UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Albert Camus et le christianisme Reekie, Julia Lamont 1961-12-31

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1961_A8 R32 A5.pdf [ 6.02MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0106152.json
JSON-LD: 831-1.0106152-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0106152-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0106152-rdf.json
Turtle: 831-1.0106152-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0106152-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0106152-source.json
Full Text
831-1.0106152-fulltext.txt
Citation
831-1.0106152.ris

Full Text

ALBERT CAMUS ET LE CHRISTIANISME by JTJLIA LAMONT REEKIE B.A., McMaster U n i v e r s i t y , 1928 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF M.A. i n the Department of ROMANCE STUDIES We accept t h i s t h e s i s as conforming to the req u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree that permission f o r extensive copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representatives. It i s understood that copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. Department The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancouver 8, Canada. A l b e r t Camus et l e Ch r i s t i a n i s m e Sommalre de l a These Pour A l b e r t Camus l e probleme dominant du XX e s i e c l e est de s a v o i r , " s i l'homme sans l e secours de l ' e t e r n e l ou de l a pense"e r a t i o n a l i s t e peut creer a l u i seul ses propres valeurs"."'*^ P e u t - i l trouver un sens de l a v i e en dehors du d i v i n ? C'est l a une question e s s e n t i e l l e m e n t r e l i g i e u s e a l a q u e l l e Camus cherche une reponse dans toutes ses oeuvres. Le but de l a presente these est d'etudier l e r o l e que l e c h r i s t i a n i s m e joue dans c e t t e recherche. Cet aspect de son ceuvre n'ayant guere a t t i r e 1 ' a t t e n t i o n des c r i t i q u e s , i l f a u t chercher dans l e s ceuvres memes de l'aut e u r l e s temoignages de 1'influence chretienne sur sa pensee. Le premier c h a p i t r e de 1'etude d i s c u t e l e s dissemblan ces entre l e c h r i s t i a n i s m e et l a pensee de Camus. Chez l u i tout est a l a mesure de l.'thomme tandi s que chez l e Chretien tout depend de Dieu. C'est l a l a dissemblance c a p i t a l e de l a q u e l l e de"rivent toutes l e s autres. Camus se s e r t souvent de termes theologiques t e l s que " s a l u t " et "jugement", mais pour l u i ceux-ci dependent des hommes et se r e a l i s e n t sur c e t t e t e r r e . I I c r o i t que tous sont a l a f o i s coupables et innocents, idee c o n t r a i r e a. l a doctrine chretienne du pe"che* o r i g i n e l . I I aff'irme d ' a i l l e u r s , que l a mort est "une porte fermee". I I va meme plus l o i n et considere l a croyance a 1'immortality A c t u e l l e s p. 111. i i comme une t r i c h e r i e qui peut empecher I'homme de r e m p l i r sa tache i c i - b a s . Puisqu'un au-dela n ' e x i s t e pas, l a v i e du present est pre*cieuse et on ne d o i t pas f u i r ses r e s p o n s a b i l i t e s . La f o r c e qui soutient et i n s p i r e Camus, c'est l a beaute q u ' i l concoit paienne au sens grec. Son idee du corps est Egalement grecque et i l se r e j o u i t qu'apres tant de s i e c l e s on v o i t de nouveau l e s corps nus sur l e s plages. E n f i n pour l u i l a t e r r e est l e royaume de I'homme, et non de Dieu, et c'est a I'homme q u ' i l rend hommage. Viennent ensuite l e s o b j e c t i o n s p r e c i s e s que Camus f a i t au c h r i s t i a n i s m e . Le probleme du mal est l a p i e r r e d'achoppement a l a croyance en Dieu car Camus y trouve ce paradoxe i n s o l u b l e : Dieu tout-puissant permettant l a souffrance des innocents, ou Dieu, bon mais impuissant, ne pouvant r i e n contre ce scandale. I I c r i t i q u e l e c h r i s t i a n i s m e , h y p o c r i t e , t o t a l i t a i r e , i n e f f l c a c e contre l e mal> et i l y v o i t une Evasion hors du monde a c t u e l . En outre i l condamne l e s f a i b l e s s e s de l ' E g l i s e , qui se range souvent du cote des oppresseurs, et qui selon Camus a t r a h i sa. m i s s i o n mediatrice. E l l e a prefe're' a u s s i l a m y s t i f i c a t i o n a l a lumiere q u ' i l estime tant. Tout en reconnaissant ses objec t i o n s au c h r i s t i a n i s m e , l e t r o i s i e m e c h a p i t r e de cet e s s a i eouligne l e s ressemblances nombreuses entre l a pensee de cet auteur et l a pensee chre'tienne. Pour Camus, comme pour l e chre*tien, l a l u t t e pour ame"liorer l a souffrance des hommes, pour e'tablir un m e i l l e u r monde est une o b l i g a t i o n majeure. L u i a u s s i , reconnait l e besoin de v a l e u r s , et c e l l e s q u ' i l mentionne, l'honnetete, l a j u s t i c e , l a l i b e r t e , l a l o y a u t e , l'honneur, l a compassion, sont c e l l e s prechees par l e C h r i s t . Mais on d o i t noter que Camus en trouve l a source dans l a r e v o l t e , t a n d i s que l e c h r i s t i a  nisme l a trouve dans l a B i b l e . Comme l e c h r i s t i a n i s m e Camus r e j e t t e l ' i d e e de n i h i l i s m e , meme au po i n t d'esperer une renaissance en Europe. De pl u s i l a f f i r m e qu'on ne d o i t jamais a j o u t e r au mal du monde ou se ranger du cote des bourreaux, idees que partage l e c h r i s t i a n i s m e . Le d e r n i e r c h a p i t r e d i s c u t e l e s images r e l i g i e u s e s et chre'tiennes dont Camus se s e r t librement dans ses S c r i t s , en f a i s a n t a l l u s i o n aux r i t e s de l ' E g l i s e comme l a messe, l e confession et 1'absolution, demontrant sa connaissance de l a B i b l e , d'ou i l t i r e beaucoup de c i t a t i o n s et de references. Toute son oeuvre est impre'gne'e d ' a l l u s i o n s au C h r i s t , surtout a ses souffrances et a son s a c r i f i c e s . Beaucoup de ses personnages sont a 1'image du C h r i s t , tout au moins par c e r t a i n aspects de l e u r c a ractere. En c o n c l u s i o n on remarque que malgre 1'incroyance de l'aut e u r et sa c r i t i q u e tranchante des f a i b l e s s e s de l ' E g l i s e , une i n f l u e n c e chretienne se manifeste dans l e s ceuvres d'Albert Camus, et on se rend compte que ce t t e i v i n f l u e n c e est p l u s grande dans l e s dernieres ceuvres que dans l e s premieres. E n f i n tous l e s e*crits de Camus mettent en lumiere l ' i d e e exprimee par Jean-Baptiste Clamence: "...pas Chretien pour un sou, "bien que j ' a i e de 1'ami tie* pour l e premier entre eux. ""^ ) La Chute p. 157. V TABLE DES MATIERES Pages INTRODUCTION I CHAPITRE I. Les Dissemblances entre l a Pensee d'Albert Camus et l e C h r i s t i a n i s m e .... 1 CHAPITRE I I . Objections au Ch r i s t i a n i s m e 27 CHAPITRE I I I . Les Res semblances 49 CHAPITRE IV. Les Images et l e s A l l u s i o n s Chretiennes 80 CONCLUSION 96 BIBLIOGRAPHIE 101 Remerciements Je t i e n s a. remercier Messieurs l e s Professeurs J. G. Andison et G. Tougas, du D^parteraent de Romance Studies of the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, pour l e s encouragements et I'aide q u ' i l s m'ont prodigues a 1'occasion de l a r e d a c t i o n de c e t t e these. Je remercie a u s s i Monsieur et Madame F e l i x de Wonck d'Okanagan Centre qui m'ont aidee a en r e d i g e r l e texte d e f i n i t i f . I ALBERT CAMUS ET LE CHRISTIANISME INTRODUCTION "L'homme", p e u t - i l , "sans l e secours de I'e'ternel ou de l a pense"e r a t i o n a l i s t e crier a lui-mgrae ses propres valeurs?"" 1") Pour A l b e r t Camus, conscient "que nous vivons dans une h i s t o i r e de*sacrilise"e", ; v o i l a l e probleme a i g u de notre s i e c l e . Le r a t i o n a l i s m e du X V T I I e s i e c l e , l e mate*rialisme du XX e, ont remis en question l e s anciennes v a l e u r s . Maintenant l'homme se demande: "Comment v i v r e sans grace et sans j u s t i c e ? Camus repond a c e t t e question dans toutes ses ceuvres, et i l trouve l a re*ponse en dehors du c h r i s t i a n i s m e . Ce n'est pas d i r e que c e l u i - c i ne joue pas un r8le important dans ses l i v r e s . I I cherche un sens a l a v i e , recherche qui ne"cessairement se preoccupe des problernes r e l i g i e u x et moraux. Le but de cet e s s a i est d'e"tudier 1'influence du c h r i s t i a n i s m e sur I'oeuvre de Camus. I I se peut que ce t t e i n f l u e n c e v a r i e d'une ceuvre a 1'autre, mais e l l e n'en est jamais entierement absente. On peut d i r e sans exageration que l e probleme r e l i g i e u x est chez l u i fondamental. "^ A l b e r t Camus A c t u e l l e s t p.111. 1 A l b e r t Camus L'homme R e v o l t s , p. 278 3^ I b i d . p.35 I I A p a r t L ! Incroyant et l e s C h r e t i e n s , un expose* f a i t au couvent des Dominicains en 1948, et une ou deux remarques f a i t e s a quelques personne, Camus n'a f a i t aucune d e c l a r a t i o n sur l e rapport entre son oeuvre et l e c h r i s t i a n i s m e . C'est l a une d e s d i f f i c u l t y ' s rencontre*es dans une Stude de c e t t e question. La seule methode pratique d'entreprendre une t e l l e tache e s t d'e"tudier en d e * t a i l l e s textes de l ' a u t e u r et d'y dScouvrir l a r e l a t i o n entre sa pense*e et l ' i d ^ a l C h r e t i e n . C'est 1'object de l a pre"sente these. Pour apprdeier l e l i e n qui e x i s t e entre l e c h r i s t i a  nisme et l ' i d e e de Camus, i l f a u t examiner l e s dissemblances autant que l e s ressemblances entre l e s deux pense'es. Pour c e t t e r a i s o n l e premier c h a p i t r e de c e t t e e*tude sera consacre* a une d i s c u s s i o n des divergences entre l e s ide*es de Camus et c e l l e s inspire"es du c h r i s t i a n i s m e . Le deuxieme c h a p i t r e continuera c e t t e recherche en examinant de plus pres l e s o b j e c t i o n s l e s p l u s se*rieuses que Camus f a i t a l a pensde et a l a t h ^ o l o g i e chre*tiennes. Apres a v o i r essaye* d'e*tablir en quoi c o n s i s t e ces obj e c t i o n s de Camus, l ' e s s a i aura ensuite pour but de deceler l e s ressemblances q u i , dans 1'oeuvre de l ' a u t e u r , se manifestent e n t r e sa pensee et l a d o c t r i n e chre"tierme. I l l Le c h a p i t r e f i n a l de"montrera combien Camus s'est s e r v i d ' a l l u s i o n s , d'images, et d'ideaux Chretiens, et combien son oeuvre en f u t impregne*e. Car i l a puise librement dans l a B i b l e quelques-unes de ses p l u s b e l l e s images et p a r f o i s meme l e theme fondamental d'une oeuvre, par exemple c e l u i de La Chute. Parce que l a question r e l i g i e u s e est e a p i t a l e chez Camus, et que l e rapport entre l e c h r i s t i a n i s m e et sa pense*e n'a guere retenu 1 ' a t t e n t i o n de l a c r i t i q u e , on espere que cet e s s a i apportera quelque lumiere sur cet aspect important de son ceuvre. CHAPITRE I Les Dissemblances entre l a Pense*e d'Albert Camus et l e Ch r i s t i a n i s m e "Je c r o i s en Dieu", c'est l a l a base de l a pensee chre'tienne. "Je c r o i s en Dieu", comme cre*ateur, comme the Tout-Puissant, mais en m§me temps comme un pere q u i aime et soigne ses enfants. Le Credo c h r ^ t i e n exige de p l u s une croyance en Jesus C h r i s t , l e d i v i n f i l s de Dieu. I I est l e Messie, l e Sauveur du monde. Pour A l b e r t Camus une t e l l e croyance n'est pas p o s s i b l e . I I l u i f a u t chercher un sens a l a v i e sans recours au d i v i n . C'est l a l a d i f f e r e n c e fondamentale entre sa pensee et l a pensee chre'tienne. On peut de*eeler c e t t e recherche pour un sens de l a v i e des l e s premieres oeuvres de l'auteur. Dans Le Mythe de Sisyphe quand i l d i s c u t e l e s temoignages q u ' i l peut accepter, Camus d i t : "Je ne s a i s s i ce monde a un sens qui l e de*passe. Mais je s a i s que je ne connais ce sens et q u ' i l ,\ m'est impossible pour l e moment de l e con n a i t r e . " ' I I semble que ce moment n ' a r r i v e jamais, car quinze ans plu s t a r d , a 1'occasion de l a p r e s e n t a t i o n du P r i x Nobel, i l d i t : "Dieu s ' i l e x i s t e . " 2 ^ Entre 1943 et 1957 i l se Le Mythe de Sisyphe p.73 Discours de Suede p. 2 peut que quelque changeraent a i r eu l i e u en l u i a l ' ^ g a r d de l a r e l i g i o n , mais sa connaissance d'un sens qui de^passe ce monde e s t , pour l u i $ , t o ujours en doute. Dans sa recherche continue de ce sens de l a v i e , l e probleme r e l i g i e u x est c a p i t a l . S i Dieu n'ex i s t e pas, d'ou v i e n t l e s a l u t ? Pour Camus c e l a depend de l'homme et de l u i s e u l . Neanmoins i l n'a aucun d e s i r de d i v i n i s e r l'homme comme l e f a i t Nietzsche. I I v o i t en l'homme une d i g n i t y , une grandeur, tout a. f a i t humaines, et i l ne peut v o i r aucun s a l u t en dehors de l'homme en ce monde. Dans Le Malentendu Marthe et sa mere p a r l e n t du s a l u t auquel e l l e s a s p i r e n t t a n t . Sa mere est fatigue"e de l e u r s crimes et ne d e s i r e que dormlr. Pour Marthe l a t e r r e promise est un pays toujours e n s o l e i l l e ' pres de l a mer. Toutes l e s deux ont grande envie de f u i r l e u r v i e miserable et monotone, mais e l l e s n'attendent pas l ' a i d e d ' a u t r u i . E n f i n Marthe termine l a d i s c u s s i o n en prononcant ce mot: "A l o r s je vous l e j u r e , ce s a l u t e s t entre nos mains. Mere, nous devons nous d e c i d e r . " 1 ) A i n s i e l l e s seront elles-memes l e s a r t i s a n s de l e u r s a l u t . De m§me dans La Peste, l e s docteurs Rieux et C a s t e l p a r l e n t des remedes contre c e t t e maladie et a f f i r m e n t 1) Le Malentendu p.50 3 qu'un se*rum fabrique" sur p l a c e " a u r a i t une e f f i c a e i t e * p l u s d i r e c t e que l e s scrums venus de 1' exte*rieur. -""^  Ceux qui l u t t e n t contre l a peste doivent de"pendre entierement de l e u r s propres e f f o r t s pour trouver une guerison. L'homme t i e n t Egalement son d e s t i n entre ses mains. Camus imagine Sisyphe heureux devant son rocher 2 Y parce que l e rocher est "sa chose" '. C'est l u i qui a c h o i s i l e s actions qui l e f i r e n t condamner a roulei? etemellement son rocher jusqu'aux sommets. C'est l u i "persuade de l ' o r i g i n e tout humaine de tout ce qui est humain", qui l u t t e pour a t t e i n d r e l e s hauteurs ou " I I se s a i t l e maltre de ses j o u r s " ^ . Dans l ' e s s a i Promethe*e aux E n f e r s , Camus constate encore une f o i s q u ' i l a p p a r t i e h t aux hommes de se d e i i v r e r , d'ame*liorer l a c o n d i t i o n humaine. I I s'e*crie: "Nous avons a re*inventer l e f e u , a r e * i n s t a l l e r l e s metiers pour apaiser l a faim du corps"-'. I I se demande s i nous qui sommes de ce s i e c l e , aurons l a f o r c e de f a i r e ce q u ' i l f a u t e t , a c e t t e question b r t i l a n t e , i l place dans l a bouche du he*ros enchaine", c e t t e r£ponse: "Je vous promets l a r^forme et l a r e p a r a t i o n , 0 m o r t e l s , s i vous §tes assez h a b i l e s , assez vertueux- assez f o r t s pour l e s ope*rer de vos mains " 5 ) . 1^ La Peste p. 114 ^) r b i a . p . l68 k) 5) 2) Le Mythe de Sisyphe p.167 ^ L'Et€ p.86 I b i d . p.87 4 A son a v i s , ce n'est pas vers l e s dieux q u ' i l f a u t tourner, mais vers l e s hommes. S i , pour Camus, Dieu n ' e x i s t e pas, et s i l e s a l u t ne depend que des hommes, l a v i e e'ternelle se re" a l i s e r a i c i - h a s ou l'homme a decide* "de s'exclure de l a grace et de v i v r e par ses propres moyens""'"). Ce sera l e royaume de l'homme, non c e l u i de Dieu. Naturellement ce s a l u t humain est l e c o n t r a i r e de l ' i d e e du C h r e t i e n qui trouve son s a l u t en Je*sus-Christ, et qui c r o i t : " I I n'y a de s a l u t en aucun a u t r e , car i l n'y a sous l e c i e l aucun autre nom q u i a i t e t ^ donne" parmi l e s hommes, par l e q u e l nous devions §tre sauve"s"2). Camus cherche toujours 1 ' i d e a l grec de I ' e * q u i l i b r e , et pour cett e r a i s o n l e t o t a l i t a r i s r n e sous n'importe q u e l l e forme l e repugne, y compris l e t o t a l i t a r i s r n e de l a croyance chretienne. Pourquoi l'homme a - t - i l "besoin de s a l u t ? De quoi done e s t - i l sauv^? La d o c t r i n e orthodoxe veut que l e s a l u t s o i t l e moyen d'^chapper au jugement. Or, s i l e s a l u t depend de l'homme, i l e st logique que l e jugement depende e"galement de l u i . En p a r l a n t avec l e vieux Foka, K a l i a y e v en p r i s o n apres a v o i r a s s i s s i n ^ l e grand due Serge, l u i pre"dit qu'un jour v i e n d r a , "Ou nous serons L'Homme Revolts p.131 Actes 4:12. 5 tous f r e r e s et l a j u s t i c e ren&ra nos cceur transparent s " ,^ Pour Foka c e l a sera l e royaume de Dieu, mais K a l i a y e v ne tarde pas a l ' i n s t r u i r e ; " I I ne f a u t pas d i r e c e l a , f r e r e . Dieu ne peut r i e n . La j u s t i c e est notre a f f a i r e " L'id"e"e que I'homme peut etre son propre juge est constante chez Camus. Dans son premier r e c i t L'Etranger l'aum6nier qui rend v i s i t e a Meursault, condamne" a mort, essaie d ' i n s u f f l e r dans l'ame du p r i s o n n i e r l e respect de l a j u s t i c e de Dieu. Mais Meursault p r o t e s t e que c'est l a j u s t i c e des hommes, et non c e l l e de Dieu qui l ' a condamne a mort. Clamence, l e he*ros de-La Chute, l e d e r n i e r re*cit de Camus, declare que, "nous sommes tous 3") juges," 1 et suggere que de nos jours l e jugement humain est "sans l o i " et a i n s i i n s upportable: "Mais l e p l u s haut des tourments humains est d'Stre juge" sans l o i . Nous sommes pourtant dans ce tourment"4). Par c o n t r a s t e , l e Chretien c r o i t que Dieu est l e juge souverain et q u ' i l jugera par J€sus C h r i s t . S a i n t - P a u l e*crit: "C'est de qui p a r a i t r a au j o u r , ou selon mon E v a n g i l e , Dieu jugera par Je"sus-Christ l e s ac t i o n s secretes des hommes"5). Pendant des s i e c l e s maints p e i n t r e s et e c r i v a i n s se sont s e r v i s du theme du jugement der n i e r de*crit dans l e Les Justes p.123 4) La Chute p. 136 2 ) I b i d . p.123 5^ Romains 2: 16 ^ La Chute p.135 6 vingtieme c h a p i t r e de 1'Apocalypse. La Dieu est l e juge qui se"pare l e s s a i n t s des mediants selon leurs. ceuvres. Les uns trouvent l e u r recompense au paradis pendant que l e s autres sont condamnes au tourment e t e r n e l . Que l e s a l u t et l e jugement dependent des hommes et pas de Dieu est une dissemblance fondamentale entre l a d o c t r i n e chretienne et l a pensee de Camus t e l l e q u ' i l 1'exprime dans ses ceuvres. "L'homme n'a pas commence" l ' h i s t o i r e , a i n s i i l n' est pas tout a. f a i t coupable, mais i l l ' a continued, a i n s i i l n'est pas tout a f a i n innocent""^. Ces mots, "innocent", "coupable" apparaissent comme une trame dans l e s pages de Camus. V o i c i de nouveau l ' e ' q u i l i b r e de l a pensee grecque que Camus estime tant. L'homme n'est n i tout a f a i t bon, n i tout a f a i t me*chant. I I est a l a f o i s s a i n t et pdcheur. Encore une f o i s c'est l'envers et l ' e n d r o i t , l e pour et l e contre de son premier e s s a i . Comment l'homme selon. Camus se t r o u v e - t - i l innocent? D'abord dans l a jouissance sans honte de sa v i e . Dans 1'essai L'Ete* a A l g e r l e jeune auteur de"crit l e dancing a l a plage Padovani. I I regarde danser pendant des heures "une grande f i l l e magnifique" qui s'abandonne aux j o i e s p r i m i t i v e s du mouvement, de l a musique, et du contact avec son p a r t e n a i r e . Tout c e l a se v o i t , "dans L'Homme ReVolte* p.366 7 1'Strange lumiere verte-nee du double c o q u i l l a g e du c i e l et de l a mer""^. Emu Egalement par l a beaute* de l a jeune f i l l e et l a splendeur du s o i r i l e*crit: "L'id^e que je me f a i s de 1'innocence c'est a des s o i r s sembla- 2) b l e s que je l a d o i s " 1. Dans un autre e s s a i du m§me r e c u e i l i l de*crit un dimanche matin a F l o r e n c e , et ses b e l l e s e g l i s e s ornees de f l e u r s ce matin de f e t e . I I y a v a i t rencontre" l e s b e l l e s femmes "aux seins l i b r e s " . I I a v a i t j o u i de l e u r beaute* comme de c e l l e des f l e u r s . Les unes et l e s autres l u i ont donne* un p l a i s i r pur et innocent dont i l se souvient: "Dans ces f l e u r s comme dans ces femmes, i l y a v a i t une opulence gSnSreuse et je ne voyais pas que de"sirer l e s unes d i f f e ' r a i t beaucoup de con v o i t e r l e s autres. Le meme coeur pur se s u f f i s a i t . " 3 ) Pour Camus l a j o i e de v i v r e de n'importe q u e l l e sorte est innocente et pure. L'innocence est a u s s i dans l a nature. Le jeune auteur de*couvre dans l e s dunes desertes qui bordent Oran "un paygage toujours v i e r g e " . ^ "La tous l e s matins d'ete ont l ' a i r d'§tre l e s premiers du monde"• . Apres une n u i t passSe a l a b e l l e e*to i l e , "dans l e p e t i t e aube 1) Noces p.52 4) L'Et£ p.59. 