme et de l'alchimie l ' i d e e du voyant est toujours possible. Mais i l nous semble beaucoup plus probable que c'est de cette notice de Gautier q u ' i l a p r i s et l ' i d e e et l e terme. Gela expliquerait facilement non seulement son usage du mot voyant, mais aussi ses theories au sujet du developpement chez l e poete de cet etat indique par Gautier (2), developpement que Rimbaud a analyse avec tant de peine. Cet emprunt nous expliquerait aussi pour-quoi i l a reserve ses eloges pour un seul poete -- l'auteur dt Elevation (3). Comme Baudelaire, Rimbaud veut boire " comme une pure et divine liqueur, Le feu c l a i r qui remplit l e s espaces limpides" (2). I I se c r o i t c e l u i qui "Derriere l e s ennuis et l e s vastes chagrins Qui chargent de l e u r poids 1'existence brumeuse ....... peut d'une a i l e vigoureuse S'elancer vers l e s champs lumineux et sereins" (2). Nous avons remarque que Rimbaud S'est revolte parce q u ' i l v o u l a i t devenir voyant. Mais, qu'est-ce qu'un voyant? V o i l a l a question que nous nous posons maintenant. Ce poete mystique, on l ' a Sppele un clairvoyant, un mystique o r i e n t a l , l'homme de l a lumiere pure, et un nonconformiste absolu (4). (1) (Bodchot, C., Le 'Bateau Ivre' de Rimbaud, Rev.pol. et l i t t . 69: My 16-JeT »31, p.299. . (2) Baudelaire, C , ouvr.cite. p.90. (3) I I faut noter que Rimbaud s'est interesse aux derniers vo-lumes de V i c t o r Hugo. Ce pobte-ci a ete un des v r a i s pre-durseurs du voyant. Pour des renseignements f o r t u t i l e s * a propos du primitivisme et de 1'oecultisme "voyants" de Hugo, v o i r Saurat,D., La Religion de V i c t o r Hugo. (4) Pour d'autres d e f i n i t i o n s , v o i r jiacEett. C.A.. Le Lyrian e de Rimbaud, p.45. 11. En analysant ces termes, nous arriverons peut-%tre a une d e f i n i -t i o n du mot voyant. Comme l e signale M. Thibaudet, l e voyant est "l'homme de l a lumiere pure". II devient cet homme, p a r a l t - i l , quand i l retourne a son etat p r i m i t i f : "Le voyant est l'homme de l a lumiere pure, qui ecarte du c i e l l'azur, ce noir, et v i t ' e t i n c e l l e d'or de l a lumjfe re nature' I un etre p r i m i t i f , un. negre ou sauvage ou gaulois, mots interchangeables qui veulent d i r e : hors l a c i v i l i s a -tion. ' Je ne comprends pas l e s l o i s ; je n'ai pas l e sens moral; je suis une brute'" (1). C'est ce Rimbaud a l a recherche de l ' e t a t p r i m i t i f qui e c r i m i t "Mort a Dieu" sur l e s murs, qui h a l s s a i t l a pat r i e et s'ecartait volontiers de l a "bouche d'ombre" qui e t a i t sa .mere; c'est ce Rimbaud qui a d i t plus tard: "J'enviais l a f e l i c i t e des betes". II cherche a i n s i a se debarrasser de tous l e s l i e n s de l a c i v i -l i s a t i o n pour se l i v r e r entierement a l a connaissance de l u i -meme. Lorsque, comme i l d i t , l e poete ar r i v e k l'inconnu, et l o r s q u ' i l f i n i t "par perdre 1'intelligence de ses v i s i o n s " , qui peut affirmer que ces visi o n s ne soient pas " l a lumiere pure" dont parle M.Thibaudet? Ce q u ' i l faut comprendre, c'est que l e voyant s'oppose a l a societe i;et par l e but q u ' i l v i s e et par l e moyen '(2$. dont i l cherche ce but. II desire son propre bonheur, ce bonheur de l ' i n d i v i d u qui n'est pas c e l u i de l a societe en general. Cette idee d'un voyant qui r e s i s t e a l a societe est soutenue egalement pa^r M. de Reneville dans son l i v r e Rimbaud  l e Voyant. Le poete se mefiait de ses predecesseurs convention-(1) Thibaudet, Ai., La Revolte des cinq., p.789. (2) Ce moyen, c'est"Te"dereglement de tous l e s sens". 12. n e l s q u ' i l appelait l e s "vieux imbeciles". Sans leurs idees fausses, a - t - i l d i t , "... nous n'aurions pas a balayer ces m i l l i o n s de squelettes qui, depuis un temps i n f i n i , ont accumule l e s produits de leur i n t e l l i g e n c e borgnesse en s'en clamant l e s auteurs!" (1) D'apres M. de Reneville, l e but du voyant e t a i t l a l i b e r a t i o n de l'homme. C'est a i n s i q u ' i l devait l u t t e r contre "les conventions eosentielles a nos formes d'existence". Et voilfe pourquoi Rimbaud a e c r i t que l e poete doit chercher l u i -meme "toutes l e s formes d'amour, de souffrance, de f o l i e " , pour q u ' i l "epuise en l u i tous l e s poisons pour n'en garder que l e s quintessences." M. de Reneville d i t alors: "Devant l a r e l i g i o n , devant l e s systemes sociaux t e l s qu.' i l s sevissent, devant 1Tamour des femmes, l e poete se sent souleve d'un immense mepris" (2). Rimbaud savait sans doute que l e s uns l e trouveraient ridicue , que l e s autres l e designeraient " l e grand criminel", " l e grand maudit". Mais, comme d i t M. de Reneville, i l savait q u ' i l a r r i -v e r a i t enfin au bonheur supreme: "I'^oeuvre du Voyant est a ses debuts a c c u e i l l i e par l a r i -see des^non-Inities, mais pour s'achever plus tard dans l'apotheose du bonheur universel, au moment q u ' i l s seront rendus a l a s i m p l i c i t e clairvoyante" (3). On peut done conclure que l e voyant revendique l a l i -berte (4) et l e bonheur, et que l a l i b e r t e s p i r i t u e l l e est pre-eedee, dans l e cas de Rimbaud, par une revolte contre l e s con-ventions sociales qui bornent trop etroitement sa vie physique. (1) Yerta-Melera, M., buvr. c i t e , p.54. (2) de Reraaville, R., ouvr. c i t e , p.31. (3) i b i d , p.102. (4) v o i r p.8 (2). 13. - I I en resulte q u ' i l devient ce que M.Marcel Raymond appelle 'Te nonconformiste absolu". Comme l ' e c r i t Rimbaud lui-meme, "deman-dons au poete du nouveau, — idees et formes". ' Et plus tard i l a d i t j "Les inventions d'ineonnu reclament des formes nouvelles"(1). M. Raymond se rend compte de l a force inouie qui projette l e vo-yant vers l e nouveau, vers l'inconnu: "... ( i l ) br i s e l e s systemes ou passe au travers... Un eLan -i r r e p r e s s i b l e l e p o r t a i t a l a conquMe d'un etat primitif ou l'ame personnelle echappant a ses l i m i t e s r e s t i t u e , dams une ivresse mystique, ses forces a l ' u n i v e r s e l " (2). C'est;grace a cette revolte, grace a cette recherche de l a l i -berte que l e voyant penetre enfin jusqu'a l ' e t a t de l a r e a l i t e pure, ©% l a conscience d i s p a r a l t dans l ' ^ t r e parfaitement i n -conscient. G'est a i n s i que Schopenhauer resume l e but de l a volonte humaine. j ^ -On peut eomprendre, a i n s i , l e combat qui a ^ l i e u entre l e poete et son ame, entre l a t r a d i t i o n et 1'i n s p i r a t i o n poeti-que. Rimbaud a dft s'ecarter de l a vie sociale; i l a dti meme s'aliener de ses parents pour q u ' i l s ne nuisent pas a son t r a -v a i l desespere. La haine q u ' i l a montree envers l'humanite (3), quoique u n i v e r s e l l e , ne s'occupait pas de son objet (4). I I ne h a l s s a i t pas l'humanite t e l l e quelle, mais seulement parce qu'elle c o n s t i t u a i t une barriere entre l u i et l a destinee. Tout ce q u i l'empechait d'atteindre a son but e t a i t h o r r i b l e , et, comme tres peu des i n s t i t u t i o n s de l a vie humaine sont organisees pour a i d * (1) Yerta-Melera, M., ouvr.cite, p.62. (2) Raymond, M., De Baudelaire au Surrealisme, p.41 (3) v6i r p.12, ( 2 7 7 (4) R i v i e r e , J . , Rimbaud, p.27 14. au dereglement d'un poete, i l l u i est arrive de tout h a i r . II ne faut pas o u t l i e r que cette haine de Rimbaud est tout imper-sonnelle. Et c'est cette qualite impersonnelle qui eert a nous expliquer un peu 1'usage frequent chez l e poete du mot amour. Selon M.Riviere, Rimbaud c r o i t que 1Tamour of f r e l e moyen l e plus sur de trouver l e bonheur. II y a dans l e s I l l u -minations un cer t a i n nombre de poemes qui ".. sont charges d'un enseignement, et s'organisent sous l a forme de symboles. L'idee qu'on trouve a l a base de ces dernieres est l a croyance qui l e domina lui-meme pendant toute sa vi e et q u ' i l emprunta aux metaphysiques de 1'orient: l a toute-puissance de 1'amour et l a possibi-hite par l u i seul d'amener l a redemption du monde" ( 1 ) . En e f f e t , c'est l ' i d e e que Rimbaud a deja exprimee dans son poeme Mauvais Sang, ou l e s phrases suivantes sont a remarquer : "L'amour d i v i n seul octroie l e s c l e f s de l a science... Le chant raisonnable des anges s'eleve du navire sauveur:c'est 1'amour d i v i n . — Deux amours'. Je puis mourir de 1' amour terrest r e , mourir de devouement. J ' a i l a i s s e des ames d6nt l a peine s ' a c c r o l t r a de mon depart'. Vous me choisissez parmi l e s naufrages; eeux qui restent s o n t - i l s pas mes amis? Sauvez-lesI" (2) , L 1amour d i v i n , alors, est l a vraie force de notre v i e . A 1'aide de cet amour d i v i n , non pas a l' a i d e de 1'amour ter r e s t r e q u ' i l a deja quitte, l e poete c r o i t pouvoir penetrer l e s formes super-f i c i e l l e s pour trouver l a v e r i t e dans l a religion." L'amour d i -vin, n'est-ce pas l e navire sauveur dont parle Rimbaud? L a c h a -r i t e qu'exige cet amour l u i f a i t demander: "Ceux qui restent s o n t - i l s pas mes amis? Sauvez-lesi" II l e d i t , sachant bien quand meme q.ue chaque homme doit ^ t r e 1'instrument de son pro pre salut. Les anges, affirme Rimbaud, ont un "chant raisonnable". (1) Riviere, J., ouvr. c i t e , p l l 2 7 . (2) Oeuvres de Arthur Rimbaud (Paris, Hercure de i/'rance, 1934) p . l l 2 et seq.. l i s ne sauvent pas l e s amis du poete. C'est a l o r s que Rimbaud, q u i p a r l e en paraboles dans Conte, nous montre l'homme q u i , par une combinaison d' animus et d'anima ( 1 ) , t i e n t a r e a l i s e r l e bonheur. l e P r i n c e , apres une sorte de dereglement semblable a, c e l u i qu' exige l e voyant ( 2 ) , est p a r t i dans l e desert. C'est a l o r s un homme comme tous l e s autres, qui erre dans un monde denue de r e a l i t e , un monde sans e s p o i r , sans commencement et sans f i n . Ce que l e Prince' cherche,. comme l e voyant, c'est l a v e r i t e , ' l ' h e u r e du d e s i r et de l a sa-t i s f a c t i o n e s s e n t i e l s . " ( 3 j "Un Genie apparut, d'une beaute i n e f f a b l e , inavouable meme. De sa physionomie et de son maintien r e s s o r t a i t l a promesse d'un amour m u l t i p l e et complexei d'un bonheur i n d i c i b l e , insupportable.meme'." (3) . Le Genie est l e Prin c e q u i p o u r r a i t e x i s t e r , c'est ce que l e Pri n c e p o u r r a i t etre grace a son amour, cet amour d i v i n . L'amour du Genie est- " m u l t i p l e et complexe", et apporte un bonheur com-p l e t . Par l a d e s t r u c t i o n , p a r l e dereglement e n f i n , l e P r i n c e a trouve l a v r a i e r e l i g i o n de I'amour. I I v o i t ce q u ' i l est en t r a i n de devenir, ce que l e poete d o i t nous montrer comme Genie. Le P r i n c e devient l e Gehie, au ri s q u e de mourir a. l a s u i t e de 1'experience enervante q u ' i l a eprouvee: " I n e f f a b l e t o r t u r e oh i l a besoin de toute l a f o i , de toute l a f o r c e hurhumaine.... Q u ' i l creve dans son bondissement par l e s choses i n o u i e s et innombrables..." (4). (1) Br emend, H., P r i e r e et poesie, p.112 et seq.. (2) "Essai i n u t i l e de 'se detacher du s e n s i b l e par l a dest r u c -t i o n ' " , a d i t M. de R e n e v i l l e ( o u v r . c i t e . p.107). V o i r a u s s i M. HadcettfJ ( o u v r . c i t e , p.109): "Le P r i n c e . , de-couvre qu' i l est impossible de tuer l a - v i e . " (3) Conte, p.223. i • (4) Ebauches, p.56. 16. Le Genie est, pour Rimbaud, l e symbole d'un amour supreme , q u i e s t u n i avec l a f o r c e : "II est 1'amourmesure p a r f a i t e et reinventee ,• r a i s o n m e r v e i l -leuse et. imperieuse, et d ' e t e r n i t e : machine aimee des q u a l i -tes f a t a l e s . . . . l u i - q u i nous aime pour sa v i e i n f i n i e . " (1) Le Genie ne peut e x i s t e r sans 1'amour car c'est ce qui l u i donne l a v i e et l a force: "C'est f a i t , l u i etant, et etant aime" ( 2 ) . L 1amour devient dans c e t t e parabole l a supreme r a i s o n d'etre de 1'existence humaine et l a seule fa<jon de gagner l e s a l u t . L a fo r c e et 1'amour, v o i l a l e but du poete. Dans l e s termes de M. de R e n e v i l l e : "Rimbaud entreprend de d e v o i l e r que l'ame du monde est cette energie q u i pousse a 1'union tout ee.qui e x i s t e , depuis l e s atomes jusqu'aux e s p r i t s . Cette f o r c e est en elle-meme 1'amour pur, et ne peut etre a t t e i n t e qu'autant qu' on cesse de s ' i d e n t i f i e r aux abjets q u ' e l l e anime." (3) Comme nous l ' i n d i q u e l a der n i e r e phrase" de ce t t e c i t a t i o n , l e Pri n c e a d u chercher l e Genie dans l e desert car i l ne l ' a u r a i t jamais trouve dans son p a l a i s . Le. P r i n c e devient l e Genie, apres l 1 a v o i r deeouvert au l o i n dans l e desert: "Cette Ame u n i v e r s e l l e , tout homme peut l a trouve r en l u i et . s'y fondfe... Du moment que c e t t e -union est accomplie son' i n d i v i d u a l i t e ne se*dist i n g u e plus de 1'energie (ou Genie, au sens, propre du mot) qui l a c o n s t i t u a i t . " (4) C'est au nom de cet amour que Rimbaud s'est mis a, c r i t i -quer l a r e l i g i o n catholiq.ue. L'amour qu' on preche dans l e s e g l i s e s ne l e s a t i s f a i t . p o i n t . I I trouve que l e s p r e t r e s ont essaye de nous arraeher l a f o r c e de notre amour mais qu' apres aVoir r e u s s i a s'approprier pour eux-memes ce t t e f o r c e toute (1) Genie, p.169. (2) Genie, p!170. (3) ouvr. c i te p. 94 . (4) ouvr. c i t e p.108. 17. puissante i l s ne nous off rent qu'un salut futur tres vague: "On nous a prorais &' enterrer l'arbre du "bien et du mal, a f i n que nous amenions notre tres pur amour." (1) Sans l a force de son amour l e voyant est perdu (2): l e v o i l a qui l ' a donnee aux prStres dont l a r e l i g i o n n'est qu'une "deban-dade de parfums" sans plus de forme r e e l l e ou de pouvoir s p i r i -tuel que des parfums. Rimbaud a d e f i n i dans l a phrase suivante son attitude envers l ' e g l i s e : "Je ne me crois pas embarque pour une noce avec Jesus-Christ pour beau-pere" (3). II ne c r o i t pas qu'on a i t un salut f a c i l e grace a l a r e l i g i o n . Hon plus grace a l a raison. Comme d i t M. Raymond: "Rimbaud n'a que des sarcasmes pour cette raison, une sWangeli-que echelle de bon sens', pour l e jeu de dupe ou s'est enga-ge l'homme qui 'se prouve l e s evidences, se comble.du p l a i s i r de repeter ses preuves et ne v i t que pour ce l a ' " . (4) I'amour, pour Rimbaud, exige ce q u ' i l appelle "la. l i b e r t e dans l e s a l u t " — cette l i b e r t e du revolte q u ' i l a toujours pour-sulvie et q u ' i l n'a jamais trouvee. C'est .ainsi que dans ce meme Mauvais Sang -- avec une i r o n i e mordante i l s'amuse a se de-c r i r e en bon p e t i t bourgeois entoure de ce bonheur bourgeois et domestique q u ' i l hait tellement: "Les gouts f r i v o l e s m'ont quitte. Plus besoin de devouement n i d''amour d i v i n . Je ne regrette pas l e sie e l e des eoeurs sensibles. Chacun a sa raison, mepris et charite: je re-tiens ma place au sommet de cette angelique echelle de bon sens." (5) Le "boh sens" l i i i f e r a i t eroire q u ' i l est "au sommet de cette angelique e_chelle"'<, Mais i l v o i t que ce n'est pas v r a i ; c'est (1) Matinee d 1ivresse, p. 184. (2) "He condemns Christ as a destroyer of energies and an enemy of l i b e r t y " . (Chisholm, The Art of Arthur Rimbaud, p. (3) Mauvais Sang, p.