UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

De Zadig a Candide: l'optimisme et le probleme du mal dans les contes philosophiques de Voltaire Johnston, Marguerite Anne 1960

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
[if-you-see-this-DO-NOT-CLICK]
UBC_1960_A8 J6 D3.pdf [ 4.15MB ]
Metadata
JSON: 1.0105961.json
JSON-LD: 1.0105961+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0105961.xml
RDF/JSON: 1.0105961+rdf.json
Turtle: 1.0105961+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0105961+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0105961 +original-record.json
Full Text
1.0105961.txt
Citation
1.0105961.ris

Full Text

DE ZADIG A CANDIDE: L'OPTIMISME ET LE PROBLEME DU MAL DANS LES CONTES PHILOSOPHIQUES DE VOLTAIRE MARGUERITE ANNE JOHNSTON B. A., Un i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1958 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of Romance Studies We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA October, I960 In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree th a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree that permission f o r extensive copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s understood tha t copying or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be allowed without my w r i t t e n permission. Department of Romance Studies  The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancouver $, Canada. Date October 13. 1960  Les contes philosophiqu.es que V o l t a i r e a ecrits: entre 174-7 et 1759 temoignent d'une c r i s e dans l a pensee de l'auteur a l'egard de 1 'optimisme et du probleme du mal. Nous avons examine cet aspect des contes pour determiner l e developpement de sa pensee a. l ' e g a r d de ces deux points. Nous avons t r a i t e l e s contes par ordre de dates. Micromegas, cependant, precede dans notre etude l e s autres contes parce que sa composition peut remonter a 1739 et que le genre d'optimisme qui s'y trouve ne provient pas spe- cialement de L e i b n i t z n i de Pope mais f a i t p a r t i e de l a philosophie foncidre de V o l t a i r e . I I faut chercher dans l a v i e de V o l t a i r e l e s origines de l a c r i s e qui l e f a i t s'opposer a 1 'optimisme et l u i f a i t examiner & nouveau l e probldme du mal. De 1730 a 174-0 surtout, V o l t a i r e e t a i t heureux. I I f a v o r i s a i t a l o r s l a doctrine optimiste parce qu'elle approuvait l'homme t e l que V o l t a i r e l e voyait et parce qu'elle envisageait l e mal comme necessaire au bien. On pouvait §tre legitimement content de s o i et du monde. Bien entendu, a cette epoque, 1 'optimisme v o l t a i r i e n fut aussi une des armes l e s plus f o r t e s pour l a defense du deisme; en ce qui regarde l e s contes, cependant, cet optimisme t r a h i t plus souvent que sa doctrine l'humeur de V o l t a i r e . i i i Vers 174-7* quand ses infortunes devinrent plus nombreuses, V o l t a i r e commenca a perdre son humeur optimiste. En m§me temps, l'optimisme philosophique cessa de l e proteger contre l e mal. I I s'attaqua done a cette doctrine parce qu'elle l u i o f f r a i t peu de secours pour a f f r o n t e r ses souffranees et au s s i , peut-§tre, parce q u ' i l e t a i t fache d'avoir embrasse assez naivement ce systeme a une periode plus heureuse de sa v i e . Le probldme du mal dans l e s contes est a i n s i une question qui interesse l ' i t r e intime de V o l t a i r e p l u t S t que sa r a i s o n . V o l t a i r e est sans confiance et i l veut §tre : rassure. Pour cette r a i s o n , n u l l e e x p l i c a t i o n philosophique ne l e s a t i s f a i t . On a beau raisonner: l e mal e x i s t e toujours. Deja dans Zadig, i l met en question l'optimisme comme e x p l i c a t i o n du mal et aussi l a theodicee chretienne selon laq u e l l e l e mal s e r a i t un arr§t de l a Providence. Plus tard dans Candide, i l refusera aussi l e manicheisme et l e pessimisme, car ces systdmes impliquent l e desespoir que V o l t a i r e , grand amoureux de l a v i e , ne peut admettre. Ayant r e j e t e toute theodicee, comme Candide i l se r e t i r e dans l e scepticisme. Mais l e scepticisme, pas plus que l a philosophie optimiste, ne d ^ t r u i t l e mal. Dans Candide, V o l t a i r e , quoique desabuse, semble avoir maltrise son decouragement et avoir retrouve sa confiance. Cependant, i l l u i faut encore r e a l i s e r l e bonheur. A l a f i n de Candide, l e s i v voyageurs harasses apprennent q u ' i l ne s u f f i t pas d'echapper a l a souffranee pour §tre heureux. Quand on n'a r i e n a f a i r e d'autre que de raisonner sur son s o r t , on s'ennuie. I I faut en conclure que l e seul moyen de rendre l a vie supportable est de t r a v a i l l e r sans raisonner, ou, autrement d i t , de s'oublier. C'est a i n s i , s e m b l e - t - i l , que V o l t a i r e lui-m§me a trouve l e bonheur. L'aspect personnel du probleme du mal d i s p a r a l t quand V o l t a i r e retrouve sa confiance, mais, ayant a t t e i n t l e bonheur, i l n'oublie pas que d'autres continuent a s o u f f r i r . Le probleme du mal reclame toujours une s o l u t i o n . Alors que dans Zadig et dans Cosi-Sancta, V o l t a i r e s'occupe du mal metaphysique, dans Memnon et dans Candide, i l s'int^resse uniquement au mal qui derive des hommes. On peut combattre ce mal moral. Le sceptique dans Candide ne veut plus raisonner sur l e s maux: i l veut l e s d e t r u i r e . Bien que V o l t a i r e ne propose pas encore de s'opposer aux abus, i l s'y prepare. BientSt, i l etendra a l a societe des hommes 1'ideal que symbolise l e j a r d i n de Candide. C'est l a reforme sociale qui sera e n f i n l a s o l u t i o n au probl&me du mal. I I est c l a i r , done, que l a c r i s e qui se developpe autour des questions de 1'optimisme et du mal aide & former l e V o l t a i r e reformateur. V TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 CHAPITRE I Une constante de l'optimisme v o l t a i r i e n : l'univers r a t i o n n e l . Micromegas 5 CHAPITRE I I La f a t a l i t e et l a r e l a t i v i t e . " Zadig . . . . 15 Cosi-Sancta 35 Babouc 38 CHAPITRE I I I L'optimiste d'hier et le reformateur de demain. Memnon 41 Candide 44 CONCLUSION 68 BIBLIOGRAPHIE 82 INTRODUCTION On s ' i n t 6 r e s s e de plus en plus aujourd'hui a l a gendse de Candide et a ses rapports avec l e probldme du mal. Certains c r i t i q u e s se contentaient nagu^re de signaler comme source unique de ce conte l e s experiences de l a vie personnelle de l'auteur. En revolte contre cette tendance, ceux qui etudient Candide aujourd'hui reculent devant l e myste're de l a creation a r t i s t i q u e et refusent de s i t u e r exclusivement dans l a vie exterieure une oeuvre qui su r g i t du moi l e plus profond d'un e c r i v a i n qui n'est avant tout n i raisonneur n i philosophe, mais Stre poetique et emotif. Bien entendu, ces c r i t i q u e s reconnaissent 1 'influence sur Candide de l a v i e de V o l t a i r e , mais i l s nient qu'elle puisse seule expliquer un ouvrage qui l a depasse et qui v i t de sa propre v i e . Entre l e s experiences vecues et l a conception a r t i s t i q u e , i l y a un mystere impenetrable. Rene- Pomeau et I r a 0 . Wade sont parmi ceux pour qui l e s f a i t s biograph!ques ne sont pas une e x p l i c a t i o n s u f f i s a n t e de Candide et qui croient impossible de dem§ler toute 1 ' i n s p i r a t i o n de ce conte.^ Andre Delattre a suggere 1 Rene Pomeau, ed., Candide, P a r i s , N i z e t , 1959» P« 2 5 ; I . 0 . Wade, V o l t a i r e and Candide, Princeton Publications i n Modern Languages, No. 11, Princeton, Princeton U n i v e r s i t y Press, 1959, p. 8 8 . 1 2 q u ' i l est ne d'un fond dionysiaque que V o l t a i r e , se mefiant du l i b r e essor de l a passion et du sentiment, s'est toujours p efforce de supprimer. Selon l e s t r o i s c r i t i q u e s que nous venons de nommer, Candide emane d'une i n s p i r a t i o n vraiment poetique. Malheureusement, on ne saurait expliquer l a poesie de V o l t a i r e de l a m§me faconi V o l t a i r e dans Candide est un peu po§te malgre l u i ; i l y a exprime l'immediat de ses passions et de son temperament. V o i l a pourquoi l e probl&me du mal y prend une place s i importante. Selon Pomeau, V o l t a i r e a mSme cree l e genre du conte pour s'attaquer a ce proble"me qui l e tourmentait profondement. C'est di r e que 1 'importance de cette question est t e l l e que V o l t a i r e ne pouvait l a t r a i t e r dans l e s genres usuels. Pour combattre l e mal dont l a connaissance personnelle l e d e s e q u i l i b r a i t , n i l e s propos raisonnes d'un Traite de m6taphysique, n i ceux d'un Podme sur l e desastre  de Lisbonne ne l u i auraient s u f f i . I I f a l l a i t p l u t S t exprimer des sentiments qui ne se pr§tent pas a 1 *expression purement logique et a r r i v e r a une s o l u t i o n conforme a ses besoins sinon a l a r a i s o n . C'est pour cette r a i s o n que V o l t a i r e a developpe ce genre qui convenait l e mieux a son temperament. Avec Candide, i l est parvenu en m§me temps a l a p e r f e c t i o n dans l e genre du conte philosophique et a 1 'expression 2 Andre De l a t t r e , V o l t a i r e 1'impetueux, P a r i s , Mercure de Prance, 1957, P« 6 9 . Voir aussi "L'Apollonien et l e Dionysiaque," pp. 33-37• 3 Rene Pomeau, La R e l i g i o n de V o l t a i r e , P a r i s , Nizet, 1956, p. 243. 3 p a r f a i t e de ses sentiments au s u j e t du mal. En abordant une d i s c u s s i o n de l'optimisme v o l t a i r i e n , i l f a u t commencer par en d i s t i n g u e r l e s d i f f e r e n t e s s o r t e s qui se trouvent dans l e s contes. On peut l e s ranger en t r o i s c a t e g o r i e s : optimisme d o c t r i n a l , optimisme psychologique, et optimisme systematique ou p h i l o s o p h i q u e . Dans l a premiere c a t e g o r i e se rangent l a propagande et l a d o c t r i n e o p t i m i s t e s contre l e jansenisme et contre l'atheisme. La deuxieme c a t e g o r i e comprend l ' e f f e t sur V o l t a i r e de ses experiences p e r s o n n e l l e s , qui determine sa maniere generale de v o i r l a v i e . Ces deux especes d'optimisme ne sont pas, b i e n entendu, absolues. L ' a t t i t u d e o p t i m i s t e que d i c t e a V o l t a i r e son o p p o s i t i o n au jansenisme et a l'atheisme correspond souvent a une periode o p t i m i s t e de sa v i e au p o i n t de vue psychologique. Mais i l a r r i v e a u s s i que c e t t e o p p o s i t i o n l e f o r c e assez souvent a. dementir ses sentiments v e r i t a b l e s . C'est en ce sens, done, que nous employons l e mot " d o c t r i n a l " . E n f i n , aucun examen de l'optimisme de V o l t a i r e ne s e r a i t complet s ' i l ne m e t t a i t pas en v a l e u r a u s s i l a q u e s t i o n de l'optimisme p h i l o s o p h i q u e ou systematique, c ' e s t - a - d i r e , c e l u i que V o l t a i r e t i e n t de L e i b n i t z et de Pope. Nous en f e r o n s notre t r o i s i e m e c a t e g o r i e . Nous avons e n t r e p r i s c e t t e enqu§te d'abord pour determiner l e r 6 l e que joue l a p h i l o s o p h i e o p t i m i s t e dans l e s contes e c r i t s entre 174-7 et 1759. P u i s , nous e s s a i e r o n s de v o i r s i l e s contes p o r t e n t temoignage d'un developpeiaent 4- dans l e s sentiments de V o l t a i r e v i s - a - v i s de 1*optimisme. E n f i n , nous esperons degager les idees et l e s attitudes p r i n c i p a l e s qui naissent de l a l u t t e v o l t a i r i e n n e avec l e probl&me du mal. Nous avons examine l e s contes par ordre de dates. Quand l a date de composition est douteuse, nous avons essaye de j u s t i f i e r c e l l e que nous donnons au conte en question. Dans l e cas de Micromegas, nous avons abandorme cet ordre chronologique. Ce conte, publie en 1752, peut bien dater de 1739»^ I I ne semble pas, a v r a i d i r e , f a i r e p a r t i e du groupe de contes publies entre Zadig et Candide. D ' a i l l e u r s , 1 'aspect de l a pensee v o l t a i r i e n n e qui nous interesse dans Micromegas n'appartient pas exclusivement au philosophe de 1739, n i a. c e l u i de 1752, mais t r a d u i t l a philosophie fonciere de V o l t a i r e . A i n s i , pour cette enqu§te, l a date de ce conte importe peu. A 1 'exception de Micromegas, tous l e s autres contes sont t r a i t e s chronologiquement. 4- I r a 0 . Wade, V o l t a i r e 1 s Micromegas, Princeton Publications i n Modem Languages, No. 10, Princeton, Princeton U n i v e r s i t y Press, 1950, pp. 12-36. CHAPITRE I UNE CONSTANTE DE L'OPTIMISME VOLTAIRIEN: L'UNIVERS RATIONNEL MICROMEGAS Le conte Micromegas f u t envoys a. 1 1 editeur en decembre 1750 ou en mars 1751• 1 On ne peut pas etre plus c e r t a i n de l a date parce que l a l e t t r e ou se trouvent ces i n d i c a t i o n s n'est pas c l a i r e . M. I r a 0 . Wade c r o i t que Micromegas est l e m£me ouvrage que l e Voyage de M. l e Baron de Gangan §crit pour p Frederic vers 1739 et perdu depuis. En e f f e t , Micromegas developpe plusieurs themes que l'on trouve deja. dans l e Tra i t e de metaphysique (1734-) et dans l a Metaphysique de  Newton ( 1 7 3 8 ) . Par exemple, dans Micromegas, V o l t a i r e i n s i s t e sur l e f a i t que nos connaissances viennent des sens et que, l e s sens etant l i m i t e s , i l faut se garder de f a i r e des sup p o s i t i o n s mal fondees. En outre, Micromegas v o i t de 1 'ordre dans l'univers et partout 1*evidence d'un createur i n t e l l i g e n t qui a forme l e s choses pour repondre a un dessein bien arr§te. I I s'enthousiasme des preuves de cet ordre et s*emerveille 1 V o l t a i r e ' s Correspondance, ed. Theodore Besterman, Les Deli c e s , Geneve: I n s t i t u t et musee V o l t a i r e , 1956, XV, No. 3838. 2 I r a 0 . Wade, V o l t a i r e ' s Micromegas, pp. 12-36. 5 6 de l a science qui en a devoile pour nous quelques d e t a i l s . E n f i n , quoique Dieu ne s o i t gudre mentionne dans l e s autres contes, dans c e l u i - c i sa presence est trds marquee. Or, tous ces lei t m o t i v e de l a pensee v o l t a i r i e n n e s'attachent p l u t 6 t aux r e f l e x i o n s du Traite et des Elements qu'a c e l l e s des contes e c r i t s vers 1750. Avant de discuter l'optimisme dans Micromegas, disons d'abord q u ' i l s'agit dans ce conte non de l'optimisme systematique mais de l'optimisme psychologique. Entre c e l u i qui c r o i t a un univers r a t i o n n e l et c e l u i qui n'y v o i t que confusion et contingence, i l e x iste une difference fondamentale. Le premier, malgre l e s maux soufferts par l e s hommes, peut neanmoins c r o i r e que tout se resoudra a l a f i n en beaute, en ordre et en j u s t i c e . L'autre, a cause d'un manque de f o i en 1'existence d'un principe bon et i n t e l l i g e n t qui d i r i g e 1'univers, tend plus aisement a cr o i r e a. l a predominance du mal et n'a aucune raison pour esperer l a v i c t o i r e du bien. A cet egard, i l peut e x i s t e r un contraste de temperament entre l e s deux partisans de ces vues opposees semblable a c e l u i qui existe entre 1'optimiste et l e pessimiste. V o l t a i r e est optimiste en ce premier sens. Comme nous verrons a propos de Zadig et de Cosi-Sancta, i l est grand c r i t i q u e de l a destinee, mais i l ne faut pas y v o i r une attaque contre l a providence en tant que decrets d i v i n s . Cette destinee, l o i n de representer l a providence dans l e 7 sens t r a d i t i o n n e l , n'est qu'un symbole des forces mysterieuses qui semblent dominer une v i e . L'argument contre l e des t i n n'entraine n i 1*accusation n i l a negation de Dieu. C'est que l a destinee humaine et l a D i v i n i t e , comme l e s concjoit V o l t a i r e , ne se rencontrent jamais. Dieu est infiniment bon, sage et puissant, mais sa providence est en m§me temps infiniment incomprehensible. La vie humaine est t e l l e que pour l'expliquer en termes d'une creation divine i l f a u d rait peut- §tre conclure que 1'artisan supr§me n'est pas parfaitement bon, sage et puissant. I I s'ensuit que V o l t a i r e refuse de c o n c i l i e r par une theodicee quelconque Dieu et l a vie de l'homme. D ' a i l l e u r s , tout e f f o r t de l a part des autres pour penetrer ce mystere l u i p a r a i t aussi r i d i c u l e que temeraire. A i n s i , en relevant 1'incompatibility de l'idee. de l a providence avec l a vie humaine, V o l t a i r e v i s e , non pas Dieu, mais l e s " p r o v i d e n t i a l i s t e s " , ou ceux qui pretendent dem§ler l a volonte d i v i n e . Sa croyance en l a bonte et l a j u s t i c e ultimes de Dieu, croyance qui 1'empSche de devenir pessimiste ou athee, se fonde sur l'ordre et l e dessein q u ' i l v o i t dans 1'univers. A v r a i d i r e , i l est plus d i f f i c i l e de v o i r cet ordre dans notre v i e i n t e r i e u r e et s o c i a l e , mais malgre l a confusion et l a souffrance qui s'y trouvent, l'ordre r a t i o n n e l subsiste dans l a matiere. Le f a i t qu'une p a r t i e de cet ordre est a l a portee de notre entendement s u f f i t pour convaincre V o l t a i r e que l e dessein d i v i n r e g i t m§me notre v i e , quoique 8 l e s d e t a i l s de ce dessein nous soient inconnus. Cet optimisme que f a i t rtaltre l a r a t i o n a l i t e de l'univers s u r v i t a toute infortune, mais dans l e s contes que nous al l o n s discuter dans l a suite i l est seulement evident quand V o l t a i r e v o i t l e cSte favorable des choses. Cela n'arrive que dans Micromegas. Dans ce conte ou. i l p a r a l t de bonne humeur, V o l t a i r e s'enthousiasme du dessein que l a science a revele. Quand, au c o n t r a i r e , i l v o i t tout en n o i r , i l mettra en r e l i e f , non 1 ' a r t i f i c e merveilleux de Dieu, mais l a petitesse miserable de l'homme. Tout depend d'une bonne ou d'une mechante humeur; V o l t a i r e est toujours conscient de l a r a t i o n a l i t e de l a creation et de 1 ' i n s i g n i f i a n c e humaine. TantSt c e l l e - c i l'emporte; tant&t c e l l e - l a . Dans Micromegas, c'est pl u t 6 t l e dessein admirable qui domine, mais l a petitesse humaine est evidente quand V o l t a i r e nous montre l a t a i l l e des hommes, presque imperceptibles aupres de Micromegas, et surtout a l a f i n du conte quand nous entendons l e p e t i t "animalcule en bonnet carre", p l e i n de son importance, qui interrompt l a conversation de Micromegas et du Saturnien. I I l e s regarde de haut en bas et l e u r soutient "que leurs personnes, leurs mondes, leurs s o l e i l s , leurs e t o i l e s , tout e t a i t f a i t uniquement pour l'homme."