2) I b i d p.52 5) I b i d p. 59 3) I b i d p.82 8 t i e d e " , i l descend a l a plage on i l plonge dans l e s vagues de l a mer, se croyant un §tre neuf comme i l nage dans l'eau f r a i c h e . Me*me l e s souvenirs des j o i e s r e s s e n t i e s dans c e t t e r e g i o n l u i semblent bons, car i l s ' e e r i e : "Ce sont i c i l e s t e r r e s de 1' innocence"''"^. Ces mots sont e x t r a i t s du Minotaure e c r i t en 1939. Quatorze ans plus t a r d Camus exprime une idee semblable dans La Mer au P l u s Pres. Apres a v o i r compare 1'avion d'ou i l a v a i t a u t r e f o i s survoie l'Amerique du. sud a "un c e r c u e i l barbare", i l p a r l e de l a mer. Cette f o i s i l se sent heureux a l o r s que son vaisseau f i l e sur l'eau c l a i r e . Le vent dans l a v o i l u r e chante l a l i b e r t e , l a j o i e , et i l e c r i t : 2) "Sans espace, p o i n t d'innocence n i de l i b e r t e " 1 . Cette innocence se trouve a u s s i chez l'homme absurde. C e l u i - c i demeure hors de Dieu et a i n s i ne d o i t pas c o u r i r a l a j u s t i f i c a t i o n f o u r n i e par l e s autres morales ear " i l n'a r i e n a j u s t i f i e r " . "Cette innocence est redoutable" , d i t Camus. I I se peut que tout s o i t germis a l'homme absurde et que l e s consequences de tous ses actes l u i soient i n d i f f e r e n t e s , mais s ' i l n'est pas coupable, i l e s t cependant responsable. Pour cett e r a i s o n i l d o i t considerer soigneusement l e s s u i t e s de ses actes et d o i t §tre pret a l e s payer* X ) L'Ete p.60 3) Mythe de Sisyphe p.95 2^ L'Ete p.183 9 Un autre aspect de 1'innocence qui ressemble a l'absurde, se v o i t chez " l e s m e u r t r i e r s d e " l i c a t s " , l e s re*volutionnaires russes de 1905, qui pour Camus marquent " l e p l u s haut somrnet de l ' S l a n r e V o l u t i o n n a i r e " 1 ) . Confront^ avec l a misere et l a souffrance des pauvres, ces hommes et ces femmes s ' i n t e r r o g a i e n t longuement et finalement s' e*rigeaient en juges qui condamnent a mort ceux qui estaient l a cause des peines et des souffrances des mise*rables. I l s ne commettent que l e s meurtres qu' i l s sont pre*ts a payer de l e u r propre v i e . Dans Les  Justes K a l i a y e v , peut-8tre l e p l u s d e l i c a t de tous, d i t a Dora: "Et p u i s , nous tuons pour b a t i r un monde ou. personne ne tuera. Nous acceptons d'etre c r i m i n e l s pour que l a t e r r e se couvre d' innocents. "2) P l u s t a r d dans l a mSme scene Dora declare q u ' i l s p a i e n t p l u s q u ' i l s ne doivent et K a l i a y e v l u i re*pond: "Personne 3) de peut r i e n nous reprocher" Apres que K a l i a y e v eut r e c u l € devant l ' a s s a s s i n a t du grand due pour e*pargner l e s enfants qui accompagnaient c e l u i - c i , son confrere Stephan, un t e r r o r i s t e amer, l e l u i reproche en di s a n t q u ' i l s e*taient des m e u r t r i e r s et q u ' i l s avaient c h o i s i de l ' S t r e . K a l i a y e v r e j e t t e c e t t e ide*e en repondant: 1 ^ L'Homme ReVolte* p. 215 3) I b i d p.45 2) ' Les Justes p.41 10 "Non. J ' a i c h o i s i de mourir pour que l e meurtre ne trlomphe pas. J ' a i e h o i s i d' Stre i n n o c e n t " 1 ) . Et a l a f i n i l s'est approche tranquillement de 1' ^chafaud, c e r t a i n que sa mort e t a i t une p r o t e s t a t i o n "contre un monde de l a r m e s et de sang"- ''. Dans L'Homme Revolte ou i l consacre quelques pages a ces r ^ v o l u t i o n n a i r e s r u s s e s , Camus re"affirme l ' i d € e q u ' i l s sont innocents parce q u ' i l s sont p r e t s a s a c r i f i e r l e u r v i e pour l i b e r e r l e s opprimds. I I d c r i t : " C e l u i qui tue n'est coupable que s ' i l consent encore a. v i v r e ou s i pour v i v r e encore, i l t r a h i t ses f r e r e s . Mourir, au e o n t r a i r e , annule l a c u l p a b i l i t y et l e crime lui-meme"3). I I n'y a aucune ressemblance entre l e s aspects de 1'innocence d i s c u t ^ s ci-dessus et l a conception du ch r i s t i a n i s m e orthodoxe. Pour c e l u i - c i l'homme n'est innocent qu'avant l a chute mentionnee dans l a Ge*nese, ou l a perte de l'innocence e s t - l a consequence du p^che o r i g i n e l . Tandis que chez Camus e l l e re"sulte d'un processus tout a f a i t oppose: e l l e a l i e u quand l'homme devient conscient d'une morale. A Tipasa Camus se souvenant des j o i e s innocentes de sa jeunesse e"crit: "Au temps de l'innocence j ' i g n o r a i s que l a morale e x i s t a t . Je l e savais maintenant et je n'etais pas capable de v i v r e a sa hauteur"k). ^ Les Justes p.79 ^ I b i d p.21k 2 ) L'Homme Revolte p.21k ^ L'Ete p . l k 9 11 De mime, Meursault, l e type de I'homme absurde, n ' a v a i t aucun sentiment de sa c u l p a b i l i t e avant son proces. E n f i n , confronte avec l a morale du juge et des temoins i l ne se sent p l u s innocent et d i t : "Pour l a premiere f o i s j ' a i compris que j ' e t a i s coupable" 1^. La r e l i g i o n e s t a u s s i responsable de l a perte de 1' innocence c a r : "Chaque r e l i g i o n tourne autour des 2) notions de 1'innocence et de l a c u l p a b i l i t e " " '. Avec ce d e r n i e r mot nous a r r i v o n s a "l ' e n v e r s " de l a question. S i , chez Camus chaque homme est en quelque sorte innocent, i l est a u s s i en quelque sorte coupable. Sous d i v e r s aspects c e t t e ide"e p a r a i t et r e p a r a l t dans toutes l e s oeuvres depuis L'Etranger jusqua La Chute. Les mots peuvent changer; tous sont "condamne's a mort," "dans l e bagne", "coupables", mais l a n o t i o n est immuable. Comme ceux qui portent l e b a c i l l e de l a peste sans l e s a v o i r , a i n s i chaque homme porte sa pa r t du mal du monde. A premiere vue, c e t t e c u l p a b i l i t e * u n i v e r s e l l e eVoque l e mot de S a i n t - P a u l quand i l e"erit: "Car tous ont p^ohe" et sont prive*s de l a g l o i r e de Dieu. "3) Mais i l y a ce t t e d i f f e r e n c e : l e p^ch^ Chretien est d'abord contre Dieu, p u i s contre l e prochain. Chez Camus l a c u l p a b i l i t e r e s i d e p l u t 8 t en l a p a r t de l a r e s p o n s i b i l i t e de chaque ) L'Etfanger p.128 ^ Romains 3: 23,24 ) L'Homme R e v o l t e p. 296 12 homme dans l e malheur du monde. Meme l e C h r i s t est coupable car i l est responsable du massacre des Innocents. Le c h r i s t i a n i s m e a une reponse a. ce probleme. C'est encore S a i n t - P a u l qui p a r l e : "...et i l s sont gratuitement j u s t i f i e s par sa grace, par l e moyen de l a redemption qui est en Jesus-Christ" 1^. Camus n'admet pas c e t t e s o l u t i o n : L'homme, comme Sisyphe, d o i t accepter sa c u l p a b i l i t y et en prendre son p a r t i . Une autre dissemblance c a p i t a l e entre l a pense*e de Camus et l e c h r i s t i a n i s m e est que l ' e c r i v a i n ne c r o i t pas a 1'immortalite de l'ame. Cette incroyance est evidente dans presque toutes ses ceuvres depuis Noces jusq u 1 s La Chute. Dans Noces i l p a r l e de l a mort comme d'"une porte ferme*e". Meursault a f f i r m e q u ' " i l n'y a pas d'issue" et pour l e Don Juan du Mythe de Sisyphe, l a seule v a n i t e est l ' e s p o i r d'une autre v i e . Y a - t - i l l i e u de soupconner que l'auteur puisse changer d'avis quand i l s'exclame par l a bouche de Clamence: "Les yeux de l'ame, o u i , sans doute, s ' i l y a une ame et s i e l l e a 2) des yeux" I I est probable que jeune, Camus n'eut pas e'er i t ce " s i " . Peut-e"tre commencait-il a douter de son incroyance, mais c'est une hypothese que l'on ne peut v e r i f i e r . 1^ Romains 3:24. 2 ) La Chute p.87 13 Parce que l a mort, selon l u i , est l a f i n dc t o u t , "une mort prematur^e est i r r e p a r a b l e" 1^. La v i e est pre*cieuse, on d o i t l a savourer pleinement car ce qu'on ne f a i t pas i c i - b a s , ne sera jamais accompli. C'est pourquoi l e present est d'une importance p r i m o r d i a l e . Camus aimait l a v i e toute e n t i e r e d'un amour f o r t et f i d e l e . Re*cemment r e * t a b l i de sa premiere maladie se*rieuse, le jeune homme e*crit: "Toute mon horreur de 2) mourir t i e n t dans ma j a l o u s i e de v i v r e " '. Quelques annees plus t a r d , en p a r l a n t d'lvan Karamazov dechire entre " l e oui et l e non", Camus se demande: " S ' i l refuse l'immortalite', que l u i r e s t e - t - i l ? La v i e dans ce q u ' e l l e a de 1 ' e i e m e n t a i r e . Le sens de l a v i e supprime', i l reste encore l a v i e " 3 ) . V i v r e dans l e p r e s e n t l u i est s i cher q u ' i l considere que ceux qui prSchent l a doctrine de l ' e s p o i r d'une autre v i e trompent l e s hommes et Camus condamne toujours l a t r i c h e r i e . "Mais je n ' a i r i e n a f a i r e des ide"es ou de 1' e t e r n e l , " e c r i t - i l . "Les v e r i t e s qui sont a ma mesure, l a main peut l e s toucher"^). P l u s vieux i l trouvera d'autres v a l e u r s que l a main ne peut toucher, mais ce seront des v a l e u r s pour l e s hommes dans cette v i e , non dans un au-dela. ) Le Mythe de Sisyphe p.110 ^) L'Homme ReVolte* p.78 ) Noces p.37 ^ Le Mythe de Sisyphe p.122 14 La seule eternite" q u ' i l reconnait est dans l a nature. Devant l e c i e l , l a t e r r e , l a mer de son A l g e r bien-aime i l pense a l'homme ephemere et l a nature constante et demande: "Et q u ' a p p e l l e r a i s - j e eternite" sinon ce qui eontinuera apres ma mort?" 1) Cette permanence du monde desespere l'homme en meme temps q u ' e l l e e x a l t e , mais on peut l a chercher dans " l a nature, 2) l a mer, l a c o l l i n e , l a med i t a t i o n des s o i r s . " ' Les ph i l o s o p h i e s peuvent changer, l e s empires n a i t r e et mou r i r , mais: "La nature est toujours l a , pourtant. E l l e oppose ses c i e l s calmes et ses r a i s o n s a l a f o l i e des hommes"3). Naturellement ces ide*es sont tout a f a i t e o n t r a i r e s aux a r t i c l e s de l a f o i chretienne. C e l u i qui r^pete l e credo a f f i r m e q u ' i l c r o i t a l a r e s u r r e c t i o n du corps et a l a v i e e t e r n e l l e . Dans l ' E v a n g i l e jesus d i t : " . . . c e l u i qui ecoute ma p a r o l e , et qui c r o i t a c e l u i qui m'a envoye, a l a v i e e t e r n e l l e et ne v i e n t pas en jugement, mais i l est passe de l a mort a l a v i e " 4 ) . Et des S a i n t - P a u l tous l e s theologiens ont f a i t de c e t t e croyance l e p r i n c i p e mSme de l a f o i . Camus considere cet e s p r i t d'un au-dela. comme un f l e u v e i n f r a n c h i s s a b l e entre sa pensee et l a f o i chretienne. 1 ) Noces p.61 3^ I b i d p.115 2 ) L'Ete p.112 ^ Saint-Jean 5:24 De tous l e s bonheurs de c e t t e v i e pre*sente, l e p l u s pre*cieux pour Camus est l a jouissance de l a beaute*. I I ne peut se passer de son appui, de son a b r i dans t o u t e s l e s j o i e s et l e s peines de son existence. En acceptant l e p r i x Nobel i l a reconnu l e r o l e de ce t t e f o r c e de sa v i e en d i s a n t : " . . . l a beaute* n'a jamais a s s e r v i aucun homme. Et depuis des mille*naires tous l e s j o u r s , a toutes l e s secondes e l l e a soulage" au c o n t r a i r e l a s e r v itude des m i l l i e r s d'hommes e t , p a r f o i s , libe*re* pour toujours quelques-uns"l). Le e h r ^ t i e n , l u i a u s s i , d o i t appre*cier l a beaute*, mais pour l u i l a t e r r e est l e marchepied de Dieu parce que, "Les cieux racontent l a g l o i r e de Dieu et l'e*tendue manifest l'oeuvre de ses mains" 1. Naturellement l a conception de l a beaute* chez Camus, l ' i n c r o y a n t , d i f f e r e de c e l l du chre*tien, du m o i n s du C h r e t i e n orthodoxe. Dans ses ceuvres l'auteur s ' i d e n t i f i e avec l e monde dans une sorte de mystique semblable a c e l l e de c e r t a i n s romantiques. P a r f o i s i l se sent u n i a l a r e s p i r a t i o n du monde, su r t o u t dans l e s s o i r s t r a n q u i l l e s et p a i s i b l e s . Par exemple a Florence l a vue du paysage regarde* du haut d'une t e r r a s s e p r o d u i t ce sentiment d'unite* avec l a nature q u ' i l a p p e l l e : " . . . c e t t e entre*e de I'homme dans l e s f§tes de l a t e r r e et de l a beaute*"-^. De mgme un Discours de Suede p . 6 0 ^) Noces p.8 6 2^ Psaulme 1 9 : 1 1 6 s o i r dans un cafe* i l est conscient que "Le monde soupire vers moi"'''). Bien entendu, c'est c e t t e n o t i o n des "noces de l'homme avec l a t e r r e " qui a donnl l e t i t r e a son r e c u e i l de r ^ c i t s i n t i t u l e " Noces. Ce n'est qu'avec l a volupte de l a campagne i t a l i e n n e ou l e mystere du q u a r t i e r arabe l e s o i r , q u ' i l se sent l i e . Dans l e s i l e n c e , l e s m i n e s , l e vent, du desert a. Dje"mila, Camus de*couvre "quelque chose qui forge., q u i donne a l'homme l a mesure de son i d e n t i t e avec l a 2) s o l i t u d e et l e s i l e n c e de l a v i l l e morte" ;. Quelque f o i s ce sont l e s personnages de ses r e c i t s qui expriment c e t t e pense"e. Tout l e re"cit de La Femme Adu l t e r e repose sur 1 'experience de Janine, debout seu l e , l a n u i t , sur l e s remparts qui dominent l e d e s e r t . E n f i n e l l e se sent comble*e, unie a l a n u i t , au d e s e r t , et e l l e descend a l a v i l l e e x a l t ^ e et s a t i s f a i t e . La beaute est pour Camus une p a t r i e . Apres un s^jour a Prague ou i l se s e n t a i t un e x i l , l e jeune voyageur regagne l e s o l e i l mediterraneen en I t a l i e et i l s 1 e e r i e , "Me v o i c i r e p a t r i e " - ^ . Pendant toute sa v i e l e souvenir de cette beaute du midi l e sou t i e n t et 1'.' i n s p i r e . Au m i l i e u de l a b e l l e campagne d ' I t a l i e i l a vue sur une v i l l a ces mots: "In m a g n i f i c e n t i a naturae, r e s u r g i t s p i r i t u s " ^ " ) . Tout l e long de sa c a r r i e r e 1 ) L'Envers et l ' E n d r o i t p.62 ^) L'Envers et l ' E n d r o i t p.62 2 ) Noces p.30 ^ I b i d p.97 17 Camus e*prouvait l a ve*rite" de ce t t e devise. C ' ^ t a i t s u rtout dans l e cre"puscule que c e t t e beaute" s o u l a g e a i t son ame et a ce t t e heure ses personnages a u s s i trouvaie.nt l e repos. On p o u r r a i t p u i s e r des exemples dans n'importe q u e l l e ceuvre, ou r e c i t ou e s s a i , mais c e t t e p e t i t e scene entre Tarrou et Rieux est typique. De toutes l e u r s f o r c e s ces deux hommes combattaient l a peste a Oran. P r i s o n i e r s de l a maladie, f a t i g u e s par l e u r l u t t e sans e s p o i r , i l s sont months un s o i r a une t e r r a s s e d'une maison d'ou i l s pouvaient v o i r "un ho r i z o n ou l e c i e l et l a mer se mSlaient dans une p a l p i t a t i o n i n d i s t i n c t e " . Peu a peu l a beaute et l a p a i x de l a n u i t e n t r a i e n t dans l e u r cceur. Tout e*tait s i l e n c i e u x , l e s e*toiles commencaient a. b r i l l e r ; l e vent a p p o r t a i t des odeurs d'Apices et Rieux d i t : " I I f a i t bon. C'est comme s i l a peste n' e t a i t monte*e l a " . "Oui," re*pond Tarrou, " I I f a i t bon" '. En outre l a beaute* empeche de de"sespe"rer. Retourne" a Tipasa apres une longue absence, Camus a reconnu que dans l e s p i r e s ann^es de l a guerre, c ' e t a i t l e souvenir de ces l i e u x qui 1'avait empe'che de tomber dans l e desespoir. I I e'crit: "Au m i l i e u de 1'hiver, j'apprenais 2) e n f i n q u ' i l y . a v a i t en moi un ete i n v i n c i b l e " . Cette ^ La Peste p.202 2 ) L'Ete* p.158 18 idee d'un e s p r i t indomptable est symbolise* par l e s amandiers de l a v a l i n e des Consuls: "...parce que je savais qu'en une n u i t , une seule n u i t f r o i d e et pure de f e v r i e r , l e s amandiers se couvraient de f l e u r s blanches. Je m'e*merveillais de v o i r ensuite cette neige f r a g i l e r e s i s t e r a toutes l e s p l u i e s et au vent de l a mer"l). Camus a e"crit ces mots en 19k0 au commencement de l a longue n u i t nazie. Quelques-uns de ses camarades dans l a Resistance t r o u v a i e n t l e u r s o u t i e n dans l a f o i chretienne, mais pour l u i c r e t a i t l e souvenir de ces amandiers f l e u r i s qui maintena.it son courage. On objectera p e u t - e t r e , et avec r a i s o n , que ce t t e conception de beaute et de l a nature n'est pas tout a f a i t opposee a c e l l e du c h r i s t i a n i s m e . Mais l a dissem blance c a p i t a l e est que c e l u i - c i concoit l e monde comme l'ceuvre de Dieu t a n d i s que Camus l e v o i t et l e sent par l e truchement des sens. Entre l u i et l a nature i l y a au s s i c e t t e union mystique, ces "noces" p a r e i l l e s a 1 ' -uni te de 1' i d e a l paien des Grecs. Parce que dans l'ceuvre de Camus, "tout est a l a mesure de l'homme", l a c h a i r y joue un r S l e tout a u s s i important que dans l a v i e d'un i n d i v i d u . Cette c h a i r v i b r a n t e a ses v e r i t e s a e l l , e l l e possede des c e r t i t u d e s des jugements qui v a l e n t autant que ceux de 1 ' e s p r i t . Dans l e c h a p i t r e du Mythe de Sisyphe i n t i t u l e La Conqu§te 19 i l e c r i t en p a r l a n t du Les i o n d ' a c t i o n : "Les conqu^rants savent que 1'action est en elle-meme i n u t i l e . I I n;'.y.".a qu'une a c t i o n u t i l e , c e l l e qui r e f e r a i t l'homme et l a t e r r e ...Car l e chemin de l a l u t t e me f a i t rencontrer l a c h a i r . .Meme humilie'e l a c h a i r est ma c e r t i t u d e " ^ ) . Cette c h a i r dont l e temoignage est sur, a a u s s i l e pouvoir de juger, car d i t l ' a u t e u r : "Le jugement du 2) corps vaut b i e n c e l u i de 1 ' e s p r i t . . . " ' I I est p o s s i  b l e p a r f o i s que l e jugement de 1 ' e s p r i t et des Amotions nous trompe, mais on peut e*tre c e r t a i n de c e l u i du corps. I I y a d ' a i l l e u r s de l'esperance dans cette c h a i r . Meursault, qui en p r i s o n a t t e n d a i t son proces a recu l a v i s i t e de Marie, l a compagne des jours de son innoncence. Separ^s par deux g r i l l e s , entoures d'autres p r i s o n n i e r s et de l e u r s amis, i l s se voyaient a. t r a v e r s un l a r g e espace vide. La conversation £tait d i f f i c i l e , mais Meursault f i x a i t son regard sur l e t i s s u f i n et f a m i l i e r de 1'epaule de Marie que l a robe largement d e c o l l e t ^ e l a i s s a i t v o i r et se d i s a i t : "... je ne savals pas t r e s b i e n ce q u ' i l f a l l a i t espe*rer en dehors de l u i . " " - ^ Cette espe*rance fondee sur l a c h a i r blanche de son amie; f u t l a seule q u ' i l trouvat pendant tous l e s mois passes en p r i s o n . Pour l u i , comme pour son cre*ateur, l a v<§rite 1 Le Mythe de Sisyphe p.119 ; L'Etranger p.107 2 ) I b i d . p.20 20 et I'espe'rance ee trouve en "...ce que ma main peut toucher et mes i e v r e s c a r e s s e r . " 1 ^ Et ce n'est que quand i l est prive" "des de"lices du corps" q u ' i l devient vraiment conscient des murs de sa p r i s o n . De plus l e p r i s o n n i e r imagine l'aumonier qui e s s a y a i t de l e tourner vers l a r e l i g i o n , mort p l u s d'a m o i t i e parce que l e s j o i e s de l a c h a i r l u i sont i n t e r d i t e s . On peut en de*duire que c'est l'auteur qui p a r l e i c i par l a bouche de Meursault. En outre, comme a r t i s t e , Camus se sent o b l i g e d' §tre temoin de l a c h a i r autant que de l a l i b e r t e " et de l a dignite* humaine. S'adressant a une assembled d' e c r i v a i n s i n t e r n a t i o n a u x en 1948, v o i c i ce q u ' i l d i t des v r a i s a r t i s t e s : " I l s sont du cSte* de l a v i e , non de l a mort. I l s sont l e s te*moins de l a c h a i r , non de l a l o i . " Chez Camus l a v i e humaine a toujours une importance c a p i t a l e . La c h a i r joue un r S l e majeur et a i n s i l e v e r i t a b l e a r t i s t e a 1 ' o b l i g a t i o n de se rendre compte de sa s i g n i f i c a t i o n et d'en tSmoigner. Parce q u ' i l estime tant l a c h a i r , Camus a c c e u i l l e l a renaissance de l ' i d e * a l grec du corps qui se manifeste a c e t t e e*poque, surtout dans l e s pays me"diterraneens.- Dans L'Etranger i l d e c r i t comment Marie e.t Meursault Noces p.47 21 j o u i s s e n t de l a mer. Conscients du mouvement de 1' • eau contre l e u r corps, de chaque nuance des vagues, du c i e l au-dessus d'eux, i l s jouent comme deux dauphins. M§me sous l e s c i e l s mouille's d'Amsterdam i l y a ceux qui re"vent a un voyage aux Indes ou "Les dieux descendent sur l e s corps nus et l e s l i e s derivent"" 1"^. Les passages ou Camus de"crit l e "bonheur et 1'abandon de l a jeunesse alge*roise s'e"battant dans l e s eaux du po r t r e v e l e n t a quel p o i n t i l admire, "ce c u l t e de 1'admiration du 2) corps". ' Ces mots de Noces i l l u s t r e n t clairement sa j o i e de v i v r e : "On ne mesurera jamais assez haut 1'importance de c e t t e coutume pour notre e*poque. Pour l a premiere f o i s depuis deux m i l l e ans, l e corps a 6t6 mis nu sur des plages. Depuis v i n g t s i e c l e s , l e s hommes se sont attache's a rendre de"centes 1'insolence et l a naivete" grecques, a diminuer l a c h a i r et compliquer 1'habit. Aujourd'hui et par-dessus cett e h i s t o i r e , l a course des jeunes gens sur l e s plages de l a Me'diterrane'e, re j o i n t l e s gestes magnifiques des a t h l e t e s de De*los. Et de v i v r e a i n s i pres des corps et par l e corps, on s'apercoit q u ' i l a ses nuances, sa v i e e t , pour hasarder un non-sens une spychologie, qui l u i est propre. L ' E v o l u t i o n du corps comme c e l l e de 1 ' e s p r i t a son h i s t o i r e , ses r e t o u r s , ses progres et son d e * f i c i t " 3 ) . Dans une note a ce passage, Camus reproche au c h r i s t i a  nisme sa m o r t i f i c a t i o n de l a c h a i r . Evidemment son i d e a l du corps et c e l u i du c h r i s t i a n i s m e ne se ressemblent guere. C e l u i - c i re"legue l a c h a i r a une 1) La Chute p.21 3) I b i d p.47 2) Noces p.58 22 place infe*rieure. C'est l e C h r i s t lui-m6me qui exhorte ses d i s c i p l e s : "...ne vous i n q u i ^ t e z pas pour votre v i e de ce que vous mangerez, n i pour, corps de quoi vous serez v§tus"l). La the"ologie de S a i n t - P a u l va plus l o i n et declare que l a c h a i r est mauvaise, car i l e"crit aux Roma i n s : " S i 2) vous v i v e z selon l a c h a i r , vous mourrez..." ' C'est l u i d'ailleur.s qui suggere q u ' i l y a de l a v e r t u dans l a m o r t i f i c a t i o n du corps, que l ' i d e " a l sera de supprimer tous l e s d ^ s i r s , toutes l e s j o i e s c h a r n e l l e s . Pour l e s C o r i n t h i e n s i l s ' e n o r g u e i l l i t des m o r t i f i c a t i o n s q u ' i l s'impose et l e u r d i t : " . . . j e t r a i t e durement mon corps et je l e t i e n s a s s u j e t t i " . E n f i n , par contraste a l'ide*e de 1' importance de l'homme, l e c h r i s t i a n i s m e pre*che que l a t e r r e , l a beauts, l e corps, tout e n f i n , appartiennent a Dieu et que l'homme ne j o u i t de ces dons qu'en tant qu'econome. C'est toujours S a i n t - P a u l qui e"crit: "Ne savez-vous pas que votre corps est l e temple du S a i h t - E s p r i t qui est en vous, que vous avez recu de Dieu, et que vous n'appar- tenez p o i n t a vous-m§me"k). L'ide*e du corps t e l que Camus l a concoit est paienne au sens grec du mot, une ide"e tout a f a i t oppose*e a 1' i n f e r i o r i t e de l a c h a i r prechde dans l a d o c t r i n e chretienne. 