Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Quelques aspects de la litterature africaine d'expression francaise Le Dreff, Jacques Martial Noel 1964

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1964_A8 L4.pdf [ 5.14MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104951.json
JSON-LD: 831-1.0104951-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104951-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104951-rdf.json
Turtle: 831-1.0104951-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104951-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104951-source.json
Full Text
831-1.0104951-fulltext.txt
Citation
831-1.0104951.ris

Full Text

QUELQUES ASPECTS DE LA LITTERATURE AFRICAINE D'EXPRESSION FRANCAISE by Jacques M a r t i a l Noel LE DREFF B.A., The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1963 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of Romance Studies We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH.COLUMBIA September, 196k I n p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and stu d y . I f u r t h e r agree t h a t p e r -m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s understood t h a t , c o p y i n g or p u b l i -c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department of Romance Studies The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancouver 8, Canada Date September lh, 196h. i PRECIS Cette etude porte essentiellement sur quelques auteurs r e p r e s e n t a t i f s de l a nouvelle l i t e r a t u r e f r a n c a i s e en A f r i q u e . Nous avons l i m i t e l e champ aux seuls e c r i v a i n s ethniquement a f r i c a i n s r e j e t a n t l e s Europeens ne^ s dans ce continent et l e s auteurs metro-p o l i t a i n s . Les recherches ont porte sur l e probleme de l a langue: adoption s u i v i e ou non dt? 1 ' a s s i m i l a t i o n de l a c u l t u r e f r a n c a i s e . L 1 autre niveau d' e'tude comprend l'examen des d i f -fe'rentes s o l u t i o n s apportees aux probl<lmes d ! a s s i m i l a -t i o n de l a c u l t u r e o c c i d e n t a l e par des personnes dont l a c u l t u r e est essentiellement o r i e n t a l e . Le premier auteur, Kateb Yacine, demontre b r i l l a W -ment q u ' i l est p o s s i b l e pour un A f r i c a i n d ' u t i l i s e r l a langue f r a n c a i s e tout en t r a i t a n t de s u j e t s et de themes uniquement arabes e t , qui plus e s t , de l e f a i r e avec une aisance q u i rend son oeuvre l i t t e r a i r e m e n t unique. Les l i v r e s de C h r a i b i que nous avons analyses portent sur l e s deux aspects du probleme. Les Boucs i i f demontrent l a d i f f i c u l t e inherente dans 1 " a s s i m i l a t i o n d'un Arabe au contexte europeen. Succession Ouverte nous montre 1 ' i m p o s s i b i l i t e pour i i 1'Oriental qui a vecu en France de se readapter a son milieu d'origine. Son retour l u i montre combien i l est devenu occidental et l u i f a i t constater que les nouveaux pays s'e'loignent a pas de geants des chemins traces par leur t r a d i t i o n . Leur futur i n c e r t a i n semble s'orienter vers des solutions extremes rendues plus dangereuses par le vide du a 1"abandon de I'ancienne c i v i l i s a t i o n . Les e l i t e s disparaissent et sont remplaceerpar des hommes pratiques qui agissent au jour le jour avec 1' e-nergie accrue que donne l e manque de barrieres t r a d i -t i o n n e l l e s . Agar de Memmi est l e r e c i t d'un echec: c e l u i d'un essai d'assimilation d'une Europeenne dans l e corps de la v i e i l l e t r a d i t i o n jude'o-arabe. Memmi i n s i s t e beau-coup sur sa qua l i t e ' de J u i f et ses oeuvres sont un r e f l e t de l'avenir de cette minorite 7 en pays arabe. Seule l a f u i t e , une f o i s de plus, semble etre l a solution. L'analyse depeint tres bien les consequences psychologiques d'un t e l e'chec. Pour 1'Europeenne c'est l'amertume de n'avoir pas, malgre ses e f f o r t s , ete accep-teeau sein de ce peuple; pour le J u i f c'est un effondre-ment de son amour propre. I I en vient a se mepriser lui-meme de n'avoir su opter entre sa femme et sa f a -m i l l e , entre 1'Occident et l'Orient. I I est devenu une nonentite' suspendue entre ces deux i r r e c o n c i l i a b l e s . i i i Sembene Ousmane a une a t t i t u d e deliberement o p t i -miste. Pour l u i l e s problemes d 1 a s s i m i l a t i o n de l'Eu-ropeen au pays n o i r sont mineurs et facilement surmon-t a b l e s . De l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e i l a une vue pragmatique: poi n t besoin de l ' a s s i m i l e r : i l s ' a g i t seulement de 1'analyser en vue d'en u t i l i s e r l e s ele'-ments a p p l i c a b l e s a* l ' A f r i q u e . L'optimisme de Sgmbene Ousmane va jusqu'a l a v i s i o n de son pays de'passant 1'Europe en cinquante ans. Deux adoptions l u i semblent e s s e n t i e l l e s pour l e succes de l ' A f r i q u e : c e l l e des machines et techniques d'une part et d'autre p a r t d'un systeme s o c i a l q u i i n -s i s t e r a i t surtout sur l a forme cooperative pour l e s ex-p l o i t a t i o n s et sur l e s syndicats pour l e s s a l a r i e s . Notre c o n c l u s i o n constate l a d i s p a r i t e des s o l u -t i o n s apportees aux problemes poses au debut de l'e'tude et f a i t r e s s o r t i r l'apport o r i g i n a l de c e t t e n o u v e l l e l i t t e r a t u r e dans l e courant general de l a l i t e r a t u r e f r a n g a i s e . Apprvved a* ABSTRACT TABLE DES MATTERES I n t r o d u c t i o n page 1 Kateb Yacine, Nedjma, Un message arabe en langue f r a n c a i s e . page 5 D r i s s C h r a i b i , I Les Boucs ou l e Double E x i l . page 9 D r i s s C h r a i b i , I I Succession Ouverte ou l e Retour Impossible. page 1 8 A l b e r t Memmi, I Agar ou l'Echec de 1 ' A s s i m i l a t i o n . page 5 1 A l b e r t Memmi, I I La Statue de S e l ou l a Genese d'un Echec. page 6 5 Un douanier Rousseau des l e t t r e s -Sembene Ousmane, 0 Pays, Mon  Beau Peuple! page 79 Un e c r i v a i n engage - Sembene Ousmane, Les Bouts de Bo i s  de Dieu. page 99 Conclusion page 1 0 3 B i b l i o g r a p h i e page 1 0 7 1 INTRODUCTION Dans l e contexte de c e t t e etude i l f a u t comprendre par l i t t e ' r a t u r e a f r i c a i n e 1 ! ensemble des oeuvres e c r i t e s par des A f r i c a i n s , ce d e r n i e r terms e'tant i c i p r i s dans l e sens l e plus e'troit. Sont exclus ces A f r i c a i n s de naissance dont l ' o r i g i n e ethnique, meme relativement l o i n t a i n e , se s i t u e en Europe; a i n s i l e plus c e l e b r e , A l b e r t Camus. Exclus egalement a plus f o r t e r a i s o n l e s e'crivains f r a n c a i s de l a metropole qui ont f a i t une c e r t a i n e place dans l e u r s oeuvres a l ' A f r i q u e : l e s Goncourt, Th^ophile G a u t i e r , Alphonse Daudet; plus pres de nous Gide, Montherlant, H e n r i Bordeaux jusqu'a P a u l C l a u d e l q u i , dans Le S o u l i e r de S a t i n , evoque f o r t bien l e Maroc sans que l'auteur y s o i t jamais a l l e . La l i t t e r a t u r e a f r i c a i n e etant d'une p a r t t r e s jeune et d 1 autre part t r e s prol«'xe, i l nous est impos-s i b l e de compter sur cet e x c e l l e n t c r i t i q u e l i t t e r a i r e qu'est l e passage du temps. Aucune decantation n'ayant eu l i e u , l'abondance de l a production, ces deux pheno-menes o b l i g e n t a un c e r t a i n a r b i t r a i r e dans l e choix des oeuvres. Nous nous sommes e f f o r c e s dans c e t t e s e l e c t i o n , un peu sans egard pour l a v a l e u r l i t t e r a i r e des l i v r e s , de prendre des auteurs qui par l e u r race ou l e u r r e l i g i o n representent un segment important de l a c u l t u r e a f r i c a i n e , 2 l e terme race p r i s plutcH comme concept s u b j e c t i f qu'une r e a l i t e ethnographique a u t h e n t i f i e e . C'est a l n s i que nous avons e'tudie plus p a r t i c u l i e r e -ment des repre'sentants du monde arabe, partant Islamique, du monde negre et de c e t t e m i n o r i t e , toujours importante i n t e l l e c t u e l lenient, l a communaute j u i v e . Dans tous l e s cas on a evite des l i v r e s ayant t r a i t aux nombreux c o n f l i t s arme's q u i ont accompagne l a deco-l o n i s a t i o n . I I eut ete malaise d'etre jugee/partie. I I a done f a l l u d ecider, un peu a p r i o r i , des pro-blemes dont on c h e r c h e r a i t l a s o l u t i o n dans c e t t e l i t t e -r a t u r e . Notre recherche p r i n c i p a l e a porte sur l e s ef-f e t s i d e 1'adoption d'une langue ^trangere par des i n d i -vidus q u i sont dans 1 ' o b l i g a t i o n de s'en s e r v i r pour pou-v o i r communiquer, en dehors de l e u r groupe l i n g u i s t i q u e souvent trop r e s t r e i n t . L ' a c q u i s i t i o n d'une langue etrangere e n t r a i n e - t -e l l e 1'adoption automatique de l a c u l t u r e dont e l l e est le v e h i c u l e ? Pour l e s e c r i v a i n s q u i avec l a langue ont absorbe' l a c i v i l i s a t i o n f r a n c a i s e quels sont l e s obstacles aux-quels i l s se sont trouves confrontes? Y a - t - i l a s s i m i -l a t i o n complete de l a nouv e l l e c u l t u r e ? Cette a s s i m i l a -t i o n ne se f a i t - e l l e pas de l'ancienne? Le sens de 1 ' a s s i m i l a t i o n d i r i g e de l ' A f r i q u e vers l'Europe p e u t - i l "etre renverse? Peut-on v o i r un Europeen adopter une des 3 c i v i l i s a t i o n s t r a d i t i o n n e l l e s a f r i c a i n e s ? I I est evident que des problemes de c e t t e envergure ne peuvent trouver de s o l u t i o n s unanimes tant sont d i -verses l e s bases t r a d i t i o n n e l l e s de l a c u l t u r e a f r i c a i n e . Nous avons c h o i s i , une f o i s l a s e l e c t i o n d'ouvrages f a i t e , de s u i v r e l e s textes de pre£ a f i n d'bbtenir sinon des reponses ge'nerales du moins des reponses v a l a b l e s . Au cours de 1' etude nous avons ete amene' a suivre-l a pense'e de l ' a u t e u r , debordant p a r f o i s l e cadre f i x e , mais d c l a i r a n t l e su j e t d'une lumiere o r i g i n a l e . A i n s i pour c e r t a i n s e c r i v a i n s l a forme de l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e q u i importe ne r e l e v e pas de l a conception c l a s s i q u e . P l u s que des o u t i l s de pensee i l s cherchent a t r a v e r s notre h i s t o i r e et notre h e r i t a g e des ma'teriaux l e u r permettant d ' i n f l u e n c e r par l e u r s e c r i t s l a marche de l e u r s pays nouveaux. D'autres porteront l e u r etude non sur l e u r pays mais sur un probleme entierement i n d i -v i d u e l ou l e c o n f l i t de c i v i l i s a t i o n n'est apercu que sous 1'angle s u b j e c t i f . A chaque f o i s , sans trop nous e l o i g n e r du t e x t e , nous avons essaye d ' e l a r g i r l e s don-nees en l e s de'tachant de l a trame de l'oeuvre. E n f i n s i une synthase est p o s s i b l e et souhaitable dans l e cas ou. 1'attention se porte sur un groupe homo-gene, sur une e'cole, ou sur une seule u n i t e c u l t u r e l l e , 1'amplitude du champ d 1 o b s e r v a t i o n nous a c o n t r a i n t de t r a i t e r l e s auteurs i n d i v i d u e l l e m e n t , q u i t t e en c o n c l u s i o n essayer d'en t i r e r quelques enseignements q u i puissent e r v i r de cadre a de nouvelles eludes. 5 KATEB YACINE NEDJMA - UN MESSAGE ARABE EN LANGUE FRANCAISE Nous aurions aime decouvrir nous-meme l a v e r i t e et nous serion s complu dans c e t t e course a l'aventure que s e r a i t une analyse d e t a i l l e e de Ned.1 ma. Perdre de plus en plus conscience que l a langue est du f r a n c a i s tant son u t i l i s a t i o n est poe'tique, o r i g i n a l e , i m p r e V i s i b l e ; s'e'chapper dans ce monde de reve et de f o l i e , dans cet etat l i b r e ou passe', f u t u r , present i n c e r t a i n , tout se confond en une sensation de depaysement t o t a l ; puis s'apercevoir que toutes ces evocations etranges et etran-geres'n'ont eu pour v e h i c u l e que notre propre languel Mais c'est Kateb Yacine lui-meme q u i , de l a fa.con l a plus e x p l i c i t e , nous indique l e rapport r e e l entre sa pense'e et l a langue qu' i l u t i l i s e : "La p l u p a r t de mes souvenirs, sensations, r e v e r i e s , monologues i n t & r i e u r s , se r a t t a c h e n t a mon pays....,, mais j e ne puis l e s e'laborer, l e s exprimer qu 1en f r a n c a i s . " 1 G. Markow-Totevy c a r a c t e r i s e a i n s i l a forme que prend l e r e c i t dans Ned.jma: " A f i n de mieux s o u l i g n e r 1'aspect g l o b a l de l e u r aventure, Yacine adopte une s t r u c t u r e c y c l i q u e , oriente'e tant'ot vers l e ce n t r e , tan-t o t vers l a p e r i p h e r i e de son r e c i t : tout se 6 propage simultanement, l ' a c t u e l et l ' e t e r n e l l e passe et l e f u t u r , l ' H i s t o i r e et l a v i e p r i v e e . " 2 A c e t t e e x p l i c a t i o n b i e n plus complexe que ce qu'--e l l e tend a ex p l i q u e r nous prefe'rons c e l l e que nous donne I 1 a v e r t i s s e m e n t contenu au debut du volume et signe'e modestement "Les E d i t e u r s " . "Les procedes n a r r a t i f s u t i l i s e s par Kateb Yacine sont p a r f o i s d^concertants pour l e l e c t e u r europ^en. Lequel, en de r n i e r r e -cours, se r e f u g i e r a dans l e s s u b t i l i t ^ s de l a l i t t e r a t u r e compared pour e x o r c i s e r 1'in-connu: a propos de Nedjma, on nommera sans doute Faulkner. Quant a* nous, nous croyons q u ' i l f a u t chercher a i l l e u r s 1 ' e x p l i c a t i o n des s i n g u l a r i t y du roman que v o i c i . Le rythme et l a c o n s t r u c t i o n du r e ' c i t , s ' i l s doivent quelque chose a c e r t a i n e s experiences romanesques o c c i d e n t a l e s , - ce que nous ne contestons pas - r e s u l t e n t surtout d'une a t t i t u d e purement arabe de 'I'homme face au temps'. La pensee europeenne se meut dans une duree ' l i n e a i r e ' ; l a pensee arabe evolue dans une duree ' c i r c u l a i r e ' ou chaque detour est f\m ' r e t o u r 1 , confondant l ' a v e n i r et l e passe dans 1'eternite de 1'instant." 3 Cependant aucune de ces e x p l i c a t i o n s "savantes", car e l l e s empruntent des f i g u r e s geometriques pour ex-p l i q u e r l a pensee q u i par d e f i n i t i o n n'a aucune dimen-s i o n , nous aimons mieux chercher l e s r a i s o n s de c e t t e forme o r i g i n a l e dans l e s termes memes de 1 ' e c r i v a i n . La matiere de sa pensee c r e a t r i c e se r a t t a c h e a son pays, c'est d i r e au contexte de l a c i v i l i s a t i o n arabe. ii* impression, toute p e r s o n n e l l e , que nous a donneeNed.jma. 7 est l a suivante: c'est, couche sur papier^un r e c i t o r a l , selon l a t r a d i t i o n de c e t t e c i v i l i s a t i o n ou l a v i e noma-dique est propice a ce genre de l i t t e ' r a t u r e . Comme tout r e c i t o r a l , i l s u i t , dans l 1 e v o c a t i o n des souvenirs, 1'humeur du conteur q u i , par a s s o c i a t i o n d'idees avec ce q u ' i l a vu ou ve'cu pendant l a periode q u i l e separe de son d e r n i e r r e ' c i t , evoquera c e t t e h a l t e - l a ^ l a jeunesse ou 1'amour selon q u ' i l aura rencontre, peut-etre meme se t r o u v e - t - i l dans son a u d i t o i r e , un etre jeune ou une femme b e l l e , Raconter " 1 ' H i s t o i r e " de ce l i v r e s e r a i t v a i n , d'une part parce que sa complexite meme ne permet pas un resume q u i ne s o i t grossierement incomplet, d'autre part parce que de l a raconter en "rearrangeant" 1'ordre des evenements contes s e r a i t a 1'encontre de 1'esprit meme de l'oeuvre. C'est de ce melange d'une c e r t a i n e technique, d'une langue maniee comme un o u t i l f i d e l e , de 1'art, e n f i n du narrateur que se degage ce parfum de poesie q u i , c o i f f a n t l e s autres q u a l i t e s l i t t e r a i r e s de Yacine en f a i t c e r -tainement l e l i v r e de l a plus grande valeur l i t t e r a i r e que nous rencontrerons dans c e t t e etude. Cette oeuvre s i o r i g i n a l e m e r i t e r a i t un examen qui deborde malheu-reusement l e cadre que nous avons du nous f i x e r . 8 REFERENCES' 1. Dictionnaire de Litte'rature Contemporaine 1900-1962, p. 639 2. Ibid., p. 6kO 3. Kateb Yacine, Nedjma, p. 6 9 DRISS CHRAIBI I - LES BOUCS OU LE DOUBLE EXIL Parmi l e s e c r i v a i n s envisages Driss C h r a i b i p a r t i c i p e clairement de deux ecoles opposees: par sa forme i l se c l a s s e r a i t dans l e courant f r a n c a i s et o c c i d e n t a l du roman l e plus moderne, par ses suj.ets et par sa s e n s i b i l l t e i l a p p a r t i e n t intrinsequement a" l a l i t t e r a t u r e a f r i c a i n e . S i l e premier roman que nous analyserons f a i t v o i r quels f u r e n t ses maltres en e c r i t u r e , l e dern i e r montre un s t y l e p l u s personnel e t , par l a meme, moins empreint d ' a r t i f i c e s . Une l a r g e s i m p l i f i c a t i o n p e r m e t t r a i t de de'crire a i n s i ses deux ouvrages. Les Boucs c'est l a deception de 1'Arabe devant' l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e . Succession Ouverte en a n t i t h e s e est l a c o n s t a t i o n de 1 ' i m p o s s i b i l i t y du r e -tour en a r r i e r e . Apres 1'experience de 1'accident 1'orient n'est que desillusionnement. Ce q u i en f a i s a i t l a val e u r a disparu: l e s pays neufs doivent b r i s e r l e u r passe' pour se r e c r e e r ab i n i t i o . Les val e u r s t r a d i t i o n n e l l e s sont e x t i r p e e s pour f a i r e p lace a l a b r u t a l i t e de 1'action. On ne peut pas raconter Les Boucs. C e l a r e v i e n d r a i t a r e e c r i r e l e l i v r e . Dans The Sound and the Fury Faul k -ner nous depeint l e monde t e l que l e v o i t Quentin, l e simple d ' e s p r i t . I c i i l n'y a meme pas l e truchement d'un personnage, c'est l e nar r a t e u r lui-meme, l ' a u t e u r , q u i confesse son egarement. D'autre part l a p r o f e s s i o n de l'ouvrage est assuree par l e s t e n t a t i v e s successives de 10 l ' e c r i v a i n pour v o i r son l i v r e p u b l i e . Des l a premiere page on suppose l e l i v r e termine. N'est-ce poi n t l a , transpose', l e procede l i t t e r a i r e employe par Gide dans Les Faux Monnayeurs? I I ne f a u t cependant pas c r o i r e que ces proce'de's soient employe's comme Deus ex Machina. Les combiner avec succes est au moins l a preuve d'une v i r t u o s i t y mentale c e r t a i n e . Le r e s u l t a t e"ut pu "etre i n e x t r i c a b l e mais 1'unite' de ton est t e l l e que malgre l e s cesures l e l e c t e u r ne se sent jamais lasse'. L'ensemble est e c r i t avec une sor t e de f u r e u r , de rage constante pour l a q u e l l e l e procede employe convient b i e n de meme que balbutiements, desordres d 1 e x p r e s s i o n et de logique correspondent a 1'expression verbale d'une grande c o l e r e . S e u l l e cadre de 1 ' a c t i o n est donne avec une cer-t a i n e p r e c i s i o n . D 1abord une v i l l a pauvre dans une ban-l i e u e de P a r i s : meubles et p o r t e s , arbres du j a r d i n , tout a j e t e r au f e u car c'est un decor de misere n o i r e . P u i s un degre* plus bas dans l e de'nuement, une cabine de camion dans un t e r r a i n vague, q u i s e r t de maison aux. vingt-deux Arabes q u i forment "Les Boucs". Dans l a maison l e narrateur Yalann Waldik, sa mai-t r e s s e de quatre annees Simone et l e m e i l l e u r ami de Yalann: Raus; une ombre suppl^mentaire, F a b r i c e , enfant de Simone q u i se meurt de meningite. Retenons seulement l e s grandes l i g n e s de c e t t e l i a i -son Yalann - Simone car nous n'y pouvons v o i r qu'un sym-bole du drame plus general q ui est c e l u i de l a confronta-11 t i on or ient - Occident. Yalann aime Simone passionnement, Raus lui-meme en est amoureux, mais la jeune f ranca ise n'aime en son amant que ce qui le f a i t d i f f e ren t des au-tres " b i c o t s " . E l l e n'aime a I 1 accepter que comme une ex-cept ion par rapport a* ceux de sa race et s'e'tonne meme de son odeur de "sauvage". Pour e l l e Yalann, par son i n s t r u c -t i o n , est un evolue', done d i f f e ren t de ses conge'neres. C ' e s t aimer de son amant une image a r t i f i c i e l l e et pa r t i -e l l e . L'amour de Yalann pour e l l e est a mettre en para-l l e l e avec 1'aspiration des A f r i c a i n s en face de l a c u l -ture f ranca i se : admiration passionnee et deception dans le sentiment de n'y etre jamais admis de p l e i n d r o i t . Simone le trompera comme la France trompera les A f r i c a i n s : e l l e n 'est pas le r e f l e t de sa cu l ture et de ses ph i lo-sophes. La passion de Yalann sera done f a i t e d'amour et de haine melanges. La perte de 1'enfant, d'une maladie atypique en pays arabes, symbolisera cet echec de 1'assi-m i l a t i on . La matiere meme du l i v r e doi t se trouver plus l o i n que ce drame symbolique. Chra ib i nous le d i t lui-meme. Yalann explique a Simone pourquoi, au l i e u de p r o f i t e r de ses diplomes et de sa fortune personnel le , i l a voulu v i v re en France l a v ie de tous les " b i c o t s " , y compris les souffrances et l a p r i son : "Je devais , non pas me racheter i nd i v idue l l e-ment v is-a-vis de l a society dans l aque l l e je v i s pour que j ' a i e d ro i t k sa sympathie, mais racheter les Nord-Afr ica ins . Pour eux s o u f f r i r dans ma 12 dign i te d'homme et dans ma cha i r d'homme. Voi la" ce que j ' a i fait_pendant c inq ans. Puis t raduire ce la en une espece de temoignage, non pas de mes sens, mais de mes souffranees moi par lant le f r an j a i s et sachant l ' e ' c r i r e , t raduire leurs mi -sfires, leurs depresses." 