UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Vision poetique de Saint-Exupery dans Terre des hommes Taverner, David 1967

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1966_A8 T38.pdf [ 5.36MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104743.json
JSON-LD: 831-1.0104743-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104743-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104743-rdf.json
Turtle: 831-1.0104743-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104743-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104743-source.json
Full Text
831-1.0104743-fulltext.txt
Citation
831-1.0104743.ris

Full Text

VISION POETIQUE DE SAINT-EXUPEHY DANS TEBRE PES HOMMES by  (  DAVID TAVERNEE B.A.(Hons.), University of Manitoba, 196*4-  A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of ROMANCE STUDIES We accept t h i s thesis as conforming to the required standard  THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , 1967  i n presenting t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree a t the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study.  1 f u r t h e r agree that permission f o r extensive  copying of t h i s  t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s representatives.  I t i s understood that copying  or p u b l i c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my w r i t t e n permission.  Department of Romance Studies The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada  Date August 18, 1966  ABSTRACT  The beautiful  grandeur  poetry  descriptions reflections poetry Terre  of des  of  the  hommes  and  The  above  a l l  the  a  his  through  way  rays  us  of  moonlight  clouds.  A n d when in  the  essay  Saint-Exupery  remind  him  surface,  he  of  on the  of  main  role  f i r s t  the  a  creep  he  the  columns  discovers  shaped  l i k e  rain-drops  f a l l e n  from  the  the  of  his his  to  the  of "vision  are  studies  at  sea, the  through  he  used  the  a  of  of  and small  realises,  r a i n  of  f i r e  he  depicts  is  slowly  wends  following  for  in  his  i n  land  of  snow.  fourth  on  plateaux  he  plateaux  explores  black must  the  his  These  as  the  f r i e n d  cathedral  Sahara.  temple,  he  the  where  r i f t s  when to  which  book,  world  Mermoz  meaning,  he  his  searching  presence  This  of  through is  of a  us  universe  The  storm  how  which,  heavens.  h a l f  f l i e s  borders  into  author's thesis  one.  i n  r i c h e r  r e c a l l s  into  purposes  the  earth.  of  the  l i f e .  s p i r i t u a l  a  t h i s  and  awaken  the  introduces  temple  on  of  of  of  the  Andes,  take  sand  i n  the  i n  suffused  universe, to  of  l i e s  has  wants  Saint-Exupery  symbols  v i r g i n  one the  which  These  of  He  view  and  the  hommes  the  chapters  poet  symbolic  Guillaumet  and  chapter  to  l a r g e l y  is  poetic  f i r s t  reveals  is  three  des  Saint-Exupery  humanity. This  The  Terre  earth  l i f e .  Saint-Exupery*s  is  which  upon  poetique.**  author  of  be  causes  their  stones meteorites Saint-Exupery's  i i i s p i r i t u a l l i n k  his  where l i e s  l i f e  to  destiny  he  loves  upon,  spring  with  to  up  the  i n  his  stars.  soul  The  dwell,  the  wondrous  contemplating  the  stars,  and  peace  of  to  of  his  memories  of  his  childhood  and  of  precious  to  him  i n  The  universe  is  then  discovery  of  their  which  w i l l  lead  l i f e .  a l l  men  to  a  that  has  him  the  firmness  bring  a l l  leads  to  desert the  sand  mind  been a  he  the  most  cathedral inmost  s p i r i t u a l  resources. The Terre with of  des a l l  second  hommes men;  mankind.  cottage  f u l l  mischievous fostered keep  a l i v e  i n  i n  this  l i k e  keep  a l i v e  destinies  f u l l  two  shock  they  In  his  sixth  in  the  desert  a  more  f a i r y  way and  discover and  new  s p i r i t u a l  old  his  and  so  of  their  f o r  tales  whom  t h e i r  men,  constant  whose  the  and  sea  with  who  i n  of  a as  man  man  is  must the  new  described  nothing  but  incredulous  the a  ears  countries. hand,  f u l f i l  r e a l l y  t h e i r  with  the  unknown  and  the  mountains.  themselves,  dwell  of  poet  Saint-Exupery describes  confronted those  the  is  the  and  explore  other  struggle  over  essays,  than  l i f e  childhood  l i f e  already  far-away on  l i v e  s p i r i t to  h a l f  communicate  miracle  eager  of  who  whose  governess  air-routes  world  be  Guillaumet,  seventh  where  and  work,  his  with  i n  The  childhood,  is  of  S a i n t - E x u p e r y has to  s p i r i t  men  in  l i f e .  as  princesses.  himself  Mermoz  the  as  t r u l y  are  and  nourished  as  he  who  routines,  men  book,  nooks  his  The  his  of  on  to  of  to  g i r l s  within  loved  part  second  t r i e s  l i t t l e  bureaucrat  he  Saint-Exupery  the  two  of  of  mainly  describes  p o s s i b i l i t i e s  set  which  studies  He  as  and  chapter  i n  l i f e  l i v e  crowded  in  c i t i e s .  iv The  Arab  enemy, hope  chieftains  Bonnafous.  that  shepherd three  of  may  and  days  brought which  he  him  The one  king  in  dwells  unknown  alone  author  marvels  at  for of  the  which  of  t h i r d  prose  author  seems  to  merging  is  mingle i n  and  of  poet  the  world  second  as the  he  are of  the  f l i e s  i c y  the  steadfastly  l i f e  he  which  anything  revealed deep At  miracle  die,  w i l l  the  us eat  or  s p i r i t u a l the  man  can realise  give  has  true  l i f e  challenge  which  the  his drink  of  of  of  that  end  S p i r i t  the  remembers  to  springs  to  the  the  presents  with  and  proof  section  seventh  essay  the  the  way  desert  sky.  These  the  his  book,  endowed  meaning  the  by him,  s p i r i t u a l  of  which  at  he  two  wends  philosopher  images  the  l i f e ,  to  the  a  The  snow  and  The  the  his  snow  blowing  way  worldly  f o r  concrete  r a i n , from  i n  where earth  which  are  amidst knowledge, f u l l  the  beauty  of  form  nature,  with  the  his  are  uses  and  of  The  worlds  author  art  hommes,  words  quest  and  passage  des  Saint-Exupery battles of  poetic  nightfall,.  are  E s s e n t i a l l y  storms  winds.  Terre  knowledge.  The  study.  i n  as  of  studies  Saint-Exupery's  s p i r i t .  through  desert  of  study  of  the  divine of  a  f i r s t  over  worlds  subject  express  and  Saint-Exupery himself the  and  The  f l y i n g  stars,  the  hardly  nourishment  chapter  from  the  music  the  never  Saint-Exupery.  poetic the  w i l l  the  release.  with  and  again  whose  human  g i f t s  clings  legendary  men. The  of  the  discovery  that  l i v e s  the  can  Bark,  l i f e  and  t h e i r  Saint-Exupery t e l l s  with  with men  the  developping  l i v e  desert  a l l  vanquishing  flocks.  grips  i n  of  slave,  day  of  the  to  dream  the  fights  of the they  elements against  mountain-top  V is  l i k e  in  the  a  is  also  lamp a  i n  winds  a  solitude l i f e  the and  taste  dom.  of  The  f u l f i l l m e n t The  the  allegories  i t s  freshness  world  and  of  conclusion  his  of a  l i f e part  a f t e r two  desire  of his  a  as  beauty  a of  l i n g e r  down  his  mountain-side  the  desert,  sea  is  blowing  off  the  is  the  of  the  section  symbolises  man's  the  f o r  taste  man's  highest  S p i r i t  where  a l l  the the  need  f o r  of  bring  of  example  sea,  symbol  sea,  s p i r i t .  of  the  of  to  team  of  p i l g r i m ,  a  the  earth,  and  to  thoughts  ever  two  l i f e  human  to  man  and  free-  aspirations  men w i l l  f i n d  be  and  a  other  free  and  on  the  men,  of  having  his  love  unity  to  wanderer but  such  i t  and  t h e i r  There  poet  a  i n  to  hand, wife  Terre is  see  belonging  on  and  his  he  des the  and as  a  poet, one  l i f e ' s  who  he  of  return  the  mysteries,  wonderfully  poetic  one as  to  to These  poetique" the  belong,  that  way.'  much  being  earth.  discovered  wants  hommes  absorb  love  can to  of  Saint-Exupery*s "vision  was  upon a  of  tendancles  present  poetique."  meditate i n  are  the  "vision  wanderings, bring  emphasises  which  possible,  tendancles  for,  to  unify  as  the  the  symbol  l i g h t  t h i r d  feels  Saint-Exupery*s  the  of  which  the  But  author  Joy.  and  his  winds  the  soul  hand,  while  the  f o r  The  desert  the  Saint-Exupery's which  p i l o t .  The  winds  sabres.  on  the  are  The  search  cottage  and  the  as  for  stars.  stars  represent  his  meditation,  i t s e l f ,  peak.  cutting  farmer*s  concerns  and  as  i t s  expresses  light-house  chapter  the  around  desert; are  imagery The  s c a r f  he  set  TABLE DES MATIERES INTRODUCTION  I  I.  8  II. III.  UNE VISION SYMBOLIQUE DE L'UNIVEES POESIE.DE LI HUMANITE  29  L'ART POETIQUE DE SAINT-EXUPERY  CONCLUSION! SAINT-EXUPERY BIBLIOGRAPHIE  PELERIN ET MOINE  58 89 99  A Mademoiselle M a r g u e r i t e Primeau mes  s i n e e r e s remerciements  INTRODUCTION., "La t e r r e nous en apprend p l u s l o n g s u r nous que tous les l i v r e s .  Parce q u ' e l l e nous r e s i s t e .  L'homme se decouvre  quand 1 1 se mesure avec 1 * o b s t a c l e . " " Saint-Exupery  expllque  1  a i n s l , dans l e s premieres  l i g n e s de l a p r e f a c e , l e drame  e s s e n t l e l de T e r r e des hommes.  Aux p r i s e s avec l a t e r r e ,  l'homme decouvre ses v e r i t e s , comme l e paysan q u i l u t t e aveo sa c h a r r u e , ou l e c h a r p e n t i e r q u i fac,onne  son b o i s avec son  r a b o t , ou l e p i l o t e q u i se debat c o n t r e l e s v e n t s e t l e s orages. L ' a u t e u r r a p p e l l e e n s u i t e une n u i t de v o l ou quelques s c i n t i l l a i e n t dans 1 * o b s c u r l t e " de l a p l a i n e .  lumieres  Son i m a g i n a t i o n  anlme l a scene e t chaque " e t o i l e " d e v i e n t " l e m i r a c l e d'une conscience."  En se demandant combien de ces f e n e t r e s sont  fermees, combien 1 1 y a "d'hommes endormls," 1 1 eprouve l e b e s o i n de communiquer avec ces c o n s c i e n c e s .  A i n s l l e but de  T e r r e des hommes e s t - i l de communiquer avec l e s hommes e t de l e s e v e i l l e r aux grandes v e r i t e s que r e c e l e l a t e r r e . L a p r e f a c e donne un apercu du r S l e de l a v i s i o n poetique chez Saint-Exupery  c a r c ' e s t une exigence de l a poesie  q u i l e c o n t r a i n t a chercher un sens a l a v i e . il  Ame p o e t i q u e ,  c o n c o i t l a n u i t comme un "ocean de t e n e b r e s " ou chaque  e t o i l e Indique une conscience d'homme. l'univers.  E t i l v o i t l ' u n i t e de  "Conna£tre,dit-il dans P i l o t e de Guerre,  p o i n t demonter, n l e x p l l q u e r .  ce n'est  C'est acceder a l a v i s i o n . "  2  2 Mais s u r t o u t , l * a u t e u r veut v o i r l a r e a l l t e q u i se cache d e r r l e r e l e s apparences,  ce q u * i l a p p e l l e " l ^ n v e r s des choses"  dans C o u r r l e r Sud ou 1 1 p a r l e d'un v i e u x j a r d l n enolos p a r un mur, ou tout e t a i t f r a l c h e u r e t beaux parfums, e t ou B e r n i s e t lui,  e n f a n t s , s*echappalent du "monde Impose", du tumulte v a i n w  de l a s u r f a c e , " 3 Avec T e r r e des hommes» Saint-Exupery s * e f f o r c e de degager ce sens poetique de l ' u n i v e r s .  Son m e t i e r de p i l o t e  l u i donne l o c c a s i o n de d e c o u v r i r un aspect neuf du monde. 1  I I transpose s a v i s i o n de l ' u n i v e r s dans son oeuvre, e t de ce f a i t , l e rend profondement v i v a n t e t symbollque.  Des l e  premier c h a p i t r e , d e c r l v a n t l e paysage d*Espagne dont Gulllaumet l u i a p a r l e , i l compare l e r u i s s e a u q u i gate l e t e r r a i n a. un "pere n o u r r i c i e r d*une t r e n t a i n e de f l e u r s , " a u s s i b i e n qu'a un enchanteur de quelques g r e n o u i l l e s .  Mais, aJoute  Saint-Exupery, ce r u i s s e a u , v e r i t a b l e s e r p e n t , l e c h a n g e r a i t a l a premiere o c c a s i o n en une gerbe de flammes. c e t t e etrange l e c o n de geographle, 1 1 encourage  Au moyen de l e s hommes a  se detourner des connaissances a r i d e s des c a r t e s e t des l i v r e s pour s ' a p e r c e v o i r que l a t e r r e e s t source de v i e e t de p o e s i e . Les paysages qu'evoquent Saint-Exupery a t r a v e r s son l i v r e se transforment presque t o u j o u r s en paysages  spirituels,  ou t o u t au moins symbollques, t e l que l e r u i s s e a u q u i n o u r r i t l e s f l e u r s comme un pere e t enchante l e s g r e n o u i l l e s comme un magicien.  L * o a s i s e t l e d e s e r t deviennent des c l l m a t s de I'ame,  ou l*homme decouvre des v e r i t e s u n l v e r s e l l e s .  Les v e r i t a b l e s  o a s i s ne se t r o u v e n t done pas autour d'un p u i t s dans l e d e s e r t  3 mais e l l e s sont l e s c o i n s de f r a l c h e u r e t de verdure dans l e coeur de I'homme, comme nous l e voyons chez l e s deux p r i n c e s s e s du "chateau de legende."^ isole  Lorsque Saint-Exupery  se trouve  sur un p l a t e a u de sable v i e r g e d*ou i l contemple l e s  e t o i l e s , i l sent en l u i un "gout d * e t e r n i t e " provenant de ses songes q u i s u r g i s s e n t de son enfance.  "Nu entre l e s a b l e e t  l e s e t o i l e s , " ^ i l decouvre que ces deux elements s i d i f f e r e n t s sont l e s " p o l e s " de s a v i e .  Le s a b l e s ' a l l i e avec l a t e r r e ,  ou plutSt avec l a " g l a i s e " d*ou l'homme e s t s o r t i ; l e s e t o i l e s symbolisent  1 ' E s p r i t q u i anime l a " g l a i s e , " e t l e monde  s p i r i t u e l auquel l'homme d o i t a s p i r e r . Une  a s c e n s i o n symbolique de l a t e r r e aux e t o i l e s f i g u r e  dans T e r r e des hommes.  L*Homme, enracine dans l a t e r r e comme  un a r b r e , d o i t s ' e l e v e r jusqu*aux e t o i l e s ou i l v i v r a dans l a p l e n i t u d e de 1 * E s p r i t , c a r c ' e s t l a seulement qu»il t r o u v e r a sa " v e r i t e . "  C e t t e decouverte  de l a v e r i t e e s t une l e n t e  e c l o s i o n de s o i que 1 * e s p r i t de 1*enfance f a v o r i s e .  Cet e s p r i t  permet de garder un r e g a r d neuf sur l e monde, comme c e l u i du p e t i t p r i n c e q u i q u i t t e s a planete pour resoudre de sa rose unique. que  l e mystere  P a r l a n t de Mermoz,Saint-Exupery e x p l l q u e  c * e s t l e meme d e s i r q u i l e pousse v e r s l * A t l a n t i q u e Sud.  "...C*est que l a genese n'est p o i n t achevee e t q u ' i l nous f a u t prendre conscience de nous-memes e t de l ' u n i v e r s , " ? d i t - i l . La d i s c i p l i n e d'un metier f a v o r i s e l a p r i s e de conscience de sol-meme p a r r a p p o r t a l ' u n i v e r s .  Le p i l o t e  entend l e "langage secret"** de l a nature, comme l e paysan q u i p r e v o i t l ' o r a g e dans l e c i e l du s o i r .  A Port-Etienne,  4 Saint-Exupery r e c o n n a l t D^approche &'vin orage de s a b l e p a r deux l i b e l l u l e s e t un p a p i l l o n v e r t q u i cognent lampe.  contre sa  Quand Guillaumet e s t perdu dans l e s n e i g e s des Andes,  un homme n a i t en l u i q u * l l i g n o r a i t : i l sent q u ' l l e s t s o l i d a i r e de 1*humanity e t responsable a s a f a m i l l e e t a lVequlpe, e t a i n s i r e f u s e - t - i l de s'endormlr comme  dans l a n e l g e  une b e t e . L a f r e s q u e que Saint-Exupery nous o f f r e dans  T e r r e des hommes, s o i t q u e l l e comprenne des p i l o t e s de l i g n e comme Mermoz ou G u i l l a u m e t , ou des c a p i t a l n e s e t des e s c l a v e s v i v a n t dans l a s o l i t u d e du d e s e r t , compose une p o e s i e de ^humanite.  Saint-Exupery y c e l e b r e des hommes comme Bark  q u i r e f u s e de sombrer dans l e neant d'une v i e d ' e s c l a v e e t q u i , gardant s a p a r t p r ^ c i e u s e de songes, reve au temps ou i l e t a i t Mohammed, conducteur de troupeaux, de nouveau un homme l i b r e .  e t au temps ou 11 s e r a  I I f a i t l ' e l o g e des hommes q u i  g r a n d l s s e n t comme l ' a r b r e , " e e t t e puissance q u i n  epouse l e e i e l . " 9 avec l ' E s p r i t .  lentement  chante l e "marlage mystique" de l'Homme  Saint-Exupery s*exprime a i n s l dans ses Carnets  en p a r l a n t a c e l u i q u i c r o i t que 1'homme q u ' i l porte en l u i e s t acheve:  "Mais, ce mariage mystique,  t u ne s a l s pas de q u e l  o l s e a u de f e u en t o i i l d e p l o i e r a i t l e s a l l e s . t»est  lnterdit."  Cet empire  1 0  L a poesie de l a r t de Saint-Exupery c o n s i s t e dans l e s ,  images de son s t y l e , l a musique de s a langue e t l e s a l l e g o r i e s q u i r e n f o r c e n t l e s bases de s a pens^e.  Son s t y l e abonde en  images q u i evoquent une v i s i o n c o n c r e t e du monde.  La nuit  5 d e v i e n t du "bitume n o i r , " l e s e t o i l e s , tremblant "comme dans une  eau v e r t e , " l u l r o n t p l u s t a r d comme des "diamants durs."  L a b e l l e poesie de l ' u n i v e r s s^ccompagne d*une symphonie v e r b a l e dont l * u n des m e l l l e u r s exemples e s t l e s u i v a n t j "Cette mort du monde se f a i t lentement."**  L a musique de ces  mots cache une s i g n i f i c a t i o n profonde, c a r c e l l e - l a  suggere  l a mort s p i r i t u e l l e du monde a i n s i que l a mort du Jour. D ' a l l l e u r s i l y a une l i a i s o n s e c r e t e entre l e s mots c l e f s de Saint-Exupery.  Sa " p e l e r i n e d * e t o i l e s "  qui l ' a b r i t a i t  1 2  " e n f o u i dans l e s a b l e " e t q u i l e r e m p l l s s a i t de p a l x , trouve son echo dans l e s p e l e r i n s barbus s u r l e f r o n t de Madrid, " q u i se degageaient de l e u r boue t o u t a u t o u r " * 3  pour chercher  l a p a l x de 1 ' e s p r i t dans l a l e c o n de botanique que donnait un c a p o r a l q u i demontalt un c o q u e l i c o t . Les a l l e g o r i e s de l a mer e t des vents evoquent p l u s encore l * e s s e n t i e l de l a pensee de Saint-Exupery, c a r l*Homme a t t e i n t aux E t o i l e s par l ' i n t e r m e d i a i r e des vents e t des marees. Lorsque Saint-Exupery raconte l ' h i s t o i r e de Bark e t p a r l e des j o u r s b r u l a n t s du d e s e r t e t de l a j o l e d*attendre l e s vents f r a i s du s o i r , i l d i t s  "Et t o u t e journee p a r a l t b e l l e comme  ces r o u t e s q u i vont a l a mer."  L a mer r e p r e s e n t e done  l*appel a l a v i e et a l a l i b e r t e .  L'Homme d o i t a i n s i s'achem-  i n e r v e r s l a mer dont l e s vents l u i apportent l e gout inoubllable.  L e s vents du Nord-Est  sont devenus pour  Saint-Exupery, perdu dans l e d e s e r t , l e s vents de l ' e s p o i r c a r i l s s o u f f l e n t de l a " d i r e c t i o n de l a v i e " ^ :  "Le Nord e s t  1  r e m p l i , l u i au moins, p a r l e chant de l a mer," ^ c o n s t a t e - t - 1 1 , 1  6 en s ' e c a r t a n t des promesses de l'Ouest avec s a c r o i x s u r l a c o l l i n e , son monastere e t son p u i t s permanent, q u i ne sont que des mirages.  T e l e s t l e message de Saint-Exupery.  Comme i l l * a  d i t dans l a L e t t r e au G e n e r a l " X " e o r l t e quelques mois avant s a mort, i l n'y a qu*un s e u l probleme dans l e monde moderne: c ' e s t q u ' i l f a u t donner un sens s p i r i t u e l a l a v i e de l'homme. Le progres i n d u s t r i e l l u i enleve ses f a c u l t e s de penser e t de sentlr.  "On ne peut p l u s v i v r e sans p o e s i e , c o u l e u r , n i amour,"  a - t - i l dit. "^ 1  A v r a l d i r e , T e r r e des hommes t^moigne de l a  poesie de l a T e r r e , de l a r i c h e " c o u l e u r " des r e l a t i o n s humaines e t de 1*amour des hommes.  7  Notes s u r 1 * I n t r o d u c t i o n *Antoine de Saint-Exupery, T e r r e des hommes, p. 139 • 2  A n t o l n e de Saint-Exupery, P i l o t e de Guerre. p. 287.  ^Antolne de Saint-Exupery, C o u r r l e r Sud, p. 61. ^Antqine de Saint-Exupery, T e r r e des hommes, p.  5lbld., p. 180-5. 6  I b i d . , p. 177.  7  I b l d . , p. 258.  8  I b i d . , p. 192.  9Antoine de Saint-Exupery, C l t a d e l l e . p. 5 1 k . I 0  A n t o i n e de Saint-Exupery, C a m e t s  (Paris» G a l l i m a r d ,  1953), P. I  -^Antoine de Saint-Exupery, T e r r e des hommes, p. 212.  I 2  I b l d . , p. 244.  I 3  Ibid.,  p. 256.  ^Ibid.,  p. 201.  I 5 l b l d . . p. 221. I  6 l b i d . , p. 229.  •^Antoine de Saint-Exupery, Un Sens a. l a V i e ( P a r i s ; G a l l i m a r d , 1956), p.226. ~ Note C o u r r l e r Sud, V o l de N u i t . T e r r e des hommes, P i l o t e de Guerre, L e t t r e a un otage, Le P e t i t P r i n c e e t Cltadelle sont c i t e s dans c e t t e these d'apres 1 * e d i t i o n sulvante: Antoine de Saint-Exupery, Oeuvres ( P a r i s s G a l l i m a r d ,  1959).  CHAPITRE PREMIER UNE V^ISIONv SYMBOLIQUE DE L'UNIVERS T e r r e des hommes se presente comme un voyage v e r s l * e q u a t e u r et l e s o l e i l . brumes de Toulouse s o l e i l a Alicante.  Au debut, Saint-Exupery  p a r t des  l o r s de son premier v o l et a t t e r r i t en  plein  P l u s l o i n , i l partage de r i c h e s heures avec  des camarades, groupes une n u i t autour de quelques bougies c e n t r e du Maroc en d i s s i d e n c e .  P l u s l o i n encore,  au  i l jalonne  des r o u t e s p o s t a l e s dans l'Amerique du Sud e t v o l e Jusqu'a. Punta Arenas.  I I se trouve e n f l n perdu avec son  mecanlcien,  P r e v o t , au fond du Sahara, b r u l e et mourant de s o i f sous l e soleil.  La ou i l f a i t f a c e a un denuement t o t a l , i l decouvre  l'homme responsable q u i v i t en l u i , d e s i r e u x de avec ^ h u m a n i t e . decouverte  communiquer  Son voyage v e r s l e s o l e i l e s t a u s s i l a  d'une lumiere s p i r i t u e l l e , q u i l u i donne une  saine et e q u i l i b r e e de l a v i e , une pour r a p p e l e r une  s o r t e de "pensee de m i d i " *  idee d * A l b e r t Camus, c a r l e s o l e i l  een cree chez l u i l e c l i m a t de l a v e r i t y . lumiere s p i r i t u e l l e , Saint-Exupery  vue  mediterran-  Dans ce c l i m a t de  p u l s e l * e s s e n t i e l de l a v i e  de l*homme en d e c h i f f r a n t l e langage de ses s e u l e s p o s s e s s i o n s , l e s v e n t s , l e s s a b l e s et l e s e t o i l e s .  Les vents sont l e  s o u f f l e c r e a t e u r de l ' E s p r i t , q u i e n r i c h i t 1 * e x i s t e n c e humaine et l a rend c o n s c l e n t e , l e s a b l e , c ' e s t l a t e r r e d'ou  l^omme  est s o r t l et ou i l s * e n r a c l n e , et l e s e t o i l e s sont l e domaine  9 de 1 * E s p r i t .  L ' u n i v e r s de Saint-Exupery  e s t done symbolique  p u l s q u ' i l met en r e l i e f l a v i e s p i r i t u e l l e n e c e s s a i r e a l'homme. Les r o u t e s que Saint-Exupery  jalonne dans  T e r r e des hommes sont non seulement c e l l e s de l ' a v i a t e u r mais a u s s i c e l l e s du poete a l a recherche des v e r i t e s de 1'homme. Luc Estang suggere c e c i quand i l d l t que T e r r e des hommes, " e s c a l e morcelee dans l e temps e t dans l ' e s p a c e , " e s t s u r t o u t "un i t i n e r a i r e s p i r i t u e l . "  Saint-Exupery  e s t un p i o n n i e r des  l i g n e s q u i l i e n t l e s hommes l e s uns aux a u t r e s dans un amour fraternel.  Des l e debut de son l i v r e , un c l l m a t f a n t a i s i s t e  et s p i r i t u e l , - n o u s l e v e r r o n s p l u s l o i n - , se degage de l'univers q u ' l l  depeint.  Dans l e premier e s s a i q u ' i l I n t i t u l e L a LjLgne, 11 evoque l e monde fabuleux que l e s h i s t o i r e s des a n c l e n s , revenus de l e u r s m i s s i o n s , trempes de p l u i e , l u i f a l s a i e n t Les montagnes q u ' i l a l l a i t  imaglner.  