Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La vision utopique dans le Telemaque de Fenelon : son importance litteraire Morel, Armand G. 1971

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1971_A8 M67.pdf [ 6.09MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0302223.json
JSON-LD: 831-1.0302223-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0302223-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0302223-rdf.json
Turtle: 831-1.0302223-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0302223-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0302223-source.json
Full Text
831-1.0302223-fulltext.txt
Citation
831-1.0302223.ris

Full Text

LA VISION UTOPIQUE DANS LE TELEMAQUE DE FENELON SON IMPORTANCE LITTERAIRE By ARMAND G. MOREL L i c e n c i e en D r o i t U n i v e r s i t e de P a r i s 1956 D.E.S. de D r o i t P r i v e U n i v e r s i t e de P a r i s 1957 A THESIS SUBMITTED I N PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n t h e Department o f F r e n c h We a c c e p t t h i s t h e s i s as c o n f o r m i n g t o t h e r e q u i r e d s t a n d a r d THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA May, 1971 In present ing th i s thes i s in p a r t i a l f u l f i lmen t o f the requirements for an advanced degree at the Un ivers i ty of B r i t i s h Columbia, I agree that the L ib ra ry sha l l make i t f r ee l y ava i l ab le for reference and study. I f u r ther agree that permission for extens ive copying of th i s thes i s fo r s cho la r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representat ives . It i s understood that copying or pub l i ca t i on o f th i s thes i s f o r f i nanc i a l gain sha l l not be allowed without my wr i t ten permiss ion. F r e n c h Department or The Un ivers i ty of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada A p r i l 2 1 s t 1971 i i i A B S T R A C T L'o e u v r e e t u d i e e e s t Les A v e n t u r e s de Telemaque 1695 p a r P r a n g o i s de S a l i g n a c de l a M o t h e - F e n e l o n (1651-1715) . C'est un roman pedagogique e c r i t p our 1 ' e d u c a t i o n du due de Bourgogne, p e t i t f i l s de L o u i s X I V . P u b l i e en 1699, i l r e m p o r t a immediatement un immense s u c c e s e t f u t l ' o b j e t de nombreuses r e n d i t i o n s dans l e s l a n g u e s de l ' E u r o p e , au c o u r s erne du 18 s i e c l e . Les s p e ' c i a l i s t e s l ' o n t aborde sous 1'angle : h i s t o r i q u e , s o c i o l o g i q u e , p o l i t i q u e , economique, p e d a g o g i q u e , m y s t i q u e , e t c . Le b u t de l a p r e s e n t e etude e s t de 1 ' a n a l y s e r d'un p o i n t de vue s t r i c t e m e n t l i t t e r a i r e . I I a done d'abord f a l l u r e f l e c h i r s u r l a n a t u r e de 1 ' e x p r e s s i o n l i t t e r a i r e ( I n t r o d u c t i o n ) , e n s u i t e p r e c i s e r l ' i d e e c e n t r a l e q u i d o n n a i t a l ' o e u v r e s o n c a r a c t e r e l i t t e r a i r e . C e t t e t h e s e a pour o b j e t de demontrer q u ' e l l e r e s i d e dans l ' i d e e d ' u t o p i e . Le c h a p i t r e I d e f i n i t l e s c r i t e r e s de l ' u t o p i e a p a r t i r du t e x t e du Telemaque. Dans l e s c h a p i t r e s s u i v a n t s , ces c r i t e r e s s o n t u t i l i s e s a l ' a n a l y s e : 1) de l ' i m a g e r i e e t de l a s t r u c t u r e t h e m a t i q u e ( C H . I I ) : 2) de 1 1 o r g a n i s a t i o n de l ' u t o p i e proprement d i t e de l a v i l l e de S a l e n t e (CH. I l l ) ; 3) de l a v i s i o n du monde q u i s o u s - t e n d l ' o e u v r e e t l u i donne son u n i t e (CH.IV). Le d e r n i e r c h a p i t r e e n f i n (CH.V) t e n t e de m o n t r e r comment l e s t y l e ne f a i t qu'un avec l e f o n d e t p r o c e d e l u i a u s s i de l a v i s i o n u t o p i q u e f o n d a m e n t a l e . i i y TABLE DES MATIERES INTRODUCTION Les c a r a e t e r i s t i q u e s m o r p h o l o g i q u e s de l a l i t t e r a t u r e p. 1 L a s u b s t a n c e de l a l i t t e r a t u r e 6 L ' o r g a n i s a t i o n de 1'etude 11 CHAPITRE I V e r s une d e f i n i t i o n de l ' u t o p i e D e t e r m i n a t i o n des elements p s y c h o l o g i q u e s de l ' u t o p i e a p a r t i r de l a B e t i q u e C a r a c t e r i s t i q u e s t o p o g r a p h i q u e s e t s o c i o l o g i q u e s de l ' u t o p i e CHAPITRE I I L ' i m a g e r i e e t l a s t r u c t u r e t h e m a t i q u e P-P- 27 a 45 Les d i f f e r e n t s n i v e a u x de l e c t u r e du Telemaque p. 27 Les Themes 30 L ' i m a g e r i e du monde p a r a d i s i a q u e 32 L ' i m a g e r i e du monde i n f e r n a l 36 L a s t r u c t u r e de l ' u n i v e r s du Telemaque 40 A n a l y s e e t d i s c u s s i o n de c e t t e s t r u c t u r e 42 CHAPITRE I I I Etude c r i t i q u e e t comparee de l ' u t o p i e u r b a i n e de S a l e n t e Les t r o i s i n t e n t i o n s p r i n c i p a l e s de l ' u t o p i e : c o m p a r a i s o n de S a l e n t e e t des a u t r e s u t o p i e s c e l e b r e s Les c i n q u themes fondamentaux d ' a c t i v i t e de l ' u t o p i e ; c o m p a r a i s o n avec l e s a u t r e s u t o p i e s Le d i r i g i s m e p.p. 12 a. 26 p. 14 21 p.p. 46 a 76 P. 46 53 53 CHAPITRE I I I L ' a s c e t i s m e ' p. 67 L'eudemonisme 70 L 1 e d u c a t i o n 71 L ' i r e n i s m e 74 CHAPITRE I V " L a v i s i o n du monde" contenue dans l e Telemaque P«P- 77 a 98 S u r l e p l a n de l a metaphysique 7 7 p • it S u r l e p l a n de l ' e t h i q u e 85 S u r l e p l a n de l a m y s t i q u e 89 S u r l e p l a n de l a p o l i t i q u e 92 A p p r e c i a t i o n 97 CHAPITRE V L ' i n f l u e n c e de l ' u t o p i e s u r l e s t y l e du Telemaque - s o n r o l e dans 1'ensemble de l ' o e u v r e P«P» 99 a 118 Le s t y l e du monde i n f e r n a l p. 99 Le m o t i f de l a mort c o n v u l s e e 105 Le baroque dans l ' u n i v e r s i n f e r n a l 101 Le s t y l e e t l e monde p a r a d i s i a q u e 111 R a p p o r t e n t r e l e baroque e t l e m y s t i c i s m e e t 1 ' i d e a l u t o p i q u e 117 BIBLIOGRAPHIE p.p. 119 a 124 I E d i t i o n s des oe u v r e s de F e n e l o n u t i l i s e e s p 119 BIBLIOGRAFHIE I I Ouvrages c o n s a c r e s a, F e n e l o n A) Ouvrages c i t e s p. 119 B) Ouvrages c o n s u l t e s mais non c i t e s 120 I I I Ouvrages s u r l ' u t o p i e A) Ouvrages c i t e s 120 B) Ouvrages c o n s u l t e s mais non c i t e s 121 I V Ouvrages generaux A) Ouvrages c i t e s 122 B) Ouvrages c o n s u l t e s mais non c i t e s 124 1 INTRODUCTION P o u r q u o i s ' i n t e r e s s e r au Telemaque de F e n e l o n ? Qui l i t e n c o r e ce roman ? N ' e s t - c e - p a s l ' u n de ces e x e r c i c e s de h a u t e - v o l t i g e p o u r mandarins d e c a d e n t s t o u r n e s en d e r i s i o n p a r J . P . S a r t r e ? I I f a u t r e c o n n a i t r e q u e , p a r f o i s , l e monde des s p e c i a l i s t e s de l a l i t t e r a t u r e donne au r e s t e des humains une i m p r e s s i o n de b y z a n t i s m e , de q u e r e l l e s u r l e sexe des anges, a l o r s que l a c i v i l i s a t i o n f l a m b e a u t o u r de l a c i t a d e l l e . Q u e l l e s r e p o n s e s donnerons-nous a ces q u e s t i o n s l i m i n a i r e s a d e m i - r h e t o r i q u e s , p u i s q u e l e f a i t d ' a v o i r d e j a e c r i t ces q u e l q u e s l i g n e s i m p l i q u e que nous a c c e p t o n s l ' e n t r e p r i s e d'une etude s u r l e Telemaque; comment nous j u s t i f i e r ? Avant t o u t e c h o s e , e t q u o i qu'on f & s s e , i l e s t i m p o s s i b l e d ' e s q u i v e r c e t t e q u e s t i o n r e d o u t e e e t r e d o u t a b l e : q u ' e s t - c e que 1 ' e x p r e s s i o n l i t t e r a i r e ? Comme c e l l e s u r l a n a t u r e de D i e u , e'lle donne a chaque age 1' o c c a s i o n de reponses dans l e s q u e l l e s i l i n v e s t i t t o u t e s ses c o n n a i s s a n c e s , t o u t e s a s u b s t a n c e . Nous a s s i s t o n s d e p u i s une t r e n t a i n e d'annees a l ' a p p r o f o n d i s -sement s y s t e m a t i q u e du phenomene l i t t e r a i r e p a r des hommes de t a l e n t . Nous e s s a i e r o n s dans c e t t e i n t r o d u c t i o n de p r e c i s e r s u c c i n t e m e n t l e s grandes l i g n e s de l a r e p o n s e que p e u t f a i r e un homme de n o t r e temps a c e t t e q u e s -t i o n . C e t t e mise au p o i n t a s o n i m p o r t a n c e p u i s q u ' a u s s i b i e n e l l e j u s t i -/ f i e r a a nos ye u x l a p r e s e n t e e t u d e . 1) S a u f i n d i c a t i o n c o n t r a i r e , nous nous s e r v i r o n s p o u r l e s r e f e r e n c e s r e l a t i v e s au Telemaque, de 1 ' e d i t i o n G a r n i e r - F l a m m a r i o n - t e x t e i n t e g r a l -1968 *G.F. Le c h i f f r e r o m a i n i n d i q u e r a l e l i v r e d u q u e l l a c i t a t i o n e s t e x t r a i t e e t l e c h i f f r e a r a b e , l a page. 2 D'abord, e s t - i l e x a c t de d i r e , comme p l u s i e u r s de nos c r i t i q u e s , que l e conc e p t de l i t t e r a t u r e r e c o u v r e deux m a n i f e s t a t i o n s , de n a t u r e t o t a l e m e n t d i f f e r e n t e s ? ... Po u r V a l e r y , l a p r o s e e t l a p o e s i e a p p a r t i e n n e n t a des modes d ' e x p r e s s i o n d i s t i n c t s , comme l a marche e t l a danse. " Dans l e s em-p l o i s p r a t i q u e s ou a b s t r a i t s du lan g a g e q u i e s t s p e c i f i q u e m e n t p r o s e , l a forme ne se c o n s e r v e p a s , ne s u r v i t pas a l a comprehension, e l l e se d i s s o u t (1) dans l a c l a r t e , e l l e a a g i , e l l e a f a i t comprendre, e l l e a v e c u " . Au c o n -t r a i r e , l e poeme ne meurt pas pour a v o i r s e r v i ; " i l e s t f a i t expressement (1) pour r e n a i t r e de ses cen d r e s e t r e d e v e n i r i n d e f i n i m e n t ce q u ' i l v i e n t d ' e t r e " . J . P . S a r t r e adopte a peu p r e s l e meme p o i n t de vue, dans l e s p r e m i e r e s pages (2) de»? son l i v r e : Qu'est-ce que l a l i t t e r a t u r e ? Ma i s a l o r s , p e u t - o n o b j e c t e r , q u e l b e s o i n a - t - o n de g r o u p e r deux termes h e t e r o c l i t e s sous l a meme d e n o m i n a t i o n ? P o u r q u o i ne pas l a i s s e r a l a s e u l e p o e s i e l a q u a l i t e l i t t e r a i r e e t ne pas p l a c e r l a p r o s e dans une a u t r e c a t e g o r i e ? ... A u s s i , m algre l'eminence de ces deux a u t e u r s , n o u s ne l e s s u i v r o n s pas dans une p r i s e de p o s i t i o n q u i d e m a n d e r a i t p l u s de nuances. Ce q u i d i s t i n g u e l ' o e u v r e l i t t e r a i r e , de l ' e s s a i p h i l o s o p h i q u e , du t r a i t e de m o r a l e , de s o c i o l o g i e ou de p o l i t i q u e , de t o u t e s l e s a u t r e s m a n i f e s t a -t i o n s de l ' ^ c r i t u r e e t du l a n g a g e , c ' e s t s o n mode d ' a c t i o n s u r l e l e c t e u r . E l l e impose a l'homme s a v e r i t e , en s ' a d r e s s a n t a l a f o i s , a s o n i n t e l l i -gence e t a s o n i m a g i n a t i o n . 1) P a u l V a l e r y - T h e o r i e p o e t i q u e e t e s t h e t i q u e - V a r i e t e P l e i a d e NRF 1965 - Tome I p. 1373 2) J . P. S a r t r e - Qu'est-ce que l a l i t t e r a t u r e ? NRF 1967 3 C e t t e d o u b l e communication se f a i t s u i v a n t des p r o p o r t i o n s v a r i a b l e s , s e l o n qu'on p a s s e de l a p r o s e a l a p o e s i e , mais q u e l l e s que s o i e n t ses m o d a l i t e s , e l l e e s t e s s e n t i e l l e a une d e f i n i t i o n de l a l i t t e r a t u r e . L ' a n a l y s e p e u t a i s e m e n t c e r n e r l ' a s p e c t d i s c u r s i f d'une oeuvre e t en donner une e x p l i c a t i o n s a t i s f a i s a n t e p u i s q u e l e fondement du d i s c u r s i f (1) -* e s t l a q u a n t i s e , done 1 1 a n a l y s a b l e . I I n'en v a pas de meme des causes q u i engendrent l a c o n n a i s s a n c e i n t u i t i v e , sans 1 ' e x i s t e n c e d e s q u e l l e s , r e p e t o n s - l e , i l n'y a pas de l i t t e r a t u r e . I I f a u t l e s r e c h e r c h e r dans l e s complexes f o r m e l s c o n s t i t u e s p a r l e s elements s o n o r e s de l a s t y l i s -t i q u e , t e l s que : l e s s o n o r i t e s v o c a l i q u e s e t c o n s o n a n t i q u e s - ; l e s a l l i t e r a t i o n s . ; l e s a s s o n n a n c e s ; l e s r y t h m e s , e n f i n b r e f , dans t o u s ces elements d i f f i c i l e s a s a i s i r , r e b e l l e s a l a r e d u c t i o n q u a n t i t a t i v e malgre l e s t r a v a u x de l a p h o n e t i q u e moderne, e t q u i empechent l a s t y -l i s t i q u e de d e v e n i r une v r a i e s c i e n c e . Cependant, mgme apr e s c i n q s i e c l e s de l i t t e r a t u r e i m primee, des homines a u s s i d i f f e r e n t s que : Rene (2) (3) (4) W e l l e k , N o r t h r o p F r y e e t M a r s h a l l MacLuhan, p e r s i s t e n t a s o u l i g n e r l e c a r a c t e r e f o n d a m e n t a l du " p a r l e " , du "pr o n o n c e " , dans l a c a t e g o r i e de l a l i t t e r a t u r e . Nous i n s i s t o n s s u r l e f a i t que c e c i c o n cerne l a p r o s e a u s s i b i e n que l a p o e s i e . Le t r a v a i l "recent d*un s p e c i a l i s t e de l a s t y l i s t i q u e nous c o n -f i r m e dans n o t r e o p i n i o n . I I s ' a g i t de M. B e r t r a n d D u p r i e z . "Le rythme, nous d i t - i l , i n f o r m e t o u t e l e c t u r e , meme muette. E n t r e l a r e a l i s a t i o n o r a l e , chargee de m i l l e nuances q u ' i n v e n t e n t ou r e d e c o u v r e n t l e s a c t e u r s -1) E s t - i l b e s o i n de d i r e que l a l o g i q u e r e p o s e s u r l e co n c e p t de q u a n t i t e e t son c o r o l l a i r e l e p r i n c i p e d ' i d e n t i t e ? 2) Rene W e l l e k and A u s t i n Warren Theory o f l i t e r a t u r e New Y o r k 1956 -chap 13 3) N o r t h r o p F r y e - Anatomy o f C r i t i c i s m " The o r y o f l i e n r e s " Atheneum, New Y o r k 1968 - p 259-60 i 4) M a r s h a l l Ma'cLuhan - 'fhe Gutenberg-Galaxy ;'- cU: : o f T o r o n t o P r e s s 1967 4 n e s , e t l a r a p i d e c a r e s s e , p r e s q u e i m m a t e r i e l l e , de l ' o e i l s u r l e p a p i e r , i l y a en e f f e t , au p o i n t de vue du rythme,quelque chose de commun" . ^ C'est dans ce domaine q u ' i l f a u t sans doute v o i r " 1 ' i r r e d u c t i b l e " de t o u t e oeuvre l i t t e r a i r e . " L " e x i g e n c e de mon o r e i l l e , j u s q u ' a ces d e r n i e r e s annees, e t a i t t e l l e que j 1 a u r a i s p l i e l a s i g n i f i c a t i o n d'une p h r a s e a son nombre", nous c o n f i e Gride. S i nous sommes en mesure d ' e x p l i q u e r i m p a r f a i -tement p o u r q u o i t e l poeme, t e l r e c i t , a p p a r t i e n n e n t a l a l i t t e r a t u r e , i l nous e s t , e t i l nous s e r a p r o b a b l e m e n t , t o u j o u r s i m p o s s i b l e de c r e e r une oeuvre d ' a r t p a r l a s i m p l e a p p l i c a t i o n de r e c e t t e s i n f a i l l i b l e s . I I y f a u t un v i b r a t e u r s p e c i a l , qu'on a p p e l l e a r t i s t e , e c r i v a i n de g e n i e . Nous ne v o u l o n s pas nous l a i s s e r e n t r a i n e r i c i , dans l e s problemes de l a n g a g e , d ' e c r i t u r e e t de s t y l e , mais simplement s o u l i g n e r q u ' i l n'y a pas de d i f f e r e n c e s de n a t u r e e n t r e l a p r o s e l i t t e r a i r e e t l a p o e s i e , mais simplement des v a r i a t i o n s de d e g r e s dans l e s c o m b i n a i s o n s p o s s i b l e s des f o n c t i o n s d i s c u r s i v e s e t i n t u i t i v e s . Les rythmes de l a p a r o l e peuvent o b e i r a des nombres c o d i f i e s ou simplement a l a n e c e s s i t e i n t e r n e de l ' o e u v r e , p o u r v u q u ' i l s a g i s s e n t s u r l ' a u d i t o i r e e t que l ' o e u v r e d ' a r t s o i t communiquee a l a f o i s au " c e r v e a u " e t au " c o e u r " , ( l e c e r v e a u e t a n t t r a d i t i o n n e l l e m e n t l e s i e g e de l a r a i s o n d i s c u r s i v e , e t l e c o e u r c e l u i de 1 ' i n t u i t i o n ) , s u s c i t a n t c e t e s s o r de 1 ' i m a g i n a t i o n de l a m a t i e r e que G a s t o n B a c h e l a r d v o i t au c o e u r de t o u t e l i t t e r a t u r e . V a l e r y d ' a i l l e u r s , 1) B e r n a r d D u p r i e z - 1'Etude des S t y l e s - D i d i e r P a r i s 1969 - p. 33 2) Andre G i d e - J o u r n a l 23 f e v r i e r 1923 - C i t e p a r P .Robert D i c t i o n n a i r e A l p h a b e t i q u e e t A n a l o g i q u e s.v. nombre 5 n ' e t a i t pas p r i s o n n i e r de ses p r o p r e s d i s t i n c t i o n s . Dans l ' e s s a i s u r (1) B o s s u e t , de ses E t u d e s L i t t e r a i r e s , i l s ' a t t a c h e , avec t o u t l e b r i o que nous l u i c o n n a i s s o n s , a f a i r e r e s s o r t i r l a p u i s s a n c e m u s i c a l e q u i emane de l a p r o s e du g r a n d o r a t e u r . I I montre comment, en d e p i t d ' i d e e s a u j o u r d ' h u i d e s u e t e s e t b a n a l e s , l e charme du rythme des p e r i o d e s o r a -t o i r e s opere encore s u r nous. Des l o r s , i l n ' e s t p l u s i m p e n s a b l e d ' e t e n d r e l e c a r a c t e r e l i t t e r a i r e r e s e r v e p a r V a l e r y a l a p o e s i e , a l a p r o s e , sous c e r t a i n e s c o n d i t i o n s evidemment. C e r t e s , dans l e domaine de l a p r o s e , i l s e r a t o u j o u r s d i f -f i c i l e d'envVenir^.a.ides . c r i t e r e s :±rancn^s ,mais c e l a ne nous donne pas l e d r o i t de l u i r e f u s e r sans a p p e l , l e s a t t r i b u t s de l a p o e s i e . Un a u t e u r de romans, p a r exemple, se s e r t , p o u r a i d e r l e l e c t e u r a m a t e r i a l i s e r l ' u n i v e r s q u ' i l p o r t e en l u i , de t o u s l e s moyens p a r l e s q u e l s n o t r e ima-g i n a t i o n p e u t s u s c i t e r , p o u r s o n p r o p r e compte, un monde en s o i , p a r a l -l e l e a l a r e a l i t e mais i n d e p e n d a n t d ' e l l e . L'element m e l o d i q u e e s t l ' u n de ces moyens. En ce sens on peu t d i r e que des p r o s a t e u r s comme P a s c a l , F e n e l o n , Rousseau, C h a t e a u b r i a n d , F l a u b e r t , P r o u s t , o nt e t e des p o l t e s . B a l z a c meme, t a n t d e c r i e p o u r s o n s t y l e , s e r a i t - i l l ' u n des p l u s grands g e n i e s des L e t t r e s f r a n g a i s e s s i l ' o n d e v a i t j u g e r de s o n oeuvre du s e u l p o i n t de vue d i s c u r s i f de s a p h i l o s o p h i e e t des r e c e t t e s de s o c i o l o g i e p r a t i q u e q u ' e l l e nous o f f r e ? M i l l e f o i s non. A u s s i d o i t - i l e t r e b i e n entendu que, dans l e developpement q u i v a s u i v r e , l o r s q u e nous p a r l e r o n s 1) P a u l V a l e r y - E t u d e s L i t t e r a i r e s - S u r B o s s u e t - P l e i a d e NRP 1965 Tome I - p. 498 6 d ' o b j e t l i t t e r a i r e nous aurons t o u j o u r s en 1 ' e s p r i t q u e l q u e chose pouvant £tre apprehende e t com p r i s p a r l a v i s i o n b i e n s u r , mais a u s s i p a r l ' o u i e , p a r l e mouvement des l e v r e s q u i p r o n o n c e n t des p a r o l e s . Ce s o n t en q u e l -que s o r t e , l e s c a r a c t e r i s t i q u e s m o r p h o l o g i q u e s de l a l i t t e r a t u r e ; i l nous r e s t e a en e t u d i e r l a s u b s t a n c e . D e p u i s l ' a r t p o e t i q u e d'Horace au moins, l e s deux p i l i e r s de l a l i t t e r a -t u r e s o n t : i n s t r u i r e e t p l a i r e . Nos c l a s s i q u e s ne se s o n t pas f a t i g u e s de l e r e p e t e r ; F e n e l o n a p r e s e t a v a n t beaucoup d ' a u t r e s . " Je n ' a i j a m a i s songe, e c r i t - i l , qu'a amuser M o n s i e u r l e due de Bourgogne p a r ces a v e n t u r e s e t qu'a 1 ' i n s t r u i r e en l'amusant". N o t r e g e n e r a t i o n a c o n s e r v e ces b u t s , l e s p r e c i s a n t simplement a l a l u m i e -r e des p r o g r e s f a i t s en e p i s t e m o l o g i e , en a n t h r o p o l o g i e , en p s y c h o l o g i e e t en l i n g u i s t i q u e . L ' i m i t a t i o n de l a n a t u r e ou " m i m e s i s " , o b j e t e s s e n t i e l de l a l i t t e r a t u r e , e s t concue comme une r e c r e a t i o n , a t r a v e r s l e s formes k a n t i e n n e s de temps et d'espace, e t l e s d i v e r s e s c a t e g o r i e s q u i en d e r i v e n t , d'un u n i v e r s p e r s o n n e l c e r t e s , mais communicable p u i s q u e 1 ' a n t h r o p o l o g i e e t a u s s i l a p s y c h a n a l y s e , nous demontrent 1 ' e x i s t e n c e commune a une c i v i l i s a t i o n donnee, e t dans c e r t a i n s cas a l ' e s p e c e humaine, de c o n s t a n t e s s t r u c -t u r e l l e s : a r c h e t y p e s e t mythes; ce que E u g e n i o d'Ors dans son l i v r e (2) Du Baroque a p p e l l e l e s "eons". 1) F e n e l o n - Qeuvres c o m p l e t e s P a r i s , L e r o u x 1851-52 Tome "VII p. 666 2) E u g e n i o d'Ors - Du Baroque t r a d f r a n g - P a r i s NRF 1935 7 L'oeuvre l i t t e r a i r e d e v i e n t done, pour l e " c r i t i q u e c o n t e m p o r a i n , un o b j e t o f f e r t a l a c o n n a i s s a n c e e t a, l a d e c o u v e r t e d'un s u j e t , l e l e c t e u r . "Chaque l i v r e e s t une r e c u p e r a t i o n de l ' S t r e ; ( i l ) p r e s e n t e c e t t e t o t a l i t e a l a l i b e r t e du s p e c t a t e u r " , ^ e c r i t J . P . S a r t r e ; a t t i t u d e q u i e t a i t d e j a Q c e l l e a d o p t e e , i m p l i c i t e m e n t au moins, p a r l e s a u t e u r s du 17 s i e c l e , q u a n d i l s r e c h e r c h a i e n t l a " N a t u r e " dans l e s oe u v r e s des A n c i e n s . C e t t e p r i s e de p o s s e s s i o n i n t e l l e c t u e l l e e t dynamique de l ' o b j e t d ' a r t c o n s t i t u e " 1 ' i n s t r u c t i o n " proprement d i t e , non pas dans l a s o l i t u d e , p o u r a b o u t i r a un s o l i p s i s m e a n g o i s s a n t , mais dans l a p r i s e de c o n s c i e n c e d'une s o l i d a r i t y humaine a t r a v e r s l e s i m p e r a t i f s c a t e g o r i q u e s a u x q u e l s e l l e e s t soumise e t l e s formes a r c h e t y p i q u e s e t t h e m a t i q u e s q u i c o n s t i t u e n t l a mar-que d'une c i v i l i s a t i o n . Nous f e r o n s n 6 t r e 1 ' o p i n i o n de Serge Doubrovsky dans s o n l i v r e p o l e m i q u e e t p a s s i o n n a n t t P o u r q u o i l a n o u v e l l e c r i t i q u e ? L a l i t t e r a t u r e me p a r a i t ... l a somme des re p o n s e s p o s s i b l e s aux q u e s t i o n s r e e l l e s que se pose u n homme e t , a t r a v e r s l u i ~ une c i v i l i s a t i o n , e t , a l a l i m i t e , l ' h u m a n i t e " . C e c i nous s e m b l e - t - i l , d o i t s ' e n t e n d r e de deux f a c o n s organiquement com-p l e m e n t a i r e s : l ) L'oeuvre e s t l e r e s u l t a t de l a c o n j o n c t i o n d'un a r t i s t e e t d'un m i l i e u c o n c r e t 2) L a v r a i e l i t t e r a t u r e e s t 1 ' o c c a s i o n de l a p r i s e de c o n s c i e n c e p a r chaque g e n e r a t i o n de s o n o r i g i n a l i t e e t de s a c o n d i t i o n . 1) J.P. S a r t r e - Qu'est-ce que l a l i t t e r a t u r e ?NRF 1967 - p. 72 2) S. Doubrovsky - P o u r q u o i l a n o u v e l l e C r i t i q u e M e r c u r e de F r a n c e 1968 p.93 8 Le miroir qu'un auteur de genie presente a travers les siecles est magique, (1) " i l captive et compromet". , de T De cette prise de conscience, cette "instruction" nait le p l a i s i r esthetique, qui n'est rien d'autre que le sentiment, a l'occasion d'une oeuvre d'art, de notre integration au monde, de comprendre le monde a partir de l'exercice de notre liberte, genereusement. La beaute en litterature c'est , " l a plenitude d'-(2) une inepuisable richesse semantique" exploited par l a liberte de generations de lecteurs,(ou de critiques) en que*te de leur identite. Que ce sentiment de p l a i s i r s'obtienne par l a voie de Invasion ou de l a com-pensation comme le voudrait Freud, ou simplement soit le r^sultat de cette espece d'euphorie qui accompagne toute meilleure comprehension de l'en-soi par le pour-soi, (le "et vous serez comme des Dieux" de la Genese renferme toute l'histoire de l'Homme), ce n'est pas le lieu d'en discuter en detail. II s u f f i t de retenir que ces deux possibilites existent, et que 1*evasion ne demeure l i t t e r a i r e que dans la mesure ou elle est representative de l a condition humaine. Aussi bien, considererons-nous 1'etude ou l a critique l i t t e r a i r e , comme une apprehension technique certes, mais dans une perspective morale* Non seule-ment notre opinion est que 1'absence de ce dernier element rend injustifiable l a critique l i t t e r a i r e , et l'entretien des Critiques par l a societe,mais nous pensons aussi que, sans l u i , l a critique l i t t e r a i r e est incomplete et bas^e sur 1) Qu'est-ce que l a litterature ? - p. 121 2) Pourquoi la Nouvelle Critique - p. 46 9 une idee erronee de l a litterature. "Ecrire c'est a l a fois devoiler le monde et le proposer comme une tache a l a generosite du l e c t e u r " . ^ L'activite l i t t e r a i r e , suivant le sens complet que nous l u i avons trouve plus haut, est done benefique et ut i l e (selon une acception du terme qui deborde la definition bourgeoise de l ' u t i l i t e ) a l a terre des Hommes. " It is an attempt to restore what the Ancients called the Golden Age (Blake). This story of the loss and regaining of identity is ...the framework of a l l «(2) li t e r a t u r e . w Comme le dit Julien Green :" Tous les hommes ont connu cet instant singulier ou l'on se sent brusquement separe du reste du monde par le f a i t qu'on est ( 3 ) soi-me'me et non ce qui nous entoure". Cette nostalgie d'un Eden d'ou nous (4) avons ete chasse par"l*ange fulgurant qui s'appelle Moi" etreint le coeur de l'homme jusqu'a son dernier souffle. Nous verrons par l a suite que cette angoisse est le point de depart de l'utopie. Si l'on partage comme nous cette vue de Charles Mauron que l'art " a pour but biologique de projeter autour de nous les manifestations, les images et les preuves d'un pouvoir de synthese qui se confond avec l a vie mime et qui, depuis le maintient contre l'agressivite du froid du monde spatio-temporel, (5) contre l a solitude et le morcellement", l'on devra admettre que l'utopie, (que nous nous contenterons pour l'instant d'assimiler a l'Eden), est au coeur de l a litterature en tant que l'une des fonctions indispensables a. 1) Qu'est-ce que l a litterature - p. 76 2) Northrop Frye - The educated imagination CBC Publications 4th ed - p. 20-21 3) Julien G-reen - Partir avant le jour - Grasset 1963 - p.23 4) ib 5) Charles Mauon - Des metaphores obsedantes au Mythe Personnel Corti 1962 p. 239 10 l'equilibre psychique de 1'Homme. Nous voici en mesure maintenant de passer a 1'etude particuliere qui f a i t l'objet du present essai. Sachant deja combien Penelon a l'instar de ses maltres spirituels : Platon et Saint Augustin avait vivement souhaite l'avenement de l a cite de Dieu au royaume de Prance, nous avons ete tente d'aborder l 1analyse de l'oeuvre qui l u i a assure 1 1 immortalite, Les Aventures de Telemaque, sous 1'angle de l'utopie. Albert Cherel a bien montre 1*influence enorme qu'a eu ce petit l i v r e dans 1'Europe du 18 siecle. George R. Havens de son c8te note sa popularite dans les Etats-Unis d'Amerique a l a m§me (2) epoque. Le f a i t est que de nombreux hommes de lettres et des specialistes venant de divers horizons : historiens des idees ou du mysticisme ; educa-teurs; professeurs de Sciences politiques, etc ... ont etudie ce que l'on a appele "le manuel des rois" selon les raethodes propres a leurs disciplines respectives. Mais, s i tout le monde a releve au passage les idees utopiques qu'il contient, personne, a notre connaissancen'a essaye d'evaluer l'impor-tance et l a nature de la vision utopique sous-jacente a toute l'oeuvre, et de montrer qu'elle l u i donnait cette qualite i n f a i l l i b l e d'objet d'art qui l a distingue irremediablement du simple traite pedagogique ou de 1"essai philo-sophique, pour l a placer en dehors du temps, transcendant " sa cause occasion-(3) nelle pour o f f r i r a tout homme une image signifiante de sa propre condition". 