UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Georges Duhamel et la civilisation Hood, James Alexander 1949

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1949_A8 H66 G3.pdf [ 5.23MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0106612.json
JSON-LD: 831-1.0106612-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0106612-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0106612-rdf.json
Turtle: 831-1.0106612-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0106612-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0106612-source.json
Full Text
831-1.0106612-fulltext.txt
Citation
831-1.0106612.ris

Full Text

GEORGES DUHAMEL ET LA CIVILISATION by JAMES ALEXANDER HOOD A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS IN THE DEPARTMENT of FRENCH THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , 1949. A b s t r a c t o f Georges Duhamel et l a C i v i l i s a t i o n , t h e s i s submitted f o r the degree of Master of A r t s by-James Alexander Hood. Chapter I, La F o n c t i o n s o c i a l e de l ' 6 o r i v a i n . Duhamel 1s co n c e p t i o n of the r 8 l e o f the author i n s o c i e t y ; h i s s o c i a l , moral and p o l i t i c a l r e s p o n s i b i l i t i e s . Chapter I I , Le De* s i n t e r e s s e m e n t . Deals w i t h Duhamel»s b e l i e f i n the c o n f l i c t between i n d u s t r i a l and c u l t u r a l c i v i l i z a t i o n , the former founded on s e l f i s h n e s s , the l a t t e r on d i s i n t e r e s t e d n e s s . Chapter I I I , Le Regno du coeur. An e x p l a n a t i o n o f Duhamel's d o c t r i n e f o r an i d e a l s o c i e t y , based on b r o t h e r l y l o v e r a t h e r t h a n s o c i a l c o e r c i o n . H i s c o n c e p t i o n o f t h e moral value of p a i n and s u f f e r i n g i n the development of the i n d i v i d u a l . Chapter 17, La C r i s e de l a c i v i l i s a t i o n - La V i e f u t u r e . Duhamel's b e l i e f t h a t the s o c i a l and i n d u s t r i a l mores o f the U.S.S.R., and of the U.S.A., r e v e a l the f u t u r e form of the s o c i a l i n s t i t u t i o n s o f humanity. H i s c r i t i c i s m o f the c u r t a i l m e n t of human freedom under the a n t a g o n i s t i c p o l i t i c a l p h i l o s o p h i e s of both these s t a t e s . Chapter V, La C r i s e de l a c i v i l i s a t i o n - Le Ph^nomene panique. Duhamel's c r i t i c i s m of the u n c o n t r o l l e d e x t e n s i o n o f b u r e a u c r a t i c i n t e r f e r e n c e i n t o a l l l e v e l s of human a c t i v i t y i n the modern s t a t e , with s p e c i a l r e f e r e n c e t o Fr a n c e . Chapter V I . Le Role de 1 ' e l i t e . The r e s p o n s a b i l l t i e s o f the i n t e l l e c t u a l 6 1 i t e i n contemporary s o c i e t y . , T t ^ s d u t i e s a r e , n e g a t i v e l y , t o defend s p i r i t u a l c i v i l i z a t i o n a g a i n s t the encroachments of i n d u s t r i a l c i v i l i z a t i o n , p o s i t i v e l y , t o extend the i n f l u e n c e of t r u e c u l t u r e by edu c a t i n g the masses. C o n c l u s i o n . The c o n t r a d i c t i o n s t o be found i n Duhamel's thought. GEORGES DUHAMEL ET LA CIVILISATION CHAPTTRE 1 LA FONCTION SOCIALE DE L'ECRIVAIN. "Deli-Tre" des nalves ideologies du XlXe. s i e c l e , c'est-a-dire d»une confiance excessive dans I n v o l u t i o n actuelle de l'espece, j'use de mon dr o i t et remplis mon devoir d'homme vivant: je veux librement connaftre, comprendre, juger, c r i t i q u e r l e temps dans lequel je s u i s . " l I I est des ecr i v a i n s de souche modeste q u i , en arrivant au f a l t e de leur g l o i r e U t t S r a i r e , ont oublie leurs origines et leurs responsabilit£s envers ceux, parents et camarades, q u ' i l s ont connus a leurs debuts. L ' h i s t o i r e , et malheureusement surtout l * h i s t o i r e toute r£cente, nous fo u r n i t maints exemples de semblables desertions. Michel Ragon s'est f a i t un devoir dans son ouvrage de merite, Les Ecrivains du Peuple. de nous parler de ceux qui n'ont pas f a i t defection. "Mais v o i l a ... que de ce peuple montent des i n t e l l e c t u e l s , des a r t i s t e s , des ec r i v a i n s , q u i , au l i e u de s'amalgamer a. l ' e l i t e h ^ r e d i t a i r e comme c ^ t a i t l'usage etabli, s'y refusent. l i s se font une f i e r t e d'Stre des f i l s du peuple. l i s se font une volonte* de ne pas t r a h i r . " 2 Georges Duhamel, l u i , est de ceux qui n*ont pas t r a h i . C'est vers l e s pauvres qu f a penehe son ame f r a t e r n e l l e , son oeuvre entiere est consacree aux humbles, aux hommes a 1*abandon. "Que ce s o i t Jules Romains, Georges Duhamel, Charles Vildrac ou Luc Durtain en l i a i s o n avec l'Abbaye, tous te*moignent une comprehension et un amour pour l e peuple, a l l a n t , ehgz certains a s'intdgrer aises revendications s o c i a l e s . " 3 1 Paroles de Me*dec i n . 204. 2 Michel Ragon, Les Ecrivains du Peuple, 11, 3 Ouvrage c i t e . 254. - 2 -Pour Georges Duhamel, l e s mots de fonction soelale n ^ n t aucun sens p o l i t i q u e . C'est-a-dire que, pour l u i , l a fon c t i o n sociale de l * e c r i v a i n n fa aucun rapport avec ses a c t i v i t e s en tant que m i l i t a n t de l a p o l i t i q u e s o c i a l e . Gela ne veut pas d i r e que 1'ecrivain ne puisse accepter de responsabilltes dans l e domaine p o l i t i q u e . Au contraire, "Chaque e c r i v a i n se trouve l e seul juge de son a t t i t u d e . Notre devoir est t o u t e f o i s , en raisonnant sur l e s f a i t s , de chercher l e s elements d'une doctrine."1 C'est une double fonction que Duhamel s*impose, c e l l e de f a i r e mieux comprendre l'homme a l'homme; c e l l e de c r i t i q u e r l a c i v i l i s a t i o n et l e s oeuvres de l a c i v i l i s a t i o n . "Uh e c r i v a i n joue ... a mon regard sa fonction s o c i a l e quand i l nous aide a mieux comprendre l'homme et l e monde, ••• quand i l est vraiment un decouvreur, un inventeur, un detecteur, que cette propriety de detection s'exerce immediatement, sur l e s etres, l e s evenements, l e s phenomenes, ou, mediatement, sur l e s pensees et l e s ouvrages d'un homme, d'un peuple, d'une c i v i l i s a t i o n . " 2 Duhamel se rend compte que l'homme moderne cherche aveuglement l a v e r i t e dans une obscurite qui menace d'etre de plus en plus complete; l'homme a perdu l a f o i , mais, a f f i r m e - t - i l , i l l u i reste lui-meme, l'homme. Peu lmporte l e progres des techniques machinistes, ce n'est n i dans 1'americanisme, n i dans l e communisme, n i dans l a bureaucratie, bref ce n'est pas dans tout ce qui vise a 1*augmentation des richesses materielles par l ' e f f o r t c o l l e c t i f que l'on va trouver l e secret du bonheur, mais bien au contraire, l e 1 Defense des Lett r e s, 184. 2 "Deux Textes." Mercure de France, c c l x x i , l e 15 novembre, 1936, 449. - 3 -bonheur se trouve dans l a liberte et plus precisement dans le coeur humain. Henri Bordeaux l u i d i t , lors de sa reception a l'Academie francaise: . . • "vous vous Stes detourne des fausses experiences humaines, l a russe et 1'americaine. Elles ne sont pas a l'echelle de l'homme. Elles ne tiennent pas un compte suffisant de l a dignite de l a personne. Toute votre oeuvre, s i avide de bonheur humain, est tournee, s i 1'on y regards de pres, vers cette vie morale, cette , c i v i l i s a t i o n morale qui f o r t i f i e et eleve l'individu." x On a reproche a Duhamel de ne pas prendre part aux luttes politiques qui se font jour a l'heure actuelle. Entre autres, Henri Barbusse l u i reproche de n'Stre . . . "ni un revolutionnaire, n i un proletarian. II n'admet guere l a violence r e c t i f i c a t r i c e et constructive et demeure assez rebelle au realisms demesure de l a multitude." Mais bien que, dans le mime a r t i c l e , Barbusse se montre tres indulgent pour Duhamel et assez severe pour Salavin, qui est pourtant son f i l s s p i r i t u e l , . . . "l'abfme a l a droite de Duhamel," 3 i l f a i t montre d'une incomprehension totale des opinions de Duhamel en l u i faisant blame d'un manque de conviction partisans. C'est justement que Duhamel tient a pouvoir t r a v a i l l e r librement, sans se subordonner a une philosophic politique quelconque. Ue me suis) • • • "resolu fermement a m'exprimer tout seul," • • • d i t - i l . "Du moins me 1 Gerard Bauer, "Georges Duhamel a l'Academie." Revue de Paris, iv, le 15 j u i l l e t , 1936, 465. 2 Henri Barbusse, "Journal de Salavin par Georges Duhamel." Humanite. l e 30 Janvier, 1927. 3 Jean Prevost, Georges Duhamel. 149; semble-t-il boh, quand les hommes se laissent a l l e r a tous les de'lires c o l l e c t i f s , de dire que l'individu seul merits mon acte de f o i . " 1 N'empeche que, quoique jouissant du privilege du l i b r e arbitre, i l s'estime un ecrivain de litterature militante, mais toujours suivant sa definition particuliere; • . . " l a litterature militante, eelle des gens qui tirent a peu pres tout de leur propre fond." 2 Tl semble que Duhamel aimerait qu'il n'y ait pas de rapport entre les problemes politiques et les problemes culturels, qu'il voudrait ne pas s'oecuper de l a politique de peur d'y souiller l a purete de sa mission s p i r i t u e l l e . Mais voila que, malheureusement, le tourbillon de l a politique moderne l'a emporte pour ainsi dire malgre l u i , et l'a o b l i g e , tant bien que mal, a s'oecuper i ' e l l e . Pour le metier de po l i t i c i e n i l n'a que du mepris. "Les ideologues, les politiques, les orateurs de congrfes s'acharnent a corrompre et les idees, et les termes." 3 II les traite de . . . "vieux specialistes a jamais desertes du genie." 4 Mais Duhamel etablit une distinction entre l a c i v i l i s a t i o n mecanique, fondee sur des methodes scientifiques irrefiechies, et une autre c i v i l i s a t i o n , c e l l e - c i morale, et reposant sur les vraies valeurs culturelles. 1 Defense des Lettres, 184. 2 Chronlque des Saisons Ameres, 55. 3 Paroles de Medeoln. 3. 4 Lettres au Patagon, 44. - 5 -"J'ai consacre une grande part de ma vie a 1'etude et a l a critique de notre c i v i l i s a t i o n occidentale. Examiner l a valeur humaine et l a portee morale de toutes les belles decouvertes qui ont bouleverse notre c i v i l i s a t i o n , deceler le danger sous les apparences du bienfait, mettre en garde nos societes frivoles contre l a seduction qui vise principalement a creer des besoins nouveaux puis a les satisfaire tant bien que mal, en verite, a l a v e i l l e de cette guerre, rien ne me semblait plus necessaire et plus urgent."1 Gela veut-il dire que, preoccupy par les grandes questions de valeur morale, M. Duhamel se desinteresse flfela condition populaire? Nullement. Sa predilection va toujours aux pauvres, aux faibles, aux coeurs malades. Cette predilection se f a i t voir par excellence dans l a serie de romans construite autour du meme personnage, Salavin. Duhamel croit que 1*ecrivain a un devoir envers les hommes abandonnes, mais s ' i l s'occupe des maux de l a societe, ce sera suivant l'exemple des revolutionnaires de 1848. Son but sera de former une societe d'apres 1*image ooncue dans ses meditations s o l i t a i r e s . "J'ecris pour ces petites gens d'entre lesquels Je suis s o r t i . C'est pour eux comme pour les autres que y&± lanctf par le monde maints messages imprimes. Et plus ils sont nombreux a preter l ' o r e i l l e , plus je me sens f i e r et content. Ils savent bien, i l s sentent bien, • . • que s i l'on decouvre un moyen, j'entends un moyen raisonnable, humain, loyal, de rendre leur vie plus belle, plus heureuse, plus justement r^compensee, je demanderai de tout mon coeur que ce moyen soit mis en oeuvre et je ferai mon possible pour aider les bons artisans d'une societe moins barbare." 2 1 Chronique des Saisons Ameres. 141. 2 Defense des Lettres. 47-48. - 6 -. Done, bien qu'a l 'egard des questions purement polit iques i l tende a rester au dessus de l a meie'e, Duhamel est en r£alite" un ecrivain mil i tant qu i , sur son ter ra in propre, f a i t de l a l i t t e ra ture engagee. n est par consequent evident q u ' i l n'est pas champion de l a theorie de ' l ' a r t pour l ' a r t ' . "Le clerc qui se refuse a toute intervention paralt non pas sublime et l i b r e dans sa purete, mais bien plutot s t e r i l e et captif de son egoisme." 1 n faut preciser seulement que Duhamel se l i v r e plus volontiers a l 'etude des problemes de l ' i n d i v i d u qu'a ce l le des problemes de l a c o l l e c t i v i t e . C'est-a-dire, ce sont les questions morales et cul turel les qui l e seduisent, et non pas les questions pol i t iques. "Le pr incipal devoir des Fran^ais dans l a gehenne ou i l s se trouvent encore, comme toute l'humanitg, e'est de sauver les valeurs de l a c i v i l i s a t i o n dont i l s sont les depositaires." 2 C'est un devoir que Duhamel, en bon patr iots , a fidelanent rempli depuis ses ouvrages de l a premiere guerre mondiale jusqu'a son plus recent roman. "On se trompe souvent sur l e bonheur et sur le bien" . . . . et Georges Duhamel a pr is et prend toujours l e soin de nous en montrer l a difference, de conduire l'homme dans sa misere et dans sa grandeur, par l a sagesse et par l'amour, vers son veritable 1 Defense des Lettres. 185. 2 C i v i l i s a t i o n Franealse. 72. 3 C i v l l l s a t i o n 1914-1917. 278. - 7 -dest in , l e bonheur. "Le destin de l'homme est de connaitre; mais son devoir est de juger toujours ses aetes de connaissance et d'en prevoir les resul tats ." 1 De l a sa preoccupation des drames de l ' a m i t i e . (Voir par exemple Deux Hommes.) C'est avec l e scalpel de 1'amour fraternal et de l a sympathie humaine que 1'ecrivain medecin a explore l'Sme de l'homme. . . . " l a sympathie est un moyen et presque un Instrument de connaissance." 2 "La passion de l ' a m i t i e , toujours, a domine ma vie . . . . S i l ' ami t ie forme un des themes essentiels de mes ouvrages, c'est d'abord qu 'e l le fut, qu 'e l le est, qu ' e l l e sera l ' u n des ressorts de mon experience humaine." 3 Malcolm Cowley d i t a cet egard: "Duhamel studied science because of his passion for the t ruth, but i t was human pi ty made him a wr i te r . " ^ En effet, ce qui frappe d'abord dans toute son oeuvre, c'est son immense sens ib i l i te de tous les mouvements d'ame. En revanche, des l a guerre de 1914-1918, i l n 'a cesse de condamner l a c i v i l i s a t i o n scientifique et indus t r i e l l e , dont i l previt alors que l e regne aboutirait a un immense g echec. Dans une conversation avec Andre Lang i l affirmer "Pendant l a guerre je pensais: 'Plus r ien n'est ce r t a in . ' Puis je me r av i s a i : ' S i , quelque chose 1 Chronique des Saisons Ameres. 130. 2 Paroles de Medecin. 228. 3 Biographie de mes FantSmes, 58. 4 Malcolm Cowley, "Duhamel ,^M.D. , " . The Bookman, e v i l , l e 23 a v r i l , 1923, 162. 5 La Possession du Monde. 272. - 8 -est certain. L'homme qui est en face de moi souffre. Deux et deux peut-etre ne font plus quatre, raais l'homme qui est en face de moi eouffre, cela, c'est une certitude.'" 1 Ainsi M. Duhamel pose l e probleme m§me de l a c i v i l i s a t i o n , • . . " s i e l l e n'est pas dans le coeur de l'homme, eh hien! 2 e l l e n'est nulls part." Done l a c i v i l i s a t i o n qu'envisage Duhamel est cette c i v i l i s a t i o n dont l e siege se trouve, non pas dans 1'intelligence, mais dans le coeur. C'est en soignant, en nourrissant, c'est en cultivant l e coeur de l'homme qu' i l croit servir l a vraie c i v i l i s a t i o n , tout comme i l croit servir l'humanite en critiquant les exces et les folies de l a c i v i l i s a t i o n soientifique. C'est l a , semble-t-il, l e mecanisme de sa dialectique socials. "Que 1'intelligence supreme du monde echappe, en cette heure trouble, a ceux qui en sont les t i t u l a i r e s patented, voila qui rassure et me p l a i t . Qu'elle hante un poete, voila qui m'enchants, reconforte." 3 Voila pourquoi, dans toute son oeuvre, dans les confusions des partis pris et dans l a haine des opinions, Duhamel a 61eve et eleve toujours sa voix en faveur des innocents abandonnes ou opprim^s. Trouble par un intense d£sir de communier avec l'humanite souffrante, surtout depuis qu'il a assiste a son martyre pendant son service de cinquante mois de front en qualite de chef d'equipe d'une autochir, 1 Andre Lang, Voyage en Zigzags dans l a R6publique  des Lettres, 119. 2 Civ i l i s a t i o n 1914-1917. 278. 3 Lettres au Patagon. 43. - 9 -son esprit s'est oriente vers les problemes souleves par les experiences affreuses que subit l'humanite contemporaine. Gabriel Brunet dit a ce propos: "Dans ce monde d'apres-guerre, qui fut l a turpitude apres l'horreur, M. Georges Duhamel voulait croire encore que l a formule: amour de l'homme pour l'homme n'etait pas un leurre. II refusa d'etre 1'exile hautain de l a Tour d'lvoire . . . . En face de cette humanite, tout ensemble bourreau et victime d'elle-me*me, i l voulut Stablir un c l a i r diagnostic. Et sa meditation s'orienta vers l'idee de c i v i l i s a t i o n . " 1 Avec ce souci constant du bien de l'humanite au coeur, bien q u ' i l croie a l a necessity des heretiques, mais pour les convaincre et non pour les bruler, 2 sa critique de l a IT c i v i l i s a t i o n se distingue par sa qualite mordants et amere. Mais que l'on ne s'en etonne pas, car n ' e s t - i l pas vrai que I*indignation est souvent le signe d'un coeur f a i t pour 1 ' a m o u T ? ^ Dans une crise tellement grave, a quo! l u i servirait cette espece d»indifference qui s'appelle 'impartialite'? "L'impartialite de laboratoire n'a pas de sens quand i l s'agit de l'humanite, quand i l s'agit de notre Stre et de notre domaine. Observer et depeindre sans evaluer supposerait une attitude f a t a l i s t s , contraire au sens m t m e de 1'esprit occidental." 5 1 Gabriel Brunet, "Georges Duhamel et l a ' C i v i l i s a -tion' americaine", Mercure de France, ccxxv, l e l e r Janvier, 1931, 6. 2 La Possession du Monde. 226. 3 Voir par exemple Scenes de l a Vie Future, Q,uerelles  de Famille et Chronique des Saisons AmeresJ 4 Voir 1'opinion de Jean Prevost: "Duhamel est tendre plutSt que bon." Georges Duhamel, 148. 5 Paroles de Medecin, 9-10. - 10 -Telles quelles, ces convictions impliquent une attitude humanists. Humanists, nul doute que Georges Duhamel ne l e soit a un point eminent. II semble que le mot d'humanisme comprenne l a definition meme de sa philosophie. Quel est done cet humanisme qu ' i l n'a jamais cesse de mettre en oeuvre dans son combat permanent centre "l'ivresse du rationalisms triomphant"Duhamel le decrit de cette faqon: "Pour un lettre du XXe siecle, 1'humanisme veritable comporte 1'Ideal d'equite, de liberte, de desinteressement, bref d'humanite, car, petit a petit, les idees comme les mots se compenetrent,"2 Simon, dans son ouvrage sur Duhamel, definit son humanisme: . . . "1'affirmation de l a souverainete de l'homme, centre de l'univers et mesure de toute chose." 3 Dans l a deontologie de son metier, exposes dans l a Defense des Lettres, Duhamel, apres avoir demontre que l a definition primitive du mot d'humanites fut limitee aux etudes dites 'lettres humaines', f a i t observer qu'en evoluant, le mot a acquis maints autres r e f l e t s , et qu'en l'employant, nous pensons involontairement aux plus nobles vertus humaines. II ajoute: "L'une de ces nobles vertus est le gout de former des pensees gratuites ou d'accomplir des actes desinteresses, en d'autres termes de former des pensees et d'accomplir 1 Ghronique des Saisons Ameres, 78. 2 Ouvrage cite. 78. 3 P.-H. Simon, Georges Duhamel. 188. - 11 -des actes qui ne semblent pas susceptibles d'un loyer immediat, d'un benefice temporal, d'une remuneration precise et c a l c u l a b l e . " 1 F a u t - i l evoquer l e souvenir des annees tragiques de 1'occupation, pendant le s q u e l l e s , ses l i v r e s etant i n t e r d i t s , i l n'en continue pas moins a exprimer ouvertement sa f i d e l i t e et sa confiance, tout comme i l se t i e n t prSt toujours a aider, a soutenir, a guider l e s Smes perdues? Cet e c r i v a i n francais, en se refusant a tout dogmatisme, prefere, pour mieux s e r v i r ses semblables, se referer a un humanisms admirable; et en c e l a , i l est dans l a meilleure t r a d i t i o n francaise. Michel Ragon, bien q u ' i l affirme, non peut-Stre entierement avec raison, que Georges Duhamel n'est pas un e c r i v a i n p r o l e t a i r e , n'a pourtant pas t o r t de l ' i n c l u r e dans son ouvrage sur l e s ecrivains du peuple. Car c'est en sa qualite d'humanists francais que Duhamel a consacre sa vie d'ecrivain a l a conservation des valeurs eternelles de l a c i v i l i s a t i o n , et, ce f a i s a n t , a l a defense des droi t s des masses populaires. 