-^ Tant d'orgueil r i d i c u l e chez l e s infiniment p e t i t s nous montre que V o l t a i r e en 1739» 3 XXI, 122. Nous renvoyons, par un c h i f f r e romain s u i v i d'un c h i f f r e arabe, au tome et a l a page de 1'edition Moland des Oeuvres completes de V o l t a i r e , P a r i s , Gamier, 1877-1882. 9 tout en 6tant conscient de notre f r a g i l i t e , ne s'en soucie pas trop. Dans Candide, l a mechancete humaine l e plonge dans l a desolation, et le s merveilles du dessein d i v i n se perdent dans l e spectacle navrant de l a discorde t e r r e s t r e . Quant a l'optimisme qui admire 1'arrangement de 1'univers et l a science qui l e f a i t connaitre, i l est partout manifeste dans ce conte. Micromegas s'etonne de l a science des mites, science qui, pour V o l t a i r e , est une preuve de l a toute-puissance d i v i n e : 0 Dieui qui avez donne une i n t e l l i g e n c e a des substances qui paraissent s i meprisables; 1'infiniment p e t i t vous coute aussi peu que 1'infiniment grand; et s ' i l est possible q u ' i l y a i t des §tres plus p e t i t s que ceux-ci, i l s peuvent encore avoir un e s p r i t superieur a ceux de ces superbes animaux que j ' a i vus dans le c i e l , dont l e pied seul c o u v r i r a i t l e globe ou je suis descendu.4- V o l t a i r e a toujours dans 1'esprit l'empirisme s c i e n t i f i q u e de Newton qui a s i bien r e u s s i en se bornant a 1'observation seule, sans chercher a. expliquer l a cause des phenomdnes observes. La modestie de l a methode j o i n t e a 1'eclat de son succes a du convaincre V o l t a i r e que malgre l e s homes de 1'esprit humain, nous pouvons parvenir a. une science impressionnante. De m§me que Micromegas et 1& Saturnien s'etonnent que l e s animalcules aient pu l e s mesurer, V o l t a i r e ne peut jamais s'habituer a l'idee que l'homme s i aveugle 4- XXI, 118. 10 dans sa v i e sociale et morale, est tout de m§me capable de comprendre, scientifiquement parlant, son monde. M§me dans l e Poeme sur l e desastre de Lisbonne ou. i l v o i t I'homme dans toute sa f a i b l e s s e , environne de malheurs et voue a. l a mort, cette f a i b l e s s e l u i rappelle l a science glorieuse des hommes: Atomes tourmentes sur cet amas de boue, Que l a mort e n g l o u t i t , et dont l e sort se joue, Mais atomes pensants, atomes dont les yeux, Guides par l a pensee, ont mesure l e s cieux ; 5 Les succ&s de l a science eblouissent V o l t a i r e et quo i q u ' i l sache que bien des choses se derobent a nos sens, i l ne peut s'emp§cher de c r o i r e en m§me temps que tout l e u r est accessible. Les decouvertes s c i e n t i f i q u e s ne font que reveler des exemples plus 6 tonnants de 1 'ordre dans l a nature. Cet ordre et l e dessein que nous voyons dans l'univers nous annoncent un Createur i n t e l l i g e n t et bon. Ces preuves de 1 'existence de Dieu ne perdront jamais r i e n de l e u r force pour V o l t a i r e . I I continuera jusqu'a l a f i n de sa vie de se refuser a toute evidence opposee. C'est que 1 'existence d'un Etre supreme l u i est necessaire. V o l t a i r e aime l a s t a b i l i t e . I I veut c r o i r e non seulement que tout est f i x e a sa place, mais aussi qu'une i n t e l l i g e n c e supr§me avait des "raisons s u f f i s a n t e s " pour arranger l'univers comme nous l e trouvons. La f i x i t e et l a 5 IX, 4-77, 11 . 201-4. 11 r a t i o n a l i t e de l'ordre naturel l u i assurent que le s fondements du monde sont inebranlables et que l a v i e humaine quelque troublee qu'elle s o i t f a i t p a r t i e de cet ordre. Ce besoin de l a surete eloigne V o l t a i r e de 1 'avant-garde i n t e l l e c t u e l l e de son epoque. I I s'arr§te a. mi-chemin dans sa recherche des idees "nouvelles": i l est d e i s t e , non point athee. De meme, Micromegas, qui revdle selon Ernst Cassirer l'inter§t contem- porain au subjectivisme epist^mologique, ne contient que des idees s u p e r f i c i e l l e s sur ce suj e t . Le t i t r e Micromegas, Petit-grand, nous a v e r t i t de l a sorte de r e l a t i v i t e 6 p i s t e m o l o g i q u e dont i l s'agit. V o l t a i r e s a i t que tout est a l a f o i s grand et p e t i t et q u ' i l e x i s te peut-etre des §tres superieurs a nous, avec des connaissances plus etendues grace a un plus grand nombre de sens. Le subjectivisme epistemologique mene tout d r o i t a l ' i d ^ e que l e s p a r t i e s de 1 'univers peuvent §tre tout a f a i t d i f f e r e n t e s l e s unes des autres de sorte qu'un habitant de l a t e r r e ne v e r r a i t r i e n de f a m i l i e r dans une autre plandte. V o l t a i r e s'approche de cette idee, puis i l bat en r e t r a i t e . Parmi cette v a r i e t e dans l a nature, d i t - i l , r^gne "une espece d'uniformite admirable": ...tous l e s §tres pensants sont d i f f e r e n t s , et tous se ressemblent au fond par l e don de l a pensee et des d e s i r s . La matiere est partout etendue; mais e l l e a dans chaque globe des proprietes diverses.V 6 Ernst Cassirer, The Philosophy of the Enlightenment, Boston, Beacon Press, 1955, p. 115• 7 XXI, 109. 12 L ' h e s i t a t i o n a suivre jusqu'au bout l e principe du subjectivisme epistemologique s'explique par l e besoin de s t a b i l i t e deja note. V o l t a i r e v o i t que cette idee d e t r u i t toute c e r t i t u d e . Diderot, par exemple, en t i r e des conclusions Q qui placent Dieu dans l a categorie de concepts s u b j e c t i f s . D'autres mettent en doute l e pouvoir des sens de nous representer une r e a l i t e objective. Pour V o l t a i r e , i l faut que Dieu s o i t egalement accessible a tous l e s e s p r i t s , car autrement son existence ne s e r a i t peut-etre qu'une cb.ime.re. I I est necessaire aussi que notre idee de l'univers reponde exactement a l a r e a l i t e objective, sinon, toute certitude d i s p a r a i t . Bien entendu, V o l t a i r e s a i t que des p a r t i e s de l'univers echappent a notre connaissance. Neanmoins, notre science l i m i t e e n'en est pas moins v r a i e , car V o l t a i r e c r o i t que nos sens nous montrent une r e a l i t e objective en tant q u ' i l s en sont capables. Done, point de subjectivisme ou tout §tre v i t dans un monde d i f f e r e n t et personnel. De mSme, V o l t a i r e Eeaffirme l'uniformite de toutes l e s p a r t i e s de l'unive r s . I I est v r a i qu'un e s p r i t superieur aux hommes aurait une science plus avancee, mais cette science aurait l e meme point de depart que c e l l e des hommes. A i n s i , l e s habitants d'autres mondes ne seraient que des diminutions ou des amp l i f i c a t i o n s de l'homme t e r r e s t r e et non pas des i t r e s entierement d i f f e r e n t s . 8 Cassirer, The Philosophy of the Enlightenment, pp. 115-16. 13 Mais V o l t a i r e ne s'arrSte pas a c r o i r e a l a v a l i d i t e des sens et a. l'uniformite des mondes. I I semble penser m§me que l a r e a l i t e objective se proportionne aux sens. Chaque monde que Micromegas a v i s i t e a d'autant plus de proprietes que ses habitants ont plus de sens pour l e s apercevoir. C'est Dieu qui a a i n s i arrange l e s choses et qui de cette manie're nous assure l a v e r i t e de nos connaissances. Le Saturnien ayant d i t a Micromegas que l a matiere de sa planete a t r o i s cents proprietes e s s e n t i e l l e s , ce voyageur l u i repond: -Apparemment...que ce p e t i t nombre s u f f i t aux vues que l e Createur avait sur votre p e t i t e h a b i t a t i o n . J'admire en tout sa sagesse; je vois partout des dif f e r e n c e s , mais aussi partout des proportions. Votre globe est p e t i t , vos habitants l e sont aussi; vous avez peu de sensations; votre matidre a peu de proprietes: tout c e l a est l'ouvrage de l a Providence.9 Cette f o i optimiste en une creation ordonnee par Dieu se fonde sur l'ordre et l e dessein evidents dans 1 'univers. C'est l a du moins sa j u s t i f i c a t i o n r a t i o n n e l l e . Cependant, comme l a plupart de nos croyances r e l i g i e u s e s , cette f o i r e s u l t e des imperatifs profonds et i r r a t i o n n e l s de l a nature intime de l'homme. I I nous semble que c'est l e besoin de surete qui determine en grande p a r t i e cette croyance de V o l t a i r e en un univers r a t i o n n e l . Ce me*me besoin l e f a i t affirmer l e temoignage irrecusable des sens et l e pousse a 9 XXI, 109-10. 14 cr o i r e que l e s planetes sont proportionates a leurs habitants. C'est parce que cet optimisme t r a d u i t l a philosophie fonciere de V o l t a i r e q u ' i l ne 1' abandonnera jamais-^pasmime dans ses moments l e s plus pessimistes. Quand vers 1747 l a connaissance personnelle du mal l u i rend l a vie moins supportable, cette confiance en un univers ordonne et s u r v e i l l e par un §tre bon et i n t e l l i g e n t assure que l e decouragement de V o l t a i r e ne deg^ndre pas en desespoir et que son monde ne tombe jamais dans l'absurde ou l a vie humaine perd toute s i g n i f i c a t i o n . Arme de cette confiance, V o l t a i r e se d i r i g e r a surement vers une r e s o l u t i o n saine du probleme du mal. CHAPITRE I I LA FATALITE ET LA RELATIVITE ZADIG, COSI-SANCTA, BABOUC Zadig ou l a destinee f u t publie d'abord en septembre 1747 sous l e t i t r e de Memnon. En 1748, V o l t a i r e ajouta t r o i s cnapitres a ce conte et l u i donna l e nom de Zadig.^ Puisqu'on reconnait l e caractere personnel des contes, on cherche dans l a v i e de V o l t a i r e l e s evenements qui j u s t i f i e n t une certaine i n t e r p r e t a t i o n de t e l ou t e l conte. Mais l e s evenements seuls n'ont pas l e pouvoir de rendre content ou malheureux. Cela depend aussi de l'humeur et du temperament de c e l u i qui l e s s u b i t . On se reporte done a l a correspondance qui de v r a i t , s e m b l e - t - i l , reveler l e s sentiments de V o l t a i r e a chaque epoque de sa v i e . Malheureusement, ses l e t t r e s fournissent peu d'indications intimes. Les nombreuses e x p l i c a t i o n s qu'on donne de l a naissance des contes nous montrent combien i l est d i f f i c i l e de determiner 1 ' i n s p i r a t i o n precise de ces oeuvres. Peut-§tre a-t-on t o r t de chercher a i n s i 1 ' i n s p i r a t i o n 1 V o l t a i r e , Zadig ou l a destinee, ed., Georges A s c o l i , P a r i s , Hachette, 1929, I , v i i i . 15 16 des contes. I I nous semble que l'oeuvre elle-mime est l e temoin l e plus sur de l a vie i n t e r i e u r e de V o l t a i r e . Dans le cas de Zadig, par exemple, l a correspondance n'annonce pas cet ouvrage avant q u ' i l paraisse. Aucune des pensees dans l e s l e t t r e s de 174-7 ne repond aux themes de ce conte. Mais en 1748 on peut relever 9a et la. dans l a correspondance des al l u s i o n s qui r e f l d t e n t l e s idees de Zadig. I I p a r a i t qu'a ce moment de sa vie V o l t a i r e n'a r e u s s i a exprimer ses sentiments profonds et peut-§tre inconscients que dans l a creation l i t t e r a i r e . Malgre l a d i f f i c u l t y de pr e c i s e r 1 ' i n s p i r a t i o n de Zadig, nous a l l o n s signaler certaines des e x p l i c a t i o n s qu'en donnent l e s c r i t i q u e s et que j u s t i f i e l e conte lui-mime. V. L. Saulnier c r o i t que Zadig est un " a n t i - p V e r s a i l l e s " . En se reportant au conte, on trouve en e f f e t q u ' i l est en p a r t i e un a n t i - V e r s a i l l e s . La correspondance de 1748, e l l e a u s s i , revele un V o l t a i r e qui commence a. se la s s e r de l a v i e mondaine, lassitude qui peut r e s u l t e r des tracasseries subies a l a cour de Louis XV. Le 13 f e v r i e r 1748, de Lu n e v i l l e a l a cour du r o i S t a n i s l a s , V o l t a i r e e c r i t a Dom Calmet: "Je prefere, monsieur, l a r e t r a i t e a l a cour, et l e s grands hommes aux r o i s . " v Une semaine plus t a r d , i l e c r i t encore de Lu n e v i l l e a Mme d'Argental: 2 V o l t a i r e , Zadig ou l a destinee, ed. V. L. Saulnier, Geneve, Droz, 1946, p. x i i . 3 XXXVI, 504. 17 On va tous l e s jours dans un kiosque, ou d'un p a l a i s dans une cabane; et partout des f§tes et de l a l i b e r t e . Je c r o i s que Mme du Chatelet passerait i e i sa v i e ; mais moi, qui p r e f l r e l a vie unie et l e s charmes de l'amitie a toutes l e s f§tes, j ' a i grande envie de revenir dans votre cour.^ S ' a g i t - i l de p o l i t e s s e tout simplement? Non, dans l a plupart des l e t t r e s du debut de 1748 r&gne ce ton desenchante. Voila. quatre ans q u ' i l y est et V o l t a i r e n'a pas su r e u s s i r a cette cour de V e r s a i l l e s . Rene Pomeau trouve dans l e s maladies constantes qui obsddent V o l t a i r e entre 1747 et 1749 l a source d'une c r i s e depressive.^ Entre ces dates, ...les pensees de V o l t a i r e se sont transformees profondement: i l est degrise du divertissement; i l ne peut plus c r o i r e a l a l i b e r t e ; l e s arguties leibniziennes ne l u i masquent plus l e scandale dumal.... E n f i n , dans cette renaissance de l'hypocondrie v o l t a i r i e n n e , Pascal l'emporte.6 De cette c r i s e et du pessimisme qui en re s u l t e est n6 l e 7 premier des contes v o l t a i r i e n s . A notre a v i s , Zadig, l u i - m§me confirme ce que d i t Pomeau. V o l t a i r e s'y montre conscient de 1'existence du mal contre l a q u e l l e i l proteste de toutes ses forces. Le degout de l a vie mondaine n'est 4 XXXVI, 509. 5 Pomeau, La R e l i g i o n de V o l t a i r e , pp. 234-37. 6 I b i d . , p. 237 . 7 I b i d . , p. 243. 18 qu'un aspect du pessimisme croissant de V o l t a i r e . Nous reviendrons a l a question du mal dans notre examen de Zadig, mais examinons d'abord une autre source possible de ce conte. On a souvent trouve dans l e s recherch.es historiques que V o l t a i r e a f a i t e s pour l ' E s s a i sur l e s moeurs et 1'esprit des nations une source de Candide. Pourquoi pas une source de Zadig aussi?: La preparation de l ' E s s a i sur l e s moeurs a commence1 en 1740. La force mobile que V o l t a i r e y v o i t derridre l e s mouvements de l ' h i s t o i r e n'est plus l e s grands r o i s et l e s grands p o l i t i q u e s du S i e c l e de Louis XIV; e l l e est maintenant le hasard et "1*insensible deplacement des q masses". Dans Zadig, a i n s i que dans l a correspondance de 1748, V o l t a i r e n'ignore pas cette force a b s t r a i t e et i n v i n c i b l e qui determine l a v i e et l ' h i s t o i r e humaines avec une f a t a l i t e implacable. A son ami C i d e v i l l e , V o l t a i r e e c r i t l e 2 Janvier 1748: Je ne v i s point comme je voudrais v i v r e . Mais quel est l'homme qui f a i t son destin? Nous sommes, dans cette v i e , des marionnettes que Brioche mene et conduit sans qu'elles s'en doutent. 