UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'injustice sociale dans le theatre d'Albert Camus Langridge, Gertrude Anne 1966

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1966_A8 L3.pdf [ 7.78MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104689.json
JSON-LD: 831-1.0104689-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104689-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104689-rdf.json
Turtle: 831-1.0104689-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104689-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104689-source.json
Full Text
831-1.0104689-fulltext.txt
Citation
831-1.0104689.ris

Full Text

L TINJUSTICE SOCIALE DANS LE THEATRE d'ALBERT CAMUS by GERTRUDE A. LANGRIDGE B.A. , U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1926 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of Romance Studies We accept t h i s t h e s i s as conforming t o the r e q u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , 196$ I n p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r reference and study. I f u r t h e r agree that per-m i s s i o n f o r extensive copying of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s o I t i s understood that copying, or p u b l i -c a t i o n of t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department of "^R 6 V v v a ^ v ^ - a . ^V^*-J<-*-tL<> The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, Vancouver 8 , Canada. Date G - r V ^ 3- ^ , l U l ABSTRACT The aim of t h i s study i s t o examine the ideas of A l b e r t Camus on s o c i a l i n j u s t i c e as he s e t s them f o r t h i n h i s f o u r P l a y s , C a l i g u l a . Le Malentendu, L'Etat de Siege and Les Juste s . The term " s o c i a l i n j u s t i c e " we have i n t e r p r e t e d i n i t s widest sense, as applying t o every aspect of human r e l a -t i o n s . We have made the a n a l y s i s under two main headings, the i n j u s t i c e t h a t confronts man, and the r e a c t i o n of man i n the face of t h i s i n j u s t i c e , c o n s i d e r i n g each s i d e of the problem on three l e v e l s , p o l i t i c a l , p s y c h o l o g i c a l and meta-p h y s i c a l . The awareness of i n j u s t i c e came e a r l y t o Camus i n h i s own y o u t h f u l experience. His d e s i r e and search f o r j u s t i c e i s evident then i n h i s e a r l i e s t w r i t i n g s , i n s p i r e d by a r e v o l t against the a b s u r d i t y of man's f a t e . At the same time, however, he r e v e a l s a s e n s i t i v i t y t o the beauty of the world and a joy i n being a l i v e , that i n f l u e n c e h i s thought and a t t i t u d e s at a l l times. One constant source of happiness and s a t i s f a c t i o n f o r Camus was the t h e a t r e which, from h i s school days u n t i l h i s death, he enjoyed as a c t o r , producer and dramatic w r i t e r of many adaptations as w e l l as the f o u r o r i g i n a l p l a y s ; As the theme of i n j u s t i c e leads i n e v i t a b l y t o c o n f l i c t , i t i s i i i n a t u r a l t h a t Gamus should have chosen the th e a t r e i n which t o work out h i s ideas and i n v o l v e the spec t a t o r i n the r e a c t i o n s of h i s characters on the stage. In the f i r s t s e c t i o n , the i n j u s t i c e t h a t confronts man, Chapter one deals w i t h the p o l i t i c a l l e v e l . We focus our a t t e n t i o n on the p o l i t i c a l i n j u s t i c e t h a t oppresses the people r u l e d w i t h absolute power by a r u t h l e s s emperor i n C a l i g u l a , by a t o t a l i t a r i a n regime i n LT£tat de Siege and by the tyranny of the Russian Czars i n Les Ju s t e s . In t h i s l a s t p lay we note too the dangers of tyranny i n an a u t h o r i t a r i a n p o l i t i c a l group organized t o combat by v i o l e n t means the despotic government of the country. In the d i a -logue of the play and the a t t i t u d e s of the characters we d i s c e r n the t h i n k i n g of Camus. In Chapter two we consider at the p s y c h o l o g i c a l l e v e l the e f f e c t s of l i v i n g under these i n h e r e n t l y unjust r u l e r s , the i n j u s t i c e s of f e a r , hate, h u m i l i a t i o n , despair and so on which a f f l i c t the v i c t i m s . We see t h i s i n the same three plays as above. These i n j u s t i c e s e x i s t a l s o t o oppress the characters of Le Malentendu. Here, however, they r e s u l t from the hardships of c l i m a t e , poverty and f a m i l y inadequacy. In Chapter three we d e a l w i t h i n j u s t i c e at the meta-p h y s i c a l l e v e l , the a b s u r d i t y of human l i f e dominated by s u f f e r i n g and death. That concept immediately poses the question of the value of l i f e , the happiness, l o v e , beauty and freedom th a t man craves. These two aspects are evident i v i n the c o n f l i c t of a l l fo u r p l a y s . In Part Two, man confronted by i n j u s t i c e , we come t o the r e a c t i o n of the v i c t i m s of i n j u s t i c e at the three l e v e l s , the r e v o l t or acceptance on the part of the characters i n -v o l v e d , the d e s t r u c t i v e or p o s i t i v e approach towards the e l i m i n a t i o n of s o c i a l i l l s . Here we can mark out c e r t a i n great r e b e l s who aim t o destroy e v i l and on the other hand c e r t a i n great champions of l i b e r t y who work t o create j u s t i c e and happiness. From t h i s we endeavour t o i n d i c a t e Camus' point of view on methods of r e v o l t . I n Chapter one of t h i s section,, devoted t o man's r e -a c t i o n s t o i n j u s t i c e , i t i s again the p o l i t i c a l l e v e l that concerns us. Here the great question i s the j u s t i f i c a t i o n or condemnation of v i o l e n c e , e s p e c i a l l y as seen i n C a l i g u l a and Les Ju s t e s . Chapter two, the p s y c h o l o g i c a l l e v e l , leads us t o personal f e e l i n g s and motives, whether hate, f e a r and h u m i l i a t i o n or courage, brotherhood and d i g n i t y . In a l l f o u r p l a y s we note the inn e r c o n f l i c t produced by the impact of i n j u s t i c e on the human p e r s o n a l i t y . We observe through h i s characters the importance Camus places upon love and r e s p o n s i b i l i t y t o mankind i n man's s t r u g g l e t o achieve s a t i s f a c t i o n i n l i f e . In Chapter t h r e e , the metaphysical l e v e l , we analyze i. man's behaviour i n the face of the a b s u r d i t y of h i s human e x i s t e n c e , h i s r e v o l t , h i s e f f o r t s t o overcome the l i m i t a -V t i o n s and c r u e l t y of h i s d e s t i n y and t o c r e a t e by h i s own e f f o r t s a t o l e r a b l e degree o f j u s t i c e and happiness. In C a l i g u l a and Le Malentendu we have the n e g a t i v e approach which succombs f i n a l l y t o d e s p a i r . In L ' E t a t de Siege a l s o we have the n i h i l i s t Nada. However, both i n t h i s p l a y and i n Les J u s t e s we f i n d a v i n d i c a t i o n of man's sense of the value of l i f e t o be achieved i n l i b e r t y and happiness. In c o n c l u s i o n we i n d i c a t e the e v o l u t i o n of Camus' views from the pessimism o f the i d e a of the absurd t o the humanism of seeking t o f u l f i l man's d e s t i n y i n d i g n i t y and beauty. In h i s condemnation of v i o l e n c e and h i s a s s e r t i o n of the power of brotherhood t o b u i l d a world o f o r d e r , j u s t i c e and freedom, Camus has much t o o f f e r the world of today, menaced by d i s s e n s i o n , war and t o t a l d e s t r u c t i o n . We f i n d t h a t h i s p l a y s continue t o a t t r a c t audiences of concerned people, e s p e c i a l l y the young g e n e r a t i o n seeking a path t o human d i g n i t y and f u l f i l m e n t . TABLE DES MATIERES Pages I . INTRODUCTION 1 I I . PREMIERE PARTIE L*INJUSTICE DEVANT L'HOMME 11 Chapitre Premier Niveau p o l i t i q u e 12 Chapitre I I Niveau psychologique 26 Chapitre I I I Niveau metaphysique 42 I I I . DEUXIEME PARTIE L'HOMME DEVANT L'INJUSTICE 60 Chapitre Premier Niveau p o l i t i q u e 61 Chapitre I I Niveau psychologique 79 Chapitre I I I Niveau metaphysique 115 IV. CONCLUSION 139 BIBLIOGRAPHIE . . . . . . 146* (Les notes se trouvent a l a f i n de chaque c h a p i t r e ) - ^ o t e s Le s i g l e PL renvoie aux 2 volumes de l a P l e i a d e : V o l . : I , Theatre, R e c i t s , Nouvelles, V o l . I I E s s a i s . Le s i g l e Gal. renvoie aux e d i t i o n s separees des oeuvres de Camus chez G a l l i m a r d . Je t i e n s a exprimer a Monsieur Claude T r e i l ma g r a t i t u d e pour ses c o n s e i l s et son encouragement qui ont rendu p o s s i b l e l a r e d a c t i o n de c e t t e etude. Je voudrais l e remercier a u s s i de m'avoir r e v e l e l a pensee d'Albert Camus ou j ' a i trouve beaucoup de s a t i s f a c t i o n . L * I N J U S T I C E S O C I A L E D A N S L E T H E A T R E B E C A M U S INTRODUCTION Avant meme de p a r l e r d 1 i n j u s t i c e , i l importe d'en d e f i n i r l e sens. Qu'est-ce que 1 T i n j u s t i c e ? Evidemment c'est d'abord et avant to u t l e manque de j u s t i c e . Et l a j u s t i c e ? C'est, selon l e D i c t i o n n a i r e L i t t r e , l e respect des d r o i t s de chacun; c'est l e p r i n c i p e moral de conformite au d r o i t p o s i t i f ou n a t u r e l . Le bonheur que cherche 1'humanite est l i e a l a j u s t i c e . On y c i t e Proudhon: "La j u s t i c e ... est l e r e s p e c t , spontanement eprouve et reciproquement g a r a n t i , de l a d i g n i t e humaine, en quelque personne et dans quelque circonstance q u ' e l l e se trouve compromise et a. quelque r i s q u e que nous expose sa defense"! Et Bergson: "La j u s t i c e a t o u j o u r s evoque des idees d ' e g a l i t e , de p r o p o r t i o n , de compensation"2 L ' i n j u s t i c e r e s i d e done, s o i t dans l e caractere de l'homme, s o i t dans une s i t u a t i o n e x t e r i e u r e a l'homme. E l l e appara^t des que l'homme se trouve p r i v e de ses d r o i t s , des p r i v i l e g e s de sa c o n d i t i o n humaine, b r e f , des que l'homme tombe sous l a domination de f o r c e s superieures qui l'empechent de s'ep^anouir. L ' i n j u s t i c e s o c i a l e , c'est 1 ' i n j u s t i c e q u i touche 2 l e s rapports entre l e s hommes dans n"importe quelles c i r -constances, dans n'importe quel milieu et sous n Timporte quelles influences, c'est-a-dire, dans l a vie humaine toute entiere; c'est 1'injustice contre l ' i n d i v i d u ou contre l e groupe; c'est 1'injustice humaine ou 1 T i n j u s t i c e divine; c'est 1'injustice qui touche toute l a societe. L ' i n j u s t i c e que nous etudierons chez Camus sera aussi bien en l u i que hors de l u i . Mais c e l l e qui se manifeste des ses premieres oeuvres est exterieure a l u i . On trouve deja, dans L TEnvers.et l'Endroit e c r i t l o r s q u ' i l avait 22 ans en 1935, 1'expression d'un pessimisme profond. Camus vo i t clairement 1'injustice de l a pauvrete et de l a maladie dans l e milieu de son enfance. On sent sourdre sa revolte contre cette vie in j u s t e . Neanmoins, tout en exprimant un certain desespoir, Camus ne manifeste aucun ressentiment. Comme i l l e d i t lui-meme dans l a Preface eerite en 195& pour l a rendition de L'Envers et l'Endroit: La pauvrete, d'abord, n'a jamais ete un malheur pour moi; l a lumiere y repandait ses rlchesses. Meme mes revoltes en ont ete eelairees. E l l e s furent presque tbujours ... des revoltes pour tous, et pour que l a vie de tous s o i t elevee dans l a lumiere.3 Et i l ajoute: "II n'y a pas d'amour de vivre sans desespoir de vivre\4 II y a done i c i deux choses a noter-—D'abord l e sens de l a s o l i d a r i t e avec ses semblables dans l a l u t t e 4 pour l a j u s t i c e ; puis cet amour de viv r e , cette j o i e dans l e s o l e i l et l a mer ou i l puise l a force de combattre l'absurde, l e desespoir et l e neant et de rebondir vers l e foonheur de l a v i e . II semble que l a conception de l a j u s t i c e chez Camus reste toujours etroitement l i e e a l a notion de s o l i -d arite humaine. Camus met en valeur l a dignite de l'homme, tout en restant p l e i n de compassion et de tendresse pour l a f a i b l e creature q u ' i l est. Bref, cette conception est essentiellement humaniste. Cette j u s t i c e de Gamus rappelle les paroles de Peguy: "La Justice et l a Verite que nous avons tant aimees ... e l l e s n'etaient point des ju s t i c e s et des ver i t e s de l i v r e s et de bibliotheques, e l l e s n'etaient point des j u s t i c e s et des ve r i t e s conceptuelles, mais e l l e s etaient organiques.*5 C'est cet aspect humaniste de l a j u s t i c e de Camus, sa s o l i d a r i t e avec tous ceux qui souffrent de 1 ' i n j u s t i c e , qui en font l ' i n t e r e t . V o i l a pourquoi nous nous proposons d'etudier chez Camus l e theme de 1'injustice sociale dans son t h e a t r e . Gomme l e d i t Diego dans L'Etat de Siege en repondant a l a demande de l a Peste de renoncer a. s'occuper des autres: "Mais de gre ou de force, i l s sont avec moi, ... Je v i s pour ma c i t e et pour mon temps'.'