UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'ecole de Quebec et l'influence francaise 1963

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1963_A8 A7 E4.pdf [ 6.36MB ]
Metadata
JSON: 1.0105411.json
JSON-LD: 1.0105411+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0105411.xml
RDF/JSON: 1.0105411+rdf.json
Turtle: 1.0105411+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0105411+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0105411.ris

Full Text

L'ECOLE DE QUEBEC ET. L»INFLUENCE FRANCHISE by IVOR ADOLPHE ARNOLD B.A., University of London, 1949 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF ' MASTER OF in the Department of Romance Studies We accept t h i s t h e s i s as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1963 In presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e for reference and study. I further agree that per- mission for extensive copying of t h i s t h e s i s for s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representatives,. I t i s understood that copying, or p u b l i - c a t i o n of t h i s t h e s i s for f i n a n c i a l gain s h a l l not be- allowed without my w r i t t e n permission. Department of The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia,. Vancouver 8, Canada. Date Precis Cette these a pour but l'examen des influences de l a poesie franqaise sur l a poesie canadienne-franqaise entre 1850. et 1395, dates qui representent l a periode de l'essor de l a poesie romantique a Quebec. Puisque le romantisme au Canada a ete t r a i t e en profondeur, cette etude v i s e plutot a f a i r e r e s s o r t i r l 'influence d Tautres mouveraents importants en France a cette epoque. Le premier chapitre examine l e milieu d'ou j a i l l i t l'Ecole de Quebec pour e t a b l i r dans quelle mesure l e s conditions eeonomiques, poli t i q u e s et commerciales tendaient a decourager l T6panouissement d'une l i t t e r a t u r e indigene eta rendre l ' i n f l u e n c e , une f o i s accessible, des l e t t r e s franchises d'autant plus inevitable. Bien q u T i l s o i t necessaire des l'abord. d * e t a b l i r cette a c c e s s i b i l i t e , l e procede p r i n c i p a l de cette etude consiste en l'examen de l'evidence interne des influences franqaises dans l e s e c r i t s des poetes les plus importants pour l e developpement de l a poesie canadienne-franqaise vers l'autonomie. Cet examen cherche a preciser non seulement l e s sources en s o i mais aussi leur caractere, leur etendue, et leur predominance r e l a t i v e v i s - a - v i s de 1'original i t e c r e a t r i c e dans ces e c r i t s . II est impossible de ne pas reconnaitre 1*importance des emprunts conscients et voulus, puises dans le fond d'un t e l i i poete franqais, surtout dans le cas d fun grand nombre d fimitations qui font partie de l'oeuvre canadienne-franqaise a ses debuts. Mais, croyant avec G. Bessette (Les Images en Poesie Canadienne- franqaise) que l e s emprunts inconscients, automatiques, sont les plus s i g n i f i a n t s pour 1*investigateur de sources, l'auteur de cette etude s'appuie sur l'analyse objective de l a forme - lexique, images, prosodie - pour mettre en r e l i e f les inspirations profondes qui influerent sur l a poesie de l'Ecole de Quebec. Cette these affirme, selon l e temoignage de l a poesie d*Octave Cremazie, Pamphile Lemay et Neree Beauchemin, l'eclectisme repandu de l a poesie canadienne au xix s i e c l e , un eclectisme qui, malgre l a tenacite de l'ecole romantique, f i t appel aux precedes poetiques des mouvements parnassien et post-parnassien dans une mesure jusqu'ici negligee. Remerciements Je tiens a remercier Monsieur l e Professeur G. Tougas, du Departement of Romance Studies of the University of B r i t i s h Columbia, des conseils et des suggestions q u ' i l m'a donnes a l'occasion de l a redaction de cette these. Je remercie aussi Mme. J u l i e t t e Fraser-Debacq, de Vancouver, qui m'a aide a en rediger l e texte d e f i n i t i f . TABLE DES MATIERES Pages Ayant-propos 2 CHAPITRE I: Le climat l i t t e r a i r e 9 CHAPITRE I I : OCTAVE1 CREMAZIE: grand eclectique 29 CHAPITRE I I I : PAMPHILE LEMAY et Le Parnasse 5g CHAPITRE IV: N&IEE BEAUCHEMIN et le decadentisme SO CONCLUSION 103 BIBLIOGRAP HIE 1 0 g APPENDICE 113 AVANT-PROPOS La l i t t e r a t u r e canadienne-franqaise est une l i t t e r a t u r e bien jeune, et, comme l a jeunesse, exprime a l a f o i s l e s enthousiasraes du debutant et ses decouragements devant l e s echecs. Et, comme les jeunes ecrivains, e l l e a eu le desi r d'etre independante, d'exprimer l f i n d i v i d u a l i t e et l a f i e r t e d'un peuple attache au Nouveau Monde par les l i e n s sociaux, economiques et politiques, mais descendant de l a grande c i v i l i s a t i o n europ£enne de l a France. La poesie canadienne-franqaise a evolue assez lentement et, en tant qu Texpression l i t t e r a i r e plutot sophistiquee, e l l e n'a pas ete l a premiere manifestation d'une l i t t e r a t u r e naissante. II est evident que les poetes, qui ne s'attendent jamais a un grand public, meme dans l e s pays ou les l e t t r e s abondent, n'etaient pas bien encourages dans une societe pour l a plupart sans instruction, sans l i v r e s , et sans l o i s i r pour en p r o f i t e r . La premiere l i t t e r a t u r e au Canada franqais a ete l ' h i s t o i r e ; c'est l a forme naturelle d'un peuple qui vo u l a i t renforcer leur independance d'esprit en preservant l e chronique des origines d'une colonie franqaise qui avait devance les con- querants anglais; qui v o u l a i t , en preservant l a langue franqaise, gardienne d'une culture, superieure, selon eux, a c e l l e des conquerants, defendre leur i n d i v i d u a l i t e de race. 3 Mais l a poesie est aussi une expression de 1*esprit - une expression intensive l a ou l ' h i s t o i r e est extensive; e l l e peut bien toucher a 1'imagination de ceux a qui d Tautres formes l i t t e r a i r e s pourraient etre fermees. La premiere poesie au Canada alors est patriotique et l e premier poete romantique, un h i s t o r i e n , F.-X. Garneau (ne 1&09). Or, s ' i l est v r a i que l a poesie qui dure est celle qui exprime des u n i v e r s a l i t e s , l a poesie patriotique ne peut avoir une grande valeur intrinseque, et, s i ferventes, s i sinceres que soient ses effusions, s i g e n t i l l e s , s i vraies que soient ses vignettes de l a vie au pays natal, l a premiere poesie canadienne n fa qu fun interet docu- mentaire. Toujours e s t - i l que, s i la grande partie de ses themes ne sont guere exceptionnels, au moins s o n t - i l s puises chez e l l e , dans le Nouveau Monde. L Ton juge une poesie non seulement par son fond mais aussi par sa forme, et une l i t t e r a t u r e prend naissance en partie par une conscience de s o i , en partie par une conscience d f a u t r u i . Autant dire qu'on cree une l i t t e r a t u r e nouvelle comme on apprend a e c r i r e : en se rendant compte de ses propres facultes et t en meme temps, empruntant d'une faqon c r i t i q u e aux autres. Mais la meilleure poesie, des les origines jusqu'a nos jours, s'est toujours t a i l l e une o r i g i n a l i t y authentique a force d'inventer ou d'adapter des formes poetiques au point d fencadrer, de r e l i e r l a pensee dans une union veritablement creative. Les poetes canadiens-franqais sont toujours a l l e s chercher leurs instruments 4 de t r a v a i l en France et i l a f a l l u attendre jusqu'a l'epoque actuelle pour reconnaitre une poesie qui doit peu a ses origines franqaises. Nee avec F.-X. Garneau, Michel Bibaud (1782-1857) et Joseph Lenoir (1822-61), l a poesie est devenue adolescente vers I 8 5 O chez un groupe inspire par l e s e f f o r t s d TOctave Cremazie et ses d i s c i p l e s , Louis Frechette, et Pamphile Lemay, et qui comprend (parmi d'autres moins doues et moins feconds) A l f r e d Garneau, f i l s de l ' h i s t o r i e n , William Chapman, et Neree Beauchemin. C'est cette adolescence que nous avons voulu examiner. Jusqu'a l fepoque moderne les c r i t i q u e s canadiens- franqais se sont montres ou trop indulgents ou trop severes pour le s oeuvres de leurs compatriotes. Seuls Charles ab der Halden et, parfois, Henri d'Aries, ont signale d'une faqon plutot generale l e s emprunts dans l'oeuvre de tant de poetes canadiens- franqais."'" II a f a l l u attendre 1'etude de L.-A. Bisson, Le Roman- tisme L i t t e r a i r e au Canada Franqais, pour avoir une analyse plus exacte des influences franqaises au Canada. L'oeuvre de M. Bisson pourtant est consacree a deceler le romantisme chez les ecrivains canadiens-franqais: i l faut f a i r e remarquer que cette influence, 1. Pourtant signalons Le Laureat de W. Chapman, sur les sources de la poesie de Frechette. 5 s i e l l e est l a plus considerable, n*est pas l a seule et qu fen outre son etude, visant, avec raison, au caractere " f o n d e r " des influences, a presque neglige l a question de l a forme que nous trouvons e s s e n t i e l l e a cette periode "primitive" de l a poesie canadienne. Le but de notre examen est double: nous esperons en quel que sorte suppleer aux lacunes dans l'oeuvre de M. Bisson en faisant r e s s o r t i r l e s autres influences egalement considerables a cette epoque (bien que ce soit impossible de diminuer l a preponderance du romantisme); et nous Eloigner tant s o i t peu de l a s u b j e c t i v i t y inevitable de cette sorte d*examen en donnant plus de place a des observations objectives et quantitatives du langage, des images et de l a prosodie dans l a periode 1850-1900. 2 Mme. J. Paul-Crouzet a remarque dans son etude sur La Poesie au Canada au sujet des poetes canadiens-franqais: ...assez souvent c'est avec une gaucherie appliquee qu'ils manient l a langue franqaise, comme c'est avec une ingenuite q u ' i l s imitent leurs modeles. II en resulte q u ' i l s donnent souvent une impression de f a i b l e s s e qui est beaucoup moins dans le fond que dans la forme. C'est cette impression que nous voudrions preciser. Pour eviter trop de r e p e t i t i o n et dans l'espoir de communiquer l a d i v e r s i t e des influences aussi bien que leur profondeur, nous nous sommes bornes a l Texamen d'Octave Cremazie (1827-79), Pamphile Lemay (1837-1918), et Neree Beauchemin (1850-1931), qui representent 2. Op. c i t . , p. 9- 6 l'epoque qui precedait l f E c o l e de Montreal moins par l a renommee que par l a mesure dans laquelle i l s ont tache de creer de nouveaux vehicules pour l a poesie canadienne. Pour cette raison nous avons exclu l e s poetes plus celebres, mieux connus dans leur vie, plus feconds dans leur oeuvre, mais tellement: "asservis (dans l a phrase de C. Marchand-^) a l a mode de leur temps qui f a i s a i t du poete un chantre de circonstance, un rimeur o f f i c i e l , un i n t e r - pret e solennel d*evenements, qui, juges d'apres l e s canons de l f a r t gratuit, apparaissent de l a pire banalite." En publiant son etude p£netrante, Les Images en Poesie Canadienne-Franqaise, M. Gerard Bessette^ a f a i t une contribution a l ' o b j e c t i v i t e analytique avec (entre autres) une c l a s s i f i c a t i o n des tropes dans l a poesie, un resume general des tendances tropo- logiques des principaux poetes franqais et canadiens, et une analyse comparative des caracteristiques de 1 Timage dans l e s mouvements poetiques en France. A son avis " ( s i ) l e contenu des images nous revele...les tendances et l a personnalite du poete ...leur forme nous renseigne sur l'epoque elle-meme ou l'ecole a laquelle i l appartient'.': i l s'ensuit q u T i l doit etre possible de "determiner le processus de l a creation poetique chez un poete d'apres le nombre et l a nature de ses figures de s t y l e . " ^ Notre procede a nous sera d fabord de preciser l e s eraprunts chez un poete canadien (themes, images, forme des vers) 3 . C. Marchand, Choix de Poesies de Neree Beauchemin (Trois-Rivieres, 1 9 5 0 ) p. 1 7 - (Preface). 4 . G. Bessette, op. c i t . , p. 1 5 ; v o i r , pour un precis des observations et des conclusions dont nous nous sommes servis dans cet examen, l'appendice, p.113. 5 . Ibid. 7 qui semblent avoir resulte de 1 Tetude consciente de t e l poete franc,ais. Une f o i s 1*imitation e t a b l i e nous recourrons a l Tanalyse, dans d fautres poesies, de ces elements de style qui, sautant moins facilement aux yeux, "constituent l a partie l a plus inconsciente, l a plus automatique du langage'.' les tropes, et, par s u r c r o i t , l e vocabulaire, l a metrique. Et puisque, en outre, l e s influences agissent sur 1 T e s p r i t passif du poete d'une fagon bien moins perceptible, moins ordonnee que l e font l e s emprunts voulus, nous demanderons a nos procedes analytiques une autorite quantitative que les emprunts conscients, generalement c l a i r s dans leur contexte, n*exigeront pas. Nous chercherons a i n s i a determiner l e monde i n t e r i e u r dans lequel se mouvait l a conscience du poete au moment createur, d ' e t a b l i r l'etendu^des elements influants, et, l e cas echeant, de preciser 1 T e s p r i t predominant. Nous n Tavons pas aborde cet examen dans un esprit de denigration — au contraire; a notre avis, l a culture franchise a un role unique a jouer dans l a vie du Nouveau Monde. La c l a r t e de sa langue, l a s e n s i b i l i t e , l a verve de son esprit, l e s t r a d i t i o n s de sa pensee n'ont pas tellement change malgre l e depaysement que la race franchise au Canada a subi depuis deux cents ans. Mais l e peuple canadien-frangais e t a i t trop souvent t i r a i l l e entre les deux loyautes de race et de naissance au dix- neuvieme s i e c l e , et, selon nous, f i t l f e r r e u r de se cramponner a 6. G. Bessette, op. c i t . , p. 12. 8" l a nostalgie romantique de la France comme un l i e n desespere avec un monde qui n*etait plus: cet examen pretend souligner en quel que sorte cette erreur. Dans ce but nous nous sommes evertues a maintenir une attitude impartiale, fondee sur les temoignages de l'analyse objective. Mais nous craignons, avec M. Bessette, que " s i l r o n essaie de l f a n a l y s e r l e plus objectivement possible, l a l i t t e r a t u r e , comme tous les arts, echappera toujours p a r t i e l l e - 7 ment aux cadres du systeme le mieux elabore". Neanmoins nous osons esperer que cet essai peut o f f r i r quelques precisions de valeur. 7. G. Bessette, l o c . c i t . LE CLIMAT LITTERAIRE Cette etude ne s e r a i t pas valable s i le f a i t de 1 *exis- tence de sources accessibles aux Canadiens-f ranqais de l'epoque I 8 5 O - I 8 9 5 n'etait pas bien e t a b l i . Avant de s»engager dans un examen d e t a i l l e des evidences internes d'influence, i l faut done considerer l e mil i e u d'ou sortaient les poetes de l'Ecole de Quebec et les occasions qu'ils trouvaient de se f a m i l i a r i s e r avec l a l i t t e r a t u r e franqaise du dix-neuvieme s i e c l e . En I 8 5 O l a v i l l e de Quebec e t a i t bien p e t i t e . Le c h i f f r e de l a population a cette date n'est pas certain mais l e recensement de d i x ans plus tard donne des indications assez sures a ce sujet: i l accordait au Bas-Canada une population de 1 , 1 0 0 , 0 0 0 de personnes, dont seuls 8 4 7 , 0 0 0 etaient de langue franqaise; l a v i l l e de Quebec comptait 5 8 , 0 0 0 mais i l n'y avait que 3 6 , 0 0 0 franqais. -La grande partie des habitants etaient sans ins t r u c t i o n et ceux qui en avaient s finteressaient peu a l a l i t t e r a t u r e ; " C T e t a i t un peuple pratique," remarque R. Rumilly,''" dans son Hi s t o i r e de l a province de Quebec: vivant non plus dans l a lune, mais l e s deux pieds bien k .plat sur l e s o l . - Si pendant vos vacances, amateur de la nature, vous vous emerveillez devant un l i a r d superbe, haut de trente metres...et s i vous dit e s au paysan qui vous accompagne: "Quel bel arbre!" "Oui," repond-il, "on en t i r e r a i t ben (sic) cinq ou si x cents pieds de planche." 1 . R. Rumilly, Histoire de l a province de ...Quebec, t . 1 , p. 92. 10 Seuls l e s bourgeois se donnaient les raffinements de l a vie — c fetaient des avocats, des medecins, des r e l i g i e u x , eux-memes issus de cultivateurs et de f i l s de cultivateurs--et forraaient de p e t i t s groupes e t r o i t s de vie i n t e l l e c t u e l l e et sociale; "(c'est un) monde aimable et qui commence a aimer le luxe," com- 2 mentait un voyageur frangais, "ce ne sont tous le s soi r s que promenades et cavalcades aux environs. Tout~le monde se connait, on passe l e temps a f a i r e Longchamps sur l e s remparts, a s'adresser des saluts, a rendre des v i s i t e s . . . . " Mais l e s hommes d* a f f a i r e s quebecois avaient bien leurs problemes. Le port de Quebec vegetait; ses quais etaient insuf- f i s a n t s et Boston, Portland, New-York devenaient les ports de destination du commerce de l'Ouest. La substitution de l a navi- gation a vapeur a la navigation a v o i l e s r u i n a i t l e s chantiers navals de Quebec et de Levis car le Canada ne fabriquait pas l ' a c i e r ; aussi l e commerce de bois diminua-t-il: "Quebec possede encore des tanneries, des fabriques de meubles, des fonderies... des brasseries, qui n'emploient pas 7 0 hommes en tout, des ton- n e l l e r i e s qui n'emploient pas 1 5 0 , des corderies et des v o i l e r i e s , encore moins. Toutes ensemble ces petites entreprises procurent du t r a v a i l a un m i l l i e r dfhommes au plus," s'exclame Rumilly . 3 2 . E. Duvergier de Hauranne f i l s , c i t e par R. Rumilly, op. c i t . , t . 1 , p. 9 3 . 3 . R. Rumilly, op. c i t . , p. 7 2 . 1 1 A i n s i les urgentes questions d'actualite fournissaient des sujets de debats acharnes dans lesquels l e s l e t t r e s n fentraient que rarement. Pourtant i l y avait une vie l i t t e r a i r e au milieu du dix-neuvieme siecle a Quebec: F.-X. Garneau avait dejS. publie son H i s t o i r e du Canada ( 1 8 4 5-S), et l'abbe Ferland, le premier volume de son Cours d*Histoire au Canada; J.-C. Tache f i t paraitre ses Trois Legendes de Mon Pays en 1 8 6 1 et Georges de Boucherville, l e meme annee, avait remporte un succes de c u r i o s i t e avec Une de Perdue, Deux de Trouvee, publie dans La Revue Canadienne (Montreal). En I 8 6 4 parut l e Jean Rivard, l e defricheur de Gerin-Lajoie tandis que l'annee suivante Joseph Marmette publia le premier de ses contes historiques, Charles et Eva, et Napoleon Bourassa, son Jacques et Marie. Dans l e domaine de la peinture, un nomme Cornelius Krieghoff, de naissance allemande, s f i n s t a l l a a Quebec entre 1 8 5 3 et I 8 6 4 , pour produire de nombreux tableaux de scenes rurales ou " i l exprima, l*un des premiers...le caractere de f l * h a b i t a n t ' et surtout c e l u i de l ' h i v e r canadien,"^" et, malgre l a presse d fennuis quotidiens, de pet i t e s societes l i t t e r a i r e s naissaient, dont l a plus celebre et l a plus distinguee e t a i t c e l l e qui se reunissait a l'arriere-boutique de l a l i b r a i r i e des freres Cremazie, rue de la Fabrique, et qui a l l a i t f a i r e germer l a revolution romantique au Canada. 4. R. Rumilly, op. c i t . , p. 104- 12 Car, c* e t a i t chez Octave Cremazie que les i n t e l l e c t u e l s se plaignaient d'une absence de culture; autant dire q u f i l s doutaient de l a valeur de bien des e c r i t s canadiens de l'epoque et surtout de l a poesie. Est-ce qu'elle leur f a i s a i t complete- ment defaut? II y avait l e s epitres, l e s sati r e s , l e s epigrammes d'un Bibaud (mort en 1857); Joseph Lenoir e t a i t toujours en v i e , pour ne pas mentionner toute une longue l i s t e d'autres v e r s i f i - cateurs parmi lesquels l ' h i s t o r i e n , Garneau e t a i t eminent.'' Peut-etre fut-ce Garneau lui-meme, qui a v a i t ete spectateur de la b a t a i l l e d'Hernani et avait assiste a l a defaite de l'age classique en France qui ressentait l a mediocrite de ces vers; peut-etre un sentiment d'insuf f isance d£rivait-il des amples connaissances livresques de Cremazie, qui aimait mieux consommer que vendre ses marchandises, et qui l i s a i t des vers romantiques a haute voix a ses amis et a ses c l i e n t s . Quoi q u ' i l en s o i t , on se d e c l a r a i t peu content des conditions dans lesquelles le poete canadien e t a i t cense developper ses ta l e n t s ; essayons de preciser ces conditions. 5. Voir J. Huston, le Repertoire National, 1893, et E. Lareau, Hi s t o i r e de l a L i t t e r a t u r e Canadienne Franqaise, 1874. 6. S i l'on nous permet une opinion, l a raison nous en semble plus fondamentale: c'est que, a l a difference des h i s - toriens et des romanciers a qui s u f f i t l ' o u t i l l a g e minime d'une prose grammaticale, d'une bonne memoire, et d'un talent pour 1*observation, l a pensee poetique, pour prendre son essor, dut s'abreuver a une source qui l u i f o u r n i r a i t l a technique d'un art bien plus i n s a i s i s s a b l e . Rien de plus naturel pour ces Nord- Americains de langue franqaise que l a poesie franqaise, evoluee dans l e meme besoin de verser des sentiments v r a i s dans un moule esthetique qui conviendrait le mieux a une l i n g u i s t i q u e autochtone. 13 Son education d fabord. L*abbe Roy' se rappelait que l f o n s f e f f o r q a i t , malgre les d i f f i c u l t e s financieres, a "procurer ...une i n s t r u c t i o n plus complete, une culture plus l i b e r a l e , le bi e n f a i t de l'enseignement secondaire aux quelques enfants qu'une meilleure fortune ou que la charite pouvait f a v o r i s e r . " (La d i s t i n c t i o n nette entre 1'enseignement elementaire et terminal, et l 1education secondaire de p r i v i l e g e s n'etait pas encore reforrnee). Cette " i n s t r u c t i o n plus complete,. .plus l i b e r a l e " etait principalement donnee au college des Jesuites et au Seminaire de Quebec, i n s t i t u t i o n s dediees a l a formation de pretres (et, l o r s de 1*etablissement des f a c u l t e s de droit et de medecine, " d'avocats, de notaires et de medecins), plutot que de poetes. Au niveau plus bas, c'etaient aux quelques colleges classiques que l'on recevait "une education l i t t e r a i r e , oratoire, appuyee sur l e s humanites greco-latines et l f£tude des ecrivains du dix- septieme s i e c l e " . L'abbe Roy^ remarque en outre que cet enseigne- ment so u f f r a i t des conditions miserables ou "se trouvait engagee l a fortune de l a colonie":et"...on avait un mal i n f i n i a se pro- curer dans l e s colleges et l e s seminaires l e s l i v r e s dont on avait besoin.