UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Sémiologie et La chanson de Roland Steele, Stephen 1987

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1987_A8 S74.pdf [ 6.64MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0302131.json
JSON-LD: 831-1.0302131-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0302131-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0302131-rdf.json
Turtle: 831-1.0302131-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0302131-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0302131-source.json
Full Text
831-1.0302131-fulltext.txt
Citation
831-1.0302131.ris

Full Text

S E H I O L O G I E E T LA CHANSON DE ROLAND By S T E P H E N S T E E L E B. A. , T h e U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a , 1 9 8 5 C e r t i f i c a t d ' 6 t u d . e s s u p S r i e u r e s , U n i v e r s i t S d e P a r i s I I I , 1 9 8 6 A T H E S I S S U B M I T T E D I N P A R T I A L F U L F I L L M E N T O F T H E R E Q U I R E M E N T S FOR T H E D E G R E E O F M A S T E R O F A R T S i n T H E F A C U L T Y O F G R A D U A T E S T U D I E S ( F r e n c h ) We a c c e p t t h i s t h e s i s a s c o n f o r m i n g t o t h e r e q u i r e d s t a n d a r d T H E U N I V E R S I T Y O F B R I T I S H C O L U M B I A A u g u s t 1 9 8 7 ® S t e p h e n S t e e l e , 1 9 8 7 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department The University of British Columbia 1956 Main Mall Vancouver, Canada V6T 1Y3 ResumS The Song of Roland's place i n contemporary theoretical discussion i s marked by ambiguity. On the one hand, the text i s c i t e d on nearly every question of importance to medieval philology and l i t e r a r y studies, a practice which c e r t a i n l y evinces general consensus regarding the importance of the work. On the other hand, these c i t a t i o n s often take the form of appeals to an oracular authority; that i s , rather than encourage theoretical r e f l e c t i o n , they replace i t . Paradoxically, i t i s pr e c i s e l y the Song of Roland's omnipresence i n c r i t i c a l discourse today that occludes a serious c r i t i c a l engagement with the text. Everyone «knows» about the Song of Roland; the text i s dissolved i n p h i l o l o g i c a l discourse. Perhaps only a second reading can save i t . The s i t u t a t i o n commands modesty on the part of a c r i t i c who would take up the Song of Roland, and i t i s a modest task I have set for myself here. I w i l l analyze the text from a fresh perspective: semiotics. The language and the story of the Song of Roland are largely constituted by signs. For example, the text's characters frequently encounter «signs» of t h e i r destiny. They are, however, bound by Ch r i s t i a n notions of fate to accept those signs, even when they augur death. Charlemagne, with (semiotic) foreknowledge of Roland's death i s powerless to a l t e r the course of events. He can interpret signs. But, he i s unable to act on t h e i r messages. That i s the semiotic bind of the medieval C h r i s t i a n world. ( i i ) S igns have another l e v e l o f meaning i n the Song o f Roland. They have mnemonic s i g n i f i c a n c e . S i n c e the Song o f Ro land i s an o r a l t e x t (and, here , I w i l l make use of p h i l o l o g i c a l ev i dence ) , s i gn s are an «a ide-m6moire» t h a t enab le the t e x t ' s r e a d e r to r e c a l l the n a r r a t i v e . I w i l l argue, then, t ha t the t e x t ' s semios i s i s a f o r m u l a i c s t r a t e g y : i n o t h e r words, the same s i gns occur throughout the t e x t - - a s o r t o f se t s e m i o t i c p a t t e r n g e n e r a t i n g the n a r r a t i v e . I w i l l a l s o use s e m i o t i c s to c l a s s i f y the types o f d i s c o u r s e ( p o l i t i c a l , p o e t i c , r e l i g i o u s , e tc . ) which c h a r a c t e r i z e the work. F o r i n s t a n c e , I w i l l show t h a t the Church and the K ing a u t h o r - i z e the t e x t i n a b i d to e n l i s t c ru sader s . I w i l l o f f e r no f i n a l d e c i s i o n s on the i s s u e s o f the Song o f Ro land debate such as the q u e s t i o n o f o r i g i n s , nor any c o n t r i b u t i o n s to p h i l o l o g i c a l concerns about sources and etymolog ies . I w i l l s imp ly t r y to adhere as c l o s e l y as p o s s i b l e to the meaning(s) o f t h i s s i n g l e t e x t and, through s e m i o t i c s , to re-new c r i t i c a l i n t e r e s t i n the Song of Roland. ( i i i ) Table des matiSres RSsum€ i i Introduction 1 1. La Haissance des signes : les Spithfites 6 2. Charlemagne, le signe, l a c r i s e 23 3. Semiologie et lecture : Roland, Roncevaux et l a mort des barons 44 4. La Haissance de l'oeuvre : signes de l a genfise ...... 110 Ouvertures 128 Botes 130 Ouvrages c i t e s 138 ( i v ) Introduction Ce modeste t r a v a i l n 'a aucunement l a pretent ion d 'Stre exhaustif. II cherche tout au plus a a t t i r e r 1 'attent ion sur un problSme p a r t i c u l i e r , que l a recherche t r a d i t i o n e l l e a par fo i s mSconnu ou q u ' e l l e n 'a pas toujours bien mis en Svidence: i l s ' a g i t d'une analyse des signes dans La Chanson de Roland - une lecture sSmiotique de l a geste. De ce probleme et des termes dans lesquels i l s ' e s t posS nous ignorions jusqu'3. ces derniers temps a peu prSs tout. Nos c r i t i que s et h i s to r i ens de l a l i t t S r a t u r e mSdiSvale se sont beaucoup occupSs des questions phi lo log iques: on a souvent StudiS La Chanson de Roland du point de vue de 1'Stablissement des manuscrits, de leur authent ic i ty et de leurs rapports avec l a c i v i l i s a t i o n medievale. 1 De plus, i l ex iste p lus ieurs Studes sur l ' o r i g i n e des mots dans l a geste et leur f i l i a t i o n (histor ique). Par contre, les c r i t i que s de La Chanson de Roland n'ont encore manifests que peu d ' in tS rS t pour des questions sSmiotiques. Le "s igne" ne f a i t pas par t ie de leur discours c r i t i que , h i s tor ique. Vu que les c r i t i que s ignorent pour l a plupart l a sSmiotique du poeme, i l s donnent l ' impress ion que l a sSmiologie ne s 'appl ique pas au texte (mSdieval). 2 Puisque l a nouvelle c r i t i q u e s ' in tSresse beaucoup au signe, on pense que l a cons t i tu t ion mSme de l a notion, « sSmio log ie» , avec son contenu actuel, est un f a i t rScent (du dSbut du s iSc le , remontant aux «le<jons» de Saussure). 3 II se pourra i t nSanmoins que nous ayons 13. un des apports le plus curieux de notre recherche. - i -En f a i t , l e concept du signe p r o v i e n t de 1 ' a n t i q u i t S : A r i s t o t e , P l a t o n (dans l e C r a t y l e ) , et l e s s t o i c i e n s commentent l a charge semantique du signe. * II n'est pas q u e s t i o n i c i de f a i r e 1 ' h i s t o r i q u e de l a sSmiologie. Ce qui nous importe c'est q u ' i l n'est p l u s p o s s i b l e de s o u t e n i r que l a sSmiologie (moderne) est une «science» a - h i s t o r i q u e . Tzvetan Todorov d e c r i t a i n s i l a longue t r a d i t i o n du signe dans l a pensee o c c i d e n t a l e : La r e f l e x i o n sur l e signe s'est exercee dans p l u s i e u r s t r a d i t i o n s d i s t i n c t e s et meme i s o l e e s , t e l l e s que: p h i l o s o p h i e du langage, logique, 1 i n g u i s t i q u e , semantique, hermeneutique, r h S t o r i q u e e s t h e t i q u e , poetique. L'isolement des d i s c i p l i n e s , l a v a r i S t e terminologique nous ont f a i t ignore, 1'unite d'une t r a d i t i o n q u i e s t parmi l e s p l u s r i c h e s de 1 ' h i s t o i r e o c c i d e n t a l e . 5 De 1'ensemble de l a t r a d i t i o n semiotique et ses d i v e r s r e p r e s e n t a n t s , on per<;oit que l a seiniologie n'est pas seulement une i n i t i a t i v e de n o t r e §poque, (de l a n o u v e l l e c r i t i q u e ) , mais encore de p l u s i e u r s p e r i o d e s et de d i f f e r e n t e s d i s c i p l i n e s . Maintenant, i l nous f a u t p r S c i s e r l e r & l e important que joue l a s e m iologie dans l a v i e p h i 1osophique et r e l i g i e u s e du moyen age. Parmi l e s t h e o r i c i e n s (medievaux) du signe auxquels nous aurion s pu nous a r r e t e r , i l en est un qui semblait p a r t i c u l i S r e m e n t b i e n indiquS - s a i n t Augustin, d'abord parce que c ' e s t a son Spoque que l e signe a p r i s tout son ampleur dans l e monde c h r S t r i e n , mais a u s s i parce que c ' e s t chez l u i que nous trouvons l e s renseignements l e s p l u s aptes a nous a i d e r d e c h i f f r e r l a sSmiotique dans La Chanson de Roland. Par l a d e f i n i t i o n c h r S t i e n n e du texte, ( s a i n t A u gustin 1 ' i n f l u e n c e ) , l e s signes dans -2-) le podme - les mots, les gestes et les objets - s i gn i f i en t , a l a l imi te , Dieu. C 'es t saint Augustin qui e x p l i c i t e l a sSmiotique de l a chrStientS. Selon saint Augustin, on se sert des signes pour obtenir l a grace et 1'amour de Dieu. 6 A in s i , dans La Chanson de  Roland, 1'archevSque Turpin f a i t sur le cadavre d ' O l i v i e r le signe de l a c r o i x 7 : suivant l a l o i chrStienne, Turpin absout O l i v i e r et recommande son ame a Dieu en « s i gnan t» son corps mort. Sur le plan sSmiotique le geste de Turpin s i g n i f i e l a chrSt ientS ( la c r u c i f i x i o n ) , et Dieu. Le sens de chaque signe ( f i c t i f ) renvoie a Dieu car le Seigneur est pour l'homme l a source de tout signe. 8 Or, s i 1'on va a l 'encohtre de l a volontS de Dieu, on pe rve r t i t l a s i g n i f i c a t i o n (divine) des signes. 9 p a r exemple, les paiens minent le sens (chrStien) des signes en luttant contre les Frangais et Dieu. En accord avec l a logique (chrStienne) du poeme, Stant des impies, les paiens enfreignent nScessairement le dSs ir de Charlemagne et de Dieu - des dSs irs inseparables dans l a f i c t i o n . Bref, 1'empereur, en tant que v i c a i r e de Dieu, re-pr6sente l a volont6 du Seigneur. Les Sarrasins essaient de tromper le r o i et les Frangais au moyen des signes. Mais Roland est un bon sSmioticien. II connait le sens per f ide des signes paiens. Roland en ave r t i t Charlemagne. Toutefois, le r o i ne peut ag i r pour empecher l a t rahison des paiens et c e l l e de Ganelon car i l a une l i b e r t e tres l imi tee: le r o i est soumis a l a coutume fgodale; de plus, i l doit accomplir l a volontS de Dieu. Vu q u ' i l ne peut s 'opposer a l a fS lon ie des paiens et a c e l l e de Ganelon, (le r o i ne peut rSg ler le l i b r e a rb i t re de ses barons), Charlemagne ressent une certa ine angoisse devant le « s i gne p e r f i d e » : c ' e s t - a - d i r e devant le s i g n i f i S - l a trahison. Les - 3 -c o n c e p t s de signe e t de c r i s e ( c e d e r n i e r t e r m e S t a n t e n t e n d u a u s e n s g r e c q u e , krisis, de moment de d e c i s i o n ) , s o n t v o i s i n s d a n s l a g e s t e . Nous a l l o n s m o n t r e r que l a l e c t u r e d e s s i g n e s p r o v o q u e s o u v e n t une c r i s e d a n s l a f i c t i o n . Ce p r o p o s e x p l i q u e l a c o m p o s i t i o n de 1'etude. L e p r e m i e r c h a p i t r e se s i t u e en d e h o r s de l a p r o b l e m a t i q u e que j e v i e n s d ' e v o q u e r , i l s e p r e s e n t e p l u t o t comme une i n t r o d u c t i o n aux s i g n e s d a n s l e poeme, e t q u i r e s u m e r a i t l e b a g a g e s e m i o t i q u e des p e r s o n n a g e s p r i n c i p a u x . Dans ce b u t , n o u s sommes p a r t i s d e s «epithetes» d e s p e r s o n n a g e s q u i l e u r s e r v e n t de ( ( c a r t e s d'identite» : p a r e x e m p l e , l ' e p i t h e t e de R o l a n d e s t «li proz»; des l o r s , on s a i t que R o l a n d v a e t r e «un p r e u x . » P a r e i 1 1 e m e n t , l e s s i g n e s q u i a c c o m p a g n e n t l e comte c o m p o r t e n t u n s e n s v a i l l a n t . L e d e u x i S m e chapitre precise l ' e t a t s S m i o l o g i q u e de C h a r l e m a g n e . Nous s o u l i g n o n s 1 ' a n g o i s s e semiotique du r o i face a s o n d e v o i r Chretien e t f e o d a l - d e s d e v o i r s inseparables dans l a f i c t i o n . Ce qui e s t a u s s i e n j e u , on l e v e r r a , c ' e s t l e l i b r e choix de l a v o l o n t e des p e r s o n n a g e s . P a r e x e m p l e , G a n e l o n decide, e n e f f e t , de ne pas r e m p l i r s o n d e v o i r ( f e o d a l et Chretien). S u i v a n t l a l o i chretienne, i l e s t a l o r s v o u S a l a p e i n e de m o r t , aux p e i n e s de 1 ' e n f e r . E n s u i t e , n o u s t r a i t e r o n s de l a s S m i o l o g i e de R o l a n d . Nous a l l o n s m o n t r e r , a t r a v e r s d e s s i g n e s , l a m a n i e r e d o n t l ' o r g u e i l du comte c a u s e l a d e s t r u c t i o n de 1' a r r i e r e - g a r d e . De meme R o l a n d se r e p e n t de s a c o n d u i t e ( o r g u e i l l e u s e ) a u moyen des s i g n e s . P o u r l e d i r e d'un mot, n o u s a l l o n s p r o p o s e r une l e c t u r e s S m i o t i q u e de -4-l a c h u t e , l a r e d e m p t i o n e t l a m o r t de R o l a n d . I I «signe» s o n c a d a v r e de s o r t e que c ' e s t u n t e x t a d e c h i f f r e r . A i n s i , i l n o u s f a u t l i r e l e s s i g n e s ( v a i H a n t s ) de s a mort. Le d e r n i e r c h a p i t r e e x p l o r e , d'une p e r s p e c t i v e s e m i o t i q u e , d i f f S r e n t s a s p e c t s de l a g e n e s e de L a C h a n s o n de R o l a n d . Nous n o u s demandons, p a r e x e m p l e , s ' i l e x i s t e d e s i n d i c e s de l ' o r i g i n e , ( d e s o r i g i n e s ) , de l a g e s t e d a n s l a s e m i o t i q u e du t e x t e ? I I s ' a g i t l a d ' i n t S g r e r l a s e m i o l o g i e aux p r o p o s de l a p h i l o l o g i e . P a r e x e m p l e , n o u s a l l o n s a b o r d e r q u e l q u e s «formules» s e m i o t i q u e s d a n s l e poeme p o u r m o n t r e r que l a r e p e t i t i o n d e s s i g n e s se p r e t e a. l a t r a n s m i s s i o n o r a l e du r e c i t . E n f i n , l e r e s e a u s e m i o t i q u e du t e x t e met e n v a l e u r d e s a s p e c t s s o c i a u x e t p o l i t i q u e s de l a g e s t e . Nous a l l o n s b r i e v e m e n t p r e c i s e r que l a f i c t i o n a une c h a r g e e x e m p l a i r e : a n o t r e a v i s , e l l e i n c i t e l ' a u d i t o i r e ( m e d i e v a l ) a. a c c o m p l i r l a v o l o n t e du R o i e t de l ' E g l i s e - d e s v o l o n t e s i n s e p a r a b l e s d a n s l e monde ( m e d i e v a l ) ? E n d ' a u t r e s mots, l a g e s t e r e - p r e s e n t e (ou s i g n i f i e ) l e s p o u v o i r s p o l i t i q u e s e t r e l i g i e u x du moyen age. L a p l u r a l i t y des t h e o r i e s e x a m i n e e s donne a ce t r a v a i l u n c a r a c t e r e g e n e r a l . Nous v o u l o n s m o n t r e r que l a s e m i o l o g i e met en l u m i e r e 1'ensemble du poeme: s a f i c t i o n , s o n p u b l i c ( m e d i e v a l ) , s o n l a n g a g e , s o n h i s t o i r e ( a u s e n s p h i l o l o g i q u e du m o t ) , e t s o n d i s c o u r s p o l i t i q u e e t r e l i g i e u x . L a m u l t i p l i c i t y n ' e s t p a s une f a i b l e s s e , m a i s une c o n d i t i o n s t r u c t u r a l e du r S c i t : i l y a p l u s i e u r s s i g n e s , p l u s i e u r s s e n s a d§chiffrer dans l e poeme. Le p l a i s i r de l e c t e u r , du s S m i o l o g u e a r r i v e t r & s e x a c t e m e n t a u moment ou t o u s l e s s i g n e s commencent a s i g n i f i e r ! - 5 -1. La Haissance des signes: les epithStes La Chanson de Roland a ' o f f r e a une lecture sSmiotique. P lus ieurs signes const ituent le texte. Une lecture semiotique v i se a dSch i f f re r les divers sens des signes. Tache problematique car l a semantique (du texte) est souvent Squivoque. Les signes que l ' on trouve dans La Chanson de Roland sont polysSmiques. PrScisons q u ' i l y a polysSmie lorsqu 'un s i gn i f i an t a p lus ieurs s i gn i f i c a t i on s . C 'est a i n s i que dans l a f i c t i o n de l a geste, un signe peut possSder p lus ieurs contenus, p lus ieurs valeurs. Dans La Chanson de Roland, le sens d'un signe dSpend de l a place q u ' i l occupe dans l a f i c t i o n : le sens est rendu par le personnage qui u t i l i s e le signe. Ce sont les personnages qui donnent une s i g n i f i c a t i o n aux signes, et qui nous donnent a in s i le support, grace auquel nous pouvons « l i r e » les signes. Rien de moins a r b i t r a i r e done que les signes dans La Chanson de Roland; les signes, ceux qui sont invariablement r e l i e s vo i re as-signes a certa ins personnages. Jamais, en e f fe t , dans l a f i c t i o n , un personnage n 'est decr i t , sans qu'au premier plan ne se p r o f i l e t e l ou t e l signe. De surcro l t , jamais ne surg i t un signe, q u ' i l ne trouve un cadre tout prSt a l ' i n s e r e r et a le supporter. Invariablement, c ' e s t avec un signe minutieusement soulignS par le narrateur, que se montre pour l a premiSre f o i s un personnage p r i n c i pa l du texte. DSs le moment ou i l apparait dans l a f i c t i o n , ce signe, s 'assoc iant a l u i , l u i donne un caractdre b ien d i s t i n c t et reconnaissable. Sans doute, par l a suite, le personnage rSappara l tra a i l l e u r s dans l a f i c t i o n . Mais, i l ne cessera d 'Stre l i S au signe p r i m i t i f dans l a mSmoire des lecteurs - 6 -et des auditeurs. C 'est au signe que nous pensons en premier l i eu , c ' e s t l u i que nous voyons se dSrouler d'abord, en quelque endroit que le personnage se retrouve. A in s i , en v a - t - i l de tous les personnages (principaux) du texte. Comment se reprSsenter Charlemagne, par exemple, ou p lutdt 1'image que le publ ic se forme de l u i , sinon sous 1'aspect, voire sous le signe du r o i en t r a i n de t i r e r sa barbe (blanche): L i emperere en t i n t sun chef enbrunc, S i duist sa barbe, a fa i t ad sun gernun, Ne ben ne mal ne respunt sun nevuld. (214-216). Partout dans l a f i c t i o n le geste de Charlemagne de t i r e r sa barbe est un signe caractSr i s t ique de 1'impuissance du r o i face a son devoir chrSt ien et fSodal. Nous a l lons commenter plus tard le rSseau sSmiotique qui met l a f a ib le s se du r o i en Svidence. Ce q u ' i l faut remarquer maintenant, c ' e s t que 1' on commence a reconnaitre Charlemagne par sa barbe (blanche) - - c ' e s t un signe que le narrateur u t i l i s e a p lus ieurs repr i ses pour re-prSsenter le r o i au publ ic. Quelles que soient les images sans cesse dSmenties de lui-mSme, q u ' i l prSsentera tour a tour par l a suite, Charlemagne ne pourra o b l i t S r e r cette image premiere, projetSe par le signe, le geste de ( t i re r sa barbe> (blanche). Image premiSre; image derniere ou presque, aussi. Car, a l a f i n de l a geste, le saint Gabr ie l se rend aupres de Charlemagne pour l u i annoncer une autre mission (chrStienne) et le r o i , qui ne (voudrait b ien ne pas y a l l e r , t i r e sa barbe blanche): - 7 -Culcez s 'e s t l i r e i s en sa cambre vo l t i ce . Seint Gabrie l de part Deu l i v in t d i re : ((Carles, sumun les oz de tun emperiet Par force i ra s en l a tere de Bire, Reis V i v i en s i succuras en Imphe, A l a c i t e t que paien unt as ise: L i chrest ien te recleiment e cr ient . » L i emperere n ' i v o l s i s t a l e r mie: «Deus, d i s t l i r e i s , s i penuse est ma v i e ! » P luret des o i l z , sa barbe blanche t i r e t . (3992-4001). II ressort de 1'exemple de Charlemagne que les personnages apparaissent dans le texte, accompagnSs de certa ins signes qui leur servent de support et de cadre, et qui dSterminent l a perspective selon laquel le i l est permis de les voir. Passons a d 'autres exemples. Comment imaginer le r o i musulman, Marsi le, ou Blancadrin, un de ses barons, autrement que sous le signe (trompeur) des branches d ' o l i v i e r : L i r e i s Mars i le out sun cunse i l l f i ne t , S in ape1at C l a r i n de Balaguet, Bstamarin e Eudropin, sun per, E Priamun e Guarlan le barbet E Machiner e sun uncle, Maheu E Jouner e Malbien d 'ultremer E Blancadrins, par l a ra i sun cunter. Des plus feluns dis en ad apelez: «Se i gneurs baruns, a Carlemagnes i rez . i l est a l siege a Cordres l a c i t e t . Branches d 'O l ive en voz mains porterez, Cjo senef iet pais et humi l i tet . (62-73). A in s i se f i xe dans 1 'espr i t des lecteurs et des auditeurs, insSrS dans son contexte «f61on» le signe des branches d' ol i v i e r . Or, le s i g n i f i S des branches d ' o l i v i e r est l a trahison. La f i c t i o n l ' i n s c r i t dans le signe. II est intSressant de noter que l a branche d ' o l i v i e r est un signe b ib l ique. Dans l a B ib le, c ' e s t un symbole de l a paix, de l a trSve. Nous pensons, par exemple, au -8-rameau d ' O l i v i e r qu'une colombe ramene a Hoe. 1 Ce qu'il faut remarquer i c i c'est que les signes que 1'on trouve dans «La Chanson de Roland» sont souvent d'origine biblique et/ou chretienne. Nous allons aussi considerer des signes qui ont de la signification feodale. L'important est que 1'on doit etudier les signes du texte au sein de la vie sociale et religieuse du moyen age. Maintenant revenons a la signification (textuelle) des branches d'olivier. Comme nous l'avons vu, Marsile exploite le signifiS biblique voire conventionne1 des branches d'olivier pour tromper Charlemagne. Des lors les branches d'olivier signalent, dans la fiction, le mensonge des paiens et, de surcroit, la tromperie de Ganelon. Le narrateur le dit ainsi: Guenes chevalchet suz une olive halte, Asemblet s'est as sarrazins messages; Mais Blancadrins Ki envers lu s'atarget; Par grant saveir parolet l i uns a l'altre. (366-370). Ganelon chevauche i c i sous le signe de la trahison, voire sous le signe de la haute trahison -- i l est en train d'aller chez Marsile ou i l discutera les articles de sa perfidie. Or, i l est temps d'ouvrir une parenthese sur la fonction qualificative des signes dans La Chanson de Roland. L'association a chaque personnage (principal), d'un certain signe par lequel i l se profile, a pour effet de lui conferer une identity proprement reconnaissable. Les personnages s'entourent des signes qui les aident a se reconnaitre. Par exemple, lors de son entretien avec Ganelon, Marsile cite Charlemagne en utilisant la couleur de sa barbe pour le deerire: - 9 -Dist 11 Sarrazins: «Merveille en a i grant De Carlemagne, Ki est canuz e blancs. Mien escientre, plus ad de .11. C. anz. (550-552). Aux yeux de Marsile, l a blancheur de Charlemagne est un signe qui indique l a longue duree de son r§gne. Blanche de v i e i l l e s s e , l a barbe de Charlemagne met en evidence le f a i t que le r o i t i e n t pouvoir depuis longtemps. Mais Marsile interprete mal l a s i g n i f i c a t i o n du signe - le sens de l a blancheur du r o i l u i echappe. II c r o i t q u ' i l peut vaincre Charlemagne car <le r o i francais est bien vieux>, et, de surcroit, <il a f i n i son temps) : II est mult v i e l z , s i ad sun tens uset; Men escient dous cenz anz ad passet. (523-524). Mais grace a Dieu, Charlemagne est toujours puissant -- i l vengera l a mort de Roland et l a trahison de Ganelon. Precisons en bref que l a barbe blanche du r o i de-signe son pouvoir souverain dans l a f i c t i o n . La blancheur de 1'empereur n'est pas comme le veut Marsile, un signe de faiblesse; e l l e est plutdt une marque de puissance. Par exemple, lorsque l a proposition paienne de paix se discute en conseil des barons frangais, Charlemagne met en r e l i e f sa souverainete en jurant sa crainte sur l a blancheur de sa barbe: Respunt l i r e i s : «Ambdui vos en taisez! Ne vos ne i l n ' i porterez les piez. Par ceste barbe que veez blancher, L i duze per mar i serunt jugez. » Franceis se taisent, as les vus aquisez. (259-264). -10-Ce q u ' i l faut noter c ' e s t que l a s i g n i f i c a t i o n de l a barbe g l i s se d'un personnage a un autre, d'un moment dans l a f i c t i o n a un autre. Pour les barons fran<;ais, l a barbe du r o i i n sp i re du respect: a l a vue du geste de Charlemagne, rappelons- le, les barons se ta isent. Mais a l a d i f ference des barons de 1'empereur, Marsi le manque de respect envers Charlemagne; dans 1'exemple qui nous occupe, Mars i le l i t mal le signe du pouvoir du r o i : l a barbe blanche de Charlemagne le trompe. La mauvaise lecture du signe aide a entra lner Mars i le dans sa ruine. Nous a l lons retrouver bientdt d 'autres lectures des signes que font des personnages dans l a f i c t i o n . Mais maintenant, i l se ra i t u t i l e d ' S l a r g i r notre analyse des signes et leur rd l e dans les po r t r a i t s des personnages. Les personnages ne sont pas seulement l i S s a des signes. II faut encore comme remarque Eugene Vance que les signes qui s 'attachent aux personnages soient l i Ss , a leur tour, a des a d j e c t i f s q u a l i f i c a t i f s qui les encadrent et qui leur servent de soutien. 2 Eugene Vance montre que le narrateur se sert des a d j e c t i f s q u a l i f i c a t i f s pour dficire d'emblSe et, par l a suite, de marquer de fa<;on permanente les personnages du texte. A in s i , le personnage de La Chanson de Roland para l t ra , a tour de r61e, dans l a f i c t i o n avec l a meme epithete. II s ' a g i t l a des epithetes homeriques dans l a mesure ou e l l e s s 'attachent aux (noms des) personnages pour les marquer et les i nd i v idua l i se r . Vance c i te , par exemple, l a la i s se douze ou le narrateur f a i t connaltre des personnages au publ ic «with epithets which predetermine and prejudge the i r identit ies)): - i i -Ensembl'od e l s l i quens Rol lant i v in t E O l iver , l i proz e l i gen t i l z ; Des Francs de France en i ad plus de mi l ; Guenes i v int , K i l a t ra i sun f i s t . Des ore cumencet le cunse i l l que mal p r i s t . (175-179). Les epithetes des personnages t e l l e que c e l l e de Roland -« l i proz» - «prSdSterminent» l a maniSre dont i l s se comportent le long du rSc i t . Vance prec ise que les SpithStes font pa r t i e d'une stratSg ie narrat ive; e l l e s dSterminent d'avance l a tragSdie de l a geste: Obviously characters already describable i n such terms br ing into the poem with them a basic framework of causa l i t y from which the act ion must derive. The mere mention of the i r names together i s ev ident ly enough by th i s time fo guarantee a ta le of tragedy, a tragedy complete i n the minds of both poet and audience before i t even «happens. » 3 Ce qui nous importe i c i c ' e s t que nous pouvons dSch i f f re r les signes qui accompagnent certa ins personnages a l a lumiSre des epithetes. Nous a l lons v o i r que les SpithStes - c ' e s t - a - d i r e les caracteres des personnages - «predeterminent» l a s i g n i f i c a t i o n (tragique) des signes. Aussi les personnages ne se l a i s s e n t - i l s Jamais evoques sans etre accompagnes par 1'image que leur donnent les epithetes. S i nous conservons, par exemple, l a memoire de l ' ep i the te de Ganelon - «Guenes i v int , K i l a t ra i sun f i s t » - nous pouvons dSceler le(s) sens des signes qui survlennent a Ganelon partout dans l a f i c t i o n . Nous pensons surtout au gant que Ganelon l a i s se tomber a terre a lors que le consei l des barons le charge de porter un message de paix a Marsi le. Suivant le code feodal du moyen age, le gant et le baton sont des signes d'honneur: pour s'engager envers -12-quelqu'un i l faut le baton et le gant. A i n s i Charlemagne d i t a Ganelon d J avancer et de recevoir le gant (droit) et le baton. * Mauvais signe puisque le gant tombe a. terre: L i empereres l i tent sun guant, le destre; Mais l i quens Guenes i l o e c ne v o i s i s t estre, Quant le dut prendre, s i l i c a i t a tere, Dient Franceis: «Deus! que purrat ?o estre? . De cest message nos avendrat grant perte. (331-335). Les Francjais sont de bons semioticiens: i l s entendent le s i g n i f i e - 1'indice de perfidie. Par contre, le r o i ignore le s i g n i f i e - le signe de l a trahison de Ganelon. II permet a Ganelon de p a r t i r . Ce qui est interessant c^est que Charlemagne f a i t i c i un autre signe; par le signe de l a croix, i l benit (le voyage de) Ganelon: 9o d i s t l i r e i s : «A1 Jhesu e al mien!» De sa main destre l'ad asols e seignet, Puis l i l i v r a t le bastun e le bref. (339-341). PrScisons le sens du geste, du signe de Charlemagne: en faisant le signe de l a croix, «1' empereur donne sa benediction a c e l u i q u ' i l envoie: ce geste souligne le caractere sacerdotal que prend l a royaute. » 5 II reste a «souligner» une autre s i g n i f i c a t i o n . Faute de puissance souveraine, Charlemagne est toujours capable d'exercer sa fonction chrStienne. C'est un signe que Dieu est du cote des Fran<;ais. Maintenant Ganelon risque de t r a h i r non seulement le r o i , mais aussi Dieu et l a chretiente. Nous allons reprendre plus tard le repertoire des signes qui sont des indices de l a trahison de Ganelon. Maintenant, i l nous faut encore preciser le s i g n i f i e ( p e r f i d e ) que l a i s s e l a chute du gant droit. La s i g n i f i c a t i o n du signe se v o i t bien en se rSferant a 1'Spithete (perfide) de Ganelon. Le -13-f a i t qu'il est traltre s'inscrit, a partir de l'Spithete, dans sa parole et ses gestes. De surcroit, chaque signe que f a i t Ganelon est placS par le lecteur dans le contexte de sa trahison. Passons a d'autres signes qui ont, dans le cas de Ganelon, une charge perfide. En accord avec la logique de son SpithSte, Ganelon as-signe, par exemple, une valeur fSlonne a 1'argent que l u i donne Marsile: Guaz vus en dreit par cez pels sabelines, Melz en valt 1'or que ne funt cine cenz livres; Einz demain noit en iert bele l'amendise. Gvenes respunt: «Jo nel desotrei mie. Devs, se l u i plaist, a bien le vos mercie!» (515-519) Voila done le paiement de la trahison. Du moins, les propos de Ganelon - «Jo nel desotrei mie» - suggSre qu'il est sur le point de «signer» un pacte de trahison avec Marsile. Ce qui nous importe c'est que le public est en position de. mettre 1'or et les peaux de zibeline sous le signe de la perfidie (de Ganelon) car on sait d'avance qu'il est traitre. Aussi la signification du signe se conforme-t-elle a 1'SpithSte du personnage. II nous paralt encore u t i l e de considSrer les SpithStes de Roland et d'Olivier d'une perspective sSmiotique. Leurs Spithetes, rappelons-1e, se trouvent dans le meme s ynt agme: Ensembl'od els l i quens Rollant i vint E Oliver, l i proz e l i gentilz. (175-176). II faut insister sur le syntagme car i l Stablit le rapport complementaire et «classique» entre Roland et Olivier: l'un est -14-preux, 1'autre noble. Qui est preux et noble est d i t cheval ier. Ensemble, Roland et O l i v i e r reprSsentent le cheva l ier idea l , « le guerr ier i d S a l » : «Roland and O l i v i e r exemplify the complementary v i r tues of £ortitudo and sapentia which since c l a s s i c a l times have const i tuted the twin v i r tues of the idea l warrior. 