s u r v o l e r l o r s d'un orage, e t a i e n t  des "dragons n o i r s ; " l e u r s crStes ^ t a l e n t "couronnees d'une chevelure d ' e c l a i r s b l e u s . "  3  n  transforme  l e terrain  d'Espagne que l u i r e v e l e Guillaumet en un paysage f e e r i q u e : t r o l s orangers  t i e n n e n t p l u s de p l a c e que l a S i e r r a Nevada,  parce q u ' i l s demarquent un champ d ' a t t e r r i s s a g e ; un r u i s s e a u est "un pere n o u r r i c l e r d'une t r e n t a l n e de f l e u r s , " c ' e s t a u s s i un serpent q u i se cache sous l ' h e r b e , e t l e f e r m i e r dans s a ferme sous son e t o i l e e s t un g a r d i e n de phare. Ces images annoncent l a f a n t a l s i e q u i c a r a c t e r i s e l a v i s i o n poetique du monde de S a i n t - E x u p e r y . la signification  symbolique?  Mais q u e l l e en e s t  10 Les montagnes ressemblent a "des canons aux amarres rompues q u i l a b o u r a i e n t l e pont des v o i l i e r s E l l e s sont l'ennemi  d*autrefois."  du p i l o t e , e l l e s g i s e n t i n v i s i b l e s a u -  dessous des "mers de nuages"^ comme des mines immergees. Ces montagnes, ces "dragons n o i r s , " symbolisent done l e s o b s t a c l e s q u i i n s p i r e n t de l a peur au coeur de l'homme e t l'empechent d ' a g i r . " g l u blanche,"^  "L'etoupe  blanche" des nuages, l e u r  suggerent a. l e u r t o u r l e danger de s'y  enfoncer comme dans l a v i e a t t i r a n t e de l a s u r f a c e ou l'homme s'enlise. Au-dessus du " r l d e a u f a b u l e u x " ^ des nuages se trouve l e monde r e e l du p i l o t e , c a r 11 l u t t e la-dedans c o n t r e l e s f o r c e s de l ' u n i v e r s .  Au contact de ces f o r c e s , d i s p u t a n t son  c o u r r l e r a t r o i s d i v l n i t e s e l ^ m e n t a i r e s , " l a montagne,la mer et l*orage,"6 l e p i l o t e symbolise l'homme q u i se debat non dans l e monde de coutumes e t de conventions, mais dans un monde d e " r e a l i t e s q u i durent,"? ou 1 * e s p r i t a g i t .  Quant a l a l e c o n  de geographie de G u i l l a u m e t , e ' e s t une l e c o n q u i reclame une geographie v l v a n t e , une connalssance vraiment humaine de l a t e r r e q u i t i e n t compte des d e t a i l s .  S e l o n Saint-Exupery,  l a v r a i e v i e ne se resume p o i n t dans l e s grands mots e t dans l e s c h i f f r e s ; l e v r a i v i s a g e de l a t e r r e ne se r e v e l e pas non p l u s s u r l a f a c e d*une c a r t e . d e r r i e r e l e s apparences,  I I f a u t chercher p l u s l o i n ,  pour p e r c e r l a v i e s e c r e t e de l a t e r r e .  Saint-Exupery e s t heureux que son m e t i e r l u i donne 1*occasion d * a f f r o n t e r l e s o b s t a c l e s mysterieux de l ' u n i v e r s , e t quand i l aura v a i n c u l e s "dragons n o i r s " avec  leur  II "chevelure d ' e c l a i r s b l e u s , " 11 c o n n a l t r a un monde ou, d l t - i l : "la  n u i t venue, d e l i v r e , j e l i r a i  mon chemin dans l e s a s t r e s . "  8  Ces mots r e v e l e n t l e monde s p i r i t u e l que l u i d e o o u v r i r a son premier v o l ; i l trlomphera a l o r s des f o r c e s de l a n u i t q u i entravent l ' e c l o s i o n de l a v i e chez l*homme. Comme prelude au c l i m a t s p i r i t u e l q u ' l l aborde, Saint-Exupery nous raconte comment Mermoz, t r a v e r s a n t l ' A t l a n t l q u e Sud, s ' a p p r o c h a i t d'un orage dans l a r e g i o n du Pot-au-Noir. et  Les queues de tornade formaient un mur devant l u i  une f o i s q u ' i l l ' e u t penetre, i l se t r o u v a dans un "royaume  f a n t a s t i q u e , " comme a l ' i n t e r i e u r d'un Immense temple, l e s trombes e t a n t l e s p i l i e r s , l e s nuages formant l a voute. L a p l e i n e lune d a r d a i t ses rayons a t r a v e r s des e c l a l r c l e s e t " r a y o n n a i t entre l e s p i l i e r s , s u r l e s d a l l e s f r o i d e s de l a mer. 9 M  Mermoz s ' e f f o r c e de s u i v r e l e chenal de lumiere q u i l e condulra a l a s o r t i e de ces " r u i n e s i n h a b i t e e s . " ?  De c e t t e maniere,  11 c o n q u i e r t s a peur; en f a i t , i l n'en r e s s e n t pas. Ces rayons sont des rayons d* e s p o i r e t de v i e auxquels  t o u t homme  s'accroche quand i l se debat c o n t r e un grand o b s t a c l e . La p l e i n e l u n e , c e t t e lumiere q u i guide Mermoz, e s t done l e symbole de l a v i e de 1 ' e s p r i t , c a r e l l e guide l e p i l o t e v e r s la  decouverte  d'un homme en l u i q u ' i l i g n o r a i t .  Ce symbole du  temple peut p a r a l t r e paradoxal, p u i s q u ' i l n'est a u t r e qu'un orage en p l e i n e mer, e t p a r consequent, l e c o n t r a i r e de l a demeure s e r e i n e des dieux c r e a t e u r s e t p r o t e o t e u r s de l a v i e , gardiens de l a p a i x .  Saint-Exupery entend par l a qu'on ne peut  d e c o u v r i r s a v e r i t y e t c e l l e s de l a v i e sans prendre  conscience  12 des o b s t a c l e s q u i a s s a i l l e n t c e t t e r e a l i t e .  C'est parml des  " r u i n e s i n h a b i t e e s " qu'on decouvre 1'essence meme de l a v i e . Le poeme Ode on Melancholy  du poete a n g l a i s , John Keats,  f o u r n i t une a n a l o g l e i n t e r e s s a n t e c a r i l ne decouvre c e t t e essence  de l a v i e qu'au s e l n des orages;  les collines  r e n a l s s e n t en verdure des r a f a l e s de p l u i e . il,  r e s i d e dans l e t a b e r n a c l e meme du temple de l a m e l a n c o l i e . Apres ce p r e l u d e , Saint-Exupery  de n u i t de Casablanca il  La j o i e , conclut-  a C i s n e r o s , ou s'egarant  perd t o u t c o n t a c t avec l ' e s c a l e .  se transforme  d e c r i t un de ses v o l s de s a r o u t e ,  Le monde q u i l ' e n t o u r e  sous sa plume en une campagne c e l e s t e .  II  s u r v o l e une "crevasse de brume," au fond de l a q u e l l e i l l a mer.  Les masses de brume deviennent  p l u s l o i n "un banc de  n e i g e " ou l a lune s ' e t e i n t "comme une b r a i s e p a l e . " peine s ' i l navigue  dans une r e g i o n p o l a i r e .  un"monde v i d e de toute lumiere e t de toute Ce monde r a p p e l l e l e s "limbes etranges"  volt  C'est a  I I e s t e n t r e dans substance."  ou F a b i e n  11  s'isole  en s ' e l e v a n t au-dessus de l'orage dans V o l de N u i t ; 11 perd t o u t c o n t a c t avec l a t e r r e e t ne peut p l u s y r e v e n l r . Saint-Exupery  s ' e f f o r c e de r e t r o u v e r l ' e s c a l e et l a v i e .  Voyant une lumiere q u i b r i l l e au l o i n , i l se d i r i g e v e r s mais ce n'est malheureusement qu'une e t o i l e . l a cote e t l e s communications se r e t a b l l s s e n t . s o u l i g n e pour Saint-Exupery  elle,  I I aborde e n f i n Ce r e c l t  l a n e c e s s l t e de reperes t e r r e s t r e s .  I I f a i s a i t " l e s cents pas de l a Grande Ourse au S a g i t t a i r e , " ^ 1  dit-il,  mais i l t r o u v a i t que l e s e t o i l e s n ' e t a i e n t que des  13 "hamecons d'or," des "phares en t r o m p e - l ' o e i l , " parce s'achemlnait  parmi e l l e s sans r a p p o r t a l a t e r r e .  qu'il  "Des l o r s ,  nous nous sentlmes perdus dans l ' e s p a c e i n t e r p l a n e t a i r e , parmi cent p l a n e t e s i n a c c e s s i b l e s , a l a recherche  de l a s e u l e  p l a n e t e v e r i t a b l e , de l a n 6 t r e , de c e l l e q u i , s e u l e , c o n t e n a i t nos  paysages f a m l l i e r s , nos maisons amies, nos tendresses.* " ^ ,  C  Les renseignements des e t o i l e s sont i n u t i l e s s ' i l s ne se r a p p o r t e n t a aucun repere; de meme, l e monde de 1 ' E s p r i t n'a de sens que par r a p p o r t a l a t e r r e e t a l a v i e des hommes. Le p i l o t e , done, d o i t se r a t t a c h e r aux reperes  terrestres.  I I f a i t ses preuves dans l e v a s t e " t r i b u n a l du c i e l , " meditant l e s " t r o i s d i v i n i t e s e l e m e n t a i r e s , l a montagne, l a mer e t 1'orage."^^  Dans s a c a r l i n g u e , i l occupe une p l a c e  privileglee,  au c o n t a c t des elements q u i l e r a t t a c h e n t au d i v i n e t au t e r r e s t r e , a 1 ' E s p r i t e t a 1'Homme en meme temps. Dans Les Camarades, deuxieme e s s a i de T e r r e des hommes, Saint-Exupery  s o u l i g n e l e s dimensions a r c h i t e c t u r a l e s de l a  t e r r e que conquierent Mermoz e t G u i l l a u m e t .  Mermoz, que nous  avons d e j a v u s'acheminant entre l e s p i l i e r s du temple de 1'orage, v o l e malntenant e n t r e l e s " m u r a i l l e s de r o c " des Andes; 11 se trouve meme p r i s o n n i e r d'un Lentement l a t e r r e se transforme  "plateau a parois v e r t i c a l e s . 6 w i  pour l u i en une f o r t e r e s s e .  P l u s l o i n , c ' e s t l e symbole de l a c a t h e d r a l e q u i domine l ' h i s t o i r e de G u i l l a u m e t . Saint-Exupery s'aventura  chercha son ami  pendant c i n q j o u r s e t  sur l e s " c o n t r e f o r t s de l a montagne, ? se g l i s s a n t nI  "entre l e s murs e t l e s p i l i e r s geants des Andes."  II lui  Ik semblait v e i l l e r l e corps de son ami "en s i l e n c e dans une c a t h e d r a l e de neige."-'-^  P a r c o n t r a s t e avec l e s  descendants, i l p a r l e des zones ou l ' a i r , comme un p i l i e r , "  7  soutient l e p i l o t e .  courants  "sollde et plein  Certes,  Saint-Exupery  s ' e m e r v e i l l e de l a grandeur s t r u c t u r a l e de l ' u n i v e r s , mais i l v i s e a en degager l e sens s p i r l t u e l p a r r a p p o r t a l ' e t r e humaln.  L a c a t h e d r a l e , symbole de I n s p i r a t i o n de l'homme &  l ' u n i t e , l n t r o d u l t l ' i d e e que tous l e s hommes, q u i f o n t b i e n l e u r m e t i e r , b a t i s s e n t un monde f r a t e r n e l ; l i s sont comme l e s p i e r r e s q u i composent l a c a t h e d r a l e , ehacune s ' e l e v a n t haute que 1'autre. E t r e homme, d i t Saint-Exupery, louange de G u l l l a u m e t , que  faisant l a  c ' e s t s e n t l r , "en posant s a p i e r r e ,  l ' o n c o n t r i b u e a. b a t i r l e monde."^0  c a t h e d r a l e de neige  plus  L'image de l a  evoque l ' a r c h i t e c t e q u i se trouve  chez  t o u t homme, a u s s i b i e n que l ' a r c h i t e c t e de l ' u n i v e r s . Saint-Exupery  veut p a r l a encourager l e s hommes a b a t i r un  monde ou regnent l ' u n i t e e t l a p a i x , essences memes d'une " c a t h e d r a l e de n e i g e " e t temoignages de l ' o r i g i n e e t du d e s t i n s p i r l t u e l s de l'homme. Dans ce deuxieme e s s a i , nous voyons Mermoz a f f r o n t a n t les  p i c s de l a montagne e t " l e u r echarpe de neige" dans l e  vent.  L'image de 1'echarpe de neige  evoque une impression"  de douceur e t de p r o t e c t i o n , comme s i e l l e r e t e n a l t l e s f o r c e s de l ' o r a g e auquel e l l e p r e l u d e . que  Mais Saint-Exupery  reconnalt  c e t t e echarpe n'est que l e "palissement  des choses avant  l ' o r a g e , " e t q u ' e l l e cache des remous durs.  Par consequent,  1*avion permet au p i l o t e de d e c o u v r i r l e s dures r e a l i t e s que  15 cachent l e s apparences; l e s elements l ' o b l i g e n t a "une s o r t e de l u t t e au couteau."*^  Cette  image evoque, a son t o u r , l a  d i f f i c u l t e de l a d£couverte e t r a p p e l l e un d i e t o n hindou q u i nous enseigne q u ' i l y a autant de d i f f i c u l t e a a t t e i n d r e aux v o l e s du s a l u t q u ' i l y a de durete" a t r a v e r s e r l a lame du 21 rasoir.  Mermoz a u s s i a du l u t t e r contre l e s p a r o i s  r o c a i l l e u s e s du p l a t e a u ou i l se t r o u v a i t p r i s o n n i e r avant de connaltre  l a beaute p a i s l b l e de l a p l a i n e e h l l i e n n e q u i  s'etendait  sous l u i "comme une t e r r e p r o m i s e . "  2 2  Cette  b l b l i q u e suggere l e calme miraeuleux apres 1*orage.  image  C'est  a i n s i que 1 ' a v i o n met l e p i l o t e au coeur des problemes n a t u r e l s , q u ' i l l u i r e v e l e l a poesie de l a t e r r e , e t q u ' i l l e r a t t a c h e s u r t o u t a un monde s p i r i t u e l . Saint-Exupery i n t r o d u i t l e t r o i s i e m e e s s a i , L'Avlon, une  s o r t e d'intermede p h i l o s o p h i q u e ,  l'aube.  p a r une evocation de  I I l ' a p p e l l e "ce bouquet p a l e , " " c e t t e c l a r t e q u i  sourd, a 1'est, des t e r r e s n o i r e s * " une " f o n t a i n e  miraculeuse"23  q u i se degele e t g u e r i t l e p i l o t e a l o r s q u ' i l desespere. Cette  "aube" indique l e l e v e r d'un Jour s p i r i t u e l ou  Saint-Exupery v a t e n t e r de r e j o i n d r e l e s v e r i t e s de son age et du t e r r a i n q u i l ' a fonde, l e s v e r i t e s dont l a c l a r t e illuminera les "terres noires."  C'est l e l e v e r d'un j o u r , f r a i s  comme un bouquet de f l e u r s que prodigue l e prlntemps apres l e degel. La s i m p l i c i t e m e r v e l l l e u s e  de l'aube, a, l a f o i s bouquet  de pales f l e u r s e t f o n t a i n e r a f r a i c h i s s a n t e , guide l a pensee de Saint-Exupery a t r a v e r s ses r e f l e x i o n s .  I I considere  d'abord  16 sa  c i v i l i s a t i o n que l e s hommes ont b a t i e mais q u ' l l s n'ont  pas habitue.  L'epanoulssement du progres s c i e n t l f i q u e se  compare b i e n a un "bouquet p a l e , " parce que 1 ' a m e l i o r a t i o n des o u t i l s e t des machines ne donne pas de r i c h e s e t v i v e s c o u l e u r s a l a v i e humaine.  L a " f o n t a i n e m l r a c u l e u s e , " d'autre  part,  c e l e b r e l a s i m p l i c l t e de l ' e a u , q u i n'a n l gout, n i c o u l e u r , M  n i arome," ** e t i n s p i r e l ' i d e e que, t o u t comme l ' e a u e s t a 2  l ' o r i g i n e de l a v i e , l a s i m p l i c l t e de l a " v i e i l l e  nature,"  c e l l e du J a r d l n i e r , du n a v i g a t e u r e t du poete, s e r t de base a t o u t e s l e s recherches l n d u s t r i e l l e s des hommes q u i r e c r e e n t " l a purete elementaire de l a courbe d'un s e i n ou d'une e p a u l e , " ^ en c o n s t r u i s a n t une carene, une colonne, ou un 2  f u s e l a g e d'avion.  A l a f i n , Saint-Exupery r e v l e n t a son out11,  l ' a v i o n , dont i l d i r i g e l a "mure p u i s s a n c e , " "d'un mouvement p l u s souple que c e l u i de c u e i l l i r , " airs.  pour l ' e t a b l i r dans l e s  V o l c i ce q u ' i l a d i t a propos des o u t i l s :  de l ' o u t i l ,  "Au d e l a  e t a t r a v e r s l u i , c ' e s t l a v i e i l l e nature que nous  r e t r o u v o n s ...."**" Dans son quatrieme  e s s a i , L'Avion e t l a P l a n e t e ,  Saint-Exupery reprend son voyage de decouvertes.  Au moyen des  " t r a j e c t o i r e s r e c t i l i g n e s " ^ de son a v i o n , i l decouvre 2  l e vrai  v i s a g e de l a t e r r e , q u i se compose de paysages s t e r i l e s , de r o c et  de s a b l e , a u s s i b i e n que de paysages r i c h e s en v e r d u r e .  I I q u i t t e l e s r o u t e s c o n v e n t i o n n e l l e s que s u i v e n t l e s hommes depuis des s i e c l e s d'une v i l l e a, 1*autre, des t e r r e s a b l e aux granges, aveugles comme du " b e t a i l encore endormi," ^ q u i 2  c r o i e n t que c e t t e planete e s t "humide e t t e n d r e . "  I I decouvre  17 w  le  soubassement e s s e n t i a l , 1 * a s s i s e de r o c s , de s a b l e e t de  s e l , ou l a v i e , q u e l q u e f o i s , comme un peu de mousse au creux des r u i n e s , i c i e t l a se hasarde a. f l e u r l r . " ?  L'image de l a  2  mousse f l e u r l s s a n t parmi l e s r u i n e s r a p p e l l e l a v i e humaine q u i l u t t e pour son e x i s t e n c e e t q u i temolgne bravement de ses e f f o r t s pour une v i e d u r a b l e . Cet e s s a i comprend t r o i s tableaux au moyen desquels Saint-Exupery  depeint l e s paysages s p i r i t u e l s q u i l e conduisent  v e r s s a v e r l t e e t c e l l e de tous l e s hommes.  B  L e r e g a r d dont  11 contemple ses paysages s ' e l a r g i t jusqu'a une v i s i o n cosmlque," ? d l t P i e r r e C u r n l e r , c a r Saint-Exupery 2  etudie  1*homme e t ses c i v i l i s a t i o n s aux fonds des v a l l e e s , a t r a v e r s son h u b l o t , comme un b l o l o g i s t e f a i t son examen au microscope. I I r e l i t 1 ' h i s t o i r e e t l a desfcinee de 1'homme dans l a p a i x nocturne  du s o i r q u i c r e e dans chaque t a b l e a u un c l i m a t ou  l'ame baigne  dans l e s m e d i t a t i o n s de 1 ' e s p r i t .  Dans l e premier t a b l e a u , l e p i l o t e , mettant l e cap s u r l e d e t r o i t de Magellan  e t Punta Arenas, s u r v o l e une s e r i e de  coulees de l a v e . P l u s l l s ' a v a n c e v e r s l e Sud,  p l u s l e s coulees  sont anciennes, de s o r t e q u ' i l a un apercu s u r une epoque geologique  en f o r m a t i o n . Les v o l c a n s l e s p l u s r e c e n t s e t l e u r  coulee de l a v e forment des mamelons.  L e s "gueules  d'obusiers"  des c r a t e r e s , l e u r s " g o s i e r s geants," l e u r s crachements de f e u , f o n t penser a des meres geantes, 1'homme.  a des deesses  hostiles a  Mais maintenant l e paysage e s t " d e s a f f e c t e , " l e s  grandes orgues des v o l c a n s ne s'entendent p l u s e t l a t e r r e e s t "ornee de g l a c i e r s n o i r s . " ^ 2  Comme dans l e premier  essai,  18 1*Image d*un temple e s t evoquee, mais a u l i e u d'un temple marin, c ' e s t l a grandeur de l a musique o r l g i n e l l e e t o u f f e e par l e s " g l a c i e r s n o i r s , " ces coulees q u i ont perdu l e u r beaute sauvage e t q u i ne sont plus qu'un ornement s t e r i l e , q u i domine. Vers l e Sud, l a v i e commence a. r e n o u v e l e r l a f a c e de l a t e r r e : l'herbe forme une pelouse s u r l e s v o l c a n s , dont l e s creux ne sont a u t r e s que de v l e u x pots ou c r o i s s e n t des a r b r e s .  Cette  pelouse d e v l e n t meme un " l i n t e n d r e " ? q u i , t o u t en r e v e t a n t 2  l a t e r r e , Spouse et recoud l e s f i s s u r e s des v o l c a n s , e t cache " l e slgne sombre"30 de l e u r o r i g i n e . Tout ce passage loue l e triomphe de l a v i e s u r l a planete t e r r e . terre.  C'est une s o r t e d'hymne palen a l ' o r i g i n e de l a  L a v i e triomphe des " g l a c i e r s n o i r s " p u i s q u ' e l l e na£t  des decombres memes de l a t e r r e e t l a rend u t i l e e t f a v o r a b l e aux hommes.  L a grande l e c o n que nous donne i c i Saint-Exupery,  c ' e s t que l a t e r r e e s t d e s t i n e e a l a v i e .  E t Punta Arenas,  " l a v i l l e l a p l u s sud du monde, permise p a r l e hasard d'un peu de boue, entre l e s l a v e s o r l g l n e l l e s e t l e s g l a c e s a u s t r a l e s , " ^ met  a j o u r l e mystere de l a c o n d i t i o n humaine.  0  L'homme, l u i -  meme f a i t d'un peu de boue, d e s i r e c r e e r quelque chose de durable s u r l a t e r r e ; i l veut l a i s s e r d e r r i e r e l u i l e temolgnage q u ' i l a ete un "passager" l e s "glaces a u s t r a l e s . "  entre l e s " l a v e s o r i g i n e l l e s " e t  Ces deux poles encadrent  l a v i e de l'homme,-comme l e s "deux i n f i n i s " ^  1  l e drame de  chez P a s c a l ,  l ' i n f i n i m e n t p e t i t du neant e t l ' i n f i n i m e n t grand de l ' u n i v e r s , c a r 11 prend son o r i g i n e dans une l a v e de t e r r e e t a s p i r e a t r a v e r s s a v i e a l a purete e t e r n e l l e des g l a c e s ou t o u t e s t permanent.  19 Tout en chantant l e s louanges de l a v i e , Saint-Exupery nous r a p p e l l e que c e l l e - c l e s t un " l u x e " e t " q u ' i l n ' e s t n u l l e p a r t de t e r r e b i e n profonde sous l e pas des hommes."  Le r i c h e  t a p i s d'herbe e t de f l e u r s cache c e t t e v e r i t e de l a t e r r e , t a n d i s qu'un humble etang nous l a montre, c a r "sous l a s u r f a c e u n i e , sous l a g l a c e immobile,"  i l s u b i t l e s marees.  La petite  mare t r a n q u l l l e au bord de l a q u e l l e se balancent des roseaux, ces " r e a l i t ^ s p a i s i b l e s " q u i ne sont r i e n d'autre que des "enfants q u i jouent," r e v e l e sous son humble apparence s e c r e t e dont l a source e s t " l e pouls de l a m e r . H 3 2  une v i e  L'image  des enfants Jouant autour de 1 ' e t a n g suggere q u ' i l s sont l e s g a r d i e n s d'un royaume s e c r e t de v e r i t e s p r e c i e u s e s , q u i ne se t r o u v e n t , p e n s e r a i t - o n , non parmi l e s a r b r e s r a b o u g r i s e t l e s maisons basses, mals la. ou l a n a t u r e s'epanouit.  C'est l a  v a l e u r de l a v i s i o n poetique de Saint-Exupery, que de nous f a l r e d e c o u v r l r l e s mysteres  caches d e r r i e r e l e s apparences  et de nous r e v e l e r 1* E s p r i t c r e a t e u r q u i e s t a, l ' o r i g i n e du pouls de l a mer.  P a r consequent,  ce premier t a b l e a u f a i t  preuve de l a courbe a s c e n s i o n n e l l e de l a v i e , de ses premiers accrochements  a un peu de boue Jusqu'a son epanoulssement  dans  un gazon d'or e t quelques a r b r e s s u r une t e r r e v o l c a n i q u e e t a. ses battements  dans l e coeur d'un p e t i t  etang.  Dans son deuxieme t a b l e a u , Saint-Exupery nous raconte comment i l a f a i t un a t t e r r i s s a g e force s a b l e v l e r g e a l a l i s i e r e du Sahara.  1  s u r des p l a t e a u x de  Ces p l a t e a u x , tous de l a  meme hauteur, ressemblaient aux colonnes d'un temple t o i t s ' e s t eboule:  " A i n s i ces p i l i e r s s o l i t a i r e s ,  dont l e  dit-il,  20 temoignent d'un v a s t e p l a t e a u q u i l e s u n i s s a i t Le monde que depelnt Saint-Exupery  autrefois."^  2  commence a se r e m p l i r des  v e s t i g e s de l ' u n i t e p r i m o r d i a l e de l a t e r r e .  I I met l a  s u r f a c e s o l i d e de ces plateaux, ces v e s t i g e s de v e r i t e  terr-  e s t r e , en c o n t r a s t e avec l a p r e c a r i t e des s a b l e s e t des anciennes  salines.  Le s a b l e trompeur e t l a "blanche  croute de  s e l " q u i creve sous l e s roues de 1'avion "sur l a puanteur d'un marais n o i r , " c ' e s t une f o i s de plus l e monde engluant v i e s u p e r f i c i e l l e ou " l ' o n s ' e n l l s e " e t ou l ' e s p r i t Les s a l i n e s "sonnent dur sous l e t a l o n " e t suggerent  d'une  s'endort. ainsi  qu'au-dessous de l e u r s u r f a c e , 11 n'y a qu'un monde v i d e e t sans substance,  un "marais n o i r " auquel n i l a lumiere du s o l e i l  n i l e p l e i n a i r t o n i f i a n t n'atteignent.  D*autre p a r t , l e s  plateaux avec l e u r sable r e s i s t a n t , l e u r "amas enorme de minuscules c o q u l l l a g e s " e t l e " c a l c a i r e pur"-^ de l e u r base, q u i sont l e t e r r a i n s o l i d e d'une v i e c o n s c i e n t e , symbolisent un n i v e a u p l u s eleve de l a v i e humaine. Saint-Exupery  a p p e l l e l e p l a t e a u de " s a b l e i n f i n i m e n t  v i e r g e " ou. i l se t r o u v a i t , un "massif" e t un "chateau images q u i s o u l i g n e n t l a nature  fort,"  imprenable de ce p l a t e a u q u i  garde son t r e s o r , son " o r p r e c i e u x , " contre l e s s o u i l l u r e s des masses e t hors de l e u r a t t e i n t e .  Ce p l a t e a u e s t a u s s i une  " t e r r a s s e " q u i a b o u t i t "a une f a l a i s e q u i c r o u l a i t , a l a v e r t l c a l e , dans l'ablme, avec des p l i s de d r a p e r i e . "  Les p l i s  de d r a p e r i e de l a f a l a i s e sont l e s v o i l e s q u i protegent de v i e u x mysteres, t o u t comme l a t e r r a s s e indique une s o r t e de s e u i l d'ou l ' o n penetre dans l a maison de l ' u n i v e r s .  