-267. (4) Raymond, ouvr c i t e p. 40. (5) Mauvais Sang, p. 267. 18. une autre forme de l a "farce continuelle". S ' i l croyait ce qu' on l u i d i s a i t , quand i l aurait quitte ses gouts f r i v o l e s pour donner son amour a l ' e g l i s e , i l s e r a i t sauve;- i l n'aurait plus besoin de devouement, n i de t r a v a i l , n l de l 1amour d i v i n . Mais i l ne c r o i t pas ce que disent ces "esclaves que l e s mauvais riches ont su employer pour etouffer dans l a gorge des revoltes l e c r i t e r r i b l e qui commenqait a. y soujdre." (1) Et ce " c r i t e r r i b l e " , c'est l e volume des Illuminations. Apres cette courte analyse de plusieurs vers du poete, i l convient de resumer dans une maltresse-definition tous l e s t r a i t s de 1'amour au sens du mot proprement rimbaldien. Nous pouvons dire maintenant que l e terme amour indique pour l e voyant l a passion qui, chargee d'une force inouie, aide a changer l'homme en Genie. L'homme, a i n s i que l e Prince, peut f a i r e certaines choses. Mais le Genie peut tout f a i r e . L'homme devient voyant a l' a i d e de ce qu'on peut appeler l a force et i l v o i t ce q u ' i l cherchait autrefois en tatonnant. Ensuite, grace a 1'amour pur, 1'amour d i v i n , i l devient l e voyant, puis l e Genie. C'est l e Genie qui l'aide dans Conte, et c'est l e Genie q u ' i l devient, car l e Genie c'est bien l u i . II 1'etait toujours mais i l ne l e sa-v a i t pas. Le but de l'homme est l e bonheur: l e moyen d'y a r r i -ver, c'est l'amour aide p a r l a force. Quelle est cette force mystique dont parle l e poete? Comme nous d i t M. de Reneville, "c'est en elle-m^me l'amour pur". Dans Mauvais Sang Rimbaud nous indique ou i l a p r i s cette idee (1) de Reneville, ouvr c i t e , p.20. 19. d e l a force: e l l e se trouve unie avec l e d e s i r d'etre l i t r e , de se r e v o l t e r contre l a societe: "Encore tout enfant, j'admirals l e format i n t r a i t a b l e sur qui se referme toujours l e bagne... II avait plus de force qu'un saint, plus de bon sens qu'un voyageur, — et l u i , l u i seul'. pour temoin de sa g l o i r e et de sa raison." (1) La force, dans ce c a s - c i , a ete mal employee car l e format a cherche a l ' u t i l i s e r pour en obtenir des benefices physiques au l i e u des benefices de 1'esprit. Mais l e forcat, d'apres Rimbaud, "avait plus de force qu'un s a i n t " — phrase qui frapp© et qui soutient l a these du poete. Comme l e poete-voyant, cet homme e t a i t l e seul a comprendre cette force q u ' i l possedait. Le monde contre lequel i l a du re a g i r ne 1'avait pas compris. Alors i l est devenu format. C e t a i t , d i r a i t Rimbaud, sa " f a t a l i t e " . S ' i l avait pu engager cette force dans des routes s p i r i t u e l l e s , i l s e r a i t devenu voyant. II a commis l ' e r r e u r de mal comprendre l'emploi q u ' i l devait f a i r e de cette force. Rimbaud nous explique alors pourquoi l e monde ne peut point comprendre ce q u ' i l essaie de f a i r e . On ne comprend pas son enorme besoin de l i b e r t e , cette s o i f de l i b e r a t i o n qui 1'ob-l i g e a se revolt e r contre l a v i e quotidienne: "Sur l e s routes, par.des nuits d'hiver, sans g l t e , sans habits, sans pain, une voix e t r e i g n a i t mon coeur gele.: 'faiblesse ou r force: te v o i l a , c'est l a force. Tu ne sais n i ou tu vas, n i pourquoi tu vas.'" (2) II se demande pourquoi i l doit errer par l e s voies de 1'esprit qui sont aussi d i f f i c i l e s que le s routes de la' campagne arden-naise en hiver. Ce n'est pas par f a i b l e s s e ^ d i t - i l . C'est a cause de sa force qui l u i f a i t chereher l a •verite dans son ame. (1) Mauvais Sang, p. 263. (2) l o c . f i i t . 2 0. II ne s a i t n i ou i l va, n i pourquoi i l doit f a i r e ce voyage. La chose importante est de p a r t i r , d 1examiner toutes l e s theories, toutes l e s idees, pour trouver enfin l e secret de l'homme. Et grace a ce secret, i l possedera l e "bonheur i n f i n i . Pour l e s autres, ses compagnons terrestres, i l est i n v i s i b l e . l i s ne l e voient pa.s parce q u ' i l s ne l e comprennent pas: "Au matin, j'avais l e regard s i perdu et l a contenance s i morte, que ceux que j ' a i rencontres ne m 1ont peut-etre pas vu." ( i ) — : — - £ — Pour l e monde en general Rimbaud l e voyant n'existe pas: ses pensees sont devenues tellement etranges qu'on ne l e comprend plus. Cette force,qui l ' a pousse a ehercher l a v e r i t e , est une force inoule qui n'est pas toujours bien dirigee par c e l u i qui tente de l a r e a l i s e r . Quand on s'en sert mal, on devient un forqat. Quand on s'en sert pour ehercher l a v e r i t e , on devient un poete maudit, l e grand criminel s p i r i t u e l . D.&apres H. Chis-holm, qui etudie et l e poete et l e forqat, "The only difference between them was that individualism made of the one a criminal, and of the other a poetic innovator." Quand l a force se reunit avec 1'amour, d i t Rimbaud, ces deux qualites fatales forment l e genie. Ce genie est a l a f o i s , comme nous 1'avons vu dans Conte, homme et surhomme: c e l u i qui provient de l'homme et qui en m£me temps reste dans l'homme. En decrivant l e genie, l e poete compare cette force a un c i e l de tempete: . "II est 1'affection et l e present p u i s q u ' i l a f a i t l a maison ouverte a l ' h i v e r . . . . I I est 1'affection et l'avenir, l a fore (1) Mauvais Sang, p. 263. (2) Chisholm, ouvr. c i t e , p.32. 81. et 1'amour que nous, debout dans l e s rages et l e s ennuis, nous.voyons passer dans le c i e l de tempSte et l e s drapeaux d'extase." (1) Ces•drapeaux d'extase, qui representent l e s nuages, sont dechires pa jc l a force du vent. Pour Rimbaud., l a force est p a r e i l l e a une tempete, car on ne peut pas l a v o i r . On ne peut v o i r que ce qu'elle f a i t . Sans l a force l'homme reste l'homme: i l ne peut se r e a l i s e r . Avec l a force, au contraire, i l apprend a se f a i r e voyant, a eomprendre l e s idees qui l u i passent par l a t£te, de plus en plus v i t e , semblables aux nuages pousses par l e vent. La force, done, ressemble a un vent qui souffle a travers 1'esprit humain et qui f a i t c i r c u l e r l e s idees a toute Vitesse. C'est a cause de sa force que l'homme peut se transformer en genie car cette force, qui est du genie, aide a e c l a i r e r l a pen-see humaine. D' a i l l e u r s l e poete, aux yeux de Rimbaud, c'est l e genie: "0 palmesl diamanti -- Amour, force'. — plus haut que toutes joies et g l o i r e s i — de toute faeon, — partout, demon, dieu, — jeunesse de cet e t r e - e i : moi'.'' (2) La force est comme un diamant, a l a f o i s l e plus etincelant des bijoux et l a plus precieuse des pierres -- d'une valeur sans p a r e i l l e , e n f i n . Cette force, declare Rimbaud, se trouve partout et se mahifeste de toute faqon. Comme nous l'avons deja demontre, cela peut etre un demon ou bien un dieu, mais c'est toujours quelquechose d'extraordinaire. Rimbaud nous indique l a source de cette force par les mots: "Jeunesse de cet e t r e - e i : moil" Quand i l est jeune, en pleine jouissanee de sa vigueur et de son (1) Genie, p. 169. (2) Angoisse, p. 181. 22. i n t e l l i g e n c e , c'est alors que l'homme ressemble l e plus a cet etre a l a f o i s dans l'homme et au-dessus de l'homme. En outre, l'homme, d'apres Rimbaud, peut developper cette force par l e combat. Ce n'est qu'apres de longs combats durs entre l'homme et son ame que cet homme arr i v e . a l'inconnu: "le matin ou, avec E l l e , vous vous debattltes parmi ces eclats de neige, ces levres vertes, ces glaces, ces drapeaux noirs et ces parfums pourpres du s o l e i l des pfcles. Ta force." (1) Ce combat a l i e u parmi des visages peu eonnus de l a nature. C'est un paysage s u r r e a l i s t e , pour a i n s i d i r e . Mais c e l a ajoute a 1'im;? :pression que veut creer Rimbaud, que v o i l k une etrange b a t a i l l e qui va produire d'etranges r e s u l t a t s . Bien que l e genie s o i t l'homme lui-meme, Rimbaud l e t r a i t e en i n d i v i d u d i s t i n c t de cet homme. C'est a i n s i q u ' i l d i t que l'homme a 1'esprit fatigue doit chercher son genie: "II nous a connus tous et nous a tous aimes: sachons... forces et sentiments l a s , l e heler et l e v o i r , et l e ren-voyer, et, sous l e s marees et au haut des deserts de neige, suivre ses vues, — ses souffles, — son corps, — son jour." (2) Une vive comprehension de s o i , ou du genie, ce qui veut d i r e l a meme chose, r e t a b l i r a dans l'homme ses forces et son amour. Cette force s e r a i t pour chaeun de nous, s i nous voulions l a chercher; car " i l nous a connus tous et nous a tous aimes". II est a remarquer que dans tous l e s vers ou Rimbaud parle de sa recherche de l a l i b e r t e , l e mot sang est doue d'un sens plu-t6t s p e c i a l . A i n s i l e sang devient l e symbole d'une haine v i o -lente et pleine de force. Parfois l e mot indique, outre l a haine, (1) Metropolitain, p. 215. (2) Genie, p.~T71. ' 2 3 . l a revolte du poete. Dans son poeme Barbare, ou i l d e c r i t ce qu'on pourrait appeler "le monde du voyant", Rimbaud parle d'une terre ou i l n'existe ri e n , ou ne v i t n i une seule personne, n i un seul animal. Tout ce qui s'y trouve parmi ces mers et ces fl e u r s antiques qui ne subsistent que dans l a pensee du poete, c'est l e drapeau rouge, symbole du socialisme l i t t e r a i r e ( l ) : "Le p a v i l i o n en viande saignante sur l a sole, des mers et des f l e u r s arctiques: ( e l l e s n'existent pas.)" (2) Pour rendre plus frappante son image de ce paysage mort et pour mettre en r e l i e f l e drapeau rouge, Rimbaud se sert de l a circon-l o c u t i o n en soulignant l ' a d j e c t i f saignante. Deja dans Vertige, ou i l nous presente l e tableau d'un monde en flammes, proie a. une revolution, terrestre qui est 1' equivalent de l a revolution interieure du poete, nous avons trouve encore une autre meta-phore qui u n i t l e sang et l e drapeau: "Qu'est-ce pour nous, mon coeur, que l e s nappes de sang e '• Et.de;braise, et m i l l e meuybres, et l e s longs c r i s De rage, sanglots de tout enfer renversant Tout ordre; et l'Aquilon encor sur les debris." (3) La nappe"de sang et de braise" indique l a revolution rimbaldienne dont l a doctrine sera expliquee dans ces Illuminations qui com-mencent par l e poeme Vertige. C'est l e drapeau rouge du voyant, qui s ' a l l i e bien naturellement dans 1'esprit du poete avec l e sang et l a force. II est interessant de v o i r q u ' i c i , comme dans l a c i t a t i o n precedente, l e poete f a i t a l l u s i o n au nord, l i e u qui semble s'associer dans la.pensee de Rimbaud avec l'idee d'une (1) Pour l e s diverses interpretations de 1'expression^, v o i r ' M.Hackettjji, ouvr.cite p.130. (2) Barbare, p.167. (3) Vertige, p. 111. 24. destruction totale. Dans l e s deux textes c i t e s , nous trouvons que l e sang represente l a violence qui, selon Rimbaud, sera neeessaire pour renverser l e systeme de T a vie quotidienne qu' i l , trouve s i ha'is-sable. On a pu souvent remarquer q u ' i l n'aime n i sa v i l l e na-tal e , n i l e s v i l l a g e o i s , n i sa fa m i l l e . II n'aime point l a pa-t r i e , mais par.contre i l exprime un v i f sentiment d'appreciation des Allemands. Ceux-ci, avec leur vie systematise^, representent dans sa pensee l e moyen d'atteindre a un "but. II approuve l e u r violence; i l admire leurs armees qui s i g n i f i e n t pour l u i l a force methodique. : La l u t t e de Rimbaud contre l e s convenances, et meme contre l a vie , est decrite de nouveau dans Saison ou i l nous rappelle ce q u ' i l a f a i t : " J ' a i appele l e s fleaux, pour m'etouffer avec l e sable, l e -sang. Le malheur a ete mon dieu. Je me suis allonge dans l a boue. Je me suis seche a l ' a i r du crime. Et j ' a i joue de bons tours a. l a f o l i e . " (1). Iei£ l a force qui l ' a soutenu, l ' e l a n v i t a l , l e sang, se trouve melee avec l e sable qui est a la f o i s symbole de l a mort et de l ' e t e r n i t e . Ensuite, dans Mauvais Sang, Rimbaud qui vie n t de se rendre compte de l'immensite du t r a v a i l auquel i l s'est l i v r e , ae demande que f a i r e , quelle these soutenir. Et l a metaphore du sang revient dans son oeuvre: "A qui me louer? Quelle bete f a u t - i l adorer?... Quel men-songe dois-je t e n i r ? . . . . dans quel sang marcher?" (2) Pour l u i , l e f a i t de marcher dans l e sang s i g n i f i e une v i c t o i r e (1) Une Saison en enfer, p. 254. (2) Mauvais Sang, p. 262. 25. physique, une v i e t o i r e complete de ses propres emotions sur l e s emotions et l e s forces de son ennemi. L'ennemi, c'est quelque i n s t i t u t i o n humaine — egl i s e ou v i l l e — contre l a q u e l l e i l oppose son sang, o'est-a-dire sa force physique et morale, dans 1'espoir de triompher de toute opposition. Rimbaud a deja indique dans Vertige l e pouvoir p u r i -f i a n t du sang, 1'equivalent pour l u i de l a flamme ou du feu: "Perissezl Puissance, j u s t i c e , h i s t o i r e : a has! Ca nous est du. Le sang! l e sangl l a flamme d ' o r l " (1) Ce q u ' i l cherche, c'est une violence pure et toujours i l en trouve l e symbole dans l e sang et dans l e feu. La violence de-vient un moyen d'acquerir l a purete. La phrase "Ca nous est du" indique que, selon Rimbaud, l'homme a d r o i t a l a purete gagnee par l a revolte. Son "bonheur 1'attend; mais i l d o i t l e meriter par l a force. Rimbaud ne veut r i e n qui ne s o i t enleve avec violence et qui ne represente a i n s i l e s deux passions du vietorieux et du vaincu. "Ma riehesse, d i t - i l , je l a voudrais tachee de sang partout" (2). II cherche l a j o i e et l e deses-poir, unis par cette force catalytique. Ces deux emotions sont denotees par Ie mot f a v o r i , l e sang. Cette force, representee s i souvent par l e sang, i l c r o i t q u ' i l l ' a heritee de ses ancetres. Q u o i q u 1 i l s o i t main-tenant de "race i n f e r i e u r e " , d i t - i l _ , "Je suis de race l o i n t a i n e ; mes peres etaient Seandinaves; - i l s se perqaient l e s c8tes, buvaient l e u r sang." (3) (1) Vertige, p. 112. (2) Delires 1, p. 278. ^ (3) i b i d . , pT 277.. 