1 Un des plus grands reproches que f a i t Yalann a la c i v i l i s a t i o n f r anca i se , c ' e s t de l 1 avoir eloigne' de la v ie na ture l l e et i n s t i n c t i v e . II vo i t a l ' o r i g i n e de son drame personnel cette nouvel le forme d 1 i n t e l l i g e n c e qui l u i a e'te sur-imposee par l a c i v i l i s a t i o n occ identa le . Cette i n t e l l i gence qui par 1'auto-analyse q u ' e l l e permet rend les gens plus conscients de leurs sentiments et par la meme plus ma^itres d'eux. C ' e s t la peut-etre la plus grande qua l i t y et en m§me temps le plus grand reproche que l ' on puisse f a i r e a l'homme c i v i l i s e . " - et e 'e ' tait a i n s i : connaissance toujours , sens c r i t i que toujours et cette i n t e l l i gence bourreau de l'^me qui nou est venue de 1'Occident, germe de deVacinements et de de'ge'nerescences: parce qu'au moment meme ou je n'e'tais r i e n tant qu'une p l a i e , s'empara de moi, tranchante comme un r a s o i r , l a toute-puissante l u c i d i t 4 . " 2 Plus l o i n i l constate que toute cette c i v i l i s a t i o n , ces formes de pensee q u ' i l a ajoute'es a" son her i tage arabe, cette nouvel le langue parlee et pensee, tout con-court a f a i r e de l u i un personnage absurde: 1'assimila-t i on des deux cu l tures est impossible et 1'une exclut 1'autre. L 1 absurde vient justement de c e c i : lorsque ces deux formes de pensee existent dans le meme espr i t ce dernier devient inoperant, en dechirement constant avec 13 lui-meme. "Jamais je ne v i v r a i que dans l'absurde. Cela f a i t d i x ans que mon cerveau, arabe et, pensant en arabe, b r o i e des concepts europeens, d'une fapon s i absurde q u ' i l l e s transforme en f i e l et que lui-meme en est malade. E t , s ' i l c ontinue, ce n'est pas par un theore^me d 1 a d a p t a t i o n , mais b i e n parce qu'a f o r c e de broyer de l a sort e i l s'est surcharge de meninges p r o l i f e r e s - l e s seules adaptees au monde o c c i d e n t a l . " 3 Le drame de 1 'Arabe v i v a n t en France c'est que, t e l q u e l , cet Arabe est inacceptable pour l a s o c i e t e . I c i , en quelques mots, C h r a i b i semble a v o i r r e u s s i a cerner l a r a i s o n de ce divorce: un mur se dresse en face de tout immigrant, mur que ce dernier se sent o b l i g e de c o n s t r u i r e autour de s o i pour proteger son i n t e g r i t e de personne humaine. "Precisement l a ce dont s o u f f r e n t l e s B i c o t s : non pas l e u r incapacity' de s'adapter, mais l ' a -charnement que l'on de p l o i e a" v o u l o i r l e s adapter." -k Admettons que l'Arabe se s o i t adapte dans l a mesure ou i l a absorbe l a langue et l e s coutumes. Quelle sera envers l u i 1 ' a t t i t u d e du F r a n c a i s ? C'est Mac O'Mac, auteur a succes, s p e c i a l i s t e de l ' A f r i q u e du Rord, e'diteur, q u i juge a i n s i 1 'auteur des Boucs: "L^ e cas typique d'un i n t e l l e c t u e l ou p l u t o t d'un n e o - i n t e l l e c t u e l venant d'un autre continent d'une autre somme d ' h i s t o i r e . Maniant avec quel-que aisance notre langue et nos avocasseries europ^ennes, mais uniquement c e l a . " 5 A cet i n t e l l e c t u e l q u i a " a p p r i s " notre c u l t u r e , on Ik refuse l e d r o i t de I 1 a d o p t e r pour sienne car i l n'est pas l 1aboutissement des deux m i l l e annees q u ' i l a f a l l u accu-muler pour y a r r i v e r . E n f i n i l heurte l a s e n s i b i l i t e du " c i v i l i s e " car par son ex c e l l e n c e i n t e l l e c t u e l l e i l d e t r u i t 1'image du " b i c o t standard" et o b l i g e l'Europeen a un reajustement pe'nible de ses conceptions. On l u i reproche de ne pas accepter d'emb l a su-p e r i o r i t e ' du monde o c c i d e n t a l et de v o u l o i r imposer 1 'Orient en Europe en se servant justement de ces o u t i l s i n t e l l e c t u e l s q u ' i l a acquis. Accepte ou p l u t o t t o l e r e tant q u ' i l singe 1 'Occi-d e n t a l , ce porte parole des "boucs" t r o u v e r a - t - i l au-pres d 1eux l a f o r c e morale pour continuer sa l u t t e ? Re-gardons ces hommes a t r a v e r s deux optiques: d'abord c e l l e de Yalann: " l i s s u r g i r e n t une v i n g t a i n e autour d 1eux, de v r a i s veterans B i c o t s , de ceux qui avaient quinze ou v i n g t ans de chomage et de hargne.... l i s n 1 avaient pas d'a^ge, pas de sexe^ vetus de g r i s a i l l e et de brume, i n d i s t i n c t s meme de l a detresse q u i l e s e n t o u r a i t . " , 6 p u i s , c e l l e , dont nous parlerons plus l o i n , d ' I s a b e l l e : 11 - E x p l o i t a t i o n de l'Arabe par l'Europeen, o u i , m a r t e l a - t - e l l e avec un r i r e a i g u . Je l e s condamne c e r t e s , ceux-la qui vous ont chasses de chez vous, ne savent plus quoi f a i r e de vous, pas meme vous prendre en p i t i e . Oui je s a i s f a i r e l a part des choses, g e n e r a l i s e r et recon-na"l"tre que notre c i v i l i s a t i o n n'a su que vous desesperer. Oui, j ' a i honte d'etre une Europe-enne. Mais c'est vous, N o r d - A f r i c a i n s , que je 15 condamne l e pl u s . Parce que vous vous etes tou-jours laisse's f a i r e . Vous avez toujours 4te en etat d 1 e x p l o i t a t i o n , vous aimez bien qu 1on vous e x p l o i t e . Mais rtieme chez vous, m'eme avant l e s F r a n c a i s , de tout temps vous n'avez jamais 4t6 que c e l a : des batards d'hommes que tout l e mond^ e se passe de main en main, de generation en gene-r a t i o n , de sieTcle en s i e c l e , comme une t e r r e : P h e n i c i e n s , Grecs, Romains, W i s i g o t h s , Yandales, Arabes, Turcs, Francs..." 7 Et b i e n , ces "boucs" pour q u i Yalann a s a c r i f i e ' tant d'annees de sa v i e ne l e considerent meme plus comme un Arabe: i l s l e r e j e t t e n t comme " C h r e t i e n " . Le s e u l f a i t q u ' i l l u t t e pour eux l e s r e j e t t e dans l a con-d i t i o n de p a r i a et ces l i v r e s dans l e s q u e l s i l l e s de-c r i t b l e s s e n t l e u r d i g n i t e car i l s se sentent devant l u i comme des cobayes. Apres c e t t e double r e p u d i a t i o n q u e l l e o p t i o n r e s t e -t - i l a Yalann dans l a v i e ? F a i l l i t e de lui-meme, p u i s -q u ' i l se considere comme un pr o d u i t absurde, f a i l l i t e de son e f f o r t genereux p u i s q u ' i l est r e j e t e par ceux memes q u ' i l veut a i d e r , f a i l l i t e en amour car Simone l ' a trom-pe: tout n'est qu'echec. Son s a l u t v i e n t cependant d'une femme, de c e t t e I s a -b e l l e q u i l u i a c r i e ce q u ' e l l e pensait de tous l e s Nord-A f r i c a i n s . Une seule chose l a separe des autres Europe-ens - e l l e ne connait pas l a p i t i e , e l l e ne philosophe pas, " e l l e e'tait, v o i l a t o u f ' P E l l e a, dans son court pass^, s o u f f e r t plus que Yalann et pourtant e l l e ne se re'volte pas, ne sent pas q u ' e l l e doive r i e n pardonner a personne: l a v i e est ce q u ' e l l e e s t . 16 Finalement c ' e s t un des "boucs" qui donnera la vra ie c l e f de 1'evolution de Yalann. II est devenu c i v i l i s e et n'a f a i t que se martyr iser en voulant v i v re comme s ' i l e ta i t reste' a" l ' e t a t p r i m i t i f . Ce t i e r s s 'adresse a I sabe l le qui e ta i t venue partager les Fetes du printemps avec eux: " - Emmenez-le, d i t - i l en sou f f l e . Emmenez-le et donnez-lui des enfants, un foyer , une s t a -b i l i t y d'homme c i v i l i s e ' : c ' e s t a ce la q u ' i l a toujours tendu, ce la q u ' i l a toujours envie - et r i en d ' au t re . " 9 1 7 REFERENCES 1 . D r i s s C h r a i b i , Les Boucs, p. 7 1 2 . I b i d . , P. ? 3 3 . I b i d . , PP . 5 9 - 6 0 h. I b i d . , P. 6 5 5 . I b i d . , P. 7 5 6 . I b i d . , P. 1 5 3 7 . I b i d . , P. 1 8 1 8 . I b i d . , P. 1 7 7 9 . I b i d . , P. 1 9 2 10 DRISS CHRAIBI I I - SUCCESSION OUVERTE OU LE RETOUR IMPOSSIBLE Ce l i v r e est p u b l i e sept ans apres Les Boucs et l a plus grande maturite de l'auteur est apparente tant dans l e s t y l e que dans l e ton lui-meme. De l a v i o l e n c e pre-miere s u b s i s t e seule une profonde amertume et aux c r i s de re'volte succede l e hochement d'epaule de c e l u i qui a deja accept^ sinon l a d e f a i t e , du moins 1'immuabilite du monde. En sa qua l i t e ' d'auteur, C h r a i b i s'est rendu compte que l e s mots ont peu de f o r c e et que l e s actes des i n d i v i d u s et des peuples seuls comptent. Succession ouverte ne nous pose pas l e s problemes d ' i n t e r p r e t a t i o n qu'impose l a s t r u c t u r e c'omplexe de l ' o u -vrage precedent. Les buts de l'auteur sont i c i t r e s ap-parents. C'est d'une part l e b i l a n de son expedience d'Europe et par o p p o s i t i o n une s o r t e de b i l a n a n t i c i p e de l a n o u v e l l e A f r i q u e . L ' a c t i o n est presque i n e x i s t a n t e : D r i s s F e r d i , l e f i l s "evolue" d'un r i c h e p r i n c e arabe a passe s e i z e ans en France sans donner de ses n o u v e l l e s . Un telegramme l u i a annonce l e deces de son pere. I I r e n t r e a s s i s t e r aux obseques. A p a r t i r de cet i n s t a n t l a p r o g ression du l i v r e sera assure'e par l a l e c t u r e du testament du pere: c'est en meme temps c e l u i de l a v i e i l l e A f r i q u e t r a d i t i o n n e l l e aux nouvelles generations. Seul a r t i f i c e : C h r a i b i donnera a chacun des enfants une person-n a l i t e et un d e s t i n q u i symboliseront l e s c a r a c t e r e s et 19 • l e s voies p o s s i b l e s de l ' a v e n i r du pays. Cette i n t e r p r e -t a t i o n n'est d ' a i l l e u r s pas g r a t u i t e . A chaque observa-t i o n du pere s ' i n t e r c a l e l a phrase " A i n s i des i n d i v i d u s et des peuples", q u i accuse l ' u n i v e r s a l i t e de 1 ' i n t e n t i o n . Les premieres pages du l i v r e sont un brusque r a p p e l de 1'ambiance tendue qui est c e l l e de l'oeuvre prece'dente. D r i s s F e r d i est chez un neurologue a q u i i l d e c r i t l a c o n d i t i o n exacerbee de ses n e r f s . I I nous faudra l i r e l e j o u r n a l intime du p r a t i c i e n pour c o n n a i t r e l a cause exac-te de cet e t a t anormal, cause q u ' i l ne c r o i t pas pouvoir admettre devant son malade. E l l e t i e n t en une phrase: "Ce pauvre homme a ete detraque par notre c i v i l i -s a t i o n . " 1 Avant l e r e q u i s i t o i r e q u i va s u i v r e 1'auteur met imme'diatement des c o r r e c t i f s . Le medecin lui-meme n'est pas cet "etre bourru l i m i t e que devient f a c i l e m e n t un spe-c i a l i s t s devant un probleme q u i depasse sa d i s c i p l i n e . "1.1 y a v a i t sa douceur, son calme, l a bonte' de ses yeux."^ Dans l e corps meme de ses exhortations, i l se sent o b l i -ge' de mode'rer l a v i o l e n c e des accusations en admettant que quelques i n d i v i d u s , r a r e s b i e n sur, ont s u f f i a r a -cheter c e t t e masse d'infamie: " V o i c i : j ' a i rencontre des gens, hommes et femmes, des i n d i v i d u s i s o l e s . Et i l s e'taient b i e n plus nombreux que j e ne I 1 a v a l s c r u . A eux s e u l s , i l s r a c h e t a i e n t l e troupeau. Mais i l s e t a i e n t isole's et i l s ne pouvaient r i e n , humainement r i e n . C'est l e d r o i t commun q u i r e g i t l a v i e . " 3 20 Le " v o i c i " qui commence cette t i rade sera repete au long de p lus ieurs pages pour donner un e f f e t ora to i re qui nous a autorise' a q u a l i f i e r ce passage de " r e ' q u i s i t o i r e " . Quels sont done, apres seize anne'es en France les g r i e f s de Driss? Avant meme de les e'nume'rer, n'est-on pas tente de se demander, "Mais pourquoi done y "etre reste' s i longtemps?"? L 'auteur a prevu cet te question evidente et y repond des la premiere page du l i v r e : "Et c 1 e t a i t ce la le p i r e : continuer d 'avo i r f o i en l'homme, coute que cdute, avec la rage de quelqu 1un qui sa i t que t6t ou tard i l va perdre la vue, continuer de disposer d'un c a p i t a l d'amour envers des gens qui m'etaient h o s t i l e s , qui tu-aient par b a t a i l l o n s , par av ion, par ide 'a l . " h Au nom done de cet amour, non malgre l u i mais a cause meme de l u i t e l s sont les attendus de la cause: d'abord le scepticisme dont i l a du se r e ve t i r pour pou-vo i r supporter l a l u t t e : " J ' e t a i s entre dans ce pays comme on entre dans l a v i e . Riche d'argent et d'esperance. Riant a gorge deploye'e, ardent et sens ib le , ve-nant d'un passe simple, s i simple et s i e'lemen-ta i re que l ' h i s t o i r e des hommes s ' e t a i t charge'e de le mettre a bas a coups de bombes et de haines. Seule a surveeu en moi la s e n s i b i l i t e . La v io lence de la sens ib i l i t e ' . Je 1 ' a i tou -jour s port^e^en moi, de plus en plus v io lente et musele'e, a mesure que s ' e f f r i t a i t ma capa-c i t e de c r o i r e . " , 5 puis ce derobement de 1'Occidental mis au p ied du mur et a qui l ' on demande de v iv re cette c i v i l i s a t i o n q u ' i l exporte s i b ien dans ses l i v r e s : 21 " J ' a i claque toutes l e s portes de mon passe parce que j e me d i r i g e vers l 1 E u r o p e et vers l a c i v i l i s a t i o n occifldentale et ou done est c e t t e c i v i l i s a t i o n montrez-la moi, montrez-m'en un s e u l gramme je s u i s pr£t a c r o i r e je c r o i r a i n'importe quoi. Montrez-vous, vous l e s c i v i l i s a t e u r s en qui vos l i v r e s m'ont f a i t c r o i r e . Vous avez c o l o n i s e mon pays, et vous d i t e s et je vous c r o i s que vous 'etes alle's y apporter l a lumiere, l e relevement du niveau de v i e , l e progress, tous m i s s i o n n a i r e s ou presque. Me v o i c i : j e s u i s venu vous v o i r dans vos f o y e r s . S o r t e z . Sortez de vos de-meures et de vous-memes a f i n que je vous v o i e . Et a c c u e i l l e z - m o i , a c c u e i l l e z - m o i . " 6 - Les femmes a u s s i pour qui i l n ' e t a i t pas un ^ t r e humain o r d i n a i r e mais tout au plus un agent de l e u r ero-tisme: " J ' a i connu nombre de femmes, et pa s'est toujours l i m i t e IS. Le sauvage, l'etaxon, j ' a i f o i dans ton corps de cannibale." 7 Le r e f u s d'acceptation en tant qu'Arabe: c'est d ' a i l -l e u r s ce point q u i est l e plus c r u c i a l et semble et r e l e plus i n s u l t a n t pour C h r a i b i , car i l y r e v i e n t souvent. Nous vous acceptons mais comme evolue, comme non-arabe, comme d i f f e r e n t de vos f r e r e s e t , en d e f i n i t i v e , comme d i f f e r e n t de vous -meme: t "Mais vous, c'est d i f f e r e n t . Vous 'etes un evolue\ Ce n'est pas du tout l a meme chose. Cette phrase, i l me f a l l a i t s e r r e r l e s dents pour accepter de 1'entendre. Et je l ' a i enten-due souvent." 8 Plus l o i n meme que l e r e f u s , qui est quand meme une p a r t i c i p a t i o n , f u t - e l l e negative, 1 ' i n d i f f e'rence nee de 22 1*abdication des r e s p o n s a b i l i t e s qu'entralhe l a q u a l i t e ' d' homme: " V o i c i : j ' a i trouve' des gens, hommes et femmes, qui s'en f o u t a i e n t . l i s avaient de'mis-sionne* depuis longtemps, demissionne' de tout . " 9 Et l e s h o n - i n t e l l e c t u e l s ? l e s non-bourgeois, l e s pauvres, l e s inadaptes dans l e u r prbpre c i v i l i s a t i o n , comprennent-ils eux? l e u r propre misere l e s a i d e - t - e l l e a C penetrer l e s souffranees de 1'Arabe, a y compatir? " V o i c i : j ' a i vu des pauvres types, de pauvres bougres a un b i f t e c k par mois q u i deve-naient subitement des colons quand i l s avaient a f f a i r e a d'autres pauvres types ou pauvres bougres a zero b i f t e c k par an, mais q u i n'a-va i e n t pas l a chance d'etre f a i t s comme eux." 10 E n f i n l'amour q u ' i l a trouve avec I s a b e l l e , ses deux enfants, son foyer en t e r r e f r a n g a i s e , son bonheur e n f i n , e s t - i l un i l 6 t dans l e q u e l i l va trouver l a p a i x en l u i -meme? "Au m i l i e u de l a debacle, je m'etais mavid Mes insomnies datent de c e t t e epoque. Toute ma capacite' d'aim^r, je 1' a i ^ reporte'e sur I s a b e l l e . Et j 1 en e t a i s a r r i v e a aimer une p i e r r e , une a l l u m e t t e , une brosse a dents. E l l e 4ta±t f r a g i l e , d d c a l c i f i e e par l a guerre, mais s e r e i n e . Aimer, c e l a f a i t peur p a r f o i s . Je l a rega r d a i s et j e me d i s a i s que maintenant j ' d t a i s heureux, que j ' a v a i s f a i t mon t r o u et que l a detente v i e n d r a i t apres, l e tassement des choses qu'on prend trop a coeur Et j'entendais l e s hurlements des mourants e t , parce que ces mourants n'e'taient pas moi, j ' a -v a i s honte d ' t t r e la'", dans mon t r o u de bonheur." 11 23 Avant d'en a r r i v e r a 1 'autre phase du l i v r e , c e l l e du r e t o u r de D r i s s a~ sa maison n a t a l e , c e l l e du t e s t a -ment, C h r a i b i a i n t e r c a l e une scene q u i a~premiere vue semble en dehors du contexte. Rien n'y prepare et r i e n n'y f a i t s u i t e . E l l e est m&me c o n s t r u i t e d'une t e l l e unite* q u ' i l s e r a i t p o s s i b l e de l a d^couper du texte et d'en f a i r e une nouvelle qui p o u r r a i t s ' i n t i t u l e r Le Retour et l a Honte. D r i s s F e r d i est & bord de l ' a v i o n q u ' i l a du prendre pour v e n i r a s s i s t e r aux obseques de son pere. II se trouve a s s i s d e r r i e r e un couple mixte: " E l l e a v a i t des mains qui eussent i n s p i r e un Rodin, une p o i t r i n e tendue comme une p a i r e de l e V r i e r s en l a i s s e , et une chevelure longue, t r e s longue, tombant sur ses e'paules, sur son f a u t e u i l , sur l e bras de son mari, comme une coulde de bronze.", 12 et quant au mari, " i l l e v a i t vers e l l e un visage d'ido-l a t r e pr"et a massacrer toute une t r i b u pour 1'amour d'une femme." 