1 Defense des L e t t r e s , 309. CHAPITRE 11 LE DESINTERESSEMENT. "Le mot de gratuite" est un des maltres-mots de l a France i n t e l l e c t u e l l e . " 1 Que Georges Duhamel s o i t humaniste par l'inte"ret diesinte'resse q u ' i l porte au sort de l'humanite, nous croyons l ' a v o i r indique 1. Simon nous demontre que Duhamel est 6gale-ment humaniste par l a d e f i n i t i o n t r a d i t i o n n e l l e du mot, d e f i n i t i o n q u ' i l expose a i n s i : "Dans l e langage du c r i t i q u e l i t t e r a i r e , humanisme s i g n i f i e une certalne methode de culture: c'est l a formation de 1'esprit par l e s grandes t r a d i t i o n s de l'antiquite* greco-romaine, prises d'abord a l e u r o r i g i n s , ensuite dans leur. developpement a travers l a pensee europeenne depuis l a Renaissance. En ce c a s , ? l a notion d'humanisme r e j o i n t c e l l e d'esprit classique."^ Gette d e f i n i t i o n , semble-t-il, montre bien l e s raisons pour lesq u e l l e s Duhamel prend l e r S l e de defenseur de l a doctrine humaniste. Dans sa crainte des eff e t s d£sastreux de 1'esprit pratique, qui, a son regard, t r a v a i l l e a 1'oppose de 1'esprit humaniste, 11 est amene* logiquement t e t de faqon ine v i t a b l e a re*clamer l e maintien des etudes t r a d i t i o n n e l l e s . C'est que, pour M. Duhamel, l a seule defense efficace contre cet es p r i t pratique qui a jete l a c i v i l i s a t i o n dans l e desordre ou e l l e se trouve en ce moment, c'est 1'esprit desinteresse". Car 1'esprit pratique n ' e s t - i l pas justement l ' e s p r i t inter^sse? 1 C i v i l i s a t i o n Franoaise, 33. 2 P.-H. Simon, Georges Duhamel. 187. - 13 -Lui-meme a formule l a definition de 1'humanisms de l a sorte: "L'humanisms moderne est 1'ensemble des notions qui ne semblent pas susceptibles d'application Immediate."^ Et i l ajoute: "Cela signifie que l a culture occidentale me paraft fondee sur le desinteressement d'abord."2 Bien entendu, Duhamel comprend que le desinteressement, meme le plus pur, est fonde, paradoxalement, sur une sorte d'interet. II est vrai que les seules actions entierement gratuites ne sont accomplies que par les alienes. Mais bien que les hommes sains aient toujours besoin d'agir de maniere a servir un interet defini, lorsque cet interet se trouve Stre celui de l'amitie, de 1'amour, de l a f o i ou de 1'esprit, bref quand cet i n t e r S t arrive a s'identifier a une cause qui vise a delivrer l'homme de ses soucis temporels, 3 cette action est, proprement dite, desinteressee. Le desinteressement done comporte l'idee meme de cette gratuite qui est le ressort de toute c i v i l i s a t i o n veritable. Pour combattre les seductions nefastes des etudes pragmatiques, Duhamel preconise 1'etude des humanites. Cela veut-il dire qu'il nie l a valeur des etudes scientifiques? Au contraire, i l avoue dans son autobiographie que c'est dans l a culture scientifique reeue au temps de sa jeunesse qu'il a 1 Chronique des Saisons Amere3, 144. Z Loc. c i t . 3 Positions Franeaises, 46. - 14 -pris le gout de l a methode et de l a discipline du t r a v a i l . 1 II va meme jusqu'a considerer les etudes scientifiques comme necessaires a 1'(education complete de l'humaniste moderne. . . . "1'humanisme moderne, sagement entendu, doit, au principe, admettre 1.'etude perseverante de deux grandes langues de l a c i v i l i s a t i o n mediterraneenne, mais . • • i l doit admettre aussi l'etude de certaines langues modernes et, enfin, un certain nombre de sciences au premier rang desquelles je place l a biologie." 2 Inutile de dire que G-eorges Duhamel, lui-meme medecin et biologiste, a recu une education analogue. Rien de contradictoire done dans l'etude de deux sciences, l a classique et l a pratique, qui semblent, au premier abbrd, de tendance opposee. Mais Duhamel s'inquiete de ce que les etudes scientifiques prennent de 1'ascendant au prejug£ des etudes humanistes qui menacent par consequent de disparattre. Car les etudes scientifiques, de nos jours issues d'une c i v i l i s a t i o n malade, sont elles-memes instables, comme s i elles n'en etaient que le r e f l e t . "Rien . . . ne nous permet d'imaginer ce que serait un monde entierement consacre a ces fameuses connaissances pratiques, dont nous comprenons toutefois fort bien qu fBiles sont tout a f a i t perissables, qu'elles demandent chaque annee, cheque jour, d'inquietes r e c t i f i c a t i o n s . " 3 Duhamel, avide de stab i l i t y , pense l a trouver dans cette longue experience humaniste qui, & travers les siecles, a produit sous sa discipline tant d'hommss admirables. Par 1 Biographie de mes FantSmes. 13. 2 Ohronique des Saisons Amlres. 78. 3 Ouvrage c i t ^ . 81. - 15 -consequent i l regrette 1'affaiblissement des etudes classiques dans les ecolss secondaires fran<?aises, et i l voudrait revoir 1'application des systemes d'humanites avec l a m§me rigueur que naguere.^ II a une confiance inentamee en les etudes latines corame discipline intellectuelle. "II m'a f a l l u "bien des annees pour s a i s i r le sens de l a gymnastique humaniste, pour comprendre que 1'etude assidue de deux langues mortes est, dans un siecle sordide, ipreuv© de de sinteressement et que le ctesinteressement est le principal ressort de l a c i v i l i s a t i o n veritable." 2 Contre les usurpations d'une methode barbare, i l v e i l l e a ne rien laisser perdre de cette culture veritable, heritage des siecles passes. Pendant les plus sombres jours de 1'occupation allemande, ou tout evenement ne fut qu'une autre demonstration de l a f a i l l i t e totale de l a c i v i l i s a t i o n occidentals, Duhamel s'ecria, "Les calculs des calculateurs trebuchent sur les chemins secrets de l a vie." 3 Et i l nous avoua que ce fut presque avec p l a i s i r qu'en contemplant l a disette qu'eprouverent les pays d'Europe, i l nous parla des l o i s souveraines du desinteressement. 4 Car Georges Duhamel est avant tout un contemplateur. "A partir du moment ou 1'action prime ou bafoue le reve, l a c i v i l i s a t i o n est en p e r i l . " 5 1 Chronique des Salsons Ameres, 44. 2 Inventaire de l'Abfme. 138. 3 Chronique des Salsons Ameres. 116. 4 Loc. c i t . 5 Ouvrage cite. 115. - 1 6 -"Le monde n'est h i au chercheur, ni a 1'observateur, mais au contemplateur. Ce n'est peut-Stre pas l u i qui exploitera les tresors decouverts; c'est l u i qui trouvera une l o i en voyant tomber une pomme ou en regardant b o u i l l i r une marmite d'eau. C'est l u i qui saisira, au vol, un des secrets de l a nature. Et les autres, tous les autres, ne feront que l'imiter, l e p i l l e r , l e mettre au p r o f i t . " ! II ne contemple pas en mystique qui tourne le dos a l a re a l i t e , i l n'a pour objet de sa contemplation aucun systeme abstrait de philosophic; c'est l a vie meme qu'il contemple. Cette contemplation ne prend jamais forme d'une gymnastique intellectuelle, et c'est pour cela qu'elle a enfante une ethique. M. Le Cannu commente fort bien ce phenomene; "II y a dans l a contemplation de G. Duhamel une place immense reservee a l'evenement, en tant que manifestation quelconque de l a vie, sans que l'homme fasse un effort quelconque pour percevoir. II entend et contemple quand d'autres observent et ecoutent." 2 Inutile de chercher l a c i v i l i s a t i o n dans cette automobile aerodynamique, dans ce poste de T. S. F., ni meme dans cette baignoire luxueuse. Elle se trouve dans l a reflexion qui, pour Duhamel, est synonyme de culture-veritable. 3 Cette reflexion doit §tre alimentee par l a lecture, c'est-a-dire par un choix judicieux de l i v r e s . Ainsi s'explique l a formation de l'humaniste. 1 Chronlque des Saisons Ameres. 115. E G. M. Le Cannu, "Propos d'un honnete homme," Paru, a v r i l 1945, 6 7 . 3 Defense des Lettres, 31. - 17 -"Les biologistes nous expliquent volontiefs que l a ci v i l i s a t i o n n'est pas inserite-dans l'oeuf. L'oeuf ne transmet et c'est deja considerable que les proprietys animales de l'espece ou de l a race. La ci v i l i s a t i o n est toute entilre dans l'education, dans l a tradition, toute entiere dans nos l i v r e s , dans nos bibliotheques, dans nos methodes."! L'homme dans son etat naturel est barbare. La ci v i l i s a t i o n industrielle est incapable de le sauver du barbarisms, puisque elle-meme est 6galement barbare. . • • "du tr a v a i l des savants, l!humanite n'attend plus n i l a delivrance, ni le bonheur, mais un surcroft de misere et d'angoisse." 2 L'homme moderne cherche dans l' a c t i v i t e des affaires pragmatiques un narcotique pour oublier ses v^ritables besoins en y substituant des besoins factices, pour s'oublier lui-meme. "Dans ce tourbillon des affaires, l a plupart des hommes cherchent non seulement leur subsistence, mais encore a se detourner d'eux-memes, a se f u i r et a f u i r ' l a presence de Dieu en eux."*5 Le devoir de l'humaniste, au contraire, est d'apprendre et de connaltre, surtout d'apprendre a se connaftre lui-meme, de sentir 'la presence de Dieu' en l u i . L'obligation de l'humaniste est done de t r a v a i l l e r au maintien et a 1'avancement des etudes humanistes, tout en les defendant eontre les empietements sinistres des etudes pratiques. 1 Chronique des Saisons Ameres, 81. 2 Paroles de Medecin. 45. 3 Biographic de mes FantSmes. 17. - 18 -"La discipline des lettres humaines a f a i t ses preuves . . . . Le genie occidental est actuellement menace dans son empire par l a conjuration des autres pays du monde et par ses fautes, par ses discordes intestines. V a - t - i l en un pareil moment, renoncer a des methodes qui l'ont toujours s i bien servi? A ces premieres questions je reponds tout net que le monde occidental ne doit pas et ne peut pas s ' o f f r i r une experience t e l l e . " 1 S i l a forme l i t t e r a i r e de 1'humanisme est le classicisms, Georges Duhamel est sans doute un classique. II est classique par sa preference declaree pour les grands auteurs classiques; i l l'est egalement par sa curiosite des problemes moraux, abstraits, et universels. II avoue lui-meme: nJe ne suis pas un romantique. J'observe et dis ce que je vols." II reproche aux Romantiques de ne pas s'etre tenus au courant des problemes de leur epoque. II les accuse de n'avoir cherche dans l a litterature qu'un moyen dl'echapper a l a realite. "Les ecrivains romantiques, et, a leur suite, tous les artistes de 1'epoque, enivres de leur propre genie, ont honore l'art dans un temple." 3 Quant a leurs successeurs, i l les trouve meprisables. "Les meilleurs heritiers de ces gens il l u s t r e s ont alourdi leur tradition. I l s ont cree le splendide isolement, dresse l a tour d'ivoire et creuse tout autour un fosse chaque jour plus profond." 4 C'est des grands auteurs classiques que Duhamel attend 1*inspiration. Andre Therive l u i trouve des ancetres 1 "Humanites|" Mercure de France, cclxix, l e 15 j u i l l e t , 1936, 227; 2 Fables de mon Jardin. 85. 3 La Possession du Monde. 162. 4 Loc. c i t . - 19 -li t t e r a i r e s dans le style de Rousseau et de Diderot. 1 Qu!il y a i t des ressemblances dans le style, i l se peut bien, mais i l faut dire que Jean-Jacques Rousseau en tant qu'homme l u i deplait enormement. Mais ce sont justement les qualitSs romantiques, ou que Duhamel estime romantiques, de Rousseau qui l u i repugnent. Certes, M. Maurice Martin du Gard l u i trouve des ressemblances avec Diderot, pour les raisons suivantes. "Philosophe comme au dix-huitieme, encyclopedists, botanists • • . , biologiste avec plus de science, gourmet plus que Diderot lui-mlme, pere de famille comme l u i , . . . pedant en rien, tout d'une source, heureux de vivre. presse de vivre, jamais une heure qui sonne creux" 2. . . . Quoi qu'il en soit, c'est plutSt Descartes et Pascal que Duhamel respecte et admire, precisement, semble-t-il, parce qu'il trouve en eux les doutes et les angoisses aussi bien que les vertus qui sont les siens. II admire en Descartes son . . . "desir de distinguer l e vrai d'avec l e faux." Mais i l admire encore davantage • . • " l a maltrise d'un homme qui n'est pas tyrannise par son coeur, mais qui le gouverne fort bien." 4 Car c'est ce manque de maltrise emotionnelle chez Rousseau qui l u i aeplatt. En effet, i l en est tellement deconcerte que l e medecin 1 Andre Therive, Georges Duhamel, 56. 2 Maurice Martin du Gard, "Georges Duhamel,", Nouvelles Litteraires, l e 23 nbvembre, 1935. 3 Les Confessions sans Penitence, 107. 4 Ouvrage cite. 105. - s o -Duhamel ne peut s'empecher de faire le diagnostic des maladies pathologiques du grand precurseur des Romantiques.1 Car Men que Georges Duhamel admette 1'ascendant du coeur, c'est le coeur dirige par 1'intelligence qu'il entend. De meme que Descartes, Pascal merite son enthousiasme, parce que, "un monstre d'intelligence" i l reconnaft pourtant des connaissances autres que rationnelles. "A cote de 1*instrument rationnel, Pascal en entrevit d'autres. II parle de bon sens et d'esprit de finesse. II parle du coeur." 3 A l a verite, c'est Pascal qu ' i l nomme son maftre et qu'il invoque avec l e plus de ferveur. "Le nom de Pascal est un symbole de toute l'esperance humaine. Le drame de Pascal est le drame de tous ceux qui cherchent et qui souffrent." 4 Classique par ses maftres de l a pensee, Duhamel I'est avant tout par son style. Andre The'rive l'estime un classique parce que, bien different des jeunes £crlvains d'aujourd'hui, i l reconnaft des maftres de langage, et comme exemple i l signals l e grand respect pour Littre que ressent 5 Duhamel. C'est dans le style de Georges Duhamel que l'on volt sa volonte constante d'equilibrer 1'intelligence et l a sensibility, l e tout exprime dans une langue sobre et pure en meme temps que courante, bref dans une langue classique. 1 Les Confessions sans Penitence. 19. 2 Ouvrage ci t e . 128. 3 Ouvrage clte\ 129. 4 Ouvrage cite". 143. 5 Andre" Therive. Georges Duhamel. 36. - 21 -"Le mot est toujours l e plus simple, le plus concret. . . . l a beaute de son style . . . vient de oette plenitude de chaque mot, jusque dans 1'extreme simplicity et une negligence toute de rondeur et de "bonhomie." 1 Certes, a premiere vue cette description ne semble guere celle du style classique. Mais quoil l'ecrivain classique n' e s t - i l pas celui qui vit dans son Epoque, qui traite les problemes fondamentaux de son epoque, problemes qui sont en dlerniere analyse ceux de tous les figes; n'est-ce pas c e l u i - l a l e vrai classique, plutSt que celui qui r£pete et imite servilement les mattres des siecles passes? "N'est-il pas . . . logique d'admettre que ce poete, dans la partie essentielle de son oeuvre, a su reprendre et renouveler les problemes eternels de l a philosophic morale, en leur donnant cette forme qui touche le plus directement, l e plus universellement les esprits et surtout les coeurs de ses contemporains?"2 Esprit classique en tant qu'esprit europeen, voire universel Duhamel s'gcria en 1935: "Je suis un Europeen de Paris, et je voudrais Stre, transformant l e mot de Goethe, un Frangais citoyen du mondeI" En verite, depuis l a premiere guerre mon&iale, i l s'est consacrS a sauver 1'Europe,. & sauver 1'esprit europeen. II faut avouer que ses efforts pour vaincre 1'esprit de nationalisms Stroit n'ont malheureusement pas eu beaucoup de succes. II n'en reste pas moins un champion de 1'internetionalisme, et a ce propos i l 1 Jean Ehrhard, Le Roman franQais depuis Marcel Proust, 99-100. 2 Achille Ouy, Georges Duhamel. 163. 3 Nouvelles Litteraires, le 7 d£cembre, 1935. - 22 -eonvient de noter qu'il exerce l a presidence de 1'Alliance Franc/aise. Mais tout compte f a i t , c'est dans l a r^publique dies lettres europeennes que Duhamel a porte le plus dl'influence. C'est par un besoin d'ordre dans le monde, d'ordre dans l a pense*e, d'ordre dans le style? II reproche aux Dadalstes d'avoir voulu s'exprimer de facjon incomprehensible. II comprend bien leur revolte, i l se rend compte qu'ils sont issus d'un monde bouleverse par des catastrophes mondiales, ou les anciennes l o i s n'attirent plus de respect, ou les princlpes moraux qu'ils avaient appris sont violes par ceux-la meme qui les leur ont enseignes; mais, d i t - i l sagement: • • • "l'orage s'e*loigne. La plupart de nos re"volte*s ont compris que, pour donner plus de force et plus d'efficace a leur requisitoire, i l s avaient interest a l'exprimer en langage connu."1 En cela i l confirme 1'opinion d'Aragon, lui-me*me ancien dadalste, qui deerit cette epoque de sa vie comme celle de l'anarchie, • . • "anarchie politique et anarchie intellectuelle, . . • nous nous y etions . . . perdus comme dans les fourres enchantes d'une f o r S t mal^fique ," 2, . . Evidemment c'est un tout autre chemin que celui de Duhamel qu'Aragon a du" pare our i r pour se deoarrasser de "cet anarchisme bourgeois que nous portions en nous," et que 1 Lettres au Patagon. 41. 2 Louis Aragon, L'Homme Communiste, 226. 3 Ouvrage ci t e . 227. - 23 -Duhamel, l u i , n'a jamais porte. En effet, c'est ce besoin universel d'ordre qui permet a Duhamel de croire a une nouvelle periode classique.^" Classique par son humanisme desint^resse, par ses gouts l i t t e r a i r e s , par sa morale universelle, Duhamel l'est surtout par son style, style qu'il deerit lui-meme: • • • "une bonne langue, une langue cla i r e , ce qui signifie une langue simple et correcte. Une langue pure, et non une langue paralyses par le purisme."2 Rien de plus dangereux, bien entendu, que de tr a i t e r un vivant comme un classique, mais, a notre avis, l a definition de Sainte-Beuve resout definitivement le probleme, car c'est une definition qui sied a l a perfection a Georges Duhamel. "Un vrai classique, comme j'aimerais a 1'entendre definir, c'est un auteur qui a enrichi 1'esprit humain, qui en a reellement augments le tresor, qui l u i a f a i t faire un pas de plus, qui a decouvert quelque passion eternelle dans ce coeur, o& tout semblait connu et explore; qui a rendu sa pensee, son observation ou son Invention, sous une forme n*importe laquelle, mais large et grande, fine et sens^e, saine et belle en soi; qui a parle a tous dans un style a l u i et qui se trouve aussi celui de tout le monde, dans un style nouveau sans neologisme, nouveau et antique, aisement contemporain de tous les ages." 3 1 Andre Lang, Voyage en Zigzags dans l a Republique des Lettres. 120. Z Defense des Lettres. 268. 3 C.-A. Saine-Beuve, "Q,ufest-ce qu'un classique?", Causeries du Lundi. i i i , 34. CHAPITRE I I I LE REGNE DU COEUR "Nul n'en s e r a jamais depourvu q u i v l v r a par 1'amour." 1 On a u r a i t b i e n t o r t de t a c h e r de fon d e r des r e l a t i o n s entre 1'oeuvre de Georges Duhamel et c e l l e des p h i l o s o p h e s , r e l a t i o n s q u i n ' e x i s t e n t d ' a i l l e u r s p o i n t . Par consequent d i s c u t e r l a p h i l o s o p h i e de Duhamel e s t chose d i f f i c i l e . R i e n de dogmatique dans son oeuvre; i l n'a fonde n i s e c t e n i e c o l e . Aucun de ses romans n'est une oeuvre a these. Mais i l n'en e s t pourtant pas moins v r a i que sa p h i l o s o p h i e impregne tous ses e c r i t s . Comment p o u r r a i t - i l en e t r e autrement, e t a n t donn£ l a r e s p o n s a b i l i t e q u ' i l s'impose de defendre l e s v a l e u r s r e e l l e s de l a c i v i l i s a t i o n ? Sans dogmatisme et sans o r g u e i l , i l veut i n s t r u i r e l e s hommes. Q u e l l e est l a sagesse humaniste q u ' i l veut nous f'aire apprendre? D'abord montrer k l'humanite l e v e r i t a b l e but de l a v i e , et l u i i n d i q u e r l e chemin q u i y c o n d u i t . Ce but commun a t o u t l e monde v i v a n t , c ' e s t l e bonheur. 2 Toute a u t r e a s p i r a t i o n humaine n'est qu'un moyen de l ' a t t e i n d r e , de t e l l e s o r t e que l e moyen et l e but tendent a se confondre. "Le bonheur n'est pas seulement l a f i n de l a v i e , i l en e s t l e r e s s o r t , 1.' express i o n , 1'essence. I I e s t l a v i e meme." 3 Que l ' o n ne se trompe pas sur ce bonheur. I I n'est pas l e 1 L a P o s s e s s i o n du Monde. 185. 2 Ouvrage cite, 25. 3 Ouvrage cite. 27. - 25 -p l a i s i r ou le bien-etre, n i l a jouissance ou l a voluptS.^ En effet, toute l a these de La Possession du Monde est de f s i re comprendre cette d i s t inc t ion . La possession du monde n'est pas l a possession des richesses materielles. On peut, selon Duhamel, posseder de cette maniere toute l a terre et rester bien pauvre. Car n'est-ce pas justement l a volonte de possession mat6rielle qu i , par l ' a r t i f i c e dialectique de rendre l ' i d ee de progres synonyme du d£veloppement des sciences pragmatiques, est l a veritable cause des miseres humaines, crises economiques, guerres, etc.? Non, pour Georges Duhamel, l e veritable bonheur n'est affaire que de l'ame; car cet "agnostique respectueux et a t t en t i f " , 2 hien q u ' i l ne puisse trouver dans l e coeur l a certitude de 1'immortalit6 de l'Sme, reconnaft . volontiers son existence. "Mais que mon Sme so i t , toute pensee en temoigne. et cette vie m&ne, et cette inexplicable vie que vo i l a I " 6 I I s'efforce de donner au progres sa juste def in i t ion , qui est "1'acheminement de l'humanite vers l e bonheur." 