^  Pour Gamus l e t h e a t r e est un art qui l e passionne et q u ' i l comprend a fond. Au lycee i l s'interesse deja au 5 theatre amateur. Pendant l e r e s t e de s a v i e l e theatre sous t o u s s es a s p e c t s ne c e s s e r a pas de l ' a t t i r e r . Son a f f i n i t e avec l e s Grecs r e n d l e t h e a t r e un mode d 1 e x p r e s s i o n t o u t n a t u r e l pour Camus, s o i t comme dramaturge, s o i t comme a c t e u r ou m e t t e u r en scene. En 1936, t o u j o u r s t r e s jeune membre du p a r t i com-mun i s t e a A l g e r , Camus prend en charge avec quelques amis l a M a i s o n de l a C u l t u r e et fonde l e T h e a t r e de T r a v a i l . Roger Q u i l l i o t e c r i t a ce s u j e t "Theatre r e v o l u t i o n n a i r e , p o p u l a i r e , mais n u l l e m e n t t o t a l i t a i r e " ' Pour p r e m i e r e p i e c e Camus f a i t une a d a p t a t i o n du Temps du M e p r i s . B i e n t o t a p r e s ^ l u i et t r o i s amis f o n t l a r e d a c t i o n de R e v o l t e dans l e s A s t u r i e s mais l a r e p r e s e n t a -t i o n e s t i n t e r d i t e . Pendant deux ans a peu p r e s Camus c o n t i n u e a a d a p t e r des p i e c e s et a j o u e r des r o l e s pour ce groupe. En meme temps 11 s"engage comme a c t e u r dans l a t r o u p e t h e l t t r a l e de R a d i o - A l g e r avec l a q u e l l e i l p a r c o u r t v i l l e s e t v i l l a g e s . En 1937 au moment de l a r u p t u r e avec l e p a r t i com-m u n i s t e , l e Theatre du T r a v a i l d e v i e n t l e Theatre de  1'Equipe sans p a r t i p r i s p o l i t i q u e . Camus c o n t i n u e a s ' a s s o c i e r avec l e groupe et f a i t des a d a p t a t i o n s des oeuvres de V i l d r a c , Ben Jo n s o n , E s c h y l e , D o s t o i ' e v s k i , P o u c h k i n e , Gide et G o r k i . C'est p a r 1'Equipe q u ' i l a v a i t e s p e r e f a i r e j o u e r sa p r e m i e r e p i e c e C a l i g u l a mais l e s 6 evenements l'en ont empeche. E l l e a du attendre sa creation a Paris en 1945, plus d'une annee apres l a premiere de sa piece e c r i t e en 1943, Le Malentendu. Camus e c r i t ses deux autres pieces bientSt apres l a guerre, L'Etat de Siege en collaboration avec Jean-Louis Barrault en 194# et Les Justes en 1949. C'est en 1953 que Camus reprend l e r$le de metteur en scene au F e s t i v a l d'Angers pour lequel i l f a i t l e s adaptations des Es p r i t s de Pierre de Larivey, de La  Devotion a l a Croix de Calderon et du Chevalier d'Almedo de Lope de Vega. II est evident que Camus se donne au monde the&tral avec beaucoup de p l a i s i r et d'enthousiasme. Q u i l l i o t e c r i t de l u i a cette epoque: "II retrouvait cette amitie des gens de theatre dont i l avait garde l a nostalgie depuis l a periode heroique de l'avant-guerre. Eloigne du journalisme, en f r o i d avec nombre de ses confreres, i l attendait du theStre un peu de f r a t e r n i t e et de ehaleur humaine. Camus continue sa collaboration e t r o i t e avec l e theatre jusqu'a sa mort. II f a i t 1'adaptation et l a mise en scene de Requiem pour une Nonne de Faulkner en 1956 et en 1959 des Possedes de Dostoi'evski. C'est de l a tournee de cette derniere en province que Camus s'occupait au moment de sa mort. Ce qui frappe est que Camus montre une preference pour des auteurs espagnols et russes dans ses adaptations. A cet egard i l est interessant de e i t e r ce passage du Programme du jeune Theatre de 1'Equipe en 1937: "Le Theatre de 1'Equipe ... demandera aux oeuvres l a v e r i t e et l a s i m p l i c i t e , l a v i o l e n c e dans l e s sentiments et l a cruaute dans 1'action. A i n s i se t o u r n e r a - t - i l vers l e s epoques ou. l'amour de l a v i e . se m i l a i t au desespoir de vivre'.*9 De plus on peut noter quelques r a i s o n s que donne Camus dans Pourquoi j e f a i s du Theatre? l e 16 mai, 1959: "... tout simplement parcequ'une scene de theiatre est un des l i e u x de monde ou j e s u i s heureux. ... Je s u i s tente de c r o i r e q u ' i l f a u t 'Itre f o r t et heureux pour bien a i d e r l e s gens dans l e malheur. ... Le theatre m'offre l a communaute dont j ' a i besoin. ... I c i nous sommes tous l i e s l e s uns aux autres sans que chacun cesse d'etre l i b r e , ou a peu pres: n'est-ce pas une bonne formule pour l a f u t u r e s o c i e t e ? ... Recevoir et donner, n'est-ce pas l a l e bonheur et l a v i e e n f i n innocente ... c'est l a v i e m&ne, f o r t e , l i b r e , dont nous avons tous besoin.oAllons done nous oecuper du prochain spectacle.10 On reconnait done que pour Camus l e t h e a t r e , c'est 1'essence de l a v i e . Quant a. sa c o n t r i b u t i o n a cet a r t , Q u i l l i o t e c r i t : "D'une c e r t a i n e facon, i l consacra une bonne part de ses sept dernieres annees a f a v o r i s e r par ses adaptations et ses t r a d u c t i o n s l a renaissance de l a t r a g e d i e . Sans doute, se s e r a i t - i l bient6t remis a cree r lui-mebie, tout en d i r i g e a n t un t h e a t r e avec une equipe d'acteurs amis"11 Pour Camus l e th e a t r e est surtout l'heure de l a v e r i t e , l e r a c e o u r c i r e v e l a t e u r de l'homme et son d e s t i n . C'est done sur scene qu'a l i e u l e drame de l a v r a i e v i e . Le theme de 1 ' i n j u s t i c e s o c i a l e se prete tout naturellement a 1'expression v i v a n t e du theatre. L'inijus. t i c e provoque l a r e v o l t e , done v o i l a l e c o n f l i t essen-t i e l l e m e n t dramatique. Le dramaturge met en v a l e u r 1'action dans une s i t u a t i o n donnee, 1'influence des i n j u s t i c e s dans l a v i e . I I presente un aspect de l a r e v o l t e a t r a v e r s l e s person-nages eux-memes, par exemple, par sa conception de l e u r c a ractere comme v i c t i m e ou c r i m i n e l . I I peut provoquer l a sympathie ou 1'a n t i p a t h i e des spectateurs; l e s f o r c e r a p a r t i c i p e r a l a l u t t e , a prendre p a r t i , a passer un jugement moral. B r e f , l e dramaturge peut mener l e s spectateurs a se r e v o l t e r contre l e s i n j u s t i c e s q u ' i l l e u r d e v o i l e . Dans une piece de t h e a t r e , l e dramaturge d o i t se l i m i t e r a 1'essence du probleme. E l l e a l a f o r c e de l a brievete.* De p l u s , l ' a c t i o n est exageree. E l l e presente l e s r e a c t i o n s des personnages dans une s i t u a t i o n v i v a n t e . Camus s'en explique dans l e Mythe de Sisyphe: "L'homme q u o t i d i e n n'aime guere a s ' a t t a r d e r . ... De l a son gout pour l e theatre, pour l e s p e c t a c l e , ou t a n t de d e s t i n s l u i sont proposes dont i l r e c o i t l a poesie sans en s o u f f r i r 1'amertume. La, du moins, on reconnalt l'homme i n c o n s c i e n t e t . i l continue a se presser vers on ne s a i t quel e s p o i r . L'homme absurde commence ou c e l u i - c i f i n i t , ou, cessant d'admirer l e je u , 1* e s p r i t veut y entrer"12 <>• . Nous analyserons dans l e s quatre pieces de Camus C a l i g u l a , Ee Malentendu, L'Etat de Siege et Les Justes  l e s plans d i v e r s de 1 ' i n j u s t i c e s o c i a l e t e l l e que Camus nous l a presente dans 1 ' i n t r i g u e et l e s personnages. Nous aborderons l e probleme de 1 ' i n j u s t i c e par rapport a. l'humanite en l ' e t u d i a n t sous deux aspects; 1 ' i n j u s t i c e devant l'homme et l'homme devant 1 T i n j u s t i c e . Dans chacun de ces deux cas nous etudierons l e probleme de 1 ' i n j u s t i c e a t r o i s niveaux: p o l i t i q u e , psychologique et metaphysique. 10 Notes s u r 1 T I n t r o d u c t i o n 1 D i c t i o n n a i r e A l p h a b e t i q u e et A n a l o g i q u e de l a Langue F r a n c a i s e , P a u l R o b e r t , S o c i e t e du Nouveau L i t t r e ' , P a r i i ; 1963, 1 - I V , p. 157. ' 2 I b i d . , p. 3 Camus, P r e f a c e pour l a r e n d i t i o n 195$ de L'Envers e t  l ' E n d r o i t , pp. 1 3 , 14• ' 4 Camus, L*Envers et l ' E n d r o i t , p. 1 1 3 . 5 C h a r l e s Peguy, N o t r e J e u n e s s e , p. 114. 6 Camus, L ' E t a t de S i e g e , p. 2 1 3 . 7 Roger Q u i l l i o t , A l b e r t Camus et l e T h e a t r e , PL V o l . I , p. 166 16\ 8 I b i d . , p. 1 6 9 2 . 9 I b i d . , p. 1 6 9 0 . 10 Camus, P o u r q u o i j e f a i s du T h e a t r e , PL V o l . I , pp. 1716*-1 7 2 6 . 11 Q u i l l i o t , p. 1693-12 Camus, Le Mythe de S i s y p h e , p. 1 0 7 . PREMIERE PARTIE L'INJUSTICE DEVANT L'HOMME CHAPITRE PREMIER  L'INJUSTICE SOCIALE AU NIVEAU POLITIQUE Nous nous proposons d ' e t u d i e r , dans ce premier c h a p i t r e , 1 ' i n j u s t i c e s o c i a l e au niveau p o l i t i q u e , t e l l e q u ' e l l e se manifeste desant l e s p r i n c i p a u x personnages des t r o i s pieces h i s t o r i q u e s de Camus: C a l i g u l a L'Etat de Siege Les J u s t e s . C'est au niveau p o l i t i q u e que 1 ' i n j u s t i c e touche l a v i e de chaque c i t o y e n . Les uns en r e c o i v e n t l e s benefices et c o n s t i t u e n t une p e t i t e m i n o r i t e puissante. La p l u p a r t des gens doivent en s o u f f r i r l e s consequences p e n i b l e s . I l s sont v i c t i m e s de c e t t e i n j u s t i c e l o r s q u ' e l l e domine l e u r pays, l e u r s o c i e t e , l e u r groupe; i l s en sont a u s s i v i c t i m e s lorsque l e u r s a d m i n i s t r a t e u r s l ' o r g a n i s e n t . Dans C a l i g u l a l a d i c t a t u r e de 1'empire remain f o u r n i t l e eadre de l ' i n j u s t i c e p o l i t i q u e . C 'est 1'empereur C a l i g u l a qui en est 1 ' i n s t i g a t e u r . I I dispose d'un pouvoir sans l i m i t e s . Ce qui rend l a s i t u a t i o n de plus en plus dangereuse pendant son regne, c'est que cet empereur se met consciemment et implacablement a se s e r v i r de ce pouvoir sans l i m i t e s a f i n d ' a t t e i n d r e son but. I I l e transforme en une t y r a n n i e inoui'e q u i ne l a l s s e a aucun c i t o y e n l e s 12 13 moindres d r o i t s sur sa personne ou sur sa propre v i e . Bref, tous l e s Remains, l e s senateurs jusqu'aux e s c l a v e s , devien-nent v i c t i m e s de 1 " i n j u s t i c e de ce pouvoir p o l i t i q u e exerce selon l e s c a p r i c e s d'un empereur t o u t - p u i s s a n t et malin. Que sa mechancete s o i t l ' e f f e t de l a demence ne change r i e n au s o r t de l a plu p a r t des v i c t i m e s de cet ordre tyrannique. I l s savent seulement q u ' i l s sont f o r c e s d'obeir a r b i t r a i r e m e n t et par consequent de v i v r e dans l a peur et 1 ' h u m i l i a t i o n . Leur Cesar ne montre n i respect n i p i t i e pour ses s u j e t s . En e f f e t , i l l e s soumet a un bouleversement t o t a l de l e u r existence q u i l e s p r i v e non seulement de toute l i b e r t e mais a u s s i de toute s e c u r i t e . I I l e s l a i s s e totalement incapables de r e s i s t e r a sa volon t e . I l s n'ont pas l e choix ou i l s obeissent ou i l s meurent. Comment C a l i g u l a se s e r t - i l de son pouvoir absolu pour renverser tout ordre moral, pour n i e r toute j u s t i c e p o l i t i q u e , pour creer ce monde de t e r r e u r et de mort? Que f a i t - i l au niveau purement p o l i t i q u e ? Le premier decret que C a l i g u l a promulgue apres son etrange absence concerne l e t r e s o r . I I decide t o u t d'un coup de l u i donner une importance c a p i t a l e . Cette d e c i s i o n est i n s p i r e e par une soudaine a n t i p a t h i e envers l e pauvre intendant, q u i , nerveusement, a v a i t a t t r i b u e l f i n q u i e t u d e des p a t r i c i e n s pendant 1'absence de l e u r empereur a l e u r s o u c i du t r e s o r p u b l i c . I n t e r p r e t a n t a l a l e t t r e l e s 14 demandes de ces personnages p r i v i l e g i e s , C a l i g u l a f a i t semblant de l e u r accorder exactement ce q u ' i l s d e s i r e n t , t a n d i s que, par un e a l c u l m a l i n , i l manoeuvre l a s i t u a t i o n pour l a tourner contre eux. Cette d e c i s i o n de "bouleverser l'economie p o l i t i q u e en deux temps," c ' e s t - a - d i r e , de f o r c e r l e s p a t r i c i e n s "de t e s t e r sur l'heure en faveur de l ' E t a t " et puis de f a i r e "mourir ces personnages dans l ' o r d r e d'une l i s t e e t a b l i e a r b i t r a i r e m e n t " ^ a b o l i t d'un s e u l t r a i t non seulement l e s p r e r o g a t i v e s des, r i c h e s mais en meme temps l e u r d r o i t de v i v r e . C'est une i n j u s t i c e d'autant plus e c l a t a n t e qu'eux, l e s p a t r i c i e n s , l e s senateurs, l e s f o r t u n e s , devaient j o u i r de l a confianee de 1'empereur et p r o f i t e r de l e u r rang sous un systeme a u t o r i t a i r e base sur l a jouissance de p r i v i l e g e s . Ce q u i l a i s s e ces v i c t i m e s tout a f a i t impuissantes contre l u i , c'est que C a l i g u l a i n s i s t e que c'est entierement a f i n de s'accorder a l e u r point de vue q u ' i l consent a el e v e r 1'importance de t r e s o r au-dessus de toute v a l e u r humaine. Par ces mesures contre l e s r i c h e s et l e s p u i s s a n t s , C a l i g u l a a supprime tout p r i v i l e g e , meme ceux de c e t t e m i n o r i t e qui v i v a i t de ses faveurs. Les pauvres et l e s esclaves s o u f f r a i e n t deja sous l e joug de l a d i c t a t u r e . I I ne r e s t e maintenant plus de l i b e r t e dans son empire. Comme l e d e c r i t l e premier p a t r i c i e n : "Cette v i e insup-p o r t a b l e dans l a peur et ilmpuissance." 