Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'absence d'amour dans la litterature canadienne-francaise Shillih, George Igor 1956

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
[if-you-see-this-DO-NOT-CLICK]
UBC_1956_A8 S3 A2.pdf [ 11.34MB ]
Metadata
JSON: 1.0106316.json
JSON-LD: 1.0106316+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0106316.xml
RDF/JSON: 1.0106316+rdf.json
Turtle: 1.0106316+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0106316+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0106316 +original-record.json
Full Text
1.0106316.txt
Citation
1.0106316.ris

Full Text

L'ABSENCE D1AMOUR DANS LA LITTERATURE OANADIENNE-FRANCAlSE by George Igor S h i l l i h , B.A.,Acadia University,1955 A thesis submitted in part i a l fulfilment of the requirements for the degree of Master of....4f£* • i n the Department of Romance Studies We accept this thesis as conforming to the standard required from candidates for the degree of MASTER Q&cfio&i- Members of the Department of . f l / f r V * * ? ^ ^ / W ^ The University of British Columbia April, 1956 A B S T R A C T ; This study purports t o e x p l a i n why French Canadians, i n s p i t e o f t h e i r h e r i t a g e of French c u l t u r e and l i t e r a t u r e , have f a i l e d over the past f o u r c e n t u r i e s , to create one s i n g l e masterpiece, t o give b i r t h to one l i t e r a r y genius. In examining the v a r i o u s productions of the l i t e r a t u r e of French Canada, whether they be poems, novels or p l a y s , one cannot but n o t i c e t h a t they are almost completely devoid o f those analyses of l o v e , o f the great passions which c o n s t i t u t e the b a s i s of l i f e , and consequent l y of the great world l i t e r a t u r e s . I t i s g e n e r a l l y conceded t h a t l i t e r a t u r e f a i t h f u l l y m i r r o r s the customs and h a b i t s of a n a t i o n . The f i r s t French c o l o n i s t s who s e t t l e d along the S a i n t Lawrence R i v e r , had not brought to the New World only C i v i l i z a t i o n and C h r i s t i a n f a i t h , but a l s o French c u l t u r e and l i t e r a r y geniuB. I n s p i t e of f r o n t i e r c o n d i t i o n s , there gathered together i n Quebec a small, but w i t t y , gay and b r i l l i a n t s o c i e t y , and the master p i e c e s o f Racine, C o r n e i l l e and even Moliere were performed. The f i r s t works w r i t t e n about Canada appeared by and by, almost a l l of them of a considerable l i t e r a r y v a l u e . However, i n s p i t e of the strong i n f l u e n c e of France and of the French s p i r i t , there was another i n f l u e n c e slowly growing i n the scattered settlements and v i l l a g e s , and s t r u g g l i n g w i t h a l l i t s might and r e s o l u t i o n ) to get c o n t r o l over the s p i r i t u a l and temporal l i f e of the p o p u l a t i o n : the i n f l u e n c e of the Church t h a t was f a r more concerned w i t h the souls of i t s f l o c k than with a n a t i o n a l l i t e r a t u r e , which, a f t e r a l l , might even become - 2 - dangerous... The C a t h o l i c Church d i d not l o s e i t s dominating i n f l u e n c e over the French Canadians a f t e r the B r i t i s h conquest; on the contrary, the Clergy became t h e i r v i r t u a l l eader. Thus, f o r almost two c e n t u r i e s a f t e r the E n g l i s h v i c t o r y on the P l a i n s of Abraham, Quebec l i v e d behind a s p i r i t u a l and i n t e l l e c t u a l i r o n curtain.dropped by the e c c l e s i a s t i c s who c o n t r o l l e d the c o l o n y 1 s t h i n k i n g , a c t i n g , w r i t i n g u n t i l the f i r s t decades of the t w e n t i e t h century. French Canadian l i t e r a t u r e , o f course, bears the i n d e l i b l e i m p r i n t o f t h i s c l e r i c a l domination, and nowadays, when the Church has l o s t a great deal of i t s former power and i n f l u e n c e , the change i n French Canadian l i t e r a t u r e , i s obvious. L i t e r a t u r e - f o r the Canadian Clergy - was nothing but a handmaid of t h e i r r e l i g i o n . I t f o l l o w s t h a t h i s t o r y , the novel, poetry, c r i t i  cism and drama, became a means, and a means only, f o r r e l i g i o u s propa ganda. H i s t o r y - l e s s dangerous from the moral p o i n t of view - was, i n consequence, the most popular. French Canadians can boast of many an " H i s t o i r e du Canada", where t h e i r h i s t o r i a n s r e v e a l , w i t h few excep t i o n s , of course, t h e i r own philosophy which i s e s s e n t i a l l y r e l i g i o u s . The novel, so much read and admired i n Europe, was considered i n French Quebec as a "weapon forged by Satan h i m s e l f t o destroy Mankind". I t was almost non-existent u n t i l the beginning o f the t w e n t i e t h century. Only two types were allowed* the h i s t o r i c a l novel and the "propaganda novel". Poetry was t o l e r a t e d , y e t the poets were not allowed to sing of any t h i n g e l s e but of the s o i l , the race, the g l o r i o u s past, God and the a l t a r , simple p i e t y , i d y l l i c country and community l i f e and nature... - 3 - A l l other objects - love and passions generally, were condemned as immoral. The role of "criticism" - i f we can speak of criticism - , was decidedly militants the Canadian " o f f i c i a l " c r i t i c s fought against " l i  beral ideas", against "Voltairiens", "philosophes"••• A French Canadian National Theatre was allowed in Quebec but recently. Thus, the internal struggle between Free Thought and a rather narrow-minded "Canadian Catholicism" i s perhaps one of the most inte resting aspects of French Canadian literature, and can, to a certain point, give some inkling of i t s future development. ACKNOWLEDGEMENT Jfy sincere gratitude i s due to Dr. Gr.Tougas for his kind assistance, suggestions and encouragement. - 1 - PREFACE Le present ouvrage a pour but l 1etude critique des oeuvres les plus importantes et les plus significatives des principaux auteurs canadiene-francais - des historians, des poetes, des romanciers, dee critiques, dee dramaturges; c'est une evaluation, et une analyse par laquelle nous nous evertuerons a prouver que c'est justement l 1 absence du sentiment de 1*amour et celle de la passion dans l a litterature canadienne-fran9aise qui sont, avant tout, responsables de ce que cette litterature naissante n' est ni aussi grende, ni d'une perfection ausei achevee que celle de l a mere patrie, de ce que le niveau de se formation arti8tique est bien loin d 'etre suffisamment eleve, et de ce qu'elle ne produit pas encore les oeuvres dont 1'esprit canadien est capable. La. litterature canadienne-francaise est. foncierement catholique par l'inspiration et par le sentiment. Elle est a peu pres entierement depourvue d'amour, de grandes passions, et la representation impitoyable de l a realite l u i f a i t de*faut. Elle exalte l a vertu et f l e t r i t le mal. Pour l a plupart des Canadians elle n 1est que l a servante de l a religion. Cet esprit catholique, sinon puritain, se f a i t d'autant plus sentir dans beaucoup de see oeuvres que les ecclesiastiques constituent une partie considerable de 1'elite. En France, l'ecrivain n'..a pas pour mission de . moralise* les foules. L'art est essentiellement amoral. A Quebec, au contraire, on considers les plus grandes oeuvres europeennes de ce genre comma dangereuses au point de vue moral et religieux. Loin de se plaindre d'avoir"une litterature encore dans l'enfance, on se console asses f a c i l a  ment a la pensee que l a litterature canadienne-francaise est meilleure, morelement, que les creations l i t t e r a i r e s francaiaes et europe'ennes. Voltaire dit plaisamment dans l a preface de "Zaire" i "Pour faire un ouvrage parfait, II faudrait se donner au diable Et c'est ce que je n'ai paa f a i t . " ( l ) Au Canada francais et catholique on pretend qu'on n 1a pas besoin d'une litterature immorale, on de'teste franchement le realisme audacieux du roman moderne q u i est "une arme forge"e par Satan lui-meme pour la. destruction du genre humain" (2), et on rejette l a doctrine de I 1 a r t pour l ' a r t comme essentiellement palenne. Impregnes de tradition et d'education religieuses, les poetee et les romanciers canadiens-franpais expriment surtout dans leura oeuvres 1'ideal C h r e t i e n et les aspirations morales. I>es critiques canadiens-frencais voient l a difference entre l a litterature franpaise et l a litterature canadlenne-franpaise, mais i l s ne a'en soucient guere. M. Bourassa, fidele interprete de l a grande majorite de see compatriotes, repond meme tree serieusement, en pariant de la valeur de sa litterature nationals: "Nous avone mo ins ecrit, beaucoup moins, et de moins beaux livres que no8 cousins de France; mais en revanche, nous n' avons pas blaspheme Dieu, nous n1avons pas renie l'Eglise, notre mere, ni l a France chretienne, patrie de nos a£eux... Nous gardons rancune a see malfaiteurs l i t t e r a i r e s . . . Toutes ces 'betes d'encre' nous apparaisaent comme les pires ennemis de l a race et de l a c i v i l i s a  tion franpaise, plus coupables que les Bazaine, les Malvy, les Bolo. Ceux-ci ont servi les desseins de l'ennemi; les autres souillent l'^ ame nationale, i l s dishonor ent les morts et cor romp ent les vivants, i l s tuent meme les enfants a naltre'. Non, certes, de cette categoric de Franpais nous n'envions n i l a langue, ni l a gloire l i t t e r a i r e ; et nous ne tenons pas du tout a nourir de leurs putrides elucubra tions l 1 i n t e l l i g e n c e de nos enfants..." (5) Ces "betes d'encre", naturellement, sont les grands artistes comme Stendhal, Balzac, Flaubert, Zola, Anatole France, Baudelaire, et leurs "putrides elucubrations", les chefs-d'oeuvre comme "Le Rouge et le Noir", "Le Pere Goriot", "Madame Bovary", "Germinal", "L e Jardin d'Epicure", (1) Voltaire, Oeuvres choisies. Paris, Librairie A. Hatier, I925. (2) Tardivel, J., Pour l a patrie. Montreal, Cadieux et Derone, 1895, P«5« (5) Bourassa, H., La langue gardienne de l a f o i . Montreal, 1918, p.47. - 5 - "Les Pleura du Hal"... Ce point de vue religieux et moral, assez etroit et pedantesque - qui se manifesto au Canada francais toujoura et partout - explique jusqu'a un certain point l a faiblesse et l a monotonie de l a litterature eanadienne-franpaise. Octave Cremazie, un de ses poetes nationaux, exile en France, n 1etait pas tout a f a i t injuste en ecrivant que ses compa- trioteB avaient une "mentalite d'epicier" (4) et que, dans ces conditions, i l s ne parviendraient "jamais a creer une societe l i t t l r a i r e , artistique." (5) Pourtant, nous ne voulons pas du tout dire par l a que l a litterature eanadienne-franpaise n'ait pas l a possibilite de se perfectionner dans un epanouissement soudain, vigoureux et epontane. De meme, nous n'avons pas 1'intention de pretendre qu'elle manque d*artistes, d'esthetes et de poetes, et qu'elle ne soit pas capable de creer quelque chose de grande valeur, de nouveau, une litterature qui soit a l a f o i s canadienne et universelle. Au contraire, nous croyons a l a grandeur, a l a puissance, a l 1 o r i  ginal i t e, aux forces creatrices de l a litterature eanadienne-franpaise; neanmoins, en critique impartial, i l nous faut regarder les choses de plus pres, examiner et etudier soigneusement, d'une maniere objective, les differents Elements de cette litterature - jusqu 1 aujourd 1hui le plus souvent ignores - et finalement expliquer pourquoi l'amour et l a passion sont presque entierement absents de l a litterature eanadienne-franpaise, a 1' exception de quelques oeuvres publiees recemment. Tous ceux qui ecrivent au sujet de l a litterature eanadienne-fran paise peuvent esparer que l'avenir vaudra mieux que le passe. I l s'est ecoule bien du temps depuis que les premiers hommes de lettres de Que*bec se sont mis au t r a v a i l . Leur litterature fut tardive et languissante. Et ( A ) Cremazie, 0., Oeuvres completes, p.2 8 . ' (5) I b i i , P.50. - 4 - quand les premiers des ouvrages les plus importants virent le jour, i l s ne b r i l l a i e n t que d'un pale eclat s i l'on les comparait aux productions l i t t e r a i r e s franpaises. D'une valeur locale, manquant de suite et de solidite, depourvus presque completement et du sentiment de 1'amour et de passion, les poernes, les contes et les romans Canadians furent plus ou moins inconnus en France, et entierement en Europe. Les hommes de lettres du Canada francais n'ont pas encore revel6 l a richesse et la beaute de leur immense pays au reste du mondej i l s n'ont pas encore de*crit leur nation avec une maltrise suffisante, per- mettant au lecteur de la voir vivre et esperer, aimer et lutter, t r a v a i l - ler et-mourir; i l s n'ont pas encore chante l a sauvage et terrible beaute de leur patrie bien-eimeej i l s n'ont pas encore penetre la. profondeur de son ame mysterieuse; i l s ne l'ont pas encore laiasee parler. Non, le Canada reste toujours une enigme silencieuse et grave, attendant que see auteurs le pre*sentent. I l serait, sans doute, peu raisonnable d'attendre du poete, du romancier ou du dramaturge Canadian quelque chose d"impossible et qui fasse sensation, ce que beaucoup de gens avaient attendu et attendent encore. Selon notre maniere de voir, elle est mal choisie, cette obsession - de l 1excentricite" d'une force originale, et de tous les autree develop- -pements anormaux-, nls du desir d'etre a tout prix canadien. Ce qu'il y a de certain, c'est que 1'Europe comprend l a position d'une nation assez jeune du Nouveau Monde, ay ant egard a sea efforts, a ses nobles aspira tions. C'est pourquoi elle saluerait toute oeuvre'canadienne-franpaise qui puisse etre egalee au roman simple, mais puissant et re'aliste, de Martha-Ostenso, "Wild Geese", quelque chose qui revelerait de meme l'lone des hommes et des femmes du Canada, le plus intime de leur coeur, leur mental its', aidant, ainsi a l a f o i s a l a meilleure connai seance de - 5 - leurs moeurs et de leurs coutumes, de leur vie et de leurs rapports avec l a nature. I l est assez curieux de penser a l a grandeur et a l a preeminence de l a France, ce vrai foyer de culture-et un des guides intellectuals du monde civilise', et en meme temps aux creations ineignifiantes et mediocres de sa f i l l e lointaine, le Canada francais, qui, neanmoins, a .fait preuve - en depit de son retard dans le domaine l i t t e r a i r e des lee premiers jours - d'une v i t a l i t e extraordinaire, de courage, Jle vigueur, de maturity et de philosophic pratique. Peu a peu, i l commence a se reveiller de son sommeil 1ethergique, tout en devenant politiquement et economiquement ce que l e monde appelle aujourd'hui "une puissance internationale". Sans aucun doute, les Canadiena-franpais de notre temps n'ont pas beaucoup en communl avec leurs freree d'outre-mer, du moins en ce qui . concerne l a litterature et l a culture; cependant, on ne peut nier que t tout au fond de leur coeur i l s ne soient toujour a reatea Franpais. U s sont des'heritiers, heureux et dignes d'envie, de leur grande mere patrie, ayant a leur disposition des tresors inepuisables qui sont l a plus belle realisation du patrimoine spiritual et artiBtique de notre c i v i l i s a t i o n : l a litterature et l a langue franpaiees. En effet, i l s ont l'entiere p o s s i b i l i t y de montrer leur talent, tous les moyens de reuseir dans le domaine de l a litterature, de l'art, de l a science. I»es voila, sur les rives du Saint-Laurent, sur un t e r r i t o i r e ' quatre foia aussi grand que l a France, nation jeune, vigoureuse, tenace, comptant quatre millions d'habitants, agee de plus de quatre siecles, vivant dans l'union avec une autre grande nation, l a Grande Bretagne, qui n'est^pas seulement connue dans le monde pour le caractere democratique de ses institutions politiques, mais celebre aussi par sa culture, son - 6 - histoire et sa tradition, et dont l'influence ne peut avoir que dee effete bienfaisants et feconds eur toute nation voisine. Pourquoi done, malgre" l a grande culture-franpaise, malgre" sa tradition et sa litterature, son esprit gaulois et son esprit ehevale- resque, mais surtout sa langue, ce'lebre a. cause de sa precision dans 1'expression, de sa force, sa richesse et sa vivacite*, les Canadiens- J franpais n'ont-ils pas reussi pendant ces deux derniers siecles a cre"er un seul chef-d'oeuvre^ a. donner naissance a unseul genie U t t e r  ly aire? Ou chercher les raisona de cet etat intellectuel arriere, de cette paresse de l'esprit, de cette surprenante e t e r i l i t e l i t t e r a i r e , du manque presque total d'amour et de passion dans leurs poemes, leurs contes, leurs romans et leurs drames, -sans nul doute les elements les plus impor tant s, sinon les principaux, de toute grande litterature moderne? Quels sont done les motifs mysterieux qui avaient empeche les Canadiens- franpais de devenir une force eminente dans le domaine l i t t e r a i r e de l'Amerique du Nord? D'ou vient que les Americains ont pris l a premiere place, et sont devenus des guides spirituels et intellectuals du Nouveau Monde d'eujourd'hui, exerpant meme une influence sur la litterature et sur l a peneee du Vieux Monde? Naturellement, le Canada francais est encore, un pays jeune, see habitants ayant ve*cu en lutte perpe*tuelle avec la'nature, avec l a contree sauvage et avec les Indiens, et par consequent, i l leur est reste* peu de temps pour se preoccuper de la litterature, des beaux-arts... Mais les Americains ont eprouve les memes difficultes, i l s constituent une nation jeune et ont eu a lutter, eux aussi, contre les forces de l a nature, contre l a contree sauvage, contre l'.immensite' de leur pays. Toutefois, i l B ont produit .un grand nombre d1hommes de genie - Poe, Melville, Lewis, - 7 - Whitman, Sandburg, dont les chefs-d'oeuvre sont admire*s et lus par toutes les nations de l'Europe et du monde c i v i l i s e . Pourtant, les Canadians ont perdu leur liberte* et leur independance. I l s ont ete asujettis par les Anglais. - Tout cela est vrai; neanmoina, on ne doit pas oublier qu'il y a en Europe des nations qui ont vecu des siecles entiers sous le joug de leurs voisins plus forts, ay ant passe par de rudes epreuves, leurs habitants ayant ete persecutes, tues, em- prisonnes, cruellement exploited, et cependant, elles ont survecu et cre'e des chefs-d'oeuvre. Et leurs maltres n'etaient pas s i humains, si indulgents que les Anglais. Les Canadians pretendent souvent qu'on ne saurait les comparer aux Americains. Les habitants des Etats-Unis ont l'avantage du nombre, et leur pays est l'une des grandes puissances du monde. Or, un homme de genie est en dehors du temps et des contingences materielles. I l peut venir au monde a toute heure, sans qu'on aache pour quelle raieon l a puissance de son genie s'exerce dans le domaine de l a pensee et de 1'emotion. II peut naltre dans un:petit paradis, sanctuaire de l a culture et de l'art, comme Dante dans l a v i l l a de Florence; son l i e u natal est parfois une v i l l e marchande, cosmopolite et animee, riche en souvenirs et en echos des voix du Moyen Age, comme Francfort-sur-le-Main, l a v i l l e natale de Goethe. I l peut arriver qu'il soit ne a l a campagne comme Pascal. H peut'etre f i l s de l a vaste eteppe, comme Dostoievsky ou Tolstoi; i l peut apparaltre parmi les puritains, e'troits d'esprit et haieeant l a beaute, e*leigne' de toute source de culture, comma justement Edgar Foe... Outre cela, les auteurs canadiens-francais avaient d£ja eu le moyen de se faire apprecier et ecouter. Car, comme la grande litterature franpaise, l a litterature eanadienne-franpaise est ecrite dans une langue - 8 - u n i v e r e e l l e (6), comprise de t ou t e s l e s n a t i o n s c i v i l i s e ' e s . Far consequent, l a p o e s i e , l a prose e t l e drame canad iens - f r anpa i s peuyent e t r e l u s , admires et c r i t i q u e s de premiere main - dans l e t ex t e o r i g i n a l - sans ' e t r e condamnes a l ' h o r r i b l e t r a i t emen t e t aux methodes de P r o c r u s t e d 'une t r a d u c t i o n (excepte l o r sque c e t t e t r a d u c t i o n es t f a i t e par un gen ie et un p o e t e l ) comme l e sont t a n t de l i t t e r a t u r e e e x c e l l e n t e s , mais malheureusement presque i n a c c e s s i b l e e , c e l l e s des p e t i t e s n a t i o n s europeennes peu connues. A u s s i e e m b l e - t - i l assez d i f f i c i l e de comprendre que l e s poe tes , l e s romanciers e t l e e h i a t o r i e n s canad iens - f r anpa i s , malgre l e u r h e r i t a g e f r a n c a i e , l e s r i c h e s s e s s p i r i t u e l l e s e t l e s au t res avantagea, n ' a i e n t pas encore r ^ u s s i a. apporter une c o n t r i b u t i o n cons ide rab l e a l a c u l t u r e e t aux t r e s o r s communs de l ' h u m a n i t e . l i s ont de j a e c r i t beaucoup de l i v r e s , dee cen ta ines de poemes du " t e r r o i r " , du " f o y e r " , du " c l o c h e r " et de I n h a b i t a n t " , des contes , des romans, des h i s t o i r e a et des d i s s e r t a t i o n s innombrables ; t o u t e f o i s , i l n ' y a pas l a une seule oeuvre vra iment grande. Parmi ces hommes i l n ' y a pas d ' a u t e u r s immorta ls v e r s l e s q u e l s nous p o u r r i o n s p o r t e r nos regards e t dont l a l umie re nous m o n t r e r a i t l e bon chemin. I l es t v r a i q u ' i l y a v a i t , dans l e domaine de l a poesie eanadienne- f ranpaise , des poetes qu i ava ien t tous l e s aignes du gen ie , Emi l e N e l l i g a n et Saint -Denys-Garneau, mais i l s n 1 ava ien t pas p r o d u i t , i l s ne pouvaient p r o d u i r e d 'oeuvre digne de l e u r remarquable f o r c e i n t e l l e c - t u e l l e , de l e u r e x t r a o r d i n a i r e f a c u l t y imaginative e t c rPatrice. l i s d i s p a r u r e n t , l ' u n apree 1' au t r e , dans l a n u i t - comme des me*teores - l a i a s a n t c e t t e n u i t encore p l u s sombre e t p l u s mi se r ab l e qu 1 auparavant . (6) Pouchkine a e c r i t a un de ses amis : "Mon ami, j e vous j o a r l e r a i l a langue de 1'Europe; e l l e m'es t p l u s f a m i l i e r e que l a n o t r e . . . " Pour reprendre l e mot de Pouchkine, l a langue f r a n p a i s e es t i n c o n t e s t a b l e - ment " l a langue de 1'Europe" a u s s i b i e n que du monde. . . (Bed ie r e t Hazard : L ' H i s t o i r e de l a L i t t e r a t u r e f r a n c a i s e . Larousse , P a r i s , pp . 292-295, I L - 9 - On ne peut s'empecher de se demander avec etonnementt Pourquoi en f u t - i l ainsi? Quelle e'tait done 1*invisible force qui detruisit dans son germe le genie createur de grands poetes et prosateurs Canadians-franpais dont on avait s i ardemment desire l a venue? Quelle est l a raison de cette passivete et de cette soundssion d'une nation entiere? Quelle est l a raison de cette uniformity, de cette monotonie, de ce point de vue exclu- sif? De cette absence du sentiment de 1'amour dans l a litterature canadienne- franpaise? Ces questions, qui se representent sans cesee a 1'esprit de celui qui etudie l a litterature canadienne-franpaise, ne sont pas seulement d'une grande importance pour le Canada franpais, mais aussi pour tout le Canada, parce que le prestige d'une nation quelconque est beaucoup plus grand- si elle possede une v i e i l l e tradition, une remarquable culture et, en particulier, une litterature nationale originale - puissante, vigoureuse et artistique - 1*expression fidele du sol ou cette nation a pris racine. Avant de donner une reponse plus detaille'e a ces questions, qui sont regardees comme essentielles a cet ouvrage, i l faut faire brievement une comparaison avec une autre litterature, semblable a l a litterature canadienne-franpaise, tout en examinant see commencements, son developpe- ment, les conditions dans lesquelles elle a grand! et muri. Cette l i t t e  rature sera l a litterature americaine. L 1on peut considerer les litteratures americaine et canadienne-fran paise comme les soeurs jumelles du Nouveau Monde. C'est pourquoi cette comparaison est valable. Des quatre plus grandee nations qui vivent aujourd'hui sur le Continent de l'Amerique du Nord, les Canadiens franpais possedent une des plus v i e i l l e s litteratures; ce sont les oeuvres de leurs hommes celebres - explorateure, colonisateurs, aventuriers et - 10 - missionnairee comme JacqueB Cartier, Samuel de Champlain, l'ingenieux Baron de La Hontan, et l e Pere Charlevoix, qui, bien qu'ils ne soient pas ne'e au Canada, avaient ete" tout de meme les premiers qui l 1 avaient chante, glorifiant son sol et son peup le. (7) Quand les Franpais avec leur courage extraordinaire, leur perseve rance et leur volonte invincible, toujoure prets a faire des sacrifices, s'etablirent sur les rives d'un fleuve gigantesque qui, croyaient-ils, etait le passage, a l'ouest vers l a Chine, i l s y poserent l a premiere pierre, et y Etablirent ainsi une fondation ferme pour l a Province de Quebec de nos jours. Leurs efforts, cependant, n 1avaient pas 4t4 vains: on peut encore voir partout au Canada franpais l a croix et l'embleme des trois s fleurs de l i s qui, i l y a longtemps, annonpaient a tout le monde que ce t e r r i t o i r e appartenait au Roi de France. Profondement religieux, posse'dant un gout artistique et un amour paseioime pour leurs v i e i l l e s chansons populaires, leurs contes, leurs drames herolques, les Franpais ne sont pas venus les mains vides en Amerique* au contraire, i l s ont apporte de l'Europe l a culture, l a c i v i  l i s a t i o n et le christianisme. De bonne heure d£ja. i l s commenpaient a creer a Quebec, l a capitale de l a Colonie royale de l a Nouvelle-France, une societe brillante, frivole autant que spirituelle, d'hommes galanta et de dames charmantesj et l a foret vierge qui jusqu'alors n'avait entendu que des eons doux et p l a i n t i f a de quelque guerrier indien s o l i  taire, chantant a Manitou, tout soudainement entendit lee vers immortels de Racine.  (7) L'auteur de cette these y partage l 1opinion de quelques critiques li t t e r a i r e e , de M.Henri d 1Aries ("Estampes", Montreal, 1925, p.205 et suivantes), de M.F. Mason-Jones ("Le Roman Canadien-franpais", Montpellier, 1951* p.80), de M.J.Leger ("Le Canada franpais et son expression l i t t e r a i r e " , Paris, 1958, p.16*), et non pas de l'Abbe C. Roy ("Nos origines l i t t e r a i r e s " , Quebec, 1909, p.126). Apres tout, l a periode de 1608 a If60 e*tait une epoque de formation, constituent en somme l a premiere enfance de l a litterature coloniale. - 11 - Les premiers ouvreges ecrits sur le Canada apparurent des 1598s "Discours du Voyage f a i t par le Capitaine Jacques Cartier". I l fut suivi par des oeuvres religieuses, historiques et se'culieres* "Des SauvageB, ou Voyages de Samuel de Champlain", "Premiere Relation", "Nouveaux Voyages de M. le Baron de La Hontan", "Histoire et Description Generale de l a Nouvelle-France"... (8) Ce n'etaient pas des chefs-d'oeuvre, i l est vrai, toutefois l'echo d'un etrange pays, vaste et sauvage, a fort influence des msitres tela que Rabelais, Rousseau, Chateaubriand... Bien qu'a peu pres toutes les pages portent l a marque de l a simplicite* et de la sincerite, du zele et da l a ve'rite, elles ont, neanmoins, des signes evidents de grandeur. Cartier saisit souvent le detail pittoresque, en le crayonnant seche- ment, sans commentaire. Champlain est un excellent observateur, doue d 1imagination. De temps en temps i l egaie ses recite par des descriptions agreables. Le Pere Charlevoix est un historien eerieux et le premier ecrivain de ce temps qui fut pris par le charme de l a nature canadienne. Dans l a correspondence de Marie de 1'Incarnation, cette mystique jetee dans l a vie active de l a mission, on retrouve "une vivacite, un abandon, une liberte qui sont du monde plus que du convent..." (9) Et La Hontan, ce jeune aristocrats d'une moralite douteuse, nous a donne une oeuvre vivante et coloree, et vraiment artistique, qui nous entralne dans les forets immenses et lointaines du Canada. Tous ces ecrivains montraient l a Nouvelle-France de points de vue differents* chacun ecrivait suivant son coeur. Mais malgre* la grande influence de l a France absolutists et de 1 'esprit (8) Cartier, J. Piscours du Voyage. Rouen, 1598; Champlain, S., Pes SauvageB. Paris, 16u5; Marie de l'Incarnation, Premiere Relation. Paris,1655» I j a Hontan, Nouveaux Voyages. La Haye, 170J; Charlevoix, H i 9 t o i r e et descrip  tio n generale de l a Nouvelle-France. Paris, 1744. (9) Bremond, Histoi re l i t t e r a i r e du sentiment religieux en France. t.VT. Paris, 1955. P-119. - 12 - franpais, aussi bien que de cette liberte d 1 expression, s i caracteristique du Grand Sieele, i l y en a eu une autre dans l a Vallee du Saint-Laurent qui, peu a peu, commenpait a s1emparer des etablissements et villages epare, tendant a obtenir le controle de l a vie spirituelle de l a population: 1'influence de l'Eglise, qui se souciait beaucoup plus dee'ames de sea ouailles que de l a litterature nationale qui pourrait devenir dangereuse. Et pourtant, i l etait trop tot; l'heure de l a domination de l a toute- puissante Eglise n'etait pas encore venue, et on a joue en Nouvelle-France des pieces def endues, condamnees, comme "Mlthridate", "Nicomede", "L'lcole des Femmesl'et meme "Tartuffe". Puis, apres l a victoire anglaise des Plaines d'Abraham, l a situation changea tout d'un coup: 1' epoque assez libre, gaie et creatrice des dernieres annees de l a domination franpaise est passe'e a tout jamais, et l a population canadienne-franpaise tomba sous un double eeclavage: l'un, v i s i b l e , du cote' des Anglais, 1'autre, invisible, du cote du Clerge canadien-franpais. U s resterent sous le premier joug jusqu'en 1840 quand l i s obtinrent leur independence avec l'Acte d'Union; et a l'heure actuelle, quelques intellectuels font des efforts pour se debarrasser du second. Pendant presque deux siecles, apres l a conquete britannlque du Canada franpais, Quebec avait vecu derriere un rideau de fer spirituel et i n t e l - lectuel baisse par les ecclesiastiques qui controlaient l a maniere de penser, de creer et d'agir de l a colonie, et qui cherchaient a proteger le simple habitant, non seulement de la contamination morale de 1'heresie et du materialisms anglo-saxon et ame'ricain, mais aussi de l a danger euse pense*e libre et dee creations l i t t e r a i r e s et immorales des Franpais et des autres nations europeennes. BOB que 1'Eglise, qui etait a cette epoque-la l a seule institution \ canadienne-franpaise existante, eut obtenu^un controle ferme sur l a vie - 15 - spirituelle et morale dee masses - et elle eut 1'assistance entiere et enthouaiaete des administrateurs coloniaux britanniques, qui concur ent l a politique de "divisor pour regner" comme l a meilleure assurance contre ce que P i t t appelait "le danger d'un autre grand sehisme anglo-saxon", semblable a celui de 1776, - les poetes et les romanciers canadiens- franpais ne furent autorises a chanter que le sol canadien et le passe glorieux de leur race. Dieu et l'autel et l a piete" simple etaient aussi des sujets recommandes. L'on pouvait egalement celeb rer l a vie idyllique du foyer, de l a communaute, et l a nature. Tous les autres sujets - 1'amour, les sentiments puissants, la passion, le desespoir, l a beaute d'une femme, l'extase d'un paradis a r t i f i c i a l , les desire ardenta et violents, etaient consideres et condamnes comme immoraux; et malheur au poete qui oaerait ecrire de te l s poemes defendus, et empoisonner de cette maniere le coeur innocent du peuple. I l ne pouvait plus raster a Quebec. Et, de f a i t , un esprit aimant l a liberte, un poete ayant quelque genie, ne pourrait vivre longtempa dans cette atmosphere moyenageuse. Ou i l en perdra l a raison comme le jeune Nelliganj ou i l evitera l a aociete de ses compatriotes, comme Chopin, Morin... I l se pourra aussi qu'il se fasse rimailleur, ce qui est l a chose l a plus t e r r i b l e qui l u i puisse arrlver. On ne le comprendra pas, i l n'obtiendra aucun encouragement du public et, victime du milieu et de 1'education, sera, tot ou tard, fores' de s'humilier et d'accepter les sujets qui l u i seront permis. Et s ' i l tentait de se revolter contre ses guides spirituals, contre l e Clerge, i l souffrirait doublement: frapp^ d'ostracisme, meprise comme "empoisonneur" et "ennemi du peuple", et poursuivi par le remords, se sentant criminel et veritablement t r a l t r e . Car 1' education est restee durant plus de troi s siecles le domaine exclusif de l'Egliae: les ecoles primaires, les ecoles secondaires, puis - 14 - l'univereite ont ete dirigees par e l l e . Sans nul doute, 1'Eglise exerpait aussi une influence puissante sur la vie des families et sur l a vie pub- lique. Le service que le Clerge catholique avait rendu a l a population canadienne-franpaise d'une maniere s i desinteressee, est, incontestable- ment, considerable et digne de notre admiration, et see effete sont evi- dentsjj car i l n'y a guere de nation aujourd'hui que l'on puisse comparer au Canada francais pour l a morals, l a simplicite de caractere, l a noblesse de coeur, 1'amour de l a patrie, l a vie de famille et l a aincerite re ligious e. Cependant, un pareil sol n'est pas propice a l'eclosion d'une grande litterature. L'artiste, le poete, le romancier, pour creer leurs chefs- d'oeuvre, ont besoin de l'expression libre de l a pensee. Or, a Que*bec, i l n'en avait jamais ete ainsit tous les oouvrages qui etaient ou auraient pu devenir dangereux pour l a morale, pour les 'ames des lecteurs, avaient e*te bannis et defendus absolument; et toutes les sciences qui mettaient en question l a l o i divine, ou menaient au scepticisme, avaient ete igno- rees. A l a difference des colonisateurs franpais, les colons americaine ne se souciaient guere d 1 e'er ire des ouvrages comme, par exemple,les "Ecrits spirituels et historiques" d'une Marie de 11 Incarnation. Ces colons, le plus souvent des dissidents protestents, matelote, soldats, marchands et aventuriers - les gens qui desiraient oublier le passe - n'avaient pas immigre dans le Nouveau Monde par pur idealisms, par patriotisms ou zele religieux, comme l a piupart des Canadiens-franpais. Vers 1600, les efforts des colons americains etaient principalement concentres sur la conquete des nouveaux territoires, sur la fondation de l'ordre social et celle d'un gouvernement stable. Les ecrits des residents - 15 - americains d'alora etaient, pour l a plupart, a 1*imitation des oeuvres anglaises. He ne valaient pas grand* chose. Le plus souvent i l s se com pose! ent de recite personnels et de voyage, de journaux, de rapports descriptifs et historiques, de sermons, et de quelques exemples de vers legers et de peu de valeur. Mais avec l 1Oligarchic des Puritains en Nouvelle-Angleterre, i l y eut une inondation de litterature religieuse - sermons, cantiques, ecrits polemiquee ou u t i l i t a i r e s , qui n'ont aujourd'hui aucune autre importance, aauf dans le domaine historique. Par surer oat, i l y avait beaucoup de superstition chez eux, comme l a croyance aux sorcieres et aux pouvoirs demoniaques des Indiens* cela avait ete presque inconnu au Canada franpais catholique. Le premier l i v r e de quelque importance fut "Simple Cobbler of Aggawam" (l6hj) par Nathaniel Ward. Trois annees plus tard, les vers d'Anne Bradstreet, "The Tenth Muse", simples poemes sur l a religion et l a nature, etaient assez pres de l a litterature pure. Toutefois, i l etait encore trop tot pour parler de litterature de ce genre. Sous 1'influence des Puritains, toujoura croissants, 1'attention a 1etait coneentree principelement sur les sujets religieux. Les sermons e'taient les produita lee plus nombreux de l a presse. Toutes les autres tentatives l i t t e r a i r e s etaient conside'rees comme dangereuses. L 1oeuvre l a plus populaire - oeuvre d'ailleurs unique - de cette periode fut le long poeme du Reverend Wigglesworth, "The Day of Doom", qui decrivait le Jugement Dernier en termes t e r r i f i a n t s et sulfureux. Le celebre Reverend Cotton Mather suivit. II defendait avec passion les executions des sorcieres, et etait l'auteur d'environ quatre cent ouvrages dont le plus remarquable etait "Magnalia Ghristi Americana". Tous ces livree exerpaient une grande influence sur l a pensee de l'Americain d'alors, - 16 - et cette influence peut 'etre senti de temps a. autre meme aujourd'hui. Le Dieu des Puritains fut transforms en une sorts de Demon superieur, toujours hostile et sans aucune p i t i e . Avec l a Revolution americaine, cependant, de 1775 a 1785» i l 7 eut un boulversement total dans le domaine de la litterature et de l'art, une revolte violente contre l'esprit etroit et le puritaniame de quelques personnes. Et l a fortresse gigantesque du Puritaniame, qui, jusque-la, avait domine toutea les phases et tous les aspecte de l a vie americaine: l a vie publique, religieuse, politique et culturelle, avait commence a s'ecrouler. Et la ou les Canadians-franpais, combattant pour l a cause de l a pensee li b r e , avaient miserablement echoue, les Americains avaient reussi, preparant ainsi l a voie a des maitres tele que Poe, Whitman, Emerson, Lowell, Whittier, Hawthorne, Longfellow, Holmes, Thoreau, Irving, Melville, Twain et autres. Le Siecle d'Or de l a litterature americaine commenpait. Inevitablement, a ses debuts, simple rejeton ou reflet de l a l i t  terature anglaise, l a litterature americaine, libr e et agressive acquit graduellement sa propre individualite, en se debarrassant des influences etrangeres, et aujourd'hui tout le monde reconnalt que c'est une grande et riche litterature, comme toute autre litterature moderne independante. Et a present, de nouveaux hommes de lettres donnent a l'Amerique et au monde de nouveaux chefs-d'oeuvre: Upton Sinclair, Dreiser, Lewis, O'Neil, Sandburg, Lindsay, Hemingway, Wolfe, Dos Passos, Steinbeck, Buck, Frost, Santayana, Faulkner, d'autres encore, produisant une litterature ameri caine qui est cependant largement universelle. Tant qu'une nation n 1est pas tout a f a i t l i b r e d'exprimer sa person- nalite, li b r e dans le domaine de l a politique, aussi bien que dans celui de l a religion, on ne peut esperer qu'elle creera des chefs-d'oeuvre. - 17 - Pendant que Sandburg, intrepide et e l t i e r , ecrivait ses "Poemes de Chicago", montrant a tout le monde l a force et l a grandeur des Etats- Unis, le poete canadien-francais en est toujours aux "Contes vrais", et "toute l a litterature est profondement religieuse et sa voix n'insuite ni Dieu, ni l a religion..." Le lecteur trouvera dans le dix chapitres suivants une etude critique dont le but est d'expliquer pourquoi la litterature eanadienne-franpaise ne a'est pas elev^e, pendant plus de deux siecles, jusqu'a l a dignite des oeuvres classiques. Nous tenterons aussi de prouver que c'est le con t r o l e constant et severe des e'erivaina et de leurs oeuvres - ce rideau de fer spirituel et intellectual des ecclesiastiques - qui est principalement responsable du f a i t que 1'amour et l a passion manquent dans la litterature eanadienne-franpaise. C'est done sur un terrain presque inexplore que nous nous aventurons a penetrer, c'est sur une "terre inconnue" que nous entreprenons nos recherchea. A notre connaissance, i l n'y a en franpais ou en anglais aucun ouvrage qui etudie et analyse l a litterature eanadienne-franpaise du meme point de vue critique que le .notre. Tel est le plan de notre t r a v a i l * dans l a Premiere Partie nous etudierons le developpement historique, culturel, religieux et politique de Quebec des commencements jusqu'a nos jours,, et en particulier toutes les forces et toutes les influences qui, peu a peu, ont detruit l a liberte de l a peneee et l 1expression franpaise au Canada. (10) Dans l a Seconde Partie nous etudierons la litterature canadienne- (10) "Les Canadians, sous l a domination franpaise, ont joui d'une grande liberte." Caagrain, Une paroiase canadienne au XVIIe aiecle, Quebec, 1880, p.165. - 18 - franpaise a l a lumiere d'une critique des oeuvres et des ecrivains les plus importants, tout en examinant l a valeur artistique et l i t t e r a i r e de i l a prose et de la poesie en general. Nous voudrione surtout 'etre plus exact et concret que beaucoup de nos predecesseurs - les ecrivains et les critiques de l a litterature canadienne-franpaise - qui souvent, font etat de 1'"optimisme", de l a "preparation du terrain", et qui voysient le Canada comme un "pays jeune, pays americain", dont la. litterature "est pour nous digne d'interet".... Tout cela est bien eloquent, bien beau, mais, malheureusement, ce n'est pas l a solution de notre probierne. Ii1 importance de cette these, au contraire, consists dans le f a i t que nous esperons trouver une reponse a cette question! pourquoi le Canada franpais, cette forieresse du Ge*nie l a t i n dans le Nouveau Monde, f u t - i l s i longtemp8 dans un etat intellectuel et culturel arriere, pourquoi n ' a - t - i l pas encore reussi a nous donner un chef-d'oeuvre, un genie? Pour ecrire un l i v r e puissant i l faut choisir un grand sujet, et pour ecrire sur un t e l sujet on doit %tre entierement lib r e . La liberte", c'est l a seule garantie de toute vraie litterature. Et aujourd'hui justement i l est plus que jamais nacessaire que l a litterature canadienne-frsnpaise parvienne enfin a 1'independence, a. sa liberte d'expression. PREMIERE PARTIE - 21 - I. LE GENIE FRANCAIS "L'histoire de l a litterature eanadienne-franpaise, ecrit M. B. Brunet, offre cette singularite que ses meilleurs ecrivains se rancontrent a ses de*buts et a-la periode contemporaineJ le pro logue et 1'epilogue ont plus d'importance que le corps de l'ou- vrage. S'ils comptent des noma remarquables, lee'ages interme- diaires, juges dans l1ensemble, ne a"elevent guere au-dessus d'une honorable mediocrite"..." (l) Bien que l a juste observation du critique litte'raire quebecois a l'egard de l a litterature eanadienne-franpaise des dix-huitieme et dix- neuvieme sieclee ne nous donne pas une explication tout a f a i t satis- faieante et directe, elle est pourtant d'une extreme importance pour tous ceux qui ne cesseront de se demander pourquoi les meilleurs e c r i  vains canadiens-franpais se rencontrent seulement aux debuts et dans l a periode contemporaine de l a litterature eanadienne-franpaise, tandis que l'oeuvre feconde de l a plupart des autres hommes de lettres Canadians ne s'eleve pas au-dessus du mediocre? Pourquoi justement dans ces premieres creations l i t t e r a i r e s des fondateurs de la litterature eanadienne-franpaise, et encore une f o i s dans cellea d' aujourd'hui, le lecteur trouve-t-il une originalite" surprenante, un souffle de liberte, un art personnel, une simplicite, une vivacite de style? Et pourquoi y trouve-t-on de meme imagination, entrain, profondeur, richesse en matiere spirituelle aussi bien qu'historique, independance dans le jugement, hardiesse, precision du detail, poe*sie, charme, descriptions realistea, de temps en temps des phrases mordantes et impertinentes, ou bien grossieres, mais surtout - variete, vie et verite? Dans lea annees intermediaires, au contraire, depuis l a conquete ( l ) Brunet, B., Histoire de l a litterature c a n a d i e n n e - f r a n c a J B e . p.7« - 22 - anglaise juequ'au commencement du vingtieme siecle, i l y a eoudainement et aeeez etrangement un changement complet dans le domaine de cette l i t  terature naiesante; et n o u B n'avons que l a litterature devote et didacti- que, un nombre i n f i n i d'histoires du Canada et une poe"sie qui abonde en sentiment patriotique aussi bien qu 1en descriptions du terroir, cependant que les prosateurs et les poetes imitent presque servilement les ancien- nee oeuvres classiques qui sont profondement religieuses ou du moins depourvues des "pieces immorales de rebut". Et pourquoi ce contrasts frappant entre 1" expression l i b r e de l a pensee artistique et 1'expression dogmatique et limitee de l a religion catholique? Comment expliquer ce boulversement intellectuel et l i t t e r a i r e ? Ce retour a un etat de primitivisme religieux, a une epoque presque moyenageuse? Malheureusement, on ne repoit pae de reponse des critiques l i t t e r a i r e s Canadians, ni anciens, n i modernes* Plutot, on trouvera. une explication dans les documents o f f i c i e l s , dans les journaux d'autrefois, dans les Mandements de l 1 E g l i s e canadienne. Mais pour resoudre cette question importante et interessante, aussi bien que pour mieux comprendre de diverges raisons des forces et des influences qui avaient forme le caractere spirituel du Canadian franpais pendant des siecles, i l faut analyser soigneusement et examiner a fond le prologue de l a litterature canadienne-franpaise, tout en remontant les siecles juequ'a 1'epoque ou le navigateur malouin, Jacques Cartier, remontait le fleuve Saint-Laurent et portait tree l o i n a 1'interieur des terres vierges et des forets immenses, jusqu'a l ' l l e d'Hochelaga, non seulement la croix et les l i s , mais aussi le genie franpais... "Et nous flmes faire une croix de trente pieds de haut, nous raconte Cartier, qui fut faite devant plusieurs d'eux sur l a points de l'en tree du dit liable, sous l a c r o i s i l l o n de laquelle mimes un ecus son • - 25 - en bosse a trois fleurs de lys, et dessus un ecriteau en bois, engrave* en grosse lettre de forme, ou i l y avait, VIVE LE ROY DE FRANCE. Et i c e l l e croix piantame a sur la dite pointe devant eux, leaquela l a regardaient faire et planter. Et apres qu'elle fut elevee en l ' a i r , nous mimes tous a genoux, les mains jointes, en adorant i c e l l e devant eux, et leur flmes eigne, regardant et leur montrant le c i e l , que par i c e l l e etait notre redemption, de quoi i l s firent pluaieurs admirations, en tournant et regardant i c e l l e croix..." (2) Ce r l c i t pittoresque et tpuchant de 155^ - qui, cependant, ne manque pas de realiame et d 1exactitude dans 1'observation et l a description, - constitue, en effet, l a premiere page de l a litterature eanadienne- franpaise, laquelle s'ouvre avec les "Voyages" de Jacques Cartier, decou- vreur du Canada, et ceux de Samuel de Champlain, le pere de l a Nouvelle- France. C'est deja dans ces deux oeuvres, encore tree chretiennes, qu'on trouve un certain charme seduisant de pays lointains et de terres incon- nues, et on se sent epris presque immediatement du tout-puissant genie franpais, de cet esprit sans pareil qui se manifesto de plus en plus dans les genres de l a litterature canadienne sous l e regime franpais, soit dans les ecrits spirituels, fievreux et mystiques de Marie de 1'Incarnation, soit dans les dialogues impertinents et sarcaatiques du Baron de La. Rontan. Le t r a i t caracteristique de l a jeune litterature canadienne pendant plus de deux siecles du regime franpais, c'est avant tout une certaine liberty de l a pensee et de l'expression, particulierement s i nous l a comparons avec celle qui fut ecrite plus tard sous la domination anglaise et ecclesiastique. En depit d'un controle infatigable et energique du Clerge qui grandit toujours en force et en puissance, la plupart des auteurs, principalement des religieux eux-memes, ne se g'enent point pour d^crire l a vie et les choses t e l l e s qu'ils les voient, meme s i leurs descriptions sont souvent susceptibles d'etre dangereuses pour l a moralite (2) Cartier, J., Disconrs du Voyage. Quebec, 18^5, p.lA. - 24 - du peuple. Naturellement, tous les livres sont publics en France ou a l'etranger, et les peres jeeuites surveillent surtout les oeuvres des voyageurs et des aventuriers. Fourtant, a cette epoque, l a France et l e Canada sont un crops et une 'ame, et alnsi i l ne faut pas songer a. une domination absolue de l 1 E g l i s e . .Avec les oeuvres de Cartier, de Champlain, de Lescarbot, mais surtout avec celles du Frere Gabriel-Theodat Sagard, de l a Mere Marie de 1'Incarnation et du Baron de La Hontan... le genie l i t t e r a i r e franpais est transplants sur l e sol d'un pays sauvage. Malgre le. grande influence de 1'Eglise catholique en France, le clerge n'y etait jamais tout-puissant comme, par exemple, en Espagne. Si l'on examine l'Eglise dans Bee rapports svec l a sooie'te, c'eet-a-dire, avec 1'aristocratie, l a bourgeoisie et le peuple, on devra en tenir le plus grand compte, parce que 1'esprit public est toujours ou inspire par elle, ou en reaction contre e l l e . On y est pieux, mais trop independent et trop individuel pour se soumettre entierement a n 1imports qui. La religion penetre l a litterature, c'est vrai, mais sans l'envehir exclusivement. Des l a pSriode du moyen 'age et tout le temps pendant les siecles suivants, le clerge avait seul represente l'autorite morale; ne*anmoins le clerge" seculier, pas plus que le clerge* regulier, n 1 etait hostile a l a litterature, a l a poesie, aux beaux-arts* a 1'exception de quelquee bigots, faux devote et T artuffes, i l avait l e gout de l a beaute, et meme de l a beaute* pafenne. Plus tard, on voit beaucoup de cardinaux et d'eveques se faire les protecteurs des poetes et des erudite, et consacrer une large part de leurs revenue.a. pensionner des gens de lettres, des savants, des artistes* En France, l'Eglise catholique et s i t plus ou moins tolerante, l a religion toujours humaine et traitable, et pour cette raison assez populaire parmi les paysans. Le clerge* se trouvait en contact quotidien avec le peuple. - 25 - La vie sociale etait en quelque sorte rythmee par l a religion. L'Eglise devint un aymbolet cette Egliae univeraelle ou le riche et le pauvre sont egauz devant Dieu, ou l a parole du pretre annonce l a justice future et la vie eternelle, ou l1enchantement artistique se mele a l ' a t t r a i t du mystere. Naturellement, dans l a litterature bourgeoise, narrative ou drama- tique, s'etale de bonne heure la satire mordante contre le clerge et lee moines qui, d'une maniere ou d'une autre, se sont montres indignes d'etre les serviteurs de Dieu. L'opinion publique est severe pour leurs fautes, et on se mo que d'eux avec beaucoup d'esprit. On attaque impitoyablement aussi lea faux devote, lee bigots, les hypocrites et les fanatiques. Le clerge, cependant, si puissant et influent dans ce pays et en particulier a l a Cour, avait t o l e r l a peu pres toutes ces satires, justes ou injustes, dont l a violence etonne le lecteur aujourd'hui... (5) Le clerge exercait une censure severe sur le dogme, mais pour les personnes i l tolerait tout. A cause de cela, s i les ecrivains protestants, libertins et athees redoublent d'attaques contre l u i , les catholiques ne le ra i l l e n t plus avec l a meme ardeur qu'au Moyen Age, du moins en France* Cette attitude pacifique et tolerante de l'Egliae de France semblera peut- etre singuliere, pourtant i l y a diverses raisons qui nous donnent une explication assez satisfaiaante. L'autorite ecclesiastique, combattant avec sueces le protestantisme, se sentait peut-etre si forte et s i popu- lai r e qu'elle permettait, par politique, ces piqures d'epingle, comme Mazarin l e B chansons. De meme, i l y avait souvent une. certaine rivalite en France entre les seculiers et les reguliers, entre les gallicana et lea ultramontains. I l ne faut pas oublier non plus l a grande influence (5) La litterature italienne exerpait une influence preponderante sur la France, surtout par see ecrivains du XIVe siecle. Boccace et son "Decameron" etaient tree populaires. - 26 - de l a Cour sur la societe de ce temps* Et finalement, c'etait le genie franpais, dont 1'esprit religieux et 1'esprit gaulois, quoique s'opposant l'un a l 1autre, unissaient les Franpais toujours et partout. Le genie l i t t e r a i r e franpais - qui est au fond le genie l a t i n - semble avoir toujours o s c i l l e entre l'idealieme, le sentiment religieux et l e realisms, les grossiertes de I 1esprit gaulois. I l presente deux aspects differents et contradictoires* esprit d 1idealisms et de naturali sms en litterature; esprit scolastique et cartesien en philosophic; esprit d'apostolat et d'Sgofisme en morale. L 1esprit gaulois exerce une influence immense et extraordinaire partout, mais en particulier dans l a litterature, tout en s'opposant a l'inspiration chevaleresque, a 1'ideal religieux, patriotique ou senti mental* I l est vigilant, agreseif, hostile, infatigables i l contraint l'esprit chevaleresque et religieux - l'esprit noble et superieur - d'agir, de Be d&fendre, de produire de nouveaux chefs-d'oeuvre, d'elever sans cesse see degree de connaissance, que ce soit en poesie, en prose, dans lee beaux-arts. II sert a contrebalancer ce qui est moral, noble, spirituel et religieux, c'est-a-dire qu'il constitue un contrepoids necessaire, sinon i n f a i l l i b l e , aux bonnes qualites de l'esprit chevaleresque. Nous le retrouverons sous des formes tree variees a travers les siecles de l a litterature franpaise: a Roland B'oppose Pathelin, a la preciosite, le burlesque, au Cid, Figaro, a. Esther, Tartuffe, au symbolisms, le natura lisms, a Olaudel, Jean-Paul Sartre... Et justement dans cette variete, pleine de vie et de verite, est le secret de 1' universal i t e du Genie franpais... Dans le sens large du mot, l'esprit gaulois est aussi l a revanche de la. bourgeoisie contre l a noblesse et le clerge; l a pensee athee et scep- tique contre la pensee religieuse; l e materialisms contre 1'idealisms. - 27 - Pourtant, cat esprit gaulois est inherent a 1 'esprit national franpais tout comme le sentiment religieux est enracine profondement dans la nature franpaise. L'un et 1'autre sont inseparables, chacun faisant tous ses efforts pour etre victorieux. Oette lutte dans l'^ ame humaine et surtout franpaise, basee en partie sur 1'Ideal ethique de Platon - avec sa fameuae image d'Automedon et les chevaux ailes - est l a cause principale du dualisme dans l a litterature franpaise. Ainai, on peut comprendre pourquoi le mysticisme Chretien regne dans le aensualisme presque paien de bien des oeuvres de Baudelaire! Voile, l ' explication des caracteres de Marie de l ' Incarnation, l a mystique qui se consume d'amour divin, et pour qui Dieu eat "comme une grande mer"... et du Baron de la Hontan, ce raill e u r l i b e r t i n , crib1ant de sarcasmes ses ennemis acharnes, juges et pretrea... Grace a ce ge*nie l i t t e r a i r e franpais, l a grande litterature nationale, jugee dans son ensemble, est l'expression d'une nation entierement libret les chansons de geste et les fabliaux, les comedies et l e s tragedies, les poemes et les romana sont plus que des chefs-d'oeuvre ou plus que des documents his t o r i q u e s * i l s sont une expression juste, f i d e l e et libre de toutes les epoques de l ' h i s t o i r e et de la c i v i l i s a t i o n franpaise. Rien d1etonnant s i , meme au Moyen Age, tout imp regne de Catholicisms, l a mondanite arrive a 1'emporter parfois sur 1 'esprit religieux, et si l'on prefere avec une audace piquante "I'&nfer des belles dames et des beaux seigneurs leurs amants au Paradis des bigots et des eclopes..." (4) Tous ces genres sont d'une importance remarquable, mais surtout le roman, le theatre et l a poesie lyrique. Par la poesie s'expriment les 'ames et leur amour sensuel, spiritual et divin; par le drame toute l a vie humaine, avec 1'amour au premier plan; par le roman 1'amour encore, le (4) Aucassln et Nlcolette. adaptation par M.G.Michaut, Paris, 1901. - 28 - gout de l'aventure, de l a quote de l'inconnu, la societe, l a f o i , le monde interieur, le domaine du reve, du subconscient... En somme, dans ces romans, poernes, dramas, nous trouvons vivante devant nous toute l a France et tout l'univers... tout ce monde v i t , s'agite, palpite, souffre, se debat, espsre, croit, exprime ses pensees, see desirs, ses passions, see amours... Nous y sommes temoins de la Vie elle-memel Et le Genie l i t t e r a i r e francais triomphe! L'Scrivain, conscient de sa grande mission "de critique et de reformateur" - et non pas l'ennemi acharne de Dieu, suivant l'accusation de quelques bigots et faux devote - tourne ses dons d 1 a r t i s t e et de penseur vers l a revelation des vices et des erreurs de 1'human!te*, en montrant l'Hypocrieie, l 1Avarice, l a Vilenie, le Debauche, 1'Adultere et les autres peches mortels dans leur vraie lumiere, ridiculisant et fustigeant ce qu'il est necessaire de fustiger. I l se rend compte que c'est le devoir sacre* de 1'artiste de tendre un mirolr a. l a vis et a l a nature afin que s'y reflate la vraie image de son epoque. Mais si les ecrivains, les poetes, les artistes, les historiens d'un certain pays sous Is joug - soit d'une dictature politique, soit d'une dictature religieuse - ne sont pas completement libres d'exprimer leurs pensees et de depeindre la vie t e l l e qu'elle est en realite, a quo! bon ecrire les livreB?'