13 Nous voudrions pouvoir c i t e r i n extenso l a scene de l a c o n f r o n t a t i o n du jeune homme avec son vieux pere, monte' sur son ane et h u r l a n t l e nom de ce f i l s q u ' i l aime t a n t , pour qui i l a tant f a i t de s a c r i f i c e s : "Ooohool Bou-chaiTbJ" Les d i x pages que couvre c e t t e scene sont, l i t t e r a i r e m e n t , parml l e s m e i l l e u r e s de C h r a i b i grace a un melange unique de realisme et de symbolisme, a" l a retenue du ton. Une seule phrase suf-2k f i t a donner l a profondeur du drame. " - Je ne comprends pas 1 'arabe, d i t - e l l e . Mais i l me semble que cet homme t ' a p p e l l e de-puis un bon moment. Tout l e monde s'en est apercu, sauf t o i . Tu ne vas pas me dire, que^ce n'est pas a" t o i q u ' i l f a i t des signes desespe-res?" Ik " - Ohi mais t u as r a i s o n l c'est un vieux domestique. " I I ajouta precipitamment: " - Un vieux domestique qui m'a vu na'itre, Je t'avoue que je ne l ' a i pas reconnu. Cela f a i t c i n q ans, evidemment." 15 De ce drame c r u e l , joue' par des personnages e'tran-gers t l a trame du l i v r e , hors texte a" premiere vue, l'auteur ne t i r e pas une morale. Aucune c o n c l u s i o n ne s'ajoute a" ce tableau. Rien ne nous permet, dans l e cadre des e c r i t s de C h r a i b i , d'en t i r e r nous-meme une lecon et pourtant i l nous est permis de poser l a ques-t i o n eVidente, "Quel est l e sens de c e t t e i n t r u s i o n ? " . Bouchaib, a l t e r ego de D r i s s ? Dans l e cas de ce d e r n i e r l a c o n f r o n t a t i o n r e e l l e de sa femme et de son pere est impossible^ce d e r n i e r etant mort. Et puis D r i s s n'a pas amene' I s a b e l l e . Le r a p p e l b r u t a l , par te'-legramme, permet de penser q u ' i l n'en a u r a i t pas eu l e temps, ce qui e v i t e l a c o n f r o n t a t i o n avec l a mere et l e s f r e r e s . Admettons q u ' i l n'y a pas i n t e r c h a n g e a b i l i t e des r o l e s dans l e s c i r c o n s t a n c e s d e c r i t e s . D r i s s est marie depuis quelques annees a I s a b e l l e p u i s q u ' i l a d ' e l l e deux enfants: jamais i l n'a f a i t men-25 t i o n d'un voyage aupres de sa f a m i l l e . C e t t e derniere n'a meme pas connaissance du l i e u de sejour du pere de-puis c i n q ans. Ce n'est done meme pas une p o s s i b i l i t e dans l e passe'. D r i s s , p a r l a n t de son pere, d i t toujours "Le S e i -gneur" car c'est plus que son t i t r e r e e l , l e signe de l'estime que l u i porte son f i l s : a - t - i l eu peur de per-dre ou 1'amour de sa femme ou c e l l e de son pere en l e s mettant en pre'sence? De 1'une parce q u ' e l l e ne pour-r a i t pas v o i r ce qui f a i t de ce v i e i l homme un v e r i t a b l e Seigneur: de 1'autre parce q u ' i l l u i s e r a i t incapable de surmonter sa t r a d i t i o n et d'accepter une Chretienne comme membre de sa f a m i l l e ? Ou b i e n c e t t e scene dechirante e s t - e l l e ce que Dr i s s lui-meme a eu peur de provoquer? A - t - i l dans ses cauche-mars p a r f o i s reve e t r e ce Bouchaib? N'est-ce p o i n t la" un de ces drames inavoues q u i contribuent tawt a" ce de-s e q u i l i b r e nerveux dont C h r a i b i f a i t toujours mention l o r s q u ' i l p a r l e de son heros? L'auteur ne nous renseigne pas sur ce p o i n t . La seule r e a c t i o n de D r i s s est encore nerveuse - c'est un e c l a t de r i r e . T o i c i une p a r t i e de l a scene f i n a l e . Bouchaib vaincu par 1 ' i n s i s t a n c e des c r i s de son pere se d i r i g e vers l u i e t , en reponse a ses embrassades effrene'es, i l lance ces mots: " - Regagne ton v i l l a g e , d i t Bouchaib, et attends-moi. Je v i e n d r a i peut-*etre demain, 26 peut-etre apres-demain. Le temps d ' i n s t a l l e r ma femme t 1'hotel. Au r e v o i r . " J ' e t a i s tout pres de la femme de Bouchaib, a l a toucher. E l l e s u i v a i t intense'ment l a scene, avec l a hantise de comprendre. Un instant, je fus tente' de l u i traduire en francais les paroles de son beau-pere et la r^ponse que venait de f a i r son mari. Mais je n'en f i s r i e n et j'en fus moi-meme soulage'. C'etait a e l l e , par ses propres moyens, de de'couvrir la ve /rite /. Je me contantai de lever l a main droite et je la l a l s s a i tomber lourdement sur son epaule. E l l e dut hurler, mais je n 1entendis pas grand-chose parce que je r i a i s dans l e vent." l o Force nous est, faute d'arguments, de ne pas tran cher cette question; tout au plus pouvons nous vo i r l a le symbole d'une p o s s i b i l i t e ' plutot d'une p o t e n t i a l ! te' que 1'auteur n'a pas ose'mettre au compte de son he'ros Peut-etre par la1'meme v e u t - i l excuser, attenuer, ac dis tance, l a de'cision f i n a l e de Driss? Ce n'est qu'apres cette scene fcsDublante, suivant elle-meme l e b i l a n des seize anneW de vie a l'etranger que le l i v r e r^pond vraiment a son t i t r e de Succession  Quverte. Avant meme de voi r en quoi consiste cet heritage attardons-nous cependant a l a ceremonie funebre e l l e -meme car dans sa s i m p l i c i t e e l l e represente un des r i t les plus s i g n i f i c a t i f s de toute c i v i l i s a t i o n . Pour Driss, c'est le rappel soudain de ses origines, de l a profondeur de ses racines en cette terre qui va se re-fermer sur 1'etre q u ' i l a le plus venere. 27 Au moment ou le corps va etre descendu dans la tombe, un homme quelconque se leve dans la foule et se met a chanter. "Ce qu'il chanta n'avait aucune importance. Ce n'etaient pas des mots, un sens, ni meme un symbole qui nous faisaient vibrer " 17 "C etait 1'incantatoire, c 1 etait la f i n de nos maux et de nos pauvres petits problemes, la nostalgie douloureuse/ et sereine a la' fois de cette autre vie qui etait la nfttre et vers l a -quelle nous e'tions destined a" retourner tous, vainqueurs et vaincus, accomplis ou 1'etat larvaire, fideles et athe'es, de par la Toute-Misericorde de Dieu. C'etait cela qu'il y avait dans la voix de cet homme qui chantait debout dans le s o l e i l et nous etipns dans sa voix, j'etais dans sa voix en depit de 1'immense he-ritage d'incredulite que j'avais recu de 1'Oc-cident." 18 Et c'est pour Driss la realisation de tout ce qu'il y avait de faux dans ces valeurs qu'il etait al l e cher-cher s i loin des siens sur un autre continent. C'est le re jet de 1'intellectualite, de tout ce qui peut s'appren dre, s'expliquer, c'est l'elan contraire vers 1'inexpli-cable, la chose vraie mais qui ne peut que se sentir: la vie, la vraie vie a l'e'tat brut. "Et cela etait ainsi: jamais, jamais p^lus je n * i r a i a la recherche de cerveaux, de verites ecrites, de ve'rite's synthe'tiques, d'assemblages d'id^es hybrides qui n'etaient rien que des ide^es. Jamais plus je ne parcourrai le monde a la poursuite d'une ombre de justice, d'e'quite', de progres ou de programmes propres a modifier 1'homme. J'etais fatigue et je retournais a ma tribu. Cet homme qui n'.etait meme pas conscient de sa voix, de sa f o i , e'tait vivant et poss^dait le don de la vie - un homme qui n'eut meme pas e'te epicier dans ce monde de puits de science et de c i v i l i s a t i o n . La paix, la verite de toujours 28 etaient en l u i , dans sa voix - alors que tout croulait autour de l u i et sur les continents." 19 Avant meme de quitter le cimetiere ou la solennite de la ce'remonie, la foule en extase religieuse, le deuil enfin, combines a ce chant, ont f a i t une impression s i forte sur Driss, c e l u i - c i est brutalement ramene a*" un r^ajustement de ses sentiments et de sa pensee. II quitte le cimetiere accompagne' d'un de ses freres. Ce dernier l u i demande de bien vouloir l u i ex-pliquer comment cette meme foule qu'ils viennent de voir s i sublime'e par la priere a pu, i l y a quelques jours, sans aucun pr^texte, se saisi r d'un vieux Juif dans la rue et le bruler v i f dans 1'essence. Driss ne peut re-pondre; deja i l se rend compte qu'il n'est pas revemr au pays pour assister a 1'enterrement de son pere ni meme pour r e c u e i l l i r son heritage, "mais pour me rendre compte apres une s i longue absence.". 20 Devant l'humilite' de cette reponse, ce calme devant le drame, cette acceptation des inconnues de la vie, ne sommes-nous pas e'tonne's en pensant que c'est le meme au-teur qui a e'crit Les Boucs? II est vrai qu'ici 1'inhu-manite' de'l'homme envers l'homme n'est plus le f a i t de 1'Occidental, du Chretien et qu'il est plus aise d'accu-ser que de se de'fendre. Notre dessein dans cette remar-que n'est pas d'accabler Chraibi mais bien au contraire de reconnarfcre le courage qu'il l u i a f a l l u , pour, a" travers les siens, se charger lui-meme. Allons jusqu'au 2 9 bout de notre pensee: cette attitude plus que de courage est preuve de maturite' et nous indique le chemin parcouru par la pensee de 1'e'crivain. Pour bien comprendre la valeur de cette succession dans ses deux aspects d 1heritage moral et de legs mate-r i e l , i l est necessaire d'essayer de peindre celui que Driss n'appelle que "Le Seigneur". A travers le texte i l nous semble impossible de ne pas constater que de-crire cet homme c'est en meme temps graver 1'epitaphe d'une e'poque re'volue et qui s'e'teint en meme temps que l u i . Ces quelques mots nous die tent cette interpre'-tation: "L'ere des coutumes et des traditions e'tait morte avec le Seigneur." 2 0 bt'r Puis ce sont les reminiscences des fre vres, tachant d'evoquer leur pere afin de mieux garder en leur coeur son image: " - Tu te rappelles quand i l sortait? II etait vetu de blanc, coiffe^et chausse' de blanc. Et tout le monde se precipitait pour l u i baiser les mains. Non seulement parce qu'il e'tait riche, mais parce qu'il etait le Seigneur. C e t a i t un honneur que de l u i bai-ser les mains. Tu te souviens de cet homme, Driss? Ta memoire n'est pas morte, dis? I l e'tait notre ma'itre de fer, mais aussi notre nourricier et notre dignite*. Avec l u i , la vie avait un sens." 2 1 Ne peut-on pas l i r e i c i : avec l u i et avec la tradl 30 tion q u f i l representait? Car apres cette remarque per-sonnelle un des freres ajoute: "Quand on me dira que l'histoire a tourne/ comme le vent du c i e l et que nous avons un ave-nir devant nous, j'ai peur que nous n'ayons jamais d'autre avenir que notre passe7." 22 Afin de rendre le message moral cde son heritage plus c l a i r , le Seigneur a enregistre' tout son testament sur bande magnetique et c'est a" ce l u i - c i que nous em-pruntons quelques lignes qui nous donneront l a philo-sophie du personnage. II commence: "En cet an de grace, car c'est un an d'in-firmity de croyance en Dieu et en 1'homme -mais nous dirons, nous: en cet an de grace de ce siecle de fer, devant temoins, afin que notre volonte' soit vivante pour des "litres v i -vants et non pas ecrite et risquant d'"etre mai interpretee, et afin que notre oeuvre soit . une recolte." 23 N'est-on pas amene a contraster ce mot "recolte", qui indique aboutissement, f i n d'.un long cycle germi-nateur aux mots du laboureur de La Fontaine qui leguait non une recolte, mais de la terre, source de moissons sans cesse renouvelees, gage du futur? Puis vient la phrase cle qui ajoutera a" chaque re-commandation un retentissement politique: le Seigneur parle de 1'aide qu'il veut accorder aux incapables de la famille: "II etait normal que nous venions en aide k ces sous-develops chroniques, comme nous 3 1 l'a recommande le Prophete, bien qu'ils fussent pour la plupart des orphelins adultes comme nous et que les veuves ne restent pas longtemps veuves dans ce monde. Ainsi des individus et des peuples." 2k Puis, evoquant cette plaie des pays nouveaux, la corruption qui semble s'installer: "Tant que nous avons v 4 c u , i l s nous ont rappele7 ces marchands cramponnes d'une main aux basques du gouvernement nouveau et tenant de 1'autre le pan qui leur est reste du gou-vernement precedent. Ainsi des individus et des peuples, quand tourne l'histoire, plus im-preVisible que les vents, et que des pays et des hommes deviennent libres et maitres de leur destin." 2 5 La double m^taphore se prolonge: cette maladie (le cancer) qui l'a frappe' s i insidieusement a e'galement frappe' son epoque et i l leur faut deposer leur bilan. Parlant de la v i e i l l e femme qui l u i survit i l se sert de son portrait pour caracteriser le passe': "Ell e est le dernier vestige d'une epoque fruste, pure et credule." 2 6 Puis i l raconte sa propre jeuness pour mieux faire sentir la valeur de son succes materiel et 1'amertume de sa f i n "La misere demente d'ou nous avions emerge a 1'age de sept ans^ directement vers l'&ge a-dulte, avec cinq freres et soeurs qu'il f a l l a i t nourrir avec zero instruction, zero capital et des impe'ratifs cat^goriques et fe'odaux vieux de treize siecles et qui nous ordonnaient de cour-ber la tete, l'echine et le moral au nom de la 32 r e l i g i o n et de 1'e'thique s o c i a l e . 1 ' 27 S'ad&ressant a son f i l s Camel i l l u i reproche de ne pas comprendre l e s devoirs qui accompagnent l a possession: i c i encore 1 ' i n t e n t i o n p o l i t i q u e est e x p l i c i t e : 1 "A l ' i n s t a r de l a nouvelle c l a s s e d i r i g e a n t e t u confonds "posseder" et "exercer". A i n s i des i n d i v i d u s et des peuples." 28 E t l e Seigneur pre'voit meme que ce que l'on salue comme l a l i b e r t e ' se dlssoudra b i e n v i t e pour f a i r e place a" l a d i c t a t u r e t o t a l i t a i r e , vide'e de r e l i g i o n : "Car, 11 viendra un temps, nous en sommes c e r t a i n s , ou l e juge sera en meme temps un le'gi-s l a t e u r . " 29 E n f i n ce qui c o n s t i t u e l a peroraison de ce testament re'sume ses c r a i n t e s et ses de's i l l u s i o n s : "Notre Dieu, Dieu des hommes, pardonne-nous nos f a u t e s , nous nous chargeons meme de c e l l e s de nos enfants. I l s sont l i b r e s a" present dans un monde d/esclavage de'guise en l i b e r t y . Et i l s ont decouvert tant de moyens de d e s t r u c t i o n ! E v i t e - l e u r l e s erreurs et toutes formes de v i o l e n c e , surtout c e l l e des i d e o l o g i e s . " 30 L'epoque est rev o l u e , ses valeurs envole'es, d i s -sipe'es, ne peut-on mlhae d i r e que, comme l e Seigneur, a bout de s o u f f l e et de courage, e l l e s'est s u i c i d e e ? 33 Chraibi a voulu aller plus loin que ce message. Parce quT e'crivain i l se mefie de la parole et de la de-claration. Son realisme delibere le pousse a" concretiser ce testament, a l u i donner une forme tangible sous a l l e -gorie des recipiandaires de ce legs s i lourd et s i cru-c i a l . Chaque f i l s , et i l y en a six, ayant re^u sa part en toute equit^, repre'sentera non pas le sort, ni le de-voir futur de chaque individu, mais en quelque sorte de-viendra le symbole des options qui s'ouvrent au nouveau pays. C'est un depart a zero, sur des ruines morales. (Le pere s'est suicide, rappelons-nous.')' La conclusion finale, surprenante, eclairera d'un jour nouveau toute 1'oeuvre de Chraibi et l u i donnera un sens bien plus fort que ne le laissaient prevoir les fureurs et les rages du premier l i v r e . Abdel Krim, Jaad, Camel, Madini, Nagib, Kriss -tels sont les noms de ces six f i l s , de ces six symboles de la destine'e du pays. Finissons tout de suite avec Abdel Krim. C'est 1'imbecile heureux, le fonetionnaire, le f l i c - proto-type de la nulli t e aimable que l'on tolere pour l ' i r r e -sponsabilite' que l u i donne un.;-grain de f o l i e douce. Nagib le pr^sente ainsi a" Kriss: "Nous, on a 1'habitude, On, l'a mis dans un, asile et i l s nous l'ont renvoye. On l'a chasse 31* partout et i l est toujours revenu. II n'y a qu'df" la police ou'on veut le garder. Mais com-bien de temps pa va durer? II est fichu de donner sa demission. Tu comprends? i l s'ame'he et dit: "Monsieur le banquier, monsieur le com-missaire, c'est pas comme ca qu'il faut tra-v a i l l e r , je vais te montrer." Moi, quand je l u i donne des coups, i l rigole. Qu'est-ce que tu peux faire avec un ane qui rigole?" 3 1 Dans cette famille de seigneurs, l u i seul semble repre-senter la populace insouciante, vivant au jour le jour, se contentant de peu et indifferente aux re'gimes et aux pouvoirs qui passent sans e'branler le petit univers qui leur s u f f i t . La description physique de Jaad, la profondeur de son chagrin a la mort du pere, les ressorts inattendus de sa personnalite' sont enf ermef dans le jeune homme que nous peint Driss a" son arrivee dans la maison du Seigneur. "Tout en haut des marches, un jeune homme se tenait debout, petit, maigre et f i n . Les mains dans les poches de son pantalon exacte-ment aussi raides que des truelles, i l nous, re-gardait monter. Ce n'est qu'a* mi-chemin que j'ai pu me rendre compte qu'il ^ t a i t encore vivant. II ne voyait rien ni personne. Immo-bile, i l nous regardait monter comme s ' i l re-gardait a travers nos corps, et i l pleurait sans bouger une seule fibre." 32 Jaad est idealiste. D'avance i l refuse cet avantage mate'riel que l u i donne la fortune de son pere et i l s'en va vivre dans un bidonville. II v i t dans la pauvrete la plus grande pour partager le sort de ses correligionnaires, tolerant la salete repoussante, la misere de ses six en-35 f a n t s q u i dorment a meme l e s o l dans des c o n d i t i o n s d!;hy-giene i n c r o y a b l e s , a l o r s meme que l a maison du seigneur l u i est toujours ouverte. Jaad est romantique. Avec l e s avantages m a t e r i e l s i l r e j e t t e a u s s i l e s avantages moraux de sa naissance pour epouser une pauvre i l l e t t r e e , un sous-produit de l a forme de c i v i l i s a t i o n dont l e Seigneur e t a i t l e raffinement. Plu s qu'une femme c'est une cause q u ' i l a a i n s i epousee car S a f i a , son e'pause, n'a meme pas l e charme de l a jeu-nesse et de l a beaute': b i e n au c o n t r a i r e . " E l l e e'tait n o i r e de peau, plus agee que son mari, presque sa mere. Ce n ' 4 t a i t pas une v i e i l l e s s e physique - r i e n qu'une immense f a -ti g u e q u ' e l l e t r a i n a i t depuis p l u s i e u r s e x i s -tences." 33 Jaad est un homme d'action q u i prend une part a c t i v e a l a e'volution du monde arabe. Avec sa bande de s.ama-rades du b i d o n v i l l e , i l expe'die, sous une charge de t o -mates, des c a i s s e s de munitions a ses "Freres a l g e r i e n s " . 3 ^ Cette abne'gation, ce de'vouement a l a cause du f u t u r v o n t - i l s r e c e v o i r l a s a n c t i o n du Seigneur? Rous sommes etonnes au c o n t r a i r e de v o i r 1'impitoyable cruaute du message posthume de ce d e r n i e r . Le v i e i l homme n'a meme pas de p i t i e ' pour c e l u i dont 1 ' a c t i o n est une f a i l -l i t e t o t a l e car i l n'est meme pas un homme a^  ses yeux. Jaad, q u i a echappe7 au joug f a m i l i a l , n'a pas su mettre a p r o f i t sa l i b e r t e ' conquise. I I est l e symbole de ces peuples pour q u i l a de'colonisation a s i g n i f i e ' un f i a s c o 36 t o t a l . "Tu es anime de s i bonnes i n t e n t i o n s que l e s p i e r r e s du desert en ont p l e u r ^ . Nous t 1avons donne une usine avec un mode d 1emploi et r a p p e l l e - t o i ce q u ' i l est advenu et de t o i et de c e t t e usine. Rappelle-toi ton long roman d'aventures peuple 7 d'^checs. Comme c'est Strange! ce qui f a i t l e bonheur des gens ne peut f a i r e que ton malheur. A i n s i des i n d i v i -dus et des peuples. Un homme ou un peuple sous l e joug se sent miserable. Mais, une f o i s l i b r e et maltre de son d e s t i n , pourquoi d e v i e i i t -i l p lus miserable?" 