4 Au contraire de l a possession mat6rielle, qui est l ' o r i g ine de l a haine et de l a souffranco, l a veritable richesse se trouve dans l a possession du monde par l a sympathie, par l a 1 La Possession du Monde, 36. 2 Les Confessions sans Penitence, 123. 3 La Possession du Monde. 37. 4 Ouvrage c i t e , 237. - 26 -connaissance et par 1'amour. D'autres peuvent croire possdder le bonheur dans l faccumulation des biens; Duhamel trouve l e sien dans l a contemplation d'un arrete-boeuf, 1 d'une touffe de v i o l e t t e s , 2 d'une p i e r r e , 3 ou dans une promenade a travers l a propriete d ' a u t r u i . 4 Sebastien, au paradis, a propos de l a vision de Dieu, t ient avec son ange l a conversa-t ion suivante. '" : Oui, murmura Sebastien reVeur, j 'alma i s tant, durant cette vie premiere, a me promener, au mois de j u i l l e t , dans une grande plaine couverte de bie, ou me reposer sous une tonnelle de pampres. Rien ne me semblait plus doux et plus beaux. " Ne comprenais-tu pas, a lors , chere Sme, que tu voyais Dieu? " Les champs de ble? . . . L'ombre de l a vigne? . . . ces merveilles s i simples? " Ah I f i t en riant S i loe , ingrat l A quo! done songes-tu, cher innocent? As-tu done oublie le pain et l e vin?" 5 On paurrait bien voir i c i une philosophie de mystique, mais n ' e s t - i l pas plutot une philosophie de pantheists, pantheiste sans Dieu, bien entendu, dont i l s 'agi t? Duhamel n'est pas croyant, mais i l n'en est pas moins vra i que son oeuvre entiere enseigne les grandes lecons du Christ ianisme, 1 La Possession du Monde, 34. 2 Ouvrage cite, 119. 3 Ouvrage cite, 120. 4 Ouvrage cite, 124. 5 Souvenirs de l a Vie du Paradis, 21. - 27 -celles do l a sensibility et de l a charity. La possession du monde comprend ygalement l a possession d'autrui. A cet ancien oompagnon de l'Abbaye de Cr^tueil, i l reste de 1'influence de l'unanimisme un grand respect de l a personne humaine, qu'il estime selon une echelle indSpendante des valeurs materielles. II a mis 1'accent sur le c8ty humanitaire de l a philosophie unanimiste. II se l i v r e au monde de tout son coeur, i l sent qu ' i l f a i t partiede l a fraternity humaine, de t e l l e sorte qu ' i l f i n i t meme par s'y identifier, Laurent Pasquier, a bien des egards, a ete concu a 1'image de son createur. Salavin est beaucoup plus qu'un personnage de roman, c'est tout un aspect, quoique supprimy, de l'ame de Duhamel. "La mort seule du h^ros a pu, jadis, me delivrer de Salavin. Et est-ce bien une delivrance? Celui que j'ai entendu nommer s i justement 'notre frere interieur* v i t encore dans mon ombre, i l f a i t parfois encore devier l'une de mes pens^es, l'un de mes gestes." 1 Oui, peut-Stre a cause de 1'intensity meme de leur vie, beaucoup d'hommes sont morts en Duhamel. Mais malgr^ ce sentiment d'union avec l'humanite, cet echappe de 1'unanlmisme n'est pas seauit par les philosophies col l e c t i v i s t e s . C'est l'individu seul qui m^rite son 1 Chronique des Saisons Ameres, 61 2 Temoin par exemple l a mort par suicide des trois adolescents dans l a Chronique des Pasquier. Duhamel dit a ce propos: "Meme dans un monde gueri par miracle de presque toutes les f o l i e s , l a condition humaine resterait un probleme bien propre a desoler les ames neuves." Inventaire de l'Abtme, 45. - 28 -attention. A toute demonstration que le collectivisme est l a doctrine de l ' aven i r , Duhamel oppose sa conviction que l ' i n d i v i d u est plus digne de sa preoccupation que l a c o l l e c t i v i t e , sa certitude de biologiste que l ' i n d i v i d u est plus e"volue que l e groupe. II reve d'une co l l ec t i v i t e universel le, mais ou tous les hommes seraient unis par l a tendresse. Ce philosophe sans Dieu sent le besoin d'une valeur absolue. Cette valeur, i l croi t l a trouver en ce qu'on a appele son dolorisme.^ "Duhamel a de plus en plus attache d'importance a l a sens ib i l i t e . a l a douleur, a l a misere, a l'enthousiasme des hommes"2. . . . . . "ce q u ' i l y a de plus durable dans son oeuvre, ce sens profond de l a douleur,_qui est, i l me semble, 1'essence m£me de son genie." A Ses heros ne connaissent de stable, d'assure, que leur douleur. C'est l a douleur qui revele l a qualite de l'ame. Duhamel arrive a en faire meme l a valeur supreme du monde s p i r i t u e l , car, selon l u i , c 'est l a douleur qui , l o i n d'en etre le contraire, apprete au bonheur. "II est des douleurs qu'on ne peut pas, qu'on ne doit pas fu i r . . . . E l les nous preparent a l a joie et nous en rendent dignes." 1 Jean Ehrhard, Le Roman Frano/als depuis  Marcel Proust. 86. 2 Loc. c i t . 3 Jean F i o l l e , Georges Duhamel. 216. 4 La Possession du Monde, 174. - 29 -La d o u l e u r a u s s i e s t une f a c o n de c o n n a l t r e , de poss^der. L a d o u l e u r e st l a l o i t e r r e s t r e , mesure de t o u t e chose. Duhamel contemple l a douleur des hommes, et son amour f r a t e r n e l , sa p i t i e l u i donnent une m e r v e i l l e u s e connaissance de ces ames mi ses a nu. A i n s i Duhamel c r o i t que t o u t e douleur, meme l a dou l e u r physique, exerce une a c t i o n s a l u t a i r e sur l'ame. I I e s t a r e g r e t t e r q u ' i l ne sache d i s t i n g u e r entre ce que Max Brod a p p e l l e 'edles Ungluck' et ce q u ' i l a p p e l l e 'enedles Ungltlck'.^ Brod y t a b l i t Tine d i s t i n c t i o n m i n u t i e u s e e n t r e ce q u ' i l home l a noble et 1'ignoble s o u f f r a n e e . L a s o u f f r a n c o i g n o b l e r e s s o r t des c o n d i t i o n s s o c i a l e s malsaines et a pour cause l a s t u p i d i t y ou l a c o r r u p t i o n humaines. La pauvrety, 1*ignorance, l ' e s c l a v a g e , l a guerre en sont des exemples. La so u f f r a n e e que ces maux apportent a l'humanite e s t degradante, h u m i l i a n t e , et corrompt l'ame de l'homme. I I e s t du d e v o i r de l'homme de l ' a b o l i r . Mais meme l o r s q u e t o u t e s o u f f r a n e e s o c i a l e s e r a bannie de l a t e r r e , i l r e s t e r a t o u j o u r s c e t t e n o b l e s o u f f r a n e e , c e t t e s o u f f r a n e e metaphysique q u i r e s u l t s du c o n t r a s t s entre e t a t i m p a r f a i t de l'homme et son d e s i r ardent pour l a p e r f e c t i o n m o r a l e . 2 1 Max Brod, Heidentum, Christentum, Judentum, 28. 2 Ce t t e d i s t i n c t i o n d t a b l i e par Brod, V i c t o r Hugo l ' a v a i t d e j a s i g n a l e e en 1862, l o r s q u ' i l e c r i v i t : "La q u a n t i t e de f a t a l i t y q u i dypend de l'homme s ' a p p e l l e Misere et peut Stre a b o l i e ; l a q u a n t i t y de f a t a l i t y q u i dypend de l ' i n c o n n u s 'appelLe Douleur et d o i t e t r e contempiye et sondye avec tremblement." V i c t o r Hugo, Roman, i v , 554. V o i r 1'oeuvre de David Owen Evans, Le S o c i a l i s m e Romantique, 185. - 30 -Mais comment peut-on parler de l a dignite humaine lorsque des mil l ions d'etres vivent dans l a misere? Comme nous d£montre Max Brod, c 'est l a souffranee ignoble elle-meme qui nous empe*che d'atteindre l a souff ranee noble. "Edles Ungluck i s t Ungluck i n Reinheit. WiderwSrtige Eigenschaft des unedlen Unglucks: dass es Reinheit s t S r t . Nicht weil unedles Ungluck unser Gltlck aufhebt (nur unedles kBnnte so aufgehoben werden), sondern weil es uns hindert, unser edles Ungluck in a l l e r Reinheit, i n l e t z te r Konzentration zu erleben, weil es uns von diesem einzig wesentlichen Erlebnis (von der Konfrontation mit dem Unendlichen) geschfiftig abhaTt, ttlckisch ablenkt: deshalb muss das unedle Ungluck bekflmpft werden." 1 La douleur a part, i l n 'y a pas de mesure, selon Georges Duhamel, pour ce qui est humain. Toutes les l o i s de l a societe" sont arb i t ra i res , pu i squ ' i l n 'y a pas de commune mesure. Duhamel s'indigne des assurances sur l a v i e , parce qu»elles veulent mettre un t a r i f monetaire sur les choses de l a v ie , sur l a douleur et sur l a mort . 2 La Vie des Martyrs et C i v i l i s a t i o n 1914-1917 sont une protestation fervente contre l a guerre, puisqu'aucun benefice pour l a patrie ne paye l a souffranee et l a mort des humbles. Duhamel meprise 1 ' intell igence parce qu 'el le pretend imposer un pr ix materiel a l a v ie , i l redoute 1' intell igence parce qu 'e l le pretend equivaloir les valeurs sp i r i tue l les aux valeurs materiel les. 1*intelligence l u i etant suspecte, i l f a i t appel au rlgne du coeur. 3 Craignant 1 ' intell igence pure comme 1 Max Brod, Heidentum, Christentum. Judentum. 33. 2 Scenes de l a Vie Future. 190-200. 3 La Possession du Monde. 269. - 31 -creatrice de l a c i v i l i s a t i o n mattSrielle, i l reclame une autre c i v i l i s a t i o n fondee sur l a sympathie et 1'amour. I I voudrait remplacer l a c i v i l i s a t i o n scientifique par une c i v i l i s a t i o n morale. "Trahis par cette intell igence savante dont les oeuvres formidables ont parfois l e visage meme de l a betise,.nous aspirons au regne du coeur, tous nos desirs vont vers une c i v i l i s a t i o n morale, seule capable de nous exalter, de nous assouvir, de nous proteger, d'assurer 1'Spanouisse-ment reel de notre espece." 1 La formation de Duhamel fut avant tout soientifique, mais malgre 1'entralnement medical du savant, ce fut l'ame du poete qui triompha. A cet egard i l convient de noter que, exception fai te d'une breve p^riode au dt§but de l a deuxieme guerre mondiale, 2 i l abandonna l a m£decine des l a f i n de l a premiere guerre afin de se consacrer entierement a l a l i t t e ra tu re . Cette action ne fut pas un deni, mais tout simplement un renoncement. Heme m£decin de guerre, Georges Duhamel sut toujours se mettre en garde contre 1'endurcisse-ment du coeur par l a froide intel l igence. S i l a raison voulut q u ' i l rests/t insensible aux mouvements de p i t i e , Duhamel exigea que sa sensibilite" restSt plus v i v e . 3 Le m£decin v e i l l a aux pansements des blesses, mais l e poete contempla leurs ames. Lui-me*me avoue: 1 La Possession du Monde. 273. 2 Voir Lieu d 'AsI le . 3 Temoin ses ecr i t s de guerre. - 32 -"Pendant les nuits interminables (de l a guerre) j ' a i compris beaucoup de choses. I t d'abord que l a sympathie est, a l ' o r i g i n e , un penchant physique, une exigence du corps, une vertu animale. Qu'on ne s'y trompe pas: c'est l a toute sa grandeur, sa force feconde, sa pure beauty. 1 Rien de moins i n t e l l e c t u e l que cette philosophie du coeur. En e f f e t , i l reproche a l a philosophie stolcienne son manque voulu de s e n s i b i l i t y . Une t e l l e i m p a s s i b i l i t y l u i semble plus proche du t r i s t e dysespoir que de l a vraie sagesse. "Les ressources de l a philosophie sont misere, dynuement, s i l e coeur ne lesvpeut oindre, s a n c t i f i e r , et i n v e s t I r de son autority supreme"."2 Or, l e regne du coeur suppose l a sup e r i o r i t y de l a s e n s i b i l i t y sur 1 ' i n t e l l i g e n c e . Georges Duhamel se myfie de 1'intelligence qui a une fonction pragmatique d'exploitation m a t f r i e l l e , qui fabrique l e s machines dans l e s usines, qui calcule les c h i f f r e s dans l e s banques, qui, par ses i n s t r u -ments de tortur e , crye l a souffranee et l a guerre. Non, i l s a i t , d'accord avec Henri Bergson, que l e coeur comprend mieux l e s secrets de l a vie et l e s mouvements de l'Sme. "En profyrant sa sentence rigoureuse, en affirmant que 1'intelligence est caractyrisye par une incompryhension to t a l e de l a v i e , Bergson a sans nul doute visy cette forme d'intelligence i n f l e x i b l e , obstinye, aveugle, sourde, obstinement c a l c u l a t r i c e , que je suis bien obligy d'appeler 1'intelligence allemande" . . . . 1 Paroles de Mydecin, 226. S La Possession du Monde, 184. 3 Le Temps de l a Recherche, 92. - 53 -Mais lorsque Duhamel affirme que pour r e a g i r sainement aux problemes de l a v i e , c'est l e coeur q u ' i l faut ecouter, i l n'entend nullement par l a l e coeur selon Jean-Jaeques Rousseau. En f a i t , i l avoue que de l i r e l e s Confessions l u i rend l e mot de coeur suspect. 11 se refuse nettement a l a philosophie du coeur de Rousseau, l'estimant une philosophie a n t i i n t e l l e c t u a l i s t e . . . . " l e coeur selon Jean-Jacques me deconcerte et me degoute." 1 Duhamel, bien q u ' i l croie q u ' i l y a danger a ecouter l a seule voix de 1'i n t e l l i g e n c e , est convaincu q u ' i l y a danger egalement a ecouter l a seule voix du coeur. Mais i l c r o i t que l e danger est plus grand du c8te de 1'intelligence que du cSte du coeur. Le coeur, selon Duhamel, n'est pas l e siege de l a sentimentalite banale, refuge de oeux qui refusent de regarder l a v e r i t e en face. C'est un coeur qui admire 1*-i n t e l l i g e n c e , mais qui ne s'en l a i s s e pas dompter, et qui trouve de l a s a t i s f a c t i o n a accepter ses l i m i t a t i o n s . "Quand nous employons l e mot coeur, nous entendons, comme l e d i t justement L i t t r e , 1*ensemble des vertus aff e c t i v e s et des sentiments moraux, par opposition aux fac u l t e s i n t e l l e c t u e l l e s considerees comme l e s a t t r i b u t s de 1'esprit. La d e f i n i t i o n est d i f f i c i l e et rests aventureuse." 2 Duhamel opine que, a cSte de l a connaissance r a t i o n n e l l e , 11 existe une autre forme de connaissance, c e l l e - c i i n t u i t i v e . 1 Les Confessions sans Penitence, 17. 2 Ouvrage c i t e , 15. - 34 -. . • " i l est juste . . . et meme rationnel que l a raison reconnaisse l a possibilite et me*me l'existence de 1'irrationnel." 1 Intre 1'esprit completement endormi et les operations de l a raison raisonnante, i l y a de l a place pour toutes sortes de mouvements emotifs que l'on appelle, faute de definition precise, des pensees. Duhamel donne un exemple frappant de cet £tat d'esprit. "L'homme qui marche dans l a rue, poursuivi par des songeries qui semblent avoir un sens, mais dont i l n'est pas le mattre, cet homme ne pense pas: p i l est mu par des etats d'ame .... i l est pense." d Georges Duhamel, lui-meme savant aussi bien que po&te, trouve qu'il est juste que l a raison soit appliquee aux recherches des ph^nomenes objectifs et mecaniques de l a nature. I I croit a l a necessite de dompter et de controler l a nature, de l a diriger vers des fins choisies. Mais i l reproche a des blologistes parmi ses contemporains d'avoir voulu faire de l a biologie une science mathematique. Qu'on puisse arriver a soustraire l a science de l a vie a des regies prescrites est une id£e capable de l'effrayer. Mais, apr&s mQre reflexion, i l ne semble pas trop s'en inquieter. • . • " i l existera toujours, dans les comportements de l a matiere vivanto, une reserve d'inconnu, une reserve irreductible qui s o l l i c i t e r a done eternellement les esprits delicats." 3 1 Les Confessions sans Penitence. 160. 2 Ouvrage c i t e . 101. 3 Biographie de mes FantSmes. 180. - 35 -Duhamel analyse dans Les Mattres les effets de cet esprit pour lequel tout se reduit a des l o i s mathematiques. Rohner, le rationalists, est depeint comme un homme-machine, entierement denue de passion, sauf celle de l a science, l'auteur nous le rend antipathique en decrivant l a brutalite* dont i l f a i t montre a l'autopsie d'une assistants morte en solgnant une maladie contagieuse que le biologiste etudie. A ce monstre Duhamel oppose Chalgrin, autre biologiste, mais ce l u i - c i humaniste meditatif, capable d'emotions d£sinteress£es, et dont 1'esprit laisse une place a l'inconnu. A 1'oeuvre de cette connaissance rationnelle des savants, qui est en train de bouleverser le monde, qui menace bien de l e faire sauter incessamment, i l faut opposer une morale du coeur, car c'est le coeur seul qui comprend tout ce qu'il y a de profond, d'imperissable dans l a vie. II faut dire que, en abandonnant aux savants le soin d'approfondir les problemes redoutables de l a malheureuse vie contemporaine, i l se trouve sur un terrain assez mal defini en ne s'adressant qu'aui quelques hommes de bonne volonte capables de poss^der avec l u i le monde s p l r i t u e l . Mais sans doute s ' e s t - i l ravise sous l a pression des experiences recentes, et depuis La Possession du Monde sa tendance est de rendre sa philosophie du coeur de plus en plus mllitante, et de reclamer de plus en plus vivement sa place dans l a pensde des dirigeants de l a destinee humaine. - 36 -Done, l'homme vertueux, d'apres Duhamel, c ' e s t l'homme de coeur et non l'homme de t e t e . F a u t - i l avouer que nous trouvons quelque chose de f a c t i c e dans c e t t e d i s t i n c t i o n p lutSt obscure e n t r e l e s r o l e s r e s p e c t i f s du coeur et de l a t e t e ? E s t - c e vraiment dans l e s sentiments q u i dmanent du coeur que l ' o n t r o u v e r a l e remede u n i v e r s e l c e n t r e l e s exees de 1 ' i n t e l l i g e n c e triomphante? Temoin son a t t i t u d e envers J . - J . Rousseau, M. Duhamel n ' a v o u e r a i t - i l pas que l e s d e b o i r e s du coeur peuvent e*tre a u s s i dangereux que l ' i v r e s s e de 1 ' i n t e l l i g e n c e ? Nous sommes p lu tSt d'accord avec J . M i d d l e t o n Murry que l a mesure parmi l e s hommes de coeur e s t une v e r t u a u s s i r a r e que parmi l e s hommes de t e t e . "Can he r e a l l y have persuaded h i m s e l f t h a t the d i s a s t e r o f humanity was caused by the human i n t e l l e c t ? Does he not know t h a t pure minds are as r a r e as pure h e a r t s , and t h a t t h e y are not seldom found t o g e t h e r ? The t r u t h i s t h a t the r e i g n o f the mind would be as str o n g a safeguard f o r humanity as the r e i g n o f the h e a r t . " Quoi q u ' i l en s o i t de nos c o n v i c t i o n s p e r s o n n e l l e s , i l e s t i n d i s c u t a b l e que t o u t e a c t i v i t e i n t e l l e c t u e l l e , meme l a p l u s pure, e s t d ' o r i g i n e Emotive. Mais s i l a r a i s o n f o u r n i t a l'homme l e s techniques de 1 ' a c t i o n , t o u t l e mouvement de l a s o c i e t e moderne temoigne de ce que l a r a i s o n ne c h o i s i t pas l e s f i n s v e r s l e s q u e l l e s conduit 1 ' a c t i o n . C'est i c i ou d o i t i n t e r v e n i r l e coeur, q u i e s t l e v e r i t a b l e 1 J". M i d d l e t o n Murry, "Realism o r Ide a l i s m ? " The  Athenaeum, l e 21 novembre, 1919, 1238. - 37 -s i e g e de l a sagesse. Gar c'est l e coeur q u i , s e l o n Duhamel, donne l e sens de l a j u s t i c e . V o i l a l a v r a i e s i g n i f i c a t i o n de ce q u ' i l a p p e l l e l e regne du coeur. C e t t e morale q u i , au premier abord, semble assez p e s s i m i s t e , e s t en re"alite* l a seule capable de mener l e s hommes a f a i r e de grandes a c t i o n s , c ' e s t - a - d i r e des a c t i o n s v a l a b l e s . S a l a v i n , en b u t t e a tous l e s mecanismes de l a v i e moderne l i g u e s contre l u i , de*sireux de changer d'anie, r e u s s i t f i n a l e m e n t a s ' e l e v e r , par des a c t i o n s d£sint£ress6es, a u dessus de l a m ^ d i o c r i t e , meme s i ce n'est que momentane'ment, meme s i ce n'est que pour sombrer imm£diatement apres dans l ' o u b l i d'une mort obscure. L a Chronique des  Pas q u i e r ne r a c o n t e , e s s e n t i e l l e m e n t , que l a s u i t e d'echecs que s u b i t l e hgros, Laurent P a s q u i s r , q u i , a i n s i rendu p l u s sage par 1'experience, n'en continue pas moins a l u t t e r pour que triomphe l a r a i s o n . 