. Et pourquoi done les lire?'. Cela n'en vaut pas l a peine! Au Canada du dix-septieme siecle nous voyons une grande lutte entre la liberte de peneer et l ' a u t o r i t l de l'Eglise, laquelle n'a qu'un but en ce qui concerne le colon francais aussi bien que l'indigene de l a "mission1' du Nouveau Monde* i l doit *etre un bon Chretien et suivre avec obeissance et soumlssion les coneeils et les ordres de son pr'etre. - 29 - Mais tent que le drapeau fleurdelise f l o t t e sur l e cap de Quebec et que le vent f r a i s et vigoureux souffle de France, on ne cesse de croire a 1'esprit libre, a la liberte de l 1expression, l a seule gerantie de la survivance du Genie francaia'. On aime l a religion de ses aleux, tout comme on aime sa langue, cette langue aavoureuse et melodieuae de 1*heritage national. Mais on cherit la liberte egalement: elle, aussi, f a i t partie de cet heritage franpais. Malheureusement, isole's dans un pay8 immense et sauvage, loi n de tous les foyers culturels, les hommes et les femmes qui aiment pasaionnement cette liberte de l a penaee, cette litterature, cette tradition et ces beaux-arts de leur Mere Patrie, ne sont pas assez nombreux pour resister avec succes aux "robes noires", comme on appelle les Peres Jesuites de ce temps, et Frontenac lui-meme n 1est pas tout-puissant1 Ainsi, 1'Egliae catholique au Canada franpais grandit toujours en force et en influence. Par l a puissance qu'elle avait acquise des les premieres anneea, ces annees de ferveur religieuse, l'Egliee, guidle presque exclusivement par les Jesuites, introduit de son cote un Element de controle particulierement efficace. Voila un pays ide"al, un pays... "...pur de toute souillure morale; dans les grands bois on peut vivre dans le sein de Dieu, mener cette existence simple et uti l e dont revent tous les Chretiens, de maniere a assurer en meme temps, pour soi et pour ses descendants, le bonheur en ce bas monde et dans 1"autre..." (5) "La f i n j u s t i f i e les moyens", croient les Peres Jesuites, et on continue 1'oeuvre moralisatrice du Pere Le Jeune et du premier eVeque de Quebec, Mgr de Laval, dont le temperament autoritaire et la conviction que le Canada est, plus qu'une colohie, un poate d1avant-garde du catholicisme, sont de"ja une source de d i f f i c u l t e B avec le pouvoir c i v i l . (5) Lemonnier, L., Hlstoire du Canada francaia. Paris, 19^9, L.Hachette,p.78. - 50 - Mgr de Laval etait cormu pour son esprit absolu et dominateur. (6) II f i t sans cease de 1'opposition aux Sulpiciens (7) et aux Recollets.(8) Meme I 1 Abbe Gosselin est oblige* de dire que Mgr de Laval avait " l a passion du pouvoir" (9) et qu'il "a montre un peu trop de zele, et depasse* quelquefois l a mesure..." (10) L 1autorite ecclesiastique paralt i l l i m i t e e : Mgr de Laval, se debar- rassant tour a tour de ses "ennemis", des hommes capables et energiques comme d'Argenson, le Baron d'Avaugour, de Mezy, Talon..., reste le seul maitre dans 8 a "mission" du Canada. La lutte se revele inegale, parce que l'eveque est nomine* a vie, alors que le gouverneur ne l 1 est point! Le conflit s'aggrave de plus en plus sous le gouvernement c i v i l de Frontenac, l'homme fort, lorsque l'eveque attaque severement le principe des distributions d'alcool aux tribus indigenes par les commercants et les coureurs de bois. Cela se passe en scene! Mais le vrai motif de cette attaque a son origine autre part... Mgr de Laval voit en Frontenac un r i v a l , un homme a craindre. Et i l ne se trompe pas. Louis de Buade, Comte de Front enac, n1aims pas les Jesuites et leur dictature theocratique!•II se mefie de 1'autorite religieuse en matiere c i v i l e . II veut, en Nouvelle- France, restreindre le pouvoir du clerge* au profit du pouvoir royal... Mais tout comme see predecesseurs, i l ne reussit past comme les autres, l u i aussi, est rappele en France... Les plans de 1"Eglise au Canada, cependant, ne s'arretent pas l a . Son ambition est avant tout d'exercer un controls complet sur la population dans les v i l l e s aussi bien qu'a la campagne. Et tandis que les comb attants pour l a liberte de penser suecombent l'un apres l'autre a cause de l a (6) Garneau. F.X.. Hjstoire du Canada. t.I.. p.222. (7) Gosselin, A., Vie de Mgr de Laval. p«155« (8) Ibid, p.81. (9) Ibid, p.166. (10) l b i d . p.225. - 51 - suprematie du c l e r g e , l ' E g l i a e canadienne a 1 o r g a n i s e graduel lement par l e developpement des p a r o i s s e s , formant a i n s i une base s o l i d e , s i n o n i n d e s t r u c t i b l e , pour l ' a v e n i r . Pour mieux comprendre l e c l i m a t s o c i a l , 1'atmosphere gene ra l s , l a v i e e t l e ca r ac t e r e de l a N o u v e l l e - F r a n c e du d ix - sep t i eme s i e c l e , a u s s i b i e n que l e r o l e de l ' E g l i s e c a t h o l i q u e et son a t t i t u d e a l ' e g a r d de l a l i b e r t e de penser , i l es t n e c e s s a i r e d ' i l l u s t r e r c e t t e these par des e x t r a i t s et des c i t a t i o n s au su je t de c e t t e p e r i o d e , et de l a munir de quelquea documents e t l e t t r e s impor t an t s . I l ne f au t pas o u b l i e r que justement c e t t e premiere epoque de l a jeune l i t t e r a t u r e eanadienne-f ranpaise es t d'une extreme importance pour t ou t l e developpement c u l t u r e l f u t u r du Canada, parce que c ' e s t a. c e t t e epoque que 1 'Egl i ae canadienne s ' a v i s e d ' e n t r e r en c o n f l i t avec l a c u l t u r e a r t i B t i q u e f l e t r i s s a n t l e s chansons d'amour, l e s come*dies et l e s t r a g e d i e s " i m p i e s " , et pereecutant tous ceux q u i l e s osent l i r e . . . Depuie ce temps l a , cependant:, aprea l a conquete a n g l a i s e , ou I 1 i n f l u e n c e f r anpa i s e f a i b l i t de p l u s en p l u s , ou l a penaee l i b r e f r a n p a i s e es t bannie du pays , nous avons un changement complet a Quebec: l ' e d u c a t i o n , l a v i e de f a m i l l e , l a c u l t u r e n a t i o n a l e , t o u t es t su je t a une s u r v e i l l a n c e e c c l e s i a s t l q u e , beaucoup p l u s severe e t i m p i t o y a b l e qu 1 auparavant . V o i c i d e j a l a reponae a c e t t e q u e s t i o n : pourquoi l e Canada f r a n p a i s , malgre son h e r i t a g e f r a n p a i s , sa langue, son e s p r i t l a t i n , n ' e t a i t - i l pas en e ta t de p r o d u i r e pendant t o u t ce temps un che f -d ' oeuvre , de dormer l e j ou r a un genie? Mais nous sommes encore sous l e regime f r a n p a i s : l ' e t e n d a r d f l e u r - d e l i s e f l o t t e encore sur l e s v a s t e a t e r r i t o i r e s de l a N o u v e l l e - F r a n c e . Et l a l u t t e ent re l e p rogres et l ' e t a t arrie*re, en t re l a connaiseance et 1' ignorance, en t re l ' a r t l i b r e et l a pr imaute de l a f o i , en t re l e p o u v o i r - 52 - royal et l a domination theocratique, continue... II va sans dire que les tout-puissanta missionnaires, les Jesuites, controlent de pres les moeurs des habitants et des indigenes, et dirigent toute l a vie c i v i l e . Pour faire "regner l a religion et l a piete*", le Clerge a institue,a Quebec, "une Congregation de l a Sainte-Famille, ou les hommes sont conduits par les peres, les femmes par des Dames de piete et les f i l l e s par les Ursulines". ( l l ) A Montreal, aussi, "un grand nombre d'hommes et de femmes assistent a l a messe sur semaine..." (12) Pourtant, zeles et fervente, l'eveque et des peres ne sont pas facilement Batisfaits quand i l s'agit du salut des/ames... On va plue l o i n ! On affiche a l a porte de Quebec les peines encourues pour libertinage, blaspheme, de'sobSissance, intemperance, absence a l a messe le dimanche et les jours de fete; on erige un p i l o r i a la porte de l a v i l l e pour les libertine, les ivrognes et les blasphemateurs; on force les habitants et surtout les coureurs de bois a se marier sur-le-champ sous peine d'amende; on ne recoit pas a l a confession "les femmes frise'es et qui auraient d rautres parures extrsordinaires" (15)J on expulse des soldate "pour conduits licencieuee" ( l4) ; on surveille l a correspondence, les livres, lee journaux prives (15), et on v e i l l e exagerement, au dire de Talon et de Frontenac, jusqu'a 1 'interieur des foyers, a l a bonne conduite des families..* (16) Suite meme ecrit que les Jesuites allaient le soir de maison en maison pour fa i r e eteindre lee lumieres et ordonner aux gens de se coucher (l7)« Une foia, les pretres sont obliges de faire appel (11) LettreB de l a Reverende Mere Marie de 1'Incarnation.II. p.285.19 aout.166k (12) Morin. Soeur Marie. Annales de 1'Hotel-Pi eu de Montreal.1951. p . l l 4 . (15) Gosselin, A., L'Eglise du Canada. I..Quebec, 1911, p.97. (14) Rapport. 1950-51, Talon a Colbert, p.89; 19 octobre, 1667. (15) Journal des Jesuites. p.45, 557 et 120 et 519. L.Brousseau,Quebec, 1871 (16) Rapport. 1926-27, Frontenac a. Colbert. 15 novembre, 1675» P-51' (17) Suite, B., Hjstoire des Canediens francais. t.IV., p.102. - 55 - au bras seemlier, et, en consequence, "en 1661, deux blasphemateurs, Daniel Vbil et Laviolette, sont arquebuses", et beaucoup d'autres mis en prison... (18) Malheureusement, l a plupart des documents authentiques et precieux, aussi bien qu'interessants de cette periode importante - ou commence 1'ascension de l'Eglise et du Clerge vers l e pouvoir politique et spi r i t u a l presque i l l i m i t e - sont perdus a tout jamais: l'incendie du palais l e g i 8 l a t i f de Quebec, en 1852, nous a prives de l a correepondance o f f i c i e l l e des gouverneurs de Mbntmagny, d'Aillebouet, de Lauzon, d'Argen- son, d'Avaugour, de Mezy... Mai8 i l nous reste un certain nombre d'autres documents et memoires qui revelent l a vie sociale et spirituelle au Canada du dix-septieme siecle. Un des plus sig n i f i e a t i f s et des plus curieux memoires de ce temps- l a est, sans doute, "L'Histoire veritable et naturelle des moeurs et productions du pays de l a Nouvelle France - vulgairement dite le Canada" de Pierre Boucher, premier colon Canadian, ecrite avec 1'intention de gagner pour l e developpement du pays 1'inteYet et les sympathies du minietre, Monseigneur Colbert "des qu'il sera plus amp 1ement inform! de l a bonte et de l a beaute de toutes nos controls." ( 1 9 ) On peut s'imaginer que les Peres Jesuites etaient furieux. Avec ce l i v r e , publie a Paris, le bon, mais naif Pierre Boucher, toujours soumis a l a volonte de ses superieurs religieux et venerant son cure, leur a donne involontairement une g i f l e . M. Suite prltend que les "Relatione" des Jesuites representent mal l a situation et les vraies conditions au Canada pendant de longues annees, de 1640 a 1660. Les Jesuites avant tout (18) Journal des Jesuites. pp . 2 9 5 et 5 0 1 , Quebec, 1871. ( 1 9 ) Boucher, P., Hjstoire Veritable. Dedicace a Colbert, 8 octobre,I665, p.118; Societe Roy ale du Canada, Seconde Serie,t.II.Ottawa, 1896. - 54 - tenaient a exciter l a sympathie en France pour leur travail et, par consequent, peignaient l a vie actuelle du Canada sous lea couleurs les plus sombres. La rigueur du climat, le caractere sauvage des indigenes, l ' i n f e r t i l i t ' e du sol, l a pauvrete des habitants, le labour desinteresBe des religieux et des religieuaes, tout etait decrit avec 1'intention de gl o r i f i e r l'hlrofsme surhumain des Jesuites* Les rapports des Jesuites disent peu au sujet de 11 agriculture, quoiqu'elle f i t des progres con siderables. M. F. Parkman se f a i t 1'echo du point de vue des Jesuites. L'ouyrage de Pierre Boucher, cependant, etait ecrit avec l'intention de peindre pour ses amis en France la vraie image du Canada. l>es Jesuites et le parti c l e r i c a l accaparerent tous les exemplaires de "l'Hiatoire Veritable" dont i l s purent s'emparer, et les detruialrent sans merci. , -Aujourd'hui, i l reste peu d'exemplaires de "l'Histoire Veritable" de Pierre Boucher... En 1661-62, Pierre Boucher etait en France, et M. Suite attribue a son influence l a decision du Roi et de Colbert de transformer le Canada franpais de mission religieuse en colonie royale... (20) L'animoeite de M. Suite contre les Jesuites saute aux yeux, neanmoins i l a donne a l'appui de son article des informations suffisantes et inconteatables. Dans l a preface mise en t'ete du tome premier de l 1 Edition de 1705, les editeurs louent le realisme et la verite* des "Voyages" du Baron de La Hontan (Ed. I705), qui ont ete s i bien recus du public justement pour cette raison. En meme temps, i l s attaquent severement les Jesuites, tout en prltendant que leurs "Relations" ne sont fondes ni sur l a verite, ni sur les f a i t s de l a vie resile. l i s ecrivent. "On veut bien croire que l e gout du siecle pour ces sortes de Relations a contribue beaucoup a cet heureux sueces; mais on ne croit pas qu'il f a i l l e l'attribuer tout entier a cette raison. Le Suite, B., Pierre Boucher et son livre, Societe Royale du Canada, Ottawa, 1896-97-- 55 - Livre a sa bonte; i l amuse agreablement, et pour peu qu'on ait de penchant a faire ou a entretenir connaissance avec les hommes du nouveau Monde, on n'a pu l i r e ces Lettres sans p l a i s i r . Elles fournissent certains details ou les autres Voyageurs ne sont point entrez, et l'Auteur y parle avec une franchise qui doit sembler bonne aux amateurs de l a Verite. Ce ne sont point i c i lee recite d'un Jesuite ou de quelque autre Missionnaire, qui, pour donner une haute idee de ses travaux apostoliques, ne parlent que de conversions, que de miracles, et ne font connoltre les Sauvages que par rapport a la. Foi Chretienne et a l a C a t h o l i c i t l . . . " (21) EcoutonB maintenant Pierre Boucher lui-meme: son li v r e est le tableau de l a colonie au moment ou Louis XIV va l a delivrer des Iroquois et l'enlever a l a compagnie des Cent Associe's. On y voit partout l'em- preinte d'une grande influence religieuse, et on constate deja que cette premiere generation des Canadians franpais est presque entierement sound se au dogma et docile a l a discipline du Clerge*. "Pour l e Spirituel, l'on ne peut rien desirer de plus. Nous avons un Evesque dont le zele et la vertu sont au-dela de ce que i'en puis dire... Les Peres Jesuites secondent ses deeseins, travaillant dans leur zele ordinaire infatigablement pour le salut des Franpais et des Sauvages... En un mot, les gens de bien peuvent vivre icy bien contens; mais non pas les mechans, veu qu'ils y sont eclairez de trop press c'est pourquoi i l ne leur conseille pas d'y venirj car i l s pouvoient bien en.estre chassez, et du moins estre obligez de s'en retirer, comme plusieurs ont deja f a i t ; et ce sont ceux-la proprement qui decrient fort le Pays, n'y ayans pas rencontre ce qu'ils pensoient..." (22) Ceci montre combien, jusque-la, on avait surveille l a conduite des colons et des immigrants. Mais Pierre Boucher continue: "D'ailleurs, nous avons icy les Peres Jesuites qui prennent un un grand soin d'instruire le monde: de sorte que tout y va paisible- ment; on y v i t beaucoup dans l a crainte de Dieu, et i l ne se passe rien de scandaleux qu'on n'y apporte aussitost remede. La devotion est grande en tout le Pays..." (25) Un peu plus loin, Boucher declare d'un air menapant: "...meme les mauvais garnemens sont obliges de mener une vie honnete autrement i l n'y aurait pas de jeu pour eux: on sait aussi bien pendre (21) La Hontan. Les Voyages. Preface. 1705. (22) Boucher, P., Histoire Veritable. Societe Royale du Canada,1897,p.119. (25) Ibid, p.I65. - 56 - en ce Paya-ci qu'ailleure... et on l'a f a i t voir a quelques-uns qui n'ont pas este sages..." (24) On n'exagere point en disant que le Canada franpais du temps de Boucher reaaemblait a. un couvent ou le sentiment religieux dominait les moindres actions. Voici une description de Seraphin Marion qui confirme nos assertions. L'auteur de "Pierre Boucher" dit dans son l i v r e * "Si l'on jette un coup d'oell rapide aur l'epoque ou ve*cut Pierre Boucher, on constate que le XVIIe siecle canadien fut un'age de f o i . Moment beni ou l'eveque, chef veritable de son peuple, le protege contre l'ennemi pervers qui rode sans cease autour de sa proie et cherche, selon l a forte expression du psalmi ate, a l a devorer. Heurea exceptionnelles ou une f o i collective aupplee aux infirmites de l a raison et comble les appetences du coeurl La nation maintient alors a un niveau eleve sa aante morale, et comme temoignage des convic tions qui l'animent, elle edifie des oeuvres immortelles a la gloire du Tres-Hauts elle batit des cathe'dralea, organise dee ex peditions generales contre 1'infidele ou prepare le royaume de Dieu dans un monde nouveau. Ce fut le privilege de Pierre Boucher de vivre dans l a Nouvelle- France sous l a tutelle d'un grand eveque qui sut maintenir une discipline de fer et imposer ses volontes a son peuple, malgre les recriminations d'autoritea jalouses de leurs prerogatives et susceptibles a l'egard de leur preeminence.".(25) Contre cette louange touchant Mgr de Laval, assez naive et pompeuse, ornee de toutes les fleurs de 1*eloquence, i l faut citer quelques f a i t s historiques qui mettent en lumiere l e caractere orgueilleux de notre Eveque. "Avec Mgr de Laval, nous racontent plusieurs historiens, commen- cerent les conflits entre le pouvoir c i v i l et l e pouvoir ecclesiaatique. Le jeune eveque, en toute occasion, cherchait a affirmer ses prerogatives, meme contre le gouverneur, qui n'etait pas d'humeur a se laisser faire. I l a'elevait conatamment entre eux des querelles assez mesquinea. Qui lea enfants devaient-ils saluer le premier aux jours de fete, le gouverneur ou l'eveque? Qui devait avoir l a preseance au diner annuel des Jesuites?"(26) (24) Boucher, P., Hjstoire Veritable, p.165. (25) Marion, S., Un Pionnier Canadien. Pierre Boucher. Quebec, 1927,p. 162-165. (26) Lemonnier, L., Hjstoire du Canada franpais. p.p.109,110. - 57 - On se demande ou etaient l a l'humilite et l a bonte* de Jesus-Christ, notre Seigneur? A l'arrivee du Baron de La Hontan au Canada en 1685, nous avons Is premier vraiment grand et unique artiste de l a litterature canadienne- franpaise, qui n'avait pas seulement ecrit avec un air de genie, d'esprit et de sincerity, devanpant a la fois Voltaire et Montesquieu, mais qui avait aussi influence les plus grandes figures l i t t e r a i r e s du dix-huit- ieme siecle* Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot, Beaumarchais, Dumas, Daniel de Foe, Swift et plus tard Chateaubriand... Traduits en anglais, eh allemand, en hoilandais, en i t a l i e n , les "Voyages" et lee "Dialogues" de ce cousin de d'Artagnan furent connus et discute's avec interet et enthousiasme en France aussi bien qu'a. 1' Stranger. De 1705 a. 1900, i l y eut exactement cinquante et une impressions ou edi tions de l'oeuvre de La Hontan (27), et i l faut ajouter que peu d'ouvra- ges publies au debut du XVIIIe siecle ont connu une pareille fortune'. "Un l i v r e , dieait Stendhal, est un miroir qui se promene sur une grande route... Tantot i l reflete a vos yeux l'azur des cieux, tantot l a fange du bourbier de l a route..." Or, personne n'a misux decrit, et avec autant d 1 esprit ,1s. vie, 1'atmosphere generale, le climat social et religieux et l a population du Canada franpais du dix-septieme siecle, que justement La Hontan* son oeuvre correspond a merveille a l'esprit de 1'epoque. Nous ne pretendons pas que le recit de L a Hontan soit toujours fidele a l a verite* souvent ce sont plutot des f a i t s vus a travers un temperament. Heanmoins c'est un excellent observateur et i l a les qualites necessaires a. tout bon narrateur. Son l i v r e nous retrace les portraits de differents types eociaux* les soldats, les marchands, les pretres, les coureurs de bois, les indigenes, appartenant a toutes les classes et a toutes les professions (27) La Hontan, New Voyages to North America. I, II, Chicago, 1905,liv-xciii. - 58 - dans l a nouvelle colonie. La phrase de La Hontan est mordante, libre, irrespectueuse, impertlnente, pleine d 1esprit et de charme, elle annonee Voltaire par sa verve, par son hypocrisie railleuse et par ses brusqueries. Le t r a i t caracteristique chez La Hontan, c'est son honnetete intellectuelle. II repete de temps en temps quelque histoire choquante et incroyable, et i l ne se eoucie guere de l a verite et de 1 'authenticite de ce "relate refero"; pourtant, 11 ne ment jamais a deesein! "Le caractere d'authenticite, de vecu d'un pareil 'livre de route', dit M.F. de Nion, est assez frappant pour attester sa ainceritej i l faut joindre a cela le temoignage indiscutable des documents con- temp or ain a de cette epopee..." (28) M. J . Edmond Roy lui-meme, malgre toute sa mauvaise humeur contre le Baron de La Hontan, est oblige dans son etude de rendre a plusieurs reprises hommage a. sa ve'racite'. (29) M. Gilbert Chinard partage l'avia de bien d'autres etudiants de La Hontan. I l ecrit dans 1'Introduction des "Dialogues Curieux"» "C'est pour charmer les l o i s i r s que l u i l a i s s a i t l'hiver et aussi pour obeir au desir d'un 'vieux cagot de parent' que L a Hontan commenca alors cette eerie de lettres dont i l devait r e c u e i l l i r vingt-cinq dans le premier volume de sea 'Voyages'. I l est permie de croire qu'elles ont ete* quelque peu retouchees, enjolivees et augmentees au moment de l a publication, s i meme quelques-unee d'entre ellea n'ont pas ete fabriqueee de toutes pieces. Dans 1'ensemble, cependant, elles donnent l 1impression de chosea vues et vecuee et encore aujourd'hui constituent des documents pre*cieux pour l'histoire des moeurs au Canada a l a f i n du XVIIe siecle. Surtout, elles nous peignent l'auteur lui-meme 'au naturel', avec toute sa vantardise, ses rancunes, sea coleres, son depit, sa lachete, son manque de sens moral, mais aussi son gout de l'observation, son amour des details pittoresques, et ce style familier, vivant, nerveux, ne reculant devant aucun mot, dont i l avait pris le modele chez ses auteurs favoris, Petrone et 'son cher Lucien qui jamais ne voulut le quitter'..." (50) Mais ecoutons plutot La Hontan lui-meme. On l u i reproche qu'il "se f l a t t e . . . d'e^crire comme s ' i l n'avoit ni Patrie ni Religion..." (51) Ce (28) L a Hontan, Un Outre-Mer au XVIIe Siecle. Paris, L.Plon,1900, Preface. (29) Roy, J.E., L e Baron de L a Hontan, Memoires de l a Societe" Royale,XII, (50) La Hontan, Dialogues Curieux. Hopkins Press, 1951, pp.6-7. (51) Ibid, p.21. - 59 - n'est pas tout a f a i t exact: La Hontan etait seulement un homme qui aimait le liberte passionnement, qui simp 1ement ne pouvait pas vivre sous un joug soit politique, soit theocratique. II savait tres bien que son ouvrage avait suscite de vives coleres au Canada et en Prance - ou, malheureusement, "regnait" l a pieuse Maintenon, l'amie des Jesuites, - et qu'on 1 'avait averti qu'il avait "tout l i e u de craindre le ressentiment de plusieurs Ecclesiastiques qui pretendent que j'sy insuite Dieu en insultant leur conduits..*" (52) En 1685, L& Hontan fut oblige de passer l'hiver en garnison a Mont real, ou, pour echapper a l a surveillance etroite que les religieux exercaient sur leurs ouailles, le Baron f i t de nombreuses parties de chasse avec lee Algonquins. Quand i l revint i l se sentit de nouveau comme un esclave. Un incident eut l i e u alors qui sans doute l'indispo.sa defi- nitivement contre l e clerge*. Dans le recit suivant de La Hontan se reflete toute la vie d'un peuple sous le controls ecclesiastique: "J'ai passe en v i l l e le reste de l a mauvaise saison, et je l ' a i passe le plus desagreablement du monde. Vous avez au moins en Europe les divertissements du Camaval, mais c'est i c i un careme perpetuel. Nous avons un bigot de cure dont l'inquisition est toute misanthrope. II ne faut pas penser, sous son despotisms spirituel, ni au jeu, ni a voir les dames, ni a aucune partie d'un honnete p l a i s i r . On nomme les gens par leur nom a la predication, on defend sous peine d'excommunication l a lecture des romans aussi bien que les masques, le jeu d'hombre et le lansquenet. Tout est scandals et peche mortel chez ce bourru. Croirez-vous qu'il a refuse la communion a des femmes du premier rang pour une simple fontange de couleur? Le pis, c'est qu'il,a des espions partout, et quand on a le melheur d'etre sur ses tablettes, i l VOUB envoie publiquement du haut de sa chaire une sanglante censure; jugez si un honnete homme peut s'accommoder a cela. N'y a - t - i l point de remede? direz-vous. Aucun. Le gouverneur n'oBerait s'en meler, les devote ont les bras trop longs, et, de plus, comme ces Messieurs de Saint-Sulpice, sont aussi nos seigneurs temporals, i l s prennent pied la-dessus pour nous tyranniser. Ne vous imaginez pas que ces pretres bornent leur autorite aux predications et aux mercuriales dans 1 'Eglise; i l s persecutent jusque dans le domestique et dans l'interieur des maisons. C'est trop peu pour leur zele d'excom- munier les masques, i l s l e s poursuivent comme on poursuivait un (52) La Hontan. Dialogues Curieux. p.51. - 4o - loup, et apres avoir arrache ce qui couvre le visage, i l s vomia- sent un torrent de b i l e contre ceux qui s' etaient deguieeB. Ces argus ont toujours les yeux ouvertes sur l a conduite des femmee et des f i l l e s , les peres et les maris peuvent dormir en toute assurance, et a ' i l s avaient quelque chose a craindre, ce ne serait que de l a part de ces vigilantes sentinelles. Pour "etre bien dans leurs papiers, i l faut communier tous les mois, et de peur que lea catholiques au gros sac n'enfreignent le precepts de se confesser au moins une fois l'annee, chacun est oblige de donner a Paques un b i l l e t de son confesseur... Mais de toutes les vexations de ces perturbateurs, je n'en trouve point de plus insupportables que l a guerre qu'ils font aux l i v r e s . II n'y a que les volumes de devotion qui vont i c i fete levee> tous les autres sont defendua et condamnes au feu..." (55) Montreal et Quebec servirent de modele aux nombreuses communautes et paroisses qui ee fonderent tout le long du fleuve Saint-Laurent: partout les pretres font l a guerre sans merci aux livres, brulant tous ceux qui ne traitent pas de devotion, et prechant de jour en jour que. ce sont justement les livres qui sont le plus grand ennemi de Dieu et de l a Sainte Religion. Ainai i l n'y a rien d'e'tonnant % ce que, durant le siecle qui s'est ecou- le de I765 a 1840 n'apparaisse au Canada franpais aucune oeuvre de merite. Peu a peu, l 1habitant canadien - ce colon franpais d'autrefois - a perdu le gout de l a litterature, dee beaux-arts, des chansons d'amour, et nous le voyons plus intlreaae a vivre retire et debarrasse du frapas du monde, ayant une grande famille, et a travailler pour le salut de son lame et celui de sa femme et de ses enfants... Ce n'est ni une lethargie, ni une ignorance qui enveloppe le peuple de ce vaate pays: c'est plutot l a consequence d'une dictature theocratique; l a surveillance et l a domination constante et severe de toutes les oeuvres d'ar't et d'esprit. Mais retournons a L a Hontan qui attaque ceux qui y regnent en maltrea, avec autant d'intolerance que de devouement... "Je ne puis songer a cette tirannie, sane pester contre le zele indiscret du Cure de cette V i l l e . Ce cruel entrant chez mon hote (55) L a Hontan. Un Outre-Mer au XVIIe Siecle. PP. 105. 104. 105. • - Al - et trouvant des livr e s sur ma table, se jetta a corps perdu sur le Roman d'aventures de 'Petrone' que j'estimois plus que ma vie, parce qu'il n'etoit pas inutile*. I l en arracha presque tous les f e u i l l e t s avec si peu de raison, que si mon note ne m'eut retenu lorsque je v i s ce malbeureux debris, j'eusse alors accouru chez ce turbulent Pasteur pour arracher aussi tous les poils de sa barbe. I l s ne se contentent pas d'etudier les actions des gens, i l s veulent encore f o u i l l e r dans leurs pensees..." (34) Pour prouver que les ecclesiastiques et, en particulier, les Peres Jesuites, etaient alors les "veritables seigneurs du Canada" (35), on peut citer aussi plusieurs documents o f f i c i e l s * les lettres du Gouverneur Frontenac adressees a Colberts "Ma revocation, e e r i t - i l , avait rendu mes adversaires maltres des conseils et de l a conduits du gouvernement; elle a ete suivie de toutes les disgraces dont oette malheureuse colonie a ete accablee. J'espsre qu'il ne sera rien f a i t de ce que demande l a cabala qui s'agite contre moi..." (56) Et plus loin, Frontenac dit* "Le mal vient surtout des exces de zele de quelques pretrest l e cure de Montreal est un Franc-Comptois qui voudrait etablir une Inquisition pire que celle d'Espagne, et nombre de ses collegues agissent comme l u i ; les ecclesiastiques commencent a traitor d'impiee ceux qui sont obliges de resistor a leurs passions et a leurs interets..." (37) Cans ces conditions, i l etait impossible d'avoir au Canada un Reutebeuf ou un Francois Villon, ce vagabond de genie, dont l'oeuvre est le point culminant de l a poeeie medievale et en memo temps le point de depart de l a poesie moderne... Non, parce qu'ils y seraient persecutes et chasses, sinon pendus, comme des vilaine, des voleurs de grand chemin. I l etait impossible d'y avoir aussi un Marot, un Ronsard, un Rabelais ou un Mon taigne, ces esprits forts, ces "libertins", ces "empoieonneurs d'ames". On n'y a pas l a permission d'agir, de creer, meme de penser comme on le veut. Le clerge* de 1' epoque v e i l l e sur see ouailles avec un soin jaloux et intransigeant, et, en effet, maintient l'ordre et l a discipline. (54) L a Hontan. Voyages. I., p.60. 1703. (55) Salone, E., La Colonisation de l a Nouvelle-France. p.l05« (56) Frontenac a Colbert. Correspondence generale. vol.l5;20 oct.1691. (57) Ibid. Lettres 20 oct.1691. - 42 - Mais cette discipline de fer qui pese sur le pays, cette autorite dure, cette haine contre les livres et les beaux-arts, cette religion austere et froide, ressemblent plus a un dogme protestant, calviniste, puritain ou janseniste, qu'a l a vraie religion catholique. Leur Dieu semble 'etre Oelui qui a ditt "Je suis fort et jaloux!" et non pas Oelui qui a d i t doucement a. une femme egareet "Je ne te condemne pas non plus; va, et ne peche plus..." (38) La lutte entre 1"expression l i b r e de l a pensSe et l a censure etroi- te des ecclesiastiques, entre le liberalisms et le clericalisms, touche peu a peu a sa f i n , tout comme l e regne independent et assez libre de la Nouvelle-France... Sans relations, sans influences, sans un vent libre venu de l a Mere Patrie, l'esprit gaulois, et surtout le genie l i t  teraire franpais sont en danger d 'etre aneantis au Canada franpais. Le poete, l 1 a r t i s t e n'y peut pas ignorer son milieu, 1' etat d'es p r i t general, celui des institutions religieuses, politiques et j u r i - diques. I l sait qu'il doit'etre lib r e , entierement l i b r e s ' i l veut creer des chefs-d'oeuvre. I l a besoin de cette liberte prScieuse pour exprimer ses idees, pour peindre l a vie d'apres nature, pour suivre son tempera ment personnel, son talent, son genie, les idees, lee aspirations et les sentiments de son epoque... I l a aussi besoin d'un grand public enthousiaste et qui f a i t de l a critique pour l'encourager, 1'aider. En un mot, 1 'artiste doit'etre en harmonie avec son milieu social, car autrement son genie createur est ecrase, broye, foule aux pied des puissants, tue brutalement par une societe' ignorante et par un groupe de gens qui croient comme M. d'Au- te u i l , l'ami de Mgr de Saint-Vallier, que " s ' i l y a l i e u au monde, ou (39) l'on doive v e i l l e r a ce que l'lmpiSte soit bannie, ce doit "etre au Canada." (58) Jean. VIII, 11. (39) Gosselin, A., L'Eglise du Canada. t.I.. p.115* - 45 - I I . ORIGINES SPIRITUELLES DP PANADA FRANPAIS A f i n de mleux comprendre l e c a r a c t e r e , l e temperament, l a menta- l l t e , l a d e v o t i o n r e l i g i e u s e , 1 1 attachement a l a t e r r e , l e s f a c u l t e s i n t e l l e c t u e l l e s , b r e f , t ou te l a na ture du Canadian f r a n p a i s de nos j o u r s , i l ea t ne'e ess a i r e d 'e ' tudier e t d ' a n a l y s e r avant t o u t sa maniere de v i v r e e t de peneer au temp a passe*, quand - p l u s ou moins independent - i l r e g a r d a i t avec apprehension, t ou jou r s p l u s grande, l e s p r e p a r a t i o n s de guerre de ses v o i s i n a , l e s A n g l a i s , qu i a ' I f f o r e a i e n t de a'emparer de son pays n a t a l . I I e s t necessa i r e a u s s i d ' e n t r e r dans l 1 e s p r i t de l ' a tmosphere et du c l i m a t s o c i a l dans l e q u e l v i v a i t l e s imple h a b i t a n t pour comprendre comment une p e t i t e c o l o n i e d ' e n v i r o n so ixan te m i l l e Canadians , pour l a p i u p a r t des Normands, des Angevins , des Bre tons , des n a t i f s de P o i t o u et d ' H e - d e - F r a n c e , pouvaient re s i s t e r aux a t taques c o n t i n u e l l e s de b i e n des c o l o n i e s u n i e s , proeperes et p r o g r e s s i v e s , comptant p l u s d ' u n m i l  l i o n d ' h a b i t a n t s ; comment ces so ixan te m i l l e Canadians survecuren t , apres a v o i r ate* a s s u j e t t i s f ina lement par un ennemi p l u s f o r t , d 'une r e l i g i o n diffe*rente e t q u i p a r l a i t une langue d i f f e r e n t e ; comment l e s Canadians f r a n p a i s n ' o n t pas aeulement conserve l e u r langue, l e u r s moeurs et l e u r r e l i g i o n , mais sont devenus a u s s i - avec l e u r idee measlanique - un e le ment impor tan t , s inon r e v o l u t i o n n a i r e , du Nouveau Monde! E t quand on apprend par s u r c r o i t que de ces quelque so ixan te m i l l e hommea et femmes Canadians f r a n p a i s i l se c rea une n a t i o n de p l u s de qua t re m i l l i o n s d ' h a b i t a n t s dans un c o u r t espace de temp a - moins de deux s i e c l e s - , on c r o i t a une m e r v e i l l e . C ' e s t a peu p res ce que nous - 44 - sentons, et nous eroyons que nous n'exagerons pas en parlant de temps en temps du "Miracle des Soixante Mille"... Oar i l y avait l a quelque chose qui tenait du prodige, que l'on considere ce f a i t du point de vue religieux, comme l'Abbe Groulx, ou du point de vue purement biolo- gique. Cependant, qu'eat-elle devenue l a litterature nationale et origina- l e eanadienne-franpaise? Que pense-t-on de son niveau intellectuel, de ses forces creatrices, de son genie? En reponse a cette question i l faut citer le critique canadien-franpais, Henri d 1Aries lui-meme, qui d i t : "A l a f i n d'un 'Memoire' present! au premier Congree de l a Langue franpaise au Canada, i l y a ces mots, que je cite de souvenir: ' i l n'y a pas de nation au monde qui trai t e ses ecrivains avec un plus profond mepris.' C'est de nous, helas'. qu'il est question. Et l a formula, s i forte qu'elle soit, n'est que 1'expression de l a r e a l i - te. Or, cela suppose un etat d'ame vraiment extraordinaire, et peut- etre unique dans l'histoire. Hamlet d i s a i t : ' I l y a quelque chose de pourri dans le royaume de Benemark.' Nous pouvons bien nous eerier, en face de l a condition qui est faite a nos ouvriers de l a pensee: 'II y a quelque chose d'anormal chez nous, dans notre temperament, notre culture...' ( l ) M. d 1Aries avoue qu'il y a "quelque chose d'anormal" dans l a l i t  terature eanadienne-franpaise, pourtant, n i l u i , ni aucun autre c r i  tique l i t t e r a i r e canadien-franpais ne donnent une reponse nette et pre cise a l a question suivante: pourquoi l a litterature du Canada franpais etait-elle s i tardive, pourquoi persiste-t-elle s i obstinement au niveau d'une "honorable mediocrite"? Ou chercher les raisons pour cela? M. d 1 Aries donhe a. l'ecrivain canadien-franpais quel que s conseila, mais i l ne l e libere point. Par consequent, 1'artiste reste toujours aux fers. II peut "captor l a semence divine et l a feconder..." (2), mais en aucune fapon peindre les choseecomme elles sont en realite - le Bien (1) Aries, H.de, Npa HjstorienB. Montreal, 1921, Preface, p.9» (2) Ibid, p.10. - 45 - et le Mai, le Beau et le Laid, l'Ange et l a Bete. Toujours nous ne voyons qu'un cote* de l 1 image de l a vie et de l a condition humaine dans ses oeuvres• seulement blanc, blanc, pur, impeccable et... plat. Au commencement du dix-huitieme siecle, les reprSsentants des troi s majeure groupes de l a vie sociale du Canada - 1*habitant, le seigneur et le pretre - avaient vecu ensemble, cote a cote, envisageant les memes dures conditions, souvent dangereuses, de la premiere vie pionniere. La rigueur du climat, l a grande solitude, l a lutte constante avec 1*im passible nature, et l a menace toujours presente des Indiens, avaient cree chez eux un sentiment de dependence mutuelle qui n 1avait pas exists en France. En effet, l a jeune colonie royale n 1avait jamais souffert d'un rigide systeme de castes, car les conditions de la frontiere elles-memes, auraient f a i t cela impossible. La possession de l a propriete seigneuria- le n'eleva pas le feudataire automatiquement au rang de l a noblesse comme cela requerait un consentement special du r o i . En outre, i l etait possible qu'un habitant devint Beigneur, ou vice-versa, et plusieurs membres de l a classe o f f i c i e l l e dans l a Nouvel le-France etaient des hommes qui etaient sortis des range. L'habitant ne se eentait jamais dans une position sociale particulierement humi- liante, tandis que plusieurs seigneurs, d'autre part, etaient obliges, bon gre, mal gre, de s'occuper de commerce ou de faire des travaux manuels aux champs et dans les foreta. L1 habitant menait une vie pieuse, frugale, et tranquille - en temps de paix avec les Iroquois, bien .entendu - sans luxe, mais aussi sans grandee privations, se souciant peu de l'avenir. A dire vrai, i l etait dana une meilleure position que le paysan en France, et, en beaucoup de cas, i l v i v a i t plus commodement que " l a noblesse provinciale", parmi les - }6 - rangs de laquelle on pourrait rencontrer un vieux gentilhomme appauvri dont l a famille remontait aux oroiaades, lequel avait 1'habitude de dire a aon f i l e * Chevalier, as-tu donne a manger au cochon? Le Baron de La Hontan qui avait demeure au Canada dix ana, nous donne dans une de ses premieres lettres apres son arrivee, une excel- lent e description de la vie de 1'habitant canadien. I l ecrit* Lea paysans y sont fort a leur aise, et je souhaiterais une aussi bonne cuisine a toute notre noblesse delabree de France. Que dis- je* pay sane', amende honorable a ces messieurs. Ce nom-la, pris dans l a signification ordinaire, mettrait nos Canadians aux champs. Un Espagnol, s i on l'appelait villageois, ne froncerait paa plus le sourcil, ne revelerait pas plus fierement l a moustache. Ces gens-ci n'ont pas tout le tort, apres tout, i l s ne payent ni ael, ni t a i l l e ; i l s chassent et pechent librement; en un mot, i l s sont riches... (5) Les conditions de l a vie pionniere a la frontiere meme, des ressour- ces fort limitee que les colonisateura et lea defricheurs generalement possedaient, developpaient un peuple capable de trouver satisfaction aux joies simples de la nature. L"habitant aimait son sol paaaionnement, le sol f e r t i l e qui l u i donnait le pain quotidien, et cet attachement a la terre arrachee de l a foret et cultivee par le labeur de aes mains, eat devenu un des t r a i t s caracteristiques du peuple canadien. Naturelle nient, i l n'avait aucune raison de se plaindre, i l y avait beaucoup de terre pour tout le monde. La Hontan ecrit que meme "les plus pauvres ont quatre arpents de terre, et trente ou quarante de profondeur..."(4) En ce premier temps de l a colonie royale, encore franpaise et assez libre , 1'habitant joyeux et plein de vie, n'avait pas trop de caaae- tete pour trouver 1'amusement a sa guise, particulierement en saison d'hiver. D'octobre a mai, l a sociabilite une fois en train, i l y avait beaucoup de danses, on donnait des soirees, on f a i s a i t des vi s i t e s , et tout cela. malgre le controle croissant de l'Eglise. (5) L a Hontan. Un Outre-Mer ou XVIIe Siecle. p.l4. (4) La Hontan, Voyages au Canada, p.15. ' - hi - Cependant, comme le temps s'ecoulait et toujours de nouvelles parol sees s'etablissaient, l a place que l 1 E g l i s e occupait dans l a vie de l'habitant cansdien-francais, devint supreme. Les pouvoirs et l ' i n - fluence du cure etaient d'un caractere plus que spirituel, i l devint bient'ot le vrai guide de ses ouailles. Mme Blanche Lamontagne-Beauregard, l a poetesse de "l'habitant 1 1, a bien depeint 1 'Eglise canadienne-franpaise, l e symbols d'une nation qui est restee profondement catholique sous tous les rapportsJ "L'eglise, c'eet le coeur des paroisses rustiquss; C'est leur ame qui vibre, en sa cloche d'airain. L'eglise est le temoin dee ages heroiques Qu'ont ve"cu nos aieux, dans leur labeur serein."(5) En tete de l a societe de la Nouvelle-France etaient les membres de l a classe o f f i c i e l l e , lesquels avaient leur residence a. Quebec, capitale de l a colonie au milieu de l a contree sauvage. La cour provinciale du Chateau de Saint Louis, - miniature de l a cour de Versailles, - pouvait se venter d 'etre l e rendez-vous d'une societe raffinee et cultivee que l'on ne pouvait trouver en aucun autre l i e u sur le continent americain. C'est l a que s'assemblaient le gouver- neur, les fonctionnaires, les marchands, les o f f i c i e r s , les avocats et plusieurs riches proprietairee terriens, jouissant du p l a i s i r de l a sociabilite et concourant l'un avec 1'autre pour l a favour de belles dames brillantes. Les soire'es d'hiver etaient particulierement gaies a Que*bec, avec une ronde de danses., de banquets, parfois de representations dramatiques - les p l a i s i r s de la vie auxquels quelques-une des eccle siastiques prenaient part, tandis que les autres les condamnaient se ver ement. M. J. Leger nous donne une description vrais de l a vie de l a no- (5) Lamontagne-Beauregard, Par nos Rives et nos Champs, L'Eglise, Mont real, L e Devoir, 1917. - 48 - blesse et de ses amusements intellectuels* "Ainsi, petit a petit, un nouveau groupement humain s'organise, caique sur l'ancien. Une societe nait l a ou i l n'y avait que barbarie. On a meme pu ecrire qu'une societe tres raffinee se rencontrait dans lee salons de Quebec quelques annees avant l a conquete. Tous ces seigneurs qui s'etaient exile's de l a cour l a plus brillante de 1'Europe n'y avaient pas laisse leur quel i t e" d'homme d'esprit. On sait qu'avant 1700 on jouait dans les salons de l a 'Divine' Madame de Frontenac les pieces de Racine et de Moliere..." (6) II va de soi que l a nouvelle bourgeoisie eanadienne-franpaise, les citoyens, les proprietaires fonciers et quelques seigneurs, copiaient de l a cour provinciale 1 'etiquette et toute l a maniere de vivre, meme s' i l s avaient a lutter dur pour leur liberte peraonnelle avec le Clerge. De temps a 1'autre, cependant, quand le pouvoir de l'Eglise diminua un peu, a cause de 1'intervention du r o i , 1'atmosphere lourde et morose des deux v i l l e s principalea de l a colonie royale - de Montreal et de Quebec - changea considerablement. A Quebec, capitale de l a colonie, et moins a Montreal, on peut trouver les seuls exemples de l a legerte feminine au Canada franpais qui peuvent 'etre compares de quelque fapon aux types feminines, celebres et brillantes, de la v i e i l l e France du dix-septieme et du dix-neuvieme siecles. A Quebec, la gaiete e*tait a la hauteur des dernierea annees du regime franpais, quand l a situation de l'Eglise n'etait pas trop favorable. Pendant le temps du retour de Gouverneur Frontenac au Canada, le peuple devint plus assure et audacieux dans ea. conduits, et tout le monde respirait librement. Pierre Kalm, naturaliste suedois qui avait v i s i t e Montreal, Trois Rivieres et Quebec en l'an 1749, avait trouve les femmes du Canada franpais jolies, bien elevees, vertueuses, d'un air innocent et natural. (6) Leger, J., Le Canada franpais et son Expression l i t t e r a i r e , p.42. - 49 - II e c r i t . "Elles sont bien elevees et vertueuses et ont un laiseer-aller qui oharme par son innocence meme et previent en leur favour. Elles s'habillent beaucoup le dimanche, mais les autres jours elles s'occupent assez peu de leur toi l e t t e , eauf leur coiffure." (7) II a pu voir qu 1elles s'interessaient vivement aux bale et aux reunions de l a societe*. Plus tard, son opinion a l'egard des femmes canadiennes-franpaises et surtout celles de Quebec, devint tout a f a i t different, probablement parce que l'on se moquait de son franpais. H leur reproche "d !avoir trop bonne opinion d1elles-memes.••" (8) et a- joute que leurs manieres l u i paraissent "quelque peu trop libres . " ( 9 ) Mais ce sur quoi on les a principalement blamees, c 1 e t a i t leur coquet- terie, leur amour de l a t o i l e t t e et leur desir de plaire. Les eccle siastiques voyaient en cela un t r a i t caracteristique "trop franpais"! Le rapport du Baron de La Hontan au sujet du beau sexe de l a Colonie royale du temps de Frontenac a son plein pouvoir, n'est pas trop flatteur. Les masses etaient de nouveau un peu plus libres du controls de 1 'Eglise, d'autant plus qu 1elles savaient que Mgr Saint-V allier, qui avait ecrit au roi accusant Frontenac et ses amis de "libertinage", n 1avait pas reussi, car "le roi condamna ces querelles ridicules et en- gagea ses sujets a vivre en paix, en particulier s ' i l s etaient haut places..." (10) Naturellement, les citoyens qui avaient longtemps ete opprimes, voulaient t i r e r tout le profit possible de cette liberte ephemere. Adario, le sauvage, critiquant l a societe de ce temps, se plaint a l'auteur La Hontan dans ses "Dialogues Gurieux" qu'au reste, - "...nos F j l l e s sont plus modestes que les votres; car on ne voit (7) Kalm, P'i Voyages en Amerique, Memoires de l a Societe Historique de Montreal, p.42,45. (8) Ibid, p.216. (9) Ibid, p.216. (10) Lemonnier. Hjetoire du Panada francais. p.209. - 50 - en elles rien de nud que le gras de la jambe, au l i e u que les votres montrent le sein tellement. a decouvert que nos jeunes gene..." sont vertigineux... "lorsqu'ils trafiquent leurs Castors aux belles Marchandes qui sont dans vos V i l l a s . . . Ne ®:eroit-ce pas l a , mon Frere, un abus a reformer par mi les Francais?" ( l l ) Le Clerge de son cote n'omit rien pour"restituer les bonnes moeurs", en declarant la guerre "aux nuditea de gorge"; les femmes, cependant, se montrerent beaucoup plus obstinees que les hommes. Ainsi, par exemple, Mgr de Laval fulmine, en 1682, contre les femmes, parce qu 1elles font voir "des nudites scandaleuses de bras, d'epaules et de gorges..."(12) Mgr Saint-Vallier ecrit* "Comme le luxe et la vanite dee habits dans les f i l l e s et femmes est l'un des principaux desordres qui se remarquent i c i depuis longtemps..."(15) Et, environ deux siecles plus tard, en 1914, le cardinal Begin s'eleve contre toutes ces femmes qui viennent a l'e- glise "bras nus, dans un decolletage ehonte..." (l4) Les fameux coureurs de bois, eux aussi, donnaient du f i l a retordre aux Peres Jesuites. II y avait certains habitants, particulierement de jeunes gene, qui ne se plaisaient plus a. la. campagne, au village. La vie monotone, de jour en jour, d'annee en annee, le manque de liberte, l e defrichement de l a terre a la. sueur de leurs fronts, tout cela leur paraissait intolerable. Les profits de la pe l l e t r i e etaient si seduisants et l'appel de l a foret s i persistant que beaucoup d'entre eux preferaient l a vie libre, romantique et aventureuse de coureur de bois a l 1existence ennuyeuse et dure du paysan attache au sol. Rien ne put les arreter, ces vagabonds, ces casse-cous de grandes forets, ni les affiches, ni le mariage, ni les menaces, ni les amendea d'un gouvernement absolu... Talon ecrivait qu'il y avait "une classe de (11) L a Hontan. Dialogues Curieux. p.225,226. (12) Mandements des eveques de Quebec. t.I. p.107* (15) Ibid, p.172. (14) Ibid. t.XI.,p.67. - 51 - resistants* volontairea et coureurs de bois, qui partaient chaque annee, pour l a traite des fourrures dans l'Ouest immense, hors de toute discip l i n e . . . " (15) Ceux-la. ne se souciaient ni du l i e n conjugal, n i du pre sent du ro i , aimant mi eux l a vie d'aventure, ou l'.Indienne, f l a t tee de l'amour du blanc et "libre de son corps" (16), ne se refusait guere aux liaisons de passage. Cheque annee des centaines de jeunea gens desert- aient l a terre, le village et souvent leurs families pour participer aux profits d'une pelleterie i l l i c i t e . Finalement, contre ces refractaires, Talon f a i t adopter, en 1670, par le Oonseil Souverain un arret enjoign- ant "a tous Oompagnons Volontairea et autres personnes qui sont en 'age d'entrer dans le mariege de se marier quinze jours apres l'arrivee des navires qui apportent lea f i l l e s soua peine d'eatre prives de l a liberte de toute sorte de chasse, et peche et traite avec les sauvages.