•. l e s eleves ne pouvaient guere etudier que sur des copies 7. C. Roy, Nos origines l i t t e r a i r e s , p. 24. 8. R. Rumilly, op. c i t . , p;; 95: i l ajoute: "Les concours d*eloquence—d fune eloquence f l e u r i e et volontiers pompeuse—y e t a i t f o r t en honneur. La rhetorique rimee passait pour de l a poesie." (C T est nous qui avons souligne). En 1880 encore, i l affirme que " l a formation morale et r e l i g i e u s e reste l a preoccupation dominante des educateurs. L'enseignement secondaire, es sen t i e Heme nt classique, refuse toute concession aux gou€s modernes." (p. 132) 9. C. Roy, op. c i t . , p. 22. 1 4 manuscriptes; l e s bibliotheques etaient extremement pauvres... Cette indigence a longtemps persiste, aussi longtemps que des relations s u i v i e s n*ont pas ete renouees avec l a France." Aussi ne peut-on douter que s i les f u t u r s poetes quebecois purent prendre contact avec l e s Franqais pendant leur jeune age, ce contact, a i n s i que le temoignent l e s oeuvres des predecesseurs comme Bibaud et Lenoir, et.en grande partie, c e l l e s mernes de Cremazie, Frechette et Lemay, devait etre l i m i t e aux pre-revolutionnaires. Dans ces conditions, des contacts personnels avec l'ecole romantique auraient eu une forte impression. Ces contacts e t a i e n t - i l s possibles? Malgre l a d i f f i c u l t y et les inconvenients du voyage transatlantique, bien des Canadiens trouvaient, certes, l f o c c a s i o n de v i s i t e r I'Europe; dans l e s a f f a i r e s , soit commerciales, soit p o l i t i q u e s , ces v i s i t e s se f a i s a i e n t assez souvent. J.-G. Barthe, auteur de Canada Reconquis par l a France, f i t en 1 # 5 5 , l o r s de l f e d i t i o n de cette oeuvre, a Paris, un voyage qui " l ' a mis a meme diobtenir pour l f I n s t i t u t Canadien de Montreal des dons de l i v r e s et d Tobjets d f a r t de diverses academies composant l ' I n s t i t u t de France;""1"0; de 1 3 5 2 a I& 5 6 , Napoleon Bourassa, l'un des fondateurs 10 .MBibaud, Dictionnaire des Hommes I l l u s t r e s du Canada, p. 2 4 ( c i t e par J.-G. Barthe (Souvenirs d Tun Demi-Siecle, p. 4 5 9 ) . "ci-devant redacteur de l'Aurore des Canadas, puis du Canadien, inembre du parlement pro v i n c i a l - u n i , et actuellement correspondant canadien de l a Gazette de France". 1 5 de La Revue Canadienne, avait etudie l e dessin et l a peinture en I t a l i e ; J.-C. Tache fut l e representant du Canada a l f E x p o s i t i o n Universelle de Paris en 1855; F.-X. Garneau f i t publier a cette date son Voyage en Angleterre et en France dans les annees 1831, 1832, 1833 ( i l avait s u i v i de pres l a b a t a i l l e d'Hernani et l a publication des Harmonies Poetiques et Religieuses de Lamartine); l'abbe Ferland se rendit a. Paris pour perfectionner son Cours d'Histoire du Canada et en 1866 P.-J.-O. Chauveau, a cette epoque surintendant de l'Education du Bas-Canada, v i s i t a 1*Angleterre, l a France, l a Belgique, l fAllemagne et 1 * I t a l i e pour etudier l e s divers systemes d !enseignement. Pour l e s poetes eux-memes, i l est bien connu que Cremazie s'enfuit a Paris apres l a f a i l l i t e de sa l i b r a i r e en 1 8 6 2 (son oeuvre po£tique etant, pourtant, deja achevee), que Louis Frechette v i s i t a Paris pour le couronnement de ses Fleurs Boreales par l'Academie Franqaise en 1880 et y f i t l a connaissahce de l T a u t e u r de La Legende des Siecles.-*-^ William Chapman, dans sa qualite de jo u r n a l i s t e et de fonctionnaire dans l f a d m i n i s t r a t i o n p r o v i n c i a l eut pu, comme Barthe, trouver les moyens de voyager 12 mais l'on peut seulement constater sa v i s i t e a Paris en 1904 1 1 . II fut aussi en Europe en 1 8 8 7 quand i l se rendit a Paris remettre sa Legende d'un Peuple entre l e s mains de l'editeur; i l y f i t l a connaissance de F. Coppee et d'autres ecrivains a cette epoque. 1 2 . Les deux recu e i l s Rayons du Word ( 1 9 0 9 ) et les Fleurs de Givre ( 1 9 1 2 ) , tous deux publies a Paris, a l l a i e n t apparaitre dans quelques annees et auraient pu subir !•influence de son sejour dans l a c a p i t a l e . M i s t r a l repondit a une dedicace par un b i l l e t ou i l " f e l i c i t e 1 'eminent poete canadien, William Chapman, de son ode magnifique 'Aux Bretons'"; Pour le poete paris i e n , A c h i l l e Paysan, Chapman fut " l e poete national du Canada franqais". Botrel, l e barde breton, l u i adressa cinq vers a sa louange avec l'exemplaire d'un poeme q u ' i l l u i presenta. 16 (pour recevoir, a l'age de 50 ans, l'accolade de 1 'Academie). Au rebours, sans pouvoir f a i r e des constations exactes, i l est peu probable que Pamphile Lemay f i t des voyages en Europe. Dans sa jeunesse i l s'avantura aux Etats-Unis mais sa sante d e l i c a t e qui deux f o i s l 'obligea a renoncer a l a vocation sacerdotale sans doute le decouragea beaucoup de f a i r e des voyages prolonges. En outre, son devouement a l a modeste v i e f a m i l i a l e l'eut probable- ment contraint de n'aimer l a France que de l o i n . Et N£ree Beauchemin, sauf pour f a i r e ses etudes medicales, ne quitta jamais sa v i l l e natale de Yamachiche. Pour 1'autre cote de la medaille i l est constatable que, s i l e s Franqais reconnaissaient 1 *existence des l e t t r e s au Canada, i l s ne s*empressaient pas de v i s i t e r le pays qui leur avait donne naissance. Nous avons deja signale l e s prix decernes a. Frechette et a Chapman. Nous rapportant encore au debut de l'epoque qui 13 nous interesse, nous citons ce commentaire de M. G. Tougas: Le premier r e c u e i l de poesies a etre publie au Canada est c e l u i de Michel Bibaud. Or, cet evenement ne passe pas inaperqu en France ou Isidore Lebrun com- menta favorablement dans l a Revue Encyclopedique de Paris cette poesie, en reprochant au poete de ne pas decrire l e s moeurs canadiennes. L'oeuvre historique de Garneau fut resumee dans l a Revue des deux mondes et valut a son auteur de nombreux eloges; Jean Rivard, oeuvre pourtant bien f r u s t e , parut en f e u i l l e - ton dans le Monde; des echantillons des e c r i t s d'Etienne Parent furent publies dans la Gazette de France; le Charles -Gnprin de Chauveau trouva l u i aussi ses 1 3 . G. Tougas, H i s t o i r e de la L i t t e r a t u r e Canadienne- frangaise, p. 2 5 6 . 17 commentateurs. S ' i l est v r a i que cette production l i t t e r a i r e n ' e v e i l l a que la c u r i o s i t e b i e n v e i l l a n t e d'un nombre f o r t r e s t r e i n t de Franqais, l'on ne saurait exagerer l fimportance que l a moindre parole d'encouragement pouvait avoir a cette epoque pour les Ganadiens. Des 1880 quelques c e l e b r i t e s des arts et des sciences se rendaient plus librement au Canada, quelques ecrivains de 15 deuxieme rang, t e l s Jules Claretie et Xavier Marmier, recevaient aussi l e s ecrivains canadiens se trouvant de passage a Paris. De son cote, Frechette, selon G. A. K l i n c k , ^ "se p l a i s a i t a a c c u e i l l i r dans sa demeure somptueuse des cele b r i t e s d'outre-mer-- Sarah Bernhardt, Coquelin, Rhea..." Mais, ayant affirm^ que Francois Coppee (dont Frechette f i t l a connaissance vers 1887) 18 v o u l a i t l u i rendre v i s i t e , M. Klinck avoue que " n i ce conteur celebre n i Victor Hugo ne trouverent jamais les l o i s i r s de v i s i t e r l e Nouveau Monde." 1 4 . Meme un homme d'etat: a l a f i n de 1881, l o r s du renouement o f f i c i e l des relations franco-canadiennes, une dele- gation franchise, qui avait assiste a des fetes americaines, f i t un "rapide sejour au Canada" (a savoir, Montreal et Quebec); son chef et a i t l e general Boulanger. (Voir R. Rumilly, op. c i t . , t . i i i , p. 1 3 9 ) 1 5 . "C'est M. X. Marmier qui, croyons nous, en sa qualite de voyageur, a decouvert l a poesie canadienne et s'est f a i t l e patron de M. Frechette." (Commentaire paru dans le Polybiblion, j u i n 1881. Cite par ¥. Chapman, Le Laureat, p. 3 1 5 ) . Xavier Marmier avait e c r i t ses Lettres sur l'Amerique, (Paris, Arthur Bertrand, 1 8 5 1 ) oeuvre f o r t remarquee a l'epoque. 16. Voir Joseph Marmette, Recits et Souvenirs (Quebec, C. Darveau, 18"91) ; et G. Tougas, op. c i t . , . p . 2 5 8 , a propos de 1 'influence e p i s t o l a i r e de la France sur l e s l e t t r e s canadiennes. C'est plutot des 1880 que l a correspondance entre des ecrivains franqais et canadiens devenait plus repandue. 1 7 . G. A. Klinck, Louis Frechette: prosateur, p. 5 2 . 18. Ibid. 18 En e f f e t , i l est c e r t a i n que l e s grands ecrivains franqais (et i l faut compter parmi eux le doyen du romantisme, Chateaubriand, mort d ' a i l l e u r s en I848) avaient d'autres choses a f a i r e que de v i s i t e r en personne leurs cousins canadiens. Et l e s v i c i s s i t u d e s du Second Empire, l e s humiliations et l e s souf- franees de 1871-2, l a politique troublee de l a Troisieme Republique, avec ses Macmahon ses Dreyfus, ses Boulanger, reussirent a detourner 1 Tattention franqaise des a f f a i r e s canadiennes pendant de longues periodes. Parmi les grands noms au debut de l a seconde moitie du s i e c l e , a 1'epoque ou l e gout du romantisme j a i l l i s s a i t a Quebec, ses inspirateurs principaux—Chateaubriand, V. Hugo, Lamartine,— etaient ou morts ou en t r a i n de se bruler l e s doigts dans l a politique de 1848-51; A l f r e d de Musset passait, selon l a phrase 19 genereuse d'Emile Faguet, par une "periode de la s s i t u d e " qui devait aboutir aussi dans l a mort en 1857. Des 1859, V. Hugo s*etait plus ou moins exile aux l i e s de Guernsey ou de Jersey et n'en s o r t a i t qu'a de rares moments. Ceux parmi les poetes franqais qui voyageaient se vouaient plutot au culte de l f I t a l i e et de 1*Orient. Le p e l e r i n par excellence fut Th. Gautier qui v i t l TEspagne, l T A l g e r i e , l ' l t a l i e , l a Russie, Constantinople; Leconte de L i s l e passa quelques annees aux Indes et Verlaine f i t le sejour a Londres que l'on s a i t ; nul ne pensait a suivre Chateaubriand sauf dans ses e c r i t s . 19. E. Faguet, Dix-neuvieme s i e c l e , p. 188. 1 9 A i n s i les poetes de Quebec etaient reduits a puiser 1 * i n s p i r a t i o n dans l e s l i v r e s , et pourtant i l s se l e s procuraient 2 0 avec grande d i f f i c u l t y . G. A. Klinek d i t de Frechette qu fen composant sa Legende d Tun Peuple " . . . i l l u i f a l l a i t f a i r e des recherches etendues dans l e passe. II creusait, i l f o u i l l a i t dans l e s l i b r a i r i e s et l e s archives pour trouver l e s renseigne- ments qui se pretaient a son theme. II e t u d i a i t les e c r i t s de ses maitres—Hugo, Lamartine, Chateaubriand—pour savoir perfec- tionner l e s siens. II deplorait l e manque de bibliotheques qui rendait ses recherches bien d i f f i c i l e s . . . " : et ceci encore dans l e dernier quart du s i e c l e . Dans une l e t t r e a Jean Charbonneau, inspirateur de l'ecole de Montreal, Frechette avouait: ...Votre Erudition depasse l a notre, votre technique est plus savante, vos moyens de parvenir sont plus f a c i l e s , alors que vous avez des l i v r e s et des bibliotheques ce qui a notre epoque manquait t o t a l e - ment. Nous etions grives de l ' e s s e n t i e l et lorsque nous voulions connaitre l e s poetes dans l e s textes nous etions obliges de l e s emprunter a nos amis b i e n v e i l l a n t s qui nous l e s confiaient a conditions de l e s recouvrir facilement. C Test a i n s i que, pour ma part, j ' a i copie de ma main un bon nombre de poemes V des i l l u s t r e s poetes franqais, t e l s Lamartine, Musset, V i c t o r Hugo, etc., et que j'eri f i s mes lectures de chevet . 2 1 Frechette doit certes se permettre l a l i b e r t e du poete. E s t - i l croyable q u ' i l y avait un manque t o t a l de moyens l i t t e - r a i r e s a 1'epoque ou ecrivaient Cremazie et ses d i s c i p l e s ? Selon les f a i t s on doit protester contre un "oui" intransigeant, mais 2 0 . G. A. Klinck, op. c i t . , p. 5 4 1 - 2 1 . Cite par G. A. Klinck, loc. c i t . . Le soulignement est de nous. 2 0 l e s d i f f i c u l t i e s de se procurer l e s e c r i t s contemporains franqais furent certainement considerables. La bibliotheque du Seminaire de Quebec, l'ancienne c o l l e c t i o n de l'eveque de Quebec, datait de 1 6 6 3. E l l e avait donne naissance a l a bibliotheque de 1 *Universite Laval, fondee en 1 8 5 2 , mais i l est c e r t a i n qu'elle ne comprenait pas d Toeuvres contemporaines; pour 1'administration ecclesiastique, l a l i t t e r a t u r e franqaise n ' e x i s t a i t guere apres 1 7 8 9 . Quant aux c o l l e c t i o n s plus petites, une bibliotheque a souscription avait ete creee des 1 7 7 9 (par le gouverneur Haldimand: e l l e ne dut pas durer longtemps), mais le mouvement general pour former des bibliotheques publiques (c'est-a-dire, gratuites) , qui ne debutait aux Etats-Unis que vers 1 8 5 0 , tardait bien plus longtemps a par- venir au Canada. L'acte autorisant l e s v i l l e s a s'imposer pour les bibliotheques n'existe au Canada que depuis 1882 (ce qui n'est pas a dire qu'elles en p r o f i t a i e n t toutes). Aussi recemment que 22 1 8 9 0 un nomme Eugene Rouillard f i t imprimer a Quebec un pamphlet ou i l deplorait le defaut de bibliotheques dans l a province; alors que l a province d'Ontario comptait dix bibliotheques, Quebec n'en avait aucune . Une i n s t i t u t i o n privee, l a bibliotheque Fraser se trouvait a Montreal et l'on venait de former une "Bibliotheque des Ouvriers de Quebec"^'qui, a cette date, possedait "une magnifique 2 2 . E. Rouillard, Les Bibliotheques Populaires, (Quebec, L. J. Demers, 1 8 9 0 ) . 2 3 . Les "Bibliotheques des Ouvriers" (ou "Mechanics' I n s t i t u t e L i b r a r i e s " ) etaient l e s precurseurs des futures b i b l i o - theques l i b r e s ; l a premiere date de 1 8 3 0 a Toronto et e t a i t destinee a devenir le Toronto Public Library. La province de Quebec s'imposa l'acte pour fournir les bibliotheques gratuites en 1 9 4 1 . 21 c o l l e c t i o n de journaux et quatre a cinq cents volumes" dont les Belles-Lettres comptaient la moitie, au plus. Evidemment l a d i f f i c u l t e etait bien r e e l l e ; mais heureusement i l y avait l e s l i b r a i r i e s et l fencouragement du commerce avec la France (donne une premiere impulsion en 1855 et renforce vers 1&80-1881 avec l'essor economique dans les deux pays) rendait les conditions bien moins miserables vers l a f i n du s i e c l e . Pour le developpement et l a condition a c t u e l l e des l i b r a i r i e s , L.-A. B i s s o n ^ f i t des recherches precises et assidues a travers les archives de journaux contemporains. Dans un a r t i c l e sur "nos premiers rapports l i t t e r a i r e s avec la France", paru en 1886, i l releva ce comment a i r e : Avant 18"30 on importe tres peu de l i v r e s de l a France. On copie l e s l i v r e s qu'on emprunte; on c o p i a i t jusqu*aux romans. Quand on apprenait l e t i t re d'un nouvel ouvrage dans un journal franqais egare, on chargeait un ami qui passait en France d'en rappcrter un exemplaire... Des 1820 l e s bateaux anglais provenant d*Europe apportaient des l i v r e s a Quebec parmi les autres cargaisons. II ne s'agissait pas encore de l i b r a i r i e s ; des marchands en gros vendaient ce qui leur a r r i v a i t sous la main et l'acheteur n'avait pas l'occasion d'exprimer d*avance ses preferences. (M. Bisson remarque que "dans beaucoup de cas l e l i b r a i r e /TranQais7 se debarrassait de ce 24. L.-A. Bisson, Le Romantisme L i t t e r a i r e au Canada Franqais, ch. I, (p. 17 et passim). 2 2 q u ' i l ne pouvait vendre en France!'; l a conclusion en est evidente: ces l i v r e s n'etaient guere les derniers parus n i , probablement, l e s mieux a c c u e i l l i s ) . II y avait aussi aux premieres annees des ventes isolees de bibliotheques privees appartenant a l a noblesse coloniale; e l l e s temoignaient naturellement d fune culture classique et ne pouvaient s e r v i r non plus au gout romantique qui a l l a i t n aitre. Mais du moins e l l e s offraient des co l l e c t i o n s mieux ordonnees que les paquets odorants s o r t i s d'une cale. Neanmoins l e s conditions pour l'achat de l i v r e s a l l a i e n t s'ameliorant: des 1 8 1 9 une l i b r a i r i e s * e t a i t etablie a Montreal et annonce (avec peu de succes): Comme a l'avenir l'un d'eux (c.-a-d. des proprietaires) sera constamment a Londres ou a Paris, i l s executeront avec exactitude et avec toute diligence possible les ordres que l'on voudra bien leur donner: - BOSSANGE ET PAPINEAU, Montreal, 2 7 j u i l l e t , 1 8 1 9 ; en 1 8 2 9 l'on f a i t mention d'une l i b r a i r i e T. Dufort, rue Saint- • Franqois-Xavier, Quebec, sans d e t a i l s des l i v r e s procurables; dans l a Minerve de Montreal en I 8 3 I l'on mit en vente—pour l a premiere f o i s l'annee meme de sa p u b l i c a t i o n — u n ouvrage de Chateaubriand: Etudes historiques et analyse raisonnee de 1 * h i s t o i r e de France (c'est un evenement extraordinaire car, bien que les oeuvres des romantiques apparaissaient de plus en plus dans l e s l i b r a i r i e s de 1 8 3 0 a I84O, jusqu'aux dernieres annees du s i e c l e i l y avait pour l a grande majorite un retard de quinze a trente ans 23 entre l a publication d fune oeuvre a Paris et son arrivee au Canada^); a Quebec en 18*35 on entend parler, dans l a Gazette, de l a mise en vente de l a c o l l e c t i o n B a l z a r e t t i , dont l a f o r - mation n'est pas recente, et qui, en outre, comprend des oeuvres de Chateaubriand et d'Ossian, tandis que La Revue Canadienne (Montreal) de 1845 annonce la vente d'oeuvres completes de V o l t a i r e , Rousseau, Victor Hugo, Casimir Delavigne, Beranger, Lamartine, Byron, Chateaubriand et Chenier. Dorenavant l e s exemples se m u l t i p l i e n t : "Nous pouvons affirmer (conclut M. Bisson) qu'a p a r t i r de 1845 i l existe un ce r t a i n nombre de bibliotheques p a r t i c u l i e r e s possedant l e s ouvrages des romantiques franqais...(que) les l i v r e s franqais continuaient d T a r r i v e r au Canada, et...qu'a p a r t i r de l fannee 1847 les oeuvres des romantiques y figurent pour une grande part." Ce commerce ne s'interrompit plus, bien que 1*importation o s c i l l a t avec l e s v i c i s s i t u d e s de l'economie de Quebec; i l est ce r t a i n d'apres l'evidence interne de l a l i t t e r a t u r e que nous offrent, par exemple, l e s F e u i l l e s d u r a b l e (1890) de W. Chapman et l e s F e u i l l e s Volantes (1891) de Louis Frechette, que l e s oeuvres parnassiennes f i r e n t leur entree d e f i n i t i v e vers 1880-1890, car ces r e c u e i l s comptent des sonnets, forme f i x e ignoree au Canada 25. Par exemple, v o i c i ce que l a l i b r a i r i e E. Fabre et Cie.' o f f r a i t en 1852: Lamartine: H i s t o i r e des Girondins, ( I 8 4 7 ) * La Chute d'un Ange, (1838) Mme. de StaSl: De lUllemagne, (1310) Corinne, (1807) Chateaubriand: Le Genie du Christianisme, (1802) Les Natchez, (1805) J.-J. Rousseau: Les Confessions, (1770) Victor Hugo: Napoleon l e P e t i t , (1852) *(Nous en avons ajoute l a date de publication) 2 4 jusqu-la (la nouveaute ne depassait pas l a forme; le style et l e fond restent romantiques). En outre, par suite de nouvelles r e l a t i o n s e p i s t o l a i r e s avec des hommes de l e t t r e s franqais (surtout des l e s v i s i t e s de Frechette a Paris), l e s poetes pouvaient se renseigner plus facilement sur l e s nouvelles editions; 1 * e s p r i t des Trophees rodait partout dans les poesies quebecoises de l a f i n du s i e c l e , p a r a i t - i l , et les jeunes de l'Ecole de Montreal "discutaient Mallarme... Enfin, on aurait t o r t de negliger l e role des journaux a cette epoque; quand les l i v r e s etaient peu accessibles, meme dans l e s , l i b r a i r i e s , i l s avaient une importance que l'on ne saurait exagerer. Parmi l e s premiers l e s plus importants (sinon l e s plus durables) etaient le Journal de Quebec (fonde 1 8 4 2 ) , le Courrier du Canada de Hector Langevin, et Le Canadien ( 1 8 6 3 - 6 6 ) , redacteur Hector Fabre, " e s p r i t parisien, v i f et caustique, sans mechancete". "Tous ces journaux publiaient des a r t i c l e s de fond et presentaient une apparence plus serieuse que les journaux d'aujourd'hui, non seulement parce q u ' i l s etaient plus serieux en e f f e t , mais aussi parce que l a nouvelle, l a breve information sans commentaire, le 27 f a i t divers, n'avaient pas p r i s leur importance a c t u e l l e . " En e f f e t , i l s avaient leur part dans l a propagande de l a nouvelle l i t t e r a t u r e franqaise; non seulement i l s annonqaient les l i v r e s qui etaient procurables en vente, mais i l s publiaient aussi des 2 6 . R. Rumilly, op. c i t . , t . v i i , p. 2 3 8 . 2 7 . R. Rumilly, op. c i t . , t . I, p. 1 0 1 . 25 poesies entieres (ce fut le Journal de Quebec qui publia les premieres pieces de Cremazie). Le choix de ces poesies depen- daient entierement du gout du directeur et de l ' a c t u a l i t e (par exemple, le Napoleon le P e t i t de V. Hugo, qui fut accessible en 1&52, l'annee de sa parution) et, a cette 6poque, l'influence d'une seule poesie qui a l l a i t au coeur du lecteur, s o r t i e tout droit de l a plume d'un Hugo et mise en r e l i e f sur l a page d'un hebdomadaire, pourrait etre plus grande a un moment favorable que n'importe quelle s e l e c t i o n plus digne, plus typique d'un auteur franqais. Bien qu'un grand nombre de revues litt£raires parussent pour mourir apres quelques numeros, ou pour degenerer rapidement en f e u i l l e s p o l i t i q u e s ou autres, on peut signaler a Quebec quelques t i t r e s assez importants dans l a marche des l e t t r e s quebecoises: La C i t a d e l l e , "journal l i t t e r a i r e et patriotique", fut fondee en I856 pour di s p a r a i t r e l'an suivant apres quatre numeros; par contre, Au Coin du Feu, " r e c u e i l de lectures amusantes et instruc- 28 t i v e s " , eut une longue c a r r i e r e . Le celebre "enfant t e r r i b l e " du cenacle Cremazie, Les Soirees Canadiennes (1861; ensuite Le Foyer Canadien, 1862-5), comptaient parmi ses collaborateurs J.-C. Tache, Etienne Parent, l'abbe Ferland, F.