6 Le poSte e x p l i c i t e le rapport « c l a s s i q u e » entre Roland et O l i v i e r en disant: « R o l l a n t est proz e O l i ve r est sage. » (1093). Bient6t ces SpithStes se nuancent et se prScisent. En d 'autres mots, Roland et O l i v i e r ar r ivent a mSriter leurs epithStes. Par exemple, Roland est v a i l l a n t a lors q u ' i l se bat contre les paiens a Roncevaux: Ambure oc i s t seinz nul recoevrement, E c i l d'Espaigne s 'en cleiment t u i t dolent. Dient Franceis : «Ben f i e r t nostre guarent f» (1650-1653). Au niveau sSmiotique, chaque Sarras in que Roland abat (mort) s i g n i f i e , pour les Francjais a i n s i que pour le publ ic , l a bravoure du comte. Parei l lement, O l i v i e r agit sagement a Roncevaux: nous pensons surtout au conse i l q u ' i l donne a Roland avant le dSbut de l a b a t a i l l e ; O l i v i e r l u i d i t prudemment de sonner de l ' o l i f a n t pour appeler Charlemagne a son aide. Qu 'O l i v i e r so i t sage est Svident au debut du texte. P ier re le Gent i l le d i t a i n s i : II est sage, et sa premiSre parole est une parole de sagesse, lorsque, s ' o f f r an t lui-meme a porter le bref de Charlemagne, i l reproche a Roland «son coeur apre et o r g u e i l l e u x » . On ne s'etonne done pas de le voir , a Roncevaux, montrer tant de c la irvoyance: i l est le premier a mesurer l 'Stendue du p e r i l et a dSviner l a trahison. Tout de sui te i l a compris qu 'appeler Charlemagne pouvait Stre un devoir et non pas une lachetS- 7 -15-Done, en accord avec l a logique de son SpithSte, le s i g n i f i S , «sagesse», s ' i n s c r i t dans l a parole et les gestes d'Olivier. L'epithete s'ouvre done non seulement sur le personnage mais encore sur le signe. De cette interdependance, a l a f o i s anthropologique et sSmiotique, les meilleurs exemples sont les epithetes de Ganelon, Roland et O l i v i e r . Epithdtes felonnes, nobles et preux, nous venons de v o i r le r61e primordial qu'elles jouent dans le texte, r o l e s i grand que des personnages resolvent d'elles leurs caracteres. Sur le plan semiotique, i l ne s e r a i t pas exagere de considerer l a geste comme un exemple du pouvoir qu'exercent les epithetes sur l a s i g n i f i c a t i o n du texte. II est temps de prSciser que les SpithStes des personnages dans La Chanson de Roland proviennent d'une stratSgie narrative. Nous venons de v o i r que les epithetes mettent en lumiere l a conduite (future) des personnages: par exemple, on s a i t d'avance que Roland, «Li proz», va se t e n i r d'une manidre v a i l l a n t e partout dans l a f i c t i o n . Mais ce n'est pas un hasard, s i 1'on s a i t d'avance l a maniSre dont Roland va se comporter; le narrateur souligne a l'avance les SvSnements de 1'histoire. Par exemple, Roland prSvoit l a trahison des paiens en l i s a n t les signes de leur p e r f i d i e : i l dechiffre le sens felon des branches d ' o l i v i e r . La suite de 1'action demontrera l'exacte valeur de 1'avertissement de Roland. Ce qui nous intSresse i c i c'est que l a clairvoyance de Roland a une fonction narrative: aux yeux du public, l a prevision du comte acc§ldre, anticipe, rSsume les f a i t s de 1'histoire; e l l e dSjoue 1'intrigue de sorte q u ' i l y a peu de suspense (au sens anglais du mot), dans le r S c i t . D'un point de vue general, l a -16-structure de 1'intrigue - les previsions abondent dans l a geste -est t e l l e que 1 * on s a i t toujours ((ce qui va arriver, » Pour le dire d'un mot, «le poete ne cherche aucun e f f e t de surprise. » 8 La question se pose done de savoir: pourquoi le r e c i t manque-t-il de suspense? Bref, i l s'agit d'un jeu Chretien entre l a predestination et le deroulement de ce destin. Suivant le canon catholique les chrStiens sont destines au salut et les paiens voues a. l a damnation. Le texte re-presente les desseins de Dieu dans l a mesure ou les Francjais, (les Chretiens), vainquent les paiens. Aux yeux de Dieu, les Fran«?ais «ont droit. » Vu que Dieu est du cot§ des Fran<?ais, le public (chrStien) s a i t d'avance que les paiens vont perdre l a b a t a i l l e : les Sarrasins sont destines a. etre battus. II faut bien reconnaitre i c i que le poete agit en porte-parole (anonyme) de l a chrStiente. Le texte influence l a volonte (religieuse) et le comportement du public. En entendant, par exemple, que les bons Chretiens sont destines au paradis, le public se mettrait a remplir ses devoirs catholiques. Nous allons retrouver cette question a. propos de 1'influence chretienne du texte, mais i l nous faut v o i r maintenant que le poete a intSret a souligner a l'avance les SvSnements de 1'histoire: i l s'agit de montrer que Dieu est ineluctablement du c6t§ des Fran«?ais. Une p r e c i s i o n d'abord sur 1'absence d'Snigmes dans l a geste. Le r S c i t ne cache rien. Les Svenements ( f i c t i f s ) sont prevus et connus. De l a divulgation des f a i t s , des secrets, le meilleur exemple est le destin (anticipe) de Ganelon. En un mot, le narrateur devoile le sort de Ganelon, portant l a mort (future) du -17-t r a i t r e a l a connaissance du public: Malvais servis le jur l i rendit Guenes Qu'en Sarraguce sa maisnee alat vendre; Puis en perdit e sa vie e ses membres; El p l a i t ad Ais en fut juget a pendre, De ses parenz ensembl'od l u i t e l s trente Ki de murir nen ourent esperance. (1406-1411). II est frappant d'apprendre maintenant - au moment de l a b a t a i l l e a Roncevaux - que Ganelon va mourir. Etant l'auteur de l a b a t a i l l e et de l a trahison des Fran<?ais, Ganelon doit mourir - i l doit payer de sa vie. II est done dans l ' i n t e r e t de l a vengeance publique de reveler le proces et l a punition de Ganelon. Aussi n - e s t - i l pas question de t e n i r le public en suspens. Que le r e c i t ne renferme pas des Snigmes est en evidence. Des que l'Snigme se pose, le secret se divulge. Nous pensons, par exemple, au sort (prevu) de Marsile. I1 ne faut pas se demander «ce qui va arriver)) a Marsile car on le s a i t deja; tout au debut du texte, on apprend q u ' i l va mourir, q u ' i l doit mourir: Carles l i r e i s , nostre emperere magnes, Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne: Tresqu'en l a mer cunquist l a tere altaigne. N'i ad castel Ki devant l u i remaigne; Mur ne c i t e t n ' i est remes a fraindre, Fors Sarraguce, Ki est en une muntaigne. L i r e i s Marsile l a tient, Ki Deu nen aimet. Mahumet sert e A p o l l i n recleimet: Nes poet guarder que mais ne l ' i ateignet. (1-9). L'Snigme prend forme dans le dernier vers de l a laisse. Le f a i t que <Marsile ne peut echapper au malheur) susei te l ' i n t e r e t du public: des lors on veut savoir 1'histoire de 1'infortune du r o i . Mais ce qui importe c'est que le destin de Marsile s'annonce dSja: Stant musulman, «il ne peut empecher que -18-le malheur 1'atteigne. » II nous reste a prSciser que 1' infortune de Marsile atteste l a volonte de Dieu. En accord avec le p a r t i p r i s du texte, le Seigneur predestine les Sarrasins, y compris Marsile, a 1'enfer. 9 On a droit de tuer Marsile et les autres musulmans car <ils n' aiment pas Dieu.) De l a mort de Marsile, i l est «evident» que c e l u i qui <sert Mahomet et invoque Apollin) est «perdu. » Roland reaffirme ce dogme (Chretien) lors de l a b a t a i l l e a Roncevaux: «Paien unt tort e chrestiens unt dreit. » (1015). Roland s'adresse i c i aux soldats franc/ais pour les i n c i t e r a battre les paiens. Une f o i s encore, Roland provoque les siens en disant: «Nos avum dreit, mais c i s t glutun tort. » (1212) Que Roland <ait droit) est en evidence: les Chretiens remportent une v i c t o i r e sur les paiens. Paisons une courte digression i c i pour commenter «1 J image)) des musulmans dans le texte. On a souvent souligne que le p o r t r a i t ( f i c t i f ) des musulmans est inexact - c'est un mensonge- 1 0 Le texte represente les Sarrasins comme des id o l a t r e s et leur attribue t r o i s dieux: Mahomet, Apollon et Tervagan. Le poete (chr§tien) de l a geste f a i t , dans ce cas, les Sarrasins a sa ressemblance. Mais i l precise a plusieurs reprises que les musulmans <n' aiment pas Dieu. >ii Par consequent, i l s sont les ennemis des Franc/ais: c'est-a-dire les adversaires des chrStiens. En ce qui concerne 1'a r t i c l e de f o i des musulmans, l a geste s'inspire de «1'imagination populaire du moyen age. 1 2 A 1'epoque m6di6vale, l ' E g l i s e renseigne le public (chretien) sur l a doctrine islamique. II est dans l ' i n t 6 r e t de l ' E g l i s e de -19-representer les musulmans comme des idolatres: en disant que les paiens rendent un culte d i v i n aux idoles, l ' E g l i s e fournit le soldat Chretien d'un motif (ideologique) pour combattre les Sarrasins - en un mot, i l faut detruire non seulement les idoles mais encore les idolatres. Ce qu'on peut tout de suite voir dans l a f i c t i o n , c'est que les Frangais, influences par 1'archetype Chretien, brisent les idoles des Sarrasins. Suivant les decrets de l ' E g l i s e , on remplit son devoir Chretien en detruisant les idoles des paiens. De surcroit, i l faut convertir les paiens au christianisme. Mais, tout d'abord, on doit <pulveriser> les idoles pour f a i r e d i s paraitre les signes de «la fausse religion)): A mil Franceis funt ben cercer l a v i l e , Les sinagoges e les mahumeries; A mailz de fer e a cuignees q u ' i l tindrent Fruissent les ymagenes e trestutes les ydeles. N'i remeindrat ne sorz ne f a l s e r i e . (3661-3665). Ce passage s'offre a une lecture semiotique. Precisions que l ' i d o l a t r i e est un domaine p r i v i l e g i e pour l'analyse semiotique parce que, d'une part, les statues s i g n i f i e n t les dieux, 1 ' a r t i c l e de f o i , etc. que 1'on venere: dans 1'exemple qui nous occupe, e l l e s representent l a divinte dite sarrasine; et, parce que, d'autre part, l a notion meme de l ' i d o l a t r i e , le f a i t que 1'on voue un culte aux idoles, aux s i g n i f i a n t s , concerne 1'etude des signes. L ' i d o l a t r i e est, pour a i n s i dire, une pratique hautement semiotique. Une m&me chose peut dtre dite sur l ' i d o l a t r i e des Sarrasins. Les Frangais detruisent les statues de l a t r i n i t e sarrasine, -20-rappelons-le, car e l l e s ne representent pas l a v e r i t e (chretienne) . II est question d'anSantir les s i g n i f i a n t s (les idoles), pour montrer que les s i g n i f i e s (les dieux), n'existent pas. On ne peut ignorer que, par l a destruction des idoles, les Franqais atteignent les paiens. Faute de dieux, les Sarrasins se rendent compte q u ' i l s ne sont pas sous l a protection du c i e l - des lors i l s savent q u ' i l s «ont tort.» Ai n s i les paiens arrivent a r e j e t e r leur a r t i c l e de f o i . Lors de leur f u i t e de Roncevaux les paiens maudissent (1'absence de) leurs dieux. La suite des evenements l a i s s e supposer de l ' i r o n i e . Les Sarrasins suivent 1'exemple des Franqais en detruisant leurs propres idoles: Ad Apolin en curent en une crute, Tencent a l u i , laidement le despersunent: «E! malvais deus, por quei nus f a i s t e l hunte? Cest nostre r e i por quei lessas cunfundre? Ki mult te sert, malvais luer 1'en dunes!» Puis s i l i tolent sun sceptre e sa curune, Par les mains le pendent sur une culumbe, Entre lur piez a tere le tresturnent A granz bastuns le batent e defruisent; E Tervagan tolent sun escarbuncle E Hahumet enz en un fosset butent E pore e chen le mordent e defulent. (2580-2591). La l a i s s e se donne a une lecture ironique. Suivant l a l o i islamique, i l est i n t e r d i t le manger des pores. En (mordant) l a statue de Mahomet, les pores violent ironiquement le code dietetique des musulmans. Sur le plan des s i g n i f i e s , 1'action des pores s i g n i f i e non seulement l a destruction, l a «mort» de Mahomet mais aussi l a perdition (au sens ecclesiastique du mot) des paiens. Ce q u ' i l faut noter c'est que l a dSfaite des Sarrasins -21-souligne a nouveau l a volont6 de Dieu. De l a v i c t o i r e des Frangais, i l est evident que le Seigneur est du cdtS des chrStiens. II les aide a vaincre les paiens. Plus pr§cis6ment, etant Chretiens, les Francais sont predestines a triompher des musulmans. Au reste, les soldats de Charlemagne savent q u ' i l s accomplissent l a volonte de Dieu en se battant contre les paiens: A i c e s t colp c i l de France s'escrient: «Ferez, baron, ne vos targez mie! Carles ad d r e i t vers l a gent . . . Deus nus ad mis al plus verai juise. » (3665-3668). Les Fran<?ais entendent le s i g n i f i e : tout d'un «coup» i l s se rendent compte q u ' i l s sont sous l a protection de Dieu. Ainsi, i l s se mettent a frapper les paiens. Que Dieu s o i t du cote des Frangais est done en evidence. Mais l a volonte divine est parfois equivoque dans l a geste. Par exemple, on veut des precisions sur le rapport entre le l i b r e a r b i t r e des personnages et l a notion de l a predestination des evenements. Le destin de Roland souligne le probieme: peut-on agir pour empScher l a mort du comte? Charlemagne prevoit l a mort de son neveu, mais i l ne peut le sauver de son sort. T e l l e est l a c r i s e (semiotique) de Charlemagne: i l «lit» les signes des catastrophes sans pouvoir les eviter. Dans le prochain chapitre, nous allons montrer que les e f f e t s de predestination se font s e n t i r non seulement dans l a structure du r e c i t mais encore dans les vies des personnages. -22-2. Charlemagne, l e signe, l a c r i s e On l e s a i t , C h a r l e m a g n e s ' a r r e t e aux s i g n e s : c ' e s t u n b o n s e m i o t i c i e n . I I «lit» l e s i n d i c e s de 1 ' a v e n i r . I I p r e v o i t l a t r a h i s o n de G a n e l o n e t l a m o r t de R o l a n d . M a i s , d a n s l e c a s de C h a r l e m a g n e , d e c h i f f r e r l e s s i g n e s n ' e s t p a s s u f f i s a n t . I I f a u t e n s u i t e p a s s e r a 1 ' a c t i o n p o u r f a i r e e n s o r t e que ne se p r o d u i s e n t p a s l e s SvSnements f u n e s t e s . Une q u e s t i o n s e p r e s e n t e a l o r s : p o u r q u o i l e r o i n ' a g i t - i l p a s p o u r . p r S v e n i r l e s d e s a s t r e s ? L a r e p o n s e commence a i n s i : on d o i t p o s t u l e r que C h a r l e m a g n e e s t s o u m i s a deux r e g i e s c o n c u r r e n t e s : c e l l e de l a coutume f e o d a l e ( l e r o i d o i t e x a m i n e r u n p r o b l e m e , t e l l e que l a p r o p o s i t i o n de p a i x de B l a n c a d r i n , e n d e l i b e r a n t a v e c s e s b a r o n s , De p l u s , i l e s t o b l i g e d ' a c c e p t e r l a d S c i s i o n du c o n s e i l ) , q u i f i x e l a c o n d u i t e du s o u v e r a i n ; e t c e l l e d u c a t h o l i c i s m e , t o u c h a n t a u r a p p o r t q u i s ' e t a b l i t e n t r e l e r o i ( f r a n q a i s ) e t D i e u , B r e f , C h a r l e m a g n e d o i t a c c o m p l i r l a v o l o n t e du S e i g n e u r . A i n s i , on l a i s s e 1'empereur p e u de l i b e r t y . Nous v o u d r i o n s i c i a p p o r t e r une c o n t r i b u t i o n a c e p r o b l e m e , q u i e s t a c o u p s u r f o n d a m e n t a l p o u r 1 ' a n a l y s e de l a f i c t i o n . C h a r l e m a g n e e s t u n l e c t e u r p r i v i l e g i e . I I «lit» d e s t e x t e s e t des s i g n e s d i v i n s . C e r t a i n s s i g n e s - nous a l l o n s l e s p r e c i s e r b i e n t o t - p r o v i e n n e n t du c i e l . L e s anges, e n t a n t que m i n i s t r e s d e s v o l o n t S s d i v i n e s , s e r v e n t d ' i n t e r m e d i a i r e e n t r e D i e u e t C h a r l e m a g n e . G a b r i e l , p a r exemple, f o u r n i t a C h a r l e m a g n e d e s s i g n e s s u r l a p e r f i d i e de G a n e l o n : T r e s v a i t l e j u r , l a n o i t e s t a s e r i e C a r l e s s e d o r t , l i e m p e r e r e s r i c h e s . S u n j a t q u ' i l e r e t as g r e i g n u r s p o r z de S i z e r ; -23-Entre ses poinz teneit sa hanste fraisnine; Guenes l i quens 1' ad sur l u i s a i s i e ; Par t e l a i r 1' at estrussee e brandie Qu'envers le eel en volent les es c i c l e s ; Carles se dort, q u ' i l ne s ' e s v e i l l e t mie. (717-724). Charlemagne dScele le sens des signes - le f a i t que Ganelon l u i arrache sa lance s i g n i f i e l a felonie du baron - et, de ce f a i t , i l prevoit 1'avenir. Pareillement, Charlemagne dechiffre les signes qui l u i annoncent l a b a t a i l l e entre Marsile et Roland. 1 II se rend compte, par exemple, q u ' i l va perdre Roland: «E1 destre braz l i morst uns vers s i mais. » (727). On s a i t que le bras droit de Charlemagne represente Roland. Ganelon l ' a d i t a i n s i : Chi p u rreit f a i r e que Roll ant i fust mort, Dune perdreit Carles le destre bruz del cors. (596-597). Charlemagne connait done l a s i g n i f i c a t i o n des signes: i l anticipe 1'avenir car i l percoit bien les s i g n i f i e s . II est important de noter que 1'avenir se revele a Charlemagne par des reves - des songes qui proviennent du c i e l . On peut a i n s i S t a b l i r une comparaison entre Charlemagne et les prophetes de l'Ancien Testament. Nous pensons surtout aux reves de Daniel qui l u i permettent de connaitre l a volonte divine. V o i c i sa v i s i o n des quatre betes: La premiere annSe du rSgne de Belscatsar, r o i de Babylone, Daniel etant sur son l i t , v i t un songe, et eut des visions dans sa tete, et i l e c r i v i t le songe, et i l en d i t le sommaire. 2 II faut souligner que Daniel annonce son rSve au public. Les -24-prophetes de l'Ancien Testament doivent «publier» le Verbe -la Parole de Dieu. A i n s i le Seigneur donne 1' ordre a. Jeremie de reveler le Verbe: Alors l a parole de l'Eternel fut adressSe a. Jeremie, et i l l u i d i t : A i n s i a d i t l'Eternel des armees, le Dieu d'Israel: Va, et dis aux hommes de Juda, et aux habitants de Jerusalem . . . Suivant les ordres de Dieu, Jeremie se met a annoncer l a Parole de Dieu. A l a difference des prophetes, Charlemagne ne pretend rSveler des vSritSs cachSes au nom de Dieu dont i l se d i t inspirS. Charlemagne n'annonce pas 1'avenir au public car i l n'est pas capable d'empecher les evenements funestes - aux yeux du r o i , l a trahison de Ganelon est inevitable. ^ La comparaison entre Charlemagne et les prophetes de l'Ancien Testament est u t i l e dans l a mesure ou e l l e souligne que 1'empereur est en p o s i t i o n de recevoir et d'entendre l a Parole de Dieu. Pierre Le Gentil precise a i n s i l a s i t u a t i o n ecclesiastique du r o i : A l a t&te de l a ChrStientS en armes, i l est en e f f e t l'61u du Seigneur. 5 Dieu c h o i s i t le r o i (franqfais) pour proteger et propager l a f o i chretienne - rappelons que Charlemagne convertit des paiens au christianisme. Etant l a personne chargSe des a f f a i r e s et des intSrets mondains du Seigneur, Charlemagne a une r e l a t i o n intime avec Dieu: en un mot, Dieu l u i donne une «vision» p r i v i l e g i S e du monde (franqais). De ses reves, Charlemagne anticipe l a destinee des Fran<?ais en Espagne. II est temps d Jexaminer de pre3 sa r e l a t i o n avec Dieu. Vu que Charlemagne combat pour Dieu et l a chretient§, i l est en droit -25-d ' a l l e r au paradis. II va de soi que l'ame du r o i est destinee au 3 a l u t ; au moment de s a mort, on peut done Scrire: (Horz est Karlemagne, Deus en ad 1' anme e s eels.) Que Dieu fasse du bien a Charlemagne est a i n s i en evidence. II est nSanmoins problematique de postuler que Charlemagne «profite» de sa r e l a t i o n avec Dieu. D'une part, c'est grace a 1'intercession de Dieu que Charlemagne r e u s s i t a vaincre les paiens. Le r o i demande au Seigneur une aide q u ' i l re«?oit. Nous songeons surtout a 1'episode ou Charlemagne a encore besoin de lumiere pour venger l a mort de Roland. L'empereur prie Dieu de prolonger l a durSe de l a journee: Pur Karlemagne f i s t Deus vertuz muilt granz, Car l i s o l e i z est remes en estant. (2488-2489). Ce miracle prouve que Dieu agit pour 1'intSret (mondain) de Charlemagne. 6 Mais, d'autre part, l a r e l a t i o n qu'a Charlemagne avec Dieu tourne au tragique. Rappelons que le Seigneur pourvoit Charlemagne de l a clairvoyance. A i n s i le r o i prevoit l a mort de Roland et l a destruction de l ' a r r i e r e - garde: pour le dire d'un mot, ses previsions l'inquietent au point de f a i r e naitre l'angoisse - «Sur tuz les a l t r e s est Carles anguissus. » (823). II nous reste done a prSciser l'angoisse de Charlemagne. E l l e provient, comme nous 1'avons vue, de sa r e l a t i o n avec Dieu. L'angoisse du r o i s'exprime par gestes - i l t i r e sa barbe - car i l ne peut rSvSler aux Frangais leur destinSe tragique. De plus, i l n'est pas capable de renverser leur sort. Le cours des Svenements, dans un sens C h r e t i e n , est irrevocable. Ce qui est en jeu i c i , on le v o i t a nouveau, c'est l a predestination des evenements. On connait 1'importance et l'enjeu de l a question de l a -26-predestination dans les conseils des barons francais. 7 Le sort des Francais y pSse sur l a parole et les gestes de Charlemagne. Suivant l a t r a d i t i o n de l a cour fSodale, Charlemagne t i e n t un conseil pour discuter l a proposition de paix de Marsile: Ses baruns mandet pur sun c u n s e i l l f i n e r : Par eels de France voelt i l del tut errer. 8 Etant le r o i , Charlemagne s'adresse en premier aux barons pour prSciser 1'offre de Marsile; i l cherche a savoir les motifs du paiens: «Mais jo ne sai quels en est s i s curages. » (191). C'est Roland qui a v e r t i t le r o i q u ' i l ne faut pas se f i e r aux promesses de Marsile. II s'agit d'un avertissement semiotique. Marsile a envoys des branches d ' o l i v i e r aux Francais, rappelons-le, pour signaler l a paix et l a bonne volontS des paiens. Mais Roland connait le sens perfide des branches d ' o l i v i e r . C'est presque un f a i t courant: comme un signe paien, les branches d ' o l i v i e r s i g n i f i e n t l a trahison de Marsile. Le r o i musulman les a dSja u t i l i s S e s pour tromper Charlemagne. Roland s'en souvient car i l est un bon lecteur des signes. Le comte re-connalt les indices de l a trahison de Marsile. C'est pourquoi d i t Roland a Charlemagne: «Ja mar crerez Marsile! Set anz ad pleins que en Espaigne venimes; Jo vos cunquis e Noples e Commibles, P r i s a i Valterne e l a tere de Pine E Balasgued e Tuele e S e z i l i e : L i r e i s Marsile i f i s t mult que t r a l t r e , De ses paiens enveiat quinze, Chascuns portout une branche d'olive, Nuncerent vos cez paroles meisme. A voz Franceis un c u n s e i l l en presistes, Loerent vos alques de legerie; Dous de voz cuntes al paien tramesistes, L'un fut Basan e l i a l t r e s B a s i l i e s ; Les chef en p r i s t es puis desuz H a l t i l i e . Faites l a guer cum vos l'avez enprise, -27-En Sarraguce menez vostre ost banie, Metez le sege a tute vostre vie, Si vengez eels que l i f e l s f i s t ocire!» (196-214). PrScisons le discours de Roland. D'abord, i l se sert d'un langage commSmoratif: i l rappelle «les noms de pays» q u ' i l a conquis pour le r o i . Ensuite, Roland se consacre aux signes memes, y compris les branches d ' o l i v i e r et l a parole des paiens. Pour Roland, ces signes ont une charge mnemonique. I l s font rappeler une autre trahison de Marsile. Par ce rappel(sSmiotique) , Roland veut convaincre Charlemagne de ne pas accorder sa confiance a Marsile i l se doute justement de quelque chose. Pour cone lure son discours, Roland elabore un plan d'action. 9 II veut passer de l a parole a 1'action: autrement dit, i l veut f a i r e l a guerre. En Studiant le discours de Roland nous pouvons mettre en revue le caractere du comte. Roland a raison de dire q u ' i l faut f a i r e l a guerre. C'est, comme nous 1'avons vu, un «preux» Mais etant donne les circonstances et les signes, Roland raisonne bien sur l a proposition de Marsile: i l s'agit de raisonner par semiologie. Jugement par lecture. Toutefois Roland, a cause de son orgueil, va perdre l a capacite de bien juger/de bien l i r e . Son orgueil l u i empechera d'examiner une s i t u a t i o n sous toutes ses faces. Nous pensons, par exemple, au moment ou <Roland se lance aveuglSment dans le combat a. Roncevaux qui est perdu d'avance. > 1 0 Les paroles du comte, au sujet de l a proposition de Marsile, sont dSja des indices de son orgueil. II t i e n t un discours commemoratif, II faut rappeler l a trahison de Marsile -l a formule perfide du paien - pour en a v e r t i r Charlemagne. Mais Roland prSface 1'avertissement en se commSmorant: i l nomme ses -28-propres conquetes. Les toponymes q u ' i l c i t e Svoquent son pouvoir guerrier: i l s re-pr5aentent l a v a i l lance du comte. Etant donn§ le propos du conseil - i l s'agit l a de discuter l ' o f f r e de Marsile -rappeler les exploits de Roland est une tache superflue. Par son discours mnemonique, Roland veut a v e r t i r Charlemagne de l a trahison de Marsile; de surcroit, Roland veut se commemorer: i l a 1 J i n t e n t i o n de se rendre immortel dans l a memoire des Franqais. Maintenant nous sommes en mesure d'examiner de pres quelques discours de Charlemagne et de dec h i f f r e r leurs signes. Se pencher sur les discours du r o i , c'est des lors reprendre l a question de la predestination et son influence sur les propos et l a conduite de Charlemagne; c'est interroger et mettre en cause l a parole de 1'empereur: L i empereres en t i n t sun chef enclin. De sa parole ne fut mie h a s t i f s ; Sa custume est q u ' i l parolet a l e i s i r . Quant se redrecet, mult par out f i e r l u v i s ; Dist as messages: «Vus avez mult ben dit. L i r e i s M a r s i l i e s est mult mis enemis; De cez paroles que vos avez c i dit, En quel mesure en purrai estre f i z ? (139-146). Que le r o i a i t une (grande) f a c i l i t y de parole donne a penser. Charlemagne est capable de s'exprimer, de «parler a. loisir» en vertu des circonstances. A ce moment dans l a f i c t i o n , i l ne connait pas le destin tragique des Franqfais; rappelons que Roland va 1'informer de l a trahison de Marsile. Des que Roland apprend les intentions du paien a Charlemagne, le r o i ne peut parler, l a f i e r t e de son visage dis p a r a i t et 1'angoisse s ' i n s c r i t dans l a figure du r o i . C'est que Charlemagne est certai n que les Franqjais ne peuvent Schapper a leur destin. Son entretien avec les paiens -29-marque done le point de jonction ou l a voix de Charlemagne s'exprime «a loisir» pour l a derniere f o i s : le mutisme du r o i est a etre. Le silence de Charlemagne est le f a i t non de l a trahison de Marsile mais de son incapacity de 1'empecher. Le comte a raison de signaler l a p e r f i d i e du paien. Mais l a parole de Roland a t t e i n t le r o i dans ses convictions (chr£tiennes). Aux yeux du r o i , l a p r e d i c t i o n de Roland met en cause l a predestination des evenements. Car indirectement le probleme qui, sans etre pose, est cependant en jeu, c'est: le r o i est incapable de prSvenir l a p e r f i d i e de Marsile. Ainsi, Charlemagne ne peut remplir son devoir feodal. Pour proteger ses sujets, i l faut f a i r e l a guerre contre Marsile. Mais, face a l a predestination, Charlemagne n'est pas apte a agir. Le probleme d i s c u r s i f du r o i est done de savoir: de quelle maniere d o i t - i l repondre a l a proposition de guerre de Roland? La r§ponse du r o i a SnormSment de peine a s o r t i r s i bien qu'elle ne sort pas. En un mot, Charlemagne perd sa voix: L i emperere en t i n t sun chef enbrunc, Si duist sa barbe, a f a i t a d sun gernun, He ben ne mal ne respunt sun nevuld. Franceis se taisent, ne mais que Guenelun. En piez se drecet, s i v i n t devant Carlun, Mult fierement cumencet sa raisun E d i s t al r e i : «Ja mar crerez bricun, Ne nei ne altre, se de vostre prod nun! (214-221). Charlemagne, sous 1'effet de sa prSvoyance (au sens v i e i l l i du mot), est momentanSment incapable de parler, de s'exprimer. Tel souverain, t e l sujet: puisque leur r o i ne peut point parler, «les Francais se taisent. » Sauf Ganelon. A l'ecart, Ganelon est i c i , par d e f i n i t i o n , t r a i t r e . II t r a h i t le silence du -30 -r o i et le respect (silencieux) qu'ont les Francais envers Charlemagne. Ganelon parle a la place du r o i . Autrement dit, i l vole l a parole a Charlemagne. Mais le mutisme du r o i ne peut etre regie, etant le signe meme pour c e l u i qui prSvoit le destin des Francais, pour c e l u i qui est voue d'avoir une r e l a t i o n intime avec Dieu. Or, on commence a comprendre l a puissance de l a parole pour ceux qui n'entendent r i e n de l a predestination. Yves Bonnefoy l a precise a i n s i : «On a tout a nouveau quand on est capable de parole: capable d ' a l l e r a 1'autre et de 1'entrainer dans un destin. w11 La parole de Ganelon est done 1'instrument de son li b r e arbitre. De meme l a volonte d'autres personnages s'exprime et s'exerce dans l a parole. La parole de Ganelon «declenche» les voix d'autres vassaux alors que Charlemagne est muet: E d i s t al r e i : «Ben l'avez entendud Guenes l i quens co vus ad respondud; Saveir i ad, mais q u ' i l s e i t entendud ...» (232-234). C'est a i n s i que l a trahison de Ganelon prend forme. Les barons du r o i le choisissent - choix qui souligne leur l i b r e a r b i t r e - de porter le message du r o i a Marsile: une f o i s chez Marsile, i l peut t r a h i r les Francais. Ce qu ' i l faut remarquer i c i , c'est que l a trahison de Ganelon s'appuie, en premier lie u , sur l a parole. Aussi l a structure tragique de l ' h i s t o i r e se const i t u t e - t -e l l e a. p a r t i r de l a parole. C'est l a parole qui annonce l a tragique et, de m§me, e l l e 1 J i n c i t e . Parler alors que Charlemagne est muet, est, en effet, un acte de trahison. De surcrolt, l a voix est 1'instrument de l a perfidie. Par exemple, Ganelon et Marsile arrivent a un accord oral. 1 2 II est aussi a noter que les - 3 1 -propos r o i de de Roland entrainent Ganelon a. l a trahison. Roland d i t au c h o i s i r Ganelon pour porter un message a Saragosse: «Francs chevalers, d i s t l i emperere Carles, Car m'eslisez un barun de ma marche, Qu'a Marsiliun me portast mun message. » C;o d i s t Rollant: «<Jo ert Guenes, mis parastre. » Dient Franceis: «Car i l le poet ben f a i r e ; Se l u i lessez, n ' i trametrez plus saive. »(274-279). Car Ganelon se rend compte que «Celui qui va la-bas ne peut en revenir», i l r e j e t t e le propos de Roland. 