Le p l a t e a u  21 d e v i e n t p l u s l o i n une "banqulse p o l a l r e " 3 3 monde de purete g l a c i a l e , 1 ' i d e a l les  q u i r a p p e l l e un  des a s p i r a t i o n s humaines, c a r  c o q u i l l a g e s q u i composent l a banqulse sont r e s t e s i n t a c t s  a l a s u r f a c e , l e u r forme pure demeure a. t r a v e r s l e s s l e c l e s . L a banqulse f a i t a u s s i songer a un v a i s s e a u q u i t r a c e une route d e f i n i e comme l a t e r r e , l a "planete e r r a n t e " 3 2 hommes, q u i tourne autour du s o l e i l .  qu'habitent  les  Le p l a t e a u devient en f i n  de compte une "nappe tendue immaculee sous l e c i e l pur,"33 q u i r e c o i t l e s e a i l l o u x n o i r s , "poussieres d ' a s t r e s , " f r u i t s du "pommier c e l e s t e , " 3 ^ e t q u i f a i t p a r t i e d'un ordre domestique qui  r a p p e l l e c e l u l d'une maison.  L a t e r r a s s e e t l e s p l i s de  d r a p e r i e a;) out ent a, ce symbole. Presque tous l e s symboles que Saint-Exupery  a employes  j u s q u ' i c i e t a u s s i l e u r sens p r o g r e s s l f sont presentes en r a c c o u r c l dans ce d e r n i e r t a b l e a u , c a r l e p l a t e a u de s a b l e v l e r g e e s t successivement l a colonne d'un temple, un chateau f o r t , une "banqulse p o l a i r e , " - p l u s precisement un " n a v i r e , " comme 11 l e c o n s t a t e r a dans son t a b l e a u s u i v a n t - , e t une maison. La colonne d'un temple e t l e chateau f o r t r e p r e s e n t e n t  1'ideal  de l a s o l i d a r i t e humaine; l e n a v i r e e t l a maison sont des symboles du meme i d e a l , mais moins a l t i e r s e t p l u s a l a portee des hommes que l e s deux precedents,  puisque c e u x - c i peuvent  a p p a r t e n i r a l ' e q u i p e d'un n a v i r e e t h a b i t e r une maison. Le p l a t e a u , en somme, e s t 1'image meme de l a conscience humaine avec toutes ses a s p i r a t i o n s e t ses besoins:  son amour  de Dieu e t son i d e a l de f r a t e r n i t e humaine, evoque par l e temple, son d e s l r de c o n q u e r i r c e t i d e a l , suggere par l e chateau  22 f o r t , son b e s o i n de c o l l a b o r e r avec ses semblables par l e n a v l r e ,  exprime  e t c e l u l de v i v r e dans l ' o r d r e d'une maison.  Mais l a conscience de l'homme e s t p l u s encore.  E l l e e s t un  v e r i t a b l e "pluviometre a e t o i l e s , " 3 ^ c a r e l l e r e c o i t l e s c a l l l o u x n o i r s , ces gouttes de p l u i e q u i tombent des e t o i l e s , sur s a nappe immaculee e t ebranlent l e calme de s a v i e i n t e r ieure;  - " E t j e recus un coup au c o e u r , " 3 3 d l t Saint-Exupery  en ramassant s a t r o u v a i l l e .  Ces c a i l l o u x n o i r s sont des  f r u i t s q u i tombent du "pommier c e l e s t e " dans une " l e n t e  averse  de f e u ; " l i s tombent du domaine du f e u de 1 * E s p r i t , d'ou l * a r b r e de l a v i e humaine t i e n t son e t i n c e l l e v i t a l e . L ' a r b r e chez Saint-Exupery e s t un archetype, l e modele de l a v i e de 1*homme q u i a t t e i n t lentement a l a m a t u r i t e , s'enracinant fermement dans l e s o l e t p o r t a n t ses f r u i t s de saison.  A i n s i l e "pommier c e l e s t e " s y m b o l i s e - t - i l l a v i e  humaine v i v a n t  dans l a p l e n i t u d e de 1 ' E s p r i t .  en sont l e s f r u i t s temolgnent l'univers. rappellent  Les p i e r r e s q u i  de l ' o r i g l n e de 1*homme e t de  Dans l e u r aspect de " l a v e p e t r i e , " ces c a i l l o u x que c e u x - c i sont i s s u s d'une commune substance,  t a n d i s que l e u r "durete de diamant n o i r , " 3 4 e t l e u r l o u r d e u r de metal s o u l i g n e n t l e f a i t que l e s hommes e t l e s e t o i l e s sont des sources de lumiere; l i s l a renferment  e t l a repandent.  Leur forme de larme i n t r o d u i t l ' i d e e de l a " l e n t e averse de feu."  Saint-Exupery suggere que ces gouttes de p l u i e  fertil-  i s e n t l a conscience de 1'homme comme l a p l u i e f a i t germer l e s semences. parlent  Toutes ces images i n d i q u e n t que l e s c a i l l o u x n o i r s  l e langage de l a " v i e i l l e nature," c e l u i de l a t e r r e ,  23 du  feu  et  de  l ' e a u .  communications lancees  dans  origine  entre  l a  nuit  Les  eailloux  les  etoiles  par  lesquelles  consequent, peuvent  que  se  conduire  le  a. l a  temple,  vie  dans  l i v r e .  nappe  aimante"  sur  le  "dos  v i s i o n  diamants  entre  forme  paroe  l a  et  gravitation autre  pesanteur  "aimantees"36 Saint-Exupery ent  de  s'o II  l a  lumiere  aux  c e l l e  e  ^  va  l a  a  son  du  de  te  troisieme  de  vierge  l i e  etoiles  l a  force  dans  de a  dans  le  revelent  a. l ' h o m m e  explorer  ces  appelle  un  Retenons capitale  linge  1'Esprit  a t t i r e  et  les  etablit  ce  de  reseau fois  a  l a  gouverne  sa  terre  aussi  force  de  par  1*Esprit.  par  Cette  sont  veritable  de  lignes  a. m o i - m e m e . " 3 6  elles  lignes  Ce  une  Saint-Exupery  ramene car  q u ' i l  par  e t o i l e s .  l a  monde  tableau  importance  de  les  lui-meme  me  maison  pour  p l a n e t e . "3**  l a  d'une  et  d i t - i l ,  par  a l o r s . - ^  royaume  ,  l a  avec  c o n s t r u l r a i  sable  etoiles  et  l'homme  je  est  est  tableau  navire  l ' a f f i r m e r a  rond  terre  des  le  Saint-Exupery.  q u ' i l  pesanteur, est  de  partle  communication,  "Une  passerelles  remonte  II  son  de  e l l e  richesses  liens  q u ' i l  car  poetique  n o i r s ,  des  trouve  lntroduit  l a  l a  a i n s i  les  les  deuxieme  conscience  s * e c r i e r a - t - i l  "aimante"  son  l a  sur  l ' e p l t h e t e dans  l'homme  chateau,  reflexion  "linge  done  t e r r e ,  le  "Citadelle,  Saint-Exupery autre  l a  dans  s p i r i t u e l l e .  1'homme,"  de  proclame  construire  dernier  coeur  et  sont  s p i r i t u e l l e . Saint-Exupery  son  noirs  d i r e c t i o n .  qui  l u i  permett-  r i e n t e r . s'est  trouve  de  lune  l a  une  nuit  partageait  dans les  une  region  collines  de  d'or  sable en  ou  versants  24 lumineux e t en v e r s a n t s d'ombre.  L ' i d e e des " l i g n e s de partage  de l a l u m l e r e ^ ^ suggere d e j a une atmosphere d ' e q u i l i b r e n e c e s s a i r e a 1 * o r i e n t a t i o n de s o i .  Saint-Exupery  e s t meme  " a l l o n g e sur une c r e t e , " sur une de ces l i g n e s de partage, de s a decouverte  lors  de l a g r a v i t a t i o n de l a t e r r e . Ce c l i m a t a  sa p a r t de menaces dans son "ombre" e t son " s i l e n c e de p l e g e , " et  s a p a r t de v e r i t e dans l a lumiere de l a lune e t s a " p a l x de  t r a v a i l suspendu."  En e f f e t , l ' a u t e u r a p p e l l e ce paysage un  " c h a n t i e r d e s e r t d'ombre e t de l u n e , " comme s i l e s hommes y t r a v a i l l a i e n t l e Jour.  C e t t e image temolgne q u ' i l se sent tout  pres du genre humain meme dans l ' i s o l e m e n t .  Mais 11 l n s i s t e  s u r l a nature d e s e r t i q u e de ce paysage pour mieux l'opposer au monde v l v a n t des e t o i l e s . nocturne"  I I 1'appelle " l e b a s s i n du c i e l  e t un " v i v i e r d ' e t o i l e s . " 3 7  l a s t r u c t u r e e q u i l i b r e e du c i e l ;  L'image du b a s s i n evoque  c e l l e du v i v i e r , t o u t en  i n t r o d u i s a n t 1'eau comme l n t e r m e d i a i r e entre l e monde c e l e s t e et est  l e monde t e r r e s t r e , suggere qu'une abondance de v i e l i b r e y conservee.  Saint-Exupery,  etendu sur l e s a b l e entre ces  deux mondes d ' e q u i l i b r e , " l e s bras en c r o i x , " 3 7 f a c e au c i e l , cherche  a s ' o r i e n t e r p a r r a p p o r t aux " d i r e c t i o n s c a r d i n a l e s " 3 8  de s a v i e , symbolisees  p a r ses "bras en c r o l x , " c a r i l se sent  v e r t i g l n e u x , "deja d e l l e , l i v r e a l a chute comme un p l o n g e u r . " ? 3  L'eau e s t l e symbole du s o u t i e n des r e s s o u r c e s  spirituelles  chez 1'homme q u ' i l decouvre quand i l n'a "aucune r i c h e s s e t a n g i b l e , " quand 11 e s t entoure  du denuement du d e s e r t .  "Je vaux, dans l e d e s e r t , ce que v a l e n t mes d l v i n i t e s , " " ^ t e c l a r e r a Saint-Exupery  quatre ans p l u s t a r d dans s a L e t t r e a un otage.  25 L*image de l ' e a u  i n t r o d u i t line s e r i e d'images de l a mer  et l e symbole du n a v i r e , c a r Saint-Exupery eprouve l a s e n s a t i o n d'Stre soutenu e t t r a n s p o r t s  p a r l a t e r r e , comme par un n a v i r e ,  dont i l devine l e "pont c o u r b e .  H  I I a su e t a b l l r s a v e r i t a b l e  p o s i t i o n s u r l a t e r r e en temoignant des f o r c e s de g r a v i t a t i o n qui l ' y tiennent  "noue" & s a s u r f a c e ronde.  Une f o i s de p l u s ,  l a decouverte d'une v e r l t e de l a t e r r e l'amene a une r e a l i t e s p i r i t u e l l e , c e l l e d ' e t r e ancre a l a t e r r e "comme l e s corps des g a l e r i e n s morts, l e s t e s de plomb" q u i h a b i t a l e n t " l e fond des mers."  Cette  gravitation.  image r e p r e s e n t e l a nature "souveraine" de l a Les g a l e r i e n s , esclaves  l l b e r e s p a r l a mort e t l i s h a b i t e n t  pendant l a v i e , ont e t e  maintenant l a p a t r i e de l a  l l b e r t e , l a mer. Tout en suggerant que l e s hommes sont du t a n g i b l e e t des s e n s a t i o n s ,  esclaves  Saint-Exupery eprouve une  d e l i v r a n c e de ses sens, une l i b e r t y permise p a r l a pesee de l a g r a v i t a t i o n , "harmonieuse, soutenue, egale pour  l'eternite. 37 H  Mais q u e l l e e s t l a nature exacte de c e t t e d e l i v r a n c e dont i l temoigne? La s o u v e r a i n e t e de l a g r a v i t a t i o n r e s i d e dans l e f a i t q u ' e l l e epaule l e s hommes a t r a v e r s l e s ages sans q u ' i l s s'en apercoivent,  t o u t comme l a v i e s p i r i t u e l l e n o u r r i t e t s o u t i e n t  l e s hommes a . l e u r i n s u . souveraine, c'est  Etre conscient  de l a g r a v i t a t i o n  s e n t i r l e s l i g n e s de f o r c e q u i e q u i l i b r e n t  e t p S l a r l s e n t l a v i e humaine, l a seve i n v i s i b l e de l a v i e de 1 * E s p r i t q u i gouverne l e s hommes.  Ces l i g n e s de f o r c e sont  pour Saint-Exupery l e s v e s t i g e s de son e t e r n i t y , l e s songes q u i s u r g l s s e n t du fond de son enfance "comme des eaux de source."37  26 Tout ce q u ' l l a alme e t r e s s e n t i , comme l e pare rempli de sapins e t de t l l l e u l s ou 11 J o u a l t naguere e t l a malson q u ' i l h a b l t a l t , toute personne dont 11 a comprls 1'humble d e s t l n , comme s a v i e i l l e gouvernante, v i v e n t dans sa memoire. Ces v e s t i g e s du s o u v e n i r sont l e s " m i l l e r e p e r e s " n e c e s s a i r e s a son o r i e n t a t i o n parmi l e s " m i l l e s i l e n c e s " 3 9  a. u d e s e r t .  Ce sont eux q u i temoignent de ce q u ' i l e s t parce  qu'ils  c o n s t r u i s e n t l e reseau de " d i r e c t i o n s c a r d i n a l e s " q u i l e r e v e l ent a lul-meme; e ' e s t - a - d i r e q u ' i l s composent l e "massif  obscur"  du coeur, l e t o t a l des f o r c e s s p i r i t u e l l e s sur l e s q u e l l e s s'etablit l a vie reelle.  "Mes songes, c o n c l u t  Saint-Exupery,  sont p l u s r e e l s que ces dunes, que c e t t e lune,, que ces  «36 presences."^ A i n s i l e s a b l e e t l e s e t o i l e s d e v i e n n e n t - i l s pour Saint-Exupery decouvert  l e s poles "aimantes" de son e x i s t e n c e .  Ayant  un sens a. sa v i e au moyen d'une c o n f r o n t a t i o n avec  l ' u n i v e r s , i l e l a r g i t l e s h o r i z o n s de son l i v r e e t tente de r e j o i n d r e l e s V e r i t a s de 1'homme u n i v e r s e l dans l e denuement a s c e t i q u e des mers de s a b l e du Sahara, ou l e s hommes se trouvent f a c e a eux-memes e t decouvrent l e u r s r e s s o u r c e s  spirituelles.  Notes sur le Chapitre Premier Albert  pp. 356-67.  Camus, L'Homme Revolte (Paris: Gallimard, 1951),  Luc Estang, Saint-Exupery par lui-meme du Seuil, 1961), p.78.  (Paris:  Editions  ^Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 148. **Ibld.. p.l44. 5  Ibid., p. 1^3.  6  Ibid., p. 154.  ^Antolne de Saint-Exupery, Courrler Sud, p. 33• 8Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 148. 9lbld.. p. 149. John Keats, Poems Published in 1820 (Oxford: The Clarendon Press, 1909), PP. 140-2. I0  **Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 150. Antoine de Saint-Exupery, Vol de Nuit. p. 125.  I2  ^Antolne de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 152. ^Ibid., p. 151. I5  Ibid.  p. 154.  I6  lbid.  P. 155.  7lbid.  p. 160.  I  I8ibid. p. 161. I9  Ibld.  p. 162.  20  Ibld.  p. 166.  21"dicton  employe p a r Somerset Maugham comme epigraphe de son roman, The Razor's Edge. "The sharp edge o f a r a z o r i s d i f f i c u l t t o pass over; thus the wise say the path t o S a l v a t i o n i s hard." Katha-Upanishad.  28 Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 156.  22  23ibid., p. 168.  **Ibld. p. 242.  2  25  Ibid.  p. 169.  26  Ibid.  p. 170.  7lbid.  p. 172.  2  28|bid. p. 171. 29pierre Curnier, Pages Commentees d'Auteurs Contemporains (Paris: Classiques Larousse, 1962), Tome I, p. 180. 3°Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 173. •^Blaise Pascal, Pensees et Opuscules (Leon Brunschvlcg, editeur) (Paris: Classiques Hachette, 1959)» PP. 347 et seqq. 3 Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 174. 2  33  Ibld.. p. 175.  34ibid., p. 176. 35Antoine  de Saint-Exupery, Cltadelle, p. 516.  36Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 179. 37ibid., p. 177.  -^Antoine de Saint-Exupery, Lettre a un otage, p. 395« 39Antolne de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 178.  CHAPITRE I I POESIE- DE L'HUMANITE, "J at 1  e c r i t avec p a s s i o n T e r r e des hommes pour d i r e a  ma g e n e r a t i o n , vous etes h a b i t a n t s d'une meme p l a n e t e , passagers d'un meme n a v i r e ! "  1  A i n s i s'exprime Saint-Exupery  dans une L e t t r e l n e d l t e au G e n e r a l C apres l a composition de son l i v r e .  I I v o u l a i t p a r l a encourager l e s hommes a se  r e c o n n a l t r e comme f r e r e s malgre l e s d i f f e r e n c e s de race e t l a c o u l e u r de l e u r peau.  Le Bedouin de L i b y e q u i donne de  l ' e a u a Saint-Exupery apres que ce d e r n i e r se f u t egare dans l e d e s e r t , r e p r e s e n t e l'humanite  e n t i e r e q u i , ayant entendu  l ' a p p e l du naufrage, v i e n t l e s e c o u r i r .  M  T u es l'Homme, d i t  Saint-Exupery, e t t u m'apparals avec l e v i s a g e de tous l e s hommes & l a f o i s . nous as reeonnus." des hommes.  Tu ne nous as Jamais devisages e t d e j a t u 2  Le Bedouin  i n c a r n e 1 ' i d e a l de l a f r a t e r n l t e  Mais c e t i d e a l n'est qu'un s e u l aspect du " m i r a c l e  humain"3 que l ' a u t e u r nous f a i t r e s s e n t i r , s e l o n 1'expression de B.-M. A l b e r e s .  L a v i s i o n poetique de Saint-Exupery nous  r e v i l e l e s molndres a s p e c t s de ce m i r a c l e . Pour Saint-Exupery, l e monde de l ' e n f a n c e fonde l e m i r a c l e de 1'homme, c a r c ' e s t a. c e t t e epoque-la que 1 ' e s p r i t commence a e c l o r e e t a s ' e m e r v e i l l e r de l ' u n i v e r s .  Comme l e  d l t t r e s b i e n l e phllosophe espagnol, Jose Ortega y Gasset, s ' e m e r v e i l l e r , c ' e s t commencer a comprendre.  L e s premiers  30 emerveillements de l ' e n f a n c e n'ont  jamais completement d i s p a r u  chez Saint-Exupery; i l s r e j a i l l l s s e n t sous l a forme de songes l o r s de ses heures de s o l i t u d e -en f a c e du depoulllement du d e s e r t , p a r exemple.  Un pare entoure d'un " p e t i t mur de p i e r r e s  g r i s e s " c r e a i t pour l u i quand i l e t a i t enfant, un domaine i n f i n i , un "royaume sans l i m i t e " q u i e t a i t t o u j o u r s a e x p l o r e r et a i n s i un pare "magique, glace, b r u l a n t , " un monde inchangeable et pur ou j o u a i e n t l e s d e s i r s f a n t a i s i s t e s e t ardents des enfants.  Le "mur de p i e r r e s g r i s e s " q u i 1'entoure  symbolise  un monde uniforme e t i n c o l o r e q u i e s t p a r f o i s c e l u i de 1'homme mur,  l a b a r r l e r e t e r n e de ses l i m i t a t i o n s q u i l u i i n t e r d i s e n t  de r e n t r e r dans 1 ' i n f i n i de ce pare, c e t t e " c i v i l i s a t i o n  close  ou l e s pas a v a i e n t un gout, ou l e s choses a v a i e n t un sens q u i n ' e t a i e n t permis dans aucune a u t r e . " ^ l e "sens" des choses temoignent  Le "gout" des pas e t  de l a q u a l i t e que l e u r donne  l a l i b e r t e de l ' e n f a n c e e t l ' a f f r a n c h i s s e m e n t de toute r e g i e . Un poeme des Songs of Innocence  and o f Experience du  poete W i l l i a m B l a k e , i n t i t u l e The Garden of Love^, q u i depeint un j a r d i n semblable ou i l  j o u a i t , e n f a n t , en p l e i n  soleil,  parmi l e s f l e u r s , nous o f f r e l a mSme v i s i o n poetique de l'enfance.  Lorsque l e poete r e v i e n t au J a r d i n quelques annees  plus t a r d , i l ne trouve r i e n d'autre qu'un c i m e t i e r e  e t une  c h a p e l l e sombre au m i l i e u , ou des p r e t r e s vetus de n o i r i n t e r d i s e n t 1'entree a t o u t a u t r e e t e n c e r c l e n t de ronces l e s f l e u r s dont 11 a v a l t f a i t  Jadls sa Joie.  La maturite a f a i t  fuir l a vision. Saint-Exupery  i n s i s t e que l ' o n d o i t empecher & une  31 m a t u r i t e i n c o l o r e d ' e t o u f f e r a i n s i 1 * e s p r i t de 1*enfance, c a r c ' e s t c e l u i - c i q u i f a v o r i s e une v i e e v e i l l e e e t c o n s c i e n t e de l ' u n i v e r s e t q u i permet l e m i r a c l e humain.  Dans ce but, i l  brosse un p o r t r a i t p a r t i c u l i e r e m e n t poetique  de 1'enfance dans  son cinquieme e s s a i de T e r r e des hommes i n t i t u l e O a s i s , ou 11 nous donne l e r e c l t t o u t f a n t a i s i s t e d'une f a m l l l e q u i l ' a c c u e i l l e dans l e u r maison d e l a b r e e au coeur d'un "bouquet d'arb-res"?  en A r g e n t i n e ,  Saint-Exup£ry observe que l a v i e dans  ces pays se cache d e r r i e r e l a s u r f a c e us£e des choses;  "l'herbe  i r o n i q u e " pousse entre l e s paves de l a c a p i t a l e du Paraguay pour v o i r " s i l e s hommes t i e n n e n t t o u j o u r s l a v i l l e ,  s i l'heure  n ' e s t pas venue de b o u s c u l e r un peu t o u t e s ces p i e r r e s . " herbe temoigne de l a " f o r e t v i e r g e i n v i s i b l e , mais  Cette  presente,"  image q u i suggere l a f r a l c h e u r de 1*enfance dont 1 * e s p r i t demeure cache en l'homme e t bouscule  de temps en temps l e s  p i e r r e s f i g e e s d'une v i e de c o n f o r m i t e . De p l u s , l a " f o r e t v i e r g e " e s t l e symbole de l'ame des Jeunes f i l l e s q u i a c c u e i l l e n t Saint-Exupery, postes au s e u i l d'un royaume i n t e r d i t . " g main "avec un a i r de c u r i e u x d e f i , "  de legende;"^  delabrement n a t u r e l .  E l l e s l u i tendent l a  et disparaissent aussi  s i l e n c i e u s e m e n t q u ' e l l e s sont apparues. ce "chateau  comme "deux juges  Hien n'est repare dans  t o u t y e s t conserve  dans un e t a t de  L e s meubles sont bancals; 11  y a des  c r a q u e l u r e s dans l e p l a f o n d , des t r o u s dans l e p l a n c h e r . Q  A i l l e u r s , l e parquet  q u i b r a n l e e s t une " p a s s e r e l l e "  f r a n c h l t pour s'embarquer v e r s un pays inconnu.  que l ' o n  L e s jeunes  f i l l e s possedent des animaux e t savent d i s c e r n e r meme s i l e u r  32 r e n a r d e s t d'humeur abordable; s e c r e t des c r e a t u r e s .  e l l e s entendent l e langage  E l l e s J e t t e n t des regards f u r t i f s et  l n t e l l l g e n t s s u r l e u r h6te quand e l l e s l u i annoncent q u ' i l y a des v i p e r e s sous l a t a b l e , pour j u g e r s ' i l e s t parmi l e s "barbares" q u i ne comprennent r i e n au langage de l a n a t u r e . E l l e s ressemblent,  en e f f e t , a l e u r s v i p e r e s q u i se g l i s s e n t  dans l e u r t r o u a l ' i n s u de presque t o u t l e monde, et c r e e n t a i n s i une atmosphere mysterleuse, q u i e s t l e propre de l ' e n f a n c e . Ces  jeunes f i l l e s aimantent  l e u r connalssanoe  ce domaine de l ' e n f a n c e grace a  du langage u n i v e r s e l de l a n a t u r e , sans  l e u r v i s i o n du monde s e r a i t incomplete  et bornee.  quo!  "Elles  e t a l e n t melees & quelque chose d ' u n i v e r s e l , " 9 d i t l ' a u t e u r avec emerveillement. A l a f i n de c e t e s s a i , Saint-Exupery  s ' e e r i e qu'un  homme q u i aime l e s "pares s o i g n e s , " ^ ^ emmenera une p r i n c e s s e s en e s c l a v a g e .  C'est l u i , l e pretendu  des  c i v i l i s e , qui  e s t l e v e r i t a b l e barbare, p u i s q u ' i l ne s a l t a p p r e c i e r que l ' o r d r e des hommes.  Saint-Exupery  oppose done l e s "pares s o i g n e s "  aux  J a r d i n s sauvages, l ' o r d r e sans i n t e r e t d'une m a t u r i t e t e r n e a l a beaute n a t u r e l l e de l ' e n f a n c e . t-il  "La v i e cree l ' o r d r e , d i r a -  dans l a L e t t r e a un otage. mais l ' o r d r e ne cree pas l a  vie."**  I I c o n t r a s t e l a "maison neuve" que b a t i r a i e n t l e s  macons et l e s c h a r p e n t l e r s au moyen de l e u r sacrilege,"*  2  "outillage  avec l a v l e i l l e maison p l e i n e de r e c o l n s myster-  i e u x , remplie d'une odeur comme c e l l e de l'encens. s'il  Tout comme  s'ag^Lssait d'une v r a i e e g l i s e , c e t t e maison e s t l e domaine  sacre de l'enfance ou 1 ' e s p r i t et 1 ' i n t e l l i g e n c e sont a l e r t e s e t  33 aigus. peut  De  meme  c r o l t r e  que  et  l a  p r o d u i r e de  un  terrain  favorable,  et  c r o l t r e  des  1'enfance  de  son  l i v r e sur  le  l a  Cet  enfant  vie."  "protege,  devenir!" ^ c u l t i v e r  glaise  de  Avant une  maturite  parler v i e ,  des  et  de  par  de  a  chaque  dans  jour  s'endorment  a  des  nous de  une l a  son vie  meme  comme  et  a  l a  ouvriers promesse  des  de  de l a  Terre  l i s fois  compagnons.  de  legendes: ne  s a u r a l t - i l  anime  i l  l a  humain." qui  favoriseralent faut  11  l'ecloslon  de  r e a l i s a t i o n des  courrier.  une  qui  s p i r i t u e l l e s ,  routine.  heure  leurs  conditions  bureaucrates  premier de  "miracle  empechent  les  declarer  belle  prince  ennemies  Au debut  decrit  "une  s'epanouir  favorables.  des  1'esprit  valeurs les  peut  donne  Jardiniers favorisent,  de  le  les  va  presente" fois  S a i n t - E x u p e r y , que les  opere  consequent,  l'aube  engourdls  que  sont  l'homme.  Saint-Exupery cortege  qui  petit  une  sont  1'enfant  au  mais  l'homme  q u ' i l  voit  d i t  conslderer  forces  ce  i l  v i t a l e  qui  consciente  q u i ,  potentiel  rose  de  conditions  deja  duquel  cultive,  et  richesses,  contemple  l ' e t l n c e l l e  l'homme  les  ressemble  Comme l a  1  faut  visage  entoure,  s i  i l  i n v i s i b l e  1'esprit  suggere  quand  polonais,  vierge  grandes  a i n s i  Saint-Exupery f i n  "foret  l a  du  hommes,  qui  l u i  servaient  Ceux-ci  montent  sont  dans  l n s t a l l e  de  sur  1»autobus leur  Saint-Exupery appelle  siege, cette  14 a c t i v i t e  humaine  rappelle  le  Sisyphe sans pas  de  p o r t r a i t l'homme  v i s a g e . ^ le  "une  sentiment  que  le  de  nous  absurde  Mais de  sorte  charroi donne  pris  petit  t r i s t e . "  Camus dans  dans  le  bourgeois  l'absurdite  de  sa  L'image Le  Mythe  de  va-et-vient  des  de  n'eprouve  vie  Toulouse qui  ressemble  jours  34 pourtant aveugle  a  une  de  maison  ciment  Saint-Exupery paix  a.  c e l l e De  sa  ou  le  les  Le  pas  ^  Ce  de  l ' a s t r o n o m e . . . " des  en  de que  est  done  m i l l e  les  de  de  "rites  les  materiels;  v i e  endormi,  le  C a l l o t , qui  marees maturite  i l  de  sa  bourree de  ou  q u i  mort.  l ' u n i v e r s .  