1) Albert Cherel - Penelon au I 8 e s i e c l e en France 1715-1820 - Hachette 1917 2) G. R. Havens - The age of ideas - Henry Holt and Co. 1955 NY. p.48 3) Pourquoi l a nouvelle critique p. 201 11 Nous nous proposons d'organiser cette etude de l a raaniere ci-apres: CH.I - Nous preciserons avant tout les criteres principaux de l'utopie. Nous le ferons a partir de l'oeuvre a l'aide du passage sur l a Betique a la f i n du livre VII. L'auteur a pris soin de nous donner l a , en quelque sorte le mythe de l'utopie, parametre auquel seront comparees les differentes tentatives d'organi-sation du monde qui forment la trame des Aventures de Telemaque . CH.II - Nous releverons a travers le l i v r e les images utopiques obsedantes qui s'y trouvent. Nous reconstituerons les reseaux auxquels elles appartien-nent, nous attachant surtout a etablir le schema de l'utopie idyllique que ces reseaux concourent a former. CH.Ill - Nous ferons une etude critique de l'utopie urbaine de Salente qui est la mise en application des principes degages par Mentor pour le benefice de Telemaque. Nous etudierons son originality par rapport aiix autressgrandes utopies de l'antiquite a l a f i n du 17 siecle. CH.IV - Nous essaierons de replacer toutesles caracteristiques utopiques mises a jour dans les chapitres precedents, dans le cadre de l a vision du monde de Fenelon, preiat mystique et gentilhomme de l a f i n du 17 siecle. Cette vision du monde sera reconstituee a partir des Aventures du Telemaque. CH.V - Nous serons alors en mesure d'apprecier pleinement 1'element utopique dans l'oeuvre; de voir son r61e sur le plan l i t t e r a i r e , son influence sur les themes, les images, le style. Nous montrerons comment i l transforme une oeuvre didactique en oeuvre l i t t e r a i r e . Fenelon, nous disent ses biographes, s'e"tait senti attire tres jeune par le zele missionnaire. Sa sante ne l u i permit pas de r£pondre a l'appel de cette vocation. Aussi p u t - i l voir plus tard dans le f a i t de sa no-mination au poste de precepteur du due de Bourgogne un signe de l a Providence. Son souci essentiel en composant Te"le"maque etait d'ordre pedagogique. II voulait, a l'aide de l a f i c t i o n epique faire de son royal eleve, un homme, un bon chr^tien et un conducteur de peuples, 1'instrument dont Dieu se servirait pour ramener sur terre " l a beaute des anciens j o u r s " ^ pour restaurer l a Jerusalem terrestre, antichambre de l a Jerusalem ce--leste. II r8va de voir un jour la France, f i l l e ain£e de l'Eglise, gouvernee selon les grands principes qu'il met dans la bouche de l a Sa--gesse au liv r e XVII du Telemaque :"Le gouvernement d'un royaume demande une certaine harmonie comme l a musique et de justes proportions comme (2) 1"architecture ", Cet ideal vient en droite ligne de l a Republique de Platon, comme cette id£e centrale de 1'oeuvreyd'une communaute, etape n^cessaire au milieu de l'aventure humaine, point d'attache de 1'homme avec l 1 i n v i s i b l e et matrice d'ou s'echappent les araes regenerees par les lois justes et ainsi capables de reintegrer l'au-dela. On voit deja. par cette introduction que l a vision utopique de Fenelon repose sur une 1) Fenelon - Oeuvres F.Didot, Paris 1845 Tome II Sermon pour l a f§te de l'Epiphanie - p. 371 2eme colonne 2) Telemaque Gf.F. XVII 465 13 organisation mystique de l'univers. II est done important d'y entrer par l a porte ideale de la Betique, "belle fable" qui eclaire en effet tout le sens de l'ouvrage et l u i donne, comme nous le verrons au chapitre V, sa qualite l i t t e r a i r e , a l a facon des mythes platoniciens, par exemple ceux de Cadmos, de l a caverne, et d'Er sans lesquels l a Republique serait beaucoup plus un exercice de sophistique particulierement re"ussi qu'une oeuvre l i t t e r a i r e . Cette utopie exemplaire est l'idee que les hommes de bonne volonte devront s'efforcer de rejoindre, le modele vrai auquel i l s devront conformer leurs institutions pour accomplir pleinement leur destinee. C'est surtout dans ce re*ve que se liberera "L'eternelle chimere du coeur de Fe"nelon" ^ ! L'^pi--sode n'occupe que quelques pages a l a f i n du liv r e VII, mais i l represente a n'en pas douter l'un des grands moments du Telemaque : d'abord par 1'atmos-phere que l'auteur reussit a creer, atmosphere dans laquelle on retrouve toutes les caracteristiques psychologiques qui permettent et provoquent l'utopie, ensuite par l a description d'un pays ideal retracaht les grandes lignes d'un paysage et d'une society utopiques. Deux etapes done: Mise en condition a l a maniere de ces initiations antiques qui precedaient l a reve--lation des mysteres, et delivrance d'un enseignement. Ce schema correspond assez bien a l a facon dont les th^oriciens modernes de l'utopie : Jean Servier, Georges Duveau, Raymond Ruyer par exemple,abordent le probleme. Pour eux, comme pour tous les sociologues depuis les travaux de Freud, Jung et de leurs disciples respectifs, l'origine des constructions utopiques des plus simples aux plus grandioses, doit e*tre recherchee au coeur des complexes affectifs de l ' i n d i -f -vidu. Ainsi Telemaque apres avoir subit le charme de de la soiree sur l'eau 1) Ely Carcassonne - Fenelon, 1'homme et l'oeuvre Hatier Boivin - 2eme edition 1955 p.86 14 "etait ravi d'entendreces discours d'Adoam, et i l se rejouissait qu'il y eut encore au monde un peuple qui, suivant l a droite nature, rut s i sage et s i heureux tout ensemble"^ Cette reaction du f i l s d'Ulysse a 1'eVoca--tion de la Betique i l l u s t r e le bonheur eprouve par tout homme a, l a soudaine revelation que ses aspirations plus ou moins analysables peuvent s'integrer dans un ordre qui est celui de l'univers mime et ne sont que 1'image confuse et intuitive de ce mime univers. Le choix de cet episode comme point de depart est done a notre sens entiere--ment justified Son etude doit nous permettre de forger un outil d'analyse qui nous servira a travers toute l a pre*sente etude. Ceci dit nous allons maintenant aborder dans un premier point 1*etude du prelude au recit de la Betique et degager les elements psychologiques essen-- t i e l s de l'utopie, puis, dans un second point nous verrons quelles carac--teristiques topographiques et sociologiques sont typiques de l'utopie et comment elles se fattachent a des preoccupations psychologiques et metaphy--siques obsedantes. Nous avons precedemment util ise 1'expression utopie mystique pour qualifier l a vision de Fenelon. En effet, malgre d'Alembert, les Physiocrates et les Constituants qui enrSlerent sans hesitation le prestige de l'archevgque de Cambrai dans les milices spirituelles du parti des lumieres, malgre Paul (2) Hazard qui voit en l u i un homme a l a charniere de deux mondes, nous ne g le placerions pas sans beaucoup de reticences parmi les esprits du 18 siecle. II nous semble plutSt se rattacher a une epoque pre-louis quatorzieme (nous nous expliquerons plus en detail sur ce point au chapitre IV). Evidemment , 1) Teiemaque G.F. VII 212 2) Paul Hazard - La Crise de l a conscience europeenne - Fayard Paris 1961 15 la structure archetypique generale de l a quite du bonheur que nous retrouvons dans toute utopie est l'un des traits dominants du siecle des luroieres, mais n'est-ce pas une des constantes de l a nature humaine aussi bien ? Si l a re--cherche du bonheur part des mimes imperatifs psychologiques, l a notion mime que l'on se f a i t du bonheur varie suivant les temperaments et les epoques. II y a lo i n du point de vue de l'hedonisme foncierement philosophique d'un Thomas More; des Troglodytes raisonnables de Montesquieu; de l'etat de nature sans transcendance vraiment necessaire de Rousseau; des nouvelles Spartes des 6 Jacobins, a l'ascetisme mystique de Fenelon. Celui-ci appartient au 17 siecle religieux d'avant l a crise de l a conscience europe*enne. L'atmosphere qui impregne l a Betique, pour en venir aux f a i t s precis, s u f f i r a i t a. nous donner raison. Ce n'est pas 1'Embarquement pour Cythere d'un Watteau dans une trans--parence harmonieuse et doree qui laisse pressentir les gonflements d'une houle de passions exquises, c'est 1'Arcadie de Poussin, baignant dans cette lumiere speciale qui environne les bienheureux aux Champs-Elysees, "plutot une gloire celeste qu'une lumiere (qui) pe"netre plus subtilement les corps les plus e"pais que les rayons du s o l e i l ne penetrent le plus pur c r i s t a l . . . et porte au fond de l'ame je ne sais quelle se"renite" ^ \ Et voila. le grand mot lache : l a serenity. Ravissement bien sflr, mais dans un bonheur tempere par l a Sagesse." La sagesse n'a rien d'autere ni d'affecte : c'est elle qui (2) donne les vrais p l a i s i r s " . C'est l a l a caract^ristique principale de l'utopie: Une cite ou un groupe humain en equilibre, preserve du combat entre l a Te"le"maque G.F. - XIV 397-398 2) " " VII 203 16 "fonction raisonnante"^ et l a "fonction impetueuse" ^ p a r l'obs ervance des justes l o i s . Pour Platon, la "fonction raisonnante" est celle "qui calcule (2) au sujet du meilleur et du pire" , c'est a dire ce que nous appelons l a raison; et l a fonction impetueuse " celle qui, sans calculer, cede a l'ardeur de ses senti (2) -ments" , c'est a dire l a passion. Ces mSmes categories qui sont dans l'etat (3) X existent, identiques, " a l'interieur de chaque individu et en nombre egal" . L'obeissance aux lois aura cet effet de soumettre aussi bien l'e'tat que l ' i n d i --vidu a l'ordre raisonnable realisant ainsi une harmonie parfaite entre l a conscience individuelle et le monde exterieur. II convient a ce stade d'attirer 1'attention sur la difference de nature entre l'utopie et le millenarisme, difference qui n'est pas toujours bien percue par les critiques l i t t e r a i r e s . "Le millenarisme, nous dit le socio--logue Jean Servier, est une templte qui doit laver l'humanite de ses pe"ches de par l a volonte de Dieu", ou de la dialectique de 1'Histoire,"et donner ( 4 ) ^ aux freres conjures 1'heritage des biens de l a terre . II introduit le concept de temps comme facteur de perfection. C'est 1'histoire des effervescen-ces chiliastiques d'origine populaire, fondees sur l a croyance dans l'immi-nence de la parousie du Christ, dans l a mission historique d'un peuple elu, destine par Dieu au r6le d'eradicateur du mal afin de pouvoir meriter l a beatitude finale. Ces mouvements millenaristes ont ete surtout tres nom--breux au Moyen-Age; l a premiere croisade releve sans doute de ce mecanis-me ainsi que les revoltes heretiques de Boheme, celles suscitees par les 1) Platon - La Republique Pleiade NCF 1950 Tome I p. 1012 2) » » » „ „ p.1011 3) " " " " '• " p. 1011 4) Jean Servier Histoire de l'Utopie NRF -idees 1967 p. 355 17 propheties de Joachim de Flore et le moine fanatique Savonarole. Ironique--ment nous voyons aussi a partir de l a Renaissance, l a majorite d'une autre classe celles des intellectuels laics originaires de l a bourgeoisie moyenne, s'empa--rer de l a notion de temps, et, apres le rejet de l a croyance au dogme du peche originel en faire l a condition necessaire du progres. Non pas pour aboutir a. une apocalypse mais pour ameliorer l a condition humaine sur terre: "1'homme est l a mesure de toute chose" repetent-ils apres Protagoras d'Abdere. Cette notion de temps gen^rateur du progres plut6t que principe de degene"res--cence, est d'origine essentiellement occidentale. "C'est la raison qui j a i l l i t des etincelles de l'Histoire". Ce n'est pas pour rien que Freud assimilait 1'Occident au pere et 1'Orient a. l a mere. L'utopie, quant a el l e , est l a contre-histoire. C'est une difference totale de nature. Elle suppose la suspension ou 1'annihilation du temps, un retour a. l'age d'or, au regne du roi Chronos, sans l a notion de duree, duree qui est le substratum indispensable de l a dialectique, du changement, de l a mort. Ce mime phenomene d'emancipation de l a duree se retrouve dans l'ex--tase mystique ou poetique. De ce point de vue le prelude a l a Betique est un chef-d'oeuvre de transition et de mise en condition. Transition indis-pensable d'abord apres 1'episode romanesque a l'exces de Baleazar et de ses demeies avec l a perfide Astarbe, monstre de meiodrame dont l'agonie convulsee prite son imagerie baroque a l a scene de l a mort de l'impie que les apologetistes catholiques refont sans se lasser les uns apres les autres. 18 Avec l a fiHe donnee par Adoam nous debouchons dans un monde enchante, dans un de ces moments privilegies s i chers a Proust, ou le temps est aboli, ou l 1 homme voit^comme dans un r§ve fige dans un e"ternel present, son existence se rattacher en quelque sorte a 1'essence des choses. Instinctivement l ' i n d i --vidu comprend qu'il aborde aux frontieres du mystere de l'gtre. " A peine osait-on respirer de peur de troubler le silence et de perdre quelque chose de ce chant d i v i n " ^ nous dit le narrateur. II nous f a i t ressentir par son art evocatoire cette communion avec le cosmos que le poete et le mystique ont tant de difficultes a communiquer aux autres homraes avec des mots. Un ar--ti s t e de l a prose melodique comme Chateaubriand avouait @tre impressionne jusqu'a 1'extreme par ce passage: "Le silence de la nuit, le calme de l a mer, l a lumiere tremblante de l a lune repandue sur l a face des ondes, le sombre azur du c i e l seme\.desbrillantes (2) etoiles, servaient a rendre ce spectacle encore plus beau" . N'est-ce pas le desir premier de toute utopie : l'harmonie et le repos ? et sans doute la secrete nostalgie de chacun a un moment donne ? Quoi qu'il en soit, le passage cite produit sur tout lecteur un peu sensible le mime envoutement. La nuit mSme qui baigne toute l a scene donne sa quietude a ce paysage psy--chologique. Notre horreur quasi-metaphysique de l a solitude et de l'absur--dite subjective, nous conduit a adopter vis a vis de l a nuit, phenomene naturel et regulier s ' i l en est, une attitude revelatrice de notre etat de tension interne. "Parmi les forces naturelles, nous dit Aragon, i l en 1) Telemaque G.F. - VII 203 2) " " VII 202 19 est une de laquelle le pouvoir reconnu de tout temps reste en tout temps mysterieux et mile a 1'homme, c'est l a nuit. Cette grande i l l u s i o n noire suit l a mode et les variations sensibles de ses e s c l a v e s " ^ I c i , ce n'est pas l a -y. nuit abyssale et malefique, l a nuit d'avant le. " f i a t lux" qui engloutit le navire d'Adoam, mais le sein originel enveloppant, comme un grand manteau protecteur,le moi immerge dans un cosmos accessible et ordonne. Une sorte de super-sens, de nature intuitive s'empare de l'individu: i l renalt a 1'innocence indifferenciee et primordiale, et c'est alors qu'il est capa--ble d*entendre l a symphonie pythagoricienne des spheres celestes et de ressentir l'univers comme touchant "a l a cime de l'ame'.' La phrase: " De temps en temps, des trompettes faisaient retentir l'onde jusqu'aux rivages les plus eloignes',' donne une impression d'abolition de l'espace apres celle du temps. Comment expliquer, puisque malheureuseraent i l faut tenter d'expliquer, le p l a i s i r certain que procure cette simple phrase ? Nous touchons i c i , sans parler pour 1'instant de la musicalite de l a prose, a la raison d'itre principale du lyrisme qui est de redonner a 1'homme, par l a magie du verbe, des liens cosmiques, de l u i faire sentir son appartenance a un tout. Chaque motif de cet episode nautique est ainsi concu pour supprimer les p o s s i b i l i t y d'antagonisme, de changement. II est entierement sous le signe de l a mere protectrice: l a nuit tiede: l'oce"an assoupi avec ses grottes humides et profondes; l a lune; les parfums de l'Orient. Les "jeunes Pheniciens d'une rare beaute", parure 1) Aragon - La Nuit aux Buttes Chaumont 2) Telemaque G.F. VII 202 20 de cette f§te, sont eux-m§mes assexues, comme le sont souvent les adoles--cents decrits dans cet ouvrage, et illustrent ce desir d'unite que l a psychologie associe generalement a 1'absence de sexe. Le l i n "plus blanc que neige" dont i l s sont revetus proclame leur purete et leur neutralite sur le plan agressif. Orphee-Achitoas et Orphee-Mentor reordonnent, une fois de plus, le chaos par l a magie musicale, les monstres marins s'assem--blent " en foule autour du vaisseau, charmes par la melodie"^"P C'est l a seconde fois depuis le commencement des Aventures de Telemaque, que nous est decrit le spectacle appaisant d'un univers marin harmonieusement equi-- l i b r e . Au livre TV deja, l a feerie du triomphe d'Amphitrite accompagnait 1*expose de l a doctrine mystique sur l a raison eternelle, "ce grand ocean de (2) lumiere " qui est sans doute l a supreme utopie. Dans le livre VII i l introduit 1'enseignement de Mentor. Celui-ci chante d'abord Jupiter, pere des dieux et des hommes; c'est a dire l'axe de l'Univers. Puis i l celebre la Sagesse sous les traits de Minerve, qui donne le moyen de nous y integrer. Ensuite i l expose les malheurs du jeune Narcisse et la funeste mort du bel Adonis, les deux erreurs mortelles qui rejettent 1'homme hors du paradis dans les tenebres et le froid exterieurs : refus du moi de se fondre dans le grand ocean de lumiere pour sauvegarder une identite unique et bh.6xie avec 'idolatrie, et, asservissement de l'individu au dereglement des passions. "Quand i l eut cesse de chanter... l'un disait: c'est Orphe'e, un autre s'ecriait: non, c'est Linus f i l s d'Apollon, un autre : vous vous trompez, c'est Apollon 1) Telemaque G.P. VII 202 2) " " TV 135 21 lui-mgme"^ Orphee, Linus, Apollon, saints patrons des utopies re*ve"es (2) par l'Antiquite, heros mythiques initiateurs a, l a "droite nature" et (3) aux p l a i s i r s qui"ne passionnent ni n'amollissent" . L'auditoire a retrouve" cette paix veritable a, laquelle i l aspirait, dans l a tiedeur confortable de l a nature, abolissant le temps, l'espace et aussi l'anta-gonisme entre le moi et le non-moi. II est pr§t desormais a. recevoir dans son coeur les mysteres de l a Betique. A l'instar de l'ancienne Bagdad et des v i l l e s mythiques, ou encore des villages actuels des primitifs qui s'enferment dans un cercle magique protecteur pour exorciser l a mort, les peuples de l a Betique se trouvent heureusement isoles des forces de dissolution; microcosme dans un macro--cosme, imitation du cosmos, puisque " l a societe et l a nature sont censees (4) reposer sur le maintien d'un ordre universel" . La nature, d i t Adoam, les a separes des autre peuples, d'un c8te par l a mer et de 1'autre par de hautes montagnes du cSte" du n o r d " ^ L'isolement de l'utopie "retrouve > l'am&ur exclusif de l'enfant pour l a mere"^^ Le narrateur revient avec ^ insistance dans l a geographie de ce milieu preserve! §ur le caractere terapere du climat : " c i e l doux toujours serein... hivers tiedes ...les rigoureux aquilohs n'y soufflent jamais... les zephirs raffralchissants... ainsi toute l'annee n'est qu'un heureux hymen du (7) printemps et de l'automne" ; 1) Telemaque G.F. VII 204 2) " " VII 212 3) " " VII 203 4) Roger C a i l l o i s L'homme et le Sacre NRF Idees 1950 - p. 165 PJ. Telemaque G.F. VII 210 6) 'Jfean S'ervier Histoire de l'Utopie p.323 7) Telemaque G.F. VII 205 22 sur l a recondite' du sol :" Le fleuve Betis coule dans un pays f e r t i l e " ; "double moisson",..."arbres toujours verts et f l e u r i s " ^ et en definitive sur tous les facteurs physiques qui assurent une exis--tence sans accidents, sans heurts, a l'interieur de l a Betique. Aucune reminiscence de violence. Les montagnes perdent leur caractere abrupte (2) de symbole du sexe masculin puisqu'elles "sont couvertes de troupeaux" En resume, tiedeur, fecondite, securite, c'est l'evocation onirique du sein maternel. L'adulte f u i t l a realite pour se refugier dans son enfance,"parce qu'elle represente pour l u i l'epoque l a plus heureuse ou (3) le refoulement ne s 1 4 t a i t pas encore produit" . De ce mSme archetype de l'enfance retrouvee participe aussi le de"sir de retour a l a purete, a un etat d'innocence, le besoin de simplicity, car le traumatisme de depart de tout psychisme provient, nous l'avons deja vu, du detachement de l'unite, de l a prise de conscience de l a multipli--c i t e , de l ' a l t e r i t e . Les bergers et les laboureurs de l a Betique, v§tus (4) "d'etoffes fines d'une merveilleuse blancheur" partagent, non la terre mais les fr u i t s et le l a i t des troupeaux. Les habitants ont 1'impression profonde d'appartenir a une mime famille, d'etre les f i l s d'une mSme mere. (5) " l i s s'aiment tous d'une amour fraternelle que rien ne trouble". Le communisme i c i , comme dans tout communisme utopien, tend a ^carter 1'image du pere, a l a remplacer par celle, maternelle, de l a terre pour--voyeuse. Physiocrate d'instinct, anti-malthusien avant l a lettre, Fenelon reprend souvent cette idee de l a terre nourriciere inepuisable. 1) Telemaque G.F. VII 205 2) i» ii i» « 3) N.O. Brora Eros et Thanatos Paris J u i l l a r d 1960 p.37 4) Telemaque G.F. VII 206 5) " " VII 208 23 La nostalgie de purete" s'exprime encore dans l'absence systematique des eaux jaillissantes et bouillonnantes, des mines ou des galeries creusees, du sang. "Jamais le sang humain n'a souille cette terre, a peine y voit-on couler celui des agneaux"^ L'on se souviendra que dans l'utopie de Thomas More, les bouchers sont relegues dans une sorte de caste d'intouchables; l'egorgement de bites se f a i t en dehors de 1'enceinte de l a v i l l e . On retrouve cet ostracisme dans les coutumes de certaines tribus africaines. Tout, dans ce passage, est mis en oeuvre pour conserver les choses dans un etat d'e"quilibre serein, dans un repos libere du mouvement dialectique de l a vie ordinaire et des antagonismes physiologiques. II faut a tout prix eViter de donner le spectacle de cette societe " travaille"e par l ' i n -(2) -flamination des humeurs" que Platon oppose a, sa Republique ideale. "Les germes de mort" que toute societe recele en ses flanes, selon Marx, sont soigneusement extirpes; le nomadisme entretient 1'esprit de detachement. "Chaque famille errante dans ce beau pays transporte ses tentes d'un l i e u en un autre quand elle a epuise les piturages de l'endroit ou elle s'etait (3) mise" . L'emploi d'especes monetaires est banni; les echanges avec les autres peuples, inexistants; on leur abandonne les surplus de production a t i t r e de don s ' i l s les desirent, voila tout. II n'y a pas d'arts, inu-- t i l e s a un peuple de nomades, pas de propriete fonciere. Si le pere de famille a le droit de punir chacun de ses enfants ou petits-enfants, i l ne peut le faire qu'apres avoir recu les avis du reste de l a famille. Les peuples de cette arcadie, situee aux confins du monde 1) Telemaque G.F. VII 208 2) Platon - Republique p. 919 3) Telemaque G.F. VII 206 24 connu des Anciens, dans l a region des l i e s bienheureuses, semblent per-petuer les delices de l'age d'or, et en definitive :" c'est le retran--chement des vaines richesses et des pla i s i r s trompeurs qui leur conserve cette paix, cette union et cette liberte"\^\t aussi pourrait-on ajouter (2) :" qui leur donne(nt)une vie longue et exempte de maladies" . Automatiquement nous revient en memoire ce passage de l a Republique, car dans cette partie du Telemaque evoquant l'utopie ideale, Fenelon ne s'e--loigne guere de Platon, "... passant de l a sorte leur existence dans une paix qu'accompagne, ainsi qu'il est naturel, une bonne sante, naturellement i l s mourront vieux et c'est une autre vie pareille a l a leur qu'ils trans--mettront a leurs descendants. -Ehl Socrate, reprit G-laucon, s i c'e*tait une societe de pourceaux que tu eusses constitute, de quoi d'autre les (3) engraisserais-tu sinon de cela ?" C'est 1'objection qui sera eternellement jetee a l a face de l'utopie. Quant a nous, nous savons desormais, surtout depuis 1'enseignement de Hegel et de ses continuateurs, que l a realite humaine ne saurait relever que d'une comprehension dialectique. Cependant l'un des moments du mou--vement dialectique est le desir de retour a l'aube de l'age et desuages Pour 1'homme des civilisations primitives une seule reflexion est possi--ble; se mirer dans les eaux du raythe de fondation, non pour y voir sa propre image, t e l Narcisse,mais bien plut8t pour contempler le schema d'organisation du monde comme le concoit l a societe a laquelle i l appartient. 1) Telemaque 2) " 3) Platon ] Republique G.F. •t VII VII p. 919 208 210 25 L'Homrae du Moyen-Age qui appartient deja a. une c i v i l i s a t i o n evoluee, conserve certains t r a i t s du Primitif. Dans l a fontaine du jardin du Roman  de l a Rose, le chevalier qui s'y mire ne contemple pas son image mais l a rose symbolique. Le public medieval etait encourage a se voir dans les autres et dans son environnement plutSt qu'a s'introspecter. Est-ce pour cette raison qu'il n'existe pas d'utopies l i t t e r a i r e s de cette epoque ?... Revenons a. l'aube des ages; a ce moment de 1'hUmanite l ' e v e i l de l a cons--cience individuelle, du libre-arbitre, est impensable. Les l o i s , les cou--tumes sont confondues depuis l a naissance avec une necessite plus puissan--te que les dieux mimes, qu'on peut appeler : " l a droite nature" ou " l a raison eternelle". C'est ce qui a incite Engels a denoncer le caractere anti-revolutionnaire de l'utopie. Mais les sciences politiques et l a l i t --terature n'operent pas sur les mimes plans. Les archetypes de 1'esprit humain, lorsqu'ils entrent dans les structures d'une oeuvre l i t t e r a i r e ne se classent pas a, un niveau plus ou moins eleve selon qu'ils sont dans le sens de l'Histoire ou non. Platon a repondu longuement a, G-laucon; en f a i t , toute sa Republique n'est qu'une longue reponse a cette exclamation ironique et If engage totalement dans l'acte radical d'invention d'un univers qui nous impressionne encore et nous donne a penser. Le chapitre V nous permettra d'etudier comment Fenelon de son cite integre sa vision utopique dans un edifice nUitaphysiqiie pour lequel, en toute bonne f o i i l a porte temoignage en son temps. Pour le present i l nous s u f f i t de constater que nous sommes parvenu a degager du mythe de l a Betique l a motivation psychologique de l'Utopie : besoin d'abolir l1antagonisme entre l a conscience et le monde, soute -nu par l a nostalgie de l a quietude edenique et de l a premiere enfance et par l a conviction de pouvoir atteindre ce but a l'aide des justes lois qui rtgissent l'univers et qu'il est possible de decouvrir et de suivre. Munis de ces criteres, nous releverons a travers l'oeuvre les images proprement utopiques. II nous sera alors possible d'evaluer leur importance par rapport a 1'ensemble et de determiner par consequent l a fonction de l'utopie au coeur des Aventures de Telemaque. Ce sera l'objet du chapitre II suivant. 