15 A i n s i C a l i g u l a prend un malin p l a i s i r a rendre impuissants, par l ' e x e r c i c e d'un pouvoir a r b i t r a i r e , absolu et insense, ceux-la meme dont l e p r e s t i g e e t a i t base sur des v a l e u r s a r t i f i c i e l l e s l e pouvoir par l a r i c h e s s e . En f a i s a n t a i n s i i l parodie l e pouvoir p o l i t i q u e i n j u s t e des p r i v i l e g i e s , car i l l e s domine par c e t t e meme peur dont i l s dominaient l e u r s i n f e r i e u r s . De c e t t e facon, tous sont v i c t i m e s de I'empereur i n j u s t e q ui exerce son pouvoir dans l a t y r a n n i e . L ' i n j u s t i c e p o l i t i q u e que C a l i g u l a impose, sous forme de d i c t a t u r e absolue, a ses s u j e t s , est en r e a l i t e une lecon de j u s t i c e . Par ses abus, i l decourage l e s laches mais 11 s t i m u l e , du meme coup, ceux qui ont l e courage de l u i f a i r e f a c e . Dans L'Etat de Siege Camus f a i t passer 1'action du mythe de l a peste dans l a v i l l e espagnole de Cadix soumise au pouvoir absolu et a r b i t r a i r e . I I depend de p l u s i e u r s personnes d'exercer ce pouvoir t o t a l i t a i r e sur l e s c i t o y e n s , mais l a date des evenements r e s t e imprecise. C'est p l u t o t une s i t u a t i o n symbolique q u ' h i s t o r i q u e . La piece n'en f a i t pas moins r e s s o r t i r 1 ' i n j u s t i c e p o l i t i q u e engendree par tout systeme t o t a l i t a i r e . Au debut de l a p i e c e , c'est l e gouverneur, aide de ses o f f i c i e r s et de ses f o n c t i o n n a i r e s qui veut exercer son pouvoir absolu pour r e s i s t e r a tout changement dans 1'ordre e t a b l i . C'est son but de conserver l e u r v i e 1 6 p r i v i l e g i e e aux riches et leur place asservie aux pauvres. Pour c i t e r ses paroles devant l e peuple assemble: "Rien 3 n'est bon de ce qui est nouveau." II est a noter que, comme dans Caligula, 1 ' i n j u s t i c e p o l i t i q u e est basee sur l'idee d'un abus de pouvoir, dans une societe ou les pauvres s'opposent aux riches. Apres 1'apparition de l a comete, l e gouverneur renforce son a r b i t r a i r e en faisant proclamer aux citoyens sa volonte que tout habitant accepte, malgre 1 'evidence de ses yeux, l a decision o f f i c i e l l e que r i e n ne s'est passe, sous peine d'etre puni avec l a rigueur de l a l o i . Bref, i l se sert de son pouvoir pour exiger des habitants de Cadix une obeissance t o t a l e et deraisonnee qui l e s prive de leur conscience. Avec l ' a r r i v e e de l a peste, l e gouverneur essaie d'exercer son meme pouvoir p o l i t i q u e contre l a contagion en annoncant aux gens des mesures interdisant l e rassem-blement et l e divertissement. II les prive d'une l i b e r t e e s s e n t i e l l e , l a l i b e r t e de mouvement; l i b e r t e e s s e n t i e l l e pour tous l e s hommes, mais pour Camus en p a r t i c u l i e r . Deja, dans L'Etranger, Meursault en prison s o u f f r a i t de l a suppression de cette l i b e r t e : "Au debut de ma detention, pourtant, ce qui a ete l e plus dur, c'est que j'avais des pensees d'homme l i b r e . Par exemple, l'envie me prenait d'etre sur une plage et de descendre vers l a merl^ Mais, comme Caligula qui ne pouvait j o u i r de son 17 p o u v o i r p a r c e que l a peur de s a p r o p r e mort ne l e q u i t t a i t p a s , l e gouverneur dans L ' E t a t de S i e g e t r o u v e son p o u v o i r c o n t e s t e et pe r d de son a s s u r a n c e . T r a i t a n t d'abord l a P e s t e d ' i n s o l e n t e , c a r e l l e demande de l u i ceder s a p l a c e de go u v e r n e u r , c e t homme sans s c r u p u l e s se t r o u v e v i t e v i c t i m e de c e t t e meme peur q u ' i l a l ' h a b i t u d e d'imposer aux a u t r e s . P a r une v o l t e -f a c e pour s a u v e r s a v i e , i l annonce lui-meme aux c i t o y e n s , d'un t o n h y p o c r i t e , que maintenant t o u t e s t change e t q u ' i l v a u t mieux q u ' i l p a r t e "pour l a i s s e r c e t t e v i l l e a l a p u i s s a n c e n o u v e l l e ... et vous aur e z a i n s i l a c e r t i t u d e de c o n s e r v e r h o r s de vos murs un gouvernement q u i p o u r r a un j o u r vous e t r e u t i l e . C'est a i n s i que l e s h a b i t a n t s de C a d i x p a s s e n t du despotisme de l e u r gouverneur f a i b l e et l a c h e au despotisme de l a P e s t e secondee p a r sa S e c r e t a i r e . Ce changement de p o u v o i r e s t rendu encore p l u s c y n i q u e e t i n j u s t e p a r l e nom q u i l u i e s t donne, "un a c c o r d l i b r e . " Des ce moment l e s bonnes gens de C a d i x "commencent de v i v r e dans l a r e g l e m e n t a t i o n . C o m m e dans t o u s l e s regimes t o t a l i t a i r e s , c e r t a i n e s gens r e u s s i s s e n t a echapper au f l e a u en q u i t t a n t l a v i l l e avec l e gouverneur. Ceux q u i sont f o r c e s : : de r e s t e r se t r o u v e n t done devant une double i n j u s t i c e . D'une p a r t i l s s o n t abandonnes p a r l e u r s a n c i e n s m a i t r e s . D'autre p a r t i l s s o n t sounds aux s e v e r i t e s de t o u t e une s e r i e de n o u v e l l e s ordonnances. M a i s , 18 Gouverneur ou Peste, c'est t o u j o u r s l ' E t a t qui domine l ' i n d i v i d u entierement, qui envahit sa v i e p r i v e e , qui l e rend coupable a f i n de 1'exterminer. Le pauvre c i t o y e n se trouve f o r c e de prouver sa loyaute au regime a f i n d'etre q u a l i f i e pour l a d i s t r i b u t i o n de denrees, et i l est i n v i t e a de!»oncer son f r e r e pour m e r i t e r une double r a t i o n . Dans tout c e c i , c'est par l a peur de l a mort que l a Peste et sa S e c r e t a i r e renforcent l e u r puissance tyrannique sur l e s h a b i t a n t s . Dans sa t i r a d e adressee au peuple, l a Peste proclame, par exemple: n... i l est bon que vous soyez vexes ... 1'etat de siege est proclame ... lorsque j ' a r r i v e l e pathetique s'en va ... l e bohheur ... j'apporte 1'organisation ... vous a l l e z apprendre a mourir dans l ' o r d r e . ... Tous suspects, c'est l e bon commencement. ... Je vous apporte l e s i l e n c e , l ' o r d r e et l'absolue j u s t i c e . ' V o i l a comment l a Peste p r e c i s e l e s aspects de son regne i n j u s t e . C'est encore une parodie du pouvoir a r b i t r a i r e . Dans l e Mythe de Sisyphe, l'homme absurde d e v a i t , comme l ' a v a i t deja d i t N i e t z s c h e , " v i v r e l e p l u s " ; de meme, l'abus de pouvoir est pousse a 1'extreme a f i n que son i n t e n s i t e devienne i n t o l e r a b l e . L'arme l a plus e f f i c a c e pour c e t t e demonstration est l ' i r o n i e , mais une i r o n i e g r i n c a n t e et s a r c a s t i q u e . C'est c e l l e que nous trouvons 1, dans l a deuxieme p a r t i e de L'Etat de Siege, chez Nada. Nada, q u i represente 1 ' e s p r i t n i h i l i s t e , se l i e a l a Peste I I J 19 i et sa S e c r e t a i r e peur m u l t i p l i e r l e s i n j u s t i c e s de c e t t e i t y r a n n i e et semer l a peur, l a haine et l a mort p a r t o u t . i C T e s t un p o uvoir p o l i t i q u e base sur l e s p r i n c i p e s de I s e p a r a t i o n , de mefiance et de l a c h e t e . i C'est seulement en c o n s t a t a n t l e mensonge de ces i p r i n c i p e s que Diego trouve l e courage de r e s i s t e r et d'amener ses c o n c i t o y e n s a se r e v o l t e r contre l e s i i n j u s t i c e s de jce p o uvoir a b s o l u . Tous deviennent a i n s i v i c t i m e s du p o uvoir I t o t a l i t a i r e . 1 Dans l i s d e t a i l s q u i composent l a s t r u c t u r e de c e t t e a d m i n i s t r a t i o n de l a Peste on peut d i s c e r n e r un p a r a l l e l e avec l e s mesures d i s c r i m i n a t o i r e s q u i c a r a c t e r i s a i e n t l e s regimes t o t a l i l t a i r e s sous l e s d i c t a t e u r s europeens et sous 1'occupation niazie. I I y a, par exemple, l ' e t o i l e marquee sur l e s maisoris i n f e c t e e s q u i r a p p e l l e l e s e t o i l e s qu'on f o r c a i t l e s J u i f s a. p o r t e r ; l e tampon dans l a bouche q u i impose l e s i l e n c e et r a p p e l l e done l a censure; l e c e r t i f i c a t d ' e x i s t e n c e et| l a m u l t i p l i c i t e des f o r m u l a i r e s a r e m p l i r ; l e s encouragements a l a d e l a t i o n : i l f a l l a i t , de p r e f e r e n c e , denoncer sa f a m i l l e ; l e s c o n t r a d i c t i o n s a d m i n i s t r a t i v e s q u i rendent l a v i e i m p o s s i b l e ; l ' a l c a d e q u i accepte l'honneur de c o l l a b o r e r avec 1 ' a d m i n i s t r a t i o n u s u r p a t r i c e ; l a f i l l e du Juge q u i s a i s i t l e c a h i e r de l a S e c r e t a i r e pour se • | " venger de son [pere en rayant son nom, et l e s gens de l a f o u l e q u i exigent l a r e t r i b u t i o n immediate de sa propre 20 mort, i n c i d e n t qui r a p p e l l e 1 !exigence de vengeance contre l e s collaborate eur s et l e s t r a i t r e s . Dans tout c e c i Gamus s a t i r i s e 1 " i n j u s t i c e des regimes domines par l a haine, l a mefiance, l a t r a h i s o n ou l a peur, ce qui equivaut a une denonciation de toutes l e s formes de 1 * i n j u s t i c e par l a v i o l e n c e . Camus e t a i t , et a t o u j o u r s e t e , contre l a d i c t a t u r e ; ce n'est done pas un hasard s i L'Etat de Siege se passe en Espagne. Dans Les Justes Camus presente l e groupe h i s t o r i q u e de jeunes t e r r o r i s t e s organise pour combattre l a t y r a n n i e des t s a r s . L ' i n t r i g u e t r a i t e de l ' a s s a s s i n a t du Grand-Due Sergei par l e poete K a l i a y e v en 1905. Le dilemme qui confronte ces i n t e l l e c t u e l s groupes dans 1 ' O r g a n i s a t i o n de Combat du p a r t i s o c i a l i s t e r e v o l u t i o n -n a i r e engage l a sympathie de Camus. Le but de 1 ' o r g a n i -s a t i o n est de creer un monde de j u s t i c e pour l e s opprimes, v i c t i m e s du regime t s a r i s t e . La premiere etape vers cet o b j e c t i f sera de d e t r u i r e l e pouvoir despotique. Ces t e r r o r i s t e s sont d'accord que seule l a v i o l e n c e peut repon-dre a l a v i o l e n c e . I l s organisent done des a t t e n t a t s contre l e s t y r a n s . I l s sont voues a l a t e r r e u r et a l ' a s s a s s i n a t a f i n de r e a l i s e r l a j u s t i c e pour l ' a v e n i r . Cependant toute l e u r f o i p o l i t i q u e , tous l e u r s p r i n c i p e s sont bases sur 1 ' a f f i r m a t i o n de l a v i e , sur l e d r o i t de l'homme a v i v r e dans l a j u s t i c e et l e bonheur. C'est a bet i d e a l q u ' i l s ont consacre l e u r v i e . 21 Ces jeunes r e v o l t e s s'engagent done dans un paradoxe 1 ' a p p l i c a t i o n de l a j u s t i c e ne va pas avec l a t e r r e u r . C'est pourquoi, condamnes au t e r r o r i s m e q u ' i l s trouvent necessaire et i n e v i t a b l e , ces passionnes pour l a v i e j u s t e tiennent a mourir eux-memes a u s s i , s o i t dans l ' a c t e de v i o l e n c e q u ' i l s commettent, s o i t sur l'echafaud. I l s refusent obstinement 1'evasion ou l e pardon. Comme acte de f o i , i l s c h o i s i s s e n t l e martyre a f i n de j u s t i f i e r l e meurtre et l ' e l e v e r au-dessus du niveau d'un crime. En suivant l e p r i n c i p e d'une v i e pour une v i e , i l s c r o i e n t transformer l ' a s s a s s i n a t en acte de j u s t i c e . Camus a p p e l l e ces i d e a l i s t e s dans I'Homme Revolte " l e s m e u r t r i e r s d e l i c a t s . " 1 I I d e c r i t a i n s i l e u r s scrupules et l e paradoxe de l e u r s i t u a t i o n : "Ce p e t i t groupe d'hommes et de femmes, perdus dans l a f o u l e r u s s e , s e r r e s l e s uns contre l e s a u t r e s , c h o i s i s s e n t l e metier d'executeurs auquel r i e n ne l e s d e s t i n a i t . l i s v i v e n t sur l e meme paradoxe, unissant en eux l e respect de l a v i e humaine en general et un mepris de l e u r propre v i e , q u i va jusqu'a l a n o s t a l g i e du s a c r i f i c e supreme'.