une  autres  l a  d'une  t r a i t e n t  Emile  forces  des  q u i  sa  m a t e r i e l l e ,  et  b a r r i e r e  a  construit  v i e  vents,  soucis  c e l l e s  Selon  et  les  II  lumiere."  rempart  poesie  des  sa  c e l u i  1'humble  l a  l a  a i n s i  que  est  l a  issues.  bourgeois  bien  est  les  vers  suggere  qui  musicien  l u i .  ce  "contre  hormis  "le  "mille  et  rempart  1'homme  tuent  dont  eleve  conscient  toutes  ^chappees  p a r f a i t  1*homme  questions  ennemi  s ' e f f r a i e  1  ferme  aussi  journees  exile  c e l l e s - c l  les  termites  ordre  ses  n ' e s t de  grand  oar  de  a  facon  Toulousaln a  q u i  bourgeois  des  un  e t o i l e s . "  incolore  l a  on  s p i r i t u e l l e ,  regne  plus,  pose  compare  v i e  etouffants" et  "toutes  l ' a c t i v i t e  rongent  dont  Le  petit  ne  se  securite. routines,  poete,  ou  Saint-Exupery  t i s s e n t  l a  trame  17 incolore  d'une La  dans  le  humanite  v i e i l l e  desert,  destinee  dont  iennes  de  l a  "piles  de  draps  moindre  un  autre  horizons  maison  usure.  v i g u e u r , . . . . "  gouvernante  est  les  sans  a  exemple  se  sont  f a m i l i a l e .  blancs  comme  L'auteur  l a  qui  Saint-Exupery,  poignant  r e t r e c i s  E l l e  neige," v o l t  songe  avait dont  "toujours  d'une  aux  e l l e  humble  taches  f a i t  sa  £choue  q u o t i d -  r e l i g i o n  r e p a r a l t  v e r i f i a n t ,  des  l a  depliant  ,  T O  r e p l i a n t , p a r t i c i p e s  recomptant renforce  sourde"*^  qui  l ' o r d r e .  Ce  n'est combat  le  linge  b l a n c h i . "  l ' a c t i v i t e autre  qu'un  rappelle  monotone combat  c e l u i  de  Cette de  serie  de  l a  v i e  "aveugle  contre  les  ennemls  Genevieve  dans  et de  Courrler  Sud  35 qui  se  revolte  contre  Herlln,  qui  Dans  pensee,  sa  Cependant, "proteger l a  vie  et  de  reduire  un  celui  son  du  esprit  de  eternelle.  des  Le  sa  18  meme  en  qui  vie  sa  manteau  poussiere  gagnes est  par  propre 2  1*amour et  ordre  l a  console.  semble  lutte  pour  gouvernante, de  1'ordre  poesie  chez  v i e i l l e  gouvernante  sert  assidue  des  »  Saint-Exupery suggere  bourgeois routiniere  f a i t  mari,  luisant  excessif de  son  sur  et  Son  0  de  l'ennemi."  La v i e i l l e  protection  Saint-Exupery est t ' a  l a  obscure."  aveuglement,  petit  le  peut  l'homme  esclavage.  i d e a l .  ne  pas  comment  dans  jamais  sa  ce  et  chirurgien.  engonce  "Nul  meuble  est  que  par  neige,"  tend,  deplace,  d'emerveillement  imaginant  de  c e l l e - c i  qui  demontre  navire,  glacees  mort  sources  En ou  un  "c'etaient  l a  part,  les  sur  vase  pour Genevieve,  comme  d'autre t a r i r  tralne  un  vers  de  un  comme  ideal  dans  tout  de  meme  evader  et  tu  au  un  1*humble de  de  contraire,  manteau,  es  vie  nettete  compatlssant  n'en  Dleu  "provisions  que  Toulouse,  un  n'a  aucun  envers  point  l u i .  responsable,"  16 l u i  d i t - i l .  pathetique  C'est qui  se  tentative  chez  ressentir  q u ' i l  hommes  prendre  de  ressources  q u ' i l  degage  l'auteur faut  comprend  de de  ces  conscience  s p i r i t u e l l e s ,  qui  aime  portraits  nous  dormer un  et  l'humanlte.  f a i t  " r e j o i n d r e , " sens  de  a  leurs  les  l a  vie  2  preuve 1  qui  qualites  elevera  de  Le  de  nous  l a  faire  permettra  et  de  au-dessus  aux  leurs  du  quotidien  prosalque. La rappelle  l a  Secretaire  nature piece sont  etouffante de  les  d'une  Camus,  L'Etat  symboles  d'un  vie de  d'ordre Siege  ordre  ou  et  de  l a  Peste  deshumanise  routine  qui  et  l a  enleve  36 aux  hommes meme provisoirement  volonte.  I I s ' a g i t de l ' o r d r e t y r a n n i s a n t des c h l f f r e s et  machines q u i f a i t ecrasee  l e u r capacite d'agir selon l e u r  echo aux  p a r o l e s de Saint-Exupery  sous l e joug n a z i :  ment t r i s t e — e t  "...Aujourd'hui,  en profondeur.  a. sa p a t r i e  je s u i s profonde-  J e s u i s t r i s t e pour  ma  g e n e r a t i o n q u i e s t v i d e de t o u t e substance humaine. connu que  des  Qui, n'ayant  l e bar, l e s mathematiques et l e s B u g a t t i comme forme  de v i e s p i r i t u e l l e , se trouve aujourd'hui s t r i c t e m e n t g r e g a i r e q u i n'a  p l u s aucune  dans une  action  couleur."  En c o n t r a s t e avec c e t t e v i e e t o u f f a n t e ,  2 2  Saint-Exupery  p r e c o n i s e un ordre comme c e l u i de l ' a r b r e q u i v i t et cree continuellement,  t o u t en conservant  f r u i t s et ses n i d s d'olseaux.  "Mon  1 * u n i t e de ses branches, ses ordre c ' e s t l ' u n i v e r s e l l e  c o l l a b o r a t i o n de tous a t r a v e r s l ' u n , d e c l a r e r a - t - i l dans C i t a d e l l e . et c e t ordre m*oblige a c r e a t i o n p e r m a n e n t e . " 2 3 Saint-Exupery  se l i b e r e de c e t t e v i e de " r i t e s e t o u f f a n t s "  au moyen de son m e t i e r de p i l o t e .  Dans une  preface q u ' i l a  e c r i t e au l i v r e de Maurice Bourdet, Grandeur et S e r v i t u d e  de  l A v i a t i o n , i l e x p l i q u e ce q u i e s t vraiment " e s s e n t i e l " pour 1  le pilote.  Au moment ou c e l u l - c i , au-dessus de l a v i l l e ,  g l i s s e v e r s l e t e r r a i n d'at t e r r i s sage, i l se sent libere" de toutes l e s a f f l i c t i o n s des hommes, de l e u r s s o u c i s d'argent, de l e u r rancune e t de l e u r p e t i t e s s e . a un p r i n c e q u i r e n t r e a l o i s l r aux il  Saint-Exupery  l e compare  J a r d l n s de son p a l a i s ou  r e t r o u v e r a des t r e s o r s q u i l u i sont c h e r s .  " I I n'est  pas  l e f o r c a t q u i , apres l e t r a v a i l , va s'enfermer dans sa b a n l l e u e , mais l e p r i n c e q u i regagne & pas l e n t s ses j a r d i n s .  Porets  v e r t e s , r i v i e r e s b l e u e s , t o i t s r o s e s , ce sont des t r e s o r s q u i l u i sont rendus.  E t c e t t e femme, encore noyee parmi ces  p i e r r e s , q u i v a n a l t r e , q u i v a g r a n d i r a son e o h e l l e , q u * l l v a aimer...." * 2i  c e s r l c h e s s e s q u i sont a l u i l e r a t t a c h e n t a  l'humaln a mesure q u ' i l r e v i e n t aux r e a l i t e s de l a t e r r e . Le royaume que l u i o f f r e son m e t i e r , a s a v o l r l a grandeur e t e r n e l l e de l a t e r r e q u i l u i a p p a r a l t l o r s de son d e c o l l a g e , e t l a maison e t 1'amour de s a femme a l'heure du r e t o u r , indique une c e r t a i n e dichotomie  chez  Saint-Exupery.  C e l l e - c i se trouve d£ja indiquee dans l e c o n t r a s t e entre l e p i l o t e , Bernis,de C o u r r l e r Sud, "ce f u g i t i f , c e t enfant pauvre, ce m a g l c i e n ,  H  e t l e s v i l l a g e o i s , " p r i s o n n i e r s d'eux-memes" q u i ,  comme l e s f i a n c e e s t r o p f i d e l e s des matelots b r e t o n s , h a b i t e n t touJours l e u r v i l l a g e de " c a r t e p o s t a l e . " - * 2  Saint-Exupery a  touJours s e n t i , comme B e r n i s , l e b e s o i n de f u i r , de " c o u r i r l n d e f i n i m e n t t o u t e s l e s mers du g l o b e , ne touchant  t e r r e qu'a  son grS, voyageur liber£ a jamais de l ' o b l l g a t i o n d ' a t t e r r i r . . . . " ^ 2  a eat a i n s i q u ' i l e x p r l m a i t ce reve en 1932 l o r s d'un p e t i t 1  voyage avec son ami, l e docteur P e l i s s i e r , q u i l u i r e v e l a i t l e s J o i e s de l a n a v i g a t i o n a v o i l e .  Mais i l se sent  r a t t a c h e en meme temps a l a t e r r e e t a. s a p o e s i e  fortement eternelle.  A l'heure du danger, i l reve aux c r o i s s a n t s chauds e t au c a f e au l a i t , l e "cadeau m a t l n a l de l a v i e " ' ' q u ' i l r e c e v r a a son 2  atterrlssage.  H e n r i Peyre p e i n t sous de b e l l e s c o u l e u r s l a  d u a l i t e de l a d e s t i n e e du p i l o t e , ses reves d'evasion e t son rattachement  a l a terre:  "Among h i s p e r i l o u s cosmic wanderings,  the warm s e c u r i t y o f a s o f t bed and i n the morning, h o t croissants,  38 and c a f e au l a i t appear as goods o f u n a t t a i n a b l e , haunting v a l u e which w i l l a g a i n l i n k t h e knight o f the a i r t o . p l a i n but dear r e a l i t i e s :  the f l o u r and the wheat f i e l d r e c a l l e d by the  c r o i s s a n t s , the cows t h a t produced the m i l k and the b u t t e r , the poetry o f the e a r t h t h a t i s never dead." ® 2  Par son affrontement  avec l e s f o r c e s de l ' u n i v e r s ,  l e p i l o t e eprouve une s o r t e de d e l i v r a n c e de soi-meme q u i l u i permet de d e c o u v r i r ses q u a l i t e s d*homme. Ga§tan P i c o n , Saint-Exupery  Comme l e d i t  a d l s s i p e " l e s brumes l n t e r i e u r e s  q u i recouvrent l a f i g u r e de l homme ,  M  e t l ' a s i t u e "dans un  monde severe et nu ou t o u t geste compte e t engage...." ^ 2  En se debattant c o n t r e l e s elements, l e p i l o t e s ' o u b l i e ; il  se degage de ses "brumes l n t e r i e u r e s " q u i sont c e l l e s de  l a peur, de l a s o l i t u d e , de l a mort. des orages e t des n e i g e s .  I I s*engage a  trlompher  " L ' a c t i o n " l e c o n f r o n t e a i n s i avec  lui-meme "dans un monde severe e t nu," ou i l n'y a p l u s que son h a b i l e t e a. p i l o t e r son a v i o n e t son fonds de t e n a c i t e e t * 30 de courage.  C'est l e monde d e " l ' a s c e s e , " d i t S.-M. A l b e r e s ,  qui est necessaire a l a meditation  et c'est  precisement  " l ' a s c e s e " de 1 ' a c t i o n , c e t t e adherence a une d i s c i p l i n e r i g o u r e u s e e t l e depouillement Saint-Exupery  du d e s e r t q u i ont l i b e r e chez  l e s sources de ses m e d i t a t i o n s poetiques s u r l a  t e r r e e t l e s hommes. Nous avons vu comment Saint-Exupery sourde du v i e u x bureaucrate.  p l a i n t l a destinee  "Maintenant, d i t - i l , l a g l a i s e  dont t u es forme a seche, e t s ' e s t d u r c i e , e t n u l en t o i ne s a u r a l t desormais r e v e l l l e r l e musicien endormi, ou l e poete,  39 ou l'astronome  q u i p e u t - e t r e t ' h a b i t a l e n t d'abord."-^  1  Le v i e u x  bureaucrate i g n o r e son v e r i t a b l e p o t e n t i e l ; 11 ne s a l t r i e n de l a poesie de l a v i e . l'astronome  Au c o n t r a i r e , l e musiclen, l e poete e t  r e p r e s e n t e n t l e s a s p i r a t i o n s d i v e r s e s de  Saint-Exupery et se t r o u v e n t au p l u s haut de 1'ascension de 1 * e s p r i t , c a r l e s deux premiers r e c r e e n t l e u r v i s i o n de l a v i e dans l ' e t e r n i t e de l e u r a r t , t a n d i s que l e d e r n i e r penetre l e s s e c r e t s des g a l a x i e s et transmet ses c a l c u l s a, l a p o s t e r i t e . L'auteur p r e c o n i s e done une courbe a s c e n s i o n n e l l e de l a t e r r e aux  e t o i l e s , basee s u r l ' a c t i o n q u i l i b e r e l a source de poesie  chez l'homme.  I I s ' S c r i e r a a l a f i n de son l i v r e :  "...d'une  c e l l u l e v i v a n t e germee p a r m i r a c l e nous sommes i s s u s , e t , peu a peu, nous nous sommes e l e v e s Jusqu'a a peser des v o i e s l a c t e e s . M 3 2  e c r i r e des c a n t a t e s et  T e l l e e s t l a c l e f de sa pensee.  La courbe a s c e n s i o n n e l l e de l a v i e humaine que t r a c e l a v i s i o n poetique de Saint-Exupery commence avec l e paysan et l e j a r d i n i e r , chez q u i se t r o u v e n t l e s grandes v e r i t e s q u i donnent un v r a i sens a l a v i e .  E l l e a t t e i n t e n f i n dans l e  domaine de 1 ' E s p r i t , au poete, au musiclen e t a. l'astronome. Mermoz e t Guillaumet decouvrent un v r a i sens a. l a v i e parce que, comme l e paysan, d'eux-memes.  l i s sont dedles a un but en dehors  "La grandeur n a l t d'abord-et  toujours-d'un but  en dehors de s o l ( A e r o p o s t a l e ) s , - d e c l a r e Saint-Exupery dans ses C a r n e t s , - des que l ' o n enferme l'homme en lui-meme, i l d e v i e n t pauvre."33  L a v i e de ces deux grands p i o n n i e r s manifesto un  r i c h e epanouissement.  Mermoz ne c e s s a pas de chercher des  t r o u e e s dans l e s montagnes; des q u ' i l eut e x p l o r e une r o u t e  40 parmi l e s p i c s des Andes, i l commenga a en j a l o n n e r une a u t r e sur  l ' A t l a n t l q u e Sud.  I I r l s q u a i t s a v i e en l u t t a n t c o n t r e l e s  c y c l o n e s e t l e s p e r i l s de l a mer, e t a mesure q u ' i l et  s'oubliait  c o n c e n t r a i t ses f o r c e s pour combattre l e s elements, un  hGmme eourageux n a l s s a l t en l u i .  Lorsque Mermoz d l s p a r u t dans  l ' e t e r n e l s i l e n c e , Saint-Exupery compara s a v i e a c e l l e du "molssonneur q u i , ayant b i e n l i e s a gerbe, se couche dans son champ."3^  L a v i e de Mermoz aborde en e f f e t l a grande  slmplic-  l t e de c e l l e d'un paysan e t en r e v e l e l e s memes v e r i t e s p o e t i q u e s , a s a v o i r que l a n a t u r e ordonne des s a i s o n s a l a v i e de l'homme - l a mort de Mermoz p a r a l t a i n s l dans l ' o r d r e des choses-, e t que l'homme n'est v e r l t a b l e m e n t heureux qu'en a i d a n t ses semblables -Mermoz " e s s a y a i t pour l e s a u t r e s " 3 5 _ t t o u t comme l e moissonneur q u i l i e b i e n s a gerbe t r a v a l l l e  pour  n o u r r i r 1*humanity. L'herolsme de G u i l l a u m e t temoigne simples v e r i t e s de l'homme.  encore p l u s des  I I l u t t a pendant s i x j o u r s perdu  dans l e s n e i g e s des Andes, r e f u s a n t de desesperer e t de ceder au doux sommeil de l a n e i g e .  L ' i d e e de s a r e s p o n s a b i l i t e  envers s a femme e t envers son equipe l e s o u t e n a i t ; i l se s e n t a i t s o l i d a i r e de 1*humanity.  Saint-Exupery l e compare a  un a r b r e q u i couvre de l a r g e s h o r i z o n s de son f e u l l l a g e , image qui  fait  penser a l a s o l i d a r i t e des hommes q u i t r a v a i l l e n t  pour  un but commun, comme des a l p i n i s t e s q u i s ' u n i s s e n t l i e s l e s uns aux a u t r e s "dans l a meme c o r d e e . " ^  P l u s important encore,  i l ressemble au j a r d i n i e r q u i , mourant, veut c o n t i n u e r a "becher dans l a t e r r e " e t a l a c u l t i v e r e t a t a i l l e r ses a r b r e s .  " I I e t a l t l i e d'amour a t o u t e s l e s t e r r e s , e t a tous l e s a r b r e s de l a t e r r e . seigneur!  C ' S t a i t l u i l e genereux, l e prodigue, l e grand  C ' e t a i t l u i , comme G u i l l a u m e t , l'homme courageux,  quand i l l u t t a i t au nom de sa C r e a t i o n , contre l a mort."37 L ' h i s t o i r e de Guillaumet r e c e l e un message q u i e s t de ne pas succomber a un u n l v e r s h o s t i l e mais de s ' a t t a c h e r a l ' e s p o i r e t a. l a v i e .  G u i l l a u m e t , en e f f e t , d e v a l t se passer  de t o u t e a i d e mecanlque.  I I f a l s a i t f a c e a un denuement t o t a l ,  a une d i s o r i e n t a t i o n complete a v a i t perdu successivement sa b o u s s o l e .  dans l ' i n c o n n u nelgeux, c a r i l  son gant, s a montre, son c a n i f e t  I I s ' e g a r a i t , a f f r a n c h i du temps dans un monde  sans c h a l e u r e t sans c o n f o r t m a t e r i e l , q u i e s t p e u t - e t r e pour Saint-Exupery 1'image du monde moderne et de ses machines, monde depourvu de s i g n i f i c a t i o n e t de d i r e c t i o n v e r l t a b l e s . Andre Gide note dans son J o u r n a l du 31 mars,  1931,  q u ' i l a v a i t vu Saint-Exupery a Agay, e t que c e l u i - c l l u i a v a i t r a c o n t e l ' h i s t o i r e de G u i l l a u m e t .  I I veut que Saint-Exupery  e c r i v e son r e c i t courageux dans s a t o t a l l t e c a r , s ' e c r l e - t - i l : "Ce q u i manque l e p l u s a n o t r e l i t t e r a t u r e c ' e s t l'heroisme."3®  d'aujourd'hui,  L u i a u s s i constate que l a noblesse e t  l'honneur de l'homme d o i v e n t e t r e r e s t a u r e s . l'exemple  I I faut  suivre  des nobles p a r o l e s de Guillaumet l o r s de son sauve-  tage, p a r o l e s q u i r e t a b l i s s e n t l e s " h i e r a r c h i e s v r a i e s " de" l a d i g n i t e de l'homme e t du " m i r a c l e humain:" je l e j u r e , jamais aucune bete ne 1 ' a u r a i t  "Ce que j ' a i f a i t , fait."-'  7  Dans l e u r s e t r e i n t e s avec l e s elements, Mermoz e t Guillaumet r e j o i g n e n t l e s v e r i t e s du paysan.  Le p i l o t e  observe  42 les  "images  orages  de  l a  printemps, pilote aussi  l a  de l a  de  en  l'approche  i l  l a  surprend  l'annonce  deux  desert  de  de  a  les  l'approche  pressent de  l a  "la  p l u i e . " ^ ° du  poete,  apparences,  i l  cherche  les  nuages.  l i b e l l u l e s  et  deehiffre  un  p a p i l l o n  pilote  Le  desespere  miraculeuse dont  de  l a  est  et  temoin  perdu  l'aube,  glace  car  II  sable.  vient  le  de  l u i  les done vert  egalement  dans  qui  du  Le  l ' e c h e l l e  pour Saint-Exupery  fontaine  des  marche  signifient  l ' u n l v e r s :  d'une  paysan  maniere  cachent  l ' e c l o s i o n  l'eau  g e l ,  derriere  orage  prevoit  le  meme  que  et  dont  nature;  p l e i n d'un  du  vie  l a  merveilles  comme  facon  tempestueux  emportes  crepuscule"  menace  cherche  signes  des  du  meme  atteint  remous les  dores  l a  n u i t ,  guerit  fondre  au  s o l e l l . Dans haut,  est  parvient  une  source  & puiser  prisonniere  Guillaumet poete pied de  preface  au  l i v r e  Saint-Exupery appelle  L'aube  est  sa  et  qui  aussi  g r a v i r  l a de  dures  assiste  paysan,  et  l'aube  de  de  de  miracle  vie  roc.  meme  du  Saint-Exupery ajoute  noblesse nouvelles  du  montagnard  hauteurs  et  Bourdet,  puits  d i f f i c i l e s  couches  au  Maurice "ce  j a i l l i s s a n t e  qu'apres  de  de  citee  plus  arteslen  du  jour."4l  l'homme  ne  que  debats, Le  pilote  jour, q u ' i l  est  comme a  r e j o i n t  p u i s q u ' i l  de  puisqu'elle  essaye  decouvrir  de  l a de  fois p l a i n -  toujours  nouveaux  horizons.  rapport  Si  Mermoz  au  monde  et  Gudllaumet ont  exterleur,  montagnes,  le  sergent,  decouvrent  l a  leur  dans  en  luttant  E l Mammoun, le  decouvert  domaine  avec  l a  l e u r mer  et  Bonnafous,  de  l'ame.  et  v e r i t e et  les  Bark  Ceux-la  par  aussi,  s'orientent  43 v e r s l e pole de l e u r v i e au moyen de 1 * a c t i o n ; c e u x - c i l e trouvent en e x p l o r a n t l e u r paysage i n t e r i e u r , compose de songes, ou de croyances, ou de legendes une  C'est, en e f f e t ,  poesie de l'humanlte que r e p r e s e n t e l a v i e de ces hommes  v l v a n t dans l e depouillement une  memes.  du d e s e r t e t cherchant a etancher  s o i f d ' i d e a l q u i e s t p a r t i c u l i e r e a chacun. Dans l e sixieme e s s a i de T e r r e des hommes, I n t i t u l e  Dans l e Desert, Saint-Exupery  brosse l e p o r t r a i t de ces hommes  q u ' i l a r e n c o n t r e s dans l ' i s o l e m e n t t o t a l des f o r t i n s de Nouatchott,  Cap Juby e t Port E t i e n n e .  Le sergent s ' a t t e n d a  r e c e v o l r son c a p i t a i n e tous l e s s i x mois; i l se desole du f a i t q u ' i l n'a pas de v i n pour t r i n q u e r quand c e l u i - c i  arrive.  I I a s t i q u e l e s armes e t f o u r b l t l e poste d e l a soute au H  42 grenier**  pour preparer l'avenement de ce Dieu q u i marche  continuellement vers l u i .  P a r l a n t a Saint-Exupery,  i l lui  r e v e l e q u ' i l reve melancoliquement a s a cousine blonde de T u n i s . C e l l e - c i , a u s s i b i e n que l e c a p i t a i n e , aimantent l a v i e du sergent c a r i l s v i v e n t dans ses songes e t peuplent i n t e r i e u r de c o n t l n u e l l e s esperances.  son paysage  D'autre p a r t , l e v i e u x  chef arabe, E l Mammoun, sent q u ' i l t r a h l t l e Dieu de 1'Islam en s c e l l a n t un t r a i t e avec l e s Fran§ais q u i l u i donnent "1'orge et l a p a i x , " ^ a u s s i massacre-t-11 l e s l i e u t e n a n t s q u i l'accompagnent.  S i l e Dieu q u ' i l c r o i t a v o i r t r a h i e s t d'abord A l l a h ,  c'est a u s s i l e Sahara q u ' i l h a b i t a i t j a d i s , o u chaque p l i de H  s a b l e e t a i t r i c h e des menaces q u ' i l d l s s i m u l a i t , ou l e campement, avance dans l a n u i t , d e t a c h a i t a s a p o i n t e des v e i l l e u r s , ou l e s n o u v e l l e s , q u i r a c o n t a i e n t l e s mouvements des ennemis,  faisaient  battre  les  coeurs  Car  les  tribus  insoumises  ant  des  forces  contre  reprendre  les  rezzou  deux  un  de  heros  cents  legendaire  lointaines  plient  pirates  rencontrer,  c e l l e s - c i  "apres  mols  deux  brulante, comme que  s i  s i  q u ' i l de  a  vecu  vent  se  marche  et  du  haut  mettre  en  d'un  Saint-Exupery vivent En  dans  effet,  le  i l s  souvlennent  pas  ent  en  de  plus  Saint-Exupery leur  chef  de  les  pour  dans  sans  de  clefs,  sous,  de  de  t r i s t e  l a  vases  v i e i l l e s vie  etait  calcaire  son  dans  son  "caisse de  de  the.  Le  aux  esclaves,  les  comme tribus  de  le avec  de  de  i l  vie  l u i  soif  s a b l e " ^ d i t  trouveralt dans  sa  "archange"  le  les  "patrie  qui tribus  ces car  meme  Bark.  p u i s q u ' i l s  entrant  rechaud  mais  et  sous l a  remplie  f l e u r s , objets leur  nom,  qui  ne  se  s'enfonc-  servitude.  tresors"  sans  noirs  l i b e r t e ,  l e u r  pensee  Tous  desert  que  esclaves  en  l a  fleurs  d'un  Saint-Exupery  identite  vecues  nuit  par  tete  g l a i v e . " ^  veritable  l a  le  obligeant  tous  joies  sa un  portent  armes." des  i l  en  Sud,  organis-  l u i  a. f a c e  vents  de  l i s leur  le  desert,  des  revolt  une  le  ensuite  preparer  se ^trouvent  les  parle  leurs  plus  ou  a  face  ^3  1 1  en  tremblant  grand amour.  q u i t t a i t  vers  desert. perdent  un  pour  a i n s i  vers  sous  vie  dans  trouver  epuisante  plateau  marche  marche  proches  se  l a  Bonnafous  essentielles  d ' e t o i l e s , i  a  celles-la.  accroupies  annees  sens  nocturnes.  Bonnafous,  maures  esperant  feux  voles.  tentes,  lul-meme  les  a  tribus  poursuivaient  Bonnafous  rayonnait "a  de  d'attentes e l l e s  les  leurs  un  enneml,  q u ' l l  et  des  trouvent  l e u r  chameaux  autour  vie  de sont est  l a  tente  de  b o u i l l o i r e de  "cadenas  glaces des  a  t r o i s  symboles  fermee  a  clef,  "bouclee," sans epanouissement, arme q u i n'a p l u s d'usage.  e t mlse a l ' e c a r t comme une  Cependant Saint-Exupery compare l e s  o b j e t s echoues sur l e s a b l e a "l'ecume du naufrage"*^ q u i s e u l e demeure pour Jouer dans l e s o l e i l e t r e f l e t e r s a l u m i e r e . I I suggere a i n s i que " l ' o s dur du crane" de l ' e s c l a v e r e c e l e p e u t - e t r e quelques t r e s o r s ayant echappe a l a sombre n u i t i n t e r i e u r e q u i regne d'habitude chez l u i , - reves des f l e u v e s l e n t s du Senegal, des v i l l e s blanches du Sud Marocain, d'une maison e t d'une femme q u ' i l a aimee.  "Je ne s a v a l s q u e l l e s  s o l e s de c o u l e u r , q u e l l e s images de f e t e s , q u e l s v e s t i g e s  tene-  ment desuets i c i , t e n e m e n t l n u t l l e s dans ce d e s e r t , y a v a i e n t echappe au naufrage,"**? d e c l a r e l ' a u t e u r . L ' e s c l a v e Bark, p a r t l c u l i e r e m e n t cher a Saint-Exupery, e t a i t d i f f e r e n t de ceux dont l a v i e n ' e t a i t qu'une "sombre epave," ou tous l e s reves du passe s ' i t a i e n t e t e i n t s . L u i , au c o n t r a l r e , g a r d a i t ses s o u v e n i r s du temps ou i l s ' a p p e l a l t Mohammed, conducteur de troupeaux. d'Olivier,"  P o r t a n t un " s c e p t r e  i l g u i d a i t a l o r s son "peuple de b r e b l s "  s o i g n a i t e t g a r d a i t , v e r s de nouveaux paturages. l a f o i s "medecin, prophete e t roi."