1 0 Quand cette f a t a l i t e i n f l u e sur l a v i e d'un i n d i v i d u , V o l t a i r e l'appelle l a fortune ou l a destinee. Ce n'est pas 8 Gustave Lanson, V o l t a i r e , deuxidme e d i t i o n , P a r i s , Hachette, 1910, p.121. 9 I b i d . , p. 127. 10 XXXVI, 5 0 2 . 19 une simple p e r s o n n i f i c a t i o n sans poids r e e l ; V o l t a i r e et Zadig eprouvent comme vine presence maligne cette destinee qui le s d i r i g e , malgre leurs e f f o r t s , ou e l l e veut. Dans une l e t t r e du 19 j u i l l e t 1748 au comte d'Argenson, V o l t a i r e d i t : Je c r o i s que l e premier devoir d'un h i s t o r i e n est de f a i r e v o i r combien l a fortune a souvent t o r t , combien l e s mesures l e s plus j u s t e s , l e s meilleures i n t e n t i o n s , l e s services l e s plus r e e l s , ont souvent une destinee desagreable. C'est l a tout l e theme de Zadig. Pour determiner a quel point une lecon optimiste se degage de Zadig, i l convient d'examiner a part l e s elements optimistes qui s'y trouvent. Dans sa conversation avec l e philosophe et Zadig, l'hermite prononce l a maxime optimiste tr£s connue: i l ne 12 faut pas juger d'un tout dont on ne v o i t qu'une p a r t i e . C'est d i r e que selon leur e f f e t , une actio n ou un evenement, mauvais relativement aux valeurs humaines, peuvent §tre bons par rapport a l'univers e n t i e r , ou, comme l e d i t Jesrad: " . . . i l n'y a point de mal dont i l ne naisse un bien." Les optimistes trouvent l a s o l u t i o n au probleme du mal dans une vue u n i v e r s e l l e ou l e bien se concoit par rapport a. l a t o t a l i t e des choses et ne s'arr§te pas tout simplement a l ' i n d i v i d u . Cette s o l u t i o n implique une morale r e l a t i v e . 11 XXXVI, 520 12 XXI, 88. 20 Puisque tout evenement depend d'une suite de causes a l a f o i s bonnes et mauvaises, on ne peut l e juger sans considerer l a quantite du bien et du mal qui y est entree et qui en r e s u l t e r a . Pour disculper l e Createur de 1'imputation du mal, l a theodicee optimiste p r o f i t e de l a conscience, non pas nouvelle mais desormais i n o u b l i a b l e , des l i e n s i n d e s t r u c t i b l e s entre cause et e f f e t . Cette s o l u t i o n a aussi son origine dans une nouvelle v i s i o n de l ' u n i v e r s , v i s i o n orientee vers le s cieux et l e s espaces i n t e r s t e l l a i r e s p l u t 8 t que vers l a t e r r e . Evidemment, une t e l l e morale, que rend possible l a p r o j e c t i o n des e s p r i t s au-dela de l'homme, est profondement anti-humaniste. On decouvre une r e l a t i v i t e semblable dans l a r e h a b i l i t a t i o n des passions. Dans l e cas precedent, l e s optimistes pretendent qu'une ac t i o n , dont 1'effet immediat est n u i s i b l e , peut avoir plus t a r d des consequences heureuses. I c i , on reconnalt que ce sont ces passions qu'on regarde traditionnellement comme des v i c e s , qui nous poussent a s a t i s f a i r e nos besoins et qui i n s p i r e n t nos plus nobles actions. J L'hermite l e s defend a i n s i : Ce sont l e s vents qui enflent l e s v o i l e s du vaisseau,...elles l e submergent quelquefois; mais sans e l l e s i l ne pourrait voguer. La b i l e rend colore et malade: mais sans l a b i l e l'homme ne saurait vivre.14- 13 IX, 4-10 14- XXI, 88 21 La m§me tendance qui se v o i t dans l a theodicee des optimistes se manifeste aussi a l'egard des passions. On s'apergoit qu'un peu de mal entre necessairement dans tout bien. I I n'est done plus possible de f a i r e un juge^aent moral absolu. Mais Jesrad e s t - i l vraiment l e porte-parole de Vo l t a i r e ? Dans l e cinquidme Discours en vers, V o l t a i r e n ' e t a i t pas a l l e trds l o i n dans cette voie. I I d i t que nous s a t i s f a i s o n s nos besoins pour l e p l a i s i r qui s'y attache et 15 que l e p l a i s i r est a i n s i un don cele s t e . y Cependant, dans l e s Remarques sur Pascal et dans l e Traite de metaphysique (ouvrage q u ' i l ne d e s t i n a i t pas a l a p u b l i c a t i o n ) , sa p o s i t i o n est plus avanc^e. I I n'hesite pas a. signaler l ' o r g u e i l comme "le p r i n c i p a l instrument avec lequel on a b a t i ce b e l e d i f i c e de l a societe"; c'est l ' o r g u e i l aussi qui i n s p i r e l e s a c r i f i c e 16 des i n t e r S t s p a r t i c u l i e r s pour l e bien-§tre commun. On n'a qu'a comparer ces idees a c e l l e s de Pope dans l ' E s s a i sur l'homme pour v o i r que cette deuxi§me espdee de r e l a t i v i t e se trouve, tout comme l a premiere, chez l e s optimistes. L'Essai sur l'homme contient une j u s t i f i c a t i o n des passions encore plus hardie que c e l l e de V o l t a i r e . Le podte anglais considdre l e s vices comme l a source m§me des vertus. Par exemple, i l a t tribue l a prudence a 1'avarice et l a philosophie a l a paresse. La b i l e , 1'opiniatrete, l a 15 IX, 410. 16 XXII, 222-23 22 haine et l a peur donnent naissance aux qualites d'honn§- 17 tete et d'e s p r i t . ' Cependant, V o l t a i r e ne semble pas vraiment penetre de ces idees sur l a r e l a t i v i t e . D'abord, i l est tre"s peu dans l a t r a d i t i o n v o l t a i r i e n n e d'accepter des axiomes metaphysiques t e l s que " i l n'y a point de mal dont i l ne naisse un bien." On verra plus t a r d que le discours de Jesrad t r a h i t par sa structure m§me l e s doutes de V o l t a i r e au sujet de l a philosophie optimiste et que toute 1'experience de Zadig tend a prouver que l a providence divine nous est incomprehen s i b l e . Jesrad n'exprime pas non plus l e s idees de V o l t a i r e sur les passions. V o l t a i r e p a r a l t reconnaitre leur u t i l i t e , mais i l se mefie de le u r force et aime mieux l e s b r i d e r que de l e u r donner l i b r e cours. I I se p l a i t a p a r l e r des passions bienfaisantes, mais i l ne saurait en r e a l i t e s'abandonner au torrent f u r i e u x des d e s i r s . Pour l u i , comme pour l e s e s p r i t s du dix-septieme s i S c l e , l e s passions sont funestes et doivent se soumettre a l a rais o n . Peut-e*tre cette mefiance des passions p r o v i e n t - e l l e de 1'amour de l a s t a b i l i t e qui a motive, croyons-nous, l e refus du subjectivisme epistemolo- gique. V o l t a i r e c r a i n t l e s emballements des passions mal 17 Alexander Pope, "Essay on Man," The Works of Alexander  Pope, Esq. i n Verse and i n Prose, London, Strahan and Preston, 1806, Ep. I I , 11. 183-94. 18 c f . T r a i t e de metaphysique, XXII, 218: Elements de l a philosophie de Newton, XXII, 414; H i s t o i r e de Jenni, XXI, 510. 23 contrSlees. Impetueux, i l redoute l e s excds auxquels ses emportements peuvent l e mener s ' i l ne le s contient pas. Dans Zadig, V o l t a i r e n'a pas cree un personnage qui incarne l e s idees optimistes sur l e s passions; i l a cree un homme semblable a1 lui-m§me qui essaie toujours de dompter l e s passions qui menacent sa t r a n q u i l l i t e d'ame. Zadig cherche dans 1*etude, dans l a philosophie et dans l ' a m i t i e , l e remdde contre ses souffranees et contre l e s i n j u s t i c e s de sa destinee. Par exemple, aprds l e s trahisons de Semire et d'Azora, Zadig s'adonne a 1 'etude pour se defendre contre l'amertume et l e depit. "Rien n'est plus heureux, d i s a i t - i l , qu'un philosophe qui l i t dans ce grand l i v r e que Dieu a mis sous nos yeux. Les v e r i t e s q u ' i l decouvre sont a l u i : i l n o u r r i t et i l eleve son a^ ae, i l v i t t r a n q u i l l e ; i l ne c r a i n t r i e n des hommes, et sa tendre epouse ne vient point l u i couper l e nez."19 Remarquez q u ' i l n*arrive jamais & Zadig de v o u l o i r v i v r e entierement r e t i r e des hommes. Cela s e r a i t contraire a l a saine philosophie de 1'honnSte homme qui " f u i t toute extremite" et que l e devoir oblige II @tre u t i l e a l a societe. Pour Zadig ses periodes de repos servent seulement a l e preserver de l a misanthropie qui pourrait aisement n a l t r e des abus qui l'accablent. Que de difference entre l u i qui s'efforce constamment d'elever son anie et de v i v r e t r a n q u i l l e et ces 19 XXI, 3 7 ; c f . I b i d . , p. 40. 24 heros romantiques qui, l o i n de repudier leurs passions, l e s recherchent, et au l i e u d'en apaiser l e tumulte, en aggravent l e s ravagesi Quand Zadig, menace de mort, s'enfuit en Egypte, i l se detache de ses propres souffrances en contemplant l e s e t o i l e s . I I se f i g u r a i t a l o r s l e s hommes t e l s q u ' i l s sont en e f f e t , des insectes se devorant l e s uns l e s autres sur un p e t i t atome de boue. Cette image vraie semblait aneantir ses malheurs, en l u i retracjant l e neant de son §tre et c e l u i de Babylone.20 Ce passage, qui montre d'abord 1'effort que f a i t Zadig pour se calmer, represente aussi un des aspects constants sous lesquels V o l t a i r e envisage notre condition. Quand i l regarde d'en haut l'homme perdu dans l e s espaces cel e s t e s , V o l t a i r e , comme Zadig, ressent l e n£ant de notre existence. D ' a i l l e u r s , l'agencement p a r f a i t des cieux et leur beaute harmonieuse poss£dent pour l u i un a t t r a i t i r r e s i s t i b l e . l i s 21 deviennent l e signe de l a pe r f e c t i o n d i v i n e . I I est done tres nature1 que l e manque de proportion entre l a majeste de Dieu et l a n u l l i t e humaine rende improbable l'idee que l e createur de cet univers merveilleux s'interesse au sort de chaque i n d i v i d u , comme l e f e r a i t c r o i r e l a doctrine chretienne 20 XXI, pp. 54-55. 21 Pomeau, La Re l i g i o n de V o l t a i r e , p. 215. 25 d'une providence personnelle. l i n s i s'explique 1'eloignement de Dieu dans Zadig. Comme representants d'un ordre superieur a l'homme, i l y a l e de s t i n et Jesrad; n i l'un n i 1'autre ne represente Dieu. Jesrad est tout simplement l e porte-parole de certaines idees p r o v i d e n t i e l l e s , tandis que l e de s t i n est une force perverse qui se f a i t s e n t i r a tout homme injustement miserable—mais cette force ne saurait se confondre avec Dieu. Toujours a 1'arri&re-plan, mais sans que sa presence se fasse trop s e n t i r , i l y a l a D i v i n i t e , et son existence assure a l a v i e une s i g n i f i c a t i o n ultime. E l l e ne f o u r n i t point cependant de c l e f a l'enigme de notre v ie presente. C'est pour cette r a i s o n q u ' i l est d i f f i c i l e d'accepter comme 1'opinion de V o l t a i r e l a doctrine optimiste de l'hermite, que chaque mal f a i t n a i t r e un bien. Toute e x p l i c a t i o n p r o v i d e n t i e l i e presuppose une connaissance de l a nature divine que V o l t a i r e c r o i t a peu pr£s inaccessible a. 1'esprit humain. I I ne pense pas que nos connaissances soient assez etendues pour resoudre l a con t r a d i c t i o n entre notre condition et 1'existence d'une Providence b i e n v e i l l a n t e . I I est done douteux que V o l t a i r e a i t jamais embrasse un systSme metaphysique. Plus que dans l e s propos et dans l e s formules que nous venons d'examiner et qui restent a. part sans s'incorporer dans l a v i s i o n integrale de l'auteur, i l faut chercher l a 26 v e r i t a b l e lecon de Zadig dans 1'intrigue et dans l e s t y l e . Ce qui f a i t marcher l e conte, c'est l a recherche du bonheur entreprise par Zadig et dont1•insucces est assure dds l e commencement. Zadig, avec de grandes richesses, et par consequent avec des amis, ayant de l a sante,, une figure aimable, un e s p r i t juste et modere, un coeur sincere et noble, crut q u ' i l pouvait i t r e heureux.22 Le ton d'ironie legdre dans ce passage nous annonce une suite i n e v i t a b l e de contretemps et d'echecs, a i n s i que l a deception du heros. En e f f e t , Zadig est l e plus infortune des hommes bien q u ' i l s o i t de ceux qui puissent attendre l e bonheur avec une confiance l e g i t i m e . C'est l a j u s t i c e m§me de ses esperances qui accuse s i fortement l e d e s t i n . Le thdme de Zadig se trouve dans cette c o n t r a d i c t i o n eclatante: l'homme qui c r o i t l e monde gouverne par un Dieu juste rencontre une destinee qui semble l'ouvrage du d i a b l e . Zadig tombe a tout moment dans des mesaventures, et par s u r c r o i t d'ironie ses infortunes l u i viennent de ses bonnes q u a l i t e s . Orcan l e bat parce q u ' i l defend Semire. Semire, a son tour, l'abandonne de crainte q u ' i l ne devienne borgne par su i t e d'une blessure recue en l a defendant. L'envieux Arimaze t r a v a i l l e a sa perte parce que Zadig a des amis et de 1'esprit. Les Egyptiens l e vendent en es.clavage 22 XXI, 33 27 pour avoir defendu une femme contre son amant b r u t a l . On pourrait c r o i r e , au premier abord, que c'est l a mechancete des hommes p l u t d t qu'une destinee contraire qui cause l e s malheurs de Zadig. Cependant, 1 ' i n j u s t i c e recompense s i constamment sa vertu qu'a l a f i n on ne peut s'emp£cher d'y v o i r un decret du de s t i n . On peut se demander i c i s i V o l t a i r e dans Zadig est en t r a i n de r e j e t e r l a these de Pope qui veut que tous l e s mechants soient malheureux. Cette idee vient d'une autre idee plus generale, que l e bonheur ne depend n i de rang n i de biens, mais que tout homme en a l a part q u ' i l merite. Dans l e s Discours en vers V o l t a i r e soutient cette thdse, sans doute parce qu'elle disculpe d ' i n j u s t i c e l a bonte divine et qu'elle rend i n u t i l e l e dogme de 1'immortalite de l'ame—ce qui p l a i t a V o l t a i r e d e i s t e . Cette idee assez naive est necessaire pour expliquer pourquoi tant de mechants vivent heureux, alors que l a misSre est souvent l e l o t des hommes de bien. Les retours de l a fortune dans l a v i e de Zadig donnent 1'impression qu'en e f f e t l e s mechants sont souvent heureux. Par "heureux", dans l e sens que V o l t a i r e l'emploie i c i , on comprend l e succ&s qui attend l e s desseins des mechants contre l e s vertueux. Les propos de Jesrad contre- disent cette impression, mais nous avons deja vu que l e s assertions de Jesrad, comme dans l e cas des passions, ne representent pas toujours 1'attitude v e r i t a b l e de V o l t a i r e , 28 Cette i n t e r p r e t a t i o n est surtout j u s t i f i e e s i l'on considdre que l a plus grande p a r t i e du l i v r e etale l e s souffrances imm£ritees d'un honne*te homme et que jusqu'au denouement V o l t a i r e ne f a i t que rassembler des arguments contre 1'existence d'une providence speciale. Zadig lui-m§me, en plusieu r s endroits, proteste contre l a destinee in j u s t e qui persecute l e s vertueux: Tout ce que j ' a i f a i t de "bien a toujours ete pour moi une source de maledictions, et je n'ai ete eleve au comble de l a grandeur que pour tomber dans l e plus h o r r i b l e precipice de l ' i n f o r t u n e . S i j'eusse ete mechant comme tant d'autres, je serais heureux comme eux .23 Cette i n j u s t i c e est rendue encore plus insupportable a Zadig par . i ' i h e g a l i t e qui existe entre l'enormite de sa ruine et 1'insignifiance de sa cause. L'enumeration de ses malheurs q u ' i l f a i t & son v a l e t marque tres bien ce manque de proportion qui est accentue pour l'homme souffrant. J ' a i ete condamne a 1'amende pour avoir vu passer une chienne; j ' a i pense §tre empale pour un g r i f f o n ; j ' a i ete envoye au supplice parce que j'avais f a i t des vers a l a louange du r o i ; j ' a i et£ sur l e point d'§tre etrangle parce que l a reine avait des rubans jaunes, et me v o i c i esclave avec t o i parce qu'un b r u t a l a battu sa maitresse.24 Quand, aprds tant de persecutions inj u s t e s du 23 XXI, 54. 24 XXI, 57 . 