27 CH. II Avant de considerer l'imagerie utopique du Telemaque, nous preciserons les structures de notre cadre de t r a v a i l . Elles sont complexes car les Aventures de Telemaque peuvent se prater a de nombreuses lectures differentes. "C'est, nous di t l'auteur, une narration fabuleuse en forme de poeme heroique, comme ceux d'Horaere et de V i r g i l e " ^ Ainsi que toute oeuvre epique elle offre une forme ouverte et mobile; " comme les grandes verdures du 17 siecle (elle) dissimule a foison les orne-(2) -raents" . Quoi qu'il en soit de ce foisonnement, le scenario demeure relativement simple : Telemaque accompagne de Mentor son guide part a la recherche de son pere Ulysse. Navigation mythique vers l'Absent, (3) " a l a merci des vents et des f l o t s " ; qu§te du pere inconnu, de l'iden-- t i t e . Selon l a tradition du genre cette entreprise n'est qu'un pretexte a une serie d'ordalies, a une ascese necessaire a l a naissance du heros. Outre les pe"ripeties 1'accent est mis a maintes reprises sur le r8le essentiel de l a souffrance:" Jupiter vous tprouve, mais i l ne veut pas votre perte: au contraire i l ne vous eprouve que pour vous ouvrir le (4) chemin de l a gloire" . Ou encore :" Ceux qui n'ont jamais souffert ne savent rien, i l s ne connaissent ni les biens ni les maux; i l s ignorent • (5) les hommes; i l s s'ignorent eux-mSmes*; ou, " quel est 1'homme qui peut gouverner sagement s ' i l n'a jamais souffert et s ' i l n'a jamais profite des souffranees ou ses fautes l'ont prec ipite Du point de vue de l a vision utopique deux grandes phases se detachent de cette 1) Lettre au Pere Le T e l l i e r - gitggj-P^Q^f. Cherel in Fenelon ou l a Religion . • p. 166 2) Jeanne Lydie Gore Introduction a 1'edition G.F. du Telemaque p. 35 3) Telemaque G.F. I 66 4) " " - VIII 221 5) " " - XII 336 6) " " - XVIII 504 s 28 as'cese D'abord, du liv r e I au liv r e VII inclus, une periode d'errance a travers l a Mediterranee : d'Egypte a Tyr, de Chypre en Crete, periode couronnee, apres l a crise de Calypso et le rejet d'une immortalite tcap charnelle, par 1'atmosphere d'extase de la Betique. Une figure domine cette premiere partie : Orphee le poete, ordonnateur de 1'a.ge d'or par la seule magie de son chant. A partir du livre VIII : essai de mise en pratique de 1'enseignement r e c u e i l l i . Le didactisme devient plus pres--sant, plus organise. Le r ^ c i t ne se soutient plus principalement par f les fables et l'evocation onirique. Telemaque,sous, l'egide de Mentor, participe a l a construction et a 1'affermissement de l a citadelle mys--tique de Salente, prototype de celle qu'il sera appele a realiser dans l ' t l e d'lthaque. II ne s'agit plus de river, ni de charmer, comme dans le desert d'Oasis, mais d'^radiquer les divers perils qui menacent l'oeuvre naissante. Aussi cette seconde partie, a, 1*exception du mythe orphique de l a descente aux Enfers, pourrait-elle §tre placee sous le signe d'Hercule destructeur des monstres malfaisants, mainteneur de l'age d'or par le combat. A ce point i l est essentiel de porter le combat au loin, comme 1•Jetymologie de Telemaque le suggere, de faire l a separation entre le cosmos et le chaos. Les choses ne sont evidemment pas aussi simples; i l y a toujours vine manifestation orphique a l'interieur du cosmos, mais l'activite combattante impose malgre" tout sa marque prepon--derante sur cette phase. Nous nous reservons d'ailleurs de parler "plus 29 a l o i s i r de cette seconde partie dans le chapitre suivant, puisque c'est a 1'occasion de l a creation de l'utopie urbaine que se developpe prin--cipalement le combat. La lutte est necessaire quand l a poesie, l'harmonie, se revelent impuis--santes, car l'utopie feneloni^nne est toujours en danger. L'univers du Telemaque est bipolaire; i l repose sur un antagonisme fondamental entre le bien et le mal, l a lumiere et les tenebres, le tempere et le froid. Nous allons retrouver cette bipartition a tous les niveaux: dans les pay--sages, le monde animal, chez 1'homme. Ceci particulierement dans l a premiere partie, ou 1'accumulation des bergeries et des descriptions edeniques permettra d'abstraire un portrait-robot du paysage ideal qui hante 1'imagination de l'auteur. On a beaucoup parle des prairies v i r --giliennes du Telemaque; Ely Carcassonne, qui passa une grande partie de sa vie dans le commerce de Fenelon, dit a son propos:" On croirait qu'il a vecu au cours d'une existence anterieure dans quelque contree d'Arcadie dont l a reminiscence le suit toujours. Du plus loin que nous le connaissions i l aime les campagnes riantes parsemees de troupeaux." De f a i t , dans les fables ecrites pour le due de Bourgogne, on rencontre (2) deja cette insistance sur les pastorales de l'age d'or. "Les gazons toujours emailles de fleurs et entrecoupes de mille ruisseaux"( de l a fable 23 "Aristee et V i r g i l e " , surgissent presque a. chaque page du Telemaque. Comme le constate ironiquement l'auteur du Voyage merveilleux 1) Ely Carcassonne : Fenelon, 1'homme et l'oeuvre - p.99 - 100 2) Fenelon - Oeuvres edition F. Didot - Fables 7 et 8 p.520 a 524 et Fables 24 et 25 p. 530 a 531 - Tome II 3) Fenelon - Oeuvres - Didot Tome II p. 529 30 du Prince Fan Feredin, 11 dans l a Basse-Romancie une prairie est une prairie et un ruisseau n'est qu'un ruisseau, mais dans l a Haute-Ro--mancie, une prairie est essentiellement emaillee de fleurs ou du moins couverte d'un beau gazon, et un ruisseau ne manque jamais de rouler des eaux d'argent ou de c r i s t a l " . ^ La nature que parcourt le f i l s d'Ulysse est celle amenagee par les desirs de l'Humanite de toujours. M. A. Bartlett Giamatti nous mon--tre avec beaucoup d 1Erudition dans son etude The Early Paradise and the Renaissance Epic, que le theme du jardin et de l a nature ordon--nee se retrouve dans l a litterature sumerienne, dans celle de l a v i e i l l e Perse et bien entendu chez les Juifs et les Grecs. Cette nature " i s a beautiful place because i t is the best symbol for man's (2) inner need and desire for peace and harmony". Elle se partage entre les prairies fleuries, les champs couverts des "jaunes epis, riches (3) dons de l a fe"eonde Ceres" et les vergers revitus de tous les arbres du jardin d'Eden et de la Betique: figuiers, o l i v i e r s , orangers, gre-nadiers, vignes. Toute cette imagerie releve de 1'archetype de l'Ar--cadie qui implique l'id£e de serenite totale, l'un des piles de l a nostalgie artistique (les nombreux tableaux qu'il a inspire aux peintres en f a i t f o i ) . Par consequent i l represente le monde vegetal obligatoire de l'utopie. Deux themes se de"v§i0ppent a l'interieur de ce cadre, qui correspondent l)voya-ge merveilleux du prince Fan Feredin au pays de Romancie 1735 p. 102 2) A. Bartlett Giamatti - The Earthly Paradise and the Renaissance Epic Princeton University Press New Jersey 1969 p.84 3) Telemaque G.F. V 140 31 a. deux aspects diffbrents de la vie de 1'homme integre- a. l'univers :le theme pastoral et celui du jardin. Le theme pastoral permet d'introdui--re le symbolisme du troupeau, du berger, et f a i t la liaison entre le vegetal, 1'animal; 1'homme et les dieux par voie d'analogic II four--nit encore toute l a symbolique de l a societe pour notre c i v i l i s a t i o n chretienne traditionnelle, heritiere de la culture Semite. Le theme du jardin est sans doute le plus obse*dant du Telemaque. Les quelques exemples donnes ci-apres et tires de differents endroits dans le li v r e , montrent assez qu'il sert de reference gene"rale a. toutes les situations utopiques "Les arbres couvraient l a campagne et en falsaient un vrai ' j a r d i n . . . " ^ "Cette f e r t i l e terre d'Egypte semblable a. un jardin delicieux..." (2) (3) "Ce pays est au pied du Liban... qui est comme un jardin..." " Quand i l s'approcha de Salente i l fut bien etonne de voir toute l a campagne (4) des environs... cultivee comme un jardin". Theme traditionnel, certes, mais a. notre avis, le choix qu'en f a i t l'auteur n'est pas indifferent car i l presente le grand i n t e r l t d ' i l --lustrer l a position de l'individu en tant que conscience unique au mi--li e u du monde qui l'entoure. Le jardin montre 1'effort de reflexion - d'une conscience, pour supprimer 1'hiatus angoissant qui existe entre l'en-soi et le pour-soi, pour retrouver dans le monde exterieur des ye. structures analogues a, cellesde l'univers mental. Cette nature du Telemaque englobe done les deux principaux moments de toute demarche metaphysique : comprendre le monde pour soi, (le jardin), et r^soudre le probleme de l a presence des autres en acceptant volontairement 1) Telemaque G.F. I 68 2) " " II 82 3) " " III 109 4) " " XVII 458 32 de prendre sa place dans une hierarchie (La pastorale). Pour Fenelon, l a pastorale et le jardin offrent " les graces naives de l a nature simple et sans a r t " ^ ^ Cette formule peut surprendre au premier abord car, apres tout, l a nature qu'elle caracterise requiert, pour exister, 1'intervention de 1'homme. Une etude plus approfondie de l'imagerie nous fournit 1'explication de cet apparent paradoxe. II s'agit d'une nature semblable a celle offerte a l'homme avant l a Chute, d'une nature reconciliee avec l u i . Le tra v a i l que l'homme y effectue n'est pas penible car i l s'insere dans un equilibre f i n a l i s t e ; l'univers entier semble §tre animt, ou du moins s•organiser, selon les loi s d'une intelligence supreme et bienfaisante. Les quatre elements traditionnels : de l a terre, de l'eau, du feu et de l ' a i r , qui selon G. Bachelard constituent toujours les structures de notre imaginaire, forment, par leur alliance ce monde harmonieux appele cosmos. L'eau s'unit a l a terre; l'eau calrae et fe"condante, pure et claire comme le c r i s t a l , fluide qui circule en "un nombre i n f i n i de canaux", en (2) "mille divers ruisseaux", comme un sang nourricier. Le feu concourt avec l ' a i r pour produire un climat ideal: "Les doux zephirs conservaient en ce lie u , malgre les ardeurs du s o l e i l , une delicieuse fraicheur"... "L'ardeur de l'tte y est toujours temper^ par des zephirs raf f r a l c h i s -(4) -sants qui viennent adoucir l ' a i r vers le milieu du jour"... Et l a combinaison de ces quatre forces, rend possible : l a coexistence 1) Fenelon Oeuvres ed Didot Tome II Dialogue des morts : Parrhasims et Poussin L II p. 608 2) Telemaque G.F. II 82 III 109 3) " " I 68 4) » " VII 205 33 des "fleurs du printemps (et des ) riches fruits de l'automne"; l a pre--sence de "Flore et de Pomone...se tenant par l a main".^ C'est a dire 1'absence d'antagonisme entre un moi tranquille et une na-t u r e genereuse, aboutissement de notre etude du chapitre precedent. En poursuivant notre analyse au niveau des mots nous constatons que l a pre--occupation utopique informe non seulement les themes et les motifs mais qu'elle f a i t aussi sentir son influence jusque dans le vocabulaire. L'idee Y- d'equilibre, de "stasis", s'exprime avec : l a purete, 1'innocence, l a douceur* et les images et adjectifs qui illustrent cet etat : le c r i s t a l , l a clarte, l a fralcheur, les fleurs, le jardin, les tapis-doux, serein, tendre, delicieux, tempere,frais, riant, jeune, naissant, blanc, c l a i r , dore. Les verbes sont en general sans couleur. Le verbe etre est le plus u t i l i s e . Le gros effort porte sur les adjectifs. Cela semble exprimer le desir de s t a b i l i t e . La qualification importe plus que 1'action expri--mee par les verbes. Aussi, ceux qui sont employes indiquent-ils beau--coup plus un etat qu'une activity. Apres l'equilibre, l a deuxieme impression produite par le vocabulaire est celle de fecondite. Les paysages sont "couverts" (ce mot revient comme un leit-motif dans toutes les descriptions), par les "riches dons de l a feconde Ceres", ou par " l a vigne accablee sous son f r u i t " , ou encore par"les troupeaux". La terre est le"sein" d'ou s'epanchent toutes ces richesses, "c'est que l a terre ne se lasse jamais de re--pandre des biens sur ceux qui l a cultivent; son sein fe"cond ne peut 1) Fenelon Oeuvres Didot Tome II fable 25 p.531 34 s'epuiser" ; elle est " l a bonne mere". La serenite dans l'abondance s'opere done sous l'egide de'la mere, figure dominante de l'utopie, pour se perpetuer par l a suspension du temps :" un printemps eternel" bor--dait l ' t l e de Calypso et, peut-on ajouter sans crainte, tout domaine enchanteur dans ce l i v r e . La remarque que nous faisions precedemment a propos de l ' u t i l i s a t i o n constante du verbe £tre renforce egalement 1'impression d'intemporalite. Cette nature "retrouvee" est le sejour, dans sa partie pastorale, du monde animalier des bergeries. "C'est l a qu'on voit errer les taureaux qui mugissent, les brebis qui b£lent avec leurs tendres agneaux qui bon-(2) -dissent sur 1'herbe fraxche" et des oiseaux qui agrementent les bosquets de leurs gazouillements. L'homme unit par des liens cosmiques aux r&gnes mineral, vegetal et animal, ou qui mieux est, semblable analogiquement a ces trois etats, peut alors mener l a " vie sobre, moderee, simple, exempte d'inquietudes et de passions, reglee et l a --borieuse (qui) retient dans les membres d'un homme sage l a vive jeu--nesse... sans ces precautions toujours pr§te a s'envoler sur les ailes (3) du temps" . Voila done le secret qui permet de vaincre le temps: demeurer pour toujours les enfants insouciants d'une m§me mere, l a Nature. Mais 1'insouciance ne doit pas Stre confondue avec l'oisivete et la mie-e -vrerie des bergeries d'opera tant a la mode a l a f i n du 17 siecle. 1) Telemaque G.F. V 140 2) " " III 109 3) " II n'est que de l i r e les lettres de direction de Fenelon pour se rendre compte que cet homme qui savait e*tre s i souple et charmeur avec les gens qu'il s'agissait de convaincre, pouvait faire montre d'une durete et d'un autoritarisme presque excessifs avec les times qui l u i etaient ac--quises. Qu'on ne s'y trompe done pas, une morale austere et v i r i l e regne dans les jardins du Telemaque, une morale de combat. La douceur et l a moderation sont toujours associees a l a force et a l a fermete. La beaute "simple, neglige(e), modeste, vigoureuse, noble, plein(e) de force et de majeste de Minerve est toujours opposee a la"beaute molle", a l a "langueur passionnee" de Venus. La Nature est une mere prSte a accorder un refuge aux hommes, mais on n'accede a l a tiedeur de son sein que par l a l o i du t r a v a i l , " . . . l a terre est inepuisable...elle augmente sa fecondite a proportion du nora--bre de ses habitants qui ont soin de l a cultiver,... au lieu qu'elle (2) se rend avare et ingrate pour ceux qui l a cultivent negligemment." Le tr a v a i l est moins une obligation penible que l a forme obligatoire sous laquelle se concretise 1 * acceptation par l'homme du cosmos et de ses l o i s . Aussi, l a terre propice de Chypre, negligee, se transforme par l a faute de ses occupants, en un anti-jardin :" Je remarquai que l a campagne naturellement f e r t i l e et agreable etait presque inculte tant les habitants (3) etaient les ennemis du t r a v a i l " . Reciproquement, l'homme, quand i l a 1) Telemaque 2) " 3) " G.F. II II XIV 406 IV 128 36 compris "le vrai sens des l o i s " et est decide a"les faire regner", peut ramener l'age d'or dans les deserts presque inhabitables d'Oasis. Ce n'est pas l'une des moindres originalites de l a vision du Telemaque que de s'appuyer sur une base volontariste indispensable. Nous verrons que 1'autoritarisme de Fenelon est anti-despotique; i l repose sur une communaute de consciences qui ont deja f a i t leur choix et qui tirent les consequences de cette decision. Le quietisme n'est permis qu'au terme f i n a l des Champs-Elysees, car le monde tiede, tranquille et regie de l'utopie est entoure de dangers tres reels. II doit maintenir son i n -t e g r i t y par un ordre strict,uni;sacre de cohesion appolinien qui s'oppose au sacre de dissolution dyonisiaque des habitants de Cythere. A chaque element utopique correspond un contraire qui tend a l'annihiler. Ainsi, en face de l'univers paradisiaque ordonne de l'utopie se dresse l'univers infernal de 1'anti-utopie qui se tient: "dans les neiges qui ne fondent j a m a i s " ^ et qui "font un hiver perpetuel sur le sommet des montagnes"^ sur le mont Acratas " ou regne un hiver que les zephirs n'ont jamais adouci"^ou " dans des deserts affreux", parmi les "sables brulants au milieu des plaines"^]"^ Le monde mineral, torride ou glace, ou les vegetaux eux-memes semblent pet r i f i e s , n'est pas "revStu" du moelleux manteau des vegetaux arcadiens mais bien pl u t i t " de ronces et d'epines", de sinistres " f o r i t s aussi (2) anciennes que l a terre". Contraste de l a steril ite avec l a fecondite. 1) Telemaque 2) " G.F. II - 87 II -87 I- 77 II- 87 " VIII 229 Le complexe hiver-ete, qui symboliquement represente l a mort et l a passion devorante, forme un couple antagoniste oppose au climat prin--temps-automne de la jeunesse et de l a fecondite. De ce monde hostile et en perpetuel changement entourant le jardin delicieux emanent des forces male"fiques qui attaquent l'ordre. Les verbes d'action se succedent dans l a narration pour i l l u s t r e r cette frenesie destructrice des puissances aveugles du chaos. Ce sont "les rigoureux aquilons"; les souffles empestes du midi, qui sechent et brfilent t o u t " ^ , et le torrent devastateur dont 1*image tenace plane a travers tout le liv r e comme une menace sur les re*ves de bonheur des hommes. Nous donnons ci-apres deux passages, pris aux livres I et XIII du Telemaque ; on y remarquera l a succession des verbes d'action accom -pagnant 1*image du torrent. Dans le premier exemple, Mentor devoile au roi Aceste le danger imminent qui va fondre sur sa v i l l e :" Vous serez attaques par des peuples barbares qui viennent comme un torrent du haut des montagnes pour innonder votre v i l l e et ravager tout le pays Dans le second exemple, i l s'agit pour le narrateur de depeindre les mefaits de la guerre dans le " camp deVaste des a l l i e s " . "Le bruit du feu est semblable a. celui d'un torrent qui innonde toute une campagne et qui entraSne par sa rapidite les grands ch&nes avec leurs profondes (3) racines, les moissons, les granges, les etables et les troupeaux". II s u f f i t d'avoir eu 1'experience d'un incendie pour reconnaltre 1) Telemaque G.F. I l l lo9 2) " » I 76 3) " " XIII 358 38 combien cette comparaison entre le bruit du feu : crepitements sur une base de sons sourds, et l'espece de ronflement mile de craquements d'une innondation dans toute sa force, peut i t r e juste et terrifiante. Les eaux agitees et furieuses s'opposent tellement a l'eau calme, image de la "stasis" bienheureuse, qu'elles finissent par devenir, a travers la narration, une image privilegiee : celle des passions mauvaises. Lors--que Telemaque transperce de sa lance le f i l s du ro i des feroces Himeriens, i l l u i f a i t vomir, en le tuant, " des torrents d'un sang n o i r " ^ Le (2) "torrent des hommes corrompus" sert, au livreXIV a. decrire l a foule des mechants. L'antagonisme se transmet comme une corruption du monde mineral et des forces meteorologiques au regne animal. L'anti-utopie est le l i e u de sejour des monstres et des bites de proie. Toute une faune demoniaque grouille dans les tenebres : Lions furieux; tigres; leopards; serpents; sangliers ecumants; loups affames, a laquelle se mile le cortege des demons infernaux: les furies; les bacchantes; bites feroces de la mythologie grecque. De mime qu'il y avait une ressemblance analogique entre les hommes et les animaux de l a pastorale, de mime dans le chaos, nous sommes temoins de la metamorphose en animaux sauvages des hommes adonnes aux passions. Le livre VII par exemple contient d'etonnants passages renouvelant le mythe de Circe. C'est Telemaque s'abandonnant aux forces de dissolution, et nous le voyons litteralement se dissoudre devant nous. "II demeurait souvent etendu et immobile sur le rivage de la mer, souvent dans le fond de quelque bois sombre, versant des larmes ameres et poussant des cris sem--blables aux rugissements d'un lion. II etait devenu maigre; ses yeux 1) Telemaque 2) " G.F. I xrv 78 399 39 creux etaient plein d'un feu devorant... " Ou bien c'est encore l a f o l i e collective des nymphes sous 1'emprise de 1'amour-passion, "elles fremissent; elles poussent des hurlements; elles secouent leurs cheveux (2) epars, comme des bacchantes" La description de l a crise de Calypso est trop longue pour 8tre reproduite i c i , elle constitue cependant un exemple parfait de ce phenomene (voir entre autres, l i v r e VI p.177). Tous les mauvais rois : Bocchoris; Pygmalion; Adraste, sont compares, sans exception, a des be*tes farouches, a des monstres. L'adjectif "feroce" est l'un des plus usitts pour qualifier leur etat. Entre ces deux mondes extremes de l a nature c i v i l i s e e et de l a nature sauvage existe une zone intermediaire: celle de l a chasse, peuplee de cerfs et de biches, images de l'ame blessee perce"e de l'aiguillon de la volupte et qui cherche a f u i r les passions. Le chien et le cheval font partie aussi de cette zone, animaux de course dans un monde de fuite. De tous ces derniers animaux seul le cheval represente un dan--ger pour l'utopie. II est toujours "fougueux"c'est a dire adonne aux passions:" le feu sortait de ses yeux et l'e"cume de sa bouche; ses (3) crins flottaient au gre du vent" . B£te noble cependant mais qui n'a point sa place dans le royaume de l'age d'or. "Minerve donnait aux habitants de l a nouvelle v i l l e 1'olive... le rameau auquel pendait son f r u i t representait l a douce paix avec l'abondance, preferable X4) aux troubles de l a guerre dont ce cheval etait 1'image" . 1) Telemaque G.F. VI 175 2) " " VI 187 3) " " XIII 360 4) " " XIII 360 La structure de l'univers du Telemaque se presente done en premier l i e u , sur un plan horizontal. A son centre, l'Eden : le jardin; le sein maternel; lieu preserve, fige dans le present. Une frange fo--restiere le prolonge en le bordant et assure une relative protection; li e u de transition et de decision. Au-dela regne le chaos de tous c6tes; monde foncierement hostile de montagnes abruptes et glacees et de deserts brulants, peuple d'animaux fe"roces. La quietude du jardin est maintenue par des lois strictes et justes, prohibant toute passion et par 1'intervention d'hommes inspires, t e l s : Apollon et Orphee, qui, par les arts et l a poesie tentent d'integrer le chaos a l'harmonie ideale, ou de heros, t e l Hercule, qui combattent "les monstres et les s c e l e r a t s " ^ et les rejettent dans les tenebres exte"rieurs. La serenity fondamentale requiert aussi de chaque habitant l a volonte" d'acquerir la sagesse et de refuser le poison (encore un mot-cle) des passions qui l'alienent. L'homme adonne aux passions " ne sait ce (2) qu'il doit faire, ni ce qu'il f a i t , ni ce qu'il veut" . Ainsi pour chaque homme la menace est double: exterieure et interieure. C'est par son choix qu'il participe de l'une ou de 1'autre nature. Ce point sera approfondi au chapitre IV. Ce plan horizontal ou s'affrontent deux mondes metaphoriques contraires 1) Telemaque 2) " G.F. II XII VI 330 183 est coupe par le plan vertical de la transcendance, bipolaire l u i aussi avec un empyree luraineux au-dessus et un abfme de tenebres au-dessous. Tres haut, au-dessus de la terre " Jupiter a pose son tr3ne immobile".. " ses yeux percent dans l'abime et eclairent jusque dans les derniers replis des c o e u r s " ^ A l'autre p81e c'est l'abime ou les passions precipitent les mortels :" l'homme impatient est entraine par lesde-(2) -sirs indompte"s dans un abtme de malheurs" , et m§me les immortelles t e l l e Calypso :" 0 malheureux Amour, s'ecria Calypso, c'est t o i qui m'as tiree d'une douce et profonde paix pour me precipiter dans un (3) ablme de malheurs" . On peut voir par la que le temps, par l'i n t e r --mediaire des passions, conduit a l a chute dans l a mort, tandis que neutralise par l a sagesse, i l mene a la beatitude. II y a dans cette oeuvre une antithese totale entre l a mort convulsee des impies et des passionnes : Bocchoris, Pygmalion, Astarbe, Hippias, et le sommeil f i n a l dans lequel s'endorment les justes: Iphicles, Hercule, le f i l s d'Idomenee. C'est qu'en definitive l a topographie du Telemaque aboutit a une allegorie de l'Sme humaine avec les antinomies: D E S E R T * J A R D I N * L I O N | A G N E A U * I M P I E | J U S T E ft (le temps...la mort...1'enfer) |(l'eternel present...la beatitude... #^ le paradis) 1) Telemaque G.F. VIII 216 2) " " XVIII 502 3) " " VI 186 42 Pour reprendre une idee chere au Moyen-Age, l a structure de l'univers est celle de 1'emboitement, de macrocosmes en microcosmes, jusqu'a l'homme, epitome de l a creation : "Son coeur etait comme la mer qui est le jouet de tous les v e n t s " ^ Voila pourquoi, comme nous le disions au debut de ce chapitre, la recherche du Pere, de l'Absent, d'une Ithaque (2) re"g£neree, le "allons, allons vers d'autres terres" de l'ame anxieuse de perfection, n'est qu'une seule et me"me quete, celle de l'identite. II n'y a pas de veritable dialectique avec son deroulement : these, antithese et synthese, en depit du genre epique qui est en principe fonde sur le devenir. Les deux univers, le paradisiaque et 1'infernal, appartiennent a deux categories differentes dans la qualite. L'instant eternel du monde paradisiaque, domine par le verbe gtre au present de l' i n d i c a t i f , est le domaine ideal de l a metaphore. L'univers est le jardin; l'univers est le paturage; le paturage est l'agneau; l'agneau et le jardin sont l'homme; l'homme est en Dieu. A ce dernier stade l a metaphore ne peut §tre que partielle pour Fenelon. Sa f o i catholique rend impossible l'abou--tissement d'une vision, m§me poetique dans un pantheisme. Seul l ' i n t e r --calage de l a figure du Christ dans l a chaine des itres pourrait assurer une continuity orthodoxe dans l a suite des analogies, mais l'epoque choisie pour l a f i c t i o n l ' i n t e r d i t , et le 17 siecle francais d'ailleurs repugne a u t i l i s e r un t e l procede en litterature profane. Cependant, malgre son 1) Telemaque G.F. VI 175 2) Fenelon Oeuvres Didot Tome II Sermon pour l a fSte de l'Epiphanie p. 373 lere colonne imperfection, ce monde paradisiaque presente de grands avantages. La1 dimension metaphorique qui est la sienne se substitue a l a categorie espace-temps ne"cessaire au developpement du raisonnement discursif. Elle cree ainsi un cadre a l a fois poetique et religieux ou l a con--naissance necessairement intuitive supprime les tensions de l'alie"--nation. A 1'oppose, le changement eternel du monde infernal consti--tue un univers metaphorique tres imparfait, en proie au devenir et a l a fragmentation. Calypso se transforme en furie, Telemaque devient une bite feroce, Narcisse se prefere au reste de l'univers et coupe les ponts. Si les rois impies deviennent autant de loups,de tigres, de lions cruels, i l s sont, par le f a i t mime qu'ils sont bites de proie, dans l a necessity de se distinguer de ce qui les entoure. Comme l'a remarque J.J. Rousseau dans son premier discours, l a cruauty et l a guerre supposent a l'origine un refus ou une impossibility d'identi-f i c a t i o n . La rencontre et l'amalgame du Paradis et de l'Enfer a 1'occasion d'un processus dialectique est done par definition impensable Une seule issue est possible dans l'optique de l'utopie du Telemaque, issue determinee de toute eternite: le regne du bien intangible quand l'univers infernal sera completement exorcise. II n'y a pas non plus de manicheisme; le Mai est simplement menagant, i l n'est pas triomphant. II ne peut l ' i t r e car l a transcendance 44 intervient a. chaque instant par le truchement d'hommes choisis pour raaintenir l'ordre ideal dans le monde. Ce sont les dieux qui sus--citent des htros tels Orphee et Hercule. C'est l a sagesse qui sous les t r a i t s de Mentor, aide les Cretois, pacifie les frontieres du royaume d'Idomenee et reorganise Salente, et surtout "mene (Telemaque) par l a main"Comme Mentor le repete maintes fois a son eleve,le monde n'est pas abandonne au principe du mal :" Les dieux vous aiment, (2) l u i d i t - i l , et vous preparent un regne plein de sagesse" , ou encore, a. son retour des champs de bataille, apres l'ecrasement de l'impie Adraste, "ne sentez-vous pas que Minerve vous a comme transforme en un autre homme au-dessus de vous-mSme pour faire par vous ce que vous (3) avez f a i t ?" L'intrusion de l a transcendance sur le plan horizontal suscite le theme de l'Stre elu, devenu necessaire par suite du develop--pement logique de l a pensee. Si sur le plan af f e c t i f le theme du jar--din est preponderant, i l reste trop personnel pour accaparer tout 1'enseignement de l'oeuvre. L'homme n'est pas unique, i l a mime besoin de s'integrer dans une societe. Le c r i dechirant de Philoctete aban--donne sur son l i e deserte est l a pour nous le rappeler :" Ne me laisse s'assemblent done qui ont un libre choix, ou d'etre des agneaux, ou de passer dans le camp des bites de proie. Entre 1'innocence existentielle it (4) point en un desert ou i l n'y a aucun vestige d'homm . Les hommes 1) Telemaque 2) " G.F. it VIII XVII 227 467 3) " 4) " tt it XVII XII 459 335 45 de l'enfance, de l ' i t r e qui ne s'est pas encore differencie du monde et des autres, et l'innocence essentielle.