1 ) St. Mathieu 6: 25 3 \ C o r i n t h i e n s 9: 27 2 ) Romains 8: 13 ^\ C o r i n t h i e n s 6: 19 23 B r e f , on r e v i e n t toujours au f a i t que dans l e c h r i s t i a  nisme tout d o i t e t r e a l a mesure de Dieu, et chez Camus c'est I'homme qui est r o i . C'est pourquoi dans toutes ses ceuvres et pendant toute sa v i e i l rend hommage a l a nobless humaine. Maintes f o i s i l p a r l e de l ' " o r g u e i l de ma c o n d i t i o n humaine" 1^. En 1943 au m i l i e u des jours n o i r s de l a guepje i l s'Verier " J ' e x a l t e I'homme devant ce qui 1' 2) ecrase" '. Tr e i z e armies plus t a r d , au moment d'accepter l e p r i x Nobel i l se s e r t a peu pres des m§mes mots, rendant"...hommage a une f i g u r e de I'homme que r i e n j u s q u ' i c i n'a pas pu e'eraser" . C'est encore une de ces ide"es f i x e s q u ' i l a s u i v i e s tout l e long de son existence. B ien entendu l e c h r i s t i a n i s m e , l u i a u s s i , rend hommage a I'homme en dormant a l a v i e humaine une dignite", une v a l e u r inconnue avant J^sus- C h r i s t . Par exemple, l e docteur Schweitzer, conuu pour son ceuvre human!taire en A f r i q u e , a pour sa do c t r i n e p r i n c i p a l e , l e respect de l a v i e . I I fonde cett e ide*e sur l e s enseignements du C h r i s t dans l e sermon sur l a montagne. Main i l r e s t e toujours c e t t e d i f f e r e n c e : pour l e c h r ^ t i e n l a v a l e u r de l a v i e humaine depend de sa parente* avec Dieu. C'est quand I'homme est l e f i l s de Dieu q u ' i l est digne et noble. A c t u e l l e s p , 2 6 ^ Discours de Suede p. o) ; Le Mythe de Sisyphe p.120 24 Bien q u ' i l e x a l t e l'homme, Camus n'a aucun d ^ s i r de l e d i v i n i s e r car i l y - v o i t un danger. Cette d i v i n i s a t i o n "entralne c e l l e de l ' ^ t a t " 1 ) , d'ou r ^ s u l t e n t l e s maux l e s p l u s graves de ce s i e c l e . Toujours i l se dresse centre l e t o t a l i t a r i s r n e et c r i t i q u e l e marxisme russe dont l a p h i l o s o p h i e d i v i n i s e l'homme. I I d i t : "Ce qui est en cause, c'est un mythe pr o d i g i e u x de 2) d i v i n i s a t i o n de l'homme..." ' I I ne p o u r r a i t exprimer p l u s nettement que l'on ne d o i t pas el e v e r l'homme au niveau de Dieu, ce qui t e n d r a i t a l a suppression de 1' humanity. Camus c r o i t en outre, que l e s e u l e s p o i r de l'homme sans Dieu e x i s t e dans " l e royaume de l'homme"^', mentionne' ci-dessus. Comme l e Chretien trouve ses r e " a l i t e s , ses c e r t i t u d e s dans l e royaume de Dieu, l'homme de Camus trouve l e s siennes dans l a t e r r e . Sisyphe condamne* a un supp l i c e sans f i n , n'a pas d'espoir; sa tache est touj o u r s a. recommencer. Ne"anmoins Camus 1'imagine soutenu par, " l a surety de deux mains p l e i n e s de t e r r e " ^ , et c e t t e surety l e rend plus f o r t que son rocher. D ' a i l l e u r s , cette: c e r t i t u d e dont l e s r a c i n e s sont dans l a t e r r e , est capable de former un l i e n entre tous l e s hommes. A Upsala en 1957 i l d i t : 1^ L'Homme Ryvolte p.257 ^ L'Homme Ryvo l t y p.257 2 ) A c t u e l l e s p.195 ^ Le Mythe de Sisyphe p. "La raer, l e s p l u i e s , l e L e s i o n , l e de*sir, l a l u t t e contre l a mort, v o i l a ce qui nous re"unit tous. . . L e s rSves changent avec l e s hommes, mais l a r ^ a l i t e " du monde est notre commune p a t r i e " ! ) . Camus est f i e r d ' e t r e homme et ses personnages re"fletent c e t t e f i e r t e * . Le docteur Rieux au m i l i e u de sa l u t t e contre l a peste declare q u ' i l n'a pas de goftt "pour l'heroisme et l a sa'ontete', ce qui m' inte*resse, A 2) c'est e'tre un homme" '. Tarrou, son compagnon de combat l u i re*pond q u ' i l trouve que c'est moins ambitieux de v o u l o i r §tre un s a i n t p l u t 6 t qu'un homme. L ' i n c i d e n t a l a f i n du re"cit La P i e r r e qui Pousae souligne cet hommage rendu a I'homme par Camus. Apres a v o i r it6 sauve de l a mer, un Indien nomine* " l e coq" a v a i t f a i t l e vceu de p o r t e r une lourde p i e r r e dans un pro c e s s i o n de pen i t e n t s un jour de f e t e . Le d e f i l e p a s s a i t autour de l a v i l l e et au commencement tout a l l a i t b i e n . Peu a peu l e poids devint trop l o u r d a. supporter et f i n a l e - ment l e coq tomba extenue". I I f u t de'sole', mais un inge*nieur f r a n g a i s q u i s ' e t a i t p r i s d'amitie" pour l u i , v i n t a son a i d e , posa l a p i e r r e sur sa propre t S t e , et f i n i t l e t r a j e t . Arrive*e devent l ' E g l i s e , toute 1' assis t a n c e a t t e n d a i t que l ' i n g ^ n i e u r d'Arrast y e n t r a t . Mais tout a coup i l se detourna et p r i t l e s e n t i e r q u i menait a l a mai son du coq. La. i l deposa l a p i e r r e au fo y e r comme un ex-voto a l ' a u t e l de I'homme p l u t S t qu'a Discours de Suede p.42 and 43 2) La Peste p.210 26 l ' a u t e l de Dieu. Le c h r i s t i a n i s m e l u i , rend hommage d'abord a. Dieu, et p u i s a l'homme. Ceci est un autre example des divergences qui e x i s t e n t entre l a pensee chretienne et l a pensee de Camus. E n f i n l e s ceuvres de Camus reVelent que sa pensee et l e c h r i s t i a n i s m e s'opposent en maints aspects. D'ahord et fondamentalement, l' a u t e u r se declare incroyant. P u i s i l donne a l'homme une importance, c a p i t a l e , car pour l u i l e jugement et l e s a l u t dependent de l a creature et non du cr^ a t e u r . L'homme a l a f o i s innocent et coupable ne perd c e t t e innocence qu'en devenant conscient d'une morale. En outre, pour Camus l a seule immortalite* acceptable est c e l l e de l a nature. Toute autre est une tromperie. Le r 6 l e du corps est t r e s important dans sa pens£e. I I e x a l t e l e s sens et trouve que l e s c e r t i t u d e s du corps sont a u s s i v a l a b l e s que c e l l e s de 1 ' e s p r i t . I I est 1'apStre de l a beaute*, mais i l en a une conception paienne, suivant l'ide"e greeque q u ' i l admire tant. I I ne v o i t pas en l a b e a u t e du monde un don de Dieu comme l e f a i t l e C h r e t i e n . En somme dans son ceuvre l ' i d e e importante est que "Tout est a l a mesure de l'homme",1'' a l o r s que chez l e C h r e t i e n tout e s t a l a mesure de Dieu. Noces p.86 27 CHAPITRE I I Objections au C h r i s t i a n i s m e ' Dans l e ch a p i t r e prece*dant on a dSmontre l e s dissem blances entre l a pensee d'Albert Camus et l e c h r i s t i a n i s m e . Maintenant i l f a u t conside"rer l e s o b j e c t i o n s s£rieuses et de*finies que l'a u t e u r oppose a c e r t a i n s aspects de l a r e l i g i o n chre'tienne, car on peut en trouver dans son oeuvre. Pour l u i comme pour beaucoup d'autres l e probleme du mal est '1'obstacle i n f r a n c h i s s a b l e " c ' e s t sur ce rocher que son e s p r i t s&e'choue. En p a r t i c u l i e r l a question de l a souffrance des innocents pre*sente des d i f f i c u l t e * s graves, surtout l a souffrance des enfants. Camus s'exprime nettement dans La Peste ou i l d € c r i t l a mort dans d'affreuses souffrances du p e t i t Othon. Voyant son cas de'sespe're', l e s medecins decident de l u i donner l e serum q u ' i l s avaient developpe. Malgre, ou peut-Stre a cause de l ' e f f i c a c i t e du serum, 1'agonie de 1'enfant dure p l u s longtemps que d ' o r d i n a i r e . L'ame de tous ceux qui entourent 1'enfant et l e regardent s o u f f r i r , est de'chire'e. Les me'decins, l e u r ami Tarrou et l e je*suite, pere Paneloux, l u i qui a v a i t preche" auparavant que l a peste r e * s u l t a i t des pe*ches des c i t o y e n s , tous ces hommes se trouvent impuissants devant cett e mort a f f r e u s e . A c t u e l l e s p.225 28 Le pr§tre commence a. p r i e r , mais l e s g^missements des meurt et l e docteur Rieux se pre"cipite de l a s a l l e . En passant pres du pre*tre: Dans l a cour ou l e s deux hommes se sont rendus pour se r a f r a l c h i r un peu, l e j ^ s u i t e admet que c e t t e mort f u t pour l u i insupportable et incomprehensible. Mais malgre sa repugnance i l d i t qu'on d o i t aimer ce qu'on ne peut comprendre. A ces mots Rieux repond avec f o r c e : "Non, mon pere, d i t - i l . Je me f a i s une autre idee de l'amour. Et je r e f u s e r a i jusqu'a l a mort d'aimer cette c r e a t i o n ou l e s enfants sont t o r t u r e s 2 ) " . P u i s i l s ' e e r i e : "Ce que je h a i s , c'est l a mort et l e mal Quelques jours p l u s t a r d Paneloux pre*che a nouveau dans l a cathedrale. Cette f o i s i l change un peu d'avis et admet que l e mal tombe sur l e s innocents a u s s i b i e n que sur l e s coupables. Mais i l p e r s i s t e a c r o i r e q u ' i l f a u t accepter que l e s ju s t e s et l e s innocents s o u f f r e n t car d i t - i l : "...l'amour de Dieu est un amour d i f f i c i l e . I I suppose 1'abandon t o t a l de soi-me*me et l e d e d a i n de sa personne. Mais l u i s e u l peut e f f a c e r l a souffrance et l a mort des enfants, l u i seul en tout cas l a rendre n e c e s s a i r e , parce q u ' i l est impossible de autres malades couvrent ses p r i e r e s . E n f i n l e p e t i t "Rieux se retourne et l u i j e t a avec v i o l e n c e : 1) La Peste p.178 3) I b i d . p.179 2) I b i d . p.l?Q l a coraprendre et qu'on ne peut que l a v o u l o i r . V o i l a l a . d i f f i c i l e legon que je v o u l a i s partager avec vous. V o i l a l a f o i , c r u e l l e aux yeux des hommes, d e c i s i v e aux yeux de Dieu, dont i l f a u t Comme son ;^personnage Rieux, l'auteur refuse c e t t e i n t e r p r e t a t i o n de l a f o i , car i l d i s c u t e exactement le^ m§me probleme dans L'Homme Revolte". C i t a n t Ivan Karamazov qui refuse l e s a l u t a cause de sa re V o l t e contre l a souffrance des innocents, i l e"crit: "Ivan incarne l e r e f u s du s a l u t . La f o i mene a l a v i e immortelle. Mais l a f o i suppose l ' a c c e p t i o n du mystere et du mal, l a r e s i g n a t i o n a 1 ' i n j u s t i c e . C e l u i que l a souffrance des enfants empeche d'acce"- der a l a f o i ne recevra done pas l a . v i e immortelle. Dans ces c o n d i t i o n s , m§me s i l a v i e immortelle e x i s t a i t , Ivan l a r e f u s e r a i t " 2 ) . On suppose que Camus se s o l i d a r i s e avec Rieux, avec Ivan, avec tous ceux qui sont p r e t s a abandonner l e u r s a l u t s ' i l f a u t c r o i r e que l e s innocents doivent sou£frir. Tout en refusant l e mal, Camus reconnait son exi s t e n c e , b i e n q u ' i l en ignore l a source. I I d i t q u ' i l se sent un peu comme St Augustin avant sa conversion qui d i s a i t : "Je cherchais d'ou v i e n t l e mal et je n'en •5) s o r t a i s pas" y. I I se peut q u ' i l ne sache pas d'ou v i e n t l e mal, mais. i l s a i t b i e n ce q u ' i l f a u t f a i r e contre l u i ; i l f a u t a g i r pour ne pas aj o u t e r a l a souffrance du 1) 2) La Peste p.187 L'Homme ReVolte* p.77 3) A c t u e l l e s p.217 monde. Dans 1'expose* L'Incroyant auxChretiens i l l e u r f a i t cet appel: "Nous ne pouvons pas emp§cher peut-etre que c e t t e c r e a t i o n s o i t c e l l e ou des enfants sont torture's. monde pourra nous y aider ? "1) La conversation entre Rieux et Paneloux apres l a mort du p e t i t Othon s'acheve sur l e mime ton. Le p r e t r e accepte d'aimer meme ce q u ' i l ne peut comprendre, meme l a t o r t u r e violemment c e t t e pensee et exprime sa haine de l a mort et du mal. Mais i l prend l a main de Paneloux et l a r e - t i e n t en d i s a n t q u ' i l s sont inseparablement u n i s dans l e combat contre l e mal, q u ' i l s auront a l'endurer cote a cote, et que "Dieux lui-mSme ne peut maintenant nous 2) se*parer" . Que l a f o i accepte l e mal et s'y resigne est pour Camus l a v e r i t a b l e p i e r r e d'achoppement. On y v o i t une des p l u s se*rieuses o b j e c t i o n s aux croyances chretiennes. Le probleme du mal entraine c e l u i de 1 'existence de Dieu. La f o i chretienne exige qu'on c r o i e en Dieu t o u % - puissant. C'est l a que Camus v o i t un paradoxe.sans i s s u e . S i Dieu est bon, i l ne d o i t pas permettre l e malheur, en p a r t i c u l i e r l a souffrance des innocents. Mais l e malheur e x i s t e , l e s enfants sont t o r t u r e s , i l s meurent Et s i vous ne nous d'un enfant s i c'est l a volonte de Dieu. Rieux r e j e t t e 1) A c t u e l l e s p.217 2) La Peste p.179 31 en agonie. A i n s i ee Dieu t o u t - p u i s s a n t d o i t §tre un "deus ex machina" qui ne s'inqu i e t e pas du tout des o r i s des s o u f f r a n t s . Mais on maintient que Dieu est bon, que l e s humains l u i sont pre"cieux. S i c e l a est v r a i i l ne peut pas §tre puissan t ou i l m e t t r a i t f i n a toute souffrance, a tout malheur. "C'est l e paradoxe d'un Dieu t o u t - p u i s s a n t et m a l f a i s a n t , ou b i e n f a i s a n t et s t e r i l e " 1 ^ . Que ce probleme s o i t fondamental chez Camus est c e r t a i n , car i l en p a r l e dans p l u s i e u r s de ses oeuvres, se servant a peu pres des m§mes mots. Dans l e Mythe de Sisyphe i l d i s c u t e l a l i b e r t e humaine par rapport a l'absurde. La i l trouve que l e probleme de l a l i b e r t e n'a pas de sens "en s o i " ; i l est l i e au probleme de. Dieu et au probleme p l u s pressant du mal. P u i s i l e c r i t : "...ou nous sommes pas l i b r e s et Dieu t o u t - p u i s s a n t est responsable du mal. Ou nous sommes l i b r e s mais Dieu n'est pas t o u t - p u i s s a n t " 2 ) . Quand i l p a r i a chez l e s Dominicains en 1948, Camus admit que l a ve"rite" chre'tienne pftt e x i s t e r , mais i l de*clara 3) "...que je n ' a i pu y e n t r e r " . Ce paradoxe d'un Dieu b i e n f a i s a n t et f a i b l e ou m a l f a i s a n t et f o r t est assure'ment un "obstacle i n f r a n c h i s s a b l e " q u i empgche Camus d'entrer dans l a f o i . L'Homme ReVolte* p. 354 ^) A c t u e l l e s p. 212 o) Le Mythe de Sisyphe p.79 (aus s i l ' E t a t de Siege p.223) 3 2 L'incroyance de l'auteur se manifeste dans presque tous ses Me r i t s . Pour l u i Dieu est muet et sourd; i l e s t done i n u t i l e de l u i a d r e s s e r d e s p r i e r e s . Dans Le Malentendu Maria apprend des l e v r e s de sa belle-sceur Martha, que son mari est mort, a s s a s s i n ^ par sa mere et Marthe. A f f o l d e , e l l e s'adresse a Dieu. Martha se p r e c i p i t a n t a. son tour vers l a mort, s'arr§te a l a porte et r a i l l e : " P r i e z v o tre Dieu q u ' i l vous fasse semhlable a l a p i e r r e . C'est l e bonheur q u ' i l prend pour l u i , c'est l e s e u l v r a i bonheur. F a i - tes comme l u i , rendez-vous sourd a. tous l e s c r i s " 1 ) . P u i s e l l e s o r t . Maria tombe a genoux et p r i e : "Ayez p i t i e , Seigneur". Le vieux domestique, comme un symbole de Dieu, entre dans l a s a l l e et Maria s u p p l i e : "Ayez p i t i e " , mais d'une v o i x n e t t e , i l prononce ce 2) s e u l mot: "Non" . De m§me l e docteur Rieux p a r l e du x) c i e l "ou Dieu se t a i t " ' , et l a pauvre v i e i l l e dame d e c r i t e dans L'Envers et L'Endroit continue "son te*te-a- k) t§te decevant avec Dieu" ' quand l e s geunes gens s o r t e n t et l a l a i s s e n t toute seule. Pour Camus ce s i l e n c e de Dieu est absolu et constant. D ' a i l l e u r s l'auteur f a i t o b j e c t i o n aux c a r a c t e r i s  t i q u e s a t t r i b u e e s a Dieu. I I ne h a i t que l a haine, et ^ Le Malentendu p.94 ^ La Peste p.109 2 ) I b i d . p.95 ^ L'Envers et 1'Endroit p 33 " l e Dieu implacable de l'Ancien Testament" 1^st une f i g u r e indigne. Dans C a l i g u l a i l y a maintes a l l u s i o n s 2) a l a cruaute des dieux. ; Dieu est i n j u s t e car l e s hommes se trouvent " f r u s t r ^ s de l e u r j u s t i c e par l a c h a r i t y d i v i n e " 3 ^ . Dieu " t r i c h e " i l est "anar- c h i s t e " ^ ^ , i l est un enfant de chceur"^. Tous ces t r a i t s de Dieu l e rendent in c r o y a b l e aux yeux de l' a u t e u r qui s'oppose toujours a. 1 ' i n j u s t i c e , a l a t r i c h e r i e , a tout ce qui empe*che de v o i r c l a i r . Un obstacle de plus a l a croyance en Dieu est son i n u t i l i t y " . Le v i e i l asthmatique dans La Peste d i t que s i Dieu e x i s t e , " i l n'y aura pas besoin de cure's;""^) a son a v i s s i Dieu e x i s t a i t I I assumerait lui-m^me tous l e s de v o i r s de l ' E g l i s e et I'homme n ' a u r a i t r i e n a. f a i r e . Pour Camus qui v o i t t o u t a l a mesure de I'homme une t e l l e idee est insupportable. Le docteur Rieux qui s ' i d e n t i f i e avec l ' a u t e u r , exprime a. peu pres l a meme pensee quand i l d i t a. Tarrou " q u ' i l e r o y a i t en un Dieu t o u t - p u i s s a n t 8) i l c e s s e r a i t de g u e r i r l e s hommes, l u i l a i s s a n t ce s o i n " '. Bie n qu'on puisse deceler quelques changements dans 1 ' a t t i  tude de Camus envers l e c h r i s t i a n i s m e , c e t t e conception de 1 ' i n u t i l i t e de Dieu r e s t e constante dans ses oeuvres. "^ L'Homme RevoIty p.22 ^ L'Etat de Siege p.223 L'Etranger p.165 2 ) C a l i g u l a P.174, 177, 221. ^ ^ P ' 2 3 3^ A c t u e l l e s p. 74 La Peste p. 100 ^ L'Homme Ryvolty p.15 ^ I M d - P - 1 0 8 34 Dans La Chute Clamence de"crit 1 ' i n j u s t i c e que l'homme peut rendre a l'homme, c i t a n t 1'invention de l a c e l l u l e des crachats par l e s N a z i s , et i l a f firme que l e s hommes "n'ont pas besion de Dieu pour ce p e t i t chef- d'oeuvre". P u i s i l continue en reponse a l a questi o n , " a l o r s ? " " A l o r s , l e seule u t i l i t e de Dieu s e r a i t de g a r a n t i r l'innonce et je v e r r a i s p l u t S t l a r e l i g i o n comme une grande e n t r e p r i s e de blanc h i s s a g e , ce q u ' e l l e a ete* d ' a i l l e u r s , mais brievement, pendant t r o i s ans tout j u s t e , et eine ne s'a p p e l a i t pas r e l i g i o n . Depuis, l e savon manque, nous avons l e nez sale et nous nous mouchons mutue11ement" 1). I I en est qui v o i e n t dans de t e l s passages 1'evidence d'une conversion imminente de Camus, et i l e st v r a i que dans ces dernieres ceuvres i l a exprime' une ami tie" pour Je*sus-Christ. Par l a bouche de Clamence i l re"affirme sa croyance que l e C h r i s t n'est pas surhumain, p u i s i l s'exclame: " I I a crie* son agonie, et c'est pourquoi je 2) I'aime, mon ami, qui est mort sans s a v o i r " . En c o n t i  nuant son monologue Clamence c r i t i q u e ceux "qui grimpent sur l a c r o i x pour e"tre vus de l o i n et i l c r i e du fond de son cceure: "0 1 ' i n j u s t i c e , 1 ' i n j u s t i c e qu'on l u i a f a i t e et que me serre l e coeur- ••"3 ^ . Tout incroyant q u ' i l s o i t Camus ne meprise jamais l e C h r i s t . Ne"anmoins i l ne peut jamais accepter sa d i v i n i t e * , n i trouver p o s s i b l e de c r o i r e en Dieu l e pere. Pour l u i c e t t e ne*cessite d'une croyance t o t a l e est une o b j e c t i o n c a p i t a l e au c h r i s t i a n i s m e . 1 ) La Chute p.129 3^ La Chute p.132 2 ) La Chute p.132 35 L'ide*al grec de l ' ^ q u l l i b r e r e s t e constamment l e s i e n et i l v o i t dans une r e l i g i o n t o t a l e comme l e ch r i s t i a n i s m e l a c o n t r a d i c t i o n de cet ide*al. Dans une i n t e r v i e w accordee a Emile Simon en 1948 i l explique sa p o s i t i o n v i s - a - v i s de l a f o i chre'tienne et de l a pensde grecque. Apres a v o i r f a i t remarquer que l e c h r i s t i a n i s m e ne pouvait admettre 1 ' e s p r i t grec ou "Les Grecs ne n i a i e n t pas l e s dieux, mais i l s l e u r mesuraient l e u r p a r t " " ^ , Camus demontre l a s u p e r i o r i t y de l a tolerance grecque en d i s a n t : "Mais cet e s p r i t - l a . peut t r e s h i e n admettre, au c o n t r a i r e , 1'existence du c h r i s t i a n i s m e " '. C'est par l e pere Paneloux que 1' auteur exprime c e t t e ide*e du t o t a l i t a r i s m e chre*tien, ce "tou t ou r i e n " . Au moment de sa seconde p r i c h e l e j e s u i t e essaie de persuader ses au d i t e u r s d'accepter aveuglement l a souffrance comme l a volonte* de Dieu. I I s ' ^ c r i e : "Mes f r e r e s , 1'instant est venu.:, I l f a u t t o u t c r o i r e ou tout n i e r . Et qui done, parmi vous, o s e r a i t tout n i e r ? " 3 ^ Dans ce mime sermon Paneloux i n s i s t e q u ' i l f a u t h a i r Dieu ou 1'aimer: i l n'y a pas de demi-mesure. Mais pour Camus i l y a un moyen terme, i l v o i t "l'envers et 1'endroit" d'une question, l e " o u i " et l e "non", et i l est toujours contre l e t o t a l i t a r i s m e sous n'importe q u e l l e forme. 