UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Rousseau et le nouveau type humain Rush, Jack Thomas 1946

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1946_A8 R8 R6.pdf [ 4.45MB ]
Metadata
JSON: 1.0105869.json
JSON-LD: 1.0105869+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0105869.xml
RDF/JSON: 1.0105869+rdf.json
Turtle: 1.0105869+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0105869+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0105869 +original-record.json
Full Text
1.0105869.txt
Citation
1.0105869.ris

Full Text

ROUSSEAU ET LB NOUVEAU TYPE HUMAI1T. "by Jack Thomas Rush An essay submitted i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r the degree of Kaster of Arts i n the Department of French., The Uni v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, October, 1946, A.V.M.R. et R.F .P. AVANT - MOT Je v o u d r a i s r e m e r c i e r M . l e d o c t e u r A . 3?. B . C l a r k , q u i m'a d i r i g e pendant l a p r e p a r a t i o n de c e t t e e t u d e . Je l e r e m e r c i e s u r t o u t de sa p a t i e n c e aux p r e m i e r s s tages de l a these e t de son i n - t e ^ r £ t et son a i d e c r i t i q u e . P u i s je d o i s me s o u v e n i r des d i s c u s - s i o n s agre'ables avec mes c o l l e g u e s q u i m'ont sugger^ quelques i d e e s de v a l e u r . INTRODUCTION. Un des aspects les plus interessants dans I n v o l u - tion de I'histoire est l a formation et l'activite de cer- tains types humains qui refletent le caractere de l'etat de la civilisation. L'attitude populaire a l'egard des questions generales de la religion, de la science de l'art ou de l'economie politique semble etre concentree dans les traits d'un de ces types particuliers. Cet homme devient un membre d'une societe, ou i l cree cette societe en exercant sa volonte puissante. Selon le mo-< . dele incarne dans le type humain, la societe fait la guerre, change les modes, et produit les ouvrages l i t - te'raires, musicaux, scientif iques et artistiques. Une question devrait s'elever au sujet de l'origine de ce personnage typique: arrive-t-il ordinairement comme 1'incarnation des idees de la race ou possede-t-il un caracteVre si fort qu'il re'ussit, en imposant ses voeux sur un peuple, a, metamorphoser les modes de vie et les manie'res de penser de ses contemporains: c' est-a-dire, qui arrive le premier, le milieu ou 1'expression du milieu? II est probable dans la plupart des cas que l e milieu cree l e personnage: une solution croyable, car l e s forces concertees du milieu sont trop roides, trop inebranlables pour etre detruites par les faibles efforts d'un seul individu. A i n s i , l e resultat dans notre civi- lisation est que l'homme commence, des son enfance a a s s i m i l e r l e s t r a i t s de sa fa m i l l e , de ses v o i s i n s et de tous l e s membres d'un m i l i e u deja complet. Sous les conditions de ces rapports, i l est evident qu'on a en face un danger se'rieux pour l a race humaine s i l e pro- cede de l a naissance et A 1'influence ne change jamais: on deviendrait partout une unite n i a i s e , une race de moutons sans volonte ou sans t r a i t s personnels. Le pouvoir de 1'influence des i n s t i t u t i o n s , et des inven- tions e^ablies par l a socie'te', me semble menacant aussi, car chacune, ajoute'e a l a c i v i l i s a t i o n par un savant bienfaisant, s ' a l l i e aux forces croissantes "qui d i r i g e n t l e s e s p r i t s des individus moins i n t e l l i g e n t s . Heureusement i l a r r i v e p a r f o i s un genie, penseur s o c i a l , moral ou p o l i t i q u e , qui se moque.des mouvements communs de ses v o i s i n s et par l'emploi du pouvoir s i n - g u l i e r de sa volont£, i l impose, en excitant n a t u r e l l e - ment une grande l u t t e , ses ide a l s parmi ses contemporains i l change, a l t k r e ou ameliore en p a r t i e ou enti element l e s i n s t i t u t i o n s s o c i a l e s . De cette maniere, i l forme, comme createur i n d i v i d u e l , l e m i l i e u autour de lui-meme, et a i n s i , i l devient l e premier representant. et l e v e r i - table type de son propre m i l i e u . Voyons a t i t r e d'exemple quelques-uns de ces types generaux.de 1 ' h i s t o i r e . Chacun, vu au l o i n , apparait comme un etre complet et comprehensible et s'offre comme une etude interessante du temps dans lequel i l e x i s t a i t . Je n'ai c h o i s i que l e s types qui d'apres moi ont exeree l a plus grande influence sur leurs contempora.ins. D'abord nous pouvons nous tourner vers l e Moyen-age et vers son representant, le chevalier. II a a t t e i n t son apogee pendant l e s Croisades, surtout pendant l a troisieme Nous pouvons reconnaitre tres clairement, s i "bien places a l'egard du temps, l e s t r a i t s de son caractere et l a mode de sa v i e . II et a i t v a i l l a n t , noble et courtois; p o l i et adorant aupxes de sa dame. II regardait l'honneur de son devoir comme 1'element l e plus important de sa conduite et ri e n , sauf la, mort, ne pouva.it interrompre son approche vers lavConsommation de ses plans. Soit q u ' i l a i t ete charge de porter un message de son amante, s o i t q u ' i l se fraye un chemin a. Jerusalem pour l e d e l i v r e r , i l garde toujours dans sa pensee, "l'honneur envers son ro i , . sa i . - - . p a t r i e , sa, cause et sa dame." Richard, Coeur de Lion, nous resume cette idee a l a f i n du Talisman dans ses paroles a Saladinj "Enough of honour thou hast had i n the encounter... and I envy thee more fo r that than for- the smiles of Edith Plantagenet, though one of them might reward a "bloody days work" et plus tard, " I , unless worthier o f f e r s , w i l l l a y down my gauntlet i n "behalf of Christendom, and i n a l l love and honour we w i l l do mortal b a t t l e for the possession of Jerusalem"-1- 1. Scott, ¥. The Talisman, London, Nelson, p. 390. I*e 17° s i e c l e nous o f f r e un t y p e d e f i n i t i f p o u r n o t r e e tude . C ' e s t I ' h o n n e t e homme. Une enqueue sur l e s c o n d i - t i o n s de 1 'Europe de c e t t e epoque reve^Lerait que ce t i n d i v i d u e t a i t un p r o d u i t de son temps. L e m e i l l e u r exemple de ce type peut e t r e t r o u v e dans l e s s a l o n s de Scudery et dans 1 ' h o t e l de R a r i i b o u i l l e t . I I a v a i t une "bonne e d u c a t i o n e l a s s i q u e , et se m o n t r a i t p o l l , s p i r i t u e l , e t a f f e c t e . Pendant l ' h i v e r i l h a n t a i t - la cour et l a soci6te des femmes des s a l o n s , A 1 ' a r r i v e s d u p r i n t e m p s i l r e t o u r n a i t aux champs de " b a t a i l l e . A i n s i l a p e r i o d e h i v e r n a . l e l u i es t devenue une l e c o n dans l e s coutumes c o u r a n t e s et un r a f f i n e m e n t de ses p r o p r e s m o e u r s . Le p l a n i n i t i a l des sa lons e t a i t d ' a m e l i o r e r et d ' i n - s t r u i r e l e s membres d 'une rude socie'te e t , d i r i g e s p a r d e s F p r i n c e s s e s y 4 i u e s , l e s sa lons ava ient "beaucoup de succes a p r o p o s du l a n g a g e , des moeurs et de l a p r o d u c t i o n des oeuvres l i t t e r a i r e s . R e g r e t t a b l e m e n t , 1 ' a s p e c t i n t r u c t i f de l e u r a c t i v i t e a degenere . Avant longtemps i l es t m o r t , et l a s o c i e t e , c o n s t r u i t e et c o n d u i t e d ' a b o r d sous ce p l a n h i e n v e i l l a n t , a commence a former des membres qui a v a i e n t une m a n i e r e a r t i f i c i e l l e . On l e s app e l l e les"precieux' . ' L a q u e s t i o n de I ' h o n n e t e homme p r e n d une p l a c e i m p o r t a n t e dans n o t r e etude et nous 1 ' a n a l y s e r o n s en grand d e t a i l p l u s t a r d . P a s s o n s , a l o r s , a un type q u i o f f r e un c o n t r a s t e r a f r a i c h i s s a n t a l a n a t u r e a r t i f i c i e l l e du 17§ s i e c l e ; c ' e s t l'homme pensant q u ' o n v o i t dans l e personnage de Fontenelle, d'Helvetius, d'Horbach, de Diderot et des autres "philosoph.es", penseurs et savants conteraporains. Ceta ient les produits d'une epoque de transit ion. Ces grands personnages, qui pouvaient comprendre et adapter les nouvelles instructions scientifiques et les nouvelles idles pliilosophiques de leur temps, ont cree le type real iste et savant du temps moderne. Le philosophe s'interessait toujours £i une recherche de l a ve'rite; i l se moque de l a superstition et du pro- ce'&e du faux raisonnement: comme Diderot l ' a exprime dans 1'Encyclopedic, "la lature etait tombee dans un ab'ime de galimatias et d'idees in in te l l i g ib l e s . II est convenable de c i ter un developpement de ce type dans le monde actuel, un personnage que Diderot, cette "tete allemande", a prevu dans le Salon de 1769 "C'est une bel le chose que l a science economique; mais el le nous ahrutira. II me semble que je vois deĵ a nos neveux le bar erne en poclie et l e p©£tef eui l le de finances sous le bras." II suggere qu'on s'interesserait trop aux choses scientifiques, et industr ia l i s tes . Et i l n'avait point tort . A notre epoque nous nous sommes l ivres aux affaires de 1'argent et de l a machine sans nous occuper des choses de 1'esprit . 1. Diderot. Extra i t s , ed; Eal'lex, Paris , Delagrave, 1930, p.41 2. I b i d . , p . 186. On peut indiquer ce type exemplifies dans l e tai'coun actuel, homme qui s'est e t a b l i dans l e monde des a f f a i r e s : son revenu et ses p r o f i t s sont r e g u l i e r s , i l a bien des commodite's et peut o f f r i r un avenir assure" a sa femme et a ses enfants. Mais i l n'en est pas s a t i s f a i t ; toute sa philosophie semble etre de gagner plus, d'amasser une plus grande fortune. Par consequent, i l n'y a pas de temps pour l e s arts et pour le l o i s i r , car son es p r i t est d i r i g e par une seule pense'e - l e p l a i s i r dans l a concurrence et l a j o i e d 1employer 1«argent. Le taicoun est membre d'une elasse dont l a vocation a p r i s une s i grande place dans l a v i e q u ' i l a perdu de vue l a connaissance de choses importantes qui ame'liore- raient son propre esprit, c e l u i de sa famill e et de l a socie'te en ge'nerale. II e*tait important d'inclure ce type moderne en rap- port avec 1'esprit du 18° siecle car i l trouve son origine dans l e s ide'es gene'rales de cette epoque. II est apparent done que l e r e a l i s t e , et l e naturaliste de l a deuxieme moitie du 19° s i e c l e , e'taient des porte-drapeaux du meme mouvement. Mais nous avons neglige un traitement. du type roman- tique dont l e s origines se trouvent pendant l e 18° s i e c l e et dont l e point culminant est a r r i v e vers 1830. II est important de decrire av§6 soin l e s t r a i t s ro- mantiques a propos de J . - J . Rousseau, car l e s grands pro- tagonist es de ce mouvement 1'ont reconnu comme le u r maitre -II- et fondateur. D'abord on doit avoir Tin. esprit jeune, l i b r e , et sen- s i t i f , car cette qualite-ouvre au romantique l e monde de 1'imagination et des emotions. On devient romantique par l a combinaison de plusieurs t r a i t s et non par un seul; 1'unite singuliere qui resulte de cette combinaison pre- sente au monde un type romantique. B a b b i t t d i t qu'une chose est romantique "when i t i s strange, unexpected, intense, superlative, extreme, unique" et de ce point de vue on peut creer l e protagoniste de ce mili e u : un homme etrange, qui se pre'cipite, acharne, v i o l e n t , extreme et s i n g u l i e r . Un aspect louable et en meme temps blamable est l a qualite de s'achamer aux nouveaux mouvements et aux to- quades passageres. Si l e jeune monde s'interesse a une nouvelle i n t e r p r e t a t i o n de l a danse, a une forme e'trange de l ' a r t , l e romantique l e s a i s i t , l'accepte, et l e re- produit, Le s t y l e ou l a mode devient une pa r t i e de son es p r i t . Mais l e d ^ c l i n de son interet est aussi soudain, car generalement i l s'interesse aussi rapidement aux nouvelles a c t i v i t e s . Ajoutez aussi son indifference aux regies de l a v i e , cielles de 1'amour, du costume, de l a langue et des r e l a - tions f a m i l i a l e s , sociales et p o l i t i q u e s . 1. Babbitt, Irving, Rousseau"and Romanticism. Boston, Houghton M i f f l i n , 1919, p.4. - /2~. La jeunesse de Rousseau jusqu'a 1749 comprenait presque tous ces aspects romantiques et cette p a r t i e de sa v i e , s i bien expos^e dans ses Confessions est devenue l a source de 1'inspiration pour bien des adherents du mouvement roman- tiques. La nature conf essionnelle; -de sa personnalite a toujours a t t i r e l ' i n t d r e t de m i l l i e u r s de lecteurs et puisque tout l e monde reserve une p e t i t e section secrete dans son coeur pour l'aventure amoureuse et vagabonde, cette premiere p a r t i e de sa v i e a recu une importance un peu inegale. L'oeuvre et l a v i e de Rousseau offrent plus que c e l a . II s e r a i t faux et r i d i c u l e de maintenir qu'apres 1749 i l 6 t a i t romantique, parce que son oeuvre l u t t a i t pour corriger cette impression; dans l a Nouvelle Heloise, par exemple, nous voyons l e c o n f l i t de ses idees; l a l i b e r t e romantique et l a contrainte de l a passion. Nous arrivons done au but de cette these. Quelle sorte de l'homme a - t - i l concu? Comment d i f f e r e - t - i l des types d e c r i t s la-haut, et comment leur ressemble-t-il? Comment forme-t-on son caractere? Quels devoirs d o i t - i l affronter? Je t'&cherai de repondre a, ces questions dans l e s chapitres suivants; car son homme id§al me semble avoir une grande im- portance v i t a l e dans l e monde actuel. CHAPITRE UU VIE RQMANTIGflJE a S a i n t e - B e u v e a a f f i r m e que l e c r i t i q u e d o i t " e n t r e r eh son a u t e u r , s ' y i n s t a l l e r , . . . l e s u i v r e en son intea?ieur et dans ses moeurs domes t iques . . . . " L ' i m p o r t a n c e d ' a p p l i q u e r c e t t e s u g g e s t i o n a, propos d 'une eftude de J . - J . Rousseau est a p p a r e n t e , c a r i l n ' y a jamais eu d 1 ^ c r i v a i n dans l a l i t t e ' r a t u r e f r a n g a i s e dont 1 'oeuvre a s u b i s i r e - mar qua"bl erne nt 1 ' i n f l u e n c e de sa v i e . M a i s d ' a b o r d , p u i s q u e n o t r e sujiet concerne une d e s - c r i p t i o n des t r a i t s d'une personne id6ale, i l v a u t l a p e i n e , p o u r f o u r n i r un a r r i e r e - p l a n au s u j e t , d ' i n d i q u e r l e p r o g r e s de 1 ' i n d i v i d u a l i s m e pendant l e 1 7 ° et l e 1 8 ° s i e c l e . P u i s , s u i v a n t l e bon c o n s e i l de S t e . - B e u v e nous t r a c e r o n s d'une f a c o n g e n e r a l e 1 ' i n f l u e n c e de l a jeunesse e r r a n t e de n o t r e e c r i v a i n s u r l e "moi", et nous l e s u i v r o n s dans ses expe- r i e n c e s avaht l a c r i s e de V i n c e n n e s ; et e n f i n nous mont- r e r o n s que l e s q u a l i t e s romantiques r e s t a i e n t . t o u j o u r s une p a r t i e e s s e n t i e l l e de son c a r a c t e r e . On v o i t a u debut du 1 9 ° s i e c l e 1 ' express i o n complete des voeux p e r s o n n e l s dans l a l i t t e ' r a t u r e et dans l a m o r a l e mais ce p o i n t cu lminant e t a i t l e r e s u l t a t d'une l u t t e r i - goureuse et amere c o n t r e l e s f o r c e s r e s t r e i g n a n t e s de l a so - c ie te ' , f o r c e s qui ont f a i t une p r i s o n a l ' a m e . L a l u t t e e'tait f a i b l e pendant l e 1 7 ° s i e c l e mais l e c o n f l i t e s t de - venu f u r i e u x pendant l e 1 8 ° ou l ' o n a r e u s s i a secouer l e s 1 . V i a l , P . et D e n i s e , L , , Idees et d o c t r i n e s " l i t t e r a i r e s P a r i s , D e l a g r a v e , 1937, 3 v o l s . , v o l . 2, p . 