26. Maintenant, dans l e dur combat, ces qualites hereditaires se montrent de nouveau. "Le sang palen revient'." affirme l e po-ete (1). Dans cette h i s t o i r e de sa l u t t e contre l e passe, Rim-baud denote par l e terme "sang palen" son e s p r i t p r i m i t i f et fondamental. C'est ce qui l e pousse aux extremes de l a revolte contre l a societe dont i l est membre, et qui l u i f a i t f a i r e "de l'infamie une g l o i r e , de l a cruaute un charme" (2). II convient i c i d'analyser l e s propres mots du poete au sujet de l a r e l i g i o n catholique q u ' i l a tant detestee (3). Rimbaud reunit dans Apres l e deluge l e s deux motifs de l a haine et du sang': "Le sang eoula, chez Barbe-Bleue, aux abattoirs, dans le s cirques, ou l e sceau de Dieu blemit l e s fenetres. Le sang et l e l a i t coulerent." (4) Le sang represente i c i l a force qu'on a perdue inutilement. Les eglises aux fenetres blfcmes sont pour l u i des cirques oh, comme des sal.timbanques, l e s pretres nous montrent des univers fantas-tiques (5). Nous perdons notre temps a l e s ecouter, et perdre l e temps, c'est epuiser en vain l e s emotions, c'est-a-dire se tuer. Le l a i t se mele au sang car les enfants, eux aussi, en-trent dans 1'eglise ou "...tous, bavant l a f o i mendUante et stupide, Recitent l e u r complainte i n f i n i e a Jesus..."' (6). (1) Mauvais Sang, p. 260. (2) 'i)elires,~T7^277. (3) Voir de Reneville, ouvr. c i t e , pp. 20,21, 27; et Ray-mond, ouvr. c i t e , p. 39. (4) Apres l e deluge, p. 163. (5) S r E c t a l r , p~ 303\ (6) Lubi Pauvres & l ' e g l i s e , p. 58. 27. Comme l ' a d i t M. de Reneville, s i Rimbaud "... y voyadt deja une doctrine de f a i b l e s s e (Les Premieres - communions, Les Pauvres a 1'eglise), pr£chee_par des prStres dont souvent^ITinteret peVuniaire semble primer l e s autres preoccupations (Le Mal), i l y decouvre aujourd'hui l a cause p r i n c i p a l e de 1'Ignorance OIL l e monde occidental est con-f i n e " ( 1 ) . C'est par l e terme jongleurs que Rimbaud designe l e s pretres dans l a Saison en enfer, car i l s essaient de s ' a t t i r e r des paroissiens par des tours de passe et des boniments: "Maltres jongleurs, i l s transforment l e l i e u et l e s per-.sonnes et usent de l a comedie magnetique. Les yeux flam-bent, l e sang chante..." (2) Grace a ces p r e s t i d i g i t a t e u r s , on se c r o i t l i b e r e de l a v i e ter r e s t r e s i banale. "Les yeux flambent, l e sang chante." Mais ce n'est qu'une i l l u s i o n passagere. Parfois l a revolte du poete l e pousse a une extreme douleur. A l a f i n d'une n u i t de tourment.et de s a c r i f i c e , i l se trouve epuise. II a u s e l e s emotions de revolte, de haine, qui sont indignes du nouveau Rimbaud; i l l e s a versees comme i l a verse son sang s p i r i t u e l . Y o i l a pourauoi, comme apres un dur combat physique, i l d i t dans une phrase oh. p e r s i s t e encore 1 ' a l l u s i o n metaphysique: i "Le sang seche fume sur ma face." (3) Nous voyons, done, ce que s i g n i f i e l e mot sang dans l e s oeuvres de Rimbaud: i l indique toujours une vive emotion de nature primitive et elementaire. Presque toujours i T veut exprimer une certaine violence qui est accompagnee d'une force (1) de Reneville, ouvr. c i t e , p. 27. (2) Parade, p. 221. , (3) Adieu, p. 308. • - 28. extraordinaire. Dans l e vocabulaire tout p a r t i c u l i e r de Rimbaud, en-core un autre, terme sert a mettre en r e l i e f l a revolte du poete contre l e s i n s t i t u t i o n s du monde. C'est l e terme Occident et sous ce t i t r e on peut resumer tous l e s objets de cette colere rimbaldienne^ "d'une indifference transcendante"Cl). Comme d i t M. Raymond, "Ce que l'on appelle l a c i v i l i s a t i o n et l'homme de 1'Occi-dent, v o i l a sur quoi d'abord i l reve de f a i r e l e bond de l a bete de proie." (2). Au commencement de sa ear r i e r e poetique, 1'O c c i d e n t , qu' i l a toujours essaye de f u i r , n'etait pour l u i que sa v i l l e natale. Ensuite, i l est p a r t i plusieurs f o i s pour P a r i s . II n'y a pas trouve l ' a s i l e eonvoite (3); i l ne l ' a pas trouve non plus, a, Londres, n i a Bruxelles, ou i l a cherche un m i l i e u plus favo-rable a son genie. L'uhe apres 1'autre, ces v i l l e s representent a ses yeux 1'Occident. II resume a i n s i ses conclusions: "... je vois que mes malaises viennent de ne m'&tre pas figure assez tot que nous sommes a. 1'Occident.. l e s marais occidentaux!" (4) I I a toujours voulu se sauver de ces "marais occidentaux" et on se demande s i , dans l e s deserts de l ' E t h i o p i e , i l a pu trouver enfin l e paradis t e r r e s t r e . II semble que non. Cette notion de l'Occident, l i e u oh se reunit tout ce qui borne et agace l e genie du poete, se montre dans toutes ses theories du voyant. Le bonheur que cherche Rimbaud dans l ' i n -(1) Riviere, ouvr. c i t e , p. 31. (2) Raymond, ouvr. c i t e , p. 39. (3) Voir Porche, ouvr. c i t e , p. 377: "Paris l e degoute en tant que metropole de l'Occident.'.' (4) L'Impossible, p. 298. 29<. f i n d marque un v i f contraste avec l e "bonheur e t a b l i " de- tous l e s messieurs prudhommesques qui remplissent l e monde occiden-t a l . La s o i f de Rimbaud, qui est une s o i f toute symbolique, re-jett e aussi l e s liqueurs de 1'Occident. Bref, pour s'echapper de cet Occident tant det^ste, Rimbaud se f a i t un monde ou regne l a sagesse, ou puisse demeurer l e voyant dans un etat de bonheur complet. Ce monde, que p o u r r a i t - i l l'appeler sinon l 1 Orient? Et dans l a pa r t i e de cette these qui t r a i t e r a du mystique de Rimbaud, l e terme orient sera de quelque importance du f a i t meme de s'opposer au mot Occident. Comme d i t M. Rene S i l v a i n : "Par 1'Orient... i l .ne veut pas dire 1'Orient r e e l . . . c'est un nom pour l e paradis t e r r e s t r e . . . l e monde ante-r i e u r a l a c i v i l i s a t i o n moderne." (1) Nous avons essaye d'indiquer quelques aspects de ce combat qui a eu l i e u dans 1'esprit du pofete maudit. Pour se r e a l i s e r , i l a du s'opposer a son milieu autant qu'a. l a t r a d i t i o n poetique. Meme pour obtenir des l i v / r e s qui pourraient 1'aider a trouver l a route du voyant, i l l u i a f a l l u combattre 1'oppo-s i t i o n du vieux b i b l i o t h e c a i r e de C h a r l e v i l l e . Ensuite, c'est l a f a m i l l e , ce sont l e s amis, l e s regies de l a societe, qui l'empfechent de se developper t e l q u ' i l aurait voulu. On ne trouve done pas extraordinaire que partout dans ses oeuvres i l a i t u t i l i s e des mots qui servent a indiquer ce combat — l a force et l e sang. De meme, i l a mis en r e l i e f l e mot amour, cet amour qui l'aide a trouver l e bonheur; et l e terme Occident qui l u i indique 1'oppose de ce bonheur tant desire. (1) Rimbaud l e precurseur, p.' 158. 30. Seule une etude d e t a i l l e e semblable a c e l l e que nous venons de f a i r e peut ecarter de ces termes leurs d e f i n i t i o n s quotidiennes pour l e s reveler dans toute l e u r splendeur rim-baldienne. Ces guatre termes, quand m§me, ne sont que l e s premiers paves qui rendront plus f a c i l e cette route ardue que do i t suivre l e lecteur pour a r r i v e r e n f i n a une comprehension totale du langage de Rimbaud. Et c'est dans l e s chapitres suivants, autant que dans c e l u i - e i , que nous "allons trouver peut-etre l a c l e f de cette enigme — ce mystere de Rimbaud qui "a f a i t c o u l e r l e s f l o t s d*encre u (1). (1) Phrase de M. Raynaud, citee par.M. Hackett, ouvr. c i t e , p. 16. CHAPITRE III  L'ASCETISME MYSTIQUE DE RIMBAUD Le probleme de Rimbaud, qui presente deja assez de d i f f i c u i t e s a. l'egard de ses poemes, devient encore plus com-plete quand on arrive a l'examen 4e sa mystique. Presque tous, l e s c r i t i q u e s qui s'y interessent ont remarque que cet homme p o r t a i t certains indices mystiques. Avant done d'aborder l ' e -tude de l'ascetisme mystique du poete, i l convient de passer en revue l e s jugements, assez varies, i l faut bien l e d i r e , qui ont deja, ete portes sur cet aspect de Rimbaud. Comme l e signale l'abbe Bremond, i l y a deux etats mystiques proprement d i t s . Le premier etat, qu'on peut d e f i n i r par l e mot "sacre", v i s e a rapprocher l'homme et son Dieu. C'est " l e supreme developpement i c i - b a s de toute connaissanee r e e l l e ( ! ( l ) . Le second, d'une importance qui est beaucoup plus v i t a l e a tous ceux qui cherehent k comprendre•1'oeuvre rimbaldienne, c'est ee que M. Bremond nomme " l ' e t a t mystique profane*'. II a d i t a ce sujet: ' " L ' a c t i v i t e poetique est une ebaudhe na t u r e l l e et profane ..de 1 ' a c t i v i t e mystique: profane ;et n a t u r e l l e . . . . mais qui plus est, ebauche confuse, maladfoite, pleine de trous, ou de blancs, tant qu'enfin l e poete ne s e r a i t qu'un mys-tique evanescent ou qu'un mystique manque." (2) Pourquoi l e poete n ' e s t - i l qu'un "mystique manque"? V o i c i l a reponse que nous donne l'abbe: "Le poete, plus i l est poete,, plus l e tourmente l e besoin de communiquer son experience... Le mystique, plus i l est (1) Bremond, H., Pribre et poesie, p. 207. (2) ouvr. cite,p.208. 32. mystique, moins i l eprouve l e besoin de se eommuniquer. Le poete, en tant que poete ne peut pas ne pas p a r l e r . " (1) A i n s i , Inexperience poetique est une "pierre d'attente d'une experience plus haute, qu'elle appelle, en quelque sorte, mais oh d'elle-m§me e l l e ne saurait conduire, qu'elle emp§cherait plu t o t . " (2) Cependant M. Rolland de Reneville estime que l e de-reglement de Rimbaud est l i e aux pratiques des brahmanes, qui l e s emploient, d i t - i l , pour "obtenir l'extase, et entrer en communion avec l'Ame u n i v e r s e l l e " (3). II continue a i n s i : "Rimbaud poursuit avec une ardeur douloureuse l e s recherehes qui doivent l e mener "k l'inconnu. Avant que d'agir sur l e sujet a developper — son ame — i l s'efforce de l a de-couvrir." (4). M. Marcel Raymond s'oppose aux theories soutenues par M. de Reneville et aussi par M. Porche. II ne semble pas c r o i r e que Rimbaud a i t cherche a suivre 1'exemple des yoghis. I I d i t meme: "Pour moi, je n ' i r a i pas s i l o i n ; i l me semble que Rimbaud est reste jusqu'au bout l e non-conformiste absolu qui brise l e s systemes ou passe au travers... Un elan i r r e -(1) Bremond, ouvr. cit e p. 210. M. Haekett s'oppose a cette idee d'un mystique qui ne se communique pas quand i l d i t : - "Les mystiques et l e s ermites qui vivent dans l a solitude se ereent un public: i l s peuplent leurs reves de demons, d'anges, ou de fees." (Le Lyrisme de Rimbaud, p. 64) (2) ouvr. c i t e p. 221. (3) de Reneville, Rimbaud l e Voyant, p. 63. (4) ouvr. c i t e p. IW. IT nous indique (p. 124) encore un autre aspect du gout mystique de Rimbaud: "Lorsque Rim-baud nomine ses pensees mes f i l l e . s , mes reines, i l cede a tine tendance qu'Auguste Comte c l a s s e r a i t dans l ' e t a t mystique: q u ' i l distingue des fees dans l e s rayons du s o l e i l , ou des anges dans l e s cla r t e s des nuages, sou-vent l'on trouve chez Rimbaud-un gout pour l a personni-f i c a t i o n des phenomenes et des forces abst r a i t e s . " Voir aussi l e s phrases de Porche citees dans l e chapitre precedent, p.8 note 2) 33. pressible l e p o r t a i t a l a conqu§te d'un etat p r i m i t i f ou l'ame personnelle eehappant a ses l i m i t e s r e s t i t u e , dans une ivresse mystique, ses forces a l ' u n i v e r s e l . " (1) Selon M. Raymond, 1'egoisme de Rimbaud aurait nui a ses pouvoirs mystiques, et l'auteur f a i t une d i s t i n c t i o n , comme l ' a f a i t e 1'abbe Bremond du reste, entre l e v r a i mystique et le poete: "Seulement, l e v r a i mystique ne veut avouer d'autres pou-voir s en l u i que c e l u i que Dieu exerce a son gre a .travers sa personne. Au contraire, Rimbaud, thaumaturge et demonia-que, ne se donne que pour se reprendre, pour j o u i r de sa volonte de puissance et tenter de capter a son p r o f i t les. forces surnaturelles. Mage plutot que mystique", son egoisme, un egoisme transcendant, ne se l a i s s e oublier de l u i que par intermittences." (2) I I est interessant de constater a cet egard que l e Colonel Godchot, aussi bien que M.Arthur Chisholm (3), sou-li g n e n t 1'imperialisme i r r a t i o n n e l de Rimbaud. A v r a i d i r e , l e poete l u i ®Sme en temoigne dans sa Nuit de 1'enfer (4). C'est en parlant du Bateau Ivre que M. Godchot a d i t : "On peut affirmer que Rimbaud n'a pas e c r i t l e Bateau Ivre uniquement pour l e p l a i s i r d'ecrire un poeme ; . . i l a poursui-v i un but hautement l i t t e r a i r e et s c i e n t i f i q u e , u t i l i s a n t l e s symboles... les r e s u l t a t s de ses lectures, de ses etudes geographiques et autres; i l y-a mis toutes l e s hallucinations q.ui alors hantaient son .cerveau de voyant avec ses esperances et l e s desespoirs de ses noirs pronostics. II a poursuivi a^ussi un but absolument personnel; l a s a t i s f a c t i o n de son inextinguible o r g u e i l . " (5) II ne faut pas oublier non plus l a phrase deja, citee (l)Raymond,M., De Baudelaire au surrealisme, p. 41. ( 2) ouvr. c i te p. 437 (3) "The c h i l d i s h habit of i d e n t i f y i n g himself with the per-sonages of pictures was... no doubt f u l l of a r t i s t i c p o s - ^ • s i b i l i t i e s . . . 'je suis l e pie ton de l a grand'route par les, nains' (Enfance) — i s a curious symbolical foreshadowing of his tremendous egotism." (The Art of Rimbaud, p.68) (4) "Je suis pret pour l a perfection o r g u e i l . " (5) Godchot, Le- Bateau Ivre. •. de Rimbaud, Rev.Pol. et L i t t . 