1 ) A c t u e l l e s p.226 ^) ^  Peste p.184 2 ) I b i d . p.226 36 En regard de c e t t e soumission t o t a l e i l maintient que tout d o i t etre mis en doute. En 1951 i l e c r i t : "Nos credos p o l i t i q u e s et philosophiques nous ont mends dans une impasse ou tout d o i t etre remis en question... ""^ On peut penser que l e c h r i s t i a n i s m e est un de ces credos philosophiques q u ' i l f a u t mettre en doute et re*xaminer. Pour Camus l e doute est un besion; sans l u i 1 ' e s p r i t meurt. I l met ces mots dans l a bouche de Clamence: "Pour cesser d'etre douteux, i l f a u t cesser d'etre, tout 2) bellement" . Me*me l e pere Paneloux, l e reprdsentant du c h r i s t i a n i s m e orthodoxe, s'approche de l'he"resie du doute dans son second preehe en montrant de 1'inquietude devant l a souffrance des innocents. Mais l e p r e t r e r e c u l e devant l'abime, se soumet a l a volonte" de Dieu comme i l l e v o i t , et accepte meme ce q u ' i l a en horreur. Camus de toutes ses f o r c e s f a i t o b j e c t i o n a cet absolutisme. S ' i l n'aime pas l e t o t a l i t a r i s r n e du c h r i s t i a n i s m e , i l condamne a u s s i l ' h y p o c r i s i e q u ' i l y trouve. I I de*teste tout mensonge et considere l e mystere r e l i g i e u x comme mensonge car i l empeche de v o i r c l a i r . I I blame l a m y s t i f i c a t i o n de l ' E g l i s e qui " . . . j a d i s f o n d a i t 1'appression c o l o n i a l i s t e sur l a n e c e s s i t y de sauver l e s araes des i n f i d e l e s " - ^ . Cette t r a h i s o n des enseignements du C h r i s t et par l a une h y p o c r i s i e organised. On a ^ A c t u e l l e s I I p. 1+1 3^ A c t u e l l e s I I p. 177 2) ' La Chute p.88 mentionne* p l u s haut ceux qui grimpent sur l a c r o i x pour et r e vus de l o i n , ceux qui veulent l ' a b r i de l a f o i sans etre p r e t s a. en assumer l e s r e s p o n s a b i l i t e s ou a p o r t e r l e u r propre c r o i x . Camus condamne a u s s i , et toujours par l a bouche de Clamence, ces chre*tiens qui jugent au nom du C h r i s t qui cependant a dec l a r e : "Ne jugez p o i n t , a f i n que vous ne soyez p o i n t juges" 1^. I I c r i t i q u e d ' a i l l e u r s , l a perte d'humilite chez l e s Chretiens. Clamence p a r l e des adorateurs du Seigneur humble des catacombes et des g r e n i e r s de j a d i s ; p u i s i l continue en p a r l a n t de ceux de notre e"poque: "Mais aujourd'hui, rassurez-vous, l e u r Seigneur n'est p l u s au g r e n i e r , n i a. l a cave. I l s 1' ont juche* sur un t r i b u n a l , au secret de l e u r cceure, et i l s cognent, i l s j u g e n t r s u r t o u t , i l s jugents en son nom." I I p a r l a i t doucement a l a pecheresse: "Moi non p l u s , je ne te condamne pas". Ca n'empeche r i e n , i l s condamnent, i l s n'absolvent personne. Au nom duvSeigneur, v o i l a ton compte. Seigneur? I I n'en demandait t a n t , mon ami. I I v o u l a i t qu'on aime, r i e n de p l u s . . . " 2 ) . P u i s toujours juste envers l a s i n c e r i t e , et peut-etre pensant a ses bons amis qui sont Chretiens, Camus d i t : "bien s t i r , i l y a des gens qui l'aime, meme parmi l e s Chretiens. Mais on l e s compte" 3^. Outre son h y p o c r i s i e i l trouve le-. c h r i s t i a n i s m e i n e f f i c a c e . I I s'exprime clairement a cet e*gard dans une note ajoute*e a. l a page 34 de 1'Homme ReVolte*. 1^ St. Mathieu 7; 1 ^ L'Homme Revolte* p. 34 2^ La Chute p.133 38 Dans ce ch a p i t r e l'auteur d i s c u t e I ' o p p o s i t i o n de I ' uni v e r s du sacre" a c e l u i de l a r e v o l t e ou "toutes l e s reponses soient humaines, e'est- a - d i r e raisonnablement f o r m u l e e s " 1 ) . E t puis dans l a note i l . e * c r i t : "Bien entendu, i l y a une re*volte me'taphy- sique au de"but du c h r i s t i a n i s m e , mais l a r e s u r r e c t i o n du C h r i s t , l'annonce de l a parousie et l e royaume de Dieu i n t e r p r e t s comme une promesse de v i e e t e r n e l l e , sont l e s responses qui l a rendent i n u t i l e s " 2 ) . Tout a l a f i n de l a meme ceuvre i l r e a f f i r m e l ' i n e f f i - cacite* du c h r i s t i a n i s m e devant l e s problernes du mal, de l a souffrance, du meurtre q u ' i l f a u t re"soudre i c i - bas, et i l d i t : "Le c h r i s t i a n i s m e h i s t o r i q u e n'a repondu a ce t t e p r o t e s t a t i o n contre l e mal que par 1' annonce du royaume, p u i s de l a v i e e*ternelle qui demande l a f o i " 1, Camus n'accepte pas ce t t e f o i et pour l u i , l e c h r i s t i a n i s m e e s t done i n u t i l e en face des problernes b r u l a n t s de cet epoque. I I souligne c e t t e i n e f f i c a c i t e " dans La Peste quand i l d S c r i t comment l e s personnes qui cherehaient a u t r e f o i s l a c o n s o l a t i o n dans l a r e l i g i o n , l ' a v a i e n t abandonee pour "des s u p e r s t i t i o n s peu raisonnables"V quand i l s se tr o u v a i e n t confrontes a ce t t e maladie grave et e x t r a o r d i n a i r e . De tous ces exemples, on i n f e r e que Camus c r o i t que l a f o i ne peut r i e n contre l e mal. 1 ) L'Homme Revolte p.34 ^ I b i d . p.374 2 ) Ibid.p.34 ^ La Peste p.181 39 Le c h r i s t i a n i s m e est d ' a i l l e u r s , pour Camus, une evasion. L u i qui cherche constamment l a l u c i d i t e , qui essaie de v o i r c l a i r , trouve qu'en se tournant vers l a f o i , on Ichappe a sa responsabilite* d'homme. En commencant par L'Envers et 1'Endroit on peut s u i v r e c e t t e idee dans tous ses e*crits. I I termine l ' e s s a i Entre Oui et Non de son premier recue.il avec ces mots: '•Et p u i s i l y a des gens qui pre*ferent regarder l e u r d e s t i n dans l e s yeux 1' 1^. Dans l e s dernieres pages de L'Homme ReVolte* i l se p l a i n t que l e c h r i s t i a n i s m e reporte a un au-dela l a gue*rison des maux de ce monde, q u ' i l e v i t e son d e v o i r , t a n d i s que c'est dans ce monde que l e s hommes ont L e s i o n d'etre gue*ris. Dans La Chute i l d i t que l a grace est une i r r e s p o n s a b i l i t e * et que ce sont l e s f r i p o n s qui l a recherchent. I I s'imagine a u s s i que l a r e l i g i o n e s t un refuge pour l e s vieux. La v i e i l l e mere' dans Le Malentendu a s p i r e tant a. l a p a i x q u ' i l y a d i t - e l l e , "des s o i r s ou. je me s e n t i r a i s 2) presque des gouts de r e l i g i o n " '. Sa f i l l e , Martha, repond vivement q u ' e l l e n'a pas L e s i o n de cet a s i l e des v i e u x , d i s a n t : "Vous n'etes pas s i v i e i l l e , ma mere qu' i l f a i l l e en v e n i r l a . Vous avez mieux a. f a i r e " '. Pour i l l u s t r e r c ette idee que f a i r e l e saut vers ^ L'Envers et 1'Endroit p.77 ^ Ibid.' p.li+ 2) Le Malentendu p.lk ko l a f o i c'est e*viter l a v i e , Camus c i t e des exemples des ceuvres et de l a v i e de p l u s i e u r s philosophies, y compris Kierkegaard. I I i n s i s t e que l e saut est chez l u i une Evasion car d i t - i l : "Tout 1 ' e f f o r t de son i n t e l l i g e n c e est d'e"ehapper a l'antimonie de l a c o n d i t i o n humaine""^. Un saut philosophique est a u s s i une evasion pour Camus. Apres a v o i r discute' l a f o i de Kierkegaard i l p a r l e de l a p h i l o s o p h i c de c o n s o l a t i o n de Jaspers et de Husserl q u ' i l considere comme un moyen d'e*chapper; a. l a ne'cessite' d'assumer l e poids de l a v i e humaine. . Ces a t t i t u d e s contrastent avec l a l u c i d i t e " du docteur Rieux, qui 2) confronts au mal de l a peste "essaie de v o i r c l a i r " ' meme dans l a n u i t qui l'entoure. Le but de cet e s s a i n'est pas de d i s c u t e r l a question de s a v o i r s i l e c h r i s t i a n i s m e est ou non Une echappatoire mais i l est evident que pour Camus c'est une o b j e c t i o n serieuse a. l a f o i chre'tienne. Mais to u t c e l a d i t , i l f a u t noter q u ' i l ne c r o i t pas que l a r e l i g i o n s o i t une evasion pour tous. Le j o u r n a l i s t e Emile Simon l u i demande s ' i l e s t juste d' i n d u i r e qu'un acte de f o i n'est qu'une demission et un acte de f u i t e . Mais Camus l u i repond: "Mais je re*f l y c h i r a i s avant de d i r e comme vous . que l a f o i chretienne est une demission. Peut-on e*crire ce mot pour un s a i n t Augustin ou un Pascal? L'honnStete' c o n s i s t e a juger Le Mythe de Sisyphe p.58 2 ) La Peste p.108 41 une d o c t r i n e par ses sommets, non par ses sous-produits. Et du r e s t e , b i e n que je sache peu sur ces cboses, j ' a i 1'impression que l a f o i est moins une pa i x qu'une espe*rance t r a g i q u e " ! ) . C'est parce q u ' i l n'a pas ce t t e espe*rance, q u ' i l i n s i s t e sur 1'importance du present. Pour l u i i l n'y a pas d'issue a ce t t e v i e , on est responsable i c i - b a s : " i l f a u t accepter de v i v r e au jour l e jour et seul en face 2) du c i e l . " ' Comme Rieux, i l v o i t c l a i r , et dans sa l u c i d i t y i l se rend compte que 1'Europe est devenue une " t e r r e inhumaine" ou notre temps a "un visage repoussant". Malgre c e l a vers l a f i n de L'Homme Revolte" i l e*crit: "Mais ce temps est l e n o t r e , et comment l e re n i e r ? S i notre h i s t o i r e est notre enfer, nous ne saurions en detourner l a face. Cette horreur ne peut §tre e*ludee, mais assumee pour e*tre depassee, par ceux-la m§mes qui l ' o n t vecue dans l a l u c i d i t e , non par ceux q u i , l'ayant provoque"e, se ,\ cr o i e n t en d r o i t de prononcer l e jugement" '. S i c e r t a i n e s d o c t r i n e s fondamentales du c h r i s t i a n i s m e p a r a i s s e n t inacceptables a l ' a u t e u r , c e r t a i n e s f a i b l e s s e s de l a p a r t des Chretiens, surtout de l a p a r t de l ' E g l i s e organised, l u i repugnent encore p l u s . D'abord i l trouve coupable que l ' E g l i s e f u t l e n t e a ..condamner l e s d i c t a t u r e s . E c r i v a n t dans Combat l e 26 de*cembre 1944, i l d i s c u t e l e message que l e pape v i e n t d'adresser au monde ou i l se declare franchement en faveur de l a 3) L'Homme Re"volte* p . 3 0 4 1 ) A c t u e l l e s p.225 ' La Peste p.63 42 democracie. L'auteur a c c u e i l l e favorablement ee message, mais i l f a i t remarquer qu'a ce moment-la l e s d i e t a t u r e s chancelaient et qu'on a t t e n d a i t depuis longtemps une t e l l e condamnation"en termes c l a i - r s " de " l a p l u s grande autorite" s p i r i t u e l l e de ce temps""1"). I I a u r a i t voulu entendre l e Pape de*noncer ce q u ' i l f a i l l a i t denoncer, par exemple l e s t o r t u r e s , l e s cruaute*s, et l e s executions de Franco, et i l S c r i t : " I I est due de penser que l ' E g l i s e a laisse" ce s o i n a d'autres, p l u s obscurs, qui n' a v a i t son autorite", et dont c e r t a i n s S t a i e n t p r i v S s de l'espSrance i n v i n c i b l e dont e l l e v i t " 2 ) . Sans doute i l se place parmi l e s "plus obscurs prive"s de 1' espe*rance" q u i ont Sieve" l a v o i x contre l a ty r a n n i e des d i e t a t u r e s . Dans ce meme a r t i c l e i l eondamne 1' E g l i s e prechant l a moderation devant 1 ' i n j u s t i c e du monde. Pour l u i ce monde a be so i n d'ame brul,antes q u i comprennent que "quelque chose d o i t etre change"" . I I f a i t appel aux chre"tiens pour q u ' i l s se rangent du cote de l a cause de l a l i b e r t e et de l a j u s t i c e : "Non, l e s Chretiens des premiers s i e c l e s n'e"taient pas des mode"res. Et l ' E g l i s e , aujourd'hui, d e v r a i t a v o i r a tache de ne pas se l a i s s e r cpnfondre avec l e s f o r c e s de conservation''^-). Quatre ans p l u s t a r d dans son expose" L' Incroyant aux C h r e t i e n s , Camus repete c e t t e c r i t i q u e due s i l e n c e de l ' E g l i s e -1") A c t u e l l e s p. 68 ^) x ^ i a . p . 2 ) I b i d . p.68 4) I b i d . p.69 43 confronte*e aux d i c t a t u r e s . I I admet que quelques encycliques puissent p o r t e r une condamnation, mais 11 i n s i s t e sur l e f a i t que cette condamnation n'est pas c l a i r e et que: "Ce que l e monde attend des chre*tiens est que l e s chre*tiens p a r l e n t a haute et clai-fe v o i x , et q u ' i l s portent l e u r condamnation de t e l l e facon que jamais un seul doute, ne puisse se l e v e r dans l e cceur de I'homme l e plu s simple"^). Que l ' E g l i s e se t a i s e devant l e s d i c t a t u r e s est r e g r e t t a b l e , mais q u ' e l l e se range souvent du c6te* des oppresseurs est plus grave encore. Et i l trouve que c e l a s'est souvent pre*sente* au cours de l ' h i s t o i r e de . l ' E g l i s e . Dans L 1 Homme ReVolte* i l exprime l a pense*e que c'est l a une des r a i s o n s de l a c o n d i t i o n miserable du monde a c t u e l , car d i t - i l : "De Pau l a. S t a l i n e , l e s papes qui ont c h o i s i Ce*sar ont prepare* l e s v o i e s aux Ce*sars qui ne chosissent qu'eux-mSmes"2). De plus Camus accuse l ' E g l i s e d'avoir cree l e s p o l i c e s t e r r o r i s t e s . Re*pondant a un a r t i c l e q u i c r i t i q u a i t L'Homme ReVolte, Camus r a p p e l l e que l ' E g l i s e f i t massacrer l e s A l b i g e o i s pour supprimer l e u r he*resie. I I e*crit: "... justement, ee s o i t l ' E g l i s e , comme vous l e reconnaissez, qui a i t cre*e* de toutes pieces l ' l n q u i - 3") s i t i o n , modele des p o l i c e s t e r r o r i s t e s . . . " ' De meme 1) A c t u e l l e s p.214 3) A c t u e l l e s I I p.67 2) L'Homme ReVolte* p.83 en 1789, i l constate que l ' E g l i s e a une r e s p o n s a b i l i t e dans l e s eVenements qui menent a l a r e v o l u t i o n , sur- tout en f a i s a n t n a i t r e l a pensee l i b e r t i n e des philosophes et des j u r i s t e s car: "Pour que c e t t e e n t r e p r i s e devienne p o s s i b l e et se sente le*gitimee, i l a f a l l u d'abord que l ' E g l i s e ...se mette du cote des maitres en prenant sur e l l e d ' i n f l i g e r l a douleur"!). Camus condamne egalement l ' E g l i s e d ' a u t r e f o i s , et l ' E g l i s e a c t u e l l e qui approuve l e s mesures de l a t e r r e u r f r a n q u i s t e en Espagne. Devant l e s chre*tiens rassemble's chez l e s Dominicains i l s ' S c r i e : "Quand un eVeque espagnol be"nit des executions p o l i t i q u e s , i l n'est p l u s un eveque n i 2) uh Chretien et pas meme un homme, i l est un chien..." En outre dans La Chute i l montre l a t r i s t e s s e prdfonde d'un jeune F r a n g a i s , croyant et c a t h o l i q u e , quand i l decouvre que "dans l e s camps f r a n q u i s t e s , s l e s p o i s chiches etaient benis par Rome."3^ L'auteur remarque que l e repr^sentant de l ' E g l i s e , l u i a u s s i , peut §tre du cote des oppresseurs. Dans Les L e t t r e s a un Ami Allemand i l d e c r i t une scene dans un camion qui mene des Frangais a l a mort. Parmi l e s condamnes i l y a une jeune gargpn qui r e u s s i t a sauter de l a v o i t u r e . L'aumonier allemand qui essayaient de preparer l e s p r i s o n n i e r s a l a mort s'apergoit de I'eVasion. 1) L'Homme ReVolte* p.ll+ 3 3 ) La Chute p.145 2) A c t u e l l e s p.215 45 I I y a \ine seconde "Ou l'homme de Dieu d o i t decider s ' i l est avec l e s bourreaux ou a v e c l e s martyrs, s e l o n sa v o c a t i o n " 1 ^ . I I c h o i s i t l e s bourreaux et donne l ' a l e r t e aux so l d a t s qui capturent I'enfant. C'est un pr§tre f r a n c a i s qui a raconte" avec honte 1' i n c i d e n t a Camus. C e l u i - c i est f i e r que n u l pre*tre f r a n c a i s n ' a i t commis un t e l crime et i l r econnait qu' i l y a quelques Chretiens qui se rangent du cStS des opprime's. I I trouve d ' a i l l e u r s que l ' E g l i s e a t r a h i sa mis s i o n de mediation. I I aime toujours 1 ' i d e a l de mesure, ce "b e i e q u i l i b r e de 1'humain et de l a nature" ' qui c a r a c t S r i s e l a pensee grecque. L ' E g l i s e a b r i s e cet e q u i l i b r e , car d i t - i l , "...avec 1 ' I n q u i s i t i o n et l a d e s t r u c t i o n de 1'hSresie cathare, l ' E g l i s e se se*p are a nouveau du monde et de l a beaute", et redonne a l ' h i s t o i r e sa primaute" sur l a nature" '. Cette rupture i l l ' a t t r i - bue a 1'influence des peuples nordiques "qui n'ont pas une t r a d i t i o n d'amitie* avec l e monde"^^, et qui sont a i n s i responsables de l a d i s p a r i t i o n de l a n o t i o n de mediation. Dans une l e t t r e defendant L'Homme ReVoltS Camus emploie presque l e s me*mes mots quand i l e*crit: " . . . l ' E g l i s e a pu e*tre mSdiatrice dans ses a f f i r m a t i o n s 5) et facheusement demesurSe dans ses a c t i o n s " 1. Cette L e t t r e s a un Ami Allemand p.48 ^ I b i d . p.236 2 ) L'Homme ReVolte p.236 ^) A c t u e l l e s I I p.68 ^ I b i d . p. 236 46 a c c u s a t i o n ajoute l a t r a h i s o n a 1 ' h y p o c r i s i e , e"galement d£testables aux yeux de l'auteur. L ' E g l i s e a a u s s i t r a h i sa m i s s i o n de reorder "une communaute de j u s t i c e et d'amour" 1^, et a laisse" l a c h a r i t y aux autres. Quand l a Grande-Duchesse v i s i t e K a l i a y e v i l l u i d i t que l ' E g l i s e a f a i t un choix: " E l l e a garde" l a grace pour e l l e et nous a l a i s s e l e s o i n d'exercer l a charite*" ;. Camus souligne c e t t e pensle dans L'Etat de Siege ou l e p r e t r e s'e"chappe par l a seule porte reste"e ouverte. Cette porte se ferme. P u i s l e pauvre laisse" dans cette v i l l e ou regne l a Peste s'e"crie: "Chretiens de l'Espagne, vous i t e s abandonne"s""^. Mais I'homme de Dieu ne s ' e n f u i t pas toujours. Par exemple l e pere Paneloux r e s t e dans l a v i l l e pestife're' ou i l l u t t e courageusement cote-a-c6te avec l e s non-croyants. A l a f i n i l meurt de l a maladie sans chercher du secours, f i d e l e a. son idee qu'un pr§tre n'a pas l e d r o i t de c o n s u l t e r un medecin. Une derniere et grave f a i b l e s s e de l ' E g l i s e aux yeux de Camus, toujours tourne" vers l a l u c i d i t e , c'est q u ' e l l e s ' i n s p i r e de mystere et bafoue l e s hommes. Selon l u i l e monde est une v i c t i m e quand l a r e l i g i o n promulgue l e mystere de l a parousie au l i e u d'am^Horer l a c o n d i t i o n humaine t e l l e q u ' e l l e l a trouve sur c e t t e ) L'Homme ReVolte* p. 207 ^ L'Etat de Siege p. 88 ) Les Justes p.147 47 t e r r e . E l l e est a u s s i coupable quand elle "nous f a i t c r o i r e que l a p o l i t i q u e de puissance, q u e l l e q u ' e l l e soit, peut nous amener a une s o c i e t e raeilleure ou l a l i b e r a t i o n s o c i a l e sera e n f i n r e a l i s S e " 1 ) . On pense i c i a. l'exem- p l e des indigenes c o n v e r t i s pour rendre p l u s f a c i l e 1'expansion c o l o n i a l e . I I s e r a i t i n j u s t e de d i r e que Camus condamne absolument l ' E g l i s e malgre" l e s f a u t e s et l e s e r r e u r s q u ' i l l u i reproche. I I n'hSsite jamais a l u i d i r e ou, a son a v i s , e l l e e r r e , mais i l declare a u s s i q u ' e l l e peut a v o i r une mi s s i o n a accomplir quand i l e*crit: "Mais je pr e n d r a i l ' E g l i s e au sSrieux quand ses chefs s p i r i t u e l s p a r l e r o n t un langage de tout l e monde et v i v r o n t eux-memes l a v i e dangere.use et miserable qui est c e l l e du p l u s grand nombre"2). C ' e s t - a - d i r e , quand l e s chefs de l ' E g l i s e s u i v r o n t de plu s pres l e fondateur de l e u r r e l i g i o n . I I r e s s o r t clairement des ceuvres de Camus de graves et p r S c i s e s o b j e c t i o n s q u ' i l oppose a l a pensee chre'tienne. Le paradoxe du probleme du mal est fondamental pour l u i , et i l refuse absolument l a s o l u t i o n exposee par Paneloux dans La Peste.- I I n'y v o i t qu'une r e s i g n a t i o n , jamais une s o l u t i o n . Ce paradoxe est l a r a i s o n p r i n c i p a l e de son doute de 1'existence de Dieu b i e n que l a p e r s o n n a l i t e ^ A c t u e l l e s p.232 2 ) A c t u e l l e s p.226 48 m8me a t t r i b u t e a Dieu renforce son incroyance en tant qu'une evasion de son r 6 l e d'homme responsable. Quand i l considere 1'aspect humain du c h r i s t i a n i s m e , Camus condamne en termes tranchants ces chre*tiens qui sont h y p o c r i t e s et t r a h i s s e n t l e s p r i n c i p e s de l e u r maltre. E n f i n i l n'Spargne jamais l ' E g l i s e quand i l est question de l u i demontrer nettement ses f a i h l e s s e s . 49 CHAPITRE I I I Les Ressemblances On passe maintenant aux idees communes a l a pense*e chre'tienne et a l a pense"e d'Albert Camus. S ' i l y a dans ses oeuvres des dissemblances c a p i t a l e s et des ob j e c t i o n s serieuses au c h r i s t i a n i s m e , i l y a a u s s i maintes ressemblances frappantes. Cet auteut connait b i e n l e s p r i n c i p e s du c h r i s t i a n i s m e , i l &21u l a B i b l e , et que1ques-unes de ses idees l e s plus importantes r e f l e t e n t une i n f l u e n c e chre'tienne. L ' o b l i g a t i o n de l u t t e r est imperieuse pour Camus; selon l u i tout homme d o i t combattre l e mal, l a ou i l l e trouve, sans heroisme, comme on f a i t son m e t i e r . Ce devoir de combattre dont i l f a i t mention dans p l u s i e u r s l i v r e s est une des " i d e e s f i x e s " de l'a u t e u r . Par exemple l e n a r r a t e u r de La Peste, l e docteur Rieux, p a r l e des formations s a n i t a i r e s que son ami Tarrou v i e n t d'eta- b l i r dans l a v i l l e pestife*ree d'Oran. Le docteur rend j u s t i c e a 1'importance de cet ouvrage, mais i l ne veut pas donner 1'impression que ces dquipes sont composees de he"ros, car d i t - i l : "Ceux...n'eurent pas un s i grand merite a. l e f a i r e , en e f f e t , car i l s savaient que c ' e t a i t l a seule chose a f a i r e . " P u i s i l continue: „3) 50 '•Puisque l a maladie e t a i t l a , i l f a l l a i t f a i r e ce q u ' i l f a l l a i t pour l u t t e r contre e l l e " l ) . Le c h r i s t i a n i s m e a s s i m i l e l a v i e a une l u t t e contre l e mal. A i n s i l e C h r e t i e n , l u i a u s s i a 1 ' o b l i g a t i o n de l u t t e r . St. Paul exhorte l e jeune Timoth^e: "Combats 2) l e bon combat de l a f o i " '; p a r l a n t ensuite de l a v i e q u ' i l a mende i l a joute: " J ' a i combattu l e bon combat.. et encore aux Hebreux: "...vous avez soutenu un grand combat au m i l i e u des s o u f f r a n c e s " ^ . Dans l a parabole du bon Samaritain Jesus a raconte ce que cet homme a f a i t pour soigner l e malheureux tombe au m i l i e u des brigands. P u i s i l a d i t au docteur de l a l o i q u i 5) 1 ' i n t e r r o g e a i t : "Va et t o i ; f a i s de meme" . D ' a i l l e u r s l a l i t t e r a t u r e chretienne a t r a v e r s l e s ages depeint l a v i e comme un combat contre l e s assauts du mal, ou p l u s pre*cise*ment, contre l e s attaques du Malin. Au seizieme s i e c l e Luther S c r i v a i t : "C'est un rempart que notre Dieu" , et dans l e meme ca n t i q u e ^ "Mais un he'ros dans l e s combats pour nous l u t t e sans cesse". C'est dans c e t t e l u t t e qu'est une grande d i f f e r e n c e entre l a pensee de Camus et l e c h r i s t i a n i s m e . Pour l e Chretien Dieu est l e eompagnon i n f a i l l i b l e dans l e combat, mais pour Camus I'homme d o i t l u t t e r sans recours au d i v i n , malgre' q u ' i l 1^ La Peste p. 114 ^ He*breux 10: 32. 2 ) I Timothe*e 6: 12. ^) s t > L u c 1 0 . 3 7 > ^ I I Timothe*e 4: 7. ^ M. Luther, C'est un Rampart que notre Dieu. Chants  Evange*liques, p. 338. 