35 I c i l e sens p o l i t i q u e est encore plus p r e c i s par son a l l u s i o n aux pays sous-deVeloppe's. Devons-nous v o i r i c i toute l'amertume de C h r a i b i devant l e s exces de l a de c o l o n i s a t i o n ? Devant l e s mauvais chemins, s i tentants dans l e s q u e l s se sont plonge's tant de peuples libe /re /s? Le Seigneur pre'voit un long et pen i b l e apprentissage de c e t t e l i b e r t e ' q u i ne se donne pas, que l'on ne r e c o i t pas comme une chose toute f a i t e mais b i e n au c o n t r a i r e que l'on d o i t conque'rir par un e f f o r t constant: "Peut-etre a cinquante ans, a soi x a n t e , s i Dieu te f a i t v i v r e j u s q u e - l a , comprendras-tu e n f i n q u ' i l y a un temps pour 1'enfance jjrolongee, et un temps ou l'on devient adulte coute que coute. La l i b e r t e ne s'acquiert qu'a ce p r i x . En a t t e n -dant, nous chargeons l e nouveau chef de f a m i l l e de se comporter avec t o i comme i l d o i t se compor-t e r avec votre mere, jusqu'a t a majo r i t e et selon l e s besoins r ^ e l s de l a f a m a i l l e que t u as fonde'e et q u i augmente en nombre d'ann^e en ann^e. A i n s i des i n d i v i d u s et des peuples. L'aide aux pays eternellement sous-de'veloppe's." 36 37 Des s i x f r e r e s , s e u l Camel n'a pas a s s i s t e aux ob-seques de son pere, n'est meme pas venu consoler l a peine de sa mere. I I ne paraltt que devant l e n o t a i r e au moment ou l e testament va *e\re devoile'. C h r a i b i nous l e campe sous l a forme d'un bon bour-ge o i s , plus f r a n c a i s qu'arabe par son aspect et ses ma-n i e r e s ; ; "Quand i l poussa l a porte de l'e'tude, i l e t a i t toujours a u s s i gras et j o v i a l , avec ses mains dans ses^poches, son beret visse' sur l a fe t e et sa chaine de montre q u i c l i q u e t a i t sur sa p&nse avec un b r u i t joyeux. I I d i t : - C'est fou ce que l a v i e augmentel On ne peut plus voyager par l e s temps q ui courent." 37 Aspect de 1'homme d ' a f f a i r e s , conversation de l'homme d ' a f f a i r e s , car c e l u i q u i se p l a i n t v i t dans un p a l a i s de marbre. Camel dans l e contexte du l i v r e est un peu 1'anti-these du personnage d'Abdul Krim. Ce s e r a i t ce de r n i e r plus 1 ' i n t e l l i g e n c e , ou au moins l e s a v o i r f a i r e , et rem-placant 1'insouciance |BBrIappe'tit de posseder. Ce f r e r e q u i a ose' fcciger sa part d' he'ritage du v i v a n t du Seigneur a tout rejete' en bl o c : l a t r a d i t i o n de sa f a m i l l e , c e l l e de son peuple sans pour autant prendre p o s i t i o n dans 1'elaboration du nouvel ordre. Pour l u i tout n'est qu'-aujourd'hui, un aujourd'hui ou i l f a u t f a i r e encore un peu plus d*argent qu'on en a f a i t h i e r , argent acquis par une j u d i c i e u s e e x p l o i t a t i o n des pouvoirs du jour quels q u ' i l s s o i e n t . 38 C 'es t Nagib qui rappe l le l e jugement de son pere sur la c lasse que repre'sente ce f i l s ingra t . "Comme d i s a i t mon pere, les fonct ion-naires de la v ie ont toutes les chances. I l s ev i tent les moments pen ib les , se trouvent ^ toutes les excuses pour ne pas pa r t i c i pe r a l ' h i s t o i r e , et ce sont quand meme eux qui l ' e c r i v e n t , cette h i s t o i r e , et qui la jugent." 38 S i l ' o n peut ais^ment prendre les Abdel Krim a l a le'gere, Camel repre'sente une force avec laque l le i l faut compter; cette masse de gens a c t i f s , petitement ambi-t ieux , prenant tout et ne donnant r i e n , par leur indus t r i e formant un groupe qu i , par sa de'robade devant toute cause, pese d'un poids t e r r i b l e dans l ' h i s t o i r e des peuples. S ' i l s ne creent pas les evenements, leur refus de p a r t i -c iper empeche bien souvent ceux-ci de se produi re . Ce que le Seigneur l u i reproche le p lus , ce n 'est pas sa so i f de posse'der mais de n 'avo i r pas compris que la puissance donnee par la r ichesse entraine des devoirs envers cette socie'te', ce peuple, d'ou e l l e t i r e sa sub-stance. C ' es t pour n 'et re pas un chef , un d i r igean t , que le peie l u i enleve la prerogative du dro i t d 'a inesse et ne f a i t pas de l u i 1'administrateur de l a success ion. V o i c i les paroles du testament: t "Avec un peu de ph i losophie , on peut se preserver de 1' i nd iges t ion ; mais avec quel le phi losophie est-on sur de se preserver de la f a i m ? . . . . . T o i , tu as cho i s i de mourir, et de v ivre avant de mourir, par 1' ind iges t ion , car a I ' i n s ta r de la nouvel le c lasse d i r igeante tu confonds "posse'der" et " exe rce r " . A i n s i des ind iv idus et des peuples, quand tourne 39 l ' h i s t o i r e plus i m p r e v i s i b l e que n'importe quel vent du c i e l , et qu'une epoque en rem' place une au t r e , et une a d m i n i s t r a t i o n une autre a d m i n i s t r a t i o n . " "Madini, nous te nommons notre successeur, bien que t u ne s o i s pas notre f i l s a"ine comme nous l'aur±o.ns souhaite', et parce que t u n'es n i tout a" f a i t emotif, n i tout a*"fait r e a l i s t e . A i n s i , t u p e r s o n n i f i e r a s l'e'poque de t r a n s i t i o n qui durera tant que tes propres enfants n'au-ront pas trouve' l e u r s a s s i s e s dans ce monde en bouleversement." *+0 Ce Madini a i n s i de'crit par l e Seigneur lui-meme est avant tout une demi-valeurt un pont entre deux e'poques. Le patrimoine est s i l o u r d q u ' i l a f a l l u que l e pere en partage l e fardeau entre ses enfants selon l a charge q u ' i l s peuvent p o r t e r . A Madini ne sont pas donne's l e f u t u r , n i meme l e s p l e i n s d r o i t s du Seigneur mais seule-ment 1'autorite' ne'cessaire pour gerer l ' a c q u i f sans trop l ' a v e n t u r e r . C h r a i b i dans une de ses d e s c r i p t i o n s l ' i n -v e s t i t du m e i l l e u r symbole de sa mission - "un couple de pigeons s'e'tait pose' sur l a f e t e de mon f r e r e et l u i p i -c o t a i t l e c u i r chevelu.". ^1 Madini lui-meme s a i t combien i l est mai prepare' pour ce r o l e que son pere a e c r i t pour l u i . Le monde moderne, l e s hommes modernes l u i f o n t peur car dans l a succession l a q u a l i t e de Seigneur ne l u i est pas echue: e l l e n'au-r a i t d ' a i l l e u r s plus de sens pour l e s nouvelles ge'nera-t i o n s ou priment l e s deux f o r c e s b r u t a l e s de l a puissance et de 1 ' i n t e l l e c t . II confesse a" D r i s s : " J e n e s u i s p a s a u s s i i n s t r u i t q u e t o i e t c ' e s t p o u r c e l a q u e j e m ' i n t e r r o g e . A v a n t , j e n ' e t a i s q u e l e f i l s d u S e i g n e u r . M a i n t e n a n t , j e n e s u i s q u e s o n o m b r e d a n s u n monde o u o n e n t e n d l e f r a c a s d e s d i p l c ^ m e s q u i s e d e p l o i e n t . E t j ' a i p e u r , D r i s s , t e r r i b l e m e n t p e u r . " h-2 D r i s s a b i e n s e n t i c e q u e c e t t e d i s t i n c t i o n a c c o r -d e d a" M a d i n i p a r l e p e r e a v a i t de t e m p o r a i r e e t de l i m i t e ' . On n e p e u t q u e c o n s e r v e r l ' a p p a r e n c e de l a t r a d i t i o n q u a n d t o u t e s i g n i f i c a t i o n e n a e'te' o t e e . " U n j o u r , d a n s v i n g t o u t r e n t e a n s , j e l e r e t r o u v e r a i c o i f f e ' de l a c a l o t t e d u S e i g n e u r , a s s i s d a n s l e f a u t e u i l d u S e i g n e u r , p a t r i a r c a l e t d i g n e . U n " e t r e l i b r e " . L e r e t o u r a u x s o u r c e s . L ' a r a b i t u d e . " ^ 3 A v a n t d ' a b o r d e r l e p e r s o n n a g e d e N a g i b , j e t o n s u n r e g a r d e n a r r i e r e s u r u n d e s h e ' r o s s e c o n d a i r e s d u l i v r e L e s B o u c s . C e R a u s , c e t e s p e c e de p e r s o n n a g e p l u s g r a n d q u e n a t u r e p a r s a f o r c e , s o n c o u r a g e s i l e n c i e u x , s o n a m i t i e 7 i n f a i l l i b l e , q u e l l e e ' t a i t s a p l a c e d a n s c e t t e o e u v r e ? C h r a i b i l e f a i s a i t i n t e r v e n i r a s s e z s o u v e n t , i l e ' t a i t e s s e n t i e l a u d e ' r o u l e m e n t de 1 ' a c t i o n e t c e p e n d a n t l ' a u t e u r n e s e m b l a i t p a s e t r e s u r de s a s i g n i f i c a t i o n r e ' e l l e c a r t r o p de c o n t o u r s r e s t a i e n t f l o u s p o u r q u e n o u s p u i s s i o n s l e d e ' f i n i r . N o u s c r o y o n s p o u v o i r r e t r o u v e r c e meme p e r s o n n a g e , m a i s c e t t e f o i s b i e n p r e c i s e s o u s l e s t r a i t s d e N a g i b . Que l ' a u t e u r a i t r e p r i s l e meme t y p e a p r e s s e p t a n s n o u s m o n t r e l a 1 ' a b o u t i s s e m e n t d ' u n l o n g m u r i s s e m e n t e n meme kl temps que l a s i g n i f i c a t i o n p a r t i c u l i e r e q u ' i l y attache. La d e s c r i p t i o n du personnage de'passe l e re'alisme. On sent b i e n i c i que C h r a i b i ne de'crit pas une personne connue mais q u ' i l s ' a g i t , plus encore que pour l e s autres f r e r e s , de 1'incarnation d'un symbole. C e c i dans l a des-s c r i p t i o n meme a u t o r i s e 1 ' i n t r u s i o n d'un c e r t a i n nombre de t r a i t s dont l e realisme se sublime par l'outrance. A son a r r i v e e dans sa v i l l e , D r i s s se rend a l a maison du Seigneur et frappe. T o i c i l e tableau q u i se presente a' ses yeux et q u ' i l nous depeint: "La porte s ' o u v r i t et un ge'ant des cavernes s'encadra dans 1'embrasure deux metres de haut, deux cents l i v r e s de muscles degoulinants de sueur et parcourus de bosses saccade'es, nu jusqu'a^la c e i n t u r e , un o e i l grand ouvert et comme v i t r i f i e ' , 1'autre re'duit a une fente e t , sur sa f i g u r e , son t o r s e ^ sur ses epaules ^et ses b r a s , une seule et meme t o i s o n , bouclee et n o i r e . I I ne d i t r i e n , se contenta de me r e -garder, suant et s o u f f l a n t , tandis que ses mains s'ouvraient et se refermaient sur l e montant de l a porte." kk J u s q u ' i c i l a note r e s t e dans l a norme. V o i c i main-tenant un de ces d e t a i l s ou C h r a i b i se l a i s s e a l l e r au fa n t a s t i q u e tout en c u l t i v a n t l e p a r a l l e l e animal-homme: " I I a lance' l'un de ees b a t t o i r s qui l u i s e r v a i e n t de mains et nous nous sommes retspou-ve's sur son dos, moi et ma v a l i s e , brimbalants comme des objets inanime's et comme l ' e u t sans doute ete Bouchaib sur l'ahe de son p^re s ' i l n ' avait pas eu l e malheur d'avoir e'te forme' en Occident." k$ Apres cet exces dans 1 ' a f f e c t i o n f r a t e r n e l l e , dans 1'explosion de j o i e , c e l u i de l a rage avec ses manifes-1*2 ta t ions pue r i l e s . Nagib est fur ieux contre Abdel Krim qui a ose entrer dans la maison mortuaire en uniforme et portant sa m i t r a i l l e t t e . Passons sur le bref combat accompagne' de la de'charge du magasin de l 'arme et voyons ce qu i ladv int de la casquette du coupable: t "II ota l a casquette et i l se mit a l a dech i rer . II put en arracher l a v i s i e r e mais le reste e ta i t trop dur. En conse'quence, i l l e de'chiqueta a" coups de dents, pos^ment. Le dernier morceau, i l le cracha, t f f f I , avec r age . " , *+6 ce qui ne I'empeche pas une minute apres de le t r a i t e r d'une facon f o r t f r a t e r n e l l e . Meme v io lence avec les nombreux loca ta i res ;de son pere; poste de radio pu lver ise d'un coup de poing, mar-chand hisse' p lus ieurs f o i s jusqu'au p l a fond . . .par les o r e i l l e s . Accompagnant ce la un de'sir intense de f o r n i -ca t ion et une so i f a" l a mesure. Quel sera le message du Seigneur a~ cette brute" incapable de contro ler ses emotions et ses desirs? "Quand le chef de f ami l l e aura besoin de ton a ide , et au cas ou 1' in te l l igence d'un homme ne peut plus dialoguer avec une autre i n t e l l i g e n c e , a lors tu pourras l u i donner un coup de m a i n . . . " — D'accord, hur la le ge'ant. II frappa dans ses paumes et repeta sur un ton joyeux: 'D ' accord , Seigneur, d ' acco rd ! 1 "Quand les loca ta i res de.viendront trop> sourds, quand la l o i sera pre'cedee d'un f u s i l , quand le to r t aura d ro i t de c i t e " . — D'accord, Seigneur, d 'accordi Je casse le f u s i l et ensuite je casse les te tes . D'accordi V7 ^3 Avant de v o i r l e v r a i r o l e et l a v r a i e valeur que C h r a i b i donne a son personnage f a i s o n s tout de s u i t e l e b i l a n de c e t t e succession. Nous avons vu l'aspect moral de 1'heritage. L ' a c t i f m a t e r i e l y c o r r e s p o n d r a - t - i l ? Le Seigneur d i s t r i b u e a i n s i sa fortune: - A Abdel Krim: r i e n . - A Jaad: r i e n sinon 1'assurance que l e nouveau chef de l a f a m i l l e devra v e i l l e r a l a s a t i s f a c t i o n de ses besoins m a t e r i e l s . - A Madini: l a charge de chef de f a m i l l e , de gerant du patrimoine. - A Camel: "soixante quinze m i l l i o n s sous forme de cheque barre" car "d'une p a r t , t u es a i n s i f a i t que sans, argent t u es incapable d'etre heureux; d'autre p a r t , nous ne se r i o n s plus la" s ' i l te p r e n a i t l a f a n t a i s i e de t r a i n e r ta mere et tes f r e r e s devant l e s tribunaux." h9 - A Nagib: "Un costume par an, une p a i r e de chaussures, du l i n g e de corps, un s a l a i r e mensuel selon'ton t r a v a i l , et pas d'argent de poche,^pas l e moindre sou pour s a t i s f a i r e tes gouts dispen-dieux en tabac, en drogues et en femmes. Madini y v e i l l e r a scrupuleusement, a" moins que l e t o r t n ' a i t d r o i t de c i t e 7 et que l a l o i n ' a i t ta t a i l l e , ton poids et l e pois chiche qui te t i e n t l i e u de cerveau." 50 - A D r i s s : r i e n - son nom n'est meme pas mentionne' dans l e testament. / v-Et pourtant D r i s s revere l e Seigneur. II s'est e t a b l i entre eux un rapport en dehors des l i e n s o r d i n a i r e s de pere a f i l s . D r i s s a tout quitte' i l y a s e i z e ans, a refuse' toute aide de son pe^re, n'a p o i n t communique' de ses n o u v e l l e s . Cependant l e Seigneur, avant son s u i c i d e s'est arrange' pour f a i r e p a r v e n i r un te'le'gramme l u i souhaitant l a bienvenue, pjkuis une l e t t r e contenant une l i a s s e de b i l l e t s "pour ses f r a i s de se'jour" et un s e u l message, " C h e r c h e , t ^ i r i d i q u a n t par l a ' q u ' i l a b i e n com-p r i s que D r i s s a volontairement c h o i s i sa voie et est devenu par son a f f i r m a t i o n une sorte de "Seigneur" l u i a u s s i , C'est egalement D r i s s q u i selon l a derniere vo-l o n t e du pere d o i t l u i fermer l e s yeux. B i l a n moral, b i l a n m a t e r i e l , r e s t e l e b i l a n p o l i t i q u e . De ces s i x f r e r e s l e q u e l va repre'senter la s o l u t i o n de l ' a v e n i r pour l e s nouveaux pays? Abdel Krim? certainement pas. II est plus fou qu'un p o l i t i c i e n . Jaad? l u i ne s a i t meme pas se gouverner en homme. Madini? i l n'est, nous l 1 a v o n s vu, qu'une s o l u t i o n temporaire, un chef par i n t e r i m . Camel? son mercantilisme est trop bas pour q u ' i l puisse a v o i r une n o t i o n s u f f i s a n t e de 1'inte'ret general. D r i s s ? i l n'en est pas question car i l n 'appartient plus a l ' A f r i q u e . A Madini qui l u i demande quels sont ses p r o j e t s i l re'pond: "C'est bien simple. Je v a i s reprendre 1'avion et je retourne chez moi." 52 >+5 II ne nous r e s t e plus que Nagib et c'est justement c e l u i q u i repre'sente l ' a v e n i r des pays arabes t e l que l e con c o i t C h r a i b i . A p l u s i e u r s r e p r i s e s ce de r n i e r nous a montre' sa me'fiance envers 1 ' i n t e l l e c t . Pour l'auteur 1 'operation i n t e l l e c t u e l l e est en quelque s o r t e g r a t u i t e et ne s a u r a i t remplacer 1 'apprentissage de l a v i e . Voyons p l u t o t ce q u ' i l pense de l a valeur des i n t e l l e c t u e l s quand i l s se mettent a gouverner. (Les paroles sont du Seigneur et s'ad^ressent a" Abdel Krim.) "Tu as e'te' pendant des anne'es a ~ l ' e c o l e et tu as decide' un jour que l 1 i n s t r u c t i o n ne v a l a i t . r i e n «- contrairement a" ces s e m i - i l l e t t r e s q u i ont un diplome et 7 q u i d i r i g e n t actuellement nos pays d i t s independants,," 53 D r i s s a de'ja*" annonce' que c'e'tait maintenant 1 'ere des hommes " b r u t s , f r u s t e s et f o r t s " 5 ^ . II p a r l e du temps ou i l apprenait l e l a t i n ou l e grec "mais pas l a v i e " . 