- de Dieu, i l y a l'homme aux prises avec son libre-arbitre et done tente par l'.h.istoire cor--ruptrice. Cet etat de f a i t , dont Fenelon est pleinement conscient, (certains passages pessimistes, notamment livre X p. 274, le prouvent), rend indispensable l a constitution de structures sociales qui debaras--seront les Justes de cette oscillation tragique entre le monde para--disiaque et le monde infernal, et les garderont d'eux-mimes. La rea-- l i s a t i o n de l'utopie est a ce prix. L'image du Bon Pasteur, que l'on retrouve dans toute religion monotheiste, ou mime polythe"iste pourvu que cette derniere soit du type transcendental (temoin son importance dans les psaumes bibliques et les v i e i l l e s hymnes de Babylone^) et qui n'est que l a projection de l a transcendance sur le plan horizontal, devient de plus en plus obsedante au fur et a mesure que 1'instruction de Telemaque s'acheve. On percoit derriere l a f i c t i o n de Mentor une certaine angoisse, l'angoisse d'un honnite homme et d'un Chretien con--vaincu et sensible, qui se sait charge de former le futur berger des agneaux, instrument dont Dieu se servira pour hater le regne du Bien sur l a terre. II est done temps de passer a la partie constructive de l'utopie. Nous allons voir comment les descriptions de Tyr, de l a Crete et surtout de Salente, peuvent dormer :" un exemple sensible de ce qu'un sage gouvernement peut faire pour rendre un peuple heureux et pour donner a un bon roi une gloire d u r a b l e " . ^ 1) H.W.F. Saggs The Greatness that was Babylon p. 353 et 363 2) Telemaque G.F. XI 322 46 III Selon M. Le Senne^) l'utopie se distinguerait par trois intentions principales: - cathartique, elle debarasse l a realite de ce qu'elle comporte de deplaisant. - subjective, elle s a t i s f a i t le moi singulier de l'auteur. -ultra-mondaine, elle permet Invasion hors du monde humain. Cela est vrai de ce que l'on appelle l'utopie d'evasion, dont les arcadies de l'age d'or deja etudiees sont un bon exemple : cette (2) "fuite magique dans l'univers onirique" dont parle M. de Gandillac. II est indeniable que cette demarche toute negative est l'une des constantes du comportement humain dans le Telemaque. Le verbe " f u i r " intervient dans toutes les situations paroxistiques et s'avere Itre la seule action praticable pour echapper aux tourments des passions. "Fuyez cette terre maudite" di t Narbal a Telemaque; "Puyez cette cruelle terre, cette l i e empestee ou l'on ne respire que la volupte", supplie le Mentor de l ' l l e de Chypre; "Puyez me d i t - i l d'un ton terrible, fuyez, hatez-vous de fuir"..."Puyez Telemaque,fuyez, on ne (3) peut vaincre 1'amour qu'en fuyant." 1) Le Senne - Traite de morale generale P.V.P. p. 707 - 708 2) Maurice de Gandillac - "Les semi-utopies du cardinal de Cues" in Les utopies a l a Renaissance P.V.F Bruxelles Paris 1963 - p. 43 3) Telemaque G.F. I l l 117 IV 126 IV 131 VI 185 47 Le refuge du paradis terrestre se retrouve partout. La partie du l i v r e X qui traite de 1*organisation de Salente, soit 15 pages dans l'edition G.F., et qui devrait litre avant tout technique, comporte deux evocations pasto--rales a une page d'intervalle. L'insistance est trop evidente pour ne pas itr e revelatrice du moi profond de l'auteur. Cependant nous avons vu au chapitre precedent que l'Arcadie ne pouvait i t r e que l a frange dans l a vision utopique globale, que l a manifestation psychologique de l a substance dont elle se nourrit. Les archetypes de "1'anthropocosrae et "(1) de l'homme-dieu qui alimentent le phantasme de compensation, doivent finalement se concr^tiser dans les structures d'une cite ideale ou s'ex--prime l a cbnfiance de l'homme en son destin. II n'est pas d'utopie sans intention serieuse, quand elle est complete. "Elle porte en elle, non seulement l a protestation de l'idealisme mais aussi l'espoir qui s'y trouve implicitement contenu, qu'un jour viendra ou l a cite harmonieuse (2) pourra itr e realisee." Son intention profonde est positive, a, cite de Invasion i l y a l a construction. De ceci Fenelon, malgre l a pente de son temperament, est pleinement persuade". C'est sa tache d'educateur qui l'a conduit a ecrire le Telemaque. Le politologue, ecrit le professeur Prelot, "reconnalt en Fenelon un type d'homme influent dans l a vie publique 1) M. de Gandillac - "les semi-utopies du cardinal de Cues" - p. 42 2) Pierre Mesnard - "L'utopie de Robert Burton" in Les Utopies a l a Renaissance p. 81 48 celui du mystique a c t i f . " ^ Aussi e s t - i l d i f f i c i l e d'appliquer a sa creation-, de Salente l a definition que M. Raymond Ruyer donne de l'utopie, (2) a savoir :" un exercice mental sur les possibles lateraux a l a realite." Pour le precepteur du due de Bourgogne, comme pour le Platon de l a Republique, et des Lois, elle est au coeur des choses; elle repose sur l a verite eternelle d'ou toute idee de jeu se trouve exclue. C'est une demarche dramatique de 1*imagination poetique qui s'efforce d'exprimer, par le moyen des proportions ideales et avec le concours de l'art, les normes morales necessaires. "Le gout de l a pensee pour une activity de jeu, une activite de luxe non soumise a 1'urgence..., une sorte d'ivresse intellectuelle se laissant entrainer par le plaisir.conforme au de-(3) -meurant a certaines habitudes de la rhetorique" , est plutSt une caracteristique de l'Humaniste, un t r a i t des grandes utopies de l a Re-naissance, telles que : 1'Utopia de Thomas More (1516); "r'Abbaye de Theleme" de Rabelais (1534); l a Cite du S o l e i l , de Thomas Campanella (1623); l a Nova Atlantis, du chancelier Bacon, parue en 1627. More ne termine-t-il pas son utopie par cette boutade ? " I cannot agree with a l l that he said. But I readily admit that there are very many features in the Utopian commonwealth which i t is easier for me to wish for in our countries than to have any hope of seeing (4) realized." 1) Marcel Prelot - preface au Prince selon Fenelon de Mme Gallouedec-Genuys Paris P.V.F. 1963 - page X 2) Raymond Ruyer - L'Utopie et les Utopies P.V.F. Paris 1950 p. 9 3) V.L. Saunier - "L'utopie en France - Morus et Rabelais" in Les Utopies a l a Renaissance p. 143 4) Sir Thomas More - Utopia Yale University Press 1964 p. 152 49 Ce qu'il y a de trouble dans 1'esprit de l a Renaissance, le melange de christianisme syncretique platonisant et de superstition astrologique; et cabalistique d'origine orientale et grecque, et surtout, l a tendance tres nette au naturalisme et au pantheisme, est totalement etranger a Fenelon. II ne faut done pas s'etonner de rencontrer de grandes d i f f e --rences entre l u i et ses predecesseurs sur le plan des structures urbaines. La vertu d'exorcisme implicitement contenue dans l a vision plastique de la ville-type traditionnelle soit, selon le schema du cosmos :"l'Atlan--tide", dans le Critias de Platon; l a Cite du S o l e i l de Campanella, avec ses sept enceintes circulaires et ses quatre avenues; la Sforzinda de Filarete, et , en general, les plans des urbanistes-utopistes italiens,^ soit selon 1*image de l a societe : La Republique de Platon et ses Lois; 1'Utopia de More, ne se retrouve ni dans Salente, ni dans Thebes, ni dans Tyr. Ces dernieres v i l l e s sont presque abstraites. "Cette fameuse Thebes aux cent portes" qui est sans doute parmi les v i l l e s decrites celle qui est le plus eloignee de 1'ideal Fenelonien, n'est evoquee qu'en termes vagues. "les places sont ornees de fontaines et d'obelisques... on n'y voit que colonnes de marbre, que pyramides et obelisques, que statues colossales, (2) que meubles d'or et d'argent massif" et que nous dit-on de Tyr? "Je ne pouvais rassasier mes yeux du spectacle magnifique de cette grande (3) v i l l e ou tout etait en mouvement" 1) Voir 1*article de Robert Klein :"l'urbanisme utopique de Filarete a. Andreae" in Les Utopies a l a Renaissance - p. 210 a 230 2) Telemaque G.F. II 84 3) " " III 110 50 Quant a nous, nous restons sur notre faim. Aucune ebauche de plan, aucune perspective, aucune profondeur, alors que le Telemaque abonde en des--ciptions de paysages tri-dimensionnels ordonnes, aux arrieres-plans sa--vamment amtnages comme dans les tableaux en trompe-l'oeil. Les v i l l e s sont simplement "magnifiques et opulentes". Cela n'est pas sans rappeler l a relation des voyages de Marco Polo, ou le lecteur impatiente doit sa-- t i s f a i r e sa curiosite archeologique avec des qu a l i f i c a t i f s binaires du mime vague. Mani-f estement l'auteur n'est pas interesse par les constructions archi--tecturales savantes et chargees de symbolisme. Habituellement quand on prononce le mot utopie on pense immediatement a des modeles de v i l l e s compliquees, a l a fois fonctionnelles et d'une beaute monumentale, habi-—t6es par des sortes de surhommes. Le postulat tres communement adopte" par l'utopiste, qu'on peut changer les hommes en organisant l'espace dans lequel i l s se meuvent, n'est pas le sien. Nous devrions le savoir puisque nous avons vu a propos de l'imagerie que ce n'etait pas le paysage qui creait l'homme mais bien 1'inverse. L'espace aussi bien que le temps sont subjectifs dans l'univers fenelonien. Tout se rapporte a l'unite" : jardin-agneau-homme. II est done d i f f i c i l e que l a societe forme un 8tre "sui generis", distinct des membres qui l a composent,comme dans l a sociologie de Durkheim. Des lors les problemes d'urbanisme se metamorphosent en problemes de morale individuelle. L'activite de Mentor dans Salente, 51 qui reduit a. neant les projets grandioses d'Idomenee, ne laisse pas de doute a ce sujet. "II ne permit que pour les temples les grands orne--ments d 1architecture...il donna des modeles d'une architecture simple pour faire dans un mediocre espace un maison gaie et commode pour une famille nombreuse...il defendit tres severement la multitude et la magni-f i c e n c e des logements..."^ La reaction du jeune Telemaque, dont 1*initiation a la sagesse n'est pas terminee, est brutale et revele cette tendance constante de 1'homme non libere des passions, a transformer les moyens en fins : " E s t - i l arrive quelque calamite a Salente pendant mon absence ?...Je ne vois ni or, ni argent, ni pierres precieuses...les batiments qu'on f a i t sont moins vastes (2) et moins ornes...la v i l l e est devenue une solitude." "Mentor l u i repondit en souriant; avez-vous remarque l'etat de la campagne (2) autour de la v i l l e ?" Si l'utopie consiste a tra i t e r les problemes psychologiques et sociaux (3) comme des problemes d'architecture et d'urbanisme" , s i elle se caracterise par la regularity du " c r i s t a l " et non par la structure de " l a cellule (4) vivante" , par les fantaisies schizoides, le gout maniaque de la symetrie minutieuse des constructions geometriques, alors Salente n'en est pas une. 1) Telemaque G.F. X 280-281 2) " " XVII 459 3) R. Ruyer - I'Utopie et les Utopies p.43 4) " - " p.44 52 Le de'chirement de l a schizophrenic, avec les hallucinations qui l'accom--pagnent, existe bien dans le Telemaque, mais i l est l a rancon de l'aban--don aux passions. II signifie automatiquement le rejet de l a cite. L'ur--banisme dans le Telemaque est s i peu "mineral" que l'auteur se sert d'images prises dans le regne vegetal pour decrire l a v i l l e : "Teldmaque regardait avec admiration cette v i l l e naissante semblable a une jeune plante...elle crolt, elle ouvre ses tendres boutons, elle epanouit ses fleurs odoriferantes avec mille couleurs n o u v e l l e s . " ^ "...Mentor semblable a un habile jardinier qui retranche dans ses arbres f r u i t i e r s le bois inu t i l e , tachait ainsi de retrancher le faste inutile qui (2) corrompait les moeurs." L'adjectif "florissant" pour temoigner du succes d'une cite, est celui qui?, revient le plus volontiers. Ainsi sur l a terre, les "veritables hommes...qui aiment, qui suivent (la) (3) raison eternelle" , habitent tous des jardins, reels ou mystiques. Salente (4) ne se distingue plus du reste du pays, elle "n'en est que le centre". C'est l'agroville que M. Khroutchev r i v a i t d'instituer dans les steppes de Sib£rie, i l y a quelques annees. E l l e peut s'inscrire dans le monde metaphorique paradisiaque. Peu importe par consequent que Salente ne corresponde pas exactement aux criteres de l'urbanisme utopique, elle n'en rejoint pas moins l a vision G.F. it it VIII X IV XVII 135 459 222 279 53 utopique general^ du Telemaque et participe de la metaphysique qu'elle sous-entend. Aussi, les themes fondamentaux d'activite qui president a 1"organisation de son existence sont-ils bien ceux de l'utopie de tou-j o u r s , avec quelques variantes que nous signalerons a leur place, et qui tiennent a 1'originalite de la metaphysique de Fenelon. Dans toute utopie urbaine nous retrouvons: 1) un systeme dirigiste qui organise les trois manifestations de la vie en societe: politique, economique et sociale; 2) un ascetisme s p i r i t u e l et materiel; 3) un eudemonisme, consequence du dirigisme bien conduit et de 1'ascetisme 4) un plan d'education destine a mettre l'individu en condition d'accepter avec joie les normes utopiques; 5) une politique de relations avec l'exterieur basee sur l'irenisme. Cette economie sociale et politique complexe n'est, fondamentalement, que le moyen de realiser sur terre l a societe ideale delivree des passions aberrantes. Bien que les utopies puissent provenir de visions du monde differentes, i l n'y a pas li e u de s'e"tonner de retrouver le dirigisme a la base de toutes. Si l'utopie prend son point de depart dans une de--ception au contact &6 l a realite, i l faut bien que l'homme soit, a un moment donne de 1'histoire, mauvais ou perverti, sans que cela entraine obligatoirement l a croyance au dogme du peche originel. Le refus du chaos et son corollaire le refuge dans un cosmos, postulent done des normes pour 54 se proteger des deviations menagantes qui tiennent a. l a nature de l'homme. La citation qui va suivre, quoique longue, n'est pas inutile car ell< resume a merveille les nostalgies de I'auteur et aide a comprendre l a demar-che de tout fabricant d'utopie. II s'agit de la terre d'Egypte gouvernee par le sage roi Sesostris: (Mentor) " admirait l a bonne police (des) v i l l e s ; l a justice exercee en faveur du pauvre contre le riche; l a bonne education des enfants, qu'on accoutumait a l'obeissance, au t r a v a i l , a l a sobrie"te, a 1'amour des arts ou des lettres; 1'exactitude pour toutes les ceremonies de religion; le de'sinteressement, le desir de l'honneur, l a f i d e l i t e pour les hommes et la crainte pour les dieux, que chaque pere inspirait a. ses enfants. II ne se lassait point d'admirer ce bel o r d r e " . ^ Qui sera l'initiateur et le mainteneur de cet ordre ? Nous avons deja TO l a reponse faite par Fenelon a cette question. En dehors du f a i t que la royaute est l a seule solution compatible avec ses opinions personnelles," le precepteur du petit f i l s de Louis XIV aurait e"te mal venu de se l i v r e r a des improvisations sur la theorie du pouvoir. Le prince est prince pour (2) l a bonne raison que "les dieux l'ont f a i t r o i " . Est-ce a dire que l'utopie reclame ce type d'autorite de toute necessite ? Non sans doute. Platon dans l a Republique confie l a tache du gouvernement a une race d'hommes speciale : les gardiens-philosophes, selectionnes biologiquement 1) Telemaque G.F. II 84 2) " " V 142 55 en quelque sorte. II se ravise d'ailleurs dans les Lois, apres 1'experience malheureuse de Syracuse et reprend le systeme de l'election en honneur dans sa v i l l e natale d'Athenes. Pour Thomas More et son Utopia " le gouvernement est base sur l a famille controlee par l'Etat. Les families elisent un prince dont l a dignite n'est pas h e r e d i t a i r e " ^ Le moine dominicain Campanella, quant a l u i , possede une t e l l e confiance dans l a raison humaine que le grand pritre supreme :"le Metaphysicien" et ses trois accolytes "Pon" (puissance); "Sin" (savoir) et "Mor" (amour) n'occupent leurs hautes fonctions que parce qu'ils se reconnaissent et sont reconnus les meilleurs. l i s ont d'ailleurs le bon gout de ceder (2) l a place quand i l s trouvent quelqu'un qui leur est superieur. Le defaut frequent, pour ne pas dire constant, chez les auteurs d'utopie, est de se laisser prendre au jeu. Ils finissent par considerer les structures compliquees des normes et des reglements comme une f i n en soi, comme un puzzle a organiser de l a facon l a plus ingenieuse et la plus paradoxale. Cette tentation de jouer au demiurge est ironiquement celle qui, selon l a tradition, a seduit et chasse l'humanite du jardin d'Eden. II n'est que de l i r e le passage de Campanella sur l a magistrature de sa CIVITA SOLIS pour e*tre frappe" du f a i t . La minutie dans l a reglementation de toutes les eventualites donne a. ses enumerations une apparence d'irre-- a l i t e et de delire. II faut reconnaltre que Fenelon est parmi les plus 1) N. Van Wijngaarden 2) voir Famous Utopias - Les Odysees philosophiques en France entre 1616 -1789 Haarlem 1932 - p.6 - introduction by Ch.Andrews - Tudor Publishing Co New York 1901 - p. 275 a 317 56 y coherents quant aux correlations entre les structures de l'utopie et la theorie du pouvoir, et certainement celui qui joue le moins avec "les possibles lateraux a l a realite". II ne paralt pas inutile, pour une plus juste appreciation du Telemaque d'etudier cette question d'une maniere plus approfondie. A 1'occasion de; ses travaux sur les societes archaiques traditionnelles, le sociologue Mircea Eliade a ete frappe par un t r a i t fondamental ( que nous avons aussi decele pour notre part dans l'utopie l i t t e r a i r e ) : " i t is their revolt against concrete, historical time, their nostalgia for a periodical return to the mythical time, of the beginning of things, to the great Time" l'homme archaique a deux moyens en son pouvoir pour annihiler 1'histoire. Premierement, vivre en communion avec les grands cycles cosmiques, ce que l'auteur appelle "l'tternel retour des choses". En effet l a renaissance automatique de ce qui etait mort, abolit rituellement l'usure de 1'histoire. Les mythes lunaires par exemple entralnent une vue d.pi>imiste de l a vie:tout s'enclenche d'une fagon cyclique, la mort est inevitablement suivie de l a resurrection, les cataclysmes par une nouvelle creation. Deuxiemement, l'homme archaique peut aussi rattacher son existence a un modele, un , (2) archetype, "some other being who was not a man" . Sa propre existence par consequent perd toute importance; i l se concentre sur l ' l t r e , sur 1*essence, et le temps est aboli. 1) Mircea Eliade 2) - The Myth of the eternal return translated from French by W.R. Trask - Bollinger series N.I. 1954 p.3 57 Nous avons deja. souligne l'absence de schema cosmique dans les plans urbains du Telemaque. Nous ne trouvons pas non plus dans le reste de l'oeuvre de cycles cosmiques complets. L'aube, avec les metaphores homeriques qui l'accompagnent, revient a. diverses reprises eclairer de ses feux naissants les^ aventures heroiques, mais le crepuscule n'est mentionne qu'une fois, et encore n'est-ce qu'a. t i t r e de repere geogra--phique ( X. 277). Le rythme des saisons est egalement supprime au pro-f i t d'un climat tempere eternel. Pour conjurer l'Histoire qui risque a tout instant de faire irruption dans ce monde uniforme habite par 1'homme doue de libre-arbitre, i l ne reste que la possibility de faire intervenir 1'archetype du heros, c'est a dire en definitive l a trans-cendance. Les conclusions de notre analyse de l'imagerie utopique se trouvent done corroborees par les donnees de l a sociologie qui est 1'angle sous lequel nous envisageons plus particulierement le Tele"maque dans ce chapitre. Si le pouvoir s'appuie sur une construction plus logique dans ce dernier ouvrage que dans les ouvrages analogues, Fenelon n'en reste pas moins humain et, de nouveau, contrairement aux autres. C'est en effet a ce stade de l a speculation que le pedagogue se ressaisit et apporte quelques nuances au tableau. Les rois sont choisis par les dieux pour e*tre les peres et pasteurs des peuples, et cependant..." pour parler franchement les hommes sont fort a, plaindre d'avoir a itre gouvernes par un roi qui e n'est qu'un homme s"mblable a, eux; car i l faudrait des dieux pour redresser les; hommes". ^  Voila pourquoi Mentor insiste a. temps et a, contre-temps sur 1) Telemaque G.F. X 273 58 les qualites que doit posseder un bon r o i , et ne f l e t r i t jamais asse,z les mauvais :"Vous Ites done des loups cruels et non pas des pasteurs; du moins vous n'ltes pasteurs que pour tondre et ecorcher le troupeau, au l i e u de le conduire dans 'les, p'aturages" ^  Cette insistance pouvait fatiguer le vieux Boileau lui-meme qui n'etait pas partisan des prlches dans l a litterature profane. C'est que le desir de hater le regne du bien est authentique chez Fenelon. II y a quelque chose de pathetique au spectacle de cet homme luttant pour incarner son ideal dans une creation qui ne soit pas une chimere. D'ou, le fond d'angoisse, de tragique metaphysique tou-j o u r s present malgre ce que pouvait ecrire Mme du Deffand qui trouvait l'oeuvre ennuyeuse a, l a mort :"Toujours des preceptes, des descriptions, (2) point de mouvement, point de passion". Le roi pour accomplir son salut doit se conformer au modele archetypique et de mime chaque habitant de son royaume. Pour chacun pris individuellement l a transgression des mo-deles eternels entralne l a nemesis, l'hybris et l a catastrophe. Voir par exemple l'episode de Philoctete punit de son parjure, ou celui d'Idomenee tuani son f i l s unique. Nous ne retrouvons cette dimension du drame sur le plan individuel ni dans Platon, qui est beaucoup plus abstrait, ni dans les grandes utopies de l a Renaissance, fondees sur un optimisme humaniste d'ailleurs aussitSt 1) Telemaque G.F. 2) Mae du Deffand -XV 421' lettre du 23 Octobre 1771 citee par Albert Cherel in Fenelon au 18eme siecle p. 445 59 partiellement dementi par une reglementation tracassiere et souvent gratuite. Campanella qui croit les hommes assez sages pour savoir tenir d'eux-memes leur veritable rang dans l'echelle sociale, n"oblige-t-il pas les habitants de sa cite a demenager tous les six mois pour eviter d'itre contamines par 1'instinct de la propriety ? Pour en revenir a Fenelon, nous le voyons donner.