^ L ' i n t r i g u e des Justes est basee sur l e c o n f l i t i n t e r i e u r des membres de 1'Organisation, une inquietude inherente a l a n e c e s s i t e de combattre l e s tyrans par l a bombe, tout en re s t a n t f i d e l e s aux p r i n c i p e s de l e u r groupe f r a t e r n e l voue a l a j u s t i c e . I l s sont "deliV;ats"; par cet a d j e c t i f i r o n i q u e Camus souligne que l e u r s scrupules devant l e s moyens de l u t t e r sont ceux d'une autre epoque. A t r a v e r s l e debat 22 des eonspirateurs sur l a scene Camus pose l a question de l a j u s t i f i c a t i o n de l a v i o l e n c e . A-t-on l e d r o i t d'employer l e s methodes t e r r o r i s t e s sans l i m i t e s ? Peut-on j u s t i f i e r l a mort des innocents pour s e r v i r une cause ju s t e ? E s t - i l p o s s i b l e de r e a l i s e r l a j u s t i c e pour l ' a v e n i r en se permettant des actes i n j u s t e s dans l e present? Les r e v o l t e s sont u n i s et s o l i d a i r e s par l e u r d evoir i l f a u t r e s i s t e r aux oppresseurs a f i n de l i b e r e r l e u r s v i c t i m e s a t o u t niveau de l a s o c i e t e . Eux-memes, l e s r e b e l l e s , n'ont r i e n a gagner et tout a perdre. C'est uniquement par l ' a l t r u i s m e q u ' i l s prennent ce p a r t i . On decerne dans 1'acheminement de l a piece deux t y r a n n i e s auxquelles ces jeunes i d e a l i s t e s sont exposes. I I y a non seulement 1'oppression p o l i t i q u e q u ' i l s ont decide de combattre par l e s a c r i f i c e de l e u r v i e ; i l y a u s s i l a menace que c o n s t i t u e l e u r o r g a n i s a t i o n a u t o r i t a i r e pour l a conscience p e r s o n n e l l e . Camus met en r e l i e f ce danger dans l e dialogue entre Stepan, protagoniste de l a t e r r e u r sans l i m i t e s , et l e s a u t r e s , defenseurs de l a m o d e r a t i o n , — — l e debat qui s u i t l e r e t o u r de K a l i a y e v , sa mission non accomplie a cause de l a presence des enfants avec l e Grand-Due. Le s u j e t de d i s a c c o r d , c'est que K a l i a y e v est coupable parce q u ' i l n'a pas s u i v i l e s ordres de 1'Organisation a l a l e t t r e . Stepan represente i c i toute l a r i g i d i t e d'une d i c t a t u r e r e v o l u t i o n n a i r e . La v o i x 23 tolerante et humanitaire du chef, Annenkov, qui prend sur l u i l a responsabilite de l'echec et qui accorde a chaque membre l e droi t de parler, nous rappelle plutot l a pensee juste et l e respect humain de Gamus. On peut v o i r aussi que Camus pense aux regimes a u t o r i t a i r e s contemporains. La dictature du p r o l e t a r i a t , l e pouvoir absolu d'un p a r t i p o l i t i q u e populaire peuvent devenir aussi tyranniques et injustes que l e despotisme des t s a r s . Dans l ' e n t r e t i e n en prison entre Kaliayev et Skouratov, directeur du departement de p o l i c e , puis avec l a pieuse Grande-Duchesse, i l est evident que Camus associe l a p olice et l ' e g l i s e avec 1' i n j u s t i c e p o l i t i q u e . Quant a l ' E g l i s e , c'est en tant que puissance tem-porelle que Gamus l u i attribue l e r6le i n j u s t e . II y vo i t une forme de dictature et un divorce entre l e s principes et l e s actes, eeux-ci se reclamant d'un i d e a l humanitaire et a l t r u i s t e , ceux-la se degradant par l e mensonge, l e chantage, l'egoi'sme et l' h y p o c r i s i e . En somme, pour Camus, l ' E g l i s e f a i t de l a p o l i t i q u e , et tombe a l o r s , e l l e aussi, dans l e defaut de 1 ' i n j u s t i c e . Kaliayev, croyant, refuse done l ' E g l i s e qui s'associe a l a tyrannie p o l i t i q u e . Dans l e s t r o i s pieces a themes polit i q u e s Caligula, L'Etat de Siege et Les Justes Camus nous a montre que ce qui l ' i n t e r e s s a i t l e plus en po l i t i q u e e t a i t l a recherche de l a j u s t i c e pour l e s victimes, l e s opprimes. II f a i t r e s s o r t i r l e s dangers de 1' i n j u s t i c e p o l i t i q u e qui menacent 24 l'homme a tout niveau s o c i a l . I I designe l'echec i n e v i t a b l e auquel s'exposent ceux qui cherchent a opposer l a f o r c e par l a f o r c e , l a b r u t a l i t e par l a b r u t a l i t e , et denonce'le c e r c l e v i c i e u x de 1'oppression et de l a v i o l e n c e . I I souligne a u s s i 1'importance c a p i t a l e des hommes j u s t e s et des moyens chevaleresques a f i n de reclamer l a l i b e r t e et l a j u s t i c e pour t o u s , et de rendre a l'homme sa d i g n i t e et sa grandeur. 25 Motes sur l e Chapitre premier 1 Camus, C a l i g u l a , p. 119. 2 I b i d . , p. 131. 3 Camus, L'Etat de Siege, p. 45. 4 Camus, L'Etranger, e d i t i o n Bree, p. 96. 5 L'Etat de Siege, pp. 75,76. 6 I b i d . , p. 77. 7 I b i d . , pp. 91-95. 6* Camus, L'Homme Revolte, p. 206. 9 I b i d . , p. 210. CHAPITRE I I  L'INJUSTICE SQCIALE AU NIVEAU PSYCHOLOGIQUE L ' i n j u s t i c e au niveau psychologique se manifeste dans l e s quatre pieces du t h e a t r e de Camus. Nous nous proposons d'en e t u d i e r l e s e f f e t s t e l s q u ' i l s se manifestent chez l e s personnages de C a l i g u l a , L'Etat de Siege, Les Justes et Le Malentendu. Dans l e u r s r e l a t i o n s humaines et person-n e l l e s , ces personnages se trouvent places sous 1 ' i n f l u e n c e de l a haine, du mensonge, du mepris, du r i d i c u l e , de l a s a t i r e , de l a t o r t u r e mentale, de l a menace de l a mort, b r e f , de l a f o r c e des emotions d e s t r u c t r i c e s en provoquant l e s i n j u s t i c e s de l a peur, de 1 ' h u m i l i a t i o n et du desespoir jusqu'a l a d e s t r u c t i o n f i n a l e . Dans l e t h e a t r e de Camus on a s s i s t e sur l a scene, au dechirement de l'homme par l'homme. En meme temps on devient conscient du paradoxe de 1 ' i n q u i e t u d e au coeur de l'homme qui est a l a f o i s l a cause et l e r e s u l t a t de ses a s p i r a t i o n s et de ses deceptions. Cette tourmente de 1 ' e s p r i t est c e l l e du drame humain t e l que Camus l e d e c r i t dans Le Mythe de Sisyphe: "Cette n o s t a l g i e d'unite, cet a p p e t i t d'absolu^ i l l u s t r e l e mouvement e s s e h t i e l du drame humain." C'est en e f f e t l e drame inherent a l a conception de l'homme 26 27 absurde qui doit, v i v r e dans un monde vide de sens, s o l i t a i r e et desespere. Malgre l e fardeau de 1 ' i n j u s t i c e psychologique q u i pese sur 1 T e s p r i t des personnages de Gamus, i l s ne renoncent pas a l a v i e , i l s ne se l i v r e n t pas au desespoir. I l s sont menes p l u t S t a se r e v o l t e r contre 1 T i n j u s t i c e en a f f i r m a n t l a v a l e u r de l a v i e , en l u t t a n t pour se creer un monde t o l e r a b l e . On peut reprocher a. Camus d'exagerer, de parodier l e cara c t e r e de ses personnages. C'est v r a i , mais c'est pour f o r c e r ses spectateurs a r e a g i r , a r e f l e c h i r , a prendre p a r t i . C'est pour f a i r e r e s s o r t i r son d e s i r de j u s t i c e , son d e s i r que "l'homme recommencera a prendre ce gout de l'homme sans quoi l e monde ne sera jamais qu'une immense 2 s o l i t u d e . " P l u s i e u r s personnages de ses pieces servent de porte-parole a Camus lui-meme. I I f a u t p r e c i s e r l e s i n j u s t i c e s q u i se r e v e l e n t dans l e s r e l a t i o n s de ses personnages, s o i t dans l a trame de l a v i e , s o i t dans l e contact personnel. -L'analyse de c e r t a i n s personnages nous permettra d'observer l e s moyens psycholo-giques q u ' i l s emploient, consciemment ou inconsciemment, contre l e u r s v i c t i m e s au cours de 1'action dramatique. On pourra ensuite examiner l a r e a c t i o n que produit c e t t e usure de l'homme sur l'homme. Dans C a l i g u l a i l y a d'abord et avant to u t I'empereur C a l i g u l a q u i p r o f i t e de son immense pouvoir p o l i t i q u e pour 28" provoquer l a peur, l a haine et 1 ' h u m i l i a t i o n dans 1 ' e s p r i t de ses s u j e t s . Rendu eonscient, par l e choc de l a mort de sa soeur D r u s i l l a , que l a v i e est i n j u s t e , que l e monde est absurde, i l resume c e t t e r e v e l a t i o n dans l a phrase c a p i t a l e : "Les hommes meurent et i l s ne sont pas heureux ... t o u t , autour de moi est mensonge."3 C a l i g u l a se decide a r e c t i f i e r cet etat de choses. I I va enseigner a ses citoyens comment v i v r e dans l a v e r i t e : "... 11 l e u r manque un professeur q u i sache ce dont i l p a r l e . " 4 C'est a i n s i q u ' i l se f a i t pedagogue. I I va donner des lecons de j u s t i c e . I I va c r e e r , f o r c e r , parodier l a j u s t i c e en f o r c a n t l ' i n j u s t i c e dans tous l e s - c o i n s . Et l e but dement de c e t t e i n s t r u c t i o n ? I l l ' e x p r i m e a ses amis int i m e s Caesonia et S c i p i o n q u i c r o i e n t que l e u r empereur p l a i s a n t e : "C'est de l a pedagogie ... i l s ' a g i t de rendre pos-s i b l e ce q u i ne l ' e s t pas ... l ' i m p o s s i b l e est r o i . " 5 C a l i g u l a se d e c l a r e professeur de 1'absurde. Quels moyens psyehologiques e m p l o i e - t - i l pour enseigner ses lecons aux Remains, ses v i c t i m e s ? Comment v a - t - i l subjuguer l e u r s e s p r i t s ? I I va organiser l a souffrance. D'abord 1'empereur exerce l e mepris sous toutes ses formes s u b t i l e s . I I seme l a confusion et l a peur en bouleversant l ' e c h e l l e des v a l e u r s humaines, car i l pro-clame: "Tout est c a p i t a l . ... Tout est sur l e meme pied."° Et i l s u i t c e t t e nouvelle v e r i t e en decretant de f a i r e 29 mourir l e s p a t r i c i e n s "dans 1 Tordre d'une l i s t e e t a b l i e 7 a r b i t r a i r e m e n t . " La v i e de ses citoyens n'a done plus de sens. Comme l e d i t Cherea: " I l nous menace dans ce que nous avons de plus profond."° En se f a i s a n t bouffon C a l i g u l a augmente l a t e r r e u r et 1 ' h u m i l i a t i o n . I I meprise l e s p a t r i c i e n s en l e s h u m i l i a n t quand i l l e s f o r c e a s e r v i r a t a b l e . I I se moque cruellement de Lepidus dont i l a tue l e f i l s , a i g u i s a n t et r i d i c u l i s a n t sa peur devant l e s laches menaces de son empereur. I I offense l a decence en s'emparant de l a femme de Mucius, et l a i s s a n t l e pauvre homme incapable meme de p r o t e s t e r . Dans ces manoeuvres, ce qui rend 1 ' h u m i l i a t i o n de ses v i c t i m e s plus amere, c'est que C a l i g u l a se moque meme de l e u r peur et de l e u r d e c o n f i t u r e . C'est une cruaute et une i n j u s t i c e r a f f i n e e s auxquelles i l soumet l e s gens q u i l'entourent dans l e p a l a i s . Pour repandre l a peur et 1 ' h u m i l i a t i o n sur tous ses s u j e t s , C a l i g u l a proclame une famine a r b i t r a i r e . Pour l u i , i l s ' a g i t simplement d ' i n f l i g e r une i n j u s t i c e p a r e i l l e a c e l l e des dieux. I I se donne l a cruaute des dieux pour augmenter l a souffranee des hommes. I I impose l a peur de l a mort, selon sa propre volonte et son c a p r i c e . Toujours bouffon, C a l i g u l a va jusqu'au blaspheme en se f a i s a n t Venus pour exiger de ses s u j e t s l ' u l t i m e h u m i l i a t i o n d'adorer c e t t e creature burlesque et de repeter 3© apres Caesonia des phrases v i s a n t a. l a degradation de l e u r ame. Par s u r c r o i t d'outrage, C a l i g u l a presente c e t t e comedie c r u e l l e avec une i n d i f f e r e n c e supreme d Tautant plus i n s o l e n t e pour ceux q u i en sont v i c t i m e s . C'est a i n s i que continue l ' i t i n e r a i r e dement de C a l i g u l a q u i a r e s o l u d'enseigner au monde a v i v r e dans l a v e r i t e , c ' e s t - a - d i r e , dans l'absurde impossible. Ce q u i rend son systeme encore plus d i a b o l i q u e aux yeux de ses v i c t i m e s , c'est que, par l a mecanique de sa l o g i q u e , 11 repete t o u j o u r s que c'est pour s'accorder aux idees et aux exigences des autres q u ' i l a g i t de ce t t e facon. I I n'a pas cache ses i n t e n t i o n s , et meme sa f r a n c h i s e devient a i n s i un a f f r o n t de p l u s . I I l e d i t a Cherea q u i deviendra l e chef des conjures: "Je vous h a i s parce que vous n'etes pas l i b r e s ... me v o i c i s e u l l i b r e . ... A l l e z annoncer a Rome que sa l i b e r t e l u i est e n f i n rendue et qu'avec e l l e commence une grande epreuve."9 Les pauvres cit o y e n s de Rome se trouvent done exposes a une i n j u s t i c e psychologique impossible a combat-t r e par 1'argument. C a l i g u l a a g i t au niveau extreme du n i h i l i s m e . C'est l a f o l i e de l a l i b e r t e , l e d e s i r de creer l a j u s t i c e en d e t r u i s a n t tout ce q U ' i l y a d ' i n j u s t e . C'est l a purete dans l e mal qui opprime et seme l a mort partout. En voulant o b l i g e r l e s autres a e t r e v r a i s i l l e s d e t r u i t . Le f a i t que ce s o i t par ces memes moyens q u ' i l se d e t r u i t a u s s i a l a f i n , v o i l a l e s a l u t de ses v i c t i m e s . I I veut l e u r apprendre l a r e v o l t e et c'est a i n s i q u ' i l s l'apprennent. Le s e u l personnage qui seconde C a l i g u l a dans sa recherche de l ' a b s o l u est H e l i c o n , presque l e double de 1'empereur, c e l u i q u i exagere l e s f o l i e s de C a l i g u l a , sa v i o l e n c e et son mepris. H e l i c o n s e r t d ' i n t e r m e d i a i r e entre l e Cesar dement et l e s gens du p a l a i s . I I accepte de jouer l e j e u de C a l i g u l a . I I repond t o u j o u r s d'un ton n a t u r e l , i l ne montre jamais d'etonnement, i l ne p r o t e s t e jamais. C'est l u i l e confident de C a l i g u l a . Au commence-ment , H e l i c o n repond a son maitre q u i demande son aide "a. 1'impossible": "Je f e r a i pour l e mieux.""