••" (17) Le resultat de cette "Ordormance", cependant, fut d'une parfaite n u l l i - te\ En 1680, un an plus tard, nous avons des rapports suivant leaquels i l n'y avait guere de families dans l a Nouvelle-France, dont lea f i l e , peres, freres, oncles et neveux ne se trouvaaeent pas par mi ces coureurs de bois. Libres des contraintes d'une societe' organised, i l s devinrent "des sauvages" eux-memes; et chaque fois qu'ils visitaient Montreal et Quebec, leur conduite etait au-dessous de toute description. Voici, encore une fo i s que La Hontan nous donne une image achevee et realists de ces hommes temeVaires: "Vous seriez surpris de voir les debauches, les festins, les jeux et les defenses que ces Coureurs de bois font tant en habits qu'en femmes, des qu'ils sont arrives... Ceux qui sont merle's sont or- dinairement plus'sages: i l s vont se delasser chez eux et i l y por tent leura profits; mais pour les garcons, i l s se plongent dans l a volupte juequ'au cou. La bonne chere, les femmes, le jeu, l a bois- son, tout y va..." (18)  (15) Memoires de Talon a. Colbert. Can.arch.V.IV.p.155.Ottawa.2.nov.1671 (16) La Hontan, Dialogues Curieux. p.52. (17) Ordonnancea. Comm.dea Gouverneurs et Intendanta de l a N.F.p.104. (18) La Hontan, Un Outre-Mer. IV, 42. - 52 - Naturellement, lee coureurs de bois etaient obliges de se cacher pendant leur sejour dans l a cite, toutefois, i l s y avaient bien des pro tect eurs, des amis et des complices. Le peuple, et surtout des femmes, lee aimaient parce qu'ils apportaient toujours un souffle f r a i s , libre dans l a vie monotone de la v i l l e . Les coureurs de bois, en effet, constituaient un grand prob1erne pour les autoritla du regime absolu de l a France. Malheureuaement, l a colonie o f f r a i t peu de possibilites de carrieres pour beaucoup de jeunes gens, ambitieux et energiques, qui connaissaient bien l a vie sauvage et les Indiena. Talon et ses successeurs, le Conseil Souverain de Quebec et le Clerge, avec leur aysteme paternel et leurs pretentions a l a d i s c i p l i  ne et a l'obeissance, avaient ete* detestes par les coureure de bois qui, par contre, aimaient passionnement l a liberte', l'independence, le danger, l'aventure, le charme de l a contree sauvage. C'e'tait just ement ce paradia des immensea forets, des rivieres solitaires et deB milliers de lacs, grands et petite, ou on se sentait entierement libre, qui les attiraient plus que toutes les vagues promesses de l a societe. D'ailleurs, cette societe' s'etait montree souvent intolerante envers eux. i l s l a quit- terent sans regret et sans remords. La colonie avait perdu de cette man- iere beaucoup de ses meilleurs f i l e , et l'Eglise bien des croyanta. Et l'Amerique triomphait! M.E. Salone nous donne une description qui touche le but au sujet dee relations entre les coureurs de bois et les Indiena* "Les indigenes accueillent volontiera ces hommes qui leur en imposent par leur hardiesse et leur vigueur, qui parlent f a - cilement leurs langues et, ce qui s u f f i r a i t a leur assurer une cordiale reception, apportent l'eau-de-vie. Meilleur accueil encore de l a part des sauvagesses. Ces f i l l e s rouges qui, meme quand elles ont passe par l a discipline persuasive des Ursu- lines, font f i d'un laboureur ou d'un artisan, se dependent mal contre ces hardis compagnons qui, en adoptant l a vie nomade, se - 55 - rapprochent d 1 e l l e s . Et le melange des races s'opere. Mais non t e l que l ' a reve Champlain. Ce n'est pas 1'Europe qui, dans cette alliance, c i v i l i s e l'Amerique, c'est l'Amerique qui se venge de 1 'invasion en ramenant 11envahisseur a l a barbarie..." (19) Si l'on jette un coup d'oeil rapide sur l a population canadienne- franpaise de nos jours, n' examinant point sa mentalite, son caractere national, son temperament, on croit que c'est une race tout a f a i t differente de l a race franpaise. II est vrai que, malgre l a diversite des professions, le degre de culture intellectuelle, l a plus ou moins grande richesse des individus, on constate chez tous les Canadians franpais les memes sentiments, les memes aptitudes, les memes qualites et les memes moeurs, pourtant, on ne constate cela qu'a premiere vue. Mais si nous analysons soigneusement le caractere du Canadian franpais, noue arrivons a une autre conclusion. (20) Le Canadian franpais tout au fond n'est qu'un Franpais. Bien en- tendu, i l n'est pas Franpais du vingtieme siecle, pourtant, i l peut toujours reclamer l a France pour sa Mere patrie. Comme son frere d'outre- mer, le Canadian, l u i aussi, est tree humain, avec de bonnes et mauvai- ses qualites, i l possede un certain humour sombre, l'heritage du nord, ainsi qu'une vivacite latine, une i r r e s i s t i b l e gaiete et un amour pro- fond des chansons. Les Canadians sont des idealistes ou des realistes, mais tree rarement des material!stes; i l s preferent les p l a i s i r s s p i r i - tuels d'une longue, sinon permanente duree, aux p l a i s i r s vains et ephe- meres. Cela ne veut pas dire qu'ils soient depourvus de l a joie de vivre. Pour plusieurs d'entre eux le temps n'est pas de l'argent, i l est le l o i s i r . l i s sont tree conservateurs et passifs, mais, i l y en a.  (19) Salone. E., La Colonisation de l a Nouvelle-France. p.2j55. (20) M.Hanotaux a dit qu'on trouve au Canada franpais "une ame locale franpaise tout a l a f o i s . " Grarneau* Histoire du Canada (5e ed.)p.IX. Et M. J.Leger f a i t remarquer* "Les Canadiens-franpais ressemblent plus aux Franpais que furent leurs aieux qu'aux Franpais actuals." Le Canada franpais et son Expression l i t t e r a i r e . Paris, 1958.p.10. - 54 - quelques-uns q u i sont a c t i f s , meme r e v o l u t i o n n a i r e e . V o i l a pourquoi ces deux t r a i t s c a r a c t e r i s t i q u e s de l e u r na ture l u t t e n t souvent pour l a suprematie . A p resen t , c ' e s t encore l a P a s s i v e t e qu i a l e dessus, q u o i - que pas autant qu ' au d i x - h u i t i e m e et au dix-neuvieme s i e c l e s . Pendant t o u t ce temps, l e Canad ien- f ranpa i s n ' a pas pu montrer franchement son v r a i c a r ac t e r e humain, sa d i s p o s i t i o n n a t u r e l l e , aes p a s s i o n s , n i e x p r i - mer sa v o l o n t e l i b r e comme du temps de Frontenac . On l u i a v a i t a p p r i s a a v o i r honte de son M o i , et i l n ' y a v a i t guere de l i e u x ou i l pu t s 'echapper pour r econque r i r l a l i b e r t e e t l ' i ndependence . Les j o u r s des coureurs de b o i s et de l i b e r t e sauvage I t a i e n t passes . Hit l a f o r c e q u i l e subjugea s i durablement f u t l ' E g l i a e c a t h o l i q u e du Canada f r a n p a i s , une des p u i s s a n t e s et i n f l u e n t e s i n s t i t u t i o n s de l a C o l o n i e r o y a l e . L 1 e tude et 1'analyse exacte de son o r g a n i s a t i o n , ses chefs , et son c l e r g e , sont d 'une importance e s s e n t i e l l e pour t o u t homme q u i cherche l a reponse a l a q u e s t i o n - pourquoi l a l i t t e r a t u r e canadienne n ' e a t - e l l e qu'une l i t t e r a t u r e l o c a l e , pourquo i aes oeuvres manquent-el les- presque completement du sentiment de l 'amour? L ' E g l i s e c a t h o l i q u e canadienne et en p a r t i c u l i e r l ' O r d r e de l a Soc ie t e de Jesus e t a i e n t , sans n u l doute, l a f o r c e dominante dans l a pe r i ode l a p l u s f o r m a t r i c e de l ' h i s t o i r e de l a N o u v e l l e - F r a n c e . Ce t t e dominat ion t empora l l e et s p i r i t u e l l e , l e systeme d ' i n s t r u c t i o n sous l ' e g i d e des e c c l e s i a s t i q u e s a i n a i que l ' a tmosphere tou te c a t h o l i q u e de l a m i s s i o n sur l e s bords du S a i n t - L a u r e n t ; on t l a i s s e l e u r empreinte dans 1'espri t du C a n a d i e n - f r a n p a i s , . d a n s l a v i e e o c i a l e , economique, p o l i t i q u e , et i n t e l l e c t u e l l e , mais su r tou t dans 1'expression l i t t e - r a i r e . L ' i n f l u e n c e pu i s san t e de l a r e l i g i o n c a t h o l i q u e peut se a e n t i r meme de noa j o u r s : l e s oeuvres de presque tous l e s e c r i v a i n a et poetes se t rouven t profondement penetrees du sentiment r e l i g i e u x . - 55 - Sous l a direction des religieux tels que Paul le Jeune, Mgr de Laval, Mgr de Saint-Vallier, Mgr de Pontbriand, Montgolfier et Mgr B r i - and, 1 'Eglise parvint a influencer tout aspect de l a vie du Canada. Le Clerge* plus encore que les autorites c i v i l e s , etait le v r a i guide du peuple. Et l a f i d e l i t e des Canadiens a 1 'Eglise etait d'une loyaute plus profonde que celle qu'ils ressentaient a l'egard de l a France. A Quebec, en effet, rien n'a pu surpasser 1 'influence et 1'importance de l 1 E g l i s e , ni le patriotisms, ni la culture franpaise. Son prestige tenait a des causes historiques et sociales. La position economique de l'Eglise dans l a Nouvelle-France etait preeminente. L'Eglise devint le plus grand proprietaire de terre. Be temps en temps, elle f a i s a i t dee efforts pour inviter leB colonisateurs a de- fricher et a. cultiver ses proprietes. Cela en valait l a peine car l a propriete de l'Eglise etait de beaucoup l a plus f e r t i l e et l a mieux administree dans le pays. Be tous les ordres religieux, c'etait l'Ordre des Peres Jesuites qui etait le plus riche et le plus puissant dans l a Nouvelle-France, puis les Sulpiciens, tandis que les Recollets, envoyes au Canada par Colbert pour contrebalancer 1 'autorite des disciples de Loyola, etaient pauvres. Les regulaires subventions royales aidaient considerablement les finances de 1 'Eglise, de meme que les contributions d'argent et de merchandises de beaucoup de gens riches et pieux de l a France. Apres 1667 l a dime fut fixee par l a l o i . (21) Comme l a colonie se developpait, le nombre de paroisses augmentait graduellement. La paroisse devint de bonne heure 1'unite pour l e depot des statistiques vitales, pour l'administration de la justice, pour l a levee des soldats. "Le Curl" etait le guide inconteste* de ses ouailles, control ant souvent nfeme le seigneur. II avait 1 'autorite et le dernier (21) Mgr Paquet, L a dime. M.C.R.C., 1911, p.14. - 56 - mot a peu pres en toutes spheres d'activite, et exerpait une enorme influence sur l a vie et sur les esprits de ses paroissiena. Ainsi l a paroisse devint dans le aens vrai du mot "l'epine dorsale" de la na tional i t e eanadienne-franpaise. L 1 education etait plus ou moins l e monopole du Clerge, et comme te l sous son controle immediat. Tous les jeunes gens, habiles et i n - telligents, etaient instruits par les Jesuites et choisis pour devenir eux-memes pretres ou missionnaires. "Toute l a jeunesse canadienne passa par leurs mains, toute celle, du moins, qui a besoin d 'etre instruite... Jusqu'a l a fondation du seminaire i l s tiennent toutes les ecoles..."(22) ecrit M. Salone, en parlant des Jesuites-instructeurs... Et Marie de 1'Incarnation d i t dans une de ses "Lettres spirituelles" sur 1'education de jeunes f i l l e s t " l l n'y en a pas une qui ne passe par nos mains et cela r£forae toute l a colonie et f a i t regner l a religion et l a piete" dans toutes les families..." (25) La grande masse du peuple, cependant, les payaana, lea ouvriers et les artisans, etait restee ignorante... "L'education du peuple est ne gligee..." (24) se plaint meme F.X. Garneau dans son "Histoire du Cana da". II n'y avait point de journaux dans l a colonie, et v o i c i encore une foi8 Garneau qui s 1eerie avec amertume. "Chose inouie, l'imprimerie ne fut introduite dans l a colonie qu'en 1764, cent cinquante-six ans apres l a fondation de Que"bec." (25) I l y avait peu de livres a Quebec, moins encore a Montreal et i l n'y en avait presque aucuns a l a campagne, a l'exception, naturellement, de livres religieux. Dans l a Nouvelle-Angleterre de meme qu'au Canada franpais, ou le puritanisme et le catholicisme exagere dominaient les (22) Salone, E., La Colonisation de l a Nouvelle-France. p.106. (25) Marie de 1'Incarnation, Lettres spirituelles. 19aout, 1664,p.250. (24) Garneau, F.X., Hjstoire du Canada. I. Montreal, 1882, p.l87« (25) Ibid, p.196. - 57 - masses, le controle scrupuleux de l a lecture, et l a destruction des l i v r e s dangereux, l a surveillance continuelle de l a moralite, l'as sistance forcee au service divin, l a censure etroite et l a restriction des amusements de toutes sortes, formaient l a partie integrante de l a vie publique de ce temps. De nombreux o f f i c i e r s et d'autres personnes qui venaient d'une atmosphere beaucoup plus "libr e " de l a France absolutiste, trouvaient intolerable cette theocratie au Canada franpais. Et tandis que les Jesuites d'une part ecrivaients "La Nouvelle-France est un vrai climat ou on apprend parfaitement a. ne chercher que Dieu... Vivre en l a Nouvelle-France c'est, a vra i dire, vivre dans le sein de Dieu..." (26) une partie de l a population, qui aimait l a liberte, adressa d'autre part un appel emouvant a. la. France, par ses deputes secretement envoyes, cherchant delivrance de "cet enfer de la domination temporelle et spi- r i t u e l l e , exercee par l a meme organisation..." (27) Cependant, dans 1'Eglise meme les differents.ordres luttaient pour le pouvoir et pour l a euperiorite. Bien entendu, les plus forts et les plus intolerants etaient les Jesuites. l i s n'attaquaient pas seulement lee libertine, les huguenots et tous eeux qui s'opposaient a leur dic tature, mais aussi les Sulpiciens et surtout les charitables et tole- rants Recollets qui etaient fort aimee et respectes par l e peuple et par les Indiens. Les Jesuites ne pouvaient tolerer aucune r i v a l i t e j i l s obtinrent enfin que le Canada fut "ferme a. tout autre ordre religieux." (28) Ainsi, i l n'y avait que quelques cas isoles de lutte entre les membres de 1'ordre des Galileans et les Ultramontains du temps du regime frsnpais. Le point de vue des Ultramontains, appuye et defendu par les (26) Relations des Jesuites. 1655, H « P*^5» (27) Parkman, F., The Jesuits in North America. Vol . 1 , p.250. (28) Lemonnier, L., Histoire du Canada. p*65» - 58 - J e s u i t e s , r e s t a pendant des s i e c l e s l e p o i n t de vue de l ' E g l i s e c a  nadienne. L ' E g l i s e c a t h o l i q u e au Canada f r a n p a i s n i a i t energiquement l a d o c t r i n e de l ' E g l i s e n a t i o n a l e . Dana l e u r z e l e r e l i g i e u x l e s e c c l e - s i a s t i q u e s - Ul t r amonta ins - a l l a i e n t t rop l o i n i l i s a l l a i e n t aux ex tremes* i l s dev in ren t p l u s p a p i s t e s que l e Pape lui-meme. Avec l e u r exigence d'une r e l i g i o n p l u s aus te re , avec l e u r s a t t a - ques p e r p e t u e l l e s contre " l a morale re lachee" (29), l e s e c c l e s i a s t i q u e s canadiens se sont rapproches du p o i n t de vue des J ansen i s t e s et meme des P u r i t a i n s . Le mepris du c l e r g e canadien pour l e s che f s -d 'oeuvre f r a n p a i s es t un mepris typiquement p u r i t a i n . Grace a 1 ' o r g a n i s a t i o n de Mgr de Lava l et au t r a v a i l a s s i d u et syatematique du C l e r g e , l a base et l a c o n s t r u c t i o n de l ' E g l i s e canadien ne sont beaucoup p l u s s o l i d e s et fermes que c e l l e s de l ' E g l i s e f r a n p a i s e . A d i r e v r a i , ce t r a v a i l du C le rge survecut a c e l u i dea a d m i n i a t r a t e u r s c i v i l s de meme qu 'e c e l u i dea commandants et des s o l d a t s . Ca r , t a n d i a que l e regime f r a n p a i s d i apa ru t au Canada apres l a conquete b r i t a n n i q u e en 1760, l ' E g l i s e canadienne et l e s eco les i n s p i r e e e par l a pensee r e - l i g i e u s e con t inuent d ' e x i s t e r . M. Lewis Drummond e c r i t dans "Le Canada e t ses P r o v i n c e s " * "Champlain, Frontenac, and Montcalm wrought and taught v a l i a n t l y t o b u i l d up a m a t e r i a l kingdom; Bishop L a v a l sought t o e s t a b l i s h a s p i r i t u a l empire. The work o f the w a r r i o r s has p e r i s h e d , but the l abou r s o f the god ly bishop no armies cou ld des t roy and h i s edu c a t i o n a l and r e l i g i o u s i n f l u e n c e l i v e s and g r o w s . . . " (50) Avec Mgr de L a v a l e t Mgr S a i n t - V a l l i e r p l u s t a r d , l ' E g l i s e canadien ne p a r v i n t a 1'apogee de sa pu i s sance . A l e mort de L o u i s X I V , cependant, i l y eut un changement eoudain et presque funeate dans l a N o u v e l l e - F r a n  ce , l a p e t i t e m i s s i o n c a t h o l i q u e du Nouveau Monde. J u s q u ' a l o r s e l l e e t a i t (29) P a s c a l , B . , Les L e t t r e s P r o v i n c i a l s s . P a r i s . (50) Canada and i t s P r o v i n c e s . A r t i c l e * Lewis Drummond, Vol.11.,p.422. . Toronto, 1914-17-- 59 - protegee dee influences etrangeres et dangereuses par son Clerge; maintenaht, v o i l a un vent qui commence a souffler de 1'autre cote de 1 1Atlantique, apportant avec aoi des idees revolutionnaires et l a libre pensee des grands philosophes franpais* II y avait .une lumiere de l i  ber te dans le pays, mais trop faible pour reveiller le peuple. Et cependant que les masses n'avaient pas tout a f a i t compris que la France n 1 e t a i t plus gouvernee par l a pieuse Mme de Maintenon, mais par des femmes jeunes et charmantes, telles que la. Marquise de Pompa dour et l 1elegante et frivole Mme du Barry, les fonctiormaires et les o f f i c i e r s franpais, les voyageurs et leurs families, ne permettaient plus a 1*Eglise canadienne d'exercer sur eux le paternalisms moral et intellectual, chose du passe en France. Au contraire, tous ces hommes et toutes ces femmes etaient hostiles a 1'Eglise et particulierement a la Societe' de Jesus. l i s formaient la. petite, mais tree liberale bour geoisie canadienne-franpaise. I l s osaient attaquer les Jesuites et per mettaient aux marchands protestents de venir a Quebec. (5l) La raison en etait que les Jesuites avaient trop d'ennemis en France, et des ennemis trop puissants. Le Parlement leur etait violemment hostile. Lee jan- senistes, bien entendu, n 1avaient pour eux aucune affection. Les gal- licans non plus. Les philosophes, Voltaire, Rousseau, d'Alembert, Di derot, voyaient dans leur Compagnie la citadelle de ce qu'ils appelaient l a "superstition". Enfin, l a eharmante Mme de Pompadour n 1aimait pas les severes Peres Jesuites, qui depuis longtemps essayeient de ruiner son influence. Par consequent, on ne doit pas s'etonner si l a Soeur Duples- sis, une des religieuses de l'Hotel-Dieu, ecrit dans sa lettre "que l a situation de l'Eglise de Quebec est t r i s t e et desolee..." (32) E l l e (51) Voir* Salone. E.. L a colonisation de la Nouvelle-France. Paris* Giraud, M., Histoire du Canada. Paris, 1946. (52) Gosselin, A., L'Eglise du Canada. I.,p.462. - 60 - ajoute p l u s l o i n * "Nous avons v u une guerre ouver te ent re l e C h a p i t r e e t l e C o n s e i l . . . " (55) M. Salone depein t l a s i t u a t i o n de l ' E g l i s e cansdienne comme s u i t s "Avec l e progres de l a c o l o n i e , avec 1'accroiesement de sa p o p u l a  t i o n , l a Nouve l l e -F rance echappai t de p l u s en p l u s a. l a t h e o c r a t i e . Oer tes l a propaganda ph i losoph ique n ' a p o i n t passe* 1'At lan t ique . l<e8 Canadiens sont t ou jou r s des enfants d o c i l e s de l ' E g l i s e ca tho l i q u e . Mais l e s J e s u i t e s ont perdu une grande p a r t i e de l e u r i n f l u  ence, s inon sur l a eociStS, du moins sur l e gouvernement, et l e s Svequee de Quebec on t , l a p l u p a r t du temps, l a sagesse de se r e n - fermer dans l e u r s f o n c t i o n s e c c l e s i a s t i q u e s . . . " (34) En d e p i t de l a c o n t r a d i c t i o n dans l a d e s c r i p t i o n de M. Salone entre " l a propaganda p h i l o s o p h i q u e n ' a p o i n t passe l ' A t l a n t i q u e . . . " et " l e s J e s u i t e s ont perdu une grande p a r t i e de l e u r i n f l u e n c e . . . " , ce paseage montre b i e n l e commencement d 'une c r i s e r e l i g i e u s e a Quebec. Ce r t e s , i l e t a i t t r op t o t pour que l e s i d l e s des grands ph i losophes pene t rassen t dans l ' e s p r i t de l a masse des pay sans canad iens - f r anpa i s ; pou r t an t , a Mont rea l et a Quebec, ces idees r ep re sen t a i en t l e p l u s grave danger pour l a r e l i g i o n c a t h o l i q u e au Canada f r a n c a i s . "En ce joyeux h i v e r de 1756, sur l e s bo rdB g l s c e s du S a i n t - L a u r e n t , e'er i t M. de Bonnechose, q u e l l e et range a p p a r i t i o n de l a France du d i x - h u i t i e m e s i e c l e , f r i v o l e e t ga i e , de l a France a l a mode, pou- dree a b l a n c , s p i r i t u e l l e et ga l an te a Quebec, joueuse a Mont rea l et p a r t o u t i n s o u c i e u s e du lendemain ." (55) Les nobles comme Montcalm, L e v i s , Bourlamaque, B i g o t , B o u g a i n v i l l e , protege de d 'A lember t , l i s a i e n t 1 ' E n c y c l o p e d i c ou b i e n p a s s a i e n t l e u r v i e avec l e u r s o c i e t e , chez Mesdames Pean, Beaubass in , N a u d i e r e . . . Le C l e r g e canadien s a v e i t t r e e b i e n que ce n ' e t a i e n t pas l e s A n g l a i s , Strangers a l a langue et a l a r e l i g i o n , Strangers a l a mentalitS l a t i n e , q u i Staient l e s ennemis m o r t e l s dee Canad ians - f r anpa i s , enfants d o c i l e s de l ' E g l i s e . Nul lementI Ces ennemis mor t e l s de l a f o i des Canadiens- (55) G o s s e l i n . A . . L ' E g l i s e du Canada. I. p.463. (54) S a l o n e , E . , La c o l o n i s a t i o n de l a N o u v e l l e - F r a n c e , p.408. (55) Ohauveau, P . O . , N o t i c e b iographique de Garneau. Garneau, H j s t o i r e du Canada. IV e E d . MontrSal, 1882,p.55. - 61 - franpais. c 1 etaient en realite* l a Penaee franpaise, les idles encyclo- pediquea, le genie l i t t e r a i r e franpais. Malheureusement, le Clerg! etait entierement impuissant contre cet ennemi-la* i l arriva pendant les pre miers jours du grand changement qu'un pretre pieux et zele fut appele par les autorites c i v i l e s "rebelle et desobeissant aux ordres du Roi". (56) Les ecrivains canadiens-franpais ne parlent aujourd'hui que rarement de ce "grand danger" venu de leur Mere patrie, car ce n'eat pas trop pa- triotique. Neanmoins, i l y en a quelquea-uns, comme M. Bourassa ou M.S. Marion, qui avouent franchement que " l a penaee franpaise a menepe", au siecle dernier, notre unite religieuse..." (57) ou se demandant: "Si le t r a i t e de Paris nous avait conserve a. l a Prance, que s e r a i t - i l advenu de noua?" (58) Alors, en ce temp a critique et trouble, quand les ecclesiastiques canadiena, disciples fideles de Mgr Laval, enviaageaient la ruine totale de leur Organisation, un miracle eut lieu* ce fut l a conquete britannique du pays qui priva le Clerge de ses rivaux franpais, et isola les Cana diens-franpais d'une maniere encore plus efficace de l a pensee revolution- naire et "licencieuae" de l a Prance. Avec les garantie8 de l'Acte de Quebec, le Gouvernement anglais donna a l'Eglise une position assuree sous le nouveau regime protestant, ce qui l'aida beaucoup a retrouver sa premiere puissance. M. Eastman dit a. ce propos dans son li v r e , "Church and State i n Early Canada": "Had Canada remained a province of France ahe would ultimately have f e l t the influence of the "Philosophes" and of revolutionary thought. The capture of Quebec isolated French Canada; and, paradoxical as i t may seem, under Protestant Britain the Catholic theocracy waa re- establiahed..." (59)  (56) Gosselin. A.. L'Eglise du Canada, p.466. (57) Marion, S., On pionnier Canadien. Pierre Boucher. p.279« (58) Bourassa, H., Le patriotisms canadien franpais. p.12. (59) Eastman,M.. Church and State i n Early Canada. Edinborough,1915»P« 265. - 62 - De cette maniere l a religion catholique avait survecu en Amerique du Nord, etant aujourd'hui l a plus forte doctrine religieuse au Canada, avec plus de six millions de fideles. (40) La puissance de l'Eglise au Canada franpais eat dans l a paroisse. Bien que l a plus petite et, au premier coup d'oeil, une insignifiante unite de l'organisation, elle est devenue avec le temps le vrai coeur et l'essence de l a vie religieuse a Quebec. Les gouverneurs, les o f f i c i e r s , les marchands et les voyageurs vinrent et s'en allerent; de meme que beaucoup de seigneurs et l a majeure partie de l a bourgeoisie retournerent definitivement dans l a v i e i l l e patrie apres 176J. La paroisse, cependant, continue a exister, et l'Eglise, ce temoin des'ages heroiques, reste encore, pour l'avenir, l e guide spirituel du peuple danadien franpais. "La France etait dieparue sans retour dans l a tourmente de 1760, dit Sir Thomas Chapais. "Mais l'Eglise etait restee. Et l'Eglise, intimement liee a la vie morale et sociale de notre peuple, melee a toute notre histoire, a toutes nos vicissitudes, a toutes nos traditions,etait incontestablement l'une de nos meilleures forces nationales..." (Al) (AG) Canada 1955. The o f f i c i a l Handbook of Present Conditions and recent progress. Ottawa, p.69. (4l) Chapais, T., Oours d'histoire du Canada. 1919, Montreal, p.50. - 65 - III. LE RAPPORT DE DURHAM La survivance de l'Eglise catholique au Canada franpais apres l a conquete anglaise du pays en 1761, et plus tard avec l e T r a i t ! de Paris, sign! en 1765, ! t a i t d'une enorme importance pour toute la.vie future du peuple. C'est done l'Eglise qui a sauve l a race et qui l ' a empechee d 'etre abaorbee, mais c'est aussi l a domination de l a meme Egliae qui a empeche energiquement l a vie intellectuelle de prendre son plein essor. Au lendemain meme de l a capitulation de Montreal, quand l a paix l a plus profonde regnait dans toute la. province asservie et devaetee, l a situation generale y etait obscure. Les luttes entre les Canadiena- franpaia et les Anglais, le bombardement, le siege, l'incendie, l a p i l  lage, le passage des troupes ennemies, tout cela avait reduit v i l l e s et campagnes a un etat lamentable. La capitale avait et! presque aneantie, tout comme l e celebre Chateau St. Louis de Quebec, ce foyer culturel et politique franpais, ou - symboliquement - i l ne restait plus que des ruines et des cendres. C e t a i t , semblait-il, l a f i n de la pensee libre, de l a pensee franpaise, a Quebec. L'autorit! c i v i l e franpaise disparut aussi, battue par l a tempete de l a guerre: le gouverneur, l'intendant et bien des o f f i c i e r s et des dirigeant8 etaient priaonniers. La aouffrance et la detrease de toute la nation furent grandes. Garneau nous depeint avec eloquence l a misere du peuple: "Les habitants ruinea, decimes par tant de combats, ne songerent plus qu'a se refugier sur leurs terres pour reparer leurs partes; et, s'isolant de leurs nouveaux maitres, i l s se livrerent entiere- ment a 1'agriculture..." ( l ) ( l ) Garneau. F.X.. Histoire du Canada. t.II.. p. 591. Montreal. 1882. - 64 - Le general James Murray fut nomme gouverneur militaire, et soumit l a colonie a la l o i martiale. Oette epoque de regne militaire qui dura quatre ans, etait une des plus rudes dans l'histoire du Canada. Ce pays malheureux donnait l'idee de 1'impuissancet c'etait done l a une dis organisation complete, du moins a premiere vue... Mais nonl Tout n 1 e t a i t pas perdu. Grace a l'Eglise canadienne, la seule institution organieee de ce temp8, l a race canadienne-franpaise etait sauvle de l a destruction. A l'heure de l a crise supreme, les Canadiens-franpais, se retirant dans leurs terres, se grouperent autour de leur Eglise, et entreprirent l a reconquete du sol... Le clocher et la terre natalel - ces deux mots, expliquant tout le Canada franpais, etaient les deux seuls eymboles, les deux seuls biens qui restaient aux habitants, et qui leur rappelaient leurs origines. A cause de l a guerre et de l a domination anglaise qui 1'avait suivie, les Canadiens-franpais oublierent l a thlocratie ecclesiastique de l'ancien regime, et le Clergl, d 1autre part, soumis au vainqueur anglais et pro- testant, et craignant le pire, ne songeait qu'a assurer l a survivance de l'Eglise canadienne, de la f o i canadienne. II va sans dire qu'il avait besoin du peuple, du moins dans ce moment critique, et i l f a i s a i t tout pour gagner sa popularitl. Dans les conditions dangereuses ou lee eve- nements ont p l a c l l a population et l'Eglise, maintenant liees d' interet, l a question religieuse etait, sans nul doute, prleminente. Dlja. dans l a capitulation de Quebec, c'etait l a liberte religieuse qui inspirait l ' a r t i c l e principal. Dans celle de Montreal un an plus tard, i l y a interet a noter que sept articles l u i etaient consacres, tandis qu'on en trouvait un seul r e l a t i f au maintien des l o i s et des cou- tumes canadiennes-franpaises. Alors, ce n'etait pas l a France, l a Mere patrie, qui tenait l a premiere place, mais l a religion romaine, en depit - 65 - du c r i traditionnel et passionne de l a Reforme: No poperyI C e t a i t juetement cette froideur, sinon cette h o s t i l i t e , de l'Eglise canadienne envera l a France dea "philosophes" et des "libertine" qui avait plu aux Anglais a t e l point que, dorenavant, lee Protestants ang l a i s et le Clerge canadien devinrent a l l i e s , en comb att ant ensemble les idees revolutionnairea, l a pensee franpaise, les oeuvrea immorales des poetes, des romanciers et des dramaturges franpais, l ' i r r e l i g i o n des philosophes et des encyclopedistee... Des ce temps, les pretrea canadiens-franpais ne cessaient de repe- ter a leurs ouaillea en toute occasion qu'on n'etait plus Citoyen fran pais, mais Canadien-franpais, ne au Canada catholique... A cause de cela, a cause de ce remodelage, - l a mentalite, le caractere, les gouts, les moeurs, les coutumes, oui, meme l a religion des Canadiens-franpais d'aujourd'hui, qui habitant la paroisse quebecoiae, sont essentiallement differents de ceux des Franpais. "Le Franpais a tout complique, le Canadien aimplifie tout a outran- ce..." (2) dit a ce propos Louis Arnould, tandis que Mgr Camille Roy, reconnu partout comme un des maltrea de l a pensee canadienne, nous donne l a description euivante de sea compatriotes* "Noue ne sommes plus des Franpais - nous ne voudrions pas d'une union politique avec l a France, et, heritiers des meilleurs i n  stincts de notre race, nous nous sommes i c i developpes dans le sens de nos traditions, mais aussi selon dea formea et des habi tudes qui nous font nous-memes et nous distinguent nettement des Franpais contemporains... Et c'est pour cela justement que nous aimons la France d'hier plus que celle d'aujourd'hui: et, que si nous savons encore admirer dans la France du vingtieme siecle ses merveilleuses ressources de vie, de generosite d'art, d'apostolat, nous detestons franchement sa conception etroite de l a liberte, sa politique et sa tyrannie. D'ou i l se f a i t que noa sentiments pour l a France sont un melange de sympathies et d' antipathies, d'amour et d 1 indignation, et que 1'ame eanadienne-franpaise se porte tout naturellement vers ceux qui, la-baa, continuent les aaines traditions, souffrent pour les idees, les croyances, les aspirations qui sont les riotres.  (2) Arnould, L., Nos Amis les Canadians. Paris, 1915, P«5 2« - 66 - A u s s i b i e n sommes-nous r e s t e s solidement attaches a l a f o i ancien- ne, a l ' E g l i s e q u i , au p r i x de nobles s a c r i f i c e s , a fonde sur ses propres a s s i s e s l a n a t i o n a l i t y canadienne-franpaise... (5) On comprend a present pourquoi l a question r e l i g i e u s e e t a i t pour l e Clerge a u s s i b i e n que pour toute l a n a t i o n canadienne de premiere im portance en 1760. L ' E g l i s e du Canada,. demeuree debout et invaincue au m i l i e u de 1' ecroulement de*sastreux de l ' a n c i e n regime, c o n s e r v a i t sa c o n s t i t u t i o n , son organisms, et une l i b e r t e d ' a c t i o n s u f f i s a n t e pour con- t i n u e r l'accomplissement de sa m i s s i o n sur l e s bords du Saint-Laurent. Avec une d i p l o m a t i c ingenieuse et digne d' admiration, l ' E g l i s e a v a i t r e u s s i , non seulement a "etre preservee et t o l e r e e par la. Grande- Bretagne p r o t e s t a n t e , mais auss i a r e t a b l i r une nouvelle t h e o c r a t i e ca t h o l i q u e canadienne a Quebec, sous l a p r o t e c t i o n des A n g l a i s . E t qui p l u s es t , c e l a se passe en p i e i n d ix-huitieme s i e c l e , dans un temps ou, comme d i t M. Chapais, " l e philosophisme triomphe. L'Encyclopedic f a i t f o i . V o l  t a i r e regne sur l e monde i n t e l l e c t u e l , et bafoue l e s dogmes l e s p l u s ve- nerables. La f o i est battue en breche de toutes p a r t s , et beaucoup de m i n i s t r e s sont i n c r e d u l e s . . . " (4) La c a p i t u l a t i o n de Quebec a v a i t assure aux h a b i t a n t s l e l i b r e e x e r c i c e de l a r e l i g i o n c a t h o l i q u e . C e t a i t une des grandes v i c t o i r e a du Clerge* "Le l i b r e e x e r c i c e de l a r e l i g i o n romaine, sauvegardes a toutes personneB r e l i g i e u s e s , a i n s i qu'a Monseigneur l'eveque, qui pourra v e n i r exercer, librement et avec decence, l e s f o n e t i o n s de son e t a t , l o r s q u ' i l jugera a propos, jusqu'a ce que l a possession du Canada a i t ete decidee entre Sa Majeste b r i t a n n i q u e et Sa Majeste t r e e chretienne..." (5) Done, i l f a l l a i t beaucoup de prudence, de sagesse et meme d ' h u m i l i - t e de l a p a r t du Clerge et dee communautes r e l i g i e u s e s , dans l e u r s rap p o r t s avec l e gouvernement a n g l a i s et p r o t e s t a n t . Mais Mgr de P o n t b r i - and, l e d e r n i e r eveque de l a Nouvelle-France, s a v a i t ce q u ' i l f a i s a i t . (5) Roy. C Propos Canadians. Quebec. 1912, p.297. (4) Chapais, T., Cours d ' H i s t o i r e du Canada, t . I . , Montreal, 1919,p.32. (5) I b i d . Appendices* L a C a p i t u l a t i o n de Quebec, p.251. - 67 - II etait admirable a ce sujett i l comprit tout de suite qu'il ne f a l - l a i t pas indisposer inutilement les vainqueurB, et leur fournir quelque pretexte pour une h o s t i l i t e dangeureuae. H ecrivait a M. Briand, qu'on (6) appelait "son ombre". "Vous ne sauriez trop engager MM. lea curls a user de toute l a prudence possible. Nous ne devons point nous meler de tout ce qui regarde le temporel. Le spirituel doit seul nous occuper." (7) Comm on est deja loin de l a domination temp orelle et spi r i t u e l l e de Mgr de Laval. Mais on va encore plus l o i n . "La religion chre'tienne exige pour les princes victorieux et qui ont conquis un pays, toute l'obeissance, le respect que l'on doit aux autres..." (8; Voila une soumission complete. Pas un seul mot de reproche, pas un seul acte de resistance, de revolts! II semble qu'on se soumette a- moureusement, joyeueement... Le Clerge canadien salt que l a Franca est definitivement battue; des lors, tout l e probleme consiste a t i r e r le plus d'avantagea possibles d'une mauvaise situation. Si l'on voulait definir d'un mot 1'attitude passee de 1'Egliae canadienne envers l'Angleterre.en particulier, et celle des Canadians en general, le seul qui convienne - c'est celui de loyalisme... On emploie ce mot toujours et partout... L'expression de "fideles et loyaux sujets de Sa Majeate" revient, en effet, continuellement dans leurs discoura ou dans leurs ecrits... Cette humble attitude de l'Eglise a ce moment de crise nationale et religieuse,cependant, ne fut pas sans f r u i t . La soumission, la p i l t e , l a modestie et l a bonne conduite des pretres et des habitants impres- sionnaient profondement le General Murray qui ordonna que les sujets (6) Gosselin. A.. L'Eglise du Canada. III.Mgr Pontbriand. p.552. (7) Ibid, p.552. (8) Ibid, p.553. - 68 - canadiens-francais puissant ressentir et gouter, dans toute son e- tendue, l a royale protection de Sa Majeste. Les documents de cette epoque ne mentionnent aucun demele, aucun froissement entre le gouvernement militaire de Murray et l 1 autorite* re ligieuse; au contraire, le gouverneur comptait sur le Clerge* pour faire disparaltre toute animosite et toute mesintelligenee, et operer un rap prochement salutaire entre les deux elements de l a population, franpais et anglais. C e t a i t un grand triomphe pour l'Eglise canadienne* elle commencait de nouveau - tree lentement et tree prudemment - son ascen sion vers le pouvoir spirituel et politique de l a province. On l a com- prend maintenant* elle s'abaissa pour vaincre. L'Abbe Gosselin, en Icrivant a ce sujet, donne l'impression que l e Clerge etait content que l a France et l e Canada eussent ete separeB* "Non seulement l'Eglise du Canada n' eut rien a souffrir de notre premier gouverneur anglais, mais i l semble que le premier hiver que l'on passa sous le nouveau regime ne fut pas temoin d'orgies et de scandalss comme on en avait vus a Quebec 1'hiver precedent. La crainte de Dieu est le commencement de l a sagesse. On venait d'etre terriblement eprouve* l'Eveque avait dit* 'Dieu est i r r i t e , sa main est levee pour nous frapper't les cHatiments etaient venus en effet; et l'on voyait que l'Eveque avait raison..." (9) Cela rappelle estrangement les moyens par lesquels les pretres assuralent leur autorite du temps des premiers colons. Le Clerge se servait des fleaux de toute sorts* incendies, tremblements de terre, famine, epidemics, guerre, toutes ces horreurs pour exciter l e peuple a l a f o i et a l a vertu. L a Relation de 1663, par exemple, d i t que les tremblements de terre "ont f a i t plus grands remuements dans les con sciences que dans nos forets et sur nos montagnes...11 (io) Voltaire, par contre, que l'on appelle impie, ne croit point que le bon Dieu se serve de tela fleaux pour punir son peuple. A 1'occasion (9) Goaselin. ^'Eglise du Canada. I l l , p.555. (10) Ferland, Cours d'histoire du Canada. t.I. p.489-490, Quebec, 1861. - 69 - du grand tremblement de terre a Lisbonne, i l a d i t : "Direz-vous, en voyant cet amas de vietimea* Dieu e'est venge, leur mort est le prix de leurs crimes? Quel crime, quelle feute ont commie ces enfants Sur le sein maternal ecraaea et aanglants? Lisbonne qui n 1 est plus, etit-elle plus de vices Que Londree, que Paris, plonges dans las delices? Lisbonne est ab'lme'ei et l'on danse a Paris. 1 1 ( l l ) Selon l e mot du Clerge canadien quelques annees plus tard, ce fut Dieu qui, en 1 7 6 3 , rompit leurs liens avec l a France, l a Mere patrie, et les preserva ainsi dee horreurs, des crimes et des consequences de l a Revolution de 1 7 8 9 * L'Eglise du Canada n'avait pas peur des Anglais, meme a'i l s avaient 1 'intention d'anglicieer le peuple canadien-franpais, meme s ' i l s etaient protestants et comme tel a ho B t i l e a au catholiciamej nont parce qu'ils parlaient anglais, une langue etrange et incomprehen sible a l a plupart dea habitants. Ce que craignait l'Eglise, c'etaient les influences franpaises, liberales, revolutionnaires de l'Encyclopedia qui menapaient d'infecter le caractere profondement Chretien des foules. Secretement, elle declara l a guerre a cette ennemie juree qui - avec sa liberte de penaee et ses idees - avait deja empoisonne le peuple franpais. Mais les pretres Canadians etaient prets a se battre pour leurs ouailles* C'est pourquoi l'Abbe Gosaelin parle d'un Dieu Terrible et Jaloux dont l a main est levee pour frapper l a population, fremissante de terreur et d'inquietude. C'est pourquoi M. Bourassa s'eerie avec passion: "C'est un bonheur pour nous d'avoir ete separea de l a France a. l'heure ou l a litterature fangeuse et libertine du XVIIIe siecle, tout en ravalant l a langue, corrompait lee moeurs, pervertissait les esprits et rabaissait las intelligences. Pour ma part, je garde une bonne dose de reconnaissance a Louis XV, a Madame l a marquise de Pompadour et a M. l e due de Choiseul, qui nous ont epargne' l'humiliation de devenir les sujets de l a Du Barry, les disciples de Jean-Jacques,les diocesains de Talleyrand, les paroiasiens de Fouche, les "freres" de Marat et de Robspierre, ( l l ) Voltaire, Satires. Paris. - 70 - les trouplers et les esclaves de Bonaparte. Sipares de l a France encyclopedists et voltairienne, de l a France revolutionnaire et devergondee, de l a France imperiale et asservie..." (12) Apres l a mort de Mgr de Pontbriand, l'attitud'e de l'Eglise envers l a France ne changes point. Le gouvernement anglais et le Clerge Canad ian empechaient l a population d'entretenir de trop etroites relations, particulierement culturelles, entre le Canada et l a France. Lorsque l e pays se trouva temporairement sans pasteur, le gouvernement britannique nomme M. Jean-Olivier Briand viceire general de Quebec, qui partit a son tour pour Londres et pour Paris, et revint au Canada comme "the Su perintendent of the romish church" - le superieur majeur de l'Eglise romaine du Canada, et sacre eveque de Quebec. I l continuait l'oeuvre de Pontbriand avec le meme zele et, en effet, reussit, a force de diplo mat i e habile, de prudence et de sagesee, a se faire accepter et res pecter d'un gouvernement protestant et jaloux comme l ' e t a i t celui de 1'epoque. II reussit aussi a obtenir pour l'Eglise l a jouissance de ses droits, a. procurer a son Clerge une situation meilleure que celle qu'ils avaient sous l'ancien regime. Sous son administration, souvent protegee et aidee par les autorites anglaises, l'Eglise s'unit et se consolida. L'Acte de Quebec de 1774, accordant aux habitants le libre exercice de leur religion, en est l a preuve. L' accroissement du pouvoir du Clerge* favorisa cette unite et cette centralisation grand!ssantes. Ainsi, ce n'est pas sans raison que l'Abbe Gosselin appelle Mgr Briand "le second fondateur de l'Eglise du Canada"(13), et que M. Chapais dans son "Cours d'Histoire du Canada" exprime sa reconnaissance a tous ceux qui etaient venus au secours de l'Eglise canadienne, naguere si pres de l a ruine et de l a destruction. Ces hommes, les Canadiene-franpais aussi bien que les (12) Bourassa. H.. La langue gardienne de l a f o i . Montreal. 1918.p.45- (13) Gosselin, A., L'Eglise du Canada. III., p.553. - 71 - AnglaiB, n'avaient paa settlement protege l'Eglise canadienne contre les fatales influences franpaisea, contre une litterature "fangeuse et libertine", mais aussi contre l'esprit revolutionnaire et anti-religieux qui semblait "etre dans l ' a i r dans cette epoque. M. Chapais s'exprime ainsi sur ce sujet* "...Cetait l a conscience catholique qui triomphait. C e t a i t la f i d e l i t e du Catholicisms canadien a l'Eglise qui remportait l a victoire, et une victoire dont le temps devait multiplier et amplifier les resultats... Ahi ce jour-la, l a grande 'ame de Mgr Briand dut t r e s s a i l l i r de bonheur. Cette apotheose, l'humble et glorieux eveque devait bien "etre force de ss dire que c'etait l u i qui 1'avait rendue possible...Honneur a sa purs et noble memoirei Honneur aussi a ses devoues cooperateurs, a Montgolfier, a La Corne, a l'lle-Dieu, a Etienne Charestl Et pourquoi n" ajouterions- nous pas? - l a justice est l a l o i supreme de l'histoire - honneur a ces Anglais eclaires, a ces gouverneurs, a ces fonctionnaires et hommes d'Etat britanniques, Murray, Cremahe, Carleton, Burke, Rockingham, que leur droiture et leur sens politique determinerent a seconder lea efforts de nos chefsi Tous ensemble, quoiqu'a des degree et a des t i t r e s divers, i l s ont droit a. notre impe- rissable reconnaissance pour avoir participe au salut de cette grande institution nationale, l'Eglise canadienne..." (lA) Corenavant, l'Eglise canadienne f i t le plus grand caa de sa com plete liberte d'action. Son autorite sur l a population et l a legitlmite de sa juridiction n'etaient plus discutees. La periode de son expansion commencsit. Encore une f o i s , l a religion catholique a Quebec etait le principal element de l a vie pour l a grande majorite, et i l n'y a rien de surprenant a. ce que son influence se fasse sentir meme aujourd'hui dans presque toutes les phases de l a vie. Nous avons pu donner i c i une idle du role et aussi de l a diplomatic de l'Eglise canadienne depuis l a conquete britannique jusqu'a l'Acte de Quebec, l a "Grande Charte11 du Canada franpais* D'ailleurs, nous avons vu les chefs c i v i l e et militaires anglais et les religieux canadiens- franpais travailler et vivre ensemble et dans l'harmonie. L'attitude du Canadien-franpais d'autre part etait celle du contente- (14) Chapais, T., Cours d'Histoire du Canada, pp.58,60. - 72 - merit. II etait aatisfait de eon humble lot parce que eon cure en etait satisfait, et parce qu'il avait obtenu l 1 e s s e n t i a l de ce qu'il voulait. Le Catholicisms avait verse dans son 'ame une sorte de philosophie de l a resignation qui l u i donnait preaque toujours l a force d'endurer les privations et les maIncurs de son sejour temporaire dans ce monde. A cause de 1'enseignement et des predications du Clerge', l a vie etait conpue comme ce qu'elle est reel1ement. ephemere et provieoire. On croyait qu'elle n'etait qu'une Bimple preparation a l a vie eternelle, ce qu'elle comportait de recompenses et de beatitudes celestes, ou bien de chatiments et de peinea infernales. Ce contentement est v i s i b l e dans plusieurs textes de ce temps. Mgr Briand ecrivait en 17^9, meme avant l'Acte de Quebec* "Nous ne nous apercevons point que nous sommes sous un gouvernement protestant." (15) Mgr Bourget disait plus tard que le gouvernement anglaiB avait f a i t du Canada "le plus heureux pays du monde..." (l6). Mgr Baillargeon, cepen- dant, s'exprimait plus clairement encore en disant qu'il ne connaiasait aucun pays "ou l a religion jouisse d'une aussi grande liberte..." (17) Ce que noua interesse maintenant, c'eat l'attitude du Clerge* envers le commun du peuple, l a question de l a vie intellectuelle et un des facteurs les plus importanta dans 1'evolution d'une nation* l'ecole et 1'education. Le gouvernement de l a Srande-Bretagne ne a'oppoaait guere au desir de l'Eglise qui voulait se charger de 1'education et de 1 'instruction des Canadiens-franpais. Ainsi, pour l a deuxieme fois dans l'hiatoire du pays, 1'education devenait le monopole du Clerge et restait sous son controle direct et absolu jusqu'au commencement du vingtieme siecle. (15) Gosselin, A., L'Eglise du Canada. t.I. p.221. (16) Mandements des eveques de Montreal, t.IV.p.269. Quebec, 1888. (17) Turcotte, Le Canada aous 1'Union. 2e partie, p.597, Quebec, 1882. - 75 - Pourtant, l a situation a cette epoque etait entierement differente de celle de l'ancien regime, et plus favorable aux ecclesiastiques. Sous bien des rapports, l'Eglise Stait maintenant beaucoup plus l i b r e qu'au- paravant, au moins spirituellement, et pas davantage sujette aux inspec tions du Gouverneur ou de l'Intendant. I l ne faut pas oublier que - malgre sa puissance et son importance - l'Eglise de l a Nouvelle-France etait, en grande partie, a l a charge du ro i . II est vrai que le Hoi de France ne songeait a faire des Canadians que de braves colons, "bons seulement pour defricher et batailler"!(18) Neanmoins, i l etait aussi de son interet de faire d'eux tous de bons et de loyaux Franpais, car i l s'agissait de la gloire de son royaume. En outre, Louis XIV n'avait pas voulu que l'on, introduisit l'imprimerie en Nouvelle-France, cependant, i l s'etait interesse* vivement a l'enseigne- ment et au progres de ses sujets. Certes, i l y avait quelques tres bonnes Scoles dans l a colonie (19), et bien des livres qui circulaient l i b r e - ment (20), sinon par mi les habitants, au moins parmi la haute societe'. En ce qui concerne 1'enseignement pendant l'ancien regime, i l faut seulement citer les lettres de quelques contemporains pour prouver qu'il etait presque excellent, et, sans nul doute, sans aucune comparaison avec celui qui suivit immediatement l a Cession du Canada. Ainsi, le Pere Joseph Germain ecrivait a ce propos en 1711* "Pour ce qui est du college de Quebec, toutes choses y sont et' se font comme dans nos colleges d'Europe, et peut-'etre avec plus de regularite, d'exactitude et de f r u i t que dans plusieurs de nos colleges de France..." (2l) I l va sans dire que 1'enseignement avait ete donne par des eccle- (18) Roy. 0.. Nos Origines litte'raires. Quebec. 1909. P.17. (19) En 1760 i l y en avait plus de quarante-quatre. (20) Bracq, J..The Evolution of French Canada, p.153. - On a fixe a 60.000 le nombre de volumes qui se trouvaient au Canada avant l a conquete. (21) Groulx, L 1instruction au Canada. t.I., Montreal, 1934. - 74 - siastiques et comprenait outre l a theologie, l a grammaire, les lettres et l a philosophie. (22) Malgre le regime theocratique dea Jesuites au Canada franpais sou8 l'ancienne monarchie du Roi-Soleil et de l a pieuse Mme de Main- tenon, on n'exagere point en parlant de la liberte de pense*e a cette epoque. A coup sur, l a masse des habitants ne s'interessaient pas a l a l i t t l r a t u r e , aux beaux-arts, a la philoaophie, tout comme l a masse des pay sans en France ne s 1interessaient point aux chefs-d'oeuvre de Racine et de Corneillej mais tous ceux qui parlent de la liberte de penale de ce temps, penaent avant tout a une e l i t e qui s'asaemblait dans le Cha teau St.Louis, l a cour provinciale et le centre culturel du Canada.De meme, les dirigeants, les seigneurs, quelques dames spirituelles et bon nombre d'officiers nobles avaient 1'esprit cultive, et simp1ement ne pouvaient pas vivre dans un pays sauvage et rude, sans livres, sans beaux-arts, sans theatre, danse, musique... I l s gardaient de leur pays d'origine les gouts, l a facon de penser, l'interet pour l a litterature, l a joie de vivre. l i s charmaient les soirees, egayaierit les dames, lisaient 1'Encyclopedic, ecoutaient les elexandrins des poetes franpais, en un mot, i l s formalent le premier noyau l i t t e r a i r e au Canada franpais, et constituaient ainsi l'espoir pour une future litterature eanadienne- franpaise. Car c'est presque toujours l a noblesse ou la bourgeoisie qui est le guide, 1'avant-garde, dana le domaine l i t t e r a i r e et artistique. Aussi, 1'aristocratic eat ordinairement moins exposee aux foudres de l'Eglise... Apres l a conquete anglaise de Quebec, cependant, la situation chan ges brusquement et fatalement. La plupart de families nobles.et riches, les o f f i c i e r s , les fonctionnairea, lea hommea de l o i et les marchands quittaient le pays qui ne leur o f f r a i t plus qu'une perspective de per- (22) L a philoeophie etait exclusivement celle des scolastiques. - 75 - secution, d'esclavage, d'isolement, d 1ennui et d'inferiority perpetu- e l l e . "Sur lee 70.000 habitants, 10.000 petu-'etre demanderent a passer en Prance; parmi eux, i l u eut peu d'agriculteurs et de fermiera, mais surtout de riches marchande..." (25) C'est l a reponse a l a questions pourquoi n'y a - t - i l pas une bourgeoisie puisaante au Canada-. Mais i l reetait encore environ soixante mille Canadiens-franpais, pour la plupart les paysans, ignorents et dociles, et quelques seign eurs et marchanda dont les families etaient trop nombreusea pour re- tourner en Prance. Le Clerge, bien entendu, resolut en masse de rester parmi ses ouaillea. A l'heure de l a crise religieuse, ce changement etait a peu pres comme un miracle, une "manifestation dans les desaeins providen- t i e l a " . (24) L'Eglise triompha. On se moquait de tous ceux qui avaient quit to" le Canada* "Quand chevaliers, seigneurs, bourgeois, fuyant l'orage, T'abandonnaient un jour vagissant sur l a plage, Seul, ton clerge resta pour partager ton sort, Car ton clerge, vois-tu, t'aime jusqu'a l a mortl..."(25) L'Eglise etait maintenant le seul malt re de la. population* elle e'etait debarrasse* de see rivaux - l a noblesse et l a bourgeoisie. On voyeit en cela le eigne de Dieu. Frechette, le poete national du Canada, a bien interpret! les sentiments des masses et des eccle'siastiques* "Car ne l'oubliez pas, nous sommes en ce l i e u Les instruments choisis du grand oeuvre de Dieu." (.26) L'intention de l a plus grande partie du Clerge ! t a i t de faire du Canada un pays entierement catholique, et de l a population une popu lation bonne, obeiasante, pieuse et fidele a l'Eglise et au pays natal. (25) Lemonnier. L.. Histoire du Canada, p.565. (2k) Bourassa, H., Le patriotleme canadien-francais. p.11. (25) Gingras, Au Foyer de mon presbytere. Quebec, 1881. (26) Frechette, L., L a Legende d'un peuple. p.75> Montreal, 1908. - 76 - Maia le secret deeir d'un petit groupe aur lea borda du Saint-Laurent, plus ambitieux encore, etait de rendre toute 1'Amerique du Nord catho lique et franpaise... 0 ' I tait aux Canadiens-franpais - croyaient-ils - de faire du catholiciame 1'unique religion de l'univers... (27) Et le peuple franpais en Amerique avait "droit de se regarder comme un peuple l l u appel! par la Providence..." (28) On se mit au travail sans delai. Dans le chapitre suivant nous examinerons de plus pres ce travail de l'Eglise, et, en particulier, son intervention dans le domaine de la jeune l i t t l r a t u r e eanadienne-franpaise; maintenant, cependant, noua entreprendrone de prouver que c ' l t a i t le Olergl, dirigeant les etudes, qui avait I t ! en partie responsable de leur insuffiaance. L'enseignement immediatement apres la conquete anglaise et jusqu'a 185A - quand s'ouvrit la premiere universit! eanadienne-franpaise, l'uni- v e r s i t ! Laval de Quebec, - etait en effet dans un etat lamentable. L'en- 8eignement primaire etait insuffisant, tandis que 1'enseignement super- ieur n'existait pas. De meme, i l n'existait ni systeme, ni plan d'ensem ble; i l n'y avait ni interet, ni encouragement, ni argent, n i aide de la part du Clergl. Et l'Eglise etait la plus importante, la plus riche institution eanadienne-franpaise de cette periode! Certainement, i l y avait quelques protestations des marchands de Quebec qui dlclaraient qu'il n'y avait aucune ecole digne de ce nom pour les garpons en dehors dea v i l l e a (29), et ceux de Montreal se plaignaient meme qu'il n'y eut pas "une seule ecole donnant l'instruction des garpons dans un endroit quelconque du d i s t r i c t ! " (50); mais l a grande masse du (27) Bourassa, H., Le Panada apoatolique. p.164, Montreal, 1919* (28) Desrosiers et Fournet, L a race francaise en Amerique. p.292. (29) Gosselin, Am., Louis Labadie. M.R.P.S. 1915, p.98. (50) Ibid, p.98. - 77 - peuple ne fai e a i t rien, totalement indifferente, docile et aoumiae au Clerge*. Lea ecclesiastiques, de leur cote, ne faisaient rien. non plus, et ne se souciaient guere de voir tant de generations d ' i l l e t t r e s dans le pays* Car, apres tout, c'etait ce qu'on desirait vivements voir les habitants mener une vie tranquille, pieuse, simple et heureuse. Cela explique un peu, pourquoi, meme aujourd'hui, le Canada franpais est s i profondement religieux, pourquoi on accepte volontairement 11 intervention des chefs de l'Eglise dans l a vie c i v i l e et culturelle, et pourquoi l'on assigne souvent au Clerge un role tree important dans les grandes en- treprises du gouvernement, comme 1'education et l a colonisation... Pourtant, i l y avait toujours des gens au Canada franpais qui pre- tendaient que le Clerge de cette Province "s'efforpait de tenir le peup le dans l'ignorance pour lea dominer..." (31) La reponse du Clerge, naturellement, est bien differente. On parle de l a rudesse du climat, de la dispersion des maisons, du manque de livres, de la d i f f i c u l t ! pour les enfants d'une paroisse de se reunir. D 1ailleurs, on ajoute que les Canadiens ont autre chose a fai r e que d'etudier ou de s'interesser a la litterature... Tout cela est vrai, pourtant, i l est aussi vrai que le Clerge n'a pas cherche a. former au Canada franpais des litterateurs, des pro- fesseurs, des savants, a donner meme une haute culture intellectuelle. Au contraire, fideles a leurs plans, les ecclesiastiques se sont bornes a vouloir faire des enfants avant tout de bons Chretiens et de bons Canadiens, pretendant que 1'instruction n'est pas utile au bonheur. Alors, i l s'ensuit qu'on voulait voir les Canadiens vivre et travailler dans une ignorance heureuse. Le but des colleges fut principalement de former des pretres, (3l) Mandements des Eyeques de Quebec, p.594. Quebec, 1888. - 78 - d'instruire un cadre nouveau dont lea membrea seraient les guides future du pays. M. E.P. Tache ecrivait a ce sujet: "Independamment du clerge, nous chercherions peut-'etre en vain dan8 toute l a v i l l e de Montreal une trentaine de lalquea ayant repu... une education collegiale; et dana l a cote du sud, au- deaaous de Quebec, parmi une population de pres de 100.000 ha bitants, i l peut s'en rencontrer un ou deux..." (32) Oe manque d'instruction etait excellent peut-'etre pour l a moralite de l a population, mais i l etait desastreux pour l a litterature et pour l a culture du pays. Meme l'Abbe Maurault etait oblige* d'avouer: enseignement est le fondement de la culture, a. ce point qu'une culture intellectuelle serait impossible dans un pays ou 1'instruc tion primaire et 11 instruction secondaire au moins aeraient i n - exiatantes." (53) Pourquoi done le Clerge, - ne voulant que des institutions exclu- sivement dirigees par l u i , - ne f a i s a i t - i l rien pour developper l 1 e n  seignement des masses? Pourquoi Mgr Hubert dans sa lettre au president du Comite nomme pour l a creation d'une Universite mixte au Canada, dit- i l t "Je conclurais de tout cela que le moment n'est pas encore venu de fonder une Universite a Quebec..." (5^) Et plus loi n : "Le projet d'une Universite en general ne me satisfait pas..." (35) Chez les Canadians de cette epoque on voit tous les eignea d'une infe r i o r i t e intellectuelle. On-n'ecrivait pas, ne publiait pas simplement parce qu'on n'etait pas suffisamment instruit. Le jour ou lea livres franpais purent enfin penetrer au Canada, on refusa do les laisser en- trer, parce que le Clerge craignait l a "dangeureuse" influence de l a litterature franpaise sur les esprite. On aimait mieux se priver de cette grande et belle litterature, que de risquer de corrompre l'ame nationale du peuple, que de voir sa f o i miBe en p e r i l . . . (52) Huaton. Repertoire national. t.IY. p.366. Montreal. 