<y une fois n'est pas coutume, dans le travers de ses confreres, sur le chapitre des classes sociales. Puisque le roi demeure avant tout un homme, que le symbolisme cosmique com--patible avec une absence de transcendance est absent de l'univers interiorise du Telemaque, on s'explique mal les fantaisies vestimentaires et l'insistance sur les sept conditions differentes dans Salente, sans parler des e s c l a v e s . ^ Est-ce pour conserver l a couleur locale de l'antiquite hellenistique ? Est-ce e pour ajuster les details pratiques a l a societe de classes de l a f i n du 17 siecle ? Dans ce dernier cas pourquoi ce chiffre sept, sacre certes, mais qui rappelle facheusement le systeme cosmique etranger a l a philosophie de l'oeuvre ? La Republique de Platon n'admettait que trois classes et toutes les autres utopies connues alors, y compris celle de More avec ses esclaves, affichent une tendance tres nette a 1'egalitarisme, au communisme mime. II serait peut-ltre interessant d'un point de vue historique et psychologique de determiner dans quelle mesure cet illogisme trouve sa source dans les prejuges aristocratiques de l'auteur, dans son moi intime. Ce n'est pas notre propos. En ce qui concerne la coherence interne du Telemaque, qui seule 1) voir Telemaque G.F. pp 278 - 279 60 nous preoccupe i c i , i l faudrait sans doute se rappeler que, pour Fenelon, cette hierarchisation ne prejuge en rien l a valeur morale des individus qui en composent les differentes castes. Aux jeux de la Crete, a l a question posee par les viei l l a r d s :" Qui est le plus libre de tous les hommes ? " Telemaque repond victorieusement :"Celui qui peut i t r e libre dans l'escla--vage mime... 1'homme ve'ritablement libre est celui qui, degage de toute crainte et de tout desir n'est soumis qu'aux dieux et a l a raison," c'est a dire en f a i t aux modeles archetypiques. De nouveau, nous retombons dans l a psychologie de l'homme archaique tfaditiohnel, "(who) sees himself as real only to the extent that he ceases to be himself, (for a modern observer) and is satisfied with imitating and repeating the gestures of (2) another ". Qu'on ne s'y trompe pas, dans le domaine de l a liberte, du bien et du mal, de l a responsabilite, questions qui ont toujours preoccupe l'homme par le f a i t mime qu'elles sont insolmbles d'une maniere definitive, l'utopie archetypique est l a solution l a plus optimiste. Les idees platoniciennes, qui sont des archetypes au stade le plus elabore, permettent un certain exercice de l a liberte puisqu'elles requierent de l'individu son adhesion ou son refus, alors que les theories cycliques impliquant automatiquement 1'abandon au "fatum", a, l a necessite de l'eternel retour des choses. Aussi peu importe e« defifiiti^e ies desgyipti§ft"§ vestimentaires aberrantes. L'essentiel c'est que l'individu ait l a faculte de choisir son destin dans 1'alternative : indivision bienheureuse ou aventure historiqxie. Cette derniere option le rejette dans le chaos i l est vrai. On petit choisir 1) Telemaque G.F. V 150 2) Mircea Eliade The Myth of Eternal return p.34 61 d'etre Faust i l faut alors, comme le d'i.tfiGo.e,the, devenir : "...the fugitive, a l l houseless roaming The monster without aim or rest That like a cataract,down rocks and gorges foaming Leaps, maddened, into the abyss's breast Quoi qu'on fasse, Faust et Promethee n'auront jamais leur place en utopie. Le prince de l'utopie, quelle que soit son origine, agira comme le roi de Salente. Ne pouvant Itre de la race revolue des heros, i l s'attachera, s ' i l choisit d'etre le pere et le pasteur de son peuple, " aux veritables riches-(2) -ses qui satisfont aux vrais besoins de l'homme". L'economie est une preoccupation majeure; l a famine, aussi bien que les passions, transforme l'homme en bite fauve. Les emeutes de l a faim, les jacqueries, venaient frequemment rappeler cette verite elementaire aux elites de l'ancien regime. Mentor entreprend done methodiquement l a remise sur pied de l'economie chancelante d'Idomenee. II procede d'abord a un inventaire des richesses, premiere demarche logique mais qui est une innovation dans le genre. El l e s'explique par le contexte historique. L'administration de la France de cette epoque reposait sur des donnees completement depassees, on gouvernait a. 1'aveuglette. Fenelon tenait fort a, cette idee d'inventaire, i l en f i t ifairie tun1 fHW* l e s intendants des provinces pour 1'education du due de Bour-i -gogne et revint a diverses reprises sur cette question dans ses ecrits p o l i --tiques. "Que dirait-on d'un berger qui ne saurait pas le nombre de son 1) Cite par Ernst Cassirer in Rousseau Kant Goethe Princeton University Press 1947 p.4 2) Telemaque G.F. XIV 406 62 troupeau ?»^^ demande-t-il dans son Examen de conscience sur les devoirs  de l a Royaute. Aussi Mentor procede-t-il au recensement des citadins, des laboureurs, a une enquite sur l' 1 etat des terres, sur le,c commerce, sur l a flotte (Salente est un port ne l'oublions pas) avant de passer a. 1'organisation proprement dite de l'economie. (2) II commence par le commerce, " l a liberte du commerce etait entiere" l i t - o n au livre X. C'est une decision hardie quand on sait avec quels soins les auteurs d'utopie protegent les mecanismes delicats qui maintiennent l a "stasis". Les habitants de La cite du S o l e i l regoivent les marchands etran--gers aux portes de l a ville."They are unwilling that the state should be (3) corrupted by the vicious customs of slaves and foreigners" De mime, 1'Utopia de More evite les risques de corruption en maintenant, par une autarcie severe, les contacts avec l'exterieur au niveau le plus rudimentaire. Mais s i l'on regarde de plus pres l'oeuvre de Mentor l'on s'apergoit que cette notion de liberte est pratiquement videe de tout contenu. "tout ce qui entrait etait u t i l e , tout ce qui sortait l a i s s a i t en sortant (4) d'autres richesses en sa place..." "...Mentor v i s i t a tous les magasins, toutes les boutiques d'artisans et toutes les places publiques. II defehdittoutes les marchandises des pays etrangers qui pouvaient introduire le luxe et la mollesse."^^ 1) Examen de Conscience sur les devoirs de l a Royaute _ f i n de 1'article I £exlesacnoisxf"*"£5i CMaria°flxa Chaintreul -Artheme Fayard-Paris I960 p.119 2) Telemaque G F X 277 3) Famous Utopias t . T h e C i t y o f the Sun" p.302 4) Telemaque G F X 277 5) " " X 277 63 "Prenons done tous ses artisans superflus qui sont dans l a . v i l l e et dont les metiers ne serviraient qu'a deregler les moeurs"...^ Cette liberte "amenagee" ressemble fort a ce que l'on classerait aujourd'hui dans les mesures de dirigisme renforce. II est vain d'essayer d'integrer Tyr, "cette grande v i l l e (qui) semble nager au-dessus des eaux et gtre l a reine de l a mer" dans un systeme equilibre et autonome. II ne s u f f i t pas de dire :" Tous les citoyens s'appliquent au commerce et leurs grandes (2) richesses ne les degoutent jamais du travail necessaire pour les augmenter" pour regler l a question. C'est un tour de passe-passe verbal qui, s ' i l etait essentiel a. l'oeuvre releguerait irremediablement leur auteur parmi les §tres chimeriques,ou. le roi Louis XIV le placait. Nous pensons que cette-ambiguite ne provient pas d'un manque de rigueur mais du caractere disparate de l'oeuvre qui se veut didactique alors que sa nature profonde est utopique. Fenelon doit inclure l a societe de son temps dans ses preoc--cupations pour Stre u t i l e a son :dileve, et sa tentative n'est pas toujours convaincante. II '.n'a pas choisi cette societe commercante moderne, en passe de faire eclater par son dynamisme i r r e s i s t i b l e les v i e i l l e s structures feodales et statiques. II s'y sent naturellement mal a l'aise, non pas par manque d'intelligence mais simplement parce que l a metaphysique a laquelle i l adhere profondement est celle des societes agricoles archaiques, (nous aurons l'occasion d'y revenir dans le chapitre suivant). Son bonheur 1) Telemaque G F X 283 2) " " III 109 64 c'est de se trouver au milieu d'un monde paysan; les deux fondements essentiels d'un royaume ne sont-ils pas :" avoir beaucoup de bons hommes et des terres bien cultivees pour les nourrir?"^?. Aussi lorsqu'il revient a son element: l a terre, les precautions oratoires disparaissent-elles. Plus de distinctions subtiles entre l a liberte u t i l e et l a liberte nefaste, tant i l est sur de son f a i t . Les individus disparaissent momentanement de l'ho--rizon du champ d'action. II n'y a plus que des mesures techniques a pren--dre, pour le plus grand bien de tous n'en doutons pas. - mise en culture des terres en friches ( X 282) - deplacements de population ( X 283) - appel a l a main d'oeuvre etrangere ( X 283) - partage des terres i n a l i e n a b i l i t y des domaines familiaux ( X 287) On connait cette chanson, s i belle sur le papier et qui a berce tant d'hommes; le domaine de Clarens de J . J . Rousseau sort tout droit de ces pages. En tout cas, en theorie elle accomplit des miracles. La campagne que Telemaque "avait laissee presque inculte " a son depart pour l a guerre, est retrouvee,"cultivee (2) comme un jardin et pleine d'ouvriers diligents" ... Tableau rempli de charmes pour qui est capable de s'attendrir au spectacle d'une fourmiliere. 1) Telemaque 2) G F II X XVII 266 458 Oublions done tout ce que certains ont pu repeter depuis plus de deux siecles et demi, a propos du pretendu modernisme econoraique de Fenelon, a. moins de confondre le modernisme avec l a mise en application de ses propres idiosyn--crasies. Si des passages particuliers de l'oeuvre peuvent,a premiere lecture, autoriser pareille opinion, force est, apres examen, de considerer ces pas--sages comme des excroissances gratuites, rangon de la perspective didactique i n i t i a l e , inconciliables avec l'univers serein et coherent rive par le sub--conscient de l'auteur. S ' i l est reactionnaire, pour employer une terminologie mise a l a mode par les marxistes, sachons-lui gre, au moins, d'itre reste humain sur le plan de l a famille. Depuis Lycurgue et ses femmes en caserne, i l est de tradition dans les creations utopiques, de reduire le r3le de la famille a sa plus simple expression, s i ce n'est a neant. Platon lui-mime n'a pas echappe au ridicule des prescriptions tatillonnes d'un eugenisme anti-naturel. More sur le mime sujet devient involontairement bouffon, quant a. Campanella, son magistrat de service " sees that men and women are so joined to-gether that they bring forth the best o f f s p r i n g " . ^ II va mime plus lo i n et voit l a racine du mal dans 1'institution de la famille. "They say that a l l private property is acquired and improved for the reason that each one of us by himself has his (2) own home and wife and children'1., A la reflexion certains passages de l'Evan--gile sembleraient aller en ce sens, qui demandent a celui qui veut atteindre 1) Famous Utopies The City of the Sun" p.281 2) " " p.282 66 l a perfection de se detacher de l a famille et des richesses pour suivre Jesus exclusivement. Cet extremisme dans le detachement, qui dans l'Evan--gile n'est demande qu'a un petit nombre, a pu seduire des milieux popu--laires plus ou moins apparentes au chiliasme. C'est l a source des heresies bulgares, cathares et albigeoises par exemple, rejetees par les milieux aristocratiques humanistes et les princes de l'Eglise. D'ailleurs la s i -t u a t i o n est un peu differente chez les utopistes, qui ont a se prtoccuper de creer un monde theoriquement viable et, par consequent, de l a perpetuation de l a race. Fenelon est le seul qui s'en tienne strictement a l a doctrine ca--tholique. II est curieux de noter que Thomas More qui mourra pourtant martyr en defenseur de 1'indissolubility des liens du mariage, autorise le divorce dans certains cas en Utopia :"Matrimony there is seldom broken except by death, unless i t be for adultery or for intolerable offensiveness of dis--position. When husband or wife is thus offended, leave is granted by senate to take another mate."^^ Dans une Salente renovee, les jeunes gens ne craignent plus l a misere, et l a prosperity rend a nouveau les unions possibles t" Ce qu'illsouhaitait'le plus pour les bonnes moeurs c'est que les jeunes gens se mariassent de bonne heure et que leurs parents, sans aucune vue d'interlt, leur laissassent choisir ides femmes agreables de corps et d'esprit,auxquelles 1) Sir Thomas More Utopia book II p.HI 67 i l s pussent s'attacher." C'est la politique traditionnelle de l'Eglise de c i v i l i s e r les impulsions charnelles en leur permettant de s'exercer dans le cadre du sacrement de mariage. Politique eminemment utopique dans le bon sens du terme, qui apprivoise les passions comme Orphee apprivoisait les animaux sauvages. Le r8le de l a femme est sanctifie. elle devient l a mere et forme une seule et mime chair avec l'^poux. Le cantique qu'entonne Mentor a. l a gloire d'Antiope, n'est que l a paraphrase du poeme sur l a femme parfaite de l a Bible (Proverbes - 32) Avec une t e l l e organisation et de telles moeurs une societe devrait bientet Itre accable"e de richesses. C'est un phenomene facil e a v e r i f i e r dans l'Histoire de Prance que les communautes religieuses, malgre leurs imperfections, finissent, apres un siecle, par accumuler tant de biens que le "prince" du moment se sent oblige de les spolier. Comment done eviter 1'inconvenient de l a convoitise et ses defauts qui accompagnent l a pos--session de trop grandes richesses, ou, en d'autres termes, comment main--tenir les habitants des utopies dans une austerite benefique ?... More et Campanella imaginent de reduire l a duree du travail respectivement a six et quatre heures par jour; le reste du temps etant occupe par les 1) Telemaque G F XI 319 68 distractions saines de l a "culture" et des exercices physiques. Fenelon qui se mefie de l'oisivete et des exercices d'esthetisme gratuits, resout le probleme en reduisant les parcelles de terre de t e l l e sorte qu'elles ne peuvent nourrir frugalement et abondamment une unite faraiiiale qu'apres beaucoup de t r a v a i l . II serait monotone de relever les passages du Telemaque qui celebrent 1'ascetisme. Un grand ideal de simplicity austere, m§me et peut-Stre surtout, dans les periodes de dilapidation, fascine la conscience occi--dentale nourrit de culture helltnique et chretienne. Sparte et son heros Lycurgue; l a vie communautaire des Chretiens primitifs t e l l e qu'elle est racontee dans les Actes des Apotres et dans l a Legende doree, laissent une nostalgie qui s*exprime dans toutes les utopies jusqu'au seuil du 18 e siecle, a, 1'exception peut-£tre de la "Theleme" de Rabelais qui est beaucoup plus une satire de l'etat monacal par le moyen du paradoxe qu'une utopie, et de 1'Atlantis de Bacon axee sur le progres des sciences et e e precurseur des utopies technologiques des 19 et 20 si&cles. D'ailleurs la conquete de l'Amerique et les relations des missionnaires et voyageurs sont venues prouver que l'utopie n'etait pas confinee aux temps mythiques des Iles-Bienheureuses et du royaume de Thule, mais bel et bien realisable 69 dans un monde contemporain. La Vie des Incas du religieux metis G-arcilaso de Vega a passionne 1'Europe, et les Peres Jesuites en depit des sarcas--mes de Voltaire se sont trouves bien pres de reconstituer le monde Inca sur un fond de christianisme au Paraguay. Mentor n'hesite pas a prononcer une banalite t e l l e que "le luxe corrompt les moeurs" tant i l est persuade qu'avec les hommes c'est toujours a. recommencer. Apres l a faim, voila le luxe, le pire des dangers qui menacent l'utopie...et les demonstrations et les exemples de se succeder : "les richesses a r t i f i c i e l l e s . . . ne sont riches qu'en imagination (elles) tentent les hommes de chercher des pla i s i r s dangereux... qui les detournent du travail ou i l s trouveraient tous les biens re"els avec des moeurs pures dans une pleine liberte". ^  Toujours ces termes ambigus de " biens reels", de "moeurs pures" et de "liberte"... nous avons assez medite" sur le Telemaque pour savoir dans quel contexte i l faut les interpreter. Arme d'une t e l l e conviction Mentor, a l'instar du Christ chassant les marchands du temple, poursuitle luxe de sa pieuse haine dans toutes les manifestations de l'activite humaine : 1'habitat, l'ameublement, les vitements, les parures, l a table. Le roi devra par son exemple montrer l a voie de l a sobriete au peuple. Les arts ne seront pas e^pargnes (tout le monde a en memoire les exclusives de Platon). Mentor retranche ensuite l a musique molle et effeminee qui corrompait toute l a 1) Telemaque G F X 280 70 (1) jeunesse" ..." i l ne permit que pour les temples les grands ornements d•architecture"..."la peinture et l a sculpture parurent des arts qu'il (2) n'est pas permis d'abandonner" , mais c'est pour itre employees a a l a creation d'oeuvres patriotiques et religieuses; le realisme-socialiste avant l a lettre. L'utopie est bien, pour paraphraser une phrase celebre de Engels sur l a religion, l'une des grandes chansons qui bercent l a misere humaine. II serait possible de dresser un catalogue comparatif des modalites que revit l'austerite dans les utopies, mais a quoi bon ? C'est assurement la partie terne et fastidieuse du genre, qui rend la plupart des utopies politiques i l l i s i b l e s . Heureusement pour nous le temperament lyrique de Fenelon reprend rapidement l a direction de la narration. Nous sommes recompenses, apres une marche harassante dans les deserts de 1'ennui par 1'oasis rafraichissante de charmantes idylles ou tous les rives de bonheur des simples mortels se trouvent s a t i s f a i t s . Voir par exemple au livre X (G.F.) le tableau rustique v i r g i l l i e n de la page 284 sur la vie a l a cam--pagne et le retour des champs. Nous reprojduisons ci-apres le rive pro--phetique de Mentor situe une page plus lo i n dans le mime developpement. Toute l a campagne refleurira : Ceres se couronnera d'e"pis dores; Bacchus, foulant a ses pieds les raisins, fera couler, du penchant des montagnes, des ruisseaux de vin plus doux que le nectar; les creux vallons retentiront 1) Telemaque 2) " G F II X X 280 281 71 des concerts de bergers qui, le long des clairs ruisseaux, joindront leurs sur l'herbe et parmi les fleurs, sans craindre les loups." ... Cet etat de bonheur, que ce soit sur le plan social ou sur le plan mystique, ne peut itr e atteint que par l'ascetisme du travail et du refus du luxe, par l a "disappropriation", s i chere a. l'auteur de 1'Explication des Maximes des Saints sur la vie interieure . Cependant 1'important c'est qu'il soit accessible. De gre ou de force, et sans doute un peu plus de force que de gre, l'histoire ne le dit pas, tout le monde est "heureux" en Crete, car : (2) "tout le monde y travaille et personne ne songe a s'y enrichir". C'est le fameux eudemonisme dont l a contemplation vient recompenser les auteurs de toutes leurs peines et faire river les lecteurs. Mais i l n'est pas permis de s'attendrir trop longtemps, en utopie i l faut toujours planifier, organiser. Les hommes sont des creatures incomprehensibles qui natureliement prennent des voies antinaturelles; d'ou les soins particuliers apportes dans 1'education. " II faut faire garder inviolablement les lois de Minos pour l'education des enfants" a Salente; " i l faut etablir des ecoles publiques oil l'on enseigne l a crainte des dieux, 1'amour de la patrie, le respect des l o i s , l a preference de l'honneur aux pla i s i r s et a l a vie mime". 1) Telemaque 2) " 3) " G P ti II X V X 285 141 287 72 Sur ce chapitre de 1'education les instructions sont s i precises qu'elles se passent assez facilement de commentaires. Tous les utopistes ont compris que leurs beaux systemes n 1etaient viables que dans l a mesure ou le prince serait maltre des impulsions de ses sujets. Sparte, a travers Plutarque, vient encore influencer les lettres, et Fenelon n'est pas le moins ferme ni le moins intransigeant d'entre eux, ecoutons plutot... "(Les enfants) appartiennent moins a leurs parents qu'a l a Republique; i l s sont les enfants du peuple, i l s en soni l'esperance et l a force; i l n'est pas temps de les corriger quand i l s sont corrompus...C'est dans l a fleur qu'il faut preparer les f r u i t s . . . " ^ Cette education est humaniste chez More et Campanella. Celui-ci met, a 1'acquisition des connaissances, une boulimie caracteristique de l a Pre-Renaissance. Les murs des sept enceintes de l a Cite du S o l e i l sont recou--verts d'inscriptions et d'objets de musee qui ont l a pretention de devoi-- l e r aux yeux emerveilles des jeunes citoyens les secrets de l'univers. C'est a, notre connaissance l a premiere encyclopedic en plein a i r , sons et images, puisque des guides sont charges de l a commenter. L'education phy--sique non plus n'est pas negligee, bien au contraire, elle occupe le plus c l a i r des l o i s i r s des citoyens. Son but est de creer des corps sains et 1) Telemaque G F XI 318 73 robustes, d'ameliorer l a race et de servir de preparation militaire. Fenelon n'insiste pas sur un savoir encyclopedique a. vrai dire bien inutile a des paysans. L'education qu'il veut donner est pratique et morale t"mepris de l a douleur et de la mort...honneur a. f u i r les delices et les richesses...(horreur) de 1'injustice, du mensonge, de 1'ingratitude et de la m o l l e s s e . " ^ I l met aussi 1'accent sur les exercices physiques pour les mimes raisons que ses predecesseurs; Mentor dans sa frenesie d'epuration des ensembles architecturaux f a i t une exception. II autorise les " grands batiments destines aux courses de chevaux et de chariots, aux combats de lutteurs, a, ceux du ceste et a, tous les autres exercices (2 qui cultivent les corps pour les rendre plus adroits et plus vigoureux." Ainsi les solides jeunes gens apprennent des leur plus tendre enfance a. chanter les louanges des heros. "le charme de la musique s a i s i t leurs ames et rend leurs moeurs douces et pures...ils sont tendres pour leurs amis, fideles a, leurs a l l i e s , e"quitables pour tous les hommes, mime pour leurs plus cruels ennemis", tant i l est vrai que "...de bonne heure on (3) remplit les enfants de ces grandes maximes..." Fenelon, un moment decu par les de"fauts des hommes, se remet a, esperer avec l a nouvelle raoisson et chante son espoir sur le mode lyrique. Avec l'allusioh precedente aux All i e s et aux Ennemis, nous touchons a, notre dernier theme d'activite dans les systemes utopiques : l'irrenisme. 1) Telemaque 2) " 3) G.F. II II XI X XI 318 281 319 74 Tous les utopistes., sans exception, sont partisans convaicus de la paix. C'est pour eux une question de principe et de logique; l a guerre est en effet l a manifestation supreme de cet etat passionne qui est l'antithese de l a quietude utopique. Le f a i t que Les Aventures de Telemaque se derou--lent en grande partie sur les champs de bataille, que dans Utopia, dans la Cite du S o l e i l et dans Salente l a jeunesse pratique intensement les exercices physiques pour occuper ses l o i s i r s et se tenir prite a soutenir une guerre eventuelle, qu'il y ait des arsenaux et des usines d'armes a Salente, peut laisser perplexe. Cette attitude se j u s t i f i e pourtant par la simple existence desiforces du mal qu'il est du devoir des soldats du Bien de repousser (que l'on se souvienne du r8*le d'Hercule dans l'equilibre du cosmos). Cependant i l est parfois d i f f i c i l e a ces auteurs de concilier les interests egoistes de leur propre creation avec ceux du reste de l'uni--vers. Comme le sculpteur Pygmalion, i l s tombent amoureux de leur creature au detriment d'une vision vraiment philosophique de l'economie du monde. More preconise : l a fourberie, l'espionnage,l'assassinat politique mime, pour eviter les combats sanglants, Campanella inclut 1'injure au nombre des causes d'une juste guerre. Reaction toute humaine, Fenelon s'y laisse prendre aussi. Mentor ne c o n s e i l l e - t - i l pas de "faire avec les Peucetes, peuples voisins, un echange de toute les choses superflues qu'©tt, ne 'vbulait 75 ( 1 ) " plus souffrir a Salente, avec les troupeaux qui manquaient aux Salentins?•.. Mais chez l u i ce n'est qu'une faiblesse passagere. Son esprit est ve"ritable--ment catholique; i l ne l u i paraxt pas possible de reserver l a sagesse a un petit canton de l a terre. E l l e doit s'etendre "au monde entier qui est (2) (2) la republique universelle" Chaque peuple est "comme une grande famille" qui doit vivre en Harmonie avec les autres nations. Les regies de conduite que doit suivre un jeune chef sur le theatre des operations de guerre sont empreintes de cet idealisme oecumenique. Que de pages du Telemaque consa--crees a chanter l a paix et les bienfaits de 1'esprit de conciliation. Et, " s i l a guerre vient, malgre tous les soins qu'un roi prend pour conserver la paix, i l a du moins alors pour l u i le temoignage de sa conscience, l'es-(3) -time de ses voisins et l a juste protection des dieux". Quelle confiance dans la victoire finale du Bien et dans l'aide de l a Transcendance ces lignes supposent. Seul de tous les utopistes, avec Platon sans doute, Fenelon reussit a integrer ses constructions utopiques dans un systeme a l'echelle de l'univers, parce que seul, avec Platon, i l s'appuie sur une vision du monde coherente qui ne laisse rien au Hasard. II s a t i s f a i t ainsi aux "vrais principes de l' a r t " auxquels tout grand 1) Telemaque G.F. X 289 2) " " XVII 473 3) " " XVII 474 76 artiste se soumet inconscieminent ou volontairement. Ainsi l'un des ecrivains qui ont f a i t montre de l a creativity l a plus etonnante, Balzac, est aussi l'un de ceux qui ont le plus insiste sur cette necessite de l a creation l i t t e r a i r e :" La l o i dominatrice est l'unite de composition, e c r i t - i l dans son "Etude sur l a Chartreuse de Parme", ...sans elle i l n'y a que c o n fusion"^ C'est cette unity que nous allons maintenant essayer de degager de l'oeuvre afin de pouvoir apprecier en toute connaissance de cause l a communication d'une vision a l'aide de 1'expression l i t t e r a i r e . 1) Balzac Oeuvres completes Tome XL Paris Conard 1912-1940 p.401 CH. IV 77 Pour evaluer l a vision du monde contenue dans le Telemaque, nous allons examiner l a metaphysique qu'il postule et ses consequences sur le plan de l a morale personnelle et de l a politique qui est i c i l'ethique i n d i -—viduelle etendue logiquement a l a societe toute entiere. En ce qui concerne l a metaphysique nous avons assez insiste dans le cha--pitre precedent sur l'existence d'une dimension transcendentale par rapport au monde physique pour n'avoir pas a y revenir. La transcendance y est exprimee a travers trois formes differentes: allegorique, antropo-morphique, et mystique. La forme allegorique est avant tout l i t t e r a i r e et humaniste. Le monde de l'Olympe qui s'agite devant nos yeux n'est pas toujours ^difiant. II resume, en les amplifiant, les passions et les vertus du monde d'ici-bas. Peintures impudentes peu dignes d'un pretre comme le soutenait Bossuet ?... Procede didactique et ornemental plut6t, commode pour donner en raccourci, par le moyen du grossissement une lecon pratique de morale. D'ailleurs, i l eut ete d i f f i c i l e , en choisissant l a f i c t i o n epique de l'epoque homerique, s 3. de se passer de cet accessoire indfpensDle a l a fable antique. Les allegories viennent a l a rescousse de l a mythologie grecque selon un procede en faveur depuis le Moyen-Age humaniste, porte & son apogee dans les romans heroiques y. du temps de Mazarin, et sur son declin aux environs de 1658 quand Furetiere 78 f a i s a i t paraftre sa Nouvelle Allegorique. Fenelon use de cet a r t i f i c e deja torabe en desuetude avec une certaine discretion. Ses allegories ressemblent aux compositions qui fleurissaient a. l'epoque dans les arts plastiques soumis a 1'influence de Lebrun et de son ecole. Le passage suivant, ti r e du livre XTV, met en lumiere ce caractere pictural. II suffira a faire comprendre que l'abus de ce genre de rhe"torique, s i t e l etait le cas, rendrait le recit proprement i l l i s i b l e . "Autour du trSne etait l a Mort, pale et devorante, avec sa faux tranchante qu'elle aiguisait sans cesse. Autour d'elle volaient les noirs Soucis,les cruelles Defiances, les Vengeances, toutes degouttantes de sang et couver--tes de plaies, les Haines injustes, 1'Avarice qui se ronge elle-mlme, le Desespoir, qui se dechire de ses propres mains, l'Ambition forcenee, qui renverse tout, la Trahison qui veut se repaltre de sang, et qui ne peut jouir des maux qu'elle a f a i t s , l'Envie qui verse son venin mortel autour d'elle et qui se tourne en rage, dans 1'impuissance ou elle est de nuire, l'impiete qui se creuse elle-meme un ablme sans fond, ou elle se precipite sans esperance, les spectres hideux, les fant8mes qui representent les morts pour epouvanter les vivants, les songes affreux, les insomnies, aussi cruelles que les tristes songes. Toutes ces images funestes environnaient le f i e r l) Furetiere Antoine - Nouvelle Allegorique ou histoire des derniers troubles arrives au royaume d'eloquence ed Fre Van Ginneren - Geneve Droz 1967 79 Pluton et remplissaient le palais ou i l habite "... ; II n'est pas necessaire d'epiloguer plus longuement sur cet aspect de la transcendance qui demeure a r t i f i c i e l , legereraent suranne, mime a l a Q f i n du 17 siecle, et sans aucune influence sur l a metaphysique qui donne sa structure a l'oeuvre. Le cite anthropomorphique merite beaucoup plus de retenir notre attention. II est de tradition dans l'Eglise, puisque, pour elle, l'evenement qui f a i t date dans l'histoire de l'humanite est celui de 1'Incarnation du Verbe. Si les grandes religions monotheistes repugnent au figuratif pour tout'ce qui touche l a divinite, l'Ancien Testament u t i l i s e en plusieurs endroits le tetragrammaton YHWH pour designer Dieu 1'innommable, tres tot 1'imperfection de l'homme et specialement de l'homme en societe, entraine l a necessite de concretiser et done de limiter l ' I n f i n i . Le tetragrammaton est relaye par les vocables d'Adonai et d'Elohim. D'ailleurs le passage I 26 de l a Genese ou l'on voit Dieu creer l'homme a son image et a sa ressemblance, semble inviter a l'anthropomorphisme. C'est ce texte qui a servi de jus t i f i c a t i o n a un courant traditionnel de l a theodicee chretienne dirige vers l a figure du Pere et mime aboutissant dans une synthese remarquable. .sur eerie du Pantocrator de l'Eglise grecque 1) Telemaque G.P. XTV 389 80 Tout cet aspect informe le Telemaque de la pastorale; 1'etude de l'imagerie au chapitre II a permis de degager 1'importance des themes du Bon Pasteur et du Pere. Jupiter est invoque comme le "pere des dieux et des hommes".