^ Et vers l a f i n , au moment ou C a l i g u l a , f a t i g u e et done i n d i f f e r e n t aux nouvelles d'un complot contre l u i , repete son d e s i r de l a l u n e , H e l i c o n , sur l e s e u i l , se tourne vers l u i et annonce tout calmement q u ' i l va "chercher l a lune."'''"'" H e l i c o n partage done l a r e s p o n s a b i l i t e de 1'empereur en semant l ' i n j u s t i c e . I I d o i t mourir avec l u i . A i n s i l ' i n j u s t i c e au niveau psychologique est basee sur l a t o r t u r e mentale des Remains provoquee par C a l i g u l a et par son f i d e l e e s c l a v e , H e l i c o n . Cependant, i l f a u t r e e o n n a i t r e que ce n'est pas par ambition, par esperance de p r o f i t personnel que C a l i g u l a entreprend ce regne de t e r r e u r . C itons sa reponse a S c i p i o n qui l e t r a i t e de t y r a n : " S i j'exerce ce pouvoir, c'est par compensation ... a l a b e t i s e et a l a haine des dieux."12 32 C'est que C a l i g u l a veut donner a ses c o u r t i s a n s une lecon de j u s t i c e en l e u r imposant l a quintessence de 1 ' i n j u s t i c e . C'est l a lecon de l a r e v o l t e contre c e t t e a b s u r d i t e . C'est ce q u ' i l veut d i r e dans l e c r i de triomphe au moment de sa mort: "Je s u i s encore v i v a n t I n " * * ^ Les autres se sont r e v o l t e s , done C a l i g u l a continue a v i v r e en eux: 1 ' i n j u s t i c e a f a i t son chemin. Dans L'Etat de Siege c'est l a meme t o r t u r e mentale q u i tourmente l e s c i t o y e n s de Cadix: l a peur de l a mort a r b i t r a i r e . C'est d'abord 1 ' a p p a r i t i o n de l a comete que l e s hommes i n t e r p r e t e n t comme signe d'un f l e a u imminent. C'est done l a panique qui regne et que l e gouverneur essaie de supprimer par l a proclamation d'un mensonge: l a comete n' e x i s t e pas. I I f a i t a ses citoyens l a double i n j u s t i c e de n i e r 1'existence de ce qui est evident a l e u r s yeux et de menacer de punir ceux qui refusent d'accepter ce mensonge. A peine l e s citoyens o n t - i l s entendu l a proclamation de l e u r gouverneur q u ' i l s voient s'ajouter a l e u r deception l a nouvelle de l ' a r r i v e e de l a Peste l a v r a i e menace de maladie et de mort. C'est a u s s i t o t l a t e r r e u r generale qui s a i s i t 1 ' e s p r i t de tous. La Peste donne l e s ordres de r a d i a t i o n que l a S e c r e t a i r e , symbole de l a mort a r b i -t r a i r e , execute promptement. Cette peur de l a mort im-manent e devient l a f o r c e dominante dans l a v i l l e . E l l e provoque un d e s i r g e n e r a l d'y echapper. 33 Pour ceux q ui r e s t e n t dans l a v i l l e , c e t t e menace de l a mort se transforme en systeme de d i c t a t u r e exerce par l a Peste et sa S e c r e t a i r e . Ces deux-ci p r o f i t e n t de l e u r pouvoir de v i e ou de mort pour exiger une obeissance absolue aux reglements de l e u r a d m i n i s t r a t i o n . Done, a l ' i n j u s t i c e de l a peur de mourir par l a peste est ajoutee l a souffranee mentale d'etre f o r c e s d'obeir aux ordres a r b i t r a i r e s et c o n t r a d i c t o i r e s de 1 ' a d m i n i s t r a t i o n , sous peine de mort. Les citoyens de Cadix se trouvent a i n s i condamnes a v i v r e sous l a double menace de l a Peste et du despotisme t o t a l i t a i r e . I l s doivent v i v r e p r i v e s de l e u r l i b e r t e , de l e u r bonheur et de l e u r d i g n i t e humaine. I l s subissent l a haine, l e mepris et 1 ' i n d i f f e r e n c e . Ce sont des v i c t i m e s , s o l i t a i r e s et separees l e s uns des autres par l e reglement, incapables de se defendre contre l a peur u n i v e r s e l l e ou de r e s i s t e r a 1 ' h u m i l i a t i o n generale. Mais l ' i n j u s t i c e n'est pas seulement c o l l e c t i v e , i l e x i s t e a u s s i des i n j u s t i c e s p e r s o n n e l l e s . T e l est l e cas de l a f a m i l l e du juge. L u i , au nom de l a j u s t i c e q u ' i l d o i t exercer dans sa p r e f e s s i o n , prevoque l a peur et l a douleur dans sa f a m i l l e . I I exige d'abord l e d r o i t de l i v r e r une v i e i l l e servante a l a Peste sous pretexte q u ' e l l e est contaminee et c e c i malgre l e s p r o t e s t a t i o n s de sa f i l l e V i c t o r i a . I I refus e categoriquement de proteger Diego contre l e s menaces de l a Peste, c i t a n t l a plus f l a g r a n t e des i n j u s t i c e s : " S i l e crime devient l a l o i , i l cesse 34 d'etre crime.""*"** I I r e j e t t e meme l e s p l a i n t e s de V i c t o r i a rappelant a son pere que c'est son f i a n c e q u ' i l condamne a i n s i a l a mort. I I s'exclame sur un ton de cruaute i n c r o y a b l e envers sa pauvre f i l l e : "Je n ' a i pas d i t oui a 15 ton mariage. J ' a i d i t oui a ton depart," r e v e l a n t a i n s i 1 ' i n j u s t i c e fondamentale de sa nature, sa haine de tous. De l a meNme facon, toujours anime par c e t t e haine, l e juge expose sa f a m i l l e a une s e r i e de bassesses c r u e l l e s . I I refuse a sa femme et V i c t o r i a l e u r s appels de p i t i e pour l e jeune f i l s menace par l a vengeance de Diego; i l prend p l u t o t l e p a r t i de sa f i l l e v i n d i c a t i v e . Tous l e s deux c r i e n t vengeance contre l e garcon et l a mere, l a taxant d'adu-ltere. Devant l a l a c h e t e et l a eolere sordides de cet t e q u e r e l l e f a m i l i a l e , V i c t o r i a s'exclame, au desespoir: "Mais tout croule en meme temps. L'ame c h a n c e l l e . " " ^ E n f i n dans c e t t e scene de t o r t u r e en f a m i l l e Camus renfo r c e l ' i r o n i e de l a s i t u a t i o n car c'est l e juge l u i -meme, symbole de j u s t i c e et defenseur des d r o i t s de l'homme, q u i prononce l e s p a r o l e s : " J ' a i l a l o i de mon 17 cote"; et un peu plus l o i n en refusant tout appel a l'honneur et a l a p i t i e : "Je denoncerai cet homme qu i a cause ce t r o u b l e . Je l e f e r a i avec un double contentement, puisque j e l e f e r a i au nom de l a l o i et de l a haine."1° Cet homme est deux f o i s i n j u s t e , en tan t que juge des ci t o y e n s , en tan t que mari et pere de f a m i l l e . Et c'est l a peur de l a peste, maladie u n i v e r s e l l e , qui a r e v e l e chez 35 l e juge sa cruaute et sa vengeance per s o n n e l l e s . Geux qui doivent compter sur l u i pour defendre l e u r s d r o i t s devien-nent ses v i c t i m e s l e s plus malheureuses. La trame de l ' i n j u s t i c e mentale dans L'Etat de Siege est done a l a f o i s imposee par l e systeme t o t a l i t a i r e et par l a haine et l e mepris personnels. Dans Les Justes l e c o n f l i t psychologique r e s u l t e de l a s i t u a t i o n d'un groupe de r e v o l u t i o n n a i r e s , i n t e l l e c t u e l s et i d e a l i s t e s , q u i se soumettent a une o r g a n i s a t i o n a u t o r i -t a i r e . Leurs r e l a t i o n s sont s u j e t t e s aux pressions de l e u r v i e chargee de menaces constantes. Voues a l a r e v o l u t i o n et a l a t e r r e u r , i l s exigent de chaque camarade une obeis-sance absolue aux d e c i s i o n s de l a m a j o r i t e ou du chef du p a r t i . I I se developpe par consequent des tensions et des d i s a c c o r d s , provoques par l a conscience p e r s o n n e l l e , sur l e s moyems et l e s j u s t i f i c a t i o n s de l e u r mouvement. La d i s c i p l i n e du p a r t i organisee pour combattre l a t y r a n n i e des t s a r s peut devenir a u s s i un pouvoir t o t a l i t a i r e , une t y r a n n i e a u s s i c r u e l l e que c e l l e q u ' e l l e combat. Parmi l e s personnages de l a piece on reconnaxt en Stepan l e protagoniste de l a v i o l e n c e sous toutes ses formes. I I est aux p r i s e s avec l e s autres membres de 1'Organisation, surtout K a l i a y e v et Dora, qui refusent de f a i r e v i o l e n c e contre l e s innocents, surtout l e s enfants. G'est e n f i n Annenkov, homme d'un e s p r i t humanitaire remarquable, q u i exerce son d r o i t de chef pour imposer sa 36 volonte et s ' a l i g n e r avec l e s moderes contre Stepan. Cependant on observe l a tourmente de Ka l i a y e v quand i l se trouve deehire entre l a loyaute a ses p r i n c i p e s personnels et l'obeissance aux ordres du p a r t i . F i d e l e a. sa conception de j u s t i c e et d'honneur dans l a t e r r e u r , i l est v i c t i m e non seulement de 1 T i n q u i e t u d e de sa conscience mais a u s s i de l a condamnation b r u t a l e de Stepan. La s e n s i b i l i t e de K a l i a y e v , q u i a 1'stone d'un poete, l e rend encore plus s u s c e p t i b l e aux accusations de desobeissance et de la c h e t e dont Stepan l e charge. Tout c e l a provoque l a d i s c u s s i o n qui r e v e l e 1"inquietude i n t e r i e u r e de chaque membre du groupe. Tous i d e a l i s t e s , • c h a c u n est deehire entre sa conscience et l a d i c t a t u r e de l f O r g a n i s a t i o n qui combat l a v i o l e n c e par l a v i o l e n c e . Ce c o n f l i t s p i r i t u e l p r o duit des t e n s i o n s et des f r u s t r a t i o n s que s e u l l a comprehension d'Annenkov et l a compassion de Dora savent calmer ou f r e i n e r . Sur tous l e s t e r r o r i s t e s plane a u s s i l a presence de l a mort immediate, l e u r propre mort, l a conscience que chacun pour son acte de v i o l e n c e contre l a t y r a n n i e d o i t payer de sa v i e ; i l s ' a g i t seulement de v o i r s i c'est en mourant avec l a v i c t i m e de l a bombe ou en etant condamne a mourir sur l'echafaud. Que c e t t e mort s o i t l a j u s t i f i -c a t i o n de l e u r v i o l e n c e n'empeche pas 1 ' i n j u s t i c e de l a s i t u a t i o n . Ajoutee a ces i n j u s t i c e s qui tourmentent l'ame de 37 ces jeunes i d e a l i s t e s , i l y a l ' i r o n i e de s a v o i r que l a p l u p a r t des pauvres v i c t i m e s de l a t y r a n n i e t s a r i s t e ne sont pas meme conscientes de l ' e f f o r t et du s a c r i f i c e que ces t e r r o r i s t e s i n t e l l e c t u e l s sont p r e t s a f o u r n i r poui? l e s l i b e r e r . Ces jeunes gens ne peuvent pas davantage compter sur l a recompense de l a reconnaissance. Cela pose inevitablement l a question de l a v a l e u r de l e u r s a c r i f i c e , encore une i n j u s t i c e dont i l s s o u f f r e n t . A v r a i d i r e , l ' i n j u s t i c e psychologique dont sont v i c t i m e s l e s jeunes t e r r o r i s t e s est c e l l e qui r e s u l t e de l e u r c o n f l i t i n t e r i e u r : 1 T i n q u i e t u d e a l a q u e l l e t o u t i d e a l i s t e est t r e s v u l n e r a b l e . K a l i a y e v , Voinov et Dora sont surtout marques par c e t t e tourmente fondamentale. Annenkov est plus calme, plus s t a b l e . Stepan, t o u t a f a i t f a n atique et i n t r a n s i g e a n t , exerce, p l u t o t q u ' i l s u b i t , ces pressions de 1'Organisation. T o u t e f o i s , son i n s i s t a n e e sur l a s o l i d a r i t e de l a l i b e r t e l e condamne a une p e r p e t u e l l e inquietude. C'est une c r i s e de conscience q u i cause l e s d i s s e n s i o n s , l e s disaccords et l e s t e n s i o n s qui e x i s t e n t entre eux. Toute c e t t e s i t u a t i o n est aggravee par l a c e r t i t u d e de l a mort v i o l e n t e et imminente qui l e s attend et qui est l a seule i s s u e p o s s i b l e pour ces conjures. Dans Le Malentendu c'est 1'atmosphere p e s s i m i s t e , monotone, bornee qui pese sur 1 ' e s p r i t des deux femmes dans l'auberge, Martha et sa mere. E l l e s se sentent v i c t i m e s de l a pauvrete, du c l i m a t g r i s et l o u r d , de l a s o l i t u d e . 3 8 E l l e s sont rongees d'amertume surtout parce que l'homme de l a f a m i l l e , Jan, l e f r e r e et f i l s , l e s a abandonnees et l a i s s e e s seules i l y a v i n g t ans. I I ne l e u r r e s t e qu'une seule i d e e , un s e u l p r o j e t s'echapper au pays du s o l e i l et de l a mer. C'est surtout Martha q u i poursuit c e t t e ambition avec une durete et une m a l v e i l l a n c e qui n'hesitent pas devant l e meurtre. E l l e e n traine a u s s i l a v i e i l l e mere qui consent a p a r t i c i p e r a c e t t e e n t r e p r i s e de d e s t r u c t i o n plut&t par i n d i f f e r e n c e que par es p o i r de l i b e r t e . Pour l e s deux femmes, l e u r condamnation a v i v r e dans c e t t e l a i d e u r semble l a plus i n j u s t e car e l l e s savent que l e f i l s s'en est a l l e s ' i n s t a l l e r dans l e pays de l e u r s reves et s'y est epanoui. Quant a l a mere, e l l e s o u f f r e surtout de l ' i d e e de 1'abandon de son f i l s q u i n'est jamais revenu 1'aider. Quant a Martha, e l l e est t o r t u r e e de penser que son f r e r e a ete l i b r e de tr o u v e r son bonheur dans un e x i l v o l o n t a i r e t a n d i s q u ' e l l e a ete forcee de r e s t e r a cote de sa mere dans ce pays h a i s s a b l e , p r i v e e des j o i e s du s o l e i l et de l a mer, du cl i m a t doux ou i l y a une abondance de f l e u r s et des etendues de sab l e . Tout c e l a represente l e bonheur et l a l i b e r t e dont e l l e se sent p r i v e e . On reconnait dans c e t t e atmosphere de misere et de melancolie q u i opprime l e s deux femmes, l e sentiment de 1 ' i n j u s t i c e q u i a f f l i g e a i t Camus lui-meme quand i l se t r o u v a i t enferme en Europe, l o i n du s o l e i l et de l a mer des plages sans l i m i t e s de l ' A l g e r i e . 