332. - 16- s u p e r s t i t i o n s et l e s p r e j u g e s imposes p a r l a t r a d i t i o n . Pendant l ' A g e de L o u i s X I V , 1 ' i n d i v i d u a l i s m e d e v a i t l u t t e r pour son e x i s t e n c e , c a r l e s au tor i t e ' s e ' touf fa ient l e s v e l l e i t e s d ' e m a n c i p a t i o n . L e s r e g i e s c l a s s i q u e s rendues imposantes p a r Malherb'e , B a l z a c , C h a p e l a i n et B o i l e a , u ont donne l e t o n a la , v i e e t aux ouvrages l i t t e r a i r e s . E n d e p i t de l a r e s i s t a n c e e l a s s i q u e , i l y a v a i t q u e l - ques loons e s p r i t s , q u i ont essaye de s o u l i g n e r l a riecessite des reformes dans l a s o c i e t e . On peut nommer L a F o n t a i n e et M o l i e r e , deux e c r i v a i n s q u i ont t r o u v e que l a v o i x mo- queuse e t a i t 1 ' i n s t r u m e n t l e p l u s e f f ica .ee . et l e p l u s p r u d e n t dans l e s a c t i v i t e s r e f o r m a t r i c e s . Un nouveau pas dans l e p r o g r e s de l'homme comme un e t r e pensant e s t a r r i v e dans l a p r o p a g a t i o n de l a p h i l o s o p h i e de D e s c a r t e s . " C o g i t o , ergo sum" a s i g n i f i e ' non seulement que l a methode p a r i n d u c t i o n est a r r i v e e mais a u s s i que l'homme a trouve ' une n o u v e l l e avenue f a c i l e q u i l u i a p e r m i s de s ' e x p r i m e r et de r a i s o n n e r avec une independance d ' e s p r i t . L e grand s u j e t du 1 7 ° s i e c l e . e t a i t 1 'e tude de l'homme et une a n a l y s e de son c o e u r , mais c ' e t a i t un t r a i t e m e n t "bien l i m i t e et afasolu. I I f a u t e n t r e r dans l e 1 8 ° s i e c l e p o u r d e c o u v r i r un nouveau p o i n t de vue* c e l u i de l a r e l a t i v i t e ' s i c i l'homme s ' e x a m i n a i t ser ieusement en r a p p o r t avec l e s c o n d i t i o n s de la , s o c i e t e : l'homme commencait a- v o i r q u ' i l p o u v a i t s ' a m e l l o r e r dans t o u t e s l e s phases de l a v i e . Un nouveau genre , t y p i q u e de 1'epoque, r e f l e t a i t c l a i r e - ment l ' i n t e r * l t pour l ' e t a t s o c i a l et dans la , v i e p a r t i c u l i e r e des hommess c' e t a i t l a trage^die bourgeoise qui representait l e s personnages dans l e s situations domestiques et larmoyantes. Mais s i I'art de ce genre n'a pas dure', l e message du temps et l e miroir des moeurs q u ' i l contenait avait de "bon succes a cette epoque, Le spectateur pouva.it se v o i r mis en scene; ses emotions et ses actions depeintes d'un large pinceau. En tout cas, on pouvait examiner une p a r t i e de la. v i e intime et personnelle decrite avec une r 6 a l i t e un peu exagetree peut-etre mads nouvelle et frap- . pante. II est croyable,' done, de v o i r da.ns l e s oeuvres d'un genie de l e t t r e s un traitement de 1'individualisme, suivant l e plan d'une description de l a v i e d'un type humain qui selon 1 ' i c r i v a i n aurait du avoir l e meilleur succes dans i e monde. Personne n'a s i bien t r a i t e un t e l sujet que J. - J . Rousseau. Nous nous toumons maintenant a, Rousseau pour v o i r comment l e s eVen"ements de sa v i e ont influence son oeuvre. Q j U ' i l prenne l a parole I "Ces longs d e t a i l s de ma premiere jeunesse a.uront paru bien p u e r i l s , et j'en suis faclie"; quoique ne homme a cer- tains egards, j ' a i ete longtemps enfant et je l e suis en- core a beaucoup d'autres. Je n'ai pas promis d ' o f f r i r au pub l i c un grand personnage: j ' a i promis de me peindre t e l que je suis; et, pour me connoltre dans mon Sge avance', i l faut m'avoir bien connu dans ma jeunesse.......Je m'ap- plique a bien developper partout l e s premieres causes pour "7 - f a i r e s e n t i r 1'enchainement des e f f e t s . Je voudrois pou- v o i r en quelque facon rendre mon &me transparente aux yeux i " du l e c t e u r . M On indique souvent l e paradoxe des oeuvres et de l a v i e de J . - J . Rousseau; i l est f o r t evident, mais l e s i n - fluences cpntrastantes qui se trouvaient dans son enfance etaient sur ement l ' o r i g i n e de ce paradoxe. D.'abord, examinons l a societe' de Gendve. Eondee par Calvin et d i r i g e e par ses doctrines, cette v i l l e 6 t a i t une organisation strictement theocratique, 6\x l e s citoyens n'avaient jamais de l i b e r t e dans l e s questions morales. Tout l e monde se sentait enchaine pa,r l e s autorites austeres et espionne par l e c o n s i s t o i r e . 2 Tel e t a i t l e m i l i e u de l a jeunesse de Jean-Jacques, enfant che t i f et meditatif. "Tout autour de l u i prSchait prlcisement l a contrainte des passions et l e renoncement aux jouissances de l a v i e , l e s dangers mortels d e l ' i m a g i - nation romanesque, en un mot l a negation du moi."^ 1. Les Confessions, dans l e s OEuvres Completes d e ' j . - j Rousseau. P a r i s , Houssiaux, 1852," 2 v o l s . , v o l . 1"# p. 90. (N.B. on se sert exclusivement de I 1 e d i t i o n d*'Houssiaux dans cette these. Une reference qui em- plore l e terme "OEuvres" n'indique que cette edition.) 2. Josephson," M., Jean.-Jacques Rousseau, New York, Harcourt Brace, 1932, p«4. 3. Schinz, A #, La Pehs^e de Jean-Jacques Rousseau,Paris, Alcan, 1927, p.97. Isaac Rousseau, son pere, a impose son caractere tur- bulent a son f i l s a t t e n t i f ; c ' e t a i t un homme tres sensible et b i z a r r e qui l i s a i t l e s romanciers avec son f i l s jusqu'a l'aube et qui 1* e x c i t a i t a sangloter et de pleurer aux points sentimentaux d'un roman. Ces scenes lacrimales ont grave l e souvenir de ses pre- mieres lectures dans son e s p r i t . II nous d i t lui-meme dans l e s Confessions que l e s transports de 1'amour.dans son oeuvre et dans sa v i e peuvent §tre rattach6s aux premieres" i n s t r u c - tions p a t e r n e l l e s . Nous passons a, 1'epoque. oil i l s'est occupe de son ap- prentissage avec l e b r u t a l Ducommun, une courte periode qui a d e f a i t rapidement tous l e s bons r e s u l t a t s de 1'instruction de sa f a m i l l e . Rousseau d i t "La tyrannie de mon maitre f i n i t par me rendre insupportable l e t r a v a i l que j'aurois aime, et par me donner des v i c e s que j'aurois hais, t e l s que l e men- songe, l a faineantise, l e v o l . " 1 Nous y reconnaissons un de ses t r a i t s f a m i l i e r s : l e melange d'une haine de l a tyrannie et 1'expression d'un de s i r de l a combattre ou de 1'eviter. Oui, i l l ' a evitee l e jour ou 11 a trouv6 l e s grandes portes de l a v i l l e f erme'es a l a f i n d'une journ6e dans l e s champs hors de Geneve. C'est pour l u i l a chose l a plus naturelle de d i r e au revoir a ses amis 1. Confessions, op.cit., p.15. et a son tuteur et de commencer son vagabondage, une exi- stence qui continuait toute sa v i e a 1*exception de quel-- ques periodes de t r a n q u i l l i t e aux Gharmettes, va Montmorency, a Neucha'tel et a Ermenonville. Apres l e j u i l l e t d e 1728, lorsqu' i l est s o r t i de l'Hospice un " y r a i " catholique, avec quelques pieces d'ar- gent cliquetantes dans sa poche, i l a commence' ses aven- tures picaresAcjues en I t a l i e , II vaut l a peine de ma part d'indiquer seulement que cette v i e bohemienne a inspi r e ou forme' l ' e s p r i t de l i b e r t e , l e manque de tenacite', et 1'amour de l a campagne. ITous voyons surtout son desir de trouver une consolatrice, quelqu'une qui prendra.it l a place de sa m^re, dont i l avait plus besoin que l a plupart des hommes. Hous pouvons l e suivre dans toutes ses experiences - dans tous ses postes, comme laquais, musicien, secretaire, instructeur. II n'a jamais oublie ces experiences de sa jeunesse car nous reconnaissons qu'elles ont aide a f o u m i r l a sub- stance de son oeuvre p o l i t i q u e : en vivant tout pres du paysan, du v i l l a g e o i s ou du bourgeois, l e jeune homme sen- s i t i f a ressenti bien des impressions ej en a c u e i l l i bien des i d l e s pour de t e l l e s oeuvres comme l e s P i scours et l e Contrat s o c i a l , Ces incidents de sa v i e sont analysis d'une maniere intime dans les Confessions. II y a par exemple son sejour sous l a protection de Mme, de Warens aux Charmettes ou i l -Xo- s'est i n s t r u i t de tous l e s genres de l a litte'rature et de toutes l e s formes du savoir. Quoique l e s environs fussent ideals pour l e progres dans son i n s t r u c t i o n , i l semble f o r t remarquable et curieux de v o i r ce jeune bohemien au m i l i e u de tant de t r a v a i l , subjugue k une d i s c i p l i n e rigoureuse .ap*' res avoir vagabonde l e long des rues et des sentiers de l ' l t a l i e et de l a Suisse. On 1 nous informe de l a portee de sa le c t u r e et de son i n t e r e t dans des idees progressives: 1 1enseignement de Telemaque, l a l i b e r t e de Rabelais, l 1emancipation de l'sane exprimegpar l e Pere Lamy, l e s t y l e r e a l i s t e des "Spectator Papers," l a louange et l a description de l a Nature chez Horace et V i r g i l e , l e s p o r t r a i t s , l e s lecons et l e pouvoir dramatique, de Corneille et de Moliere et surtout l a p h i - losophic de ses contemporains, de Newton, Montesquieu, Prevost, Marivaux et de V o l t a i r e . S i Rousseau e t a i t enerve par l e s t r a i t s romantiques, i l s'est mis \ s'en debarrasser aux Charmettes. II a quitte 1'avenue centrale du romantisme et i l a penetre dans une grande c a r r i e r e d'etudes serieuses. En fai s a n t a l l u s i o n ^ , l a maladie. de Rousseau, Schinz affirm© qu1. " i l ne mourut pas; mais son romantisme mourut. Les Charmettes sont l e supreme adieu de Rousseau au Romantisme'"0 La d i v i s i o n dans sa v i e 1. Josephson, op. ' c i t . , pp.98 - 100. 2. Schinz, op. c i t . , p.125. — v-l- est f o r t evidente mais i l n'a pas perdu l e s t r a i t s qu'on appelle 'romantiques's i l s sont devenus simplement moins im- portant s en face du developpement des interests plus se'rieux, aux problemes de 1'education et de l a p o l i t i q u e , A P a r i s Rousseau avait l a bonne chance de f a i r e l a con- naissance de deux femmes qui ont reconnu ses talents sous son exterieur gauche. C e l l e s - c i etaient Mme, d' Epinay, une ver i t a b l e Mme. du Chatelet, et sa belle-soeur, l a comtesse d'Houdetot. La compagnie b r i l l a n t e de salonnieres, f i n a n c i e r s , p h i - losophes et d' a r t i s t e s contrastait etrangement avec l e bas manage Levasseur ou frequ.entait le jeune Rousseau, Ce point de perplexite ajoute a l'enigme de sa v i e d£ja complexes mais ses actions sont plus c l a i r e s au sujet de There^se, s i l'on se souvient que Rousseau, homme p l e i n de p i t i ^ pour l e s i n - fortunds, a joue l e role d'un protecteur et s'est senti plus a l ' a i s e dans l e s cafe's du Quartier l a t i n . II vaut l a peine d'examiner ces impressions au-sujet de l a v i e salonniere et d'indiquer l'importance dans son oeuvre de ses rapports avec .les dandys et leurs compagnons, Halgre son de s i r de s'elever jusqu'a l a haute societe et au monde des l e t t r e s , son coeur reste parmi l e s amis de l a vi e rude et simple, II admet dans l e s Confessions que ses propres moeurs etaient sauvages et q u ' i l ^ t a i t f o r t d i f f i c i l e ' de s'ajuster a l a mode p o l i e des salons. Bans The're'se, d'autre part, i l a cru v o i r "une f i l l e sensible, simple et sans - 2.2- coquetterie" 1. Et i l pense, \ ce point de sa v i e , q u ' i l t r ouvait "dans The'rese l"e "supplement dont i l avait "besoin." 2 La j o i e dans l e s p e t i i ^ causeries et dans ses promenades avec Therese montre bien une aversion pour 1' honnete so- cie'te. En resumant cette p a r t i e de sa v i e , j 'ai ta^che de ra- masser l e s f a i t s importants qui expliquent son caractere au point de vue de son i n d i v i d u a l i t e . Nous avons dessine l a jeunesse, ou. 1'influence de son pere et des compagnons et de sa v i e vagabonde a acheve' a mettre l e "moi" en r e l i e f . Puis, apr^s 1'incident de Vincennes, nous verrons que cette q u a l i t e de 1'individualisme a commence a recevoir une im- portance prof onde dans son oeuvre. Les chapitres suivants se concerneront done d'une enquete dans ses oeuvres pour rendre plus c l a i r e l a s i g n i f i c a t i o n de l'homme i d e a l et pour decrire son m i l i e u . 1. Confessions, p.170. 2. Ibid., p.171. . CHAPITRE DEUX LA QUESTION MISANTHROPE Pourquoi devons-nous introduire dans notre discussion l a l e t t r e c6lebre de Jean-Jacques a, son ami D'Alembert? Comment pe u t - e l l e nous aider a resoudre l e probleme du type i d e a l de notre Eerivain? En reponse, nous devons a ffirmer que cette oeuvre, qui figu r e au moment c r i t i q u e de" sa, v i e , ou i l a renonce a ses l i e n s avec les"philosophes'i ajoute directement plusieurs f a i t s de valeur tendant *h l a solution de notre probleme. En repondant a l a proposition de d'Alembert, Rousseau nous revele son attitude non seulement envers 1'amelioration du theatre genevois mais aussi envers l a juste presentation des; caracteres, II est Evident, cependant, q u ' i l a en vue un type humain dont i l se sert comme norme de sa c r i t i q u e , Rousseau a ecrit' cette l e t t r e dans une humeur tires s^rieuse - plus serieuse que d'habitude; ses mots sont de'- libe'res, pathetiques, meme passionnes, car i l pensait que l a question, entamee par 1'Encyclopedie l e concernait per- sonnel! ement , II est f a c i l e de comprendre pourquoi Rousseau a e c r i t cette l e t t r e . Geneve, l a v i l l e de sa naissance et de son choix, tombait en danger et l u i , comme citoyen, se met- t r a i t en garde pour l a sauver. D'Alembert, V o l t a i r e et l e s autres philosophes, s'interessaient au theatre de Geneve. Les Encyclopedistes, surtout Diderot, d ^ s i r a i e n t v o i r l e succes du nouveau genre s o c i a l , l a trage'die larmoyante, et ces bons e s p r i t s voulaient cre'er une nouvelle voie pour l a propogation de leurs idees s o c i a l e s . V o l t a i r e , d'autre part, s ' i n t e r e s s a i t au theatre parce q u ' i l y f a i s a i t pre- senter ses propres pieces et on n'a pas t o r t de d i r e que ses actions l u i donnaient un ce r t a i n p l a i s i r personnel de v o i r l ' i n f l u e n c e corruptrice de ses oeuvres sur l e s e s p r i t s des bons citoyens. Dans ce seul ouvrage, Rousseau a termine ses relations avec l e s philosophes,' l i e n s tres f a i b l e s a cette epoque, I»'effet de l a p u b l i c a t i o n du l i v r e £tait imme'diate. Diderot, Madame d'Houdetot, :?D' A l ember t l e rej etaient avec mepris, V o l t a i r e est devenu querelleur, Saint Lambert, son meilleur ami,lui a rendu son manuscrit. 1 Pourquoi? La matiere de l'oeuvre e'tait trop c r i t i q u e touchant l e s innovations de ses anciens amis. Rousseau con- s t a t a i t que l e theatre courant avait une influence dangereuse sur l e s e s p r i t s des citoyens et suivant l e s dogmes de sa phi - losophic p u r i t a i n e , i l t r a v a i l l a i t avec energie pour assem- b l e r l e s forces du bien contre c e l l e s du mai. La premiere p a r t i e de l a . l e t t r e , qui t r a i t e l a question-le theatre peut- i l c o r r i g e r l e s moeurs? - nous revele son opinion sur l a con- duite des acteurs et de leu r influence sur l e peuple. D'abord, i l croyait sincerement que l e theatre devait enseigner l a vertu. Mais l e theatre de Geneve ne l e pou- v a i t pas, tandis que l e s moeurs des femmes sur l a scene etaient s i laches. II constatait que, dans les intrigues, 1. Josephson, op. c i t . , p # 2 5 8 . e l l e s domina.ient l e s hommes, et l e s jeunes hommes, se c r o - yant i n f ^ r i e u r s , sont p a r t i s du t h e a t r e et ont 6 t £ c o r r o m - p u s . C e t t e i n f l u e n c e m a l s a i n e a d e t r u i t a u s s i 1 ' u n i o n ha,r- monieuse des sexes dans l a f a m i l l e . Rousseau v o y a i t avec une c e r t a i n e h o r r e u r que l a mora le de"c l ina i t et que l a l i b r e maniere de" ces femmes en 6 t a i e n t r e s p o n s a b l e ; e l l e s e n s e i g n a i e n t aux hommes d'etre s p i r i t u e l s , ^le'ga.nts et a f f e c t e s a l ' e x c e s envers l e s femmes et de j o u e r avec l e s p a s s i o n s de 1 'amour. Done i l f a i t son a t t a q u e avec a r d e u r . C e t t e condemnation du th&a'tre ressemble beaucoup a c e l l e de Jeremy C o l l i e r (1650-1726) q u i a t t a q u a i t l e s v i c e s et l e s exc^s e f f r e n e s du theatre a n g l a i s pendant l a R e s t a u r a t i o n , mais J e a n - J a c q u e s v a p l u s l o i n qu'une c r i - t i q u e n e g a t i v e ; i l sugg^re une a l t e r n a t i v e . P a r exemple, on devra . i t j o u i r , en p l e i n a i r , des f e t e s p u b l i q u e s , du t i r au f u s i l s , des c o u r s e s , des s p o r t s , des p i q u e - n i q u e s et des p a r a d e s . II a c c e p t e meme l a danse p u b l i q u e . C e t t e a t t i t u d e de Rousseau , q u ' e s t - c e q u ' e l l e nous montre au s u j e t d'une s o c i e t e i d e a l e ? II y en a evidem- inent deux formes* c e l l e q u ' i l h a i t est c e l l e de l a grande v i j . l e ou de P a r i s , I ' a u t r e q u ' i l aime es t c e l l e de l a cam- pagne ou de Geneve. II p r e c o n i s e s u r t o u t qu'une s a i n e s o c i e t e b i e n o r g a n i s e d a i d e n a t u r e l l e m e n t au bon d e v e l o p p e - ment'.:moral d ' u n c a r a c t e r e p a r m i l e s membres de l a soc ie ' te . C ' e s t une pensee de l a R e p u b l i q u e de P l a t o n q u ' i l a d m i r a i t et q u ' i l e m p l o y a i t comme l a base de ses t h e o r i e s p o l i t i q u e s -27- et s o c i a l e s . D'Alembert maintenait que l e theatre pouvait c o r r i g e r l e s moeurs. C e s t - a - d i r e que l a piece pouvait p u r i f i e r et purger l e s maux des spectateurs par "Katharsis" ou par 1'in- s t r u c t i o n . Rousseau n'etait pas de cet a v i s . D ' a i l l e u r s , i l constatait que l e s sentiments etaient dans l e s specta- teurs avant q u ' i l s soient entres dans l a s a l l e du theatre- l e s acteurs ne donnaient pas les sentiments aux spectateurs. Tout ce que l e s acteurs pouvaient f a i r e , c'est de moderer un peu l e s emotions des assistants. II d i s a i t aussi que "bien des spectateurs ne comprenaient pas l e hut de l'auteur dramatique et i l s commencaient a, admirer d e s _ t r a i t s mepri- sables des personnages:- c e l a est v r a i , d i t - i l , pendant l a representation de Berenice. Tout ceci suggere que Rousseau e'tait, d'une certaine facon, pr6curseur de l a philosophic d ' i n t u i t i o n de notre temps, car i l croyait que l a volonte morale a ete fondle sur des i n s t i n c t s naturels et non pas d i r i g e e par des actions exterieures: c'est-a-dire que les sentiments sont supe- ri e u r s a, 1 ' i n t e l l i g e n c e dans l e s questions morales; sujet que Rousseau t r a i t e de nouveau dans L ' S m i l e . En arrivant au sujet du misanthrope nous devons i n d i - quer que Rousseau e'tait l e premier grand e'crivain a, recon- n a i t r e 1'importance dans l a v i e de ce personnage. II est important pour nous aussi parce que Rousseau, en f a i s a n t l e contrasts entre l e s caracteres de l a piece et en exprimant sa c r i t i q u e du traitement de Moliere, e'largit l'avenue vers notre but: l a comprehension de son type i d e a l . L'intention de Moliere dans la, crea.tion du Misanthrope e t a i t , comme toujours, de depeindre l e s faihlesses et l e s f o l i e s de son temps et de s a t i r i s e r d'une maniere agreable ses contempora.ins, Ses oeuvres, cependant, n'etaient point des c r i t i q u e s mediocres sans art, mais des chefi- d'oeuvres", bien construits, motives de personnages qui vivent dans leurs roles et qui durent pendant l e s s i e c l e s . Moliere est habile dans l a representation des carac- teres. On ne recommit pas son mepris ou son admiration \ propos d'un certai n sujet sur l e front de ses personnages, mais on l e s divine seulement en examinant avec soin l e s " c o n f l i t s des personnalite's et 1'enroulement de l ' a c t i o n . Dans l a creation du role d'Alceste par exemple, Moliere est tres s u b t i l a propos de son intention. Mais quoi q u ' i l e c r i v i t , on devait se souvenir d'abord de son devoir envers l e peuple comme auteur dramatique: c'est de f a i r e r i r e l e s spectateurs. Selon Faguet, " l e parterre alors n'aurait pu r i r e qu'aux depens de l'homme du monde et 1'intention de l'auteur e t a i t qu'on r i t aux depens du misanthrope""1* I I est apparent done que Moliere provoque l a c u r i o s i t e dans les esprits du lecteur et du spectateur au sujet du caractere d'Alceste en rep repentant l e prota- gonist e en r i d i c u l e . De l a meme maniere, Shakespeare a, cree un probleme autour du caractere d'Hamlet5 l u i et Moliere, i l s n'ont pas complete l a peinture de leurs personnages provoquants 1. ITaguet, E., Rousseau contre Moliere, P a r i s , Audih,' 1912 p.40. ou de l 'act ion de l a piece mais tout en nous laissant une piece incomplete, i l s pouvaient tous deux mettre en re l i e f les traits des caracteres et appuyer sur l'importance v i ta le de leurs sujets. En 1790, Pabred'Eglantine a produit sa come'die Le Phi l inte de Moli^re ou l a suite du Misanthrope dans laquelle Alceste retourne du desert pour se rendre en hate secours de son ami Phi l inte qu'on a arrete. Les personnages s'accomodent a l a situation pol i t ique. Phi l inte est 1 'aristocrate, Alceste, le f i l s de Rousseau et l'avocat, 1 ' incorruptible Robespierre. "Dans Fabre d'Eglant ine . . . .Alceste est devenu non settle- ment un genereux, un magnanime, mais un 'Don Q,uichotte' comme le l u i dit Ph i l in t e . Non seulement i l est sensible aux mal- heurs des autres et insensible aux siens, ceci est dans Rousseau, mais i l se desint^resse de ses affaires pour s'oc- cuper de celles des autres et ne songe jamais qu'a se perdre pour sauver autrui; i l est l'homme du perpetuel sacr i f i c e ." 