1895. (55) Maurault, 0., La. vie intellectuelle au temps de Garneau. p»3« (54) Mand anient a des Eveque a de Quebec. 1888, p. 586, t.II. (55) Ibid, p.587-- 79 - Par consequent, les Canadiens-franpais devenaient "excessivement ignorants" (36), " l a profonde ignorance regne dans les campagnes"(37), et on y "rencontre tree peu d'hommes qui sachent l i r e ou ecrire."(58) On peut citer encore plus de critiques, spirituelles et severes, faites par les contemporains... Mais toutes ces critiques n'etaient d'aucune importance en comparaison de celle de Lord Durham qui est venu au Ca nada en 1858, et qui a e*crit dans son "Rapport" bien connu, un an plus tard, au sujet de 1'education dans le Bas-Canada* "Au cours du precedent compte rendu, j ' a i de*ja fourni, en passant, plusieurs details importants sur les dispositions necessairss pour assurer l 1 i n s t r u c t i o n au Bas-Canada. J'ai decrit l'ignorance gene- rale du peuple et les essais infructueux tentes pour l'etablissement d'un systems general d'instruction publique; j'ai decrit l a plenitude de l'enseignement, mais sous un aspect mauvais, qui etait devolu aux classes superieures et entre les mains seuls du clerge catholique." (59) L'autorite* eccle*siastique a laquelle i l (l'habitant) s'e*tait habi tue etablit ses institutions autour de l u i , et le pretre continue d'exercer sur l u i son influence... (40) Lord Durham, en parlant de l a difference entre les Canadiens- franpais et les Franpais, e*crit. " l i s sont restes une societe v i e i l l i e et retardataire dans un monde neuf et progressif. En tout et partout, i l s sont demeures Franpais, mais des Franpais qui ne ressemblent pas du tout a ceux de France. I l s ressemblent plutot aux Franpais de l'Ancien regime." (4l) Lord Durham aurait du ajouter que les Canadiens-franpais etaient 1- solee par l'Eglise, et separes du reste du monde. Ou bien, i l aurait du dire, comme le f a i t M. Andre Siegfried, qu'au Canada "les v i e i l l e s croyances ont ete conserveee dans l a glace". (42) C'est Lord Durham qui a defie les Canadiens-franpais, en disant (56) Gosselin. Am..Louis L abadie, p.97. (57) Ibid., p.101. (58) Weld, Voyage au Canada. Paris, 1802, p.65. (59) L e Rapport de Durham. Quebec, 1948. p.175-174. (40) Ibid., p.80. (41) Ibid., p.82. (42) Siegfried, A., Le Canada. Paris, 1906, p.21. - 80 - qu'ils sont "un peuple sans histoire et sans litterature" (43),ainsi reveillant toute une nation de son sommeil lethargique. Son "Rapport" restera celebre dans les annales historiques du Canada, parce qu'il fut le signal du commencement presque spontane de l a vie l i t t e r a i r e et culturelle a Quebec, en depit de 1'opposition energique de l'Eglise. Lord Durham defiait les Canadiens-francais et montrait qu'ils etaient une race inferieure. Mais un jeune clerc qui s'appelait F.X. Garneau, renvoyait a Durham son insulte*. "Pour rehabiliter sa nation", pour sauver l'honneur de son peuple, i l ecrivit une histoire qui, dans le sens vrai du mot, represente un moment caracteristique danB le developpement de l a litterature canadienne-franpaiae. (45) Le Rapport de Durham, p.511. - 81 - IV. L'INTERVENTION, DE L'EGLISE Le dix-neuvieme siecle commenpa dans une atmosphere de g r i s a i l l e qui enveloppait l' a r t naissant et les moeurs du Canada francais, sans laisser entrevoir l a moindre aurore. La majorite des Canadiens-franpais, ensevelis dans un sommeil le*thargique, restaient entierement indifferents a toutes les choBes de l'art et de l'esprit. a l a litterature, a l a science, aux beaux-arts. Le simple habitant, vivant sur "son bien", a. 1'ombre du clocher, l o i n des tentations et dee dangers du monde, etait tout a f a i t heureux et content. Dieu, l'Eglise, le salut de son ame, sa famille et son foyer, sa terre et ©a paroisee, etaient presque les seuls objets qui meritassent son attention. I l devait a l a puissante influence de l'Eglise sur sa vie, a 1'enseignement de son cure, l a sante morale, l a simplicite des moeurs et l a survivance. Depuis le jour qui a vu le Canada separe de l a France pour de bon, vo i l a l'Eglise catholique, plus forte et plus militants qu'auparavant, s'emparant de nouveau de l a conduite du peuple Canadian-franpais avec 1'intention de tenir les habitants dans une ignorance heureuse. Aidle et encouragee eouvent par lee autorites anglaises - qui voyaient dans un etat arriere du peuple l a mort prochaine de l a race franpaise au Ca nada, - l'Eglise, poureuivant see propres plans, declara l a guerre a tous ceux qui s'etaient donnes pour mission sacree de raviver l a flam- me intellectuelle au coeur des Canadians. Par son intervention, parfoia meme violente, l'Eglise a epouvante et decourage les jeunes hommes de lettres et, sans p i t i e , detruit dans leur germe toutes ces creations l i t t e r a i r e s qui n'etaient pas profondement religieuses ou patriotiques. - 82 - Afin de proteger le peuple contre les divers mauxs contre le peche, contre l a dissolution, contre l a soif du savoir, contre le desillusion- nement et les idees de revolte, les pretres s'opposaient energiquement a une instruction superieure a Quebec, qui, tout en elevant le niveau intellectuel des habitants, eut pu devenir tree dangereUBe pour l'Eglise elle-meme en tant que classe dirigeante de l a societe eanadienne-franpai se. Connaissant l a nature humaine, lee ecclesiastiques savaient qu'a cause du peche originel, lee paysans et lea citoyene, s'ile etaient trop libres, deviendraient dana peu de temps paresseux, desobeissants, mech ant a, corrompua meme. Far consequent - pre*tendaient-ils - les masses auraient du vivre toujours sous l a direction epirituelle du Clerge, dans l a crainte de Dieu, satiefaites quant aux besoins essentials, ignorantes, et pourtant heureuses. De f a i t , tout croyant au Canada de ce temps,etait oblige de faire sa soumission, de se conformer a l a discipline de son Eglise. Ceux-la, cependant, qui refuserent de se soumettre au Clerge, furent, par suite, privee des derniers aacremente et enterre8 sur le bord des routes. Le Clerge demandait sans cesse 1'administration du temporal de l' E  glise catholique* on ne pouvait nier ce principe sans nier en meme temps l a liberte religieuse au Canada. C'est l'Eglise de Rome, comme s'expriment le traite et plusieurs statuts, existant avec son organi sation, sa hierarchie et sa discipline severe, qui se trouvera 'etre l'autorite edictant les l o i s sur les bien de l'Eglise comme sur l a per- sonne des fideles. H a'ensuit que l'autorite premiere pour l'Eglise de Rome est le Souverain Pontife de Rome; 1'Eveque constitue celle du diocese et le (l) Caron, I., La colonisation de l a province de Quebec - Debuts du  regime anglaia (1760-1791). Quebec. 1925. p.101-102. - 83 - cure celle de la paroisee. Cette doctrine catholique se trouve conden- see en peu de mots par Saint Thomas d'Aquin qui pretend que le Pape est comme le Roi dans un royaume; les Eveques sont comme des juges dans chaque cite; tandis que le cure du village est le guide absolu de ses paroiesiens. Comme un enfant sounds et devoue a son Eglise catholique, le croyant doit accepter done d'une maniere entiere ses enseignements sur toutes les questions. Voila l a demonstration des droits, des pouvoirs et des devoirs de l'Eglise. L'Eglise du Canada, en particulier, y proclame a haute voix qu'elle est dans son droit en faisant tout ce qu'elle f a i t . Aussi j u s t i f i e - t - e l l e son attitude envers le peuple canadien-franpaie* elle demontre que son action accomplie - la lutte contre 1'instruction pub- lique sur une grande echelle, de meme que 1'intervention a peu pres constante dans le domaine l i t t e r a i r e et artistique, - etait juste et necessaire. Le Clerge, sans nul doute, aims i t son peuple pieux et docile, et tout en travaillant "ad majorem Dei gloriam", voulait leur assurer "un enfantin bonheur". En outre, personne ne peut jamais denier au Clerge de ce pays l a plus grande piete, une in f i n i e bonte, le desinteressement tot a l , 1'heroisms et le zele apostolique, pourtant, tout le monde sait aussi que c'est justement ce trop grand amour de l a part desecclesiasti ques pour leurs ouailles, qui est responsable de "l'honorable mediocrite" de l a litterature canadienne-franpaise, et de 1'indifference a peu pres generale du peuple pour toutes les creations de l'ar t et de l a culture. Pendant plusieurs decades apres l a Cession du Canada, a l'Angleterre on ne peut parler d'une litterature canadienne-franpaise pour des raisons connues* C'est le haut moyen "age des lettres canadienness i l n'y a pas une seule oeuvre d'importance avant 1840. - 84 - En deplt de l a lutte pour l a eurvivance, de 1'inferiorite politique, et des rudes besognes des Canadiens, un faible mouvement intellectuel auivit de pres le reVeil du sentiment patriotique. Un certain nombre de jeunes gens, se rendant compte de l a situation deplorable de leurs compatriotea, soit dana le domaine politique, soit dans le domaine cul- turel, commencerent a travailler a l a creation d'une litterature natio- nale, car i l s savaient que le degre de c i v i l i s a t i o n d'une nation se juge a. son developpement artistique et l i t t e r a i r e . Avec pasaion et enthousiasme, ces ecrivains, ou pluto.t amateurs, cherchaient a a'inatruire, a developper leur intelligence, a combattre l'ignorance et la paresse intellectuelle. U s etaient pleins d'espoir et de courage. Aides par plusieurs "Franpais de France", principalement par Pierre du Calvet, Valentin Jautard et Fleury Meaplet, i l s fonderent le premier journal l i t t e r a i r e du Canada franpais qui avait pour but l'instruction generale de l a population. L'editeur et aes collaborateurs voulaient inspirer a leurs jeunes compatriotes le gout de 1'etude et de 1'instruction, mettre au jour des monuments l i t t e r a i r e s franpais et europeens, encourager les poetes et les prosateurs dans leur travail l i t t e r a i r e , et entretenir parmi eux une noble et louable emulation... Ce journal, "l>a Gazette l i t t e r a i r e de Montreal", a l a foia vivant, apirituel et leger, etait une manifesta tion interesaante de l a vie intellectuelle de ce temps. (2) La politique n'etait pas encore i c i matiere a discussion, et de meme le commerce; c 1 e t a i t en particulier l a litterature, les chansons, les satires, les poernes de circonstance, les legendes et les contes, qui virent le jour dans la "Gazette". I l y a interet a noter que ce (2) "L a Gazette l i t t e r a i r e de Montreal" etait fondee en juin 1778; elle diaperait en juin 1779• - 85 - journal hebdomadaire n'appartenait pas uniquement a une petite elite de Quebec et de Montreal, mais a toutes lea classes du pays* C'est dans les pages de l a "Gazette" de Fleury Mesplet que l'on trouvera "un aliment pour les esprits" - pour l e seigneur, pour le marchand, pour 1'artisan et pour le laboureur... Le grand public etait malheureuaement tout a f a i t indifferent, en grande partie a cause du controle et de l'influence ecclesiastiquea* Mais les ho mme s qui repr<esentaient 1' avant-garde de ce premier noyau l i t t e r a i r e r e t culturel au Canada franpais, n'etaient paa facilement decourages. Le voici leur declaration dans un des numero-proepectua* "0 Canadienal o mea compatriotee, ecoutez l a voix de votre ami qui s'adresse a vous'* Rompez le charme qui vous tient enseveli dans ce sommeil lethargique, reveillez-vous/ suivez-moi dans le sentier qui conduit a l a lumiere..." (5) Plus tard, Fleury Mesplet, Valentin Jautard, avocat et principal ecrivain de l a "Gazette", et bien d'autres, fonderent une "Academie" ou on discutait avec ardeur les divers problemes l i t t e r a i r e s , moraux et philoaophiques. De nouveaux disciples et jeunes poetes, avides de connaissance et d'instruction, vinrent se grouper autour de cette Academie. On voya.it dans ce mouvement l i t t e r a i r e l a naiasance d'une pleiade canadienne* H n'est paa Itonnant que 1'Academie de Montreal ae crea. en peu de temps d'irreconciliables ennemis* le haut clerge. Les ecclesiasti- ques qui avaient regarde avec mefiance et h o s t i l i t e les premiers jour- nalistes de la "Gazette" et leura efforts pour ramener l'eaprit cana dien vers "les sentiers de la. lumiere", soudainement deciderent de mettre f i n a cette "Republlque des.Lettres voltairiennes", de se de-w barrasser de ces 11 sophist es bavards.. .voulant endoctriner l a jeunesse." (5) Leger. J*. Le Canada francais et son expression litteraires.p.51* (4) Roy, C., Nos Origines l i t t e r a i r e s . p*67* - 86 - Avec leur "esprit franpais", avec leur enthousiasme et leur amour pour l a litterature, avec leur deeir de reveiller les Canadians du "eom- meil lethargique", Fleury Mesplet- et ses amis etaient coneideres par les pretres comme "empoisonneurs" et "voltairiens". L'Abbe Roy ecrit a ce sujet tout a f a i t franchement* "L'esprit franpais etait malheureusement represente par ces hommes a reputation louche, par ces demi-lettres et par ces epaves de l a morale que le f l o t de la mer avsit deja jetes sur nos rivages. Esprit sature de cette atmosphere de scepticisms et d'irreligion que l'on respirait partout en France, i l ne pouvait s'accorder, ni surtout s'indentifier avec l'esprit canadien, lequel etait reste par-deseus tout Chretien, et respectueux de 1'autorite re ligieuse. I l exerpa pourtant i c i une influence que l'on retrouve dans le cercle bien connu de ces Canadiens qui a l a f i n du dix- huitieme et au commencement du dix-neuvieme siecle constituaient en ce pays le groupe des libertins, ou de ceux que l'on nommait les voltairiens..." (5) Per consequent, l'Academie de Montreal n'eut qu'une vie ephemere parce que ses membres etaient "fortement penetres de la philosophic du dix-huitieme siecle". D'apres le Clerge, c 1 e t a i t une Academie o f f i c i e l - lement voltairienne. Et Voltaire lui-meme n'etait que 1'equivalent du Diable. On le voyait dana tous les ouvrages et dans tous les poemes de cette littereture balbutiante, on le soupponnait partout. Chaque ecri- vain qui s'interessait vivement a la vraie litterature, ou qui cherchait ses modeles dans les lettres franpaises, etait accuse de voltsirianisme et persecute. De Gaspe nous raconte dans ses "Memoires" que, selon un de ses professeurs, ce qu'il y avait de plus horrible apres le diable, c'etait Voltaire...(6) A coup sur, l a suppression de l'Academie et de l a "Gazette l i t  teraire de Montreal" n'etait pas tout* le 2 juin 1779 un mandat d'ar- restation avait ete eigne par le Gouverneur Raldimand contre Mesplet et Jautard "pour arreter le cours de leure insolences". I l est vrai (5) Roy, C., Nos Origines l i t t e r a i r e s . p.68-69. (6) De Gaspe, Memoires. Quebec, 1885, p.309. - 87r - qu'ile avaient ete* souvent accuses d 1 ecrire et d'imprinter des articles contre la religion et le gouvernement, pourtant, i l s etaient innocents si l'on se souvient qu'a cette epoque meme sous l a constitution d'An- gleterre le peuple avait le droit de se faire connaltre lui-meme par le moyen de la liberte de l a presse, et par l'expression libr e de ses sentiments... (7) M. Brunet, l u i aussi, affirms assez ironiquement- leur innocence en ecrivant dans son "Histoire de la Litterature canadienne-franpaise"» "Mai leur en p r i t lorequ'ils s'aviserent d'envahir le domaine theologique. I l s auraient paru sans doute moderes, eussent-ils I c r i t en France, en Hollande ou en Angleterre (et du reste les temps changeaient deja... mais moquer l a religion dans le pays ou l a f o i demeurait l a plus vivace!) Si bien que Montgolfier, superieur de Saint-Sulpice, mit en garde contre 'son insolence' les professionnels qui lisaient l a 'Gazette'. - Ce fut ensuite le gouverneur Haldimand qui se fachas toujours pour "arreter le cours de leur insolence", i l f i t emprisonner Mesplet et Jautard. II en coutait cher a cette epoque lointaine de se montrer anti- anglais..." (8) I c i , M. Brunet se trompe quelque peu. I l ne dit pas que c'etait juatement le Superieur du Seminaire de Saint-Sulpice qui demandait au Suisse Haldimand d'emprisonner ces deux "voltairiens", citoyens de Fran ce. L'Abbe Roy, au contraire, e*crit» "M. Montgolfier... ecrivait a Haldimand pour l u i demander de repri- mer l a licence antireligieuse des ecrivains de l a 'Gazette'..." (9) On leur donna une bonne leconl Sortant de prison, Mesplet et Jau tard continuaient d'imprimer, mais i l s s'etaient changes, leur esprit, leur volonte, leur enthousiasme avaient disparus... Jautard s'etait assagi, i l avait perdu son humeur frondeuse (io), et l a litterature n'interessait plus Mesplet depuis longtemps... ( l l ) (7) Roy, 0., Hps Orlgines l i t t e r a i r e s . Prospectus du Canadian.15,nov. 1806. (8) Brunet, B., Histoire de l a litterature canadienne-francaise. p.15. (9) Roy, C., N O B originsB l i t t e r a i r e s . p.67* (10) Trudel, M., L 1influence de Voltaire au Canada, p.109. (11) lbld. p.110. - 88 - Bee ce temps, l'Eglise redoubla sa vigilance. Les journaux ne vintent au monde que pour mourir. La cause, bien entendu, fut aussi l'ignorance et I 1indifference du peuple. Le "Courrier de Quebec" de 1788 ne parut qu'une fois; le "Magasin de Quebec" de 1792 lu t t a i t contre les difficulte's pendant deux ansj le "Cours du temps", fonde en 1794 cessa de paraitre en 1795; "L'Abeille canadienne" vecut six mois... (12) Au Canada franpais, cependant, i l y avait meme plus que de 1'in difference a l'egard de l'art et de l a litterature, i l y avait hoati- lite', mepris... Ceux qui se livraient avec courage a des travaux i n - tellectuels etaient, en effet, mal vus, sinon condamnes. On se moquait de 1 'artiste canadien qui avait une fache particuliere a remplir dans ce pays sauvage. On le tenait pour un faineant* "Ce jeune homme ne f a i t rien... i l ecrit..." (15) Les programmes remarquables comme celui de l'"Abeille canadienne" etaient brutalement rejetls par le Clerge. Henri Meziere, editeur et proprietaire de ladite revue de*sirait vivement y "preaenter l'annonce raisonnee des ouvrages que produisent toutes les litteratures etran- geres, et specialement l'Anglaise et l a Franpaise..." (lA) Beja a cette epoque, i l eavait que les influences l i t t e r a i r e s etrangeres etaient necessaires a toute litterature nationale. I l y a interet a noter que l a Russie qui avait longtempa imite l a France, en particulier les chefs- d'oeuvre du Grand Siecle, commenpa, a partir du dix-neuvieme siecle, a inspirer aux Franpais des idees nouvelles, tout en transformant et en- richissant l a litterature franpaise. (12) Le premier numero a paru le ler aout, 1818, le dernier en Janvier 1819- (15) Hoy, C., Nos Origines l i t t e r a i r e s . p.5°"- (1A) Ibid. P.5A5. - 89 - Dane le "Prospectus11 du premier numero de l 1 "Abellle canadienne", Henri Meziere exposa son "programme", demontrant que ses idees etaient vraiment serieuses et positives* "Nous y donnerons accessoirement l 1analyse des Poernes, des pieces fugitives de quelqu1importance, des traductions nouvelles de nos vieux auteurs classiques, des voyages qui, aux notions les plus utiles, joignent quelquefois tout 1 'interet du drama, et enfin des notices historiques ou bibliographiques sur les hommes cele- bres de tous les pays, et specialement sur ceux de nos compatri- otee qui ont servi ou i l l u s t r e le notre, n'importe dans quelle profession.. . " (15 ) Mais le Clerge canadien-franpais ne voulait point une litterature nationale, influenced par l a Prance ou bien par 1*Europe. Peu a peu, i l avait disperse les plus faibles signes de 1*atmosphere intellectuelle sans laquelle i l n'y a guere d'ecrivains. On detruisit les livres fran pais - comme du temps de Calvin. Mgr Plessis "prechant une retraite pendant un hiver rigoureux, f i t apporter sur l a place publique tous les mauvais livres de l'endroit et on en f i t un grand feu de joie..." (16 ) Bien d'autres li v r e s etaient mysterieusement consumes par l'incen- die. Un des ecrivains de l a "Gazette de Montreal" se plaignait* "La rarete dea livres franpais se f a i t aentir de plus en plus dans cette province: les libraires en sont tout a f a i t depourvus et si par hazard i l en arrive quelques-uns, i l s sont enleves a des prix exorbitants avant que l a dixieme partie des amateurs en aient con- naissance. On doit done regarder comme un contre-temps facheux, un accident funeste pour ce pays, le malheur arrive dernierement a M. Augustin Germain de Quebec. On sait que ce monsieur avait mis presque tout ce qu'il possedait en une speculation sur des livres franpais; qu'il etait passe en Prance a cat effet l'automne der nier, qu'il avait f a i t dans ce pays une grande emplette de livres et que ces livres a peine debarquee ont ete consumes par l'incen- die..." (17) M. Trudel nous raconte qu'une grande partie dea livres franpais avait ete achetee par les ecclesiastiques, meme "a des prix exorbitants" et puis renfexmee dans un "enfer" du Seminaire de Quebec... (18 ) (15 ) Hoy. 0 . Nos Origines l i t t e r a i r e s . p.545-546. ( 16 ) L a c 8 B 8 e , R.P., Une quatrieme mine* dans le camp ennemi. p.94. (17) Trudel, M., L'influence de Voltaire au Canada, p.53. ( 18 ) Ibid, pp. 4 7 , 4 8 , 4 9 . - 90 - Ainsi d'explique que les libraires ne vendalent que des li v r e s de classe et de piete (19), qu'au debut du dix-neuvieme siecle, - un des grands siecles des litteraturee europeennes, - d'apres Bibaud, "on ne trouvait a acheter chez le eeul l i b r a i r e qu'il y eut a Montreal.*, que des calendriers, des alphabets, des catechismss et quelques li v r e s d'Eglise et de devotion..." (20) En 1898, Mme Bentzon, une Franpaise en v i s i t e chez les Canadians, ecrivait qu' " i l n'y a rien de plus vide, de plus de'sole qu'une l i b r a i r i e de Quebec, s i ce n'est le meme magasin a Montreal..." (21) Dane ces conditions, on ne s'etonnera pas de voir que l a l i t t e r a t u  re canadienne-franpaise est aseez differente de l a litterature europe*en- ne, et de constater que les Canadiens se trouvent meme aujourd'hui comme perdue dene les idees qui ne sont pae les leurs, dans l a peinture d'une societe qu'ils ignorent. Un vieux proverbe franpais d i t : Besogne commencee est a moitie" ter- minee. Mais 1'intervention de l'Eglise dans le plus important, sinon decisif moment de l'enfance de la litterature canadienne-franpaise, avait emp'eche les premiers poetes et prosateurs de ce pays de commencer leur travail l i t t e r a i r e . Et pourtant i l y a quelques critiques canadiens-franpais qui se demandant a. l'heure actuelleS pourquoi l a litterature canadienne-fran paise fut-elle s i tardive? pourquoi n'a-t-elle pas encore reussi a nous donner un chef-d'oeuvre, ni un genie? Voici l a reponse de Joseph Quesnel, le premier poete franco- canadien, se plaignant de n'^etre pas l u : (19) Cremazie, 0 . , Oeuvres Completes, p.52'., Montreal, 1883. (20) Roy, C , Nos Origines l i t t e r a i r e s . p .308. (21) Bentzon, Mme., Au Canada. Revue des Deux-Mondes, p.3A7. 15 j u i l l e t , 1898. - 9 1 - "Parcours tout l'univers, de l'Inde en Laponie Tu verree que partout on fete le genie, Hormis en ce pays* car l'ingrat Canadian Aux talent8-de Vesprit n'accorde jamais rien." (22) Selon l a juste expression de Cremazie, les oeuvres canadiennes avaient ete seulement dee "accidents l i t t e r a i r e s " , et une litterature vraiment nationale n'avait pu se conatituer... (23) Pas d'inteVet, pas d'encouragement, pas de mecenes, non plus, pour aider les jeunes auteura. MaiB au l i e u de cela 1 'indifference de l a part du peuple, l ' h o s t i l i t e et 1 1 intervention de l'Eglise, 1'ignorance, l'apathie intellectuelle. Une fleur peut-elle croitre et f l e u r i r si on l a met dans une cave ou elle n'a ni lumiere, ni soleil? Peut-'etre y crdltra-t-elle, mais sans jamais arriver a l a perfection de sa couleur et de son. parfurn. (22) Roy, 0., Nos originea l i t t e r a i r e s . p.34. (25) Cremazie, 0., Oeuvres Completes, p.25. - 92 - V; VERS UNE LITTERATURE TOUT A FAIT LIBRE? Au cours des chapitres precedents, necessaires pour faire com- prendre le developpement culturel, historique et l i t t e r a i r e , du Canada francais depuis les premiers jours de l'Ancien Regime juequ'au commence ment du dix-neuvieme siecle, nous avons Studio surtout 1'organisation, et le role tres important et ac t i f de l'Eglise canadienne. En outre, nous avons suivi de pres sa lutte energique pour obtenir le pouvoir ab- solu dans le pays; nous avons vu son attitude envers l a culture, l'art et l a litterature de l a nation. En effet, l'examen de ce sujet nous semble indispensable, car i l est presque impossible de comprendre l a portee l i t t e r a i r e , 1'essence, l a valeur et l a raison d^etre de l a l i t  terature canadienne-franpaise sans une etude exacte de 1'histoire et de l a c i v i l i s a t i o n de l a province, et, en particulier, de 1 'organisation de l'Eglise canadienne. Nous avons vu les Peres Jesuites etablissant avec zele "une mission catholique" dans un pays immense et sauvage, profondement interesses a - l a conversion des Peaux-Rouges patens, de meme qu'a l a conversion du "castor", comme Frontenac le f i t remarquer assez ironiquement dans sa lettre adressee a Colbert, (l) Puis, noUB avons explique l'ascension lente, mais victorieuse de l'Eglise vers le pouvoir spirituel et tempo- re l absolu. Les changements dans le Royaume de France apres l a mort du Roi-Soleil, et les idles liberales et revolutionnaires dont toute l'e- ( l ) Gosselin, A., Vie de Mgr de Laval. t.I., p.611. Frontenac ecrivait a Colbertt "(Les Jesuites) songent autant a l a conversion du castor qu'a celle des "ames, car l a plupart de leurs missions sont de puree moqueries..." (Lettre du 2 novembre 1672). - 95 - poque semblait'etre marquee, menapaient de detruire, cependant,tous lee f r u i t s du travail de Mgr de Laval et des ecclesiastiques. Grace a. la conquete britannique, l'Eglise canadienne avait survecu sous l a protection protestantej elle avait meme reussi a retablir son controls spir i t u s l st temporel sur le peuple canadien-franpais. A vrai dire, l'Eveque catholique, quoique non reconnu immediatement comme t e l , ex- erpait une autorite bien plus etendue que du temps de la domination franpaise, parce qu'il B'etait arroge tous les pouvoirs que l'Etat possedait alors sur les affaires religieuses. I l n'est pas etormant que Mgr Denaut f i t chanter un "Te Deum", quand on apprit au Canada mo narch! ate et catholique l a victoire de Nelson a Aboukir, en 1799* I l y avait de nouveau l a theocratie a Quebec, et 1'enseignement etait presque inexistant. Toutes les occupations l i t t e r a i r e s et a r t i - stiques e*taient reduites au minimum. L a plupart des livres franpais etaient defendus. Les journaux etaient rares. De cette fapon, le peuple svait perdu peu a peu le gout et 1'interet pour les amusements plus Sieves. Les consequences en etaient desastreuses* les Canadiens, les arrieres intellectuels, devinrent dans cette epoque un peuple "sans histoire et sans litterature". Les habitants, sans contredit, sup- portent meme aujourd'hui les consequences de cette longue paresse i n - tellectuelle. Les premiers quatre-vingt ans qui avaient suivi l'occu pation anglaise du pays, etaient dans le sens v r a i du mot "le haut moyen- age de l a litterature canadienne-franpaise." Pendant ce temps, les autoritSs ee>clesiastiques avaient dStruit librement et aystematiquement tout cercle nouveau-ne, tout groupe des "professionnels", toute "academie"... Mais meme a l'avsnir, le Clerge n'etait pas moins vigilant. II continuait a exercer un controle severe sur les oeuvres l i t t e r a i r e s et sur les gens de lettres sux-memeB. II - 9h - les menapait de l a "damnation et de l'enfer", ainsi que du "bannisse- ment", s ' i l s o ser ent penser autrement que leurs superieurs. Les cas d'intimidation et de soumission d'une part, et d'ostracisms et d'exile d'autre part n'etaient pas rarea. On chuchotait que l'Eglise ne dormait jamais. Ohacun qui n'etait pas entierement sounds a 1'Egliae et a son enseignement etait conaidere par tout le monde comme l'ennemi de Dieu, de l a religion et de l a socie'te. Tout poete, admirateur et partiaan du nouveau mouvement l i t t e r a i r e - de l a doctrine de l'ar t pour l'art, etait accuse publiquement d'etre paien plufot que Chretien; tout ecrivain qui oea exprimer des idees liberales les plus vaguea, fut surnomme - "Vol- tairien", disciple du Satan. Toute cette e*troite, sinon moyeriageuse attitude de 1'Egliae canad ienne exerpait, sans nul doute, une puissante influence sur l a l i t t e r a  ture nationale qui, par consequent, laiaee voir meme a l'heure actuelle un fort assaisonnement religieux. Aucune autre litterature europeenne ne peut 'etre comparee a cet egard avec celle du Canada francaia, meme l a litterature eapagnole. Car l'Espagne, en di p i t de son caractere pro- fond ement religieux et mystique, met dans l a religion l a ferocite na- turelle de l'amour et de l a passion comme dans l a litterature. Choae etrange, le Clerge* canadien n'avait jamaia tenu l ' a r t : l a musique, l a peinture, l a sculpture, l a poesie, pour les "consolations divines", comme les avait tenues le grand poete catholique, Dante A l i g - h i e r i . C'est pourquoi on ignore au Canada franpais le carnaval, s i populaire chez les Egpagnols, lea Italians, les Franpais, et chez les nations de l'Amerique du Sud. On y f a i t le careme et on y celebre mardi gras, tour a tour. Mais a. Quebec, comme avait deja d i t La Hontan, "c'eat - 95 - un- careme perpetual..." Vera 1870, i l y avait une grande victoire de l'Egliae canadienne aur l ' l n e t i t u t Oanadien - une corporation l i t t e r a i r e c i v i l e - groupant toua ceux que lee idles liberales de l1epoque remplissaient d'enthou- siaeme ou qui croyaient, l'heure venue pour l ' l l i t e intellectuelle de reunir ses forces en un faisceau, et de creer une litterature canadienne- franpaise toute neuve, originale. M. Trudel ecrit a ce sujett "Toutes les classes de l a societe* se donnerent la main; ce fut une grande fraternite: i l y aura dans l ' l n s t i t u t des juges et des typographies. Les esprits etaient aussi divers: parmi les membres-fondateurs, nous remarquons Eric Dorion qui sera pour l'Eglise un dur adversaire, et des litterateurs comme Cremazie et Gerin-Lajoie qui, dans toutes leurs oeuvres, n'auront pas une once de Voltairianisms. On fut bientot deux cents a discut- er dans les reunions, a ecouter des conferenciers de choix, a recourir aux services d'une bibliotheque bien garnie. La culture intellectuelle a l l a i t connaltre un developpement sans precedent." (2) Les membres de l ' l n s t i t u t , qui Itaient pour l a plupart d'excel lent 8 catholiques, firent tout leur possible pour prendre recine a Que*bec, mais leurs efforts Itaient f u t i l e s . Mgr Bourget, l'Eveque de Montreal, et son Clerg! militant, aidle par la grande majorit! des habitants, dociles et oblissants, etaient de beaucoup trop puissants pour le petit groupe des id l a l i s t e s et des poetes. I l s accuserent les membres de l ' l n s t i t u t de former une societe Becrete et une maniere de carbonarisme, de recevoir des journaux qui parlaient sans respect de l'Eglise catholique, et de posseder dans leur bibliotheque des ou- vrages immoraux. l i s finirent par interdire aux catholiques l 1adhesion a cette soeiet! l i t t l r a i r e . Quelques journaux prirent parti pour l ' l n s t i t u t Oanadien. Lee membres voulaient rester juges de l a moralit! des livres tout en refusant l a censure de l'Eveque. On se declara contre 1'intervention de l'Eglise. A cause dee demandee constantes de l a part des ecclesiastiques (2) Trudel, M., L' influence de Voltaire au Panada. t.II, p.20. - 96 - Canadians, l ' l n s t i t u t tomba sous l'in t e r d i t papal pour ses idees p o l i - tiques, liberales et philosophiques, de meme que pour sa persistence dans l a circulation et l a diacussion dea livres qui etaient mis a l'index. Mais les livres inscrits a l'index atteignaient un chiffre astronomique* tout Balzac, tout Zola, tout George Sand, tout Eugene Sue, tout Alexandre Dumas, pere et f i l e , etait a l'index. Puis Rabelais, Montaigne, Voltaire, Rousseau, Lafontaine, Hugo, Lamartine, Swift, Heine, une veritable voie lactee dea plua grande auteurs francaia et europeens etait a l'index. Aussi les Dictionnaires de Larousae, de Littre, de Quoquelin, de Garnier-Pages etaient a l'index... En 1868, Mgr Bourget interdit formellement aux catholiquea de l ' l n - stitut de continuer a en faire partie sous peine d'excommunication, et cette condemnation etait fatale pour l a culture et la litterature du pays. En meme temps, tro i s journaux, l'Avenir, l e Defricheur et le Re- v e i l , cesserent de paraitre l'un apres 1'autre. Le triomphe de l'Eglise fut complet. Elle continuait de tenir le peuple dans un etat arriere. Depuis lore, lee ultramontains, partisans du parti ultra-orthodoxe, qui soutenaient que l'Eglise du Canada eat sound se a l'autorite du pape, au temporel comme au spirituel, ameliorerent beaucoup leur position, et leur pouvoir a Quebec. H a devinrent de plua en plua afreasifs. Un Con- s e i l de 1'Egliae de ce temps comparait le nouveau mouvement liberal catholique au Serpent rampant a l'Eden et tramant l a chute de l'homme. On appelait les liberaux - l'ennemia de l'Eglise, et les gallicans, aes dangereux amis. En 1871 un programme catholique fut annonce qui main- tenait que toua ceux, charges du pouvoir l e g i s l a t i f , devaient "etre "de parfait accord avec les doctrines et 1'enaeignement de l'Eglise". Le triomphe de la theorie de 1 ' i n f a i l l i b i l i t e papale dana l'Eglise fut suivi par un effort du Clerge quebecois a controler - non aeulement lea - 97 - oeuvres de l' a r t et de l a litterature, - mais aussi les elections dans toute l a province de Quebec, naturellement, aux intereta de la hierar chic. Les lettrea pastorales des Eveques de Quebec, de Montreal et de Trois Rivieres etaient publiees, avertiasant le peuple dea vices du liberalisms politique. Cette intervention dea eccleeiastiques dans le domaine politique, e*tait, bien entendu, exclusivement la chose de l'E glise catholique du Canada, et non paa de l'Eglise universelle de Rome. A ce sujet, i l n'y a aucun doute que le Clerge canadien a outrepaese ses droits. Lorsqu'il a lutte contre le parti l i b e r a l , i l etait tout a f a i t dana eon tort, et Rome, d'ailleurs le l u i f i t bien voir, puisqu'elle envoys a 1' archeveque de severe a avertiasements. Le Saint-Siege ecr i v i t en effet au cardinal Taschereau, en 1876, reprochant a certains membres du Clerge de trop s'ingerer dana lea elections. (3) A l'occaaion de la dispute.entre l'Eglise et le chef du parti l i  beral, Sir Wilfred Laurier, on a pu obaerver pour l a premiere fois a Quebec, cette grande forteresse des conservateurs, une reaction "en masse contre le controle du Clerge'. Un des principes du liberalisme de Laurier etait que l'homme peut etre un bon f i l e de l'Eglise catholique, toutefois, i l peut accepter dea principes liberaux dans le domaine de l a politique. Maintea et main- tea fois, i l avait critique courageusement l'Eglise lorsqu'elle s'in- gerait indument dans les affaires politiques. "Liberal de 1'ecole anglai- se", i l ne voulait s'inspirer ni du point de vue catholique ni du point de vue protectant; mais i l en appelait a l a conscience de tous les Cana dians, quellea que fussent leurs croyances. Naturellement, l e peuple l'ecouta, et approuva ses paroles et sea idles. Mais le Clerge*, alar me de cea allurea qui "ne rappelaient que trop les revolutionnaires d'Eu- (3) Mandements des eveques de Quebec, t.VI., p.270-271. - 98 - rope" , d e c l a r a de s u i t e une guerre i m p i t o y a b l e au nouveau p a r t i . I I semble qu 'on a fortement exagere* " l e grand danger" de l a p a r t des L i  ber aux. V o i l a M. Bruchee i qu i e c r i t dans eon " H i s t o i r e du Canada" a ce p ropos . "Tout ce que l a p rov ince comptai t d ' e e p r i t s f o r t s , v o i r e d ' a u - then t iques F re res T r o i s - P o i n t s , des i r eux de secouer l e ' j o u g ' de l ' E g l i s e , n o u r r i s de V o l t a i r e , de Rousseau et de L a Mennais, a v a i t adhere en b l o c aux fo r ce s r o u g e s . . . " (4) Encore une f o i a l ' E g l i s e v o u l a i t se debarresser de tous ceux qu i oserent "empoisonner" avec l e u r s i d e e s l i b e r a l e s l a p o p u l a t i o n simple e t p ieuse du Canada. M. Bruches i p a r l e de c e t t e a c t i o n energique et immediate de l ' E g l i s e comme s u i t . "Une condamnation f o r m e l l e du l i b e r a l i s m e a v a i t s u i v i de p res c e l l e de l ' l n s t i t u t Canadien par Mgr Bourget , a l a grande j o i e de ceux que l e u r s adve r sa i r e s l i b e r a u x appe l a i en t ' u l t r a m o n t a i n s 1 1 et qu i r e v a i e n t n i p l u s n i moins, depassant en c e l a l e s d e s i r s de l e u r s chefs r e l i g i e u x , de fonder un p a r t i c a t h o l i q u e . . . " (5) On s a i t , cependant, l e proverbes "Tant vau t l e be rger , t a n t vaut son t roupeau!" En ce moment c r i t i q u e lo r sque l e s Canadiens fu ren t sur l e p o i n t d 'etre eepares non seulement p o l i t i q u e m e n t , mais a u s s i r e l i g i e u s e m e n t , L a u r i e r f i t son fameux d i s c o u r s sur l e " L i b e r a l i s m e p o l i t i q u e " , ou i l ne t a r d a pas a montrer a t o u t l e monde q u ' i l a v a i t repudie t ou t e com- p r o m i s s i o n avec l e e r ad i caux f r a n p a i s et q u ' i l s ' i n s p i r a i t uniquement du l i b e r a l i s m e a n g l a i s de G l a d s t o n e . . . M.W. L a u r i e r d i t . " I I e x i s t e en Europe, en France , en I t a l i a e t en Allemagne une c l a s se d'hommes qu i se donnent l e t i t r e de l i b e r a u x , mais qu i n ' o n t de l i b e r a l que l e nom, e t qu i sont l e s p l u s dangereux des hommes. Ce ne sont pas des l i b e r a u x , ce sont des r e v o l u t i o n - n a i r e s j dans l e u r s p r i n c i p e s i l s sont t e l l e m e n t e x a l t e s q u ' i l s n ' a s p i r a n t a r i e n moins qu ' a l a d e s t r u c t i o n de l a s o c i e t e mo- (4) B r u c h e e i , J . , H i s t o i r e du Canada, p.571. (5) I b i d , 571. - 99 - derne. Avec ces homines, nous n'avone rien de communi" (6) Laurier, en declarant que le liberaliame canadien etait degage des aspects farouches du liberaliame franpais, a 1 etait sounds a l'E glise, du moins jusqu'a un certain point. Ce n'etait pas pour l a premiere f o i s . On sait que Laurier s'interessait vivement a la l i t  terature; i l etait le redacteur du "Defricheur" - le journal plus tard condamne, et membre de l'Institut Canadien. Mais apres l a condemnation de cette organisation l i t t e r a i r e , une scission s 1opera dans l'Institut, et les moderes, Laurier, Jette et Cassidy, donnerent leur demission. L'attitude du Clerge envers l a litterature canadienne-franpaiae n'avait point change* pendant tout ce temps jusqu'aux premieres decades du vingtieme siecle. Sa vigilance n'avait point relache. Lea gens de lettres canadiens-franpais vivaient sous le controle qui les paralyaait de plua en plus. Dociles et obeissants,. i l s ecrivaient des histoires, des legendes ou de simples contes de la vie et moeurs champetrea; l e aujet perpltuel de leurs poemes etait ou le "foyer", ou le "clocher", ou le " t i r r o i r " , ou bien 1'"habitant", tour a tour. La plupart dee poetes et dea proaateurs de 1'Ecole patriotique de Quebec (l860-19OO), comme Alfred Garneau, Pamphile LeMay, Adolphe Poisson, Neree Beauchemin, William Chapman, l'Abbe Gingras et bien d'autrea, etaient entierement soumis a l'Eglise, et, par consequent, honores, encourages, loues par le haut Clerge et par le public. Un autre groupe d'ecrivains, pourtant, qui reclamaient l a liberte .de pensee, menaient une vie tree dure. Quel que s-uns comme Garneau, Frechette, L.O. David, A. Buies, hier encore rebelles, etaient maintenant soumis; d'autres, plus f i e r s et plus au- dacieux, finirent d'une maniere tragique. M. Dessaulles, l'ancien mem bre de l'Inatitut Canadien qui, d'apres Mgr Bourget lui-meme avait ete* l'"ennemi le plus dangereux de la religion, au Canada" (7), etait " l a (6) Laurier. W.. Discours a l'etranger et au Canada, p.96. (7) Hudon, L'lnetitut Canadien de Montreal, p.77. - 100 - viotime du clerge canadien" (8) et "...depouille de ses t i t r e s , de see blene. de tout ce qu'il possedait... i l est venu mourir de faim dans un grenier..." (9) Au debut du vingtieme siecle, l'Eglise avait toujours continue a exercer une surveillance severe sur toutes les phases de l a vie publique du Canada franpais, cependant, non plus avec le meme succee qu'auparavant. D'une maniere ou d'une autre, elle ne pouvait plus fermer le pays herme- tiquement, et les nombreuses manifestations de l a vie moderne et les nouvelles idees s'etaient bien vite repandues parmi les masses. II est vrai que le jeune groupe l i t t e r a i r e , l'Ecole de Montreal, restait sounds et devoue a l'Eglise, et que ses poetes principaux, Nelligan, Lozeau, Chopin et Morin montraient beaucoup de reserve et meme de timidite en parlant de l'amour; i l est vrai aussi que M. Bourassa, repetant en echo 1'opinion de l a majorite" des paysans, ecrivait en 1902» "Le clerge est encore et doit raster notre classe dirigeante par. excellence!" (10); neanmoins, on pouvait voir partout des signes d'un grand changement so c i a l . Le nombre de journaux anti-clericaux se double, les relations eco- nomiques et culturelles entre l a France et le Canada devinrent plus for tes, les bibliotheques, la presse, l e theatre Slargissent dans une gran de mesure l'horizon spirituel de l a population; i c i et l a les paysans reclamaient l'abolition de l a dime et les Liberaux demandaient a haute voix l a "separation de l'Eglise et de l'Etat" et "les ecoles subven- tionnees par l'Etat et depouille'es de tout enseignement sectaire." ( l l ) Plusieurs journaux, en meme temps, accusaient le Clerge d 'etre corrompu, (8) Vibert. T.. La Nouvelle-France catholique. Dedicace. (9) Ibid, p .5 . (10) Bourassa, H., Le patriotisme canadien francais, p.20. (11) Trudel, M., L'Influence de Voltaire au Canada, II., p«53« - 101 - d 'etre "trop puissant, fastueux, avide de richease et de domination". (12) L'Eglise, naturellement, n'avait paa tolere longtemps ce groupe "au- dacieux et revolutionnaire" de quelques individus, elle le detruisit sane plus de faeons. Lea journaux et les revues - "Lea Debate", "La Semaine de Montreal", "Le Pays", le "Soleil", "L a Lumiere", "L a Vigie", "L1 Opinion publique", "L'Eeho des Deux Montagnes", etaient interdits par consequent, et l'un d'eux s'etait meme servi de 1'expression - "terrorisme religieux".(15) Mais le point culminant du rigorisme et de le censure exageree de l'Eglise canadienne, c'etait l a condemnation d'une dee plua grandes et celebres revues l i t t e r a i r e s de Quebec, "Canada-Revue" qui s'occupait des belles-lettres. Cette revue comptait a peine troia annees d'existen ce "que deja elle favorisait l a diffusion d'idees entachees d'erreurs manifestos..." (l4) En 1892, les eveques de la province de Quebec publierent une lettre pastorale ou i l etait question dee devoirs de l a presse. Accusant tout auteur immoral d 'etre un empoiaonneur public, et attaquant severement a peu pres tous les journaux Canadians, sauf les journaux religieux et clericaux, i l s ecrivaient* "Grace a la presse, les scandales ont 4te divulgues au l o i n et sont venus jeter l'emoi au aein de nos populations d'ordinaire ai caimes dana leur f o i religieuse... Aveugle par lea prejugea, la passion, les calomnies, on en est venu a soulever des quest ions qui ne regardant que ceux qui ont charge de gouverner l'e- gliae de Dieu et a qui seul i l appartient de la diriger." (15) Trois aemaines plus tard, "Canada-Revue" et "l'Echo des Deux Monta gnes", "coupablee d'injures graves envers l a religion, l a discipline de l'Eglise et ses ministres" (16) e*taient condamnes par l'archeveque de (12) Mandements des eveques de Montreal, t.XI.p..98-99. (13) Mandements dea eveques de Quebec. t.X, p.560 et 366. (14) Marion, S.,Les Lettres oanadiennes d'autrefois.t.VIII. p.75. (15) Mandements des eveques de Quebec. t.XI, p.165. (16) Ibid. 165. - 102 - Montreal* "Noue defendons jusqu'a nouvel ordre, a tous les fideles, sous peine de refus des sacrements, d'imprimer ou de conserver en depot, de vendre, de distribuer, de l i r e , de recevoir ou de garder en sa possession ces deux feuilles dangereuses et mal- saines, d'y collaborer ou de les encoureger d'une maniere quelconque." (17) La raison pour cette condamnation etait l'annonce de "Canada-Revue" de publier bientot quelques romans des auteurs en vogue. Parmi ces au- teurs i l y avait un dont les ouvrages etaient a 1'Index. Or, ce qui pourrait paraitre assez abeurde, c'est le f a i t que ce roman mis a l'In dex, n'etait ni "Madame Bovary" de Flaubert, ni "Sapho" de Daudet, ni "Nana" de Zola non plus, mais simplement le bien connu roman historique d1Alexandre Dumas pere, l'oeuvre preferee de toute l a jeunesse europeen- ne, "Les Trois Mousquetaires". Dans ces conditions deplorables, tout European ne peut s'smpiecher de s'apitoyer sur le rigorisms et l'esprit etroit et puritain qui f l o - risssient en terre quebecoise avant l a Grande Guerre. Car ce rigorisms, ce puritanisme intellectuel sont, sans aucun doute, en grande partie responsables de l a mediocrite de la litterature canadienne-franpaise. Toutefois, l a revue l i t t e r a i r e fut condamnee et ruinee, et le Clerge canadien prouva de nouveau qu'il etait seul maitre dans ce pays. I l etait encore trop tot de penBer a une litterature tout a f a i t l i b r e . * * * Aujourd'hui, cependant, un mouvement a l i e u au Canada franpais qui peut 'etre appele sans exageration l a renaissance du vingtieme siecle, et qui a ebranle l a province jusqu'a ses fondements. I l n'y a pas un (17) Mandemente des eveques de Quebec, t. XI, p,177« - 103 - element dans l a vie des Canadiens-franpais qui pourra l u i echapper, mais en aucun l i e u le ferment n'a un plus grand effet que sur 1'edu cation, sur l a religion et sur la litterature. Des hommes dont l a catholicisme est irreprochable mettent au defi leurs pretres et leurs eveques, lesquels ont commence enfin & comprendre que le temps Present n'est point le temps Passe, et qu'une politique reactionnaire pourrait guider inevitablement vera la destruction de l'Eglise catholique au Canada franpais. L'importance de cette renaissance se peut sentir dans le domaine l i t t e r a i r e . Les romanciers canadiens-franpais ecrivent des livres qu'ils n'auraient pas ose ecrire i l y a cinq ana... Les romans comme "Testati ons'1, "Pantaisies sur les Peches C apitaux", "Fin de l a Joie", "Bonheur d'occaaion", "Evade de l a Nuit", "Terrea Steriles" (18) sont tree po- pulairea parmi les masses, non seulement a Quebec, mais encore dans les autres provinces du Canada. Le seul theatre du pays, le Theatre National, represente le drame a Quebec qui a une assez grande valeur l i t t e r a i r e . ( 1 9 ) La poesie s'est approfondie. De plus en plus elle revele les secrets de l'*ame canadienne. L'existence d'une litterature canadienne d'expression franpaise n'est plus guere mise en doute* l'activite l i t t e r a i r e des Canadiens- franpais d'aujourd'hui et l a qualite de leurs oeuvres en sont la preuve. Les poetes, les romanciers, les dramaturges et les critiques canadiens- franpais, libres d'exprimer leurs idees et de peindre l a vie d'apres nature, ont desormais l a conviction que l'heure est enfin venue de (18) Les oeuvres par: Gerard Martin, Tentations; Roger Lemelin, Fantai- aiea sur lea peches capitaux; Jacqueline Mabit, Fin de l a Joie; Gabrielle Roy, Bonheur d'occaaion; A. Langevin, Evade de la nuit; Jean F i l i a t r a u l t , Terres SterileB. ( 1 9 ) L e dr ame de M. Jean F i l i a t r a u l t , "Le Roi David" remporta recemment le prix de "Dominion Drama Feativals" a Hamilton, Ontario. - 104 - faire servir d'abondantes ressourcee intellectuellea a 1 'enrichiese- ment de.la vie nationale. C'eat pourquoi on peut eaperer qu'ainsi l a litterature canadienne- francaise deviendra dans tree peu de temps humaine, universelle, i n - contestablement vivante, pleine de force et de hardiesse. DEUXIEME PARTIE - 107 - I. DE FRERE SAGARD A L1 ABBE GROULX Ohose etrange, ce n'est ni l a Poesie ni le Roman, mais l'Histoire qui est, assurement, le genre l i t t e r a i r e le plus cultive* au Canada franpais* Elle est presente des les commencements de la litterature canadienne-franpaise et devient le plus important des genres litteraires?- au dix-neuvieme siecle, et meme aujourd'hui elle ne cesse de dominer les belles-lettres de Quebec. I>e grand nombre des historiens canadiens en eet l a preuve. Toute cette legion d1 historiens etudie avec eoin et ardeur l'histoire des quatres siecles, depuis l a decouverte du pays par Jacques Cartier jusqu'a notre epoque, "le B i e c l e du Canada", et encore ce domaine e s t - i l l o i n d' avoir ete' tout explore. I l en eet dans le grand public qui contemplent cet "acharnement historique" d'un o e i l mefiant et avec un sourire moqueur, mais l'historien canadien-franpais ne se soucie ni de la derision de quelques esprits critiques, n i de l a fatigue. I l continue a travailler avec zele pour atteindre le but qu'il s'est fixe. Et quand, finalement, son "Histoire du Canada" est ecrite, l'auteur le plus souvent dit assez laconiquement dans "l'Avis au Lecteur", comme pour se defendret "'Encore une Histoire du Canada!' dira-t-on peut-'etre sur le ton ironique. Eh bien! oui. Ni l a premiere, qui fut ecrite par Pierre Boucher, ni l a derniere. Le s o l e i l b r i l l e pour tout le monde..."