1 Ces demonstrations E v i d e n t e s de sa p h i l o s o p h i e mises a p a r t , t o u t e l ' o e u v r e de Duhamel se d i s t i n g u e par l a sympathie, sa q u a l i t y premiere. E l l e e s t dominie par sa pre o c c u p a t i o n constante de l a s o u f f r a n c e humaine, par son amour de 1'humanity q u ' i l apprend a co n n a f t r e par l a sympathie. Mais Laurent P a s q u i e r , s ' i l est v a i n c u momentane'ment par l e d^sordre du monde,-essaie t o u j o u r s de c o n s t r u i r e s a propre l i b e r t y , sa propre v e r t u . A b a t t u 1 C'est l a l a demonstration meme du dolo r i s m e de Georges Duhamel. - 38 -temporairement par l e d e s e s p o i r , i l recommence t o u j o u r s a surmonter ses d i f f i c u l t e s . Car s i l e desordre est l a r e g i e du monde, i l y oppose l a vo l o n t e de l'homme. C'est ce que M. Simon appelle sa d i a l e c t i q u e de l a c i v i l i s a t i o n , Nature e t R a i s o n . "C'est, j e c r o i s , une i n t u i t i o n fondamentale dans l e systeme de pensee de Duhamel que l e sentiment d'une o p p o s i t i o n s u b s t a n t i e l l e e n t r e l e monde de l a nature et l e monde de l a r a i s o n . Une i n t u i t i o n que 1'experience du b i o l o g i s t e et c e l l e du m o r a l i s t e n'ont cesse d ' a p p r o f o n d i r e t de j u s t i f i e r . " 1 P a r t i s a n de 1 ' i n d i v i d u a l i s m e et de l a l i b e r t y par o p p o s i t i o n aux d o c t r i n e s c o l l e c t i v i s t e s , Duhamel ne c r o i t pourtant pas a l a l i b e r t e p a r f a i t e , a l a l i b e r t e sans entraves, q u i d e v r a i t , s u i v a n t c e r t a i n s e s p r i t s l i b e r a u x , f a i r e s'epanouir l a c i v i l i s a t i o n . Car i l se rend compte que l a nat u r e e s t c a p r i c i e u s e et aveugle, que sa v i e e s t c e l l e du desordre et de l a v i o l e n o e , et que ce n'est q u ' i c i et l a que s ' e l e v e n t , par chance, p l u s i e u r s especes h a r d i e s et e x c e p t i o n n e l l e s . L a l o i de l a nature est l a l o i du p l u s f o r t . En e x p l i q u a n t comment i l f a u t gouverner un j a r d i n , Duhamel demontre que dans l e j a r d i n p r i v e de j a r d i n i e r , ce s e r a i t p l u s i e u r s especes b r u t a l e s q u i t u e r a i e n t l e s a u t r e s . Le j a r d i n i e r e s t o b l i g e de p r o t d g e r l e s especes p l u s d e d i c a t e s . "Tout, dans l a v i e d'un j a r d i n , proclame 1 ' e x c e l l e n c e du p r i n c i p e d ' a u t o r i t e . Et t o u t me d^montre a u s s i t o t que ce p r i n c i p e n e c e s s a i r e . . • ne s a u r a i t gouverner l e monde. ' 1 P.-H. Simon, Georges Duhamel, 152. - 39 -Je p l a i n s l e j a r d i n i e r q u i s * I m a g i n e r a i t que l ' o n pent o b t e n i r quoi que ce s o i t seulement par v i o l e n c e et c o n t r a i n t e . . . . Le bon j a r d i n i e r exerce l ' a u t o r i t e , mais avec respeot et s o l l i c i t u d e . I I c o r r i g e a tout i n s t a n t l e p r i n c i p e d ' a u t o r i t e par l e p r i n c i p e de p e r s u a s i o n . " 1 C e t t e l o i , exprim£e a i n s i en parabole, e st l a l o i du medecin e t du m o r a l i s t e a u s s i b i e n que c e l l e du j a r d i n i e r . Pourquoi ne s e r a i t - e l l e pas egalement c e l l e des gouvernants? La p h i l o s o p h i e de Georges Duhamel, humaniste, e s t c e l l e de l ' i n d i v i d u , t o u t comme l a p h i l o s o p h i e de l a c i v i l i s a -t i o n i n d u s t r i e l l e e s t c e l l e du c o l l e c t i v i s m e . Son amour de l'homme rSve d'une c o l l e c t i v i t y , mais d'une c o l l e c t i v i t y f r a t e r n e l l e , u nie par 1'amour. T c r o i t - i l t o u j o u r s avec l a meme f e r v e u r depuis L a P o s s e s s i o n du Monde, malgry l e s expyriences douloureuses du vieux monde depuis 1918? "Je n ' a i pas beaucoup changy, malgry de c r u e l s r e v e r s : j'dprouve t o u j o u r s l e d e s i r ingynu d'un co n c e r t u n i v e r s e l dont l e noeud s e r a i t dans mon coeur. Oui, je forme t o u j o u r s l e s memes voeux, au moins dans mon premier e l a n . Mais j e s a l s a u s s i , maintenant, t e m p o r i s e r et renoncer." 2 Le regne du coeur. i l y c r o i t t o u j o u r s , p a r f o i s avec moins de c h a l e u r , mais t o u j o u r s avec l e meme e s p o i r . 1 F a b l e s de mon J a r d i n . 36-37. 2 B i o g r a p h i e de mes FantSmes. 206. CHAPITRE IV. LA CRISE DE LA CIVILISATIOM; LA VIE FUTURE "La c r i s e q u i secoue l e monde n'est pas une c r i s e dconomique ou s o c i a l e . C'est une c r i s e de l a c i v i l i s a t i o n " • . . • 1 Depuis que Georges Duhamel a formule" sa morale du coeur, i l a eu maintes o c c a s i o n s de c o n f r o n t e r son i d e a l de c i v i l i s a t i o n s e n t i m e n t a l e avec l e s c i v i l i s a t i o n s d i v e r s e s du monde, s u r t o u t avec l e s deux grandes experiences a c t u e l l e s , l a russe et 1'am^ricaine. Ses o p i n i o n s au s u j e t du bolchevisme, t e l l e s q u ' e l l e s e t a i e n t l o r s de sa v i s i t e en R u s s i e au moment de l a N. E. P., au d£but de 1*expansion economique des S o v i e t s , se t r o u v e n t exprimees dans son Voyage de Moscou. A v r a i d i r e , l e s r e a c t i o n s dont i l f a i t montre a l o r s sont assez anodines. Ce q u ' i l a vu ne sernble pas t r o p l u i a v o i r d e p l u . S ' i l ne sympathise pas avec l e l ^ n i n i s m e , du mo i n s ne l u i f a i t - i l pas d ' o b j e c t i o n d i r e c t e . 1 "Aux l e c t e u r s du Mercure de France," Mercure de  France, c c l x x i i i , l e l e r J a n v i e r , 1937. C e t t e id6e a p p a r t i e n t i n d i s c u t a b l e m e n t a V a l e r y q u i , en 1919, a f f i r m a q u ' i l y a d i v o r c e complet e n t r e l a c r i s e Economique et l a c r i s e i n t e l l e c t u e l l e europeennes: these q u ' i l v o u l u t prouver en ddmontrant que, malgre son i n f e r i o r i t y geographique et economique, 1'Europe a su garder sa predominance jusqu'a present par l a s u p e r i o r i t y de sa c u l t u r e . V a r i e t y . 15. Ce Que Duhamel a p p e l l e " l a c r i s e de l a c i v i l i s a t i o n " , Jean-Paul S a r t r e 1 ' a p p e l l e " l a c r i s e des l e t t r e s " . I I l ' a t t r i b u e a l a v o l o n t y des c l a s s e s d i r i g e a n t e s d ' o b l i g e r l ' y c r i v a i n , sans q u ' i l s'en doute, k crier une c u l t u r e de l u x e , de peur q u ' i l ne s'en a i l l e s o u t e n i r l e s r e v e n d i c a t i o n s r y v o l u t i o n n a i r e s . S i t u a t i o n s 11. 12. - 41 -I I admire l ' a v i d i t e d'apprendre des d i r i g e a n t s auxquels on l e p r ^ s e n t e , et en meme temps i l l o u e l a d i s c r e t i o n q u ' i l s m a n i f e s t e n t de ne pas essayer de l e c o n v e r t i r a l a f o i m a r x i s t e . . . . " i l s se sont montres plus soucieux de c o n n a l t r e mon sentiment que de me f a i r e p a r t a g e r l e l e u r . " 1 I I e s t i r i t e r e s s a n t de comparer l a r e a c t i o n de Gide q u i , en revanche, reproche a ses hotes s o v i e t i q u e s un c e r t a i n complexe de s u p e r i o r i t y , 2 en a f f i r m a n t que l e s Russes sont convaincus q u ' i l s n'ont p l u s r i e n a apprendre de 1'Stranger. C e t t e c o n t r a d i c t i o n s ' e x p l i q u e sans doute par l ' e c a r t de neuf ans entre l e u r s v i s i t e s r e s p e c t I v e s , et d ' a i l l e u r s Gide, du f a i t q u ' i l e s t a l l e a Moscou en c o n v e r t i e n t h o u s i a s t e , a sub i une d e c e p t i o n d'autant p l u s amere. Mais Duhamel, s ' i l n'est pas a l l e en R u s s i e en ennemi du regime, n ' e t a i t pas convaincu non p l u s . . B i e n q u ' i l a i t f a i t un e f f o r t i n t e l l i g e n t de comprendre l e s reformes s o c i a l e s et meme morales du nouveau regime, l e l i b e r a l d'Occident s ' e f f r a i e de l a s u j e t i o n de l a pensee a une s e u l e p h i l o s o p h i e , a un s e u l dogme d'etat. II. s ' i n d i g n e devant l e s methodes pedagogiques et p o l i t i q u e s en comparant 1'endoctrinement des £coles s o v i e t i q u e s a c e l u i des anciennes e c o l e s r e l i g i e u s e s de France. La censure des 1 Le voyage de Moscou, 11. 2 Andre Gide, Retour de L'U. R. S. S.. 53. 3 Le Voyage de Moscou, 80-81. - 42 -oeuvres de l ' e s p r i t egalement n'est pas f a i t e pour l u i p l a i r e . 1 En R u s s i e , Duhamel a v a i t r 6 a g i en philosophe aux p r i s e s avec une c o n t r a d i c t i o n . "Duhamel termine son ouvrage sur une c o n c l u s i o n o p t i m i s t e de t o n et desesp£rante pour l ' e s p r i t : i l i n c l i n e a un f a t a l i s m e h i s t o r i q u e q u i accepte l e s e v o l u t i o n s et meme l e s r e v o l u t i o n s parce q u ' e l l e s ne sont b i e n jugees que longtemps apr&s, et que d ' a i l l e u r s l e s c r i t i q u e s , l e s h a i n e s , l e s repugnances ne l e s a t t a r d e n t pas une minute. V o i l a tou^ours chez l ' a u t e u r de La P o s s e s s i o n du Monde l a meme fac,on . . . d*aimer l'humanite en l a p l a i g n a n t . " 2 En e f f e t , l e l i v r e e n t i e r e s t un c u r i e u x melange d'admiration pour l e s musees et l e s theStres d'etat, de sympathie benevole pour l ' a c t i v i t e des savants, en m§me temps que d ' a n t i p a t h i e pour l e regime q u i rend de t e l l e s c o n d i t i o n s p o s s i b l e s . Le t o n du l i v r e e s t foncierement p e s s i m i s t e . E u t - i l peur de se tromper sur l e s apparences? P e u t - e t r e . De t o u t e f a q o n son anticommunisme va a l l e r g r a n d i s s a n t a mesure que l e s annees s'e c o u l e n t , de s o r t e qu'en 1936 i l peut d i r e : "On montre au voyageur, en Ru s s i e , des usines. modules, des bureaux de poste modeles, des h o s p i c e s modeles . . . . Tout c e l a ne pese pas l o u r d dans mon jugement . . . . Avec 1'argent d'un peuple opprime, l e s gouvernements t y r a n n i q u e s peuvent t o u j o u r s s ' o f f r i r l'apparence et nous p r o c u r e r 1 ' i l l u s i o n de l a c u l t u r e , du r a f f i n e m e n t , de l ' o r d r e . Je ne s u i s pas dupe." 3 1 Le Voyage de Moscou. 85. 2 Andre Therive, "Le Voyage de Moscou par Georges Duhamel." Nouvelle Revue F r a n g a i s e . x x i x . 1927, 826. 3 " I n d i c e s de C i v i l i s a t i o n , " Mercure de France, c c l x x i i , l e 15 decembre, 1936, 455. - 43 -D ' a i l l e u r s , pour Duhamel, ce ne sont pas l e s si g n e s e x t e r i e u r s q u i f o n t preuve de l a c i v i l i s a t i o n v e r i t a b l e . La v e r i t a b l e c i v i l i s a t i o n e st c a r a c t e r i s ^ e par l a presence du bonheur. Bonheur, c ' e s t un mot que Duhamel, en contemplant l a d e t r e s s e m a t e r i e l l e q u i p i s e sur to u s l e s pays, n'ose evidemment prononcer. A c e t egard son a t t i t u d e envers l e communisme se rapproche de son a t t i t u d e envers l ' u n i v e r s . E l l e e s t e s s e n t i e l l e m e n t p e s s i m i s t s , puisque sa m e l a n c o l i e devant l e s apparences l'emporte t o u j o u r s sur son optimisme sur l e fond. Mais du moins c r o i t - i l que, du moment ou l e peuple peut penser, ou i l peut d i r e et e c r i r e q u ' i l n'est pas conte n t , t o u t n ' e s t pas perdu, et que, dans ces c o n d i t i o n s , l a l i b e r t y p o u r r a se racheter."'" I I e st b i e n e v i d e n t que Duhamel n'accepte pas 1'argument, argument q u ' i l estime un sophisms, que l e ch o i x e s t en t r e l e communisme et l e f a s c i s m s . 2 I I ne peut c r o i r e que l e s F r a n q a i s , descendants s p i r i t u a l s de D e s c a r t e s , s o i e n t i n c a p a b l e s de c h o i s i r une s o l u t i o n r a i s o n n a b l e q u i se t r o u v e r a i t e n t r e l e s d i c t a t u r e s de 1 " I n d i c e s de C i v i l i s a t i o n , " Meroure de France, c c l x x i i , l e 15 decembre, 1936, 456. 2 S a r t r e non p l u s n'accepte pas ce c h o i x . " S i vraiment l e s deux termes de 1 ' a l t e r n a t i v e sont l a b o u r g e o i s i e et l e P . C , a l o r s l e c h o i x est i m p o s s i b l e . " S i t u a t i o n s 11. 288. - 44 -d r o i t e et de gauche. 1 Contre l e s enrages de r e v o l u t i o n et de c o n t r e - r e v o l u t i o n i l opte pour l e s f o r c e s q u ' i l estime c e l l e s de l ' o r d r e , de cet ordre dont i l a b e s o i n pour t r a v a i l l e r . Mais d e j a en 1939, l a guerre contre l'Allemagne h i t i e r i e n n e a peine commencee, i l se met a s ' i n q u i e t e r de ce que l e s f o r c e s de l a moderation ne s o i e n t pas capables de f a i r s f a c e au fanatisme de l e u r s ennemis, et i l reclame p l u s d'energie dans l a defense des v a l e u r s q u i l u i sont c h e r e s . "Dans une epoque abandonee, s s m b l e - t - i l , aux f u r i e u x et aux malades, l e mot de sagesse et l e mot de moderation p a r a i s s e n t non seulement f a i b l e s mais encore voues a l a d e f a i t e . I I n'en s e r a p l u s a i n s i dans l ' a v e n i r s i l e s F r a n c a i s sont r e s o l u s a se montrer des passionnes de l a sagesse et des ext r e m i s t e s de l a moderation." 2 Ayant a t t e i n t l'Sge de l a sagesse, Duhamel en es t a r r i v e a c r o i r e que 1'experience r u s s e e s t un phenomene purement a s i a t i q u e . I I dispose de l a p h i l o s o p h i e m a r x i s t e en l a t r a i t a n t d' • • • "enormes t r a i t e s d o c t r i n a i r e s que personne au monde ne songe serieusement a l i f e . " 3 La d i s c i p l i n e c o l l e c t i v i s t e s i e d assez b i e n a l'ame s l a v e , c a r l e S l a v e , p a r a i t - i l , prend p l u s de p l a i s i r a se l i v r e r a des emotions unanimes que l e l a t i n , t a n d i s que l e F r a n c a i s e s t t r o p i n d i v i d u a l i s t s pour se rendre a de t e l l e s c o n t r a i n t e s . 1 P o s i t i o n s F r a n c a i s e s . 96-97. 2 Ouvrage c i t e. 97-98. Ne v o i t - o n pas i c i une idee a n n o n c i a t r i c e de l a T r o i s i e m e F o r c e ? 3 Scenes de l a V i e F u t u r e . 241. . - 45 -"Les Franc,ais n'ont pas encore compris que l a Russie, c ' e s t l ' A s i e • . . • l e r e s u l t a t l e p l u s c l a i r de 1'experience s o v i e t i q u e , apr^s vingt-deux ans d ' e f f o r t , c ' e s t d ' a v o i r f a i t a p p a r a i t r e une t r i s t e s s e vraiment n o u v e l l e , et que 1'humanity, sans doute, n'a pas f i n i de savourer." 1 B i e n entendu, c e t i n d i v i d u a l i s t s convaincu ne c r o i t pas a l a l i b e r t y t o t a l e , q u i e s t absurde, mais i l e s t de l ' a v i s que t o u t i n d i v i d u a l e d r o i t de se f a i r e sa propre d i s c i p l i n e , c ' e s t - a - d i r e , c e l l e q u i l u i p l a i s e , et non pas c e l l e q u i l u i s o i t imposye par une t y r a n n i e quelconque. I n 1943, en se d e c l a r a n t un " i n d i v i d u a l i s t s d i s c i p l i n y " , i l p r y e i s e c e t t e i d y e en dymontrant que 1 ' i n d i v i d u a l i s m e e s t l a d o c t r i n e des v e r t u s humaines q u i s'oppose a c e l l e s des animaux g r y g a i r e s , e t i l f i n i t par d y c l a r e r sa f o i en l a f y c o n d i t y de c e t t e croyance en o p p o s i t i o n a c e l l e de l a f o r c e . Aprys l a L i b y r a t i o n , i l r y i t e r e : "Les f a i t s de dysintyressement, q u i sont par bonheur f r y q u e n t s dans l a v i e des i n d i v i d u s , sont e x c e p t i o n n e l s dans l a v i e des c o l l e c t i v i t y s . " 3 S a l a v i n , i n t r o d u i t dans l e p e t i t groupe des r y v o l u t i o n n a i r e s du Club des Lyonnais, veut se dyvouer a une v i e d'hyrolsme e t de s a c r i f i c e . Mais a mesure q u ' i l e n t r e en c o n t a c t avec l e s membres du p a r t i communists, t o u t son i n d i v i d u a l i s m e , et cet i n d i v i d u a l i s m e e s t a u s s i c e l u i 1 Scenes de l a V i e F u t u r e . 163. 2 B i o g r a p h i e de mes Fantomes. 55. 3 C i v i l i s a t i o n F r a n e a i s e . 32. - 4 6 -de son auteur, se rebel le . Car Salavin veut changer d'ame, et i l ne voit pas l ' u t i l i t e de changer l a society s i l ' o n ne change pas l ' i n d i v i d u . Georges Duhamel semble incapable d'apprecier a sa juste valeur 1'action reciproque de l a societe sur l ' i n d i v i d u , de l ' i n d i v i d u sur l a society. A part l'enthousiasme que Salavin ressent de faire partie de l a sol idar i ty revolutionnaire^ enthousiasme d ' a i l l eurs vi te y te in t , tout son effort s'use dans l a volonte de se changer lui-meme. Toute:.1'action de Salavin est d i r ig£e vers lui-meme; l e mil ieu l ' i n d i f f e r e . "Ce n'est pas l a l e grand emportement enflamme et ebloui des passionnes du c i e l ou d'une idye ou d'une cause . . . . On eh veut . . . (a Salavin) de n'etre pas capable de discerner certaines grandes yvidences sociales qui sont a l a base de tous les •perfectionnements' et qui sont c la i res comme l e jour. Mais i l y a par dessus le pauvre bougre central , 1'auteur, le deus ex machina qui agite cette loque." 1 Les dyfauts sociaux de Salavin ne sont certes pas partagys par Duhamel, mais i l est bien yvident que les lacunes de l a pensye morale de Salavin sont celles de son auteur. Mais s i Duhamel s'inquiete devant l a philosophie co l l ec t iv i s t e du par t i communists francais t e l que Salavin 1'a connu, et q u ' i l s 'effraie devant l a reduction a 1'uniformity imposes par les besoins dogmatiques de l*ytat en U . R. S. S. , i l trouve cette meme sujetion encore plus dangereuse aux Etats-Unis. Plus dangereuse, parce que l a 1 Henri Barbusse, "Journal de Salavin par Georges Duhamel," Humanite. l e 30 janvier, 1927. - 47 -m a j o r i t y de l a p o p u l a t i o n americaine ne se rend meme pas compte de c e t t e p r e s s i o n . Tandis que 1*experience r u s s e e s t purement i d e o l o g i q u e , p o l i t i q u e , c e l l e des E t a t s - U n i s s ' a p p e l l e "faqon de v i v r e " , touche a l a morale, aux s c i e n c e s , aux r e l i g i o n s du pays e n t i e r . La p h i l o s o p h i c d'etat en Russi e r e m p l i t des b i b l i o t h e q u e s de tomes m a s s i f s , c e l l e de l'Amerique p o u r r a i t s T e x p r i m e r par une douzaine de p r e c e p t e s . 1 "Vertu supreme pour l e s ' v e r i t e s n o u v e l l e s ' , l a methods americaine enchante l e s Stres simples et r a v i t l e s e n f a n t s . Tous l e s enfants que je connais r a i s o n n e n t en Americains des q u ' i l s ' a g i t de 1'argent, du p l a i s i r , de l a g l o i r e , de l a puissance et du t r a v a i l . " 2 Duhamel t r o u v e c e t t e d e r h i e r e d i c t a t u r e de l ' e s p r i t encore p l u s t e r r i b l e que l a d i c t a t u r e s o v i e t i q u e . B i e n que l a d i c t a t u r e p o l i t i q u e s o i t o d ieuse, l'homme n o u r r i t t o u j o u r s dans son coeur l a r e b e l l i o n , et l a v i o l e n c e meme des s e r v i t u d e s p o l i t i q u e s , s e l o n M. Duhamel, f i n i t par provoquer l'emeute. L'homme supports mal l a t y r a n n i e n a t i o n a l e ou etra n g e r e * mais ce q u i tourmente Georges Duhamel, c'est q u ' i l s'habitue assez b i e n a c e t t e a u t r e d i c t a t u r e americaine, c e l l e de " l a fausse. c i v i l i s a t i o n " . En s o u l i g n a n t 1'aspect foncierement s p i r i t u e l de c e t t e t y r a n n i e , Duhamel remarque pourtant l a tendance c r o i s s a n t e 1 Scenes de l a V i e F u t u r e . S40. 2 Ouvrage cite. 242. 3 Ouvrage cite. 68-69. - 48 -aux Etats-Unis de l i v r e r aux legislateurs l a responsabilite de v e i l l e r sur les problemes moraux de l'individu, problemes que jusqu'a present l'homme a dtfbattus avec lui-meme, dans l a solitude. Et i l condamne ce penchant du gouvernement am£ricain a outrepasser ses droits. 1 Cette c i v i l i s a t i o n est fausss parce qu'elle est partag£e entre le machinisme, qui rend l a vie des gens un trav a i l d'automates, et des divertissements qui ont pour objet d'endormir l'esprit, de droguer l a conscience, de plonger les gens dans l a torpeur. Oar c'est l'Amdrique qui de toutes les nations s'est rendue avec le plus d'abandon aux exces du machinisme, et le r£sultat logique de ce machinisme a 6t6 de rendre les grandes masses anonymes des mecaniques ecervel£es. La vie de ces masses ressemble de facon etrange a celle des insectes. . • . "ce qui frappe . . . c'est 1'acheminement des moeurs humaines vers ce que nous croyons comprendre des moeurs entomiques: meme effacement de l'individu, meme rarefaction et unification des typss sociaux, meme ordonnance du groupe en castes s p e c i a l i s e s , mSme soumission de tons aux sxigences obscures de ce que Maeterlinck nomme le g£nie de l a ruche ou de l a termitiere." 2 Et que pense Duhamel des membres de cette society entomologique? Dans son degout devant les resultats sociaux et moraux de cette c i v i l i s a t i o n industrielle, i l en 1 Scenes de l a Vie Future. 85. 2 Ouvrage ci t e . 224. - 49 -a r r i v e a d e c r i r e l e jeune Americain comme . . . "sympathique, i l l e t t r e , r e s i g n e , anonyme, f a b r i q u e en s e r i e , dans l e s n u i t s 'standard', f a b r i q u e par une d e f a i l l a n c e du malthusianisme n a t i o n a l . n l Duhamel prend comme exeraple du d i v e r t i s s e m e n t a m e r i c a i n . . . " c e t t e machine t e r r i b l e , compliquee d'eblouissements, de l u x e , de musique, de v o i x humaines, c e t t e machine d'abetissement et de d i s s o l u t i o n " 2 . . . . l e cinema. Or, l e cinema n'a r i e n a v o i r avec l a c u l t u r e , c a r s e l o n Duhamel, l e f i l m ne se p r e t e pas a l a r e f l e x i o n , et pour l u i , l a r e f l e x i o n , c ' e s t l a c u l t u r e v e r i t a b l e . 