1 • Selon Faguet done, Fabre a module son protagoniste sur un type revolutionnaire qui travai l le pour les autres en qualite d 'a l tru is te . En resume', Faguet compare les trois interpre- tations du type misanthrope. "Ne meprisez pas le misanthrope, dit Moliere; au fond de sa misanthropie, i l y a l a haine du faux et l a haine de l a complaisance aux merchants. 1. Faguet, op .c i t . p.72. ~3o- Estimez l e misanthrope, d i t Rousseau; on n'est misan- thrope que par amour de l a vertu, ce qui nous rend inebran- l a b l e aux coups du sort et compatissant aux hommes,_ s t o i c i e n et sensible; l a misa.nthropie est une b e l l e chose. Admirez l e misanthrope, d i t Eabre; on n'est misanthrope que par amour de l a vertu et quand on aime l a vertu, on est st o i c i e n , sensible et toujours en tr a i n de s a c r i f i e r ses hiens et sa vie a n'importe qui." Pour e l a r g i r l e sujet du caractere, examinons les per- sonnages d'Alceste et de P h i l i n t e . C e l u i - c i p a r a i t a Rousseau l'honn'ete homme typique de son temps, l ' i n d i v i d u des soirees chez Mme, d'Epinay. Dans La, L e t t r e , i l l e d ^ c r i t avec mepris; P h i l i n t e est "de ces gens : ^ i doux, s i modere's qui trouvent toujours que tout va bien parce q u ' i l s ont i n - te"ret que r i e n n ' a i l l e mieux; qui sont toujours contents de tout l e monde parce q u ' i l s ne se soucient de personne; qui, autour d'une bonne table, soutiennent q u ' i l n'est pas v r a i que l e peuple a i t faim; qui, l e gousset bien garni, trouvent f o r t mauvais qu'on declare en fa,veur des pauvres; qui de leur maison bien fermee, verraient v o l e r , p i l l e r , egorger, massa- crer tout l e genre humain sans se plaindre, attendu que Dieu l e s a dores d'une douceur t r ^ s meritoire a supporter l e s maux d'autrui."^ Ne'anmoins, P h i l i n t e est encore l e bon ami d'Alceste, 2. Fa^wet, o/i.citv p. 73. 2.. B a z a i l l a s , Albert," 37-"J» Rousseau, P a r i s . Plon, 1913,' 2 vol s . , v o l . 1., p.121 (La Lett r e sur l e s sy ectacles.) \ - 3/- l u i pardonnant presque tous ses e c l a t s q u e r e l l e u r s et l e defendant c o n t r e l e m e p r i s des a u t r e s p e r s o n n a g e s . Quoique P h i l i n t e semblat £ t r e l e . p - r o t a g o n i s t e de l a p i e c e aux s p e c t a t e u r s du 1 7 ° et du 1 8 ° s i e c l e , a cause de sa, p o l i t e s s e , de son e legance et de sa b i e n f a i s t a n c e , A l c e s t e r e c o i t l ' a / t t e n t i o n et 1'etude du l e c t e u r p e n s a n t . i - - M o l i e r e a cree' A l c e s t e ex t er i eu rem en t p o u r p l a i r e au p u b l i c , mais je pense que I ' a u t e u r dramat ique aura. i t ete' d ' a c c o r d avec Arnavon dans l a v r a i e i n t e r p r e t a t i o n de sa p e r s o n n a l i t e ' : I I e s t "1» i n c a r n a t i o n m§me de la. f r a n c h i s e , l e symbole d'une humanity d ' e l i t e qui, v o u l a n t l e "bien, se h e u r t e sans cesse \ 1 ' i n d i f f e r e n c e et a u m a l , s o u f f r e du tr iomphe de 1 ' i n j u s t i c e , defend l a v e r t u a u p r i x de ses p r o - p r e s i n t e r e t s et t r a n s i g e cependant a v e c ' l e monde, a f f i r m a n t a i n s i une f a i b l e s s e , que l a r a i s o n condamne d e p u i s des s i e c l e s et dont l a n a t u r e humaine n ' e s t p o u r t a n t pas p r e s de se l i b e r e r " 1 Peut-"etre v a - t - o n p l u s l o i n que M o l i e r e dans ses i n t e r p r e t a t i o n s mais ce sont l e s t r a i t s que Rousseau v o u l a i t y v o i r . On p e u t t i r e r que lques l i g n e s du t e x t e de l a p i e c e p o u r e c l a i r c i t ces p o i n t s . Dans l a p r e m i e r e scene nous remarquons l e theme de toute l a comedie dans l a c o l e r e et 1'amertume d ' A l c e s t e . 1 . A r n a v o n , J a c q u e s , L ' I n t e r p r e t a t i o n de l a come'die c l a , s s i q u e , Le M i s a n t h r o p e , P a r i s , P l o n , 1914. P h i l i n t e . "Q,u'est-ce clone? Q,ti'avez-vous?" A l c e s t e . " L a i s s e z - m o i j e vous p r i e " 1 et p l u s t a r d - P h i l i n t e . "Vous v o u l e z un grand mai a l a n a t u r e humaine ." A l c e s t e . " O u i , j ' a i concu pour e l l e une e f f r o y a b l e h a i n e . " 2 M a i s ce n ' e s t done pas "des hommes q u ' i l est ennemi ," d i t Rousseau, "mais d e . l a raechancete" des uns et du support que c e t t e mechancete' t r o u v e dans l e s a u t r e s - c a r , au f o n d , j e ne c o n n a i s p o i n t de p l u s grand ennemi des hommes que 1'ami de t o u t l e monde." A l c e s t e r a f f i n e c e t t e pensee dans une reponse a. P h i l i n t e (Acte 1 ° , scene 1 0 ° ) P h i l i n t e . . M a i s quand on est du monde, i l f a u t "bien que l ' o n rende Quelques dehors c i v i l s que 1'usage demande. A l c e s t e . E o n , vous d i s - j e , on d e v r o i t c h a t i e r , sans p i t i e , Cec commerce honteux de semblants d ' a m i t i e . 1 . A r n a v o n , ' o p . C i t . , p . 1 3 8 . 2 . I b i d , , p.145". 3 . B a z a i l l a s . o t ) . c i t M 10.120. ( L e t t r e sur l e s s p e c t a c l e s -33- Je veux que l ' o n s o i t homme, et q u ' e n toute r e n c o n t r e L e f o n d de n o t r e coeur dans nos d i s c o u r s se montre , Q,ue ce s o i t l u i q u i p a r l e , et que nos sent iments Ne se masquent jamais sous de v a i n s c o m p l i m e n t s . " 1 I I e s t e v i d e n t q u ' A l c e s t e d e t e s t e une fausse p o l i t e s s e . L a s i n c e r i t e dans l e s r a p p o r t s avec l e s hommes semble i H r e une q u a l i t y de haute importance a Rousseau et nous v e r r o n s dans 1 ' E m i l e que ce f a i t y r e c o i t un l a r g e t r a i t e m e n t . P o u r q u o i Rousseau c o n s i d e r e - t - i l l a q u e s t i o n m i s a n - t h r o p e comme un probleme p e r s o n n e l et p o u r q u o i r e p o n d - i l a, d ' A l e m b e r t d 'une facon t e l l e m e n t e n t h o u s i a s t e ? Ses manicures envers ses amis pendant 1'annee avant L a L e t t r e E t a i e n t d & s a g r l a b l e s et ameres . II s ' e s t souvent oppose aux voeux des E n c y c l o p e ' d i s t e s e t a e x c i t e "bien des f o i s l e u r mauvaise humeur. "Une f o i s , en mars 1757, ses r e l a t i o n s avec ses c o l - l egues sont devenues s i mauvaises q u ' i l a r e c u de D e l eyre un p e u de c o n s e i l : "Vous achevez de h a i r tous l e s hommes et l u i f i n i r a de A - - . l e s a i m e r . Me f a i s - j e entendre? Vous d e v i e n d r e z (Pardon , j e vous p r i e ) un M i s a n t h r o p e consomme', et v o t r e ami (p iderot ] ne s e r a p l u s p h i l a n t n r o p e . 1 . A r n a v o n , o p , c i t . , p . 142'. / 2 . De D e l e y r e , • M a r . 31 , 1757, Correspondence G e n e r a l e , v i i i , p . 2 3 8 . ; Done, nous reconnaissons l e double r'Sle de Jean- Jacques dans l a creation de cette l e t t r e : i l defend non seulement Alceste et sa noble attitude envers l e s hommes mais aussi Jean-Jacques lui-meme. II pouvait v o i r des c o n f l i t s dans l a v i e d'Alceste sem- "blables va ceux dont i l s o u f f r a i t lui-meme. Le protagoniste ne pouvait v i v r e compatiblemeht avec l e s personnes de sa connaissance, avec P h i l i n t e , Oronte, Acaste et Clitandre; Rousseau perdait l'amitie de Diderot, de D'Alembert et de St. Lambert. II f a l l a i t evidemment c h o i s i r entre une re- c o n c i l i a t i o n avec ses amis (ce qui e'tait question de renon- c i e r a, ses vues), et une f u i t e "dans un desert" ou. i l pou- v a i t §tre sincere a ses ide'als. Un plus grand c o n f l i t dans le coeur d'Alceste se trouve dans ses relations avec Celimene. Son ame brulante d6sire son amour, mais encore son attitude envers l a societe s'in- terpose et i l se met en.colere parce qu'elle ne veut pas re- noncer a l a v i e salonniere. (Acte 5, Scene 4.) "HeJ l e puis-je t r a i t r e s s e ? Puis-je a i n s i triompher de toute ma tendresse? E$t quoique avec ardeur je v e u i l l e vous haxr, Trouve-je un coeur en moi tout pret a m'obe'Ir?""1" 1. Arnavon, op.cit., p.281. A c e t t e epoque t u r b u l e n t e , c e c i p o u v a i t £ t r e l e t o n de J e a n - J a c q u e s envers ses deux amies Mmes. d 'Houdetot et d ' E p i n a y . B r e f , Rousseau se s e n t a i t o b l i g e de se d^fendre devant l e s i e c l e . II d e v a i t p o u r s u i v r e un de ces proce*des: p r o u v e r q u ' i l n ' ^ t a i t pas misanthrope ou b i e n e x a l t e r l e s q j a a l i t e s d ' A l c e s t e et de lu i -meme , II en a c h o i s i l e deuxieme, c a r ces arguments s ' a d a p t a i e n t p l u s f a c i l e m e n t a sa p r o p r e p h i l o s o p h i e , v a ses prop res i d e a l s q u i se f o r - mal ent -dans son e s p r i t b r i l l a n t . II e s t v r a i que M o l i e r e a exage^re l e s q u a l i t e s d ' A l c e s t e , et a montrfe une p r e f e r e n c e pour l a vue mondaine de l a s o c i e t e , mais i l y a un aspect de l a misanthrop ie - q u ' i l met en r e l i e f et que nous s a i s i s s o n s pour aj o u t e r a l a d e l i n e a t i o n du type i d e a l . A l c e s t e s ' i n t e r e s s e a tout dans l a v i e e t contemple c o n t i n u e l l e m e n t l e s d e s o r d r e s de l a soc ie te ' . II d6tache se p r o p r e s d e s o r d r e s de lui-meme p o u r f i x e r son a t t e n t i o n l e p l u s s u r l a race humaine. Le r ^ s u l t a t : 1 ' e l e v a t i o n du c a r a c t e r e , l a p i t i £ s o c i a l e , l e courage , et l a s u p p r e s s i o n de 1 ' a m o u r - p r o p r e . Ce sont l e s q u a l i t e s que v o i t Rousseau dans son c a r a c t e r e . E t meme s ' i l a des f a u t e s , " i r r i t a b i - l i t y , emportement, o u t r a n c e provoqu^e p a r l a c o n t r a d i c - tion," on d o i t l ' e s t i m e r t r e s f o r t ; i l e s t l e p l u s honnete , l e p l u s v r a i , l e p l u s s i n c e r e , homme de l a p i e c e . " 1 1. E a g u e t , o p . c i t . , p . 5 0 . "Faguet d e c r i t a.dmirablement sa n a t u r e ; " i l es t avant t o u t ami de l a v e r t u et ennemi de tous l e s v i c e s ; i l n ' e s t pas de tac l i e , et l e s v i c e s dont i l est v i c t i m e , i l ne l e s i g n o r e pas p a r c e q u ' i l s l e l e s e n t , ce qu i s e r a i t p r o b a h l e - ment une t r e s grande a f f e c t a t i o n et encore i l es t detache suff isamment pour que l e s moyens o r d i n a l r e s , que l ' o n a p o u r c a p t e r un homme, s o i e n t p a r f a i t e m e n t i m p u i s s a n t s sur l u i . I I est done v a l a f o i s t r e s n o b l e et t r e s v r a i . " V o i l a . 1 ' A l c e s t e concu p a r Rousseau; i l es t 1'ennemi de l a s o c i e t e non pas p o u r la, d e t r u i r e mais p o u r l a coa?ri- g e r . I I e s t grand homme mais a, cause de son v e ' r i t a b l e g e n i e , i l ne petit s'accommoder a.ux moeurs de son s i e c l e . Rousseau a concu un homme i d e a l mais i l e s t e'vident > - que l e m i l i e u p o u r c e t homme d o i t e t r e une c r e a t i o n s p e c i a l e a u s s i . C ' e s t mon d e v o i r a l o r s de d e c r i r e son o r g a n i s a t i o n p o l i t i q u e et s o c i a l e t r o u v e e dans l e s D i s c o u r s et dans l e Contract s o c i a l . E a g u e t , o p . c i t . , p . 2 6 . Chapitre 3 . Penseur p o l i t i q u e . L e s oeuvres p o l l t i q u e s de J . - J . Rousseau ne sont pas nonibreuses mais e l l e s sont imposantes . Je ne c i t e que l e s p l u s i m p o r t a n t e s pour no t r e etude; a s a v o i r , l e s deux D i s c o u r s , l ' E c o n o m i e p o l i t i q u e et l e C o n t r a t s o c i a l * Ces o e u v r e s , qu i c o u v r e n t l a pe"riode, de 1749 a 1762, sont r e - m a r q u a b l e s , dans une etude de Rousseau, a cause de l e u r c o n t r a d f t i o n e v i & e n t e . En examinant l ' e n i g m e , S c h i n z a f - f i r m e ; on "peut d i r e que t o u t e l a theor ie . p o l i t i q u e de Rousseau e s t exposee en quelque s o r t e a r e b o u r s ; de . sorte que, quand on l i t l e C o n t r a t s o c i a l , on sent b i e n l a v e r i t e ' q u i est l a , m a i s p o u r quelque r a i s o n , dont i l e s t d i f f i c i l e d ' a b o r d de se r e n d r e compte, on e s t absolument p e r d u ; t o u t ce que Rousseau d i t e s t j u s t e , mais c e l a paralN; faux . -" 1 L ' a n o m a l i e se t r o u v e dans l a c o n t r a d i c t i o n de ses vues i n - d i v i d u a l i s t e s en f a c e de ses vues c o l l e c t i v i s t e s ; une ques - t i o n q u i es t un p o i n t important dans n o t r e etude e t qu i me- r i t e un t r a i t e m e n t u l t e " r i e u r . M a i s en d e p i t des a c c u s a t i o n s f r e q u e n t e s que Rousseau a apparemment c h a n g i ses vues p o l i t i q u e s , i l y a une o p i - n i o n p a r m i c e r t a i n s c r i t i q u e s , que j ' e s t i m e b i e n , que dans; l ' o e u v r e de J . - J a c q u e s Rousseau, on peut t r o u v e r une l i a i s o n de pensee , une u n i t e de p l a n et de s e n t i m e n t . B e a u l a v o n l a p r e s e n t e a i n s i . II y a " l a meme pensee m a i - t r e s s e , une idee m o r a l e , l ' i d e e de n a t u r e . . . . . L e s deux 1. S c h i n z , o p . c i t . p . 399. D i s c o u r s e t l a L e t t r e a, d ' A l e m b e r t , montrent a q u e l s maux l'homme est l i v r e " l o r s q u ' i l s ' e l o i g n e de l a N a t u r e ; 1 ' E m i l e s ! e f f o r c e d ' y ramener 1 ' i n d i v i d u p a r 1 ' e d u c a t i o n ; l a N o u v e l l e H e l o i s e p a r la , p r o f o n d e u r et l a s i n c e r i t e de l a p a s s i o n ; l e C o n t r a t - s o c i a l t e n t e de c o n s t r u i r e une s o c i e t e conformed a l a raison."- ' - L ' o u v r a g e , q u i ne semble pas se conformer a u r e s t e de ses o e u v r e s , e s t l e C o n t r a t s o c i a l . Neanmoihs,, ses idees es - s e n t i e l l e s a i d e n t a f o r m e r un systeme, d i f f i c i l e a, comprend- r e , d i s c u t a b l e et meme s i n g u l i e r , mais c o h e r e n t , p r o f o n d et c o m p a t i b l e , 2 L a d i f f i c u l t £ se p r e s e n t e l o r s q u e l ' e c r i v a i n change son a t t i t u d e dans l e Contract s o c i a l . L e s D i s c o u r s condamnent l a s o c i e t e , et e x a l t e n t 1 ' i n d i v i d u ; l e Contract c o n s t r u i t et l o u e l a s o c i e t y et semble j soumettre 1 ' i n d i v i d u . Nous d i s o n s "semble" p a r c e que l e s u j e t de l a s u p p r e s s i o n de 1 ' i n d i v i d u , s i on 1 ' e t u d i e , r e v e l e que lques p o i n t s d ' e x p l i c a t i o n ; v e r s la, s o l u t i o n de l ' e n i g m e . Comme d i t Beaula,von, pour i n d i q u e r pr^c i s ement l e prob leme: "Ne p e u t - o n c o n c e v o i r , imag iner une socie' te ou chaque i n d i v i d u t r o u v e r a i t , sous l a ga,ra.ntie p u i s s a n t e de la , f o r c e s o c i a l e , l e p l e i n r e s p e c t de ses • d r o i t s et l e s c o n d i t i o n s f a v o r a b l e s a 1 'epanouissement de s a n a t u r e mora.le*" 1. Rousseau , J e a n - J a c q u e s , Du Contra ," t ' soc ia l , p u b l i e pa.r Georges B e a u l a v o n , R i e d e r , i y l 4 , p . b 4 . 2. B e a u l a v o n , op., c i t . p . 1 3 . 3. B e a u l a v o n , . o p . c i t . p . 2 4 . En d'autres termes, l'homme naturel, suggere dans Les Discours, comment p e u t - i l s'ajuster \ l a societe cree'e dans l e Contra, t social? Mais nous laisserons un traitement de ceci jusqu'a l a f i n du chapitre, et \ sa place nous nous /paxe- parerons.: a cette discussion en examinant plusieurs sujets r e l a t i f s : l'homme naturel, l a socie'te" n a t u r e l l e , l e nouveau Rousseau, l e point de vue negatif des Di scours, l e nouvel etat, l ' i n d i v i d u dans cet etat, et enfin une app l i c a t i o n a c t u e l l e . D'abord, l'homme naturel n'est pas un sauvage, quoique l e premier Discours suggere ce point de vue. II ne l ' e s t point. Rousseau, lui-meme, nous previent contre cette fausse conclusion. En "voulant former l'homme de l a nature, i l ne s'agit pas pour cela d'en f a i r e un sauvage et de l e releguer au fond du boi s , " Hon, l'homme naturel doit jbuer son role comme membre de l a socie'te, ou selon J,-Jacques, i l deviendra une p a r t i e du " t o u r b i l l o n social." 