(l) Pourquoi done l'histoire eet-elle un genre l i t t e r a i r e favori au Canada franpais? D'ou vient qu'elle est si populaire parmi les habitants? Pourquoi les guides l i t t e r a i r e s de Quebec l u i ont-ils donne l a preferen ce aux depens de la poesie, du roman? Pourquoi le Clerge c o n s e i l l a i t - i l ( l ) Brucheei, J., Histoire du Canada. Montreal, 1951» Avis au Lecteur. - 108 - aux jeunes ecrivains de talent de se li v r e r aux travaux historiques? Pourquoi ces travaux, et non pas l a poesie, le roman ou le drame, etaient-ils consideres comme etant les seuls dignes d'une litterature nationale? Selon le mot des ecclesiastiques, les travaux historiques avaient pour resultat "de faire connaltre l a patrie a l'etranger", de "cultiver l a fleur divine du patriotisme" et de "decouvrir l a grandeur du passe et 1 'eclat des actions" des anciens Canadians. (2) "Le petit peuple canadien-francais aime l'histoire..." (3) a dit M. Brunet dans son ouvrage, et c'est, bien entendu, une des raisons qui explique pourquoi l'on a tant de livr e s d'histoire a Quebec. Mais, ou chercher les autres raisons? La reponse a cette question est tree simple: en ecrivant son oeuvre, l'historien a pour but l a recherche et l a discus sion des f a i t s ; l'analyse exacte des problemes politiques, sociaux et economiquesj 1'ordre et 1*.arrangement de son re*cit... C'est un travail long, serieux, quelque peu pedantesque, dont l a base ne peut "etre que le document authentique, le manuscrit ou l a piece d'archives. Naturellement, on n'y peut parler de 1'amour, on n'y peut peindre des passions violentes, comme autrefois, dans les chroniques ecandaleuses, par exemple, dans l'"Histoir6 de Louis XI" par Jean de Troyes, ou dans l a "Chronique" de Jehan le Bel. Ce genre de recit hietorique, narrant des intrigues, des amourettes, des scandales, des commerages mesquins, le plus souvent associes a l a vie de l a cour, est incompatible avec le caractere canadien- francais qui est au fond tree religieux et patriotique. D'ailleurs, ces anciennes chroniques ecandaleuses, equivalentes a notre moderne Ecole de la Calomnie, sont aujourd'hui fort demodees, et le grand public ne les l i t plus. On a les journaux quotidiens. Tandis que le roman est un genre libre, presque sans limites (et (2) Lar eau, E., Histoire de l a litterature canadienne. Montreal,1874,p.lhO. (3) Brunet, B., Histoire de l a litterature canadienne-francaiae. p.25« - 109 - on pense i c i a ces divers types - roman historique, exotique, realiste, personnel, psychologique...), l'Histoire, particulierement a Quebec, n'est pas li b r e . Si l'on parle du roman, on peut dire: i l montre de 1'imagination et contient un certain realiame; ai l'on parle de l ' h i s t - oire, on dit qu'elle ne contient que du reel. De quelque fapon que ce aoit, l'hietoire n'est pas s i dangereuse pour la morale du peuple que la poeaie erotique, le roman et le drame naturalistes.. L'histoire peut "etre revolutionnaire, cynique et completement depourvue de sentiment religieux, mais tree rarement sensuelle, immorale. On n'y trouve pas de recite complaisamment detailles et evocateurs. En Europe, le veritable artiste, qu'il soit romancier ou poete, qu'il aoit historien ou dramaturge, toujoura moraliste, jamais sermonneur, doit librement montrer dans see oeuvres toutes les tares de l a societe: l a dislocation de la famille, l a auperatition et l'avarice du paysan, l'hy- pocriaie et l a corruption; des classes dirigeantes, l a situation penible et inique de l a femme, l a degene*reacence hereditaire et alcoolique, et les denoncer. L'hiatorien, en particulier, doit "etre entierement l i b r e en ecrivant son etude qui, dee ce moment, appartient deja a l a poeterite. Sa mission est sacree, sa responsibility envers 1'human!te est grande. H doit f i - delement reproduire a l a maniere d'un peintre l'image de l'epoque dont i l eat le chroniqueur, Sea qualites essentielles sont l a justesse d'ob servation, 1 1impartialite, une scrupuleuse et froide exactitude, et sur- tout la verite, toute la verite. Ainsi, un parti politique, une claese dominante, ou un groupe d'ecclesiastiques n'on aucun droit de se meler de son tr a v a i l , ou bien de le menacer de "priaon", "d'ostraciame pub- lique" ou "d'enfer", s ' i l rapporte fidelement un f a i t ou un evenement. De meme, le vrai historien devra debarrasser l'histoire de toutes les fables - 110 - absurdea, du fanatisme, du patriotisms exagere, de l 1 e s p r i t romaneaque et de la credulite. Au Canada franpais. cependant, l'histoire entre 1840 et 1900 n'a qu'un butt enaeigner la morale et la vertu, precher l a survivance, aoit religieuse aoit nationale, detourner du vice, c'eat-a-dire, lutter contre les idees revolutionnaires et philosophiques des encyclopedietes du dix- huitieme siecle. On a, sur ce genre l i t t e r a i r e , des vues bien etroites et traditionnelles depuis les historians latins, et on les garde ja- louaement. Tout autre type d'histoire, influence par les historiens fran pais, Cuizot, Thierry, Michelet, est defendu. On se aouvient que 1'oeuvre de 1'Historien National, quoique irreprochable au point de vue moral, fut l'objet d'une critique brutale, et que toute 1' edition du "Voyage en An- gleterre" fut supprime'e. (4) L'historien canadien-franpais donne l a plus grande place aux por t r a i t s dea hommea et des femmes celebres, aux descriptions du paya, de l a nature et dea bataillea, aux tableaux de moeurs, a la narration des anecdotes, a l a defence de l a religion, de l a langue et des l o i s . L'hist oire est maintenant excluaivement u t i l i t a i r e , et eon u t i l i t e sera morale, base aur l a religion catholique et sur le patriotisms. Un des premiers historiens l i t t e r a i r e s du Canada franpais, M.E. Lareau, eaquisse dana 8on ouvrage les evenements principaux du pays, et nous indique le role de l'historien canadien en general. Son recit est a l a fois un eloge ardent et patriotique du peuple canadien et une des cription pittoresque et romantique de l a campagne, ce qui, cependant, doit etre evite par tout historien objectif et impartial. "Un bon historien, a dit Penelon, n'est d'aucun temps ni d'aucun. pays" (5), mais M. Lareau et l a plupart dea historiens canadiena-franpais (4) Lanct'ot, G., F.X.Garneau. Toronto, (sans date), p.41. (5) Penelon, Lettre a 1'Academie. Paris, 1716. - I l l - du dix-neuvieme siecle, y compris F.X. Garneau, etaient d'une opinion tout a f a i t differente. M. Leresu ecrivait a ce sujet: "Comme chez tous les peuples qui ont v i e i l l i , l'histoire du Canada offre de grandes beautes et de hautB enseignements. Un passe acci dent!, des actions heroiques, des luttes sans treve... Aussi, des hommes de merite, des citoyene eclaires et vertueux, se mirent-ils a l'oeuvre, et aujourd'hui, nous pouvons etudier les epoques l o i n - taines de la colonie, eclaires au flambeau des ecrits historiques de Garneau, Ferland, Bibaud, et tent d'autres ecrivains recommen- dables qui ont surgi comme par enchantement a notre epoque." (6) L 1etude de l'evolution de l'histoire canadienne-franpaise n'est pas sans interet. Certes, on ne doit pas l a comparer a l'histoire franpaise, si v i e i l l e , s i riche et si variee, avec les chroniqueurs celebres, comme Villehardouiri, Joinville, Froissart, Gommines, et plus tard avec les historiens, Voltaire, Thierry, Guizot, Thiers, Michelet; neanmoins, en examinent les documents historiques de la Nouvelle-France ainsi que du Canada franpais sous le regime britannique, on voit que tout cela, toute cette v a r i e t l des oeuvres anciennea et modernes, forme un assez bel ensemble. Malgre leurs insuffisances et leurs faibleeses, ces oeuvres deroulent devant nos yeux le tableau colore et pittoresque, on pourrait presque dire le film, de l a vie d'une race dans le Nouveau Monde. L'histoire: un regard jete en arriere. L'historien moderne se met en route a l a recherche du temps perdu. II ecrit au sujet des morts, mais doit se souvenir que ces morts ont vecu. II doit faire revivre le passe. D'ailleurs, l'historien ne doit jamais ecrire du point de vue d'aujourd'- hui, mais du point de vue des contemporains de 1'epoque qu'il analyse. Quand le lecteur commence a songer au passe, a voir devant ses yeux lee hommes, les femmes et l a campagne d'autrefois, l'historien a bien accom- pl i e son ouvrage, pourvu que ce songe corresponds a l a verite. Car, de cette fapon le temps perdu est devenu le temps retrouve. Or, les historiens canadiens du dix-neuvieme siecle aussi bien que (6) Lareau,.E., Histoire de la litterature canadienne. p.139-140. - 112 - ceux de nos jours ont eu l a chance de pouvoir se servir de bien des travaux du passe* documents, relations et manuscrits, qui, meme a l'heure actuelle, contribuent a 1' edification du grand temple historique du Canada. Pour cette raiaon, i l eat bien etrange que les historiens mo- dernes parlent souvent dedaigneuaement de quelquea-uns de leurs prede- cesseurs, et qu'on les etudie a peine au Canada francaia. Et pourtant, cea lettres de la Nouvelle-France, quoique aouvent obscurs et naifs, ont dans leurs oeuvres un souffle de genie, un "je ne sais quoi" de grand, de beau, d'independant et de personnel, qu'on ne retrouve point dans les ouvragea historiques, froids et pales, d'aujourd' hui, meme dans la. "refaite" " H i B t o i r e du Canada" de Garneau. A vrai dire, ce "je ne sais quoi", chez Cartier, chez Champlain, chez Lescarbot, mais avant tout chez le Frere Sagard, chez Marie de 1'Incarnation et chez le Baron de La Hontan, nous f a i t songer aux grands maitrea de l a l i t t e r a t u  re franpaise du aeizieme siecle, comme Rabelais, Montaigne, Marguerite d'Angouleme. Ce n'eat pas seulement quand on veut se renseigner sur l'histoire dee premieres anneee du Canada qu'on doit feuilleter lea pages d'un Lescarbot, d'un Champlain, d'un Sagard; on doit le faire le plus souvent possible. Dans ces documents on decouvrira l a vie elle-meme, l a sage philosophie du dix-septieme siecle, le charme, l a paasion, l'eaprit, et une grande liberte d'expression. La plupart des ecrivains sont les re ligieux eux-memes, et cependant i l peignent l a vie t e l l e qu'ile l a voient* Si nous ne connaissons guere, par leurs recite pittoresques, les-: sentiments du dix-septieme siecle, l a mentalite et l a physionomie des personnages, leurs moeurs et leurs coutumes, tout revit sous nos yeux. La premiere impression est celle de la realite, du mouvement. On sait que Samuel de Champlain, le fondateur du Canada, etait - 115 - profondement religieux et entierement devoue a l'Eglise catholique. Toute cette piete profonde, cependant, ne 1'emp*echeit pas de regarder les femmes et de les peindre "au natural". Le portrait physique des Peaux-Rouges dans ses "Voyages" revele a l a fois son talent d'observa- tion et un certain interet artistique. Champlain. ecrits "Tous ces peuples sont bien proportionnes de leur corps. l i s sont sans difformites et sont dispos. Les femmes sont aussi bien formees, potelees et de couleur basanee a cause de certaines peintures dont elles se frottent. Cela les f a i t paraitre olivatres. U s sont habilles de peaux. Une partie de leur corps est couverte et 1'autre de*couverte..." (7) Comme Cartier, Champlain nous laissa des relations de ses voyages, et non pas une histoire du pays. Le premier historien de l a Nouvelle- France est Marc Lescarbot, avocat lettre*, poete et philosophe "a l a Montaigne". Son "Histoire de l a Nouvelle-France" (I6O9), malgre* un grand nombre de defauts, est un ouvrage original. Lescarbot, l u i aussi,n'etait pas insensible a l a beaute. Tout en glorifiant "Les Muses de l a Nouvelle- France" (8), i l comparait les Sauvages americains aux peuplee de l'An- tiquite*, et i l admirait sincerement la beaute des formes corporelles des femmes du pays. La premiere "Histoire du Canada" d'une certaine valeur fut ecrite pax le Frere Gabriel-Theodat Sagard, mineur Recollet de la Province de Paris. Cette histoire fut tree bien accueillie en France en 1656, et plus tard, en 1866, elle fut meme reimprimee. Le Frere Sagard, apparte- nant a 1'ordre religieux de Saint-Franpoie, n'eet pas seulement une figure vraiment sympathique, c'est aussi un excellent narrateur et un assez bon hiatorien. Ce qui est surprenant chez l u i , c'est l a f i d e l i t e avec laquelle i l decrit le moindre detail. A 1'exception du Baron de La Hontan, c'est Sagard qui a f a i t la. meilleure et la plus complete des- (7) Champlain. S.. Voyages. Paris. 1619. Reedition Gueean. p.240. (8) Leecarbot, M., Lee Muses de la Nouvelle-France. Paris, I609. - 114 - cription de l a vie des Sauvages; elle est pleine de couleur locale, de vie, de verite". En effet, Sagard sait voir et i l f a i t voir. II nous donne tree souvent des portraits vrsiment "naturels" et franca, ce qui le rend fort impopulaire parmi les austerea eccleaiaatiques de Quebec, nTeme a l'heur e actuelle. Le passage auivant est presque dans le genre de Boccace ou de Marguerite de Navarre. "Lea Sauvages et Sauvagesees du Bresil et de tous les pals circon- vbiains ne se servent non plus de vestemens que nos Cheveux relevez et demeurent nuds, hommes et femmes comme les enfants sortans du ventre de leur mere. Mais les femmes et f i l l e s des Cheveux relevez plus honnestes et vergogneuses, ont un petit cuir a peu pres grand comme une serviette, duquel elles se couvrent les reins juaquas au milieu des cuisses et tout le reate du corps est decouvert, a la facon de nos Huronnes..." (9) Ce qui ajoute a l a popularite de 1'"Histoire du Canada" de Sagard, c'est l a naivete et l a simplicite dans son recit, de meme que les cou- leurs, les gestes, les details pittoresques de toute sorte. On l u i f a i t des reproches qu'il est de temps en temps un peu trop l i b r e et meme grossier dana ses narrations, et qu'il parle trop souvent des "femmes et f i l l e s toutes nues" (lO). Et en effet, le bon Frere semble un peu trouble par la beaute, l a vivacite et la jeunesse des "nymphes" du Ca nada, quand i l ecrit d'une maniere poetiquet "Les ieunes femmes et f i l l e s semblent des nymphes, tant elles sont bien accommodees, et des biches, tant ellea sont legeres du pied..." ( l l ) Pourtant, c'est avec (9) Sagard, G.T., Hjatoire du Canada et Voyages. Depuis l'an 1615, p.195. (10) Tandis qu'au Canada franpais on deteste franchement toute allusion de l a "chair seductrice" dans l a litterature, on trouve en Europe un t e l ouvrage entierement innocent au point de vue religieux et moral. Voici l'approbation de l'Eglise. "Nous aoussignez, Professeurs en l a aainte Theologie... certifions avoir leu un liv r e intitule, Voyage du Pays des Hurons.•• auquel nous n'avons rien trouve contraire a l a Religion Catholique, Apoatolique et Romaine. aine tree utile et necesaaire au public..." (XXIV,XXV) - Sagard, Le Grand voyage du Pays des Hurons, Paris, Librairie Tross, 1865. (11) Ibid, p.252. - 115 - des yeux d.'enf ant qu'il considere le nouveau monde. II ne voit que l a bonte et l a beaute'. Tout comme Montaigne ou Rousseau, Sagard croit de tout aon coeur a l a bonte des Indiens. H aime le Canada, i l est sin cere et t r i s t e quand i l prend conge du pays* "C'est a present, c'est a cette heure, qu'il faut que ie te quitte, o pauvre Canada, o ma chere Province dee Hurons, celle que i'avais choisie pour f i n i r ma vie en travaillant en ta converaion..."(12) Le Pere Charlevoix de l a Compagnie de Jesus publia en 17^ 4 son "Histoire de l a Nouvelle-France" qui, a coup sur, eat l a meilleure et l a plua complete hiatoire qui ait ete ecrite sur l a Colonie Royale. L'auteur s'y montre un narrateur precis, assez elegant et apirituel, et un grand admirateur de le nature canadienne. Malheureusement, c'etait un de ces "historiens de carriere" qui ecrivaient surtout "pour la plus grande gloire des Jlauites", et non pas un esprit libre et independent, - un vrai artiste. Bien qu'il nous donne une image exacts de l a vie sociale de l a colonie a cette e*poque, i l evite 80igneueement toute description "risquee" du "beaux sexe", des moeurs et des coutumes chez les indigenes. En un mot, i l ecrit comme un "engage" du parti c l e r i c a l , et par consequent, quelques passages de son "Histoire" ou bien de son "Journal Historique" sont tres monotones. M.G. Lanctot pretend dans son l i v r e "F.X.Garneau" que les auteurs des "Relatione", Le Clercq, Charlevoix et les autres, se preoccupaient beaucoup plus de religion que de politique, exagerant les moindres details religieux. Preaque un eiecle s ' l t a i t ecoule* depuis l a publication de l'"Hist oire de l a Nouvelle-France" de Charlevoix, et aucun ouvrage d1importance n'avait paru au Canada franpais. On ne doit done pas trop blamer Lord Durham pour see paroles duree et dedaigneuses quand i l a dit, en parlant (12) Sagard, Le grand voyage du pays des Hurons. Paris, I865, p. 266-267. - 116 - a propos des Canadiens* "C'est un peuple sans histoire et sans l i t t e r a  ture. .." Le plus ancien et assez important document historique apres l a Cession du Canada, ecrit en 1784, est l'"Appel a l a Justice de l'Etat" de Pierre du Calvet, descendant d'une famille noble de huguenots fran pais. Victims de ses idees "liberales et irreligieuses" i l fut pour- suivr; par le Clerge* comme revolutionnaire et conspirateur, et enferme pendant trente-deux mois dans la prison militaire de Quebec par le ge neral Haldimand. L1eloquence de son pamphlet patriotique est toute nourrie de realites et animee d'une passion continue. Mais c'est seulement a partir de 1850 que s'accentue le mouvement des e*tudes historiques. Le Docteur Jacques Labrie, ardent patriote et lib e r a l , e c r i v i t une "Histoire Generale du Canada" bien documentee et soigneusement preparee, mais i l mourut avant d'avoir pu la publier. M.A. Morin: propose a l a legislature de publier cette synthese de tous les evenements historiques depuis les origines jusqu'a 1830, mais le manu- scrit, le travail de trente anneee, a mysterieusement peri dans l'incen- dlie de St. Benoit, pendant 1'insurrection de 1837' Les quatre petits volumes de Jean-Franpoie Perrault, "Abrege de 1'Histoire du Canada", ne sont qu'un manuel a 1'usage des ecoliers. L'oeuvre principale de cette epoque (principale - parce qu'elle etait sans r i v a l e l ) , 1'"Histoire du Canada" de Michel Bibaud, "n'est plus guere l u aujourd'hui".(13) Elle manque d'eloquence, de passion; elle est tree seche, comme son auteur, et c'est une assez pale copie de 1'"Histoire de la Nouvelle-France" de Charlevoix. Le pis est que Bibaud s'e st rendu tree impopulaire a Quebec avec son "Anglomania", exprimee presque a chaque page de son re c i t . En outre, 1'auteur ne ee soucie pas (15) Roy, C.., Tableau de 1' Histoire de la litterature canadienne. p.51« - 117 - du tout de critique et de methode. II etait etranger a la penaee carte- si enne. Un veritable renouveau l i t t e r a i r e , aurtout dans le domaine his- torique, commenpa avec l a publication de l 1 " H i s t o i r e du Canada" de Gar neau, une oeuvre qui, malgre toua aes defaute et faibleases, a l'interet d'un drame. Comme ecrivain, Garneau n'eat pas un grand artiste, surtout du point de vue europeen. Son style a souvent une certaine raideur ar- chaique, sa narration eat de temps en temps monotone et lourde, et le contenu de son oeuvre n'est pas toujours original. Car, les historiens dont Garneau s'est inspire sont nombreuxJ Thierry, Guizot, Sismondi, Voltaire, Montesquieu, Raynal, Volney... Pourtant, aon importance dana l a litterature eanadienne-franpaise est considerable. Ce que Garneau veut ecrire, c'est l'histoire du peuple canadien et de son ascension vers l a liberte politique de meme que vers l a liberte intellectuelle. Garneau est dans le sens vrai du mot le Promethee Cana dian. C'est son "Histoire" que procede une grande partie de la l i t t e r a  ture nationale de la periode auivante. Malheureusement, Garneau n'etait pas li b r e . II ne l u i e*tait pas permis d'exprimer ses pensees, d 'etre fidele a soi-meme. Quelques critiques l i t t e r a i r e s croient que s i Garneau avait vecu en France toute sa vie, i l aurait cree une oeuvre vraiment remarquable. M. G. Lanct'ot, son biographe, e'erit que Garneau aejourna en France "trop peu et re- tomba trop vite danB un milieu d i f f i c i l e . . . " (l4) En effet, e'etait un "milieu d i f f i c i l e " ! Car, immediatement apres l a parition de la premiere edition de 1 '"Histoire" de Garneau, meilleure et plus objective que toutes les autres, l'ouvrage et l'auteur furent attaques avec violence (14) Lanctot, G., Garneau historian national, p.129. (15) Ibid, p. 32. - 118 - par "quelques ultramontains". (15) Toutefois, ces "quelques ultramontains" etaient bien puissants a Quebec, les veritables chefs de la population canadienne-franpaise. I l s ont accuse Garneau d 'etre infecte par l'esprit voltairien, et Garneau, bien entendu, s'est soumis aux corrections qui l u i furent suggerees et presents au public une edition bien acceptable au point de vue Chretien et philosophique... Roma locuta est, causa f i n i t e est... Edmond Lareau, contemporain de Garneau, nous donne un commentaire de premiere main* "On sait que l a premiere edition de 1 '"Histoire du Canada" a ete retiree de la circulation aussitot que mise en vente. Des critiques acerbes, venant surtout du clerge de ce pays, reprochaient a Gar neau de donner, dans plusieurs questions, l a predominance aux in teret a temp orels sur les interets spirituels; de condamner ensuite 1'intervention du clerge dans les affaires temporelles sous l a domination franpaise, notamment a propos des di f f i c u l t e s produites par le commerce de l'eau de vie; enfin, de desapprouver le gouver nement franpais qui empechait toute emigration de Huguenots en ce pays, quand i l s etaient les seuls colons disposes a emigrer en Amerique. Afin d'avoir l a paix Garneau consentit a corriger cer- taines parties de son ouvrage qui n'en est pas moins, aupres de certains esprits, entache de gallicanisme. II est f a c i l e de com- prendre que l'historien a subi cette influence sans 1'accepter ' volontairement. C'est afin de rendre eon li v r e plus acceptable a l a majorite des lecteurs canadiens qu'il a du accepter les con- seile, les avis et les remontranees du clerge canadien..." (l6) Tandis que Michel Darveau exprime la meme idee de but en blanc* "... Pour se soustraire a la persecution!..." (17), l'Abbe Casgrain-dit de l'historien d'un ton doux et assez hypocrites "II a donne une preuve eclatante de sa piete f i l i a l e envers l'Eglise en soumettant cette edition de son "Histoire" a un ecclesiastique competent..." (18) On peut a'imaginer la souffrance, le desespoir et l'apathie de tout auteur s i son beuvre est mutilee sans raison, s i ses meilleures pensees sont expurgees sans merci. (16) Lareau, E., L' Histoire de l a litterature canadienne. p. 160. (17) Darveau, M., NQB hommes de lettres, Montreal, 1875, p.90. (18) Robitaille, G., Etudes sur Garneau. p.81. - 119 - II va sane dire que cette troisieme edition de Garneau est un ouvrage pale, presque ennuyeux. M. Lanctot a dit* "Ces alterations ne sont pas toutes heureuses historiquement, ni meme littlrairement. L1 ouvrage s'est assobri dans 1'ensemble... maiB d'autre part i l a perdu quelque chose de l'eloquente con viction et de l'ardeur vibrante qui traversaient comme un coup d'aile les deux premieres editions..." (19) En examinant de plus pres les creations historiques, produites a l a f i n du dix-neuvieme et au commencement du vingtieme siecle, on trou- vera des oeuvres d'une valeur considerable, dignes de notre confiance, minutieusement detaillees, extremement bien documentees, precises, logiques, basees sur une etude tout a f a i t moderne et scientifique, et de temps en temps meme impartiales, neanmoins, ce qui manque dans leurs pages, c'est l a vie. En general, elles sont froides et souvent lourdes, pleines d'un patriotisms exagere. II est vrai que tout historien doit "etre homme de science d'abord. II ne peut, comme le poete ou le romancier, se livr e r a son temperament et ecouter les voix secretes et seduisantes qui le conduisent incon- sciemment sur les chemins de l'art . Toutefoia, un grand historien peut "etre en meme temps un grand artiste. Ainsi, selon Thierry, l'historien ne doit pas se borner a re- later les eVenementB. L'historien doit faire revivre le passe, avec see idees, ses sentiments, see croyances, ses coutumes, oui, meme avec ses amours et ses passions'* Michel et, l u i aussi, f a i t de son "Histoire de France" une oeuvre savants et pourtant fremissante de vie. "L'Histoire de l'Etat Russe" de Karamzine etait une oeuvre qui f i t epoque. Selon Pouchkine, Karamzine a revele l a Russie aux Russes, justement comme Golomb a decouvert l'Amerique. II a redonne l a vie aux ossements des- seches de l'histoire, et i l a ecrit, en prose, un grand poeme e"pique (19) Lanctot, G., Garneau historien national, p.43. - 120 - plain d'animation. Et Macaulay fut le premier a "populariser" l'histoire dana sa fameuse "Histoire d'Angleterre". E l l e remplapa le dernier roman dans le boudoir elegant et somptueux d'une dame, et trouva sa place a cote de Shakespeare et de l a Bible sur le rayon etroit d'une bibliotheque d'un pionnier. Et Niebuhr, Mommsen, Strachey, Guedalla, tous ces hommes ont reussi a reconstituer avec exactitude l e milieu historique decrit dans leurs ouvrages, a donner une image de l a societe. Comme une reaction contre le l i v r e de Garneau, ou l'auteur a'est "servi de 1'esprit contagieux de Voltaire", l'Abbe J.B. Ferland a ecrit un "Coura d'Histoire du Canada" dans un esprit tree different de celui de 1'Historien national. A vrai dire, cet ouvrage dogmatique en eat l a contre-partie. Plus qu'une histoire, c'est une apologia ardente de l'E glise canadienne. Le Canada, pour Ferland, n'est qu'une "colonie catho lique", fondee par l a France et, apres l a conquete britannique, sauvee par 1'organisation religieuse. Ferland est un de ces nombreux historiens canadiens-franpais qui pretendent que l a Providence est intervenue dane toutes lea circonatances historiques du paya au coura du passe. " I l com- pr i t mieux que Garneau le caractere religieux de nos origines historiques, d i t l'Abbe Roy, et rendit, a ce point de vue, meilleure justice a ceux qui en furent les principaux ouvriers..." (20) Le style de l'Abbe Fer land est un style de "sang-froid" (21), comme son caractere et tout son ouvrage. Le style d'un autre religieux, l'Abbe Casgrain, au contraire, "bouillone de chaleur" (22), mais son. oeuvre historique - quelques por t r a i t s moraux de grands personnages - est, en depit d'un arc-en-ciel de couleurs criardes, sans vie, sans vigueur et sans mouvement. On nomme (20) Roy, C., Manuel de l'Histoire de l a litterature canadienne. p.46. (21) Brunet, B., Histoire de l a litterature canadienne-franpaise. p.2°. (22) Ibid, p.29. - 121 - Casgrain - historien, mais, en realite*, ce n'est qu'un homme d'imagina- tion. L'histoire n'est pas pour l u i une oeuvre de science; i l n'en voit que les aspects dramatiques, qui, peints par l u i , deviennent souvent me- lodramatiques. A 1'exception de Turcotte, Bedard, David, De Celles, Dionne, "l'en- fant terrible de l'histoire canadienne" - Benjamin Suite, dont " i l est utile de controler" le texte (25), et deux historiens vraiment remar- quables, M. Joseph E. Roy et M. Thomas Chapais, presque tous les autrea historiens nationaux sont des religieux. Ainsi, l'histoire au Canada est, sans nul doute, le monopole des ecclesiastiques. Car i l y en a beaucoup* l'Abbe Auguate Gosselin, l'Abbe H.A. Scott, l'Abbe J.P.A. Maurault, l'Ab be N. Caron, Mgr H . Tetu, Mgr J.A. Douville, l'Abbe J.B.A. Allai r e , Mgr 0. Maurault, l'Abbe L.A. Desrosiers, l'Abbe C o u i l l a r d - D e s p r e B , l'Abbe C.H. Laverdiere et bien d'autrea. Tous ces historiens, un grand nombre d'entre eux tres habiles et erudite, croient aincerement que l a race eanadienne-franpaise doit jou- er un role en Amerique, qu'elle a une mission a y remplir; et i l s re- jettent energiquement l'idee realiste de Voltaire* "L'histoire c'est un tableau des crimes et des malheura..." (24) Pour eux, l'histoire est un l i v r e des dlcrets providentiels. Le veritable chef de ce "Canada apoatolique", c'est l'Abbe Groulx. Cet ardent theoricien du parti nationaliate franpais pense que 1'his torien doit'etre conduit par une idee* l'idee mesaianique. I l met l'histoire au service d'une cause* celle de l a survivance de l a race franpaise en Amerique. Ainsi l'histoire est deliberement releguee au second plant l a religion occupe le premier. (25) Hoy, C., Tableau de l'Hjatoire de l a litterature canadienne. p.56. (24) Voltaire, L'ingenu. Oh. X. Paris, 1767. - 122 - L'histoire du Canada franpaia d'aujourd'hui n'eat pas encore delivree de la grande influence religieuse. Les jeunes historiens canadiens-franpais trouvent leurs meilleurs modeles presque exclusi- vement dans les oeuvres des historiens d'action, comme l'Abbe Groulx, M. Thomas Chapais, l'Abbe Gosselin, M. Jean Bruchesi... H e devien- nent ainsi "engages" eux-memes, partisans d'une "party line", dont l a p a r t i a l i t e eat le plua souvent responsable de la faiblesae, de l a (25) monotonie, de l 1absence de vie dana l a litterature eanadienne-franpaise. L'oeuvre de Garneau fut une faible reaction contre lea narrations ecclesiastiques d'autrefois. Mais Garneau s'etait corrige. La premiere edition "avait souleve des tempetee chez les 'sacristains et marguil- l i e r s ' . . . " (26), l a troiaieme "est une preuve eclatante de piete f i l i - ale"... Et pourtant, l'"Hiatoire du Canada" de Garneau ne cease d'etre regardee comme une oeuvre essentiellement "voltairienne et liberale"(27)« La reaction contre sa premiere edition condamnee fut exprimee dana une masse d'histoires plus ou moins "religieuses". Des lors, a peu pres rien n'a change a Quebec, du moins dans le domaine de l'histoire. En depit d'une opposition de quelques intellectuels, l'Abbe Groulx, pro- fesseur de 1'Universite de Montreal, M. Bruchesi de l a Societe Royale du Canada, l'Abbe Teasier, secretaire de la Societe d'Histoire, Mgr 0. Maurault de l a Societe Royale du Canada et Vice-president de la Societe Historique de Montreal, sont encore les seulee autorites. La critique de M. Edmond Lareau, ecrite en 1874 n'eat point demodee. "Ce n'est paa que 1'ecole actuelle soit entierement exempte de certains prejuges, d'une certaine timidite; i l y a des chosea qu'elle n'ose pas dire, qu'elle Bemble crai.ndre de dire, qu'elle (25) I l eat vrai que le jeune historien Guy Fregault est assez impartial, tout de meme, i l eat "eleve et successeur de l'Abbe Groulx..." - A. Viatte, Hjstoire l i t t e r a i r e de 1'Amerique franpaise. p.169. (26) Lanctot, G., Garneau historien national, p.42. (27) Trudel, M., L1 influence de Voltaire au Canada, op.cit.,t. I , 167- 185. - 125 - di t dans une edition et qu'elle efface dans une eeconde, comme si elle suspecteit un ennemi cache et secret qui serait pret a l'etouffer s i elle disait toute l a verite." (28) • Aujourd'hui on salt qui est cet "ennemi cache et secret" de l'expres sion libre dans l a litterature canadienne-franpaise.. Les v i e i l l e s traditions ne meurent que difficilement a Quebec. (28) Lareau, E., Histoire de la litterature canadienne. p.268. - 124 - II. LES ROMANOIERS 00 LES MORALISATEURS? Le roman eet apparu assez tard dans la litterature canadienne- franpaise. Les premiers essais de ce genre furent de mediocre qualite et i l s reaterent longtemps la timidite meme. A vrai dire, on ne saurait les appeler des "romans", mais tout simp1ement des "contes", des "his- toires". Et meme en tant que "contes", i l s n'avaient rien de commun avec les exemples classiques des "novelle", Sorites par les fameux ecrivains de l a Renaissance, Boccace, Sacchetti, Piorentino, Bandello. "Le roman, en Canada, dit L areau, un des premiers critiques l i t  teraires de ce pays, porte un caractere tout particulier, i l est es- sentiellement national." ( l ) M. Lareau a raison* si l a litterature ca nadienne-franpaise ne pouvait se vanter de rien, du moins en ce qui concerne l'originalite, e l l e pouvait certainement se vanter de son ro man. Car ce roman est unique. A quelques egards, i l n 1avait pas de r i  val dans toute la littSrature universelle, depuis le temps ou Heliodore, un Syrien, Scrivit "Aethiopica." - un conte d' amour au moins quelque peu vecu - , ou lorsque Zola, sous l'influence du physiologists Claude Ber nard f i n i t son roman experimental celebre, "Les Rougon-Maquart". Plus tard, apres l a Grande Guerre, deux pays europeens avaient imite jusqu'a un certain point le modele du roman canadien-franpais, mais selon toute apparence sans en avoir connaissance. Ces deux pays etaient l'Allemagne fasciste et l a Russie Sovietique, et leurs litteraturee etaient pleines de sermons politiques, d'idees "positives", de regies du parti, de t e l l e sorte que l'ar t veritable n'y trouvait plus sa place, ( l ) L ar eau, E., Histoire de la litterature canadienne. p.274. - 125 - Voila la-question: comment s'appelle le genre de roman cree par la plupart dea auteura Canadians-franpaia, a l'exception de quelques- uns appartenant a la generation moderne. Comment le classifier? Pouvons- nous parler d'un roman romantique, realiate, impreasionniste, naturalis- te ou existentialiste? E s t - i l base sur 1'experience humaine? Quelle qualite* considere-t-on comme essentielle dans sa structure: l'intrigue ou l a presentation du caractere? Avant qu'on ne reponde a ces questions, i l est necessaire de dire quelques mots au sujet du roman en general. Le terme "roman" au sens d'aujourd'hui s'applique exclusivement a l a narration f i c t i v e en prose, d'une longueur plus ou moins considerable, representant des *etres humains, leura actions, leurs aventurea et leura passions, et montrant une grande variete de caracteres humains dans l'histoire ou dans l a vie quotidien- ne. C'est a l'egard de ces dernieres qualites que le roman differe de l'ancien roman de chevalerie ou l'aventure d'un heroa occupe l a premiere place. Le public moderne ne a'intereaae plus aux aventurea imaginaires de t e l l e sortet i l a soif de verite. Le romancier aura done comme seule matiere l1homme d'aujourd'hui dana l a c i v i l i s a t i o n moderne. Balzac a raison quand i l ecrit dana 1'Avant-propos de l a "Comedie humaine": "En dressant l'inventaire des vices et des vertus, en raesemblant les principaux f a i t a des passions, en peignant les caracteres, en choisiesant les evenements principaux de l a societe, en composant dea types par l a reunion des t r a i t s de plusieurs caracteres homo- genes, peut-etre pourrai-je arriver a ecrire l'histoire oubliee par tant d'historiens, celle des moeurs..." (2) Ainsi, nous voyons que le vrai romsncier doit "etre a l a f o i 8 peintre, historien, philoeophe, moralists, artiste enfin! C'est pourquoi le roman englobe tous les genres artistiques. H aborde tous les sujets, e'er i t l 'histoire, traite de physiologie et de psychologie, monte jusqu'a l a (2) Balzac, H., La Comedie humaine, Avant-propos, Paris, 1842. - 126 - poesie l a plus haute, etudie lea questions les plus diverses, l a politique, l 1economic sociale, l a religion, les moeurs, en un mot, toute Is societe, toute la vie humaine. C'est a partir du genre i t a l i e n "novella" que se developpa plus tard le "roman" moderne. L' apparition de "Cento Novelle Aritiche", des le debut du quatorzieme siecle, mit a la mode cette forme de narration. Ces "novelle" e*taient dans bien des cas realistes d'une maniere piquante, et l a grande majorite d'entre elles s'occupaient exclusivement de l'e*- tude de 1'homme. Elles etaient le miroir ou les hommes de 1'epoque pouvaient se voir en toute realite. La litterature, comme nous le savons, et le roman en particulier, sont souvent 1'expression de la societe'. Le devoir de 1'artiste est de peindre cette societe fidelement et objec- tivement. M ais l'image de l a societe n'est pas toujours belle. "Ne blame pes le miroir, dit le proverbe russe, " s i ton visage est l a i d . . . " Dans le "Decameron" de Boccace, mieux que dans toute autre.oeuvre historique de l a meme epoque, nous avons l a plus fidele image de l ' l - t a l i e du quatorzieme siecle. C'est une vie gaie, frivole et corrompue, mais malgre tout cela riche, artistiqus, pleine de chefs-d'oeuvre. Des femmes legeres, des pretres peu scrupuleux, des paysans grossiers et 4 de nobles chevaliers sont les personnages principaux de l a plupart de ces contes. I l nous apparalt done assez paradoxal que l a France, immediatement apres l ' l t a l i e , soit un des pays les plus riches en ce qui concerne ce genre l i t t e r a i r e ; tandis que le Canada franpais compte parmi les nations les plus pauvres dans l a creation des romans. Vers 1450 on ecriv i t en France les "Quinze Joies du Mariage", oeuvre anonyme a la maniere des italiennes. En 1555 (a P e u P r e s a 1'epoque ou J. Cartier decouvrit le Canada et en p r i t possession au nom du Roi de - 127 - France), apparut le "Gargantua" de Rabelais qui, bien l o i n d 'etre un roman, possede neanmoina un certain internet narratif soutenu. L'"As- tree" d'Honore d'Urfe a decidement quelques-unes de ces qualites qu'on trouve aujourd'hui dans le roman. Au milieu du dix-septieme siecle, Mile de Scudery ecrivait des romans de chevalerie dans leaquels "l"amour herolque" jouait un role important. Cea romana, quelquee-una assez volumineux, etaient tres populaires parmi les "honnetes gens". l i s char- merent pourtant precieux et precieuses, pour qui ces romana furent une espece de code des belles manieres et du beau langage. l i s etaient ecrita dans l a meme intention que plua tard deux journaux victoriens "The Tatler" et "The Spectator". Une revolte contre lea qualites romanesques de Mile de Scudery provoqua^urje reaction realists de Scarron qui ecrivit son celebre "Roman Gomique". Mais c'etait Mme de l a Fayette avec sa "Princesse de Cleves", ecrite entre 1660 et 1678 qui etait le premier "romancier" en Europe. Son l i v r e eat au nombre dea chefs-d'oeuvre immortels de l a litterature romanesquej de siecle en siecle, i l n'a cesee de charmer un public e- tendu, par 1'atmosphere ou Be developpe une aventure d'eternelle veri te. Des lors, l a popularite du roman a l l a i t toujours croissant. II devint un dee genres les plus importants et les plus puissanta de l 1ex pression l i t t e r a i r e de l a societe. Le roman n'est pas ecrit seulement pour amuser le lecteurj 8a raison d'etre est ailleurs. H comprend divers genrea, differents par l'interet: le roman historiquej le roman sociologique: le roman r e l i  gieux, ethique et psychologique. Mais ce roman, qu'il soit le roman historique comme "Ivanhoe" de Sir Walter Scott, le roman d'incidents comme "Robinson Crusoe" de Defoe, le roman picaresque comme "Gil Bias" de Le Sage, le roman psychologique comme "Les Freres Karamazov" de (?) Scarron publiait le "Roman Comique" en 1651, histoire veridique d'une troupe de comediens ambulants et de provinciaux ridicules. - 128 - Dostoievsky ou le roman sentimental comme "The Vicar of Wakefield" de Goldsmith, i l est toujours base sur 1"experience humaine, et ses carac- teres et le milieu dans lequel i l s se meuvent et respirent, seront decrits aussi pres de la nature que possible. Peu importe de quel genre de roman i l s'agit* l a Verite* en est toujours l'objet unique. Sans cette Verite de la vie, le roman ne peut jamais "etre appele un bon roman, une oeuvre d'art. Dans beaucoup de ces romans, 1*amour, l a passion, l'ex- tase, l a violence, sont des elements predominants comme i l s le sont dans l a vie. Depuis l | Jage prehistorique, depuis le temps des premieres c i v i  lisations et des anciennes cultures, jusqu'a notre "age atomique", nous entendons toujours a travers les siecles les vers magiques du grand poete latin;* "Omnia vi n c i t Amor; et nos cedamus Amori* 1'amour conquiert tout", cedons done a 1'amour!" (4) Car, une breve histoire, un conte, une nouvelle, un poeme, un drame pourraient parfois se passer de descriptions amoureusea, mais presque jamais un roman. Le roman, au contraire, est une oeuvre d'une certaine duree, souvent l'histoire d'un heros, d'une famille, meme d'une genera tion. L 1attention de 1'auteur est tournee principalement vers l'action de ses personnages. En effet, cet interet porte aux personnages du ro man, comme l a source de laquelle j a i l l i t l'action humaine, force le romancier a dlcrire en detail et fidelement tout ce que f a i t son heros. La rigueur de 1'observation est essentielle. Naturellement, le romancier ne peut pas meconnaltre le role de 1'amour, car s ' i l meconnait 1'amour, i l meconnait la vie. Et si nous examinons les plus grands romans de l a litterature universelle, ceux de Tolstoi, de Flaubert, de Dickens, de Cervantes, de Sigrid Undset, de Knut Hamsun ou de Thomas Mann, nous trouvons que "l'amour" occupe une place preeminente dans leurs oeuvres, (k) V i r g i l , Eclogues. X. - 129 - non parce que ces auteurs s'ltaient delactes dans l a description des amours de diverses sortee, l1amour d 1enfant, 1'amour reveur, l'amour sensuel..., male tout simp1ement parce qu'ils etaient de vrais artistes peignant d'apres nature. Pour en revenir a 1'etude du roman canadien-franpais, on constate avec etonnement que ce roman est entierement different du roman euro- peen ou americain. L' attitude de l a major its' des romancier s canadiens dans leur maniere d'envisager la realite, differe aussi considerablement de celle des ecrivains franpais,allemands, russes ou americains. Le principal t r a i t caracteristique du roman canadien-franpais, c'est decidement son manque a peu pres complet du sentiment de 1'amour, si abondant dans toutes les autres litteratures du monde. La plupart des critiques quebecois ont horreur du "sexe" dans les romans et dans les poernes, et i l s detestent franchement les moindres descriptions de l ' a - mour, car "l'amour", pretendent-ils, se ramene souvent aux turpitudes sexuelles. l i s pretendent aussi qu'il est cause de l a corruption de l a morale du peuple, et la decadence de la f o i . Per consequent, i l s de- clarerent l a guerre a toutes les oeuvres l i t t e r a i r e s "pornographiques et decadentes" sans exception, ignorant si ces oeuvres etaient ecrites par Stendhal, par Daudet, ou bien par Paul de Kock. Jusqu'ici, i l s avaient en grande partie du succes, en combattant les oeuvres d'art, et aujourd' hui l a litterature canadienne-franpaise porte l'empreinte ineffapable de cette obsession morale. I l s ont transform! le roman en conte moral, en sermon. I l s ont decompose le visage de l a v e r i t l . Hostiles a l a beaut! dans toutes ses formes, i l s ont lutte contre elle, craignant son influence sur les esprits. Seuls les auteurs franchement catholiques ont !te lus. L1 element principal de la lit t ! r a t u r e nationale, ecrivaient-ils, ne devrait pas etre chose aussi frivole que l'art pur; au contraire, l a - 130 - l i t t e r a t u r e n a t i o n a l e d o i t 'e t re exclus ivement u t i l i t a i r e . A i n s i l a p l u p a r t des C a nad iens ne peuvent jamais penser a une oeuvre e n t i e r e - ment d ' i m a g i n a t i o n depourvue de contenu moral* La concep t ion a r i s t o c r a - t i q u e de l a d o c t r i n e de l ' a r t pour l ' a r t , l ' i d e e de l a t ou r d ' i v o i r e , l e c u l t e du Beau n ' o n t paa p r i s r a c i n e a Quebec et dans l e Nouveau Monde en g e n e r a l . Tout ce q u i eat n e c e s s a i r e pour prouver c e t t e a f f i r  mat ion , c ' e s t de l i r e quelques-uns des l i v r e s canad iens - f r anpa i s l e a p l u s impor tan t s , e c r i t a ent re I860 e t 1 9 2 0 . "Voyez not re l i t t e r a t u r e , d i t M . A . Rou th ie r dans l a preface q u ' i l e c r i v i t pour l e "Repe r to i r e n a t i o n a l " de Huston, n ' e s t - e l l e pas b i e n sage, b i e n innocen te , t ou jou r s soumise a l ' e p i s c o p a t , t o u  j o u r s f i d e l e a l a perruque de 1660 ou a l a l y r e r e l i g i e u s e des romantiques? Voyez nos romans, on nomme a pe ine 1'amour; voyez nos poe tes , i l s ne chantent que 1 ' E g l i a e , l a p a t r i e et l a f a m i l l e . " (5) Comment done d l f i n i r l e type de ce "roman innocent" dont M.Lareau a p p e l l e "un roman e s sen t i e l l emen t n a t i o n a l " ? La d e f i n i t i o n en eera tou joure " l e roman a these" ou mieux encore " l e roman de propaganda", terme qu i s ' a p p l i q u e a tous l e s romana qu i sont e c r i t s dans un but d e l i b e r e , sous l a forme d'une these , et qu i - a peu d 1 e x c e p t i o n a p r e s , b i e n entendu, - n ' o n t aucune des q u a l i t e s dee c r e a t i o n s d ' a r t d 'un romancier l i b r e . I l s presentent un expose pour ou cont re une c l a s s e du peup le , une maniere de v i v r e , une a c t i v i t e de c i v i l i s a t i o n . Comme l e ca rac t e re humain es t l e su je t d 'un i n t e r e t constant pour l e l e c t e u r , e t comme l ' h u m a n i t e se t rouve con t inue l l emen t en presence des problemes de l a v i e et de l a condu i te , i l s ' e n s u i t que l e roman a these es t assez repandu dans l a l i t t e r a t u r e u n i v e r a e l l e . Au Canada f r a n p a i s , cependant, i l ne nous est pas p o s s i b l e de p a r l e r eeulement du roman a theae ou du roman de propaganda, mais du roman de propaganda dont l a seule base est l a (5) Huston, J . , Le Repe r to i r e n a t i o n a l ou r e c u e i l de l a l i t t e r a t u r e  canadienne, 1893, P r e f a c e . - 131 - religion. Ainsi, on ne peut s'imaginer de trouver a Que"bec "The Scarlet Letter" de Hawthorne, un exemple classique de roman a theae, simp1ement parce qu'il traite d'un probleme "immoral"* Comment une jeune femme - qui a'etait etablie recemment dans une nouvelle communaute puritaine, et qui fut declaree coupable d'adulters par le peuple - peut-elle se debarraaser de cette accusation et elaborer son propre salut dans un milieu tout a f a i t hostile? Les critiques canadiena-franpais - appartenant a. l a classe d'une el i t e eccleaiaatique - ont impose de bonne heure les regies rigides et severes qui gouvernent les hommes de lettres Canadians lorsqu'ils ec- rivent leurs livres^ Le poete ou le prosateur a Quebec n'est ni libre d'exprimer ses sentiments et ses idles, de peindre d'apres nature. Au contreire, i l eat responsable vis-a-vis de la societe' de see moindres actions, de aes creations artistiques. Malheur a celui qui oserait ec- rire dea li v r e s immoraux et de cette fapon "empoisonner" le coeur simple et pieux du grand public. Accable' d'une crainte, veritablement puritaine des idees, suivant avec obeissance les regies d'Arlstote, touchant les trois unites, pensant sans cesse aux "Maximes sur l a comedie" de Bossuet, qui f a i B a i e n t encore l o i a Quebec, l e romancier canadien-franpais s'est soumis a l'autorite de l'Eglise. C'est ainsi que aes romana sont ecrits dans l'interet de la race, i l s constituent une defence, de temps en temps meme violente, de l a religion. Bien des oeuvres l i t t e r a i r e s , meme a l'heure actuelle, portent 1'approbation du cenaeur - n i h i l obstat. Dana lea essais critiques, les dissertations et les articles de la litterature eanadienne-franpaise, on repete continuellement ces regies, cet appel a la chastete, cette adoration de la Muse pudique. M. N. Legen- dre ecrit dans eon article i n t i t u l e - "A propos de notre litterature nationale": - 152 - "Nous avons une litterature canadienne; elle est bien. a nous..* Mais cette litterature, elle sort a peine de son enfance. Ce pendant, cette jeunesse est une precieuse qualite; car, comme tout ce qui est jeune, elle est encore pure et saine; e l l e n'a pas subi le souffle de l a contamination..." (6) L'Abbe Legendre est evidemment tout a f a i t satisfait de 1'enfance de le litterature canadienne-franpaise, et i l se rejouit du f a i t qu'elle est encore pure et saine, simp 1ement parce que lee aspects religieux et moraux 1'interessent plus que ceux de l'art et de la litterature. II semble qu'il se soucie peu de ce que l a litterature nationale soit me diocre ou parfaite aussi longtemps qu'elle est profondement religieuse. S'adressant aux representants de l a jeune generation, i l d i t * "A vous surtout, les jeunes, - car c'est a vous que je m'adresse i c i . . . a vous de l u i conserver ce caractere d i s t i n c t i f qui est peut-etre, apres tout, ce qu'elle a de plus Canadien. A tous. d'em- p'echer que, pour arriver a cette vogue qui donne, sinon l a riches- se, du moins le pain de cheque jour, e l l e ne soit forcee de se laisser glisser sur cette pente qui mens si vite a l'oubli de toute decence et de toute morale..." (7) II est c l a i r aujourd'hui que pour le groupe dirigeant des " i n t e l  lectuals" canadiens-franpais, une litterature parvenue a son point de perfection etait en meme temps une litterature immorale. I l s ne voulaient point de chefs-d'oeuvre de t e l l e s conditions. l i s ignoraient le f a i t que la litterature est l a plus haute expression du degre de c i v i l i s a t i o n chez les peuples. l i s se contentaient d'une litterature pauvre, mediocre et modeste, et desiraient resolument de l u i "conserver ce caractere d i s t i n c t i f qui est... ce qu'elle a de plus Canadien..." Et justement cette chaste to* predominante, cette vue Stroite, ce manque de presque tout le sentiment de 1'amour dans les romans, dans les poemes et dans les dramas canadiens-franpais, est, sans aucun doute, "ce qu'elle a de plus canadien". Cette derniere direction avait domine les belles-lettres (6) Legendre, N., A p r o p o s de.notre litterature nationale. p.72. The Royal Society of Canada, 1895. (7) Ibid, p.72. - 155 - canadiennes-francaisee jusqu'a la f i n de l a Grande Guerre. Afin de decourager l a creation de tel l e s histoires des "plus an- ciene romanciers canadiens" comme "L a f i l l e du brigand" par Eugene L'E- cuyer, ou l'auteur g l o r i f i e "les beautes feminines" en peignant "des cous d'albatre, des levres de corail et des joues au v i f incarnat" (8), le Clerge intervint et enonpa les regies que le romancier canadien- francais etait oblige* de suivre s ' i l voulait que ses oeuvres fuasent acceptees par l'Eglise de meme que par l a Societe, et " s ' i l voulait "etre digne du nom d'honnete homme et de celui de bon citoyen..." (9) II faut done que le nouveau roman canadien soit avant tout profon- dement religieux, patriotique et u t i l e . La litterature, en general, doit traiter des idees representant l ' U t i l e , le Juste, le Beau, le Vrai et le Divin. L a baee du Beau, en particulier, doit *etre toujours l a verite*, 1'ordre, 1'honnete et le decent. On rejette comme sans valeur toute chose qui n'exists "que dans l'esprit des poetes et des artistes". On peut a peine s'imaginer jusqu'a quels extremes allaient bien des c r i  tiques clericaux, condamnant les romans europeens et surtout les fran cais d'une facon generale, si meme M. Lareau, qui etait consider! dans les cercles des ultramontains de Quebec comme "voltairien" et "l i b e r a l " , s'exprime de la maniere suivantes "On ferait done une erreur grave si on pense que le roman ne doit 'etre qu'un recit d'aventures diverses imaginees seulement pour amueer..." (10) Puis i l cite un long passage, traitant du problems suivants comment le roman doit etre ecrit et quel est son but. Ces dernieres instructions avaient domine les lettres canadiennes-francaises jusqu'a l a f i n de trois premieres decades du vingtieme siecle. Les romanciers canadiens, (8) Lareau, E., Histoire de l a litterature canadienne. p.277« (9) Ibid, p.274. (10) lbid. p.275. - 154 - suivant ces r e g i e s scrupuleusement e t avec obeissance, cesserent d'etre "dea romanciers" et devinrent "des m o r a l i s a t e u r s " , "des sermonneurs". "Le divertissement que l e romancier h a b i l e semble se proposer pour but, n'est qu'une f i n subordonnee a l a p r i n c i p a l e , qui d o i t ' e t r e 1 ' i n a t r u c t i o n de l ' e s p r i t ou l a c o r r e c t i o n des moeurs. A u s s i , censurer l e r i d i c u l e et l e s v i c e s , montrer l e s t r i s t e s e f f e t e des passions desordonnees, s ' e f f o r c e r t o u j o u r s d ' i n s p i r e r l'amour de l a v e r t u , q u ' e l l e aeule est digne de ses hommages, q u ' e l l e seule est l a source de notre bonheur, - t e l est l e p r i n c i p a l d e v o i r du romancier. Ce n'est qu'en l e remplissant q u ' i l peut f a i r e un ouvrage qui tourne a sa propre g l o i r e , a i n s i qu'a l'avantage des moeurs de l a s o c i e t e . Le romancier d o i t t o u j o u r s presenter l a v e r t u sous dea couleurs f a v o r a b l eB et att r a y a n t e s , l a f a i r e r e s p e c t e r , l a f a i r e aimer dans l e s e i n meme des p l u s a f f r e u x malheurs et des p l u s grandes d i s g r a c e s ; i l d o i t peindre l e v i c e sous l e s couleurs l e s p l u s n o i r e s et l e s - p l u s propres a nous i n s p i r e r l ' h o r r e u r q u ' i l merite, f u t - i l monte au f a i t e des honneurs et parvenu au comble de l a p l u s b r i l l a n t e p r o s p e r i t e . Tout c i t o y e n qui a ' l c a r t e de ce p r i n c i p e n'eat digne n i du nom d'honnete homme n i de c e l u i de bon c i t o y e n . " ( l l ) De c e t t e maniere l a v r a i e l i t t e r a t u r e se r e d u i t a l a propagande, et l e romancier ae f a i t precheur grondant de sa chaire contre l e v i c e . . . L ' a r t i s t e n'est p l u s l i b r e . Au c o n t r a i r e , auivant l e s r e g i e s r i g i d e s de son " p a r t i " i l confine, bon gre mal gre, l a l i t t e r a t u r e n a t i o n a l e au domaine e t r o i t et l i m i t ! de l a l i t t e r a t u r e d i dactique et r e l i g i e u s e du "bon Jean et du mauvaia M i c h e l " . Le r e s u i t a t est naturellement l a medi- o c r i t ! de tou t e s ces oeuvres, un p o i n t de vue e x c l u s i f , une monotonie, un pieux bavardage. Le romancier, h u m i l i e e p i r i t u e l l e m e n t , t o u t en regardant ses Superieurs, s o u s c r i r a i t a "Sklavenmoral". Sachant que l a v i e n'est pas seulement b e l l e , mais a u s s i l a i d e , pas seulement j u s t e , mais auasi i n j u s t e , h o r r i b l e , i l s a c r i f i e l a v e r i t e e t l ' o b j e c t i v i t ! au dogme. I I r e j e t t e auasi l ' a n a l y s e , l ' o b s e r v a t i o n , l'!tude dea d i v e r s aspects de l a v i e humaine a f i n de p l a i r e au C l e r g ! . Par consequent, a f - firme M. Lareau dans son " H i s t o i r e de l a l i t t ! r a t u r e canadienne", "...on r e c h e r c h e r a i t en v a i n dana l e a r e c i t e de nos n o u v e l l i s t e s ces i n t r i g u e s de boudoirs, c e t t e accumulation de sentiments, tous ( l l ) Lareau, E., H j s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne. p.274. - 135 - auasi invraieemblables lea una que lea autres, ces tramea qui se denouent que pour ce renouer de nouveau avec de nouvellea complications, cette superfetation de sentiments, ce luxe de personnages et de types la plupart abaents de la societe', ces galanteries qui effeminent et ces beaux riens qui ne servent souvent qu'a fauaeer le jugement chez les hommea et le senti ment chez les femmes. Nos romanciers ont rejete tout cela, et n'ont rien emprunte, sous ce rapport,aux ecrivaina traneatlan- tiques..." (12) La naivete et 1'imrnaturite de ce passage de M. Lareau sont emou- vantea dana leur simplicite, d'autant plus que presque dans le meme temps qu'il ecrivait cette "Histoire de l a litterature canadienne", le8 "ecrivains transatlantiques" donnerent a l'humanite dea chefs-d'oeuvre tels que "L a Guerre et l a Paix" (I869), "Salambo" (1862), "Crime et chatiment" (I865), "Peer Gynt" ( 1867) . . . Independamment de la question religieuse et morale, i l y a aussi l a question esthetique et intellectuelle. Les livrea modernes franpais ne piaisent point aux Canadiena-franpais, parce qu'ila ne correspondent plus a leur mentalite. Leur mentalite eat devenue pendant ces deux aiecles lourde et rustique. Ce qui interesse les Europe 'enB dana un roman de Marcel Proust, de P.M. Dostoievsky, de Franz Kafka ou d'Anatole France, les laisse - a 1'exception d'une