29 d e s t i n , Zadig accuse l a Providence d'opprimer l e s hommes de Men et de f a v o r i s e r l e s "chevaliers v e r t s " , l'ange Jesrad apparalt pour e c l a i r c i r ces mystdres. Son e x p l i c a t i o n est peu convaincante. I I entasse des formules optimistes l e s unes sur l e s autres sans ordre et sans developpement. Comparons l e discours de Jesrad a 1'argument de Pangloss en t r a i n de demontrer aux rescap^s de Lisbonne que tout est bien parce que l e s choses ne peuvent §tre autrement: "Car...tout c e c i est ce q u ' i l y a de mieux; car s * i l y a un volcan a Lisbonne, i l ne pouvait Stre a i l l e u r s ; car i l est impossible que l e s choses ne soient pas ou. e l l e s sont; car tout est bien. "25 Cet argument de Pangloss ressemble assez a c e l u i de Jesrad par son manque de force et de coherence. Dans ses j u s t i f i c a t i o n s optimistes de l a Providence, Jesrad i n t r o d u i t m§me une e x p l i c a t i o n theologique. I I d i t que l e s mechants sont envoyes pour eprouver l e s justes et que "tout est epreuve, ou puni t i o n , ou recompense, ou prevoyance." Tout evenement, selon l a vue optimiste, r e s u l t e du fonc- tionnement des l o i s f i x e s et n'a une s i g n i f i c a t i o n que par rapport a 1'univers. Cette philosophie tend a diminuer 1'importance de l'homme et a l e de p o u i l l e r de ce qui l u i eonvenait s i b i e n — s o n rSle comme souci p r i n c i p a l de 25 XXI, 148 26 Ibid., 90. 30 D i e u . 2 7 So Man, who here seems p r i n c i p a l alone, Perhaps acts second to some sphere unknown.28 Par contre, 1'interpretation chretienne donne aux evenements une s i g n i f i c a t i o n directe pour l a vie humaine. De m§me que l a providence generale des optimistes f a i t peu de cas de l'homme, l e Dieu optimiste est inhumain, occupe exclusivement de l a sante" de son syst£me de s o l e i l s et de plandtes. Who sees with equal eye, as God of a l l , A hero perish,, or a sparrow f a l l , Atoms or systems into r u i n h u r l ' d , And now a bubble burst, and now a world.29 Le Dieu Chretien est, au c o n t r a i r e , trds humain, soucieux de l'a\me de chaque homme, m§me c e l l e du plus humble. Opposons ce passage de Mathieu au precedent: Are not two sparrows sold f o r a farthing? and one of them s h a l l not f a l l on the ground without your Father. But the very h a i r s of your head are numbered. Fear ye not therefore, ye are of more value than many sparrows.30 27 Arthur 0. Lovejoy, The Great Chain of Being, deuxieme e d i t i o n , Cambridge, Massachusetts, Harvard U n i v e r s i t y Press, 1942, pp. 102-3. 28 Pope, The Works of Alexander Pope, Esq., Ep. I , 11. 57-58. 29 I b i d . , 11 . 8 7 - 9 0 . 30 Mathieu, 10: 2 9 - 3 1 . 31 I I est done c l a i r que l e s paroles de l'hermite que nous venons de c i t e r repr^sentent l a providence c h r 6 t i e n n e p l u t S t que 1 'optimiste. V o l t a i r e a probablement confondu exprSs l e s deux systdmes. Q u ' i l l ' a i t f a i t met en doute l a s i n c e r i t y de l'apologie optimiste qui predomine dans l e discours de Jesrad. I I semble que V o l t a i r e a i t 1 ' i n t e n t i o n de d i s c r e d i t e r a l a f o i s l e s deux e x p l i c a t i o n s p r o v i d e n t i e l l e s . I I est v r a i que l a morale du conte p a r a l t optimiste et m§me chretienne, mais quand on examine de plus pr£s 1'argumentation de Jesrad, sa structure et ce melange de deux theodic^es opposees revelent assez clairement l e s doutes de V o l t a i r e . Malgre tous ses beaux raisonnements, Jesrad ne repond pas a 1 *accusation e s s e n t i e l l e . "Mais, d i t Zadig, s ' i l n'y avait que du bien, et point de mal?" L'ange elude l a seule reponse possible a. cette question, qui s e r a i t ou que Dieu n'a pu c h o i s i r l e bien seul ou q u ' i l ne l ' a pas voulu. On a 1 'impression que ce n'est qu'a force de beaucoup p a r l e r et en disparaissant v i t e que Jesrad r e u s s i t a avoir r a i s o n . Tout bien considere, i l est c l a i r que V o l t a i r e r e j e t t e deja tout providentialisme. Pourquoi ne l e d i t - i l pas ouvertement? C'est peut-§tre q u ' i l n'est pas encore conscient de ce refus nouveau de l'optimisme, qui est encore u t i l e a son deisme, et q u ' i l c r a i n t l a censure royale s ' i l desavoue l a doctrine chretienne, q u ' i l n'a jamais acceptee. I I se peut aussi que ses malheurs personnels n'aient pas 32 encore abattu V o l t a i r e au point que 1'optimisme l u i semble r i d i c u l e et o f f e n s i f . Quelle qu'en s o i t l a r a i s o n , i l est v r a i que l a place importante donn6e aux arguments optimistes, l e prestige de c e l u i qui l e s prononce et l e denouement heureux des aventures de Zadig servent a dormer au conte un ton optimiste. N£anmoins, tout c e l a ne d e t r u i t pas l a force des infortunes qui ont precede et 1'effet d'ensemble, dirons- nous, est d'un optimisme modere. Le s t y l e renforce cette impression, car i l renferme l e s aventures de Zadig dans de p e t i t e s h i s t o i r e s q ui, en e f f e t , sont souvent de vieux contes r e f a i t s . Chacun de ces episodes, ayant un inter§t 3. l u i s e u l , r a l e n t i t l e t r a i n de 1'intrigue et detourne l e lecteur pour 1'instant du but que vise l e conte. Les evenements se passent dans Babylone, pays o r i e n t a l aux coutumes etranges, et qu i , d ' a i l l e u r s , n'existe plus. Le lecteur est compl&tement depayse. Bien que chaque p e t i t conte a i t une morale valable pour l e moment, l a lecon accusatrice ne frappe pas trop brutalement gr&ce a. 1'eloignement a i n s i r e a l i s e . Par contraste, l a force de Candide provient de l ' a c t u a l i t e et de l a v e r i t e des evenements, du f a i t que V o l t a i r e ne vise qu'un but et de l'economie avec l a q u e l l e i l l ' a t t e i n t . Quelle est, en somme, 1'importance des elements optimistes qui se trouvent incontestablement dans Zadig? Zadig e s t - i l , comme l e d i t Andre B e l l e s o r t , un conte indulgent 33 31 qui favorise l'optimisme^ ou, comme l e d i t Rene Pomeau, l e r e s u l t a t d'une c r i s e depressive, done pleinement conscient du m a l ? 5 2 En apparence, Zadig semble soutenir et j u s t i f i e r l'optimisme systematique. Jesrad, envoye de Dieu pour e c l a i r e r Zadig, apporte une apologie de l a Providence a l a Pope et a l a L e i b n i t z , mais i l l a developpe d'une facjon obscure parce q u ' i l cherche a. e v i t e r l e probldme e s s e n t i e l : pourquoi Dieu n ' a - t - i l pas pu f a i r e un monde tout a f a i t bon? Et Zadig, bien que Jesrad l u i impose l e s i l e n c e , n'est pas dupe de cet ange loquace. S i , a l a f i n du conte, i l benit l e c i e l , ce n'est pas que Jesrad l ' a i t convaincu; V o l t a i r e d i t seulement que Zadig "avait present a 1 ' e s p r i t ce que l u i avait d i t l'ange J e s r a d . " 5 5 Sa benediction est due, non pas a une conviction raisonnee nouvellement acquise, mais plutCt a cet optimisme et a cette e f f u s i o n de gratitude qui naissent du bonheur r e a l i s e . N'oublions pas, d ' a i l l e u r s , que l e s idees s'empruntent facilement mais que s i e l l e s n'emanent pas d'une conviction profonde l e s actions l e t r a h i s s e n t . Bien que V o l t a i r e semble enseigner une le<jon optimiste, sa manidre de v o i r l'homme et l e monde, qui perce dans l e s infortunes de Zadig, est c e l l e d'un homme qui refuse toute j u s t i f i c a t i o n 31 Andre B e l l e s o r t , E s sai sur V o l t a i r e , P a r i s , P e r r i n , 1955, p. 241. 32 Pomeau, La R e l i g i o n de V o l t a i r e , p. 237« 33 XXI, 9 3 . f a c i l e du mal. 34 Nous avons signale 1'element r e l a t i f comme cara c t e r i s t i q u e de 1'optimisme. V o l t a i r e pr§che l a r e l a t i v i t e des passions, non parce q u ' i l est optimiste, mais parce q u ' i l est deiste et que l a force bienfaisante des passions convient trSs bien a son af f i r m a t i o n anti-pascalienne que l'homme est ce q u ' i l d o i t §tre. Mais cette apologie des passions n'est qu'un aspect de cette question, c e l u i que presentent, par exemple, l e Mondain, l e s Lettres philosophiques et l e s Discours  en vers. Le caracte're de Zadig et quelques passages dans certains autres ouvrages tracent l e s l i m i t e s de cette idee. Le Dieu i n d i f f e r e n t a l'homme se trouve egalement chez l e s optimistes et chez V o l t a i r e . Mais une image semblable de l ' E t r e supr§me procede, comme au fond toute l a doctrine optimiste, de l a re v o l u t i o n dans l a pensee qu'ont r e a l i s e e l e s d^couvertes de 1'astronomic D'autre part, V o l t a i r e reconnait clairement l'existence du mal, proteste contre 1 ' i n j u s t i c e du dest i n et refuse, mais de facon moins d i r e c t e , l e s diverses e x p l i c a t i o n s p r o v i d e n t i e l l e s . Deja dans Zadig l e caractere insoluble du probleme du mal commence a devenir evident, bien que cet aspect ne s o i t pleinement developpe que dans Candide. Que le s conclusions de Zadig soient assez moderees on ne peut l e n i e r . On y trouve, cependant, tous l e s Elements qui contribueront en se precisant a Candide. Dans Zadig, V o l t a i r e 35 n'a f a i t que poser l e probleme; dans Candide i l trouvera l a reponse• Cosi-Sancta, un p e t i t mal pour un grand bien La date de Cosi-Sancta n'est pas certaine. Ce conte f u t imprime pour l a premiere f o i s en 1784, et selon l e s editeurs de Kehl i l f u t e c r i t a Sceaux dans l e cercle de l a 54 ducnesse du Maine chez qui V o l t a i r e sejourna en 1746. Rene Pomeau r e j e t t e l e temoignage de Longchamp sur l a composition d'une serie de contes a Sceaux en 1746, mais i l 35 ne propose pas de dater Cosi-Sancta. A en juger par l e s idees sur l a r e l a t i v i t e qui s'y trouvent, ce p e t i t conte se rapporte a Zadig et a Babouc. I I est done bien possible q u ' i l date de l a m§me epoque. Dans Cosi-Sancta l a r e l a t i v i t e optimiste, de portee u n i v e r s e l i e , est t r a i t e e sur le plan i n d i v i d u e l . De mime que dans 1*univers un grand bien necessite quelquefois un p e t i t mal, qui se trouve a i n s i j u s t i f i e , i l est possible qu'un i n d i v i d u par un peche puisse r e a l i s e r un bien. Done, Cosi- Sancta, en f a i s a n t t r o i s i n f i d e l i t e s a. son mari, est canonisee. Les remarques de l'hermite concernant l e s passions ressemblent a l a r e l a t i v i t e dans ce conte. Comme bien des vertus t i r e n t l e u r origine des passions moderees qui 34 XXI, i x . 35 Pomeau, La R e l i g i o n de V o l t a i r e , p. 243, n. 129. 36 deviennent vicieuses sans d i s c i p l i n e , une vertu exaltee re s u l t e p a r f o i s du s a c r i f i c e d'une moindre vertu. V o l t a i r e se p l a i t de temps a. temps a re lever de t e l s paradoxes: A i n s i Cosi-Sancta, pour avoir ete trop sage, f i t p 6 r i r son amant et condamner a mort son mari, e t , pour avoir ete complaisante, conserva l e s jours de son fr£re, de son f i l s , et de son mari.36 A l'epoque des Lettres philosophiques et du Mondain, V o l t a i r e souligne l a r e l a t i v i t e morale pour c o n t r a r i e r l e s catholiques. Dans Cosi-Sancta, l a r e l a t i v i t e sert encore ce but. Quand vers 1750 et surtout vers 1760, V o l t a i r e s'oppose a l'atheisme, i l s'apercoit que l e commun des hommes respectent une morale absolue et qu'une morale r e l a t i v e , n'ayant pas de forc e , menace 1 'ordre s o c i a l . Pour cette r a i s o n , i l abandonnera l'idee de r e l a t i v i t e morale. Cosi-Sancta ne prSche pas 1 'optimisme, malgre l a r e l a t i v i t e qui s'y montre; e l l e v i s e plutSt l e christianisme. D ' a i l l e u r s , cette r e l a t i v i t e , i s o l e e comme e l l e est de toute a l l u s i o n optimiste, se rattache plutSt a un point de vue assez repandu a. cette epoque qui n'oublie jamais que l'homme n'est qu'un chalnon dans l a grande chalne de l a c a u s a l i t e . Dans Cosi-Sancta, malgre l e ton ironique et moqueur, V o l t a i r e proteste contre l e s i n j u s t i c e s de l a fortune. I I accuse l a destinee qui oblige l e s hommes a f a i r e des actions 36 XXI, 3 0 . 37 que, l i b r e s de c h o i s i r , i l s ne fe r a i e n t jamais. Bien que ce conte ne s o i t pas profondement pessimiste, i l depeint, comme Zadig, 1 ' i n j u s t i c e et l'immoralite apparentes des decrets de l a Providence. Done, V o l t a i r e n'attaque pas directement l'optimisme en tant que systeme, mais i l refuse d'adoucir pour son lecteur l e s contretemps de l a fortune. Deux aspects de ce conte ressemblent aux idees dans Zadig: ce sont l a r e l a t i v i t e morale et 1'accusation du destin. Dans Zadig, l a r e l a t i v i t e n'est pas importante et se trouve seulement dans certaines remarques de l'hermite. Dans Cosi-Santa, e l l e joue un r61e e s s e n t i e l en ce qu'elle sert l e but a n t i - r e l i g i e u x de V o l t a i r e . A toute epoque V o l t a i r e p r o f i t e de l'optimisme dans sa l u t t e contre l e christianisme, mais i l n'est pas pour c e l a optimiste. Le deuxidme aspect, 1'accusation du de s t i n , marque l a premiere etape dajts l e developpement de sa pensee sur l e probleme du mal. Dans Cosi-Sancta, comme dans Zadig, i l est evident que V o l t a i r e se sent enchalne a une f a t a l i t e a r b i t r a i r e , incapable d'echapper aux maux qui l u i sont destines. L'impuissance de l'homme devant l e sort contraire que V o l t a i r e d6peint dans l e s deux contes met en doute 1'existence d'une providence comprehensible aux hommes. V o l t a i r e nous abandonne a ce doute sans essayer de l e resoudre par aucune e x p l i c a t i o n vraiment acceptable. Cette suspension du jugement nous a v e r t i t que V o l t a i r e cesse d'accepter l'optimisme comme e x p l i c a t i o n possible du mal. 38 Cosi-Sancta represente done l e m§me stade que Zadig; dans l e probldme du mal. Dans l e s deux contes, V o l t a i r e refuse de se contenter des j u s t i f i c a t i o n s p r o v i d e n t i e l l e s et met en lumiere 1'existence du mal, qui est a cette epoque l e mal metaphysique ou l 1 i m p e r f e c t i o n inherente a l a nature et a l a condition humaines. Le Monde comme i l va; V i s i o n de Babouc Le Monde comme i l va; V i s i o n de Babouc fut publie d'abord en 1748, mais, toujours selon Longchamp, i l f u t compose a Sceaux en l?^.^^ Ce conte t r a d u i t certaines idees de V o l t a i r e sur l a r e l a t i v i t e s ociale qui proviennent de l a m§me source que c e l l e s sur l a r e l a t i v i t e morale manifestoes dans Zadig et dans Cosi-Sancta. I I est done probable que Babouc date de l a m§me periode. Babouc, comme emissaire de l'ange I t u r i e l , d o i t juger Persepolis. I I n'est done que spectateur. Sans s'y m§ler, i l observe l e va-et-vient des a f f a i r e s . Pour Zadig, qui souffre des humiliations et des malheurs du monde, i l est impossible d'excuser l e mal enalleguant l e bien qu'en t i r e r a un autre homme ou peut-§tre une autre planete. Babouc se trouve en presence du vice et de l a vertu a tour de r 6 l e et reste quand mime i m p a r t i a l . I n s t r u i t par l e sage l e t t r e , i l apprend que l e bien "r6sulte quelquefois de ces abus 37 XXI, v i i 39 mimes." Le marchand qui vend un a r t i c l e pour un p r i x d i x f o i s au-dessus de sa valeur f a i t v i v r e un grand nombre d'ouvriers, encourage l ' i n d u s t r i e et f a i t c i r c u l e r 1'argent. Babouc s'apergoit qu'en certains cas l e c o n f l i t des i n t e r i t s p a r t i c u l i e r s produit l'harmonie de l a society entidre. Par exemple, chaque maison de "mages" esp&re l a destruction des autres, mais Babouc apprend que "ces grands corps, qui semblaient en se choquant preparer leurs communes ruines, etaient au fond des i n s t i t u t i o n s s a l u t a i r e s ; que chaque •za societe de mages e t a i t un f r e i n a ses r i v a l e s . . . . " Cette alchimie qui transforme l a poursuite des i n t e r i t s p a r t i c u l i e r s en morale sociale se trouve d6ja dans l ' E s s a i sur l'homme. E l l e caracterise aussi l a pensee de Melon et de Mandeville, et n'oublions pas que Mme du Chatelet a t r a d u i t l a Fable des A b e i l l e s de ce dernier. C'est done bien une idee courante et non pas proprement di t e optimiste, quoiqu'elle r e s u l t e tout naturellement des raisonnements optimistes sur 1'existence du mal. D ' a i l l e u r s , et l'optimisme et l a theorie du c o n f l i t s o c i a l a t t i r e n t l e s optimistes de coeur qui veulent c r o i r e que tout est bien surtout s i eux ne souffrent pas. I I faut i t r e bien s a t i s f a i t du s t a t u quo pour partager cette th6orie, car e l l e sanctionne l e s abus en l e s rendant necessaires au bien commun. 