1 Alors, l e m i l i e u est c h o i s i , quelle sorte d'homme est- i l ? son createur maintient que "l'homme naturel est tout pour l u i ; i l est l'unite' nume'rique, l ' e n t i e r absolu, qui n'a de rapport qu'a, lui-me\ne ou a son semblable!'2 L'homme naturel semblerait avoir une personnalite^ p a r t i c u l i ^ r e , des 1. OEuvres, X T , 558, (Emile, T V ) 2. OEuvres, 11, 401.(Emile, 1) t r a i t s d e f i n i s , ou comme Babbitt l'exprime; "the famous 'return to nature' means i n practice the emancipation of the ordinary or temperamental s e l f that had been thus a r t i f i - c i a l l y c o n t r o l l e d . " 1 n est done evident que "l'homme naturel" est un terme pour un §tre d e f i n i t i f , un i n d i v i d u l i b r e . dans sa pensee et son action. Pour @tre membre du " t o u r b i l l o n s o c i a l , " ce type de Rousseau j o u i t d'une balance de deux qualite's: lfamour:: de soi et l a p i t i e . Le premier sentiment, elemental dans son inte"rieur, d o i t - r e s t e r simple (et non pas changer en amour-propre): l e deuxiemie aide a empe^cher ce changemeht en dirigeant son attention vers ses amis et ses v o i s i n s . II est evident que "l'homme naturel" commence a se manifester en caractere complexe. Et c'est l e cas. Car Rousseau a forme' dans son esprit un personnage capable de s'adapter a l a v i e complexe de l a societe. C'est mon opinion que son homme i d e a l ne recoit son traitement complet que dans l'Bmile et l e Contrat s o c i a l . Pendant que son oeuvre muris- s a i t , i l a j o u t a i t des-traits de plus en plus vers l a perfec- t i o n de son type i d e a l . Par exemple, i l suggere l a progres- sion de l'homme dans cette c i t a t i o n : l'homme c i v i l n'est "qu'une unite f r a c t i o n n a i r e qui t i e n t au de'nominateur, et 1. Babbitt, Irving, Rousseau and Romanticism. Boston, Houghton M i f f l i n , 1919, p.45. dont l a valeur est dans son rapport avec l ' e n t i e r , qui est l e corps s o c i a l . Les "bonnes i n s t i t u t i o n s sociales sont c e l l e s qui savent l e mieux denaturer l'homme, l u i 6ter son existence absolue pour l u i en donner une r e l a t i v e , et transporter l e moi dans 1'unite commune...., Un citoyen de Rome n' e t a i t n i Caius, n i Lucius; c ' e t a i t un Romain....."1 V o i l a une phase du caractere de l ' i n d i v i d u : l a conformite a l ' e t a t . Selon l a societe est done un element important et nous pouvons penser a cette question: quelle est l a societe' naturelle? Rousseau nous enseigne que l a seule socie'te'' v r a i - ment na t u r e l l e est l a f a m i l l e ; toutes l e s autres doivent etre cree'es. Sa propre creation se trouve dans le Contrat s o c i a l . , V o i c i l e s ide'es generales de cet ouvrage. Toute l a volonte du peuple se trouve dans l a souverainete; chaque in d i v i d u s'unit, sous l e s regies du contrat, au corps p o l i - tique, et obeit a ses decisions. Le point s i g n i f i c a t i f . e s t que l a volont^ generale du peuple reste supreme. La forme de l a souverainete' se modifie selon l e type du peuple, l e climat, l e s conditions; e l l e peut se composer d'une seule personne, de deux, t r o i s ou d'un grand nombre tant que l e s premieres s t i p u l a t i o n s restent i n v i o l a b l e s . 1. OEuvres, I T . , 401, (Emile, T) Le point qui nous frappe et qui touche notice etude a fond, est l a r e l a t i o n de l ' i n d i v i d u a, cette forme de' l ' e t a t . L ' i n d i v i d u semble perdre sa propre volonte et i l est englouti dans l a volonte generale; i l perd son v e r i - i table "moi". L'organisation p o l i t i q u e du temps de Rousseau e t a i t c e l l e de Ric h e l i e u et 1'heritage du 17° s i e c l e . Le r o i e t a i t supreme, ses decisions f i n a l e s ; ses ministres, quoiqu'influents, n'avaient aucune securite de tenure et etaient domines dans leurs fonctions par l a volonte' royale. Les nobles perdaient ou avaient perdu leurs possessions de campagne, et ont ete force's a demeurer a V e r s a i l l e s dans une socie'te a r t i f i c i e l l e et affectee. En d'autres termes, l e r o i a c e n t r a l i s e l e pouvoir de l ' e t a t pour que sa propre volonte exercat l a plus grande influence dans l e s a f f a i r e s p o l i t i q u e s et s o c i a l e s . Comme l'aff i r m e de Tocqueville " l e gouvernement central se substituait a tous l e s pouvoirs locaux et remplissait.de plus en plus toute l a sphere de l ' a u t o r i t e publique. "-1- L ' h i s t o r i e n indique aussi 1'indifference des nobles et du r o i aux choses r e l a t i v e s aux peuples. - (sauf l a percep- t i o n des impots). " I l s gardaient jusque dans 1'abandon de leur ancient pouvoir quelque chose, de cet orgueil de leurs p^res, aussi ennemi de l a servitude que de l a regie. I l s ne se preoccupaient guere de l a l i b e r t e generale des citoyens, 1. De Tocqueville, Alexis, L'Ancieh Regime, "Oxford, Clarendon, 1916. 6d» Headlam, G. W., p.115. et souffraient volontiers que l a main du pouvoir s'appesantit tout autour dieux...."-1- E t plus tard i l s*imagine entendre p a r l e r l e s nobles: "Nous aimons mieux p a r l e r a des francs qu'a des serfs.'" 0 Tel e t a i t l ' e t a t p o l i t i q u e de l a France a 1'epoque de J.-Jacques. Quelle grande influence exercaient ses idees revolutionnaires: idees d'un homme l i b r e et d'une organisa,- t i o n decentralisee dont l a v o l o n t l generale repre'sentait l a volontS commune du peuple! II n'est pas estrange cependant que l e s doctrines de Rousseau soient devenues sacrees pendant l a Revolution et que l'homme, lui-meme, so i t devenu un martyr et un v e r i t a b l e dieu aux yeux des classes i n f e r i e u r e s . Avant de retourner au Contrat s o c i a l , examinons un peu l ' e s p r i t de J.-Jacques dans l a periode productive de ses oeuvres p o l i t i q u e s . Le point l e plus interessant est 1'in- cident de sa reconnaissance des maux humains (selon l e s Confessions) sur l a route de Vincennes apres q u ' i l a l u l e * — — — — — — — f sujet d'un essai propose par l'Academie de Dijon. "A 1'in- stant de cette l e c t u r e , [nous explique Rousseau) je v i s un autre univers et je devins un autre homme....C'est une des singularite's de ma memoire... .arrivant a Vincennes, j ' e t a i s dans une ag i t a t i o n qui teno i t du d e l i r e . Diderot l'apercut:"^ 1. Headlam, op.cit . , 117. 2. Ibid., 124. 3. "Si l e progres des sciences et des ar t s a contribue a, corrompre ou a epurer l e s moeurs." 4. OEuvres, I, p.181.(Confessions, I I , v i i i . ) Evidemment c * e t a i t me s o r t e de me'taniorphose r a p i d e q u i ^ a change t o u t e sa v i e . M a i s n ' e s t - c e pas un peu s i n g u l i e r ? . . Assurement , Rousseau m e d i t a i t sur une t e l l e etude avant c e t t e c r i s e . E t p u i s , c ' e u t e t e , p e u t - e t r e , une c o n d i t i o n subcon- sciente-*- q u i n ' a v a i t b e s o i n que de c e t t e p e t i t e i n s p i r a t i o n p o u r son e x p r e s s i o n exte"rieure. De V i g n y p r e s e n t e l a meme i d e e dans l a p r e f a c e de C h a t t e r t o n " L a , dans 1 ' i n t e r i e u r de sa t£te b r u l e e se forme, s ' a c c r o i ' t que lque chose de p a r e i l a un v o l c a n . L e f e u couve sourdement et lentement dans ce e r a t e r e . 0 , . M a i s l e j o u r d ' ^ r u p t i o n , l e s a i t - i l ? " 2 E n tout ca,s, un nouveau Rousseau e s t ne.. I I est devenu un penseur p o l i t i q u e d e s t i n e a, i n f l u e n c e r t o u t l e monde. I I a r e n o n c ! a son e x i s t e n c e romant ique et. e s t devenu l e cre'a- t e u r des D i s c o u r s et du C o n t r a t s o c i a l dont l e s deux p h i l o - soph ie s sont s i opposees q u ' i l vaut l a p e i n e de l e s d e c r i r e p a r l e s p h r a s e s a d m i r a b l e s de Beaula ,von. "Rousseau, n ' e s t - c e pas en e f f e t , avant t o u t , l'homme du s e n t i m e n t , 1'ennemi de l a r a i s o n ra i sonna ,n t , des systemes et des p h i l o s o p h e s ? O r , l e C o n t r a t s o c i a l es t un systeme, une l a b o r i e u s e c o n s t r u c t i o n de r a i s o n n e m e n t s . . . . "Roussea.u, c ' e s t encore l'homme de la . n a t u r e , l e ' sauva.ge R o u s s e a u ' , l ' e n n e m i de l a s o c i e ' t e . . . . L'homme e s t ne" 1 . Anna le s de l a S o c i e t e ' J e a n - J a c q u e s Rousseau, Geneve J u l l i e n , v i i , 1911. 2 . de V i g n y , A l f r e d , C h a t t e r t o n , O x f o r d , E l a r e n d o n , 1935, e d . L a u v r i e r e , E , , '~~p .6 . bon, c'est l a socie'te qui l ' a corrompu; --- or, l e Contrat s o c i a l est une apologie de l a socie'te'': l a saintete' de l a l o i <>.... "Rousseau enfin, c'est l'homme de l a liberte': nul n'a pousse' plus l o i n l a fierte', l a ja l o u s i e de l'indep endance:.. • Or, l e Contrat s o c i a l s eleve au-dessus de l ' i n d i v i d u l a souveraine autorite- de .1' £tat. 1 , 1 Sa me'thode de raisonner suivant l a c r i s e de Vincennes, est semblahle k c e l l e des autres philosophea d© son temps. G ' e t a i t un v r a i carte'sien, qui raisonnait jusqu'au "bout de son probleme^ apres avoir a f f i r m ^ une chose en termes gene'raux. Par exemple, i l d i t dans l e premier Piscours; "Tout est hien, sortant des mains de l'Auteur des choses, tout degenere entre l e s mains de l'homme" et dans le Contrat s o c i a l , "L'homme est n6 l i b r e et partout i l est dans l e s f e r s . " Cette methode de raisonnement au temps des Discours s'accomodait a sa condamnation generale de l a socie'te et du progres humain. Le resultat e t a i t une oeuvre p o l i t i q u e pleine d'id^es negatives sans espe'rance. Ceci n f e t a i t point l e Rousseau constructif et pratique, qu'on admire dans l e Contrat s o c i a l . Comme remarque Vaughan " I t i s not a c a l l to p o l i t i c a l action. I t i s not a theory of p o l i t i c a l Right. It i s the hopeless voice of the prophet crying i n the wilder- ness; the despondent wail of the moralist denouncing e v i l s • 1. Beaulavon, op..cit,, p.9. which neither he nor any other man has the power to remove. U 1 Les contemporains de Rousseau, surtout l e s esprits f o r t s du mouvement philosophe, etaient du meme avis, car i l s ont attaque' son revirement et sa renonciation evidente a leur groupe. V o i l a un exemple de ses d i c t a j "Peuples, sachez done une f o i s que l a nature a voulu vous preserver de l a science, comme une rn^re arrache une arme dangereuse des mains de son enfant," 2 Rousseau, l e plus sincere des hommes, preparait, pense-je, ses lecteur s a, sa nouvelle socie'te', II avait con temple sa creation ideale pour un grand nombre d'annees avaht l a pub- l i c a t i o n du Contrat s o c i a l , ^ Les correspondances sur cette a f f a i r e revelent clairement sa s i n c e r i t e . "Je scais d'avance avec quels grands mots on m'attaquera. Lumieres, connois- sances, l o i x , morale, raison ... A tout cela, je ne reporidrai que par deux autres mots, qui sonnent encore plus f o r t a mon o r e i l l e . Vertu, v e r i t e l M'ecriai-je sans cesse; v e r i t e , ver- t u . S i quelqu'un n Tapercoit l a que ces mots, je n'ai plus r i e n a. l u i d i r e . " 4 1. Vaughan, C. E.., The P o l i t i c a l Yifritings of Jean-Ja,c que s Rousseau,'Cambridge, U n i v e r s i t y Press, 1915, 2 v o l s . , v o l . 1, p.12. 2. OEuvres, I, 469. (D. sur l e s Sc. et l e s A.) 3. Lettre a Roustan, Correspondance Geneyale, Dec. 23, 1761, Vaughan, p.21. 4 » Cor. G. I. p.116, a M. l'abjbe Raynal, auteur du Mercure, 1751. Nous a r r i v o n s maintenant a un examen p l u s i n t i m e du C o n t r a t , c a r , c ' e s t l a - d e d a n s qu 'on v o i t ses vues mures au s u j e t de l ' i n d i v i d u et de l ' e t a t . D ' a b o r d , on accepte ne'- c e s s a i r e m e n t que l ' i n d i v i d u ne p e u t pas e x i s t e r s e u l dans un m i l i e u c i v i l i s e ' . Vaughan exprime c e c i b i e n . "No S t a t e , w h i c h s h o u l d c l e a v e c o n s i s t e n t l y to i n d i v i d u a l p r i n c i p l e s c o u l d h o l d t o g e t h e r f o r a moment. And i t i s v e r y c e r t a i n t h a t no S t a t e , of w h i c h t h i s c o u l d t r u l y be s a i d , has e v e r e x i s t e d . The ' n o b l e savage' o f the second D i s c o u r s e and he i s y o u r o n l y t h o r o u g h - b r e d i n d i v i d u a l i s t - - must have r u n w i l d i n h i s n a t i v e woods to the end o f t i m e . He i s the r e d u c t i o ad absurdum of h i s t r i b e , " l Nous avons v u que Rousseau e x a l t e l ' i n d i v i d u m a i s , pour a s s u r e r son e x i s t e n c e dans un e t a t , i l l u i permet d'etre a v a l e e t absorbe p a r sa d i s c i p l i n e et sa l o i . C e t t e a t t i t u d e de Rousseau v i e n t apparemment de sa l e c t u r e dans l a R e p u b l i q u e de P l a t o n , ou l ' e t a t est preclominant dans t o u t e s l e s choses et l ' i n d i v i d u se conforme au p l a n p o l i t i q u e . 2 L ' o p i n i o n de S c h i n z est de v a l e u r dans c e t t e d i s c u s s i o n . "Comme dans l e cas de l a g u e r r e , Rousseau a r a i s o n ; l ' i n d i v i - du gagne au marche; £ p a r c e q u ' i l est absorbe dans l ' e t a t | i l e s t p r o t e g e c o n t r e l e s a s s a s s i n s , et p a r consequent , s ' i l l e d e v i e n t lu i -meme, i l d o i t m o u r i r a u s s i . M a i s gardez aux mots 1, Vaughan, o p . c i t . , 1 9 . 2. I b i d . , 55. un sens , et l ' i n d i v i d u n ' a pas a c q u i s une l i b e r t e ' ; au c o n t r a i r e , i l a p e r d u sa l i b e r t e ' , i l l ' a echange'e c o n t r e sa s e c u r i t e . " 1 M a i s l ' i n d i v i d u d o i t a v o i r p l u s que l a se'curite' . On d o i t e t r e p r e c i s e t c e r t a i n sur ce p o i n t p a r c e que Rousseau ne v o u l a i t pas que l ' i n d i v i d u p e r d l t sa l i b e r t e ' , son prop re d r o i t d ' e x p r e s s i o n . II pre"che c e t t e d o c t r i n e non seulement dans 1 ' E m i l e mais dans l e C o n t r a t . II e s t v r a i q u ' i l ex- pr ime rarement c e t t e i d l e dans ce l i v r e - c i c a r son probleme p r i n c i p a l e t a i t de c l a r i f i e r l e s d e t a i l s d e l ' o r g a n i s a t i o n p o l i t i q u e , done i l appu ie constamment s u r une s eu l e pens le^ l a souvera ine te ' et l a v o l o n t e gene'rale . M a i s i l n ' o u b l i e pas completement l a q u e s t i o n de l a l i b e r t e dans son no'uvel e t a t , II d i t au debut de son t r a i t e que son p l a n est de " t r o u v e r une forme d ' a s s o c i a t i o n q u i defende et p r o t e g e de t o u t e l a f o r c e commune l a personne et l e s b i e n s de chaque assoc ie ' , e t p a r l a q u e l l e chacun, s ' t i n i s s a n t a t o u s , n 'obe' lsse p o u r t a n t q u ' a lui-meme et r e s t e a u s s i l i b r e q u f a u p a r a v a n t - t e l est l e prob leme fondamenta l dont l e C o n t r a t s o c i a l donne l a s o l u t i o n . 1 " 0 1. • S c h i n z , op . c i t . , 398. 2 . O E u v r e s , I. 644. ( C o n t r a t s o c i a l ) , I, 6. I I a p r e p a r e l a v o i e a c e t expose dans un • t r a i t e sur l ' E t a t de Guerre q u ' i l a e c r i t , c r o i t - o n , - 1 - j u s t £ avant 1 7 5 9 » L a d i f f e r e n c e de 1 ' a r t l iumain a 1 'ouvrage de l a n a t u r e se f a i t s e n t i r dans ses e f f e t s . L e s c i t o y e n s ont b e a u s . 'appe ler membres de l ' E t a t , i l s ne s a u r a i e n t s ' u n i r - a . l u i comme de v r a i s membres l e sont a u c o r p s ; i l e s t i m p o s s i b l e de f a i r e , que chacun d'eux n ' a i t pas une e x i s t e n c e i n d i v i d u e l l e e t separe~e, p a r l a q u e l l e i l petit s e u l s u f f i r e v a sa p r o p r e c o n s e r - v a t i o n . . . . ' " ° Rousseau a compr i s que l a v o l o n t e i n d i v i d u e l l e est a u s s i i m p o r t a n t e que l a v o l o n t e g e n e r a l e , mai s i l a c l i o i s i de d i s - c u t e r chaque s u j e t dans l e s oeuvres separees ; c ' e s t - a - d i r e , 1 ' E m i l e et l e C o n t r a t s o c i a l . L e s dates de l a p u b l i c a t i o n de ces deux l i v r e s ne sont s l p a r e e s que de 3 mois j - chose t r e s s i g n i f i c a t i v e dans l e u r i n t e r p r e t a t i o n . I I e s t f o r t p r o b a b l e que I ' u n complete l e sens de I ' a u t r e ; ce que l ' u n a n^gl ige^ I ' a u t r e peut f o u r n i r . M a i s meme apres c e t t e u n i o n i l n ' y a pas de consommation p a r f a i t e . I I e s t v r a i que l e r o l e de l ' i n d i v i d u n ' e s t pas d i s t i n c t parmi l e s gene 'ra l i t e s c a r t e s i e n - nes du C o n t r a t et de l a meme fa-c^on, l e r# l e de l ' e t a t n ' e s t pas c la . i rement d e p e i n t dans 1 ' B m i l e . ITous o f f r o n s done que l e c h e f - d ' o e u v r e de Rousseau a u r a i t e t e ' c e l u i q u i e x p l i q u a t en detai l et en r e a l i t e ' l e s r a p p o r t s e n t r e l ' i n d i v i d u et l ' e t a t c o l l e c t i f . M a i s t o u t ce que nous pouvons f a i r e e s t de c o n - j e c t u r e r au s u j e t de l e u r s l i e n s e t de l e u r s a c t i v i t y ' s . 1 . Vaughan, o p . c i t . , 283 . 2 . Vaughan, o p . c i t . , 298. 