UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le dynamisme du devenir chez Roger Martin du Gard Oldham, Ronald 1947

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1947_A8 O4 D8.pdf [ 4.4MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0107019.json
JSON-LD: 831-1.0107019-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0107019-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0107019-rdf.json
Turtle: 831-1.0107019-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0107019-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0107019-source.json
Full Text
831-1.0107019-fulltext.txt
Citation
831-1.0107019.ris

Full Text

LE DYNAMISME DU DEVENIR CHEZ ROGER MARTIN DU GARD by Ronald Oldham  A Theais submitted i n P a r t i a l Fulfilment of The Requirements f o r the Degree o f Master of Arts i n the Department of  French  The University of B r i t i s h Columbia  April, 1 9 4 7  1  AVANT-PROPOS  Je voudrais. exprimer a Monsieur 0. 0. Evans,, chef du . departement,Aerangais a l.'Universite'-de l a Colombie Britannique,.ma . reconnaissance et mes. remerciments sinceres pour son encouragement et pour ses conseils savants pendant la.preparation de cet essai.. R.O.  2  n  Ce qui paraitra le plus vieux, c'est ce qui  dJabord*.aura.,paru; leiplus,;moderne,  Chaque  complaisance^ chaque, affectation est l a . promesse d'une ride." Andre" Gide  ABSTRACT of  LE DYNAMISME DU DEVENIR CHEZ ROGER MARTIN DU GARD  by  Ronald Oldham  1  This thesis i s neither a philosophical essay nor a study of the theory of evolution.  I t s t i t l e , Le dyriamiame du devenir chez Roger  Martin du Gard, i s chosen to indicate that the concept of change, of the flow of things, has profoundly century.  influenced the n o v e l i s t of the  twentieth  He wants to be free from temporal l i m i t s and from sharply  defined contours i n order to express the continuity he f e e l s i n the world about him. such an  The s e r i a l novel, or roman-fleuve, i s an admirable vehicle f o r  expression. The genre i s s k i l f u l l y used by Roger Martin du Gard i n h i s  masterpiece Les Thibault.  From volume to volume the reader has the sensa-  t i o n of continuous movement and change, the panorama i s always new, though a r i v e r i s carrying him downstream.  as  The figure of a r i v e r which  flows incessantly epitomizes the roman-fleuve. In t h i s essay the writer has attempted to trace the various concepts of time' and duration from Plato to the present day.  Consideration  has been given to Heraclitus, Spinoza, the c u l t of the eternal and  the  unchangeable i n the C l a s s i c a l period, Leibniz and the theory of continuity, and f i n a l l y the i n v e s t i g a t i o n of the question of duration as postulated Bergson.  by  Since l i f e , v i r i l e and pulsating, i s i n t r i n s i c i n the modern  novel the writer believes that Bergson's conception of dynamism has influenced contemporary l i t e r a t u r e more than i s generally accepted. I t i s however true that the rhythm of movement i s often broken. This i s i n e v i t a b l e .  The reader of James Joyce, f o r example, has. a  telescopic view of the past and the present because Joyce handles time as an aspect of l o c a l colour.  Indeed i t may  be l o c a l colour.  And  similarly  i n Martin du Gard there are often long intervals i n duration i n juxtaposition with b r i e f moments, where the rhythm i s destroyed temporarily and the e f f e c t of discontinuity i s i n t e n t i o n a l l y evident. The pulse of l i f e may ceases to beat.  become weak and i t may  grow strong, but i t never '.  I t i s just t h i s continual and incessant change from  t r a n q u i l l i t y to disquietude that i s r e f l e c t e d i n the ambient milieu of Roger Martin du Gard. In t h i s essay three aspects of the m i l i e u of Les Thibault are studied.  These include the family, medicine and p o l i t i c s .  The  s c i e n t i f i c vocabulary, the sustained use of dialogue throughout whole chapters, and the many i n t e r i o r monologues to express the subconscious thoughts of the characters _ a l l these help to f i x the ambience and to i n t e n s i f y i t under the l i g h t of v e r a c i t y .  Not only does Martin du Gard  observe, he interprets and develops with logic and c l a r i t y the phenomena of human behaviour.  And t h i s essay i s concerned with the  milieu of Les Thibault to show the evolution and the dynamism of the characters who  frequent i t .  One chapter i s assigned to the ethics of Roger Martin du Gard. He bears the mark of Andre* Gide's philosophy of fervour and disponibilite'. not to mention his philanthropy and idealism.  The author of this essay  rejects the view that t h i s idealism i s a t h i n l y disguised form of obscurantism.  Rather, he has t r i e d to show that the philosophy of  Martin du Gard i s one of hope, that i f one w i l l only seek, he w i l l be rewarded to f i n d that l i f e i s a source of inexhaustible p o s s i b i l i t i e s . . It i s f e l t that the bibliography i s comprehensive i n that i t includes the works of Roger Martin du Gard, translations i n English and  German of Lea Thibault and numerous a r t i c l e s from Parisian reviews. Grateful acknowledgement i s made to Dr. D. 0. Evans, Head of the Department of French, f o r reading the MS and f o r h i s valuable help i n suggesting reference material.  R.O.  A p r i l , 1947 University of B.C.  5  Introduction  Dans un r e c u e i l d'essais j?ntitule Pleins Pouvoirs, Jean Giraudoux presents une consideration qui, a nos yeux, appara£t bien convenable comme note d'introduction a cet essai et, de plus, d'une application ge'ne'rale.  Giraudoux a d i t que nous vivons a une epoque ou  l ' e c r i v a i n n'a plus l e l o i s i r  de c h o i s i r son sujet : que c'est plutot  l e sujet, - aujourdlfaui,, qui l e c h o i s i t . Dans cet ouvrage nous avons essaye* de t r a i t e r deux themes ;  principaux : 1'inquietude de l a dure*e dans l a l i t t e r a t u r e contemporaine, surtout dans l e roman-fleuve duXXe. s i e e l e , et d'autre part quelques aspects de l a peinture du milieu dans 1'oeuvre de Roger Martin du Gard, principalement l e s I h i b a u l t .  En meme temps i l faut avouer que l a  beauts, l a dignity et l a profondeur de pens£e de cet auteur Eremite nous semblent plus, importantes et plus fructueuses que nous, ne 1'avions ' d'abord suppose, et ce n'est pas entierement par hasard que nous avons permis aux aspects philosophiques de son oeuvre de nous eloigner quelque peu du sujet lequel nous a aussi c h o i s i s . L'influence morale de Gide sur 1'oeuvre de Roger Martin du Gard est incontestable.  A i n s i a - t - i l ete necessaire d'introduire. dans  cet-essai, plus que l e .germs. embryonnaire de la-pensee: gidienne pour que 1'on. comprenne mieux l a base et 1'evolution de l a pensee du romanoier des Thibault.  Neanmoins, i l s e r a i t mal a propoa de suggerer que  Martin du Gard n'est pas un i n d i v i d u a l i s t e .  En admettant 1'influence  k formative de. Gide i l l u i reate une since'rite' et un enthousiasme f o r t personnels. . Dans son opposition au de"sordre de 1'esprit et dans-son deBir de vouloir tout mettre en question Martin du Gard s u i t l a grande t r a d i t i o n , des ecrivains f r a n c a i s . que l e lecteur cultive' t i e n t  danB  Chez l u i on trouve des qualite"s la. plus, haute estime : l a moderation,  l a tolerance, l a l u c i d i t y etquelque chose, de f o r t repandu dans l a litteVature d'aujourd'hui  1 i d e a l i s m e A u c u n e e"tude de Roger Martin 1  du Gard ne serait.complete sans mettre au jour l a f o i et 1'optimisms q u ' i l repose en 1'humanity. R.O.  5  CHAPITRE I  LA DUREE.  La question du temps, a pris. une importance de premier ordre dans la pensee philosophique et dans l a litterature contemporainee. Le bruit qu'a fait la th^orie devolution de Charles Darwin dans , 1 'Origine des especes .( 1859 )» la. pensee d'Henri Bergson dans son Evolution creatrice ( 1 9 0 7 ), et les theories relativistesd'Einstein nous ont accoutumes a l ' i d e e . d'un temps eiastique ou malleable.  II  exists, neanmoins, d'aucuns qui se plaisent a croire que .le passe avec son culte du fixe, ses traditions, et.sa —staphysique est demode, qu'en effet i l . faut denigrer tout ce qui vient d'un age>anterieur. Aujourd'hui. les sciences et les arts paraissent etre penetree d'un dynamisme lequel est, surtout dans la litterature contemporaine, fort repandu. Nous voyons. apparaitre, par exemple, le roman-fleuve a 1'instar des Thibault de Roger Martin du Gard. cette. oeuvre, d'un seul coup d ' o e i l . .  On ne peut contempler  L'envergure en est s i grande, la  dimension temporelle si etendue que les contours sont loin d'etre nets. Les poetes memes ont les yeux tournes vers ce flux universel.  6 Un d'entre- eux a ecrit : ." Je die que tout. 1'univers n'est qu'une machine a marquer le temps.".(1)  II semble qu'une ancienne conception  de stability a i t c£de* la place a une nouvelle conception dynamique. II sera done, utile d,'examiner,.la philosophie..de I'antiquite pour euivre le mouvement jusqu'a. nos jours de l'idee de la temporalite. Platon ( 427-547 A.C. ) pose l a doctrine que l a realite" ( ou l ' e t r e ) se compose d'Ide*es.  Lee choses du monde, que le  phllosophe appelle phenomenes, sont pour, l u i .des images:, des copies infe'rieures des Ide'es ^ternelles. et immuables.  Pour i l l u s t r e r cette  doctrine Platon invents le mythe de l a caverne.(2)  II represents  des prisonniers dans une caverne enchain^s des leur enfance. Lorsqu'un grand-feu au-dessus, d'eux. et derriere eux projette quelques ombres sur l a muraille en face, les prisonniers croient que les ombres sont des realit^s.  C'est l a , pour Platon, 1'image de notre  connaissance du monde; sensible. La base du Platonisme est une faeon de peneer par concepts, e'est-a-dire par id^es. generales ou abstraites. Platon est, aussi une verity universelle. est inte'reesant.  (1) Claudel, P. (2) Platon.  Le concept.selon  Son concept de 1'immortalite*  Chaque homme. tend, toujours.a se- perpe"tuer. autant  Art poe'tique.  R^publique.  p. J4.  VII,.514.  ( Les citations de. Platon-dans  cet ouvrage sont prises de la traduction anglaise de Jowett.)  7  que possible et une fores, divine l e pousse vers 1*objet--.de son amour. L'ame est quelque,.chose de superieur au corps de 1 'homme.  " Quand  l'ame. et le. corps marchent de compagnie, l a nature ordonne a l'un d'obeir en esclave, et 1'autre de dominer et de commander.  Ne te  p a r a i t - i l pas que ce qui est d i v i n est seul capable de commander en maitre ? ( l ) n  Et, de plus,, l'ame est une force, une cause qui. se meut toujours et qui meut l e corps.  En d*autres termes, l a presence  perp^tuelle de l'ame se; montre. par l a perpetuity-meme de son e f f e t : l e mouvement.  " Tout ce que nous apprenons n'est que  reminiscence,  car i l faut de toute necessite que nous ayonsappris dans un autre temps.les choses que nous nous rappelons dans c e l u i - c i , et cela serait. impossible dans l e cas ou notre ame n'aurait pas existe avant de r e v e t i r cette forme,, humaine;." (2) Le mouvement eternel suppose done une ame n  eternelle.  " S ' i l . y a... quelque. chose d'immortel et d'imperissable, mon  cebes,  notre ame est de cette nature."(j)  cher  Et l'ame, d'apres PIaton,  n?est pas (seulement en rapport avec. l a v e r i t e et avec l e mouvement, e l l e est aussi en rapport avec l e bien : M e s  (1) . Platon.  Phedon. XXVIII. p., 78.  (2) Ouvrage c i t e .  XVIII. p. 54.  (5) Ouvrage cite.  LVI. p.  162.  amis, i l est juste de  8 penaer.que,  a i l'ame e s t immortelle,  q u ' o n e n prenne  s o i n , n o n s e u l e m e n t p o u r c e temps que nous, a p p e l o n s  l a vie., mais a u s s i pour ... (l) B  e l l e demande q u ' o n l a c u l t i v e ,  l e temps q u i l a s u i t ,  o'est-aj-dire. 1 'eternite*  C ' e s t l a . l'idee de l a t e m p o r a l i t y de P l a t o n : l e t e m p s e s t  1 'image mouvante  de 1 ' E t e r n i t e " . ( 2 )  S u i v a n t P l a t o n l e c o n c e p t du B i e n c o n t i e n t q u e l q u e . c h o s e de s e m b l a b l e a c e l u i de 1' i m m o r t a l i t e * . s u p r e m e s my s t e r e s d e l ' u n i v e r s .  Pour l u i l e B i e n e s t u n d e s  II y v o i t u n e u n i t e " d a n s  laquelle  l e t o u t du t e m p s e t d e 1 ' e x i s t e n c e s e m e l e n t h a r m o n i e u s e m e n t . '  C'est  a. l a f o i s l a v e r i t e * d e t o u t e s c h o s e s e t l a l u m i e r e d a n s l a q u e l l e e l l e s se s o n t  repandues. "...  t h e e y e s , when a p e r s o n d i r e c t s , t h e m t o w a r d s  objects  o n w h i c h t h e l i g h t o f d a y . i s no. l o n g e r . . s h i n i n g ...... s e e d i m l y , nearly blind.  and a r e  B u t when t h e y a r e d i r e c t e d t o w a r d s o b j e c t s o n w h i c h  t h e s u n s h i n e s t h e y s e e c l e a r l y a n d t h e n i s s i g h t i n them."(5) En d'autres. termes P l a t o n . d i t . q u ' o n n e s ' a p e r c o i t de l a v e r i t e * que s i e l l e e s t l l l u m i n e ' e p a r l e B i e n .  Cette idee du B i e n e s t  l a c a u s e d e t o u t e s c h o s e s , l a p u i s s a n c e a u moyen de l a q u e l l e e l l e s deviennent.  C ' e s t une r a i s o n u n i v e r s e l l e t o u t e . l i b r e des. a t t a c h e s  d'une. personnalite* humaine.  (1) O u v r a g e c i t e . LVII. p.. 16J. (2)  Platon.  Timee.  XIV. p .  (5)  Platon.  Re*publique.  J4l.  VI. 5 0 8 .  Pour Platon ce concept .du Bien est l a realite ne'ceasalre. II eat. evident que pour, l u i l a ve'rite' la plus certaine et l a plus ne"ce8saire est 1'universal. " Let this be one of our rules and principles,,— that God. i s not the.Author of a l l things, but .of good only.-  It i s impossible that  God. should ever be willing to change ; being, as i s supposed, the fairest and best that i s conceivable, every God remains absolutely and forever i n his own,form."(1) A ce but. Platon cherche sans cesse a. rStSrer toute science et toute opinion.  II s'accords avec son maitre Socrate que l a vraie  science ri'est possible que sous la forme de concepts ou de V e r i t a s univ.erselles.  II s ensuit que les objets de l a vraie science ne sont 1  pas les choses en-flux,, en mouvement, du monde sensible.  II reste des  ob jets en dehors-de nos sens, immuablesi et. k e r n e l s . . Ce. n'est pas dire cependant que le monde du mouvement soit necessairement i l l u s o i r e . Mais i l consists en phenomenes dont la realite*. est plus, basse, infeVieure ; des choses qui sont de pauvres imitations, des Idees. En somme, la philosophie de Platon se resout en. un dualisme. D'une. part- i l envisage un monde .toujours en train de devenir, charge* de mouvement, de sens, et qui jouit d'une realite* tout a f a i t inf.e'rieure.  D?autre part i l . v o i t un,monde d'Idees qui sont eternellea,  universelles. et supremement replies,.  (1) Platon.  Rgpublique.  II. 580-581.  Comme Heraclite i l croit.que  19 tous lea objets-de l a perception de, nos. sens,,existent en un.etat d'eVoulement incessant. ve*rite". abaolue  Ainsi,. d i t - i l , on ne peut.pr^ciser une  a I'egard de ce mouvement, qui a. l a facon d'un fleuve  coule sans cease.  -Passons de Platon. a Spinoza. ( 16J2-1677 )* chez. qui. nous trouverons une similitude de pense*e a l'egard de l a question de l a temporality..  D'apres Spinoza, l eternite* est l'etreaeme. 1  "... The  existence of a thing, as an eternal truth, i s conceived to. be the same as i t s essence, and therefore cannot be explained by duration or time, although duration, can, be conceived as wanting beginning and end."(l) Selon Spinoza 1'etre de l'ame, c'est l a penseV. penser.(2)  Agir, c'est  II n'y a d'action v e r i t a b l e que dans les idees qui sont  conformes a 1'essence de l'ame ou par consequent qui r^sultent necessairement de cette essence,.  (1) Spinoza. (2)  Ethique. Ie part., def. v i i i . p . 2 . ( Traduction anglaise de Boyle ). Ouvrage c i t e . l i e part., prop, xxx et seq. p.62.  11  C'est  ici  que Spinoza  a'eloigns  de  Platon.  Suivant Spinoza  i l est vrai de dire que. tout est necessaire,. que tout a sa place marquee, sa raison d'etre.  II repousse la liberte' dans 1'homme et  en Dieu, i l nie le motif du bien et de l'ordre, en ne reconnaissant quiun seul principe d'action — 1'essence des choses ; et quelque direction qu'elles prennent cette direction est legitime parce qu'elle est raisonnable et necessaire.  Par suite de cette croyance, le bon  ou 1'utile, n'est pas quelque chose, d'exterieur vers lequel nous nous portons parce qu'il est desirable.  .Ce qui est bon pour nous,.c'est  notre etre, et le d e s i r est le d^veloppement necessaire de notre essence.(1) utile ; au  En outre,, la vertu est la force d'acquerir ce qui est  fond  elle n'est autre chose que 1'effort de l'ame pour  perseverer dans son etre.(2) En nous identifiant. a. la ne'cessite' dternelle qui fait, deliver de Dieu toutes choses, nous comprenons toutes. choses,. d'apres Spinoza, par ce qui en est 1'essence, c'es.t-a-dlre par Dieu. est le supreme intelligible et i l rend tout intelligible. done le.supreme Bien.(5)  Dieu  II est  Et c'est seulement par l'amour que nous  rendons a. Dieu que nous pouvons nous eiever au-dessus de la durde  (1) Ouvrage cite.  IVe. part. prop, xxxi, p. 161.  (2) Ouvrage cite.  IVe part. &6f. v i i i , prop. xxii,. p. 157 •  (j) Ouvrage cite.  IVe part. prop, xxviii, p. 159.  12  et jouir d'une vie e"ternelle : res sub specie, aeternitatia; ooncipere. Spinoza der"lnit la dure"e comme ,1a continuation indefinie de l'exiatence.  " I call i t indefinite because i t cannot be determined  by the nature i t s e l f of the existing thing nor of the efficient cause.." (.1,). Autre part Spinoza, dit que.la dur.ee de notre corps, depend de l'ordre commun de l a nature et 1'ensemble des choses. a. notre ame,  Et quant  en tant qu'elle enveloppe 1'essence du corps sous le  caractere de l'e'ternite', elle est e'ternelle et cette existence e'ternelle ne peut .se mesurer par. le temps ni s.'e'tendre=dans l a duree.