-X. Garneau, Pierre Chauveau, A. Gerin-Lajoie, l'abbe Casgrain, Louis Frechette; et l ' A b e i l l e , journal des eleves du Seminaire, qui, a plusieurs 28. "Ce r e c u e i l se composera de productions e c r i t e s pour les journaux de Paris de l a plus haute r e s p e c t a b i l i t e . . . i l sera ouvert neanmoins aux productions de l a l i t t e r a t u r e indigene." (Prospectus) . 26 reprises, dura de I 8 4 8 & 1881, reproduisit un nombre remarquable de poesies francaises. Des 1880 i l y avait 32 journaux de langues franchises a Quebec, mais a cette date i l faut souligner q u H l s temoignaient d'une a c t i v i t e i n t e l l e c t u e l l e plutot politique que l i t t e r a i r e ; c ' e t a i t l e sort ordinaire d'un grand nombre.de journaux qui durent modifier leur caractere, faute d'abonnes. II n'y a aucun l i e u de poursuivre cette enquete plus l o i n pour en venir a une conclusion; i l est c l a i r que, s ' i l e t a i t d i f f i c i l e d'obtenir les modeles en 18^2, c'etait quand meme possible. Les journaux de 1'epoque confirment en d e t a i l 1'existence a Quebec des oeuvres romantiques, surtout des poetes, V. Hugo, Lamartine, et Vigny. Cremazie, en sa qualite de l i b r a i r e avait toutes les occasions necessaires ( j.usqu'a negliger ses a f f a i r e s ) pour etudier ses maitres; Pamphile Lemay e t a i t bibliothequaire de l a l e g i s - lature provinciale a. Quebec jusqu'a sa r e t r a i t e ; et rien ne donne a croire que Neree Beauchemin fut prive des moyens d f a v o i r des l i v r e s a T r o i s - R i v i e r e s . Apres l a p e t i t e renaissance de 1852, l T a c t i v i t e l i t t e - r a i r e a Quebec, sans s'amoindrir, devint moins f e b r i l e . E l l e semble avoir r e f l a t e dans les annees 1860-1880 le sort economique de l a v i l l e de Quebec qui ne f a i s a i t qu'un lent progres malgre les 2 9 bons e f f o r t s des hommes d' a f f a i r e s , et l a poesie canadienne- 2 9 . Le c h i f f r e de l a population au recensement de 1881 marque seule une legere avance (3,000) l a ou c e l l e de Montreal s T e t a i t a peu pres doublee. 27 franqaise r e s t a i t foncierement romantique malgre l e s rumeurs du realisme, du symbolisme, du decadentisme qui parvenaient a l a v i l l e de temps en temps. En 1831, a Quebec, selon Rumillyp "on reconnaissait a Pamphile Lemay une elegante melancolie lamartinienne": . . . l a plupart de nos ecrivains se reclament des romantiques, Lamartine et Hugo, ce qui leur confere un petit a i r eclectique et avance par rapport a l'enseignement o f f i c i e l . . ; poetes et prosateurs suivent des modeles franqais.... Jean-Charles Chapais, et surtout Charles Thibault, rompent des lances en faveur des classiques; tandis que le jeune Thomas Chapais, dans une b r i l l a n t e conference a l ' I n s t i t u t Canadien Franqais (de Quebec) demande de c o n c i l i e r les deux ecoles, de prendre l e s qualites et d'eviter l e s defauts de chacune. Et, de l'annee 1895, i l e c r i t : Un c r i t i q u e franqais deja repute, Rene Doumic, donne une serie de conferences sur Lamartine...Mais plusieurs subissent l e s influences parnassienne et symboliste et s'opposent a l a generation de Frechette, de Lemay, et d fautres d i s c i p l e s des romantiques franqais... A i n s i la l i t t e r a t u r e franqaise evoluait et l a poesie canadienne l a s u i v a i t . . .mais de l o i n . Sans l a ferveur motrice qui avait produit l e s mouvements en France, l e s tendances gene- rales au Canada ne r e f l e t a i e n t que l i m i t a t i o n confuse d'originaux souvent mal compris; l a poesie qui en r e s u l t a i t t r a h i s s a i t l e s sources sans communiquer l 1 i n s p i r a t i o n . Heureusement i l y avait les exceptions,r-et ce sont les exceptions aux l o i s generales qui 30. R. Rumilly, op. c i t . , t . i i i , p. 137. 28 font l ' i n t e r e t de l T h i s t o i r e l i t t e r a i r e . L Tevidence interne des oeuvres de Cremazie, Lemay et Beauchemin, f a i t r e s s o r t i r des o r i g i n a l i t e s dont leurs contemporains peut-etre ne se doutaient guere mais qui ont contribue dans une grande mesure a la poesie franqaise du Canada. II OCTAVE CREMAZIE: grand eclectique C'est dans ce m i l i e u que le petit cenacle, e t a b l i rue de la Fabrique chez Cremazie, avait reuni, aux alentours de I85O, des eerivains assez murs, mais qui parlaient du defaut des maitres, et de 1'absence d'une haute culture. Esperant y suppleer en devorant les l i v r e s de toute sorte qui parvenaient a Quebec, Octave Cremazie fut le premier de ce groupe a temoigner des r e s u l t a t s considerables de ces lectures; et, oblige de f u i r Quebec en 1862, Cremazie concentra toute son oeuvre poetique dans l a periode 1852-62 (ses annees subsequentes a Paris jusqu'a sa mort en 1879 etant presque s t e r i l e s ) . Pourtant ces dix ans furent les plus importants pour les l e t t r e s au Canada; l a con- centration et l a variete de sa creation font preuve de l ' i n t e n s i t e de l a revolution poetique dont i l fut le chef et de l a r a p i d i t e de son propre developpement. En tant q u f a r t i s t e , l'on remarque dans ses Poesies"'" un progres certain: l e s c h e v i l l e s , les inversions maladroites, les apostrophes, les exclamations deviennent plus rares. II n'en est pas de meme des influences exterieures, dont l a marche est confuse (phenomene assez normal chez les imitateurs). Non seulement l'on ne pourrait dire qu'a un t e l point i l delaisse t e l poete franqais pour en aborder un autre; en outre, l e s dates 1. Toutes l e s c i t a t i o n s sont prises a 1'edition des Oeuvres Completes publiees par l ' I n s t i t u t Canadien de Quebec (Montreal, L i b r a i r i e Beauchemin, 1925). 30 de publication indiquent que l e s imitations dans son oeuvre ne suivent merne pas l e s traces chronologiques de I'influence globale du romantisme au Canada (Lamartine, qui a devance V i c t o r Hugo et domine l a poesie canadienne de I85O a I89O, le suit dans 1'oeuvre de Cremazie). C'est a l o r s pour s i m p l i f i e r notre examen et sans alleguer un role progressif a nos classements que nous divisons l'oeuvre de Cremazie en t r o i s parties: a) I'influence classique (en y reconnaissant la place preponderante de V. Hugo); b) I ' i n - fluence carrement romantique; c) I'influence post-romantique. La premiere partie de sa vie productive, 1854-60, comporte un grand nombre de poesies de cireonstance celebrant des f a i t s divers importants, soit pour 1'Europe (la guerre de Crimee /1853-67, la campagne d ' l t a l i e /T859_7), ou pour l e Canada franqais ("l'arrivee a Quebec de l a 'Capricieuse', corvette franqaise 2 envoyee par Napoleon I I I " , " l e deux-centieme anniversaire de l ' a r r i v e e de Mgr. Montmorency-Laval en Canada / s i c / " ) . S i e l l e s marquent une avance sur les premiers essais de collegien par leur variete de forme, et leur souplesse, toutefois cette partie entiere reste des poemes classiques, non pas peut-etre au sens que l'eut compris l a nouvelle faculte des Belles-Lettres de Quebec mais au sens propre au s t y l e de V. Hugo vers 1820. 2. En 1855, & l'occasion du renouement de r e l a t i o n s commerciales entre la France et le Canada. 31 Un coup d ' o e i l jete sur l a deuxieme preface aux Odes 3 4 et Ballades confirme cette impression. La, Hugo p a r l a i t de son but poetique dans ces termes: Convaincu que tout ecrivain, dans quelque sphere que s'exerce son esp r i t , doit avoir pour objet p r i n c i p a l d'etre u t i l e , et esperant qu'une intention honorable l u i f e r a i t pardonner l a temerite de ses essais, i l a tente de solemniser quelques-uns de ceux des purineipaux souvenirs de notre epoque qui peuvent etre des leqons pour les societes futures. I I a adopte, pour con- sacrer ces evenements, l a forme de 1 Ode... 5 Cette declaration c o n s t i t u t a i t un manifeste qui trouva un echo dans le coeur des jeunes patriotes canadiens-francais et explique en partie l a r a p i d i t e avec la q u e l l e l e s poetes-novices adopterent cette premiere maniere du doyen de la poesie franqaise. Dans ce premier r e c u e i l , Hugo avait declare son intention d'exp rimer, d'une faqon nouvelle "ce que l e s trente dernieres annees de notre h i s t o i r e presentent de touchant et de t e r r i b l e , de sombre et d'eclatant, de monstrueux et de merveilleux..." II n'est pas surprenant que Cremazie en f i t son l i v r e de chevet. II y decouvrit l a forme de sa strophe f a v o r i t e , l e s i z a i n a double tercet, soit d'alexandrins reguliers, s o i t hetero- metrique; l e s figures preferees de son maitre; antitheses, 3. Date de la premiere publication: 1822, deuxieme preface, 1823. 4. V. Hugo, Oeuvres Poetiques Completes, (Montreal, Editions Bernard Valiquette, 1944), p. 3. Toutes l e s c i t a t i o n s de ce poete dans ce chapitre sont prises a cette e d i t i o n et indiquees par "H". 5. Comparer aussi, a l a preface de 1822: II y a deux intentions dans l a publication de ce l i v r e , l ' i n t e n t i o n l i t t e r a i r e et l ' i n t e n t i o n p o l i t i q u e ; mais dans l a pen see de l'auteur, l a derniere est l a consequence de l a premiere, car 1'histoire des hommes ne presente de poesie que jugee du haut des idees monar- chiques et des croyances r e l i g i e u s e s . (Ibid.). 32 enumerations, exclamations; un vocabulaire et un amas de themes. Les sources d'une grande partie de La Guerre d fOrient. (1854), par exemple, premier poeme de sa c o l l e c t i o n d e f i n i t i v e , et de Sur Les Ruines de Sebastopol (1855), qui le s u i t , se trouvent 6 7 dans t r o i s Odes de Hugo: La Guerre d'Espagne, Les Deux l i e s , 8 et A l a Colonne de l a Place Vendome. On y trouve, consecutives et fortement l i e e s entre e l l e s , une suite remarquable d'idees, que seule une etude constante et assidue peut expliquer. Cremazie ne va pas jusqu'a emprunter ses sujets a Vi c t o r Hugo; l e s odes en question celebrent l e s v i c t o i r e s de l 1Empire et l a chute de Napoleon I, tandis que les poemes canadiens chantent l a defaite du czar Nicolas trente ans plus tard. S ' i l est evident que Cremazie copie les t r a i t s du style hugolien, notamment son enumeration a l Toutrance de noms topographiques (le catalogue de Cremazie est forcement di f f e r e n t ) le fond aussi t r a h i t 1*imita- t i o n : plus d'une trentaine de vers chez Cremazie unissent des redites puises aux t r o i s odes de Hugo, fondues, d i r a i t - o n , en une seule source, de sorte que 1'ensemble de mots ind i v i d u e l s , de phrases, d'images, avec la d i s t r i b u t i o n generale des idees qui en resulte, revient au pur p l a g i a t . P u i s q u ' i l est d i f f i c i l e , a cause de leur nombre et de leur d i s t r i b u t i o n , de les representer tous, nous offrons i c i seuls quelques exemples typiques: ce distique: 6. H., Livre II, Ode 7 e, p. 26; v o i r surtout l a quatrieme p a r t i e . 7. Ibid., Livre I I I , Ode 6e, p. 36; v o i r Acclamation, I I I . 8. Ibid., Ode 7 e, p. 38, surtout l e s echos de l'harmonie de IVa-b. 33 Mon aig l e a double tete etend son vol vainqueur Les peuples ont garde l'empreinte de sa serre... (La Guerre d 1 Orient ) 9 rappellent, pr i s ensemble, ces vers de Victor Hugo: Ses a i g l e s ont toujours l e s a i l e s deployes... (Les Deux I l e s ) ^ JPeuples de l'aquilon... 1 1 (La Guerre d'Espagne) ceux-ci encore: S o l i t a i r e g£ant qui regne formidable Sur son roc i s o l e . . . 12 (Cremazie, La Guerre d*Orient) rappellent ces vers: ...Les r o i s punirent leur tyran. On l Texposa vivant sur un roc s o l i t a i r e Et l a , geant c a p t i f , fut remis par l a t e r r e . . . 13 (Hugo, Les Deux l i e s ) 9 . B. 9 9 , vv. 3 - 4 - 1 0 . H.. p. 3 6 , IIIb2. 1 1 . Ibid., p. 2 7 , IVb2. 1 2 . Loc. c i t . , w. 1 1 - 1 2 . 1 3 . H., p. 3 6 , IV, a 3 - 5 ; comparer aussi l e s echos et l e s accords dans: C'est votre devoir, a vous, reine du monde, ' D'allumer un flambeau, dans cette nuit profonde (Cremazie, p. 1 0 1 , vv. I 4 5 - 6 ) et II crut que sa fortune, en v i c t o i r e s feconde, Vaincrait le souvenir du peuple r o i du monde... (Hugo, p. 3 7 , V, e l - 2 ) 34 et enfin: F i e r s des grands souvenirs de leur vaillante>epee Quand l e s Franqais disaient cette immense epopee Que l'on nomme A u s t e r l i t z , Wagram, Eylan, Jalouse de leur g l o i r e , objet de son envie, Des r i v e s d*Albion une voix ennemie Repondait: WATERLOO (La Guerre d * O r i e n t ) ^ est une combinaison de: a) Nous froissons dans nos mains, helas inoccupees Des l y r e s , a defaut d Tepees! Nous chantons, comme on combattrait! (A La Colonne de l a Place Vendome, IV) b) Leur voix melait des noms a leur v i e i l l e devise: "TARENTE, REGGIO, DALMATIE et TREVISE!" (Ibid., II) c) Prenez gardet ... Contre une injure, i c i , tout s'unit, tout se leve. Tout s'arme, et l a Vendee aiguisera son g l a i v e Sur l a pierre de Waterloo. (Ibid., I V ) 1 5 Deux strophes de La Guerre d*Orient signalent non seulement l f e n t r e e de l'exotique dans l'oeuvre de Cremazie mais aussi l a persistance d*influences moins nettement romantiques. 14. E). 101, stance 15. 15. H., p. 38, d4-6; b l - 2 ; e l , 4 - 6 . 35 Celle qui commence: "A moi, soldats du Don!..." f a i t mention de "Stamboul, ses harems et ses femmes, Et l ' o r des Musulmans*....."'^ (idee que l'on rencontre encore dans Chant des Musulmans) et emploie un lexique que l'on reconnait partout dans l e s Orientales. Des poemes t e l s l e C r i de Guerre du Mufti, La Douleur du Pacha, 17 Canaris, Les Tetes du S e r a i l , suggerent sans doute l'exotisme de Cremazie, mais on ne trouve le p a r a l l e l e authentique de ce "A moi!..." dans aucun poeme n i des Odes et Ballades, n i des Orientales; i l parait dans La Var.sovienne, ode de Casimir 18 Delavigne, dramaturge et poete neo-classique (et dont l e s oeuvres paraissadentregulierement dans le s journaux de Quebec). Le Vieux Soldat Canadien et Chant du Vieux Soldat Canadien (1855) valent une mention seulement pour l a curieuse ressemblance 19 de le u r forme globale a La Vendee. Cette ode-ci se di v i s e en quatre parties, suivant le modele classique de "strophe", " a n t i - strophe", et "epode". Dans les deux premieres par t i e s (qui con- stituent l a "strophe") l e poete en narrateur rappelle l e s "jours de l a misere" en Vendee; dans l e troisieme ("l'antistrophe") l a voix de l'avenir se f a i t entendre dans des "discours pleins du passe" d'un vieux pretre; tandis que "1'epode" est representee 16. P.. 100, st. 8. 17. Comparer: "Les musulmans vainqueurs...Stamboul, pour contempler cette moisson de g l o i r e . . . " (H., p. 93, IV, e - f ) . 18. C. Delavigne, Poesies Messeniennes, p. 119: "Les Chants Populaires" (1830), reunissent des poemes pour l a plupart dedies a l a Pologne. 19. H., p. 10; e l l e est l a deuxieme ode du r e c u e i l et date de 1819. Voir aussi A Mon Pere, (Odes et Ballades, L i v r e I I , p. 24). 36 par une seule stance qui met f i n a 1'harangue du pretre avec un retour au style r e c i t a t i f de l a "strophe". Si l'on considere l e s deux poemes de Cremazie d*une 20 piece, i l en ressort que Le Vieux Soldat Canadien, par son s t y l e moitie n a r r a t i f , moitie declamatoire, correspond a l a "strophe" de La Vendee, tandis que l e s six premieres stances du "Chant" (un discours entre guillemets) s fassimilent a l a troisieme partie de La Vendee ("antistrophe") et l e s quatre dernieres ( l a conclusion du r e c i t ) correspondent a la stance derniere ("epode") de Hugo. Quant aux nombreux d e t a i l s , une comparaison des derniers vers chez les deux poetes s u f f i r a pour i l l u s t r a t i o n : ...Tous l e s vieux Canadiens moissonnes par l a guerre Abandonnent aussi leur couche funeraire, Et puis on entendit, le soir, sur chaque r i v e , Un long chant de bonheur qui s o r t a i t des tombeaux. 21 (Chant du Vieux Soldat Canadien) Et ces derniers franqais, que rien ne put defendre, Loin de l e u r temple en d e u i l et de leur ehambre en cendre, A l l a i e n t conquerir des tombeaux! (La Vendee) 2 2 II n'y aurait pas de p r o f i t a pousser plus l o i n cette analyse des poemes de ce genre; La Paix (1857), Le Drapeau de 20. Le Vieux Soldat Canadien se termine: " F i e r de ses souvenirs i l chantait son espoir" pour introduire le "Chant". 21. ;P. 113. 22. H., loc. c i t . 37 C a r i l l o n (1858), et Un Soldat de l'Empire (1859) sont t a i l l e s dans le meme drap. Bien qu'ils temoignent de plus d ' o r i g i n a l i t e de theme, i l s n'echappent pas a l a grandiloquence epique, puisee dans les Odes et Ballades (surtout dans Les Deux l i e s et La Guerre d'Espagne): evocations de Napoleon Bonaparte, de noms de b a t a i l l e , vocables herolques, chants de combat, " c r i s de v i c t o i r e " , "Plaintes de blesses", " l e c l i q u e t i s des armes", "glas funebres", "drapeaux glorieux", canons, huzzas, hommage, t r a d i t i o n , f o i . Signalons (dans Un. Soldat de 1'Empire) une seule strophe pour son merite prosodique autant que pour sa valeur testimoniale: Quand le f i e r paladin de Charlemagne Enfin eut succombe dans l a sombre montagne, Leguant a Roncevaux un nom resplendissant, Tous les preux echappesau sanglant cimeterre Se f i r e n t troubadours pour redire a l a terre La g l o i r e et l a mort de Roland.^3 souvenir de: Roland! - N ' e s t - i l pas v r a i , noble elu de l a guerre, Que ton ombre, e v e i l l e e aux c r i s de nos guerriers^ Aux champs de Roncevaux l o r s q u ' i l s passaient naguere, Les p r i t pour d'anciens chevaliers? (La Guerre d'Espagne, I I I ) 2 ^ II est c l a i r d'apres l'epigraphe de Sur les Ruines de Sebastopol (1855) que Cremazie avait l u les Orientales (1829) des 1855 mais l e Chant des Musulmans temoigne d'une lecture plus approfondie du r e c u e i l de Hugo a cette epoque (1857).. Est-ce que 23. P. 138, st. 6. 24. H., p. 27. 38 l a reprise du commerce avec l a France des 18$5 l u i aurait f a i t parvenir un exemplaire complet des Orientales a cette date? L'on ne saurait d i r e . Toujours en e s t - i l que le poeme de 1357 rappelle 25 l e C r i de Guerre du Mufti dans ce r e c u e i l , et par le fond general et par l a forme des vers (tercets doubles: 12.12.8.12.12.8). En outre, a cote d'un vocabulaire vaguement exotique, qui est deja f a m i l i e r au poete, on releve des mots plus specialement orientaux: 26 giaours, Selim, Simoun,, t£rebinthe, Bounaberdi (Bonaparte). Maiheureusement pour les unites s t y l i s t i q u e s , Chant des Musulmans f a i t partie d'une etrenne que Cremazie ne peut s'empecher de terminer par une sentence: aux l u t t e s f r a t r i c i d e s Les peuples des ce jour renonqant pour jamais Voguent vers l'avenir en prenant pour boussole, Ces deux astres benis et leur douce aureole: L'industrie et la paix. Cette banalite, dont le ton lourd et sentencieux ne convient guere au gout o r i e n t a l du reste du poeme, e l l e n'est pas tout de meme a chercher dans 1 'oeuvre du jeune Hugo. Nous y voyons plutot un souvenir du college et peut-etre de ces alexandrins plats de l'abbe D e l i l l e : 2 7 25. Ibid., p. 97. 26. Comparer les vers i n i t i a u x des deux poemes: "Allah! Dieu seul est grand et g l o i r e a son prophete!...;Des f i l s de Mahomet..." (Cremazie); et "En guerre l e s guerriers! Mahomet! Mahomet!" (Hugo) Signalons, en plus, le dernier distique du poeme i n t i t u l e Bounaberdi: "Et quand j ' a i d i t : A l l a h ! mon bon cheval de guerre Vole et sous sa paupiere a deux charbons ardent s." (Les Orient ales, XXXIX, p. 115). 27 . J. D e l i l l e , La P i t i e (1803) (Oeuvres, t . xv, p. I40) oh i l est question, entre autres, d'un Franqais qui "avait f u i de sa terre natale" pour trouver l'Utopie au Nouveau Monde. 39 T a i r a i - j e ces mortels qui, las d fun long orage, Et de leur desespoir empruntant leur courage, Bien l o i n de cette Europe en proie aux factions, Loin des debris sanglants de tant de nations, Dans un autre univers portant leur industrie Ont par un long adieu salue leur patrie? qui servent a rappeler combien le poete de 16*57 fut proche encore du pseudo-classicisme i n t e l l e c t u e l du dix-huitieme s i e c l e . Cette reservation f a i t e , et tout en se gardant d*employer des termes qui presument une evolution quelconque chez Cremazie, on peut constater une certaine t r a n s i t i o n dans les deux derniers poemes de l a periode patriotique. Toujours hugoliens de theme et de prosodie, La Guerre d ' l t a l i e et Castelfidardo, (Janvier et decembre, i860) presentent bien plus de variete dans les formes des vers que l'on n'a vue j u s q u ' i c i . On remarque surtout l e s s i x huitains d'octosyllabes de La Guerre d ' l t a l i e et les alexandrins a rimes embrassees de Cast e l f i dardo. Ces deux formes nouvelles pour Cremazie prefigurent I'influence de Gautier qui sera confirme 28 avec Les M i l l e - I l e s de la meme annee. On remarque en outre, avec les nouveautes de l a forme, 1 'evidence "fonciere" de la l e c t u r e d'Alfred de Vigny, - ou, du 29 moins, de La Mai son du Berger. V o i c i une strophe de La Guerre 28. Dans l e s premiers r e c u e i l s de V. Hugo (jusqu'en 1840) on ne releve qu'une exemple de l'alexandrin a. rimes embrassees (Odes, Livre V, ode 6 e , Le Nuage) mais cette forme est bien plus repandue dans Les Chatiment s (1853) et Les Contemplations (1856). II y a deux exemples chez Gautier - dans le corps de sonnets - en 1860. 29. A. de Vigny, Poemes philosophiques, publies posthu- mement en 1864; La Mai son du Berger, avec six autres, avait deja paru dans l a Revue des deux mondes, 1844. 