UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La conception du grotesque dans le drame romantique Lieven, Dagmar Elisabeth 1937

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1937_A8_L5_C6.pdf [ 11.21MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0105327.json
JSON-LD: 831-1.0105327-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0105327-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0105327-rdf.json
Turtle: 831-1.0105327-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0105327-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0105327-source.json
Full Text
831-1.0105327-fulltext.txt
Citation
831-1.0105327.ris

Full Text

LA CONCEPTION DU GROTESQUE DANS LE DRAME ROMANTIQUE by Dagmar E l i s a b e t h Lieven 5)c * 5f= A T h e s i s submitted f o r the Degree of MASTER OE ARTS i n the Department ' of MODERN LANGUAGES * * / The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia 1. Chapitre ler. •IE GROTESQUE DAMS LA LITTERAfURE QQURTOISE D>INSPIRATION GELT I QUE. Linfluence etrangere sur I 1element grotesque dans l a l i t t e r a t u r e franqaise anterieure a. l'lpoque romantique re~ monte a deux sources principales: le fol k - l o r e celtique, et l'antiquite classique. Acette derni&re se rattache une autre espece du grotesque, c e l u i qui-se developpa autour de l'eglise m^dievale. De tous les grotesques, le classique est le plus sympathique a 1'esprit gaulois, surtout dans le drame, car i l t i r e son inspiration des abeurdites de l a vie r e e l l e , tandis que le grotesque celtique porte une teinte de mysti-cisme nordique peu naturel au caractere raisonnable des Eran-cais. Oomme le grotesque celtique se manifests le premier dans l a l i t e r a t u r e franchise, examinons-le d'abordo Parmi les personnages du roman courtois du 12e sidcle i l y en a un qui se detache du ton pour l a p&upart i d e a l i s t e du canevas. C'est un £tre gigantesque et singulier, en somme WbvMf-i grotesque. Les d e t a i l s varient un peu de roman en roman, mais 1'essential reste le meme: l a grandeur et 1'aspect bizarre. Get Element incongru est une survivance du f o l k -lore celtique qui avait pene'tre dans l a l i t t e r a t u r e franchise raedievale a, travers l a Matidre de Bretagne. Ge qui distingue l a Matiere de Bretagne des autres c y c l e s medievaibc, c'est l e charme mysterieux qui se repand sur l e s aventures chevalresques du r o i Arthur et de ses k p a l a d i n s de^Table Sonde. "Cette etrangete, ce myst^re, c o n s i s t e non seulement en l e s Elements traditiohjs&s des s u p e r s t i t i o n s p o p u l a i r e s ; - l e s metamorphoses et l e s d i s p a r i t i o n s inattendues; l e s armes et l e s barques enchanters; l e s grants, l e s nains et l e s monstres. I I c o n s i s t e a u s s i blen en l a suggestion s6-duisante qui d o i t p a r f o i s se presenter & chaque l e c t e u r impressionable que l a s i g n i f i c a t i o n est plus profonde q u ' e l l e ne semble. Ce. n'est pas seulement Matthew Arnold , qui a p r l s a v o i r l u l e s contes du Mabinogion c r o i t que, l e conteur moyenSgeux p i l l e une a n t l q u i t e dont i l ne pos-sede entierement le s e c r e t . . . . . . i l c o n s t r u i t , mais ce q u ' i l . c o n s t r u i t est plein de m a t 6 r i a u x dont i l ne connart pas l ' h i s t i i r e , ou q u ' i l ne connalt que par une t r a d i t i o n obscurcie, - des p i e r r e s d'une a r c h i t e c t u r e p l u s ancienne, plus grande, p l u s a d r o i t e-, p l u s majestueuse". (1) Mais l e s monuments de c e t t e a r c h i t e c t u r e ancienne sont tellement rares et de'labres, qu'il est p r e s q u 1 i m p o s s i b l e de r a t t a c h e r d e f i n i t i v e m e n t l e s llgendes d 1 A r t h u r a une mythologie p r i m i t i v e . P l u s i e u r s t e n t a t i v e s ont 6z6 f a i t e s , mais ce ne, sont que des hypotheses, et i l faut l e s c o n s i d ^ r e r comme t e l l e s . Parmi l e s p l u s h a b i l e s i l faut compter c e l l e de Roger Loomis (2), qui r a t t a c h e d i v e r s personnages de l a Matiere de Bretagne au dieu s o l a i r e de l a mythologie i r l a n -daise, " C u r o i " . Sans d i s c u t e r i c i l a v a l i d i t y de l a the"orie presentee dans c e t t e e*tude de mythologie c e l t i q u e , qui, pour ingenieuse qu'§lle s o i t , n'est appuye'e par aucune preuve convaincante, et dont l ' a c c e p t i o n ne repose que sur l a ere-d u l i t e du l e c t e u r , i l s e r a i t i n t e r e s s a n t d 1examiner c e r t a i n s (1) Loomis, C e i t i q u e Myth and A r t h u r i a n Romance, p. 3 (2) C e l t i c Myth and A r t h u r i a n Romance. 3. t r a i t s communs, indiques par M. Loomis. Un fl.es travestisseiaents nombreux du dieu Curoi est c e l u i du "bachlach", c'est a d i r e ^ d'un p&tre gigantesque. V o i c i l a d e s c r i p t i o n de ce "bachlach" t e l q u ' i l se presents aux heros d ' U l s t e r : "... l i s v l r e n t un p&tre, grand et tr e e hideux, qui s'ap-p r o c h e l t d ' e u x . . . . . i l n'y a v a i t parmi l e s homines d ' U l s t e r un seul h l r o s , dont l a t a i l l e s e r a i t irie*me l a moiti£ de l a sienne Veuu d'une v i e i l l e peau et envelopp6 dans un manteau n o i r , et sur l u i l ' ^ p a i s s e u r d'un arbre, grand comme un b e r c a i l d'hiver ou p o u r r a i e n t s ' a b r i t e r t r e n t e agneaux. II a v a i t de f ^ r o c e s yeux jaunes, chacun d'eux re s s o r t a n t de sa t^te.comme un chaudron qui c o n t i e n d r a i t un grand boeuf. Chacun. de ses d o i g t s 6tait de l'tjpaisseur du poignet d'un homme o r d i n a i r e . . . . .Dans sa ma'in d r o i t e une hache, f a i t e de cent-cinquante mesures de metal a r -dent." (1) T e l est l e personnage mythologique. Passons main-tenant a un des premiers monuments de l a l i t e r a t u r e c e l t i q u e , l e Mablnogion. Dans l e conte de Kilhwch et Olwen se trouve l a d e s c r i p t i o n d'un p&tre gigantesque. "Et en haut du t e r t r e i l y a v a i t un pa*tre gardant ses moutons. . Et i l p o r t a i t une' couverture de peaux; et a .son eeH6 e t a i t un m&tin p o i l u , p l u s grand qu'un c o u r s i e r de neuf ans.. Jamais i l n'avait perdu melne un agneau de son troupeau, sans p a r l e r des rnoutons. II p r o f i t a tou-jours de I'accasion pour f a i r e quelque mal. '. II brftla de son h a l e i n e tous l e s arbres et l e s buissons morts ". (£) . La parent^ de cet e^tre sauvage avec l e v i l a i n 'de*~ c r i t par C h r l t i e n de Troyes dans Yvain ou _le Ch e v a l i e r au L i o n est evident: (1) Loomis, p. 56, (2) Mab., p. 108. "Un v i l a i n qui r e s s a n b l o i t mor, -Grant et hideus a desmesure, ( E i n s i t r e s l e i d e creature, • 290 Qu'an ne p o r r o i t d i r e de boche), V i je s e o i r sor une coche, Une grant mac^ue an sa main. Je m'aprochai vers l e v i l a i n , S i v i q u ' i l ot grosse l a teste 295. Plus que roncins ne autre beste, Chevos mesles et f r o n t p e le, . ' , S'ot plus.de deux espanz de l e , r.r: • O r o i l l e s mossues et granz Auteus com a uns o l i f a n z 300 Les s o r c i z granz et l e v i s p l a t , Ganz de choete et nes de chat, -Boche fandue comme l o s , , Dans de sangler aguz et ros, Barbe noire, grenons t o r t i z , 305 Et l e manton aers au p i z , Longue eschine, t o r t e et bocue. Ap o i i e z f u sor sa mac'ue. Vestuz de robe se estrange Q u ' i l n'.-i a v o i t ne l i n ne lange, 310 Ainz ot a son c o l atachiez De deu-s t o r i a u s ou de deus bues. De m&ne i l est f a c i l e d'apercevoir l a ressemblance de ce v i l a i n avec e e l u i que rencontre Aucassin dans l a for&t. " . . . . s i v i t un v a l l e t t e l con je vos d i r a i . Grans e s t o i t et rnervellex et l a i s et hidex; i l a v o i t une grande hure plu s n o i r e q'une carbouclee, et a v o i t p l u s de planne paume entre deus ex, et a v o i t unes grandes joes et un grandisme nes p l a t et unes grans narines l e e s et unes grosses l e v r e s p l u s rouges a'une carbounee et uns dens gaunes et l a i s ; et e s t o i t caucies d'uns h o u s i -ax et d'uns s o l l e r s de buef f r e t e s de t i l l e dusque de-seure l e genol, et e s t o i t a f u l e s S'une cape a deus en-vers, s i e s t o i t a p o i i e s sor une grande mague," (1) Tout c e l a est en accord avec l a t h e o r i e d i t e " i n -s u l a i r e , a propas des o r i g i n e s des legendes arthuriennes. (1) Aucassin et IJi c o l e t t e , XXIV, v o i r Mario Eoques, I n t r . , p Sans accepter ne"cessairement 1 ' e x p l i c a t i o n du mythe s o l a i r e , l e s rapports entre l e s contes i r l a n d a i s et l e s romans fran*-c a i s du 12e s i ^ c l e semblent assez evidents - l e s contes g a l l o i s du Mabinogion formant l e l i e n entre l e s deux. Le v i l a i n U'est pas l e s e u l ^ element grotesque i n -t r o d u i t dans Aucassin et M c o l e t t e . L 1Episode au pays de Torelore (K), b i e n que fond^ sur un f a i t anthropologique, est tout a f a i t grotesque. I I ne forme p o i n t une p a r t i e I n t e g r a l e de l a c a n t e - f a b l e , et son i n t r o d u c t i o n la-dedans peut §tre a t t r i b u e enti^rernent au d e s i r du conteur inconnu d'amuser son p u b l i c . Le but p r i n c i p a l de l a l i t t ^ r a t u r e c o u r t o i s e est l e p l a i s i r des a u d i t e u r s . Or, l'humanite s'est toujours i n t e -ress^e a tout ce qui r e s s o r t de 1 ' a c t u a l i t y q^otidienne. Ce gout de 1 *extraordinaire p r o d u i t d'un c6"t£ l e grotesque, et de 1 'autre l e m e r v e i l l e u x - l e r i r e et l'^tonnement, Tous l e s deux jouent un rt>le assez important dans l a l i t t ^ r a t u r e m6dievale d ' i n s p i r a t i o n c e l t i q u e . L'element s u r n a t u r e l est tr£s prononc^ dans l e Roman de T r i s t a n et Isout, qui date l u i a u s s i du 12e s i ^ c l e . Peti*-§tre retrouvons-nous m§me une autre v e r s i o n du "bach-l a c h " dans l e Morholt, ce c h e v a l i e r gigantesque du r o i S ' l r -lande. Mais ces r e s t e s de mythologie c e l t i q u e de c6"te, on trouve a u s s i une autre sorte de grotesque - qui r ^ s u l t e (1) Aucassin et U i c o l e t t e , XXVIII d'un realisme pousse au p l u s haut degre. T e l est, par exem pie , 1'.Episode des l l p r e u x . "Or cent l l p r e u x , d^formls, l a c h a i r rongee et toute blanch&tre, accourus sur l e u r s b e q u i l l e s au c r a -quement des c r e c e l l e s , se p r e s s a i e n t devant l e bftcher, et, sous l e u r s paupidres e n f l ^ e s , l e u r s yeux sanglants /' j o u i s s a i e n t du s p e c t a c l e . " (1) Le rapprochement de l a Blonde Iseut a ces §tres_ hideux est encore p l u s grotesque - c'est comrne l a b e l l e Esmeralda par-mi l e s gueux de l a Gour des M i r a c l e s . Dans l e m%me roman, l a f o l i e simulee de T r i s t a n , et ses r6ponses grotesques sont signicS'acatives, car l e fou ©coupe une place tr£s importante dans l e s annales du gro-tesque, comrne i l l e f a i t dans l ' h i s t o i r e . (£) I I y a une p o s s i b i l i t y que ce g&ant du conte c e l -tique ne d i s p a r u t pas avec l a decadence de l a l i t t e r a t u r e c o u r t o i s e mais survecut dans l a t r a d i t i o n p o p u l a i r e . M. l'epoque de l a Renaissance parut l'oeuvre de Rabelais -Pantagruel, roy des Dipsodes, et deux annees plu s t a r d : l a Vie t r e s h o r r i f i c q u e da grand Gargantua, Pdre de Pantagruel. Rabelais est peut-&tre l ' ^ c r i v a i n grotesque par excellence -l e chef de ce pantheon qui comprend G r i n g o i r e , Villon,Cyrano et Scarron. (1) Roman de T r i s t a n et Iseut. p. 127. (2) L'§tude comprehensive du fou dans l a l i t e r a t u r e et dans l a societe', The F o o l par E n i d Welsford, donne des renseigne dents b i e n i n t e r e s s a n t s sur l e s u j e t . Le personnage c e n t r a l des deux l i v r e s de Rabelais, est l e geant Gargantua. L ' i d e n t i f i c a t i o n de ce grotesque avec " l ' H e r c u l e pantophage des G a l l o i s " r e s t e une pomme de contention. " I l y a v a i t , e c r i t M. T i l l e y ( 6 ) , jusqu'a recem-ment beaucoup de d i s c u s s i o n s i G-argantua f u t invent^ par Rabelais, ou s ' i l e x i s t a i t & 6 j a dans l a t r a d i t i o n p o p u l a i r e . Mais mention de l u i par Claude Boudigne dans l a " b a l l a d e " n i s e en te^te de l a Legende P i e r r e P a i f e u , q u ' i l f i n i t d ' e c r i -re l e 3 1 mars 1 5 3 1 , et qui f u t p u b l i e e en 1 5 3 2 , prouve d'une maniere concluante son existence a n t ^ r i e u r e . Egalement de-f i n i t i v e s sont l e s recherches de S e b i l l o t sur l a t r a d i t i o n a propos du sujet, dans l e s d i v e r s e s r e g i o n s de l a Prance. Les contes ayant rapport a Gargantua sont nombreux en Bre-tagne, ce qui s'accor.de avec l e f a i t que l e s Grandes chro-niques l e ratta c h e n t au c y c l e d'Arthur." De l 1 autre c/dt6, M. Henri Gaidoz, qui a v a i t c r u pou-v o i r conclure a u t r e f o i s dans son etude i n t i t u l e s : Gargantua. S s s a i de mythologie c e l t i q u e , (Revue archeologique, 1 8 6 8 ) : 1° que Gargantua est certainement un type a n t e r i e u r k Rabe-l a i s , et que ce mythe est c e l t i q u e , puisqu'on l e retrouve repandu en Prance, en Grande-Bretagne et non a i l l e u r s ; 2° que Gargantua est probablement l e deVeloppement p o p u l a i r e d'un Hercule g a u l o i s ; 3° q u ' i l f aut y v o i r peut-^tre un mythe s o l a i r e , a depuis l o r s comple"tement renonce a ces ( 1 ) T i l l e y , L i t , of the Renaissance, p. 1 8 3 , en note. 8 . hypotheses. (1) Presque r i e n de l a premiere forme du geant c e l t i q u e sauf l a grandeur s u r n a t u r e l l e ne s u r v i t en Gargantua. Au-cune t r a c e n i de mysticisme n i de m a l v e i l l a n c e ; 0 1 e s t un gexe de f a m i l l e d£vou£ - un homme de son s i l c l e , impregne' des ld6es de l a Renaissance. Avec Rabelais l a f r a n c i s a t i o n du farouche "bachlach" i r l a n d a i s est accomplie. I I est impossible d'enumerer l e i toutes l e s p a r t i e s grotesques dans 1 1oeuvre de Rabelais, car pour l e f a i r e , i l f a u d r a i t c i t e r Pantagruel et Gargantua i n extensio. B i e n au 1au fond de ces l i v r e s on trouve des idges philosophiques, p^dagogiques, etc., l e cadre lui-m^me est une gro t e s q u e r i e c o n t i n u e l l e . Pour terminer, on peut d i r e que l e grotesque au moyen age, et mfcme a 1 1epoque de Rabelais est encore b i e n p r i m i t i f . Son se u l but est de c o n t r i b u e r un element de g a i e t i k l a l i t t e r a t u r e assez s e r i e u s e . On ne trouve encore, dans son emploi, aucune a r r i e r e - p e n s e e . Ce n'est n i un e f -f o r t premedite de rehausser l ' e f f e t a r t i s t i q u e , n i m§me com-rne dans l a corned!e p r i m i t i v e des c l a s s i q u e s , une s a t i r e so-c i a l e . Au lSe sieJcle ce n' est, pour a i n s i d i r e , que l e "grotesque pur". (1) Rab., Oeuvres. Int., p. x x v i i i , en note. Ghapitre I I LE: GROTESQUE MIMIQUE, Les mimes symbolisent ce que I'on p o u r r a i t appeler 1 ' e s p r i t s l c u l a l r e - une j o i e de v i v r e et en m&me temps une r e a l i s a t i o n que l a v i e n'est qu'une p l a i s a n t e r i e . Cette con-c e p t i o n de l a v i e p e r s i s t a me'me lorsque l e paganisme ce"da au c h r i s t i a n i s m e . Aux saturnales romaines succlddrent l e s f&tes de l'ehie et des fous de 1'Europe- medievale ,et l a Corn-media d e l l ' A r t e , t e l l e que Moli&re l a connut, pfclt l a place des mimes antiques. Sont-ce l a des pirenom£nes isole's, ou f a u t - i l y v o i r un de"veloppement logique? Les recherches re*-centes sur ce suje t semblent i n d i q u e r que l e s mimes ne d i s -parurent pas entierement avec l a decadence de 1'empire r o -main, et que l a p l u p a r t des personnages de l a Commedia d e l l ' A rte sont l e s descendants en l i g n e d i r e c t e des types bouffons de 1* anti-quit a*. (1) Le mime p r i t naissance en Dorie a peu .pres s i x s i & c l e s avant J, C. L ' o r i g i n e des mimes n'est p o i n t dans l e s ceremonies r e l i g i e u s e s , mais souvent on l e s j o u a i e ^ t pendant l e s fe'tes bachiques -r a s s o c i a t i o n qui d e v r a i t i n d i q u e r assez clairement l e u r caract&re. Le s u j e t £tait esquisse* en avance, mais l e dialogue e t a i t a l ' i m p r o v i s t e et dependait de I'habi-(1) A l l a r d y c e M c o l l , Masks, Mimes and M i r a c l e s * 10, l e t e des acteurs eux-me*raes. D ' o r d i n a i r e des gestes expreB-s i l ^ s et m§me souvent des danses acrobatiques 1'accompagnai-ent. I l nous re s t e un grand nombre de vases et de s t a t u -ettes en t e r r e c u i t e et en bronze (1), qui representent d'une maniere v i v e et exacte ces acteurs mimiques - presque tons sont grotesques. Chaque difforrnite" physique e s t a c c u s e e et exageree - de l a ouate gene'reusement a p x ^ l l q u e e dorme 1'im-p r e s s i o n d'une bosse ou d'un ventre proeminent, P a r f o i s des masques grotesques rehaussaient l ' e f f e t b i z a r r e . he mime d o r i e n enfanta c e r t a i n s personnages t r a d i -t i o n e l s . Un t e l est l ' e s c l a v e p r i n c i p a l , l e pseudolle dans l a pie*ce du m£me nom, qui selon Duchartre (2), est l e p r o t o -type de 1 ' i n t r i g a n t B r i g h e l l a . "Rufus quidam, ve n t r i o s u s , c r a s s i s s u r i s , subniger, magno c a p i t e , a c u t i s o c u l i s , ore rubiconde, admodam mag-n i s pedibus." (3) I I y a a u s s i un autre esclave, "Maison", qui se c a r a c t ^ r i s e par sa gourmandise. Nous y trouvons a u s s i deux v i e i l l a r d s aux barbes pointues, qui sont peut-e^tre d ' o r i g i n e megarien. Les masques d'animal sont assez communs (4). D'autres mas-ques comiques representent des demons et des sorci&res - des (1) G i s e l a M. R i c h t e r , Grotesques,Am. Journ. of Archeology 1913, pp. -(2) Duchartre, Masques et Bouffons. ( 3 ) dans H i e o i l , Masks, Mimes and M i r a c l e s , p. 29. (4) L'Influence du mime sur l a com^die l i t t e r a i r e est appa-rente rn&me a c e t t e epoque. Dans l'oeuvre d 1Aristophane c e r -t a i n s personnages prennent l a forme d'anlmaux, d'insectes, etc 11 types qui se rattachent aux c r e a t i o n s terriaf i a n t e s de 1'ima-g i n a t i o n corome l e s chimeres et l e s gorgons. Un autre gro-tesque mimique c'est l e fou. I I se d i s t i n g u e par une t&te chauve, de longues o r e i l l e s pointues, un grand nez p a r f o i s crochu, des yeux e f f a r e s et une grande bouche avec des l e v -res epaisses. Quelquefois i l est represente avec une bosse et un ventre. L ' i n f l u e n c e des c o l o n i s t e s doriens p r o d u i t en I t a l i < une forme du mime improvise*, l e s "Phlyaques", qui forment l e l i e n entre le. mime grec et l e mime osque-romain, c'est a dire l e s Fables A t e l l a n e s , qui a l e u r tour influenc&rent l a com4-die i t a l i e n n e . l e s episodes du mime phlyaque sont t i r e s exclusivement de l a v i e r e e l l e . Comme dans l e mime d o r i e n i l y'a des types conventionnels; t r o i s sortes de v i e i l l a r d s ; l'homme mur e x e m p l i f i l par Heracle et A p o l l e (ce premier est vraiment grotesque)5 et quelques esclaves, p a r f o i s chauves. Pans l e s f a b l e s a t e l l a n e s i l y a quatre personnages p r i n c i p a u x . Tout d'abord i l y a Bucco, stupide et b a b i l l a r d ; i l est j o u f f l u et a une bouche immense; i l est " s u f f i s a n t , f l a t t e u r , sot, lfiche, fanfaron, e n f i n v o l e u r . . . . . " ( 1 ) . En-s u i t e i l y a Dossenus, autrement nomine' Manducus. C'est un §tre bossu avec un nez recourbe', une machoire exage'ree, et de grosses dents, Quelques masques indiquent une verrue sur l e f r o n t . P a r f o i s i l est chauve. Peut-^tre e s t - i l un des !