(2) .. C'est la. en effet que l'on .est conscient du rapprochement des idees du temporel chez Platon et chez Spinoza.  Au rests i l suit  Aristote ; et sa pense'e nous illumine l'ssth^tique du classicisms francais.  Le point de vue classique a. l'dgard du temps et du mouvement est bien exprime en anglais par Bertrand Russell : " Even though -  time be real, to realize the unimportance of time is the gate of wisdom...  A truer image of the world i s obtained by picturing things  as entering into the stream of time from an eternal world outside."(2)  (1) Ouvrage cite*. (2)  Russell, B.  He  part.  prop, xxx et seq.  Mysticism and Logic,  pp.  p. 62.  7^-75.  1?  Au XVIIe^siecle on repose sa f o i dans l'immutabilite" des choses, dans 1 'universalite' de l ' e t r e meme.  Surtout chez l e s poetes classiques, par  exemple, cette idee du f i x e est inhe"rente. et de C o r n e i l l e sont presque surhumains  Les personnages de Racine  : leur v i e se transmet a. l a  posterity car i l s manquent des a t t r i b u t s de l'espace et du temps, leur origine est dans 1 ' h i s t o i r e , l a legende ou l a fable ancienne.  Andro-  maque et Iphige*nle sont des etres reels sur l a scene, mais i l s n'ont jamais ve\su : ce sont des personnages fabuleux.  En outre, l'auteur  classique souvent se sert des creations poetiques de V i r g i l e , d'Homere et d'Euripide parce q u ' i l refuse, en grande p a r t i e , de s'interesser a des personnages ple"beiens.  Racine dans ses Prefaces est soigneux de  signaler que ses personnages doivent leur origine s o i t a. l a legende s o i t a. 1 ' h i s t o i r e des Grecs et des Romains.,.. et on cherchera en vain dans une oeuvre classique des d e t a i l s du temps ou du decor p a r t i c u l i e r s . Bref, l e poete ne se soucie pas d'un milieu temporel.  n  Miserable ! et je v i s ? et je soutiens l a vue De ce aacre s o l e i l dont je suis descendue ? J ' a i pour aleul l e pere et l e maitre des Dieux Le c i e l , tout l'univers est p l e i n de mes a'ieux." ( l )  Le but de l'auteur tragique est de nous montrer l a v i e a l a f o i s seVieuse et r ^ e l l e .  (1)  Racine.  Phedre.  Non seulement l e he"ros classique est d'habitude  IV. v i , vv.  127J-1276.  Ik  un prince, un r o i ou un homme de sang.noble, i l passions et i l destinee.  est agite" par de grandee  l u t t e contre des emotions qui l e poussent vers une  La tragedie shakspearienne, par exemple, est vraiment un  tableau de l a souffrance humaine ; et e l l e i n s p i r e l a pitie".  Dans  Hamlet l e he"ros. veut se venger de son beau-pere, mais i l perd sa r e s o l u t i o n dans l e reve.  II devient s i empetre' aux rets du doute et  de l'introspeotion q u ' i l he peut plus a g i r .  D'une maniere semblable  Macbeth est noble e t courageux, mais son ambition l e ronge sans ceese et l e pousse a devenir meurtrier.  Le heros se rend compte de 1 ' i n u t i l i t y  de son existence et tombe enfin en l e plus grand desespoir.  I t i s a t a l e Told by an i d i o t , f u l l of sound and fury S i g n i f y i n g nothing..." ( 1 ) Dans 1'oeuvre des dramaturges classiques. francais on est egalement preocoupe des emotions humaines. mais a l'humanite que l'auteur s'interesse.  Ce n'est pas a. l'homme Et i l met en r e l i e f  1 ' u n i v e r s a l i t e du c o n f l i t entre l'amour et l e devoir.  C o r n e i l l e dans  l e Cid permet a. son heroine de montrer l a grandeur de son ame en s'eievant, par un e f f o r t de l a volonte, au-dessus de ses passions pour accomplir son devoir.  Chimene est eprise du Cid mais e l l e doit resoudre l e c o n f l i t  moral entre 1'honneur de son pere et ses propres emotions.  E l l e doit  c h o i s i r entre l e coeur e t l e cerveau : l a donnee est certes classique.  ( 1 ) Shakspeare.  Macbeth. V. v. vv. 2 7 - 2 8 .  15  Et cette l u t t e morale, comme chez Shakspeare, depasse l e temporel. L'auteur classique s a i t que certaines passions troublent l'homme, depuis l ' o r i g i n e du temps.  C'est pourquoi on ne se eoucie pas du nom ou de  l a race des personnages.  On peint l'homme de tous l e s pays et de tous  les temps. Dans Phedre, par exemple, Racine nous,montre une belle-mere qui  persecute, son beau-fils parce q u ' i l a repousse l'idee de l ' i n c e s t e .  Dans Iphigenie i l s'agit des angoisses d'un pere qui a sacrifie' a. son ambition sa f i l l e aime"e.  DanB:Andromaque. 1 'action se deVoule autour  d'une jeune f i l l e abandonnee par. son fiance et qui. l e f a i t tuer par un rival.  Racine s'est efforce de communiquer l e s plus nobles et l e s plus  tragiques emotions humaines.  E t tandis que ses personnages ont des bout  caracteristiques physiques i l s representent par-dessus 1'eternel dans A  1 homme. 1  n  L'Eternel est son nom.  Le monde est son ouvrage ;  II entend l e s soupirs de 1'humble qu'on outrage, Juge tous l e s mortels avec d'egales l o i s , Et du haut de son trone interroge l e s r o i s . " Esther,  ^ vv. 1052-55.  „.*->  Un c r i t i q u e francais a e c r i t s " Demeurer ; e v i t e r tout changement qui r i s q u e r a i t de detruire un e q u i l i b r e miraculeux : c'est l e souhait de l'age classique...  A V e r s a i l l e s l e v i s i t e u r a 1'impression  que l e s eaux elles-memes ne s'ecoulent pas ; on lee capte, on l e s force  16  a nouveau, on les relance vers l e c i e l s comme si,on v o u l a i t l e s f a i r e s e r v i r eternellement. (l),  L epoque classique f i t - l e culte.de  n  1  1'immuable non seulement dans l a l i t t e r a t u r e mais aussi dans l a philosophie.  La question de 1 'oecumenicite' de l a f o i occupe une  position de premier ordre dans l a morale classique.. son l i v r e Nature, Man,  Josiah: Royce, dans  and the Moral Order, exprime la. conception  temporalle de ce probleme.  II d i t que l'on recherche dans l e temps  1'expression de sa.volonte.  Cherchez,.dit-il, et vous trouverez.  Et  l'acte de l a t r o u v a i l l e n'est pas seulement un evenement dans l e temps. C'est plutot une experience eternelle de toute recherche.  Chaque l u t t e ,  chaque larme, chaque misers et chaque apercu de l a v e r i t e de Dieu — tout n'est pas -une suite d'incidents, separes.  Ge sont tous des evene-  ments dans l a vie qui menent, en depit des insucces temporels, a. 1'eternel, a. Dieu.  Et en presence, de Dieu, et grace a Son accomplissement,  on  a t t e i n t l e but de l a v i e , qui est l a plenitude de vie.(2) Cette metaphysique explique toute l'esthetique du classicisme. L'appel de 1'oeuvre de Pascal, surtout les Pensees ( 1670 indisputablement eternel. fondamentalement f a i b l e .  Pascal pose que l a nature Mais i l  ), est  humaine est  s'efforce de convaincre l e s i n d i f f e r e n t s  de l a necessite d'une croyance r e l i g i e u s e et i l r e u s s i t , au moyen de son i n s p i r a t i o n a r t i s t i q u e , a depasser l e dogme.  Pascal pos8edait  une  (1) Hazard, P. La Crise de l a conscience europeenne ( 1680-1715 ). v o l . I. , • pp. 5-A. \2) Royce, J . Nature, Man, and the Moral Order, p. 150. x  17  connaiseance merveilleuse de l a nature humaine.  Son oeuvre dure, par-  dessus credo ou secte : c'est un temoignage de l a quete e'ternelle de l'homme pour l e d i v i n .  Pascal, comme.bien d'autres moralistee de son  epoque, repose sa f o i dans 1'immuabillte de Dieu.  Pascal et Spinoza  sont done d'accord : l'ame e s t eternelle et son existence ne peut se mesurer par l e temps n i s'e"tendre dans l a durde. C'est l a une philosophie de l ' e t r e opposee a l a philosophie du devenir.  Josiah Royce exprime d'une facon f o r t nette ce contraste :  ". Nature, not as i t grows but as i t e t e r n a l l y i s , was that which constituted the outer order known to the XVIIth century. l i t t l e concern to a doctrine l i k e Spinoza's...  Events had  But f o r our XlXth century  i t i s just the change, the flow, the growth of things, that i s the most i n t e r e s t i n g feature of the universe."(1) de l a question du temps et d'un continu.dans en plus etendui  Au XIXe s i e c l e l a preoccupation l e temps est devenu de plus  Toute 1'oeuvre d'Henri Bergson ( 1859-1941 ) e t l'Origine  des especes de Charles Darwin soulignent cette evolution.  id4e d'un continu, d|une  Mais, pour mieux comprendre cet aspect du temps, i l nous  faut rebrousser chemin et revenir encore une f o i a a. l ' a n t i q u i t e .  C'est l e philosophe grec, Heraclite d'Ephese ( c.540-475 A.C. ), qui f u t l e fondateur de l a philosophie du devenir ( de 1'evolutionnisme ) .  (1) Royce, J . The S p i r i t of Modern Philosophy•  p. 2 7 4 .  18  II est en outre en un sens l e fondateur de l a metaphyBique.  II nie l a  theorie de l ' e t r e mais accepte c e l l e de 1. .'units' de l a nature. se sert du mot logos ou l a raison l o r s q u ' i l essaye d'expliquer esthetique  de l'univers.  l'ordre  Dans, l e processus cosmique i l apercoit  quelque chose de plus qu'une conception physique.  II y v o i t une  raison analogue a l a puissance de 1'esprit de l'homme.  Est-ce que cette  raison, ce logos que precise Heraclite, possede une qualite ou i n t e l l i g e n t e ?  Heraclite  II ne l'explique pas.  consciente  Mais l e logos est certes de  ce monde, une r e l a t i o n dont l'ordre e t l a re"gularite dans l e mouvement sont un  re"8ultat.  Suivant Heraclite, l a vraie science, consiste a. eomprendre cette harmonie de l'ordre du changement.  II modifie  son d^ni de l a the*orie  de l ' e t r e en disant que l a realite propre est f l u i d s .  " Tout s'ecoule  et tout f u i t , r i e n ne demeure ; dans, l e meme fleuve ce sont t o u j o u r B d'autres eaux qui vous baignent j vous ne vous plongerez pas deux f o i s dans l e s memes eaux."(1)  Cette conception du continu des choses, d'un  temps qui ressemble a un fleuve toujours en marche est vraiment c e l l e de  1'evolutionni8te.  II faut quitter Heraclite e t passer a Leibniz. ( 1646-1716 ) . Chez l u i l a conception de 1 ' a c t i v i t y u n i v e r s e l l e est admirablement de'veloppe'e.  II est intyressant-de  remarquer q u ' i l s'.efforce, comme  l ' a f a i t A r i s t o t e , de rendre 1 ' a c t i v i t y et l a vie aux etres p a r t i c u l i e r s .  ( l ) Robin, L. La Penaee grecque.  p. 91•  19  Leibniz c r o i t en un dynamisme qui est au fond de l ' u n i v e r s . En outre, i l essaye de marquer l ' o r i g i n e v e r i t a b l e de l a f o r c e .  La  force active, d i t Leibniz, eat un pouvoir moyen entre l a poasibilite* 1 ' a c t i o n r e e l l e ; ce pouvoir enveloppe cesse de lui^meme a 1 ' a c t i o n .  1 ' e f f o r t et 8e determine  et  sans  Pour demontrer l a r e a l i t e de l a force  Leibniz noua i n v i t e a. regarder un poids suspendu a l'extremite d'une corde.  V o i l a l a force vraiment a c t i v e . Leibniz ne trouve pas dans l e mecanisme de Descartes une  e x p l i c a t i o n suffisante. pour interpreter l e s relations.intimes dee phenomenes.  - Le mecanisme tend a. poatuler des l o i a suivant des  experiences s c i e n t i f i q u e s .  Leibniz pretend q u ' i l f a u t penetrer au-  dessous.de-la surface du mouvement physique pour comprendre l e s c a u s e s . ( 1 ) La force de Leibniz se compose d'un grand nombred'unites, p e t i t e atomes de substance.  Chacun de ces atonies est une monade.  nombre des monades dans l'univers n'est paa determine infinite.  Le  : i l y en a une  Et c'est i c i que Leibniz s'approche d'Aristote en ce q u ' i l  pretend que l e s monades ont une individualite" propre, et qu'elles sont en meme temps des r e a l i t e s vivantes. Lor8que Leibniz, constate que. les monades sont parfaitement d i s t i n c t e s on se demande s i son monde ne se compose que de l a v a r i e t e . I I p r e t e n d que non.  Entre une chose et une autre i l existe une  serie  continue j l a v a r i e t e des choses ramene a i n s i a une harmonie univer-  (1) Russell, B.  A C r i t i c a l Exposition of the Philosophy of Leibniz . pp.  16-17.  20 sella.(1)  E t puisque l e s monades sont i n f i n i e s i l n'y a de vide n i  dans l'espace n i dans l e temps. among the most completely  I t i s one of my greatest maxims, and  n  v e r i f i e d , that nature never makes leaps : which  I c a l l the law of Continuity...  A leap, a hiatus, a vacuum, and r e s t ,  are condemned by the same law."(2) L'espace, selon Leibniz, est quelque chose de purement r e l a t i f , comme l e temps.  C'est un ordre de coexistences, comme l e temps  est un ordre de successions. n  I t cannot be said that a c e r t a i n duration i s eternal ; but  that things which.continue always are eternal by always gaining new extension.  Whatever e x i s t s of time and duration, being  successive,  periahes continually ; and how can a thing e x i s t e t e r n a l l y which ( to speak exactly )  doe8  never e x i s t at a l l ?  whereof no part does ever e x i s t ?•  For how can a thing e x i s t  Nothing of time does ever e x i s t , but  instant8 ; and an instant i e not even i t s e l f a part of time."(5) On peut e c l a i r c i r l a l o i de continuite" de Leibniz.au moyen d'un exemple.  Loraqu'on marche on n'est pas toujours conscient de son  mouvement continu.  Mais dans l'acte de mettre l e pied en avant i l y a  une succession de positions intermediaires.  (1) Leibniz.  Le vide n'existe  pas.  Nouveaux Eaaais. G. V. 115, p. 250. Plusieurs e x t r a i t s d'une traduction anglaise de Langley se trouvent dans 1'ouvrage cite* de R u s s e l l .  (2) Ouvrage cite*.  G. VII. 402, p. 257.  (5) Ouvrage cite*.  G. V. 455 e t G. I I . 182, p. 222.  21  A i n s i , en consequence du nombre i n f i n i des monades l e vide n'existe pas dans l a nature : e l l e . e s t pleine.  Alors, bien que ces unites de l a  force soient d i s t i n c t e s e t i n d i v i d u e l l e s , e l l e s se r e l i e n t e t deviennent semblables grace a l a l o i de continuity u n i v e r s e l l e . Un autre terme nouveau de Leibniz, est 1'app^tition.  II  l'explique comme un de*sir naturel du mouvement et du progres qui se retrouve partout.  Partout existe l a v i e , et l a matiere est.un ensemble  de forces qui ne sont pas encore parvenues a. l a conscience d'elles-memes. Autrement d i t , l e fond de l a realite* suivant Leibniz est un dynamisms universel.  ." Dynamics i s to a great extent the foundation o f my system  f o r we then learn the difference between truths. w h o B e necessity i s brute and geometric, and truths which have t h e i r source i n f i t n e s s and f i n a l causes."(1) II y a done une i n f i n i t e de creatures, d'etres vivants, d'animaux, d ' a m e B dans chaque parcelle de matiere.  Chacune peut etre  concue, d i t Leibniz, comme un jardin p l e i n de plantes et comme un e*tang p l e i n de poissons.  Mais chaque rameau de l a plante, chaque membre de  1'animal, chaque goutte de s e a humeurs, est encore un t e l jardin, est un t e l e"tang.  Rien d'inculte, de s t e r i l e , de mort dans l'univers. Leibniz i n t r o d u i t dans l e mecanisme philosophique une sponta-  n ^ i t e vibrante.  Non seulement l e temps se succede, l e scema de l'univer  est calcule* e t e t a b l i par Dieu.  (1) Ouvrage cite.  G. III. 645.  II c r o i t que tout change dans l a nature  22  male au fond des changements i l doit etre une raison.  L'experience,  sans l a raison, ne f o u r n i t que des l i a i s o n s ou associations comme c e l l e s qui servant de guide aux animaux.  L'homme seul, d'apres Leibniz,  possede une faculte superieure : l a raison. B  E t l a raison  e 8 t  irmSe :  N i h i l est i n i n t e l l e c t u quod non prius f u e r i t i n sensu, n i s i ipse  intellectua."  L'Evolution  creatrice  d'Henri Bergson reprend et e l a r g i t  l a conception leibnizienne de l a continuity e t du dynamisme.  L'oeuvre  de Bergson se concerne en grande partie du temps et de l a duree. ne pas confondre lea nuances de ce mot i l faut l e d e r i n i r .  Pour  " Le temps  peut exprimer tout ensemble, ou une duree limite*e ou une dure*e i l l i m i t e"e, mais i l n'entre pas dans l e mot aussi  pre"ci8ement  que dans duree, d'une  part l'idee d'un espace compriB entre un commencement et une f i n , de 1'autre c e l l e d'une continuity persistante, d'une euite ininterrompue. (l) n  Bergson lui-meme donne cette i n t e r p r e t a t i o n : " Real duration i s that i n which each form flows out of previous forms while adding to them  (1) Dictionnaire Larousse du XXe s i e c l e .  25  something new... (l) B  Et du meme l i v r e :  n  Evolution implies a r e a l  persistance of the past i n the present, a duration which i s , as i t were, a hyphen, a connecting link."(2)  Enfin, un philosophe  anglais  exprime'^dure'e par rapport a. l ' e t r e : • To existe means to endure. Duration i s the s t u f f out of which conscious existence i s made j for a conscious being to exist i s to change, and to change, i s to endure."(5) Examinons, maintenant, l a conception bergsonienne de l a dure*e.  Sa doctrine p r i n c i p a l e e s t l e dynamisme.  palpitant, " un flux i n d i v i s i b l e ".(4) Bergson, est une duree, un continu. ide*e d'un vide.  Le monde est vibrant,  L'evolution done, d'apres II s'ensuit q u ' i l conge'die toute  Par contre, ce quelque chose de vivant qui. se manifesto  aumonde nous f a i t , a l l e r au-devant de l a . v i e .  La philosophie, selon  Bergson, doit eViter de contempler des theories-generales. de l'univers or et, par opposition, s'effftcer de re*soudre l e s problemes p a r t i c u l i e r s et i n d i v i d u e l s de l a v i e .  " En designant l a philosophie de Bergson i l  faut sous-entendre qu'elle est essentiellement i n d i v i d u e l l e , qu'elle se place, des ses debuts, en dehors de l a lignee t r a d i t i o n n e l l e de8  ( 1 ) Bergson, H. Evolution c r e a t r l c e . p. ( Traduction anglaise de M i t c h e l l : l a bibliotheque de 1'University de l a Oolombie Britannique ne possede pas 1'oeuvre de Bergson dans 1 ' o r i g i n a l . ) (2) Ouvrage cit6. (5)  pp. 25-24..  Cunningham, G. W.  (4) Maire, G.  " Bergson'a Conception of Duration." Philosophical Review.  Henri Bergson.  p. 15.  