55 C'est done Nagib l e s e u l repre'sentant p e s i b l e de ces hommes de demain. A i n s i l e v o i t C h r a i b i , dans un. p o r t r a i t que nous avons vu evoluer depuis Raus: "Nu, suant, heureux. L'enthousiasme est dans chacun de ses gestes, jJans sa v o i x , dans ses yeux. II a une tache a present, c l a i r e et bien d e f i n i e . Quand l ' h i s t o i r e tournera, i l sera toujours 1st, b a t i s s e u r ou de'molisseur d 1 em-p i r e s , f o r t et t r a n q u i l l e , pourvu q u ' i l ne r e s t e p;as s e u l et q u ' i l a i t une tache c l a i r e et bien d e f i n i e . Toute ide'ologie, c'est pour l u i . N'importe l a q u e l l e . L ' a c t i o n . L f a f f i r m a t i o n de l a p e r s o n n a l i t e dans 1 ' a c t i o n . Le d i r i g i s m e . Hymnes et f a n f a r e s . La guerre. Lfhe'roisme.'1 56 *t6 Esperons seulement que Monsieur C h r a i b i continuera sa progression vers l a maturite' et nous donnera de l ' a v e n i r un p o r t r a i t moins e f f r a y a n t . ] Les Boucs et Succession Ouverte s ' i l s sevicontinuent quant au fond, ne semblent pas former un tout s i nous comparons l a va l e u r l i t t e r a i r e des deux. En e f f e t , la. s t r u c t u r e t r e s complexe des Boucs, bie n souvent de'rou-t a n t e , e t a i t appuyee sur un ton absolument homogene q u i est sans doute l a c a r a c t $ r i s t i q u e l a plus o r i g i n a l e du l i v r e . Succession Ouverte est une oeuvre plus d i s p a -r a t e et l a premiere p a r t i e , c e l l e q u i couvre l'expe-r i e n c e passeede D r i s s est disproportionnee. Tout au moins son importance r e l a t i v e semble d e W q u i l i b r e r l'economie de 1*oeuvre. La theme de l a succession j u s t i f i a i t amp lenient l e l e l i v r e et nous aurions aime' v o i r I'auteur apporter plus de nuances dans l e p o r t r a i t de c e r t a i n s de ses per-sonnages. Jaad en p a r t i c u l i e r apparait trop comme une c a r i c a t u r e , ou au moins comme un personnage improbable. S ' i l est permis de s o u s c r i r e a l a these que l e s pays neufs appartiennent aux hommes relativement f r u s t e s , Nagib 1'est par trop pour l e r o l e q u i l u i est finalement donne'. I I y a egalement une c e r t a i n e i n c o n s i s t a n c e dans l a p e r s o n n a l i t e / du c a r a c t e r e . En e f f e t a cote de son a p p e t i t gargantuesque, de ses e c l a t s p u e r i l s , nous l e voyons admonester son fre~re Camel 1+7 a l ' a i de de remarques qui indiquent un niveau mental bien supe'rieur a" ce que son comportement l a i s s e r a i t supposer. Ce n 'est pas i c i I 'exces dans le re'alisme que nous vou-lons c r i t i q u e r , mais le passage, pour le meine personnage, d'un s ty le a l ' au t r e . Far opposi t ion a ce symbole i nce r t a in d'un futur douteux, l a peinture du "Seigneur" force 1'admiration. L 'unite' de ton y est cer ta ine et la ferveur qu'y apporte 1'auteur est excellemment t radu i te par les d i f fe rentes scenes ou nous voyons les f reres se rappeler ses gestes et ses a t t i t udes . L ' a f f e c t i o n et le respect y sont tres bien t r adu i t s . Peut-etre meine est-ce 1'excellence de ce po r t r a i t qui rend les autres plus f lous en comparaison. II ne faut pas manquer de remarquer combien les problemes envisaged sont ardus et noter le courage de l ' e c r i v a i n qui ne s 'es t pas contente' de les analyser . Ch ra ib i nous a o f f e r t une so lu t ion qui pour etre inatten-due ne manque pas de re'alisme dans sa hard lesse . i + 8 REFERENCES 1. Driss C h r a i b i , Sue 2 . Ib id . , p. 1 2 3 . Ib id . , P. 3 8 k. Ib id . i P.9 5 . Ib id . > P. 3 1 6 . Ib id . , P.P. 3 2 - 3 3 7 . Ib id . , P. 3 * + 8 . I b id . , PP. 3 5 - 3 6 9 . Ib id . , P. 3 6 1 0 . Ib id . , P. 3 7 1 1 . Ib id . , P.P. 3 9 - * + 0 1 2 . Ib id . > P. 3 0 1 3 . Ib id . > P. 3 0 Ik. Ib id . } P. > + 7 1 5 . Ib id . , p. 1+8 1 6 . Ib id . > P. 5 1 1 7 . Ib id . , pp. 7 8 - 7 9 18. Ib id . » P. 7 9 1 9 . Ib id . , pp. 7 9 - 8 0 2 0 . Ib id . » P. 8 3 2 0 b i s . I b i d . , p. 9 8 2 1 . I b id . , p. 106 2 2 . Ib id . , pp. 1 0 7 - 1 0 8 2 3 . Ib id . , p. 1 2 1 k9 2 * + . D r i s s C h r a i b i , Succession Ouverte, p. 1 2 3 -2 5 . I b i d . , P. 1 2 5 2 6 . I b i d . , P. 1 3 9 2 7 . I b i d . , P. 1 3 9 2 8 . I b i d . , P. 1 ^ 2 2 9 . I b i d . , P. l > + 3 3 0 . I b i d . , P. Ikk 3 1 . I b i d . , PP. 93-9k 3 2 . I b i d . , PP. 6 3 - 6 3 3 3 . I b i d . . P. 1 5 6 3k. I b i d . . > P. 1 7 5 3 5 . I b i d . > P. 1 3 1 3 6 . I b i d . > P. 1 3 2 3 7 . I b i d . » P- 1 1 3 3 8 . I b i d . » P. 1 1 6 3 9 . I b i d . i P. lh2 » + 0 . I b i d . > P- 1 2 8 hi. I b i d . > P. 1 7 * + k2. I b i d . > P. 1 7 5 k$. I b i d . » P. 1 7 9 kk. I b i d . » P. 5 9 k5. I b i d . > P. 6 2 k6. I b i d . > P. 7k k7. I b i d . ' Pi 136 k8. I b i d . » P. lk3 k9.._ _ _ I b l d . > P« lk3 50 50. Dr iss C h r a i b i , Succession Ouverte, p. 137, 51. I b i d . , p. 52. I b i d . , p. 179 51 ' ALBERT MEMMI I - AGAR OU L'ECHEC DE L 1ASSIMILATION Au m i l i e u de notre etude, mais bi e n a par t par sa r a c e , sa r e l i g i o n , sa p o s i t i o n unique en dehors non seulement de l a communaute' a f r i c a i n e musulmane, mais a u s s i de l a communaute' europe'enne: A l b e r t Memmi, l e J u i f de Tunis. Nous devons l ' i s o l e r car s i dans l e s autres auteurs que nous abordons i l nous fa u t e'tudier l e s problemes de-f i n i s a t r a v e r s l e u r s e ' c r i t s , chez Memmi ces problemes sont l a substance meme de son oeuvre. Nous l a i s s e r o n s de'libe'rement de cote 7 P o r t r a i t d'un  J u i f . Dans ce l i v r e , q u i n'est pourtant pas sans va-l e u r , l'auteur semble s'etre ecorche a v i f et ses vues nous apparaissent trop s u i v r e une p o s i t i o n d o c t r i n a l e qui f a i t de ses l i g n e s un "roman a these": q u ' i l suf-f i s e de donner l e t i t r e de l a premiere p a r t i e de son l i v r e Le Malheur d'Etre J u i f ; ce t i t r e indique b i e n son contenu. L'auteur y passe en revue hargneuse l a p l u -part des pays de 1'Occident y compris, 0 s u r p r i s e , l e Canada, pour l e q u e l i l emprunte une c i t a t i o n de Max Fuks: ...Ce que l'on ne s a i t pas assez, ce que moi du moins je ne savais pas, c'est combien l e Canada est a n t i s e m i t e . Et d'un antise'mitisme a base surtout r e l i g i e u s e . Pour l e s Canadiens, l e s Canadiens f r a n c a i s s u r t o u t , l e s J u i f s sont encore ceux q u i oril a s s a s s i n ^ "Notre-Seigneur". 1 52 Emporte par son theme, i l e l a r g i t l a c o n d i t i o n de J u i f et l ' a s s o c i e a" c e l l e du colonise', de l a femme,,du negre et du p r o l e t a i r e . Dans son besoin de se t o r t u r e r i l va chercher l e s c i t a t i o n s l e s plus v i o l e n t e s dont c e l l e de C l a r a Malraux donne bien l e ton: On ne peut pas ex p l i q u e r aux autres ce que c'est d'etre ^ u i f maintenant. C'est comme d'avoir tout a coup l a s y p h i l i s , comme c ' ^ t a i t d'avoir tout d'un coup l a s y p h i l i s a u t r e f o i s , quand on ne s a v a i t pas l a soigner. 2 Nous nous permettons d'autant plus facilement c e t t e e x c l u s i o n que '-la p l u p a r t de ces themes se trouvent deja, mais sous une forme plus nuancee et plus l i t t e 7 -r a i r e dans l e s deux autres romans que nous a l l o n s ^ t u -d i e r : Agar et La Statue de S e i . Agar nous s e r v i r a d ' i n t r o d u c t i o n au second ouvrage car c'est un l i v r e plus proche du roman t e l q u ' i l est concu t r a d i t i o n n e l l e m e n t et b a t i seulement sur deux themes qui se completent: c e l u i du retour de 1'homme qui v i e n t de passer p l u s i e u r s anne'es a~ p u i s e r a~ l a c i v i l i s a t i o n f r a n c h i s e et c e l u i , plus poignant peut-e t r e , de l ' i n c a p a c i t e de l'Europe'en a s'acclimater au m i l i e u indigene, f u t - c e avec l ' a i d e de ce p h i l t r e su-perbement aveuglant qu"est 1'amour. L ' h i s t o i r e t i e n t en quelques mots: Une e'tudiante, Marie M o l l e r , A l s a c i e n n e , rencontre a P a r i s un etudiant en medecine j u i f t u n i s i e n . I l s s'e'pousent et l e jeune medecin de'cide de r e n t r e r a Tunis. Le l i v r e est l a n a r r a t i o n de l'e'chec de c e t t e 53 experience. Notons imme'diatement l e choix de l a jeune f i l l e : e l l e est Alsacienne; c e c i en s o i n' est pas e s s e n t i e l . E l l e eut pu etr e du Pas-de-Calais ou de Normandie, Flamande ou Bretonne, tout sauf une me'diterrane'enne. Quant au jeune homme i l est ce que seront tous l e s personnages males de Memmi: J u i f et T u n i s i e n e t , sous une forme ou sous une autre c'est de lui-meme que nous e n t r e t i e n t l ' a u t e u r . A premiere vue on p o u r r a i t prendre ce l i v r e pour un r e t o u r i n a t t e n d u du probleme de 1'inadaptation. I c i ce n'est plus c e l u i de I ' A f r i c a i n de'sempare' devant l a c u l t u r e o c c i d e n t a l e , sous l a forme de l a c i v i l i s a -t i o n f r a n c a i s e , n i meme de I ' A f r i c a i n europe'anise' ne pouvant plus se refondre dans son m i l i e u d ' o r i g i n e : c'est l'Europeen q u i est mis en cause et son incapacite' a"accepter une autre c i v i l i s a t i o n puis b i e n t o t son r e -fus categorique. Nous admirons beaucoup 1'art de l ' e c r i v a i n q u i , sous c e t t e facade a su au c o n t r a i r e nous montrer qu'a t r a v e r s l e s r e a c t i o n s , l e s yeux meme de sa femme europe'enne, c'est lui-meme, I ' A f r i c a i n q u i r e j e t t e son m i l i e u d ' o r i g i n e . La technique de Memmi est f a i t e , non de longs de-veloppements a b s t r a i t s mais d'une se'rie de tableaux en n o i r et blanc. Nous avons de'ja note' 1'opposition A l s a -cienne ( e s t - i l besoin d'ajouter q u ' e l l e est blonde?) et J u i f (a" l a peau sombre b i e n s u r ) . Ce qui nous e f f r a i e 5h cependant dans l a peinture c ' e s t , dans 1'extreme des tons, une tendance t r e s nette a accuser surtout l e s n o i r s . On a constamment 1 'impression qu'a t r a v e r s l'he'roi'ne l'auteur veut chercher dans l a d e s c r i p t i o n de son m i l i e u indigene 1 'excuse de sa d e c i s i o n f i n a l e dans l a v i e : son r e t o u r d e f i n i t i f a P a r i s en 1956. Quelques exemples dont l e realisme choquera sure-ment mais dont 1 ' a u t h e n t i c i t e ' n 1 est pas a" mettre en doute (nous avons, he'las, passe'un an a~ T u n i s . ) , nous montreront cet&s acharnement qu'a Memmi a"nous montrer ce q u ' i l peut y a v o i r de plus sordide dans l e contexte de son ancienne c i v i l i s a t i o n . Nous nous permettrons quelques c i t a t i o n s -Le jeune medecin, b i e n qu'a contre-coeur, d o i t pre-senter sa jeune femme a toutes l e s personnes de sa " t r i b u " : Une tante de ma mere, ne sachant qu'inven-t e r pour nous souhaiter l a bienvenue, disparut dans l a c u i s i n e , nous l a i s s a n t dans un melange odorant de l i n g e s a l e et de l a i t a i g r e . E l l e r e v i n t l e s joues gonfle'es a" e c l a t e r e t , brusque-ment, f a i s a n t f o n c t i o n n e r ce v a p o r i s a t e u r i n e d i t , nous lacha sur l a f i g u r e un nuage d'eau de f l e u r d'oranger. 3 Parmi ses plus proches parents l a soeur aine'e s'im-pose par sa garde-robe dont l'e'lement l e plus c l a s s i q u e dans son u n i c i t e ' est sa robe de chambre; p u i s , poussant devant e l l e son ventre toujours volumineux entra ma soeur aine'e, en p e i g n o i r et pantoufles de^yelours n o i r f l e u r i cje roses. Les jours de fe"te, et notre arrive'e e t a i t jour de l i e s s e , e l l e s ' h a b i l l a i t a i n s i magnifiquement. k 55 D 'a i l l eu r s toute la f ami l l e subit ce meme t r a i t e-ment: le pere qui des 1'arrived se l i v r e a" un marchan-dage sordide avec le cocher du f i a c r e qui les a amenes, l ' onc le qui par le de la dot de sa f i l l e en mettant cru-ment en balance ses charmes physiques: "Mais tu s a i s , e l l e est de'ja formed, e l l e a tout ce q u ' i l faut i ; " . 5 Memmi pour rendre 1* e f f e t de re'vulsion encore plus grand nous montre le me'decin dans un t e l t rouble devant la reac t ion de sa femme q u ' i l en a r r i ve a~renverser son a t t i t ude . I l n'ose en e f f e t conce'der q u ' i l est l u i -m^ me choque' par ce spectacle mais se sen tant attaque 7 par l a condamnation le plus souvent muette de sa com-pagne e t , malgre l u i se sentant so l i da i r e de facto des s i ens , i l outre son a t t i tude de defense. Lo in d'ad-mettre ce q u ' i l y a de barbare aux yeux d'un European, q u ' i l est lui-meme devenu, i l essaie de r a t i o n a l i s e r son a t t i tude et le genre de v ie des s iens . Une scene part icul ierement re'voltante se passe a la Goulette, avant-port de Tunis ou le degout qu'a montre7 sa femme pour l a salete' du cafe' ou i l s se sont ass i s le porte a commander un p la t pour le moins peu conduct sur un menu a l s ac i en . Observons en passant com-bien l 'auteur sa i t analyser ce phe'nomehe de reac t ion i r ra i sonnee , invo lonta i re et pourtant i r r e s i s t i b l e : Au con t ra i r e , h o s t i l e , envahi d'une i ron ie des t ruc t r i ce , stupidement je cherchai a l ' e ton-ner davantage. Au l i e u de commander du poisson, qui e'tait exquis, tout f r a i s de la peche du s o i r , je l u i devo i l a i que l ' o n pouvait manger 56 des t es t i cu l es g r i l l e s . " 6 Puis devant l e degout evident de sa femme, qui eut pu etre v i t e oubl ie par l e truchement d'une p l a i san te r i e ou, tout simplement par le s i l ence , le mari r a t i oc ine sur le f a i t que les Frangais mangent bien des escargots ou des t r ipes par exemple. Porter la d iscuss ion jusque la est de'ja s 'enf oncer b ien avant dans 1'impasse mais c ' e s t bien mai conna"itre Memmi que de c ro i r e q u ' i l s 'y a r re te ra . Lorsqu'on c r o i t que l ' on a a t t e in t le degre' le plus profond de degout que puisse suggerer une l e c -tu re , l 'auteur f in . i t toujours par une derniere note qui par son exces nous montre q u ' i l a depasse' le stade du simple effet,* par l 'outrance i l a r r i v e , en contraste , a nous montrer sa propre souffrance. Nous reconnais-sons q u ' i l faut un ce r ta in courage pour depeindre son propre m i l i eu avec la meme ardeur qu'y apportera i t un e'tranger h o s t i l e . I c i l e point d'orgue de la desc r ip -t i on est donne' par une seule l igne : " - II y a mieux: on peut manger de la verge . . .a" peine c u i t e . " 7 Combien de f o i s l 'auteur a- t- i l e'te' l a rise'e de ses camarades de lycee europe'ens pour avoir su re lever ces de'tails qui pour 1'indigene n'ont certainement r i en que de naturel? La c l e f de cette a t t i tude nous est donnee sous forme s imp l i f i ee par Memmi lui-merne: "Je reconnaissais souvent, en moi-meme, 57 q u ' e l l e a v a i t r a i s o n mais i l m'etait desagre'able de l'avouer, j ' a u r a i s admis a l o r s , que j u s q u ' i c i , j ' a v a i s ve'cu en sauvage." 8 (Nous nous permettons d'extrapoler et de-prefer au jeune me'decin l e nom de l'auteur car l e he /ros r e s t e innomme' pendant tout l e l i v r e : c'est l e " j e " du n a r r a -t e u r , et l e s oeuvres de Memmi sont assez autobiographi-ques pour que nous nous permettions c e t t e l i b e r t e / . ) Dans ce jeu de constantes r e a c t i o n s , l e jeune me-decin symbolise b i e n ce q u ' i l y a.de perdant dans l a p a r t i e de c e l u i q u i veut retourner a son m i l i e u premier et y imposer une Europe'enne. Ce probleme, dans l a v i e s i fre'quent, ne r e c o i t pas i c i de v r a i e s o l u t i o n car dans l a personnalite' du r a p a t r i e ' se cree un dilemme con-stant: "Je cherchais q u e r e l l e a" tout l e monde, a t t a -quant mes parents avec l e s l e v r e s de ma femme, disputant ma femme au nom des miens." 9 Quelles sont l e s Stapes de l a f a i l l i t e du couple? Nous avons vu 1'obstacle: l a r e p u l s i o n i n s t i n c t i v e de-vant une c i v i l i s a t i o n q u i app a r a i t en comparaison, r e -trograde. Physiquement, c'est d'abord l a f u i t e du couple de l a maison p a t r i a r c k a l e ou l a c o h a b i t a t i o n r e n d a i t toute v i e i m p o s s i b l e . P u i s en se b a t i s s a n t une maison dans l a banlieue i l s f o n t un e s s a i de r e f f o n s t i t u t i o n de l'Europe: l a jeune femme demandera meme a 1 ' a r c h i t e c t e 58 de c o u v r i r l e u r t o i t d ' a r d o i s e s i S u i t l ' i s o l e m e n t du couple: l a f r o i d e u r de Marie chassera tout l e monde. Cet Oasis europeenne e s t - e l l e l a s o l u t i o n ? " - I c i , j e s e r a i chez moi, je v i v r a i a""ma maniere, je n'aurai meme pas besoin de s o r t i r . " 10 C'est ce que pense l e jeune couple q u i decide d'avoir un enfant. L'enfant, b ^ q u i l l e de bien des me-nages chancelants s e r a - t - i l l e ciment q u i rendra ce cloisonnement absolument etanche? Bien au c o n t r a i r e : l a f u i t e dans l'isolement de l a banlieue n'aura e'te qu'un p a l i e r dans l a chute. C e l l e - c i va se pre ' c i p i t e r jusqu' a 1' effondrement f i n a l car cet i n f a n t pose imme-diatement l e probleme i n e l u c t a b l e de sa race et de son m i l i e u . Marie l e considere comme s i e n et par l a europeen et de t r a d i t i o n chretienne: c'est compter sans l a " t r i -bu" et l e s l o i s auxquelles e l l e est maintenant soumise. L ' a d d i t i o n d'une nouv e l l e generation amene l e s problemes de succession et d'heritage: o r , a l e u r grande stupeur, Marie et son mari apprennent q u ' i l s ne sont meme pas marie's aux yeux de l a l o i judaique. C'est i c i que l a no t i o n de t r i b u , s i etrangere a~Marie, prend toute sa fo r c e : son enfant est d'emble'e objet de re'jouissance pour l e r e s t e de l a f a m i l l e du medecin. C'est eux qui de-c i d e n t , appuye's sur l a t r a d i t i o n , q u ' i l s ' a p p e l l e r a Abra-ham comme son grand-pere. Non seulement i l s l e de'cident, 59 mais considerent c e t t e a t t r i b u t i o n comme l e plus grand honneur q u ' i l s puissent f a i r e a"Marie. Vient s'ajouter l a necessite' de c i r c o n c i r e l 1 enfant, necessite' que per-sonne ne met en doute sauf l a jeune mere evidemment. Chacune de ces "ne'cessite's" , de ses i m p o s i t i o n s du dehors sur ce que l a jeune femme considere "son" enfant causent a~chaque f o i s un dechirement en elle-meme puis au s e i n du me/nage. Le mari n'ose pas rompre avec l a t r a d i t i o n . II avoue son agnosticisme complet mais, s'appuyant justement sur l u i , considere que de se p l i e r aux aspects e x t e r i e u r s de l a t r a d i t i o n est de bonne po-l i t i q u e . II nous d i t lui-meme pourquoi: "Comprendrait-elle? II me semblait, main-tenant, que des f o r c e s superieures aux miennes me poussaient dans l e dos, que s i j e ^ r e c u l a i s j ' e c r a s e r a i s dans ma chute d'autres e t r e s , un univers e n t i e r . " 11 Devant c e t t e sourde menace, c e t t e c o n s p i r a t i o n de toute une c i v i l i s a t i o n , Marie cede, a*"contre-coeur. En elle-meme e l l e sent que chaque concession est un gouffre qui se creuse entre e l l e et son mari, entre e l l e et son enfant qui l u i semble arrache a son e t r e i n t e . La d e r n i e r e etape de c e t t e f a i l l i t e , c e l l e ou Marie ne pourra plus admettre une seule concession et se r e -v o l t e r a finalement est un renversement t o t a l de l a s i -t u a t i o n . J u s q u ' i c i l a jeune A l s a c i e n n e , par amour pour son mari s'est laisse'e a l l e r de concessions en conces-sions devant ces moeurs barbares, devant ce peuple q u ' e l l e 60 meprise et r e j e t t e . Le dernier coup est porte quand ce meme peuple la re je t te comme indigne d 'entrer dans son seint; c ' e s t e l l e qui est devenue 1'e'trangere. Pour assurer l a succession de 1'enfant, le jeune me'decin a demande' au Rabbin de bien vou lo i r l e remarier selon la l o i he'bralque. Le couple se heurte a" un refus categorique. Le medecin vo i t avec e f f r o i l a reaction de sa femme: "Je decouvris en e l l e un sentiment nouveau: e l l e e t a i t humilie'e. E l l e ava i t f a i t un t e l e f fo r t pour se soumettre, pour accepter une autor i te qui n ' e x i s t a i t pas pour e l l e , et cette autor i te ' q u ' e l l e meprisait l a repous-sa i t avec de'dain." 12 Puis c ' e s t le dechirement. Une nouvel le gros-sesse de Marie les met en demeure de f a i r e l e b i lant c 'es la rupture v io lente du couple, l 'avortement pour l e nou-v e l enfant. De cet e'chec d'un couple peut-on gene'ral iser et vo i r un schisme t o t a l entre les gens du nord et les me-diterraneans? C ' e s t le me'decin qui constate: " l 'Un ivers se reVe la i t coupe' en deux: en haut du globe, les gens du Nord, propres^et ordo^nes, po l i ces et maltres d'eux-memes, detenteurs de l a puissance po-l i t i q u e et de l a technique, en bas les_ gens du Sud, bruyants et vu lga i r es , l a misere i t a l i e n n e , l a sauvagerie espagnole, la, bar-bar ie a f r i c a i n e , le manie'risme sud-ame'ricain.'" Cet avortement auquel l u i , un medecin, consent est-i l le symbole de 1' impossibi l i te ' de coexistence de 1'Oc-cident et de 1'Orient? 61 Ou b i e n n'est-ce pas p l u t o t une concession de l a d e f a i t e f i n a l e de c e t t e v i e i l l e c i v i l i s a t i o n dans l a -q u e l l e i l est ne'? II se pose avec angoisse c e t t e ques-t i o n l o r s q u ' i l se penche sur l e berceau de son jeune enfant: " L o r s q u 1 i l pourra c h o i s i r , pourquoi pen-c h e r a i t - i l pour une n a t i o n a l i t e ' mineure, une religion vaincue et des moeurs attardees? Peut-e t r e ne se s o u v i e n d r a - t - i l que de sa mere et c h e r c h e r a - t - i l k m'oublier comme une tar e f a -m i l i a l e i " ih A l'e'chec de l 1 experience d'aujourd'hui, Memmi assoc i e done c e l u i du f u t u r . Nous avons d i t que l'auteur p e i g n a i t en n o i r et bla n c . Dans c e t t e d e f a i t e nous ne voyons n u l l e p a r t une seule lueur d'espoir. II re'pond a Marie q u i devant l a f a i l l i t e i n t e r r o g e : "Qu'ai-je f a i t ? " " - Tu n'avais pas besoin de f a i r e quoi que ce s o i t , i l te s u f f i s a i t d'etre l a . " 15 II va plus l o i n encore: non seulement l e s c i v i l i -s a t i o n s ne peuvent se meler mais m§me sur l e plan i n -d i v i d u e l aucun co n t a c t , aucun apport, aucune communion ne sont possibles'. En regardant sa femme q u i dort i l s'ape r c o i t q u ' e l l e l u i donne " c e t t e impression de vou-veaute' toujours i n t a c t e " . ^ II sent q u ' i l n'a pas eu besoin d'etre r e j e t e car jamais i l n'a entame' c e t t e dure c e r t i t u d e de Marie dans l a supe'riorite' de sa c i -v i l i s a t i o n . 