•.:> (1) Duchatre, p. 69. 12. fous mimiques - ce qui est encore sugg^r^ par son e s p r i t mordant,, car souvent l a f o l i e n ' e t a i t qu'une p r o t e c t i o n pour une langue b i e n pendue. Un tr o i s i e m e masque est Maccus. Comrne Bucco i l est sot et gourmand; i l resserable a u s s i au "mimus calvus", o'est a d i r e au fou dhauve. Le quatrieme des personnages a t t r l b u e s aux a t e l l a n e s dans l ' a n t i q u i t e est Pappus, un v i e i l l a r d stupide, dupl par ses p l u s jeunes com-pagnons. Ce n'est que l a v e r s i o n osque^ romaine du v i e i l -l a r d deja mis en sc^ne par l e mime dor i e n . A ces quatre grotesques l e s savants modernes ajoutent un einquieme. C'est " C i c i r c u " l e coq, un masque d 1animal. H y.a des preuves convaincantes que l e mime de I 1 empire romain p e r s i s t a jusqu'au neuvieme s i e c l e (.1). M. N i c o l l en pr o d u i t d'autres pour montrer qu'une forme du mime e x i s t a i t au moyen'age. C ' e t a i t un genre tout a f a i t indepen-dent du drame r e l i g i e u x et cul t i v e ' principalement par l e s come'diens ambulants - l e s h i s t r i o n s et l e s jongleurs (2). "iesrtEo.upes qui ont garde" pendant l e s premiers si£cles de notre ere l e s t r a d i t i o n s l e s p l u s pures h£ri-tees des a t e l l a n e s , ont 6t6 certainement des troxipes ambu-l a n t es. .... qui ont su mener une existence p a r a l l e l e et indlpendente du grand t h e a t r e . Les peres de l*e"glise n'avalent jamais vu d'un bon o e l l l e s i n v e n t i o n s de ces comiques dont l e s p l a i s a n t e r i e s sentaient trop sotivent l e paganisme a p l a i n nez. Les comedies et l e s jeux des h i s t r i o n s ont et4 t r ^ s souvent (1) l i c o l l , p. 150. (2) v o i r l i c o l l , pp. 150-174. 13. i n t e r d i t s comme impies et sacrig-eleges..... .Puis ce f u t l ' e g l i s e m%me qui s'empara du Theatre pour mettre en scene de s i n g u l i e r e s comedies sacrees, melangees de mysticisme et de f a r c e Pourtant l e goftt du theatre e t a i t s i fortement en-r a c i n e en I t a l i e , que l e s t r a d i t i o n s anciennes p e r s i s -terent et survecurent a toutes l e s d e s o l a t i o n s . Vers 1224 St. Thomas p a r l e des " h i s t r i o n e s " et de " l ' h i s t r i o -natus a r s " comme d'un a r t qui s u b s i s t a i t depuis de longs Sii.'wCXos* • • • • • Au quatorzieme et au quinzieme s i e e l e s , en mime temps que s o u f f l e l e vent de l a Renaissance, l e v e r i t a b l e theatre reprend sa p l a c e et son importance anciennes. A c6te du theatre noble a p p r i s par coeur, l e theatre im-p r o v i s e mel£ de chants, de clowneries, de danses et de f a c e t i e s , l e tha"atre p o p u l a i r e et v i v a n t , l e s a t e l l a n e s , retrouvent l e u r vogue." (1) En examinant l e grotesque, i l ne faut p o i n t n e g l i -ger l'e'glise m^dieVale, E s s e n t i e l l e m e n t t h e a t r a l e dans son ca r a c t e r e , e l l e est une r i c h e source de d e t a i l s grotesques. Tout d'abord i l y a l a mise-en-scene de d i v e r s episodes t i -re's des Salntes E c r i t u r e s et des v i e s des s a i n t s . I c i l 1 e l e -ment bouffon forme l a c o n t r i b u t i o n o r i g i n a l e d u dramaturge. Comme dans l a v i e re^Lle, l e s difformes et l e s e s t r o p i e s de toutes sortes presentent un s p e c t a c l e amusant a l a f o u l e . Dans l e myst&re de l a Sainte Genevieve, 1'auteuf a i n t r p d u i t un bossu, un e s t r o p i ^ , un le*preux et un aveugle, " a f i n que l e j eu s o l t moins fade et p l u s p l a i s a n s " . (2)-Souvent l ' e f f e t comique depend de 1 ' i n t r o d u c t i o n (1) Duehartre, pp. 11 s s . (2) Creizenach, Geschiohte des neueren Dramas, I,p. 206. 14. dSun personnage s p e c i a l - l e fou (ou l e s o t ) , v£tu dans l e costume t r a d i t i o n a l de sa p r o f e s s i o n et portant une marotte. Ce r o l e est souvent Interp&le lorsque l a piece est deja. ache-vee, et son execution est a 1'improviste. Parmi l e s personnagescomiques i l faut a u s s i compter l e d i a b l e , car quel moyen p l u s e f f i c a c e de vaincre l e v i c e que de l e rendre r i d i c u l e ? Le d i a b l e p o r t a i t un masque hor-r i b l e , souvent representant un animal. " P l e s t vous o i r quel deable ce f u t : Le c h i e f ot gros m e r v e i l l e u s et v e l u Les yeux ot roux, et e l c h i e f embatu La gueule ot lee et l e s danz mult agu Teste ot de chat, cors de cheval c r i n u S i l a i d e beste en cest s i e c l e ne f u . . . . . . Le c h i e f hideus et oscur l e visage."(1) G T e s t un melange b i z a r r e de d i t a i l s grotesques qui r a p p e l l e n t a l a f o i s l e bouffon c l a s s i q u e et l e v i l a i n du roman d e c h e v a l e r i e . Les masques qui representaignt l e d i a -b l e sous une forme humaine n'e t a i e n t pas moins horribles. Une autre source d u grotesque se trouve dans l e s r e p r e s e n t a t i o n s des s o c i e t l s joyeuses, dont u n des p l u s ce-l e b r e s e c r i v a i n s e^fc G r i n g o i r e . (£) (1) M c o l l , p. (2) Lui-m&ne un grotesque, i l a et6 une source d ' i n s p i r a t i o n pour l e s romantiques, notamment V i c t o r Hugo, dans Hotre-Dame  de P a r i s , e t p l u s t a r d Theodore de B a n v i l l e dans sa piSce G r i n g o i r e . 1 5 . Chapitre III. LBS GROTESQUES LE LA COMMEPIA DELL' ARTE & LB CAPITAL. On peut dater l ' e s s o r de l a v e r i t a b l e Gommedia d e l l ' A r t e du debut de l a troupe d'Andrea Bealco, a l'epoque de l a Renaissance. I I s e r a i t oiseux de d i s c u t e r l e i en d e t a i l , l ' h i s t o i r e et l e s d i v e r s personnages de l a com^die i t a l i e n n e , qui d ' a i l l e u r s sont assez b i e n connus. I I s u f f i r a de noter que ces troupes d 1 i m p r o v i s a t i o n ont voyage presque partout en Europe, et ont l a i s s e l e u r empreinte sur l e th6'£tre des pays, meme l e s plus r e c u l e s . P u l c i n e l l a a peut-@tre exerce l a p l u s grande i n f l u -ence sur l e theatre p o p u l a i r e . On trouve ses descendants en Russie, en Hollande, en Allemagne (ou l e Hanswurst n'a ete chasse^ de l a scene par l a Ueuber qu'avec l a p l u s grande d i f -f i c u l t e ) , mais l e s autres personnages ont a u s s i trouve un a c c u e i l c o r d i a l a 1 J S t r a n g e r , et m£me l e grand Shakespeare n'a pas dedaigne^ de l e s admettre dans son oeuvre. Hors des jeunes amoureux et de quelques autres types peu importants, on peut r a t t a c h e r l e s personnages de l a Corn-media d e l l ' Arte a ceux des mimes antiques. "Itful gentilhomme ne l ' e s t p l u s par l'anciennete qu' A r l e q u i n ou P u l c i n e l l a , p u i s q u ' i l s peuvent nous montrer l e u r s ance'tres d i r e c t s sur l e s murs d'Herculaneum St de Pompei. Le berceau de l a f a m i l i e est A t e l l a en Campanie et v o i c i l a g a l e r i e des ance'tres: Bucco et l e voluptueux 16, Maccus, amssi maigre que lache, duality qui se resume en Pulcinella...„.."(1) Mais le personnage qui est peut-§tre le plus int^res-sant et certamement ce l u i quia ele^plus populaire avec les romantiques, c'est le capitan, d'un aspect redoutable et d'un naturel couard - poltron et fanfaron k l a f o i s . l e premier capitan est Manducus, l'ogre des a t e l l a -nes qui mangeait les enfants et culbutait plusieurs athletes d'un revers de main (2), Son successeur en ordre chronolo-gique est Pyrgopolynic e, le soldat fanfaron de Plaute qui proclame ses exploits he'rpiques dans un langage empoull. "Curate ut splendor meo s i t clupeo c l a r i o r Quam s o l i s r a d i i esse olim quom sudumst solent: Ut, ubi usus neniat, contra conserta manu Praestrlngat oculorum aciem i n aciem hostibus. Mam ego hanc machaeram mihi consolari nolo, lie lamentatur neue anirnum despodeat, Quaa se iam pridem feriatam gestitem, Quae misera gestit stragem facere ex hostibus," (3) Mais i l est vainqueur non settlement sur le champ de b a t a i l l e - c'est aussi un seducteur de coeurs, et m@me de coeurs de deesse, car i l annonce plus tard: "Venus me amat." (4) (1) Duchartre, p. 2. (2) Ibid., p. 233. (3) T. Macci P l a u t l Opera; Miles Gloriosus, I , i . (4) Ibid., vers 984. 17. B i e n que l'on puisse r e l i e r l e c a p i t a n de l a Coin-media d i l l ' A rte au M i l e s G l o r i o s u s de Plaute et m&ne r e -t r a c e r sonprigine aux a t e l l a n e s , i l est d'une c e r t a i n e facon l e p r o d u i t du quinzierne et du seizieme s i e c l e , qui v i r e n t une grande f l o r a i s o n de s o l d a t s mercenaires. I I est "bien n a t u r e l qui l e s c i i v i l s a i e n t tourne en r i d i c u l e l e condot-t i k r e , qui, p a r t i s a n de n'importe q u e l l e nation, e t a i t tou-jour s 1'ennemi p u i s q u ' i l v i v a i t sur l e pays, volant et v i o -l a n t . " l e s premiers capitans, ceux du XVe s i e c l e , e t a i -ent i t a l i e n s et d'une p o l t r o n n e r i e sans U n i t e s . Sous l a domination espagnole de c a p i t a n devient Matamoros, s'ha-"b i l l e " s e l o n l a na t i o n " et b a f o u i l l e . c a s t i l l a n . Sans perdre un gramme de son r i d i c u l e , l a p o l t r o n n e r i e du per-sonnage devient plus i n t e r m i t t e n t e ; c'est en de r n i e r l i e u q u ' e l l e se d l c l a r e Peu k peu l e type espagnol s ' e t a i t s u b s t i t u e completement au type i t a l i e n . Le Capitan est un des types de l a Commedaa d e l l ' A r t e , qui nous pouvons l e moins comprendre, comme T a r t a r i n pour qui n'a pas ve"cu dans l e M i d i . I I faut se souvenir de Scude'ry,. une plume dans une main et l'epee dans 1'autre, d e f i a n t C o r n e i l ^ e de l u i ^rouver que l e C i d a v a i t une val e u r . Le tres^SVrano de Bergerac, qui melangeait a son extravagante mais b i e n c e r t a i n e valeur des gasconnades a f a i r e f r e m i r , e t a i t a u s s i un c a p i t a n . " (1) Le Capitan entre assez t ot dans l a l i t t e r a t u r e f r a n -c h i s e . On l e trouve deja, parmi l e s personnages de l a Be-connue (1564), l a seule com^die de Remy Be l l e a u , poete de l a P l e i a d e . I I s ' a p p e l l e l e c a p i t a i n e Rodomont. Comme l e s autres capitans i l est amoureux de l'heroine, mais a u s s i , comme c'est l e eas avec l e s autres capitans l a b e l l e n'ep-(1) Luchartre, p. 2 3 4 . 18. rouve de son c6te l e s rn&nes sentiments. I I s u f f i t de c i t e r un e x t r a i t de son d i s c ours hyperbolique; "J'ay f a i t trembler, j'ay f a i t f r emir Cent f o i s l'ennemy en campagne, Et en Piemont, et en Espagne." (1) La b e l l e i l l u s t r a t i o n de Maurice Sand (2), accuse une moustache heriss6e, et une grande £pee d aspect.epou-vantable, ou pourtant une araignee a tiss6 s© t o i l e . Le c a p i t a n r e p a r a i t v i n g t annies p l u s t a r d sous l e m&me nom dans l e s Contens, eomedie en prose d'Odet de Tur-nfebe. Cette f o i s Venus semble 1'avoir emporte sur Mars. V o i l a ce q u ' i l avoue a son v a l e t : "11 faut b i e n d i r e que ce p e t i t d i e u Cupidon est beaucoup p l u s puissant que Mars, l e grand dieu des ba-t a i l l e s , puisque sa f o r c e m'a peu r e d u i r e sous son obe-issance et vaincre mon courage i n v i n c i b l e , ce au'un camp de cinquante m i l l e hommes n'eust sceu f a i r e . Je pense ffi'estre t rouv^ pour l e moins. en vi n g t et c i n q b a t a i l l e s rangees, et m'assure d 1 a v o i r combattu cent f o i s , sans l a premiere, en champ c l o s , arme, desarm4, a cheval. A d r i a n de Montluc, c-omte de Cra m a i l , . l e met en scene sous l e nom de c a p i t a i n e E i e r a b r a s dans l a Comedie de Proverbes de 1616. " . . . . . j e s u i s l e roy des. hommes, l e phoenix des v i l a i n s ; 3'extermineray et mettray a jambrebridaine tous ses ennemis......(4) (1) Eournier* p. 47. (2) Duchartre, en face de l a p. 26. Voir a u s s i M. Sand, Masques et Bouffons. iZ) E-ournier, p. 95. (4) I b i d . , p. 206. "Mes troupes en b a t a i l l e et l e b r u i t que je f o -ray, arme de p i e d en cap et jusques aux dents, l e s 6 -pouventera comme des e'teourneaux, ou b i e n l e u r donnera des a i s l e s aux t a l o n s pour l e s f a i r e r e v e n i r p l u s v i s t e qu'un t r a i c t d'arbaleste vous raraener l e th r e s o r qui ne peut e s t r e e s t i m 6 ny conneu que par l e f u r i e u x et t e r -r i b l e E i e r a b r a s . " (1) I l est, l u i a u s s i , amoureux: "Pour moy, je ne scay p l u s sur quel p i e d dancer, ny a quel s a i n t me vouer, ny de quel b o i s f a i r e f l S c h e , depuis l a veue de c e t t e p e t i t e Bgyptienne, pour qua mes soupirs sortent p l u s v i s t e qu'un c l i q u e t de moulin et a u s s i furieusement qu'un tonnerre." (2) Eodomont ne manque non pl u s aux Earces Tabariniques qui amusaient l e s f l a n e u r s sur l e Pont-Neuf, de 1619 a 1626. Encore une f o i s e s t - i l amoureux de 1 ' I s a b e l l a . Cette f o i s i l p a r l e un jargon quasi espagnol. "Io ritourne' d i Holandia, d i E l a n d r i a , I t a l i a , C a s t i l i a , et som i l mas v a l i e n t e Capitanio que l a t e r r a p r o d u i s i ; mas qua!qua parte que l a mea I s a b e l l a m i f a -to e s oorta....." (3) "La rabie f u r i o s a me transportado, l e f u r i e me tormenti; som i l mas desvergonsado c a p i t a n i o de toto l ' u n i v e r s o . " (4) Le P a l a d i n de l a Come'die des Come'dies ( 5 ) , est tou-jours l e mtme ca p i t a n . "A 1-aage de v i n g t ans i l n'y a v a i t p a r t i e du monde que je n'eusse courue pour treuver l a g l o i r e ; je f a i s o i s l a guerre aux Turcs et ausc he're'tiques; je pa-(1) Eournier, p. 206. (2) I b i d . , p. 241. (3) I b i d . , p. 233, (4) I b i d . , p. 234. (5) Pidee de du Peschier, c. 1627. 20. r a s s o i s aux sieges et aux combats Je passois b i e n souvent ausqu'a l a tyrannie, qui est odieuse a tout l e monde.... Et, s i au p o i n t de ma f u r e u r Dieu m'eust donn£ le gouvernement de ses foudres et de ses tonnerres, dans moins de v i n g t et quatre heures i l n'y eust de tours et de p a v i l i o n s au monde...* Mais maintenant que je r e c o i s a toutes heures des p l a i s i r s t r e s p a r f a i c t s et t r e s i n -nocens en l a douce conve r s a t i o n de ma maltresse, et que je recognois sainement qu'en l a perte de ma v i e une gran-de p a r t i e de l a v e r t u de nostre di&cle f e r o i t nauffrage, je c r o i s o i s e s t r e t r a i s t r e au p u b l i c et ennemy de moy-mesme s i je q u i t t o i s l e monde pour un peu de b r u i c t et de vaine g l o i r e . " (1) Les ffolies de Cardenio. tragi-comedie de 1629, est l a premiere des nombreuses pieces qui furent tiroes du Don  Quichotte (2). Le h^ros de Cervantes n'est i c i qu'un c a p i -tan tout pur. V o i c i ce q u ' l l d i t au f i d e l e Sancho Panca: r'Tu s g a i s que l e s p e r i l s m'ont este des esbas, Depuis que moh courage a cherch6 l e s combas: J'ay grav(j mon estime au s e i n de ika Memoire Et vuide de l a u r i e r s l e s a u t e l s de l a G l o i r e . Que l e s preux renommes dans l e s & i e c l e s passez Ne representent p l u s l e u r s p o u r t r a i t s e f f a c e z . v Mon renom seulement t i e n t l e s p l u s f i e r s en b r i d e ; I r r i t e r mon courroux, c'est o f f e n c e r A l c i d e : L'honneur s u i t mes desseins, l a - v i c t o i r e mes pas, Et It'un de rnes regards peut causer cent trepas. "(3) I l y a a u s s i un c a p i t a n dans l a Come'die des Come-diens (1633), du Sieur Gougenot. V o i c i un passage c a r a c t e -r i s t i q u e "Vous p a r l e z d'une q u a l i t e que s'acquiert par un i r t dont l'apprentissege d o i t e s t r e f a i t en un aage plus (1) Eournier, p. 241. (2) V o i r The Influence of Cervantes i n France i n the seventeenth Century, par Esther J . Croolts. (3) Eournier, p. 268. vera que l e v o s t r e . I I faut commencer d' e s t o u f f e r , comme j'ay f a i t , l e s serpents dez l e berceau, d'ee-r a s e r l e s t e s t e s des dragons durant 1 !adolescence, et de surmonter l e s geants dans l a v i r i l i t y . . . . . " (1) En 1636 parut l e R a i l l e u r , comedie d'Antoine Mare-s c h a l . Parmi l e s personnages se trouve T a i l l e b r a s , c a p i t a n . "Et c e t t e - c y , (Monstrant et f a i s a n t a r s e r son espee) Pour moy p a r l e quand e l l e veut: Au m i l i e u d'une arm'ee on s'anime a 1" entendre, Ou l e canon de peur f u i t et n'ose I'attendre. E l l e a mis sur l e s prez plu s d'hommes a 1'envers Que l e s poetes du temps n'ont f a g o t t e de v e r s . . . . ...C'est de luy qu 1on o l t b r u i r e e t ' l e Gange, et l ' E e u f -rate, Ce nom de T a i l l e b r a s dans tout l e monde delate; I I n'est p o i n t de pals qui luy s o i t Stranger, I I est Turc a Bysance, et More dans Alger; ...L'Hespagne m'a noury moins de l a i c t que d ' o r g u e i l ; Ou s i je dois mourir, c'est d'un coup de tonnerre, I I f a ut pour mon sepulchre un tremblement de t e r r e . (2) i a p l u s celebre des comedies du 17e s i d c l e qui mette^en scene l e Matamore, c'est 1 ' I l l u s i o n Comique de Cor-n e i l l e , qui date de 1636, et ne se trouve separee que par quelques mois du C i d . Deja c'est plus qu'un simple g r o t e s -que. "Ce n'est pas du premier coup q u ' i l s'avise de produire sur notre theatre cet heroisme espagnol qui 'delate s i noblement dans l e Cid; i l commence par y r e -presenter l e s rodomontades duMatamore; mais on d i r a i t q u ' i l l u i est impossible de ne pas prendre par i n s t a n t s au^ se'rieux l a grandeur du Capitan et en p l u s d'un en-• dr'bit i l s'Sieve comme Involontairement au p l u s noble langage ." (3) (1) Eournier, p. 288. (2) I b i d . , p. 353. (S) C o r n e i l l e , Oeuvres, I I , Notice, p. 424. Pourtant l e Matamore de C o r n e i l l e t i e n t assez du personnage t r a d i t i o n n e l de l a f a r c e . "Le selkl b r u i t de mon nom renverse l e s m u r a i l l e s , . D e f a i t l e s escadrons, et gagrie l e s b a t a i l l e s . Mon courage t^vaincu contre l e s empereurs •N'arme que l a m o i t i e de ses moindres f u r e u r s . D'un s e u l commandement que je f a i s aux t r o i s Barques, Je depeuple l ' e t a t des p l u s heureux monarques; Le foudre est mon canon, l e s Destins mes s o l d a t s : Je couche d'un revers m i l l e ennemis a bas. . D'un s o u f f l e je r e d u i s l e u r s pro j e t s en funnee; , ..Toutefois je songe a ma ma'rtresse; Ce penser m'adoucit: ya, ma c o l e r e cesse, . Et ce p e t i t archer qu&. dompte tous l e s Dieux Vient de chasser l a mort que l o g e o i t dans mes yeux. Regarde, j ' a i q u i t to" c e t t e e f f r o y a b l e mine, Qui massacre, d i t r u i t , b r i s e , brftle, extermine; Et, pensant au b e l o e i l quB# t i e n t ma l i b e r t y , Je ne s u i s plus qu'amour, que grace, que beaute." (1) En 1637 ou 1638 l e m%me s i e u r Mareschal f i t r e p r e -senter sur l e t h e a t r e du Marais, l e v e r i t a b l e . Matamore ou l e Fanfaron, tlx 4 du M i l e s G l o r i o s u s de P l a u t e . Parmi l e s autres p i e c e s qui se tournent autour du capitan, l a p l u s c^-l^bre est l e Capi tan Matamore,comldie de Scarron, qui est assez remarquable car e l l e est f a i t e sur une settle rime ment E l l e est p r l c e d ^ e de p l u s i e u r s prologues i n t i t u l e s : l e s  Boutades du Capitan Matamore. (2) Les V i s i o n n a i r e s par Desmarets S a i n t - S o r l i n , parut en 1650. C'est une comldie qui represente p l u s i e u r s sortes d 1 e s p r i t s chime'riques, chacun a t t e i n t de quelque f o l i e par-t i c u l i e r e . Le premier est un c a p i t a n qui veut qu 1on l e (1) Acte I I , scene i i , p. 447. (2) : Hot i c e sur l ' l l l . Com.. p. 425. 