UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Albert Camus et le christianisme 1961

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1961_A8 R32 A5.pdf [ 6.02MB ]
UBC_1961_A8 R32 A5.pdf
Metadata
JSON: 1.0106152.json
JSON-LD: 1.0106152+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0106152.xml
RDF/JSON: 1.0106152+rdf.json
Turtle: 1.0106152+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0106152+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0106152.ris

Full Text

ALBERT CAMUS ET LE CHRISTIANISME by JTJLIA LAMONT REEKIE B.A., McMaster U n i v e r s i t y , 1928 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF M.A. i n the Department of ROMANCE STUDIES We accept t h i s t h e s i s as conforming to the req u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree that permission f o r extensive copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representatives. It i s understood that copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. Department The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancouver 8, Canada. A l b e r t Camus et l e Ch r i s t i a n i s m e Sommalre de l a These Pour A l b e r t Camus l e probleme dominant du XX e s i e c l e est de s a v o i r , " s i l'homme sans l e secours de l ' e t e r n e l ou de l a pense"e r a t i o n a l i s t e peut creer a l u i seul ses propres valeurs"."'*^ P e u t - i l trouver un sens de l a v i e en dehors du d i v i n ? C'est l a une question e s s e n t i e l l e m e n t r e l i g i e u s e a l a q u e l l e Camus cherche une reponse dans toutes ses oeuvres. Le but de l a presente these est d'etudier l e r o l e que l e c h r i s t i a n i s m e joue dans c e t t e recherche. Cet aspect de son ceuvre n'ayant guere a t t i r e 1 ' a t t e n t i o n des c r i t i q u e s , i l f a u t chercher dans l e s ceuvres memes de l'aut e u r l e s temoignages de 1'influence chretienne sur sa pensee. Le premier c h a p i t r e de 1'etude d i s c u t e l e s dissemblan- ces entre l e c h r i s t i a n i s m e et l a pensee de Camus. Chez l u i tout est a l a mesure de l.'thomme tandi s que chez l e Chretien tout depend de Dieu. C'est l a l a dissemblance c a p i t a l e de l a q u e l l e de"rivent toutes l e s autres. Camus se s e r t souvent de termes theologiques t e l s que " s a l u t " et "jugement", mais pour l u i ceux-ci dependent des hommes et se r e a l i s e n t sur c e t t e t e r r e . I I c r o i t que tous sont a l a f o i s coupables et innocents, idee c o n t r a i r e a. l a doctrine chretienne du pe"che* o r i g i n e l . I I aff'irme d ' a i l l e u r s , que l a mort est "une porte fermee". I I va meme plus l o i n et considere l a croyance a 1'immortality A c t u e l l e s p. 111. i i comme une t r i c h e r i e qui peut empecher I'homme de r e m p l i r sa tache i c i - b a s . Puisqu'un au-dela n ' e x i s t e pas, l a v i e du present est pre*cieuse et on ne d o i t pas f u i r ses r e s p o n s a b i l i t e s . La f o r c e qui soutient et i n s p i r e Camus, c'est l a beaute q u ' i l concoit paienne au sens grec. Son idee du corps est Egalement grecque et i l se r e j o u i t qu'apres tant de s i e c l e s on v o i t de nouveau l e s corps nus sur l e s plages. E n f i n pour l u i l a t e r r e est l e royaume de I'homme, et non de Dieu, et c'est a I'homme q u ' i l rend hommage. Viennent ensuite l e s o b j e c t i o n s p r e c i s e s que Camus f a i t au c h r i s t i a n i s m e . Le probleme du mal est l a p i e r r e d'achoppement a l a croyance en Dieu car Camus y trouve ce paradoxe i n s o l u b l e : Dieu tout-puissant permettant l a souffrance des innocents, ou Dieu, bon mais impuissant, ne pouvant r i e n contre ce scandale. I I c r i t i q u e l e c h r i s t i a n i s m e , h y p o c r i t e , t o t a l i t a i r e , i n e f f l c a c e contre l e mal> et i l y v o i t une Evasion hors du monde a c t u e l . En outre i l condamne l e s f a i b l e s s e s de l ' E g l i s e , qui se range souvent du cote des oppresseurs, et qui selon Camus a t r a h i sa. m i s s i o n mediatrice. E l l e a prefe're' a u s s i l a m y s t i f i c a t i o n a l a lumiere q u ' i l estime tant. Tout en reconnaissant ses objec t i o n s au c h r i s t i a n i s m e , l e t r o i s i e m e c h a p i t r e de cet e s s a i eouligne l e s ressemblances nombreuses entre l a pensee de cet auteur et l a pensee chre'tienne. Pour Camus, comme pour l e chre*tien, l a l u t t e pour ame"liorer l a souffrance des hommes, pour e'tablir un m e i l l e u r monde est une o b l i g a t i o n majeure. L u i a u s s i , reconnait l e besoin de v a l e u r s , et c e l l e s q u ' i l mentionne, l'honnetete, l a j u s t i c e , l a l i b e r t e , l a l o y a u t e , l'honneur, l a compassion, sont c e l l e s prechees par l e C h r i s t . Mais on d o i t noter que Camus en trouve l a source dans l a r e v o l t e , t a n d i s que l e c h r i s t i a - nisme l a trouve dans l a B i b l e . Comme l e c h r i s t i a n i s m e Camus r e j e t t e l ' i d e e de n i h i l i s m e , meme au po i n t d'esperer une renaissance en Europe. De pl u s i l a f f i r m e qu'on ne d o i t jamais a j o u t e r au mal du monde ou se ranger du cote des bourreaux, idees que partage l e c h r i s t i a n i s m e . Le d e r n i e r c h a p i t r e d i s c u t e l e s images r e l i g i e u s e s et chre'tiennes dont Camus se s e r t librement dans ses S c r i t s , en f a i s a n t a l l u s i o n aux r i t e s de l ' E g l i s e comme l a messe, l e confession et 1'absolution, demontrant sa connaissance de l a B i b l e , d'ou i l t i r e beaucoup de c i t a t i o n s et de references. Toute son oeuvre est impre'gne'e d ' a l l u s i o n s au C h r i s t , surtout a ses souffrances et a son s a c r i f i c e s . Beaucoup de ses personnages sont a 1'image du C h r i s t , tout au moins par c e r t a i n aspects de l e u r c a ractere. En c o n c l u s i o n on remarque que malgre 1'incroyance de l'aut e u r et sa c r i t i q u e tranchante des f a i b l e s s e s de l ' E g l i s e , une i n f l u e n c e chretienne se manifeste dans l e s ceuvres d'Albert Camus, et on se rend compte que ce t t e i v i n f l u e n c e est p l u s grande dans l e s dernieres ceuvres que dans l e s premieres. E n f i n tous l e s e*crits de Camus mettent en lumiere l ' i d e e exprimee par Jean-Baptiste Clamence: "...pas Chretien pour un sou, "bien que j ' a i e de 1'ami tie* pour l e premier entre eux. ""^ ) La Chute p. 157. V TABLE DES MATIERES Pages INTRODUCTION I CHAPITRE I. Les Dissemblances entre l a Pensee d'Albert Camus et l e C h r i s t i a n i s m e .... 1 CHAPITRE I I . Objections au Ch r i s t i a n i s m e 27 CHAPITRE I I I . Les Res semblances 49 CHAPITRE IV. Les Images et l e s A l l u s i o n s Chretiennes 80 CONCLUSION 96 BIBLIOGRAPHIE 101 Remerciements Je t i e n s a. remercier Messieurs l e s Professeurs J. G. Andison et G. Tougas, du D^parteraent de Romance Studies of the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, pour l e s encouragements et I'aide q u ' i l s m'ont prodigues a 1'occasion de l a r e d a c t i o n de c e t t e these. Je remercie a u s s i Monsieur et Madame F e l i x de Wonck d'Okanagan Centre qui m'ont aidee a en r e d i g e r l e texte d e f i n i t i f . I ALBERT CAMUS ET LE CHRISTIANISME INTRODUCTION "L'homme", p e u t - i l , "sans l e secours de I'e'ternel ou de l a pense"e r a t i o n a l i s t e crier a lui-mgrae ses propres valeurs?"" 1") Pour A l b e r t Camus, conscient "que nous vivons dans une h i s t o i r e de*sacrilise"e", ; v o i l a l e probleme a i g u de notre s i e c l e . Le r a t i o n a l i s m e du X V T I I e s i e c l e , l e mate*rialisme du XX e, ont remis en question l e s anciennes v a l e u r s . Maintenant l'homme se demande: "Comment v i v r e sans grace et sans j u s t i c e ? Camus repond a c e t t e question dans toutes ses ceuvres, et i l trouve l a re*ponse en dehors du c h r i s t i a n i s m e . Ce n'est pas d i r e que c e l u i - c i ne joue pas un r8le important dans ses l i v r e s . I I cherche un sens a l a v i e , recherche qui ne"cessairement se preoccupe des problernes r e l i g i e u x et moraux. Le but de cet e s s a i est d'e"tudier 1'influence du c h r i s t i a n i s m e sur I'oeuvre de Camus. I I se peut que ce t t e i n f l u e n c e v a r i e d'une ceuvre a 1'autre, mais e l l e n'en est jamais entierement absente. On peut d i r e sans exageration que l e probleme r e l i g i e u x est chez l u i fondamental. "^ A l b e r t Camus A c t u e l l e s t p.111. 1 A l b e r t Camus L'homme R e v o l t s , p. 278 3^ I b i d . p.35 I I A p a r t L ! Incroyant et l e s C h r e t i e n s , un expose* f a i t au couvent des Dominicains en 1948, et une ou deux remarques f a i t e s a quelques personne, Camus n'a f a i t aucune d e c l a r a t i o n sur l e rapport entre son oeuvre et l e c h r i s t i a n i s m e . C'est l a une d e s d i f f i c u l t y ' s rencontre*es dans une Stude de c e t t e question. La seule methode pratique d'entreprendre une t e l l e tache e s t d'e"tudier en d e * t a i l l e s textes de l ' a u t e u r et d'y dScouvrir l a r e l a t i o n entre sa pense*e et l ' i d ^ a l C h r e t i e n . C'est 1'object de l a pre"sente these. Pour apprdeier l e l i e n qui e x i s t e entre l e c h r i s t i a - nisme et l ' i d e e de Camus, i l f a u t examiner l e s dissemblances autant que l e s ressemblances entre l e s deux pense'es. Pour c e t t e r a i s o n l e premier c h a p i t r e de c e t t e e*tude sera consacre* a une d i s c u s s i o n des divergences entre l e s ide*es de Camus et c e l l e s inspire"es du c h r i s t i a n i s m e . Le deuxieme c h a p i t r e continuera c e t t e recherche en examinant de plus pres l e s o b j e c t i o n s l e s p l u s se*rieuses que Camus f a i t a l a pensde et a l a t h ^ o l o g i e chre*tiennes. Apres a v o i r essaye* d'e*tablir en quoi c o n s i s t e ces obj e c t i o n s de Camus, l ' e s s a i aura ensuite pour but de deceler l e s ressemblances q u i , dans 1'oeuvre de l ' a u t e u r , se manifestent e n t r e sa pensee et l a d o c t r i n e chre"tierme. I l l Le c h a p i t r e f i n a l de"montrera combien Camus s'est s e r v i d ' a l l u s i o n s , d'images, et d'ideaux Chretiens, et combien son oeuvre en f u t impregne*e. Car i l a puise librement dans l a B i b l e quelques-unes de ses p l u s b e l l e s images et p a r f o i s meme l e theme fondamental d'une oeuvre, par exemple c e l u i de La Chute. Parce que l a question r e l i g i e u s e est e a p i t a l e chez Camus, et que l e rapport entre l e c h r i s t i a n i s m e et sa pense*e n'a guere retenu 1 ' a t t e n t i o n de l a c r i t i q u e , on espere que cet e s s a i apportera quelque lumiere sur cet aspect important de son ceuvre. CHAPITRE I Les Dissemblances entre l a Pense*e d'Albert Camus et l e Ch r i s t i a n i s m e "Je c r o i s en Dieu", c'est l a l a base de l a pensee chre'tienne. "Je c r o i s en Dieu", comme cre*ateur, comme the Tout-Puissant, mais en m§me temps comme un pere q u i aime et soigne ses enfants. Le Credo c h r ^ t i e n exige de p l u s une croyance en Jesus C h r i s t , l e d i v i n f i l s de Dieu. I I est l e Messie, l e Sauveur du monde. Pour A l b e r t Camus une t e l l e croyance n'est pas p o s s i b l e . I I l u i f a u t chercher un sens a l a v i e sans recours au d i v i n . C'est l a l a d i f f e r e n c e fondamentale entre sa pensee et l a pensee chre'tienne. On peut de*eeler c e t t e recherche pour un sens de l a v i e des l e s premieres oeuvres de l'auteur. Dans Le Mythe de Sisyphe quand i l d i s c u t e l e s temoignages q u ' i l peut accepter, Camus d i t : "Je ne s a i s s i ce monde a un sens qui l e de*passe. Mais je s a i s que je ne connais ce sens et q u ' i l ,\ m'est impossible pour l e moment de l e con n a i t r e . " ' I I semble que ce moment n ' a r r i v e jamais, car quinze ans plu s t a r d , a 1'occasion de l a p r e s e n t a t i o n du P r i x Nobel, i l d i t : "Dieu s ' i l e x i s t e . " 2 ^ Entre 1943 et 1957 i l se Le Mythe de Sisyphe p.73 Discours de Suede p. 2 peut que quelque changeraent a i r eu l i e u en l u i a l ' ^ g a r d de l a r e l i g i o n , mais sa connaissance d'un sens qui de^passe ce monde e s t , pour l u i $ , t o ujours en doute. Dans sa recherche continue de ce sens de l a v i e , l e probleme r e l i g i e u x est c a p i t a l . S i Dieu n'ex i s t e pas, d'ou v i e n t l e s a l u t ? Pour Camus c e l a depend de l'homme et de l u i s e u l . Neanmoins i l n'a aucun d e s i r de d i v i n i s e r l'homme comme l e f a i t Nietzsche. I I v o i t en l'homme une d i g n i t y , une grandeur, tout a. f a i t humaines, et i l ne peut v o i r aucun s a l u t en dehors de l'homme en ce monde. Dans Le Malentendu Marthe et sa mere p a r l e n t du s a l u t auquel e l l e s a s p i r e n t t a n t . Sa mere est fatigue"e de l e u r s crimes et ne d e s i r e que dormlr. Pour Marthe l a t e r r e promise est un pays toujours e n s o l e i l l e ' pres de l a mer. Toutes l e s deux ont grande envie de f u i r l e u r v i e miserable et monotone, mais e l l e s n'attendent pas l ' a i d e d ' a u t r u i . E n f i n Marthe termine l a d i s c u s s i o n en prononcant ce mot: "A l o r s je vous l e j u r e , ce s a l u t e s t entre nos mains. Mere, nous devons nous d e c i d e r . " 1 ) A i n s i e l l e s seront elles-memes l e s a r t i s a n s de l e u r s a l u t . De m§me dans La Peste, l e s docteurs Rieux et C a s t e l p a r l e n t des remedes contre c e t t e maladie et a f f i r m e n t 1) Le Malentendu p.50 3 qu'un se*rum fabrique" sur p l a c e " a u r a i t une e f f i c a e i t e * p l u s d i r e c t e que l e s scrums venus de 1' exte*rieur. -""̂ Ceux qui l u t t e n t contre l a peste doivent de"pendre entierement de l e u r s propres e f f o r t s pour trouver une guerison. L'homme t i e n t Egalement son d e s t i n entre ses mains. Camus imagine Sisyphe heureux devant son rocher 2 Y parce que l e rocher est "sa chose" '. C'est l u i qui a c h o i s i l e s actions qui l e f i r e n t condamner a roulei? etemellement son rocher jusqu'aux sommets. C'est l u i "persuade de l ' o r i g i n e tout humaine de tout ce qui est humain", qui l u t t e pour a t t e i n d r e l e s hauteurs ou " I I se s a i t l e maltre de ses j o u r s " ^ . Dans l ' e s s a i Promethe*e aux E n f e r s , Camus constate encore une f o i s q u ' i l a p p a r t i e h t aux hommes de se d e i i v r e r , d'ame*liorer l a c o n d i t i o n humaine. I I s'e*crie: "Nous avons a re*inventer l e f e u , a r e * i n s t a l l e r l e s metiers pour apaiser l a faim du corps"-'. I I se demande s i nous qui sommes de ce s i e c l e , aurons l a f o r c e de f a i r e ce q u ' i l f a u t e t , a c e t t e question b r t i l a n t e , i l place dans l a bouche du he*ros enchaine", c e t t e r£ponse: "Je vous promets l a r^forme et l a r e p a r a t i o n , 0 m o r t e l s , s i vous §tes assez h a b i l e s , assez vertueux- assez f o r t s pour l e s ope*rer de vos mains " 5 ) . 1^ La Peste p. 114 ^) r b i a . p . l68 k) 5) 2) Le Mythe de Sisyphe p.167 ^ L'Et€ p.86 I b i d . p.87 4 A son a v i s , ce n'est pas vers l e s dieux q u ' i l f a u t tourner, mais vers l e s hommes. S i , pour Camus, Dieu n ' e x i s t e pas, et s i l e s a l u t ne depend que des hommes, l a v i e e'ternelle se re" a l i s e r a i c i - h a s ou l'homme a decide* "de s'exclure de l a grace et de v i v r e par ses propres moyens""'"). Ce sera l e royaume de l'homme, non c e l u i de Dieu. Naturellement ce s a l u t humain est l e c o n t r a i r e de l ' i d e e du C h r e t i e n qui trouve son s a l u t en Je*sus-Christ, et qui c r o i t : " I I n'y a de s a l u t en aucun a u t r e , car i l n'y a sous l e c i e l aucun autre nom q u i a i t e t ^ donne" parmi l e s hommes, par l e q u e l nous devions §tre sauve"s"2). Camus cherche toujours 1 ' i d e a l grec de I ' e * q u i l i b r e , et pour cett e r a i s o n l e t o t a l i t a r i s r n e sous n'importe q u e l l e forme l e repugne, y compris l e t o t a l i t a r i s r n e de l a croyance chretienne. Pourquoi l'homme a - t - i l "besoin de s a l u t ? De quoi done e s t - i l sauv^? La d o c t r i n e orthodoxe veut que l e s a l u t s o i t l e moyen d'^chapper au jugement. Or, s i l e s a l u t depend de l'homme, i l e st logique que l e jugement depende e"galement de l u i . En p a r l a n t avec l e vieux Foka, K a l i a y e v en p r i s o n apres a v o i r a s s i s s i n ^ l e grand due Serge, l u i pre"dit qu'un jour v i e n d r a , "Ou nous serons L'Homme Revolts p.131 Actes 4:12. 5 tous f r e r e s et l a j u s t i c e ren&ra nos cceur transparent s " ,̂ Pour Foka c e l a sera l e royaume de Dieu, mais K a l i a y e v ne tarde pas a l ' i n s t r u i r e ; " I I ne f a u t pas d i r e c e l a , f r e r e . Dieu ne peut r i e n . La j u s t i c e est notre a f f a i r e " L'id"e"e que I'homme peut etre son propre juge est constante chez Camus. Dans son premier r e c i t L'Etranger l'aum6nier qui rend v i s i t e a Meursault, condamne" a mort, essaie d ' i n s u f f l e r dans l'ame du p r i s o n n i e r l e respect de l a j u s t i c e de Dieu. Mais Meursault p r o t e s t e que c'est l a j u s t i c e des hommes, et non c e l l e de Dieu qui l ' a condamne a mort. Clamence, l e he*ros de-La Chute, l e d e r n i e r re*cit de Camus, declare que, "nous sommes tous 3") juges," 1 et suggere que de nos jours l e jugement humain est "sans l o i " et a i n s i i n s upportable: "Mais l e p l u s haut des tourments humains est d'Stre juge" sans l o i . Nous sommes pourtant dans ce tourment"4). Par c o n t r a s t e , l e Chretien c r o i t que Dieu est l e juge souverain et q u ' i l jugera par J€sus C h r i s t . S a i n t - P a u l e*crit: "C'est de qui p a r a i t r a au j o u r , ou selon mon E v a n g i l e , Dieu jugera par Je"sus-Christ l e s ac t i o n s secretes des hommes"5). Pendant des s i e c l e s maints p e i n t r e s et e c r i v a i n s se sont s e r v i s du theme du jugement der n i e r de*crit dans l e Les Justes p.123 4) La Chute p. 136 2 ) I b i d . p.123 5^ Romains 2: 16 ^ La Chute p.135 6 vingtieme c h a p i t r e de 1'Apocalypse. La Dieu est l e juge qui se"pare l e s s a i n t s des mediants selon leurs. ceuvres. Les uns trouvent l e u r recompense au paradis pendant que l e s autres sont condamnes au tourment e t e r n e l . Que l e s a l u t et l e jugement dependent des hommes et pas de Dieu est une dissemblance fondamentale entre l a d o c t r i n e chretienne et l a pensee de Camus t e l l e q u ' i l 1'exprime dans ses ceuvres. "L'homme n'a pas commence" l ' h i s t o i r e , a i n s i i l n' est pas tout a. f a i t coupable, mais i l l ' a continued, a i n s i i l n'est pas tout a f a i n innocent""^. Ces mots, "innocent", "coupable" apparaissent comme une trame dans l e s pages de Camus. V o i c i de nouveau l ' e ' q u i l i b r e de l a pensee grecque que Camus estime tant. L'homme n'est n i tout a f a i t bon, n i tout a f a i t me*chant. I I est a l a f o i s s a i n t et pdcheur. Encore une f o i s c'est l'envers et l ' e n d r o i t , l e pour et l e contre de son premier e s s a i . Comment l'homme selon. Camus se t r o u v e - t - i l innocent? D'abord dans l a jouissance sans honte de sa v i e . Dans 1'essai L'Ete* a A l g e r l e jeune auteur de"crit l e dancing a l a plage Padovani. I I regarde danser pendant des heures "une grande f i l l e magnifique" qui s'abandonne aux j o i e s p r i m i t i v e s du mouvement, de l a musique, et du contact avec son p a r t e n a i r e . Tout c e l a se v o i t , "dans L'Homme ReVolte* p.366 7 1'Strange lumiere verte-nee du double c o q u i l l a g e du c i e l et de l a mer""^. Emu Egalement par l a beaute* de l a jeune f i l l e et l a splendeur du s o i r i l e*crit: "L'id^e que je me f a i s de 1'innocence c'est a des s o i r s sembla- 2) b l e s que je l a d o i s " 1. Dans un autre e s s a i du m§me r e c u e i l i l de*crit un dimanche matin a F l o r e n c e , et ses b e l l e s e g l i s e s ornees de f l e u r s ce matin de f e t e . I I y a v a i t rencontre" l e s b e l l e s femmes "aux seins l i b r e s " . I I a v a i t j o u i de l e u r beaute* comme de c e l l e des f l e u r s . Les unes et l e s autres l u i ont donne* un p l a i s i r pur et innocent dont i l se souvient: "Dans ces f l e u r s comme dans ces femmes, i l y a v a i t une opulence gSnSreuse et je ne voyais pas que de"sirer l e s unes d i f f e ' r a i t beaucoup de con v o i t e r l e s autres. Le meme coeur pur se s u f f i s a i t . " 3 ) Pour Camus l a j o i e de v i v r e de n'importe q u e l l e sorte est innocente et pure. L'innocence est a u s s i dans l a nature. Le jeune auteur de*couvre dans l e s dunes desertes qui bordent Oran "un paygage toujours v i e r g e " . ^ "La tous l e s matins d'ete ont l ' a i r d'§tre l e s premiers du monde"• . Apres une n u i t passSe a l a b e l l e e*to i l e , "dans l e p e t i t e aube 1) Noces p.52 4) L'Et£ p.59. 