1 - 5 7 - Pour revenir au Contrat, nous trouvons t r o i s conditions sous lesquelles l ' i n d i v i d u peut j o u i r de l a l i b e r t e l D'abord, l ' e t a t ne demande que les possessions necessaires.. "on convient que tout ce que chacun aliehe, par l e pacte s o c i a l , de sa puissance, de ses biens, de sa liberte', c'est seulement l a p a r t i e de tout cela dont 1'usage importe a l a communaute; mais i l faut convenir aussi que l e souverain seul est juge de cette importance,"! Deuxiemement, l a l o i cre'e et supprime l a l i b e r t e , "Par quel art inconcevable a-t-on pu trouver l e moyen d'a s s u j e t t i r l e s hommes pour l e s rendre l i b r e s ? . . . . Comment se p e u t - i l f a i r e q u ' i l s obeissent et que personne ne commande, q u ' i l s servent et n'aient point de maitre; d'autant plus l i b r e s en e f f e t , que, sous une apparente su j ^ t i o n , nul ne perd de sa li b e r t e ' que ce qui peut nuire a c e l l e d'un autre? Ces pro- diges sont l'ouvrage de l a L o i , 1 " 0 E n f i n , pour assurer l e bien-etre de l ' e t a t , l e le'gis- l a t e u r , un £tre d i v i n aux yeux de Rousseau, montre l'avenue vers sa liberte'. "Celui qui entreprendra d ' i n s t i t u e r un peuple doit se sentir en etat de changer pour a i n s i d i r e l a nature humaine, de transformer chaque individu, qui par l u i - meme est un tout p a r f a i t et s o l i t a i r e , p a r t i e d'un plus grand tout dont cet i n d i v i d u recoive en quelque sorte sa v i e 1 # OEuyres, I, 650, (Contrat s o c i a l , I I , IV) 2. Vauiflhan, op,cit,, 245. (Economie p o l i t i q u e ) et son etre;,.. II n'y a pas de doute de 1'importance de l ' i n d i v i d u dans l'e'tat d i r i g e sous ce contrat s o c i a l . Rousseau souligne ce point dans 1'Economic -politique, un traite' qui est presqu'un resume de sa plus gra,nde oeuvre p o l i - tique, l e Contrat s o c i a l . "En e f f e t , 1'engagement du Corps de la, na,tion n ' e s t - i l pas de pourvoir a. l a conservation du der- n i e r de ses membres avec autant de soin qu'\ c e l l e de tous l e s autres? et l e salut d'un citoyen e s t - i l moins l a cause com- mune que c e l u i de tout l ' E t a t " . 2 Et dans l e Contrat socia,!, lui-meme, i l sonne haut et clairement l a cloche de l a liberte". "C'est surtout dans cette constitution que l e citoyen doit s'armer de force et de con- stance et de dire chaque jour de sa vie au fond de son coeur ce que d i s o i t un vertueux p a l a t i n dans l a diete de Pologne; 'Halo periculosam libertatem quam quietum servitium.' 1 , 3 Mais on peut se rappeler toujours que l ' e t a t reste su- preme et q u ' i l f o u r n i t l e s joies de l a l i b e r t e . Seulement dans l e s cas ne'cessaires i l s e r a i t permissible d'employer l a force — - et puis pour assurer l a suprematie et l a souverai- nete de l ' e t a t . "Ce pacte socia.1,. .renf erme tacitement cet engagement, qui seul peut donner de l a force aux autres, que 1. OEuvres. I, 655. (Contrat s o c i a l , I I , Ti/".) 2. Vaughan, op.cit., p.252.(Economie p o l i t i q u e . ) 3. OEuvres, I, p.667. (Con, soc. I l l , v.) quiconque refusera d'obeir .a. l a volonte generale, y sera con- s t r a i n t par tout l e corps." 1 Rousseau reconnait neanmoins l'importance de ce pouvoir dans l e progr^s de l a socie'te. Selon l u i , 1'independance des membres, l i l e a 1 •autorite' de l ' e t a t est capable de creer l e dr o i t de c i t e ide^al. L'union de ces forces, en gardant l e bien-Stre de l a communaute', et en assurant l a cooperation dans toutes l e s a f f a i r e s , peut garantir un bonheur que l e monde moderne n'a jamais vu. V o i l a l e legs de J. - J . Rousseau. Nous devrions indiquer, avant de terminer ce chapitre 1'actualite des doctrines de. notre auteur. Jean-Jacques f a i t son expose' que l a volonte gen.lra.le ou l a souverainete est l a volonte de tous et i l supporte cette idee dans l a c i t a t i o n suivante. "Le pacte e t a b l i t entre tous l e s citoyens une t e l l e e g a l i t e , q u ' i l s s'enga-gent tous sous l e s memes conditions et doivent jouir-des memes d r o i t s . " 2 Mais va cause de ces doc- t r i n e s revolutionnaires, l a legende de J.-Jacques se m£le avec l a . Terreur et on est dispose a attacher un sens desagreable \ ses theories. C e s t - a - d i r e , l e Contrat s o c i a l "n'est qu'un manuel du despotisme et de l a t y r a n n i c " 0 En depit de ce t t e condamnation, l e s evenements actuels en France prouvent l a nature vivante de sa pensee a. propos 1. Ibid-, 646. (Con. Soc. I., v i i ) 2. OEuvres, I, 651. (Con.soc. IV, i i ) 3. Beaula.von, op.cit., 99. d'un gouvernement l i b r e et democra t ique . L e s t h e o r i c i e n s de l a Quatrieme R e p u b l i q u e , en d r e s - sant l a n o u v e l l e c o n s t i t u t i o n , ont emprunte genereusement a l a Declaration des D r o i t s de l'homme et du c i t o y e n , v o t e e en aout 1789, ( q u i e ' ta i t , el le-meme > basee sur l e s d o c t r i n e s du C o n t r a t s o c i a l . ) L e t e x t e de l a n o u v e l l e c o n s t i t u t i o n f r a n c h i s e commence de c e t t e faconT "Au l endemain de l a v i c t o i r e . . l e p e u p l e f r a n c a i s f i d e l e aux p r i n c i p e s de 1789- - c h a r t e de sa l i b e r a t i o n proc lame a nouveau que t o u t e*tre humain possede des d r o i t s i n a l i e n a b l e s et s a c r e s , auque l s n u l l e l o i ne s a u r a i t p o r t e r atteinte^ et d e c i d e , comme en 1793, 1795 et 1848, de l e s i n s c r i r e en t e t e de s a C o n s t i t u - t i o n , "La R e p u b l i q u e g a r a n t i t a tous l e s hommes et a t o u t e s l e s femmes v i v a n t dans 1 ' U n i o n E r a n c a i s e 1 ' e x e r c i c e i n d i v i - > .... . . . . d u e l ou c o l l e c t i f des l i b e r t e s et d r o i t s c i - a p r e s . . . 1 , 1 P u i s l e s p r e m i e r s a r t i c l e s sonnent a u s s i f a m i l i e r e m e n t . A r t i c l e 1 . Tous l e s hommes n a i s s e n t et demeurent l i b r e s e t egaux devant l a l o i A r t i c l e 2 . L e p r i n c i p e de tou te s o u v e r a i n e t e . r e s i d e e s s e n t i e l l e m e n t "dans l e p e u p l e . . La ' l o i est 1 ' e x p r e s s i o n de la^ v o l o n t e n a t i o n a l e . E l l e est l a meme pour t o u s . . . A r t i c l e 3 . L a l i b e r t e est l a f a c u l t e de f a i r e tou t ce q u i ne p o r t e pas a t t e i n t e a,ux d r o i t s d ' a u t r u i . L e s c o n d i t i o n s d ' e x e r c i c e "" " de l a l iber te ' ' s o n t " d e f i n i e s p a r l a l o i . H u l he p e u t e t r e c o n t r a i n t de f a i r e ce que l a l o i nor donne p a s . " 1. L e Texte de l a N o u v e l l e c o n s t i t u t i o n f r a n c a i s e ( S e r v i c e d ' I n f o r m a t i o n f r a n c a i s e , Ottawa. ) 1 . • • > 2# I"bid # ) Section 1. Des Libertes* E n f i n , q u ' o n resume l e s pensees et l e s c o n c l u s i o n s de ce c h a p i t r e . D ' a b o r d , nous avons examinl l e developpement de l'homme n a t u r e l et nous avons v u ses r a p p o r t s avec l a s o c i e t e n a t u r e l l e . Rousseau a soigneusement d r e s s e l ' o r g a - n i s a t i o n de son e t a t d i t souvent c o l l e c t i f - - mais i l a n e g l i g e de d ^ c r i r e p l e i n e m e n t l e r o l e p e r s o n n e l de 1 ' i n d i - v i d u . Quoique l e l e c t e u r du C o n t r a t s o c i a l s o i t t e n t e de c r o i r e ; que sa p e r s o n n a l i t e e s t perdue dans I ' e t a t , j ' a i essaye de p r o u v e r que R o u s s e a u . i n e v o u l a i t p o i n t c e l a . Son homme n a t u r e l — m o d i f i e , c ' e s t v r a i , mais encore r e t e n a n t l e l i b r e emploi de ses c a p a c i t e s . d o i t a v o i r p l a c e dans l a s o c i e t e q u ' i l a c r e e e . i e monde a grand b e s o i n d ' u n t e l t y p e humain; p a r c o n - sequent , Rousseau s ' o c c u p e , avec grande a t t e n t i o n , d'une d e s c r i p t i o n complete et d e t a i n e e de sa j e u n e s s e , de son e d u c a t i o n , de ses a c t i v i t i e s s o c i a l e s e t uiSme de son mar iage dans 1 ' E m i l e , 1'epitome' de s a p h i l o s o p h i e . La. ma.tiere de ce l i v r e s e r a l e s u j e t de n o t r e d e r n i e r c h a p i t r e ou. nous t a c h e r o n s de comple ter l a p e i n t u r e de son homme i d d a l . M a i s d ' a b o r d , i l s e r a u t i l e p o u r n o t r e etude d 'examiner l e s personnages de son l o n g roman, l a N o u v e l l e H e l o i s e . Rousseau , t o u j o u r s m o r a l i s t e , r e v e l e , p a r l e s l e t t r e s f a m a n t s ? b i e n des idees au s u j e t de n o t r e p r o b l e m e . Chapitre 4 . La Lutte' entre deux types. -#7- L a N o u v e l l e H e l o i ' s e , commence'e en j u i n 1756 et comple'tee et p u b l i e e en f e v r i e r 1761, m e r i t e une etude s o i g n e u s e . E l l e comprend une p a r t i e de l a v i e de Rousseau ou i l a du s o u f f r i r 1 ' i n f l u e n c e malheureuse de p l u s i e u r s q u e r e l l e s v i o l e n t e s avec ses m e i l l e u r s amis et ses p r o t e c t e u r s . L ' e f f e t de c e t t e c r i s e p e r s o n n e l l e se r e f l e t e dans l e roman q u ' i l c o m p o s a i t , L e s personnages de son oeuvre ont une r e l a t i o n c u r i e u s e avec ses contemporains et avec l u i - m a n e . L e r e s u l - t a t e s t done que l e l e c t e u r es t l i b r e de p e n e t r e r dans l e s pensees i n t i m e s de 1 ' e e r i v a i n , M a i s avant d ' e t u d i e r l e s d i v e r s e s q u e s t i o n s q u i s ' y p r & s e n t e n t , i l v a u d r a i t Is. p e i n e de d i r e quelque chose du roman en g e n e r a l , A c e t t e epoque, 1756, p l u s i e u r s especes de romans j o u i s - s a i e n t de l a f a v e u r p u b l i q u e , Ce sont l e s h i s t o i r e s d ' e n - l e v e m e n t s , de deguisements et de p i r a t e r i e s . Ces cohtes d ' a v e n t u r e s e x t r a v a g a n t e s et d'amours exage're's e t a i e n t s i p o p u l a i r e s q u ' e n "v ing t ans , de 1740 a 1760, on p u b l i e . ou r e e d i t e p r e s de deux cent c i n q u a n t e romans d ' i n t r i g u e " 1 Le t r a i t e m e n t des p a s s i o n s (pour m e n t i o n n e r seulement une phase des d e f a u t s de ces romans) e t a i t l o i n de l a v e r i t e , c a r l e s r o m a n c i e r s et l e s d r a m a t i s t e s ont f a i t p e u d ' e f f o r t p o u r p e n e t r e r dans l e coeur humain . 1, Mo m e t , D a n i e l , L a N o u v e l l e H e l o i s e de- J , - J , Rousseau, E t u d e e t a n a l y s e , P a r i s , M e l l o t t ^ e , 1930? (ho d a t e i n s i d e , ) -S6- On aurait. t o r t s i l'on accusait tous l e s ecrivains de cette negligence. A t i t r e d'exemple je c i t e quelques excep- tio n s ! Racine, l a Bruyere, Marivaux* Duclos en France, et F i e l d i n g et Richardson en Angleterre. Chacun r e u s s i s s a i t selon son propre s t y l e a presenter l e s v r a i s sentiments de 1' amour, Mais on devait attendre 1'arrived de l a Houvelle Heioise pour l e premier traitement vraiment profond et per- sonnel des passions, Cette oeuvre, d'un seul coup, a i n - tr o d u i t un nouveau s t y l e et un nouveau point de vue dans l'Ec o l e de sentiment. Autrefois on l i s a i t l e s romans de sentiment pour analyser l e s emotions, mais maintenant l e lecteur l e s l i s a i t pour en partager ses d e l i c e s , Mornet demerit l e genie de l a Houvelle Heioise a i n s i : c'est "un roman extern e l l ement pathetique, une admirable expression des egarements et des sagesses du coeur,"-1- Le monde des l e t t r e s a decouvert, "a sa j o i e , que l e coeur e t a i t sensible. Dans ce roman s'urtout, l e s personnages sont souvent accables de l e u r s emotions. l i s s'e'erient dans leurs transports romantiques comme Saint-Preux l ' a f a i t a Pa r i s , apres q u ' i l a l a i s s e J u l i e pendant quelques mois, "0 absence! o tourment, 6 b i z a r r e et funeste etat ou l'on ne peut j o u i r que du moment passe', et ou l e present n'est point 1, Momet, op,cit., p.57. '51- encoreJ "1 C*etait un nouveau langage aux contemporains de Rousseau. On I t a i t generalement accoutume aux plriphrases et analyses f a t i g a n t e s ^ du 17° s i e c l e . Les sentiments evoques par Rousseau ont touche profondement l e s e s p r i t s contem- porains. Par exemple, i l y a l a scfene sur l e lac ou l a des- c r i p t i o n des dernieres heures du voyage de Saint-Preux en route a l a v i l l a de M. de Wolmar, Tout ceci est interessant non seulement dans une etude du roman mais aussi a propos d'une analyse des raisons pour les q u e l l e s Rousseau a e c r i t l a Nouvelle Heloise. Pourquoi Rousseau v e r s e - t - i l ses pensees interieures dans cette h i s - to i r e ? - car i l est apparent au l e c t e u r que tout "Rousseau est contenu dans l e roman, l e bon et l e mauvais, i e declama- t o i r e et l e sensible, l e rheteur et l e passionne, l e precheur et 1'amoureux."2 La reponse a cette question est interessante et comprehensible. Rousseau avait quarante-cinq ans. Son f r coeur est "plus ardent que jamais. L'amour n'a jamais ete de'flore pour l u i par 1'habitude quotidienne n i p-ar l a l a s - situde des recommencements; i l en garde une image aussi pure, aussi depouillee aussi ideale que c e l l e qui s'en peut former un adolescent au coeur noble. 1. OEuvres. I I , 119. (La N. H. I I , xvi.) 2. Van Tiegham, La Nouvelle Heloise de Jean-Jacques Rousseau P a r i s , Soci6te fran^aise d'Editions l i t t e r a i r e s et techniques, 1929, p.64, 3. Ibid, p,25. - 4»o - Rousseau a manque des e x p e r i e n c e s n a t u r e l l e s au s u j e t de 1 'amour; toufesses amr̂ S e t a i e n t i n c o m p a t i b l e s a cause de sa c o n d i t i o n i n f e ' r i e u r e ou de son i n t e l l i g e n c e s u p e r i e u r e . Comme H o r n e t l ' e x p r i m e : " L u i f a u d r a i t - i l m o u r i r sans con- n a l t r e l e s i v r e s s e s q u ' i l a v a i t t o u j o u r s p o u r s u i v i e s ? II e t a i t t r o p t a r d p o u r l e s v i v r e . II ne r e s t a i t q u ' a l e s r e v e r . II se v i t j eune , a i m a b l e , genereux, p r e c e p t e u r de deux jeunes ' e c o l i e r e s , ' b e l l e s , genereuses , et p a r s u r c r o l t t r i c h e et r a f f i n e e s . • .,11 e s t S a i n t - P r e u x . II e s t adore de J u l i e . II est i v r e d ' a m o u r . . . . A i n s i La. N o u v e l l e H e i o i s e a d ' a b o r d ete 7 un roman v e c u et non pas l ' o e u v r e d ' u n homme de l e t t r e s mais 1 ' h a l l u c i n a t i o n d ' u n posse 'de ." 1 Cet expose es t v e r i f i e p a r l a c o n f e s s i o n de J , - J a c q u e s lu i -meme . "Je m ' i d e n t i f i a i s avec l ' a m a n t et l ' a m i l e p l u s q u ' i l m ' e t a i t p o s s i b l e . . . , l u i donnant au s u r p l u s l e s v e r t u s e t l e s d e f a u t s que j e me sen- t a i s . " 2 L a N o u v e l l e H e i o i s e e t a i t done l a soupape.de surerte- de ses emotions conf ine 'es . L e deuxieme b u t de ce t ouvrage est de m o r a . l i s e r . Chaque p e r s o n n a g e , g u i d e pa.r son c r e a t e u r , tache d ' e n s e i g n e r au monde l e loon et l e m a u v a i s . Comme une h e r i t i l r e de Rous'seau l ' a f f i r m e s La. N o u v e l l e H e i o i s e est "une g r a n d idee mora le 1 » 2. Mo m e t , op . c i t . , 12. K o r n e t , o p . c i t . , 31. mise en auction e t r e n d u e ' d r a m a t i q u e , " Rousseau a done une l e c o n a o f f r i r - a la . v i e contem- s p o r a i n e et p a r t i c u l i e r e m e n t a, l a v i e des r i c h e s et p u i s - s a n t s , I I c r i t i q u e l e u r s p r i v i l e g e s et l e u r s p f e j u g e s , 11 condamne 1' i n j u s t i c e , la . c o n t r a i n t e, l e luxe et I'adLtl- t e r e . A t o u t c e c i " i l opposa.it un i d e a l de s i m p l i c i t e ' , d T a c t i v i t e / , de devouement 0 Aux: mensonges d ' u n a r t f a c t i c e et corrompu i l opposa.it l e s beaute s des choses e t e r n e l l e s , des h o i s , des eaux, des h o r i z o n s , . . 1 1 n ' e t a i t p l u s un roman- c i e r ; i l e t a i t un conduc teur d 'ames . I I ne retomba.it pa.s dans l a l i t t e r a t u r e . I I s ' e l e v a . i t a l a p r e d i c a t i o n . " ^ L a grande p a r t i e de c e t t e c r i t i q u e se t r o u v e da.ns 1' exchange des l e t t r e s entre S a i n t - P r e u x * a. P a r i s , et J u l i e en S u i s s e . Dans l e u r s l ongues l e t t r e s a n a l y t i q u e s , d i s - c u r s i v e s , et s o b r e s , l e l e c t e u r r e v o i t l e j eune Roussea,u au temps de son s e j o u r a P a r i s s u b i s s a n t a nouveau l e s a n - . c i e n n e s e x p e r i e n c e s . T o u r n o n s - n o u s , a ce p o i n t , au p l a n d u l i v r e . Au com- mencement, Rousseau a. e c r i t sa.ns b u t d e f i n i . L e s l e t t r e s d T a v e n t u r e amoureuses e^taient d e s t i n e e s p o u r s a p r o p r e l e c t u r e ou pour c e l l e de ses amis l e s p l u s i n t i m e s . L e nombre: des l e t t r e s se sont a c c r u s ; l ' h i s t o i r e s ' e s t 1 . De S t a e l , OEuvres completes , P a r i s , T r e u t t e l et W u r t z , 1820, 1 ° v o l . ( L e t t r e s ) , p .24 2 . H o r n e t , o p . c i t . , p . 