51 n'a aucun e s p o i r d'atteindre une v i c t o i r e d e f i n i t i v e , car d i t l ' a u t e u r : "Je ne r e f e r a i jamais des hommes, mais i l f a u t f a i r e comme s i " 1 ) . D'autre p a r t l e c h r i s t i a n i s m e espere r e f a i r e l e s hommes, car St. P a u l e*crit: "Ce qui est quelque chose, c'est d'etre une nouvelle creature" . Mais avec ou sans e s p o i r , l e Chretien et Camus, tous deux, sont dans 1 ' o b l i g a t i o n de l u t t e r , de combattre, de " f a i r e ce q u ' i l f a l l a i t " contre n'importe q u e l l e peste, n'importe ou e l l e se trouve. Camus c r o i t de tout son cceur que l'homme a une tache a accomplir sur cette t e r r e , y compris l a nS c e s s i t e de " f i x e r un sens a l a v i e de tous l e s j o u r s " . Le c h r i s t i a n i s m e cherche a u s s i un sens a l a v i e et proclame q u ' i l l e trouve dans une croyance en J e s u s - C h r i s t . Camus et l e c h r i s t i a n i s m e considerent que 1'ouvrage q u o t i d i e n est un bon moyen pour l'homme de de*couvrir ce sens. L'auteur de 1 ' E c c l e s i a s t e e c r i t : "Tout ce que t a main trouve a f a i r e , avec t a f o r c e , f a i s - l e ; car i l n'y a n i ceuvre, n i pensee, n i sc i e n c e , n i sagesse, dans l e sejour des morts ou t u va s " ^ ) . Camus exprime l a meme idee quand i l d i t que l a tache de l'homme est de "bien f a i r e son metier" . Je*sus p a r l a n t a ses d i s c i p l e s l e s exhorte a ne pas 1 ) Le Myth de Sisyphe p.119 ^ E c c l e s i a s t e 9: 10 2^ G-alates 6: 15 La Peste p.36 3 ) A c t u e l l e s p.178, 227. 52 f a i r e de mal a ceux qui l e u r en f o n t mais " S i quelqu'un te frappe sur l a joue d r o i t e , p r e s e n t e - l u i a u s s i 1'autre" I I pr§ehe que l a tache de l'homme est de ne pas augmenter l e malheur dans ce monde. Camus applique ce p r i n c i p e quand i l S c r i t : "La logique du reVolte" est de v o u l o i r p) s e r v i r l a j u s t i c e pour ne pas aj o u t e r a 1 ' i n j u s t i c e . " ' D'apres Camus, 1 ' a r t i s t e , l u i a u s s i , e st oblige" de l u t t e r . Dans une a l l o c u t i o n prononcee a. un meeting i n t e r n a t i o n a l d ' S c r i v a i n s en 1948, i n t i t u l e e Le Temoin de l a L i b e r t y , i l d i s c u t e l e r o l e de I ' a r t i s t e dans l e monde contemporain. L'engagement en s o i , question b r u l a n t e chez quelques auteurs, est pour l u i v a i n . Mais tout de meme i l declare que 1 ' a r t i s t e est engage, quoique involontairement, car i l continue: " E t , pour f i n i r , ce n'est pas l e combat qui f a i t de nous des a r t i s t e s , mais 1'art qui nous c o n t r a i n t a etr e des combattants. Par sa f o n c t i o n meme, 1 ' a r t i s t e est l e tSmoin de l a l i b e r t y , et c'est une j u s t i f i c a t i o n q u ' i l l u i a r r i v e de payer cher."3) I I r e a f f i r m e c e t t e i d y e , employant presque l e s me*mes mots dans l e s reponses q u ' i l f a i t a quelques questions posees dans 1'essai C r S a t i o n et L i b e r t y ( A c t u e l l e s I I ) , et a u s s i dans l e Discours prononce' a l a remise du P r i x Nobel, en disan t que l a tache de 1 ' a r t i s t e "dans l e cirque"..."con- s i s t e a emp§cher que l e monde se dSfasse"^'. L ' a r t i s t e est d ' a i l l e u r s responsable, car d i t l ' a u t e u r : 1) 2) St. Mathieu 5: 39 L'Homme Revolte p.352 A c t u e l l e s p.217 3) 4) A c t u e l l e s p. 26k Discours de Suede p.17 \ 53 " . . . l e temps des a r t i s t e s a s s i s est f i n i . . . I I s e " t i e n t au m i l i e u de tous, au niveau exact, n i p l u s haut n i p l u s bas, de tous ceux qui t r a v a i l l e n t et qui l u t t e n t . Sa voc a t i o n meme, devant 1'oppression, est d'ouvrir l e s p r i s o n s et de f a i r e p a r l e r l e malheur et l e bonheur de t o u s " l ) . Le c h r i s t i a n i s m e a u s s i souligne l a responsabilite* de I'homme. Mime dans l a Genese Cain demande, " s u i s - j e 2) l e gardientde mon f r e r e ? " ' La parabole du Samaritain c i t e e p l u s haut demontre que I'homme est l e gardien de son f r e r e . Jesus va plus l o i n dans l e sermon sur l a montagne; i l declare que ses d i s c i p l e s doivent aimer meme l e u r s ennemis. P u i s dans l ' E v a n g i l e i l p a r l e de l a ne*cessite de donner a manger, de donner a. b o i r e , a ceux q u i ont fa i m et s o i f ; de v e t i r ceux qui sont depouille*s, de r e c u e i l l i r I'etranger, d ' a l l e r vers l e s malades, vers ceux qui sont en p r i s o n , et e n f i n i l rassure ses a u d i t e u r s : "Je vous d i s en v e r i t e , toutes l e s f o i s que vous avez f a i t des choses a. l'un de ces plus p e t i t s de mes f r e r e s , c'est a moi que vous l e s avez f a i t e s " 3 ) . Par c o n t r a s t e , ceux qui n'ont pas secouru l e s malheureux seront condamne*s. I I n'est pas exagere* de c r o i r e que Camus s'est inspire* des enseignements de Jesus pour e*crire " d ' o u v r i r l e s p r i s o n s et de f a i r e p a r l e r l e mal heur et l e bonheur de tous". A c t u e l l e s II p.181 3) M a t h i e u 25: ko. Genese 4: 9 54 Camus designe a u s s i a. 1 ' a r t i s t e et a. I'homme r e v o l t ! l e s o b j e c t i f s de l e u r l u t t e : l a servitude sous n'importe quel aspect et 1'oppression dans toutes ses formes. I I exhorte l e s Frangais en A l g e r i e a " l u t t e r pour empecher que l a r e p r e s s i o n ose etre c o l l e c t i v e " 1 ^ . Pour l u i l e maitre et 1'esclave n'ont r i e n de commun. La c o n d i t i o n de servitude rompt l e dialogue entre l e s hommes, et d<§truit l e u r s o l i d a r i t y , deux conceptions c a p i t a l e s chez Camus: "...tout r e v o l t e . . . s' engage a. l u t t e r contre l a s e r v i t u d e , l e mensongeret l a t e r r e u r et a f f i r m e , l e temps d'un e c l a i r , que ces t r o i s f l e a u x font regner l e s i l e n c e entre l e s hommes, l e s obscurcissent l e s uns aux autres et l e s empechent de se trouver dans l a seule v a l e u r qui puisse l e s sauver du n i h i l i s m e , l a longue c o m p l i c i t y des hommes aux p r i s e s avec l e u r d e s t i n " 2 ) . Quelques pages plus l o i n dans l e mime c h a p i t r e , i l d i s c u t e l e r i l e de I'homme dans ces temps modernes et continue: "Nous portons en nous nos bagnes, nos crimes et nos ravages. Mais notre tache n'est pas de l e s dechainer a. t r a v e r s l e monde; e l l e est de l e s combattre en nous-mimes et dans l e s autres"3). I I f a u t a u s s i l u t t e r contre " l a peste", ce mal qui rode sur l a t e r r e , et pour l a combattre, i l f a u t d'abord l a r e c o n n a i t r e et l u i donner un nom. Dans l a v i l l e 1) A c t u e l l e s I I I p.128 L'Homme Revolte p.350, 351 3) Ibid. p.372 2) 55 d'Oran l e s me*decins ne pouvaient r i e n tant qu'on n'av a i t pas prononce" .ce mot, mais des qu'on eut nomine" c e t t e maladie, i l s pouvaient prendre des mesures contre e l l e ^ \ 2) L'homme d o i t l u t t e r contre " 1 ' i n j u s t i c e e t e r n e l l e " ; , " l a h a i n e " 3 ) , " l e deshonneur du v r a i pessimisme"^"), et :surtout contre l a mort, l'une des deux choses que Camus se permet de h a i r " ^ . Dans l e s ceuvres de Camus cette l u t t e est grave, meme m o r t e l l e , et ne correspond pas du tout a un don quichottisme qu'on l u i a p a r f o i s reproche. Le chre*tien, l u i a u s s i d o i t l u t t e r contre des f o r c e s "bien de"finies. St. Pau l e c r i t aux Ephesiens de " l u t t e r ...contre l e s dominations, contre l e s a u t o r i t e s , contre l e s p r i n c e s de ce monde, contre l e s e s p r i t s mediants dans l e s l i e u x c e l e s t e s " ^ ) . De p l u s , d e " c l a r e - t - i l , l e chre"tien peut etre vainqueur dans l e combat contre l e mal, car i l d i t aux Romains: "Ne te l a i s s e pas va i n c r e par l e mal, mais surmonte l e mal par l e b i e n " 7 ) . Camus est prive" de cet e s p o i r , mais ne"anmoins i l l u i f a u t l u t t e r "comme s i " , c ' e s t - a - d i r e sans cesse et avec courage comme s i l a v i c t o i r e e t a i t assuree. Mais i l ne s u f f i t pas de l u t t e r contre quelque chose, i l f a u t combattre pour quelque chose. C'est en quoi Camus d i f f e r e d'autres e b r i v a i n s contemporains, et c'est l a que 1'accusation de don quichottisme trouve son o r i g i n e . Camus p r e c i s e pour quoi i l f a u t combattre, et 1^ La Peste p.56 ^ Discours de Suede p.17 2 ) L e t t r e s a un Ami Allemand p.77 ^ Ephesiens 6: 12 3 ) A c t u e l l e s I I I , p.127 7^ Romains 12: 21 ^ L'Ete p.135 56 l e p r e c i s e clairement. D'abord i l l u t t e pour l a l i b e r t e et pour l a beaut!; a son a v i s inseparablement u n i e s , "...tous ceux q u i aujourd'hui l u t t e n t pour l a l i b e r t e eombattent en de r n i e r l i e u pour l a b e a u t e " 1 ^ . La perte de l a l i b e r t e l u i est i n t o l e r a b l e et des l o r s i l f a u t combattre pour e l l e constamment et partout. On s a i t a quel p o i n t i l essaie de v o i r c l a i r ; l a l u t t e pour maintenir "meme dans 2) l e s p i r e s t e n e b r e s " ; est done importante. I I f a u t a u s s i l u t t e r pour chercher " l e chemin de l a r e n o v a t i o n " 3 ^ dont i l p a r l e longuement dans L'Homme Revolte. Pour cet auteur qui h a l t l a mort et par l a l a guerre', " l a p a i x est l e seul combat qui v a i l l e d'etre m e n e " ^. E n f i n s i 1'on est oblige de combattre l e mensonge sous toutes formes et en tous l i e u x , on est egalement oblige de l u t t e r pour 5) " . . . c e t t e f a i b l e nuance qui separe l e faux du v r a i " . Toutes ces chose§, l a beaute, l a l i b e r t e , l a lumiere, l a renovation, l a p a i x , l a v e r i t e , l u i sont p r e c i e u s e s , et i l trouve que c'est son devoir en tant qu'homme et en tant q u ' a r t i s t e de combattre pour e l l e s . Or 1'essence du c h r i s t i a n i s m e pur est de combattre l e mal, tout en f a i s a n t l e bien. C'est l e devoir du Chretien obeissant a son maitre de l u t t e r , l u i a u s s i , pour l a l i b e r t e , l a j u s t i c e , l a p a i x , l a v e r i t e , car au 1) L'Ete p.116 A c t u e l l e s I I p.24 3) A c t u e l l e s p . 2 4 9 2 ) 4) 5) A c t u e l l e s p . 8 4 L e t t r e s a. un Ami Allemand 57 commencement de sa mission Jesus declare q u ' i l e*tait "pour annoncer l a bonne nouvelle aux pauvres,...pour gue*rir,.. .pour proclamer l a d e l i v r a n c e . . .pour renvoyer l i b r e s l e s opprimds""1"^. Sans doute, c'est a c e t t e tache chretienne, souvent n e g l i g e e , que Camus pe n s a i t quand, dans L'Incroyant aux Chretiens» i l f i t appel a. ceux-ci pour q u ' i l s se joignent a l u i dans l a l u t t e pour l a j u s t i c e , l a l i b e r t e " , et l a pai x . Comment I'homme, oblige* de l u t t e r contre tout ce qui est mal et pour tout ce qui est j u s t e , v a - t - i l f a i r e c e t t e guerre sans etre lui-meme i n j u s t e ? Pour l' a u t e u r l a v i c t o i r e est toujours p r o v i s o i r e , jamais d e f i n i t i v e . Malgre* c e l a , i l f a u t l u t t e r sans cesse et jusqu'a l a f i n : "...puisque l a p a r t i e est ,engage*e, nous croyons 2) q u ' i l f a u t l a mener a son terme" ' et c e l a sans de*s- espe*rer. Quelquefois i l n'y a pas de v i c t o i r e , meme p r o v i s o i r e , et b i e n que I'homme marche dans l e s te*ne*bres: " I I f a u t marcher sans doute et trouver nos f a i s o n s nous- memes chaque f o i s que nous ne pouvons f a i r e autrement" 3^. Continuer de marcher, meme dans l e s tene*bres, ne s u f f i t pas. L'homme d o i t etre pr§t a payer de sa v i e dans ce combat. Camus appuie sur ce t t e pense*e quand i l e c r i t au s u j e t de son ami, Rene* Leynaud, mort pour l a Resistance: ) St. Luc 4 : 18, 19 ^ A c t u e l l e s I I p.155 ) A c t u e l l e s p.56, La Peste p.114 L'Ete - p.72,, Le Mythe de Sisyphe p.49 58 "Car des hommes comme Leynaud e t a i e n t entrSs dans l a l u t t e , convaincus qu'aucun etre ne pouvait p a r l e r avant d e payer d e sa personne" Camus c r o i t q u ' i l n'est jamais permis d'employer de mauvais moyens dans l a l u t t e , meme s i l e hut est louab l e . A cet egard i l admire Ghandi qui selon l u i "a prouve" qu'on pouvait l u t t e r pour son peuple, et v a i n c r e , sans cesser un seul jour de r e s t e r estimable" 1. D'autre p a r t , i l c r i t i q u e l e s marxistes qui veulent supprimer l a guerre, mais qui pour l a supprimer veulent anSantir l e c a p i t a l i s m e , et pour a t t e i n d r e ce but doivent f a i r e l a guerre; i l e*crit: " . . . j e continue de penser qu'on ne combat pas l e mauvais par l e p i r e . . . " '„ D ' a i l l e u r s i l veut l u t t e r sans amertune et san haine. De p l u s l'homme peut, d i t - i l , t r ouver l a v e r i t e et l a j o i e dans l a l u t t e qui d o i t Stre menee avec optimisme ca r : "La l u t t e est c e r t a i n e parce q u ' e l l e a 1 ' o b s t i n a t i o n du p r i n t e m p s " ^ . Le c h r i s t i a n i s m e exhorte s e s adherents a l u t t e r jusqu'a l a f i n et avec perseverance. Saint P a u l , apres a v o i r f r a n c h i maints o b s t a c l e s , ec'rit aux Gal a t e s : "Ne nous lassons pas de f a i r e l e b i e n : car nous moissonne- rons au temps convenable, s i nous ne nous relachons pas" . Certainement l e C h r e t i e n d o i t etre p r e t a payer de sa A c t u e l l e s p.17 2) 3) A c t u e l l e s I I I p. 17 A c t u e l l e s p.193 5) L e t t r e s a un Ami Allemand p.77 Galates 6: 9 59 personne car l e fondateur de sa r e l i g i o n l e f i t v o l o n t a i - rement. C'est S a i n t Luc qui d c r i t : "Lorsque l e temps ou i l d e v a i t i t r e . e n l e v ! du monde approcha, Jdsus p r i t l a r e s o l u t i o n de se rendre a Jerusalem" 1^. L ' h i s t o i r e du c h r i s t i a n i s m e montre maints exemples de d i s c i p l e s f i d e l e s , anciens et modernes, qui l u t t e r e n t jusqu'a l a f i n , payant mime de l e u r v i e . "Les r e l a t i o n s humaines sont l e seul l u x e " e*crit 2) Camus dans l e Mythe de Sisyphe. ' Cette idde q u ' i l y a de l a s o l i d a r i t y entre l e s hommes se manifeste dans toutes ses oeuvres, mais e l l e devient de plus en p l u s importante dans l e s dernieres. De nos jours i l y a des moments ou c e t t e s o l i d a r i t y n'est pas so u h a i t a b l e , mais meme un a r t i s t e ne peut y ychapper. A cet ygard i l compare l e r o l e des p e i n t r e s h o l l a n d a i s qui pouvaient 3") peindre " l e s coqs de l e u r basse-cours" ' pendant l a guerre de cent ans, avec 1 ' a r t i s t e contemporain c a r , d i t - i l : "...aujourd'hui l e s choses ont change, l e p e i n t r e et l e moine sont m o b i l i s e s : nous sommes s o l i d a i r e s de ce monde"^^. N i I'homme n i 1 ' a r t i s t e n'a de choix: i l f a u t v i v r e "dans l e cirque". S ' i l est d i f f i c i l e p a r f o i s de demeurer au m i l i e u du c i r q u e , i l e s t des heures ou. c e t t e s o l i d a r i t y avec l e mondeprocure une j o i e et un bonheur qu'un s o l i t a i r e ne peut jamais connaitre. Par exemple, 1) St. Luc 9: 51 3) L'Ety p.70 2) Le Mythe de. Sisyphe p.121 I b i d . p. 70 Camus et ses jeunes amis a. A l g e r se sentaient. u n i s l e s uns aux autres et au monde du c i e l , du s o l e i l et de l a mer, et i l s y v i v a i e n t , d i t - i l , comme des dieux anciens. P l u s vieux i l se rend compte que l e s hommes se s o l i d a r i s e n t autant dans l a souffrance que dans l a j o i e . Sans doute-ses experiences pendant l a guerre ont renforce* c e t t e idee. D ' a i l l e u r s i l reconnait que l a s o l i d a r i t y est i n e v i t a b l e dans ce s i e c l e : "Le mal qui eprouvait un s e u l homme devient peste c o l l e c t i v e " 1 ^ . La l u t t e contre l a souffrance p r o d u i t a son tour l a s o l i d a r i t e parmi l e s hommes. L'auteur l e demontre clairement dans La Peste ou l e s hommes l e s plus d i v e r s sont l i y s par une amitle sincere en t r a v a i l l a n t . c S t e a c6te contre l e danger commun. C'est ce sens de s o l i d a  r i t y qui f a i t d i r e a l'athee Rieux, serrant l a main du j y s u i t e Paneloux, q u ' i l s sont ensemble pour s o u f f r i r et pour combattre l e mal et l a mort. I I est e v i d e n t que cette s o l i d a r i t y e x i s t e pour tous, et non pour quelques-uns seulement. "Nous sommes tous f r e r e s , " ' s'e e r i e K a l i a y e v , quand i l p a r l e a ses camarades, et dans sa p r i s o n ce m§me barine devenu s o c i a l i s t e , s'adresse au paysan Foka en l'appelant " f r e r e " . De pl u s Camus c r o i t que c e t t e s o l i d a r i t y 1 ) L'Homme Revolte p.36 ' Les Justes p . l 6 61 d o i t de*passer toutes l e s b a r r i e r e s que l e s hommes dressent l e s uns contre l e s a u t r e s , y compris c e l l e de l a race c a r : ""L 1 unite* des hommes est p l u s fondamentale que l e racisme""1"^. I I admet qu'en cette question de s o l i d a r i t y un changement s'est ope re dans son ceuvre. Dans une- l e t t r e adressee au d i r e c t e u r des Temps Modernes en 1952 i l d i t : " . . . s ' i l y a e v o l u t i o n de L'Etranger a. La Peste, e l l e s'est fait'e dans l e sens de l a s o l i d a r i t y at de l a 2^  p a r t i c i p a t i o n " 1. Cette pensee que tous l e s hommes sont f r e r e s est tout a f a i t c hretienne, mais i l est a noter que l e ch r i s t i a n i s m e l a prone parce que tous l e s hommes sont l e s enfants de Dieu. Mime 1 'Anden Testament ordonne a ceux qui reconnaissent l ' E t e r n e l : "Tu ne h a i r a s p o i n t ton f r e r e dans ton coeur; . . . t u ne te vengeras p o i n t , et t u ne garde- ras p o i n t de rancune contre l e s enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-meme"3). Le C h r i s t , l u i a u s s i , precha cet amour du pro c h a i n , mais dans l e sermon sur l a Montagne i l y ajoute l e devoir d'aimer a u s s i 1'ennemi. Saint Paul e c r i t aux C o r i n t h i e n s que "tous sont semblables", et c'est a. eux q u ' i l adresse son fameux c h a p i t r e sur l e s q u a l i t e s de 1'amour. C'est toujours St. P a u l qui exhorte l e s G-alates: "Portez l e s fardeaux l e s uns des a u t r e s , et vous accomplirez a i n s i 1^ A c t u e l l e s p.130 ^ L y v i t i q u e 19: 18 2^ A c t u e l l e s I I p.94 62 l e l o i du C h r i s t " 1 ^ . Les Chretiens ont souvent neglige" ce devoir de l'amour envers l e prochain et envers l'enne- mi, nSanmoins l ' i d e e de f r a t e r n i t e " et de s o l i d a r i t y des hommes est un fondement du c h r i s t i a n i s m e t e l que l e C h r i s t et ses apotres 1'ont pre*che*. L'JdSe que Camus se f a i t du "bonheur et du malheur ressemble Stroitement a c e l l e du c h r i s t i a n i s m e . Tout jeune i l d S f i n i t l e bonheur comme " l e simple accord 2) entre un etre et l f e x i s t e n c e q u ' i l mene" '. Apres a v o i r lave l e s pieds de ses d i s c i p l e s , et l e u r a v o i r commande de suivre son exemple, jSsus d i t : " S i vous savez ces choses, vous etes heureux, pourvu que vous l e s p r a t i q u i e z " J; c' e s t - a - d i r e s & i l s menent une v i e qui s'aecorde avec l e u r s a v o i r . Pour Camus " l e bonheur est genereux. I I ne v i t pas de destructions"^"), " I I est l i e " a. l'amour"^), et i l est contre l a haine, car d i t K a l i a y e v a Dora dans Les•Justes: " . . . j e s a i s maintenant q u ' i l n'y a pas de bonheur dans l a haine"^). Cette conception de l'amour est semblable a c e l l e exprimSe par l e C h r i s t dans l e s Beatitudes quand i l d i t que l e s pauvres d ' e s p r i t , l e s m i s e r i c o r d i e u x , ceux qui ont faim et s o i f de l a j u s t i c e , qui ont l e coeur pur, qui procurent l a p a i x , seront heureux. 