UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le symbolisme dans les drames de M. Maeterlinck MacKenzie, A. Jean 1942

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1942_A8 M2 S8.pdf [ 11.1MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0105660.json
JSON-LD: 831-1.0105660-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0105660-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0105660-rdf.json
Turtle: 831-1.0105660-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0105660-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0105660-source.json
Full Text
831-1.0105660-fulltext.txt
Citation
831-1.0105660.ris

Full Text

LE SYMBOLISMS DANS LES DRAMES DE M, MAETERLINCK "by A, Jean MacKenzie A Thesis submitted i n p a r t i a l f u l f i l l m e n t of t h Degree of Master of Arts i n the Department of Modern Languages. to '1^^. The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia October 19*12. CHAPITRE I M. Maeterlinck et l ^ c o l e symboliste 1. Symbolistes avant M. Maeterlinck. 2„ M. Maeterlinck, membre de cette £cole. (a) Sa v i e (b) Ses oeuvres (c) Ses theor i e s dramatiques Le Symbolisme a au moins t r o i s anc§tres importants. Swedenborg est l e Messie c h r l t i e n de oe c u l t e . Selon l u l Jusqu'au moindre objet, tout i c i - b a s posseMe un analogue dans 1'autre monde. ( l ) I I explique l a B i b l e d'apre^s cette science des correspondances. A i n s i cha.que creature represente une ve'rite c e l e s t e ou une faussete i n f e r n a l e . A V i c t o r Hugo a u s s i , toutes choses t e r r e s t r e s parlent du Seigneur Dieu. Pourtant ce "podte cosmique" (2) est non seulement Chretien mais a u s s i pantheiste. I I declare ? .. o tout a conscience en l a cremation; „ „ „ ... vents, ondes, flammes, Arbres, roseaux, rochers, tout v i t I Tout e s t - p l e i n dJ£mes. (3) En outre. Hugo prepare l e chemln des symbolistes en fe.isant la guerre It l a rh^torique.. I I l l b d r e l a poesie franpaise des " l o i s tyranniques, " Dependant Edgar A l l a n Poe l&gue .:. wne. important^ technique aux symbolistes. En employant des phrases vagues , la et obscures, i l demontre l e s e f f e t s prenants deAsuggestion. Une atmosphere s p i r i t u a l i s e d se trouve dans toutes ses .oeuvres. L 1 e v o c a t i o n d'un etat d'&rne, c'est l e seul but de Poe. Son grand admirateur, Baudelaire, est peut-9tre l e v r a i pe"re du Symbolisms f r a n c a i s . I I a des ide'es q u i ressemblent a c e l l e s de ses t r o i s predecesseurs. four Baudelaire, U T V i a t t e , A u g u s t , ~ ~ ^ Q B ~ ^ ^ B x ^ o v ^ B n ^ r T ^ ^ sources occultes du romantlsme, P a r i s , L i b r a i r i e Ancienne Honord Champion. (2) Peyre, Henri, Hommes et oeuvres du XX e s i ^ c l e , P a r i s , Correa, 193$, p. _ — (3) Hugo, V i c t o r , "Ce que d i t l a bouche d'ombre", Les Con-templations , P a r i s , Imprimerie n a t i o n a l e , 1905, p. 4-16. l e monde n !est qu'une a l l l g o r i e ; l e s univers ne valent que pour ce q u ' i l s s i g n i f l e n t , l i s sont des signes & I n t e r p r e t e r , ... une ample parabole dont l e sens profond coneerne l e s rapports £ternels de Dieu & l'homme. ( l ) I I exprime a i n s i sa propre theorie des correspondances: Dans une tBn6breuse et profonde u n i t e , ... Les parfurns, l e s couleurs et l e s sons se r6pondent. (2) De p l u s , 11 est obse"d6 comme Poe par l a beaut6 macabre. Baudelaire est vraiment 1'archange satanique du Symbolisme. Comme l u i , V e r l a i n e , Mallarml et Rimbaud se reVoltent contre 1'esprit p o s i t i v i s t e 6 .. qui sous l e nom de naturaliame, envahissait l e roman et l e theatre. (3) C'est Verlaine q u i e'erit l e v e r i t a b l e manifeste contre l e s methodes biologiques des ParnassiensS .„, nous voulons l a Nuance encor, Pas l a Couleur, r i e n que l a nuance 1 (4) A i n s i l e s symbolistes ta'chent de creer des poe^mes symphon-iques. l i s transposent d^liberement l e s timbres de l ' o r c h e s t r e dans l e u r s vers,. (5) En e f f e t , l e Symbolisme est l a musique wagnirienne appliqu^e a l a poesie et au drame. Une brume nordique enveloppe l e s phrases .melodieus.es q u i s'adressent directement a (TJ P o i z a t , A l f r e d , Le symbolisme de B a u d e l a i r e - ^ Claude!"] P a r i s , La Renaissance du L i v r e , 1919> P. 5°• (2) B8.udeia.ire, Charles, "Correspondances", Les f l e u r s du mal, P a r i s , E d i t i o n s Fernand Roches, I929, p, 14-. (3) Martino, P., Parnasse et Symbolisme,, P a r i s , L i b r a i r i e Armand C o l i n , 1925, p; 138. (4) V e r l a i n e , Paul, "Art poetique", Oeuvres completes, P a r i s , Messein, 1911, tome I~ p. 314-. (5) Valery, Paul, "Avant-pro-Dos", V a r i | t ^ , P a r i s , L i b r a i r i e Gallimard, 1924-, p. 97. s 1 1 e s p r i t . Le Symbolisme est l e Romantisme s p i r i t u a l i s t . Au l i e u de chanter 1 1 i n d i v i d u et ses Amotions, l e Symbolisme s'adonne a" l'ame et a" ses impressions lnconscientes. Mallarml est l e grand pre^tre du Symbolisme. I I donna ses entretiens celdbres chaque mardi, de neuf heures SL minult. Sous 1' i n f l u e n c e du ce'nacle mallarme'en, 1 1 ambition l l t t e ' r a i r e de M. Maurice M a e t e r l i n c l u p r e c i s e . Le novice se consacre entierement au symbolisme. Oe poe^te e s t n4 & G-and l e 29 aofit 1^62. Son norn d e r i v a i t de l a bonte d'un de ces ancttres q u i , pendant une •ahnle.de d l s e t t e , d i s t r l b u a aux pauvre.s dee mesures de g r a i n . Le jeune Maeterlinck f i t ses etudes chez l e s j e s u i t e s , au College Sainte-Barbe de G-and oiJ i l a v a l t comme condis-c i p l e s Charles van Lerberghe et Gre'goire l e Roy. A l ' u n l v e r s i t e , Emile Verhaeren se J o l g n l t a* ces r e b e l l e s l i t t e r a i r e s q u i l i s a i e n t avidement l a Jeune Belglque. Les parents de Maeterlinck remarquaient en l u i de facheuses aptitudes l i t t e r a i r e s . Guide's par l e P h i l i s t i n i s m e flamand, i l s en oht -fait':, un avocat. Maurice accepta de terminer ses etudes aN P a r i s . En rediite i l y a l i a chercher 1 * encouragement he'cessaire a sa volonte. ( l ) En lg>£>6 i l v i n t a i n s i pour l a premiSre f o i s a!1 P a r i s . I I e t a i t accompagne' de G-regoire l e Roy. Tous l e s deux frequentaient l e s salons ou l e s eaf^s du . symbolisme. M. Maeterlinck y voyait souvent Mallarme', Ephraim Mikhael, C a t u l l e Mend^s et d'autres. C'^lrait V i l l i e r s de (1) Leblanc, Georgette, "L*Introduction", Morceaux c h o i s i e , P a r i s , Nelson, 1910, 11 I s l e Adam qui d l r l g e a M. Maeterlinck vers l e myste're et l e s p i r l t u e l . Tout ce que j 9 a i f a i t , o"est a* V i l l i e r s q u i je l e dois, a" ses conversations plus qu'a" ses oeuvres. ( l ) Au bout de sept rnois, M. Maeterlinck r e n t r a en Belgique ou i l permit tous l e s p r o d s qu'on l u i confia.' ,. I I a v a i t trop peu d'eloquence et trop de t i m i d i t e sauvage (2) pour r e u s s l r comme avocat. Neanmoins i l mettait son temps a p r o f i t en l i s a n t Platoi* Ruysbroeck, Spinoza, Shakespeare, C a r l y l e , Novalls, Emerson et bien d 7 autres. De p l u s , i l e c r i v a i t ses p e t l t s drames de maridnnettes. I I devenait ce'le'bre dans l e monde l i t t e r a i r e . Pendant une de ees v i s i t e s a P a r i s , i l f i t l a connaissance de 1 ' a c t r l c e , Mme. Georgette Leblanc. L'ann^e prochaine, i l q u i t t a definitivement l a Flandre et v i n t se f i x e r a P a r i s . ., Une grande f i g u r e de femme - visage, c l a i r et radieux, i n t e l l i g e n c e dans l e so u r i r e -bouleversa son r i v e , (3) De 1S93 a! 1907, M. Maeterlinck et Mme. Leblanc vlcurent a Gruchet-Saint-Sime'on. Dans leur^presbytere s i p a i s i b l e , i l e c r i v i t Monna Vanna, L 1Olseau bleu, La v i e des a b e l l l e s , et des l i v r e s philosophiques. Plus t a r d Quatre Chemins pre*s de G-rasse devint en h i v e r l e u r maison. Pendant l 8 l t e l i s demeuraient dans l'abbaye ancienne de Sa i n t - W a n d r i l l e . Quand M. Maeterlinck l'a^cheta, on a v a i t 1' I n t e n t i o n de con-v e r t e r cet a s i l e b e n e d l c t i n en usine de produits chimiques. T±l Huret, J u l e s , Enqu§te sur I n v o l u t i o n l i t t e r a i r e , P a r i s , Bibliothe'que Charpentier. 1913, p. 12g„ (2) Harry, Gerard, Maurice Maeterlinck, P a r i s , E. Sansot et C&e, E d l t e u r s , 1904, p„ 23. (3) Van Bever, Ad., Maurice Maeterlinck, P a r i s , E. Sansot et Gie E f i l t e u r s , 190^7"p. 23. 7 Mme. Leblanc l e c o n v e r t i t en theaVtre oil on joua.' PelleVs et Me*ll&ande, La mort de T l n t a g i l e s , Aglavalne et S-elysette, et L 1 Intruse. Les ruines, l e s terraases et l e s souterrains f o u r n i s s a i e n t des decors i d e a l s a ces drames. En 1911 M. Maeterlinck remporta'Ie p r i x Nobel surtout pour ses creations dramatiques. L 8Oiseau bleu ; :-£utr pro-bablement l a cause p r i n c i p a l e de ce Jugement. ( l ) Dds cette anne'e Renee Dahon demeura avec M. Maeterlinck et Mme. Leblanc. En 1919 M i l e . Dahon devint* Mme. Maeterlinck. Vers 1916 tous le s l i v r e s de M. Maeterlinck furent mis a* !• Index. Sarolea (2) s'^tonne que 11 E g l l s e romaine nkfc.pas cwmdatnh^' plus t o t l e s oeuvres de ce r e b e l l e r e l i g i e u x . Pourtant on l u i confe'ra l e t i t re de comte en 1932. Cinq ans plus t a r d i l f u t e l u ' . ^ l'Academle des sciences, morales et p o l i t i q u e s . Pendant quelques anhees, i l v&cut: en r e t r a i t e . a* Nice. Mais l a guerre a c t u e l l e de'molit sa v i e p a i s i b l e . L u i et sa femme vlnrent aux Etats-Unis en J u i l l e t 19^0„ New York ^ t a i t l e u r v l l l e de refuge. Les oeuvres de M. Maeterlinck se d i v i s e n t en deux groupes princlpaux - c e l l e s de sa jeunesse et c e l l e s de sa maturite. En 12^3 l o r s q u ' i l i t a i t encore c o l l e g i e n , I I c o l l a b o r a a l a Jeune Belgique. Trois ans plus t a r d i l p u b l l a un conte me'lodramatique, Le. massacre des innocents, dans l a P l t i a d e , revue symboliste de P a r i s . Apre's t r o i s ans de p l u s , M, /s , Maeterlinck f i t p a r a i t r e un r e c u e i l de vers i n t i t u l e Serres [1) Marble, Annie R u s s e l l , The Nobel P r i z e Wlnners~Tn L i t e r a t u r e , New York, D. Appleton & Co., 1932, p. 153. (2) Sarolea, Charles, The French Renascence, London, George A l l e n & Unwin, 1916, p, 262. 1 ohaudes. Ces p e t i t s podmes lourds d'angoisses et &'inquietudes apportent avec eux 1 !atmosphere Strange qui envelop-pera peu apr&s l e s heVos de son premier drameS La prlncesse Malelne (l) L'auteur lui-n£me imprima cette pi&ce k l ' a i d e d'une presse a" bras. Son a c c u e i l fut 6blouissant. Dans l e Figaro du 24- aout 1$9°» Octave Mirbeau l a proclama d'une beaut4 supe-r i e u r e aux oeuvres de Shakespeare. A cet eloge fantasque, _ avec Doumic repondit que Maeterlinck a f a i t son drame/vdes h a i l l o n s de Shakespeare. (2) Notre auteur lui-meme admet q u ' i l t&chait de f a i r e une pldce k l a faeon de Shakespeare mais pour uh theatre .de marionnettes. Dependant • l e coup de tam-tam de Mirbeau f i t t r o u dans la. dure • o r e i l l e du. p u b l i c , et l e nom du,:pbe>te beige y r e s t a muni de l a grosse Etiquette:. (3) • En outre l e s p o n t i f e s du cenacle acclamerent, M. Maeterlinck comme c r l a t e u r des-drames symbollques. L'Jntruse jouee par Lugne'-Poe qui venait de fonder l e theatre de l'Oeuvre eut un b r i l l a n t succe*s. A i n s i commenca l a representation de ses drames. A d i r e v r a i , M. Maeterlinck n' est pas un Shakespeare b e l g ^ mais I'Emerson de symbolisme, siveo . - a u s s i bien des q u a l i t e s de Poe. (4-) En r e a l i t e ^ l e s premiers drames de notre po^te comme l e s contes de Poe ont une uni t e unique d 1Impression. A i n s i l e balbutiement de ses personnages peut (1) Leblanc, Georgette, "L*Introduction", Morceaux choTsis. (2) Smith, H.A., Main Current of Modern French Drama, New York, Henry Holt & Co., 1925, p. 285. (3) Schure", Edward, "Maeterlinck philosophe',1 Le grand secret", R..-B., 15 sept. 1923, p. 614-, (4-) Huneker, James, I c o n o c l a s t s , New York, Scribner, 192g, p. 36^. donner l a c h a i r de poule aux plus biases. Les aveugles, L } I n t r u s e , Inte'rieur, et La mort de T l n t a g i l e s sont vraiment des chefs-d'oeuvre dw doute et deApeur. P e l l ^ a s et Me'llsande, publi£ en 1692, est l e conte anc-ien.de Paolo et Francesca infus£ de poesie symbolique. Mais aussi P e l l ^ a s , c'est l e r o i P e l l ^ e , dans T i n t a g i l l e on reconnalt l e chateau d'Arthur en T i n t a g e l . (1) Des sources diverses, notre auteur cre'e une trage'die d'une beaut^ tremblante et exquise. En IS96 Le t r e s o r des humbles, son premier l i v r e philosophique, f i t un debut heureux. L'annee suivante, Douze chansons expriraa en phrases simples mais obscures, i e s mfemes idees que ses premiers drames. Ces oeuvres furent s u i v i e s par d'autres l i v r e s philosophiques et puis par des l i v r e s philosophiques et s c i e n t i f i q u e s comme La v i e des a b e l l l e s et L 8 I n t e l l i g e n c e des f l e u r s 0 Une renaissance l i t t e r a i r e chez Maeterlinck devint v i s i b l e a ses l e c t e u r s en 1902, Entre l a Prlncesse Malelne et Monna Vanna . o 0 11 s'est pasaI dans l a v i e de M. Maeterlinck un f a i t considerable, ., et q u i n'est pas s i q u o t i d i e n , parmi les' horames: i l a vecu Dans Monna Vanna, l e s £tres et l e s choses se concre Ntent, se dessinent nettement, en t r a i t s v i f s , sur des fonds de r ^ a l i t e . C1 est une femme et des hommes aux p r i s e s avec 11 amour et ses c o n t r a d l c t i o n s et q u i exhalent ve'ritablement une Sdear de chair„ (2) A i n s i Octave Mirbeau loue l e deuxie^me chef-d' oeuvre de notre po§te„ TT1 Beauplan, Robert, nMonna"~vTnria~FTa Comedle-Francalse". La P e t i t e I l l u s t r a t i o n , 177, 19 Jan. 192^0 (2) Cohen, G-ustave, " V i s i t e h Maurice Maeterlinck", Nouvelles L i t t e r a i r e s , ( N . L j , 20 mars 1937. 10 D'apr£s Phelps, notre auteur l u i confessa que L u r l a ' de Browning'etait vraiment 1' archetype de Mpnna Vanna. De l a m&me mani^re, The Tempest sewu£ .de, module pour Joyzelle. . Un conte de Charles P e r r a u l t i n s p i r a ; Arlane et Barbe-Bleue. D'une facon charmante, M. Maeterlinck avoua une autre dette. Pendant un court se'jour a Londres, notre poe*te v i s i t a B a r r i e qui l u i demanda d'£crire son nom sur l a mur blanc. M. Maeterlinck $i-ibl en ajoutant au-dessus de sa signature Au p&re de Peter Pan, et au grandpeVe de L'Olseau bleu (2) Les drames de notre po£te sont done des p a s t i c h e s . Dependant M. Maeterlinck, comme tous l e s grands e e r i v a i n s , empreint. sa personnallte sur ses pieces. Huneker (3) declare que cet auteur est un t e c h n i c i e n dramatique encore plus reVolutionnaire que Ibsen. M. Maeterlinck e c r i t des drames au sujet d'une porte ouverte, d'une f e n t t r e fermee ou du cre'puscule vague et decourageant des Jardins tenebreux. Bien que l e s tragedies d'Ibsen i n s p i r e n t l e dialogue l n t e r i e u r chez Maeterlinck, ce dernier l e perfectionne. I I a f f i r m e I I n'y a gudre que l e s paroles qui semblent d'abord i n u t i l e s q u i compteng dans une o®uvre .. „ A cdte du dialogue indispensable, 11 y a presque toujours un autre dialogue qui semble s u p e r f l u , (4-) Par l e moyen de ce second dialogue, les Smes des per-entrcrft en aomwunton.-. sonnages o^nvcracn-t-. M. Maeterlinck explique de plus ses raisons pour cre'er des conversations s i hacheesl (.1.) Phelps, W.L., Essays on Modern Dramatists, Mew York, Macmillan; 1921," p. 1 ^ (2) Cohen, H. L., One-Act Pla y s , New York, Harcourt Brace & Co., , v 1937; P. 294-. (3) Huneker, Ico n o c l a s t s , p. J>&0, (4-) Maeterlinck^ M., Le tre'sor des humbles, P a r i s , Mercure de France, 1920, p. 173, 11 ces repetitions etonne^es qui donnent aux personnages l'apparence de somnambules un peu sourds constarament arrache's & un songe penible ce manque de prompti-tude a* entendre at a" r€pondre, t i e n t intimement a* l e u r psychologie et a* l'ide'e un peu hagarde q u ' i l s s e font de 1 1univers. (1) Les phrases e l l i p t i q u e s dans ses drames montrent aussi que M, Maeterlinck m^prise l e b a b i l f r i v o l e . Comme ses compatriotes, Verhaeren et Rodenbach, notre poete exalte l a beaute et l a v a l e u r du s i l e n c e . Selon l u i , l'&me cro'it et h , murit pendant une pause dans l a musique de^vie. Par conse-quent, M. Maeterlinck n'ob^it qu'a! sa philosophie du s i l e n c e en errant un theatre s t a t i q u e . En e f f e t i l dramatise l e s i l -ence . (2) Dans Le t re's or des humbles de 1^9^, 11 exprime a i n s i ses theories dramatiques% I I m' est arrive^ de c r o i r e qu'un v i e i l l a r d a s s i s dans s o n f a u t e u i l ; attendant simplement sous l a lampe, ecoutant sous sa conscience toutes l e s l o i s e'ternelles qui r l g n e n ^ autour de sa maison, i n t e r p r e t a n t sans le comprendre ce q u ' i l y a dans l e s i l e n c e des portes et des fen&tres e t dans l a p e t i t e v o i x de l a lumiere ce v i e i l l a r d immobile v i v a i t , en r£alit€, d'une v i e plus profonde, plus humaine e't plus gine'rale que 11amant qui Strangle sa maitresse, l e c a p i t a i n e qui remporte une v i c t o i r e ou 1 1epoux qui venge son honneur. (3) Puis comparons ce passage dans Le double j a r d i n de 1904-j Quoi qu'on fasse, quelque m e r v e i l l e qu'on pulsse un jour imaginer, l a l o i souveraine, 11 exigence g s s e n t i e l l e du theatre sera toujours I n a c t i o n . Quand l e rideau se leVe, l e haut d£sir i n t e l l e c t u e l que nous appor-tons se transforme soudainj e t ' l e penseur, l e mora-l l s t e , l e mystique ou l e psychologue qui est en nous JX) Maeterlinck, M., "Preface", Theatre, B r u x e l l e s , LacombTez. 1911, tome I•. (2) Clark, B a r r e t t H., A Study of the Modern Drama, New York, D. Appleton & Co., 192g, p. 4-20. (3) . Maeterlinck, M., Le tr£sor des humbles, pp. l6g, 169. ce\le l a place au spectateur i n s t i n c t i f , a l'homme l l e c t r i s e ' negat$vement par l a f o u l e , et qui veut v o i r quelque chose se passer sur l a soe^ie. ( l ) I I me semble que M. Maeterlinck y confesse ttistement que ses drames immobiles sont presque injouables. I I est trbp d i f f i c i l e de repre'senterdans l e th&a^tre ces tragedies d'ames, Seul un l e c t e u r impressionable p e u t comprendre-l e u r q u a l i t e s p i r i t u e l l e . Tandis que ce po^te reconnatt l a s u b l i m i t ^ d'un v i e i l l a r d immobile, i l r e a l i s e aussi I'etrangete et l a s i g n i -f i c a t i o n de toutes choses'quotidiennes. Comme d i t Baudelaire! Dans c e r t a i n s "etats de I'alne presque s u r n a t u r e l s , l a profondeur de l a v i e se reVeUe tout ent|&re dans l e spectacle, s i o r d i n a i r e q u ' l l s o i t , qu'on a sous l e s yeux. I I en devient l e Symbole. (2),, M. Maeterlinck, e n i v r l de 1 1 i n c o n s c i e n t , a souvent de ^ p r o u v e A t e l l e s r e v e l a t i o n s , Par s u i t e , dans ses drames, l e s a r b r e s ; J l e s animaux,. l e s oiseaux et toutes choses t e r r e s t r e s symboli,sent .des vdriteV •I'ternelles. I I est poe^te et phllosophe et l e po§te et l e philosophe s'unissent et f r a t e r n i s e n t dans l e symboliste". (J.) XT) Maeterlinck. M., Le double Jardlh,- P a r i s , Biblioth&que-Charpentier, 1913, p. 119, 120. (2) Baudelaire, Charles, Journaux intimes, P a r i s , Georges Cr£s, 1919, p. 23. (3) Doumic, Rene", "Marie-Magdelelne", Revue des Deux Mondes, 1913, tome 3, P. 929, ' ; ~~ : : " 13 CHAPITRE I I Phllosophle de M. Maeterlinck dans ses drame3 1. Drames de l a peur et de l a mort. 2. Drames de l a mort et de 1 1 amour. 