3 0 . -4A- deve loppee et 1 ' i n t r i g u e e s t de-venue p l u s complexe et p l u s p e r s o n n e l l e . Rousseau admet t o u t c e c i dans l e s C o n f e s s i o n s . " P l e i n de t o u t ce q u i v e n o i t de m ' a r r i v e r , encore emu de t a n t de v i o l e n t s mouvements, l e mien m e l o i t l e sent iment de ses p e i n e s aux i d e e s que l a m e d i t a t i o n de mon sujiet m ' a v o i t f a i t n a i t r e ; mon t r a v a i l se s e n t i t de ce melange . Sans m'en a p e r c e v o i r , j ' y d e ' c r i v i s ma s i t u a t i o n a c t u e l l e ; j ' y p e i g n i s Grimm, madame d ' E p i n a y , madame d ' H o u d e t o t , S a i n t - L a m b e r t , moi-meme. En 1'e"criva,nt, que je v e r s a i de d e l i c i e u s e s l a r m e s l H e l a s i . . . , 1 , 1 L e r e s u l t a t - un c o u r t r e g i s t r e de sa, v i e ; l e s amours, l e s a v e n t u r e s , l e s v o y a g e s , et stir tout l e s grandes c r i s e s et l e s r e v i r e m e n t s • "La. premiere m o i t i e ' de l ' o e u v r e es t un hymne "a l a p a s s i o n souvera ine L a d e u x i e m e . . . . s ' a t t e n d r i t s u r la. p a i x "bienfa.isante d 'un ma.riage sans amour quand on s a i t y m e t t r e l ' e s t i m e , l " h o n - nevfcete /, l e t r a v a i l , l a "bienfa.isance et 1'amour des e n f a n t s . " A i n s i nous voyons la , pa.ra.de de ces p e r s o n n a l i t e s d i v e r - ses dans l e s p l u s i e u r s personnages ; l e vagabonde, I ' a m a n t , l e v o y a g e u r , l ' e n v o y e , l e p e n s e u r se 'r ieux, l e m o r a . l i s t e , l e c r i t i q u e , l e m a i t r e du me"na,ge, l e tuteur" et l e p r e c e p t e u r . Rousseau a assume tous ces rftles dans sa v i e - - maintenant i l s v i v e n t encore dans son roman I p i s t o l a i r e . 1 , OEuvres , I , p.260. ( C o n f e s s i o n s , - I I , x . ) 2 . H o r n e t , op . c i t . , p . 27. Un examen p l u s p r e c i s des c a r a c t l r e s decouvre l e s e c r e t "a. p.ropos de l a comprehension d u l i v r e et d u c o n f l i t dans l a v i e de J e a n - J a c q u e s . D ' a b o r d , repondrons \ l a q u e s t i o n sou- v e n t posee ; Qui e s t J u l i e ? E s t - e l l e lime, d 'Houdeto t? F o r t p r o b a b l e . M a i s J u l i e e s t a .uss i M i l e s , de G r a f f e n r i e d et de G a l l e y , M i l e , de B r e i l et s u r t o u t Mme. de Warens . E l l e e s t t o u t ce q u ' i l admire dans l a femme. E l l e r e p r e s e n t e p a r s u r - cro ' i t Rousseau lu i -meme. " C ' e s t a, e l l e , au tant qu'a, S a i n t - P r e u x , q u ' i l a p r e t e ce q u i f i t l e s d e l i ces e t l e tourment de sa v i e . . . J u l i e e s t done J e a n - J a c q u e s \ l ' o c c a s i o n . E l l e e s t a u s s i , p a r f o i s , t o u t e s c e l l e s q u ' i l a aimees e t dont l e c o r t e g e enchante l ' a c c o m p a g n a i t dans l e s s e n t i e r s de l a f o r e t . " 1 L e s C o n f e s s i o n s de Rousseau nous a i d e n t a ce p o i n t . "Je v i s ma J u l i e en madame d ' H o u d e t o t , et b i e n f o t j e ne v i s p l u s que madame d ' H o u d e t o t , mais reve tue de t o u t e s l e s p e r f e c t i o n s dont j e v e n o i s d ' o r n e r l ' i d o l e de mon c o e u r . . . F o r c e c o n t a g i e u s e de 1'amourJ en 1 ' e c o u t a n t , en me s e n t a n t aupr^s d ' e l l e , j ' e t o i s s a i s i d ' u n f r e m i s s e - ment d e l i c i e u x que j e n ' a v o i s eprouve jamais aupres de p e r - p sonne."" T a n d i s que J u l i e s u b i t une metamorphose de c a r a c t e r e du romant ique au domest ique , son grand a,mant, S a i n t P r e u x , r e s t e romantique j u s q u ' a l a f i n du roman. II d e v i e n t l e 1 . M o r n e t , o p . c i t . , p . 3 2 . 2 . O E u v r e s , II , p . 2 3 1 , (La IT.H, IV, x) type i d e a l des romantiques. Comme d i t J o s e p h s o n . . i n Saint-Preux, Rousseau had immortalized the f i r s t hero of melancholy since Shakespeare's Prince of Denmark", and even to- day one finds Saint-Preux everywhere, i n Thomas Mann and Andr*e Gide, i n Marcel Proust and even James Joyce...He is s o l i t a r y i n the midst of society, hut he enjoys h i s bi t t e r n e s s , i s touched c h i e f l y hy the fleetingness of time, the t r a n s i t o r i - ness of a l l earthly joys. As a c h i l d of nature he obeys that maxim so frequently voiced hy Rousseau f o r the eighteenth_cen- tury: Be t h y s e l f I Yet he suffers, above a l l , from the 'sick- ness of l i f e , ' and h i s musical p l a i n t ha,s reached down to us, i n quite recent eras, through the stabbing melodies of Schumann.""*' Le troisieme personnage important est M. de Wolmar. II repre'sente l e philosophe typique de son epoque, athee, pro- gress i f , b i e n f a i s a n t . Le developpement admirable de xson do- maine, et sa douceur envers ses paysans et l e s v i l l a g e o i s sont l e s themes favoris de Jean-Jacques. De Wolmar est l e pWe magnanime et liberal, qui aime sa femme, ses enfants et ,1a v i e rustique. La ITouvelle Heloi'se est aussi une c r i t i q u e des moeurs contemporaines. Le c r i t i q u e , Saint-Preux, s ' i n s t a l l e Vt, Paris. I l e c r i t \ J u l i e . "Mon objet est de connoitre l'homme, e t ma me'thode de l'e'tudier dans ses diverses relation^. Je ne 1'ai vu, jus q u ' i c i qu'en p e t i t e societe, epars et presque i s o l e sur l a 1. Josephson, op.cit., p.301. t e r r e . Je vai s maintenant l e considerer entasse par mul- titudes dans l e s m ernes l i e u x , et je commencerai a juger par l a des v r a i s e f f e t s de l a s o c i e t e : . , . . . " 1 Les jours passent. II v i s i t e l e s salons. II soupe avec l e s nobles, l e s philosophies. II devient membre de l a elasse superieure. Ces observations d e t a i l l e e s dans ces l e t t r e s auraient du choquer l a jeune f i l l e . "II semble que tout des I'ordre/sentiments naturels s o i t i c i renverse. Le coeur n'y forme aucune chainej i l n'est point permis aux f i l l e s d'en avoir un; ce d r o i t est renverse aux seules femmes marie'es, et n'exclut du choix personne que leurs maris. II voudroit mieux qu'une mere eut vingt amans que sa f i l l e un seul. L'adultere n'y revolte point, on n'y trouve rien de contraire a l a bienseance; l e s roma.ns l e s plus decens, ceux que tout l e monde l i t pour s ' i n s t r u i r e , en sont p l e i n s ; et l e desordre n T e s t plus blamable s i tot q u ' i l est j o i n t a 1' i n f ide'lit e. 1 , 2 Les v i s i t e s aux salons nous rappellent l e s seethes du Misanthrope, "...tous se piquent d'avoir l e ton d'une autre [profession^] Le robin prend l ' a i r c a v alier; l e f i n a n c i e r f a i t l e seigneur; 1'eveque a l e propos galant; l'homme de cour parle de philosophic; l'homme d'e'tat de b e l e s p r i t : . . " ^ 1. OEuvres, I I , p.120.(La I . H . I I , xvi) 2. OEuvres, I I , p.135. (La N.H. IT, xxi) " f 3. Ibid„ 116. Bref, Rousseau appuie sur l a qualite de l a i n s i n c e r i t y . II n'y a r i e n contre lequel i l eprouve une plus grande haine. Ceci est apparent dans ces lignes a J u l i e . ; i " , . .que penses- tu qu'on apprenne dans ces conversations s i .charmantes? A juger sainement des choses du monde? a, bien user de l a societe? A connoi"tre au moins l e s gens avec qui l'on v i t . Rien de tout cela, ma J u l i e ; on y apprend a p l a i d e r avec art l a cause du mensonge, a ebranler a force de philosophie "tous l e s p r i ncipes de l a vertu, a colorer de sophismes s u b t i l s ses passions et ses prejuges, et a donner l'err.eur un cer- t a i n tour a l a mode selon des maximes du j o u r . " 1 II est convaincu q u T i l d o i t descendre dans les classes i n f e r i e u r e s pour connaitre l e s v e r i t a b l e s moeurs du pays. Les riches, en suivant l e s toquades l e s plus recentes, en assumant l e s moeurs a r t i f i c i e l l e s , deviennent de plus en plus l e s memes.2 Neanmoins, Rousseau c r o i t en l a c i v i l i s a t i o n des plus hautes classes. II admet c e c i , d'abord, dans l e deuxieme Discours." ... plus l'homme se developpe, plus i l sera susceptible de jouissances profondes"^ 1. Ibid., I I , 115. (La N.H. TT, xiv) 2. Ibid., 117. (La N.H. I I , xiv) 3. Schinz, op.cit., 327. II n'est pas sans avoir conscience que les classes superieures sont les plus interessantes, les plus civilisees. Quoiqu'il critique les faiblesses des riches, i l est sur qu'ils pos.se- dent les moyens de deVelopper les instruments de "bonheur.1 II est naturel done qu'il choisit comme protagonistes, les membres de la classe supe'rieure; M. de Wolmar, Julie, et milord Edouard. L'histoire se construit autour de l'insucces de Saint-Preux de gagner une place dans cette societe. La reponse de Rousseau a propos de la gue'rison des maux de la societe se trouve dans les dernieres let'tres du livre. Da,ns ce roman et dans 1 'Emile, i l peint les scenes domestiques d'uneg' main sure et sincere. "L'attrait de la vie domestique est le meilleur contre-poison des mauvaises moeurs. Le tracas des enfans, qu'on croit importun, devient agreables; i l rend le pere et la, mere plus necessaires, plus chers l'un a l-'autre; i l resserre entre eux le lien conjugal. Quand la -famine est vivante et anime'e, les so ins domestiques font la plus clifere occupation de la femme et le plus doux amusement dujmari... Qu'une fois les femmes redeviennent mires, hientot les hommes redeviendront peres et maris." Dans cette oeuvre toute mure, le lecteur peut trouver une peinture plus complete des idees de Rousseau vis-a-vis de son type idlal. Le philosophe fait allusion va l'homme de la 1. Schinz, op.cit., 328. 2. OEuvres, I I , p. 406. (Emile. I) n a t u r e q u i s 'oppose a l'homme de l 'homme, Ces termes un p e u en igmat iques se t r o u v e n t apr^s un r e c i t des a c t i v i t e s b i e n - fa i s 'ante s de l a p a r t des v i l l a g e o i s . " L a t e n d r e J u l i e t r o u v e en eux des coeurs s s n s i b l e s aux moindres c a r e s s e s e t qu i s ' e s - t i m e n t heureux de l ' i n t 6 r € t q u ' e l l e p r e n d v a l e u r b o n h e u r . L e u r coeur n i l e u r e s p r i t ne sont p o i n t faconnes p a r l ' a r t ; i l s n ' o n t p o i n t a p p r i s a se former s u r nos m o d e l e s . . u l Rousseau nous donne i c i un i n d i c e de son homme p a r e x c e l l e n c e . I I en a d i s c u t e p l u s i e u r s types j u s q u ' a ce p o i n t , l'homme n a t u r e l , I ' h o n n e t e homme, l e bohemien, l e p r o p r i e ' t a i r e , l e f e r m i e r . Chacun de c e u x - c i d e v i e n t l ' u n ou 1'autre de ces deux t y p e s : l'homme de l a n a t u r e ou l'homme de l 'homme. Quel sens Rousseau a t t a c h e - t - i l a chacun? L'homme de l a n a t u r e e s t un homme de la, s o c i e t e a u s s i b i e n que l'homme de l 'homme. M a i s son c a r a c t e r e se cree s e l o n ses p r o p r e s i n c l i n a t i o n s ' . . . i l a guide' son p r o p r e deve loppe - ment, a c c e p t a n t l e s bonnes i n f l u e n c e s , et r e j e t t a n t l e s mau- v a i s e s , C ' e s t l'homme d ' u n e s p r i t i n d i v i d u e l . Au c o n t r a i r e , l'homme de l'homme s ' a j u s t e au mouvements de l a f o u l e — l e s gens q u i se comportent et pensent ensembles . I I j o u i t des n o u v e l l e s modes coura,ntes; i l se t o u r n e , s ' e n t r a i n e s u i v a n t l e s c a p r i c e s de l a masse . L a tendance a u j o u r d ' h u i parmi l e s hommes es t v e r s l'homme de l'homme. L a gra,nde p a , r t i e des gens ma,nque d'une methode 1. I b i d . , I , p . 2 8 0 . (La IM.H. V, i i ) de p e n s e r , S t l e u r n o m b r e ' s ' a c c r o i t tous l e s j o u r s . On peut r e m e r c i e r l e s f o r c e s dominantes des i n v e n t i o n s modernes p o u r c e t t e s i t u a t i o n : l ' e x p a n s i o n de l a p r e s s e , l e s a f f i c h e s , l e " T , S, J ? , " , , l e s "commerc ia l s" , l e eine'ma, Tous i n f l u e n t s u r l e p e u p l e en o f f r a n t l e s choses q u ' o n peut a c c e p t e r l e p l u s f a c i l e m e n t . P u i s ces i n s t i t u t i o n s , emportees dans l e meW c o u r s de 1 ' o p i n i o n p u b l i a u e q u ' e l l e s, ont " fa i t e, c o n t i n u e n t a. n o u r r i r l a r a c e avec des choses' i n u t i l e s a l ' e g a r d du p r o g r e s de 1' espr i t . , humain . L a d e c i s i o n de J e a n - J a c q u e s de r e s t e r homme de l a n a t u r e , et j e t ermine sur c e t t e note d ' e s p l r a n c e , est. exprime'e avec c o n f i a n c e e t c o u r a g e , "Avec un nom d e j a c l l e b r e et connu dans t o u t e 1 ' E u r o p e , j ' a v o i s conserve l a s imp l i c i t e ' de mes p r e - m i e r s . g o u t s . Ma m o r t e l l e a v e r s i o n pour t o u t ce q u i s ' a p p e - l o i t p a r t i , f a c t i o n , c a b a l e , m ' a v o i t ma in tenu l i b r e , inde'- p e n d a n t , sans a u t r e eha ine que l e s attachemens de mon c o e u r . " 1 1, O E u v r e s , I , 258, ( C o n f e s s i o n s , I I , x . ) Chapitre cinq. Emile* L'Emile de Jean-Jacques est le traitement compiet de l'education d'un jeune h6mme, L'ecrivain execute son.plan d' enseigneinent tenant toujours en vue le role de son eleve dans la societe. On peut bien poser la question; Pourquoi Rousseau a-t-i l concu et detaille si soigneusement un tel traite'? Pourquoi pas un autre roman ou une autre oeuvre politique? Tout ce qu'il faut dire est que Rousseau a senti l a necessity d'une telle oeuvre. Le monde de sa propre epoque et de toutes les epoques a besoin d'un nouveau type d'homme. Il a concu ses traits en tatonnant dans le fond de sa propre personnalite. II a revu sa. propre vie, no tan t les exces, les bonnes actions, les faiblesses. Quoiqu'il ait re- marque' que son propre caractere avait bea,ucoup a offrir pour l a consommation de ce personnage ideal, i l savait bien qu'il y manquait beaucoup, Jean-Jacques en a devine* le complement au fond de son esprit brillant et le type ide*al en resulte, Le plan de 1'education est orthodoxe aux Iducateurs modernes mais vraiment revolutionnaire aux contempora.ins de Rousseau. Le gouverneur dirige les pense'es et les mouvements de son pupille de sa naissance jusqu'a son mariage et meme a, ce point i l reste son confident sympathique et bienveillant. Rousseau a choisi des conditions ideales pour son in- structions un precepteur, habile, infiniment sa.ge mais s jeune et actif, puis la liberte de mouvement dans les hois et dans la. ville, une entree dans tous les rangs de la societe, le don d'un corps sain et normal, et 1'a.ssurance de ne pas A. A. / etre gene par le manque de 1'argent ou par 1*intervention des V -71- p a r e n t s . L e jeune gar50n possede done t o u t e s l e s o c c a s i o n s p o u r son deVeloppement p a r t i c u l i e r . Son p r o g r e s se de termine p a r 1' empire de son guide ( q u i , nous d i t l ' e ' c r i v a i n , d o i t e t r e c h o i s i avec grand s o i n . ) Pendant l a p r e m i e r e m o i t i e du 18^ s i e c l e , i l y a v a i t p l u s i e u r s ouvrages t r a i t a n t ce s u j e t e"ducatif et i l y a v a i t p l u s i e u r s grands e c r i v a i n s du p a s s e q u i l u i ont a c c o r d e une "grande p a r t i e de l e u r mati .ere — mais c l e t a i t J e a n - J a c q u e s q u i a ramasse l e s f a i t s , l e u r donnant un n o u v e l e s p r i t grace a sa p r o s e c l a i r e , l o g i q u e et a r d e n t e . Je c i t e l e s deux e c r i v a i n s qui:', ont i n f l u e l e . p l u s sur l u i ; P l a t o n et L o c k e . L a u t e u r de I 1 E m i l e r e m e r c i e c e l u i - l a a i n s i s " . . . l i s e z l a R e p u b l i q u e de '. P l a t o n . . C ' e s t l e p l u s "beau t r a i t e* d ' E d u c a t i o n q u ' o n a i t j a - mais f a i t . " 1 E t dans l e s memes p a g e s , i l confes se sa det-te a c e l u i - c i a propos de l a d o c t r i n e de l a sensation.? "Nous n a i s - sons s e n s i b l e s , e t , des n o t r e n a i s s a n c e , nous sommes a f f e c t ^ s de d i v e r s e s mani^res p a r l e s o b j e t s q u i nous e n v i r o n n e n t . e t c . " P l a t o n a pre'sente p l u s qu'une metho.de - - i l a l i v r e a Rousseau tou te s l e s idees fondamentales de son o u v r a g e . P a r exemple, l e Grec a d i t que "bien q u ' o n ense igne t o u j o u r s pour 1 ' u t l l i t e " , on d o i t t e n i r en vue l e deVeloppement de l ' a m e . L a s c i e n c e es t e s s e n t i e l l e . a u p r o g r e s de l ' e t u d i a n t , c a r e l l e l e . f a i t p e n s e r , et l ' a i d e a c o m p r e n d r e : l e s :formes et l e s p r i n c i p e s P fondamentaux de l a v ie- . 1 . O E u v r e s , I I , 402. ( S m i l e . I.V 2 . N e t t l e s h i p , L e c t u r e s on"the R e p u b l i c of P l a t o , K a c m i l l a n , 1910, p a s s i m . - 7 3 - On r e m e r c i e l e s e c r i v a i n s s u s d i t s , et pa,r s u r c r o i t l e s grands hommes de l e t t r e s de l a France? Montatgne , F e n e l o n , F l e u r y raais c ' e s t J e a n - J a c q u e s lu i -meme, son c a r a c t e r e , son p o u v o i r , sa s i n c e r i t e ' et sa p i t i e q u i p r e t e a 1 'ouvrage son succes et sa, g r a n d e u r . L ' e d u c a t i o n d"Smile e s t i d e a l i s t e . Le procexle et l e s c o n - d i t i o n s de 1" enseignement ne sont p o s s i b l e s que p o u r l e s p l u s f o r t u n e s . Roussea,u 1 'admet . Ne'anmoins i l nous f a i t v o i r que s i l e p r e c e p t e u r s ' approche de ce t ide'a.l , en f a i s a n t tous ses e f f o r t s , i l a u r a l e p l u s grand succes v i s - a - v i s de l ' e d u c a t i o n de son protege' . Au debut de son oeuvre , i l d e c l a r e l e d e v o i r de l ' e d u c a - t i o n : Nous n a i s s o n s f o i b l e s , nous avons b e s o i n de f o r c e s ; nous n a i s s o n s depourvus de t o u t , nous avons b e s o i n d ' a s s i s - t a n c e ; nous n a i s s o n s s t u p i d e s , nous avons b e s o i n de jugement. Tout ce que nous n 'avons p a s a n o t r e n a i s s a n c e , et dont nous avons b e s o i n eta,nt grands , nous es t donne p a r 1' e d u c a t i o n . " ! ^ S t l e h u t g e n e r a l de 1 ' e d u c a t i o n d ' u n jeune homme est "de l e r e n d r e h e u r e u x . " M a i s c ' e s t I'e'tude de ce q u i l e rend heureux q u i nous concerne l e p l u s . S s t - c e l a c o n t r a i n t e ou l a l i b e r t e ' , l e s l i v r e s ou l e s s p o r t s , l a s o l i t u d e ou l a s o c i a b i l i t y ? Les ques- t i o n s s ' e n t a s s e n t - - mais l e l i v r e es t p r & t a l e u r r e p o n d r e . 1 . O E u v r e s , I I , 400 ( S m i l e , I . ) 2 . Corres-pondance G e n e r a l e , I . Fragment du'memo i r e ; L y o n , 1740, p . 