1 3 Aux yeux de Ganelon, l a proposition de Roland consitute un acte de parri c i d e : Tant par fut be Is t u i t s i per 1' en esguardent. Dist a Rollant: «Tut f o l , pur quei t'esrages? <sO set hom ben que jo sui t i s parastres, Si as juget qu'a Marsiliun en alge. (284-287). A l' a v i s de Ganelon, le par r i c i d e que propose Roland n'est que le dSbut de ses crimes ( d i s c u r s i f s ) . II compromet l a reputation (fSodale) de Ganelon en se moquant de ses propos: Guenes respunt: «Pur mei n'iras tu mei1 Tu n'ies mes hom ne jo ne sui t i s sire. Carles comandet que face sun seivise, En Sarraguce en i r a i a Marsile. Einz i f r a i un poi de legerie Que jo n ' e s c l a i r ceste meie grant ire. » Quant l'ot Rollant, s i cummen<;at a r i r e . (296-302). Que Ganelon se fasse un point d'honneur de son entretien avec Roland est done evident. C'est pourquoi Ganelon annonce au conseil que Charlemagne l u i a dSja donnS 1'ordre d ' a l l e r v o i r Marsile: «Charles commande que je fasse son service.» Des lors i l s'agit d'un devoir fSodal; Ganelon doit accomplir l a volonte du r o i : «Ademplir v o e i l l vostre commandement. »(309) Mais chose remarquable: Charlemagne n'a pas encore commands Ganelon d ' a l l e r -32-chez Marsile; les barons suggSrent au r o i d'envoyer Ganelon. Prochainement, Charlemagne se met d'accord avec le choix du consei1: Carles respunt: «Tro avez tendre coer. Puis quel comant, aler vos en estoet.» (317-315). Co d i s t l i r e i s : «Trop avez maltalant. Or i r e z vos certes, quant j o l cumant. » (327-328). Ce qui nous importe c'est que les paroles de Roland, Ganelon, etc. conduisent Charlemagne a prendre une decision. En d'autres mots, e l l e s entrainent le r o i «dans un destin. » Que Charlemagne prenne l a rSsponsabi1 its de l a decision d'envoyer Ganelon donne pourtant a r e f l e c h i r . Suivant l a t r a d i t i o n de l a cour feodale, le r o i se l a i s s e guider par l a volonte du conseil. Mais, au bout du compte, le souverain a le dernier mot au sujet de Ganelon; finalement i l ne consulte que son devoir, sa volontS. Le texte l a i s s e discrdtement entendre i c i q u ' i l est question non de l a predestination mais du l i b r e a r b i t r e du r o i et des barons. La question est d§s lors de savoir s i , par rapport aux evenements, le l i b r e a r b i t r e des personnages et l a volonte de Dieu sont susceptibles de coincider, s i les deux notions peuvent devenir presentes l'une a 1'autre, entretenir un rapport de symStrie. On se souviendra, sur ce point, 1'ordre n a r r a t i f des conseils paiens et francs. II s'agit de v o i r s i l a succession des conseils se donne a l i r e comme un f a i t de l a predestination et/ou un f a i t de l a volonte des personnages. On s a i t q u ' i l existe dans l a geste une determination prSalable des evenements ayant un -33-c a r a c t d r e de f a t a l i t S : l a p e r f i d i e de M a r s i l e est, par exemple, pr^vue par quelques personnages, l e n a r r a t e u r et l e p u b l i c , Mais l e s actes f u n e s t e s t e l que l a t r a h i s o n du paien, prennent forme dans l e s propos des c o n s e i l s - c o n s e i l s q u i a t t e s t e n t done l e l i b r e a r b i t r e des personnages. Le propos et l a d e c i s i o n d'un c o n s e i l i n f l u e n c e n t l e s desseins de 1'autre. Prenons, par exemple, l a r e u n i o n des F r a n c a i s ou se d i s c u t e l a p r o p o s i t i o n de p a i x de M a r s i l e . Les propos du c o n s e i l f r a n c a i s ne prennent l e u r portee et l e u r sens, que de l e u r r e f e r e n c e immediate au c o n s e i l paien, auquel i l s c o n s t i t u e n t une r e p l i q u e . II en e s t de meme pour l e c o n s e i l p a i e n ou on t r a i t e l e message de Ganelon. C o n s e i l s , done, qui dependent l e s uns des autres. Dans l e champ des f o r c e s ou s'esquisse l e r a p p o r t causal entre l e s c o n s e i l s , l e probleme, s'avere e t r e c e l u i de l a «place» du l i b r e a r b i t r e , de sa p o s i t i o n par r a p p o r t a l a p r e d e s t i n a t i o n . Or l a v o l o n t e de l'homme p a r a i t e t r e en p o s i t i o n «d'aide-divin» p u i s q u ' e l l e provoque 1'a c t i o n d i t e p r e d e s t i n e e - l a t r a h i s o n de Ganelon, l a mort de Roland et a i n s i de s u i t e . Par parenthese, i l est a n o t e r q u ' i l e x i s t e un r a p p o r t m a t e r i e l entre l e s c o n s e i l s des paiens et ceux des Francs. Le cadre n a t u r e l - on t i e n t c o n s e i l dehors - c o n s t i t u e , pour l e s ennemis, un l i e u commun (au sens propre et f i g u r e du terme). Lors du premier c o n s e i l paien, M a r s i l e s ' i n s t a l l e dans un v e r g e r et i l se couche sur un perron, entoure de v i n g t m i l l e s o l d a t s . -^^  Au p r o c h a i n c o n s e i l , M a r s i l e s ' a s s o i t sur un trdne a 1'ombre d'un pin. 1 5 P a r e i l l e m e n t , Charlemagne se trouve dans un verger, entoure de quinze m i l l e s o l d a t s et l a encore l e r o i s ' a s s o i t sur un trdne q u i e s t sous un p i n : - 3 4 -Desuz un pin, delez un eglenter, Un faldestoed i unt, f a i t tut d'or mer: La s i e t l i r e i s Ki dulce France tient. (114-116). Sur le plan semiotique, l a r e p e t i t i o n des signes t e l s que les trones et les armees, s i g n i f i e l a souverainete des deux r o i s . 1 6 En gSnSral, l a r e p e t i t i o n du l i e u - verger, pin, etc. - met en valeur le rapport entre les deux conseils. Chacun vise a. prendre une decision importante. Decisions qui soulignent quelques points de rencontre des paiens et des Francais: les cours se ressemblent, par exemple, dans l a mesure ou e l l e s ont les memes regies feodales (l a cour paienne, p a r e i l l e a l a cour franc/aise, est organisee selon une hierachie), et les memes cadres (physiques). Malgre l a ressemblance entre leurs conseils, leurs propos sont cependant dif f S r e n t s : les paiens ont 1'intention de tromper Charlemagne tandis que les Franqais veulent convertir les Sarrasins au christianisme. Etant, en effet, le v i c a i r e de Dieu, Charlemagne a pour fonction de propager l a f o i catholique; de plus, i l doit combattre les paiens s ' i l s n'adoptent pas l a croyance dite «vraie». Charlemagne, on le sait, est en dr o i t d'obtenir de l'aide divine. Grace a Dieu, Charlemagne est destine a vaincre (a convertir) les paiens. II est temps d'examiner l a notion de grace dans l a f i c t o n (medievale). Au moyen age le concept de grace est etroitement l i e aux e c r i t s de saint Augustin. II appuie l a theorie selon laquelle le l i b r e choix de l a volonte ne peut etre compatible qu'avec l a grace de Dieu: - 3 5 -Unless the w i l l i s freed by the grace of God from the bondage through which i t has become a slave of sin, and unless i t obtains a i d i n i t s vices, mortal men cannot l i v e r i g h t l y and piously. 1 ' La c i t a t i o n d'Augustin met en lumiere l'et a t moral de Charlemagne. Par l a grace de Dieu, Charlemagne est «libre» d'accomplir l a volonte du Seigneur. Or, le r o i n'est plus capable de pecher. II se comporte de maniSre a. Stre en accord avec l a vol ont e de Dieu. On s'apercoit done que 1'impuissance de Charlemagne, par rapport a l a predestination, est avant tout un signe de sa soumission a l a volonte divine. En Stant pa s s i f - on pense a son mutisme devant les indices de l a trahison de Marsile - Charlemagne f a i t l a volonte de Dieu. Bien q u ' i l se trouve dans le monde, Charlemagne est, par l a grace de Dieu, en mesure de connaltre et de provoquer des 6venements d i t s pr6destin6s. A l a difference de Charlemagne, Ganelon est l i e au monde, II n'est pas en droi t d'obtenir l a grace de Dieu. Selon Augustin, pour recevoir l a grace de Dieu, i l faut se soumettre entierement a la volonte du Seigneur. 1 8 Mais Ganelon n'accomplit pas l a volonte de Dieu: i l se met au service des paiens pour tromper les Francqais. En f a i t , l a feio n i e de Ganelon l'entralne dans sa ruine, dans sa mort. Toutefois, avant de t r a h i r Charlemagne, Ganelon avait un haut rang dans l a hierachie franqaise. C'est pourquoi les barons francais, rappelons-le, temoignent beaucoup de respect envers Ganelon. Naimes l'appelle un homme de bon conseil: «Vol11 ce que le comte Ganelon vous a repondu; i l y a l a de l a sagesse, a condition q u ' i l s o i t entendu. » ( 2 3 3 - 2 3 4 ) Pourtant, - 3 6 -Naimes n'entend pas l a s i g n i f i c a t i o n perfide des propos de Ganelon: l a parole de Ganelon, on l ' a vue, provoque l a trahison. Que Ganelon manque a son devoir chrStien et fSodale - i l t r a h i t Dieu et Charlemagne - est done en evidence. II nous reste a prSciser que Ganelon se sert des signes pour conclure le pacte de trahison avec Marsile. Notons que Ganelon et Marsile arrivent a un accord oral. Mais le r o i paien veut s c e l l e r conventionnellement le pacte. A i n s i Ganelon fournit des signes, des assurances de sa «sinc6rit6» a Marsile. Or, i l s'agit 1ittSralement de signer l a fSlonie. Par exemple, Ganelon jure l a tromperie de Roland sur les rSliques chrStiennes de son SpSe: Cjo d i s t M a r s i l i e s : «Qu'en parlereient . . . Cuns e i l l n'est proz dunt hume ... La traisun me jurrez de Rollant. » Co respunt Guenes: «Issi s e i t cum vos plaistf» Sur les reliques de s'espee Murgleis La traisun jurat e s i s'en est f o r s f a i t . (603-608). Une f o i s encore le «forfait» de Ganelon revient a l a sSmiologie. C'est que les rSliques sur lesquelles Ganelon jure l a trahison ont une charge semiotique. E l l e s comportent a l a f o i s le s i g n i f i a n t (les restes des saints), et les s i g n i f i e s (les vies des saints, le christianisme et Dieu). V o i c i l a d e f i n i t i o n que donne Le P e t i t  Robert, du mot «rSlique» : «Restes, ossements de hSros, de saints, ou objets leur ayant appartenu, auxquels s'attache un caractere sacrS . . . » Le rattachement des restes aux saints, du s i g n i f i a n t au s i g n i f i S est done, 1'effet d'un l i e n <naturel> ou nScessaire: bref, les restes s i g n i f i e n t 1'ensemble - en ce cas, les corps des saints - dont i l s proviennent. La rSlique est de l a sorte un indice sur, un signe nScessaire, ou encore, un signe -37-evident: celui qui est ce qu'il est et qui ne peut etre autrement. Mais Ganelon mine la «nature» du signe. Jurer la feionie sur les reliques, les restes des saints, c'est done renoncer au christianisme. II s'agit de refuser le signifie au signifiant: e'est-a-dire de refuser le christianisme aux saints. Des lors Ganelon est du c6te des paiens. II est a noter que Marsile conserve la signification «usuelle» du signe. Pour tromper Charlemagne, rappelons-le, Marsile renverse le sens conventionnel des branches d'olivier. Or, dans la fiction, les branches d'olivier se donnent a l i r e differemment: elles ne signifient plus la paix mais desormais la trahison de Marsile. L'usage paien corrompt done le sens de certains signes: nous pensons, par exemple, aux branches d'olivier, aux reliques, etc. La question pourrait se poser maintenant: y a - t - i l des signes proprement paiens dans la geste? Au reste, ces signes, s ' i l s existent, sont-ils du ressort de l'ideologie chretienne du texte? Nous verrons prochainement que le livre qui contient «la l o i de Mahomet et de Tervagant» est un signe paien; i l s'agit d'un exemplaire Chretien du Coran: Un faldestoed i out d'un olifant. Marsilies f a i t porter un livre avant: La l e i i fut Mahum e Tervagan. 9o ad juret l i Sarrazins espans, Se en rereguarde troevet le cors Rollant, Cumbatrat sei a trestute sa gent E, se i l poet, murrat i veirement. Guenes respunt: «Ben seit vostre commant!))19 Aux yeux des musulmans, le Coran contient la l o i de Dieu, transcrite mot a mot par Mahomet. En d'autres termes, les Chretiens minent le sens (sacre) du Coran en ajoutant au texte, la -38-l o i de Tervagant. Ce qui importe c'est que le signe dit paien -dans ce cas, le Coran - est d'origine chrStienne. C'est ainsi que le signe paien comporte une signification perfide. II est done convenable au sens du signe pour Marsile de jurer la mort de Roland sur le Coran: a l'avis des Chretiens, c'est le texte me*me de la felonie, de «la fausse religion. » On s'apercoit done que le pacte entre Marsile et Ganelon est une affaire de signes. Faisons une courte recapitulation du <prix semiotique de la trahison.) 2 0 D'une part Ganelon subvertit la signification chretienne des signes: i l se sert des rSliques des saints pour arriver a une f i n «mauvaise» - la mort de Roland. D'autre part, la ((nature)) fSlonne des signes dits paiens se manifeste lors de l'entretien entre Marsile et Ganelon: la promesse du roi paien d'abattre Roland prouve la ((perfidie)) du Coran. La trahison se laisse done ((signer)). Passons a d'autres indices de 1'accord. Le pacte entre Marsile et Ganelon donne lieu aux signes: c'est une v§ritable multiplication des signes. II s'agit d'une sorte d'Schange semiotique. D'abord Marsile et Ganelon donnent et recoivent des signes pour sceller le pacte. Ensuite Ganelon et les paiens Schangent des signes pour souligner leur d&air (commun) de tuer Roland. A travers des signes les paiens portent un jugement favorable sur le pacte de trahison. De surcrolt, l i s fournissent des signes, des cadeaux a Ganelon pour confirmer 1' accord ((perfide.)) Ainsi se dSroule vers Ganelon une procession des paiens avec quelques dons - des signes ffilons: en premier lieu Valdabrun donne son epee a Ganelon, par la suite, - 3 9 -Climorin l u i donne son heaume et Bramimonde lui donne des bijoux pour sa femme. Or, i l est question des signes en Schange de la trahison. Par exemple, Valdabrun demande a Ganelon d'aider les paiens «au sujet de Roland»: Tenez m'espee, meillur n'en ad nuls horn; Entre les helz ad plus de mil manguns. Par armistiez, bel sire, la vos duins, Que nos aidez de Roll ant le barun, Qu'en rereguarde trover le pousum. (620-624). Sur le plan des signifies, Valdabrun offre son SpSe a Ganelon pour signaler qu'il va combattre 1ittSralement a ses cdtSs. II en est de mSme pour Climorin. Le paien paie Ganelon de ses services: Tenez mun helme, unches meillor ne vi, Si nos aidez de Rollant l i marchis Par quel mesure le poussum hunir. (629-631). Au reste, 1'heaume, signifie que Climorin est dSs lors du c6tS de Ganelon. Autrement dit, le signifiS de 1'heaume est la bataille (collective) contre Roland. Le jeu de signes continue. On met en train la trahison par des baisers sur le visage - par des signes perfides. II s'agit la des baisers de Judas: c'est-a-dire des baisers qui seel lent le pacte de trahison. Mais le baiser a une autre signification. C'est un signe mSdiSval. L. Gautier le precise ainsi: Le baiser sur la bouche Stait l'un des rite s de 1'hommage rendu par le vassal au suzerain. Le vassal mettait ses mains dans eelles du seigneur et le baisait sur les lSvres. 2 1 Suivant la coutume fSodale. Ganelon et les paiens se donnent des -40-baisers pour signaler leur intention de tuer Roland. d d Ce qui importe c'est que le baiser est polysSmique. C'est un signe feodal pour les Francais. Mais les paiens comme l ' a f a i t Judas, le transforment en un signe perfide. Etant fSlons, les paiens se servent des signes qui s i g n i f i e n t nScessairement l a perfi d i e . T e l l e est l a logique (chrStienne) du texte. Aux mains des Franc/ais, les signes feodaux comportent une s i g n i f i c a t i o n conventionalle, «naturelle.» Nous pensons surtout au gant et au baton. Pour s'engager envers Charlemagne, rappelons-le, i l faut recevoir le gant et le baton. Ces objets acquierent cependant un autre sens dans l a f i c t i o n - un sens re<ju de Ganelon. II renverse l a s i g n i f i c a t i o n usuelle du signe en laissant tomber le gant et le baton; desormais, i l s s i g n i f i e n t l a trahison du baron. Du moins, sur le plan des s i g n i f i e s , i l s rappellent l a p e r f i d i e de Ganelon. C'est Roland qui note l a charge mnemonique du signe, du gant et du baton; i l se souvient que Ganelon les a laissSs tomber: «Dreiz emperere, d i s t Rollant le barun, Dunez mei 1'arc que vos tenez el poign. Men escientre, nel me reproverunt Que i l me chedet cum f i s t a Guenelun. De sa main destre, quant requt le bastun. » L i empereres en t i n t sun chef enbrunc, Si duist sa barbe e detoerst sun gernun, Ne poet muer que des o i l z he plurt. (766-773). Soulignons l a stratSgie sSmiotique de Roland. Par le signe du baton, Roland se distingue de Ganelon. Plus prScisSment, ce qui les d i f f S r e n c i e c'est le s i g n i f i S du baton. Chez Ganelon, le baton s i g n i f i e l a trahison. Mais puisque Roland (ne va pas le l a i s s e r tomber), le baton s i g n i f i e sa loyautS envers Charlemagne. C'est a i n s i que Roland restaure le ((sens propre)) -41-( c ' e s t - a -d i r e usuel) du signe. Revenons en bref a l a l a i s se c i tSe ci-dessus. II faut prSc i ser les gestes de Charlemagne. Le rappel de Roland souleve une autre c r i s e sSmiotique chez 1'empereur. Charlemagne s'exaspSre a nouveau devant le s i g n i f i S : c ' e s t - a - d i r e devant l a t rahison de Ganelon. Par manque de parole, le r o i se met a dSchirer son propre corps. <Tirer l a barbe) est a prSsent un geste caractSr i s t ique de Charlemagne face a l a prSdest inat ion et a. son devoir roya l . Encore une fo i s , le r o i reconnait en un SvSnement - dans ce cas l a «chute)) du baton et du gant - l a main du destin, de Dieu. (Charlemagne ne peut s'empScher de pleurer) car, en tant que r o i , i l doit protSger ses sujet. Mais, au mSme temps, i l faut se soumettre a l a volontS de Dieu - a l a mort de Roland. II s ' a g i t done de supporter le dest in ( l a t rahison de Ganelon), avec patience. Ce qui est i c i en jeu, on le vo i t a nouveau, c ' e s t le rapport entre le l i b r e a rb i t re des personnages et l a prSdest inat ion, l a volontS divine. S i 1 ' on se conforme a l a volontS de Dieu, on est vouS a l a grace divine, vo ire au salut. Charlemagne en est exemplaire: le r o i est destinS au c i e l car i l ag it dans 1 ' i n t S r S t de Dieu. Par contraste, Ganelon est damnS p u i s q u ' i l trompe les Franqais et abandonne done, le christ ianisme. De surcro l t , i l est Svident que tous les paiens sont damnSs a moins q u ' i l s convert issent au christ ianisme. Nous a l lons retrouver le sort des paiens, mais i l nous faut encore prSc i ser le dest in de Roland. Dest in Squivoque. Dest in a dech i f f r e r prochainement. - 4 2 -3. Semio log ie et l e c t u r e : Roland, Roncevaux et l a mort des barons On a souvent souligne l'orgueil de Roland. 1 II y en a plusieurs signes. Prenons, par exemple, l a querelle entre Roland et O l i v i e r . II s'agit de l'orgueil du comte. O l i v i e r l u i rappelle l a trahison de Ganelon alors que les paiens se mettent a menacer 1'arriere-garde. E f f e t d'orgueil: Roland ne veut pas entendre ni les propos n i 1'avertissement d'Olivier. Aux yeux de Roland, l'honneur de l a famille - Ganelon est son paratre - est plus important que l a surete de 1'arriere-garde. II est cependant de son devoir de proteger les soldats. Charlemagne a donne 1'ordre a Roland de commander 1' arriere-garde. Mais Roland n'accomplit pas son devoir (feodal). En f a i t , i l 1'ignore. Eugene Vance le decr i t a i n s i : ... h i s pride, l i k e Ganelon's, consists of a w i l l f u l forgetting; Roland simply w i l l not tolerate O l i v i e r ' s r e c a l l i n g the e a r l i e r threats and the prominent gesture -- the dropped glove -- that had portended Ganelon's treason. 3 Que Roland «oublie volontiers» l a trahison de Ganelon est i c i en evidence: Sin ape 1 at Roll ant, sun cumpaignun: «Devers Espaigne vei venir t e l bruur, Tanz blancs osbercs, tanz elmes flambius! I c i s t ferunt nos Franceis grant i r u r Guenes le sout, l i f e l , l i t r a i t u r , Ki nus jugat devant 1'empereur - Tais, Oliver, l i quens Rollant respunt, Mis parrastre est, ne v o e i l l que mot en suns. » (1020-1027). Roland ignore l a trahison de Ganelon car i l veut l a dSfSrer: i l sursoit le s i g n i f i S - l a p e r f i d i e ; i l l'oublie «volontiers. » II est done responsable de l a mort de 1'arriere-garde. - 4 3 -II est temps de comparer briSvement Roland avec Charlemagne. II est question de d i f f S r e n c i e r les motifs de leur conduite. P a r e i l a Roland, Charlemagne n'agit pas pour empScher n i l a trahison de Ganelon n i l a mort de 1'arriere-garde. C'est que le r o i se conforme a l a volontS de Dieu, aux dessein3 providentie1s. A l a difference de Charlemagne, Roland agit par orgueil. II s'intSresse a son honneur mondain, a sa place dans l a memoire des hommes. Au l i e u d'opter pour Dieu, comme le veut saint Augustin, Roland se prononce pour lui-meme - pour sa reputation mondaine. Tout porte a cro i r e done que l'orqueil de Roland influence sa conduite. II nous reste a preciser d'autres signes de son orgueil. Par exemple, O l i v i e r demande a Roland de sonner de l ' o l i f a n t pour appeler Charlemagne a l'aide de 1'arriere-garde. II est a noter qu'Olivier raisonne bien sur les signes, sur le pouvoir ( m i l i t a i r e ) des paiens: Dist Oliver: «Paien unt grant esforz; De noz Franceis m'i semblet aveir mult poi! Cumpaign Rollant, Kar sunez vostre corn, Si l ' o r r a t Carles, s i returnerat l'ost.» (1049-1053). E f f e t d'orgueil: Roland dScide de ne pas sonner de l ' o l i f a n t pour conserver (son renom en douce France. >( 1054) A l'a v i s du comte i l faut aussi sauvegarder l'honneur f a m i l i a l et national: ... Ne placet Damnedeu Que mi parent pur mei seient blasmet Ne France dulce j a cheet en v i l t e t ! (1062-1064). - Ne placet Deu, co l i respunt Rollant, Que Co s e i t d i t de nul hume vivant, Ne pur paien, que j a seie cornant! .< Ja n'en avrunt reproece mi parent. (1073-1076). -44-Si, i c i , l'orgueil de Roland est extreme, c'est parce que 1'extreme de l'orgueil, c'est prScisSment l a mort qui attend Roland et 1'arriSre-garde. L'orgueil n'est pas simplement 1'instrument de l a mort ( l ' o l i f a n t , le l i e u d'orgueil, cause 1ittSralement l a mort de Roland), i l incarne aussi l'imminence du p e r i l , de l a b a t a i l l e - c'est le signe meme de l a mort! Nous remarquons qu'Olivier reproche a Roland son orgueil. II se souvient que Roland a n e g l i g e un avis sal u t a i r e : Roland n'a pas sonne de l ' o l i f a n t au moment propice. O l i v i e r le d i t a i n s i : Quant j e l vos dis, cumpainz, vos ne deignastes, S'i fust l i r e i s , n ' i ousum damage C i l Ki l a sunt n'en deivent aveir blasme. (1716-1718). Discours qui accuse Roland d'etre l'auteur du «dommage». Mais les propos d ' O l i v i e r laissent supposer de l'orgueil. _Tout en soulignant l'orgueil de Roland, O l i v i e r indique q u ' i l avait raison de l u i «dire» - «jel vos dis» - de sonner du cor. En mettant 1'accent sur l a valeur de son conseil (<je l'avais dit>), O l i v i e r f a i t preuve d'orgueil. Etant donne sa prSsomption, i l n'est pas «en position)) de presenter Roland comme orgueil leux: en un mot, O l i v i e r mine son discours. Mais, O l i v i e r continue a accuser Roland d'avoir tuS 1'arriSre-garde: Franceis sunt morz par vostre legerie. Ja mais Karlon de nus n'avrat servise. Sem creisez, venuz i fust mi s i r e ; Ceste b a t a i l l e ousum f a i t e u prise. (1726-1729). Cette c i t a t i o n i l l u s t r e une f o i s de plus l'orgueil d'Olivier. D'une part, O l i v i e r entrevoit les consequences de 1'arrogance de Roland: i l c i t e surtout 1'anSantissement des soldats francais. - 4 5 -D'autre part, ses mots sont orgueil1eux. O l i v i e r met en valeur son conseil («Si vous m'aviez cru»), pour souligner l a sagesse de ses propos. On s'apercoit done 1'orgueil d'Olivier. Par ses paroles, i l ressemble a Roland. Chose p a r a l l e l e : Roland ressemble a coup sur a O l i v i e r . C'est que Roland se propose de sonner de l ' o l i f a n t . On entend i c i l a resonance des propos d'Olivier: 9o d i s t Rollant: «Cornerai l ' o l i f a n t , S i l ' o r r a t Carles, Ki est as porz passant. Jo vos plevis, j a returnerunt Franc. » (1702-1704). 90 d i t Rollant: «Forz est nostre b a t a i l l e ; Jo cornerai, s i l ' o r r a t l i r e i s Karles. » (1713-1714). O l i v i e r se sert des propos de Roland pour rSpondre au comte. Selon Roland et maintenant a l ' a v i s d'Olivier, i l ne faut pas sonner du cor car on risque de compromettre 1'honneur de l a famille: Dist O l i v i e r : «Vergoigne s e r e i t grant E reprover a trestuz voz parenz; Iceste hunte dureit al lur vivant!» (1705-1707). La question se pose done de savoir: qui parle? C'est O l i v i e r ; le narrateur l'indique: «Dist O l i v i e r . » Mais on peut encore reconnaltre l a voix, 1'orgueil de Roland. En partant de cet Scho de Roland, on peut distinguer une stratSgie narrative. II s'agit de souligner l a conversion morale de Roland en l u i donnant 1'humilitS d'Olivier. La modSstie d'Olivier, rappelons-le, se manifeste dans son d6sir de sonner de l ' o l i f a n t . Par contraste, le refus de Roland est un signe de son orgueil. Dire «je sonnerai du cor» revient done a dire: <je ne suis plus orgueil leux. > De surcroit, Roland prend -46-la responsabilitS de la mort de l'arriere-garde. II se lamente i c i sur la perte des barons franc/ais: ((Barons franceis, pur mei vos vei murir.» (1863). La conversion morale de Roland s'inscrit done dans le langage et Faction (il change d'avis, i l veut sonner du cor), de la geste. L'orgueil de Roland est cependant present dans les propos d'Olivier. Effet de miroirs. Roland parait brievement double: Olivier incarne momentanement l'orgueil, l'identite de Roland. Le refus d'Olivier de sonner de l'olifant nous l'indique: c'est l'action de dedoubler, de. devenir, en quelque sorte, Roland. Olivier est une espece d'anaphore (il repete les mots de Roland), une repetition, une re-presentation de Roland. Le narrateur regroupe ((les deux Rolands)) — l'un orgueilleux (Olivier en guise de Roland), l'autre humble (Roland en guise d'Olivier) — pour mettre en relief la conversion du comte. Voir i c i Olivier comme Roland permet done de souligner d'autant plus nettement la conversion de Roland. Nous allons retrouver bientdt la penitence de Roland (e'est-a-dire sa conversion morale), mais i l nous faut encore preciser sa querelle avec Olivier. II serait utile de citer la lecture d'un critique qui indique que les propos de Roland — ((Je cornerai l'olifant)) — ne signifient pas son remords mais son orgueil. Edmond Faral le dit ainsi: Roland ne s'expliquera pas. Mais i l est clair que la faqon dont i l va consulter Olivier, que les paroles par lesquelles i l va reconnaitre la saqesse de son premier avis, ne sauraient passer pour l'expression d'un regret. Ces paroles ne feront que marquer, en une circonstance nouvelle, l'idee particulere qu'il se f a i t de son devoir. Oliver, engage dans l'action, ne pourra comprendre son attitude: i l la blamera, i l la r a i l l e r a d'un - 4 7 -ton amer. Et c'est pourquoi s'SlSvera entre les deux amis un disaccord Smouvant. Mais nous, nous comprenons. «Trop tard», reproche O l i v i e r . «Je sonnerai», repete pourtant Roland. Est-ce forcer le texte que d'entendre: «Oui, trop tard, je le sais; mais c'est justement ce que j a i voulu» Et c'est pourquoi l a scene sera magnifique. * S i Roland Sonne du cor, poussS par un dSsir orgueil1eux - pour se mettre en spectacle - i l nous montre que «la geste» ( l a chanson qui va dScrire ses exploits), influence sa volonte. Que Roland s o i t conscient de son h i s t o i r e , de sa geste est en evidence. Selon Roland, i l faut se battre bien pour devenir le hSros d'une chanson: Or guart chascuns que granz colps i empleit, Que malvaise canqun de nus chantet ne s e i t ! (1013-1014). Etant donnS le discours de Roland, Faral a raison d ' i n s i s t e r sur le spectacle - sur l a «rnise en scdne» de Roland. La question se pose done de savoir: le dfisir de Roland de sonner du cor e s t - i l orgueilleux? La question se prSsente encore: le propos de Roland p r o d u i t - i l un e f f e t dramatique comme le veut Faral? Pour rSpondre a ces questions i l faut examiner l a mort de Roland: e l l e met en cause l'humilite du comte. Roland rompt 1ittSralement l a ce r v e l l e alors q u ' i l sonne de l ' o l i f a n t : L i quens Rollant, par peine e par ahans, Par grant dulor sunet sun o l i f a n . Par mi l a buche en s a l t fors l i c l e r sancs. De sun cervel le temple en est rumpant. (1761-1764). Sonner du cor, c'est done mourir. Vu q u ' i l cause l a mort de 1'arriere-grade en refusant d'appeler Charlemagne a son aide, Roland est destinS a mourir en sonnant de l ' o l i f a n t . Outre l a -48-punition de Dieu, i l s'agit de l a ju s t i c e poStique. Avant de prSciser le sort de Roland, i l faut expliquer pourquoi Roland change d'avis: href, pourquoi d 5 c i d e - t - i l de sonner du cor? V o i c i l a rSponse. Presque tous les soldats francais sont morts: Tuz sunt ocis c i s t franceis chevalers, Ne mes seisante, que Deus i ad esparniez. (1688-1689). Or, i l faut renseigner le r o i pour l u i donner 1'occasion de venger l a destruction de 1'arriSre-garde. Ainsi, comme le note Faral, son devoir fSodal conduit Roland a appeler Charlemagne. De surcroit, son devoir chrStien entralne Roland a renoncer a l'orgueil, a sonner du cor-le signe meme de son orgueil. En reprenant le cor, Roland renverse l a s i g n i f i c a t i o n du signe. Sonner du cor, c'est done se dSbarasser de l'orgueil} dSs lors l ' o l i f a n t s i g n i f i e 1'humilitS, l a conversion (morale) de Roland. Vu q u ' i l est humble^ Roland est en droit d'obtenir l a grace de Dieu. Saint Augustin le precise a i n s i dans les Confessions: Dans 1'intention de me f a i r e v o i r d'abord a quel point tu r S s i s t e aux superbes et donnes en revanche l a grace aux humbles et par quelle grande misSricorde tu as indique aux hommes l a voie de 1'humilitS ... 