38 XXI, 12. 39 Pope, The Works of Alexander Pope. Esq., Ep. I l l , 11. 269- 304. 4-0 I I y a dans ce conte une certaine complaisance a l'egard des abus et des vi c e s : tout est pour l e mieux s i les r e s u l t a t s sont favorables. I t u r i e l decide "de ne pas m§me songer a c o r r i g e r Persepolis." V o l t a i r e a du §tre de bonne humeur au moment ou i l e c r i v a i t ce conte, car i l excuse m§me l a la i d e u r des e g l i s e s , l e s i n t r i g u e s des pr§tres et le s l e t t r e s p a r a s i t e s . La formule contenue dans l a conclusion du r e c i t — s i tout n'est pas bien, tout est p a s s a b l e — e s t moins optimiste que n'est en r e a l i t e l e sens general du conte. Nous avons vu que dans Babouc V o l t a i r e manifeste un optimisme psychologique et r6sout 1'existence du mal suivant l e s principes optimistes. Le contenu de ce conte est tout l e contraire de c e l u i de Cosi-Sancta et de Zadig. Mais on au r a i t t o r t d'en conclure que Babouc fut compost avant Zadig et Cosi-Sancta quand l a vie semblait encore t o l e r a b l e . Les contes naissent de l'humeur mobile du temperament v o l t a i r i e n . A i n s i , i l est bien possible que Babouc a i t ete e c r i t aprds l e s deux autres contes et q u ' i l represente un optimisme passager. S i l'on ne peut pas prec i s e r l a date de ce conte, on peut d i r e au moins q u ' i l n'appartient n i au m§me moment psychologique que Zadig et Cosi-Sancta, n i a l a me*me etape dans l e developpement du probleme du mal. CHAPITRE I I I L'OPTIMISTE D'RTER ET LE REPORMATEUR DE DEMAIN MEMNON, CANDIDE Memnon ou l a Sagesse humaine f u t acheve l e 31 janvier 174-9. 1 Le bon genie de Memnon est un personnage moins considerable que l'ange de Zadig. Memnon parle avec f a m i l i a r i t e a cette creature qui a " s i x b e l l e s a i l e s , mais n i pieds, n i t§te, n i queue," et qui ne ressemble a r i e n . Ce drSle de genie qui remplit aupr£s de Memnon l e s fonctions que remplit Jesrad aupres de Zadig ne se h§te pas de consoler l e heros infortune en l u i prouvant que tout est au mieux. I I ne pretend n i expliquer l a providence n i convaincre Memnon que l e mal s o i t un bien d£guise. I I avoue que, dans ce monde, i l n'existe n i sagesse, n i bonheur p a r f a i t s . I I semble, cependant, qu'on puisse r e a l i s e r un contentement mediocre, car l e bon g^nie l u i promet: -Ton sort changera.... I I est v r a i que t u seras toujours borgne; mais, a ce l a pres, t u seras assez heureux, pourvu que t u ne fasses jamais l e sot projet d ' e t r e parfaitement sage.2 1 XXXVI, 569. 2 XXI, 99- 4-1 42 Alors que Jesrad met en valeur l a predominance du bien dans l 1 u n i v e r s , l e bon genie admet que l e mal existe et ne cherche pas a l e diminuer en l e rapportant au bien general. I I d e c r i t a Memnon une serie de planetes ou "tout se s u i t par degres." A i n s i e c l a i r e , Memnon s'apergoit que parmi l e s m i l l i o n s de mondes dans 1'univers, notre t e r r e t i e n t un rang des plus meprisables: - J ' a i bien peur...que notre p e t i t globe terraque ne s o i t precisement l e s p e t i t e s - maisons de 1'univers dont vous me f a i t e s l'honneur de me parler.3 Memnon, dont l a v i s i o n , comme c e l l e de l a plupart des hommes, se borne a notre t e r r e et aux a f f a i r e s humaines en t i r e l a conclusion que "certains poetes, certains philosophes, ont done grand t o r t de dir e que tout est bien. Le genie l u i explique qu'en e f f e t i l s ont raison "en considerant 1'arrangement de 1*univers e n t i e r . " Et l e pauvre Memnon de d i r e : "Ahl je ne c r o i r a i cela...que quand je ne s e r a i plus borgne."^ Cette reponse oppose a l a vue u n i v e r s e l l e de l'optimisme c e l l e de l ' i n d i v i d u qui souffre. V o l t a i r e d i t en e f f e t que, du point de vue de 1'univers e n t i e r , i l se peut que l e tout s o i t bien, mais qu'en regardant une p a r t i e 3 XXI, 100. 4 Loc. c i t . 5 Loc. c i t . 43 du tout, on d o i t conclure que le mal est trds r e e l . Cette reponse annonce deja l e thdme de Candide ou V o l t a i r e , a force de mettre v i s - a - v i s l e systeme optimiste et l a vie humaine, f e r a r e s s o r t i r l ' i n u t i l i t e d'une e x p l i c a t i o n q u i , tout en niant 1'existence du mal sur l e plan u n i v e r s e l , l u i l a i s s e tout son poids sur l e plan humain. Dans Zadig, i l n'est pas trds c l a i r s i V o l t a i r e est optimiste ou non. Au fond, on pourrait c r o i r e q u ' i l en est encore a l'optimisme de Jesrad. Dans Memnon, i l devient plus evident que V o l t a i r e desavoue l'optimisme comme e x p l i c a t i o n du mal. I I est s i g n i f i c a t i f que, dans ce conte, i l donne l e dernier mot a. Memnon. Dans Zadig, i l permet a Jesrad de triompher, du moins en apparence, et ne l a i s s e a Zadig qu'un "mais" timide. Quoique Memnon se r a i l l e doucement de l a doctrine optimiste, V o l t a i r e ne s'occupe pas directement dans ce conte du probldme du mal. I I se moque des hommes dont l e s projets sages tournent en actions sottes, et son tableau de l ' e t a t miserable de l'homme f a i t r i r e plus q u ' i l ne f a i t pleurer. I I n'a done pas pour but de mettre en lumidre l e s maux qui nous oppriment n i de blamer l e d e s t i n . I I est a remarquer aussi que Memnon, et non l a destinee, est l a cause de ses propres souffrances. Desormais d i s p a r a i t cette vague presence maligne et persScutrice qui hante Cosi-Sancta et Zadig. Quand 44 V o l t a i r e ne d i s t i n g u a i t pas entre l e mal physique et l e mal moral, i l l e s a confondus dans l e mal metaphysique que representait l e de s t i n . I I en est a i n s i dans Zadig et dans Cosi-Sancta. Dans Memnon, V o l t a i r e ne s'interesse plus aux sources metaphysiques de nos souffranees. I I ne s'interesse m§me pas au mal physique, qui ne constitue qu'une part negligeable de nos malheurs. I I depeint p l u t 5 t l a f o l i e et l a mechancete humaines, car l e mal moral, qui derive des hommes, inonde l a terre de persecutions, de guerres, d ' i n j u s t i c e et de misere. En demilant l a source p r i n c i p a l e de nos malheurs, V o l t a i r e cesse de l e s a t t r i h u e r a une espdee de mauvais genie et commence a i n s i a. se tourner vers une s o l u t i o n pratique du probldme du mal. Dire que le s maux p a r t i c u l i e r s forment l e bien general est une extravagance trop r i d i c u l e . I I y a des maux h o r r i b l e s sur l a t e r r e . Que f a i r e ? Essayons d'en diminuer un peu l e nombre. Candide ou 1'Optimisme Les dates exactes entre l e s q u e l l e s se place l a composition de Candide nous sont inconnues. Andre Morize situe l a redaction du conte entre j u i l l e t et decembre 1758. Rene Pomeau pense que V o l t a i r e commenQa a l ' e c r i r e dans l e s premiers jours de 1758. I I ne f i t que l'^baucher et 6 Andre Morize, ed., Candide, P a r i s , Droz, 1931» p. x. 4-5 l'abandonna a l a f i n de Janvier pour s'adonner a. ses travaux historiques et aux representations de ses pieces. Selon Pomeau, l a premiere copie de Candide f u t f a i t e en j u i l l e t 1758 a. Schwetzingen.' Quoi q u ' i l en s o i t , i l est c e r t a i n que l e conte f u t publie pour l a premiere f o i s en f e v r i e r 1759. On a souvent d i t que l e tremblement de terre de Lisbonne f u t 1 'element c a t a l y t i q u e , pour a i n s i d i r e , dans l e developpement des idees v o l t a i r i e n n e s sur l e probleme du mal. Cette catastrophe mit au point l e s questions du mal et de l 1optimisme et p r e c i p i t a chez V o l t a i r e toute l a resistance latente q u ' i l t h e s a u r i s a i t depuis longtemps contre l'ancien axiome "tout est bien." Dans l e Poeme sur  le desastre de Lisbonne, on trouve l e reniement d e f i n i t i f de 1*optimisme. A cause des vues exprimees par V o l t a i r e dans ce poeme sur l e probleme du mal et qui se rapportent a l a genese de Candide, i l est necessaire d'en degager l a legon e s s e n t i e l l e . I I est c l a i r qu'a cette epoque V o l t a i r e blame 1 'optimisme surtout parce q u ' i l n'apporte pas de consolation a nos miseres. La connaissance personnelle du mal a bouleverse tout l'§tre moral de V o l t a i r e , et i l s'est trouve en 1755 enti^rement depourvu de reme'de. 7 Rene Pomeau, ed., Candide, P a r i s , Nizet, 1959, pp. 2 7 - 3 3 . 4-6 I I veut qu'une e x p l i c a t i o n du mal l e console et l e rassure. Mais 1'optimisme, a l a difference de l a theodicee chretienne, n'est pas consolant. D'abord, i l d e f i n i t l e mal en fonction du bien et tend done a en diminuer l a force. A un homme qui eprouve dans toute l e u r r e a l i t e douloureuse l e s chagrins de l a v i e , ces arguties semblent bien impertinentes et meme inhumaines. De plus, tout etant necessaire, on ne peut pas esperer.que l e mal cesse un jour. Dans Zadig V o l t a i r e a deja r e s i s t e a 1*optimisme; dans l e Podme sur  l e desastre de Lisbonne, i l y renonce d6finitivement. En reniant 1'optimisme, V o l t a i r e r e j e t t e aussi l e s e x p l i c a t i o n s du mal qu'on trouve dans toutes l e s r e l i g i o n s et dans tous l e s systdmes philosophiques. I I ne sera jamais possible de resoudre ces deux axiomes co n t r a d i c t o i r e s : un Dieu bon et tout-puissant existe et l e mal e x i s t e . Tout ce que notre ignorance nous permet de savoir, c'est q u ' i l y a du mal sur l a t e r r e . Le Podme expose clairement l e probleme sans l e resoudre. I I faut, cependant, que V o l t a i r e se l i b d r e du mal qui l e tourmente. I I ne v o i t partout qu'ignorance accablante et douleur c o n t i n u e l l e . Le monde, d i t - i l , est p l e i n de malheureux qui "parlent de bonheur" et qui souffrent "en cherchant l e bien-§tre." C'est di r e que l e bonheur est une chimdre et que l e mal seul est r e e l . Sans avoir trouve de s o l u t i o n e n t i e r e , V o l t a i r e 4? tombe sur une reponse p r o v i s o i r e a l'enigme. Cette reponse se trouve, non pas dans l e mot "esperance", qui est i c i compldtement sans conviction, mais dans l e mot "soumission": Humble dans mes soupirs, soumis dans ma souffranee, Je ne m'el£ve point contre l a Providence.8 Quand V o l t a i r e parle de soumission, i l entend c e l l e qui n'accuse pas Dieu du mal qui nous a f f l i g e . La providence divine est generale, done e l l e nous est i n e x p l i c a b l e . I I faut adorer Dieu et avoir confiance en sa bonte ultime. Mais puisque l a providence est generale, i l n'est plus necessaire de regarder comme un decret s p e c i a l de Dieu tout malheur qui nous a r r i v e . Nous pouvons protester contre l e mal et l e combattre sans offenser Dieu et sans murmurer contre sa providence. Mais l e mal n'est pas facilement exorcise. Sans doute devine-t-on dans Candide un V o l t a i r e l i b e r e de l a blantise du mal, mais on y v o i t aussi un V o l t a i r e epuise qui a besoin de repos aprds une periode d'epreuves narcelantes. Quand on cherche 1 ' i n s p i r a t i o n de Candide, on parle de toute cette periode qui s'etend de l a mort de Mme du Chatelet et de l a f i n du sejour a Cirey jusqu'en 1759. On a raison car Candide est le f r u i t de toute 1'experience de V o l t a i r e et 8 IX, 478, 11. 221-22 48 surtout i l est l e r e s u l t a t de sa rencontre avec l e mal. Entre 1748 et l e moment ou i l s'est redresse, V o l t a i r e a passe par mainte adversite: l a maladie, l e s tracasseries a l a cour de Frederic, l'ignominie soufferte a. Francfort et toutes ces annees incertaines pendant le s q u e l l e s l e v i e i l oiseau ne savait ou se percher pour §tre a l ' a b r i des persecutions. Outre ces experiences personnelles, i l y a c e l l e s des autres. Le tremblement de terre de Lisbonne et l a guerre de Sept Ans figurent surtout sur l a l i s t e a cette epoque. Mais ce catalogue des maux physiques et moraux est encore augments par l e s lectures d ' h i s t o i r e qui etalent l e spectacle d'horreurs, de b r u t a l i t e et de tyrannie qui defigure l e s annales de tous l e s &ges. L'impression que l a i s s e n t a. V o l t a i r e ses propres souffranees, c e l l e s de ses contemporains et c e l l e s dont l ' h i s t o i r e porte temoignage est qu'au fond de cette discorde dans notre fourmilidre c'est l'homme, ou mechant ou aveugl6, qui en est l'auteur. Tandis que l e Poeme sur l e desastre de Lisbonne expose en stances nobles l a souffrance causee par une grande catastrophe physique, Candide met en pleine lumiere l e mal moral cause par des §tres qui ressemblent beaucoup aux atomes t e r r e s t r e s deja decouverts par Micromegas. Comme ce voyageur c e l e s t e , l e lecteur s'etonne de l a mechancete fonciere de ces creatures q u i , toutes vouees a l a souffrance et a l a mort, toutes perdues dans l e sein de l ' i n f i n i et dont 1'existence p a r a l t s i f r a g i l e , devraient, s e m b l e - t - i l , 4-9 se pr§ter l e s uns aux autres l e u r chaleur d'homme. Mais, tout au co n t r a i r e , i l s s'acharnent a perdre leurs semblables dans l ' e s p o i r de f a i r e a i n s i l e u r propre bonheur. Dans Candide, V o l t a i r e ne remet pas en question l'optimisme q u ' i l a desavoue dans l e Poeme; cette f o i s i l l u i porte tout bonnement un coup mortel. Dans le Podme V o l t a i r e attaque Pope; dans Candide c'est, p a r a i t - t - i l , L e i b n i t z et l e s l e i b n i t z i e n s q u ' i l v i s e . Ce n'est pas que V o l t a i r e a i t change de doctrine. I I semble que l'optimisme q u ' i l considdre a i t toujours l e m§me contenu: un peu de L e i b n i t z et beaucoup de Pope, mais l a guerre de Sept Ans et l'optimisme ent§te de l a duchesse de Saxe-Gotha ont 9 d i r i g e son attaque anti-optimiste sur l e s Allemands. La correspondance avec l a duchesse a revele a V o l t a i r e une adepte de l'optimisme qui pe r s i s t e a c r o i r e que " l e tout est bien" m§me aprds avoir connu l a guerre et perdu son f i l s . Cette opiniStrete a du i r r i t e r V o l t a i r e , mais i l a du v o i r aussi son c8te comique, car i l f a i t de Pangloss, qui a re<ju l u i aussi de rudes coups et qui n'en est pas moins orthodoxe, un pantin tres dr61e. Pourquoi est-ce Candide, et non pas l e Podme qui donne l e coup de grace a l'optimisme? C'est d'abord que V o l t a i r e a substitu6 aux objections raisonnees du Podme l e 9 Rene Pomeau, §d., Candide, pp. 2 0 - 2 3 ; v o i r a u s s i , W. H. Barber, Leibniz i n Prance, Oxford, Oxford U n i v e r s i t y Press, 1955, pp. 2 3 0 - 3 1 . 50 r i d i c u l e et l ' i r o n i e dont i l est maltre. De plus, au l i e u de s'attaquer uniquement au systdme, dans Candide V o l t a i r e r a i l l e aussi 1 'optimiste. Qui s'ent@terait a se f a i r e passer pour optimiste quand i l e xiste comme prototype de cette doctrine l e r i d i c u l e Pangloss? Le but du conte est de demontrer l a faussete de l'axiome optimiste que tout est bien. Signalons tout de suite que l e bien pour V o l t a i r e n'est jamais autre chose que l e bonheur. Or, i l y a tr§s peu de bonheur dans l a vie des hommes. Tout prouve, au c o n t r a i r e , que l a vie est f a i t e surtout de calamites, de souffranees, d ' i n j u s t i c e s et d'esperances deques. I I est m§me c e r t a i n que, s i on d o i t en juger par ce qui se passe sur cette t e r r e , l e bien ne depasse jamais l e mal. D ' a i l l e u r s , puisque l e peu de bonheur eprouve par l e s individus d o i t f a i r e l e bonheur t o t a l — e ' e s t - a - d i r e , l e bie n — d e notre t e r r e , i l est impossible que l e mal p a r t i c u l i e r fasse toujours l e bien general. En se l i m i t a n t a i n s i aux hommes et a l a t e r r e , V o l t a i r e reduit a une absurdite l a thSse fondamentale de 1 'optimisme, ou plut6t l e pastiche c a r i c a t u r a l de cette these enonce par Pangloss: . . . l e s malheurs p a r t i c u l i e r s font l e bien general; de sorte que plus i l y a de malheurs p a r t i c u l i e r s , et plus tout est bien . 1 0 10 XXI, 146. 