39 Mais pour Martha et sa mere i l n'y a pas de s a l u t , pas de d e l i v r a n c e de l e u r s i n j u s t i c e s p e r s o n n e l l e s . Apres l e meurtre de son f i l s , l a mere ne peut f a i r e f a c d a c e t t e u l t i m e i n j u s t i c e de se t r o u v e r p r i v e e , par un malentendu mais de ses propres mains, du f i l s q u ' e l l e d e s i r a i t ardemment r e t r o u v e r depuis longtemps. Quant a Martha, e l l e regarde l e s u i c i d e de sa mere comme l ' i n j u s t i c e de 1'abandon au moment ou l e but de l e u r s e f f o r t s e t a i t r e a l i s a b l e ; 1'abandon l e plus amer car e l l e est t o u j o u r s r e s t e e f i d e l e a sa mere et a consacre sa v i e a l e u r p r o j e t mutuel. Et e n f i n c'est un s o r t digne pour l e f i l s q u i , aux yeux de Martha ne merite r i e n a cause de ses longues annees d'abandon. G'est pour o f f r i r a. ce f i l s n e g l i g e n t mais v i c t i m e d'un malentendu, l a recompense posthume d'un amour perdu que l a mere q u i t t e Martha et refuse a sa f i l l e l a tendresse a l a q u e l l e c e l l e - c i c r o y a i t a v o i r encore d r o i t . E l l e abandonne Martha a l a s o l i t u d e et au desespoir. T e l est l'envers de ce t i s s u d ' i n j u s t i c e s et de crimes. L ' e n d r o i t , c'est l a t r a g e d i e de Jan et Mar i a , l e f i l s q u i est revenu avec sa femme, dans l e s e u l but d'aider sa mere et Martha, pour l e s emmener au pays de l e u r s reves. Jan est tout a f a i t conseient de l ' i n j u s t i c e de l e u r e t a t . Cependant, confronte par l ' e t r a n g e t e et l a s e v e r i t e de sa soeur, Jan se trouve r e j e t e dans ses e f f o r t s de conversation amicale. L u i , tellement sur de sa r e u s s i t e , est mai a 40 l ' a i s e et incapable de l u i r e v e l e r son i d e n t i t e tout de s u i t e . I I devient a i n s i v i c t i m e psychologique de l a dure Martha. Sa mere laconique l f a v a i t deja repousse par l a f r o i d e u r et 1 ' i n d i f f e r e n c e de son a c c u e i l . I I tombe done sous 1'influence oppressive de ces deux femmes. Toujours anime du d e s i r de r e t r o u v e r sa mere et sa soeur et de partager avec e l l e s son bonheur, Jan se sent confus et decu par l e u r degout evident de sa presence. I I r e c u l e pour chercher l e bon moment et l e bon moyen pour l e u r r e v e l e r son i d e n t i t e avec j o i e . I I refuse meme l e s p l a i n t e s empressees de sa femme Maria, desireuse de couper net l e s r a m i f i c a t i o n s de ce complot et de p a r l e r franchement. C'est done ce c o n f l i t mental, ces h e s i t a t i o n s q u i l l v r e n t Jan et en font l a v i c t i m e d'un crime absurde. Bans ces s i t u a t i o n s t r e s v a r i e e s du t h e a t r e de Camus l e m&me theme se repete l'homme p r i v e de l i b e r t e , de bonheur, de l a v i e elle-meme par 1'invasion des autres dans sa propre v i e et l e c o n f l i t q u i en r e s u l t e . Par 1'imposition de l a volonte des a u t r e s , s o i t dans l e cadre s o c i a l , s o i t dans l e contact personnel, l'homme perd l a eapacite de donner un sens a sa v i e . I I se trouve condamne injustement a l a souffranee de 1 ' e s p r i t . 41 Motes sur l e Chapitre I I 1 2 3 4 5 6 7 Gamus Gamus Camus I b i d . I b i d . I b i d . I b i d . 8 I b i d . 9 I b i d . 10 I b i d . 11 I b i d . 12 I b i d . 13 I b i d . 14 Camus 15 I b i d . 16 I b i d . 17 I b i d . 18 I b i d . Le Mythe de Sisyphe, G a l l i m e r d , p. 33 A c t u e l l e s I , PL V o l . I I , p. 316. C a l i g u l a t p. 112. p. 113. pp. 121, 126. p. 118. p. 119. p. 134. p. 123. p. 114. p. 181. P. 175. p. 227. L'Etat de Siege, p. 138. p. 139. p. 142. p. 144. pp. 146-147. CHAPITRE I I I L 1 INJUSTICE SOCIALE AU NIVEAU METAPHYSIQUE Passons maintenant aux elements metaphysiques de 1 * i n j u s t i c e s o c i a l e dans l e s pieces de Camus. Nous savons que l e theme de l a mort exerce une i n f l u e n c e c a p i t a l e dans l a pensee de Camus. Nous savons egalement que Camus ne c r o i t pas en Dieu. La mort est done l a f i n de t o u t . Pour Camus i l n'y a que c e t t e v i e t e r r e s t r e que nous connaissions. Et comme l a mort est l a grande i n c e r t i t u d e de l a v i e , l a mort devient une i n j u s t i c e . L'homme est ne pour mourir, v o i l a l ' a b s u r d i t e et l 1 i n j u s t i c e de l a c o n d i t i o n humaine. Neanmoins, Camus ne n i e point pour autant l a va l e u r de l a v i e humaine. Au c o n t r a i r e , i l y trouve l a noblesse et l a d i g n i t e de l'homme. Conscient de son d e s t i n absurde, l'homme d o i t l u t t e r de ses propres f o r c e s pour creer sa propre j u s t i c e , pour r e a l i s e r son propre bonheur. Car Camus aime l a v i e avec une profonde passion. C'est un des paradoxes de 1 ' e s p r i t de Camus q u ' i l eprouve l e sentiment de l ' a b s u r d i t e et de 1 ' i n j u s t i c e de l a v i e e t , en meme temps, l a j o i e de v i v r e dans ce monde. Dans Noces i l e c r i t : "Tout ce qui e x a l t e l a v i e , accro^t en meme temps son a b s u r d i t e . " ! C'est de ce bonheur dans l e monde que n a i t en Camus, . 4 2 43 par moments, un sentiment du sacre, une communion et un accord avec l a nature comme e l l e se r e v e l e a l u i dans l a s o l i t u d e du desert ou en presence de l a beaute sereine du s o i t . Dans Noces egalement Gamus exprime ce sentiment: " S e n t i r ses l i e n s avec une t e r r e , son amour pour . quelques hommes, s a v o i r q u ' i l est t o u j o u r s un l i e u ou l e coeur t r o u v e r a son accord, v o i c i deja beaucoup de c e r t i t u d e s pour une seule v i e h'homme."2 De Noces a u s s i c e t t e c i t a t i o n est s i g n i f i c a t i v e : "Non, c e n ' e t a i t pas moi qui comptais, n i l e monde, mais seulement 1'accord et l e s i l e n c e q u i de l u i a moi f a i s a i t n a i t r e l'amour."3 Et l e c o n f l i t en l u i entre son d e s i r de j o u i r de l a v i e et son exigence de j u s t i c e est evident dans Retour a Tipasa ou i l e c r i t : "Le renoncement a. l a beaute et au bonheur sensuel qui l u i est a t t a c h e , l e s e r v i c e e x c l u s i f du malheur, demande une grandeur q u i me manque. Mais, apres t o u t , r i e n n'est v r a i q u i f o r c e a e x c l u r e . La beaute i s o l e e f i n i t par grimacer, l a j u s t i c e s o l i t a i r e f i n i t par bpprimer. Qui veut s e r v i r l'une a 1'exclusion de 1'autre ne s e r t personne, n i lui-meme, et finalement s e r t deux f o i s 1 ' i n j u s t i c e . " 4 Dans La Femme Adultere Camus p a r l e de r e f r a i c h i s s e m e n t de l'ame puise' dans c e t t e experience: "Les d e r n i e r e s e t o i l e s des c o n s t e l l a t i o n s l a i s s e r e n t tomber l e u r s grappes un peu plus bas sur 1'horizon du d e s e r t , et s'immobiliserent. A l o r s , avec une douceur i n s u p p o r t a b l e , 1'eau de l a n u i t commenca d'emplir Janine, submergea l e f r o i d , monta peu a peu du centre obscur de son %tre et deborda en f l o t s ininterrompus jusqu'a sa bouchepleine de gemissements."5 Done Camus, l ' i n c r o y a n t , est t r e s conscient de f o r c e s s u r n a t u r e l l e s agissant sur l ' e t r e humain. Et s u r t o u t , c'est 44 l e sens a donner a l a mort q u i i n s p i r e l a recherche du bonheur. L'alternance en Camus de l a conscience de l ' a b s u r d i t e , qui se transforme en s o i f de j u s t i c e , et l a j o i e de v i v r e se v o i t dans C a l i g u l a . Les deux personnages de C a l i g u l a et de S c i p i o n r e v e l e n t l e s deux visages de Camus, l e desespere qu i v i s e l ' a b s o l u et l e poete s e n s i b l e a l'harmonie entre l'homme et l a nature. S c i p i o n d i t a C a l i g u l a : "J'y p a r l a i s d'un c e r t a i n accord de l a t e r r e ... et de cet apaisement f u g i t i f et bouleversant qu'y ramene l e s o i r ... c e t t e minute s u b t i l e ou l e c i e l encore p l e i n d'or brusquement bascule et nous montre en un , i n s t a n t son autre f a c e , gorgees d ' e t o i l e s l u i s a n t e s . " Et dans Carnets Camus e c r i t : "Cet accord de l a main et des f l e u r s , c e t t e entente amoureuse de l a t e r r e et de l'homme d e l i v r e de 1'humain. " 7 Examinons maintenant C a l i g u l a . Le so u c i de l ' i n j u s -t i c e de l a mort est l e mobile p r i n c i p a l du caractere de 1 'empereur. C'est par l a mort de sa soeur bien-aimee, D r u s i l l a , q u ' i l apprend l a v e r i t e que "Les hommes meurent et ne sont pas heureux." B r e f , i l devient conscient de l ' a b s u r d i t e et de l ' i n j u s t i c e du d e s t i n humain. Cette r e v e l a t i o n b r u t a l e l e rend fou . I I se r e v o l t e . Des ce moment C a l i g u l a est un desespere, anime de l a s o i f de l ' a b s o l u et de 1 ' i n a c c e s s i b l e . La recherche de l a lune devient l e symbole metaphysique de son besoin de quelquechose d'impossible, son o b l i g a t i o n de creer l a j u s t i c e pour ses s u j e t s et de l e u r donner une lecon de v e r i t e . 45 Confronte par l ' i n j u s t i c e de l a c o n d i t i o n humaine, C a l i g u l a comprend que l e s dieux sent c r u e l s . C'est done par l e chemin de l a cruaute que C a l i g u l a entreprend de s'egaler aux dieux. I I se donne l a puissance a r b i t r a i r e des dieux pour semer partout dans son royaume l a peur, l a haine et l a mort. I I f a i t mourir l e s p a t r i c i e n s s e lon une l i s t e a r b i t r a i r e . I I f a i t mourir l e s pauvres en proclamant l a famine. I I f a i t mourir Mereia dans un exces de rage c a p r i c i e u s e . I I epargne l a v i e a Gherea en d i s a n t : "Admire ma puissance. Les dieux eux-memes ne peuvent pas rendre 1'innocence sans auparavant pumir. Et ton empereur n'a besoin que d'une flamme pour t'absoudre et t ' e n c o u r a g e r . " 9 E x a l t e par c e t t e puissance sans l i m i t e s , C a l i g u l a renvoie Cherea en aj o u t a n t : "Ton empereur attend son repos. C'est sa maniere a l u i de v i v r e et d ' ^ r e heureux."lG B r e f , C a l i g u l a , t r e s l u c i d e , comprend que Cherea va l e t u e r maiSj avec toute 1 * i n d i f f e r e n c e des dieux, i l va l e l a i s s e r f a i r e . P u i s , vers l a f i n de son chemin de d e s t r u c t i o n , au moment d'etrangler Caesonia, G a l i g u l a s ' e e r i e : "Je v i s , j e tue, j'exerce l e pouvoir d e l i r a n t du d e s t r u c t e u r , aupres de quoi c e l u i de createur p a r a i t une s i n g e r i e . " l l C a l i g u l a se sent, a eet i n s t a n t meme, plus puissant que l e s dieux. Cependant, tout de s u i t e apres, a l a vue de Caesonia morte, C a l i g u l a retombe dans l'abime en 12 murmurant: "Mais, t u e r n'est pas l a s o l u t i o n " p u i s , se 46 regardant dans l e m i r o i r , i l avoue l'echec t o t a l de sa recherche: n J e n'aboutis a r i e n . Ma l i b e r t e n'est pas 13 l a bonne." ' Son i t i n e r a i r e de d e s t r u c t i o n n'a mene qu'a sa propre mort. C a l i g u l a est done v i c t i m e du desespoir l e plus c r u e l devant 1 ' i n j u s t i c e de l a mort. Mais pour supprimer l a peur de son d e s t i n m o r t e l , C a l i g u l a a c h o i s i de parodier ce q u ' i l considere comme une i n j u s t i c e d i v i n e . Cette t e n t a t i o n d'exorcisme du mal par l e mal i l l u s t r e l a t r a g e d i e du d e s t i n d'un heros pai'en. Dans L'Etat de Siege i l y a egalement une parodie de l ' i n j u s t i c e d i v i n e . L ' a p p a r i t i o n de l a comete f a i t peur a tout l e monde. Les gens de Cadix se r a p p e l l e n t l a s u p e r s t i t i o n que l a comete presage un f l e a u , l e u r bonheur est menace et l a peur l e s s a i s i t : "La f i n du monde ... l a comete du mal. ... C'est signe de g u e r r e . n ^ Et e n s u i t e , malgre l a proclamation des a u t o r i t e s que r i e n n'a change, l e f l e a u a r r i v e en e f f e t dans l e s personnes de l a Peste et sa S e c r e t a i r e q u i sement l a maladie et l a mort partout. Pour augmenter l a peur s u p e r s t i t i e u s e des gens i l y a des p r e d i c t i o n s de malheur f a i t e s par l ' a s t r o l o g u e et l a s o r c i e r e . Mais encore plus f o r t e est 1'influence du choeur sur l e s f o u l e s . Ses i n c a n t a t i o n s , ses rythmes poetiques et ses evocations de malheur e x c i t e n t l a panique generale. I I y a l e desordre p a r t o u t , des gens qui courent vers l e s portes de l a v i l l e pour s'echapper, 47 des c r i s d falarme, des appels d e r p i t i e . C'est l e jugement d i v i n q u ' i l s c r a i g n e n t , l a c o l e r e des dieux. Une f o i s l e regime t o t a l i t a i r e e t a b l i dans l a v i l l e , l e choeur s e r t de commentateur. I I proclame des malheurs, f a i t e o u r i r des b r u i t s , r enforce l e s tensions de 1 'oppres-s i o n : "Nous e t i o n s un peuple et nous v o l c i une masse. ... A quo! boh c r i e r ? ... P i e t i n o n s . ... Ah.' s i l e vent se l e v a i t . " 1 5 Car i l y a t o u j o u r s l a v i e i l l e s u p e r s t i t i o n que l e vent enleve l a peste, que l e vent de l a mer g u e r i t t o u t . Le vent symbolise pour eux l e s a l u t d i v i n . Toute c e