7) Camus reconnait avec l e c h r S t i e n que "Le bonheur n'est pas tout et l e s -1") Galates 6: 2 5 ) Noces p.86 2 ) Noces p.85 ^) Les Justes p.100 3 ) St. Jean 13: 17 7^ St. Mathieu 5: 3-12 ^ C a l i g u l a p.223 63' hommes ont l e u r d e v o i r " " ^ . I I ne met jamais l e bonheur e*gois;te au-dessus de l a s o l i d a r i t y des hommes ou l e bes o i n de l u t t e r contre l e mal, meme s i ce t t e l u t t e et t c e t t e s o l i d a r i t y exigent qu'on paie de sa personne. Le C h r i s t enseigna a ses d i s c i p l e s que "c'est du cceur que viennent l e s mauvaises pensyes, l e s meurtres, l e s a d u l t e r e s , l e s i m p u d i c i t y s , l e s v o l s , l e s faux n) temoignages, l e s calomnies" '. Camus est d'accord avec l a pensye que l e malheur est dans l e cceur de I'homme. Par exemple i l ne suggere n u l l e p a r t que l a peste a Oran eut pu a r r i v e r du dehors. Dans L'Etat de  Siege Diego d i t que c'est son devoir de vaincre " 1 ' i n j u s t i c e qui nous e s t f a i t e " en ce monde. Mais V i c t o r i a l u i objecte: c'est "Le malheur qui est en t o i " q u ' i l f a u t v a i n c r e et " l e r e s t e s u i v r a " 3 \ L'auteur se rend compte que l e malheur se trouve a u s s i dans l e monde: "Le monde autour de nous est dans l e malheur et on nous demande de f a i r e quelque chose pour l e changer"^. Le c h r i s t i a n i s m e reconnait egale ment 1 'existence du malheur dans l e monde, et essaie "de f a i r e quelque chose pour l e changer", en ces i n s t a n t s ou. i l est f i d e l e a sa tache. Mais i l r e s t e c e t t e d i f f e r e n c e entre l e s deux pensyes. Le c h r i s t i a n i s m e attend une v i c t o i r e de l a l u t t e contre l e malheur, i l a 1^ Le Malentendu p.25 ^ L'Etat de Siege p.159 2 ) St. Mathieu 15: 19 ^ A c t u e l l e s p.255 64 l'esperance d'etre plus que vainqueur, comme St. P a u l . Pour Camus i l n'y a pas de v i c t o i r e d e c i s i v e , mais i l trouve une v e r i t e dans l e malheur, et une "Passion de v i v r e . . . a u s e i n des grands malheurs" 1). Dans ses ceuvres on peut deceler c e r t a i n e s v a l e u r s q u ' i l estime importantes. On peut d i s c e r n e r une e v o l u t i o n de sa pensee entre ses premiers et ses der n i e r s e c r i t s , e v o l u t i o n q u ' i l r econnait lui-meme. Le Mythe de Sisyphe est un expose" de l a ph i l o s o p h i e de 1'.absurde, suivant 1 ' i n t e r p r e t a t i o n de Camus. Mais i l l u i apparait Evident que c e t t e p h i l o s o p h i e ne s u f f i t pas, car i l e c r i t dans L1Homme Revolte: "L'absurde ne f o u r n i t 2) pas l e s v a l e u r s pour decider" ;. I I explique et dans Les L e t t r e s a un Ami Allemand, et dan L'Ete" que 1'absurde pour l u i "n'est qu'un p o i n t de depart" 1 , et en 1 9 5 0 i l d i t franchement: "...nous ne pouvons p l u s nous passer de v a l e u r s p o s i t i v e s " ^ . L'absurde f a i t place a l a reV o l t e dans sa pensee, et l a re*volte elle-meme c o n t i e n t une v a l e u r . Vers l a f i n de L'Homme Revolte", Camus declare que l'homme "dans sa r e v o l t e , pose une l i m i t e a l ' h i s t o i r e , A cette l i m i t e n a i t l a promess d'une v a l e u r " A cet Sgard i l a s o i n de f a i r e une d i s t i n c t i o n entre 1 ' u n i t e de l a r e V o l t e , et l a t o t a l i t y de l a r e v o l u t i o n 1 ^ M Peste p.102 ^ A c t u e l l e s I I p.80 2 ) L'Homme Revolte p. 2 0 ^) L'Homme ReVolte" p. 3 0 7 3^ L e t t r e s a un Ami Allemand p.77 65 h i s t o r i q u e , d i s a n t : "La r e v o l u t i o n pour Stre c r e a t r i c e ne peut se passer d'une r e g i e , morale ou me*taphysique qui e*quilibre l e d d l i r e h i s t o r i q u e " 1 ^ . Selon l u i l a r e v o l u t i o n meprise toute r e v e n d i e a t i o n morale, mais par contre, c'est l e r o l e de l a r e v o l t e de creer une re g i e qui n'est pas fo r m e l l e et qui peut s e r v i r de guide a I'homme. L'honnetete est une de ces valeurs qui dans l a pensee de Camus est fondamentale. On a e c r i t p l u s haut que I'homme est o b l i g e de l u t t e r contre l e mensonge; i l est o b l i g e egalement de p r a t i q u e r l'honnetete. Pour 2) Camus "mentir est toujours une s o t t i s e " ' et "La haine est en elle-meme un mensonge"P^' S'adressant au peuple f r a n g a i s immediatement apres l a guerre, i l e c r i t : "Je voudrais q u ' i l s ne cedent pas...Quand on voudra l e u r prouver q u ' i l est permis de mentir pour rnieux r e u s s i r . Je voudrais qu' i l s ne cedent n i a l a ruse, n i a. l a v i o l e n c e , n i a l a v e u l e r i e " f t ) . Le c h r i s t i a n i s m e l u i a u s s i , considere 1'honnStete comme un fondement de sa morale. Jesus en expliquant l a parabole du semeur d i t : "Ce qui est tombe dans l a bonne t e r r e , ce sont ceux q u i , ayant entendu l a parole avec un cceur honnete et bon, l a r e t i e n n e n t , et portent du f r u i t avec p e r s e v e r a n c e " ^ . De pl u s St. Paul exhorte l e jeune Timothee a. mener une v i e p a i s i b l e "en toute ^ L'Homme R e v o l t e p.309 ^ A c t u e l l e s p.119 2^ L'Etat de Siege p.26 ' ^) ^  Q. 1 5 ^ A c t u e l l e s I I p.31 piSte" et honnetete" '. Une autre v a l e u r commune a l a pensee de Camus et a l a pensee chretienne, c'est l a j u s t i c e . Pour l ' a u t e u r c'est "un p r i n c i p e superieur" et i l a f f i r m e : " I I n'y a pas d'ordre sans j u s t i c e , et l ' o r d r e i d e a l des peuples 2) r e s i d e dans l e u r bonheur" . A son tour ce bonheur, cet ordre dependant de 1 ' e q u i l i b r e et de l'harmonie entre l a conduite qu'on s u i t et l e s c o n v i c t i o n s qu'on professe. L'idee d ' e q u i l i b r e est i c i c a p i t a l e . Deux ans apres l a guerre i l d i s c u t a i t 1 ' a t t i t u d e des Fr a n c a i s envers l e s Allemands et i l d i s a i t : "La j u s t i c e absolue est impossible, comme sont impossibles l a haine ou l'amour S t e r n e l s " 3 ) . Pour Camus 1'absolu est gSnera- lement i n a c c e p t a b l e , car i l rompt " l e b e i S q u i l i b r e " de 1 ' i d e a l grec qui est l e s i e n . Cette n o t i o n de j u s t i c e est a u s s i une base de l' e t h i q u e chre'tienne. Meme dans 1'Ancien Testament i l y a maintes a l l u s i o n s au besion de rendre j u s t i c e . Esaie p r S d i t que l e Messie soutiendra son trone par l e d r o i t et par l a j u s t i c e . Je*sus p a r l e souvent d'un homme j u s t e , et P i l a t e r e c o n n a i t que l e C h r i s t est un homme ju s t e . La l i b e r t y est prScieuse a Camus et i l en est question dans toutes ses ceuvres. Mais pour l u i l a l i b e r t e absolue n'est pas p l u s p o s s i b l e que l a j u s t i c e ^ I TimothSe 2: 2 ^ A c t u e l l e s p.132 2) A c t u e l l e s p.55 67 absolue. S ' i l n'y a pas de l i m i t e s a cette l i b e r t e * , i l y aura i n j u s t i c e . Encore une f o i s i l s ' a g i t du b e i e*quiirbre q u ' i l a f f e c t i o n n e . Les l i b e r e s sont responsables, car e c r i t l ' a u t e u r : " . . . l a l i b e r t e * n'est pas f a i t e d'abord de p r i v i l e g e s , e l l e est f a i t e surtout de d e v o i r s " 1 ^ . Camus c r o i t que c'est l e devoir de I'homme de t r a v a i l l e r et de r i s q u e r l a v i e pour l a l i b e r t y . Dans l e disco u r s prononce* a Upsal en 1957 i l "Pour c e l a , i l nous fa u t prendre tous l e s risqu e s et l e s travaux de l a l i b e r t y . I I ne s ' a g i t pas de s a v o i r s i , poursuivant l a j u s t i c e , nous a r r i v e r o n s a pr y s e r v e r l a l i b e r t y . I I s ' a g i t de s a v o i r que, sans l a l i b e r t y , nous ne r y a l i s e r o n s r i e n et que nous perdrons, a l a f o i s , l a j u s t i c e f u t u r e et l a beaute ancienne. La l i b e r t e seule r e t i r e l e s hommes d e l ' i s o l e m e n t , l a s e r v i  tude, e l l e , ne plane que sur une f o u l e de s o l i t u d e s . Et l ' a r t , en r a i s o n de cette l i b r e essence que j ' a i essaye'de d y f i n e r , r y u n i t , la. ou l a tyrannie sypare" 2'. Dans l e v r a i c h r i s t i a n i s m e l a l i b e r t y est a u s s i fonda- mentale car l e C h r i s t d i t : "...vous connaitrez l a v e r i t y , et l a v y r i t y vous a f f r a n c h i r a " 3 ^ . Chez l e c h r y t i e n i l y a a u s s i des l i m i t e s car St. P i e r r e d c r i t : "...ytant l i b r e s sans f a i r e de l a l i b e r t e un v o i l e q u i couvre l a m e c h a n c e t e . . . L ' E g l i s e en supprimant c e t t e l i b e r t y chrytienne a souvent manque a sa mi s s i o n , mais malgre*' c e l a l a l i b e r t e est un fondement de l a f o i pure prechee par l e C h r i s t . d i t : 1) 2) A c t u e l l e s I I p.170 Discours de Suede p. 63 St. Jean 8: 32 I P i e r r e 2: 11 68 Camus appreeie a u s s i chez l'homme, l a loyaute et f i d e l i t e , et d'autres v a l e u r s chrStiennes. A une epoque de sa v i e , b i e n q u ' i l n ' a i t "aucun gout pour l a haine", i l ne pouvait pas pardonner l a mort de son ami Leynaud "...pour ne pas t r a h i r . . . c e que j ' a i toujours aime et respecte" dans ce monde, q u i f a i t l a nobless des hommes et qui est l a f i d e l i t e " 1 ) . Quelques annees p l u s t a r d i l reconnait qu'en pardonnant i l s e r a i t p l u s f i d e l e a son ami, et que r i e n ne s e r a i t change a. sa conception de l a loyaute. Cela d i t , i l demontre que l a f i d e l i t e n'est pas une valeur en s o i . Par exemple, l e s s o l d a t s S.S. S t a i e n t f i d e l e s a l e u r s m a i t r e s , mais l e u r f i d e l i t e n ' e t a i t pas admirable. Le p r i n c i p e d ' e q u i l i b r e d o i t operer i c i et i l f a u t que l a f i d e l i t e s o i t unie a l a j u s t i c e et a l a l i b e r t e . En ces temps modernes, l'honneur est unevaleur un peu demodee, mais Camus l a juge necessaire et souhaitable. En 1943, aux jours l e s p l u s n o i r s de l a guerre, i l se rend compte que l a perte de l'honneur entralne des raaux p o l i t i q u e s et i l e c r i t a "son ami allemand": "Vous vous s u f f i s i e z de s e r v i r l a p o l i t i q u e de l a r e a l i t e , et nous, dans nos p i r e s egarements, nous gardions confuse*ment l ' i d e e d'une p o l i t i q u e de l'honneur que nous L'auteur ne s'ecarte jamais de cet i d e a l , nous en avons l a preuve dans 1 'Avant-Propos a A c t u e l l e s I I I , e*crit en A c t u e l l e s p.73 ' L e t t r e s a un Ami Allemand p. 1+1 69 1958. I I y represente l ' A l g e r i e comme sa f a m i l l e q u ' i l v o u d r a i t rendre plus juste et p l u s genereuse en face de 1'immediat p e r i l de mort qui l a menace. I I veut f a i r e c e l a "...sans manquer a l a s o l i d a r i t e qu'on l u i d o i t dans ce danger m o r t e l , pour q u ' e l l e s u r v i v e au moins, et qu'en v i v a n t e l l e retrouve a l o r s l a chance d'etre p l u s j u s t e . A mes yeux, c'est c e l a l'honneur et l a v r a i e j u s t i c e , ou h i e n je reconnais ne p l u s r i e n s a v o i r d ' u t i l e en ce monde"1^. De plus l'honneur peut Stre commun a tous l e s hommes. Stepan, l e t e r r o r i s t e amer d i t a. Ka l i a y e v que "l'honneur est un luxe reserve* a ceux q u i ont des caleches". Mais K a l i a y e v l e c o n t r e d i t en d i s a n t : "Non. I I est l a derniere r i c h e s s e du pauvre. Tu l e s a i s b i e n et t u s a i s a u s s i q u ' i l y a un honneur dans l a r e v o l u t i o n . C'est c e l u i pour l e q u e l nous acceptons de mourir. C'est c e l u i qui t'a dresse un jour sous l e f o u e t , Stepan. et qui te f a i t p a r l e r encore aujourd' h u i . " 2 ) L'honneur est egalement une val e u r du c h r i s t i a n i s m e car St. P a u l e c r i t : "...Dieu qui rendra a chacun selon ses oeuvres; reservant l a v i e e t e r n e l l e a ceux q u i , par l a perseverance a b i e n f a i r e , cherchent l'honneur, l a g l o i r e et 1' i m m o r t a l i t e - ^ " . A c t u e l l e s I I I p.15 Romains 2 : 6 , 7. Les Justes p.78 70 Une derniere v a l e u r a. remarquer chez Camus, c'est l a sympathie, l a compassion. Dans La Peste Tarrou declare q u ' i l a decide" "de me mettre du cote des v i c t i m e s , en toute occasion pour l i m i t e r l e s de g a t s " 1 ) L; Au m i l i e u des v i c t i m e s i l espere a r r i v e r a l a paix. Le doctuer Rieux l u i demande s ' i l a "une ide"e du chemin q u ' i l f a l l a i t prendre pour a r r i v e r a l a p a i x " et Tarrou l u i rSpond: "Oui, l a sympathie" '. I I va sans d i r e que l a compassion est une va l e u r majeure du c h r i s t i a n i s m e . Je*sus r e g a r d a i t l e s multitudes avec compassion et i l ordonna a ses d i s c i p l e s de se montrer p i t o y a b l e s pour tous. Les v a l e u r s du c h r i s t i a n i s m e et c e l l e s de Camus se ressemblent, c e r t e s , mais l e s sources d i f f e r e n t . I I est S t a b l i que l e c h r i s t i a n i s m e t i r e ses val e u r s de l a Sainte B i b l e et surtout des enseignements du C h r i s t . On s a i t que Camus est influence" par ces enseignements, mais i l d i t lui-meine q u ' i l trouve " l e s v a l e u r s ne"cessaires au 3) cceur de notre experience '". I I l e s trouve aussd dans l a r e V o l t e , qui pour l u i est " l e cosur de notre experience", surtout dans ses dernieres ceuvres. Ni l e c h r i s t i a n i s m e n i Camus ne sont jamais i n d i f f e - r e n t s a l a v i e , et pour cette r a i s o n tous deux r e j e t t e n t l a p h i l o s o p h i e n i h i l i s t e . Cette p h i l o s o p h i e de negation n'est pas compatible "...avec une morale de l a l i b e r t e et du c o u r a g e " ^ , d i t Camus. La f o i , ajoutee a. c e t t e 1^ Peste p.209 ^ A c t u e l l e s p.80 2 ) I b i d . p.209 ^ I M d ' P * 1 1 0 7 1 meme morale de l a l i b e r t e * et du courage, empiche l e Chretien de ceder a l a pensee n i h i l i s t e . Camus qui aime l a v i e et h a l t l a mort recon n a i t que: "Le n i h i l i s m e ...se devore lui-mlme et s'etrangle dans ses c o n t r a d i c  t i o n s " 1 ^ . Naturellement pour l u i qui veut toujours v o i r c l a i r , qui de*teste l a m y s t i f i c a t i o n et l a mort, ces c o n t r a d i c t i o n s sont i n a d m i s s i b l e s . De p l u s i l reconnait que c e t t e p h i l o s o p h i e negative a e n t r a i n ! l e s p i r e s maux de ce t t e epoque. I I l u i impute l e marxisme dont i l c r i t i q u e l a t o t a l i t a r i s m e et I ' i n j u s t i c e . D iscutant l a r e v o l u t i o n russe l'auteur e*crit: "Sa trage*die est c e l l e du n i h i l i s m e , e l l e se confond avec l e drame de 1 ' i n t e l l i g e n c e contemporaine qui pre*tendant a l ' u n i v e r s e l , accumule l e s m u t i l a t i o n s de I'homme. La t o t a l i t y n'est pas 1'unite*. L'e*tat de siege mime e*tendu aux l i m i t e s du monde, n'est pas l a r e c o n c i l i a t i o n " 2 ) . D'autre part i l v o i t dans ce n i h i l i s m e l a base de 1'hitle*risme et de l ' E t a t t e r r o r i s t e . Dans L'Homme ReVolte* i l d e clare encore: "La r e v o l u t i o n n i h i l i s t e , qui s'est exprimee historiquement dans l a r e l i g i o n h i t l e r i e n n e , n'a a i n s i suscite* qu'une rage de*mesure*e de ne*ant, qui a f i n i par se retourner contre elle-meme. La negation, c e t t e f o i s au moins et malgre Hegel, n'a pas ete c r e a t r i c e " 3 ) . Camus cherche l e s moyens de depasser c e t t e p h i l o s o p h i e meme au plus n o i r de notre n i h i l i s m e " , et i l l e s trouve "...par f i d e i i t e i n s t i n c t i v e a une lumiere ou. je s u i s 1^ A c t u e l l e s I I p.54 ^ L'Homme Revolte p.2 3 0 , 2 3 1 2 ) L'Homme- Revolte p.296 72 ne"' et ou, depuis des m i l l e n a i r e s , l e s hommes ont app r i s a s a l u e r l a v i e jusque dans l a souffrance"" 1"). I I se peut que Camus i d e a l i s e trop son herita g e mediterraneen, mais c'est l a q u ' i l trouve l e courage et l a f o r c e de r e j e t e r l a negation et de f a i r e de son mieux pour repandre c e t t e lumiere m e d i a t r i c e . "Etre un homme" est un e t a t s i digne a ses yeux q u ' i l de*plore que l e s hommes soient tour a tour ou des bourreaux ou des v i c t i m e s , des maitres ou des esclaves. Pour l u i l e s deux c o n d i t i o n s sont egalement deshonorantes. I I admet que l a suppression de toute v i o l e n c e est utopique, quoique s o u h a i t a b l e , mais i l i n s i s t e qu' " . . . i l f a u t 2) r e f u s e r toute l e g i t i m a t i o n de l a v i o l e n c e " . C'est l a , au moins, un pas dans l e bon chemin. L ' i n d i v i d u peut a i d e r a 1'accomplissement de cette e n t r e p r i s e s ' i l se jure de ne jamais aj o u t e r au mal du monde. En maintes pages de ses ceuvres Camus a f f i r m e c e t t e volonte de ne pas augmenter l e mal. Par exemple dans c e t t e rSponse de 1 ' a r t i s t e au cynique: "La misere du monde? Je n'y ajoute x) pas. Qui parmi vous peut en d i r e autant? ;" Chez l e s Dominicains Camus lui-m§me annonce aux Chretiens q u ' i l s a i t ce q u ' i l f a u t f a i r e pour ne pas aj o u t e r au mal. A i l l e u r s K a l i a y e v declare q u ' i l ne va pas "ajouter a 1 ' i n j u s t i c e v i vante pour une j u s t i c e morte"^"). ^ L'Ete p.136 3 ) I b i d . p.254 2 ) A c t u e l l e s p.184 ^ Les Justes p.77 73 Le devoir de I'homme est de ne pas augmenter l a souffrance du monde, a i n s i i l "ne peut pas §tre du c o t ! des camps de concentration" 1'*. L'auteur va plus l o i n et d i t que pour sa p a r t r i e n " ne puisse me f a i r e accepter 2) l e f a i t c o n c e n t r a t i o n n a i r e " . Tout son amour de l a l i b e r t e " , de l a j u s t i c e , l e dresse contre l e s i n j u s t i c e s de ces camps ou l e s hommes s o u f f r e n t 1'oppression. Pour l u i i l est souhaitable que I'homme ne s o i t n i bourreau n i v i c t i m e , mais s i dans ce monde i m p a r f a i t un choix est ne*cessaire, Camus c r o i t q u ' i l vaut mieux 3") s o u f f r i r c e r t a i n e s i n j u s t i c e s que l e s commettre" '. S i l 'on n'ajoute pas au mal du monde, s i l'on refuse d'etre du c6te* des bourreaux, i l f a u t r e f u s e r Igalement au monde ou. l e meurtre, ou i n d i v i d u e l ou c o l l e c t i f , est legitime". Apres l a guerre Camus a declare" q u ' i l ne s a u r a i t p l u s admettre "aucune ve"rite" qui put me mettre dans 1 ' o b l i g a t i o n d i r e c t e ou i n d i r e c t e de f a i r e condamner un homme a mort..."^. Quelques amis l ' o n t accuse* d'utopie et i l admet qu'en voulant un monde ou l e meurtre ne s o i t pas le*gitime, l e s gens comme l u i sont "dans 5) l ' u t o p i e et l a c o n t r a d i c t i o n en e f f e t " '. D ' a i l l e u r s i l r econnait que quand on essaie de changer l e monde on ris q u e l e meurtre. Mais i l c r o i t qu'on peut a v o i r 1^ Ajfctuelles p.185 ^ A c t u e l l e s p.146 2 ) I b i d , p.185 ^ I b i d . p.149 ^ A c t u e l l e s I I I p.15 74 1'espoir de sauver l e s corps "pourque l ' a v e n i r demeure possible'*" 1'), et "que l e f a i t de r e f u s e r l a l e g i t i m a t i o n du meurtre n'est pas p l u s utopique que l e s a t t i t u d e s r S a l i s t e s d'aujourd'hui" '. Tout son e s s a i sur La Peine  C a p i t a l e deVeloppe c e t t e idee. Camus ne veut jamais se trouve r du cote des bourreaux; au c o n t r a i r e i l veut se ranger avec l e s opprimes contre l e s tyrans. A Stockholm en 1957, p a r l a n t du r S l e de 1'eerivain, i l d i t q u ' " i l est au s e r v i c e de ceux" qui subissent l ' h i s t o i r e , et que"...le s i l e n c e d'un p r i s o n n i e r inconnu, abandonne* aux h u m i l i a t i o n s a 1'autre bout du monde..."3) s u f f i t a f a i r e p a r l e r un e c r i v a i n . Le mal de l'epoque a son a v i s , " I I s'appelle l ' E t a t , p o l i c i e r ou burreaucratique"^). C'est pour combattre ce mal q u ' i l e c r i v i t L'Etat de Siege ou i l prend " l e p a r t i de l ' i n d i v i d u " contre l a tyrannie d'un Stat t o t a l i t a i r e . nSanmoins Camus ne veut §tre l'ennemi mortel de personne, a i n s i q u ' i l l e d i t dans l a preface aux L e t t r e s a un Ami  Allemand. I I ne h a i t que l a mort et l e mal et ne dSteste que l e s bourreaux. Ces ide*es suivent de pfes l a do c t r i n e du C h r i s t qui ordonne a ses d i s c i p l e s de ne pas juger, de ne pas rendre l e mal pour l e mal, mais d ' o f f r i r 1'autre joue et de rechercher l e b i e n meme au po i n t d'aimer 1'ennemi. "L) A c t u e l l e s p. 149 3 ) Discours de Suede p. 14 2 ) I b i d . p.149 ^) A c t u e l l e s p.243 75 Camus r e j e t t e une ph i l o s o p h i e de l a negation, mais c e l a ne l u i s u f f i t pas. Au-dela de ce t t e negation i l ment que pour l e monde, 1 ' a l t e r n a t i v e est d'apprendre a v i v r e ou a mourir. Comme toujours i l se met du c o t ! de l a v i e . Dans l e s dernieres pages de 1'Homme ReVolte* i l exprime sa f o i en une renaissance p o s s i b l e : "Au bout de ces te*nebres, une lumiere pourtant est i n e v i t a b l e que nous devinons de*ja et dont nous avons seulement a l u t t e r pourqu'elle soit.. Par dela l e n i h i l i s m e , nous tous, parmi l e s I I a b i e n change* d'avis depuis ce jour de sa jeunesse ou i l a e c r i t que de tous l e s maux de l a b o i t e de Pandore, 2) l e p i r e f u t l ' e s p o i r qui en est s o r t i l e de r n i e r . On peut c r o i r e que cette e v o l u t i o n a commence* pendant l e s jours d i f f i c i l e s de l a Resistance. Dans Le Mythe de Sisyphe l ' e s p o i r est a maintes r e p r i s e s q u a l i f i e * de t r i c h e r i e , surtout l ' e s p o i r d'un au-dela. Mais a l a l i b e r a t i o n de P a r i s "Ce sont des mots d'espoir, d'un t e r r i b l e e s p o i r , d'hommes i s o l e s avec l e u r d e s t i n , q u ' i l 3) f a u t prononcer" . T r o i s ans p l u s t a r d en d i s c u t a n t l a question de l ' u t o p i e , i l e*crit qu'une utopie r e l a t i v e "est l a seule p o s s i b l e qui l a i s s e une chance a l a f o i s a 1'action et aux hommes"^. A cette meme e*poque i l 1^ L'Homme R e v o l t ! p.376 ^ A c t u e l l e s p.21 cherche une lumiere, une renaissance. I I v o i t c l a i r e - 2) Noces p.63 4) I b i d . p. 159 76 f a i t c r i e r Diego: "Le desespoir est un b a i l l o n . E t c'est l e tonnerre de 1'espoir, l a f u l g u r a t i o n du bonheur qui de*chirent l e s i l e n c e de c e t t e v i l l e assiSgee". Le chcBuro l u i repond q u ' i l s j e t t e r o n t l e u r s b a i l l o n s , que l e vent f r a i s r e v i e n t de l a mer et que "L'espoir nous souleve comme une yague" 1). La beaute* met de 1'espoir dans l'ame de Camus. Les amandiers dans l a v a l l e e de Consuls, "qui chaque annee par une n u i t f r o i d e de f e v r i e r se couvraient de f l e u r s 2) blanches" , l u i sont un symbole d'espoir et de renaissance. Le souvenir de c e t t e beaute* maintient son espoir dans l e s jours l e s p l u s sombres de l a guerre. Retourne a Tipasa en 1952, i l e r r a i t sous 1'averse dans " c e t t e immense me*lancolie qui s e n t a i t l a p l u i e et l a mer" ; , et i l s ' o b s t i n a i t a esperer. Parmi l e s r u i n e s i l se rend compte que comme dans l e drame antique, i l est place* devant son d e s t i n , et i l s ' e e r i e : "Au m i l i e u de 1'hiver, j'apprenais e n f i n q u ' i l y a v a i t en moi un e*te" i n v i n c i b l e " ^ . Maintenant soutenu par l a pensee de l a lumiere du pays n a t a l , i l se sent pre*t a preparer l a renaissance parmi l e s r u i n e s de l a c i v i l i s a t i o n . Camus v o i t en c e t t e renaissance l a seule- issue pour notre s i e c l e et l a tache c r e a t r i c e de l'homme revolte*. 