2) I b i d p.52 5) I b i d p. 59 3) I b i d p.82 8 t i e d e " , i l descend a l a plage on i l plonge dans l e s vagues de l a mer, se croyant un §tre neuf comme i l nage dans l'eau f r a i c h e . Me*me l e s souvenirs des j o i e s r e s s e n t i e s dans c e t t e r e g i o n l u i semblent bons, car i l s ' e e r i e : "Ce sont i c i l e s t e r r e s de 1' innocence"''"^. Ces mots sont e x t r a i t s du Minotaure e c r i t en 1939. Quatorze ans plus t a r d Camus exprime une idee semblable dans La Mer au P l u s Pres. Apres a v o i r compare 1'avion d'ou i l a v a i t a u t r e f o i s survoie l'Amerique du. sud a "un c e r c u e i l barbare", i l p a r l e de l a mer. Cette f o i s i l se sent heureux a l o r s que son vaisseau f i l e sur l'eau c l a i r e . Le vent dans l a v o i l u r e chante l a l i b e r t e , l a j o i e , et i l e c r i t : 2) "Sans espace, p o i n t d'innocence n i de l i b e r t e " 1 . Cette innocence se trouve a u s s i chez l'homme absurde. C e l u i - c i demeure hors de Dieu et a i n s i ne d o i t pas c o u r i r a l a j u s t i f i c a t i o n f o u r n i e par l e s autres morales ear " i l n'a r i e n a j u s t i f i e r " . "Cette innocence est redoutable" , d i t Camus. I I se peut que tout s o i t germis a l'homme absurde et que l e s consequences de tous ses actes l u i soient i n d i f f e r e n t e s , mais s ' i l n'est pas coupable, i l e s t cependant responsable. Pour cett e r a i s o n i l d o i t considerer soigneusement l e s s u i t e s de ses actes et d o i t §tre pret a l e s payer* X ) L'Ete p.60 3) Mythe de Sisyphe p.95 2^ L'Ete p.183 9 Un autre aspect de 1'innocence qui ressemble a l'absurde, se v o i t chez " l e s m e u r t r i e r s d e " l i c a t s " , l e s re*volutionnaires russes de 1905, qui pour Camus marquent " l e p l u s haut somrnet de l ' S l a n r e V o l u t i o n n a i r e " 1 ) . Confront^ avec l a misere et l a souffrance des pauvres, ces hommes et ces femmes s ' i n t e r r o g a i e n t longuement et finalement s' e*rigeaient en juges qui condamnent a mort ceux qui estaient l a cause des peines et des souffrances des mise*rables. I l s ne commettent que l e s meurtres qu' i l s sont pre*ts a payer de l e u r propre v i e . Dans Les Justes K a l i a y e v , peut-8tre l e p l u s d e l i c a t de tous, d i t a Dora: "Et p u i s , nous tuons pour b a t i r un monde ou. personne ne tuera. Nous acceptons d'etre c r i m i n e l s pour que l a t e r r e se couvre d' innocents. "2) P l u s t a r d dans l a mSme scene Dora declare q u ' i l s p a i e n t p l u s q u ' i l s ne doivent et K a l i a y e v l u i re*pond: "Personne 3) de peut r i e n nous reprocher" Apres que K a l i a y e v eut r e c u l € devant l ' a s s a s s i n a t du grand due pour e*pargner l e s enfants qui accompagnaient c e l u i - c i , son confrere Stephan, un t e r r o r i s t e amer, l e l u i reproche en di s a n t q u ' i l s e*taient des m e u r t r i e r s et q u ' i l s avaient c h o i s i de l ' S t r e . K a l i a y e v r e j e t t e c e t t e ide*e en repondant: 1 ^ L'Homme ReVolte* p. 215 3) I b i d p.45 2) ' Les Justes p.41 10 "Non. J ' a i c h o i s i de mourir pour que l e meurtre ne trlomphe pas. J ' a i e h o i s i d' Stre i n n o c e n t " 1 ) . Et a l a f i n i l s'est approche tranquillement de 1' ^chafaud, c e r t a i n que sa mort e t a i t une p r o t e s t a t i o n "contre un monde de l a r m e s et de sang"- ''. Dans L'Homme Revolte ou i l consacre quelques pages a ces r ^ v o l u t i o n n a i r e s r u s s e s , Camus re"affirme l ' i d € e q u ' i l s sont innocents parce q u ' i l s sont p r e t s a s a c r i f i e r l e u r v i e pour l i b e r e r l e s opprimds. I I d c r i t : " C e l u i qui tue n'est coupable que s ' i l consent encore a. v i v r e ou s i pour v i v r e encore, i l t r a h i t ses f r e r e s . Mourir, au e o n t r a i r e , annule l a c u l p a b i l i t y et l e crime lui-meme"3). I I n'y a aucune ressemblance entre l e s aspects de 1'innocence d i s c u t ^ s ci-dessus et l a conception du ch r i s t i a n i s m e orthodoxe. Pour c e l u i - c i l'homme n'est innocent qu'avant l a chute mentionnee dans l a Ge*nese, ou l a perte de l'innocence e s t - l a consequence du p^che o r i g i n e l . Tandis que chez Camus e l l e re"sulte d'un processus tout a f a i t oppose: e l l e a l i e u quand l'homme devient conscient d'une morale. A Tipasa Camus se souvenant des j o i e s innocentes de sa jeunesse e"crit: "Au temps de l'innocence j ' i g n o r a i s que l a morale e x i s t a t . Je l e savais maintenant et je n'etais pas capable de v i v r e a sa hauteur"k). ^ Les Justes p.79 ^ I b i d p.21k 2 ) L'Homme Revolte p.21k ^ L'Ete p . l k 9 11 De mime, Meursault, l e type de I'homme absurde, n ' a v a i t aucun sentiment de sa c u l p a b i l i t e avant son proces. E n f i n , confronte avec l a morale du juge et des temoins i l ne se sent p l u s innocent et d i t : "Pour l a premiere f o i s j ' a i compris que j ' e t a i s coupable" 1^. La r e l i g i o n e s t a u s s i responsable de l a perte de 1' innocence c a r : "Chaque r e l i g i o n tourne autour des 2) notions de 1'innocence et de l a c u l p a b i l i t e " " '. Avec ce d e r n i e r mot nous a r r i v o n s a "l ' e n v e r s " de l a question. S i , chez Camus chaque homme est en quelque sorte innocent, i l est a u s s i en quelque sorte coupable. Sous d i v e r s aspects c e t t e ide"e p a r a i t et r e p a r a l t dans toutes l e s oeuvres depuis L'Etranger jusqua La Chute. Les mots peuvent changer; tous sont "condamne's a mort," "dans l e bagne", "coupables", mais l a n o t i o n est immuable. Comme ceux qui portent l e b a c i l l e de l a peste sans l e s a v o i r , a i n s i chaque homme porte sa pa r t du mal du monde. A premiere vue, c e t t e c u l p a b i l i t e * u n i v e r s e l l e eVoque l e mot de S a i n t - P a u l quand i l e"erit: "Car tous ont p^ohe" et sont prive*s de l a g l o i r e de Dieu. "3) Mais i l y a ce t t e d i f f e r e n c e : l e p^ch^ Chretien est d'abord contre Dieu, p u i s contre l e prochain. Chez Camus l a c u l p a b i l i t e r e s i d e p l u t 8 t en l a p a r t de l a r e s p o n s i b i l i t e de chaque ) L'Etfanger p.128 ^ Romains 3: 23,24 ) L'Homme R e v o l t e p. 296 12 homme dans l e malheur du monde. Meme l e C h r i s t est coupable car i l est responsable du massacre des Innocents. Le c h r i s t i a n i s m e a une reponse a. ce probleme. C'est encore S a i n t - P a u l qui p a r l e : "...et i l s sont gratuitement j u s t i f i e s par sa grace, par l e moyen de l a redemption qui est en Jesus-Christ" 1^. Camus n'admet pas c e t t e s o l u t i o n : L'homme, comme Sisyphe, d o i t accepter sa c u l p a b i l i t y et en prendre son p a r t i . Une autre dissemblance c a p i t a l e entre l a pense*e de Camus et l e c h r i s t i a n i s m e est que l ' e c r i v a i n ne c r o i t pas a 1'immortalite de l'ame. Cette incroyance est evidente dans presque toutes ses ceuvres depuis Noces jusq u 1 s La Chute. Dans Noces i l p a r l e de l a mort comme d'"une porte ferme*e". Meursault a f f i r m e q u ' " i l n'y a pas d'issue" et pour l e Don Juan du Mythe de Sisyphe, l a seule v a n i t e est l ' e s p o i r d'une autre v i e . Y a - t - i l l i e u de soupconner que l'auteur puisse changer d'avis quand i l s'exclame par l a bouche de Clamence: "Les yeux de l'ame, o u i , sans doute, s ' i l y a une ame et s i e l l e a 2) des yeux" I I est probable que jeune, Camus n'eut pas e'er i t ce " s i " . Peut-e"tre commencait-il a douter de son incroyance, mais c'est une hypothese que l'on ne peut v e r i f i e r . 1^ Romains 3:24. 2 ) La Chute p.87 13 Parce que l a mort, selon l u i , est l a f i n dc t o u t , "une mort prematur^e est i r r e p a r a b l e" 1^. La v i e est pre*cieuse, on d o i t l a savourer pleinement car ce qu'on ne f a i t pas i c i - b a s , ne sera jamais accompli. C'est pourquoi l e present est d'une importance p r i m o r d i a l e . Camus aimait l a v i e toute e n t i e r e d'un amour f o r t et f i d e l e . Re*cemment r e * t a b l i de sa premiere maladie se*rieuse, le jeune homme e*crit: "Toute mon horreur de 2) mourir t i e n t dans ma j a l o u s i e de v i v r e " '. Quelques annees plus t a r d , en p a r l a n t d'lvan Karamazov dechire entre " l e oui et l e non", Camus se demande: " S ' i l refuse l'immortalite', que l u i r e s t e - t - i l ? La v i e dans ce q u ' e l l e a de 1 ' e i e m e n t a i r e . Le sens de l a v i e supprime', i l reste encore l a v i e " 3 ) . V i v r e dans l e p r e s e n t l u i est s i cher q u ' i l considere que ceux qui prSchent l a doctrine de l ' e s p o i r d'une autre v i e trompent l e s hommes et Camus condamne toujours l a t r i c h e r i e . "Mais je n ' a i r i e n a f a i r e des ide"es ou de 1' e t e r n e l , " e c r i t - i l . "Les v e r i t e s qui sont a ma mesure, l a main peut l e s toucher"^). P l u s vieux i l trouvera d'autres v a l e u r s que l a main ne peut toucher, mais ce seront des v a l e u r s pour l e s hommes dans cette v i e , non dans un au-dela. ) Le Mythe de Sisyphe p.110 ^) L'Homme ReVolte* p.78 ) Noces p.37 ^ Le Mythe de Sisyphe p.122 14 La seule eternite" q u ' i l reconnait est dans l a nature. Devant l e c i e l , l a t e r r e , l a mer de son A l g e r bien-aime i l pense a l'homme ephemere et l a nature constante et demande: "Et q u ' a p p e l l e r a i s - j e eternite" sinon ce qui eontinuera apres ma mort?" 1) Cette permanence du monde desespere l'homme en meme temps q u ' e l l e e x a l t e , mais on peut l a chercher dans " l a nature, 2) l a mer, l a c o l l i n e , l a med i t a t i o n des s o i r s . " ' Les ph i l o s o p h i e s peuvent changer, l e s empires n a i t r e et mou- r i r , mais: "La nature est toujours l a , pourtant. E l l e oppose ses c i e l s calmes et ses r a i s o n s a l a f o l i e des hommes"3). Naturellement ces ide*es sont tout a f a i t e o n t r a i r e s aux a r t i c l e s de l a f o i chretienne. C e l u i qui r^pete l e credo a f f i r m e q u ' i l c r o i t a l a r e s u r r e c t i o n du corps et a l a v i e e t e r n e l l e . Dans l ' E v a n g i l e jesus d i t : " . . . c e l u i qui ecoute ma p a r o l e , et qui c r o i t a c e l u i qui m'a envoye, a l a v i e e t e r n e l l e et ne v i e n t pas en jugement, mais i l est passe de l a mort a l a v i e " 4 ) . Et des S a i n t - P a u l tous l e s theologiens ont f a i t de c e t t e croyance l e p r i n c i p e mSme de l a f o i . Camus considere cet e s p r i t d'un au-dela. comme un f l e u v e i n f r a n c h i s s a b l e entre sa pensee et l a f o i chretienne. 1 ) Noces p.61 3^ I b i d p.115 2 ) L'Ete p.112 ^ Saint-Jean 5:24 De tous l e s bonheurs de c e t t e v i e pre*sente, l e p l u s pre*cieux pour Camus est l a jouissance de l a beaute*. I I ne peut se passer de son appui, de son a b r i dans t o u t e s l e s j o i e s et l e s peines de son existence. En acceptant l e p r i x Nobel i l a reconnu l e r o l e de ce t t e f o r c e de sa v i e en d i s a n t : " . . . l a beaute* n'a jamais a s s e r v i aucun homme. Et depuis des mille*naires tous l e s j o u r s , a toutes l e s secondes e l l e a soulage" au c o n t r a i r e l a s e r v itude des m i l l i e r s d'hommes e t , p a r f o i s , libe*re* pour toujours quelques-uns"l). Le e h r ^ t i e n , l u i a u s s i , d o i t appre*cier l a beaute*, mais pour l u i l a t e r r e est l e marchepied de Dieu parce que, "Les cieux racontent l a g l o i r e de Dieu et l'e*tendue manifest l'oeuvre de ses mains" 1. Naturellement l a conception de l a beaute* chez Camus, l ' i n c r o y a n t , d i f f e r e de c e l l du chre*tien, du m o i n s du C h r e t i e n orthodoxe. Dans ses ceuvres l'auteur s ' i d e n t i f i e avec l e monde dans une sorte de mystique semblable a c e l l e de c e r t a i n s romantiques. P a r f o i s i l se sent u n i a l a r e s p i r a t i o n du monde, su r t o u t dans l e s s o i r s t r a n q u i l l e s et p a i s i b l e s . Par exemple a Florence l a vue du paysage regarde* du haut d'une t e r r a s s e p r o d u i t ce sentiment d'unite* avec l a nature q u ' i l a p p e l l e : " . . . c e t t e entre*e de I'homme dans l e s f§tes de l a t e r r e et de l a beaute*"-^. De mgme un Discours de Suede p . 6 0 ^) Noces p.8 6 2^ Psaulme 1 9 : 1 1 6 s o i r dans un cafe* i l est conscient que "Le monde soupire vers moi"'''). Bien entendu, c'est c e t t e n o t i o n des "noces de l'homme avec l a t e r r e " qui a donnl l e t i t r e a son r e c u e i l de r ^ c i t s i n t i t u l e " Noces. Ce n'est qu'avec l a volupte de l a campagne i t a l i e n n e ou l e mystere du q u a r t i e r arabe l e s o i r , q u ' i l se sent l i e . Dans l e s i l e n c e , l e s m i n e s , l e vent, du desert a. Dje"mila, Camus de*couvre "quelque chose qui forge., q u i donne a l'homme l a mesure de son i d e n t i t e avec l a 2) s o l i t u d e et l e s i l e n c e de l a v i l l e morte" ;. Quelque f o i s ce sont l e s personnages de ses r e c i t s qui expriment c e t t e pense"e. Tout l e re"cit de La Femme Adu l t e r e repose sur 1 'experience de Janine, debout seu l e , l a n u i t , sur l e s remparts qui dominent l e d e s e r t . E n f i n e l l e se sent comble*e, unie a l a n u i t , au d e s e r t , et e l l e descend a l a v i l l e e x a l t ^ e et s a t i s f a i t e . La beaute est pour Camus une p a t r i e . Apres un s^jour a Prague ou i l se s e n t a i t un e x i l , l e jeune voyageur regagne l e s o l e i l mediterraneen en I t a l i e et i l s 1 e e r i e , "Me v o i c i r e p a t r i e " - ^ . Pendant toute sa v i e l e souvenir de cette beaute du midi l e sou t i e n t et 1'.' i n s p i r e . Au m i l i e u de l a b e l l e campagne d ' I t a l i e i l a vue sur une v i l l a ces mots: "In m a g n i f i c e n t i a naturae, r e s u r g i t s p i r i t u s " ^ " ) . Tout l e long de sa c a r r i e r e 1 ) L'Envers et l ' E n d r o i t p.62 ^) L'Envers et l ' E n d r o i t p.62 2 ) Noces p.30 ^ I b i d p.97 17 Camus e*prouvait l a ve*rite" de ce t t e devise. C ' ^ t a i t s u rtout dans l e cre"puscule que c e t t e beaute" s o u l a g e a i t son ame et a ce t t e heure ses personnages a u s s i trouvaie.nt l e repos. On p o u r r a i t p u i s e r des exemples dans n'importe q u e l l e ceuvre, ou r e c i t ou e s s a i , mais c e t t e p e t i t e scene entre Tarrou et Rieux est typique. De toutes l e u r s f o r c e s ces deux hommes combattaient l a peste a Oran. P r i s o n i e r s de l a maladie, f a t i g u e s par l e u r l u t t e sans e s p o i r , i l s sont months un s o i r a une t e r r a s s e d'une maison d'ou i l s pouvaient v o i r "un ho r i z o n ou l e c i e l et l a mer se mSlaient dans une p a l p i t a t i o n i n d i s t i n c t e " . Peu a peu l a beaute et l a p a i x de l a n u i t e n t r a i e n t dans l e u r cceur. Tout e*tait s i l e n c i e u x , l e s e*toiles commencaient a. b r i l l e r ; l e vent a p p o r t a i t des odeurs d'Apices et Rieux d i t : " I I f a i t bon. C'est comme s i l a peste n' e t a i t monte*e l a " . "Oui," re*pond Tarrou, " I I f a i t bon" '. En outre l a beaute* empeche de de"sespe"rer. Retourne" a Tipasa apres une longue absence, Camus a reconnu que dans l e s p i r e s ann^es de l a guerre, c ' e t a i t l e souvenir de ces l i e u x qui 1'avait empe'che de tomber dans l e desespoir. I I e'crit: "Au m i l i e u de 1'hiver, j'apprenais 2) e n f i n q u ' i l y . a v a i t en moi un ete i n v i n c i b l e " . Cette ^ La Peste p.202 2 ) L'Ete* p.158 18 idee d'un e s p r i t indomptable est symbolise* par l e s amandiers de l a v a l i n e des Consuls: "...parce que je savais qu'en une n u i t , une seule n u i t f r o i d e et pure de f e v r i e r , l e s amandiers se couvraient de f l e u r s blanches. Je m'e*merveillais de v o i r ensuite cette neige f r a g i l e r e s i s t e r a toutes l e s p l u i e s et au vent de l a mer"l). Camus a e"crit ces mots en 19k0 au commencement de l a longue n u i t nazie. Quelques-uns de ses camarades dans l a Resistance t r o u v a i e n t l e u r s o u t i e n dans l a f o i chretienne, mais pour l u i c r e t a i t l e souvenir de ces amandiers f l e u r i s qui maintena.it son courage. On objectera p e u t - e t r e , et avec r a i s o n , que ce t t e conception de beaute et de l a nature n'est pas tout a f a i t opposee a c e l l e du c h r i s t i a n i s m e . Mais l a dissem- blance c a p i t a l e est que c e l u i - c i concoit l e monde comme l'ceuvre de Dieu t a n d i s que Camus l e v o i t et l e sent par l e truchement des sens. Entre l u i et l a nature i l y a au s s i c e t t e union mystique, ces "noces" p a r e i l l e s a 1 ' -uni te de 1' i d e a l paien des Grecs. Parce que dans l'ceuvre de Camus, "tout est a l a mesure de l'homme", l a c h a i r y joue un r S l e tout a u s s i important que dans l a v i e d'un i n d i v i d u . Cette c h a i r v i b r a n t e a ses v e r i t e s a e l l , e l l e possede des c e r t i t u d e s des jugements qui v a l e n t autant que ceux de 1 ' e s p r i t . Dans l e c h a p i t r e du Mythe de Sisyphe i n t i t u l e La Conqu§te 19 i l e c r i t en p a r l a n t du Les i o n d ' a c t i o n : "Les conqu^rants savent que 1'action est en elle-meme i n u t i l e . I I n;'.y.".a qu'une a c t i o n u t i l e , c e l l e qui r e f e r a i t l'homme et l a t e r r e ...Car l e chemin de l a l u t t e me f a i t rencontrer l a c h a i r . .Meme humilie'e l a c h a i r est ma c e r t i t u d e " ^ ) . Cette c h a i r dont l e temoignage est sur, a a u s s i l e pouvoir de juger, car d i t l ' a u t e u r : "Le jugement du 2) corps vaut b i e n c e l u i de 1 ' e s p r i t . . . " ' I I est p o s s i - b l e p a r f o i s que l e jugement de 1 ' e s p r i t et des Amotions nous trompe, mais on peut e*tre c e r t a i n de c e l u i du corps. I I y a d ' a i l l e u r s de l'esperance dans cette c h a i r . Meursault, qui en p r i s o n a t t e n d a i t son proces a recu l a v i s i t e de Marie, l a compagne des jours de son innoncence. Separ^s par deux g r i l l e s , entoures d'autres p r i s o n n i e r s et de l e u r s amis, i l s se voyaient a. t r a v e r s un l a r g e espace vide. La conversation £tait d i f f i c i l e , mais Meursault f i x a i t son regard sur l e t i s s u f i n et f a m i l i e r de 1'epaule de Marie que l a robe largement d e c o l l e t ^ e l a i s s a i t v o i r et se d i s a i t : "... je ne savals pas t r e s b i e n ce q u ' i l f a l l a i t espe*rer en dehors de l u i . " " - ^ Cette espe*rance fondee sur l a c h a i r blanche de son amie; f u t l a seule q u ' i l trouvat pendant tous l e s mois passes en p r i s o n . Pour l u i , comme pour son cre*ateur, l a v<§rite 1 Le Mythe de Sisyphe p.119 ; L'Etranger p.107 2 ) I b i d . p.20 20 et I'espe'rance ee trouve en "...ce que ma main peut toucher et mes i e v r e s c a r e s s e r . " 1 ^ Et ce n'est que quand i l est prive" "des de"lices du corps" q u ' i l devient vraiment conscient des murs de sa p r i s o n . De plus l e p r i s o n n i e r imagine l'aumonier qui e s s a y a i t de l e tourner vers l a r e l i g i o n , mort p l u s d'a m o i t i e parce que l e s j o i e s de l a c h a i r l u i sont i n t e r d i t e s . On peut en de*duire que c'est l'auteur qui p a r l e i c i par l a bouche de Meursault. En outre, comme a r t i s t e , Camus se sent o b l i g e d' §tre temoin de l a c h a i r autant que de l a l i b e r t e " et de l a dignite* humaine. S'adressant a une assembled d' e c r i v a i n s i n t e r n a t i o n a u x en 1948, v o i c i ce q u ' i l d i t des v r a i s a r t i s t e s : " I l s sont du cSte* de l a v i e , non de l a mort. I l s sont l e s te*moins de l a c h a i r , non de l a l o i . " Chez Camus l a v i e humaine a toujours une importance c a p i t a l e . La c h a i r joue un r S l e majeur et a i n s i l e v e r i t a b l e a r t i s t e a 1 ' o b l i g a t i o n de se rendre compte de sa s i g n i f i c a t i o n et d'en tSmoigner. Parce q u ' i l estime tant l a c h a i r , Camus a c c e u i l l e l a renaissance de l ' i d e * a l grec du corps qui se manifeste a c e t t e e*poque, surtout dans l e s pays me"diterraneens.- Dans L'Etranger i l d e c r i t comment Marie e.t Meursault Noces p.47 21 j o u i s s e n t de l a mer. Conscients du mouvement de 1' • eau contre l e u r corps, de chaque nuance des vagues, du c i e l au-dessus d'eux, i l s jouent comme deux dauphins. M§me sous l e s c i e l s mouille's d'Amsterdam i l y a ceux qui re"vent a un voyage aux Indes ou "Les dieux descendent sur l e s corps nus et l e s l i e s derivent"" 1"^. Les passages ou Camus de"crit l e "bonheur et 1'abandon de l a jeunesse alge*roise s'e"battant dans l e s eaux du po r t r e v e l e n t a quel p o i n t i l admire, "ce c u l t e de 1'admiration du 2) corps". ' Ces mots de Noces i l l u s t r e n t clairement sa j o i e de v i v r e : "On ne mesurera jamais assez haut 1'importance de c e t t e coutume pour notre e*poque. Pour l a premiere f o i s depuis deux m i l l e ans, l e corps a 6t6 mis nu sur des plages. Depuis v i n g t s i e c l e s , l e s hommes se sont attache's a rendre de"centes 1'insolence et l a naivete" grecques, a diminuer l a c h a i r et compliquer 1'habit. Aujourd'hui et par-dessus cett e h i s t o i r e , l a course des jeunes gens sur l e s plages de l a Me'diterrane'e, re j o i n t l e s gestes magnifiques des a t h l e t e s de De*los. Et de v i v r e a i n s i pres des corps et par l e corps, on s'apercoit q u ' i l a ses nuances, sa v i e e t , pour hasarder un non-sens une spychologie, qui l u i est propre. L ' E v o l u t i o n du corps comme c e l l e de 1 ' e s p r i t a son h i s t o i r e , ses r e t o u r s , ses progres et son d e * f i c i t " 3 ) . Dans une note a ce passage, Camus reproche au c h r i s t i a - nisme sa m o r t i f i c a t i o n de l a c h a i r . Evidemment son i d e a l du corps et c e l u i du c h r i s t i a n i s m e ne se ressemblent guere. C e l u i - c i re"legue l a c h a i r a une 1) La Chute p.21 3) I b i d p.47 2) Noces p.58 22 place infe*rieure. C'est l e C h r i s t lui-m6me qui exhorte ses d i s c i p l e s : "...ne vous i n q u i ^ t e z pas pour votre v i e de ce que vous mangerez, n i pour, corps de quoi vous serez v§tus"l). La the"ologie de S a i n t - P a u l va plus l o i n et declare que l a c h a i r est mauvaise, car i l e"crit aux Roma i n s : " S i 2) vous v i v e z selon l a c h a i r , vous mourrez..." ' C'est l u i d'ailleur.s qui suggere q u ' i l y a de l a v e r t u dans l a m o r t i f i c a t i o n du corps, que l ' i d e " a l sera de supprimer tous l e s d ^ s i r s , toutes l e s j o i e s c h a r n e l l e s . Pour l e s C o r i n t h i e n s i l s ' e n o r g u e i l l i t des m o r t i f i c a t i o n s q u ' i l s'impose et l e u r d i t : " . . . j e t r a i t e durement mon corps et je l e t i e n s a s s u j e t t i " . E n f i n , par contraste a l'ide*e de 1' importance de l'homme, l e c h r i s t i a n i s m e pre*che que l a t e r r e , l a beauts, l e corps, tout e n f i n , appartiennent a Dieu et que l'homme ne j o u i t de ces dons qu'en tant qu'econome. C'est toujours S a i n t - P a u l qui e"crit: "Ne savez-vous pas que votre corps est l e temple du S a i h t - E s p r i t qui est en vous, que vous avez recu de Dieu, et que vous n'appar- tenez p o i n t a vous-m§me"k). L'ide*e du corps t e l que Camus l a concoit est paienne au sens grec du mot, une ide"e tout a f a i t oppose*e a 1' i n f e r i o r i t e de l a c h a i r prechde dans l a d o c t r i n e chretienne. 