40 d * I t a l i e avec deux vers de l a strophe qui s u i t ; on pourrait les enlever du poeme sans en changer l a continuity d faucune maniere: Dans ce s i e c l e d'argent ou 1'impure matiere Domine en souveraine, ou l'homme sur l a terre, A tout ce qui fut grand semble avoir d i t adieu; Ou d'un temps heroEque on meprise l f h i s t o i r e , Ou toujours prosternes devant une b o u i l l o i r e , Les peuples vont c r i a n t : La Machine, c'est Dieu! Dans ce s i e c l e d fargent, ou meme le genie Vend aussi pour de l f o r sa puissance et sa vie , etc. et, qui plus est, i l semble que Cremazie fut tellement epris de ce theme q u ' i l l Temploya encore une f o i s dans son autre poeme heroique de l a meme annee, Castelfidardo: 0 dix-neuvieme s i e c l e , epoque de merveilles! Ton genie a cree des forces sans p a r e i l l e s ; Tu prends l a foudre au c i e l et l a tiens dans ta main; Prompte comme l 1 e c l a i r , l a vapeur condensee emporte dans ses bras une foule pressee, Et d e t r u i t pour jamais l e s longueurs du chemin. La matiere, ton dieu, t'a donne sa puissance, Les tresors de son sein et toute sa science; Les elements vaincus s'inclinent devant t o i ; Tes marins ont sonde l a mer et ses abimes; Sous tes pieds devorants l e s mont s n'ont plus de cimes, Et glorieux, tu d i s : L'avenir est a. moi.I^l Le theme du poeme de Vigny est bien connu: i l exhorte le lecteur de quitte r "les c i t e s s e r v i l e s " , l'esclavage humain, pour trouver l a paix austere de l a Nature. Dans les cinq strophes que Cremazie a imitees, Vigny regrette l a cupidite materialiste de 3 0 . P. 161, s t . 22-23. 31 . P. 175, s t . 15-16. 41 1 *Industrie moderne, symbolisee par le chemin de f e r qui, a son tour, est personnifie dans le taureau qui "fume, souffle et beugle"; i l c r a i n t l a chute catastrophique de l'homme qui, domine par son temps et par l'Or, a monte "trop t o t " sur ce monstre fat i d i q u e . . . Que Dieu guide a son but l a vapeur foudroyante Sur le f e r des chemins qui traversent les monts... Son vieux pere et ses f i l s , i l l e s j e t t e en otage Dans le ventre brulant du taureau de Carthage, Qui les re j e t t e en cendre aux pieds du Dieu de l ' o r . . . L f o r pleut sous le s charbons de la vapeur qui passe, Le moment et le but sont l'univers pour nous....32 Cremazie refond le theme de Vigny pour vanter l a c o n t r i - bution, plus durable pour le bonheur humain, de ces idees jumelles preferees du repertoire canadien: la r e l i g i o n et l a t r a d i t i o n ; mais i l est evident que, sans l e s images empruntees a pleines mains a La Maison du Berger, ses vers seraient restes incolores et pl a t s . S i l'eclectisme est un procede naturel chez tout apprenti es l e t t r e s i l est remarquable que le premier grand poete romantique, Lamartine, qui f i t une s i grande impression sur le cenacle de Quebec, l a i s s a peu de trace sur l'oeuvre de leur chef. Inspire de l'optimisme de ses debuts et dans les a f f a i r e s et dans les l e t t r e s , i l trouva, comme nous l e croyons, son role et sa maniere plutot dans l e s prefaces et les oeuvres des Odes et Ballades; l a "melancolie" 32. A. de Vigny, Oeuvres completes (ed. de l a Plefade, Gallimard, 1948) p. 173, s t . 10-13. 42 romantique ne l e frappa qu'en e x i l , (eomme le temoigne sa corres- pondance,) ou ses souffrances devinrent r e e l l e s . - ^ La seule manifestation ehez l u i du "mal du s i e c l e " , A La Memoire de M. de Fenouillet (1859), est une oeuvre composee de sentiments empruntes dans 1 ' e s p r i t d'un exercice i n t e l l e c t u e l (c'est l a seule explication de l a contradiction entre l a philosophie s u p e r f i c i e l l e de cette elegie et le theme plus serieux de La Promenade des Trois Morts). Bien q u ' i l ne f a i l l e pas f a i r e trop de cas d'une elegie occasionnelle (comme on en f a i s a i t tant a l'epoque), et r.emplie de platitudes comme: . . . 1 * e x i s t e n c e avide, Helas! ne pouvait pas combler 1*immense vide De ce gouffre sans fond que l'on nomme le coeur? i l est neanmoins d i f f i c i l e de j u s t i f i e r son plagiat assidu de de t a i l s plus p a r t i c u l i e r s employes par Lamartine dans Le Poete Mourant (1825). S i l'on soumet l a piece de Cremazie a une lecture soigneuse qui ecarte l e s changements de s i g n i f i c a t i o n dans le texte (dus a 1 ' o r i e n t a t i o n moins personnelle), e l l e revele une agglome- ratio n d'images puisees de toute conscience de 1 ' o r i g i n a l et incorporees en rangs serres l'une sur l'autre: (a savoir: 17 emprunts dans 12 stances). De ces exemples: 33. Pourtant i l e c r i v i t a l'abbe Casgrain: "De tout ce que j'avais, i l ne me reste que l a douleur: je l a garde pour moi. Je ne veux pas me s e r v i r de mes souffrances comme d'un moyen d ' a t t i r e r sur moi l ' a t t e n t i o n et de l a p i t i e , car j ' a i toujours pense que c ' e t a i t chose honteuse que de t a i l l e r dans ses malheurs un manteau d'h i s t r i o n . Dans mes oeuvres, je n'ai jamais parle de moi, de mes t r i s t e s s e s ou de mes joies, et c'est peut-etre a cette impersonalite que je dois les quelques succes que j ' a i obtenus." - Lettre du 29 Janvier, 1867, (Oeuvrew completes, p. 59) . 34. P. 152, f 4 - 6 . 43 Dans l a coupe de l a v i e . . . ^_ Ou vous vous abreuviez sans murmure et sans plainte.. . (Cr. La coupe de mes jours s'est brisee encore pleine... (Lam.) ...votre ame epanouie -„ Sur l ' a i l e de la f o i s'est envolee aux cieux!... (Cr.) Sur l ' a i l e de l a mort mon ame au c i e l s'envole... (Lam.) et: Deja 1 * i l l u s i o n , a notre espoir ravie A f u i l o i n de nos coeurs, et nous trouvons l a vie 30 Plus aride que le desert... (Cr.) Ce grand nom invente par l e d e l i r e humain ...je l ' a i rejete, comme une ecorce aride... (Lam.)^° no sont que l e s plus remarquables. Cremazie subit des influences nouvelles entre 1859 et son depart de Quebec; tout en continuant a se se r v i r de l ' a r t poetique des chefs du romantisme, i l Mut les Poemes Antiques (1852) de Leconte de L i s l e et probablement toute l'oeuvre de Th. Gautier. C e l u i - c i etait un jeune romantique en 1830, mais i l devint l'auteur des Ejaaux et Camp.es (publies aussi en 1852) dont l a qualite 35- Ibid., d 3 - 4 . 36. Lamartine, Deuxieme Meditation (Paris, Hachette, 1914), p. 15, l e r vers. 37- Loc. c i t . , I 5 - 6 . 38. Lam., op. c i t . , st. 22, v. 2 . 39 . Loc. c i t . , g5-6. 4 0 . Lam., op. c i t . , st. 14, vv. 4 - 6 . 44 impersonnelle et re s t r e i n t e eut tant d'influence sur les post- romantiques. Gautier fournit a Cremazie de nouvelles idees et l T o u t i l l a g e d'un nouveau style qui semblent avoir joue l e role le plus heureux dans le long apprentissage du Canadien. Par con- sequent, 1*apostrophe, l'alexandrin sonore, l e s images romantiques, donnent place parfois a une expression plus impassible, plus marmoreenne, t a i l l e e plutot dans le moule du future Parnasse. Ces t r a i t s se trouvent surtout dans les oeuvres les plus originales de Cremazie, La Fiancee du Marin et Les M i l l e - I l e s . La premiere (qui porte la date de decembre, 1859, et l'en-tete "legende canadien ne") est l e re c i t de t r o i s femmes: mere, soeur, et fiancee, qui disent adieu au marin l o r s de son depart du port; six mois plus tard le bateau revient, mais sans l e bien-aime—la mere se noie, l a soeur devient f o l l e et l a fiancee reste seule a pleurer l'infortune perdu... Malgre le romantisme du sujet, Cremazie l e t r a i t e avec une economie objective, acceptant l e s l i m i t e s d'un s i z a i n dans l a forme e t r o i t e de 8.8.4.3.8.4. ( l a forme repandue dans les Chansons de Beranger, et selon les journaux, f o r t en vogue a l'epoque) qui evite l a boursouflure des poemes ant^rieurs. Si l a v e r s i f i c a t i o n a une delicatesse nouvelle, le vocabulaire garde 1' imprecision et l a vehemence vague (sonore, limpide, sauvage, rayons, desert) et l a generalite de descriptions ("formes blanches", "algues mouvantes", "sapins verts", "rochers sauvages") qui remontent a Hugo et a Lamartine. Au rebours, les figures, grace a Gautier, sont devenues rares, ce qui produit une s i m p l i c i t y qui s'approche du lyrisme d'un Verlaine. 45 II trouva son i n s p i r a t i o n probablement dans deux "Lament911 de Gautier, faisant partie d'un r e c u e i l de "poesies diverses" 41 e c r i t e s entre 1835 et 1837. E l l e s paraissent dans une meme c o l l e c t i o n portant le t i t r e de La Gomedie de l a Mort (1833) qui, e l l e aussi, eut une forte impression sur Cremazie. Le r e c i t de La Fiancee du Marin suggere, a l'envers, c e l u i du premier "Lamento" (La Chanson du Pecheur): Ma b e l l e amie est morte: Je pleurerai toujours; Sous l a tombe e l l e emporte Mon ame et me s amour s. Dans le c i e l , sans m'attend re, E l l e s'en retourna; L'ange qui l'emmena Ne voulut pas me prendre. Que mon sort est amer! Ah! sans amour, s'en a l l e r sur l a mer! La blanche creature 12 Est couchee au c e r c u e i l , (etc.) tandis que l a forme plus reguliere de l a strophe et les d e t a i l s de fond et d'harmonie du poeme de Cremazie le rapprochent de plus pres au deuxieme "Lamento" (sans autre t i t r e ) ; comparons: 41 . Th. Gautier, Poesies Completes, Co l l e c t i o n des Classiques Franqais, (Paris, Firmin-Didot et Cie.), 1932, t . I I : Poesies Diverses, XLVI, p. 137, et L, p. 179. 42. Th. Gautier, op. c i t . , p.137, vv. 1-12. Le poeme de Cremazie n'a qu'une ressemblance tres s u p e r f i c i e l l e avec La Fiancee du Timbalier de V. Hugo (Ballades, p. 68) et Fantomes (Les Orientale~s~| XXXIII, p. I l l ) mais ce dernier aurait pu i n s p i r e r Gautier. (Voir aussi le theme des Matelots (Gautier, op. c i t . , t . i i , p. 231) . 46 On d i t , que, le s o i r , sous les ormes, On v o i t errer t r o i s blanches formes, Spectres mouvants, Et qu'on entend t r o i s voix p l a i n t i v e s Se meler souvent sur l e s rives Au b r u i t des vents. (Cremazie) ...On d i r a i t que l'ame e v e i l l e e Pleuresous terre a l'unisson De la chanson, Et du malheur d'etre oubliee Se plai n t dans un roucoulement Bien doucement. ( G a u t i e r ) ^ Avec l a deuxieme, Les M i l l e - I l e s , Cremazie a t t e i n t a l'apogee de son oeuvre et, bien que les cinquante et un quatrains d'octosyllabes soient une synthese de l ' a r t de-Lamartine, de Hugo (avec un soupgon de Musset) d'une part, et des parnassiens, Gautier et Leconte de L i s l e , de 1'autre, l a piece entiere garde une autonomie lyrique qui f a i t de ce poeme l'un des plus reussis de Cremazie. S i 1 'esprit des Orientales est en evidence dans tout l'ouvrage, i l est neanmoins possible d'en d i v i s e r l e s aspects techniques en blocs precis selon des sources plus constatables. C'est d'abord des romantiques q u ' i l puisa 1 * i n s p i r a t i o n des strophes qui commence l a deuxieme partie du poeme: - Lamartine l u i communiqua le ton vague, "parfume", nostalgique, du style du Passe^ 5 (1824) et des Preludes^ 6 (1822), et l u i fournit l e s souvenirs 43. P. 160, derniere strophe. 44- Op. c i t . , st. 3 . 4 5 . Lamartine, op. c i t . , pp. 1-11. 46. Ibid., pp. 84-99. 47 d'Ischia (1821) qu'on releve dans des phrases t e l l e s "l'Eden silencieux", les "spheres eternelles", le "jardin d i v i n " ; - Musset, peut-etre, l u i suggera, dans son A Mon Frere, i d Revenant d ' I t a l i e , ( e c r i t vers 1844 et qui emploie l a strophe preferee des premiers poemes de Cremazie), l e snobisme de ses vocables i t a l i e n s et 1'enumeration des souvenirs d ' I t a l i e ; Hugo l u i preta son exotisme imprecis et l e s l i e u x communs de sultane, oasis, giaours, houris , peris, que l'on a deja remarques dans l e Chant des Musulmans. Quant aux Parnassiens, 1'influence directe de Gautier ne compte a premiere vue que pour sept stances, mais leur position en tete du poeme est s i g n i f i c a t i v e vu qu'en principe l e s imitateurs semblent reserver cette honneur a leurs inspirateurs. De premiere importance, en outre, est l'usage nouveau chez Cremazie du quatrain octosyllabique, forme unique dans les cinquante strophes de son poeme, et que l'on ne trouve que rarement 47- Ibid., 16-20, surtout l e s deux dernieres stances, qui commencent.: "Et nous, aux doux penchants de ces verts Elysees, Sur ces bords ou l'amour eut cache son Eden..." L*ambiance i t a l i e n n e du romantisme chez Cremazie dans ce poeme indique aussi une connaissance du poeme en prose, Graziella, avec ses descriptions des l i e s d'Ischia et des paysages nautiques (voir, dans cette oeuvre, Episode, chapitre I, parties IV e et V e) . 48. Yoir le poeme entier qui commence: "A i n s i , mon cher, tu t'en reviens D'un pays dont je me souviens Comme d'un reve, De ces beaux lieux ou l'oranger J Naquit pour nous dedommager Du peche d'Eve..." (A. de Musset, Poesies Completes, §d. de l a Plelade, Gallimard, 1Q51, p. 4 4 9 ) . 48" chez Lamartine, chez Hugo ( i l n*y en a qu'un seul exemple dans 49 les premiers r e c u e i l s qui avaient inspire Cremazie ), et meme chez Gautier, lui-meme, jusqu'aux Emaux et Camees. Au rebours ce quatrain est l e modele meme de ce r e c u e i l parnassien, publie huit ans avant Les M i l l e - I l e s . Pour ce qui concerne le fond, les souvenirs parnassiens sont nombreux. Le poeme commence: " S i j ' e t a i s l a douce hiron- d e l l e . . . " et continue a travers la premiere moitie du poeme en enumerant tous l e s endroits q u ' i l v i s i t e r a i t pour echapper a l' h i v e r canadien avant de revenir b a t i r son nid dans Les M i l l e - I l e s , sous son c i e l natal. L'influence "fonciere" de Gautier est evidente; surtout le theme general qui rappelle les s i x hirondelles de "Ce que disent l e s h i r o n d e l l e s " ^ 0 (Emaux et Camees) i qui enumerent eux aussi leurs repaires f a v o r i t e s : Athens, Smyrne, Balbeck, Malte, Rhodes, l e Caire (souvenirs des voyages de Gautier). Mais l f i m a g i n a t i o n et les lectures de Cremazie se revelent plus larges et c'est au Bhagavatx de Leconte de L i s l e q u ' i l a recours quand i l veut evoquer les charmes, les couleurs, l 1ambiance orien- t a l e des Indes. Avec des noms de l i e u x exotiques et precis i l parvient a s a i s i r en meme temps l a densite et l'harmonie verbale, l a souplesse metrique, l T i n t e n s i t e concrete des images,et meme, 49. Voir aussi: Si j;' etais l a f e u i l l e qui roule I ' a i l e tournoyante du vent... Je f u i r a i s , je courrais, j ' i r a i s , etc. (Les Orientales, "Voeu", XXII, p. 10$). 50. Th. Gautier, op. c i t . , t. I l l , XCIV, p. 93. 49 pour un instant, un leger sentiment de l a mysticite qui remplit l e s sept premieres pieces des Poemes Antiques. Voici les meilleures strophes de cette p a r t i e des M i l l e - I l e s : Sur l e s bords enchantes du Gange d'Allahabad jusqu'a Delhi, J ' i r a i s v o i r tout ce monde etrange Ou soupire l e bengali. J ' i r a i s dans l a jungle mouvante, A l'heure ou vers l e Kailaqa Monte la fumee odorante n Des parfums o f f e r t s a Siva. Nous terminons ce bref aperqu des M i l l e - I l e s avec son haut point, une metaphore audacieusement prolongee. On ne peut pas dire qu'elle est ori g i n a l e ( e l l e est encore redevable aux Poemes Antiques) mais e l l e englobe dans ses t r o i s quatrains l'essence de l a technique cremazienne en i860: l i m i t a t i o n plus heureuse, plus habile que par le passe. Si l e s phrases n'evitent pas d'etre boiteuses, pourtant l'image r e u s s i t . V o i c i cette prosopopee tr e s pittoresque du Saint-Laurent, r o i du Niagara, et son domaine: 51. P. 168, st. 21-22. Les stances ci t e e s resument assez brievement, mais avec precision l e Bhagavat de Leconte de L i s l e (Poemes Antiques, pp. 9-10); ces vers choisis du parnas- sien franqais temoignent a la f o i s des ressemblances de style et des sources t e x t u e l l e s : Dans l e s bois odorants, de rosee embellis Ou sur l'ecorce d'or chantaient l e s bengalis... Le Kailaqa celeste entre les monts sublimes Eleve l e plus haut ses merveilleuses cimes. 50 M i l l e - I l e s ! c o l l i e r magnifique De diamant et de saphir, Qu'eut prefere l e monde antique A l * o r le plus b r i l l a n t d'Ophir; 0 belle et sublime couronne Que pose sur son large front Le Saint-Laurent, quand, sur le trone Que ses lacs immenses l u i font, II vient, en montrant a l a t e r r e Son arc-en-ciel eblouissant, Faire r e t e n t i r l e tonnerre Du Niagara bondissant!52 53 C Test l fabbe Casgrain qui e c r i v i t : "Cremazie n Ta ete vraiment o r i g i n a l que dans ses poesies patriotiques, c fest...son meilleur t i t r e devant l'avenir..." Une d i f f e r e n t e epoque put juger l a poesie patriotique de Cremazie superieure a ses autres oeuvres; nous ne pouvons partager cet avis et, qui plus est, i l est certain qu'elle renferme l e moins d ' o r i g i n a l i t e pour qui connait son Hugo. Peut-etre f a u t - i l attenuer l e s c r i t i q u e s en repetant q u ' i l n'a mis que dix ans a l a production de son oeuvre; peut-etre f a u t - i l aussi reconnaitre que 1 Toccasion de remanier l u i 52. P. 170, vv. 37-9« L'archetype de cette image embrasse les huit premiers quatrains des Visions de Brahma; en v o i c i l ' e s s e n t i e l : ...Sa g l o i r e ornait son c o l et flamboyait autour; Des blocs de diamant pendaient a ses o r e i l l e s ; Aux pics du Kailaqa... D'ou le saint Fleuve verse en courbes immuables _ Ses cascades de neige a travers l f a r c - e n - c i e l . . . /Brahma v i t . . . J ...Bari, qui meditait le monde;... Des lacs etincelaient dans ses paumes fecondes; Son souffle egal et pur f a i s a i t r o uler l e s mondes Qui j a i l l i s s a i e n t de l u i pour s*y replonger tous... (Op. c i t . , pp. 56-7, s t . 1-8) 53. Introduction aux Poesies d fOctave Cremazie - Corres- pondance et notes (1831), p. 61. 51 fut derobee par son e x i l . Quoi q u ' i l en s o i t , l a masse de 1 ' e v i - dence est indiscutable dans l e s oeuvres examinees jusqu'ici et i l faut avouer que Cremazie ne f a i t pas trop de d i f f i c u l t e s pour 1 *investigateur de ces oeuvres entre 1&52 et i860; l f i m i t a t i o n des romantiques et des Parnassiens est c l a i r e . Sa derniere oeuvre, 5/. La Promenade des Trois Morts, plus d i f f i c i l e a categoriser, ne presente pas de ces souvenirs apparents, et offre , au contraire, l f o c c a s i o n de f a i r e des precisions plus profondes sur l e r o l e des influences chez Cremazie. Au premier abord, malgre une impression d ' o r i g i n a l i t e s u p e r f i c i e l l e , on eprouve un sentiment du "deja vu". On peut constater 1 'influence formelle de Gautier d'apres l e cadre du poeme - un dialogue entre un Mort et le Ver - emprunte a La Vie 5 5 dans l a Mort, ^ premiere partie de sa Comedie de l a Mort ( I 8 3 8 ) . Mais cette comparaison assez simple n'a qu'une valeur i n d i c a t r i c e puis que La Vie dans l a Mort garde l a forme unique du s i z a i n ( 1 2 . 1 2 . 6 . 1 2 . 1 2 . 6 ) tandis que Cremazie parcourt tout son repertoire: sizains reguliers et i r r e g u l i e r s , alexandrins, quatrains octosyllabiques. Encore, i l n'est plus possible, comme dans l e s premiers essais, de suivre pas a pas les idees, les images, 54. Le theme peut provenir de La Comedie de l a Mort directement ou, au contraire, d'une combinaison de t r o i s poemes de V. Hugo: A Un Voyageur, Priere Pour Tous (F e u i l l e s d'Automne) et Fantomes (Les Orientales). 55. Th. Gautier, op. c i t . , t. II, pp. 9-22; p r i n c i p a l e - ment, parties I-II. I 52 l e s phrases, en f e u i l l e t a n t l f o r i g i n a l ; on pent toujours relever i c i une image frappante, l a une epithete peu usitee et dont on reconnait l a source, mais a la f i n La Promenade des Trois Morts reste, avec Les M i l l e - I l e s , parmi ses oeuvres les moins imitatives. Devant l a proximite de leurs dates de publication, nous avons trouve d i f f i c i l e a c o n c i l i e r le melange confus d*influences qui ressort de l'examen s u p e r f i c i e l des M i l l e - I l e s d funepart, et de l'autre, de l fabsence soudaine d'evidences apparentes de 1'imitation dans La Promenade des Trois Morts, Dans ces conditions nous avons f a i t une etude plus approfondie de ces oeuvres, visee aux elements automatiques, et e l l e a fourni des indications plus arretees. Dans le cas des M i l l e - I l e s , d fabord, le lecteur ressent 1*esprit de Hugo a travers 1'oeuvre entiere. Cette impression est confirmee par le vocabulaire employe par Cremazie; l'eclectisme joue son role ordinaire car on y trouve un grand nombre de noms de l i e u x (28) provenant de diverses origines livresques que l f o n pourrait reunir dans n'importe quel repertoire geographique. Ce vocabulaire donne 1'impression s u p e r f i c i e l l e d'une s o l i d i t e et d Tune variete qui s fevanouissent une f o i s enleve a l a l i s t e l e x i - cologique des M i l l e - I l e s . Ce qui reste, au contraire, revele 1'imprecision generale du romantisme. En e f f e t , c'est l e lexique de Victor Hugo qui predomine; c e l u i de Gautier dans "Ce que disent l e s hirondelles. . ." n'y parait presque pas et, bien q u f i l y a i t une haute proportion dans Les M i l l e - I l e s du vocabulaire des sept poemes 53 des Poemes Antiques, le vocabulaire de ce premier r e c u e i l de Leconte de L i s l e est, l u i aussi, hugolien pour l a grande part: vague, enfle, "sombre, eclatant, merveilleux", bien moins esoterique que les poemes orientaux des Trophees, par exemple. L'influence de Hugo dans La Promenade des Trois Morts est considerable aussi mais moins grande. La partie majeure du vocabulaire dans cette piece est o r i g i n a l e : sur un t o t a l d'environ 700 mots, 56 29.O {1+2%) paraissent dans une co l l e c t i o n ^ ? p a r e i l l e de V. Hugo; tandis que le reste ne releve d'aucun des poetes desquels nous avons montre une imitation voulue. C'est cette circonstance qui explique a l a f o i s l ' o r i g i n a l i t e de ce poeme et sa banalite decevante, car le vocabulaire cremazien, prosalque et dissonant, est fondamentalement i n f e r i e u r a c e l u i des maitres qui l ' i n s p i r e n t . Ce qui plus est, l e s f a i b l e s s e s qui resultent de l a pauvrete de ce vocabulaire sont multipliees par sa r e p e t i t i o n excessive: sur l e s 700 mots de ce poeme, 420 en sont employes plus d'une f o i s et, pour aggraver l e mal, dans une proximite qui fatigue l ' o r e i l l e . Pour juger dans quelle mesure l a r e p e t i t i o n (qui n'est pas une faute en soi) m u l t i p l i e l a banalite fonda- mentale de cette oeuvre, v o i c i l e tableau de leu r d i s t r i b u t i o n totale, avec des exemples des repetitions l e s plus excessives: 56. Nous avons compte seuls l e s substantifs, l e s a d j e c t i f s et l e s verbes, en t r a i t a n t tous les composes ordinaires comme une mutation semantique ou grammaticale, t e l : chant, chanson, chanter- mur, murir; — une certaine subjectivity entre dans ces decisions. 