2 3 . croie fort v a i l l a n t : toutefois i l est tellement poltron q u ' i l c r a i n f rrreme l a fureur d'un poete. Voyo'ns 1'entree en scene de ce Capitan Antabaze: "Je suis 1'amour du C i e l , et l'effroy de la terre: L'ennemy de l a paix, le foudre de l a guerre: Des dames le de*sir, des maris l a terreur. Le dieu Mars m'engendra d'une f iere Amazone, Et je sueay le l a i c t d'une affreuse lionne. On parle des travaux H'Hercule encore enfant, Qu'il fut de deux serpens au berceau triornphant; Mais me fut - i l e"gal, puis que par un caprice Estant las de t i t e r j'estranglay ma nourrice?" (1) Voila le capitan t e l q u ' i l est h travers les armies - poltron et fanfaron - un &tre r i d i c u l e et repoussant. Mais les romantiques le prennent a coeur, et, en accusant ce t r a i t de grandeur que nous avons dej£ remarque chez Corneille, et qui caracte'risait Don Quichotte, i l s produisent une trans-formation etrange. Exterieurement c'est le mime matamore, ou a peu pres, mais sous ce masque ( car ce n'est plus qu'un masque), se cache un e*tre sympathique, noble memie. Cette metamorphose est bien exemplifiee dans le ro-man de Thlophile Gautier, Le Capitaine Eracasse. Tout d'a-bord i l nous pre"sente le Matamore conventional. A "Quoique r i e n ne necessitat une action s i furibon-de, Matamore, ouvrant les jambes en comp as force' et f a i -sant.des pas de six pieds, comme les mots dont parle Horace, arriva devant les chandelles et sJby plant a dans, une pose cambre'e, outrageuse et provocante, de meme que s ' i l eut voulu porter un de'fi a l a s a l l e entiere. I l f i -(1) Eournler, p. 4 2 5 . 24. l a i t sa moustache, r o u l a i t de gros yeux, f a i s a i t p a l p i -t e r sa narine et s o u f f l a i t formidablament, comrne s ' i l 6-t o u f f a i t de c o l e r e pour quelque i n j u r e m^ritant l a des-t r u c t i o n du genre humain." (1) "Une cape d^ehiquet^e en barbe d' ^ c r i v a s s e , des m&nes couleurs que l e r e s t e du costume, f l o t t a i t d e r r i e r e l e s epaules, Burlesquement r e t r o u s s i e par une immense rapakre, a l a q u e l l e l e poids d'une lourde c o q u i l l e f a i s a i t r e l e v e r l a p o i n t e . Au bout de ce long estoc, qui eut pu servi© de brochette a d i x s a r r a s i n s , pendait une rosace ouvre'e delicatement en f i l s d 'archal f o r t tenus, repre-sentant une t o i l e d 1araignee, preuve convaincante du peu d"usage que f a i s a i t Matamore de ce t e r r i b l e engin de guerre." (2) "Sangre y fuegoi Terre et c i e l l Foudres et ca-nonnadesl s ' ^ e r i a - t - i l en f a i s a n t h i r i s s e r l e p o i l de ifca l e v r e comrne l a moustache d'un chat fllche " (3) Mais ce soldat de theatre meurt, et qui prend sa place? Hul autre que l e baron de Sigognac - jeune, brave et m&me beau. Y o i l a l e Matamore non seulement embelli mais ennobli a u s s i . Pousse' a sa d e r n i e r e consequence, ce change-ment p r o d u i t Cyrano de Bergerac, t e l q u ' i l a p p a r a l t dans l a p i ^ c e de Rostand, car son e x t ^ r i e u r peu a t t r a y a n t n'est ap-rbs tout qu'un masque qui cache sa b e l l e ame des yeux aveug-le s de l a f o u l e , de mtme que sa bravade n'est que l a defense qu'un l i t r e s e n s i b l e et mal compris s'est f a i t e , car "Moli^re a du ge'nie, et Chretien e t a i t beau." (1) T . Gautier, Le C a p i t a i n e Fracasse: p. 171. (2) I b i d . , p. 171. (3) I b i d . , p. 172. 25. Ghapitre IV. LA THEORIE LU GROTESQUE. La Preface de Cromwell est l e manifesto du the&tre roraantique. Sa p r i n o i p a l e o r i g i n a l i t e c'est l 1 i n t r o d u c t i o n du grotesque, - Hugo en v i s a g e a i t l a c r e a t i o n d'un genre nou-veau, l e drame "qui fond sous un ineme s o u f f l e l e grotesque et l e sublime, l e t e r f i b l e et l e bouffon, l a tragedie et l a comedie; l e drame est l e c a r a c t e r e propre de l a tro i s i e m e Ipoque de poe'eie, de l a l i t t e r a t u r e a c t u e l l e (1) car l a poe"sie v r a i e , l a poe'sie complete, est dans l'harmonie des c o n t r a i r e s ( 2 ) . " Nous avons remarque" que l e grotesque t i e n t une as-sez grande place dans l a l i t t e r a t u r e f r a n c a i s e jusqu'au com-mencement du dix-septieme s i e c l e . I I y en a meme des t r a c e s dans l e s premieres p i e c e s de C o r n e i l l e - ce qui semble i n -diquer l a p o s s i b i l i t y d'un drame f r a n c a i s semblable a c e l u i de Shakespeare et de Cervantes. L 1 i n f l u e n c e espagnole sur-tout, e t a i t assez f o r t e a c e t t e Ipoque. Mais l a domination de l'Academie Erancaise changea l e cours n a t u r e l des evene-ments. Les " c l a s s i q u e s " 1'emportdrent sur l e s "romantiques". (1) Preface, Id. Souriau, pp. 213-214. (2) Ibid.,p. 223. 26. "Toujours cachant et e h o i s i s s a n t , retranchant et ajoutant, i l s se trouverent peu a peu dans des formes qui n'etaient p l u s n a t u r e l l e s , mais qui e t a i e n t p l u s par-f a i t e s que l a nature; l e s a r t i s t e s appelerent ces f o r -mes l e beau i d e a l . " (1) Cet ll^ment de choix oonstitue l e gout c l a s s i q u e qui est essentiellement i d l a l i s t e . Pourtant i l y en a un autre, "...un gout superieur et absolu qui ne se redige pas en formules, et qui est tout a l a f o i s l a l o i l a t e n t e et l a l o i patente de l 1 a r t . . . . Ge gout supe'riemr c'est la. r e g i e du ge"nie G'est l u i qui a p r l s a v o i r f a i t l e s dieux, sentant q u ' i l faut une s a t i s f a c t i o n de plu s a. 1 ' i n f i n i , f a i t l e s monstres." (2) Mais meme ce gout superieur implique pourtant l e choix. "La g r i f f e toute-puissante commence par tout pren-dre, puis l ' o e i l flamboyant f a i t l e t r i a g e . Ce t r i a g e c'est l e gout. Chaque genie l e f a i t a sa gui s e . . . " ( 3 ) Seulement l e s romantiques c h o i s i s s e n t l e c a r a c t e r i s | i q u e p l u -tcK que l e beau, c a r : "L ' a r t a comme l a flsLmme, une puissance de s u b l i -mation. Jetez dans l ' a r t comme dans l a flamme, l e s p o i -sons, l e s ordures, l e s r o u i l l e s , l e s oxydes, l ' a r s e n i c , l e v e r t - g r i s , f a i t e passer ces incandescences a t r a v e r s lej^ prisme ou a t r a v e r s l a poe'sie, vous aurez des spec-t r e s splendides, et l e l a i d deviendra l e grand et le mal  deviendra l e beau." 7~3) (1) Chateaubriand, Le Genie du c h r i s t i a n i s m e , p. 2 2 5 . ( 2 ) V i c t o r Hugo, L e t g o u t y R ^ Pa'v .Pi.^ d ksoyy: • pp^kpj., -=-..,n-h&»f ( 3 ) Ibid,,. S * 27. G'est l a l e p o i n t de vue p a r t i c u l i e r aux romanti-ques. r L e grotesque n'est plus une simple source d'amuse-ment, n i m&me un moyen de s a t i r e ; i l a c q u i e r t une nouvelle • s i g n i f i c a t i o n esth6tique. On accuse de p l u s en plus 1'im-portance de l ' a r t . Cette a t t e n t i o n a l a forme d i s t i n g u e a u s s i l e r l a l i s m e des romantiques, du naturalisme. -^es romantiques represenfF'la v i e en montrant l e beau et l e l a i d , mais l e u r drame n'est pas une copie exacte de l a v i e . A v r a i d i r e l e romantisme r e u s s i t beaucoup mieux a donner 1"im-p r e s s i o n ge"n£rale de l a v i e ; comrne souvent le p e i n t r e r e -u s s i t mieux que l e photographe car i l s a i t peindre l'ame a u s s i b i e n que l e corps. En e f f e t i l y a une assez f o r t e ressemblance entre l a methode de l ' 6 c o l e romantique et c e l l e de c e r t a i n s p e i n -t r e s ; comrne par exemple, Rubens et Daumier, - en accusant 1'ombre i l s font r e s s o r t i r davantage l a lumiere* Mais revenons a l a Preface!1). L'idee du grotesque qui y trouve expression a ses r a c i n e s dans l a jeunesse de V i c t o r Hugo, - dans ses l e c t u r e s a u s s i b i e n que dans l e s ex-periences de sa v i e . L'Espagne y joue un r'Qle capital', "C'est peut-£tre a l ' a r t espagnol q u ' i l est rede-vable de c e t t e t h e u r i e m3me.... s ' i l f a l l a i t en c r o i r e l e Temoin car, a l a c a t h e a r a l e de Burgos, un Jacquemart difforme, b a p t i s t par l e bedeau du nom de $.papamoscas", ou "gobe-mouches", frappa vivement 1"imagination du f u -t u r poete, "emu de c e t t e imposante cathe'drale qui m ^ l a i t brusquement c e t t e c a r i c a t u r e a ses statues de piefcre, et qui f a i s a i t d i r e l'heure aux s a i n t s par P o l i c h i n e l l e . (1) v o i r 1'admirable E d i t i o n c r i t i q u e de M, Maurice Souriau. £ 8 . La cath.ed.rale n'en r e s t a i t pas rnoins severe et grande. Cette f a n t a i s i e de l ' e g l i s e s o l e n n e l l e r e t r a v e r s a plus d'une f o i s l a pensle de l'auteur de l a Preface de Crom-w e l l et l ' a i d a a comprendre qu'on pouvait i n t r o d u i r e l e grotesque dans l e tragique sans diminuer l a gravite* du , drame" ." (1) Cette e x p l i c a t i o n de l ' o r i g i n e de l a t h l o r i e du grotesque semble pourtant a M. Souriau assez douteuse. "06 qui est p l u s vraisembIable, c'est qu'une f o i s l a t h l o r i e du melange des genres admise i n abstracto, et dessin'le dans son e s p r i t en simples lineaments, V i c t o r Hugo l ' a embellie et p e i n t e en prenant des tons sur sa r i c h e p a l e t t e d'Espagne " (2) L'Angleterre y contribue, e l l e a u s s i . Au moment ou i l e'crit l a Pr6face, V i c t o r Hugo est enthousiaste pour Shakespeare: "Shakespeare c'est l e drame" ( 3 ) . "Seulement l e po vete, beaucoup m e i l l e u r t a c t i c i e n qu'on ne se 1'imagine communement, se rend compte que Shakespeare n'est pas precisement l a machine de guerre q u ' i l faut pour b a t t r e en breche l e s u n i t e s c l a s s i q u e s .....en un mot son oeuvre e--t congue hors des r e g i e s , et non pas machinie contre e l l e s . " (4) A ce p o i n t i l faut a u s s i noter l e s theories d'Horace Walpole. U l commentateur americain(5), r e f u t e 1'assertion de M. Souriau que V i c t o r Hugo a i t €t6 l e premier & formuler l a t h l o r i e du grotesque, et pour s o u t e n i r sa these i l c i t e l a preface que l e romandier a n g l a i s a f a i t e a l a deuxieme Edition (1756) de son roman de t e r r e u r The C a s t l e of Otran-to. Walpole diseute l a p r e s e n t a t i o n des domestiques dont (1) Souriau, p. 13. ' (2) I b i d . , p. 14. ( 3 ) Texte de l a Preface, ed., Souriau, p.214. (4) Souriau, p. 177. 2 9 . l e deportement brusque n'est pas en accord avec l e ton t r a -g i que de l a n a r r a t i o n . "La s i m p l i c i t y de l e u r conduite, tendant presque a e x c i t e r l e s s o u r i r e s , ce que ne semble d'abord con-forme au ca r a c t e r e s ^ r i e u x de l'oeuvre, m'a paru non seulement conv^nable, mais marqu6e a dessein de cet t e fagon. La nature f u t mon a u t o r i t e \ Quelque^ graves, importantes ou mgmes m^lancoliques que soient l e s sen-s a t i o n s des p r i n c e s , i l s n'impriment pas les m@mes sen-timents sur l e u r s domestiques: au moins ces d e r n i e r s n'expriment, ou ne devraient pas l i t r e representee comrne exprimant l e u r s passions du m@me ton noble. Selon mon opin i o n p e r s onnelle, l e contraste entre l e sublime de I'un, et l a naivete de l 1 a u t r e rehausse l e pathe*tique du premier, ' L:| impatience me*me • que res sent l e l e c t e u r pen-dant que l e s p l a i s a n t e r i e s g r o s s i d r e s 1'empdchent d'ar-r i v e r a' l a connaissance de l a catastrophe importante q u 1 i l attend, ..,.certainement prouve qu'on l u i a h a b i -lement inspire' de 1'interest pour I1, evemement dependant. Mais j ' a v a i s une p l u s haute a u t o r i t e que mon opinion per-s o n n e l l e . Ce grand maitre de l a nature Shakespeare, est l e modele que j 1 a i copie. Permettez-moi de demande'r s i ses tragedies Hamlet et Ju l e s Cesar ne pe r d r a i e n t pas une grande p a r t i e de l e u r verve et de le u r beaute m e r v e i l l e u -se, s i l ' o n omettait ou reve'tait de vers h£roiques l ' h u -mour des fossoyeurs, l e s b#tises de Polonius, et l e s , gauches p l a i s a n t e r i e s des ci t o y e n s de Rome? L'eloquen-ce d'Antoine, 1'oration p l u s noble et habilement simple de Brutus, ne s o n t - e l l e s pas i n t e n s i f i e s par. l e s -"eclats n a i f s de l e u r s auditeurs? Ces t r a i t s nous r a p p e l l e n t le sculpt e u r grec qui, pour exprimer 1"idee d'un colosse dans l e s l i m i t e s d'un sceau, i n s 6 r a un p e t i t garcon rne-surant son pouce. "Non, d i t V o l t a i r e , dans son e d i t i o n de C o r n e i l l e , -ce melange de bouffonnerie et de solen-nite" est i n t o l e r a b l e . " V o l t a i r e e s t un. homme de gehiie - mais pas de la grandeur de Shakespeare. Sans a v o i r recours a^une a u t o r i t e contestable, je f e r a i appel de V o l t a i r e a lui-m^me. Je ne m e t t r a i pas a c o n t r i b u t i o n ses anciens eloges de notre grand poete; b i e n que l e c r i t i q u e f r a n c a i s a i t deux f o i s t r a d u i t l e m^ me discours (5) a^a page prec^dente, Horatio M* Smith, Brown U n i v e r s i t y , Horace Walpole a n t i c i p a t e s V i c t o r Hugo. Mod. Language .Notes, XLI, November, 1926, pp.458-461.. 30. dans Hamlet, i l y a quelques annals aveo admiration, r e -cemment en d e r i s i o n ; et je r e g r e t t e de trouver que son jugement va s 1 a f f a l b l i s s a n t quand i l d e v r a i t devenir p l u s rnur. Mais je me s e r v i r a i de ses propres expressions enoncees d'une faeon glne'rale au suje t du theatre, quand i l n ' avait 1 " i n t e n t i o n n i de recommander n i de d e c r i e r l a p r a tique de Shakespeare; par consequent, a un moment ou V o l t a i r e I ta i t i m p a r t i a l . Dans l a preface de son Enfant Prodigue. I I a ces mots h propos de l a co;d~ media, (mais e'galement a p p l i c a b l e a l a trage'die, s i l a tra g e a i e est comme «blle d e v r a i t certainement "#tre un tableau de l a v i e humaine; et je ne v o i s non plus pour-quoi une p l a i s a n t e r i e de temps a autre convienne moins k l a scene tragique, que l e serie u x p a t h l t i q u e a l a s e i -ne comique); "On y_ v o i t un melange de s l r i e u x et de p l a i s a n t e r i e , de comique et de touchant; souvent mlEne une seule ayenture p r o d u i t tous ces c o n t r a s t e s . Rien -n'est si -commun qu'une maison dans, l a q u e l l e un pe"re gran-de, une f i l l e oecupee de sa p a s s i o n pleure; l e f i l e se moque des deux et quelques parents prennent diffe'rement p a r t a l a scene...Hous n"infdrons pas de l a que toute comedie doive a v o i r des scenes de bouffonnerie et des scenes a t t e n d r i s s a n t e s : i l y a beaucoup de t r e s bonnes pieces ou i l ne r^gne que de l a gal t e t i ; d'autres toutes s e r i e u s e s ; d'autres melange'es; d'autres ou l ' a t t e n d r i s -sement va jusqu'aux larmes: i l ne faut- donner 1'exclu-s i o n k aucun genre; et s i on me demondoit, quel genre est l e m e i l l e u r , je repondrois, c e l u i qui est l e mieux t r a i t i " Assurement, continue Walpole, s i une comedie peut #tre toute s l r i e u s e , l a t r a g l d i e peut p a r f o i s se per-mettre un s o u r i r e d i s c r e t . Qui l e p r o s c r i r a ? " (1) M. Smith indique que l e roman. de Walpole f u t t r a -d u i t en f r a n c a i s des .1767, et que ces vues sur l e gro t e s -que eurent une assea grande d i f f u s i o n en Prance pendant l e s annles suivantes (2), mais q u ' i l est peu probable que (1) Horace Walpole, The c a s t l e of Otranto, New York, N. D., pp. l v i i - l x i , dans Smith. (2) I I renvoie l e l e c t e u r h 1'aeuvre de A. K i l l e n , sur l e Roman t e r r i f i a n t ou roman n o i r de Walpole Is Anne Rad-c l i f f e , P a r i s , Champion, 1924, pp. 74-78. V i c t o r Hugo l u t l e passage c i t e en 1827. Pourtant l a r e s -semblance entre l e s deux prefaces est remarquable et l'hon-neur d'&tre l' i n n o v a t e u r est sans doute a Walpole. (Chose curieuse Y/alpole et Hugo ont ete' tous l e s deux, i n f l u e n c e s par V o l t a i r e , s i conservateur, pour l a plupart, en tout ce qui concerne l a l i t t e r a t u r e ) . Pour Hugo l a connaissance d i r e c t e de l'Allemagne I t a i t a u s s i impossible que c e l l e de 1'AngMterre, car i l ne s a v a i t n i l'une n i l ' a u t r e de ces langues etrang&res. Sans doute ce n'est pas une me'thade exacte de mesurer 1'influence l i t t e ' r a i r e , "cependant l'Allemagne r e s t a i t assez peu f a m i l i e r e aux ^bourgeois" de 1825, et l e s "bousingots", p l u s enthousi-astes n ' ^ t a i e n t pas toujours p l u s exactement informes. l e u r i n f o r m a t i o n a l l a i t surtout a l'Allemagne du moyen i g e et a ces c h a t e l a i n e s "dont l a chevelure ftiree, .comrne d i t Heine, descend aisrec gr&ce sur l e u r visage de roses". V o l o n t i e r s i l s peignaient, avec Musset, des jeunes f i l l e s blondes corjme l a Gretchen de Goethe et candides comrne e l l e . V o l o n t i e r s , i l s l a i s s a i e n t l e u r pens^e e r r e r avec V i c t o r Hugo dans l e s Chateaux du Rhin " (1) La seule i n f l u e n c e d i r e c t e p o s s i b l e est c e l l e de A. W i S c h l e g e l , dont l e s oeuvres tb^oriques furent t r a d u i t e s en f r a n c a i s des 1814. Pourtant selon 1'opinion de M. Sou-r i a u , son i n f l u e n c e est ne'gligeable. Les t h e o r i e s que V i c t o r Hugo a pu emprunter a l'Allemagne sont pour l a p l u -part d ' o r i g i n e f r a n g a i s e - comrne par exemple, c e l l e s de Chateaubriand sur 1'influence du c h r i s t i a n i s m e . (2) (1) Joseph Texte, Etudes de l i t t . europeenney, pp.20Q-201. (2) Sour&au, p. 29. 