elite intellectuelle, bien entendu - tout a f a i t indifferents. l i s ne go*utent pas ce qui en con st i t ue le charme et la valeur a un Franpais. Avec leur attitude hostile envers l a realite de la vie humaine, avec leur methode de ne peindre que des couleurs blanches et noires, i l s a'ecarterent de leur devoir d'artiate. Meme le pretention de rendre l'ar t utile, de le mettre au Bervice de l a aociete, est intolerable pour un veritable artiste, mais detruire l'art pur parce qu'il pourrait devenir dangereux - comme trop paien, immoral - cela revolte le bon sens. Dans son roman, "Mademoiselle de Maupin" (1855-5^),qui, par son (12) Lareau, E., Histoire de la litterature canadienne. p.274. - 136 - sujet audacieux, est une protestation severe contre le moralisme l i t t e r a i r e , Theophile Grautier dit que le beau est le seul but de l'a r t . Dans l a Preface du meme roman i l repond a tous ceux qui attaquent "l'im- moralite" dans les creations d'artt "L*epoque, quoi qu'ils en disent, est immorale... Les livres suivent les moeurs et les moeurs ne suivent pas les l i v r e s . . . La Regence a f a i t Crebillon, ce n'etait pas Crebillon qui a f a i t la Regence. Les petites bergeres de Boucher etaient far- dees et debraillees, parce que les petites marquises etaient farde'es et debraillees! Les tableaux se font d'apres les mo- deles et non les modeles d'apres les tableaux... Les l i v r e s sont les f r u i t s des moeurs..." (15) C'est au vrai romancier qu'il echoit en partage d'examiner tous les elements de l a vie et, au besoin meme ceux que la convention avait ignores. D1examiner tous les elements, c'est-a-dire, de peindre 1'homme sans autre souci que celui de l a verite; de le presenter t e l qu'il est, sans excuses. L'ecrivain doit accepter le f a i t que 1'homme, apres tout, est une creature des instincts et des desire caches, force souvent de violer les conventions sociales. Partout ou l'on va, lee hommes sont domines par lee impulsions toutee-puiesantes, dans une lutte continuel- le pour l a survie. Dans ces luttes ou l'individu sensible est souvent battu, l a vie est bien lo i n d 'etre belle* au contraire, e l l e est laide, amere. Cependant, meme au temps de l a paix, de la prosperite, du progres, l1homme reete ordinairement ce qu'il est, obsede par l'amour du pouvoir, de l a gloire, de l'argent, des femmes, de l'art . En peignant l'homme d'une maniere ai exacte, 1'artiste montre ouvertement l'absurdite de l a premiere regie selon laquelle "le romancier doit toujours presenter la vertu sous des couleurs favorables et attra- yantes..." De meme, i l s'oppose energiquement a. l a seconde regie, sui- vant laquelle "le romancier canadien doit peindre le vice sous les (13) Gautier, T, Mademoiselle de Maupin. Preface, Paris, 1836. - 157 - couleurB les plus noires et les plus propres a nous inspirer l'horreur qu'il merite..." parce qu'il croit decouvrir un grain de bonte* meme dans lea choses du mal. II se declare, comme Moliere dans ses incom parable s comedies realiatea, pour le juste milieu. "La parfaite raison f u i t toute extremite* Et veut que l'on soit sage avec aobriete*. "(l4) En etudiant precisement l'evolution du roman canadien, i l est, cependant, possible de connaltre d'apres ce genre l i t t e r a i r e , quoique mediocre, p'ale et souvent didactique au commencement, et depourvu d'a- mour et de passion meme plus tard, toute l a vie sociale, politique, culturelle et religieuse du pays, parce qu'il porte les eigne a de la. puiasante influence de 1'Egliae. L'ouvrage de Joseph Doutre, "Las Fiances de 1812" qui ne ressem- bl a i t que par son t i t r e a 1'oeuvre celebre de Manzoni, avait ete recu avec enthouaiaame de l a part de quelques jeunes gens, avec des souppons et h o s t i l i t e de la part du Clerge* et avec indifference de la part des masses des payaans* La preface de ce l i v r e etait toute revolutionnaire pour cette epoque-la. "Notre but principal est de donner quelqu'essor a la litterature parmi nous s i toute f o i s i l est possible de la t i r e r de son etat de lethargie." (15) " C e t a i t un magnifique exemple, d i t Lareau, donne a une foule d'imitateurs qui entrerent dans la meme voie." (l6) Et on ecrivait avec ardeur dans un genre romanesque transplant! au Canada* "La chambre e*tait noire..., noire comme l'ame de ce pere inhumain..." (17) "Caroline de G*** ou 1'amour d'une femme au visage pale", nouvelle historique, par Louis-Wenceslal Dupont, suivit. Mais, probablement, on songeait trop (14) Moliere, Le Misanthrope. Acte I, 1. Paris. (15) Doutre, J., Les Fiances de 1812. Preface, Montreal, 1844. (16) Lareau, E., L'Hjatoire de la litterature canadienne. p.280. (17) Doutre, J., Les Fjance*a de 1812. p.VI. - 158 - aux "belles Creoles", aux "longs cheveux noirs", aux "prunelles, cou- leur d'ebene" (18)... vice que le Clerge ne pouvait tolerer plus long- t emp s • La reaction fut immediate* "On ne saurait trop blamer d'encourager cette ecole de perdition ou aont enseignes tous les vices que l a societe* deteste." (19) Un autre critique voyait l'age d'or du roman au dix-septieme siecle parce qu'alors le but general du roman etait de "faire triompher l a verite et l a vertu, de f l e t r i r le vice, de soumettre l a raison aux en- seignements de l'Eglise, de faire disparaltre dea ecrita l a nudite et la volupte des sens..." (20) Le roman canadien-franpaise du dix-neuvieme siecle, comme on peut le constater, n'a connu que deux genres* le roman de moeurs et le roman historiquej tous deux, bien entendu, les types les moins dangereux du point de vue moral et religieux. "Charle8 Guerin" (1852) de P.J.O. Chauveau,le premier dea romans Canadians qui ait une certaine valeur, fut le commencement de la "posi tive l i t t e r a t u r e eanadienne-franpaise", dont les oeuvres de presque tous lee auteure importanta se trouvent toutes penetrees du sentiment religieux et patriotique. Voici le roman de moeurs, et non paa le roman d' amour'. P.O. Chauveau d i t dans l a Preface de son ouvrage* "O'eet simplement l'hiatoire d'une famille canadienne contemporeine que l'auteur s'est efforce d'ecrire, prenant pour point de deaprt un principe tout oppose a celui que l'on a'etait mis en fete de faire prevaloir i l y a quelques annees, "le beau, c'est le l a i d " . C'est a peine s ' i l y a une intrigue d'amour dans l'ouvrage* pour bien dire, le fond du roman semblera, a bien dea gens, un pretexte pour quelques peintures de moeurs et quelques dissertations Gaspe, A. ( f i l s ) . Le Chercheur de Tresor ou 1'influence d'un l i v r e . (19) Noiseaux, H., L'Action malaaine du roman. Revue Canadienne,t.25,p.16. (20) Beauchamp, J.J., E 8quisses historiques sur l a roman, Revue Canadien ne, t.20,p.407. - 159 - politiques ou philosophiques..." (2l) Un peut plus tard, i l semble que l'auteur s'excuse aupres du Clerge et du public: " I l faut done espSrer qu'on ne l u i saura pas trop mauvais gre de quelques expressions un peu vives, meme de quelques sorties un peu exagereee, que se permettent quelquee-uns de ses personnages*" (22) Vers l a f i n , Chauveau, quoique docile et obeissant a l'Eglise, ne peut s'emp'echer de remarquer assez ironiquement et impatiamment• " I l est inutile d'ajouter que deux ou trois caracteres odieux, qui ont ete* introduits sur la scene, ne sont pas les types d'une classe bien nombreuee en Canada, et se trouvent la simplament, parce qu'avec l a meilleure volonte du monde, tout ne peut pas 'etre couleur rose dans un drama ou dans un roman..." (25) Lee critiques clerieaux, cependant, etaient inexorables. Le libera lisms l i t t e r a i r e de V i c t o r H u g o et son oeuvre "immorale" - "Notre Dame de Paris", les idees aristocratiques de Vigny, l'auteur de "Cinq-Mars", l a legerte libertine de Musset, le realisms raffine de Merimee, oui, meme la volupte poetique du grand artiste catholique, Chateaubriand,etaient rejetes avec l a derniere energie au Canada, et, d'une maniere paradoxale, on permettait aux romanciers canadiens de chercher leurs modeles dans le domaine des litteratures anglaise et americaine. La litterature anglaise avait deja exerce une certaine influence sur les ecrivains quebecois, et des maitres tels que Shakespeare, Milton et le grand romancier historique, Walter Scott etaient bien populaires parmi les membres d'une petite e l i t e du pays. Lss relations culturelles avec les Etats-Unis, cependant, n'exist- aient pas encore. Maintenant, le Clerge canadien, tout en preferant les ouvrages protestante et puritains, mais sainea et puree, des Americains aux ouvrages audacieux, immoraux et revolutionnaires des Franpais,ouvrit (21) Chauv e8U, P.O., Charles Guerin. p.VI. (Preface) (22) Ibid, p.VI. (25) Ibid, p.VI. - 140 - avec precaution l a porte du vieux Quebec et introduisit quelques-uns des poetes et des prosateurs americains eligibless Fenimore Cooper qui encombrait ses histoires romanesques, non pas des populations qui l'en- touraient, mais des Peaux-Rouges au dela des horizons brumeuxj Washing ton Irwing, narrant des "contes de fees" su sujet des "Knickerbockers" oublies; Longfellow, le poete, qui avec "une reserve de jeune f i l l e " racontait la tragedie romantique et touchante de la vierge acadienne... Pourtant, tous ces exemples n 1 etaient pas mauvais. U s ne pouvaient qu 1inspirer a tout le monde les sentiments les plus nobles, les pensees les plus elevees. Mais d'une maniere ou d'une autre, les hommes de l e t  tres canadiens de ce temps etaient d 1assez mauvais imitateurst les Indi- ens de Joseph Marmette dans son ouvrage "Le Tomahawk et l'Epee" sont semblables aux statues de bois; l'histoire prend le dessus dans le "ro man historique" - 11 Le Chateau de Beaumanoir:" d"Edmond Rousseau; "La Jongleuee" de l'Abbe Casgrain, une " v i e i l l e histoire du passe" qui a li e u au Canada, est un melange "de couleurs tres-poetiques" et d'"actes d'atrocite", de f a i t s "historiques" et "d'une foule de details feeriques", "enveloppee de cette teinte diapree et gazeuse qui rappelle les chants d'Ossian et les vagues reveries de 1'Orient", (24) ou mieux, du pire Chateaubriand; le recit de M. Faucher de St. Maurice, "La belle aux cheveux blonds" est sentimental jusqu'a l'absurdite; Georges de Boucher- v i l l e dans son "roman de moeurs et d'aventures" - "Une de perdue et deux de trouvees" conduit ses heros de meme que ses lecteurs, qu'ils le veulent ou non, dans l'Amerique du Sud, en Louisiana, dans les Antilles, dans la mysterieuee Cave des Coco-Letort et au Canada, et s'egare dans le labyrinths de se propre riche imagination, neanmoins, dans le l i v r e (24) Lareau, E., Histoire de la litterature canadienne. p.311-312. - 141 - i l n ' y a "pas un mot, paa una a l l u e i o n qu i p o u r r a i e n t b l e s a e r l a morale ou que r e p r o u v e r a i t l a s t r i c t e convenance . . . " ( 2 5 ) ; t a n d i s qu 'un g l o u g l o u , a demi-amoureux et a demi-pieux de Napoleon Bourassa , "Jacques e t M a r i e " t ranaforme l ' h i s t o i r e d 'Evange l ine en melodrama. S i l ' o n mentionne 1 1 amour du t o u t dans ces romana, e c r i t a p l u a ou moina par l e a d i l e t t a n t e a , ce n ' e a t que 1'amour l e p l u s chaate , l e p l u a innocent q u i a o i t jamais apparu dana l a l i t t e r a t u r e , meme dana l a l i t  t e r a t u r e r e l i g i e u s e . L'amour de Dieu de l a myatique, Mar ie de 1 ' Inca rna  t i o n , par exemple, es t v i o l e n t e t pass ionne en comparaison de c e l u i des romanciers et des poetes canad i ena - f r ance i a . En e f f e t , l e a l e t t r e s c a - nadiermes e t a i e n t s i profondement chre t ie rmes du temps du c r i t i q u e l i t  t e r a i r e Caagra in , que M. L . A . B i s s o n , rapprochant l e a noma de Caegra in et de Chateaubr iand, a pu e c r i r e ! " C e l u i - c i veu t i n t r o d u i r e l ' a r t dana l a r e l i g i o n ; c e l u i - l a , l a r e l i g i o n dans l ' a r t . . . " (26) Avec des ouvrages t e l a que "Char les Guer in" de P . J . O . Chauveau, "Pour l a P a t r i e " de J . P . T a r d i v e l , " L a t e r r e p e t e r n e l l e " de P.Lacombe, maia en p a r t i c u l i e r "Jean R i v a r d , l e Def r i cheur canadien" e t "Jean R i - v a r d economiate" d ' A n t o i n e G e r i n - L a j o i e , n o u 8 entrons dans l e domaine du roman a t hese . Deja dans "Charle8 Guer in" l e heros du r e c i t re tourne a l a t e r r e apres d'amerea decept ions et y t rouve l e bonheur. La meme idee es t exprimee a u s s i dans 1.'ouvrage de P a t r i c e Lacombe. "La i s sons aux v i e u x paya, que l a c i v i l i s a t i o n a g'ate, l e u r s romana ensanglantes , peignons 1 'enfant du s o l , t e l q u ' i l eat , r e l i g i e u x , honriete, p a i s i b l e de moeurs et de ca r ac t e r e , j o u i s s a n t de I ' a i s a n - ce et de la . f o r t u n e , sana o r g u e i l , supportant avec r e s i g n a t i o n et pa t i ence l e s p l u s grandes adver a i t e a . . . 1 1 (27) G e r i n - L a j o i e , cependant, v a p l u a l o i n . Son "Jean R i v a r d " , aelon l a (25) Lareau, E . , H j s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne. p . 290 . (26) B i s a o n , L . A . , Le romantisme l i t t e r a i r e au Canada f r a n c a i a . p . 1 5 3 . (27) Lacombe, P . , La t e r r e p a t e r n e l l e , p.123-125. - 142 - critique canadienne, est un livre remarquable, d'une grande valeur et d'une signification nationale, parce que eon but est surtout de persua der la. jeunesee quebecoise de coloniser leur propre province, vaste et f e r t i l e , au l i e u d'immigrer aux Etats-Unis. Cette these n'est qu'une propaganda en faveur de la colonisation, du retour a l a terre. A dire vrai, l'intention de 1'auteur n'a jamais ete de faire un roman. II dit dans l a preface* "Ce n ' e B t pas un roman que j'ecris, et s i quelqu'un est a l a re cherche d'aventures merveilleuses, duels, meurtres, suicides, ou• d'intrigues d'amour tant soit peu compliquees, je l u i conseille amicalement de s'adresser ailleurs..." (28) "Jean Rivard" est une glor i f i c a t i o n naive et idealises de l a vie du defricheur canadien dans les grands bois, de son retour "a l a terre" qui est l a seule source de bonheur et de contentement. Pourtant, ce "roman a these" n'est aucunement un roman du sol, comme le sont les chefs- d'oeuvre de Knut Hamsun-, de Martha Ostenso, de Rfllvaag, de Reymont... I l ne montre point d'un coup de maitre tantot les beautes de l a nature, tantot l a cruelle realite de l a condition humaine* un groups des paysans luttant desesperement, et souvent vainement, contre leur milieu. Grerin-Lajoie a Scrit son ouvrage sans habilete, sans genie ou inspiration artistique, i l n'a pas ecoute l a voix de la grande nature, ni le battement du coeur humain. Au contraire, 1'auteur est devenu eer- monneur,-. en appelant les jeunes gens a quitter sur-le-champ l a vie de testable et malsaine dee grandes v i l l e s ou meme des villages, - juste- ment comme l'a f a i t Jean Rivard, - et a s'etablir au milieu des f'orets. Tout d'abord on doit les defricher, puis i l faut se marier, avoir une nombreuse famille. II est possible que, peu a peu, on. devienne un riche proprietaire, maire du village, fondateur du bourg commercial "a l a Rivardville", et p l U B tard on deviendra peut-etre membre du parlament. (28) Ge'rin-Laloie. A.. Jean Rivard. I.II.. Preface. - 145 - La morale eat simple* le succes couronne lee efforts du jeune homme. Le l i v r e de Gerin-Lajoie a, sans nul doute, un but noble; toutefois, au point de vue l i t t e r a i r e . c'est un ouvrage peu elegant, assez ennuyeux et tree didactique et lourd, comme s ' i l avait ecrit par le defricheur lui-meme. En effet, l'auteur aemble mepriser tous cea frivoles et i n - utiles "affiquets" de la litterature; c'est l a preoccupation u t i l i t a i r e qui l'interesse. Meme 1'amour - quoique tree chaste et tree innocent - y est regarde comme u t i l i t a i r e . Quebec a beaoin d'enfants. D'une plus grande valeur esthelique, sinon l i t t e r a i r e , etaient deux romans de moeura et d'histoire* "Les Anciens Canadiens" (1862) de Phi lippe Aubert de Gaspe, pere, proprieteire de l a belle seigneurie de Saint- Jean-Port-Joli, et "Angeline de Montbrun" (1884) de L aure Conan, autre- ment nomme Mile Fe l i c i t e Angers. Le sujet des "Anciens Canadiens" n'est pas sans grandeur; mais l'essentiel, ce sont les digressions dont le ro man abonde. Elles servent toutes a depeindre les moeurs des anciens Cana diens, avant tout celles des paysans. C'est un document social d'une valeur considerable, amplament releve de couleur locale et d'effete p i t - tore sques. Quand a l'intrigue d'amour, elle est toute cornelienne et comme d'ordinaire fort irmocente. L a jeune Franpaise, Blanche, apres la con- quete du Canada, ne croit pas que l'honneur l u i permette d'epouser le jeune Anglais, Archibald, qu'elle aime et dont elle eat aimee. Ainsi, ce n'est pas l'amour qui est 1'element principal et tout-puissant dans ce roman, mala l'honneur. "II y a maintenant un gouffre entre nous, dit l a fiere Blanche, que je ne franchirai jamaia..." "L'auteur des 'Anciens Canadiena', ecrit M. Brunet, n'avait ecrit n i "Candide"ni les "CKatimenta". Son "ame etait restee pure et, parmi see admirateurs, i l y avait autant de jeunes f i l l e s que de jeunes hommes* elles etrennaient leurs premieres crionolines pour faire hon- neur a celui qui avait compose un roman sur lequel pouvaient s'ar-- 144 - reter leurs yeux eraintifs. Elles pouvaient rever ensuite en toute innocence..."(29) H f a l l a i t qu'un Franpais vlnt au Canada et donriat le modele d'une oeuvre d'art, typiquement canadienne, et pourtant universelle, qui a rendu le plus bei hommage au genie coloniaateur et a la puissante v i - t a l i t e de l a race eanadienne-franpaise en Amerique du Nord. Ce Franpais, que le sort avait conduit a Quebec en 1912, etait le timide et sensible Louis Hemon, l'auteur de "Maria Chapdelaine", qui, apres huit mois passes a l a campagne autour du L ac Saint Jean, a revele aux Canadiens-franpais des beautos et dea grandeurs de l a nature et de la vie humaine qu'ils avaient sous les yeux depuis trois siecles sanB reussir a les voir. Ce que Iouis Hemon avait cree, c'etait un veritable roman de moeurs, roman du sol, representant avec un realisms poignant et artietique les paysans canadiens habitant l a region inculte et isolee du Peribonca, couverte de foreta. Ecrivant avec un grand 8 e n t i m e n t de la poesie de la vie, He mon, toujours artiste, avait u t i l i s e la lutte des pionniers contre l a nature sauvage comme 1 1arriere-plan de som histoire de Marie Chapdelaine. Marie, une simple jeune f i l l e paysanne, eat l'heroine de l'ouvrage. La perte tragique de son amant, Franpois Paradis, qui, par un hiver rude, a'e'tait egare dans les grandes forets sans en jamais revenir, eat un des plus simples contes du monde, d'une signification profonde, non seulement canadienne, mais universelle. Hemon etait un grand artiste et un excellent observateur. i l ne peignait que d'apres nature. Les bois, les petita lacs, l a riviere, toute cette contree sauvage autour de l u i l u i semblait pleine de magie et de poeaie. Ainsi, i l n'est paa etonnant que Peribonca devienne pres que une persormalite' dans "Maria Chapdelaine". Le jeune auteur s'interes- (29) Brunet, B..Hjstoire de l a litterature canadienne-franpaiae, p .4l . - 145 - salt vivement aussi aux habitants* c'est pourquoi tous ses h!ros vivent devant nos yeux. Contrairement au reste des ecrivains Canadians, Hemon a peint l a vie comme i l 1'avait vue, c'etait un admirateur pasaionne de l a beaut! et de la verite. Pour l u i ainsi que pour tant de Franpais, rien n'est beau que le vr a i . I l n'aurait jamais pu 'etre de l'avis des Puri- tains qui regardaient la beaute comme un mal, comme une chose qui seduit et corrompt les coeurs simples. Hemon a vu une similarite et une relation entre l a beaut! de la nature et la beaute de la femme, et n'a jamais eu honte d'en psrler. Voici sa description poatique et presque voluptueuse des champs, des prairies et des collines de Quebec» "La campagne qui s'offre nue aux baisers du so l e i l avec un abandon d'epouse." Et voici une autre image, l'image du jeune Franpois Para- dis, regardant Maria! "Qu'elle etait done plaisante a contempler. D'etre assis aupree d'elle, d'entrevoir sa poitrine forte, son beau visage, honnete et patient..." (30 ) Pour Franpois Paradis, l a nature et Maria etaient un seul "etre, un corps et une a me, et i l les aimait toutes deux passionnement. Les sentiments et 1'attitude de Maria envers l a nature devinrent differents. Sa douleur engourdie s'est changee en haine pour cette terre sinistre et f!roce qui l u i avait pris son amant. Comme elle reput l'or dre de se marier - le cur! du village a signal! que c'!tait le devoir d'une jeune f i l l e , saine et vigoureuse comme elle - Maria decida tout d'abord d'accepter le jeune pretendant, un Canadien expatrie, qui l u i peignait une image brillante du bien-etre et des merveilles de le vie americaine. Pourtant, a la f i n , Maria resta dans son pays natal. E l l e accepta d'!pouser son premier pretendant, tree patient et tres humble, qui ne peut l u i o f f r i r qu'une vie continuelle de labeur dur. L'instinct, le sens du devoir, l'example de sa mere, tout cela avait influenc! le choix de (50) Hemon, L., Mari a . Chap delaine. Paris, p.92. - 146 - Maria. Mais sa decieion finale avait son origine ailleurs* dans cette devotion presque mystique de 1'habitant pour tout ce qui est canadien- franpais - pour son pays natal, pour aa langue et pour sa religion. Le petit l i v r e classique de "Maria Chapdelaine" e8t 1'interpreta tion l a plus perspicace de l'ame du Canada franpais, et le meilleur l i v  re qui ait jamais ete ecrit sur Quebec et sur sa. population. L'influence que "Maria Chapdelaine" exerpa au Canada ne fut pas d'une courte dureet on peut la aentir encore dans lea derniers roman8 canadiens-franpais. M. Jules Leger, critique l i t t e r a i r e franpais, ecrit a ce eujet* "On ne saurait juatement parler de litterature canadienne-franpaiae aana mentionner l'influence qu'exerpa Louie Hemon sur les ecrivains canadiens; a notre avis, son oeuvre a mieux eervi les lettres cana dienne 8, le Canada meme, que n'auraient pu le faire des livres his toriques ou des documents. On connait trop ce chef-d'oeuvre pour que nous ayona a en faire 1'analyse: le succes qu'il eut en France, i l le connut aussi au Canada. Lee auteurs canadiens y voyaient un modele a imiter; i l s l'imiterent un peu trop meme..." (31) A vrai dire, I C B Canadiens-franpaie avaient ete lenta a reconnaltre ce grand l i v r e et le genie createur de Louis Hemon. Eblouis par le suc ces extraordinaire et soudain de "ce eimple conte" - a peine un roman avec ses quarante-huit mille mote - les romanciers canadiens-franpais e- taient a l a fois enchantea, inspires et jaloux. Pluaieura d'entre eux conaideraient "Maria Chapdelaine" comme une "provocation" et Hemon, l u i - meme, comme un intrua. He ne parlaient pas de Chrietophe Colomb et de son oeuf celebre, mais selon toute apparence, i l s y pensaient. On reprochait a Louia Hemon de n'avoir pa8 depeint un "cure ideal", et, par consequent, Olivar Maurault ecrivait: "Apres nous avoir pris pour dea sauvages, voici que nos PariainB vont nou8 prendre dorenavant pour dea bucherona..." (32) et Ernest Choquette accusait Hemon de "ridi c u l i s e r (31) Leger, J., Le Canada francais et son expression l i t t e r a i r e . p.152-53« (32) . Maurault, 0., Brievete<s. p. 165. - 147 - ou persifler l a race" canadienne... (53) Apres l a Grande Guerre nous avons a Que*bec les premiers signes d'un renouveau intellectuel. Peu a peu, les romanciers canadiens de- viennent plus libres, et cette liberte leur permet d'etre plus objectifs et plus realistes dans leur maniere d'envisager la realite. II est vrai que nous n'avonB que deux genres principaux du romans le roman histo- rique et le roman de moeurs; toutefois, nous pouvons maintenant les appeler "des romans". Les romans historiques de Robert Laroque de Roque- brune, "Les Habits Rouges" (1923), "D'un Ocean a 1'autre"... bien qu'ils ne soient pas sans valeur l i t t e r a i r e , par malheur, montrent un nationa lisms exagere et un amer antagonisms des races. L' amour, bien entendu, y est relegue au second plan. D'une importance beaucoup plus; considerable sont les "romans de moeurs" du vingtieme siecle, quelques-uns vrais romans du sol. Cela ne veut pas dire que tous ces ecrivains qui ont imites Louis Hemon aient eu du succes* nullement. L'oeuvre qui approche le plus de la grandeur de "Maria Chapdelaine" est, sans aucun doute, "Menaud, Maitre-draveur" de l'Abbe' Antoine Savard. Ce roman, quoique depourvu d'amour et de pas sion brulante pour une femme, eet, en realite, un vibrant poeme en prose, 1'epopee lyrique de l a foret des Laurentides venue a des exploiteurs strangers et livree a 1'Industrie devastatrice qui tue l a beaute de l a nature, tout cela sous le regard impuissant de ses premiers posseseeurs. Le roman de Jean-Charles Harvey, "Les Demi-Civilises" est le drame du petit paysan qui, seduit par les divers charmee de la. c i v i l i s a t i o n , plonge sans y penser dans le courant de l a vie d'une grande v i l l e . Les idees de heros, Max Hubert, sont de temps a autre assez revolutionnairee, et on ne doit pas s'etonner si ce roman fut proclamera Quebec "pierre (33) Ohoquette, E., L e bouee. Prologue, p.94. - 148 - de scandals". Pourtant, avec son pessimisms poignant et avec son ironie amere, i l predit le changement futur de l a vie sociale au Canada franpais. Claude-Henri Grignon a revele son talent l i t t l r a i r e quand i l a ecrit le roman int i t u l e "Un homme et son peche". Realists a l'esprit perpant et bon peintre de l a nature humaine, 1'auteur de ce roman a reussi a crier une oeuvre' canadienne d'une indiscutable verite. Le peche que M. Grignon a choisi avec beaucoup de precaution, n'est point un de ces peches qui conduisent le plus souvent dans le domaine des "sujets risques" et "de- fendus", comme l'adultere. De f a i t , i l a choisi l'avarice, sujet eternel et de tous les pays. Par consequent, le succes du roman fut immediat au Canada franpais catholique. Le romancier canadien doit f l e t r i r le vice... selon l a regie traditionnelle. Le perBonnage principal est Seraphim Pou- drier, un vieux pingre dont l'avarice, l'egolsme et l a brutalite tuent tout d'abord sa femme, pauvre esclave, puis i l s le ruinent l u i aussi... Essayant desesperement de sauver son argent de l a maison en flammes, i l devient victime de sa propre avarice. Et voila la morale! Poudrier, na- turellement, ne peut *etre compare avec les types eternels de l a l i t t e r a  ture universelle, tels que Gobseck, Harpagon, Grandet ou bien Scrooge; neanmoins, i l devint tree cllebre a Quebec, un des personnages les plus populaires des lettres canadiennes-franpaises. La signification du roman de Philippe Panneton-Ringuet, "Trente Arpente" eet aussi considerable. Ce roman - une grande fresque rurale - est, jusqu'a un certain point, le l i e n entre le roman de moeurs et le roman industriel. L'histoire qu'il raconte, pessimists et amere, est un appel f a i t a tous les paysans canadiens de ne point abandonner le pays natal pour emigrer aux Etats-Unis. Le heros du roman, le deserteur, ru- ine, appauvri et oublie par tout l e monde, habite un des bas quartiers, miserables et plains de suie, d'une grande v i l l e industrielle de Nouvelle-- 149 - Angleterre, et reve, un jour de printemps, accable de douleur et de remords, a see trentes arpenta, ou - un jour - i l avait vecu comme un petit r o i . "Le aurvenant" de Germaine Guevremont eat un ouvrage tout a f a i t different: i l eat plein de jo v i a l i t e ruatique, agremente de fantaisie et soutenu par une intrigue amoureuse bien conduite. Une reaction violente et inattendue pour le Canada catholique, contre le genre dea romana traditiomrels, fut le commencement d'une nouvelle epoque l i t t e r a i r e . On trouve l a vraie raiaon de cette revolte dana les nombreux recueils de contes, lea nouvelles et les romans du terroir, ecrits par l'Abbe Groulx ("Rapaillages"), l'Abbe 0. Roy ("Propos canadiens"), Frere Marie-Victorin ("Recite laurentins"), A. Rivard ("Chez nous"), Mme B. Lamontagne ("Un coeur fidele") et par bien des imitateurs de Louis Hemon qui se mirent a "maria-chapdelainiaer" a qui mieux mieux... Comme en poeaie, ce aont les femmes qui forment 1'avant-garde dans le domaine d'un roman. "plua l i b r e " . Suivant lea paa de ce premier rebelle l i t t e r a i r e moderne, Jean-Charlea Harvey, on recommenca l a guerre* le8 romanciers de la jeune generation reclamerent le droit de peindre l a vie t e l l e qu'ils l a voyaient, source de bien et de mal. Selon l a critique catholique leur amoralisme blesse par l a peinture crue de tableaux ou le mal eat e*tudie. Ce sont les objets audacieux que lea romanciers et lee romancieres (eurtout les romancieres!) du Canada franpais osent aborder aujourd'hui. I l s font l'examen des decheances et des f a i l l i t e a morales, des amours coupables... Eva Senecal a ecrit le roman "Dans les Ombres" - une pein ture de perturba.tiona interieures. "La Chair decevante" de Mile Jovette- Alice Bernier est l'histoire d'une femme tombee qui veut reparer sa faute. Tristes consequences du peche de l a chair, pleines de passions - 150 - humainesi 0e roman produit une impression de vie et de sincerite assez rares dans le roman canadien... Le roman de Claude Robillard, "Dilet tante" semble 'etre le premier ouvrage a peu pres donjuanesque dans la litterature eanadienne-franpaise. Et v o i l a l1amour et la passion. Voila l a revolte contre le jansenisme dans l a litterature. Comme pour defier les ecclesiastiques "aux fronts moroses", le jeune Claude Robillard commence son histoire avec les mots. "Et le baiser durait encore, passionne..." (34) Ainsi les jeunes se sont venges du Clerge... de l a longue et se vere domination religieuse des belles-lettres canadiennes! Pourtant, ces tro i s romans, mal gre* une certains independence, sont toujours influen ces par 1" education catholique, par le milieu social, par la religion, dans lea tr o i s ouvrages le bien f i n i t par triompher du mal. C'est tou jours l a morale qui prend le dessus dans les oeuvres de l a jeune genera tion avant l a Seconde Grande Guerre. Mais avec lea deux romans de M.A. Langevin, "Evade de l a Nuit" et "Poussiere sur l a v i l l e " , nous avons une revolte ouverte et brutale contre l 1influence ecclesiaatique a Quebec. Dana "Poussiere sur l a v i l l e " e'eet le pretre qui est le mediant du recit. On commence une campagne methodique pour developper 1"esprit d'observations a l a place de personnages en carton-pate ou de figures etherees, nous avons maintenant, grace a cette liberte* dans le domaine de l a litterature eanadienne-franpaise, des hommes et des femmes en chair et en os, vivant devant noe yeux. Le romancier, le poete canadien- franpais peut dire finalement l a verite, aans f a l s i f i e r l a vie. Et l e Clerge? lea critiques ecclesiastiques? l i s etaient obliges de cesser d'etre intranaigeanta. Enfin, i l s ont accepte le compromia, (54) Robillard, C., Dilettante, p . l . - 151 - parce qu'a l'heure actuelle l a vie n'est preeque faite que de compromis. M. Alphonee de Parvillez ecrit dans les "Etudes"* nL'ecrivain catholique a le droit de peindre les passions, meme les plus violentes, et de ne s'adresser, par consequent, qu'a des lecteurs d'^ge mur..." (35) Oomme on est l o i n deja de Mgr St Vallier, de Tardivel, de Mgr Bourget. Resultat* aujourd'hui, les ecrivains canadiens-franpais ont reussi a composer des oeuvres d'art. Les romans de Charbonneau, " l i s possede- ront l a terre", de Lemelin, de Desmarchais... sont partout tree popu- laires au Canada* Comme une revelation dans l a litterature canadienne moderne fut "Bonheur d'occasion", roman industrisl de Gabrielle Roy qui, comme Mar tha Ostenso, a vecu dans l'Ouest. Ce roman, qui pourrait s'intituler "Misere a Montreal", nous offre un tableau tres vivant de l a penible existence des p e t i t e B gens dans un quartier ouvrier de l a plus grande v i l l e de l a Province de Que*bec. II revele un talent extraordinaire, une sensibilite toute feminine, une grande puissance d'observation et l a connaissance du metier. Les romans ecrits a Quebec re*cemment sont plus ou moins des romans psychologiques. Les romanciers de "l'inquietude et du refoulement" nous donnent leurs "confessions" intimes, comme "Tentations" de Gerard Martin, "Orages sur mon corps" d'Andre Beland, "Fantaisies sur les peches ca- pitaux" de Roger Lemelin, "Fin de l a Joie" de Jacqueline Mabit, "La coupe vide" d'Adrienne Choquette, "Terres Steriles" de F i l i a t r a u l t , livres pleins de preoccupations morales, d'analyses secretes, d'amours incertaines. Nous voyons l'artiste canadien retourner du monde exter- ieur des realites dans un monde nouveau, celui des idees, des doutes et des reves... (55) Parvillez, de A., Etudes. 20 decembre, 1929, P-721, Montreal. - 152 - De toutes ces creations l i t t e r a i r e s , c'est l'oeuvre de F i l i a t r a u l t en particulier qui merite notre attention.! c'est peut-'etre le premier chef-d'oeuvre canadien- en prose. M. F i l i a t r a u l t , auteur de "Torres Ste*- r i l e s " , pourrait 'etre appele 8ana exageration le Flaubert canadien, non seulement a cause de son.realisms extraordinaire et de son choix du aujet, mais aussi a cause de son style parfait. Ce qui caracteriae toutes ces oeuvres de l a jeune generation, aoudainement libre, de ces jeunes v i e i l l a r d s degoutes de l a vie, c'est un profond pessimisme, ce sont les vaguea fantaiaies amoureuses des adolescents, c'est le tourment des testations, suivies dee remords et des cauchemars affreux, c'est l'angoisse de l'^me, le desir de resoudre le probleme de la vie, ce sont les recherches de l a verite, c'est l a presence d'un gouffre pa.sc a l l en toujours beant, et un c r i dechirant pour la redemption, c'est tout ce qui suggere l a "mortelle education janseni- ate..." (36") Les romans, mieux que les histoires et les documents, nous montrent l a vraie image de la societe, i l s nous apportent une reponse a bien des questions. Par consequent, nous savons pourquoi on r i t a peine a Quebec, pourquoi, meme a l'heure actuelle, on attaque ei amerement les "morales relacheea", pourquoi les poetes et les romanciers ecrivent a contre- coeur sur 1'amour et l a passion, pourquoi dea livres delicieux et pleins de gaiete, tela que "Don Camillo" de Giovanni Guareschi, aeraient presque impossibles au Canada franpais. Pour tant, les temps changent, i l s ont deje. change considerablement depuis 1914... I l ne faudra attendre que quelques annees encore pour voir apparaitre le roman canadien, digne du roman europeent un sujet universal developpe de facon canadienne; une oeuvre reapirant l ' a i r du paya. . (36) Viatte, A., Histoire l i t t e r a i r e de l'Amerique franpaise, p.212. - 155 - III. LA POESIE EHOHAIKEE C'est l a poesie qui est, sane doute, le genre le mieux cultive au Canada franpais et qui nous revele encore certaines caracteristiques de la mentalite canadienne. El l e est aussi un des premiere genres l i t t e  raires nationaux, nee a peu pres en meme temps que l e journalisme, c'est- a-dire, vers 1774. Ee f a i t , elle l ' a meme precede, puisque on retrouve quelques couplets, - pieces lyriques, sstiriques, bucoliques, d'ailleurs anonymee, - qui ont ete" composes avant 1760. Cette poesie fugitive et jeune qui, cependant, exprime assez clairement les joies, les preoc cupations et les inquietudes de l'ame canadienne, a son origins dans l a chanson populaire franpaise. Mais tout comme le roman, l'histoire et le drame de ce pays sur les rives du Saint-Laurent, l a poesie canadienne- franpaiae, elle aussi, a un caractere tout particulier et differe con- siderablament de l a poesie europe'enne. Iongtemps enchainee a cause d'une severe censure ecclesiaatique, elle est essentia11ement nationale et fut, jusqu'en 1900 presque completement depourvue du sentiment de 1'amour et des grandes passions humaines. Et pourtant, c'eet 1'amour qui est la source unique, primordiale de toute poesie. Selon Walther von' der Vogelweide, l1Amour, l a Passion et la Poesie constituent une t r i n i t e indissoluble. Le grand troubadour allemand, dont les chansons lyriques n'ont ete surpassees que par celles de Goethe et de Heine, semble avoir raison. L 1origins de l ' expression poetique est cachee dans le passe obscur de l'homme. Aucun historien l i t t e r a i r e n'en peut nous parler.avec auto r i t e . Selon toute apparence l a premiere expression l i t t e r a i r e de ce - 154 - genre avait pris la forme du vers primitif. Sans nul doute, les premiers essais de l a poesie furent aaaocies a l a musique et a l a danse. Lorsque l'ame est profondement remuee, le langage articule ne suffit plus a traduire son emoi. II l u i faut le aecoura du rythme et de l a melodie pour atteindre a la hauteur de aes aentimenta, et le poete chante i n - atinctivement, triate, joyeux ou passionne. Cette disposition se manifes- te surtout a l 1apogee des grandes passions, t e l l e s que 1'amour, l a joie, l a victoire, le triomphe..* L a poeaie exprime avec verite lea emotions du poete, excitees par une belle scene, par une experience, par un attachement ou un souvenir. Bile est souvent riche en sentiments et en passions. Elle encourage lea hommea et lea anime d'une certaine ardeur. C'est par le chant que le poete oae dire a celle qu'il aime l ' ardeur de sea sentiments. C'est aussi par l u i que l'epicurien exalte aon. bonheur de vivre et l'enivrement de ses plaiairs sensuels. Le premier auteur de strophes amoureuses qui nous soit connu vivait a Sparte sept siecles avant l'ere chretienne; c'etait Alcman qui chan- ta lea louangea dee femmes avec tant de ferveur qu'il mourut de l'exces de ses voluptes. A peu pres en meme temps, " l a male Sapho, l'amante et le poete" ( l ) chantait et g l o r i f a i t dans ses "Odes" passionnees l a beaute de Venus. Et deux siecles plus tard nous trouvons a l'ancien Teos Anacreon, l'aimable chantre des p l a i a i r s sensuels. Le siecle d'Augusta, aussi, est riche en chansons d'amour, C'est le siecle des amenta celebres - Catule, Horace, Ovide, Tibulle, Proper- ce - qui ont chante a l a grace de leurs "deesses",, Lesbie, Lycoris, Corinne, Delie, Cynthie - vivant toujoura, jeunes et belles, a cause de cet amour eternel. (l) Baudel aire, Ch., Lee Fleurs du Mal, Lesbos, p.189-- 155 - C'est "le desir de 1"amour lointain" qui guide tous les troubadours a travers le Moyen. Age. L1amour "plus fort que la vie et que l a mort" et les passions coupables et fatales dans l a legende de "Tristan et Yseult"; l1amour triomphant dans "le Roman de l a Rose"; 1 1 amour-reveur de Jofroy Rudel, prince de Bleye, qui est "devenu amoureux de l a comtesse de T r i  p o l i sur l a seule renommee de ea beaute;"l1amour lyrique dans "Floire et Blanchefleur"; les amours raffinnees et passionnees de Chretien de Troyes, de Thibaut de Champagne, de Richard d'Angleterre, d'Adam de l a Halle, de Daniel Arnaud... manifestent en toute occasion leur puissance dans l a vie humaine aussi bien que dans l' a r t . On dit meme que Saint Bernard, avant de songer aux austerites monastiques, ecrivait des chansons badines et quelques peu risquees. Ainsi l a flamme de l a poe"sie erotique brule, haute et claire, purement franpaise, meme au Moyen Age, epoque profonde- ment religieuse, tandis qu'au Canada franpais nous la. chercherons en vain avant le vingtieme siecle. Des le commencement de l a Renaissance et au cours des epoques suivan tes, l a poesie amoureuse n'a point diminue en Europe; au contraire, elle a attaint a l a perfection avec les creations Bans comparaison de Ronsard, de Shakespeare, de Racine, de Pouchkine... Ces poetes trouvaient le vrai bonheur dans l ' a r t et principalement, dans l'amour. Et pour eux, les plus grands biens de l a vie - l'ar t et 1'amour - ne se confondaient-ils pas? Le role de 1' amour est tout-puissant partout, mais en particulier dans l a poesie et dans l a musiqus. Mozart a ecrit dans l'album d'une de ses amies* "Ni l'eeprit seul, Ni 11 imagination, Ni leur alliance Creent le genie. L'amour, 1'amour, 1'amour - 156 - E B t l'ame du genie!" (2) I l aemble que le poete ait une autre ame quand i l aime que quand i l n'aime pae. A force d'emotion et d'imagination l a nature change sous ses yeux. Le monde qui l'entoure deviant un monde different, enchante, ideal; aa maltresse soudain ressemble a l a belle Helene. Personne n'a mieux decrit et analyse les sentiments, les visions et l'tune creatrice d'un poete que Shakespeare: "The lunatic, the lover and the poet Are of imagination a l l compact: One sees more devils than the vast h e l l can hold, That i s the madman: the lover, a l l aa frantic, Sees Helen's beauty in a brow of Egypt: The poet's eye, i n a fine frenzy roll i n g , Doth glance from heaven to earth, from earth to heaven* And as imagination bodiea forth The forma of things unknown, the poet's pen Turns them to shapes and gives to airy nothing A local habitation and a name." (3) I l s'ensuit que l a poesie est un art entierement libre, et le poete, l u i , est "semblable au prince des nuees". Son genie a besoin de 1'amour, car cet amour symbolique - sensuel ou ideal - l u i donne toute inspiration, toute force creatrice. En glorifiant l a dame de aea pensees, i l devient toute grandeur: l a passion, eleve tout a sa hauteur. A l'instar de Platon, de Dante, de Petrarque, de Goethe, i l esquisse une image divine et im precise de 1'amour. I l chante bien parce que c'eat l'Amour qui l 1 i n s p i r e et l u i donne pouvoir d'exprimer tout ce qu'il aent au fond de aon coeur. I l ne sait pas, mais i l sent d'une mahiere ou d'une autre que "Das Ewig Weibliche Zieht uns hinan..." (4) Et c'est encore cette aspiration vera l'Eternel Feminin, vers la (2) Die Weltwoche, Unabhangige schweizerische Umschau, Literatur und Kunst, Februar 1956 (3) Shakespeare, W., A Midsummer Night's Dream. V, 1. (4) Goethe,J.W., Faust. I. - 157 - beaute et l a vertu, qui l'ennoblit, 1'encourage. Son esprit se perfec t i o n s , son 'ame s 1approfondit et son coeur s'enrichit... On ne doute pas apres cela que le poete ne soit au monde pour autre chose que pour aimer, afin de dormer a l'humanite de nouveaux chefs-d'oeuvre. En somme, c'est l a poesie d'amour qui f l e u r i t partout et toujours l a , ou un peuple est sensible a la voix de l'art , a 1' emotion, a l a passion. Cette poesie est Is plus sieve* de tous les genres poetiques, plus sublime, plus detache de l a vie qui est souvent vulgaire et mater i a l i s t s . Le poete qui aime nous chants ses joies et ses tristesses, ses peines et ses p l a i s i r s , ses amours et ses haines. H nous rend directe- ment son'ame, i l nous ouvre completement son coeur. I l est l i b r e de fai r e ce qu'il veut, d'aimer - noh pas une, mais plusieurs femmes a l a f o i s . Lui, papillon personnifie, va de fleur en fleur, car c'est 1'amour, l a source de 1 'inspiration poetique, qui le guide. Le jeune Goethe, par example, nous declare que si l'uns de ses maltresses le quitte, l a seconde est encore plus douce, plus desirable que la premiere. "Es kusst sieh' so susse der Busen der Zweiten, Ala kaum sich der Busen der Ersten gekusst..." (5) Mais, s ' i l n'est pas permis au poete de faire tout cela et d'expri- mer fidelement ses sentiments et ses pensees en vers, puis sa Muse est condamnee de mourir, isolee et solitaire, comme le poete lui-meme... C'est pourquoi Nelligan, vivant dans un pays austere et "janseniste", se pleint amerement d'errer, sombre et desespere, dans son "amour comme en un cimetierel" (6) Et c'est pourquoi i l est a peine possible de s'imaginer un Goethe, poete et amant, avec toutes see aventurea amou- reuses dans le Quebec de Mgr Bourget... (5) Goethe, J.W., Ljederbuch. 1770, Leipzig. (6) Nelligan, E., Poesies completes. Amour iramaculs*, p-74. - 158 - Cela nous ramene dans le domaine de l a poesie eanadienne-franpaise entre 1774 et 1900. E B t - e l l e une poesie libre ou bien une poesie en- chalnee? Le poete canadien, peut-il exprimer aes sentiments les plus personnels dana des vers vibrants de paasion lyrique? Peut-il g l o r i f i e r dans ses poemes les attraits de la femme? P a r l e - t - i l de I'amour? Voici la reponse du Profeaseur Antoine Jobin, l'auteur dea "Visagea l i t t e r a i r e s du Canada franpais". H e*crit* "Si puissante que fut l'influence du Romantisme franpais sur ces Canadians de l a seconde moitie du dix-neuvieme siecle, c'est un f a i t curieux que leur oeuvre se revele presque depourvue du sentiment de l'amour dont s'inspirent si souvent les Romantiques. Meme aux rares occasions ou ce sentiment se f a i t sentir, c'est plutot 1'amour calme dea simples gens que l a vraie passion... Mais l a litterature canadienne jusqu'a nos jours aemble fermee a toute suggestion ou vel l e i t e de lubricite. Quelque louable que aoit cet etat d'eaprit au point de vue ethique, i l n'en est pas moins vrai que dans ces conditions l a litterature ne saurait etre le miroir fidele de la vie..." (7) Un peu plus loin, cet auteur, profondement religieux, qui n'ecrit qu'au sujet du "foyer", de 1'"habitant"; du "terroir", du "aentiment religieux" et du "aentiment patriotique", eat oblige d'ajouter: "On Bait que, d'une fapon generale, les regionalistes canadiens font peu de cas des grandes passions humainea et qu'il arrive parfois qu'un lecteur etranger se damende, non sans inquietude, si 1'amour exists au Canada..." (8) Afin de mieux comprendre "la raison d'etre" et "l'lime" de la poeaie eanadienne-franpaise, de meme que la penale de ses createura, i l est necessaire d' examiner de plua pres l e panorama assez vaste dea debuts de cette poesie a nos jours. Mala avant d'analyser lea oeuvres poetiques et lea poetes principaux de l'Ecole de Quebec de 1860, de 1'Ecole de Montreal de 1898 et de notre periode toute moderne, i l faut dire quel ques mots a propos des origines de la poeaie du Canada franpaia et sur- tout de la Chanson populaire. (7) Jobin, A.J., Visages l i t t e r a i r e s du Oanada-francaia. Montreal,p.40-41. (8) Ibid, p.56. - 159 - Ce sont les chansons du peuple qui peut-*etre rev el ent le mi eux sa mentalite. Le folklore de la Nouvelle-France montre que l'esprit canadien-francais est essentiellement conservateur. La grande majorite des chansons populaires de l a Province de Quebec, est d 1importation franpaise. On aime et chante encore les v i e i l l e s chansons comme - "A Saint-Malo, beau port de mer", "Sur le pont d'Avignon", "Alouette", qui ont quelque chose de beau, de doux, de simple et de naif. Parce qu'elles furent irreprochables du point de vue moral, religieux ou patriotique, elles reaterent pieusement conservees. Mais 1'influence religieuse se montre particulierement dans toutes les chansons populaires d'amour, bien qu'elles fussent rares meme a cette epoque-la. A vrai dire, les passages et les allusions tant soit peu legers ont ete soigneusement elimines par les censeurs ecclesiastiques ou clericaux, et remplaces par des expressions, preferables a leurs yeux, mais qui - malheureusement - n.' ameliorent pas toujours le texte... Le Franpais proclame "a tout vent qu'il f a i t bon 'dormir' aupres de sa blonde"; tandis que son cousin lointain, le Canadien-franpais, plus modests et chaste, ee contente du verbe "se tenir"... Le menu peuple ordinairement n'est ni trop raffine dans ses gouts, ni blase. II exprime ses pensees sans hypocrisie et emploie ses mots sans fapons de parler et sans embellissements; i l est plufot grossier, plaisant et spirituel, mais avant tout - natural! Et pourtant - grace a. l a vigilance du Clerge qui l u t t a i t sans cesee contre l'immoralite et contre l a superstition parmi les masses - le lecteur ne trouvera point dans les chansons populaires d'amour du Canada franpais de passages ou de vers audacieux et immoraux, point de descriptions sensuelles et d'allusions badines, point de gauloiseries... (9)  (9) Gagnon, E., Chansons populaires du Canada. Montreal, 1908. - 160 - Une grande partie de ces chansons se trouve dans an recueil i n  t i t u l e "Les Chansons Populaires du Canada", qui reste, a Quebec, un l i v r e classique de folklore. Elles furent recueillies et reunies par Ernest Gagnon, et forment un ouvrage tres interessant, non seulement du point de vue l i t t e r a i r e et historique, mais aussi du point de vue moral. L'auteur a note un peu plus de cent chansons de toutes sortes, y compris les chansons d'amour, qui, cependant, ne sont pas tree nom- breuses. La plupart d'entre elles sont accompagnees d'une note his torique sur leur origine, leur auteur, leur ressemblance avec des chan sons populaires en France. Chose etrange, preaque toutes ces chansons sont entierement inno- centes. Edmond Lareau ecrivait au sujet de cette edition des "Chansons Populairee du Canada" de 1864» "Le peuple, dit M. Gagnon, chante peu de chansons grivoises. 'Dans tout le cours de mes recherches, je n'ai guere rencontre que deux chanaons vraiment immorales." C'est l a un beau compli ment a la moralite du peuple..." ( 10 ) Les chansons populairee du Canada sont uniques dans la litterature univereelle* par leur modestie, par leur simplicite et par leur chas- tete exageree, elles sont differentes dee chansons populaires de toutes les nations. Elles ont peu, ou rien de ces images sympathiques, pleines de vie, de rythme et de couleur des chansons italiennes ou francaises; de cette sagesse dee chansons russesj de ces allusions bruteles et extremement suggeetives des chansons allemandes: ou bien, de cette passion ardente et sensuelle qu'on trouve dans l a chanson espagnole. A tout prendre, "les Chansons des Regrets" n'occupent aucune place dana le petit l i v r e de M. Gagnon> I l n'y a point de "Peronnelle", ni de "Jeune Heiduck" de 1'Europe Centrale, "qui f a i t la cour a l a jeune (10 ) Lareau, E., Histoire de l a litterature canadienne. p.486, 4 8 7 . - 161 - f i l l e , la posaede et a1 en va. a tout jamaia", ni de paysanne canadien ne qui, pendant 1'abaence de eon mari, cede aux deairs de son amant, le Demon... De meme, i l n'y a paa un Lancelot canadien dane l a chanaon populaire du vieux Quebec, ni une Genievre canadienne. L a jeune f i l l e canadienne, qui a perdu aa virginite, ne f a i t point une confeeaion du pouvoir de l"amour t e l l e que la f a i t aa soeur de Picardie* "Que veut-tu que je te donne? Je t'ai deja. trop donne* Je t'ai donne une rose, La plus belle de mee roses, Que j'avaia aur mon roaier." ( l l ) Ell e ne chante pas non plus ses complaintea et sea regrets, apres avoir trouve le pouvoir de l'amour i r r e s i s t i b l e comme sa soeur ecossaiae* "But had I wist, before I kist That love had been ao i l l to win-, I'd lock'd my heart i n a caae of goud And pinned i t wi' a a i l l e r pin:..." (12) La "Galanterie canadienne" de M. Gagnon est entierement innocente, tout comme "La Petite Jeanneton" est vertueuse. La comparaison entre les variantea franpaises et canadiennea de "Marianne a'en va-t-au moulin" ou mieux encore, "La Petite Jeanneton" montreront iramediatement un abime qui separe cee deux paya franpais mentalement et morBlement. La gauloiserie qui tranaforme l a chanson d1amour en galanterie, se manifeate dana le "Papillon, tu es volagel" De f a i t , les chansons d'a- mour du Canada franpais, fort raree en general, sont puree et simples. Si l'on chante les louangea dea femmes, on ne gl o r i f i e que leurs yeux, leurs visages, leurs cheveux. Voici la chanson d'amour bien connue, typiquement canadienne, ou apparait l'^me naive et joyeuae des voya- geurs des pays d'en haut* (11) Tieraot, Ohanaons populaires. Paris,nb«87« (12) Ibid, no.122. - 162 - "Vive l a Canadienne. - Vole, mon coeur, vole. Vive l a Canadienne Et aea j o l i s yeux douxl" (15) Si l'on met a part cea ruatiquea chansona, lea premieres oeuvres poetiquea canadiennea eont dues a quelques amateurs qui rimaient pour des cerclea reatreints. Juaqu'aux environa de 1840, deux "poetes" d'o- rigines franpaise, Joseph Queenel et Joseph Mermet, compoaent des vers galanta et frivoles, et des chenaona badinea et ironiques qui ee rat- tachent a l'art leger du XVIIIe aiecle. Rien d'etonnant que leurs crea tions poetiques soient considere'es par leurs contemporains Canadians comme une revelation, et que meme l'auatere eatirique Bibaud d i t qu'il y a une "divine flamme dans la poeaie de Quesnel..." (l4) La poeaie amoureuse de tous deux, bien entendu, est fort innocente et se limite aux petite poemes ou "le doux rossignol chante son amour..." Quesnel, poete, qui "rima aur tout et aur rien" eet "immortaliae" par un de aea aucceaseurs dan8 l a strophe suivante, aasez extraordinaire pour cette periode* "Quesnel, le pere des amours, Semblable a-son petit bonh'omme, Vit encore et vivra toujours..." (15) J.D. Mermet, le pere de l a poesie patriotique au Canada franpais, prefere - comme plus tard Octave Cremazie et Louis H. Frechette - les vers qui "grondent" aux vera doux et amoureux. Dans sa populaire "Vic- toire de Chateauguay" i l chante* "L a trompette a aonne, l ' e c l a i r l u i t , l'airain grondej Salaberry paralt, l a valeur le seconde, Et trois cents C anadien8 qui marchent aur aes pas, Comme l u i , d'un air gai, vont braver le trepas." (16) Le troisieme "poete" de cette periode, cette fois de formation ea- (15) Gragnon, E., Chansons populairea du Canada, p.27. (14) Bibaud, M., Epitres. Satires. Chansons. Epjgrammes. p.46. (15) L Br eau, E., Hjstoire de la. litterature canadienne. p.68. (16) Hueton, Le repertoire national. (Mermet, Victoire de Chateauguay). - 165 - sentiellement canadienne, eet Michel Bibaud. Poete malgre l u i , amateur, admirateur du plus mauvais Boileau et auteur d'un recueil i n t i t u l e - "Epitrea, Satires, Chansons, Epigrammes, et autres Pieces de Vers", i l ecrit des vers qui sont lourds, eeveres, gourmes. Mais bien que sa peinture des moeurs canadiennes soit gauche, du moins elle est sincere. Ayant entrepris de tracer un portrait de ses contemporains, i l voulut etaler leurs defauts au grand jour. Cette piece ou i l ne chantera point "eh vere doux de douces voluptes", mais dira "en vera durs de dures verites", sera-une satire contre chacun des sept peches capitauxs "l'avarice, l'ignorance, l a vanite, l'orgueil, le fourbe, 1'injustice, le v i l seducteur..." Probablement c'etait un sujet trop risque, trop suggestif et immoral pour un pays aussi profondement r e l i  gieux que le Quebec. Dans un de ses derniers poernes, Bibaud se montre 1'ennemi des fem mes. II "abhorre leurs appas et meprise leurs charmes", tout en attaqu- ant les poetes europeens qui chantent l a grece de l'Amour: et de ss. Mere* "L'insense qui brula l'encens sur tea autels, 0 Venus, encensa la mere des f o l l i e s * Le vulgaire te dit f i l l e des Immortals; Tu n'ee-.que la soeur des Furies..." (17) "Les decades qui suivirent, dit M. Brunet, "l'on n'eut guere le temps de taquiner l a muse: tout e*tait aux luttes politiques, democratiques et. nationales." (18) C'est avec Octave Cremazie que la poesie canadienne-franpaise p r i t un assez large essor et devint surtout patriotique. Elle est trop gran- diloquente et trop lourde, et le poete semble ignorer la valeur musicale et plastique des mots. Selon Frechette, l a strophe de Cremazie - "...tantot roule comme un bruit pesant d ' a r t i l l e r i e ; tantot elle eclate comme une fanfare de cuivre. Parfois elle gronde comme le (17) Bibaud, M., Epitree. Satires. Chansons. Epigrammes. p«97« (18) Brunet, B., Histoire de l a litterature canedienne-francaise. p.20. - 164 - vent d'hiver dans les forete du Nord, et parfoia on oroirait entendre les accords majesteux de l'orgue soufflant sous lea " p i l l i e r s des v i e i l l e s cathedrales..." (19) Heureusement, le sentiment chez Cremazie est beaucoup plus original que le rythme et l a forme. De meme, i l fut le premier des poetes cana diens qui "ait etudie les auteurs claasiques et qui se soit debarras- se du mauvais gout angendre par 1 'ecole de l'abbe Deliale au XVIlie siecle..." (20) Pourtant, ce lecteur paaeionne" des romantiques - qui chantaient surtout 1'amour - n'emprunte rien a leur art, ce qui est assez etrangel A vrai dire, Cremazie a f a i t dans tous ses poemes une seule a l  lusion a 1*amour: c'est dans les "Mille-Iles" qu'on l a trouve» "0 souvenir de la jeunesse, Praia comme un rayon du print amps'. 