57- E l l e comprend l e t o t a l vocabulaire (660 mots) des cinq premieres odes des Odes et Ballades, avec A Un Voyageur. Nous avons e t a b l i cette c o l l e c t i o n comme une simple echantillon commode des oeuvres dont l a connaissance a deja ete indiquee; nous ne l a representons point comme l a source certaine et consciente. 54 Mots employes Nombre releve Repetitions - * 130 2 . - * 70 3 - * 40 4 • - * 21 5 Apporter, descendre, devoir, eternel, 14 6 f r u i t s , f l e t r i r , maitre, misere, passer, premier, silence, tombeau, vent, vivant donner, entendre, enfer, jeune, marcher, $ 7 pauvre, sembler, souffranee corps, cadavre, devoir, doux, r o i , 7 8 s o i r , tomber fremir, ame, homme, rayon, sombre 5 9 amour, b r i s e r , main, seul 4 10 chair, horreur/horrible 2 11 c r i , coeur, douleur 3 12 jour, mere 2 14 (#trop nombreux pour l a reproduction) II est evident que le debut et l a f i n de ce tableau donnent les indications l e s plus s i g n i f i a n t e s : t r o i s r e p e t i t i o n s , par exemple, de 70 mots font une impression aussi f o r t e que deux clich e s repetes quatorze f o i s ; alors q u ' i l faut ajouter a l a l i s t e : c i e l / cieux qui parait 15 f o i s ; chanter (variants), 16; f l e u r et terre, 17; vie, 19; voix, 20; mort, 36 f o i s ' . 5 ^ 58. Encore n'avons-nous compte n i ver n i mort employes en rubrique des parties dialogu6es,. 55 Une analyse tropologique des M i l l e - I l e s est peu instruc- t i v e s i ce n'est d'une fagon negative: le poeme entier ne comprend que dix images ( s i 1'on excepte l a figure du"reve" qui est employe dans la premiere partie entiere), rarete qui est parnassienne ou classique. Au rebours, l e s figures de La Promenade des Trois Morts, qui sont aussi banales de fond qu'elles sont nombreuses, nous donnent bien des renseignements. La plupart des images, comme du vocabulaire, sont s i amorphes, s i fades, que l e s souvenirs precis 59 sont rares; aussi avons-nous resume les tropes dans l e tableau qui s u i t selon des categories employees par G. Bessette dans Les Images dans l a Poesie Canadienne-frangaise:* Comparaisons Metaphores Assimilations Symboles Reves Prosopopees Tableau tropologique Cremazie simples composees: - nominales - verbales - adjectives simples composees 4 18 30 3 22 20 1 1 20 Gautier I8- 60 18 6 3 27 3 21 Hugo 12 3 33 61 12 18 3 6 3 16 Total 97 73 79 *Les elements des tableaux de M. Bessette ont ete modifies pour s i m p l i f i e r cette etude: i l s restent valables au point de vue comparatif. 59. Nous exceptons une phrase de Gautier que Cremazie copie: " l a sp i r a l e ardente de l'enfer"; e l l e n'est pas un trope veritable dans le contexte. 60. Prises dans La Vie dans l a Mort. 61. Prises dans a) l e s cinq premieres odes des Odes et • Ballades, pieces connues a fond par Cremazie et b) A un vovageur (Fe u i l l e s d'Automne. p. 130) qui temoignent de certains souvenirs au niveau s u p e r f i c i e l . . . . . 56 Le premier f a i t important indique par ce tableau se trouve dans l e s sommes totales de tropes chez chaque poete: Cremazie se revele de beaucoup plus romantique que l e doyen du romantisme (I'influence de Hugo sur Gautier est aussi constatable - c e l u i - c i n'etait pas encore parnassien). Pour l e s d e t a i l s , ce sont l e s c h i f f r e s des prosopopees, des metaphores et des assimilations qui sont des indicateurs: l'abondance des prosopopees en general, avec l a presence de l'unique mais tres s i g n i f i c a t i f trope " p r i m i t i f " de l a prosopopee simple, indique encore une f o i s l a profonde t r a d i t i o n classique chez Cremazie, a i n s i que I'influence des Odes et Ballades, oeuvre pre-romantiquede V. Hugo; mais l a ressemblance mutuelle dans ce tableau entre l e s c h i f f r e s de ce trope chez Cremazie, Hugo, et Gautier, le prive de s i g n i f i c a t i o n comparative; - l a haute proportion des assimilations l'apparente a Hugo dans l ' h i s t o i r e du progres tropologique de l a poesie franchise, car c'est ce dernier qui repandit l'usage de ce trope au x i x e s i e c l e (c'est l a faute de notre echantillon principalement pre- romantique de V. Hugo que nous n'en avons trouve que s i x ) ; l a predominance de Hugo comme source inconsciente de l a technique de Cremazie (deja suggeree et par ce tableau et par l e s conclusions lexicologiques) ressort nettement de la proportion des metaphores-simples et des metaphores-composees verbales ou l ' i d e n t i t e deux f o i s frappante chez les deux poetes confirme I'influence du poete franqais. 57 Cet ensemble de conclusions, pour une grande part nega- t i f en ce qui cone erne le souffle createur de Cremazie, a t t r i s t e 1'investigateur mais le jugement de l'abbe Casgrain reste plus que confirme. L* evidence du bon sens et du discernement l i t t e r a i r e chez Cremazie que temoigne sa correspondance en rend sa pratique d'autant plus lamentable. Mais quand 1"imitation est l a l o i de 1*expression d'un poete, i l se l i v r e a toutes l e s influences, bonnes ou mauvaises, qui l u i parviennent au cours de ses etudes; on ne peut pas c h o i s i r et le germe o r i g i n a l et createur qui i n s p i r e le besoin de s'exprimer est inonde par l a foule diverse d'impres- sions. Ainsi son i n t e g r i t e est trahie , malgr6 l e s motifs honorables de l ' e c r i v a i n . La tragedie de Cremazie, c'est q u ' i l ne parvint jamais a s'affranchir de ses lectures d i l i g e n t e s , meme quand i l se croyait o r i g i n a l . I l l PAMPHILE LEMAY et "Le Pamasse" "Le barde de Lotbiniere" avait deja 2 5 ans quand i l f i t paraitre Chant du Matin, son premier essai poetique, dans le s Soirees Canadiennes de 1862. II venait d'arriver d'Ottawa, ayant rejete sa preparation a l a vie ecclesiastique pour 1*etude du d r o i t , et depuis deux ans i l t r a v a i l l a i t au cabinet de Maitres Lemieux et Remillard. Mais c' e t a i t un jeune homme timide et la vocation d'avocat l u i e t a i t aussi int o l e r a b l e que le sacerdoce q u ' i l avait abandonne. Une nomination a l'Assemblee l e g i s l a t i v e en qualite de traducteur quelque temps apres son arrivee a Quebec 1'intr o d u i s i t aux charmes p a i s i b l e s du fonctionnarisme, et par consequent, bien q u ' i l se f i t recevoir au barreau en 1865, ce fut avec empressement q u ' i l accepta le poste de bibliothequaire de l'Assemblee en 1867. Sa premiere publication porte l a date de l a f a i l l i t e de la l i b r a i r i e ou se reuni s s a i t le p e t i t cenacle de Cremazie; s ' i l est douteux q u ' i l en f i t partie"*" i l en subit certainement I'influence par l ' i n t e r - mediaire de son ami Louis Frechette (a cette epoque etudiant comme l u i ) , et sans doute partagea son enthousiasme pour l'oeuvre du p p o e t e - l i b r a i r e . 1. Le c r i t i q u e , Camille Roy, signale l'aveu du poete "que sa jeunesse et t i m i d i t e ne l u i avaient pas permis de s i considerables commerces" (A 1'Ombre des Erables, p. 22.) 2. Voir son eloge, A Cremazie (Une Gerbe, p. 193). 59 Apres deux autres poesies publiees dans les revues l i t t e r a i r e s du cenacle - "Le Sommeil de 1*Enfant", dans Le Foyer Canadien, en 1863, et "Laissez-moi chanter", dans Les Soirees Canadiennes de I864 - Leon Pamphile Lemay f i t son entree d e f i n i - t i v e a l'ecole de Quebec avec ses Essais Poetiques (1865). Ce r e c u e i l , l e s Deux Poemes Couronnes par l'Universite Laval (La D6couverte de Canada.et l'Hymne nationale pour l a Fete des Canadiens-frangais) , un roman en vers, Les Vengeances (1875), et le r e c u e i l de poesie, Une Gerbe (1879), temoignent de son edu- cation classique et d'un long apprentis sage sous la t u t e l l e du mouvement romantique. 3 Mais, puisque L.-A. Bissorr a suffisamment t r a i t e de l'influence de Lamartine sur l'oeuvre de Lemay dans son ouvrage sur l e romantisme au Canada, nous n'avons pas l ' i n t e n t i o n d'y ajouter des precisions. II s u f f i t de dire que ces premiers r e c u e i l s de Lemay r e v e l e n t — a travers un melange qui j o i n t des cantiques r e l i g i e u x a des elegies, des etrennes a des meditations — son a f f i n i t e avec l a s e n s i b i l i t e mystique de l'auteur des Meditations et des Harmonies Religieuses,^" et nous nous bornons a signaler l e s stances des Preludes dont ce quatrain: 3 . L.-A. Bisson, op. c i t . , Chapitre X. 4. Un Americain, Longfellow, fournit l e s sujets de sa traduction d'Evangeline et du Roi Robert de S i c i l e a i n s i que 1 * i n s p i r a t i o n de deux autres poemes, L'Heure des Enfants, et L'Histoire d'un Ange; le style de ces poemes n a r r a t i f s tom.be a mi-chemin entre l a monotonie verbale des alexandrins d'un abbe D e l i l l e et l'ampleur boursouflee du Dernier 6hant du Pelerinage d'Harolde, de Lamartine. Parmi d'autres influences signalons aussi le temoignage de son admiration pour Andre Chenier, poete pre-romantique: a maintes reprises i l evoque sa memoire et dans plusieurs poemes, notamment 1837. (Une Gerbe, p. 150) i l u t i l i s e l a forme de ses Iambes, negligee par l e s romantiques franqais. 60 0 vallons paternels; doux champs; humble chaumiere Au bord penchant des bois suspendus aux coteaux, Dorit 1' humble to i t , cache sous des touffes de l i e r r e , Ressemble au nid sous l e s rameaux, etc.5 rappelle l a nostalgie de l a vie rustique qui anime toute 1*oeuvre de Lemay; les longs poemes de ces deux poetes entitul6s Le Passe, d'ou r e j a i l l i t l a melancolie du passage inevitable du temps, theme f a v o r i du poete canadien; et l e s vers suivants qui expriment l a perplexite de lfhomme foncierement r e l i g i e u x devant l Tenigme de Dieu: L*insensible neant t ' a - t - i l demande de l ' e t r e Ou l ' a - t - i l accepte? ...Dieu cruel, f a l l a i t - i l nos supplices Pour ta f e l i c i t e ? (Le Desespoir, Lamartine) qu'on peut comparer a l a Plainte du Mauvais Pauvre de Lemay: Pourquoi dans le neant n'etre point rejete? Dieu cruel, l e tourment de ma vie ephemere E t a i t - i l necessaire a ta f e l i c i t y ? (L»Hiver) 8 5. Lamartine, Secondes Meditations, pp. 95-3. 6. Ibid., p. 3; Lemay, Une Gerbe, p. 123. II faut constater l e s conclusions differentes de ces deux poemes: optimiste chez Lemay, pessimiste chez Lamartine. 7. Lamartine, Premieres Meditations, p. 44d. 8. Lemay, Essais poetiques, p. 155m. 61 Les premiers vers de Pamphile Lemay virent le jour dans 9 une epoque a Quebec ou, constate l'abbe C. Roy: le s vers romantiques etaient mieux connus que l e s r e a l i s t e s , et ou l'on se contentait volontiers de l a banale melopee, s i humaine et partant a c t u e l l e , des regrets et des tendresses de l a v i e . . . et l'on s'explique facilement l e s nombreuses variati o n s sur les themes essentiels du romantisme dont l e s Essais Poetiques et Une Gerbe font temoin. Cependant, avec Lemay, les annees 1865-80 marquent une avance dans l e lent progres de l a poesie au Canada vers l'independance l i t t e r a i r e . Avec un poeme, Le Retour aux champs,^ Lemay s'eloigne des vagues soupirs empruntes a un Lamartine pour annoncer sa propre o r i g i n a l i t e : - l'eloge de l a vie rustique de Quebec, du foyer et de l a f o i canadiens, exprime' dans un s t y l e d'une s e n s i b i l i t e foncierement romantique mais jointe a une s i n c e r i t e r e e l l e qui le distingue de ses contemporains: Enfin, j ' a i secoue la poussiere des v i l l e s . . . et: Je souffrais dans ces murs ou s'entasse l a foule, Ou l'herbe ne reverdit pas, Ou l a f l e u r ne nait point, ou l a poussiere roule Comme un f l o t sale sous nos pas, etc.. 9 . C. Roy, A 1'Ombre des Erables, p. 35. 10. Lemay, Une Gerbe, p. 75. 62 Fonctionnaire du Parlement pr o v i n c i a l de Quebec, Lemay ne pouvait reprendre contact avec le pays ou i l avait vecu son enfance--et qui l u i manquait tant a l a v i l l e — q u e pendant l e s v a c a n c e s C e n'etait qu'apres sa r e t r a i t e en 1892 q u ' i l put s ' i n s t a l l e r definitivement a Saint-Jean-Deschaillons et dedier l e s ann£es qui l u i restaient a l a l i t t e r a t u r e . Mais en tant que 12 poete personnel Lemay semblait se t a i r e apres Une Gerbe. De 1879 jusqu'a. 1884 i l est probable q u ' i l s'occupa principalement de son dernier roman, L'Affa i r e Sougraine (I884) mais i l est 13 c e r t a i n que l e s annees 1379-92, passees en v i l l e , 1'introduisirent aussi a l a poesie des Parnassiens dont I'influence aboutirait dans son meilleur e f f o r t poetique, Les Gouttelettes, publiees en 1904• . Ce r e c u e i l de sonnets, qui court l a gamme de l a r e l i g i o n , l ' h i s t o i r e , l a morale, l'amour et l a vie champetre, est l'oeuvre d'un Parnassien adouci par le romantisme t a r d i f du Canada et, par l a , Lemay s'apparente plutot a Sully-Prudhomme ou a Francois Coppee qu'a Leconte de L i s l e ou a Th. Gautier. Lemay gardait toujours la conception de l a nature qui remonte a Lamartine, a J.-J. Rousseau, a Bernardin de St. Pierre, tandis que sa f o i toujours croissante et ses regrets de v i e i l l a r d f a i s a i e n t obstacle a une o b j e c t i v i t y complete selon l a doctrine de'l'art pour l ' a r t ' . 11. II faut signaler quatre annees exceptionnelles q u ' i l passa a l a compagne: 1869-73. 12. Les Fables Canadiennes ne sont que des contes en vers d'apres La Fontaine. 13. Voir p. 66-7 et L.-A. Bisson (op. c i t . , p. 214; 26l) sur l a popularity du sonnet en tant que forme. 63 En effet, son o r i g i n a l i t e se v o i t surtout dans l e s "Sonnets Rustiques", l e s "Paysages", et dans ses sonnets r e l i g i e u x . II ne partagea pas l e gout des splendeurs de c i v i l i s a t i o n s d i s - parues qui p r e t a i t au langage exotique des maitres parnassiens, mais i l sut p r o f i t e r de l a d i s c i p l i n e de l a forme parnassienne - particulierement du sonnet et de la' rime ri c h e - pour perfec- tionner son propre s t y l e . C'est ce souci de l a perfection de l a forme qui explique, et en quel que partie j u s t i f i e , l a re-edition apres 1904 de tant des poesies de sa jeunesse. C'est en meme temps sa preoccupation avec l a forme pendant l a peribde ou i l composait ses sonnets qui a du l'entrainer dans les quelques imitations qu'on peut l u i reprocher et qui confirment I'influence du Parnasse. Cette influence est double: c e l l e de J.-M. de Heredia dans 1 ' i n s p i r a t i o n de l a forme generale des Gouttelettes, parmi lesquelles l'on remarque particulierement les poemes 'antiques' de Dans 1'Antiquite et Chez les Romains;"^ et c e l l e de S u l l y - Prudhomme dans les themes des pieces les moins originales du r e c u e i l : les sonnets amoureux et philosophiques. Les Gouttelettes, publiees en 1904, comportent 227 sonnets de forme pour la grande partie i r r e g u l i e r e , r e c u e i l l i s sous plusieurs rubriques dont l e s principaux t i t r e s sont l e s 14. P. Lemay, Les Gouttelettes, (Montreal, Lib. Beauchemin, 1904), pp. 71-77. Dorenavant, toutes l e s c i t a t i o n s de Pamphile Lemay seront prises aux Gouttelettes. 64 Sonnets Bibliques, Sonnets Evangeligues, Souffle Religieux, Au Foyer, Grains de Philosophie, Sonnets Rustiques, Souffle d'Amour et Fantaisie. En comparaison, l e r e c u e i l de Heredia, Les Trophees, parues en 1893, compte 13 5 sonnets (avec, en plus, quatre r e c i t s dramatiques qui, d ' a i l l e u r s , rappellent Les Vengeances et Evangeline). Les sonnets sont d i v i s e s sous des en-tetes qui signalent l'idee de l'auteur de parcourir l ' h i s t o i r e des c i v i l i s a t i o n s : La Grece et l a S i c i l e (legendes antiques), Rome et les Barbares, Le Moyen Age et l a Renaissance, L fOrient et les Tropiques, La Nature et.Le Reve ( c i v i l i s a t i o n moderne). S i le r e c u e i l de Heredia put donner a Lemay l'idee pour l a forme de ses poemes et l a d i s p o s i t i o n generale des sujets, rien ne donne a cr o i r e que Lemay y puisa ses themes; l a grande partie de ses sonnets se rapporte a l a r e l i g i o n , au foyer, au pays, domaines ou i l n'avait aucun besoin de guide. Mais l e s quatre sonnets exceptionnels, Les Pyramides, Une rencontre, Le 15 Colisee, Pompee, qui se degagent s i curieusement de ce r e c u e i l intime, font justement preuve de sa connaissance de l'auteur des Trophees. Les sources i n s p i r a t r i c e s de ces quatre sonnets se trouvent, non pas dans la c o l l e c t i o n suggestive de Rome et l e s Barbares mais dans 1 'Orient et les Tropiques. 15. Ibid., pp. 75-77. 65 "La Lime sur le N i l . . . " servit de base aux Pyramides, tant par son theme general de l ' a n t i q u i t e et de l a mystique de l'Egypte que par l a d i s p o s i t i o n comparable dans l e s sonnets de mots evocatifs (mystique: mystere; eternel; secret; se r e v e i l l e : s* e v e i l l e n t ) , le choix de vocabulaire (monument: hieroglyphes; innombrables: i n s a i s i s s a b l e s ) , les rapprochements syntaxiques et les souvenirs d Tharmonie. 17 "Et l a foule grandit..." f i t autant pour Une rencontre, de Lemay; comparer: l'usage des consonnes f c * et * r f ; l'enume- ratio n de "betes, peuples et rois"/"(escortes) de consuls, de femmes, de valets"; l'echo du cinquieme vers avec son enjambement et du septieme avec son mot i n i t i a l de "Mais..."; surtout l a ressemblance des rimes en "-or-" et l 1 i d e n t i t y auditive des rimes en "-ets" et en "-es". Meme jeu dans Pompee avec l a difference que Lemay puisa ce sonnet dans deux sonnets consecutifs, Fleurs de Feu et Fleur 18 Seculaire: c'est le " f l u x volcanique" dans c e l l e - c i qui i n s p i r a le sujet de Pompee, "malheureuse c i t e " du "merveilleux ef f l u v e " et une comparaison et de l a prosodie et des harmonies des derniers tercets de chaque sonnet confirme 1'imitation: 16. J.-M. de Heredia, Les Trophees (Paris, A. Leraerre, s.d.), p. 122. 17. Ibid., p. 123. 18. Ibid., pp. 128-9. 66 Sur l a v i l l e en amour, 1*implacable Vesuve Etendait, lourdement, ce grand l i n c e u l de feu Que vingt s i e c l e s d 1 e f f o r t s n'ont souleve qu'un peu. (Pompee) Comme un coup de tonnerre au m i l i e u du silence, Dans l e poudroiment d'or du pollen qu'elle lance S'epanouit l a f l e u r des cactus embrases. (Fleurs de feu) Et le grand aloes a l a fleur ecarlate, Pour 1*hymen ignore qu'a reve son amour, Ayant vecu cent ans, n'a f l e u r i qu'un seul jour. (Fleur Seculaire) En 1883, a l'age de 46 ans, Pamphile Lemay f i t publier ses P e t i t s Poemes, r e c u e i l dont l a plupart representent un remaniement soigneux de ses premieres pieces preferees et deja parues dans l e s Essais Poetiques et dans Une Gerbe. L* edition de 1883 comprend "Le bien pour le mal", l a seule piece dont nous ne pouvons trouver aucune trace dans ses autres r e c u e i l s . Qu'il fut, question d'un premier essai jusqu'la oublie ou d'une composition recente, i l est c e r t a i n que ce poeme ne donne aucune in d i c a t i o n d'une influence parnassienne. Vu l ' e s p r i t experimental qui poussait ses concitoyens, Cremazie, Frechette, Chapman, a l ' e s s a i de chaque 19. Ces themes lugubres, assez etrangers au caractere de Lemay, rappellent en outre deux sonnets rustiques, Feu de Foret (p. 124) et Secheresse (p. 137), a comparer avec "Midi: l ' a i r brule..." (La Vie de Khem: Trophees, p. 121) - surtout: " l e c i e l serein", " l e s o l ardent", et le fauve qui, " l a tete vers le c i e l " , j e t t e ses "hurlements p l a i n t i f s " . 67 poetique nouvelle qui leur parvenait de l a France, i l est peu probable que Lemay n'eut pas s a i s i 1'occasion de joindre un sonnet ou autre poeme parnassien a son dernier r e c u e i l a moins q u ' i l n'ignorat ce mode (ou peut-etre l e dedaigna-t-il). Nous y voyons confirmation qu'on ne connaissait pas les doctrines de " l ' a r t pour l ' a r t " a cette Epoque. Quoi q u ' i l en s o i t , Lemay f i t l a connaissance des Trophees entre 1893 et 1904; i l semble q u ' i l ne lut Sully-Prudhomme qu'apres 1884 et, f o r t probablement, apres sa r e t r a i t e en 1892. Comment expliquer pourquoi, parmi Les Gouttelettes de 1904, ce poete mur, reserve, heureux dans son role de pere de f a m i l l e , f i t paraitre sous le t i t r e de Souffle d'Amour, seize sonnets qui sentent l a melancolie et la douleur du jeune amoureux? Sont-ce des souvenirs l o i n t a i n s des chagrins d'une jeunesse romantique? On ne peut l e savoir. Mais i l est bien plus probable q u ' i l s relevent de l a 20 lecture des Stances et Poemes du jeune Sully-Prudhomme, e c r i t s plus d'une vingtaine d'annees plus t o t . Le volume du Parnassien contient, a cote de certaines meditations philo.sophiques i n t i t u l e e s : La Vie Interieure, dont i l sera question plus l o i n , quelques poemes gracieux et r e s t r e i n t s adresses aux Jeunes F i l l e s . Deux seuls de ces poemes sont de v r a i s sonnets; mais les autres ont pour l a plupart une concision soignee 20. R. Sully-Prudhomme, Oeuvres, (Paris, Lib. A. Lemerre, 1883), Poesies 1865-66. 63 avec souvent une sentence morale semblable a l a "pointe" du sonnet qui l e s apparente a cette forme. En outre, ces poemes d'amour, e c r i t s par un jeune homme de 26 ans, ont l a rigeur du mode parnassien dans un fond nuance de l a s e n s i b i l i t e romantique. I l s n'atteignent done pas a 1'impassibility d'un Heredia ou d'un Leconte de L i s l e : c'est le style qu'on retrouve dans Les Gouttelettes. I I s e r a i t necessaire de c i t e r en entier l a Premiere 21 22 Faute de Lemay et les quatre quatrains de Qui Peut Dire de Sully-Prudhomme, tant l e s themes se r e f l e t e n t et s'entremelent. Dans c e l u i - e i l e poete franqais se demande s i le coeur garde l e souvenir de " l a premiere etreinte", s ' i l "preserve sa douceur" quand tous l e s b r u i t s du monde auront l a i s s e le poete trist.e et las dans sa solitude; Lemay evoque 1'image d'une b e l l e aux cheveux blonds et aux yeux bleus qui pleure sa "premiere faute" et sa beaute des l o r s fanee. Le Canadien semble reagir d'une faqon violente et positi v e devant les sentiments e v e i l l e s par ce souvenir; s i , comme Sully-Prudhomme, i l ressent au coeur: 21. Lemay, p. 171. 22. Sully-Prudhomme, op. c i t . , t . 1, p. 94. 