1 ) St. Mathieu 6: 25 3 \ C o r i n t h i e n s 9: 27 2 ) Romains 8: 13 ^\ C o r i n t h i e n s 6: 19 23 B r e f , on r e v i e n t toujours au f a i t que dans l e c h r i s t i a - nisme tout d o i t e t r e a l a mesure de Dieu, et chez Camus c'est I'homme qui est r o i . C'est pourquoi dans toutes ses ceuvres et pendant toute sa v i e i l rend hommage a l a nobless humaine. Maintes f o i s i l p a r l e de l ' " o r g u e i l de ma c o n d i t i o n humaine" 1^. En 1943 au m i l i e u des jours n o i r s de l a guepje i l s'Verier " J ' e x a l t e I'homme devant ce qui 1' 2) ecrase" '. Tr e i z e armies plus t a r d , au moment d'accepter l e p r i x Nobel i l se s e r t a peu pres des m§mes mots, rendant"...hommage a une f i g u r e de I'homme que r i e n j u s q u ' i c i n'a pas pu e'eraser" . C'est encore une de ces ide"es f i x e s q u ' i l a s u i v i e s tout l e long de son existence. B ien entendu l e c h r i s t i a n i s m e , l u i a u s s i , rend hommage a I'homme en dormant a l a v i e humaine une dignite", une v a l e u r inconnue avant J^sus- C h r i s t . Par exemple, l e docteur Schweitzer, conuu pour son ceuvre human!taire en A f r i q u e , a pour sa do c t r i n e p r i n c i p a l e , l e respect de l a v i e . I I fonde cett e ide*e sur l e s enseignements du C h r i s t dans l e sermon sur l a montagne. Main i l r e s t e toujours c e t t e d i f f e r e n c e : pour l e c h r ^ t i e n l a v a l e u r de l a v i e humaine depend de sa parente* avec Dieu. C'est quand I'homme est l e f i l s de Dieu q u ' i l est digne et noble. A c t u e l l e s p , 2 6 ^ Discours de Suede p. o) ; Le Mythe de Sisyphe p.120 24 Bien q u ' i l e x a l t e l'homme, Camus n'a aucun d ^ s i r de l e d i v i n i s e r car i l y - v o i t un danger. Cette d i v i n i s a t i o n "entralne c e l l e de l ' ^ t a t " 1 ) , d'ou r ^ s u l t e n t l e s maux l e s p l u s graves de ce s i e c l e . Toujours i l se dresse centre l e t o t a l i t a r i s r n e et c r i t i q u e l e marxisme russe dont l a p h i l o s o p h i e d i v i n i s e l'homme. I I d i t : "Ce qui est en cause, c'est un mythe pr o d i g i e u x de 2) d i v i n i s a t i o n de l'homme..." ' I I ne p o u r r a i t exprimer p l u s nettement que l'on ne d o i t pas el e v e r l'homme au niveau de Dieu, ce qui t e n d r a i t a l a suppression de 1' humanity. Camus c r o i t en outre, que l e s e u l e s p o i r de l'homme sans Dieu e x i s t e dans " l e royaume de l'homme"^', mentionne' ci-dessus. Comme l e Chretien trouve ses r e " a l i t e s , ses c e r t i t u d e s dans l e royaume de Dieu, l'homme de Camus trouve l e s siennes dans l a t e r r e . Sisyphe condamne* a un supp l i c e sans f i n , n'a pas d'espoir; sa tache est touj o u r s a. recommencer. Ne"anmoins Camus 1'imagine soutenu par, " l a surety de deux mains p l e i n e s de t e r r e " ^ , et c e t t e surety l e rend plus f o r t que son rocher. D ' a i l l e u r s , cette: c e r t i t u d e dont l e s r a c i n e s sont dans l a t e r r e , est capable de former un l i e n entre tous l e s hommes. A Upsala en 1957 i l d i t : 1^ L'Homme Ryvolte p.257 ^ L'Homme Ryvo l t y p.257 2 ) A c t u e l l e s p.195 ^ Le Mythe de Sisyphe p. "La raer, l e s p l u i e s , l e L e s i o n , l e de*sir, l a l u t t e contre l a mort, v o i l a ce qui nous re"unit tous. . . L e s rSves changent avec l e s hommes, mais l a r ^ a l i t e " du monde est notre commune p a t r i e " ! ) . Camus est f i e r d ' e t r e homme et ses personnages re"fletent c e t t e f i e r t e * . Le docteur Rieux au m i l i e u de sa l u t t e contre l a peste declare q u ' i l n'a pas de goftt "pour l'heroisme et l a sa'ontete', ce qui m' inte*resse, A 2) c'est e'tre un homme" '. Tarrou, son compagnon de combat l u i re*pond q u ' i l trouve que c'est moins ambitieux de v o u l o i r §tre un s a i n t p l u t 6 t qu'un homme. L ' i n c i d e n t a l a f i n du re"cit La P i e r r e qui Pousae souligne cet hommage rendu a I'homme par Camus. Apres a v o i r it6 sauve de l a mer, un Indien nomine* " l e coq" a v a i t f a i t l e vceu de p o r t e r une lourde p i e r r e dans un pro c e s s i o n de pen i t e n t s un jour de f e t e . Le d e f i l e p a s s a i t autour de l a v i l l e et au commencement tout a l l a i t b i e n . Peu a peu l e poids devint trop l o u r d a. supporter et f i n a l e - ment l e coq tomba extenue". I I f u t de'sole', mais un inge*nieur f r a n g a i s q u i s ' e t a i t p r i s d'amitie" pour l u i , v i n t a son a i d e , posa l a p i e r r e sur sa propre t S t e , et f i n i t l e t r a j e t . Arrive*e devent l ' E g l i s e , toute 1' assis t a n c e a t t e n d a i t que l ' i n g ^ n i e u r d'Arrast y e n t r a t . Mais tout a coup i l se detourna et p r i t l e s e n t i e r q u i menait a l a mai son du coq. La. i l deposa l a p i e r r e au fo y e r comme un ex-voto a l ' a u t e l de I'homme p l u t S t qu'a Discours de Suede p.42 and 43 2) La Peste p.210 26 l ' a u t e l de Dieu. Le c h r i s t i a n i s m e l u i , rend hommage d'abord a. Dieu, et p u i s a l'homme. Ceci est un autre example des divergences qui e x i s t e n t entre l a pensee chretienne et l a pensee de Camus. E n f i n l e s ceuvres de Camus reVelent que sa pensee et l e c h r i s t i a n i s m e s'opposent en maints aspects. D'ahord et fondamentalement, l' a u t e u r se declare incroyant. P u i s i l donne a l'homme une importance, c a p i t a l e , car pour l u i l e jugement et l e s a l u t dependent de l a creature et non du cr^ a t e u r . L'homme a l a f o i s innocent et coupable ne perd c e t t e innocence qu'en devenant conscient d'une morale. En outre, pour Camus l a seule immortalite* acceptable est c e l l e de l a nature. Toute autre est une tromperie. Le r 6 l e du corps est t r e s important dans sa pens£e. I I e x a l t e l e s sens et trouve que l e s c e r t i t u d e s du corps sont a u s s i v a l a b l e s que c e l l e s de 1 ' e s p r i t . I I est 1'apStre de l a beaute*, mais i l en a une conception paienne, suivant l'ide"e greeque q u ' i l admire tant. I I ne v o i t pas en l a b e a u t e du monde un don de Dieu comme l e f a i t l e C h r e t i e n . En somme dans son ceuvre l ' i d e e importante est que "Tout est a l a mesure de l'homme",1'' a l o r s que chez l e C h r e t i e n tout e s t a l a mesure de Dieu. Noces p.86 27 CHAPITRE I I Objections au C h r i s t i a n i s m e ' Dans l e ch a p i t r e prece*dant on a dSmontre l e s dissem- blances entre l a pensee d'Albert Camus et l e c h r i s t i a n i s m e . Maintenant i l f a u t conside"rer l e s o b j e c t i o n s s£rieuses et de*finies que l'a u t e u r oppose a c e r t a i n s aspects de l a r e l i g i o n chre'tienne, car on peut en trouver dans son oeuvre. Pour l u i comme pour beaucoup d'autres l e probleme du mal est '1'obstacle i n f r a n c h i s s a b l e " c ' e s t sur ce rocher que son e s p r i t s&e'choue. En p a r t i c u l i e r l a question de l a souffrance des innocents pre*sente des d i f f i c u l t e * s graves, surtout l a souffrance des enfants. Camus s'exprime nettement dans La Peste ou i l d € c r i t l a mort dans d'affreuses souffrances du p e t i t Othon. Voyant son cas de'sespe're', l e s medecins decident de l u i donner l e serum q u ' i l s avaient developpe. Malgre, ou peut-Stre a cause de l ' e f f i c a c i t e du serum, 1'agonie de 1'enfant dure p l u s longtemps que d ' o r d i n a i r e . L'ame de tous ceux qui entourent 1'enfant et l e regardent s o u f f r i r , est de'chire'e. Les me'decins, l e u r ami Tarrou et l e je*suite, pere Paneloux, l u i qui a v a i t preche" auparavant que l a peste r e * s u l t a i t des pe*ches des c i t o y e n s , tous ces hommes se trouvent impuissants devant cett e mort a f f r e u s e . A c t u e l l e s p.225 28 Le pr§tre commence a. p r i e r , mais l e s g^missements des meurt et l e docteur Rieux se pre"cipite de l a s a l l e . En passant pres du pre*tre: Dans l a cour ou l e s deux hommes se sont rendus pour se r a f r a l c h i r un peu, l e j ^ s u i t e admet que c e t t e mort f u t pour l u i insupportable et incomprehensible. Mais malgre sa repugnance i l d i t qu'on d o i t aimer ce qu'on ne peut comprendre. A ces mots Rieux repond avec f o r c e : "Non, mon pere, d i t - i l . Je me f a i s une autre idee de l'amour. Et je r e f u s e r a i jusqu'a l a mort d'aimer cette c r e a t i o n ou l e s enfants sont t o r t u r e s 2 ) " . P u i s i l s ' e e r i e : "Ce que je h a i s , c'est l a mort et l e mal Quelques jours p l u s t a r d Paneloux pre*che a nouveau dans l a cathedrale. Cette f o i s i l change un peu d'avis et admet que l e mal tombe sur l e s innocents a u s s i b i e n que sur l e s coupables. Mais i l p e r s i s t e a c r o i r e q u ' i l f a u t accepter que l e s ju s t e s et l e s innocents s o u f f r e n t car d i t - i l : "...l'amour de Dieu est un amour d i f f i c i l e . I I suppose 1'abandon t o t a l de soi-me*me et l e d e d a i n de sa personne. Mais l u i s e u l peut e f f a c e r l a souffrance et l a mort des enfants, l u i seul en tout cas l a rendre n e c e s s a i r e , parce q u ' i l est impossible de autres malades couvrent ses p r i e r e s . E n f i n l e p e t i t "Rieux se retourne et l u i j e t a avec v i o l e n c e : 1) La Peste p.178 3) I b i d . p.179 2) I b i d . p.l?Q l a coraprendre et qu'on ne peut que l a v o u l o i r . V o i l a l a . d i f f i c i l e legon que je v o u l a i s partager avec vous. V o i l a l a f o i , c r u e l l e aux yeux des hommes, d e c i s i v e aux yeux de Dieu, dont i l f a u t Comme son ;^personnage Rieux, l'auteur refuse c e t t e i n t e r p r e t a t i o n de l a f o i , car i l d i s c u t e exactement le^ m§me probleme dans L'Homme Revolte". C i t a n t Ivan Karamazov qui refuse l e s a l u t a cause de sa re V o l t e contre l a souffrance des innocents, i l e"crit: "Ivan incarne l e r e f u s du s a l u t . La f o i mene a l a v i e immortelle. Mais l a f o i suppose l ' a c c e p t i o n du mystere et du mal, l a r e s i g n a t i o n a 1 ' i n j u s t i c e . C e l u i que l a souffrance des enfants empeche d'acce"- der a l a f o i ne recevra done pas l a . v i e immortelle. Dans ces c o n d i t i o n s , m§me s i l a v i e immortelle e x i s t a i t , Ivan l a r e f u s e r a i t " 2 ) . On suppose que Camus se s o l i d a r i s e avec Rieux, avec Ivan, avec tous ceux qui sont p r e t s a abandonner l e u r s a l u t s ' i l f a u t c r o i r e que l e s innocents doivent sou£frir. Tout en refusant l e mal, Camus reconnait son exi s t e n c e , b i e n q u ' i l en ignore l a source. I I d i t q u ' i l se sent un peu comme St Augustin avant sa conversion qui d i s a i t : "Je cherchais d'ou v i e n t l e mal et je n'en •5) s o r t a i s pas" y. I I se peut q u ' i l ne sache pas d'ou v i e n t l e mal, mais. i l s a i t b i e n ce q u ' i l f a u t f a i r e contre l u i ; i l f a u t a g i r pour ne pas aj o u t e r a l a souffrance du 1) 2) La Peste p.187 L'Homme ReVolte* p.77 3) A c t u e l l e s p.217 monde. Dans 1'expose* L'Incroyant auxChretiens i l l e u r f a i t cet appel: "Nous ne pouvons pas emp§cher peut-etre que c e t t e c r e a t i o n s o i t c e l l e ou des enfants sont torture's. monde pourra nous y aider ? "1) La conversation entre Rieux et Paneloux apres l a mort du p e t i t Othon s'acheve sur l e mime ton. Le p r e t r e accepte d'aimer meme ce q u ' i l ne peut comprendre, meme l a t o r t u r e violemment c e t t e pensee et exprime sa haine de l a mort et du mal. Mais i l prend l a main de Paneloux et l a r e - t i e n t en d i s a n t q u ' i l s sont inseparablement u n i s dans l e combat contre l e mal, q u ' i l s auront a l'endurer cote a cote, et que "Dieux lui-mSme ne peut maintenant nous 2) se*parer" . Que l a f o i accepte l e mal et s'y resigne est pour Camus l a v e r i t a b l e p i e r r e d'achoppement. On y v o i t une des p l u s se*rieuses o b j e c t i o n s aux croyances chretiennes. Le probleme du mal entraine c e l u i de 1 'existence de Dieu. La f o i chretienne exige qu'on c r o i e en Dieu t o u % - puissant. C'est l a que Camus v o i t un paradoxe.sans i s s u e . S i Dieu est bon, i l ne d o i t pas permettre l e malheur, en p a r t i c u l i e r l a souffrance des innocents. Mais l e malheur e x i s t e , l e s enfants sont t o r t u r e s , i l s meurent Et s i vous ne nous d'un enfant s i c'est l a volonte de Dieu. Rieux r e j e t t e 1) A c t u e l l e s p.217 2) La Peste p.179 31 en agonie. A i n s i ee Dieu t o u t - p u i s s a n t d o i t §tre un "deus ex machina" qui ne s'inqu i e t e pas du tout des o r i s des s o u f f r a n t s . Mais on maintient que Dieu est bon, que l e s humains l u i sont pre"cieux. S i c e l a est v r a i i l ne peut pas §tre puissan t ou i l m e t t r a i t f i n a toute souffrance, a tout malheur. "C'est l e paradoxe d'un Dieu t o u t - p u i s s a n t et m a l f a i s a n t , ou b i e n f a i s a n t et s t e r i l e " 1 ^ . Que ce probleme s o i t fondamental chez Camus est c e r t a i n , car i l en p a r l e dans p l u s i e u r s de ses oeuvres, se servant a peu pres des m§mes mots. Dans l e Mythe de Sisyphe i l d i s c u t e l a l i b e r t e humaine par rapport a l'absurde. La i l trouve que l e probleme de l a l i b e r t e n'a pas de sens "en s o i " ; i l est l i e au probleme de. Dieu et au probleme p l u s pressant du mal. P u i s i l e c r i t : "...ou nous sommes pas l i b r e s et Dieu t o u t - p u i s s a n t est responsable du mal. Ou nous sommes l i b r e s mais Dieu n'est pas t o u t - p u i s s a n t " 2 ) . Quand i l p a r i a chez l e s Dominicains en 1948, Camus admit que l a ve"rite" chre'tienne pftt e x i s t e r , mais i l de*clara 3) "...que je n ' a i pu y e n t r e r " . Ce paradoxe d'un Dieu b i e n f a i s a n t et f a i b l e ou m a l f a i s a n t et f o r t est assure'ment un "obstacle i n f r a n c h i s s a b l e " q u i empgche Camus d'entrer dans l a f o i . L'Homme ReVolte* p. 354 ^) A c t u e l l e s p. 212 o) Le Mythe de Sisyphe p.79 (aus s i l ' E t a t de Siege p.223) 3 2 L'incroyance de l'auteur se manifeste dans presque tous ses Me r i t s . Pour l u i Dieu est muet et sourd; i l e s t done i n u t i l e de l u i a d r e s s e r d e s p r i e r e s . Dans Le Malentendu Maria apprend des l e v r e s de sa belle-sceur Martha, que son mari est mort, a s s a s s i n ^ par sa mere et Marthe. A f f o l d e , e l l e s'adresse a Dieu. Martha se p r e c i p i t a n t a. son tour vers l a mort, s'arr§te a l a porte et r a i l l e : " P r i e z v o tre Dieu q u ' i l vous fasse semhlable a l a p i e r r e . C'est l e bonheur q u ' i l prend pour l u i , c'est l e s e u l v r a i bonheur. F a i - tes comme l u i , rendez-vous sourd a. tous l e s c r i s " 1 ) . P u i s e l l e s o r t . Maria tombe a genoux et p r i e : "Ayez p i t i e , Seigneur". Le vieux domestique, comme un symbole de Dieu, entre dans l a s a l l e et Maria s u p p l i e : "Ayez p i t i e " , mais d'une v o i x n e t t e , i l prononce ce 2) s e u l mot: "Non" . De m§me l e docteur Rieux p a r l e du x) c i e l "ou Dieu se t a i t " ' , et l a pauvre v i e i l l e dame d e c r i t e dans L'Envers et L'Endroit continue "son te*te-a- k) t§te decevant avec Dieu" ' quand l e s geunes gens s o r t e n t et l a l a i s s e n t toute seule. Pour Camus ce s i l e n c e de Dieu est absolu et constant. D ' a i l l e u r s l'auteur f a i t o b j e c t i o n aux c a r a c t e r i s - t i q u e s a t t r i b u e e s a Dieu. I I ne h a i t que l a haine, et ^ Le Malentendu p.94 ^ La Peste p.109 2 ) I b i d . p.95 ^ L'Envers et 1'Endroit p 33 " l e Dieu implacable de l'Ancien Testament" 1^st une f i g u r e indigne. Dans C a l i g u l a i l y a maintes a l l u s i o n s 2) a l a cruaute des dieux. ; Dieu est i n j u s t e car l e s hommes se trouvent " f r u s t r ^ s de l e u r j u s t i c e par l a c h a r i t y d i v i n e " 3 ^ . Dieu " t r i c h e " i l est "anar- c h i s t e " ^ ^ , i l est un enfant de chceur"^. Tous ces t r a i t s de Dieu l e rendent in c r o y a b l e aux yeux de l' a u t e u r qui s'oppose toujours a. 1 ' i n j u s t i c e , a l a t r i c h e r i e , a tout ce qui empe*che de v o i r c l a i r . Un obstacle de plus a l a croyance en Dieu est son i n u t i l i t y " . Le v i e i l asthmatique dans La Peste d i t que s i Dieu e x i s t e , " i l n'y aura pas besoin de cure's;""^) a son a v i s s i Dieu e x i s t a i t I I assumerait lui-m^me tous l e s de v o i r s de l ' E g l i s e et I'homme n ' a u r a i t r i e n a. f a i r e . Pour Camus qui v o i t t o u t a l a mesure de I'homme une t e l l e idee est insupportable. Le docteur Rieux qui s ' i d e n t i f i e avec l ' a u t e u r , exprime a. peu pres l a meme pensee quand i l d i t a. Tarrou " q u ' i l e r o y a i t en un Dieu t o u t - p u i s s a n t 8) i l c e s s e r a i t de g u e r i r l e s hommes, l u i l a i s s a n t ce s o i n " '. Bie n qu'on puisse deceler quelques changements dans 1 ' a t t i - tude de Camus envers l e c h r i s t i a n i s m e , c e t t e conception de 1 ' i n u t i l i t e de Dieu r e s t e constante dans ses oeuvres. "^ L'Homme RevoIty p.22 ^ L'Etat de Siege p.223 L'Etranger p.165 2 ) C a l i g u l a P.174, 177, 221. ^ ^ P ' 2 3 3^ A c t u e l l e s p. 74 La Peste p. 100 ^ L'Homme Ryvolty p.15 ^ I M d - P - 1 0 8 34 Dans La Chute Clamence de"crit 1 ' i n j u s t i c e que l'homme peut rendre a l'homme, c i t a n t 1'invention de l a c e l l u l e des crachats par l e s N a z i s , et i l a f firme que l e s hommes "n'ont pas besion de Dieu pour ce p e t i t chef- d'oeuvre". P u i s i l continue en reponse a l a questi o n , " a l o r s ? " " A l o r s , l e seule u t i l i t e de Dieu s e r a i t de g a r a n t i r l'innonce et je v e r r a i s p l u t S t l a r e l i g i o n comme une grande e n t r e p r i s e de blanc h i s s a g e , ce q u ' e l l e a ete* d ' a i l l e u r s , mais brievement, pendant t r o i s ans tout j u s t e , et eine ne s'a p p e l a i t pas r e l i g i o n . Depuis, l e savon manque, nous avons l e nez sale et nous nous mouchons mutue11ement" 1). I I en est qui v o i e n t dans de t e l s passages 1'evidence d'une conversion imminente de Camus, et i l e st v r a i que dans ces dernieres ceuvres i l a exprime' une ami tie" pour Je*sus-Christ. Par l a bouche de Clamence i l re"affirme sa croyance que l e C h r i s t n'est pas surhumain, p u i s i l s'exclame: " I I a crie* son agonie, et c'est pourquoi je 2) I'aime, mon ami, qui est mort sans s a v o i r " . En c o n t i - nuant son monologue Clamence c r i t i q u e ceux "qui grimpent sur l a c r o i x pour e"tre vus de l o i n et i l c r i e du fond de son cceure: "0 1 ' i n j u s t i c e , 1 ' i n j u s t i c e qu'on l u i a f a i t e et que me serre l e coeur- ••"3 ̂ . Tout incroyant q u ' i l s o i t Camus ne meprise jamais l e C h r i s t . Ne"anmoins i l ne peut jamais accepter sa d i v i n i t e * , n i trouver p o s s i b l e de c r o i r e en Dieu l e pere. Pour l u i c e t t e ne*cessite d'une croyance t o t a l e est une o b j e c t i o n c a p i t a l e au c h r i s t i a n i s m e . 1 ) La Chute p.129 3^ La Chute p.132 2 ) La Chute p.132 35 L'ide*al grec de l ' ^ q u l l i b r e r e s t e constamment l e s i e n et i l v o i t dans une r e l i g i o n t o t a l e comme l e ch r i s t i a n i s m e l a c o n t r a d i c t i o n de cet ide*al. Dans une i n t e r v i e w accordee a Emile Simon en 1948 i l explique sa p o s i t i o n v i s - a - v i s de l a f o i chre'tienne et de l a pensde grecque. Apres a v o i r f a i t remarquer que l e c h r i s t i a n i s m e ne pouvait admettre 1 ' e s p r i t grec ou "Les Grecs ne n i a i e n t pas l e s dieux, mais i l s l e u r mesuraient l e u r p a r t " " ^ , Camus demontre l a s u p e r i o r i t y de l a tolerance grecque en d i s a n t : "Mais cet e s p r i t - l a . peut t r e s h i e n admettre, au c o n t r a i r e , 1'existence du c h r i s t i a n i s m e " '. C'est par l e pere Paneloux que 1' auteur exprime c e t t e ide*e du t o t a l i t a r i s m e chre*tien, ce "tou t ou r i e n " . Au moment de sa seconde p r i c h e l e j e s u i t e essaie de persuader ses au d i t e u r s d'accepter aveuglement l a souffrance comme l a volonte* de Dieu. I I s ' ^ c r i e : "Mes f r e r e s , 1'instant est venu.:, I l f a u t t o u t c r o i r e ou tout n i e r . Et qui done, parmi vous, o s e r a i t tout n i e r ? " 3 ^ Dans ce mime sermon Paneloux i n s i s t e q u ' i l f a u t h a i r Dieu ou 1'aimer: i l n'y a pas de demi-mesure. Mais pour Camus i l y a un moyen terme, i l v o i t "l'envers et 1'endroit" d'une question, l e " o u i " et l e "non", et i l est toujours contre l e t o t a l i t a r i s m e sous n'importe q u e l l e forme. 