6 2 De n 1 a v o i r pas su prendre p a r t i , d ' a v o i r hesite' devant 1'option entre les deux c i v i l i s a t i o n s i l ne r e s t au me'decin qu'un de'gout abject de lui-meme: "Mon malheur est que je ne suis plus comme personne, Je ne s a i s me°me pas me de'fendre contre ce degCut de moi-meme q u ' e l l e me r e V e l e , dont je suis envahi et que j ' a p p r o u v e . " 17 Nous craignons d ' a v o i r donne' de ce l i v r e 1'impres-s i o n q u ' i l cre'e dans sa n o i r c e u r , une atmosphere d ' e -touffement par son pessimisme t o t a l , par l a d e f a i t e complete q u ' i l depeint. Agar est cependant un de ces ouvrages qui vous accrochent des l a premiere page. La technique de l ' a u -teur est presque sans fautes et i l s a i t , a" chaque r e -c o n c i l i a t i o n du couple, a l a naissance de 1'enfant, a^  propos d'un a i r de musique qui rapproche les deux jeunes marie's, nous redonner l ' e s p o i r qu'une s o l u t i o n heureuse viendra e 'clairer ce tableau trop sombre. Nous Ipouvons meme, a" cote'' des d e s c r i p t i o n s r e a -l i s t e s que nous avons c i t e e s , un passage qui nous mon-tre que s ' i l v o u l a i t , Memmi s a u r a i t peindre avec des touches plus g a i e s . La remarque suivante est un exampl de cette maniere q u ' i l u t i l i s e cependant tres rarement. II s ' a g i t du jeune couple avant son depart de P a r i s : • Nous nous forgions tout un v o c a b u l a i r e amou-reux, connu de nous seuls et ce bapteme nouveau de chaque sentiment, de chaque geste, meme de l ' u n i v e r s tout e n t i e r nous occupait conside'rable-ment." 18 63 Nous d i s i o n s que l a technique de Memmi e'tait presque sans fautes: nous pensions en e f f e t a~ un po i n t q u i nous a un peu s u r p r i s . L'auteur a c h o i s i de f a i r e du jeune mari un me/decin; mais tout au long de 1'oeuvre nous n'avons pas s e n t i que nous avions a f f a i r e a~un homme de ce t t e d i s c i p l i n e . Tout au plus aurions-nous l a un t r e s mauvais me'decin et ce n'e'tait pas ne'cessaire au s u j e t . N u l l e part nous n'avons pu d i r e : C e t te remarque, c e t t e a t t i t u d e , c e t t e conception, sont bien d'un medecin. L'auteur a l a i s s e ' l e heros sans nom - i l e'ut pu tout a u s s i b i e n omettre de l u i donner une p r o f e s s i o n . Cependant c e t t e Wgere c r i t i q u e s'estompe devant notre admiration pour l a ma r t r i s e de Memmi dans son t r a i t e -ment d'un theme s i de'licat. 6h REFERENCES 1 2 3 h 5 6 7 8 9 1 0 1 1 1 2 1 3 Ih 15 1 6 1 7 1 8 Le Malheur d'Etre J u i f , p.If5, Albert Memmi. Ibid., p. 3 5 Agar, p 6 9 , Albert Memmi, Ibid., p. 18 6h 7 3 7h 7 9 80 Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. Ibid. P. P-P. P. P-p 9 3 p 1 1 6 p 1 8 2 p I8*f : p - 1 9 2 p 2 1 6 p 2 5 0 p 2h2 P > + 3 65 ALBERT MEMMI II - LA STATUE DE SEL OU LA GENESE D'UN EGHEC Dans Agar Memmi nous expose l e probleme de l ' A f r i -c a i n europeanise essayant de se readapter a son m i l i e u d ' o r i g i n e pour constater combien cet e f f o r t a rebours-est i m p o s s i b l e . La Statue de S e l prend l e probleme a^  sa source meme: comment un enfant t u n i s i e n , j u i f , sans q u i t t e r sa v i l l e n a t a l e , deviendra totalement e'tranger aux siens sans a v o i r pu a c q u e r i r une autre p e r s o n n a l i t e , une autre entite'. S'apercevant q u ' i l n'appartient plus n u l l e p a r t dans l a communaute' j u i v e , n i dans l a communaute musul-mane et n 1 e'tant pas pour c e l a devenu un europe'en de p l e i n e a c c e p t i o n sa s o l u t i o n sera l ' e x i l . T e l l e s sont l e s l i g n e s gene'rales de cet ouvrage ca-p i t a l dans 1'oeuvre de Memmi et d'un temoignage extreme-ment r i c h e par l a f i n e s s e de 1'observation de l a s i n c e -r i t e ' de l a p e i n t u r e . L'auteur a c e t t e f o i s donne'un nom au " j e " du n a r r a -t e u r r c'est Alexandre Mordekhai B e n i l l o u c h e . Ce n'est pas un nom p r i s au hasard et i l aura un r o l e important dans l a formation du jeune homme. Comme dans Agar un des aspects l e s plus frappants de l ' a r t de Memmi est l a rigu e u r de l a pr o g r e s s i o n de ses re'cits: p o i n t d ' e f f e c t s sT l a Faulkner mais un de'rou-lement ou chaque e'tape conditionmla suivante. Au l i e u 66 d'essayer de -g-ynthetiser ce l i v r e , d ' a i l l e u r s s i r i che et s i dense, nous a l lons suivre I n v o l u t i o n du he'ros pas; a pas. I I nous semble en e f fe t impossible de re'sumer en d isant : " l e he'ros a eu une enfance pauvre", car le con-cept de pauvrete' est bien d i f f e ren t d'un pays a l 1 autre et Memmi a bien su vo i r en quoi cette indigence e t a i t p a r t i c u l i e r e et de'terminante dans la v ie de son person-nage. Alexandre Mordekhai, c ' e s t ce dernier pre'nom qui sera c e l u i de 1'enfant pour ses parents et ses camarades du ghetto, na l t dans un ent reso l au fond de l ' impasse Tarfoune, a" l a l isie^re du quart ier j u i f de Tun i s . "Regulierement, a' l ' aube, j ' e ' t a i s revei l le ' ' par les roulements hoqueteux et sourds des tombe-reaux^d'ordures. Effraye' , je me ser ra is contre mon pere, dans le grand l i t f a m i l i a l , l u i met-tant les jambes sur le ventre . " 1 Memmi nous plonge d'emblee dans le concret f a i t de de ta i l s trop intimes pour n 'et re pas sent is comme ve'cus: n i emphase n i commentaire, mais une su i te de touches qui tout de su i te donnent l a note juste qui nous transporte dans un monde etrange tout en restant empront de l a ve-r i te ' du r e e l . "Sur le bonheur egal de mes jeunes annees, j ' a u r a i s voulu e'crire un l i v r e en t i e r . " 2 Cette phrase qui debute une longue et vivante des-c r i p t i o n du Sabbat est une des rares ou nous trouvons le 67 mot bonheur et t r e s v i t e l'atmosphere va s'assombrir: t r e s v i t e 1' enfant innocent dont chaque a c t i v i t e ' e s t au s e i n meme de sa f a m i l l e , dont l e s e u l compagnon de jeu est sa soeur va se heurter au monde e x t e r i e u r et b r u t a l . Sa premiere lecon est amere: c'est c e l l e de l a pauvrete» II se c r o y a i t r i c h e pour a v o i r vu sa mere donner des hardes a plus pauvre encore. Ce d e t a i l d o i t e t r e v r a i et a du e t r e cruellement r e s s e n t i car sans c e l a l e r e s t e de c e t t e b iographie a" peine v o i l e e s e r a i t d i f f i c i l e m e n t p l a u s i b l e : F r a j i est un p e t i t garcon que Mordekhai a i n s u l t e ' car i l a reconnu sur l u i un de ses vleux p u l l - o v e r s . La mere du coupable l u i en f a i t reproche tout en essayant de l e raisonner en l u i montrant q u ' i l n'est pas honteux d'etre pauvre. V o i c i l a r e a c t i o n de 1'enfant:, "Oh s i i i l est honteux d'etre pauvrel c e l a je l e savais par l e s murrnures de mes parents, l e u r s jugements sur 1'Oukala des Oiseaux, l e u r p i t i e ' pour l e s Choulam. Et j e me'prisais l e s pauvres. F r a j i a v a i t paye7 de sa honte et s i nous et i o n s pauvres, j e payerais de l a mienne. Dans^ l e d e s a r r o i de jna conscience, je f i s , ce j o u r - l a , un grand progres malheureux." 3 L'enfance du he'ros est done semblable a bi e n d'autres, entouree de parents empreints d'un t r e s profond sens f a -m i l i a l , menant une v i e refle'tant l e s t r a d i t i o n s , l a r e -l i g i o n (y compris toutes l e s s u p e r s t i t i o n s qu'aiment a c u l t i v e r l e s femmes). Hors de ce m i l i e u ou l a langue unique est l e p a t o i s l o c a l , l e jeune garcon va, sans t r a n s i t i o n , e t r e j e t e dans une ambiance absolument d i f -68 fe'rante et soumis a une langue totalement inconnue de l u i . C'est en e f f e t l'age ou i l commence l ' e c o l e . I l a sept ans. Nous imaginons b i e n l'angoisse q u i f u t l a sienne. Memmi pose t r e s b i e n ce probleme sous l e couvert de l 1 i n n o c e n c e apparente des questions. A ses parents q u i essaient de l e t r a n q u i l l i s e r en l u i d i s a n t que justement comme l e ma'itre ne p a r l e que franca i s i l l u i sera f a -c i l e de l'apprendre l 1 e n f a n t demande, "Mais avant q u ' i l ne me l'apprenne, comment l u i repondrai-je? , , l+ Quiconque voyage dans un pays dont l a langue l u i est totalement etrangere perd toute son assurance d'homme adulte de-vant ce meme probleme. L'auteur commente encore l e probleme psychologique cre'e' par 1' i m p o s s i b i l i t e ' de communiquer: "J'e'tais devant un g o u f f r e , sans moyen de communication avec 1'autre bord. Le maitre ne p a r l a i t que f r a n c a i s , j e ne p a r l a i s que p a t o i s ; comment pourrions-nous jamais nous rencontrer? "Ces angoisses enfantines peuvent p a r a i t r e f u t i l e s ; " 5 Suivent quelques l i g n e s t r e s inte'ressantes car e l l e s sont au coeur meme du probleme de l a rencontre de deux: c i v i l i s a t i o n s et de deux langues. Malheureusement l ' a u -teur n'explique pas assez sa pensee et t e l l e q u ' e l l e nous est donnee e l l e nous semble une co n c l u s i o n trop gene'ralisee ou tout au moins trop h a t i v e . I I continue en e f f e t : 69 " ma s i tua t ion n 'est assurement pas unique: des m i l l i ons d'hommes ont perdu leur unite' fonda-mentale, i l s ne se reconnaissent plus et se cher-chent en v a i n . " 6 S i Memmi veut inc lu re dans l f adop t i on d'une autre langue I 1 adopt ion en meme temps de toute la c i v i l i s a t i o n q u ' e l l e repre'sente a lors oui nous pouvons concevoir que 1*unite7 de 1' i nd i v idu se trouve compromise. Ce n 'est certa ine-ment pas le cas pour un enfant de s i jeune'age, et l ' e c r i -va in an t i c ipe 1'aboutissement de son ult ime e'volution. II est un f a i t ce r t a in c ' e s t que chez Memmi l e probleme de l a langue semble etre absolument pr imord ia l non seule-ment dans l a formation d'un ind i v idu mais dans tout son "etre. II Par le de "1'envdutement magique"? du langage. Les mots ne seraient plus des signes conventionnels de-cr ivant des objets ou des sentiments, leur force va plus l o i n , "comme s i , l o i n d 'e t re un o u t i l t ransparent, le langage p a r t i c i p a i t directement des choses, en avai t l a dens i te . " 8 Cette remarque nous rappe l le une des cra intes que nous avions en commengant cette e'tude: connaissant pour y avoir e'te, les differences profondes de toutes les condit ions morales et mater ie l les entre l 'Europe et l ' A f r i q u e , nous apprehendions d'e"tre submerge' de vocables et de mots " i n t r a d u i s i b l e s " . L 'auteur de "La Statue de Se l " nous pose le dilemme suivant: ou b ien i l est un exce l lent t raducteur, de cette excel lence rare qui sa l t ap lan i r ces endroits ou a court 70 de terme on en f i n i t par: "appele' localement", ou bien i l a vraiment perdu sa formation premiere au point de ne plus e t r e tente de mettre a l ' e n d r o i t voulu l e mot " i n t r a d u i s i b l e " . Quel que s o i t l e cas i l est c e r t a i n que l e r e -s u l t a t est remarquable. Chaque mot de p a t o i s , et' i l e st r a r e , est habilement amene au p o i n t de ne pas i n t e r -rompre l e r e ' c i t . Lorsque l'on l i t "ma mere f a i s a i t c u i r e l e repas sur l e canoun" f p o i n t n'est besoin de .. s a v o i r exactement q u ' i l s ' a g i t d'une sort e de rechaud p o r t a t i f u t i l i s a n t l e charbon de b o i s : l e t e x t e amene naturellement a une compre'hension s u f f i s a n t e . Disons meme que l'emploi j u d i c i e u x de ce genre de termes aide a mieux s e n t i r , malgre' l e texte f r a n c a i s , qu'on est b i e n en presence d'un monde inconnu: i l y a dans ces sons nouveaux et i n c e r t a i n s , un pouvoir q u i aide a" se cre'er tout ce que l a langue l i t t e r a i r e ne permet pas de t r a d u i r e , et que nous donne l'exotisme du mot lui-meme. Eleve dans une c i v i l i s a t i o n ou l e pere est dote de pouvoirs et d ' a t t r i b u t i o n s quasi r e l i g i e u s e s , i l e'tait normal que Mordekhai s'en f i t une image exalte'e. Tres t o t , h e l a s l v i e n t l a de'ception. "Je devais a v o i r d i x ans et me t r o u v a i s en neuvieme lorsque je c e s s a i de c r o i r e a" mon pere." 10 L'amertume du jeune garcon n@:'seEa que plus grande du 71 f a i t que cette perte d'une des " f o i s " fondamentales de l 'enfance sera amene'e par 1' intervention anodine d'un simple sergent de l'arme'e. Cette derniere organise une co lonie de vacances dans la montagne. Mordekhai y est inv i te ' . Son se'jour sera marque' d'un inc ident qui aura de profondes repercussions. Par cu r ios i t e / et pour tromper sa so l i t ude , 11 decide un dimanche matin d1accompagner les enfants qui vont a l a messe. Son ignorance des r i t e s , puis son refus publ ic de s'y p l i e r amene" l ' h o s t i l i t e ' des autres enfants: "Au re tour , je fus designe' a" l a v ind i c te de l a co lon i e , e t , un temps durant, pour assouvir la colere commune, je fus bouscule', i n j u r i a , ba t tu . " 11 Ne pouvant supporter plus longtemps 1'atmosphere a i n s i cree'e, I1 enfant e'crit a ses parents pour que son pere vienne l ' a r racher a cet endro i t . Le refus que le sergent epposera a" cette demande viendra d'une facon bruta le l u i demontrer que ce pere tout-puissant doi t s ' i n c l i n e r de-vant ce m i l i t a i r e "avec son uniforme et ses guetres de c u i r " . 12 L ' i nc iden t de la messe l u i ayant montre' un premier aspect de 1' intolerance, bien v i t e ses contacts avec l e monde l u i apporteront l 'e'vidence d'un autre ostracisme, c e l u i des races . "Et dans cette d i v e r s i t e , ou n'importe qui se sent chez so i et personne a l ' a i s e , chacun enferme/ dans son quart ier a peur de son v o i s i n , l e meprise 72 ou le h a i t . La peur et l e mepris, nous les avons connus des l ' e v e i l de notre conscience, dans cette v i l l e malodorante, sa le et de /brai l le /e." 13 Une bourse que l u i me'rite son excel lence s c o l a i r e , l u i ouvre les portes du l ycee . Une f o i s encore se posera le probleme de l a langue car cette f o i s ses camarades ne seront plus comme l u i des pe t i t s indigenes mais de jeunes: Europeans pour qui le f ranpais est l a langue maternel le. I l s auront tot f a i t de se moquer de 1*accent de ce p e t i t bours ier pauvre, pauvre a un point q u ' i l s ne peuvent meine pas imaginer. Le re'sultat? "Mo i , je devins intransigeant sur les p r i n c ipes , dogmatique en mes jugements, suscept ib le , sans p i t i e ' pour mes f a ib l esses et c e l l e s d ' a u t r u i , ambi-t ieux a en c rever . " Ik A i n s i a~l 'age ou" les jeunes gens jouissent normalement de l a plus grande securite ' et peuvent v ivre au jour l e jour avec insouciance, Mordekhai se rend compte q u ' i l est a cheval sur deux c i v i l i s a t i o n s , deux langues et deux c l a sses . Pour e'chapper a" cette v ie rendue s i ardue et essayer de 1 'analyser , le jeune homme se met a" ecr i re : . la encore i l ne trouvera pas la so lu t ion au probleme de v iv re car "a~ deer i r e les e t res , i l s me "devenaient exte-r i e u r s , a contempler l e monde, je n'en f a i s a i s plus par-t i e " . 15 A i n s i done sa connaissance accrue de la v ie et de l u i -73 meme ne f a i t qu'* acce'lerer ce proce'de' d'isolement. La personne a" laq u e l l e i l est encore lie'e l e plus intimemeht, sa mere, a son tour l u i apparait egalement comme une e'tran-gere. Au retour du lyce'e i l est en e f f e t survenu au milieu d'une danse t r a d i t i o n n e l l e dont le caractere violent et barbare l u i rappelle combien est presente encore 1 ' i n f l u -ence fe'tichiste des pays noi r s . II ne comprend pas qu'une femme, mere de f a m i l l e , se transforme "en loque hysterique, en pantin desarticule', sans conscience".16 Quel ne sera> pas son e f f r o i quand i l s'apercevra que cette femme e'che-vele'e, posse'de'e, en tranches e'tait sa mere! "C e'tait ma mere mon me'pris, mon degout, ma honte se concentrerent." 17 Ce brusque rappel de 1'aspect p r i m i t i f de son origine l e de'sarme et i l s'eerie: "Ah! je suis irreme'diablement un barbare." 18 La reaction du jeune homme est de se replonger plus ardemment encore dans 1'etude pour ^chapper definitivement a sa condition. Deux de ses professeurs seront ses modeles: Marron, son professeur de fra n c a i s , est un Arabe qui a su maltriser l a culture francaise. Son succes donne espoir et confiance a Mordekhai qui v o i t a i n s i 1'aboutissement possible de son reve: malgre sa naissance en Afrique et sa. pauvrete' i l l u i a e'te' possible de devenir un homme c u l -7h t i v e et "bien h a b i l l e ' . Mais une confidence du professeur l u i montre combien l a facade cache de drame. Marron v i t en e f f e t en s o l i t a i r e au m i l i e u de ses c o l l e g u e s f r a n c a i s qui t r o u v a i e n t "un impardonnable scandale s p i r i t u e l de v o i r ce me'teque mieux manier l e f r a n c a i s que l e s ayants-d r o i t " . 19 P o i n s o t , son professeur de p h i l o s o p h i e , se prend de sympathie pour l e jeune Mordekhai dont i l admire 1 ' i n t e l -l i g e n c e et l a maturite' i n t e l l e c t u e l l e . II devint v i t e pour l ' e l e v e un i d e a l humain: "II a v a i t tout l u , tout pense', tout compris". 20 T e l s sont l e s deux modeles p o s s i b l e s pour ce lyce'en a" l a recherche d'un normal e t a t q u ' i l d o i t se cre'er l u i -meme. II nous donne son choix clairement: "Entre 1 ' o r i e n t et 1 'Occident, entre l e s croyances a f r i c a i n e s et l a p h i l o s o p h i e , entre l e p a t o i s et l e f r a n c a i s , i l me f a l l a i t c h o i s i r : j e c h o i s i s s a i s P o i n s o t , ardemment, vigoureusement." 21 Et immediatement l a portee de son choix l e surprend: "Je me s u i s vu en face de moi-meme; j'eus une peur a t r o c e . J ' e t a i s moi et je m'etais e'tranger." 22 Nous avons f a i t remarquer combien l a p o s i t i o n de Memmi e'tait unique dans l a l i t t e r a t u r e a f r i c a i n e car i l e'tait J u i f . Or j u s q u ' i c i La Statue de S e l ne nous montre que l e dilemme du jeune J u i f mis devant l e choix entre l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e et l a sienne propre. En f a i t i l y a ne'cessairement un probleme en t r i a n g l e dont 1 'autre 75 cote et c e l u i q u i est peut-etre l e plus d i f f i c i l e a" igno-r e r est l e monde arabe musulman q u i baigne, q u i de'borde, ce monde m i n o r i t a i r e j u i f . A 1'aspect purement t n t e l l e c t u e l et moral du c o n f l i t o r i e n t - o c c i d e n t , s'ajoute c e l u i combien plus present de I 1aspect s o c i a l . Memmi se p l a i n t avec amertume d'etre t r a i t e le'galement par l e s autorite's f r a n c a i s e s en c o l o n i -st. II supporte mai son s t a t u t d'indigene. Mais nous notons avec e'tonnement sa re'ticence sT" t r a i t e r des rap-p o r t s J u i f s - A r a b e s . 