3. Drames del'amour triomphant. Drames de l a f a n t a i s i e , Que l e s neurastbiniques ne l i s e n t pas l e s premiers drames de M. Maeterlinck avant de se coucher i S ' i l s ne suivent pas- ce c o n s e i l f a i t a" bonne i n t e n t i o n , l i s seront victimes de cauchemars epouvantables. Ces l e e t e u r s peu sages sentiront autour-de l e u r gorge l a main de f e r du Destln et l a main f r o i d e et moite de l a Mort. Car l a Peur, l a Destined et l a Mort sont l e s v r a i s personnages des tragedies de Jeunesse de cet auteur et l e s princesses et l e s princes n'y sont que des marionnettes remue'es par ces forces m^chantes et obscures. Des v o i x surhumaines r e t e n t i s s e n t a t r a v e r s l e drame, s i pulssantes, s i pressantes, et s i i n t e l l i g i b l e s , que nous pardonnons a* ces hommes et & ces femmes l e u r balbutiement, g r i s e melopee dessine'e sur de plus s u b t i l s accords„ ( l ) En e f f e t , M. Maeterlinck peint l a t e r r e u r et l'angoisse de ces malheureux d'une maniere s i sympathique et meme com-patlssante q u ' i l evoque dans l e coeur des spectateurs une grande p i t i e envers ces personnes jetees sur l e s epines de l a v i e . " J ' a l peur, j ' a l peur", murmure l a princesse Maleine, et ce r e f r a i n melancolique redonne dans tous l e s premiers drames de notre auteur. I I nous montre des ames timides qui fremissent devant l'Inconnaissable. A i n s i l a Princess Maleine nous raconte l ' h i s t o i r e d'une jeune f i l l e perdue parmi l e s t£n£bres primordiales de l a haine &t de l a cruaute. Au i5 commencement de cette trage'dle, Maleine ne veut point renoncer a l'amour d'Hjalmar, jeune p r i n c e , en depit de l a colere de son pdre, Marcellus. E l l e et sa nourrlce sont enferme'es dans une tour de l a q u e l l e e l l e s s'echappent a l a f i n d'une guerre entre l e r o l Marcellus et l e r o i HJalmar. Les deux femmes a r r i v e n t au chateau de ce de r n i e r et, d i s -simulant sa qualit£, Maleine devlent suivante d'Uglyane, f i l l e de l a reine Anne. Entre temps l e prince Hjalmar a "ete f i a n c e a Uglyane. Pourtant Maleine se s u b s t i t u e , ingenieusement, a! l a place d'Uglyane au rendez-vous dans l e pare avbc l e pri n c e . Des l o r s , 11 repousse Uglyane et declare son amour de Maleine e n f i n retrouve'e. Maintenant Anne, maitresse pulssante du vieux r o i HJalmar, f a i t son jeu diabolique contre l a princesse Maleine qui a c o n t r a r i ^ ses proJets ambitieux. L'abominable reine tache d'empoisonner son ennemie mais l e poison n'agit pas v i t e . Anne s 1impatiente; a l ' a i d e du v i e i l l a r d presque imbecile et q u ' e l l e e n s o r c e l l e , e l l e I t r a n g l e l a princesse. Le jeune p r i n c e , dont l a conscience s 1 e c l a i r e trop t a r d , poignarde l a reine satanique et e n f i n se tue. Dependant ces eVenements v i o l e n t s ne sont que l e vetement e x t ^ r i e u r de l a tragedie. Le v r a i drame est a. l ' i n t e r i e u r . On l e trouve derrieVe ces h a b i t s symboliques. Des l a premiere sce*ne l'auteur suggere des evenements i n v i s i b l e s qu'agence un ennemi inconnu. Par exemple, l e s b f f l c i e r s de Marcellus, I 16 en voyant l a c ornate au-dessus du chaste au, de^olarent qu'elle presage de grands malheurs„',.n Ensuite l a douleur, l e d e s t i n et l a morts'avancent vers l a p e t i t e Maleine s i c r a i n t i v e et g r e l o t t a n t e . L 8angoisse du l e c t e u r va toujours croissant«, M^ me pendant l a sc^ne d'amour entre Hjalmar et Maleine, l a peur grandlt Jusqu'a" e f f a c e r presque entle*rement 19amour jeune de ces e^tres f r a g i l e s . E l l e s'eleve a* son apogee quand l a princesse, £tendue sur son l i t , p r i e Pluton de ne pas l a l a i s s e r seule comme tous l e s autres, Le grand chien n o i r tremble et se cache sous un meuble. Maleine demande: Mais pourquoi as-tu peur de moi cette nuit? Qui est-ce qui touche aux rldeaux de mon l i t ? ... I I do i t y a v o i r quelqu'un dans ma chambre I ... Qui est-ce qui touche au c r u c i f i x ? ... Mon Dieu I mon D i e u ! Je ne puis plus r e s t e r i c l ! ... Ah 1 11 y a quelqu'un sur l e prie-Dieu 1 ... D8 estranges pas, d'e"tranges pas, d'etranges pas. On chuchote autour de ma chambre; et j 8entends des mains sur ma porte I ... Pluton I P l u t o n ! Pluton I. ne h u r l e pas a i n s i J ... je c r o i s que mon coeur va mourlr 1 ( 1 ) En e f f e t l a princesse meurt p l u s l e u r s f o i s a cause de 1* i s o l e -ment dt de 1 8apprehension avant que l e s coupables se p r e c i -p i t e n t dans l a chambre pour 18£trangler. (2) Dans son premier drame, notre auteur nous f a i t done £prouver un f r i s s o n nouveau - une c r a i n t e vague mais foirte de toute chose mystlrieuse et incomprehensible, e'est a d i r e , de l a v i e elle-me^me. En 1911, M. Maeterlinck a examine ses premieres tragedies et l e s a expliquees d'une manlere c l a i r e et r e v e l a t r l c e . I I TO Maeterlinck, Maurice, "La Princesse Maleine", TheatreT" B r u x e l l e s , Lacomblez, I9H, tome I , pp. 113,4,5. (2) Burton, Richard, "Maurice MaeterlinckJ A Dramatic Impressionist", A t l a n t i c Monthly, l&3H-,2, v o l 7^4-, p. 679. nous montre l e s nuances philosophiques qui separent l a Princesse Maleine et l e s drames de 1390 a 1S>94-. (1) I I admet que ceux-ci prlsentent une~ humanite' et des sentiments plus precis, en prole a* des forces aussi lnconnues, mais un peu mieux dessln&es. On y a f o l a* d'enormes puissances, i n v i s i b l e s et f a t a l e s , dont nul ne s a l t l e s i n t e n t i o n s , mais que 1 1 e s p r i t du drame suppose m a l v e l l l a n t e s , a t t e n t i v e s si toutes nos a c t i o n s , h o s t i l e s au s o u r i r e , & l a v i e , a l a paix, au bonheur. Des d e s t i n i e s inno-centes mais involontairement ennemies, s'y nouent, et s ! y d^nouent pour l a ruine de tous, sous l e s regards attrist<3S des plus sages, q u i p r l v o l e n t 1'ayenir mais me peuvent r l e n changer aux Jeux cr u e l s et i n f l e x i b l e s que 1'amour et l a mort prominent parmi l e s v i v a n t s . (2) A i n s i l e dramaturge exprime c e t t e premiere Evolution de sa phllosophie. Voyons comment e l l e se manifeste dans ses drames. I I s e r a i t d i f f i c i l e de trouver une nature morte a u s s i navrante que l e s Aveugles. Ces pauvres creatures habitent un vieux chateau t r e s sombre ou* l a l u m i l r e n' entre jamais sauf dans l a chambre du p r e t r e . Quant a ce d e r n i e r , i l devlent trop vieux pour l e u r s e r v i r de guide. Neanmoins 11 veut v o i r 1' l i e une derniere f o i s sous l e s o l e l l , avant l ' h i v e r et a! cette f i n 11 l e s conduit au m i l i e u d'une foret t r e s ancienne. I I desire v i s i t e r un phare dont i l pretend v o i r l e f a n a l . Les aveugles c r o i e n t l e v i e i l l a r d tre*s l o i n t a i n . En r e a l i t e 11 est a s s i s parmi eux - 11 est mort. Peu a peu l e s aveugles s'avancent vers l u i et quand l i s l e trouvent, l e u r seule lumidre s ' e t e i n t . Seul l e p e t i t enfant peut v o i r at lorsqiiLLL-xagarde autour de. I u i T i l pleure plus de'sespere'-* U ) Les Aveugles, l r I n t r u s e , l e s S e p t P r i n c e s s e s , P e l l i a T e t ' WlTsandeT A l l a d i n e et Palomldes r ^ t T r T e u F T l a Mort de T i n t a g i l e s . (2) Maeterlinck, Maurice, "Preface", The&tre, B r u x e l l e s , Lacomblez, 1911, tome I, p. I l l i f ment que jamais. Comme dans p l u s i e u r s tragedies de M. Maeterlinck, l e s personnages l e s plus vleux ont une clairvoyance et une sagesse merveilleuses, Ainsi l e plus v i e l l ageugle ne semble que re'pe'ter des p l a t i t u d e s en disantJ Nous ne nous sommes jamais vus l e s uns l e s autres. Nous nous interrogeons et nous nous r^pondons; nous vivons ensemble, nous sommes toujours emsemble, mais nous ne savons pas ce que nous sommes I ( l ) Cependant ces paroles expriment une des i d l e s importantes du p o l t e . Dans l e Tr^sor des humbles i l ditS nous sommes des aveugles qui jouons avec des p i e r r e r i e s l e long des routes. (2) Nous ne voyons r i e n que l e corps de nos amis. L'&me qui est l e v r a i homme, nos yeux t e r r e 3 t r e s ne peuvent 1'observer. D ' a l l l e u r s plus nous parlons, plus nous cachons nos a^mes. L'Inconnaissable est en nous et en dehors de nous. Comme l e s aveugles, nous sommes "Jouets des f a t a l l t ^ s , ... t e r r o r i s e s par l e sentiment de tout 1'lnconnu q u i nous enveloppe„ (3) Une dame Macbeth ne serre pas un lac<et autour de notre cou comme c e l a se f a i t dans l a Princesse Maleine. P i r e encore, une f o r c e I n v i s i b l e contre l a q u e l l e nous ne pouvons point lutter etouffe nos &mes d senfant. Chez M. Maeterlinck, "cet lnconnu; prend le plus souvent l a forme de l a mort. La presence i n f i n i e , tlnebreuse, hypo-critement active de l a mort remplit tous l e s i n t e r s t i c e s du poeme. Au probld'me d e l 1 existence 11 n'est re'pondu que par XT) Maeterlinck, M . ^ L e s aveugles", The^trTTBruxelles^ Lacomblez, 1911, tome I , p. 273. (2) Maeterlinck, M. Le Tr^sor des humbles, P a r i s , Mercure de France, 1920, p. 122. (3) Dumas, Andr*e, "Pedmes", P e t i t e I l l u s t r a t i o n , 739, 7 sept-embre, 1935« i f l'e'nigme de son an^antissement. Du r e s t e , c'est une mort l n d i f f I r e n t e et inexorable, aveugle, tatonnant k peu pr§s au hasard, emportant de preference l e s plus jeunes et l e s molns malheureux."(1) Ces phrases expriment nettement l e thlme de L'Intruse. Comme d 1 o r d i n a i r e 1 1 i n t r i g u e a peu d'importance mais l e drame i n t e r i e u r n'en est que plus frappant. Cette trag^die se passe dans une s a l l e d' un vieux chateau. Dans l a chambre v o l s i n e une jeune femme enfante. En attendant l a soeur de cette femme, ses parentes s'asseyent autour de l a t a b l e dans l a s a l l e . Le pdre est c e r t a i n que sa femme est sauvee mais l ' a i e u l en doute. Ce d e r n i e r est aveugle et vieux et, par consequent, selon notre auteur, l ' a i e u l s a l t l a v e r l t e mieux que l e s autres, Le v i e l l l a r d n' exprlme pas son avertissement d'une manie^re d i r e c t e mais par des i d l e s vagues et effrayantes. Sa peur est conta-gleuse et bientSt tous l e s v e i l l e u r s eprouvent cette c r a i n t e inde'finissable du faucheur inconnu. Un hote. lnattendu et i n v i s i b l e effarouche les* cygnes et l e s r o s s l -gnols puis, ironiquement, se j o i n t aux parents qui attendent encore l a soeur. En p l e l n e n u l t , i l se le*ve en toute hate. On entend un vagissernent d'epouvante dans l a chambre v o i s i n e , La Soeur de Charite' f a i t l e signe de l a c r o l x . La Mort a exerce sa volonte sur l a pauvre m£re. Dans ce drame 1'Intruse ou l a Mort est une force presque palpable que l e s etres surtout l ' a i e u l , devlnent. TO Maeterlinck, M. "FrTface*', Th^Stre"," tome I , p. IV. Comme une chatte aux g r i f f e s aigues et aux pattes de velours, e l l e se g l i s s e dans l a maison ou* e l l e dechire sa p r o l e . Cette derni£re ne peut combattre contre l e fantome menapant et tout-puissant. M&me l e s autres, alarmls q u ' i l s sont par de plus menus i n c i d e n t s , ne font aucun e f f o r t pour conque'rir cet h&te malfaisant. l i s tressaiUent, i l s posent des questions, mais i l s se p l i e n t cralntivement au s o r t . En parlant des tragedies immobiles, Sebastien Mercler a declare: E n f i n l e drame n'est point une a c t i o n forceV, raplde, extreme, c'est un beau moment de l a v i e humalne, qui r e V e ^ l e 1 ' i n t ^ r i e u r d'une f a m i l l e . ( l ) La courte tragedie Inter!eur est presque l a r e a l i s a t i o n de ces idees l i t t e r a i r e s . Cette piece f a i t pendant a L 8 I n t r u s e -toutes l e s deux ont un thelne identique. Pourtant dans L 8 I n t r u s e l e l e c t e u r et l e spectateur se trouvent chez une f a m i l l e accable'e de c r a l n t e et de douleur. l i s peuvent observer en d e t a i l toutes l e s nuances et toutes l e s a l t e r a -t i o n s des sentiments de ces infortune's. De 1'autre cote, en restant hors de l a maison, l e s spectateurs d 1 Inte^rieur £pient par des fene^tres, l e s mouvements brusques et quasi fous d'une f a m i l l e . Le poeJte y emploie 11 ancienne sce*ne muette pour suggerer l e chagrin de ces a f f l i g e ' s . Une f a m i l l e f a i t l a v e i l l e e sous une lampe - l e pere, l a mere, deux Jeunes f i l l e s et un enfant. Tout est t r a n q u i l l e dans l a maison. Le V i e i l l a r d et 18 Etranger entrent avec p r i -(1) Mercler, Sebastien, Du theatre ou nouvel e s s a i sur 1 8 a r t dramatique, Amsterdam, Ha r r e v e l t , 1773, P» 106. Zl caution dans l e j a r d i n . l i s s'entretiennent tout bas de l a mauvaise nouvelle q u ' i l faut deVoiler a* ces personnes s i p a i s l b l e s et souriantes - l e u r plus b e l l e f i l l e a 6t& noye^e, et en ce moment m^ me des paysans rapportent l a p e t i t e morte. Le V i e i l l a r d voudrait se decharger de cette t r i s t e r e f l a t i o n , Comme un Dieu tendre mais impuissant, i l regarde & travers des v i t r e s ces p e t i t s e*tres humains. I I p l a i n t l e s deux soeurs qui regardent longuement dans 11 obscurite": E l l e s regardent par i c i ; et c'est par la* aue l e malheur a r r i v e . (1) L'Etranger, qui a tvouvi l a morte, p a r l e sans aucun slgne de sympathie. C'est l u i q u i presse l e V i e i l l a r d d'accomplir sa t&che. E n f i n c e l u i - c i entre dans l a maison car l e s porteurs sont a r r i v e s . La foule approche des fenetres et observe l'angoisse des parents. L 5 a c t i o n devlent de plus en plus raplde jusqu 1 a ce que l a mere, l e pe*re et l e s jeunes f i l l e s se Jet tent sur l a porte. Tous se p r e c i p i t e n t d e l ' a u t r e c S t l de l a maison, L'Etranger r e s t e seul aux fenetres. Encore une f o i s l a Mort contemple sans emotion toute l a detresse q u ' e l l e a causae. La dernie*re pi£ce de ce groupe est La Mort de T l n t a g l l e s . Un p e t i t gar con, T i n t a g i l e s , est venu h, l a maison de ses deux soeurs. Ygraine, 1'a£nee, l ' a c c u e i l l e chaudement, mais i l l u i assure q u ' i l p a r t i r a bientSt parce que l a relne l e veut, Cette reine est l a i d e et devient £norme. Son .tr.ftne se trnuve dans l a tour d'nn vl RHY chateau, qui, ,ge (1) Maeterlinck, M. " I n t ^ l e u r " , Theatre, Bmsxelles, Lacomblez, 1912, tome I I , p. 137* dissout dans l e s t^ne^bres d* une v a l l e e . Pourtant cette reine est non seulement v i l a i n e mais e l l e est a u s s i soup-conneuse et jalouse de l a puissance des 3tres humains. E l l e est maligne et malfaisante envers 1'humanity. Elle-mtme a une puissance que 1 1 on ne comprend pas, ( l ) se lament©Ygraine. L'autre soeur, Bellange^re, a entendu d i r e que cette femme diabolique veut v o i r un tout p e t i t enfant. C'est pourquol, l a n u i t , l e s f i l l e s gardent T i n t a -g i l e s entre e l l e s dans l e u r l i t . Le garconnet empoigne l e s cheveux de ses soeurs. Ne"anmoins, l e s t r o i s servantes de l a reine coupent l e s boucles d"or, s a i s i s s e n t T i n t a g i l e s , et l'emportent a* l e u r r e i n e . Ygraine court dans l e c o r r i d o r et se j e t t e sur l a grande porte de f e r . Bellange^re essale de l a suivre mais e l l e tombe sans connaissance au s e u i l de l a chambre. Ygraine, saule, frappe fre"netiquement du poing et des pieds sur l a porte. Puis l a v o i x f a i b l e de T i n t a g i l e s se f a i t entendre de 1'autre c$te de cette porte. L u i aussi se pre'cipite contre e l l e . E n f i n Ygraine enjrend l a chute de son p e t i t corps et "dans un crescendo d'angoisse" (2) e l l e maudit l a reine monstrueuse. La Mort demeurel 1 impe'ratrice t out e-puis sant e„ Cependant, i l y a dans cette trage^die une id^e n o u v e l l e e Le vieux sage, Aglovanfe, reVele k Ygraine que tous ont essaye de r e g i s t e r a c e t t e r e i n e , mais qu'au d e r n i e r moment i l s ont perdu la. f o r c e . Neanmoins on doi t encore se d^fendre. Au TO Maeterlinck,~M., "La"¥ort de T i n t a g i l e s " , Thfeltre^ B r u x e l l e s , Lacomblez, 1912, tome I I , p. 209e (2) Benolst, A., Le Theatre d'aujourd'hul, P a r i s , Societe f r a n c a i s e d»lmprlmerle et de l i b r a i r l e , 1912, p. 62. IS l i e u &'accepter sans murmure l a f a t a l l t e ' , l e s deux-soeurs ta*chent done de tromper l e s o r t . En de'pit de ses e f f o r t s , BellangSre, comme l e s heroines precedentes de M. Maeterlinck, succombe aux forces i n v i s i b l e s . Ygraine l u t t e contre l a Mort mais e l l e se blesse seulement., Pourtant & cause de ses e f f o r t s magnifiques, e l l e est digne de devenir a'ieule d'Arlane, femme tout a f a i t d e l l v r e e des'puissances du Destin, Les heroines de notre auteur commencent a se f o r t i f i e r . I I 0 C'est notre mort qui guide notre v i e et notre v i e n'a d'autre but que notre mort. Notre mort est l e moule oft se coule notre v i e et c'est e l l e qui a forme' notre visage. I I ne f a u d r a i t f a i r e que l e p o r t r a i t des morts, car eux seuls sont eux-mtmes et se montrent un in s t a n t t e l s q u ' l i s sont. ( l ) M. Maeterlinck a parle* a i n s i dans Le tremor des humbles, son premier l i v r e philosophique , qui resume toutes l e s idees trouvees dans ses premiers drames. Les memes theories contlnuent a se presenter mais a u s s i e l l e s se modifient dans l e second groupe de tragedies. Bie-n que l a Mort y gagne de nouvelles v i c t i m e s , e l l e n'est plus une reine m a l v e i l l a n t e mais une bonne mere aux bras ouverts. Les personnages do* ant cdurent vers e l l e pour se sauver 4e toute l a d l t r e s s e et de tout l e malheur de l a v i e . Du re s t e , par degr l s , l a peur edde son sceptre a* 1'amour. E n f i n l a p a r f a i t e c h a r l t e bannit l a c r a i n t e de l'Inconnu et de l a Mort. (1) Maeterlinck, Maurice, Le t r e s o r des humbles, p. 53 „ Dans Pelleas et Melisande pour l a premiere f o i s 1'auteur m&le k l ' o r c h e s t r e des volx i n v i s i b l e s , l a harpe d 1 amour I I y a dans l a poe'sie qui l a p§neT;re une promesse d ' i t e r n l t e \ (1) Comme l a plupart des pieces de M. Maeterlinck, ce drame se passe en des l i e u x chime'riques et a* des £poques sans dates. La pierce debute par une scene tout a* f a i t symbollque - des servantes ta^chent de l a v e r l e s e u i l d'un chateau. Plus t a r d i l y aura du sang sur l e s e u i l malgrl ce nettoyage f o r t soigneux. Toute 1'eau du deluge ne pourra b l a n c h i r ces taches sanglantes. Au commencement de l a deuxie*me sce'he, l e prince Golaud, grand et aux cheveux g r i s , erre dans une f o r e t . I I y rencontre par ha sard l a p e t i t e Me'lisande qui pleure au bord d'une fon t a i n e . Tous l e s deux sont perdus mais Golaud persuade l a malheureuse de 1'accompagner. Enivre de l a beaut& de Mellsande, l e prince songe que chercher ensemble l a vole vaut mieux qu'errer tout s e u l . Pourtant l i s ne re'ussissent jamais a^trouver un heureux chemin a deux. En d£pit de son age, Golaud epouse cette Jeune f i l l e et l a conduit au p a l a i s de son grand-p&re, A r k e l , vieux r o i d'Allemonde. Avant l e retour de son f r e r e a£ne, P e l l e a s v o u l a i t q u i t t e r l e chateau pour r e v o i r son ami, Marcellus, q ui mourait. Cependant l ' a i e u l l e f i t penser a son devoir -l e pe^re de P e l l e a s e'tait lui-mlme plus mala.de, peut-etre,que (1) Van Bever, Ad., Maurice Maeterlinck, P a r i s , E. Sansot, et Cie. E d l t e u r s , 1904-, p. 190 Marcellus. En e f f e t l e sort s u s c i t a douze emp^chements & son depart. Pell£as suecombe done aux charmes presque f a t a l s de Melisande. Au bout de s i x mois, Golaud ne conna'it pas mieux son epouse qu'au jour de l e u r rencontre. I I ne peut comprendre l a personnallte de sa femme r e s t l e enfant. Au contr a i r e Pelleas et Melisande ont une nature semblable et s'entendent tout de s u i t e . l i s tombent amoureux. D'abord Melisande a peur d'aimer P e l l e a s mais peu a peu sa c r a i n t e de G-olaud di'w/nue. . Quand son epouse perd sa bague, Golaud est seulement un peu chagrine, pourtant 11 devient soupjon-neux l o r s q u 1 1 1 surprend son f r ^ r e devant l a fen&tre de Milisande. En voyant Pelleas lnonde par l a b e l l e chevelure de sa femme, Golaud l e s gronde: Vous &tes des•enfants «.. Quels enfants 1 Quels enfants Mais 11 r i t nerveusement .