22. L " i n f l u e n c e allemande i n d i r e c t e est plus considera-b l e , et f u t exercee par 1'intermediaire de Mme de S t a e l , l e premier exemplaire de ce genre s i repandu de nos jours - l e s " i n t e r v i e w e r s " . C'e'tait une voyageuse ardente, et p a s s a i t de longues anne^ k l'e'tranger,©, quelquefois en e x i l . Mais e n f i n "Napoleon succomba, et Mme de S t a e l r e n t r a en triomphe a P a r i s avec son l i v r e De 1'Allemagne et des centaines de m i l l i e r s d 1Allemands, q u * e l l e amenait, pour a i n s i d i r e , comme une i l l u s t r a t i o n vivante de son l i v r e Depuis l o r s l e s Prancais sont devenus Chretiens, et r o -mantiques, et burgraves." (1) Pendant son se'jour en Allemagne e l l e consulte l e s phllosophes t e l s que S c h e l l i n g et P i c h t e , et l e s dramaturges Goethe et S c h i l l e r . A Vienne e l l e s u i t l e s cours de A.-W. S c h l e g e l et est consfcd.e'rablement ingluenc-ee par ses iddes. Dans son oeuvre e l l e donne un ta b l e a u assez comprehensive de l a p h i l o s o p h i e et de l a l i t t e r a t u r e allemandes contemporaines. B i l e d i s c u t e l e theatre de Lessing, de S c h i l l e r et de Goethe, en donnant une plac e d 1importance au grotesque dans Paust. "Certes i l ne faut j chercher ni l e goftt, ni l a me-sure, n i l ' a r t qui c h o i s i t et qui termine.....Le d i a b l e est l e h^ros de c e t t e ' p i e c e . . . . . Goethe a voulu montrer dans ce personnage re"el et f a n t a s t i q u e tout a l a f o i s , l a p l u s amere p l a i s a n t e r i e . q u e l e de"dain puisse i n s p i r e r , et ne'anmoins une audace de g a i e t l qui amuse." (2) (1) Hemnrich Heine, B r i e f e uber Deutschland, Sammlliche ' .' . '• • • • t l e f k e , IX, p. 480. (2) Mme de S t a e l , De 1'Allemagne, ch. XXI, p. 126. "Ce n'est pas settlement l e monde moral t e l q u ' i l est qu'on v o i t ane'antl, mais c'est l ' e n f e r qui est mis a sa p l a c e . I l y a une puissance de s o r c e l l e r i e , une poesie du mauvais p r i n c i p e , un enivrement de mal, un dgarement de l a pens^e, qui font f r i s s o n n e r , r i r e et p l e u -r e r tout a l a f o i s . " (1) "Mephistophe*l&s conduit Faust chez une s o r c i e r e , qui t i e n t a ses ordres des animaux moiti4 singes et moitid 1 chats. On PEU&J^/ consld^rer c e t t e scene, a quelques 6-gards comrne l a parodie des Sorcidres.de Macbeth......II n'y a guere d'exemples dans l e s pieces f r a n c h i s e s de ces p l a i s a n t e r i e s fonde'es sur l e merveilleux, l e s prodiges, l e s s o r c i e r e s , l e s metamorphoses." (2) Outre l e s renselgnements g^ndraux sur l'Allemagne, qui ont du f a i r e une c e r t a i n e impression sur V i c t o r Hugo, on trouve une s i m i l a r i t y d'iddes. "Tout ce qui est dans l a na-ture est dans l ' a r t " , s'e'crie V i c t o r Hugo. Mme de S t a e l montre plus de reserve. "Pour peindre l e s c a r a c t k r e s , i l faut n d c e s s a i r e -ment s'e'carter du ton majestueux exclusivement admis dans l a trag6die f rangaise; car i l est impossible de f a i r e connartre l e s de'fauts et l e s q u a l i t e s d'un homme, s i c4 n'est en l e pr6sentant sous d i v e r s rapports; l e  v u l g a i r e dans l a nature se me~le souvent au sublime, et  quel que f o i s en r e l e v e 1' e f f e t . " 13] B i l e a u s s i , rnalgre^ sa d i s a p p r o b a t i o n prudente des i r r e g u l a r i t e ' s du theatre Stranger sugg^re l a p o s s i b i l i t e d ' i n t r o d u i r e des innovations sur l a scene f r a n c h i s e : " . . . . . l a question seulement est de s a v o i r s i , en se bornant, comrne on l e f a i t maintenant a 1 " i m i t a t i o n de ces chefs-d 'oeuvre (c. a d. l e s c l a s s i q u e s ) , i l y en aura jamais de nouveaux. E i e n dans l a v i e ne diaiige' (1) De l'Allemagne, p. 127 (2) I b i d . , p. 131 (3) I b i d . , pt I I , ch. XV. 34. e e t r e s t a t i o n n a i r e , et l ' a r t p e t r i f l e quand i l ne chancre p l u s . " (1) Sans formuler un systeme, e l l e p l a i d e pour des mesures qui puissent sauver l a litterature f r a n c a i s e de cette s t e ' r i l i t e ' qui l a menace: "En f a i s a n t connaltre un theatre fonde* sur des p r i n c i p e s t r e s diffe'rents des nOtres, je ne pretends assurement n i que ces p r i n c i p e s soient l e s m e i l l e u r s , n i surtout qu'on doive l e s adopter en Prance; mais l e s comhinaisons Itrangeres peuvent e x c i t e r des i d l e s nou-v e l l e s ; et quand on v o i t de q u e l l e s t e ' r i l i t e notre l i t -t e r a t u r e est menace'e, i l me p a r a i t d i f f i c i l e de ne pas d ^ s i r e r que nos Icrivains r e c u l e n t un peu l e s homes de l a c a r r i e r e ; ne f e r a i e n f c - i l s pas b i e n de devenir a leur tour conquerants dans 1'empire de 1'imagination?" (2) Au cours de son l i v r e , Mme de S t a e l consacre quel-ques pages eu romancier et poete allemand Johann Paul E r i e d -r i c h R i c h t e r , d i t Jean Paul, l e grand maitre du grotesque. Son oeuvre c r i t i q u e Die Vorschule der A e s t h e t i k (1803-1804) n'a pa£ d'aucune facon i n f l u e n c e V i c t o r Hugo car ses oeuvres ne f u r e n t t r a d u i t e s en f r a n c a i s que plus tard, mais l ' a f f i -nite' entre l e u r s systemes est remarquable. Dans le c h a p i t r e du Genie, Jean Paul e c r i t : ''Ge n'est que l e t a l e n t peu v e r s a t i l e , qui comme l a corde d'un c l a v e c i n , ne p r o d u i t qu'un s e u l ton; mais l e g l n i e ressemble a une harpe e'olienne: l a meme corde joue d i v e r s tons devant l e s d i v e r s s o u f f l e s . " (3) I b i d . , p. 65 (2) I b i d . , pp. 66-67. (3) J . P., Vorschule der Aesthetik, p. 102 35. I I rattache, l u i aussi, l a poesle romantique au christianisme. L'antithese tient aussi un grand rdle dans sa m^thode. "Au sublime....qui excite 1 1 admiration, doit s'op-poser I'infiniment p e t i t qui provoquera l a sensation contraire." (1) Pourtant Victor Hugo n'est nullement un lecteur passif de Mme de Stael. E l l e ne suggere apres tout que de timides ameliorations, tandis que dans l a Preface "tout quatre-vingt treis.e delate." Chateaubriand a beaucoup influence' l'oeuvre de Victor Hugo, mais sur l a question du grotesque i l s different. Pour Chateaubriand le but est le beau iddal, auquel on arrive en choisissant et retranchant. Victor Hugo au contraire, 6c-:, i r i t t " Si le poe"te doit choisir dans les choses, (et i l le d o i t ) , ce n'est pas le beau, mais le earacteristique". Un autre e'erivain fran§als contemporain exerca_ une grande influence sur l a formation des idles de Victor Hugo. C'est Charles Nodier. Souriau ne l u i assigne qu'assez peu d'importance. Eunice Morgan Schenck attribue cette n e g l i -gence apparente a sa connaissance imparfaite des oeuvres de Ifodier ( a ) , et dans son ouvrage l a Part de Charles Nodier  dans l a Formation des ideeg romantiques de Victor Hugo jus-(1) Ibid., p. 156 (£) Schenck, La Part de Charles Modier, Paris, Champion 1914, p. 8 7 3 6 . qu'a l a Preface de Cromwell e l l e tache de l a r e c t i f i e r . B i l e accuse surtout l e rQle que^joua Modier en l a formulation de l a t h l o r i e du grotesque. "La t h l o r i e du grotesque ike V i c t o r Hugo n'est pas seulement un£ t h e o r i e du melange du beau et du l a i d dans l e drame. On p o u r r a i t a l a rigueur soutenir q u ' i l t e -n a i t c e l a de l a f r e q u e n t a t i o n de Shakespeare ou des ide'es de S c h l e g e l , auxquelles l e Globe a v a i l p r t t e spn appul, mais sans Hodier est-ce qu' i l a u r a i t m ^ l l i. son idee du grotesque l a i d et h o r r i b l e , l'ide ' e du grotesque f a n t a s -t i q u e ; et a u s s i est-ce q u ' i l a u r a i t a c e o r a l k son "gro-tesque" un rMe a u s s i important s i flodier ne s ' ^ t a i t pas f a i t l e t h l o r i c i e n du f a n t a s t i q u e en l i t t e r a t u r e ? L'Element peut-§tre l e pl u s e s s e n t i e l de l a the o r i e du grotesque, c e l u i sur l e q u e l V i c t o r Hugo i n s i s t e avec taht de f o r c e , en est l e r&le moral - i l met en r e l i e f l e sublime et Ik s e r a i t surtout l e t r a i t caracte'ris.tique du grotesque moderne. Or c e c i non plus ne manquait pas dans l e systeme de Bodier - exprime avec moins de s u i t e et comme toujours avec moins de f o r c e , sans doute, mais e n f i n exprime b i e n r l e l l e m e n t ; "J'aime l e g l n i e h a b i l e e t - f l e x i b l e que a fondu l e s couleurs. de l a B i b l e et les. couleurs diHomere, l e s pei n t u r e s ^nergiques du Dante et de M i l t o n avec l e s pe i n t u r e s douces et gracieuses de V i r g i l e et du Tasse et jusquVaux i n s p i r a t i o n s sauvages d'un druide ou d'un barde cale'donien avec l e s i n s p i r a -t i o n s l e s p l u s re'gulidres de l a muse c l a s s i q u e . (1) Asshrement dans ces deux passages, Kodier entre-v i t deja l a port^e morale du grotesque des que V i c t o r Hugo a l l a i t l e concevoir; mais tout en l a mentionnant, i l n'est pas a u s s i soucieux de 1'approfondir que V i c t o r Hugo. S i on admet comme reproche l a c r i t i q u e que Walter Scott f a i s a i t a B.T.A. Hoffmann, q u ' i l t r a i t a i t l^ e f a n -t a s t i q u e poiir lui-mtme, i l faut condamner en me'me^Tf3 p r a t i q u e h a b i t u e l l e de ^ o d i e r ." (2) reproche qu'on ne peut pas assurement f a i r e & V i c t o r Hugo. V o i l a pour l e s i n f l u e n c e s l i v r e s q u e s . D ' a u t r e part (1) Schendk, La P a r t de Charles JKfodier, p. 104 (2) I b i d . , p. 105 37. sa propre experience contribua a formuler l e s idees de V i c t o r Hugo. En 1827 i l n ' ^ t a i t p o i n t novice a l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e . Depuis 1819 i l a v a i t c o l l a t o r s , un nom'bre de journaux et de revues. A t r a v e r s ses a r t i c l e s de c r i t i q u e on a p e r ^ o i t une tendance c r o i s s a n t e vers l e romantisme. I I -e est i n t ^ r e s s a n t de noter, que comrne c r i t i q u e drarnatique du Conservateur, i l approuve 1 ' i n t r o d u c t i o n d'un grotesque en l i t t e r a t u r e : "On a c r i t i q u e l e personnage du bouffon Wamba; on a trouve* q u ' i l p a r a i s s a i t quelquefois trop visiblement imite de Shakespeare, et que ses p l a i s a n t e r i e s manquaient de gout: nous croyons q.u c o n t r a i r e ce r e l e heureuseraent c h o i s i , et s i l e s p l a i s a n t e r i e s du "magnanime" fou sont quelquefois un peu b i z a r r e s , i l f a u t plut'&H s'en prendre au s i & c l e ou l ' h i s t o i r e se passe, qu'a l ' a u t e u r . " (1) l a remarque est tout a f a i t s i g n i f i c a t i v e , car, non seulementelle presage l a t h ^ o r i e du grotesque, mais a u s s i e l l e indique 1'importance qu'assignera V i c t o r Hugo a l a cou-l e u r l o c a l e . E t en e f f e t , l e s deux theories sont etroitement l i i e s dans l'oeuvre des romantiques, qui s ' i n s p i r e n t s i sou-vent du moyen &ge, epoque s i feconde en details grotesques. Des idees semblables se manifestent dans l ' a r t i c l e a propos do- roman a n g l a i s Quentin Durward qui f u t p u b l i e dans un numero de l a Muse Erancaise de 1823: "Quelle d o i t - t t r e 1 ' i n t e n t i o n du romancier? C'est d'exprimer, dans une f a b l e i n f e r e s s a n t e , une v^rite u t i l e ; et, une f o i s c e t t e idde fondamentale c h o i s i e , c ette a c t i o n e x p l i c a t i v e invent^e, l'auteur fie d o i t - i l pas chercher, pour l a d^velopper, une mode d"execution qui rend son ro-(1) Souriau, p. 93. 36. man semblable a l a v i e ? ....Et l a v i e n ' e s t - e l l e pas un  drame b i z a r r e ou se m^lent l e bon et l e mauvaia, l e beau et l e l a i d , l e haut et l e bas? jpaudra-t-il done se bor-n e r U composer, comrne l e s Elamands, des tableaux e n t i e r e -ment t^ndbreux, ou comme l e s Chinois, des tableaux tout lumineux, quand l a nature montre partout l a l u t t e de I'ombre et de l a lumie're?" lorsqu'on a e x a m i n e l e s i n f l u e n c e s sur V i c t o r Hugo o n a, apeu pres, r e s u m e l e s id^es p r i n c i p a l e s de l a Pr£-face* I'idee p r i n c i p a l e done est, que l e drame, carac-t 6 r i s 4 par l e m e l a n g e du sublime et du grotesque est l e genre l i t t ^ r a i r e p a r t i c u l i e r a. l'epoque chrdtienne. "Du jour ou l e christaanisme a d i t a l'homme: Tu es double, t u es compose" de desx "§tres, l'un p d r i s s a b l e , I'autre immortel, l'un charnel, I'autre e'the'reV l'un en-chaine 1 par l e s a p p e t i t s , l e s besoins et l e s passions, I'autre emporta sur l e s a i l e s de 1 'enthousiasme et de l a r d v e r i e , c e l u i - c i e n f i n toujours courbe" vers l a terre, sa mere; c e l u i - l a sans cesse elance vers l e c i e l , sa j*a±a?ie de ce jour l e drame a ete cxe6,u ( 1 ) Cette conception de la . d u a l i t y de l a nature humaine (2), en accord avec l a p h i l o s o p h i e rnachin£enne(3), a t t i r a . beauooup d ' a t t e n t i o n a c e t t e epoque parmi l e s philosopb.es et l e s e'erivains romantiques. En, illemagne, l e s t h e o r i e s du philosophe Schubert a propos du ctt6 nocturne de l a nature humaine, "die Machtseite", ont laisse^ une empreinte profonde sur l a l i t t e r a t u r e . (1) Preface, p. 222-(2) V o i r a u s s i Preface, p.207 (3) V o i r Renouvier, V i c t o r Hugo, l e Philosophe, p. 48 39. " C'est de l a ficonde union du type grotesque au type sublime que h a l t l e genie moderne, s i complexe, s i v a r i e dans ses formes, s i i n e p u i s a b l e dans ses crea-t i o n s , et b i e n oppose en c e l a a l'uniforme s i m p l i c i t y du g^nie antique." (1) V i c t o r Hugo ne nie pas que l e grotesque a i t exists dans l a l i t t e r a t u r e de 1"antiquity. "Mais on sent i c i que ce t t e p a r t i e de l ' a r t est encore dans i'enfance. I'dpopde, qui, a c e t t e epoque, imprime sa forme a tout, 1'epopee gdse sur e l l e et l'£~ t o u f f e . Le grotesque antique est timide, et cherche tou-jours a se caeher. On v o i t q u ' i l n'est pas sur son t e r -r a i n , parce q u ' i l n'est pas dans sa nature. I I se d i s -simule l e p l u s q u ' i l ; p e u t . Les satyres, l e s t r i t o n s , l e s s i r e n e s sont & peine d i f f o r m e s . . . . . I l y a un v o i l e de grandeur ou de d i v i n i t e ' sur d'autres grotesques.. Pp-lyph&me est gi a n t ; Midas est r o i ; S i l e n e est dieu." (2) Or ce n'est pas tout a f a i t exact. Nous avons vu que le grotesque mimique f u t t i r e presque toujours des d i f -f o r m i t ^ s de l a v i e re*elle, et l e mime date du sixierne s i & c l e avant J.G. Mais apres tout l e mime n ' e t a i t qu'un genre ba-tard, e x t r a - l i t t e r a i r e . De plus, l e rapprochement du grotes-que au sublime est d^cidement une t h i o r i e nouvelle - p a r t i -c u l i ^ r e a l'epoque. moderne et base"e sur l a pratique spon-tanee de Shakespeare. "Nous, dirons seulement i c i que eomme o b j e c t i f au-pre"s du sublime, comrne moyen de oontraste, l e grotesque est s elon nous, l a plus r i c h e source que l a nature puisse o u v r i r a l ' a r t Cette b e a u t i u n i v e r s e l l e que l ' a n t i -q u i t e repandait solennellement sur tout n ' e t a i t pas sans monotonie; l a m§me impression toujours repite'e, peut f a t i g u e r a l a longue. Le sublime pour l e sublime, pro-d u i t malaisement un. oontraste, et l'on a besoin de -se-re-(1) Preface, p. 195 (2) I b i d . , p. 197 40. poser de tout, meme du beau. I I semble, au c o n t r a i r e , que l e grotesque s o i t un temps d'arret, un.terms de com-paradson, un p o i n t de de'part d'ou l ' o n s'dleve vers l e beau avec une p e r c e p t i o n plus f r a l c h e et plus e x c i t l e . , ( l ) Et i l s e r a i t exact a u s s i de d i r e que l e contact du difforme a dorme' au sublime moderne quelquechose de plus pur, de p l u s grand, de plus sublime e n f i n que l e beau an-tique " (2) A i n s i 1 ' i n t r o d u c t i o n du grotesque dans l ' a r t , est j u s t i f i e ' e non seulement a cause de l a vraisemblance a l a na-ture mais a u s s i par un p r i n c i p e esthetique. " . . . . l e l a i d est un type d ' i m i t a t i o n , l e grotesque un d'llment de l'art....i»a d i v i s i o n du beau et du l a i d dans l ' a r t ne s y m l t r i s e pas avec c e l l e de l a nature. E i e n n'est beau ou l a i d dans l e s a r t s que par 1'execution. Une chose difforme, h o r r i b l e , hideuse, transported avec v e r i t y et poe'sie dans l e domaine de 1 a r t deviendra b e l l e , admirable, sublime, sans r i e n perdre de sa m o n s t r u o s i t l ; et d'une autre part, l e s p l u s b e l l e s choses du monde, faussement et systematiquement a r r a n g l e s dans une compo-s i t i o n a r t i f i c i e l l e , ; seront r i d i c u l e s , burlesques, hyb-r i d e s , l a i d e s . " (3) T e l l e s sont l e s i d l e s p r i n c i p a l e s de l a Preface. Pour rlsumer on ne peut mieux f a i r e que de c i t e r l e c r i t i q u e du Journal des Debats, contemporain a l a p u b l i c a t i o n de l a Preface: "La p l u p a r t de ces iddes, l i t - o n , ne sont pas nou~ v e l l e s , d'autres ne p a r a i s s e n t l'&tre qu'a force de b i -z a r r e r i e , mais toutes sont prlsente'es ave& une s p i r i t u e l l e audace de paradoxe, une v i v a c i t l remarquable de s t y l e qui l e u r donne une apparence de r a i s o n et un a i r de f r a l c h e u r . On est tent I de v o i r l a v e r i t y ou on volt, tant d 1 e s p r i t , de c o n v i c t i o n , et de f r a n c h i s e . " (4) (1) Preface, p. 203 (2) I b i d . , p. 204 (3) I b i d , , p. 193, note de V.H. (4.) dans Sehenck, p. 8 7 41. Chapitre V. M SRQTTESQUB DAMS LE THEATRE DE VICTOR HUGO. La p u b l i c a t i o n de Cromwell a v a i t f a i t assez de b r u i t dans l e monde des l e t t r e s . La c r i t i q u e e t a i t f a v o r a b l em-eat k l a preface a u s s i b i e n qu'au drame. "On peut l a d i v i s e r en t r o i s c a t e g o r i e s : i l y eut le s enthousiastes qui admirerent preface et drame sans r e s t r i c t i o n s , qui s'en emparerent aomme d'une arme pour b a t t r e en breche l e s v i e i l l e s d o c t r i n e s , et ejui s'exta-sieVent devant l a hardiesse des i d l e s et l a beaut! du s t y l e . I I y eut l e s opposants loyaux qui, reste"s f i d e l e s aux anciens poetes, surent reconnattre l e s b e l l e s qualite^s du drame, tout en contestant c e r t a i n e s t h e o r i e s . I I y eut l e s b i e n v e i l l a n t s , ceux que nous a p p e l l e -r i o n s aujourd'hui l e s centre gauche, qui tout en e'tant retenus encore par l e s l i e n s du passe, I v o l u a i e n t volon-tairement vers l a nouvelle I c o l e . Mais des l e dlbut, i l y eut un courant assez accen-t u l en faveur des idees de V i c t o r Hugo, et l e succes de l a preface et du drame f u t r e t e n t i s s a n t . " (1) Pourtant l e succes d'un mouvement l i t t