1 ) A c t u e l l e s p.226 ^) ̂  Peste p.184 2 ) I b i d . p.226 36 En regard de c e t t e soumission t o t a l e i l maintient que tout d o i t etre mis en doute. En 1951 i l e c r i t : "Nos credos p o l i t i q u e s et philosophiques nous ont mends dans une impasse ou tout d o i t etre remis en question... ""^ On peut penser que l e c h r i s t i a n i s m e est un de ces credos philosophiques q u ' i l f a u t mettre en doute et re*xaminer. Pour Camus l e doute est un besion; sans l u i 1 ' e s p r i t meurt. I l met ces mots dans l a bouche de Clamence: "Pour cesser d'etre douteux, i l f a u t cesser d'etre, tout 2) bellement" . Me*me l e pere Paneloux, l e reprdsentant du c h r i s t i a n i s m e orthodoxe, s'approche de l'he"resie du doute dans son second preehe en montrant de 1'inquietude devant l a souffrance des innocents. Mais l e p r e t r e r e c u l e devant l'abime, se soumet a l a volonte" de Dieu comme i l l e v o i t , et accepte meme ce q u ' i l a en horreur. Camus de toutes ses f o r c e s f a i t o b j e c t i o n a cet absolutisme. S ' i l n'aime pas l e t o t a l i t a r i s r n e du c h r i s t i a n i s m e , i l condamne a u s s i l ' h y p o c r i s i e q u ' i l y trouve. I I de*teste tout mensonge et considere l e mystere r e l i g i e u x comme mensonge car i l empeche de v o i r c l a i r . I I blame l a m y s t i f i c a t i o n de l ' E g l i s e qui " . . . j a d i s f o n d a i t 1'appression c o l o n i a l i s t e sur l a n e c e s s i t y de sauver l e s araes des i n f i d e l e s " - ^ . Cette t r a h i s o n des enseignements du C h r i s t et par l a une h y p o c r i s i e organised. On a ^ A c t u e l l e s I I p. 1+1 3^ A c t u e l l e s I I p. 177 2) ' La Chute p.88 mentionne* p l u s haut ceux qui grimpent sur l a c r o i x pour et r e vus de l o i n , ceux qui veulent l ' a b r i de l a f o i sans etre p r e t s a. en assumer l e s r e s p o n s a b i l i t e s ou a p o r t e r l e u r propre c r o i x . Camus condamne a u s s i , et toujours par l a bouche de Clamence, ces chre*tiens qui jugent au nom du C h r i s t qui cependant a dec l a r e : "Ne jugez p o i n t , a f i n que vous ne soyez p o i n t juges" 1^. I I c r i t i q u e d ' a i l l e u r s , l a perte d'humilite chez l e s Chretiens. Clamence p a r l e des adorateurs du Seigneur humble des catacombes et des g r e n i e r s de j a d i s ; p u i s i l continue en p a r l a n t de ceux de notre e"poque: "Mais aujourd'hui, rassurez-vous, l e u r Seigneur n'est p l u s au g r e n i e r , n i a. l a cave. I l s 1' ont juche* sur un t r i b u n a l , au secret de l e u r cceure, et i l s cognent, i l s j u g e n t r s u r t o u t , i l s jugents en son nom." I I p a r l a i t doucement a l a pecheresse: "Moi non p l u s , je ne te condamne pas". Ca n'empeche r i e n , i l s condamnent, i l s n'absolvent personne. Au nom duvSeigneur, v o i l a ton compte. Seigneur? I I n'en demandait t a n t , mon ami. I I v o u l a i t qu'on aime, r i e n de p l u s . . . " 2 ) . P u i s toujours juste envers l a s i n c e r i t e , et peut-etre pensant a ses bons amis qui sont Chretiens, Camus d i t : "bien s t i r , i l y a des gens qui l'aime, meme parmi l e s Chretiens. Mais on l e s compte" 3^. Outre son h y p o c r i s i e i l trouve le-. c h r i s t i a n i s m e i n e f f i c a c e . I I s'exprime clairement a cet e*gard dans une note ajoute*e a. l a page 34 de 1'Homme ReVolte*. 1^ St. Mathieu 7; 1 ^ L'Homme Revolte* p. 34 2^ La Chute p.133 38 Dans ce ch a p i t r e l'auteur d i s c u t e I ' o p p o s i t i o n de I ' uni v e r s du sacre" a c e l u i de l a r e v o l t e ou "toutes l e s reponses soient humaines, e'est- a - d i r e raisonnablement f o r m u l e e s " 1 ) . E t puis dans l a note i l . e * c r i t : "Bien entendu, i l y a une re*volte me'taphy- sique au de"but du c h r i s t i a n i s m e , mais l a r e s u r r e c t i o n du C h r i s t , l'annonce de l a parousie et l e royaume de Dieu i n t e r p r e t s comme une promesse de v i e e t e r n e l l e , sont l e s responses qui l a rendent i n u t i l e s " 2 ) . Tout a l a f i n de l a meme ceuvre i l r e a f f i r m e l ' i n e f f i - cacite* du c h r i s t i a n i s m e devant l e s problernes du mal, de l a souffrance, du meurtre q u ' i l f a u t re"soudre i c i - bas, et i l d i t : "Le c h r i s t i a n i s m e h i s t o r i q u e n'a repondu a ce t t e p r o t e s t a t i o n contre l e mal que par 1' annonce du royaume, p u i s de l a v i e e*ternelle qui demande l a f o i " 1, Camus n'accepte pas ce t t e f o i et pour l u i , l e c h r i s t i a n i s m e e s t done i n u t i l e en face des problernes b r u l a n t s de cet epoque. I I souligne c e t t e i n e f f i c a c i t e " dans La Peste quand i l d S c r i t comment l e s personnes qui cherehaient a u t r e f o i s l a c o n s o l a t i o n dans l a r e l i g i o n , l ' a v a i e n t abandonee pour "des s u p e r s t i t i o n s peu raisonnables"V quand i l s se tr o u v a i e n t confrontes a ce t t e maladie grave et e x t r a o r d i n a i r e . De tous ces exemples, on i n f e r e que Camus c r o i t que l a f o i ne peut r i e n contre l e mal. 1 ) L'Homme Revolte p.34 ^ I b i d . p.374 2 ) Ibid.p.34 ^ La Peste p.181 39 Le c h r i s t i a n i s m e est d ' a i l l e u r s , pour Camus, une evasion. L u i qui cherche constamment l a l u c i d i t e , qui essaie de v o i r c l a i r , trouve qu'en se tournant vers l a f o i , on Ichappe a sa responsabilite* d'homme. En commencant par L'Envers et 1'Endroit on peut s u i v r e c e t t e idee dans tous ses e*crits. I I termine l ' e s s a i Entre Oui et Non de son premier recue.il avec ces mots: '•Et p u i s i l y a des gens qui pre*ferent regarder l e u r d e s t i n dans l e s yeux 1' 1^. Dans l e s dernieres pages de L'Homme ReVolte* i l se p l a i n t que l e c h r i s t i a n i s m e reporte a un au-dela l a gue*rison des maux de ce monde, q u ' i l e v i t e son d e v o i r , t a n d i s que c'est dans ce monde que l e s hommes ont L e s i o n d'etre gue*ris. Dans La Chute i l d i t que l a grace est une i r r e s p o n s a b i l i t e * et que ce sont l e s f r i p o n s qui l a recherchent. I I s'imagine a u s s i que l a r e l i g i o n e s t un refuge pour l e s vieux. La v i e i l l e mere' dans Le Malentendu a s p i r e tant a. l a p a i x q u ' i l y a d i t - e l l e , "des s o i r s ou. je me s e n t i r a i s 2) presque des gouts de r e l i g i o n " '. Sa f i l l e , Martha, repond vivement q u ' e l l e n'a pas L e s i o n de cet a s i l e des v i e u x , d i s a n t : "Vous n'etes pas s i v i e i l l e , ma mere qu' i l f a i l l e en v e n i r l a . Vous avez mieux a. f a i r e " '. Pour i l l u s t r e r c ette idee que f a i r e l e saut vers ^ L'Envers et 1'Endroit p.77 ^ Ibid.' p.li+ 2) Le Malentendu p.lk ko- l a f o i c'est e*viter l a v i e , Camus c i t e des exemples des ceuvres et de l a v i e de p l u s i e u r s philosophies, y compris Kierkegaard. I I i n s i s t e que l e saut est chez l u i une Evasion car d i t - i l : "Tout 1 ' e f f o r t de son i n t e l l i g e n c e est d'e"ehapper a l'antimonie de l a c o n d i t i o n humaine""^. Un saut philosophique est a u s s i une evasion pour Camus. Apres a v o i r discute' l a f o i de Kierkegaard i l p a r l e de l a p h i l o s o p h i c de c o n s o l a t i o n de Jaspers et de Husserl q u ' i l considere comme un moyen d'e*chapper; a. l a ne'cessite' d'assumer l e poids de l a v i e humaine. . Ces a t t i t u d e s contrastent avec l a l u c i d i t e " du docteur Rieux, qui 2) confronts au mal de l a peste "essaie de v o i r c l a i r " ' meme dans l a n u i t qui l'entoure. Le but de cet e s s a i n'est pas de d i s c u t e r l a question de s a v o i r s i l e c h r i s t i a n i s m e est ou non Une echappatoire mais i l est evident que pour Camus c'est une o b j e c t i o n serieuse a. l a f o i chre'tienne. Mais to u t c e l a d i t , i l f a u t noter q u ' i l ne c r o i t pas que l a r e l i g i o n s o i t une evasion pour tous. Le j o u r n a l i s t e Emile Simon l u i demande s ' i l e s t juste d' i n d u i r e qu'un acte de f o i n'est qu'une demission et un acte de f u i t e . Mais Camus l u i repond: "Mais je re*f l y c h i r a i s avant de d i r e comme vous . que l a f o i chretienne est une demission. Peut-on e*crire ce mot pour un s a i n t Augustin ou un Pascal? L'honnStete' c o n s i s t e a juger Le Mythe de Sisyphe p.58 2 ) La Peste p.108 41 une d o c t r i n e par ses sommets, non par ses sous-produits. Et du r e s t e , b i e n que je sache peu sur ces cboses, j ' a i 1'impression que l a f o i est moins une pa i x qu'une espe*rance t r a g i q u e " ! ) . C'est parce q u ' i l n'a pas ce t t e espe*rance, q u ' i l i n s i s t e sur 1'importance du present. Pour l u i i l n'y a pas d'issue a ce t t e v i e , on est responsable i c i - b a s : " i l f a u t accepter de v i v r e au jour l e jour et seul en face 2) du c i e l . " ' Comme Rieux, i l v o i t c l a i r , et dans sa l u c i d i t y i l se rend compte que 1'Europe est devenue une " t e r r e inhumaine" ou notre temps a "un visage repoussant". Malgre c e l a vers l a f i n de L'Homme Revolte" i l e*crit: "Mais ce temps est l e n o t r e , et comment l e re n i e r ? S i notre h i s t o i r e est notre enfer, nous ne saurions en detourner l a face. Cette horreur ne peut §tre e*ludee, mais assumee pour e*tre depassee, par ceux-la m§mes qui l ' o n t vecue dans l a l u c i d i t e , non par ceux q u i , l'ayant provoque"e, se ,\ cr o i e n t en d r o i t de prononcer l e jugement" '. S i c e r t a i n e s d o c t r i n e s fondamentales du c h r i s t i a n i s m e p a r a i s s e n t inacceptables a l ' a u t e u r , c e r t a i n e s f a i b l e s s e s de l a p a r t des Chretiens, surtout de l a p a r t de l ' E g l i s e organised, l u i repugnent encore p l u s . D'abord i l trouve coupable que l ' E g l i s e f u t l e n t e a ..condamner l e s d i c t a t u r e s . E c r i v a n t dans Combat l e 26 de*cembre 1944, i l d i s c u t e l e message que l e pape v i e n t d'adresser au monde ou i l se declare franchement en faveur de l a 3) L'Homme Re"volte* p . 3 0 4 1 ) A c t u e l l e s p.225 ' La Peste p.63 42 democracie. L'auteur a c c u e i l l e favorablement ee message, mais i l f a i t remarquer qu'a ce moment-la l e s d i e t a t u r e s chancelaient et qu'on a t t e n d a i t depuis longtemps une t e l l e condamnation"en termes c l a i - r s " de " l a p l u s grande autorite" s p i r i t u e l l e de ce temps""1"). I I a u r a i t voulu entendre l e Pape de*noncer ce q u ' i l f a i l l a i t denoncer, par exemple l e s t o r t u r e s , l e s cruaute*s, et l e s executions de Franco, et i l S c r i t : " I I est due de penser que l ' E g l i s e a laisse" ce s o i n a d'autres, p l u s obscurs, qui n' a v a i t son autorite", et dont c e r t a i n s S t a i e n t p r i v S s de l'espSrance i n v i n c i b l e dont e l l e v i t " 2 ) . Sans doute i l se place parmi l e s "plus obscurs prive"s de 1' espe*rance" q u i ont Sieve" l a v o i x contre l a ty r a n n i e des d i e t a t u r e s . Dans ce meme a r t i c l e i l eondamne 1' E g l i s e prechant l a moderation devant 1 ' i n j u s t i c e du monde. Pour l u i ce monde a be so i n d'ame brul,antes q u i comprennent que "quelque chose d o i t etre change"" . I I f a i t appel aux chre"tiens pour q u ' i l s se rangent du cote de l a cause de l a l i b e r t e et de l a j u s t i c e : "Non, l e s Chretiens des premiers s i e c l e s n'e"taient pas des mode"res. Et l ' E g l i s e , aujourd'hui, d e v r a i t a v o i r a tache de ne pas se l a i s s e r cpnfondre avec l e s f o r c e s de conservation''^-). Quatre ans p l u s t a r d dans son expose" L' Incroyant aux C h r e t i e n s , Camus repete c e t t e c r i t i q u e due s i l e n c e de l ' E g l i s e -1") A c t u e l l e s p. 68 ^) x ^ i a . p . 2 ) I b i d . p.68 4) I b i d . p.69 43 confronte*e aux d i c t a t u r e s . I I admet que quelques encycliques puissent p o r t e r une condamnation, mais 11 i n s i s t e sur l e f a i t que cette condamnation n'est pas c l a i r e et que: "Ce que l e monde attend des chre*tiens est que l e s chre*tiens p a r l e n t a haute et clai-fe v o i x , et q u ' i l s portent l e u r condamnation de t e l l e facon que jamais un seul doute, ne puisse se l e v e r dans l e cceur de I'homme l e plu s simple"^). Que l ' E g l i s e se t a i s e devant l e s d i c t a t u r e s est r e g r e t t a b l e , mais q u ' e l l e se range souvent du c6te* des oppresseurs est plus grave encore. Et i l trouve que c e l a s'est souvent pre*sente* au cours de l ' h i s t o i r e de . l ' E g l i s e . Dans L 1 Homme ReVolte* i l exprime l a pense*e que c'est l a une des r a i s o n s de l a c o n d i t i o n miserable du monde a c t u e l , car d i t - i l : "De Pau l a. S t a l i n e , l e s papes qui ont c h o i s i Ce*sar ont prepare* l e s v o i e s aux Ce*sars qui ne chosissent qu'eux-mSmes"2). De plus Camus accuse l ' E g l i s e d'avoir cree l e s p o l i c e s t e r r o r i s t e s . Re*pondant a un a r t i c l e q u i c r i t i q u a i t L'Homme ReVolte, Camus r a p p e l l e que l ' E g l i s e f i t massacrer l e s A l b i g e o i s pour supprimer l e u r he*resie. I I e*crit: "... justement, ee s o i t l ' E g l i s e , comme vous l e reconnaissez, qui a i t cre*e* de toutes pieces l ' l n q u i - 3") s i t i o n , modele des p o l i c e s t e r r o r i s t e s . . . " ' De meme 1) A c t u e l l e s p.214 3) A c t u e l l e s I I p.67 2) L'Homme ReVolte* p.83 en 1789, i l constate que l ' E g l i s e a une r e s p o n s a b i l i t e dans l e s eVenements qui menent a l a r e v o l u t i o n , sur- tout en f a i s a n t n a i t r e l a pensee l i b e r t i n e des philosophes et des j u r i s t e s car: "Pour que c e t t e e n t r e p r i s e devienne p o s s i b l e et se sente le*gitimee, i l a f a l l u d'abord que l ' E g l i s e ...se mette du cote des maitres en prenant sur e l l e d ' i n f l i g e r l a douleur"!). Camus condamne egalement l ' E g l i s e d ' a u t r e f o i s , et l ' E g l i s e a c t u e l l e qui approuve l e s mesures de l a t e r r e u r f r a n q u i s t e en Espagne. Devant l e s chre*tiens rassemble's chez l e s Dominicains i l s ' S c r i e : "Quand un eVeque espagnol be"nit des executions p o l i t i q u e s , i l n'est p l u s un eveque n i 2) uh Chretien et pas meme un homme, i l est un chien..." En outre dans La Chute i l montre l a t r i s t e s s e prdfonde d'un jeune F r a n g a i s , croyant et c a t h o l i q u e , quand i l decouvre que "dans l e s camps f r a n q u i s t e s , s l e s p o i s chiches etaient benis par Rome."3^ L'auteur remarque que l e repr^sentant de l ' E g l i s e , l u i a u s s i , peut §tre du cote des oppresseurs. Dans Les L e t t r e s a un Ami Allemand i l d e c r i t une scene dans un camion qui mene des Frangais a l a mort. Parmi l e s condamnes i l y a une jeune gargpn qui r e u s s i t a sauter de l a v o i t u r e . L'aumonier allemand qui essayaient de preparer l e s p r i s o n n i e r s a l a mort s'apergoit de I'eVasion. 1) L'Homme ReVolte* p.ll+ 3 3 ) La Chute p.145 2) A c t u e l l e s p.215 45 I I y a \ine seconde "Ou l'homme de Dieu d o i t decider s ' i l est avec l e s bourreaux ou a v e c l e s martyrs, s e l o n sa v o c a t i o n " 1 ^ . I I c h o i s i t l e s bourreaux et donne l ' a l e r t e aux so l d a t s qui capturent I'enfant. C'est un pr§tre f r a n c a i s qui a raconte" avec honte 1' i n c i d e n t a Camus. C e l u i - c i est f i e r que n u l pre*tre f r a n c a i s n ' a i t commis un t e l crime et i l r econnait qu' i l y a quelques Chretiens qui se rangent du cStS des opprime's. I I trouve d ' a i l l e u r s que l ' E g l i s e a t r a h i sa mis s i o n de mediation. I I aime toujours 1 ' i d e a l de mesure, ce "b e i e q u i l i b r e de 1'humain et de l a nature" ' qui c a r a c t S r i s e l a pensee grecque. L ' E g l i s e a b r i s e cet e q u i l i b r e , car d i t - i l , "...avec 1 ' I n q u i s i t i o n et l a d e s t r u c t i o n de 1'hSresie cathare, l ' E g l i s e se se*p are a nouveau du monde et de l a beaute", et redonne a l ' h i s t o i r e sa primaute" sur l a nature" '. Cette rupture i l l ' a t t r i - bue a 1'influence des peuples nordiques "qui n'ont pas une t r a d i t i o n d'amitie* avec l e monde"^^, et qui sont a i n s i responsables de l a d i s p a r i t i o n de l a n o t i o n de mediation. Dans une l e t t r e defendant L'Homme ReVoltS Camus emploie presque l e s me*mes mots quand i l e*crit: " . . . l ' E g l i s e a pu e*tre mSdiatrice dans ses a f f i r m a t i o n s 5) et facheusement demesurSe dans ses a c t i o n s " 1. Cette L e t t r e s a un Ami Allemand p.48 ^ I b i d . p.236 2 ) L'Homme ReVolte p.236 ^) A c t u e l l e s I I p.68 ^ I b i d . p. 236 46 a c c u s a t i o n ajoute l a t r a h i s o n a 1 ' h y p o c r i s i e , e"galement d£testables aux yeux de l'auteur. L ' E g l i s e a a u s s i t r a h i sa m i s s i o n de reorder "une communaute de j u s t i c e et d'amour" 1^, et a laisse" l a c h a r i t y aux autres. Quand l a Grande-Duchesse v i s i t e K a l i a y e v i l l u i d i t que l ' E g l i s e a f a i t un choix: " E l l e a garde" l a grace pour e l l e et nous a l a i s s e l e s o i n d'exercer l a charite*" ;. Camus souligne c e t t e pensle dans L'Etat de Siege ou l e p r e t r e s'e"chappe par l a seule porte reste"e ouverte. Cette porte se ferme. P u i s l e pauvre laisse" dans cette v i l l e ou regne l a Peste s'e"crie: "Chretiens de l'Espagne, vous i t e s abandonne"s""^. Mais I'homme de Dieu ne s ' e n f u i t pas toujours. Par exemple l e pere Paneloux r e s t e dans l a v i l l e pestife're' ou i l l u t t e courageusement cote-a-c6te avec l e s non-croyants. A l a f i n i l meurt de l a maladie sans chercher du secours, f i d e l e a. son idee qu'un pr§tre n'a pas l e d r o i t de c o n s u l t e r un medecin. Une derniere et grave f a i b l e s s e de l ' E g l i s e aux yeux de Camus, toujours tourne" vers l a l u c i d i t e , c'est q u ' e l l e s ' i n s p i r e de mystere et bafoue l e s hommes. Selon l u i l e monde est une v i c t i m e quand l a r e l i g i o n promulgue l e mystere de l a parousie au l i e u d'am^Horer l a c o n d i t i o n humaine t e l l e q u ' e l l e l a trouve sur c e t t e ) L'Homme ReVolte* p. 207 ^ L'Etat de Siege p. 88 ) Les Justes p.147 47 t e r r e . E l l e est a u s s i coupable quand elle "nous f a i t c r o i r e que l a p o l i t i q u e de puissance, q u e l l e q u ' e l l e soit, peut nous amener a une s o c i e t e raeilleure ou l a l i b e r a t i o n s o c i a l e sera e n f i n r e a l i s S e " 1 ) . On pense i c i a. l'exem- p l e des indigenes c o n v e r t i s pour rendre p l u s f a c i l e 1'expansion c o l o n i a l e . I I s e r a i t i n j u s t e de d i r e que Camus condamne absolument l ' E g l i s e malgre" l e s f a u t e s et l e s e r r e u r s q u ' i l l u i reproche. I I n'hSsite jamais a l u i d i r e ou, a son a v i s , e l l e e r r e , mais i l declare a u s s i q u ' e l l e peut a v o i r une mi s s i o n a accomplir quand i l e*crit: "Mais je pr e n d r a i l ' E g l i s e au sSrieux quand ses chefs s p i r i t u e l s p a r l e r o n t un langage de tout l e monde et v i v r o n t eux-memes l a v i e dangere.use et miserable qui est c e l l e du p l u s grand nombre"2). C ' e s t - a - d i r e , quand l e s chefs de l ' E g l i s e s u i v r o n t de plu s pres l e fondateur de l e u r r e l i g i o n . I I r e s s o r t clairement des ceuvres de Camus de graves et p r S c i s e s o b j e c t i o n s q u ' i l oppose a l a pensee chre'tienne. Le paradoxe du probleme du mal est fondamental pour l u i , et i l refuse absolument l a s o l u t i o n exposee par Paneloux dans La Peste.- I I n'y v o i t qu'une r e s i g n a t i o n , jamais une s o l u t i o n . Ce paradoxe est l a r a i s o n p r i n c i p a l e de son doute de 1'existence de Dieu b i e n que l a p e r s o n n a l i t e ^ A c t u e l l e s p.232 2 ) A c t u e l l e s p.226 48 m8me a t t r i b u t e a Dieu renforce son incroyance en tant qu'une evasion de son r 6 l e d'homme responsable. Quand i l considere 1'aspect humain du c h r i s t i a n i s m e , Camus condamne en termes tranchants ces chre*tiens qui sont h y p o c r i t e s et t r a h i s s e n t l e s p r i n c i p e s de l e u r maltre. E n f i n i l n'Spargne jamais l ' E g l i s e quand i l est question de l u i demontrer nettement ses f a i h l e s s e s . 49 CHAPITRE I I I Les Ressemblances On passe maintenant aux idees communes a l a pense*e chre'tienne et a l a pense"e d'Albert Camus. S ' i l y a dans ses oeuvres des dissemblances c a p i t a l e s et des ob j e c t i o n s serieuses au c h r i s t i a n i s m e , i l y a a u s s i maintes ressemblances frappantes. Cet auteut connait b i e n l e s p r i n c i p e s du c h r i s t i a n i s m e , i l &21u l a B i b l e , et que1ques-unes de ses idees l e s plus importantes r e f l e t e n t une i n f l u e n c e chre'tienne. L ' o b l i g a t i o n de l u t t e r est imperieuse pour Camus; selon l u i tout homme d o i t combattre l e mal, l a ou i l l e trouve, sans heroisme, comme on f a i t son m e t i e r . Ce devoir de combattre dont i l f a i t mention dans p l u s i e u r s l i v r e s est une des " i d e e s f i x e s " de l'a u t e u r . Par exemple l e n a r r a t e u r de La Peste, l e docteur Rieux, p a r l e des formations s a n i t a i r e s que son ami Tarrou v i e n t d'eta- b l i r dans l a v i l l e pestife*ree d'Oran. Le docteur rend j u s t i c e a 1'importance de cet ouvrage, mais i l ne veut pas donner 1'impression que ces dquipes sont composees de he"ros, car d i t - i l : "Ceux...n'eurent pas un s i grand merite a. l e f a i r e , en e f f e t , car i l s savaient que c ' e t a i t l a seule chose a f a i r e . " P u i s i l continue: „3) 50 '•Puisque l a maladie e t a i t l a , i l f a l l a i t f a i r e ce q u ' i l f a l l a i t pour l u t t e r contre e l l e " l ) . Le c h r i s t i a n i s m e a s s i m i l e l a v i e a une l u t t e contre l e mal. A i n s i l e C h r e t i e n , l u i a u s s i a 1 ' o b l i g a t i o n de l u t t e r . St. Paul exhorte l e jeune Timoth^e: "Combats 2) l e bon combat de l a f o i " '; p a r l a n t ensuite de l a v i e q u ' i l a mende i l a joute: " J ' a i combattu l e bon combat.. et encore aux Hebreux: "...vous avez soutenu un grand combat au m i l i e u des s o u f f r a n c e s " ^ . Dans l a parabole du bon Samaritain Jesus a raconte ce que cet homme a f a i t pour soigner l e malheureux tombe au m i l i e u des brigands. P u i s i l a d i t au docteur de l a l o i q u i 5) 1 ' i n t e r r o g e a i t : "Va et t o i ; f a i s de meme" . D ' a i l l e u r s l a l i t t e r a t u r e chretienne a t r a v e r s l e s ages depeint l a v i e comme un combat contre l e s assauts du mal, ou p l u s pre*cise*ment, contre l e s attaques du Malin. Au seizieme s i e c l e Luther S c r i v a i t : "C'est un rempart que notre Dieu" , et dans l e meme ca n t i q u e ^ "Mais un he'ros dans l e s combats pour nous l u t t e sans cesse". C'est dans c e t t e l u t t e qu'est une grande d i f f e r e n c e entre l a pensee de Camus et l e c h r i s t i a n i s m e . Pour l e Chretien Dieu est l e eompagnon i n f a i l l i b l e dans l e combat, mais pour Camus I'homme d o i t l u t t e r sans recours au d i v i n , malgre' q u ' i l 1^ La Peste p. 114 ^ He*breux 10: 32. 2 ) I Timothe*e 6: 12. ^) s t > L u c 1 0 . 3 7 > ^ I I Timothe*e 4: 7. ^ M. Luther, C'est un Rampart que notre Dieu. Chants Evange*liques, p. 338. 