^ Le r o i , lieutenant de Dieu sur terre doit i t r e sa vivante image. "Benissez 6 grand Jupiter, s'ecrient les v i e i l l a r d s de Salente, le roi qui vous res-te) -semble et qui est le plus grand don que vous nous ayez f a i t " . La sym-bolique de la quite du Pere exprime en partie l a soif de l'ame humaine pour son createur. Les accents de cette declaration de Telemaque : "Je cherche mon pere dans toutes les mers; s i je ne puis ni le trouver, (3) ni retourner dans ma patrie...6tez-moi l a vie que je ne saurais supporter" de cette exhortation de Mentor: "Sachez que vous reverrez un jour l ' t l e d'lthaque... Vous verrez mime dans sa premiere gloire celui que vous n'avez point connu, l'invincible Ulysse; (4) que l a fortune ne peut abattre"... ne sauraient tromper quiconque a un peu l'habitude des textes religieux, et le 17 siecle beaucoup plus que le nitre etait impregne de litterature chretienne. La description demeure discrete et ne tombe pas dans les exces d'une imagerie edifiante ou dans 1'texuberance du baroque; nous ne parlons G.F. II II II VIII X I II 217 290 75 83 81 pas bien entendu de ces allegories l i t t e r a i r e s qui ont pour nom Venus, Cupidon ou Minos, mais des manifestations de la veritable divinite, personnifiee tant6*t par Mentor-Athena, tantot par Jupiter. Quant a. ce dernier, c'est a peine s i l'on parle de ses yeux et de sa chevelure..." ses yeux percent jusque dans 1'aMme.. .quand i l secoue sa chevelure i l ebranle le c i e l et l a terre. ..'• ^ Rien dans tout ceci qui puisse surprendre une personne elevee dans la foi catholique. Le figuratif est necessaire s i l'on a le souci de rendre l a religion accessible aux plus humbles parmi le peuple de Dieu. Mais pour ceux a qui i l a ete donne un plus grand nombre de talents i l est demande de passer a, un niveau superieur de l a s p i r i t u a l i t y . La nostalgie de l a maison du pere, du retour a la patrie, symboles de la beatitude, assurent naturellement l a transition entre ces deux phases de la vie religieuse. Cet elan mystique a sa. source dans le mal d'exister. La creature "lassee (2) de vivre toujours en suspens et dans 1'incertitude" , aspire a. l a paix. L'homme dans 1'existence est un point mobile, sans cesse ecartele entre un passe a jamais perdu et un avenir qui n'est pas en son pouvoir. Le "Je" est un autre" de Rimbaud, traduit bien cette fragmentation a laquelle les mystiques essaient de reme"dier. Mentor exhorte Telemaque a ne pas renouveler l a faute d'Orphee, a ne pas "se donner a soi-mime le temps (3) de regarder jamais derriere soi" , a ne pas non plus se reposer sur 1) Telemaque G.F. 2) " I 72 3) " VI 185 l'avenir:"Les biens que vous esperez se montrent a vous et s'enfuient comme un songe leger que le reveil f a i t disparaltre pour vous apprendre que les choses mimes qu'on croit tenir dans ses mains echappent dans (1) 1'instant." Aussi le Telemaque peut-il it r e lu comme une i n i t i a t i o n a 7- l a vie mystique. Mentor et Hasael s 1entretiennent de " cette premiere puissance qui a forme le c i e l et l a terre;...cette lumiere simple i n f i -(2) -nie et immuable qui se donne a tous sans se partager" . II y:aitout une metaphysique du feu et de la lumiere, commune aux grands i n i t i e s : Moise, Isaie, St.Jean 1'evangeliste. Image sans doute l a plus subtile que les hommes aient a leur disposition pour evoquer et se representer le mystere de l'Etre; image dans l a plus pure tradition hebraique et chretienne, mais dangereuse a manier car le risque est grand de passer au pantheisme, de deserter l a transcendance pour 1'immanence, specialement, a une epoque ou la pensee de Spinoza semait le trouble dans l a conscience europeenne. Des formules comme ce l l e - c i :"Elle, l a divinite, est comme un grand ocean de lumiere, nos esprits sont comme de petits ruisseaux qui (3) en sortent et qui y retournent pour s'y perdre" pourraient laisser perplexe, detachees du contexte. Cependant on voit par ailleurs que dans 1) Telemaque 2) " 3) " G.F. II n XVIII rv 502 134 83 les Champs-Elysees les humains ne viennent pas se fondre dans un nirvana qui ressemblerait fort au neant, mais qu'ils conservent une sorte d'individuality. E s t - i l besoin d'ajouter que Les Aventures  de Telemaque ne sont pas un traite de theologie. Le d i f f i c i l e probleme d'une transcendance sans ambiguity dans une religion epuree de son anthropomorphisme n'est pas completement elucide et ne peut pas l ' i t r e . A ce propos c'est sans doute l a raison pour laquelle l'Eglise a la sagesse de favoriser 1'anthropomorphisme dans l a religion populaire. y En Occident l a p e r i l du pantheisme ( p e r i l pour le christianisme bien entendu) vient toujours des brumes nordiques. II su f f i t de constater que l'ontologie du.Telemaque reste dans les perspectives de l a theologie chretienne. " La mythologie du Telemaque^ ecrit Ely Carcassonne, epuree x par une sorte de spiritualisation graduelle, f i n i t par rejoindre le mysticisme Chretien" ^ \ Peut-Stre, mais Fenelon y exalte Dieu moins comme Amour que comme Unite. La doctrine de 1'Incarnation et de la Redemption, s i essentielle a la religion chretienne ne semble pas intervenir dans ces pages. II paralt seulement sensible a. l'espoir du retour de l'homme a, 1'eternite divine. Beaucoup plus que le corps mystique i l exalte une a, .seule ethique personnelle del'ame seule avec Dieu. Ne d i t - i l pas des habitants de l a Betique," II ne faut point de juges parmi ceux car leur propre 1) Ely Carcassonne Fenelon p.81 84 conscience les juge "? ou encore : "je ne veux qu'aider ceux qui (2) cherchent la justice et la vertu" . Cette recherche solitaire doit acheminer vers une sorte de vacuite, rien n'existant veritablement sinon l a lumiere de l ' i n f i n i et son rayonnement. (voir livre XIV). A ce stade, l a ligne de demarcation est bien d i f f i c i l e a etablir entre un mysticisme authentiquement catholique et les mysticismes protestants. qui tendent vers un Dieu immanent. Ce n'est pas pour rien que le gros de l a clientele pieuse de madame Guyon etait compose d'Anglais et d'Alle-—mands. A l a decharge de Fenelon on pourra dire que le cadre l i t t e r a i r e choisi ne se p r i t a i t guere a une meditation sur le mystere de la Redemption. Cependant 1'argument n'est pas decisif car la thematique du "bouc emis--saire" pouvait p a l l i e r 1'inconvenient. Campanella, qui reste d'esprit beacoup plus populaire, ne se f a i t pas faute de 1'employer. Ce theme serait d'autant plus necessaire dans les Aventures de Telemaque que l'univers qui leur est propre n'est pas soumis aux cycles de renaissance et d'epuration. Fenelon ne l'a pas juge bon. Nous croyons deceler en l u i une repugnance a mettre en scene dans le monde paradisiaque un personnage qui exemplifie les contradictions de l a condition humaine mime sous les especes d'une figure exorcisee t e l l e que celle du bouc emissaire. Cela denote un esprit fondamentalement conservateur, capable de developper 1) Telemaque G.F. VII 207 2) " " XVII 482 85 une t h e o l o g i e a p a r t i r de dogmes mais i n c a p a b l e de t o u t e pensee v r a i m e n t p h i l o s o p h i q u e . E s t - c e une f a i b l e s s e dans l a s t r u c t u r e de l ' o e u v r e ? O u i sans d o u t e , dans l a mesure ou l ' o n demande a. l ' o e u v r e l i t t e r a i r e une v i s i o n t o t a l e de l ' u n i v e r s , mais e l l e e s t l o i n d'etre a u s s i g r a v e qu'on p o u r r a i t l e c r o i r e au p r e m i e r a b o r d . Une l e c t u r e a t t e n t i v e nous f a i t e n t e n d r e , s u r t o u t dans l e s d e r n i e r s l i v r e s l e s rythmes de l a p a r o l e du Redempteur t e l l e q u ' e l l e nous a e t e t r a n s m i s e p a r l e s e v a n g i l e s . Nous voyons se p r e -- c i s e r en f i l i g r a n e l a f i g u r e du C h r i s t a t r a v e r s Mentor e t U l y s s e . N ' e s t --ce pas 1 ' a d i e u du C h r i s t a ses d i s c i p l e s q u i i n f l u e n c e l e s d e r n i e r s mots a d r e s s e s p a r Mentor a, Idomenee ? :" Ne vous a f f l i g e z p o i n t , nous vous q u i t t o n s , mais l a s a g e s s e q u i p r e s i d e aux c o n s e i l s des d i e u x demeurera avec vous."^''"^ Le mime Mentor p r e d i t a son e l e v e c e t t e c o n n a i s s a n c e r e -- c i p r o q u e p a r f a i t e du p e r e e t du f i l s que l e C h r i s t p r o c l a m e pour l u i - m i m e (Luc X 22) " b i e n t o t vous l e v e r r e z e t vous l e c o n n a i t r e z e t i l vous c o n -(2) - n a i t r a . " e t l a r e n c o n t r e de Telemaque avec U l y s s e i n c o g n i t o e s t une r e m i n i s c e n c e de 1'episode des d i s c i p l e s d'Emmaus (Luc XXIV -32) :"Helas mon c h e r Mentor j e s e n t a i s b i e n dans c e t i n c o n n u j e ne s a i s q u o i (3) q u i m ' a t t i r a i t a l u i e t q u i r e m u a i t mes e n t r a i l l e s " I I nous e s t done p o s s i b l e de s o u s c r i r e au p o i n t de vue d ' E l y C a r c a s s o n n e precedemment c i t e . Au n i v e a u de l ' e t h i q u e p e r s o n n e l l e l ' o e u v r e e s t 1) Telemaque 2) " 3) " G.F. II i t X V I I I X V I I X V I I I 482 500 501 86 c h r e t i e n n e s i n o n t y p i q u e m e n t c a t h o l i q u e ; en t o u t cas e l l e p e u t s ' i n s e r e r dans l e c a d r e c a t h o l i q u e e t c e t t e i m p r e s s i o n s e r a r e n f o r c e e un peu p l u s a v a n t dans ce c h a p i t r e quand nous e t u d i e r o n s l a p o l i t i q u e . Quoi q u ' i l en s o i t , F e n e l o n n'a c e r t a i n e m e n t pas v o u l u f a i r e un t r a v a i l de d i l e t -t a n t e . II p r e n d l u i - m l m e b i e n s o i n de l e p r e c i s e r dans une l e t t r e au p e r e Le T e l l i e r r " P l u s on l i r a c e t ou v r a g e , p l u s on v e r r a que j ' a i v o u l u d i r e t o u t " . ^ Dans l e moule de l a f a b l e a n t i q u e se c o u l e n t done, sans d i f f i c u l t y ' s a p-- p a r e n t e s , l e s v e r i t e s q u i l i i i p a r a i s s e n t f o n d a m e n t a l e s . Les hommes a s p i r e n t a, " c e t t e r a i s o n e t e r n e l l e " q u i f e r a " n a i t r e en eux une s o u r c e (2) i n t a r i s s a b l e de p a i x e t de j o i e " , c ' e s t a d i r e a un r e t o u r en un D i e u t r a n s c e n d a n t . T e l l e e s t p o u r l u i l a v e r i t a b l e f i n d e r n i e r e de l'homme. Po u r y p a r v e n i r i l f a u t se conformer a une e t h i q u e e t se s o u m e t t r e a, une p o l i t i q u e t r e s l o g i q u e m e n t d e v e l o p p e e s dans l ' o e u v r e a p a r t i r des p r e -- m i s s e s m e t a p h y s i q u e s que nous venons de v o i r . En f a i t 1 ' a ccent p r i n c i p a l e s t mis s u r 1 ' e t h i q u e e t l a p o l i t i q u e , l e s p r i n c i p e s de base de l a meta-- p h y s i q u e n ' e t a n t pas d e c o u v e r t s mais r e g u s , au nom d'une t r a d i t i o n , comme des p o s t u l a t s , comme a u t a n t de v e r i t e s a l l a n t de s o i . On nous demande de c r o i r e a v a n t que de comprendre e t c ' e s t p e u t I t r e en c e l a que l ' o n r e t r o u v e 1) c i t e p a r A. C h e r e l : F e n e l o n ou l a R e l i g i o n du P u r Amour 2) Telemaque G.F. p. 166 87 l e c a t h o l i q u e . L'homme n ' e s t lui-meme que l o r s q u ' i l s ' i n s e r e dans l ' u n i v e r s v o u l u p a r D i e u . " I I n'y a p o i n t s u r t e r r e de v e r i t a b l e s hommes e x c e p t e ceux q u i c o n s u l t e n t , q u i a i m e n t , q u i s u i v e n t ( l a ) r a i s o n e t e r n e l l e " ^ . A P h i -- l o c t e t e que l e s d i e u x t o u r m e n t e n t p a r l e moyen d ' U l y s s e i l e s t d i t " C ' e s t (2) vous e t non pas U l y s s e q u i e t e s l'ennemi de P h i l o c t e t e " . Ce q u i s e u l compte c ' e s t l a v o l o n t e des d i e u x . P h i l o c l e s e t a i t h e u r e u x dans son i l e , " i c i l e s P a r q u e s ( l u i ) f i l a i e n t au m i l i e u de ( s a ) p a u v r e t e des j o u r s (3) d'or e t de s o i e " ..."ayant c o n s u l t e l e s d i e u x i l d e c o u v r i t q u ' i l d e v a i t (3) s u i v r e H e g e s i p p e . . . a l o r s i l ne r e s i s t a p l u s . . . i l se p r e p a r a a, p a r t i r " . M a i s l'homme a - t - i l l e c h o i x e t l e s moyens de r e j o i n d r e l ' E t r e , l e B i e n , l a R a i s o n , t o u s termes synonymes a, ce s t a d e ? Nous nous h e u r t o n s au p r o --bleme du M a i e t a, c e l u i de l a R e s p o n s a b i l i t e q u i s u r g i s s e n t l o g i q u e m e n t a, 1 ' o c c a s i o n d'une m o r a l e q u i s a n c t i o n n e l e s a c t i o n s . I c i encore i l f a u t d i s t i n g u e r l'homme en t a n t q u ' i n d i v i d u e t l'homme en s o c i e t e . , (4) S i Telemaque a " d e c o u v e r t l e v r a i sens des l o i s " , s i " l a r a i s o n ( e s t ) en l u i au-dessus du s e n t i m e n t " n ' e s t - c e pas p a r c e q u ' i l e s t ce " j e u n e (6) h e r o s que l a s a g e s s e mene p a r l a main?" I I f a u t b i e n d i r e que l e probleme du mal n ' e s t aborde que d'une f a g o n b i e n s u p e r f i c i e l l e . Le c h o i x d'un h e r o s 1) Telemaque C F . IV 135 2) " " X I I 338 3) " " X I 316 4) " " V 155 5) " " X V I I 475 6) " " 88 de roman e x e m p l a i r e e n t r a i n e un p a r t i - p r i s d ' e l i t i s m e q u i ne choque pas t r o p dans une f i c t i o n ; r e p e t o n s — l e , i l ne s ' a g i t pas d'un t r a i t e de m e t a p h y s i q u e . Que pour Telemaque " l e s d e s t i n s ne p e r m e t t e n t n i q u ' i l p e r i s s e n i que s a v e r t u succombe dans l e s p l a i s i r s d ont (Venus) f l a t t e l e s h o m m e s " q U ' E t e o c l e e t P o l y n i c e , q u ' A s t a r b e e t A d r a s t e s o i e n t p r e d e s t i n e s au c r i m e , i l s e r a i t p u e r i l de s'en i n d i g n e r . L ' a u t e u r n'en e s t pas J a n s e n i s t e p o u r a u t a n t , ce s o n t l a , l e s dangers du romanesque pour un homme d ' e g l i s e q u i se f o u r v o i e dans l a l i t t e r a t u r e p r o f a n e . Au m i l i e u des p e r i p e t i e s de l a f a b l e on p e u t cependant d i s c e r n e r une o r g a n i s a -t i o n d'un u n i v e r s m o r a l ou l e mal n ' e s t pas i n e l u c t a b l e e t ou un l i b r e -a r b i t r e p e u t s ' e x e r c e r . L a v e r t u c o n s i s t e a a c c e p t e r l e s o r d r e s des d i e u x ; "chacun d o i t s u i v r e courageusement s a d e s t i n e e ; i l e s t i n u t i l e de s ' a f f l i -- g e r " ^ ; " C ' e s t l a l o i (des d i e u x ) e t non pas l'homme q u i d o i t r e g n e r " ^ . C ' e s t done en a c c o m p l i s s a n t l e s l o i s de l a P r o v i d e n c e que l'homme r e j o i n d r a l * ' E t r e . L e n t e a s c e n s i o n v e r s l ' U n : l ' E r o s a s c e n d a n t du Banquet de l ' e t h i — —que p l a t o n i c i e n n e t l a r e a l i t e humaine s a i s i e d'un d e s i r d ' e t e r n i t e s'e— - l e v e peu a peu a l a r e a l i t e d i v i n e . M a i s c e c i n ' e s t pas s u f f i s a n t pour (5) l e c h r e t i e n , " s o u v e n t on ne p e u t v o i r l a r e a l i t e p a r ses p r o p r e s yeux" I I y f a u t l ' a i d e de l a g r a c e , de 1'amour de D i e u , 1'Agape" de S t . J e a n , 1) Telemaque G.F. V I I I 218 2) " " V I 175 3) 11 " X V I I 482 4) " " V 150 5) 11 " I I 93 89 de S t . P a u l e t des P e r e s de l ' E g l i s e : l a r e a l i t e d i v i n e p a r p i t i e s ' a b a i s s e jusqu'a, l'homme e t a s e u l e p u i s s a n c e de l ' a t t i r e r v e r s E l l e . C e t t e g r a c e e s t a c c o r d e e a t o u s ceux q u i l a d e s i r e n t s i n --cerement. " Je ne veux q u ' a i d e r ceux q u i c h e r c h e n t l a j u s t i c e e t que vous s e n t i e z t o u j o u r s que vous ne pouvez r i e n sans e l l e . " E l l e b a i g n e t o u t e l ' o e u v r e e t l u i donne c e t t e atmosphere o p t i m i s t e que l e p e s s i m i s m e f o n d a m e n t a l s u r l a n a t u r e de l'homme, expose dans l e l i v r e X, ne p a r v i e n t pas a t e r n i r . C'est t o u t e f o i s un optimisme un peu s p e c i a l q u i ne l a i s s e pas d ' a l t e r n a t i v e v e r i t a b l e a l'homme. I I p e u t , b i e n entendu c h o i s i r d ' e t r e comme un D i e u s u r l a t e r r e , m a i s se p e r d r e d e f i n i t i v e m e n t , a u s s i c e t t e s o l u t i o n U l y s s e l ' a r e f u s e e :"I1 n'a t e n u qu'a. l u i d'y v i v r e avec moi dans un e t a t i m m o r t e l , s o u p i r e C a l y p s o , mais l ' a v e u g l e p a s s i o n de r e v o i r s a m i s e r a b l e p a t r i e l u i f i t r e j e t e r t o u s ces a v a n t a g e s " . C e t t e " a v e u g l e p a s s i o n " e s t l a s e u l e q u i compte pour F e n e l o n . "La v e r t u vous r a p p e l l e dans v o i r e p a t r i e p o u r r e v o i r U l y s s e e t P e n e l o p e " d i t Mentor a Telemaque. C e t t e t e n s i o n de l'homme v e r s l ' U n avec l ' a i d e de l a g r a c e e s t t h e o c e n t r i q u e . Comme dans l a d i c t r i n e du P u r Amour c ' e s t 1'adhesion d e s i n t e r e s s e e de l'homme (1) l a v e r t u " ou encore 1) Telemaque 2) Telemaque G.F. G.F. X V I I X V I I I 482 505 90 a. 1'amour e t e r n e l dont D i e u s'aime l u i - m i m e . L'un des m a i t r e s de F e n e l o n , S t . F r a n c o i s de S a l e s , l e d e f i n i s s a i t a i n s i : "Le d e s i r d ' o b t e n i r 1'amour d i v i n nous f a i t m e d i t e r , 1'amour obtenu nous f a i t c o n t e m p l e r . .. ce r e c u e i l l e m e n t nous ne l e . ' f a i s o n s pas n o u s -mimes p a r e l e c t i o n , d ' a u t a n t q u ' i l n ' e s t pas en n o t r e p o u v o i r de 1 ' a v o i r quand nous v o u l o n s e t ne depend pas de n o t r e s o i n , mais D i e u l e f a i t en (1) nous, quand i l l u i p l a i t p a r s a s a i n t e g r a c e " . S u r l e t h e o c e n t r i s m e F e n e l o n e s t sans a m b i g u i t e ; i l e s t mime i m p i t o y a b l e comme s e u l un m y s t i q u e s a i t l ' i t r e . Toute t e n t a t i v e de l'homme de se p r e n d r e pour f i n e t non pas comme un s i m p l e moyen e n t r a i n e s a condamnation i r r e m e d i a b l e . I I n ' h e s i t e pas un i n s t a n t a v o u e r aux s u p p l i c e s du T a r t a r e l e p h i l o s o p h e s t o i c i e n , en d e p i t de ses v e r t u s , ce q u i pour une c o n s c i e n c e moderne e s t proprement s c a n d a l e u x . : " A l o r s Minos l u i d i t : "On ne t e r e p r o c h e r i e n a l ' e g a r d des hommes; mais ne d e v a i s - t u pas moins aux hommes qu'aux d i e u x ? Q u e l l e e s t done c e t t e j u s t i c e dont t u t e v a n t e s ? Tu n'as manque a. aucun d e v o i r v e r s l e s hommes q u i ne s o n t r i e n ; t u as e t e v e r t u e u x : mais t u as r a p p o r t e t o u t e i a v e r t u a toi-meme, e t non aux d i e u x q u i t e l ' a v a i e n t donnee; c a r t u v o u l a i s j o u i r du f r u i t (2) d e o t a a p r o p r e v e r t u e t t e r e n f e r m e r en toi-meme; t u as e t e t a d i v i n i t e . " c a r , e t ses I n s t r u c t i o n s nous l e r e p e t e n t , " t o u t e s t e g a l " pour l e s 1) c i t e p a r C h e r e l i n F e n e l o n on l a r e l i g i o n du P u r Amour 2) Telemaque G.F. X I V 391 p.44 91 s a i n t s dont l e moi e s t a n e a n t i , " l e moi n ' e s t pas p l u s moi q u ' a u t r u i , (1) c ' e s t D i e u s e u l q u i e s t t o u t en t o u s " . Le m o t i f de l ' e x t a s e e t des moments p r i v i l e g i e s c o u r t en c o n t r e p o i n t a t r a v e r s l ' o e u v r e e t v i e n t r a p p e l e r que t o u t e s l e s mesures p r a t i q u e s , t o u t e s l e s maximes q u i o c c u p e n t 1'avant-scene ne s o n t que l e chemin q u i mene a l a b e a t i t u d e . Telemaque s u r l a v o i e de l ' a s c e s e r e n c o n t r e a deux r e p r i s e s c e t a v a n t - g o u t de l a f e l i c i t e c e l e s t e q u i " f a i t comme (2) un f l u x e t r e f l u x dans l e s ames u n i e s des b i e n h e u r e u x . " : " . . . l a v o i x l u i manqua: ses l e v r e s s ' e f f o r g a i e n t en v a i n d ' e x p r i m e r l e s pensees q u i s o r t a i e n t avec i m p e t u o s i t e du f o n d de son c o e u r ; l a d i v i n i t e p r e s e n t e l ' a c c a b l a i t , e t i l e t a i t comme un homme q u i , dans un songe, e s t o p p r e s --se j u s q u ' a p e r d r e l a r e s p i r a t i o n , e t q u i , p a r 1 ' a g i t a t i o n p e n i b l e de (3) ses l e v r e s , ne p e u t f o r m e r aucune v o i x . " R i e n n ' e s t p l u s oppose a n o t r e " j e " e x i s t e n t i a l i s t e a c t u e l que ce v e r t i g e d'une a s p i r a t i o n a l ' E t r e , p r e s q u e ce v e r t i g e de d i s s o l u t i o n . A u s s i comprenons nous beaucoup mieux m a i n t e n a n t p o u r q u o i l a p o l i t i q u e exposee n'a pas pour b u t de f a i r e des c i t o y e n s a u t a n t de p e t i t s Promethee mais b i e n p l u t o t de l e s a i d e r a g r a v i r l a p e n t e q u i l e s ramene a D i e u . Dans ses d e r -- n i e r e s recommandations Mentor d e c l a r e :" I I f a u t s a v o i r p r e c i s e m e n t q u e l e s t l e b u t de l a v i e humaine e t q u e l l e f i n on d o i t se p r o p o s e r 1) F e n e l o n I n s t r u c t i o n s s u r l a m o r a l e e t l a P e r f e c t i o n C h r e t i e n n e p.116 Oeuvres Tome V I P a r i s 1851-52 B a u s s e t 2) Telemaque G.F. X I V 399 3) " • " X V I I I 503-504 92 en g o u v e r n a n t l e s h o m m e s . " ^ L a p o l i t i q u e , comme t o u t e chose i c i - b a s , n ' e s t qu'un moyen. Dans l e domaine p o l i t i q u e F e n e l o n s u i t en g e n e r a l , l a d o c t r i n e g a l l i c a n e de B o s s u e t e t des j u r i s t e s q u i comme J e a n B o d i n ont t r a v a i l l e a l ' a f -- f e r m i s s e m e n t du t r o n e . Le p o u v o i r e s t de d r o i t d i v i n . . . " D i e u l ' a f a i t r o i " . Ce n ' e s t que l e c o r o l l a i r e de l a fameuse maxime de S t . P a u l "Toute a u t o r i t e v i e n t de D i e u " . L a r e v o l t e n ' e s t j a m a i s p e r m i s e s i e l l e e s t humainement compre-- h e n s i b l e . Les e p i s o d e s de B o c c h o r i s e t de P y g m a l i o n montrent c l a i r e --ment que l e s hommes j u s t e s se g a r d e n t b i e n d'y s o u s c r i r e . "Pour moi j e c r a i n s l e s d i e u x : q u o i q u ' i l m'en c o u t e , j e s e r a i f i d e l e au r o i (2) q u ' i l s m'ont donne" d i t N a r b a l . B o s s u e t ne p a r l e pas autr e m e n t : " Chaque p e u p l e d o i t s u i v r e , comme un o r d r e d i v i n , l e gouvernement e t a b l i dans s o n p a y s , p a r c e que D i e u e s t un D i e u de p a i x e t q u i v e u t (3) l a t r a n q u i l l i t e des choses humaines". R i e n ne permet mieux de v o i r l e f o s s e q u i s e p a r e F e n e l o n de l a g e n e r a -t i o n q u i v a s u i v r e que de comparer n o t r e " l i b e r a l f r a n c a i s " d e l a f i n Q du 17 s i e c l e a son c o n t e m p o r a i n l e " l i b e r a l a n g l a i s " J o h n L o c k e . P o u r ce d e r n i e r , l e p e u p l e c o n s e r v e l e " d r o i t d'en a p p e l e r au c i e l " c ' e s t a d i r e , l e d r o i t de " s e c o u e r l e p e s a n t j o u g qu'on l u i a impose avec 1) Telemaque G.F. X V I I I 489 2) " » I I I 106 3) c i t e p a r J . J . C h e v a l l i e r i n L e s grandes Oeuvres p o l i t i q u e s de M a c h i a v e l a nos j o u r s 1948 P a r i s 7 e ed 1962 P.77 93 t a n t d' i n j u s t i c e " . F e n e l o n a i n s t i n c t i v e m e n t c e t t e d e r n i e r e d o c t r i n e en a b o m i n a t i o n . P o u r l u i , l a s o c i e t e c i v i l e ne r e p o s e pas s u r un c o n t r a t e n t r e l e s hommes, e l l e e s t "de n a t u r e " c ' e s t a d i r e q u ' e l l e m a t e r i a l i s e un o r d r e t r a n s -- c e n d a n t s u r l e q u e l l e s hommes n'ont aucun d r o i t e t a u q u e l i l l e u r e s t demande simplement de se c o n f o r m e r . C i t o n s p a r m i t a n t d ' a u t r e s , l e p a s --sage ou l e s v i e i l l a r d s de C r e t e e x p l i q u e n t l e s l o i s " i l s d i s e n t q u ' -- a p r e s l e s d i e u x , de q u i l e s bonnes l o i s v i e n n e n t , r i e n ne d o i t e t r e s i s a c r e aux hommes que l e s l o i s d e s t i n i e s a l e s r e n d r e bons e t sages e t h e u r e u x . " ^ ^ I I n ' a p p a r t i e n t pas a l'homme de t e n t e r " l a r e c h e r c h e de l ' a b s o l u " , en r e n o u v e l a n t l e drame du j a r d i n d'Eden. " R e s p e c t e z ce que l e s d i e u x d e c o u v r e n t , d i t M e n t o r , e t n ' e n t r e p r e n e z p o i n t de d e c o u v r i r ce q u ' i l s v e u l e n t c a c h e r . . . C ' e s t p a r une s a g e s s e p l e i n e de bonte que l e s d i e u x (3) c a c h e n t aux f a i b l e s hommes l e u r d e s t i n e e dans une n u i t i m p e n e t r a b l e . " . . . e t , p a r co n s e q u e n t , ne j u g e z pas l e P r i n c e . Mme G a l l o u e d e c - G e n u y s dans son i m p o r t a n t e etude c o n s a c r e e a l a pensee (4) p o l i t i q u e de F e n e l o n , nous d e c r i t son u n i v e r s comme "un monde cohe-- r e n t e t p a i s i b l e , un monde q u i ( t i e n t ) de D i e u s a c o h e s i o n e t son harmonie : D i e u (a) f a i t l e P r i n c e n e c e s s a i r e e t n e c e s s a i r e m e n t i n d e -(5) -pendant...pour l e p l u s g r a n d bonheur des hommes". 