69 La presence eternelle et l a douceur profonde De mon premier amour que j'avais cru passe. (Qui Peut Dire) i l n'en veut point:- Emportez, emportez a jamais, heures lentes Ces souvenirs cuisants! Sous des cendres brulantes Les bonheurs entrevus depuis longtemps sont morts! (Premiere F a u t e ) 2 3 Encore plus frappants sont les rencontres entre ce meme poeme et un sonnet, II y a l o n g t e m p s o u Sully-Prudhomme se rappelle une f i l l e blonde aux yeux bleus et 1*image d'une marguerite, sa confidante (pour Lemay cette image se traduit en "muguet neigeux"). On remarque, pour comble de temoignage, les assonances des rimes (-eux,-ine; -eux,-ite) et une phrase de Lemay: "Dans son esprit emu", echo harmonique, rythmique et semantique de c e l l e de Sully-Prudhomme: "J'en suis encore emu". Et, enfin, signalons 1'image dans II y a longtemps "d'un souffle parasite qui n'a f a i t que passer pour baiser les cheveux" qui nous mene au sonnet du 25 Canadien, Souvenir Lointain, et une levre qui "un jour, osa 26 caresser ses cheveux" et, a son tour, Jours Lointains du Franqais: 23. Mais v o i r aussi l e s dernieres stances de Crepuscule (Les Gouttelettes, p. 172) . 21+. Sully-Prudhomme, op. c i t . , p. 81. 25 . Lemay, p. 175. 26. Sully-Prudhomme, op. c i t . , p. 82. Comparons aussi ce distique dans A Ma Soeur (p. 59) : Enfant, je t ' a i d i t que j'aimais, Tu sais l e nom, etc., et: Je l'aimais. Cette flamme a f i x e mon destin. Son nom...Mais i l n'importe i c i qu'on le connaisse... (Lemay, Les Gouttelettes, p. 175) 70 Et quelle joie inquiete et profonde Si je sentais une caresse au front! Cette main-la, pas de levres au monde En douceur ne l'egaleront. Je me souviens de mes tendresses vagues, Des aveux fous que je j u r a i s d'oser, etc. Des clic h e s de 1'amour on passe a l a philosophie, et 27 La Vie Interieure nous conduit bien l o i n des ressemblanc es s u p e r f i c i e l l e s des Trophees - pas un sonnet, des vers sans exceptions de huit pieds, l a grande partie en quatrains. Pourtant ce que nous avons f a i t remarquer sur l a s i m i l a r i t y s t y l i s t i q u e de Souffle d'Amour aux sentiments amoureux chez Sully-Prudhomme reste d'autant plus v r a i pour les sonnets philosophiques de Lemay. La Vie Interieure repondait parfaitement au gout qu'avait ce Parnassien romantique pour la meditation personnelle (gout que son maitre, Lamartine, l u i avait legue) et qui prend la forme ordinaire de poser a son "moi" contemplatif les insolubles questions usees de 1*existence. Les "Stances" i n t i t u l e e s L_VAme, Ici-bas, Intus, Les Yeux, re f l e t e n t plus precisement son sentiment de l'antagonisme entre l e coeur et l a raison (avec cette difference importante chez Lemay: pour l u i , c'est le coeur manifeste dans l a r e l i g i o n qui l'emporte); sa deception devant le passage du temps; et l e mystere de l a mort qu'on trouve dans les Grains de Philosophie et Souffle Religieux. 27. Ibid., pp. 9-56. 71 La parente entre L'Ame2^ et E v o l u t i o n 2 ^ est incontestable. Chaque poete pose en principe 1 Texistence d'une "ame i n v i s i b l e et presente" qui est une "forme" (au sens platonicien) de chaque creature, s i d i f f e r e n t s que soient leurs corps: hommes, insect es, f e u i l l e s , grains, f r u i t s ; mais Lemay, par son premier vers: "Qui sait de notre Dieu le merveilleux dessin?" y vo i t un plan et une teleo l o g i e que Sully-Prudhomme n'exprime pas. Cette presupposition f a i t e , Lemay developpe son sonnet sur les pas de Sully-Prudhomme, quoique 1*expression en soit plus concrete, plus categorique, plus nettement orientee vers l a r e l i g i o n : ...D'ou vient, beau papillon, le pourpre de ton a i l e ? Givre de mon carreau, f e u i l l e de ma tonnelle D'ou vient, le savez-vous, votre savant dessin? Quand l a mort te f l e t r i t de son baiser malsain Homme, ou s'envole done 1 ' e c l a i r de ta prunelle? Ou s'en vont les beautes de ta forme charnelle Et les vives ardeurs qui devoraient ton sein? (Evolution) sont des vers qui respondent fidelement a: Partout s c i n t i l l e les couleurs, Mais d'ou vient cette force en elles? II existe un bleu dont je meurs Parce q u ' i l est dans l e s prunelles Tous les corps offrent des contours, Mais d'ou vient l a forme qui touche , etc. (L'Ame) 28. Ibid., p. 51. 29. Lemay, p. 110. 72 30 Dans l e sonnet: Le Bonheur (Souffle Religieux), Lemay pose l a question: "(Le bonheur) Est-ce un leurre d i v i n vainement a f f i c h e ? " S i la reponse: "II n'est done i c i - b a s n u l l e paix souveraine" n'offre r i e n de bien remarquable, pourtant un vers saut e aux yeux: 31 L'esprit f o r t d i t que Dieu - s ' i l existe - a t r i c h e . . . Get " e s p r i t f o r t " , c'est a coup sur l'auteur du poeme: Intus: L'Intelligenc e; d i t au coeur: Le monde n'a pas un bon pere Vois, le mal est partout vainqueur. Le coeur d i t : . . . 'Je suis immortel, je sens Dieu.' - - L ' i n t e l l i g e n c e l u i d i t : 'Prouve!'-^2 Mais ce ne sont que des vers i s o l e s et i l s indiquent par leur rarete a quel point Sully-Prudhomme i n f l u a directement sur l e s meditations de Pamphile Lemay et, par contre, a quel point c e l u i - c i garda son souffle personnel. La plupart de l a partie philosophique, Grains de Philosophie, repetent a maintes reprises les plaint es du v i e i l age et de l a jeunesse perdue; l a grande partie de Souffle Religieux est l'oeuvre d'un croyant parfois 30. Ibid., p. 53. Cette pensee, qui n'est guere originale , trouve son echo dans Ici-bas: "Ici-bas tous l e s hommes pleurent/Leurs amities ou leurs amours." (Stances, p. 31 . Un autre sonnet, Aspiration (Les Gouttelettes, p. 47) e c l a i r c i t l a position du poete: Je ne blaspheme point. J'adore ton decret. Mais je suis curieux de savoir l e secret De nos vices s i bas, de nos vertus s i hautes. 32. Sully-Prudhomme, op. c i t . , p. 40. 73 trouble, chant ant a la musique d'une l y r e lamartinienne: Lemay est f i d e l e , a la f i n , a l a pensee conformiste des auteurs canadiens de son temps. Poete de l a f a m i l l e , profondement attache a. son pays natal et f i d e l e a l a f o i de l a patrie, mais avec cela, comptant au moins t r o i s poetes celebres parmi ses connaissances l i t t e r a i r e s , dans quel monde son esprit se mouvait-il au moment createur? A O I cet egard, M. Bessette, au cours de ses etudes de l a poesie canadienne-franqaise, a perqu l'un des elements de cet e s p r i t createur qui met l a question en r e l i e f . II a f a i t remarquer que: s i paradoxal' que cela. puisse paraitre, i l faut (done) di r e que l e s poetes mineurs semblent jou i r de plus de l i b e r t e que l e s grands p o e t e s . . . i l semble que l'on soit plus l i b r e de s'attarder sur les chemins deja. ouverts, d'errer i c i et l a sur les traces de ses predecesseurs... Le grand poete, selon M. Bessette, semble "porte par 1*impulsion generale de son epoque" vers une o r i g i n a l i t e qui le rend represen- t a t i f de cette epoque, et, par consequent, victime de l a logique ineluctable de son evolution personnelle. Le p e t i t talent ne ressent pas cette impulsion et s i sa pensee suit un developpement, c'est c e l u i des changements ordinaires des opinions sous les v i c i s s i t u d e s de l a vie exterieure. 3 3 . Les sujets de La Cloche (p. 5 0 ) , de l ' E g l i s e du Saint -Sacrement (p. 51) du Mendiant, parmi tant d'autres, rappellent l e s Harmonies Poetiques par leurscommentaires f i d e l e s de l'Evangile. 34. G. Bessette, op. c i t . , p. 89-90. 74 La seule evolution r e e l l e que Pamphile Lemay, comme ses prede- . cesseurs, revele a 1*analyse est dans le perfectionnement de sa prosodie, et Les Gouttelettes sont le haut point de cette Evolution. Pour la matiere, l e point de vue, 1 Texpression dans son oeuvre, point de progression: i l ressemble plutot (pour recourir a une comparaison "rustique") a une a b e i l l e ouvriere qui c u e i l l e son nectar chez les plus b e l l e s f l e u r s du jardin, etrangeres et indigenes, sans hesiter de revenir sur ses pas selon les v e l l e i t e s de son l i b r e esprit, pour gouter souvent le s memes f l e u r s . C'est a i n s i que, dans l'oeuvre totale de Lemay, on doit avouer que 1'influence romantique est quantitativernent grande et c e l l e de Lamartine est manifeste. Mais i l nous semble preferable de l e juger selon sa contribution au developpement de l a poesie au Canada, autant dire, par son oeuvre l a plus " o r i g i n a l e " . Ce fais a n t , on peut, par l'existence d'une minorite de decalques poetiques, constater l a presence tres importante de deux Parnassiens, J.-M. de Heredia et Sully-Prudhomme. Dans quelle mesure cette presence qual i t a t i v em en t considerable implique-t-elle une influence technique plus repandue? Est-ce que 1'influence inconsciente de Lamartine deja absorbee dans un grand nombre d'oeuvres i m i t a t r i c e s reste supreme? L'analyse repond tant s o i t peu a ces questions. Certes l a forme des Gouttelettes est fondamentalement parnassienne; neglige en France depuis le seizieme s i e c l e , l e 75 sonnet et a i t en pratique inconnu au Canada. L'on ne saurait exagerer 1*importance du sonnet en tant que d i s c i p l i n e ; pour repondre aux besoins de la rime riche (dont Lemay se s o u c i a i t peu dans ses oeuvres neo-romantiques) e l l e exige un choix plus soigneux dans un vocabulaire plus r e s t r e i n t ; le theme, renferme dans quatorze alexandrins, ou 1' enjambement ne se permet que rarement , demande une syntaxe a l a f o i s c l a i r e et precise. Pamphile Lemay donne rarement 1'impression de c u l t i v e r l a rime aux depens du sens, tandis que ses vers, en evitant l e s phrases 3 5 maladroites, coulent facilement dans l e s li m i t e s des strophes. J Lemay n'emploie pas souvent l e trope dans ses sonnets; les rares exemples ont ce caractere "horizontal" qui est un t r a i t du trope parnassien (comme l ' e s t sa rarete elle-meme). Encore trouve-t-on, s o i t par l'exigence d'un s t y l e moins impassible, soit par 1'habitude romantique, un plus grand nombre d'images chez l u i . que chez Heredia. Neanmoins le p e t i t nombre qu'on peut relever ne permet pas une analyse tropologique des Gouttelettes et c'est l e vocabulaire du poete qui fournit les meilleures indications de ses "processus" poetiques. II est naturel que l e s sonnets elegiaques ou r e l i g i e u x revelent l e langage abstrait et general de l a theologie, de l a philosophie peu profonde, de 1'amour s t y l i s e , ave.c tous l e s cli c h e s 35' Une l i s t e considerable d'exemples de rimes ou brisees ou avancees (voulues ou non), surtout en "-e" et "-ant", atteste I'influence preponderante du style de Heredia parmi l e s sonnettistes parnassiens. 76 pour a i n s i d i r e c a l c i f i e s dans l a rhetorique qui f a i s a i t l e repertoire du jeune seminariste de 1'epoque. Ce qui est plus remarquable c'est que le langage concret des sonnets plutot d e s c r i p t i f s — s u r t o u t les sonnets rustiques qui donnent dans 1'ensemble 1'impression d'une v e r i t e essentiellement canadienne— consiste en un grand nombre de termes s i universels aussi q u ' i l s §voquent autant de reminiscences descriptives dans les Preludes^ 0 37 ou l e Milly-^' de Lamartine: ruisseaux, f l e u r s , gazons, auberges, cloches, granges, fontaines, pommes, cerises, etc., etc. Mais, quand i l veut peindre soit les fetes, soit l e s travaux de.la v i e quotidienne du pays, l e s exigences du mot juste, du terme exact, ajoutent une precision au lexique de Lemay qui echappe a Lamartine et qui empeche l e poete canadien de tomber dans l e s re p e t i t i o n s monotones, grand defaut de ce romantique. II s'evertue a trouver le mot techniquement propre dans ses tableaux de l a vie champetre mais, a l a difference d'un Heredia ou d'un Leconte de L i s l e , Lemay evite l e s substantifs recherches—noms propres peu connus, objets esoteriques--dont leurs oeuvres sont parsemees.-^ (C'est pourtant un f a i t curieux que ces termes s i 36. Lamartine, l o c . c i t . : surtout l e s 1Q quatrains qui les terminent. 37. Ibid., Harmonies Poetiques, pp. 212-227. 38. Sans les imiter, i l aurait pu suivre leur exemple en substituant un vocabulaire canadien ou indien, ce qui s e r a i t certaine- ment acceptable dans l e s Sonnets Rustiques, par exemple; "Klondyke" (Auri Sacra Fames, p. 1 5 5 ) et l a " t i r e " (sorte de gateau du pays) (La Sucrerie, p. 123) sont des raretes. Remarquons que Chapman fut bien plus audacieux mais ne reussit pas a resoudre l a d i f f i c u l t e du choc de ces vocables generale- ment prosalques dans un vers autrement son ore. 77 exacts, s i concrets, restent aussi europeens que les abstractions, legs classique du dix-septieme s i e c l e ; l e s images v i s u e l l e s qu'ils englobent evoqueraient n f imp or te quelle scene rustique de la vie franqaise sans jamais p a r t i c u l a r i s e r l e Canada franqais). En e f f e t , une analyse q u a l i t a t i v e du vocabulaire des Sonnets Rustiques, de l'Qrient et l e s Tropiques de Heredia,39 avec, en contraste, l e s deux poemes de Lamartine qui auraient pu s e r v i r d f i n s p i r a t i o n a Lemay demontre l a grande a f f i n i t e du Canadien avec l ' e s p r i t poetique du Parnassien. Les t r o i s quarts du vocabu- l a i r e de Lemay, comme de Heredia, consiste en termes concrets: des expressions—des substantif s s u r t o u t — q u i evoquent des images precises et qui, par la profondeur, l'etendue de leur symbolisme, tiennent l i e u des tropes de l a poesie plus ."flamboyante". En grand contraste, le vocabulaire concret n'occupe a peine plus de l a moitie de 1*oeuvre de Lamartine, meme l a plus d e s c r i p t i v e . ^ 0 Mais, en depit de cette a f f i n i t e generale, une analyse plus profonde constate que Lemay n'est point un pur Parnassien. Le poete parnassien recherchait surtout l ' e f f e t plastique , v i s a i t des tableaux artistiquement reunis, tachait de f a i r e r e s s o r t i r des e f f e t s pour l ' o e i l - l a lumiere, l a s o l i d i t e ; l a forme. En 39. J.-M. Heredia, Les Trophees; v o i r p. 64: ce sont les sonnets l e plus certainement connus par Lemay; le grand contraste quant au fond rend l a comparaison d'autant plus s i g n i f i c a t i v e . 4 0 . 55% des 19 dernieres stances des Preludes, l a partie l a moins fphilosophique'; k3% dans l e s 300 vers de M i l l y qui, pourtant, rappellent s i vivement les Sonnets Rustiques. 7* ef f e t , des t r o i s quarts du vocabulaire dans 1*Orient et les Tropiques (Les Trophees) qui representent seuls des termes con- crets, 270 sur 280 images u t i l i s e n t le sens v i s u e l ; se servant, par centre, de tous l e s sens pour evoquer ses images, l a poesie de Lemay apparait plus palpitante, moins marmoreenne: on peut degager 60 images au d i t i v e s ^ " contre 370 v i s u e l l e s avec, en plus, 16 images t a c t i l e s et 15 qui visent l'odorat. C'est a i n s i que, par sa perception de l a richesse evocatrice de tous l e s s e n s — notamment les parfurns--dans l a vie interieure, Lemay se t i e n t a l'ecart des Parnassiens, pour revenir a son apprentissage romantique et en d i s t i l l e r un s t y l e personnel. On peut conclure que l a grande partie de son oeuvre est lamartinienne d f i n s p i r a t i o n et de souffle, mais que le haut point de sa carriere, Les Gouttelettes, temoignent de l a f o r t e impression sur l u i de l a poesie parnassienne. Non seulement une minorite de poemes, dont l e s themes l u i etaient etrangers, l u i servait de modeles, mais leurs auteurs le penetraient de leur art au point d ' i n f l u e r sur l a forme du r e c u e i l entier. A cet egard J.-M. de Heredia fournit 1'influence l a plus considerable. II semble que l a contribution de Sully-Prudhomme--qui chez Lemay ne depasse pas Souffle d'Amour et de rares poemes p h i l o s o p h i q u e s — s i importante qu'elle fut a un moment donne, resta passagere. Pour l e reste de l'oeuvre de Lemay, aucune image, aucune 41. Malgre sa p r e d i l e c t i o n pour l e s images qui evoquent des sons, l a musique du vers est en defaut chez Lemay et i l semble ignorer l'onomatopee. 79 forme, aucun sentiment ne temoigne de l a presence de ce poete; et pourtant i l est incontestable que Lemay connaissait l e s Stances. Peut-etre une a f f i n i t e chez Lemay avec certaines idees du poete franqais en e s t - e l l e l f explication. Des deux autres Franqais celebres a cette epoque--Leconte de L i s l e et Franqois Coppee, aucune trace; Pamphile Lemay reste lui-meme, le chantre du pays, du foyer, de l a f o i et un Canadien heureux dans son isolement. IV NERFJB BEAUCHEMIN et l e "decadentisme" Deux r e c u e i l s , Les Floraisons Matutinales (1897) et Patrie Intime (1928) representent, avec quelques poemes in e d i t s , l a contribution de Neree Beauchemin a l a l i t t e r a t u r e canadienne. Et pourtant c'est 1'oeuvre du premier musicien v e r i t a b l e de l a poesie quebecoise. Ne l e 20 f e v r i e r , 1850, a Yamachiche, pres de Tro i s - Rivieres, i l n'habita la v i l l e de Quebec que pendant l e s annees 1870-74, l o r s de ses etudes medicales. On ignore quelles ambitions l e jeune etudiant eut nourries pour son avenir car, sur l e s instances de son pere, medecin l u i aussi, i l rentra a sa v i l l e natale pour y pratiquer sa profession. Pour tout ce qu'on peut apprendre a son sujet, i l mena une vie sans incident jusqu'a sa mort en 1931. Mais, f a i t important pour son evolution l i t t e r a i r e , c'est pendant ses annees d'etude q u ' i l f i t la connaissance de Louis Frechette, jeune homme encore (et recemment de retour de son " e x i l " aux Etats-Unis), et de Pamphile Lemay, b i b l i o t h e c a i r e et poete. Vecue dans l'obscurite, sa vie ne donne aucune in d i c a t i o n de son develbppement en tant que poete. Les dates de l a parution de ses r e c u e i l s ne servent qu'a marquer ses entrees sur l a scene 81 poetique et l'absence de dates i n d i v i d u e l l e s de composition empechent meme de suivre une evolution a l ' i n t e r i e u r du r e c u e i l . Pourtant i l est certain, d'apres l'evidence interne, que Beauchemin passa toute sa vie l i t t e r a i r e au dix-neuvieme s i e c l e . Isole dans son p e t i t pays, i l parait n'avoir jamais connu n i les mouvements reactionnaires dont Montreal devenait le centre, n i l e s directions nouvelles que prenait l a poesie en France des 1895; lorsque Les Floraisons Matutinales virent l e jour, l a poesie d'avant-garde s'elancait sur l e s pas de Laforgue, Corbiere, Moreas, et l e s neo-symbolistes reniaient l'hermetisme de Mallarme, tandis qu'en 1928, quand parut Patrie Intime, le surrealisme et a i t en p l e i n essor. Les deux re c u e i l s de Beauchemin^ n'off rent aucune trace de ces mouvements; i l s sont le temoignage d'un f i d e l e qui accepta l e deroulement monotone de son existence de v i l l a g e o i s et d'un poete-ne qui heureusement connut la poesie de Th. Gautier et de Paul Verlaine. C'est pas 1'intermediaire de ce dernier q u ' i l constitue une l i a i s o n entre l e s poetes de Quebec et l'Ecole de Montreal. L'homme et 1'artiste se revelent et se resument dans deux poesies: 1. Toutes l e s c i t a t i o n s de l'oeuvre de Neree Beauchemin sont prises a 1*edition Choix de Poesies publie par Clement Marchand (Trois-Rivieres, Editions du Bien Public, 1950). Desormais (F) indique Les Floraisons Matutinales; (P) , Patrie Intime. 82 Je veux vi v r e seul avec t o i Les jours de la vie apre et douce, Dans 1'assurance de l a F o i , Jusqu'a l a supreme secousse. Je me suis f a i t une raison De me p l i e r a l a me sure Du petit cercle de 1'horizon Qu'un coin de c i e l natal azure, etc. (Patrie Intime) et Je reve l e s rythmes, l e s phrases Qui montent dans un vol de feu, J'aspire au lyrisme extatique, etc. (HantiseP et c'est un f a i t deja s i g n i f i e a t i f que ces deux e x t r a i t s se trouvent dans chacun de ses deux r e c u e i l s . En e f f e t , a. quelques exceptions prises, que nous preciserons, les deux r e c u e i l s doivent etre consideres comme une c o l l e c t i o n integrale, composee entre 1870(?) et 1924, et temoin d'un lent progres s t y l i s t i q u e , jamais completement d e f i n i , dont l e s indices divers rapparaissent i c i et l a dans 1'oeuvre entiere.^ - 2. B., S6a-b, (P). 3. Ibid., 59a,c, (F). 4. Comparer certains vers de Viatique et de La Cloche de Louisbourg (Les Floraisons Matutinales, 1897) qui sentent l e symbolisme, avec La France au Tombeau de Montcalm et Papineau (Patrie Intime, 1924) qui remontent a Cremazie et a Frechette; autant dire, aux Odes et Ballades. S3 Les themes on Beauchemin se complaisait sortent peu de l a voie ordinaire de son temps: l a s p i r i t u a l i t y personnelle, l a survivance franchise, 1'histoire et les vertus canadiennes, l a nature, surtout dans ses menus aspects, et ce que Th. Gautier appelait "du vieux temps (la) noble re l i q u e " . ^ S ' i l n'aspira jamais a. e c r i r e 1'epopee canadienne, ses premieres oeuvres n*evitent pas l a banalite de sujet s i repandue a 1'epoque de Frechette: evenements o f f i c i e l s , hommages, chants patriotiques. Ces apprentis sages f a i t s , i l se tourna, comme Pamphile Lemay, a l a peinture de l a vie s o l i t a i r e , "en camee"; ce qui le distingue de ses predecesseurs, ce sont l a s e n s i b i l i t e musicale de son expression et sa f a s c i n a t i o n pour le "verbe". Certains poemes temoignent de son apprentissage chez les romantiques, spit franqais: par exemple, Le Dernier Gite, qui semble redire ces vers de Lamartine: Oui, je reviens a t o i , berceau de mon enfance Embrasser pour jamais tes foyers protecteurs.. . J*y viens vivre, et, couche sous vos berceaux f e r t i l e s , A b r i t e r mon repos obscur.. . (Les Preludes)^ 5. Th. Gautier, Poesies completes, t . 1, p. 32, v. 3. 6. Lamartine, Secondes Meditations Poetiques, p. 96a; 97b. 84 7 et La Glaneuse, souvenir de Bottz Endormi; soit canadiens; par exemple, Le Lac, qui, malgre son t i t r e lamartinien, imite La Decouverte du M i s s i s s i p i de Louis Frechette. Mais l a meilleure partie de son-oeuvre revele deux sources post-romantiques: ̂ d'abord I'influence du Gautier de 1830, c'est-a-dire du romantique qui tendait deja vers " l ' a r t pour l ' a r t " , et ensuite de Paul Verlaine (probablement vers 1883-92, le poete du decadentisme n'etant guere connu avant cette date).9 Parmi les principaux themes de Beauchemin, l a nature joue un role important; tantot e l l e off re des tableaux de campagne ou le vers emprunte le pinceau romantique du jeune Gautier, tantot son role est seulement d'inspirer de l a musique pure—d'ou l a p r e d i l e c t i o n de Beauchemin pour le s oiseaux: rossignols, goglus, pinsons. 