11 nous f a u t chercher longtemps a" tr a v e r s l e l i v r e pour en deviner l a cause: i l p a r l e a" un des rares Arabes avec q u i i l est en con t a c t , Ben Smaan e'tudiant, s o c i a l i s t e : " - S i l'on te demandait a brule-pourpoint quel est l e premier de tes voeux p o l i t i q u e s , t u repondrais l e depart des Europeans ou l e u r neu-t r a l i s a t i o n . Moi, j e s u i s oblige' de re'fle'chir. Tu souhaites ardemment l e ret o u r a" l a c u l t u r e et a" l a langue arabes. Moi je s u i s maintenant de c u l t u r e o c c i d e n t a l e et s e r a i s incapable d'e-c r i r e ou de m'exprimer completement en arabe. Et pourtant l e s i n j u s t i c e s , l e s r e f u s de l 1 E u -rope..." 23 La c o n c l u s i o n du l i v r e , dans son pessimisme, dans son aveu de l'echec complet ne l a i s s e pas de surprendre, dans l e cadre ge'ne'ral de l'oeuvre de Memmi. Nous n 1 avons pas approfondi P o r t r a i t d'un J u i f , mais un des themes l e s plus importants de ce l i v r e c'est que l e J u i f n'est pas diffe'rent des autres hommes parmi l e s q u e l s i l v i t , du moins pas d'une facon i n t r i n s e q u e . En terminant La Statue de S e i l a seule s o l u t i o n que 76 l'auteur trouve pour l e heros est 1'emigration vers 1'Argentine, abandonnant tous l e s problemes sur place comme i n s o l u b l e s . Ne p o u r r a i t - o n pas v o i r l a , d'autant plus ironiquement que ce n'est certainement pas l e des-se i n de l ' a u t e u r , un r a p p e l du theme du J u i f errant? Memmi a entasse' tant d'arguments ne'gatifs contre toute s o l u t i o n p o s s i b l e et v i a b l e q u ' i l s'est i r r e s i s t i b l e m e n t accule a cet e'chappatoire. Nous nous sommes attache a f a i r e s a i l l i r de ce l i v r e l e s p o i n t s ou l e c o n f l i t v e n a i t directement de l a ren-contre de deux langues et de deux c i v i l i s a t i o n s . C'est donner une image fragmentaire du l i v r e et nous nous de-vons de s i g n a l e r quelques d e s c r i p t i o n s , dans l a veine r e a l i s t e que nous avons s e n t i e dans Agar. Nous voudrions pouvoir c i t e r i n extenso quatre au moins de ces tableaux: l e s deux v i s i t e s de Mordekhai au q u a r t i e r re'serve, ou l e s de'tails nous sont donne's avec une p r e c i s i o n presque c l i -nique; l a danse r i t u e l l e dont l a mere est l e p r i n c i p a l personnage et surtout l a d e s c r i p t i o n d'une reunion de chefs e c l a i r e u r s : i c i Memmi qu i e x c e l l e dans l a d e s c r i p -t i o n du sordide physique a re'ussi, avec un humour a t r o c e , a nous f a i r e v o i r , par une observation p r e c i s e des gestes et des mots conventionnels, a transformer l'assemblee en une reunion de pantins et de marionnettes. S i en d e f i n i t i v e l e s l i v r e s de Memmi ne nous l a i s -sent aucune sympathie n i pour l e s J u i f s , n i pour l e s Arabes, n i pour l e s Francais, n i pour Monsieur Memmi l u i -77 Meme, force nous est de reconnaTtre que malgre' l'amer-tume et le sordide du contenu de ses oeuvres, ce l l e s - c i sont cependant d'une lecture passionante et notre admi-ration reste entieVe pour 1' ecrivain. 7 8 REFERENCES 1 . A l b e r t Memmi, La Statue 2 . I b i d . , P. 2 3 3 . I b i d . , P. 3 5 k. I b i d . , P. 3 7 5 . I b i d . , P. 3 7 6 . I b i d . , PP . 3 7 - 3 8 7 . I b i d . , P. 3 8 8 . I b i d . , PP . 3 8 - 3 9 9 . I b i d . , P. h2 1 0 . I b i d . , P. k6 1 1 . I b i d . , P. 5h 1 2 . I b i d . , P. 5 6 1 3 . I b i d . , P. 8 8 lh. I b i d . , P. 9 6 1 5 . I b i d . , P. 9 7 1 6 . I b i d . , P. 1 3 7 1 7 . I b i d . , P. 1 3 7 1 8 . I b i d . , P. iko 1 9 . I b i d . , P. 1 8 1 2 0 . I b i d . , P. 1 8 2 2 1 . I b i d . , P. 1 8 5 2 2 . I b i d . , P. 1 8 5 2 3 . I b i d . , PP . 2 1 ^ - 2 1 5 79 UN DOUANIER ROUSSEAU DES LETTRES SEMBENE OUSMANE 0 PAYS MON BEAU PEUPLE Ce qui d i s t i n q u e Sembene Ousmane des autres auteurs dans ses pages, ce n'est pas q u ' i l s o i t l e s e u l n o i r , m a i s : b i e n q u ' i l s o i t l e s e u l e c r i v a i n de formation p r i m a i r e . Une autre c a r a c t e / r i s t i q u e l e met e'galement dans une c l a s s e a part: i l est en e f f e t l e s e u l dont l a v i s i o n l i t t e ' r a i r e de l ' A f r i q u e f u t u r e s o i t o p t i m i s t e sans r e -serves. Notons q u ' i l s ' a g i t l a de l a p o s i t i o n de Sembene Ousmane, e c r i v a i n . Nous savons en e f f e t que l'auteur v i t a" M a r s e i l l e b i e n l o i n de l ' A f r i q u e q u ' i l aime t a n t . Dans Agar, A l b e r t Memmi nous a f a i t l e tableau d'un e'chec de 1 ' a s s i m i l a t i o n dans l e sens Europe - A f r i q u e : echec de 1'union de deux 'etres et ravages psychologiques qu'a caused c e t t e de'faite de 1'experience du couple he'te-rogene. 0 Pays,Mon Beau Peuple'. de Sembene Ousmane e s t 1'expose de l a these exactement in v e r s e : non seulement 1'Europe'enne s'adapte t r e s b i e n a l a c u l t u r e a f r i c a i n e mais e l l e va meme jusqu'a f a i r e partager son enthou-siasme et son admiration par ses parents demeures en France. S ' i l y a r e f u s , temporaire d ' a i l l e u r s , i l sera 80 l e f a i t de l a f a m i l l e a f r i c a i n e . T r o i s heros se detachent de l a ple t h o r e de person-nages que comprend ce l i v r e : Oumar Faye, sa femme blanche I s a b e l l e et Rhakaya, l a mere du premier. Oumar Faye est l e c a r a c t e r e p r i n c i p a l du l i v r e et l e he'ros v e r i t a b l e de l'aventure, v e r i t a b l e prototype du surhomme n o i r . Avant meme q u ' i l nous s o i t presente nous l e voyons en p l e i n e a c t i o n dans son r o l e f a v o r i de champion de sa race et de redresseur de t o r t s . La scene est a bord du p e t i t vapeur q u i l e ramene chez l u i apres son se'jour en France. La p l u i e se mettant a tomber, l e s passagers n o i r s se r e f u g i e n t dans l e s c o u r s i v e s . Ordre l e u r est donne de retourner sur l e pont. Devant l e r e f u s p a s s i f des passagers, l'homme d'equipage s'emporte: " A l o r s l e blanc se mit & d i s t r i b u e r des coups, des coups que l e f u r i e u x donnait avec une c h i c o t t e . I I f r a p p a i t , vidant sa rage d'etre de'sobei. I I t a p a i t a" d r o i t e et a gauche, sans se soucier de l'age n i du sexe. Cela f i t une t e r r i b l e bousculade dans l ' e t r o i t e c o u r s i v e ou c e r t a i n s tomberent. "Soudain l'homme, p r i s par un crochet au menton et r e p r i s par un autre au ventre , s'ecroula. "Debout devant l u i , l e n o i r a t t e n d a i t , ses bras demesurement longs touchant presque ses genoux, ses poings fermes prets a cogner de nouveau." 1 Oumar Faye est un Senegalais, plus precisement un Casamancien ( l a Casamance est un court f l e u v e c o t i e r et c'est sur ses bords que se de'roulera toute 1 ' a c t i o n ) . 81 Son r e t o u r tumultueux c l o t un se'jour de h u i t anne'es en Europe et en A f r i q u e d«tNord. I I est p a r t i , pour f a i r e l a guerre et s'est a t t a r d e , apres l e s h o s t i ' l i t e ' s ; quatre anne'es q ui voi e n t son mariage avec une blanche. Me'daille m i l i t a i r e , C r o i x de Guerre, un mariage, l'auteur ne nous d i r a pas plus sur ces h u i t annees d'absence. Du p o r t r a i t de Faye nous savons deja q u ' i l a l e s bras f o r t longs. V o i c i l e s autres t r a i t s : "Avec sa ca r r u r e athle'tique, ses muscles s a i l l a n t s et ses attaches f i n e s , i l ressem-b l a i t a" un totem d'ebene. I I se d e p l a c a i t avec une grande le'gerete'." 2 Une t e l l e f o r c e physique, une t e l l e v i o l e n c e , ne sommes-nous p o i n t en face d'une simple brute? I I n'en est r i e n . l'auteur prend bie n s o i n de nous montrer au con-t r a i r e combien son coeur est tendre. Ces enfants q u i ont e'te frappe's par l e blanc sur/ebateau i l va l e s secou-r i r : "Le r e v o l t e , que l a femme blanche a v a i t appele Faye, se f r a y a un passage au m i l i e u des s i e n s , p r i t 1 'enfant pour l e remettre a sa compagne qui l e s u i v a i t . - F a i s - l e soigner par l e ma"itre du bord..." 3 Pas plus qu' i l ne peut tole'rer l a b r u t a l i t e ' envers l e s enfants, l e spectacle de femmes t r a v a i l l a n t a des taches trop lourdes l u i est insupportable: "Ce spectacle n' e'tait pas nouveau pour l u i , depuis son enfance 11 v o y a i t c e l a . Pour-82 t a n t , i l eut un pincement au coeur. C ' e t a i t mai, c ' e t a i t odieux que des femmes besognent de l a s o r t e j " h I I s'adresse a~ un des c h e f s , un S y r i e n , et l u i demande pourquoi i l n'emploie pas des hommes au l i e u de ces pauvres femmes. (Remarquons avec l'auteur que " l e s femmes ne semblaient pas malheureuses". 5) Notre S y r i e n l u i repond sur un ton que l'on devine d ' a l l e r s'occuper de ses a f f a i r e s . Echange de mots de plus en plus r a p l d e s , puis de coups, puis bagarre ge'ne'rale. Cette f o i s - c i i l f a u t l e d i r e ce n'est plus a un homme que Oumar a a f f a i r e mais a tout 1 'equipage (nombre non s p e c i f i e d c a p i t a i n e en t e t e . Notre heros r e c o i t b i e n quelques coups, i l est meme a t t e i n t d'une b a l l e a l a c u i s s e , mais i l se r e t i r e v i c t o r i e u x du combat, I I f a u t a j o u t e r que son entra"inement remonte & l o i n . De'ja", enfant, i l a v a i t rosse l e maitre d'e'cole (un Por-t u g a l s) p l u t o t que de r e c e v o i r un blame non merited D ' a i l l e u r s ses bagarres de jeunesse avaient toujours une base morale: " I I a toujours pri's l e s f a i b l e s sous sa p r o t e c t i o n . On 1 ' a v a i t surnomme' l e 'Grand'." 5 De t e l f i l s q u e l l e sera l a mere? Rhakaya est l a premiere femme ( i l y en a deux autres) du chef r e l i g i e u x du v i l l a g e . Ayant perdu p l u s i e u r s en-fa n t s a l a naissance e l l e s'est tournee vers l a s o r c e l l e -r i e avant meme l a venue de Oumar a f i n d*assurer sa s u r v i e . 83 A son puissant i n s t i n c t maternel s'ajoute l a c r a i n t e de l a r e p u d i a t i o n q u i est l e l o t de toute femme incapable d'enfanter. Le depart en France de son f i l s a 4t4 pour e l l e 1'occasion d'un redoublement de ses pratiques et c e l u i - c i n'est p a r t i que dument charge" de nombreux g r i s -g r i s . Une odeur p a r t i c u l i e r e l a precede car e l l e fume sans a r r e t . Des nombreux cadeaux qu'a du donner l a femme d'Oumar a" son a r r i v e d , c e l u i de Rhakaya e'tait approprie': "La plus touched f u t l a belle-mere a q u i on a v a i t remis une pipe t y r o l i e n n e . " 6 Cet elan de reconnaissance est d ' a i l l e u r s de courte du-re'e. La pensee meme que son f i l s a i t epouse' une blanche l a re'volte. Lorsque l e jeune couple apres quelques jours veut q u i t t e r l e t o i t commun a toute l a f a m i l l e , l a b e l l e mere e c l a t e : " - Je h a i s ta femme! Je ha i s tous l e s t i e n s l Je n'aurai plus de repos tant q u ' i l s v i v r o n t i c i j s ' e c r i a - t - e l l e . Tant que je r e -gar d e r a i vers 1'est et que l e s o l e i l y appa-ra ^ t t r a , je n'aurai p o i n t de repos. I l s f o n t detache de moi... " E l l e avanca jusqu'a toucher I s a b e l l e , e l l e l a t o i s a , puis se tournant vers son f i l s , e l l e l u i d i t encore: " - E l l e t'a f a i t manger de son sang m e n s t r u e l l " 7 Retournons sur ce p e t i t vapeur de l'arrive'e et f a i -sons connaissance de l a bru d'une belle-mere s i peu ac-o-aeiillante: 8k "Sa peau a e l l e , tres blanche, o f f r a i t un contraste lumineux avec c e l l e de l'homme; son corps G l a n c e - e l l e e'tait grande - 4 t a i t moule dans un t a i l l e u r de l i n b lanc ; par moments, e l l e i n c l i n a i t la te"te, comme s i sa longue che-velure pesa i t a son cou; ses sourc i l s eta ient bien dessine's. E l l e n' e'tait pas vraiment b e l l e , mais e l l e ava i t l a beaute de ses vingt-deux ans. " 8 Peu ©u>sp£^R nous sera d i t de 1'education de cette jeune femme n& de son niveau d ' i n s t r u c t i o n . ( E l l e a cependant apporte' assez de l i v r e s pour garnir les rayons d'une bibl iotheque qui f a i t le tour du salon de leur maison.) Nous pouvons seulement supposer qu ' e l l e a deja l ' hab i-tude de la v ie au grand a i r . E l l e sa i t en e f f e t f o r t bien s i f f l e r : " E l l e essuya ses doigts avant de les porter a' sa bouche, s i f f l a t r o i s f o i s . . . " 9 Par a i l l e u r s son vocabulaire intime est assez d i r e c t . A son mari qui la taquine e l l e repond, "Chameaul" 10 E l l e ne semble nullement gehe'e par la fou le qui se pre-c i p i t e sur l e quai a la rencontre de son mari et de son oncle qui reviennent tardivement de la peche: " - Que vous e s t - i l arrive'? s ' informa I sabe l le en jouant des coudes pour approcher son mar i . " 11 Ses formules d ' a c cue i l ne sont point embarrasse'es, et e l l e n ' u t i l i s e pas d' euphe'mismes pour designer ses propres parents: 85 " - Ah, te v o i l a , v a d r o u i l l e u r , l u i c r i a - t - e l l e en 1'apercevant. Tu me c o l l e s tout l e boulot.. .Faineant, va... T i e n s , j ' a i e c r i t aux v i e u x , f i n i t a a - e l l e par l u i d i r e , quand son mari f u t rentre'." 12 II est v r a i qu'sTce s u j e t 1'accord est p a r f a i t dans l e menage car c'est sur l e meme ton qu'.Qumar s'adresse a sa femme: " - Oh, l a vache! Une bonne r a c l e e ne te f e r a i t pas de mai, comme ca, l e matin." 13 Avant de continuer c e t t e analyse de 0 Pays, Mon Beau  Peuplel avouons que notre premiere r e a c t i o n devant 1'evo-l u t i o n de l a jeune femme a e'te d'incre'dulite'. Comment une Europe'enne p e u t - e l l e adopter l e s moeurs d'une c i v i -l i s a t i o n barbare au p o i n t de se soumettre a l a s o r c e l l e -r i e ? Le c a r a c t e r e i r r a t i o n n e l de toute p r a t i q u e semble e t r e beaucoup plus e'vident chez une autre c i v i l i s a t i o n . T e l Europe'en q u i se moquera de c e r t a i n a / sectes r e l i -gieuses que l'on trouve en Ame'rique, ne v e r r a pas ce q u ' i l y a de grotesque dans l a confiance q u ' i l accorde lui-meme a ces c h a r l a t a n s qui se de'guisent sous l e nom de g u e r i -sseurs, rebouteux et t u t t e : q u ' i l s u f f i s e de c o n s t a t e r l e nombre de process r e t e n t i s s a n t s a ce s u j e t . II ne s ' a g i t d ' a i l l e u r s pas toujours de m i l i e u x ou 1'ignorance p o u r r a i t s e r v i r d' excuse: temoin c e t t e re'cente i n t r i j u e a l a Cour de Hollande... Nous avons juge' ce preambule ne'cessaire a" l a v r a i -86 semblance des l i g n e s q u i suivent. La v i o l e n t e h o s t i l i t e ' de Rhakaya envers I s a b e l l e prendra f i n subitement a" l'annonce que c e t t e derniere est enceinte. Imme'diatement l a v i e i l l e femme sent e'tabli entre e l l e et c e t t e blanche un l i e n c h a r n e l q u i l u i f a i t o u b l i e r son i n i m i t i e . En e l l e r e n a i t c e t t e c r a i n t e q u i f u t sienne de v o i r l 1 e n f a n t ne pas s u r v i v r e . I I est v r a i que parmi l e s amis du jeune couple i l y a deux mede-c i n s ; l e s docteurs Joseph et Agbo, Les e'poux savent bi e n q u ' i l y a un r i s q u e a" l a naissance car I s a b e l l e est " e t r o i t e " , c o n d i t i o n a l a q u e l l e une ce'sarienne obvie par-faitement. Oumar l a i s s e cependant sa mere a u s c u l t e r son epouse et c e l l e - c i ne f a i t aucune o b j e c t i o n a s u i v r e sa belle-mere chez e l l e pour une seance de s o r c e l l e r i e . V o i c i l a scene: Les deux femmes sont dans une case ou l a seule l u -miere est donne'e par une bougie. I s a b e l l e d o i t se de'sha-b i l l e r , , Rhakaya n'est vetue elle-meme que d'un court pagne "d'un blanc immacule'". ih "A ce moment, un leger bruissement se f i t entendre l e long des l a t t e s q u i soutenaient l a t o i t u r e . I s a b e l l e , nue maintenant, f r i s s o n n a . Rokhaya, l a tenant par l a main, l u i f i t f a i r e p l u s i e u r s f o i s l e tour des Hames en chantant, en murmurant p l u t o t une me'lop^e aux sons (arran-gement module's. I s a b e l l e a v a i t f r o i d ; sous ses p i ^ d s , e l l e s e n t a i t l'humidite du s o l m o u i l l e . Soudain, un s i f f l e m e n t a i g u la f i t sursauter: balancant sa f e t e en forme de pointe d e f l e c h e , un serpent descendait du t o i t , lentement," 15 Pendant longtemps ce serpent g l i s s e et s'enroule au-87 tour du corps de l a v i e i l l e femme qui ne cesse de chanter son incantation, puis, "Le serpent, semblant obe'ir a un ordre secret, se dressa face a Isabelle, sa langue fourchue dardte vers e l l e . "La jeune femme ne pouvait plus suppor-ter le regard f r o i d de ces yeux g r i s - v e r t , un f l u i d e glace" c o u l a i t dans tout son corps. E l l e voulut f a i r e un pas en a r r i e r e , mais, tres doucement, l a v i e i l l e l a maintint a sa place. Puis e l l e arracha deux comes qui e-taient accrochees a l a paroi. E l l e en mit une entre les mains d'Isabelle et lanca l 1 a u t r e vers le t o i t : l a corne resta suspen-due en l ' a i r , immobile." 17 A ce moment Isabelle perd conscience. E l l e est ramenee a" e l l e par sa belle-mere qui l'asperge d"eau, puis c'est la f i n du r i t e : "A nouveau, conduite par l a v i e i l l e femme, Isabelle dut f a i r e le^tour de l a case, enjam-bant l e r e p t i l e qui, a chaque passage, dres-s a i t l a tete. "Enfin Rokyaya donna a~ boire a Isabelle un breuvage a gout d'e'corce, l a f i t asseoir sur le canapi' et l'examina. Longuement, e l l e promena ses mains rugueuses sur le corps qui fr i s s o n n a i t et qui, sous cette caresse, s'a-paisa peu a peu..." 17 Rappelons-nous de 1 'attitude de Marie Muller devant le simple probleme de la c i r c o n c i s i o n de son f i l s . Nous sommes vraiment i c i a l'antipode de ce refus. Notons qu'a aucun moment Oumar Faye ne s 1/tonne de l a conduite de sa femme. II ne l'y encourage meme pas et conside^re simplement que ce sont l a matie~res ou i l vaut mieux l a i s s e r les femmes se conduire a leur guise. 