24  II n aime pas parler de nos etats de conscience, par 1  8ystemes. (l) n  exemple, comme l e a f a i t l a psychologic classique ; i l marque de preference " l e progres, de l a naissance a. l a mort, qui constitue notre dure"e personnelle ".(2) Bergson oppose a l a duree physique une duree i n t e l l i g i b l e . Bergson, voulant rendre compte de l a vie e t f a i s a n t consister l a vie dans un incessant devenir, a voulu, en meme temps, rendre ce devenir directement accessible a. 1'esprit.(5)  L'esprit est une partie du  mouvement meme de l a v i e , superieur a. l a matiere, mais a l a foi8 infe"rieur a. 1 ' i n t u i t i o n .  Suivant Bergson, l e s puissances de 1'esprit  sont limitees et ce n'est qu'au moyen de l ' i n t u i t i o n que l'on puisse apercevoir l e s Veritas fondamentales. l e mysticisme.  n  C'est la. que Bergson embraaae  La psychologie de Bergson est en e f f e t suspendue  a. une comparaison troublante, c e l l e de l a se"rie de nos etats de conscience a. un grand fleuve dont l e s affluents incessamment croiaaent, encore que leur denombrement echappe a 1'insuffiaance de noa moyens d'obaerver. L ' i n f i n i a 8 a part dans l a doctrine^de Bergson."(4) La duree bergsonienne n'a r i e n de commun avec l a v i e exte"rieure d'un i n d i v i d u .  La vie exteVieure est seulement un espace vaste  (1) Ouvrage c i t e .  p. 11.  (2) Ouvrage cite*,  p. 15.  (5) Dauriac, L. (4) Ouvrage  n  citS.  Le Mouvement bergsonien."  Revue philosophique.  f  25  et indefini, et i l a horreur d'une t e l l e conception. vie inteVieure ou se trouve l a vraie dure"e. Bergson use d'une analogic.  C'est dans l a  Pour e c l a i r c i r cette idee  Lorsqu'on,regarde l e cadran d'une  horloge on se borne a. compter l e s o s c i l l a t i o n s dupendule et l e lent mouvement de 1'aiguille ( des simultaneite's ), et quant au passe" i l ne reste plus : "... en dehors de nous i l n'y a jamais qu'une seule o s c i l l a t i o n du pendule, un l i e n d'espace sans duree et c'est en nous seulement q u ' i l y a succession sans espace et, par consequent, duree i  veritable " . ( l )  Dans, l a vie inte*rieure un processus d'organisation  a l i e u au moyen duquel l e passe est toujours present et en meme temps entame l'avenir.  II s'ensuit done que l a dure"e et l a v i e sont  synonymes puisque toutes l e s deux dependent. 1'une de. 1'autre. < " Cette idee de duree, une et primordiale, de temps-substance, nous est familiere.  La duree c'est.1'etoffe des choses, c'est cette meme  realite mouvante^et changeante ; l a duree, c'est l'etre."(2) II est evident que l a notion moderne de l'ecoulement perpetuel des choses doit son origine a l a philosophie de 1'antiquite. " L e s Anciens ; l e s chers Anciens : admirables modeles. (5) N  Entre  les anciens et l e s modernes ont eu l i e u l a naissance et 1'epanouissement de l'idee d'une mobilite u n i v e r s e l l e .  E t l e s vues retrospectives que  nous avons jetees sur l e s philosophes du passe et sur l a question du  (1) Maire, G. Henri Bergson.  pp. 14-15.  (2) True, G. " Le Bergsonismeet l e mouvement."  Revue hebdomadaire.  (5) Hazard, P. La Crise de l a Conscience europeenne.  v o l . I.  p. J8.  t  . 2 6  temps ont revele* l'influence profonde de cette mobilite sur Bergson. De l a meme fagon nous sommes obliges d'admettre l'influence de Bergson sur l a pens^e  contemporaine.  Le dynamisme aujourd'hui se repand partout.  Les developpe-  ments mecaniques d'un age s c i e n t i f i q u e , l e culte de l a machine, l a manie de l a vitesse a l a f o i s sur l a terre et dans l ' a i r "" tout nous accoutume a, croire a l'e"phemere, au changement et au progres.  L'esprit  d'invention, de decouverte, de renouvellement sont des a t t r i b u t s du XXe s i e c l e .  En outre, l e s conditions sociales et economiques  d'aujourd'hui nous forcent a nous rendre compte de 1 ' i n s t a b i l i t y mondiale.  B  The old order changeth...  n  est une sentence caracte*ris-  tique de nos jours. La litteYature contemporaine  r e f l e t e ces tendances.  Elle  se detourae de l'universel et de 1'Eternel pour se situer dans l a contingence.  " Beaucoup de romans contemporaine  frappent d'abord  par un souci d'adaptation e"troite aux conditions urbaines et i n t e r nationales de l a v i e d'aujourd'hui ; tout emmelee a des questions  27  d'automobiles, de banquea, de sports ; toute bruyante de T. S. F., de olaksons, de sirenes ; rythme'e par l e cinema. .."(1) Aujourd'hui l ' a t t e n t i o n du romancier est tourne"e vers l e devenir.(2)  L'homme moderne sent l a society tout autour de l u i se  d i r i g e r vers un ideal me'canique, se transformer en une immense machine dont lui-meme n'est qu'un p e t i t rouage. conscient de cette tendance.  Martin du Gard est f o r t  Jacques Thibault, apres sa reforme du  peni t e n d e r de Crouy, exprime au cours d'une v i s i t e chez l u i l a meme ide"e :  n  pardonner, ou bien au contraire exalter son ressentiment ;  accepter, s'agreger, etre un rouage parmi d'autres rouages..."(5) Chez Martin du Gard un f l u x d' e've'nementa nous entraine, dont l e s uns sont de l a nature de f a i t s divers, dont certains sont pittoresques a souhait et d'autres encore charge's d ' i l l u s t r e r des v^rite's cour antes de la vie. La v i e est intrinseque au roman moderne.  Le lecteur y  rencontre " un tohu-bohu d'images qui dansent et caracolent, un monde fantasmagorique, pergu en coup de vent, bos sue* par l a v i t e s s e . . . serie d'instantanes papillotants et saccades."(4)  Une  La f l u i d i t e et l a  justesse du dialogue, l a penetration dans l e subconscient pour de*couvrir  (1) Marbo, C.  " Les nouvelles tendances du roman francais." Revue politique et l i t t e r a i r e .  (2) Berge, A.  " L a Voix des Jeunes.".  I. Revue des Deux Mondes.  (5) Les Thibault : La b e l l e Saison. i . p. 17. (4) Cor, R. " Marcel Proust et l a jeune l i t t e r a t u r e . " Mercure de France.  28 • le coure de conscience freudien.tendent a traduire la continuity de 1'etre humain, a relier par une sorts,de, chains d'inconscient les aspects divers de la-personnalite'. (l)  Avec une audace qui etonne chez  un Francais, dit Ramon Fernandez, Martin du Gard s'abandonne au dialogue, lui confie l a marche du roman et laisse le temps s'^couler en paroles.(2) Ce n'est pas seulement chez Roger Martin du Gard que 1'agitation est saillante.  On e'en apercoit chez Marcel Proust, James Joyce, Andre  Gide et bien d'autres romanciers contemporaine.  Chez Proust, selon le  critique Jean Peres, " l a marche progressive du temps dans la rememoration des annees perdues sous-tend un processus de decomposition dont l a luxuriance images fait penser aux splendeurs automnales ".(5)  he  dynamisms de Proust se-revels dans sa conception de l'amour.  L'amour  proustien est a. peine le desir de la femme que nous aimons.  " C'est  plutot, a. traver8 elle, la fuite des etres...  I l repugne a la fixite",  a. l a possession definitive, qui semble eliminer tout mystere. , II s'acharne a. poursuivre un pas fantome, qui sans cesse s'eloigne."(4) L'oeuvre de Proust semble respirer la moiteur et la chaleur de l a vie. " Nostalgique et grand Proust, paysagiste merveilleux de l a vie  (1) Cremieux, B. (2) Fernandez, R. (5) Peres, J .  " L a Mort du pere." n  Les Thibault."  Nouvelle revue francaise. Nouvelle revue francaise.  " Le reve de l a veille dans certaines parties de 1'oeuvre de Proust." Revue bleue.  (4) Peyre, H. Hommes et oeuvres du XXe siecle.  p. 159.  29  interieure, qui frissonne de toutes les pulsations de la vie."(1) Dans 1'oeuvre de Gide l a conception dynamique apparait partout. ". Dans la nature, rien ne peut. s'isoler ni s'arreter : tout continue.! (2) 1  Gide en effet condamne l a tranquillity dans laquelle 1.'action s'e'touffe t " . . . plus l ' e t r e est faible, plus i l r^pugne a. 1-' Strange, au changement ; car l a plus legere ide*e nouvelle, la plus petite modification, de regime ne*cessite de l u i . . . un effort d'adaptation q u ' i l ne va peut-etre pas fournir  ".(j)  James Joyce, dans, son oeuvre celebre Ulysse, est conscient de la valeur du temps puisque tous, les evenements, toutes les actions du heros se de"roulent dans, une seule jounce.  A travers les pages d'Ulysse  le lecteur recoit une vue a l a fois retrospective et telescopique du passe et du present.  Bien entendu, les unites, classiques sont detruites.  Joyce, comme Proust, manie le temps d'une fagon semblable a la couleur locale.(4)  En un sens le temps est l a couleur locale, car i l p^netre  en entier 1'atmosphere du roman.  Parallelement, Martin du Gard fait  d^rouler devant nos yeux une suite d'evenements diapres dans l a journee  (1) Cor, R.  " Marcel Proust et l a jeune litterature." Mercure de.Franoe.  (2) Gide, A.  Pretextes.  (5) Ouvrage c i t e .  p. 45.  p. 55.  (A) Lewis, W . Time and Western Man,  pp. 84-86.  jo  d'un medecin.(1) Chez les romanciers modernes le rythme.est- souvent interrompu par d'assez longs intervalles, donnant 1'effet d'une suite de temps forts et de temps faibias, une sorte de mouvement discontinu.  Mais  l'auteur habile s'efforce de maintenir une seried'episodes dont chacun resonne dans 1'Episode^suivant.(2)  Grace a. l ' a r t du romanoier les  episodes durent dans notre.souvenir.  " La duree d'un roman, tout aussi  fictive que l'espace theatral, est determines par la maniere dont i l a'in8crit dans notre memoire."(5) Non seulement le roman moderne s'est situe dans l a duree, i l s'e8t libere de contours de*finia.  II est dsvenu une chose fluids dans  laquelle l'auteur se remand de livre en l i v r e jusqu'a. ce q u ' i l ait attaint une dizaine de volumes.  • L*oeuvre d'art, au lieu de nous  apparaitre comme un objet parfaitement defini aux contours, nets, que l'admirateur peut contempler d'un seul coup d ' o e i l , est composes deaormaie... sur le modele d'un f l stive.."(4) tendance du roman.  Voila la nouvelle "  Et par suite on le distingue par le nom convenable  de roman-fleuve ou roman-cycle.  II en existe aujourd'hui de bona  (1) Les Thibault : La Consultation. (2) Fernandez, R.  "Les Thibault."  Nouvelle revue francaise.  (5) Ouvrage cite. (4) Berge, A.  " La Voix des Jeunee." ( Ie part.)  Revue des Deux Mondee  51  examples y compri s l a Chronique dee,Pasquier  de Georges Duhamel, Jean  Christophe de Remain Roiland, A l a Recherche du Temps perdu de Marcel Proust et l e s Thibault de Roger Martin du Gard. \ L'envergure du roman a suivre comprend deux ou t r o i s decades et permet aux personnages d'evoluer dans une variety de milieux. Martin, du Gard est a l a . f o i s un chroniqueur et un h i s t o r i e n .  Roger  Au  moyen de ses milieux diapres i l nous represente l a complexite de l a society moderne et l e s gens qui 1'.habitant.  Dans sa grande oeuvre i l  sera interessant de suivre l e deroulement des personnages des deux families — des Fontanin et.des Thibault, et de tracer l a lignee de son " double arbre genealogique  n  .(l)  On se demande. comment Roger Martin  du Gard resout l e problems de l a representation du m i l i e u . l a famille ou l a camaraderie, interessant plus d'une  " Sera-ce  sera-ce dans l a f a m i l l e l'entreprise  generation, ou l a proprietaire, ou l e s a f f i n i t e s  du sang ; sera-ce dans l e campagnonnage, l a vocation, l a rencontre f o r t u i t e servant a creer des affections qui creuseront l e s thalwegs du courant ?"(2)  Le maniement par Roger Martin du Gard de son m i l i e u  revele a l a f o i s sa puissance l i t t e r a i r e creatrice et sa f a c u l t e observatrice.  (1) Ouvrage  cite. I.  (2) Baldensperger, F.  La l i t t e r a t u r e franqaise entre l e s deux guerres ( 1919-1959 ). p. 115.  52  CHAPITRE II  QUELQUES ASPECTS DU MILIEU CHEZ ROGER MARTIN DU GARD.  ( 1 ) Le m i l i e u de l a f a m i l l e  Avant que l u i f u t de'ce'rne' l e prix Nobel de L i t t e r a t u r e , l e 11 novembre 1957* Roger Martin du Gard e t a i t peu connu en France..  A part  son chef-d'oeuvre Les Thibault, dont 1'ensemble comprend h u i t parties, il  s ' i n t e r e s s a i t a. e c r i r e des pieces theatrales.dues, en grande partie  a. 1'encouragement,.de Jean.Schlumberger e t de Gaston Gallimard de l a :  Nouvelle revue francaise.  Ces pieces ou farces paysannes comprennent  Le Testament du Pere Leleu ( 1920 ), La Gonfle ( 1928 ), e t Le Taciturne ( 19J2 ).  Des son premier roman Devenir1  ( 1909 ), nous sommes conscients  de sa preoccupation de l'idee d'un devenir humain, car l e s sous-titres Vouloir!, Realiser?, Vivre... tenden. ,t a. nous presenter un c e r t a i n continu dans l a v i e du personnage p r i n c i p a l .  II est possible, voire vraisemblable,  de regarder cet ouvrage de jeunesse comme l e germe embryonnaire des Thibault.  Plus tard i l a e c r i t Jean Barois ( 1 9 1 5 ), une sorte de roman  documentaire base sur 1'affaire Dreyfus.  Entre 1950 et 1951 i l a interrompu l a serie dee.  55  Thibault pour donner au public un r e c u e i l de croquis v i l l a g e o i s sous l e t i t r e de La Confidence a f r l c a i n e .  Fait inteVessant, i l a detruit  dans.la meme aoinee un,.roman acheve" i n t i t u l e LlAppareillage, destine a appartenir aux Thibault j l'auteur s e n t i t q u ' i l f a i s a i t fausse route. II parait done que 1'oeuvre de Martin du Gard. n'est pas fe'eonde..  En meme temps e l l e est e c r i t e avec un. soin scrupuleux.  Dans son,premier roman. un des personnages  ( Bernard Grosdidier ) poss  u n p r i n c i p e . l i t t e r a i r e que Martin du Gard s'est toujours ef force" de soutenir : " La litteVature, f a i t e s r e n s i vous voulez ; mais, pour Dieu! n'en par.lez pas...  En tout cas, ,n'.en parlez jamais, avant d'en  avoir f a i t , d'en avoir f a i t de l a bonne, et..lbngtemps*."(!) Martin du Gard n'a jamais,mendie 1'approbation du public ou des critiques l i t t e r a i r e s .  II. n'a pas f a i t de tournees de conferences,  ni en France n i outre mer ; i l netante: pas d'expliquer ou d'annoncer son oeuvre, i l ne reclame-pas contre.eeux qui.,.ne l e comprennent pas ou qui l'ignorent.  II. prefere demeurer.dans, unedemi-retraite  tranquillement a l a campagne avec sa.femme et sa f i l l e , tournant l e dos a. tous les gena qui voudraient pene"trar curieusement. dans sa v i e . 9  Refractaire a. l a p u b l i c i t y , ( 2 ) 8 o l i t a i r e , . i n d i f f e r e n t aux applau-  (1) Martin du Gard,. Roger..  n  Devenir!  l6e ed.,  p. J5.  (2) Brodin, P. Lea Ecrivaina francais de I'entre-deux-guerres.  p. 175.  54  dissements. du monde. li.tte'raire— v o i l a un aspect du naturel de Roger Martin du Gard.  Un c r i t i q u e 1'a d e c r i t a i n s i : " Un i d e a l i s t e gras,  avec des yeux de femme, des mains de pre'lat, un vent de proprie"taire, A  une bouche d'amoureux... De l ' i r r e e l f l o t t e autour de l u i . ( l ) n  Dans DevenirI l e romancier nous a. donne un p o r t r a i t de lui-meme un peu c a r i c a t u r a l sans. doute. e t c e r t e s severe, mais a. l a f o i s d e s c r i p t i f et frappant.  C'est Bernard Grosdidier qui parle, un jeune homme de  vingt-deux.ans qui aspire a Ecrire un grand roman : " Le Gros e t a i t l a i d , d'une laideur r i d i c u l e mais sympathique.  II e"tait grand, large  d'^paules, e t ventru... Les cheveux Etaient bruns, rejet^s en a r r i e r e j deux.pinceaux,de  moustache parsemee soulignaient l e dessin de l a levre  superieure, tandis que l a levre i n f e r i e u r e , charnue, s'abondonnait mollement j l e menton se. fondait en deux p l i s de. graisse.•"(_). Roger Martin du Gard naquit a. Neuilly-rsur-Seine, pres PariB, en 1881.  II passa sa jeunesse a l'Ecole Fenelon e t aux lycees....  Condoroet e t Janson de S a i l l y .  A l'age de vingt-deux ans i l  s'inscri-  v i t a. l'Ecole des Chartss comme etudiant des archives et de l a paleographies  A l a f i n de ses t r o i s ans avant d'etre diplome comme  chartiste-pal^ographe i l  e c r i v i t une these sur 1'Abbaye de Jumieges,  une ^ g l i s e consacre'e en 106j en presence de Guillaume. le Conque"rant.  (1) Martin-Chauffier, L.  L ' e x t r a i t est p r i s d'un croquis de Martin du. Gard dans l a Nouvelle revue francaiBe.  (2) Martin du Gard, R.  Devenir'.  pp. 17-18.  55 Dans cette oeuvre l e caractere erudit de l'auteur se.manifeste.(1).  II  depouilla. bien des.documents .contemporaine, hlstoriques a. l a recherche des f a i t s . v e r i f i a b l e s .  Dans aa mef iance de tout, element apocryphe  dans son ouvrage, i l . s'acharnai.t a. reconstituer I ' h i s t o i r e de 1'Edifice d 'une maniere, minutieuse et eoigneuse,. . Nous, verrons plus, -tard a quel  degrS cette exactitude de travail, ee reproduira dans les Thibault. Pendant, les annexe avant l a guerre de 1914 Martin, du Gard rendit bien des. v i s i t e s chez son ancien professeur a. l'Ecole Fenelon, le pretre Marcel Hebert.  l i s a,'entretenaient.-aur. une: v a r i e t y de .  sujets y compris les problemes r e l i g i e u x et politiques-de 1'e*poque, l a guerre et l a paix, l e socialisme. et d'autres aujets associe's.  On a  wis  pretendu avec^vraisemblance entiere que l e roman Jean Baroia est un developpement de ces discussions, intimes. (2) Sans, penetrer a ce moment, dans, l a philosophie de Roger Martin du Gard i l . p a r a i t qu'il. a trouve. chez. Tolstoi.,. Dostoievsky, et Zola un crddo bien seduisant. n  En depit de son opinion que. Devenir1  un mauvais roman de jeunesae "(5)  on y trouve une s i n c e r i t y  leuse a. l a f o i s dans l a description du. decor et personnages.  danB  etait scrupu-  les p o r t r a i t s des  Martin du Gard ne se borne pas a nous presenter  des  details suggeres ; i l s'efforce, et r e u s s i t a. frapper nos sens par une  pp. If6-~?J.  (1) Brodin, P.  Les. Ecrivaina, f r a n c a i s . . •  (2) Rics, H.C.  Roger.Martin- du Gard and the World of the Thibaulta.  (5) Lalou, R.  " Roger Martin du Gard."  Revue de P a r i s .  56  realite" et une nudite natural!stes.  II appelle un chat un chat sans  euphemismes, periphrases ou suggestions legerementvoiiees...  