51 n'a aucun e s p o i r d'atteindre une v i c t o i r e d e f i n i t i v e , car d i t l ' a u t e u r : "Je ne r e f e r a i jamais des hommes, mais i l f a u t f a i r e comme s i " 1 ) . D'autre p a r t l e c h r i s t i a n i s m e espere r e f a i r e l e s hommes, car St. P a u l e*crit: "Ce qui est quelque chose, c'est d'etre une nouvelle creature" . Mais avec ou sans e s p o i r , l e Chretien et Camus, tous deux, sont dans 1 ' o b l i g a t i o n de l u t t e r , de combattre, de " f a i r e ce q u ' i l f a l l a i t " contre n'importe q u e l l e peste, n'importe ou e l l e se trouve. Camus c r o i t de tout son cceur que l'homme a une tache a accomplir sur cette t e r r e , y compris l a nS c e s s i t e de " f i x e r un sens a l a v i e de tous l e s j o u r s " . Le c h r i s t i a n i s m e cherche a u s s i un sens a l a v i e et proclame q u ' i l l e trouve dans une croyance en J e s u s - C h r i s t . Camus et l e c h r i s t i a n i s m e considerent que 1'ouvrage q u o t i d i e n est un bon moyen pour l'homme de de*couvrir ce sens. L'auteur de 1 ' E c c l e s i a s t e e c r i t : "Tout ce que t a main trouve a f a i r e , avec t a f o r c e , f a i s - l e ; car i l n'y a n i ceuvre, n i pensee, n i sc i e n c e , n i sagesse, dans l e sejour des morts ou t u va s " ^ ) . Camus exprime l a meme idee quand i l d i t que l a tache de l'homme est de "bien f a i r e son metier" . Je*sus p a r l a n t a ses d i s c i p l e s l e s exhorte a ne pas 1 ) Le Myth de Sisyphe p.119 ^ E c c l e s i a s t e 9: 10 2^ G-alates 6: 15 La Peste p.36 3 ) A c t u e l l e s p.178, 227. 52 f a i r e de mal a ceux qui l e u r en f o n t mais " S i quelqu'un te frappe sur l a joue d r o i t e , p r e s e n t e - l u i a u s s i 1'autre" I I pr§ehe que l a tache de l'homme est de ne pas augmenter l e malheur dans ce monde. Camus applique ce p r i n c i p e quand i l S c r i t : "La logique du reVolte" est de v o u l o i r p) s e r v i r l a j u s t i c e pour ne pas aj o u t e r a 1 ' i n j u s t i c e . " ' D'apres Camus, 1 ' a r t i s t e , l u i a u s s i , e st oblige" de l u t t e r . Dans une a l l o c u t i o n prononcee a. un meeting i n t e r n a t i o n a l d ' S c r i v a i n s en 1948, i n t i t u l e e Le Temoin de l a L i b e r t y , i l d i s c u t e l e r o l e de I ' a r t i s t e dans l e monde contemporain. L'engagement en s o i , question b r u l a n t e chez quelques auteurs, est pour l u i v a i n . Mais tout de meme i l declare que 1 ' a r t i s t e est engage, quoique involontairement, car i l continue: " E t , pour f i n i r , ce n'est pas l e combat qui f a i t de nous des a r t i s t e s , mais 1'art qui nous c o n t r a i n t a etr e des combattants. Par sa f o n c t i o n meme, 1 ' a r t i s t e est l e tSmoin de l a l i b e r t y , et c'est une j u s t i f i c a t i o n q u ' i l l u i a r r i v e de payer cher."3) I I r e a f f i r m e c e t t e i d y e , employant presque l e s me*mes mots dans l e s reponses q u ' i l f a i t a quelques questions posees dans 1'essai C r S a t i o n et L i b e r t y ( A c t u e l l e s I I ) , et a u s s i dans l e Discours prononce' a l a remise du P r i x Nobel, en disan t que l a tache de 1 ' a r t i s t e "dans l e cirque"..."con- s i s t e a emp§cher que l e monde se dSfasse"^'. L ' a r t i s t e est d ' a i l l e u r s responsable, car d i t l ' a u t e u r : 1) 2) St. Mathieu 5: 39 L'Homme Revolte p.352 A c t u e l l e s p.217 3) 4) A c t u e l l e s p. 26k Discours de Suede p.17 \ 53 " . . . l e temps des a r t i s t e s a s s i s est f i n i . . . I I s e " t i e n t au m i l i e u de tous, au niveau exact, n i p l u s haut n i p l u s bas, de tous ceux qui t r a v a i l l e n t et qui l u t t e n t . Sa voc a t i o n meme, devant 1'oppression, est d'ouvrir l e s p r i s o n s et de f a i r e p a r l e r l e malheur et l e bonheur de t o u s " l ) . Le c h r i s t i a n i s m e a u s s i souligne l a responsabilite* de I'homme. Mime dans l a Genese Cain demande, " s u i s - j e 2) l e gardientde mon f r e r e ? " ' La parabole du Samaritain c i t e e p l u s haut demontre que I'homme est l e gardien de son f r e r e . Jesus va plus l o i n dans l e sermon sur l a montagne; i l declare que ses d i s c i p l e s doivent aimer meme l e u r s ennemis. P u i s dans l ' E v a n g i l e i l p a r l e de l a ne*cessite de donner a manger, de donner a. b o i r e , a ceux q u i ont fa i m et s o i f ; de v e t i r ceux qui sont depouille*s, de r e c u e i l l i r I'etranger, d ' a l l e r vers l e s malades, vers ceux qui sont en p r i s o n , et e n f i n i l rassure ses a u d i t e u r s : "Je vous d i s en v e r i t e , toutes l e s f o i s que vous avez f a i t des choses a. l'un de ces plus p e t i t s de mes f r e r e s , c'est a moi que vous l e s avez f a i t e s " 3 ) . Par c o n t r a s t e , ceux qui n'ont pas secouru l e s malheureux seront condamne*s. I I n'est pas exagere* de c r o i r e que Camus s'est inspire* des enseignements de Jesus pour e*crire " d ' o u v r i r l e s p r i s o n s et de f a i r e p a r l e r l e mal- heur et l e bonheur de tous". A c t u e l l e s II p.181 3) M a t h i e u 25: ko. Genese 4: 9 54 Camus designe a u s s i a. 1 ' a r t i s t e et a. I'homme r e v o l t ! l e s o b j e c t i f s de l e u r l u t t e : l a servitude sous n'importe quel aspect et 1'oppression dans toutes ses formes. I I exhorte l e s Frangais en A l g e r i e a " l u t t e r pour empecher que l a r e p r e s s i o n ose etre c o l l e c t i v e " 1 ^ . Pour l u i l e maitre et 1'esclave n'ont r i e n de commun. La c o n d i t i o n de servitude rompt l e dialogue entre l e s hommes, et d<§truit l e u r s o l i d a r i t y , deux conceptions c a p i t a l e s chez Camus: "...tout r e v o l t e . . . s' engage a. l u t t e r contre l a s e r v i t u d e , l e mensongeret l a t e r r e u r et a f f i r m e , l e temps d'un e c l a i r , que ces t r o i s f l e a u x font regner l e s i l e n c e entre l e s hommes, l e s obscurcissent l e s uns aux autres et l e s empechent de se trouver dans l a seule v a l e u r qui puisse l e s sauver du n i h i l i s m e , l a longue c o m p l i c i t y des hommes aux p r i s e s avec l e u r d e s t i n " 2 ) . Quelques pages plus l o i n dans l e mime c h a p i t r e , i l d i s c u t e l e r i l e de I'homme dans ces temps modernes et continue: "Nous portons en nous nos bagnes, nos crimes et nos ravages. Mais notre tache n'est pas de l e s dechainer a. t r a v e r s l e monde; e l l e est de l e s combattre en nous-mimes et dans l e s autres"3). I I f a u t a u s s i l u t t e r contre " l a peste", ce mal qui rode sur l a t e r r e , et pour l a combattre, i l f a u t d'abord l a r e c o n n a i t r e et l u i donner un nom. Dans l a v i l l e 1) A c t u e l l e s I I I p.128 L'Homme Revolte p.350, 351 3) Ibid. p.372 2) 55 d'Oran l e s me*decins ne pouvaient r i e n tant qu'on n'av a i t pas prononce" .ce mot, mais des qu'on eut nomine" c e t t e maladie, i l s pouvaient prendre des mesures contre e l l e ^ \ 2) L'homme d o i t l u t t e r contre " 1 ' i n j u s t i c e e t e r n e l l e " ; , " l a h a i n e " 3 ) , " l e deshonneur du v r a i pessimisme"^"), et :surtout contre l a mort, l'une des deux choses que Camus se permet de h a i r " ^ . Dans l e s ceuvres de Camus cette l u t t e est grave, meme m o r t e l l e , et ne correspond pas du tout a un don quichottisme qu'on l u i a p a r f o i s reproche. Le chre*tien, l u i a u s s i d o i t l u t t e r contre des f o r c e s "bien de"finies. St. Pau l e c r i t aux Ephesiens de " l u t t e r ...contre l e s dominations, contre l e s a u t o r i t e s , contre l e s p r i n c e s de ce monde, contre l e s e s p r i t s mediants dans l e s l i e u x c e l e s t e s " ^ ) . De p l u s , d e " c l a r e - t - i l , l e chre"tien peut etre vainqueur dans l e combat contre l e mal, car i l d i t aux Romains: "Ne te l a i s s e pas va i n c r e par l e mal, mais surmonte l e mal par l e b i e n " 7 ) . Camus est prive" de cet e s p o i r , mais ne"anmoins i l l u i f a u t l u t t e r "comme s i " , c ' e s t - a - d i r e sans cesse et avec courage comme s i l a v i c t o i r e e t a i t assuree. Mais i l ne s u f f i t pas de l u t t e r contre quelque chose, i l f a u t combattre pour quelque chose. C'est en quoi Camus d i f f e r e d'autres e b r i v a i n s contemporains, et c'est l a que 1'accusation de don quichottisme trouve son o r i g i n e . Camus p r e c i s e pour quoi i l f a u t combattre, et 1^ La Peste p.56 ^ Discours de Suede p.17 2 ) L e t t r e s a un Ami Allemand p.77 ^ Ephesiens 6: 12 3 ) A c t u e l l e s I I I , p.127 7^ Romains 12: 21 ^ L'Ete p.135 56 l e p r e c i s e clairement. D'abord i l l u t t e pour l a l i b e r t e et pour l a beaut!; a son a v i s inseparablement u n i e s , "...tous ceux q u i aujourd'hui l u t t e n t pour l a l i b e r t e eombattent en de r n i e r l i e u pour l a b e a u t e " 1 ^ . La perte de l a l i b e r t e l u i est i n t o l e r a b l e et des l o r s i l f a u t combattre pour e l l e constamment et partout. On s a i t a quel p o i n t i l essaie de v o i r c l a i r ; l a l u t t e pour maintenir "meme dans 2) l e s p i r e s t e n e b r e s " ; est done importante. I I f a u t a u s s i l u t t e r pour chercher " l e chemin de l a r e n o v a t i o n " 3 ^ dont i l p a r l e longuement dans L'Homme Revolte. Pour cet auteur qui h a l t l a mort et par l a l a guerre', " l a p a i x est l e seul combat qui v a i l l e d'etre m e n e " ^. E n f i n s i 1'on est oblige de combattre l e mensonge sous toutes formes et en tous l i e u x , on est egalement oblige de l u t t e r pour 5) " . . . c e t t e f a i b l e nuance qui separe l e faux du v r a i " . Toutes ces chose§, l a beaute, l a l i b e r t e , l a lumiere, l a renovation, l a p a i x , l a v e r i t e , l u i sont p r e c i e u s e s , et i l trouve que c'est son devoir en tant qu'homme et en tant q u ' a r t i s t e de combattre pour e l l e s . Or 1'essence du c h r i s t i a n i s m e pur est de combattre l e mal, tout en f a i s a n t l e bien. C'est l e devoir du Chretien obeissant a son maitre de l u t t e r , l u i a u s s i , pour l a l i b e r t e , l a j u s t i c e , l a p a i x , l a v e r i t e , car au 1) L'Ete p.116 A c t u e l l e s I I p.24 3) A c t u e l l e s p . 2 4 9 2 ) 4) 5) A c t u e l l e s p . 8 4 L e t t r e s a. un Ami Allemand 57 commencement de sa mission Jesus declare q u ' i l e*tait "pour annoncer l a bonne nouvelle aux pauvres,...pour gue*rir,.. .pour proclamer l a d e l i v r a n c e . . .pour renvoyer l i b r e s l e s opprimds""1"^. Sans doute, c'est a c e t t e tache chretienne, souvent n e g l i g e e , que Camus pe n s a i t quand, dans L'Incroyant aux Chretiens» i l f i t appel a. ceux-ci pour q u ' i l s se joignent a l u i dans l a l u t t e pour l a j u s t i c e , l a l i b e r t e " , et l a pai x . Comment I'homme, oblige* de l u t t e r contre tout ce qui est mal et pour tout ce qui est j u s t e , v a - t - i l f a i r e c e t t e guerre sans etre lui-meme i n j u s t e ? Pour l' a u t e u r l a v i c t o i r e est toujours p r o v i s o i r e , jamais d e f i n i t i v e . Malgre* c e l a , i l f a u t l u t t e r sans cesse et jusqu'a l a f i n : "...puisque l a p a r t i e est ,engage*e, nous croyons 2) q u ' i l f a u t l a mener a son terme" ' et c e l a sans de*s- espe*rer. Quelquefois i l n'y a pas de v i c t o i r e , meme p r o v i s o i r e , et b i e n que I'homme marche dans l e s te*ne*bres: " I I f a u t marcher sans doute et trouver nos f a i s o n s nous- memes chaque f o i s que nous ne pouvons f a i r e autrement" 3^. Continuer de marcher, meme dans l e s tene*bres, ne s u f f i t pas. L'homme d o i t etre pr§t a payer de sa v i e dans ce combat. Camus appuie sur ce t t e pense*e quand i l e c r i t au s u j e t de son ami, Rene* Leynaud, mort pour l a Resistance: ) St. Luc 4 : 18, 19 ^ A c t u e l l e s I I p.155 ) A c t u e l l e s p.56, La Peste p.114 L'Ete - p.72,, Le Mythe de Sisyphe p.49 58 "Car des hommes comme Leynaud e t a i e n t entrSs dans l a l u t t e , convaincus qu'aucun etre ne pouvait p a r l e r avant d e payer d e sa personne" Camus c r o i t q u ' i l n'est jamais permis d'employer de mauvais moyens dans l a l u t t e , meme s i l e hut est louab l e . A cet egard i l admire Ghandi qui selon l u i "a prouve" qu'on pouvait l u t t e r pour son peuple, et v a i n c r e , sans cesser un seul jour de r e s t e r estimable" 1. D'autre p a r t , i l c r i t i q u e l e s marxistes qui veulent supprimer l a guerre, mais qui pour l a supprimer veulent anSantir l e c a p i t a l i s m e , et pour a t t e i n d r e ce but doivent f a i r e l a guerre; i l e*crit: " . . . j e continue de penser qu'on ne combat pas l e mauvais par l e p i r e . . . " '„ D ' a i l l e u r s i l veut l u t t e r sans amertune et san haine. De p l u s l'homme peut, d i t - i l , t r ouver l a v e r i t e et l a j o i e dans l a l u t t e qui d o i t Stre menee avec optimisme ca r : "La l u t t e est c e r t a i n e parce q u ' e l l e a 1 ' o b s t i n a t i o n du p r i n t e m p s " ^ . Le c h r i s t i a n i s m e exhorte s e s adherents a l u t t e r jusqu'a l a f i n et avec perseverance. Saint P a u l , apres a v o i r f r a n c h i maints o b s t a c l e s , ec'rit aux Gal a t e s : "Ne nous lassons pas de f a i r e l e b i e n : car nous moissonne- rons au temps convenable, s i nous ne nous relachons pas" . Certainement l e C h r e t i e n d o i t etre p r e t a payer de sa A c t u e l l e s p.17 2) 3) A c t u e l l e s I I I p. 17 A c t u e l l e s p.193 5) L e t t r e s a un Ami Allemand p.77 Galates 6: 9 59 personne car l e fondateur de sa r e l i g i o n l e f i t v o l o n t a i - rement. C'est S a i n t Luc qui d c r i t : "Lorsque l e temps ou i l d e v a i t i t r e . e n l e v ! du monde approcha, Jdsus p r i t l a r e s o l u t i o n de se rendre a Jerusalem" 1^. L ' h i s t o i r e du c h r i s t i a n i s m e montre maints exemples de d i s c i p l e s f i d e l e s , anciens et modernes, qui l u t t e r e n t jusqu'a l a f i n , payant mime de l e u r v i e . "Les r e l a t i o n s humaines sont l e seul l u x e " e*crit 2) Camus dans l e Mythe de Sisyphe. ' Cette idde q u ' i l y a de l a s o l i d a r i t y entre l e s hommes se manifeste dans toutes ses oeuvres, mais e l l e devient de plus en p l u s importante dans l e s dernieres. De nos jours i l y a des moments ou c e t t e s o l i d a r i t y n'est pas so u h a i t a b l e , mais meme un a r t i s t e ne peut y ychapper. A cet ygard i l compare l e r o l e des p e i n t r e s h o l l a n d a i s qui pouvaient 3") peindre " l e s coqs de l e u r basse-cours" ' pendant l a guerre de cent ans, avec 1 ' a r t i s t e contemporain c a r , d i t - i l : "...aujourd'hui l e s choses ont change, l e p e i n t r e et l e moine sont m o b i l i s e s : nous sommes s o l i d a i r e s de ce monde"^^. N i I'homme n i 1 ' a r t i s t e n'a de choix: i l f a u t v i v r e "dans l e cirque". S ' i l est d i f f i c i l e p a r f o i s de demeurer au m i l i e u du c i r q u e , i l e s t des heures ou. c e t t e s o l i d a r i t y avec l e mondeprocure une j o i e et un bonheur qu'un s o l i t a i r e ne peut jamais connaitre. Par exemple, 1) St. Luc 9: 51 3) L'Ety p.70 2) Le Mythe de. Sisyphe p.121 I b i d . p. 70 Camus et ses jeunes amis a. A l g e r se sentaient. u n i s l e s uns aux autres et au monde du c i e l , du s o l e i l et de l a mer, et i l s y v i v a i e n t , d i t - i l , comme des dieux anciens. P l u s vieux i l se rend compte que l e s hommes se s o l i d a r i s e n t autant dans l a souffrance que dans l a j o i e . Sans doute-ses experiences pendant l a guerre ont renforce* c e t t e idee. D ' a i l l e u r s i l reconnait que l a s o l i d a r i t y est i n e v i t a b l e dans ce s i e c l e : "Le mal qui eprouvait un s e u l homme devient peste c o l l e c t i v e " 1 ^ . La l u t t e contre l a souffrance p r o d u i t a son tour l a s o l i d a r i t e parmi l e s hommes. L'auteur l e demontre clairement dans La Peste ou l e s hommes l e s plus d i v e r s sont l i y s par une amitle sincere en t r a v a i l l a n t . c S t e a c6te contre l e danger commun. C'est ce sens de s o l i d a - r i t y qui f a i t d i r e a l'athee Rieux, serrant l a main du j y s u i t e Paneloux, q u ' i l s sont ensemble pour s o u f f r i r et pour combattre l e mal et l a mort. I I est e v i d e n t que cette s o l i d a r i t y e x i s t e pour tous, et non pour quelques-uns seulement. "Nous sommes tous f r e r e s , " ' s'e e r i e K a l i a y e v , quand i l p a r l e a ses camarades, et dans sa p r i s o n ce m§me barine devenu s o c i a l i s t e , s'adresse au paysan Foka en l'appelant " f r e r e " . De pl u s Camus c r o i t que c e t t e s o l i d a r i t y 1 ) L'Homme Revolte p.36 ' Les Justes p . l 6 61 d o i t de*passer toutes l e s b a r r i e r e s que l e s hommes dressent l e s uns contre l e s a u t r e s , y compris c e l l e de l a race c a r : ""L 1 unite* des hommes est p l u s fondamentale que l e racisme""1"^. I I admet qu'en cette question de s o l i d a r i t y un changement s'est ope re dans son ceuvre. Dans une- l e t t r e adressee au d i r e c t e u r des Temps Modernes en 1952 i l d i t : " . . . s ' i l y a e v o l u t i o n de L'Etranger a. La Peste, e l l e s'est fait'e dans l e sens de l a s o l i d a r i t y at de l a 2̂ p a r t i c i p a t i o n " 1. Cette pensee que tous l e s hommes sont f r e r e s est tout a f a i t c hretienne, mais i l est a noter que l e ch r i s t i a n i s m e l a prone parce que tous l e s hommes sont l e s enfants de Dieu. Mime 1 'Anden Testament ordonne a ceux qui reconnaissent l ' E t e r n e l : "Tu ne h a i r a s p o i n t ton f r e r e dans ton coeur; . . . t u ne te vengeras p o i n t , et t u ne garde- ras p o i n t de rancune contre l e s enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-meme"3). Le C h r i s t , l u i a u s s i , precha cet amour du pro c h a i n , mais dans l e sermon sur l a Montagne i l y ajoute l e devoir d'aimer a u s s i 1'ennemi. Saint Paul e c r i t aux C o r i n t h i e n s que "tous sont semblables", et c'est a. eux q u ' i l adresse son fameux c h a p i t r e sur l e s q u a l i t e s de 1'amour. C'est toujours St. P a u l qui exhorte l e s G-alates: "Portez l e s fardeaux l e s uns des a u t r e s , et vous accomplirez a i n s i 1^ A c t u e l l e s p.130 ^ L y v i t i q u e 19: 18 2^ A c t u e l l e s I I p.94 62 l e l o i du C h r i s t " 1 ^ . Les Chretiens ont souvent neglige" ce devoir de l'amour envers l e prochain et envers l'enne- mi, nSanmoins l ' i d e e de f r a t e r n i t e " et de s o l i d a r i t y des hommes est un fondement du c h r i s t i a n i s m e t e l que l e C h r i s t et ses apotres 1'ont pre*che*. L'JdSe que Camus se f a i t du "bonheur et du malheur ressemble Stroitement a c e l l e du c h r i s t i a n i s m e . Tout jeune i l d S f i n i t l e bonheur comme " l e simple accord 2) entre un etre et l f e x i s t e n c e q u ' i l mene" '. Apres a v o i r lave l e s pieds de ses d i s c i p l e s , et l e u r a v o i r commande de suivre son exemple, jSsus d i t : " S i vous savez ces choses, vous etes heureux, pourvu que vous l e s p r a t i q u i e z " J; c' e s t - a - d i r e s & i l s menent une v i e qui s'aecorde avec l e u r s a v o i r . Pour Camus " l e bonheur est genereux. I I ne v i t pas de destructions"^"), " I I est l i e " a. l'amour"^), et i l est contre l a haine, car d i t K a l i a y e v a Dora dans Les•Justes: " . . . j e s a i s maintenant q u ' i l n'y a pas de bonheur dans l a haine"^). Cette conception de l'amour est semblable a c e l l e exprimSe par l e C h r i s t dans l e s Beatitudes quand i l d i t que l e s pauvres d ' e s p r i t , l e s m i s e r i c o r d i e u x , ceux qui ont faim et s o i f de l a j u s t i c e , qui ont l e coeur pur, qui procurent l a p a i x , seront heureux. 