51 V o l t a i r e sentait depuis longtemps que l e mal augmentait aux depens du bien. I I avait toujours reconnu 1'existence du mal, mime a l'epoque du Mondain, mais l u i , a cette epoque, e t a i t content et par consequent l e bien semblait pr6dominer. Attitude bien egoxste, d i r a - t - o n , i l n'avait qu'a regarder autour de l u i pour v o i r que d'autres hommes sou f f r a i e n t . I I est, cependant, bien d i f f i c i l e de reconnaltre pleinement l 1 e x i s t e n c e du mal quand on ne 1 * 6prouve pas. V o l t a i r e avait done pu louer a une certaine heure l a b e l l e vie et rabaisser l e mal. I I f a v o r i s a i t a l o r s l'optimisme parce que cette doctrine j u s t i f i a i t l e point de vue confiant de l'homme heureux. Quand l a vie arracha a V o l t a i r e son bonheur, i l se contenta de chercher dans 1'experience des raisons pour n i e r l'optimisme. Qu'il est r i d i c u l e d'appeler des biens l e s maux dont on s o u f f r e i L'argument l e plus f o r t contre l'optimisme est done, dans Candide, l a vie e l l e - mime. Denuee de toutes l e s choses qui l a rendent agreable, l a v ie devient une bolte de Pandore. S i l a doctrine optimiste du bien est vraie en ce qui regarde l ' u n i v e r s , sur l e plan de l'homme e l l e est fausse. V o l t a i r e ne s'interesse done plus a. cette doctrine, car s i e l l e ne sert n i a nous soulager n i a. nous aider a ameliorer notre etat, e l l e nous est tout a f a i t i n u t i l e . Nous avons vu que Memnon aussi avait refuse d ' i t r e console par un systdme qui s'interesse plus a l'univers qu'a l'homme. Son malheur 52 personnel n'est pas moins un malheur m§me s ' i l contribue obscurement au bien general. La seule chose qui j u s t i f i e l ' e s p o i r , quand on considere ce probldme deplorable du mal, c'est que l e mal physique ne constitue au fond qu'une petite p a r t i e de nos infortunes, car l a douleur, l a faim et l a maladie resultent en grande mesure du mal moral. Les souffranees de Candide sont presque exclusivement dues a l a mechancete humaine. En e f f e t , l e roman ne nous donne que t r o i s exemples du mal physique: l e tremblement de terre de Lisbonne, l a peste que subit l a v i e i l l e et 1 ' a f f l i c t i o n qui f i t perdre un o e i l et une o r e i l l e a Pangloss. Dans Candide, cependant, V o l t a i r e n'est pas encore pr§t a se s e r v i r de l a predominance du mal moral pour en f a i r e une doctrine de bienfaisance sociale ou une propagande contre l e s abus p o l i t i q u e s et r e l i g i e u x . I I commence tout simplement a se relever pOniblement du decouragement et du desabusement que l u i ont causes l a pleine reconnaissance du mal. v o l t a i r e s'est i n s p i r e surtout de sa deception & l'egard des hommes pour e c r i r e Candide. Comme dans Zadig, ce sont i c i l e s bons et l e s innocents qui souffrent l e plus et l e s mechants qui reussissent dans leurs mauvaises i n t r i g u e s . Le matelot a b r u t i et c r u e l l a i s s e p e r i r 1*anabaptiste Jacques apres avoir ete sauve par c e l u i - c i . Martin a ete maltraite et abandonne par sa f a m i l l e , prive de son emploi et persecute par l e s predicants de Surinam. 53 Candide lui-m§me, qui a l e coeur sensible aux misdres des autres et qui n'hesite meme pas a secourir l e spectre degoutant dans lequel i l reconnalt e n f i n Pangloss, ce bon Candide ne rencontre que des mechants qui reussissent toujours a l u i jouer quelque mauvais tour. Ces hommes simples et genereux, Candide, Jacques, Martin, Cacambo, tiennent tous un rang des plus modestes ou des plus meprisables, mais eux, a l a difference de Zadig, ne se plaignent jamais des hommes car i l s savent a quoi s'attendre: i l s s'attendent au p i r e . C'est que V o l t a i r e a deja decide que l a plupart des hommes sont m a l v e i l l a n t s et i l ne s'en etonne plus. Bien entendu, cette acceptation de l a nature corrompue de l'homme s'accorde mal avec son deisme. I I n'a plus, neanmoins, l e courage de soutenir contre Pascal l'homme de Pope. Zadig avait essaye de s'expliquer son sort comme l'ouvrage de l a Providence. Cette Providence l u i avait m§me envoye un int e r p r e t e . I I est important de noter que Candide ne se p l a i n t jamais de l a Providence et ne l a cherche meme pas. I I v i t entierement dans ce monde; a l a difference de Zadig, i l ne regarde m§me pas l e c i e l . C'est que V o l t a i r e aussi se borne pour l e moment a. notre terre sans chercher l e s raisons ultimes de notre existence. I I c r o i t plus que jamais que l a vie humaine ne compte guere dans l e s desseins de l a Providence. Le derviche, "qui passait pour l e meilleur philosophe de l a Turquie", est 54 du m§me av i s : -Qu'importe... q u ' i l y a i t du mal ou du "bien? Quand sa Hautesse envoie un vaisseau en Egypte, s'embarrasse-t-elle s i l e s souris qui sont dans l e vaisseau sont a le u r aise ou non?H Comme l e derviche, V o l t a i r e s ' i r r i t e contre l a temerite humaine qui veut connaitre l e s voies de l a Providence. Le derviche refuse de raisonner sur l e s rapports entre Dieu et l'homme et dans ce refus se trouve 1 ' i n s p i r a t i o n l a plus profonde de cette nouvelle attaque contre 1'optimisme: 12 c'est l e degout de l a metaphysique. En e f f e t , c'est un genre de degout qui est deja evident dans l e Po&me sur l e 1-5 desastre de Lisbonne. ^ Dans l a conclusion de Candide, on sent que V o l t a i r e en a assez. I I a examine cent f o i s toutes l e s e x p l i c a t i o n s de l ' o r i g i n e du mal. A present, i l est l a s de ces raisonnements car aucun ne l e s a t i s f a i t . I I ne s'interesse pas non plus aux a f f a i r e s du monde. Tout comme le v i e i l l a r d que rencontrent Candide, Pangloss et Martin aprds l e u r v i s i t e chez l e derviche, V o l t a i r e est content pour l e moment de s'occuper uniquement de sa t e r r e . Ce scepticisme et cette indifference v i s - a - v i s des a f f a i r e s 11 XXI, 216. 12 Le mot metaphysique s i g n i f i e • i c i non pas le s systdmes dont V o l t a i r e s'est toujours r a i l i e mais l a recherche metaphysique sur l ' o r i g i n e du mal et sur l a nature de l a providence q u ' i l a entreprise lui-m§me, surtout au cours des annees 1747-1759. 13 IX, 474-75, 11. 133-48. 55 humaines indiquent que V o l t a i r e a besoin de se reposer et de se r e c u e i l l i r . Du bon musulman et du derviche, Candide apprend a c u l t i v e r son j a r d i n et a se t a i r e . V o i l a certes l e s idees de V o l t a i r e sur l'optimisme philosophique. Mais son humeur, e s t - e l l e pessimiste? La conclusion du Poeme sur l e desastre de Lisbonne est d'un pessimisme n o i r que 1'addition du mot "esperance" ne diminue pas. Candide, cependant, n'est pas de nature a decourager le l e c t e u r . V o l t a i r e connalt maintenant toute l a force du mal et i l commence a l e surmonter. Dans Candide,. i l f a i t plus d'honneur au mot "esperance" que dans l e Podme ou e l l e n'est qu'une lueur bien f a i b l e et bien incertaine dans un monde p l e i n de malheurs r e e l s : Le passe n'est pour nous qu'un t r i s t e souvenir: Le present est affreux, s ' i l n'est point d'avenir, S i l a nuit du tombeau d e t r u i t l'§tre qui pense. Un jour tout sera bien, v o i l a notre esperance: Tout est bien aujourd'hui, v o i l a 1 ' i l l u s i o n . L'esperance dont parle V o l t a i r e dans l e Podme est c e l l e d'une survie, a la q u e l l e i l ne c r o i t pas. C'est pour cette r a i s o n , sans doute, que l e mot n'a pas de force. Dans Candide, 1*esperance est tout autre chose. L'abattement pessimiste du Podme ne se trouve pas dans Candide. V o l t a i r e reconnait q u ' i l existe un optimisme 14 IX, 4?8, 11. 215-19. 56 valable et que c'est l ' e t a t confiant d'une &me qui espere r e a l i s e r un bien. L'esperance assure aux hommes l e courage necessaire pour a f f r o n t e r 1'adversity et pour echapper au decouragement. Malgr6 tous l e s malheurs que Candide essuie, i l f avorise l e systdme de Pangloss chaque f o i s q u ' i l espere r e v o i r Cunegonde. En abordant a Venise ou. i l s'attend a retrouver sa Cunegonde, i l est transports par l a j o i e : "Dieu s o i t lou61...c'est i c i que je r e v e r r a i l a b e l l e Cunegonde. Je compte sur Cacambo comme sur moi-meme. Tout est bien, tout va bien, tout va l e mieux q u ' i l s o i t p o s s i b l e . ^ Mais, apres- avoir cherche Cunegonde et ne l'ayant pas trouvee, Candide est au desespoir. A l o r s , i l est du m§me avis que l e pessimiste Martin: Cunegonde est morte, sans doute; je n'ai plus qu'a mourir. Ahi i l v a l a i t mieux r e s t e r dans le paradis du Dorado que de revenir dans cette maudite Europe. Que vous avez r a i s o n , mon cher Martini tout n'est q u ' i l l u s i o n et c a l a m i t e . l " Apres chaque revers, cet espoir r e v i e n t , tant i l est tenace. Par contre, 1'optimisme philosophique, construction logique elevee sur des bases e t a b l i e s a p r i o r i , s'ecroule aussitdt q u ' i l affronte l a v i e . BientSt aprds l e commencement de ses aventures, Candide est force de repudier son optimisme, mais son espoir en apparence s i debile l e soutient a travers 15 XXI, 197: v. aus s i , I b i d . , pp. 183-84, 208 16 I b i d . , pp. 197-98. 57 toutes l e s contrarietes de l a fortune. De plu s , V o l t a i r e reconnalt que, tout comme l ' e s p o i r , un peu de bonheur i n t r o d u i t dans une sui t e de malheurs peut donner un p l a i s i r disproportionne. C'est, en e f f e t , l a surabondance des calamites qui f a i t v a l o i r un p e t i t bonheur imprevu-a t e l point q u ' i l p a r a l t egaler ou m§me surpasser l e s infortunes qui l'ont precede. Candide perd l a plupart des richesses q u ' i l a emportees d'Eldorado et l e patron Vanderdendur l u i vole presque tout l e res t e . Un peu plus t a r d , i l a l e bonheur inattendu de retrouver un de ses moutons rouges: Candide eut plus de j o i e retrouver ce mouton q u ' i l n'avait ete a f f l i g e d'en perdre , n cent tous charges de gros diamants d'Eldorado. ' I I s a i t se contenter aussi de ce qui l u i reste d'une grande fortune. I I r e u s s i t m§me a oublier ses epreuves quand i l contemple "surtout a l a f i n du repas" ce q u ' i l poss&de et % 18 l a femme q u ' i l espere posseder. A travers ses aventures c'est toujours ce p e t i t espoir qui soutient Candide. V o l t a i r e nous a v e r t i t a i n s i que s i l a somme du mal depasse c e l l e du bien c'est l'esperance et l e p e t i t bonheur r e a l i s e qui retiennent l e s hommes de l'ablme du desespoir et qui le u r font aimer l a 17 XXI, 185; v. au s s i , I b i d . , p. 143. 18 I b i d . , pp. 183-84. 58 v i e , quelque miserable qu'elle s o i t . En 1752, V o l t a i r e p a r l a i t deja a i n s i de l a question du mal et du bien dans l ' E x t r a i t de l a Biblioth&que raisonnee: Ce n'est pas assez de mettre dans l a balance des portions egales de p l a i s i r s et de peines ( s ' i l en e s t ) ; i l faut y joindre 1 'attachement naturel a l a v i e , et surtout l'esperance. I I faut songer qu'un p l a i s i r present l'emporte sur toutes les peines passees. I I faut songer que l e bonheur et l e malheur n'est point une somme de sentiments qu'on a eprouves, mais l e sentiment que l'on eprouve dans l e moment present . 1 9 Ce passage f a i t p a r t i e de 1'argument que V o l t a i r e opposait a Maupertuis qui mettait en doute l a bonte de Dieu en soutenant que l e mal depasse toujours l e bien. Un argument semblable a c e l u i de 1752, base sur l a s u b j e c t i v i t y du bonheur, se tr o u v a i t deja dans l e s Remarques sur Pascal; Tel chien couche et mange avec sa maltresse; t e l autre tourne l a broche et est tout aussi content... . 2 0 Dans l a quatrieme epltre de l ' E s s a i sur l'homme, Pope aussi s ' e t a i t s e r v i de l'idee que l e bonheur est independent 21 des biens matSriels. I I est interessant que V o l t a i r e revienne a cette idee optimiste dans Candide. On s a i t que l a deception attend l e s esperances de 19 XXIII, 544. 20 V o l t a i r e , Lettres philosophiques, £d. Gustave Lanson, P a r i s , Hachette, 1917, I I , 193; v. au s s i , Candide, XXI, 2 0 9 . 21 Pope, op. c i t . , Ep. IV, 11 . 3 9 - 7 2 . 59 Candide. V o l t a i r e a u r a i t pu relever l e contraste entre ces esperances et l a maigre r e a l i t e qui l e s recompense pour tourner en i r o n i e plus mordante l a mis&re de l a condition humaine. I I est a noter q u ' i l ne l e f a i t pas. En apprenant que Cunegonde est devenue l a i d e , Candide perd le seul espoir qui 1 ' a v a i t soutenu a travers toutes ses mesaventures. Cependant, i l ne tombe pas dans l a melancolie; i l n'embrasse n i l e manicheisme n i l e pessimisme. Tout au co n t r a i r e , i l ecoute avec calme l a nouvelle et prend l a r e s o l u t i o n d ' e t r e f i d e l e a son voeu d'epouser Cunegonde. Candide represente en c e c i l a p o s i t i o n de V o l t a i r e . I I a, comme Voltaire, re jete l'optimisme et, tout comme l u i , i l n'admet pas l e pessimisme f o n c i e r de Martin. I I est c l a i r , cependant, que V o l t a i r e donne du poids a l a pensee de c e l u i - c i parce qu'elle t i e n t compte de l a r e a l i t e du mal, mais deja dans l e Poeme sur l e desastre de Lisbonne i l a vait refuse d'y accorder creance. Quelle est cette p o s i t i o n intermediaire que t i e n t V o l t a i r e ? Des 1755, i l commengait a. s'orienter vers l e scepticisme. Candide revele un V o l t a i r e l a s des speculations metaphysiques et qui se l i m i t e aux certitudes peu nombreuses. Ce sceptique i r r i t e ne se borne pas a attaquer l'optimisme se u l , mais attaque aussi toutes l e s e x p l i c a t i o n s p r o v i - d e n t i e l l e s . Dans l e Po|me, l e tremblement de terre de Lisbonne met en doute principalement l'optimisme systematique, mais i l met en question aussi tout systeme p r o v i d e n t i e l . 60 Cela est s i v r a i que dans Candide, l e desastre de Lisbonne sert surtout d'arme contre l a providence chretienne. Dans Zadig, l a providence chretienne et 1 'optimisme philosophique se conf ondai*ent dans l e discours de Jesrad. Deja en 174-7 i l e t a i t c l a i r que 1 'anti-optimisme naissant chez V o l t a i r e a b o u t i r a i t a l a negation de tout providentialisme. Dans Candide et peut-e*tre deja dans Memnon, on v o i t que n i 1 'optimisme, n i l a providence chretienne, n i l e manicheisme, ne reussissent a c o n c i l i e r , de maniere a s a t i s f a i r e V o l t a i r e , l e mal et un Dieu infiniment bon et tout-puissant. L ' e c r i v a i n n'affirme done r i e n , sauf que Dieu et l e mal e x i s t e n t . C'est ce V o l t a i r e sceptique qu'on reconnait dans Candide a l a f i n du l i v r e . Toutes ses experiences l u i ont f o u r n i quelques idees sur ce monde, mais e l l e s ne l u i ont r i e n appris sur l a raison d'§tre de l'un i v e r s . Dans 1 ' i m p o s s i b i l i t y de se creer un systeme s u f f i s a n t , i l renonce a juger. Candide suspend son jugement done, du moins en ce qui concerne l e s sujets metaphysiques. Malgre son scepticisme et l a laideur de Cunegonde, i l continue a esperer, car i l t r a v a i l l e . I I y a quelque chose a. gagner par l e t r a v a i l : d'abord, on se l i b e r e de 1*ennui, du v i c e et du besoin, et plus t a r d , quand on reprendra courage, on pourra peut-§tre ameliorer un peu l e s hommes et l e monde. L'impression que nous l a i s s e Candide, c'est que V o l t a i r e se sent e n f i n plus f o r t que l e mal.. I I l ' a vaincu, non pas 61 par l e raisonnement, non plus par 1'acceptation de l a providence chretienne; i l l ' a vaincu parce q u ' i l a e n f i n regagne confiance en lui-m§me. I r a Wade a examine dans son V o l t a i r e and Candide l e s Memoires que V o l t a i r e avait e c r i t s en redigeant Candide, mais q u ' i l avait ensuite cherche a d e t r u i r e . Selon Wade, V o l t a i r e a essaye dans ces Memoires de se j u s t i f i e r contre F r e d e r i c parce que l e s incidents a B e r l i n et a Francfort l u i ont rappele toutes l e s humiliations et toutes l e s defaites de sa v i e . Ces Memoires, cependant, temoignent en m§me temps de 1'effort q u ' i l f a i s a i t 22 pour retrouver son assurance et sa d i g n i t e . Le probldme du mal est ne, peut-§tre, avec cette perte de confiance en lui-meme qui a r r i v a pendant l e s annees ou son bien-§tre dependait de l a bonne volonte des autres. Lors de Candide, V o l t a i r e semble avoir retrouve son e q u i l i b r e , aid6 sans doute par l e sejour p a i s i b l e aux Delices ou i l e t a i t en surete et maltre de sa propre fortune. A i n s i , Candide, sans diminuer l a vaste etendue du mal, reconnalt certaines valeurs s o l i d e s , symbolisees par l e t r a v a i l dans l e j a r d i n , et ces valeurs j u s t i f i e n t une esperance en un meilleur avenir. Quand on c u l t i v e son j a r d i n , c'est dans l ' e s p o i r d'en r e c u e i l l i r l e s f r u i t s , et quand on r e j e t t e , comme Candide, l e s conclusions du pessimisme c'est parce qu'on est toujours capable de chercher, d'attendre et surtout 22 Wade, V o l t a i r e and Candide, pp. 135-38. 