^® et  qu'il  I I etait a  Bark t i e n t a ses reves  p r i e Saint-Exupery de l e cacher a bord d'un a v i o n pour  Marrakech.  Le p o r t r a i t de Bark, q u i , ayant gagne s a l i b e r t e ,  caresse l a joue d'un enfant e t l u i donne un s o u r l r e , q u i se promene dans l a rue d l s t r i b u a n t a son g r e aux enfants des babouches d'or q u ' i l v e n a i t d'acheter, c ' e s t l e p o r t r a i t d'un homme q u i a regagne s a c o n d i t i o n de r o i , o a r l e r o l depuis des s i e c l e s e s t c e l u i q u i prodigue ses dons.  C'est s u r t o u t un  46 p o r t r a i t de l'homme l i b r e q u i d i s p o s e de ses biens s e l o n s a volontS.  Bark, c ' e s t l'homme q u i c r o i t en s a noblesse e t q u i  r e s i s t e a l ' e n l i s e m e n t dans l e neant d'une v i e d ' e s c l a v e . Dans son septieme  e s s a i , Au Centre du Desert,  Saint-Exupery raconte comment i l s ' e s t perdu dans l e Sahara avec son mecanicien P r e v o t , apres que son a v i o n a embouti un p l a t e a u de p i e r r e s n o i r e s .  Au debut de son v o l , i l d e c r l t  l'approche de l a n u i t ou i l s'enferme a mediter s u r l e s e t o i l e s . I I e s t l'astronome  q u i l n t e r p r e t e un " l i v r e de mecanique  c e l e s t e . S a i n t - E x u p e r y a t t e i n t en e f f e t a l ' e c h e l l e de l'astronome  dans c e t e s s a i , c ' e s t - a - d l r e , a. une conscience  profonde des r e a l i t e s de l a v i e , c a r s a marche de t r o i s jours dans l e d e s e r t apres son a c c i d e n t l u i donne une p e r s p e c t i v e s a i n e de l a v i e : verites.  i l en v i e n t a en comprendre l e s grandes  I I decouvre q u ' i l n'est pas s e u l dans l e d e s e r t :  "Ma f a t i g u e m'enveloppe d'une m u l t i p l e presence..., mon demisommeil e s t peupl6 de v o i x , de s o u v e n i r s e t de confidences chuchotees,"50 d i t - i l . vie:  I I s a i s l t l a grande s i m p l i c i t e de l a  " I l e s t simple de n a i t r e .  simple de mourir de s o i f j " - '  1  E t simple de g r a n d i r . E t  declare-t-il.  I I a c q u i e r t une  Juste p e r s p e c t i v e q u i l u i permet de s ' i n t e r e s s e r encore a l a v i e malgre sa t r i s t e c o n d i t i o n ; en f a i t , 11 o u b l i e s a s o i f en observant un fenech q u i f a i t l e t o u r des a r b u s t e s , mangeant deca d e l a quelques du naufrage.  escargots.  De p l u s , i l comprend l e paradoxe  Prevot e t l u i allument un f a n a l pour t a c h e r de  communiquer avec l e s hommes; l i s ont b e s o i n de l e u r secours, mals l'humanite" n'entend p o i n t l e u r a p p e l a l a v i e e t a l a  47 reunion avec l e u r s semblables.  Saint-Exupery e t Prevot sont  l e s v e r l t a b l e s sauveteurs, nous d i t 1'auteur, p u i s q u ' l l s s ' e f f o r c e n t de se f a i r e entendre des hommes; c e u x - c i sont l e s naufrages q u i ont b e s o i n d'eux mais q u i ne savent r i e n  des  e f f o r t s f a i t s pour se f a i r e entendre, e f f o r t s i n u t i l e s mais q u i temoignent  de l e u r amour.  Nous tendons done dans c e t e s s a i  non p l u s a l a p o e s i e de l a m a t u r i t e de l'homme mais b i e n a une p o e s i e u n i v e r s e l l e . En somme Saint-Exupery apprend  l e langage de l a v i e ,  q u i e s t par exemple 1'orange q u i etanche sa s o i f et dont i l goute l a saveur r e e l l e en l a partageant avec P r e v o t .  II  comprend l a nature pure et I n a l t e r a b l e de l ' e a u , c e t t e ••ombrageuse d i v i n i t e " ^  2  q u i se r e f u s e a eux, c a r l i s ont tache  de r e c u e i l l i r quelques gouttes de rosee dans un t r i a n g l e parachute etendu sous l e s e t o i l e s mais l ' e a u en e t a i t a. cause d'un  de  imbuvable  " e n d u i t du parachute, ou au depot de t e t r a c h l o r u r e  de carbone q u i entartie l e r e s e r v o i r . " 5 3  Cependant "1*ombrageuse  d i v i n i t e " l e s r e s t a u r e a l a v i e , grace au Bedouin.  l i s boivent,  d i t Saint-Exupery, "a p l a t v e n t r e , l a t§te dans l a bassine comme des veaux."-^ l'homme.  Saint-Exupery a t t e s t e e n f i n l e m i r a c l e de  I I decouvre  d'abord  l e s v e s t i g e s du Bedouin  s a b l e et l ' a p e r c o l t e n s u i t e sur son chameau au l o i n .  dans l e Son  sauveteur promene e n f i n son r e g a r d dans l e u r d i r e c t i o n et marche v e r s eux "comme un Dieu sur l a mer."5^  L'Arabe e s t en  e f f e t une  image du C h r i s t q u i r e c o n n a i t en t o u t homme un ,  semblable  et un  frere.  Saint-Exupery veut que l'homme sente l e b e s o i n des  48 f o n t a i n e s , t o u t comme i l en a v a i t b e s o i n , l u i dans l e Sahara brulant.  Ses pages s u r l e d e s e r t nous r e v e l e n t que l e s v e r i t -  a b l e s desefcts se trouvent dans l e coeur de l'homme. done l e i d'une s o i f s p i r l t u e l l e .  I I s'agit  "C'est l'ame aujourd'hui q u i  e s t t e n e m e n t d e s e r t e , on meurt de s o i f , " 5 5 s * e c r i e - t - i l dans une  l e t t r e a s a mere, datee de mai, 1940.  s t e r i l i t e regnent  L ' a r i d i t e et l a  dans l'ame humaine; v o l l a l a r a i s o n pour  l a q u e l l e Saint-Exupery veut que l'homme a i l l e aux sources de l a vie  spirltuelle. Dans s a L e t t r e au G e n e r a l "X", Saint-Exupery  v a plus  l o i n encore p u i s q u ' l l d e c l a r e que l'ame de l'homme d o i t e t r e trempee dans l a p l u i e des chants g r e g o r i e n s pour l u i f a i r e r e s s e n t l r l e s inquietudes s p i r i t u e l l e s . 5 6  En e f f e t , 11  loue  l e moyen age comme l'une des plus g l o r i e u s e s epoques parce que l e s f e t e s l i t u r g i q u e s donnaient  un v i s a g e a, l'annee.  IIdit  dans ses Carnets que l e " r e c u l r e l i g i e u x " dont l e s i e c l e a c t u e l e s t temoin, e x p l i q u e en p a r t l e l a soumission de l'homme aux o b j e t s , e t en c e l a e s t "un d e s a s t r e q u i nous demeuble notre monde s p i r i t u e l . " 5 7 Saint-Exupery  i n d l q u e une a u t r e cause de ce demeuble-  ment s p i r i t u e l dans l e t r o i s i e m e e s s a i de T e r r e des hommes, i n t i t u l e L'Avion. "emigrants  Les hommes y a p p a r a i s s e n t comme des  q u i n'ont pas encore fonde l e u r p a t r i e , "  puisque  l e u r s progres c o n t i n u e l s e t r a p i d e s des moyens de t r a n s p o r t et de communication ont depasse l e u r e s p r i t dans l a mesure ou l i s ont o u b l l e l e "but" de l e u r s a m e l i o r a t i o n s e t ou l i s se sont e x i l e s du monde q u ' i l s ont c o n s t r u i t .  " I I nous f a u t rendre  49 v i v a n t e c e t t e maison neuve q u i n'a p o i n t encore de visage,"58 d e c l a r e Saint-Exupery.  I I f a u t que l'homme e t a b l i s s e un  langage humain e n t r e ses moyens e t ses buts, c ' e s t - a - d i r e , q u ' i l l u i f a u t r e c o n n a i t r e q u ' i l e s t une v i e de 1 ' E s p r i t q u i depasse c e l l e de l a mecanisation e t q u i 1 ' a i d e r a a s'accomplir en t a n t qu'etre humain. Saint-Exupery reprend dans ses Carnets l e meme probleme q u ' i l a p p e l l e l a cause profonde du depouillement de l ' l n d l v i d u H  particulier.  n  I I suggere que ce depouillement e s t du au  "perfectionnement  des moyens de communication."59  gon emploi  du mot " i n d i v i d u " e s t important p u l s q u ' i l i n d i q u e l a depersonn a l l s a t i o n de l'homme q u i ne d e v l e n t dans l e monde moderne qu'une a u t r e q u a n t l t e a t r a n s p o r t e r . Les " i n d i v i d u s " peuvent t r a v e r s e r de grands  espaces en s i peu de temps q u ' i l s ne  s * e m e r v e l l l e n t p l u s de l a grandeur de l a t e r r e . a ne d e v e n l r pour eux qu'un f r o i d deplacement. t a r i s s e n t l e s sources d'emerveillement  n  encore au depouillement de l'homme.  A i n s i se  q u i i n s p i r e n t l a pensee  de l'homme e t s a comprehension de l a v i e . de p l u s que " l ' i d e n t l t e des sources 59  Le voyage tend  Saint-Exupery d i t  cle communication a j o u t e  L e s Journaux, l a r a d i o ,  l e telephone s ' i d e n t i f l e n t comme des robots q u i transmettent des n o u v e l l e s , q u i o b e i s s e n t a l e u r f o n c t i o n q u i e s t de r e n s e i g n e r l e s hommes s u r l e s a c t u a l i t e s mondiales.  Ce monde ou t o u t perd  son i d e n t i t e e t son but, c ' e s t l e monde moderne ou l'homme r i s q u e d ' l t r e envahi par l e m a t e r i e l , t o u t comme 11 l ' e s t dans Le Nouveau L o c a t a l r e d'lonesco ou l e s meubles s'entassent autour du heros de s o r t e qu'on ne peut guere 1'entendre p a r l e r .  50 Cependant, pour  qui  "rlen  Fargue;^ dit de  son  0  P i e r r e  ne  les  ent  plus.  non  les  celui nous et  i n t i t u l e  aspirations des  les  vers  Les des  0  '  que  l'exemple  profond  sommeil  son  et  du  metier  comme  de  dans  et  a  unite  ou  rappelle  Se  ses  des  qui  "Jardins vecues  tous  se  a i n s i  "une  respire  comme  un  autre  prisonnier evidence  mers  q u i ,  a i n s i  deja  aux  Le  evidence eleve  poussa vers  de  neiges.  II  de  au  bord sur  c*est  precieuses  de  se  de  reunir  les  souvenirs  l i e  les  hommes  responsables  les  uns  des  0  de-  le  metier  d e l i v r e . "  son  1*importance  abondent  relations  que  Mermoz  semblables,  plus  camarades  des  inconnues  soldats  souligne  ou  en  r e v e i l l e  ses  est  ne  1*action,  s*assied  les  qui  Terre  plus  des  etant  a  des  de  de  s o i r , "  reconnaiss-  Andes,  et  l i e  secrets,"^3  altitude  les  ses  ensemble.  se  s p i r i t u e l l e s  vers  des  de  rejoindre  permet  ne  monde  heros  valeurs  du  i l s  conditions  richesses  sentent  i l s  ou  essai  un  o f f i c i e r s ,  de  c i e l  Irrepressible  ou  "des  l'autre  sentlr  une  vers  sergent  de  et  les  l*lnconnu  d'un  un  S a i n t - E x u p e r y met  que  Saint-Exupery a  cree  Une  que  des  comme  huitieme  humains  l*idee  pilote  des  le  Leon-Paul  asphyxiante  autres  dans  soif  un  gouter  humaine.  d*experiences une  par  sourit  nous,  vie  i l  avec  b a t a i l l e .  l a  les  aere  vie  Saint-Exupery,-  selon  , - e s p o l r  1  leur  l ' A t l a n t l q u e Sud,  donne  d*apres  uns  l a  nous  de  "large,  Declarant  debats  champ  de  chez  impossible**  Hommes,  0  toujours  p a r t ^  etres  continuels  l i t  sa  C*est  f e r t i l i s e n t , "  l'un  de  machines.  Guillaumet,  etait  hommes  point  v i t  Jamais  univers  s*entendent  hommes,  fut  Chevrier  r e v e l l l e r  pas  l ' e s p o i r  humaines"  ou  dans  autres "l*on  ^  1'aspiration  des  hommes  v:ers  le  51 s p i r i t u a l , c ' e s t l e u r gout d ' e t e r n l t i , dont Saint-Exupery dans son quatrieme e s s a i a vu l a m a n i f e s t a t i o n sous l a forme du m i r a c l e de l e u r s c i v i l i s a t i o n s .  l i s aspirent a l a i s s e r derriere  eux un temoignage de l e u r v i e s u r t e r r e , comme chez l e s Incas qui  b a t i r e n t un temple d'enormes p i e r r e s s u r l e sommet d'une  c o l l i n e , de s o r t e q u * l l survecut aux ravages des ans. A l a f i n de son l l v r e , Saint-Exupery v o i t  l'eternlte  de l'homme dans l e passage d'une g e n e r a t i o n a. 1'autre d'une f a m i l l e de paysans.  B i e n que l a mere vienne de t r e p a s s e r ,  vlt  encore a t r a v e r s ses f l l s et l e u r s a s p i r a t i o n s .  est  morte, v l v e l a m e r e I  H  s'exclame Saint-Exupery.  elle  " l a mere Elle  leur  a transmls ses pensees, son code de v i e , " l e patrimoine s p i r i t u e l q u ' e l l e a v a i t elle-meme r e c u en depot, oe p e t i t l o t de t r a d i t i o n s , de concepts et de mythes q u i c o n s t l t u e t o u t e la  d i f f e r e n c e q u i separe Newton ou Shakespeare de l a brute des  cavernes."^^ & ses f i l s .  C'est s u r t o u t un "langage" que l a mere a e n s e l g n i Ce "langage" e s t 1'education et 1 ' I n s t r u c t i o n de  1 ' e s p r i t , q u i a s s u r e n t l ' a s c e n s i o n de l'homme Jusqu'a un domaine ou n'etant p l u s engourdi dans l a v i e r o u t i n i e r e des Jours sans a t t r a i t , i l prend conscience de son r o l e .  Meme  1'humble berger q u i garde ses moutons peut s ' e l e v e r au domaine de l'astronome s ' l l r e c o n n a l t q u ' i l e s t une "responsable de t o u t 1 ' e m p i r e . "  sentinelle  00  Le theme du "langage" des hommes e s t sans doute un des a s p e c t s l e s p l u s importants de l a v i s i o n poetique de Saint-Exupery dans T e r r e des hommes.  I I y a d'abord l e langage  i n a u d i b l e mais presque magique du s o u r i r e , comme c e l u i que  Bark  52 accorde a un p e t i t e n f a n t , temoignant a i n s i de s a j o i e d'homme libre.  Le s o u r i r e du condamne quand i l  pense a son v e r r e de  rhum e t a s a c i g a r e t t e , c ' e s t l a preuve q u ' i l f a i t "de c e t t e d e r n i e r e heure, une v i e humaine."^?  En deuxieme l i e u , i l y a  l e langage du m e t i e r q u i e s t c e l u i de l a s o l i d a r i t e humaine, c a r l e m e t i e r a i d e l e s hommes a s ' e l e v e r au-dessus d'eux-memes et a g o u t e r l e s " i n v i s i b l e s r i c h e s s e s " ence passees avec quelques camarades.  0 0  des n u i t s de d i s s i d -  Ce langage q u i a i d e  l e s hommes a"na£tre,"69 & d e c o u v r i r l e u r v e r i t a b l e  potentiel,  e s t l e langage de 1*amour au moyen duquel l'homme t r o u v e son salut.  P i e r r e - H e n r i Simon d e c r i t b i e n l'echange q u i e s t a.  l ' o r l g i n e de ce langage u n i v e r s e l :  "Plus un l a b e u r demande &  l'homme de temps, de p e i n e , e t d'amour, p l u s i l  y transfere  de son e t r e p e r l s s a b l e dans un o b j e t q u i demeure, p l u s i l t r o u v e r a de J o l e e t de p a i x . 7 ° M  Saint-Exupery se tourne a i n s i v e r s l ' a v e n i r de l'homme l o r s q u ' i l contemple, a l a f i n de T e r r e des hommes, l e v i s a g e a d o r a b l e de 1'enfant des o u v r i e r s p o l o n a i s .  I I c o n t r a s t e ce  p r i n c e avec l e s masses de g l a i s e ablmee que sont devenus ses parents dans une v i e enchatnee aux p r i s o n s i n d u s t r l e l l e s q u i ont e t o u f f e , e t p i r e encore " a s s a s s i n e , "  7 1  l e musicien e t l e  poete chez eux. Saint-Exupery c r o l t v o i r l e v i s a g e du musicien Mozart dans l e s t r a i t s de 1*enfant.  I I proclame q u ' i l  faut  c u l t i v e r 1 ' e s p r i t de c e t e n f a n t de s o r t e q u ' i l sache d e c o u v r i r ses q u a l i t e s e t l e s developper a une a l t i t u d e ou son v e r i t a b l e p o t e n t i e l se r e a l i s e r a e t ou s o u f f l e n t l e s v e n t s f r a i s de l a p l e i n e mer.  " S e u l 1 ' E s p r i t , s ' i l s o u f f l e s u r l a g l a i s e , peut  53 c r e e r ^Homme,* ^ 1  1  s ' e c r l e Saint-Exupery en s o u l l g n a n t que l e  but de son l i v r e a e t e d ' e v e i l l e r l e s hommes a l a v i e de 1 * E s p r i t e t de l e u r apprendre l e langage q u i l a r e v e l e .  Comme  11 l e d i t dans ses C a m e t s , i l f a u t que l e s hommes se s a c r i f i e n t "non pas & ce q u ' i l s sont, mais a. ce q u ' i l s peuvent d e v e n i r . 7 B  A t o u t prendre, l a v i s i o n poetique de Saint-Exupery nous demontre que nous a t t e i n d r o n s aux hauteurs de n o t r e humanite en gardant v i v a n t e s l e s sources de l a poesie de n o t r e enfance, q u i donneront  acces a une m a t u r i t e conseiente de l a  v i e s p i r i t u e l l e , ou s'epanouira l e "miracle * de l'homme. 1  2  Notes  c i t e  I  (Paris:  par  Antoine  3R.-M. (Paris:  and  Pierre  de  1962),  ^Ortega  y  ^Antoine °Wii:Ham University  B l l a n  p.  the  p.  l i v r e ,  Salnt-ExupSry  des  hommes,  Masses  des  Works  243.  p.  dUTVlngtleme  Terre  Poetical  The  son  Terre  of  Saint-Exupery,  1913)» de  dans  L l t t e r a l r e  Bevolt  12.  Blake,  Press,  29.  p.  II  57.  p.  Gasset,  de  ^Antolne 8  Chevrier  Alberes,  1932),  Chapitre  Saint-Exupery,  Aubier,  Unwin,  le  1958),  Gallimard, 2  sur  Sleole  (London:  hommes,  (London:  p.  A l l e n  209.  Oxford  98.  Saint-Exupery,  Terre  des  hommes.  p.  180.  Ibld., p . 181.  9 l b l d . . p . 184. I  I b i d . ,  0  I  :  I  2  I  p.  185.  Antoine  de  Saint-Exupery,  Lettre  a  A n t o i n e  de  Saint-Exupery,  Terre  des  t  p.  hommes,  p. p.  403.  182.  •^Albert  Camus,  146.  1942), p p . 26-7. ^Antoine  ^ E m l l e (Annecy:  otage,  3 i b i d . , p . 260.  ^ I b i d . ,  I  un  de  Mythe  de  Saint-Exupery,  C a l l o t ,  Gardet,  Le  1958),  Introduction p.  29.  Slsyphe  Terre a  un  (Paris:  des  Gallimard,  hommes,  Humanlsme  p.  148.  Perime  TO  Antoine  de  Saint-Exupery,  9Ibld.. p . 179. 20Antoine d e S a i n t - E x u p e r y ,  Terre  des  hommes,  p.  178.  I  Courrier  Sud.  pp.  25-6.  55 2  a  Terre  c f .  l  des 2  Antoine  2  1956),  Gallimard,  3Antoine  2  ^Antoine  "rejoindre"  Un  de  Saint-Exupery,  CJLtadelle, Un  246.  5Antoine  de  Saint-Exupery,  6passage  cite  leur  l i v r e ,  dans  de S a i n t - E x u p e r y , p p . 224-5.  Saint-Exupery,  2  P.  mot  l a  preface  I39«  de  1956),  Gallimard,  dans  du  p.  p.  2  2  I'emploi  hommes,  Sens  a  l a  Vie  (Paris;  ""  Sens  a  586.  p. l a  V i e  (Paris:  ~  par  Courrler  Sud,  R i c h a r d Rumbold and  Saint-Exupery  T e l  Quel  p.  16.  Margaret  (Paris:  Del  Stewart  Duca,  38. 2  2  Oxford  ?Antoine  8Henri  de  Peyre,  University 2  ^Ga8tan  francaise  Saint-Exupery, The  Picon,  (Paris:  Contemporary  1955)•  Press,  3 Antoine  de  I  op.,  de  I960T7 c i t .  des  hommes,  French Novel  p. (New  151. York:  170.  P.  Panorama  Gallimard,  3°R.-M. A l b e r e s ,  Terre  I960),  p.  Saint-Exupery,  l a P»  Nouvelle  lltterature  "&T»  79. Terre  des  hommes.  p.  148.  32ibid., p . 258. 33Antoine 1953), P.23.  de  Saint-Exupery,  C a m e t s . ( p a r i s :  3 *'Antolne  de  Saint-Exupery,  Terre  2  des  Gallimard,  hommes,  p.  157.  3 5 i b i d . , p . 155. 36ibld., p . 252. 37ibid., p . 167. 38Andre Bibliotheque  de  Glde, l a  39Antoine ^ O l b i d . , ^ A n t o i n e Gallimard,  1956),  ^ Antoine 2  de p.  1889-1939 ( P a r i s : 1948), p . 1042.  Journal.  Pleiade,  Saint-Exupery,  Terre  des  Gallimard,  hommes,  p.  I65.  154.  de  Saint-Exupery,  p.  245.  de  Saint-Exupery,  Un Sens  Terre  a  des  l a  Vie  hommes,  (Paris:  p.  188.  56 P.  195.  P.  197.  ^5ibld.,  P.  199.  ^  i b i d . ,  P.  201.  ^ i b i d . ,  P.  203.  ^ I b i d . ,  P.  200.  ^9ibid.,  P.  214.  50ibid.,  P.  220.  5*ibid.,  P.  224.  52ibid.,  P.  243.  53ibid.,  P.  232.  5*ibid.,  P.  242.  ^ I b i d . ,  6  ^ A n t o i n e  de  Saint-Exupery,  P.  219.  de  Saint-Exupery,  p.  226.  de  Saint-Exupery,  Garnets  -^Antoine  de  Saint-Exupery,  Terre  59Antoine  de  Saint-Exupery,  Carnets  1955),  Gallimard,  56£ntoine  1956),  Gallimard,  Lettres  & sa  Mere  Un  a  Vie  Sens  l a  (Paris:  (Paris:  en J  Antoine  (Paris:  Gallimard,  1953), P . 28. des  hommes.  (Paris:  p.  I69.  Gallimard,  1953), P . 30. 6°Leon-Paul  Fargue,  Portraits  de  Famille  (Paris:  Janin,  (Paris:  Gallimard,  1947), p . 187. ^ P i e r r e p.  Chevrler,  Saint-Exupery  40.  1958),  62 Antoine  de  Saint-Exupery,  63ibid., p .  157.  64ipid.. p .  251.  6  5 i b i d . , p . 258.  6 6 i b i d . . p . 256.  Terre  des  hommes,  p.  244.  57 6  7  I b i d . ,  231.  p.  SSlbld.. . 159. p  6  9 i b i d . , p . 254.  7°Plerre-Henri Baconniere,  19^9)»  P.  Simon,  130.  L Homme 1  en  Prooes  7lAntoine  de  Saint-Exupery,  Terre  7 Antoine  de  Saint-Exupery,  Camets  2  1953), P . 47.  des  (Neuchatel:  hommes,  (Paris:  p.  261.  Gallimard,  CHAPITRE III» L'ART POETIQUE DE SAINT-EXUPEBY L ' a r t de Saint-Exupery e s t avant t o u t c e l u i d'un poete, T e r r e des hommes abonde en passages  l y r i q u e s q u i chantent l e  s a b l e rose sous l a lune ou b i e n l'approohe de l a n u i t quand l e p i l o t e s'enferme avec l e s e t o i l e s .  De t e l s passages  v e r i t a b l e s poemes en prose q u i c e l e b r e n t l e s v e r i t e s de l a n a t u r e .  sont de  eteraelles  L a prose poetique de Saint-Exupery loue a u s s i  l a n o b l e s s e de l'homme, son e s p r i t q u i r e f u s e de mourir.  Bury,  v i e u x p i l o t e de l l g n e , r e v i e n t d'une m i s s i o n , l e s epaules ecrasees par 1 ' e f f o r t pour v a i n c r e l e s orages:  "il  laissalt,  sous s a rude ecorce, p e r c e r l'ange q u i a v a i t v a i n c u l e dragon."* En e f f e t Saint-Exupery v o i t "l'ange" chez tous l e s hommes, c ' e s t - a - d i r e l'homme vainqueur q u i peut na£tre en eux dans des c o n d i t i o n s inconnues, ou s'accompllt 1 * e s p r i t dans l e domaine du p o s s i b l e .  T e r r e des hommes t r o u v e s a grandeur dans c e t t e  v i s i o n poetique de Saint-Exupery e t e s t une preuve i n c o n t e s t a b l e des p a r o l e s de F r a n c o i s Mauriac q u i , dans une i n t e r v i e w avec F r e d e r i c L e f e v r e , a d i t qu'une oeuvre d ' a r t ne merite de durer que p a r l e s elements  poetlques q u ' e l l e r e c e l e , c a r , a f f i r m e - t - 1 1 , *  tous l e s grands romanolers  sont d'abord de grands  2  poetes.  Le septieme e s s a i de T e r r e des hommes, i n t i t u l e Au Centre du Desert, ou Saint-Exupery, egare dans l e Sahara Prevot son mecanicien, perd c o n t a c t avec l'humanite  et puis  avec  59 l a  retrouve,  lutte  pour  le  est  s p i r i t u e l . l i v r e  style.  i b l y the  du  decouvert  survivre,  pelerinage partie  ayant  "the  "There  g l i d i n g words,  from  the  is  du  the  et  s'emervellle  hommes  a  un  plus  des  jour,  l'oree  Anne  a  Saint-Exupery tombee  vrai  nugget  rhythm  l a  a  i l  vient  terrains tout  of  le  le  d'homme  symbole  E l l e  f l i g h t  which  has  s t y l e . "  de  survole  des  dire  gold."  the  fleuves  de  of  ground, and  qualites  Morrow-Lindbergh  q u a l i t y  des  beaux  ses  de  loue  i t s e l f ,  pour dore  et  roc.  tout  appelle en  l a  of  son  cette surtout impercept-  been  put  into  3  sable  ombrages  de  somehow  decoller le  dans  Le  des  Benghazi. de  l a  Vers  T r i p o l i t a i n e  habitations  passage  qui  suit  des est  l i v r e :  Mais tout c e l a m'est etranger^ je v i s dans l e domaine du v o l . Je sens v e n l r l a n u i t ou l ' o n s'enferme comme dans un temple. Ou l ' o n s ' e n f e r m e , aux s e c r e t s de r i t e s e s s e n t i e l s , dans une m e d i t a t i o n sans s e c o u r s . Tout ce monde p r o f a n e s ' e f f a c e deja. et v a d i s p a r a l t r e . Tout ce paysage est e n c o r e n o u r r i de l u m i e r e b l o n d e , mais quelque chose deja. s ' e n evapore. E t Je ne c o n n a l s r l e n , je dis: r i e n , qui v a i l l e cette heure-la. E t c e u x - l a me c o m p r e n n e n t b i e n , q u i ont subi 1'inexplicable amour du v o l . J e renonce done peu a peu au s o l e i l . Je renonce aux grandes s u r f a c e s dorees q u i m'eussent a c c u e i l l i en cas de panne... Je renonce aux reperes q u i m'eussent guide. J e renonce aux p r o f l l s des montagnes s u r l e c i e l q u i m'eussent evite les ecueils. J ' e n t r e dans l a n u i t . Je navigue. J e n ' a i p l u s pour moi que l e s e t o i l e s . . . C e t t e m o r t d u monde se f a i t l e n t e m e n t . E t c ' e s t peu a p e u q u e me m a n q u e l a l u m i e r e . L a t e r r e et l e c i e l se confondent peu a peu. C e t t e t e r r e monte et semble se r e p a n d r e comme u n e v a p e u r . Les premiers astres tremblent comme d a n s u n e e a u v e r t e . II faudra attendre longtemps e n c o r e p o u r q u ' i l s se changent en diamants d u r s . I I me faudra attendre longtemps encore pour a s s i s t e r aux Jeus s i l e n c i e u x des e t o i l e s filanfces. A u c o e u r de certalnes n u i t s , J ' a i v u t a n t de f l a m m e c h e s c o u r i r q u ' i l . me semblait que s o u f f l a l t un grand vent parmi l e s etoiles.