7. V. Hugo, Oeuvres, p. 428, (La Legende des S i e c l e s ) . 8. L'on ne trouve jamais un pastiche complet. Meme dans les oeuvres l e s plus i m i t a t r i c e s , Beauchemin se borne a calquer seuls l e s premiers vers sur 1 * o r i g i n a l , pour l e s developper a sa propre maniere. Comparer les t r o i s premieres strophes de La petite Canadienne (B., 95) a Ballade de Th. Gautier (op. c i t . , p. 76): E l l e est bonne, franche, et t e l l e Cher ange, vous etes be l l e Beaute d ' i d y l l e naive, A i r naif de jeune f i l l e , E l l e a l ' a i r , le t e i n t vermeil, etc. Front uni, veines d'azur, etc. (La p e t i t e Canadienne) (Ballade) en remarquant l e s redites, les rythmes, l e s assonances, etc. 9. Poemes Saturniens, Fetes Galantes, Romances sans Paroles, eurent leur premiere publication en 1866, 1869, et 1873, respectivement; ces r e c u e i l s ne furent reunis en un meme volume qu'en 1338, avec Sagesse. L i t u r g i e s Intimes parurent en 1892. 85 II va sans dire que c'est a Gautier que Beauchemin doit l a mani.ere et les themes de ses croquis de nature ou l ' e f f e t est pour l ' o e i l plutot que pour l ' o r e i l l e ; Rayons d'Octobre, Fleurs d'Aurore, Roses d'Automne, remontent aux Poesies (1830),"^ du jeune d i s c i p l e de V. Hugo. Gn n'a qu'a comparer: Le nuage a seme l e s horizons rnoroses, De ses flocons d'argent.... (Beauchemin, Rayons d'Octobre)"1"1 aux images a l a f o i s romantiques et v i s u e l l e s de: L'automne va venir; au milieu du c i e l terne, Dans un cercle blafard e t l i v i d e qui cerne Un nuage plombe, le s o l e i l dort, etc. 12 (Gautier, Pen sees d'Automne) 13 et aux couleurs vives de Far Niente; on n'a qu'a examiner I n f i d e l i t e ^ pour retrouver l a nostalgie amoureuse qui orne les descriptions de Fleurs d'Aurore,"^. a r e l i r e , l a pointe f i n a l e des 16 Deux Ages pour decouvrir l'echo de: 10. Les Premieres Poesies sont l e s moins originales de l'oeuvre de Gautier, tout recemment enthousiasme par l a Preface de Cromwell, par Les Orientales de 7. Hugo. Leurs themes etant en vogue a 1'epoque, nous avons considere c e l u i - c i comme l ' i n s p i r a - teur de Beauchemin. Mais l e s caracteristiques "parnassiennes" du styl e , prises avec le f a i t de l a proximite des themes que nous discutons i c i , situes dans quelques pages d'un meme volume chez Gautier, nous a convaincus que Beauchemin s ' i n s p i r a i t directement des oeuvres completes de ce dernier poete. 11. B., 61b, (F). 12. Gautier, op. c i t . , p. 38, vv. 1-3. 13. Ibid., p. 26. 14. Ibid., p. 51. 15. B., 52, (F). 16. Gautier, op. c i t . , p. 25 . 36 Tardives f l o r a i s o n s du ja r d i n qui decline, Vous avez la douceur exquise et le parfum Des anciens souvenirs, s i doux, malgre l'epine De 1* i l l u s i o n morte et du bonheur defunt. 17 (Beauchemin, Roses d'Automne) Beauchemin est aussi redevable a Gautier pour l a serie d'evoeations de " v i e i l l e s demeures a t t r i s t e e s de d e u i l et de departs"-*-^ (entre autres, La Maison S o l i t a i r e , La Maison Vide, V i e i l l e Mai son) et de "souvenirs rustiques d'antan" comme Les Grandes A i g u i l l e s , serie inspiree par les "vieux chateaux gothiques" du Moyen Age.^ Leurs pignons anguleux, leurs t o u r e l l e s aiguSs Dans les reseaux de plomb leurs v i t r e s exiguSs Legende des vieux temps, etc., et l e s "murs moussus et n o i r c i s " de La Basilique, u l u i fournirent l a notion de l'absence dans le Nouveau-Monde d'une longue t r a d i t i o n indigene, de la qualite ephemere d'une vie ou l e s vieux batiments, une f o i s vides, ne comptent plus pour r i e n , a i n s i qu'un vocabulaire pour l'exprimer. Ce fut en e f f e t surtout dans ces poemes de Gautier que Beauchemin rencontra cet art presque sculptural qui l u i apprit a c h o i s i r son vocabulaire pour son pittoresque, sans souci (a l'abord) de l'harmonie; ce fut en premier l i e u chez Gautier q u ' i l nourrit son culte, parfois f a u t i f , du mot rare, du mot en s o i . 17. B., 138e, (P). 18. C. Marchand, Choix de Poesies de N. Beauchemin, Preface, p. 22 . 19. Gautier, l o c . c i t . , p. 4, vv. 5-6. 2 0 . Ibid., p. 32 et passim. 87 Nous avons deja signal e le double rSle de l a nature dans l a poetique de Beauchemin. II est certain q u ' i l d o i t 1 'epanouisse- ment de son lyrisme au poete-musicien par excellence, Paul Verlaine. Des Hantise, dans Les Floraisons Matutinales, l e Canadien souhaitait " s a i s i r . . . l e son precis, la note v r a i e " : J'invoque l'ange et le prophete Les e s p r i t s au v ol large et sur: Le musicien, le poete, Les choeurs de 1'ideal azur. ( H a n t i s e ) 2 2 Comment ne pas y voir l'echo de l ' A r t Poetique de Verlaine: De l a musique encore et toujours! Que ton vers soit l a chose envolee Qu'on sent qui f u i t d'une ame en a l l e e Vers d'autres cieux a d'autres amours. (Jadis et Naguere) Verlaine f u t l e chant re de son "moi" complexe, cherchant a: traduire le plus exactement possible l e s etats l e s plus f u g i t i f s de sa s e n s i b i l i t e , a l a f o i s naive et com- pliquee, mystique et c h a r n e l l e ; 2 ^ 21 . Les deux poetes franqais n'ont rien de commun s i ce n'est 1 'excellence de leur metrique. C'est cette opposition qui explique l e manque d'unite a r t i s t i q u e dans t e l poeme de Beauchemin: i l sut emprunter, non seulement des themes, mais en outre l ' a r t plastique a l'un, le lyrisme a 1'autre. Malheureusement, i l tombe souvent dans l a mediocrite quand i l mele l e s deux techniques. 22. B., 59d, (F). 23. P. Verlaine, Oeuvres poetiques completes, (ed. de l a Plelade, Gallimard, 1959), p. 207h: desormais, "V" s i g n i f i e : "Verlaine, op. c i t . " Jadis et Naguere fut compose vers 1874, parut en I 8 8 5 , avec une 2 e edition en 1891. 24. G. Lanson et P. Tuffrau, Histoire de la L i t t e r a t u r e Francaise, ( 3 e edition, 1931), p. 708. SB chant ant, a tour de role, l'amour et l a nature, ses reves et ses cauchemars, i l i n v e c t i v a i t l e s bourgeois, se vautrait dans l e peche, se prosternait devant Dieu. De ces maintes facettes ce fut le cote naSf et mystique qui seul' i n f l u a sur Beauchemin; ce fut a la nature et a l a r e l i g i o n q u ' i l apporta le lyrisme du maitre. Mais i l est rare qu'on trouve des themes chez Beauchemin 25 brutalement enleves a l a poesie de Verlaine. Le lecteur ressent seulement des impressions a l a f o i s i n t e l l e c t u e l l e s et ^motives, v i s u e l l e s et auditives, qui s'apparentent a c e l l e s qu'on eprouve en presence de l a musique d'un meme compositeur, ou de compositeurs de la meme epoque. C'est a i n s i que certains leitmotivs, qui rapparaissent chez Beauchemin, se degagent de l a poesie de Verlaine s i l'on ecoute la musique qui exprime son cote "bon enfant", s i l'on ferme les o r e i l l e s aux echos baudelairiens du "satanisme". De l a l i s t e variee que nous avons dressee bornons-nous a quelques cas typiques; i l s sont pris dans presque tous< les recueils importants de Verlaine et re f l e t e n t l e ton simple, l a 25. Soulignons cependant Bapterne, de Beauchemin, et Nogl dans L i t u r g i e s Intimes; bien des themes r e l i g i e u x de Patrie Intime trouvent un echo dans le r e c u e i l de Verlaine : P e t i t Enfant, qui vient de naitre Et qui, jusqu'au jour baptismal Laissera, pour nous, transparaitre, (Beauchemin) Petit Jesus q u ' i l nous faut etre, Si nous voulons v o i r Dieu l e pere, Accordez-nous d'alors renaitre, (Verlaine) 39 phrase f l e x i b l e , qu'on retrouve s i souvent chez Beauchemin a cote d'une densite, d'une couleur parnassiennes: Done, e'en est f a i t . Ce l i v r e est clos. Cheres Idees Qui rayiez mon c i e l gris de vos a i l e s de feu Dont le vent caressait mes tempes obsedees, Vous pouvez revoler deve.rs 1' I n f i n i bleu! (Epilogue, I I ) 2 6 rappelle l e s premieres stances de Hantise: La note d'or que f a i t entendre Un cor dans l e l o i n t a i n des bois... (La Bonne Chanson, V I I I ) 2 7 et Et quand, solennel, le s o i r Des chenes noirs tombera, Voix de notre desespoir, Le rossignol chantera. 28 (En Sourdine) s'accordent avec La Branche d ' A l i s i e r Chantant, Le Rossignol, Le Goglu; tandis que: Oui, je veux marcher droi t et calme dans l a vie, Vers l e but ou le sort d i r i g e a mes pas,... Et comme, pour bercer l e s lenteurs de. l a route, Je chanterai des a i r s ingenus, etc. 29 (La Bonne Chanson, IV) 26. V., p. 78 (Poemes Saturniens). 27. V., p. 107. 28. Ibid., p. 96 (Fetes Galantes) 2 9 . Ibid., p. 104. 90 avec: Je ne veux plus aimer que ma mere Marie. Tous les autres amours sont de cornmandement. (Sagesse, II , i i ) ^ pourraient a coup sur f a i r e fonction d Tepigraphe a l'oeuvre de Beauchemin. Pourtant, s i valables que ses rapprochements puis sent etre dans ce domaine, le but de cette etude est de preciser l e s elements qui sont a l a base de ces impressions subjectives. II est c e r t a i n que l'eclectisme est l e principe fondamental qui re unit l e s elements de la poetique de Beauchemin; en c e c i i l ne d i f f e r e point de ses compatriotes. Mais i l a mieux f a i t dans l'ensemble. S i l ' e s p r i t du d i l e t t a n t e chez l u i eut pour resultat une confusion amorphe d'influences en ce qui concerne le vocabu- l a i r e et l e s images, l a position preeminente de l a poetique de Verlaine dans sa prosodie f i t de ce dilettantisme une oeuvre superieure: precisons. Le vocabulaire chez Beauchemin est une synthese personnelle de ses lectures des poetes franqais, nourrie par son gout profond du mot recherche, eclatant, impressionnant, jusqu'a l e f a i r e tomber parfois dans l a cacophonie de polysyllabes comme catechumene (rime avec humaine). L 1imprecision lamartinienne de vents, boos, eaux, se trouve cote a cote avec des enumerations hugoliennes: "...nuages. 3 0 . Ibid., p. 170. 91 giboulees;/Greles, b r o u i l l a r d s , apres gelees,/Vent boreal," 31 ( L ' A v r i l Boreal) ; avec l a couleur concrete de Gautier; avec meme des echos d'un satanisme dans l a reference au "nid/Du volup- 32 tueux sybarite" (Le Goglu). Des f o i s un mot pseudo-scientifique choque l ' o r e i l l e : Deployant son v o l c i r c u l a i r e , .La. vaporeuse aube p o l a i r e . . . (Le L a c ) 3 3 mais i l rachete ces faiblesses avec des reussites d'onomatopee q u ' i l ne doit a personnel Sur les to i t s , globule a globule, P e t i l l e n t g r e s i l et grelons; Et l a v i t r e tintinnabule: On c r o i t ou2r des c a r i l l o n s . (Giboulee) 3^ La r e l i g i o n contribue son lexique d i s t i n c t i f a une partie considerable de 1 'oeuvre de ce poete croyant. C'est en f a i t l a qualite "intime" de sa s p i r i t u a l i t e qui f a i t impression chez Beauchemin: l a rhetor ique s i habituelle dans l e s poemes de ce genre a f a i t place au tr a n q u i l l e recUeillement d'un homme sensible dans sa f o i personnelle. 31. B., 44e, (F). 32 . Ibid., 129b, (P). 33. Ibid., 51h, (F). 34- Ibid., 55b, (F). Cette c i t a t i o n donne, en outre, un exemple de l a p r e d i l e c t i o n de Beauchemin pour les vocables en "-ule". II partage ce gout avec Verlaine, a i n s i que c e l u i des polysyllabes excessivement longs. 92 Ce recueillement est paisible chez Beauchemin, tumultueux chez Verlaine. Les phrases de ce personnage muable revelent souvent l e r i c t u s du sceptique (cette impression provient de l a juxtaposition, 1*agglomeration de termes l i t u r g i q u e s , amasses au point de perdre leur sens). Mais'la qualite formulaire de ces expressions est a l a base de l a ressemblance entre l e s auteurs de Patrie Intime et L i t u r g i e s Intimes; tous deux sensibles a l a mysticite en generale, ce qui les a t t i r e surtout, c'est l a mystique de la messe, symbolisee dans les images v i s u e l l e s , l e s objets speciaux, evoquee par l a qualite ambiante de l a langue l a t i n e , les atours des r i t e s : encensoir, t h u r i f e r a i r e , evamge- l i a i r e , antique c i b o i r e , motets, IN HYMNIS ET CANTICIS, " l e 3 5 rayonnement de cierges" (VENI CREATOR), chez Beauchemin; aumoniere, antiphonaire, encens, psalmodie, r i t u e l , cantique, i " ————— ostensoir, VENI SANCTE..., GLORIA IN-EXCELSIS. " l a sanglante odeur des cierges palpitants" (Devotions)-^ chez Verlaine. (Cette derniere image souligne le cote sensuel de l a r e l i g i o n pour 37 Verlaine; "qa sent bon," resume-t-il aux Vepres Rustiques. Beauchemin precise l e s odeurs: "huile aromatique", " l e myrrhe", " l e cinnamome" et les "chemins bleus de l'encens".) Les polysyllabes a b s t r a i t s de l a theologie vont de pair avec ce vocabulaire cone ret et s e n s i t i f . Verlaine l e s emploie sur- tout dans ses actes de penitence: CREDO,3& ASPERGES M E p o u r 35. Ibid., l$Od, (P). 36 . Loc. c i t . , p. 56I . ' 3 7 . V., p. 564. 33 . Ibid.,p.555 . 39. Ibid.,p .548. 93 i n t e l l e c t u a l i s e r ses tourments: fauteur, absolution, precepte, Eucharistie, i n d e f e c t i b l e , regulateur; Beauchemin s'en sert d'une faqon plus generale, empruntant le langage ordinaire du prone (paraboles, martyriser, redemptrice, )• et revelaht moins de d i v e r s i t e que son modele. La tropologie de Beauchemin est eclectique et confuse mais certains elements en ressortent. E l l e presente tour a tour les metaphores prolongees des romantiques, les transpositions intersensibles du symbolisme, les images v i s u e l l e s de G a u t i e r , ^ 41 A et parfois l e symbole meme: Cette v i e i l l e cloche d'eglise Qu'une g l o i r e en larmes encor Blasonne, • brod e et f l e u r d e l i s e Rutile a nos yeux comme l ' o r . . . (La Cloche de Louisbourg) Mais le tableau de ses tropes ne revele qu'un t o t a l de t r o i s de ces symboles contre une soixantaine de "reves" et autant de prosopopees; en depit d'une f a i b l e trace du symbolisme, l a profusion de ce trope 4 0 . Comparer: Rayons d'Qctobre, B. , 65s, (F): "L'orge blonde et l'avoine aux f i n e s grappes d'ambre..." et, dans Pensees d'Automne, (Gautier, op. c i t . , p. 3 8 ) : "(le) s o l e i l de septembre/ Qui donnait a l a grappe un jaune r e f l e t d'ambre." 41. Nous employons ce terme au sens tropologique qui date du mouvement "symboliste" et que nous entendons i c i d'apres l a d e f i n i t i o n de G. Bessette (op. c i t . , p. 3 9 ) : "une metaphore obscure qui, au l i e u de n'avoir qu Tun premier terme, en compte plusieurs, entre lesquels le second terme semble hesiter, mais q u ' i l suggere tous." (Voir aussi c e l l e de J. Lemaitre: " a l l e g o r i e plus l i b r e et plus f l o t t a n t e " ) . 4 2 . B., 68a, (F). Ce sont en e f f e t la richesse et l a profondeur des images de cette piece qui en font l e merite; soulignons le f a i t qu'elle parait dans le r e c u e i l de I897. 94 " r e g r e s s i f " (dont les exemples sont, a de rares exceptions, d'une banalite extreme)^ l e f a i t remonter au dix-septieme s i e c l e , De l a meme faqon, 1'existence d'une menue quantite d'assimilations avec, par contre, un grand nombre de comparaisons l e rapproche plus particulierement a 1'epoque pre-romant ique qui v i t les Odes et Ballades (bien que leur contenu masque l a parente de l a forme), tandis que le c h i f f r e de "reves" ne provient que du grand nombre de poemes r e l i g i e u x ou les visions et les prieres se multiplient: grosso modo, Beauchemin est un imagiste " p r i m i t i f " . Au premier abord, i l n'y a r i e n de remarquable dans l a prosodie de Beauchemin. En ce qui concerne l a forme des vers en general, leur variete semble r e f l e t e r les innovations romantiques devenues courantes dans le repertoire de n'importe quel f a i s e u r de vers: quatrains de toutes sortes, a six, huit, douze pieds; strophes epiques a l a Cremazie; meme l a strophe lamartinienne de cinq vers et le tercet (l'usage de cette forme, ressuscitee par les Parnassiens, est imparfait chez Beauchemin; souvent, en verite , ce n'est qu'un s i z a i n d i v i s e en deux parties e g a l e s ) . ^ 43. Parmi tant d'exemples, c e l u i qui suit s e r v i r a : Des pleurs se melent au sourire Qu'avril donne a l' h i v e r en d e u i l . . (B., p. 55, (F), /Giboulee?) 44* Voir La Sainte, (p. 109 -P), qui donne, grace a l a clausule f i n a l e , l'impression fausse.de "terza rima". Comparer No81, (Liturgies Intimes), V. , p. 550. 95 Mais 1 *influence de Verlaine en tant que metricien devient tantot i n c o n t e s t a b l e ; ^ on peut certainement a t t r i b u e r son emploi du decasyllab e, ̂  rare depuis le moyen age, a ses lectures des Poemes Saturniens et des Fetes Galantes (surtout l a coupe 5/5, innovee de Verlaine).^? Et l'apparence du vers "Impair" dans Les Vieux Ormes, Pinson des Guerets, Cloches Natales, parmi d'autres, prise avec l e s distiques a rimes plates de La Montagne et La Plaine (dont l a qualite l i t u r g i q u e rappelle Vepres Rustiques) f a i t preuve p o s i t i v e de son i n s p i r a t i o n chez le poete "decadent,".^ L'alexandrin chez l e poete canadien est romantique, generalement r e g u l i e r quant a 1 'hemistiche, avec l a coupe mediane, mais se permettant, en plus de 1*enjambement ordinaire de vers en vers, 1'enjambement semantique a travers l a cesure. Parfois i l emplpie le vers ternaire innove par Hugo et adopte par l e s poetes decadents; rarement, i l ose, comme Verlaine, 1*enjambement grammatical, mais sans le suivre .jusqu'a couper au p r o c l i t i q u e . 45* Le comment aire'de P. Martino est bien a propos: "Au temps ou Verlaine devint celebre. . .les jeunes poetes inclinerent a rapprocher l a poesie de l a musique, a etre des harmonistes, bien plutot que des peintres;...des sons comme moyens d'expression et non pas des mots charges de sens et e t r o i t e - rnent accoles, chacun a une idee ou a une image, t e l f u t 1 ? i d e a l , tres c l a i r , mais bien v i t e palissant, qui ̂ c l a i r a toute l a periode symboliste. Verlaine avait devance de quihze ans ces t e n t a t i f s et ces desirs; i l pouvait paraitre un precurseur, un maxtre meme... II a eu plus d'influence, immediatement et directement, comme metricien que comme poete; aussi b i e n e s t - i l plus f a c i l e de s'assimiler des precedes d 1execution que le fond intime d'une s e n s i b i l i t e . " (Verlaine, p. I 6 4 . ) 46. II y en a deux exemples chez Rimbaud; nous n'y attachons pas d'importance. 47. Comparer Nocturne, (Beauchemin, p. 79-F) et Promenade Sentimentale, de Verlaine, op. c i t . , p. 54 (Poemes Saturniens). 4 8 . Notons, pourtant, que Beauchemin ne se sert que du vers heptasyllabe. 96 Mais l e vers q u ' i l emploie l e plus souvent, c'est 1 'octosyllabe, forme qui l u i permet de p r o f i t e r de l a f l u i d i t e permise au rythme pour emuler la metrique i r r e g u l i e r e de Verlaine. II n'est pas capable de conserver 1 ' a l l u r e rythmique de c e l u i - c i mais quelques phrases qa et l a revelent sa cadence: Je veux vivre seul avec t o i (a) Les jours de l a vie apre et douce... (b) (Patrie Intime)5 ° s'assimile a: La note d'or que f a i t entendre Un cor dans i*e l o i n t a i n des bois... (b) (La Bonne Chanson, VIII) et: a: Eeoutez l a chanson bien douce Qui ne pleure que pour vous p l a i r e . . . (a) (Sagesse, X V I ) 5 2 4 9 . Cette metrique, selon G. Lanson, est souvent "volon- tairement incorrecte" (op. c i t . , p. 7 0 S ) . On peut redire de Beauchemin sa remarque perspicace sur l ' a r t de Verlaine: "II faut en e f f e t prendre garde de ne point considerer comme une impuissance ce qui est le resultat d'un dessein tres premedite." Certes, l ' a r t de Beauchemin n'atteint pas a c e l u i de Verlaine, mais l'on ne saurait di r e s i les "imperfections" de l a metrique du Canadien provient de 1 'impuissance, comme le veut M. Bessette (op. c i t . , p. 125) ou de l a premeditation. 5 0 . B., 86a, (P). 5 1 . V., p. 107b. 5 2 . Ibid., p. 60. Voir l a coSncidence remarquable entre le neuvieme vers de cette chanson: "Et dans le s longs p l i s de son v o i l e " et ce vers dans L'Hiver du Rossignol: "Parmi les longs c r i s qu'en son v o l . . . , " (B., 133b, (P) . 97 Comme chez Hugo, et surtout comme chez tous les poetes du Parnasse, d'ou Verlaine est s o r t i , l a rime chez Beauchemin est d* ordinaire riche, et particulierement dans Patrie Intime. Une discussion de l a rime chez Verlaine--et en theorie et en p r a t i q u e — depasserait l e s cadres de cette etude car l a question est f o r t complexe. Malgre ses protestations en presence de cr i t i q u e s parnassiens, defenseurs acharnes de l a v e r s i f i c a t i o n franqaise, son audace dans l fusage de l a rime (heritage, en v e r i t e , des xv e et xvi siecles) est souvent portee a l'exces. Pour nous e l l e devient une ind i c a t i o n cap i t ale car c'est surtout par l a rime trop riche, meme leonine, que Beauchemin s'apparent e a Verlaine et demontre I'influence du Franqais sur sa methode. En sus d'une soixantaine de rimes comme l i e s s e : .joliesse; postes:ripostes; mal:baptismal, ̂  qu'on trouve aussi bien chez Gautier (quoique plus rarement que chez Verlaine), nous avons releve une dixaine de rimes riches qui deviennent doubles par moyen de l'assonance: t e l l e s s'elance:silence; pignon:compagnon; l a note:linotte, et quelques-unes, renforcees encore de l'assonance, s'approchent de l a rime d i t e equivoquee: ma mere:amere; l a me sure: natal azure; 55 t intamarre:d'amarre. 53- Comparer chez Verlaine: rance:esperance; r i e u r : i n t e r i e u r ; c i b l e : i r a s c i b l e et surtout Egle:deregle• i l ne craint pas l e calembour. 54' Notons que 1'accord simple ne parait pas. 55. Comparer: et lentement:et l'amant; troubadour: 1'Adour; 1'amuse:1a muse, etc.. 93 Malgre tout, c'est l a musical i t e de l a composition des vers qui f a i t impression, une musicalite qui depend en large mesure sur l a d i s p o s i t i o n des vocables, des phrases, des vers dans les poemes, comme le contrepoint des harmonies dans la musique. E l l e s'entend tantot dans l a r e p e t i t i o n quasi-liturgique d'un motif legerement module: Ce n'est pas pour nous qu'elle a f a i t silence, Ce n'est pas pour nous qu'elle est lourde et dense, Ce n'est pas pour nous qu'elle est close, etc. (Nocturne)5° souvenir de: C'en est f a i t a present des funestes pensees, C'en est f a i t des mauvais reves, ah! c'en est f a i t . . . (La Bonne Chanson);^7 tantot dans l a reprise avec l e changement d'un mot, sorte d'echo, et plus s u b t i l que le r e f r a i n ordinaire: Je veux vivre seul avec t o i . . . Je veux vi v r e encore avec t o i . . . (Patrie Intime)5& f i g u r e qu'on retrouve (parmi d'autres) dans: 56. B., 79a-c (F). 