1) c i t e p a r J . J . C h e v a l l i e r i n Les grandes oeuvres p o l i t i q u e s de M a c h i a v e l a nos j m r r s 1948 P a r i s 7 C ed. 1962 . p.77 2) Telemaque G.F. V 149 3) * " " V I I I 228 4) F. G a l l o u e d e c - G e n u y s - Le P r i n c e s e l o n F e n e l o n B i b l i o t h e q u e de l a s c i e n c e p o l i t i q u e FVF P a r i s 1963 5) i b i d p.73 I I s e r a i t t e n t a n t de c o n c l u r e comme l e c r i t i q u e F a y d i t dans s a Telemacomanie :" S i l ' o n s u i v a i t l e s c o n s e i l s de F e n e l o n " l a v i s i o n , l a c himere e t l e f a n a t i s m e s e r a i t s u r l e t r i n e " ^ \ P o u r t a n t , ce n ' e s t pas a i n s i que F e n e l o n l ' e n t e n d , c e l a v a sans d i r e . Le c o n t r e -p o i d s au. p o u v o i r a b s o l u q u ' i l i m a g i n e e f f i c a c e e s t l a c r a i n t e de D i e u ( v o i r l i v r e X I V ) :" ceux q u i o nt dans l e u r s mains l e s l o i s p our gou-v e r n e r l e s p e u p l e s d o i v e n t t o u j o u r s se l a i s s e r g o u v e r n e r eux-inemes (2) p a r l e s l o i s " . L ' a u t o r i t e que l e r o i p a r a i t a v o i r n ' e s t done pas l a s i e n n e p r o p r e . " I I n ' e s t r o i que pour a v o i r s o i n de son p e u p l e comme un b e r g e r de s o n t r o u p e a u . . . : i l r e p r e s e n t e l e s d i e u x en c o n -(3) - d u i s a n t a l a v e r t u t o u t l e genre humain" ; e t , " s ' i l e s t bon, i l d o i t g o f i t e r l e p l u s p u r e t l e p l u s s o l i d e de t o u s l e s p l a i s i r s a t r a -- v a i l l e r p our l a v e r t u e t a a t t e n d r e des d i e u x une e t e r n e l l e recom-(3) -pense". I I e s t a c r a i n d r e que l a r e u s s i t e d'une t e l l e p o l i t i q u e s o i t n e c e s s a i r e m e n t f a c t i c e , p l u s v e r b a l e que r e e l l e , p l u s t h e o r i q u e que p r a t i q u e , mais dans l ' o p t i q u e de F e n e l o n , l'avenement d'un mau-- v a i s r o i n ' e s t pas q u e l q u e chose d ' i r r e m e d i a b l e . L'eudemonisme po u r l u i a une i m p o r t a n c e s e c o n d a i r e , Ce q u i compte, ce s o n t nos a c t i o n s e t non n o t r e d e s t i n t e r r e s t r e ; l a s o u m i s s i o n a, l a v o l o n t e de D i e u a t r a v e r s l ' e p r e u v e p e u t nous c o n d u i r e a u s s i stirement au 1) c i t e p a r A l b e r t C h e r e l - F e n e l o n au 18 s i e c l e en F r a n c e 1715-1820 H a c h e t t e 1917 p.26 2) Telemaque G-.F. Y 150 3) " G-.F X V I I I 495 95 p a r a d i s que l e s s o i n s d'un bon p a s t e u r . D e r r i e r e l;'rens e i g n e me n t immemorial de l ' E g l i s e , p e r c e l ' a t t r a i t p our l a s a i h t e : i n d i f f e r e n c e du m y s t i q u e . C e t t e " p u r i f i c a t i o n e t s i m p l i f i c a t i o n de n o t r e e t r e t e n d u dans son e f f o r t v e r s l e v i d e de t o u t e a f f e c t i o n humaine v e r s 1'absence de t o u t c o n c e p t , ou simplement c o n s c i e n t de ses p r o p r e s l i m i t e s e t l e s a c c e p t a n t , h e u r e u x seulement de s a v o i r que D i e u e x i s t e . " . . . En d e h o r s de c e l a , t o u t n ' e s t q u ' i l l u s i o n . " S e n t i e z -vous c e t t e douce p a i x sans l a q u e l l e l e c o e u r demeure t o u j o u r s s e r r e (2) e t f l e t r i au m i l i e u des d e l i c e s ?" demande Telemaque a l ' a n c i e n r o i de l a superbe B a b y l o n e condamne aux t o u r m e n t s des r e p r o u v e s . L'homme e s t a i n s i f a i t q u ' i l ne peut e t r e h e u r e u x qu'en r e t r o u v a n t s a v e r i t a b l e p a t r i e : D i e u . E c o u t o n s l e chant d ' a l l e g r e s s e entonne p a r P h i l o c t e t e quand i l a e n f i n a c c e p t e l a g r a c e d i v i n e . "0 h e u r e u x j o u r , douce l u m i e r e , t u t e montres e n f i n a p r e s t a n t d'annees! (3) Je t ' o b e " i s , j e p a r s a p r e s a v o i r s a l u e ces l i e u x . . . " Le l y r i s m e q u i e x a l t e l a p a t r i e retrouvee; e t l a p a i x du j a r d i n m y s t i q u e e s t l ' u n des p l u s p u i s s a n t s u r l e c o e u r des hommes. Que ce t y p e de l y r i s m e ne s o i t pas l e s e u l , nous l ' a d m e t t o n s v o l o n t i e r s . Nous n'avons pas h e s i t e a, r e l e v e r , quand c e l a a e t e n e c e s s a i r e , l e s f a i b l e s s e s de l ' a u t e u r e t l ' e t r o i t e s s e de son champ de v i s i o n . 1) Jeanne Lydie Gore La notion dTjndifference chez Fenelon FVF Paris 1956 p.71 2) Telemaque G.F. XIV 386 3) " " X I I 341 96 En p o l i t i q u e , i l mene avec B o s s u e t un combat d 1 a r r i e r e - g a r d e . I I r e f u s e de comprendre l a n a t u r e e t 1'imp o r t a n c e des f o r c e s n o u v e l l e s q u i se l e v e n t ; ou p l u t o t i l ne v e u t pas en t e n i r compte, c a r ces hommes du 17 s i e c l e d ' e s p r i t a r i s t o c r a t i q u e e t c h r e t i e n ne s o n t pas a v e u g l e s p a r r a p p o r t aux b o u r g e o i s , aux p h i l o s o p h e s e t a l a c l a s s e moyenne du e 18 s i e c l e , mais d i f f e r e n t s e t t r o p c e r t a i n s de l e u r s dogmes pour a c c e p t e r un compromis, le p r i n c i p a l argument du Mondain e s t i c i r e -f u t e d'avance.": On d i t que l e l u x e s e r t a n o u r r i r l e s p a u v r e s aux depens des r i c h e s ; comme s i l e s p a u v r e s ne p o u v a i e n t pas gagner l e u r v i e p l u s u t i l e m e n t , en m u l t i p l i a n t l e s f r u i t s de l a t e r r e , sans amol-- l i r l e s r i c h e s p a r des r a f f i n e m e n t s de v o l u p t e . " V o l t a i r e ne s'y e t a i t pas trompe q u i d i s a i t p l a i s a m m e n t : "Mais mon ami, j e consens de g r a n d c o e u r D ' e t r e f e s s e dans l e s murs de S a l e n t e (2) S i j e v a i s l a pour c h e r c h e r mon bonheur" Le z e l e de F e n e l o n s 1 a c h a r n a n t a f a i r e r e n t r e r dans l a p o l i t i q u e du royaume l a mora l e de l ' E v a n g i l e , a u r a i t pfi i t r e r e a l i s t e a longue echeance, c a r a p r e s t o u t , l e s amis de V o l t a i r e e t d e " l ' e n r i c h i s s e z -v o u s " ont eux a u s s i f i n i i p a r f a i r e f a i l l i t e . P o u r q u o i f a u t - i l que F e n e l o n , emporte p a r son r i v e de P u r Amour, a i t t e n t e d ' i n f l u e n c e r , 1) Telemaque G-.F. X V I I I 2) V o l t a i r e L e t t r e s P h i l o s o p h i q u e s X 461 p.89 97 sans egards aux d i f f i c u l t e s , aux i n c o m p a t i b i l i t e s des hommes e t du moment, un j e u n e p r i n c e dans l e sens d'un m y s t i c i s m e assurement beau 0 mais c h i m e r i q u e a l a v e i l l e du 18 s i e c l e ? C o n t r a i r e m e n t a 1 ' o p i n i o n c o u r a n t e nous pensons que 1 ' i n f l u e n c e du Telemaque s u r l e due de B o u r --gogne e t ses s u c c e s s e u r s a e t e n e f a s t e du p o i n t de vue p o l i t i q u e . Ce n ' e s t pas l a p l a c e i c i de d e v e l o p p e r c e t t e t h e s e ; d i s o n s simplement que l a l e g o n de ce p e t i t l i v r e se r e n c o n t r e avec 1 ' e s p r i t de l a p o l i t i --que d e s a s t r e u s e des C a p e t i e n s au 1 8 e s i e c l e . C e u x - c i se s o n t a v e r e s i n c a p a b l e s de p r e n d r e l a d i r e c t i o n du nouveau mouvement economique e t i d e o l o g i q u e ; i l s n'ont pas su d e v e n i r des " d e s p o t e s e c l a i r e s " . D'Alembert, R o u s s e a u , R o b e s p i e r r e , ont pu a d m i r e r l e Telemaque e t s o n a u t e u r , c e n'a pu e t r e qu'au p r i x d'un malentendu. A i n s i que l e montre P a u l H a z a r d , l ' o r d r e de l a P r o v i d e n c e e t c e l u i de l ' h u m a n i t e ne c e s s e n t de d i v e r g e r au 18 s i e c l e . Le mot r a i s o n ne r e c o u v r e p l u s l e s mimes e r e a l i t e s qu'au 17 s i e c l e : " L a r a i s o n n ' e s t p l u s une p u i s s a n c e m e d i a -- t r i c e q u i impose un o r d r e f a i t de t r a n s a c t i o n s mais une p u i s s a n c e c r i t i q u e dont l ' e s p r i t d'examen e s t l a p r e m i e r e v e r t u " . L ' u n i v e r s de Rous s e a u , q u o i q u ' i l en d i s e , c e n t r e s u r l e "moi", a u r a i t f a i t h o r r e u r a F e n e l o n . Nous ne p l a c e r o n s pas l e Telemaque p a r m i l e s oeu v r e s p u i s s a n t e s e t u n i v e r s e l l e s q u i e n g l o b e n t e t e n t r a i n e n t l e s mondes e t l e s e t r e s , l e B i e n e t l e M a i , dans un mime t o u r b i l l o n c r e a t e u r e t e p i q u e . C e t t e g l o i r e n ' e s t r e s e r v e e qu'a q u e l q u e s c h e f s - d ' o e u v r e s de l a l i t t e r a t u r e m o n d i a l e . F e n e l o n a manque de 1 ' i n t u i t i o n de c e t t e p u l s i o n d i a l e c t i q u e l ) P a u l H a z a r d L a C r i s e de l a C o n s c i e n c e Europeenne F a y a r d 1961 p. 300 q u i e s t 1'apanage des p l u s g r a n d s . Son i m a g i n a t i o n , ou p l u s e x a c t e --ment s a v i s i o n , n'a j a m a i s l a fougue a t t a c h e e a l a v i r i l i t e ; e l l e n ' e s t qu'une e x i g e n c e n o s t a l g i q u e d'un r e t o u r a l a s e r e n i t e p r e m i e r e E l l e r e f u s e p a ssionnement de v o i r q u e l q u e g r a n d e u r dans une l i b e r t e u t i l i s e e p o u r r e f u s e r l a v o l o n t e d i v i n e . Son humanite e s t amputee de s a m o i t i e d'ombre. Son s a c r e , pour u t i l i s e r l a t e r m i n o l o g i e de Roger C a i l l o i s , e s t t o u j o u r s un " s a c r e de r e s p e c t " . N u l l e p a r t nous ne l e voyons evoquer e t m a i t r i s e r ce " s a c r e de t r a n s g r e s s i o n " , c e t t e debauche r i t u e l l e q u i a p p a r t i e n t au c y c l e t r a g i q u e . Le D i e u du Telemaque n ' e s t pas l e D i e u c a c h e , l e D i e u s p e c t a t e u r e t (2) i n d i f f e r e n t de l a t r a g e d i e grecque e t j a n s e n i s t e , mais l e p r i n c i p e e t 1 1 a b o u t i s s e m e n t de l'homme; l e l i e u de q u i e t u d e ou t o u t e s l e s c o n t r a d i c t i o n s se d i s s o l v e n t , ou t o u t e s l e s a n g o i s s e s se t r o u v e n t a b o l i e s , l ' u t o p i e e n f i n 1) Roger C a i l l o i s L'Homme e t l e s a c r e 2) v o i r L u c i e n Goldman Le D i e u cache ide'es NRF 1950 NRF 1959 C ' e s t f i n a l e m e n t ce s e n t i m e n t de q u i e t u d e de 1'atmosphere u t o p i q u e , d o n t nous venons de p a r l e r , q u i p e r s i s t e dans 1 ' e s p r i t du l e c t e u r , longtemps a p r e s q u ' i l a i t r e f e r m e l e l i v r e . L ' u t o p i e f i n i t p a r t o u t i m p r e g n e r e t p a r i n f o r m e r l ' o e u v r e aux d i v e r s s t a d e s de l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e : l a v i s i o n , l a t h e m a t i q u e e t l e s t y l e . P o u r ce q u i e s t de l a v i s i o n , l e c h a p i t r e p r e c e d e n t a , nous l ' e s p e r o n s , mis en l u m i e -- r e c e t e t a t de f a i t . L ' e tude de l a t h e m a t i q u e au c h a p i t r e I I , a r e v e l e 1'antagonisme f o n d a m e n t a l q u i o p p o s a i t % ' o p a c i t e a l a t r a n s p a r e n c e , e t l a v i c t o i r e f i n a l e de c e t t e d e r n i e r e . C e t t e l u t t e des t e n e b r e s c o n t r e l a l u m i e r e se r e t r o u v e au n i v e a u du s t y l e . Le d a n g e r , du p o i n t de vue de l ' u t o p i e , a u r a i t e t e de se l a i s s e r p r e n d r e au j e u de l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e ( t o u j o u r s c e t t e e r r e u r de P y g m a l i o n ) , de p e r m e t t r e a l a forme un p l e i n e p a n o u i s s e m e n t , sans t e n i r compte des i n t e n t i o n s , de v o i r dans l e M ai t r a n s f i g u r e p a r l a magie l i t t e r a i r e , un e n f a n t c h e r i , d ' a u t a n t p l u s a s o i , que, c o n t r a i r e m e n t au B i e n t r a n s c e n d a n t , i l p r o c e d e de 1 ' i n d i v i d u e l . F e n e l o n n'a garde de tomber dans ce p i e g e , i l demeure a v a n t t o u t un c l a s s i q u e , e s s e n t i e l l e m e n t preoccupe p a r l ' U n . L a f r a g -- m e n t a t i o n de 1 ' a n t i - n a t u r e , au sens que nous l u i avons donne au c h a p i t r e I I , e s t l ' a n t i t h e s e du s i m p l e . J a m a i s l ' a u t e u r du Telemaque n ' e s s a i e de f a i r e h u r l e r l e s abimes, n i de dormer au M a i c e t t e beaute 100 sauvage, ce g r a n d i o s e , q u ' e x c e l l e r o n t a r e n d r e l e s grands Romantiques. Son dilemme, eJ-,est q u ' i l l u i f a u t p o u r t a n t en p a r l e r , p u i s q u ' i l n'y a pas de t a b l e a u x sans ombres. Les d e s c r i p t i o n s i d y l l i q u e s : de l a v a l l e e du N i l , du d e s e r t t r a n s f o r m e d ' O s i r i s , des s o i r s e n c h a n t e u r s s u r une mer calme e t t i e d e ou d'un r e t o u r des champs, a l t e r n e n t avec l e s scenes de c a r n a g e , de t e m p i t e e t de f o u r b e r i e . L a d e s c e n t e aux E n f e r s e s t s u i v i e des t u m u l t e s de l a g u e r r e , de " l ' h o r r e u r " e t de " l a c o n f u s i o n " du l i v r e XV. S e u l s l e s deux d e r n i e r s l i v r e s a p p o r t e n t p r o g r e s s i v e m e n t l ' a p a i s e m e n t d'une s a g e s s e c o n q u i s e p a r l e m e r i t e , avec l ' a i d e de l a d i v i n i t e . Cependant, l a b a l a n c e e s t f a u s s e e des l e d e p a r t au p r o f i t de l ' u t o p i e . Le demiurge q u i a p r e s i d e a l a f o r m a t i o n du c o t e n e g a t i f de l a c r e a t i o n ne l a i s s e pas a 1 ' e x p r e s s i o n l i t t e r a i r e l a l i b e r t e d ' a t t e i n d r e l e n i v e a u e s t h e t i q u e ou 1 ' e v o c a t i o n d e v i e n t une f i n en s o i un p l a i s i r a u t a r c i q u e . Le chaos d o i t demeurer subordonne au cosmos pour que l ' o e u v r e a i t q u e l q u e p o r t e e . C'est c e t achevement s u r l e p l a n du s t y l e que nous a l l o n s m a i n t e n a n t e t u d i e r . En dehors des tempetes ( i l y en a t r o i s ) , q u i ne s o n t que des a c c e s s o i -- r e s romanesques t r a d i t i o n n e l s , deux grands phenomenes c a r a c t e r i s e n t l ' u n i v e r s des t e n e b r e s : l a metamorphose e t l e mouvement. On l e s r e t r o u v e dans l e s c r i s e s c o l l e c t i v e s e t i n d i v i d u e l l e s . L a g u e r r e d'abord: e l l e occupe une grande p l a c e dans l e Telemaque, l e s l i v r e s X I I I e t XV y s o n t e n t i e r e m e n t c o n s a c r e s e t l e s l i v r e s I , I I e t XVI en r e l a t e n t q u e l q u e s e p i s o d e s . F e n e l o n cependant v a de'daigner d ' u t i l i s e r 101 toutes les ressources de 1'orchestration epique pour les faire revivre. Dedaigner est bien le mot car i l n'est pas depourvu du sens de 1'e"popee. II deploie dans les recits de bataille un sens du mouvement et de la composition qui aurait pu faire l a gloire d'un chroniqueur. La premiere attaque du camp des A l l i e s par Adraste, est, a cet egard, un chef-d'oeuvre. Le decor tri-dimensionnel, nettement cadre, etage differents plans : les montagnes, dans le lointain, a leurs pieds, un fleuve, et en avant l a plaine ou est installe le campement. L'action ensuite, brutale, pleine de bruits et d'eclairs : le flechissement des Tarentins; le camp " comme une v i e i l l e f o r l t qu'une etincelle a embrase". ^ C i t o n s en entier l a de"bandade des Tarentins pour montrer que Fenelon sait narrer dans le registre epique, et bien narrer. "Mais Adraste ne les laisse point respirer : d'un c8te, une troupe d'archers adroits percent de fleches innombrables les soldats de Phalante; de 1'autre, des frondeurs jettent une grele de grosses pierres. Adraste lui-mSme l'epee a. l a main, marchant a l a t§te d'une troupe choisie des plus intrepides Dauniens, poursuit, a l a lueur du feu, les troupes qui s'enfuient. II moissonne par le fer, tranchant tout ce qui a echappe' au feu; i l nage (2) dans le sang, i l ne peut s'assouvir de carnage..." Et, au-dessus de 1) Telemaque 2) " G.F. I I XIII XIII p. 358 p. 358 102 cette milee, : Jupiter au milieu de toutes les divinites celestes, regardait du haut de l'Olympe ce carnage des a l l i e s . " . . . ^ Le monde est un theatre, nous reviendrons plus loin sur cette idee. Pour 1'instant, i l s'agit de voir comment l'auteur evite de se laisser entralner dans l'art pour l'ar t , comment i l parvient a dompter cette anarchie v i r t u e l l e . L 1etude du passage plus court d'un autre recit de bataille, t i r e du livre XV, nous aidera a mieux s a i s i r le mecanisme de l a technique fenelonnienne. "Adraste, dans sa fureur, veut le percer; mais une troupe de Pyliens se jeta autour de Nestor. Alors une nuee de traits obscurcit l ' a i r et couvrit tous les combattants; on n'entendait que les cris plaintifs des mourants et le bruit des armes de ceux qui ^tombaient dans l a milee; l a terre gemissait sous un monceau de morts; des ruisseaux de sang coulaient de toutes parts. Bellone et Mars, avec les Furies infernales, vgtues de robes toutes degouttantes de sang, repaissaient leurs yeux cruels de ce spectacle et renouvelaient sans cesse l a rage (2) dans les coeurs." Tous les accessoires du recit epique s'y trouvent : 1) le jeu subtil des temps des verbes t present, qui detache les motifs et place les sujets principaux en avant-plan; imparfait pour indiquer l a continuity 1) Telemaque G.F. XIII 359 2) " " XV 428 dans 1'action; passe simple de narration; 2) les verbes d'action : percer, jeter, tomber, couler; 3) les substantias et les adjectifs charges de passion : fureur, combattants, cris p l a i n t i f s , bruit, sang, yeux cruels, rage; 4) l a brievete des mots ajoutant a l'effet de tornade du morceau : 57 mots d'une syllabe, 21 de deux syllabes, 7 de trois syllabes et 1 de quatre syllabes; 5) les hyperboles heroiques : nuee de t r a i t s ; obscurcit le c i e l ; l a terre gemissait sous un monceau de morts, etc... La forme revit tout son eclat; tout est pour les yeux; le mouvement acquiert une espece de qualite plastique qu'on ne peut comparer qu'aux grandes compositions en peinture. On voit le geste d'Adraste, le soubresaut des Pyliens, l a nuee de tr a i t s qui s'abat sur le champ de bataille et couvre les combattants. L'etude des groupes rythmiques peimet de constater, au debut, une predominance de cadences paires : "Adraste,/ dans sa fureur/ veut le percer;.... 2-4-4-mais une troupe de Pyliens/ se jeta autour de Nestor. 6-8 Alors/ une nuee de t r a i t s / obscurcit l ' a i r / et couvrit tous les combattants;.... 2-6-4—8— on n'entendait/ que les cris plaintifs des mourants/ et le bruit des armes/ de ceux qui tombaient/ dans l a melee; 4-8-5-5-4-avec un alexandrin parfait au milieu:"la terre gemissait/ sous un monceau de morts"... Si l a narration continuait de l a sorte, le lecteur 104 pourrait en ressentir une joie artistique qui annihilerait dans son esprit tous les mauvais c8tes de l'aventure, (c'est ce qui nous arrive a chaque fois que nous allons voir un bon film de guerre). La forme particuliere, done l a c r i s t a l l i s a t i o n et le limite, pourrait se develop--per au detriment de la f l u i d i t e utopique et de cette transparence qui est 1'image l a plus precise que nous puissions nous faire de la simpli--cite. L'introduction de l'allegorie est une tentative typique de figer l'abstrait dans le concret, mais c'est alors que Fenelon-Mentor intervient. Avec une rupture de rythme amenee par les impairs 5 et 7, un desequili--bre s'installe dans l a deuxieme partie du recit, desequilibre consolide par l a longueur disproportionnee de la deuxieme phrase, avec huit mono-remes;par les alliterations brutales du " r " , du " t " et du "s" et par une terminaison en "eur" qui laisse un certain suspens. L'apparition mime des allegories, Bellone Mars et les Furies "degouttantes de sang", pre-sentees d'une t e l l e facon qu'elles ne peuvent inspirer que de la repul-s i o n , conjugue son effet a celui de l a brisure du rythme pour rompre le charme d'une action qui aurait ete autrement susceptible de creer 1'enthousiasme. Fenelon d'ailleurs ne se contente ]i>as de ces manoeuvres stylistiques, i l prend bien soin d'adjoindre a. chaque expose de bataille un peu v i f , des rappels a l a sobriete et des reflexions morales. Ainsi, le magnifique combat deja cite du liv r e XIII, est suivi par : "Quelle fureur aveugle pousse les malheureux mortels ? Ils ont s i peu de jours a vivre sur l a terre... pourquoi precipiter une mort deja, s i prochaine ?. Sur le plan individuel, c'est le theme de la metamorphose qui domine les destinies de ceux qui abusent de l a liberte. Ce theme a deja ete analyse au chapitre II. Ajoutons simplement que l a transformation des revoltes en lions et en tigres cruels, s'insere aisement dans le contexte utopique, meme s i cela est d'une fagon negative. II n'en peut e*tre de meme, a premiere vue, d'un motif commun aux deux mondes, le paradisiaque et 1'infernal, et qui reparait au moins a quatre reprises dans l'ouvrage; i l s'agit de 1*image baroque de l a mort convulsee. Bocchoris, Hippias, (2) Pisistrate, Amphimaque, meurent sous nos yeux dans des convulsions decrites avec une minutie et un realisme qui etonnent, venant de l a part d'un classique, partisan du terme abstrait. Devons-nous voir dans ce motif un element franchement baroque dont l a raison d'etre ser.ait avant tout ornementale ?... Le schema est toujours le mime; on nous vante d'abord l a beaute d'un jeune homme (car le sujet est toujours un gargon dans l a fleur de l'age), pour ensuite brusquement nous le montrer gisant dans l a poussiere, en disintegration. Citons, 1) Telemaque 2) " G.F. II II XIII XIII 96 358 429 431 365 XV XV 106 entre autres, l a f i n d'Amphimaque...:"I1 t i r a une fleche contre Amphimaque : elle l u i perga le coeur. AussitSt ses beaux yeux noirs s'eteignirent et furent couverts des tenebres de l a mort; sa bouche, plus vermeille que les roses dont l'Aurore naissante seme 1'horizon, se f l e t r i t ; une paleur affreuse ternit ses joues; ce visage s i tendre et s i gracieux se defigura tout a, coup. Tous les combattants gemirent en voyant ce jeune homme tomber dans son sang, ou i l se roulait, et ses cheveux, aussi beau que ceux d'Apollon, traines dans l a poussiere." Cette mort garde comme un halo poetique, mais que penser de celle de Eisistrate, deux pages plus haut, quand on nous le depeint avec "ses (2) entrailles commencant a, sortir avec un ruisseau de sang". N'est-ce pas faire montre d'un peu trop de complaisance dans le morbide ? Un psychologue y verra peut-§tre, un exemple des exces auxquels peut se porter l a haine de l a chair chez un mystique, ou plut6t l a peur, s i 1'insistance, particuliere i c i , revit une certaine coloration sadique. Du point de vue l i t t e r a i r e qui nous occupe, c'est 1'occasion de souli--gner une nouvelle fois, le genie etonnamment plastique de l'art de (3) Fenelon. Dans son "projet de poetique" adresse a l'Academie, i l 1) Tilemaque G.F. XV 431 2) " " XV 429 3) Fenelon - Lettre a, l?Academie - "Projet de Poetique! - Geneve Droz 1970 107 s i g n a l e d ' a i l l e u r s , l a p a r e n t e du p o e t e avec des a r t i s t e s comme R a p h a e l e t l e T i t i e n . " L a p o e s i e e s t sans doute une i m i t a t i o n , e t une p e i n t u r e " ^ , d i t - i l . I I a j o u t e un peu p l u s l o i n : " L es A n c i e n s ne se s o n t pas c o n t e n t e s de p e i n d r e simplement d'apres n a t u r e , i l s o nt j o i n t l a p a s s i o n a l a v e r i t e " . A i n s i , "une f l e u r a t t i r e v o i r e compassion quand V i r g i l e l a p e i n t p r e t e a (3) se f l e t r i r . " F a u t - i l v o i r dans c e t t e r e p e t i t i o n du m o t i f de l a mort c o n v u l s e e quelque chose de p l u s qu'un a r t i f i c e b a r o que, un procede p o e t i q u e d e s t i n e a p r e p a r e r l e l e c t e u r a a c c u e i l l i r l e B i e n ? C e t t e a u t r e remarque t i r e e du meme ouvrage l e l a i s s e r a i t e n t e n d r e : "Le po e t e ne f a i t m o u r i r p e r s o n n e , sans p e i n d r e v i v e m e n t q u e l q u e c i r c o n s t a n c e q u i i n t e r e s s e l e (4) l e c t e u r . On e s t a f f l i g e p our l a v e r t u quand on l i t c e t e n d r o i t " . I I e s t a i s e d ' a i l l e u r s d'y v o i r une i n v i t a t i o n a se d e t a c h e r de t o u t ce q u i e s t m o r t e l ; l e monde p h y s i q u e n ' e s t que l e s i m u l a c r e du v r a i monde des i d e e s , c ' e s t un t h e a t r e q u i s e r t de s p e c t a c l e aux d i e u x . "On e s t t o u j o u r s (5) masque" , non seulement aupres du r o i , mais p a r t o u t ou regne 1 ' a m b i t i o n . Tant que l ' o n n'a pas d e p o u i l l e l e " v i e i l homme" p a r l ' a s c e s e , on e s t condamne a e r r e r dans un monde d ' i l l u s i o n , comme l e p i l o t e Acamas, dont on d i t au l i v r e V I I I :" Un f a u x c i e l e t une t e r r e f e i n t e se p r e s e n t i m e n t a l u i une f a u s s e I t h a q u e se p r e s e n t a i t t o u j o u r s au p i l o t e pour l'amuser, t a n d i s q u ' i l s ' e l o i g n a i t de l a v e r i t a b l e . P l u s i s s ' a v a n c a i t 1) F e n e l o n - L e t t r e a. l'Academie " P r o j e t de P o e t i q u e " -Geneve, Droz 1970 p.78 2) t i M II II i t II p . 