l r a i r e n'est complet que lorsque l a p r a t i q u e appuie l a t h l o r i e . C'e'tait au chef de marcher en t-^-te des p a r t i s a n s du romantisme dans l a l u t t e pour l a s o u v e r a i n e t l du theatre. En 1828 V i c t o r Hugo n ' e t a i t p o i n t novice en tant que dramaturge non plus q u ' i l ne l' - e t a i t comme c r i t i q u e , mais aucune de ses pieces (1) Revue de l a C r i t i q u e de Cromwell, p. 48 7 42. n'avait encore paru sur l e t h e a t r e . En 1816 i l s ' e t a i t mis a ^ c r i r e une t r a g e a l e en c i n q actes - Irtamknfe, e s s e n t i e l l e -ment c l a s s i q u e . L'ann^e suivante v i t l a naissance d ' A t h a l i e ou l e s Scandinaves. ..A p a r t i r de c e t t e date, jusqu'a Oromwe 11, i l n 1 ie~ r i v i t qu'une seule piece de t h l & t r e - Inez de Castro, melo-drame recu en Panorama dramatique et i n t e r d i t p a r . l a censure en 1822. En 1825 i l songea a f a i r e un grand drame sur Cor-n e i l l e ( l e s quelques scenes i c r i t e s f u r e n t plus t a r d i n c o r -p o r i e s dans Marion de lorme). En 1826 i l m£dita un drame sur Cromwell, et se documenta sur l'epoque. Le 6 aout de l a me^ me annee i l commenea son drame q u ' i l n'acheva qu'en septem-bre de l a prochaine annee. Pendant ce temps V i c t o r Hugo a v a i t f a i t p>araltre son volume d'Odes et B a l l a d e s . A u s s i i l a v a i t du r e v o i r beaucoup de documents, ce qui pouvait r e t a r -der l'achevement de son cinquieme acte ( l e quatrieme a v a i t 6t6 i c r i t en octobre 1826). " mais s i minutieux et s i ardu que f u t ce t r a v a i l , i l f a u d r a i t chercher a i l l e u r s l e s causes qui ont motive' une s i longue durde pour ce cinquidme acte. J •:> N o u s n'avons aucune i n d i c a t i o n p r e c i s e . Tout au plu s pourrions-nous a f f i r m e r q u ' i l e t a i t , a c e t t e epoque, posseae' d'une b e l l e ardeur pour l a renovation du theatre, q u ' i l r ^ v a i t de t r a d u i r e ses i d i e s sous u n e forme quel-conque, p l u t t U sous l a forme d'un manifeste ou d'une itud e , q u ' i l ne songeait gu&re encore a l e s exposer dans sa p reface de Cromwell; i l d ^ s i r a i t cependant q u ' e l l e s fussent raises au jour avant l a p u b l i c a t i o n de son drame, qui n ' e t a i t qu'une a p p l i c a t i o n i m p a rfaite et incomplete 42, de ses d o c t r i n e s ; i l y a eu eVidemment une periode de m e d i t a t i o n qui a pu r e t a r d e r 1'achievement de son der-n i e r acte; l a preface, quoique rapidement s p r i t e , ne pouvant e t r e que l e f r u i t de longues r e f l e x i o n s dt de p a t i e n t e s recherches." (1) La pieee ne v i t jamais l e jour du theatre, car l e grand acteur Talma qui s ' e t a i t beaucoup i n t l r e s s l pour l e rOle du p r o t e c t e u r , mourut avant l'achevement du drame. Amy  Robsart, oeuvre en prose, n'eut qu'une seule r e p r e s e n t a t i o n le 13 feVrier, 1828. Ce f u t un e^chec complet. A i n s i l e drame romantique r e s t a i t encore a f a i r e . Les jeunes roman-ti q u e s attendaient impatiemment une piece qui j u s t i f i e r a i t l e s f i e r e s d e c l a r a t i o n s de la P r e f a c e . "Lepuis l a r e t e n t i s s a n t e preface de Cromwell, pub-ne'e en oetobre 1827 une sorte de f i k v r e s ' e t a i t einpare'e de c e t t e jeunesse. I I l u i f a H a l t un champ de bafcaille sur l e q u e l e l l e put l u t t e r pour ddfendre l e s id^es nou-v e l l e s , et i l n'y en a v a i t pas de p l u s sonore que le t h e a t r e . Certes Cromwell e t a i t un t r e s beau drame; mais i l exce'dait l e s l i m i t e s de l a scene: et l e s amis se de* mandaient s i l e u r chef, m a l t r i s a n t sa puissance et sa In-condite d ' i n s p i r a t i o n , p a r v i e n d r a i t a. enfermer dans le cadre un peu I t r o i t l e s actes d'un drame. (2) Le b r u i t se r l p a n d i t assez rapidement que l e drame (Marion de Lorme) e t a i t termine". Grand dve'nement. La c u r i o s i t e " e"tait vivement e x c i t e e . G' etait en somme l a premiere pi e c e s u s c e p t i b l e d'etre jouee; on ne pouvait compter en e f f e t , 1'essai Amy RobBart . (3) " (1) .Gustave Simon, H i s t o r i q u e de Cromwell, V.H. Oeuvres, E d i t i o n Rationale, p. (2) Gustave Simon, H i s t o r i q u e de Marion de Lorme, $.184 (3) I b i d . , p. 185 44. La l e c t u r e du drame eut l i e u devant un a u d i t o i r e d ' l l i t e , l e .9 j u i n , et l e suedes f u t e'clatant. " V i c t o r Hugo venait de donner l a preuve i r r e f u t a b l e de sa science scenique; i l a v a i t rassure de m©me coup l e s sceptiques et c o n v e r t i l e s i n c r e d u l e s . " (1) T r o i s d i r e c t e u r s de theatre r i v a l i s e r e n t pour l'honneiar de presenter l a p i e c e . Hugo l a donna au The^tre-F r a n c a i s . On commenca l e s r e p e t i t i o n s imme'diatement et tout a coup, catastrophe impreVue - l a censure l ' i n t e r d i t k cause de l a mise~en-sc&ne peu f l a t t e u s e du r o i Louis X I I I . Apres 1 ' i n t e r d i c t i o n de Marion de Lorme, V i c t o r Hugo n ' a t t e n d i t que quinze jours pour se remettre k l'oeuvre. Le 24 septembre Hernani f u t acheve^ Quelques jours plus t a r d l a piece f u t rec_ue par acclamation au TheaHre-Francais, et immediatement d i s t r i b u t e . Les details sur l e s repetitions sont assez connus - l e peu de sympathie - l ' h o s t i l i t e presque, de quelques-uns parmi l e s acteurs envers l e genre nouveau, 1' entftement de M i l e . Mars., et tout l e s autres p e t i t s ennuis qu'a du/ s u b i r l'auteur. Mais e n f i n tout Itait pre^t. "Au moment ou l a pie c e f u t pr§te a passer, l a maison de V i c t o r Hugo f u t envahie par toute- une Jeuhesse ardente,. r l s o l u e a defendre une cause q u ' e l l e conside'rait comme l a sienne; l e s a t e l i e r s surtout dtaient en emo!, , et p l u s i e u r s jeunes gens entrepides recru-taieai des Cama-rades devours et •resolutfs. V i c t o r Hugo s'e'taient. nette-ment oppose a ce que I'bn conserv&jr l a claque; i l ne . v o u l a i t compter que sur ses amis et ses p a r t i s a n s . " (2) (-.1) I b i d . , p. 186 (2) H i s t o r i q u e de Hernani, p. 716 45. La premiere representation ressemble vraiment a une b a t a i l l e . hes amis de l'auteur avaient imaging de se diviser en tribus, chacune sous les ordres d'un chef. Le c r i de guerre fut; "Mort aux perruquesl" Les cartes d'en-tree ^talent de p e t i t s carres de papier rouge portant le nom espagnol Hierro ( f e r ) , imprime avec une g r i f f e . Tous ces details a i n s i que ceux sur l e s costumes de fantaisie que portaient les jeunes romantiques, ont une s i g n i f i c a t i o n plus profonde qu'un simple intent anecdotique. I l s nous rappellent que le theatre romantique est essentielle-ment un theatre de jeunesse, d'une jeunesse qui lutte pour l a liberte, d'une jeunesse capable de Routes sortes d'extra-vagances, mais qui est pourtant absolument sincere et ple i n d'enthousiasme, et a u i a, de plus, un but tout a f a i t s^rieux. Toute cette soiree's'est passle dans l a t r a d i t i o n du theatre francais: 1'enthousiasme des partisans, les oris indlgnis des adversaires a propos des innovations trop radi-cales, les s i f f l e t s se melant aux appjiaudissements< freneti-ques. Mais a l a f i n du troisieme acte l a b a t a i l l e i t a i t ga-gn^e; au quatrielue le succes s'accentua, et t! " . . . . l e monologue de Charles-Quint fut interrompu par des salves de bravos dt se termina sur une veritable ovation." (1) Ce succes phenomenal etablit definitivement le drame en m£me temps q u ' i l donna le coup de grSce & l a tragedie rnou-(1) Historique de Hernani, p. 7£0 46. rante. Examinons a quel point Victor Hugo avait mis en pra-tique les theories q u ' i l avait enoncdes dans l a Preface, sur-tout a ce qui regarde le grotesque. I I y a deux moyens d'introduire le grotesque dans le drame; premi&rement, dans une situation, par les details comiques, et deuxiemement dans le caractere. Ce premier precede" "...occupe moins^de place dans les drames des ro-mantiques, que dans leurs prefaces. Gela tient a ce que sauf les mots comiques que 1'on peut toujours amener plus ou moins naturellement, les scenes comiques ne se presentent jtasud1 B&ls.sem§mes dans une intrigue fortement concue. S ' i l y a reellement unite d'action, i l est d i f -f i c i l e que cette action soit a l a f o i r i d i c u l e et ter-r i b l e : aussi pourrait on con^stater plus d'une fois 'dans le drame que cette difference est tournee, non vaincue. Le grotesque en p a r e i l cas, ne f a i t pas corps avec Inac-ti o n : ce n'est plus une combinaison, e'est un melange." (1) L 1autre moyen d'introduire le grotesque, e'est a dire dans les caracteres tient une place Importante. " . . . s i I'on prend le drame en lui-rrrerne, sans scru-ter les Intentions du poete, on peut se demander s i ce melange dans une w%me ame, du crime et de l a vertu, est bien vraisemb lab l e . Hon", sans doute, dans l a proportion .que l u i donne Victor Hugo. Mais a ce compte, l a vertu parfaite des b.eros de tragedie n'est pas non plus une realiteC La tragidie exagerait l a purete morale, qui se trouve le plus souvent a 1'etat.de' simple honn§tete' chez nous. Le drame exagere le oontraste qui existe en nous entre les qualites et les dd'fauts; i l en f a i t une opposition entre des vices et des vertus: ce n'est plus l a pure et simple realite, mais le theatre, classique ou romantlque, est toujours de l a v6r±te exagerea; seule-ment le romantisme exagere en l a i d : e'est encore un des effets de cette reaction, deja signaiee contre l a trage'-die. (1) Maurice Souriau, Le l a Convention, p. 155 47. C'est a cette opposition constamment cherchee que nous devons un des elements les plus curieux de la psy-chologie romantique. La tragelie nous prdsentait des hluos toujours nobles m£me dans le rnal; le drame nous montre le grotesque." (1) Si Cromwell n'est pas un succes i&u point de vue de l a scene, c'est une assez bonne etude du systeme drama-tique de l'auteur. Gn y trouve rdunis le pathetique et le grotesque, le noble et le t r i v i a l . Le personnage pri n c i p a l est aussi present! de divers cote's. Dans Cromwell nous trouvons un type grotesque favo-r i depuis 1" antiquits',: le fou qui reparalt assez souvent dans l'oeuvre de Victor Hugo. I I y j&en a quatre autour du protec-teur, qui passent le temps a faire de j o l i e s chansons sur des rr.ixnes d i f f i c i l e s , Les grotesques ne manquent non plus dans Amy Sobsart qui, pourtant meme s i e l l e n'avait pas dcnou!, n'est pas une pi<2ce importante dans les chroniques du theatre romantique qui est essentiellement un theatre de poetes; or, Amy Rob-sart est non seulement en prose mais i l l u i manque aussi une inspi r a t i o n originale, ce n'est que l a raise-en-scene de Ke ri-l l worth, le roman de s i r Walter Scott. Un de ces grotesques est Flibbertigibbet qui f a i t partie de l a troupe des bateleurs qui figure dans les fetes que dorme Leicester a l a reine. "Costume de l i a b l e . ' Longue queue, longues g r i f f e s . Cheveux rouges en dlsordre." Un autre est le sorcier Demetrius Alasco, ou comme i l s'appelait (1) Souriau, De l a Convention, p. 202. 48. a u t r e f o i s l e docteur Doboobius: "un p e t i t y i e i l l a r d v§tu d'une robe g r i s e f l o t t a n t e . Sa barbe est tr e s blanche, ses s o u r c i l s n o i r s et sa fete chauve." Marion de horme est bien int^ressante parce que dans D'Ang^ly nous voyons deja quelquechose de Tr i b o u l e t -C'est beaucoup plus qu'un simple comparse. D ' a i l l e u r s le grotesque dans le s s i t u a t i o n s est aussi habilement i n t r o d u i t . Chaque acte debute sinon avec des sebnes comiques, au moins sur un ton g a i , et pour l a plupart f i n i t sur une note t r a g i -que. A i n s i , l e premier acte s'ouvre par une scene entre Sa-verny et Marion, une scene de g a l a n t e r i e et de p e r s i f l a g e . Mais a mesure que 1'acte progresse, l e s couleurs s.'assornbris-sent. D i d i e r v i e n t , ce -pr^curseur de Herriani, un de ces hommes f a t a l s dont l e premier est peut-e'tre l e Dorval de D i -derot. " Je v i s l e s hommes, et j'en p r i s En haine quelques-uns, et le reste en mepris; . . . S i b i e n que v o i c i , jeune encore et pourtant Vieux, et du monde l a s comrne on I 1 e s t en sortant; Me me heurtant k r i e n ou je ne me dechire; Trouvant le monde mal, mais trouvant l'homrne p i r e . " D ' a i l l e u r s , Marion elle-merne a;gnelquechose de gro-tesque, car c'est "Une femme, de corps b e l l e , et de coeur -dif forme, Une Phrymi qui vend a tout homme, en tout l i e u , Son amour qui f a i t honte et qui f a i t horreuri mais tout change l o r s q u ' e l l e tombe -amoureuse; c'est l a flamme epurante qui efface tout le passe". 4 9 . Le deuxieme acte est un chef-d'oeuvre. La scene represente l a porte d'un cabaret. C'est la. que s' assemble l a jeunesse dor^e, et dans quelques pfctites scenes V i c t o r Hugo evoque un admirable tableau de l a v i e du beau monde p a r i s i e n de 1' dpoque. Le rappiort de ^asse est un melange d ' h i s t o i r e , et de commlrages, de tragedie et de comddie: "Point. - C o r n e i l l e toujours met en l ' a i r l e s cer-v e l l e s . Quiche a l ' o r d r e . Ast est due. Puis des r i e n s a f o i s o n . De trente huguenots en a f a i t pendaison. Toujours nombre de duels, Le t r o i s c ' l t a i t d'Angennes Contre Arquien, pour a v o i r p o r t ! du point de Glhies; Lavardie avec Pons s'est rencontre - l e dix, Pour avoir p r i s a Pons l a fernrne de Sourdis." ( 1 ) EU pourtant ces d e t a i l s amusants ne sont pas absolumenta des hors-d'oeuvre; car Le c a r d i n a l Est f u r i e u x , et veut un prompt remede au mal." et c'est l a un noeud dans 1'intrigue.' Dans cet acte nous rencontrons pour l a premiere f o i s L"Angely, le fou du r o i , "en n o i r , velours, et passe-q u i l l e s d'or". C'est un fou Strange, et lugubre, qui i n s -p i r e plufrfrt l a peur et l a m l l a n c o l i e que le r i r e , et qui cau-se Brichanteau a remarquer: "Je ne m'e'tonne plus que le r o i s o i t s i x r i s t e . " Mais l a badinerie change en t r a g l d i e . Saverny i n -s u l t e D i d i e r a qui i l doit l a v i e mais q u ' i l ne reconnalt pas, et l i s se battent en duel sous le reverbere meme qui 6-t l ^ i c f , '' ladgazetteide iCyrano,!.sact&oY, osoene ,V, ,' uccoav-;. : 50. c l a i r e 1 14d.it centre les duels. Les o f f i c i e r s accourent au bruit, et pour se sauvei Saverny f a i t le rnort ( d e t a i l gro-tesque). On emrn&ne Didier, et Marion est d^sespeYee et rem-p l i e de remords. Ainsi l a derniere scene de l'acte est bien tragique. Le commencement du troisierne acte est tout a f a i t comique. Le marquis de Saverny, deguise' en o f f i c i e r du re-giment d'Anjou, "moustaches et royale noires, un emplttre sur l ' o e i l " , raconte les details imaginaires de sa fausse mort, a Laffemas qui est charge* de prendre Didier, qui s'est echappe" sur ces entrefaites. Ce Saverny tient d'ailleurs du Capitan de l a com^-die italienne. • I I est hon enfant, mais un peu adorine* a la fanfaronnade, orgueilleux et l i b e r t i n . lorsque dans l'acte prlceaent, on l u i avait demand^ d'une maniere assez iron!que: "Marquis, depuis quand payez-vous Yos dettes?" i l avait repondu .fierement: J-'ai toujours paye celles que l'on paie Avec du sang. Mon sang c'est ma seule monnaie." Maintenant i l d i t a demi en plaisantant: "Ma f o i , je suis d'un coeur fort dpris de malice. Buire me p l a i t . Je f a i s le mal avec delice, J'aime a tuer." A cette bouffonnerie, s'oppose l a douleur tres r e -e l l e que cette fausse mort cause au vieux marquis de Mangis. 51. Mais de nouveau l a eomedie succede a l a tragedie. Saverny; Le d i b b l e a i t l ' o r a i s o n funebrej I I me loue, et l e rend plus t r i s t e , sur ma f o i l T o i , pour l e consoler, d i s - l u i du mal de moi. Bricnanteau: I l e t a i t quinteux, rnenteur, i n g r a t . Peu r e g r e t t a b l e au fond. 11 a l l a i t aux I g l i s e s , Mais pour c l i g n e r de l ' o e i l avec l e s C i d a l i s e s . Ce n ' I t a i t qu'un galant, qu'un fou, qu'un l i b e r t i n . Dans l a cinquieme scene a r r i v e n t l e s comediens, types de 1' ancienne eomedie, et avec eux L i d i e r et i u a r i o n . Le Scaramouche o f f r e a L i d i e r de prendre l e x t l e du cap i t a n : "•Quant a t o i , s i su veux d'un beau r o l e , i l nous manque Un matamore. -.On est fendu comme un cornpas, On f a i t l a grosse v o i x et l'on marche k grands pas, Puis, quand on a d'Orgon p r i s l a femme ou l a niece, On v i e n t tuer l e Maure a l a f i n de l a pi e c e . C'est un rQle tragique. I I t ' i r a t t entre tous." (1) La scene 71 du meme acte r a p p e l l e c e l l e entre dona So l et Hernani - L i d i e r parle- de son i n f l u e n c e f a t a l e sur tous ceux qui 1* entourent. Cependant Saverny reconnalt Marion de Lorme, et ne pouvant t a i r e une s i bonne h i s t o i r e i l l a raconte a Laffemas. Puis a l l a n t de mal en p i s , i l revele a l i d i e r que c e l l e q u ' i l aime est l a fameuse Marion de Lorme. Le'sespoir de L i d i e r . "0 L i e u ! l'ange e t a i t un demon." Se croyant t r a h i , L i d i e r decouvre son i d e n t i t y , comme l e f e r a (1) Le renseignement n'est cependant tout a f a i t exact, car i l y a v a i t degh dans l a troupe un c a p i t a n - l e T a i l l e b r a s . 5 2 . plus t a r d Hernani. Saverny tache de sauver D i d i e r en reve-nant des morts, mais i l ne r e u s s i t pas a sauver I'autre et n'accomplit que sa propre p e r t e . A i n s i l'aete qui a debute s i gaiment par de fausses f u n i r a i l l e s , f i n i t avec l e pressen-timent de r e p l i e s . Un V a l e t ; De Monseigneur Gaspard l e s obseques sont prates. Pour l a ciremonie on v i e n t de votre voix. Savoir l'heure et l e jour. Laf i'emas: Eevenez dans un mois. l e quatrieme acte i n t i t u l e Le Roi, met en scene ce malheureux Louis XIII, un v r a i grotesque, mais un grotesque qui n ' i n s p i r e qu'une r e v u l s i o n mele'e de p i t i e . La premiere scene du cinquieme acte r a p p e l l e un peu l a scene des fossoyeuns dans Hamlet. Des ou v r i e r s t r a v a i l l e n t a demolir.1'angle du mur de l a p r i s o n a f i n que l a l i t i e r e du c a r d i n a l p uisse passer. Le c a r d i n a l lui-meirie est un autre grotesque - un grotesque empreint de t e r r e u r . I I ne p a r a i t jamais sur l a scene, mais d u moment ou L'Angely d i t . "Prenez garde,- messieurs. 