• De*s ce moment sa j a l o u s i e c r o i t toujours.. Plus t a r d 11 montre a* Pelleas l e s souterralns £normes et funestes sous l e chateau. I l s vorent des lezardes dans l e s murs et l i s sentent l'odeur de mort q u i monte autour d'eux. I I semblerait que Golaud emp£che deux f o i s l a chute de.son f r d r e dans l e gouffre. En r ^ a l i t e c e l u i - l a ' ne resiste guere £t l a t e n t a t i o n de noyer son r i v a l . Puis dans une sce*ne moins v i o l e n t e , i l a v e r t i t Pelleas d ' e v i t e r de t e l s Jeux d'enfants avec Melisande. Bienfot apre^s, l e jaloux lnterroge son f i l s , Y n i o l d , sur ce que font Pelleas et Melisande pendant (1) Maeterlinck, M. " P e l l e a s et Melisande", Theatre, B r u x e l l e Lacomblez, 1912, tome I I , p. 5 4-. son absence. Le p e t i t garcon innocent jase de tous l e u r s f a i t s . Ensuite d 1 un geste bien odieux, Golaud s o u l t i e 1'enfant a* l a f e n ^ t r e pour £pier l e s amants. Le garponnet devient c r a i n t i f et n'ose plus l e s regarder. Golaud sort pour v o i r ce qui est a r r i v l . Pendant que l e v i e i l A r k e l d i t a* Melisande que l e pe're de Pelleas est sauve' et qu'un peu de Joie va e n f i n r e n t r e r dans l a maison, son £poux entre brusquement. Le prince l e u r annonce que Pelleas part ce s o i r . Melisande, voyant du sang sur l e front de son mari, desire I'essuyer mais Golaud l u i ' defend de l e toucher. I I l u i commande de chercher son £p£e. S r e s s a i l l a n t e , e l l e la l u i apporte. D&goute de sa peur, Golaud commence a 1' outrager. I I re'p^te d' une v o i x p l e i n e de sarcasme amer: Une grande innocence I ... Une grande innocence I (l) A l o r s dans un'paroxysme de j a l o u s i e et de colore, i l s a i s i t l a petite Melisande par l e s cheveux et l a force a s 1 a g e n o u i l l e r devant l u i . Subitement 11 a f f e c t e le"'calme mais en sortant 11 l u i promet une p u n i t i o n j u s t e . Sa femme murmure seulement q u ' e l l e n 1est pa© heureuse. Le vieux poi declare que s ' i l ^ t a i t Dieu, i l a u r a i t p i t i l du coeur des hommes. Le s o i r , Pelleas et Melisande ont l e u r d e r n i e r rendez-vous . l i s se reVeUent 1'un st l 1 autre l e u r amour. Durant cette sce'ne b e l l e mais tragique, Melisande se montre plus courageuse qu"autrefois. E l l e ne se p l a i n t pas comme l a (1) Maeterlinck, M. , "Pelleas et Melisande", p. 73. 11 \ 1 • ' • i i princesse Maleine d'avoir peur. Au c o n t r a i r e , quand Pelleas j • ' | c r a i n t qu'on ne feme l e s portes et q u ' i l s ne puissent plus | r e n t r e r , Melisande est f o r t joyeuse. Sous 1'influence d'un amour absorbant, son aVhe devient grande et b e l l e . A ce moment e l l e s'echappe et sanpeur. Puis Pelleas l u i c o n s e l l l e de f u i r son marl de peur q u ' i l ne l e s tue. Gependant e l l e s*exclame en extaset. . Tant mieux i tant mieux I tant mieux I (1) E l l e s e r a i t au comble du bonheur- s i l a d e s t i n l e l u i permettait de mourir dans l e s bras de son amant. Mais l e sort n'est pas s i b i e n v e i l l a n t . G-olaud tue Pelleas s e u l . Maintenant toute sa hardiesse nouvelle-nle d i s p a r a l t et e l l e f u i t epouvantle. La dernidre sce^ne - G-olaud p r i e Melisande de pardonner ses pe'che's. Pourtant i l ne peut c r o l r e a* l a chastet^ de son'epouse bien-qu"elle l'avoue. (2) En devinant l a mort de Melisande, l e s servantes envahissent l a chambre et se rangent en s i l e n c e l e long des murs. La p e t i t e femme ne meurt pas d' une p e t i t e blessure. f a i t e par 1' e"pee de G-olaud car un pigeon m&me n'en s e r a i t pas mort. Pelleas est mort, done Melisande ne veut plus v i v r e . E l l e a peur de I'arrive'e de l ' h i v e r qui sera tres f r o i d sans 1' amour de Pelleas. Dans ce drame de M. Maeterlinck i l se trouve encore une f o i s un sage v i e i l l a r d . En apprenant l e mariage de Golaud, Xe venerable A r k e l pardonne a* son f i l s quoique ce dern i e r a l t (T) ;' Maeterlinck, M. Pelleas et Mill s a n d e , p. 92. (2) c f . A l M d i n e et Palomldes. I I , 3, et Monna Vanna. 111,2. i f de'pu ses pro Jets p o l l t i q u e s . L ' a i e u l d l t simpleraent: II a f a i t ce q u ' i l devait probablement f a i r e . Je s u i s tre*s vieux et cependant je n'al pas encore vu c l a i r , un i n s t a n t , en moi-me^ne; comment voulez-vous que Je Juge ce que d'autres ont f a i t ? ( l ) Arkel a une grande piti£ envers tous l e s autres personnages car i l l e s envisage comme des poup£es agitees par un Dieu moquettr. L u i s e u l comprend parfaltement l a p e t i t e Melisande; a l a f i n 11 l a d e c r i t complltement: C'etait un pauvre p e t i t &tre myst^rieux, comme tout l e monde . . . E l l e est la* comme s i e l l e € t a i t l a grande soeur de son enfant. (2) Bien que l e s deux amants meurent, l a Mort ne demeure plus dans cette trag^die 1'impe'ratrice sans r i v a l . I c i , 1'Amour est l a force toute-puissante. C'est 1'Amour I n v i n c i b l e et myste'rieux qui tra'ine l a Mort. a sa s u i t e . De l a m£me manie*re, A l l a d i n e et Palomides d e c r i t un amour deVendu et l a Nemesis hldeuse qui l e po u r s u i t . M. Maeterlinck y met en seine deux r e c l t s de r l v a l i t l , amoureuse -1'un f i g u r e deja dans P e l l e a s et Melisande. I s a u t r e se trouvera .bient&t dans Aglavalne et S ^ l y s e t t e . Ablamore et Palomides sont e'pris de l a p e t i t e esclave, A l l a d i n e ; A s t o l a i n e et A l l a d i n e aiment l e jeune Palomides. A i n s i l'ardeur i n f o r -tunee de ces dernlers sert de base aux deux i n t r i g u e s , A ce drame i l manque l a grandeur et l a f a n t a i s i e de Pelleas et Melisande mais i l contlent des scenes f o r t b e l l e s et symboliques. Ajoutons que l a p h i l o s o p h i c du p o l t e s'y TT) Maeterlinck, P e l H a s et M6lisande, p. 15^ (2) I b M , p. 113." ™ ™~ ~ ~ s'y montre en Evolution. Un v i e i l l a r d , Ablamore, s 1 i n f a t u e de l a jeune grecque, A l l a d i n e , venue d 1Arcadia, mais cette mignonne ne 1 1 affectionne guerre. Au p a l a i s , tous attendent 1 1 a r r i v e d d'Astolaine, f i l l e d 1Ablamore, et son f i a n c e , Palomides. C e l u l - c i a r r i v e l e premier. Bien q u ' l l aime sa fiancee pour son Itme lumineuse et muVe, Palomides tombe amoureux d'Alladine qui n'a que l'ame d'un enfant. Un Jour ces amants condamnls se rencontrent au p o n t - l e v i s sur l e s fosses du p a l a i s . Au moment ou A l l a d i n e p r l e Palomides de sauver son agneau qui se noie dans l e fosse, Ablamore entre precipitamment, s a i s i t A l l a d i n e et l ' e n t r a l n e brusquement en s i l e n c e . Ensuite, comme Golaud, l e v i e i l l a r d essaie de f o r c e r A l l a d i n e a s 1avouer coupable. II l u i renvarse l e s bras derrie*re l a t a t e . Mais soudainement comme un insense', 11 l a l£ehe et se Jette a* genoux devant e l l e . II l u i demande de prendre p i t i e de sa pauvre f i l l e , l a seule de ses sept f i l l e s qui l u i r e s t e . f Dans 1 ' i n t e r v a l l e , Palomides confesse avec chagrin a Asto l a i n e son amour deVendu. Cette femme remplace l e sage qui se trouve habituellement chez notre poete. E l l e est compatissante pour Palomides. E l l e l e console: Ne pleurez pas. Je s a i s a u s s i qu'on ne f a i t pas ce que 1'on voudrait f a i r e „.. II faut bien q u ' i l y a i t des l o i s plus pulssantes que c e l l e s de nos -ames dont nous parlons toujours. (1) Comme l e v i e i l A r k e l , e l l e p l a i n t 1 1impuissance des mortels. Du r e s t e , A s t o l a i n e aime s i fortement l e jeune Palomides q u ' e l l e ment a son pere en dlsant qu'elle n'affectionne plus T U Maeterlinck, M. " A l l a d i n e et Palomldes i r7~ 1THe^re, tome 11,p. 155 son fiance", Ablamore n'en c r o i t r i e n et quand i l transperce son tme, i l y surprend son amour each! mais encore v i b r a n t . Le v i e i l l a r d , de'ja' jaloux de ce que l a p e t i t e A l l a d i n e aime P a l amides', devient tr§s fa^che en apprenant que ce dernier a rendu sa f l l l e malheureuse. Pendant que c e l l e - c i et l e s soeurs de Palomides aident l e s amants a* s 1 eVader, Ablamore a r r ^ t e X e u r s ^ m a c h i n a t i o n s e t enferme l e s deux coupables dans une vaste grotte souterraine. La., A l l a d i n e et Palomides arrachent e n f i n l e s bandeaux de le u r s mains et de l e u r s yeux. l i s se croient dans l e paradis jusqu'a* ce que l e s o l e i l l e u r montre l a l a i d e u r de l a g r o t t e , I l s reculent s i aveugl^ment devant l a lumlere implacable q u ' i l s tombent dans 1'eau souterraine. A s t o l a i n e et l e s soeurs de Palomides l e s sauvent mais plus t a r d dans des chambres v o i s i n e s du p a l a i s l e s amants meurent, l i s ne peuvent plus supporter l a v i e apr&s a v o i r vu en p l e i n s o l e i l l e u r amour deYendu. La Mort ouvre un a s i l e a* ces £tres de'sillusionn^s. A s t o l a i n e est une nouvelle venue dans l e s drames de M. Maeterlinck. Son amour pour Palomides est p a r f a i t car 11 ne contient point de j a l o u s i e ou d'e'goisme, E l l e pense avec s o l l l c i t u d e unlquement au bonheur de son f i a n c ^ mime quand une autre femme l a deplace ehez l u i . A s t o l a i n e depasse 1 1 amour sexuel pour a t t e i n d r e k 1 1 amour d i v i n . A i n s i e l l e Si expllque a" Palomides la/fleura.ison de son ^met J'attendais l e r e v e i l , I I est venu et je puis r e s p l r e r avec moins.d 1Inquietude, puisque je ne s u i s plus heureuse ( l ) E l l e a maintenant une grande sages-.se au l i e u d'un bonheur i n s i g n i f l a n t : \ Vraiment l e plus heureux des hommes est c e l u i qui conna^t l e mieux son bonheur; et c e l u i q u i l e conna^t l e mieux ' est c e l u i q u i sa.it l e plus profondement que l e bonheur n'est separ6 de l a detresse que par une i d l e haute, infa.tigable, humaine et courageuse. (2) Dans l a detresse A s t o l a i n e c u e i l l e l a f l e u r blanche du bonheur paradisiaque. Tandis que cette femme consacre sa v i e au bonheur de son bien-aime', Se l y s e t t e d l d i e sa mort a l a f e l i c i t e " de son marl. C e l l e - c i dompte son envie de sa r l v a l e s i bien q u 1 e l l e emp£che Aglavaine de tomber dans l e p u i t s . Cette usurpatrice de l 1amour de; Meleandre a I s i n t e n t i o n de s'en a l l e r pour rendre l e bonheur •aV l a p e t i t e S e l y s e t t e . Aglavaine elle-m^me constate tristement que son problemeest i n s o l u b l e : Me.is h'est-ce pas estrange, Selysette? j e t ' aime, J 'aime Hellandre, Meleandre m'aime, f l t'aime a u s s i , t u nous aimes 1'un et 1'autre, et cependa.nt nous ne pourrions pas v i v r e heureux, pa.rc,e que l'heure n'est pas encore venue oft des §tres humains puissent s 1 u n i r a i n s i . (3) Pourtant Selysette prend l e s devants sur Aglavaine en se noyant l a v e l l l e du depart de cette dernleVe. (4) ( l ) M a e t e r l i n c k , M., A l l a d i n e et Palomides, p.. 135. (2Q) Maeterlinck, M., La sages se et l a destlnee, P a r i s , B i b l i o -the-que-Charpentiers 'I93O), p. 13. : 1 P» 79 (3) Maeterlinck, M., "Aglavaine et S e l y s e t t e " , Thjfttre, tome I I I , (4) c f . Tatiana dans Le malheur passe (The Cloud that L i f t e d ) . Ce drame est seulement Aglavaine et S e l y s e t t e , vide de son symbolisme charmant, puis combine d'un r i a l i s m e moderne. Tatiana aime Axel qui est f ^ r u d'amour pour Sonia, amle de Tatiana. Par hasard Axel tue l e pe"re de Sonia, ma.is Seule Tatiana l e s a l t . Pour sauver son bien-aime de l a 1 Comme une martyre, S l l y s e t t e e'prouve une f l l i c i t e nouvelle et supreme dans l a pensee d'une mort s a c r i f i c a t o i r e . t I I est v r a l que I 8 a d i e u au bonheur est l e commencement de l a sagesse et l e moyen l e plus suV de trouver l e bonheur. ( l ) D ' a l l l e u r s c e t t e deVote d'altrulsme veut que Mlleandre et Aglavaine c r o i e n t que sa mort a ete f o r t u i t e . C8 est pourquoi e l l e re'peHe pendant l a d e r n i l r e scene q u ' e l l e est tomb/e en se penchant, Quoique s l l y s e t t e et As t o l a i n e se ressemblent un peu, Aglavaine et A s t o l a i n e sont encore plus proches par l a psychologies E l l e s ont toutes l e s deux une ^ me forte et puissante. A s t o l a i n e conquiert sa douleur puis e l l e passe sa v i e d 8une manleVe u t i l e . De m&me, Aglavaine condamne l e d ^ s i r de mort que S^lysette v i e n t d'exprimerl ce s e r a i t 18lde"e des p e t i t s coeurs aveugles, q u i ne peuvent prouver 18amour que par l a mort. I I faut v i v r e au c o n t r a i r e quand on alme; et plus on aime, plus 11 faut que I'on v i v e . (2) En e f f e t , Aglavaine est une philosophe maeterlinckienne. Toutes ses th e o r i e s se trouvent dans Le t r e s o r des humbles ou dans La sagesse et l a destined. Dans l e premier acte, p u n i t i o n , c e l l e - c i se t i r e un coup de re v o l v e r . En mourant, e l l e avoue faussement q u ' e l l e est l a meurtri^re. I I ne faut pas chercher plus l o i n . A i n s i l e e i e l s ' g c l a i r c l t autour de Sonia et A x e l . (1) Maeterlinck, M. La sagesse et l a d e s t i n l e , p. 139 (2) Maeterlinck, M. Aglavaine et Sglysette,~p. S3, S4-, 33 Aglavaine d i t : On attend en e f f e t que l e s i l e n c e parle „.. Nous n'avons prononc€ que des paroles a* peu pre*s i n u t i l e s , des paroles que tout l e monde eftt pu trouver, et cependant, ne sommes-nous pas t r a n q u l l l e s , et ne savons-nous pas que nous nous sommes d i t des choses qui valient bien mieux que nos paroles? (1) E l l e c h a n t e a i n s i l e s louanges du Silence que notre auteur a baptise "l'epreuve surhumalne" (2) de 1 1 amour. Ensuite Aglavaine exprimmune autre -ide^e qui obsede M. M a e t e r l l n c k i l e bonheur ou l e malheur qui va nous a r r i v e r se decide en nous-m§mes, en ce moment peut-'e'tre. (3) Comparons ces paroles a* c e l l e s - o i dans La sagesse et l a destine'e Notre destine'e v e r i t a b l e se trouve dans notre concep-t i o n de l a v i e , dans l ' e q u l l i b r e q u i f i n i t par s'e'tablir entre l e s questions i n s o l u b l e s du c i e l et l e s responses i n c e r t a i n e s de notre Ihne. (4-) Ces phrases montrent t r e s clairement dans q u e l l e mesure l a philosophie du poete s' est transformee. Dans son monde philosophique 11homme grandit et l e sort diminue. Les £tres ont encore une influence f a i b l e sur des eVenements exte'rieurs, mais l i s ont une grande puissance sur ce que ces evenements deviennent en eux-memes. (5) L'humanite' s ' a f f r a n c h l t de l a tyrannie de l a peur qui n'accompllt r i e n . E l l e se d i r i g e vers 1'Amour, reine de l a sagesse et de l a f e ' l i c i t e . IT) Maeterlinck, M. Aglavaine et S ^ l y s e t t e . p. 227~2T7 ~ (2) Maeterlinck, M.,~Le t r e s o r des humbleT, p, 19. (3) Maeterlinck, M., Aglavaine et S e l y s e t t e , p. 39. (4-) Maeterlinck, M./'La sagesse et l a destl'nee. p. 24-5. (5) im<\., p. 33. ~ ~ ' I l l * M. Maeterlinck a passe' par l a v a l l e e d e I s ombre de l a mort. I I p^netre dans l e pays e n s o l e i l l e ' de l ' e s p o i r . Dans Ariane et Barbe-Bleue 11 f a i t ses adleux a ses premieres heroines, natures s i timides et s i f l o t t a n t e s . Notre auteur y a c c u e i l l e Ariane, nouvelle surfemme, descendante d'Astolaine et d !Aglavaine. La .sixie^ne epouse de Barbe-Bleue a une curio-site' e'norme - e l l e a vraiment 1'esprit s c i e n t i f ique. D'une manie*fe audacieuse, e l l e se moque de l a t r a d i t i o n . Sans aucune trace de peur, Ariane ose d l s o b l i r k son marl. " L e s s i x c l e f s d'argent sont permises, mais l a c l e f d'or est i n t e r d i t e . C'est l a seule q ui importe ... tout ce qui est permis ne nous apprendra r i e n . (1) Ariane ne succombe pas au Destin n i ne se rue follement sur l u i . E l l e s'efforce d'arracher l e s secrets i. Barbe-Bleue. Les mysteVes de l a destinee n'effrayent point ce t t e jeune f i l l e . E l l e veut v o i r l a Ijimie're ou l e s t^nebres qui se trouvent derrie*re l e s sept portes f erme'es. En e f f e t , e l l e a ffirmet f Apre*s l e s dlamants, c'est l a flamme ou l a mort. (2) Malgr£ l e s consequences dont e l l e peut evoquer IMmage, Ariane ouvre l a porte d^fendue et libeVe l e s cinq f i l l e s d'Orlamonde. Puis e l l e t&che d ' e x c i t e r l a bravoure et d'animer l e moral de ces &tres pleurnlcheurs. Pour aug-menter l e u r assurance, cette l i b ^ r a t r i c e reVlle l e u r s beaut e*s physiques. E l l e loue l e s tresses l u i s a n t e s de Melisande, l e s (1) Maeterlinck, M.,"Ariane et Barbe-Bleue", Theatre, B r u x e l l e s , Lacomblez, 1912, tome I I I , p. 132. (2) _IM<I, p. 14-3. 3£ j o l l s bras de Selysette et l e s epaules superbes de BellangeVe. E l l e s n'ont pas k craindre Barbe-Bleue s i seulement e l l e s sont tre^s b e l l e s . La Beauts temeraire apaise l a colore et l a b r u t a l i t e du Destin. Deux f o i s Ariane d e l i v r e son marl des outrages de ses sujets r e v o l t e s . Q,uand e l l e appara^t au s e u i l - grave, calme et royale, l a fou l e sent l a puissance de cette femme. Les paysans abandonnent Barbe-Bleue a* l a p u n i t i o n que sa sixieme epouse semble capable de l u i rendre. Pourtant, meme Ariane c h e r i t ce tyran. Pendant que ses autres femmes s 1 a g e n o u i l l e n t devant l u i , e l l e panse sa main transpereee. E l l e h a l t s i f o r t toute espe'ce de contrainte q u ' e l l e coupe l e s l i e n s q u i enserrent l e despote. Ensuite e l l e o f f r e l a l i b e r t e ' aux f l l l e s d'Orlamonde. S e l y s e t t e , Melisande et A l l a d i n e veulent l a suivre mais e l l e s sont l i ^ e s trop magnetiquement £L l e u r marl. E l l e s adorent me*me l a cruaute du t y r a n . A i n s i e l l e s demeurent esclaves, douces et passives, Ariane est plus f o r t e que ces p r i s o n r i i l r e s peureuses; e l l e est a u s s i plus puissante que Barbe-Bleue. E l l e s'©'lance armee de sa c l e f d'or, son courage, q u i o u v r l r a toutes l e s portes du Destin. E l l e q u i t t e l'esclavage pour suivre 31.es routes e c l a l r e e s par l a lune et l e s e'toiles - vers un monde inonde d* esp/rance. ( l ) Cette sage femme s a i t que Barbe-Bleue devlendra un p i r e despote s i personne ne s ' i n s c r i t en faux a* sa ty r a n n l e . E l l e (1) Maeterlinck, M., Ariane et Barbe-Bleue, p. 130. emploie l a seule me'thode par l a q u e l l e on puisse i l l u m l n e r 11 aime de ce tyran. I I faut £tre hard! pour triompher de l a puissance t r a d i t i o n e l l e de l a Destinee. . La res i g n a t i o n ^ e s t bonne et ne'cessaire devant l e s f a i t s gen^raux et i n e v i t a b l e s de l a v i e , mais sur tous l e s points oft l a l u t t e est p o s s i b l e , l a r e s i g n a t i o n n'est que de 11 ignorance, de 1 1impulssance ou de l a paresse deguisees. ( l ) Comme Nora, Ariane est i n t e l l i g e n t e et v o l o n t a i r e ; e l l e sort de sa maison de poupee. Monna Vanna est une autre heroine douee d June grande sagesse et d'une connaissanee profonde de l a v i e . Ce drame, a 11 inverse des pieces pr/cecientes, est h i s t o r i q u e . I I se passe dans un endroit d e f l n i - a* Pise a l a f i n du quinzierne sie*cle. Cette v i l l e et Florence sont en l u t t e ouverte. As siege's par l e s F l o r e n t i n s , l e s habitants de Pise meurent de faim. Pourtant Marco; vieux p l a t o n i c i e n , apporte de bonnes nouvelles a^  son f i i b s . Ce de r n i e r est Guido, commandant de l a garnison pisane. P r l n z i v a l l e , c a pitaine a l a solde de Florence, promet de l e v e r l e sie*ge pourvu que l a b e l l e Monna Vanna vienne l e s o i r dans sa tente, nue sous son manteau. Guido, mari de Monna Vanna, est f u r i e u x ; mais sa femme, i n s p i r e e par une grande p l t i e * envers ses compatriotes affames, va au camp du condo t t i e r e . Son altruisme l 5 y guide. I I est c e r t a i n que 1'altruisme demeurera toujours l e centre de gravife" des &mes nobles, mais l e s ^ mes f a i b l e s se perdent dans l e s autres, tandis que l e s f o r t e s s'y retrouvent. (2) (1) Maeterlinck, M., La sagesse et l a d e s t l n l e , p. 1.6.4-. (2) Maeterlinck, M., I b i d , p. 175. 