Voioi,  par exemple, un e x t r a i t de sa Confidence a f r i c a i n e : "... des souvenirs que j ' a i de 1'adipeuse Amalia de quarante ans, tronant a l a caisse au m i l i e u de sa marmaille j ou bien, bafrant s a b o u i l l i e . d e figues au miel ; ou  bien, l a i s s a n t couler hors de son caraco son  imposante:mamelle, pour, c^der au caprice de son dernier-ne, un crapaud j o u f f l u qui avait presque a t t a i n t ses deux .ans sans, etre sevre', qui mangeait deja a table avec nous, et qui, le. repas termini, se h i s s a i t goulument sur les genoux de sa mere pour teter quelques gorgees de vieux. l a i t , en guise de dessert."(1)  Peut-etre e s t - i l un peu b r u t a l .  II chasse l e s begueuleries dans, son desir de reproduire aussi exactement que possible l a verite" de l a v i e , c'est-a-dire l e realisms. Ecrire sans mesures conventionnelles, sans digues ! s'epandre l a force vive de 1'Artiste createur ! largement, sans.compter !  Laisser  Fabriquer ties etres,  Et, par 1'accumulation  desordonnee des  f a i t s , par l a richesse spontanee des d e t a i l s , reorder la. Vie !"(2) Voile, l e but d'Andre Mazerelles.  Et v o i l a l e but de Roger Martin du  Gard. Ce n'est pas par hasard que cette apostrophe est declamee par Andre Mazerelles.  II represente plus que. l'on ne l e croit-  (1) Martin du Gard, R.  Confidence, a f r i c a i n e .  (2) Martin du Gard, R.  Devenir!  p.  189>  pp. 110-11.  57 l'auteur lui-meme. ,.- Ses aspirations l i t t e r a i r e s , son inquietude, sa lutte perpetuelle contre les injustices de l a vie — ne sont-elles pas toutes ..les,. ideas de Roger Martin, du Gard ? En outre, on voit en Andre.Mazerellea un representajit sincere: de l'ecole naturalists..  Un critique a constate que, pour  Martin du Gard, La Guerre.. et la Paix, de Tolstoi. fut 1 '.enchantement de A  sa vingtiem© annee et, de plus : " II a re;u de Tolstoi un precieux encouragement..... 1 'analyse patiente et nuancee des caracteres aussi bien..qu'une. absence.de prejuges,.. chez, 1!observateur, et l a volonte d'explorer toutea.lea anfractuositeadu.reel."(l) Une autre influence, sur 1'oeuvre de Roger Martin du Gard est la guerre de, 1914-1918.  II fut mobilise en 1914 et servit sous les  drapeaux pour quatre anness.dans, un corps,de transport. Avant 1914 i l n l a publie que,les pieces deja. mentionnees, ses deux romans et quelques ecrits sans distinction p a r t i c u l a r s .  Mais  durant, lss annees de aon aervice militaire, sinon plus tot, i l . a du concevoir 1'idee d'un grand, roman. en.maintes.parties dont l'envergure environnerait deux ou trois decades et dont le sujet serait Involution des membras d'une familie. II eat vraisemblable q u ' i l passait au crible, de temps en temps, des idees a 1'egard du sujet et du decor de son oeuvre de l'avenir.  II est. significatif. en outre q u ' i l a f a i t parattre le  (1) Lalou, R.  " Roger Martin du Gard."  Revue de Paris.  58 premier ouvrage de l a eerie en 1922,  date assez, diatante de sa reforms  pour permettre a. ses. idees de se f i g e r dans.son imagination. Chose frappante, l a guerre meme. n e p o u r v o i t pas l e deoor p r i n c i p a l de son oeuvre.  C'est plutot l e bouleversement-de  par l a guerre auquel i l s'interesse.  l a socie'te'  A travers les. pages de  L'Ete 1914 Roger Martin du Gard peint l e s etres humaina. accables par les forces destructives, d'une-guerre qui. s'approche parce q u ' i l a redoutent d.'attaquer et'en consequence de resoudre l e s problemes moraux qui les troublent. Dans ce decor i l met en r e l i e f ceux qui esperent une securite p a i s i b l e a 1 encontre des hommes qui s.'acharnent a e v e i l l e r 1  de sa lethargie.  l'humanite  ™ Martin du Gard, je l e definirais un homme.qui  s'efforce patiemment: et amoureusement a. s o r t i r de l u i -meme.... Pour l u i . r i e n n'est tout a f a i t pensable avant d'etre tout a f a i t perceptible ; sa creation est un atterrissage qui 1 * i n s t a l l s definitivement dans ce que les.aviateurs appellent s i . justement l e decor."(1) Martin du. Gard. temoigne beaucoup d'affection pour 1'etude du milieu de l a famille et de l'heredite.  Dans l a premiere p a r t i e dea  Thibault.1 auteur nous presente l e a deux f a m i l i e s des Thibault et des 1  Fontanin dans une lumiere tout a f a i t domestique.  On entame Le Cahier  g r i s par l e chavirement du foyer paternel des Thibault a. l a suite de l a d i s p a r i t i o n de Jacques, l e f i l e cadet, ..avec Daniel de Fontanin.  (l) Fernandez, R.  " L e s Thibault."  Nouvelle revue francaise  59 M. Thibault, en grande colere, decide de t e n i r un conseil de fami H e pour se renaeigner aur l e s entr.eprises ,clandestines de s o n - f i l e a. l a f o i s a. l'ecole et chez son camarade. maitre de l a f a m i l l e .  II aime a jouer l e role, de  " M . Thibault, a s s i s a. son bureau, semblait  presider un tribunal.....  II  j o u i B s a i t  de aentir. 1.'approbation de son  entourage, et lee mots q u ' i l trouvait pour peindre son inquietude l u i remuaient l e coeur,."(l) M . Thibault, vice--pr.e8ident de l a Ligue morale de Puericulture, catholique l o y a l qui s'occupe de Bonnes Oeuvres, se p l a i t neanmoins a. rdgler 8a f a m i l l e selon une, d i s c i p l i n e severe.  E n revanche,  M . Fontanin est un vert-galant dont l a faiblesse morale est compensee dans une certaine mesure par son charme i n n e et, des manierea avenantes. Voici done l e s deux,chefs de.famille et Roger Martin du, Gard.a deiiberement choisi.ee decor pour y r e a l i e e r l e developpement moral et social de leurs descendants.... L'honneur de l a famille e t l a responsabilite du pere enyers ses enfants est une idee f i x e de M. Thibault.  n  Ai-je besoin de vous  dire, Madame, que nulmieux que. m o i n e peut comprendre votre inquietude ?  Comme je l e d i s a i s . . . on ne  sans avoir l e coeur serre*"(2.)  peut  songer a ces pauvres enfants  Et plus tard,. mourant, d'un oedeme  penible, aa voix coupee d'une. quinte, i l possede assez de force, pour  (1) Les Thibault : Le Cahler g r l s . (2) Ouvrage c i t e .  p. 47.  pp. 42-45.  40 balbutier a Antoine son theme f a v o r i : "... e i l'on admet que l a f a m i l l e doit- rester l a cellule: premiere du t i s s u s o c i a l , ne f a u t - i l  .paB.,.  qu'elle. constitue cette a r i s t o c r a t i c pleb^ienne... ou dor^navant se recrutent l e s E l i t e s ?  La f a m i l l e , l a f a m i l l e . . . R^ponds .: ne sommes-  nous pas l e pivot sur lequel.tourne l ' E t a t bourgeois: d'aujourd'hui ?"(1) Mais, chose etrange, en depitde. l'ideallsme de M. Thibault a. l ' ^ g a r d d e 1' heureux etat familial., i l apprise 1 ' i n d i v i d u a l ! ame .de chacun de ses f i l s pour etablir une sorte de pouvoir.despotique sur tout l e menage.  En-train de. censurer Antoine pour sa ciemence envers  Jacques i l l e critique a i n s i s " T o i , tu as une facheuse.tendance a l ' i n d i v i dualisms I... Tu changeras sans doute... i quand tu auras v i e i l l i , quand tu auras, t o i aussi, fonde une f a m i l l e . " (2) II faut admettre en meme temps .que M. Thibault est s i preoccupe de ses a f f a i r e s qu'il. oublie ou neglige de c o n s e i l l e r son f i l s cadet, age de quatorze ans, sur maints problemes ,de son adolescence. II est. eminemment evident que, Jacques a besoin.de sympathie p a t e m e l l e i en revanche 11 ne r e c o i t de son.pere qu'une.indifference f r o i d e . " Papa ne m'a jamais p r i s au serieux.  Papa est bon, tu s a l s . . . mais  toujours BOS.oeuvres, ses commissions, ses discours ; toujours l a religion."(j)  Et par suits du manque d'interet-paternel Jacques n'a  autre ressort que de s'enfermer dans une sorte de forteresse i d e a l i s t e :  (1) Les Thibault t La S o r e l l i n a . (2) Ouvrage c i t e .  pp. 4J-44.  p. 4?.  (5) Lea Thibault : Le Oahier g r i s .  p. 148.  41  " Je s u i 8 seul. dans un univers h o s t i l e , mon pere bien-aime ne me comprend.pas."(1) La melaneolie d'un jeune homme61ev6 dans une atmosphere privde d'harmonieet de concorde va certes.aboutir a un e s p r i t de revolte,-surtout s i le. jeune homme, t e l Jacques, se pique de son inddpendance.  n  Assez de persecutions !" d i t - i l a Daniel, " Au revoir !  Quand nous aurons montre, par des. actes, ce que nous sommes, e t qu'on n'a pas besoin d'eux, t u verras.comme i l s nous respecteront !"(2) II est interessant de remarquer combien Jacques: change d'idees a. l'egard de l a vie f a m i l i a l e .  Suivant une. absence de t r o i s annees en  Suisse i l a l!occasion.de rendre v i s i t e a son f r e r e , Antoine.  La  rencontre est particulierement penible.car Antoine est devenu riche e t i l habits un appar.tement luxueux, de f a i t 1 'ancien salon du foyer patemel.  Antoine est vraiment a son aise, complaisant, dans cette  atmosphere-d'eiegance discrete.  Mais pour Jacques, en revanche,  1'ensemble n'est qu'un symbole de. l a convoitise de gens plus habiles qu'autrui.  Les penatss. ns representent maintenant qu'une habitude de  bien vivre e t un desir insatiable de posseder.  " La vanite du pere,"  d i t Jacques, " l a vanite aristocratique du bourgeois !... Ca devient pour eux un.merlte personnel 1 8ociaux  I"(J)  (1) Ouvrage c i t e .  p. 92.  (2) Ouvrage c i t e .  p. 116.  (5)  Un merits qui leur cree des droits  Les Thibault t L'Ete 1914.  i . p. l 6 l .  42  Par opposition, Martin du Gard se montre capable d'eprouver et de suggerer les plus tendres sentiments domestiques.  La scene des  aveux de Jenny de Fontanin a. sa mere est a l a f o i s charmante dans son i n t i m i t e et son pathe'tique. Jenny s'est eprise de Jacques, mais. en de"pit du reconfort de sa mere e l l e se ressent d'etre l a vie time d'un amour de'sespere'et f a t a l et e l l e pleure comme une madeleine. 1'atmosphere remplie d'emotion.  Martin du Gard t r a d u i t fidelement  "... Jenny sanglotai.t de plus en plus  f o r t , oar chaque parole de sa mere l a dechirait davantage.i  Et  longtemps. l e s deux femmes resterent a i n s i , debout, etroitement embrasse'es dansr 1'ombre. ; bras matemels ;  1'enfant b l o t t i s s a n t sa douleur dans l s s  l a mere, psalmodiant  les yeux grands ouverts d ' e f f r o i . t  ses consolations cruel l e s , et  car., avec sa prescience  coutumiere,  e l l e voyait se deployer devant Jenny 1'ineluctable destinee, a. laquelle ses craintea, n i sa-/tendresse, n i ses prieres, ne pourraient plus arracher. son e n f a n t . ( l ) n  Et maintenant promenons nos regards sur Oscar Thibault. C'est l u i , l e progeniteur des Thibault, qui represente l'ordre et l a s t a b i l i t e de l a . f a m i l l e bourgeoise.  C'est l u i qui condamne s i  amerement I S B v e l l e i t e s l i t t e r a i r e s de son f i l s cadet et par opposition trouve en Antoine l e reconfort d'un equilibre et d'un mesures.  (1)  jugement bien  Apres l a mort de M. Thibault, lore de l eioge du.defunt, un  Les Thibault : La b e l l e Saison.  J  i i . p.  126.  45  des orateurs prononce un discours pane*gyrique de cette maniere : " A quelles sources Oscar. T h i b a u l t - p u i s a i t - H done cet e q u i l i b r e sans ddfalliance, cet optimisms serein, cette confiance en lui-meme qui se jouait des obstacles et l u i assurait l a reussite des plus d i f f i c i l e s entrepriaea ?"(!) Mais Antoine, apres avoir l u l e s paperasses du d^ce'de, se montre. franchement aceptique, voirs ironique, au sujet de cet eloge. Selon l u i , son pere n'avait pas una i n t e l l i g e n c e avertie et c l a i r voyante : au contraire, i l p o r t a i t des o e i l l e r e s et i l t r a v e r s a l t l e monds " sans en r i e n v o i r d autre que ce qui bordait l ' e t r o i t sentier 1  q u ' i l avait choisi  ".(2)  En e f f e t on peut dire, que M. Thibault avait completement renonce" a se chercher luir-meme, a interpreter librement, a decouvrir, a connaitre...  Son attitude envers Jacques, demontre sans ambages ses  t r a i t s myopes.et desabuses.  Oscar Thibault,. a. l ' a v i s d'Antoine,  resssmble aux gens assieges qui ont peur de tout — peur de l a pensee et peur de I n v o l u t i o n sociale.  Car sans.doute, M. Thibault avait  peur de 1 ' i n s t a b i l i t e d'une v i e menacee d'esprits insurgents et de 1'inquietude, de 1 ^avenir.  Bref, i l s.'eioigne de l a v i e .  Dans l e  journal du defunt, Antoine rencontre une phrase empruntee a. Buffon dont M. Thibault se aervit comme une sorte de point de repere moral :  (1) Les Thibault : La Mort du pere. (2)  Ouvrage c i t e .  p. 228.  p. 224.  44 B  Content de son etat, i l ne veut etre que comme i l a toujours ete,  ne vivre que comme i l a v^cu : se s u f f i s a n t a. lui-meme, i l n'a qu'un f a i b l e besoin des autres..."(1) Dans 1'evolution sociale de l a f a m i l l e Martin du Gard est soigneux de peindre l a dissemblance des caracterietiques entre Jacques et Antoine.  A mesure q u ' i l s v i e i l l i s s e n t cette divergence  de plus en plus remarquable. son aine.  devient  II ( Jacques ) pensa tout a. coup a  n  II l e v i t s a t i s f a i t e t applique.  Energie, s o i t j mais  i n t e l l i g e n c e ?... Une i n t e l l i g e n c e qui s'etait construit une philosophie sur l a seule notion d'activite, e t qui s'en contentait ,!.... Moi, je ne suis pas comme t o i , nullement l'autre, n i au pere.  l (2) n  Aucun d'eux ne ressemble a  " Sans doute l e s caracteres.de chacun de nous  sont en premiere ligne transmis ; mais leur variete est s i grande q u ' i l e 8 t bien dangereux de fonder notre psychologie dominante e t notre ligne  de vie sur une nevrose de choix..".(5) Martin du. Gard ne commet pae cette erreur. sans doute avec l a pensee de M. Andre Berge :  B  II s'accorderait  Le temperament de  chacun est un facteur que l'on ne peut guere pretendre eiiminer entierement  ; mais que chacun tache de savoir lui-meme l a - p a r t de son  temperament dans ses convictions e t ne prenne pas pour un argument un  (1) Ouvrage. cite.  p. 178.  <2) Lea Thlliault : La b e l l e Saison. (5) Baldensperger,  i . p. 18.  F. L'Avant-guerre dans l a l i t t e r a t u r e frangaise. p.125.  45 desir de sa Beneibilite.  II faut toujours, a notre avis, chercher a  redresser sa pensee au milieu des deviations sans nombre auxquelles e l l e est sans cease exposes."(l) Mai8 ce n'eat paa dire que l e s temperamenta restent en opposition.  La camaraderie qui existe entre Jacques e t Daniel est  fondee sur une entente completement mutuelle e t nourrie par l e meme ddsir de se depetrer de 1'etrecissement s p i r i t u e l de leur m i l i e u . " Je n'oublierai jamais ces moments, trop rares, heias, et trop courts, ou nous sommes entierement 1'un a 1'autre.  Tu es mon seul amour !  Je n'en aurai jamais d'autre, car m i l l e souvenirs passionnes de t o i m'assailliraient auasitot."(2) Jacques, et Daniel representent l e s jeune8 hommes blesses par l e rude contact de l a v i e , qui revent de a'enfermer et de 8 e r e t i r e r en eux-msmss.(j)  Tous les deux ont ceci de commun : i l s  s'estiment meconnus chez eux e t par l a societe, et en consequence  leur  fugue ne vient pas du simple desir de voir des pays etrangera mais plutot, en s'evadant, i l s eaperent trouver une mesure d'equilibre , interieur.(4)  " Tout quitter, d'un coup : ce s e r a i t merveilleux !  Chambrea quittees !  (1) Berge, A. (2)  Merveilles de depart !"(5)  " La Voix des Jeunes." IV.  Les Thibault i Le Oahier g r i a .  (5) True, G.  Revue des Deux Mondes.  p. 8 9 .  " Portraits d'Ecrivaina."  Revue politique et l i t t e r a i r e .  .(4) Ouvrage c i t e . (5)  C'est Jacques qui  Lss Thibault : La belle Saison. i .  p. 2 0 .  46 rompt toutes relations avec son pere a cause de sa serenite* et de sa certitude injustifie"es et de son  defaut  de vouloir se contenter de  resultats a r b i t r a i r e s . Martin du Gard p^netre au-dessous de l a superficie des caracteres du pere et du f i l s pour, reveler l e developpement de leur brouille.  M. Thibault se p l a i t trop volontiers a croire que l e  mecontentement  de Jacques chez l u i et a. l'Ecole est une pose.  outre, i l est entierement aveugle a (1)  a son ardeur de vie,  En  l ' e l a n d expansion de jeunesse ",  B  1  de l'essor des sens: et du corps.  " On  v i b r a i t , on r e v a i t des poetes, on aimait sans oser l a regarder sa voisine ou l a soeur de son ami, on subissait l e corps sans savoir qu'on l e devait bientot asaervir par l'exercice et 1'hygiene."(2)  Au  gre* de M. Thibault 1'immoderation, l a violence, l e bouillonnement animal de son f i l s — tout est.quelque chose d'inexplicable et de dangereux.  II est necessaire, c r o f t - i l , d'employer de f o r t s remedes  pour a s s u j e t t i r l e r e c a l c i t r a n t :. " — est-ce q u ' i l ne serait.pas souhaitable pour l'amendement de ces vauriens, qu'on nous l e s ramenat menottes aux poignets, entre deux gendarmes ?  Ne fut-ce que pour leur  rappeler q u ' i l y a encore dans notre malheureux pays un semblant de justice pour soutenir l'autorite" paternelle  (1) Berge, A. (2) True, G. (5)  " La Voix des Jeunes." " Portraits d'Ecrivains."  Lea Thibault : Le Cahier g r i s .  IV.  Revue des Deux Mondea.  Revue politique et l i t t e r a i r e .  p. 52.  47  Jacques en. revanche s'attaque sans cesse aux barrieres indestruc.tibles de l a t r a d i t i o n e t de 1'ordre etablL.  II l i v r e  b a t a i l l e contre tout ce qui cherche a. mettre des bornes a ses essors de pense'es,. a 1!expression poetique de sa s e n s i b i l i t e , a. 1'agitation de l a tempete -confinde dans son ame..  " L'inquietude est presque  toujours l ' e t a t a f f e c t i f qui accompagne les combats ds l a penaee contre ellermeme, les. tentations de marche en avant vers. les. regions encore inexplorables.  La l u t t e des generations,, l a l u t t e surtout contre l a  t r a d i t i o n me semble inseparable du sentiment de l'angoiesej car i l faut renoncer, pour l'entreprendre a tout soutisn, a l a certitude.meme de l a s t a b i l i t y du s o l sur lequel on marche."(1)  Voila l e c o n f l i t  humain i n t e r i e u r entre Jacques, et son pere, qui se deroule .plus., tard dans un c o n f l i t entre, Jacques.et l a societe, dont Roger Martin du Gard se sert comme une sorte de tremplin pour se lancer dans l e r e c i t des Thibault.  (1) Berge, A.  " La Voix des Jeunes."  IV.  