3 Le c u l t e a m e r i c a i n du c o n f o r t , egalement, l u i d e p l a l t . I I l e designe un c o n f o r t purement t a c t i l e , . . . " l e c o n f o r t des f e s s e s . " 4 Deja en 1917 i l a v a i t remarque c e t t e preoccupation des peuples anglo-americains de corrompre l ' i d e e p r i m i t i v e du b i e n - e t r e en l ' i d e n t i f i a n t avec l e lu x e c o n f o r t a b l e , et i l y a v a i t p o rte l e jugement que c ' e t a i t . . . "une f a c o n de donner un aspect moral a l a j o u i s s a n c e , de t r a n s i g e r honnetement avec l e s c o r r u p t i o n s de 1'argen t . " 5 C'est l e c o n f o r t de l a c i v i l i s a t i o n i n d u s t r i e l l e . Mais l e c o n f o r t de 1 Scenes de l a V i e Fut u r e , 56. 2 Ouvrage c i t e , 59. 3 Defense des L e t t r e s , 31. 4 Scenes de l a V i e Fut u r e , 51. 5 La Po s s e s s i o n du Monde, 289. - 5 9 -l a c i v i l i s a t i o n s p i r i t u e l l e de Duhamel se t r o u v e a i l l e u r s , • . . " l e l u x e supreme, c'est l a s o l i t u d e . " 1 Le r£sultat moral de c e t t e c i v i l i s a t i o n m a c h i n i s t e , q u i ne donne au peuple abasourdi que . . . "des p l a i s i r s f u g i t i f s , epidermiques, obtenus sans l e moindre e f f o r t i n t e l l e c t u e l , " 2 • . . c ' e s t de rendre ce peuple i n c a p a b l e de mener a b i e n une oeuvre i n t e l l e c t u e l l e quelconque; b r e f de l e d£sindividualiser t o u t a f a i t . "Des a u j o u r d ' h u l , l'Amerique nous donne a mesurer ce que peut d e v e n i r 1'effacement de l ' i n d i v i d u , l ' a b n e g a t i o n , l'aneantissement de l ' i n d i v i d u . " 5 A quoi a t t r i b u e - t - i l 1'immaturity de c e t t e n a t i o n , son i n c a p a c i t y de c r y e r des oeuvres v a l a b l e s , dignes du " r e s p e c t d'un i n t e l l e c t u e l europyen? Que manque-t-il a ce peuple? Lui-meme formule a i n s i l a ryponse a c e t t e q u e s t i o n t r o u b l a n t e . "De grands malheurs, sans doute, de grandes ypreuves. De ces aventures t e r r i b l e s q u i murissent une n a t i o n , l a r e p l o i e n t sur elle-meme, l u i f o n t c h y r i r ses t r y s o r s v E r i t a b l e s , p r o d i g u e r ses p l u s beaux f r u i t s , d y c o u v r i r son v r a i chemin." 4 L ' i d y e n'est pas neuve. Comme preuve, on peut comparer 1 ' o p i n i o n de Walter Rathenau, prononcye pendant l a premiere guerre l o r s d'une r y u n i o n en pays neutre avec Andry G i d e . 1 Scenes de l a V i e Future, 191. 2 Ouvrage c i t y . 59. 3 Ouvrage c i t y . 72. 4 Ouvrage c i t y . 247. Ne v o i t - o n pas i c i l a p h i l o s o p h i c du dolorisme po r t y sur l e p l a n i n t e r n a t i o n a l ? - 51 -"C'est pour n ' a v o i r c o n s e n t i n i a l a souffrance., n i au peche que l'Amerique n'a pas encore d'ame.1-Duhamel a f f i r m e que 1'Amerique du Nord ne comprend pas 1'importance des a r t s et des l e t t r e s et que, par consequent,. e l l e n'a pas i n s p i r e de p e i n t r e s , de s c u l p t e u r s , de mu s i c i e n s , que 1 ' a r c h i t e c t u r e americaine^ q u o i q u ' e l l e e x i s t e , e s t une a r c h i t e c t u r e i n d u s t r i e l l e et par consequent ne compte pas, et que, f i n a l e m e n t , presque tous l e s poetes et e c r i v a i n s a m ericains, pour t r o u v e r 1 ' i n s p i r a t i o n , ont du f u i r l e s o l n a t a l . 2 I I c r i t i q u e l e b e s o i n a m e r i c a i n de t o u j o u r s f a i r e p l u s grand, en r a p p e l a n t que l a v r a j c grandeur no-o ' f l g i t pas de dimensions abs o l u e s , mais d e s p r o p o r t i o n s heureuses. "L'Amerique s'est devouee a des oeuvres p e r i s s a b l e s . E l l e e l e v e des b a t i s s e s et non des monuments." 3 Que d i r e pour repondre a de t e l l e s a c c u s a t i o n s ? Duhamel a vo u l u , dans l e s Scenes de l a V i e F u t u r e , f a i r e une experience de depaysement dans l e temps, et i l n'y a aucun doute qu'aux E t a t s - U n i s i l se s o i t t r o u v e depayse. I I r e g r e t t e l e s douces moeurs, l e s paysages temp£res de l a Fr a n c e . Les v i l l e s que l e s Americains ont dress£es, i l l e s trouve inhumaines. Meme l e paysage a m e r i c a i n l u i d e p l a t t , l e s l a c s , l e s v a l l e e s , l e s r i v i e r e s , l e s f o r e t s , l e s p r a i r i e s , i l l e s t r o u v e tous demesures. Tout e s t t r o p grand. De 1 Andre Gide, D o s t o l e v s k i . 249. 2 Scenes de l a V i e F u t u r e . 116. 3 Ouvrage c i t e . 110. - 52 -p l u s , i l semble q u ' i l a i t ete blesse* des l a f r o n t iere,- 1-'et que, par consequent, i l se s o i t decide une f o i s pour t o u t e s que l'Amerique n ' e t a i t qu'un pays d ' a b a t t o i r s , de cinemas, et d'automobiles. Certes i l a des o p i n i o n s pro-fondes sur 1'oeuvre du machinisme aux E t a t s - U n i s , mais i l e s t a r e g r e t t e r q u ' i l possede une s i r a r e I n c a p a c i t e de comprendre t o u t un peuple, et q u ' i l p u i s s e d e c i d e r avec une s i grande f a c i l i t e qu'etre Americain e s t synonyms d ' e t r e automate, i g n o r a n t , et b r u t e . C'est p e u t - e t r e que Georges Duhamel ne s ' i n t e r e s s e a l'Amerique que dans l a mesure ou e l l e s e r t d'exemple de l a mec a n i s a t i o n de l a v i e , ou e l l e r e p r e s e n t e l ' a v e n i r du monde. . . . " l e l i v r e de M. Duhamel e s t exact dans l a mesure ou l a v i e americaine s ' i d e n t i f i e au concept d'americanisme; i l ne l ' e s t pas t o u t a f a i t dans l a mesure ou l a v i e americaine e st a u t r e choss, ou e l l e n'est pas f i d e l e a son essence, a son typ e i d e a l . " La c o n c l u s i o n de Duhamel, o p t i m i s t e de t o n , e s t asse z p e s s i m i s t e de fond. A l l e aux E t a t s - U n i s pour J e t e r un coup d ' o e i l sur c e t t e v i e q u i va e t r e c e l l e du monde f u t u r , q u i s e r a c e l l e de l a France au f u r et a mesure q u ' e l l e s • i n d u s t r i a l i s e , i l ne trouve de s o l u t i o n que dans 1'esperance que l e genie f r a n c a i s p u i s s e t o u j o u r s se 1 "Pour p a r v e n i r a mettre l e p i e d sur c e t t e t e r r e p a r a d i s i a q u e , j ' a i f a i t p l u s de demarches que n'en exige l a Russie r e v o l u t i o n n a i r e et b u r e a u c r a t i q u e . " Scenes de l a V i e F u t u r e . 30. 2 G a b r i e l Brunet,"Georges Duhamel et l a ' C i v i l i s a t i o n ' a m e r i c a i n e , " Mercure de France, ccxxv, l e l e r J a n v i e r , 1931, 9. - 53 -dlefendre contre l ' e f f e t s t e r i l i s a t e u r des n o u v e l l e s methodes La c r i t i q u e de Gide, a n o t r e a v i s , p r e c i s e t r e s justement l e cote f a i b l e de 1'ouvrage. "Les Scenes de l a V i e F u t u r e , que j'acheve, me l a i s s e n t b i e n i n s a t i s f a i t . . . . S i 1'amerieanisms triomphe et s i , p l u s t a r d , apres que 1'americanisme aura triomphe, on reprend ce l i v r e , j e c r a i n s q u ' i l ne p a r a i s s e p u e r i l . Un i n d i v i d u a l i s m e sup£rieur d o i t s o u h a i t e r l a s t a n d a r d i s a t i o n de l a masse. Ce q u ' i l f a u t d ^ p l o r e r , c'est que l'Amerique s ' a r r e t e au premier p a l i e r . Mais s ' a r r e t e - t - e l l e ? Grace a e l l e , l'humanite commence a e n t r e v o i r de nouveaux problemes, a e v o l u e r sous un nouveau c i e l . C i e l d e s a s t r e ? • . . Non; mais dont nous n'avons pas su d e c o u v r i r l e s e t o i l e s . " 2 Duhamel s'est excuse a i l l e u r s de l a f a i b l e s s e de s a f a c u l t e c r i t i q u e , en d i s a n t , " J s s u i s impropre a l a c r i t i q u e et s i , p a r f o i s , je vous p a r a i s capable d'humeur, excusez-moi: i l y a p l u s de larmes que de f i e l . " 3 Voile. pour l e ton amer de sa c r i t i q u e . Quant aux nouveaux problemes envisages par Gide, et que souleve l a marche f a t a l e de l ' i n d u s t r i a l i s m e , Duhamel se rend b i e n compte de l e u r s e r i e u x . Cependant, i l ne c r o i t pas avec Gide que l e mouvement ine n t r a v e du phenomene p u i s s e a b o u t i r a sa propre s o l u t i o n . "La f o i s c i e n t i f i q u e n'apporte pas l a p a i x aux Americains; e l l e change l e u r tourment de p l a c e et de p l a n . " 1 Scenes de l a V i e F u t u r e . 248. 2 Andr6 Gide, Pages de J o u r n a l . 42-43. 3 L e t t r e s au Patagon, 9. 4 Scenes de l a V i e F u t u r e , 38. C e c i e c r i t p l u s ds deux decades avant 1 ' i n v e n t i o n de l a bombe atomique! Etant donne sa p h i l o s o p h i e d 1 i n d i v i d u a l i s t s , son ideal de l a c i v i l i s a t i o n du coeur, i l n'est que n a t u r e l que Duhamel s o i t rebute par l e s progres de 1 ' i n d u s t r i a l i s m e aux E t a t s - U n i s , par l a t y r a n n i e du gouvernement en U. R. S. II ne semble pas pouvoir t r o u v e r de s o l u t i o n e f f i c a c e , et desespere, i l r e p o r t e son r e g a r d v e r s sa propre p a t r i e . Mais l a non p l u s , ce q u ' i l v o i t n'est pas de nature a l e r a s s u r e r . CHAPTTRE V LA CRISE DE LA CIVILISATION: LE PHENOMENE PANIQJJE. "L'etatisme . . . e s t un phenomene panique. I I se developpe t o u t s e u l . I I n'a b e s o i n de t h e o r i c i e n s i l n'en manque pas, mais i l p o u r r a i t s'en p a s s e r n i d'avocats pour b o u l e v e r s e r et opprimer l e s soci£tes humaines." 1 Georges Duhamel a l a vue assez l u c i d e pour se rendre compte de l ' e t r o i t e l i a i s o n q u i e x i s t e e n t r e l e developpement de l ' e t a t i s m e et c e l u i de 1 ' I n d u s t r i a l i s m e en France. I I r e c o m m i t que l ' e t a t i s m e r e s s o r t de f a c o n l o g i q u e du machinisme; i l estime que c ' e s t l a demarche meme de 1 ' I n d u s t r i e , avec son t r a v a i l en s e r i e monotone, q u i a a f f a i b l i 1 ' e s p r i t des o u v r i e r s , q u i l e s a prepares a se l i v r e r aux p h i l o s o p h i e s p o l i t i q u e s de c o l l e c t I v i s m e . I I r e g r e t t e que l e s o u v r i e r s en general f a s s e n t montre d'un detachement complet a l ' e g a r d du m e t i e r q u ' i l l e u r f a u t p r a t i q u e r , et;cela'. a u s s i , i l l ' a t t r i b u e au machinisme. B i e n entendu, i l ne s o u s c r i t pas au communisme pour combattre l e s e f f e t s de l ' e t a t i s m e , ( l ' e t a t i s m e e s t - i l a u t r e chose que l e c a p i t a l i s m s d'etat?) parce que, au p o i n t de vue moral, l e s deux p h i l o s o p h i e s sont, a son a v i s , i d e n t i q u e s . M I 1 est i n t e r e s s a n t d'observer que, pour r e s i s t e r aux p a s s i o n s dss c o l l e c t i v i t e s , l'homme se t r o u v e fatalement amene a l a f o r m a t i o n d'une c o n t r e - p u i s s a n c e 1 P a r o l e s de Medecln. 54. 2 Ouvrage cite, 35. 3 Ouvrage cite. 51. - 56 -egalement c o l l e c t i v e . Les organismes q u i sont d e s t i n e s a l u t t e r c o ntre l a pouss^e de l ' e t a t i s m e r i s q u e n t eux-memes de former, f a t a l e m e n t , un E t a t dans l ' E t a t . Un E t a t avec ses c a r a c t e r e s , ses penchants, ses p r a t i q u e s . " * Jean-Paul S a r t r e e s t d'accord avec Duhamel su r ce p o i n t . C e t t e t y r a n n i e du p a r t i communiste, S a r t r e l a d esigne un conservatisms, conservatisme q u i empeche l e p a r t i d ' e t r e r e e l l e m e n t r e v o l u t i o n n a i r e . A i n s i i l estime q u ' i l e s t i m p o s s i b l e que l ' e c r i v a i n s i n c e r e p u i s s e r e s t e r probe en servant des f i n s q u i l u i sont impost es du dehors", a moins de ne r i s q u e r de d e v e n i r un simple p r o p a g a n d i s t e . 2 Quant a s e r v i r en revanche l e s i n t e r e t s de l a b o u r g e o i s i e , S a r t r e s'y r e f u s e avec l a meme o b s t i n a t i o n . T o u t e f o i s , i l nous montre b i e n l a f u t i l i t e d'essayer de f a i r e des experiences i n t e l l e c t u e l l e s dans l e but de changer l a v i e h o r s de 1'action r e v o l u t i o n n a i r e . Par consequent, e t a n t donne l e c a r a c t e r e purement cerebral du regne du coeur, S a r t r e ne p o u r r a i t jamais e n t r e v o i r son triomphe comme r e g i e de conduite de l ' u n i v e r s . P o u r t a n t , i l s v o i e n t , t o u s l e s deux, l a n e c e s s i t e de prendre p a r t i a propos des evenements p o l i t i q u e s , et tous l e s deux, i l s ne v e u l e n t pas l e f a i r e p o l i t i q u e m e n t , 4 c'est a d i r e q u ' i l s ne v e u l e n t s e r v i r aucun 1 P a r o l e s de Medecin, 35. 2 S i t u a t i o n s 11. 285-287. 3 Ouvrage cite. 220. 4 Ouvrage cite. 16. - 57 -p a r t i . 1 Mais s i Duhamel peut demeler l e s r a p p o r t s e n t r e 1 ' i n d u s t r i a l i s m e et l ' 6 t a t i s m e , i l ne possede pas de c l e f q u i l u i permette d ' e n t r e v o i r l e r e s s o r t s e c r e t q u i f a i t marcher c e t t e s o c i e t y tenebreuse: i l n'en remarque que 1'aspect panique. I I l u i semble que l'humanite contemporaine s o i t emportee par un t o u r b i l l o n confus s u r l e q u e l s l l e n'a pas l e moindre c o n t r o l e , et q u i l a p r e c i p i t e v e r s une c a t a s t r o p h e c o n t r e l a q u e l l e i l n 'est p o i n t de s a l u t . B i e n que Georges Duhamel c r o i e que l e mal s o c i a l p r o v i e n t du machinisme, i l se defend contre 1 ' a c c u s a t i o n d ' e t r e r£actionnaire. On p o u r r a i t s'imaginer, en l i s a n t c e r t a i n s de ses l i v r e s r a i l l e u r s , 3 q u ' i l propose un a r r e t du progres. Mais non, a f f i r m e - t - i l , i l ne s ' a g i t pas de s'opposer au machinisme. "Mon d e v o i r e s t de juger l a s o t t i s s et de m'opposer a ses empietements." 4 I I ne veut pas de r e t o u r en a r r i e r e , mais semble, au c o n t r a i r e , v o u l o i r condamner l a c o n d i t i o n c haotique de 1 ' o r g a n i s a t i o n i n d u s t r i e l l e . En c e l a i l se montre un bon p r o g r e s s i s t e , a c c e p t a b l e a t o u t p a r t i de reforme s o c i a l e . Mais i l se d ^ f i e de 1 ' a c t i o n b r u t a l i s a n t e du machinisme sur l e s 1 "Ma p o s i t i o n e s t demeuree une p o s i t i o n humaine et j ' a i t o u j o u r s r e s i s t s aux s o l l i c i t a t i o n s des p a r t i s . " T r i b u l a t i o n s de l'Esp£rance. 43. 2 P a r o l e s de Medecin. 46. 3 Par exemple, Q,uerelles de F a m i l l e . Scenes de l a  V i e F u t u r e . 4 P a r o l e s de Medecin. 243. - 58 -sentiments humains. Le machinisme n'est pas seulement re s p o n s a b l e du d^sordre et de l a misere de l a soci£te moderne, i l est responsable a u s s i de 1 • i n d i f f e r e n c e q u i en est l e ca c h e t . C e t t e i n d i f f e r e n c e de l'homme contemporain, i l l a q u a l i f i e l a machine q u i e s t en moi, et i l l a d£finit a i n s i : "Je me d£fie d'abord de ma fa<jon d'employer l e s machines, de d£sirer et de m u l t i p l i e r l e s machines, de f a i r e abus des machines. D'autre p a r t , j e me d£fie de 1 ' i n f l u e n c e que peuvent e x e r c e r sur moi ces c r e a t u r e s de l ' e s p r i t humain, j e me d£fie de l a contagion des machines." 1 C'est justement parce que l a c i v i l i s a t i o n a perdu t o u t sens moral que l ' o n t£moigne de t e l s d^sordre que l e chomage et l a misere en meme temps que l a d e s t r u c t i o n v o l o n t a i r e de n o u r r i t u r e . Paradoxe Strange, b i e n q u ' i l semble e n t r e v o i r l a n e c e s s i t y d ' i n s t i t u e r un c o n t r o l e gouvernemental quelconque, t o u t e forme e x i s t a n t e d'Statisme l u i e s t a n t i p a t h i q u e . II a c e t t e a f f i a n c e des f o n c t i o n n a i r e s et des hommes d'etat q u i e s t c e l l e de sa n a t i o n . II trouve une d i s p r o p o r t i o n enorme ent r e l e s t a l e n t s des hommes p o l i t i q u e s ( i l f a u t r e c o n n a f t r e q u ' i l en a connu beaucoup) et l e s p o u v o i r s dont i l s d i s p o s e n t . II est p e s s i m i s t e ; i l v o u d r a i t b i e n v o i r une a m e l i o r a t i o n de l a c o n d i t i o n des masses l a b o r i e u s e s , mais i l 1 P a r o l e s de Medecin. 209. 2 L h v e n t a i r e de l'Abime, 148. - 59 -ne c r o i t pas a l a c a p a c i t y des homines d'etat de l ' a c c o m p l i r . I I r e c o n n a l t que l e s soci£tes humaines oherchent consciemment une formule de v i e q u i l e u r donne p l u s de j u s t i c e e t p l u s de bomheur, mais c e t t e t e n t a t i v e est sans chance de r e u s s i t e . "Avec une perseverance emouvante, sous des c h e f s e n i v r ^ s q u i ne sont jamais des s a i n t s , q u i sont presque t o u j o u r s des f o u s , l e s peuples, a t a t o n s , f o n t , dans l a peine et dans l ' a n g o i s s e , l ' e p r e u v e de ce que l ' o n p o u r r a i t a p p e l e r l e s d o c t r i n e s s o c i a l e s de p r o t e c t i o n . " 1  D'abord, c i t o n s l a d e f i n i t i o n de l ' e t a t i s m e que lui-meme propose. • . • " l ' e t a t i s m e e s t une d o c t r i n e ou t h e o r i e q u i , pour 1 ' o r g a n i s a t i o n de l a s o c i e t e , pour l a reforme des i n s t i t u t i o n s , pour l a g e s t i o n t e m p o r e l l e et s p i r i t u e l l e du monde, donne a l ' E t a t tous l e s p o u v o i r s , tous l e s d e v o i r s et tous l e s d r o i t s dont l ' i n d i v i d u se t r o u v e , consequemment, exonere ou d e s s a i s i . " 2 Or, l e pauvre p u b l i c , a v i d e de reformes, harasse par t o u t e s l e s n e c e s s i t e s economiques, a c c u e i l l e l e s reformes e t a t i s t e s sans compter l e danger que ces reformes p o r t e n t a l e u r s d r o i t s l e s p l u s n a t u r e l s . Dans l a b u r e a u c r a t i e l e l i b r e c h o i x n ' e x i s t e p l u s . 3 Pensant sans doute a l a r e c e n t e c r o i s s a n c e e t o u r d i s s a n t e du nombre des f o n c t i o n n a i r e s en France, i l s o u l i g n e l e s ennuis que cree une b u r e a u c r a t i e i n e r t e , et i l p r e v o i t que l a p a p e r a s s e r i e c o n t i n u e r a a d e v e n i r Q u e l l e c r i t i q u e p r e c i s e o p p o s e - t - i l a l ' e t a t i s m e ? 1 Le Temps de l a Recherche. 23. 2: P a r o l e s de Medecin. 9. 3 Ouvrage c i t e . 28. - 60 -de p l u s en p l u s compliquee, . • . " d i f f i c i l e m e n t i n t e l l i g i b l e meme aux hommes de c u l t u r e moyenne."^ Au l i e u de resoudre l e s problemes de l a s o c i e t e , l ' e t a t i s m e y en ajoute de nouveaux encore p l u s douloureux. Car ce ne sont pas des s e r i e s de d e c r e t s - l o i s q u i rendront l e s hommes pl u s heureux; l ' i n d i v i d u s e u l e st capable de t r o u v e r son propre s a l u t . Les reformes s o c i a l e s ne sont que d e c e p t i o n pour l e s m u l t i t u d e s , et c'est c e l a q u i desespere Duhamel. I I entend b i e n que l e voeu de p r o t e g e r l e s t r a v a i l l e u r s c o ntre l e s abus de pouvoir des employeurs se j u s t i f i e en s t r i c t e d i a l e c t i q u e . Mais l e s o u v r i e r s , naguere s i p l e i n s ds bonne v o l o n t e , s e d u i t s par l e s promesses e b l o u i s s a n t e s de l e u r s d i r i g e a n t s , sont devenus p "des d e c l a s s e s , des i n c l a s s a b l e s " , q u i ont p r i s de nouveaux gouts que l ' o n ne peut a s s o u v i r ! B r e f ces pauvres p r o i e t a i r e s a s p i r e n t a l a v i e b o u r g e o i s e ! Duhamel ne v o l t d'autre aboutissement a ce manque d ' e q u i l i b r e s o c i a l que l e d e s a s t r e . " I I est etonnant de penser que ces e s s a i s v e r s un peu p l u s de j u s t i c e a i e n t Concorde, t o u t au moins dans l e vieux monde, avec d'extravagantes t e n t a t i v e s de r e t o u r a 1'esclavage." Se p e u t - i l que Duhamel ne saehe d i s t i n g u e r e n t r e l e s s o c i e t e s f a s c i s t e s et l e s s o c i e t e s s o c i a l i s t e s , dont 1 P a r o l e s de Medeoin, 30. 2 Le Temps de l a Recherche, 154. 3 Ouvrage c i t e , 155. - 61 -c e r t e s , a c e r t a i n s egards, l e s promesses d ' a m e l i o r a t i o n s o c i a l e et meme l e s formes a d m i n i s t r a t i v e s se ressemblent? Quoi q u ' i l en s o l t , i l n'en r e s t e pas moins que Duhamel e s t inc a p a b l e de f o u r n i r une s o l u t i o n v a l a b l e , mais se perd dans de vagues r e g r e t s du passe. I I se souvient de sa jeunesse obscure a l a f i n du s i e c l e passe et s ' ^ c r i e : . . . "comme i l f a i s a i t bon e t r e malheureux en ce temps-la."^" I I s'avoue franchement mal a son a i s e de v i v r e dans l e s remous de l a r e v o l u t i o n s o c i a l e a c t u e l l e . 