37 Monna Vanna a une a*me dont l a beaute et l a grandeur sont sans p a r e i l l e s . Malgre son ardent d ^ s i r de cette amle deeson enfance, P r i n z l v a l l e respecte sa purete* royale. P u i s , en apprenant que ce ca p i t a i n e est condamne sans jugement par l a R^publique f l o r e n t i n e , Monna Vanna l e persuade de 1 8accompagner a P i s e . Cette v i l l e d o l t sauver son llbeVateur. A son retour, l a f o u l e reconnaissante acclame l a bonte' et l a g l o i r e de Monna Vanna. Son mari est l e seul personnage qui ne loue pas son acte courageux et a l t r u i s t e . Guido, aff o l e ' par l a j a l o u s i e et l a rancune, ne c r o i t point a* l a chastete de sa femme. Gependant 11 devient joyeux en pensant qu 8 e l l e a tendu ce pledge au c o n d o t t i l r e . Monna Vanna p e r s i s t e en ses aff i r m a t i o n s jusqu'a* ce que son marl ordonne l a mort de P r i n z l v a l l e . Tout a* coup e l l e avoue qu' e l l e a menti. A ce momeny P r i n z i v a l l e parle .pour l a premiere f o i s dans cette scetae troublante. I I affirme l a purete' de Monaa Vanna. Mais cette femme, dlgoutee de l 1 o p i r i a t r e t e " de Guido, f a i t t a i r e l e ca p i t a i n e et l e reclame comme sa p r o l e . A v o i x basse, e l l e confesse son amour P r i n z i v a l l e et l u i promet q u ' i l s f u i r o n t ensemble. Le beau va commencer. (1) A i n s i notre auteur met en sceVie ses theories de l a jus-t i c e . I I y a en nous un e s p r i t qui ne p&s.e que l e s i n t e n t i o n s ' i l y a hors de nous une puissance qui ne p&'se que l e s f a i t s . (2) (1) Maeterlinck, M., Monna Vanna, P a r i s , Charpentler et~Fasquelle. 1923, p. 126, ; ~ ~ (20 Maeterlinck, M., Le temple e n s e v e l i , P a r i s , BibllothSque -Charpentler, 1912, p. 21, 3f Monna Vanna s u i t une l o i i n t ^ r i e u r e - commandeV par son amour pour ses sujets souffreteux. Marco, sage maeterlinckien, comprend l a force motrice de cette noble femme. Du res t e , i l se rend compte de l a hauteur de son s a c r i f i c e . I i l a montre a*" GuidoJ L'acte l e plus he'rolque est l ' a c t l e plus p l n i b l e ; et l a mort est souvent moins dure que l a v i e . (1) Le mari se c r o i t l a seule personne qui souffre de ce rendez-vous barbare. I I a g i t selon l e s f a i t s apparents, selon l a ra i s o n - ancienne l o i des &tres soupconneux. Tandis que Monna Vanna perd 1 8 a f f e c t i o n de son Ispoux, e l l e gagne 1 8amour grand et pur de P r i n z i v a l l e . Le Destln est dans l e coeur de Monna Vanna elle-me'me. Et a* cause de la- noblesse de son a*me une nouvelle f s l i c i t e magniflque y na?t„ Le drame prochain est plus symbolique et plus feerique que Monna Vanna. Dans J o y z e l l e , M e r l i n joue l e r $ l e du Destin. Comme son mentor, A r i e l l e l e c o n s e l l l e . E l l e l u i sert a u s s i de magicienne. Dans cette pi£ce, i l s 8 a g i t dh bonheur de Lance'or, f i l s de M e r l i n . S i l e Jeune homme ne trouve pas un amour merveilleux et p a r f a i t avant l a f i n du mois, i l mourra. J o y z e l l e l 8 a i m e mais i l faut eprouver son ardeur. C8 est pourquoi l e vieux M e r l i n l a f a i t p o r t e r dans son p a l a i s sur cette £le deserte. Ce v i e i l l a r d f e i n t d'etre e p r i s de J o y z e l l e . II commande a* Lanceor de l a f u i r . Pour sauver l a v i e de sa bien-aimee, Lanceor y consent. Mais J o y z e l l e , qui estime l a camaraderie de Lance'or plus que sa ( l ) Maeterlinck, M., Monna Vanna, p. 38. propre v i e , ne prmmet r l e n a* M e r l i n . Puis l e s Ipreuves de 1' amour de J o y z e l l e commencent, D'abord e l l e surprend Lanceor qui f a i t l a cour a* une autre femme - A r i e l l e deguisee. Plus t a r d Lanceor ment en ex-pliquant aV J o y z e l l e que cette amourette a commence* par un ba i s e r de l a coquette. Quoique J o y z e l l e sorte en sanglotant, e l l e pardonne l e mensonge et meme l a d e c l a r a t i o n du jeune homme fa^che q u ' i l ne l'aime p l u s . E l l e continue a* montrer son amour m£me quand Lanceor semble amaigri, v i e i l l i et me'connaissable. I I l u i d l t maintena.nt l a verite* a* propos de 1'autre femme. En depit de l a l a i d e u r de Lanceor, J o y z e l l e l u i assure: Quand on aime comme Je t 1aime, ce n 1 est pas ce q u ' i l d l t , ce n'est pas ce q u ' i l f a i t , ce n'est pas ce q u ' i l est qu'on aime dans ce qu'on aime; c'est l u i , et r i e n que l u i , q u i demeure l e m#me, a* t r a v e r s l e s ann€es et l e s malheurs qui passent. ( l ) Ensulte Mefclin appara£t grand! et r a j e u n i . I I ressemble f o r t a!" son f i l s mais J o y z e l l e devine que cet amoureux n'est pas son bien-alme.. Mefclin l u i r e v i l e ''que Lanceor est derrie*re eux dans l e s bras de 1*autre femme. J o y z e l l e refuse d'epier Lanceor - e l l e s'eloigne sans tourner la. t l t e . Dans l a scdtie qui s u i t , e l l e trouve l e jeune homme, ina n i m l , etendu sur un grand l i t de marbre. E l l e p r i e M e r l i n de l e se c o u r i r , de l e g u e r l r . Le v i e i l l a r d y consent a" c o n d i t i o n q u ' e l l e vlenne cette n u i t pour se donner § l u i sans reserve. E n f i n J o y z e l l e l u i donne sa promesse. (1) Maeterlinck, M., J o y z e l l e , P a r i s , Charpentier et Fasquelle, 191H-, p. 95, 96. Dans 1 1 i n t e r v a l l e , Lanceor apprend que M e r l i n est son peVe. Ce dernier l u i d l c r i t l e s Ipreuves de J o y z e l l e . S i e l l e r ^ s i s t e a* l a t e n t a t i o n proch&ine, e l l e sera l i b r e . De plus e l l e sera digne de l 1amour de Lgnce'or. La nuit J o y z e l l e tremble et h e s l t e en approchant l e l i t de M e r l i n . E l l e aperpolt l e v i e i l l a r d endormi. E l l e leVe une lame pour frapper M e r l i n . A r i e l l e , i n v i s i b l e , paralyse son geste, Au m&me moment M e r l i n s 1 e v e i l l e et v o l t J o y z e l l e pr&te a l e tuer. I I proclamet J o y z e l l e est grande et J o y z e l l e 'triomphe I E l l e a vaincu l e sort en 'ecoutant 1'amour ... Jusqu'e> ce geste-la", tout £tait l n d ^ c i s : a* present tout est c l a i r , tout est radieux et su*r. (1) Puis une reunion joyeuse a l i e u entre Lanceor et J o y z e l l e . Eh 1901, M. Maeterlinck d e c r i v i t a i n s i 1 1essaimage des a b e i l l e s J Ce n'est Apas une emigration aveugle, mais un s a c r i f i c e qui paraxt raisonne, de l a g£negation presente a" l a generation f u t u r e . (2) Les v i e i l l e s a b e i l l e s donnent l a ruche aux jeunes a b e i l l e s , done c e l l e s - l a * sortent pour chercher une autre maison. VoilaVun acte qui ... passe certainement l a morale humalne. (3) Deux ans plus t a r d notre auteur t&cha de representer dans une pierce c e t t e qualite" louable des a b e i l l e s . A r i e l l e f a i t penser M e r l i n aux jours e f f r a y a n t s que prepare V i v i a n e . I I faut que M e r l i n I'alme q ' i l n'aime pas J o y z e l l e . Pourtant l e v i e i l l a r d est sourd aux prie^res de son g^nie. Ensuite i l IX) Maeterlinck, M., J o y z e l l e , p. 164, 5. (2) Maeterlinck, M., La v i e des a b e i l l e s , P a r i s , Biblloth&que Charpentler, 191.4-, p. 39. (3) I b i d , p. 30, r e f l e c h i t S A r i e l l e d i s a i t v r a i . Je n'ai qu'a* f a i r e un geste pour f a i r e retrograder l e s heures et l e s jours, et me s o u s t r a i r e a i n s i a* l 8 ef f royable f i n que l e sort me reserve ... mais ce geste-la* aneantlt c e l u i que j'aime plus que moi-me$e. ( l ) On peut? a u s s i comparer J o y z e l l e & l a r e l n e - a b e i l l e . Pendant l e v o l n u p t i a l c e l l e - c i surmonte tous l e s obstacles atmosph^rlques - pour a t t e i n d r e des hauteurs b l e u i s s a n t e s . De l a mime manieVre, 1 1 amour de J o y z e l l e monte tou jours . En f i n e l l e aime jusqu'au point que l'amour ne peut pas de'passer. (2) .Marie-Magdeleine s u i t Monna Vanna et J o y z e l l e dans l a l i g n l e des femmes que l e Destin eprouve. Pourtant l e s dernieVes ont une a*me pure au commencement de l e u r s t e n t a -t i o n s . L'aSne de Marie-Magdeleine est souille'e mais devient nette. E l l e est une b e l l e courtisane, une r i c h e Galile'enne. Les Romains l'admirent; l e s J u i f s l a detestent. Du reste e l l e exprime sa haine des J u i f s surtout de l a bande du Nazare'en quand e l l e v i s l t e Silanus ei Bethanie. Marie-Mag-deleine l e s accuse du v o l de ses b i j o u x et d'autres t r i s o r s . Verus l u i promet d ' a r r ^ t e r l e chef de ces vagabonds l e plus t 6 t p o s s i b l e . Ce Romain est commandant des l e g i o n n a i r e s , q u i accompagnent k Jerusalem l e procurateur Pontius P i l a t u s qui y redoute des t r o u b l e s . Quand Silanus raconte a* ses h&tes l a guerison de son v o l s i n , Simon l e Le'preux, un grand brouhaha se f a i t entendre, H I Maeterlinck, M., J o y z e l l e , p. 105. * ' (2) i b i d , p. 167. . Euis re^gneVsilence incomparable.'. Du j a r d i n de Simon j a i l l i t une voi x douce et toute-puiasantej e l l e perce l'&me de Marie-Hagdeleine. Fascinee, e l l e entre dans l e j a r d i n v o i s i n pour v o i r l e Proph&te qui o f f r e dans ses beatitudes une nouvelle sorte de bonheur. Les J u i f s commencent a* l a p i d e r l a b e l l e pecheresse mais l a Voix l e u r commande: Que c e l u i d 1entre vous qui est sans p£che, l u i j e t t e l a premiere p i e r r e ! ( l ) Les c a i l l o u x tombent. En revenant, Marie-Magdeleine marche machinalement comme dans un r^ve. E l l e repousse l ' a i d e o f f e r t e de Verus. E l l e semble presque h y p n o t i s l e . Pourtant l a prochaine f o i s q u ' e l l e v o i t Verus, e l l e 1 1 a c c u e i l l e chaudement. Le Romain est fe'ru d 1 amour pour cette rose de Magdala. Pour echapper k 1'influence magnetique du Nazareen, e l l e consent k epouser Verus qui l'emmlnera l o i n de ce pays barbare. Apre^s un moment, e l l e supplie son amant de sauver J^sus, car Verus l u i d oit l a v i e de Marie-Magdeleine et peut-^tre l e u r bonheur. Venus ne peut comprendre l e s volont^s s i capricieuses de cette courtisane. A grand'peine i l parvient k t r a n q u i l l i s e r c e l l e q u ' l l adore mais un re s s u s c i t e a s s i s t e au naufrage de sa f ^ l i c i t e ' retrouve'e. Lazare d i t seulement at l a grande pecheresse: Viens, l e Mattre t ' a p p e l l e . (2) Verus tache de proteger Marie-Magdeleine de cette force s u r n a t u r e l l e . Cependant comme une somnambule, e l l e s u i t Lazare. (1) Maeterlinck, M., Marie-Magdeleine, P a r i s , Charpentier-Fasqueile, 1922, p. 55. (2) JMAi p. 102. De"s ce jour e l l e ae j o i n t aux vagabonds qu'elle a abhorres a u t r e f o i s . Lorsque J l s u s est cnndamne e l l e essaie d'organiser l e s d i s c i p l e s pour l i b i r e r l e Prophets. Verus promet de l e d e l i v r e r pourvu q u ' e l l e se donne a: l u i . Mais l a pe"cheresse repentie a une nouvelle I d l e de la. v i e . Son amour charnel a ete convert! en amour d i v i n . Malgre l e s p l a i n t e s des d i s c i p l e s , e l l e refuse de s a l l r son "Sme nouvelle-nee. Marie-Magdeleine ne veut pas pour sauver ce qu ' e l l e aime,pecher contre tout ce qu'aime l e Maxtre. ( l ) Plus t a r d , e l l e ce*de presque au d l s i r de Ver"us quand J^sus approche en route vers sa mort. Le Sauveur tombe, 11 regarde l a maison tand l s que cette d i s c i p l e se decide. Marie-Magdeleine, d'une v o i x p l e i n e de c e r t i t u d e s d i v i n e s , renvoie Verus. Jesus se releVe. Dansce drame M. Maeterlinck discute l e s p o s i t i o n s de t r o i s r e l i g i o n s dissemblables - l e sto'icisme, 1' epicurisme et l e c h r i s t i a n i s m e . Silanus et Appius sont s t o i c i e n s . Le premier ripeste des paroles sages et .reconfortantes qu' 11 a puisees dans une l e t t r e "ecrite par l e u r venerable mai^tre, Longinus. Cependant Marie-Magdeleine confesse a.Silanus que ces maximes ne l a consolent po i n t . Le Romain l u i reponds Consoler, madame, n'est pas a n i a n t i r l a douleur, mais apprendre a* l a surmonter. (2) Apre*s l a r e s u r r e c t i o n de Lazare, Appius est impatient de suivre J^sus. Au c o n t r a i r e , Silanus s o u t i e n t : f l p - M a e t e r l i n c k , . M., Marie-Magdeleine,, p. 1597" ~~~ ~ (2) AbjJ^ p. 44-. En reVeillant un mort ... i l nous montre q u ' l l possdde une puissance plus grande que c e l l e de nos maltres, mais non point une plus grande sagesse ... Que l e s morts s'endorment ou se r e v e l l l e n t , i l s n ' a t t l r e r o n t ma pensee que s ' i l s m'apprennent a f a i r e un m e l l l e u r usage de ma v i e . ( l ) Pourtant, 11 admet plus t a r d que le r e p e n t i r de l a b e l l e courtisane est aussi surprenant que l a r e s s u s c i t a t i o n d'un mort. La thaumaturgie du F i l s de Dieu a derange l e u r ancienne ph i l o s o p h i e . Verus et Marie-Magdeleine sont e'picuriens. Le legion-naire aime l a r l c h e s s e , l a beaut£ - tous l e s p l a i s i r s de l a v i e . II se j u s t i f i e sa s e n s u a l i t e en d l s a n t : Les dieux veulent toujours ce que veulent l e s hommes, (2) Pour Verus, le Nazareen n'est qu'un cha.rlatan, un a g l t a t e u r et surtout un r i v a l h a l s s a b l e . Le Romain ne peul? comprendre n i apprecier l e s paraboles de Jesus. Mais l a grande peche-resse l e s comprend. E l l e q u i t t e sa v i e o i s i v e et m£chante. ' E l l e devient chre*tienne, enflammee d'un idealisme nouveau. Comme une a d o r a t r i c e sincere du Sauveur, e l l e trouve une clemence inc r o y a b l e , une paix merweilleuse et une f e l l c i t e p a r f a i t e . Devant l a Lumi^re du monde, l e s pe'ches de Marie-Magdeleine d i s p a r a i s s e n t comme des nuages n o i r s . L'amour d i v i n terille dans l'aVe de l a pecheresse p u r i f i ^ e . Toutes l e s heroines de ces quatre places de notre auteur sont energiques, puissantes. Chacune d ' e l l e s porte son propre d e s t i n dans son coeur. A la. f i n l a destinee est vaincue par l'amour. Certainement l a pfeilosophie de M. Maeterlinck a (1) .. .Maeterlinck, M., Marie-Magdeleine, p. 92, 93. (2) ' "JLbid, p. .161. evolue. L 1 e v o l u t i o n m^ me de sa pens^e 1' a entraine* d'un horizon nebuleux, assombri et tragique, vers l e s pays harmonleux et e n s o l e i l l e s . Quand on s u i t de •pre's • sa c a r r i e r e dramatique, depuis l a Prlncesse Maleine ou Pelleas et Melisande jusqu'a* Monna Vanna ou Marie-Magdeleine, on passe non seulement du Nord au M i d i , du d€cor s e p t e n t r i o n a l aux c i e l s de Toscane et de Jude'e, mais a u s s i des royaumes du pessimisme et de l a f a t a l i t e a* 111 empire de l a l l b e r t e et de l a lumleTe„ ( l ) IV, Dans l e me^ me rayon de lune apparaissent L' I n t e l l i g e n c e des f l e u r s et L'Oiseau bleu - fe'erie de l a nature et f e e r i e de l a pensee. (2) Sans doute une magicienne b i e n f a i s a n t e a touche de sa baguette l a philosophie de M„ Maeterlinck. Dans L 1 I n t e l l i g e n c e des f l e u r s s s e s idees sont assez sereines et encourageantes. Parmi l e s d e s c r i p t i o n s charmantes des f l e u r s 11 se trouve quelques pensles sur l a destinee, sur l a force mysterieuse qui anime l ' u n l v e r s , M. Maeterlinck nous consoles I I est bien pr I f e'rable de se convaincre que cette puissanee ? tout au moins au point de vue i n t e l l e c t u e l , est etroitement parente de l a nStre. Notre e s p r i t puise aux m&mes r e s e r v o i r s que l e s i e n . Nous sorames du m&me monde, presque entre e*gaux. Nous ne frayons plus avec des dieux l n a c c e s s i b l e s , mais avec des v o l o n t i s v o i l l e s et f r a t e r n e l l e s , q u ' i l s'agit de surprendre et de d i r i g e r . (3) A i n s i . notre auteur met en scene l e petLerinage de deux p e t i t s - enfants de 1 1univers. La F^e Berylune a besoin de l'Oiseau Bleu pour sa p e t i t e f i l l e qui est t r e s malade. Par s u i t e , cette fee Tl) Carre, Uean-Marie, "Maeterlinck et l e s l i t t e r a t e u r s e t r a n -ge*res", Revue de l i t e r a t u r e compar^e, tome 6, 1926, p. 449, (2) Leblanc, Georgette, " L 1 I n t r o d u c t i o n " , Moreeaux c h o i s i s , P a r i s , Nelson, 19100 (3) Maeterlinck, M., L s I n t e l l i g e n c e des f l e u r s , P a r i s , Biblioth£que-Charpentier, "1912, p. 105. acari&tre persuade Tyltyl:. et Myt.yl.de chercher 1 8oiseau maglque. Le p e t i t garcon r e p o i t un j o l i chapeau vert sur l a cocarde duquel est un gros diamant. En tournant cette p i e r r e , T y l t y l l i beTe l 8&me de•plusleurs chases quotidiennes du pain, du sucre, du l a i t . Avant que. chaque e s p r i t puisse r e n t r e r dans son corps/ l e p&re Tyl frappe s> l a porte. I I est done necessaire que ces &mes accompagnent l e s enfants. D'abord Mytyl et T y l t y l vont au Pays du Souvenir oil i l s revoient gfandimaman T y l , grand-papa T y l et l e s sept p e t i t s T y l . Les chercheurs ne peuvent comprendre I 8 e x i s t e n c e de ces morts. G-rand-papa T y l l e s assure que l e s habitants de ce pays ne sont point morts. Et l a bonne-maman l e u r explique chaque f o i s que vous pensez a nous, nous nous re --v e i l l o n s et nous vous revoyons. ( l ) T y l t y l est joyeux en pensant q u ' i l a trouve l'OIseau Bleu car l e merle de ses grands-parents l u i semble assez bleu. Dependant ce merle devient n o i r quand l e s enfants q u i t t e n t l e j a r d i n d u souvenir. Pendant l a sc&ne prochaine Mytyl et T y l t y l continuenjr l e u r qu&te dans l e P a l a i s de l a Nuit. A 1 8aide du diamant merveilleux, cette reine remet ses c l e f s au p e t i t garcon. Puis T y l t y l ouvre toutes l e s portes d e r r i e r e l e s q u e l l e s se cachent l e s FantBmes, l e s Maladies, l e s Ten§bres et l e s G-uerres. E n f i n , malgr^ l a defense de l a Nult^ 11 ouvre l a porte monumentale. I c i , dans un Jardin de r&ve, Ivoluent de f^eriques oiseaux bleus Innombrables. Les enfants et (1) Maeterlinck, M,, L'OIseau Bleu, P a r i s , Charpentler et Fasquelle, 1923, p. 61 „ Tyl6, l e chien, en prennent beaucoup. Mais ces olseaux deviennent Inanimls en face de l a LurnieVe car I l s ne peuvent v i v r e en p i e i n jour. . Ensuite l e s chercheurs v i s i t e n t l a Forest. I n c i t e s par l a Chatte, l e s Arbres et l e s Animaux manquent de tuer l e s enfants du bu*cheron, Pou^ant T y l t y l appelle l a