^ II comme  dans  s'agit le  d'une  calme  nuit  sacre  de  d'un  v o l . temple.  Saint-Exupery y Dans  le  penetre  premier  60 paragraphs,  l a  C e l u l - c i  rapporte  se  nuit  ogique,  l ' a d j e c t i f  temple,  et  entrer. vapeur  Le et  paysage que  paysage  au  au  du  monde  n u i t ,  le  de  l a  monde  mondes  racine,"5  de  l a  de  par  le  poete  son a Le  par  "moi" "Je  monde  de  peuvent  le  "tenter  de  plus  monde  du  Juste  devant pas  d i t qui  le  rappelle que  le  perspective. qui  est  phllosophe; accede  au  On  "etranger"  des et  d'y  une  que  s o l e i l  le  digne  comme  ce  habitations  Valery du  part, et  domlne  annonce et  mises  i l  etymol-  hommes,  d'autre  part,  domaine  de  l a  vivre  dans  poete.  Marin,  vie  n'est  dlsperser  monde  qui  sens  reste  Mais  p a l i t .  son  reve  de  cimetlere et  qui  le  domaine  gout  est  de  ou  tout  est  le  monde  de  l a  du  mer  fralcheur,  "nuit calme  q u i ,  inspire  v i v r e . " °  y  et  et  du  au  blonde,"  sa  des  du  paragraphe  1'isolement  dorees"  et  d'autre  l'auteur  sont  et  blonde,"  le  de  qui qui  se  le  Saint-Exupery,  deuxieme  renonce,"  dans  monde  Clmetlere  et  a  profane"  car  n u t r i t i v e  mondes:  fleuves  abondanoe  de  terrestres surfaces  deux  d i r a l t  c e l u l  lumiere  v o l t  reveur  meditation,  de  se  semblables,  ce  Saint-Exupery.  et  des  "monde  s i g n i f i e  lumiere  "lumiere  l e  temple,  l a  i c i  du  du  de  connalssable,  et  Le  a  le  commence  "nourri  moyen  c e l u i  Dans deux  impur  et  indique  ici-bas  s'epanouit  p i l o t e ,  1'image  "profane"  encore  distinguer  celui le  monde  est  a  extension,  semble  c'est  peut  par  s'approche  a  ses  de  l a  oppose dans  que  "profils et  les  phrases  le  ces  deux  qui  Le des  r e e l  ou  les  avec  montagnes  guider.  Le  ses sur  mondes.  commencent  Saint-Exupery entre  meditation,  l ' e c a r t .  l ' a c c u e i l l l r  nettement  dans  le  connaissances "grandes le  subjonctif  c i e l " des  ne  61 verbes  indique  que  ces  hypothetique,  parce  immerges  un  dans  deviennent en  pleine  mol  que  des  le  s'unissent.  vapeur,  qui  astres.  vie  donnent  l a  de  secret e l l e  ne  ou  y  et  dans  et  l a  domaine  1'esprit  de  l ' a u t e u r ,  l a  n u i t ,  p i l o t e ,  ou  les  montagnes  "navigue."  "Je  a  n ' a l  C'est  plus  complete  jour e l l e  sa  Saint-Exupery  le  se  et  comme  leurs  Le  pour  qui  souvient  rattachent  de  vie  ensemble du  s ' i l  l a  de  des  certaines  de  l'homme  a  qu'a qui r i e n  du  feu  ce  nuits  a  ses  vert  par  est  exemple-,  les  qui  verltes  est  c e l u i  L'homme  silencieux monde  est  Ainsi  le  creation.  le  travers  done  v i e .  - c a r  se le  en  l'homme  l a  et  Marin,  partagent  "jeux  dans  f i n  meurt  printemps  et  source  v i v a i t A  de  domaine  temoigne  de  au  premiers meurt  et  sert  l ' e s p o i r  une  completent  r e f l e e h i r ne  en  monde  diademe"  de  l a  convergent  les  Clmetlere  monde  est  ebats.  se  p a r f a i t le  le  meme  sens  durs"  domaine-la  de  le  vivent  plenitude  a  peut  n ' i l l u m i n e  "diamants  f i l a n t e s , "  et  liens  l'avenement  Ce  comme  mondes  Dans  mondes  trembleront  L a meditation  7  les  philosophe  a s s i s t a i t  qui  ou tout  deux  deux  s'harmonisent  s o l e i l ,  1'autre.  represente  les  que du  Les  les  "ciel"  verte"  lumiere  l'homme  s i  d'espolr,  etoiles  le  "l'eau  "Tete  a  et  1'Esprit. v i t  et  de  met  precieuses, de  un  annonce:  La"terre"  l ' u n  l a  verte"  poete  le  paragraphs,  changement."  semblables,  signe  l u i  q u ' i l  1'Esprit.  sens  n'est  "l'eau  ou  a  de  troisieme  sans  conscience  "le s i  un  dans  c e l u i  Saint-Exupery suggere  l a  s o l e i l  et  poetique  deviendra  veritablement sans  sont,  ocean,  "ecueils"  appartiennent  e t o i l e s . . . "  Dans et  q u ' i l s  grand  extase  les  reperes  des  des enfants  passage, ou  les  etoiles  62 fllantes courir  l u i  dans  d'un  foyer  dans  son  grand  rappelaient le  au  c i e l . moyen  passe,  des  II  nous  duquel  qui  soufflait  conditions  qui  favorisent  le  vent  inconnues  aide  animent  L'eau, nous  encourage  qui,  comme  le  l ' e s p r i t . aussi  l a  graines,  sa  temple  se  de  et  son  l a  du  essentlels description penser  de  que  1'entoure.  embrasent  du  l a  de  tous  poete,  des  trolsieme  paragraphe  du  le  de  verbe, l a  l'homme Le  Saint-Exupery  "mort doit  futur  que  le  les  l a  le et  l a  domaine  forme  ceux  du L a  terre  zephyr terre  et  se et  des  dans  de  de  le  du comsiste du  l ' e a u ,  et  etoiles. les  trois  f a i t  au  present  etoiles  et  compose  le  conscient  patience  qui  l'homme,  qui  et  se  de  de  essentlels"  unite  et  apportent  futur  toujours  souligne  attendra  l a  s ' e c r i t  monde"  etre  de  conditions  etoiles  pantheisme  Cette  tout  l u i .  aspirations  un  des  reflexions  est  "rites  vents  present, du  les  en  des  h i v e m a l .  sur  domaine  celle  comme  Les  car des  des  Le  symbole  feu,  sous  1*image  atre.  le  reflets  soit  elements.  le  est  flammeches  et  consequent les  d'un  pur  i c i  provlsoirement  creation  Platon,  sommeil  epanoulssement. par  l a  doux  l ' o r i g i n e  avons  l ' e s p r i t ,  monde  t e r r e ,  son  de  des  les  souffles  philosophe,  patrie Le  chez  done  fondent  1'unite  domaine  idees  ses  etoiles  charge  des  a  aupres  operent  au  nature  representent  racine  dans  l a  se  nous  a. p r e n d r e  a s p i r e r  vents  dans  et  paraissaient  s ' i n s t a l l e  1'eclosion  a  elle-meme  soit  r e v e i l l e n t c i e l  monde  les  qui  que  moment  flammeches  somme,  a i n s i  un  parmi  l'homme  en  Les vie  les  semble  l'auteur  s'asseyant  vent  comme  flammeches  avec  filantes  temps  passe.  de  l a  L a  et  f a i t  vie  qui  laquelle commencent  a  63 jouer, fois va  - I1  me  M  de  faudra  suite.  devenir  et  patiemment attester  Le  l a  futur  q u ' i l  tout  attendre  vie  suggere  doit  comme qui  longtemps"  attendre  echarpes  de  feu.  flammeches  c o u r i r . . . . "  - ,  recele  A i n s i  ces  t r o i s  preconise  le  La  les  les  de  A i n s i  et  en  a  passage.  voyelle "Tout sons  ce qui  "domaine,  l a  w  l a  musicalite  l a  monde  voyelle  des  de  a  l a  q u ' i l  vie pour  diamants  - " j ' a i  vu  qui son  vie  tout  tant  de  sltuent avenir.  humaine  "venir"  phrases  pensee.  en  nasale  Les  que  se  les  soulignant de  "nourri," des  mots ou  l a  unes  l a  en dans  phrase  l i q u l d e s , et  les  l a  f a i r e  repetent  enjambe sons  dans  semblent  "meditation"  "on"  rythme  d'abord  s'enchalnent  beaucoup  le  sens  s'enferme"  tout  profane,"  ralentlssent  et  "enferme,"  D ' a i l l e u r s ,  "o,"  "vol"  pensees  l ' o n  continue  un  sa  ce  patient  souvenirs  reside  Du r e s t e ,  "ou  les  pour  de  passe,  l ' u n i t e  passage  les  etre  deux  Saint-Exupery.  "vis,"  que  de  etoiles  le  donnent  de  ce  mots:  sorte  "m" d a n s  ajoutent du  des  de  et  Et  resument  panthelsme  autres.  suivante  temps  a. 1 ' a u t r e .  l ' u n  p a r t i e ,  present  beaute  musicalite echo  son  v i t  l ' e c l o s i o n  transformera les  en  dans  l'homme  Saint-Exupery dolt  miroltants  l'homme  que  i n s i t e - t - i l  surtout  "lumiere"  mots  clefs  contiennent diphtongue  l a "ou,"  "blonde"  et  "amour  du  phrases  et  prolongent  v o l , " le  v o l .  traduit  La  Le  style  l a  passion  dlversite  "Je,"  "on,"  du  premier poetique  caracterise et  "ceux-la,"  les  paragraphe de  est  riche  Saint-Exupery a  sujets  sujets  des  verbes,  personnels,  et  et  v a r i e  l'oree  qui  de  et l a  n u i t .  comprennent  "tout  cela,"  64 "tout l a  ce  monde,"  nature.  r i e n ,  qui  De  et  se  Saint-Exupery que  materlels" phrases  plus,  v a l l l e  interleur  proclame  "tout  cette  recoltent  tantot  par  style  en  richement  le  monde La  de  marque  Saint-Exupery.  reperes rythme de  a  un  que  bateau  indiquent  a  l a  le  ieure  en  "semble peine  s i  "monde," se  vers  de  mots  des  du  ou metier  et  biens  v i v r e . "  Les  8  conjonction, a d j e c t i f  dis:  monologue  l i v r e  seuls  de  une  des  plus  phrases  "mals"  "tout."  grande  sent  son  demleres  sorte dans  de  le  du  ou  Le entrer  deuxieme  1'enthousiasme  de  sobriete  s'y  renoncement phrases,  domaine  des  aux  breves  l a i s s e r - a l l e r  voyelles  nasales y  "confondent"  et  "monte,"  se  "tremblent," repondent.  longtemps comme  repetent,  a  aee  II  Baudelaire, se  "les  paragraphe.  attendre  qui  une  t r o i s  entre  repandre,"  les  faudra  poesies les  troisieme  de  je  a  de  et  l a  etoiles  d'un  part  a i n s i  derive.  L'abondance dans  du  rien,  Saint-Exupery desire  dans  l'auteur  Les  Saint-Exupery qui  qu'un  "II  apaisement  terrestres. coupe,  regullere  Malntenant  mesure  tant  sorte  richesses"  un  rapportent  poesie.  construction  paragraphe  lntroduit  colore,  se  connais  partie  une  ou  qui  une  v a i l l e  par  "ou"  ne  pour  qui  tant6t  adverbe  l a  autre  "invisibles  "rien  introduites  est  une  je  cree  t r a v a i l l e n t  "et,"  dans  a  sujets  "Et  heure-la,"  les  qui  un  paysage,"  phrase,  rattache  ceux  sont  l a  discute  ne  ce  et  Harmonle  creent  presque et  poesie  l a  pure  de  l a  de  l'assonance  "attendre."  Ensuite  encore"  une  rime  C'est  repetition  inter-  a  de  rappellent  certalnes  du  exemple,  Solr  1'ambiance  par  sereine  du  en  jour  ou qui  65 meurt  parfume,  ou  "Chaque f l e u r  s'evapore  a i n s i  qu'un  „9 encensoir." paragraphe premier: ne  est  "Je  mesure  le a  son  de  avec  du  deuxieme  sauf  " J ' a i vu,"  est  mise  en  l a  r e v i l e  et  plus  haut  mesure  verte"  les  des  attestent  Simon  de  etoiles  Saint-Exupery Henri  que  l ' a r t  comme  et  quand  le  c'est-a-dire, connaltre se  le  manifeste  et se  durs"  sur  evidence  de  monde." surtout  1 0  et  " i l me  Le  du les  du  dans le  le  fond  ensemble  d'une  tangible  et  paroles  de  l a  "II  faut  concrete  "prise  de  cite  "eau  P i e r r e chez  p a r t i c i p a t i o n , faire  sur  concrete  descriptions  qui  chez  de  les  et  passage  sa"phllosophie  Cette  dite,  pensee.  concret  prise  faudra"  poete  poete  du  une  l a  l'auteur  1'exigence  presence:"  dans  de  representees  definit  une  astres  vivre  sa  en  donner  a  Je  rappelle  de  semblait." reussi  a.  proprement  developpements sont  atteint  premiers "moi"  E t  orgueilleuse  phrases  celui  mettent  l a  II  w  du  v i e .  v l s u e l  de  r e l a t i o n  l a  du  de  peu  impersonnel  me  gout  nee  un  Saint-Exupery est  "diamants  i l  1'exuberance  affirmation  "11  troisieme  s'enferme...,"  des  Le  verbe  seule par  avec  "Les  verte."  demande  qui  l'aviateur-poete, l a  rythme  le  ce  paragraphe.  S a i n t - E x u p e r y ont  enrichit  Les  l a  equilibre  chez  Ainsi  eau  de  repetition  le  dans  f i n ,  trouver  l a  classique:  une  l a  philosophe  "Ou l ' o n  et  dans  phrases  contraste  c e l a . . . , "  l'alexandrin  guere,  des  par  troisieme:  comme  n'apparalt  qui  tout  r i e n . . . "  dans  tremblent  a  equilibree  renonce..."  grandeur  et  construction  "Mais  connais  des  L a  le sur l a  un  metier,  monde, le  pour  monde"  n u i t .  66 Au  debut  qui  de  luisaient  renoncait, amere l u i de  Terre  des  f a i t l a  que  dans  le  nults  du  de  •vol." *  L'epithete de  q u ' i l  et  l'inconnu suggere  l'epreuve de  l a  a  a  1941,  qu'on  l ' a b s t r a i t ,  le  desert  de  C'est  un  comme  s ' i l  de  son  lumiere  son  e t o i l e s ,  d'un  hors  monde La de  d i t  de  l o r s sur de  n o l r et  le  a  son  metier "biens  est  au  l a  n u i t ,  plus parce  haut  subir,  connaltre  de  qui  degre.  l a  les  presque Ses  "qui  meme  etablit  quallte  verites  ses  des  cadrans  renseignements  des  lumineux  l a  meme  le que  avec  son  trouve, sont  pour  " l i v r e  de  t e r r e ,  radium,  nuit etoiles."  mlnerale  s e c r e t e . . . "  l a  cette  se  lumiere  et  l a  jusqu'aux i l  forment  survole  hommes,  cadrans qui  York  atteindre  ou  l i e n que  pour  d i l a t e  inusable  indiquent  l ' a t t e i n t e de  un  New  mineral  repandent  lumiere  a  L o r s q u ' i l  Terre  s'est  constellations" et  concret  1 ' E s p r i t .  essai  t e r r e .  "secrete"  les  d'amertume  pulpe  aux  plus  interview  meme  lumiere  par  l e u r  d'une  l a  l a  l a  et  de  a  lumiere  "mineral"  "inusable"  coeur  de  palpable  de  f r u i t s , qui  11  l a  demande  amere"  a  "a  avant  "bitume  celeste"  est  que  trouvent  part  deja  traverser,  septieme  creusait  L'epithete  l a  s'appuyer  l a  "minuscules  les  terre  a  2  monde  mecanique que  doit  dans  1'entoure  l u i  1  s'y  NoSl  auxquels  aux  le  de  v i e .  Saint-Exupery en  "pulpe  S a i n t - E x u p e r y aime  "amere"  precieuses  renoncer  l a  cadeaux  mordait  s a c r i f i c e  faut  savourer  aux  eclairees,"  q u ' i l Le  1  pour  r e e l .  songeant  les"vitrines  comprendre  mystere  vallee  hommes,  Saint-Exupery dit  terre,"  profond  des  tandis  lumiere  car  1  3  cette  que  "celeste,"  vient  aussi  hommes. rattache  d*altitude  Saint-Exupery a et  de  centrage  l a  qu'elle  illumine,  mysterleuse l i e n  entre  quelque  Le  pilote  sorte,  d*homme,  et  toutes du  sa  lumiere  interieure  s p i r i t u e l l e s . que a  Henri  preconise  means  of  universe  de  les  du  "livre  de  l a  nuit  par  Peyre  un  son un  resume  Saint-Exupery:  of  aux  denote  realise  11  more  developing  l a  "Intense  mouvement  keener  de  vers  avec  l a  de  niveau  the  l a  constellune  "studieux  l i v i n g  into  en  celeste."  "minuscules  le  le  consciences  mecanique  contact  leur  alors  lumiere  autres  sent  bien  a  microcosme  murissement  deeply a  un  toutes  ressemble  represente  C'est  S a i n t - E x u p e r y se  penetrating  and  carllngue,  bord  Ainsi  etoiles,  e l l e  lumiere  entler.  de  de  ou  l'astronome. les  sa  etoiles  planche  tant  Cette  rejoint  "bitume"  de  et  dans  qui  les  ations"  nuit  etoiles,  l'univers  humaine  mouvement  comme  aux  s c i n t i l l a t i o n . le  conscience  et  l a  forces conscience  to  him  secrets  consciousness  pur"  nature,  ses de  is  et  only  of  the  of  our  de  mecanique  Tk duties  and A  celeste," "grande  potentialities mesure i l  Vallee cours  de de  qui  son  John  et  decouvre  chemin  Bunyan.  Christian  une  trouve  qui  des  l a  pays  Mort  ardent  de  fees,"  Vallee que  vers  palx son  de  doit Dieu  j a i l l i t  s p i r i t u e l l e , salut. e l l e  soudain  de  L a nuit  semble de  "livre  allegorique.  contes l a  son  dans  l a a  traverse  vallee  traverser  aux  Le  une  de l a  Chris-Han  au  de  facon  quallte Mais  l a  et  Voyage  biens  meme  feerique. son  l a  II  1'Humiliation  Saint-Exupery renonce  Saint-Exupery,  lumiere  un  rappelle de  men."  Saint-Exupery l i t  dans  noire  1'Ombre  de  pour  entre  vallee  "l'epreuve,"  que  as  un  du  Pelerin  l a  terre  dont i r r e e l l e rayon  standard,electrique,  de detruit  68 l a  fantaisie  de  l a  n u i t .  botte  de  nuit"*3  qui  C'est  l a  lumiere  d'une  sur y  l a  surface  et  p a r t i c i p e r .  de  valeurs  nuageuse  vie  aveugle  durables. l a  d i t  l ' e b l o u i t  On d i r a i t  dont  II  et  vaine les  que  Plus  lumiere  que  c'est  qui et  une  efface  "lumiere  les  autres  s u p e r f i c i e l l e  hommes  tout  en  qui  les  forme  i l H  entre  un  long  dans  a  une  sillage  lueurs.  b r i l l e  invitant  Saint-Exupery voyage  l o i n  de  l a  a  recherche  masse  lumineux,"  16 un  "bouquet  de  se  rattache  par  s ' i l  e t a i t  avec  le  aussi  un  un  "halo"  donne  un  les  oppent  le  l a  qui  q u ' i l  l a  au  i l  bout  du  de  du  v o l  mauvalse  auberge."  L a nuit  comme  un  habitalt  s i  n i  chaleur.  un  immense  et  de  monstre II  semble  labyrlnthe,  "couloirs"  qui  de  que  de ou  Salnt-Exmpery  l a bien  c u e i l l i r . de  nature  Ce  1'avion.  rayonnante  un  j a r d i n i e r  bouquet  est  A i n s i  du  bouquet  poesie de  n'offrent  de  n u i t .  dans  le  Les  nuages  ventre  n'est  plus  devient  de  l'auberge  aucun  fleurs  d'un  le  c i e l  debouchent  plus ou  en  i l  plus  n'y  eux  de  sur  envel-  cumulus,"  qu'une"lumiere  s'emplit  entre  recours  epais  a  et  de  s l n l s t r e n i  a c c u e i l  a  travers  Saint-Exupery s'achemine  tant  comme  Jardinier.  l a  l ' a i l e  danger,  t e r r e ,  l ' a i l e  "navlgue  de  sa  valeur  vie  delices  d i f f i c u l t e s  lumiere  l a  du  s i m p l l c l t e  vient  eclaire  a  p i l o t e ,  a. l a  creusant  constate  les  Au coeur  pensee  rose  sens  Mais contre  l a  fermier  bouquet  Saint-Exupery qui  f l e u r s . "  murs  "une  de  nuages  vallee  16 etroite  de  s'enfuit  et  oampagne. monde  ou  i l  c i e l . "  Les  f a i t  place  a  Cette  serie  de  n'est  pas  de  symboles une  se  grande  symboles valeurs  multiplient: maison,  p a r t i e l s  constantes,  ou  une  le  etendue  temoignent ou  monstre  tout  d'un change  de  69 d'apparence  comme  le  l a  monde  de  le  Protee  " g l u "  l  des  D  de  l a  mythologie  nuages  qui  grecque.  entrave  le  C'est  progres  de  1'homme. L ' a l l e g o r i e m u l t i p l i c i t y "franges ailes  du  que  chifrees  de  rideaux,  ne  ou  voyant i l  pense  recevoir  des  d'une  maison  et  font  plongent  moyen  age.  le  eclats  lecteur  dans  n u i t . "  l u i ,  mais  i l  ne  l a  salt  des  s ' i l  ses  recreent des  "demons  et  a.  aux  "communications  d'un  nuages  pas  lumiere  passementerie  lumiere  des  une  "franges"  1'atmosphere  S a i n t - E x u p e r y emerge  devant  Les  voir  de  dans  Saint-Exupery arrive de  l a  les  perd  bouquets  de  que  se  les  demons  tandis  l'homme  poursuit.  les  nuit"  verte"  et  se  intervalles,  avec  1*interieur  monde,  visions,  nuage"  par  du  de  l a  mystere  du  volt  s'agit  une  "etoile  d'une  etoile  17 ou  d'un  phare,  i l  se  peut  qu'elle  de  l a  meme  fagon  Enfant. uant  Mais  q u ' i l  monde  que  medievale  a i n s i  a le  sort  mefler  comme  moment le  s o l .  a  condulse une  Roman  cassure  ses  1'autre  egalement et  "astre  aux  etoile  rade  plus,  ou  un  se  monde  une  des  amena  l a  Rose  "faille" de  r o i  et  les  qu'elle  navigue  couches  trouve  le  qui  trompeurs  survole  l a  mer  ou  fourvoie  en  indiq-  pleine  mer.  Le  deux  rappelle i l  Divln  aussi  mineral  a. u n e joue  un  l a  salt  s ' i l  va  role  f a i t  terre,  et  monde  notre.  ne  romance  un  nuages  dans  le  c i v i l i s a t i o n , au  nature  entre  car  l a  car  mages  l a  penser l a  mage,"  rols  vers  ou  a  Saint-Exupery est  chavire  signes s ' i l  de  de  hommes  Saint-Exupery f a i t  Le  De  monde  de  le  dont  depeint  une  l'appelle  d'une  d'incertitudes, se  i l  peut-Stre  allegorique. songer  et  pas  II d'un  emboutir  doit  70 Cette r i e n  ne  s'acheve,  risque comme  de le  se  f i n ,  est  a  d i t l a  i l s  l a  fond  du V i e u x ,  d'emboutlr d'un  qui  des de  beaucoup  les  et  "braises  hommes  qui  est  1 ' E s p r i t .  fermier  Sa  images;  dont  piece de  plus  le  l a  le  comme Comme  les  d'une  seule  a  Saint-Exupery  haut.  sauver.  vides  ecouter  monde,  cherche  lumieres  d'lonesco  chaises  venus  du  l'homme  11  "braises  v i l l e  II  le  doit  lumiere  le de  qui  sont  ecarter v e r i t a b l e ,  cendres. des  ses  l a  ou  ou  aspirations,  i n v i s i b l e s .  i l  chercher  quete  de  s o l ,  puissent  ses  sont  coherente  les  7  qui  p a r t l e l s ,  moderne,  de  dans  discutee  le  a t r e , " *  monde  entoures  sont  v i s i o n  allegorique  rayonnements,  parmi  sont  invites,  d'une  lumieres  La  Le  scene  avant  faux  vie  les  l'humanite  les  l a  tous  symboles  fragments  ou  seules  Terre  les  Chaises,  au  vie  parmi  du  Les  les  l a  p o r t r a i t  L a V i e i l l e  Juste vie  le  des  et  recherche  demontre  foisonnent  Le Vieux  a  l a  est  perdre  puisque  message  ou  font  l n t i t u l e e l a  scene  parle  de  de  l a  vie"  r e v e i l l e r  recherche a. v r a i  de  dire  Guillaumet  symbolise  les l a  l a  dans  hommes  lumiere lumiere  sa  a se  en  lecon  le  but  l a  lumiere  manifeste est  de  de  l a  de dans  clef.  geographie  TO  au  debut  du  l i v r e ,  devient  * de  college,  a. s o n  alors  gardien  de  phare  dans  l ' e s p r i t  19  Saint-Exupery a  Guillaumet,  un  "l'aube" tour,  q u ' i l  de  inspire  etudie  l a  son au  premier  Jeune  route  courrler.  pilote  avec  l u i  l a  et  paix  du  repand  l a  20 confiance  "comme  de  phare,  1*humble  i l  porte  ante  de  secours son  phare  une  lampe  fermier  au  pilote  est  l a  repand  l a  sur  pente  sa  lumiere."  en. p a n n e .  lumiere  de  sert  Ainsi l a  Comme  l'humanite, l a  lumiere  f r a t e r n i t e  des  gardien car e t i n c e l -  hommes.  "L'aube" le  du  pilote  premier  a  univers.  mesure  courrier q u ' i l  L a lumiere  proviendra  de  de  deviendra cette  1'acceptation  * du  ent  rayons  pieges  Saint-Exupery. l a  lumiere  peur une  et  clef  l a  fois  caisse  d ' e t o i l e s .  A  l a  l a  n a l t r a  l u i  et  chez  de  lumiere  et  ses  ressemble  son  qui  l a  lumiere  tresors  favorables  peuvent  seules  un  leur  son  dont  "Seules  composent  source  avec  les  premier les de  un  a  doit  une  e c l a l r -  survoler  lampe  ombres  lumiere  peut-etre  dont  de  l a  de  1'amitie,  que  1'image  de  lumiere,  t e l l e  et  car  une  comme  caisse  d e l i v r e r  l a  autant  mais  les  repandre  l a  1*esprit.  depaysement  confond  que  etincelleront  une  l u i  Guillaumet  les l a  de  Saint-Exupery est  source  est  trouvent  Et  chez  humaine  qui  est  metier.  l'homme  fera  repand  dissipe  veritable  2  qui  d'Espagne  vie  images  de  que  lumiere  du  de  ouverte,  Les  d'embrun" ocean.  2  p i l o t e ,  camarade  foies  de  f i n  du  Cette  perles  se  est  de  qui  responsabillte,  montagneux  le  des  frequemment arbres  l a  l'obscurite  t r e s o r s , "  Toute  conditions  nature  Ainsi  philosophie  aux  lumiere  de  confiance  pays  fortes  "caisse l a  de  l'inconnu.  plus  de  du  combat  de  des  ma£tre  "aube"  professionnel"  Les  les  l'homme  21  "bapteme  "homme."  suggere  l a  poesie  egalement ou  l a  terre  vagues  essai,  dans  et  avec  les  du  monde  l a  lumiere  ses  brumes  forment  grandes  blanches  palmes  une  l a et  plantes de  Saint-Exupery decrit  amoncellements  de  l a  creent et  mer.  les  tempete  s'etalent,  ses  "paquets  en  plein  marquees  23 de  nervures  On  imagine  et  l a  glace  et des  de  bavures,  palmes  miroitant  en  prises  plein  comme  des  dans  s o l e i l  une  sorte  de  rulsselant  de  cristaux.  gel."  J  lumiere  72 L*image  des  de  Saint-Exupery.  i l  regardait  beres.  "le  On y  palmes Le  matin  macadam  voyait,  revient  plusieurs  pluvieux  luisant  ou  de se  c o n t i n u e - t - i l ,  son  fois  sous  premier  refletaient  sur  les  l a  plume  c o u r r i e r , les  flaques  rever-  d'eau,  de  oh grandes verbe  palmes  "se  vent  qui  le  c i e l  et  de  l a l a  bien  de  chez  en  Aux  monde  et  le  de  l'auteur raison  i n t i t u l e  de  de  des  dans  dort,  magique.  