69: p.297~TMy 16 ' 3 l l 34. de M. P a u l Claude! qui d e e r i t Rimbaud en "mystique a l ' e t a t sauvage, une source perdue qui r e s s o r t d'un s o l sature" ( 1 ) . Cette phrase eelebre a i n s p i r e a. M. Raymond l ' i d e e suivante: " A i n s i , l ' i d e e que l ' a e t i v i t e poetique est un moyen de con-naissance occulte d'une surnature e t a i t en t r a i n de s'en-r i c h i r , immediatement avant l a guerre, d'une mystique et f.' d'un e s p r i t de r e v o l t e dont Rimbaud e t a i t l a source." (2) Et selon M. Raymond., C est Rimhaud q u i est l e v r a i precurseur des s u r r e a l i s t e s . C'est l u i q u i a " e n t r e b a l l l e l e s portes que l e s s u r r e a l i s t e s n'avaient qu'a o u v r i r toutes grandes." (3) S i l e s c r i t i q u e s que nous venons de c i t e r ne tombent pas d'accord a propos des p r i n c i p j i a c t i f s du mysticisme de Rim-baud, i l s ont tous d i t que l e poete e t a i t assurement un m y s t i -que. Mais M. Rene Etiemble n'est pas de cet a v i s . Dans un ar-t i c l e i n t i t u l e Le Mythe de Rimbaud, i l a b i e n nettement r e g i e 1 ' a f f a i r e Rimbaud. I I s o u t i e n t que: "... l a mode est d ' i n t e r p r e t e r Rimbaud comme un champion du 'mysticisme'; tous l e s poetes pretendent, depuis cinquante annees, a l ' e p i t h e t e de mystique.... Rimbaud s e r a done "mystic" et ses oeuvres " m y s t i c a l " , ce qui prepare l e " r e l i g i o u s martyrdom" et l a d i v i n i s a t i o n d'•Arthur.... On p o u r r a i t esperer que l a metaphysique personnelle de M. Ce-e i l Hacxett-- une s i m p l i f i c a t i o n du Ereudisme — l e m e t t r a i t en garde contre l e s mefaits de 1'inconscient c o l l e c t i f . I I n 1 en est r i e n . " (4) Mais de toutes ces d e f i n i t i o n s savantes du mysticisme du poete, l a q u e l l e f a u t - i l > c h o s i r ? E t a i t - i l un mystique a l ' e -t a t sauvage, selon M. Claudel? Ou e t a i t - i l p l u t ^ t un mage ego-i s t e , comme l ' a f f i r m e n t MM. Raymond, Godchot e t Chisholm? I l (1) Preface aux Oeuvres deArthur Rimbaud, p. 3. ( 2) Raymond, ouvr. c i t e p .'254. (3) Hadeau, M., H i s t o i r e du surrealisme, p. 64. (4) Etiemble, R., Le Mythe de Kimbaud, Rev. Litt.Comp. 19 Ja '39, pp .~T74-175 nous semble que l a question se resout assez facilement a l' a i d e de l'abbe Bremond. II nous presente l e poete a. un etat mystique profane et i l c i t e l e s phrases de Baudelaire-, qui pourraient bien s'appliquer a. Rimbaud lui-meme: "E l l e s (les^oeuvres du poete) sont ... l e temoignage d'une s e n s i b i l i t e i r r i t e e , d'une postulation de nerfs, d'une nature exilee dans 1'imparfait et qui voudrait s'emparer  immediatement, sur cette terre meme, d'un paradis r e v e l e . " ( l ) Nous pouvons done affirmer que Rimbaud e t a i t mystique. Mais une t e l l e affirmation doit §tre q u a l i f i e e . Le mot mystique implique beaucoup plus de devotion et de saintete que n'a jamais possede Arthur Rimbaud, quoiqu'il a i t eprouve des sensations et des experiences peu ordinaires. II nous reste done a. dire que Rimbaud e t a i t un mystique a l ' e t a t profane, ee qui s'accorde l e mieux possible avec son genie et avec son attitude envers l ' e -g l i s e et envers l a societe. Le mysticisme de Rimbaud s'associe de pres avec l'O-r i e n t . Selon M. Porehe, l e " l i e u " du poete e t a i t l ' A s i e . A i n s i nous devons considerer un peu l e r o l e de 1'Orient dans ses oeuvres. Rimbaud lui-meme a indique une certaine tendance orientale quand i l a d i t en parlant du poete dans son "manifeste" du 15 mai,1871, que: . "... la' premiere etude de l'homme qui veut etre poete est sa propre connaissanee entiere. II cherche son ame, i l l'inspeete, i l l a tente, l'apprend. Des q u ' i l l a s&it, i l l a d o i t c u l t i v e r . " (2) N'est-ce pas, comme 1'indique M. de Reneville (3), que cette (1) Bremond, ouvr. c i t e p.220. Voir aussi Porehe p.32 note 4. (2) Yerta-M?lera 1 ouvr.,cite p,55. . , , _ . II est mteressant de considerer a. cet egard l e grand prineipe soeratique: "Connais-toi toi^rm^me." (3) de Reneville, ouvr. c i t e p.51. 36. these est tres proehe de c e l l e des brahmanes? Eux aussi cher-chaient une connaissance entiere de l'ame par 1'etude de l'ame. lous voyans a i n s i qvce l e fond m£me des theories poetiques rim-baldiennes est tout a f a i t o r i e n t a l (1)., Mais i l nous semble que ee qui a t t i r e Rimbaud vers 1'Orient, c'est surtout l a renommee des sages asiatiques. De ces philosophes l e poete a voulu obtenir une reponse aux m i l l e et une questions qui fo u r m i l l a i e n t dans sa eervelle, questions r e l a t i v e s a l a v i e , a l ' e t e r n i t e , et au sort de l'homme: ' "Je retournais a 1'Orient et a l a sagesse premiere et eter-n e l l e . " (2) Voila, l a formule qu'on doit appliquer a cette question. Rim-- baud dedaignait l'Occident, sa patrie, car i l n'y avait pas trouve l a t r a n q u i l l i t e de ljame. Ueanmoins, i l se rend compte tres v i t e que ses recherches vont l'amener a.des conclusions plus r a d i c a l e s . L'Orient proprement d i t ne l e contente plus: "Je n'avals pas en vue l a sagesse batarde du Goran." (2) Ou p e u t - i l a l l e r maintenant? II. n'y a qu'un seul endroit qui puisse s a t i s f a i r e cette angoisse poetique: c'est l'Eden, l e paradis du premier homme ( 3 ) . Une f o i s deja dans ses poemes, (1) Une autre these que soutient Rimbaud est c e l l e de l ' a -mour, these que nous avons deja discutee. Selon de Re-n e v i l l e (ouvr. c i t e p. 127), dans certains poemes des .Illuminations, on trouve " l a croyance qui l e domina pen-dant toute sa v i e et q u ' i l emprunta aux metaphysiques de 1'Orient: l a toute-puissance de 1'amour et l a p o s s l b i -l i t e par l u i seul d'amener l a redemftjpion du monde." (2) I'Impossible, p. 299. ( 3 ) Voir Si1vain, R., Rimbaud l e preourseur, p.158. "Par 1'Orient.... i l ne veut pas dire 1'orient r e e l . . . c'est un nom pour l e paradis terrestre -r l e monde anterieur a l a c i v i l i s a t i o n moderne." quand i l avait voulu parler de l 1 Orient, certaines gens l u i a-vaient signale son erreur: "Les gens d J.Eglise diront: vous voulez pa r l e r de l'Eden." (1) Et l e s philosophes l u i indiquent comment i l faut agir: l'homme doit rester en Occident, mais i l est l i t r e de se cr o i r e en Orient, d'y vivre spirituellement, pour j o u i r a i n s i des dons de l a sa-gesse. L'Orient devient a i n s i un etat d'ame: "Les philosophes: vous Stes en Occident, mais l i b r e d'ha-b i t e r dans votre Orient..." (1) . En plus, 1'Orient represente " l a p a t r i e p r i m i t i v e " (2) ou l'homme est en rapport avec l a v e r i t e qui "peut-Stre nous en~ toure avec ses anges pleurant." (3) C'est l k q u ' i l peut voguer "en pleine sagesse"; c'est l k q u ' i l v o i t l a v i s i o n de l a purete. Or, 1'Orient n'est pas tout k f a i t l'Eden dont parient l e s pretres ee n'est pas non plus un etat d'ame comme disent l e s philosophes. C'est l e pays du voyant oh i l cherche l e bonheur. Cette notion de 1'Orient qui se montre dans l e s poemes de Rimbaud a eu des suites interessantes. De meme que l e poete a dedaigne sa patrie et sa v i l l e natale, de meme i l a voulu se passer metaphoriquement de l a nourriture occidentale. Cet asce-tisme — car c'est ce qui resulte de son attitude — se manifeste surtout dans l e s deux poemes Les FStes de l a faim et La Comedie  de l a s o i f . D'apres M. de Reneville, l a Comedie de l a s o i f (1) IlJrSn^ ouvr.cite, p.300. (2) "... 1'Orient n'est pas seulement l a patrie des sages, c'est aussi l e reservoir des forces sauvages, l a patrie e t e r n e l l e des 'barbares', ... ennemis de l a culture de l ' a r t , des pet i t e s manifestations r i d i c u l e s des Oceiden-taux..." (ITadeau, ouvr.cite, p.109) L'Orient peut a i i M ^^r£presenter pour Rimbaud l a force q u ' i l a tant veneree. 38. provient d'un essai i n u t i l e du poete de se s e r v i r de drogues pour degager d'un corps trop lourd son es p r i t de voyant. Rim-baud a v i t e trouve, affirme M. de Reneville, que ces moyens f a -c i l e s d'obtenir des vis i o n s surhumaines n 1avaient pas d ' e f f i c a -c i t e r e e l l e . Ge que Rimbaud a voulu trouver grace aux drogues, c'e-t a i t quelque chose pour apaiser sa s o i f — une s o i f qui n'est d ' a i l l e u r s pas plus physique^ que l e s hal l u c i n a t i o n s du voyant. C'est une s o i f surtout cerebrale -- un desir primordial de quel-queehose que l e poete ne peut meme pas d e f i n i r . Cette s o i f l e "mine et (le) desole" (1). II ne peut nullement y echapper; de meme,, i l ne sera content que l o r s q u ' i l l'aura s a t i s f a i t e . La s o i f joue un r61e important dans 1'ascetisme de Rim baud, mais, comme l e signale M. de Reneville, "L'esprit du poete ne semble pas avoir comprisa quel de-pouillement son maitre a decide de parvenir (%).... Rim-baud se moque de ce n a i f chansonnier.... et l u i apprend que l a s o i f comporte une valeur en elle-meme et non point par 1'obJet, s i pur s o i t - i l , auquel tend son ardeur: ' yansonnier, ta f i l l e u l e C'est ma s o i f s i f o l l e . . . ' " (3) Cette s o i f est " f o l l e " car e l l e est dereglee et ne connalt pas de bornes. Or, e l l e n'est pas reservee seulement pour l e s po-etes, n i pour l e s hommes: "Les pigeons qui tremblent dans l a p r a i r i e , Le g i b i e r qui court et qui v o i t l a nui t , Les betes des eaux, l a b§te asservie, Les derniers p a p i l l o n s l ont s o i f aussi. Mais fondre oh. fond ce nuage sans guide, .•Shi- favorise de ce qui est frais'." (4) (1) Comedie de l a s o i f , p. 128. (2) Voir L'lmpossible, p.301: " S ' i l (mon esprit) avait tou-jours ete bien e v e i l l e , je voguerais en pleine sagesse!" (3) de Reneville, ouvr. c i t e , p. 94. (40 Comedie de l a s o i f , p. 130. 39. Tout ce q u i v i t , d i t Rimbaud, a s o i f -- m%me l e s monstres mari-times. Dans l e u r cas, l a s o i f represente un d e s i r a u s s i aigu que c e l u i du poete, mais qui peut se s a t i s f a i r e . Le probleme de Rimbaud ne peut pas se resoudre s i f a c i l e m e n t : l e poete ne peut pas trouver l e g l t e ^ d e s pigeons q u i v o l e n t comme un "nuage sans guide" et qui peuvent "fondre"(comme l a n e i g e ) e t d i s p a r a i t r e dans l e u r s n i d s . I I d o i t continuer a ehercher l e moyen d'etancher sa s o i f i n t e r i e u r e — une s o i f s p i r i t u e l l e . Cette comparaison aux betes dont i l se s e r t est censee nous f a i r e v o i r que sa s o i f est un d e s i r elementaire et p r i m i t i f et non pas l e p r o d u i t de ]a c i v i l i s a t i o n . I I a u r a i t pu grouper l e terme s o i f avec l e desert dans cette phrase ou. i l d e c r i t c e l u i q u i recherche l e bonheur: "La marche, l e fardeau, l e d e s e r t , l ' e n n u i et l a c o l e r e " ( l ) . La s o i f se retrouve meme dajas ses souvenirs d'enfance ou i l l ' a s s o c i e avec l a faim: " I I y a e n f i n , quand l' o n a faim et s o i f , quelqu'un qui vous chasse." (2) Et c'est c e t t e s o i f qui denote, en plus du d e s i r men-tionne ci-dessus, une angoisse de 1 ' e s p r i t a l a f o i s mentale et emotive. Rimbaud nous montre q u ' i l y a une f o r c e i n v i n c i b l e qui l ' a toujours empeche de f a i r e ce q u ' i l v o u l a i t . Les a u t o r i t e s c o n s t i t u t e s ne l u i permettent poi n t de se l i v r e r aux passions et aux t h e o r i e s qui sont, e r o i t - i l , l e s seuls remedes e f f i c a c e s a sa s o i f . C'est encore une r a i s o n de sa haine p e r s i s t a n t e contre l e pouvoir des autres. Avant d ' e c r i r e l a Comedie de l a S o i f , l e poete nous (1) Mauvais Sang, p. 262. .(2) Enfance, p. 201. 40. avait deja indique l a s i g n i f i c a t i o n toute speciale q u ' i l atta-chait au verbe boire. C1 est dans Larme que nous trouvons l a pre-miere a l l u s i o n a cette s o i f qui va representer 1" angoisse s p i r i -t u e l l e du voyant: "Que pouvais-je boire dans cette jeune Oise? Ormeaux sans voix, gazon sans f l e u r , c i e l couvert: Que t i r a i s - j e a, l a gourde de colocase? Quelque liqueur d'or fade et qui f a i t suer." (1) L'Oise symbolise l 1atmosphere ecoeurante qui etouffe l e poete a C h a r l e v i l l e . Dans l e poeme Larme, i l d i t q u ' i l s ' i s o l e dans l e bois, l o i n des oiseaux, des troupeaux, des'villageoises. Malgre cet isolement, i l se sent entoure de choses fades. Le gazon est sans f l e u r s , l e s ormeaux sont sans voix. Ce sont l e s symboles de l a s t e r i l i t e emotive et mentale q u ' i l trouve dans son v i l l a g e n a t a l . Un sentiment de.malheur l'accable; tout ce qui 1'entoure est vieux, use, mort. La nature de ce bois n'est pas l a vraie Nature, source de l a vie, que Rimbaud desire connaitre. II se montre done refoule, t r i s t e , et sans aucun espoir de trouver de quoi etancher sa s o i f . C'est dans l a Comedie de l a s o i f que Rimbaud nous ex-plique ce q u ' i l cherche pour.s'abreuver -- ce q u ' i l doit trouver pour rester voya^nt. Cette "comedie" est une conversation ima-ginaire entre l e poete et certains representants de l a societe. Le poete pretend que tout l e monde, m<lme ses ascendants morts et vivants, veut 1'empecher de suivre son chemin. L u i cherche a se f a i r e voyant; eux tachent de l e detourner de cette route fanatique et, a leurs yeux, incomprehensible: (1) Larme, p. 116. "Au s o l e i l sans imposture Que f a u t - i l a l'homme? b o i r e . Moi: Mourir aux f l e u v e s barbares." (1) Ces parents l u i o f f r e n t a b o i r e de bon v i n , du c i d r e , du the. l a reponse du^ poete indique a, l a f o i s son i n d i g n a t i o n a l'jde e de ces bqissons banales, et son d e s i r de voyager dans des pays exotiques. I I cherche 1 ' e l i x i r qui puisse apaiser sa s o i f s p i r i t u e l l e , chose•inconnue de ses parents. I I v a u d r a i t mieux, d i t - i l , mourir dans un f l e u v e harbare, peut-etre ,• en > Orient, que de r e s t e r comme ces paysans a 1 ' e s p r i t borne, suf-foque par l a v i e o c c i d e n t a l e q u ' i l deteste: "Moi: Ahl T a r i r toutes l e s u r n e s . " w ( 2 ) D'un geste eomprehensif i l r e j e t t e tout ce qu'on l u i o f f r e , car i l n'y a aucun l i q u i d e quo.tidien qui puisse a s s o u v i r sa s o i f . Comme nous avons vu dans l e ch a p i t r e precedent, Rimbaud se souvient p a r f o i s de ses aneetres, q u i , d i t - i l , e t a i e n t des hommes f o r t s : " I l s se perqaient l e s cotes, buvaient l e u r sang." (3) S ' i l i m i t a i t ses aneetres, i l s'en i r a i t . I I c h e r c h e r a i t un autre pays ou peut-etre t r o u v e r a i t - i l de quoi etancher cette s o i f tracassante: "ma journee est f a i t e ; j e q u i t t e 1'Europe...