3Le m i n i s t r e est puissant, C'est un large faucheur qui verse a f l o t s l e sang, Bt ^ p u i s , i l couvre tout de sa soutane rouge, Et tout est d i t . " jusqu'a ce que, a l a f i n de l a piece Marion s'e'crie: "Regardez t o u s l v o i l a l'homme rouge qui p a s s e i " son i n f l u e n c e s i n i s t r e se r^pand sur toute l 1 a c t i o n . A tout prendre, l e grotesque d a n s l e s s i t u a t i o n s est beaucoup moins habilement i n t r o d u i t dans Hernani. I l semble 5 2 . mal a propos dans ce drame essentiellement l y r i q u e . A i n s i l a scene bouffonne entre don Carlos et dona Josefa, qui tierment tous l e s deux du grotesque, a u s s i b i e n que l a rencontre entre i e r o i et l e bandit, n'ajoutent r i e n k l a p i e c e . I I l e u r manque du comique, car l e s p l a i s a n t e r i e s de don Carlos ne sont amusantes que par inadvertence. L 1 a p p a r i t i o n de Huy Gomez qui r a p p e l l e l e vieux Pantalon de l a Commedia d e l l 1 Arte, est assez comique, ce qui n ' 6 t a i t point 1 ' i n t e n t i o n de l'auteur. Le deuxieme acte, l u i a u s s i , debute par une scene accuse comique. Get acte^encore l e c a r a c t e r e l i b e r t i n du r o i sugge-xe deja dans l ' a c t e pre'ce'dent. Pendant que l e s o r t d'un em-p i r e est en balance, l e r o i en v r a i Espagnol passe l e temps a f a i r e l a cour aux dames. Le v o i l a done sous l a fenetre de dona S o l . I I ne se soucie irreme pas du bandit Hernani; rtJ'en veux a sa maltresse et non point a sa t#te." (v.430) Ce c6te peu f a v o r a b l e du r o i , qui se montre encore dans l ' a c t e suivant, c o ntraste vivement avec l a grandeur d'ame et l a gene-r o s i t y de l'empereur Charles-Quint, t e l q u ' i l p a r a l t k l a f i n du quatrieme acte. Le personnage p r i n c i p a l du troisieme acte est l e v i e i l l a r d don Ruy Gomez. • C'est un grotesque S i x i r i t u e l plutt3t que physique (comme l a p l u p a r t des grotesques romantiques l e sont), ou nous trouvons un contraste entre l e corps vieux et f a i b l e et 1'ame jeune et ardente, remplie de passion et de v a l e u r . 54. " ; Ecoute, on n'est pas maltre De soi-m§me, ainoureux comme je l e sui s de t o i , Bt vieux. On est jaloux, on est m6chant, pourquoi? Parcique l'on est vieux. Parce que beaute, gra"ce, Jeunesse, dans autrui,' tout f a i t peux, tout menace. Parciqueon est jaloux des autres, et honteux De s o i . D e r i s i o n que cet amour boiteux, Qui nous r e m e t a u coeur. tant d ' i v r e s s e et de flamme, A i t oublie" l e corps en r a j e u n i s s a n t l'amei" vv.727-734 Pourtant son dis c o u r s sulvant l u i perd un peu de l a sympathie du l e e t e u r - i l y a la-dedans quelquechose de pathetique et de repoussant a l a f o i s , .ses p a r o l e s sont grotesques en eikies -memoes: "Et p u i s v o i s - t u , l e monde trouve beau . lorsqu'un homrne s ' ^ t e i n t , et lambeau par lambeau, S'en va, l o r s q u ' i l trebuche au marbre de l a tombe, Qu'une femme, ange pur, innocente colombe, V e i l l e sur l u i , l ' a b r i t e , et daigne encor s o u f f r i r L ' i n u t i l e v i e i l l a r d qui h'est bon qu'a mourir, e t c . . . " l a deuxieme scene est leg'erement i r o n i q u e . Hernani a r r i v e deguise" en p ^ l e r i n et Ruy Gomez l u i demande des nou-v e l l e s du bandit Hernani. "Tu ne l e connais pas? tant pis!' l a grosse somrne Ne sera p o i n t pour t o i . V o i s - t u , ce Hernani, C'est un r e b e l l e au r o i , trop longtemps impuni. S i t u vas a Madrid, t u l e pourras v o i r pendre. Mais immediatement l e ton s'assombrit. Dona S o l apparait en parure de mariee, et Hernani, croyant q u ' e l l e 1'a t r a h i , se rev e l e * Ehsuite, s e u l avec dona S o l , i l d e f i n i t son carac^ t e r e . Oe n'est point\comme t o u s . l e s hommes, ou au moins comme l e s heros c l a s s i q u e s , un e~tre raisonnable, mais un ca-r a c t ^ r e c o n t r a d i c t o i r e , a l a f o i s tendre et c r u e l , repousse 55. par ses semblables et l e s tenant en haine. Tu me .•ore-is p e u t - t t r e Un homme comme sont tous l e s autres, un §tre I n t e l l i g e n t , qui court d r o i t au "but q u ' i l reva. De'tromp.e-toi. Je s u i s une fo r c e qui vai Agent aveugle et sourd de mysteres f a i t e s avec des tln e b r e Encore une f o i s l ' a c t e f i n i t d'une maniere trggique, Don Carlos enleve dona S o l sous pretexte de l'ernmener comme hdtage. Pour l a retrouver l e s deux autres font un pacte, qui motive l a f i n tragique de l a p i e c e . Le quatrieme acte est moins grotesque que l e s auta? res, en e f f e t 11 se compose pour l a pl u p a r t de t i r a d e s sur l ' h i s t o i r e . Pourtant l e p a r a l l e l e ou contraste des t r o i s ambitions - c'est a d i r e , c e l l e de Carlos qui veut devenir empereur, c e l l e p l u s humble de-don Ricardo qui ramasse l e s t i t r e s , et e n f i n c e l l e des conjures qui complottent contre Carlos, surtout en presence des mQnes de Charlemagne, appro-che du grotesque. V e r s - l a f i n de l ' a c t e une transformation double et subite a l i e u : c e l l e du r o i et c e l l e de Hernani. Le bon-heur bannit toute l'amertume de l'ame du jeune homme. "Ohi ma haine s'en v a i " Je n ' a i p l u s que I'amour, dans, l'ame." Chez Carlos c'est l e c o n t r a i r e . " E t e i n s - t o i , coeur jeune et p l e i n de fILammel L a i s s e r l g n e r 1 ' e s p r i t , que longtemps t u tr o u b l a s . Tes amours dlsormais, tes mattresses, h e l a s l C'est 1'Allemagne, c'est l a Plandre, c'est l'E^spagne. L'empereur est p a r e i l a l ' a i g l e , sa campagne, ' A l a place du coeur, i l n'a qu'un e"cusson." 56 Mous trouvons l e grotesque a u s s i dans l e der n i e r acte, qui dans son ensemble est tellement l y r i q u e . I I com-mence .par. des scenes bouffonnes. On c^lebre l a noce de dona Sol et du ci-devant bandit, et l e s j a r d i n s du chateau d'Ara-gon soritremplie de monde. Tout est g a i e t e . V o i l a don R i -cardo et ses compagnons que nous avons deja rencontres dans des c i r c o n s t a n c e s moins p r o p i c e s . l i s p l a i s a n t e n t : "Ecoutez l ' h i s t o i r e que v o i c i . T r o i s g alants, un bandit que l'^chafaud rlclame, Puis un due, p u i s un r o i , d'un mtme coeur de femme Font l e siege a l a f o i s . - L'assaut donne, qui l'a? C 1 est l e bandit." Mais un masque s i n i s t r e apparai't: "Avez-vous remarqu^, messieurs, parmi l e s f l e u r s , l e s femmes, l e s habits de toutes l e s couleurs, Ce s p e c t r e , qui debout contre une balustrade, De son domino n o i r t a c h a i t l a mascarade." C'est don Ruy Gomez qui v i e n f se venger. F i n tragique a une f&te joyeuse. Passons a l a piece suivante, Le Roi s'amuse. Pour l a p l u p a r t l e proee'de' est l e meme que dans l e s autres drames. Son inter'et p r i n c i p a l est dans l e personnage du fou Tribou-r l e t . " T r i b o u l e t n'est pas seulement un fou, c'est ausse, un homrne: i l a un r o l e et un ca r a c t e r e . " (1) Son caractere se compase de deux sentiments igalement f o r t s et radicalement opposes l'un a I'autre: un amour passionn'e pour s a - f i l l s et (1) Souriau, De l a Convention, p. 206. 57. une haine insensee envers l e re s t e de l'humanite, Dans une longue t i r a d e (acte I I , scene i i ) i l trai&e de son caraet&re. "Ah l a nature et l e s hommes m'ont f a i t B i e n mlchant, h i e n c r u e l et b i e n rSche en e f f e t . 0 rage! §tre bouffon! 0 rage I §tre difforme! Toujours c e t t e pensle! Et qu'on v e i l l e ou qu'on lorme, Quand du monde en r l v a n t vous avez f a i t l e tour, Betomber sur c e c i : Je s u i s bouffon de couri He v o u l o i r , ne pouvoir, ne devoir et ne f a i r e Que r i r e ! - Quel exc^s d'opprobre et de mis&rei G"tC • 9 6.CC « , • • • • " Comme dans l e caradtere de T r i b o u l e t lui-meme, l e grotesque dans l e s s i t u a t i o n s est assez sombre, surtout dans l e s deux d e r n i e r s actes, ou i l est emprelnt de t e r r e u r . Dans tous l e s deux, l ' a c t i o n se passe autour de l'auberge qu'ha-b i t e S a l d a b a d i l , lui-m&me grotesque, type de spadassin. I I f a i t n u i t , l a p l u i e descend sur l a v i l e cabane .ou se trouvent une f i l l e de j o i e et un meurtrier p r o f e s s i o n n e l ; et dehors attendent l e fou T r i b o u l e t et s a ' b e l l e f i l l e ; scene v r a i -ment grotesque. Ces f i l l e s , l'une s i pure et 1'autre s i a-baissee, tou^ l e s deux b e l l e s , aiment l e r o i , que l e pere de l'une et l e f r e r e de l ' a u t r e vont tuer. B i l e s decident de l e sauver, L'une Maguelonne en persuadant son f r e r e de t r i c h e r T r i b o u l e t en substituant une autre victime, et Blanche en se s a c r i f l a h t eTle-m&ne. Et v o i c i dans l e d e r n i e r acte T r i b o u -l e t triomphant sur l e corps suppose de ennemi mortel. Ce n'est pas seulement l e pexe qui a 6te" i n s u l t ! par l e deshon-neur de sa f i l l e ; &'est a u s s i 1'.homme dont l a d i g n i t e a 6ti • 5 8 . continuellernent a v i l i e . Cela rend son/ triomphe double. I I d e t r u i t a l a f o i s l e i e o u c t e u r de sa f i l l e et l e maltre dont le "bonheur, qui oontraste tellement avec sa propre misere, l ' a toujours i r r i t 6 . Mais ce triomphe momentane' ne rend sa douleur que p l u s t e r r i b l e l o r s q u ' i l d^couvre que l e cadavre est c e l u i de Blanche. Examinons maintenant Buy Bias, l e d e r n i e r drame de V i c t o r Hugo (car on ne peut gas compter Les Burgraves). I I y a du grotesque dans l e c a r a c t e r e de Ruy B i a s lui-m%me, mais le personnage qui nous i n t ^ r e s s e l e p l u s est don C^sar de Bazan. Le drame presente l e moment "ou une monarchic va s ' a c r o u l e r . . . . . e t l a noblesse tend a se d i s s o u r d r e . En se d i s s o l v a n t e l l e se d i v i s e , et v o i c i de q u e l l e fagon:....Une p a r t i e des gentilshommes, l a moins honn§te et l a moins g^nireuse, r e s t e a l a eour.... On ne songe plus qu'a soi....On est c o u r t i s a n , on est ministre....On ne v l t p l u s que par 1 'ambition et l a cu-p i d i t y . ..Quand .le jour de d i s g r a c e a r r i v e , quelque chose de monstrueux se dlveloppe dans le c o u r t i s a n tombi, et l'homme se change en demon." (1) Cette p a r t i e de l a noblesse est representee dans l e drame par don S a l l u s t e . "L'etat desespere du royaume pousse I'autre moitie" de l a noblesse, l a m e i l l e u r e et l a mieux n£e dans une autre v o i e . E l l e s'en va chez e l l e , e l l e rentre dans ses p a l a i s , dans ses chateaux, dans ses s e i g n e u r i e s . E l l e a horreur des a f f a i r e s , e l l e n'y peut r l e n , l a f i n du monde a p p r o c h e . . . i l faut s ' i t o u r d i r , fermer l e s yeux. (1) V i c t o r Hugo, Preface de Euy B i a s . 5 9 . v i v r e b o i r e , . . . . l e gentilhomme prend l a chose au v i f , or-donne des f@tes et l e feu au quatre coins de son "bien . . . l e pauvre gentilhomme devient a l o r s ce q u ' i l peut, un peu a v e n t u r i e r , un peu spadassin, un peu bohemien. I I s'enfonce et d i s p a r a l t dans l a f o u l e , grande masse terne et noire que, jusqu'k ce jour, i l a a peine entrevue de l o i n sous ses pieds....Du r e s t e bonne, brave, l o y a l e et i n t e l l i g e n t e nature; mdlange du poete, du gueux et du p r i n c e ; r i a n t de tout; a l l i a n t dans sa maniere avec quelque grace, 1'impudence du marouis et 1 ' e f f r o n t e r i e du zingaro; s o u i l l ! au'dehors, s a i n au dedams; et n'ayant p l u s du gentilhomme que son honneur q u ' i l garde, son nom q u ' i l cache, et son igde q u ' i l montre." (1) T e l est don Cesar. C est un personnage p a r t i c u l i S r e m e n t int'iressant, parce que par p l u s i e u r s t r a i t s de corps et d'ame' i l ressemble k un personnage de l'.ancienne comldie, k s a v o i r l e c a p i t a n es-pagnol, le' matamore. Et pourtant i l en d i f f e r e radicalement. V o i c i son entree en scene: "Entre don Ce\sar de Bazan. Chapeau de'fonce'. Gran-' de cape d ! g u e n u i l l ! e qui ne l a i s s e v o i r de sa t o i l e t t e que des has mal tire's et des s o u l i e r s c r e v t s . Bple de spadassin." Et c e t t e d e s c r i p t i o n f a i t e par don S a l l u s t e , accuse encore davantage l a ressemblance: "Une marquise Me d i s a i t l ' a u t r e jour en sortant de l ' e g l i s e : - Quel est done ce brigand qui, Ik-bas, nez au vent, Se carre, 1 ' o e l l au guet et la :hanche en avant, Plus d t l a b r i que Job et plus f i e r . q u e Bragance, Prapant sa gueuserie avec son arrogance, Et ^ u i f r o i s s a n t du poing sous sa manche en h a i l l o n s , L'ep^e k l o u r d pommeau qui l u i bat l e s talons, Promene, d'une mine a l t i e r e et magistrale, Sa cape en dents de s c i e et ses has en s p i r a l e ? " (1) I b i d . . 60. I I s'est abaisse" a toutes sortes de crimes. Lors-que don Salluste l u i donne une bourse, i l d i t : "Pardieu, je vous suis tout acquis Quant aux conditions, ordonnez. Foi de brave, Mon 6~g4e est a vous, je deviens votre esclave, Et s i cela vous plait, j ' i r a i croiser le fer Avec don Spavento, capitan de l'enfer." Mais i l a son code d'honneur k l u i . "....$'ajoutez pas un mot, c'est outrageant. Gardez votre secret, et gardez votre argent. OhI je comprends qu'on vole, et qu'on tue, et qu'on p i l l e , Que par une nuit noire on force une b a s t i l l e , D'assaut, l a haehe au poing, avec cent f l i b u s t i e r s , Qu'on dgorge estafiers, getdiers et guichetiers, Tous t a i l l a n t et hurlant, en bandits que nous somrqes, Oeil pour o e i l , dent pour dent, c'est bieni hommes contre homines i Mais doucement d^truire une femmel et creuser Sous ses pieds une trappe. " Avrhs son intervention dans le premier acte i l d i s-parait jusqu'au quatrieme, un acte comique, charmant mais a peu pres un hors-d'oeuvre. Un de ses discours dans cet acte, se rattache a une source ancienne' du grotesque: le voyage extraordinaire. D©u C^sar raconte ses aventures merveilleu-ses. " 2 'ai vu des femmes jaunes, bleues, Moires, vertes. J 1 a i vu des lieux du c i e l benis, Alger, l a v i l l e heureuse, et l'aimable Tunis, Ou 1'on voit, tant ces Turcs ont des fagons accortes, Force gens empales, accroches-sur les portes." Voila pour le theatre de Hugo. A tout prendre, i l a assez bien mis en pratique les theories q u ' i l avait enon-cees dans l a preface de Cromwell. L 'introduction du grotes-6 1 , que a eu un grand effet sur le theatre. D'une part, par le melange de oomldie et de t rag e'en e dans les sitaations i l a remplace" une action continue 11 ement ascendante par une serie de crises mineures, qui pourtant toutes conduisent a l a ca-tastrophe principal©;, de l'autre dans les caracteres i l a mis les individus en place des types (car dans le drame on ne trouve.les purs grotesques, qui sont, eux aussi, des types, que parini les comparses) .-62 Chapitre VI. LE GBOTESQUE CHEZ ELMPUD ROSTAND. A tout prendre, i l manquait aux romantiques, tout grands pontes qu'ils fussent le vrai talent dramatique. Ale-xandre Dumas Pere fut l a seule exception. Mais son theatre, hon du point de vue dramatique, n'avait aucune valeur l i t t e -r a i r e . Quant aux autres, l i s ne contribuerent pas grande chose au theatre romantique. Vigny ne donna qu'une seule piece qui me'rite de 1"attention. Alfred de Musset, apres 11e-chec de sa premiere oeuvre dramatique, renonea pendant un nom-bre d'annles a l a sc£ne, et en ecrivant son Spectacle dans un  ffauteuil, s'abandonna a sa fant a i s i e , De plus, Musset est trop i n d i v i d u a l i s t e pour etre partisan fid e l e du drame roman-tique. Tandis que Victor Hugo peint de grandioses tableaux a l'h u i l e representant 1'humanit! dans des crises politiques et sociales, Musset ne peint que de gracieuses aquarelles, de charmantes arabesques de l a vie, mais d'une vie ou n'entre j a -mais l a r e a l i t e quotidienne. I I l u i manque l a grandeur de conception et 1'interSt pour l ' h i s t o i r e (assez faussee, mais hi s t o i r e quand meme),que 1'on trouve chez Victor Hugo, mais en recompense i l possede un charme et une grade toute p a r t i -culieres. Bdmond Eostand combine les qualites de tous les 6 3 . deux, en y ajoutant un vrai talent drarnatique et une rnaitrise de l a langue, dans laquelle i l se complait un peu parfois. La premiere pifeoe de Eostand est une com^die en t r o i s actes, les Eomanesques, qui date de 1894. L'influence de Musset est tres ividente. C'est a peu pres le meme theme que c e l u i de A quoi re^vent les jeunes f i l l e s . Eostand t r a i t e l a v i e i l l e h i s t o i r e de Romeo et J u l i e t t e , seulement c'est le cote comique et non tragi que q u ' i l nous pr^sente; car tous les obstacles a 1'amour de Sylvette et Percinet sont imagi-naires, fabriques par leurs parents qui se rendent compte quej "Mariage arrang^ n'est pas chose tentante Pour deux jeunes serins poetiques. Aussi Profitant de ce qu'ils ont vecu l o i n d ' i c i Leur avons-nous cache^ tout pro jet d'hymenee." C'est une legere parodie du romantisme, et pourtant c'est bien romantique. Seulement Eostand veut montrer que le vrai romantisme ne depend pas des embellissements superficiels en d'autres mots, ce qui est romantique n'est pas necessaire-ment romanesque. L•intrigue se resume assez bien dans le rondel f i n a l . Sylvette, reunissant autout d 1 e l l e tous les acteurs. E Et maintenant, nous quatre, - et Monsieur Straforel -Excusons ce que fut l a piece, en un rondel. "Les costumes c l a i r s , des rimes l^geres, 1'Amour, dans un pare, jouant du fluteau Un florianesque et f o l quintetto, Des b r o u i l l e s . . . . d ' a i l l e u r s toutes passageres, Des coups de s o l e i l , des rayons lunaires, Un bon spadassin en joyeux manteau........ 