Revue des Deux Mondes  48  (2) Le m i l i e u s c i e n t i f i q u e  II eat digne de remarque que chez Roger Martin du Gard on est conscient a plusieurs reprises d'un l i e n avec l e s ecrivains russes et avec Ibsen.  II cherche diligemment a de*couvrir l e s sentiments,  les emotions, l e s elans caches et mysterieux de ses personnages pour etaler devant nos yeux l a verite nue.  Bref, c'est un naturalisms  meie de realisms q u ' i l emploie dans son desir de peindre l a vie comme e l l e est.  " On est pousse, peu a peu, a appeler naturalisms 1;'effort  du poete et du philosophe pour essayer sur l e s f a i t s sociaux ce que le n a t u r a l i s t e essaie sur les f a i t s zo'ologiquss.."(l)  Autrement d i t ,  c'est une methode de t r a v a i l empruntee directement a. l a science. " L'ecole n a t u r a l i s t s affirme que l ' a r t est 1'expression de l a v i e sous tous l e s modes e t a tous ses degree, et que son but unique est de produire l a nature... de puissance et d'intensite. (2) n  Mais non seulement Martin du Gard f a i t des observations, i l intsrprete et developpe d'une maniere i n t e l l i g i b l e ce q u ' i l a vu.  (1) Hugo, V.  Preface de La Legende des S i e c l e s .  (2) Martin©, P.  Le naturalisms f r a n c a i s .  p. 4.  1859.  49 ". Chez Martin du Gard 1'observation eat a. l a base et la. theorie ou r e f l e x i o n i n t e l l i g i b l e f i e u r i t tout en, haut." (:1)  II. possede certes  1e temperament frangais, c'est-a-dire un temperament q u i . v i s e a l a clarte.  II est vrai. q u ' i l nous, presente,. dans La Mort du p e r e l e s T  balbutiements i n d i s t i n c t s d'un moribond, mais i l . est.preoccupy a. l a f o i s de.fa i r e participer, l e roman.:a-,:la...vier..'quo.tldienna;,e.t.^a-'...Bon,.4eeor. r  " II ne se juxtapose a. e l l e . ( l a v i e ) comme une creation f i c t i v e qui n'a aucun l i e n avec.ce que. l'on v o i t quand on ouvrs l e s yeux."(2) Comme .>Marcel,*Eroust:et.James. Joyce, Martin du,.Gard, se p l a i t :  a se pencher. sur l a .vie> interieure .pour..examiner,le. subeonscient... C'est. la, que l e romancier psychologique* au moyen.d'.une: analyse .savante, trouve l e s causes des:actions humaines.individuelles.  "Le. roman  contemporain tend avant;?tout..a. .traduire l a continuite de 1'etre humain, a. r e l i e r par une .chaine dtinconscient. les .aspects .divers d e s a personnalite."(J)  Les.psychologues d'aujourd'hui pretendent qu'11.  existe chez l ' e t r e l e plus mediocre l ' e t o f f e d'un drame. entendu, des romanciers qui  n  II y a, bien  poussent l a psychologic a. ses l i m i t e s  les plus .exasperees e t deairent surprendre non l a ligne generale d'un caraetere bien e q u i l i b r e et logique, mais l e s incoherences et. les.  (1) Marbo, C.  n  Les nouvelles tendances du roman frangais." Revue politique e t l i t t e r a i r e .  (2) . Ouvrage.cite. (5) Cremieux, B. Compte-rendu.de La Mort du pere. Nouvelle, revue frangaise.  50  soubresauts des natures tourmentees . ( l ) B  D'autre part, aelon Andre" Berge, " c'est aujourd'hui l e genre psychologique qui en l i t t e Y a t u r e reste l e plus traditionnel et l e moins re"volte" ".(2)  La nouvelle science de :1a psychologie a de*couvert  chez tous une richesse plus grande que n'en temoigne l'apparence, et l e romancier moderne tel.que Gide, Proust ou Martin du Gard s'applique a l'atteindre.  Chez Gide l e s idees sont toujours incarcerees en  n  quelques personnages et les personnages sont mus par l e s idees ; ;  chez  Proust, et chez d'autres, les personnages sont mus par leurs sensations quasi, scientifiques."(j) On est conscient de plus en plus que l ' e s p r i t psychologique du romancier moderne manifeste un gout prononce pour l a medecine et pour l e s individus a. tendances morbides.  Selon l a doctrine  B  n a t u r a l i s t s ces observations, de l a vie prennent souvent place, dans l e roman, autour.d'un personnage forme, par la. medecine ou l e s sciences nature11es..."(4)  Chez Martin du_Gard, par exemple, on s'^tonne de  l a multiplicite* de scenes pathologiques ( maladie de Jenny, operation  (1) Marbo, C.  n  Les nouvelles tendances du roman frangais." Revue, politique e t l i t t e r a i r e .  (2) Berge, A.  B  La Voix des Jeunes."  II.  Revue des Deux Mondee.  (j) Ouvrage c i t e . (4) Rousseaux, A.  Littdrature du XXe s i e e l e .  v o l . i , p.. 74.  51  de Deaette, mort de Noemie.,.mort du pere Thibault... d'une fagon generale toute La Consultation ) . . . ( l )  I I est Evident que Martin du  Gard s'interesse non. seulement aux cas oliniques, s o i t l e s plus complique's, mais aussi aux morts violantes de ses personnages.  Dans  cette derniere cate"gorie c i t o n s l a mort de M. Thibault a. l a suite d'un oedeme penible et ehronique, M. de Fontanin qui. se suicide par un coup de revolver, Meynestrel  tue dans une caase d'avion, et Jacques s i  aeverement brule" dans l e meme accident q u ' i l meurt sous peu, et enfin Antoine ype'rite' au'front d'Ouest. , Pourquoi Martin du Gard m u l t i p l i e - t - i l de t e l l e s " scenes macabres " ?  Bien entendu l a mort elle-meme ne sert a. r i e n , excepte  qu'elle marque l a f i n d'une-carriers.  Mais dans l e s eVenementa qui  se terminent par l a mort Martin du Gard se sert de l a nouvelle science de l a psychologie pour decouvrir les penaeea aubconacientes du moribond.  n  La psychologie l i t t e r a i r e u t i l i s e avec prudence: l.'apport  de l a psychologie,m^dicale experimentalea. (2) n  a. intentions curatives et a demonstrations  Et dans l'approche de l a mort un homme,est autre  chose qu'un malade : i l se sent prea de Dieu et parle directement franchement. a Dieu.  n  et  Dans l a mort et meme en ses approches resident  des forces cachees, des ide*es secretes, une grace qui n'est pas dans la vie.  Comme. les amants quand i l s commenoent a aimer, comme les  poetee dans l e temps ou i l s chantent, lea maladea se sentent plus pres  (1) Cremieux, B. Compte-rendu de La Mort du pere. Nouvelle revue frangaiae.  ( 2 ) Berge, A. " La Voix dea  Jeune8.  n  I I .  Revue des Deux Mondes.  52 de leur ame.. (l)  Martin du Gard est conscient de ceci et vise a  n  capturer l e s pensees. cachees de see personnages.  Et c'est pourquoi,  dans son maniement des malades et des moribonds, " ses observations de l a vie prennent souvent place... autour d'un personnage forme" par l a medecine " . ( 2 ) Chez Martin du Gard c'est Antoine qui est a l a f o i s un me"decin celebre e t u n model e de 1'human! te"..  Les episodes auxquels  Antoine participe et l e s circonstancea d'ordre reel ou i d e a l dont Martin du Gard B e sert pour nous montrer I n v o l u t i o n d'Antoine sont dans une certaine mesure des points de depart ou des tournants. Antoine nous est montre* aux prises avec l e mal physique.et modele en meme temps, par son metier.(J)  D'une part Martin du. Gard disseque  psychologiquement l.'esprit de M. Thibault pour nous montrer-son intransigeance et sa peur de l a mort.  D'autre part i l penetre dans l a  vie anterieure d'Antoine pour decouvrir lea aspects diapres de. son. caractere et son entrainement s c i e n t i f i q u e .  Dana une seule journee  Antoine donne a. un grand nombre de malades des rendezvous m^dicaux et rencontre bien d'autres dans sa c l i n i q u e .  Selon un c r i t i q u e , "• ...  pour j u s t i f i e r La Conaultation- on peut dire que Roger Martin du Gard  (1) Souday, P.  Proust.* Valery. Gide.  ( 2 ) Rousseaux, A. ( 5 ) Cremieux, B.  p. 74.  Lltte"rature du XXe B i e c l e . i , p. 75. Compte-rendu de La Mort du pere. Nouvelle revue francaise.  55 a voulu resserrer en une journ^e 1'image synthetique de l a v i e me'dicale d'Antoine ".(1) Martin du Gard s a l t psindre l e decor, s c i e n t i f i q u e . quelques scenes auxquelles l e relent de pharmacie.semble Antoine.. et pe"netre 1'atmosphere meme.  Citons  accompagner  Lorsqu'Antoine f a i t a M.  Thibault sa v i s i t s quotidienne l e p e t i t cabinet de t o i l e t t e du malade ressemble a un veritable laboratoire s c i e n t i f i q u e  "... sur l'etagere,  sur l a table, des fiolea,. des recipients de porcelains, des paquets de coton.  Voyons l e bocal, se d i t Antoine.  O'est ce que je pensais :  les reins t r a v a i l l e n t peu ; on verra a. l'analyse. en est-on ?  Et l a morphine, ou  II ouvrit l a boite d'ampoules dont i l avait secretement  maquille l e s etiquettes pour que l e malade n'eut aucun soupcon. centigrammes  TroiB  en vingt-quatre heures.... Ah, v o i l a l e verre gradue..."(2)  Et plus tard nous.assistons.a. l'examen medical d'un enfant. Roger Martin du. Gard est dans son. element lor.squ'il decrit l e diagnost i c d'Antoine : " Deux secondes i l resta immobile, comme s ' i l  sere-  c u e i l l a i t . ; son regard aouciex parcourut diatraitement, depuis: l e s palettes des omoplattes.-jusqu'a l a cambrure ombree des reins, ce rabls dur et muscle qui s'etalait devant l u i .  Puis>. posant sa paume sur  l a nuque tiede qui fiechit un peu, i l appuya deux doigts investigateurs  (1) Ouvrage.cite.. (2) LeB Thibault : La -Consultation,  p. 26.  54 sur l a colonne verte'brale,. et, s'efforcant de maintenir egale sa ;  pression, comptant 1'un apres 1'autre .des noeuds dorsaux, i l descendit lentement l e long chapelet. osseux. (l) n  scientifique  Voila  1'observation  minutieuse.  Dans l e choix d'un vocabulaire. technique Martin du Gard se montre un.savant.  Et i l . faut se rappeler que ce vocabulaire aide a  re"aliser son m i l i e u s c i e n t i f i q u e .  ". Antoine r e f l e o h i s s a i t .  La .  tuberculosa, cette f o i s , a'etait declaree : e l l e attaquait 1'e"difice en ses fondations, e l l e rongeait de"ja profondement l a colonne vertebrale... L'etat .general., malgre l.'apparence, e"tait inquie"tant. Tout 1'appareil ganglionnaire e t a i t tumifie"." (2)  La clarte" de ce  langage r e f l e t e a. l a f o i a 1'eaprit acientifique d'Antoine et l e realisms, de Martin du Gard.  En .meme temps i l , f a i t parler Antoine  sur l e ton de quel qu'un qui, depuis .longtemps, est familiarise' avec la verite.  Antoine se rend, compte que l a maladie, de son pere est !  incurable, que l e s resultats de son analyse des symptomes du moribond n'offrent aucun espoir.  " L'operation de cet hiver, 1'ablation du  r e i n d r o i t , n'a servi. qu'a une chose : a ce qu'on ne puisee plus s ' i l l u s i o n n e r sur l a nature de..la tumeur. preBque  aussitot.  L'autre r e i n sVestiinfecte"  Mais l e mal a p r i s u n . a s p e c t d i f f e r e n t , s'est  (1) Ouvrage cite",  p.. 6 9 .  (2) Ouvrage cite",  p.  75.  55 generalise*.. •  Cela nous aide a tromper le malade.  II ne se doute de  r i e n , i l ne soupconne pas q u ' i l est perdu."(1) II est interessant de remarquer qu'Antoine, en de*pit.de son adresse medicale, est souvent quelque peu, impe'tueux.  Martin du Gard  est soigneux de souligner 1'interet d'Antoine dans son metier, mais i l d i t en e f f e t que 1'immoderation  est quelque chose que l'on doit eViter.  C'est l e docteur. P h i l i p , patron d'Antoine, qui donne It ses proteges des conseils mod^re's et  sageB  : " Voyez-vous, Therivier, , quand un malade en  est a cet etat-la, i l n'y a plus a son chevet que deux forces en l u t t e : l a nature et l a maladie. ou face.  Le m^decin arrive et tape au hasard.  S ' i l a t t e i n t l e mal. c'est face.  Pile  Mais s ' i l a t t e i n t l a  nature, c'est pile,, et l s c l i e n t e s t moriturus.  Alors, a mon age, on  est prudent, on s'applique a ne pas. taper f o r t . " . ( 2 ) Et plus tard Antoine lui-meme, apres avoir, pretendu qu'un certain cas d'otite aigu'e est dSaeepSrS, r e c o i t du Patron une re"primande : " Ne soyez pas s i a f f i r m a t i f , Thibault, car... en tant que me"declni ce malheur eux H^quet doit en e f f e t savoir. q u ' i l n'y a r i e n a esperer.  Mais en tant que pere... Voyez-vous, plus l'heure est grave,  plus, on joue a. cache-cache avec soi-meme."(J)  Le docteur P h i l i p est un  maitre recherche", par ses Aleves et tenu dans l a plus grande estime par  (1) Ouvrage cite.  p. 105.  (2) Ouvrage cite.  p. -4.5.  (5)  p. 50.  Ouvrage cite.  56  II r e p r e " s e n t e tous eeux qui ha'ia'Bent; l a  mediocrite,  a©8  confreres.  qui  possedent une i n t e l l i g e n c e . B a n s petitesse et sans aprete dont l a  s e n e i b i l i t e epand une sorte de chaleur parmi Et  1*humanity.  sans doute le docteur P h i l i p , a. son. insu, a exerce* une  grande, influence.sur l a vie d Antoine et sur sa facon de penser;  Age  1  de trente-deux ans et possedant une f a c u l t e de t r a v a i l a peu pres inepuisable Antoine se sent etre a U debut d'une carriere  prometteuse.  Grace au bon exemple de son patron i l l u i a emprunte une methode  de  t r a v a i l s c i e n t i f i q u e , selon Antoine quelque chose de plus important. II envisage un avenir  B  p a r e i l a. celui, des plus grands maitres  B  auquel i l pourra se libe"rer de l a paralysie affaissante d'une c l i e n t e l e pour, se ddvouer entierement a. l a recherche s c i e n t i f i q u e .  Grace a  1'heritage paternel tout devient possible, i l peut 8'assurer de 1'avenir. en r e " f l e c h i s B a n t eur l e passe : .". L'hopital>. l a c l i e n t e l e , n'etaient, a. ses yeux, qu'un.exercice. recherchesper8onnelles.de  Ce qui comptait, c ' e t a i t aes  pathologie,.infantile... II n'eut plus, qu'une  pensde : consacrer sa fortune a . acceierer son ascension professionnelle. (l) n  Des. sa jeunesse l a medecine n'a pae cesse d'exercer sur l u i une a t t r a c t i o n s i n g u l i e r e .  II v o i t en l a science, medicale  B  l'abou-  ti8aement de tout 1'effort i n t e l l e c t u e l , l e plus c l a i r p r o f i t de vingt sieclee de tatonnements dans toutes l e s voies de l a connaisaance  (1) Les. Thibault ; L'Ete 1914.  vol.i,  p. 157.  (2) Les Thibault : La Consultation, p. 202.  (2)  5 7  En somme, l a medecine pour l u i est l e plus riche domaine ouvert au genie de. 1'homme... Oar Antoine est un, r e a l i s t s I I  reve certes, i l  se p l a i t a. 8.'analyser, i l a des ambitions.-- mais. par-dsssus tout i l veut v o i r l a f r u c t i f i c a t i o n des reves en quelque chose de materiel, en des de'couver.tes, par exemple,. qui .ame'lioreront l e s souff ranees, physiques, de. l'humanite.  C'est e l l e , l'humanite, dont i l est epris.  Dans un de ces rares moments.de recueillement i l  se d i t q u ' i l n'aurait  jamais, consent! a s'enfermer: dans un laboratoire, a l i m i t e r ses observations au champ, du. microscope  : i l . aimait ce, corps a. corps  perpetuel du m^decin avec l a multiforme r e a l i t e . ( 1 ) Non.seulement Martin du Gard tente d'embrasser l a complex!te de l a vie i n t e r i e u r e , i l e x p o s e l a vie priv^e d'une maniere souvent desagreable.  II n'he*site pas a deceler des scenes, de. douleur ou a  d^crire avec une candeur frappante le. corps humain.  Durant l a maladie  aigue.de. M. Thibault les. crises ..commencent; a se. succeder presque  sans  - A treve.  La.... bouf fissure., du moribond.. causes par l.'.empoisonnement a  distorque tous l e s t r a i t s et a. rendu a.peine reconnaissable l e visage du v i e i l l a r d .  Apres une suite de convulsions, d'une violence  croissante,-Antoine decide de soulager son pere au moyen d'un bain tiede.  Aide de Jacques i l enleve l a chemise au malade, mettant a nu  l e corps en e n t i e r .  " II etait enorme,. flaeque, blanchatre j i l  donnait 1 '.impression d'etre a l a f o i s boursoufie et tree maigre.  (1) Ouvrage cite.  p. 202.  Les  58 mains pendaient comme des gants de boxe au bout des bras Bquelettiques. Les jambes.demesurement longues,: 8emblaient des os velus*  Une plaque  de c r i n gris: s ' e t a l a i t entre. l e s mamslles ;. une autre dissimulait a demile sexe. (l) B  Voila l a vie privee mise a  jour au regard f i x e  du passant. • Depuis.,1914, d i t Paul Nizan, toute v i e est publique.  n  Les  personnages des Thibault...... cessent d'etre des. personnes privees parce. que l e u r inventeur a s a i s i que l e temps: du prive. est f i n i . Personne n'e"chappe plus au monde ; l a v i e privee. a cesse d'y etre possible, a meme t i t r e que.la pensee privee. (2) B  En meme temps Roger  Martin du Gard ne cede a aucun etonnement devant l e s e'trangetes ou l s s horreurs du reel..  0'est,pourquoi,,.. selon un.critique, i l se p l a i t a  d^celer dans une intimite* presqus choquante l e corps humain, tout en l a i s s a n t paraitre que cela.est„moins.mon8trueux que n a t u r e l . ( j ) A plusieurs reprises dans .lemaniement de son decor s c i e n t i fique Martin du Gard exprime lea sentiments d!un personnageaumoyen du monologue i n t e r i e u r .  C'est une m^thode d'investigation dans l e  subconscient qui presents au l e c t e u r le..cours de l a conscience sans ehercher a. l u i dbnner une autre unite que c e l l e du hasard.(4)  (1)  pp. 6 8 - 6 9 .  Lss Thibault : La Mort du pere.  (2) Nizan, P.  B  Mais  Roger Martin du Gard."  Nouvelle revue frangaise.  (-5) Rousseaux, A. L i t t e r a t u r e duXXe. sieele.. 1. pp. 8 6 - 8 8 . (4) Berge, A.  B  La Voix. des Jeunes.  11  I I ; Revue des Deux Monde a.  59  non seulement nous rencontrons l e s pense'es inte"rieures, cette projection psychologique nous accords des sensations et des impressions du dehors, de l'atmosphere meme d'une, scene.  A ce propos regardons  1'operation, de Dedette dont l ' a c t i o n se passe dans une chambre a coucher chez M. Jules..  Un. triporteur de l l v r a i s o n . a renverse l a jeune f i l l e ,  l a i s s a n t une trainee sombre depuis. l a hanche jusqu'au genou.  Toute l a  jambs., s o u i l i e e de sang, para£t d^formee et sans doute f r a c t u r ^ e .  II  n'y a pas. assez de temps pour, envoyer ehercher une voitured'ambulance, a part l a resistance de, l a menagere.  Par consequent^ Antoine se  decide d'emblee a construire une s a l l e d'operation. Durant toute l a scene Antoine ne parle guere a personne mais le lecteur est spectateur de chaque, d e t a i l que Martin.du Gard desire etendre devant ses yeux.  n  Voyons,„ se d i t - i l ,  comme, s ' i l cherchait a.  derober quelques secondes: La boite des instruments, bon !  Le  :  b i s t o u r i , l e s pinces. Cafeine.  