(je v a i s ) imager ... b o i r e des l i q u e u r s f o r t e s comme du mectal bouillant—comme f a i s a i e n t ces chers aneetres autour des feux." (4) . , (1) Cornedie de l a S o i f , p. 125 (2) Comedie de l a S o i f , p. 126 (3) D e l i r e s 1, p. 277 (4) Mauvais Sang, p. 267 42 Le poete se p l a i n t d'etre de race i n f e r i e u r e . I I est f a i b l e , et c'est c e t t e f a i b l e s s e , c r o i t - i l , Qui l'empeche de tout comprendre et qui redouble sa s o i f . S ' i l s'en a l l a i t , i l se f e r a i t plus f o r t . I I b o i r a i t des l i q u e u r s etranges et, p a r t i enfant, . i l r e v i e n d r a i t homme. En buvant a longs t r a i t s ces , boissons, i l t r o u v e r a i t peut-etre l'inconnu, dont l e manque l e tourmente. Somme toute, ce que Rimbaud cherche a b o i r e , c'est quelque e l i x i r qui puisse l e rendre surhumain. Cette essence l e . mettra a meme de deplacer un i n s t a n t l e v o i l e g r i s qui I'entoure, et qui l u i cache l a route v e r i t a b l e du voyant: "Dire que je n ' a i pas eu sou c i de b o i r e . " (1) Quand i l aura trouve cet e l i x i r , - et quand i l l ' a u r a bu, i l sera maitre de l ' u n i v e r s , savourant une sorte d'ivresse surna-t u r e l l e qui l u i permettra de comprendre l ' i n f i n i . Tout poete est tourmente par un d e s i r du l i b r e epanouissement. Mais c'est Rimbaud qui,'en se servant de l a metaphore de l a s o i f , a pu r e a l i s e r l a supreme angoisse qui pr o v i e n t du d e s i r . Dans Mauvais Sang, i l nous d e c r i t l a f o r c e inoule de sa s o i f , a l a q u e l l e i l ajoute l a metaphore de l a faim. E t e r n e l l e s et p r i m i t i v e s , l a faim et l a s o i f ne cessent de l e tourmenter: "Faim, s o i f , c r i s , danse, danse, danse, dansel" (2) E l l e s l e font a g i r , marcher, g e s t i c u l e r , ' p u i s presque danser dans une c r i s e de n e r f s et de d e l i r e , comme a u r a i t f a i t un sauvage. (3) (1) Larme, p. 117 (2) Mauvais Sang, p. 265 (3) v. Chisholm, ouvr. c i t e , p. 16: "Music i s the symbol ... of h i s own cosmic d e l i r i u m . " 43 Cette c i t a t i o n nous f a i t eomprendre que l a metaphore de l a s o i f est l i e e de tout pres a l a metaphore de l a faim. Etudions a l o r s . l e s Petes de l a Faim,' poeme qui f a i t pendant a l a Comedie de l a S o i f . Cf-est cette oeuvre qui montre, selon M. de R e n e v i l l e , l'ascetisme du poete. ( 1 ) Cet ascetisme est ne d'un mepris.de toutes l e s choses cheres aux eompagnons t e r r e s t r e s de Rimbaud. I I veut se passer de tout ce qui est convenu, de tout ce qui e s t une p a r t i e i n t e g r a l e de l a v i e o r d i n a i r e . Dans l e s Fetes , Rimbaud f a i t v o i r son gout tout-puissant pour l e s choses ' e t e r n e l l e s de l a nature et pour l e s elements fondamentaux de notre existence. La t e r r e , l e s p i e r r e s , l e roc, ce sont l a . des choses t a n g i b l e s et simples, mais e t e r n e l l e s : " S i j ' a i du gout, ce n'est guere Que pour l a t e r r e et l e s p i e r r e s . Dinnl d i n n l d i n n l d i n n l .Mangeons l ' a i r , Le roc, l e s charbons, l e f e r . " (2) Rimbaud cherche a se nourri'r de ces elements fondamentaux. La t e r r e ne p e r i r a jamais; de meme, l a faim de. Rimbaud durera jusqu'a l a f i n de ses j o u r s , et ne mourra qu'avec l u i , car e l l e represente l e d e s i r de tout s a v o i r , de pousser au d e l a des l i -mites n a t u r e l l e s l'etendue de l a connaissanc'e humaine. En outre, l e paysage desertique (3) que d e c r i t Rimbaud dans ces ( 1 ) de Reneville,, ouvr. c i t e , p. 87. (2) Les F e t e s . ^ T ' 1 5 6 (3) M. de. Gaul t i e r v o i t dans cette manie pour l e desert que manifeste Rimbaud, l e r e s u l t a t i n e v i t a b l e de son horreur de l a v i e s o c i a l e ; "...Ce qui pousse Rimbaud au desert, c'est 1'horreur de v i v r e parmi des hommes avec 'qui i l a tente une f o i s de s'entendre dans l a langue d'Orphee, mais dont l a s e n s i b i l i t e faqonee et domestiquee par ces mots a r i d e s et d e p o u i l l e s qui composent l e u r langage o r d i -n a i r e ne reserve a l a sienne que des b l e s s u r e s , des b l e s -sures q u ' i l est p r e t a rendre. C o n s e i l l e . a u c o n t r a i n t par son grand s o i , i l a f u i l a v i e s o c i a l e dans l e l y r i s m e d'abord, ensuite au desert a f r i c a i n . . . " (Le Lyrisme physio-l o g i q u e et l a Double P e r s o n n a l l t e d'Arthur Rimbaud. M. de F.; 170, Mar '24, p. 308.) • 4 4 vers ind.ig.ue d'une facon symbolique l e s d i f f i c u l t e s qui en-tourent. le voyant. Ensuite, i l nous montre l a nourriture q u ' i l o f f r e a cette faim pour l'assouvir: -"Mes faims, tournez. Paissez, faims, Le pre des sons! A t t i r e z l e gai venin Des l i s e r o n s ; Mangez l e s c a i l l o u x qu'un pauvre br i s e , Les v i e i l l e s pierres d'eglises, Les galets, f i l s des deluges, Pains couches aux vallees g r i s e s . " (1) Rimbaud s'adresse k ses faims: "Paissez faims, l e pre des sons": e l l e s se nourriront de l a musique qu'on entend lorsque " l a main d'un maitre anime l e clavecin des pres."'(2) II faut noter 1'allusion aux liserons--des. f l e u r s qui grimpent et qui cher-chent, de meme que l e poete, k s'elever au dessus des f l e u r s ordinaires. Et c'est k travers l e s ruines des aneiennes superstitions que doit voyager le poete pour se f a i r e voyant. II doit ignorer l e s aneiennes croyances, et a i n s i c'est des v i e i l l e s pierres d'eglises, autant que de leurs equivalents, l e s p e t i t s c a i l l o u x p o l i s qu'on trouve au bord de l a mer, que Rimbaud nourrira ses faims. La phrase "les c a i l l o u x qu'un pauvre b r i s e " nous montre que m§me dans les d e l i r e s de sa faim, l e poete n'oublie pas les p a u v r e s — l e s l a b o u r e u r s — q u i , eux aussi, essaient de f a i r e -une route avec des p i e r r e s . C'est (1) Fetes de l a Faim, p. 157 Chose interessante: pour M. Hackett, l e s pierres sym-bolisent l e s enfants que, d i t - i l , l e poete a toujours detestes: "...Rimbaud tue les enfants de l a terre de maintes fatjons d i f f e r e n t e s . I I les mange en cette orgie qu'est F§te de l a Faim... Kous'avons dejk decou-vert dans...Les Effares que~le pain symbolise pour Rimbaud un enfant. II en est de meme des pierres..." Et i l c i t e l a legende de Deucalion- et de Pyrrha dans l e s Metamorphoses d'Ovide. (Ouvr. c i t e , p. 108) (2) Soir Historique, p. 218 45 une comparaison metaphorique t r e s i n t e r e s s a n t e . (1) Le c i e l , a u ssi b i e n que l a t e r r e roeheuse, peut n o u r r i r c e t t e faim de voyant: • "Mes " f aims, c'est l e s bouts d ' a i r n o i r , L'azur sonneur; --C'est l'estomac q u i me t i r e , C'est l e malheur." (2 ) L'azur a t t i r e l e poete. D e r r i e r e l'espace b l e u , i l y a peut-etre l ' i n f i n i . C'est pour l u i comme s ' i l y a v a i t dans l e c i e l un menetrier qui l ' a p p e l a i t par une musique aerienne. Le malheur 1 ' e n v e l o p p e - - i l ressent comme une n e c e s s i t e p r i m o r d i a l e de. son £tre ce besoin e s s e n t i e l de s a v o i r , qui se transforme e n f i n en v r a i tourment. La faim cerebrale du poete exerce sur toutes ses idees un pouvoir qui depasse meme c e l u i de l a faim physique sur l e corps de l'homme. Selon Rimbaud, l a sagesse t e r r e s t r e n'est que l e commencement inepte du s a v o i r supreme q u ' i l cherche . I I indique c e t t e idee en se servant d'une metaphore a g r i c o l e - — l e s f e u i l l e s . Les f r u i t s que ces f e u i l l e s annoncent ne sont pas pour tout l e monde, mais seulement pour c e l u i qui s a i t l e s v o i r - - c 1 e s t - a - d i r e , l e voyant: "Sur t e r r e ont paru l e s f e u i l l e s : Je v a i s aux c h a i r s de f r u i t b l e t t e s . " ( 3 ) (1) " . . . i l a p pelle ses reves. I I l u i f a u t l e s materiaux bruts de l a nature: l e charbon, l a p i e r r e , l e roc, l e . f e r ; l e corps meme de l a t e r r e . En imagination, i l s ' a s s i m i l e tout; i l conserve tout au fond de son §tre. Pourtant, tout l u i manque." Hackett, ouvr. c i t e , p. 1 4 2 . (2 ) Fetes, p. 157 (3) Fetes, p. 1 5 7 . 46 Ses coht.emporains ne peuvent v o i r que l e commencement de l a v i e v e r i t a b l e : i l s n'imaginent pas q u ' i l puisse e x i s t e r plus que ce q u ' i l s ne v o i e n t et ne comprennent. Mais Rimbaud a tout vu. I I eomprend l a v i e tout e n t i e r e - - l e s f e u i l l e s qui en r e -p r e s e n t e d l a p a r t i e v i s i b l e a u s s i b i e n que l e s f r u i t s qui en denotent l a p a r t i e i n v i s i b l e . (1) • Nous pouvons resumer, maintenant, l e s t r a i t s qui d i s t i n g u e n t l a s o i f et l a faim de Rimbaud. Ces deux sensations representent une f o r c e toute puissante qui pousse l e poete vers un but inconnu. De. meme que dans l e u r s formes physiques, e l l e s sont i e s passions l e s plus f o r t e s de l a v i e de l'homme, de meme dans l e u r s formes metaphoriques e l l e s ne permettent po i n t au poete de cesser son t r a v a i l . I I f a u t absolument q u ' i l trouve l e moyen d'etaneher cette s o i f et d'assouvir c e t t e faim. Le mage brahmane cherche a se rendre mystique par l e jeune et par l'-epuisement de ses f o r c e s . Rimbaud a depasse ces pra-t i q u e s . La m o r t i f i c a t i o n c o r p o r e l l e ne l u i s u f f i t pas, car l a s o i f et l a faim dont i l s o u f f r e ne sont plus physiques. I I s ' e f f o r c e a l o r s a l e s s a t i s f a i r e , sachant b i e n que l ' a p a i s e -ment de ces passions est tout ce qui peut 1 1 e l e v e r au-dessus de ses contemporains. Rimbaud, mystique profane, c h e r c h a i t dans l e m y s t i -cisme de 1'Orient une recompense a toutes ses souffrances de "poete maudit". A cause de sa faim et de sa s o i f , i l s'est engage a t r a v e r s e r l a route de l'ascetisme c e r e b r a l , pour a r r i -ver a. un c e r t a i n but. C'est a. une c o n s i d e r a t i o n de ce but que sera dedie le. c h a p i t r e s u i v a n t . (1) Citons a cet egard 1'opinion de M. Hackett: " . . . i l r e -v i e n t finalement au s e i n maternel et a l a n o u r r i t u r e de son enfanee: 'je v a i s aux c h a i r s . . . ' " . (Ouvr. c i t e , p. 171) CHAPITRE IV RIMBAUD L'INNOCENT De Roche, ou i l prepare des poemes qui p a r a l t r o n t p l u s t a r d sous l e t i t r e Une Saison en enfer, Rimhaud e e r i t dans une l e t t r e a Delahaye: "Je t r a / v a i l l e pourtant assez regulierement; je f a i s des p e t i t e s h i s t o i r e s en prose, t i t r e general: l i v r e palen, ou l i v r e negre. C'est bete et innocent...' 1 (1) Le mot innocent est a r e l e v e r car i l indique un motif q u i r e -v i e n t t r e s souvent dans 1'oeuvre du poete et nous donne, a v r a i d i r e , l a s o l u t i o n au probleme Rimhaud. De meme que l e combat du poete se resout en une b a t a i l l e entre l'homme pur et l e monde impur ( 2 ) , de meme son ascetisme devient une faqon de r e s t e r innocent. La persuasion de son innocence fondamentale et o r i -g i n e l l e est ce qui f a i t l e fond de l a conscience de Rimbaud. "Intuitivement i l s a i t q u ' i l est ne bon et innocent..." (3) L u i s e u l est sans peche; l e re s t e du monde s o u f f r e des con.se -quences du peche o r i g i n e l ( 4 ) . . D'ou v i e n t que l e poete est pur (1) P l e i a d e , p. 716 (2) *'(la poesie est) l e temoignage d'une " s e n s i b i l i t e i r r i t e e . . . d ' u n e nature e x i l e e dans 1 ' i m p a r f a i t . " (Bremond, P r i e r e et Poesie, p. 220, ou i l c i t e Baudelaire"]^ (3) Hackett, ouvr. c i t e , p. 173. (4) "Simple comme un for&t v i e r g e et beau comme un t i g r e , s elon l a parole de V e r l a i n e , Rimbaud se j e t t e d'un bond par dela l e b i e n et l e mal." (Carre, Vie de Rimbaud, p.p. 129-130.) 48 et sans faute? " ' l ' a r b r e du bien et du mal' n'est que l ' a r b r e de l a v i e , de 1'experience: b r e f . . . l e peche o r i g i n e l e x i s t e s e u l e -ment dans 1'imagination de l'homme d i t c i v i l i s e . " (1) Rimbaud estime q u ' i l est " l ' e t r e p r i m i t i f " , q u ' i l d i f f e r e moralement de tous l e s autres hommes. "La morale," a - t - i l d i t , "est l a f a i b l e s s e de l a c e r v e l l e . " Et ensuite: "L'enfer ne peut attaquer l e s paiens." V o i l a comment i l s'est vaccine contre l a maladie du peche. I I nous repete cette these quand i l p a r l e de son f a i b l e camarade dans Vagabonds; i l essaie de l ' i n o c u l e r , l u i a u s s i , contre l a . morale et contre l a c i v i l i s a t i o n : " J ' a v a i s en e f f e t . . . p r i s 1'engagement de l e rendre a son e t a t p r i m i t i f de f i l s du s o l e i l , et nous e r r i o n s . . . moi presse de trouver l e l i e u et l a formule." (2) Ce sont l k deux idees d'une importance c a p i t a l e dans l a p h i l o - • sophie rimbaldienne: l a c o n v i c t i o n d'abord que c'est k " l ' e t a t p r i m i t i f " que l'homme trouve son innocence,. et ensuite l a volonte de rechercher " l e l i e u et l a formule." Ob. est ce l i e u ? Quelle est ce t t e formule? I l s se trouvent tous l e s deux dans 1'oeuvre du poete, mais au l i e u de p r e c i s e r ces idees, Rimbaud nous d i t p l u t o t ce q u ' e l l e s ne sont pas. A i n s i , i l se fache contre ses parents: "Parents, vous avez f a i t mon malheur." (3) Q u o i q u ' i l s o i t ne "bon et innocent", ses parents l u i ont impose l e bapteme, "sans comprendre que c ' e t a i t un poison (1) Hackett, ouvr. c i t e , p. 173. (2) Vagabonds, p. 241 (B)Huit de l ' E n f e r , p. 271 49 pour l u i . " (1) C ' e t a i t pour l u i un poison parce q u ' i l a v a i t ete pur jusqu'a cet i n s t a n t - l a . P u i s , d'apres l e s d o c t r i n e s de l ' e g l i s e c a t h o l i q u e , i l e s t devenu comme tous l e s a u t r e s , l'homme du peche: "L'idee catholique. . . montre l a c o r r u p t i o n des l a naissance, puisque des notre entree dans l e monde nous sommes marques du peche." (2) C'est de ce t t e c o r r u p t i o n q u ' i l a du s ' e n f u i r , pour regagner 1'innocence q u ' i l p o r t a i t a l'heure de sa naissance. I I f a u t noter l a faqon dont i l a adapte l e s paroles celebres de Descartes a sa propre s i t u a t i o n * Descartes a d i t : "Je pense, done je s u i s , " mais Rimhaud l e transforme a i n s i : "Je me -crois en enfer, done j'y s u i s . " (3) C'est a i n s i que l e poete se d e f a i t du pu r g a t o i r e dont l e menacent l e s p r e t r e s et dont i l a l u dans l a B i b l e "aux tranches v e r t chou." I I n ' a u r a i t pas ete condamne s ' i l n ' a v a i t pas ete baptise par ses parents. Meme ba p t i s e , i l a pu e v i t e r "1'execution du catechisme" par ses propres e f f o r t s , p u i s q u l i l est retourne a, son innocence, et p u i s q u ' i l a refuse tout net de e r o i r e a l ' e n f e r . I I peut maintenant se passer du s a l u t : ."