62 d'esperer. Le probl&me du mal a i n s i r e s o l u , quel est l e bonheur que V o l t a i r e a e n f i n trouve? La question est d i f f i c i l e . Pendant douze annees environ, V o l t a i r e f u t plus ou moins malheureux et d^courage. A cause de ses propres souffranees, i l avait remis en question l e s e x p l i c a t i o n s philosophiques du mal physique et du mal moral. I I avait du aussi peser l e bien que l u i et ses contemporains cherchaient. V o l t a i r e avait commence1 par accepter sans c r i t i q u e l'idee du bien que son s i e c l e mondain s ' e t a i t formee. Pour le s e s p r i t s de son epoque, l e bien, c'est surtout l e bonheur, et l e bonheur, c'est ce qu'on trouve dans l a v i e du Mondain: l e s p l a i s i r s m a t e r i e l s — l a parure, l e s beaux v§tements, l e s mets et l e s vins e x c e l l e n t s ; l e s p l a i s i r s de 1*esprit et du c o e u r — l a conversation s p i r i t u e l l e , l e s beaux-arts et 1'amour. Mais ce bonheur doux et agreable ne saurait r e s i s t e r aux coups de l ' i n f o r t u n e . I I s'ecroule car i l manque de bases s o l i d e s . Pour l a m§me ra i s o n , l e bonheur qui est l e bien-§tre du corps et 1'absence des tourments de l'§Lme ne peut s a t i s f a i r e l e s aspirations l e s plus exaltees mais tend p l u t d t a engourdir 1*esprit et a endormir l'ilme. V o l t a i r e f o r t i f i e et e n f i n remplace cette sorte de bonheur par l e t r a v a i l , qui "devient a l a longue l e plus grand des p l a i s i r s , et t i e n t l i e u de toutes l e s 63 23 i l l u s i o n s qu'on a perdues." y En 1759 V o l t a i r e n'acceptait plus depuis longtemps l a d e f i n i t i o n mondaine du bien, mais i l ne t r o u v a i t pas de quoi l a remplacer. I I avait dti remarquer que nous persistons a chercher ce qui nous semble bon m§me quand ce bien entraine surement l e malheur. I I est done c l a i r que l e bien ne consiste pas dans l e bonheur tout s e u l . L*insuffisance du bonheur comme d e f i n i t i o n du bien apparalt clairement dans Candide. Candide est chasse du plus beau..: des chateaux et ses souffranees commencent. Avant de q u i t t e r ce paradis t e r r e s t r e , i l est heureux et assez ignorant pour c r o i r e a 1'enseignement de Pangloss. Mais V o l t a i r e ne veut pas §tre heureux a condition d'etre imbecile. On a 1 'impression aussi que, coute que eoute, V o l t a i r e pref&re n'importe quelle a c t i v i t e a l a torpeur sereine. S i on ne 1 ' a v a i t pas chasse du chateau, Candide aurait mene une vie sans inter§t et i l s e r a i t reste ignorant—chatiment beaucoup plus penible que le s "grands coups de pied dans l e d e r r i S r e " donnes par le baron. Le p r i x de 1 'experience, l e p r i x du nouveau, c'est l a souffrance, et ce p r i x , V o l t a i r e est pr§t a l e payer. I I est c e r t a i n que V o l t a i r e lui-m§me n'aurait pas voulu r e s t e r dans l e chateau de Thunder-ten- tronckh. I I s e r a i t mort d'ennui. 23 XXXVII, 304. Lettre du 15 aout 1751. 64 De mime, je doute s i V o l t a i r e a u r a i t beaucoup aime a v i v r e en Eldorado. C'est l a societe p a r f a i t e ou i l n'y a pas de t r a c a s s e r i e s , pas de persecutions point d ' i n j u s t i c e . Mais V o l t a i r e aime a se q u e r e l l e r ; i l aime a s'enrager et surtout i l aime l e nouveau. Dans 1 'Eldorado i l n'y a r i e n de c e l a , car ce pays, etant p a r f a i t , est aussi parfaitement statique. Candide et Cacambo ne restent qu'un mois dans ce pays heureux. I l s ne peuvent s'empicher de retourner dans l e monde ou i l s ont tellement s o u f f e r t : ...on aime tant a c o u r i r , a se f a i r e v a l o i r chez l e s siens, a f a i r e parade de ce qu'on a vu dans ses voyages, que l e s deux heureux resolurent de ne clus l ' i t r e , et de demander le u r conge a Sa Majeste.24 On peut c r o i r e que V o l t a i r e s'enfuit avec eux. La meme enigme se pose a l a f i n de Candide. Apr&s avoir e n f i n trouvS un a s i l e , l e s voyageurs s'ennuyent a mourir. La v i e i l l e f a i t remarquer cette contradiction: Je voudrais savoir lequel est l e p i r e , ou d ' i t r e v i o l e e cent f o i s par l e s p i r a t e s negres, d'avoir une fesse coupee, de passer par l e s baguettes chez l e s Bulgares, d ' i t r e fouette et pendu dans un auto-da-fe, d ' i t r e disseque, de ramer en galdre, d'eprouver e n f i n toutes l e s miseres par l e s q u e l l e s nous avons tous passe, ou bien de r e s t e r i c i a ne r i e n f a i r e ? 2 5 24 XXI, 178. 25 I b i d . , 215 65 "C'est une grande question," repond Candide. Martin, qui est porte a v o i r tout en n o i r , conclut que l'homme est ne "pour v i v r e dans l e s convulsions de 1 'inquietude, ou dans 26 l a l e t h a r g i e de 1 'ennui." Candide n'admet pas une conclusion aussi desesperante. Comme V o l t a i r e , i l prefere attendre une meilleure s o l u t i o n . I I est c l a i r que V o l t a i r e se rend compte de 1 ' i n s u f f i s a n c e de l'idee q u ' i l s'est f a i t e du bien, mais i l recule devant l e probldme de f i x e r avec p r e c i s i o n l e sens de cette idee. La metaphysique et l e s probldmes a b s t r a i t s ne 1'interessent plus. Bien q u ' i l n ' a i t pas trouve de d e f i n i t i o n philosophique du bonheur, i l a r e a l i s e , neanmoins, son propre bien-etre. Comment y e s t - i l a r r i v e et en quoi ce bien-§tre c o n s i s t e - i l ? Candide nous f o u r n i t un renseignement sur ces questions. Candide et Cacambo quittent l'Eldorado parce q u ' i l s s'y ennuient. l i s s'en vont a l a recherche du nouveau. Mais, au l i e u du bonheur, i l s ne trouvent que de nouvelles infortunes. La p e t i t e bande qui trouve un l i e u de refuge aux bords de l a Propontide n ' a t t e i n t pas non plus l e contentement en mettant f i n a ses souffranees. La on s'ennuie au s s i . Quand on court l e monde, on tombe a tout instant dans des 26 XXI, 215 66 mesaventures, et quand on ne souffre pas, on passe son temps a raisonner sur s o i , et on s'ennuie a ne r i e n f a i r e . I I semble done que 1'on ne parvienne au bonheur que dans 1 1 o u b l i de s o i que l e t r a v a i l seul rend possible: "-Travaillons sans raisonner...; c'est l e seul moyen de 27 rendre l a v i e supportable." ' Dans l e s annees qui suivent Candide, V o l t a i r e r e u s s i r a a s'oublier en t r a v a i l l a n t , l u i a u s s i , dans son j a r d i n . V o l t a i r e a trouve son bonheur p a r t i c u l i e r dans l e t r a v a i l . L'aspect personnel du probldme du mal a disparu pour l u i avec ce retour de confiance en lui-m§me. Mais ayant une f o i s s o u f f e r t , i l ne l u i s u f f i s a i t plus de retrouver son propre contentement. Le mal e x i s t a i t toujours; i l ne f a l l a i t pas l ' o u b l i e r . Surtout, i l f a l l a i t aider l e s autres. Dans Candide, V o l t a i r e ne c u l t i v e encore que son propre j a r d i n , mais i l l u i e t a i t f a c i l e de transformer ce precepte en une morale s o c i a l e . Cette morale provient de l a philanthropic v o l t a i r i e n n e , e l l e proedde du besoin qu'avait V o l t a i r e de s'oublier, e t , chose etrange, e l l e r e s u l t e aussi de son scepticisme. I I s'agit d'un scepticisme qui ne vise que l a metaphysique et qui n a l t du d e s i r trds f o r t d'agir. V o l t a i r e ne veut plus p a r l e r 27 XXI, 217 67 du mal; i l veut l e combattre. Dans l e Philosophe ignorant, on v o i t que c'est l e scepticisme de V o l t a i r e qui l e pousse dans l e s l i c e s du monde. On ne se trompe pas sur l e s abus. La l u t t e p o l i t i q u e et l'assaut contre l'infame sont des moyens assez surs de bannir l e mal moral. Apres 1759, l e philosophe contemplatif deviendra de plus en plus l'apdtre. On a moins besoin de gros l i v r e s que d'energiques pamphlets. Le philosophe ignorant nous le d i t lui-m§me: ...aucun philosophe n'a i n f l u e seulement sur l e s moeurs de l a rue ou i l demeurait. Pourquoi? parce que l e s hommes se conduisent par l a coutume et non par l a metaphysique. Un seul homme eloquent, habile et a c c r e d i t s , pourra beaucoup sur l e s hommes; cent philosophes n'y pourront r i e n s ' i l s ne sont que philosophes.28 A i n s i , du refus de l'optimisme dans Candide n a i t r a un programme de reformes qui sera l a s o l u t i o n l a plus e f f i c a c e du probldme du mal. 28 XXVI, 69-CONCLUSION Le determinisme, l a r e l a t i v i t y , l e Dieu i n d i f f e r e n t aux hommes, tous elements ca r a c t e r i s t i q u e s de 1'optimisme, proviennent cependant d'une vue plus generale et accepted par un public plus vaste. C'est l a vue du monde imposee par l a nouvelle science, Des l e dix-septi&me s i d c l e , l'idee d'un univers mu et r e g i par 1'enchalnement des causes avait ete a c c u e i l l i e par 1'avant-garde i n t e l l e c t u e l l e . " ^ E l l e d i c t a desormais l a forme que devait prendre toute v i s i o n comprehensive et valable du monde. En consequence, l e s philosophies et l e s theologies qui n'acceptaient pas ce nouvel univers furent tournees en d e r i s i o n . On r e j e t a i t l e monde medieval ou tout tend vers un but preordonne par Dieu, ou l'Sme de l'homme est d'une importance c a p i t a l e , et ou Dieu, encore maltre de sa creation, peut f a i r e des miracles en faveur de certains hommes et interrompre l e fonctionnement des l o i s reguli&res s i ses desseins 1 'exigent. Bien que l a succession ininterrompue de causes et d'effets ne f u t pas ignoree au moyen §.ge, e l l e n* avait pas l a force et l e prestige d'un ordre i n v i o l a b l e . 1 B a s i l W i l l e y , The Seventeenth Century Background, Garden C i t y , Doubleday and Company, Inc., 1955, p. 114. 68 69 Au dix-huitieme s i d c l e , 1' i n t e r v e n t i o n divine qui rompt l a chatne des evenements p a r a l t d'autant plus invraisemblable que 1'observation des corps celestes et 1 * analyse de leurs mouvements ont revel6 un ordre s i r e g u l i e r . Puisqu'on s a i t , d ' a i l l e u r s , qu'une p e t i t e cause peut declencher des suites de portee t r e s vaste, i l est c l a i r qu'un miracle en changeant une seule cause e n t r a l n e r a i t aussi toute une serie d'effets nouveaux. I I est a i n s i d i f f i c i l e d'imaginer que l e s i n t e r i t s humains soient l a cause d'un ebranlement s i profond dans l'ordre n a t u r e l . La perte des miracles n'est pas due tout simplement a l a conscience vive de cet ordre immuable; e l l e r e s u l t e aussi du manque de bienveillance doucereuse qu'on t r o u v a i t dans ce nouvel univers sans l i m i t e s . Qu'on imagine un espace immense, sinon i n f i n i , rempli de s o l e i l s , et ces s o l e i l s entoures de planetes m i l l e f o i s plus grandes que notre t e r r e I L'homme perd aussitSt sa p o s i t i o n unique au centre de l a creation. Et quand on pense que ces planetes peuvent §tre peuplees d'§tres aussi superieurs aux hommes que l a grandeur de leur monde l ' e s t au nQtrei... De t e l l e s idees rendent invraisemblable, voire r i d i c u l e , l a croyance que Dieu s'occupe des d e t a i l s de notre v i e s p i r i t u e l l e et change l e cours des evenements en faveur de notre s a l u t . A mesure que l'univers se deploie a nos yeux et que ses l i m i t e s se perdent dans 1 * i n f i n i , Dieu s'eloigne de l'homme. Le Dieu-pdre des Chretiens qui se m§le des 70 a f f a i r e s humaines est transforme chez V o l t a i r e en A r t i s a n - suprime qui r e g i t l e s vastes masses, puissantes mais bridees, qui roulent avec une t e l l e majeste dans l e s cieux. Les soins que Dieu peut, selon l a doctrine chretienne, prodiguer a l'homme seul doivent, aux yeux de V o l t a i r e et de Pope, se partager entre l'homme et l ' u n i v e r s — e t dans ce partage, c'est l'univers qui l'emporte. Les m§mes causes qui ont f a i t r e c u l e r Dieu dans 1'imagination de V o l t a i r e agissent en sens inverse pour r a p e t i s s e r l'homme. La nouvelle science place l'homme dans l a suite des causes qui s'etendent a 1 * i n f i n i . A cette conception d'une chalne de c a u s a l i t e vient s'ajouter c e l l e d'une grande chalne des Stres. Dans l e s deux systdmes, l'homme se trouve egalement r e s t r e i n t et i n s i g n i f i a n t : l e premier nie son l i b r e - a r b i t r e ; 1'autre l e condamne a t e n i r toujours l e m§me rang sans l ' e s p o i r de pouvoir jamais 2 se surpasser. I I n'est qu'un chalnon n i plus n i moins important que tous l e s autres. Dans l e sixieme Discours  en vers, Dieu l e d i s a i t deja aux dtres et aux e s p r i t s qui peuplent son univers: Rien n'est n i grand n i p e t i t ; tout est ce q u ' i l d o i t §tre. D'un p a r f a i t assemblage instruments imparfaits, Dans votre rang places demeurez s a t i s f a i t s . 3 2 A. 0. Lovejoy, op. c i t . , pp. 186, 200-202; v. a u s s i , G. W. L e i b n i t z , Theodicy, London, Routledge and Kegan Paul Ltd. , 1952, pp. 188-89. 3 IX, 417. 71 Cette maniere d'envisager l'homme, qui l e reduit a. un £tre n u l , est au fond etrangere a V o l t a i r e . Pour l e s memes raisons q u ' i l n'aime n i l e renoncement, n i l'ascetisme r e l i g i e u x , i l n'aime pas non plus 1'indifference a l'homme qui r e s u l t e de 1*optimisme. Dans l e Poeme sur l e desastre de Lisbonne, i l bbjecte que 1 'optimisme " p r i s dans un sens absolu et sans l'esperance d'un avenir, n'est qu'une i n s u l t e 4 aux douleurs de notre v i e . " Autrement d i t , ce systeme ne se soucie pas suffisamment de l'homme. I I est v r a i que V o l t a i r e se p l a i t a nous peindre l ' i n s e c t e humain. I I l e f a i t cependant pour nous rappeler que notre n i u l l i t e c o n s e i l l e 1'amour f r a t e r n e l et l a tolerance et non pas l e s guerres et l e s persecutions. Les exigences theoriques du deisme l ' o b l i g e n t aussi a. souligner p a r f o i s notre i n s i g n i f i a n c e . Mais V o l t a i r e n'accepte pas 1 ' i n s i g n i f i a n c e humaine, n i l e renoncement qu'elle implique. I I veut rendre a l'homme toute 1 'importance que l'astronomie l u i avait otee. Dans l e s contes, 1 'eloignement de Dieu et 1'absence d'une providence, deux choses qui rapetissent l e s §tres humains, sont balances par 1 ' e f f o r t continuel que f a i t V o l t a i r e pour ramener toute question a l'homme. Le probldme du mal ne l' i n q u i e t e s i profondement que parce que sa pensee est entierement o r i e n t l e vers l a vie humaine. A cause de cet humanisme, i l deteste l e jansenisme ascetique. 4 IX, 468 72 M§me l e s formes plus indulgences du christianisme t r a d i t i o n n e l ne l u i p l a i s e n t pas, car c'est toujours ce Dieu tout bon et tout-puissant qui permet l e s malheurs humains. S ' i l acceptait l e Dieu Chretien, i l n'aurait plus le d r o i t de protester contre l e mal: 5 Je respecte mon Dieu, mais j'aime l' u n i v e r s . Le determinisme et l e Dieu l o i n t a i n caracterisent l a pensee de V o l t a i r e , a i n s i que c e l l e des optimistes, mais i l est c l a i r qu'on peut a r r i v e r a ces idees en se basant sur l a science de Newton et sans t o u t e f o i s §tre optimiste. I I est v r a i cependant qu'on decouvre dans l e s contes des formules et des termes qui sont proprement optimistes. La r e l a t i v i t e morale et l a defense des passions s'apparentent aussi en p a r t i e aux idees optimistes. Ces a l l u s i o n s et ces emprunts evoquent toujours l e nom de L e i b n i t z , mais i l p a r a i t que cette association qu'on f a i t presque instinctivement r e s u l t e tout simplement de Candide. L'optimisme soi-disant l e i b n i t z i e n de V o l t a i r e est immortalise par ce conte. Dans tous l e s contes, cependant, l a plupart des formules optimistes viennent de Pope dont l e s t y l e vif; et frappant a du impressionner V o l t a i r e . En e f f e t l'optimisme v o l t a i r i e n ne ressemble pas plus a c e l u i de Pope qu'a c e l u i de L e i b n i t z . V o l t a i r e ne respecte aucun 5 IX, 4-71, 1. 