0 Fleuve, temoin de l'ivresse De nos jeunes coeurs de vingt ans..." (21) Cremazie n'est pas grand comme poete - bien que quelques-uns de ses poemes soient bone, sinceres et pleins d'emotion - ; i l est remarquable avant tout comme critique. Au moyen d'une litterature toute neuve, i l voulut boulveraer l a eociete quebecoise laquelle v i v a i t encore au Moyen Age. Des revere de fortune, ou i l se trouva gravement compromis, l'o- bligerent, en 1862, a quitter Que*bec et son pays... Exile, pauvre et isole, i l vecut et mourut en France, sous le nom de Jules Fontaines. En Louis Frechette, nous avons encore un rebelle et un exile. En 1863 parut a Quebec, sous le t i t r e de "Mea Loisirs", son premier re- cueil de vers, un peu trop influence par le poesie de "Musset, L amarti- ne et Hugo". Naturellament, le li v r e fut ignore par le grand public et "...dormit chez le poete ou chez le li b r a i r e " . (22) Dana un article qui parut dans le "Journal de Quebec", le 4 fevrier, I865, le correspondent (19) Lareau, E., Histoire de la litterature canadienne. p.92. (20) Ibid, p. 91, 92. (21) Cremazie, 0 . , Poesies. Mille-Iles, p. 171. (22) Roy, C., Nouveaux Essais sur la litterature canadienne. p.158. - 165 - du Journal ecrit ceci a propos de "Mes Loisirs"* "Ce l i v r e a cause* f o r t peu de sensation, et i l ae vend ( a i d ) presque pas, a preuve que le debut n'a paa encore couvert les f r a i s d'impression." (23) Peu dispose de se soumettre a l'autorite religieuse ou bien aux "Castors" clericaux, Louis Frechette commence a les attaquer... " I l avait ecrit danB le 'Journal de Levis' des articles d'un liberalieme t e l que le proprietaire de l a f e u i l l e en avait pris peur et qu'il avait congedie son jeune Victor Hugo..." (2k) Pendant ce temps, le poete-idealiste decouvrit soudainement avec tristesse et desespoir qu'a Quebec l a poeaie n'etait pas libr e , mais enchalnee... Sans fortune, humilie et decourage, frappe d'ostraciame, mecontent, et pleurant ses illusions perdues, ce Coriolan canadien quitta son pays natal qui l u i etait ai hostile. La strophe suivante - "there i s a world eleewhere" - exprime le mieux son etat d'ames "Trop faible pour dompter ce aerviliame immonde, Fuyone-en le contact; allona de par le monde, Chercher un coin de terre ou l'honneur aoit reste." (25) Apres cinq-ans d'exil, cependant, Frechette, epuise, vaincu et accuse de "demagogic anticlericale" (26) ae soumit a l a Hierarchie, et dorenavant i l ne g l o r i f i e r a que l'Eglise, les eccle'siaatiques et le peuple canadien. Dans son "Ode a Mgr de Laval", i l exalte 1'oeuvre protectrice du Clerge canadiens "Pour sauver notre race et defendre no a droita, Le temple ae f i t citadelle..."(27) Par consequent, on 1'appelle - "Poete National" - , le celebre auteur de "L a Legende d'un peuple"... et l'Abbe Roy ecrit de luis "Sa poesie est chretienne, comme celle de presque tous nos poetes, et elle se soucie de reflater dans l a lumiere plus ou moins vive (25) Roy, C., Nbuveaux Essais sur la litterature canadienne. p.158. (2k) Brunet, B., Hjstoire de la litterature canadienne-francaiae. p.68. (25) Frechette, L.,• L e v o i x d'un exile. Chicago, 1866. (26) Roy, C., Nouveaux E 8saia, p.152. (27) Frechette, L., Epaves poetiques. p«15« - 166 - des strophes l'ame instinctivement croyante qui l ' a meditee, l'*ame profondement chretienne du peuple qu'elle doit edifier." (28) Chez tous les poetes qui suivent et se groupent autour de l'Ecole de Quebec - Pamphile Lemay, William Chapman, Adolphe Poisson, Alfred Gar neau, Appolinaire Gingras, Neree Beauchemin. enfin, nous voyons qu'ils sont tous devotement religieux et d'ardents regionalistes. Leur poesie - extremement modeste, simple et innocente - touche a de nombreux sujets* l a beaute majesteuse de l a nature canadienne, des scenes de la vie ru- rale, l a race, l a langue et l a religion. I l s chantent la peine des hom mes, leur esperance d'une vie future, leur devotion pieuse. U s ont infuse dans leur poesie leur "amour f i l i a l , l'humble besogne de cheque homme devant son pays et devant Dieu". Ce sont les ouvrages qui ss con- sacrent au sujet plus ou moins banal de 1'amour pour l a patrie, pleins de cliches* "nos aieux", "un immortel s i l l o n " , "le sang de nos peres", "les douleurs de notre sacrifice"... Les poetes ont rejete a l'unanimite l'esprit revolutionnaire et libre-peneeur de certains Romantiques, Hugo, Musset, Vigny, declarant qu'ils n'etaient point f i l e de l a Revolution, que leur langage devrait etre comme echo de l a sains litterature d'autre f o i s . . . La plupart d'entre eux apprecient mieux Beranger, Delavigne que Victor Hugo, et, en general, i l semble qu'on n'ait pas goute* et compris Musset. Leur oeuvre manque de souplesse et de nuance, de meme que de vie, de chaleur, d'amour et de passion... Leurs poemes sont doctrinaires; et monotones. Les poetes font souvent de commentaires sentencieux et moraux, et de reflexions superf'lues. Le meilleur poete de ce groupe est peut-etre Alfred Garneau, le f i l s de l'historien national, souvent ignore dans les anthologies de l a poesie canadienne-francaise. (28) Roy, C , Mouveaux Essais. p.182. - 167 - "On a i m a i t c e t t e v o i x suave et douce qui f a i s a i t o u b l i e r l a t r o p c l a i r o n n a n t e f a n f a r e de Frechette et de Chapman. On a u r a i t d i t du Musset, tellement ces poesies avaient de grace, de l e g e r t e , mais d'un Musset impregne de c h r i s t i s n i s m e . . . " (29) A l f r e d Garneau e t a i t avant t o u t a r t i s t e , poete, mais poete dont l a poesie f u t enchalnee, comme c e l l e de t a n t de ces amis. H e t a i t a l a f o i s e e n s i b l e , nerveux et t i m i d e . E t pourtant, i l y a dea v e r s parmi l e s poernes et l e s sonnets i n t i m e s de ce poete dans l e s q u e l s l'amour se g l i s s e de temps a autre * "Ouvre done l a cage de ton lime. Aims! 1'amour, c'est du bonheur. Prete 1' o r e i l l e aux mots de flamme Qui f o n t l e s s u r p r i s e s du coeur..." (50) Vers l a f i n du s i e c l e , nous avons une no u v e l l e generation de poetes qui v o u l a i e n t donner "une nuance d'^me p a r t i c u l i e r e " a l a l i t t e r a t u r e ca nadienne, ou, en d'autres termes, se debarrasser discretement du contro- l e s p i r i t u e l et temporel du Clerge*. M. Brunet e c r i t a ce propos* "La. poesie canadienne s'emancipa entre 1890 et 1900, non p o i n t q u ' e l l e a i t coupe toutes ses amarres mais, timidement, e l l e osa prendre deux ou t r o i s bordees..." (51) C'est l ' E c o l e de Montreal, fondee en 1898 qui r e a g i t contre l e s anciennes v a l e u r s l i t t e r a i r e s , reprochant aux Frechette, aux Lemay d'a- v o i r m u t i l i e l ' a r t romantique, de 1'avoir r e d u i t a l a mesure de l e u r t a i l l e . Maintenant, on appelle l a France aa p a t r i e i n t e l l e c t u e l l e . La p l u p a r t dea poetes - Charles G i l l , A l b e r t Ferland, A l b e r t Lozeau, Lucien R a i n i e r , Emile N e l l i g a n , Rene Chopin, Paul Morin... - consacrent l e u r t a l e n t a un a r t s u b j e c t i f et personnel, p l u t o t qu'aux genres o b j e c t i f s de l e u r s predecesseurs. On e s t fortement i n f l u e n c e par l e s Parnassians s t par l e s Symbolistes. Leconte de L i s l e , Theophile G a u t i e r , Heredia, (29) Leger, J . , Le Canada f r a n c a i s et son expression l i t t e r a i r e . p.108. (JO) Garneau, A., Poesies, p.63. (Ecoute). (5l) Brunet, B., H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise. p.77* - 168 - Verlaine, Rollinat, Baudelaire, Rimbaud... remplacerent Hugo et La- martine dana l'eatime dea jeunes intellectuela de Quebec. Louie Dantin, critique, event une grande penetration d'eaprit, dit plaiaamment dans l a preface aux oeuvres d'Emile Nelligan* "De meme que Cremazie avait vole a Victor Hugo dea minarets, de meme quelques jeunes gens ne craignent pas d'emprunter a l a menagerie de Leconte de Lisle, un certain nombre de granda feline dont nous avons deja entendu quelque part les miaulementa, et les rugissements. . ." (32) A cauae de cette influence, l a poesie patriotique lentement tomba en decadence, l a poesie religieuse devint vaguement mystique, la poesie philosophique s'approfondit et la poesie descriptive p r i t un essor extraordinaire. Bien entendu, toute cette poesie reste toujours enchainee, mais non paa toute entiere. Le poete parle de l1amour, toutefoia, i l montre beaucoup de reserve. C'est Albert Lozeau, tres sincere et tree sensible, dont 1'amour ideal eat "comme un beau jour de mai". "Le reve de sa bien-aimee l u i est cher comme un baiaer d'elle", et en la voyant, i l sent une "sereine et chaate ivrease". (33) Ce qui caracteriae toutea cea nouvelles creations artiatiques, c'est le peaaimieme, l'angoisse, la triateaae, l'amertume, le doute et meme le deeeepoir. II n'y a point dans les poemes de 1'Ecole de Montreal cette "Hilaritaa Chriatiana", cette joie de vivre, et cette liberte* d 1expression, qu'on trouve dana l a poeaie italienne, francaiae, alleman- de ou eapagnole. Peraonne, aauf Blanche Lamontagne peut-'etre, n1 a don ne une si charmante et ai delicieuse description "des amours et des sentiments tendres et voluptueux" de l a jeune f i l l e canadienne aongeant a son amant, que justement la poetesse canadienne-anglaiae, Iaabella Valancy Crawford, avec aa celebre "BlanchiaeuBe". (52) Dantin. L.. Preface aux oeuvrea d'Emile Nelligan. p.XXXIII. (33) Lozeau, A., L'Ame solitaire, Intimite, Paria, 1907. - 169 - V o i l a une jeune femme qui aime et qui ne v o i t que eon amour. C'est l e eang qui coule p l u s v i t e et p l u s joyeueement dans ses v e i n e a que l e p e t i t r u i s s e a u pres d ' e l l e . Bans ce poeme, t o u t n'est que j o i e , musique, s o l e i l , v o l u p t e . Aucune de ces v i s i o n s sombres et t r i s t e s , s i chores aux poetes canadienB-franeais, d'un Canada n o s t a l g i q u e , hante ou tourmente. Tout l e c o n t r a i r e * "Margaton 1 s a shapely maid; Laughter haunts her l a r g e , s o f t eye; When she t r i p s by vineyard shade T r i p s the sun w i t h her, Bay I. Wooden shoes she l a y e a s i d e , Puts her l i n e n i n the r i l l ; And the stream, i n gossip's p r i d e , Chatters t o her w i t h a w i l l : "Blanchisseuse, Blanchisseuse, I - I know a t h i n g or two'. Thus, t h i e i s the l a t e s t news, Some one dreams of eyes o f blue'." (34) C'est l a chanson de r u i s s e a u , l a chanson d'un coeur amoureux. Et l a jeune femme, reveuse, repete l e s mots doux et seduisants que "son Jean" l u i 1 a murmur! h i e r s o i r : "Blanchisseuse, Blanchisseuse, Yet another t a l e I know, Some one dreams of, runs my news, Golden heart i n bosom's snow!" (35) Presque tous l e s poetes de l ' E c o l e de Montreal sont d 1assez grands a r t i s t e s , mais l e u r Muse est t r i s t e . Lozeau a e c r i t , comme Cyrano, de b e l l e s e l e g i e s , sans espoir d'etre aime; A l b e r t Ferland a a r r e t ! son regard p e n s i f et douloureux sur l e e horizons de son pays, t o u t comme s ' i l v o u l a i t d i r e ! "Une f r o i d e p l a i s a n t e r i e , c e t t e v i e , n'eet-ce pas?"; Jean Charbonneau a r e v e l e son coeur dans un r e c u e i l de meditations pee- s i m i s t e s , "Les B l e s s u r e s " ; Lucien R a i n i e r f u t t o u c h ! par l e s miseres humaines, et sa po!sie est comme un c r i p l a i n t i f ; Chopin, Morin, Bes- Rochers, Choquette se sont s e n t i s e x i l e s au Canada... (54) (35) Crawford. I.V. C o l l e c t e d Poems. L a B l a n c h i sseuse, Toronto,1905* - 170 - Mais le plus grand poete d'entre eux, le plus sincere et le seul genie de l a litterature eanadienne-franpaise, e'eat Emile Nelligan. Vic- time de eon milieu aocial, entoure par lea "hommes aux fronts moroses", deeourage et critique malieieusement (36), i l aemble prevoir dana aes poemes "le naufrage de son intelligence". H n'etait paa compris par aea compatriotes, i l ne l u i e*tait pas permis de vivre comme un bohemien, comme un poete, et d 1 aimer les jeunes f i l l e s , ni d'exprimer toutes ses pensees, ses paaaions et ses desirs en vers. M. Jules Leger ecrit* "Le milieu dana lequel i l vecut fut defavorable a son genie poetique* aa mere, tout en encourageant aes debuts, comprenait mal cet enfant qui 'n'etait pas comme lea autres 1; son pere s'opposait obetinement a ce qu'il y eut un poete dana l a famille. Au college, i l est un. eleve mediocre; i l en sort avant d'avoir termine aes etudes et s'enferme dana une banque comme caissier. C'est l a vie affreuse, infernale durant toute l a journee. Le soir venu, i l se liv r e a son reve interieur, i l redevient le poete t r i s t e , exalte, fantaeque. A dix-neuf ana, i l succombe a l a facile; le genie l u i a ronge juaqu'a l a moindre parcelle de son intelligence. II etait poete, i l est fou. Et ce jeune homme a laisse" l'oeuvre qui f a i t le plua d'honneur aux lettres canadien- nee'." (37) La tristesse de Nelligan est incurable et va jusqu'a 1'obsession; i l a toujours "l'amertume dana l'ame". I l eat jeune, maia 8on seul amour aemble etre "une Sainte aux yeux bleus" dans une eglise. II se pleint* "Telle sur le v i t r a i l de mon coeur je t ' a i peinte, Ma romanesque aimee, o pale et blonde aainte, Toi, l a aeule que j'aime et toujours aimerai; Maia tu restes muette, impaaaible, et, trop fiere, Tu te pleia a me voir, eombre et desespere, Errer dana mon amour comme en un cimetierei" (38) La meme idee et le meme amour paaaionne et pur pour "la Sainte adoree" aont exprimeB dans les poemes "Sainte Cecile", " B i l l e t Celeste", "Reve d'une Nuit d'Ropital"...Nelligan souffre beaucoup a cause de son dualis- me et de la "mortelle education.janslniste". Dana aon "ame luttent sans (36) La critique de Marcel Dugas, La litterature canadienne, p.17• Be Marchy, Monde Illuatre, le 11 mara, 1899. (37) Leger, J., La Canada franpais et son expression l i t t e r a i r e . p.155. (38) Nelligan, E., Poesies completes, Amour Immacule, p.7^. - 171 - ceese 1'amour charnel et l'amour platonique. Par consequent, i l est rempli de remords et se sent pecheur. Mais 1'influence religieuse est plus forte, i l chasse les pensees "diaboliques",il va jusqu'a faire cette confession touchante: "Je ne veux plus pecher, je ne veux plus jouir, Oar l a sainte m'a dit que pour encor l'oufir, I l me f a l l a i t vaquer a mon salut sur terre..."(39) Le rlsultat de cette adolescence tourmentee fut l a Deraison complete: "Le nuit, i l avait des visions, soit radieuses, soit horribles! jeunes f i l l e s qui etaient a la foia des seraphins, des muses et des amantes; ou bien spectres enrages, chats fantomes, demons sinistres qui l u i souffleient le desespoir..." (4o) Banalites et injustes critiques aussi blesserent vivement l a sensi- b i l i t e du poete. Voici comment on juge son oeuvre de genie. "Ecrire des nouvelles et des romans ou l'analyse psychologique, au lieu d 1entrer dans le v i f de l'lane canadienne, ne laisse voir que des etats de conscience tout franpais; faire des poesies ou le sentiment est purement livresque et soutenu de reminiscences toutes francaises, comme, par exemple, i l arrivait trop souvent a ce pauvre et si aympathique Emile Nelligan; user sans raison du neologisms et de tous ces mots nouveaux, etranges, qu'inventent la-bas ceux qui n1 ay ant rien a dire cherchent a supplier a l'idee par l ' i n - attendu de 1'expression; employer tous ces vocables mievres, ou pretentieux et miroitants comme de faux bijoux, qui tirent l ' o e i l plus qu'il n'eveillent la pensee; ...voila ce qui n'est pas canadien et v o i l a done ce qu'il faut condemnor..." (4l) I l n'y a done rien d'etonnant a ce que la. celebre "Romance du vin" de Nelligan - son chant du cygne - ressemble a l'explosion d'un rire convulsif tout secoue de sanglots, semblable au ri r e du bouffon dans "I Pagliaccio" de Leoncavallo: "Ridi Pagliaccio, sul tuo amore infrantol Ridi del duol che t'avvelena i l cori..." "Ri, Pagliaccio, en depit de ton amour ruins'. Ri, en depit de l a douleur qui a fendu ton coeur." (42) (39) Nelligan, E., Poesies completes. Reve d'une nuit d'hopital, 137* (40) Nelligan, E., Oeuvre. Preface par L.Dantin, p.VI. (41) Roy, C , Essais sur l a litterature canadienne. p.221. (42) Leoncavallo, I Pagliacci. - 172 - Et Nelligan, ce genie enchalne, chante, tout en pretendant 'etre entierement heureux. Son coeur e s t - i l gueri enfin d'avoir aime? - "Je suis gai. Je suia gai. Vive le aoir de mail Je aula follement gai, aana "etre pourtant i v r e i . . . Serait-ce que je aula enfin heureux de vivre; Enfin mon coeur e a t - i l gueri d'avoir aime? Lea cloches ont chante; le vent du aoir odore... Et pendant que le vin ruiaaelle a joyeux f l o t s , Je suia si gai, si gai, dans mon r i r e sonore, Ohl si gai, que j'ai peur d'eclater en sanglotsl" (43) La reaction contre cette atmosphere etouffante d'un paya "ou 1'amour a froid" (44) vient soudain de l a part dea femmea. Et tandia que les hommes - moins actifs et plus timides et reserves - Morin, Cho pin, Delahaie, cherchent 1"evasion et 1 'exile volontaire dans "le delire du paganiame" (45) et parfois meme dana "le Citheron ou exultent Bac chantes" (46), tandis que les poetes comme Albert Dreux, autrement nom- me Maille, trouvent l'oubli et un bonheur de courte duree dans l'ivres- se, en chantant - " H ne voit paa les p h i l i s t i n s Se detourner de son chemin. II eat ivre. II chante..." (47) ..."une cohorte de poetesses amoureuaes" (48), Jovette-Alice Bernier, Simone Routier, Eva. Senecal, Medje Vezina, Anne Hebert, Rina Laanier, Ruth Lafleur-Hetu - demandent a haute voix l a liberte et l1amour. "Oui, Ami, C eat un reve Que je tiena d'Eve, Saurai-je resister?" (49)  (43) Nelligan, E., La Romance du vin. (44) Routier, S., Lea Tentations. Je m1 en vais l a ou jamais, Paris,195^. (45) Roy, C , Nouveaux Esaais. p.298. (46) Ibid, p.298. (47) Dreux, A., Le mauvais passant. 1920. (48) Viatte, A., Histoire l i t t e r a i r e de l'Amerique francaiae, p.187* (49) Routier, S., Ceux qui aeront aimea, Simple desir de femme, Paris,1931* - 173 - Toutes ces femes ne so up i rent plus apres un amour lointain et vague; elles veulent aimer et etre aimees. "J'aime. Qui? - Mon coeur ne sait pas encor. J'aime, et sur l a nuit mon bras se resserre." (50) Au tradieionalisme timide d 1autrefois, elles opposent les confessions ardentes et suggestives. Simone Routier rejette l1amour idealise et fe- erique et le peint t e l qu'il est en realite. L a passion est l a parure d'Eve Senecal, Jovette-Alice Bernier "mele l'amour charnel a 1'amour divin". (51) L'emancipation de l a poesie est vraiment en marche. Les poetes, Robert Ohoquette, Jean Narrache, le genial Saint-Denys Garneau et Fran pois Hertel, poete maudit, se joignent aux femmes. On va jusqu'a l a vulgarite: "Et voici qu'un beau matin on se reveille, pore parmi les pores, Avec tous ces instincts qu'on deplorait chez les autres Et qu'on a cru refoules en soi..." (52) Dans ces poernes extremement realistes, dans ce lyrisme feminin, dans cette poesie abstraite, symbolique et surrealists d'aujourd'hui, le lec- teur trouve enfin un eouffle nouveau et tout a f a i t l i b r e . La revolte de l a jeune generation a reussi. Voila la poesie canadienne-franpaise, debarrassee de ses chalnes, envisageant l'avenir avec confiance. (50 ) Routier, S., L'lmmortel Adolescent, Quebec, 1928. (51) Viatte, A., Histoire l i t t e r a i r e de l'Amerique franpaise. p.l87« (52) Hertel, F., Mes naufrages, Paris, 1951. - 174 - IV. LA CRITIQUE EST-ELLE NECESSAIRE7 La critique l i t t e r a i r e fut longtempa neglige au Canada franpais. Selon M. A. Viatte, ce n'est qu'au debut du vingtieme siecle qu'elle nait au monde canadien. Comme tous les autres genres l i t t e r a i r e s , elle aussi etait le monopole dea ecclesiastiques, et, par consequent, toute penetree de morale chretienne. A vrai dire, elle etait servante de l a religion, et 8on premier but etait, non paa de corriger et de perfec- tionner lea ouvragea et les essais l i t t e r a i r e s au point de vue a r t i - atique, maia de dominer lee belles-lettres et de tenir en echec leurs auteurs. Lea critiques de "circonstance" et les critiques "engagea" du dix- neuvieme et meme du vingtieme siecle semblent 'etre les disciples des critiques religieux du Moyen Age. En effet, l'influence d'Isidore de Seville est considerable, tandis que celle du Saint-Auguatin, ennemi acharne de l a poeaie paienne et amoureuae, est toute-puissante. Les critiques l i t t e r a i r e a canadiens, tous ceux qui appartiennent au parti c l e r i c a l , semblent ignorer completement les oeuvres critiques t e l l e s que "De Vulgari Eloquentia" de Dante et surtout l a celebre defence de la poesie, "Genealogia Deorum Gentilium" de Boccace. De l a meme famille apirituelle que Pascal, i l s repetent aes mots en toute occaaion. "Tous les grand a divertiaaementa aont dangereux pour la vie chretienne." (l) En faiaant la critique d'une oeuvre d'art, i l a releguent avec intention l'art au second plan. Pour eux, l'ar t reste toujours aubordonne a la morale comme a aa f i n derniere, puisque, ( l ) Pascal, B., Diacoura aur lea passions de 1'amour. Parie. - 175 - pretendent-ils, l a morale est l a regie definitive de le vie. Ainsi, l a critique est-elle necessaire? Peut-on l'appeler - critique? N1 est- elle pas denuee de sens et de valeur dans un pays ou les critiques principaux disentJ Perisse l'art plutot que l a morale'. On peut deja trouver les origines d'une "critique" nationale dans la "Gazette l i t t e r a i r e " de Montreal en 1778. Lea membres de l'"Acade- mie naissante" - un des cercles l i t t e r a i r e s du Canada franpais - cor- rigeaient et jugeaient avec liberte et rigueur les premiers timides essais en prose et en vers de quelques amateurs. Plus tard, a partir de 1306, des journaux franpais, le "Canadien" et le "Spectateur" (1813) attaquerent de temps en temps les defecteuses productions des rimail- leurs de ce temps. Chose etrange, ces premiers essais de la critique canadienne etaient aesez bona, assez spirituals, et surtout - a s 9 e z impartiaux. Par malheur, tous ces journaux n'eurent qu'une vie ephemere. "Certains articles du 'Courrier de Quebec1, du 'Canadien' et du 'Spectateur' soient parfois animes d'un- souffle qui rappelle les enthousiasmes du lyrisme ou les vivacitee mordantes de l a satire. Malins et patriotes, nos ancetres le furent toujours, et l'esprit gaulois n'a jamais manque a leurs plus graves en- treprises. La prose de nos journsux fut done profondement im- pregne*e de cette generosite... que rarement l'^me franpaise reussit.a oublier tout a f a i t . . . " (2) La. "Bibliotheque canadienne" de 1825, "L1 Observateur" de 1850, 1' "Encyclopedic canadienne" de 1842, recueils public's successive- ment par Michel Bibaud n'ont aucune des qualites d'une oeuvre critique, parce qu'ils sont partiauxi "II n'est pas necessaire d'avertir que rien de contraire a l a religion, a l a morale, ou aux convenances so- ciales n'y sera admis..." (5) Mais avec les "Silhouettes l i t t e r a i r e s " de l'Abbe Casgrain et de Joseph Marmette - hommes de tous les metiers - , avec les "Portraits (2) Roy, C., Hps origines l i t t e r a i r e a . p.110. (5) Ibid, p. 554. - 176 - et Pastels l i t t e r a i r e s " - qui, plutot, devraient 'etre nommes! "les Sermons l i t t e r a i r e a " - du Juge A. Routhier, nous avona le commencement de l a critique dogmatique, qui domine lea lettres canadiennes-francai- ses juaqu'a nos jours. (4) Cette critique dogmatique et partiale de Quebec, cependant, ne ae borna pas seulement a l a litterature; au contraire, etant militante et agreBaive, elle attaqua et terroriaa lea individua et les groupes l i t t e r a i r e s . Elle s'est alora et volontiers mise au service des passions dominantes* elle eat devenue, trop souvent, l 1instrument de sympathies ou d 1antipathies personnelles qui n'ont rien a voir avec le go'ut artiatique. L'Abbe Caagrain eat le chef abaolu de cette ecole, "le Pere nourricier de notre litterature". (5) I l fonda en 1861 lea "Soirees canadiennes" et en 1865 le "Foyer Canadian", ce qui veut dire que des lors toute l a litterature eanadienne-franpaise et tous ses auteurs et collaborateurs sont destines a vivre et ecrire sous l a surveillance etroite dea eccleeiastiques. La grande theorie l i t t e r a i r e et critique de Caagrain, c'est que lea lettres canadiennea doivent etre profondement "chretiennes et cana diennes" : 11 Si, comme cela est incontestable, e c r i t - i l , l a litterature eat le reflet dea moeurs, du caractere, des aptitudes, du genie d'une nation, s i elle garde aussi l'empreinte des lieux, des divers aapects de l a nature, dea sites, des perspectives, des horizons, la notre sera grave, meditative, spiritualiste, religieuse, evan- gelisatrice comme nos missionnaires, genereuse comme nos martyra, energique et perseverante comme nos pionniers d'autrefois; et en meme temps elle sera largement decouple, comme nos vaates fleaves, nos larges horizons, notre grandiose nature, mysterieuse comme les echos de nos immenses et impenetrablea forets, comme lea eclair a de nos aurores boreales, melancoliques comme nos pales soirs d'automne enveloppea d1ombres vapoureuses, comme l'szur profond, un peu severe de notre c i e l , chaate et pure comme le manteau virginal de nos longs hivera..." (6) (4) I l faut conaulter lea ouvrages critiques de S.Marion, M.Hebert, H. Bernard. (5) Legendre, N., Echoa de Que*bec, Quebec, 1877» t.II, p.35. (6) Casgrain, H.R. Oeuvres completes, t.I., p.10,11. - 177 - C'est plutot l a religion que l a litterature; d'ailleurs, dans ces conditions, une critique, reduite a l'esclavage n'est plus necessaire. L'Abbe Casgrain est l o i n d'etre un critique l i t t e r a i r e : par des lou- anges excessives i l f a i t reposer ses amis - le plus souvent des auteurs mediocres - sur des lauriers ephemeres, et leur f a i t croire qu'ila ont atteint l a perfection de leur genre. "Le temps est passe des panegyriques l i t t e r a i r e s , ecrira plus tard, en 1872, l'abbe Casgrain, qui reprenait ce jour-la les idees qu'il avait exprimees six ans auparavant. Ces menagements, ces critiques a l'eau de rose qui avaient leur u t i l i t e , qui etaient meme necessaires i l y a quelques annees, quand les l e t  tres canadiennes etaient a leur debut, seraient fatales aujourd' hui... "(7) Le premier critique serieux de l a litterature au Canada est Octave Cremazie. Malheureusement, i l dut f u i r l a justice de son pays, quitter Quebec, et s'exiler. I l ne devait jamais plus revenir au Canada: i l mourut en France en 1879, ignore de tous, dans un denuement bien pres de l a mi sere. See lettres a l'Abbe Casgrain nous revelent son talent extraordina ire et son etonnante erudition. La critique, severe, mais juste, pour Cremazie, est un element necessaire au developpement d'une litterature, non seulement pour faire connaltre les oeuvres, mais aussi pour d i r i - ger les ecrivaine, pour les avertir de leurs faiblesses, pour les juger. Ce qui manque chez nous, e c r i t - i l , c'est la crituque l i t t e r a i r e . Je ne ssis s i , depuis que j ' a i quitte le pays on a fait, des progres dans cette partie essentielle de l a litterature; mais de mon temps c'etait pitoyable..." (8) L'ambition de Cremazie etait d' enseigner l a phalange des jeunes talents - l'esperance du Canada franpais - qui se groupait avec une ardeur fievreuse autour de leur maltre. I l etait toujours leur ami. I l encourageait leura efforts, s'interessait a leurs etudes, leur ouvrait (7) Darveau, C., Critique l i t t e r a i r e . 1872. p.65. (8) Cremazie, 0 . , Poesies, Montreal, 1925, p.27. - 178 - de nouveaux horizons. I l avait 1 'intention de les guidef vera un pays inconnu, piein de lumiere et de beaute. En verite, Cremazie ne manquait jamais d'entretenir la flamme de l1enthousiasme chez les amateurs de livre s . II Itait, sans aucun doute, le fondateur d'un foyer intellec- teul canadien qui, peu a peu, se revelait clairement bien different du vieux foyer des Ferland, des Casgrain, des Parent... Car Cremazie fai a a i t tous ses efforts pour accelerer au Canada l a naissance des beaux-arts, de la vraie litterature, de l a critique impartiale. II voulut dissiper la nuit d'ignorance, de lethargie et d'etat arriere d'un pays trop longtemps sous l a domination du Clerge. Cependant, Cremazie ne dit jamais directement qui est - en realite - responsable de cette ignorance, de cette pauvrete intellectuelle d'un peuple. I l sait tree bien ou chercher l a cause de 1 'infe*riorite de l a litterature canadienne- franpaise, i l sait aussi que le gout l i t t e r a i r e a diminue considerable- ment au cours de quelques annees de son exile. Tout de meme, i l ne montre pas du doigt les ecclesiastiques; plutot, i l se tourne vers l a societe*, indifferente et apathiques "Nous n'avons malheureusement qu'une societe d'epiciers. J 1 appelle "epicier" tout homme qui n'a d'autre savoir que celui qui l u i est necessaire pour gagner sa vie, car pour l u i la science est un ou t i l , rien de plus... Comme le vendeur de melasse et de cannelle, i l s ne savent, i l s ne veulent savoir que ce qui peut rendre leur me tie r profitable. Dans ces natures petrifiees par la routine, l a pensee n'a pas d'horizon. Pour elles, l a litterature franpaise n'e- xiste pas apres le dix-huitieme siecle. Ces messieurs ont bien entendu parler vaguement de Chateaubriand et de Lamartine, et les plus forts d'entre eux ont peut-etre l u les 'Martyrs' et quelques vers des 'Meditations'. Mais les noms d'Alfred de Musset, de Gau- ti e r , de Nicolas, d'Ozanam, de Merlmee, de Ravignan, de Lacordaire, de Nordier, de Sainte-Beuve, de Cousin, de Gerbet, etc., enfin de toute cette pleiade de grands ecrivains, la gloire et l a force de la Prance du dix-neuvieme siecle, leur sont presque completement inconnus. N' allez pas leur parler des classiques etrangers, de Dante, d'A l f i e r i , de Goldoni, de Goethe, de Metastase, de Lope de Vega, de Calderon, de Schiller, de Schlegel, de Lemondorff, etc., car i l s ne sauraient ce que vous voulez dire..." ( 9 ) ( 9 ) Cremazie, 0 . , Poesies, p.52. - 179 - Cremazie ne d i t pas que l e s l i v r e s de presque tous ces e c r i v a i n s sont mis a l ' i n d e x . C ' e s t l a l a ques t ion ! S i l e s Canad iens - f ranpa i s ne peuvent pas l i r e l i b rement l e s che f s -d 'oeuvre de l 1 e s p r i t humain, comment p o u r r i e n t - i l s esperer a v o i r une grande l i t t e r a t u r e n a t i o n a l e ? Cremazie a ete l ' u n dea fondateura de l ' l n a t i t u t Canadien de Que bec , et l ' u n de aea membres l e e p l u s a c t i f s t a n t q u ' i l a vecu au Cana da . E x i l e en Prance, i l sembla i t c r i e r dana l e d e 8 e r t s on 'ne l ' e c o u t a i t p o i n t . Mediocre poete maia e x c e l l e n t c r i t i q u e , Cremazie eat, sans aucun. doute, l e p recurseur des F o u r n i e r , des A s s e l i n , des D a n t i n . L a premiere " H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne", e c r i t e en 1874 par Edmond Lareau n'eBt pas mauvaise. Ce r t ea , e l l e a aea defauts e t ses f a i b l e s s e s , maia i l fau t t ou jou r s penser que tous l e s commence ments sont d i f f i c i l e s . L a c r i t i q u e des auteurs e t de l e u r oeuvre se rapproche p l u s de l a b i b l i o g r a p h i c que de l ' e s t h e t i q u e , e l l e es t p l u s anecdotique que savante. Lareau aime l e s noms des genies de l a pense'e europeenne e t u n i v e r s e l l e , mais , malheureusement, i l l e s compare avec l e s auteurs canadiens ce qu i es t abeurde. Lea a u t r e 8 p i o n n i e r s de l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e au Canada q u i v o u - l u r e n t preparer une l i t t e r a t u r e canadienne, "bonne, l o y a l e et p l e i n e de f o i en son D i e u et son ca rac t e r e n a t i o n a l . . . " (10) aont P . O . Chauveau, Hector Fabre , Alphonse Lus ignan , Joseph Marmette, Napoleon Legendre, Paucher de S a i n t - M a u r i c e . . . Les champions de l a morale ch re t i enne dans l a l i t t e r a t u r e eanadien ne - f r anpa i s e , l e s c r i t i q u e s sans compromis, l e s defenseurs de l a r e l i g  i o n , aont avant t o u t S i r A d o l p h e - B a e i l e R o u t h i e r , l ' a u t e u r de " C e n t u r i  on" e t dea "Cauaer iea du dimanche", 1 'autodidacte J u l e a T a r d i v e l , e t (10) Faucher de S a i n t - M a u r i c e , Chosee et au t res , Quebec, 1874, p . 3 2 . - 180 - ce " j o u r n a l i s t e m i l i t a n t " , Thomaa Chapaia, q u i a epuiae p l u s t a r d son excessive energie en etud i e n t " l a f r o i d e h i s t o i r e " . A.B. Routhier est p l u t o t sermonneur que c r i t i q u e . I l r e j e t t e b r u - talement 1'oeuvre de tous ces g i a n t s de 1' e s p r i t q u i ne sont pas en- . tierement r e l i g i e u x , ou mieux - devots. V o i l a aa maniere de f a i r e l a " c r i t i q u e " : "Et pourtant, i l y a la. quelquea tachea. Boasuet e B t l e pere du g a l l i c a n i s m e l Paacal eat janaeniste'. Fenelon, Racine et toua l e s l i t t e r a t e u r s de ce temps, ont l a tache payennei... - Je ne p a r l e pas de B o i l e a u . Je n ' a i jamaia aime ce vieux garpon a l'humeur a c a r i a t r e , qui ne v o y a i t pas de poesie dans l e c h r i s t i a r i i s m e , et qui n'a trouve dana noa temples qu'un l u t r i n qui v a l u t l a peine d'etre chante. Je ne p a r l e pas non p l u s de Mo l i e r e ; aes comedies n'ont jamaia c o r r i g e personne, pas meme sa femme, et e l l e s ont f a i t mentir l e ' c a s t i g a t ridendo mores' des anciens, n i de l a Fontaine dont l e s p l u s j o l i e a f a b l e s n'ont pu f a i r e pardonner l e a contes..." ( l l ) J u l e s T a r d i v e l v o i t dan 8 l a l i t t e r a t u r e franpaiae "une arme forgee par Satan pour d e s t r u c t i o n du genre humain". (12) Ce j o u r n a l i s t e u l t r a - montain, "que l a g l o i r e de V e u i l l o t empechait de dormir" (15 prend au serieux meme l e s heros de roman, et, avec c o l e r e , demande l e u r p u n i t i o n . Meme l 1 i n n o c e n t Lemay - malgre sa meda i l l e d'or - n'echappe pas a sa " c r i t i q u e f e r o c e " . M. T a r d i v e l penae que l e " P e l e r i n de Sainte-Anne" de Lemay est beaucoup trop r e a i i a t e : "Expoaer l e v i c e ne s u f f i t pas: i l f a u t de p l u a l e f l e t r i r , l e pu n i r . M. Lemay n'a. pas t o u j o u r s observe c e t t e r e g i e . P l u s i e u r s de ses homines de c h a n t i e r . . . apres a v o i r assourdi nos o r e i l l e s de l e u r s h o r r i b l e s blasphemes, disparaiaaent a l a f i n du roman, impunis et eana recueillir un mot de reprimande de l ' a u t e u r . " (l4) A p a r t i r de 1880, un jeune conservateur, Thomas Chapaia, commenpa a l u t t e r contre l e a i n f i l t r a t i o n a et l e s i n f l u e n c e s malsainea de l a l i t t e r a t u r e f r a n p a i s e - "c e t t e l i t t e r a t u r e c o r r u p t r i c e " . . . I l ri'est pas eeulement i n t r a i t a b l e , i l est a g r e a s i f . H condamne aans c o n d i t i o n l e a (11) Routhier. A.B.. Oauseries du dimanshe, p . l 4 3 . (12) T a r d i v e l , J . , Pour l a P a t r i e . p.^J. (15) Brunet, B., H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e eanadienne-franpaise.p.kk . Ilk) T a r d i v e l , J . , Melange a. t . I . , p. 227-- 181 - ohefs-d'oeuvre, tout en lee jugeant par oui-dire et d'apres les t i t r e s . I l ecrit sans aucun plan et sans aucun systems! "Une oeuvre comme "Les trois Mousquetaires" ne s'expurge pas... Four assainir le livre i l fau- drait le bruler..." (15) Quittant ce li v r e "pour lee enfanta", i l se tourne vers "Renee Mauperin", le roman naturaliate: "les Goncourt, reta l i a t e s a outrance, n'ont recule devant aucune putridite..." (16) En attaquant violemment tout le dix-neuvieme eiecle, i l ecrits "...Alexan dre Dumas pere, l'un des plus grands corrupteurs de ce siecle; Alexandre Dumas f i l e , i'apotre du divorce et du libre amour; Balzac, l'initiateur du realisms et le theoricien de 1'adulters; Georges Ohnet, 1'auteur de la "Comtesse Sarah", Alphonse Daudet, 1'auteur de "Sapho", Paul Bourget, l 1auteur de "Physiologie de l1amour moderne", tous ces empoisonneurs..." (17) Chapais n'a jamais lu Dumas f i l e * cela saute aux yeux. Dumas f i l s soutient - justement comme l a plupart des ecclesiastiques canadiens- franpais, - que le theatre doit etre " u t i l e " . . . "Toute litterature, e c r i t - i l , qui n'a pas en vue la pe r f e c t i b i l i t e , la moralisstion, l'ideal, 1'utile, en un mot, eat une litterature racbitique et malsaine, ne'e morte. La reproduction pure et simple des f a i t s et des hommes est un travail de greffier et de photogra- phe, et je defie qu'on me cite un seul ecrivain, consacre par le temps, qui n'ait pas eu pour dossein la plus-value humaine.11 (18) Dans son drame,"Le Pile Natural", Alexandre Dumas f i l s , selon Thomas Chapais "i'apotre du divorce et du libre amour", ecrits "Les hommes sont dans le faux tant qu'ils sont en dehors de la famille. Comme f i l s , comme epoux, comme pere. Le but de la nature est que 1'homme ait beaucoup d'enfants, qu'il les eleve bien pour qu'ils soient utiles, et qu'il les aime bien pour qu'ils soient heureux. Se marier quand on est jeune et sain, choisir dans n'im ports quelle classe, une bonne f i l l e honnete et saine, 1'aimer de toute son ame et de toutes ses forces, en faire une compagne sure et une mere feconde, pour elever ses enfants, et leur laisser en mourant l'exemple de sa vies v o i l a la verite..." (19) (15) Chap ais, T., Melanges de polemique. Article de 1894, p.l34,l4l. (16) Ibid. Article de 1885, p.126. (17) Ibid, p.140. (18) Dumas, A. ( f i l s ) , L e F i l e Natural. 1858, Preface. (19) Ibid. Preface. - 182 - La critique des Routhier, des Tardivel, dea Chapaia et de leurs disciples subit ainsi une metamorphose e*trange. Nous avons maintenant l a critique, gardienne de l a f o i ; l a critique, defenaeur de l a morale publiquej l a critique, le moyen de l a propagande clericale..., tout, excepte - la critique. Vera 1900, cependant, la critique eanadienne-franpaise devint plua 8erieuaei ce sont Mgr Camille Roy et le Chanoine Emile Chartier, tou 8 deux profeaseurs de la litterature canadienne-franpaiae, l'un a l 1 U n i  versite Laval a Quebec, 1'autre a l'Univeraite de Montreal. H est vrai que ces deux pretres ont cree "la critique l i t t e r a i r e a caractere aci- entifique", tout de meme, M. Viatte exagere quand i l constate assez pa- thetiquement: "L'Abbe Groulx avait des precuraeurs. Mgr Camille Roy n'en a guere..." (20) En publiant en 1911 des "Pagea de combat" et en 1925 "L a l i t t e r a t u  re frenpaiae a l'etranger", Mgr Chartier se moatre un ardent partisan de 1'Ecole de Nationalisation. I l attaque avec severite " l ' a r t primitif" et "l'imitation exageree" dans sa litterature nationale. II ecrivit* "'Nationaliser', c'est... t i r e r un meilleur parti des creations heureuses d'expression qu'a susciteesi'.le genie particulier de l a race. C'est aussi, en continuant de s'abreuver a des sources ex- terieures, cultiver plus que par le passe' l e riche fonds de sa terre, de ses paysages, de ses horizons, de ses coutumes, de son histoire..." (21) Le programme de Mgr Chartier n'eat pas, cependant, tout a f a i t original; ses "paysages", sa "terre", aea "horizons" font penser le lecteur a "nos vaatea fleuves, nos larges horizone, notre grandiose na ture..." de l'Abbe Caagrain en 1872... Avec Mgr Roy l a critique l i t t e r a i r e a pria au Canada quelque con sistence et elle compte finalement parmi les genres cultives. Le chef (20) Viatte, A., L'Histoire l i t t e r a i r e de l'Amerique francaiae. p.l69« (21) Chartier, E., L a litterature franpaise au Canada, p.69. - 185 - absolu de cette nouvelle Ecole et l'auteur de plusieurs livres de critique l i t t e r a i r e - "Eseais sur l a Litterature canadienne" (1907); "Nos Origines l i t t e r a i r e s " (1909); "Nouveaux Essais sur l a litterature canadienne" (1914); "Erables en Fleurs" (1925) - Mgr Oamille Roy occupe une place eminente dans le domaine de la litterature canadienne-franpaise. Sa reputation de critique et d'erudit est incontestable: 1'influence de sa pensee sur lea belles-lettres canadiennes est grande. Champion de l a cause catholique au Canada, i l ecrit a propos de la litterature nationa l s : "Faisons done i c i une bonne litterature canadienne; et cette l i t t e  rature sera le prolongement necessaire des vertus de notre langue franpaise, et elle en sera aussi comme un rempart solide et re- apecte... F aisons-la militants, appliquee a defendre le verbe gar- dien de l a f o i , et elle s'erigera jusqu'a l a hauteur du plus genereux apostolat..." (22) C'est l a v i e i l l e chanson de Casgrain, de Chapais, de Chartier; selon Mgr Roy, l u i aussi, l'art, la litterature et l a religion sont insepara bles. II n'est pas d i f f i c i l e de decouvrir le "talon d'Achille" de Mgr C. Roy: on le trouve dans les "etudes panegyriques" de tous ces auteurs canadiens qui sont profondement religieux. Mgr Roy aime annoncer au public canadien les "chefs-d'oeuvre" qui, en realite, sont moins que mediocres. Dans "Nos Origines l i t t e r a i r e s " i l 11 commente et diseeque ces pauvretee avec le plus grand serieux, du meme ton, et dans le meme style, qu'il etudierait l a 'Phedre' de Racine ou les 'Oraisons funebres' de Bossuet..." (23) C'est bien la critique l i t t e r a i r e de Mgr Roy. I l y a une dispropor tion enorme entre le ton. du critique et l'importance des oeuvres qu'il apprecie. M. J. Fournier nous d i t :  (22) Roy, C , Etudes et croquis. p.82-83* (25) Fournier, J., Mon encrier. II, p.57' - 184 - "En d'autres termes, M.Roy, qui nous avez parle deja de Frechette, d'Arthur Buies et de quelquee autres ecrivaina de cette valeur, a'est cru oblige de conserver l a meme methode et le meme ton a propos dea chansons de Joseph Quesnel ou dee poesies ( i ) de Michel Bibaud..." (24) Dans aon l i v r e "Nos Originea l i t t e r a i r e s " , Mgr Roy parle de " l a critique l i t t e r a i r e " , bien que - a cette epoque - l a "litterature", de son propre aveu, n 1existat paa encore au Canada. Asselin, l u i aussi, dit que Mgr Roy - critique - "n'a rien de v i - vant. H a des toiles d'araignee sur les yeux, du coton dans l a boite crariienne, les narines et les o r e i l l e s . H sort a 1'instant de chez Toutankhamon..." (25) Grace a un. travail acharne et aux efforts perseveranta de quelques hommes de talent, d'esprit et de courage, l a critique canadienne e'a- meliora considerablement apres la premiere Grande Guerre. Dea critiques et des journalistes, Julee Fournier, Olivar Asselin:et Louia Dantin, autrement nomme Eugene Seer a, ont mene une rude bataille contre 1'in tervention du Clerge dana le domaine de l a litterature, contre " l a critique panegyrique", contre le culte de "l'a-peu-pres" et de l a "me- diocrite satisfaite". S'oppoaant au nationalisme etroit, reclamant a haute voix l 1education non-sectaire a Quebec, i l s aont les courageux defenseurs dee droits du franpais* "Nous, les Franpais d'Amerique, ecrit Asselin, nous ne restons Franpais que par l a France..." (26) La deviae de Jules Fournier et de sa critique pourrait etre* "I muat be cruel only to be kind, Thus bad begins, but worse remains behind. (27) H etait peut-etre le seul parmi les critiques canadiena qui ne se fa i s a i t pas illusions a l'egard de aa litterature nationale. Au con- trai r e . I l d i t franchement*  (24) Fournier. J.. Mon encrier. p.42.t.II. (25) Aaselin, 0., L 1oeuvre de l'Abbe Groulx. p.p.24,25. (26) Bastien, H.. Oliver Asselin, Montreal, 1938, p.112. (27) Shakeapeare, W., Hamlet. I l l , 4. - 185 - " I l n'y a pas de litterature eanadienne-franpaise. La chose ne se discute paa. I l faut en effet se faire une rare conception des choses pour appeler 'litterature' l a collection lilliputienne des ouvrages ecrita en franpais par dee Canadiena et qui comptent mille foia moins encore par la valeur que par le nombre." (28) Cependant, Fournier n'eat ni mi8anthrope, ni pessimists. I l croit aux facultea creatrices, au talent des i n t e l l e c t u e l B canadiens-franpais. "H est incontestable que nous avons en notre province un nombre considerable de reels talenta qui pourraient faire leur marque dana lea lettres, s ' i l s ne mouraient pas dans le germe avant d 1avoir pu seulement prendre conscience d'eux-memes. Quelques-uns - en nombre extremement restreint, i l faut le dire, - ont donne des oeuvres relativement brillantes et ont revele des qualites qui n'eussent pas manque de les signaler a 1'attention publique, s ' i l s etaient nes dans un pays comme l a France, par exemple, ou l a r i - v a l i t e de tant de puiaaanta esprita eut ete amp1ement compeneee pour eux par 1'influence feconde du milieu. - A l'heure qu'il eat, nous connaissons noua-meme, seulement a Montreal, une dizaine de jeunes gens des plus remarquablement doue's. Avec 1'indispen sable encouragement qui ne leur viendra sans doute paa de sitot, i l s pourraient produire des choses evidemment pas comparables aux livres de nos cousins de France, mais qui, malgre leurs faiblesses, ne manqueraient ni d'original ite, ni de couleur, ni de charme." (29) Fournier eat d'avis que aeulement la vraie critique peut creer une grande litterature nationale. Et tandis que Mgr Roy d i t avec beaucoup d'hesitations " . . . i l ne sera pas juste de dire que l a critique est tout a f a i t i n u t i l e . . . " (30), Fournier affirme. "L a litterature depend abaolument de l a critique. La ou i l n'existe paa une veritable critique, vous chercherez en vain une litterature..." (5l)» tout en ajoutant un peu plua l o i n . "L a critique eat pour le champ de l a litterature ce que le soleil est pour l a terre ou pouaaent les bles* c'est la lum iere qui feconde. - Nous autres, les Canadiens, nous sommes dana les tenebres, et c'est pourquoi nos semences ne levent jamaia et ne peuvent pas lever..." (32) Asselin, moins spirituel, et moins audacieux et passionne, a, d'ailleurs, toutes les autres qualites, tendences et croyances de Four nier. I l partage eon opinion au aujet de l a "non-existence" d'une ve ritable litterature eanadienne-franpaise. (28) Fournier, J., Mon encrier. II., p.7,8. (29) Ibid, p.8,9- (30) Roy, C., Essaia aur l a litterature canadienne, p.16. (31) (32) Fournier, J., Mon encrier. pp.7,10. - 186 - "Une litterature peut etre nationale par l a nature des sujets, mais a condition d'etre d'abord une litterature, c'est-a-dire autre chose qu'un ensemble d'ecrits sans valeur l i t t e r a i r e propre. Si l'on admet cette condition... ce qui a'est publie chez nous d'ouvrages a pretentions l i t t e r a i r e s sur des sujets canadiens ne saurait constituer une litterature canadienne."(32) Les critiques canadiens-franpais modernes - Henri d'Arles, de son vrai nom.Beaudet, Pierre Dupy, Marcel Dugas, Maurice Hebert, mais sur tout Seraphin Marion, sont des critiques clericaux; Qmer Heroux, Georges Pelletier, et E. Montpetit, B. Brunet, sont plus ou moins les critiques neutres; tandie que Louis Dentin, habitant Boston pendant lea dernieres annees de sa vie, est un critique independarit. Par mi les critiques clericaux, c'est, sans doute, Maurice Hebert qui est le plue remarquable. I l a beaucoup d'esprit, de finesse, de connaissance. Mais ce n'est pa8 un critique "militant", comme son r i v a l , M. Seraphin Marion; i l est plutot timide. M. Marion, "tres docte d i s c i  ple de Oamille Roy" (33) ecrit de l u l l M. Hebert...est... "un critique d'une excellente lignee. Oe n'est pas l u i qui oserait s'arroger le role de censurer sans mandat; i l estime sans doute que, dans certaines metieres plus delicates, les mots d'ordre doivent venir non pas de simples soldats plus aptes a gueroyer qu'a legiferer, mais plutot de l'Eglise enseignante dont l'autorite peut seule trancher tous les debets." (34) Avec Louis Dentin et Seraphin Marion, cependant, la critique canadienne-franpaise envisagea de nouveau le vieux problems de l'Art et de l a Morale dans la litterature. Le point de vue de Dentin est le point de vue d'un artiste, d'un esthete; celui de Marion est le point de vue d'un critique religieux et orthodoxe qui dit s ' i l est necessaire* "Perisse l'art plutot que l a morale!" La critique clericale au Canada ne cease de declarer categoriquement meme aujourd'hui, que toute immoralite dans l a litterature, dans l'art (52) Asselin, 0., Preface a l'Anthologie des Poetes canadiens. p»7« (33) Brunet, B., Histoire de l a litterature canadienne-francaise. p.165. (34) Marion, S., En feullletant nos ecrivains. p.27. - 187 - ou n'imports ou, est "laide" et "malsains"... Or, Louis Dentin n'est point d 1accord avec cette "philosophie". Dans son article "L'Art et l a Morale", i l e*crits "Un stetuaire sculpte une femme nue. C'est une oeuvre achevee, ideale de lignes, ravissante d'expression, parfaits de propor tion, de grace; c'eet le chef-d'oeuvre du monde cree g l o r i f i e par un chef-d'oeuvre. Cette statue, par tout un. aspect, sera immorale". Elle paraitra un flagrant defi aux preceptes de l a pudeur; elle contiendra des evocations, des suggestions char- nelles, eveillera chez certaines ames des desirs morbides; elle pourra devenir la cause de raptB et d'adulteres. Allons-nous soutenir pour cela que la statue est laide?" (35) Selon M.Marion, cependant, i l faut mettre l'art au service de l a morale. Voila ce qu'il d i t dans son article "Litterateurs et moralistes d'autrefois et d'aujourd'hui"x "Les theoriciens d'un art source d'apostolat, d'un art u t i l i t a i r s et positivement moralisateur, n'ont jamais manque de recruter l a majeure partie de leurs e f f e c t i f s dans les milieux catholiques. Le contraire eut ete surprenant. Chaque catholique veritable est Is gardien de son frere. I l f a i t partie d'une Eglise qui n'a d'autre mission que de sauver les ames et qui proclame la necessite de combattre pour l'obtention du salut eternels ' M i l i t i a est v i t a hominis super tsrram'..." (36) On ne sait pas si M. Marion veut introduire l a critique dans l a religion, ou l a religion dans l a critique. En outre, toute cette lutte acharnee contre "l'immoralite revol- tante" de certains livres, " l a paste qui empoisonne les coeurB11, devient graduellement assez monotone et banale a Quebec. "There i s no such thing as a moral or an immoral book..." nous dit 0 Bcar Wilde, "Books are well written or badly written. That i s a l l . . . " (57) Et Charles Baudelaire ec r i t a ce sujet avec beaucoup d'esprit et de veritex "Tous les imbeciles de l a bourgeoisie qui prononcent sans cesse lea mote* immoral, immoralite, moralite dans l'a r t et autres betises, me font penser a Louise Villedieu, putain. a cinq francs, (55) Dantin, L., GrloeeB critiques, p.217* (36) Marion, S . , Lee lettres canadiennes d'autrefois. p.179* (37) Wilde, 0., The Picture of Dorian gray. - 188 - qui, m' accompagnant une foia- au louvre, ou elle n 1 etait jamaia allee, ae mit a rougir, a se oouvrir le visage, et me tirant a chaque instant par l a manche, me demandait devant les atatuea et l e 8 tableaux immortela comment on pouvait etaler publiquement de pareilles indeoencee..." (38) La critique quebecoise de l'heure actuelle n'a pas encore atteint au niveau d'une critique americaine, toutefois, grace a Jules Fournier, a Louis Dentin, le temps n'est plus ou Cremazie disait que ce qui manque au Canada franpais, c'est la critique. (38) Baudelaire, Ch., Mon Coeur Mis a Nu. Paris, Albin Michel, p.83-84. - 189 - V<. UN THEATRE NATIONAL? i - VOILA L'EHNEMl! Parmi tous las genres l i t t e r a i r e s , c'eet justement le theatre qui exerce 1'influence la plus puisBante et la plus directe sur 1'homme. n L ' imitation dee actions humaines", - selon Aristote - i l remue l'ame du spectateur le plus profondement. Son sujet - l'homme, est d'un inte ret continuel et universel. Lire une oeuvre poetique, un conte ou un roman dans le silence de la chambre, et ensuite voir se debattre sur l a scene des hommes reels, appartenant a toutes les classes sociales, se passionner pour leur sort, participer a leur joie, s'affliger de leur tristesse, voila une difference immense. Au theatre, ce ne eont pas seulement les idees qui nous parlent, mais c'est la passion qui descend de la scene et qui envahit toute la salle. On ne peut se lasser d1admi rer les effete qui produit 1'eloquence des grande acteurs et actrices - David Garrick, Sarah Bernhardt, Jean-Iouis Barrault, Sir Lawrence O l i  vier - t i l s parlent, le silence regne. I l s fremissent, et l'auditoire fremit. l i s pleurent, et l a multitude est accablee de tristesse. U s rient, et tout le monde r i t et se rejouit. Les spectateurs suivent avec angoisse la lutte du heros contre le deatin impitoyable: la lutte d'Oedipe-Roi; i l s sympathisent avec Othel lo, victime de sa jalousie et de son trop grand amour; i l s pleurent a la chute morale de Phedre, et poussent un soupir de spulagement quand le jeune amant epouse, a l a f i n de l a piece delicieuse de Shakespeare, "All's Well that Ends Well", la femme qu'il aime. Meme dans l a comedie raffinee d'un Marivaux ou dans l a comedie satirique d'un Beaumarchais, dans le leger sourire ou dans le r i r e a gorge deployee se cache toujours - 190 - un fond de sympathie pour notre heros. Lorsque le rideau se leve, nous nous transportons immediatement dana un monde imaginaire, et nous sommes desormais tout entiers aur la scene. Le theatre est vraiment 1'illusion l a plua puissente de la realite, et Stendhal dana son "Racine et Shake speare", l'appelle - 1*illusion parfaite. "L1 i l l u s i o n theatrale, ecrit Stendhal, "ce aera l ' action d'un homme qui croit veritablement exiatantes les choaea qui ae passent aur la scene..." ( l ) Voila l a puissance de l 1 i l l u s i o n que donne le theatre. Son influen ce sur le peuple est incontestable. Deja. a l'epoque primitive i l etait le reflet de la vie aociale. Ce nos jours, l a scene est le miroir de notre vie, de nos preoccupations, de nos sentiments et de nos passions. H n'est pas done etonnant que ce genre l i t t e r a i r e atteint a la perfec tion la plua haute dana l a litterature du monde. I l n'y a guere une na tion en Europe qui ne puiase se vanter de aon "dramaturge national". H y en a d'entre eux qui appartiennent a l'humanite. Le8 noma tela qu'Eschyle, Sophocle, Shakespeare, Racine, Moliere, Oorneille, Goethe, Schiller, Pouchkine, Gogol, Tschekhov, Calderon, Lopez de Vega, Goldoni, Ibaen, Strindberg en aont l a preuve... Ou chercher la raiaon d 'etre, 1'importance, la popularity du theatre? I l y a une relation entre l a vie et l a scene* dans une piece dramatique nous voyons nous-memee. La vie humaine et l a scene sont analogues* "A l l the world's a stage, And a l l the men and women merely players." (2) L'auteur dramatique se conforme souvent au gout du public, car, autrement, sa piece echoue, ou n'est pas comprise des spectateurs. De l a vient que chaque peuple cree eon theatre special, et de temps en (1) Stendhal. Rac ine et Shakespeare. Etudes eur le Romantiame, p.13. (2) Shake speare, W., Aa You Like It. II, 7« - 191 - temps tres original, qui correspond le mieux a son gout, qui ref1ete le mieux sa paychologie, sa mentalite. "Voila d'ou nait l a diversite des Spectacles, selon les gouts divers des nations..." dit Jean-Jacques Rousseau dans sa "Lettre sur les Spectacles". "Un Peuple intrepide, grave et cruel, veut des fetes meurtrieres et perilleusea, ou b r i l l e n t l a valeur et le sang-froid. Un Peuple feroce et bouillant veut du sang, des combats, des passions atroces. Un Peuple voluptueux veut de l a musique et des dances. Un Peuple galant veut de 1'amour et de l a politesse. Un Peuple badin veut de le plaieanterie et du r i d i  cule. 