7) Camus reconnait avec l e c h r S t i e n que "Le bonheur n'est pas tout et l e s -1") Galates 6: 2 5 ) Noces p.86 2 ) Noces p.85 ^) Les Justes p.100 3 ) St. Jean 13: 17 7^ St. Mathieu 5: 3-12 ^ C a l i g u l a p.223 63' hommes ont l e u r d e v o i r " " ^ . I I ne met jamais l e bonheur e*gois;te au-dessus de l a s o l i d a r i t y des hommes ou l e bes o i n de l u t t e r contre l e mal, meme s i ce t t e l u t t e et t c e t t e s o l i d a r i t y exigent qu'on paie de sa personne. Le C h r i s t enseigna a ses d i s c i p l e s que "c'est du cceur que viennent l e s mauvaises pensyes, l e s meurtres, l e s a d u l t e r e s , l e s i m p u d i c i t y s , l e s v o l s , l e s faux n) temoignages, l e s calomnies" '. Camus est d'accord avec l a pensye que l e malheur est dans l e cceur de I'homme. Par exemple i l ne suggere n u l l e p a r t que l a peste a Oran eut pu a r r i v e r du dehors. Dans L'Etat de Siege Diego d i t que c'est son devoir de vaincre " 1 ' i n j u s t i c e qui nous e s t f a i t e " en ce monde. Mais V i c t o r i a l u i objecte: c'est "Le malheur qui est en t o i " q u ' i l f a u t v a i n c r e et " l e r e s t e s u i v r a " 3 \ L'auteur se rend compte que l e malheur se trouve a u s s i dans l e monde: "Le monde autour de nous est dans l e malheur et on nous demande de f a i r e quelque chose pour l e changer"^. Le c h r i s t i a n i s m e reconnait egale- ment 1 'existence du malheur dans l e monde, et essaie "de f a i r e quelque chose pour l e changer", en ces i n s t a n t s ou. i l est f i d e l e a sa tache. Mais i l r e s t e c e t t e d i f f e r e n c e entre l e s deux pensyes. Le c h r i s t i a n i s m e attend une v i c t o i r e de l a l u t t e contre l e malheur, i l a 1^ Le Malentendu p.25 ^ L'Etat de Siege p.159 2 ) St. Mathieu 15: 19 ^ A c t u e l l e s p.255 64 l'esperance d'etre plus que vainqueur, comme St. P a u l . Pour Camus i l n'y a pas de v i c t o i r e d e c i s i v e , mais i l trouve une v e r i t e dans l e malheur, et une "Passion de v i v r e . . . a u s e i n des grands malheurs" 1). Dans ses ceuvres on peut deceler c e r t a i n e s v a l e u r s q u ' i l estime importantes. On peut d i s c e r n e r une e v o l u t i o n de sa pensee entre ses premiers et ses der n i e r s e c r i t s , e v o l u t i o n q u ' i l r econnait lui-meme. Le Mythe de Sisyphe est un expose" de l a ph i l o s o p h i e de 1'.absurde, suivant 1 ' i n t e r p r e t a t i o n de Camus. Mais i l l u i apparait Evident que c e t t e p h i l o s o p h i e ne s u f f i t pas, car i l e c r i t dans L1Homme Revolte: "L'absurde ne f o u r n i t 2) pas l e s v a l e u r s pour decider" ;. I I explique et dans Les L e t t r e s a un Ami Allemand, et dan L'Ete" que 1'absurde pour l u i "n'est qu'un p o i n t de depart" 1 , et en 1 9 5 0 i l d i t franchement: "...nous ne pouvons p l u s nous passer de v a l e u r s p o s i t i v e s " ^ . L'absurde f a i t place a l a reV o l t e dans sa pensee, et l a re*volte elle-meme c o n t i e n t une v a l e u r . Vers l a f i n de L'Homme Revolte", Camus declare que l'homme "dans sa r e v o l t e , pose une l i m i t e a l ' h i s t o i r e , A cette l i m i t e n a i t l a promess d'une v a l e u r " A cet Sgard i l a s o i n de f a i r e une d i s t i n c t i o n entre 1 ' u n i t e de l a r e V o l t e , et l a t o t a l i t y de l a r e v o l u t i o n 1 ^ M Peste p.102 ^ A c t u e l l e s I I p.80 2 ) L'Homme Revolte p. 2 0 ^) L'Homme ReVolte" p. 3 0 7 3^ L e t t r e s a un Ami Allemand p.77 65 h i s t o r i q u e , d i s a n t : "La r e v o l u t i o n pour Stre c r e a t r i c e ne peut se passer d'une r e g i e , morale ou me*taphysique qui e*quilibre l e d d l i r e h i s t o r i q u e " 1 ^ . Selon l u i l a r e v o l u t i o n meprise toute r e v e n d i e a t i o n morale, mais par contre, c'est l e r o l e de l a r e v o l t e de creer une re g i e qui n'est pas fo r m e l l e et qui peut s e r v i r de guide a I'homme. L'honnetete est une de ces valeurs qui dans l a pensee de Camus est fondamentale. On a e c r i t p l u s haut que I'homme est o b l i g e de l u t t e r contre l e mensonge; i l est o b l i g e egalement de p r a t i q u e r l'honnetete. Pour 2) Camus "mentir est toujours une s o t t i s e " ' et "La haine est en elle-meme un mensonge"P^' S'adressant au peuple f r a n g a i s immediatement apres l a guerre, i l e c r i t : "Je voudrais q u ' i l s ne cedent pas...Quand on voudra l e u r prouver q u ' i l est permis de mentir pour rnieux r e u s s i r . Je voudrais qu' i l s ne cedent n i a l a ruse, n i a. l a v i o l e n c e , n i a l a v e u l e r i e " f t ) . Le c h r i s t i a n i s m e l u i a u s s i , considere 1'honnStete comme un fondement de sa morale. Jesus en expliquant l a parabole du semeur d i t : "Ce qui est tombe dans l a bonne t e r r e , ce sont ceux q u i , ayant entendu l a parole avec un cceur honnete et bon, l a r e t i e n n e n t , et portent du f r u i t avec p e r s e v e r a n c e " ^ . De pl u s St. Paul exhorte l e jeune Timothee a. mener une v i e p a i s i b l e "en toute ^ L'Homme R e v o l t e p.309 ^ A c t u e l l e s p.119 2^ L'Etat de Siege p.26 ' ^) ̂  Q. 1 5 ^ A c t u e l l e s I I p.31 piSte" et honnetete" '. Une autre v a l e u r commune a l a pensee de Camus et a l a pensee chretienne, c'est l a j u s t i c e . Pour l ' a u t e u r c'est "un p r i n c i p e superieur" et i l a f f i r m e : " I I n'y a pas d'ordre sans j u s t i c e , et l ' o r d r e i d e a l des peuples 2) r e s i d e dans l e u r bonheur" . A son tour ce bonheur, cet ordre dependant de 1 ' e q u i l i b r e et de l'harmonie entre l a conduite qu'on s u i t et l e s c o n v i c t i o n s qu'on professe. L'idee d ' e q u i l i b r e est i c i c a p i t a l e . Deux ans apres l a guerre i l d i s c u t a i t 1 ' a t t i t u d e des Fr a n c a i s envers l e s Allemands et i l d i s a i t : "La j u s t i c e absolue est impossible, comme sont impossibles l a haine ou l'amour S t e r n e l s " 3 ) . Pour Camus 1'absolu est gSnera- lement i n a c c e p t a b l e , car i l rompt " l e b e i S q u i l i b r e " de 1 ' i d e a l grec qui est l e s i e n . Cette n o t i o n de j u s t i c e est a u s s i une base de l' e t h i q u e chre'tienne. Meme dans 1'Ancien Testament i l y a maintes a l l u s i o n s au besion de rendre j u s t i c e . Esaie p r S d i t que l e Messie soutiendra son trone par l e d r o i t et par l a j u s t i c e . Je*sus p a r l e souvent d'un homme j u s t e , et P i l a t e r e c o n n a i t que l e C h r i s t est un homme ju s t e . La l i b e r t y est prScieuse a Camus et i l en est question dans toutes ses ceuvres. Mais pour l u i l a l i b e r t e absolue n'est pas p l u s p o s s i b l e que l a j u s t i c e ^ I TimothSe 2: 2 ^ A c t u e l l e s p.132 2) A c t u e l l e s p.55 67 absolue. S ' i l n'y a pas de l i m i t e s a cette l i b e r t e * , i l y aura i n j u s t i c e . Encore une f o i s i l s ' a g i t du b e i e*quiirbre q u ' i l a f f e c t i o n n e . Les l i b e r e s sont responsables, car e c r i t l ' a u t e u r : " . . . l a l i b e r t e * n'est pas f a i t e d'abord de p r i v i l e g e s , e l l e est f a i t e surtout de d e v o i r s " 1 ^ . Camus c r o i t que c'est l e devoir de I'homme de t r a v a i l l e r et de r i s q u e r l a v i e pour l a l i b e r t y . Dans l e disco u r s prononce* a Upsal en 1957 i l "Pour c e l a , i l nous fa u t prendre tous l e s risqu e s et l e s travaux de l a l i b e r t y . I I ne s ' a g i t pas de s a v o i r s i , poursuivant l a j u s t i c e , nous a r r i v e r o n s a pr y s e r v e r l a l i b e r t y . I I s ' a g i t de s a v o i r que, sans l a l i b e r t y , nous ne r y a l i s e r o n s r i e n et que nous perdrons, a l a f o i s , l a j u s t i c e f u t u r e et l a beaute ancienne. La l i b e r t e seule r e t i r e l e s hommes d e l ' i s o l e m e n t , l a s e r v i - tude, e l l e , ne plane que sur une f o u l e de s o l i t u d e s . Et l ' a r t , en r a i s o n de cette l i b r e essence que j ' a i essaye'de d y f i n e r , r y u n i t , la. ou l a tyrannie sypare" 2'. Dans l e v r a i c h r i s t i a n i s m e l a l i b e r t y est a u s s i fonda- mentale car l e C h r i s t d i t : "...vous connaitrez l a v e r i t y , et l a v y r i t y vous a f f r a n c h i r a " 3 ^ . Chez l e c h r y t i e n i l y a a u s s i des l i m i t e s car St. P i e r r e d c r i t : "...ytant l i b r e s sans f a i r e de l a l i b e r t e un v o i l e q u i couvre l a m e c h a n c e t e . . . L ' E g l i s e en supprimant c e t t e l i b e r t y chrytienne a souvent manque a sa mi s s i o n , mais malgre*' c e l a l a l i b e r t e est un fondement de l a f o i pure prechee par l e C h r i s t . d i t : 1) 2) A c t u e l l e s I I p.170 Discours de Suede p. 63 St. Jean 8: 32 I P i e r r e 2: 11 68 Camus appreeie a u s s i chez l'homme, l a loyaute et f i d e l i t e , et d'autres v a l e u r s chrStiennes. A une epoque de sa v i e , b i e n q u ' i l n ' a i t "aucun gout pour l a haine", i l ne pouvait pas pardonner l a mort de son ami Leynaud "...pour ne pas t r a h i r . . . c e que j ' a i toujours aime et respecte" dans ce monde, q u i f a i t l a nobless des hommes et qui est l a f i d e l i t e " 1 ) . Quelques annees p l u s t a r d i l reconnait qu'en pardonnant i l s e r a i t p l u s f i d e l e a son ami, et que r i e n ne s e r a i t change a. sa conception de l a loyaute. Cela d i t , i l demontre que l a f i d e l i t e n'est pas une valeur en s o i . Par exemple, l e s s o l d a t s S.S. S t a i e n t f i d e l e s a l e u r s m a i t r e s , mais l e u r f i d e l i t e n ' e t a i t pas admirable. Le p r i n c i p e d ' e q u i l i b r e d o i t operer i c i et i l f a u t que l a f i d e l i t e s o i t unie a l a j u s t i c e et a l a l i b e r t e . En ces temps modernes, l'honneur est unevaleur un peu demodee, mais Camus l a juge necessaire et souhaitable. En 1943, aux jours l e s p l u s n o i r s de l a guerre, i l se rend compte que l a perte de l'honneur entralne des raaux p o l i t i q u e s et i l e c r i t a "son ami allemand": "Vous vous s u f f i s i e z de s e r v i r l a p o l i t i q u e de l a r e a l i t e , et nous, dans nos p i r e s egarements, nous gardions confuse*ment l ' i d e e d'une p o l i t i q u e de l'honneur que nous L'auteur ne s'ecarte jamais de cet i d e a l , nous en avons l a preuve dans 1 'Avant-Propos a A c t u e l l e s I I I , e*crit en A c t u e l l e s p.73 ' L e t t r e s a un Ami Allemand p. 1+1 69 1958. I I y represente l ' A l g e r i e comme sa f a m i l l e q u ' i l v o u d r a i t rendre plus juste et p l u s genereuse en face de 1'immediat p e r i l de mort qui l a menace. I I veut f a i r e c e l a "...sans manquer a l a s o l i d a r i t e qu'on l u i d o i t dans ce danger m o r t e l , pour q u ' e l l e s u r v i v e au moins, et qu'en v i v a n t e l l e retrouve a l o r s l a chance d'etre p l u s j u s t e . A mes yeux, c'est c e l a l'honneur et l a v r a i e j u s t i c e , ou h i e n je reconnais ne p l u s r i e n s a v o i r d ' u t i l e en ce monde"1^. De plus l'honneur peut Stre commun a tous l e s hommes. Stepan, l e t e r r o r i s t e amer d i t a. Ka l i a y e v que "l'honneur est un luxe reserve* a ceux q u i ont des caleches". Mais K a l i a y e v l e c o n t r e d i t en d i s a n t : "Non. I I est l a derniere r i c h e s s e du pauvre. Tu l e s a i s b i e n et t u s a i s a u s s i q u ' i l y a un honneur dans l a r e v o l u t i o n . C'est c e l u i pour l e q u e l nous acceptons de mourir. C'est c e l u i qui t'a dresse un jour sous l e f o u e t , Stepan. et qui te f a i t p a r l e r encore aujourd' h u i . " 2 ) L'honneur est egalement une val e u r du c h r i s t i a n i s m e car St. P a u l e c r i t : "...Dieu qui rendra a chacun selon ses oeuvres; reservant l a v i e e t e r n e l l e a ceux q u i , par l a perseverance a b i e n f a i r e , cherchent l'honneur, l a g l o i r e et 1' i m m o r t a l i t e - ^ " . A c t u e l l e s I I I p.15 Romains 2 : 6 , 7. Les Justes p.78 70 Une derniere v a l e u r a. remarquer chez Camus, c'est l a sympathie, l a compassion. Dans La Peste Tarrou declare q u ' i l a decide" "de me mettre du cote des v i c t i m e s , en toute occasion pour l i m i t e r l e s de g a t s " 1 ) L; Au m i l i e u des v i c t i m e s i l espere a r r i v e r a l a paix. Le doctuer Rieux l u i demande s ' i l a "une ide"e du chemin q u ' i l f a l l a i t prendre pour a r r i v e r a l a p a i x " et Tarrou l u i rSpond: "Oui, l a sympathie" '. I I va sans d i r e que l a compassion est une va l e u r majeure du c h r i s t i a n i s m e . Je*sus r e g a r d a i t l e s multitudes avec compassion et i l ordonna a ses d i s c i p l e s de se montrer p i t o y a b l e s pour tous. Les v a l e u r s du c h r i s t i a n i s m e et c e l l e s de Camus se ressemblent, c e r t e s , mais l e s sources d i f f e r e n t . I I est S t a b l i que l e c h r i s t i a n i s m e t i r e ses val e u r s de l a Sainte B i b l e et surtout des enseignements du C h r i s t . On s a i t que Camus est influence" par ces enseignements, mais i l d i t lui-meine q u ' i l trouve " l e s v a l e u r s ne"cessaires au 3) cceur de notre experience '". I I l e s trouve aussd dans l a r e V o l t e , qui pour l u i est " l e cosur de notre experience", surtout dans ses dernieres ceuvres. Ni l e c h r i s t i a n i s m e n i Camus ne sont jamais i n d i f f e - r e n t s a l a v i e , et pour cette r a i s o n tous deux r e j e t t e n t l a p h i l o s o p h i e n i h i l i s t e . Cette p h i l o s o p h i e de negation n'est pas compatible "...avec une morale de l a l i b e r t e et du c o u r a g e " ^ , d i t Camus. La f o i , ajoutee a. c e t t e 1^ Peste p.209 ^ A c t u e l l e s p.80 2 ) I b i d . p.209 ^ I M d ' P * 1 1 0 7 1 meme morale de l a l i b e r t e * et du courage, empiche l e Chretien de ceder a l a pensee n i h i l i s t e . Camus qui aime l a v i e et h a l t l a mort recon n a i t que: "Le n i h i l i s m e ...se devore lui-mlme et s'etrangle dans ses c o n t r a d i c - t i o n s " 1 ^ . Naturellement pour l u i qui veut toujours v o i r c l a i r , qui de*teste l a m y s t i f i c a t i o n et l a mort, ces c o n t r a d i c t i o n s sont i n a d m i s s i b l e s . De p l u s i l reconnait que c e t t e p h i l o s o p h i e negative a e n t r a i n ! l e s p i r e s maux de ce t t e epoque. I I l u i impute l e marxisme dont i l c r i t i q u e l a t o t a l i t a r i s m e et I ' i n j u s t i c e . D iscutant l a r e v o l u t i o n russe l'auteur e*crit: "Sa trage*die est c e l l e du n i h i l i s m e , e l l e se confond avec l e drame de 1 ' i n t e l l i g e n c e contemporaine qui pre*tendant a l ' u n i v e r s e l , accumule l e s m u t i l a t i o n s de I'homme. La t o t a l i t y n'est pas 1'unite*. L'e*tat de siege mime e*tendu aux l i m i t e s du monde, n'est pas l a r e c o n c i l i a t i o n " 2 ) . D'autre part i l v o i t dans ce n i h i l i s m e l a base de 1'hitle*risme et de l ' E t a t t e r r o r i s t e . Dans L'Homme ReVolte* i l d e clare encore: "La r e v o l u t i o n n i h i l i s t e , qui s'est exprimee historiquement dans l a r e l i g i o n h i t l e r i e n n e , n'a a i n s i suscite* qu'une rage de*mesure*e de ne*ant, qui a f i n i par se retourner contre elle-meme. La negation, c e t t e f o i s au moins et malgre Hegel, n'a pas ete c r e a t r i c e " 3 ) . Camus cherche l e s moyens de depasser c e t t e p h i l o s o p h i e meme au plus n o i r de notre n i h i l i s m e " , et i l l e s trouve "...par f i d e i i t e i n s t i n c t i v e a une lumiere ou. je s u i s 1^ A c t u e l l e s I I p.54 ^ L'Homme Revolte p.2 3 0 , 2 3 1 2 ) L'Homme- Revolte p.296 72 ne"' et ou, depuis des m i l l e n a i r e s , l e s hommes ont app r i s a s a l u e r l a v i e jusque dans l a souffrance"" 1"). I I se peut que Camus i d e a l i s e trop son herita g e mediterraneen, mais c'est l a q u ' i l trouve l e courage et l a f o r c e de r e j e t e r l a negation et de f a i r e de son mieux pour repandre c e t t e lumiere m e d i a t r i c e . "Etre un homme" est un e t a t s i digne a ses yeux q u ' i l de*plore que l e s hommes soient tour a tour ou des bourreaux ou des v i c t i m e s , des maitres ou des esclaves. Pour l u i l e s deux c o n d i t i o n s sont egalement deshonorantes. I I admet que l a suppression de toute v i o l e n c e est utopique, quoique s o u h a i t a b l e , mais i l i n s i s t e qu' " . . . i l f a u t 2) r e f u s e r toute l e g i t i m a t i o n de l a v i o l e n c e " . C'est l a , au moins, un pas dans l e bon chemin. L ' i n d i v i d u peut a i d e r a 1'accomplissement de cette e n t r e p r i s e s ' i l se jure de ne jamais aj o u t e r au mal du monde. En maintes pages de ses ceuvres Camus a f f i r m e c e t t e volonte de ne pas augmenter l e mal. Par exemple dans c e t t e rSponse de 1 ' a r t i s t e au cynique: "La misere du monde? Je n'y ajoute x) pas. Qui parmi vous peut en d i r e autant? ;" Chez l e s Dominicains Camus lui-m§me annonce aux Chretiens q u ' i l s a i t ce q u ' i l f a u t f a i r e pour ne pas aj o u t e r au mal. A i l l e u r s K a l i a y e v declare q u ' i l ne va pas "ajouter a 1 ' i n j u s t i c e v i vante pour une j u s t i c e morte"^"). ^ L'Ete p.136 3 ) I b i d . p.254 2 ) A c t u e l l e s p.184 ^ Les Justes p.77 73 Le devoir de I'homme est de ne pas augmenter l a souffrance du monde, a i n s i i l "ne peut pas §tre du c o t ! des camps de concentration" 1'*. L'auteur va plus l o i n et d i t que pour sa p a r t r i e n " ne puisse me f a i r e accepter 2) l e f a i t c o n c e n t r a t i o n n a i r e " . Tout son amour de l a l i b e r t e " , de l a j u s t i c e , l e dresse contre l e s i n j u s t i c e s de ces camps ou l e s hommes s o u f f r e n t 1'oppression. Pour l u i i l est souhaitable que I'homme ne s o i t n i bourreau n i v i c t i m e , mais s i dans ce monde i m p a r f a i t un choix est ne*cessaire, Camus c r o i t q u ' i l vaut mieux 3") s o u f f r i r c e r t a i n e s i n j u s t i c e s que l e s commettre" '. S i l 'on n'ajoute pas au mal du monde, s i l'on refuse d'etre du c6te* des bourreaux, i l f a u t r e f u s e r Igalement au monde ou. l e meurtre, ou i n d i v i d u e l ou c o l l e c t i f , est legitime". Apres l a guerre Camus a declare" q u ' i l ne s a u r a i t p l u s admettre "aucune ve"rite" qui put me mettre dans 1 ' o b l i g a t i o n d i r e c t e ou i n d i r e c t e de f a i r e condamner un homme a mort..."^. Quelques amis l ' o n t accuse* d'utopie et i l admet qu'en voulant un monde ou l e meurtre ne s o i t pas le*gitime, l e s gens comme l u i sont "dans 5) l ' u t o p i e et l a c o n t r a d i c t i o n en e f f e t " '. D ' a i l l e u r s i l r econnait que quand on essaie de changer l e monde on ris q u e l e meurtre. Mais i l c r o i t qu'on peut a v o i r 1^ Ajfctuelles p.185 ^ A c t u e l l e s p.146 2 ) I b i d , p.185 ^ I b i d . p.149 ^ A c t u e l l e s I I I p.15 74 1'espoir de sauver l e s corps "pourque l ' a v e n i r demeure possible'*" 1'), et "que l e f a i t de r e f u s e r l a l e g i t i m a t i o n du meurtre n'est pas p l u s utopique que l e s a t t i t u d e s r S a l i s t e s d'aujourd'hui" '. Tout son e s s a i sur La Peine C a p i t a l e deVeloppe c e t t e idee. Camus ne veut jamais se trouve r du cote des bourreaux; au c o n t r a i r e i l veut se ranger avec l e s opprimes contre l e s tyrans. A Stockholm en 1957, p a r l a n t du r S l e de 1'eerivain, i l d i t q u ' " i l est au s e r v i c e de ceux" qui subissent l ' h i s t o i r e , et que"...le s i l e n c e d'un p r i s o n n i e r inconnu, abandonne* aux h u m i l i a t i o n s a 1'autre bout du monde..."3) s u f f i t a f a i r e p a r l e r un e c r i v a i n . Le mal de l'epoque a son a v i s , " I I s'appelle l ' E t a t , p o l i c i e r ou burreaucratique"^). C'est pour combattre ce mal q u ' i l e c r i v i t L'Etat de Siege ou i l prend " l e p a r t i de l ' i n d i v i d u " contre l a tyrannie d'un Stat t o t a l i t a i r e . nSanmoins Camus ne veut §tre l'ennemi mortel de personne, a i n s i q u ' i l l e d i t dans l a preface aux L e t t r e s a un Ami Allemand. I I ne h a i t que l a mort et l e mal et ne dSteste que l e s bourreaux. Ces ide*es suivent de pfes l a do c t r i n e du C h r i s t qui ordonne a ses d i s c i p l e s de ne pas juger, de ne pas rendre l e mal pour l e mal, mais d ' o f f r i r 1'autre joue et de rechercher l e b i e n meme au po i n t d'aimer 1'ennemi. "L) A c t u e l l e s p. 149 3 ) Discours de Suede p. 14 2 ) I b i d . p.149 ^) A c t u e l l e s p.243 75 Camus r e j e t t e une ph i l o s o p h i e de l a negation, mais c e l a ne l u i s u f f i t pas. Au-dela de ce t t e negation i l ment que pour l e monde, 1 ' a l t e r n a t i v e est d'apprendre a v i v r e ou a mourir. Comme toujours i l se met du c o t ! de l a v i e . Dans l e s dernieres pages de 1'Homme ReVolte* i l exprime sa f o i en une renaissance p o s s i b l e : "Au bout de ces te*nebres, une lumiere pourtant est i n e v i t a b l e que nous devinons de*ja et dont nous avons seulement a l u t t e r pourqu'elle soit.. Par dela l e n i h i l i s m e , nous tous, parmi l e s I I a b i e n change* d'avis depuis ce jour de sa jeunesse ou i l a e c r i t que de tous l e s maux de l a b o i t e de Pandore, 2) l e p i r e f u t l ' e s p o i r qui en est s o r t i l e de r n i e r . On peut c r o i r e que cette e v o l u t i o n a commence* pendant l e s jours d i f f i c i l e s de l a Resistance. Dans Le Mythe de Sisyphe l ' e s p o i r est a maintes r e p r i s e s q u a l i f i e * de t r i c h e r i e , surtout l ' e s p o i r d'un au-dela. Mais a l a l i b e r a t i o n de P a r i s "Ce sont des mots d'espoir, d'un t e r r i b l e e s p o i r , d'hommes i s o l e s avec l e u r d e s t i n , q u ' i l 3) f a u t prononcer" . T r o i s ans p l u s t a r d en d i s c u t a n t l a question de l ' u t o p i e , i l e*crit qu'une utopie r e l a t i v e "est l a seule p o s s i b l e qui l a i s s e une chance a l a f o i s a 1'action et aux hommes"^. A cette meme e*poque i l 1^ L'Homme R e v o l t ! p.376 ^ A c t u e l l e s p.21 cherche une lumiere, une renaissance. I I v o i t c l a i r e - 2) Noces p.63 4) I b i d . p. 159 76 f a i t c r i e r Diego: "Le desespoir est un b a i l l o n . E t c'est l e tonnerre de 1'espoir, l a f u l g u r a t i o n du bonheur qui de*chirent l e s i l e n c e de c e t t e v i l l e assiSgee". Le chcBuro l u i repond q u ' i l s j e t t e r o n t l e u r s b a i l l o n s , que l e vent f r a i s r e v i e n t de l a mer et que "L'espoir nous souleve comme une yague" 1). La beaute* met de 1'espoir dans l'ame de Camus. Les amandiers dans l a v a l l e e de Consuls, "qui chaque annee par une n u i t f r o i d e de f e v r i e r se couvraient de f l e u r s 2) blanches" , l u i sont un symbole d'espoir et de renaissance. Le souvenir de c e t t e beaute* maintient son espoir dans l e s jours l e s p l u s sombres de l a guerre. Retourne a Tipasa en 1952, i l e r r a i t sous 1'averse dans " c e t t e immense me*lancolie qui s e n t a i t l a p l u i e et l a mer" ; , et i l s ' o b s t i n a i t a esperer. Parmi l e s r u i n e s i l se rend compte que comme dans l e drame antique, i l est place* devant son d e s t i n , et i l s ' e e r i e : "Au m i l i e u de 1'hiver, j'apprenais e n f i n q u ' i l y a v a i t en moi un e*te" i n v i n c i b l e " ^ . Maintenant soutenu par l a pensee de l a lumiere du pays n a t a l , i l se sent pre*t a preparer l a renaissance parmi l e s r u i n e s de l a c i v i l i s a t i o n . Camus v o i t en c e t t e renaissance l a seule- issue pour notre s i e c l e et l a tache c r e a t r i c e de l'homme revolte*. 1) L'Etat de Siege p.187 3) L e t t r e s a un Ami Allemand p.81 L'Ete p.151 L'Ete* p. 158 2) L'Ete* p. 73 77 I I e c r i t : "Nous n'avons done pas d'autre issue que d'etudier" l a c o n t r a d i c t i o n ou s'est de"pattuer l a pensee r e v o l t e e , entre l e n i h i l i s m e et 1 ' a s p i r a t i o n a un ordre v i v a n t , et de l a depasser dans ce q u ' e l l e a de p o s i t i f " 1 ) . Dans 1'avant-propos de ce meme volume i l souligne c e t t e pense*e quand i l e*crit que l a renaissance "est l a seule tache qui v a i l l e qu'on entreprenne et qu'on persevere" '. Pour l u i c e t t e renaissance depend "de l'aurore de l a pensee mediterrane*enne," q u ' i l i n t e r p r e t e comme un heri t a g e grec ou l e s ide*aux d ' d q u i l i b r e , de mesure, de l i m i t e s , sont c a p i t a l e s . I I n'a aucun de"sir d ' e x a l t e r une c i v i l i s a t i o n p l u t o t qu'une autre; i l r econnait que d'autres c i v i l i s a t i o n s peuvent apporter l e u r c o n t r i b u - t i o n , par exemple l e s Russes une f o r c e de s a c r i f i c e , et l e s Amdricains une puissance de c o n s t r u c t i o n . Mais i l repete que c'est aux bords de l a mediterrane'e qu'on trouve l a jeunesse du monde; "...nous autres me'diterrane'ens vivons toujours de l a meme lumiere. Au coeur de l a mort euro- pe*enne, l a pensee s o l a i r e , l a c i v i l i s a t i o n au double v i s a g e , attend son aurore. Mais e l l e . . e*claire d!ja l e s chemins de l a v r a i e m a i t r i s e " 3 ) . Pour Camus l a demesure du s i e c l e est l a premiere chose qui d o i t i t r e m a i t r i s e e . Dans l e s d e r n i e r e s pages du dis c o u r s prononee* a Upsal i l declare que c e t t e renaissance 1) A c t u e l l e s I I p.80 3) L'Homme ReVolte* p.371" L ' E t T p . 