t t e c r a i n t e s u p e r s t i t i e u s e est dominee par l e personnage de l a S e c r e t a i r e de l a Peste, symbole de l a mort a r b i t r a i r e . E l l e exerce l e pouvoir s u r n a t u r e l de f a i r e mourir une personne sur-le-champ en rayant simplement son nom dans son earnet. E l l e provoque a i n s i une peur insensee parmi l e s gens. D'un coup e l l e s a i t subjuguer ses v i c t i m e s et l e s soumettre sans appel a l a volonte de l a Peste. Ceci ressemble f o r t a l a parodie du d e s t i n i n j u s t e a l a q u e l l e se l i v r a i t C a l i g u l a . Mais c e t t e i n j u s t i c e du d e s t i n est i c i r i d i c u l i s e e a 1'extreme par l e personnage bouffon de Nada, dont l e nom s i g n i f i e ce q u ' i l symbolise, r i e n . La S e c r e t a i r e l e designe t r e s t o t dans l a f o u l e et l'epargne a 1 ' e x e c u t i o n de l a Peste en ex p l i q u a n t : 48 " P u i s - j e vous s i g n a l e r que c e l u i - c i a l e genre qui ne c r o i t a r i e n et que ce genre-la nous est bien u t i l e ? " 1 6 Nada s'associe done au regne malin de l a Peste. La S e c r e t a i r e l u i d i t : "Avec un nom p a r e i l , nous avons tout 17 a f a i r e ensemble." Des l e debut Nada, l ' i v r o g n e , l e moqueur, a declare au Juge d'un ton impertinent: " J ' a i l u dans l e s l i v r e s q u ' i l vaut mieux <2tre l e complice du c i e l que sa victime."18 C'est pourquoi Nada q ui ne represente aucun p r i n c i p e v a l a b l e devient c o l l a b o r a t e u r dans l e fonctionnement du nouveau regime a r b i t r a i r e . Tout, l u i est i n d i f f e r e n t . I I n'a peur de personne, i l se moque de tout l e monde, 11 se p l a i t a a d m i n i s t r e r l e s reglements minutieux, c o n t r a -d i c t o i r e s et o p p r e s s i f s de l a Peste. Par exemple: 19 "Ca t ' h u m i l i e , done c'est bon." A "... o h o i s i s s e z de v i v r e a genoux p l u t o t que de mourir debout."20 Nada p a r a i t jouer l e r o l e d'un dieu i n d i f f e r e n t , un 'etre a r b i t r a i r e q u i exerce son pouvoir pour ou contre l e s hommes sel o n ses ca p r i c e s mais tou j o u r s avec un mepris c r u e l et moqueur. C'est d i e u q u i r i t des souffranees de ses c r e a t u r e s . C'est l e hasard q u i se moque d'eux. C'est l e d e s t i n absurde, i n j u s t i c e d i v i n e par ex c e l l e n c e . Nada e s t , en c e l a , pere de C a l i g u l a e t , comme l u i , p o u r r a i t resumer a i n s i son ro'le: 49 "Gn ne comprend pas l e d e s t i n , et c'est pourquoi j e me s u i s f a i t d e s t i n . J ' a i p r i s l e visage bete et incomprehensible des dieux."21 Comme toute l a piece L'Etat de Siege, conpu sous l a forme d'un mystere avec s p e c t a c l e s , porte une s i g n i f i c a t i o n a l l e g o r i q u e , i l est n a t u r e l que 1'aspect metaphysique de 1 ! i n j u s t i c e exerce une i n f l u e n c e e a p i t a l e dans l a trame des evenements. Dans Le Malentendu l e d e s t i n joue l e r o l e p r i n c i p a l . C'est son i n f l u e n c e maligne qui gouverne l e s a c t i o n s des t r o i s personnages, Jan avec sa mere et sa soeur Martha. Le mouvement de l e u r dialogue devient une so r t e de danse macabre comme i l s s'approchent l'un de 1'autre, se r e t i r a n t , h e s i t a n t , se regardant, h e s i t a n t de nouveau, r e c u l a n t encore une f o i s , t o u j o u r s en p r o i e au s i n i s t r e hasard qui l e s pousse ineluctablement vers l e desastre. D'abord Jan r e v i e n t apres une longue absence, desireux de produire une b e l l e s u r p r i s e en se r e v e l a n t a sa mere et a sa soeur comme l e f i l s perdu. C'est l e r e t o u r de l'enf a n t prodigue. I I b r u l e de l e u r d i r e q u ' i l a r r i v e pour l e s rendre heureuses, pour l e s emmener au pays du s o l e i l ; q u ' i l est r i c h e et pret a l e u r o f f r i r l e bonheur. Mais, g'ene par l ' a c c u e i l i n d i f f e r e n t de sa mere et l ' h o s t i l i t e de sa soeur, i l h e s i t e , i l l a i s s e passer 1'occasion, i l a t t e n d , esperant to u j o u r s l e moment propice pour sa d e c l a r a t i o n . La mere, pour sa p a r t , semble h e s i t e r devant l e crime de t u e r cet inconnu. E l l e qui s'est habituee a 50 t u e r l e s c l i e n t s r i c h e s , se sent f a t i g u e e , a un moment de f a i b l e s s e a l a pensee de recommencer, et avoue a sa f i l l e Martha: "... i l y a des s o i r s ou j e me s e n t i r a i s presque des gouts de r e l i g i o n " et quelques i n s t a n t s plus t a r d e l l e a joute: "Je s u i s l a s s e , en e f f e t , et j ' a i m e r a i s qu'au moins c e l u i - l a s o i t l e d e r n i e r . Tuer est t e r r i b l e -ment f a t i g a n t . " 2 3 De son cote e l l e h e s i t e done un i n s t a n t . Cependant Martha, t o u j o u r s resolue d'obtenir suffisamment d'argent pour r e a l i s e r l e u r but de p a r t i r ensemble pour l a t e r r e du bonheur, encourage sa mere et ranime sa r e s o l u t i o n de t u e r c e t t e derniere v i c t i m e : "Nous p a r t i r o n s et ce sera une grande heure! Redressez-vous, mere, i l y a peu a f a i r e . Vous savez bien q u ' i l ne s ' a g i t me^ me pas de t u e r . I I b o i r a son t h e , i l dormira, et tout v i v a n t encore, nous l e porterons a l a r i v i e r e . ... et l a mere reprend:-"... G'est a peine un crime, tout j u s t e une i n t e r -v e n t i o n , un l e g e r coup de pouce donne a des v i e s inconnues. Et i l est v r a i qu'apparemment l a v i e est plus c r u e l l e que nous. C'est peut-'Stre pour c e l a que j ' a i du mal a me s e n t i r coupable."24 I I p a r a i t done que ces femmes ne concoivent pas l e u r acte comme un crime. C'est l e d e s t i n qui est responsable de c e t t e mort, un d e s t i n aveugle et c r u e l . Ces femmes ne font qu'un acte f o r t u i t a f i n d'echapper a l ' i n j u s t i c e de l e u r s o r t . Mais l a danse f a t a l e continue. Les h e s i t a t i o n s de l a mere se heurtent a l a r e s o l u t i o n 51 desesperee de Martha et au d e s i r f r u s t r e de Jan de se f a i r e c o n n a i t r e . A un moment l a mere, par e t o u r d e r i e , a p p e l l e Jan "mon f i l s , " mais me^ ne c e t t e parole n'est pas l a c i e du bonheur. Martha, d'un ton apre, decourage toute conversation amicale avec Jan, l u i f a i t meme remarquer: " J ' a i f a i l l i vous demander de p a r t i r , t a n t votre ton me 25 l a s s a i t . " J Mais encore une f o i s Jan l a i s s e passer l a chance de se sauver. Le d e s t i n a decide de l e pousser vers l a mort et Jan r e s t e . Et a l o r s l a mere, tourmentee d'une inquietude i n e x p l i c a b l e , implore sa f i l l e : "Je s a i s que t u as r a i s o n . Mais avoue que ce voyageur ne ressemble pas aux autres. Et quand Martha exprime son a g i t a t i o n : "... son i n d i s c r e t i o n m ' i r r i t e , l a mere ajoute d'un ton de s u p p l i c a t i o n : "C'est c e l a q ui n'est pas bon. Auparavant nous n'apportions n i c o l e r e , n i compassion a notre t r a v a i l ; nous avions 1 ' i n d i f f e r e n c e q u ' i l f a l l a i t . ... F a u t - i l done s' e n t ^ t e r quand l e s choses se presentent mai et passer par-dessus tout pour un peu plus d'argent? ... pas ce soir."2° Mais Martha, dure, i n s i s t e : "Ce sera ce s o i r ou ce ne sera pas." ' A i n s i se succedent l e s hasards des paroles et des r e a c t i o n s . La mere f a i t meme un d e r n i e r e f f o r t pour epargner ee condamne. Mais e l l e a r r i v e t r o p t a r d . On r e t r o u v e r a c e t t e rntme idee a l a derniere page de La Chute. " I I est t r o p t a r d , maintenant, i l sera t o u j o u r s t r o p t a r d . " ^ ^ 52 La mere est t r o p t a r d , Jan a d e j a bu l e the q u ' i l n'a pas commande mais q u ' i l a accepte par complaisance envers Martha. Malgre l e s i n t u i t i o n s de l a mere, c e l l e - c i a u s s i a cede aux i n s i s t a n c e s de sa f i l l e . Le d e s t i n s'est done accompli, Jan meurt par un a c t e i n d i f f e r e n t , un malentendu. Et l ' i r o n i e d e r i v e d'une s i t u a t i o n ou l e bonheur que Jan s o u h a i t e ardemment o f f r i r a. sa mere et sa soeur est exactement l e p l u s grand reve de ces femmes. Mais l e d e s t i n empeche Jan de se f a i r e c o n n a i t r e , l e d e s t i n f o r c e l e s femmes a l e t u e r a f i n de r e a l i s e r ce reve. Et par ce meme meurtre, un hasard, e l l e s perdent t o u t e p o s s i b i l i t e de r e a l i s e r l e u r bonheur. T e l l e est 1 ' i n j u s t i c e du d e s t i n . Toujours pres des t r o i s p r o t a g o n i s t e s , l e s p e c t a t e u r s i l e n c i e u x de c e t t e danse macabre, c'est l e v i e u x s e r v i t e u r q u i v o i t t o u t mais l a i s s e f a i r e . Tout l e monde l ' a p p e l l e , i l a p p a r a i t , mais i l ne d i t r i e n a personne. I I r e s t e a p a r t . A l a f i n , i l r e f u s e nettement l e s appels de Maria dans l e d e s e s p o i r de sa t r a g e d i e . Ce personnage represente, pour Camus, Dieu i n d i f f e r e n t a. nos s o u f f r a n e e s , sourd a nos c r i s , fondamentalement i n j u s t e . Le r o l e du d e s t i n t r a g i q u e et absurde dans Le  Malentendu se rapproehe, par son importance c a p i t a l e , du t h e a t r e grec que Camus c o n n a i s s a i t a fond. C'est pourquoi l a p i e c e est une des p l u s p e s s i m i s t e s des oeuvres de Camus. On v o i t ces personnages manoeuvres par l e hasard dans l a 53 trame t r a g i q u e , incapables de r i e n f a i r e pour se sauver. Victimes de l ' o r d r e de ce monde qui permet l e regne de l ' i n j u s t i c e , l e s personnages acceptent sans e s p o i r l a f a t a l i t e du d e s t i n . Seule Martha l u i repond en c r i a n t sa haine et sa r e v o l t e . On songe aux paroles du choeur dans Antigone: "Et p u i s , s u r t o u t , c'est reposant, l a t r a g e d i e , parce qu'on s a i t q u ' i l n'y a plus d'espoir, l e s a l e e s p o i r ; qu'on est p r i s , qu'on est e n f i n p r i s comme un r a t , avec to u t l e c i e l sur son dos, et qu'on n'a plus qu'a c r i e r , — p a s a gemir, non, pas a se p l a i n d r e , a gueuler a p l e i n e v o i x ce qu'on a v a i t a d i r e , qu'on a v a i t jamais d i t et qu'on ne s a v a i t peut-etre m§me pas encore."29 Citons i e i Morvan Lebesque dans Camus par Lui-Meme. En p a r l a n t de c e t t e piece i l e c r i t : " I c i naturellement, c'est l e d e s t i n q u i est l ' e s c r o c Camus decoupe done logiquement l a piece en t r o i s a c t e s : 1. l e r e t o u r de Jan 2. son ass a s s i n a t 3» l a decouverte de l a v e r i t e . I I n'y ajoute que l e volume du protagoniste q u i n'est pas Jan^mais sa soeur, Martha; et un personnage, l e De s t i n lui-meme, incarne par un vie u x domestique muet . "30 Et un peu plus l o i n l ' a u t e u r continue: "... l ' a c t i o n tout e n t i e r e repose sur un jeu de hasards. C'est par hasard que l e drame f i n i t mai."31 Jan q u i apporte l e bonheur a ces femmes, e l l e s q u i se servent de l a mort pour r e a l i s e r l e u r v i e , tous l e s t r o i s meurent v i c t i m e s du hasard. Dans ces t r o i s pieces Camus s a t i r i s e l e d e s t i n c r u e l et i n j u s t e q u i a f f l i g e l e s hommes en semant l a douleur et l a mort a r b i t r a i r e s . Examinons maintenant l a derniere p i e c e , Les J u s t e s , 54 ou l a question de 1 ' i n j u s t i c e se pose dans un cadre h i s t o r i q u e . I c i 1*aspect metaphysique ne f i g u r e que dans c e r t a i n s d e t a i l s r e v e l a t e u r s du caractere de K a l i a y e v et de Dora. I I y a l e paradoxe que K a l i a y e v c r o i t en Dieu mais refuse l a r e l i g i o n . Avant de s o r t i r j e t e r l a bombe, Ka l i a y e v se signe devant l ' i c o n e , autrement d i t , i l s'en remet a Dieu. Gependant, dans l a conversation en p r i s o n avec l a Grande-Duchesse, i l r e fuse l ' a p p e l de c e l l e - c i et ne veut n i se r e p e n t i r n i p r i e r avec e l l e pour l a grace de Dieu. Mais 11 ne refuse pas Dieu lui-meme. I I f a i t tout simplement l a d i s t i n c t i o n en l u i posant l a question: "Quel 32 Dieu, l e mien ou l e v S t r e ? " Et pour e x p l i q u e r son r e f u s de l a r e l i g i o n de l a Sainte E g l i s e , K a l i a y e v ajoute: " E l l e a garde l a grace pour e l l e et nous a l a i s s e l e s o i n d'exercer l a charite."33 B r e f , i l r efuse l a grace de Dieu a cause de 1 ' i n j u s t i c e que 1 ' e g l i s e commet contre l e peuple. Dieu pour l u i , c'est 1 ' i d e a l de l a j u s t i c e . Qn reconnait de plus un element metaphysique dans sa conception de mourir pour l'amour de ses confreres dans l a c o n s p i r a t i o n , son d e s i r de l e s r e j o i n d r e dans l a mort. I I s'en explique l o r s q u ' i l expose a l a Grande-Duchesse l e s r a i s o n s pour l e s q u e l l e s i l r efuse de p r i e r avec e l l e : "Je ne compte plus sur l e rendez-vous avec Dieu. Mais, en mourant, j e s e r a i exact au rendez-vous que j ' a i p r i s avec ceux que j'aime, mes f r e r e s q u i ^ pensent a moi en ce moment. P r i e r s e r a i t l e s t r a h i r . " 55 et i l continue: n... Ceux qui s'aiment aujourd'hui doivent mourir ensemble s ' i l s veulent £tre reunis. L ' i n j u s t i c e separe ...vivre separe."35 Cette conception de l T u n i o n dans l a mort comporte certainement un element metaphysique. Kaliayev refuse l a grace de Dieu a f i n de trouver l a s o l i d a r i t e avec ses camarades, mais c T e s t une s o l i d a r i t e dans l'au-dela, done une s o l i d a r i t e s p i r i t u e l l e . On trouve une reaction p a r e i l l e dans l e s paroles de Dora au moment ou. Kaliayev doit mourir sur l'echafaud. En pensant a l a mort de Kaliayev qu'elle aime, e l l e a f r o i d . E l l e semble s e n t i r deja l a presence de l a mort. De plus, e l l e tremble, e l l e se sent fatiguee. E l l e a un moment de f a i b l e s s e . E l l e commence a douter de l a j u s t i f i c a t i o n de cette mort en s'ecriant: "Et s ' i l mourait pour rien?"