'Trahit sua quemque voluptas 1..." (3) Quelle est done l 1expression dramatique du Canada franpais? Quelle etait 1"attitude du peuple envera le theatre sous le regime franpais, et plus tard, sous le regime anglais? Lee Canadiens-franpais, s'in- teressaient-ile a. l'a r t dramatique? Voulaient-ils - cette race de pionniers herdie - , du sang, des combatB, des passions, dans leurs drames? Ou bien de 1'amour? de l a plaisanterie? du ridicule? Ont-ils cree un Theatre National durant plus de trois siecles de leur vie dans le Nouveau Monde? Le critique l i t t e r a i r e , l'Abbe Roy nous donne cette explication assez partiale, quand i l dit pourquoi le theatre canadien-franpais etait si tardif: "De tous les genres l i t t e r a i r e s , le genre dramatique est certaine- ment celui qui eprouve le plus de d i f f i c u l t e s a s'organiser et a. se developper par mi nous. I l y a sans doute a cela bien dee causes, et en particulier c e l l e - c i . I l faut pour exceller dans le genre dramatique une culture generale de l'esprit, une finesse d'observa tion, une penetration psychologique, un sens de la vie reelle, un gout artistique, et une connaissance de la langue que jusqu'ici l'on n'a guere pu suffisamment realiser dans notre Province. Les conditions de notre vie sociale ne permettent pas encore a l'art canedien.de s' exercer toujours svec une grande chance de succes dans les genres ou pour reussir i l faut exceller. C'est au fur et a mesure que l'on voudra bien, dane nos preoccupations o f f i c i e l - les, faire une plus large part au developpement de la vie i n t e l  lectuelle que pourront se constituer les arts d i f f i c i l e s et ex- igeants au nombre desquels i l faut placer la litterature drama tique..." (4)  (5) Rousseau. J.J.. Lettre a Mr. D'Alembert sur les spectacles, p.23• (4) Roy, C., Tableau de l'Histoire de l a litterature canadienne. p.70. - 192 - L'explication de Louie Dantin, cependant, bien qu'elle ne soit paa aussi directe que celle de Boileau quand i l parle du theatre fran pais au Moyen Age, - "Chez nos devote aieux le theatre abhorre Put longtempa dans l a France un p l a i s i r ignore'." (5) - est tout de meme revelatrice* " S ' i l est une province l i t t e r a i r e qui soit restee inculte chez nous, c'est bien celle de l'art dramatique. Est-ce la vie quasi- monaatique ou notre peuple s'est longtemps enclos qui nous a tenus etrangers aux pompea seductrices du theatre? Est-ce 1'ab sence de contact avec lea crises morales, lea remous sociaux qui agitent le re ate du monde? Est-ce notre defiance envers les idees neuves et les passions ardentes qui fourniasent des sujets au drame? En f a i t , malgre des tentative a louablea et quelques demi- reussites, aucune oeuvre scenique n'a encore revele chez nous le talent muri et complet. La comedie elle-meme, ou nous etions plus libres, ou nous pulsions au fond de notre humeur native, n'a pas rompu la ligne moyenne..." (6) Le theatre eveille en noua toute notre paasion en noua montrant la vie des heros ambitieux, amoureux, jaloux ou vindicatifs. L1 homme bon est tree rarement l'objet d'un drame, car la vertu n'est paa i n - teressante en scene, et elle ennuie. Rousseau f a i t remarquer -dana sa "Lettre sur les Spectacles": "Un homme sans passion, ou qui les dominerait toujours, n'y saurait interesser peraonnej et l'on a deja remarque qu'un Sto-cien, dens la Trage*die, serait un personnage insupportable: dans l a Comedie, i l fe r a i t r i r e , tout au plus..." (7) M. Faguet, l u i aussi, observe a ce propos* "Voua avez remarque l a locution franpaise tree populaire: 'II n'y a rien a dire.' Cela aignifie: Tout va bien. C'eat qu'en effet i l n'y a rien a dire, quand tout va bien. Les peuples heureux n'ont pas d'histoire..." (8) I l s'ensuit que l a vie des hommes heureux et vertueux, des vierges qui ne font autre chose que baisser lee yeux, eat egalement griee et (5) Boileau, L'Art Poetique. III. (6) Dantin, L., Gloses Critiques, p.128. (7) Rou sseau, J.J., Lettre sur les Spectacles, p.24. (8) Faguet, Drame ancien. drame moderne, Paria, 1898, Colin, p.12, 21 (op.cit.21) - 195 - monotone sur la scene. L1amour raisonnable et le bonheur domestique. lee sujets si chers aux auteurs canadiens-franpais, ne sont guere amusants. C'est pourquoi I S B auteurs dramatiques s'attachent surtout a peindre les vices, les grandes passions, les deliress le public les suit alors attentivement et sympathise avec le type qui l u i p l a i t . "Le public, dit Voltaire, prend toujours le parti du heros amant contre le mari qui n'est pas heros." L a scene est, en un mot, un miroir qui reflate les passions humaines. Or, les ecclesiastiques canadiens du temps de l'ancien regime aussi bien que sous le gouvernement britannique, meme au debut du ving tieme siecle, savaient fort bien jusqu'a quel point le theatre pouvait donner au peuple 1 'illusion de l a vie reelle et, par consequent, des "mauvaises idees", et comment pouvait les influencer. I l s l u i decla- rerent done l a guerre, en 1'appelant "une peste qui empoisonne les coeurs", "l'ecole de perdition, inventee par Satan", et on s'eleva a l'unanimite contre les oeuvres dramatiques franpaises qui etaient "l'egout le plus infect de tous ce que le theatre franpais produit de plus sale et de plus revoltant pour l a pudeur..." (9) En somme, le Clerge canadien lutta avec succes contre ce genre l i t t e r a i r e , decouragea les jeunes amateurs et les groupes qui s'interes- saient aux comedies et aux tragedies franpaiaes, et rejeta energiquement l'idee meme d'etablir a Quebec "un theatre canadien-franpais", tant desire par une elite d'intellectuels et par les etudiants. Bref, les membres du haut Clerge, tela que Mgr Saint-Vallier, Mgr Bourget, Mgr Begin, Mgr Bruche*sii... sonnerent "le toscin" contre le danger et eem- blerent s'ecrier en colere* "Un theatre national?! - Voila 1'ennemi!" Dans ces conditions, on ne doit pas s'etonner si la litterature (9) Mandements des eveques de Montreal, t.VIII, p.465* - 194 - eanadienne-franpaise eat pauvre en theatre et l'a. toujours ete; ai ell e commence a peine a cultiver un genre que l a France a porte a. aa perfection depuis longtemps. Afin de montrer l a situation generale du theatre canadien-fran pais et l a place qu'il occupait pendant dea aiecles; de faire connal- tre 1'attitude dea eccleaiaatiques quebecois envers lee oeuvres drama- tiques franpaiaes, classiquea et modernea, et de reveler lea sentiments et l'interet du peuple a l'egard de ce genre artistique typiquement franpais, i l faut tracer une esquisse de l'histoire du Theatre au Canada, des sea commencements jusqu'a nos joura. Lea ^ranpais de meme que les Canadiena-franpais aiment le theatre. Le drame - 1'expression nationale franpaise - commenpa de bonne heure au Canada* A vrai dire, le premier spectacle dana ce pays, 11 Le Theatre de Neptune", "une gaillardise" en rimes de Marc Lescarbot (10) fut representee a Port-Royal, le 14 novembre, 1606, a l'origine meme de l a colonie. L a premiere representation dramatique a Quebec, cependant, remonte a 1640, donne par ordre du gouverneur De Montmagny, en l'honneur du Dauphin, pluB tard le Roi-Soleil. Le 51 decembre, 1646, i l eteit quest ion de l a representation du "Cid" de Corneille dana une dee pieces du magasim des Cent-Associes. Cette grande tragedie a ete auivie de celle d'Heraclius de Corneille, le 4 decembre, 1651. Le 28 j u i l l e t , 1658, l a jeunesse a joue un petit drame en franpais, huron et algonquin, en honneur du gouverneur d'Argenson et de l'Abbe Queylus, a l a vue de tout le peuple de Quebec... Le 7 fevrier, 1668, une piece, intitulee "Le Sage Visionnaire" obtient un sueces extraordinaire, et a l a deman- de generale de la population, on la reprend deux joura apres. Voila (10) Lescarbot, M., Les Muses de la Nouvelle-France. Paria, 1609• - 195 - l'enthousiasme et l 1 i n t e r e t pour lea oeuvres dramatiques, l a meilleure garantie d'un grand drame national de l'avenir. De f a i t , les colons Canadians aimaient le theatre passionnement. Leopold Houle, 1' auteur de 1 "'Histoire du Theatre au Canada" ecrit a ce propos* "Nos peres, malgre une rude vie, une vie fa i t e de perils de toutes sortes, savaient r i r e et chanter. Le Pere Charlevoix raconte qu'ils ne perdaient aucune occasion de s'amuser. L'historien A.D. DeCelles f a i t observer que 'le colon normand et picard n'aurait rien voulu sacrifier des coutumes de France susceptibles de donner du charme a 1'existance'. Ces pl a i s i r s etaient varies. L'arrivee d'un vais- seau devenait une fete. Le retour d'un coureur des bois tenait, avec ses recits, du fantastique. Mais le p l a i s i r le plus recher che, c'etait le theatre. Au f a i t , Frontenac declare, d'apres les jugements du Conseil superieur, que 'des tragedies avaient ete representees de tous temps dans notre pays' • I l est vrai que le theatre, avec see spectacles a intervalles fort eloignes, etait destine a des privilegies comme les gens de la maison du gouverneur et de l a bourgeoisie. II y avait tolerance. Le clerge voyait d'un tres mauvais oe i l les fetes elegantes donnees par exemple par Frontenac. Mgr de Saint-Vallier avait deja attire 1 'attention du gouverneur precedent, M. de Denonville, sur l a comedie, qu'il considerait 'plus dangereuse que l a dansel.." ( l l ) C'est Mgr Saint-Vallier qui a donne au theatre canadien-francaia le coup mortel. A cause de quelques pieces representees au Chateau Saint- Louis, "Mithridate" et "Nicomede", qui etaient - a son avis - "d'une immoralite revoltante", et en particulier a cause de l a nouvelle que Frontenac a l l a i t jouer "Tartuffe" a Quebec, comedie, consideree comme "sacrilege et impie", i l a condarane de sa chaire tout le theatre, sans exception. Desormais, on ne pouvait assister a l a representation de "Tartuffe" ou d'une piece quelconque, sans commettre de peche* " I l y a des pieces qui sont honnetes de leur nature mais ne laissent paa que d 'etre tres dangereuses par les circonstances du temps, du lieu, ou dee personnes"; et celles "qui sont ab- solument mauvaises et criminelles d'elles-memes comme pourrait etre l a comedie ou autres semblables..." (12) La querelle du "Tartuffe" entre esthetes et moralietes a eu l i e u en 1694 et a f i n i par la victoire du Clerge. Or, Mgr Saint-Vallier dans (11) Houle. L.. L'Histoire du Theatre au Canada. Montreal. 1945. p.20. (12) Lbrin, H., L e Oomte de Frontenac. Paris, 1895, P«455, 456. - 196 - son rigorisme puritain, et un grand nombre de ses succesaeura r e l i  gieux, ne sont pas seulement responsablea, du moins en grande partie, de l'etat arriere dea maaaes, de la. mediocrite du theatre national, du manque de gout artiatique chez lea habitanta, mais aussi du changement considerable du caractere et de l a mentalite dea Canadiena-franpaia. Ou sont les coureurs dea boia intrepides et casse-cous d'autre fois? ou sont ces soldats qui ont herolquement resiste aux ennemis plus nombreux qu'eux? out sont ces pionniera hardis et forts qui ont lutte obstinement et courageuaement contre l a grande nature d'une contree sauvage? - Meme les hommes qui savaient rir e et chanter ont disparu, i l y a longtemp8'. La celebre actrice europeerme, Mme Sarah Bernhardt, deux siecles plus tard, dans un interview qu'elle donna aux journalistes quebecois, indiqua en quelques mots les raisons pour ce "changement" du caractere et de la mentalite des Oanadiens-franpais, tout en revelant qui en etait responsable. Mme Bernhardt parle comme une femme paaaionnee, comme une artiate, accoutumee a la liberte de penaee et d'expression, pourtant, elle eat entierement exempts de prejugea et d'antipathie envers n'im- porte qui. A vrai dire, elle est tres franche et tres sincere, car elle semble aimer Quebec. Mme Bernhardt, a M. Ulric Barthet "M ais je ne comprenda rien a votre population... Voulez-vous me dire pourquoi vous vous appelez des Canadiens-franpais? - des franpais, vous autres1 Mais pourquoi?... Vous avez a peine une goutte de sang franpais dans les veinesi... I c i , M. Ulric Barthe, journaliate, voulut riaquer une obaervation mais l a comedienne ne l u i en donne pas le temps. E l l e parlait avec une volubilite et une passion debordantea- "Voua avez un beau pays, mais c'est tout! Depuis 25 ans, 1 'agricul ture peut-etre a proapere, mais le reste? - Vous n'avez pas de peintres, vous n'avez pas de litterateur a, voua n'avez paa de - 197 - eculpteurs, vous n'avez paa de poetes... Frechette peut-'etre et un autre jeune... Mais sapristi voua n'avez paa d'hommea, voua n'avez paa d 1 homme si'1.1" A l a f i n , Mme Sarah donne ce coneeil precieux aux Canediens-franpaia* "C'eat a voua lea journaliates, et a la jeunesse etudiantej a prepa rer l'avenir et a former le gout et lea moeura d'un pays. Maia lea etudiant s1. • * •11 "Maia le clerge a f a i t beaucoup pour les Canadiena-franpaia obaerve un autre. "Je auppose, repris narquoisement l a comedienne... Vous l u i devez ce progres en arriere qui vous f a i t reasembler a la Turquie..." (15) Afin de mieux comprendre 1'attitude de l'Eglise canadienne, toujour a h o 8 t i l e et implacable envera un Theatre National, et condamnant le plus energiquement les oeuvres dramatiques franpaises, i l faut examiner de plus prea la celebre "affaire Tartuffe", sujet d'une controverse meme aujourd'hui. On n'a paa encore completement ec l a i r c i le myatere touchant le chef-d'oeuvre de Moliere, "Tartuffe" que Frontenac voulut faire jouer a Quebec en 1694. On ne aait paa exectement ai cette piece fut jouee au Canada franpaie de ce temps ou non. L. Houle ecrit categoriquement• "'Tartuffe' ne fut joue, ni d'autrea pieces dans l a colonie, sous le regime franpaie.••" ( l 4 ) Seraphin Marion est de son avis, tandis que Jules Leger f a i t remarquer. "Un document asaez curieux eigne de l'eveque de Quebec, Mgr de Saint-Vallier, nous montre ce prelat aux priaes avec M. de Frontenac qu'il accuee d'avoir laiase jouer 'Tartuffe', malgre qu'il a i t accepte l a somme de cent pistoles contre l'engagement de a'opppaer a cette representation..." (15) Comment expliquer l a grande austerite et le puritanisme exagere de Mgr de Saint-Vallier, et sa lutte constante contre les festins, les bals, les deguisements et particulierement contre la comedie? En effet, (13) L1Evenement, 5 decembre, 1905, Quebec. Cite par L.Houle, L 1Histoire  du Theatre au Canada. (14) Houle, L., L 1Histoire du Theatre au Canada, p.29- (15) Leger, J., Le Canada franpaie et aon Expreaaion l i t t e r a i r e . p.42,43-- .198 - Mgr de Saint-Vallier eemble hair le Theatre, et i l etait plus au- torit a i r e encore que son predecesseur, Mgr de Laval, du moins a l'egard de l a comedie. M. Seraphim Marion dans son etude, intitule'e "Le Tartufe et Mgr de Saint-Vallier" f a i t tout son possible pour defendre le "despotisms spirituel et temporel du second eveque quebecois", pretendant qu'il n'agissait pas autrement que l'arctieveque de Paris, Hardouin de Pere- fixe, qui svait interdit la piece sous peine d' excommunication vingt ans auparavant. M. Marion considere "Tartuffe" comme une oeuvre essentielle- ment dangereuse et anticlericale, "une machine en guerre contre l'Eglise" (16) mais i l ne mentionne pas d'un seul mot " l a Compagnie du Saint-Sacrement", autrement nommee la "Cabale des devots". Or, cette "Oompagnie du Saint-Sacrement", formee des 1627, etait une. societe secrete dont on a retrouve et etudie de nombreuses archives. (17) E l l e avait pris, des 1650, une extension extraordinaire. Elle agissait en France et meme au Canada. El l e controlait presque toutes les affaires publiques et privees. E l l e formait une police implacable opposee a tous les vices' et a tous les divertissements, le jeu, le blaspheme, l'heresie, l a licence du Carnaval, maia surtout la comedie, le theatre. A 1'occasion, elle denoncait aux peres les f i l s debauches, aux maris les femmes trop coquettes. Avec son espionnage sacre et son ter rorisms religieux, ses membres ne reculaient devant aucune solution extreme. l i s tendaient a etablir en France et au Canada une religion non pas humaine et traitable, mais austere, impitoyeble, puritaine. On a ete tente tres souvent en France de meme qu'a Quebec, de voir en "Tartuffe" une philosophic irreligieuse. Pourtant, on se trompe. (16) Marion, S., Les Lettres canadiennes d'autrefoie. p-30. (17) Baumal, F., Tartuffe et see Avatars, Histoire des relatione de Moliere avec l a Cabale des Devots, Paris, 1925. - 199 - "Tartuffe" est une satire non de l a religion catholique, mais d'une certaine fausse religion ou se glissaient trop aisement des fanatis- mes qui semblaient dea hypocrisies. Moliere etait un ecrivain huma- nitaire, un partisan de l a verite et du bon sens. II croyait a l a solidarite du genre humain, a la. tolerance. La condemnation de "Tartuffe" a tue le theatre du Quebec pour longtemps. H e'ensuit qu'au cours des decades suivantes, le theatre au Canada franpais etait e peu pres inexistant. "L a Gazette L i t t e r a i  re" ne laisse rien prevoir au sujet des spectacles. Peu a peu, les groupes anglais jouaient quelques pieces, selon B. Suite - pour chasser l'ennuij maia le petit peuple n'y avait pas acces. "Enfin Quesnel vint..." le premier des auteurs dramatiques canadiens-franpais et, peut-etre, le meilleur et le plus original jusqu'a l'arrivee des dramaturges de la jeune generation du vingtieme siecle. D'origine franpaise, i l a'interessait vivement aux beaux-arts, aimait la musique, ecrivait l a poesie et les petites comedies en vers ou en prose. A Montreal, c'est l'animateur des fetes mondaines, son- geant a fonder une ecole d'art au Canada franpais sur le plan de l'E- cole royale de chant et de declamation, instituee en France. Bien entendu, i l n'etait pas un grand poete ou dramaturge; ce vaudevilliste spirituel, pourtant, aavait que le premier but de l a comedie est de plaire, d'amuser et de divertir les spectateurs par l a peinture des faiblesses dont souffre le genre humain. Quesnel a ecrit deux comedies en prose: "Cola8 et Colinette", jouee en 1790 a Montreal, et "Les Republicains Franpais" ou "La Soiree du Cabaret", "d 1esprit plutot franpais que canadien" (18), c'est-8-dire, inadmissible a Quebec comme "trop immorale et dangereuse". (18) Roy, C., Nos Origines l i t t e r a i r e s . p . l 45 , l 46 . - 200 - D'ailleura, nous avons de l u i un opera, "Lucas et Cecile" et une bluette dramatique - "La Partie de Campagne". Mais, c'est "L !Anglo manie" ou "Le Diner a l'Anglaiae" qui est une piece d'inspiration typiquement canadienne et en meme temp a traitant d'un sujet univer- "L1Anglomania" est une satire assez spirituelle contre quelques families canadiennes - bourgeoises ou seigneurialea - qui se l a i s - serent entrainer dans l'anglomanie sous 1 'influence de 1'ambition, de la mode, du pouvoir et meme de 1'argent. II y a dea vers qui nous charment encore, et des descriptions qui ne sont point demodees au jourd'hui. En voi c i une a propos du "five o'clock tea" ou bien, du the en general* La Douairiere* Comment va notre f i l l e ? Le Colonel* Toujours a 1 'ordinaire. On pr i t hier le the Chez le vieux general, et je suis invite Avec elle aujourd'hui chez l a jeune Baronne. La. Douairiere* Voua l a ferez mourir, je crois, Dieu me pardonne, Avec tout ce the-lal Du temps de nos Franpais Q'on se portait si bien - en buvait-on jamaia? Jamais; - que pour remede, ou bien pour l a migraine; Mais avec vos Anglais l a mode est qu'on le prenne Soir et matin, sans gout et sans necesaite; On croirait etre mort si l'on manquait de the; Aussi ne voit-on plus que des visages blames, Des mauvai8 eatomacs, des faces de ceremes, Au li e u du teint vermeil de notre temps passe. Voila ce que produit cet usage inaensel (19) "L*Anglomania" de Quesnel resta longtemp8 non imprimee a Quebec, et on ne represents pas de nouveau aes autres ouvrages. (19) Le Canada francaia. Joaeph Quesnel, L1Anglomanie. Scene II. 1952-1955, t .xx . - 201 - " I I es t g a i , observe l ' A b b e Roy, et que lque fo i s t r e s caus t ique dans ses e s s a i s drematiques ou i l t rouve 1 ' o c c a s i o n d ' e x e r c e r tous l e s dons de son e s p r i t . I l na l a i s s e meme pas p a r f o i s d 'etre legerement scabreux, et d 1 engager 1 ' i m a g i n a t i o n des spec ta teurs dans des sous-entendus ou l a g r i v o i s e r i e g a u l o i s e se donne c a r r i e r e . . . " (20) Quelques jeunes en thoueias tes - inspires des p i e c e s dramatiques de l e u r predecesseur , se mirent au t r a v a i l . En 1790 i l s e t a b l i r e n t " l e Theatre du march! a f o i n " , l e premier Th!a t re N a t i o n a l du Canada f r a n  p a i s , mais , par malheur, l e u r s e n t r e p r i s e s t h e e t r a l e s n ' eu ren t pas l e lendemain. L ' A b b ! P l e s s i s f i t r e v i v r e l e s i n t e r d i c t i o n s de Mgr de S a i n t - V a l l i e r , ! l e v a n t l a v o i x cont re l e a gravee dangers de l a scene. Ce "grave danger" contre l e q u e l tonna l ' A b b e P l e s s i s f u t l a com!die de Quesnel , "Colas e t C o l i n e t t e " . On ne d o i t pas s ' ! t onne r s i l e pauvre "Pere des Amours" se p l a i n t J "Ma f o i , l a poes ie E s t un t a l e n t q u ' i c i personne n ' a p p r ! c i e . Je s u i s s i d !gou t ! de t o u t l e Canada Que j ' i r a i s pour un r i e n r imer au Kamtchatka ." (21) En 1824 des amateurs canad iens - f r anpa ia v o u l u r e n t donner une r e  p r e s e n t a t i o n a Qu!bec, "et l e meme Mgr P l e a s i a empechera q u ' i l s ne recommencent . . ." (22) V i n r e n t 1 ' i n s u r r e c t i o n de 1837 et Lord Durham, grand admirateur de l a l i t t ! r a t u r e f r a n p a i s e . S u i t son cpmmentaire a propos de l ' e t a t c u l t u r e l , i n t e l l e c t u e l e t l i t t e r a i r e du Bas -Canada . . . En p a r l a n t du t h e a t r e , Lord Durham d i t « " B i e n que descendants du peuple qu i goute l e p l u s l ' a r t dramatique et qu i l ' a c u l t i v ! avec l e p l u s de succes, et q u i h a b i t e un c o n t i  nent ou presque cheque v i l l e , grande ou p e t i t e , poesede un t h e a t r e a n g l a i s , l a p o p u l a t i o n f ranpa i se du Bas-Canada, separee de tou t peuple qu i p a r l e sa langue, ne peut aubventionner un t h e a t r e n a t i o n a l . . . " (23) (20) Roy; C . , Nos o r i g i n e s l i t t l r a i r e s . p .145• (21) I b i d , p .154 . (22) V i a t t e , A . . H i s t o i r e l i t t l r a i r e de l ' A m e r i q u e f r a n c a i s e . p . 5 7 . (25) Le Rapport de Durham, p.311. - 202 - L 'ouvrage dramatique l e p l u s impor tan t , e c r i t quelques anneea apres c e t t e "depress ion i n t e l l e c t u e l l e " , f u t "Le Jeune L a t o u r " (24), t r a g e - d i e de t r o i a ac tes et en v e r s , de G e r i n - L a j o i e . B i e n des c r i t i q u e s l i t t e r a i r e a canadiens d i s e n t q u ' e l l e es t " l a p l u a ce lebre p i e c e d 'avant 1900". Edmond Lareau l a juge dans ces termea. "Le p l a n n ' a n i l ' a m - p l e u r , n i l e a dimensions des grandee t r a g e d i e s de C o r n e i l l e ou de Rac ine , de S c h i l l e r ou de G o e t h e . . . " (25) Ce t te composi t ion de c o l l e  ge ne t r a i t e pas d ' un su je t d'amourj c ' e a t l e p a t r i o t i a m e , l ' a t t a c h e - ment f i l i a l , l e aentiment du d e v o i r . . . l e a themes q u i sont s eu l s dignes d ' i n t e r e t a Quebec. Lea easa i s dramatiquee qu i l a s u i v i r e n t n ' a j o u t e n t r i e n a l a g l o i r e de l a l i t t e r a t u r e canad ienne- f ranca iee . H a nous fon t songer quelque peu aux comedies de Regnard - sans sa nonchalance ep icu r i enne - , et l e u r mer i t e p r i n c i p a l es t l a b r i e v e t e . Lea au teura , na tu re l l emen t , sont tous soumis a l ' a u t o r i t e e c c l l a i a s t i q u e , et l e u r s oeuvrages sont completement depourvus du sentiment de l 'amour et des grandee paas iona . Char l ea Ab der Halden e c r i t d a n 8 aon " H i a t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne" "que l e a p i e c e s a l a D'Ennery" ne pour ron t jamai8 c ree r un t h e a t r e ^ n a t i o n a l , t o u t en se demandant a i "Les Maximea aur l a Comedie" de Boasuet, n ' o n t paa r e g i e l a ques t ion au Canada. Les dramaturges d ' avan t l a Grande Guerre , Freche t te ( " V e r o n i c a " ) , P e t i t c l e r c ( " L a Dona t i o n " , " L e B r i g a n d " , "Vengeance d 'un V a l e t " ) , Marchand ("Lea Faux B r i l l a n t a " , "Er reur n ' e a t pas compte", "Un Bonheur en a t t i r e un a u t r e " ) , Lemay ("Sous l e s B o i s " , "Rouge et b l e u " ) , David ("Le Drapeau de C a r i l  l o n " ) , M a r s i l l e ( " L e v i s " ) , Marinette ( " H ne f au t desesperer de r i e n ! ' ) , M a r i a - V i c t o r i n ("Peuple sans h i s t o i r e " ) Choquette ( "Madele ine" , " L a Bouee") , Mme Raoul Dandurand ( " L B C a r t e P o a t a l e " , "Ce que peneent l e s (24) "Le Jeune Latour" a ete compose en 1842. (25) Lareau, E . , H j s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne, p . 7 4 . - 205 - F l e u r s " ) , manquent d ' e l a n , d ' a t t i r a n c e , de aeduc t ion , de v e r i t e . Toua l e u r s personnages sont d 'une a i m p l i c i t e e l ementa i re , i l s p o r t e n t presque l a meme l i v r e e . Les auteurs eux-memea dressent gauchement l e u r i n t r i g u e , t r e s souvent i l s ne savent pas l a condu i re . I l s sont l o i n d ' a v o i r l ' i n - a t i n o t acenique et l e t a l e n t dea dramaturgea europeena. On ne p e i n t que l e s " innocentea aventures" dea h a b i t a n t s canadiens* l e s deux f i a n c e s separes par l a guer re , l e chercheur de dot , l e ca lomnia teur , l e pere i n t r a i t a b l e , l a r e l i g i o n r e t r o u v e e . . . B i e n entendu, l a p l u p a r t de cea ouvragea sont f o r t sermonnaires, i m i t e s ou i n f l u e n c e s par l e s dramea f r a n p a i e . Cependant, i l s peuvent ' e t re cons idered comme un document t r e s i n t e r e s s a n t aur l ' e s p r i t de l ' e p o q u e . L a " au rv ivance" , l a " langue" , l a . " r e l i g i o n " , 8ont l e s problemes p r i n c i p a u x du t h e a t r e de c e t t e epoque, et non paa 1'amour. A p a r t i r de 1900, l e s r ep re sen t a t i ons t h e a t r a l e a se m u l t i p l i e r e n t et dea ac teurs f r a n p a i e v i a i t e r e n t l a P r o v i n c e de Quebec, ce c o i n de . v i e i l l e Prance . A M o n t r e a l , l e Theatre des Nouveautes joue su r tou t l e s p i e c e s d'une m o r a l i t e i n c o n t e a t a b l e , r e j e t a n t t o u t ce qu i p o u r r a i t b leaae r l a pudeur de l a p o p u l a t i o n . Tout de meme, l e C le rge ne cesse de repe ter a ses o u a i l l e s d ' e v i t e r " l e t hea t r e c o r r u p t e u r " . On d i t que l e s f o r a i n a do iven t v i v r e a Rome comme a Rome et a Quebec comme a Quebec. Dea l e s premiers mois de 1'annee 1906, l 1 a rcheveque de M o n t r e a l , Mgr Brucheai ' , donna un ao lenne l aver t iasement aux d i r e c t e u r s du t h e a t r e f r a n p a i e , l e a accusant d 1 a v o i r - j o u e l e s "drames l e a p l u s p e r v e r s " . "Que l e s d i r e c t e u r s de ce t h e a t r e , d i t - i l , se souviennent q u ' i c i , au Canada, l e code c r i m i n e l condamne severement de p a r e i l l e e scenea. Lea a u t o r i t e s c i v i l e s chargeea de proteger l e a bonnes moeurs ont done l ' o b l i g a t i o n grave de v e i l l e r e t d ' a g i r ; nous nous permettons de l a l e u r r a p p e l e r . Pour nous, dana l e l e g i t i m e e x e r c i c e de not re d r o i t e t de no t re a u t o r i t e ep iacope le , noua a v e r t i s s o n s a u j o u r d ' h u i cea d i r e c t e u r s que s ' i l s con t inuen t dans l a v o i e ou i l a sont entree depuis quelque tempe, nous aurons recours cont re eux aux meaurea - 204 - d'ordre morel plus effieaces encore peut-'etre que l a sanction des l o i s de l'Etat..." (26) H ajoute un peu plus loin* "O'en est trop, nos tres chers freres, nous ne pouvons pas permet- tre qu'un enseignement aussi pervers soit donne impune'ment a notre population, grace a Dieu, encore vertueuse et pleine de foi."(27) Bien sur, cet interdit du haut Clerge equivalent a l a disparition certaine du Theatre des Nouveautes. C e t a i t aux environs de 1907, 1908! En ce qui concerne le theatre canadien, ce n'est que le "Theatre National" qui put tenir le coup, grace au grand nombre de religieux qui le dirigerent. Naturellement, i l est profondement chretien! Dans son repertoire i l y a des "pieces" ou l a vertu est l a vertu; le vice, le v i  ce: le chatiment, le chatimentj la recompense, l a recompense... Rien que les couleurs noireg et blanches, et la vertu qui triomphe a la f i n . Apres la premiere Grande Guerre, cependant, en depit de l a redou- table concurrence du f i l m americain, 1 'evolution du theatre canadien- franpais eat plus marquee. "L*anatheme de Mgr de Saint-Vallier, malgre Tardivel, n'avait plus force de loi..."(28) observe M. Viatte. Selon Mile Marie-Claire Daveluy de l a Bibliotheque de Montreal, i l y a dans la litterature canadienne-franpaise deja D I U S de 500 pieces dramatiques. (29) L 1influence de grands acteurs et actricee est considerable* Sarah Bern hardt, Coquelin, Mounet-Sully, Gemier visitent Quebec... Durant la Seconde Guerre, c'est Ludmilla Fitoeff qui apporte aux amateurs canadiens ses conseils et sa collaboration. Les dramaturges d'aujourd'hui - Mme Yvette Gouin ("Marie-Claire", "Le Jeune Dieu", "Le plus bel Amour"), Marie-Claire Daveluy ("Une Heure de garde", "La Cloche du Soir"), Henri Letondal ("Un Jeune Homme nerveux")^ (26) Marion, S., Les Lettres canadiennes d'autrefois, La Patrie,1,IV,1907 (27) Ibid. 1907. (28) Viatte, A., Histoire l i t t e r a i r e de l'Amerique franpaise, p.201. (29) I l faut oublier pour le moment que Lopez de Vega a ecrit a l u i aeul plus de 700 comediea. - 205 - Leopold Houle ("Le Presbytere en fleure", "Matinee et Laudes"), le Pere Gustavo Lamarche ("Jonathas"), Jean F i l i a t r a u l t ("Le Roi David") ont cree des oeuvres de theatre qui "depassent le simple exercice l i t t e r a i r e " . (30) On s 1inspire des "Ecritures", on ecrit des drames psychologiques, on analyse le paysan canadien, on revele les miseres des petites gens habitant les vi l l e B industriellee, on e'approche meme du theme eternel de 1'amour... Et pourtant, nous sommes encore loin de l 1individualisme de Moliere, du sensualisms de Beaumarchais, du naturalisms de Becque, ou bien de 1'"imraoralisme" de Sartre... "Auteurs honnetes et sains pour un public egalement honnete et sain..." (51) ecrit M. Houle. (50) Houle, L., L'Histoire du Theatre au Panada, p.118. (51) Ibid, p.118. - 206 - CONCLUSION Nous voici au terms de cette etude ou nous avons esaaye de prouver que c'eat avant tout l'abaence du sentiment de 1"amour et celle dea grandes passions humainea dana l a litterature eanadienne-franpaise qui aont, en grande partie, responsables de ce que le niveau de aa forma tion artiBtique est bien l o i n d 'etre suffisamment eleve, en particulier si nous le comparone a celui des litteratures europeenne et americaine; de ce que cette litterature naissante n'a pas encore attaint a l a per fection meme a l'heure actuelle. A vrai dire, i l y a diveraea opinions a propoe de la litterature canadienne. Selon Barthelot Brunet, par exemple, "la litterature eana dienne-franpaise ne a'eleve guere au dessus d'une honorable mediocrite; selon Mgr Camille Roy "elle existe"; selon Adolphe Routhier "c'est une assez jo l i e f i l l e . . . quoique tres faible encore"; tandis que Jules Fournier generalise brutelement* "II n'y a paa de litterature canadien ne..." Meme Jules Leger, un critique l i t t e r a i r e vraiment objectif et impartial, avoue dans son ouvrage, "Le Canada franpais et son Expressi on l i t t e r a i r e " , que, " s i le Canada franpais connalt aujourd'hui une vie artistique assez importante pour aa population, i l n'a jamais ete le paradis des arts ni des ecrivains..." Pourtant, aucun de ces auteurs, ni Brunet, ni Fournier, ni Leger, ne nous dit franchement. pourquoi i l en est ainsi. En effet, l i s ne nous expo sent pas leurs raisons d'une maniere tout a f a i t aatisfaisan- te. On compare le Canada et aa vie culturelle a l'arbre qui ne a'est pas developpe normalement parce qu'une violente tenapete l'a deracine. On di t que les Canadiena avaient autre chose a faire que de vereifier ou d'ecrire des romans* i l s avaient a batir un pays neuf, a defricher - 207 - d1immenses etendues de terrain, a lutter, apres l a conquete, contre l a misere materielle qui fut tres grande, a conduire des luttss p o l i - tiques pour revendiquer leurs droits, a organiser l a vie c i v i l e entiere de la minorite franpaise. D' aillsurs, on constate que ce sotit des con ditions defavorables t e l l e s que - l a situation geographique, les longs hivers, l'isolement de meme que la lutte constants contre l a nature, qui ont empeche la litterature canadienne-franpaise de prendre son plein essor. Mais on ne parle que tree rarement et tres discretement du role de l'Eglise au Canada franpais et de son influence sur les esprits- Et cependant, c'est le controle des ecrivains et de leurs oeuvres - ce rideau de fer spirituel et intellectuel des ecclesiastiques - qui est principalement responsable du f a i t que l'amour et la passion manquent dans la litterature canadienne-franpaise. Par consequent, cette inter vention et cette surveillance de l'Eglise canadienne pendant plus de deux siecles nous expliquent aussi pourquoi le Canada franpais, malgre son heritage franpais, malgre les memes tendances l i t t e r a i r e s et a r t i  st iques, et le meme penchant vers les professions liberales, fut si longtemps dans un etat intellectuel et culturel arriere, pourquoi i l n'a paa encore reussi a donner a l'humanite un chef-d'oeuvre, un genie. Car, ce n'est ni l a rude nature, ni la misere materielle, ni l ' i  solement, ni meme l a conquete et 1'occupation qui sont les plus grands ennemis du genie createur, de la culture et de la vie spirituelle d'une nation. Le pire, c'est l'esclevage de l'esprit, le controle, l ' i n t e r  vention de l a hierarchie ou d'un parti politique, et la persecution des 11 empoisonneurs publics" et des "ennemis du peuple". Dans ces conditions, i l est impossible de creer un chef-d'oeuvre. Or, le Clerge, 1'autorite spirituelle et temporelle des Canadians-- 208 - franpais, voulut leur donner une litterature nationale, maia cette litterature devrait "etre aaine, religieuae et patriotique. Aujourd'hui, franchement catholique, cette litterature exprime nettement les aenti- ments profondement religieux de la majorite. Sa moralite austere ne dement en rien les moeurs d'un peuple soumis a l a forte influence de l'Eglise. Le reaultats l'abaence de genie dans l a litterature canadien ne, 1'indifference et 1'ignorance de l a plupart des habitants. Avec l a theorie de l a "nationalisation" les ecclesiastiques essayerent de se debarrasser de 1'influence franpaise et des livres immoraux. C'est pourquoi les Peres du troisieme Concile provincial de Quebec se main- tinrent dans l a ligne de l a tradition catholique lorsqu'ils inviterent leurs fideles a "rejeter l o i n de leura demeures", a moins de motifs graves, livres, journaux ou revues qui transgressaient les prescriptions de l a morale ou blessaient la pudeur. Malheureusement, i l n'y avait aucun Pierre le Grand canadien a Quebec pour percer aa fameuse "fenetre aur 1'Europe". A quelquea egards i l y a une certaine ressemblance entre l a geo- graphie, l'histoire et l a litterature russe et canadienne. C'est l'Abbe Roy lui-meme qui d i t que les Canadiana-franpais d 1aujourd'hui "ont un peu de l'ame russe". (l) Nous avons le miracle canadien et le miracle russe. Les steppes russes et les prairies canadiennea semblent sane bornes. L'hiver est long et rude au Canada auasi bien qu'en Ruesie. Le Saint-L aurent et l a Volga 8ont comme deux soeurs. Lea ancetrea des Canadiena-franpais ont cree "La Chanson de Roland", ceux des Russes le "Dit de 1'ost d 1Igor". La Russie fut de bonne heure envahi par des ennemis superieurs en ( l ) Royj C., Essais sur l a litterature canadienne. p.225. - 209 - nombre, tout comme la Nouvelle-France par lea Anglais. Refule vers le nord-est, loin de tous Bes foyers culturels, le peuple russe n'evita le metiasage avec les Tartarea que grace au sentiment de sa superiority morale et spirituellej toutefois, son developpement a l l a i t marquer le pas et meme retrograder. Au Canada franpais, au contraire, a eu lie u une lutte entre lea deux hautea cultures. Pourtant, les Canadiens-franpai8 reaiaterent avec aucces a l 1aaaimilation anglaise. Des lors, l a reaaemblance entre les deux nations, le Canada et l a Russia, s'arretent. Car tandis que la culture s'est enracinee profondement dana l'^ ame du peuple russe, et que l'a r t est devenu leur seconde nature, les Canadiena-franpais, grace a leur Eglise, ne gardent que leur^ religion et leur langue. Desormais, nous voyons le peuple russe, pieux gardien dea richesees accumuleea par des epoquea merveilleuaea, et lea Canadiens-franpais qui continuent a garder jalouaement leur religion. Au dix-neuvieme siecle nous avons l a naiasance d'une litterature canadienne. Lea poetes et les prosateurs tels que Garneau, Cremazie, Frechette, Lemay, de Gaspe, revelent l'ame canadienne... Mais les t r a i t s caracteriatiquea de cette litterature ne sont que le "regionalisme", 1'element patriotique, et surtout le sentiment religieux. Selon le mot de Casgrain, cette litterature "sera grave, meditative, apiritualiate, religieuse, evangelisatrice..." Au meme siecle, voila l a miraculeuae renaissance dea Russes. comment ce f a i t - i l que la Russia ait ete capable de produire Pouchkine, l'egal de Shakeapeare, au bout de cent an 8 d'imitation et d'etudes? Plus tard, Tourguenief, Tolstoi et Dostoievsky sont apparua a leur tour, et tous tr o i s sont devenua les maitres du roman europeen. H en - 210 - va de meme pour l a musique. Cinq ana apres Pouchkine, on voit appa- raltre Glinka, le pere de la musique russe. Ensuite se fut le tour de Moussorgsky, Borodine et Rimsky-Korsakof, des contemporains de Tolstoi et de Dostoievsky. En 1908 Diaghilef presente ses Ballets russes aux Occidentaux et provoque un veritable eblouissement. En depit de 1'autocratic des Tsars, les masses des paysans, des etudiants et des intellectuels resterent libres spirituellement. "Le Tsar est lo i n et l a Mere Russie est vaste," dit-on, et les poetes, les dramaturges et les romanciers ecrivent "Ceux qui vivent bien en Russie", le "Revisor", ou bien le "Mai de trop d'esprit", les "Ames mortes"... Le Genie createur et la liberte d'expression vont toujours ensemble. Ainsi, d 1apres la litterature, nous connaissons toute l a vie soci ale, religieuse, culturelle d'un peuple. Les livres suivent toujours les moeurs, i l s sont un miroir ou se reflate l a vie humaine dans toutes ses manifestations, bonnes et mauvaises. H est done necessaire que l'art soit libre. Le poete ou le prosateur doit exprimer toutes ses idles, toutes ses pensees sans'etre nomme "empoisonneur public" et persecute. Peindre l a v i e d'apres nature n'est pas seulement son privilege, mais aussi son devoir. Et quel est le role de 1'amour dans l'art? C'est une chose bien connue que l'amour est le sujet capital, essentiel de tout art. Prenons pour ainsi dire n'importe quelle oeuvre dramatique, comique, tragique, et meme epique, lisons des romans, des poemes, des chansons populaires, contemplons les chefs-d'oeuvre de la sculpture et de la peinture, enfin, ecoutons les sons de la musique, les symphonies, les operas, les ariettee, presque partout s'eleve le chant eternel de 1*amour. - 211 - D'ailleurs, i l y a 1'amour dans toute l a nature* pourquoi done n ' e t a i t - i l pas permis au poete canadien d'exprimer dans son oeuvre ce qu'il avait repu de son CreVteur* l a passion et le sentiment de 1'amour? LA FIN 4 BI5LIOGRAPHIE - 214 - Area (R«), Notre question nationale. 3 vol. Montreal, 1944-47. Aries (Henri d'), NQ s Historiens. Action Franpaise, Montreal, 1921. Louis Frechette. The Ryerson Press, Toronto, 1924. Estampes. Action Franpaise, Montreal, 1926. Armstrong,(E.H.), The Crisis of Quebec 1914-18. New York, 1957- Arnould, Nos amis les Canadiens. Oudin, Paris, 1915* Asselin (0.), L 1oeuvre de l'Abbe Groulx, Action Franpaise, Montreal, 1923. Baby, L' exode des classes dirigeantes a la. cession du Canada. Dans* The Canadian Antiquarian, Montreal, July-October, 1899* Baumal, (F), Tartuffe et ses avatars, Paris, 1925. Beauchemin (N.), Floraisons matinales, Ayotte, Trois Rivieres, 1897 • Patrie Intime, Montreal, 1928. Bentzon (Th.), Lee femmes du Canada franpais, Revue des Deux-Mondes, 15 mai 1898, p.515« Bernard (H.), Essais critiques, Levesque, Montreal, 1929* Bisson (A.), Le Bomantisme l i t t e r a i r e au Canada franpais, Droz, Paris, 1952. Bibaud (M.), Epitrea, Satires, Chansons, Epigrammes et autree pieces  de vers, Durvenois, Montreal, 1850. Histoire du Canada, I.-III. 1857-1878. Boucher,(P.), Histoire veritable et naturelle des moeurs et productione  du pays de la Nouvelle France, vulgairement dite le Cana  da. (Reimpression), Quebec, 1849. True and Genuine Description of New France, Canada in the 17th century, Montreal, I885. Bracq (J.C.), L 1 Evolution du Canada francais. Paris, Plon, (sans date). The evolution of French Canada. New York, Mac MiH an, 1924. Bourassa (H.), <La langue gardienne de la f o i . Montreal, (sans date). Le Canada apostolique. Montreal, 1919« Braunechvig (M.), Le sentiment du beau et le sentiment poetique, Paris, 1904. Bremond (H.), Histoire l i t t e r a i r e du sentiment religieux en France. Paris, Bloud et Gay, 1955, T - V I . Brucheei (J«), Histoire du Osnada, Beauchemin, 1951. Brunet (B.), Histoire de l a litterature canadienne-francaise. Ed. de l'Arbre, Montreal, 1946. - 215 - Bedier et Hazard, Hjstoire de l a litterature francaise. I., II., L arouese, Parie. Cartier (J.), Pi scours du voyage. Raphael du Petit V B 1, Rouen, 1598. Caagrain (Abbe H.R.), Oeuvres Completes. I. - IV. Beauchemin, Montreal, 1896. Chapai-s (T.), Cours d'Histoire du Canada. I — IV., Ed.B.Valiquette, Montreal, 1919. Piacoura et Conferences. Garneau, Quebec, 1913. Melanges. L'Evenement, Quebec, 1905. Chapman (W.), Les Aspirations. Paria, Motteron-M artinet, 1904. Charbonneau (J.), Les Blessures. Lemerre, Paris, 1912. Dee influences franoaieea au Canada. Beauchemin, Montreal,1916. L'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal, Levesque,Montreal, 1935. Champlain (S. de), Pes Sauvages ou Voyages. Cl aude de Monstr'oeil,I603. Charlevoix (Pere), Hjstoire et description de l a Nouvelle France avec .journal hiatorique. Paria. 1744.(1-111, R n l i n ) . Chartier (E.), Pagea de Combat. Montreal, 1911. La litterature franpaiae a 1'etranger. Paria, de Gigord, 1923. Chauveau,(P.J.O.), L'Instruction publique au Canada. Quebec, I876. Charlea Guerin. 1852. Cremazie, (0 . ) , Poeaiea. Beauchemin, Montreal, 1925. Oeuvres completes. Beauchemin, Montreal, I885. Lettres et fragments de lettres. Quebec, Garneau, 1886. Cloaae (L.), L a reponae de la race. Therien Freree Ltee, Montreal, 1936. Pantin (L.), Poetes de 1'Amerique francaiae. New York, 1928. Gloses critiques. Action franpaise, Montreal, 1931. Pavid (L.), Les deux Papinau. M o n t r e a l , Senecal, 1896. Souvenirs et Biographie B. Montreal, 1911. Mes Oontemporains. Montreal, 1894. PeCellea (A.P.), Laurier et son temps. Montreal, 1920. Pesrosiers et Fournet, L a race francaiae en Amerique. Montreal, Beauche min, 1911. Deasaules (L.A.), Diecoura sur l'Institut canadien. Montreal, I863. Pugas (M.), Litterature canadienne, anercus. Firmin-Didot, Paria, 1929. - 216 - Durham (Lord), Le Rapport de Durham, Aux Editions du Quebec, 1948. Ferland (J.B.A.), Pours d' Histoire du Panada. I-II, 1861,1865. Quebec. Fournier ( J«), Anthologie des Poetes canadienB, Montreal, Granger, 1934. Mon encrier, 2 vol. Montreal, 1922. Frechette (L.), Mes l o i s i r s . Quebec, 1865. L a voix d'un exile*, Chicago, 1868. La Legende d'un Peuple, Paris, 1888. Epeves poetiques, Montreal, 1908. Garneau (F.X.), Histoire du Canada, I-III.,1845-1848, Montreal, Beauchemin, 1882. Gagnon (E.), Chansons populaires du Canada, Montreal, Beauchemin, 1908. Garrod, (H.W.), The Study of Poetry. Oxford, Clarendon Press, 1936. Giraud (M.), Histoire du Canada.Paris, 1946. Gosselin (Abbe A.), L'Eglise du Canada, depuis Mgr de Laval jusqu'a l a conquete. Mgr. de Pontbriand. I-III, Quebec, Typ. Laflamme et Proulx, 1914. Gaspe (P.A. de), Memoires. Qulbec, Hardy, 1885. Goyau (G.), Lee origines religieuses au Canada, Paris, 1925* Groulx (Abbe L.), L a naiaBance d'une race, Montreal, Action franpaise, 1919- L'Enseignement du Francais au Canada, Montreal,1931' Halden (Charles ab der), Etudes de litterature canadienne, Paris, De Rudeval, 1907• Harvey (J.C.), Pages de Critique. Quebec, 1926. Herbert (M.), De livres en livres, Levesque, Montreal, 1929. Les Lettres au Canada francais, Levesque, Montreal,1956. Houle (L.), L'Histoire du Theatre au Canada franpais, Montreal, 1945- Huston, Le repertoire national, ou recueil de litterature canadienne, I-IV, Montreal, 1895- Incarnation (Mere M.), Ecrits spirituels et historiques. Paris.Desclee, 1955- Jobin (A.J.), Visages l i t t e r a i r e s du Canada francais, Ed.Zodiaque, Montreal,1914. Jones (F.M.), Le Roman canadien-francais, Montpellier,1951« - 217 - Kalm, (P. ), Voyage en Amerique. dans* Memoires de la Societe* hiatorique de montreal, 1880. La Hontan (Baron de), Voyagea du Baron de LA Hontan dana l'Amerique aeptentrionale. Amsterdam, 1741. Un Outre-Mer. Voyagea au Canada. Paris, Plon, 1900. Dialoguea Ourieux. Hopkins Press, Baltimore,1931. New Voyagea to North America. I,II, Chicago,1905. Lanctot,(0.), F.X.Garneau. Reveraon Pre8s, Toronto. F i l l e s de Joie ou F i l l e s du Roi. Montreal, 1952. Lareau (E.), Hiatolre de l a litterature canadienne. Montreal, 1874. Laurier (W.), Discours a 1'etranger et au Canada. Montreal, Beauchemin, (sans date) Lemay (P«), Essais poetiques. Desbarata, Quebec, 1865. Oontea vrais. Montreal, 1907. Lamontagne (B.), Par noa champa et noa rives. Le Devoir, Montreal,1917. Leger (J.), Le Canada francaia et son expression l i t t e r a i r e . Paris,1958. Librairie Nizet & Bastard. I«emonnier (L.), Hjstoire du Canada francaia. Hachette, Paris, 1949. Lievre, (P.), Notes et reflexions sur l'Art poetique. Paria, 1911. Lozeau (A.), L'Ame aolitaire. De Rudeval, Paria, 1907. Long (M.H.), A History of the Canadian People. New France, I., The Ryeraon Press, Toronto, 1942. Mac Mechan (A.), Head-Watere of Canadian Literature. McClelland & Stew art, Toronto, 1924. Marion, (S.), Pierre Boucher, un Colon Canadien, Quebec. Proulx, I927. Sur lea paa de H O B litterateurs. Montreal, Levesque,1955. En fenilletant noa ecrivaina. Montreal, 1951. Lea lettres canadiennes d'autrefois. t.VIII, Ottawa, 1954. Moore, The Clash, traduit de 1'anglais (Le choc), par E.Bilodeau, 1920, Montreal. Maurault (0.), Le vie intellectuelle au temps de Garneau. Montreal,I945. Nelligan (E.), Poesies completes. Montreal, 1952. Oeuvre. Preface par Louie Dantin, Montreal, 1925. Pagnuelo (S.), Etudes Hiatoriquea et legalea i aur la liberte religieuae  en Canada. Montreal, Beauchemin, 1872. Pierce, L., An Outline of Canadian literature, The Ryeraon Preas, Toron to, 1927. - 218 .- Robitaille (G.), Etudes sur Garneau. Action franpaise, Montreal,1929. Routhier (A.B.), Confer ences et disc ours, I.-II., Que"bec, 1889-1904. Rousseau (J.J.), Lqttre a Mr. D'Alembert eur lee Spectacles. Lille,1948. Roy ( C ) , Nos Origins s l i t t e r a i r e s . I 1Action sociale, Quebec, 1909« Essais sur l a litterature canedienne. Montreal, Beauchemin, 1915. Nouveaux Essais sur la litterature canadienne. Quebec, 1914. Manuel d'histoire de la litterature canedienne-francaise. Quebec, 1923. Salone,(E.), L a colonisation de la Nouvelle-France. PariB, (sans date), Librairie Orientale et Americaine. Stendhal, Racine et Shakespeare. Etudes sur le Romantisme, PariB, (s.d.) Siegfried (A.), Le Canada, les deux races. Paris, Colin, 1907. Suite, (B.), Histoire des Oanadlena francais. 1608-1881, VIII. vol. Wilson et Cie,Montreal. Tardivel, (J.), Pour la P a t r i e . Montreal, Cadieux et Deronc, 1895. Tieghem (P.van),. Histoire de la litterature francaise. Paris, L.Fayard, 1949. Vettier (G.), Essai sur la mentalite canadienne-francaise. Paris, Champion, 1928. Trudel (M.), L 1influence de Voltaire au Canada. I.II, L'Universite Laval,1945. Viatte (A.), Histoire l i t t e r a i r e de l'Amerique francaise des origines  a 1950. Quebec, Parie, 1954. Wade (M.), The French Canadians. 1760-1945, Toronto, 1955- Woodley (E.C.), Canada's Romantic Heritage. Dent & Sone, Toronto, 1935. - 219 - TABLE DSS MATIERES PREFACE 1 Chapitre 1 21 LE GENIE FRANCAIS Chapitre II 43 ORIGINES SPIRITUELLES DU CANADA FRANCAIS Chapitre III 63 LE RAPPORT'DE DURHAM Chapitre IV 81 L1INTERVENTION DE L'EGLISE Chapitre V 92 VERS UNE LITTERATURE TOUT A FAIT LIBRE? Chapitre I 107 DE FRERE SAGARD A L'ABBE GROULX Chapitre II 124 LES ROMANCIERS OU LES MORALISATEURS? Chapitre III 153 LA POESIE ENCHAINEE Chapitre IV 174 LA CRITIQUE EST-ELLE NECESSAIRE? Chapitre V 189 UN THEATRE NATIONAL?'. - VOILA L'ENNEMIl CONCLUSION 206 BIBLIOGRAPHIE 214 

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
China 22 1
United States 19 0
France 10 0
Algeria 10 0
Canada 9 0
Unknown 4 0
Germany 3 31
Albania 1 0
Ukraine 1 0
Sweden 1 0
City Views Downloads
Unknown 24 34
Beijing 22 0
Mountain View 7 0
Montreal 6 0
Ashburn 6 0
Fort Lauderdale 3 0
Béziers 3 0
Oran 3 0
Sherbrooke 1 0
Batna City 1 0
Saint-Cyprien 1 0
Shawinigan 1 0
Miramas 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0106316/manifest

Comment

Related Items