5 Ce qui nous importe c'est que saint Augustin constate que Dieu accorde sa grace a ceux qui sont humbles. En accord avec l a doctrine chrStienne, i l faut que Roland obtienne l a grace de Dieu avant de mourir: son ame peut alors monter au c i e l , (nous y reviendrons). La conversion de Roland-reprSsentSe par son dSsir de sonner du cor - prepare sa pSnitence, sa mort et son ascension au c i e l . -49-On s'apercoit done les motifs Chretiens de l a conduite de Roland: en sonnant du cor, Roland devient un bon C h r e t i e n au moment propice - c'est-a-dire juste avant de mourir, C'est a i n s i que son dSsir de corner de l ' o l i f a n t se donne a une lecture chretienne. II est a noter que l'archeveque Turpin intercede en faveur de Roland lors de sa querelle avec O l i v i e r . II c o n s e i l l e a Roland de sonner du cor: Ja l i corners ne nos avreit mester, Mais nepurquant s i est i l asez melz: Venget l i r e i s , s i nus purrat vengerj Ja c i l d'Espaigne ne s'en deivent turner l i e z . (1742-1745). L'archeveque i n v e s t i t Roland d'un pouvoir C h r e t i e n : l ' E g l i s e sanctionne des lors le desir du comte de sonner du cor pour appeler Charlemagne a l'aide des chrStiens. De plus, l'archeveque enterine l a conversion (morale) de Roland: Turpin l u i permet d'expier son peche (par l ' o l i f a n t ) . La conversion de Roland renvoie done a l'archeveque. II conduit Roland a se repentir. Avant le debut de l a b a t a i l l e a Roncevaux Turpin remet les peches des Francais: Roland commence desormais a montrer du regret de n'avoir pas ecoute les conseils d' 01ivier: L i quens Rollant apelet Oliver: «Sire cumpainz, mult ben le saviez, Que Quenelun nos ad tuz espiez. » (1145-1147) Les propos de Roland font preuve de remords. Roland appelle O l i v i e r pour parler de Ganelon. Rappelons que Roland a a i l l e u r s empechS O l i v i e r de mentionner Ganelon: «Mis parrastre est, ne -50-v o e i l l que mot en suns. » (1027). II s'agit 11 d'une contrainte discursive. E f f e t de 1'absolution de Turpin: Roland s'expie (sur le plan d i s c u r s i f ) . II dSclenche l a parole, le discours sur O l i v i e r . De f a i t , Roland rescinde sa propre convention (discursive) au moment ou i l dScrit Ganelon comme un t r a i t r e . Des lors i l est permis de parler de Ganelon, de sonner de l ' o l i f a n t . Une f o i s encore le «dialogue» entre Roland et O l i v i e r revient au Meme. Roland assouplit voire renverse les rSgles discursives. II permet a O l i v i e r de parler de Ganelon. Mais O l i v i e r 1'ignore: au l i e u de c i t e r l a trahison de Ganelon, O l i v i e r rappelle 1'orgueil de Roland-c'est-a-dire son refus de sonner de l ' o l i f a n t : Dist Oliver: «N'ai cure de parler. Vostre o l i f a n ne deignastes suner, Ne de Carlun mie vos n'en avez. II n'en set mot, n ' i a culpes l i bers. » (1170-1174) II s'agit done de rendre Roland coupable de son pSchS, de l a mort certaine de 1'arriSre-garde. Aux yeux d'Olivier, Roland ne peut expier ce pSche" par l a parole, voire par l a pSnitence. C'est que 1'orgueil de Roland l ' a entrainS a commettre un pSche" mortel. ® Ainsi, O l i v i e r peut nSgliger le remords de Roland qui consiste i c i en un discours sur Ganelon -- un retour (di s c u r s i f ) au s i t e meme de son orgueil/de son p6chS. Par son rappel -- «Vous n'avez pas daignS sonner votre olifant» -- O l i v i e r met 1'accent non sur le regret mais sur le pSchS de Roland. Ainsi, en rappelant le refus de Roland de sonner de l ' o l i f a n t , O l i v i e r ne f a i t que renforcer 1'effet de son orgueil --i l rappelle au public que Roland est encore responsable de l a mort de 1'arriSre-garde. MSme s i l a conversion, le remords de -51-Roland s ' i n s c r i t dans son langage -- rappelons q u ' i l change d'avis et dScide de sonner de l ' o l i f a n t -- le discours d ' O l i v i e r est toujours un miroitement de l'orgueil de Roland, un r e f l e t constant des propos orgueilleux du comte. En un mot, O l i v i e r ne nous permet pas d'oublier le peche de Roland. II faut preciser pourquoi O l i v i e r i n s i s t e sur le pSch§ de Roland, sur les signes de son orgueil. C'est que Roland a enfreint l a volont§ de Dieu. Par orgueil, i l a p r i s une mauvaise dScision, refusant 1'assistance ( m i l i t a i r e ) de Charlemagne. Les discours (mnemoniques) d ' O l i v i e r ont pour e f f e t de rendre Roland responsable de sa decision, de sa «mauvaise volontS. » Selon O l i v i e r , i l ne faut pas a l l e r a l'encontre de l a volontS de Dieu: on risque de mourir ou de causer l a mort de quelqu'un - dans le cas de Roland, i l est l'auteur de 1'anSantissement de 1'arriSre-garde. Roland parvient cependant a se conformer a l a volont6 de Dieu. De ce f a i t , i l obtient l a grace de Dieu. Done tout en soulignant les peches de Roland, l a geste fournit des «preuves» de l a «grande m i s6 r i co rde» de Dieu. Maintenant nous sommes en mesure de proposer une lecture semiotique de l a mort des barons francais a Roncevaux. II s'agit de d S c h i f f r e r les signes de leur mort. Ce q u ' i l faut remarquer c'est que Roland decSle l a s i g n i f i c a t i o n mortelle des signes paiens. C'est un lecteur (Chretien) qui se trouve a 1'intSrieur du texte. Nous allons commenter l a lecture (sSmiotique) de Roland de sorte que notre i n t e r p r e t a t i o n des signes (paiens) sera une -52-mSta-leture. II faut done nuancer la notion mSme de «lecture». Ce qui est frappant c'est que Roland interprete les signes d'une perspective chrStienne: i c i comme ailleurs la geste f a i t preuve d'une idSologie chretienne. Nous allons examiner done la «lecture idSologique» de Roland. Passons d'abord aux indices dits paiens qui annoncent la mort des Franqais. De sa lecture des signes, Roland prSvoit la mort des siens. De surcroit i l fournit au public une lecture sSmiotique de la menace des paiens: E sunt ensemble plus de cinquante mi lie. I c i l chevalchent fierement e a ire, Puis escrient l'enseigne paienime. <Jo dist Rollant: «Ci recevrums matyrie, E or sai ben n'avons guaires a vivre; Mais tut seit fel cher ne se vende primes! Ferez, seignurs, des espees furbies, Si calengez e voz cors e voz vies, Que dulce France par nus ne seit hunie! Quant en cest camp vendrat Carles mi sire, De Sarrazins verrat tel discipline, Cuntre un des noz en truverat morz ,xv. , Ne lesserat que nos ne beneisse» (1919-1931). Trois signes sont a dSchiffrer. La fiertS et la colSre des paiens signifient qu'ils ont 1'intention d'abattre les Franqais. Aux yeux de Roland, «l'enseigne des paiens» - le signe c o l l e c t i f et culture1 du people - signale aussi leur dSsir de tuer les barons de Charlemagne. L'enseigne comporte une puissante charge sSmiotique. Les propos de Roland 1'indiquent. L'adverbe, «ci», dans le syntagme «Ci recevrums matyrie», est le lieu du signifiS - c'est l'endroit ou les Franqais vont mourir. Tel est le signifiS de l'enseigne paien - la marque de leur pouvoir (fatal) et done l'indice de la mort des Franqais. -53-De sa lecture des signes paiens, Roland incite les barons a combattre les Sarrasins. II ne suffit pas de l i r e les signes, i l faut aussi prendre part a 1'action. Ainsi, Roland provoque les Francais a «massacrer» les paiens, en mettant l'honneur des barons en jeu. II est a noter qu'il ne s'agit plus de l'honneur personnel de Roland, mais de l'honneur c o l l e c t i f des Francais: «Que dulce France par nus ne seit hunnie!» (1927). La strategie militaire et discursive de Roland se voit bien i c i . Pour entrainer les Francais a combattre les paiens, Roland precise que 1'enjeu de la bataille est l'honneur de la France: i l faut sauver l'honneur de la patrie. Ce qui importe, c'est que (l'honneur du pays), le national isme, est une notion mondaine: pour inciter ses soldats a se battre contre les paiens, Roland doit aussi leur fournir un motif chrStien. C'est pourquoi i l constate que Charlemagne sera en droit de «nous bSnir», s i 1'on tue les paiens. Tout en soulignant la certitude de leur mort, Roland conduit les barons a agir dans leur interdt mondain et celeste. D'une laisse a 1'autre Roland se rSpSte. II fournit au public une autre lecture des signes paiens. II s'agit de mettre 1'accent sur le signifiS, sur la mort inevitable des Francais: Quan Rollant veit la contredite gent Ki plus sunt neirs que nen est arrement Ne n'unt de blanc ne mais que sul les denz, <Jo dist l i quens: «Or sai jo veirement Que hoi murrum, par le mien escient. Ferez, Franceis, car jol vos recumenz!)) Dist Oliver: «Dehet ait l i plus lenz!)> A icest mot Franceis se fierent enz. (1932 -1939). Deux remarques a propos de la lecture de Roland. D'abord, c'est le narrateur qui precise la nature «maudite» des paiens: «la - 5 4 -contredite gent. » De l a f i c t i o n (chretienne), on s a i t deja que les paiens constituent une race exScrable: on pense, par exemple, a leur «fausse r e l i g i o n . » Or, v o i r les paiens, comme le f a i t Roland, c'est re-dScouvrir leur Stat detestable. II est dans 1'intSret cnrStien du texte de re-prSsenter l a p e r f i d i e des paiens, l a fSlonie des signes paiens. A i n s i Roland prSvoit l a mort des Francais en l i s a n t des signes paiens. Une f o i s encore, le narrateur rappelle au public le p a r t i p r i s de l a geste: «Paien unt t o r t e chrestiens unt dreit. » La lecture sSmiotique de Roland relSve cette opposition a l a f o i s r a c i a l e et religieuse. A l a vue des paiens, Roland f a i t r e s s o r t i r le contraste r a c i a l : noir/blanc. D'une part, le «noir» renvoie (dans l a l a i s s e et partout dans l a f i c t i o n ) a l a «race maudite. » Dans sa limite (signifiante) l a plus extrSme, le «noir» signale 1 'intention des paiens de tuer les Francais. D'autre part, le «blanc» s i g n i f i e , par mStonymie, l a «bonne race)): c'est-a-dire les Francais. La b a t a i l l e de Roncevaux s ' i n s c r i t de l a sorte dans les corps des paiens. Les noirs surpassent en nombre les blancs. C'est pourquoi Roland est «sur)> que les Francais vont mourir: t e l l e est l a s i g n i f i c a t i o n f a t a l e du signe paien/des corps paiens. II est intSressant de noter que le sens du signe ( l a s i g n i f i c a t i o n des corps paiens), g l i s s e d'une l a i s s e a l'autre. Les Sarrasins se rendent compte, a leur tour, du s i g n i f i 6 - de l a mort certaine des Francais. Les paiens reprennent, en effet, leur propre s i g n i f i S : i l s voient q u ' i l y a peu de «blancs» et decident done d'abattre les Francais: -55-Quant paien virent que Franceis i out poi, Entr'els en unt e org o i l e cunfort. Dist l'un a l ' a l t r e : «L'empereor ad tort.» (1940-1942). Du p e t i t nombre des Franqais ressort done un s i g n i f i e proprement paien: vu q u ' i l ya «peu de Fran<?ais» les paiens croient que Charlemagne a t o r t : i l s'agit l a d'un s i g n i f i S trompeur, done paien. Que les paiens se trompent sur l a s i g n i f i c a t i o n du signe (franqais) est en Svidence: les paiens vont mourir car Charlemagne a d r o i t ! Les paiens confirment,cependant l a lecture sSmiotique de Roland. I l s commencent a tuer les barons francais. II reste a examiner maintenant l a mort des barons d'un point de vue sSmiotique. Prenons, par exemple, les signes qui accompagnent l a mort d'Olivier. GSrard Hoignet souligne l a mort du baron en mettant 1'accent sur quelques signes: C'est d'un coup dSloyal, dans le dos, que Marganice frappe O l i v i e r a mort, et son c r i haineux (v. 1951): Kar de vos sui ai ben venget les noz constitue en r S a l i t S le plus beau des Sloges. Mais Marganice ne j o u i t pas longtemps de son triomphe. 7 Le coup paien est, par l a d S f i n i t i o n du texte, «un coup dSloyal. » A i n s i le coup de Marganice est «emblSmatique» de l a faussetS des paiens. Aux yeux de Marganice, O l i v i e r reprSsente bien Charlemagne et l a France: en tuant O l i v i e r - le personnage d i t sage et modSrS - i l venge l a mort des paiens. Or, Marganice met en valeur 1'idSologie chrStienne du texte: par son coup i l souligne l a fSlonie des paiens et, par son discours sur Olivier-, i l signale l a «nature» (sage) des Franqais. -56-Mais O l i v i e r est aussi p l e i n de v a i l lance. La mort de Marganice en est exemplaire. «Trenchet l a teste d ' i c i qu'as denz menuz. » (1956). Ensuite, O l i v i e r prononce un discours sur le cadavre du paien. II s'agit d'une rSponse aux propos de Marganice: E d i s t aprSs: «Paien, mal aies t u l I<?o ne di que Karles n ' i a i t perdut. Ne a muiler ne a dame qu'aies veud N'en vanteras el regne dunt tu fus V a i l l a n t a un dener que m'i aies tolut, Ne f a i t damage ne de mei ne d ' a l t r u i . » AprSs e s c r i e t Rollant q u ' i l aiut. (1958-1963). O l i v i e r sauve son propre honneur en tuant Marganice. Ce qui importe c'est q u ' i l coupe l a voix du paien en l u i tranchant l a tSte: dSs lors Marganice ne peut <se vanter de l a mort d'Olivier); i l ne peut compromettre 1'honneur (chevaleresque) d'O l i v i e r «aupr&s d'une femme.)) Ainsi, O l i v i e r souligne 1'intSret chevaleresque de son acte, de son discours. Une f o i s encore O l i v i e r met 1'accent sur sa chevalerie. II s'agit d'une l a i s s e parallftle pour f a i r e remarquer 1'importance de l a mort d'Olivier. A i n s i les la i s s e s se rfipStent: «01ivier sent / que a mort est ferut. » (1952). «01ivier sent q u ' i l est a mort nasfret. )) (1965). MalgrS leur ressemblance lexicale, les laisses sont difffirentes. La deuxiSme l a i s s e introduit des Elements nouveaux du r S c i t . Par exemple, O l i v i e r se met a «mutiler» plusieurs Sarrasins: En l a grant presse or i f i e r t cume ber, Trenchet cez hanstes e cez escuz buclers E piez e poinz e seles e costez. Ki l u i v e i s t Sarrazins desmembrer, Un mort sur a l t r e geter, De bon vassal l i poust remembrer. (1967-1972). -57-II est intSressant de noter que le narrateur signale l a charge mnSmonique du massacre d'Olivier: c'est, en quelque sorte, un souvenir (chevaleresque) qu'Olivier l a i s s e de l u i a l a posterity. La geste conserve l a memoire de 1'evenement s i bien que le public temoigne l ' a c t i o n (chevaleresque) d'Olivier: a travers le texte, O l i v i e r est encore present a l a memoire du public. Dans l a f i c t i o n , le narrateur souligne aussi l a memoire d'Olivier: L'enseigne Carle n ' i v o l t mie u b l i e r : Munjoie e s c r i e t e haltement e cler. (1973-1974). A i n s i le texte soulSve 1'opposition suivante: remembrer/ublier. Aux yeux d'Olivier, i l est temps de rappeler l'enseigne de Charlemagne, Munjoie, et, ensuite, i l faut le c r i e r pour conduire les barons a battre les paiens. Bref, l'enseigne commSmore l'empereur: e l l e comporte une s i g n i f i c a t i o n fSodale et patriotique. Or, par son massacre des paiens, O l i v i e r se rend immortel dons l a mSmoire du public. Par l a suite, i l rappelle le nom de Charlemagne a l a mSmorie ( f i c t i v e ) des personnages et a l a mSmoire «rSelle» du public. Tel est l ' e f f e t commemoratif du c r i , Munjoie. Par parenthdse, i l faut rappeler une autre occurence textuelle de l'enseigne de Charlemagne. O l i v i e r a dSja i n c i t S 1'arridre-garde a battre les paiens en criant «Munjoie. » Au son de l'enseigne, les Francais ont chevauche vers les paiens: L'enseigne Carle n ' i devum u b l i e r A i c e s t mot sunt Franceis escriet. Ki dune o i s t Munjoie demander, De vasselage l i poust remembrer. Puis s i Chevalchent, Deus! par s i grant f i e r t e t ! (1180-1184). -58-Ce qui importe c'est qu'Olivier rappelle le c r i de guerre lors de sa querelle avec Roland: a l'avis d'Olivier i l ne su f f i t plus de discuter le pSchS de Roland (c'est son refus, rappelons - le, de sonner du cor), maintenant i l faut prendre part a l'action. Ainsi Olivier interrompt la querelle (discursive) en criant «Munjoie. » II passe de la parole a l'action car son devoir fSodal l'exige. Eugene Vance le dScrit ainsi: Even Oliver, whose role is one of restraint and discretion, believes that a Knight must not give himself over to vain discourse: when language becomes divorced from what lies immediately at hand one's duty is to lay i t aside and take up the sword. Thus when Oliver perceives that Roland is resolved not to sound his horn and that the fighting has already begun, he formally renounces discourse in favor of the cry «Munjoie!» -- this is the cry of action par excel 1 ence. 8 Puisque «Munjoie» est un c r i de guerre, i l est, par definition, «emblSmatique» de l'action. Reste a prSciser gue le narrateur donne i c i une charge commemorative au c r i «Munjoie. » Entendre l'enseigne de Charlemagne, c'est done <conserver le souvenir) des Franqais. Mais comme nous 1'avons vu, la geste inscrit 1'evenement ( f i c t i f ) dans notre memoire -- en lisant le texte on voit le c r i de guerre; on pense done a Charlemagne. Ainsi la geste immortalise les Franqais. Mais i l faut l i r e autre chose encore dans cette laisse. II s'agit de la dispute entre Roland et Olivier. Quand Olivier crie «Munjoie», i l signale la f i n de sa querelle et le debut de la bataille contre les paiens. Done ce n'est pas un hasard si, plus tard, Olivier appelle Roland precisement apre^s avoir crie -59-«Munjoie. » Le c r i de guerre annonce, en effet, son dSsir de parler a Roland: Munjoie e s c r i e t e haltement e cler; Rollant apelet, sun ami e sun per: «Sire cumpaign, a mei car vus juste z l A grant dulor ermes hoi desevrez. » (1974-1977). Avant de mourir, i l est temps de se r S c o n c i l i e r avec Roland. Essayons maintenant d'examiner de pre>s l a r S c o n c i l i a t i o n d ' O l i v i e r et de Roland. Etant donnS le dSsir de son compagnon de l u i parler, Roland r e j o i n t O l i v i e r et <le regarde au visage.) Voir l a face d ' O l i v i e r c'est dScouvrir q u ' i l va mourir: Rollant reguardet Olive r al visage; Teint fut e pers, desculuret e pale. L i sancs tuz c l e r s par mi le cors l i r a i e t ; Encuntre tere en cheent les esclaces. (1979-1982). A i n s i le s i g n i f i S - l a mort du baron - s ' i n s c r i t dans son visage. Au moment de l a mort d'Olivier, Roland met en r e l i e f sa propre impuissance: «Deus d i s t l i quens, or ne sai jo que face.)) (1982). Les propos de Roland font preuve de son humilitS, de sa conversion (morale). DSs lors, i l peut se r S c o n c i l i e r avec O l i v i e r . C'est a i n s i q u ' i l l'appelle «son compagnon)) - 1' indie e meme de leur r S c o n c i l i a t i o n : Sire cumpainz, mar fut vostre barnage! Ja mais n ' i e r t hume Ki tun cors cuntre v a i l let. (1983-1984). Or Roland f a i t l'Sloge d'Olivier: i l souligne l a v a i l lance et l a chevalerie d'Olivier. Le discours que f a i t Roland sur l a vie d ' O l i v i e r est un signe de l'Sconomie feodale du texte. De - 6 0 -surcroit, Roland commente la destruction «de bons vassaux» a Roncevaux: i l s'agit d'une lamentation sur 1'Stat (abattu) de la chevalerie en France: E! France dulce, cun hoi remendras guaste De bons vassals, cunfundue e chaiete! Li emperere en avrat grant damage. A icest mot sur sun cheval se pasmet. (1985-1988). Ce qu'il faut remarquer c'est que Roland s'intSresse i c i a l'Stat mondain d'Olivier et de 1'arriSre-garde: i l s'Svanouit car la mort des Francais va a l'encontre de 1'intSrSt fSodal (c'est-a-dire mondain) de Charlemagne. Or, en accord avec la logique chrStienne du texte, i l reste a Roland d'invoquer Dieu; i l peut demander au Seigneur d'accorder sa grace aux Francais mourants. II nous faut encore prSciser la rSconciliation d'Olivier et de Roland. L'evanouissement de Roland amSne 1'action a un niveau pathStique: As vus Rollant sur sun cheval pasmet E Oliver Ki est a mort naffret (1989-1990). Or, dans la mesure ou cette description est pathStique, le pathos est la figure de la rSconciliation d'Olivier et de Roland. Autrement dit, leur rapprochement se donne a une lecture pathStique. Voici du pathos: aveuglS par son sang, Olivier frappe Roland d'un coup puissant. 9 Ce coup est dans 1'intSrSt (pathStique) de leur rapprochement car i l incite les barons a se pardonner. C'est que la violence d'Olivier dSclenche la parole, les regrets des barons: -61-A icel colp 1' ad Rollant reguardet, Si l i demandet dulcement e suef: «Sire cumpain, faites le vos de gred? Ja est qo Rollant, Ki tant vos soelt amer! Par nule guise ne m'aviez desfiet!» Dist Olivier: «Or vos oi jo parler. .. » (1998-2003). Reste a preciser que ce n'est pas un hasard s i Olivier frappe Roland. II s'agit de la justice poetique. Roland mSrite le coup voire la punition d'Olivier car i l a refuse d'Scouter les conseils du baron: i l n'a pas sonnS du cor. Par le coup, Olivier rend justice a Roland. D'un seul coup, i l s sont en droit de se pardonner. Frapper Roland c'est done preparer la reconciliation. II s'agit la d'un rapprochement mondain: c'est qu'Olivier rStablit son amitie avec Roland. Mais i l a aussi intSret a se rSconcilier avec Dieu. Avant de mourir, Olivier confesse ses pSchSs a Dieu en vue d'obtenir la grace du Seigneur: Descent a piet, a la tere se culchet, Durement en halt s i recleimet sa culpe, Cuntre le ci e l ambesdous ses mains juintes, Si priet Deu que pareis l i dunget E beneist Karlun e France dulce, Sun cumpaignun Rollant sur tuz humes. (2014-2109). Suivant le canon catholique, Olivier rSpare ses fautes. II est a noter que la penitence est, par definition, un sacrement personnel: le penitent confesse ses propres peches afin de recevoir la grace de Dieu. II agit de la sorte par intSrSt personnel. Toutefois, la penitence d'Olivier est, en partie, desinteressee. D'abord, Olivier s'occupe de son propre salut. Mais Olivier transforme sa penitence (sa confession personnelle), en une pridre pour autrui. II benit Charlemagne, France et surtout Roland. La penitence -62-d'Olivier est done un point de jonction ou son devoir chrStien ( i l demande i. Dieu de l u i donner 1' absolution), rencontre son devoir fSodal ( i l prie pour le souverain, la patrie et particulierement pour son compagnon, Roland). Nous sommes done reconduits au partage (textuel) de la fSodalite et du christianisme. D'aprSs la fiction, l'un s'ajoute necSssairement a 1'autre. D'une part, Charlemagne est le vicaire de Dieu; i l agit done dans 1'intSrSt du Seigneur. D'autre part, la hiSrachie chrStienne correspond a 1'ordre fSodal. Dieu est le souverain cSleste tandis que Charlemagne reste au sommet de la hiSrachie mondaine. Ce qu'il faut remarquer i c i c'est que Roland s'intSresse au c6tS fSodal (mondain), des SvSnements. Revenons, par exemple, a la mort d'Olivier. Lorsque Roland voit que son ami est mort --«Gesir adenz, a la tere sun vis» -- i l prScise l'Stat mondain de leur amitiS: Mult dulcement a regreter le prist: «Sire cumpaign, tant mar fustes hardiz! Ensemble avum estet e anz e dis, Nem fesis mal ne jo nel te forsfis. » (2026-2029). A la diffSrence de la pSnitence d'Olivier, Roland n'invoque pas Dieu - i l ne bSnit pas son ami. C'est que Roland est toujours en vie et done, liS au monde. II est intSressant de noter que Roland conclut son discours (mondain) en disant a Olivier: «Quant tu es mor, dulur est que jo vif.» (2030). Par la suite, la douleur atteint Roland et i l s'Svanouit: <<A icest mot se pasmet l i marchis. » (2031). Autrement dit, «& ce mot» douleureux, Roland s'Svanouit. Sur le plan sSmiotique, la pamoison est le lieu du -63-s i g n i f i S - 1 *indice meme de l a douleur. L'evanouissement de Roland est done le signe de sa douleur, 1'indice de sa mortality. Que Roland s o i t sous l a protection du c i e l est implicitement en evidence. Etant <le bras dro i t de Charlemagne), Roland est en mesure de recevoir de l'aide divine. A Roncevaux, i l s'agit de protSger le comte des paiens. Vu que Dieu l'aide, Roland n'est pas destinS a mourir d'un coup imprSvu. II n'est pas sujet a l a mort alors q u ' i l s'Svanouit: A i c e s t mot se pasmet l i marchis Sur sun ceval que cleimet V e i l 1antif. Afermet est a ses estreus d'or f i n : Quel part q u ' i l a l t , ne poet mie chair. (2032-2035). Ce n'est pas un hasard s i Roland est sous l a protection d'un cheval: i l s'agit d'un leitmotiv (Squestre). Charlemagne rend j u s t i c e a Ganelon en l i a n t les pieds et les mains du t r a l t r e a des chevaux qui dSchirent son corps. *0 Or, l a mort de Ganelon n'est pas sans prScSdent: e l l e a un refSrent textuel, f i c t i f - c'est le cheval de Roland qui le protege de l a mort. Le supplice de Ganelon a pour e f f e t de le d i f f e r e n c i e r de Roland. Etant fSlon, Ganelon meurt d'un «supplice Squestre. )) Par contraste, le f a i t que Roland est un bon vassal l u i permet d'Stre (au sens f i g u r a t i f de 1'expression), sous l ' a i l e du cheval. Maintenant, nous pouvons v o i r a 1'oppose de l a protection accordSe a Roland, l a mort des Francais. Que les paiens ne peuvent tuer Roland est a i n s i mis en lumiere. Roland survit a tous les siens. La destruction de 1'arriere-garde permet done au narrateur de souligner l a survie de Roland: sa survie lors de l a - 6 4 -b a t a i l l e l a i s s e supposer de 1'hSroisme voire de 1 * immortal i t s . Ce qui importe c'est que Roland dScouvre <la mort des Francais) et done, i l doit f a i r e face a l a notion de sa propre immortalitS: Ainz que Rollant se s e i t aperceut, De pasmeisuns guariz ne revenuz, Mult grant damage l i est apareut: Morz sunt Franceis, tuz les i ad perdut, Senz l'arcevesque e senz Gualter de l'Hum. (2035-2039). II est a noter que Roland rSagit a l a mort des Francais en tuant vingt paiens.^ A i n s i Roland met en cause sa v a i l l a n c e et son hSroisme. Nous y reviendrons, mais i l nous faut encore prSciser l a reunion de Roland et de Gautier de l'Hum. Rappelons que Gautier St a i t charge" par Roland de t e n i r les hauteurs qui dominent le champ de b a t a i l l e . 1 2 II rSapparait i c i , dans l a f i c t i o n , ayant perdu ses m i l l e compagnons dans une SchauffourSe. II se f a i t connaitre a Roland en Snoncant son nom selon les usages chevaleresques, textuels: c'est q u ' i l f a i t un discours commemoratif pour souligner son h i s t o i r e personnelle - i l c i t e les noms de ses conquStes: Co est Gaulter, Ki cunquist Maelgut, L i niSs Droun, al v i e i l l e al canut! (2047-2048). Ce n'est pas un hasard s i Gautier u t i l i s e un langage commemoratif. Roland le f a i t aussi. Nous pensons surtout au conseil des barons ou Roland rappelle «les noms de pays)) q u ' i l a conquis pour le r o i . 