3 6 7 . -73* Dans l e s p r e m i e r e s p a g e s , on sent que l e jeune e l eve j o u i r a d'une l i b e r t e complete dans t o u t e s l e s c h o s e s . M a i s Rousseau c o n s i d e r e , s u i v a n t ses d o c t r i n e s o r i g i n a l e s , que l a v r a i e l o i de l a n a t u r e n ' e s t pas l a l o i de 1'amour mais la l o i de l a f o r c e . P a r consequent E m i l e d o i t e t r e soumis a l a f o r c e de l'homme, l a d i s c i p l i n e de son gouverneur . G e l u i - c i f a i t son mieux p o u r e v i t e r 1'enseignement a la. mode, systeme que J e a n - J a c q u e s condamne dans toute son o e u v r e . I I demerit l e p r o c e d e . " . . f apres a v o i r etouffe" l e n a t u r e l p a r l e s pa . s s ions q u ' o n a f a i t n a ^ t r e , on remet cet e t r e f a c t i c e e n t r e l e s mains d 'un. p r e c e p t e u r ; l e q u e l acheve de d e v e l o p p e r l e s germes a r t i f i c i e l s q u ' i l t r o u v e deja, tout • forme's, et l u i apprend t o u t , h o r s de se c o n n o i t r e , h o r s a t i r e r p a r t i de l u i - meme, h o r s a. s a v o i r v i v r e e t se r e n d r e h e u r e u x . E n f i n , quand cet enfant e s c l a v e et t y r a n , p l e i n de s c i e n c e e t depourvu de s ens , egalement d e b i l e de c o r p s et d'ame, es t j e t e dans l e monde en y montrant son i n e p t i e , son o r g u e i l et tous ses v i c e s , i l f a i t d e p l o r e r l a m i s e r e et l a p e r v ' e r s i t e humaines . L'homme de Roussea.u ne d e v r a i t pas s o u f f r i r d ' u n t e l s o r t . L e s Itapes de son t r a v a i l et de son l o i s i r sont c l a i r e s . I I n ' e t u d i e pas de l i v r e s j u s q u ' a ce q u ' i l ait q u i n z e a n s . Pas d ' e x e r c i c e s de l a memoire. Rousseau a b i e n a p p r i s l e s l e c o n s de L o c k e . I I d i t , "Sans etude dans l e s . l i v r e s , l ' e s - p^ce de memoire que peut a v o i r un enfant ne reete pas p o u r c e l a 1 » O E u v r e s , I I , 408. ( E m i l e , I . ) o i s i v e ; .tout ce q u ' i l v o i t , t o u t ce q u ' i l entend l e f r a p p e et i l s ' e n s o u v i e n t ; . . - A ce t egard i l c r i t i q u e l a v a l e u r i n - s t r u c t i v e des "Fables de L a "Fontaine. "Emile n ' a p p r e n d r a jamais r i e n p a r c o e u r , pas mê ne des f a b l e s , pas meme c e l l e s de L a F o n t a i n e , t o u t e s n a i v e s t o u t e s charmantes q u ' e l l e s s o n t . " 2 Ce sont des l e c o n s de l a "basse f l a t t e r i e , " et " d ' i n h u m a n i t e " . P a r s u r c r o l t , i l s o u l i g n e l e danger q u i r e - s u l t e d ' a p p r e n d r e p a r coeur de f a u s s e s e x p r e s s i o n s de l a p o l i - t e s s e : "Gardez-vous s u r t o u t de donner a, 1 ' e n f a n t de v a i n e s f o r m u l e s de p o l i t e s s e , q u i l u i s e r v e n t au b e s o i n de p a r o l e s magiques p o u r soumettre a ses v o l o n t e s tout ce qui I ' e n t o u r e , et o b t e n i r a 1 ' i n s t a n t ce q u ' i l l u i p l a i t . E t , chose i m - p o r t a n t e, e v i t e z l ' e r r e u r fre'quente - - de f o r c e r l e p r o g r e s du garcon v e r s l a m a t u r i t y , " . . d e q u o i l u i s e r v i r o i t l a ra , i son a ce t age? E l l e est l e f r e i n de l a f o r c e , et 1 ' e n f a n t n ' a pas b e s o i n de ce f r e i n . " 4 E t " l a p l u s u t i l e r ^ g l e de t o u t e l ' e d u - c a t i o n ? de n ' e s t pas de gagner du temps."5 Toute c e t t e n e g l i g e n c e apparente s ' a p p e l l e , d i t Rousseau dans l a fameuse l e t t r e a Beaumont, l ' e d u c a t i o n negative. La. d i s c i p l i n e p o s i t i v e ne se concerne que des e x e r c i c e s p h y s i q u e s c a r . . . "Plus l e c o r p s est f o i b l e , p l u s i l commande; p l u s i l e s t 1 . O E u v r e s , I I , 454. ( E m i l e I I ) 2 . L o c . c i t . 3 . I b i d , 435, 4 . I b i d , 438. 5. I b i d , 440. - 7 * - - f o r t , p l u s i l o b e i t . Toutes l e s p a s s i o n s s e n s u e l l e s l o g e n t dans des c o r p s effe'mines; i l s s ' en i r r i t e n t d ' a u t a n t p l u s q u ' i l s peuvent moins l e s s a t i s f a i r e . " - 1 - Rousseau p r e c o n i s e l a medecine p r e v e n t i v e s "La s e u l e p a r t i e u t i l e de l a medecine e s t 1"hygiene; . . . . L a temperance et l e t r a v a i l sont l e s deux me'decines de l 'homme: l e t r a v a i l - a i g u i s e son appe ' t i t , et l a temperance l ' empeche d 'en a b u s e r . " 2 D ' a u t r e s max:imes sont en abondance. "Exercez c o n t i n u e l l e m e n t son c o r p s ; r e n d e z - l e r o b u s t e et s a i n pour l e r e n d r e sage et r a i s o n n a b l e . . . . " 3 " . . . a u s s i 1 ' h a b i t u d e l a p l u s s a l u t a i r e est c er ta inement de se l e v e r et de se coucher avec l e s o l e i l . " 4 Conservez a. 1 ' e n f a n t son gout p r i m i t i f l e p l u s q u ' i l es t p o s - s i b l e ; que sa n o u r r i t u r e s o i t commune et s i m p l e . " 5 E n s e i g n e z - l u i d*es t imer l a p r o p r i e t e des a u t r e s . S ' i l de - t r u i t que lque chose q u i a p p a r t i e n t a un a u t r e , ne l e grondez p a s , mais f a i t e s - l u i eprouver l e s mauvais e f f e t s de ses a c - t i o n s . P a r exemple, s ' i l "casse l e s f enetres de sa chambre, l a i s s e z l e ven t s c u f f l e r sur l u i n u i t et j o u r sans v o i r s o u c i e r des r h u m e s ; . . . . " • 1 * O E u v r e s , I I , 412 ( E m i l e I) 2 . I b i d , 414., 3. I b i d . , 458. ( E m i l e I I ) 4 . I b i d . , 467. 5. I b i d ; , 484. 6. I b i d , . , 445. A Rousseau et meme a nos modernes, une p a r t i e vra iment i m p o r t a n t e de c e t t e e d u c a t i o n semble e t r e c e l l e ou. l e garc^.on d o i t p e n s e r independamment. Dans 1 ' E m i l e , l e s lemons q u i i n - s p i r e n t l a m e d i t a t i o n sont longues et un peu a r t i f i c i e l l e s . M a i s l a v e ' r i t e es t l a . Rousseau c r o i t qu'une t e l l e i n s t r u c - t i o n i n s p i r e r a une c u r i o s i t e dans t o u t e s l e s choses et l ' e t u d i a n t c h e r c h e r a lui-meme l a s o l u t i o n des problemes q u i a r r i v e n t . Pendant son s e j o u r aux Charmet tes , Rousseau s ' e s t i n s t r u i t dans beaucoup de s u j e t s ; • c ' e t a i t l a ou i l e t a i t con- v a i n c u de l a r a i s o n de ces a c t i o n s . P r e s de l a f i n de 1 'ense ignement , l e p r e c e p t e u r d o i t preparer\son e t u d i a n t a, un metier. L 'anomal ie est eVidentej 1 ' e n f a n t v i e n t d'une r i c h e f a m i l l e et p o u r t a n t i l se b a i s s e a, un m e t i e r commun. C e l a semble r i d i c u l e . P o u r q u o i pas un p o s t e d i p l o m a t i q u e ou une p r o f e s s i o n ? I l est e v i d e n t que Rousseau veut i n s i s t e r s u r un s e u l p o i n t ; l ' u t i l i t e de l a v o c a t i o n , - - s o i t medec ine , e d u c a t i o n , m e n u i s e r i e , ou p l o m - b e r i e . E n t o u t c a s , son E m i l e ne s e r a p o i n t t ra*tnard , dandy ou d i l e t t a n t e . ^ - I l c i t e p a r exemple, un i n c i d e n t dans 1 ' E m i l e . "Honse igneur , i l f a u t que j e v i v e , " d i s o i t un malheureux a u t e u r s a t i r i q u e a,u m i n i s t r e q u i l u i r a p p r o c h o i t 1 r i n f amie .de ce m e t i e r . "Je n ' e n v o i s pas l a ne 'cess i t e , " l u i p r e p a r t i t f r o i d e m e n t l'homme en p l a c e " G h i o i q u ' i l y a i t dans ces cours de l e c o n s , b i e n des i n - s - - c i d e n t s qu i d e p l a i s e n t a,ux e d u c a t e u r s , ( M o r l e y en c i t e 1 . OEuvres , I I , 516. ( E m i l e , I I I ) 2 . I b i d , 514. p l u s i e u r s l ) , on accepte generalement l e s l a r g e s p r i n c i p e s de son enseignement. D e p u i s l e l 8 ° s i e c l e 1 " i n f l u e n c e de c e t t e s e u l e oeuvre est immense et nous observons meme dans l e s e c o l e s a , c tue l l e s 1 " a p p l i c a t i o n de ses d o c t r i n e s . Examinons un peu l e s r e s u l t a t s de c e t t e m^thode de I'etdu- . c a t i o n dans l a v i e d ' E m i l e . Comme nous avons de'ja e x p l i q u e dans l e s c h a p i t r e s precedents, l'homme i d e a l es t un membre a c t i f de l a s o c i e t e . E m i l e s ' y c o n d u i t de l a meme f a c o n dont i l a me'dite sur l " h i s t o i r e - - c ' e s t - a - d i r e , i l s ' i n t e ' r e s s e a 1 ' i n d i v i d u et non pas a 1 ' i n c i d e n t ou au f a i t . A i n s i l e s c a r a c t e r i s t i n u . e s de ses contemporains et l e s causes des f a i t s l u i dev i ennent son etude s p e c i a l e . Dans l e s mots de l ' e c r i v a i n , . . . ' • Q u e f a u d r a . i t - i l done pour b i e n o b s e r v e r l e s hommes? Un grand interest a l e s c o n n o l t r e , une grande i m p a r t i a l i t e a, l e s j u g e r , un coeur a s sez calme pour ne pas l e s e p r o u v e r . " 2 I l n ' e s t pas d i f f e r e n t des a u t r e s hommes. Q u ' i l s o i t ' u n vra . i c o p a i n , q u ' i l joue aux c a r t e s , se mele p a r m i tous l e s types humains . S i l a d i s c i p l i n e de sa, j eunesse a. ete bonne , i l peu t a f f r o n t e r t o u t e s l e s c r i s e s avec s u c c e s . Rousseau exprime b i e n c e c i . "II f a u t e t u d i e r l a s o c i e t e p a r l e s hommes, et l e s hommes p a r l a socie'te'; ceux q u i voudront t r a i t e r sepa,rement l a p o l i t i q u e et l a mora le n ' e n t e n d r o n t jamais r i e n a aucune des deux ." ° 1 . M o r l e y , J o h n , Roussea,u, London , H a c E i H a n , 1915, 2 v o l s . 2nd v o l . , 229 f f . 2 . Omuvres, I I , p .550 ( E m i l e , IV) 3 . I b i d . , p . 5 4 4 . Dans l a socie'te' des hommes, E m i l e d o i t se m e t t r e en garde c o n t r e l e s faux a t t r a i t s de l a v i e s a l o n n i e > e , C e t t e pense"e es t l ' e c h o de c e l l e q u ' i l exprime s i pass ionnement dans la. L e t t r e sur l e s s p e c t a c l e s et dans la , ITouvelle H e l o ' i s e . Dans l ' E m i l e , la, c r i t i q u e v a p l u s au f o n d . "Je ne p u i s m'empecher de me r e - p r e s e n t e r , sur l e v i s a g e du jeune homme [ l e courtesan^ , j e ne s a i s quo i d ' i m p e r t i n e n t , de doucereux, d ' a f f e c t e , q u i d e p l a i t , q u i r e h u t e l e s gens t i n i s . " 1 E t p l u s t a r d : "Vous l e voyez a t - t e n t i f , empresse, c u r i e u x ; sa, p r e m i e r e a .dmirat ion vous f r a p p e ; vous 1 ' e s t i m e z c o n t e n t : mais voyez l ' e t a t de son'ame: vous 2 c r o y e z q u ' i l j o u i t ; moi j e c r o i s q u ' i l s o u f f r e . " S i E m i l e cherche l e "bonheur ou l a j o i e , i l ne l e s t r o u v e r a pas da,ns l e s p a . r t i e s e f f r e n e e s . . " L e s jeux b r u y a n s , la , t u r b u l a n t e j o i e , v o i l e n t l e s degouts et 1 ' e n n u i . M a i s l a m e l a n c o l i e est amie de l a v o l u p t e ; 1 ' a t t e n d r i s s e m e n t et l e s larmes accom- pagnent l e s p l u s douces j o u i s s a n c e s , et 1 ' e x c e s s i v e j o i e e l l e - meme a r r a c h e p l u t o t des p l e u r s que des r i s . " 3 Rousseau en- se igne a ce jeune homme de s ' a b s t e n i r des exces des banquets c o n v e n t i o n n e l s . "Ta.ndis que l e repa.s se p r o l o n g e , t a n d i s que l e s s e r v i c e s se succ^dent , t a n d i s q u ' a u t o u r de l a t a b l e regnent m i l l e p r o p o s b r u y a n s , j e m'approche de son o r e i l l e , et j e l u i d i s : P a r combien de mains e s t i m e r i e z - v o u s b i e n q u ' a i t passe t o u t ce que vous voyez sur c e t t e t a b l e avant que d ' y a r r i v e r ? " 4 1. O E u v r e s , I I , " p . 5 5 9 ( E m i l e , VI ) 2 . I b i d . , "p.'5'38. 3;, I b i d . , p.539. 4 . O E u v r e s , I I , p .511 ( E m i l e , I I I ) • So " I l indique d"autre part, "la comparaison d'un dlnex simple et rustique, prepare par l'exercice, assaisonne par la faim, par la liberte, par la joie... ." Emile est non seulement instruit dans les affaires ex- terieures ma.is soumis a une discipline inte'rieure, Les bons resultants de sa discipline se montrent dans ses actions morales. II sait ce qui est naturel et vrai. I l possede une norme pa.r laquelle i l peut juger les evenements autour de lu i . Selon Roussea/u, son type id£al poursuivra le crime et defendra 1"innocent non comme chevalier errant mais parce qu'il sent dans son for intSrieur, qu'il doit le faire. "S.T.il voit regner la discorde entre ses camarades, i l cherche a les reconcilier; s ' i l voit des affliges, i l s'in- forme du suj et de leurs peines; s ' i l voit un opprime' gemir des vexations du puissant et du riche, i l cherche de quelles manoeuvres se couvrent ces vexations; et, dans 1'interet qu'il prend a. tous les miserahles, les mo yens de finir leurs maux ne sont jamais indifferens pour l u i . " 1 Ces pensees s'unissent a une partie remarquable de sa philosophie. C'est la P i t i e . Rousseau a eleve son prote'ge pour estimer 1'amour de soi-meme. (be la, i l raisonne les droits de l'individu.) Mais i l 1'avertit de s'a-ppuyer sur cette qualite, I l y a le danger de l'augmenter jusqu'a 1. OEuvres, II , p .555. (Emile, IV) . 1 'amour-prop r e . I I se s e n t i r a v i v r e dans un e'tat s u p e r i e u r a c e l u i de ses compagnons. Au c o n t r a i r e , l'a p i t i e c o r r i g e l f o r g e u i l f a u x . " C e s t l a f a i b l e s s e de l'homme q u i l e rend s o c i a b l e ^ ce sont nos m i s e r e s communes q u i p o r t e n t nos coeurs a l ' h u m a n i t l j nous ne l u i d e v r i o n s r i e n s i nous n ' e t i o n s pas hommes."-'- P o u r donner une a u t r e methode c o r r e c t i v e , l e jeune homme d o i t e t r e expose aux gens q u i de'couragent son a m o u r - p r o p r e aug- ment ant — des gens q u i peuvent l e duper ou l e s u r p a s s e r dans l e s j e u x de l a v i e . " 2 Rousseau exprime ses pensees a l ' e g a r d de l a p i t i e dans t r o i s maximes q u i d i s e n t en resume que l'homme i d e a l a imera tous l e s hommes, a u r a du r e s p e c t de chaque i n d i v i - d u . I l d o i t se c o n s i d e r e r membre de l a r a c e humaine et non d'une s e u l e c l a s s e des hommes.^ E m i l e s e r a s e n s i b l e a, l a b e a u t e , C ' e s t une p a r t i e i m p o r - t a n t e de son enseignement• Rousseau est c e r t a i n que l e b o n - h e u r se t r o u v e dans l a c l a i r e p e r c e p t i o n des v a l e u r s i n t r i n - seques non seulement des choses a r t i s t i q u e s mais des o b j e t s communs de la . v i e . E m i l e pourra , j u g e r e n t r e l e beau ou l e v i l a i n dans l e s s a l o n s , dans l e t h e a t r e , dans l e p a r e e t meme dans l e marche . Comme H e n d e l 1 ' e x p r i m e : "Emile i s to be a c a l m , s y m p a t h e t i c , i n t e r e s t e d o b s e r v e r o f men. He i s t r a i n e d 1. OEuvres , I I , p .533 ( E m i l e , IV) 2 . H e n d e l , " C h a r l e s , J e a n - J a c q u e s Rousseau . M o r a l i s t , O x f o r d , 1934, 2 v o l s . ; , v o l . 2 , p . 1 1 3 . . 3 . O E u v r e s , I I , p p . 5 3 5 - 6 . to judge w i t h o u t any b i a s f rom o p i n i o n h u t s i m p l y from what he k n o w s . . . . Where most o t h e r s would envy, he w i l l p i t y , and he w i l l p i t y t h e i r l a c k o f l i b e r t y on account of a l l t h e i r show of w e a l t h , h o n o u r s , p l e a s u r e s , and even p i t y t h e i r wiclced- ness as r e a l l y as i l l f o r themse lves as w e l l as f o r o t h e r s . , | J - Un homme s e r a heureux ou malheureux s e l o n l a p r o p o r t i o n de ses f o r c e s et ses b e s o i n s . S i l e s b e s o i n s sont p l u s nom- b r e u x que l e s f o r c e s , i l s e r a malheureux . L ' e x c e s de f o r c e s e t l e manque de d e s i r s es t une c o n d i t i o n a u s s i r e g r e t t a b l e . M a i s "un Otre s e n s i b l e dont l e s f a c u l t e s e 'ga lero ient l e s de - s i r s s e r o i t un e t r e absolument h e u r e u x . " 2 Emil©' j b u i r a de c e t t e b a l a n c e . I l d e s i r e r a simplement ce dont i l a b e s o i n . E t i l a u r a b e s o i n seulement de ce q u i l u i f e r a du h i e n . Rousseau l ' e x p r i m e d 'une a u t r e f a c o n j "Q,uiconque f a i t ce. J> • - q u ' i l v eu t est heureux , s ' i l se s u f f i t a lui-meme.; c ' e s t l e cas de l'homme v i y a n t dans l ' e t a t de n a t u r e . Quiconque f a i t ce q u ' i l v eu t n ' e s t pas h e u r e u x , s i ses b e s o i n s p a s s e n t ses f o r c e s ! . . . . " 3 Dans 1 ' E m i l e , l e l e c t e u r t rouve l a fameuse P r o f e s s i o n de E o i du v i c a i r e S a v o y a r d , 1'epitome de l a r e l i g i o n de j e a n - Jacques et de son jeune e ' tudiant . I l ne s e r a i t pas opporturr d ' e n t r e r dans une longue d i s c u s s i o n des dogmes q u i s ' y p r e - s e n t e n t . Au l i e u de c e c i t i r o n s que lques p o i n t s q u i ont 1. H e n d e l , o p . c i t . , v o l . 2, p.113. 2 . O E u v r e s , " I I , p . 4 3 0 . ( E m i l e I I ) 3 . I b i d . , p . 