Teinture.d'iode. Et  les  La boite de gaz, le coton, ca va ! Et caetera.  Tout y e s t .  .Alcool.  Commencons."(1) „  i l est interessant.de remarquer.comment vont et viennent  pensees d'Antoine .comme l e s vagues en mouvement autour d'un ecueil  rocheux.: " Bien, se d i t - i l .  Ma sonde-?  La v o i l a .  de.Hunter.  La ligature classique ; tout va bien.  un e c l a i r .  Celui-la. n'a pas du tomber l o i n .  (1) Les Thibault : La b e l l e Saison. i .  p. 126.  Dans l e canal Zim !  Encore  Sur l e Louvre.  Ou  60 bien sur ces ' messieurs,de Saint-Roch  ', peut-etre..."(1)  Chose  frappante, Antoine. est en t r a i n d'opdrer Dddette a. ce moment meme. Comme Martin du Gard f a i t j a i l l i r avec une spontaneity ainguliere l a r e a l i t y l a plus profonde et l a plus sincere ! Passons maintenant a l a derniere partie des Thibault. Antoine, mobilise au service medical au debut de-la guerre de 19141918,  r e c o i t une nomination comme organisateur d'un service de gazes.  Au cours d'une enquete dans lea postes de secours sur l e s precautions contre les gaz, i l a l a deveine de rencontrer l'yperite et en absorbs une  aBsez  grande quantite.  Ayant coutume, de temps a. autre, de rendre  v i s i t s au docteur P h i l i p , Antoine,. accable par l e malheur, l u i demande d'exprimer une opinion a l M g a r d dea. lesions produitea par l e gaz. " Votre a v i s , Patron ?  E t aoudain, sur ce visage dont i l avait, en  dix annees de collaboration, appris a dechiffrer lea moindres nuances, dana l e s p e t i t s yeux g r i e , clignotants derriere l e lorgnon, i l s u r p r i t l'aveu involontaire : une, intense p i t i e . A quoi bon ? disaient ce visage,. ce  Oe f u t comme un verdict t  regard."(2)  Mais Antoine, conscient q u ' i l eat condamne e t que aa maladie se trainera quelques mois, ne perd pas. son zele professionnel.  Chez  Martin du Gard l e s savants, les chirurgiens, meme les praticiens generaux ont de hautss v i s e s s .  (1) Ouvrage cite.  La.science n'a. pas de place.pour eeux qui  p. 128.  (2) Les Thibault : Epilogue,  p. 200.  61 prennent l e .temps comme i l vient, qui. sont facilement s a t i s f a i t s d'euxmemes.  Antoine, note dans son Journal 1'influence, dangereuss a. son  metier des me"decins m i l i t a i r e s due a leur habitude d'obeir, de " l i m i t e r au nombre de leurs galons l a l i b e r t y de leur .diagnostic.".(1) d'une maniere semblable, charg^ de mes premieres .  Patron,  condamne l a mediocrite : "... Quand j'.ai 6tS inspections j ' a i trouve des p r a t i c i e n s notoires..  A l a tete de grands services chirurgicaux, dss chefs.ignarss, qui-  avaient l ' a i r de n'avoir jamais opere qus dss panaris... s t qui amputaient a. t o r t s t a travers... (2) Suivant Martin du Gard, l a science a de graves responsabilites et dans son milieu s c i e n t i f i q u e i l nous presente des personnages qui ne se contentent jamais d.'inf eriorite mais qui . t r a v a i l l e n t dans l a pleine mesure, de leurs moyens>pour se perfect!onner. Gard repose sa f o i dans l a Science.  (1) . Ouvrage cite. (2) Ouvrage cite.  p. 25J. p. 190.  Bref, Roger Martin du  62  ( 5 ) Le milieu p o l i t i q u e  L'dte 1914 f u t un temps de. chaos.  Martin du Gard. s a i a i t  de'libe'rement cette epoque de grands, bouleversements  p o l i t i q u e s pour  nous montrer l a l u t t e physique et s p i r i t u e l l e . d e Jacques et de ses amis revolutionnair.es pour repousser. l a menace tenebreuse de l a guerre. Le lecteur v o i t se ddrouler devant ses yeux l e jeu international de 1'economie, les. machinations, dea p o l i t i q u e s , des diplomates et des pouvoirB responsables. qui.s'occupant en.grande, partie d.'ambitions t e r r i t o r i a l e s . . D'autre part i l reste  des chefs d'Etats qui ae  sentent lancee vers.un holocausts.politique, en ddpit de leurs e f f o r t s pour a'equilibrer, se r e s s a i s i r .  Nous sommes. conscients d e l ' e x i s t e n c e  d'un pouvoir i n v i n c i b l e et obscur qui pousse 1'humanity au-devant d'un destin. Aux yeux du lecteur 1'epoque de 1'ete 1914 bouillonne de haine et de revolte comme. l e font bien entendu tous l e s moments de rupture.  Et Martin du Gard.depeint des personnages qui 8'apercoiyent  des tendancea belliqueuses de presque tous l e s pays europeens, tout, en s'acharnant a. a v e r t i r le. monde du danger de sa complaisance.  C'est  1'opinion de Martin du Gard/que l'on peut s'echapper a l a fatalite* d'un  65  f l e a u mondial..tel que la.guerre seulement en se, r e v e i l l a n t a temps. Et i l  preciBS  sa croyance que l e seul homme qui compte dans un univers  commands' par l'assaut du destin. est c e l u i qui l u i d i t non. (1) Les t r o i s volumes, de L'Ete 1914  occupent une p^riode de s i x  semaines ( 28 juin-10 aout ), da l'sssassinat de l'archiduc Ferdinand a l a r e t r a i t e des troupes francaises en Alsace. . Alors cs n'est pas par hasard que. l e romancier introduit dans son m i l i e u les revolutionnaires de Geneve, de Bruxelles et de Paris, et nous i n v i t e a. suivre. leurs debats p o l i t i q u e s , qui souvent se perdent, pour que nous nous, rendions compte de 1'agitation politique en Europe aux mois qui prec^derent l a guerre. En depouillant biendee  documents historiques, selon l a  m^thode de t r a v a i l apprise pendant son apprentissage a l'Ecole des Chartes, Martin du Gard met e n o r d r e ses f a i t s d'une t e l l e maniere que nous ne manquonB.pas d'etre frapp^e par. 1'exactitude des d e t a i l s nombreux et minutieux de son decor,.  Les p o r t r a i t s de Poincare* et de  Clemenceau, l'assassinat de Jaures, l e s e f f o r t s p a c i f i s t e s du president Wilson — tout est decrit avec bonne f o i .; et nous pouvons applaudir ou sourire amerement selon, notre gre.  Mais avant tout, ce qui concerne  Martin du Gard c'sst l a lachete" e t l e g o i s m s des etres humains qui 1  permettenta  l a guerre de se dechainer.  C'est l a l e eoua-entendu,  1'arriere-pensee philosophiquo de toutes l s s discussions politiques de cette. partie dea Thibault.  (1) Nizan, P.  Compte-rendu de  L'Ete 191V  Nouvelle revue francaias.  64 A travera les pages de.L'Ete' 1914 Martin, du Gard r d u s s i t a. tracer l a croissance des p a r t i s politiquea e t des sectes revolutionnaires en France et de meme en Europe.  Nous? abordons l e premier  volume par l e tableau des membres d'un cercle p o l i t i q u e , plutot un groups de jeunea re'volutionnaires, reunis.a Geneve j pour chef i l e ont u n f ana tique, Meynestrel, autrement nommd " P i l o t e "..  Le leader e t  sea ses. apotres sont preaque aana reaaources. car l a plupart dVentre eux, ouvriera spe'cialistes venus. de d i f f e r e n t s coins du monde, n'ont jamais eu de t r a v a i l f i x e . n  Leur rendez-vous est l e " Local " ou l a  Parlote. .", une sorte de club ou l e s membres s'assemblent  pour  discuter lea pronostics et l e s nouvelles p o l i t i q u e s , et duquel l e chef d i r i g e les.activ.iteV desr apotrea hora de Geneve. Nous retrouvons Jacques dana.ce m i l i e u aprea.une absence de quatre.ans.de  Paris.  Sa misere lepouaae a c o l l a b o r e r a . de8  et a des revues pour gagner de quoi v i v r e .  journaux  II habite un l o g i s  pauvre.  Mai8 l u i et ses amis revolutionnairss ae sentent spontanement a. l i a i s e dans leur milieu, car tous ont ceci de commune i l s ont une native s e n s i b i l i t y a l ' i n j u s t i c e et i l e . r e v e n t de construire sur des bases solidea une nouvelle society, une f r a t e r n i t y humaine u n i v e r s e l l e . C'est peut-etre une Utopie.  Mais au fond ce q u i a t t a c h e l e s jeunes  revoltys a leur idyal c'est l e f a i t q u ' i l - l e u r o f f r e un motif exaltant de vivre.  l i s sont tous unis dans l e meme dysir d'yviter l a guerre  a. tout p r i x , de chercher: par des moyens p a i s i b l e s une solution du probleme du militarisme et de 1'agression des Etats-majors.  Peut-etre  65 la s o l u t i o n e s t - e l l e , une greve g e n e r a l e q u i f o r c e r a l e s  pouvoirs  r e s p o n s a b l s s a r.ebrousssr chemin dans l e u r marche v e r s l a : c a t a s t r o p h e imminsnts.  C e r t e s i l e s t E v i d e n t que l ' o n d o i t a g i r ,  Gard s a l t b i e n que l ' o n peut .a^echapper a l a f a t a l i t e  e t M a r t i n du d'un fleau  mondial seulement en se r ^ v e i l l a n t a temps de l a lethargie d'une f a u s s e  assoupissante  security.  Le c o n t r a s t s entre. Jacques dans ce m i l i e u de s o c i a l i s m s m i l i t a n t et Antoine;confortablement i n s t a l l e a Paris est Au cours de ses a f f a i r e s frers  Jacques a 1 ' o c c a s i o n .de rendre v i s i t e a son  q u ' i l n ' a pas vu depuis quatre annees,  une.harangue p o l i t i q u e . l e danger, de g u e r r e e s t  bien.frappant.  e t l a r e n c o n t r e a b o u t i t a.  D a n s . l a scene q u i se passe A n t o i n e . . c r o i t que surestime  de Jacques q u i , dans l ' s n s s m b l e ,  : i l regimbe devant. 1'argumentation l u i , p a r a l t f a i b l e e t mal ordonnee,.  A n t o i n e , - b i e n entendu, s a l t b i e n q u ' i l v o l o n t i e r s , p o u r , i n t e r v e n i r dans, l s s  n ' e s t pas l e type q u i ss  evenements  leve  politiques j i l a  fait  i n s t a l l e r a. l a maison p a t s r n e l l e des l a b o r a t o i r e s e t des  services  medicaux q u i vont l u i permettre d ' o r g a n i s e r . en grand ses  recherches  scientifiques  s t l u i aider, a c o n c e n t r e r ses e f f o r t s  profsssionnelle. limites,  n  II. s ' e s t accoutume a. re*soudre des problemes precis,  q u i sont de mon r e s s o r t ,  d'une. v i e h u m a i n e . . . " ( l )  s t dont souvent depend l ' a v e n i r  Dans see p r o p r e s termes i l a• " a u t r e  a f a i r e q u ' a t a t e r l e . p o u l s de 1'Europe  (1) Les T h i b a u l t : L'Ete 1914. (2) Ouvrage c i t e .  sur son a s c e n s i o n  p.  188.  i .  p.  ".(2)  188.  chose  En deplt de l a . f e r v e u r  66  de son f r e r e cadet, Antoine se plait, a attdnuer l a p o s s i b i l i t e de r e a l i s a t i o n d'un. c o n f l i t mondial, car selon.sa^propre opinion et grace dans une certaine.mesure a. son entrainement s c i e n t i f i q u e , i l reste .des choses dans l a vie qui. sont incapables d'etre resolues par des etres humains.  L ' h i s t o i r e , pour l u i , marque un rythme inevitable, ou  alternent l e mal et. l e bien.  n  Et meme s i l e s dangers que tu annonces  sont reels, nous n'y pouvons r i e n .  Absolument r i e n .  Ni t o i , n i moi,  n i personne... ( l ) n  Pourtant.il faut penetrer, plus l o i n au-dessous de l a superf i c i e du, caractere,d'Antoine. de s'interesser a. l a p o l i t i q u e .  II. n'a jamais eu.ni l e temps, n i l ' e n v i e Et, en outre, l a d i s c i p l i n e s c i e n t i -  fique, dans, l e sens etymologique du.mot, l.'a habitue a penser que dans l e monde aocial comme dan8 l a vie organique tout est probleme, et probleme d i f f i c i l e .  II d i t en e f f e t a Jacques que dans une breve v i e  d'homme, on eat: oblige de 8'occuper. utilement dans son modeste rayon de l a meilleure tache possible au l i e u de speculer et de conspirer a dee cataclysmes dont l e b i e n f a i t est probiematique.(2) Martin du Gard croit.que.la recherche de l a verite, s o i t en medecine, s o i t en p o l i t i q u e , exige 1'application, 1'etude et- l a competence, et, de meme,. que l e t a l e n t s ' e f f r i t e l o r s q u ' o n e s s a i e de s'interesaer. a. tout.  Aux yeux d'Antoine. l a politique est un champ  (1) Ouvrage cite.  p. 189.  (2) Ouvrage cite.  p. 258.  67  d'activite Stranger au sien j a. sa reserve de s'y meler s'ajoute une naturelle repugnance.  Par suite de bien des. scandales i l sat persuade  ds plus qu'une sorte d'immoralite suints naturellement de l'exereice du pouvoir. (1)  C'est la. principalement 1'explication de son refus.de  suivre attentivement la marche des affaires publiques. C'est i c i que Jacques est diametralement oppose a. Antoine. Jacques s'est fermement convaincu que nous sommss tous responsables de nous reneeigner autant que.possible sur le8 evenements et lee problemes politiques actuels.  Jacques n'est pas un revolutionnaire  au.Bens qu'il veut voir tout.renver8e par la violence.  nouvel ordre  Selon lui .le  aocial qu'il espere. voir s.'instaurer se. r.ealisera  seulement par .suite d e moyens paisibles,. principalement par persuaaion.. II ne ..volt rien d'absurde a. concevoir une revolution lente, " patiemment menee par des espritst. dss hommes formes, a. l'ecoleds 1 'humanisme* ayant eu le temps de murir leur doctrine, d'etablir un plan d'action progressivs ,.-".(2.).. Martin du Gard est. soigneux de soulignsr. le danger de 1'immoderation,.de 1'action effrenee.  C'est Jacques, au cours d'un  entretien avec " Pilote ", qui ee met en devoir d'avertir son chsf contre la revolution-sanguinaire: r e u 8 a i a s e a vaincre  (1) Roz, F.  8ans  11  II faut qu'un- grand revolutionnaire  massacrer — par 1'esprit — - et toutes vos  Compte-rendu de L'Ete 1914.  (2) Les Thibault : L'Ete 1914. i . p. 92.  Revue politique et litteraire.  68 c o n c e p t i o n s de r e v o l u t i o n , a e r o n t , c h a n g e e s . " ( 1 ) f r a n c h e m e n t a u n e theorie.de r e n o u v e l l e m e n t instincts enfouis  haine pour  fraternity  : c'est trahir,  de l a , j u s t i c e e t de l a f r a t e r n i t e ,  des l e depart,  que nous v o u l o n s . f a i r e . r d g n e r Voila. l ' i d e e  de. p r o c l a m e r  profondement  D'apres. Jacques, " e x a l t e r , l a v i o l e n c e e t l a  instaurer leregne  un non-sens  c'est  cette justice et cette  s u r l e monde " . ( 2 )  f i x e de J a c q u e s , l ' i d e e  q u ' i l ne c e s s e jamais  : q u e l ' o n d o i t s ' a p p r s t e r a v a n t t o u t a. i n s t a u r e r e t a  1'amelioration  social© d u p e u p l e a u l i e u d ' a p p l a u d i r  m i l i t a r i s m e p r u s s i e n q u i pousse t o u t e 1'Europe a s'armer dents  s'oppose  social, qui f l a t t e nos  l s s p l u s b a s , l s s . p l u s , a n c i e n s ou l e s p l u s  d a n s 1'homme.  nourrir  M a r t i n du Gard  " ce sacrd  juaqu'aux  ".(3) A pluaieurs r e p r i s e s , au " L o c a l , " ,  t i o n n a i r e a . a . Geneve, l'emploi  l e l e c t e u r e"coute d e s a r g u m e n t s , q u i  de l a v i o l e n c e , p o u r d e " r a c i n e r 1 ' o r d r e  1'ingeniosite A ce p r o p o s u n  rendez-vous  roublarde  dont  i n d i q u e une: f a u s s e c o n c e p t i o n de l a j u s t i c e .  q u ' e l l e e s t n e c e s s a i r e , " qu'une, bonne d u monde  (1) O u v r a g e  cite.  p. 9 1 .  (2)  Ouvrage  cite.  p. 99.  (?)  Ouvrage  cite.  p.  (4)  Lea Thibault  :  favorisent  e t a b l i , arguments  des c o n f r e r e s d ' A n t o i n e s o u t i e n t ,  e x i g e e a. 1 ' h y g i e n e  des r e v o l u -  ". (4)  saignee  1914.  estperiodiquement  Un t e l a r g u m e n t *  171.  L'Ete  a l'egard d e l a g u e r r e ,  i i . p. 181.  suppose, que l a  69 guerre empeche l a c i v i l i s a t i o n de sombrer dans l a decadence. du Gard a nettement horreur d'une t e l l e theorie.  Martin  II n'est pas indigne  de l u i attribuer l e s paroles du docteur P h i l i p qui y r^plique a i n s i 2 n  La bassesse, pour moi, c'est justement de ce*der a l a cruaute" et a  l a haine."(l) Plus tard, au cours d'une conference a Bruxelles, Martin du Gard permet a Jacques d'exprimer ses propres sentiments avec. une nettete sans ambages..  Par opposition aux. belliqueux qui s'acharnent  i a f a i r e de l a propagande au sujet du besoin d'amonceler  fieVreueement  des armements pour prot^ger l a paix, Jacques i n t r o d u i t dans l a reunion une note de pensee raisonnable.  II condamne amerement l e s gens  assoupis qui negligent criminellementd'exercer leur propre i n t e l l i g e n c e , qui se l a i s s e n t mener aveugiement.a  l a guerre meurtriere parce qu'ils  refusent de se r e v e i l l e r , de penser, d'agir.  Et Jacques, termine son  discours avec cette question.: " Notre devoir,.mes amis ? simple, i l est c l a i r !  Un seul o b j e c t i f — l a paix !  dessus toutes nos querell.es de p a r t i s !  II est  Union par-  Union dans l a resistance 1  Union dans l e refus .'."(2) Martin du Gard s a i t bien que l e s gens ordinaires sont dss victimes d'ignorance due a. leur lethargie. s p i r i t u e l l e , q u ' i l s ne voient r i e n que l e bout du nez, " l e pauvre troupeau qu'on voudrait sauver  (1) Ouvrage c i t e .  p. 181.  (2) Les Thibault : L'Ete 1914. i i i .  p. 58.  70  malgre" l u i . ( l ) n  Mais i l rSphte  & pluaieurs reprises sa croyance a  1 " e v i t a b i l i t e d'un grand c o n f l i t international ; i l ne ceese jamais d'emoustiller lea accables, l e s ecoeures,. qui manquent d'espoirv  Et  c'est Jacques qui repre"sente l e mieux peut-etre cet e s p r i t de f o i . dane 1'humanity.  Au moment meme que l e s troupes francaises et allemandes  s'apprstent a s'entre-egorger, l'idealisme.de Jacques: se manifests. II vise a empecher les troupes de slentre-tuer en l e s surv.olant en avion pour e"parpiller sur l e champ de b a t a i l l e des m i l l i e r s de manifestos p a c i f i s t e s .  II. espere que.son action paralysera l e  commandement allemand e t francaie, qu'elle rdussira l a f r a t e r n i s a t i o n des combattants j mais e l l e eat destinee a. f a i l l i r . Le projet eat certejextravagant. — en e f f e t l a vraiaemblance de l a r e " a l i 8 a t i o n d'un plan p a c i f i a t e .base.aur, l a f r a t e r n i s a t i o n des armeea ennemiea est bien entendu saugrenue.  Mais ce qui e s t  yminemment c l a i r , cleat l a . s i n c e r i t y de Jacques, son assurance inebranlable dans l e pouvoir de l a propagande, son acceptation de se s a c r i f i e r volontairement a une cause humaine. siasme : "  Bref, Jacques rypand  1'snthou-  Ah, P i l o t s , imaginez 1'effet de ces manifeatea !  appel a l a ryvolte I... Quel e f f e t ?... Refua d'obeiseancs... r a l i s a t i o n d e s chefs...  Et.quel exemple I  p. 80.  (2) Ouvrage cite.  pp. J10-11.  