80 3) " " " " " " p.85 4) " » » " " " p. 82 5) Telemaque G.F. X 272 108 v e r s c e t t e image trompeuse du r i v a g e de l ' i l e , p l u s c e t t e image r e c u l a i t ; e l l e f u y a i t d evant l u i , e t i l ne s a v a i t que c r o i r e de c e t t e f u i t e " ^ . N ' e s t - c e pas la. une r e m i n i s c e n c e des j a r d i n s enchantes d'Armide e t des b a l l e t s de Cour, l e regne de ce s t y l e de 1'opera t r i o m p h a n t q u i , s e l o n P a u l H a z a r d , a e t e l ' u n des evenements a r t i s t i q u e s l e s p l u s s i g n i f i c a t i f s e (2) de l a f i n du 17 s i e c l e ? Nous v o i l a une f o i s de p l u s c o n f r o n t e avec l ' h y p o t h e s e du baroque; ce genre s e r a i t - i l l a marque d i s t i n c t i v e de l ' u n i -- v e r s a n t i - u t o p i q u e du Telemaque ? Nous y r e t r o u v o n s b i e n l e s c r i t e r e s p r e c i s e s p a r J e a n R o u s s e t : l a metamorphose e t 1 ' o s t e n t a t i o n , l e deguisement (3) e t l e t r o m p e - 1 ' o e i l , C i r c e e t l e Eaon. Le mouvement p a s s e des i n s t a b l e s humains pour s ' i n s t a l l e r dans l e s p a y s a g e s . "Le p o r t e t l a t e r r e s e m b l a i e n t (4) f u i r d e r r i e r e nous e t se p e r d r e dans l e s nues" ... "Deja. l e mont I d a n 1 e t a i t p l u s a nos yeux que comme une c o l l i n e ; t o u s l e s r i v a g e s d i s p a -- r a i s s a i e n t ; l e s c o t e s du P e l o p o n e s e s e m b l a i e n t s ' a v a n c e r dans l a mer pour v e n i r au devant de n o u s " ^ ^ ; e t , s i l ' o n v e u t b i e n y a j o u t e r l e s changements d ' a s p e c t r a p i d e s des champs de b a t a i l l e , l ' o n d e v r a c o n v e n i r que ces d e s c r i p t i o n s n'ont r i e n a. e n v i e r au fameux paysage baroque t i r e de l a C l e l i e de M i l e de S c u d e r y ; "On v o i t au bout (d'une a l l e e h a u t e ) , j e ne s c a y quoy de c l a i r , q u i d'abord e s t s i c o n f u s qu'on ne l e d i s c e r n e p o i n t ; en a v a n c a n t on c r o i t qu'on v o i t une grande r i v i e r e e t des mats 1) Telemaque G.F. V I I I 219 2) P a u l Hazard-The European M i n d - T a l e U n i v e r s i t y P r e s s -1953 pp 369-384 3) ;£ean R o u s s e t - L a l i t t e r a t u r e de l ' a g e baroque en F r a n c e - P a r i s , C o r t i 1965 4) Telemaque G.F. I I 82 5) 1" " V 162 109 de n a v i r e s ; e n s u i t e on se p e r s u a d e que c ' e s t une a d m i r a b l e p e r s p e c t i v e (1) en p e i n t u r e ; en s ' a p p r o c h a n t davantage on v o i t des t o u r s e t des p y r a m i d e s . . . " Ce c o t e " f e t e s g a l a n t e s " e s t sans doute a. l ' o r i g i n e d'un a r t i c l e a s s e z s e v e r e (2) de M. A l f r e d A d l e r dans S t u d i e s i n P h i l o l o g y . S e l o n ce c r i t i q u e , l e s l e g o n s m o r a l e s que l e l i v r e e s t cense f a i r e a c c e p t e r , s e r a i e n t mises en p i e c e s p a r l e s t y l e " o p e r a " du Telemaque, e t a u s s i p a r l e s p e c t a c l e de l a l e f r i v o l i t e des d i e u x . Ce q u i ^ c h o q u e notamment, c ' e s t ce passage de l a b a t a i l l e du l i v r e X I I I , ou, au m i l i e u du c a r n a g e , l e n a r r a t e u r i m p e r t u r b a b l e i n t e r r o m p t son r e c i t pour nous d i r e r " I c i , l a sage M i n e r v e p r e p a r e une (3) n o u v e l l e g l o i r e a son j e u n e Telemaque dont e l l e f a i t ses d e l i c e s " . M . A d l er a l a r e a c t i o n du M a r t i n de Candide : " Vous v o y e z , d i t Candide a M a r t i n , que l e c r i m e e s t p u n i q u e l q u e f o i s . . . O u i , d i t M a r t i n , mais f a l l a i t - i l que l e s p a s s a g e r s q u i e t a i e n t s u r son v a i s s e a u p e r i s s e n t a u s s i ? D i e u a (4) p u n i ce f r i p o n , l e d i a b l e a noye l e s a u t r e s " . Ce p a r t i - p r i s d ' e l i t i s m e , c e t t e s u p e r f i c i a l i t y en f a c e du probleme du mal, ont d e j a e t e r e l e v e s s au c h a p i t r e IV. S u r l e p l a n de l a l o g i q u e M. A d l e r a r a i s o n , comme a v a i t r a i s o n B o s s u e t c o n t r e F e n e l o n . Le n a r r a t e u r du Telemaque dans ce passage se moque du monde. Cependant, c ' e s t m e c o n n a i t r e l a p u i s s a n c e s e l e c t i v e d'envoutement de l a f i c t i o n romanesque. C h o i s i r un p r o t a g o n i s t e , c ' e s t n e g l i g e r l e r e s t e de l ' h u m a n i t e . L'"underdog" ne nous i n t e r e s s e que s i 1) M e l l e de S c u d e r y - C l e l i e ( B a b y l o n e ) c i t e p a r J e a n E o u s s e t i n L a l i t t e r a -de 1'a.ge baroque en F r a n c e p. 146 2) A l f r e d A d l e r - " F e n e l o n ' s Telemaque : I n t e n t i o n and E f f e c t " i n S t u d i e s i n P h i l o l o g y -1958 - v o l 45 - pp.591-602 3) Telemaque G.F. X I I I 359 4) V o l t a i r e -Romans e t Contes Candide G a r n i e r - F l a m m a r i o n 1966 p.227 110 l ' o n p r e n d s o i n de nous l e r e n d r e a i m a b l e , que s i 1 ' i d e n t i f i c a t i o n avec l e l e c t e u r e s t p o s s i b l e . Q ui songe a s ' i n d i g n e r de l ' a s s a s s i n a t du p o r t i e r de S a i n t - L a z a r e p a r des G r i e u x l o r s de son e v a s i o n ?^~^ L ' a c c u s a t i o n d ' i m m o r a l i t e p o r t e e p a r J . J . Rousseau c o n t r e Les F a b l e s de L a F o n t a i n e ne c o n v a i n c r a j a m a i s qu'un nombre i n f i m e de l e c t e u r s . E c r i r e une oeuvre l i t t e r a i r e c ' e s t f a i r e un c h o i x , c ' e s t a c c o m p l i r un r i t e q u i e x o r c i s e des h a n t i s e s ou des complexes q u i v i e n n e n t du moi p r o f o n d . Tout a l o r s d e v i e n t subordonne a ce r i t e p r i n c i p a l , meme l ' e q u i t e . Le g r a n d a r t e s t j u s t e m e n t de nous f a i r e o u b l i e r 1 ' i n j u s t i c e f o n d a m e n t a l e . C e l a e s t p o s s i b l e au s e i n d'une meme c i v i l i s a t i o n , c a r l e s i n d i v i d u s r e a g i s s e n t p l u s ou moins en f o n c t i o n des memes a r c h e t y p e s . Le r e j e t p a r S a r t r e , c e r t a i n s m a r x i s t e s e t ceux que l ' o n p l a c e pour p l u s de commodite sous l a d e n o m i n a t i o n g e n e r a l e : l e s C h i n o i s , d'une l i t t e r a t u r e , sous l e p r e t e x t e q u ' e l l e e s t b o u r g e o i s e , e s t un bon exemple de c e t t e p r i s e de c o n s c i e n c e q u i s'opere a 1 ' o c c a s i o n d'un changement de c i v i l i s a t i o n . Ce q u i s e r a i t r i d i c u l e ce s e r a i t de c r o i r e que l a l i t t e r a t u r e de remplacement r e p o s e s u r des p r i n c i p e s p l u s j u s t e s dans l ' A b s o l u . A l o r s d i r a - t - o n , p u i s q u e l e r i t e , q u i e s t un d e c o r , e t l e mouvement, l ' e m p o r t e n t s u r l e f o n d , nous sommes b i e n en f a c e d'un u n i v e r s baroque. S u r l e p l a n des themes, o u i , mais s u r c e l u i de 1 ' i n t e n t i o n , nous ne l e l ) Abbe P r e v o s t - H i s t o i r e du C h e v a l i e r des G r i e u x e t de Manon L e s c a u t P a r i s - L a P l e i a d e - NRF I960 p.1288 I l l pensons pas. Si le monde de l a metamorphose que l'on nous presente n'est "que variite et dissemblance," et l'homme qui l'habite, que d ) "volubilite et bigarrure", c'est pour nous persuader que ce choix doit i t r e rejete par le Juste, au profit d'un etat de lumiere ou l'homme est semblable a lui-mime, ou l a nature est une. Nous avons vu avec quels soins Fenelon v e i l l a i t a empicher tout enthousiasme artistique de surgir des evocations de son monde du Mai. A bien y reflechir on pourrait mime voir dans le motif de l a mort convulsee des vestiges du ri t e du "bouc emissaire". La structure ouverte des tenebres exterieures ne debouche que sur le neant et l a mort. Ceci est en contradiction avec l a philosophie sur laquelle repose le baroque; nous verrons plus lo i n qu'il procede, soit du pantheisme, soit d'un idealisme de type platonicien. Ce chaos que l'on voudrait baroque ne peut l ' i t r e completement car l'auteur le rejette, i l ne nous le depeint que pour nous en donner l'horreur; tout est subordonne a cet Eden qu'il est du devoir de l'homme de realiser sur terre. II reste qu'il s'en approche beaucoup, mais nous ne pourrons juger du temperament baroque ou non de Fenelon qu'en abordant l a partie positive de son uni--vers : le cosmos. Dans ses opinions exprimies sur l'art , Fenelon a non seulement rejete l'esthetique baroque, mais i l n'a cesse" de revendiquer 1'ideal de simpli--cite du style classique. "Le beau qui n'est que beau, c'est a dire b r i l l a n t , n'est beau qu'a demi;... i l faut qu'il s'empare du coeur pour (2) le tourner vers le but legitime d'un poeme" . Tout doit se tenir dans 1) Jean Rousset - La litterature de l'age baroque en France p.139 2) Fenelon - Lettre a l'Academie "Projet de poe"tique" p.88 112 une oeuvre, le fond et l a forme. L'harmonie " n'est bonne qu'autant que les sons y conviennent au sens des paroles et que les paroles y inspirent (1) des sentiments vertueux". On ne saurait mieux definir l'effet que les endroits edeniques du Telemaque produisent sur les lecteurs. L'Egypte, la Betique, l a campagne de Salente amenagee par Mentor, respirent cette tranquillite que l a nostalgie humaine place dans le paradis terrestre des premiers temps. L'influence de ce style a e t i immense. Les Nouvelles Ecclesiastiques journal janseniste, remarquaient malicieusement en 1745, : "Les Jesuites ne font plus guere de discours oratoires qu'en style (2) poetique". D'une facon plus serieuse, Chateaubriand f a i t dire a son Chactas des Natchez :" Le miel d i s t i l l a i t de ses levres ( i l s'agit de Fenelon),... ce qu'il f a i s a i t eprouver n'etait pas ,des transports, mais une succession de sentiments paisibles et ineffables. II y avait dans son discours, je ne sais quelle tranquille harmonie, je ne sais quelle (3) douce lenteur, je ne sais quelle langueur de graces." Tout le monde a releve l a beaute et l'harmonie de passages comme le triomphe d'Amphi-t r i t e au livre IV et le festin d'Adoam du livre VII, cependant, peu ont depasse le stade de 1' impressionisme, s i ce n'est peut-itre G-. Lanson, (4) qui, dans son Art de la prose, s'est attache a montrer que la cadence 1) Fenelon - Lettre a 1'Academic "Projet de Rhetorique" p.52 2) Les Nouvelles Ecclesiastiques - 1745 p.110 3) Chateaubriand - Livre VII des Natchez cite par A. Cherel in Fenelon au 18 siecle en France Hachette 1917 - p. 548 4) G. Lanson - L'Art de l a Prose Paris 1909 Ch. VIII 113 du Triomphe d'Amphitrite reposait sur des alexandrins et des decasyllabes. Une etude en profondeur de l a stylistique du Telemaque reste a faire. Travail considerable qu'il n'est, bien sftr, pas possible d'entreprendre dans cette courte analyse de l'oeuvre; travail passionnant qui permettrait d'dtablir d'une maniere precise les rapports entre les elements baroques et classiques, et par quels mecanismes l'utopie domine le style. Nous nous contenterons d'ebaucher des hypotheses a partir de quelques donnees de f a i t , en espe"rant que des travaux ulterieurs viendront les confirmer. II nous importe avant tout de retenir que Fenelon a ete conscient de 1'importance de l a musicalite de sa phrase pour reconstituer une atmosphere de serenite desirable. La Lettre a l'Academie, une fois de plus, le presente soucieux de cet aspect de l a technique l i t t e r a i r e . "C'est le moyen d'eviter toute equivoque, de varier les phrases et de f a c i l i t e r l'harmonie, en choisissant celui de plusieurs synonymes qui sonnerait le mieux avec le reste du d i s c o u r s . " T o u s les passages edeniques se recommandent par l a musique de l a phrase, i c i , pas de rupture de rythme, toute distraction qui viendrait defaire l'effet d'envofite--ment est ecartee. Comme exemple, nous allons proceder a 1'analyse rythmique (2) de l a derniere phrase de l a description de l a nuit d'Adoam, phrase celebre que nous avions deja citee dans le chapitre I. 1) Fenelon - Lettre a l'Academie -" Projet d'enrichir l a langue" p.31 2) Telemaque G.F. VII 202 114 "Le s i l e n c e de l a n u i t (6 s y l l a b e s . . . 2 a c c e n t s t o n i q u e s ) l e calme de l a mer (6 s y l l a b e s . . . 2 a c c e n t s t o n i q u e s ) l a l u m i e r e t r e m b l a n t e (10 s y l l a b e s . . . 3 a c c e n t s t o n i q u e s ) r e p a n d u e s u r l a f a c e des ondes (8 s y l l a b e s . . . 3 a c c e n t s t o n i q u e s ) le sombre a z u r du c i e l (6 s y l l a b e s . . . 3 a c c e n t s t o n i q u e s ) seme de b r i l l a n t e s e t o i l e s (8 s y l l a b e s . . . 3 a c c e n t s t o n i q u e s ) s e r v a i e n t a rendre ce s p e c t a c l e / e n c o r e p l u s b e a u ( 12 s y l l a b e s 4 a c c e n t s t o n i q u e s ) Cette l o n g u e p h r a s e se compose de s e p t monoremes. Les deux p r e m i e r s d e b u t e n t s u r u n rythme g r a v e , a v e c une c a d e n c e b i n a i r e , i l s s o n t suivis de q u a t r e a c a d e n c e t e r n a i r e : u n rythme r a p i d e d ' a b o r d , 10 s y l l a b e s p o u r 3 a c c e n t s t o n i q u e s , p u i s u n d e c r e s c e n d o : h u i t p o u r t r o i s e t s i x p o u r t r o i s , u n monoreme de h u i t s y l l a b e s p o u r t r o i s a c c e n t s a. n o u v e a u , et e n f i n un a l e x a n d r i n , r a p i d e dans l e s h u i t p r e m i e r e s s y l l a b e s et t r e s l e n t p o u r f i n i r : i q u a t r e s y l l a b e s p o u r deux a c c e n t s t o n i q u e s . En r e s u m e , d u p o i n t de v u e des a c c e n t s t o n i q u e s , nous a v o n s une s y m e t r i e . La p h r a s e commence e t s e t e r m i n e par u n c o u p l e de deux a c c e n t s t o n i q u e s , q u i e n c a d r e n t une s e r i e de q u a t r e monoremes de t r o i s a c c e n t s t o n i q u e s c h a c u n . Du p o i n t de v u e de l a r a p i d i t e d u d e b i t , s i l ' o n p o r t e s u r u n A -, s y l l a b e s , , g r a p n i q u e l e r a p p o r t de V i t e s s e : r — r : en o r d o n n e e s , e t le 3-CCGI1XS "0 OHX S nombre de s y l l a b e s de 1 a 56 en a b s c i s s e s , l ' o n o b s e r v e une c o u r b e p r e s q u e erne r e c t i l i g n e , a v e c u n c r e u x a l a 36 s y l l a b e , une r e m o n t e e j u s q u ' a l a 52 et une brusque chute de la 52 a l a 56 .La phrase avait commence dans l a se"renite, le lyrisme avait ac c i l i r e le debit, les dernieres quatre syllabes ramenent le calme parfait. La monotonie est evitee, mais ce n'est pas au detriment de 1'atmosphere de l a scene. Ce qui domine, c'est l a f l u i d i t e sans efforts; on ne releve aucun accident de sonorite, pas d'hiatus, pas de cacophonie. Les voyelles sont surtout representees par les claires ('a' surtout), et les chantantes : 'en', 'on', 'ie'. Le 'o' grave n'est employe qu'une fo i s , pour terminer l a phrase et l u i donner une sorte d'echo. La consonne l a plus u t i l i s e d est le '1' (12 fois + 1 c l , 1 b l , l p l ) , aucune chuintante, aucune al l i t e r a t i o n , s i ce n'est celle tres dis-c r e t e du '1', ce qui augmente l'effet de f l u i d i t e . Nous sommes mieux a mime de voir maintenant pourquoi, simplement au niveau des sons et des rythmes, sans avoir besoin de tenir compte du sens des mots et de la valeur des images, une t e l l e phrase peut seduire. Elle est le symbole parfait de l'etat utopique, e"tat de transparence totale ou le moi se dissout sans rencontrer d'antagonisme alienateur. Cette technique seule,bien sur, ne s u f f i r a i t pas, mais nous avons vu au cours de cette etude, qu'elle etait renforcee par un vocabulaire et une imagerie appropries, nous n'y reviendrons•pas. Soulignons cependant, 116 la frequence dans le Telemaque, des adjectifs : simple, tranquille, l i b r e , ingenu, neglige. Tous procedent de l a simplicite, qui est sans doute le maltre-mot de l'ouvrage. La simplicite est une l o i de style, une ha-bitude de pensee, une regie de vie. Et pourtant, l a derniere etape de la sagesse n'est pas a chercher dans ces etats de bonheur paisible et co l l e c t i f , comme les festins entre amis, le repos en commun apres le dur labeur des champs, les noces villageoises. Nous avons remarqut precedemment que le Telemaque pouvait priter a de nombreuses lectures, sous des angles differents. Si les lecons de Mentor visent a rendre les peuples heureux (et c'est l a que le classicisme regne puisqu'il repose sur une society equilibree), elles sont aussi plus ambitieuses pour 1'elite, les itres privilegies que l a divinite s'est choisis . Elles aboutissent a 1'experience mystique complete, ou curieusement le baroque reapparalt. Cette nouvelle situation appelle deux questions: s ' a g i t - i l d'un baroque de mime nature que celui qui existe dans le chaos ? ; comment peut-il se concilier avec 1'ideal de simplicite de l'utopie ? Jean Rousset a eu cette image ingenieuse pour exprimer l ' i d i e du baroque, c'est, a - t - i l d i t , "le refl e t , dans une eau agitee de l a fagade Renaissance,... les surfaces se gonflent et se creusent, les frontons se cassent et s'enroulent, les colonnes droites deviennent torses... tout 1'edifice ondule au rythme des vagues."^^ A notre avis, tandis que le rococo cultive l a forme pour elle-mime et coupe les ponts avec la transcendance, le baroque presente cette contradiction de vouloir mettre 1'accent, a l a fois sur l a forme et sur 1'e"clatement de l a forme. Ce besoin de se dissoudre, par une derniere tension, dans l'informel, toutes ces courbures et ces torsions, convergent vers un point de'fuite: l ' i n f i n i , ou l'idee primordiale, ou une immanence sp i r i t u e l l e . On peut alors imaginer un moment ou le baroque se rencontre avec le mystique. L'histoire de l'art des pays latins surtout, nous en donne de nombreux exemples, dont l a "Transverberation de Ste Therese", du Bernin, est sans doute le plus celebre. C'est exactement cette derniere forme de baroque que l'on retrouve au stade terminal de l'ascese dans le Telemaque . Le v i e i l l a r d Theophane (2) (3) au l i v r e VIII , le roi Sesostris dans les Champs Elysees , ont atteint cet etat frontiere ou l a matiere oscille avant de s'abimer en Dieu. L'extase qui s'empare de Telemaque a l a f i n de sa quite est une parfaite replique de l a Ste The'rese du Bernin. " II voulait en dire davantage, mais sa voix l u i manqua : ses levres s'efforcaient en vain d'exprimer les pensees qui sortaient avec impetuosite du fond de son 1) Jean Rousset - La litterature de l'age baroque - p. 157 2) Telemaque G.P. VIII 227 3) " " XIV 409 118 coeur: l a divinite presente l'accablait, et i l etait comme un homme qui, dans un songe, est oppresse jusqu'a perdre l a respiration, et qui, par 1'agitation penible de ses levres, ne peut former aucune voix."^"''^ Cette image de la creature defaillante, en perte de cons--cience, a la charniere de deux mondes, est une peinture magnifique, ou le baroque ne se presente plus comme 1'oppose de la simplicity classique, mais comme son couronnement, 1'aboutissement d'un long cheminement vers l a beatitude de l'utopie definitive, vers l ' a b o l i --tion des formes. Ainsi l'utopie, classique par nature, menerait par un developpement logique a un baroque mystique. Notre etude touche a son terrae. E l l e avait ete provoquee par le sentiment que l'utopie etait "le principe (a partir duquel) se re-(2) -pand(ait) l a lumiere sur toutes les parties de l'ouvrage". Pour nous maintenant, cette impression se trouve confirmee. Est-ce a dire que Les Aventures de Telemaque ont livre definitivement leur secret ? II s'en faut de beaucoup. Cette espece de "combat avec l'ange" que represente toute lecture d'un texte l i t t e r a i r e , nous a permis de nous mesurer avec 1'Autre, et par le f a i t meme de nous situer par rapport a Lui. Si l'ange ne nous a pas vaincu, i l n'a pas non plus ete terrasse; i l se tient prSt pour une rencontre avec un autre Jacob desireux de comprendre le monde. C'est cela l a litterature. &"&"&"&"&"&"&"&"&"&"&"&" 1) Telemaque CP. XVIII 503 2) Fenelon - Lettre a l'Academie p.55 B I B L I O G R A P H I E EDITIONS DES OEUVRES DE FENELON UTILISEES Telemaque E d i t i o n A l b e r t CAHEN - 2 volumes - C o l l e c t i o n des grands e c r i v a i n s de F r a n c e - P a r i s - H a c h e t t e 1920 Telemaque C h r o n o l o g i e e t i n t r o d u c t i o n p a r J e a n n e - L y d i e GORE P a r i s - G a r n i e r F l a m m a r i o n 1968 F e n e l o n Oeuvres P a r i s - F . D i d o t 1845 - 3 volumes Oeuvres c o m p l e t e s de F e n e l o n - P a r i s - L e r o u x 1851-1852 10 volumes L e t t r e a l'Academie Geneve - Droz - 1970 OUVRAGES CONSACRES A FENELON  OUVRAGES CITES ADLER A l f r e d " F e n e l o n " s Telemaque" I n t e n t i o n and E f f e c t i n S t u d i e s i n P h i l o l o g y , , 1958 v o l 45 CARCASSONNE E l y - F e n e l o n , 1'Homme e t 1'Oeuvre - H a t i e r -B o i v i n - 2 6 ed. 1955 CHAINTREUL M a r i a P i a - F e n e l o n , ce meconnu - P a r i s - Artheme F a y a r d - 1961 CHEREL A l b e r t - F e n e l o n au 1 8 6 s i e c l e en F r a n c e -1715 - 1820 son p r e s t i g e , son i n f l u e n c e - P a r i s -H a c h e t t e - 1917 CHEREL A l b e r t F e n e l o n ou l a r e l i g i o n du P u r Amour - P a r i s -D e n o e l e t S t e e l e - 1934 120 GALLOUEDEC-GENUIS. F. Le P r i n c e s e l o n F e n e l o n - B i b l i o t h e q u e de l a s c i e n c e p o l i t i q u e - P a r i s - R U E . ' -1963 - P r e f a c e de M a r c e l P r e l o t G-ORE J e a n n e - L y d i e L a n o t i o n d ' i n d i f f e r e n c e chez F e n e l o n e t ses s o u r c e s - P a r i s - P U P ' 1956 POULET Georges Mesures de 1 ' I n s t a n t - E t u d e s s u r l e temps humain I V - P a r i s - P l o n 1968 -pp 79 a 104 VAN WIJNGAARDEN Les Odysees p h i l o s o p h i q u e s en F r a n c e e n t r e 1616 e t 1789 - Haa r l e m - 1932 - pp 79 a 95 B. OUVRAGES CONSULTES MAIS NON CITES CHEREL A l b e r t De Telemaque a Candide - P a r i s - J.de G i g o r d 1933 I I I OUVRAGES SUR L'UTOPIE OUVRAGES CITES ANDREWS Ch. BARTLETT-GIAMATTI A. DUVEAU Georges e d i t e u r de : Famous U t o p i a s (Rousseau; More; Bacon; Campanella) New-York - Tudor P u b l i s h i n g Co - 1901 The E a r t h l y P a r a d i s e and t h e R e n a i s s a n c e E p i c New-Jersey - P r i n c e t o n U n i v e r s i t y P r e s s - 1969 S o c i o l o g i e de l ' U t o p i e - P a r i s - PUP - 1961 GANDILLAC M a u r i c e de "Les s e m i - u t o p i e s du C a r d i n a l de Cues" i n Les U t o p i e s a l a R e n a i s s a n c e - B r u x e l l e s -P a r i s - J.'(JF/' - 1963 KLEIN R o b e r t MESNARD P i e r r e " l ' U r b a n i s m e u t o p i q u e de F i l a r e t e a. Andreae i n Les U t o p i e s a, l a R e n a i s s a n c e " l ' u t o p i e de R o b e r t B u r t o n " i n Les U t o p i e s a l a R e n a i s s a n c e 121 RUYER Raymond SAUNIER V.L. SERVIER J e a n S i r Thomas MORE L ' U t o p i e e t l e s U t o p i s t e s - P a r i s - PUP - 1950 " L ' u t o p i e en P r a n c e - More e t R a b e l a i s " i n Les U t o p i e s a l a R e n a i s s a n c e H i s t o i r e de I ' U t o p i e - P a r i s - NRF - Id e e s - 1967 U t o p i a Y a l e U n i v e r s i t y P r e s s 1964 Les U t o p i e s a l a R e n a i s s a n c e - B r u x e l l e s - P a r i s EUFy 1963 C o l l o q u e i n t e r n a t i o n a l s u r l e s u t o p i e s a l a R e n a i s s a n c e - B r u x e l l e s -1961 B. OUVRAGES CONSULTES MAIS NON CITES BENTLEY W i l d e r . . . „ T T, . , , _ The communication o f U t o p i a n t h o u g h t I -The b i b l i o g r a p h y i t s h i s t o r y , forms and use San F r a n c i s c o , S.F. S t a t e C o l l e g e - 1959 BERNAL J o h n Desmond The w o r l d , t h e f l e s h and t h e d e v i l 2 6 ed. B l o o m i n g t o n , I n d i a n a U n i v e r s i t y P r e s s -1969 HERTZLER J o y c e 0. LEVIN H a r r y MANUEL F r a n k E. MOLNAR Thomas S t e v e n The h i s t o r y o f U t o p i a n t h o u g h t - New-York -Cooper Square - 1965 The myth o f t h e Go l d e n Age i n t h e R e n a i s s a n c e B l o o m i n g t o n , I n d i a n a U n i v e r s i t y P r e s s - 1969 F r e n c h u t o p i a s , an a n t h o l o g y oof i d e a l s o c i e t i e s New-York - F r e e P r e s s - 1966 U t o p i a t h e p e r e n n i a l h e r e s y - New-York- Shaed and Ward - 1967 MUMFORD Le w i s The s t o r y o f U t o p i a s - New-York - V i k i n g P r e s s 1962 NEGLEY G l e n n R o b e r t The Quest f o r U t o p i a ; an a n t h o l o g y o f i m a g i n a r y S o c i e t i e s New-York- H. Schuman 1952 122 RENUCCT P a u l TUVESON E r n e s t Lee Tlsnx s t a p e s de l ' u t o p i s m e humaniste : l e c h a t e a u decameron e t l'abba y e de Theleme - M a n c h e s t e r U n i v e r s i t y P r e s s - 1947 M i l l e n i u m and U t o p i s t u d y i n t h e b a c k g r o u n d o f t h e i d e a o f p r o g r e s s B e r k e l e y - B e r k e l e y U n i v e r s i t y o f C a l i f o r n i a P r e s s - 1949 OUVRAGES GENERAUX OUVRAGES CITES BALZAC Honore de Oeuvres Completes - Tome XL - P a r i s - ed. Connard - 1912- 1940 BROWN N.O. CAILLOIS Roger CASSIRER E r n s t E r o s e t Thanatos - P a r i s - J u l l i a r d - I960 L'Homme e t l e S a c r e - NRF - Idees 1950 Rousseau, K a n t e t Goethe - P r i n c e t o n U n i v e r s i t y P r e s s - 1947 CHEVALLIER J e a n J a c q u e s Les grandes oeuvres p o l i t i q u e s de M a c h i a v e l a nos .jours - P a r i s - 1948 - 7 % d . 1962 Du baroque t r a d f r a n g a i s e - P a r i s NRF 1935 P o u r q u o i l a N o u v e l l e C r i t i q u e ? - P a r i s -M e r c ure de F r a n c e - 1968 L'Etude des s t y l e s - P a r i s - D i d i e r - 1969 The Myth o f t h e e t e r n a l r e t u r n t r a n s f r o m t h e F r e n c h by W.R.Trask - New-York- B o l l i n g e r s e r i e s 1954 The E d u c a t e d I m a g i n a t i o n CBC P u b l i c a t i o n s 4 t h ed - 1967 N o u v e l l e Alleg.oriquiej ed. F r a Van G i n n e r e n -Geneve - Droz - 1967 D'ORS E u g e n i o DOUBROVSKI Serge DUPRIEZ B e r n a r d ELIADE M i r c e a FRYE N o r t h r o p FURETIERE A n t o i n e 123 GIDE Andre GOLDMAN L u c i e n GREEN J u l i e n HAVENS G.R. HAZARD P a u l HAZARD P a u l LE SENNE J o u r n a l 1889-1939 P a r i s - NRF I960 Le D i e u Cache P a r i s - N R F 1959 P a r t i r a v a n t l e ,jour P a r i s G r a s s e t 1963 The age o f i d e a s - New-York - Henry H o l t and Co 1955 L a c r i s e de l a c o n s c i e n c e europeenne - P a r i s - F a y a r d -1961 The Eu r o p e a n mind Y a l e U n i v e r s i t y P r e s s - 1953 T r a i t e de mora l e g e n e r a l e - P a r i s - PUF' 2 e ed. 1947 MAC LUHAN M a r s h a l l The Gu t e n b e r g G a l a x y , U n i v e r s i t y o f T o r o n t o P r e s s -1967 MAURON C h a r l e s Des metaphores obsedantes au mythe p e r s o n n e l - P a r i s -C o r t i - 1962 PLATON ROUSSET J e a n SAGGS H.W.F. SARTRE J.P. VALERY P a u l VOLTAIRE L a R e p u b l i q u e P a r i s - P l e i a d e NRF 1950 Tome I L a l i t t e r a t u r e de 1'a.ge b a r o q u e - P a r i s - J o s e C o r t i 1965 The g r e a t n e s s t h a t was B a b y l o n New-York - Mentor Books - 1968 Qu'est ce que l a l i t t e r a t u r e ? P a r i s - NRF 1967 T h e o r i e p o e t i q u e e t e s t h e t i q u e V a r i e t e - P a r i s -P l e i a d e NRF 1965 Tome I Romans e t Contes Candide - P a r i s - G a r n i e r F l a m m a r i o n 1966 WELLER Rene and WARREN A u s t i n Theory o f l i t e r a t u r e New-York - 1956 124 B. OUVRAGES CONSULTES MAIS NON CITES BJIUNSCHVICG . u FRIE N o r t h r o p on S p i n o z a e t ses c o n t e m p o r a i n s 3 ed. P a r i s -A l c a n 1923 Anatomy o f C r i t i c i s m New-York - Atheneum 1968 GILSON E t i e n n e L a P h i l o s o p h i e au Moyen-Age - des o r i g i n e s p a t r i s t i q u e s a l a f i n du 14 s i e c l e -e 2 ed. r e v e t aug. P a r i s P a y o t 1947 MAROUZEAU J. TAPIE V i c t o r L. P r e c i s de s t y l i s t i q u e f r a n g a i s e P a r i s -IMasson e t C i e 1965 Baroque e t c l a s s i c i s m e P a r i s - P l o n 1957 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0302223/manifest

Comment

Related Items