4 3 4 . r a p p o r t a n o t r e s u j e t . L a r e l i g i o n de J e a n - J a c q u e s p l a i s a i t aux "phi losophes" p a r c e q u ' e l l e r e j e t t e l e credo r i g o u r e u x de C a l v i n et l e s c o n t r a d i c t i o n s de lfeglise c a t h o l i q u e . L ' e s s e n c e de l a d o c t r i n e se t r o u v e dans l a l i b e r t e de c o n s c i e n c e . A r e b o u r s de l a f o i des p h i l o s o p h e s , q u i est f o n d l e purement sur l a r a i s o n , ce credo du v i c a i r e i n s i s t e sur 1 ' e x p r e s s i o n s en - s i b l e et p e r s o n e l l e . Dans l e s mots de 1 ' e e r i v a i n ; "Consc i ence ! C o n s c i e n c e ! i n s t i n c t d i v i n , i m m o r t e l l e et c e l e s t e v o i x ; gu ide a s s u r e d ' u n e t r e i g n o r a n t e t b o r n e , mais i n t e l l i g e n t e t l i b r e ; juge i n f a l l l i b l e du b i e n et du m a l , q u i rends l'homme semblable a D i e u i c ' e s t t o i q u i f a i s 1 ' e x c e l l e n c e de sa n a t u r e et l a m o r a l i t e de ses act i o n s . " L ' a s p e c t q u i nous i n t e r e s s e es t l ' e s p r i t d ' i n d ep en'dance siascite p a r c e t t e f o i . D ' a b o r d , 1' i n s t r u c t i o n du, credo ne com- mence pas pendant l a j eunesse d ' E m i l e . C ' e s t l ' a p p r o c h e i n - c o r r e c t e d 'une e d u c a t i o n r e l i g i e u s e . "Le grand mal des images d i f f o r m e s de l a D i v i n i t e * q u ' o n t r a c e dans l ' e s p r i t des e n f a n t s , es t q u ' e l l e s y r e s t e n t t o u t e l e u r v i e e t q u ' i l s ne con^o ivent p l u s , e tant hommes, d ' a u t r e D i e u que c e l u i des e n f a n t s . ' " 0 E m i l e a t t e n d j u s q u ' a ce q u ' i l a i t d i x - h u i t a n s , avant que J e a n - Jacques l u i donne son i n s t r u c t i o n d i r e c t e . P u i s , i l apprend a c r o i r e en l ' e x i s t e n c e de D i e u et en 1 ' i m m o r t a l i t y de l ' a m e humaine . E t sa f o i es t fondee s u r une r e c o n n a i s s a n c e i n t i m e . L e P o u v o i r supreme es t une f o r c e a c t i v e au d e l a de sa com- p r e h e n s i o n r a t i o n n e l l e mais c er ta inement a l a p o r t e e de ses s e n t i m e n t s . 3 1 . .O^u^res , I I , p . 5 8 4 . ( E m i l e , IV) 2 . I b i d . , p . 5 6 1 . 3 . H e n d e l , I I , p . 1 3 9 . Nous a r r i v o n s a l a f i n du c h a p i t r e et nous sommes p r e t s a resumer l e s t r a i t s de l'homme i d e a l de J e a n - J a c q u e s . Nous avons t r a i t e l e s u j e t j u s q u ' i c i v i s - a - v i s de son i n s t r u c t i o n , sa v i e s o c i a l e , ses q u a l i t es mora l e s et sa r e l i g i o n , E m i l e es t devenu homme. E s t - i l grand? S i cela. es t v r a i Q u ' e s t . c e qu i l e rend supe"rieur? D ' a b o r d , t o u r n o n s - n o u s v e r s son c r e a t e u r , J e a n - J a c q u e s . Penseur p r o f o n d , et e s p r i t s e n s i b l e aux maux et aux b e s o i n s de l a r a c e humaine, i l t a c h a i t d ' i n c a r n e r ces q u a l i t e s d ' E m i l e dans sa p r o p r e v i e ; mai s i l y a echoue". E m i l e est done t o u t ce que Rousseau v o u l a i t d e v e n i r . Tout dahs l a v i e du p h i l o s o p h e a l i e u d'une f a c o n b i z a r r e ou a d v e r s e . L a l e c t u r e de sa jeunesse l u i a donne une s e n s i - b i l i t y pre*coee 9 et son i m a g i n a t i o n et son independance l ' p n t mene dans beaucoup d ' e x p e r i e n c e s v i o l e n t e s . I l s ' e s t r e v o l t e c o n t r e l e s l i e n s de l a s o c i e t e , f a i s a n t des ennemis de ses compagnons, I l a evoque son amour de soi-meme a, un age t e n d r e , et comme r e s u l t a t , i l a v a i t une grande env ie de 1' independance. Tout c e l a l ' a rendu i n s o c i a b l e s u r t o u t a P a r i s . E m i l e , au c o n t r a i r e , d o i t e*tre d i f f e r e n t , , . Apres 1 ' i n - s t r u c t i o n so igneuse , i l e s t p r e t • a b r a v e r l e s ex igences de l a v i e et a s ' a j u s t e r aux s i t u a t i o n s q u i se p r e s e n t e n t . "II a un e s p r i t u n i v e r s e l non p a r l e s lumie"res, mais p a r l a f a c u l t e d ' e n a c q u e r i r ; un e s p r i t o u v e r t , i n t e l l i g e n t , p r e t a tout e t , comme d i t M o n t a i g n e , s i n o n i n s t r u i t du moins i n s t r u i s a b l e . 1. OEuvres , I I , p . 5 2 4 . ( E m i l e , I I I ) E m i l e est competent c a r on l ' a p r e p a r e p o u r l a v i e e t non pour un m e t i e r . Oomme son c r e a t e u r 1 ' e x p l i q u e , . . . "Avant l a v o c a t i o n des p a r e n s , l a n a t u r e l ' a p p e l l e a, la. v i e humaine . V i v r e e s t l e m e t i e r que j e l u i veux apprendre." 1 C ' e s t la , tendance de Rousseau de retomber sur l ' e x p r e s - s i o n ." la Nature" p o u r i n d i q u e r l e s m e i l l e u r e s c o n d i t i o n s p o u r l e bonheur d ' E m i l e . Ce qu i se d e r i v e de l a n a t u r e l u i f a i t p l a i s i r . L a s i g n i f i c a t i o n - du nom se t r o u v e dans l a p e i n t u r e du c a r a c t e r e d ' E m i l e et t r o u v e done son o r i g i n e dans 1 " i n t e r - p r e t a t i o n de J e a n - J a c q u e s . E m i l e est un enfant de l a na ture pa.rce q u ' i l renonce aux moeurs complexes de l a ' v i e ' e t p a r c e q u ' i l j o u i t de gouts s i m p l e s , l i a i s p o t i r t a n t i l ne renonce pas a l a s o c i e t e en misanthrope i n c u r a b l e . Q u o i q u e ' l a s o c i e t e a i t " f a i t l'homme p l u s f o i b l e , non-seulement en l u i cHant l e d r o i t q u ' i l a v o i t sur ses p r o p r e s f o r c e s , mais s u r t o u t en l e s l u i renda.nt i n s u f f i s a n t e s , " i l d o i t p a r t a g e r l e s d e v o i r s s o c i a u x avec ses compagnons. C e l a est c l a i r apres l a l e c t u r e du 0on-trat s o c i a l . E m i l e et Roussea/u seront t o u j o u r s des personnages a d m i - - r a b i e s . E t n o t r e a d m i r a t i o n est s u s c i t e e e s s e n t i e l l e m e n t a cause de 1 ' a s p e c t i n d i v i d u e l de l e u r s c a r a c t e r e s . "Voir Rousseau au temps de sa reponse au mandement de C h r i s t o p h e de Bea.um.ont, archeve'que de P a r i s . Calomnie durement, accuse de 1. OEuvres , p . 4 0 3 . ( E m i l e l j ) "Q,ui~se t o t am ad vi" tarn i n s t r u x i t , non - d e s i d e r a t p a r t i c u - " l a t i m admoner i , doc tus i n to turn, non quomodd" cum. uxore aut cum f i l i i s v i v e r e t , sed quomodo bene v i v e r e t . ~ " ( S e n e c ' E p . 9 4 ) c±t6 p a r II. G. P e t i t a i n , e d i t e u r . ) 2 . O E u v r e s , I I , p . 4 3 3 . ( E m i l e , I I ) l a h e r e s i e , Rousseau a. defendu ses d o c t r i n e s dans une l e t t r e p o l £ m i q u e avec une p r o s e "brulante d ' e m o t i o n . L e p r e t r e , t o u t simplement un homme a Rousseau, a menace e t d i i f a m e ses d r o i t s a l ' e g a r d de sa p e r s o n n e . S e l o n l ' a c c u s l , c ' e ' t a i t un v e ' r i t a h l e c r i m e . Sa r^ponse e t a i t l a f r a n c h i s e e l le -meme. Rousseau s a v a i t "bien son r6l e dans l a v i e s y d ' e t r e l e s e u l a u t e u r de mon s i e c l e et de "beaucoup d ' a u t r e s q u i a i t e c r i t de "bonne f o i , et q u i n'-ai d i t que ce q u ' i l a c m . " 1 N i Beaumont n i personne d ' a u t r e ne peut d e c r i e r l e s d r o i t s p e r s o n n e l s de l 'homme, E m i l e s e r a un e \ r e p e n s a n t ; i l s e r a un homme de l a natune q u i e v i t e r a , l a s o c i e t e de l'homme de l 'homme. Rousseau e'tait c o n v a i n c u que l e s grandes pensees ont p l u s d ' o c c a s i o n d ' e t r e nees dans l ' e s p r i t d ' u n homme t e l q u ' E m i l e . Dans une l e t t r e i n t e r e s s a n t e v i s - a - v i s de 1'educat ion , i l a f f i r m e ; . . . . " O n s ' i m a g i n e o r d i n a i r e m e n t que l e monde es t l e t h e a t r e des gra.ndes p a s s i o n s ; j e pense au c o n t r a i r e q u ' i l e s t s e u l ement c e l u i des p e t i t s g o u t s . . . . l e s grands t r a i t s des p a s s i o n s dans tous l e s genres ont presque tous ete p r o d u i t s p a r des coeurs s o l i t a i r e s et m e l a n c h o l i q u e s . " ^ L a s o c i e t e des hommes.doi t e t r e p l e i n e d ' E m i l e s p o u r em- p l c h e r un danger que Rousseau a, p r e v u avec c l a i r v o y a n c e . C ' e s t - a - d i r e que tous l e s hommes tendent a se res sembler a . 1. Jean^Jacques Rousseau, Morceaux c h o i s i s , par Daniel Mornet, : '." ".. , ,' Didier t.et P r i v a t , 1942, p.268. 2. Corresppndance Generale, I, #371, 1740, Lyon, Fragment du —————— Memoire a M. de Ste. Marie. Pour 1'Education de son f i l s . cause de l a f o r c e u n i s s a n t e de l a c o n v e n t i o n . L a p e i n t u r e d'une t e l l e e x i s t e n c e se t rouve dans une l e t t r e p a r i s i e n n e de S a i n t - P r e u x . "A c e l a p r e s , on ne s a u r a i t c r o i r e a q u e l p o i n t t o u t est conipasse, mesure, p e s e , dans ce q u ' i l s app e l l e n t des p r o c e d e s ; t o u t ce q u i n ' e s t p l u s dans l e s sent imens , i l s l ' o n t mis en r e g i e , et t o u t est regie p a r m i eux. Ce p e u p l e i m i t a t e u r s e r o i t p l e i n d ' o r i g i n a u x , q u ' i l s e r o i t i m p o s s i b l e d ' e n r i e n s a v o i r ; c a r n u l homme n 'ose e t r e lu i -meme. I I f a u t f a i r e comme l e s a u t r e s ; c ' e s t l a p r e m i e r e maxime de l a sagesse du p a y s . C e l a se f a i t , c e l a ne se f a i t p a s : v o i l a l a d e c i s i o n s u p r e m e . " 1 Rousseau nous a v e r t i t de c e t t e c o n d u i t e , ce manque de d e c i s i o n . On espere que sa p l a i n t e sera, entendue et c o m p r i s e . I l est d i f f i c i l e de resumer l e s t r a i t s d ' E m i l e dans que lques mots . M a i s H e n d e l a t e n t e un resume t o u t comple t . "He i s a young man of sound judgment, s a y i n g l i t t l e , i n c o n - s p i c u o u s , independent w i t h o u t making a show o f i t ; w a n t i n g to p l e a s e o t h e r s ; t r u e and t e n d e r , d e f e r e n t i a l to age; a t a l l t imes . i n d e e d , w e l l - m a n n e r e d , ye t not w i t h p o l i t e a i r ' s , and always r e j o i c i n g to f i n d o t h e r s a p p r o v i n g o f what he l i k e s . " 2 Ne'anmoins i l y a deux choses q u i manquent, deux q u a l i t e s que j e v i e n s d ' i n d i q u e r . Ce sont l a conna i s sance p r o f o n d e de son d e v o i r s o c i a l envers l e s a u t r e s hommes e t envers l a v o l o n t e ge'nerale de 1 ' e t a t , et une p r o m p t i t u d e de de fendre ses d r o i t s p e r s o n n e l s . 1. O E u v r e s , I I , p . 1 2 4 , ( L a . ' N . H . , I I , x v i i ) 2 , H e n d e l , o p . c i t . , v o l . 2 , p . 1 1 8 . CONCLUSION. P o u r resumer l e s d i v e r s e s p a r t i e s de c e t t e etude d ' u n type i d e a l et pour en t i r e r quelques c o n c l u s i o n s , examinons chaque c h a p i t r e a son t o u r . Dans 1 ' i n t r o d u c t i o n , nous avons p r e s e n t e quelques types humains q u i se t r o u v e n t dans l e monde des l e t t r e s et dans l ' h i s t o i - r e . ^ Chacun a p p a r t e n a i t a son epoque a. l u i et en es t l e de - ^ veloppement n a t u r e l . P a r consequent , aucun ne p o u r r a i t s T a d a p t e r a un a u t r e m i l i e u ou a une a u t r e s o c i e t e . 3L 'e spr i t d ' E m i l e , au c o n t r a i r e , es t p l u s u n i v e r s e l et r e - g l a b l e . E m i l e p r e n d r a i t sa p l a c e dans n ' i m p o r t e q u e l m i l i e u . " A c e t egard i l es t s i n g u l i e r e t s u p e r i e u r . Da.ns l e p r e m i e r c h a p i t r e , nous avons t r a c e l e p r o g r e s de 1 ' i n d i v i d u a l i s m e , qu i est 1 'essence du type i d e a l , et p a r r a p p o r t , nous avons i n d i q u e l e s a spec t s i n d i v i d u e l s de l a v i e de J e a n - J a c q u e s avant q u ' i l s o i t entre 7 dans l e monde des l e t t r e s . Nous reprenons l e f i l de 1 'e tude dans l a l e t t r e a d ' A l e m b e r t , ou. l e m o r a l i s t e a coupe l e s l i e n s au mouvement p h i l o s o p h e e t ou i l es t devenu tout, s e u l , "ennemi" de l a ' s o c i e t e . P u i s , r e c o n n a i s s a n t p l u s c l a i r e m e n t l e s f o r c e s du "bien et du m a i , i l dev ine dans l a comedie de K o l i e r e son v r a i p r o t a g o n i s t e , l e r e f l e t de lu i -meme, et l e m a r t y r de son epoque A l c e s t e . Le t a b l e a u d e v i e n t p l u s complexe quand on examine l e s r e l a t i o n s du nouveau type v i s - a - v i s de la. s o c i e t e d e p e i n t e dans l e Cont r a t s o c i a l . I I sera . i t s t u p i d e de n i e r qu'une br&che e x i s t e e n t r e l a personne et l ' e t a t s o c i a l , ' c a r Rousseau n ' a jamais r e c o n c i l i e l a n a t u r e i n d i v i d u e l l e de son- type avec l a d i s c i p l i n e de l ' e t a t . M a i s i l importe de r e - marquer q u ' i l ne s a c r i f i e jamais l ' u n e a 1 ' a u t r e . I I a c - cepte l e s deux. C ' e s t un f a i t c u r i e u x q u ' i l ne da igne pas de n o t e r c e t t e c o n t r a d i c t i o n . M a i s dans c e t t e n e g l i g e n c e meme se t r o u v e p e u t - e t r e l a sagesse de sa p h i l o s o p h i c . Se- l o n V a u g h a n s " . . . i t may w e l l he t h a t i n t h i s v e r y d i s c r e p a n c y i s the s u r e s t s i g n o f wisdom. The c o n t r a d i c t i o n i s i n the n a t u r e of t h i n g s , as w e l l as i n h i s temper and w r i t i n g s . I t i s the f i r s t d u t y of e v e r y community to g ive the l a r g e s t p o s - s i b l e p l a y to b o t h elements i n p r a c t i c e . Is i t l e s s , t h e duty of the p h i l o s o p h e r to f i n d room f o r b o t h i n t h e o r y ? " ! Dans l a l u t t e des deux t y p e s , A l c e s t e et P h i l i n t e r e n - t r e n t en scene . M a i s i l s y t r o u v e n t p r e s e n t s deux a u t r e s a c t e u r s . C ' e s t Rousseau, romant ique , en combat avec J u l i e , d i s c i p l i n e e , et mere de f a m i l l e . L a p e i n t u r e d e v i e n t p l u s c o m p l e t e . E t c ' e s t n a t u r e l q u T e l l e est a i n s i . Rousseau n' : a pas cre'e E m i l e pendant l a c r i s e de V i n c e n n e s . I l n ' a concu que que lques l a r g e s p r i n - c i p e s de son homme i d e a l . P u i s i l s u i t un developpement de son c a r a c t e r e a mesure que son oeuvre a m u r i . L a oonsomma-:'- t i o n a r r i v e dans 1 ' E m i l e , ou. l'homme de l'homme, son n o u - v e a u type humain, p r e n d sa forme f i n a l e et c o m p l e t e . C ' e s t la , que nous pouvons l i r e son message de sage c o n s e i l et de v e r i t e e ; e t e r n e l l e s . 1 . Vaughan, op . c i t . , I I , p . 1 4 2 . BLBLIOGRAPHIE. 1. OEuvres completes de J . - J . Rousseau. Paris , Houssiaux, 1852. Tome premiers C o n f e s s i o n s . Polit ique et Discaurs. Tome deuxieme: La Eouvelle -Helpi se, Emile. Lettre a M. de Beaumont. tditeurss MM. Pet i ta in et Musset-Pathay. 2. Josepheson, Matthew, Jean-Jacques Rousseau, lew York, Harcourt Brace, 1932, 3. Masson, Pierre , La "Profession de Eoi" de Jean-Jacques; Paris , Hachette, 1916. 4. Hendel, Charles, Jean-Jacques Rousseau. Moral ist , Oxford, 1934, 2 vo ls . 5. Pidao-Justiniani, J . - E . , L 'Espr i t elassique et l a Prec io s i t l au X V I I esiecle, Paris, Picard, 1914. 6. Mornet, Daniel, La Pensee franchise au XVIII e siecle,, Paris , Col in , 1926. 7. Bazai l las , Albert, J . - J . Rousseau, Par is , Plon, 1913, 2 vo ls . 8. Mornet, Daniel, La "Nouvelle Heloise" de J . - J . " Rousseau;" ' Etude et analyse, Paris , Mellottee, 1930. 9. Morley, J . , Rousseau, London, MacMillan, 1915, 2 vols . 10. Hettleship, R . L . , Lectures on the Republic of Plato, London, MacMillan, 1910. 11. Vaughan, G. E . , The P o l i t i c a l Writings of Jean-Ja,cques Rousseau, Cambridge, University Press, 1915, 2 vols . 12. Schinz, A . , La Pensee de Jean-Jacques Rousseau. Paris , Alcan, 1929. 13. Eaguet, E . , Rousseau contre Mdlikre. Par is , Audin, 1912. 14. Wright, E . H . , The Meaning of Rousseau, London, Oxford University Press, 1929. 15. Babbitt, I . , Rous'seau and'Romanticism, Boston, Houghton M i f f l i n , 1919. 16. Correspondance Generale de J . - J . Rousseau, Paris , Col in, 1924, ed. Th^ophile Dufour. 1 7 . Babbitt, I . , Literature of the American College^ Boston, Houghton M i f f l i n , 1 9 0 7 . 1 8 . V i a l , E . , et Denise L . , Idees et doctrines 1-if. t e r r a . i T P R J " Paris , Delagrave, 1 9 3 7 , 3 vo ls . 1 9 . Scott, ¥ . , The Talisman, London, Nelson, 2 0 . Arnavon, Jacques, L'Interpretation de'la comedie clas- sique, Le Misanthrope, Paris , Plon, 1 9 1 4 . 2 1 . Doumic, Rene, Le Misanthrope de Moliere, Paris , Mellot- t £ e , 1 9 3 0 1 ? ) . ~ 22. Rousseau, Jean-Jacques, Du Contrat soc ia l , public" par Georges Beaulavon, Paris , Rieder, 1 9 1 4 . 2 3 . De Tocqueville, Alexis, L'Ancien Regime, Oxford, Clarendon, 1 9 1 6 , ed. Headlam, G.W. 2 4 . de Vigny, Alfred, Chatterton. Oxford, Clarendon, 1 9 3 5 , ed. Lauvriere, E . 2 5 . Annales de l a Soci6te Jean-Jacques Rousseau","'" Gen eve, Ju l l i en , ( v o l . v i i , 1 9 1 1 . ) 2 6 . J . - J . Rousseau, La Nouvelle Heioise, publle'e par Daniel Mornet, 4 vols , Par is , Hachette, 1 9 2 5 , v o l . 1 . 2 7 . Van Tie&ghem, Phil ippe, La Nouvelle Heloi'se de, Jean- Jacques Rousseau, Paris , Societe fran- ja'ise d"Editions l itteraires et tech- liques, 1 9 2 9 . 2 8 . de Stael, OEuvres completes, Paris , Treuttel etlWurtz, 1 8 2 0 , v o l . 1 . 2 9 . Jean-Jacques Rousseau, Morceaux choisis, par Daniel Mornet, Didier-Priyat , 1 9 4 2 . 3 0 . Le Texte de la Nouvelle constitution francaise (Service d'information, Ottawa.) * TABLE DES MATIERES Pages. INTRODUCTION » 4 CHAPITRE UN: Vie Romantique.... 13 CHAPITRE DEUX: La Question misanthrope... 23 CHAPITRE TROIS: Penseur p o l i t i q u e . . . . . 37 CHAPITRE QUATRE: La Lutte entre deux t y p e s . . . . 56 CHAPITRE CINQ,: E m i l e . . . . . . . . 70 CONCLUSION 88 BIBLIOGRAPHIE 91

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
United States 6 0
Japan 5 0
France 4 0
China 2 0
Italy 1 0
United Kingdom 1 0
City Views Downloads
Tokyo 5 0
Ashburn 4 0
Unknown 2 19
Beijing 2 0
Toulon 2 0
Pisa 1 0
Sunnyvale 1 0
Mountain View 1 0
Mansfield 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0105869/manifest

Comment

Related Items