... pur dans un monde dechu, i l r e s t e i c i - b a s 'sans-coeur'; r i e n ne l u i est de r i e n . " (4) Dans l e s propres mots du "sans-coeur": • "L'ennui n'est plus mon amour. Les rages, l e s debauches l a f o l i e - - . , . tout mon fardeau est depose. Apprecions sans v e r t i g e 1'etendue de mon innocence." (5) (1) R i v i e r e , ouvr. c i t e , p. 81. (2) Hackett, ouvr. c i t e , p. 42-43. (3) v. Carre, ouvr. c i t e , p. 128,. .(4) Raymond, ouvr. c i t e , p. 45. (5) Mauvais Sang, p. 267. • . . . 5 0 Dans Mauvais Sang, Rimbaud d i t que c' est seulement a l a c o n d i t i o n que Dieu l u i donne " l e calme c e l e s t e " g_u'll a c c e p t e r a i t l e s dogmes de 1 ' e g l i s e : " S i Dieu m!accorderait l e calme c e l e s t e . . . comme l e s anciens s a i n t s . . . Farce c o n t i m i e l l e ? Mon innocence me f e r a i t p l e u r e r . La v i e est l a f a r c e a mener par t o u s . " ( l ) I I s e r a i t , a l o r s comme ! I l e s anciens s a i n t s " . Mais, d i t - i l , e s t -ce que ce t t e h i s t o i r e des s a i n t s n'est qu'un autre aspect de cet t e "farce c o n t i n u e l l e " que represente a ses yeux l a r e l i g i o n catholique? I I se rend compte de son innocence, qui depasse c e l l e des s a i n t s , et i l c r o i t q u ' e l l e l e r e n d r a i t mecontent de l ' e t a t de s a i n t e t e . La v i e est une f a r c e . Le calme c e l e s t e n ' e s t - i l pas tout simplement l a v i e o r d i n a i r e , g l o r i f i e e par 1'eglise? Pour d e c r i r e cette f a r c e qu'est l a v i e , Rimbaud emploie un autre terme important--le bonheur e t a b l i . C e l a r e -presente pour l u i tout ee q u ' i l trouve de ha5.ssa.ble dans ce monde, et q u ' i l veut r e j e t e r : "Quant au bonheur e t a b l i , domestique ou non, ...non, je ne peux pas." ( 2) I I l e repousse, en di s a n t q.ue pour l u i , ee bonheur est.impos-s i b l e . I I ne veut pas 1'accepter. S o i t . Mais en s u s , . i l ne peut pas l ' a c c e p t e r , a cause de sa phi l o s o p h i e de 1'innocence, qui l u i impose l a n e c e s s i t e d'un bonheur tout autre. Citons ce qu'a d i t Jacques R i v i e r e a ce s u j e t : "Tout ce qui nous donne aisance et douceur, tout ce qui f a c i l i t e l a v i e , c'est l a jus'tement l e poison qui l'a t t a q u e et l e devore." (3) (1) Mauvais Sang, p. 268 (2) Loc. c i t . (3) R i v i e r e , ouvr. c i t e , p. 90-. Le bonheur e t a b l i a u r a it nui a son innocence. En l'acceptant, i e poete s e r a i t devenu alors comme tout autre homme ( 1 ) . V o i l a pourquoi Rimbaud a du ereer pour lui-meme un bonheur tout spe-cial—bonheur qui vient du f a i t q u ' i l e t a i t seul de son espece, et q u ' i l l u i a f a l l u creer de quoi s a t i s f a i r e son e s p r i t unique. M. de Gaultier a bien nettement indique l a nature du bonheur rimbaldien: "De sa difference avec l e s autres hommes, de son inaptitu-. de a l a vie s o c i a l e , Rimbaud s'est f a i t a i n s i une pos-s i b i l i t e de bonheur sous l e c i e l esthetique." (2) Dans un pays et dans une v i l l e oh l'on cherchait ins tine tivemeht a rester dans sa niche, Rimbaud s'est g l o r i f i e de "sa difference avec les autres hommes." Par contraste avec l e bpnheur e t a b l i , i l y a pour Rimbaud l e v r a i bonheur, que ressent seul 1'innocent. Ce bon-heur s ' i d e n t i f i e a l a f o i s avec l e surhomme (l e genie) et avec 1'amour. C'est i d e a l i s e , f r a g i l e . Le poete d e t a i l l e l e s choses qui peuvent nuire a ce bonheur. D'abord, i l y a 1'action physique: "L 1 a c t i o n n'est pas l a vie, ( d i t Rimbaud) mais une facon de gacher quelque f o r c e — u n enervement." Idee digne d'un mystique or i e n t a l e . II se propose evidemment une serenite immobile semblable a ce l l e du brahmane, qui evite tout mouvement et qui cherche " l e ralentissement volon-t a i r e des mouvements r e s p i r a t o i r e s jusqu'a l e u r supression. tota l e pour obtenir l'extase et entrer en communion avec (1) Pour l'homme ordinaire, le bonheur e t a b l i devient sa f a t a l i t e : i l ne peut nullement y echapper: "Je deviens un opera fabuleux. Je v i s que tous l e s Stres ont une f a t a l i t e de "bonheur.." (Delires 11, Alchimie du verbe, p. 294). ~~ (2) de Gaultier, J.: Le Lyrisme physiologique et l a double personnalite d'Arthur Rimbaud: Mercure de France, 170: 289-308, /HA /' 24..p. 308. 52 *-]_'Ame u n i v e r s e l l e . 1 1 (1) Ensu i t e , Rimbaud, d i t qu 1 on d o i t e v i t e r l a morale qui -e s t , selon ses t h e o r i e s , " l a faibl.esse de l a e e r v e l l e " . I I yeut i n d i q u e r a i n s i q u ' i l f a u t se mefier de l a moral-ite con- • v e n t i o n n e l l e , de l a v i e s o c i a l e creee par l e s hommes. Cela s'accorde avec l e s idees de Rimbaud que nous avons deja notees a ce s u j e t . (2) Le bonheur du voyant exige done l a supressibn t o t a l e de toute pensee conventionnelle en faveur d'une l i b e r t e e n t i e r e de l'ame. Nous avons c i t e , a. l ' e g a r d de son combat s p i r i t u e l , l e poeme Conte, ou, par l e dereglement raisonne, un P r i n c e se f a i t voyant et se transforme en Genie. Rimbaud a d e c r i t l e Genie dans l e s termes s u i v a n t s : "De sa physionomie_et de son maintien r e s s o r t a i t l a promesse d'un amour m u l t i p l e et complexe'. d'un bonheur i n d i c i b l e , insupportable meme." (3) V o i c i encore une f o i s l e terme bonheur--a,ssocie c e t t e f o i s a l ' i d e e du Genie. Le phenonfene du Genie et 1'experience du Pr i n c e sont analogues a ce que l'abbe Bremond a p p e l l e une r e a l i s a t i o n . (4) C'est done l a r e a l i s a t i o n de son propre pouvoir qu'eprouve l e P r i n c e , et de cette r e a l i s a t i o n n a i t l e bonheur i n d i c i b l e . C'est ce qui a r r i v e a l'homme qui a (1) de R e n e v i l l e , p. 63. (2) A - t - i l l u A. W e i l l , qui- d i t : "Dieti pardonne plus f a c i l e m e n t a de grandes ames fourvoyees. . ..: chaque f o i s que Dieu c h a t i e une grande ame, i l en s o u f f r e l u i -meme"? ( c i t e par Saurat, D.. La R e l i g i o n de V i c t o r Hugo, p. 178, ( 1 ) ) . ~ : ~ ~ ~ ( 3)Conte, p. 223 . (4)En p a r l a n t du sentiment p a t r i o tique qui se soul eve.' en l u i quand i l v o i t passer un regiment, i l a d i t : "Une presence etrangbre m'assiege, m'.etreint, me penetre, e n f i n me possede." (ouvr. c i t e , p. 98) 53 completement depasse l e s l i m i t e s designees, par l a s o c i e t e a f i n Q U ' i l puisse a v o i r l e corps et 1 ' e s p r i t l i t r e s . C'est du Genie que pa r l e de R e n e v i l l e dans l e passage ' suivant: ' . "... ce t t e ame u n i v e r s e l l e , tout homme peut l e trouver e n l u i et s'y- fondre ( a i n s i que l e P r i n c e ) . Au moment que cette union est accomplie, son i n d i v i d u a l i t e ne se d i s -tingue plus de l ' e n e r g i e (ou Genie au sens propre du mot), qui l e e o n s t i t u a i t . " (1) l e Genie, par consequent, ne se d i s t i n g u e pas de l ' e n e r g i e . C'est cett e "machine aimee des q u a l i t e s f a t a l e s " dont p a r l e Rimhaud dans Genie: " I I est 1 ' a f f e c t i o n et l ' a v e n i r , l a f o r c e et 1'amour que nous, debout dans l e s rages et l e s ennuis, nous voyons passer dans l e c i e l de tempete et l e s drapeaux d'extase. I I e s t 1'amour, m.esure .parfaite et reinventee, r a i s o n merveilleuse et imprevue... et l ' e t e r n i t e : machine aimee des q u a l i t e s f a t a l e s . " (2) Cet etre surhumain, cette machine qui est 1' energie, peut se d e f i n i r a ussi par l e terme Science, terme qui est cense i n d i q u e r l e t r a v a i l qui va amener l e voyant au s a l u t et au bon-heur. De meme que l e Genie represente ce que l'homme peut devenir, de meme "... l a science met dans l ' a v e n i r une sorte d'equivalent de ce que l'homme a perdu au plus profond du passe." (3) La science est marquee du dereglement cher au voyant:. "L'elegance, l a science, l a v i o l e n c e . " (4) La science d e v i e n t T a nouvelle r e l i g i o n . Selon l e voyant, c'est " L ' E c c l e s i a s t e moderae": "Rien n'est v a n i t e ; a l a science et en avant." (5) (1) de R e n e v i l l e , ouvr. c i t e , p. 108 (2) Genie, p. 169 (3) R i v i e r e , ouvr. c i t e , pp. 66-67 ( 4) Matinee d ' l v r e s s e , pp. 183-184' (5) 1 ' E c l a i r , p. 302 54 Pourtant, i l y a c e r t a i n s hommes qui ne c r o i e n t pas a cet t e t h e o r i e . I l s perdent l e u r s f o r c e s , et decouragent l e s autres: "... l e s cadavres des me-chants et des fa i n e a n t s tomhent sur l e coeur des a u t r e s . " (1) Pour Rimbaud, voyant et genie, meme " l a science est trop l e n t e . " (1) I I cherche une f&qon plus rapide d'obtenir l e s a l u t : "Que l a p r i e r e galope et que l a lumiere gronde... je l a v o i s b i e n . " (1) Selon cette nouvelle idee, i l se demande s i l a science e s t vraiment l e moyen d'obtenir 1*innocence p r i m i t i v e : "Se p e u t - i l ... qu'une f i n aisee repare l e s ages d'indigence,--qu'un jour de sucees nous endorme sur l a honte de notre i n h a b i l e t e f a t a l e ? . . . Que l e s accid e n t s de f e e r i e s c i e n t i f i q u e et des mouvements de f r a t e r n i t e s o e i a l e s o i e n t c h e r i s comme r e s t i t u t i o n progressive de l a f r a n c h i s e premiere?" (2) Un exebs d'energie va l e p o r t e r a l ' i n f i n i , mais i l f a u t de grands e f f o r t s pour pouvoir y a r r i v e r . "Je connais l e t r a -v a i l " d i t - i l , et i l se moque de ceux qui ne veulent pas se l i v r e r a. c e t t e dure e n t r e p r i s e : " A l l o n s , feignons, faineantons, & p i t i e I E t nous e x i s t e -rons en nous amusant, en revant amours monstres et uni v e r s f a n t a s t i q u e s , en nous p l a i g n a n t et en q u e r e l l a n t l e s apparences du monde, saltimbanque, mendiant, a r t i s t e , b a ndit p r e t r e l (3) De meme que Rimbaud trouve h a i s s a b l e l e bonheur e t a b l i ou domestique, et q u ' i l deteste l a m o r a l i t e convention-n e l l e , i l se moque des v i e i l l e s v e r i t e s . Dans Mauvais Sang (1) L ' E c l a i r , p. 302 (2) Angoisse, p. 181 (3) L ' E c l a i r , p.v, 303 55 i l tourne en r i d i c u l e une maxime qui s'oppose a ce t t e t h e o r i e de l 1 i n n o c e n t : "La v i e f l e u r i t par l e t r a v a i l , v i e i i l e v e r i t e : moi, ma v i e n'est pas assez pesante, e l l e s'envole et f l o t t e au-rdessus de 1'action, ce cher .point du monde." (1) Que p r o p o s e - t - i l pour remplacer ces v i e i l l e s v e r i t e s ? C'est l a .nouvelle v e r i t e , l a m§me que c h e r c h a i t l e P r i n c e de Conte: " I I v o u l u t v o i r l a v e r i t e , l'heure'du d e s i r et de l a s a t i s f a c t i o n e s s e n t i e l s . " (2) Cette nouvelle v e r i t e devient, grace a cette d e f i n i t i o n , un i d e a l t o t a l et p r i m i t i f , une sorte de c o n c l u s i o n s a t i s f a i s a n t e apportee a nos inquietudes. Dans Conte, ou i l tente d'expliquef ses t h e o r i e s et ses experiences au moyen d'une longue a l l e g o r i e , i l p a r l e des d e s i r s physiques de l'homme. Ce n'est p o i n t q u ' i l s'occupe de ces d e s i r s , mais i l l ' a trouve plus commode de se s e r v i r de c e t t e metaphore pour c l a r i f i e r ses idees. La v e r i t e , t e l l e q u e l l e , n ' e x i s t e pour l u i qu.' en r a i s o n de l ' e n e r g i e de ses d e s i r s s p i r i t u e l s . I I va a l a recherche de c e t t e v e r i t e , aide dans sa quete par l a f o r c e ( B-.'^ WT.. l e genie) q u ' i l ne veut pas d i s s i p e r i n u t i l e m e n t dans 1' a c t i o n . I I s a l t q u ' i l - l a trouvera au moment ou i l aura s a t i s f a i t par une p a r f a i t e comprehension de son propre e s p r i t son d e s i r c o n t i n u e l de trouver l e "bonheur: " I I me s e r a l o i s i b l e de posseder l a v e r i t e dans une ame et un corps." (3)- • Cette ame et ce corps appartiennent au voyant, ou a 1'innocent que devient ce voyant grace a son energie. -(1) Mauvais Sang, p. 268 (2) Conte, p. 222 (3) Adieu, p. 309 55 Rimbaud, a du p a r f o i s desesperer d ' a t t e i n d r e au v r a i bonheur. "Satan", dans Huit de l ' E n f e r , confronte l e poete avec tous ceux qui ont essaye de l e decourager en d i s a n t que " l e f e u est ign o b l e " et que l e genie poetique e s t un mauvais d i r e c t e u r de conscience:" " T a i s - t o i , mais t a i s - t o i ! C'est l a honte, l e reproche, i c i : Satan qui d i t que l e feu est ig n o b l e , que ma colere e s t affreusement s o t t e . . . " (1) Mais, sa.colere n ' e s t - e l i e pas l e " f u r o r poeticus" des auteurs grecs et l a t i n s ? . P a r f o i s l e poete h e s i t e : "Et d i r e que je t i e n s l a v e r i t e , que je v o i s l a j u s t i c e : j ' a i un jugement s a i n et a r r e t e , je s u i s pret pour l a p e r f e c t i o n O r g u e i l . " (1) Est-ce seulement par o r g u e i l q u ' i l se c r o i t capable d ' a t t e i n i r e l a p e r f e c t i o n ? Mais non! Et Rimbaud f a i t retomber l a faute sur son e s p r i t trop paresseux. Dans ces reproches i l y a une sorte de dualisme qui p l a i t au poete: " S ' i l ( 1 ' e s p r i t ) e t a i t b i e n e v e i l l e toujours k . p a r t i r de ce moment, nous serion s b i e n t o t a l a v e r i t e , qui peut-etre nous entoure avec ses anges pleurant'.. .. (2) La v e r i t e et l e s anges pleurant nous donnent l a c l e f a l'ehthou-siasme de Rimbaud. Le poete compare l a v e r i t e au C h r i s t c r u c i -f i e . De nos jou r s , l e monde ne c r o i t pas plus a l a v e r i t e q u ' i l n'a cru a Notre Sauveur i l y a dix-neuf cents ans. Les anges qui accompagnent l a v e r i t e et qui pleu r e n t notre i n f i d e -l i t e a l e u r M a i t r e se t r o u v a i e n t peut-etre dans quelque. vieux. •tableau de l a C r u c i f i x i o n , d'ou l e poete a t i r e sa metaphore. I l semble que pour Rimbaud l e terme y e r i t e s o i t a. l a . f o i s symbole du.desir de comprendre' et de 1'aceomplissement de ce d e s i r . C'est en e f f e t l a r e a l i s a t i o n de 1 ' i d e a l du poete. (1) Huit de l ' E n f e r , p. 271 (2) L'Impossible, p. 300 t t e r e a l i s a t i o n que cherche Rimbaud l u i accordera innocence qui est son p r i v i l e g e . CHAPITRE V LE ROLE DES MAITRES-MOTS DANS LES PREMIERS POEMES DE RIMBAUD Apres a v o i r etu&ie dans l e s I l l u m i n a t i o n s et dans l a Saison en Enfer c e r t a i n s termes qui posse.dent pour l e poete un sens esoterique, on peut se demander s i Rimbaud a toujours doue ces termes de cette v a l e u r emotive. Une courte analyse des m&mes mots dans ses premiers poemes nous montrera s i chaque terme correspond a l a m a l t r e s s e - d e f i n i t i o n fon&ee sur l e s oeuvres p o s t e r i e u r e s . S i cette d e f i n i t i o n n 1 a i d e pas l e l e c -teur a eomprendre l e sens du terme, i l est bien probable que Rimbaud n'a^^ers" trans forme ce terme en maltre-mot qu' apres a v o i r e.crit ses premiers poemes. La l e t t r e a Demeny sur l e voyant a ete e c r i t e l e 15 mai, 1871. I I se peut b i e n que ce s o i t apres a v o i r acheve ses . premieres oeuvres que Rimbaud a elabore ses t h e o r i e s mystiques. I I a d i t dans cette l e t t r e : "Du r e s t e , toute parole etant idee, l e temps d'un langage u n i v e r s e l v i e n d r a l I I faut etre academicien, plus mort qu'un f o s s i l e , pour p a r f a i r e un d i e t i o n n a i r e , de quelque langage que ce s o i t . . . . C e t t e langue sera de l'ame.pour l'ame, resumant to u t , parfums, sons, couleurs, de l a pensee aecrochant l a pensee et t i r a n t . " (1) Nous a l l o n s done examiner l e s premieres oeuvres de Rimbaud pour trouver des exemples de ce que nous appelons maintenant l e s maltres-mots, et l e s comparer aux d e f i n i t i o n s deja formulees. Commenqons. par l e terme s o i f . Nous l e trouvons (1) Melera, Ebauch.es,, p. 59 . 