Lumi^re a grands e r i s . A son c o n s e i l , 11 tourne l e diamant; l e s &mes sanguinaires d i s p a r a i s s e n t . De l a m#rae manllre, l e s enfants ne trouvent pas 1'oiseau magique dans l e Cimetiere. Mais l i s y apprennent qu J i l n'y a pas de morts. (1) Le cimetiere sombre se transforme en un j a r d i n de f l e u r s ou des a b e i l l e s bourdonnent et des oiseaux chantent. Du r e s t e , l e v r a i oiseau bleu n'est pas chez l e s Bonheurs ou dans l e Royaume de l ' A v e h i r . Cependant l a Lumiere soulage l e s chercheurs malheureux en l e u r avouant q u ' e l l e a cache' 1'Oiseau Bleu sous sa mante. Le lendemain. de cette n u i t de voyages s i chime'riques, l a que^te des enf ants semble couronnee de success dans l e monde t e r r e s t r e . T y l t y l decouvre que sa propre t o u r t e r e l l e est tout a* f a i t bleue. I I I'envoie e> l a f i l l e malade de sa v o i s i n e , madame B e r l i n g o t . Cette p e t i t e f i l l e v i e n t pour remereier T y l t y l . Tandis que l e garcon ta*che de l u i montrer comment Is. t o u r t e r e l l e mange, 1' oiseau s'e'chappe et s'envole.. T y l t y l demande au p u b l i c de l e l u i rendre s i quelqu'un l e (1) Maeterlinck, M., L'OIseau bleu, p. 156. retrouve, car, d i t - i l , Nous en avons besoln pour e"tre heureux plus t a r d . (1) Par ces paroles M. Maeterlinck a-t-11 1 ! I n t e n t i o n de nous prevenir de l a s u i t e de cette pierce? Probatelement non. Mais en tout cas l e me'me garcon f i g u r e dans Les f i a n p a l l l e s . Au bout de sept ans, l a Fee Berylune r e v i s i t e l a cabane du bu^heron. T y l t y l a maintenant seize ans. I I faut done trouver une femme: pour l u i . A i n s i l a fee demande au jeune homme l e nom de c e l l e q u ' i l aime. Rougissant, 11 l u i confesse q u ' i l ne connait que s i x Jeunes f i l l e s et q u ' i l adore chacune d ' e l l e s . La f i e e x t r a i t de son sac l e bonnet vert q u i a grand! en me^ me temps que l a t e t e de T y l t y l . Aussi on peut d i r e que 1 1Oiseau Blau a donnl sa t e i n t e au diamant sur l a cocarde car l e b i j o u a c t u e l est un saphir. La fee explique •ce -changement de couleurt I I s'agit cette f o i s de tout autre chose que de I'shne du pain, du sucre et de quelques objets simples et sans importance. I I s'agit de c h o i s i r l e grand et l e seul amour de t a v i e ; car chaque homme n'en a qu'un; S ' i l l e manque,' i l s'en va comme un malheureux sur l a t e r r e . (2) Le saphir peut appeler a* l a maison de T y l t y l ses amies. Le jeune homme, e f f a r e , s ' h a b i l l e en toute h&te avant q u ' i l l e tourne. Puis l e s aspirantes commencent k a r r i v e r . La premiere venue est M l l l e t t e , v^tue en bftcheronne. E l l e t i e n t encore a* l a main une hachette ;. B e l l i n e , f i l l e du boucher, porte a* sa ceinture un f u s i l e t u n couteau.a dlpecer. T y l t y l , s ' e m e r V e i l l e que I 8une de ces jeunes f i l l e s admire l a beautI de l 1 a u t r e . La fie l u i d i t q u 1 e l l e s eonnaissent son impasse. Ce n'est pas sa faute q u ' i l l e s aime egalement„ Ensuite R o s e l l e , f i l l e de 1'aubergiste, entre par 1'H.tre. E l l e serre sous l e bras gauche un plateau d'etain et sous l e bras d r o i t une b o u t e i l l e . I I semble evident a T y l t y l q u ' i l n'y a personne a* l'auberge ce s o i r . Roselle 1'assure que bien des buveurs encombrent. l e S o l e i l - d ' O r . En e f f e t e l l e a 1 est esqulveV de cette f o u l e seul erne nt a\ grandfipeine. La quatrie*me f i l l e est Aimette. Ses v^tements blancs de f a r i n e annoncent que son pe\re est meunier. En dontraste, J a n i l l e , p e t i t e mendiante est nu-pieds, nu-t&te, en h a i l l o n s s a l e s . Quand cheque f i l l e a r r i v e , T y l t y l l'embrasse ardemment. Pourtant i l he'site a* b a i s e r l a s i x i l m e jeune f i l l e car i l ne l a reconnait pas. C e l l e - c l porte une b e l l e robe sous un manteau de fourrure et t i e n t un e v a n t a i l 1 l a main. C'est l a f i l l e du maire. En depit de sa f i e r t ^ h a b i t u e l l e , Rosa-r e l l e f a i t cette v i s i t e a l a cabane du bftcheron. T y l t y l est etonne. Mais c e t t e jeune f i l l e est plus guindee que l e s autres - e l l e entre par l a porte. Selon l a fee, c e l a montre que R o s a r e l l e a peu d'imagination. Get %tve f a n t a s t i q u e r a c c o u r o l t l e s p e t l t e s confidences de T y l t y l et R o s a r e l l e . Mme. Berylune f a i t au" Jeune homme une r e v e l a t i o n effrayante. Ses anc^tres et ses enfants doivent c h o i s i r l a femme digne de l e u r f a m i l l e . En vue- du grand voyage aux pays de ces morts, i l faut procurer de l'argent. La p e t i t e J a n i l l e , toujours bonne, o f f r e tout de Suite ses t r e i z e sous de mendiante. E n f i n l a f^e se decide a* envoyer T y l t y l au grand-p§re de Ro s a r e l l e . Ce v i e i l l a r d est tr£s r i c h e . Peut-e'tre l e saphir b a n n i r a - t - i l son a v a r i c e . Au moment OT> tout l e monde est pr&t a* s o r t i r , une forme gigantesque s'eleve d'une trappe. Cette personne est l e Destin. I I donne l 1 i m p r e s s i o n d'une masse de gra n i t §t d'une puissance aveugle et i n f l e x i b l e . En ob^issant au eommandement.de l a Fe^ e Berylune,. T y l t y l donne l a main & ce ge*ant. Au l i e u d'une main, l e monstre a une pince d'acier. Tous recommencent a* p a r t i r . La porte s' ouvre -une forme de femme se dresse sur l e s e u l l . Parce q u ' e l l e y reste immobile, l e s personnag.es sortent par l a f e n i t r e . Le Destin m&ne l e s autres. L'inconnue qui est envelopp^e de longs v o i l e s blancs, s u i t lentement 3s distance. Seul T y l t y l va dans l a cave de l'avare. D'une maniere enfantine: et f o l l e , ce v i e i l l a r d p a r l e a* ses pieces d'or. En apereevant l e jeune homme, 11 pousse un c r i t e r r i b l e . I I se p r l c i p i t e sur T y l t y l q u i tourne prestement l e saphir. Aprd's une l u t t e i n t e r i e u r e , l'avare semble s ' e V e i l l e r d'un mauvais reVe. I I s'empresse de donner a1 son v i s i t e u r tout Itargent que T y l t y l peut p o r t e r . En dehors de cette banque souterraine, l e Destin attend le jeune homme. Ce geant refuse de se charger de I'or. I I declare hautainement a T y l t y l : Je ne. suis pas au ser v i c e des hommes. En avant, en avant, en avant i (1) • _____ (1) Maeterlinck, Les f i a n g a i l l e s , p. 60„ Entre temps, Mme. B6rylune enferme l e s sept f i l l e s dans un cabinet de son p a l a i s . Sans l a magie du saphir, e l l e s se conduisent comme d'habitude, sauf l a f i l l e v o i l e e qui demeure impassible. Surtout Rosarelle meprise l e s accessoires de l a Me*re l'Oye qu ' e l l e y trouve. La f i l l e du boucher essuie avec o b s ^ q u i o s i t l un banc pour cette f i l l e du maire. - Toutes l e s deux s'asseyent. Puis e l l e commencent ' a* caqueter de 11 i n f e r i o r i t y des autres jeunes f i l l e s . Aimette qui est s i , f r e * l e , l e s p r i e de l u i donnerun p e t i t c o i n de l e u r sie*ge. La fi£re Rosa r e l l e ne veut pas s'asseoir a c6te de cette f i l l e du meunier, I I y a assez de poussieVe sur l e banc sans y ajouter c e l l e de l a f a r i n e . Tout de su i t e l a f i l l e de I'aubergiste prend l e p a r t i d'Aimette. En revanche des paroles accusatvices, Rosarelle donne une g i f l e a* l a p e t i t e aubergiste. A i n s i commence une qu e r e l l e entre l e s s i x amantes de T y l t y l , , A l'apoge'e de cette b a t a i l l e stupide, T y l t y l r e v i e n t de chez l'avare. Le jeune homme ta*che de decouvrir' l e s causes de cette tempite mais l e s femmes parlent toutes en m£me temps, Plonge" dans l e d^sespoir, 11 pleurC comme un enfant quand, l a f l e ' r e n t r e . E l l e l u i d i t qu' 11 a cause' tout ce b r u i t car i l a oublie son talisman. La LumieTe l u i apporte l e bonnet magique. T y l t y l est treV heureux de r e v o i r son ancienne amie et don-d u c t r i c e . Ensuite l e Destin entre. Le jeune homme f a i t remarquer que celuiA e s t moins grand q u ' a u t r e f o i s . Le Destin refuse de l e c r o i r e . A vo i x basse, l a f^e explique ce 5l> changement: C'est probablement.le volsinage de l a Lumie're qui ne l u i est pas s a l u t a i r e ; i l s n'ont Jamais pu s'accorder. ( l ) AussitOt que T y l t y l tourne l e saphir, ses p e t i t e s amies redeviennent* douces et souriantes, L o r s q u ' i l l e s embrasse, l a f i l l e voil§e tombe immobile sur l e s o l . Chaque geune f i l l e essaie de l a souiever mais c'est impossible. La f i e se charge de l a remettre sur pied. Pour p e n l t r e r dans l e pays des ancetres, i l faut g r a v i r de grands rochers. T y l t y l qui s u i t l a Lumie're, est a* une grande distance devant l e s Jeunes f i l l e s . Pendant q u ' i l l e s attend, 11 demande l e c o h s e i l de l a Lumie*re mais, comme l u i , e l l e loue chaque f i l l e a* son tour. E n f l n e l l e s a r r i v e n t , accompagnles par l e Destin q ui a encore diminul. Parce q u ' i l est tre*s fatigue*, i l ordonne une h a l t e . Cependant l a , Lumi&re l e s informe q u ' i l s sont dljei a r r i v l s au sejour des anc&tres, Comme dans L'Qiseau bleu, T y l t y l est a c c u e i l l i par ses grands-parents. l i s l e mettent au courant touchant ses a'ieux. Un a* un ces anciens sortent de l e u r maison. E n f i n apparelssent l e Gr&nd-Pays&n, l e Grand-Pauvre et l e Grand-AncQtre. Ce dernier est president de ce groupe de t r o i s juges. Aucun d'eux ne peut reconnaltre l a femme c h o i s i e parmi l e s s i x jeunes f i l l e s . Pourtant chaque f i l l e est p r l f l r l e par un ance'tre de qui l e m l t i e r ressemble au TT7 Maeterlinck, M., Les f l a n c a l l l e s , p. 77» ~ " s i e n . Par exemple, I'anceHre ric h e designe R o s a r e l i ^ f i l l e du maire;. l ' a i e u l ivrogne o h o i s i t R o s e l l e , jeune aubergiste; et l'anc&tre a s s a s s i n s'empare de B e l l l n e , f i l l e du boucher. E n f i n l e Grand-Anc§tre f a i t t a i r e ces impertinents. I I envole T y l t y l pour l u i mener l e fantSme blanc q u i est peut-^ t r e l a femme c h o i s i e . Quand l e Grand-Anee'tre soule've l e v o i l e de l a statue, tous voient qu'elle n'a pas de visage, se T y l t y l ne p e u t A l a rappeler. I I faut done que ses enfants l a reconnaissent. C'est pourquoi l a Lumie're guide l e jeune homme au sejour des enfants, Prlce'de'es du fant6*me, l e s jeunes f i l l e s entrent. Almette et J a n i l l e soutiennent le- Destin qui est maintenaht p l u s , p e t i t que T y l t y l . Ghacune des s i x , f i l l e s supplie l e s enfants de l a c h o i s i r comme me*re.Pourtant l a decision appartient au P e t i t . Ce dernier pr§fe\re l a f i l l e volle'e. Sous l e s caresses et l e s b a i s e r s de cet enfant, l a statue s'anime peu & peu. Mais T y l t y l ne peut encore reconna^tre cette b e l l e femme. / Dixleme tableau - l e s s i x jeunes f i l l e s pleurent en disant adieu si T y l t y l . La Lumie're, reconduit i e ~ Jeune homme a? sa cabane du b&cheron. E l l e sort emportant l e Destin dans ses bras. Jusqu'au bout, ce b i z a r r e r a p e t i s s e continue de declarer', Ze ne pleure zamais ] Moi z'ordonne qu'on s 1 arreste I En avant 1 en avant I en avant I ( l ) I I veut r e t e n i r son anclenne puissance mais c'est impossible, TT) Maeterlinck, M., Les f i a n c a i l l e s , p. 179» ~ Sf A son r e V e l l , T y l t y l d£couvre l e nom du fant&ne blanc. Leurs v o i s l n e s d'autrefois v i s i t e n t l a f a m i l l e T y l . La mire c h o i s i e par l e plus p e t i t enfant, est Majoie, f i l l e de Mme. B e r l l n g o t . C e s t l a Jeune f i l l e a1 q u i T y l t y l a donne' sa t o u r t e r e l l e pendant l e u r enfance. l i s tombent amoureux -l'OIseau Bleu exerce encore sa magie. Dans ces deux f a n t a i s i e s , notre poSte montre des quetes ass'ez d i f f e r e n t es. La deuxie*me recherche est v i c t o r i e u s e -T y l t y l trouve la. digne jeune femme chez l u i . Sans doute i l s sont heureux pour jamais. Cependant dans L'OIseau bleu, l a t o u r t e r e l l e s'echappe de l a maison de T y l t y l . Mytpl et. son fre^re n'ont pu resoudre l e s probl&mes de 1'univers. Plus t a r d M. Maeterlinck exprimera a l n s i cet i n s u c c l s u n l -v e r s e l : Le grand secret,, l e seul secret, c'est que tout est secret . Apprenons du moins & l'e'cole de nos mystgrieux anc£tres a* f a i r e , comme i l s l ' a v a i e n t f a i t , l a part de 1' inconnaissable et a* n'y chercher que ce qui s'y trouve, c 1est-_*-dire l a c e r t i t u d e que tout est Dieu, que tout est en l u i et y doi t a b o u t i r dans l e bonheur, et que l a seule d i v i n i t e ' que nous puissions esperer de conna_!tre, c'est au plus profond de nous-me'mes qu' i l l a faut de'couvrir, ( l ) I I §st inte r e s s a n t de noter a u s s i l e r u l e du Destinjians Les f l a n c a i l l e s , Au commencement 11 est un monstre t e r r i b l e . Puis I I devient un peu r i d i c u l e quand i l s ' h a b l l l e comme un tra_!tre de melodrame (2) d r a p l d'une ample cape noire et c o i f f e d'un larg e sombrero espagnol^ Peu a* peu, comme dans les.drames de "(l) Maeterlinck, M., Le grand secret, P a r i s , Bibliothe^iue" -Charpentler, 1921, p. 319. ~ (2) Maeterlinck, M., Les f i a n g a l l l e s , p. g6. M. Maeterlinck ( l ) ce ge'ant se metamorphose en nain et, k l a longue, en bebe. Tartdis que l a puissance du Destin diminue, l e l u s t r e de l a Lumie^re ^ c l a i r e l a philosophie de notre auteur. .Enfin • " - - , . < ses i d l e s de morale ... sont comme des p i v o t s d'or, autour desquels tournent l e s pages de ses l i v r e s . \2) (1) Smith, H. A., Main Currents of Modern Drama, New York, Henry Holt & Co., I925, p. 302. (2) Grappe, Georges, "Maurice Maeterlinck", Revue p o l i t i q u e et l i t t e ~ r a i r e , 1902, tome , p. 53k. CHAPITRE I I I Symboles maeterllncklena 1. Nourriture 2. Objets 3. Portes et fenetres 4. Eaux 5. Fleurs 6. Arbres 7. Animaux 8.'' 01seaux 9, Lumie're S7 Tout p a r l e dans 1 1 u n i v e r s , I I n'est r l e n qui n ' a i t son langage. (1) M. Maeterlinck a des o r e i l l e s pour entendre. I I entend l a voix s p i r l t u e l l e des choses physiques. Quelques-unes mar-mot tent un jargon de 1'enfer; d'autres parlent l e langage du c i e l . Celles-let maudissent 1'homme; c e l l e s - c i benissent ce voye.geur d'eterniteV Quel est l e message que l e s choses quotidiennes portent a* l'humanlte? Selon notre auteur rn&me l a nourriture a une s i g n i f i c a t i o n f o r t importante. E l l e n'est pas simplement l e s v i v r e s q u i apaisent l a faim. E l l e est l e signe v i s i b l e des v e r i t l s e t e r n e l l e s . Par exemple, i l me semble que l e Pain dans L 1Olseau bleu symbolise l a Chair et ses d e s l r s , Ce personnage comique est tout a* f a i t gourmand. Chez, l e s Bonheurs c'est l u i qui t u t o i e , l a bouche p l e i n e , T y l t y l . Le P a i n pense toujours a* son ai s e physique. Bien q u ' i l se g l o r i f i e comme l e protecteur n a t u r e l de deux enfants, i l reste pre"s de l a porte. A i n s i i l pourra Ichapper v i t e aux Terreurs dans l e p a l a i s de l a Nuit. Ce vantard f a i t parade non seulement de son courage imagine" mais aussi de son de-vouement. En disant adieu aux enfants, i l l e u r assure q u ' i l est l e plus f i d d l e commensal et l e plus v i e i l ami de 1 8 Homme (2) Tl) La Fontalne7 Jean, "''Epilogue"du l l v r e Xl' !7^euvreT7~Paris, L i b r a i r i e Hachette, 1SS5, tome III, p. l 6 g . (2) Maeterlinck, L'Olseau ble u , t>. 244. II se nomme president du groupe de choses et d'el^ments. En ce rfMe i l prend l a parole comme un orateur, cherchant tout l e temps 1'applaud!asernent de ses-compagnons. Le Pain, l a c h a i r , est un saltimbanque sans p a r e l l . Par contraste, dans l a B i b l e , on trouve 1 1apotheose du Pain. I I y repre'sente encore l a c h a i r mais l a c h a i r du C h r i s t . Jesus declare: Je suis l e pain viscant, qui est descendu du c i e l et l e pain que je donnerai c'est ma c h a i r , que je donnerai pour l a v i e du monde. ( l ) A i n s i , & 1' E u c h a r i s t i e , l e s Chretiens mangent du Pain, symbole de l a c h a i r de l e u r Seigneur c r u c i f i l . Le Pain reste un personnage i n o u b l i a b l e creV par M. Maeterlinck. Le Sucre a a u s s i ses charmes mais sa nature est plus simple que c e l l e du Pain. Neanmoins i l e s t d i f f i c i l e de decouvrir l a v r a i e s i g n i f i c a t i o n du Sucre. Le ta c t semble e^tre son t r a i t c a r a c t e r i s t i q u e . De sa v o i x mielleuse, l e Sucre t&ehe de f a i r e cesser l e s q u e r e l l e s entre l e Pain, l e Feu et 1'Eau, I I l e s avert i t s "' L'heure est grave. I I s 8 a g i t avant tout de s 8 entendre sur l e s mesures & prendre. (2) Selon l u i , i l faut employer l a r a i s o n et non l e s Amotions pour c o n t r a r i e r l a qu§te des enfants du bftchefron. D 8 a i l l e u r s l e Sucre c o n c i l i e l e s G-ros Bonheurs en s'attablant avec eux. I I ne veut f r o i s s e r personne. Q,uand l e s enfants se plaignent d'avoir faim i l casse ses doigfcs et l e s l e u r p r l s e n t e . Pour-TH S. Jean VI:51. " : (2) Maeterlinck, M., L'OIseau bleu, p. 4-7. tant cet acte n'est pas vraiment a l t r u i s t e . Le Sucre s a l t q u ' i l aura bientSt des doigts propres et neufs car i l s r e -poussent rapidement. I I a done quelques d 6 s i r s charnels mais i l s sont moins nombreux que ceux du Pain. Du r e s t e , l e Sucre posse*de plus de s a v o i r - f a i r e et plus d ' i n t e l l i g e n c e que l a Chair, Le Sucre symbolise peut-^tre l a Raison humaine. Notre auteur declare que l e Sucre est naturellement papelard et doucereux. Comme l u i , l a Raison humaine admet que i l y a l e pour et l e contre ( l ) mais e l l e continue sur son chemin moyen. En e f f e t e l l e essaie de re ' c o n c i l i e r l e s passions de 1 'homme avec ses as-p i r a t i o n s . E l l e veut harmoniser l a Chair et 1'Arae. Cependant sa t&che est l o i n , d' £tre accomplie. Dans l a pieVe, l e L a i t semble a v o i r peur de tout. Sans doute i l c r a i n t surtout l e Pain. P a r e i l blagueur est capable d' ef-f a r e r toute dame pudibonde. En apparence l e L a i t joue un tre"s p e t i t rftle - i l ne d i t presque r i e n mais i l est l a \ I I est plus un symbole qu'un personnage. A mon a v i s , i l repre'sente 11Ame humaine. Cette essence s p i r i t u e l l e se sent une etrangeYe sur l a teri?e. E l l e n'est pas encore en p l e i n e possession de l a c h a i r de 1'homme. Une aureole entoure quelques objets t e r r e s t r e s . Ce c e r c l e lumineux est compos! de valeurs s p i r i t u e l l e s que 1'homme l e u r attache. Par exemple, une bague n'est pas seulement une bande c i r e u l a i r e m£me d'argent ou d'or. C'est ( l ) Maeterlinck, M., L'Oiseau bleu, p. 4-3. l e symbole en metal de l ' a m i t l e et de 1'amour, Dans l a parabole, l e p§re clement ordonne k ses s e r v i t e u r s de mettre un anneau au dolgt de son f i l s prodigue en slgne de son amour e t e r n e l . La perte d'une bague de neces est l e ressort qui f a i t tourner l e s rouegss/jfe. Pact i o n dans P e l l e a s et Melisande. Au bord d'une fontaine Melisande joue avec 1'anneau que Golaud l u i a donne. Quoique P e l l e a s p r l d i s e que l a bague tombera dans 1' eau, e l l e continue son jeu hasardeux. Au moment oil son anneau est inonde", midi sonne. Pour l a premiere f o i s depuis son mariage Melisande v o i t l e c l e l c l a i r . E l l e a perdu l e symbole ;de son union avec Golaud. En m&me temps, e l l e a a u s s i rejete" son amour pour e l l e . Par t e l e p a t h i