de  Le  le  en  elles  et  et  sa  Vent  Guerre,  Leve,  des  et  les  au  meme  des  2  est ^  "Ce  de  En  effet,  1'ombre "le  les  de  c l a r t i  choses  double  calme"  s o n t . "  ont  une  d'Anne  Saint-Exupery  et  "la 2  ces  2  bois." chez  c l a r t e , "  de  l a  mer,  "l'homme  comme  que  l a  lampes  les  de  ou  de  lumiere  deslr  chant  les  transport  fois  nuit  declarant  ou  une  "plages  l a  entre  bel  de  le  palmes  mystere,/L'attirance  bouquets  le  le  equilibre  % ou c r a q u a i e n t  arbre  l i v r e  le  plages  s'entend  Saint-Exupery  preface se  ou  redevient  de  de  monde  noires"  slmplement  images  les  l'eau  aimait  expriment  le  eclatant  "palmes  i l  autour,  images  jouent  de  p o u r s u i t - i l ,  tout  de  qui  rapprochent  et  Ces  sans et  "luisant"  lumiere.  s o l e i l . "  enfance,  connaitre  Pilote  Dans  et  se  Puis,  ces  l a  peut-etre  firmament"  son  nuit  morceaux  Les  du  a  "Departage  s'immobilisaient  s o l e i l  monde  acces  miroitements  1'ombre  noires.  plus,  du  ses  qui  "On s o u l e v a i t  reserves  le  les  L ' a d j e c t i f  suggerent  poids  temps  Saint-Exupery  renoue  et  Valery, le  place,  f o i s  donnent  Saint-Exupery  palmes  vastes Une  terre  lampes." de  courir."  dans  mobile/Entre  lumiere.  et  l a  t e r r e / E t  palmes  des  courent  palme  a r b i t r e  vent  refletaient"  de  que  de  le  n u i t ,  dit l a  7  qualite  vraiment  Morrow-Lindbergh  explique  que  1*image  6  73  poetique ne depend ni des mots employes ni des elements que l'on compare, mais reside "dans l'attitude interne particuliere qu'une telle structure nous impose. L'image, continue-t-il, est un acte qui, a son insu, noue le lecteur. On ne touche pas 28  le lecteur: on l'envoute."  La magie de 1'image des palmes  d'embrun citee plus haut se degage surtout de son rythme poetique qui evoque precisement le fond de sa pensee. Les sons liquides et nasaux des "1," "m" etn" dominent la premiere H  moitie, -"Seules de grandes palmes blanches s'etalent,"- et font voir la fagon dont la tempete s'etend comme un filet. La deuxieme moitie, cependant, se caracterise par un rythme saccade, -"marquees de nervures et de bavures, prises dans une sorte de gel," -qui suggere que le monde de la tempete est un monde qui se decompose et ou regne la destruction. En effet, les mots semblent se heurter l'un 1*autre, tels les elements dechalnes de la tempete. C'est done la vie elle-meme que Saint-Exupery a reussi a saisir et a transposer dans son oeuvre. L*image discutee ci-dessus fait preuve des paroles de l'auteur concernant le "vrai livre" dans la preface au roman Le Vent se Leve. II le compare a un filet ou les mots sont les mailles. "Peu importe la nature des mailles du filet, d i t - i l .  Ce qui importe, c'est  la proie vivante que le pecheur a remontee du fond des mers, ces eclairs de vif-argent que l'on volt lulre entre les 28  mailles."  0  Mais de  l a  mer,  hommes chez  avant  des  son  tout,  vents  cadre  et  emboutit  le  Ce  sol  sont  des  vlvant,  Saint-Exupery.  avion  ce  etoiles  car  elles  dernier  et  les  ou  le  allegories ,  qui  donnent  resument  quitte sable  le  se  du  l a  desert, a. T e r r e  quete  pays  de  hostile  couvre  d'une  des  l a ou  vie son  "armure  29 de  fer  sable  M  de  7  blond  "sabre" a. u n e  et  pierres des  le  region  v e r d u r e , "  3  dunes,  "fouet ou  et  1  i l dans  II  rejoint  tracent  1*ascension  etoiles  sont  le  les  rien  semble  ne  peintre  parsem£e  dont une  le l a  vie  et  3  des  0  les les  l'homme de  l a  ensuite  combattant  tertres  sable,  de  les  de  vie  l a  M  les  et  du et  s p i r l t u e l l e  le enfin  plaques  Bedouin  aux  de  M  parvient  a i n s i  terre  mers  c a v a l e r i e ,  "legeres  traces hommes  de  l a  vents,  et  de  changer.  fragments  ombres  c e l u i - c i  en se  s'approche des  dont  pierre. change de  l u i .  arbres  Tanguy,  qui  les  auquel  de le  allegories  etoiles,  sable  le  temps.  composent  i n t i t u l e  depeint  car  les  l'homme  une  quelques-uns  sont  suspendus  vie.  quand  11  Un t r o n c un  Cette  petrifies  ou  ressemble  "rocher noir" cathedrale qui  a  dans  travers  en  le  Bedouin,  dont  emprisonnent  les les  et  trouve  a  que  immobil-  l ' a i r  les  des  Lenteur  une  tous un  ou  desertique  S a i n t - E x u p e r y se marche  le  monde  de  scene  glaces  l a  Dans  un  Jour  tous  antedlluvienne"  en  avec  meubles,  simulent  "foret  de  Un t a b l e a u  de  semblable  une  surtout  infinies  surrealiste,  eternite  changes  s'assocle  etendues  permanente,  decouvre  sont  des  franchit  en  g l a c e "  domaine  desert  desert,  ite  a  et  a s p i r e r . Le  du  tout  de  y  sauve.  doit  noires,  dans  desert  arbres  ont  et ete  mais  Saint-Exupery colonnes "torsions  brisees de  l a  75 v i e , " ^  n'est  2  traverser  au  miraculeux de  sa  qu'une cours  de  musique  et  qu'on  On e s t  comme  contemplant  des  grains  de  Le eclatant a  le  desert  une  des  i l  et  de  formes  surmonte  le  pays  les  par  sources  bonheur  qui  l a  dans  decu  frande  grace  taries  t e l l e  entier  qui  l o i n  glissent  qui  immobil-  l'ecoulement  s'eerie  des  du  ble  entre  les  Saint-Exupery  s'ecoulent  de  de  tour et  comme  dont  le  s o l e i l  b r o u l l l a r d  de  chaleur  a  de  grands  tour  par  croix.  l ' a b r l  de  l a  par  monastere  Images  toute  une  vie  -les - ,  sur  demontrent  c i v i l i s a t i o n :  "s'ouvrent  coeur"^^  avec  le  Ces  laquelle  notre  r e j a i l l i s s e n t  mirages le  minarets,  Saint-Exupery recherche l'eau  terre  sont  s a b l i e r .  des  d'une  une  pleds  l ' a i r  toutes  murissent,  l a  "les  remplit  trahlssent  heures  diverses  et  dans  dunes,"3^ des  un  aussi  forteresses  cherche  toutes  des  de  ne  monde  qui  doit  retrouver  vivante;  le  alizes  f r u i t s  l'auteur  oiseau  a i n s i  "c'est  biens  que  pour  n'est  Saint-Exupery est  c o l l i n e ,  comment  aucun  r  richesses dans  mort  Vlvant  des  f i n  est  les  1'horizon.  lacs,  les  a  vents  "Et les  sable  cree  c  que  les  sable  l a  branche  sent  l o i n  molssonne.  doigts en  on  de  pelerinage  marbre.  Seuls  temps.  son  aucune  en  temporelle,  v i e i l l i t . " du  de  l'homme,"33  metamorphosees ite  vallee  en  nous  sources  1'ordre  d'amour des  36 "masses  geometriques  forteresses des  et  minarets  priere,  et  du  l a  a  lignes  convocation  haut  desquels  finalement  l a  f o i  v e r t i c a l e s , a le et  l a  1  1  l a  J  meditation  muezzin 1*amour  associee  annonce des  protection a  l'heure  freres  l u i  enrichit  donneraient ces  images  de  l'eau.  quand  i l  Plus dit  que  l o i n , les  Saint-Exupery  mirages  se  l'idee de  l a  dominicains  37 qui  des  sont  76 evanouis de  sa  pompe,  d l t - I l  en  monde dans  avec  le de  ses  p a l a i s ,  ldentlflant  i n t e r i e u r son  erepuscule.  car  sur  l a  ses  aspire  11  vetements  du  a  s'est  desert  b a t l r  un  deshabille sacerdotaux,  avec t e l  celui  de  royaume  son  sacre  coeur.  des  en  dominicains  cloche  s ' a f f a l b l i t  et  a  apercolt  11  de  1*horizon  Saint-Exupery imagine  "L'horizon  qui  mesure  des  vlent qui  a  lnventer  courront au  que  augmente  "taches  soif  mirages.  l u i  quand  vers  l'ameneront sa  des  puits  b r i l l a n t e s . "  II  i l  tirera  permanent. et  le  "Quand  II  troisleme  elles  se  jour  changer-  39 ont  en  flammes,  Saint-Exupery mourant  de  suggere  sur  dans  une  de  ses  d'un du  un  vie  mesure  nous  soif,  Le A  autre  et,  en  par  coucherai."-  lui-meme  l'homme  l a  se  tarissent.  desert,  c'est vide,  de  ce  qu'on  son  s'est  symbole ses  des  le  q u ' i l ami  qui  accepte  o u b l l e r a i s - j e  nuque,  et  le  forces,  desert, a  1'autre,  de sa  l a  cette  mol-meme, egorge  sa  phrase  l o i n  ame.  plutot paix  par  comme i l  "Le  qu'un de  l'ame II  enfoui l a  que  constate  destinee  que,  memes  j ' e t a i s  Plus son  i n t e r i e u r .  sources  condition.  acceptant  lentement  les  "Moi aussi  Malus,  s'aveugle  vide  dans  envahit  que  multiple.  d'un  efface."  symbole  en  le  mirage  l ' e x p l i q u e  d e c l a r e - t - i l . est  dans  dans  saccade:  secheresse  propre  "Comment l a  1  moi,  desert  sent  Jusqu'a  l a  moi,"**  Saint-Exupery devient  en  p o r t r a i t  d'aujourd'hui qui  le  II  Ce  7  d'un  dispersion  a i n s i  /  perdu  imagination  plan,  devient  tout,  1'image  sable  de  particullerement  conclut  s'ecriei  me  Saint-Exupery epuise  emotions  sable,  donne  faussee  que  Je  errant  desert  rythme  simple  d i t - i l ,  et  i l  dans  soif,  le  j ' a i  eu  77 s i  chaud au  coeur  Les l i e u  les  aspirer revent  espaces  champs  des  cervelles du  hommes  ou  developper  se  jusqu'au  qui  au  dela  v i s i b l e .  1*horizon  est  douce Les le  Saint-Exupery  Quand en  blonde  ou  l'auteur  d'un  de  l e u r  au  des de  au  des  le  II  des  les  faut  du  promesses  cites  gout  inconnues  centre  mirages,  petites  meme  mers  potentiel.  dela  riche  domaine  qui le  le  plus  figure  pour  souligner  desert  de  et  1'horizon,  s'exclame-t-il,  veritables,  qu'un  a  vent  grand  dans  desert.  vie  q u ' i l  quitte  exploration  haut  des  qui  ete  les  m e r s , d e  conquete  gazelles  ont  dont  dolvent  de  canaux  p r a i r i e s . "  toute  d i t  des  dernier  hommes  eontinentales,  a. l a  vie  elles  sauvages  etendues  les  en  Comme l e s  quand  canards  "Au dela  decrit de  plenitude. meme  2  symbolisent  auxquels  Saint-Exupery  l a  depaysement  isole  etendue  de  reves  Saint-Exupery "aussi  plus  peut-Stre  et  desert  geographic  i n s p i r a i t  chercher  du  les  lancer  f a i s a i t  aussi  sable,  l a  le  d'eau  de  "les  d'etoiles."^  possible  leur  comme  et  du  du  dans  retlennent  dolvent  l ' e s p o l r  immenses  etendues  large,  ma p e l e r i n e  i n f i n i s  pour vivre  apprivoisees,  vents  sous  tous  f o r t i n ,  l l o t  perdu  aime  a  sa  l'Ouest:  marque l a  "Je  les  Le  beaucoup  1'avion  expliquent  m'en  vais  partie ou  Nouatchott,  etait  mer."^^  Sahara,  houle  deuxieme  episodes  en  le  en  comme  "cette sur  f o i s ,  i l  done,  mais  l a  part i l  m e r . " ^ seul me  47 semble  que  je  m'embarque  en  canofi  sur  1*ocean."  Et  quand  i l  44 f a i t  deml-tour,  naviguait paix  de  en  i l  donne  pleine  l ' l l o t  perdu  mer. en  un  "coup  de  barre"  S a i n t - E x u p e r y aime mer,  le  oalme  serein  comme  s ' i l  l a  solitude  de  1'etendue  et  l a  78 houleuse  des  1'ocean,  c'est  f r u i t s de  du  1»homme.  de  l a l a  Un  meditation  dans  son  monde  silence/Est de  l a  mer  naltre  l a  nous  le  par  v a l l l a n t  recelent  les  dore"^  peut-etre  silence  du  laquelle  l'homme  chance  f r u i t  w&rl*^  gout  l'homme  de  qui  fera  domaine  s p i r i t u e l  le  desert,  et  de  l a  De de  notre  des  mer  a  Valery,  fralcheur  les  du  parvient  Paul  le  et  sur  1  savourer  murissement  desert  Selon  d'un  dans  le  canoe  pour  verites  regne  8  en  effort  i n t e r i e u r .  recele  en  qui  suggere  car  L 'embarquement  d'un  "silence  "dore"  pensee,  blonds.  l ' a p p e l  silence,  l'epithete  a  sables  est  propre  s'orienter  "Chaque plus,  et  atome  de  1'exploration  l'inconnu  grandeur  f r u i t s  qui  f a i t  notre  p l e n i t -  ude. Mais pleine  mer  cherchons  chez  Dans d i t  montagnes  a  un  vent  qu'une  ou  montagne  Agay  bord  II  son  voulait  l a  pour  suivent mer  et  1  l a  precisement  L'Eau  de  car  etre  voyager l a a  a  les  amour  qui  est  eau  ou  nous,  l ' a p p e l  a  de  "un une  qui  Reves,  Gaston  l a  ou  mer  granit  remonte  l a  ou  lumiere  mer  l a  gout  de  l a  mer  a  chez  11  passait  l a  moitie  de  d'etre  affranch!  du  temps,  libere  destinee  de  paroles  celui  Saint-Exupery:  qui  ou  amours l a  l'annee  revalt  Les  terre,  Saint-Exupery  i l  gre.  une  nos  et  son  des  , " 5 ° piutBt  bleue  le  Mediterranee  penser  et  r e i n c a r n e r dans  Certes  evoquent  font  une  partie  a. s e  toujours  contrainte qui  Une  enfance de  plus  notre  natal"  s^cheresse,  v e r t e . ^ a  devons  "pays  trouve  remonte  i n t i t u l e  nous  notre  etendue.  d'enfance,  au  l i v r e  que  une  d e f i n i r  Saint-Exupery.  son  Bachelard  a  de  reve  a  marin. de  toute  Bachelard tellement  " D i s p a r a l t r e dans  a  l'eau  79 profonde, a. l a  ou  profondeur ou  prend  son  hommes. v e l l l e  mer  s ' a l l i e  d'une  comme  sous  premiers les  b a t a i l l e  du  Ce  profondeurs de  humaine.  t e l des  est  avec  l a  a  comme  le  dans  l a  d'un  l a  v i e .  impressions  de  1'existence  les  v i e .  "algues de  nos  L a mer  Mourant  de  et  en de  f a i t faim  l a  que  i l  "dans  les  matemel,  symbolise l a  l a  mer  les  renferme  conscience  demeurent  et  qui  le  symbole  dans  des  dort  ventre  mer  sur  qui  souvenirs  est  soif  On v o i t  noires"  qui  d'Espagne,  noires,"  l a  Terre  qui  "algues  de  sont  dans  c i v i l e  Ainsi  humain  2  sergent  palx  s'associer  destin  1*enfance  guerre  des  le  eaux."-*  profondes."53  obscures  l a  horizon l o i n t a i n ,  decrit  pendant  fremissements  humaine.  destin  s'accroche  eaux  un  souvent  sommell  les  premieres  v i s i o n  le  Saint-Exupery  c e l u i - c i  profondeurs  dans  1*infinite,  dans  Quand  que  a  image  La  d i t  d i s p a r a i t r e  dans  les  faconnent.notre  le  de  l a  desert,  destinee  ayant  subl  54 l a  glace  se  r e t i r e  torrent les  du vent chez  fleuves  sa  l u i ,  d'images se  tranquille" de  qui  que  genese  le et  "chassait fermant  m'emporte,  calment  dans  un  oe  dans  represente corps  les le  a  courre," yeux,  sens,  l'epdsseur l a  mer,  humain  Saint-Exupery  i l  dit:  vers  un  de  c'est  l a l a  songe  mer."5^ vie  jusqu'aux  "Tout  de  ce  t r a n q u i l l e : Ce  "songe  1'esprit,  hauteurs  de  son  developpement. La est  precisement  plenitude. le  mer  bel  mer,  Le  est  done  l ' a p p e l  le  gout  de  beau  vers  aujourd'hui,"-^  car  le  connaltre,  l a  de  vie  vie  qui  Mallarme,  exprime c'est  a. l a  le  etre  sens  et  cree  son le  "gout  climat  "Le v i e r g e , de  ce  conscient  gout de  l a  inoubliable" de  notre  le  vivace  de  l a  beaute  et  pleine dans  80 l a  v i e ,  ce  gout,  qui  de  ne  tout  l'homme  salt  "manque  le  mer."56" a  sa  i l  vrale  les  qui  le  nous  gout  l ' e t r e  au  moyen  pleine  mer  est  du  le  ses  que  hommes  Le  qui  le  C'est  vie  en  humaine.  desert,  rejoindre dans  Et  le  du  a  point  son et  le  les  Apres  t r o i s  l ' o r d r e  espece, du  i l  metier.  dit: Mais  et  une  un  de  son  T e l  est  s i  sens  mieux,  "l'embrun"-^ heures  de  qui  de  marche  On  gree  vie  un  de  donne  un  je  presque sens  epuisante  a.  dans  pour  perdu. l ' a i  deja  ces  ennemi  possible  j ' a i  en  reprendre  l'emportera, l a  l a qui  enleves.  qui  meme,  de  Sahara  pour  "l'on  a  son  gottt  le  a. l e u r  joue,  de  a  qui  tout  " J ' a i  dans  l u i  large  jours  l'homme  l'aventure  bande  face  du  pleine  Mais  Le  de  vivant  large,  tout  l a  dans  elements.  comme  ou. S a i n t - E x u p e r y f a i s a i t son  deja  qui  1*accomplissement  menaces  vent  de  l'accompllt  de  f a l r e  effet  gout  et  a c t i v i t e  apprentissage,  donne  prix  fonction" une  Sans  Carnets,  aveugle.  baignait  du  des  crolssante.  combat  large  le  Bonnafous  vent  tout  qui  organiser  le  sa  accompagne  et  des  s o u i l l u r e .  ingenieur de  d'Arabes  a  pour  vent  veulent  tant  sans  destinee  avec  legendaire  i n v i s i b l e .  mythique. toute  de  preparatifs  c i r c u l e . "  de  gout  Mouyane aime  v o i l i e r  sa  q u ' l l  lutte  dissldence.  les  et  d i t  l a  f a i t  sait  renoncement  aussi  le  qui  durable  polarisaient  chameaux  ne  heures  d'une  vie  petit  vocation.et  dernieres  sentalent  le  et  equations  bornee  satisfaction  Saint-Exupery pendant  comme  f r a i s  v e r i t a b l e . . .  est  sa  pur,  les  humaine,  vie  une  est  "hors  bonheur  trouve  eprouve  qui  serait  rien  veritablement  qui  ce  C'est  respire,  CO  le  vent  l ' e s p o l r  de  l a  q u ' i l  mer."-^ a  mis  Les dans  pistes l a  q u ' i l  rosee,  tous  a  sulvles ses  dans  gestes  le  avaient  sable, pour  81 but  de  retrouver  l a  vie  et  renfermaient  a i n s i  "le  vent  de  l a  mer." Quand appelle  le  vent  precisement la  v i e , " ° °  les  Andes.  des  oasis  f a i b l e s  Saint-Exupery est  le  mer  parce  r e v e l l  et  de  vie  Le  vent  porte  "seche du  fauve,"  "le  t a r i t  qui  et  comme l a  La  vie  plenitude.  le  est  une  avec  magnesium  qui  bete  fois  Ce  d'une  au  vaincus est  surtout dans  a i l e  le  remplit  aussi  et  l e u r  que  c e l u i  des  de  pulverisee.  de Ce  chant le  Sur  2  vie  les  "le plan  de les  mains  et  "priere"  a, l ' h u m a n i t e ,  c'est  les l a  du  v i t  du  de  feu. b a t i t  "grand  sa s'ecrie  metier"  e c l a i r s  vie  Libye,  dans  astres,"°3  magie  leur  le  qui  l u i  des  1*esprit,  un  message  appel  qui  Saint-Exupery feu  avec  a. l a  le  lumineux,"  64 cette  de  vent  le  chez  e t o i l e s ,  les  et  du  s i g n i f i e  l a  l'homme  "la  ces  silence.  des  dans  images  desert  l i b e l l u l e s  qui  que  createur  le  de  de  "leche  c e l l e  dragons  done  et  d e s e r t . " °  monstre  chemin  les  tandis  de  dans  les  tempete  du  le  est  emporte  0  plus  d i r e c t i o n  d'une  impose  monde  par  avait  rosee,  1'esprit  mon  Guillaumet  heures" *  qui  leur  ou  ami  o r i g i n a l  fauve  l i r a !  royaume  Prevot  est  a l l e g o r i e  domaine  de  chaud  est  r o u t i n i e r e  songeant  representee  isole  une  " . . . J e  Saint-Exupery  d'Ouest  ce  derniere  representent  tempetes.  vent  ou  son  se  dix-neuf  souffle  l ' E s t ,  Saint-Exupery reconnut  du Nord-Est  en  car  i l  "la  signes  gouttes  desert,  l u i  qui  ou  des  le  pour  sauve  d'Est  comme  l'homme  routines  ouvrira,  vent  dans  l ' e s p o i r ,  devenu  avait  quelques  ce  visage,"  de  jusqu'a. P o r t - E t i e n n e  allegorique,  hommes  le  vent est  qu'elle  C e t a i t  traces  d'Ouest  le  Nord-Est,  s•approchait. la  d ' E s t ,  perdu  v i e ,  82 un  "fanal"  dans  de  connafttre  1' e n t r e e  eclaire  l a  le  direction  Lentement plus  i c i  qu'un  hommes  penches  autres  scenes  l a  recherche  decrit se  Sahara "gout  au de  Puis,  Dans  penche  preparer  et  Enfin de  veritable  Dans  ses  cette  1'image  l'esclave  son  qui  par  soufflant  sur  n'y  a  nous  de  deux  plusieurs toutes  ces  hommes  a  cree  et  leurs  le  du  braise.  le  souffle  chansons.  bonheur  q u i ,  pour  sur  les  le  les  l'esclave  rechaud  nourrit le  dans  representent  decrit  allume  dissidents,  partageant  souvenirs  II  Maures  bougies  bougies  phrase  l a  des  Les  o r g u e i l .  dernlere  " I l  p o r t r a i t  s ' a l l i e n t  "L'esclave  i l  qui  nous  rappelle  quelques  seches,  fagon,  et  desir  Camarades, Saint-Exupery  leurs  maftre.  f a i t  l a  feu,  S a i n t - E x u p e r y nous  humble  de  parmi  de  0  de  leur  r o u g i r .  penches, Ce  menaces  n u i t .  regnait  a. s o n  en  que  lequel,  Les  de  v i e .  plus  d'un  amis,  l a  0  temoigne  c i v i l i s a t i o n  l a  hommes,  autour  de  l a  f a i t  braises  fois  qui  Saint-Exupery.  b r i n d i l l e s  the  de  sur  v i e . et  qui  ne  des  Desert,  et  feu  braise  rlchesses"  le  de  vers  Terre  n o i r  des  braise,"^?  l a  une  le  sur  rade  les  l u i  NofJl"  "invisibles  feu  de  plus  en  declare  dans  grouperent  desert  de  sur  comment  du  leur  tas  r e c h a u f f o n s , " ^  vide  l a  flammes  et  l a  l i v r e  f a i t  echo  "Seul  1*Esprit,  du  v i e . a  celle s ' i l  68 souffle qui  sur  l a  glaise,  s'agenouillant  de  glaise,  l a  en  l'animant  de  l a  vie"  creer  1'Homme."  bord  du  fleuve  et  selon  sa  propre  image  souffle  L ' a l l e g o r i e "braises  au  p e t r i t du  peut  du  de feu  l a  ramassant et  une  cree  un  Dieu  poignee homme  v i e .  chante  triomphent  On i m a g i n e  des  le  triomphe  "cendres"  de de  l a l a  v i e . mort.  Les  83 Les ne  "cendres"  en  t r a v a i l l e n t  "monnaie l u t t e r  de  que  ennemis  de  sombrer  "qui  i l  de  les  lumieres  d'une  f a m i l i a l  qui  est  feu  des  a  de  d'herbe  vaut  son  que  dont  l a  b r i n  d'herbe."?  ment  l ' i d e e  poids  que  "1'etincelle" les  taries" -^ 7  a  s'apparente  le  l a  d'un  f a i t  t i r e  le  feu  l a  verdure  a  du  feu  du  l a  procession  l a  qui  cherche  de  l a  et  apres  de  sont  ses  d'abord  du  evidence  foyer  de  l'homme.  sur  l a  "L'eau  1 ' e t i n c e l l e  le  domaine  de  l'herbe.  qu'allume  qui  d'une est  de  t e r r e ,  miraculeuse  c r o l t r e :  "1'etincelle  part,  Saint-Exupery-,  c i v i l i s a t i o n en  de  D'autre  chaleur  1 ' e t i n c e l l e  sable  s ' a g l s s a i t l'eau  Meme  verte" 1'esprit  l'eau  verte  d'un  devoile car  c l a i r e -  e l l e  Saint-Exupery d i t Prevot  "seront  source.  creation  d'un  qui  Saint-Exupery emerveille,  de  est  mort.  1  devait  tentaient  7  partout est  le  qui  d'une  neige,  l a  que  germer  s'ecrie  L'image  s ' i l  est  l a  de  7  Ceux  disposent  qui  a t r e "  toute  mort.  cendres." ^  aussi  exemples  goutte  cesse  desert  de  l a  dans  ennemis  leurs  fond  base  l ' e a u  encore  de  du  egare  sommeil  sans  1*esprit  2  ses  temoignent  flammes  comme  au  v i l l e  d ' o r ,  molndre  que  dans  meilleurs  b r i n  l o i n  contre  de  materiels,  Guillaumet,  v i e  fenetre,  Le l ' u n  l a  a r b i t r e s  biens  ressuscitaient  "braises  a. s a  les  les  revoyait  les  et  pour  c e n d r e . " ° 9  sauvetage,  serre  sont  continuellement  c a p i t u l e r , son  effet  unit plus  v i t e  A i n s i  le  feu  continuelle.  Plus  74 l o i n  encore,  de  par  et  du  l'auteur  sa  couleur  f a i t  q u ' i l  fagon  r e j o i n t  l ' a i r  aux  les  anciens  et  d i t sa  que  nature  "s'evapore," elements Grecs.  son  sang  "s'evapore."  n u t r i t i v e i l  se  nobles,  mele car  se  rapproche  a. l ' a i r ,  t e l s  S a i n t - E x u p e r y se  Le  et  etaient reunit  du de  le  done  sang, feu,  cette feu dans  et  84 son  essence  meme  L ' a r t celebre non un  justement  le  dans  symbolisme l i v r e  feu  poetique  seulement  son  au  de  sur  et de  a. l ' a i r  Saint-Exupery  triomphe  les  images  t r i a n g l e s ,  l ' a u t e u r .  1'Esprit.  de  de  l a  et  les  comme  v i e ,  Terre  qui  se  a l l e g o r i e s  l ' a  "L'esprit  dans  note  de  hommes  manifeste mais  Pierre  conquete,  des  aussi  dans  Chevrier  dans  d i t - i l ,  a  75 forme  de  vastes l e  t r i a n g l e . "  etendues  c i e l .  chutes pour  Dans  en  desert,  triangles  r e c u e i l l i r  Les  canards  1'ocean  de le  ^  et  decrivent  a  etendu  gouttes  j'aime,  d e c l a r e - t - i l .  C'est  exprime  l ' e s s e n t i e l  ses  de les l a  toute deux mer,  C'est  l a  v i e  humaine  cotes et le  de  aspirent  s'unissent point  Saint-Exupery,  dont  un  de  vers  a  base le  le  conquete  se  fonde  c i e l ,  se  en  un  seul  culminant  de  l a  v i s i o n  ou  t  "Je  de  enfin  l ' a l t i t u d e  decoupe  rosee.  e  l'homme  conquierent  t r i a n g u l a i r e  panneaux  vie,"76  l a  desirs l a  les  qui  v o l  Saint-Exupery  en  quelques  sauvages  deux les  sais  ce  t r i a n g l e  sur  l a  le  point  parmi  poetique  "ressemble  a  etoiles que  q u i  t r i a n g l e  terre  f o r t i f i a n t  dans  para-  sous  est  les  des les  et  dont  vents  de  etoiles.  de ce  prisonnier  77 d e l i v r e  qui  qui  l e  est  s'emerveille propre  de  l a  de  l'immensite  destinee  de  humaine.  l a  mer,"  le  sommet  Notes  1  Antoine c i t e  2  French  Novel ^  Chapitre  Saint-Exupery, dans  III  Terre son  des  par  Henri  Peyre  York:  Oxford University  hommes,  l i v r e ,  of  ^•Antoine ^ I b i d . , 6  P a u l  7  I b i d . ,  L i t e r a t u r e .  de  (October  Saint-Exupery,Terre  p.  