Dsmo-  Quelle force de propaganda!  Cet avion magique... Ce messager de paix..."(2)  (1) Ouvrage cite.  Quel  Et Martin du. Gard  71  s a l t bien que l a . since'rite' et 1 'enthousiasms' peuvent etre des armes plus puissantes  que.les engine de guerre dans l a l u t t e pour instaurer  l e nouvel ordre social ou regne l a paix. L'enthousiasms de Jacques ressemble.de pres a l a ferveur d'Andre" Gide.  Dans un de ces romans, Nourritures Terrestres, public  apres un voyage, dans l'Afrique du Nord en.1897, Gide i n v i t e l e lecteur a. renoncer a. l a c i v i l i s a t i o n , a. sMvader et, de plus, a.,s'efforcer de ehercher l e naturel.. s'snraciner.  Gide refuse net, et proclame son refus, de  A ses yeux mieux vaut l e depaysement que l e repos,  ennemi d e l ' a c t i o n . En outre i l . est c l a i r q u e comme-Martin.du Gard, Gide c r o i t que chacun d'entre nous est.destine s..jouer.un role  individuel,dans  l a vie, que nous devons nous s a c r i f i e r a. un i d ^ a l .  Le Prome'thee  mal enchaie* ( 1 8 9 9 ) est un. tableau-brode sur ce theme de l a destine*e A  humaine : l e s personnages de. Gide s'adonnent a r e a l i s e r leurs; espoira et leurs reves, a user leurs ressourcss.. dans . 1 'action i n t s l l s c t u s l l e . Gide 8'accords avec Nietzsche que M a  plus b e l l e v i e . . . eat de  murir pour l a mort, dans l e combat D'une t e l l e maniere active Jacques Thibault  s'efforce  d'accomplir sa raison de vivre, son i d e a l , son desir ine*branlable ds l u t t e r avec toute sa force contre 1 *inhumanite: de l'homme.  Jacques  Thibault sent une grande sympathie envers l'humanite' en depit de 1'influence abaissante des irresponsables  et des ego'fstes, et malgre'  l e s maux i n f l i g e s par une c i v i l i s a t i o n devouee a. l a r e u s s i t s materielle. Le culte de 1'invention  s c i e n t i f i q u e , l a fausse suprematie  72 de l a machine est une dee causes principales du malheur humain d'aujourd'hui.  A ce propos, Georges. Duhamsl l i v r e b a t a i l l e sans  cesse contre la.mecanisation.de l a c i v i l i s a t i o n .  Dans L'Humaniste  et l!Automate (1955 ••)• Duhamsl a e c r i t cette phrase : " La contagion de l a machine, est l e plus grand pe"ril du monde f u t u r .  n  II detests  l e s inventions, mecaniques de notre Epoque. parce qu'elles suppriment en. grande me sure 1'individuality et, e"galement important peut-etre, l a personnalite de l'homme.  De meme que Duhamel attaque l a . tendance  moderne de subjuguer l a vie. esthetique..de l'homme a. l a v i e i n d u s t r i e l l e i l repand, neanmoins, a travers l e s pages de son oeuvre, une chaude sympathie humaine. Gomme. Martin du Gard, 1'auteur des Pasquier tache de  eom-  prendre l a nature humaine. et. de: resoudre les causes de sa souffranee. La chaleur de l a comprehension de.Duhamel. est eminemment evidente dans La Possession du.Monds ( 1919 ).  Dans cet,ouvrage, dont l e decor  tempore! se passe pendant la.periode-de bouleversement suivant.la guerre de 1914-18,.on cherche l e bonheur, et on l e trouve en.accordant aux etres qui.1'entourent.la sympathie f r a t e r n e l l e .  V o i l a bref l a  " possession, du monde Martin du Gard, l u i aussi, v o i t au dela des defeetuosites de l'humanite.  Dans l e personnagede Jacques Thibault l'auteur  exprime. son ideal!sme s o c i a l t e l que l'ont exprime Georges Duhamel, Andre Gide et d'autres romanciers contemporains. Le paradoxe du. caraetere de Jacques est bien c l a i r i  Ha'issant  l a violence, ayant horreur de presque tous l e s heroismes, i l veut bien  75 neanmoins risquer sa vie pour l u t t e r , pour m i l i t e r contre 1 'inevitab i l i t e de l a guerre, et contre l e culte de l a force brutale qui cherche a. resoudre l e s problemes sociaux et politiques de notre ere*  Voila  l'apport philosophique de. Martin du Gard a. l a solution du p o l i t i q u e d'aujourd'hui.  Son m i l i e u politique est quelque peu  charge* et tendu :  l a tragedie est imminente ; mais. avant tout, ce.qui reste acquis 1'etude. dea.troiB volumes de.L'Ete 1914  apres  c'est l a beaute* et l a force.de  eon idealieme, aa f o i i n v i n c i b l e dans 1'avenir, dans l a capacity de 1'humanite.de faconner un " brave new  world  74  CHAPITRE III  LA MORALE DE ROGER MARTIN DU GARD  Chez Martin du Gard on eat conscient avant tout de 1*importance des questions morales;.  Au moyen d'admirables analyses des  personnages- et des actions i l nous presente sa philosophie de l a v i e , tout en e"vitant avec soin de formuler  des jugements,.definitifs. - Ce  sont lea actions de8 etrea humaine, apres tout, auxquelles s'intereaae principalement  l e romancier  e t dans leurs. actions l i s rencontrent des  problemes, des obstacles, dont i l s ont besoin pour se reconnaJtre e t 8'affirmer. Martin du Gard, d i s c i p l e d'Andre" Gide, a subi 1 ' i n f l u e n c e de l a pense"e gidienne comme Gide lui-meme a subi 1 ' i n f l u e n c e de Montaigne et de Goethe.(1)  La sensation,de l a vie chez Gide e t chez Martin du  Gard apparaJt comme  (1)  Gabory, G.  (2)  Fernandez, R.  n  l e terme d'une longue suite d'efforta  Andre" Gide.  p. 40.  Andre" Gide.  p. 2 2 7 .  n  ( 2 );  75 tous l e s deux croient qu'on ne peut atteindre cette sensation qu'apres beaucoup de gene et d'effort. Le probleme de 1'inquietude, morale, par exemple, occupe une position de premier ordre dans,1'oeuvre de Martin du Gard. incertitude, de^eunesse est a l a f o i s d'enthousiasme.  Cette  une maladie morale et une espece  Jacques et Daniel se de*cident a voyager pour e*chapper  a l . ' i n e r t i e m e l a n c o l i q u e d u foyer, car l e depaysement leur o f f r e .un remede, parmi .d'autres, contre l e vide de leur existence.  " Le bisn-  etre n'engendre que. 1'inertie ; l a gene est l e principe du mouvement."(1) Cette gene, cette force qui nous pousse au-devant de l a v i e est exactement  semblable a . l a ferveur d'Andrd. Gide.  " Nathaniel, je veux  t'apprendre l a ferveur.... Ne demeure pas aupres de ce qui te ressemble ; ns demeure jamais."(2) A ce propos i l est interessant de remarquer l e rapprochement de. sentiments, chez Roger Martin du Gard..  Jacques, avant son depart  pour B e r l i n et au cours de.ses a f f a i r e s p o l i t i q u e s , a 1'occasion de revoir.Jenny de Fontanin.,  E l l e l u i d i t que parmi ses camarades.il  est toujours heureux, tout a. f a i t , lui-meme. elle, i l  semble quelque peu depayse*.  Mais a Paris, ajoute-t-  Et Jacques rdpond : " Je suis  de'payse' partout. . Je suis n4 iSp&yaS.  J ' a i toujours ete" dSpayaS."(j)  (1) Renan, E. Dialogues. (2) Gide, A.  Les Nourritures Terrestres.  (?) Les Thibault : L'Ete .1914.  ii.  p. 48.  p. 247.  76 En outre i l est soigneux pendant l a breve envergure de sa v i e de ne jamais se f i x e r . Cependant c'est Antoine qui represente peut-etre l e mieux cette philosophie du devenirv  La v i e pour l u i est un chemin nettement  trace', une ligne droite qui mane i n f a i l l i b l e m e n t quelque. part.  Pour  changer la. me*taphore, c'est un " large espace decouvert ou, l e s gens a c t i f 8 n'ont qu'a s'elancer avec, entrain  (1)  manoeuvre merveilleusement disponible ".(2)  une sorte de"champ de Voila. l e mot d'Andre*  Gide : d i s p o n i b i l i t e , un e*tat de preparation active qui nous permet de combattre l a quietude-et de rechercher l a verite. Martin du Gard condamne,la torpeur, l a paresse s p i r i t u e l l e de ceux qui ne bravent pas l e s problemes de l a v i e .  " Maudite s o i t  l'epoque ou.le troupeau.des aveugles est sous l a conduits, d'uns, poignes de fous J"(3)  Maintes f o i B dans l s s discussions entre Jacques s t  Antoine, et autre part, i l avance cette opinion s Lorsqu'on se desinteresse de tout ce qui es passe, autourde s o i on devient un t e r r a i n d'ensemencement incomparable pour l a propagandejn'importe laquelle.  Et Martin du Gard, avec une fine, adressej met en r e l i e f l e s  deux freres : d'uns part Antoine, s i preoccupe de son  metier q u ' i l n'a  pas l e temps de reBOudre des problemes moraux . . } d'autre part Jacques,  (1) Les Thibault : La Consultation, (2) Ouvrage cite.  pp. 200-01.  p..201.  (5) Lea Thibault : L'Ete 1914.  i i . p. 256.  77 qui a'sfforce sans cease de reVeiller l e s i n d i f f e r e n t s , de leur torpeur.  l e s paresseux,  A l'approche de l a guerre de 1914-18 c'est Jacques  qui a'acharne a. a v e r t i r l e s Francais des. dangers, d'un 6t&t de fauese securiteV d'une complaisance qui a.'eat repandue.manifestement  partout.  I I . apostrophe a i n s i Antoine et ses confrerea J " Ah, s i . seulement votre imagination s o r t a i t une seconde de sa torpeur, vous vou8 lever i e z tous, t o i l e premier !  pour f a i r s quelque chose, pour l u t t e r ,  pendant, q u ' i l en est encore temps."(I)  .  A travers l e s pages des Thibault  on dprouve que Martin du  Gard est surtout conscient de l a vitesse.de l a v i e moderne. on.se p l a i t a. a'analyser pour expliquer aa conduite.  Chez l u i  On. est pousse  par une,force dont on ignore l a cause ; bref, on ne s a l t pas ou /on va. " Je me f a i s 1'effet d'un navire rapide qui s u i v r a i t hardiment aa route et dont l e p i l o t s n'aurait jamaia eu de b o u a s o l e . ( 2 ) n  Martin du Gard  sxprime, franchement ce point de vue .de.. 1 ! i n c e r t i t u d e moderne, cette recherche de bases solides sur lesquelles on puisse fonder une phi1o8ophie de 1a v i e . C'est Antoine, par exemple, qui ne trouve de reponse satiefaiaante a aon inquietude n i dana l s s doctrinss du passe, n i dans lea philoaophss d'aujourd.'hui, ni. en lui-meme. dit-il,  (1)  ". Je vois nettement, "  " toutes lea regies auxquelles je nepeux paa souacrire, mais je  Les Thibault t L'Ete 1914.  i . p. 187.  (2) Les Thibault : La Consultation,  p. 194.  78 n'en vols aucune a laquelle je pourrais, nie. soumettre."(1)  II y a du  reste chez Antoine une certaine, mesure de confiance dans l e s l o i s naturalise a. 1 encontre des l o i s morales : " II n'y a de l o i que l e s 1  l o i s naturelles....... Mais, ces pretendues l o i s morales, qu'est-ce que c'est ? ...  Un faisoeau d'habitudes implantees ennous depuis dee s i e c l e s  Rien de plus..."(2) Martin du Gard se rend compte de. 1 'oecumenicite' de toute l a  question de valeurs morales^du besoin qu'a. l'homme -de croire. s o i t en l a raison s o i t en quelque chose de d i v i n , en Dieu.  Rien n'est plus  contraire au temperament de Roger Martin du Gard que de porter jugement sur l'humanite.  II nous montre.des etres fatalement condamnes, l'entre-  choc de tout ce qui v i t , l e phenomene universel du c o n f l i t humain. Mais selon l u i l e choix est quelque chose de personnel, et i l d i t en e f f e t .que chaque personne d o i t r^soudre ses propres problemes.  B  On  doit, on ne doit pas, l e bien, l e mal, pour moi cs ne sont quo dss mots..."(5) A nos yeux, ce qui est important chez l e romancier c'est l a sincerity.  Les personnages de Roger Martin du~Gard cherchent sans  ceese de bonne _foi a. demeler sur quels principes ss regie leur v i e quotidienne.  Et 1'on ne peut, s o r t i r d u chaos et se l i b e r e r des.,  entraves de 1'incertitude que par l'affranchissement de l a puissance  (1) Ouvrage cite.  p. 194.  (2) Ouvrage. cite.  p. 185.  (5) Ouvrage cite.  p. 186.  79 innee de l a ferveur et de l a s i n c e r i t y . du regard.  Voir c l a i r . . .  desinteresse'.. ."(1)  n  Tout depend de l a q u a l i t y  S observer de cet o e i l l i b r e , lucide, 1  Andre* Gide a. contribue, dans, son roman Mourriturea  Terrestres, a. cette question de l a s i n c e r i t y une pensee presque identique t " Que 1'importance s o i t dans ton regard, et non dans l a chose,regardee»  n  C'est i c i que Martin du.Gard subit 1'influence de l a philosophie gidienne.  II c r o i t profondement que-la s i n c e r i t e ne vaut-  r i e n a moins qu'elle ne se l i e a 1'action.  Peut-etre l e s aventures  de  Jacques et de Daniel s o n t - s l l s s saugrenues, mais tous l e s deux ressentent un de"sir brulant. d'agir sans jamais en craindre les: risquss. l i s ont l s meme penchant vera l a liberte* et l a revolte, un  n  enivrant  gout de vivre que; chaque journee vyoue, soulevait en eux. ".(2)  L'ardeur,  l a volonte d'aller. aurdevant. de l a v i e , 1'action-meme — v o i l a un moyen de combattre l a maladie morale de notre e p o q u e .  Et chose s i g n i f i c a t i v e ,  Martin du Gard.n'est pas certain que.ce moyen r e u s s i s s e .  C'est  simplement une expression d s s a f o i dans l'humanite, une reponse affirmative a. 1'oppose de l a negation;morale  des pessimistes, des  cyniquss et des d e s s s p e r e s . Antoine, semblable a bien des combattants de l a guerre de 1914-1918, est accabie par l a f u t i l i t y de l a l u t t e .  (1) Ouvrage c i t e .  p. 187.  (2) Les Thibault r Le Cahier grls.-  p. 112.  r  II se rememore  80 quelquee- reflexions e c r i t e s dans.son- Journal- pendant l e s premiers mois. de l a g u e r r e i  n  Je me complaisais a ne plus considerer l e s  hommes, et moi-meme, que comme de grands insectes, armes pour l e combat, 1'agression et l a defense, l a conquste, 1'entremangement..."(l)  II se  p l a i s a i t a. penser a 1'univers comme .a ..un ensemble de forces aveugles qui s'equilibrent par l a destruction des moins r e s i s t a n t s , ou un champ de carnage ou s'entre-devorent l a guerre.s'acheve,  l e s etree.  Mais au f u r e t a mesure que  Antoine devient de plus en plus conscient d'un  but divin,dans l e chaos mondial e t i l tourne l e dos a son ancien desespoir : " Le pessimisms mortel ou j'avais. sombre a u r a i t du m'avertir que ca mene a. des bas-fonds ou I ' a i r n'est plus respirable."(2)  Antoine  bref represente eeux qui depuis.longtemps n'ont vu n i l e bien n i l e mal dans, 1 'univers mais. qui,, par-suite, d'un fieau. t e l que l a guerre, reussissent a trouver,.dans 1 fespoir une mesure de t r a n q u i l l i t e . ;  Martin du Gard,. on ne peut, l e n i e r , est un i d e a l i s t s .  Et i l  est vraisemblable de suggersr que son idealisme est un sureroit du peasimieme ou au moins.du doute de sa jeunesse.  Seulement apres un  t e l apprentissage s s r a i t - i l possible de peindre si. fidelement. un personnage a l a recherche d'une reaolution de ses questions, de ses esperances e t de ses c r a i n t e s .  Tantot p e a a i m i 8 t e , tantot optimiate,  Antoine ne s a i t comment resoudre 1'enigme de l a vie dont-tout homme  (1) . Lea Thibault : Epilogue, (2) Ouvrage cite.  p. 282.  p. 281.  81  est conscient.  " Vers quelle f i n notre espece s'achemine-t-elle ?  D i s p a r a i t r a - t - e l l e a son tour, comme ont disparu l e s - t r i l o b i t e s , l s s scorpions, grants, e t tant d'espsces nageantes ou rampantes dont nous savons 1'existence •.?... Ou bien l'humanite a u r a - t - e l l e l a chance.de se maintenir, a travers tous l e s chaos... s t a evoluer longtemps encore ?" (1)  Autrement d i t , est-ce q u ' i l est un plan cosmique, un Dieu qui  entend l e s appals e t l e s interrogations ds 1'homme. ? A cette question Martin du. Gard ne.r^pend. pas d^finitivement. Mais, on sent dans son oeuvre l a croyance a 1'existence d'une puissance divine.  Citons, par exemple, l e s sentiments r e l i g i e u x de Mme de  Fontanin lorsqu'elle se trouve assise au l i t de mort de son mari. est d'abord remplie de remords.  Ells  Mais.peu a peu,son chagrin d i s p a r a i t ,  e l l e sent s ' e t a b l i r une harmonie. interieure avec les Forces u n i v e r s s l l s s qui devient pour e l l e : un reconfort constant.et indispensable.  B  Ells  cherchait.a reconnaitre l a necessite. superieure e t secrete, l a l o i du Plan d i v i n ; e t e l l e sentit qu'elle approchait enfin des regions sereines de cette Paix dans Is renoncement et l a resignation, qui est l e terme de toute souffranee..."(2)  V o i l a certes1'expression d'un  idealisms r e l i g i e u x . Dans l a premiere partie des Thibault  Daniel de Fontanin, en  t r a i n d'ecrire a Jacques, expose une conception de 1'Ideal qui a  (1) Les Thibault : Epilogue, (2) Les Thibault t L'Ete 1914.  p. 298. i . p. 256.  82 beaucoup de commun avec eelle de Mme de Fontanin. n'est pas.incompatible avec l a nature humaine.  L'Ideal pour l u i Selon ses propres  mots c'est " meler du grand, aux plus humbles choses. t s r r e s t r e s j. c'est f a i r e grand tout ce qu'on a f a i t ; c'est l e developpement complet de tout ce que l e Souffle Createur a mis en nous comme facultea divinss ". (1) Par opposition a cette conception i d e a l i s t s i l y a chez Martin du Gard un avertissement contre l e s dangers du culte du materia1 isms qui tend pernicieussment a. rendre un homme complaisant, i n d i f f e r e n t aux problemes d'autrui.  " L'empoisonnement par 1'argent,"(2)  surtout  par 1 'argent herite ou 1'argent qu?on n'a pas gagne', est un malheur car on est souvent tente d'attribuer a. see propres merites l e succes  qu'a  achete l a . puissance f i n a n c i e r e . A p l u s i e u r s repriaea part ds 1 'heritage paternel.  Jacques refuse de demander a Antoins sa Mais i l est c l a i r qu'ilj^renonce seule-  ment parce q u ' i l eat trop f i e r pour se soumettre a des questions personnelles a. propos de ses propres finances.  II est v r a i , tout de  meme, que l e dugout de Jacques a. 1'egard de toute l a question du pe"cule f a m i l i a l n'est pas une pose.  Jacques avant tout veut rester l i b r e  dee engagements d'une..vie .aaauree.-  De 1'autre cote* c'est Antoine,  apres avoir e*te" ype'rite' et durant ses debate: moraux, qui se rend compte  (1) Lea Thibault : Le Gahier g r i s . (2) Lea Thibault : Epilogue,  p. 9J.  p. 91.  85 que l e confort, l e luxe du bien-etre, ne sont pas necsssairsment indiepensables pour mieux organiser une c a r r i e r s . l i e u de stimuler. l e t r a v a i l ,  B  toutes ces f a c i l i t e e m a t ^ r i e l l e s ne  f a i s a i e n t que l e paralyser I"(l) "...  II admet qu'au  I I sereprimande; sans remords :  Un p r o f i t s u r , v o i l a ce que je m'appretais a devenir !"(2)  Martin  du Gard v o i t dans, une v i e de luxe le.danger non seulement de l ' ^ t o u f f o ment de 1'esprit mais aussi.du de"sir de dominer a u t r u i .  