1 1 0 , 111, 158, 167, 168 - 170. 2) I b i d . p. 10 78 est "entre nos mains a tous", et depend "de notre courage et notre volonte de c l a i r v o y a n c e " . I I termine c e t t e conference en d i s a n t : "Peut-etre a l o r s , s i nous p r e t i o n s l ' o r e i l l e , entendrions-nous, au m i l i e u du vacarme des empires et des n a t i o n s , comme un f a i b l e "bruit d ' a i l e s , l e doux remue-menage de l a v i e et de l ' e s p o i r " ! ) . Pour l u i cet e s p o i r n'est pas porte par un homme, n i par un peuple, mais p a r , "des m i l l i o n s de s o l i d a i r e s " qui f o n t " r e s p l e n d i r fugitivernent l a v e r i t e toujours menacee que chacun sur ses souffrances et sur ses j o i e s , e i e v e 2) pour tous" '. Le c h r i s t i a n i s m e a u s s i attend l a renaissance et y t r a v a i l l e . On ne peut n i e r que c e r t a i n s ne r e s t e n t dans 1 ' i n a c t i o n en attendant l a p a r o u s i e , mais d'autres t r a v a i l l e n t sur c e t t e t e r r e a re * a l i s e r l a p r i e r e du C h r i s t "Que t a volonte s o i t f a i t e sur l a t e r r e comme au c i e l " . Ce n'est pas la. une r e s i g n a t i o n en attendant un au-dela. La d i f f e r e n c e entre l ' e s p o i r de Camus et l ' e s - p o i r Chretien est que l e c h r i s t i a n i s m e l u t t e pour une renaissance avec l ' a i d e de Dieu. I I compte sur l e secours de l ' E t e r n e l t a n d i s que chez Camus tout est a l a mesure de I'homme. De tous l e s exemples c i t e s c i - d e s s u s , i l est evident que dans l e s ceuvres de Camus, surtout a p a r t i r de 1943, i l y a beaucoup de ressemblances avec l e c h r i s t i a n i s m e . Discours de Suede p. 70 2) I b i d . p.70 79 Les v a l e u r s de Camus, l'honnetete, l a j u s t i c e , l a l i b e r t e et l a compossion, sont p a r e i l l e s a c e l l e s du c h r i s t i a n i s m e , mais e l l e s n'ont pas l a meme source. Camus l e s puisent dans 1'experience, l e Chretien dans l a B i b l e . Et Camus et l e c h r i s t i a n i s m e r e j e t t e n t l e n i h i l i s m e et cherehent une renaissance au-dela de ce t t e p h i l o s o p h i e de l a negation. I I est a noter a. cet egard que l a pensee de Camus a change de 19k2 a 1947. E n f i n on peut penser q u ' i l y a une s i m i l i t u d e entre l a pensSe chre'tienne et l e s dernieres phrases de L'Homme ReVolte: "A c e t t e heure ou chacun d'entre nous d o i t tendre l ' a r e pour r e f a i r e ses preuves, conquerir, dans et contre l ' h i s t o i r e , ce q u ' i l possede de j a , l a maigre moisson de ses champs, l e br e f amour de ce t t e t e r r e , a 1'heure ou. n a i t e n f i n un homme, i l f a u t l a i s s e r l'epoque et ses f u r e u r s adolescentes. L'are se t o r d , l e b o i s c r i e . Au sommet de l a p l u s haute t e n s i o n va j a i l l i r 1'e*lan-d'une d r o i t e f l e c h e , du t r a i t l e p l u s dur et l e p l u s l i b r e " l ) . ^ L'Homme Revolte p.378 80 CHAPITRE IV Les Images et l e s A l l u s i o n s Chretiennes Une ignorance t o t a l e de l a doc t r i n e chre'tienne est une accusation porte"e contre A l b e r t Camus, qui est a u s s i accuse de garder contre e l l e un ressentiment i s s u de l a c r i t i q u e q u ' i l a f a i t des i n j u s t i c e s et des cruautes de l a r e l i g i o n . " ^ I I est v r a i que Camus admet ne pas a v o i r d'experience de l a f o i , ce qui p o u r r a i t l i m i t e r sa connaissance du c h r i s t i a n i s m e , mais i l declare q u ' i l a f a i t des e f f o r t s "pour e"tudier ses d o c t r i n e s et son 2) h i s t o i r e " . Cependant l a m e i l l e u r e r e f u t a t i o n de c e t t e accusation de Moeller ne v i e n t pas de l a bouche de l ' a u - t e u r mais de ses ceuvres. En c e l l e s - c i i l est impossible de ne pas etr e frappe par l e s images chretiennes et l e s a l l u s i o n s t i r e e s de l a B i b l e , et meme de l a l i t u r g i e de l ' E g l i s e . D ' a i l l e u r s on s a i t que l o r s q u ' i l e*tait etudiant a l ' U n i v e r s i t e d'Alger, Camus f i t une etude b r i l l a n t e sur St. A u gustin, une tache impossible sans quelque comprehension de l a do c t r i n e et de l a p h i l o s o p h i e chretiennes. Les ressemblances entre l a pensee de Camus et l e c h r i s t i a n i s m e se trouvent pour l a p l u p a r t dans ses de r n i e r e s oeuvres, mais 1'emploi de 1 ' a l l u s i o n et de 1'image chretiennes Charles M o e l l e r , A l b e r t Camus ou 1'Honnitete Desespe-fee L i t t e r a t u r e du XX S i e c l e et C h r i s t i a n i s m e , I S i l e n c e de Dieu, p.45 ' A c t u e l l e s I I p.66 80. est apparent des l e s premiers e s s a i s . Dans l e Minotaure qui date de 1939, i l d e c r i t un match de boxe a Oran. A l a f i n du combat l a f o u l e " d i s p a r a i t furtivement" et silencieusement dans l a n u i t , epuisee par " l e s r i t e s d i f f i c i l e s " auxquelles e l l e v i e n t d ' a s s i s t e r . L'auteur p o u r s u i t : x " d a n s c e t t e r e l i g i o n " l a force et l a v i o l e n c e sont l e s dieux qui " d i s t r i b u e n t l e u r s m i r a c l e s " et ces gens celebrent " l e u r s communions autour des r i n g s " 1 ) . C'est l a une a l l u s i o n c l a i r e aux r i t e s de l a messe. Camus se s e r t de cette m6me image dans C a l i g u l a , c e t t e f o i s d'une maniere plus s a t i r i q u e . H e l i c o n exhorte l e s p a t r i c i e n s a rendre hommage a C a l i g u l a , un dieu qui a forme humaine. I I l e u r ordonne de s'approcher c a r , d i t - i l : " l e m i r a c l e sacre" s'opere devant vos yeux". Caesonia a j o u t e : "Le mystere c e l e s t e est mis aujourd'hui 2) a. l a portee de toutes l e s bourses" '. La cSremonie continue sous forme d'une l i t a n i e d i t e par Caesonia et repe'te'e par l e s p a t r i c i e n s . "Et accorde-nous l a f o r c e . . . " E n f i n tout se termine et C a l i g u l a , homme-dieu et p r e t r e , prononce l e mot " A l l e z " '. P a r e i l l e scene se retrouve dans L'Etat de Siege, mais sur un ton un peu moins iro n i q u e . Le juge Casado exhorte l e s citpyens a se mettre a genoux, reproche a Nada son incroyance, et termine par une p r i e r e implorant pour l u i l e pardon. Cette f o i s « L - g t i v.kk, 3 ) l M d - p-170 2 ) C a l i g u l a p.167 82 Camus ne t r a d u i t pas l e s mots de l a messe, mais a l a f i n de l a p r i e r e du juge met dans l a bouche de Nada l e s mots "Tte missa e s t " 1 ) . De meme pour Clamence, l e "bar de Mexico C i t y est son S g l i s e ou i l preche, ou i l i n v i t e " l e bon peuple a se soumettre et a b r i g u e r 2) humblement l e s c o n f o r t s de l a s e r v i t u d e " '. I I ajoute q u ' i l est bon de v i v r e d'une facon qui ressemble a l a s o c i e t e ; l e menace, l e de"shonneur, l a p o l i c e e'tant " l e s sacrements" de c e t t e ressemblance. On p o u r r a i t c i t e r d'autres exemples, mais ceux-la s u f f i s e n t a. demontrer que Camus connait b i e n , et emploie librement l e s images associSes a l ' E g l i s e . De temps en temps i l se s e r t de termes theologiques: p a r a d i s , p u r g a t o i r e , enfer: souvent ironiquement. Dans L'Etat de Siege i l d e c r i t l ' E t a t t o t a l i t a i r e comme: "...un paradis p u r i t a i n p r i v e de p r a i r i e s et de p a i n , ou c i r c u l e n t l e s anges p o l i c i e r s aux a i l e s majuscules parmi l e s bienheureux r a s s a s i e s de papier et de nourissantes x) formules, prosternes devant Dieu..." ' Cette d e s c r i p t i o n du paradis est certainement une parodie de ces mots de 1'Apocalypse: "Et tous l e s anges se tenaient autour du trone et des v i e i l l a r d s et des quatre e t r e s v i v a n t s ; et i l s se prosternerent sur l e u r s faces devant l e trone et i l s adorerent Dieu... "4.). -1) L'Etat de Siege p. 25 3^ L'Etat de Siege p.130 2 ) La Chute p.158 ^ Apocalypse 7: 11 83 Camus p a r l e a u s s i de l a prophetie de Marx qui annonce "un eVenement a. tres long terme," c'est-a-dire l e pa r a d i s marxiste. I I y a des d e l a i s mais l a f i n j u s t i f i e a. tout. En attendant, "Nous sommes dans l e p u r g a t o i r e et on nous promet q u ' i l n'y aura pas d'enfer" 1^. Pour Jean-Baptiste Clamence Amsterdam est "un enfer mou" ou. "l'espace est i n c o l o r e , l a v i e morte" . Camus aimant tant l a v i e ne peut imaginer 1'enfer que mort, c'est "1'effacement u n i - v e r s e l , l e n!ant s e n s i b l e aux yeux", dont i l p a r l e dans 3) ce passage-^. La c o n f e s s i o n est un sacrement auquel Camus f a i t a l l u s i o n de di v e r s e s facons. I I se s e r t des termes "bonne conscience" et "mauvaise conscience" et juste apres l a l i b e r a t i o n de P a r i s i l declare que l e temps est venu pour l e s journaux de f a i r e "un examen de c o n s c i e n c e " ^ , et c e l a sans d e l a i . A c e t t e meme e*poque i l exprime son d e s i r "de c o l l a b o r e r a l'ceuvre commune par l ' e x e r c i c e pe"riodique de quelques r e g i e s de conscience" . P a r l a n t de l ' a p p e l "qui monte d'une humanite desesperee", i l d e c l a r e : " I I f a u t done se s e n t i r coupable, a toute f o r c e . Nous v o i l a . t r a i l s au c o n f e s s i o n a l l a i q u e , l e p i r e de tous" . Au Commencement de l a peste a Cadix, l e cure f a i t appel aux cito y e n s pour q u ' i l s se confessent en p u b l i c , 1) 2) L'Homme Revolte p.275 La Chute p.86 5) A c t u e l l e s p.33 I b i d . p.40 3) I b i d . p. 86 6) I b i d . p. 254 84 l e s uns aux autres: lui-meme l e u r avoue: "Je m'accuse pour ma p a r t , d' a v o i r souvent manque de char i t ! " 1 \ Et t o u t de s u i t e des acteurs en scene miment l ' a c t e de c o n f e s s i o n , pendant que d'autres reprennent l e dialogue. Tout l e re*cit de L a Chute est l a confession de Clamence qui avoue que sa p r o f e s s i o n u t i l e c o n s i s t e , "a p r a t i q u e r 2) l a c o n f e s s i o n publique a u s s i souvent que p o s s i b l e " '. P u i s i l se s e r t de l a formule "Je m'accuse...". L'image de l a confession entraine naturellement c e l l e s du pardon et de 1 ' a b s o l u t i o n qui ne manquent pas dans 1'oeuvre de Camus. Re*pondant a d ' A s t i e r de l a V i g e r i e sur l a question de l a l e g i t i m a t i o n de l a v i o l e n c e , Camus d i t q u ' i l "connait trop b i e n s a c o m p l i c i t y avec son dpoque e n t i e r e pour se c r o i r e lave de tout reproehe""^. P l u s l o i n dans l e m§me a r t i c l e i l e c r i t : "Et a d e f a u t de l'eau de l a mer, quelque chose pourra toujours vous l a v e r , un aveu sincere de 1'ignorance"^. A cet e g a r d 1 ' a l l u s i o n l a plus frappante se trouve dans La Chute. Camus f a i t d i r e a Clamence q u ' i l f a u t un coeur pur pour connaitre l a Grece"; "Avaht de nous presenter dans l e s i l e s grecques, i l f a u d r a i t nous l a v e r longuement. L ' a i r y est chaste, l a mer et l a jouissance c l a i r e s . Et nous... " Get "et nous" inacheve suggere certainement que I'homme impur a grand besion d'etre lave. C'est un echo du c r i L'Etat de Siege p.56 ^) A c t u e l l e s p.194 2^ La Chute p . l 6 l ^ I b i d . p.198 85 ancien, "Lave-moi completement de mon in i q u i t e " et p u r i f i e - moi de mon pSche" 1). L ' i d e a l de l a v i e ace*tique n'est pas e x c l u s i f au c h r i s t i a n i s m e , mais a t r a v e r s l e s s i e c l e s i l a e*te* associe* a l a f o i chre"tienne. Camus en p a r l e dans des ceuvres t r e s e*loigne"es l e s unes des autres et par l e s u j e t et dans l e temps, t e l l e s que Le Mythe de Sisyphe, L'Homme Rjvolt£, et Le Discours de Suede. Dans l e premier l i v r e i l est question de l a c r e a t i o n absurde qui "demande un e f f o r t 2^ q u o t i d i e n , l a m a i t r i s e de s o i . . . E l l e c o n s t i t u e une ascese" P a r l a n t a Upsal du r 6 l e de 1 ' a r t i s t e et de sa l i b e r t e " , Camus e"crit: "Liberte" d i f f i c i l e et qui ressemble a une 3") d i s c i p l i n e ascetique" . P l u s l o i n i l declare que 1 ' a r t i s t e cre"e son ordre lui-meme" et "Plus sa r e g i e sera s t r i c t e et p l u s i l aura affirme" sa l i b e r t e " " ^ . S i ' l a c r e a t i o n demande une ascese, l a r e v o l t e l ' e x i g e Sgalement car i l mentionne 5) "L'etrange ascese de l a r e v o l t e " . Emmanuel Mounier, S c r i v a n t a propos du Mythe de Sisyphe, suggere que 1'ascese chez Camus, c e t t e "route a r i d e et dessechSe de 1 ' e f f o r t l u c i d e " , est l e c o n t r a i r e de 1'ascese chretienne Peut- §tre en e s t - i l a i n s i , mais i l convient de remarquer que l'au t e u r se s e r t p l u s d'une f o i s de c e t t e image qui a une s i g n i f i c a t i o n chre"tienne. 1 ) Psaulme 51:4 ^ Discours de Suede p.61 2 ) Le Mythe de Sisyphe p.156 ^) LiHomme r e v o l t e p.20 ^ Discours de Suede p . 6 l ^ A l b e r t Camus ou l ' a p p e l aux h u m i l i e s E. • Mounier i T E s p r i t , Janvier 1950. 86 Camus c r i t i q u e 1'idee de l a p a r o u s i e , du messianisme, chez l e s Chretiens. Neanmoins i l emploie ces mots dans ses M e r i t s , surtout en ce qui concerne l e marxisme. I I trouve que tout messianisme a son rogine dans l e c h r i s t i a n i s m e , mais i l applique l a terme au communisme quand i l p a r l e du "messianisme s c i e n t i f i q u e de Marx""^. Cette image de l ' e s p o i r d'une parousie devient meme p l u s exacte quand Camus e*crit: "Le mouvement r e V o l u t i o n n a i r e . . . a ve*cu. ..dans 1'attente de l a f i n du monde et de l a parousie du C h r i s t 2) p r o l e ' t a r i e n " . Que Camus connaisse b i e n l a B i b l e , c e l a r e s s o r t avec eVidence des c i t a t i o n s exactes et des paraphrases q u ' i l en t i r e . Dans Le Mythe de Sisyphe i l mentionne " . . . c e t t e dcharde dans l a c h a i r " ' qui genait t a n t St. Paul. I I accuse l e communiste Gourtade d ' i n s u l t e r l e s interne's de Rus s i e , l u i qui ignore " q u ' i l n'est pas digne de l a c e r l e u r s s o u l i e r s " ^ . I I p a r l e ensuite "du combat dur avec l'ange de l a peste" , c e l u i qui dans L'Apocalypse est lache* sur l a t e r r e , comme un f l e a u . Camus a l t e r e p a r f o i s l a c i t a t i o n b i b l i q u e pour l u i donner un sens i r o n i q u e . P a r l a n t de Kafka i l e c r i t : "...donner a Dieu ce qui n'est pas a D i e u " ^ . Egalement dans l a bouehe du Rene"gat i l ddforme l e s mots du C h r i s t sur l a c r o i x : "... 0 f e t i c h e , L'Homme ReVolte* p. 239 ; A c t u e l l e s p. 205. St. Jean 1:27 2 ) I b i d . p.260 5) ^ p e s t e p.233- - 3) Le Mythe de Sisyphe p.151 Apocalypse c h a p i t r e 8. I I C o r i n t h i e n s . l 2 : 7 6) ^ M y t h e ^ g l s y p h e p . i 8 7 St. Mathieu 22:21. 87 pourquoi m'as-tu abandonne'?"'"^. Outre l e s c i t a t i o n s et l e s paraphrases de l a B i b l e , l e s ceuvres de Camus abondent en comparaisons et en a l l u s i o n s aux eVenements et aux personnages b i b l i q u e s et chre"tiens. Par exemple i l suggere que Ponce P i l a t e est l a seule personne croyant a l a no n - i n t e r v e n t i o n en p o l i t i q u e 2) etrangere. ' Dans l e s jours qui suivent l a guerre, i l p a r l e du probleme de 1'Allemagne, f a i t appel a l a r a i s o n , a l a j u s t i c e des Franga i s , et d e c l a r e : "Nous ne sommes p l u s dans l'Apocalypse", et p l u s l o i n , "Nous reviendrons x) a l'Apocalypse" . Sa these f a v o r i t e suivant l a q u e l l e 1'Europe est dans l e s tdnebres et que l a lumiere m e d i t e r r a - ne"enne l a guidera vers l ' a u r o r e , mene Camus a comparer l a c o n d i t i o n a c t u e l l e des Europeans a c e l l e des I s r a e l i t e s en Egypte: "Priv<3*s de nos mediations, e x i l e s de l a beaute n a t u r e l l e , nous sommes a nouveau dans l e monde de l ' A n c i e n Testament, coince*s entre dps Pharaons c r u e l s et un c i e l implacable"^ -). Dans Le Malentendu l a ressemblance entre Jan et Martha d'une p a r t , et 1 'enfant prodigue et l e f i l s aine de l a parabole d'autre p a r t , est apparente, comme l ' a remarque Thomas Hanna Comme ce f i l s a i n e , Martha refuse d'etre r e c o n c i l i e e avec Jan, e l l e refuse de communiquer avec l u i , et pour el l e cet echec est l a cause de l a t r a g l d i e f i n a l e . L ' E x i l et l e Royaume p.71 ^ L'Homme ReVolte Thomas Hanna: Tl and A r t of A l b e r t Camus 2) 5) ' A c t u e l l e s p.141 omas he thought 3^ I b i d . p.141 p . 5 2 . 88 I c i , c e r t e s , l ' a u t e u r veut demontrer que s ' i l n'y a pas dia l o g u e , s ' i l n;'.y a pas communication entre l e s hommes, l e desastre l e s accablera. .Que l e Jean-Baptiste Clamence de La Chute ressemble au Jean-Baptiste du Nouveau Testament, est hors de doute. Son nom meme, comme l e d i t C. V i a g g i a n i , est un jeu de mots sur l e l a t i n "vox clamans"^. Camus lui-m§me souligne c e t t e analogies quand i l f a i t d i r e a Clamence q u ' i l est un prophete r e f u g i e dans un desert de p i e r r e s " ' . A l a co n c l u s i o n de ce l i v r e , Clamence s'exclame: " . . . J ' a u r a i s acheve, n i vu n i connu ma c a r r i e r e de faux prophete qui c r i e dans l e de*sert et refuse d'en s o r t i r " 3 ) . Camus complete l a comparaison quand Clamence d i t que "tout sera consomme"" s i on l e de"capite, comme on a de*capite l e v r a i prophete Jean-Baptiste. L'ceuvre de l'auteur est p l e i n e de references et d ' a i l l u s i o n s a Je*sus-Christ lui-m§me. D'ahord i l y a ses personnages que dans l e u r v i e i m i t e n t l e C h r i s t , sans probablement en Btre conscients. Par exemple,, Dora, p a r l a n t de ses camarades re*volutionnaires, d e c l a r e : "Nous avons p r i s sur nous l e malheur du monde"^. Pour c e t t e cause i l s sont pre*ts a. se s a c r i f i e r , comme l ' a f a i t Je*sus pour l e s pe"che"s du monde. A i l l e u r s Camus emploie des mots Stroitement as socle's avec l e C h r i s t . Dans une i n t e r - view, quand on suggere que l a f S t e de Noel p o u r r a i t p r e t e r 1) 3) ' C. V i g g i a n i : Camus and the ' I b i d . p.167 F a l l from Innocence. Yale , x French Studies no.25, p.66 ^' Les Justes p.167 2 ) La Chute p.135 89 a. r e f l e x i o n sur l'idee de t r e v e , i l repond: "Pourquoi attendre Noel? La mort et l a r e s u r r e c - t i o n sont de tous les jours. De tous l e s jours 1 ' i n j u s t i c e et l a v r a i e r e * v o l t e " l ) . C'est assure*ment a l a t e n t a t i o n du C h r i s t que Camus pense quand i l d € c r i t l e s alentours d'Oran comme " . . . l e s t e r r e s de 1'innocence", c a r , d i t - i l , "... 1'innocence a besoin du sable et des p i e r r e s " . Et p l u s l o i n , dans ce passage, i l ! c r i t : " . . . q u e l l e t e n t a t i o n de passer a l'ennemi. 2) Quelle t e n t a t i o n de s * i d e n t i f i e r a. ces p i e r r e s . . . " D ' a i l l e u r s i l trouve que dans ces d e s e r t s , l a pensee peut se renouveler et l e cosur a g i t e se calmer. P l u s l o i n i l f a i t une autre reference a l a v i e du C h r i s t : "Sur c e t t e montagne des O l i v i e r s , l a v e i l l e est i n u t i l e ; l ' e s p r i t r e j o i n t et approuve l e s I l s ont tout de mSme l e u r r e v e i a t i o n " 3 ) . Camus est conscient egalement des a t t r i b u t s que possedait l e C h r i s t , et i l l e s mentionne a p l u s i e u r s r e p r i s e s . Tout jeune encore, l a t o i l e de P i e r o d e l l a Prancesca, "Le C h r i s t r e s s u s c i t a n t " , a t t i r a son admiration. En p a r t i . c u l i e r i l f u t frappe du regard du C h r i s t , regard ou i l n;';y a pas de bonheur, mais que Camus prend "pour une r e s o l u t i o n a v i v r e " ^ . Le Renegat avant sa conversion au f e t i c h e , reve de montrer aux sauvages son Seigneur q u i "ne frappe jamais n i ne tue, i l commande d'une v o i x douce, i l tend 1'autre joue, c'est l e p l u s grand des seigneurs..." Dans La Chute, Clamence repete ces mots du C h r i s t : A c t u e l l e s I I p . 3 5 ^ Noces p . 9 0 apStres endormis. t o r t ? 2) L'Ete p . 6 0 I b i d . p. 6 1 5 ) L ' E x i l et l e Royaume p.47 3 ) 90 "Malheur a vous quand tous l e s hommes d i r o n t du h i e n de vous", et puis i l ajoute "Ah, c e l u i - l a p a r l a i t d ' o r " 1 ) . Quelques pages plus l o i n Clamence remarque que Je*sus " p a r l a i t doucement a l a pecheresse", q u ' i l n 'avait n u l d e s i r d'etre juche sur un t r i b u n a l , n u l l e ambition de se f a i r e juge. " I I v o u l a i t qu'on l'aime, r i e n de p l u s " . Dans ce passage Camus a t t r i b u e au C h r i s t un sens de 1'hu- mour. C e l u i - c i d i t a P i e r r e , s"ce f r o u s s a r d , done qui l e r e n i e : " . . . s u r c e t t e p i e r r e je b a t i r a i mon S g l i s e " Sans trop d'exaggeration on peut c r o i r e que ce sont l a l e s qualite*s que Camus lui-meme apprebie dans l e C h r i s t , qualite*s qui sont a. l ' o r i g i n e des v a l e u r s chrStiennes discutSes dans l e c h a p i t r e prScSdent. L'agonie et l e s souffranees du C h r i s t preoecupent 1 ' e s p r i t de Camus, et i l se s e r t de maintes images qui y sont associe*es. I I v o i t Sisyphe "revenant vers son r o c h e r " ^ , t r i s t e parce que " l ' a p p e l du bonheur se f a i t trop pressant. "...L'immense dStresse est trop lourde a p o r t e r . Ce sont nos n u i t s de G-ethsemani" 3). FrappS par l a peste, Diego r a p p e l l e certes l e c r i du C h r i s t sur l a montagne des O l i v i e r s quand i l d i t en l'agonie de son e s p r i t : "Pourquoi ce mal e s t - i l venu? J ' a u r a i bu ces larmes et l a bouche brulee par l e u r amertume, j ' a u r a i s mis sur ton visage autant de b a i s e r s qu'un o l i v i e r a des f e u i l l e s " 6 ) . Chute p. 104 ^ Le Mythe de Sisyphe p.l66 2 ) I b i d . p.133 ^ L'Etat de Siege p . l 6 l 3^ I b i d , pp.133, 134. ^ I o l d . p.161 91 Dans une d i s c u s s i o n du s u i c i d e absurde, Camus c i t e l e K i r i l o v de Dostoievsky, q u i , l u i , d i t que Jesus est mort pour un mensonge; p u i s Camus ajo u t e : "En ce sens seulement, Je*sus incarne b i e n tout l e drame humain. I I est I'homme p a r f a i t , etant c e l u i qui a rea l i s e * l a c o n d i t i o n l a pl u s absurde...Et comme l u i chacun de nous peut-etre c r u c i f i e " et dupe"l). P u i s Camus indique l a ressemblance entre l e Russe et l e C h r i s t , d eclarant que K i r i l o v se tua "pour 1'amour de 2.) 