e , 1'esprit subconscient de Golaud s a l t ce qui se passe hors de l a forest oft i l chasse. I I tombe de son cheval quand cet animal f a i t un sursaut. De*s ce moment sa paix conjugale est submergee par l a j a l o u s i e . Mais l e coeur de Melisande est l l b r e , pr£C a* repondre a: l a cour de Pelle"as. L'anneau de Melisande re s t e pour jamais au fond de " l a fontaine des aveugles". Sel y s e t t e retrouve sa c l e f perdue. A cause de l a perte de sa c l e f , S e l y s e t t e en a f a i t f a i r e une autre. La p e t i t e Y s s a l i n e l a l u i porte avant 1'arrlve'e d 1 Aglavaine. Cette n u l t , en baisant sa grand'meTe, Selys e t t e l a i s s e tomber cette c l e f . Pour l e moment, cette dernie^re oublie son de*sir de 1'employer car e l l e se rend compte que l a v i e i l l e a encore besoin de son devouement. Plus u t a r d Aglavaine lance|cette c l e f dans l a mer mais S l l y s e t t e regagne l a premitre c l e f . E l l e peut done r e n t r e r dans son phare de mort. D1 aprl's. Swedenborg ( l ) une c l e f s i g n i f i e l a puissance d 8 o u v r l r et de farmer." Mais i l faut a v o i r de. l a bravoure pour f a i r e usage de ce pouvoir. Chez S ^ l y s e t t e l a c l e f r e -trouvee f a i t r e n a i t r e l e courage d'aller. et sa noire tour. S l l y s e t t e a l a c l e f de l a mort; Ariane posse'de l a c l e f de l a v i e . Guide*e par Ariane, l a nourrice peut employer l e s s i x c l e f s d'argent car l e s s i x portes ne cachent que des p i e r r e s - choses inanime'es. Derri&re l a septieme porte sont des e t r e s . L 8 i n t r e p i d i t e d'Ariane, sa c l e f d'or, ouvre l a porte a* l a v i e . Quelle est l a s i g n i f i c a t i o n de ces sept portes da^ns l e p a l a i s de Barbe-Bleue? Les s i x portes sont l e moyen par l e q u e l Ariane eprouve de nouvelles sortes de beaufce inanimee -l a splendeur des amethystes, des saphirs, des p e r l e s , des emeraudes, des rub i s et des diamants. Pourtant e l l e a f f i r m e l Ce que j'aime est plus beau que l e s plus b e l l e s p i e r r e s . (2) -La septieme porte represente l a connalssance de l a beaut! humaine. Chaque femme de Barbe-Bleue posse'de ses propres charmes physiques; mais e l l e s ont toutes peu de beaut£ morale. Pour l a premiere f o i s Ariane est.en fa.ee de l a l a i d e u r de l a peur poltronne. -(1) Swedenborg, Emanuel, The Apocalypse Revealed, New York, : American Swedenborg P r i n t i n g & P u b l i s h i n g Society, 1915, tome I I , p. 4-gg. (2) Maeterlinck, Ariane et Barbe-Bleue, p. 14-1. De l a m£me maniel-e, l e s c l e f s que l a Nuit remet a* T y l t y l de s i mauvaise gr&ce, ouvrent l e s portes du beau et du grotesque. A i n s i l e p e t i t garpon v o i t non seulement l e s Parfums et l e s Oiseaux de l a Nuit mais a u s s i l e s Maladies et l e s G-uerres. Dans I n t I r i e u r pendant que 1a foule envahit l e j a r d i n , une des deux soeurs va pousser l e s verrous de l a porte. E l l e ignore ce qui se passe autour de l a maison mais e l l e veut l a b a r r i c a d e r centre l e malheur. Dependant quand l e v i e i l l a r d frappe et cette porte, l e pe*re 1»ouvre. La f a m i l l e apprend l e s t r l s t e s nouvelles de l e u r f i l l e noye'e. I c i l a p o r t a symbolise l a connalssance de l a mort d'une autre. Dans La mort de Tintagiles> une porte represente- 1* entree et l a mort elle-me'me. Getfee ports est en f e r u n i ; e l l e -n'.a pas de s e r r u r e . E l l e s 1ouvre pour l a i s s e r entrer T i n t a g i l e s . Ygraine ne posse'de r i e n q u i puisse b r l s e r cette barrie*re s o l i d e . I l faut que chacun eprouve seul l a mort. La port qui f i g u r e dans The Power of the Dead est aussi 6norme et lourde. Aprl's a v o i r noy! l e b a i l l e u r de fonds, l e heros du drame s'enfuit de sa maison ou" tous ses ance*tres l e rlprimandent. I I retourne mais l a porte est fermee. La seule. personne qui puisse entrer dans cette demeure. des morts c'est une p e t i t e f i l l e . Le heros a f a i t du malj l a . . f i l l e t t e ne connalt que l e bien. E l l e s o rt de l a maison accablee de l y s , offrande des morts et sa purete. De m&me que l a porte represents l a connalssance de l a v i r i t e et du bien, l a fenQtre symbolise 11 Imagination. A i n s i l e s spectateurs d'lnteVieur regardent par des v i t r e s , l e s reactions ^motives de l a f a m i l l e du mort. Par l e moyen des fenetres i l s peuvent v o i r 1'angoisse dans l e coeur.des parents. Au commencement de I'Olseau bleu, l e s deux enfants courent a l'une des fenetres de l a cabane. I l s montent sur un escabeau, poussent l e s v o l e t s pour regarder l a fe*te des p e t i t s r i c h e s . Mytyl et T y l t y l voient l e s jouets pendus a l ' a r b r e de Noe*l et l e s gateaux qu'on donne aux enfants r i c h e s . Mytyl et son f r e r e jouent a* manger des g&teaux. Sans doute ces deux p e t i t s pauvres ont souvent imagine une t e l l e f t t e . Plus t a r d c'est par l a f e n ^ t r e q u ' i l s sortent pour chercher l ' o i s e a u magique. De facon semblable l e s personnages dans Les f i a n c a i l l e s emploient cette rare s o r t i e . I I faut f a i r e usage de 1'imagination pour entrer dans l e pays des fees. . Dans l e s drames de M. Maeterlinck, des fenetres magiques s'ouvrent souvent sur des mers perilleuses..." Les aveugles raconte l ' h i s t o i r e tragique du p r ^ t r e qui est a l l e du cSte. de l a mer (1) eh cherchant du p a i n , Ces infortunes habitent une l i e . Le son de l a mer, q u i 1'ehtoure f o u r n i t l e l e i t m o t i v du drame. D'abord e l l e murmure paislblement mais peu a" peu sa muslque monte. Au moment ou* l e sixie*me aveugle c u e i l l e des asphod&les, (1) Maeterlinck, M., Les aveugles, p. 258. l a mer mug i t violemment contre des f a l a i s e s trd"s v o i s i n e s . Les aveugles ont peur q u ' e l l e l e s a t t e i g n e . I l s entendent deux pas. Sont-ce peut-§tre des vagues qui l e s cherchent? En louant sa tour, S e l y s e t t e explique a" Aglavaine que de ce vleux" phare J On v o l t toute l a mer. E l l e ecume tout autour de l a tour, excepte" du cote" du ch&teau. ( l ) S e l y s e t t e alme regarder l e f l u x et l e r e f l u x . -Ec out ant l'appel impe'rieux de l a mer maternelle (2) e l l e s e ' j e t t e dans l e cimetie're marin. Dependant l a mer permet que S e l y s e t t e demeure quelques heures de plus sur l a t e r r e . Son marl"nous d i t qu 8 e l l e est tombee sur un amas de sable que l e vent de l a mer a v a i t c h a s s i ce s o i r au p i e d m&me de l a tour,, comme pour l a r e c u e i l l i r doucement. (3) Chez M. Maeterlinck l a mer est 18 e t e r n i t e q ui environne l a p e t i t e _ l e de l a vie.:? (4-) A l a mort, l e s £tres se plongent dans c e t t e vaste etendue d'eau f r o i d e et profonde. Comme l a mer s u s c i t e l a pense'e de l a f i n de l a v i e t e r r e s t r e , l a fontaine peut representor son commencement. Deux sources jouent un r o l e dans P e l l l a s et Melisande. Au bord d'une f o n t a i n e , G-olaud trouve Melisande. A i h s i commence l e u r v i e conjugale. Plus t a r d P e l l e a s et M^lisdnde v i s l t e n t XD Maeterlinck, Aglavairie~~et S e l y s e t t e , p. 21. (;2), : Qp:liac$i>Anto!ne.i: dansrFleurs du j a r d l n . l y r i q u e , par John Charpentler, P a r i s , Mercure de France, 1939* p. 137. (3) Maeterlinck. aopLrolt..y p . {k) of, Arnold, Matthew, The Buried L i f e I v % "And then, he, t h i n k s he knows The h i l l s where h i s l i f e rose, Andcthej;sea where i t goes. " . et The Future. ?.. : ~ ^Murmurs and scents .of the i n f i n i t e sea." une source qui semble v e n i r du centre de l a t e r r e ( l ) A u t r e f o i s cette fontaine ouvrait l e s yetix des aveugles. Mais personne ne l a v i s i t e p i l u s depuis quelque temps. Pourtant e l l e est encone une source miraculeuse. Melisande t&che de v o i r l e fond de l'eau. E l l e perd son anneau dans cette fontaine des aveugles. A - t - e l l e vu pour l a premiere f o i s que son mari est vieux et qu ' e l l e ne l'aime plus? En tout cas, l a v i s i t e a* cette fontaine marqufe l e debut de son amour pour P e l l e a s . . . Prends garde, nous sommes sur l a c r ^ t e d'un.rocher qui surplombe l'eau q u i nous i l l u m i n e . (2) d i t Palomides 8s A l l a d i n e . Cette eau bleue rehausse l a beauts' de l e u r amour defendu, Des rayons de s o l e i l pen^trent dans l a g r o t t e ; l e l a c miraculeux devient terne et s i n i s t r e . L'eau vi v e est transformee en eau morte, • De l a me\ne manie're, un jet d'eau p r l d i t l a f i n du bonheur de l a princesse Maleine. Au moment ou* Hjalmar declare 9. Je c r o i s que je su i s dans l e c i e l jusqu'au coeur '. (3) un Jet d'eau sanglote, 4trangement et meurt. A i n s i mourra l e u r f e l l c i t e . Avant de r e n t r e r dans l e robinet, I'&me de 1'Eau con-s e i l l e Mytyl et T y l t y l : Quand vous vous assi£rez, au bord des Sources ... essayez de comprendre ce q u 1 e l l e s essaient de d i r e . ( 4 ) Que d l t l a v o i x des eaux? Selqn Swedenborg (5) l'eau s l g n l f i e (1) Maeterlinck, P e l l e a s et Mgllaande, p. 24. (2) Maeterlinck,. A l l a d i n e et Palomides, p. 157 (3) Maeterlinck, La princesse Maleine, p. 65. (4) Maeterlinck, P"Oiseau bleu , pT~24b. (5) Swedenborg, E., The Apocalypse Revealed, tome I I , p. 515e l a verifce. &omme personnage dans L*01seau bleu, l'Eau est toujours v e r i d l q u e . E l l e admet"tout de s u i t e qu'elle a c h o l s i l a robe q u i l u i va l e mieux, E l l e se bat continu-ment avec l e Feu qui veut f a i r e t a i r e l e Pain. E l l e se range du cSte de ce beau p a r l e u r , l a Chair. I I me semble que l'Eau symbolise l a v l r i t e qui"est sympathique envers l e s defaut's de 1'homme, tandis que l e Feu represente l a v e r i t e a* tout p r i x . Ce dernier, comme Mephistopheles, d^masque l e s p^ch^s humains en se'moquant de l a f a i b l e s s e de 1'homme. La v l r i t e " enti§re brule comme l a glhenne, M. Maeterlinck c r o i t a 1 ' I n t e l l i g e n c e des f l e u r s . En louant l e s chrysanthemes i l d i t que cette plante porte des f l e u r s tout impregnees de l a pensle et de l a volonte de 1 'homme,g—• dej& pour a i n s i d i r e humaines: et s i l e monde des vege'taux d o i t nous reteeler quelque jour 1'un des mots que nous attendons, c'est peut-'e'tre. par cette f l e u r des tombes que nous apprendrons l e premier secret de 1'existence, ( l ) Les f l e u r s dans l e j a r d l n de M e r l i n l u i revelent les secret de J o y z e l l e et Lanceor. Au commencement du deuxidme acte, J o y z e l l e se trouve dans un j a r d i n sauvage, p l e i n de ronces. E l l e se p l a i n t - que 1'herbe est deserte et seiche,: l e s f e u i l l e s sont malades, l e s vieux arbres se meurent. (2) Mais des 1'entrle de Lanceor cette morgue des plantes se tr a n s f i g u r e peu k peu. Le mour8n blanc olevient un grand a r b r i s s e a u ou* eclatent des f l e u r s plus larges que des l y s . Toutefois J o y z e l l e a. -peur que ces plantes l e u r t r a f i l s s e n t . XT) Maeterlinck, Le double j a r d l n , pp. 202, 203« (2) Maeterlinck, J o y z e l l e , p. '"^ 2. En e f f e t , a> son retour, M e r l i n l u i affirmed • Ces f l e u r s ne mentent 'pas; e l l e s d^noncent l 1amour. E l l e s etaient vos gardlennes, et m'ont 4te- fide'les. {%) On peut imaginer que t e l l e s f l e u r s seraient f i d d l e s a>tel homme - la " d i g i t a l e , l a renoncule narcotique et I'euphorbe veneneuse. Pourtant sous 1'influence de .1'amour ces f l e u r s du mal se metamorphosent en plantes du paradis. Dans Soeur B e a t r i c e , 11 amour et l a cl^mence de l a Vierge font apparaitre des f l e u r s miraculeuses. Les r e l i g i e u s e s penet.rent dans l a chapelle pour p r i e r . Tout a* I ' coup e l l e s sont surchargees de j o l i e s f l e u r s . E l l e s deviennent presque aveuglees par l a p l u i e de petales qui r u i a g & l l e des voutes. Ce deluge de .fleurs-exprime 1' approbation de l a Vierge. Une soeur a l e s mains pleines de l y s , une autre porte des roses ' Ces deux espe'ces de f l e u r s se presentent bien des f o i s dans l e s oeuvres de notre auteur. De cette fa.con 11 d£crit l a premiere esp£ce° "Le grand Lys blanc ... dresse son sceptre antique, flnviole', auguste- qui cre'e autour de l u i , une zone de chastete, de s i l e n c e , de lumie^re. (2) Au moment oil l a reine Anne annonce que l a princesse Maleine est jnorte, un vase contenant une t i g e de cette f l e u r pure tombe bruyamment dans l a chambre. A i n s i 1'heroine aux yeux bleus ... meurt parmi l e s l y s . (3) Dans Monha :Vanna a u s s i , l e s lys. symboliseht l a purete. La I D Maeterlinck, J o y z e l l e , p. 6_. 62~~~ (2) Maeterlinck, Le double .lardin, pp. 219, 220. (3) Leconte,, Sebastien-Charles dans Fleurs du . j a r d i n l y r i q u e , p.. 156. foule j e t t e des f l e u r s sur l e chemin de Monna Vanna, r e -tournant de l a tente de P r i n z i v a l l e . Des vases de marbre, Marco arrache des f l e u r s q u ' i l lance au pied de l ' e s c a l i e r . I I s'exclame en extase: Moi a u s s i , j ' a i des f l e u r s pour saluer l a v i e I Moi _ au s s i j ' a i des l y s , des l a u r i e r s et des roses pour couronner l a g l o i r e l ( l ) De cette mani^re l e v i e i l l a r d rend hommage at l a vertu, a* l a bravoure et a*'la v l v a e i t e dersa f i l l e . . S.e.lon Ronsard l e s roses parient a haute voix surtout aux femmes. Melisande essaie de c u e l l l i r l e s roses de l a v i e . Pendant l a scene du baleon Melisande demande a* P e l l l a s : Tu ne p a r t i r a s pas? Je vois une rose dans l e s te'ne'bres. (2) 0' est l a promesse du bonheur dans l ' a v e h i r . Cependant P e l l l a s ne v o i t qu'un saule, l a mort, pas l e s p l a i s i r s de l a v i e . Dans L'Intruse, l ' a i e u l se p l a i n t q u ' i l f a i t f r o i d dans l a maison. La f i l l e l u i explique: I I y a un peu de vent dans l e j a r d l n , grand-pe\re, et le s roses s ' e f f e u i l l e n t . (3) / Une a une l e s j o i e s de l a v i e meurent en tombant pres de l a mourante. A Mallarml, l a rose symbolise l e s p l a i s i r s c r i m i n e l s : Et, p a r e i l l e a) l a c h a i r de l a femme, l a rose C r u e l l e , Hirodiade en f l e u r du j a r d i n c l a i r , G e lle qu'un sang farouche et ra,dieux a r r o s e l ( 4 ) f l ) Maeterlinck, Monna: Vanna,. p. 155. of* Tennyson, Maud; "Queen l i l y and rose i n one" (2) Maeterlinck, P e l l d a s et Melisande, p. 50. (,3) Maeterlinck, L'Intruse, p. 212. ( 4 ) Mallarml, Ste"phane, "Les F l e u r s " , P o l s l e s , P a r i s , L i b r a i r i e Gallimard, (1931) p. 29. c f . Swinburne, Dolores "The l i l i e s and langours of v i r t u e For the raptures and roses of v i c e . " Les l y s et l e s roses sont l e s f l e u r s d'aurore. Les asphoddles sont l e s f l e u r s c repusculaires. Dans Les aveugles l e sixidme aveugle c u e i l l e l e s paries asphode*les, I I l e s donne k l a jeune aveugle qui l e s tresse dans sa chevelure. E l l e lamente: Mais comme e l l e s sont malades, et comme l e u r t i g e est molle i ... Je c r o i s que c 1 est l a f l e u r des morts. ( l ) Ces malheureux t r o u v e r o n t - i l s e n f i n de l a t r a n q u i l l i t e em se reposant sur des l i t s d'asphoddles? Ce drame se passe dans une forest septentrione.le - de grands arbres f u n e r a i r e s - des i f s , des saules pleureurs et des cjrpre-s. • Mais n i l e s aveugles n i l e s enf ants ne trouvent l'OIseau Bleu dans l a f o r e t . Henry Rose (2) esttme que l e s arbres symbolisent des formes de croyance r e l i g i e u s e . Autrefois e l l e s posseda.ient l a promesse du bien. Ce-pendant l e s - r e l i g i o n s ont de'ge^re' en dogmes e'cclesiastiques. E l l e s pensent seulement a" l e u r s p r i v i l e g e s et e> le u r s pouvoirs. Les e'glises, done, cachent l e u r secret a? 1'homme. A i n s i l e s arbres prennent l e p a r t i de la. Chatte contre l e s enf ants. Ces derniers pourraient d i r e avec ve'rite": Grands b o i s , vous m'effrayez comme des cathedrales. (3) Dans cette f e e r l e , l e Ch&ne est l e dern i e r qui sorte de son tronc. A son approche l e s autres arbres font un mouvement de respect. En rftle de-president, i l ordonne que l e s a n i -maux viennent. (1) Maeterlinck, Les aveugles, p. 2g0. (2) Rose, Henry, Maeterlinck's Symbolism; The Blue B i r d and other Essays,' New York, Dodd Mead & Co., 1911, p. 3^. (3) Baudelaire, Charles, "Obsession"," Les f l e u r s du mal. Pair! E d i t i o n s Fernand Roches, 1929, p. 119. 70 I I ne faut pas que nous, l e s Arbres, assumions seuls l a responsabilite" des mesuresgraves qui s'imposent. Le jour oil l e s Hommes apprendront que nous avons f a i t ce que nous a l l o n s f a l r e , 11 y aura d'horribles r e p r l s a i l l e s . ( l ) Le Chene cherche l e suppllce l e plus pratique et l e plus suY; c e l u i q u i l a i s s e r a l e moins de traces a c c u s a t r i c e s . C'est p a r e i l l e s t r a t e g i e qui a g a r d l l a puissance du CMne.' Apprenant que tous l e s arbres ont peur de donner l e premier, coup k T y l t y l , l e r o i de l a fore*t avoue de'daigneusement: puisque l'heure est unique, j ' i r a i s e u l , vieux, perclus, tremblant, aveugle, contre 1•ennemi he'reditaire. (2) Mais apr^s a v o i r vu l e couteau de T y l t y l , l e s autres arbres retiennent l e ChSne. A i n s i l e druidisme ne peut a n l a n t i r l e s chereheurs ^e l a ve'rite. De plus l e L i e r r e ne r e u s s i t pas a* tuer l e Chien quoique cett e corde a* pendus l e garotte et 1' attache solidement a* l a grosse racine du Che^ne. , A l a longue, I'aide de camp de I'homme b r i s e l e s l i e n s me'me d'une. I g l i s e p a r a s i t i q u e . . A 1'entreV du Che'ne, c'est l e P e u p l i e r qui s'exprime: Silence I V o i c i l e Ch£ne qui sort de son p a l a i s ... Le Sapin d i t q u ' i l a quatre m i l l e ans, ma.is je suis sftr q u ' i l exagSre. (3) E n v i e - t - i l peut-etre au Ch§ne son pouvoir sacre? En tout cas, i l est Igoiste. Pour l u i , i l est impossible d'abattre 1'homme car son bois tendre tremble de f i e v r e . I I faut penser a* sa sante. Le h&tre a u s s i se sert de son e'tat physique pour I v i t e r l a t&che de premier corobat.tant - i l \1) Maeterlinck,"L T0iseau b l e u , p. 1170 (2) i b i d , p. 130. (3) i b i d , p. 115. est vermoulu et sa massure n'est point sure. En r e a l i t e sa chair- et son e s p r i t sont f a i b l e s . Le Sapin o f f r e de donner l e s quatre planches pour l e p e t i t c e r c u e i l . Ne'anmoins l u i et l e Cyprus renoncent a* l'honneur de''tuer l e s enfants. l i s craignent d'eVeiller l a j a l o u s i e de l e u r s f r d r e s . Le Cypres promet de pleu r e r sur l a tombe. Dans des autres• drames de M. Maeterlinck cet arbre presage l a mort d'un personnage. A i n s i l a f i l l e ainee dans L'Intruse peut v o i r 1'avenue jusqu'au bois de cypres. De meme. i l y a un cypres devant l a fen£tre de l a princesse Maleine. I I a une ombre m a l v e i l l a n t e . Le vleux r o i aussi pleurniche: • I I y a 1st un cypres qui me f a i t des signes I ( l ) Sans doute cet arbre l ' a p p e l l e a l a mort, D ' a i l l e u r s l e saule pleureur e f f r a i e l a princesse Maleine. I I posse"de un e s p r i t tout a f a i t pratique - i l veut noyer Mytyl et T y l t y l dans une r i v i e r e . Cependant l e T i l l e u l tache d ' a l l e g e r l e sort des .