13 II marque de l a sorte sa f i d S l i t e " au r o i . De plus, i l appuie son discours au conseil sur son h i s t o i r e (personnelle) --65-c'est-a-dire sur ses conquStes. Le f a i t q u ' i l est un bon chevalier «valorise» ses propos. Pareillement, Gautier appuie son discours a Roland, voire son amitiS avec le comte, sur ses exploits: «Pur vasselage suleie estre tun drut» (2049). Ainsi, Gautier invoque sa propre h i s t o i r e , y compris ses exploits, pour se f a i r e entendre, pour se f a i r e accepter. Par parenthese, i l est intSressant de noter que le discours de Gautier i n c i t e Roland a agir: A i c e l mot l ' a t Rollant entendut; Le cheval brochet, s i vient poignant vers l u i . (2054-2055). Sur le plan semiotique Roland entend le s i g n i f i S - l ' i n d i c e de l a v a i l lance de Gautier. Le courage de son ami provoque Roland a battre les paiens. On parvient done a l a b a t a i l l e contre les paiens. II s'agit de l a demesure Spique: t r o i s Francais affrontent des m i l l i e r s des Sarrasins: Mil Sarrazins i descendent a piet E a cheval sunt .XL. millers. (2071-2072). Mais, a l' a v i s du narrateur -- ((Men escientre» -- les paiens m'osent pas approcher les Francais): c'est done le signe du respect des paiens. Le narrateur explique pourquoi les paiens tSmoignent du respect envers les barons: L i quens Rollant fut noble guerrer, Gualter de Hums est bien bon chevaler, L i arcevesque prozdom e essaiet: L i uns ne v o l t l ' a l t r e nient laisser. (2066-2069). -66-Sur le plan sSmiotique, les paiens entendent le c'est-a-dire i l s reconnaissent la vaillance des dScident done de les attaquer de loin: signifiS: Francais et II lor lancent e lances e espiez, e wigres e darz e museras e agiez e gieser. As premers colps i unt ocis Gualter, Turpins de Reins tut sun escut percet, Quasset sun elme, s i l'unt nasfret el chef, E sun osberc rumput e desmailet, Par mi le cors nasfret de .1111. espiez; Dedesuz lui ocient sun destrer. Or est grant doel, quant l'arcevesque chiet. (2074-2082). Ce qu'il faut remarquer c'est que le narrateur dScrit en dStail la blessure de 1'archevSque Turpin: i l prSpare de la sorte la mort Spique du «hSros. » La question se pose done de savoir: pourquoi le narrateur d S c r i t - i l la mort de Gautier dans un seul vers? En un mot, i l n'est pas dans 1'intSrSt de 1'histoire de dStailler la mort de Gautier car i l ne joue pas un grand r61e dans la fiction. D'un point de vue philologique, la mort de Gautier donne pourtant a penser. En ce qui concerne Gautier, on suppose que le manuscrit comporte une lacune car <il rSapparalt tardivement daifcs la f i c t i o n . ) 1 4 De plus, le narrateur n'explique pas le retour de Gautier. A notre avis, i l semble revenir sur scene prScisSment pour mourir; sa mort souligne a nouveau la survie de Roland. Sur le plan philologique, i l reste a vSrifier la lacune dans le manuscrit, 1'interstice dans la fiction. Revenons a la description de Turpin de Reims. Comme nous l'avons vu, i l s'agit de mettre en r e l i e f son hSroisme. Ainsi le prompt rStablissement de 1' archevSque a pour effet de souligner sa vaillance. <FrappS de quatre Spieux dans le corps, >Turpin -67-court vers Roland pour l u i dire «un mot»: «Ne sui rnie vencut! Ja bon vassal nen ert v i f recreut. » (2087-2088). D'une perspective narrative, les propos de Turpin preparent l'action: c'est-a-dire sa parole rend possible voire «naturel» sa conduite v a i l l a n t e : II t r a i t Almace, s'espee de acer brun, En l a grant presse mil colps i f i e r t e plus. (2089-2090). Tels sont l a puissance et le courage de 1'archevSque. II faut remarquer de nouveau q u ' i l est dans 1'intSrSt de 1'histoire de d S t a i l l e r les exploits de Turpin car le public doit l'envisager comme un hSros: c'est que Turpin appartient au r e g i s t r e Spique de l a geste - ses actions exagSrSes («il frappe m i l l e coups et plus»: le «plus» est le mot, le l i e u de l a dSmesure), comportent un sens hSroique, Spique. Le narrateur est cependant conscient de l a dSmesure, de 1'exagSration de l a geste. Pour «valoriser» les f a i t s de 1'histoire, i l les appuie sur d'autres texts - sur des sources dites «rSelles. » Par exemple, i l c i t e le tSmoinage de Charlemagne (c'est un souverain. digne de confiance), pour soutenir l a description de Turpin: «Puis le d i s t Carles q u ' i l n'en esparignat nul. » (2091). Par l a suite, le narrateur nomme d'autres sources qui l u i fournissent des d S t a i l s de Turpin: i l s'agit de «la Geste» et une charte de saint G i l l e : Tels .1111. cenz i troevet entur l u i , Alquanz nafrez, alquanz par mi ferut, S'i out d' i c e l s Ki les chefs unt perdut. cjo d i t l a Geste e c i l Ki el camp fut: L i ber G i l i e , por qui Deus f a i t vertuz, E f i s t l a chartre el muster de Loum. (2092-2097) -68-Selon le narrateur, ces textes 1'informent de 1'histoire de Turpin. GSrard Moignet le dScrit a i n s i : ... l'auteur de l a Chanson invoque 1'autoritS de l a Geste pour f a i r e accepter un exploit extraordinaire: le massacre de quatre cents paiens par Turpin frappS a mort. 1 5 A l ' a v i s du narrateur, le public doit connaitre «la Geste» et l a charte de saint G i l l e : «Ki tant ne set ne l'ad prod entendut. » (157). C'est a i n s i que le narrateur protSge les intSrSts de son mensonge, de sa f i c t i o n . S i l'on n'est pas au courant de ces textes (trompeurs), on est, par l a d S f i n i t i o n du narrateur, ignorant. T e l l e est l a logique du narrateur, de l a f i c t i o n . Or, un mensonge repose sur un autre, une f i c t i o n sur une autre et a i n s i de suite. C'est l a voie, le jeu de l a F i c t i o n . En rSsumS, prScisons que le narrateur appuie son p o r t r a i t de Turpin sur plusieurs sources (textuelles). En m u l t i p l i a n t les textes, les oeuvres antSrieurs et les tSmoinages, le narrateur est lui-mSme coupable de 1'excSs. DSs lors l a dSmesure marque non seulement l a f i c t i o n , mais aussi l a narration, l ' S c r i t u r e et peut-Stre, l a lecture. A l ' a v i s du narrateur, «Roland se bat noblement. » (2099). Sa v a i l lance s ' i n s c r i t dans son corps de sorte que c'est un texte a dSchiffrer: «Mais le cors ad tressuet e mult chalt. » (2100). La sueur du comte provient de son t r a v a i l , de son emotion: e l l e est done l ' i n d i c e de ses exploits. Rappelons q u ' i l f a i t l a guerre a des m i l l i e r s des paiens. Une f o i s encore l a demesure marque l a f i c t i o n ; bref, 1'exagSration est le propre de 1'SpopSe. En accord avec l a logique hSroique du texte, les paiens n'atteignent pas -69-Roland au moyen des armes. En f a i t , les paiens ne touchent point Roland. Le narrateur e x p l i c i t e que Roland cause (volontairement) ses propres blessures, sa propre mort: En l a teste ad e dulor e grant mal: Rumput est l i temples, por co que i l cornat. (2101-2102). Ainsi, Roland se f a i t du mal en sonnant de l ' o l i f a n t . Ce qui nous importe c'est que les paiens ne l u i nuisent pas. Etant donnS les circonstances de l a b a t a i l l e - l a destruction de 1'arriere-garde-Roland se demande s i l'empereur reviendra pour venger l a mort des Francais. II s'agit de nouveau de sonner du cor; Roland reprend done le signe de son orgueil - c'est l ' o l i f a n t -pour appeler (enfin) Charlemagne a son aide: Mais saveir v o l t se Charles i vendrat: T r a i t l ' o l i f a n , fieblement le sunat. (2103-2104). Ce q u ' i l faut remarquer c'est que le cor comporte toujours une charge mnemonique: l ' o l i f a n t de Roland f a i t revenir a l ' e s p r i t (du public) le f a i t que le comte est l'auteur de l a mort de 1'arriere-garde; par orgueil, rappelons-le, Roland a refusS de sonner du cor. Ainsi, i l a privS ses soldats de l'aide de Charlemagne. Sur le plan sSmiotique, le cor s i g n i f i e aussi 1'expiation, le remords de Roland. Done, ce n'est pas un hasard s i <Roland sonne faiblement); ayant l a tempe SclatSe -c'est l ' i n d i c e de sa penitence-il est d i f f i c i l e de corner de 1 'ol i f ant. Malgre l a «faiblesse» du son, Charlemagne le perqoit. II se -70-met a dSceler l a s i g n i f i c a t i o n du cor de Roland; 1'empereur entend les s i g n i f i e s : L i emperere s'estut, s i l ' e s c u l t a t : «Seignurs, d i s t i l , mult malement nos v a i t ! Rollant mis niSs hoi cest jur nus defalt. Jo o i al corner que guaires ne vivrat. (2105-2108). Charlemagne est i c i un bon sSmioticien. De sa lecture du cor, i l dScouvre 1'impuissance, voire l a mort des Francais. L'empereur reconnait aussi le son (le cor), de Roland: c'est l ' i n d i c e de l a fa i b l e s s e du comte; le signe de sa mort. II est ihtSressant de noter que Charlemagne connait l a charge semantique des signes. II u t i l i s e une stratSgie semiotique pour vaincre les paiens. D'une part, le signe q u ' i l dSchiffre - le son du cor de Roland - 1'incite a agir. Or, i l ne s u f f i t plus de l i r e les signes de l a mort de 1'arriere-garde; des lors i l faut prendre part a l'action: «Ki estre i voelt isnelement chevalzt!» (2109). Ainsi, Charlemagne provoque ses soldats a battre les paiens. D'autre part, le r o i donne 1'ordre de sonner du cor a f i n d'annoncer 1'arrivSe de son arm6e: sur le plan stratfigique, 1'empereur fournit done aux paiens des signes (des sons), de l a force des Francais. Les paiens entendent le s i g n i f i S - c'est 1'at t aque de Char1emagne: Paien 1'entendent, nel tindrent mie en gab; Dit l'un a l ' a l t r e : «Karlun avrum nus ja!» (2113-2114). De leur lecture des signes (c'est-a-dire des cors,) les paiens se rendent compte que Charlemagne a 1'intention de les a s s a i l i r . -71-La portee semiotique des clairons s'inscrit done dans la fi c t i o n de La Chanson de Roland. En outre, i l est intSressant de noter que le clairon existe en tant qu'objet de sSmiologie au moyen age. C'est saint Augustin qui cite la charge sSmiotique des trompettes dans son traits intitulS De doctrina C h r i s t i a n a . 1 6 Le signe (signum) y est dSfini comme «une chose qui, en plus de 1'impression qu'elle apporte aux sens, nous f a i t connaltre quelque chose de plus. » 1 7 Augustin donne i c i l'exemple des trompettes: «Le signal de la trompette qui f a i t savoir aux soldats s ' i l s ont a avancer, a faire retraite, ou a accomplir quelque autre mouvement. » 1 8 Ce qui nous intSresse c'est que les clairons de Charlemagne font savoir aux paiens qu'ils ont a fuir. Nous allons retrouver bientot la fuite des paiens, mais i l nous faut encore prSciser que Roland rSsiste aux violents assauts des Sarrasins. Selon des paiens, i l faut tuer Roland avant 1'arrivSe de Charlemagne pour Sviter une autre guerre. II s'agit d'empScher Roland de parler des atrocitSs dites paiennes: «Se Rolland vit, nostre guerre novelet. » (2118) Ainsi, les paiens dScident d'attaquer Roland: Tels .1111. cenz s'en asemblent a helmes, E des mei1lors Ki el camp quient estre: A Rollant rendent un estur fort e pesme. Or ad l i quens endreit sei asez que faire. (2120-2123). Une fois encore, le narrateur souligne 1'hSroisme de Roland en exagSrant l'action - dans ce cas, les (meilleurs) paiens dSpassent en grand nombre Roland et Turpin. Mais, en accord avec la logique heroique de texte, Roland et Turpin ont l'avantage sur les paiens. Vu qu'ils font la volonte de Dieu en battant les -72-Sarrasin, i l s sont destines a tuer plusieurs d'entre eux. A f i n d'expliquer l a prouesse de Roland d'un point de vue mondain, le narrateur met 1'accent sur l a v a i l lance et l a puissance du comte. II s'agit de souligner 1'hSroisme de Roland. A l'approche des paiens, le narrateur dScrit Roland a i n s i : L i quens Rollant, quant i l les v e i t venir, Tant se f a i t f o r t e f i e r e maneviz! Ne lur ler a t tant cum i l serat v i f , Siet el cheval qu'om cleimet V e i l l a n t i f , Brochet le bien des esperuns d'or f i n , En l a grant presse les v a i t tuz envair, Enseml'od l u i arcevesques Turpin. (2124-2130). Ce qui est intSressant c'est que Turpin s'ajoute 1ittSralement a Roland: «...et avec l u i , 1'archevSque Turpin. » Sur le plan grammatical, Turpin est le complement de l a proposition pr i n c i p a l e : «En l a grant presse. . . » De surcroit, Turpin est le complement du personnaage p r i n c i p a l - c'est-a-dire le complement de Roland. De f a i t , c'est Roland qui donne 1'ordre a Turpin d ' a s s a i l l i r les paiens: Sire, a pied estes e jo sui a ceval: Pur vostre amur i c i prendrai estal; Ensemble avruns e le ben e le mal, Ne vos l e r r a i pur nul hume de car. Encui rendruns a paiens cest asalt. (2137-2142). Etant a pied, Turpin est sous 1'autoritS de Roland: a cheval, Roland est en p o s i t i o n de frapper les paiens. De plus, i l peut entourer le corps de Turpin - rappelons que 1'archevSque est dSja blessS - de V e i l l a n t i f pour le protSger des coups des Sarrasins. II nous reste a prSciser les propos du comte: «Ne vos l e r r a i pur nul hume de car. » II s'agit de dSfendre Turpin contre les -73-paiens. Mais les Sarrasins dScident d'attaquer Roland et 1'archevSque de loin. I l s n'osent pas s'approcher du comte: L i quens Rollant est de tant grant f i e r t e t Ja n'ert vencut pur nul hume carnel. (2152-2152). On entend 1'Scho des paroles de Roland. Ce qui est en jeu, on le voit, c'est «1'immortal i t s » de Roland. Aux yeux des paiens, i l faut un surhomme - un dieu - pour vaincre Roland. Les Sarrasins sont cependant humains - des Stres f a i t s de chair. D'une part, selon l a promesse de Roland de ne pas l a i s s e r Turpin, i l faut l a permission de 1'archevSque pour p a r t i r (nous y reviendrons bientSt). D'autre part, Stant mortels, les paiens ne peuvent atteindre Roland (au moyen des armes): Lancuns a l u i , puis s i l laissums ester. E i l s i f i r e n t darz e wigres asez, Espiez e lances e museraz enpennezj L'escut Rollant unt f r a i t e estroet E sun osberc rumput e desmailet; Mais enz el cors ne l'unt mie adeset. Mais V e i l l a n t i f unet en .XXX. 1ius nafret Desuz le cunte, s i l ' i unt mort la i s s e t . Paien s'en fuient, puis s i l laisent ester. L i quens Rolland i est remSs a pied. (2154-2163) Sur le plan des contrastes, l a mort de V e i l a n t i f souligne 1 ' i n v i n c i b i l i t S du comte: les armes des paiens «percent» son cheval et son armure, mais e l l e s ne peuvent «toucher» son corps. Pour les paiens, l a survie extraordiraire de Roland l a i s s e supposer q u ' i l n'est pas un homme f a i t de chair. Etant donnS «1'imortalitS» de Roland, les paiens s'enfuient vers l'Espagne. Puisque Roland a perdu V e i l l a n t i f , <il n'a pas le moyen de poursuivre les Sarrasins. > 1 9 A pied, Roland apporte son aide a Turpin. Ce qui importe c'est que Roland obtient -74-la permission de Turpin de le quitter pour chercher les cadavres des Francais. 2 0 Turpin donne son approbation au projet de Roland car son devoir C h r e t i e n l'exige: etant 1'archevSque, i l doit bSnir les Francais qui sont morts. Avant de donner la bSnSdiction aux Francais, Turpin attend le retour de Roland. Tout seul, Roland «fouille» le champ de bataille pour reconnaitre ses compagnons: Rolland s'en turnet, par le camp vait tut suis, Cercet les vals e s i cercet les munz. Iloec truvat Gerin e Gerer sun cumpaignun, E s i truvat Berenger e Attun, Iloec truvat Anseis e Sansun, Truvat Gerard le v e i l l de Russillun. Par uns e uns les ad pris le barun, A l'arcevesque en est venuz a tut, Sis mist en reng dedevant ses genuilz. (2184-2192) II s'agit la d'une recherche exagSrSe - rappelons que la demesure est caractSristique de 1'6pop6e. Ce qui est intfiressant c'est que le narrateur commSmore les Francais qui sont morts en les nommant. Par sa l i s t e nominale, le narrateur f a i t entrer les Francais dans 1'immortal i t s : dSs lors les noms des barons survivent dans le mSmoire du public. On parvient done a la bSnSdiction de Turpin: «Lievet sa main, fa i t sa beneicun. » (2194) Ainsi, 1'archevSque remplit son devoir chrStien. Au reste i l f a i t un discours qui est, en quelque sorte, une lamentation mondaine: AprSs ad dit: «Mare fustes, seignurs! Tutes voz anmes ait Deus l i Glorius! En pareis les metet en sentes flurs! La meie mort me rent s i anguissus! Ja ne verrai le riche empereur. » (2195-2199) -75-II s'agit done d'un regret feodal ou profane: etant mort, Turpin ne peut v o i r son roi(mondain), Charlemagne. De mSme, l a mort des seigneurs est malheureux: leur mort les Sloigne irrSvocablement de leur souverain (Charlemagne), et de leur patrie. Toutefois, d'une perspective chrStienne, les barons deviennent bienheureux en mourant car leurs ames montent au c i e l . Turpin t i e n t sa promesse «Sieges avrez el greignor pareis»(1135) - en invoquant Dieu pour secourir les ames des barons. La question se pose done de savoir: y a - t - i l une antinomie dans les propos de 1'archevSque? Selon Turpin, i l est a l a f o i s bienheureux et malheureux d'Stre mort. Dans l a f i c t i o n , le moment entre l a vie et l a mort est un point de jonction ou l a fSodalitS rencontre le christianisme. D'une part, Stant encore en vie, on veut s e r v i r Charlemagne: i l s'agit de q u i t t e r le souverain mondain avec regret. Mais, d'autre part, Stant sur le point de mourir, i l faut se mettre en Stat de monter au c i e l : suivant l a l o i chrStienne, on doit confesser ses pSchSs, f a i r e pSnitence, etc. C'est a i n s i que 1'on se met a s e r v i r Dieu -le souverain cSleste. Le discours antinomique de Turpin marque done l a t r a n s i t i o n de l a vie a l a mort, de l a fSodalitS mondaine ou l'on sert Charlemagne, a l a fSodalitS cSleste ou le souverain est Dieu. Nous allons revenir bientSt a l a mort de Turpin, mais i l nous faut encore commenter l a recherche, l a «fouille» de Roland. Le comte veut trouver les Francais qui sont morts, rappelons-le, pour q u ' i l s puissent recevoir l a bSnSdiction de 1'archevSque. Ainsi, Turpin benit le cadavre d'Oliver: «E l'arcevesque 1'ad asols e seignet. » (2205) II s'agit done de «signer» le corps d ' O l i v i e r de l a croix: c'est le symbole du christianisme. Sur le plan - 7 6 -commSmoratif, l a croix f a i t rappeler l a mort et le s a c r i f i c e du Christ. Done, suivant l a coutume commemorative du catholicisme, Roland rappelle le patrimoine et les exploits d ' O l i v i e r : i l f a i t l'Sloge du baron de sorte que le public peut conserver l a mSmoire d'Olivier: <Jo d i t Rollant: «Bels cumpainz Oliver, Vos fustes f i l z al due Reiner Ki t i n t l a marche del val de Runers. Pur hanste freindre e pur escuz peceier, Pur o r g o i l l o s veintre e esmaier E pur prozdomes t e n i r e c u n s e i l l e r E pur glutun veintre e esmaier, En nule tere n'ad meillor chevaler. » (2207-2214) Ainsi, le discours mnemonique de Roland rend O l i v i e r immortel dans l a mSmoire du public. O l i v i e r s'est dSja prSparS a 1'immortal i t s celeste en confessant ses pSchSs a Dieu avant de mourir. 2 1 Dans l a f i c t i o n , i l est dans 1'intSrSt fSodal des personnages de s'occuper de leur immortal i t s mondaine: par leurs exploits, leurs compatriotes peuvent les rappeler. II est aussi dans 1'intSrSt chrStien des personnages d'assurer leur propre salut; en un mot, on a intSrSt a s ' i n s t a l l e r dSfinitivement au paradis. II est intSressant de noter que Roland s'Svanouit alors q u ' i l v o i t les cadavres de ses compagnons. L'effet de l a mort des siens s ' i n s c r i t dans son visage: «En sun visage fut mult desculurez. » (2218). Turpin se rend compte de l a douleur de Roland en l i s a n t l a face du comte: «Dist 1'arcevesque: «Tant mare fustes, berf» (2221). Sur le plan sSmiotique, 1'archevSque entend le s i g n i f i S -i l dSchiffre les signes de l a souffrance de Roland. L'Svanouissement du comte provoque l a charitS de Turpin. II -77-decide de consoler son ami dans l a peine. Turpin veut donner de l'eau a Roland: Tendit sa main, s i ad p r i s l ' o l i f a n . En Rencesvals ad un' ewe curant; Aler i volt, s i n durrat a Rollant. (2224-2226). Ce qui importe c'est que Turpin a 1'intention de mettre de l'eau dans l ' o l i f a n t . Le cor est done 1'instrument de l'aide de l'archeveque. Ce n'est pas un hasard s i l ' o l i f a n t est destine a contenir l'eau (c'est-a-dire le secours), de Turpin: i l s'agit de secourir Roland par le cor - c'est le signe mSme de sa chute. L'archeveque accorde de l a sorte son pardon a Roland: dSs lors le cor est une indice de 1'absolution de Turpin / de l a redemption de Roland. 2 2 Malgre son desir d'apporter de l'eau a Roland, 1'archevSque n'arrive pas a l'aider: i l meurt en a l l a n t vers «1'eau courante. » Gerard Moignet decr i t a i n s i l a mort de Turpin: <<I1 meurt sur un dernier geste de charite apr&s s'etre battu en chevalier. » 2 3 La charite de Turpin l u i amSne done a l a mort. Le narrateur precise que 1'archevSque Sprouve de l'angoisse lors de sa mort: «La sue mort l ' i v a i t mult angoissant. » (2232). Inspire par charite, on peut supposer que «sa mort l'angoisse durement» car i l ne parvient pas a donner de l'eau a Roland. En d'autres termes, le f a i t que Turpin n'aide pas son compagnon l'angoisse. Au reste, Roland revient de son evanouissenment. II v o i t Turpin au moment ou l'archeveque se confesse a Dieu. 2 ^ Le narrateur intervient i c i dans le r e c i t pour f a i r e l'eioge de l'archeveque. . A l' a v i s du narrateur, Turpin represente 1'ideal -78-C h r e t i e n (servir Dieu), et 1'ideal chevaleresque (battre 1'ennemi du souverain): Par granz b a t a i l l e s e par mult beIs sermons Cuntre paiens fut tuz tens campiuns. Deus i l o t r e i t seinte beneicun! (2243-2245). Ainsi, le narrateur recommande 1'ame (idSale) de Turpin a Dieu. Suivant 1'usage (Chretien) du texte, Roland loue aussi l a vie de Turpin. Rappelons que Roland a dSji. prononce un discours commemoratif sur les exploits d ' O l i v i e r apres l a mort de son compagnon. Parei11ement, Roland souligne l a devotion chretienne de Turpin a f i n de recommander l'ame de l'archeveque au c i e l : Forment le pleignet a l a l e i de sa tere «E! g e n t i l z hom, chevaler de bon'aire Hoi te cumant al Glorius celeste. Ja mais n'ert hume plus volenters le serve. Des les apostles ne fut hom t e l prophete Pur l e i t e n i r e pur humes atraire. Ja l a vostre amne nen a i t s u f r a i t e ! De pareis l i s e i t l a porte uverte!» (2251-2258). II est a noter que le narrateur situe l ' o r i g i n e (discursive) de l'eloge funebre hors texte: pour le dire d'un mot, suivant l a l o i francaise, i l faut f a i r e l'eloge d'un compagnon mort. Dans l'exemple qui nous occupe, Roland rappelle les exploits C h r e t i e n s de Turpin pour preciser que l'archeveque est digne du salut. De surcrolt, son discours sur Turpin rend 1'archevSque immortel dans l a mSmoire du public. En accord avec 1'ordre chronologique du r§cit, i l est temps de rechercher le sens de l a mort de Roland. Qu'il meure aprSs Turpin et O l i v i e r donne a penser. Etant le commandant de 1'arriere-garde, Roland surv i t a tous les siens. En refusant de -79-sonner du cor, rappelons-le, Roland est 1'auteur de leur destruction. II subit cependant les consequences (fatales) de son acte en voyant 1'aneantissement des Francais, y compris l a mort des siens. Au reste, Roland se rend responsable du massacre de 1'arriere-garde en cornant plus tard de l ' o l i f a n t pour demander de l'aide de Charlemagne. Ensuite, i l «fouille» le champ de b a t a i l l e pour reconnaitre les effets, les signes de son pSche: ce sont les corps morts de ses compagnons. Etant done en vie, Roland a le temps de se rendre compte de son defaut moral. Avant de mourir, i l a aussi le temps nScessaire pour expier son pSchS par l a penitence - par l'humilite. Mais, i l est aussi dans l ' i n t e r e t hSroique de son personnage, s i Roland est le dernier soldat de mourir a Roncevaux. C'est a i n s i que le narrateur met en r e l i e f l a survie singuliere (c'est-a-dire hSroique) de Roland. Tous les Francais a Roncevaux, hormis Roland, meurent des coups paiens. Le narrateur rappelle au public les circonstances de l a mort de Roland en ci t a n t a. nouveau l a blessure du comte: <sO sent Rollant que l a mort l i est pres; Par les o r e i l l e s fors s'e i s t l a cervel. (2259 - 2260). Le public ne manque pas de rappeler i c i que «Roland ne meurt pas d'un coup recu mais de 1'effort surhumain q u ' i l a f a i t en sonnant du cor. » 2 5 Bref, <la cer v e l l e l u i sort par les o r e i l l e s ) parce q u ' i l a cornS de l ' o l i f a n t . Suivant l a l o i chretienne, Roland invoque Dieu avant de mourir. II prie d'abord pour ses compagnons - que Dieu les emporte au paradis: -80-De ses pers p r i e t Deu ques apelt, E pois de l u i a 1'angle Gabriel. (2261-2262). Ce q u ' i l faut remarquer c'est que Roland s'intSresse a l a destinSe (cSleste) d'autrui: cela est une indice de l'humilite' (chretienne) du comte. Ensuite, Roland s'adresse a 1'ange Gabriel a f i n de p r i e r pour son propre ame. Par 1'ordre desinteresse de ses prieres, Roland se met en etat d'obtenir l a grace de Dieu et done, de monter au c i e l aprSs sa mort. II est interessant de noter que l a mort de Roland est accompagnee de certains signes. II s'agit des objets qui comportent une s i g n i f i c a t i o n feodale et chretienne. Par exemple, Roland s'eloigne des cadavres des Francais en a l l a n t dans «un gueret pour mourir)); avant de q u i t t e r 1'endroit ou se trouvent les corps morts de 1'arriere-garde, Roland se souvient de prendre l ' o l i f a n t et Durendal, son epee: P r i s t l ' o l i f a n , que reproce nen a i t , E Durendal s'espee en l ' a l t r e main. (2264 - 2265). Roland reconnait l a charge semiotique de l ' o l i f a n t . II se rend compte q u ' i l faut mourir avec le cor a ses c6t§s. II est question d'accomplir son devoir m i l i t a i r e . Etant le commandant de 1'arriere-garde, i l faut l ' o l i f a n t pour annoncer l'avance, l a r e t r a i t e , etc. j i l faut aussi le cor pour demander de 1'aide de Charlemagne. Ainsi, Roland prend l ' o l i f a n t pour signaler q u ' i l est encore capable de remplir les obligations de sa charge, meme en mourant. Nous allons retrouver bientot 1'§p§e de Roland, mais i l nous -81-faut encore commenter l ' o l i f a n t . Outre sa valeur sSmiotique, le cor est aussi une arme: c'est un instrument servant a tuer les paiens. Par exemple, Roland abat un Sarrasin en le frappant de l ' o l i f a n t . La mort du paien s'offre a une analyse sSmiotique. En s'Sloignant du champ de b a t a i l l e , Roland s'est Svanoui: Sur 1'erbe verte s i est caeit envers; La s'est pasmet, Kar l a mort l i est prSs. (2269-2870). Aux yeux des paiens, Roland, inconscient, est enfin en Stat d'Stre abattu. Ainsi, un Sarrasin qui f e i n t l a mort pour tromper Roland dScide de l'attaquer. Le narrateur dec r i t a i n s i le Sarrasin: Uns Sarrazins tute veie l'esguardet, Si se f e i n s t mort, s i g i s t entre les altres. Del sane luat sun cors e sun visage. Met sei en piez e de curre s'astet. Bels fut e forz e de grant vasselage. (2274-2278). Sur le plan sSmiotique, l a ruse du Sarrasin donne a. penser. Les s i g n i f i a n t s - ce sont le sang et l a p o s i t i o n horizontale de son corps - laissent supposer que le Sarrasin est mort. Mais les s i g n i f i a n t s sont trompeurs. Par consSquent, le s i g n i f i S - c'est l a mort du Sarrasin - est un mensonge, une f i c t i o n . En accord avec l a logique chrStienne de l a geste, on s a i t que les paiens se servent des signes pour tromper les Francais: nous pensons surtout aux branches d ' o l i v i e r que Marsile u t i l i s e pour duper Charlemagne. Pareillement, le Sarrasin a 1'intention de tromper Roland au moyen des signes. Etant sur le point de mourir, Roland interprete mal le sens du signe: i l ne decouvre pas le mensonge - c'est l a fausse mort du paien. Rappelons que Roland est d'habitude un bon sSmioticien: i l a reconnu, par exemple, l a felonie de Marsile en «lisant» les branches d ' o l i v i e r . Mais, blessS a. l a tSte, Roland -82-est sujet a. la tromperie semiotique. mourir aux mains du Sarrasin. II est done en position de II nous reste a preciser l'attaque du paien, d'un point de vue semiotique. Pour le Sarrasin, i l ne su f f i t pas de tuer Roland, i l faut en avoir des preuves, des signes. Quelle meilleure preuve pour affirmer 1'exploit du paien que 1'SpSe de Roland! II connait la signifiance - c'est-a-dire la charge semiotique-de Durendal: en un mot, l'epee est inseparable de Roland, (nous y reviendrons). Etant done en possession de Durendal, le Sarrasin dSmontrerait la mort du comte, preuve en main. Mais le paien ne reussira pas a tuer Roland: Par sun orgoill cumencet mortel rage; Rollant saisit e sun cors e ses armes E dist un mot: «Vencut est l i nies Carles! Iceste espee porterai en Arabe. » (2279 - 2282). Ce qui nous importe c'est que le narrateur souligne «1'orgueil» et «la folie» (rage) , du paien. II s'agit la d'un Scho narratif. Rappelons qu'a Roncevaux, Roland agit par orgueil en refusant le secours de Charlemagne. Or, l'attaque du paien est un carrefour narratif ou se croisent l'orgueil du Sarrasin, l'orgueil passS de Roland et la conversion (morale) du comte. Done, ce n'est pas un hasard s i Roland atteint le paien d'un coup ports avec l'olifant: c'est que le cor est l'indice meme de l'orgueil du comte et de sa conversion: <Jo sent Rollant que s'espee l i tolt. Uvrit les oilz, s i l i ad dit un mot: «Men escientre, tu n'ies mie des noz!» Tient l'olifan, que unkes perdre ne volt, S i l f i e r t en l'elme, Ki gemmet fut a or; -83-Fruisset l'acer e l a teste e les os, Amsdous les o i l z del chef l i ad mis fors, Jus a ses piez s i 1'ad tresturnet mort. (2284-2291). A i n s i l ' o l i f a n t est non 1'instrument de 1'orgueil de Roland, mais son arme contre 1'orgueil (des paiens). Une f o i s encore le s i g n i f i e du cor est l'humilite du comte: sa devotion feodale et chretienne. Chose remarquable: Roland fend l ' o l i f a n t alors q u ' i l frappe le Sarrasin: Fenduz en est mis o l i f a n s el gros, Caiuz en est l i c r i s t a l s e l i ors. (2295-2296). Ce qui nous interesse c'est que l a destruction de l ' o l i f a n t coincide avec l a mort de Roland. Le cor est un a t t r i b u t (inseparable) du comte. Sur le plan semiotique, l ' o l i f a n t comporte 1'histoire morale et fSodale de Roland. L ' o l i f a n t s'avere etre i c i «joint» a. Roland. Mais un autre objet s'ajoute a (1'apanage de) Roland. Durendal est aussi le propre du comte. Rappelons que Roland prend l ' o l i f a n t dans une main et 1'epee dans 1'autre: i l s'assure de 1'usage et de l a possession du cor et de Durendal, meme en mouranf 2 6 II est question de remplir les obligations de sa charge: par l ' o l i f a n t , Roland signale 1'arriere-garde; par l'epee, i l se bat contre les paiens. II faut done ces objets pour (avoir l ' a i r d') etre un bon commandant: pour le dire d'un mot, Roland s'interesse a son «apparence» car i l prend soin de sa reputation mondaine - c'est q u ' i l veut etre le heros d'une «belle chanson. » Outre sa valeur mondaine, 1'Spee de Roland comporte une -84-s i g n i f i c a t i o n hautement feodale et religieuse. Aux yeux du comte, Durendal est son vassal: i l faut mettre 1'accent sur l ' a d j e c t i f possessif - «Durendal s'espee»; le sa ne rend pas raison pourtant du rapport entre Roland et «son epee. » A f i n de s a i s i r d'un coup d'oeil, l'etat de cette r e l a t i o n - homme/epee - i l faut seulement v o i r que Roland a 1'intention de «briser» Durendal avant de mourir: <Jo sent Rollant l a veiie ad perdue, Met sei sur piez, quanqu'il poet s'esvertuet; En sun visage sa culur ad perdue. Dedevant l u i ad une perre byse. . X. colps i f i e r t par doel e par rancune. Cruist l i acers, ne f r e i n t ne ne s'esgruignet. (2297-2302). II s'agit done de tuer 1'Spee vassale car le seigneur est sur le point d'expirer. Etant mort, Roland ne peut se s e r v i r de sa vassale, de son epee. A i n s i i l veut l a casser. Ce desir violent de Roland s'explique d'une perspective semiotique. Etant rompue, detruite, le s i g n i f i e de l'epee s e r a i t sa «vassalite» - sa dependance envers Roland En brisant Durendal, Roland cherche le s i g n f i e - l a v a s s a l i t e de l'epee. Toutefois, Durendal n'est pas l a vassale de Roland. En f a i t , les propos de Roland indiquent que ses exploits guerriers dependent de l'epee: Quant jo mei perd, de vos nen a i mais cure. Tantes b a t a i l l e s en camp en a i vencues E tantes larges escumbatues, Que Carles tient, Ki l a barbe ad canue! (2305-2308). Ainsi, Roland prScise q u ' i l f a l l a i t Durendal pour conquSrir «tant de grandes terres.» Par son discours, Roland suggere q u ' i l -85-est le vassal de Durendal: Ne vos ait hume Ki pur altre fuiet! Mult bon vassal vos ad lung tens tenue. Ja mais n'ert tel en France l'asolue. (2309-2311). Le mot, vassal, se donne i c i a deux lectures. D'une part Roland est le vassal de Charlemagne - i l mentionne «Carles» dans son discours: par son epee, Roland se bat contre les paiens afin d'accomplir la volonte de Charlemagne - c'est son souverain mondain. D'autre part, Roland est le vassal de Dieu - c'est son souverain celeste. Rappelons que 1'epee contient des reliques chretiennes. Sur le plan des signifies, les reliques signifient la chretientS et Dieu. GSrard Moignet note que Durendal est «un objet sacre qui a ete confie a Roland par Dieu parce qu'il etait digne de la porter. » 2 7 Roland est done le vassal de Durendal dans la mesure ou 1'epee represente Dieu. Or, 1'epee est un autre point de jonction ou se rencontrent les devoirs feodaux et C h r e t i e n s de Roland - i l faut servir Charlemagne et Dieu. Durendal est a la fois l'arme de 1'empereur utilisee pour battre les paiens, et 1' instrument de Dieu, servant a. defendre et a propager la chretiente. Etant un dispositif (chrStien) de Dieu, 1'epee ne peut etre dStruite. Ainsi, Roland n'arrive pas a «briser» Durendal: Rollant f e r i t el perun de sardonie. Cruist l i acers, ne briset ne s'esgrunie. (2312-2313). Rollant f e r i t en une perre bise Plus en abat que jo ne vos sai dire L'espee cruist, ne fruisset ne ne brise, Cuntre c i e l amunt est resortie. (2338-2341). Ce qui nous importe c'est que Roland se met a parler de Durendal: -86-Quant i l Co v i t que n'en pout mie freindre, A sei meisme l a cumencet a pleindre. (2314-2315). Quant v e i t l i quens que ne l a friendrat mie, Mult dulcement l a p l e i n s t a sei meisme. (2342-2343). II n'est plus question de casser 1'SpSe; avant de mourir, Roland a le temps pour commenter 1'histoire de Durendal. Or, Roland prononce un discours sur «la vie» de l'epee: i l s'agit d'une espece de «regret funebre, comparable a c e l u i par lequel Roland a d i t adieu a ses compagnons. > > 2 a Par exemple, Roland u t i l i s e les mSmes propos pour louer les vies d ' O l i v i e r et de Durendal. II les <apostrophe> a i n s i : Sire cumpaign, tant mar fustes hardiz! (2027). E! Durendal, bone, s i mar fustes! (2304). Par leur ((malheur, » O l i v i e r et Durendal se correspondent. L'important est que le regret de Durendal a pour e f f e t de personnifier l'epee: e l l e merite les memes propos, le meme eloge qu'Olivier. A i n s i Roland represente Durendal - le nom propre est un autre indice de sa personnification - sous les t r a i t s (les paroles), d'un personnage. Maintenant, nous sommes en mesure de considSrer l'eloge funebre de Durendal: i l s'agit de nouveau d'un discours commemoratif. Par exemple, Roland c i t e l a f i l i a t i o n de Durendal: Quan Deus del eel l i mandat par sun angle Qu'il te dunast a un cunte cataignie: Dune l a me ceinst l i g e n t i l z r e i s , l i magnes. (2319-2321). Avant de commenter l a descendance de Durendal, i l faut se souvenir -87-du regret d'Olivier. Roland rappelle i c i l a genealogie du baron: <?o d i t Rollant: Bels cumpainz Oliver, Vos fustes f i l z al due Reiner. (2207-2208). Ainsi, l'eloge funebre de Durendal comporte une (autre) resonance de l a plainte d'Olivier: bref, Roland precise les lignees de ses «compagnons. » En notant l a genealogie de Durendal, Roland souligne l a f i l i a t i o n chretienne et feodale de l'epee. Par Durendal, Dieu i n v e s t i t Charlemagne du pouvoir celeste. Ensuite, un ange, servant d'intermediaire entre Dieu et Charlemagne, donne 1' ordre au r o i de fournir l'epee a. Roland. Ainsi, Durendal comporte a. l a f o i s , une s i g n i f i c a t i o n feodale et chretienne. D'une part, 1'Spee est 1'apanage de Dieu. D'autre part, etant sous les ordres de Dieu, Charlemagne donne l'epee a. Roland. Par Durendal, Roland accomplit l a volonte de Dieu, de Charlemagne -des volontSs inseparables. En rendant hommage a Durendal, Roland rappelle ses propres exploits. II c i t e les «noms de pays» q u ' i l a conquis pour Charlemagne en frappant des coups de Durendal: Jo 1'en cunquis e Anjou e Bretaigne, Si 1'en cunquis e Peitou e le Maine; Jo 1'en cunquis Normendie l a Franche, Si l'en cunquis Provence e Equitaigne E Lumbardie e trestute Romaine; Jo l'en cunquis Baiver a tute Flandres E Burguigne e trestute P u i l l a n i e , Costentinnoble, dunt i l out l a fiance, E en Saisonie f a i t i l co q u ' i l demandet; Jo l'en cunquis e Escoce e Vales Islonde E Engletere, que i l teneit sa cambre. (2322-2332). Ce q u ' i l faut remarquer, c'est que Roland se commemore-il rappelle ses propres conquetes en faisant l'eloge de Durendal. Mais, i l ne s'agit pas de rappels orgueilleux. Suivant l a l o i chretienne, i l -88-faut celebrer l a vie d'un croyant en rappelant ses exploits C h r e t i e n s et feodaux. 