1) L'Etat de Siege p.187 3) L e t t r e s a un Ami Allemand p.81 L'Ete p.151 L'Ete* p. 158 2) L'Ete* p. 73 77 I I e c r i t : "Nous n'avons done pas d'autre issue que d'etudier" l a c o n t r a d i c t i o n ou s'est de"pattuer l a pensee r e v o l t e e , entre l e n i h i l i s m e et 1 ' a s p i r a t i o n a un ordre v i v a n t , et de l a depasser dans ce q u ' e l l e a de p o s i t i f " 1 ) . Dans 1'avant-propos de ce meme volume i l souligne c e t t e pense*e quand i l e*crit que l a renaissance "est l a seule tache qui v a i l l e qu'on entreprenne et qu'on persevere" '. Pour l u i c e t t e renaissance depend "de l'aurore de l a pensee mediterrane*enne," q u ' i l i n t e r p r e t e comme un heri t a g e grec ou l e s ide*aux d ' d q u i l i b r e , de mesure, de l i m i t e s , sont c a p i t a l e s . I I n'a aucun de"sir d ' e x a l t e r une c i v i l i s a t i o n p l u t o t qu'une autre; i l r econnait que d'autres c i v i l i s a t i o n s peuvent apporter l e u r c o n t r i b u  t i o n , par exemple l e s Russes une f o r c e de s a c r i f i c e , et l e s Amdricains une puissance de c o n s t r u c t i o n . Mais i l repete que c'est aux bords de l a mediterrane'e qu'on trouve l a jeunesse du monde; "...nous autres me'diterrane'ens vivons toujours de l a meme lumiere. Au coeur de l a mort euro- pe*enne, l a pensee s o l a i r e , l a c i v i l i s a t i o n au double v i s a g e , attend son aurore. Mais e l l e . . e*claire d!ja l e s chemins de l a v r a i e m a i t r i s e " 3 ) . Pour Camus l a demesure du s i e c l e est l a premiere chose qui d o i t i t r e m a i t r i s e e . Dans l e s d e r n i e r e s pages du dis c o u r s prononee* a Upsal i l declare que c e t t e renaissance 1) A c t u e l l e s I I p.80 3) L'Homme ReVolte* p.371" L ' E t T p . 1 1 0 , 111, 158, 167, 168 - 170. 2) I b i d . p. 10 78 est "entre nos mains a tous", et depend "de notre courage et notre volonte de c l a i r v o y a n c e " . I I termine c e t t e conference en d i s a n t : "Peut-etre a l o r s , s i nous p r e t i o n s l ' o r e i l l e , entendrions-nous, au m i l i e u du vacarme des empires et des n a t i o n s , comme un f a i b l e "bruit d ' a i l e s , l e doux remue-menage de l a v i e et de l ' e s p o i r " ! ) . Pour l u i cet e s p o i r n'est pas porte par un homme, n i par un peuple, mais p a r , "des m i l l i o n s de s o l i d a i r e s " qui f o n t " r e s p l e n d i r fugitivernent l a v e r i t e toujours menacee que chacun sur ses souffrances et sur ses j o i e s , e i e v e 2) pour tous" '. Le c h r i s t i a n i s m e a u s s i attend l a renaissance et y t r a v a i l l e . On ne peut n i e r que c e r t a i n s ne r e s t e n t dans 1 ' i n a c t i o n en attendant l a p a r o u s i e , mais d'autres t r a v a i l l e n t sur c e t t e t e r r e a re * a l i s e r l a p r i e r e du C h r i s t "Que t a volonte s o i t f a i t e sur l a t e r r e comme au c i e l " . Ce n'est pas la. une r e s i g n a t i o n en attendant un au-dela. La d i f f e r e n c e entre l ' e s p o i r de Camus et l ' e s  p o i r Chretien est que l e c h r i s t i a n i s m e l u t t e pour une renaissance avec l ' a i d e de Dieu. I I compte sur l e secours de l ' E t e r n e l t a n d i s que chez Camus tout est a l a mesure de I'homme. De tous l e s exemples c i t e s c i - d e s s u s , i l est evident que dans l e s ceuvres de Camus, surtout a p a r t i r de 1943, i l y a beaucoup de ressemblances avec l e c h r i s t i a n i s m e . Discours de Suede p. 70 2) I b i d . p.70 79 Les v a l e u r s de Camus, l'honnetete, l a j u s t i c e , l a l i b e r t e et l a compossion, sont p a r e i l l e s a c e l l e s du c h r i s t i a n i s m e , mais e l l e s n'ont pas l a meme source. Camus l e s puisent dans 1'experience, l e Chretien dans l a B i b l e . Et Camus et l e c h r i s t i a n i s m e r e j e t t e n t l e n i h i l i s m e et cherehent une renaissance au-dela de ce t t e p h i l o s o p h i e de l a negation. I I est a noter a. cet egard que l a pensee de Camus a change de 19k2 a 1947. E n f i n on peut penser q u ' i l y a une s i m i l i t u d e entre l a pensSe chre'tienne et l e s dernieres phrases de L'Homme ReVolte: "A c e t t e heure ou chacun d'entre nous d o i t tendre l ' a r e pour r e f a i r e ses preuves, conquerir, dans et contre l ' h i s t o i r e , ce q u ' i l possede de j a , l a maigre moisson de ses champs, l e br e f amour de ce t t e t e r r e , a 1'heure ou. n a i t e n f i n un homme, i l f a u t l a i s s e r l'epoque et ses f u r e u r s adolescentes. L'are se t o r d , l e b o i s c r i e . Au sommet de l a p l u s haute t e n s i o n va j a i l l i r 1'e*lan-d'une d r o i t e f l e c h e , du t r a i t l e p l u s dur et l e p l u s l i b r e " l ) . ^ L'Homme Revolte p.378 80 CHAPITRE IV Les Images et l e s A l l u s i o n s Chretiennes Une ignorance t o t a l e de l a doc t r i n e chre'tienne est une accusation porte"e contre A l b e r t Camus, qui est a u s s i accuse de garder contre e l l e un ressentiment i s s u de l a c r i t i q u e q u ' i l a f a i t des i n j u s t i c e s et des cruautes de l a r e l i g i o n . " ^ I I est v r a i que Camus admet ne pas a v o i r d'experience de l a f o i , ce qui p o u r r a i t l i m i t e r sa connaissance du c h r i s t i a n i s m e , mais i l declare q u ' i l a f a i t des e f f o r t s "pour e"tudier ses d o c t r i n e s et son 2) h i s t o i r e " . Cependant l a m e i l l e u r e r e f u t a t i o n de c e t t e accusation de Moeller ne v i e n t pas de l a bouche de l ' a u  t e u r mais de ses ceuvres. En c e l l e s - c i i l est impossible de ne pas etr e frappe par l e s images chretiennes et l e s a l l u s i o n s t i r e e s de l a B i b l e , et meme de l a l i t u r g i e de l ' E g l i s e . D ' a i l l e u r s on s a i t que l o r s q u ' i l e*tait etudiant a l ' U n i v e r s i t e d'Alger, Camus f i t une etude b r i l l a n t e sur St. A u gustin, une tache impossible sans quelque comprehension de l a do c t r i n e et de l a p h i l o s o p h i e chretiennes. Les ressemblances entre l a pensee de Camus et l e c h r i s t i a n i s m e se trouvent pour l a p l u p a r t dans ses de r n i e r e s oeuvres, mais 1'emploi de 1 ' a l l u s i o n et de 1'image chretiennes Charles M o e l l e r , A l b e r t Camus ou 1'Honnitete Desespe-fee L i t t e r a t u r e du XX S i e c l e et C h r i s t i a n i s m e , I S i l e n c e de Dieu, p.45 ' A c t u e l l e s I I p.66 80. est apparent des l e s premiers e s s a i s . Dans l e Minotaure qui date de 1939, i l d e c r i t un match de boxe a Oran. A l a f i n du combat l a f o u l e " d i s p a r a i t furtivement" et silencieusement dans l a n u i t , epuisee par " l e s r i t e s d i f f i c i l e s " auxquelles e l l e v i e n t d ' a s s i s t e r . L'auteur p o u r s u i t : x " d a n s c e t t e r e l i g i o n " l a force et l a v i o l e n c e sont l e s dieux qui " d i s t r i b u e n t l e u r s m i r a c l e s " et ces gens celebrent " l e u r s communions autour des r i n g s " 1 ) . C'est l a une a l l u s i o n c l a i r e aux r i t e s de l a messe. Camus se s e r t de cette m6me image dans C a l i g u l a , c e t t e f o i s d'une maniere plus s a t i r i q u e . H e l i c o n exhorte l e s p a t r i c i e n s a rendre hommage a C a l i g u l a , un dieu qui a forme humaine. I I l e u r ordonne de s'approcher c a r , d i t - i l : " l e m i r a c l e sacre" s'opere devant vos yeux". Caesonia a j o u t e : "Le mystere c e l e s t e est mis aujourd'hui 2) a. l a portee de toutes l e s bourses" '. La cSremonie continue sous forme d'une l i t a n i e d i t e par Caesonia et repe'te'e par l e s p a t r i c i e n s . "Et accorde-nous l a f o r c e . . . " E n f i n tout se termine et C a l i g u l a , homme-dieu et p r e t r e , prononce l e mot " A l l e z " '. P a r e i l l e scene se retrouve dans L'Etat de Siege, mais sur un ton un peu moins iro n i q u e . Le juge Casado exhorte l e s citpyens a se mettre a genoux, reproche a Nada son incroyance, et termine par une p r i e r e implorant pour l u i l e pardon. Cette f o i s « L - g t i v.kk, 3 ) l M d - p-170 2 ) C a l i g u l a p.167 82 Camus ne t r a d u i t pas l e s mots de l a messe, mais a l a f i n de l a p r i e r e du juge met dans l a bouche de Nada l e s mots "Tte missa e s t " 1 ) . De meme pour Clamence, l e "bar de Mexico C i t y est son S g l i s e ou i l preche, ou i l i n v i t e " l e bon peuple a se soumettre et a b r i g u e r 2) humblement l e s c o n f o r t s de l a s e r v i t u d e " '. I I ajoute q u ' i l est bon de v i v r e d'une facon qui ressemble a l a s o c i e t e ; l e menace, l e de"shonneur, l a p o l i c e e'tant " l e s sacrements" de c e t t e ressemblance. On p o u r r a i t c i t e r d'autres exemples, mais ceux-la s u f f i s e n t a. demontrer que Camus connait b i e n , et emploie librement l e s images associSes a l ' E g l i s e . De temps en temps i l se s e r t de termes theologiques: p a r a d i s , p u r g a t o i r e , enfer: souvent ironiquement. Dans L'Etat de Siege i l d e c r i t l ' E t a t t o t a l i t a i r e comme: "...un paradis p u r i t a i n p r i v e de p r a i r i e s et de p a i n , ou c i r c u l e n t l e s anges p o l i c i e r s aux a i l e s majuscules parmi l e s bienheureux r a s s a s i e s de papier et de nourissantes x) formules, prosternes devant Dieu..." ' Cette d e s c r i p t i o n du paradis est certainement une parodie de ces mots de 1'Apocalypse: "Et tous l e s anges se tenaient autour du trone et des v i e i l l a r d s et des quatre e t r e s v i v a n t s ; et i l s se prosternerent sur l e u r s faces devant l e trone et i l s adorerent Dieu... "4.). -1) L'Etat de Siege p. 25 3^ L'Etat de Siege p.130 2 ) La Chute p.158 ^ Apocalypse 7: 11 83 Camus p a r l e a u s s i de l a prophetie de Marx qui annonce "un eVenement a. tres long terme," c'est-a-dire l e pa r a d i s marxiste. I I y a des d e l a i s mais l a f i n j u s t i f i e a. tout. En attendant, "Nous sommes dans l e p u r g a t o i r e et on nous promet q u ' i l n'y aura pas d'enfer" 1^. Pour Jean-Baptiste Clamence Amsterdam est "un enfer mou" ou. "l'espace est i n c o l o r e , l a v i e morte" . Camus aimant tant l a v i e ne peut imaginer 1'enfer que mort, c'est "1'effacement u n i - v e r s e l , l e n!ant s e n s i b l e aux yeux", dont i l p a r l e dans 3) ce passage-^. La c o n f e s s i o n est un sacrement auquel Camus f a i t a l l u s i o n de di v e r s e s facons. I I se s e r t des termes "bonne conscience" et "mauvaise conscience" et juste apres l a l i b e r a t i o n de P a r i s i l declare que l e temps est venu pour l e s journaux de f a i r e "un examen de c o n s c i e n c e " ^ , et c e l a sans d e l a i . A c e t t e meme e*poque i l exprime son d e s i r "de c o l l a b o r e r a l'ceuvre commune par l ' e x e r c i c e pe"riodique de quelques r e g i e s de conscience" . P a r l a n t de l ' a p p e l "qui monte d'une humanite desesperee", i l d e c l a r e : " I I f a u t done se s e n t i r coupable, a toute f o r c e . Nous v o i l a . t r a i l s au c o n f e s s i o n a l l a i q u e , l e p i r e de tous" . Au Commencement de l a peste a Cadix, l e cure f a i t appel aux cito y e n s pour q u ' i l s se confessent en p u b l i c , 1) 2) L'Homme Revolte p.275 La Chute p.86 5) A c t u e l l e s p.33 I b i d . p.40 3) I b i d . p. 86 6) I b i d . p. 254 84 l e s uns aux autres: lui-meme l e u r avoue: "Je m'accuse pour ma p a r t , d' a v o i r souvent manque de char i t ! " 1 \ Et t o u t de s u i t e des acteurs en scene miment l ' a c t e de c o n f e s s i o n , pendant que d'autres reprennent l e dialogue. Tout l e re*cit de L a Chute est l a confession de Clamence qui avoue que sa p r o f e s s i o n u t i l e c o n s i s t e , "a p r a t i q u e r 2) l a c o n f e s s i o n publique a u s s i souvent que p o s s i b l e " '. P u i s i l se s e r t de l a formule "Je m'accuse...". L'image de l a confession entraine naturellement c e l l e s du pardon et de 1 ' a b s o l u t i o n qui ne manquent pas dans 1'oeuvre de Camus. Re*pondant a d ' A s t i e r de l a V i g e r i e sur l a question de l a l e g i t i m a t i o n de l a v i o l e n c e , Camus d i t q u ' i l "connait trop b i e n s a c o m p l i c i t y avec son dpoque e n t i e r e pour se c r o i r e lave de tout reproehe""^. P l u s l o i n dans l e m§me a r t i c l e i l e c r i t : "Et a d e f a u t de l'eau de l a mer, quelque chose pourra toujours vous l a v e r , un aveu sincere de 1'ignorance"^. A cet e g a r d 1 ' a l l u s i o n l a plus frappante se trouve dans La Chute. Camus f a i t d i r e a Clamence q u ' i l f a u t un coeur pur pour connaitre l a Grece"; "Avaht de nous presenter dans l e s i l e s grecques, i l f a u d r a i t nous l a v e r longuement. L ' a i r y est chaste, l a mer et l a jouissance c l a i r e s . Et nous... " Get "et nous" inacheve suggere certainement que I'homme impur a grand besion d'etre lave. C'est un echo du c r i L'Etat de Siege p.56 ^) A c t u e l l e s p.194 2^ La Chute p . l 6 l ^ I b i d . p.198 85 ancien, "Lave-moi completement de mon in i q u i t e " et p u r i f i e - moi de mon pSche" 1). L ' i d e a l de l a v i e ace*tique n'est pas e x c l u s i f au c h r i s t i a n i s m e , mais a t r a v e r s l e s s i e c l e s i l a e*te* associe* a l a f o i chre"tienne. Camus en p a r l e dans des ceuvres t r e s e*loigne"es l e s unes des autres et par l e s u j e t et dans l e temps, t e l l e s que Le Mythe de Sisyphe, L'Homme Rjvolt£, et Le Discours de Suede. Dans l e premier l i v r e i l est question de l a c r e a t i o n absurde qui "demande un e f f o r t 2^ q u o t i d i e n , l a m a i t r i s e de s o i . . . E l l e c o n s t i t u e une ascese" P a r l a n t a Upsal du r 6 l e de 1 ' a r t i s t e et de sa l i b e r t e " , Camus e"crit: "Liberte" d i f f i c i l e et qui ressemble a une 3") d i s c i p l i n e ascetique" . P l u s l o i n i l declare que 1 ' a r t i s t e cre"e son ordre lui-meme" et "Plus sa r e g i e sera s t r i c t e et p l u s i l aura affirme" sa l i b e r t e " " ^ . S i ' l a c r e a t i o n demande une ascese, l a r e v o l t e l ' e x i g e Sgalement car i l mentionne 5) "L'etrange ascese de l a r e v o l t e " . Emmanuel Mounier, S c r i v a n t a propos du Mythe de Sisyphe, suggere que 1'ascese chez Camus, c e t t e "route a r i d e et dessechSe de 1 ' e f f o r t l u c i d e " , est l e c o n t r a i r e de 1'ascese chretienne Peut- §tre en e s t - i l a i n s i , mais i l convient de remarquer que l'au t e u r se s e r t p l u s d'une f o i s de c e t t e image qui a une s i g n i f i c a t i o n chre"tienne. 1 ) Psaulme 51:4 ^ Discours de Suede p.61 2 ) Le Mythe de Sisyphe p.156 ^) LiHomme r e v o l t e p.20 ^ Discours de Suede p . 6 l ^ A l b e r t Camus ou l ' a p p e l aux h u m i l i e s E. • Mounier i T E s p r i t , Janvier 1950. 86 Camus c r i t i q u e 1'idee de l a p a r o u s i e , du messianisme, chez l e s Chretiens. Neanmoins i l emploie ces mots dans ses M e r i t s , surtout en ce qui concerne l e marxisme. I I trouve que tout messianisme a son rogine dans l e c h r i s t i a n i s m e , mais i l applique l a terme au communisme quand i l p a r l e du "messianisme s c i e n t i f i q u e de Marx""^. Cette image de l ' e s p o i r d'une parousie devient meme p l u s exacte quand Camus e*crit: "Le mouvement r e V o l u t i o n n a i r e . . . a ve*cu. ..dans 1'attente de l a f i n du monde et de l a parousie du C h r i s t 2) p r o l e ' t a r i e n " . Que Camus connaisse b i e n l a B i b l e , c e l a r e s s o r t avec eVidence des c i t a t i o n s exactes et des paraphrases q u ' i l en t i r e . Dans Le Mythe de Sisyphe i l mentionne " . . . c e t t e dcharde dans l a c h a i r " ' qui genait t a n t St. Paul. I I accuse l e communiste Gourtade d ' i n s u l t e r l e s interne's de Rus s i e , l u i qui ignore " q u ' i l n'est pas digne de l a c e r l e u r s s o u l i e r s " ^ . I I p a r l e ensuite "du combat dur avec l'ange de l a peste" , c e l u i qui dans L'Apocalypse est lache* sur l a t e r r e , comme un f l e a u . Camus a l t e r e p a r f o i s l a c i t a t i o n b i b l i q u e pour l u i donner un sens i r o n i q u e . P a r l a n t de Kafka i l e c r i t : "...donner a Dieu ce qui n'est pas a D i e u " ^ . Egalement dans l a bouehe du Rene"gat i l ddforme l e s mots du C h r i s t sur l a c r o i x : "... 0 f e t i c h e , L'Homme ReVolte* p. 239 ; A c t u e l l e s p. 205. St. Jean 1:27 2 ) I b i d . p.260 5) ^ p e s t e p.233- - 3) Le Mythe de Sisyphe p.151 Apocalypse c h a p i t r e 8. I I C o r i n t h i e n s . l 2 : 7 6) ^ M y t h e ^ g l s y p h e p . i 8 7 St. Mathieu 22:21. 87 pourquoi m'as-tu abandonne'?"'"^. Outre l e s c i t a t i o n s et l e s paraphrases de l a B i b l e , l e s ceuvres de Camus abondent en comparaisons et en a l l u s i o n s aux eVenements et aux personnages b i b l i q u e s et chre"tiens. Par exemple i l suggere que Ponce P i l a t e est l a seule personne croyant a l a no n - i n t e r v e n t i o n en p o l i t i q u e 2) etrangere. ' Dans l e s jours qui suivent l a guerre, i l p a r l e du probleme de 1'Allemagne, f a i t appel a l a r a i s o n , a l a j u s t i c e des Franga i s , et d e c l a r e : "Nous ne sommes p l u s dans l'Apocalypse", et p l u s l o i n , "Nous reviendrons x) a l'Apocalypse" . Sa these f a v o r i t e suivant l a q u e l l e 1'Europe est dans l e s tdnebres et que l a lumiere m e d i t e r r a - ne"enne l a guidera vers l ' a u r o r e , mene Camus a comparer l a c o n d i t i o n a c t u e l l e des Europeans a c e l l e des I s r a e l i t e s en Egypte: "Priv<3*s de nos mediations, e x i l e s de l a beaute n a t u r e l l e , nous sommes a nouveau dans l e monde de l ' A n c i e n Testament, coince*s entre dps Pharaons c r u e l s et un c i e l implacable"^ -). Dans Le Malentendu l a ressemblance entre Jan et Martha d'une p a r t , et 1 'enfant prodigue et l e f i l s aine de l a parabole d'autre p a r t , est apparente, comme l ' a remarque Thomas Hanna Comme ce f i l s a i n e , Martha refuse d'etre r e c o n c i l i e e avec Jan, e l l e refuse de communiquer avec l u i , et pour el l e cet echec est l a cause de l a t r a g l d i e f i n a l e . L ' E x i l et l e Royaume p.71 ^ L'Homme ReVolte Thomas Hanna: Tl and A r t of A l b e r t Camus 2) 5) ' A c t u e l l e s p.141 omas he thought 3^ I b i d . p.141 p . 5 2 . 88 I c i , c e r t e s , l ' a u t e u r veut demontrer que s ' i l n'y a pas dia l o g u e , s ' i l n;'.y a pas communication entre l e s hommes, l e desastre l e s accablera. .Que l e Jean-Baptiste Clamence de La Chute ressemble au Jean-Baptiste du Nouveau Testament, est hors de doute. Son nom meme, comme l e d i t C. V i a g g i a n i , est un jeu de mots sur l e l a t i n "vox clamans"^. Camus lui-m§me souligne c e t t e analogies quand i l f a i t d i r e a Clamence q u ' i l est un prophete r e f u g i e dans un desert de p i e r r e s " ' . A l a co n c l u s i o n de ce l i v r e , Clamence s'exclame: " . . . J ' a u r a i s acheve, n i vu n i connu ma c a r r i e r e de faux prophete qui c r i e dans l e de*sert et refuse d'en s o r t i r " 3 ) . Camus complete l a comparaison quand Clamence d i t que "tout sera consomme"" s i on l e de"capite, comme on a de*capite l e v r a i prophete Jean-Baptiste. L'ceuvre de l'auteur est p l e i n e de references et d ' a i l l u s i o n s a Je*sus-Christ lui-m§me. D'ahord i l y a ses personnages que dans l e u r v i e i m i t e n t l e C h r i s t , sans probablement en Btre conscients. Par exemple,, Dora, p a r l a n t de ses camarades re*volutionnaires, d e c l a r e : "Nous avons p r i s sur nous l e malheur du monde"^. Pour c e t t e cause i l s sont pre*ts a. se s a c r i f i e r , comme l ' a f a i t Je*sus pour l e s pe"che"s du monde. A i l l e u r s Camus emploie des mots Stroitement as socle's avec l e C h r i s t . Dans une i n t e r  view, quand on suggere que l a f S t e de Noel p o u r r a i t p r e t e r 1) 3) ' C. V i g g i a n i : Camus and the ' I b i d . p.167 F a l l from Innocence. Yale , x French Studies no.25, p.66 ^' Les Justes p.167 2 ) La Chute p.135 89 a. r e f l e x i o n sur l'idee de t r e v e , i l repond: "Pourquoi attendre Noel? La mort et l a r e s u r r e c  t i o n sont de tous les jours. De tous l e s jours 1 ' i n j u s t i c e et l a v r a i e r e * v o l t e " l ) . C'est assure*ment a l a t e n t a t i o n du C h r i s t que Camus pense quand i l d € c r i t l e s alentours d'Oran comme " . . . l e s t e r r e s de 1'innocence", c a r , d i t - i l , "... 1'innocence a besoin du sable et des p i e r r e s " . Et p l u s l o i n , dans ce passage, i l ! c r i t : " . . . q u e l l e t e n t a t i o n de passer a l'ennemi. 2) Quelle t e n t a t i o n de s * i d e n t i f i e r a. ces p i e r r e s . . . " D ' a i l l e u r s i l trouve que dans ces d e s e r t s , l a pensee peut se renouveler et l e cosur a g i t e se calmer. P l u s l o i n i l f a i t une autre reference a l a v i e du C h r i s t : "Sur c e t t e montagne des O l i v i e r s , l a v e i l l e est i n u t i l e ; l ' e s p r i t r e j o i n t et approuve l e s I l s ont tout de mSme l e u r r e v e i a t i o n " 3 ) . Camus est conscient egalement des a t t r i b u t s que possedait l e C h r i s t , et i l l e s mentionne a p l u s i e u r s r e p r i s e s . Tout jeune encore, l a t o i l e de P i e r o d e l l a Prancesca, "Le C h r i s t r e s s u s c i t a n t " , a t t i r a son admiration. En p a r t i . c u l i e r i l f u t frappe du regard du C h r i s t , regard ou i l n;';y a pas de bonheur, mais que Camus prend "pour une r e s o l u t i o n a v i v r e " ^ . Le Renegat avant sa conversion au f e t i c h e , reve de montrer aux sauvages son Seigneur q u i "ne frappe jamais n i ne tue, i l commande d'une v o i x douce, i l tend 1'autre joue, c'est l e p l u s grand des seigneurs..." Dans La Chute, Clamence repete ces mots du C h r i s t : A c t u e l l e s I I p . 3 5 ^ Noces p . 9 0 apStres endormis. t o r t ? 2) L'Ete p . 