2 On tro u v e maints exemples de son conservatisme fondamental: nous nous contenterons de n'en c i t e r qu'un. "Je s o u h a l t e qu'emportee par son d e s i r de changement, par ce d e s i r que l e s malheurs du temps nous rendent s i l e g i t i m e s , l a s o c i e t y dans l a q u e l l e je v i s s o i t assez sags pour c o n s e r v e r ce que l e s s i e c l e s ont jug£, et q u i merite done de v i v r e . " 3 On f i n i t par se demander s i , malgre ses bonnes i n t e n t i o n s e v i d e n t e s , Georges Duhamel r e s s e n t tine v e r i t a b l e sympathie pour l e s masses l a b o r i e u s e s comme t e l l e s . C e r t e s s a comprehension des problemes q u i l e s a s s a i l l e n t e st moins que profonde. Homme eminemment s e n s i b l e , i l possede une grande connaissance de l ' i n d i v i d u . Mais ne r e p r o c h e - t - i l pas au machinisme son a c t i o n communisante sur l e s t r a v a i l l e u r s ? Comprend-il l ' o u v r i e r ? Q u ' i l nous s o i t 1 I n v e n t a i r e de l'Abtme, 97. 2 Loc. c i t . 3 Le Temps de l a Recherche, 25. - 62 -permis,d^ea.douter. On s a i t d e j a l ' a v i s d'Henri Barbusse, q u i 1'accuse de r e s t e r "assez r e b e l l e au r e a l i s m e demesure de l a m u l t i t u d e " ."^  Ses hSros de roman a p p a r t i e n n e n t , non au p r o l e t a r i a t , mais a l a p e t i t e b o u r g e o i s i e . Q u e l l e que s o i t l e u r c o n d i t i o n m a t e r i e l l e , i l s sont capables, grSce a une e d u c a t i o n s u p e r i e u r e , grace a l e u r m i l i e u s o c i a l meme, de r e s t e r assez i n d i v i d u a l i s t e s . En c e l a l e s heros ressemblent a l e u r auteur; pour c e l a l ' a u t e u r peut sympathiser avec eux. Car, a peu d'exceptions p r e s , c ' e s t de l a c l a s s e bourgeoise que r e s s o r t 1 ' e l i t e i n t e l l e c t u e l l e , e t Duhamel c r o i t a l a n e c e s s i t e de conserver c e t t e e l i t e . " L ' a r i s t o c r a t i e de l ' e s p r i t , du s a v o i r , et du coeur e x i s t e . E l l e est l a seule a mon r e g a r d . " 2 Mais l e grand p u b l i c r e p r e s e n t e pour l u i une masse i l l e t t r e e , dont l e s d i v e r t i s s e m e n t p r i n c i p a u x sont l a r a d i o e t l e cinema, d i v e r t i s s e m e n t s que, nous l'avons d e j a i n d i q u e , i l c o n s i d e r e des instruments d'abetissement. I I ne c r o i t pas a l a p o s s i b i l i t e de fonder une c u l t u r e v e r i t a b l e a l ' a i d e d l ' a p p a r e i l s v i s u e l s et a u d i t o i r e s . La v r a i e c u l t u r e se base sur l a l e c t u r e , c a r l a l e c t u r e se p r e t e a l a r e f l e x i o n . Le cinema exlge s u r t o u t 1 ' a t t e n t i o n continue de l ' a s s i s t a n t et a i n s i l'empe'che de r e f i e c h i r . I I est etonnant que Duhamel, q u i a b i e n ete dramaturge avant d ' e t r e romancier, 1 H e n r i Barbusse, " J o u r n a l de S a l a v i n par Georges Duhamel^" Humanite, l e 30 J a n v i e r , 1927. 2 Defense des L e t t r e s . 46. - 63 -p u i s s e o u b l i e r que l e meme reproche peut se p o r t e r au t h e a t r e . B i e n entendu, une p i e c e de t h e a t r e se p r e t e a l a l e c t u r e , mais au fond e l l e e x i s t e , e l l e est £erite pour se jouer. Le suoces de l a p i e c e de t h e a t r e , t o u t comme c e l u i du f i l m , depend de son a c t i o n , et ne d o i t pas a r r e t e r 1 ' a t t e n t i o n du spe c t a t e u r par des subtilit£s t r o p r e c h e r c h E e s . Duhamel convient que l e cinema donne p a r f o i s des oeuvres de v a l e u r , 1 mais i l n'en r e s t e pas moins convaincu, s e m b l e - t - i l , q u ' i l e s t un moyen de propager une c u l t u r e i n f e r i e u r e et gr£gaire et q u ' i l prepare l e chemin au triomphe des p h i l o s o p h i e s t o t a l i t a i r e s . Done, l o r s q u ' i l s ' a g i t de l'£tatisme, Georges Duhamel 1'envisage v i s - a - v i s de l a c l a s s e moyenne, l a c l a s s e des p r o f e s s i o n s l i b e r a l e s , l a c l a s s e a l a q u e l l e lui-meme a p p a r t i e n t . Or, l e s p r o f e s s i o n s l i b e r a l e s sont aux p r i s e s avec de grandes d i f f i c u l t y de v i e , et par consequent ne sont pas a meme de r e g i s t e r a l a poussee de l ' e t a t i s m e . I n g ^ n i e u r s , p r o f e s s e u r s , medecins, avocats, l e u r s o r t , s e l o n Duhamel, n'est 1 ' a f f a i r e que de peu de temps. I I ne ser o n t b i e n t o t p l u s que des pions d'une a d m i n i s t r a t i o n t o u t e - p u i s s a n t e . Cet a v i l i s s e m e n t . n ' e s t r i e n d'autre que l a d£ch£ance des E l i t e s ds l a n a t i o n . 3 1 Defense des L e t t r e s , 30. 2 Dans l ' I n v e n t a i r e de l'Abime i l a p p e l l e l e cinema "un Instrument de conformisme", 176 3 P a r o l e s de MEdeoin. 57. - 64 -I I n'est pas a nous surprendre que ce s o i t l e s o r t de sa propre p r o f e s s i o n q u i r e t i e n n e avant t o u t 1 ' a t t e n t i o n de Duhamel. I I s'etonne de t r o u v e r meme dans l a p r o f e s s i o n m ^ d i c a l e des p a r t i s a n s de l ' e t a t i s m e , d'aucuns par c o n v i c t i o n p o l i t i q u e , d'autres par gout de l a s e c u r i t y . Mais c e t t e v o i e amenera l a medecine a l a c o n d i t i o n d'une s c i e n c e pure, i m p e r s o n n e l l e , s'occupant uniquement de l ' h o m m e - c o l l e c t i v i t e , au l i e u d ' a v o i r pour m i s s i o n d ' a s s i s t e r l'homme dans ses do u l e u r s , dans ses tourments i n d i v i d u e l s . L a medecine ne peut s'occuper de l a n a i s s a n c e , de l a v i e , et de l a mort de l'homme qu'a l a c o n d i t i o n de pouvoir a g i r l i b r e m e n t . 1 • . • " l a v i e est dominee par des l o i s que l'homme n'a pas f a i t e s et q u ' i l ne comprend pas t o u j o u r s . A defaut de l e s comprendre et de l e s f o r m u l e r , i l p o u r r a i t du moins l e s s e n t i r et l e u r temoigner un obseur r e s p e c t . " 2 L a medecine n'est a f f a i r e qu'entre l e medecin et l e malade, e t l e s c o n t r a i n t e s du f o n c t i o n n a r i s m e ne p o u r r a i t que gacher 1'atmosphere de sympathie n e c e s s a i r e a l a g u e r i s o n . "La medecine e o n t r a i n t l'homme a r e g a r d e r l'homme, a l e -regarder de p r e s , a l e tou c h e r , a e x p l o r e r l e s r e p l i s , l e s c a v i t e s , et l e s b l e s s u r e s de son corps i n f i r m e et c' e s t a i n s i q u ' e l l e e n t r e t i e n t dans l e monde m i s e r a b l e l e n e c e s s a i r e m i r a c l e de l a sympathie redemptrice." 3 Quant au s o r t de son autre m e t i e r , devant l e s entraves du c o l l e c t i v i s m e , Duhamel se montre p l u s o p t i m i s t e . 1 P a r o l e s de Medecin, 40. 2 "Les l o i s du Monde F u t u r , " Mercure de France, c c l x v i , l e 15 f e v r i e r , 1936, 237. 3 P a r o l e s de Medecin, 63. - 65 -II e s t content que l e s e f f o r t s de syndiquer l e s E c r i v a i n s a i e n t remporte peu de su c c e s . La cause de l ' a r t s ' e l e v e au dessus des b e s o i n s d o c t r i n a i r e s de l ' e t a t . 1 La rE p u b l i q u e des l e t t r e s ne s a u r a i t se l a i s s e r gouverner par un organisme s y n d i c a l . Au c o n t r a i r e , l e s l e t t r e s se p r o s t i t u e r a i e n t en se soumettant a des buts d o c t r i n a i r e s , c a r pour ce f a i r e , i l f a u d r a i t c o n t r a i n d r e t o u t e c r i v a i n 2 a s e r v i r l e meme i n t E r e t p o l i t i q u e . Les i n t e r e t s des E c r i v a i n s ne sont Evidemment pas communs, mais nEanmoins, dans l a l i b e r t E , i l s peuvent s e r v i r l e s e u l i n t E r e t q u ' i l s a i e n t t o u s , i n t E r e t t o u t s p l r i t u e l , c e l u i de l a g l o i r e de l ' a r t . Et avec une E v i d e n t e s a t i s f a c t i o n , Georges Duhamel proclame: "nous sommes l e s d e r n i e r s i n d i v i d u a l i s t e s du monde. R E s i s t o n s dans n o t r e tranchEe." 3 1 DEfense des L e t t r e s , 169. 2 L o c . c i t . 3 Ouvrage c i t E . 173. CHAPITRE VI LE ROLE DE L'ELITE. "Une c i v i l i s a t i o n ne v i t , ne t r a v a i l l e et ne r£siste que par ses e l i t e s . " 1 A mesure que l e c o l l e c t i v i s m e se f a i t p l u s lourdement s e n t i r , Duhamel mene une l u t t e i n f a t i g a b l e en f a v o u r de l a l i b e r t e i n d i v i d u e l l e . Contre l e machinisme et l e s o c i a l i s m e , i l a f f i r m e l a s u p e r i o r i t y de sa p h i l o s o p h i e de l ' i n d i v i d u . Car, d i t - i l , 1'oeuvre des groupes dans l ' h i s t o i r e du monde est inhumaine et barbare, t a n d i s que l'oeuvre de l ' i n d i v i d u r e s t e l a s e u l e c o n s t r u c t i v e , c i v i l i s a -t r i c e . . . . " l e t r a v a i l i n t e l l e c t u e l v e r i t a b l e , je l ' a i souvent d i t , m'apparalt assez peu compatible avec l ' a c t i v i t e des g r o u p e s . " 1 Le r e s u l t a t f i n a l de l ' e t a t i s m e q u ' i l a t a n t apprehende, i l c r o i t d e j a pouvoir l e d e c e l e r pendant l ' o c c u p a -t i o n allemande, l o r s q u e , en 1943, i l e c r i t : "La m o i t i e du monde, bientSt, jouera pour 1'autre m o i t i e , l e r o l e de garde-chiourme." 3 Aucune p h i l o s o p h i e p o l i t i q u e ne peut e x p l i q u e r , a son a v i s , l e developpement des l e debut du s i e c l e du phenomene e t a t i s t e . I I s'etonne de n o t e r que t o u t e s l e s f a c t i o n s p o l i t i q u e s , t o u t en se combattant e n t r e e l l e s , c o l l a b o r e n t neanmoins au triomphe de l ' e t a t i s m e . 4 1 C o n s u l t a t i o n aux Pays d 1 I s l a m , 16. 2 P a r o l e s de Medecin, 48. 3 B i o g r a p h i e de mes FantSmes, 68. 4 P a r o l e s de Medecin, 36. - 67 -M. P.-H. Simon a r a i s o n de c r o i r e que Duhamel e s t m o r a l i s t s mais non p h i l o s o p h e . 1 Duhamel semble i n c a p a b l e de c o n c e v o i r des r a p p o r t s avec 1'humanitE a u t r e s que p e r s o n n e l s . Le d e s t i n de l'homme l ' i n t e r e s s e ; non pas l e d e s t i n de l a f o u l e . V o i l a , nous p a r a f t - i l , l a r a i s o n de son conservatisme p o l i t i q u e . En p l u s , i l veut se mettre a l ' a b r i des i n t e r v e n t i o n s de l ' E t a t ; i l veut c o n t i n u e r a c u l t i v e r l e j a r d i n q u ' i l d E c r i t dans ses f a b l e s charmantes. Duhamel s a l t q u ' i l e s t un membre p r i v i l E g i E d'une s o c i e t y q u i accorde a une c e r t a i n e E l i t e l e s c o n d i t i o n s n E c e s s a i r e s a l ' e n t r e t i e n t de son humanisme, de sa c u l t u r e . C i t a n t l e passage du D i s c o u r s sur 1 ' o r i g i n s et l e s fondements de  1 ' i n E g a l i t e parmi l e s hommes ou Rousseau d e c l a r e que l e premier a e n c l o r e un t e r r a i n a c.ommis un v o l co n t r e l a communautE, et que l e s f r u i t s de l a t e r r e sont a t o u s , l a t e r r e a personne; .Duhamel s ' E e r i e , i n c r e d u l e : "HElas, pauvre Jean-Jacques, l e s f r u i t s sont, sous peine d ' i n j u s t i c e e t de dEsordre, a ceux q u i l e s ont f a i t pousser" . . . , 2 La p r E t e n t i o n de l ' E t a t dans l e s s o c i E t E s c o l l e c t i v i s t e s de remplacer l a f a m i l l e l'Epouvante. La f a m i l l e e s t , a son a v i s , l e groupement ElEme n t a i r e de l a s o c i E t E , et comme t e l , mErite au c o n t r a i r e d ' e t r e soutenue par l ' E t a t . " I I n ' a p p a r t l e n t pas aux l E g i s l a t e u r s de d E c i d e r 1 P i e r r e - H e n r i Simon, Georges Duhamel, 170. 2 C o n f e s s i o n s sans PE n i t e n c e , 30. - 68 -soudainement que l e s femmes, l ' a n p r o c h a i n , c e s s e r o n t de p o r t e r m a m e l l e s . m 1 L'auteur de Les P l a l s i r s et l e s Jeux, b i e n q u ' i l a i t s o u f f e r t lui-meme de l a f a m i l l e , cbante l e s s a t i s f a c t i o n s de l a v i e f a m i l i a l e . L ' e n t r e p r i s e de s o u t e n i r une f a m i l l e est d i f f i c i l e , mais, a v o u e - t - i l , c ' e s t c e t t e d i f f i c u l t e meme q u i l ' a s e d u i t . 2 I I est e v i d e n t que 1' a t t i t u d e de Gide envers l a f a m i l l e l u i est incomprehensible. " J ' a i r 6 f l 6 c h i , dans l a s u i t e des j o u r s , au fameux c r i de Gide: ' F a m i l i e s , j e vous h a i s l ' Que Gide me permette de l e d i r e , c ' e s t l e c r i d'un enfant c o n t r a r i e , d'un enfant gate, et non d'un obse r v a t e u r r e s p o n s a b l e . " 3 C'est, s e l o n Duhamel, l e s moeurs de l a s o c i e t y bourgeoise q u i empecheraient l a d i s s o l u t i o n de l a f a m i l l e , d i s s o l u t i o n q u i a d v i e n d r a i t sous une d i c t a t u r e c o l l e c t i v i s t e . I I c onvient de s i g n a l e r que L o u i s Aragon, en revanche, d e c l a r e que l e communisme en R u s s i e protege l e s 4 f a m i l i e s et s u r t o u t l e s e n f a n t s . L u i c r o i t , au c o n t r a i r e , v o i r dans l e c r i de Gide l a decadence de l a f a m i l l e bourgeoise; 1 Le Temps de l a Recherche, 26. 2 Ouvrage cite, 78. 3 L o c . c i t . 4 L o u i s Aragon, L'Homme Communists, 31. 5 Jean-Paul S a r t r e , en s o u l i g n a n t 1'aspect l i t t e r a i r e de c e t t e decadence de Gide, 1'appelle " l a l i t t e r a t u r e comme Negation a b s o l u e " . S i t u a t i o n s 11, 174. "Son acte g r a t u i t , q u ' e s t - i l , s i n o n 1'aboutissement ; d'un s i e c l e de comedie bourgeoise et l ' i m p e r a t i f de 1'auteur-gentilhomme." Ouvrage cite, 173. - 69 -Aragon demontre que, en p l a i d a n t l a f a m i l l e comme p r i n c i p e die l a c o n s e r v a t i o n s o c i a l e , sous l a devise T r a v a i l . F a m i l l e , P a t r i e , c'est l a b o u r g e o i s i e f r a n c h i s e q u i a dEmembrE l a f a m i l l e en l i v r a n t des m i l l i o n s de Franijais au t r a v a i l force" en Allemagne, en pourvoyant l e s f o u r s erematoires des camps de c o n c e n t r a t i o n n a z i s . l "Qui a i n t e r e t a r e j e t e r a i n s i sur l a f a m i l l e , q u e l l e q u ' e l l e s o i t , l e s v i c e s et l e s malheurs des hommes, s i ce ne sont c e u x - l a q u i c r a i g n e n t que nous voyions ou vEr i t a b l e m e n t se tr o u v e l e de f a u t de c o n s t r u c t i o n d'une s o c i e t e de l a q u e l l e i l s ne ve u l e n t pas que nous s o r t i o n s . ' F a m i l i e s , j e vous h a i s ! ' d i s e n t - i l s . I l s n'ont f a i t l a c r i t i q u e que de l a f a m i l l e b o u r g e o i s e . " 2 Chose c u r i e u s e , l e e a r a c t e r e a r e l i g i e u x du marxisme rEpugne Egalement a Duhamel. Quoique lui-meme agnostique, i l c r o i t que l e c u l t e c o n t r i b u e a l a s t a b i l i t y s o c i a l e . C'est, a son a v i s , l a p o l i t i q u e h a l s s a b l e q u i , depuis un d e m i - s i e c l e , a remplace l a r e l i g i o n dans l ' e s p r i t du peuple. "Les hommes ne s a u r a i e n t se pas s e r de r e l i g i o n . I I l e u r f a u t quelque r a i s o n de s'assembler et de communier. La p l u p a r t des pauvres gens, des q u ' i l s sont p r i v e s de l a f o i , du s u r n a t u r e l et a u s s i du c e r & n o n l a l i n d i s p e n s a b l e , se j e t t e n t dans l a p o l i t i q u e . 3 A i n s i , c ' e s t en dEfenseur de l a c i v i l i s a t i o n s p i r i t u e l l e que Duhamel se prEse n t e , c i v i l i s a t i o n menacee de nos j o u r s par l e s problemes de r e o r g a n i s a t i o n s o c i a l e . 1 L o u i s Aragon, L'Homme Communiste, 32. 2 Ouvrage c i t e , 29. 3 B i o g r a p h i e de mes Fantomes, 191. - 70 -C'est une p o s i t i o n f o r t l o u a b l e en un temps ou l a grande a f f a i r e p a r a l t e t r e 1 ' o r g a n i s a t i o n sur l e p l a n m a t e r i e l , mais i l est a r e g r e t t e r pourtant que Duhamel tende a n i e r ces problemes, q u ' i l n ' a i t pas essaye p l u t o t d ' i n t e g r e r c e t t e c i v i l i s a t i o n c u l t u r e l l e au machinisme et au s o c i a l i s m e q u ' i l d e p l o r e , mais q u i sont n£anmbins des f a i t s h i s t o r i q u e s . C'est en c r i t i q u e de l a c i v i l i s a t i o n p l u t o t qu'en in n o v a t e u r de systemes p h i l o s o p h i q u e s ou p o l i t i q u e s que Georges Duhamel semble c r o i r e l e mieux s e r v i r l'humanite. ^ C e l a e x p l i q u e pourquoi, t e n u d'abord pour un e c r i v a i n de gauche, 2 Duhamel, a cause de son a n t i p a t h i e pour 1 ' i n d u s t r i a l i a m e et l ' e t a t i s m e , b r e f pour l e c o l l e c t i v i s m e , a perdu l ' e s t i m e des m i l i e u x r e v o l u t i o n n a i r e s au f u r et a 3 mesure q u ' i l a gagne un p u b l i c bourgeois c o n s i d e r a b l e . N u l doute que Duhamel n'envisage de r e l a t i o n s avec l a s o c i e t e que v i s - a - v i s de lui-meme. I I ne peut penser globalement: t o u t e son oeuvre d^montre sa p r e o c c u p a t i o n des d e s t i n i e s i n d i v i d u e l l e s . Comme d i t M. Simon, "En f a i t , quand Duhamel 1 P a r o l e s de Medecin, 245. 2 Luc D u r t a i n nous d i t qu'en 1928 Duhamel e t a i t un des auteurs f r a n c a i s l e s p l u s l u s en R u s s i e . Ses ouvrages a ce moment-la ne comptaient d e j a pas moins de d i x - s e p t e d i t i o n s en r u s s e . L'Autre Europe, Moscou e t sa f o i , 145-146. 3 Simon nous rac o n t e qu'en c a p t i v i t e , dans un camp ou l e s i n s t i t u t e u r s formaient l e quart de 1 ' e f f e c t I f , et ou l e s t r o i s a u t r e s q u a r t s e t a i e n t p l u s specifiquement bourgeois, I I a constate que Duhamel etait a peu pres l e s e u l auteur contemporain u n i v e r s e l l e m e n t sympathique. Georges Duhamel, 23. - 71 -d i t ' l ' i n d i v i d u ' , i l pense: l e sage; ou b i e n i l se pense lui-meme, homme de bonne vo l o n t E et de p r E c i e u s e c u l t u r e , " 1 . . • . Mais s i Duhamel n'a pas E r i g E de systeme de pensee p o l i t i q u e , i l a prononcE assez d'opinions pour l a i s s e r e n t r e v o i r une Weltanschauung assez r u d i m e n t a i r e , mais q u i convient a son conservatisme moral. I I c r o i t a une h i E r a r c h i e des r a c e s , en ce sens i l e s t r a c i s t e . B i e n entendu I I ne c r o i t pas au racisms pour subjuguer des c u l t u r e s i n f e r i e u r e s n i pour j u s t i f i e r 1 ! i m p e r i a l i s m s economique, * mais i l pense t o u t de meme q u ' i l e x i s t e des d i f f e r e n c e s d ' E v o l u t i o n c u l t u r e l l e entre l e s groupes ethniques, meme s i ce n'est que par a c c i d e n t gEographique. "L'humanite se d i v i s e a u j o u r d ' h u i , grossierement, en deux groupes. D'un cotE l e s peuples que l ' o n d i t barbares - - - ce q u i e s t souvent v r a i - - - parce q u ' i l s sont i n c a p a b l e s de t i r e r p a r t i des mEthodes s c i e n t i f i q u e s et de b E n E f i c i e r directement du machinisme moderne. De 1'autre c o t E , l e s peuples q u i sont f a v o r i s E s par c e t t e c i v i l i s a t i o n que l ' o n p o u r r a i t d i r e baconienne, p u i s q u ' e l l e se repose sur l e s a p p l i c a t i o n s de l a mEthode i n d u c t i v e . " 4 1 P i e r r e - H e n r i Simon, Georges Duhamel, 158. 2 Pour tan b e i exposE de l a t o l E r a n c e et meme de l a tendr e s s e de Georges Duhamel, v o i r Le Combat contre  l e s Ombres, 272-273. 3 Pour une o p i n i o n moins gEnEreuse de l a t o l E r a n c e de Duhamel, v o i r Andrew Roth, "French T a c t i c s i n Indo-c h i n a , " The N a t i o n , l e 28 f E v r i e r , 1948, 237. 4 " I n d i c e s de C i v i l i s a t i o n , " Mercure de France, c c l x x i i , l e 15 dEcembre, 1936, 453. - 72 -Ce t t e i d e e est r e p r i s e t o u t au l o n g de l a C o n s u l t a t i o n aux Pays d T I s l a m , ou Duhamel ne peut ou ne veut v o i r que 1 ' e f f o r t magnifique de 1 ' a d m i n i s t r a t i o n , de 1 ' i n s t r u c t i o n , de l a mEdecine f r a n c h i s e s de p o r t e r a m e l i o r a t i o n a l a c o n d i t i o n des indi g e n e s c o l o n i a u x , et ou i l se montre assez severe envers l e s mouvements n a t i o n a l i s t e s q u i rEclament actuellement 1'independence. I I taxe l e s i n d i g e n e s d • i n g r a t i t u d e a l ' e g a r d des b i e n f a i t s que l a France l e u r apporte, mais semble i n c a p a b l e , encore une f o i s , de d i s c e r n e r l e s v E r i t a b l e s r e s s o r t s h i s t o r i q u e s et economiques de ce d e s i r , somme tout e n a t u r e l , de l i b e r t e . A cet egard, Duhamel est decevant: comme d i t M . P a t r l , • . . "on sent t r o p souvent l a r e a c t i o n du Frantjais b l e s s e dans son amour propre n a t i o n a l " 1 . . . . En ce q u i concerne l a metropole, t o u t e l ' h i s t o i r e de l a l u t t e des c l a s s e s des 1830, Duhamel 1'ignore, ou, du moins, ne semble pas l ' a p p r e c i e r a sa j u s t e v a l e u r . C e r t e s , i l l a i s s e p a r f o i s e n t r e v o i r des moments d'une l u c i d i t e d e c oncertante sur 1 ' a c t i o n n e f a s t e de l a b o u r g e o i s i e , l o r s q u e , par exemple, i t f a i t prononcer a Joseph, l e c a p i t a l i s t s , l e s p a r o l e s s u i v a n t e s : "(Les p a r i e m e n t a i r e s ) me f o n t r i r e . . . . I l s a u r a i e n t une idEe p l u s j u s t e de l a marche des evEnements s ' i l s v e n a i e n t , chaque j o u r , p a s s e r une p e t i t e heure a l a Bourse. C'est l a , et l a seulement ou se f a i t l a -v e r i t a b l e p o l i t i q u e . " 2 1 A. P a t r i , " C o n s u l t a t i o n aux Pays d'Islam 1 par Georges Duhamel," Paru, mars, 1948, 78. 