6 4 . Des costumes c l a i r s , l e s rimes legeres, L'Amour, dans un pare, jouant du f l u t e a u . . . . Un repos n a i f des pieces ameres, Un peu de musique, un peu de Wat.teau, Un spectacle honn&te et qui f i n i t t o t , Un vieux mur f l e u r i , - deux amants, ".r- deux peres... •. Des costumes c l a i r s , des rimes l e g e r e s l Toute l a piece n'est qu'une charmante r e v e r i e qui ne v i s e point a 1 ' i l l u s i o n de rdalisme, car l e s acteurs s'ad-ressent au p u b l i c et l a scene "se passe ou l'on voudra, pour-vu que l e s costumes s o i e n t ; f o l i s " . II est evident que dans une oeuvre de c e t t e sorte, 1 ' i n t r o d u c t i o n d®. grotesque, t e l que V i c t o r Hugo l ' a congu, est absolument impossible. Tous l e s personnages sont un peu grotesques, en ce que ce sont des c a r i c a t u r e s p l u t t H que de p o r t r a i t s , L'action ne s'eleve jamais au sublime, e l l e ne s'abaisse pas non p l u s au bouffon; un l ^ g e r t r a i t s a t i r i q u e se manifeste partout, mais l e l a i d manque, car i l s e r a i t tout a f a i t deplace" dans cette. oeuvre ou tout est charme et elegance. Pourtant un des personnages se rapproche su grotes-que conventiOnnel; c'est S t r a f o r e l , l e spadassin ... dans cet ample Manteau, qui l a i s s e v o i r cet etrange pourpoint Ce monsieur moustachu Mais l e r o l e de c a p i t a n n'est point dans son caractere, ( s ' i l eh a un, ce qui est douteux, car tous l e s personnages ressem-b l e n t p l u t o t a de marionettes qu'a des §tres de sang et de c h a i r ) , ce n'est que sa p r o f e s s i o n . II est expert en matiere d'enlevements, dont i l nous donhe l e s divers" types dans une 6 5 . longue enumeration qui presage ddja l a t i r a d e du nez. "S-png.ez que nous avons, Monsieur, 1'enlevement Avec deux hommes n o i r s , 1'enlevement v u l g a i r e , En f i a c r e , - c e l u i - I a ne se demande g u l r e , -1'enlevement pompeux, en carosse de cour, Avec l a q u a i s poudrls et frise's - l e s perruques - Se payent en dehors, - avec muets, eunuques, Hegres, s b i r e s , brigands, mousquetaires, 8u choix! et a i n s l de s u i t e pendant une v i n g t a i n e de vers. Toute l a scene l e l'enlevement touche au bouffon, a i n s i que c e l l e entre S t r a f o r e l et S y l v e t t e , qui est une pa-r o d i e Ividente des amoureux du drame romantique. S t r a f o r e l : Vous me prenez pour un magon? ExquisJ C'est exquis! - Sachez done que je su i s l e marquis L ' A s t a f i o r q u e r e i t a , f o l e s p r i t , coeur ma Lade, Qui cherche a pimenter I 1 e x i s t e n c e trop fade, Et voyage, fac^on de c h e v a l i e r errant Auquel est un r§veur, un poete, adherent I Et c'est pour p l n e t r e r en vos j a r d i n s , C r u e l l e , C'est pour amour pour vous que j ' a i p r i s l a t r u e l l e ! Je vous eomprends, 6 cher coeur incornpris! "Vous voulez du roman, n'est-ce pas a tout p r i x ? Lone, c'est d i t : ce s o i r , je voux enleve. iios seuls repas Serons du pain, - du p a i n m o u i l l ! de douces larines! Et l e malheur pour nous He sera qu'heuri Pas meme une chaumi^re: une- tente:!....... et ton coeur! etc., etc. A l a f i n de l a piece l e s jeunes amants s'apereoi-vent de l a faussete de l e u r s idees romanesques, car: "V o i s - t u , l a po<ifs.ie est au coeur des amants: E l l e n'emane pas des seuls eVeiiements. Car e l l e peut broder, l o r s q u ' e l l e aime notre true, Le v ^ r i t a b l e s f l e u r s sur une fausse trame. 6 6 . La poesie, amour, mais nous fumes des fous De.la chercher a i l l e u r s l o r s q u ' e l l e etait en nous! " L'annee suivante v i t La Prinoesse Lointaine., pi&ce en quatres aetes. C'est d6ja une oeuvre beaueoup plus s l r i -euse; i l y a l a un souffle de tragedie. Eostand.a g x y f l a ligende de Joffroy Budel, prince de Blaye et troubadour, qui s'est follement epris.de l a "princesse lointaine" - Melissan-de, comtesse de T r i p o l i , q u ' i l n'a jamais vue, mais dont l a beaute, ehante'e dans les contes des pe*lerins revenus de l'O-rient l ' a ebloui. L'idealisme quitessenci£ de l a piece ne laisse pas grand essor au grotesque. Pourtant, l a misere de l a nef dt de son Equipage a i n s i que I'dtat moribond de Jof-froy lui-m&ne, dans l a premiere scene, oontraste vivement avec l'eian s p i r i t u e l des p l l e r i n s , car c'est vraiment un pe*-lerinage amoureux qu'ils font. Le t e r r i b l e Chevalier aux armes vertes est un grotesque. I l rappelle un peu les ogres des romans de chevalerie, et en effet, l a piece ressemble beaueoup a l a mise-en-scene d'une de ces l^gendes arthurien-nes, seulement c'est le merveilleux plutCt que le grotesque que Eostand accuse. En 1897 fut representee pour l a premidre f o i s , l a Samaritaine, - I'Evangile dans une mise-en-sebne un peu p r e ~ cieuse et parfois d'un goftt contestable. Les t r o i s tableaux, le deuxierne est le plus inteYessant, C'est une de ces scenes de foules s i favorisies et execut6es avec une t e l l e mattrise par Eostand, et qui offrent presque tour|ours 1' occasion de meier, d'tme facon n a t u r e l l e , " l e sublime et l e bouffon, l e beau et l e l a i d " . La scdne represente l e march! qui se t i e n t a l a porte.de Sichem. "Grouillement d'un 'earans.e>ail. Hal 1 Ions ^ c l a t a n t s . In-nombrables marchands. Etalages, Boutiques. Encom-brement de sacs, de c o u f f i n s et de j a r r e s . Vers l e fond, l e s Anciens sont gravement reunis; c'est & l a p^te de l a v i l l e que se t r a i t e n t l e s a f f a i r e s . Les , §BifaB*.s jouent. Bes jeunes gens r i e n t , s.'amusent k soulever des p i er r .as lourdes. Des femmes et des j e u -nes l a l l e s regardent l e s objets a vendre, jacassent. P i e r r e et l e s D i s c i p l e s sont l a pour acheter des v i v r e s , r epoussls et r a i l l e s par l e s marchands. Le Prthre au fond, mevle' aux Anciens." Et c'est. au m i l i e u de ce tumulte des details t r l -v iaux de l a v i e quotidienne, que se deroule 1'action emouvan-te . Les D i s c i p l e s repousses par l e s Samaritains, sortent e n f i n s u i v i s des imprecations de l a f o u l e . Dans l a scene suivante, pendant que l e s femmes de l a v i l l e d i s cutent l e scandale que cause Photine par ses ayentures amoureuses, l a co u r t i s a n e elle-meme a r r i v e . Mais c'est une Photine t r a n s -formee: e l l e a r r i v e ^perdue et haletante, "Ses cheveux sont epars.... e l l e est toute hagarde.. ". Dans l a conversation entre Photine et A z r i e l , qui pccupe l a premiere p a r t i e de l a trpisidme scene, l a diffe-rence entre l e s deux personnages est b i e n marquee. A z r i e l ne rse rend compte que des realites du monde physique; Pho-t i n e est emport'ee par un z e i e s u r n a t u r e l car e l l e A e n t r e v u e l ' a u - d e l a . 6 8 . A z r i e l : Ah! .e'est 'toil..... Je tr e m b l a i s . . . je c r a i g n a i s . . . je ne puis Te dire!...D'ou v i e n s - t u ? Tu ne viens pas du p u i t s ? Pour rapporter de l'eau, t u n'as aucune sorte d D'amphore... Photine: Et e 1 e s t 1'eau, pourtant que je rapporte. A z r i e l : Pourquoi courais-tu.done? Photine: On a v a i t s o i f i c i etc. Et c'est a l o r s que l a courtisane transformee en proph6tesse, reVele a l a f o u l e l ' a r r i v e e du Messie, et eux, emus par 1'eloquence i n s p i r e de Photine, l a suivent au .'.-p u i t s ou se trouve l e Sa l v a t o r Mundi. Le 'tableau qui com-mence par des scenes r ^ a l i s t e s f i n i t sur. une note d'e'levation qui sent un peu, i l faut l'avouer, l e coup de theatre s i f r e quent chez Eostand, mais neanmoins t r e s emouvant. Ce n'est cependant qu'avec l a re p r e s e n t a t i o n de Cyrano de Bergerae, en dicembre de l a meine annee que Eostand u p a r v i n t vralment a l a renommee. Le succes de l a premiere de l a pie-ce, avec l ' a c t e u r Coquelin dans l e r6"le principal., n'est e'gale que par c e l u i que gagna Hernani, et cette f o i s i l n ' a v a i t p o i n t d'opposition. Le p u b l i c , l a s s e par l a mes-q M h e r i e des problfemes sociaux des tragedies bourgeoises, a c c u e i l l i t a bras ouverts l a "•come'die heroique" de Eostand. Bans son h i r o s , Rostand combine deux types f a v o r i s des romantiques: l e po e t e - e t ' l e c a p i t a n . Le type de poete a v a i t i n s p i r e ' S t e l l o , que Vigny lui-m§me mit en scene sous l a forme du g£nie malheureux Chatterton. i l a v a i t a u s s i pro-duct .Gringoire-dans- Eotre-Dame de P a r i s , qui a son tour en-69. f a n t a l e G r i n g o i r e de B a n v i l l e dans l a piece du meme nom. Chose curieuse, l e Gr i n g o i r e des romantiques r e s ~ semble k heaucoup d'egards, p l u t o t a, Franqois V i l l o n qu'au "Gringoire h i s t o r i q u e . P i e r r e G r i n g o i r e e t a i t n l vers 1475, ce qui rendsa p a r t i c i p a t i o n dans une aventure qui a l i e u en 1469 un anachronisme. De plus . i l ne semble jamais a v o i r 6-prouve toutes l e s miseres que l u i a t t r i b u e n t V i c t o r Hugo et par s u i t e B a n v i l l e . "Auteur, acteur, d i r e c t e u r de theatre, entrepreneur de r e p r e s e n t a t i o n s s o l Z e n n e l l e s pour l e s e n t r i e s des -gxin& ces et des grands personnages; en m"§me temps ( s i ces' mots ne sont trop nouyeaux), j o u r n a l i s t e , pamphletaire, homme p o l i t i q u e et homme d'action, t r ! s mgle a toutes l e s q u e r e l l e s r e l i g i e u s e s , m i l i t a i r e s et diplomatiques de son s i e c l e ; p u i s , sur l a f i n de ses jours, s a t i r i q u e conver-t i , poete e l i f i a n t et devot, rimant des vers orthodoxes, au gout du due de Lorraine., dont i l est devenu, sous un nom nouveau, l e h l r a u t d'armes, P i e r r e G r i n g o i r e , cet amusant P r o t l e , est b i e n l'un des e s p r i t s l e s plus remu-. ants, l e s p l u s f l c o n d s et l e s p l u s originaux du commen-cement du XVLe si e c l e . . . . "ID Dans Eotre-Dame de P a r i s V i c t o r Hugo pre'sente p l u -t o t un p o r t r a i t de V i l l o n , qui a v a i t souvent faim, e t a i t presque toujours en dispute avec l e s a u t o r i t i s , et s ' . a l l i a en e f f e t avec une de ces e o n f r e r i e s de brigands, f i l o u s et t i r e - l a i n e o qui e x i s t a i e n t k c e t t e epoque, Pourtant. G r i n -g o i r e I t a i t l e moins connu des deux et peitt-etre c e t t e obscu-r i t l , d e c i d a - t - e l l e V i c t o r Hugo a) l e ' c h o i s i r , comme c e l a l u i donnait plus de l i b e r t e en depeignant l e caractere de son hdros. La piece de B a n v i l l e f u t represented pour l a pre-miere f o i s en 1666, Le r o l e de Gri n g o i r e fut, joue par l ' a e -70. teur celebre Coquelin, qui. devait vingt anndes plus tard order c e l u i de Cyrano. La piece de Banville n'^gale d'au-cune fagon c e l l e de Rostand, n i dans sa conception, ni dans 1'execution. C'est une comddie en un acte en prose, et toute 1'action n'occupe que quelques heures. Pourtant sur ce ca-nevas modeste, Banville reussit tres bien a montrer l a gran-deur et 11importande du poete. Comme Chatterton, Gringoire est le plaidoyer du podte >o-eife mdconnu et dddaign6 par l a societe, seulement, chez Banville l a these est beaueoup moins dvidente. Mais c'est le c'dtd artistique plutcH que social de l a piece qui nous intdresse. Le grotesque y occupe une assez grande place. ^outodlabQK&r (jjspingoire lui-meme est grotesque Son ext6rieur peu attrayant, ( i l est pale et chdtif, comme dit Simon Eourniez; Gringoire est un drole de corps),-oon-traste avec sa noblesse d'ame. Meine son caractere est para-doxal: i l est humble et orgueilleux, timide et courageux a l a f o i s . I I repond bien aux reve's que f a i t Loyse: " I l me soluble que j'aime un homme qui, sans doute, n'existe pas, puisque je le voudrais v a i l l a n t comme un capitaine et capable d'une action hdroique, mais doux comme une femme. Et voyez s i mes reveries sont i ' o l l e s i quand je songe a cet ami inconuu, je le vois Jarfois ma-lade et chetif, et ayant besoin de ma protection, comme s i j l e t a i s sa mere!" (1) note a" l a page prdce'dente. P e t i t de J u l l e v i l l e , Les Com^dlens au moyen nge, Paris 1885, p. 162, dans Des Granges. 71. Gringoire* prouve son courage, en refusant de se sau-ver alors q u ' i l eut pu pro f i t e r de 1'emotion de Loyse, Le sauver de lui-meme... et du roi...(A part.) A hi lachel Tu peux avoir cette miserable penseel Empor-te avec e l l e au paradis des anges, tu peux songer a re-descendre dans ton ignominie et a l'y entrainer avec t o i l Meursi pour @tre digne d'un bonheur qui ne reviendra plus I MeursJ pour n'e~tre pas moins genereux qu'elle et pour l a sauver a ton tour. Nicole Andry, soeur de Simon Pourniezn nous donne des rensei-gnements sur son caractere. Lorsque le r o i en badinant sug-gere q u ' i l est son amant, et l u i demande se el l e l'aime, el l e l u i r6pond: Cordialement. Et s i Gringoire n'dtait f i e r comme 11empereur des Turcs, i l aurait toujours chea nous une place au foyer et un bon repas. Quand je le vis pour l a premiere f o i s , c'est i l y a t r o i s ans, par le rude hiver q u ' i l f i t alors, ou pendant deux rnois l a terre fut toute blanche de neige. Gringoire etait assis sous le porehe d'une maison de l a rue du Cygne; i l avait sui ses ge-noux deux pet i t s enfants dgares q u ' i l avait trouve's pleurant apres leur mere, et grelottant de f r o i d . I I avait Qte- de dessus ses epaules son me'chant pourpoint troue pour les envelopper dedans, et, rest's a demi nu, i l bercait les p e t i t s , en leur disant un cantique de la-*sain-te Vierge. Une plus grande p i t i e sociale devient.evidente dans sa poesie, et dans son entrevue avec Loyse. C'est une p i t i e pour les miserables m§lee a, un grand amour pour sa patrie, qui le poussent a edrire l a Ballade des rendus, et l a Ballade  des Pauvres Gens. A propos de son art i l demontre un certain eifc orgueil naif, dar i l evidemment f l a t t e par les louanges ironiques que f a i t O l i v i e r le I)aim a sa ballade. Le r o i , en p a r t i e parce q u ' i l voit l a vrai valeur 72. de Gringoire, et en partie parce que 1'affaire l u i fournit de l1amusement, va l u i pardonner a l a condition q u ' i l se marie ' a Loyse, et i l doit lui-mdme decider l a jeune demoiselle a 'devenir sa femme. Le Roi; I l ne s'agit que de p l a i r e . Gringoire: Justement. Avec le visage que v o i l a i je me sens l a i d et pauvre, et quand j ' a i voulu bdgayer des paroles d1amour, ell e s ont ete a c c u e i l l i e s s i durement que je me suis jugi a tout jamais. Tenez, Sire,, un jour (c' etait dans l a f o r t t que est proche), je vis passer sur son che-val fremissant une jeune chasseresse egaree l o i n des diens Son visage b r i l l a i t d'une lumiere divine, et e l l e etait couverte d'or et de saphirs. Je me j e t a i a ses genoux en tendant les mains vers cette nymphe heroique, et je nnfee'criai: "Oh! que vous §tes bel l e ! " E l l e a r r t t a son cheval et se mit a r i r e , s i fort et s i longpemps que j'eus peur de l a voir mourir sur place. Une autre f o i s , j'osai parler d'amour a une paysarnie, aussi pauvre que moi, et v&tiue a peine de quelques hailions d6chires. C e l l e - l a , ce fut autre chose, e l l e me regarda d'un a i r de profonde p i t i e , et e l l e etait s i affligee de ne pouvoir me trouver beau, que sans rien dire, e l l e en versa deux grosses larmes. Les anges sans doute les ont r e c u e i l l i e s . Mais aux yeux de' Loyse, l a grandeur d'^ me q u ' i l de^o montre compense son manque de beautd personnel, de m§me. que peu a peu Roxane se rend compte que c'est l a belle ame et noh le beau corps de son amant, c'est k dire que c'est Cyrano et non Christien qu' e l l e aime. Totalement different de Gringoire apparait un autre personnage grotesque: Olivie r le I)aim, d i t Olivie r le Liable. I I symbolise le p h i l i s t i n , qui dddaigne et persecute tous ceux qui ne servent pas un but u t i l i t a i r e . Pour l u i Gringoire n'est qu'un "enfant merchant et dangereux, comme tous ses pa-r e i l s ! Les rirneurs sont une sorte de fous qu' on n' enferme pas, je ne sais pourquoi, bien que le plus sain d'entre eux soupe du c l a i r de lune, et se conduise avec moins de juge-ment qu'une b@te apprivoisee." On trouve aussi le grotesque dans les situations. Par exernple dans l a quatrieme scene le tragique se mele au comique. Bien q u ' i l s'agisse d'une condamnation a mort 1'hu-mour caustique du r o i , le malaise d'Olivier qui est force de servir Gringoire, l'ingdnuite" de Gringoire lui-meme enfin, contribuent a fournir une certaine gaiete a ce qui pourrait €tre une scene "bien sombre. - Mais retournons a. Rostand. Cyrano est un type nouveau sur l a scene francaise, on d i r a l t presque un type unique - bref ce n'est pas un type, c'est un individu. Pourtant i l parte certaines ressemblances a ses predecesseurs. Son plus proche parent est sans doute don Cesar de Bazan. Cyrano est un type compose: comme don Cc4sar, i l est capitan; mais aussi i l est poete. Comme Gringoire, Cyrano est un poete pauvre et affame, comme l u i , son genie est mal compris. Mais ce qui le distingue de Gringoire, c'est q u ' i l a du "panache". En cela comme en apparence i l ressemble a don Cesar, qui etait l u i aussi, d'ailleurs un peu poete. Mais don C6sar ne devait son a i r grotesque qu'a sa pauvrete', tandis que l a nature meme avait contribue" d 1'apparence bizarre de Cyrano en le douant d'un nez immense. Le Cyrano de 1'his--toire est un capitan tout pur: hretteur, fanfaron, l i b e r t i n et bel esprit. En formant son heros, Rostand ajoute certains : 7 4 . t r a i t s qui contrastent avec son caractere o r i g i n a l , et l e rend a i n s i digne de p a r a i t r e sur l a scene rornantique. Le premier acte commence par une scene d !ensemble qui, tout en donnant d'un^maniere h a b i l e 1 'impress0ion de l ' e -poque, nous presente en meme temps tous l e s personnages p r i n -cipaux, et f o u r n i t assez de d e t a i l s sur 1 ' i n t r i g u e dans une ex p o s i t i o n n a t u r e l l e et p i t t o r e s q u e . De ce fond k a l e i d o s c o -pique, qui met en seine c a v a l i e r s , bourgeois, p e t i t s - m a l t r e s , pages, t i r e - l a i n e , comldiens, e n f i n tous l e s types d i v e r s que l'on t r o u v e r a i t a P a r i s a c e t t e epoque, tous s'occupant. de le u r s a f f a i r e s et contribuant au vacarme general, se detachent peu a. peu l e s grandes f i g u r e s de l a piece - l e s amis et l e s ennemis de Cyrano, et a i n s i preparent l e p u b l i c a 1 'entree du heros lui-meme. Tout l e commencement; de l'acte., et surtout c e t t e premiere scene r a p p e l l e l e deuxierne acte de Marion de  Lorme. C'est i c i l e meme proeddd, seulement l e s d e t a i l s sont beaucoup plus e'labore's. La deuxieme scene nous p r l s e n t e C h r i s t i a n , l e r i v a l et en meme temps l'ami de Cyrano, l e poete L^gniere q u ' i l de-f e n d contre une centaine de spadassins dans cette fameuse ba-t a i l l e a l a porte de Hesle, puis Eagueneau, ce r o t i s s e u r pre-cieux aux gouts l i t t d r a i r e s . C h r i s t i a n est un p e t i t baron de province, un j o l i b l o n d i n qui est arrive" a P a r i s pour en-t r e r dans l e s Cadets - ces m@mes Cadets de Carbon de C a s t e l -Jaloux auxquels appartient Cyrano. Le volla-dphc, k l'Hcrtel de Bourgogne en compagnie 75. de son ami L i g n i e r e dans 1'espoir d 1 e n t r e v o i r une dame dent i l e s t tombe follement amoureux, Oependant, i l n'est qu'un ""beau soldat timide" et i l est absolument dbloui par l a b e l l e . " J ' a i peur q u 8 e l l e ne s o i t coquette et r a f f i n e e , Je n'ose l u i p a r l e r car je n ' a i pas d ' e s p r i t . Le langage aujourd'hui qu'on-parle et qu'on d c r i t Me t o u b l e . " Et en effet^. ses c r a i n t e s sont L i e n fonddes, c a r v o i l a de q u e l l e fac/on Ligni&re i d e n t i f i e l a b e l l e inconnue: Magdeleine Robin,, d i t e Roxane. - f i n e . P r e c i e u s e . . . L i b r e . Orpheline. Cousine De Cyrano... De plus e l l e est dans l e jargon macaronique des jeunes marquis Bpouvantablement r a v i s s a n t e j Une p^che Qui s o u r i r a i t avec une f r a i s e I Et s i f r a l c h e Qu'on p o u r r a i t , 1"approchant, prendre un rhume de coeurl . Dans l a scfene suivante entre de Guiehe, gascon comme Cyrano, mais a 1'encontre de Cyrano, c'est l e Gascon "souple et f r o i d , c e l u i qui r£ussit". Pour compliquer l e s a f f a i r e s , de Guiche est a u s s i 6 p r i s de l a b e l l e Roxane. Mais e n f i n l a r e p r e s e n t a t i o n commence et l ' a c t e u r Montfleury p a r a l t en scene h 1'accompagnement d'un a i r de mu-s e t t e . C'est un grotesque tout pur. I l est enerme, et son costume de berger de p a s t o r a l e , et le p e t i t chapeau garni de roses q u ' i l porte penche- sur 1 ' o r e i l l e , ne servent qu'a l e rendre p l u s r i d i c u l e encore. 