2 9 Ainsi, Roland accomplit son devoir C h r e t i e n en faisant son propre eloge. Etant tout seul a Roncevaux au moment de sa mort, Roland doit commemorer sa propre vie: dans l a f i c t i o n , personne d'autre est vivant (a Roncevaux), personne d'autre est done capable de prononcer un discours sur Roland -hormis Roland. Outre sa propre commemoration, Roland rappelle son obligation (feodale) envers Charlemagne. Par son discours sur Durendal, Roland precise q u ' i l accomplit l a volontS de Charlemagne en conquerant les pays d i t s paiens. Ainsi, Roland remarque que Charlemagne est le souverain des pays conquis (par Durendal): Cunquis 1'en a i pais e teres tantes, Que Carles tient, Ki ad l a barbe blanche. (2333-2334). Mult larges teres de vus avrai cunquises, Que Carles tent, Ki l a barbe ad f l u r i e , E l i empereres en est ber e riches. (2352-2354). Le regret de Durendal est done un «carrefour funebre» ou se croisent des eloges de l'epee, des souvenirs de Roland et des rappels f§odaux et Chretiens. En se lamentant sur le sort de Durendal, Roland e x p l i c i t e l a f i l i a t i o n chretienne, le contenu saint, de l'epee. II precise les r§liques (saintes) qui se trouvent dans Durendal: En l ' o r i e t punt asez i ad reliques, La dent seint Perre e del sane seint B a s i l i e , E des chevels mun seignor seint Denise; Del vestement i ad seinte Marie. (2345-2348). Dieu lai s s e son empreinte sur Durendal alors q u ' i l donne 1'ordre a -89-Charlemagne de fournir l'epee a Roland. Mais le contenu (Chretien) de Durendal - i l s'agit des reliques des saints - est un autre indice de Dieu: sur le plan des signifies, les reliques signifient Dieu et la chretiente. Ainsi, l'epee de «Roland» (la possession est mise en question par la genSalogie de Durendal), est un signe proprement Chretien, servant a. signifier Dieu. Etant donne 1'histoire (chretienne) de Durendal, Roland s'inquiete a 1'avenir de l'epee. A l'avis du comte, i l faut que Durendal n'appartienne jamais aux paiens: Pur ceste espee ai dulor e pesance; Mielz voeill murir qr'entre paiens remaigne. Deus! perre, n'en laiser hunir France! (2335-2337). II nen est dreiz que paiens te baillisent; De chrestiens devez estre servie. (2349-2350). II s'agit done, de defendre le contenu C h r e t i e n (les reliques) de 1'epSe et, par extension, d'assurer la signification catholique de Durendal. Si les paiens possedaient Durendal, l'epee (chretienne) serait prise d'une crise semantique: comment produire du sens (chrStien) aux mains des paiens? Par la definition du texte, les Sarrasins minent la chretientS. Parei1lement, par leur tromperie, les paiens subvertiraient (le sens C h r e t i e n de) Durendal. Bref, pour «garantir» la signification catholique de Durendal, i l faut donner l'epee a un Chretien. II en est de meme pour protSger la signification heroique, chevaleresque de Durendal. Aux yeux de Roland, les paiens ne sont pas dignes de l'epee car i l s sont couards: «Ne vos ait hume Ki facet cuardie!» (2351). Ainsi, Durendal est destine a un heros C h r e t i e n - c'est-a-dire a un autre Roi and. -90-Roland re u s s i t done a f a i r e son propre Sloge en precisant le destin heroique et chrStien de Durendal. Par son regret de l'epee, Roland l a i s s e supposer q u ' i l est seul digne de Durendal. Mais Roland souligne aussi que ses exploits - en les cit a n t -dependent de Durendal: «Mult larges teres de vus avrai cunquises. » (2352). Ainsi, le regret de Durendal est a l a f o i s , une plainte de l'epee et un eloge (comme l'exige l a l o i chretienne) de Roland. Mais, l a question se pose de savoir: qui est le destinataire du discours de Roland? Dans l a f i c t i o n , Roland adresse son regret a Dieu - seul le Seigneur peut entendre les propos du comte. Hors texte, le public est le destinataire de l'eloge (double) de Roland. Par son regret de Durendal, l'epee peut survivre sans f i n dans l a memoire du lecteur, de l'auditeur. De surcroit, en l i s a n t les exploits du comte, Roland est present a 1'esprit du public: autrement dit, le public se souvient que Roland est le heros d'une «belle chanson. » Que Roland s'intSresse a 1'immortalite de ^ 1'ame est aussi en evidence. Suivant l a l o i chretienne, i l se prSpare a l a mort en confessant ses peches a Dieu. Roland cherche 1'absolution du. Seigneur en vue d ' a l l e r au paradis. II est important de noter que le narrateur c i t e a t r o i s reprises l a pSnitence de Roland, pour souligner l ' i n t e r e t (hfiroique et chrStien) de sa mort, de son ascension au c i e l : Cleimet sa culpe e menut e suvent, Pur ses pecchez Deu en p u r o f f r i d lo guant. (2364-2365). Deus, meie culpe vers les tues vertuz De mes pecchez, des granz e des menuz, Que jo a i f a i t des l'ure que nez f u i -91-Tresqu'a cest jur que c i s u i consout! (2369-2373). Cleimet sa culpe, s i p r i e t Deu mercit: «Veire Patene, Ki unkes ne mentis, seint Lazaron de mort resurrexis E Daniel des leons guaresis, Guaris de mei 1'anme de tuz p e r i l z Pur les pecchez que en ma vie fils!» Sun destre guant a Deu en p u r o f f r i t . (2383-1289). La penitence de Roland merite Inattention a plus d'un t i t r e . Tout d'abord, son geste feodal - «Pur ses pecchez Deu en p u r o f f r i d lo guant» - donne a penser. Suivant le code fSodal du moyen age, le gant est un signe d'honneur: pour s'engager envers quelqu'un, rappelons-le, i l faut le gant. II y en a plusieurs exemples dans le texte. Le gant comporte done, dans l a f i c t i o n , une charge mnemonique: par exemple, Charlemagne tend le gant a Roland pour confier 1'arriere-garde au comte. De plus, Ganelon l a i s s e tomber le gant dro i t que l u i tend le r o i : cela est un presage de l a trahison de Ganelon. Ce qui importe c'est que le geste de Roland Svoque des souvenirs ( f i c t i f s ) : en un mot, par le gant d r o i t de Roland, le public rappelle (des evenements de) 1'histoire. La question se pose done de savoir: outre sa charge mnemonique, quelle est l a s i g n i f i c a t i o n du geste (feodal) de Roland? Bref, Roland s'engage envers Dieu, envers son souverain celeste, en l u i tendant son gant droit. Etant en vie, Roland doit remplir les obligations de Charlemagne - c'est son souverain modain. Mais, avant de mourir, i l est temps de se l i e r , par un geste feodal, a Dieu. L'acte de Roland met en r e l i e f 1'aspect feodal de l ' E g l i s e : etant Chretien, i l faut s e r v i r (au sens feodal du verbe), Dieu. Le gant dro i t est done un point de jonction ou se rencontrent l a feo d a l i t e mondaine et celeste: pour s'engager envers Charlemagne et Dieu, i l faut leur tendre le gant droit. II nous reste a preciser que Roland appuie sa confession et sa penitence sur le gant droit. Par le gant droit, Roland signale l'humilite et l a s i n c e r i t e de ses propos. Suivant l a l o i chretienne, a f i n d'expier ses pechSs, Roland doit avoir des remords - le gant dro i t est l ' i n d i c e (fSodal) du repentir du comte. Dieu entend le s i g n i f i e - c'est l a bonne f o i de Roland -et i l donne 1'absolution au comte en acceptant le gant droit, le signe du regret. Plus prScisSment, c'est saint Gabriel, servant i c i d'intermediaire entre Dieu et Roland, qui r e c o i t le gant droit. 3 0 Par le gant droit, Roland monte au c i e l : «L'anme del cunte portent en pareis. » (2396). Aussi Roland v a - t - i l au paradis. Mais, avant de monter au c i e l (avant de mourir), Roland s'applique a se rendre immortel dans l a memoire des Franqais, dans l a memoire du public. II s'agit la. de mettre son corps (mort) dans une posture heroique et noble: Sur 1'erbe verte s ' i est culchet adenz, Desuz l u i met s'espee e l ' o l i f a n , Turnat sa teste vers l a paiene gent: Pur <;o 1' ad f a i t que i l voelt veirement Que Carles diet e trestute sa gent, L i g e n t i l z quens, q u ' i l fut mort cunquerant. (2358-2363). Par 1'attitude de son corps. Roland souligne son heroisme. D'une part, i l met les instruments de son pouvoir - le cor et l'epee -sous son corps pour montrer q u ' i l est encore capable de battre les paiens et done, d'accomplir l a volontS du r o i , meme en mourant. D'autre part, en tournant sa tete «du c6t§ de l a gent paienne,» Roland se met en p o s i t i o n de s u r v e i l l e r les cadavres des -93-Sarrasins: ce sont les indices, les f r u i t s de «sa conquete. » De surcroit, Roland tourne son visage vers l'Espagne - c'est l a terre de l'ennemi - a f i n d'indiquer qu' «il est mort en vainqueur. » Ce qui nous interesse c'est que Roland a 1'intention de «signer» son cadavre: i l connait que son corps mort porte bien l a signature, l a marque d'un heros. II reste aux Franqais d'en d e c h i f f r e r les signes. Maintenant, nous sommes en mesure de considSrer le retour de Charlemagne ( i l revient a Roncevaux aprSs avoir entendu le cor de Roland), d'une perspective semiotique. II s'agit de t r a i t e r des signes du champ de b a t a i l l e . L'empereur v o i t les cadavres des Fran<?ais alors q u ' i l arrive a Roncevaux: II nen i ad ne veie ne senter, Ne voide tere, ne alne ne p l e i n pied, Que i l n ' i a i t o Franceis o paien. (£399-2401). A f i n de dScouvrir les cadavres des douze pairs, i l faut l i r e les signes de leur destruction. En «lisant» le champ de b a t a i l l e -c'est le «texte» de l a b a t a i l l e - Charlemagne peut reconstruire les circonstances du massacre (nous y reviendrons bientdt). Tout d'abord, Charlemagne souligne sa perte (personnelle), en c i t a n t les noms des barons franqais qui sont morts a Roncevaux. II s'agit d'une l i s t e commemorative. D'une part, Charlemagne rappelle aux Francais les noms des soldats de 1'arriere-garde pour Svoquer des sentiments de regret, de remords et de vengeance. D'autre part, en rememorant ses barons, le r o i les rappelle a l a memoire du public: -94-Carles esc r i e t : «u estes vos, bels nies? U est l'arcevesque e l i quens Oliver? U est Qerins e 3 i s cumpainz Gerers? U est Oles e l i quens Berengers, Ive e Ivorie, que jo aveie tant chers? Que est devenuz l i Guascuinz Engeler, Sansun l i dux e Ansexs l i bers? U est Gerard de Russillun l i Veilz, L i . x i i . per, que jo aveie laiset?» (2402-2410). En nommant ses barons, Charlemagne se rend compte q u ' i l aurait pu empecher leur mort: etant aussi a Roncevaux, i l aurait pu battre les paiens: «Deus! d i s t l i r e i s , tant me pois esmaier Que jo ne f u i a l'estur cumencer!» (2412-2413). Etant le commandant, le souverain des Francais, le r o i aurait aime frapper les paiens aux cotes de 1'arriere-garde. II s'agit d'un desir de proteger <les siens) y compris son neveu. Les propos de Charlemagne donnent pourtant a penser. Par son discours, 1'empereur evoque indirectement l a c u l p a b i l i t e , l'orgueil.de Roland. C'est par orgueil que Roland n'appelle pas Charlemagne a. son aide. Ainsi-Roland est responsable de l'absence de Charlemagne. La plainte de 1'empereur a done pour e f f e t de rappeler le peche, le refus orgueilleux, de Roland. Or, i l est frappant de v o i r le geste de Charlemagne. Une f o i s encore, i l t i r e sa barbe pour indiquer son impuissance face aux SvSnements: «Quant i l co v i t que n'en pout mie freindre. » (2314). II s'agit i c i d'indiquer q u ' i l n'est pas capable de changer les f a i t s de <1'histoire) - etant donne l a volonte de Dieu, «la mauvaise volonte)) de Roland, i l n'etait pas possible d'etre a Roncevaux. En ce qui concerne le geste du r o i , les Francais entendent le s i g n i f i e - c'est le chagrin de Charlemagne. -95-Par consequent, i l s pleurent: l ' i n d i c e q u ' i l s partagent l a douleur du r o i : Plurent des o i l z s i baron chevaler; Encontre tere se pasment . xx. millers. (2415-2416). Ce n'est pas un hasard s i vingt m i l l e chevaliers s'Svanouissent car Charlemagne a perdu vingt m i l l e soldats a Roncevaux. II s'agit done de commemorer leurs morts : vingt mille Franqais servant a. reprSsenter 1'arriere-garde. La mort de 1'arriere-garde a t t e i n t done les Franqais. Mais le due Naimes c o n s e i l l e a Charlemagne de poursuivre les paiens a f i n de venger l a destruction de 1'arriere-garde: «Car chevalchez! Vengez ceste dulor! (2428). Or, Charlemagne decide de pourchasser les Sarrasins. Mais, avant de q u i t t e r Roncevaux, 1'empereur assure le champ de b a t a i l l e contre des attaques, des incursions: L i r e i s cumandet Gebuin e Otun, Tedbalt de Reins e le cunte Milun: «Guardez le champ e les vals e les munz. Lessez gesir les morz tut i s s i cun i l sunt, Que n'i adeist ne beste ne lion, Ne n ' i adeist esquier ne garcun; Je vos defend que n'i adeist nuls hom, Josque Deus v o e i l l e que en cest camp revengum. » (2432-2439). II s'agit done de proteger le champ de b a t a i l l e , de preserver le «texte» du massacre. En accord avec l a volonte de Dieu, Charlemagne a 1'intention de revenir (de nouveau) a Roncevaux pour examiner le champ de b a t a i l l e . En d'autres mots, i l doit retourner pour d e c h i f f r e r les signes de l a mort de Roland. -96-Nous allons retrouver bientdt la poursuite des paiens, mais i l nous fout encore commenter la lecture de Charlemagne. Apres avoir pourchasse les Sarrasins, Charlemagne revient a Roncevaux. Que 1'empereur fasse la volonte de Dieu en retournant a Roncevaux est i c i en evidence. Saint Gabriel, servant d'intermSdiaire entre Dieu et Charlemagne, sanctionne le retour du ro i : Sein Gabriel, Ki de par Deu le guarde, Levet sa main, sur lui f a i t sun signacle. (2847-2848). Par son signe (signacle), saint Gabriel consacre le projet de Charlemagne. Le roi entend le signifie: i l se rend compte qu'il est toujours sous la protection du ciel. Ainsi Charlemagne et son armSe se debarment: Li reis descent, s i ad rendut ses armes, Si se desarment par tute l'ost l i altre. (2849-2850). II s'agit la de rendre honneur a Dieu et a la memoire de 1'arriere-garde. Saint Gabriel et Charlemagne sacralisent, en effet, le champ de bataille a Roncevaux - suivant la l o i chretienne, i l faut se desarmer avant de penetrer dans un lieu sacre. Vu que plusieurs Chretiens ont donne leurs vies pour Charlemagne et la chretiente, le champ de bataille est un lieu sacre. Ainsi, Charlemagne f a i t Roncevaux l'objet d'un sentiment de reverence religieuse. II veut traiter les cadavres des soldats avec beaucoup de respect et d'egard. Par exemple, Charlemagne honore la memoire de Roland en «consacrant» la recherche de son cadavre. Tout en (pleurant pour les morts qu'il trouve,) -97-le roi dit aux Franqais qu'il «doit» aller en avant pour chercher son neveu: Dist a Franceis: «Segnus, le pas tenez, Kar mei meisme estoet avant aler Pur mun nevoid que vuldreie truver. (2857-2859). Etant le souverain et l'oncle de Roland, Charlemagne a une obligation ffiodale et familiale de trouver le corps du comte. Charlemagne prend connaissance de la mort de Roland par la lecture. II s'agit d'une lecture privilegiee: c'est que 1'empereur sait d'avance les details, les signes de la mort de Roland. Le roi rappelle que Roland avait 1'intention de «signer» son cadavre: A Eis esteie, a une feste anoel, Si se vanterent mi vaillant chevaler De granz batailles, de forz esturs pleners. D'une raisun oi Rollant parler: Ja ne murreit en estrange regnet Ne trespassast ses humes e ses pers; Vers lur pais avreit sun chef turnet; Cunquerrantment s i finereit l i bers. (2860-2867). Par ses propos, Roland fournit (indirectement) des signes de sa mort, de son cadavre, a Charlemagne. L'empereur entend bien le dicours de Roland: i l va dans le «bon sens» pour trouver le corps du comte: «Devant les altres est en un pui muntet. » (2869). Ainsi, le roi «suit» les signes de la mort de Roland. Mais, avant de trouver le cadavre de Roland, Charlemagne voit d'autres signes de la bataille. II s'agit de l i r e un texte (sang 1 ant) du massacre des Franc/ais: Quant l'empereres vait querre sun nevoid, De tantes herbes el pre truvat les flors -98-Ki sunt vermeilz del sane de nos barons. (2870-2872). Vu que les s i g n i f i e s - les cadavres - sont v i s i b l e s partout dans le champ de b a t a i l l e , i l n'est pas necessaire de d e c h i f f r e r l a s i g n i f i c a t i o n du signe - du sang. Sur le plan des metaphores, 1'image des f l e u r s sang1antes donne pourtant a penser. Par les f l e u r s rouges du sang, i l faut entendre les corps saignants des jeunes francais. A l a vue des f l e u r s - c'est le texte de l a b a t a i l l e - Charlemagne pleure car i l pense aux morts: «Pitet en ad, ne poet muer n'en plurt. » (2873). Cependant que les f l e u r s (sanglantes) reprSsentent les morts, e l l e s s i g n i f i e n t aussi le salut des Francais. Dans l a f i c t i o n , les f l e u r s - les ames des Francais - appartiennent au paradis. En pleurant les morts de 1'arriere-garde, Roland espere que Dieu les conduira aux f l e u r s du c i e l : «En seintes f l u r s i l les facet gesir!» (1856). Parei1lement, Turpin recommande les ames des Francais a Dieu en vue de les mettre parmi les f l e u r s du paradis: «En pareis les metet en sentes flurs!» (2197). Ainsi, en mourant, on passe des f l e u r s mondaines aux f l e u r s celestes. Revenons au corps mort de Roland. Charlemagne trouve le cadavre de son neveu en «reconnaissant» des signes, des marques de Roland. Avant de mourir, rappelons-le, Roland frappe son epee contre une pierre bise. II i n s c r i t de l a sorte une signature (vaillante) dans le rocher. Plus tard, Charlemagne reconnait le texte de Roland, l ' e c r i t u r e de son neveu: Desuz dous arbres parvenuz est . . . Les colps Rollant conut en t r e i s perruns. (2874-2875). Sur le plan des s i g n i f i e s , les coups de Roland annoncent sa mort. -99-De f a i t , le cadavre du comte se trouve a c6te du rocher, ((etendu sur l'herbe verte.» (2876). Le signe est «uni» car le s i g n i f i e - c'est le corps de Roland - est 1ittSralement l i S au s i g n i f i a n t , au rocher. A l a vue du cadavre de son neveu, Charlemagne est accable du chagrin; i l s'evanouit sur le corps: Nen est merveille se Karles ad irur. Descent a pied, aled i est pleins curs. Entre ses mains ansdous ... Sur l u i se pasmet, tant par est anguissus. (2877-2880). Eugene Vance propose une lecture ((commemorative)) du geste de Charlemagne: en prenant Roland ((entre ses mains, » Charlemagne essaie de «commemorer» son neveu et puisqu'il ne peut le f a i r e , i l s'evanouit- 3 1 Mais, nous pensons q u ' i l est plutot question de res s u s c i t e r le corps de Roland. Vance u t i l i s e l a notion de l a commemoration dans sa limite l a plus extreme. Charlemagne rend honneur a. l a memoire de Roland en prononcant un discours sur l a vie du comte. II s'agit d'un regret funebre. AprSs q u ' i l revient de son evanouissement, Charlemagne re v o i t (le corps de) son neveu; suivant l a l o i chretienne, i l se met a rappeler les exploits de Roland en vue de recommander son ame a. Dieu: «Amis Rollant, de t e i a i t Deus mercit! Unques nuls hom t e l chevaler ne v i t Por granz b a t a i l l e s juster e defenir. La meie honor est turnet en declin. » (2877-2890). Mais, Charlemagne s'Svanouit a nouveau car sa douleur l ' a t t e i n t . Le r o i rScupere ses forces a f i n de reprendre son eloge de Roland. Mais, avant de parler du comte, Charlemagne re v o i t (son neveu etendu a terre.) (2894). II s'agit l a de -100-d e c h i f f r e r de nouveau le corps de Roland - c' est-a-dire de r e l i r e le texte de sa mort. Cors ad g a i l l a r d , perdue ad sa culur, Turnez ses o i l z , mult l i sunt tenebros. (2895-2896). Faute de couleur, l a mort l a i s s e son empreinte sur le corps de Roland. De surcroit, 1'attitude de son cadavre met en r e l i e f son heroisme: i l a les yeux, rappelons-le, tournSs vers les paiens; les tenebres qui marquent ses yeux soulignent sa v a i l lance. Done, ce n'est pas un hasard s i Charlemagne c i t e l a v a i l lance de Roland. Bref, i l entend le s i g n i f i e - i l l i t bien les yeux (heroiques) du comte. De sa lecture (du corps) de Roland, Charlemagne recommande l'ime de son neveu a Dieu: Ami Rollant, Deus metet t'anme en f l o r s , En pareis, entre les gl o r i u s ! (2898-2899). II est interessant de noter que Charlemagne reprend l a metaphore <des fl e u r s en paradis. > Par des f l e u r s celestes, rappelons-le, i l faut entendre les ames des Francais (des chr6tiens), qui se trouvent au c i e l . Ainsi, suivant l a coutume (textuelle) des f l e u r s sauvees, Charlemagne prie Dieu pour l'ame de Roland. Vu que Roland est mort, Charlemagne, precise l a nature (feodale et mondaine) de sa perte, de sa douleur. A l' a v i s du r o i , Roland est seul capable de sauver l'honneur du r o i et done, de proteger l a France contre le mal: Ja mais n'ert jurn de t e i n'aie dulur. Cum decarrat ma force e ma baldur! Nen avrai j a Ki sustienget m'onur; -101-Nen avrai ja Ki sustienget m'onur; Suz c i e l ne quid aveir ami un sul; Se jo ai parenz, nen i ad nul s i proz. (2901-2905). Cette plainte comporte deux sens. D'une part, Charlemagne a raison de souligner la vaillance du comte: rappelons que son courage s'inscrit dans son corps. De plus, Roland met en cause sa bravoure et sa puissance en tuant plusieurs paiens. D'autre part, i l est dans l'interet heroique de la geste - surtout dans l'interet de Roland - d'exagSrer la valeur (feodale) du comte. La demesure de l'Spopee marque les propos de Charlemagne: «Nen avrai ja ki sustienget m'onur. » Toutefois, les evenements de 1'histoire minent les paroles du roi. Par exemple, ses barons sauvent prochainement son honneur en se battant contre Baligant. D'ailleurs, Dieu est en f i n du compte responsable de l'honneur et de la surete de 1'empereur. Ayant la grace de Dieu, (Charlemagne aura toujours quelqu'un pour soutenir son honneur. > Nous pensons surtout a saint Gabriel qui intercede souvent (dans la fiction) en faveur du roi. Mais, ce qui nous importe, ce n'est pas que Charlemagne exagere la puissance de Roland, c'est que la logique de 1'Spopee permet et encourage la demesure. II est temps de preciser que Charlemagne adresse son regret a Roland. Etant le destinataire des propos du roi, Roland est, en quelque sorte, encore present a 1'esprit du roi. II s'agit done d'un jeu de presence et d'absence. Par sa mort, Roland est absent. Pousse par 1'affliction qu'il eprouve a la mort, a 1'absence de Roland, Charlemagne veut rendre la vie a son neveu. En adressant sa parole a Roland - «Ami Rollant)) - Charlemagne -102-souligne son desir de f a i r e revivre Roland. Cependant q u ' i l parle a. Roland, Charlemagne emet ses paroles en d i r e c t i o n de Dieu; s ' i l entend le discours du r o i , i l mettra 1' ame de Roland «parmi les fl e u r s en paradis. » Au reste, les Francais Scoutent les propos du r o i . I l s entendent le s i g n i f i S - c'est l a douleur de 1'empereur. De ce f a i t , les Francais se mettent a pleurer: Cent mi l i e Franc en unt s i grant dulur Nen i ad eel Ki durement ne plurt. (2907-2908). Ainsi, le chagrin de Charlemagne a t t e i n t tous ses sujets. Mais, ce qui nous importe, c'est que le r o i adresse en premier l i e u sa plainte, sa douleur, a Roland - a. son absence. En regrettant l a mort de Roland, Charlemagne met en r e l i e f 1'absence de son neveu. Roland accable 1ittSralement Charlemagne de sa mort, de son absence. Une f o i s encore Charlemagne adresse sa plainte a Roland. E f f e t de contraste: etant le destinataire de l a parole du r o i , Roland est, pour a i n s i dire, present. Mais, par son discours sur l a mort du comte, Charlemagne precise 1'absence de Roland: Ami Rollant, jo m'en i r a i en France. Cum jo serai a Loun, en ma chambre, De plusurs regnes vendrunt l i hume estrange, Demanderunt: «U est l i quens cataignes?» Jo lur d i r r a i q u ' i l est morz en Espaigne. A grant dulur tendrai puis mun reialme; Ja mais n'ert jur que ne plur ne n'en pleigne. (2909-2915). Voyant Charlemagne tout seul dans son domaine («sa chambre))) , les hotes du r o i remarqueront 1'absence de Roland. La question se posera done de savoir: «ou est Roland?)) Par l a question - «U est)) i -103-- le poete de l a geste anticipe l a problSmatique de V i l l o n : dans le Testament de V i l l o n , le poete se demande: Ubi est? / Ubi sunt? II s'agit l a d'examiner le jeu de presence et d'absence qui marque l a Mort. Pour c i t e r un exemple frappant, V i l l o n se pose l a question: «Mais ou est le preux Charlemagne?)) 3 2 Ainsi, l a resonance est remarquable: «Ou est Charlemagne?)) / «Ou est Roland?)) Done, en se demandant, «U est l i quens cataignes?)), le poete du texte prefigure 1'ubi est? de V i l l o n . La mort de Roland souleve done l a question mStaphysique: ou e s t - i l maintenant? Mais, un probleme mondain se pose aussi: Stant absent, Roland ne peut protSger le royaume de Charlemagne: «Morz est mis niSs, Ki tant me f i s t cunquere. » Encuntre mei revelerunt l i Seisne E Hungre e Bugre e tante gente averse, Romain, P u i l l a i n e t u i t i c i l de Palerne E c i l d'Affrike e c i l de Califerne, Puis enterrunt mes peines e mes s u f f r a i t e s . (2920-2925). La mort de Roland exagSre l a notion d'Absence. Sans Roland, un vide, un vacuum s'ouvre dans l a f i c t i o n : «E France, cum remeines deserte!» (2928). Le point d'exc1amation met en r e l i e f 1'absence de Roland et l a v u l n e r a b i l i t y de l a France. Aux yeux de Charlemagne, les pays q u ' i l gouverne < se rebelleront contre lui.) II s'agit de nouveau d'exagerer les consequences (politiques) de l a mort de Roland. Malgr§ 1'absence du comte, Charlemagne peut encore proteger son royaume. L'episode de Baligant en est exemplaire. (Nous y reviendrons). Ce qui nous importe maintenant, c'est q u ' i l est dans l ' i n t e r e t heroique de l a geste d'outrer les exploits et l a perte du comte. Par hyperbole, Charlemagne rend Roland immortel dans l a memoire ( f i c t i v e ) des -104-Francais et dans l a memoire (reelle) du public. II est intSressant de noter que l a douleur de Charlemagne conduit les Francais a. l a dSmesure. A l a vue du r o i , tous les soldats Sprouvent de 1'angoisse. Charlemagne arrache sa barbe blanche en disant q u ' i l ne peut vivre sans Roland: Si grant doel ai que jo ne vuldreie este! Sa barbe blanche cumencet a detraire, Ad ambes mains les chevels de sa teste. (2929-2931). Sur le plan sSmiotique, on connait l a s i g n i f i c a t i o n du geste de Charlemagne: le r o i souligne sa douleur en t i r a n t sa barbe et les cheveux de sa tete. Les Francais entendent le s i g n i f i e : «Cent m i l i e Francs s'en pasment cuntre tere.» (2932). Ain s i , le geste (penible) du r o i cause du chagrin a cent m i l l e Francais: par hyperboie, leur pamoison est l ' i n d i c e de leur douleur. Vu que l a dSmesure f a i t partie de l a f i c t i o n (Spique) de l a geste, i l est frappant que Geoffroi d'Anjou d i t a. Charlemagne de ne pas «manifester» tant de douleur. II s'agit de l u i «commander» d'Stre raisonnable: Sire emperere, co d i s t Gefrei d'Anjou, Ceste dolor ne demenez tant f o r t ! (2945-2946). Par le point d' exc 1 amation, Geoffroi donne 1' ordre a. Charlemagne d'Stre sense. A l' a v i s de Geoffroi, Charlemagne se f a i t une montagne de l a mort de Roland: en se lamentant sur l a perte de Roland, i l parait oublier l a mort de 1'arriere-garde. Ainsi, Geoffroi c o n s e i l l e fortement au r o i de prendre intSrSt aux autres Francais qui sont morts a Roncevaux: -105-Par tut le camp f a i t e s querre les noz, Que c i l d'Espaigne en l a b a t a i l l e unt mort. Eh un earner cumandez que hom les port. (2947-2949). Charlemagne ecoute les conseils de son baron. Le r o i l u i donne 1' ordre de sonner du cor: «co d i s t l i r e i s : sunez en vostre corn!)) (2950). Sur le plan des s i g n i f i e s , le son du cor signale que les soldats doivent <porter les morts dans une fosse. > Or, par ses propos, Geoffroi rappelle Charlemagne non seulement a l a raison, mais aussi a son devoir chrStien. Suivant l a l o i catholique, Charlemagne, en tant que v i c a i r e de Dieu, doit v e i l l e r a l a bSnSdiction des morts. II s'agit de remplir les obligations de sa charge. Ainsi, les pretres de 1'empereur se mettent a benir les soldats de 1'arriere-garde: asez i ad evesques e abez, Munies, canonies, proveires coronez, Sis unt asols e seignez de part Deu. Mirre e timonie i f i r e n t alumer, Gaillardement tuz les unt encensez; A grant honor pois les unt enterrez. (2955-2960). Charlemagne honore done les corps des Francais en bra 1 ant de l'encens. 