2 La Nu i t de l a S a i n t Jean, 137. - 73 -Pourta n t , sa p r e d i l e c t i o n va ve r s l a b o u r g e o i s i e en t a n t q u ' e l l e e s t l a c l a s s e l a p l u s c u l t i v e e , c e l l e de 1 ' e l i t e ; parce que, a son a v i s , l a b o u r g e o i s i e se t i e n t au dessus des masses p o p u l a i r e s , non pas pour l e s opprimer, mais pour l e u r s e r v i r de guide. I I est E v i d e n t q u ' i l ne pense pas a l a b o u r g e o i s i e des banquiers et des i n d u s t r i a l ! s t e s , mais a c e l l e des i n t e l l e c t u e l s et des savants. P a r l a n t de c e t t e e l i t e , Duhamel p r e c i s e : " S i l ' o n d^signe par ce mot, et de maniere assez vague, au m i l i e u d'une s o c i e t y donn^e, l e s s u j e t s de premier c h o i x , j e c r o i s expedient . . . d ' e x c l u r e de ce choix, de maniere gdne r a l e , l e s f i n a n c i e r s , l e s t r a f i q u a n t s , et meme l e s hommes de g u e r r e . " 1 A i n s i , en e t a b l i s s a n t l a d i s t i n c t i o n entre ceux q u i consacrent l e u r v i e a 1'accumulation des r i c h e s s e s et ceux q u i t r a v a i l l e n t a l'avancement de l a c u l t u r e , Duhamel se rend compte que l a c l a s s e bourgeoise n'est pas une c l a s s e s o c i a l e homogene. I I v o i t egalement que l a b o u r g e o i s i e d'argent e s t a son d e c l i n , mais qu'importe! i l f a u t quand meme defendre l a c l a s s e b o urgeoise en e n t i e r , parce que sa chute e n t r a f n e r a i t i n e v i t a b l e m e n t l ' S l i t e i n t e l l e c t u e l l e ; ce q u i s e r a i t "une i n j u s t i c e et un malheur". "Une i n j u s t i c e , parce que c e t t e e l i t e . . . n ' a po i n t demerite de ses t r a d i t i o n s parce q u ' e l l e n'a pas d^serte* ses d e v o i r s , parce que l e t r o u b l e s o c i a l a c t u e l l a t r o u v e a son poste ou e l l e s ' e f f o r c e de m a i n t e n i r l ' o r d r e et l ' a c t i v i t e v i t a l e . Un malheur, 1 C o n s u l t a t i o n aux Pays d'Islam, 18. 2 "Les Deux B o u r g e o i s i e s , " Marianne, l e 23 mars, 1938. - 74 -parce qu'un grand pays ne peut v i v r e sans une el ite I n t e l l e c t u e l l e q u i gere l a maison, d i s t r i b u e l e s t a c h e s , soigne l e s malades, eduque l e s e n f a n t s , c o n s t r u i t l e s routes et l e s maisons, o r g a n i s e l e s b i b l i o t h e q u e s , e n f i n e n t r e t i e n t l a flamme dans l e temple de 1 ' i n t e l l i g e n c e . " i C e t t e c o n c e p t i o n du r o l e p a t r i a r c a l de 1'elite prouve que d'accuser Duhamel d ' e t r e r e a c t i o n n a i r e s e r a i t , dans un sens, i n j u s t e . I I ne c r o i t pas de son d e v o i r de s'occuper de l ' a c t i o n de l a b o u r g e o i s i e f i n a n c i e r e , i l c o n e o i t son r o l e a l u i , comme a to u t e l ' e i i t e i n t e l l e c t u e l l e , d ' i n s t r u i r e l e s m u l t i t u d e s . Sa f o n c t i o n s o c i a l e a i n s i concue, i l r e s t e ce que nous avons d e j a montre, et comme l ' a f f i r m e M i c h e l Ragon, un e c r i v a i n du peuple. Malgre l e s d i f f e r e n c e s i r r e c o n c i l i a b l e s e n t r e l e p r o l e t a r i a t c o l l e c t i v i s m et l a b o u r g e o i s i e i n d u s t r i e l l e et f i n a n c i e r e , i l r e s t e t o u j o u r s de l a p l a c e , s s l o n Duhamel, pour l ' a c t i o n i n d i v i d u e l l e dans l a societe. Car l e s c l a s s e s s o c i a l e s ne sont pas hermetiques, et c ' e s t l e peuple q u i , depuis p l u s d'un s i e c l e , p o u r v o i t l a France d'hommes d ' e i i t e . Ce recrutement e s t aide par l a s e l e c t i o n soigneuse p r a t i q u e e par 1 ' i n s t r u c t i o n p u b l i q u e . 3 Georges Duhamel lui-meme est un exemple de ce phenomene, et sans doute ses e f f o r t s i n l a s s a b l e s pendant sa jeunesse 1 "Les Deux B o u r g e o i s i e s , " Marianne, l e 23 mars, 193a 2 C o n s u l t a t i o n aux Pays d'Islam, 17. 3 Loc. c i t . - 75 -di 'amEliorer son sort expliquent jusqu'a un c e r t a i n point pourquoi i l se prEoccupe davantage de l ' i n d i v i d u que de l a s o c i e t y . Mais ce voeu meme d ' E v i t e r l a condi t ion desesperante des mult itudes explique Egalement son d E s i r de rygEnErer, de perfect ionner l ' E t a t s o c i a l . "Parce que je me suis moi-meme, dans ma v i e i n d i v i d u e l l e , dEgagE de 1'ombre et tout doucement h i ssE vers des regions plus c l a i r e s , je regarde avec passion, avec s o l l i c i t u d e , avec angoisse p a r f o i s , ce chemineraent o p i n i a t r e et toujours recommencE vers une existence moins douloureuse, mieux ordonnEe, mieux E c l a i r E e , plus E q u i t a b l e . " ! Duhamel, i n t e r n e t i o n a l i s t e convaincu, n ' a pas perdu courage, malgrE l e s expEriences sanglantes qu'a subies tout rEcomment 1'Europe malheureuse. Aujourd'hui comme naguere, i l ressent l e besoin d ' i n s t i t u e r en Europe un c o n s e i l i n t e r n a t i o n a l de l a c i v i l i s a t i o n , qui g e r e r a i t 1 ' a c t i v i t e des savants, des l E g i s l a t e u r s et des mora l i s t e s , de maniere a mettre de l ' o r d r e dans l e dEsEqui l ibre p tumultueux ou se trouve actuellement l e monde. En ce qu i regarde 1 'organisat ion p o l i t i q u e de 1'Europe, Duhamel se montre Egalement i n t e r n a t i o n a l i s t e . II c r o i t que l a l i b e r t E est l e plus souhaitable des b iens , pour l e s nations tout comme pour l e s i n d i v i d u s , mais i l comprend l a nEcess i tE ou se trouve cheque pays de renoncer 1 Le Temps de l a Recherche, 24. 2 Paroles de MEdecin, 47. 3 Consul tat ion aux Pays d 'Is lam, 29. - 76 -a une e e r t a i n e p a r t i e de son autonomie pour l e b i e n g e n e r a l . Duhamel est de 1'opinion meme que l a n o t i o n de sou v e r a i n e t e n a t i o n a l e n'est q u ' i l l u s i o n et q u ' e l l e e s t r e sponsable en ou t r e du sang que l ' o n a vu c o u l e r a f l o t s depuis l e debut du vingtieme s i e c l e . 1 I I est malheureux que l'Allemagne hitlerienne a i t corrompu et s o u i l l e c e t t e b e l l e idee de 1'Europe, meme de f a c o n temporaire, c a r i l n'en f a u d r a pas moins r e v e n i r a c e t t e c o n c e p t i o n p o l i t i q u e pour que r e v i v e 1'ancien monde. "Les mots d'Europe e t d'European ont encore, aux o r e i l l e s f r a n c a i s e s , une s o n o r i t y facheuse et q u i met 1'espr i t en d e f i a n c e . I I nous f a u d r a , quand meme, et nonobstant cet intermede h o r r i b l e , reprendre c e t t e Idee de 1'Europe, l a p u r i f i e r , l a f o r t i f i e r , s i nous li'avons pas 1'intent i o n de r e s i g n e r n o t r e genie o r i g i n e l . " 2 Contre l a c o n c e p t i o n de l a souverainete n a t i o n a l e , Duhamel oppose l ' i d d e d'une union europeenne. I I est de l ' a v i s , d 'accord avec pas mal de ses contemporains, que l e s a l u t de 1'Europe a l ' a v e n i r se t r o u v e r a dans l a c o o p e r a t i o n a d m i n i s t r a t i v e et economique, et que c e t t e v o i e amenera a une ere de p a i x et de bonheur. "A v r a i d i r e , l e brusque et devorant triomphe de l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e p o u r r a i t , s ' i l n'etait pas interrompu par de grands d e s a s t r e s , a b o u t i r a une s o r t e d ' u n i f i c a t i o n , par-dessus meme l e s problemes de c l i m a t . " 3 1 C o n s u l t a t i o n aux Pays d'Islam, 31. 2 Ouvrage cite, 12. 3 C i v i l i s a t i o n F r a n c a i s e , 9. - 77 -A i n s i se r e V e l e l a pensee s o c i a l e de Georges Duhamel. L ' a v e n i r de l a c i v i l i s a t i o n e s t entre l e s mains de l ' e l i t e i n t e l l e c t u e l l e . I I f a u t done que c e t t e E l i t e s o i t n a n t i e e t soutenue dans ses tSches ardues, c e l l e d ' i n s t r u i r e et d ' E c l a i r e r l e s m u l t i t u d e s , c e l l e d ' o r g a n i s e r et d ' a d m i n i s t r e r l a soci£t£. Duhamel c r o i t au progres de l a c i v i l i s a t i o n , mais i l ne pense pas que l e bouleversemerit de l ' o r d r e s o c i a l s o i t l a c o n d i t i o n p r e a l a b l e de ce p r o g r e s . I I s o u h a i t e ardemment 1 ' a m e l i o r a t i o n de l a v i e p o p u l a i r e , mais i l se mEfie des s o l u t i o n s t r o p f a c i l e s q u i ne s'occupe que du cote m a t e r i e l du p r o b l l m e . I I r e s t s s u r t o u t i n c r e d u l e devant l e s p h i l o s o p h i e s c o l l e c t i v i s t e s q u i pretendent g u e r i r l e s maux de l a s o c i e t e en subordonnant l e s d r o i t s de l ' i n d i v i d u a ceux de l a communaute. "Toute v e r i t a b l e r e v o l u t i o n de l a v i e c o l l e c t i v e , dans l e s temps q u i vont v e n i r , se devra d ' e t r e , avant t o u t , s i m p l i f i c a t r i c e , a peine d'etre s t e r i l e . " 1 L ' i n q u i e t u d e de c e t humaniste a l ' e g a r d de l a d e s t i n e e du peuple p r o v i e n t de sa p h i l o s o p h i e du coeur, de sa t e n d r e s s e et de sa p i t i e humaines. Son a t t i t u d e envers 1•human!te se d i s t i n g u e d'une p a r t par son amour des humbles, d'autre part par son r e s p e c t de l ' i n d i v i d u . Sexagenaire, i l f a i t t o u j o u r s c o n f i a n c e a l ' a v e n i r de 1'humanity: s i p a r f o i s son i n t e l l i g e n c e semble i n c a p a b l e de s a i s i r t o u t e s l e s f a c e t t e s de I n v o l u t i o n s o c i a l e , sa s e n s i b i l i t e n'en 1 Le Temps de l a Recherche, 32. - 78 -r e s t e pas moins merveilleusement accordee a l a symphonie des ames. Ce q u ' i l d i t de Jaures s ' a p p l i q u e t o u t a u s s i b i e n a lui-meme. "Quand Jaures d i t : l'humanite, i l songe assur£ment a 1'ensemble s o u f f r a n t des peuples, mais a u s s i , m i l n'en peut douter, a l a p l u s b e l l e des v e r t u s . 1 1 Le Temps de l a Recherche, 123. CONCLUSION "On ne s'evade point de son g e n i e . " 1 Dans c e t t e etude de Georges Duhamel, nous avons peu discute" ses romans: dans l e s jours que nous v i v o n s , i l nous semblait que 1'expose et 1'analyse de sa pensee s o c i a l e e t a i e n t l a tSche p r i m o r d i a l e . Avant d'aborder 1 * e c r i v a i n , i l f a l l a i t c o n n a i t r e 1'homme• Sa pensee s o c i a l e , nous 1*avons montre, Duhamel l ' a erigee en systems. Ce systeme, f a i t de pi t i e " et de ten d r e s s e , e s t , b i e n entendu, r i e n moins q u ' a b s t r a i t . Sa p h i l o s o p h i e , q u ' e s t - e l l e , en e f f e t , s i n o n une v a s t sympathie pour l e s hommes? Mais c e t t e sympathie n'empeche n i l ' i r o n i e n i l a c o l e r e . A l a ye r i t e * , sa tache a ete double; non seulement c e l l e de mieux comprendre l'homme, mais a u s s i c e l l e de c r i t i q u e r l e s oeuvres de l a c i v i l i s a t i o n . A f i n de pouvoir p l u s l i b r e m e n t c r i t i q u e r l a s o c i e t e , i l n'accepte pas de r e s p o n s a b i l i t e s envers un p a r t i p o l i t i q u e quelconque, mais estime, p l u t o t , que sa seul e r e s p o n s a b i l i t e est envers son integrity d ' e c r i v a i n . Et sans doute, a i n s i que l e demontre Jean-Paul S a r t r e , l e ch o i x du m e t i e r d ' e c r i v a i n e s t d e j a un p a r t i p r i s . En e f f e t , l a co n c e p t i o n de Duhamel de l a l i b e r t e de 1 ' e c r i v a i n se rapproche assez de c e l l e de S a r t r e . Comme 1 Les Confessions sans P e n i t e n c e , 53. 2 V o i r p. 5. 3 Jean-Paul S a r t r e , S i t u a t i o n s I I , 125. - 80 -S a r t r e , Duhamel comprend que l a f o n c t i o n de l ' y c r i v a i n e s t de c r i t i q u e r l e s i n j u s t i c e s de l a s o c i y t e , 1 et que l e r o l e de l a l i t t e r a t u r e , a moins de ne se v o i r t o u r n e r en propagande ou en simple d i v e r t i s s e m e n t , e s t de j u g e r l i b r e m e n t l a s o c i e t y dans l a q u e l l e l ' y c r i v a i n v i t . Mais t a n d i s que S a r t r e , t o u t en combattant et l e i communisme et l e conservatisme, semble pencher au s o c i a l i s m s , ' Duhamel, mu par son a n t i p a t h i e pour l ' e t a t i s m e , veut, tout en l a c r i t i q u a n t , sauvegarder l a b o u r g e o i s i e . C'est que, au c o n t r a i r e de S a r t r e , Duhamel r e p r E s e n t e l a b o u r g e o i s i e non seulement en t a n t q u ' e e r i v a i n , mais a u s s i en t a n t que savant e t que mEdecin. De p l u s , au l i e u que S a r t r e c o n s i d e r s l e r o l e s o c i a l impose" e. l ' e c r i v a i n comme c e l u i d'un s e r v i t e u r a b j e c t , Duhamel y t a b l i t une d i s t i n c t i o n e n t r e l a b o u r g e o i s i e f i n a n c i e r e et i n d u s t r i e l l e et l ' E l i t e i n t e l l e c t u e l l e . Or, 1 V o i r p. 2. 2 . . . " l ' e c r i v a i n donne a l a s o c i e t y une conscience  malheureuse, de ce f a i t q u ' i l e st en p e r p E t u e l antagonisme avec l e s f o r c e s c o n s e r v a t r i c e s q u ' i l tend a rompre." Jean-Paul S a r t r e , S i t u a t i o n s I I , 129. 3 Ouvrage c i t y , 155. 4 " ( L a B o u r g e o i s i e ) ne co n g o i t l ' o e u v r e l i t t y r a i r e comme une e l a t i o n g r a t u i t e et d e s i n t y r e s s e e , mais comme un s e r v i c e payy." Ouvrage c i t y . 156. En r y a l i t y son a n a l y s e est moins simple. S a r t r e concjoit l e r o l e de l ' e c r i v a i n comme c e l u i d'agent double. Tout en servant l a c l a s s e dont i l e s t p a r a s i t a i r e , i l l a mine par son i n f l u e n c e d y s e q u i l i b r a n t e . Ouvrage c i t y , 155. - 81 -a son a v i s , malgre l e s t o r t s c r i m i n a l s de c e l l e - l a , c e l l e - c i n'a pas f a i t d e f e c t i o n a son r o l e , r o l e q u i est de s e r v i r et de g u i d e r l'humanite t o u t e n t i e r e . 1 Ce s e r a i t par consequent, i n j u s t e de l u i imputer l e s e u l mobile de v o u l o i r , en sauvant l a b o u r g e o i s i e , se sauver lui-meme. A i n s i l a pens^e de Georges Duhamel se r e v e l e dans un p e r p ^ t u e l c o n t r a s t e . Une connaissance s u p e r f i c i e l l e de ses oeuvres suggere une harmonie o p t i m i s t e , onctueuse. C'est c e l a sans doute q u i a t a n t reconforte" ses amis b o u r g e o i s . Mais l ' e t u d e approfondie de ses l i v r e s nous f a i t v o i r l e s p e r p l e x i t ^ s i n t d r i e u r e s cachees par c e t a i r bonhomme, e t , en e f f e t , c e t y q u i l i b r e n'est q u ' i l l u s i o n . A l a v e r i t e , l e g^nie de Duhamel e s t t o u t complexity, t o u t c o n t r a d i c t i o n . Par sa c u l t u r e , par son s t y l e , et i l semble aimer l e c r o i r e , i l e s t c l a s s i q u e : par sa s e n s i b i l i t y , par sa preo c c u p a t i o n constante du 'moi', i l e s t , q u oi q u ' i l en d i s e , r o m antique. 2 Nous avons montry que l e l i b y r a l , chez Duhamel, recouvre souvent l e c o n s e r v a t e u r . Pourtant, M. Andry Rousseau l ' e s t i m e , et par son coeur et par son e s p r i t , un des h y r i t i e r s de l a t r a d i t i o n de 1848, et c e l a parce que Duhamel 1 V o i r p. 73. 2 " J ' a i inventy beaucoup d ' h i s t o i r e s , compose beaucoup de l i v r e s , et t o u j o u r s non pour me cacher, non pour me dyrober; mais tout au c o n t r a i r e pour chercher a me c o n n a i t r e , a me l i v r e r , a me d y c o u v r i r . " "Le Temps de l a Recherche, 84. 3 Andry Rousseau, Ames et Visages du XXe S i e c l e , 77. - 82 -n'a jamais v o u l u s e p a r e r l e s reformes s o c i a l e s des reformes morales, parce q u ' i l subordonne l e s problemes immediats de l a v i e a un vaste probleme g E n E r a l , c e l u i de l ' o r d r e de l ' u n i v e r s . C e r t e s , c e t t e idEe de remplacer l e c h r i s t i a n i s m e par l a r e l i g i o n de 1'humanity, ce voeu de c o n s t r u i r e l a f r a t e r n i t y u n i v e r s e l l e , remontent a l ' e s p r i t de 1848. C e t t e i d y e de 1'humanity est t o u t a b s t r a c t i o n , t o u t sentiment: e l l e r y p u d i e l a s o c i y t e m a t e r i e l l e . V o i l a ce que veut d i r e M. Duhamel l o r s q u ' i l d y c l a r e que l a c i v i l i s a t i o n est dans l e coeur des hommes. Mais l ' e s p r i t de 1848 s ' e p r i t a u s s i du progres s c i e n t i f i q u e ; c ' e s t par l a s c i e n c e q u ' i l p r e t e n d i t c o n t r o l e r et m o d i f i e r l e s l o i s de l a s o c i e t y . Or, a p a r t i r des Scenes de l a V i e F u t u r e , on remarque une m o d i f i c a t i o n dans l a pensye de Duhamel. Sa c r i t i q u e de l a s c i e n c e , ou de ce q u ' i l p r E v o i t comme l ' a v e n i r de l a s c i e n c e , d e v i e n t de p l u s en p l u s acerbe. Savant a u s s i b i e n qu 1 i n t e l l e c t u e l , i l a t o u j o u r s s e n t i l a c o n t r a d i c t i o n entre l e c u l t e de l a s c i e n c e et l e c u l t e des i d e e s , b i e n que, i l f a u t l ' a v o u e r , s a c r i t i q u e s o i t exacte dans l a mesure ou e l l e veut p r e s e r v e r l a s c i e n c e de l ' a v i l i s s e m e n t du machinisme. Malheureusement, ne pouvant t r o u v e r de s o l u t i o n capable de r E c o n c i l i e r sa p h i l o s o p h i e du coeur avec l a p h i l o s o p h i c m a t e r i a l i s t s de 1 ' i n d u s t r i a l i s m e , i l s'est r e t r a n c h e sur l e s p r i n c i p e s c l a s s i q u e s p u l s e s dans l e s t r a d i t i o n s c u l t u r e l l e s du passe. Le conservateur se contente, ou peu s'en f a u t , f i n a l e m e n t , de c u l t i v e r son j a r d i n . - 83 -A i n s i i l f i n i t par prendre l e c o n t r e - p i e d du s o c i a l i s m e u n i v e r s e l . I I enseigne l a p a t i e n c e , l a prudence, 1 ' a c c e p t a t i o n , p a r f o i s 1*abnegation meme; tout c e l a parce q u j i l a c r u v o i r dans l a marcbe insensee de 1 ' i n d u s t r i a l i s m e t o u t ce q u i e s t c o n t r a i r e a l a d e s t i n e d de l'liomme. I I n'y a, a son a v i s , que l a c u l t u r e s p i r i t u e l l e q u i p u i s s e a i d e r 1'homme a dominer l a machine, au l i e u que l a machine l e domine. Ce pendant son human!sme r e s t e e s s e n t i e l l e m e n t transcendent, s'occupant peu des c o n s i d e r a t i o n s pragmatiques. C e t t e E v o l u t i o n i n t e l l e c t u e l l e e x p l i q u e pourquoi, p l u s p e u t - e t r e qu'aucun de ses conteraporains, Duhamel est devenu l e d£positaire des t r a d i t i o n s c l a s s i q u e s de l a France. Toutes ces c o n t r a d i c t i o n s , nous l e s s i g n a l o n s sans t r o p essayer de l e s r e s o u d r e . Ce s e r a i t une tach e a u s s i i n u t i l e q u ' i n g r a t e . Duhamel porte b i e n des c o n t r a d i c t i o n s en l u i , sans t r o p l e s demeler lui-meme. Unchomme complexe; comme nous t o u s , ou a peu p r e s . B I B L I O G R A P H I E OEUVRES DE GEORGES DUHAMEL.  POESIE. E l e g i e s , P a r i s , Mercure de France, 1920. ROMANS ET CONTES. Le P r i n c e J a f f a r , P a r i s , Mercure de France, 1924. La P i e r r e d'Horeb, P a r i s , Mercure de France, 1926. Souvenirs de l a Vie du P a r a d i s , P a r i s , Mercure de France, 1946. V i e et aventures de S a l a v i n : P a r i s , Mercure de France. C o n f e s s i o n de M i n u i t , 1920. Deux Hommes, 1924. J o u r n a l de S a l a v i n , 1927. Le Club des Lvonnais, 1924. T e l qu'en lui-meme, 1932. Chronique des P a s q u i e r : P a r i s , Mercure de France. Le N o t a i r e du Havre. 1933. Le J a r d i n des Betes sauvages, 1934. Vue de l a T e r r e promise, 1934. L a N u i t de l a S a i n t - J e a n , 1935. Le Desert de B i e v r e s . 