76. Et v o l l a que Cyrano lui-meme parajrt e n f i n . Mous sommes deja en quelque mesure prepares car ses amis nous ont f a i t l e p o r t r a i t de ce "plus exquis des etres sublunaires". Rimeur! ', , B r e t t e u r l . P h y s i c i e n l M u s i c i e n l E t quel aspect h e t d r o c l i t e que le s i e n l Certes, je ne c r o i s pas que jamais nous le peigne Le s o l e n n e l monsieur P h i l i p p e de Champagne; Mais b i z a r r e , e x c e s s i f , extravagant, f a l o t , I l eut f o u r n i , je pense, a feu Jacques C a l l o t Le p l u s f o l spadassin a mettre entre ses masques: Eeutre a panache t r i p l e et pourpoint a s i x basques, Cape que par d e r r i e r e , avec pompe, l ' e s t o c Leve, comme une queue i n s o l e n t e de coq, P l u s fi.er que tous l e s Artabans doht laugascogne Eut et sera toujours l'alme Mere Gigogne, I l promene, en sa f r a i s e . a l a P u l c i n e l l a , Un n e z l . . .Ahi messeigneurs, quel nez que ce nez-la',.... On.ne peut v o i r passer un p a r e i l nasigere Sans s e e r i e r ; "Ohl.non, vraiment i l exagerej" P u i s on sourit,-..dn-d.it: " I l va 1'enlever...Mais Monsieur de Bergerac ne l'enleve jamais. Tout d'abord une v o i x de stentor se f a i t entendre au p a r t e r r e du theatre, menacant l e malheureux ^ o n t f l e u r y , et ensuite Cyrano lui-meme se detache de. l a f o u l e . Cyrano, surg i s s a n t du p a r t e r r e , debout sur une chaise, l e s bras c r o i s e s , l e f e u t r e en b a t a i l l e , l a moustache h!riss6e l e nez" t e r r i b l e . "Ahl je v a i s me f & e h e r l " I'est-ce pas l a Matamore, Eiera b r a s et Rodomont? Pendant toute l a scene suivante, c'est ce cdte, de son c a r a c t e r e que Cyrano manifeste. I I tyrannise l e pauvre Montfleury, et porte un.defi c o l l e c t i f aux marquis, Personne n'a l e courage de l e c o n t r e d i r e e t . l ' a c t e u r d o i t se r e t i r e r de l a scene. Pourtant Cyrano est un vainqueur gracieux. Pour dedommager l e s acteurs i l l e u r j e t t e sa bourse, tout son b i e n comme nous l'apprenons plus t a r d . Un facheux s'approche de l u i en protestant contre l e scandale cause par tout l'episode et demande a Cyrano s ' i l a un protecteur, ce qui 6 t a i t a f a i t & l a mo&e. et presqu&une ne c e s s i t y a l'dpioque. Mon, pas de pr o t e c t e u r . . . ( l a main a son ep6e.) mais une p r o t e c t r i c e i A l o r s Cyrano s'apercoit ou s'imagine que l e facheux regarde attentivement son nez - offense m o r t e l l e i I I t e r r i -f i e tellement l e malheureux que c e l u i - c i d i t en b a l b u t i a n t : "He l e trouve f e t i t , tout p e t i t , minuscule." ce qui conduit Cyrano a e c l a t e r dans une s d r i e d'abus qui poussent l e facheux a l a f u i t e . Cet episode assez r i d i c u l e dans son essence, sert a montrer combien Cyrano est s u s c e p t i b l e a l'dgard de son nez e x t r a o r d i n a i r e , a i n s i que l e f a i t l a rencontre verbale avec l e vicom^e)'. i n c i d e n t qui aboutisse a l a fameuse t i r a d e du nez. Cette t i r a d e , comme l a ballade pendant l e duel, est un tour de forc e poetique, et n'interesse que de ce. peint de vue. Jusqu'a present, Bostand a appuyd sur l e spadassin dans Cyrano. I I nous a montrd sa.nature b e l l i q u e u s e , son o r g u e i l , son amour du "grand geste", son independence, l i a i s e 78. avec l a q u e l l e I I f a i t des ennemis; mais dans l a cinquieme scene, l e cdte" plus tendre de son caractere se rnanifeste. I I u avoue a l e Bret son amour pour Roxane, qui ne ressemble point a 1'amour vantard du c a p i t a n . C'est un amour tendre et sans e s p o i r , car comme Gr i n g o i r e , Cyrano est b i e n humble en cet 6gard. Regarde-moi, mon cher, et d i s que l l e espdrance P o u r r a i t b i e n me l a i s s e r c e t t e protuberance! Ohl je ne me f a i s pas d ' i l l u s i o n ! r - , Parbleu, Oui, quelquefois, je m'attendris, dans le s o i r b l e u : J'entre en quelque j a r d i n ou l'heure se parfume; Avec mon pauvre grand d i a b l e de nez jia hume L ' a v r i l , - je s u i s des yeux, sous un rayon ,d'argent, Au, bras d'un c a v a l i e r , quelque femme eh;songeant Que pour marcher a p e t i t s pas, dans d e . l a lune, A u s s i moi j'aimerais au bras en a v o i r une, Je m-'exalte,- j ' o u b l i e . . . e t j ' a p e r c o i s soudain 1'ombre de mon p r o f i l sur l e mur du j a r d i n ! Un e s p o i r n a i t dans l e s e i n de Cyrano, aer l a Bu-egne de Roxane v i e n t l u i demander un rendez-vous. Pourtant. 1-'amour n'a po i n t sur Cyrano l ' e f f e t q u ' i l a sur l e ca p i t a n de l a comedie i t a l i e n n e , que ce p e t i t d i e u Cupidon"fait r e -noncer a l a guerre. Au c o n t r a i r e , l a bravoure de Cyrano ne devient que plus grande l o r s q u ' i l se c r o i t aime' de Roxane. Maintenant..... Mais je v a i s e"tre frdnetique et fulminant! I I me faut une arriiee entie-re a d d c o n f i r e l J ' a i d i x coeurs; j ' a i ' v i n g t . b r a s ; i l ne peut me s u f f i r e Be pourfendre des nains...11-me faut des geantsi Et v o i l a que.1'occasion se presente. Cent hommes vont a t t a -quer l i g n i e r e a l a porte de l e s l e , et Cyrano decide de l i v r e r b a t a i l l e . Et i l s o r t , s u i v i de toute une fou l e qui pourtant 79. ne sera que temoin. Venez tous, l e Docteur, I s a b e l l e , Leandre, Tousl Oar vous a l l e z joindre, essaim charmant et f o l , La f a r c e I t a l i e n n e a ce drame espagnol, Et, sur son ronflement t i n t a n t en "bruit fantasque, L'entourer de g r e l o t s comme un tambour de basquel Vous nous jouerez un a i r , messieurs l e s v i o l o h s l q ' Bravo I des o f f i c i e r s , des femmes en costume, Et, v i n g t pas en avant...Moi, tout s e u l , sous l a plume Que l a g l o i r e elle-mlme a ce feu t r e piqua, E i e r comme un S c i p i o n triplement U a s i e a l . , Et a i n s i l e r i d e a u tombe sur cette p r o c e s s i o n b i -zarre q ui se rend a l a tour de Hesle au son des v i o l o n s et a l a lueur f a l o t e des ehandelles. L o r s q u ' i l se leve de nouveau, l a scene repre'sente l a " r c H i s s e r i e des poetes". C'est l a que Cyrano rencontre Eoxane, et que son espo i r r e c o i t l e coup de grace. Car Koxane aime C h r i s t i a n , et e l l e ne v o u l a i t v o i r Cyrano que pour invo--quer sa p r o t e c t i o n pour l e jeune homme. C'est une dure epreu-ve pour Cyrano, mais i l l a su b i t avec honneur. I l l u i promet de d l f e n d r e "son p e t i t Baron". Dans l a scene suivante, de Quiche o f f r e ' a Cyrano l a p o s i t i o n de poete. domestique. Cyrano refuse fierement, un r e -fus qui cause beaucoup de peine a l e Bret. E n f i n , tu conviendras Qu'assassiner toujours l a chance passagere, Devient exagere". S i t u l a i s s a i s un peu ton ame de mousquetadre, La fortune et l a g l o i r e . . . . Cyrano: Et que f a u d r a i t - i l f a i r e ? Chercher un protecteur puissant, prendre un patron, Et comme un l i e r r e obscur qui ci r e o n v i e n t un tronc Et s'en f a i t un tuteur en l u i le'chanf l'ecoroe, 80. Grimper par ruse au l i e u de s'elever par force? Hon, merci. Dedier, comme tous i l g le font, Des vers aux f i n a n c i e r s ? se changer en bouffon Dans 1'espoir v i l de v o i r , aux le v r e s d'un'ministre Hal t i e . u n s o u r i r e , e n f i n , qui ne s o i t pas sinistra"? Hon, m e r c i . . . . . . . E n f i n C h r i s t i a n a r r i v e et Cyrano l u i propose un pro-je t b i z a r r e , qui cependant r e u s s i t contre tout espoir. Roxane n'aura pas de d i s i l l u s i o n s . Dis, veux-tu qu'a nous deux nous l a seduiaions? Veux-tu s e n t i r passer, de mon pourpoint de b u f f l e Dans ton pourpoint brode, ,1'ame que je t ' i n s u f f l e ! . . . Puisque t u c r a i n s , tout seul, de r e f r o i d i r son coeur, Veux-tu que nous f a s s i o n s - et b i e n t o t t u 1"embrases!., C o l l a b o r e r un peu tes l e v r e s et mes phrases?... Cela m'amuseraiti C'est une experience a t e n t e r un poete. Veux-tu me completer et que, je te complete? 3?u marcheras, j ' i r a i dans 1'ombre a ton cote: Je s e r a i ton e s p r i t , tu seras ma beaut!. ' Mais ce n'est pas seulement l e poete qui t i r e une c e r t a i n e s a t i s f a c t i o n de l'aventure. E l l e donne an p l a i s i r p a r f o i s amer a 1'homme a u s s i , car Cyrano sent que c'est son e s p r i t que Roxane aime en C h r i s t i a n . C h r i s t i a n qui l'apprend e n f i n des l e v r e s niemes de sa femme (car i l s se sont maries en secret avec l ' a i d e de Cyrano), et va l u i tout decouvrlr car e l l e l u i a d i t q u ' e l l e l ' a i m e r a i t meme s ' i l e t a i t l a i d . Mais i l est t u ! au siege d'Arras,, et ce t t e mort s c e l l e a tout j a -mais l e s le v r e s de Cyrano. Pendant quinze annles, Roxane pleure ce "coeur pro-fond, incdmnu du profane, c e t t e ame magnifique et charmante", sans se rendre compte que c'est vraiment Cyrano qu'elle aime, 81. et l u i , toujours f i d d l e a son ami, ne l a ddtrompe pas. B i l e s'est r e t i r d e dans un couvent, et tous l e s samedis, i l l u i rend v i s i t e et l u i apporte l e s nouyelles de l a v i l l e , Mais une f o i s i l est en r e t a r d . Bn 1'attendant, l e Bret et l e duo de G-rammont ( l ' a n c i e n oomte de Quiche) d i s c u t e n t son s o r t . Tout ce que l e Bret a v a i t p r e d i t est a r r i v e ; l 1abandon, l a misdre, et toujours des annemis nouveauxi Bt pourtant l e due I'envie, car Cyrano a vdcu sans f a i r e de compromis. B n f i n Cyrano lui-mdme a r r i v e . I I a did gravement bl e s s e , mais i l dissimule c e l a pour ne pas i n q u i d t e r Roxane. E l l e l u i donne a l i r e l a dernidre l e t t r e de C h r i s t i a n , c'est a d i r e l a l e t t r e que Cyrano lui-mdme a composde, et q u ' i l s a l t par coeur, Comme: i l l i t , l a n u i t tombe, mais i l c o n t i -nue de l i r e sans s'en apercevoir, et l e s soupcons de Roxane sont encore confirmds par l e s accents passionnes qui l u i rap-, p e l l e n t l a scene sur l e balcon. Et a l o r s i l explique son s i l e n c e de quatorze ans. B i e n que l e s p l e u r s sur l a l e t t r e ^ t a l e n t l e s siens, l e sang e t a i t c e l u i de C h r i s t i a n . I I ne b r i s e l e s i l e n c e maintenant que parce q u ' i l sent approcher l a mort. C'est vrai,' je h-'avals pas termind ma gazette: ...Et samedi, v i n g t - s i x , une heure avant dind, Monsieur de Bergerac est mort assassind. I I a r a t i meme l a mort. " B'uu coup .d'dpde., i'rappd par un hdros, tomber l a point a au c o e u r i " . . . - Oui je d i s a i s c e l a L . L e d e s t i n est r a i l l e u r ! . . Bt v o i l a que j u su i s tud dans une smbilehe, 8 2 . Par d e r r i e r e , par un laquais,. d'un coup de buchei C'est t r e s b i e n . J'aurai tout manque, mdme ma mort. A l o r s l a scene semble s ' d l a r g i r . Cyrano cesse d'§tre un grotesque. I I prend des proportions sublimes, et i l rencontre l a mort, l u t t a n t toujours contre ses vieux enne-mis: l e Mensonge, l e s Compromis, l e s Prejugds, l e s Lachetds, l a S o t t i s e ( 1 ) . qui n'ont pas r e u s s i a endommager sa p l u s chere possession - son panache, q u ' i l emporte malntenant avec l u i "sans un p l i , sans une tache". A i n s i meurt l e p l u s grand c a p i t a n qui a i t jamais f a i t des rodomontades sur l a scene f r a n c a i s e . Philpsophe,, p h y s i c i e n , Eimeur, b r e t t e u r , musicien, Bt voyageur aerien, Grand r i p o s t e u r du tac au tac. Amant a u s s i - pas pour son b i e n ! -Cft-glt Hercule-Savinlen De Cyrano de Bergerae Qui f u t gout, et qui ne f u t r i e n . I l est d i f f i c i l e d'dgaler un triomphe comme c e l u i de Cyrano. Cependant 1'Aigloh (1900), sans r d u s s i r a u s s i b r i -llament que Cyrano est un digne successeur. C'est l ' h i s t o l r e s i breve et s i touchante de ce malheureux ilapoleon I I , mort a v i n g t ans, v i r t u e l l e m e n t un p r i s o n n i e r a u t i i c h i e n . C'est (1) Cette scene r a p p e l l e un peu don Quichotte l u t t a n t contre les moulins. 82. l a tragedie personnelle plutdt que le eOte" politique que Rostand veut accuser. Grand Lieu! ce n'est pas une cause • Que j'attaque ou que je defend... Bt ceci n'est pas autre chose Que l ' h i s t o i r e d'un pauvre enfant. Dependant, comme dans Cyrano, un sentiment patrio-tlque se manifeste; un amour profond pour l a France et un -grand interest, une veneration meme, pour les grands personnages historiques, Le due de Reichstadt est le f i l s du petit corporal de l a Corse et de Marie-Louise, f i l l e de 1'empereur d'Autri-che, et cette d u a l i t l se resume dans le caractere du jeune prince,ou l a faiblesse des Hapsburgs lutte continuellement contre l a force et l ' 6 n e r g i e du general Bonaparte, et c'est ce c o n f l i t qui cause eventuellement l a mort de l'Aiglon. Ce n'est pas d'un poison grossier de melodrame Que le due de Reichstadt se rneurt; c'est de son ame! -Monseigneur! - Le mon ame et de mon nom!...Ce nom Lans lequel i l y a des cloches, du canon, Et qui tonne sans cesse, et sonne des reproches A ma langueur, avec son canon et ses cloches! Salves et ca r i l l o n s , taisez-vous!....Lu poison? Comme s i j'en avais besoin dans ma prison! Mais 1'A^iglon surtout dans l a derniere scene sur le champ de b a t a i l l e a. Wag-ram, depasse les limites du drame. C'est encore plus l e casavec Chantecler (1910). On pourrait bien considlrer les personnages de cette piece comme des gro-tesques car i l s rappellent les masques d'animaux du mime an- . tique, et de l a eomedie d'Aristophane, mais Chantecler a une portee beaucoup plus grande qu'une simple satire de la ,pov.;. 8 4 , s o c i e t y sous guise de fabliau: c'est jjlutdt le symbols de l a poedie. Dans sa conception l a piece se rapproche plut'ot du theatre de Maeterlinck, teint de mysticisrne , que du drame ro-mantique qui, apres tout, v i s a i t a une certaine i l l u s i o n de realisme. I I est interessant de rioter i c i que le genie ver-s a t i l e de Victor Hugo avait envisagd l a p o s s i b i l i t y d'un t e l genre. Dans son Theatre en Liberie - nous trouvons une char-man te petite fantaisie i n t i t u l e e l a FoxSt Moullie's. La scene represente Une foret apres ia pluie, Foule de fleurs et de Slantes. Au premier plan, l i l a s , acacias et faux 6b e-niers en fle u r . Un dtang. Un "ane attache a un arbre. Flaques d'eau dans l'herbe. Un rayon de s o l e i l dans les f e u i l l e s . On voit dcrit sur un poteau: IL Y A ICI DES PIEGES A LOUP. • Et dans cette charmante mise-en-scene qui seinble presager les decors de Chantecler, se deroule 1'action ou participent tous les habitants de l a foret - les oiseaux et les insectes, les plantes et les pierres, et meme l'echo. TABLE DES MATIERES. Ghapitre pag l e r Le grotesque dans l a l i t t e r a t u r e courtoise d 1 i n s p i r a t i o n celtique. 1 II Le grotesque mirnique ..9 I I I Les grotesques de l a Coramedia C3-©11' .A 3? "t © "™ 1(3 C 1 "t ctXl« « a e e f i e « e » 9 « * a e e • • • • • • « c < t I 15 1Y La theorie du grotesque ...25 V Le grotesque dans le theatre de VI Le grotesque chez Edmond Hostand................... 62 Bibliographie Banville, Theodore Gringoire, L i b r a i r i e Hatier Bddier, Joseph Le Roman de Tristan et Iseut; renouvel6 par Joseph BedisiB. Prdface. de Gaston Paris. Paris, Haehette et cie. S.D. Chateaubriand, Francois Auguste Rend Le Ginid du christianisme. Paris, Haehette et cie, 1904. Chretien de Troyes Yvain, herausgegeben von Wandelin Eorster Halle, Max Hiemeyer 1887. Crooks, Esther J. The Influence of Cervantes i n Erance i n the 17th  Century. The Johns Hopkins Studies i n Romance Litteratures and Languages, Extra volume IY. Duchartre, Pierre Louis La Come'die italienne; 1' improvisation, le canevas, vies caracteres, masques des i l l u s t r e s personnages de l a Commedia d e l l ' Arte, Paris, l i b r a i r i e de Erance, 1924. Eournel, Erangois Yictor Le Theatre au XVII e s i e c l e . La come'die avant Moliere. Paris, Lecene Oudin et cie, 1892. Eournier, Edouard Le Th&a-tre franqais au XVI et au XVIIe siecle; choix des comedies les plus remarquables antdrieures a Mo-11...'^ .^, Here, avec une introduction et une notice sur chaque auteur, Paris, Garnier freres, 1874? Gautier, Thdophile Le Capitaine Fracasse. Ed. def. Paris, S. Easquelle, 1912 Les Grotesques, Paris, Levy, 1856. Guest, Lady Charlotte (translator) The Mabinogion London, J.M. Dent & co. 1906. Hugo, Victor Oeuvres Completes, e l . P. Meurice et Gustave Simon. Paris, L i b r a i r i e Ollendorff, 1904-Th!aHre de Jeunesse Amy Robsartmy Cromwell Marion de Lorme Hernani Le Roi S1amuse Ruy Bias Theatre en L i b e r t ! Le Gout, a r t i c l e Revue de Paris, V, pp. 449-461. Huxley, Alduus Vulgarity i n Literature London, Chatton & Windms, 1930 Lafoscade, Leon Le The&tre de A. de Musset Paris, Hachette et cie, 1901 Loomis, Roger S. C e l t i c Myth and Arthurian Legend Hew York, Columbia University Press, 1927 Male, Emile L'Art religieux da XIIIe sie'cle en Erance Paris, A,- Colin, 1923 Meredith, George An Essay on Comedy Hew York, Charles Scribner's sons, N.L. H i c o l l , Allardyce Masks, Mimes and Miracles, studies i n the popular theatre London, George G. Harrap &co., l t d . 1931 Parfaict, Claude et Eran<3ois Histoire du TheStre frangais Paris, E.G. Le Mercier et Saillant, 1745-46 Rabelais, Erancpis Oeuvres, e l . critique publide par Abel Lefranc introduction de Jean Plattard. Paris, H.et E.Champion, 1913 Rostand, Edmond Oeuvres completes Paris, P. L a f i t t e et cie, c.1910 Salomon, M i c h e l Charles Modier et l e Croupe romantique P a r i s , P e r r i n et c i e , '1908 Sand, Maurice Masques et Bouffons. prdf. par George Sand. P a r i s , M i c h e l LeVy ]?reres. 1860 Scarron, Paul Roman Comique Amsterdam, J. Wetstein & G,Smith, 1757 Schenck, Eunice Morgan La Par t de Charles Modier dans l a formation des ide"es romantiques de V i c t o r Hugo jusqu'k l a preface de Cromwell. P a r i s , l i b r a i r i e ancienne Honore- Champion, 1914. Souri^u, Maurice Be l a Convention dans l a tragddie c l a s s i q u e et dans l e drame romantique. P a r i s , Haehette et c i e , 1886. La Preface de Cromwell, P a r i s , Soci6te f r a n c h i s e d'imprimerie et de l i h r a i r e , 1897. S t a e l - H o l s t e i n , Anne Louise Germaine (Meeker) Be 1'Allemagne Oxford, at the Clarendon Press, 1906. Stapfer, P a u l Humour et Humouristes,(ch. I I , Un Humouriste allemand - J . P . E i R i c h t e r ) . P a r i s , A. C o l i n et c i e , 1898 Welsford, Enid The ffool Mew York, E e r r a r & Rinehart, 1936. Tlright, Thomas H i s t o i r e . de l a C a r i c a t u r e et du Grotesque dans l a l i t t e r a t u r e et dans l ' a r t . ~ : ~~ P a r i s , Adolphe Lelahays, 1875. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0105327/manifest

Comment

Related Items