57. V., p. 104, IVb. 53. B., 87, (P). 99 Eeoutez l a chanson bien douce... Eeoutez l a chanson bien sage... (Sagesse, XVI); 5 9 tantot dans l a rime de phrases contiguSs, soit p a r a l l e l e : D'ou vient ce sp'upir de musique tendre? D'ou viennent ces pas qui semblent descendre... (Nocturne) 6 0 vers qui rappelle: Plus r i e n que la voix celebrant 1'Absente, Plus rien que l a v o i x — 6 s i l a n g u i s s a n t e ! — 6 l (Le Rossignol) soit avancee (peut-etre l ' e f f e t musical l e mieux r e u s s i ) : J'ai beau pleurer, j ' a i beau me plaindre, Oh.' non, jamais je ne pourrai, Je ne pourrai jamais atteindre Aux divins splendeurs du v r a i . ( H a n t i s e ) 6 2 dont l a d i s p o s i t i o n oblique et l e changement de position a l ' i n t e r i e u r de la phrase rappellent: 59. V., l o c . c i t . 60. B., l o c . c i t . 61. V., p. 57, (Poemes Saturniens) 62. B., 59g, (F), 100 Et le vent bergait les nenuphars blemes; Les grands nenuphars, entre l e s roseaux... (Promenade Sentimentale ) et: (Pourquoi t r i s t e , 6 mon ame) Quand 1 ' e f f o r t te reclame, Quand le supreme e f f o r t Est l a qui te reclame? (Sagesse, XXII La maitrise de Verlaine enfin, et par excellence, se v o i t dans les assonances: complexes, serrees et joyeusement repandues; comparons, dans les vers celebres qui commencent Le Viatique:^^ La cloche, lente, a voix eteinte, Tinte au clocher p a r o i s s i a l , Et l'echo tremblant de sa plainte Tinte et meurt dans l ' a i r g l a c i a l . l a rime de l a f i n et du debut du vers: "... eteinte:Tinte..." a c e l l e dans Collogue Sentimental; l'assonance avancee de "cloche": "clocher" avec "pleure":"pleut" dans: II pleure dans mon coeur Comme i l pleut sur l a v i l l e , etc.; ' 1*accord i n i t i a l ("Tinte...:Tinte...") de l a premiere strophe du Viatique, (et c e l u i de l a derniere: "S*eteint...:Soutiens...") qui se retrouve dans le distique qui s u i t : 6 3 . V., p. 5 4 , (Poemes Saturniens). 6 4 . Ibid., p. I 6 5 . 6 5 . B., 3 9 a , (F). 6 6 . V., p. 9 7 g , (Fetes Galantes). 6 7 . Ibid., p. 1 2 2 , I l i a , (Romances Sans Paroles). 101 Des chants v o i l e s de cors l o i n t a i n s , ou l a tendresse Des sens etreint l ' e f f r o i de l'ame en des accords, etc.; (Poemes Saturniens)^8 Comparons aussi l ' e f f e t global de l'harmonle de ces vers, s i proche de l a musique de: Dans 1*ombre, une main pieuse balance L'encensoir d'argent, et dans le silence, J'entends une voix repondre a ma voix... 69 (Nocturne) et de l' h a b i l e jeu de consonnes dans le meme poeme: La porte d'ivoire est ouverte encore; La voute muette est toujours sondre. . . (Ibid.) et nous aurons confirme l a grande et heureuse admiration de Neree Beauchemin pour 1'un des meilleurs poetes lyriques de l a l i t t e r a t u r e franqaise. Nos exemples ont ete choisis principalement pour f a i r e degager l a d i v e r s i t e des procedes prosodiques dus a Gautier ou a Verlaine, mais i l est s i g n i f i c a t i f que la plupart de ces c i t a t i o n s sont prises aux poesies l e s plus memorables de Beauchemin. E l l e s sont, en e f f e t , i n d i c a t r i c e s du bien que peut f a i r e 1'imitation chez un talent veritable qui, l a i s s e a ses propres moyens, n'est 68. Ibid., Poemes Saturniens, Paysages T r i s t e s , IVe, p. 55. 69. B., loc. c i t . . 102 trop souvent qu'un faiseur de vers maladroit et prosalque. Qu'il soit musicien, peintre ou simple chantre de sa f o i , Beauchemin, dans sa poetique (bien superieure, selon nous, a c e l l e de ses predecesseurs) temoigne des fa i b l e s s e s du poete mineur, exagerant l a couleur locale, prodiguant l e s f a c i l e s jeux metriques de l'onomatopee et de l ' a l l i t e r a t i o n , se perdant dans l e s phrases e l l i p t i q u e s et parfois incorrectes. Neanmoins, s i l a poesie lyrique est 1'expression intime de sentiments personnellement eprouves, profondement ressentis, et "recollected i n t r a n q u i l l i t y " (selon l a phrase de Wordsworth) Beauchemin, meme quand i l s'adonna trop aux leqons de ses maitres, fut par son lyrisme l e seul poete authentique de cette periode. i CONCLUSION L'Ecole de Quebec eta i t une plelade de province, une coterie d'imitateurs qui s'abreuverent a la source romantique de l a France comme cette autre PleSade se modela sur 1 T I t a l i e . Presque toute leur creation poetique fut empruntee, mais a mesure que le x i x e siecle s'approchait de sa f i n , cette poesie prenait des racines presque imperceptibles dans un sol nouveau qui f i t heureusement eclore, i c i un sonnet intime et personnel, l a une chanson sincere et o r i g i n a l e . E l l e eut son " i l l u s t r a t e u r " , bien que l ' e x i l de Cremazie ne produisit pas de "Regrets" pour eom- penser son "Olive"; et s i Lemay chantait sa "douceur angevine" et Beauchemin c u e i l l a i t des roses, un Ronsard canadien ne parut pas. Nous avons debute cet examen avec Octave Cremazie car ce fut avec l u i , a cause de l u i , que le r e v e i l poetique au Canada franqais p r i t son premier essor. II fut l e type meme du v u l g a r i - sateur, de l' i n t e r p r e t e qui fraye l a voie a ceux, peut-etre plus doues, qui suivent. Mais, comme au x v i e s i e c l e franqais, qui dut aussi apprendre a mettre des f r e i n s a 1 Tenthousiasme, l a reve- l a t i o n soudaine de tant de richesses inattendues resulta des l'abord dans la m u l t i p l i c a t i o n des imitations a l'outrance et i l est seulement au t i t r e d'innovateur que l a monotonie, l a p r o l i x i t e , enfin l a mediocrite de Cremazie se j u s t i f i e n t . 104 Ce fut l ' 6 c l e c t i q u e p a r f a i t , tembignant a peine d Tune idee originale dans toute son oeuvre. Ses sources principales furent l e s Odes et Ballades, oeuvre pseudo-classique de V. Hugo, Les Meditations de Lamartine, l e s Poesies de 1830 de Gautier. La grande pa r t i e de sa v e r s i f i c a t i o n est hugolienne malgre 1 'evidence de " l ' a r t pour l ' a r t " ; sa tropologie fut prise partout, tenant du classicisme par ses prosopopees et ses metaphores "primitives", du romantisme par ses assimilations, ses comparaisons, et de Victor Hugo encore par ses metaphores verbales. I l dut l a meilleure partie de son vocabulaire poetique au romantisme, car le s i en fut f a i b l e et prosalque; Hugo y fut toujours preponderant mais l a contribution de Gautier y f u t considerable. S ' i l y a l i e u de p a r l e r d'une influence principale sur le processus createur de Cremazie, e l l e reside dans le lexique et dans l a prosodie de Vi c t o r Hugo. Nous avons r e s i s t e a l a tentation de parler de " 1 *evolution" de l a poesie canadienne entre I85O et 1895 p u i s q u ' i l s'agissait a cette epoque d'un p e t i t groupe de poetes mineurs qui ne f a i s a i e n t que suivre les tendances etrangeres, au l i e u d ' i n i t i e r les leurs. Une evolution, en tant que l a manifestation d'un progres, est en v e r i t e l a trace des rares genies qui ont renouvele l e s l e t t r e s a n'importe quelle epoque; e l l e ne peut pas t e n i r compte des multi- tudes de p e t i t s talents estimables qui fourmillent aux pieds des maitres et qui la soutiennent. Ces p e t i t s talents, s i importants qu'ils soient, ne l u i donnent aucune impulsion nouvelle, et s i l e mouvement qui eut l i e u autour de Quebec fut p l e i n d ' a c t i v i t e , l e s 105 v r a i s maitres furent absents. Dans ces conditions ce mouvement ressemblait plutot aux courants confus de l a maree qui changent de d i r e c t i o n d'heure en heure; c'etaient toujours, au fond, les memes vagues mais e l les se surimposaient l'une sur l'autre. Et quelquefois e l l e s l a i s s a i e n t de nouvelles epaves... Parmi ces courants•Lamartine et Chateaubriand furent responsables pour l a grande partie de 1'oeuvre totale de Pamphile Lemay. Mais, a l a difference d'un Frechette et d'un Chapman qui perpetuaient l e fond romantique dans leurs oeuvres l e s plus parnassiennes de forme,"1' Lemay parvint a s'approprier l ' e s p r i t du verbe parnassien en l'accommodant a ses propres f i n s , a s a i s i r 1'impassibility de " l ' a r t pour l ' a r t " sans en accepter l e s bornes. On doit d i r e que, s i presque toute l a creation poetique de Lemay-- sujets, formes, v o c a b u l a i r e — e s t redevable a l'ecole romantique, ce fut evidemment c e l l e - c i qui eut la plus grande influence quantitative sur son oeuvre; mais i l f a l L a i t l a force motrice de l a pensee amoureuse et philosophique du jeune Sully-Prudhomme, et quelques imitations de Heredia, pour le lancer vers sa meilleure contribution technique au progres de la poesie canadienne: Les Gouttelettes. 1. Voir Nevermore de Chapman (Les Fleurs de Givre, p. 143), sonnet dont le t i t r e renferrne tout ce qu'on peut a t t r i b u e r a Verlaine (ou d ' a i l l e u r s a Po8). 106 Beauchemin est la preuve par excellence de l'erreur de parler de l a p e r f e c t i b i l i t y en poesie canadienne-franqaise - l e s courantS; n'avaient que c i r c u l e de nouveau et l a vague lamartinienne s f e t a i t simplement amoindrie chez un poete qui, en 1924,^ publia des vers juxtaposant, d'une part, des imitations des romantiques canadiens et, de 1'autre, l e Gautier des Emaux et Camees et le Verlaine de 1880. En e f f e t ses themes se doivent en grande partie a l'ecole romantique franqaise: Lamartine, Gautier, et a Verlaine (et a l a chanson populaire); ses tropes sont principalement classiques- romantiques, son vocabulaire, une synthese de Lamartine, de Victor Hugo, de Gautier romantique - et du missel. Mais ce qui le rend interessant a cette 6tude, c'est que 1'element inconscient qui domine dans son oeuvre l u i provient de l a prosodie d'un chef du decadentisme; c'est quand meme une avance sur ses predecesseurs et sur ses contemporains qui presage Emile Nelligan et l e s meilleurs poetes de l'Ecole de Montreal. Nous avons constate l e s d i f f i c u l t e s et les decouragements eprouves a cette epoque; les questions c r i t i q u e s de l a valeur r e l a t i v e de cette poesie en tant que poesie et la p o s s i b i l i t y d'eviter l e s influences sont hors des cadres de cette etude. Celui qui voit la poesie comme un a r t gratuit ou l a morale n'a aucun 2 rapport partagera l ' a v i s de M. Ch. ab der Halden: "On ne plaide 2. Ch. ab der Halden, Nouvelles Essais de l a L i t t e r a t u r e Canadienne, p. 263. 107 pas en poesie l e s circonstances attenuantes." Celui qui v o i t l a poesie comme l a plus haute expression l i t t e r a i r e du coeur humain n'acceptera pas comme j u s t i f i c a t i o n cette remarque pourtant vraie: "Le poete canadien-type e t a i t un homme de bureau:...il aimait l a poesie, ou i l voyait surtout un agreable passe-temps, et consacrait ses l o i s i r s a taquine r l a Muse1, comme on f a i t un puzzle ou des mots croises. II assemblait de petites mosaSques verbales.. .. Pourtant, s i cette derniere observation est juste nous avons l a , nous serable-t-il, une ex p l i c a t i o n importante des progres hesitants de l a poesie canadienne-franqaise: e l l e a eu trop peu de t h u r i f e r a i r e s . Les quelques ames dediees ont eu le malheur de mourir jeunes et le champ a ete aux di l e t t a n t e s . Ceci pourrait expliquer pourquoi, bien que l'on puisse f a i r e des rapprochements tres proximatifs entre'les mouvements canadien et franqais, l a precision analytique ne f a i t que souligner l e s ef f e t s confus des influences d'outre-mer: dans ces conditions i l n'est plus question d'une evolution l i n e a i r e car on n'a a f f a i r e qu'a une suite de "quanta" poetiques plus ou moins r e l i e s . Sans 1 * e s p r i t qui motivait les actions et les reactions franqaises, l a poesie au Canada au x i x e s i e c l e ne fut qu'une synthese d'influences surabondantes. L'Ecole de Montreal h e r i t a les influences avec l e s perfectionnements ce qui, en f a i t , ne pouvait que leur f a i r e obstacle dans leurs e f f o r t s vers l a creation d'une poesie vraiment canadienne. 3 . J. Paul-Crouzet, Poesie au Canada, p. 3 4 1 - 108 Bibliographie I - Documents (recueils individuels par ordre de date de publication): Beauchemin, N. Les Floraisons matutinales, Trois-Rivieres, V. Ayotte, 1897- Patrie Intime, harmonies, Montreal, 1928. Choix de poesies. Preface par Clement Marchand. Trois-Rivieres, Editions du Bien Public, 1950. Bibaud, Michel. Ep i t r e s , satires, chansons, epigrammes et autres pieces de vers, Montreal, 1 8 3 0 . Chenier, A. M. Oeuvres completes, Paris, Bibliotheque de l a Pleiade, N . . R . F . , 1 9 4 0 . Cremazie, 0 . Poesies, Montreal, Beauchemin, 1925 - comprend "Octave Cremazie", par H. R. Casgrain, et fragments de l e t t r e s de 0. Cremazie. Delavigne, J. F. Casimir. Oeuvres completes, nouv. ed., Paris, Firmin-Didot, 1 8 7 0 . D e l i l l e , J.-M. Oeuvres, Paris, Michaud, 1812. Gautier, Th. Poesies completes, C o l l e c t i o n des Classiques Franqais, Paris , Firmin-Didot, 1932, t t . I-III. Heredia, J.-M. Les trophees, Paris, A. Lemerre, (s.d.) Hugo, V. Oeuvres poetiques completes, Montreal, ed. Bernard Valiquette, 1 9 4 4 . Lamartine, A.-M.-L. de. G r a z i e l l a , Paris, Hachette, 1913 . Premieres meditations poetiques, Paris, 1912. . Nouvelles meditations poetiques, Paris, 1914 . . Harmonies poetiques et r e l i g i e u s e s , Paris, 1 9 2 2 . 109 Leconte de L i s l e , C.-M.-R. Poemes ..antiques, Paris, A. Lemerre, 1886. Lemay, L.-P. Essais poetiques, Quebec, G. E. Desbarats, I 8 6 5 . Deux poemes couronnes par l T U n i v e r s i t e Laval, Quebec, P.-G. D e l i s l e , 1870. Les Vengeances, poeme canadien, Montreal, 1 8 7 5 . Une Gerbe; poesies, Quebec, 1879- Fables canadiennes, Quebec, 1 8 8 2 . P e t i t s poemes, Quebec, 1 8 8 2 . . Les Gouttelettes, sonnets, Montreal, Beauchemin, 1904. — ; . Les epis, Montreal, Guay , I 9 1 4 . Reflets d'antan; poemes, Montreal, Granger, 1916. Lenoir-Rolland, J. Poemes epars, publies par C. Hebert, Montreal, 1916. Musset, A. de. Poesies completes, ed. de l a Plelade, Paris, Gallimard, 1 9 5 1 . Sully-Prudhomme, R.-F.-A. Oeuvres, A. Lemerre, 1 8 8 3 - 1 9 0 9 . Verlaine, P. Oeuvres poetiques completes, ed. de l a PleS'ade, Paris, Gallimard, 1959 . Vigny, Alfred, conte de. Oeuvres completes, ed. de l a PleSade, Paris, Gallimard, 194'8~i II - Bibliographie speciale: Bessette, G. Les images en poesie canadienne-frangaise, Montreal, Beauchemin, I960. Bisson, L.-A. Le romantisme l i t t e r a i r e au Canada frangais, Paris, E. Droz, 1932"; : 110 III - Ouvrages generaux: Aries, Henri d'. Essais et conferences, Quebec, 1 9 1 0 . Barthe, J.-G. Le Canada reconquis par l a France, Paris, Ledoyen, 1 8 5 5 . Souvenirs d Tun demi-siecle; ou, Memoires pour se r v i r a ^ h i s t o i r e contemporaine, Montreal, J. Chapleau et f i l s , 1885. Bibaud, Maximilien. Dictionnaire historique des hommes i l l u s t r e s du Canada et de l'Amerique, Montreal, Bibaud et Richer, 1857. Brunet, B. His t o i r e de l i t t e r a t u r e canadienne-frangaise, Montreal, 1 9 4 6 . Chapman, W. Le laureat, Quebec, L. Brousseau, 1 8 9 4 . Casgrain, H.-R. Octave Cremazie, Montreal, Beauchemin, 1912 . Charbonneau, J. Pes influences frangaises au Canada, Montreal, Beauchemin, 1 9 1 6 - 2 0 , (3 v o l s . ) . Chauveau, P.-J.-O. L T i n s t r u c t i o n publigue au Canada, precis historique et s t a t i s t i q u e , Quebec, 1876. : Dandurand, A. La poesie canadienne-frangaise, Montreal, Levesque, 1933 • Fournier, Jules, ed. Anthologie.des poetes canadiens, preface par O.livar Asselin, Montreal, 1 9 2 0 . Godefroy, F.-E. Histoire de l a l i t t e r a t u r e frangaise au. x i x e s i e c l e , Paris, 1 9 0 9 . Grammont, M. Le vers frangais, ses moyens d fexpression, son harmonie, Paris, H. Champion, 1913 . Halden, Ch. ab der. Etudes de l i t t e r a t u r e canadienne-frangaise, Paris, F. R. de Rudeval, 1 9 0 4 . • Mouvelles etudes de l i t t e r a t u r e canadienne- frangaise, Paris, 1 9 0 7 . Hebert, M. De l i v r e s en l i v r e s ; essais de c r i t i q u e l i t t e r a i r e , Montreal, L. Carrier, Les Editions du Mercure, 1 9 2 9 . Huston, J. Repertoire national, Montreal, J. M. Valois, 1 8 9 3 , (4 v o l s . ) . I l l Klinck, G.-A. Louis Frechette, prosateur, Levis, Le Quotidien, 1 9 5 5 . La Grasserie, Raoul, baron de. Des principes s c i e n t i f i q u e s de l a v e r s i f i c a t i o n franqaise, Paris, 1 9 0 0 . Lanson, G. et Tuffrau, P. Histoire de l a l i t t e r a t u r e franqaise, Paris, Hachette, 1 9 3 1 . Lareau, E. Hi s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne, Montreal, J. L o v e l l , 1874 . Marmette, J. Recits et Souvenirs, Quebec, C. Darveau, 1 8 9 1 . Marmier, X. Lettres sur l'Amerigue, Paris, A. Bertrand, 1 8 5 1 . Martino, P. . Verlaine,. Paris, Boivin, 1 9 2 4 . Morel, E. Bibliotheques, Paris, Mercure de France, 1 9 0 9 . Paul-Crouzet, J. Poesie au Canada, Paris, Didier, 1946. Riese, L., ed. L'ame de l a poesie canadienne-frangaise, Toronto, . Macmillan, 1955- Rouillard, E. Les, bibliotheques populaires, Quebec, L.-J. Demers, 1 8 9 0 . Roy, C. A 1*ombre des erables, Quebec, 1 9 2 4 . Essais sur l a l i t t e r a t u r e canadienne, Montreal, Beauchemin, I 9 2 5 . H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne; nouv. ed., Quebec, l'Action Sociale, 1 9 3 0 . Nos origines l i t t e r a i r e s , Quebec, 1909• — ~ • Nouveaux essais sur l a l i t t e r a t u r e canadienne, Quebec, 1914. Regards sur les l e t t r e s , Quebec, 1 9 3 1 . Rumilly, R. Histoire de l a province de Quebec, Montreal, B. Valiquette, 1 9 4 0 . . Histoire du Canada, Paris, La Cle d'Or, 1 9 5 1 . Sylvestre, G., ed. Anthologie de l a poesie canadienne d'expression frangaise, precedee d'une introduction, Montreal, B. Valiquette, . 1 9 4 2 . 112 Tetu, H. Journaux de Levis, Quebec, 1898. Journaux et revues de Montreal, Quebec, 1881. Journaux et revues de Quebec, Quebec, 1883. Thibaudet, A. Histoire de l a l i t t e r a t u r e frangaise de 1789 a nos .jours, Paris, Stock, 1936. Tougas, G. Histoire de l a l i t t e r a t u r e canadienne-frangaise, Paris, Presses Un i v e r s i t a i r e s de France, I960. Viatte, A. H i s t o i r e l i t t e > a i r e de l'Amerique frangaise des origines a 1950, Quebec, Presses Unive r s i t a i r e s Laval, 1954. Whiteley, J.-H. Etude sur l a langue et l e style de Leconte de L i s l e , Oxford, The University Press, 1910. ) APPENDICE Precis des d e f i n i t i o n s , observations et con- clusions t i r e e s des IMAGES EN POESIE CANADIENNE- FRANCAISE (G. Bessette) et employees dans cette etude. 114 APPENDICE Nous resumons i c i les observations et l e s conclusions qui se trouvent dans Les Images en Poesie Canadienne-frangaise, de Gerard Bessette,* et dont nous nous sommes servis: dans nos enquetes: La formation des figures est i n d i v i s i b l e de c e l l e du langage meme; l a creation d'images chez l ' e c r i v a i n comptent parmi ces actes inconscients, f a i t s automatiquement aux moments d ' a c t i v i t e intense, qui trahissent l'homme a 1'observateur. Done, quelles que soient l a personnalite et l a technique d'un poete, l'etude de ses images presente un moyen de deceler l e processus inconscient de l a creation poetique chez un poete d'apres l e nombre et l a nature de ses figures de s t y l e . . . Les tropes en franqais peuvent se d i v i s e r en images dites "fondamentales" (ou "primitives") parce que toutes l e s autres varietes peuvent s'y ramener: comparaisons, metaphores, assimi- l a t i o n s , symboles, reves. Ces categories peuvent se r e d i v i s e r encore comme suivent: comparaisons globales et p a r t i e l l e s ; metaphores simples et composees (les metaphores composees peuvent etre verbales, nominales, ou adjectives). II y a en outre des images derivees, t e l l e l a prosopopee et l a transposition (ou le poete attribue a une chose perque par un sens le pouvoir de l ' e t r e par un autre) . *Le chapitre I i n toto; l e chapitre II, pp. 49-64. 115 Enfin i l y a l a notion d'ascendance: les images ascen- dantes assimilent une classe biologique a une autre superieure ou font passer une chose du concret a l ' a b s t r a i t ; l e s descendantes suivent l a marche inverse; l e s horizontales occupent le meme p a l i e r de vie ou d fabstraction. II est possible d ' e t a b l i r des tableaux generaux repre- sentant l a "physionomie" (les t r a i t s d i s t i n c t i f s ) tropologique des grands mouvements poetiques et d^arreter un indice d* evolution (ou de "modernite") d'un t e l poete selon sa "physionomie" person- n e l l e . Celui qui u t i l i s e une proportion exceptionnelle de tropes predominants dans un mouvement anterieur est, par cette d e f i n i t i o n seulement, "regressive". V o i c i l e s t r a i t s principaux qui ressortent de ces tableaux: - l a proportion des tropes chez l e s classiques est inferieure a c e l l e apparente dans l e s autres mouvements; de ces tropes, les metaphores simples et l e s prosopopees representent l e plus grand nombre, ce qui entraine une grande proportion d'images ascendantes; - l e s comparaisons, l e s metaphores (surtout chez Hugo), et l e s assimilations sont abondantes chez l e s romantiques; - l e tableau des Parnassiens ressemble beaucoup a c e l u i des grands classiques: Heredia compte peu de tropes ( l ' a c r i b o l o g i e remplace l e s tropes pour I n v o c a t i o n imagere) ; Leconte de L i s l e manif este une profusion de metaphores simples et de prosopopees. 116 (A noter: le f a i b l e nombre de tropes chez les classiques est une consequence du souci de l a c l a r t e i n t e l l e c t u e l l e qui l e s caracterise; pour l e Parnasse, i l est par raison de leur reaction contre les "exces" de l'ecole romantique).

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
Senegal 9 0
China 9 0
Canada 3 0
United States 2 0
France 2 0
Romania 2 0
Belgium 1 0
Benin 1 0
City Views Downloads
Unknown 13 10
Beijing 9 0
Guelph 2 0
Cotonou 1 0
Liège 1 0
Mountain View 1 0
Gatineau 1 0
Ashburn 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items