3 3 II accomplit de l a sorte son devoir Chretien. Le r o i t r a i t e surtout les restes de Roland, d ' O l i v i e r et de Turpin avec beaucoup de respect et d'Sgard. Etant donne les exploits fSodaux et Chretiens des t r o i s barons, i l est question de rendre honneur a. leur memoire. Suivant le cannon catholique, Charlemagne immortalise les barons: tout d'abord, i l donne 1'ordre d'ouvrir leurs corps pour preserver leurs coeurs: L i emperere f a i t Rollant c o s t e i r E Oliver e l'arcevesque Turpin. -106-Devant sei les ad fa i t tuz uvrir E tuz les quers en paile r e c u i l l i r : Un blanc sarcou de marbre sunt enz mis. (2962-2966). La question se pose done de savoir: pourquoi Charlemagne f a i t - i l «recueillir» les coeurs des barons? II s'agit d'un pratique courante au moyen age. On embaume souvent les corps et les organes des «saints, » des rois, etc. Done, en conservant leurs coeurs, Charlemagne canonise les barons. Par leur conduite exemplaire, les barons sont en droit de devenir des saints. Etant le vicaire de Dieu, Charlemagne decide de les canoniser. Ainsi, le roi f a i t «recueillir» les coeurs des barons pour avoir des reliques. Or, en tant que reliques, les coeurs des Francais comportent une signification sacree. Sur le plan des metaphores, le coeur est le «siege» de la f i d e l i t e et du courage des barons: c'est done emblSmatique de leurs exploits, de leurs vies saintes. En d'autres mots, le coeur de Roland signifie la saintetS du comte: c'est-a-dire sa f i d e l i t e a Charlemagne et a Dieu - des souverains inseparables. Vu que Charlemagne canonise les barons, i l doit preserver non seulement leurs coeurs, mais aussileurs corps. II s'agit de rendre les barons (saints) immortels dans la mSmoire des hommes. Ainsi, Charlemagne prend soin des cadavres des barons: E puis les cors des barons s i unt pris, En quirs de cerf les seignurs unt mis; Ben sunt lavez de piment e de vin. Li reis cumandet Tedbalt e Qebuin, Hilun le cunte e Otes le marchis: «En . i l l . carettes les guiez ...» Bien sunt cuverz d'un palie galazin. (2967-2973). Au lieu d'enterrer les barons (dans la fosse) a Roncevaux, -107-Charlemagne a 1'intention de les dSposer dans une eglise: c'est-a-dire dans un lieu sacre digne des saints. II s'agit de nouveau d'une pratique courante au moyen age. On revient des croisades avec les cadavres (de bons chrStiens) destines a des eglises. Avant d'arriver a Saint-Romain-de-Blaye (1'eglise ou se trouvent enfin les barons), Charlemagne doit vaincre Baligant. AprSs avoir battu les paiens, Charlemagne revient en France. II passe par Bordeaux pour «deposer» le cor de Roland - c'est une autre rSlique du comte - sur l'autel de saint Seurin: Vint a Burdeles, la citet de ... Desur 1'alter seint Severin le baron Met l'oliphan plein d'or e de manguns. (3684-3686). Ensuite 1'empereur se rend a Blaye afin d'enterrer les corps des barons: Entresqu'a Blaive ad cunduit sun nevoid E Oliver, sun nobilie cumpaignun, E 1'arcevesque, Ki fut sages e proz En blancs sarcous f a i t metre les seignurs: A Seint Romain, la gisent l i baron. Francs les cumandent a Deu e a ses nuns. (3689-3694) Outre la canonisation des barons, ce qui importe c'est la topographie de la laisse. Dans la fiction, le roi transforme des eglises et des v i l l e s en des lieux saints: c'est qu'il depose les restes des barons saints a Bordeaux, a Blaye, etc. Ainsi, Charlemagne marque voire cree une route de pelerinage. -108-4 . La Haissance de l'oeuvre: signes de la genese. Pour ouvrir quelque peu une problSmatique que nous avons voulu limite, on pourrait se demander, comme le f a i t Joseph BSdier, s i l a route du pelerinage nous fournit des renseignements sur les origines de La Chanson de Roland. Par Les LSgendes epiques Bedier renverse d'un coup les theories t r a d i t i o n a l i s t e s - nous y reviendrons bientot - elaborees par Gaston Paris. 1 Bedier appuie l a theorie selon laquelle les chansons de geste proviennent «des routes des grands pelerinages des onzieme et douzieme siecles. » 2 A son origine, La Chanson de Roland aurait Ste une oeuvre de commande, creee (et chantee) pour f a i r e l a p u b l i c i t y des sanctuaires: c'est-a-dire pour f a i r e connaitre les lieux saints aux fiddles. 3 II n'y aurait done, selon Bedier, aucune t r a d i t i o n l i t t e r a i r e entre le f a i t historique - par exemple, l a destruction de 1'arriere-garde de Charlemagne - et l a creation de l a geste. L'auteur de La Chanson de Roland s e r a i t le Turoldus qui se nomme dans le dernier vers du texte d'Oxford: «Ci f a i t l a geste que Turoldus declinet. » (4002). Ces theories sur l a crSation i n d i v i d u e l l e de l a geste, inspiree par l ' E g l i s e dans l ' e s p r i t de l a croisade et du pSlerinage, ces theories forment 1'essence de ce qui est i n t i t u l e «1'individualisme. » 4 Le credo des i n d i v i d u a l i s t e s est le mot celebre par lequel Bedier termine un chapitre des commentaires sur La Chanson de Roland: «Au commencement e t a i t l a route, jalonee de sanctuaires. » 5 Avant Bedier, les theories geste etaient surtout ee l l e s du sur l a genese des chansons de «traditionalisme. » 6 Une t r a d i t i o n -109-(orale) ininterrompue aurait exists depuis 1'evenement historique - nous songeons de nouveau a la destruction de 1'arriere-garde-jusqu'au premier manuscrit de la geste. 7 Cette tradition se serait manifestee par des chansons braves (cantilenes, carmina), nSes peu de temps apres le fa i t historique, transmises de generation en generation, amplifiees au cours des siecles par 1'introduction de nouveaux episodes, de nouveaux personnages, etc 8 De la re-introduction des personnages dans le texte, le mei1leur exemple est Gautier de l'Hum. Rappelons que son retour tardif est sans explication: i l s'agit la. de reintegrer un personnage perdu, lors de la transmission du texte, a la fiction. Les theses de BSdier, en ce qui concerne 1'apparition de La Chanson de Roland comme 1'oeuvre d'un po&te, sans tradition l i t t e r a i r e precedente, ont ete contestees par les champions des theories d'une origine savante des chansons de geste 9 Wilmotte, dans L'Epopee francjaise, a cru trouver les sources de La Chanson  de Roland dans la poesie latine et savante, remontant a 1'EnSide en passant par des poetes carolingiens comme Argilbert et Ernold le Noir. 1 0 Mais, i l s'est revele impossible de demontrer 1'heritage pretendu des poetes savants: les oeuvres de ces poetes etaient destineees a etre lues et non pas, comme les chansons de geste a. etre chantees devant un auditoire. Paul Zumthor precise ainsi «l'oralite» du texte medieval: I admit here that, apart from some exceptions, every medieval <literary> text, whatever i t s mode of composition was designed to be communicated aloud to the individuals who constituted i t s audience. 1 Done, etant donne «l'oralite» de la litterature du moyen age, on -110-ne c r o i t plus aux theories des or ig ines savantes. Nous a l lons retrouver b ientot l a t r a d i t i o n orale de La Chanson de Roland, mais i l nous faut encore prSc i ser 1 ' h i s t o i r e l i t t e r a i r e (et c r i t ique ) de l a geste. L'hegimonie des theor ies ind ivuda l i s tes de BSdier S ta i t longtemps presque incontestSe: l a thSorie des or ig ines savantes const i tue 1'exception. II est seulement au cours des derniers t ren te -c inq ans que s 'es t manifests un revirement qu'on peut appeler un neo-tradit ional i sme. Joseph Duggan le dScr i t a i n s i : Paradoxical ly, many of the more recent theoret ic ians have returned to a pos i t i on close to that of Gaston Par is and other nineteenth century f igures, who pos i ted a continuous t r a d i t i o n of unrecorded songs going back to the time of Charlemagne or even to the event i t s e l f . In th i s group, c a l l e d by Menendez P ida l « t r a d i t i o n a l i s t s » , there i s , however, a s p l i t between those for whom the oral t r a d i t i o n i s e s s e n t i a l l y based upon transmission through memory and for those who see i t as a less .... conservative process of improvisat ional composition. 1 2 Selon Duggan, l a maniere de raconter le r S c i t (mSdiSval) est de toute importance. Le debat des neo - t r ad i t i ona l i s t e s porte tout d'abord sur le probleme de l a transmission orale du poeme. D'une part p lus ieurs c r i t i ques , t e l que Eugene Vance, cro ient que le jongleur r e c i t e l a geste de memoire. 1 3 A l ' a v i s de Vance, le jongleur u t i l i s e des aide-m§moire pour rappeler le texte: i l s ' a g i t l a des l a i s ses pa ra l l e le s , des formules rhythmees, etc. D'autre part, on pense que le jongleur « improv ise» le r e c i t (oral). Dans ce cas, le jongleur composerait sur-le-champ et sans preparat ion son discours ( l i t t e r a i r e ) . La notion de 1 ' improvisat ion se prSte a. une exp l i ca t i on des var iantes innombrables qui f igurent dans les manuscrits de La Chanson de - 1 1 1 -Roland. 1 4 L'orthodoxie des champions de 1'improvisation des jongleurs est pourtant douteuse. II est probable que les jongleurs etaient l i b r e s de c h o i s i r les formules qui leur venaient a l ' e s p r i t . Done, d'un r e c i t a l a un autre, d'un jongleur a un autre, le texte oral se v a r i e r a i t . De toute maniere, i l faut un grand e f f o r t de memoire de retenir, de rappeller, par exemple, les quatre m i l l e vers du manuscrit d'Oxford de La Chanson de Roland: i l est d i f f i c i l e d'imaginer que le jongleur racontait l a geste ex nihilo - a notre avis, i l devait savoir le poeme par coeur. Le l i v r e de Jean Rychner nous enseigne a ce sujet. 1 5 Selon Rychner, le jongleur memorisait le r e c i t a l'aide des formules rythmees. La d e f i n i t i o n classique ou homerique de l a formule est c e l l e de Hilman Perry: «A group of words which i s r e g u l a r l y employed under the same metrical conditions to express a given essential idea. » i 6 Rychner nous donne 1'exemple suivant d'une formule. Le f a i t d'eperonner un cheval est exprime dix-sept f o i s dans le manuscrit d'Oxford par l a formule: «Le (Sun) cheval brochet (Brochet) le bien. » Cette formule se trouve toujours dans le premier hemistiche du vers, le deuxi&me, a l' a v i s de Rychner, doit se composer de formules plus variees, reglees par l a contrainte de l a v a r i a t i o n d'assonance. i 7 Ce qui nous interesse c'est que les formules (rhythmees) aide le jongleur a rappeler le poeme et, done a le r e c i t e r . Or, nous sommes en mesure de v o i r s ' i l y a des formules sSmiotiques dans le poeme: c*• est-a-dire des signes qui se rSpetent le long du r e c i t . Prenons, par exemple, le geste s i g n i f i a n t de Charlemagne de t i r e r sa barbe. Rappelons que sur le plan des -112-signifies, ce geste signifie gSnSralement la douleur du roi. Le fai t de t i r e r sa barbe est exprimS cinq fois dans le texte par les formules: «Si duist sa barbe» «Tiret sa barbe (blanche).. » i o Ces formules se trouvent quatre fois sur cinq dans le premier hemistiche du vers; au cas ou la formule est dans le deuxieme hSmistiche, la rime l'exige: Pluret des oilz, sa barbe blanche tiret. Ci f a i t la geste que Turoldus declinet. (4001-4002). L'important est que Charlemagne tir e sa barbe chaque fois qu'il est atteint du chagrin. Ainsi, c'est ce geste qui caracterise et reprSsente la souffranee du roi. Le jongleur «formule» pour ainsi dire, 1'affliction de Charlemagne. II nous reste a dire un mot sur la signification des formules semiotiques. II s'agit de montrer comment les signes produisent du sens. ConsidSrons le geste de Charlemagne de t i r e r sa barbe. On sait le signifi€: c'est la douleur du roi. En disant que Charlemagne lisse sa barbe quand i l est affligS, le jongleur donne une signification au geste de 1'empereur. Ce qui nous importe c'est que la formule renforce le sens du geste, du signe. Par la rSpStition du signe - par sa «formulation» - le public commence a reconnaltre le signifiS. Autrement dit, l'auditoire arrive a reconnaltre la douleur du roi par son geste. Aussi le jongleur e s t - i l gSnSrateur du sens ( f i c t i f ) . II rSdige la fiction, les signes, les gestes, les objets, etc. en formule. Les formules constituent des blocs semantiques, des blocs prSfabriquSs: c'est que les formules sont faites au -113-prSalable, bien avant le r e c i t a l poStique. De f a i t , le jongleur «herite» le poeme, y compris les formules, d'autres jongleurs. II s'agit l a d'une t r a d i t i o n orale. Vu que le jongleur exprime une formule plusieurs f o i s (dix-sept f o i s , cinq f o i s , etc. ), le public parvient a. deceler le(s) sens de l a f i c t i o n . Avant de commenter l a valeur semantique des formules, i l nous faut preciser le metier du jongleur. L'apprentissage des formules est de toute importance pour un chanteur (medieval). Nous allons emprunter a. un l i v r e d'Albert Lord, nos commentaires sur le metier de jongleur. 1 9 Lord etudie le genre Spique qui existe toujours en Yougoslavie. Ce q u ' i l nous apprend sur l a formation d'un jongleur yougoslave s'applique aussi aux jongleurs medievaux. Faute d'autres etudes, r i e n ne contredit l a supposition que le mStier est a peu pr^s le meme aujourd'hui, q u ' i l exige l a meme formation. 2 0 Selon Lord, un jongleur yougoslave doit d'abord f a i r e 1'apprentissage de son metier. Pour apprendre a etre un jongleur, i l faut suivre et Scouter un maitre-chanteur. En ecoutant son maitre, l'etudiant doit memoriser autant de formules rythmees que possible. Le but de l a formation d'un jongleur est done l a maitrise complete de ces formules. Le chanteur de l a geste de Roland doit rappeler les formules suivantes car e l l e s constituent le r e c i t q u ' i l chante: armement d'un guerrier, coups donnSs et reqfus, combats singuliers, attaques et fuites, descriptions geographiques, expressions de douleur, de colere, d'orgueil et a i n s i de suite. Bref, de sa maitrise des formules, le jongleur peut re-produire et raconter l a geste. En rSsumS, les formules servent d'aide-memoire pour aider le jongleur a. rappeler La Chanson de Roland. -114-Dans l a geste, le r e c i t procede par une serie de laisses: chaque lai s s e f a i t progresser le r e c i t d'un pas. Chaque f a i t (que le jongleur veut raconter) donne l i e u a une l a i s s e ou a une serie de laisses. Le jongleur raconte souvent des laiss e s s i m i l a i r e s . Jean Rychner decr i t a i n s i l a fonction (narrative) des laisse s s i m i l a i r e s : ... les groupes de t r o i s l a i s s e s s i m i l a i r e s arretent le r e c i t aux moments les plus dramatiques, les plus d e c i s i f s , formant comme des barrages, de hautes haltes lyriques, avant que de nouveau l a narration reprenne son cours. 2 1 En un mot, le jongleur rSpete des laiss e s (en y apportant quelques changements), pour souligner 1'action importante. A i n s i s'explique l a r S p S t i t i o n des laiss e s qui met en lumiere l a mort de Roland. L'agencement des laiss e s constitue l a trame du texte (oral et e c r i t ) . Le r e c i t change de jongleur a jongleur dans l a mesure ou le chanteur, qui doit amuser son auditoire, varie ses formules pour le p l a i s i r du public. Moignet precise a i n s i l a v a r i a b i l i t y des textes orals: Rien n'est plus eloigns de l ' a r t des jongleurs que 1'idSe, toute moderne, d'un texte fixe, propriety l i t t e r a i r e d'un auteur: l a matiere epique est un bien commun que chacun peut t r a i t e r a. sa guise. 2 2 La variStS des manuscrits de La Chanson de Roland est done 1'effet d'une t r a d i t i o n orale qui precede l ' e c r i t u r e des r e c i t s . Par leur d i v e r s i t y l e x i c a l e et 1inguistique, les manuscrits re-prysentent l a l i b e r t e (poetique) des j o n g l e u r s 2 3 : c'est l ' i n d i c e que le texte v a r i a i t d'un chanteur a 1'autre, d'un r S c i t a l a 1'autre. La question se pose done de savoir: pourquoi le jongleur -115-v o u l a i t - i l v a r i e r (les formules et le contenu de) son r S c i t ? Ce n'est pas un hasard, par exemple, s i le jongleur, en racontant le poeme a des soldats, met 1'accent sur 1'aspect m i l i t a i r e du r e c i t . II s'agit l a d'adapter 1'histoire aux gouts et aux dSsirs de l'auditoire. A i n s i s'explique le repetition des combats s i n g u l i e r s dans l a geste de Roland: On peut estimer q u ' i l y a quelque monotonie dans l a r e p e t i t i o n des combats singuliers, constamment decrits dans les memes termes. II ne faut pas perdre de vue que ces descriptions correspondent exactement a ce qu'aimait le public du Moyen Age. 2 4 Comme 1'indique Moignet, le chanteur multiple les combats si n g u l i e r s dans le texte car le public medieval les «aime. » Nous remarquons aussi q u ' i l est dans l ' i n t e r e t (mnemonique) du jongleur de repeter les duels et les laisses. La r e p e t i t i o n des l a i s s e s s i m i l a i r e s permet au chanteur de rappeler et de raconter l ' h i s t o i r e . II faut seulement memoriser quelques formules du combat s i n g u l i e r pour decrire plusieurs duels. Precisions que le jongleur v o i l e les formules du combat s i n g u l i e r en changeant, d'une l a i s s e a l'autre, les noms des soldats. 2 5 Mais, ce qui nous importe c'est que l a m u l t i p l i c a t i o n d'un combat singulier, l'abondance des coups donnSs, des coups reqfus, etc. se prete au p l a i s i r d'un auditoire qui s'interesse aux exploits chevaleresques. La r e p e t i t i o n d'un combat s i n g u l i e r a pour e f f e t de pro longer le r e c i t et, parei11ement, de f a i r e durer le p l a i s i r du public. Vu que le jongleur veut amuser (ou i n s t r u i r e ) son public, i l doit etre conscient du caractere social de l'auditoire. C'est que -116-le chanteur raconte son poeme a un c e r t a i n public. Pour le dire d'un mot, le r S c i t que f a i t le jongleur doit se conformer aux i n t e r e t s du public. Si l ' a u d i t o i r e c o n s i s t a i t en des soldats, le jongleur, rappelons-le, mettrait 1'accent sur les combats singuliers. Mais l a geste e t a i t aussi destinee a des paysans et a des «ouvriers. » Jean de Grouchy precise a i n s i l ' e f f e t que produit une chanson de geste sur des paysans: We c a l l a chanson de geste that i n which the deeds of heroes and of our ancient fathers are recited, such as the l i v e s and martyrdoms of saints and the adversities that beset men of old for the F a i t h and the Truth . . . Moreover, t h i s song must be ministered to the old people, to the laboring f o l k and to those of humble condition, so that by hearing miseries and calamities of others they may bear more e a s i l y t h e i r own and so that t h e i r own t r a v a i l s may become lighter. And thus the song brings about the conservation ( c o n s e r v a t i o ) of the whole community. 2 6 Etant une chanson de geste, La Chanson de Roland est done une espece d'opiat pour les t r a v a i l l e u r s et les vieux - surtout s i le jongleur souligne le chagrin de 1'empereur et l a souffrance des barons. II est done dans l ' i n t e r e t de 1'aristocratie de raconter l a geste aux paysans: en entendant le texte, les t r a v a i l l e u r s se rendent compte q u ' i l s ne sont pas autant a plaindre q u ' i l s le pensaient. II est a noter que La Chanson de Roland, en tant qu'un texte oral, a des fonctions sociales et p o l i t i q u e s qui varient selon le public. Par exemple, on chante l a geste devant l a cour royale pour l a d i v e r t i r . En racontant le texte a l a cour francaise, le jongleur doit souligner l a vengeance des Francais et les exploits des barons: <il ne faut pas chanter sur eux de mauvaise -117-c h a n s o n . ) De s u r c r o i t , l e j o n g l e u r comme l ' i n d i q u e s o n nom (du l a t i n , Joculator, homme q u i p l a i s a n t e ) , e s t c h a r g S de d S t o u r n e r l a c o u r d e s c h o s e s s S r i e u s e s . A i n s i , e n f a i s a n t s o n r e c i t , i l e s t l i b r e de f a i r e d e s f a r c e s e t des t o u r s a. l a c o u r . Ce q u ' i l f a u t r e m a r q u e r c ' e s t que l e p u b l i c ( o u v r i e r , m i l i t a i r e o u r o y a l ) i n f l u e n c e l e d i s c o u r s , l a «performance» du j o n g l e u r . M a i s , m a l g r e l e u r d i v e r s i t S , l e s d e s t i n a t a i r e s de L a C h a n s o n de R o l a n d e t a i e n t t o u s Chretiens. L a f o r m a t i o n c h r S t i e n n e , l a memoire c h r e t i e n n e d u p u b l i c e s t de t o u t e i m p o r t a n c e (nous y r e v i e n d r o n s b i e n t S t ) . Q u a n t aux p u b l i c s , i l e x i s t e p l u s i e u r s m S m o i r e s c o l l e c t i v e s : c h a q u e c l a s s e s o c i a l e a, a. l a l i m i t e , s a p r o p r e memoire. L e p o e t e d o i t r S g l e r s o n d i s c o u r s s u r l a memoire ( p a r t i c u l i e r e ) de s o n p u b l i c . E l l e d e t e r m i n e l e s g e s t e s ( l e s m ouvements), l e s c o m p o r t e m e n t s , l e s c i r c o n s t a n c e s e t t o u t 1'ensemble de s i g n e s q u i d o i v e n t a c c o m p a g n e r l e d i s c o u r s o r a l . P a r ex e m p l e , e n c h a n t a n t l a g e s t e de R o l a n d a. d e s s o l d a t s , l e j o n g l e u r p o u r r a i t s ' e x p r i m e r p a r d e s g e s t e s c h e v a l e r e s q u e s e t m i l i t a i r e s - d e s g e s t e s que s o n p u b l i c ( m i l i t a i r e ) d o i t c o n n a l t r e . P a r c o n t r a s t e , s ' i l r a c o n t e l e poeme a d e s p a y s a n s , l e c h a n t e u r d o i t u t i l i s e r u n l e x i q u e que s o n a u d i t o i r e ( p r o b a l e m e n t a n a l p h a b e t e , m a i s , n e a n m o i n s c a p a b l e d ' e n t e n d r e d e s t e r m e s m i l i t a i r e s ) 2 7 , p o u r r a i t r e c o n n a l t r e e t c o m p r e n d r e . A i n s i l e j o n g l e u r d o i t m o d S l e r s o n d i s c o u r s s u r l a memoire e t 1 ' e x p e r i e n c e du p u b l i c . I I e s t i n t S r e s s a n t de n o t e r que l a g e s t e a une i n f l u e n c e ( c b J e t i e n n e ) s u r l e p u b l i c . L a c h r S t i e n t S - c ' e s t 1 ' i d S o l o g i e d o m i n a n t e d u t e x t e - f a i t d i s p a r a i t r e l e s d i f f S r e n c e s -118-i n d i v i d u e l l e s et c o l l e c t i v e s du public. Peu importe s i l'on est paysan, chevalier, r e l i g i e u x ou aristocrat. En accord avec l a logique du texte, tout le monde doit proteger l a chrStientS des paiens. Par consequent, i l faut se battre contre les Sarrasins. Brian Stock dScrit a i n s i 1'effet que produit «le texte» sur le public mSdiSval: «Through the text, or, more accurately, through the i n t e r p r e t a t i o n of i t , individuals who previously had l i t t l e else i n common were united around common goals. » 2 8 A i n s i La Chanson de Roland provoque le p u b l i c ( C h r e t i e n ) a «s'unir» pour battre les paiens. II s'agit l i . de f a i r e l a p u b l i c i t y des croisades. Par l a d i f f u s i o n orale du texte, l ' E g l i s e et le souverain cherche des croises. De plus, le texte i n c i t e les croisSs a chasser les musulmans des lieux saints, tout en conquerant des terres pour le r o i . T e l l e est l a fonction catholique et p o l i t i q u e du texte. Or, l a question se pose de savoir: comment l a geste conduit-el le le public chrStien a combattre les paiens. Bref, l a geste est une oeuvre exemplaire: e l l e donne 1'exemple de ce q u ' i l faut f a i r e . II s'agit de remplir des obligations chretiennes et feodales. Etant Chretien, i l faut s e r v i r Dieu. En accord avec 1'idSologie chretienne du texte, pour accomplir l a volonte de Dieu, on doit devenir un croisS et battre les paiens. De plus, suivant l a l o i fSodale, i l ne faut pas a l l e r a l'encontre des dSsirs du souverain. S ' i l donne 1'ordre de conquSrir des pays Strangers, on doit le f a i r e car on est dans 1'obligation d'obSir au r o i . De ce f a i t , l a geste i n s t r u i t le public par 1'exemple de Ganelon. En trompant Charlemagne et les Francais, i l ne s u i t pas son devoir fSodal et chrStien. Ainsi, «Ganelon doit mourir dans -119-un prodigieux tourment. » (3963) Sur le plan des signifies, la supplice de Ganelon signifie que l'on a intSret a faire la volonte du roi. Vu que leur interet est en jeu, le public va degager le signifie - c'est-a-dire la lecon feodale - des SvSnements. Aussi la geste met-elle en cause le devoir feodal du public. A force d'exemples, le poSme souligne aussi que l'on est oblige a remplir son devoir Chretien. Le sort de Roland en est exemplaire. En faisant la volontS de Dieu - c'est-a-dire en se battant contre les musulmans-Roland se met en droit d'aller au paradis: au moment de sa mort, <des anges emportent 1'ame du comte au ciel.) (2936). Suivant le canon chrStien, le public mSdieval aspire a la bSatitude du cie l . Ainsi, lorsqu'on ecoute 1'histoire de Roland, on entend de signifiS: afin de meriter le salut de l'ame, i l faut servir Dieu. DSs lors, le public a sujet d'accomplir son devoir C h r e t i e n : on va devenir un croise car on veut aller en paradis. II serait u t i l e de rappeler que la chrStientS et la feodalitS constituent un lieu commun dans la fictio n : en servant Charlemagne, on f a i t par voie de consequence la volonte de Dieu. La geste apprend au public a servir le roi en vue de recevoir de l'aide divine. Citons 1'exemple du combat qui oppose Thierry a Pinabel. Menedez Pidal prScise ainsi le duel: Le. seul objet du duel est de decider si 1'intervention fut une trahison ou une vengeance; et Tier r i , dans son defi, nie que Ganelon ait eu le droit de se venger de Roland, au moment ou ce dernier Stait au service de Charlemagne. 