56 73 systdme, mais i l aime bien emprunter aux systemes ce qui l u i p l a i t et ce qui l u i semble u t i l e . En ce sens, "Voltaire n'est l e p a r t i s a n f i d d l e d'aucune espdce d'optimisme. Quel usage f a i t - i l des idSes optimistes q u ' i l a empruntees? V o l t a i r e est deiste et le deisme exige q u ' i l croie a l a bonte foncidre de l'homme et a c e l l e de Dieu. I I soutient l a bonte na t u r e l l e de l'homme contre l e dogme du peche o r i g i n e l et contre Pascal. Quant a l a bonte d i v i n e , V o l t a i r e lui-mime n'a aucun besoin de l a prouver, mais pour en convaincre l e s athees, i l l u i faut des arguments. Or, l a doctrine optimiste est tr e s appropriee a. l a defense du deisme. D'abord, e l l e pretend que Dieu a arrange l e monde de sorte q u ' i l s o i t l e meilleur p o s s i b l e , et puisque dans cet arrangement tout est li§ par l a c a u s a l i t e , tout est done necessaire a 1*ordre du monde que Dieu a c h o i s i . I I s'ensuit que l'homme doi t §tre t e l q u ' i l e s t , ce qui contredit l e dogme de l a chute. De plus, 1*optimisme, en expliquant 1'existence du mal comme necessaire au meilleur ordre p o s s i b l e , donne a V o l t a i r e un excellent argument contre l e s athees, qui de 1'existence du mal t i r e n t l a consequence que Dieu n'existe pas. L ' u t i l i t e d'une doctrine n'implique pas, t o u t e f o i s , une adherence sincdre de l a part de c e l u i qui en p r o f i t e . Cela est surtout v r a i a l'egard de V o l t a i r e qui s a i s i t d'habitude toute arme qui puisse l u i s e r v i r . On c r o i r a i t , par exemple, que V o l t a i r e , apres Candide se passerait bien 74 de l a doctrine optimiste. Pas du tout! Dans l e s annees qui suivent Candide, le. philosophe de Ferney reprendra l e s p. arguments optimistes contre l e s athees. I I ne faut pas s'en etonner, car a. cette epoque V o l t a i r e recherche principalement, non l a v e r i t e , mais l ' u t i l i t e s o c i a l e . I I repousse toujours l e s f a i t s quand i l s menacent un principe moral q u ' i l c r o i t necessaire au "bien de l a societe. C'est, en ce sens, un philosophe "engage". Mais l ' u t i l i t e de l'optimisme n'explique pas pourquoi V o l t a i r e dans l e s contes s'occupe constamment de cette philosophie. Pour commencer, i l avait proteste presque inconsciemment en 1747 contre l'idee que tout est bien; quelques annees plus t a r d , i l a vait combattu cette idee directement. D'ou vient l a force de cette preoccupation? E l l e v i e n t certainement du f a i t que pour V o l t a i r e l'optimisme represente l e revers du probleme du mal. A mesure que l e sentiment du mal penetre son e s p r i t , V o l t a i r e lance une attaque plus vigoureuse contre l'optimisme. La persistance et l a force de cette attaque trahissent 1'importance de cette doctrine dans l a pensee du jeune V o l t a i r e . Nous avons deja. f a i t mention de l'usage q u ' i l f a i t des arguments optimistes pour defendre l e deisme; i l faut t e n i r compte en mime temps de l ' a t t r a i t psychologique 6 Voir par exemple, L'Histoire de Jenni, XXI, 523-76. 75 de 1 'optimisme. C'est surtout 1 'optimisme psychologique de L e i b n i t z qui a t t i r e V o l t a i r e de 1730 a 1740.' A cette epoque, V o l t a i r e est content. I I veut que tout s o i t bien et que l e mal ne 1*importune pas. La doctrine optimiste, u t i l e a. son deisme, repond aussi a son etat d'esprit confiant, et c'est pourquoi i l e c r i t sa l e t t r e sur Pascel et son Mondain. Plus t a r d , les deceptions commencent, et i l d o i t renoncer a cet optimisme par trop enthousiaste. Son desabusement personnel l e f e r a s'acharner contre l e "tout est bien" et l e "meilleur des mondes possibles." A i n s i s'explique l a violence du reniement: c'est une p a r t i e de lui-m§me a. l a q u e l l e V o l t a i r e renonce quand i l admet e n f i n l e mal. I I est done c l a i r que 1 'optimisme qui appuie l e deisme de V o l t a i r e est surtout un expedient, c'est-a-dire, ce que nous avons appele "optimisme d o c t r i n a l " . Mais l a question du temperament optimiste est plus importante a\ l'egard du probleme du mal. C'est ce probldme qui commence a se formuler dans Zadig et qui trouve son expression l a plus d i r e c t e dans Candide. L'existence du mal n'est pas pour V o l t a i r e une question de philosophie; c'est une question qui affecte profondement tout son §tre et qui demande-done a tout p r i x une s o l u t i o n . C'est a cause de 7 Wade, V o l t a i r e and Candide, p. 5 5 . De m§me, l ' E s s a i sur  1'homme t r a h i t chez Pope un v r a i optimisme de coeur. 76 1'importance psychologique de ce probleme, que nous avons i s o l e l a serie des contes qui commence par Zadig, l e premier que V o l t a i r e a pub l i e , et qui f i n i t par Candide, ou V o l t a i r e a d e t r u i t l'optimisme. Peut-on conclure que ces contes, e c r i t s entre 174-7 et 1759, trahissent un dechirement de sa pensee entre 1'optimiste d'hier et l e pessimiste de demain? I I est c l a i r , a mesure qu'on examine l e s contes chronologiquement, qu'entre Zadig et Candide l a pensee de V o l t a i r e ne passe pas par une serie progressive de trans formations. Toute c l a s s i f i c a t i o n des contes en vue d'obtenir l e s preuves d'un dechirement de l a pensee v o l t a i r i e n n e risque d'§tre a r t i f i c i e l l e . V o l t a i r e se derobe a l a c l a s s i f i c a t i o n . En presence de ces f a i t s , on ne cherchera i c i qu'a r e l e v e r certaines des tendances qui se dessinent dans le s contes de Zadig jusqu'a Candide et qui se l i e n t au developpement du probldme du mal, Dans tous l e s contes, V o l t a i r e souligne l e s l i m i t e s de l'homme. C'est l e hasard et l a malchance qui determinent l a v i e de Zadig et qui rendent i n u t i l e s ses ta l e n t s et ses bonnes q u a l i t e s . Tout ce que l'homme possede pour s'assurer l e succds et l e bonheur depend d'evenements f o r t u i t s en dehors de son ac t i o n . Enchalne aux causes, i l n'est pas l i b r e de f a i r e sa propre v i e . Cette m§me f a t a l i t e inexorable qui nous oblige a agi r contre notre "volonte" se t r a h i t encore dans Cosi-Sancta. V o l t a i r e ressent s i 77 fortement a cette epoque sa dependance et ses malheurs q u ' i l ne peut s'empScher de l e s p e r s o n n i f i e r sous l a forme d'une volonte malveillante et perverse, q u ' i l appelle l a destinee. Encore plus douloureuse que 1'imperfection inherente II notre condition est l a conscience du f a i t q u ' i l n'existe point de providence speciale. L'absence d'une providence est un thdme qui va en croissant de 174-7 a 1759. Dans Zadig, i l y a encore une providence, assez cachee, i l est vrai., et on s a i t que Dieu e x i s t e . Zadig cherche toujours une e x p l i c a t i o n metaphysique de ses souffranees, mais i l ne trouve jamais d' e x p l i c a t i o n s u f f i s a n t e . D ' a i l l e u r s , son sort f a i t douter de 1 'existence d'une providence personnelle et nous l a i s s e 1 'impression que le s voies de Dieu nous sont II jamais inconnaissables. L'univers est encore gouverne par Dieu, mais ses desseins universels ne tiennent pas particulierement compte de l'homme. Le bon genie de Memnon est cense representer l a Providence qui v e i l l e sur l e s hommes, et aprds 1 ' a v o i r rencontre, on sent combien l'homme est seul dans ce monde. Ce bon genie ne peut r i e n f a i r e pour aider Memnon a e v i t e r l a catastrophe qui l u i a r r i v e , ce qui s i g n i f i e , encore plus clairement que dans Zadig, que pour V o l t a i r e une providence p a r t i c u l i e r e n'existe pas. Dans Candide, l e s paroles brutales du derviche nous avertissent de nouveau q u ' i l n'y a pas de providence a. notre portee, n i mSme de providence 78 generale a l a portee de notre entendement. I I h'y a d ' a i l l e u r s dans l e monde de Candide aucun sentiment du d i v i n n i aucun arri&re-plan metaphysique. I I n'y a m§me plus cette perspective eloignee des systemes planetaires disperses dans l e s cieux qui est tellement evidente dans Zadig, dans Memnon et dans Micromegas. Tous l e s personnages de Candide vivent sans appel dans ce monde. C'est pour cette r a i s o n que dans Candide l e visage du mal se precise. I I n'y a plus de f a t a l i t e a blamer, car l a mechancete humaine a remplace l e mal metaphysique et l a souffrance physique comme source de notre malheur. Nous avons deja f a i t remarquer que Candide accepte l e s hommes sans protester contre leur malveillance, sans s'etonner de le u r bassesse et sans l e s h a i r . Cette acceptation t o t a l e de l'homme indique que V o l t a i r e a e n f i n dompte l e mal. I I l ' a f a i t en repoussant Dieu, dont l e pouvoir effrayant 1'avait hante sous les masques du d e s t i n et du determinisme qui arrachent a l'homme l e pouvoir de f a i r e sa propre Q fortune. Dans Candide l e monde est l i b e r e de l a hantise de l a f a t a l i t e . V o l t a i r e reconnait toujours que notre l i b e r t e est c e l l e d'agir selon ce que 1'entendement juge §tre bon, et que nous ne sommes pas du tout l i b r e s de v o u l o i r sans cause determinante. I I peut cependant admettre cette necessite sans qu'elle l u i semble une puissance 8 Cf. Pomeau, La R e l i g i o n de V o l t a i r e , pp. 216-17, 241 79 capricieuse qui menace a tout moment de l e p r e c i p i t e r dans l a ruine ou dans l e desespoir. V o l t a i r e s a i t q u ' i l peut lui-m§me §tre une cause. Mime s i son action est bornee par m i l l e choses imprSvisibles, i l pourra en p e r s i s t a n t r e u s s i r dans ses p r o j e t s . En m§me temps q u ' i l nie 1'existence d'une providence p a r t i c u l i e r e et q u ' i l declare l a providence genSrale incomprehensible a l'homme, V o l t a i r e d i t q u ' i l est tout a f a i t impossible d'expliquer 1'existence du mal. Dans Zadig et dans Memnon, i l met en doute l a theodicee optimiste. Aprds l e tremblement de terre de Lisbonne, i l r e j e t t e d e f i - nitivement 1'optimisme. Lisbonne l u i f a i t v o i r que ce systdme ne repond en r i e n a ce qui est pour nous l e monde r e e l , c'est-a-dire, le monde s u b j e c t i f , compose de souffranees, de malheurs et d'un peu de bonheur. On ne saurait mesurer ces sentiments. C'est l a que l e s " t r i s t e s c a l c u l a t e u r s " se trompent. l i s ont voulu peser l e bien et l e mal pour prouver que l e bien depasse en quantite l e mal. I I n'y a que l e s mStaphysiciens qui ignorent que l e bien est une valeur q u a l i t a t i v e . I I ne se pese pas. Dans cette s u b j e c t i v i t y du bonheur se trouve une ressource inespSree pour c e l u i qui veut c r o i r e malgre tout que l a vie vaut d'§tre vecue. Dans Candide, V o l t a i r e a retrouve ce bonheur qui consiste surtout dans l'esperance et qui peut r e s i s t e r a toute une v i e de souffranees. I I y a done, contrairement a ce qu'on a affirme 80 tant de f o i s , une unite dans l a pensee de V o l t a i r e . D'un c6te, V o l t a i r e affirme l a valeur de l'optimisme psychologique; de 1'autre, i l d e t r u i t 1'optimisme philosophique en l u i opposant 1'evidence trds f o r t e du mal sur cette t e r r e . La destruction de l'optimisme symbolise son refus de toute theodicee et de toute e x p l i c a t i o n p r o v i d e n t i e l l e . On sent surtout dans Candide que V o l t a i r e a longuement cherche une s o l u t i o n au probleme du mal qui repondrait a l a f o i s aux exigences de son e s p r i t et a c e l l e s de son coeur. N'ayant pas trouve cette s o l u t i o n , i l ne l u i reste que l e scepticisme. Cependant, i l n'a deja plus besoin d'une e x p l i c a t i o n metaphysique du mal, car, comme nous l'avons vu, l e monde de Candide, i s o l e des m i l l i o n s de globes qui l'entourent, est compose tout simplement de l a terre et des hommes. La so l u t i o n que V o l t a i r e apporte au probleme du mal est done trds pratique. I I refuse de s'inquieter de l'au-dela et n'affronte plus que l e mal moral. Bien entendu, i l souffre encore de son ignorance, mais puisqu'elle est impossible a d i s s i p e r et vu que l a s o l u t i o n des questions metaphysiques n'a pas l a moindre importance pour l e commun des hommes, V o l t a i r e se tourne vers des probldmes plus concrets. Le mal moral nous a f f l i g e tous et i l est possible de l e diminuer par l a reforme s o c i a l e . Le combat qu'elle entralne nous apporte en plus en grand bien, l ' o u b l i de s o i , et m§me i l nous debarrasse d'un autre fardeau, 1'ennui. A i n s i , c'est en fais a n t du bien 81 a d'autres que V o l t a i r e resout l e probleme du mal et a t t e i n t en meme temps a un bonheur qui l e s a t i s f a i t plus que l e p l a i s i r mondain et m§me plus que l e t r a v a i l dans son propre j a r d i n . BIBLIOGRAPHIE I . TEXTES DE VOLTAIRE Candide ou 1'Optimisme. ed. Andre Morize. P a r i s , Droz, 1931* Candide ou 1*Optimisme. ed. Rene Pomeau. P a r i s , Nizet, 1959. Dictionnaire philosophique. ed. J u l i e n Benda et Raymond Naves. P a r i s , Gamier, s.d. Lettre s philosophiques. ed. Gustave Lanson. 2 v o l s . P a r i s , Hachette, 1917- Qeuvres completes de V o l t a i r e , ed. Louis Moland. 52 v o l s . P a r i s , Gamier, 1877-1882. Romans et Contes. ed. Jean Pournier. P a r i s , Les Editions Nationales, 1948. Romans et Contes. ed. Henri Benac. P a r i s , Gamier, 1958. V o l t a i r e ' s Correspondence. ed. Theodore Besterman. 51 v o l s . Les Devices, Geneve, I n s t i t u t et musee V o l t a i r e , 1953 et suiv. Zadig ou l a Destinee. ed. Georges A s c o l i . 2 v o l s . P a r i s , Hachette, 1929. Zadig ou l a Destinee. ed. V. L. Saulnier. P a r i s , Textes L i t t e r a i r e s Franeais, 1946. I I . TEXTES DU X V I I I e SIECLE L e i b n i t z , G. W. Theodicy, Essays on the goodness of God, the Freedom of Man and the Origin of E v i l . London, Routledge and Kegan Paul Ltd., 1952. Pope, Alexander. "Essay on Man," The Works of Alexander  Pope, Esq. i n Verse and Prose. London, Strahan and Preston, 1806. 82 83 I I I . OEUVRES CRITIQUES ET HISTORIQUES Barber, W. H. Leibniz i n France. Oxford, Oxford U n i v e r s i t y Press, 1955. B e l l e s o r t , Andre. Essai sur V o l t a i r e . P a r i s , P e r r i n , 1925. Besterman, Theodore. "Vo l t a i r e et l e desastre de Lisbonne: ou, La mort de l'optimisme," Travaux sur V o l t a i r e et  l e dix-huitidme s i e c l e . I I , 7-24. Les Delices, Geneve, I n s t i t u t et musee V o l t a i r e , 1955* Carre, J.-R. " V o l t a i r e philosophe," Revue des cours et  conferences. XXXIX (2) (30 a v r i l - 1 5 j u i l l e t 1938) 97-108, 193-211, 289-307, 531-52, 606-25. Cassirer, Ernst. The Philosophy of the Enlightenment. Boston, Beacon Press (Beacon Paperback S e r i e s ) , 1955* D e l a t t r e , Andre. V o l t a i r e l'impetueux. P a r i s , Mercure de Prance, 1957. Lanson, Gustave. V o l t a i r e . Deuxidme e d i t i o n . P a r i s , Hachette, 1910. Lovejoy, A. 0 . The Great Chain of Being. Deuxi&me e d i t i o n . Cambridge, Massachusetts, Harvard U n i v e r s i t y Press, 1942. Martin, Kingsley. French L i b e r a l Thought i n the Eighteenth  Century. London, Tu r n s t i l e Press, 1954. Mornet, Daniel. La Pensee francaise au dix-huitidme s i d c l e . P a r i s , Armand C o l i n , 1926. Pomeau, Rene. La R e l i g i o n de V o l t a i r e . P a r i s , N i z e t , 1956. Torrey, N. L. The S p i r i t of V o l t a i r e . New York, Columbia U n i v e r s i t y Press, 1938. Wade, I r a 0 . V o l t a i r e and Candide. Princeton Publications i n Modern Languages, no. 11 . Princeton, Princeton U n i v e r s i t y Press, 1959. Wade, I r a 0 . V o l t a i r e ' s Micromegas. Princeton Publications i n Modern Languages, no. 10 . Princeton, Princeton U n i v e r s i t y Press, 1950. W i l l e y , B a s i l . The Seventeenth Century Background. Garden C i t y , New York, Doubleday and Company (Doubleday Anchor Books), 1955« 

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
France 541 2
Morocco 184 2
Canada 93 0
United States 45 1
Switzerland 25 6
Senegal 23 0
Algeria 15 0
Unknown 14 0
Italy 12 0
Tunisia 10 0
Belgium 10 0
Gabon 7 0
Haiti 7 0
City Views Downloads
Unknown 563 13
Montreal 30 0
Sanary-sur-Mer 10 0
Chatuzange-le-Goubet 10 0
Ashburn 9 0
Kingston 9 0
Locmine 9 0
Paris 9 0
La Prairie 8 0
Yffiniac 8 0
Vaux-le-Penil 8 0
Tangier 8 0
Mountain View 7 1

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0105961/manifest

Comment

Related Items