1937. Les M a t t r e s . 1937. C e c i l s parmi nous, 1938. Le Combat contre l e s Ombres, 1939. Suzanne et l e s Jeunes Hommes, 1941. La P a s s i o n de Joseph P a s q u i e r , 1944. ^ 1 Nous ne c i t o n s que l e s oeuyres^de Duhamel se trouvant actuellement a l a b i b l i o t h e q u e de 1 ' U n i v e r s i t y de l a Colombie B r i t a n n i q u e . - 85 -RECITS, ESSAIS, CHRONIQUES. a) La Guerre 1914-1918: V i e des Martyrs 1914-1916, (1917) P a r i s , Mercure de France, 1938. C i v i l i s a t i o n 1914-1917, (1918) P a r i s , Mercure de France, 1932. L a P o s s e s s i o n du Monde, P a r i s , Mercure de France, 1919. b) La c r i t i q u e du monde contemporain: Le Voyage de Moscou. P a r i s , Mercure de France, 1927. Scenes de l a V i e F u t u r e , P a r i s , Mercure de France, 1930. Geographic c o r d i a l e de 1'Europe, P a r i s , Mercure de France, 1931. Q,uerelles de F a m i l l e , P a r i s , Mercure de France, 1932. P a r o l e s de Medecin. Monaco, E d i t i o n s du Rocher, 1946. C o n s u l t a t i o n aux Pays d*Islam, P a r i s , Mercure de France, 1947. T r i b u l a t i o n s de l ' E s p e r a n c e , P a r i s , Mercure de France, 1947. c) La Guerre 1939-1940: P o s i t i o n s f r a n c a i s e s , P a r i s , Mercure de France, 1940. Chronique des Saisons ameres, P a r i s , Hartmann, 1944. C i v i l i s a t i o n f r a n c a i s e . P a r i s , Hachette, 1944. L i e u d ' A s i l e . P a r i s , Mercure de France, 1945. d) R e c i t s f a m i l i e r s : Les P l a i s i r s et l e s Jeux. P a r i s , Mercure de France, 1922. F a b l e s de mon J a r d i n . P a r i s , Mercure de France, 1936. - 86 -Memo i r e s : I n v e n t a i r e de l'Abfme, P a r i s , Hartmann, 1944. B i o g r a p h i e de mes Fantomes, P a r i s , Hartmann, 1944. Le Temps de l a Recherche, P a r i s , Hartmann, 1947, . CRITIQUE LITTERAIRE ET ARTISTIQUE. Ouvrages generaux: L e t t r e s au Patagon, P a r i s , Mercure de France, 1926. Defense des L e t t r e s , P a r i s , Mercure de France, 1937 Les Confessions sans Penitence, P a r i s , Mercure de France, 1941. Sur l a p o e s i e : Les Poetes et l a p o e s i e . 1912-1913, P a r i s , Mercure die France, 1914. P a u l C l a u d e l s u i v i de Propos c r i t i q u e s , P a r i s , Mercure de France, 1919. Sur l e roman: E s s a i sur l e Roman, P a r i s , M a r c e l l e Lesage, 1925. Sur l a musique: La Musique c o n s o l a t r i c e , Monaco, E d i t i o n s du Rocher o - 87 -BLBLIOGRAPHIE Aragon, L o u i s , L'Homme Communiste, P a r i s , G a l l i m a r d , 1946. An t o i n e , Andre" Th£rive, e t c . , Georges Duhamel, P a r i s , E d i t i o n s de l a Revue Le C a p i t o l e , 1927. B r o d i n , P i e r r e , Les E c r i v a i n g f r a n c a i s de 1'entre-deux-guerres, M o n t r e a l , V a l i q u e t t e , 1943. B i d a l , M.-L., Les B c r i v a i n s de l'Abbaye. P a r i s , B o i v i n et C i e . , 1939. B i l l y , Andre, La L i t e r a t u r e f r a n Q a i s e contemporaine, P a r i s , Armand C o l i n , 1927. Brod, Max, Heldentum, Christentum, Judentum, e i n Bekenntnisbuch, Munich. Kurt Wolff V e r l a g , 1921. Charbonneau, Robert, Connaissance du Personnage, M o n t r e a l , E d i t i o n s de l ' A r b r e , 1944. D u r t a i n , Luc, L 1 Autre Europe, Moscou et sa f o i . P a r i s , G a l l i m a r d , 1928. Ehrhard, Jean, Le Roman f r a n c a i s depuis Marcel P r o u s t . P a r i s , E d i t i o n s de l a N o u v e l l e Revue C r i t i q u e , 1932. Evans, David Owen, Le S o c i a l i s m e romantique, P i e r r e Leroux  et ses eontemporains. P a r i s . M a r c e l R i v i e r e . 1948. Gide, Andre, D o s t o S e v s k i . P a r i s , Plon, 1923. Pages de J o u r n a l , (1929-1932) P a r i s , G a l l i m a r d , 1934. Retour de l ' U . R. S . S . , P a r i s , G a l l i m a r d , 1936. Retouches a mon Retour de l ' U . R. S . S . , P a r i s , G a l l i m a r d , 1937. Hugo, V i c t o r , Roman i v , P a r i s , L i b r a i r i e O l l e n d o r f , 1909. Lang, Andre, Voyage en Zigzags dans l a RSpublique des L e t t r e s , P a r i s , La Renaissance du L i v r e , 1922. Peyre, H e n r i , Hommes et Oeuvres du XXe. S i e c l e , P a r i s , R.-A. Corr e a , 1938. Ragon, M i c h e l , Les E c r i v a i n s du Peuple, P a r i s , Jean Vigneau, 194TT - 88 -Rousseaux, Andre, Ames et Visages du XXe. S i e c l e , P a r i s , Bernard G r a s s e t , 1932. S a n t e l l i , C . , Georges Duhamel, P a r i s , Mercure de France, 1925. Simon, P i e r r e - H e n r i , Georges Duhamel, P a r i s , E d i t i o n s du Temps Present, 1946. Saurat, Denis, Modern French L i t e r a t u r e , 1870-1940, London, J . M. pent and Sons, 1941. S a i n t e Beuve, C. A., C a u s e r i e s du L u n d i , i i i , P a r i s , G a m i e r F r e r e s , 1852. S a r t r e , Jean-Paul, S i t u a t i o n s I I , P a r i s , G a l l i m a r d , 1948. V a l E r y , P a u l , VariEte". P a r i s , G a l l i m a r d , 1924. Zweig, Stephan, Die Welt von Gestern, E r r i n n e r u n g e n e i n e s  Europaers, Stockholm, Bermann-Fischer V e r l a g , 1944. - 89 -BTBLIOGRAFHIE DES PERIODIQUES. Amster, Leonard, "Papa P a s q u i e r , " N a t i o n , c x l , pp.181-182, l e 15 J a n v i e r , 1935. Ardes, Guy, " V i s i t e a Georges Duhamel," N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s , Le 23 novembre 1937. Barbusse, H e n r i , " J o u r n a l de S a l a v i n par Georges Duhamel," Humanite". l e 30 J a n v i e r 1927, Bauer, Gerard, "Georges Duhamel a 1'Academic," Revue de P a r i s , i v , pp. 459-466, l e 15 j u i l l e t 1936. Brunet, G a b r i e l , "Georges Duhamel et l a ' c i v i l i s a t i o n ' a m e ricaine," Mercure de France, ccxxv, pp. 5-38, l e l e r J a n v i e r 1931. C a r o t , Jacques, "Le c o l l o q u e de novembre," Paru, pp. 70-71, f e v r i e r 1947. C h a r p e n t i e r , John, "Georges Duhamel," Mercure de France, cc, pp. 106-109, l e 15 mai 1930. C o l l i n s , Joseph, "Georges Duhamel, P o e t / P a c i f i s t and P h y s i c i a n , " North American Review, e c x v i , pp. 789-803, decembre 19BW. Cowley, Malcolm, "Duhamel, M.D.," Bookman (American), l v i i , pp. 160-162, l e 23 a v r i l 1923. Cremieux, Benjamin, "Le Club des Lyonnais par Georges Duhamel," Nou v e l l e Revue F r a n c a i s e , x x x i i i , pp. 830-834, 1929. Duhamel, Georges, "Adieu a H e n r i Regnier," Mercure de France, c c l x v i i i , pp. 449-453, l e 15 j u i n 1936. *» " A l f r e d V a l l e t t e , " Mercure de France, c c l x i i i , pp. 225-226, l e l e r o c t o b r e 1935. " L ' A l l i a n c e f r a n q a i s e du l i v r e , " Mercure de  France, c c l x x v , pp. 5-8, l e l e r a v r i l 1937. "Anatole France g a r d i e n du langage," Revue de P a r i s , pp. 1-5, j u i n 1945. 1. Auteurs et a r t i c l e s en o r d r e a l p h a b e t i q u e . - 90 -Duhamel, Georges, "Aux L e c t e u r s du Mercure de France," Mercure de France, c c l x x i i i , pp. 5-9, l e l e r J a n v i e r 1937. " B e s t i a i r e f a m i l i e r , " Mercure de France, pp. 387-405, l e l e r novembre 1948. "Les Cabinets de l e c t u r e , " Mercure de  France, c c l x v i i i , pp. 5-8, l e 15 mai 1936. "La Chambre de l ' h o r l o g e , " Revue  Hebdomadaire, v i i i , pp. 373-39S, aout 1981, "Dedicace," Mercure de France, c c l x i v , p. 285, l e 15 novembre 1935. "Les deux b o u r g e o i s i e s , " Marianne, l e 83 mars 1938. " L ' E c r i v a i n et l'£venement," Mercure de France, c x x x v i , pp. 577-599, l e 15 decembre 1919. " L ' E s p r i t europeen," N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s , l e 7 decembre 1935. " E s s a i s de c o l l a b o r a t i o n , " Mercure de  France, c c l x x x , pp. 885-228, l e l e r decembre 1937. "Les Exces de l ' e t a t i s m e et l e s r e s p o n s a b i l i t e s de l a medecine," Revue des Deux Mondes, i i i , pp. 277-299, l e 15 mai 1934. "Fables de ma maison," Revue des Deux  Mondes. v, pp. 297-312, l e 15 septembre 1935. "Fables de ma v i e , " Mercure de France, c c l x v , pp. 463-471, l e l e r f e v r i e r 1936. " L ' H e r b l e r , " Revue de P a r i s , pp. 16-25, decembre 1948. "Instruments de t r a v a i l , et de c u l t u r e , " Mercure de France, c c l x x i x , pp. 449-452, l e l e r novembre 1937. " L e t t r e , " N o u v e l l e Revue F r a n e a i s e , x x i v , pp. 483-484, 1925. "Les L o i s du monde f u t u r , " Mercure de  France, c c l x v i , pp. 237-240, l e l e r mars..1936": Duhamel, Georges, "Le Message de C h a r l e s N i c o l l e , " Revue de  P a r i s , v i , pp. 5-39, l e l e r novembre 1935. "Le M i r a c l e , " Revue Hebdomadaire, i i , pp. 259-269, mars 1923. "Mon premier m e t i e r , " N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s l e 9 octobre 1937. "Naissance d'une b i b l i o t h e q u e , " N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s , l e 23 novembre 1935. "Nos Besoins de l e c t u r e , " Mercure de France c c l x v i , pp. 16-19, l e 15 f e v r i e r 1936. "Nos Soeurs l e s p e t i t e s revues," Mercure  de France, c c l x x x , pp. 449-452, l e 15 decembre 1937. "Notes sur C h a r l e s N i c o l l e , " Mercure de France, c c l x v i i , pp. 5-8, l e l e r a v r i l , 1936. "Notes sur l ' e s p r i t encyclopedique," Mercure de France, c c l x x i i i , pp. 225-229, i e 15 J a n v i e r 1937. "On ne s a u r a i t t o u t d i r e , " N o u v e l l e Revue  F r a n c a i s e , x v i i , pp. 143-146, 1921. "Passion de l a mesure," Mercure de France, c c l x i v , .pp. 5-7, l e 15 novembre 1935. "Pour un p a l a i s de l ' e s p r i t , " N o u v e l l e s  L i t t e r a i r e s . l e 6 a v r i l 1935. "Pour une r e n a i s s a n c e du t h e a t r e , " Mercure  de France, c x x x v i i , pp. 120-130, l e l e r J a n v i e r 1920. "Prague, a v r i l 1921," Mercure de France, c x l i x , pp. 102-126, l e l e r j u i l l e t 1921. "Questions m e d i c a l e s , " Mercure de France, c c l v i i i , pp. 146-148, l e 15 f e v r i e r 1935. "Remarques sur l e s memoires i m a g i n a i r e s , " N o u v e l l e Revue F r a n c h i s e , x l i , p. 382, p. 521, 1933. "Le Sens de l ' a u t o r i t e , " Mercure de France, c c l x i x , pp. 449-452, l e l e r aotit 1936. "Sur l a q u e r e l l e du machinisme," Revue de  P a r i s , i i , pp. 721-752, l e 15 a v r i l 1922. - 92 -Duhamel, Georges, "Sur Raymond L e f e b v r e , " Mercure de France, e l i i i , pp. 832-833, l e l e r f e v r i e r 1922. "Trente ans apres . . . ," N o u v e l l e s  L i t t e r a i r e s , l e 20 f e v r i e r 1937. " T r o i s jeunes hommes," Revue Hebdomadaire, v i , pp. 453-456, j u i n 1921. "Voies de communications," Mercure de  France, c c l x x x , pp. 5-8, l e 15 novembre 1937. "Le V o i t u r l e r , " N ouvelle Revue F r a n c a i s e , x v i , pp. 513-526, 1921. Guenot, Heiene, "Georges^ Duhamel et l e s e n f a n t s , " N o u v e l l e s  L i t t e r a i r e s , l e 9 mai 1931. La f u e , P i e r r e , "Scenes de l a V i e Future par Georges Duhamel," Revue Hebdomadaire, v i i , pp. 485-490, j u i l l e t 1930. Le Cannu, G. M., "Propos d'un honnete homme," Paru, pp. 67-69, a v r i l 1945. L e f e b v r e , L o u i s , "L'Ame du s o l d a t , " Revue Bleue, P o l i t i q u e et  L i t t e r a i r e . l v i i , pp. 89-91, l e l e r f e v r i e r 1919. "Voyageurs et p h i l o s o p h e s , " Revue Bleue,  P o l i t i q u e et L i t t e r a i r e , l v i i , pp. 374-375, l e 28 f e v r i e r 1919. Letheve, Jacques, "Grandeur et l i m i t e s de Georges Duhamel," Paru, pp. 63-64, mars 1948. M a r t i n du Gard, Maurice, "Georges Duhamel," N o u v e l l e s  L i t t e r a i r e s , l e 23 novembre 1935. Mauriac, F r a n c o i s , "La C o n f e s s i o n de M i n u i t par Georges Duhamel," Reyue Hebdomadaire, x i i , pp. 351-352, decembre l"920~i Maury, L u c i e n , "La Douleur et l a guerre," Reyue Bleue,  P o l i t i q u e e t L i t t e r a i r e . l v i i , pp. 729-730, l e 29 novembre 1919. Murry, J . Middleton, "The Gospel of Georges Duhamel," Athenaeum, i , pp. 184-185, l e 11 a v r i l 1919. "Realism o r Idealism?" Athenaeum, i i , p. 1238, l e 21 novembre 1919. - 93 -P a t r i , A., " C o n s u l t a t i o n aux Pays d'Islam par Georges Duhamel," Paru, pp. 78-79, mars- 1948. P i c a r d , Gaston, "Un F r a n c a i s , un European, un Homme," No u v e l l e s L i t t e r a i r e s . l e 27 j u i n 1936. P r e v o s t , Jean, "Georges Duhamel," Nou v e l l e Revue F r a n c a i s e . x l i v , pp. 217-231, 1935. Rageot, Gaston, "Deux C u r i o s i t y s , " Revue B l e u e . P o l i t i q u e et  L i t t e r a i r e , l v i i i , pp. 253-254, l e 10 a v r i l 1920. Roth, Andrew, "French T a c t i c s i n Indo-China," N a t i o n , p. 237, l e 28 f e v r i e r 1948. Roz, FIrmin, "L'Homme q u i veut changer d'ame," Revue B l e u e ,  P o l i t i q u e et L i t t e r a i r e , l x v i i , pp. 760-762, l e 21 decembre 1929. "M. Georges Duhamel et l e groupe de sa jeunesse," Revue Bleue, P o l i t i q u e et L i t t e r a i r e . l x x v , pp. 241-243, l e 3 a v r i l 1937. "M. Georges Duhamel et ses Pa s q u i e r , " Revue  Bleue . P o l i t i q u e et L i t t e r a i r e . l x x v i , pp. 465-467, l e l e r decembre 1938. "Le Roman d'une f a m i l l e , " Revue Bleue.  P o l i t i q u e et L i t t e r a i r e . l x x i v , pp. 98-100, l e l e r f e v r i e r 1936. Sohlumberger, Jean, "Le J o u r n a l de S a l a v i n par Georges Duhamel," N o u v e l l e Revue F r a n c a i s e , x x v i i i . pp. 405-407, 1927. T h e r i v e , Andre, "Le Voyage de Moscou par Georges Duhamel," Nouv e l l e Revue~Francaise, x x i x . ~ l ) p . 825-827, 1927. - 94 -PERIODIQUES. The Athenaeum. Murry, J . M i d d l e t o n , "The Gospel of Georges Duhamel," I, pp. 184-185, l e 11 a v r i l , 1919. "Realism o r Idealism?" i i , p. 1238, l e 21 novembre, 1919. The Bookman.(American) Cowley, Malcolm, "Duhamel, M.D.," l v l i , pp. 160-162, l e 23 a v r i l , 1923. Humanite. Barbusse, H e n r i , "Le J o u r n a l de S a l a v i n par Georges Duhamel," l e 30 J a n v i e r , 1927. Marianne. Duhamel, Georges, "Les Deux b o u r g e o i s i e s , " l e 23 mars, 1938. Le Mercure de Franoe. B r u n e t , G a b r i e l , "Georges Duhamel et l a • c i v i l i s a t i o n * a mericaine," ccxxv, pp. 5-38, l e l e r J a n v i e r 1931. C h a r p e n t i e r , John, "Georges Duhamel," c c , pp. 106-109, l e 15 mai,1930. Duhamel, Georges, " L ' E c r i v a i n et l'^venement," c x x x v i , pp. 577-599, l e 15 decembre 1919. "Pour une r e n a i s s a n c e du t h e a t r e , " c x x x v i i , pp. 121-130, l e l e r J a n v i e r , 1920. "Prague, a v r i l 1921," c x l i x , pp. 102-126, l e l e r j u i l l e t 1921. "Sur Raymond L e f e b v r e , " c l i i i , pp. 832-833, l e l e r f e v r i e r 1922. 1 Auteurs c l a s s 6 s par ordre a l p h a b e t i q u e . A r t i c l e s c o n s u l t e s c l a s s e s par ordre chronologique et sous l e s t i t r e s des p e r i o d i q u e s ou i l s ont ete p u i s e s . - 95 -Duhamel, Georges, "Questions medicales," c c l v i i i , pp. 146-148, le 15 fevr ier , 1935. "Alfred Va l le t t e , " c c l x i i i , pp. 225-226, le l e r octobre 1935. "Passion de l a mesure," c c l x i v , pp. 5-7, le 15 novembre 1935. "D£dicace," cc lx iv , p. 225, le 15 novembre, 1935. "Fables de ma v i e , " cclxv, pp. 463-471, le l e r fevrier 1936. "Nos Besoins de lecture," c c l x v i , pp. 16-19, le 15 fevrier 1936. "Les Lois du monde futur," c c l x v i , pp. 237-240, le l e r mars 1936. "Notes sur Charles N i c o l l e , " c c l x v i i , pp. 5-8, le l e r a v r i l 1936. "Les Cabinets de lecture," c c l x v i i i i pp. 5-8, l e 15 mai 1936. "Adieu a Henri Regnier," c c l x v i i i , pp. 449-453, le 15 juin 1936. "Le Sens de l ' au to r i t e , " c c l x i x , pp. 449-452, le l e r aout 1936. "Aux lecteurs du.Meroure de France." c c l x x i i i , pp. 5-9, le l e r Janvier 1937. "Notes sur 1'esprit encyclop£dique," c c l x x i i i , pp. 225-229, le 15 Janvier 1937. "L 'Al l iance nationale du l i v r e , " cclxxv, pp. 5-8, le l e r a v r i l 1937. "Instruments de t r a v a i l et de culture," cc lxxix , pp. 449-452, le l e r novembre 1937. "Voies de communication," cclxxx, pp. 5-8, le 15 novembre 1937. "Essais de collaboration," cclxxx, pp. 449-452, le ler";decembre 1937. Duhamel, Georges, "Nos soeurs l e s p e t i t e s revues," c c l x x x , pp. 449-452, l e 15 decembre 1937. " B e s t i a i r e f a m i l i e r , " pp. 387-405, l e l e r novembre 1948. The N a t i o n . Amster, Leonard, "Papa P a s q u i e r , " c x l , pp. 181-182, l e 16 J a n v i e r , 1935. Roth, Andrew, "French T a c t i c s i n Indo-China," p.237, l e 28 f E v r i e r 1948. North American Review. C o l l i n s , Joseph, "Georges Duhamel, Poet, P a c i f i s t and P h y s i c i a n , " c c x v i , pp. 789-803, decembre 1932. Les N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s . Ardes, Guy, " V i s i t s a Georges Duhamel," l e 23 novembre 1937. Duhamel, Georges, "Pour un p a l a i s de l ' e s p r i t , " l e 6 a v r i l , 1935. "Naissance d'une b i b l i o t h e q u e , " l e 23 novembre 1935. " L ' E s p r i t europeen," l e 7 decembre 1935. "Trente ans apres . . .," l e 20 f e v r i e r 1937. "Mon premier m e t i e r , " l e 9 octobre 1937. Guenot, Helene, "Georges Duhamel et l e s e n f a n t s , " l e 9 mai, 1931. M a r t i n du Gard, Maurice, "Georges Duhamel," l e 23 novembre 1935. P i c a r d , Gaston, "Un F r a n q a i s , un European, un Homme," l e 27 j u i n , 1936. La N o u v e l l e RevUe F r a n c h i s e . Cremieux, Benjamin, "Le Club des Lyonnais par Georges Duhamel," x x x i i i , pp. 830-834, 1929. - 97 -Duhamel, Georges, "Le V o i t u r i e r , " x v i , pp. 513-526, 1921. "On ne s a u r a i t t o u t d i r e , " x v i i , pp.143-163, 1921. " L e t t r e , " x x i v , pp. 483-484, 1925. "Remarques sur l e s mdmoires i m a g i n a i r e s , " x i i , p. 382, p. 521, 1933. Provost, Jean, "Georges Duhamel, x l i v , pp. 217-231, 1935. Schlumberger, Jean, "Le J o u r n a l de S a l a v i n par Georges Duhamel," x x v i i i , pp. 405-407, 1927. Th£rive, Andr§, "Le Voyage de Mosoou par Georges Duhamel," x x i x j pp. 825-827, 1927. Paru. C a r o t , Jacques, "Le Co l l o q u e de novembre," pp. 70-71, f e v r i e r 1947. Le Cannu, Gc. Mc. "Propos d'un honnete homme," pp. 67-69, a v r i l 1945. Letheve, Jacques, "Grandeur et l i m i t e s de Georges Duhamel," pp. 63-64, j u i l l e t 1948. P a t r i , A., " C o n s u l t a t i o n aux Pays d'Islam par Georges Duhamel," pp. 78-79, mars 1948. La Revue B l e u e , P o l i t i q u e et L i t t e r a i r e . Lef&bvre, L o u i s , "L'Ame du s o l d a t , " l v i i , pp. 89-91, l e l e r f e v r i e r 1919. "Voyageurs et p h i l o s o p h e s , " l v i i , pp. 374-375, l e 28 j u i n 1919. Maury, L u c i e n , "La Douleur et l a gu e r r e , " l v i i , pp. 729-730, l e 29 novembre 1919. Rageot, Gaston, "Deux c u r i o s i t ^ s , " l v i i i , pp. 253-254, l e 10 a v r i l 1920. Roz, F i r m i n , "L'Homme q u i veut changer d'ame," l x v i i , pp. 760-762, l e 21 decembre 1929. - 98 -Roz, F i r m i n , "Le Roman d'une f a m i l l e , " l x x i v , pp. 98-100, l e l e r f E v r i e r 1936. "M. Georges Duhamel et l e groupe de sa jeunesse," l x x v , pp. 241-243, l e 3 a v r i l 1937. "M. Georges Duhamel et ses Pa s q u i e r , " l x x v i , pp. 465-467, l e 15 decembre 1938. La Revue des Deux Mondes. Duhamel, Georges, "Les Exces de l ' E t a t i s m e et l e s r e s p o n s a b i l i t E s de l a medecine," i i i , pp. 277-299, l e 15 mai 1934. "Fables de ma maison," v, pp. 297-312, l e 15 septembre 1935. La Revue Hebdomadaire. Duhamel, Georges, " T r o i s jeunes hommes," v i , pp. 453-456, j u i n 1921. "La Chambre de l ' h o r l o g e , " v i i i , pp. 373-392, aout 1921. "Le M i r a c l e , " i i , pp. 259-269, mars 1923. La f u e , P i e r r e , "Scenes de l a v i e Future par Georges Duhamel," v i i , pp. 485-490, j u i l l e t 1930. Mauriac, F r a n c o i s , "La C o n f e s s i o n de M i n u i t par Georges Duhamel," x i i , pp. 351-352, decembre 1920. La Revue de P a r i s Bauer, Gerard, "Georges Duhamel a 1'AcadEmie," i v , pp. 459-466, l e 15 j u i l l e t 1936. Duhamel, Georges, "Sur l a Q u e r e l l e du machinisme," i i , pp. 721-752, l e 15 a v r i l 1933. "Le Message de C h a r l e s N i c o l l e , " v i , pp. 5-39, l e l e r novembre 1935. "Anatole France g a r d i e n du langage," pp. 1-5, j u i n 1945. "L ' H e r b i e r , " pp. 16-25, decembre 1948. - 99 -TABLE DES MATTERES I La F o n c t i o n s o c i a l e de l ' e c r i v a i n . . p»l I I Le DEsinteressement p. 12 I I I Le Regne du coeur p. 24 IV La C r i s e de l a c i v i l i s a t i o n - La V i e Future p. 40 V La C r i s e de l a c i v i l i s a t i o n - Le PhEnomene panique p. 55 VI Le Role de l ' e l i t e p. 66 C o n c l u s i o n p. 79 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0106612/manifest

Comment

Related Items