-enfants. I I demande*. E s t - i l bien necessalre d'en v e n i r a* ces ext r e m l t l s ? On p o u r r a l t tout bonnement l e s empe'cher de nuire en l e s retenant p r l s o n n i e r s dans un cl o s que-je me charge de c o n s t r u i r e en me plantant tout autour. (2) Un t e l emprlsonnement ne me semble pas plus d e s i r a b l e que l a mort mais l e Ch#ne est en colere contre cet arbre tieMe, I I int e r r o g e : I I y a done un renegat parml nous, comme parmi l e s Anlmaux? (.3) ; (1) Maeterlinck, La princesse Maleine, p. Sbs c f . Poe, E. A. "Morella", Tales, New York, G-rosset & Dunlap, 1901, p. 232, "But thy days s h a l l be days of sorrow - that sorrow which i s the most l a s t i n g of impressions, as the cypress i s the most enduring of trees ... the hemlock and the cypress overshadowed me night and day. " (2) Maeterlinck, L'Oiseau bleu, p. 127. (3) Loo, o l t . L'animal renegat c'est l e Chien. L u i seul reste f i d e l e . a" T y l t y l . Dans Le double j a r d l n , notre poe?te loue cette q u a l i t e de son animal f a v o r i : •.. Nous sommes seuls, absolument seuls, sur cette planete . de hasard, et parmi toutes l e s formes de l a v i e qui nous entourent, pas une, hors l e chien, n'a f a i t a l l i a n c e avec nous ... Nous h 1avons pas a acquerir sa conflance n i son ami t i e , i l natt notre ami ... Mais l e mot ami ne peint pas exactement son c u l t e affectueux. I I nous aime et nous vlne're comme s i nous l'avions t i r e du nearit ... I I est notre esclave intime et passionne ,.. en qui r i e n n'altdre l a f o i ardente n i 1'amour, ( l ) A i n s i au commencement de L'Olseau bleu, Tyld veut suivre son p e t i t maitre au l i e u de r e n t r e r dans son corps. Le Ohien est s i pr§t a ob6ir a T y l t y l que l a Chatte d i t de-daigneusement J. I I a une &me de v a l e t . (2) E l l e f a i t des p r e p a r a t i f s pour contra.rler l a qutte des enfants. Tyld l u i montre clairement ses opinions a ce sujetJ Vive 1 1 Homme . 1 1 Homme est dieu '. (3) Toutefois ce dieu n'est pas infaillibl® car i l • c r o i t tout ce que d i t l a Chatte contre Tyl6\ T y l t y l bat l e Chien mais pour l e s coups ce der n i e r l u i rend plus d'embrassements. Quand l e Chine se reVSle ennemi du garcon, Tyld s'impatiente de d l c h i r e r l e s . -pantoufles de mousse a ce, vieux goutteux-la ( 4 ) Bien que T y l t y l ordonne que l e l l e r r e g a r r o t t e cet impertinent, 11) Maeterlinck, Le double j a r d i n , pp. 25,26. (2) . Maeterlinck, L'Olseau b l e u , p. 40. ( 3 ) lW.il, P . 4 7 . (4) i b i d ; p.. 120. a l'appel du garcon effraye', l e Ghien b r i s e l e s l i e n s pour d i s t r l b u e r d'enormes coups de dents aux anlmaux sauva&es. G-race at son devouement sans egoisme, l e Chien est l e premier at v o i r entrer l a Lumlere. Le chien de Maleine symbolise egalement l a f i d e l i t e " . Quand l a princesse, seule dans sa chambre, entend des mains sur l a pQrte, Pluton se met at h u r l e r . La reine Anne entre; l e chien n o i r sort en rampant. Pendant l a sce^ne de meurtre, 11 g r a t t e a" cette porte. Hjalmar y trouve Pluton qui if §aban-donne pas enti^rement sa pauvre ma_"tresse.. De l a m#me fapon, l e chien des,aveugles est sans puissance devant l a mort. Un des aveugles est sur que c'est l e chien de 1'hospice et q u ' l l l e s d e l i v r e r a . Pourtant 11 l e s mine au pre^tre immobile et mort. Tandis que l e Chien maeterlinckien reprlsente I'oblissance et l a .loyaute, 11 symbolise a u s s i l e s i n s t i n c t s p r i m i t i f s del'homme. ( l ) Comme l e s deux autre s chiens, Tylo" a de. bonnes i n t e n t i o n s . Cependant•11 est s i passionn! q u ' i l f a i t quelques f o l s des be*tises. Par exemple, en disant adieu aux enfants, i l se vantet Veux-tu que je fasse quelque chose d'etonnant? Veux-tu que j'embrasse l a Ghatte? (2) I I est brave et accommodant mais i l faut reconnaitre q u ' l l a peu d ' i n t e l l i g e n c e . D'autre part, l a Chatte s a i t t out, (1) Rose, Henry, Maeterlinck's Symbolism, New York^Dodd " Mead .& Co., 1911, p. 23. (2) Maeterlinck, .L'OIseau bleu, p. 25O. 7f I I juge, i l preside, i l i n s p i r e Toutes choses dans son empire; Peut-§tre e s t - i l fee, e s t - i l dieu. ( l ) Selon M. Maeterlinck, l e chat est l'ange n o i r de, -1'homme. Pour cet animal nous ne sommes qu'une proie trop gros et immangeable ..,. .Lui du moins nous maudit dans son coeur mysterieux. (2) A i n s i l a Chatte joue l e r&Le du t r a i t r e dans L 1Olseau bleu. D'abord e l l e taVshe de provoquer l a r e v o l t e des Choses et des Elements contre l e s enfants. E l l e l e u r assure q u ' i l faut emp&cher a* tout p r i x l a dlcouverte de 1'olseau magique. S i l e s chercheurs l e trouvent, i l s auront l ' e n t i l r e d i r e c t i o n de l a terrev M@me l a mort des enfants s e r a i t j u s t i f i a b l e pour prevenir 1'esclavage. Plus t a r d l a Chatte va au p a l a i s de l a Nuit, L'animal met sa v l e i l l e amie en garde contre I'arrive'e des chercheurs. E l l e a ussi a v e r t i t l e s Arbres et l e s Animaux. E l l e se range toujours du cSte des tene"bres et des feux-Toilets.. La Chatte done symbolise l a connaissance ( 3 ) sans l a s e n s i b l l i t e . E l l e est extr£mement vaniteuse. P i s encore, e l l e est menteuse et hypocrite car e l l e blame toujours l e Chien au l i e u d'elle-m^me. A son d i p a r t , son Igoisme se manifested Je vous aime tous deux, autant que vous l e meritez. (4-) D'apre^s Henry Rose (5) l e s autres animaux sont symboles (1) Baudelaire^ "Le chat"~, Les f l e u r s du mal ,*~p7~HT^  ~ (2) Maeterlinck, Le double j a r d l n , p. 21, (3) F i d l e r , Florence Or,, The B i r d that i s Blue, London, Simpkln M a r s h a l l , l§2g, p. 97. ~~ (4-) Maeterlinck, L801seau bleu, p. 250. (5) Rose, Henry, Maeterlinck's Symbolism, p. 37. des pouvoirs t e r r e s t r e s ou temporels qui soutiennent l e s e g l i s e s . Le Loup est l e plus c r u e l et l e plus ravissant de tous ces betes sanguinaires. C'est l u i qui attaque par de r r i d r e et renverse presque T y l t y l . Ce dernier l e maudit en 1*appelant Judas. Dans P e l l 6 a s et Me'llsande, quand G-olaud confesse a* Y n i o l d q u ' l l a vu passer un loup dans l a f o r ^ t , i l de'crit par un symbole. ses desseins de meurtre-. L u i aus^si est un Judas. Le Pora c r o i t qu'en s 1 a s s o c i a n t , l u i , l e Loup et 1'Ours peuvent d e t r u i r e l e s enfants. Mieux encore l i s partageront l a p e t i t e f i l l e . En e f f e t l e Pore est possede" du demon de U gloutonnerie. A l 1 a u t r e main, l e Taureau veut foncer sur T y l t y l slmplement pour montrer l a force de ses cornes. Cependant l a Vache et l e Boeuf l e retiennent par l a queue. Ces derniers sont d o c i l e s - i l s preferent l a paix et l e sommeil a* l a l u t t e , l i s sont paresseux; l e Cheval est tout a f a i t p o l t r o n . I I s'avance magniflquement sur T y l t y l . En voyant l e couteau du garcon, 11 est subitement p r i s de panique - 11 f u l t h toutes jamhea. En apparence l e cheval de Golaud symbolise l a peur stupide. Au doi4:zi£me coup de--mldi, son cheval court contre un arbre. C'est un anneau perdu,pas un couteau qui e f f r a i e ce cheval. Bien que l e moutori dans L'OIseau b l e u jure de venger ses ancetres mange's par T y l t y l , l e s brebis dans l e s autres drames sont sympathiques envers 1'homme. Y n i o l d entend au l o i n lesy be"lements d'un troupe au". Les moutons s'approchent 7£ Tentement, mais i l s ne parlent plus. Le berger explique q u 1 l i s ne suivent plus l e chemln de l ' l t a b l e . C'est l a route a l a mort. Ces animaux p r l d i s e n t l a f i n de P e l l l a s et Melisande. l i s sont, en e f f e t , des brebis au m i l i e u des loups.. L'"agneau d'Alladine est k ces martyrs. C'est l e signe v i s i b l e de 1'innocence et de l a purete d«Alladine... Au moment oft e l l e s'abandonne k un amour dlfendu, son agneau se noie dans l e f o s s l . CQmme l'Agneau de Dieu, 11 est s a c r l f i e " pour l e peche' de l'homme. Tandis que Get animal est au d e l , des oiseaux dans l e s tragedies de notre polte appartiennent k l ' e n f e r . Aglavaine et Selysette raconte l a que^e de L'Olseau Vert. Cet olseau etrange. vole sans se. l a s s e r tout autour du phare de Selysette. I I semble toujours g r a n d i r . Pendant leur: dernieYe v i s i t e k l a tour, Y s s a l i n e ne peut v o i r 1'olseau. Selysette l u i explique? I I faut attendre <que l e s o l e i l s o i t descendu tout au fond de la. mer, et que toute lumie^re s o i t morte.a 1'horizon, car i l a peur de l a lumie^re, et l e s o l e i l et l u i ne se sont pas encore 'rencontre's. ( l ) Aprds l a chute de Selysette, Y s s a l i n e repete en pleurant que sa soeur est tombee en t&chant de s a i s i r l ' o i s e a u vert qui p a s s a l t . S e l y s e t t e l e poursuit a sa contre*e de l a mort. Dans La princesse Maleine, des Corbeaux et des Hiboux prlsagent l e desastre. M&me pendant l e rendez-vous de Maleine et HJalmar: ( l ) Maeterlinck, Aglavaine: et S e l y s e t t e , p. 111. Les hiboux se tiennent range's, A i n s i que des dleux etrangers, Dardant l e u r o e l l rouge. l i s medltent, ( l ) Sans doute ces hiboux r e f l l c h i s s e n t sur le sort de Maleine. On d i t (2)a qu'un hibou chantait sur l a Curie avant l a mort d'Auguste. A cause de sa sagesse, don de Minerve, cet oiseau peut p r e v o i r des eVenements a f f r e u x . Un plus beau chanteur que l e hibou c'est l e Rossignol. Dans l e p a l a i s nocturne de L'OIseau bleu, des r o s s i g n o l s chantent. ' De; me*me dans L 1 Intruse, l a f i l l e entend l a melodie des r o s s i g n o l s . Le symbolisme de ces oiseaux est immortalise dans l e poe^ne de Verlain§: Et quand, solennel, l e s o i r Des chenes noi r s tombera, . . . Voix de notre desespoir, . Le r o s s i g n o l chantera. (^ ) A i n s i que l e s hiboux et l e s r o s s i g n o l s sont ambassadeurs de l a n u i t , l e s mouettes sont des messagers de l a mer. Le phare de Se l y s e t t e est entoure de mouettes qui poussent de grands o r i s . y E l l e s viennent toutes ensemble de 1'autre bout des mers. On d i r a i t q u ' e l l e s apportent des nouvelles. (4-) Selysette c r o i t que ces mouettes et des colombes" a u s s i l a cherchent. E l l e s l u i portent un message de 1 ' i n f i n i . Apr&s l u i a v o i r rendu l e u r s nouvelles, l e s colombes de Melisande s'envolent. E l l e s ont peur de 1'amour tout t e r r e s t r e de P e l l e a s . De plus ces oiseaux symbolisent l a douceur de (1) Baudelaire" "Les h i b o u x " L e s f l e u r s du mal. p. 167^ (2) I n g e r s o l l , Ernest, B i r d s i n Legend, Fable and F o l k l o r e , New. York, Longmans, G-reen, 1923, .p. 1$1» ' ' (3) V e r l a i n e , Paul, "En Sourdine", Oeuvres completes, P a r i s , Messein, 1911, tome I, p. 113. (4-) Maeterlinck, Aglavaine et Selysette, p. 9^ . 1? P e l l l a s et de Melisande. En r l a l l t e i l s sont simples comme des colombes (1) •A l a f i n i l s sont s a c r i f i e s par G-olaud sur 1'autel de l a haine. Dans La princesse Maleine, un cygne est l a copie a i l l e de Maleine. Des domestlques et des p e l e r i n s s'assemblent dans une p a r t i e du clme-tiere devant l e chateau. l i s regardent l e s cygnes dans l e fosse.sous l a f e n t t r e de Maleine. Tous ces oiseaux sauf un s'envolent. Ce cygne a du sang sur l e s a i l e s . Le sang de Maleine sera b i e n t ^ t rlpandu. Chez Maeterlinck 1'olseau bleu habite l e plus haut c i e i . C'est pourquoi l e s enfants n e l e trouvent pas pendant l e u r quite a l a f i n de l a q u e l l e T y l t y l lament que2 C e l u i du Souvenir est devenu tout n o i r , c e l u i de 1'Avenir est devenu tout rouge, ceux de l a Nuit sont morts et je n'al pas pu prendre c e l u i de l a For#t;.' (2) Pendant quelques minutes l e merle des grands-parents semble £tre 1'olseau b l e u . Cependant l a t r a d i t i o n ou l e s i d e a l s des anc'etres ne peuvent s a t i s f a i r e l e s chercheurs. Ces i d l a l s sont devenus use's et demodls, c'est a* d i r e n o i r s . Les feeriques oiseaux de l a Nuit ne sont que l e s ombres de v r a i s oiseaux bleus. Toutefois l i s prouvent 1'existence de 1'olseau magique. Quand T y l t y l va et l a Foret pour chercher, sans doute 11: mldite a i n s i ? 0 grand ch£ne, seme par mes l o i n t a i n s aieux, Dans tes branches, p a r f o i s , r e v i e n t I ' e sprit.des dieux. (3) TTf S. Matthieu, X : 16." ~~ ~~ (2) Maeterlinck, L 1 Olseau bleu, p. 24-1. (3) G-asquet, Joachim, dans Fleurs du j a r d i n l y r l q u e , p. 131. 79 En voyant un oiseau bleu perch6 sur l'epaule du Ch#ne, T y l t y l devient extasie". Pourtant i l n'est pas encore assez f o r t p6ur l e prendre. I I faut se d e l i v r e r des croyances fausses et des pouvoirs temporels. Que re p r l s e n t e ce pelerinage des enfants? Selon Florence F i d l e r , c'est I'ancienne que*te pour l e plus, haut et l e mieux qui .-restent toujours i n a c c e s s i b l e s . En r e a l i t e l e s enfants cherchent l e Grand Secret. ( l ) Cette e x p l i c a t i o n est plus i n c l u s i v e que l a plupart des opinions qui portent simplement -c'est l a que*te du bonheur. Le Grand Secret embrasse tout -l a beaute" .ideal®, l e bonheur p a r f a i t , l a v e r i t e celeste, l e sav o i r i n f i n i et l a sagesse I t e r n e l l e . Mais l a t o u r t e r e l l e que T y l t y l c r o i t etre l'Oieaau Bleu, s'envole. La qu£te ne f i n i t jamais. L'homme marche toujours vers des horizons nouveaux, vers l e s cieux l e s plus hauts et l e s plus bleus. Les pas £toiles des oiseaux (2) montent au z e n i t h . Dans ces drames l e s oiseaux sont plus importants que l e s I t o i l e s . Ne'anmoins une comete apparait au-dessus du chateau de Maleine. Puis une p l u i e d ' e t o i l e s semble y tomber. Vanox, o f f i c i e r du r o i , constate qu 1 On d i t que ces e t o i l e s Tongue chevelure annoncent l a mort des princesses. (3) Da l a mime maniere, Se l y s e t t e pense que l e s e'toiles s.'im-patientent de v o i r sa mort. Par contraste l e s e t o i l e s ne b r i l l e n t plus dans Les aveugles. Le pr&tre est d^ja* mort. . A i n s i que: l e s e t o i l e s ont des pouvoirs s u r n a t u r e l s , (1) F i d l e r , Florence G., op. c l t . , pp. 50, 51" (2) Gautier, The"ophile, dans Fleurs du Ja r d i n l y r i q u e , p. 162. (3) Maeterlinck, La princesse Malfelhe,. p. 5«" • l a lune-a des q u a l i t l s f o r t magique s.. Dans l a Forgt, l a Chatte c o n s e l l l e a T y l t y l de se p l a c e r dans un rayon de lune pour v o i r c l a i r , En r l a l l t e " l a Chatte s a l t que l e c ^ a i r de lune change I'apparence physique de toutes choses. Plus t a r d l a v o i s i n e , Mme. B e r l i n g o t , explique l e s songeries des enfants* en d l c l a r a n t q u 1 l i s ont dormi dans un rayon de lune. D1 a i l l e u r s l a lune est quelquefols tree's complaisante, Au moment ou* Maleine se reVe*le a* Hjalmar, l a lune passe entre l e s arbres et I c l a t r e l a princesse. L'heure exquise ( l ) commence. Pendant une d i f f e r e n t e sce**ne d 1amour, P e l l e a s informe Mllisande' que l a lune est encore sur l a mer. Les rayons de lune etalent autour d'eux une certaine t r i s t e s s e qui j u s t i f i e l e s vers de:M. M a e t e r l i n c k r Moi, yattends uh peu de s o l e i l Sur mes mains que l a lune glace. (2) La princesse.Maleine et sa nourrice desirent a u s s i s e n t i r l a che.leur: du s o l e i l . E l l e s poussent une p i e r r e de l a ;tour dans l a q u e l l e e l l e s sont enfermees. La lumie're du s o l e i l est s i b r i l l a n t e que l e s femmes en deviennent presque aveugles. Pourtant e l l e s ne.fuient pas l e s o l e i l ; comme A l l a d i n e et Palomides. Ces derniers reculent devant 1' en-vahissfement de l a lumie're jusqu' a* ce q u ' i l s tombent dans 1 ! eau souterraine. A cause de l e u r amour defendu i l s sont f a i b l e s devant l a v l r i t e " s p i r i t u e l l e . Dans Aglavaine et Selysette I D V e r l a i n e , Paul,"""^^La luwe blanche i rT~Oeuvres completes, tome I, p. 128, (2) Maeterlinck, "Heures ternes", Anthologle des pontes f r a n o a i s contemporalns, tome I I , p~H-57. l a p e t i t e Y s s a l i n e rnurmure: On ne v o l t presque plus l e s o l e i l . ( l ) Selysette r^pond: autre chose approche a: mesure q u ' l l eloigne, et j'y vols bien plus c l a i r a" mesure qu ' e l l e approche. (2) . La mort i l l u m i n e Selysette..'' En e f f e t dans cette tragedie l e rythme du dialogue est marque par l e mouvement du s o l e i l , qui baisse peu a" peu, et qui d i s p a r a t t r a en mgme temps que S 6 l y s e t t e . (3) "Tandis que l a Nuit symbolise l 1absence del'amour et de l a sagesse (4-), l a Lumidre represente l a d a r t ! celeste. Comme Jesus, c e l l e - c i peut dires Pendant que je s u i s au monde, je suis l a lumi^re du monde. v5) Dans &' Oiseau bleu , l a Lumie*re s' est mise du p a r t i d e l 1 homme, Au l i e u de r e n t r e r dans son corps, e l l e s ' o f f r e .tout de s u i t e d'accompagner l e s enfants. E l l e l e s conduit au p a l a i s de l a Nuit. E l l e se ha*te de l e s sauver. des arbres et des animaux, En envoyant ces p e t i t s au cimetie're, l a Lumie*re l e u r promet: : Je ne s e r a i pas l o i n , Ceux qui m'aimentet que j'aime me retrouvent toujours. (6) A i n s i l a Lumiere est l e degre l e plus haut que 1 ''homme puisse a t t e i n d r e (7) - l e c u l t e de l a beaute, l a j o l e d'etre juste, ( l ) et (2) Maeterlinck, Aglavaine et Selysette, p. 114-. (3) Benoist, A., Le theatre d'aujourd'hul, P a r i s , Socie'te f r a n c a i s e d'imprimerie et de l i b r a i r i e , 1912, p. 92. (4-) Swedenborg, E.,:~ Heaven and H e l l , New York, American Swedenborg P r i n t i n g & P u b l i s h i n g S o c i e t y , 1915; P« 3^-,"» (5) S. Jean IX s 5. (b) Maeterlinck, L'OIseau b l e u / p. 14-7* (7) F i d l e r , Florence G., op nAt..\ p. 67. l a j o i e de comprendre et 1'amour maternel. Bans Les f i a n e a l l l e s , l a Lumiere sert encore de guide a T y l t y l . E l l e l u i assure que, pendant son .absence, e l l e 1 !a s o u v e n t - c o n s e i l l i & son i n s u . De nouveau e l l e l e mine au demeure des anc'ttres et au royaume de l ' a v e n i r . En e f f e t e l l e l u i explique 1'importance de I'atavisme dans l e choix d'une epouse. Du reste e l l e l u i montre l a saint etc" de l a maison oft se trouve 1'amour presque d i v i n . En f a i s a n t ses adieux au garpon, e l l e l u i c o n s e i l l e : R a p p e l l e - t o i , moh enfant, que t u n'es pas seul en ce monde et que tout ce que t u y v o l s n'a n i commencement n i f i n . .