The  Press,  Morrow-Lindbergh, "Adventurous  Review  (Paris:  le  (New  Anne  Saturday  de  sur  142.  Contemporary  1955)»  P«  121.  W r i t i n g , "  14, 1939)» des  p.  PP.  8-9.  p.  212.  hommes,  203.  V a l e r y ,  Poesies  p . i 149;  Bordas,  1964),  Antoine  de  vide: p. . 1  (Paris:  Gallimard,  Lagarde  et  326,  Michard,  1942), X X  e  151.  p.  S l e c l e  20.  note  o  ^Charles Blbliotheque  de  Saint-Exupery,  Baudelaire, l a  pieiade,  * ° P i e r r e - H e n r i Baconnlere,  1949),  •^Antoine I  Oeuvres  1954),  Simon,  (Paris:  p.  L Homme 1  des  hommes,  p.  158.  Gallimard,  121. en  Proces  (Neuchatel:  131.  P. de  Terre  Saint-Exupery,  Terre  des  hommes,  p.  145.  R o b e r t V a n G e l d e r , "A T a l k w i t h A n t o i n e de SaintNew Y o r k T i m e s B o o k R e v i e w . ( J a n u a r y 19, I94I&, p .  2  Exupery,"  2.  13 Antoine  de  Saint-Exupery,  Terre  des  hommes.  p.  214.  14 Henri •^cf. Dent  & Sons  Peyre,  John  L t d . ,  OJJ.  Bunyan,  c i t . , The  1954), pp.57  1  ^Antoine  de  I  7  I b i d . ,  p."  216.  I  8  l b i d . ,  p.  144.  I  9  I b l d . ,  p.  147.  2  0  I b i d . ,  p.'  143.  p.  172.  Pilgrim's et  Saint-Exupery,  Progress  (London: J . M .  seqq. Terre  des  hommes,  p.  215.  86 2 I  I b i d . , p.  148.'  2 2  I b l d . , p.  201.  2 3  r b i d . , p.  154.  2  ^ I b l d . , p.  147.  2  ^ P a u l V a l e r y , Poesies ( P a r i s :  G a l l i m a r d , 1942), p.  ''"Antoine de Saint-Exupery, T e r r e des hommes, p.  157.  182.  ^ A n t o i n e de Saint-Exupery, P i l o t e de Guerre, p. 271-2. A n t o l n e de Saint-Exupery, Un Sens a l a V i e G a l l i m a r d , 1956), pp. 249-50. 2 8  29  Antoine de S a i n t -  30ibid., P. 236. 3 I  Ibid.,  P. 240.  32ibid.,» P. 227. 33ibid.,. P. 241. 34ibid., P- 186. 35ibid., P. 242. 3 i b i d . ,» P- 222. 6  37ibid., PP . 228-9. 38ibid., P. 229. 3 i b i d . ,, P. 239. g  ^°Ibid., P. 232. ^Ibid.,  P. 240.  ^ I b i d . , » P. 244. ^ I b i d . , . P. 250. ^ I b i d . , » P. 222. ^ i b i d . , » P. 188. ^ I b i d . , • P. 220.  (Paris:  87 ^ r b i d . , p. 225. 7  ^ I b i d . , p. 211. 8  ^9paul Valery, Poesies (Paris: Gallimard, 1942), p. 158. 50Qaston Bachelard, L'Eau et l e s Reves (Paris: Jose C o r t i , 19^2), pp. 11-12. I b i d . , p. 156.  5 I  5 I_bid., p. 18. 2  ^^Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 248. ^ i b i d . , p. 237. 55stephane Mallarme, Oeuyres (Paris: Gallimard, B i b l i o theque de l a Pleiade, 1945), p. 67. -^Antoine de Saint-Exupery, Camets (Paris: Gallimard, 1953), P.41. 57Antoine de Saint-Exupery, Terre des hommes, p. 145. 5 i b i d . , P. 197. 8  5 i b i d . , P.' 238. g  I b i d . , P. 221.  6 o  I b l d . , P.' 239.  6 l  I b l d . , P. 233.  6 2  6  6  6  3 i b i d . , P. 148. W.,  P. 224.  5 i b i d . , P. 222.  66ibid., P. 159. 6 7  I b i d . , P. 201.  6 8  I b i d . , P. 261.  69ibid., P. 158. 70ibid., P. 163. 7 I i b i d . , P. 216.  88 7  2  I b l d . ,  p.  $94.  7  3  I b l d . .  p.  236.  7^Ibid.,  p.  239.  75pierre 1958),p. 92. 7 Antoine 6  7 7  Chevrier,  de  Saint-Exupery  Saint-Exupery,  l P l d . , p . 159.  Terre  (Paris:  des  Gallimard,  hommes,  p.  238.  CONCLUSIOE.  SAINT-EXUPERY—PELERIN  Dans de  l a  l i b e r t e .  pilote mine  comme  aux  Bernis  erent  de  des  de  d'etre  de de  i l  moi,  l a  "grandes  l a  t e r r e .  trop  nuit  ou  hultres  Ses  Lettres  parle  puis  se  l a  marchande  l e t t r e ,  suis-Je  savoir bouger,  s i  rompre  un  l i s  i l  ne n  l a  maison touch-  cherchent construits a  ses  f e r a l  desirs  frequente immense"  invente  journaux." je  aussi  ecrites  "besoin  le  le  qui  q u ' i l  ou  d e c r i t  "Je  "une  me  jamais  de  lasse rien  dans  J  a. " R i n e t t e "  s'endort.  q u ' i l  II  mefie  de  ma  faiblesse,  suis  ou  non  le  f i l ,  p r l s  Samson  1'avene-  oublie  se  charme je  cafe  l i b r e .  i l  i l  cependant  de  vers  traduisent  cafes,  alors  d'etre  doucement  qui  d'un  et  patiemment  Jeunesse,  sentant  d'autres  d i t - i l ,  de  v o i r  volt  Indes,  perles,  ont  images  vers  autre  pas pas  les  besoin  rancunes,"  veux  que  de  f a i t  On y  des  p e l e r i n  tremble  remontent  plongeurs  fois,  Rinette,  Je  n'ose  dans  qui  un  Sud,  coudrier  en  pour  une  Courrler  le  ces  i l  r e v i l e  dont  abondent  emigre  aussi,  qui  mer  temps,  "Peut-etre ne  l i v r e ,  Comme p l o n g e u r s  Une  J ' a i Dans  de  pure  comme  sable.  phrase  v i e .  ment  l a  quelque  nouvelle  la  d'eau  Saussine,  s'evader,  de  "sourcier"*  secrets,  l i b r e .  pendant  v i t e  un  premier  perles."  grain  Renee  Son  MOINE  S a i n t - E x u p e r y se  Saint-Exupery, enfants,  tresoirs  d'un  oeuvre,  sources  et  "lourds  les  son  ET  de  au  ses  ses "confidences.*  pour,suit-il pilge,  Samson  emerveille  d'etre  #  90 ce  page  pris  dans  un  piege  d'oiseleur."  mysterieusement  au  s e u i l  mi-chemin  l a  reverie  et  l a  pensees  le  troublent,  entre  par  l a  l u i  semble  ble  a  n'a  plus  a  au  "pris  le  f i l . " de  encore  l e  une  aspire  quitte et  sa  d'un de  par  l a  peuple  son  pere est  demeure,"  6  peuple  dans  son  erre  de  planete  ou  i l  a  e c r l t  peut-Stre  dont  cette q u ' i l  vie  l i v r e s  de  sa  v i e .  pour  qui  Le  s'efforce  l ' u r n e  qui  r o i  protege  amour.  sa  I I  planete  dore  ne  prince petite sens  D a l i l a ,  11  mainten-  n'ose  l e t t r e  pas  en  1931  sentait.obscurel'homme  un  a  s'agit  du  un  plus  trouver  sa  du  enfln  et  du  r o i  palais  proclame pour  enferme  que  unique  a i n s i  petit  a  q u ' i l  comme  n  parfum  i l  1'enfant  rose  l ' o r d r e  qui  Prince  auxquels  part,  7 f r u i t s , " ' et  P e t i t  incarne  sens."5  autour  v i e  Le  planete  de  d ' e t a b l i r  les l a  pour  ressem-  mais  poles  d*autre  avaient  c e l l i e r  deux  petit  C i t a d e l l e ,  b a t i t  qui  les  lntacte  pas  II  d'affranchissement  Saint-Exupery,  decouvrir le  Dans  "tous  de  enchante  d e s t i n .  nettement  garder  l u i .  du  a  existence  de  veut,  d'oiseleur"  est  Saint-Exupery  une  prisonniere  en  plus,  entre  les  de  v o l e r  magique  reside  ou  role  De  son  v i t  11  est  etre.  attachent  11  son  11  tant  qui  berbere,  "le  chanson  II  liens  suite  "celui  et  fois:  des  toute  a  de  l a  devrait  force.  piege  Nuit,  expriment  desireux  v e r i t e  q u ' i l  qui  pendant  l u i ,  de  d e m l e r s  C i t a d e l l e ,  un  besoin  vie  sa  l a  a  conscience.  Saint-Exupery  V o l  stable  et  dans  mondes  q u ' e l l e  par  l i b r e  Les  en  seduit  l ' o i s e a u ,  est  deux  ce  comme  bonheur  et  q u i ,  de  en  l'epoque  t o t a l  rebours  confiance  11  ment  ses  de  "rompre a  et  Samson  ete  ant  nuit  de  Saint-Exupery  q u ' i l entend-  son  prince  qui  "l'essentiel  91 est  i n v i s i b l e  pour  les  yeux"  coeur.  Dans  C i t a d e l l e .  sagesse  tout  en  renouant  ses  n'est  susceptible  Saint-Exupery tache  demeurant  forces  et  8  sur  place  s p i r i t u e l l e s .  pour II  qu'au  d'atteindre  a i n s i  lutte  d i r e ,  pour  l a  a  l a  et  en  vie  et  Q  s'oppose que  a i n s i  disperser  mare. pour  II  l a  vie  des  les  domaine  i n t e r i e u r Dans  etait  de  Terre  sur  II  hommes,  Planete,  i l  s'emerveillait  t e r r a i n ,  ou  i l  comme  une  avait  d i t - i l .  V o i l a  a. g e r m e r  apres  t r o i s  Jours  d'un  ,  1  1  sable.  sur  cet  voyage  d i t - i l , . . . L a  pointe  lentement  l i e ,  sur  a  fois  un  parmi  n a v i r e . "  "lie"  a  du  le  d e s i r  d'etre  desert,  i l  devient  sur  le  dos,  en mat  se  quelque  du  promenalt  e t o i l e s . . . II  regardant  souvenirs,  Amerique  exprime chose  et  Des i c i  "embarque"  en  se  en  double  comme Plus  etoiles,  suis  negriers son  temoign-  lui-meme  i l  long  l a  "J'etais  neuf,  les  "Je  et  ce  verte.  et  Sud. de  de  premier  le  ses  L o r s q u ' i l  d'herbe.  dans  de  d'un  L'Avion  tige  les  12  dans  o r i g i n e l l e  b r i n  l a  essentielles  juxtaposees.  sa  effacement  de  les  1'esprit.  pousser  Etendu  et  contre  tendances  vents,  son  montagnes  p e l e r i n  a  d'autrefois  tres  l a  1  de  d'autre  d'une  l ' a r c h i t e c t e  vierge  purete  les  les  le  deux  seul  v i e ,  prete  medite  un  par  graine  du  l a  apportee  une  comme  de  dans  rien  eaux  l e i  vie  sable  les  glaciers  trouvent  semence  de  l a  font  des  plutot  les  de  pas  age  tard  l a  n'y  se  plateau  plus  ne  dans  barrages  mais  s'epanouira  qui  7  comme  "edifie  n'est  monde,  des  le  "des  11  1 , 9  Salnt-ExupSry,  echoue  forces  d i t - i l ,  le ou  n a t u r e l l e s "  ses  m a r e s . " * °  parcourant  l'ame  et  eaux;  l i b e r t e  de  "pentes  construit,  soutenir  interets  aux  11  souvient embarque,  large,  m'ont  *  jete  reve  d'etre  pleine  mer,  "vers Le  une  mat  destination  qui  rejoindre des  tend les  a  Malgre des  un  etoiles  pour  son  un  gout  desert  l u i  l a  les  l a  un  dans  salt un  q u ' l l  arbre  enseigne.  de l a  sa ou  etincelles  ses  le  son  efforts. deslr  monde  de  s p i r i t u e l  l'eau  vertes  comprendre  les  hommes  liens  avec  americains,  plus  et  l a  l a  de  l a  les  leur  ligne, un  n'a  i l  l u i  lignes;  le  que  haut.  d'etre  3  rever  et  affranchl  d'errer quelque  racines  l'homme  soif,  de  mais  le  courte  est  l a  v i e ,  pelerinage  du de  rattache  de  Le  nature  que  l a  "la  i n f l n i s  l a  dans  l i b r e , " * ^  verdure  1'Esprit.  chose  est  l'homme  l a  espaces  mieux que  r i e n un  exprlme  dans  explique  etait  soldat  plus  desert ses  l u i  liens  t e r r e .  monde,  ne  s'elever  appartenances  epanouir  les  "lie,"  fortes  des  de  vie  etre  appartenir a  de  profondement  le  n'aurait  cathedrale, fonde  ou  p i l o t e ,  metier  pilote  a  de  a p p r e n d que  f a i t  de  Saint-Exupery  comme  dolt  qui  l u i  pour  doit  pauvre,"*  "On c r o i t  soif  q u ' i l  l i b r e  l'idee  S a i n t - E x u p e r y a. t r a v e r s  avec  et  S a i n t - E x u p e r y , mourant  terre,  f a i t  terre,  "enfant  precisement  a  autonomic"***'  son  de  symbolise  humalnes  d'argent  i l  comme  C'est  a  d'etre  enfant,  proclame  soit  mesquins  grandlr  terre.  ses  pas"  Saint-Exupery reconnalt  navire,  soucis  comme  a  les  depend  e t o i l e s .  soit  de  vers  ne  consciences  A i n s i  a  qui  que  d'aucune  valu,  s ' l l  jardinier de  une  du  France.*^  metier  les  a  ses  appartenances,  l e t t r e  1'argent  a  ses  q u ' i l  amis recevait  importance.  II  d i t  que  n'avait  f a i t  de  l u i  un  jardin,  un  L u i et mues  A O  en  ses  batisseur camarades  hommes  de  l a  de ont  l a  93 "chrysalide  grise"  avion  le  les  renoues  a  matin  reconnalt et  que  et  qu'en est  Terre  des  hommes.  poetique  reside  l ' u n i v e r s ,  l a  degage  qui  chante  que  pilote  a  une  su  les a  desert i l  a  a  les  glaces  des  le  p e l e r i n  meme  de  l'homme  avec  d i t  quelques  q u ' i l s  chez qui  Saint-  de  cette decrit  poesie  s'y  le  "village  d'etoiles"l8  les  lumieres  crepusoul-  ou  chaque  vibrante en  l u i ,  montagnes  et  que  car  etoile  l'auteur  i l  a  parcouru  les  mers,  et  nous  Saint-Exupery est  aussi  un  molne,  apprend a  poetique  de  de  Saint-Exupery  campagne  pelerin  un  beaute.  Mais  monastique  l a  grandir  r o l e .  v e r i t a b l e  desert,  leur  d ' a i l l e u r s  faisant  poetique  v i e ,  L a poesie du  v i s i o n  notre  Une  l a  pour  qu'en  dont  a  Saint-Exupery  s i g n i f i c a t i o n  facon  de  travers  metier  racine  v i s i o n  L a  le  d*homme.  leur  de  hommes.  preuve  apprecier  cote  les  transportait Le  verite  l a  l a  f a i t  continents,  Sa  dans  triomphe  etincellent  solitude.  de  survolant  conscience  1*image  et  le  eple  composer,  f a i t  au  terre  prendre  conscience meme  les  communion.  a. n o t r e  but  v i s i o n  est  faut  le  dans  qui  nous  qui  mission.  precieuse  prenant  Exupery  aires  premiere  une  q u ' i l  1'autobus  n'atteindrons  T e l  le  de  leur  dans  done  nous  metier  de  '  son  doit  ame.  camarades  etalent  se  ses  Quand  dans  jaillissements i l  echoues  "infiniment  connaltre  etait  en  pauvres"  en  i s o l e  pleine  l a partie  dans  le  dissidence,  n'ayant  que  "du  TO vent, que l a  du  sable  c ' e t a i t  "un  et  des  style  vie  de  trappiste  climat  de  l a  etoiles," dur  est  meditation.  pour  cher  a  7  autour  d'eux.  t r a p p i s t e . "  1  9  II  L'isolement  Saint-Exupery parce  L ' a u t e u r nous  ajoute  suggere  que  a i n s i  de  c'est que  le  pour  94 apprecier etre  un  aussi  l a  grande  simple  un  p e l e r i n ,  moine  l a  solitude,  l a  inconnues,  "Quiconque  beaute  pour  s'egarant  a  univers,  a  travers  qu'en  d e c o u v r i r a des  l u i  accede  notre  comprendre  l'homme qui  de  inspireront  l a  i l les  murissant sources  faut  pays, les  pas  mais  f r u i t s  de  poesie  a  v i v r e .  dorenavant  contemplation,  ne  de  jusque  proclame Saint-Exupery  20 dans  P i l o t e  de  poetique  nous  solitude  porte  en  Guerre, suggere des  se  change  done  f r u i t s  en  qu'une q u i ,  semence."  vie  dans  de  son  Sa  denuement cas,  se  v i s i o n et  de  transforment  poesie. Dans  s ' i l  etait  sa  L e t t r e  croyant,  i l  au  General  "X", Saint-Exupery d i t  ne  supporterait  plus  que  que  Solesmes,  une  21 fois  f i n i  aimerait celebre pluie  le  "job  v i v r e  le  climat  de  vie  de  que  p l e i n  genese grave  l a  son  l a  vie  devoile autant  nous  a  de l a  sa  oeuvre  pendant a  aux  1*existence  de  l a  les  etincelles  guerre.  benedictlns  de  l a  et  dans  meditation  font  dans  romanesque,  sous  son  hommes  sa  convalescence  a  l a  creent  des  sources  oeuvre.  Courrler  Terre  leur  silence  j a i l l i r  transposer  des  du  II  Sud, p r i s  apres  le  plus  Guatemala.  plus  et  l a  et  poetique  terre  dans  de  de  cathedrales  a r t l s t i q u e  vie  v i s i o n  des  f r u i t s Les  Cap Juby,  revele,et  sur  les  son  esprit  ingrat"  ardente  s'efforce  e c r l t  isolement  Ainsi  de  creation  a  accident  f o l  et  gregoriens.  1 ' a r t i s t e  dans  q u ' e l l e  l a  savourant  chants  Saint-Exupery en  dans  abbaye,  des  necessaire  trouve  encore,nous mysteres  vie  de  vertes  de  sa  eveille  a  dans l a  l ' u n i v e r s .  l ' e s p r i t des  valeur  qui  brins  se  le  f a i t  beaute  E l l e  nous  manifeste  d'herbe  que  dans  le  95 2?  "vivier des  d ' e t o i l e s " ^  etoiles  du  poete  En  deuxieme  vie  de  firmament  filantes," 3  que  2  salt  v o i r  l i e u ,  1'esprit en  donne  semence  et  une et  et  l a  seul  i l  les  le  regard  "jeux  long  car  nous  n'est  i l  grandit  i l  en  patient  l'enseignement  i l  i n s t r u c t i o n ,  silencieux  et  apprend  ascensionnelle.  f e r t l l i s e e ,  son  dans  poetique  courbe  preuve,  et  contemple  v i s i o n  une  fois  de  dont  cette  suit  l'homme  education  du  Le  que  vlent  au a  l a  miracle  a. l ' o r i g i n e et  exquls.  de  qu'une  moyen  de  "ecrire  son  des  24 cantates cette  et  v i s i o n  possible q u ' i l  a  de  faut  peser  des  poetique l a  vie  des  voies  nous  enseigne  humaine  conditions  lactees."  chez  comment  nous.  inconnues  "l'homme"  qui  revenons  l'idee  du  p e l e r i n  qui  1'image  du  p e l e r i n  rayonne  En  effet,  v i s i o n sur  poetique  terre  Selon  l a terre  posseder leures,  a  a  l a  l a  prendre  P h i l i p  et  clef  qui  a  l l b e r e r nous  grandeur.  cherche du  a i n s i  de  nous  a.  s'accomplir.  un  de  de  l a  pelerin  lul-meme  dlamants  construit  I'humanlsme  de  et  meme  est  plus v o i r  A i n s i  centre  1*image  ses  le  f a i t  toujours  L'homme  Wadsworth, de  troisiemement,  decouvrir  conscience  recherche  simplement, donne  notre  Saint-Exupery.  cherchant  l ' u n i v e r s . creuse  de  E l l e  pour  developper a  f e r a  Et  et  l'homme au  ses  l i e u  de qui  de  les  verites  i n t e r -  Saint-Exupery tout  en  25 integrant  sa  v i s i o n  de  Saint-Exupery et  poete  en  meme  - " p i q u e - l a - l u n e " Jacques sur  Fermaud  l a  etait  temps, 2  °  un  comme  exprime  l'aviateur-poete:  v i e . un  "Son  grand  paradoxe:  homme p a r m i  ses ttm  ^  camarades cette  les  hommes  et  nature  c'est  a  dans  d'etre  de  un  l'appelaient  double  paradoxe,  pilote  llgne  reveur, l'ecole.  un  tout  a r t i c l e a  l a  fois  un  homme  d'action,  r a c i n e s . " Terre  2  des  meme  du  memes  et  d*avoir  poetique  de  Saint-Exupery  f a i t  r e s s o r t i r  ce  paradoxe  i l l u s t r a t i o n  l i v r e :  et  s o l i t a i r e  L a v i s i o n  7  hommes  meilleure  un  de  " . . . i l  1*univers.  dans  l a  nous  faut  II  phrase  nous  qui  prendre faut,  de  s i  qui  profondes dans trouve  explique  le  conscience  dans  l a  n u i t ,  sa but  de  nous-  lancer  28 des de  passerelles." tenter  de  Le  rejoindre  jusqu'aux  e t o i l e s ,  plus  du  haut  plenitude, etoiles.  et  pour  domaine ou  i l s  de  role les  de  l a  hommes,  encourager 1 ' E s p r i t ,  l l r o n t  leur  v i s i o n de  lancer  les ou  poetique,  hommes  i l s  destinee  des a  vivront parmi  c'est  passerelles a s p i r e r dans les  au  leur  Notes  ^Antoine 2  I b i d . ,  de  Gallimard,  ^ I b i d . ,  Saint-Exupery,  p.  p.  ^Antoine  Conclusion  Courrier  Sud,  p.  18.  61.  de  1953),  l a  Saint-Exupery,  p.  ^Antoine  sur  Lettres  de  Jeunesse  (Paris:  110. 150.  de  Saint-Exupery,  C i t a d e l l e ,  p.  518.  6 i b i d . , p . 516. 7  I b i d . ,  8  Antoine  de  Saint-Exupery,  Le  9  Antoine  de  Saint-Exupery,  C i t a d e l l e ,  I b i d . ,  p.  I  0  p.  •^Antoine I  I  "ce  2  I b l d . .  ^ I b i d . , lte French  p.  Novel  I  I  229  p.  par  p.  p.  474.  520.  Terre  des  hommes,  p.  175*  et  c f . C o u r r l e r Sud,  pauvre,  ce  Peyre  dans  p.  16  ou  Bernis  est  magicien."  237. Henri  York:  "^Antoine I  Saint-Exupery,  enfant  (New  Prince,  234.  p.  cet  Petit  521.  de  3ibid.,  f u g i t i f ,  517.  de  son  l i v r e ,  Oxford University  Saint-Exupery,  Terre  The  Press,  Contemporary  1955)»  P»  179.  des  hommes,  p258.  de  Guerre,  p.  7 i b i d . , p . 146. 8  l b i d . ,  p.  189.  9 i b i d . , p . 159.  2  0  Antoine  de  2  I  A n t o i n e  de  Gallimard,  1956),  p.  Saint-Exupery,  P i l o t e  Saint-Exupery,  Un  226.  Sens  a  l a  V i e  ,  365. (Paris:  98 22 2 3  2  Antoine de Saint-Exupery, T e r r e des hommes, p. 177.  I b i d . , p . 212.  ^ I b l d . , p. 258.  5 p h i l i p Wadsworth, "Saint-Exupery, a r t i s t and humanist," Modern Language Q u a r t e r l y . X I I , No.I.(March, I95D» p.I03« 2  Pierre 1958), p. 18. 2 o  C h e v r i e r , Saint-Exupery, ( P a r i s : G a l l i m a r d ,  ? J a c q u e s Fermaud, "L*Inquietude chez Antoine de Saint-Exupery," PMLA -LX, (December, 19^6) Vol.LXI,No.4.,p. 1210. 2  28 Antoine de Saint-Exupery, T e r r e des hommes, p. 258.  BlBLIOGRAPHI£  BlBLIOGRAPHIE  I.  Oeuvres  Courrler  de  Sud,  Lettre dans  Saint-Exupery V o l  a  un  de  l ' e d i t i o n  Bibliotheque de  Lettres  a  Garnets. Un  2.  Sens  Mere.  Paris: a  l a  Alberes,  l a  et  Alberes,  de.  Paris:  hommes, et  Pilote  de  Guerre,  Cltadelle  se  trouvent  Gallimard,  1953. 1953.  1953*  Gallimard,  A r t i c l e s  Paris:  1959.  Gallimard,  Paris:  Aubier,  Oeuvres.  Gallimard,  Gallimard,  Rene-Marill.  Paris:  des  Prince  Pleiade,  Paris:  V i e .  Ouvrages  Terre Petit  Antoine  de  Jeunesse. sa  Le  suivante:  Saint-Exupery,  Lettres  Nuit,  otage,  1956.  Consultes  B l l a n  L l t t e r a l r e  du  Vingtleme  S i e c l e .  1962.  R e n e - M a r i l l ,  et  a l .  Saint-Exupery.  Paris:  Hachette,  1963. de  Boisdeffre,  Pierre.  d'aujourd'hul. C a l l o t ,  Emile.  Gardet, Chevrier, Curnler, Tome Elcoat,  P e r r i n ,  Introduction  P i e r r e .  a  un  vlvante  de  G.  Humanlsme  Saint-Exupery.  "Saint-Exupery's  3,  L u c .  (September  PMLA,  l l t t e r a t u r e  Perlme.  Annecy:  Paris:  Gallimard,  Saint-Exupery  use  of  imagery."  1958.  Contemporalns.  MQdern  Languages,  3, 1957). 84-7. par  lui-meme.  Paris:  Famille.  Paris:  Editions  du  1961.  Leon-Paul.  Fermaud,  l a  I960.  Pierre. Pages Commentees d ' A u t e u r s I. Paris: Larousse, 1962.  S e u i l , Fargue,  h l s t o l r e  1958.  XXXVIII, Estang,  Une  Paris:  Jacques. LXI  Portraits  de  "L'inquietude  (December,  chez  Antoine  1946), 1201-10.  de  Janin,  1947.  Saint-Exupery."  101 Lindbergh, Review M i l l i g a n ,  Anne-Morrow. "Adventurous W r i t i n g , " Saturday o f L i t e r a t u r e . ( O c t i b e r 14, 1939), p p . 8 - 9 . E . E .  Journal, Nadeau,  "Saint-Exupery N o . 5 .  XXXIX,  Maurice.  Le  and  1955),  (May,  Roman  Language,"  Francals  Modern  Language  249-251.  depuis  l a  Guerre.  (Paris:  19637  Gallimard,  Peyre, Henri. The Contemporary F r e n c h Oxford University Press, 1 9 5 5 . P i c o n , Gafitan. Panorama de l a Paris: Gallimard, I9Z0,  Novel.  Nouvelle  New  York:  l l t t e r a t u r e  francalse.  R o b e r t , G u y . "Vers un Humanlsme C o n t e m p o r a i n ; Camus, M a l r a u x , Sartre, Saint-Exupery," extrait de L a Revue Dominicalne, Uuin a o c t o b r e , 1 9 5 8 ) Roy,  Jules.  Passion  de  Saint-Exupery.  Paris:  I 9 5 I «  Gallimard,  Rumbold, R i c h a r d et Stewart, Lady Margaret. Saint-Exupery t e l q u e l , The Winged L i f e , t r a d u i t p a r Edmond P e t i t i Paris: Del Duca, I 9 6 0 . "The  Shape  of  London  Things,"  Times  a  review  L i t e r a r y  of  Un Sens  Supplement,  a  l a  V i e  in  the  No.2837~TSeptember,1956),  554. Simon,  P i e r r e - H e n r i .  L'Homme  en  Proces.  Neuchatel:  Baconniere,  1949. Smith,  Maxwell  A u s t i n .  Knight  of  the  A i r .  London:  C a s s e l l ,  1959. T a f f e l ,  Abram.  Works No.I Van  of  V i a t t e ,  1 9 5 9 ) ,  Robert.  York  Times  Auguste.  (juln, Wadsworth, Modern  Imagery  Saint-Exupery,"  (March,  Gelder, New  "The  1945),  Modem  with  Review,  " L a Montee PP.  Confinement  and  Language  Weight  i n  Quarterly,  the  XX,  67-73.  "A T a l k Book  of  de  Antoine  (January  de 1 9 ,  Saint-Exupery," 1941),  Saint-Exupery,"  p.  Gants  2 . du  C i e l ,  I0I-II0.  P h i l i p .  "Saint-Exupery,  a r t i s t  Language  Quarterly,  No.I  X I I ,  and  humanist,"  (March,  I 9 5 I ) » P P » 9 6 -  107. Wencelius, d'apres I 9 5 D ,  Leon.  "Les  C i t a d e l l e , " 289-295.  idees  de  Saint-Exupery  Modern Language  Notes,  sur  l a  LXVI,  poesie 5  (May,  102 Z e l l e r ,  Renee.  3_.  <  Oeuvres  Bachelard,  L a Grande  I96l.  A l s a t i a ,  d  1  interet  Gaston-.  Quete  de  Saint-Exupery.  Paris:  general  L'Eau  et  les  Reves.  Paris:  Jose  C o r t i ,  19^2. Barjon,  L o u i s .  "Grands  Contemporaine," Colombie Blake,  Britannique,  William.  Press, Bunyan,  Fowlie,  The  (L'Ecole  Poetical  The  L t d . ,  Pilgrim's  Love  i n  p i l o t ,  Saint-Exupery,  Ortega  y.  Unwin,  mis  University  London:  J.MiDent &  Revolt  "Masks  of  the  Indiana  Modern Hero,"  Masses.  London:  A l l e n  Theatre,  Tomes  I  et  II.  Paris:  W.  and  Gallimard,  Poems  Published  i n  Oxford:  1820.  Clarendon  de,  francais  and  Meung,  moderne  par  Jean Andre  de. Mary.  Le  Roman Paris:  de  l a  Somerset.  Heinemann  ,  1944.  The  Razor's  Edge.  London:  Rose,  Gallimard,  1959. Maugham,  -  109-13.  pp. the  Bloomington:  of  1909.  Guillaume en  Oxford  1958.  et  John.  L o r r i s ,  de  I965).  1932.  Eugene.  Press,  Francaise  l ' U n l v e r s i t e  London:  L i t e r a t u r e .  I9E5I  the  Keats,  a  d'Ete,  Progress.  Press,  1954  L l t t e r a t u r e  1954.  Wallace.  Ionesco,  l a  Works.  University  Gasset,  de  donnees  1913.  John.  Sons  Courants  Conferences  William  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104743/manifest

Comment

Related Items