1'humanite", q u ' i l se s a c r i f i a , q u ' i l f u t " c r u c i f i e " - . Dans des circonstances tout a f a i t d i f f e r e n t e s , l e p e t i t Othon, c e t t e v i c t i m e de l a peste qui est sur l e p o i n t de mourir,".. . p r i t dans l e l i t devaste une pose de c r u c i f i e * 3) grotesque" Dans Les J u s t e s , K a l i a y e v ayant p r i s sur l u i l e malheur du monde, e*tant p r e t a se s a c r i f i e r , " . . . t r a l n e l a bombe comme une c r o i x " ^ . Camus suggere d ' a i l l e u r s qu'une cause majeure de 1'agonie de Jesus sur l a c r o i x 6*tait son de*sespoir. I I y s o u f f r a i t d'une s o l i t u d e insupportable se sentant completement abandonne, quand i l c r i a : "Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne*?" L'auteur suggere de plus que l e C h r i s t s o u f f r a i t d'une sens, de c u l p a b i l i t e * qui augmentait sa douleur . Bi e n q u ' i l n ' a i t pas voulu l e massacre des Innocents, i l se f i t a cause de l u i ; a un homme d  sa nature done ce poids Q 1) Le Mythe de Sisyphe p. 146 4) Les Justes p . l 6 5 2) 5) L'Homme ReVolte* p. 50-53 La Chute pp . 1 3 1 , 132. 3) La Peste p.176 92 e t a i t l o u r d a p o r t e r 1 ^ . Camus ne se eontente pas de f a i r e l e s a l l u s i o n s et l e s references discutees p l u s haut, i l va plus l o i n et crSe des personnages a I'image du C h r i s t , au moins dans une cert a i n e mesure. P l u s i e u r s comment a te.urs ont 2) remarque* ' en quoi l a personnalite* de Meursault dans L'Etranger ressemble a c e l l e du C h r i s t e t . i l s u f f i t i c i de ne mentionner que quelques aspects de c e t t e ressemblance. D'abord Meursault avant son proces est innocent enr-ce sens q u ' i l n'a n u l l e conception du pe"che*, une innocence q u ' i l perd a l a f i n du conte. P u i s , comme JSsus, i l est muet devant ses accusateurs; i l n'invoque jamais 1'excuse d'une l e g i t i m e defense hyp o the t i que. I I dedaigne l e mensonge, 3") et e n f i n i l va a l a mort "pour que tout s o i t consomme'" . Dans l e Malentendu on a de"ja. remarque* que Jan est un peu comme 1'enfant prodique, mais i l est p l u s juste de noter en quoi i l ressemble au C h r i s t . I I est revenu aupres des siens pour l e u r apporter du bonheur et i l s l ' o n t rejete* comme f u t rejete* l e C h r i s t que St. Jean appelle c e t t e lumiere, "qui est venue chez l e s s i e n s , et l e s siens ne l ' o n t pas r e c u e " ^ . Camus indique d ' a i l l e u r s que c ' e s t Jan qui a dScidS lui-meme de sa mort. Sa sceur d i t q u ' e l l e h e ' s i t a i t , a. l e t u e r , p u i s e l l e continue: ) A c t u e l l e s p.U-O, La Chute pp.129, ^ L'Etranger p.172; 130, 132, 133. St. Luc 24: 44. ) Gr. Bre"e: Camus p. 113; ^ Le Malentendu p. 23; C. ¥iaggiani: Camus L'Etranger St. Jean 1: 11. P.M.L.A. Vol.LXXI Dec.56, p.886 .93 "Mais i l m'a p a r i ! des pays que attends e t , pour a v o i r su me toucher, i l m'a dorm! des armes contre l u i . C'est a i n s i que 1'innocence es t recompensee"!). Dans L'Etat de Siege, l a s i m i l a r i t y entre Diego et l e C h r i s t est encore p l u s frappante. Comme l e C h r i s t , ce jeune homme se charge de l a douleur u n i v e r s e l l e qui 2) pese sur l e s hommes. ' Diego r e s i s t e avec fo r c e aux x\ t e n t a t i o n s de l a Peste ' comme l e C h r i s t a resiste* a c e l l e s du d i a b l e , et annonce l a v i c t o i r e sur l a m o r t . ^ A l a f i n i l c h o i s i t l a mort et se s a c r i f i e pour sauver V i c t o r i a et l i b e r e r l a v i l l e p e s t i f e r e e de Cadix. :Cette mort est p a r e i l l e a. c e l l e du C h r i s t sur l a c r o i x ; c'est une longue agonie ou. l a r a i l l e r i e ajoute a l a souffrance du c o r p s . ^ Diego meurt content: i l a accompli sa tache, i l a f a i t ce q u ' i l f a l l a i t pour sauver l e s autres '. L ! a d m i r a t i o n de Camus pour l e s t e r r o r i s t e s russes de 1905, surtout pour l e u r volonte* de payer de l e u r personne par l e u r s a c t e s , a deja. e*te* note*e p l u s haut. Dans ce groupe K a l i a y e v est un autre personnage dont l a v i e a maintes ressemblances avec c e l l e du C h r i s t . Au commencement de l a p i e c e , ce barine qui a renonce a son e"tat pour se donner au mouvement r e v o l u t i o n n a i r e , de*clare q u ' i l aime l a v i e , l a beaut!, l a bonheur, mais d i t - i l ; " . . . j e veux me s a c r i f i e r " ^ ) . P l u s t a r d en p r i s o n i l Le Malentendu p. 72 ) L'Etat de Siege p.159 ) I b i d , pp.209, 216. ^ I b i d . p. 227 ^ L'Etat de Siege p.210-217 6 ) I b i d . p. 227 7) Les Justes p.hp 94 r e j e t t e l a grace que l a grande duchesse l u i o f f r e , s ' i l t r a h i t ses camarades, et l u i declare que quand l a n u i t f a t a l e de son execution a r r i v e r a , au p i e d de l'echafaud i l se l a i s s r a a l l e r a l'amour qui l ' e m p l i t 1 ) . K a l i a y e v v o i t en sa mort "une supreme p r o t e s t a t i o n contre un 2) monde de larmes et de sang" ', comme i l l e d i t a son proces. L u i a u s s i , meurt pour que l e s autres p u i s s e n t Stre sauvSs, a i n s i que l e dise n t ses amis apres. sa mort. I l s ont appele* son execution "un a f f r e u x couronnement" 3) et "une j u s t i f i c a t i o n " ^ , et surtout i l s ont reconnu qu'en mourant K a l i a y e v a p r i s sur l u i l e malheur du monde^. I I a paye* de sa v i e , et "Personne ne peut. a l l e r p l u s l o i n " ^ . I I est ̂  noter que Camus a t t r i h u e a ses personn ages l e s plu s admirables, l e s p l u s nobles un caractere qui ressemble de t r e s pres a c e l u i du C h r i s t . S ' i l y a des hommes dans l e s . S c r i t s de cet auteur qui jouent l e r 6 l e de Dieu l e f i l s , i l y en a a u s s i qui jouent l e r o l e de Dieu l e . pere. Par exemple dans La Peste Tarron assume par moments l e s a t t r i b u t s de l a d i v i n i t e " . I I d i t q u ' i l l u i a p p a r t i e n t de f o u r n i r a l'homme des occasion d'etre m e i l l e u r , et p l u s l o i n i l d eclare q u ' i l est omniscient. C a l i g u l a , l u i a u s s i , se f a i t dieu "en forme humaine", / mais se trouve frustre" quandil essaie d'Stre omnipotent, un ^ Les Justes p.149 ^ I b i d . p.162 2 ) I b i d . p. 161 5 ) I M d . p.181 3 ) I b i d . p. 166 6 ) I M d - P- 1 6? 7^ La Peste pp . 1 2 7 , 133 8) C a l i g u l a p.167 95 a t t r i b u t de Dieu que Camus met d ' a i l l e u r s en question. Clamence dans La Chute est g!n!ralement l e prophete c r i a n t dans l e d e s e r t , mais d'autres f o i s i l se sent dieu. Avocat a .Paris, avant de devenir conscient de ses f a i b l e s s e s , i l d i t q u ' i l re*gnait "librement dans une lumiere e'de'nique""'')" Et p u i s au Mexico C i t y ce juge-pdnitent, comme i l se nomme, s'exclame: "Quelle i v r e s s e de se s e n t i r Dieu l e pere et de d i s t r i b u e r des c e r t i f i c a t s d e f i n i t i f s de mauvaise v i e et mceurs. Je trSne parmi mes v i l a i n s anges, a l a cime du c i e l h o l l a n d a i s , je regarde"monter vers moi, sortant des "brumes et de l'eau, l a multitude du jugement d e r n i e r " 2 ) . A i n s i l e s e c r i t s de Camus demontrent combien Moeller est i n j u s t e quand i l 1'accuse d'ignorer l a r e l i g i o n chre'tienne. D'autre p a r t ses oeuvres f o u r n i s s e n t 1'Evidence q u ' i l connait b i e n l e s sacrements et l a l i t u r g i e de l ' E g l i s e . De p l u s i l est tout a f a i t f a m i l i e r avec l a B i b l e et y puise maintes images frappantes, c l a i r e s et j u s t e s . En p a r t i c u l i e r Camus se preoccupe de l a v i e du C h r i s t , s urtout de ses souffrances et de son s a c r i f i c e . E n f i n l e s person- nages qui nous a t t i r e n t l e p l u s dans ses oeuvres r e f l e t e n t dans l e u r v i e l e caractere et l e s actes de Je*sus. 1) La Chute p.34 2 ) I b i d . p.34 CONCLUSION 96 Cette Stude d o i t maintenant Svaluer l e r o l e du ch r i s t i a n i s m e dans l'ceuvre de Camus. C'est l u i qui a posS l a question de s a v o i r Si l'homme peut crSer l u i - meme ses propres valeurs- sans l e secours de 1'Sterne1. C'est dans ses ceuvres q u ' i l f o u r n i t l a rSponse. Dans Le Mythe de Sisyphe 1'honnStetS est l a v a l e u r importante; dans La Peste i l i n s i s t e sur l a s o l i d a r i t S des hommes, l a l u t t e contre l e mal, et l a compassion. Dans L'Homme ESv o l t S , et l e s S c r i t s d i v e r s r e c u e i l l i s dans l e s t r o i s volumes d ' A c t u e l l e s , Camus t r a i t e des v a l e u r s de l a l i b e r t S , de l a j u s t i c e , de l a nSces s i t S de se ranger du cotS des opprimSs. Pour l u i l a source de toutes ces val e u r s est dans l a r S v o l t e , qui en ce sens est c r S a t r i c e . Mais en v S r i t S toutes l e s v a l e u r s SnumSrSes ci-dess.us ont une o r i g i n e chrStienne. I I y p a r a i t que l e s enseignements du C h r i s t et de l a B i b l e ont eu une i n f l u e n c e , peut-etre inconnue de lui-meme, sur Camus quand i l a adoptS ces v a l e u r s - l a comme siennes. AssurSment i l l e s eonsidere i n dehors de l ' e t e r n e l , mais i l est Sgalemejit v r a i que ce sont l a l e s v a l e u r s fondamentales du c h r i s t i a n i s m e depuis son o r i g i n e . I I se peut que Camus ne s o i t pas conscient de c e t t e i n f l u e n c e car i l fonde toute sa pensSe sur l ' i d e e que tout est a l a mesure de l'homme, jamais a l a mesure du d i v i n , tout au moins jusqu'a l a f i n de L'Homme RSvoltS. Cependant, dans La Chute, l a re*ponse a f f i r m a t i v e q u ' i l donne a l a question, "L'Horrane p e u t - i l cre"er ses propr&s v a l e u r s ? " , est moins c l a i r e . Les anciennes v a l e u r s de Clamence sont brise*es et i l n'en trouve pas de nouvelles b i e n q u ' i l en cherche. Le cadre meme de ce conte est d i f f e r e n t , a i n s i que l ' a note John Cruick s h a n k . Tous l e s autres re*cits se d e r o u l e n t en A f r i q u e sous un s o l e i l b r i l l a n t , r e v S l a t e u r ou r i e n n'est cache n i i n c e r t a i n . Mais La Chute se passe a Amsterdam sous l e s cieux mouille* du nord. Se p e u t - i l que ces nuages, ces brumes de Hollande soient un signe que Camus commence a douter que l a renaissance q u ' i l p r e V o y a i t ne se fasse pas? On ne l e saura jamais. Cependant on se souvient que l e s colombes:y c e t t e E v o c a t i o n de l ' e t e r n e l , sont tou jours l a dans l e c i e l au-dessus de l a v i l l e sombre. A ce t t e meme epoque Camus, a. Upsal d i t : "Dieu l e s e u l a u t i s t e 2) r e * a l i s t e s ' i l e x i s t a i t " B i en sur i l n'indique n u l l e p a r t q u ' i l est devenue croyant, mais son incroyance est moins p o s i t i v e ; sa reponse a f f i r m a t i v e a l a question concernant l a c r e a t i o n des v a l e u r s est moins p S r e m p t o i r e . A cet egard i l convient de noter l e contraste entre l'optimisme des dern i e r s passages de L'Homme Revolte* et l e s problernes proposes, mais non r e s o l u s , dans La Chute. Camus cherche un sens a. l a v i e dans tous ses e*crits. D'abord i l l e t rouve dans 1 'absurde, p u i s dans l a r e v o l t e John Cruickshank: A l b e r t Camus and the L i t e r a t u r e of Re*volt p. 183 2^ ; Discours de Suede p.4 5 98 et puis i l semble q u ' i l continue a l e chercher au-dela de l a r e V o l t e . Son ceuvre se preocupe surtout des problemes du h i e n et du mal, du s a l u t , des f i n s de I'homme, problemes essentiellement r e l i g i e u x . On p o u r r a i t l ' a p p e l e r un e"crivain r e l i g i e u x sans Dieu parce q u ' i l cherche l a reponse aux questions q u ' i l pose sans " l e secours de l'e*ternel". De p l u s , toutes l e s f o i s q u ' i l considere Dieu i l l e r e j e t t e . Malgre" c e t t e incroyance, Camus confronte l e croyant autant que l ' i n c r o y a n t , avec l e s problemes e"thiques et moraux de ee s i e c l e . I I en ap p e l l e clairement aux chre*tiens a f i n q u ' i l s considerent des problemes a. l a lumiere des plus hautes v a l e u r s de l e u r r e l i g i o n . On ne peut n i e r q u ' i l n'y :7ait un l i e n entre l a pense"e de cet auteur et l e c h r i s t i a n i s m e , l i e n q u ' i l a lui-meme reconnu quand i l a i n v i t e l e s C h r e t i e n s a. se joi n d r e a l u i et a d'autres comme l u i , dans l a l u t t e pour r e b a t i r l e monde et i n s p i r e r l a renaissance. On peut r e c o n n a i t r e 1'influence de l a B i b l e dans l e s ceuvres de Camus car i l se s e r t souvent de son langage, i l y f a i t des a l l u s i o n s et en t i r e des images c l a i r e s et frappantes. I I est inte*ressant de noter que son d e r n i e r r e * c i t , La Chute, est base" sur un theme chre*tien. Clamence d'abord s a t i s f a i t de lui-meme, de son e t a t , de sa v i e , s ' e v e i l l e a. sa r e s p o n s a b i l i t e V I I reconnait e n f i n et avec d i f f i c u l t e , sa f a i b l e s s e , son i n d i f f e r e n c e a l a 99 souffrance d ' a u t r u i , sa l a c h e t e , "bref son v r a i caractere. En .ce sens on peut d i r e q u ' i l se c o n v e r t i t , mais toujours l a question se pose: a quoi.se c o n v e r t i t - i l ? C e r t a i n e - ment a un sens de c u l p a b i l i t e , de r e s p o n s a b i l i t e , mais l e r e s t e e s t i n c e r t a i n . D ' a i l l e u r s dans ce l i v r e i l y a analogie entre Clamence et l e prophete Jean-Baptiste, mais nous ne saurons jamais de quoi Jean-Baptiste Clamence est l e pre*curseur, sauf peut-Stre dans un volume posthume de l'auteur. E n f i n i l e s t impossible de ne pas remarquer comment l e C h r i s t a a f f e c t ! l a pens!e et I'^uvre d'Albert Camus. I I sa pre'eceupe surtout de ses souffrances, de sa c r u c i - f i x i o n . Son ceuvre est p l e i n e d ' a l l u s i o n s au c r u c i f i e * , p a r f o i s d i r e c t e s , p a r f o i s sous entendues. En outre' l'auteur cree ses p l u s nobles personnages a 1'image de Je*sus. I l s d!montrent sa douceur, sa compassion, son h u m i l i t ! , et toujours sa volonte* de se s a c r i f i e r . Un changement s u b t i l dans 1 ' a t t i t u d e de Camus envers l e C h r i s t et Dieu apparait dans ses dernieres ceuvres. I I est juste de d i r e que l'atheisme du Mythe de Sisyphe et de L'Homme ReVolte est p o s i t i f , d ! f i n i t i f . Mais en 1956 Camus e*crit que b i e n q u ' i l ne c r o i e pas en Dieu, i l n'est pas athe*e, et q u ' i l trouve l ' i r r e l i g i o n v u l g a i r e 1 ^ . P u i s en 1958 i l admet, p a r l a n t a une r e p o r t e r de Dagens Nyketer, q u ' i l est conscient du sacre, q u ' i l sent de Le Monde, 31 aout, 1956. C i t ! en a n g l a i s par C. Moeller dans: A l b e r t Camus: The Question of Hope Cross Currents S p r i n g , 1958, p.182. 100 1'emotion pour l e C h r i s t et ses enseignements, q u ' i l n'a que du respect et de l a v e n e r a t i o n pour l e "but et l a v i e du C h r i s t , mais q u ' i l ne c r o i t pas a sa r e s u r r e c t i o n 1 ^ . ' C i t e en a n g l a i s par C. Moeller dans: Albert"Camus: The Question of Hope Cross Currents Springs, 1958. p.182 " I have an awareness.of the sacred, of the mystery t h a t e x i s t s i n man, and I see no reason f o r not a d m i t t i n g the emotion I f e e l f o r C h r i s t and h i s teaching. U n f o r t u n a t e l y , I am a f r a i d that i n c e r t a i n areas, e s p e c i a l l y i n Europe, the admission of ignorance, of a l i m i t to man's knowledge and a respect f o r the sacred, w i l l appear simply as a weakness. I f i t i s , I f u l l y accept i t . I have only respect and veneration f o r the purpose and the l i f e of C h r i s t ; I do not b e l i e v e i n the r e s u r r e c t i o n " . BIBLIOG-RAPHIE 101 A. Oeuvres d'Albert Camus. Camus A l b e r t , A c t u e l l e s : P a r i s : G a l l i m a r d , 1950. • A c t u e l l e s I I , neuvieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1953. A c t u e l l e s I I I , v i n g t et unieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m ard, 1958. La Chute, P a r i s : G a l l i m a r d , 1956. Discours de Suede, Troisieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 195'oT" L'Envers et 1'Endroit, vingt-cinquieme E d i t i o n , P a r i s : Gallimard, . 1 9 5 8 . L'Etat de Siege, Cinquieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 19W. L'EtS, P a r i s : G a l l i m a r d , 1954. L ' E x i l et l e Royaume, Cent quarantieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1957. L'Homme ReVolte, Cent cinquant-quatrieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1951. Les J u s t e , Quarante-huitieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1950. L e t t r e s a un Ami Allemand, Trentieme E d i t i o n , P a r i s : Gallimard, . 1 9 5 8 . Le- Malentendu et Caligula, Quatre-vingt-sixieme E i d T t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1958. Le Mythe de Sisyphe, Quatre-vingt-troisieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1942. Noees, Les E s s a i s XXXIX, P a r i s : G a l l i m a r d , 1950. R S f l e x i o n s sur l a Peine C a p i t a l e , (avec A r t h u r K o e s t l e r ) P a r i s : Caiman-Levy, 1957. 102 B. Oeuvres sur Camus. A b e l , L i o n e l . Man without grace. Commentary, May 1957, pp. 480-490. A r l a n d , Marcel. La Chute, Nouvelle Revue Frangaise, j u i l l e t 1956. B e s p a l o f f , Rachel. Le Monde du condamn! a mort, Les Carrefours de Camus, E s p r i t , Janvier 1950. Bre*e, Germaine, Camus, New Brunswick, New Jersey: Rutgers U n i v e r s i t y Press;, 1959. Cruickshank John. A l b e r t Camus and the L i t e r a t u r e of - R e v o l t , London: Oxford U n i v e r s i t y P r e s s , 1959. de Luppe, Robert. A l b e r t Camus, P a r i s : E d i t i o n s U n i v e r s i - - t a i r e s , 1952. F i e d l e r , L e s l i e A. The Pope and the Prophet, Commentary, February 1956, pp. 190-195. Grubbs, Henry A. A l b e r t Camus and Grahame Greene, Modern language Q u a r t e r l y , March 1949, pp. 32-42. F r a i s s e , Simone. De Lucreee a Camus ou l e s c o n t r a d i c t i o n s de l a r e v o l t e , L ' E s p r i t , mars 1959. Gershman, Herbert S., On L'Etranger, The French Review, February 1956. Hanna, Thomas. A l b e r t Camus and the C h r i s t i a n F a i t h , The J o u r n a l of R e l i g i o n , October 1956. The Thought and A r t of A l b e r t Camus, Chicago: Henry Regnery Company, 1958. H e l l , Henri. La Chute. La Table Ronde, octobre 1956. L ' E x i l et l e Royaume, La Table Ronde, j u i n 1957. John, S. Image and Symbol, French Studies 9, January 1955. Maquet, A l b e r t Camus: The I n v i n c i b l e Summer, Tran s l a t e d from the French by Herma B r i f f a u l t , New York: George • B r a z i l l e r , I nc., 1958. M o e l l e r , Charles. A l b e r t Camus ou 1 'honne'tete d!sesp!ree, L i t t e r a t u r e du XX e s i e c l e et l e c h r i s t i a n i s m e , 1, S i l e n c e de Dieu, quatrieme e d i t i o n , Tournai: Casterman, 1954. 1 0 3 M o e l l e r , Charles. A l b e r t Camus: The Question of Hope, Cross Currents, Spring 1 9 5 8 . Mounier, Emmanuel. A l b e r t Camus ou l ' a p p e l des humilie's, L ' E s p r i t , Janvier 1 9 5 0 . Peyre, Henri. Friends and Foes of P a s c a l i n France to-day, Yale French Studies No.12, 1 9 5 3 - Q u i l l i o t , Roger. La Mer et l e s P r i s o n s , P a r i s : G-allimard, 1 9 5 6 . Thody, P h i l i p , A l b e r t Camus: A Study of His Work, New York: Grove Press I n c . , Evergreen E d i t i o n , 1 9 5 9 - V i a t t e , Auguste. A l b e r t Camus, La Revue de l' U n i v e r s i t e " L a v a l , a v r i l I960. V i g g i a n i , C a r l A. Camus: L'Etranger, P u b l i c a t i o n s of the Modern Language A s s o c i a t i o n , V o l . LXXI, December 1 9 5 6 . Cross Currents (unsigned a r t i c l e ) A Tribute to A l b e r t Camus: Recent Studies of h i s Work, Cross Cur r e n t s , Summer, 1 9 6 0 . Yale French Studies: A l b e r t Camus, Yale French s t u d i e s , V o l . 2 5 , Spring I 9 6 0 . (Complete volume devoted to Camus) C. L i s t e B i b l i o g r a p h i q u e G l n e r a l e . La Sainte B i b l e , t r a d u l t de Louis Segond, Nouvelle E d i t i o n Revue, Paris: 58 rue de C l i c h y , 1 9 5 8 . Blackburn, H.:J. S i x E x t e n t i a l i s t Thinkers, London: Routledge and Kegan P a u l , L t d . , 1 9 5 2 . C o l l i n s , James. The E x i s t e n t i a l i s t s , Chicago: Henry Regnery and Co., 1 9 5 2 . Copleston, F r e d e r i c k . H i s t o r y of Philosophy, V o l . IV, London: Burns, Oates and Wahbourne, L t d . , 1 9 5 8 . Waelhens, A. de. La P h i l o s o p h i e de M a r t i n Heidegger, Louvain: E d i t i o n s de l ' I n s t i t u t Supe*rieur de P h i l o s o - p h i e , 3 e E d i t i o n , ;• ,1948.

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
Ivory Coast 10 0
Switzerland 8 0
France 8 0
China 6 0
Canada 5 1
Algeria 3 0
United States 3 0
Japan 2 0
Germany 1 15
Burkina Faso 1 0
City Views Downloads
Unknown 22 12
Eggenwil 6 0
Beijing 6 0
Montreal 4 1
Mountain View 2 0
Tokyo 2 0
Saint-Étienne-du-Rouvray 1 0
L'Isle-d'Abeau 1 0
Calgary 1 0
Abidjan 1 0
Ashburn 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items