88 Le probleme de 1' ef f icacite', en bien ou en mai, de cette sorcellerie n'est d'ailleurs pas resolu dans ce livre car cel u i - c i se termine avant la naissanee de 1' enfant. Sembene Ousmane ne se contente pas de cette scene de sorcellerie pour montrer la vlctoire de l'Afrique. Ce n'est pas seulement Isabelle qui va s'y li v r e r mais bien toute sa famille. De France, ou pourtant les me-decins, et meme les guerisseurs ne sont pas rares, le pere de la jeune femme, No. X de l'Assurance Sociale, e'er i t a son gendre, "Ces jours derniers maman a eu une attaque d'asthme, je pense qu'il y a peut-etre dans votre pays un remede contre ce mai. Faye, de-mande a ta mere." 18 Ce meine pere, dont on ne sait pas d'ailleurs le nom, mais qui pourrait s'appeler Monsieur Hpmais ecrit dans la meine lettre, "Etre pour le progres ne veut pas dire qu'on doive renoncer aux v i e i l l e s traditions," 19 Apres les angoisses de Chraibi et de Memmi devant le gouffre qui se'pare leur c i v i l i s a t i o n premiere de la ci v i l i s a t i o n europe'enne, cette attitude de Ousmane res-V- v. c semble a premiere vue a de l 1outrecuidance ou a un parti pris issu d'un orgueil de race illimite', Rappelons ce-pendant que s i les deux premiers peuvent "etre classes comme intellectuels, ce dernier est loin de remplir cette 8 9 definition. Rappelons brievement sa vie: d'abord pecheur en Casamance, puis soldat, puis docker a Marseille. Rap-pelons aussi qu'il ne s'est pas mele' au peuple par choix de ' l ibeW comme l'a f a i t Chraibi. II connait de 1'Europe ce qu'ont pu l u i apprendre ses compagnons d'armes et ce qu'il a pu observer dans les milieux du port de Marseille. Nous ne doutons pas un seul instant qu'avec cette expe-rience, des personnages tels qu'Isabelle et que son pere soient parfaitement plausibles. C'est certainement un niveau de notre c i v i l i s a t i o n que nous n'aimerions pas voir exalte, mais nous sommes certains que l'auteur a observe assez de personnes dans ces milieux pour que, dans son optique, de tels personnages soient sinon la norme, du moins des entite's acceptables. Parallelement a ce probleme de 1'assimilation d'une blanche dans le milieu africain, et, aux yeux de l'auteur, bien plus important, est le theme de la nouvelle Afrique symbolise'e par Oumar Faye. Les qualites que Ousmane l u i prete sont essentielle-ment celles de la jeunesse - beaute', force, courage, altruisme, et, eventuellement, heroisme. A son retour d'Europe Oumar veut,,fetot de son ex-perience, reconstruire son pays a" neuf. Quelles sont les legons de cette experience? - Tout d'abord la technique, la connaissance de la machine que' seule peut amener a la vie moderne -9 0 - le Socialisme qui, vu sous l 1angle africain n'est peut-etre que 1'e'largissement de l'entite tribu familiale au stade communautaire du village ou de la v i l l e ; - le scepticisme, qui le f a i t rejeter, ou tout au plus tole'rer la tradition ancienne pourvu que c e l l e - c i n'empeche pas la marche du progres. De ce scepticisme de'coule une certaine tolerance, sinon une indifference a" l 1 egard des religions: Fe'tichisme, Christianisme, Islamisme ne doivent plus etre impose's par la famille. L'enfant doit choisir& et cette religion doit rester personnelle; - une connaissance du blanc et de ses faiblesses qui en amenant un certain mepris l u i donne une vision exaltee du noir; - le desir de libe'rer la femme des besognes que l'homme prend a~ son compte dans les pays d'Europe, le rejet implicite de la polygamie. t A - t - i l d'Europe ramene la haine du blanc? Certes i l a souffert de 1' incompre'hension de la majorite' mais i l reprend presque mot pour mot les paroles de Chraibi: "II y a une minor i t e crui efface tout ce mai que je viens de vous decrire. Ce sont ceux qui te convient, comme un ami de la fa-mille." 19 A* Ce qu'il y a de remarquable chez Ousmane c'est que nous ne trouvons jamais ni l'amertume de Chraibi ni la 91 hargne continue de Memmi. Devant une insulte ses heros reagissent violemment^ce qui libere leurs sentiments et les laisse&di libres de continuer leur tache. Un t r a i t qui nous a frappe dans ce livre est 1*op-position constante entre jeunes et vieux, les premiers etant toujours les bons, qu'ils soient francais ou africains. Ce qui est mauvais en Afrique ce sont les vi e i l l e s traditions qui n'ont pas su amener le progres. Parallelement le mai en Europe ce sont les v i e i l l e s idees de colonialisme et les v i e i l l e s ge/ne/rations qui s'y accrochent. Le jeune Francais est pret a" accepter le changement et a aider son ami africain. (C'est le cas de Pierre qui pour avoir voulu aider Oumar est rapatrie' sur la me'tropole par la v i e i l l e garde colonialiste.) C'est avant tout le cas d'Isabelle a qui ses vingt-deux anne'es permettent une adaptation aisee. Cet optimisme dans l'avenir de son pays, Ousmane nous le donne en une phrase d'une assurance e'clatante: "Les metropolitans ont mis trois siecles pour faire ce qu'ils ont f a i t chez eux. J'ai la certitude qu'a nous, i l nous faudrait cinquante ans pour les de'passer." 20 La forme concrete de 1'ambition d'Oumar est la creation d'une cooperative pour lutter et e'liminer les marchands sans scrupule qui maintiennent le paysan dans la misere. C'est d'ailleurs cette action qui amehera le de'nouement du l i v r e . Furieux de cette opposition 9 2 contre laquelle i l s ne pourront rien le'galement, ces memes marchands feront lachement assassiner Oumar. Sa mort se transformera cependant en une victoire pour le pays et pour son ambition personnelle. Comprenant combien leur est pr^cieuse cette cooperative, s i les marchands vont jusqu'a" tuer pour empecher sa creation:^: les paysans y adherent en masse et en assurent le succes. "Les bras criminels c^ui l 1 avaient abattu s'^taient leurre's. Ce n 1 etait pas la tombe qui etait sa demeure, c 1 e'tait le coeur de tous les hommes et de toutes les femmes. II e'tait present le soir autour du feu et le jour, dans les rizieres; lorsqu'un enfant pleurait, sa mere l u i racontait l'histoire de ce jeune homme qui parlait a la terre et, sous l'sibre de palabre, on honorait sa memoire. Oumar n'e'tait plus, mais son 'Beau peuple' le chan-ta i t toujours." 2 1 Les premieres remarques sur Ousmane faisaient res-sortir qu'il e'tait un primaire. Peut-etre cela explique-t - i l la simplicite' relative de ses caracteres. Ainsi Oumar est plus que bon, i l est presque un saint, tant sa bonte' nous est demontree jusque dans les petites choses. Citons seulement ces lignes qui nous montrent 1'exces en ce sens. En meme temps que sa bonte', l'au-teur nous f a i t voir son attachement religieux a sa terre natale: " '0 mon pays, mon beau peuple!', chantait Oumar en foulant le sol. 93 I I se promenait seul a travers champs, revant qui sait a" quoi? I I s'arretait devant une plante d'arachide pour en redresser les f e u i l l e s , l i b e r a i t une mouche prise par une araigne'e, eVitait de pietiner un scarabe'e, plus loin i l se'parait deux tiges de mil, eta-yait une hampe de mais trop lourde." 22 Cette meme qua lit e ' de prima ire nous permet en meme temps d'excuser, pour une large part, des libertes un peu trop grandes prises avec le style et la langue. Nous relevons "Deguster la fe'licite' de la vie conjugale" 23, qui est pour le moins une image inattendue pour dire que Faye va faire 1*amour; " l i s se trouvaient a present pres de la grande fosse, c 1est-a-dire entre deux eaux, celle de la mer, et celle du fleuve; Le melange des deux eaux offrait un spectacle saisissant." 2h alors meme que nous attendions une description de ce spectacle, la phrase suivante nous de'route -"Faye sortit une cigarette " 25 L'auteur a oublie 7 sa description. Excus^ons aussi l'abus d"africanismes"; "Tu paries mai de la bouche par moments" 26 (Nous esperons du moins que ceci est re'ellement un africanisme...) "Pardonne-moi, f i l s de Guet N'Dar, s i je 9^ coupe ton cou." 27 Ceci est accompagne' d'une note expliquant que cela veut dire "Excuse mon interruption"; le mot " p r i o i r " 2 8 (lieu ou l'on prie dans la maison) Cette acceptation de patois dans la langue francaise ne risque-t-elle pas d'amener la c r e a t i o n d'un "Pidgin French"? Excusons encore l'abus de "petit negre" s i l'on veut par exemple montrer que les vieillards ne savent que quelques mots de la langue que parlent les jeunes generations, Certaines expressions nous laissent pantois. L'auteur veut-il choquer le lecteur ou a - t - i l tout-a-coup oublie le mot e'crit pour employer celui usite'plus facilement oralement? A la page 79 un pagne s'appelle brusquement un "trousse-coullle". Ce dernier mot semble avoir tres bien supporte' le transfer/" de Marseille jus-qu'aux rives de la Casamance, II arrive meme a consti-tuer une reponse n e g a t i v e fort emphatique. C'est i c i un jeune homme qui parle de la mere de la jeune f i l l e qu'il courtise: "Un jour, je l u i donne mon sabador (caftan) a" laver, et qu' est-ce que vient me dire cette v i e i l l e maquerelle: 'Donne aussi le prix du savonl - Mes couillesi' que je l u i a i repondu." ^ ^<^ (Ce qui n'est pas sans faire penser a" Zazi&Dans le Metro 95 de R. Queneau.) Notons en passant un des moindres pe'che's de Ousmane. II nous donne le mot "Sabador". Comme i l se doute bien que nombreux lecteurs ne sauront pas ce qu 'est un sabador i i nous expl ique: Caf tan. S i le lecteur ne sa i t pas non plus ce qu'est un ca f tan , c ' e s t tant p is car ce mot-la n 'est pas dans le d i c t ionna i re non p lus . Peut-etre vau t- i l mieux revenir a des expressions comme c e l l e de la page 79. C ' es t moins exotique mais au moins le lecteur comprend. S i l ' on peut excuser certa ines erreurs de s t y l e , certaines lourdeurs de language en invoquant le manque de formation l i t t e ' r a i r e de l ' au teur , 11 nous s:©inU>.le plus d i f f i c i l e d'admettre un usage trop frequent de certa ins l i eux communs. La page kk ne nous f a i t pas grace de la v i e i l l e p la i san te r i e qui f a i t r e c i t e r au jeune A f r i c a i n , "Nos ancetres les Gau lo i s " . La page 53 nous donne un aphorisme qui sent plus le comptoir du b i s t r o t de Marse i l l e que la sagesse musulmane que doit repre'senter le pergd'Oumar -" - On ne conna'it la valeur des fesses que lorsque vient le moment de s ' a sseo i r . Penses-y, f i l s . " La page 29 rappel le les dictees ce lebres : "Le s o l e i l dardait ses rayons" . En f in de tous les serments, 96 le moins convainfant est certainement le suivant -"La jeune f i l l e sauva la situation en jurant sur son pucelage que etc,"30 Pour des gens s i pres des realite's de la nature un serment sur la lune ou I'ar-riere grand-pere nous eut semble' plus convainapaant. II est possible de se demander s i toutes ces erreurs loin de nuire a~l'oeuvre ne contribuent pas au contraire avec une naivete' certaine de l'auteur a" don-ner a ce l i v r e les tle'ments de son plus grand charme -la fraicheur, la since'rite' et un optimisme intarissable. 97 REFERENCES 1. Sembene Ousmane, 0 P 2. Ibid., P. 69 3. Ibid., P. Ik k. Ibid., p. 108 5. Ibid., P. kk 6. Ibid., P. 50 7. Ibid., P P . 58-59 8. Ibid., P. 16 9. Ibid., P. 62 10. Ibid., P. 37 11. Ibid., P. 83 12. Ibid., P. 92 13. Ibid., P. ioi+ Ik. Ibid., P. 156 15. Ibid., P. 156 16. Ibid., P. 157 17. Ibid., P. 158 18. Ibid., P. 162 19. Ibid., p. 162 20. Ibid., p. 122 21. Ibid., p.p. 233-23^ 22. Ibid., p.p. 1^ +9-150 23. Ibid., P. 69 2k. Ibid., P. 72 ays, M o n Beau Peuple1 p. 13 19 bis Ibid., p. 122 98 2 5. Sembene Ousmane, 0 Pays, Mon Beau Peuplel 26. Ibid., p. 29 , p. 20 , P. 51 , p. if6 , P. 133 27. Ibid. 28. Ibid. 29. Ibid. 30. Ibid. 99 UN ECRIVAIN ENGAGE SEMBENE OUSMANE LES BOUTS DE BOIS DE DIEU Ce l i v r e publie en I960, c'est a dire trois annees seulement apres 0 Pays, Mon Beau Peuple! montre a la fois une evolution tres nette de l'auteur et un durcis-sement marque de sa position doctrinale. Sans entrer dans le de'tail de 1* oeuvre (qui n'inclut pas moins de quarante personnages) re'sumons en un mot: c'est l A h i s k ? toire d'une greve des employe's noirs d'une compagnie de chemins de fer. C'est en m&me temps, sous le cou-vert d'une analyse, une demonstration processus de la prise de conscience de classe de toute une section de la population. C'est 1'imposition, par la dialec-tique, rarement par la force, de l'ide'e de la ne'cessite du syndicalisme. Cette derniere prise de position est evidente des la dedicace: "A4es freres^de Syndicat et a~ tous les syndicalistes et a leurs compagnes dans ce vaste monde " 1 "Et a leurs compagnes": Sembene Ousmane nous f a i t voir la joie des femmes lorsque pour la premiere fois de leur vie elles ont le droit de parler au Syndicat, nous explique la raison pour .repudier la polygamie; c'e 100 que cette forme de mariage emp'eche 1'amour de se deve-lopper. "Les gens parmi lesquel elle vivait etaient polygames et N'Deye n 1avait pas tard^ aT comprendre que ce genre d'union ex-clut l'amour, du moins l'amour t e l qu'elle le concevait. Et cela l u i avait permis de mesurer ce qu'elle appelait leur 'absence de c i v i l i s a t i o n ' . " 2 Comme dans 0 Pays, Mon Beau Peuple! la primeur est donned aux jeunes et, plus particulierement aux jeunes f i l l e s , aux f i l l e t t e s memes. C'est en effet A d ' j i b i d ' j i , une enfant qui entraine son grand-pere a" assister a une reunion du syndicat. " - Moke, allons-y avait dit 1'enfant. Je te promets d'etre sage et apres jamais plus je n 1y retournerai. - Jamais plus? - Jusqu'au retour de petit pere. - Tu as peur d'y al l e r toute seule? - Non, mais quand j'y vais, grand-mere me gronde et je n'aime pas ca, ^ - Pourquoi veux-tu tellement assister a ces reunions? - II faut bien apprendre son metier d'homme. Le Vieux avait r i de bon coeur: - Mais tu n'es pas un homme! - Petit pere dit que demain femmes et hommes seront tous pareils." 3 Enfin comme dans le roman precedent, un homme 101 un surhomme domine tout le l i v r e . C'est Ibrahima Bakayoko qui ajoute a toutes les qualites deja de'mon-trees de Oumar Faye, celle de chastete': le parfait r e V o l u t i o n n a i r e . Malgre' de nombreux tableaux reussis (en parti-culier une marche spectaculaire organisee par les femmes des grevistes) ce livre decoit beaucoup car la na'ivete qui seduit dans le premier ouvrage disparalt i c i au profit d'un proselytisme qui f a i t des Bouts de  Bois de Dieu un li v r e a these; cette derniere n'e'tant meme pas originale?. cet ouvrage risque fort de passer du domaine de la litterature a celui de la propagande. 102 REFERENCES Sembene Ousmane, Les Bouts de Bois de Dieu, Dedicace. Ibid., p. 97 Ibid., p. 155 103 CONCLUSION La diversite', plus grande que nousn<<le prevoyions, des points de vue des e'crivains Studies nous met en peine de conclure. Tout au plus espe/rons-nous avoir trouve des solutions partielles aux questions qui nous ont servi de cadre. Un probleme n'a pas trouve de re'ponses parce qu'il s'est avere qu'il n'existait pas - celui de la langue. A peine Memmi nous donne-t-il un apercu de l'angoisse premiere qu'a occasionnekle premier contact de 1'enfant avec cette langue francaise qui devait devenir la sienne. A notre connaissance i l n'y a pas de parallele africain a un Conrad. Tous ces auteurs ont appris le francais des leur plus jeune age. II n'y a meme pas d'e'crivain bilingue, comme l'est l'Irlandais Samuel Beckett et i l semble bien que 1'acquisition de la langue francaise se fasse au detriment de la langue originale africaine. A ceci nous voyons quelques raisons eVidenter: la plupart des e'crivains n'ont pas he'rite a la naissance d'une langue l i t t e r a i r e mais le plus souvent d'un patois. L*adoption du francais a signifie' pour eux celle de l'tcole francaise et ce choix, par le contenu meme des programmes, ne permet pas la continuation de la forma-104-tion dans une autre langue quand bien meme elle serait parle'e a la maison. Enfin, pour les e'crivains du moins, s'impose la n^cessite d'etre lus. Sauf 1'arabe, aucune autre langue n'existe et i l est e'vident que, ^crit en arabe, un livre se trouve desavantage' par rapport a" celui que est expri-me' en francais. C'est une simple question H' impor-tance relative du public. Un seul exemple d'adoption du francais sans pour cela, au point de vue litte'raire, l'adoption de la civ i -lisation et de la pensee occidentale: Kateb Yacine. Dans 1'immense majorite' des cas les oeuvres montrent combien l'auteur a perdu, en meme temps que sa langue, une bonne partie de sa civilisation premiere. C'est la constation de cette perte, et, plus importante encore, 1'acquisition de 1'autre langue et de 1'autre culture qui forme la base meme des oeuvres de Memmi et de Chraibi. Quant a Ousmane i l voit la civilisation occidentale comme unss systeme de vie dont on peut tirer bien des enseignements mais auquel i l a» veut -de; rester Stranger. II s'affirme avant tout africain. Si la pene'tration d'une autre culture est un pro-cessus bien souvent pe'nible et irritant pour l1 individu„ les problemes se trouvent exacerbes emotivement quand i l s'agit d'un divorce de culture non au sein de 1"individu mais d'un couple. La peinture de ce conflit forme la 105 meilleure part de 1'Agar d 1Albert Memmi. La solution demontre'e par Ousmane dans 0 Pays, Mon  Beau Peuple! nous semble un peu trop exceptionnelle, bien que possible, pour pouvoir etre generalised. Sa-solution optimiste, s'appuyant sur un personnage t e l qu'Isabelle nous permet d'affirmer qu1 en regie gene'rale le mouvemeht d 1assimilation ORIENT-Occident ne peut pas 'etre inverse' sans prendre 1'aspect d'une regression. Pour obtenir une solution positive Ousmane a du donner a Isabelle et a ses parents, une personnalite' qui correspond certainement ascertains e'lements de la po-pulation francaise mais qui n'en represente certainement pas la c i v i l i s a t i o n . Cette assimilation d'une Euro-pe'enne ne peut "etre considered que comme 1'exception qui confirme la regie. Par contre i l semble bien que 1'adoption de la langue francaise entraine celle de la culture, quels que soient les obstacles personnels qui se trouvent sur la voie de cette assimilation. Ce phe'nomene est d'ail-leurs plus accentue chez les litte'raires que dans les autres disciplines. La vie des auteurs nous en donne une demonstration irrefutable: Memmi, Yacine, Ousmane, Chraibi, tous sans exception ont leur domicile en France, ce qui en un sens demontre une f a i l l i t e de la culture francaise - elle s'exporte mai. Quant a la valeur l i t t e r a i r e de ces e'crivains, "leur contribution originale a la culture francaise, 106 Pierre-Henri Simon la definit fort bien. II ecrit ces lignes dans Le Monde du 10 aout, 196^: "L'e'crivain de couleur, forme7 par l'Universite francaise et se'duit par la d4-couverte du climat intellectuel parisien, a souvent des reactions de bon 4leve, soit dans le sens d'un acadtmisme trop sage, soit dans celui des poncifs de la derni£re mode. Mais i l l u i reste, devant sa feuille.blanche, la chance inappreciable de pouvoir puiser a des sources de me'moire, de sensualite et de sentiment qui ont une saveur en meme temps particuliere et primitive; le particulier s'ouvre sur le neuf et le divers, le primitif . sur le permanent et l'universel, et l'huma-nisme authentique ou le classique valable sont toujours dans la reconciliation dialectique de ces contraires." Nous nous contenterons d'effacer "ecrivain- de cou-leur" au debut de ces lignes et d'y substituer "I'ecri-vain africain d'expression francaise". 1 0 7 BIBLIOGRAPHIE I : OEUVRES ETUDIEES CHRAIBI, Driss Les Boucs, Denoel, Paris, 1 9 5 5 . Succession Ouverte, Denoel, Paris, 1 9 6 2 . MEMMI, Albert, La Statue de Sel. Collection "Le Chemin de la vie", Buchet/ Chastel-Correa, Paris, 1953. Agar, Buchet/Chastel-Correa, Paris, 1955. OUSMANE, Sembene, 0 Pays. Mon Beau Peuple] "Le Livre Contemporain -Amiot-Dumont", Paris, 1 9 5 7 . Les Bouts de Bois de Dieu, "Banty  Mam Y a l l " , "Le Livre Contemporain Amiot-Dumont", Paris, I960. YACINE, Kateb, Ned.jma, Editions du Seuil, Paris, 1 9 5 6 . 108 II : AUTRES OEUVRES utilisees ou consultees DIB, Mohammed, La Grande Maison, Collection "Me'diterrane'e" aux Editions du Seuil, Paris, 1961. MAMMERI, Mouloud, La Colline Oubliee, Plon, Paris, 1952. MEMMI, Albert, Portrait d'un Juif, Gallimard, Paris, 1962. YACINE, Kateb, Le cercle des Repre'sailles, Theatre, Editions du Seuil, Paris, 1959. 109 III : OUTRAGES DE LITTERATURE ET ETUDES CRITIQUES BOISDEFFRE, Pierre de, Une Histoire Vivante de la Litterature d'Aujourd'liui, 1939-1960, Le Livre Con-temporain, Paris, I960. (Romanciers d'Afrique^u Nord et de la Me'diterranee, pp. hOQ-Dictionnaire de Litterature Contemporaine, 1900-1962, sous la direction de P. de Bois-deffre, Editions Universitaires, Paris, 1962. Ecrivains d1 Au.iourd' hui, 19^0-1960, Dictionnaire  Anthologique et Critique, sous la direction de Bernard Pingaud, Grasset, Paris, i 9 6 0 . KESTELOOT, Lilyan, Les Ecrivains Noirs de Langue Francaise: Naissance d'une  Litterature, Etudes A f r i -caines, Universite libre de Bruxelles, Institut de Sociologie Solvay, 1963. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104951/manifest

Comment

Related Items