-'SI t u gardes cette pensee dans ton coeur, s i e l l e grandit en t o i en m§me. temps que toi-meme, t u sauras toujours, en toutes circonstances, ce q u ' i l faut d i r e , ce q u ' i l faut f a i r e , ce q u ' i l faut esparer, ( l ) E n f l n Is-homme apprendv q u ' i l est une p a r t i e . de ce Dieu univ e r s e ! -et e t e r n e l qui r e m p l i t l ' u n i v e r s . ( l ) Maeterlinck, Les f l a n c a i l l e s , pp. 17^, 179. CHAPITRE I?: 'R^ sum-'fe des con t r i b u t i o n s de M. Maeterlinck au drame A quoisofveottous ces drames symboliques de M. Maeterlinck? Que l e podte peigne l a societe et l e monde v i s i b l e I De 8ette facjon parlent l e s c r i t i q u e s r e a l l s t e s . Giovanni P a p i n i ( l ) abhorre l e s phrases inachevees que les personnages "enoneent a* vo i x basse. -Selon l u i , notre auteur ne d i t r i e n en beau-coup de mots. Enfin.ce p h i l i s t i n perd entie'rement notre respect quand 11 montre au doigt l a riohesse de M. Maeterlinck. Cela sent trop l'&nvi.:e : I Whitman (2) n'est pas: un d^tracteur s i e'crasant mais l u i a u s s i affirme que cet auteur . a un e s p r i t s u p e r f i c i e l . -De 1'autre cdte, Henderson (3) et Marble (4-) solvent cKez •Jut . un; eVrivain des plus since res. Cependant ce sont l e s louanges de Schure' qui n e u t r a l i s e n t de P a p i n i ! I I faut d i r e a* l'honneur de Maeterlinck q u ' l l ne se l a i s s a nullement g r i s e r par tant de succes et q u ' i l p o u r s u i v l t obstinlment pendant toute sa v i e l e s grands proble^mes q u i 1 'avait preoccupy de*s son adolescence. (5) Ces admirateurs de M. Maeterlinck poss§dent l a sympathie qui aimante l e s q u a l i t ^ s des pieces maeterlincklennes. Martino a u s s i emploie cet aimant. En 1925 ilaav6r£; Apre*s l e s traductions d*Ibsen, l a r e a l i s a t i o n l a plus o r i g i n a l e au theatre de 1'effort symboliste a et§ l'oeuvre de Maeterlinck}' e l l e eut un franc success et quelque i n f l u e n c e . Aujourd'hui, apre"s trente ans, XT) Paplnl7~Giovannr7~Four and Twenty Minds, t r ^ s T a t e d by"""" Ernest H. W i l k i n s , New York, Thos. Y. Crowell, 1922, p. 311. (2) Whitman, Charles H., Representative Modern Dramas, New York, Macmillan, 1936, p. 4-OS. ' (3) Henderson, A r c h i b a l d , European Dramatists, New York, D. Appleton & Co., 1§13, p. 207. (4-) Marble, Annie R u s s e l l . The Nobel P r i z e Winners i n L i t e r a t u r e N e w York, D; Appleton & "Co., 1932, p. 15g. (5) Schure, Edouard, "Maeterlinck rhilosophe, Le grand secret", R. B;., 15 sept. 1923, p. 613, e l l e apparait comme l a seule r e u s s i t e dramatique du symbolisme. ( l ) M. Maeterlinck est par excellence poete du mysteTe, scaphandrier de l'inconnu. Ses drames valent surtput par l e don d« exter-ioriser 1'. i n v i s i b l e , et d ' a l l e r chercher au fond.de nos limes l e s Amotions qui l e s font f r i s s o n n e r . (2) La peur et 1'amour sont l e s emotions qui font f r l m i r P e l l l a s et Melisande. Cette pierce est l e chef-d'oeuvre de ses drames symboliques. E l l e a une graice charmante, une t r i s t e s s e d e l i c a t e et une beaute navrante. Debussy a c r i s t a l l i s e " son essence dans son fepera immortel. Plus r l a l i s t e que P e l l e a s et Melisande, Monna Vanna. est egalement un drame i n o u b l i a b l e . Dans les premieres pieces de M. Maeterlinck, l e flottement des personnages nous f a s c i n e . La grandeur morale de Monna Vanna reclame notre adoration. Sa v i c t o i r e est g l o r i e u s e . D 1 a i l l e u r s ce drame est plus com-prehensible aux spectateurs que les premieres pieces. A i n s i Monna Vanna dureraC plus longtemps que ces d e r j i i ^ r e s . En 1920 Edwin Slosson (3) a deplore" l e manque de verve comique chez M. Maeterlinck. Ce: c r i t i q u e n ' a - t - i l jamais l u Le miracle de Saint Antoine? Probablement non, car cette farce :'£ut seulement publie'e en 1919« L'aureole de Saint Antoine et l a c r e d u l i t e de l a v i e i l l e bonne, V i r g i n i e , peuvent vraiment f a i r e r i r e le p a r t e r r e . Neanmoins ce drame n'est pas maeterllnckien. II*est entitlement ironique comme l e s XT) Martino, P,, Parnasse et Symbolisme, p. 203. (2) Benoist, A., Le th^tre'dJ^^i^^hv,! , p. 93. (3) Slosson, Edwin, Major Prophets of To-day, Boston, L i t t l e , • .. Brown & Co.; 1920, p. "' comedies de Shaw. (I) Par l e moyen de Saint Anto$ne,' fou mais inoffe-nsif, M. Maeterlinck se moque de l'e'gllse, et de ses pouvoirs pretendus. De p l u s , l e s h e r i t i e r s sont des vautours qui maudissent l a thaumaturgie de Saint Antoine. A i n s i notre auteur s a t i r i s e l a c u p i d i t e de 1'homme. Cependant l a gaiete pure dans L'OIseau bleu devrait p l a i r e M. Slosson. Inspire' par J. M. B a r r i e , M. Maeterlinck a dote l a l i t t e r a t u r e fra.nc,aise d'un conte capable d'amuser au theatre" l e s enf ants d'aujourd'hul et qui ; pourra p l a i r e encore demain a* ceux d'hier. (2) Les personnages dans cette f a n t a i s i e enchantent l e s adultes a u s s i bien que l e s enfants. La pudeur du L a i t , l a l o q u a c i t y du Pain et l a me'chancet! dm Peu peuvent d i v e r t i r tout l e monde. Quant Tyl6\ 11 devient immediatement notre ami. Nous sourions au Che*ne toujours enrhume et au Renard souffrant qui a son c e r t i f i c a t du me'deain. Le 6erf a mal aux cornes; 1'Orme se p l a i n t qu'une taupe l u i a retourne l e gros o r t e i l . Le Temps est un v i e i l l a r d comple^tement fantasque. Les Enfants-Bleus l e taquinent sans f i n / I I l e s grondet Ce n'est pas ton tour I Rentre, c'est pour demain. Toi non p l u s , rentre done et reviens dans dix ans. Un • treizieme berger? I I n'en f a l l a l t que douze; on n 1en a ' plus besoin, nous ne sommes plus au temps de Theocrite ou de V l r g i l e . Encore des me'decins? ..II-y en a dejs? trop; on s'en p l a i n t sur l a Terre ... Et t o i , qu'apporte tu? Rien. du tout? l e s mains vides? A l o r s on ne passe pas. Prepare quelque chose, un grand crime, s i t u veux, ou une'maladie, moi,cela m est egal, mais i l faut quelque chose. (3) Par sa baguette toute-puissante, 1'imagination,. M. .Maeterlinck (1) Smith,. H. A., Main Cur7e"nt"s~of UolueVn^fre^iL'^raima., New York, Henry Holt &. Co., 1925, p. 302. & (2) Bocquet, Leon, "L 1Archetype de l'Oiseau Bleu", Revue Bleue 19H, tome I . , p. 213. (3) Maeterlinck, L'Oiseau bleu, p. 227, t7 a cree un pays de fees merveilleux. Sans doute l e m e i l l e u r de Maeterlinck est l e poete enfant q u ' i l se retrouva &tre pour composer 1 'Olseau bleu. Nul n'a exprime comme l u i ... l a jole de l a lumiSre, l a te r r e u r de 1'obscurite, que vivent l e s p e t i t s enfanta reveKrs ... et tout ce q u ' l i s voient que nous ne voyons pas et l a fapon dont l i s l e voient et l e s avertlssements q u e l l s recoivent des choses. ( l ) Non seulement l e s personnages mais a u s s i l e u r s con-versations montrent l 1 o r i g i n a l l t e technique de M. Maeterlinck. La musique de ses phrases nous.ensorcelle. E l l e produit une atmosphere s u r n a t u r e l l e . La pensle est supprime'e tandis que des impressions f o r t e s et b i z a r r e s vlennent aux l e c t e u r s . Sulvez ce^dialogue, ces p e t i t e s phrases hachles, b r i s e e s , entrecoupees d'arrests par des s e r i e s de p o i n t s . Ne sentez-vous pas qu'entre chacune d ' e l l e s , 11 y a 1 1 tnexprimaple, ce que l e verbe humain renonce s> t r a d u i r e . Par son langage impressionftiste, M. Maeterlinck a triomphe du monde de matie're, i l a a t t e i n t au monde des e s p r i t s . Notre poe*te est i d e a l i s t e . Son langagfe, ses h i s t o i r e s -et ses pensees sont a u s s i blancs que l e s colombes de Melisande. Aucunc grossierete', aucun••'realisme sordide ne s a l i s s e n t - l e s p i r i t u e l de ces drames cosmiques'. Dans l e theatre contre maeterlincklen nous trouvons un a b r i 4« l a douleur,c4«Jmla peine et de l a guerre. Nous quittons l a serre chaude de ce monde; nous entrons dans l e pays des reVes et des oiseaux bleus. Cependant M. Maeterlinck n'est pas parmi l e s plus grands e'erivains f r a n c a i s . " I I n'a d r o i t '..ni & ". un a u t e l comme Racine ni^un p i e d e s t a l comme Hugo. M., Maeterlinck a notre a f f e c t i o n quotidienne.-(1) P o l z a t , A., Le symbolisme de Baudelaire a> Cihaudel, P a r i s , La -Renaissance du L i v r e , 1919> 'P. 17&« (2) F l a t , Paul, "Le theatre i d e a l i s t e " , Revue Bleue, 1903, tome 2,: p. 456. t BIBLIOG-RAPHIE $9 1. Barker, H. G r a n v i l l e , "Introduction", Three Plays.by Maeterlinck. Toronto, Mftsson Book Co., 1910, 2. Baudelaire, Charles, Journaux intimes, P a r i s , Georges Gre^s, .1919,-3. Baudelaire, Charles, L'Art romantique, P a r i s , Alpftonse Lemerre, Igg9. : 4-. Baudelaire, Charles, Les f l e u r s du mal, P a r i s , Fernand Roches, 1929. .5,: Benolst,, Antoine, Le theatre d'aujourd'hui, P a r i s , Soci£t£ franchise d'imprimerie et de l i b r a i r l e , 1912. 6. Brisson, Adolphe, P o r t r a i t s intimes, P a r i s , Armand C o l i n , 1397* 7-. B u t l e r , Kathleen T., A.. H i s t o r y of French L i t e r a t u r e , London, Methuen, 1923, v o l . 2. Cameron, ¥. A. 8 Not by, Eastern Windows Only, Toronto. McClelland & Stewart, 1929,. 9. Chandler, F. W., Aspects of Modern Drama. New York, Macmillan, 19i£T ~~~ ~~ ~~~~~ 10. Chandler, F. W., The Contemporary Drama of France. Boston, L i t t l e ; Brown & Co., 1920* 11. Charpentler, John, F l e u r s du j a r d l n l y r l q u e , P a r i s , Mercure de France, 1939., 12. Clark, B a r r e t t H., A Study of .the Modern Drama, New York, D. Appleton & Co., 19_E~ 13• Glouard, Henri, La poe'sie fra n c a i s e moderne, P a r i s , G a u t h i e r - V i l l a r s , (1930H ~ ~ Ik-. Cohen, Helen Louis e^ . One-Act Plays, New York, Harcourt, Brace & Co., 1937. 15. C o l l i n s , Arthur,H., Symbolism of Animals and B i r d s , New York, McBride, Nast & Co., 1913. 16. Dickinson, T; H., An Outline of Contemporary Drama, Boston, Houghton M i f f l i n , 1927. 17. Doumic, Rene, Les jeunes etudes et p o r t r a i t s , P a r i s . P e r r i n , 1907. IS. Faquet, Emile, Propos l i t t e r a i r e s . P a r i s , Oudin, 1902. 19. F i d l e r , Florence G., The B i r d that i s Blue.'London Simpkin M a r s h a l l ; T92X ~ ~~~~ 20. Gourmont, Remy, La Belgique l i t t e r a i r e . P a r i s . G. Cr£s, 1915. ~ ~ ~ " " 21. Gourmont, Remy, Le l i v r e "des masques. P a r i s , Mercure de Franc e, 1914. 22., Hale, E. E., Dramatists of Today. New York, Henry Hol t , 1911. ,23. Hamilton, Olayton. Problems of the Playwright. New York, Henry Holt, I917T 24. Harry, 'Ge"rard, Maurice Maeterlinck. London, George : A l l e n & Sons, .1910. 25. Henderson,-Archibald, European Dramatists, New York ' \ ' - D:. Appletqn, 19.13. 26. Henderson, Arch i b a l d . The Changing Drama, New York, Henry-Holt, 19_4. 27. Hugo, V i c t o r , Les Contemplations, P a r i s , Imprimerie nationa.le, 1905. 2g. Huneker, James, Bedouins, New "York, 'Scribner, 1922. 29. Huneker, James, Ic o n o c l a s t s , New York, Scribner, 192g. 30. Huret, J u l e s , Enqu|te sur 1 8 e v o l u t i o n l i t t e r a i r e , P a r i s , Bibliotheque Charpentler, I913. 31. I n g e r s o l l , Ernest, Birds In Legend, Fable & F o l k l o r e , New York, Longmans, Green, 1923. 32. Jamieson, Storm, Modern Drama i n Europe, London, ¥. C o l l i n s , 1920T ; ~" 33. La Fontaine, "Epilogue du l i v r e XI", Oeuvres, P a r i s , L l b r a i r i e Haehette, lgg5, tome I I I 7 ~ 34. La Jeunesse, Ernest, Les n u l t s , l e s ennuis, et l e s fetmes, , ' Paris," P e r r l n , lg9feo 35.. Leblanc, Georgette, "L 8 I n t r o d u c t i o n " , Morceaux c h o i s l s , P a r i s , Nelson, I 9 I O , 4i 36. Leblanc, Georgette, Souvenirs, New York, E.P. Button, 1932. 37. LemaStre, Ju l e s , Impressions de theatre, P a r i s B o l v i n , 1920. " ' "• ' 38. Lewisohn, Ludwig, The Modern Drama, New York. B. 0. Huebsch, 1923. 39. Mallarme, Stephane, P o l a l e s , P a r i s , L i b r a i r i e Galllmard, 40. Marble, Annie Russel, The Nobel P r i z e Winners i n • • •-. L i t e r a t u r e , New York, D. Appleton, 1932. ! ' 41. ; M a r r i o t t , J. W., Modern Drama, London. Nelson. 193-2'. 42. Martino, P... Parnasse et symbolisme, P a r i s , L i b r a i r i e Armand C o l i n , 1.925. 4 3 . Mauclair, Camille, Les hommes d 1aujourd'hul, P a r i s L i b r a i r i e Vanier,(19? ) 4 4 , . Mauclair, Camille, Servitude et grandeur l i t t l r a l r e s . P a r i s , L i b r a i r i e O l l e n d o r f f 1922. ^5. Mercler S l b a s t i e n , Du th&atre ou nouvel e s s a i sur l ' a r t dramatique, Amsterdam, Harrev^eTf7~l773^ " .46. M i l l e t t , Fred B., & -Bentley, Gerard Eades, The Art of the Drama, New-York, D. Appleton, 1935. 4 J , Moses, Montrose J . , "Introduction", P e l l e a s and Mllisande by Maeterlinck, New York, Thos. Y. Crowell, 1908. 48. Moses, Montrose J . , Representative Continental Dramas Boston, L i t t l e , Brown & Co., 0I932. 49. Nathan, George Jean, Materia C r l t i c a , New York, A l f r e d A. Knopf, 1924. — 50. - Newman, E., Musical Studies, London, J. Lane, 1905. 51. P a p l n l , Giovanni, Four and Twenty Minds, New York, Thos. Y, Crowell, 1922. 52. Peyre, Henri, Hommes et oeuvres du XX e s i & c l e , P a r i s , C o r r l a , 1938. 53. Phelps, W. L., Essays on Modern Dramatists, New York, Macmillan, 1921. 54.. P o i z a t , A l f r e d , Le symbolisme de B a u d e l a l r e a " Glauder. : P a r i s , La Renaissance d u L i v r e , 1919. -55. Proust, Marcel, Le temps retrouveV P a r i s . . Gallimard, 1927, tome II. 56. Reggio, A l b e r t , Au s e u i l de l e u r ame. P a r i s , P e r r i n , 1904. 57. R e n e v i l l e , Rolland, L'Experience p o l t i q u e , P a r i s . Gallimard, 1938, 53. Renouvier, Ch., V i c t o r Hugo l e phllosophe, P a r i s , Armand C o l i n , 1900, 59. " Rose, Henry, Maeterlinck's Symbolism: The Blue B i r d ' and other essays. New York, Dodd Mead, 19118 60. Sarolea, Qharles, The French Renascence, London, George A l l e n & Unwin, 1916. '. ' ~ 61. Slosson, Edwin E., Major Prophets of Today, Boston, L i t t l e , Brown & Co., 1920. 62. Smith, H. A., Main Currents of Modern French Drama. . New.York, Henry Ho l t , 1925. 63. S t a n i s l a v s k y , Constantin, My L i f e In A r t . Boston, L i t t l e , Brown & Co., I933. 6 4 . Swedenborg, Emanuel, Heaven and H e l l , New York, American Swedenborg P r i n t i n g & P u b l i s h i n g Society, 1915, 65.. Swedenborg," Emanuel, The Apocalypse Revealed", New York, American Swedenborg P r i n t i n g & P u b l i s h i n g Society , I915, tome I I . .66... Symons, Arthur., .The ..Symbolist Movement' i n L i t e r a t u r e , New York, Dutton, 1919. 67.- Thibaudet, Albert," La poe'sie de Stiphane Mallarm!, P a r i s , L i b r a i r i e Gallimard, 1926. ~ 6&. Tucker, S. Marion, Modern Continental Plays, New York, Harpers,. 1929. 69. Urban, Wilbur M., Language and R e a l i t y , London, George A l l e n & Unwin, 1939. 70. Vale'ry, P a u l , "Avant-propos", Varijt£, P a r i s , L i b r a i r i e . Gallimard, 1924, 9J 71. Valery, Paul, V a r l e t e , P a r i s , L i b r a i r i e Gallimard, 1930, tome I I . 72. Van Beyer, Ad, Maurice Maeterlinck. P a r i s , E. Sansot, 1904.. " 73.. Van Bever, Ad, & Llautaud, Paul, Poet.tes d 1 au.j ourd'hui. P a r i s , Mercure de France, 1929, tome I I . 74. "Verlaine, Paul, Oeuvres comple?tes, P a r i s , Messein, 1911, tome I . 75., V i a t t e , Auguste, Les -sources occultes du romantisme,.,, P a r i s , L i b r a i r i e Ancienne Honore Champion, 19287 76. V i s an, Tancre*de, L* A t t i t u d e du lyrisme contemx>6rain, P a r i s , Mercure de France, 1911, 77. Whitman, Charles Huntington, Representative Modern ...-Dramas;, New .York, Macmlllan. lQ^b. ~~~ 78. Wilson, Edmund, Axel's C a s t l e , New York, Scribner, 1939. . ARTICLES : 1. Beaunier, Andre, "La phllosophie d'un eleveur d ' a b e i l l e s " Revue de P a r i s ; 1901, tome 10. 2. Beaunier, Andre, "Une phllosophie de l a mort", Revue des deux mondes, 1913, tome 2. 3. Beauplan, Robert, "Monna Vanna, \ l a Comedie-Francaise", La P e t i t e I l l u s t r a t i o n , 177', 19 Jan. 1924. 4. Bocquet, Leon, "L 1archetype de 1'Olseau Bleu", Revue Bleue, 1911? tome I , 5. Burton, Richard, "Maurice Maeterlinck: A Dramatic ' Impressionist", A t l a n t i c Monthly, 1894.2, v o l . 74. 6. Carhoy, A l b e r t , " L 1imagination flamande", P M L A 33* Baltimore, J.- H. Furst Co., 1918. 7. Carre*, Jean-Marie, "Maeterlinck et l e s l i t t e r a t u r e s etrange vres", Revue de l i t e r a t u r e compar^e, tome 6, 1926, 8. Cohen, Gustave, " V l s i t e SL Maurice Maeterlinck, Memb&e de 1 ' I n s t i t u t " , Nouvelles l i t t l r a i r e s , 20 mars, 1937» 9. Crawford, V i r g i n i a , "Maufcice Maeterlinck", F o r t n i g h t l y Review, 1097, v o l 62. ~ • 16, Davignon, Henri, "Maeterlinck et Verhaeren", Revue de P a r i s , 1913.6.. ~~~ "~~ 11. Dimnet, Ernest, "Is Maeterlinck c r i t i c a l l y estimated*)1,1, Nineteenth-Century, Jan. 1912. 12. D. M. J . , "Maurice Maeterlinck: Mystic and Dramatist", Westminster; Review, London, F. Warne Co.,. 13. Doumic, Rene, 11 Marie-Magdeleine", Revue des deux mondes 1913, tome 3. : ~. ~~ 14. Dumas, Andre, "Poltaes", La P e t i t e I l l u s t r a t i o n , 739, 7 septembse, 1935. 15. Epardaud, E., "Maeterlinck, grand ami des pigeons", Nouvelles l i t t e r a i r e s , 19. dec. 193^ .. 16. Faquet, Emile, "Sur l e symbolisme", Revue - des deux mondes, I913.I." '17. F l a t , P aul, "Le theatre i d e ' a l i s t e " , Revue Bleue, 1903/ tome 2. IS. F l a t , P a u l , "Theittres", Revue Bleue, 1902, tome I . 19. F l a t , P aul, "Theatres", Revue Bleue, 1909, tome I. 20. G-rappe, G-eorges, "Maurice Maeterlinck", Revue p o l i t i q u e et l i t t e r a i r e , 1902, tome. I . 21. Hovey, Richard, "Maurice Maete/rlinck", Nineteenth Century, 1295, v o l . 37. 22. Hughes, Randolph, "Mallarme", Nineteenth Century, London, Constable & Co., Ju l y 1934. 23. Ingram, Lucy, Maurice Maeterlinck, Archives of Le t t e r s Club, U. B. C , 19-3-4^ ~ Oik-.* Leblanc. G-eorgette, "Maeterlinck's Methods of L i f e and Work", Contemporary Review, Nov. 1910, 25. Maury, Lucien, "Maurice Maeterlinck", Revue Bleue, 1911, tome 2 26. Norat, E l i s a b e t h , "Maeterlinck M o r a l i s t e " , Revue Bleue, 1904. 27-... O l i v i e r , P a u l , "Maurice Maeterlinck et l e grand secret", Mercure de France, 152, 1921. 2B& Schure', Edouard, "Maeterlinck philosophe, Le grand secret", Revue Bleue, 15 sept. 1923. 29. Sherwood, Margaret, "The Later Philosophy of Maeterlinck", A t l a n t i c Monthly, 108, 1911, 30. Soissons, S. 0., "Maeterlinck's Latest Drama", F o r t n i g h t l y Review, 19OO, v o l . 68, 31. Van Keymeulen, "M. Maeterlinck et son ceuvre", Revue Enoyolopedique, I893 9i OEUVRES DE MAETERLINCK Poe*mes: 1. Douze 2 - chansons, P a r i s , L i b r a i r i e Stock, I923. . "Pogmes1'-', Anthologle des po&fees f r a n c a l s , contemporalns , P a r i s , L i b r a i r i e Delagrave, 1932, tome I I . ~ Drame s % 3-4 . -I: 7. 8. 9. 10. 11, 12. Livres? II: 15. 16. 17. 18. 19. 20. 21, 22. Le bourgmestre de Stilmoride s u i v i de Le s e l de l a v i e P a r i s , Fasquelle, 1920. Les f i a n c a i l l e s , Pai"is, Fasquelle, 1922. J o y z e l l e , ' Paris", Charpentier et Fasquelle, 1914. Marie-Magdeleine, P a r i s , Charpentier-Fasquelle, I922. tie M i r a c l e de Saint Antoine, P a r i s , Fasquelle, 1920. Monna Vanna, P a r i s , Charpentier et Fasquelle, 1923. L 8Olseau bleu, P a r i s , Charpentier-Fasquelle, 1923. Theatre, B r u x e l l e s , Lacomblez, 1911, tomes i , I I , I I I , The Cloud that L i f t e d , t r a n s l a t e d by F.M. Atkinson, New York, Century Co,, 1923. The Power of the Dead, t r a n s l a t e d by F.M. Atkinson, New York, Century Co., 1923. Le double J a r d i n , P a r i s , Charpentier, 1913, Le grand secret, P a r i s , Charpentier, 1921. L'"H0te InconnUj P a r i s , Charpentier, 1917, L r I n t e l l i g e n c e des f l e u r s , P a r i s , Charpentier, 1912, Morceaux c h o i s l s , P a r i s , Nelson, 1910, La sagesse et l a destlne'e, P a r i s , Charpentier, 1930. Les s e n t i e r s dans l a montagne, P a r i s , Charpentier, 1919, Le temple e n s e v e l l , P a r i s , Charpentier, 1912, Le t r e s o r des humbles, P a r i s , Mercure de France, 192Q. La v i e des a b e i l l e s , P a r i s , Charpentier, 1914. 97 TABLE PES MATIJRES Chapitre I M. Maeterlinck et l'£cole.symbolistst & '1. Symbolistes avant M. Maeterlinck • 2. M. Maeterlinck, membre de cette e'cole. (a) Sa v i e (b) Ses oeuvres. (c) Ses theories dramatiques. Chapitre I I Philosophie,de M. Maeterlinck dans ses drames1 ^>-£3 1. Drames de l a peur et de l a mort. 2. Drames de l a mort et de 1'amour. 3 . Drames de 1'amour triomphant. • 4 . Drames-de l a f a n t a i s i e . Chapitre I I I Symboles maeterllncklens% ^.Si 1. Nourriture. ; 2. Objets. I Portes et fenetres, Eaux. ' . , „ • 5. • Fleurs. • 6.. Arbres : .7.. Animaux ' • 8 O i s e a u x . . . '9 .•• Lumie*re Chapitre IV R&sum4 des co n t r i b u t i o n s de;, M. Maeterlinck au drame. ' -fly- V3 Bibliograph!e 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0105660/manifest

Comment

Related Items