2 9 Ainsi, Thierry agit dans 1'intSret de Charlemagne, en se battant -120-contre Pinabel - c'est le champion de Ganelon. Que Thierry fasse la volontS de Dieu est aussi en Svidence. Dieu veut punir Ganelon car le crime du baron n'atteint pas seulement Charlemagne et les Francais, mais encore le Seigneur et la chretiente. C'est pourquoi Dieu aide Thierry a vaincre Pinabel: «Deus le guarit, que mort ne 1' acravenlet. » (3923).30 Le duel a une charge exemplaire: i l a pour effet d'inciter le public a agir dans 1'intSrSt de Charlemagne (du souverain francais), et de Dieu - des interets inseparables. Dieu intercede en faveur de Thierry car le chevalier appuie la chretiente en dSfendant Charlemagne. Sur le plan des signifiSs, la victoire du frele Thierry signifie que Dieu est du cotS du «droit. » En accord avec la logique de texte, Dieu prend le parti du roi et de la chrStientS. La mort des parents de Ganelon en est exemplaire. Puisqu'ils vont a l'encontre de la volontS du roi et de Dieu, i l s mSritent la peine de mort, les peines de 1'enfer. Les membres du public ont dSsormais intSrSt a remplir leur devoir Chretien et fSodal. A plusieurs occasions dans la geste, Dieu aide les Franccais a vaincre les paiens. Nous songeons surtout au combat singulier de Charlemagne et de Baligant. Sur le plan exemplaire, le duel des rois peut servir de lecon (chretienne ;,et feodale). Martin de Riquer prScise ainsi la morale de la bataille: Pour vaincre dans un combat judiciaire, i l ne faut pas Stre le plus fort, le plus vaillant ou le mieux arme: i l faut avoir raison, i l faut avoir le dreit. Si Charlemagne triomphe de Baligant c'est uniquement et exclusivement parce que Dieu l'assiste, grace a 1'intervention de saint Gabriel, au moment ou i l a l l a i t d e f a i l l i r , puisque la raison est de son cote. 3 1 -121-Peu importe s i l'on est r o i : 1'important est de se conformer a l a volont% de Dieu. En un mot, i l faut Stre un bon Chretien pour survivre (au duel). Le public medieval entend le s i g n i f i e -c'est-a-dire l a morale de 1'histoire - car on a intSret a survivre. L ' h i s t o i r e de Baligant et de Charlemagne i n c i t e de l a sorte l ' a u d i t o i r e a remplir son devoir Chretien: ayant «droit» le public veut prendre l a croix pour combattre les i n f i d e l e s . II est temps d'examiner de pres le duel entre Charlemagne et Baligant. Avant de se battre contre 1'emir, Charlemagne rassemble ses barons et leur d i t : «Ja savez vos cuntre paiens a i dreit.» (3413). Ai n s i , le r o i s a i t que le «droit» est de son cote. V o i c i l ' i n d i c e sur - etant Chretiens, les Francais doivent vanicre les musulmans. Selon le narrateur, Baligant se rend compte q u ' i l a «tort. » II s'agit de d e c h i f f r e r des signes perfides: Baligant v e i t sun gunfanun cadeir E l'estandart Mahumet remaneir: L i amiralz alques s'en aperceit Que i l ad t o r t e Carlemagnes dreit. (3551-3554). L'Smir entend le sign i f i e d vu que 1'Stendard de Mahomet - le signe meme des musulmans - «demeure a nulle valeur,» Baligant comprend que (Charlemagne a droit. > Malgre le f a i t q u ' i l s ont «tort», les paiens continuent a se battre contre les Francais. Le code chevaleresque l'exige: pour sauveT. leur honneur, les paiens ne peuvent se rendre. De f a i t , le narrateur honore leur chevalerie en decrivant l a v a i l lance des Francais et c e l l e des Sarrasins: «Cil sunt vassal k i les oz ajusterent. » (3562). Par «des vaillants,» i l faut entendre de -122-bon3 chevaliers - franqfais ou paiens. Sur le plan narratif, la vaillance des paiens donne a penser. II est dans l'interet de 1'histoire d'avoir des adversaires a la mesure des Francais. II est question de satisfaire le dSsir du public. Meme si les Francais sont destines a vaincre les paiens, on veut une bataille qui exige beaucoup de temps (on sait le nombre de laisses consacrSes a 1'episode de Baligant dans le manuscrit d'Oxford: 75), et beaucoup d'effort (plusieurs Francais meurent dans la bagarre). D'une perspective chretienne, la mort des soldats de Charlemagne demontre qu'il n'est jamais facile de surmonter le mal. Le public (Chretien) doit entendre le signifiS: i l faut tout sacrifier a Dieu, a la chretiente. Pour vaincre Baligant (l'Smir reprSsente le mal), Charlemagne est pret a la mort: «Seinz hume mort ne poet estre achevee. » (3578). Afin de preciser la bataille, i l faut examiner l'espace, le lieu du duel. Par exemple, ce n'est pas un hasard si Baligant et Charlemagne se rencontrent «au milieu du champ» de bataille: «En mi le camp amdui s'entr'encuntrerent. » (3567). C'est un endroit qui souligne 1'importance de la bataille. Pierre le Qentil dScrit ainsi 1'intSret du duel: Lea deux adversaires dominent de toute leur t a i l l e et de toute leur majestS les autres combattants. Leur lutte resume toutes les luttes. Ils sont bien les deux vivantes images des deux religions qui s'affrontent dans cet instant decisif. Etant les commandants des armSes, le rSsultat de leur duel dSterminera, en effet, le vainqueur de la guerre. Ainsi, le lieu -123-du combat singulier, au centre du champ de b a t i l l e , precisSment entre les deux camps, convient aux circonstances. Sur le plan des s i g n i f i e s , l'endroit s i g n i f i e l a portee capitale de l'evenement. On s'apercoit done 1'importance de l a b a t a i l l e . Puisque Baligant est un musulman, i l est destin§ a perdre le duel. Mais 'Charlemagne l u i donne 1'occasion de devenir un Chretien. Pour le dire d'un mot, s ' i l convertit au christianisme, i l aura dro i t (<dreit>) de survivre: Pais ne amor ne dei a paien rendre. Receif l a l e i que Deus nos apresentet, Chrestientet, e pui te amerai sempres; Puis serf e c r e i le r e i omnipotente. (3596-3599). Etant donne que les paiens sont fSlons, Charlemagne n'est pas dans 1'obligation de les aimer ni d'arreter l a b a t a i l l e . Suivant l a l o i chretienne (du texte), 1'emir sera digne de 1'amour et de l a paix s ' i l adopte le christianisme. Mais, Baligant r e j e t t e l a proposition de Charlemagne; i l ne veut pas f a i r e le signe de l a croix: ce s e r a i t l ' i n d i c e de sa conversion: Dist Baligant: «Malvais sermun cumences!» Puis vunt f e r i r des espees qu'unt ceintes. (3600-3601). Les propos de 1' emir meritent 1'attention a. plus d'un t i t r e . D'une part, l a reponse de Baligant est severe: i l ne veut point se convertir au christianisme. De surcroit, i l f a i t preuve de f o i musulmane en renouvellant l a b a t a i l l e . D'autre part, l a parole de 1'§mir excite le r i r e (d'un public de nos jours). Baligant se moque des propos de Charlemagne en l u i disant: «Tu commences un mauvais sermon!» Par sermun, i l faut entendre le sens p S j o r a t i f du mot. Le P e t i t Robert le precise a i n s i : «Discours moralisant, gSnSralement long et ennuyeux. » Le sermon de Charlemagne n'est pas seulement destine a etre «long» (1' Smir note le debut du discours en disant: «... cummences!»), mais encore «mauvais. » C'est l'epithete malvais qui ir o n i s e le sermon du r o i . En d'autres termes, l ' a d j e c t i f q u a l i f i c a t i f nous f a i t sourire - evenement imprevu dans La Chanson de Roland. Revenons a l a b a t a i l l e . Pour vaincre Baligant, Charlemagne a besoin de l'aide de Dieu. Quand l'emir est sur le point de tuer Charlemagne, saint Gabriel intercede en faveur du r o i : Mais Deus ne v o l t q u ' i l s e i t mort ne vencut. Seint Gabriel est repairet a l u i , Si l i demandet: «Reis magnes, que f a i s tu?» (3609-3611). Sur le plan semiotique, 1'intercession de saint Gabriel s i g n i f i e non seulement que Charlemagne est sous l a protection du c i e l , mais aussi q u ' i l faut etre du c&te de Dieu pour surmonter le mal. L'empereur entend les s i g n i f i e s . C'est a i n s i que l a voix de saint Gabriel i n c i t e Charlemagne a tuer l'emir: Quant Carles o i t l a seinte voiz de 1'angle, Nen ad pour ne de murir dutance; Repairet l o i vigur e remembrance. F i e r t l ' a m i r a i l l de l'espee de France. (3612-3615). A l a vue de leur souverain mort, les paiens entendent le s i g n i f i S - c'est q u ' i l s ont «tort.» Par consequent, i l s s'enfuient: «Paien s'en turnent, ne volt Deus q u ' i l i remainent. » (3623). Puisqu'ils ont «tort,» les paiens n'ont pas le d r o i t de demeurer (en paix). I l s sont destines a mourir a Saragosse. 3 3 -125-Par parenthese, les propos suivants du narrateur donnent a. penser: «... ne v o l t Deus q u ' i l i remainent. » II s'agit i c i d'examiner le discours d i t «Vrai» - au sens f o r t et v a l o r i s e du mot - du narrateur. Vu que le narrateur connait l a volonte de Dieu, son discours doit etre «vrai»; le narrateur re-produit, en effet, le Verbe dans le texte: «Paien s'en fuient, cum Damnesdeus le volt. » (3625). La question se pose done de savoir: qui parle? On s a i t le p a r t i p r i s du texte: le narrateur appuie l a f i c t i o n sur l a chretiente, sur le code chevaleresque et sur l a rdyaute francaise - c'est-a-dire sur Charlemagne. En disant que les Chretiens et les Francais ont droit, le narrateur sanctionne le souverain francais a i n s i que le catholicisme. La voix du narrateur represente et propage les pouvoirs p o l i t i q u e s qui existent en France au moyen age: ce sont l ' E g l i s e et le Roi. Dans 1'ensemble le narrateur est l a porte - parole du Roi et de l ' E g l i s e - des autorites inseparables dans l a f i c t i o n ! A i n s i l a geste prend forme et statut de discours «vrai.» Etant «vraie» et authentique, l a f i c t i o n est aussi exemplaire: e l l e donne au public 1'exemple de ce q u ' i l faut f a i r e . Pour survivre dans le monde et pour a l l e r en paradis dans 1'autre monde, i l faut se conformer aux ordres du Roi et a. l a volonte de Dieu. Ce qui ressort i c i , on le voit, c'est le pouvoir s o c i a l du texte. Par le b i a i s de l a f i c t i o n , l ' E g l i s e et le Roi peuvent regler le comportement du public medieval. Autrement dit, en entendant le texte, l'auditoire se trouve soumis au controle r e l i g i e u x et p o l i t i q u e du Roi et de l'Eg l i s e . A i n s i , sur le plan soci a l , le texte, portant bien l a signature du Roi et de l ' E g l i s e , re-presente le pouvoir p o l i t i q u e et r e l i g i e u x du moyen age. -126-Ouvertures En partant de la sSmiologie, nous avons exposS un certain nombre de signes qui se trouvent dans La Chanson de Roland: i l va de soi que notre recherche n'est - et ne pretend etre - exhaustive Les signes sont tellement abondants qu'ils ne sauraient se rSduire a tel l e lecture, t e l l e critique, t e l l e epoque ... Dans la mesure du possible - et tout en fournissant un minimum d'explications necessaires a la comprehension des signes cites - nous avons essays de faire ressortir une partie de la portee semiotique de l'oeuvre, notre but n'etant pas de preciser un aspect du texte, mais de considerer 1'ensemble de la f i c t i o n par le biais de la semiologie. Quant a 1'ordre suivi, i l s'est impose a nous pour des motifs qui ne se comprennent bien qu'a partir de l'objet propre de 1'expose: de notre lecture des signes, nous avons voulu montrer que la semiotique du texte s'ouvre non seulement sur la fiction; mais encore sur le politique, la religion et la philologie - ce sont des disciplines qui mettent en valeur la «production» de la geste. Dans chaque chapitre nous avons choisi d'Studier le domaine semiotique qui nous semblait le plus revelateur; d'ou, sans doute, une impression de discontinuite qui pourrait se degager a la lecture de ces parties. Le premier chapitre presente une vue d'ensemble. II cherche a resumer et a systematiser, un peu au hasard, les signes qui s'ajoutent aux epithetes (aux portraits), des personnages. Le deuxieme chapitre traite en plus de details l'etat semiotique de Charlemagne. Nous mettons aussi en lumiere la trahison de Ganelon en lisant les signes perfides -127-qui 1'indiquent; viennent e n s u i t e des l e c t u r e s semiotiques de Roland ou nous p r e c i s o n s l e s signes de son o r g u e i l et l e s i n d i c e s de sa mort. A l a f i n du t r a v a i l , nous parIons des o r i g i n e s ( p o l i t i q u e s et r e l i g i e u s e s ) de l a geste; l a t r a n s m i s s i o n o r a l e se d i s c u t e a u s s i . On s ' a p e r c o i t done l a d i v e r s i t e du p r o j e t semiotique. R e v e l e r l a polysSmie des signes dans l e poeme est prScisSment l'une des taches de ce t r a v a i l . Faute de Dieu, i l n'y a pas un s i g n i f i S d e r n i e r , n i meme un s i g n i f i a n t u l t i m e q ui r S s i s t e au dSchiffrement e x h a u s t i f . A i n s i , i l s e r a i t temeraire de pretendre que nous avons r e u s s i a. p e r c e r le s e c r e t , a d S c e l e r l e s i g n i f i S d e r n i e r du poeme. La Chanson de  Ro1 and, comme toute oeuvre (d'art) r e s t e f i n a l e m e n t i n S p u i s a b l e . D'une l e c t u r e semiotique de l a geste, on peut neanmoins degager d i v e r s signes, d i v e r s sens de l a f i c t i o n . T e l e s t done l e p r o j e t semiotique que ce t r a v a i l v o u d r a i t o u v r i r comme question, et dont i l v o u d r a i t «faire signe» a. un l e c t e u r , un semiologue a. v e n i r . BOTES Introduction 1 Pour une bibliographie des travaux philologiques consacres a La Chanson de Roland, voir: Joseph J. Duggan, A Guide to Studies  on the Chanson de Roland (London: Grant and Cutler, 1976) 25-49, 51-70, 97-126. 2 La c r i t i q u e d'Eugene Vance constitue une exception. D'un point de vue general, i l aborde l a semiotique du poeme dans son a r t i c l e i n t i t u l e : «Roland and the Poetics of Memory,» i n Textual Strategies: Perspectives i n P o s t - S t r u c t u r a l i s t C r i t i c i s m , ed. Josue V. Harari (Ithaca, New York: Cornell University Press, 1979) 374-403. 3 La nouvelle c r i t i q u e donne souvent 1'impression que Saussure fonde 1'etude des signes. Voir, par exemple: Roland Barthes, «Elements de semiologie, » i n L'aventure semiologique, ed. F. W. (Paris: Editions du Seuil, 1985) 17-84. Barthes n ' e t a b l i t pas l a «filiation» du signe. ^ Voir Tzvetan Todorov, Theories du symbole (Paris: Editions du Seuil, 1977) 13-58; 1'auteur examine l a naissance de l a sSmiotique occidentale. 5 Todorov 9. 6 Voir saint Augustin, Confessions, trans. Louis de Mondadon, ed. Andre Mandouze (Paris: Editions du Seuil, 1982) 163-188, 199-215. Augustin recherche le sens de sa conversion en precisant que, pousse par des «signes, » i l a adopte le christianisme. C'est «la voix d'un enfant)) qui 1'incite a l i r e l'Evangile: Ce disant, je pleurals dans toute 1'amertume du brisement de mon coeur, et v o i c i que j'entends, d'une maison voisine, garcon ou f i l l e je ne sais, une voix chanter qui r S p e t a i l l e : «Prends, l i s ; prends, l i s . » Aussit6t je change de visage, me v o i l a tout o r e i l l e s a chercher dans ma tete s i quelque r e f r a i n de ce genre f a i t p artie du repertoire des jeux d'enfants. II ne me revient absolument pas que je l ' a i e nulle part entendu. Refouiant le torrent de mes larmes, je me levai, dans 1'idSe que le c i e l m'ordonnait d'ouvrir le cahier de l'Apotre pour y l i r e le premier paragraphe que je trouverais. Livre VIII-12(30) p. 215. Sur le plan semiotique. Augustin entend le s i g n i f i e (celeste): i l l i t le cahier de l'Apotre. De sa lecture, i l se convertit au christianisme. 7 Voir La Chanson de Roland, vers 2205: Les indications de vers renvoient dSsormais a 1'edition courante l a plus u t i l e , c e l l e de Gerard Moignet; texte e t a b l i d'apre^s le manuscrit d'Oxford, -129-traduction, notes et commentaires par Moignet, ed. Fernand AnguS, 3rd ed. (Paris: Bordas, 1969). 8 A l ' a v i s de saint Augustin tout signe porte bien l a signature de Dieu. II le d i t a i n s i : A i n s i nous appelles-tu a entendre, Dieu auprSs du Dieu que tu es, un Verbe d i t sempiternel1ement, qui sempiternellement d i t tout. Rien i c i qui, une f o i s dit, prenne f i n ; r i e n non plus qui, autre que d'abord, s o i t d i t pour que tout puisse etre dit, mais tout est tout ensemble et sempiternel1ement. Sinon, i l y aurait temps et changement et non pas vraie SternitS n i vraie immortalite. Confessions l i v r e XI-8(10) p. 307. 9 Voir, a ce sujet, le cinquieme l i v r e des Confessions. Selon saint Augustin, les Manes subvertissent le sens (divin) des signes: i l s minent le Verbe en «changeant l a g l o i r e de Dieu sans corruption a 1'image et a l a ressemblance de 1'homme corruptible!» Lieu V-3(5) p.116. Chapitre I 1 Voir Gen&se 8:11 i n La Sainte Bible, ou l'Ancien et le Nouveau Testament, ed. J. F. Ostervald (Londres: Guillaume Watts, 1854). 2 Voir Eugene Vance, Reading the Song of Roland (Eaglewood C l i f f s , New Jersey: Prentice-Hall, 1970) 9-20. 3 Vance, Reading 10-11. 4 Voir les vers 391-321. 5 Guillaume Picot, notes de lecture, La Chanson de Roland, ed. and trans. Picot (Paris: Larousse, 1972) 1,42. 6 Vance, Reading 14. 7 Pierre Le Gentil, La Chanson de Roland, 2nd ed. (Paris: Hatier, 1967) 132. 8 Moignet, notes de lecture 37. 9 Dans l a f i c t i o n , les musulmans peuvent echapper a leur destin, a leur damnation, s ' i l s convertissent au christianisme. Voir les vers 3658-3674. Dans son l i v r e i n t i t u l e The Pursuit of  the Millennium (London: Paladin, 1970), Norman Cohn precise l'esprit. missionnaire de l a chrStientS: ((Christianity has usually remained, as i t was i n i t s origin, a missionary r e l i g i o n which has i n s i s t e d that the elimination of misbelievers must be achieved through t h e i r conversion. » (p.75). Mais Cohn souligne qu'avec les croisades, on commence a «aneantir» les musulmans et les j u i f s . A l ' a v i s de Cohn, La Chanson de Roland re-prSsente le zele du -130-Premier Croisade: The messianic hordes which began to form i n the eleventh and twelfth centuries, on the other hand, saw no reason at a l l why that elimination could not equally well be achieved by the physical a n n i h i l a t i o n of the unconverted. In the Chanson de Roland, the famous epic which i s the most impressive l i t e r a r y embodiment of the s p i r i t of the F i r s t Crusade, the new attitude i s expressed quite unambiguously, (p. 75). 1 0 Voir, par exemple, L. Cledat, La Chanson de Roland, 5th ed. (Paris: Gamier Freres, n. d. ) 1. 1 1 Voir, a. ce sujet, les vers 7-9. 1 2 Voir Cledat, Roiand 1: «I1 faut remarquer que 1'imagination populaire du moyen age representait les Sarrasins comme des idol a t r e s ...» Chapitre II 1 Voir les vers 725-736. 2 Daniel 7:1. 3 Jeremie 35: 12. 4 Charlemagne a un reve qui decele l a trahison de Ganelon. (717-724). Le r o i revele l a s i g n i f i c a t i o n de l a v i s i o n a Naimes alors q u ' i l est trop tard d'empecher l a p e r f i d i e de Ganelon. (831-840). De ce f a i t on s'apercoit que, pour Charlemagne, 1'avenir est irrevocable. 5 Le Gentil, Chanson 145. 6 II est aussi dans l ' i n t e r e t de Dieu de pro longer l a journee car l a lumiere permet a Charlemagne d'aneantir les paiens et (leur fausse r e l i g i o n . ) 7 II est question de savoir s i les Francais, soumis a. 1'autoritS de Dieu, ont, dans le conseil des barons, l a capacite de decider et de c h o i s i r par eux-memes. 8 Charlemagne est soumis a les coutumes de l a cour comme l'explique Eugene Vance: «Charlemagne i s obligated as a feudal l o r d to l i s t e n to h i s vassals, just as they are obligated to give i t . » Reading, 12. 9 Le plan de Roland est c e l u i qu'adoptera le r o i pour venger l a destruction de 1'arriere-garde. Charlemagne va mener son armee a. Saragosse pour y mettre le siege. L'action de Charlemagne souligne posterieurement l a justesse du propos de Roland. -131-10 Le Gentil, Chanson 106. 1 1 Yves Bonnefoy, «Les Mots et l a parole dans le Roland», i n La Chanson de Roland, ed. Michel Robic, trans. AndrSe L h S r i t i e r (France: 10/18, 1968) 300. 1 2 Voir les vers 603-608. 1 3 Ganelon menace Roland de mort en disant: Se Deus Co dunet que jo de l a repaire, Jo t'en muvra un s i grant contraire Ki durerat a trestut tun edage. (289-291). 14 Voir les vers 10-14. 1 5 Voir les vers 406-410. 1 6 La s i g n i f i c a t i o n du trone provient des mythologies non-chretiennes et, i c i , de l'Ancien Testament: «Tu seras sur ma maison, et tout mon peuple te baisera l a bouche. Je serai seulement plus grand que t o i , quant au trone. » (Genese 40:41) Nous soulignons. 1 7 St. Augustine, Retractions, ed. and trans. Mary Inez Bogan (Washington, D.C. : Catholic University of America Press, 1968) 40. 1 8 Augustin precise a i n s i l'etat de grace: «Une f o i s soude a t o i de tout mon Stre, i l n'y aura plus pour moi douleur et labeur et ma vie sera, toute pleine de t o i , l a vie. Quand quelqu'un est p l e i n de t o i , tu l'enleves. » Confessions 1ivre X-28(29) p. p. 276-277. 1 9 II est interessant de noter que Salomon a un trone d'ivoire dans l'Ancien Testament: «Le r o i f i t aussi un grand trone d'ivoire, q u ' i l couvrit d'or f in. » 1 Rois, 10:18. Dans La Chanson de Roland c'est Charlemagne qui a un trone d'or: «Un faldestoed i unt, f a i t tut d'or mer. » (115). Le trone de Charlemagne comporte done une resonance biblique. Parei11ement, le tr&ne du paien - «tout d'ivoire» - Svoque c e l u i de Salomon, le r o i juste. Sur le plan des s i g n i f i e s , i l s'agit done de «troner. » Marsile en erreur! 2 0 Nous empruntons a Gerard Moignet les termes: «le pri x de l a trahison. » Notes de lecture, 65. 2 1 Voir les vers 617-626; 626-633. Chapitre I I I 1 Voir, par exemple, Roger Pensom, L i t e r a r y Technique i n the Chanson de Roland (Geneve: L i b r a i r i e Droz S. A. , 1982) 121-161; et Vance, Reading 5. -132-2 Voir les vers 783-791. 3 Vance, Harari 387. 4 Edmond Faral, La Chanson de Roland: Etude et analyse (Paris: Mellottee, 1934) 110, c i t e par Gerard Hoignet, notes de lecture 137. 5 Saint Augustin. Confessions, l i v r e VII-9(13) p. 175. 6 II est a noter que l' o r g u e i l est un peche cap i t a l . 7 Moignet, notes de lecture 151. 8 Vance, Reading 33. ° Voir les vers 1989-2009. 1 0 Pour le supplice de Ganelon, v o i r les vers 3960-3974. 1 1 Voir les vers 2056-2059. 1 2 Voir les vers 803-813. 1 3 Voir les vers 193-213 pour le discours (mnemonique) de Roland. GSrard Moignet examine le retour de Gautier, d'une perspective philologique, v o i r les notes de lecture, p. 157. 1 5 Moignet, notes de lecture 161. 1 6 St. Augustine, On C h r i s t i a n Doctrine, ed. and trans. D.W. Robertson, Jr. (New York: Liberal Arts Press, 1958) II, 1, 1, c i t s par Johan Chydenius, «La theorie du symbolisme medieval, » trans. Armand Strubel, Poetique 23 (1975):322. Nous empruntons a Chydenius son ex p l i c a t i o n de l a semiotique de saint Augustin. 17 Augustin, Doctrine II, 1, 1, c i t e par Chydenius, p. 322. 18 Augustin, Doctrine II, 1, 1, c i t e par Chydenius, p. 322. 19 Voir les vers 2164-2168. 20 Voir les vers 2169-2183. 21 Voir les vers 2010-2023. 22 L'eau de l'archeveque comporte aussi une s i g n i f i c a t i o n catholique. Nous pensons au bapteme: sacrement i c i destine a laver le p6ch£ de Roland. 2 3 Gerard Moignet, notes de lecture 164. 2 4 Voir les vers 2233-2245. -133-" Gerard Moignet, notes de l e c t u r e 171. 2 6 V o i r l e s vers 2259-2270. 2 7 Gerard Moignet, notes de l e c t u r e 173. 2 8 Gerard Moignet, notes de l e c t u r e 173. 2 9 V o i r l e s v e r s 2246-2258. 3 0 V o i r l e s v e r s 2389-2396. 3 1 Vance, H a r a r i 396. 3 2 F r a n c o i s V i l l o n , «Ballade des s e i g n e u r s du temps j a d i s , » i n Oeuvres poetiques de F r a n c o i s V i l l o n , ed. Andre Mary ( P a r i s : G a r n i e r - Flammarion. 1965) 60. 3 3 La myrrhe comporte i c i une s i g n i f i c a t i o n chretienne. Nous pensons a 1'or, l'encens et l a myrrhe o f f e r t s a 1'enfant Jesus par l e s Rois mages. Chapitre I V 1 V o i r Gaston P a r i s , H i s t o i r e poetique de Charlemagne, 2nd ed. ( P a r i s : Franck, 1905); Joseph BSdier, Les LSgendes 5piqu.es: Recherches sur l a f o r m a t i o n des chansons de geste, 4 v o l s . , 3rd, ed. ( P a r i s : Champion, 1926-29). Pour un resume des t h e o r i e s t r a d i t i o n a l i s t e s (G. P a r i s ) , et i n d i v i d u a l i s t e s (J. B e d i e r ) , v o i r : P i e r r e Le G e n t i l , La L i t t e r a t u r e f r a n q a i s e du moyen age ( P a r i s : Armand C o l i n , 1968) 22-24; 38-41. 2 Gerard Moignet, notes de l e c t u r e 259. 3 B e d i e r appuie l a t h e o r i e «individualiste» sur des preuves topographiques. Joseph Duggan l e d e c r i t a i n s i : «Bedier l i n k s the poem w i t h a s e r i e s of toponyms found along the s e c t i o n of the p i l g r i m a g e route to Santiago l e a d i n g from Bordeaux to Pamplona.» Guide, p. 108. II s ' a g i t l a de «la route du p e l e r i n a g e c e l e b r e de Saint-Jacques-de-CompostelJe (encore que ce s a n c t u a i r e ne s o i t jamais nommS dans La Chanson de Roland. » GSrard Moignet, notes de l e c t u r e 259. 4 V o i r , a ce s u j e t , P i e r r e Le G e n t i l , L i t t e r a t u r e 12-24. 5 Joseph Bedier, Legendes, c i t e par Gerard Moignet, notes de l e c t u r e 259. 6 V o i r , par exemple, Joseph Duggan, Guide 107. 7 P i e r r e Le G e n t i l p r e c i s e a i n s i l a t h e o r i e «traditionaliste»: «... l e s t r a d i t i o n a l i s t e s p e r s i s t e n t a penser que l a geste de Roland d o i t e t r e directement r a t t a c h S e a l a m e u r t r i e r e b a t a i l l e dont e l l e a r e c u e i l l i et amplifi§ l e -1 34-souvenir. » Litterature, p. 38. 8 Nous empruntons a Pierre Le Gentil, 1' i n t i n e r a i r e des t r a d i t i o n a l istes. L itterature, p. p. 23, 38. 9 Pour un resume des theories d'une origine savante des chansons de geste, voir: Italo S i c i l i a n o , Les Chansons de geste et  1'epopee: Mythes, h i s t o i r e , poemes (Turin: Societa E d i t r i c e Internationale, 1968) 10-11. Nous empruntons a Italo S i c i l i a n o l a suite de nos commentaires sur les origines dites savantes de La Chansons de Roland. 1 0 Voir Maurice Wilmotte, L'Epopee francaise, origine et  elaboration (Paris: Boivin, 1939). 1 1 Paul Zumthor, «The text and the Voice, » New L i t e r a r y  Hitory 1 (Autumn, 1984): 67. 1 2 Duggan, Guide 106-107. 1 3 Eugene Vance soutient cette these dans son a r t i c l e i n t i t u l e : «Roiand and the Poetics of Memory. » Voir Harari, Textual Strategies. 1 4 Pour un resume des divers manuscrits de La Chanson de  Roland, v o i r Duggan, Guide 25-49. 1 5 Voir Jean Rychner. La Chanson de geste: Essai sur l ' a r t  epique des jongleurs. (Geneve: Dorz, 1955). 1 6 Milman Parry, «Studies i n the Epic Technique of Oral Verse - Making. I. Homer and Homeric Style, » Harvard Studies i n  C l a s s i c a l Philology 41(1930): 80., c i t e par Genette Ashby-Beach, The Song of Roland: a generative study of the formulaic language  i n the single combat (Amsterdam: Rodopi B. V. , 1985) 7. 1 7 Rychner 141-142;147. 1 8 Voir les vers 215,772,2414,2930 et 4001. 1 9 Albert Lord, The Singer of Tales, Harvard Studies i n Comparative Literature 24 (Cambridge: Harvard University Press, 1964). 2 0 Zumthor precise q u ' i l y a peu d'etudes consacrees a l ' h i s t o i r e des jongleurs et a l ' h i s t o i r e de ( l ' o r a l i t S l i t t e r a i r e ) Voir son a r t i c l e i n t i t u l e «The Text and the Voice,» New L i t e r a r y History: 67-92. 2 1 Rychner 93. 2 2 Moignet, Introduction 5. 2 3 II s e r a i t u t i l e de consulter a nouveau l a bibliographie de Joseph Duggan, i l c i t e les manuscrits de La Chanson de Roland, e c r i t s «in languages other than French. » Voir son Guide 35-49. -135-2 4 Moignet, notes de lecture 111. a 5 Voir, par exemple, les vers 1281-1288; 1289-1296. Ce qui est en jeu, on le verra, c'est l a r e p e t i t i o n d'un duel. Sur le plan l e x i c a l , les combats sont similaires, mais les(noms des) combattants sont differents. Pour une analyse des formules du combat singulier, v o i r le l i v r e de Genette Ashby - Beach i n t i t u l e : The Song of Roland: a generative study of the formulaic language  i n the single combat. 2 6 Jean de Grouchy, «De musica, » i n Die Musiklehre des  Johannes de Grocheo, ed. J. Wolf, Sammelbande, der internationalen Musikgesellschaft (1899), I. 90, c i t e par Eugene Vance, Harari 382. 2 7 En servant son seigneur, le vassal (le paysan) aural t du avoir de 1'experience m i l i t a i r e . 2 8 Brian Stock, «Medieval Literacy, L i n g u i s t i c Theory, and Social Organization, » New L i t e r a r y History 1 (Autumn, 1984):18. 2 9 R. Menendez Pidal, La Chanson de Roland et l a t r a d i t i o n  epique des Francs, trans. I.Cluzel, 2nd ed. (Paris: A. et J. Picard, i960) 137, c i t e par Moignet, notes de lecture 269. 30 p o u r ie duel entre Thierry et Pinabel, v o i r les vers 3915-3923; 3924-3933. 3 1 Martin de Riquer, Les Chansons de geste francais, trans. I. Cluzel (Paris: A. -G. Nizet, 1957)91, c i t e par Moignet, notes de lecture 251. 3 2 Le Gentil, Chanson 117. 3 3 Pour l a prise de Saragosse, v o i r les vers 3658-3674. A l l a n t a l'encontre de l a volonte de Dieu, les paiens meritent l a peine de mort, les peines de 1'enfer. -136-OUVRAGES CIT 6 S A. Testes bibliques, classiques et m@die~vaux Saint Augustin. Confessions. Ed. Andre Mandouze. Trans. Louis de Mondadon. Paris: Editions du Seuil, 1982. St. Augustine. Qn C h r i s t i a n Doctrine. Ed. and trans. D. W. Robertson, Jr. New York: Liberal Arts Press, 1958. St. Augustine. Retractions. Ed. and trans. Mary Inez Bogan. Washington, D.C. : Catholic University of America Press, 1968. Platon. Cratyle. Trans. E. Chambry. Paris: Garnier -Flammarion, 1965. V i l l o n , Francois. «Ballade des seigneurs du temps jadis. » Oeuvres poetiques de Francois V i l l o n . Ed. Andre Mary. Paris: Garnier - Flammarion, 1965. 60. La Chanson de Roland. Texte e t a b l i d'apres le manuscrit d' Oxford. Ed. Fernand Angue. Traduction, notes et commentaires par Gerard Moignet. 3rd ed. Paris: Bordas, 1969. La Sainte Bible, ou l'Ancien et le Nouveau Testament. Ed. J.F. Ostervald Londres: Guillaume Watts, 1854. B. Sources Primaires Ashby - Beach, Genette. The Song of Roland: a generative study of  the formulaic language i n the single combat. Amsterdam: Rodopi B. V. , 1985. Bonnefoy, Yves. «Les Mots et l a parole dans le Roland. » La Chanson de Roland. Ed. Michel Robic. Trans. Andree L h e r i t i e r . France: 10/18, 1968. 295-307. Chydenius, Johan. «La thSorie du symbolisme medieval. » Trans. Armand Strubel. PoStique 23 (1975):322-341. CISdat, L. La Chanson de Roland. 5th ed. Paris: Garnier FrSres, n. d. Cohn, Norman. The Pursuit of the Millennium. London: Paladin, 1970. Duggan, Joseph. A Guide to Studies on the Chanson de Roland. London: Grant and Cutler, 1976. -137-Le Gentil, Pierre. La Chanson de Roland. 2nd ed. Paris: Hatier, 1967. Le Gentil, Pierre. La L i t t e r a t u r e franchise du moyen age. Paris: Armand Colin, 1968. Pensom, Roger. L i t e r a r y Technique i n the Chanson de Roland. Geneve: L i b r a i r i e Droz, 1982. Picot, Guillaume. La Chanson de Roland. Ed. and trans. G. Picot. Paris: Larousse, 1972. Rychner, Jean. La Chanson de geste: Essai sur 1'art epique des  jongleurs. Geneve: L i b r a i r i e Droz, 1955. S i c i l i a n o , Italo. Les Chansons de geste et 1'epopee: Mythes, h i s t o i r e . poemes. Turin: Societa E d i t r i c e Internazionale, 1968. Stock, Brian. «Medieval Literacy, L i n g u i s t i c Theory, and Social Organization. » Hew L i t e r a r y History 1 (Autumn, 1984):13-29. Todorov, Tzvetan. Theories du symbole. Paris: Editions du Seuil, 1977. Vance, Eugene. Reading the Song of Roland. Eaglewood C l i f f s , New Jersey: Prentice-Hall, 1970. Vance, Eugene. «Roland and the Poetics of Memory. » Textual Strategies: Perspectives i n P o s t - S t r u c t u r a l i s t C r i t i c i s m . Ed. Josue V. Harari. Ithaca, New York: Cornell University Press, 1979. 374-403. Zumthor, Paul. «The Text and the Voice. » New L i t e r a r y History 1 (Autumn, 1984):67-92. C. Sources Secondaires Bedier, Joseph. Les Legendes epiques: Recherches sur l a formation  des chansons de geste. 4 vols. 3rd ed. Paris: Champion, 1926-29. Faral, Edmond. La Chanson de Roland: Etude et analyse. Paris: Mellottee, 1934. Gautier, LSon. Les EpopSes francaises. 4 vols. Paris: V. Palme, 1878-94. de Grouchy, Jean. «De musica. » Die Musiklehre des Johannes de  Johannes de Grochero. Ed. J. Wolf. Samnelbande der international en Musikgesel 1 schaf t. 1899.1.64-97. -138-Paris, Gaston. H i s t o i r e poetique de Charlemagne. 2nd ed. Paris: FrancK, 1905. Parry, Milman. «Studies i n the Epic Technique of Oral Verse -MaKing. I. Homer and Homeric Style. » Harvard Studies i n C l a s s i c a l Philology 41 (1930):73-147. Pidal, MenSndez R. La Chanson de Roland et l a t r a d i t i o n Spique des  Francs. Trans. I.Cluzel, 2nd ed. Paris: A. et J. Picard, I960. de Riquer, Martin. Les Chansons de geste franqaises. Trans. I. Cluzel. Paris: A. - G. Nizel, 1957. Wilmotte, Maurice. L'Epopee francaise, origine et elaboration. Paris: Boivin, 1939. D. Sources genSrales Barthes, Roland. «E16ments de semiologie. » L'aventure semio 1 ogique. Ed. F. W. Paris: Editions du Seuil, 1985. 17-84. Lord, Albert. The Singer of Tales. Harvard Studies i n Comparative Literature 24. Cambridge: Harvard University Press, 1964. -139-

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0302131/manifest

Comment

Related Items