59 uniquement dans l e s Premieres Communions, ou l a p e t i t e f i l l e c a t e c h i s t e se r e v e i l l e a minuit: > " E l l e eut s o i f de l a n u i t ou s'exalte et s Ta"baisse Le coeur, sous l ' o e i l des cieux doux, en l e s devinant; E l l e eut s o i f de l a n u i t f o r t e ouTe coeur p i saigne Eeoule sans temoin sa r e v o l t e sans e r i s . " (1) Nous voyons que, dans ces v e r s , l a s o i f e s t a l l i e e au coeur, par une a s s o c i a t i o n qui a eompletement d i s p a r u dans l e s oeuvres suivantes. . P l u s t a r d , l a s o i f e s t generalement l i e e a l'ame ou a 1 ' e s p r i t , et s i g n i f i e a l o r s l e d e s i r du s a l u t . De meme, l e terme faim ne se trouve qu'une f o i s dans ces premieres oeuvres, et c'est en pensant au sens coutumier du mot que Rimbaud d i t , dans Les Pauvres a l ' E g l i s e ; "Dehors, l e f r o i d , l a faim, et puis l'homme en r i b o t e . " (2) Le sang, terme qui s i g n i f i e pour l e voyant une v i v e emotion et un d e s i r v i o l e n t , est employe dans son sens q u o t i d i e n dans p l u s i e u r s morceaux. Citons par exemple Sonnet ob. Rimbaud s'adresse a i n s i aux morts: "Vous, dont l e sang l a v a i t toute grandeur s a l i e . . . " (3.) Le terme y.est i n t r o d u i t pour creer une image assez o r d i n a i r e . Plu s t a r d , dans Les Mains de Jeanne-Marie, l e sang devient: "Le sang n o i r des belladones Qui dans l e u r paume e c l a t e et d o r t . " (4) Rimbaud emploie l e terme sang de l a meme fa<jon t r a d i t i o n n e l l e dans Les Soeurs de Ch a r i t e : ( D p . 79 (2) p. 57 (3) p. 26 (4) p. 66 60 "Tu nous rends fou, 6 Nuit pourtant sans m a l v e i l l a n c e s , Comme un exees de sang epanche tous l e s mois." (1) On l e trouve a u s s i dans Les Premieres Communions: "... taches du sang pur des c e l e s t e s p o i t r i n e s , . De grands l i n g e s neigeux tombent sur l e s s o l e i l s . " (2) Le sang se f a i t v o i r pour l a derniere f o i s dans V o y e l l e s : " I , pourpres, sang crache, r i r e des l e v r e s b e l l e s Dans l a eolfere ou l e s i v r e s s e s p e n i t e n t e s . (3) Le sang, done, comme l a s o i f , n'a p o i n t a c e t t e epoque l e sens tout p a r t i c u l i e r que Rimbaud va l u i donner plus t a r d . Un autre terme, 1' Occident, qui s i g n i f i e dans l e s I l l u m i n a t i o n s l a v i e que l e pobte deteste, p l e i n e d 1 i n j u s t i c e et d ' a u t o r i t e , se montre une seule f o i s dans ces premiers ve r s . C'est dans P a r i s se repeuple que Rimbaud s'en s e r t : "Le s o l e i l essuya de ses poumons ardents Les boulevards qu'un s o i r comblerent l e s Larbares. V o i l a l a C i t e s a i n t e , a s s i s e a 1'occiden^." (4) L ' i r o n i e de l a phrase est a remarquer? l ' i d e e d'une c i t e s a i n t e , s i t u e e dans cette p a r t i e du monde l u i e st deja d i f f i c i l e a comprendre. Seuls l e ehoix du mot a s s i s e et l e p o i n t d'exclama-t i o n nous montrent qu' i l commence a. i d e n t i f i e r avec 1'Occident l e s choses h a i s s a b l e s . Tel est l e premier terme qui s ' a l l i e .avec l e s maltres-mots des oeuvres p o s t e r i e u r e s . Le mot o r i e n t , 1'oppose de 1'Occident, ne s ' a t t e s t e pas dans ces poemes. On n'y trouve pas non plus l e s termes b o i r e , innocent (5) ou f o r c e , ce qui nous f a i t c r o i r e que v o i l a . des idees qui peut-etre se sont manifestoes apres que (1) p. 70 , (2) p. 77 (3) p. 93 (4) p. 50 (5) La n o t i o n de 1'innocence se f a i t v o i r cependant dans un poeme l a t i n , L'Ange et 1'enfant ( P l e i a d e , p. 11) 61 Rimbaud avait formule sa theorie du voyant. Rimbaud se sert. du terme v e r i t e une seule f o i s dans ses premieres oeuvres. On l e l i t dans Les Soeurs de Charite: . "... q u ' i l croie aux vastes f i n s , Reves ou Promenades Immenses a travers l e s nuits de Verite, Et l'appelle en son ame et ses membres malades, • 0 Mort mysterieuse, o soeur de charite!" (1) ' On ne trouve point i c i l'idee de "l'heure du de s i r et de l a s a t i s f a c t i o n e s s e n t i e l s " sur laquelle se fondera plus tard l a d e f i n i t i o n de l a v e r i t e rimbaldienne. La ve r i t e est i c i plu-t o t un etat qu'un res u l t a t , un. etat qui peut ex i s t e r independem-ment, sans l e desir ou ' l a s a t i s f a c t i o n de ce d e s i r . Y o i c i encore un autre terme dont1'alehimie du voyant a change l a s i g -n i f i c a t i o n . Le bonheur, terme trbs important des l e s Illuminations, se trouve, comme l a v e r i t e , dans un seul vers des premieres poemes de Rimbaud. Nous l i s o n s , dans Les Premieres Communions: " E l l e verra, sous le s t r i s t e s s e s du bonheur, L'amant rever au blanc m i l l i o n des Maries, Au matin de l a nuit d'amour, avec douleur." (2) I c i , l e bonheur s ' i d e n t i f i e avec l'amour, mais plus tard Rimbaud enlevera a. ce mot l a nuance de t r i s t e s s e dont on s'aperqoit i c i . Le genie, qui va plus tard s i g n i f i e r l'amour et l ' e t e r n i t e , et qui sera une force dominante de l a vie du poete voyant, n'est mentionne qu'une f o i s dans ces oeuvres de jeunesse. Dans Les Soeurs de Charite, Rimbaud parle du genie inconnu, qui devrait adorer l e beau corps d'un jeune homme. Ce n'est point l e genie q u ' i l cherche plus tard dans Genie : (3) (1) p. 72 (2) p. 81 (3) p. 169 62 Quant au terme scie n c e , on l e trouve deux f o i s . Dans l e s Soeurs de C h a r i t e , Rimbaud f a i t mention d'un jeune homme geignant Avec tendresse apres l a science aux bras almes, I I porte a l a nature en f l e u r son f r o n t saignant." (1) P u i s , dans Les Premieres Communions, ce sont des enluminures de Joseph et de Marthe que j o i n d r o n t , aux jours de l a scie n c e , deux c a r t e s . " (2) Ces jours de l a science peuvent designer l e s dimanches, ou on donne aux p e t i t s enfants des cartes l i t h o g r a p h i e e s , qui representent des tableaux r e l i g i e u x . C'est l e terme amour qui est d'une importance c a p i -t a l e dans l e s poemes qui ont precede l e s I l l u m i n a t i o n s . On l e v o i t quinze f o i s dans ces oeuvres, mais sur ces quinze exemples, i l n'y a que quatre ou i l reTeve de l a terminologie. du f u t u r Yoyant. Dans l e poeme Sensations, Rimbaud erre dans l e s s e n t i e r s , e t , dans l a p a i x qui 1'entoure, i l d i t : "L'amour i n f i n i me montrera dans l'ame; Et j ' i r a i l o i n , b i e n l o i n , comme un bohemien, Par l a Nature, heureux comme avec une femme." (3) I I a deja compris l a f o r c e que l u i donne 1'amour. P l u s t a r d , ce sera l'amour qui l e changera en l'i n n o e e n t , mais i c i , i l comprend seulement que c'est quelque chose qui va 1'aider a q u i t t e r pour une heure l a v i e t e r r e s t r e . Dans Ma Boheme, Rimbaud e s t encore en p l e i n a i r : "Oh l k l a , que d'amours splendides j ' a i r e v e s l " (4) (1) p. 71 (2) p. 75 (3) - p. 22 (4) p. 34 • 63 . V o i c i de nouveau l ' i d e e naissante de l'amour d i v i n qui va l e mener au bonheur. I I f a u t noter l a r e p e t i t i o n du theme de l a v i e bohemienne deja s i g n a l e dans l e texte precedent,^du voyageur metaphysique qui va bient&t se r e a l i s e r . C'est dans l e s vers suivants que Rimbaud i n t e r p r e t e l'amour k peu pres comme l a passion de fo r c e i n o u i e dont i l va douer l e genie des I l l u m i n a t i o n s . V o i c i l e s vers s i g n i f i c a t i f s de P a r i s se repeupie: "Le poete prendra l e sanglot des infames, La haine des formats, l a clameur des maudits, Et ses rayons d' amour f l a g e l l e r o n t l e s f emmes-, .. .• Ses strophes bondiront: V o i l a ! V o i l a ! b a n d i t s ! " (1) I I s ' a g i t i c i de maudits et de formats, termes qui p r e f i g u r e n t l a l e t t r e du voyant et l e f o r q a t i n t r a i t a b l e du Mauvais Sang. (2) Par t o u t dans ce texte se f a i t reraarquer l ' i d e e de l a f o r c e , a l l i e e pour l a premiere f o i s avec c e l l e de l'amour. On peut d i r e , en conclusion, que, a 1'exception des deux termes amour et science, l e poete n'a developpe son langage p a r t i c u l i e r qu'apres a v o i r e c r i t ses premiers poemes. La l e t t r e du voyant c r i s t a l l i s e l e s tatonnements q u ' i l a du f a i r e pendant.qu'il f i x a i t sa destinee de poete. De meme, l e s m a l t r e s s e s - d e f i n i t i o n s que nous avons dressees en analysant l e s I l l u m i n a t i o n s et l a Saison en Enfer ne s'appliq.uent pas, a deux exceptions pres, aux oeuvres precedentes. C'est une v e r i -t a b l e e v o l u t i o n qu'on peut v o i r dans ces d e r n i e r s poemes. Hon seulement Rimbaud a p r i s d e f i n i t i v e m e n t son p a r t i envers l a s o c i e t e , mais i l a pu ela b o r e r ses t h e o r i e s du voyant, sachant b i e n ee q u ' i l v o u l a i t d i r e par c e r t a i n s termes. C'est surtout (1) p. 5 4 . (2) p. 263. : 64 a c a u s e de l ' e c l a i r a g e n o u v e a u o u b a i g n e n t l e s m o t s q u e l ' e t u d e de s a p o e s i e de " v o y a n t " e s t semee de d i f f i c u l t e s . Comme s a v i e e t s e s i d e e s , comme s e s p o e m e s m e m e s , c e c h a n g e m e n t a e t e b r u s q u e e t r e v o l u t i o n n a i r e . CHAPITRE VI CONCLUSION Apres a v o i r defin'i l e s quelques termes qui p a r a i s s e n t e s s e n t i e l s a 1'oeuvre de Rimbaud, i l nous est plus f a c i l e d'essayer de eomprendre l a p e r s o n n a l i t e qui a tellement m y s t i -f i e l e monde l i t t e r a i r e . Peut-§tre pouvons-nous s u i v r e sans trop d ' h e s i t a t i o n l 1 e v o l u t i o n poetique de Rimhaud. Un homme f a i t t e l l e ou t e l l e chose grace a quelque f o r c e i n t e r i e u r e qui l e f a i t a g i r de t e l l e ou t e l l e faeon. Apres a v o i r examine l e s m a l t r e s s e s - d e f i n i t i o n s t i r e e s de 1'oeuvre de Rimhaud, on a r r i v e a l a c o n c l u s i o n que l e s deux f o r c e s dominantes de l a v i e du poete e t a i e n t c e l l e s q u ' i l a p p e l a i t l a faim et l a s o i f . Comme, sous l e u r forme physique, e l l e s sont pour nous d'une importance p r i m o r d i a l e , l a faim et l a s o i f mentales de Rimbaud l ' o n t profondement i n f l u e n c e . I I eprouvait vivement l e besoin de trouver quelque p a r t une s o l u -t i o n a sa v i e . I I ne l ' a pas trouvee dans l ' e g l i s e , n i dans l a s o c i e t e . I I s'est penche a l o r s vers l a seule chose qui l ' a i t jamais I n t e r e s s e - - l a poesie. Tout jeune homme d'une c e r t a i n e education e e r i t des v e r s . (1) Rimbaud a u s s i . Mais i l ne l e s a pas dedies a une jeune f i l l e , n i a l a lune s i . ehere aux amants. Ces poemes soutiennent tous l a meme these: (1) "Tout garqon e p i c i e r est en mesure de debobiner une apostrophe Rollaque, tout s^minariste emporte l e s cinq cents rimes dans l e s e c r e t d'un carnet." ( l e t t r e sur l e Voyant, Ebauches, p. 61.) 66 nous sommes sur l a t e r r e pour apprendre a nous connaltre. Rimbaud ne c r o i t pas que nous soyons i c i pour mener une v i e calme et s e r e i n e . L'homme d o i t f o u i l l e r l ' i n f i n i de son e s p r i t , en se servant "de sa propre connaissance e n t i e r e , " (1) pour trouver e n f i n en lui-meme l e s e c r e t du bonheur. Rimbaud expose cette t h e o r i e dans l a ceTebre L e t t r e sur l e Voyant. Peu a peu, d i t - i l , 1'horizon de l'homme s'eTargira. S i l e poete se tue par l a force de ses v i s i o n s , i l aura quand meme accompli sa tache: "Viendront d'autres h o r r i b l e s ' t r a v a i l l e u r s ; i l s commenceront par l e s horizons ou l ' a u t r e s'est a f f a i s s e . " (2) Pourquoi l e poete c h e r c h e - t - i l ces v i s i o n s ? C'est a cause de l a faim et de l a s o i f dont i l s o u f f r e et qui sont toujours n o u r r i e s ' p a r ses connaissances n o u v e l l e s . Au l i e u de l a faim et de l a s o i f , l e poete a u r a i t pu d i r e l e d e s i r ; mais, a cause de l a connotation physique et elementaire.de ces deux termes, un t e l changement a u r a i t donne l e dementi a tout ce que 1'impulsion poetique a v a i t chez Rimbaud de p r i m i t i f . Deja poete a quatorze ans, Rimbaud a b i e n t b t trouve q u ' i l y a v a i t dans l a v i e quotidienne c e r t a i n s defauts eton-nants. I I ,s'en est rendu compte dans ses rapports avec l ' e g l i s e . A ce point de vue, on d o i t evaluer 1' i n f l u e n c e considerable exercee par Mme. Rimbaud sur son f i l s . I I v o y a i t q u ' e l l e se p r o f e s s a i t chretienne, mais que, en d e p i t de c e l a , e l l e imposait sa volonte k sa f a m i l l e avec une v i v e i n t o l e -rance. (3) E l l e i n s i s t a i t toujours sur 1'obeissance: (1) Ebauches, p. 55 (2) Ebauches, p. 56-(3) v.-Chisholm, ouvr. c i t e , p. 59. 