6 0 I b i d . p. 6 1 5 ) L ' E x i l et l e Royaume p.47 3 ) 90 "Malheur a vous quand tous l e s hommes d i r o n t du h i e n de vous", et puis i l ajoute "Ah, c e l u i - l a p a r l a i t d ' o r " 1 ) . Quelques pages plus l o i n Clamence remarque que Je*sus " p a r l a i t doucement a l a pecheresse", q u ' i l n 'avait n u l d e s i r d'etre juche sur un t r i b u n a l , n u l l e ambition de se f a i r e juge. " I I v o u l a i t qu'on l'aime, r i e n de p l u s " . Dans ce passage Camus a t t r i b u e au C h r i s t un sens de 1'hu mour. C e l u i - c i d i t a P i e r r e , s"ce f r o u s s a r d , done qui l e r e n i e : " . . . s u r c e t t e p i e r r e je b a t i r a i mon S g l i s e " Sans trop d'exaggeration on peut c r o i r e que ce sont l a l e s qualite*s que Camus lui-meme apprebie dans l e C h r i s t , qualite*s qui sont a. l ' o r i g i n e des v a l e u r s chrStiennes discutSes dans l e c h a p i t r e prScSdent. L'agonie et l e s souffranees du C h r i s t preoecupent 1 ' e s p r i t de Camus, et i l se s e r t de maintes images qui y sont associe*es. I I v o i t Sisyphe "revenant vers son r o c h e r " ^ , t r i s t e parce que " l ' a p p e l du bonheur se f a i t trop pressant. "...L'immense dStresse est trop lourde a p o r t e r . Ce sont nos n u i t s de G-ethsemani" 3). FrappS par l a peste, Diego r a p p e l l e certes l e c r i du C h r i s t sur l a montagne des O l i v i e r s quand i l d i t en l'agonie de son e s p r i t : "Pourquoi ce mal e s t - i l venu? J ' a u r a i bu ces larmes et l a bouche brulee par l e u r amertume, j ' a u r a i s mis sur ton visage autant de b a i s e r s qu'un o l i v i e r a des f e u i l l e s " 6 ) . Chute p. 104 ^ Le Mythe de Sisyphe p.l66 2 ) I b i d . p.133 ^ L'Etat de Siege p . l 6 l 3^ I b i d , pp.133, 134. ^ I o l d . p.161 91 Dans une d i s c u s s i o n du s u i c i d e absurde, Camus c i t e l e K i r i l o v de Dostoievsky, q u i , l u i , d i t que Jesus est mort pour un mensonge; p u i s Camus ajo u t e : "En ce sens seulement, Je*sus incarne b i e n tout l e drame humain. I I est I'homme p a r f a i t , etant c e l u i qui a rea l i s e * l a c o n d i t i o n l a pl u s absurde...Et comme l u i chacun de nous peut-etre c r u c i f i e " et dupe"l). P u i s Camus indique l a ressemblance entre l e Russe et l e C h r i s t , d eclarant que K i r i l o v se tua "pour 1'amour de 2.) 1'humanite", q u ' i l se s a c r i f i a , q u ' i l f u t " c r u c i f i e " - . Dans des circonstances tout a f a i t d i f f e r e n t e s , l e p e t i t Othon, c e t t e v i c t i m e de l a peste qui est sur l e p o i n t de mourir,".. . p r i t dans l e l i t devaste une pose de c r u c i f i e * 3) grotesque" Dans Les J u s t e s , K a l i a y e v ayant p r i s sur l u i l e malheur du monde, e*tant p r e t a se s a c r i f i e r , " . . . t r a l n e l a bombe comme une c r o i x " ^ . Camus suggere d ' a i l l e u r s qu'une cause majeure de 1'agonie de Jesus sur l a c r o i x 6*tait son de*sespoir. I I y s o u f f r a i t d'une s o l i t u d e insupportable se sentant completement abandonne, quand i l c r i a : "Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne*?" L'auteur suggere de plus que l e C h r i s t s o u f f r a i t d'une sens, de c u l p a b i l i t e * qui augmentait sa douleur . Bi e n q u ' i l n ' a i t pas voulu l e massacre des Innocents, i l se f i t a cause de l u i ; a un homme d  sa nature done ce poids Q 1) Le Mythe de Sisyphe p. 146 4) Les Justes p . l 6 5 2) 5) L'Homme ReVolte* p. 50-53 La Chute pp . 1 3 1 , 132. 3) La Peste p.176 92 e t a i t l o u r d a p o r t e r 1 ^ . Camus ne se eontente pas de f a i r e l e s a l l u s i o n s et l e s references discutees p l u s haut, i l va plus l o i n et crSe des personnages a I'image du C h r i s t , au moins dans une cert a i n e mesure. P l u s i e u r s comment a te.urs ont 2) remarque* ' en quoi l a personnalite* de Meursault dans L'Etranger ressemble a c e l l e du C h r i s t e t . i l s u f f i t i c i de ne mentionner que quelques aspects de c e t t e ressemblance. D'abord Meursault avant son proces est innocent enr-ce sens q u ' i l n'a n u l l e conception du pe"che*, une innocence q u ' i l perd a l a f i n du conte. P u i s , comme JSsus, i l est muet devant ses accusateurs; i l n'invoque jamais 1'excuse d'une l e g i t i m e defense hyp o the t i que. I I dedaigne l e mensonge, 3") et e n f i n i l va a l a mort "pour que tout s o i t consomme'" . Dans l e Malentendu on a de"ja. remarque* que Jan est un peu comme 1'enfant prodique, mais i l est p l u s juste de noter en quoi i l ressemble au C h r i s t . I I est revenu aupres des siens pour l e u r apporter du bonheur et i l s l ' o n t rejete* comme f u t rejete* l e C h r i s t que St. Jean appelle c e t t e lumiere, "qui est venue chez l e s s i e n s , et l e s siens ne l ' o n t pas r e c u e " ^ . Camus indique d ' a i l l e u r s que c ' e s t Jan qui a dScidS lui-meme de sa mort. Sa sceur d i t q u ' e l l e h e ' s i t a i t , a. l e t u e r , p u i s e l l e continue: ) A c t u e l l e s p.U-O, La Chute pp.129, ^ L'Etranger p.172; 130, 132, 133. St. Luc 24: 44. ) Gr. Bre"e: Camus p. 113; ^ Le Malentendu p. 23; C. ¥iaggiani: Camus L'Etranger St. Jean 1: 11. P.M.L.A. Vol.LXXI Dec.56, p.886 .93 "Mais i l m'a p a r i ! des pays que attends e t , pour a v o i r su me toucher, i l m'a dorm! des armes contre l u i . C'est a i n s i que 1'innocence es t recompensee"!). Dans L'Etat de Siege, l a s i m i l a r i t y entre Diego et l e C h r i s t est encore p l u s frappante. Comme l e C h r i s t , ce jeune homme se charge de l a douleur u n i v e r s e l l e qui 2) pese sur l e s hommes. ' Diego r e s i s t e avec fo r c e aux x\ t e n t a t i o n s de l a Peste ' comme l e C h r i s t a resiste* a c e l l e s du d i a b l e , et annonce l a v i c t o i r e sur l a m o r t . ^ A l a f i n i l c h o i s i t l a mort et se s a c r i f i e pour sauver V i c t o r i a et l i b e r e r l a v i l l e p e s t i f e r e e de Cadix. :Cette mort est p a r e i l l e a. c e l l e du C h r i s t sur l a c r o i x ; c'est une longue agonie ou. l a r a i l l e r i e ajoute a l a souffrance du c o r p s . ^ Diego meurt content: i l a accompli sa tache, i l a f a i t ce q u ' i l f a l l a i t pour sauver l e s autres '. L ! a d m i r a t i o n de Camus pour l e s t e r r o r i s t e s russes de 1905, surtout pour l e u r volonte* de payer de l e u r personne par l e u r s a c t e s , a deja. e*te* note*e p l u s haut. Dans ce groupe K a l i a y e v est un autre personnage dont l a v i e a maintes ressemblances avec c e l l e du C h r i s t . Au commencement de l a p i e c e , ce barine qui a renonce a son e"tat pour se donner au mouvement r e v o l u t i o n n a i r e , de*clare q u ' i l aime l a v i e , l a beaut!, l a bonheur, mais d i t - i l ; " . . . j e veux me s a c r i f i e r " ^ ) . P l u s t a r d en p r i s o n i l Le Malentendu p. 72 ) L'Etat de Siege p.159 ) I b i d , pp.209, 216. ^ I b i d . p. 227 ^ L'Etat de Siege p.210-217 6 ) I b i d . p. 227 7) Les Justes p.hp 94 r e j e t t e l a grace que l a grande duchesse l u i o f f r e , s ' i l t r a h i t ses camarades, et l u i declare que quand l a n u i t f a t a l e de son execution a r r i v e r a , au p i e d de l'echafaud i l se l a i s s r a a l l e r a l'amour qui l ' e m p l i t 1 ) . K a l i a y e v v o i t en sa mort "une supreme p r o t e s t a t i o n contre un 2) monde de larmes et de sang" ', comme i l l e d i t a son proces. L u i a u s s i , meurt pour que l e s autres p u i s s e n t Stre sauvSs, a i n s i que l e dise n t ses amis apres. sa mort. I l s ont appele* son execution "un a f f r e u x couronnement" 3) et "une j u s t i f i c a t i o n " ^ , et surtout i l s ont reconnu qu'en mourant K a l i a y e v a p r i s sur l u i l e malheur du monde^. I I a paye* de sa v i e , et "Personne ne peut. a l l e r p l u s l o i n " ^ . I I est ^  noter que Camus a t t r i h u e a ses personn ages l e s plu s admirables, l e s p l u s nobles un caractere qui ressemble de t r e s pres a c e l u i du C h r i s t . S ' i l y a des hommes dans l e s . S c r i t s de cet auteur qui jouent l e r 6 l e de Dieu l e f i l s , i l y en a a u s s i qui jouent l e r o l e de Dieu l e . pere. Par exemple dans La Peste Tarron assume par moments l e s a t t r i b u t s de l a d i v i n i t e " . I I d i t q u ' i l l u i a p p a r t i e n t de f o u r n i r a l'homme des occasion d'etre m e i l l e u r , et p l u s l o i n i l d eclare q u ' i l est omniscient. C a l i g u l a , l u i a u s s i , se f a i t dieu "en forme humaine", / mais se trouve frustre" quandil essaie d'Stre omnipotent, un ^ Les Justes p.149 ^ I b i d . p.162 2 ) I b i d . p. 161 5 ) I M d . p.181 3 ) I b i d . p. 166 6 ) I M d - P- 1 6? 7^ La Peste pp . 1 2 7 , 133 8) C a l i g u l a p.167 95 a t t r i b u t de Dieu que Camus met d ' a i l l e u r s en question. Clamence dans La Chute est g!n!ralement l e prophete c r i a n t dans l e d e s e r t , mais d'autres f o i s i l se sent dieu. Avocat a .Paris, avant de devenir conscient de ses f a i b l e s s e s , i l d i t q u ' i l re*gnait "librement dans une lumiere e'de'nique""'')" Et p u i s au Mexico C i t y ce juge-pdnitent, comme i l se nomme, s'exclame: "Quelle i v r e s s e de se s e n t i r Dieu l e pere et de d i s t r i b u e r des c e r t i f i c a t s d e f i n i t i f s de mauvaise v i e et mceurs. Je trSne parmi mes v i l a i n s anges, a l a cime du c i e l h o l l a n d a i s , je regarde"monter vers moi, sortant des "brumes et de l'eau, l a multitude du jugement d e r n i e r " 2 ) . A i n s i l e s e c r i t s de Camus demontrent combien Moeller est i n j u s t e quand i l 1'accuse d'ignorer l a r e l i g i o n chre'tienne. D'autre p a r t ses oeuvres f o u r n i s s e n t 1'Evidence q u ' i l connait b i e n l e s sacrements et l a l i t u r g i e de l ' E g l i s e . De p l u s i l est tout a f a i t f a m i l i e r avec l a B i b l e et y puise maintes images frappantes, c l a i r e s et j u s t e s . En p a r t i c u l i e r Camus se preoccupe de l a v i e du C h r i s t , s urtout de ses souffrances et de son s a c r i f i c e . E n f i n l e s person nages qui nous a t t i r e n t l e p l u s dans ses oeuvres r e f l e t e n t dans l e u r v i e l e caractere et l e s actes de Je*sus. 1) La Chute p.34 2 ) I b i d . p.34 CONCLUSION 96 Cette Stude d o i t maintenant Svaluer l e r o l e du ch r i s t i a n i s m e dans l'ceuvre de Camus. C'est l u i qui a posS l a question de s a v o i r Si l'homme peut crSer l u i - meme ses propres valeurs- sans l e secours de 1'Sterne1. C'est dans ses ceuvres q u ' i l f o u r n i t l a rSponse. Dans Le Mythe de Sisyphe 1'honnStetS est l a v a l e u r importante; dans La Peste i l i n s i s t e sur l a s o l i d a r i t S des hommes, l a l u t t e contre l e mal, et l a compassion. Dans L'Homme  ESv o l t S , et l e s S c r i t s d i v e r s r e c u e i l l i s dans l e s t r o i s volumes d ' A c t u e l l e s , Camus t r a i t e des v a l e u r s de l a l i b e r t S , de l a j u s t i c e , de l a nSces s i t S de se ranger du cotS des opprimSs. Pour l u i l a source de toutes ces val e u r s est dans l a r S v o l t e , qui en ce sens est c r S a t r i c e . Mais en v S r i t S toutes l e s v a l e u r s SnumSrSes ci-dess.us ont une o r i g i n e chrStienne. I I y p a r a i t que l e s enseignements du C h r i s t et de l a B i b l e ont eu une i n f l u e n c e , peut-etre inconnue de lui-meme, sur Camus quand i l a adoptS ces v a l e u r s - l a comme siennes. AssurSment i l l e s eonsidere i n dehors de l ' e t e r n e l , mais i l est Sgalemejit v r a i que ce sont l a l e s v a l e u r s fondamentales du c h r i s t i a n i s m e depuis son o r i g i n e . I I se peut que Camus ne s o i t pas conscient de c e t t e i n f l u e n c e car i l fonde toute sa pensSe sur l ' i d e e que tout est a l a mesure de l'homme, jamais a l a mesure du d i v i n , tout au moins jusqu'a l a f i n de L'Homme RSvoltS. Cependant, dans La Chute, l a re*ponse a f f i r m a t i v e q u ' i l donne a l a question, "L'Horrane p e u t - i l cre"er ses propr&s v a l e u r s ? " , est moins c l a i r e . Les anciennes v a l e u r s de Clamence sont brise*es et i l n'en trouve pas de nouvelles b i e n q u ' i l en cherche. Le cadre meme de ce conte est d i f f e r e n t , a i n s i que l ' a note John Cruick s h a n k . Tous l e s autres re*cits se d e r o u l e n t en A f r i q u e sous un s o l e i l b r i l l a n t , r e v S l a t e u r ou r i e n n'est cache n i i n c e r t a i n . Mais La Chute se passe a Amsterdam sous l e s cieux mouille* du nord. Se p e u t - i l que ces nuages, ces brumes de Hollande soient un signe que Camus commence a douter que l a renaissance q u ' i l p r e V o y a i t ne se fasse pas? On ne l e saura jamais. Cependant on se souvient que l e s colombes:y c e t t e E v o c a t i o n de l ' e t e r n e l , sont tou jours l a dans l e c i e l au-dessus de l a v i l l e sombre. A ce t t e meme epoque Camus, a. Upsal d i t : "Dieu l e s e u l a u t i s t e 2) r e * a l i s t e s ' i l e x i s t a i t " B i en sur i l n'indique n u l l e p a r t q u ' i l est devenue croyant, mais son incroyance est moins p o s i t i v e ; sa reponse a f f i r m a t i v e a l a question concernant l a c r e a t i o n des v a l e u r s est moins p S r e m p t o i r e . A cet egard i l convient de noter l e contraste entre l'optimisme des dern i e r s passages de L'Homme Revolte* et l e s problernes proposes, mais non r e s o l u s , dans La Chute. Camus cherche un sens a. l a v i e dans tous ses e*crits. D'abord i l l e t rouve dans 1 'absurde, p u i s dans l a r e v o l t e John Cruickshank: A l b e r t Camus and the L i t e r a t u r e of  Re*volt p. 183 2^ ; Discours de Suede p.4 5 98 et puis i l semble q u ' i l continue a l e chercher au-dela de l a r e V o l t e . Son ceuvre se preocupe surtout des problemes du h i e n et du mal, du s a l u t , des f i n s de I'homme, problemes essentiellement r e l i g i e u x . On p o u r r a i t l ' a p p e l e r un e"crivain r e l i g i e u x sans Dieu parce q u ' i l cherche l a reponse aux questions q u ' i l pose sans " l e secours de l'e*ternel". De p l u s , toutes l e s f o i s q u ' i l considere Dieu i l l e r e j e t t e . Malgre" c e t t e incroyance, Camus confronte l e croyant autant que l ' i n c r o y a n t , avec l e s problemes e"thiques et moraux de ee s i e c l e . I I en ap p e l l e clairement aux chre*tiens a f i n q u ' i l s considerent des problemes a. l a lumiere des plus hautes v a l e u r s de l e u r r e l i g i o n . On ne peut n i e r q u ' i l n'y :7ait un l i e n entre l a pense"e de cet auteur et l e c h r i s t i a n i s m e , l i e n q u ' i l a lui-meme reconnu quand i l a i n v i t e l e s C h r e t i e n s a. se joi n d r e a l u i et a d'autres comme l u i , dans l a l u t t e pour r e b a t i r l e monde et i n s p i r e r l a renaissance. On peut r e c o n n a i t r e 1'influence de l a B i b l e dans l e s ceuvres de Camus car i l se s e r t souvent de son langage, i l y f a i t des a l l u s i o n s et en t i r e des images c l a i r e s et frappantes. I I est inte*ressant de noter que son d e r n i e r r e * c i t , La Chute, est base" sur un theme chre*tien. Clamence d'abord s a t i s f a i t de lui-meme, de son e t a t , de sa v i e , s ' e v e i l l e a. sa r e s p o n s a b i l i t e V I I reconnait e n f i n et avec d i f f i c u l t e , sa f a i b l e s s e , son i n d i f f e r e n c e a l a 99 souffrance d ' a u t r u i , sa l a c h e t e , "bref son v r a i caractere. En .ce sens on peut d i r e q u ' i l se c o n v e r t i t , mais toujours l a question se pose: a quoi.se c o n v e r t i t - i l ? C e r t a i n e - ment a un sens de c u l p a b i l i t e , de r e s p o n s a b i l i t e , mais l e r e s t e e s t i n c e r t a i n . D ' a i l l e u r s dans ce l i v r e i l y a analogie entre Clamence et l e prophete Jean-Baptiste, mais nous ne saurons jamais de quoi Jean-Baptiste Clamence est l e pre*curseur, sauf peut-Stre dans un volume posthume de l'auteur. E n f i n i l e s t impossible de ne pas remarquer comment l e C h r i s t a a f f e c t ! l a pens!e et I'^uvre d'Albert Camus. I I sa pre'eceupe surtout de ses souffrances, de sa c r u c i  f i x i o n . Son ceuvre est p l e i n e d ' a l l u s i o n s au c r u c i f i e * , p a r f o i s d i r e c t e s , p a r f o i s sous entendues. En outre' l'auteur cree ses p l u s nobles personnages a 1'image de Je*sus. I l s d!montrent sa douceur, sa compassion, son h u m i l i t ! , et toujours sa volonte* de se s a c r i f i e r . Un changement s u b t i l dans 1 ' a t t i t u d e de Camus envers l e C h r i s t et Dieu apparait dans ses dernieres ceuvres. I I est juste de d i r e que l'atheisme du Mythe de Sisyphe et de L'Homme ReVolte est p o s i t i f , d ! f i n i t i f . Mais en 1956 Camus e*crit que b i e n q u ' i l ne c r o i e pas en Dieu, i l n'est pas athe*e, et q u ' i l trouve l ' i r r e l i g i o n v u l g a i r e 1 ^ . P u i s en 1958 i l admet, p a r l a n t a une r e p o r t e r de Dagens  Nyketer, q u ' i l est conscient du sacre, q u ' i l sent de Le Monde, 31 aout, 1956. C i t ! en a n g l a i s par C. Moeller dans: A l b e r t Camus: The Question of Hope Cross Currents S p r i n g , 1958, p.182. 100 1'emotion pour l e C h r i s t et ses enseignements, q u ' i l n'a que du respect et de l a v e n e r a t i o n pour l e "but et l a v i e du C h r i s t , mais q u ' i l ne c r o i t pas a sa r e s u r r e c t i o n 1 ^ . ' C i t e en a n g l a i s par C. Moeller dans: Albert"Camus: The Question of Hope Cross Currents Springs, 1958. p.182 " I have an awareness.of the sacred, of the mystery t h a t e x i s t s i n man, and I see no reason f o r not a d m i t t i n g the emotion I f e e l f o r C h r i s t and h i s teaching. U n f o r t u n a t e l y , I am a f r a i d that i n c e r t a i n areas, e s p e c i a l l y i n Europe, the admission of ignorance, of a l i m i t to man's knowledge and a respect f o r the sacred, w i l l appear simply as a weakness. I f i t i s , I f u l l y accept i t . I have only respect and veneration f o r the purpose and the l i f e of C h r i s t ; I do not b e l i e v e i n the r e s u r r e c t i o n " . BIBLIOG-RAPHIE 101 A. Oeuvres d'Albert Camus. Camus A l b e r t , A c t u e l l e s : P a r i s : G a l l i m a r d , 1950. • A c t u e l l e s I I , neuvieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1953. A c t u e l l e s I I I , v i n g t et unieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m ard, 1958. La Chute, P a r i s : G a l l i m a r d , 1956. Discours de Suede, Troisieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 195'oT" L'Envers et 1'Endroit, vingt-cinquieme E d i t i o n , P a r i s : Gallimard, . 1 9 5 8 . L'Etat de Siege, Cinquieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 19W. L'EtS, P a r i s : G a l l i m a r d , 1954. L ' E x i l et l e Royaume, Cent quarantieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1957. L'Homme ReVolte, Cent cinquant-quatrieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1951. Les J u s t e , Quarante-huitieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1950. L e t t r e s a un Ami Allemand, Trentieme E d i t i o n , P a r i s : Gallimard, . 1 9 5 8 . Le- Malentendu et Caligula, Quatre-vingt-sixieme E i d T t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1958. Le Mythe de Sisyphe, Quatre-vingt-troisieme E d i t i o n , P a r i s : G a l l i m a r d , 1942. Noees, Les E s s a i s XXXIX, P a r i s : G a l l i m a r d , 1950. R S f l e x i o n s sur l a Peine C a p i t a l e , (avec A r t h u r K o e s t l e r ) P a r i s : Caiman-Levy, 1957. 102 B. Oeuvres sur Camus. A b e l , L i o n e l . Man without grace. Commentary, May 1957, pp. 480-490. A r l a n d , Marcel. La Chute, Nouvelle Revue Frangaise, j u i l l e t 1956. B e s p a l o f f , Rachel. Le Monde du condamn! a mort, Les Carrefours de Camus, E s p r i t , Janvier 1950. Bre*e, Germaine, Camus, New Brunswick, New Jersey: Rutgers U n i v e r s i t y Press;, 1959. Cruickshank John. A l b e r t Camus and the L i t e r a t u r e of - R e v o l t , London: Oxford U n i v e r s i t y P r e s s , 1959. de Luppe, Robert. A l b e r t Camus, P a r i s : E d i t i o n s U n i v e r s i - - t a i r e s , 1952. F i e d l e r , L e s l i e A. The Pope and the Prophet, Commentary, February 1956, pp. 190-195. Grubbs, Henry A. A l b e r t Camus and Grahame Greene, Modern language Q u a r t e r l y , March 1949, pp. 32-42. F r a i s s e , Simone. De Lucreee a Camus ou l e s c o n t r a d i c t i o n s de l a r e v o l t e , L ' E s p r i t , mars 1959. Gershman, Herbert S., On L'Etranger, The French Review, February 1956. Hanna, Thomas. A l b e r t Camus and the C h r i s t i a n F a i t h , The J o u r n a l of R e l i g i o n , October 1956. The Thought and A r t of A l b e r t Camus, Chicago: Henry Regnery Company, 1958. H e l l , Henri. La Chute. La Table Ronde, octobre 1956. L ' E x i l et l e Royaume, La Table Ronde, j u i n 1957. John, S. Image and Symbol, French Studies 9, January 1955. Maquet, A l b e r t Camus: The I n v i n c i b l e Summer, Tran s l a t e d from the French by Herma B r i f f a u l t , New York: George • B r a z i l l e r , I nc., 1958. M o e l l e r , Charles. A l b e r t Camus ou 1 'honne'tete d!sesp!ree, L i t t e r a t u r e du XX e s i e c l e et l e c h r i s t i a n i s m e , 1, S i l e n c e de Dieu, quatrieme e d i t i o n , Tournai: Casterman, 1954. 1 0 3 M o e l l e r , Charles. A l b e r t Camus: The Question of Hope, Cross Currents, Spring 1 9 5 8 . Mounier, Emmanuel. A l b e r t Camus ou l ' a p p e l des humilie's, L ' E s p r i t , Janvier 1 9 5 0 . Peyre, Henri. Friends and Foes of P a s c a l i n France to-day, Yale French Studies No.12, 1 9 5 3 - Q u i l l i o t , Roger. La Mer et l e s P r i s o n s , P a r i s : G-allimard, 1 9 5 6 . Thody, P h i l i p , A l b e r t Camus: A Study of His Work, New York: Grove Press I n c . , Evergreen E d i t i o n , 1 9 5 9 - V i a t t e , Auguste. A l b e r t Camus, La Revue de l' U n i v e r s i t e " L a v a l , a v r i l I960. V i g g i a n i , C a r l A. Camus: L'Etranger, P u b l i c a t i o n s of the Modern Language A s s o c i a t i o n , V o l . LXXI, December 1 9 5 6 . Cross Currents (unsigned a r t i c l e ) A Tribute to A l b e r t  Camus: Recent Studies of h i s Work, Cross Cur r e n t s , Summer, 1 9 6 0 . Yale French Studies: A l b e r t Camus, Yale French s t u d i e s , V o l . 2 5 , Spring I 9 6 0 . (Complete volume devoted to Camus) C. L i s t e B i b l i o g r a p h i q u e G l n e r a l e . La Sainte B i b l e , t r a d u l t de Louis Segond, Nouvelle E d i t i o n Revue, Paris: 58 rue de C l i c h y , 1 9 5 8 . Blackburn, H.:J. S i x E x t e n t i a l i s t Thinkers, London: Routledge and Kegan P a u l , L t d . , 1 9 5 2 . C o l l i n s , James. The E x i s t e n t i a l i s t s , Chicago: Henry Regnery and Co., 1 9 5 2 . Copleston, F r e d e r i c k . H i s t o r y of Philosophy, V o l . IV, London: Burns, Oates and Wahbourne, L t d . , 1 9 5 8 . Waelhens, A. de. La P h i l o s o p h i e de M a r t i n Heidegger, Louvain: E d i t i o n s de l ' I n s t i t u t Supe*rieur de P h i l o s o  p h i e , 3 e E d i t i o n , ;• ,1948. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0106152/manifest

Comment

Related Items