E t c'est la.  certejyune fausse security. II convient de dire que Martin du Gard sedegage de toute philosophie m a t e r i a l i s t s .  II s'ef force de. nous, reve'ler l e s malheur a  qui attendent l e s etres terrestres qui. s.'occupent aveuglement de,leurs metiers sans, autre pensee que l e maniement roublard ds leurs pe*cules. Un t e l homme, au gre du romancier,  e s t sans v r a i t a l e n t e t sans lumiere.  Ce n'est en. somms qu'un homme pe*tri de t e r r e , un createur a perdu sa. dignite* e t sa noblesse.  mediocre.qui  E t lorsque l a dignite de l'homme  est compromise.par, n'importe. quel, moyen.vulgaire i l , s'est prostitue' ine*luctablement.  "... II faut. qu'une organisation nouvelle et toute  diffe*rente de.la socie'te' permette a. l'homme, non plus seulement de subsistsr, mais de v i v r e I  I I faut rendre a l ' i n d i v i d u , non. seulement  sa part materielle des benefices du travail,, mais cette part de l i b e r t y , de l o i s i r , de bien-etre, sans l a q u e l l e i l ne peut pas. se deVelopper  (1) Ouvrage .cite".,  p. 90.  (2) Ouvrage c i t e .  p. 91.  84 dans sa dignite d'homme..."(1) Martin.du Gard v o l t clairement las.tares de 1'humanite, mais e l l e s sont, en grande p a r t i e , l a consequence des conditions de=vie, de I I faut l u t t e r sans cease contre l a tentation  l a society a c t u e l l e .  d'embrasser l e pessimisms j i l faut regarder ,au dela dea dyfauta ..de l'etrehumain,pour voir quelque chose de grand, de noble, de beau meme,. . n  ...  I I y a, i l doit y avoir, en l'homme, une s i n o e r i t e , une indestruc-  t i b l e a s p i r a t i o n vera, l a grandeur... E t i l faut souffler patiemment sur cette petite braise enfouie dans. les.cendrea, pour qu'elle s ' a t t i s e . . . pour qu'elle-flambs, peut-etre. un jour."(2) C'est i c i que. Martin .du Gard s.'approchs du mysticisme. Aujourd'hui, selon un c r i t i q u e , " nous voyons r e l i g i o n , l i t t e r a t u r e e t a r t , mysticisme.et v i e t e r r e s t r e , cohabiter etrangement, ae meler, composer une aorte de symphonie ou 1 'ame cherche sa r e a l i s a t i o n l a plus p a r f a i t s ".(j)  Le mysticisme, i l . convient.de l e dire,, est un moyen  d'ychapper a la. r e a l i t e du monde, a 1'emprise de l a sociyty .; c'est, en d'autres termes, u n d y s i r de s a t i s f a i r e l a s o i f de l'absolu dont r  aujourd'hui bien. des hommes:sentent le.besoin. En un sens l e pasteur Gregory represents l e christianisme de Roger Martin du Gard.  C'est un homme qui s'efforce d e s e degager de  (1) Les Thibault : L'Ety 1914. (2) Ouvrage, c i t y . (3) Berge, A.  n  ii.  p. 22J.  pp. 224-25.  La Voix des Jeunee.  11  I I I . Revue des Deux Mondes.  85 tous liens terrestres, d'avancer en meme temps, comme au cours d'un pelerinage, a.de plus, hautss regions.  Le calme e t l a paix qui  rayonnent de sa, presence indiquent a. l a f o i s une harmonie i n t e r i e u r e e t une croyance inebranlable, a 1*omnipotence de Dieu. Souffle animateur!  "Tout-puissant I  Tu. domiciles partout, dans chaque moindre p e t i t  morceau de tes Creatures...  Toi seul es 1'Infini Sagesse, e t ce que  tu f a i s de nous est f a i t eelon l a l o i . " ( l ) Martin du Gard possede l e v r a i e s p r i t r e l i g i e u x . e t i l s a l t depeindre des personnages dont l a confiance. en Dieu est t o t a l s , i n t r a n sigeante.  Dieu est pour eux l a grande Force du Bien : " L'Eternel  est notre.Lumiere, crainte..?"(2)  1'Eternel est notrs J o i s : de quo! done aurais-je  Et,. en outre, l'auteur des Thibault  exprime^ fidelement  l a soumission et, 1'humility del'homme.qui. se c r o i t en presence de Dieu.  " Prosterne devant Vous, Seigneur, Dieu de BonteV Pere de  MiseYicorde, je viens Vous demander l a derniere de toutes l e s graces... Possz sur moi Votre regard, comme un pardon !  In te, Domine,  commendo !"(?) Pour Martin du Gard l a conception d'un.vide, d'un n^ant, succe'dant a l a mort est repugnante.  (1) Les Thibault : Le Cahier g r i s .  Dans cette vie on souffre, certe?»  p. 81.  (2) , Ouvrage. cite.. . p. 79. (5) Les Thibault : La Mort du pere.  p. J8.  86 dee -.petite a ses:,.desinegalites,..des i n j u s t i c e s du monde.  Mais, d'apree  l u i , l a v i e . e s t quelque-chose, d'ephemere et de f r a g i l e et dans l a mort on aborde l e durable et 1'eternel, l a paix et l a j u s t i c e .  Autrement  d i t , l a mort est une. espece de perspective radieuse, de v r a i epanouissement de l a v i e .  " Mourir, c'est renaitre !  a. l a Vie Nouvelle, dans la.Connaissance La mort... n'est pas seulement,la  Mourir, c'est r e s s u s c i t e r  t o t a l e, dans, l a Beatitude...  recompense du s o i r apres l a journee  de labeur : c'est un essor dans l a lumiere, dans une aube e t e r n e l l e '"(1) V o i l a assurement un.beau langage. parfaitement  Et v o i l a , de plus, l e christianisme  exprime.  Autre part c'est Mme  de Pontanin qui. rsposs sa f o i dans. Is  re"confort indispensable de. Dieu.  Assise auprea de, son mari a l a  clinique. d'Antoine, e l l e contemple a, travers 868=larmes ce, qui .res.te. :  de Jerome, ce qui:reste du seul, amour de. sa v i e .  Accablee ds doulsur  e l l e s'efforce, en fermant les. yeux, de retrouver une mesure de calme r e l i g i e u x , et e l l e , y r e u s s i t .  " De nouveau, e l l e s e n t a i t s'e'tablir  cette communion avec l e s Forces u n i v e r s e l l e s , qui e*tait devenue pour e l l e un.constant, un indispensable reoonfort.  -Elle cherchait... a. recon-  naitre l a Necessity, superieure et secrete, l a l o i du Plan d i v i n ; et e l l e s e n t i t qu'elle approchait enfin. des regions sereines..... ds cette Paix dans l e renoncement et l a resignation, qui est l e terme de toute 8©uffrance..."(2)  (1) Ouvrage c i t e .  Certeson ne peut nier. que l e christianisme. n'occupe  p. J5.  (2) Les Thibault : L'Ete* 1914.  i . pp. 255-56.  87  line p o s i t i o n de premier ordre dans l a morale.de Roger Martin du Gard. Et l a s i n c e r i t y de sa croyance est peut-etre sa earacteriatique l a plus 8aillante. La philosophie.de Martin du.Gard est une philosophie d'espoir. -Malgre* l e s malheure, lea souffranees, les douleurs, l e s deconvenues de l a . v i e on d o i t de toute. sa force s'acharner a garder sa.foi en soi-, meme, a. ne jamais cesser d'eeperer.  Martin du Gard a plusieurs reprises  affirms que l a v i e est une source inepuisable de p o s s i b i l i t e a : " Rien n'est jamais perdu...  Tout est toujours possible..."(1)  Et au l i e u  de se lamenter sur l e s imperfections du monde, comme. s ' i l e t a i t i n u t i l e de combattre l e s forces, du mal, Martin du Gard nous i n v i t e a. braver l a vie  et a. agir sans douter une seule journee du triomphe de l'amour, de  l a j u s t i c e et.de l a ve*rity. V o i l a l ' i d e a . l i 8 m e de Roger.Martin.du Gard:. :  Toujours conscient  des faiblessea de. 1'humanity, t o l e r a n t a.: l'ygard de aes dyfauts, i l noua auggere ce conaeil : apprendre a se m a i t r i s e r , car l a maJtriae de. s o i est  l a c l e f a. l a l i b e r t y .  Dans l a repugnance de Roger Martin du Gard,  non seulement e. rysoudre lea probleme a de l a conduits humaine mais aussi a. portsr jugsmsnt sur 1'humanity, meme, repose peut-etre pour bien des lecteura l a quality l a plus attrayante de sa morale.  (1) Les Thibault : L'Ete 1914.  i i . p.  78.  88  BIBLIOGRAPHIE.  ( 1 )  1909  L'Oeuvre de Roger Martin du Gard.  L'Abbaye de Jumiegea. Devenir!  ( P a r i s , Montdidler ).  ( Paris, Ollendorff ).  1910  L'Une de nous.  191"5  Jean Barois.  1920  Le Testament du, Pere Leleu.  1921  Temoignage i n Memoriam.  1922-1940  ( Paris, Grassst ) . ( Paris, Gallimard ) .  Les Thibault.  ( P a r i s , Gallimard ) .  ( Paris, Montdidier ).  ( Paris, Gallimard, e*d. Nouvelle revue francaise. )  Les ci-tations^faites de cette oeuvre sont prises des Editions notesa. 1.  Le Cahier g r i s .  1922.  52e ed.  2.  Ls Pe"nitencier.  1922.  4?e ed.  ( 2 v o l . ) 1925.  39e ed.  5. La b e l l e Saison.  4. La Consultation. 1928.  24e ed.  5.  La S o r s l l i n a .  1928.  25e ed.  6.  La Mort du pere.  1929.  I6e ed.  7. L'Ete 1914. ( 5 v o l . ) 1936.  58e ed.  8.  17e ed.  Epilogue.  1926  Jules T s l l i e r .  1928  La Gonfle.  1940. ( Paris, Champion ).  ( Paris, Gallimard ).  \  89  1928  Premiere V i e i t e a I Europe.  1950  Dialogue.  1951  Confidence, a f r i c a i n e .  19?2  Un Taciturne.  1935  V i e i l l e France.  1  (  ( Paris, Delpeuch ).  ( Paris, Imprimerie de A. Delayance ) .  2  )  ( P a r i s , Gallimard ).  ( Paris, Gallimard ). ( Paris, Gallimard ).  Traductions.  1926  The Thibaults-.  Translated from ths French by Madeleine Boyd. Parts I - I I I . ( New York, Boni and L i v e r i g h t ).  1928  Dis Thibaults.  Die Geschichts einer Familie. Parts I - I I I . ( B e r l i n , Zsolnay ) .  1955  The Thibaults.  Parts I-IV.  1957  The Thibaults.  Translated by Stuart G i l b e r t . Parts I-VI. ( New York, Viking Press ) .  19^0  Summer 1 9 4 0 .  Translated by Stuart G i l b e r t . ( London, John Lane ) . ( New York, Viking Press, 1 9 4 1 ) .  1941  The World of the Thibaults. ( 2 v o l . )  ( London, John Lane ) .  Translated by Stuart Gilbert. ( New York, Viking Press ) .  90  ( 5 )  Ouvrages oonsulie's.  Baldensperger, F.  L'Avant-Guerre d a n B l a l i t t e r a t u r e francal-se ( 1900-1914~T. ( P a r i s , Payot, 1919 ) .  Baldensperger, F.  La l i t t e r a t u r e frangaise entre lea deux guerres (  1 9 1 9  ( Los Angeles, Lymanhouse, 1941 ) . Berge, A.  " La Voix. des. Jeunes." Revue.des Dsux Mondes. i. ii. iii. iv.  Bergson, H.  Ier aout 1929. Ier septembre 1929* 15 septembre 1929. Ier octobre 1929.  ,  1 9 3 9  )~  " L ' E s p r i t de l a l i t t e r a t u r e moderne. 4 parties.  pp. pp. pp. pp.  B  621-647. 165-185. 451-454. 649-674.  Evolution oreatrioe. Traduction anglaise de A. M i t c h e l l . ( London,. Macmillan, 1914 ) .  Bergson, H. B i l l y , A. Brodin, P.  Bussy, D.  Carr, H. W.  Time, and. Free.Will.  (London, George>Allen, 1915 ) .  La l i t t e r a t u r e franeaise contemporaine. ( P a r i s , Cadoret, 1927), Les Ecrivains frangais de 1'entre-deux-guerres. ( Montreal, Valiquette, 1945 ) . " Roger Martin du Gard." New Statesman and Nation. Dec. 4 , 1937- PP- 917-18. Henri Bergson : The Philosophy of Changs. ( London, Jack, 1912 ) .  Charpentier, J n  Rogsr Martin, du Gard."  Mercure de France.  ( 15 Janvier 1931. T. 225, pp. 333-356. ) Chase, G.  " Roger Martin du Gard." Nov. 20, 1957-  Claudel, P.  Saturday Review of L i t e r a t u r e .  ( v o l . 17 ) p. 12.  Art poetique. ( Connaiseance du temps ). ( Paris, ed.  Mercure de France, 1929 ) .  91  Cor, R.  " Marcel Proust et l a jeune l i t t e r a t u r e . " 15 mai- 1926  ( T. 188 )  pp. 46-55.  Cornwell, I.  Contemporary French F i c t i o n .  Cowley, M.  " Nobel Prize Novel." ( i ) New Republic.  ( New York, Holt, 1940  Deo. 29, 1937.  ( i i ) New Republic. Jan. 5, 1938. Cremieux, B.  Mercure de France.  ).  ( v o l . 93 ) p. 232. ( v o l . 93 ) p.. 260.  Compte-rendu de La Mort du pere. Nouvelle revue franeaise. j u i l . - d e c . 1929  ( T. 53 )  pp. 256-262. Cunningham, G. W .  " Bergson's Conception of Duration." Philosophical Review.  Dauriac, L.  1914  ( v o l . 23-11  ) pp. 525-559.  " Le Mouvement bergsonien." Revue philosophique.. 1915  ( v o l . 1 ) pp. 400-414. York, Harrap, 1927  ).  Drake, W. A.  Contemporary European Writers. ( New  Fay, B.  Panorama de,. l a l i t t e r a t u r e contemporaine. ( Paris, Kra, 1926 ( Paris, Correa, 1951  )..  Fernandez, R.  Andre Gide.  Fernandez, R.  " L a Figure de l a vie dans l e s Faux-Monnayeurs." Nouvelle revue frangaise.  Fernandez, R.  H  juil.-dec. 1926  ) pp. 98-105.  ( T.37  ) pp.967-70.  " L e s Thibault : La b e l l e Saison." Nouvelle revue, franeaise.ian.-luin 1924  F o u i l i e e , A. J . E. Gabory, G.  ( T.27  Le Theatre : Un Taciturne."  Nouvelle revue franeaise.iuil.-dec. 1951 Fernandez, R.  ).  ( T.22  ) pp. 110-15.  Histoire de i a philosophie. ( Paris, Delagrave, 1891  Andre Gide. ( Paris, ed.  Nouvelle revue c r i t i q u e , 1924  ).  ).  92  Genermont, M.  " Les Origines, bourbonnaises de Roger Martin du Gard." Mercure de France. Ier a v r i l 1 9 5 8 ( T.28? ) pp. 247-48.  Gide, A. P. G.  Les Nourritures t e r r e s t r e s . 97e*d. ( Paris, Gallimard, 1921).  Gide, A. P. G.  Pre*textes• ( Paris, e*d. Mercure de France, 1 9 2 9 ) .  Gide, A... P. G.  S i l e grain ne meurt. 50 eel. ( P a r i s , Gallimard, 1 9 2 8 ) .  Gosee, E. W.  P o r t r a i t s and Sketches. ( London, Heineman, 1 9 1 2 ) .  l e Grix, F.  " L e s Thibault.*  1  Revue hebdomadaire.  1928 ( T. 7 ) pp. 555-565.  La Crise de l a conscience europeenne 1680-1715.  Hazard, P.  vol. I.  ( Paris, Boivin, 1955 )....• Hugo, V. M.  Preface de La Legende des S i e c l e s .  Nouv. ed.  ( Paris, Hachette, 1920. ) . Janet, P. A. R. HiBtoire de l a philosophie morale e t p o l i t i q u e . ( 2 vol.) ( Paris, Ladrange, 1858 ) . Lalou, R.  H i s t o i r e de l a l i t t d r a t u r e frangalse  contemporaine.  ( Paris, Ores, I.925 ) . Roger Martin.du Gard-. 5 0 pp. ( Paris, Gallimard, 1 9 5 7 ) .  Lalou, R. Lalou, R.  n  Roger Martin du Gard." Revue de P a r i s . 15 aout 1 9 5 7 .  Leibniz, G. W.  Lemattre, G. E. Lewis, W.  pp. 821-844.  Nouveaux Essais. Quelques e x t r a i t s , traduits en anglais par A l f r e d G. Langley, qui se trouvent dans Russell : A C r i t i c a l Exposition of the Philosophy of Leibniz. Four French Novelists.  ( Oxford University Press,  I958 ).  Time and Western Man. ( New York, Harcourt Brace, 1928 ).  93  Lievre, P.  Mercure de France.  " Un Taciturne." Ier decembre 19*51  ( T. 232 ) pp. 426-430.  Maire, G.  Henri Bergson.  ( Paris, e*d. Nouvelle revue c r i t i q u e , 1926 ) .  Marbo, C.  " Les nouvelles tendances du roman f r a n c a i s . " Revue politique et l i t t e r a i r e .  Martin-Ghauffier, L.  B  Roger Martin du Gard." J u i l . - d e c . 1937  Martin du Gard, R.  Martin du Gard, R.  Martin du Gard, R.  Nouvelle revue francaise.  Nouvelle revue francaise.  ( T. 36 ) pp. 153-177.  ". Le dernier Acte." Juil.-dee. 1936  Nouvelle revue francaise.  ( T. 47 ) pp. 768-807.  Un assez long fragment des Thibault precede d'une breve introduction que signaient l e s i n i t i a l e s de M.. Georges .Duhamel. Mercure de France. 15 nov. 1936  Martino, P. Nizan, P.  O'Brien, J .  pp. 411-412.  ( T. 49 ) pp. 1031-1032.  " Confidence a f r i c a i n e . " Jan.-juin 1931  1924.  Le Naturallsme f r a n c a i s .  ( T.272 ) pp.  5-22.  ( Paris, Colin, 192J ).  " Roger Martin du Gard : L'Ete 1914." Nouvelle revue francaise.  jan.-juin 1937  ( T.48 ) pp. 95-99.  " Families, I Hate You !"  Saturday Review of L i t e r a t u r s .  March-25, 1939 ( v o l . 19 ) p. 10. Peres, J .  " Ls reve de l a v e i l l e dans certaines parties de 1'oeuvre de Proust." Revue politique s t l i t t e r a i r e .  Peyre, H.  Hommes et; oeuvres du XXe ( Paris, Correa, 1938 ).  siecle.  1927.  pp. 51J-517.  94  Platon.  Phedon.  Traduction franeaise de F. Thurot. ( Paris, Hachette, 1914 ).  Platon.  Republique.  Traduction anglaise de Jowett. ( Oxford, Clarendon Press, 1881 ).  Platon.  Time'e.  Traduction anglaise de H. Davies. ( London, B e l l , 1908 ).  R, L.  " Le prix Nobel de litterature."..  Mercure de France.  Ier decembre 1937 ( T. 280 ) pp. 437-438. Racine, J . La nouvelle e d i t i o n des Grands. Ecrivains de l a France. ( Paris, Hachette, 1929 ). Renan, J . E.  Dialogues e t fragmentsphilosophiques. ( Paris, Calmann-Le'vy, I876 ) .  Ribon, R. de  n  Les Thibault."  Revue hebdomadaire. 1924 ( T.3 )  pp. 106-112. Rice, H. C.  Roger Martin.du Gard and the World of. the Thibaults. ( New York, Viking Press,.1941 ).  Robin, L. Rousseaux, A.  La Psnsee grecque. ( Paris, Renaissance du Livre," 1941 ). Deux passages d'une e*tude sur 1 • oeuvre de Roger Martin du Gard. Nouvelle revue frangaiss. j u i L - d ^ c . 1932 ( T.39 ) pp. 7 9 6 - 7 9 8 .  Rousseaux, A.  "Roger Martin du Gard." Traduction anglaise d'un compterendu p r i s de Candide. revue parisienne hebdomadaire. The L i v i n g Age.  Rousseaux, A.  Jan. 1938 ( v o l . 553 ) pp. 420-422.  Litterature du XXe s i e e l e . ( 2 vol.) " Roger Martin du Gard." ( v o l . I ) pp. 70-88. ( Paris, A l b i n Michel, 1938 ).  95 Royce, J .  The S p i r i t of Modern Philosophy. ( New York, Houghton M i f f l i n , 1895 ).  Royce, J .  The World and.the Individual. Nature, Man,  Second Series.  and, the Moral Order.  ( New York, Macmillan,.. 1908 ). Roz, F.  Oompte-rendu. de L 'Ete* 1914. 1937.  R u s s e l l , B. A. W.  Revue p o l i t i q u e et l i t t e r a i r e .  PP« 101-105.  A C r i t i c a l Exposition-of the Philosophy of Leibniz. ( Cambridge University Press, 1900 ) .  Russell, B. A. W.  Mysticism.and Logic. ( London,. Longmans Green, 1925 ).  Souday, P.  Proust. Valery. Gide. ( Paris, Kra, 1927  Spinoza, B.  Ethics.  ).  Traduction.anglaise de A. Boyle. ( New York, Dutton, 1910  Spinoza, B.  Ethic of Benedict de Spinoza.  ).  Traduction anglaise, du l a t i n , de W. H. White.  ( Oxford University Press, 1957 Stewart, J . A.  Plato's Doctrine of Ideas. ( Oxford, Clarendon Press, 1909  True, G.  M  ).  P o r t r a i t s d'Ecrivains.  n  ).  Revue p o l i t i q u e et l i t t e r a i r e .  1925. pp. 14-17. True, G.  n  Le Bergsonisme et l e mouvement. ' 1  1925  ( T. 5 ) pp. 61-68.  Revue hebdomadaire.  96  Turquet-Milnea, G. R.  Some. Modern, French Writers• A Study i n Bergaonism. ( New York, McBride, 1921 ) .  97  TABLE DES MATIERES. Page Avant-Propoe...  1  Introduction...  ? Chapitre premier.  La duree : etude du mouvement et de l a temporalite de Platon jusqu'a nos jours. Platon... Spinoza... L'epoque classique... Heraclite... Leibniz... Bergson... Le roman-flsuve d'aujourd'hui...  6 10 12 17 18 22 26  Chapitre II. Quelques aspects du milieu chez Roger Martin du Gard. Le milieu de la famille... Le milieu scientifique... Le milieu politique...  32 46 -62  Chapitre III.  La morale de Roger Martin du Gard...  74  Bibliographie...  88  Table des matieres.  97  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0107019/manifest

Comment

Related Items