67 "Tout l e j o u r , i l s u a i t &'obeissance;" (1) " E l l e a v a i t l e "bleu regard,--qui ment." (2) C'est Mme. Rimbaud qui e s t responsable de deux d o c t r i n e s rim-baldiennes: l e degout de l a r e l i g i o n chretienne, a i n s i que de toute a u t o r i t e , et une v i v e sympathie pour l a f o r c e pure et simple. Ces deux theses sont d'une importance c a p i t a l e quand on veut considerer l ' e v o l u t i o n du poete. Le degout de l a r e -l i g i o n chretienne l u i a f a i t chercher quelque c o n s o l a t i o n ' s p i r i t u e l l e par d e l a c e l l e qu'on l u i o f f r a i t ; mais i l emprunte au Catholicisme l ' i d e e de l'amour. A u s s i , grace a l a conduite a u t o r i t a i r e de sa mere qui f a i s a i t tout ce q u ' e l l e v o u l a i t a l'egard de l a f a m i l l e , i l a tenu en haute estime 1'element de l a f o r c e . C'est a i n s i q u ' i l a range l a force a cote de l'amour parmi l e s moyens de se f a i r e voyant. l\f'aimant p o i n t l a v i l l e ou i l demeurait, h a l s s a n t l e pays qui ne l u i donnait r i e n , et qui m a n i f e s t a i t a ses yeux 1'intolerance soutenue par l a r a i s o n ou par l e bon sens, i l s'est penche, d'abord en e s p r i t seulement, vers 1'oppose de cet O c c i d e n t . s i genant--vers 1 ' o r i e n t . Les sages de 1 ' o r i e n t , avec toutes l e u r s t h e o r i e s mystiques, l u i o f f r a i e n t l e moyen de s'evader d'une v i e trop bornee.- En m&me temps, i l s'est souvenu des barbares d e s t r u c t e u r s a cheval qui sont venus de l ' E s t pour renverser l e s pays oceidentaux. Y o i c i 1'origin'e des idees emotives dont i l a doue l e s deux termes sang et f o r c e . I I nous est impossible de n e g l i g e r 1'importance de ces elements dans son oeuvre. Au commencement des I l l u m i n a t i o n s (1) Les poetes de Sept ans, p. 59. (2) Ouvr. c i t e , p. 60. 6 8 nous remarquons une tendance profonde a s o u l i g n e r l e sang e t l a v i o l e n c e . Ge n'est que peu a peu que l e poete change d.'idee pour mettre en r e l i e f 1' amour. Get amour est v i o l e n t e t l u i permet d'apaiser son d e s i r de v i o l e n c e . C'est au moyen de cette v i o l e n c e — c e t t e f o r c e i n o u i e - - q u ' i l nous depeint l e P r i n c e qui s ' i d e n t i f i e e n f i n avec l e Genie, symbole de 1'amour et de l a f o r c e , et qui e s t 1'equivalent theorique du voyant. C'est par cette route que Rimbaud-nous mene, pour nous montrer com-ment i l f a u t a g i r pour o b t e n i r de s o i l e t o t a l etonnant des ressources s p i r i t u e l l e s dont l'homme est capable. On peut se demander pourquoi Rimbaud ch e r e h a i t a se f a i r e voyant* I I nous a donrie p l u s i e u r s f o i s l.a reponse k cet t e question: i l a s p i r a i t k trouver l e s e c r e t de 1'innocence, ce bonheur qui est l a recompense de c e l u i qui se eonnalt par-faitement. Dans l a l e t t r e sur l e voyant, Rimbaud nous a explique en termes p r e c i s ce q u ' i l p r e t e n d a i t f a i r e . C'est son devoir , et c'est a u s s i Te devoir de tout homme, de se connaitre et de se r e a l i s e r compTetement. I I v i s e k e n t r e r dans l a jouissance complete de toutes ses . f a e u l t e s mentales et phy-siques. Rimbaud ne v o u l a i t pas r e s t e r condamne, comme i l l e c r o y a i t , k l a b a n a l i t e , enchaine corps et ame par l e deter-minisme du m i l i e u et de l ' h e r e d i t e . I I s'est r e v o l t e . I l a eu 1 ' i n t u i t i o n de 1'innocence, et i l a pu gouter l e bonheur de cet e t a t — l e bonheur du genie, qui est l a connaissance par-f a i t e de l'homme pour soi-meme. Ge que Rimbaud a f a i t apres cette decouverte n'est . pas f a c i l e k e x p l i q u e r . On c r o i t q u ' i l n'a plus f a i t de ve r s . 69 Peut-etre a - t - i l eompris que l ' e t a t mental "qu'il cherchait ne pouvait pas exister d'une fa<jon purement theorique, et que l'on devrait exercer en meme temps l e corps et l'ame. II a voyage, i l s'est mis a t r a v a i l l e r , avec l a mgme ardeur qui se montre dans ses oeuvres e e r i t e s . II se peut aussi q u 1 i l a i t decouvert au cour des experiences decrites dans Une Saison en Enfer que ce bonheur ne pouvait Stre n i explique n i communique. II a cru done que chaque homme devrait traverser lui-meme l a route d i f f i c i l e et ardue du voyant. II n'a pas f a i t de d i s c i p l e s , une f o i s terminee l a facheuse a f f a i r e de Verlaine, qui s'est eonverti au catholieisme pendant son sejour en prison. Rimbaud a vu, peut-etre, que l e bonheur q u ' i l cherchait e t a i t un bon- • heur de l ' i n d i v i d u , et qu'on ne pouvait pas l'enseigner comme l a geometric Rimbaud a indique l e chemin qu'on doit suivre pour se f a i r e voyant. II d e c r i t tous les tourments qui existent pour eeux qui veulent se eonnaltre. Mais i l ne nous a pas d i t ce qu'on trouve a l a f i n de l a course. Pour eeux qui eprouvent sa faim et sa s o i f , i l a indique deux methodes de se guerir. La methode dont i l s'est servi s u i t l a route de 1'orient, de l'amour et de l a force, et mene au bonheur de 1'innocence. L'autre methode est c e l l e dont se servent l a plupart des hom-mes. Comme- i l s n'ont pas l e courage de s'examiner profonde- -ment, de traverser des routes nouvelles, i l s se l a i s s e n t a l l e r vers l e salut convenable et f a c i l e , vers leur f a t a l i t e de bon-heur. I l s restent dans les marais occidentaux d'une ignorance profonde de leurs propres forces. I l s abandonment tout espoir d'acquerir de leur vivant l e bonheur, car cela demande trop de • 70 t r a v a i l et trop de force. I l s se resignent a vivre plus ou moins contents sur terre, dans l' e s p o i r d'etre heureux apres l a mort. On d i t assez souvent que Rimhaud presente un prob-leme insoluble. II se peut bien que je n'aie pas eompTetement reussi a expliquer ses idees. Mais 1'unique- solut i o n du prob-leme Rimbaud n'existe pas. A chacun qui etudie 1'oeuvre du poete, une solution differente se presente. Je ne dis pas que ma solution s o i t l a seule a accepter. J'ai. analyse l e s poemes d'une facon quasi-scientifique a f i n de trouver quelques d e f i -n i t i o n s des termes qui me semblaient d'une certaine importance. Apres avoir examine ces maltresses-definitions, j'en a i resume l e s r e s u l t a t s . A i n s i , j ' a i essaye d'eviter autant que pos-s i b l e l e s pieges qui entourent toute c r i t i q u e de 1'oeuvre de Rimbaud. Je voudrais bien, pour terminer mon etude de Rimbaud, t i r e r de son oeuvre encore deux textes. Le premier d e f i n i t assez bien l ' e t a t d'esprit du c r i t i q u e aux prises avec l a poe-si e rimbaldienne: " J ' e c r i v a i s des silences, des nuits, je notais 1'inexprimable. Je f i x a i s des v e r t i g e s . " (1) Le deuxieme indique un peu l a conclusion a laquelle je suis maintenant arrive: "Je comprends,- et ne sachant m'expliquer sans paroles paiennes, je voudrais me t a i r e . " (2) (1) J e l i r e s 11. Alchimie du verbe, p. 285 (2) Mauvais Sang, p. 260 BIBLIOGRAPHTE Baudelai r e , Charles: B e r r e t , P a u l : B e r r i c h o n , Paterne: Bremond, Henri: Brunot, Ferdinand: Carre, Jean-Marie: Carrouges, M i c h e l : Castelnau, Jacques: Charpentier, John: Chisholm, A. R. C l a u d e l , P a u l : Delahaye, Erne s t: Durant, W.: l e s F l e u r s du Mal: Notice par Theophile G a u t i e r : P a r i s , Calmann-Levy, 1868. La P h i l o s o p h i e de V i c t o r Hugo: P a r i s , Henry P a u l i n et C i e , 1910. Oeuvres de Arthur Rimbaud: P a r i s , Mercure de France, 1934. L a Poesie Pure: P a r i s , Bernard Grasset, 1926. P r i e r e et Poesie: P a r i s , Bernard Grasset, 1926. La Pensee et l a Langue: P a r i s , Masson et Cie, 1926. La Vie Aventureuse de Jean-Arthur Rimbaud: P a r i s , L i b r a i r i e P l o n , 1939. E l u a r d et Claudel: P a r i s , E d i t i o n s de S e u i l , 1945. Rimbaud: P a r i s , E d i t i o n s J u l e s T a l l a n d i e r , 1944. Le Symbolisme: P a r i s , Les A r t s et Le L i v r e , 1927 . L T E v o l u t i o n de l a Poesie L y r i q u e : P a r i s , Les Oeuvres Representatives, 1931. The A r t of Arthur Rimbaud: Melbourne, Melbourne U n i v e r s i t y Press, 1930. L'Art Poetique: P a r i s , Mercure de France, 1929. " Les I l l u m i n a t i o n s et Une Saison en Enfer de Rimbaud: P a r i s , A l b e r t Messein, 1927. The Story of Philosophy:, New York, Garden C i t y P u b l i s h i n g Co., 1943. Ferran, Andre: Fontainas, Andre: de Gourmont, Remy: Guthrie, R. & D i l l e r , G.: Hackett, C.. A.: Hugo, V i c t or: Leconte de L i s l e : Lemaitre, Georges: Mallarme, Stephane: Martinon, Ph.: Melera, Marguerite-Y.: Mondor, Henri: Ogden, C. K., Richards, I . A., & Wood, J . : Pommier, Jean: L T Esthetique de Baudel a i r e : P a r i s , L i h r a i r i e Hachette, 1933. Verlaine-Rimbaud: P a r i s , L i h r a i r i e de France, 1931. Esthetique de l a Langue Franqaise; A b b e v i l l e , 1 ' I n t e l l i g e n c e . French L i t e r a t u r e and Thought Since the Revolution: New York, Hareourt, Brace and Co., 194£. Le Lyrisme de Rimhaud: P a r i s , L i h r a i r i e H i z e t et Bastard, ' 1938-. Les Chatiments: Notice, par Paul B e r r e t : P a r i s , L i h r a i r i e Hachette, 1932. Poemes Barhares:. P a r i s , Alphonse Lemerre, 1889. From .Cubism to Surrealism: Cambridge, Mass.; Harvard U n i v e r s i t y Press, 1941. Divagations: . P a r i s , B i b l i o t h e q u e Charpentier, 1935. Les Strophes: P a r i s , L i h r a i r i e Ancienne Honore Champion, 1912. Rimbaud: P a r i s , Firmin-Didot et Gie, 1930. Arth u r Rimbaud: Ebauches: P a r i s , Mercure de France, 1937. Resonances autour de Rimbaud: P a r i s , E d i t i o n du Myrte, 1946. L'Amitie de V e r l a i n e et d'e Rimbaud: P a r i s , G a l l i mard, 1939. The Foundation of A e s t h e t i c s : London, A l l e n and 'Unwin, L t d . , 1922. La Mysticjue de Baudel a i r e : P a r i s , Les B e l l e s L e t t r e s , 1932. P o i z a t , A l f r e d : Porehe, Frangois; Raymond, M.: de R e n e v i l l e , Rolland: Rimbaud, Jean Arthur: R i v i e r e , Jacques: Robertson, Hysie E. I, Rudler; Gustave: Du Classicisme au Symbolisme: P a r i s , La Nouvelle Revue C r i t i q u e , 1929. V e r l a i n e t e l q u ' i l f u t : P a r i s , Flammarion, 1933. De Baudelaire au Surrealisme: P a r i s , R. A. Corres, 1933. L'Experience Poetique: P a r i s , Gallimard, 1938. Rimbaud l e Voyant: P a r i s , Au Sans P a r e i l , 1929. Oeuvres Completes: P a r i s , Mercure de France, 1912. Oeuvres Completes: P a r i s B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , 1946. . Poesies: e d i t i o n c r i t i q u e : (H. de B o u i l l a n e de L a c o s t e ) , P a r i s , Mercure de-France, 1939. Une Saison en enfer: Montreal, Dussault et Peladeau, 1945. A Season i n h e l l : (Louise Varese) N o r f o l k , Conn., New d i r e c t i o n s , 1945. A Season i n h e l l : (Delmore Schwartz) N o r f o l k , Conn., New d i r e c t i o n s , 1940. Rimbaud: P a r i s , Emile-Paule Freres, 1938 ( v) L'Epithete dans l e s oeuvres l y r i q u e s  de V i c t o r Hugo: P a r i s , L i b r a i r i e Ancienne Honore Champion, 1927. Les Techniques de l a C r i t i q u e : Oxford, Imprimerie de l ' U n i v e r s i t e , 1923. Rudler, Madeleine G. Parnassiens, Symbolistes et  Decadents: P a r i s , Messein, 1938. Saurat, 1 Denis: S t a r k i e , Enid: Trahard, P i e r r e : Van Bever, A. et leautaud, P a u l : V i a t t e , Auguste: V i t t o z , Rene: La R e l i g i o n de V i c t o r Hugo: P a r i s , L i h r a i r i e Hachette, 1929. Tendances: P a r i s , Le Monde Moderne, 1928. Rimhaud en Ah y s s i n i e : P a r i s , Payot, 1938. Le Mystere Poetique: P a r i s , B o i v i n et Cie, 1940. Poetes d 1 A u j o u r d 1 h u i : P a r i s , Mercure de-France, 1929. V i c t o r Hugo et l e s I l l u m i n e s de  son Temps: Montreal, Les E d i t i o n s de l ' A r h r e , 1942. E s s a i sur Les Conditions' de l a Poesie Pure: P a r i s , E d i t i o n s Jean Budry et Cie, 1929. PJRIODIQUES CONSULTES C l a u z e l , R.: Clark, M.. I . : 0oulon, Marcel: Etiemble, R.: de G a u l t i e r , J . : Godchot, C.: H i r s c h , C. H.: L a Vierge F o l l e et L'Epoux I n f e r -n a l dans Une Saison en Enfer: Mercure de France: 225': 561-575: F:1'37. Rimhaud - M i c h e l e t - Yico: Modern Language Review: 3"7: 50-55: J a '42. Les " V r a i e s " L e t t r e s de Rimhaud  Arabo-Ethiopien:-Mercure de France: 209: 629-640: Mr: 15'29. L'Incident Rimhaud: Mercure de France: 226:253: F: 15'31. Le Mythe de Rimhaud: Revue de l a L i t t e r a t u r e Comparee: 19: 172-177: Ja '39. Le Lyrisme Physiologique et l a Double P e r s o n n a l i t e d 1 A r t h u r  Rimbaud: Mercure de France: 170: 289-308: Mr: 1'24.~ - • -Rimhaud C a r i c a t u r i s t e : •Revue Bleue: 69: 758-765: D: 19'31 Le Bateau Ivre de Jean-Micolas  Arthur Rimbau&T Revue Bleue: 69: 297-300: 333-339: My: 16-Je: 6'31. Les L a u r i e r s S c o l a i r e s de Rimhaud Mercure de France: 226: 459-461: M y : l ' 3 1 . Le Sonnet des Y o y e l l e s de Rimhaud: Mercure de France: 255:608-612: N: 1'34 256: 221: 384-385 257: 180-189 258: 215-217: N: 15-D: 1'34, Ja: 1-F: 15'35. Izamhard, G.: Une L e t t r e d'Arthur Rimhaud: Mercure de France: 224: 453-457: D: 1'30. de La Coste,. B. et Matarasso, H.: Maekworth,- C e c i l y : Melera, M.-Y. Mespoulet, M.: Nouvelles Deeouvertes sur Rimbaud: Mercure de France: 284: 5-28: My '38. Arthur Rimbaud: Horizon: 51: v o l . 9 : 180-192: Mr '44. Au Sujet de Rimbaud: Mercure de -France: 225: 252-255: J a : l ' S l . Nouveaux Documents autour de  Rimbaud: Mercure de France: 219: 44-76: Ap: 1-30. Preludes Americaines a l ' A l c h i m i e  du Verbe: -Revue de l a l i t t e r a t u r e Comparee: 13: 299-316: Ap '33. Miremonde, J . et Erne s t , R.: Mouquet, J . : Paulhan, J . : Porehe, F.: A r t i c l e de Fond: Le G-eneral Boulanger et l e s Faux  Rimbaud": Mercure de France: 272: 439-442: D: 1'36. Un Temoignage T a r d i f sur Rimbaud: Mercure de France: 244: 93-105: My: 15-33. Une V e r s i o n Nouvelle d'un Poeme  de Rimbaud: ' ', Mercure de France: 251: 191-194: Ap: 1'34. Les F l e u r s de Tarbes: Nouvelle Revue Franqaise: 46: 856-869; 47-: 177-191; 338-354; 495-505; 676-698: Ja-Ju '36. . . Mat h i l d e et l e s Deux F i l s du  S o l e i l : [ ! \ " Mercure de France: 241: 5-48: 359-394: 589-637; 242: 97-126: Ja: 15-F: 15'33« La P r o p r i e t e des Oeuvres d'Arthur Rimbaud: Mei'Oure de France: 225: 561-575: F: 1'31. A r t i c l e de Fond: Rhodes, S. A.: de Rougemont, F.: S t a r k i e , E.: La Succession d'Arthur Rimhaud: Mercure de France: 286-306: " Ap: 15'34. Arthur Rimhaud's Readings: Modern Language Notes: 53: 334-340: My '38. L ' E v o l u t i o n Psychologique  d'Arthur Rimhaud: Mercure de France: 255: 608-612 N: 1'34. On the T r a i l of Arthur Rimhaud: Modern Language Review: 3~8"i 206-216: J l '43. TABLE DES MATIERES Page Chapitre I Introduction 1 Chapitre I I Le combat i n t e r i e u r de Rimbaud 7 Chapitre III L'ascetisme mystique de Rimbaud 31 Chapitre IV Rimbaud 1'innocent 47 Chapitre V Le r3le des maltres-mots dans l e s pre-miers poemes de Rimbaud 58 Chapitre VI Conclusion 65 Bibliographie 71 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0302320/manifest

Comment

Related Items