^ Et alors e l l e confie sa r e f l e x i o n a Annenkov: "Aimer, oui, mais etre almee! ... Non, i l faut marcher. ... Mais l a sale i n j u s t i c e c o l l e a nous. ... L'amour plutot que l a justice. " 3 7 '-Enf i n au moment ou e l l e s a l t que Kaliayev est mort, que pour e l l e son amour est perdu, e l l e demande a son chef l e p r i v i l e g e de lancer l a prochaine bombe, tache jamais confiee a une femme dans 1'Organisation. Cependant, devant son insistance, l e s autres cedent. II est evident que Dora veut mourir aussi sur l'echafaud pour retrouver a i n s i l'amour de Kaliayev, car e l l e murmure, en pleurant: 56 "Yaneki Une nuit f r o i d e , et l a meme corde! Tout sera plus f a c i l e maintenant.t t3# E l l e aussi concoit l a mort comme 1'union avec tous l e s eamarades morts. Mais surtout e l l e symbolise 1'union avec Kaliayev qu'elle aime. C'est i c i l a meme f o i qui animait aux s i e c l e s passes l e s amoureux martyrises. Eux, i l s avaient l a s o i f de l a mort a f i n de pouvoir se rejoindre heureux dans 1'autre monde. Pour ces t e r r o r i s t e s qui ne croient pas en Dieu, une meme s o i f de mourir l e s a t t i r e , comme s i cette mort e t a i t une p u r i f i c a t i o n , un r i t e . Mais i l s'agit de retrouver l a s o l i d a r i t e symbolique avec leurs eamarades dans ee monde, ce monde t e r r e s t r e rendu juste et heureux par l e s a c r i f i c e de leur v i e , s a c r i f i c e dont l ' e f f e t p r o f i t e r a a ceux qui suivront. II faut c i t e r i e i Camus dans L'Homme Revolte: "Jusque-la, ceux qui devaient mourir s'en remet-taient a Dieu contre l a j u s t i c e des hommes. Mais quand on l i t l e s declarations des condamnes de cette periode, on est frappe de v o i r que tous, sans exception, s'en remettent, contre leurs juges, a l a ju s t i c e d'autres hommes, encore a venir."39 II ne s'agit done pas i c i , comme dans l e s autres pieces, d'une parodie d'un destin absurde symbolisant l ' i n j u s t i c e supreme des dieux sourds a nos c r i s de revolte contre l a mort et l a souffranee, mais plutot d'un d e f i a cette mort et cette souffrance, par une croyanee a l a force d'un amour capable de se transmettre a.nos frer e s humains a travers l a souffrance et au-dela de l a mort. 57 Nous voyons que l ' i n j u s t i c e devant l'homme se repand partout dans l e s re l a t i o n s humaines, e l l e s'insinue dans tous l e s coins de l a v i e . E l l e est, chez Camus, essen-tiellement i n j u s t i c e de l a mort absurde et de l a souffrance i n u t i l e s d i s t r i b u t e s au hasard par l e destin. Dans son theatre e l l e s'associe avec l e c o n f l i t et l a violence. 58 Notes sur l e Chapitre I I I 1 Camus, Noces, G a l . , p. 68. 2 I b i d . , p. 66. 3 I b i d . , p. 4 Camus, L'Ete, G a l . , p. 147. 5 Camus, L ' E x i l et l e Royaume, G a l . , p. 40, 6 Camus, C a l i g u l a , G a l . , pp. 162-163. 7 Camus, Carnets, p. 75. 8 C a l i g u l a , p. 112. 9 I b i d . , p. 192. 10 I b i d . 11 I b i d . , p. 224. 12 I b i d . , p. 225. 13 I b i d . , p. 226. 14 Camus, L'Etat de Siege, pp. 16-17. 15 I b i d . , pp. 131-132. 16 I b i d . , p. 74. 17 I b i d . , p. 112. 18 I b i d . , p. 23 19 I b i d . , p. 124. 20 I b i d . , p. 129. 21 C a l i g u l a , p. 176. 22 Camus, Le Malentendu, G a l . , p. 14. 23 I b i d . , p. 18. 59 24 I b i d . , p. 44. 25 I b i d . , p. 44* 26 I b i d . , pp. 48-49. 27 I b i d . , p. 50. 28 Gamus, La Chute, p. 170. 29 A n o u i l h , Antigone, p. 52. 30 Morvan Lebesque, Gamus par L u i -31 I b i d . , p. 52. 32 Gamus, Les J u s t e s , p. 169. 33 I b i d . , p. 170. 34 I b i d . , p. 172. 35 I b i d . , pp. 173-174. 36 I b i d . , p. 191. 37 I b i d . , p. 197. 38 I b i d . , p. 212. 39 Camus, LTHomme Revolt e , p. 207. DEUXIEME PARTIE  L'HOMME DEVANT L'INJUSTICE SOCIALE CHAPITRE PREMIER L'HOMME DEVANT L'INJUSTICE SQCIALE  AU NIVEAU POLITIQUE Dans Le P a r i de Notre Generation, 1'Interview donnee a Demain l e s 24-3© octobre 1957 au moment ou i l recut l e P r i x Nobel, Camus d e c l a r a i t son p a r t i p r i s dans l a r e v o l t e contre l ' i n j u s t i c e de son temps: "Dans l e s l u t t e s du s i e c l e , j e me s u i s t o u j o u r s s e n t i s o l i d a i r e des o b s t i n e s , de ceux, en p a r t i c u l i e r , q u i n'ont jamais pu desesperer d'un c e r t a i n honneur. J ' a i partage et j e partage beaucoup des d e l i r e s contemporains. Mais j e n ' a i jamais pu me resoudre a cracher, comme ta n t d'autres, sur l e mot d'honneur. Sans doute parce que j ' a v a l s et j ' a i conscience de mes f a i b l e s s e s d'homme et de mes i n j u s t i c e s , parce que j e sava i s et s a i s i n s t i n c t i v e m e n t que l'honneur est comme l a p i t i e , c e t t e v e r t u deraisonnable q u i v i e n t prendre l e r e l a i s de l a j u s t i c e et de l a r a i s o n devenues • impuissantes. ... j e deteste 1'affreuse morale du monde et j e l a deteste parce q u ' e l l e a b o u t i t , exacte-ment comme l e cyhisme abso'lu, a desesperer l e s hommes et a l e s emp&cher de prendre en charge l e u r propre v i e avec son poids de faute s et de grandeur. Le but de l ' a r t , l e but d'une v i e ne peut e t r e que d ' a c c r o i t r e l a somme de l i b e r t e et de r e s p o n s a b i l i t e q ui est dans chaque homme et dans l e monde."1 V o i l a l a d e c l a r a t i o n de Camus sur sa s o l i d a r i t e avec l'homme dans sa l u t t e pour l a j u s t i c e et l a grandeur de l a v i e . C'est son a f f i r m a t i o n de l a d i g n i t e humaine q ui ne peut se r e a l i s e r que dans l a l i b e r t e . I I est evident, dans l e th e a t r e de Camus, que c e r t a i n s r e s i s t a n t s , c e r t a i n s r e v o l t e s , expriment ses 61 62 p r i n c i p e s dans l e c o n f l i t c o n t r e l ' i n j u s t i c e . D'autres personnages, p a r l e u r a c c e p t a t i o n ou l e u r egolsme, i n c a r n e n t l e s a s p e c t s de l a c h e t e et d ' i n d i f f e r e n c e que Gamus condamne. I I n ' e s t pas a c o n c l u r e eependant que ces personnages ne sont que des automates pour p r o c l a m e r une p r o f e s s i o n de f o i ou c r i e r un d e f i . Ce ne sont pas non p l u s des hommes d'un c a r a c t e r e r e a l i s t e , t e l s que nous l e s voyons dans l a v i e c o u r a n t e . R.M. A l b e r e s e x p l i q u e a i n s i l a c o n c e p t i o n de ces personnages: "... d e r r i e r e l e s f a i t s c o n c r e t s , l e s e p i s o d e s , l e s g e s t e s et l a p a r o l e q u i f o n t l a trame de l a f i c t i o n , l ' e c r i v a i n v i s e l a r e a l i t e p rofonde de chaque e t r e , " et a u s s i "... ce s t y l e l i t t e r a i r e q u i ne met en scene l e s a c t e s humains que pour s ' a t t a c h e r a l e u r sens second, c ' e s t - a - d i r e a l e u r ' v a l e u r ' dans l ' A b s o l u ... l ' a f f i r m a t i o n de l'homme c o n t r e l ' h o s t i l i t e du monde ... chez un Gamus."^ I I f a u t a n a l y s e r l e s r e a c t i o n s des personnages de Gamus devant l e s d i v e r s e s formes de l ' i n j u s t i c e . On p o u r r a a i n s i s u i v r e 1 ' e v o l u t i o n de s a pensee s u r l a r e v o l t e e t s u r l a r e a l i s a t i o n de l a j u s t i c e s o c i a l e , " a f f i r m a t i o n s de l'homme c o n t r e l ' h o s t i l i t e du monde."'4' Dans 1'etude des t r o i s c a t e g o r i e s d ' i n j u s t i c e q u i oppriment l e monde, on a d e j a d e s i g n e l a n a t u r e de l ' i n j u s t i c e et ses v i c t i m e s a chaque n i v e a u . I I s ' a g i t m aintenant de c h o i s i r l e s r e b e l l e s et examiner l e u r s moyens de r e s i s t a n c e . En m&me temps i l f a u t n o t e r l e s personnages q u i a c e e p t e n t l ' i n j u s t i c e ou q u i c o l l a b o r e n t avec e l l e , c a r 63 eux a u s s i r e v e l e n t l e p a r t i p r i s par Gamus. D ' a i l l e u r s comme l e jeu de l a r e v o l t e se passe sur l a scene, l e spectateur va se tro u v e r engage dans l e c o n f l i t . Les r e b e l l e s naturellement dominent l a scene. l i s se r e v o l t e n t contre l ' i n j u s t i c e a tous l e s niveaux de l a v i e . Leur r e s i s t a n c e est a u s s i complexe que l ' i n j u s t i c e q u ' i l s attaquent. Tantfrt l e u r s moyens c o n s i s t e n t en a c t i o n p o l i t i q u e , t a n t 8 t en i n f l u e n c e psychologique. Dans l e th e a t r e de Gamus on pense tou t de s u i t e a c e r t a i n s grands r e b e l l e s qui sement l a d e s t r u c t i o n et l a v i o l e n c e , G a l i g u l a , Martha, Nada, et meme Stepan q u i v o u l a i t s u i v r e ce cours, mais dans l e but d"aider l e s v i c t i m e s . D'autre part i l y a l e s champions de l a j u s t i c e et du bonheur, ceux q u i i n s i s t e n t sur 1 " a f f i r m a t i o n de l a v i e avec ses v a l e u r s humaines, sa j o i e et sa beaute Diego, Gherea, S c i p i o n , K a l i a y e v et Dora avec l e u r s camarades,et Jan. Ces gens rea g i s s e n t de toutes l e u r s f o r c e s . I l s provoquent en me'me temps une r e a c t i o n de ceux qui l e s < entourent. Toute 1 * i n t r i g u e du th e a t r e de Camus depend du c o n f l i t entre l e s i n j u s t e s et l e u r s v i c t i m e s . Essayons de deceler l e s idees de Camus a chaque niveau de l a l u t t e , p o l i t i q u e , psychologique et metaphysique, a mesure que l e dramaturge se r e v e l e a t r a v e r s ses personnages et dans l a trame de l e u r v i e . 64 Pour commencer au plan p o l i t i q u e , quels r e v o l t e s trouve-t-on dans C a l i g u l a contre l e despotisme de l fempereur, base sur l a cruaute et l a mort? En face d'une t e l l e v i o l e n c e i l n'y a aucun recours e f f i c a c e que l a v i o l e n c e et l e meurtre: pour c e t t e r a i s o n , l a p l u p a r t des v i c t i m e s de C a l i g u l a en subissent l e s coups. I l s esperent a i n s i e v i t e r l a c o l e r e de ce bourreau et se sauver l a v i e . Meme l e s p a t r i c i e n s , a u t r e f o i s f o r t s et p r i v i l e g i e s , maintenant laches et meprisables dans l e u r egoi'sme, acquiescent a l a volonte ou aux c a p r i c e s de l e u r empereur fou et t o u t -puissant .. I l s n'osent n i p r o t e s t e r n i p a r l e r de r e s i s t e r , s i ce n'est entre eux. C'est seulement au bout de t r o i s ans de c e t t e t y r a n n i e demente que, r e u n i s chez Cherea, et enrages et f r u s t r e s par l a peur et 1 ' h u m i l i a t i o n imposees sans cesse par C a l i g u l a , i l s se decident a attaquer l e p a l a i s sur-le-champ. Cependant au moment ou i l s brandissent l e u r s armes et se p r e c i p i t e n t vers l a s o r t i e , Cherea entre et l e s a r r e t e en demandant, calmement et avec un c e r t a i n dedain, l a r a i s o n de c e t t e f u i t e insensee. I I l e u r s i g n a l e l e s dangers d'agir dans l a passion d'un moment, l'echec i n e v i t a b l e d'un a t t e n t a t premature. Cherea s e u l parmi eux n'a pas peur de 1'empereur. I I est done capable d'un jugement raisonne. I I proclame que l u i a u s s i s'oppose a 1'empereur et veut ardemment l e supprimer. Mais i l d i t franchement aux p a t r i c i e n s egoxstes "Je veux que l e s choses so i e n t c l a i r e s . Car s i j e s u i s avec vous, j e ne s u i s pas 65 5 pour vous." Cherea declare alors ses raisons i d e a l i s t e s pour l u t t e r et commence son analyse de l a nature de l'ennemi, l a f o l i e calculee de son administration tyrannique. Contre l e d r o i t , I'empereur oppose l a force. "II transforme sa 6 philosophie en cadavres." d i t Cherea et ajoute: "Mais vous ne detruirez pas cette puissance injuste en l'abordant de fr o n t , ... i l faut ruser avec l a mechancete desinteres-see." 7 Et l e premier p a t r i c i e n , qui avait parle d'agir par vengeance, admet que Cherea a raison en disant "Cherea, t u as bien parle .... II est trop tot pour a g i r : ... veux-tu guetter avec nous l e moment de conclure?" Cherea s'engage done a conspirer avec l e s patriciens contre l a vie de Cali g u l a , mais seulement quand l a s i t u a t i o n semblera propice et, seulement dans l e but de restaurer 1'ordre et l e sens du monde. Ces victimes doivent continuer pendant quelque temps a subir l'inhumanite et l e regne de terreur de leur empereur. Pendant cette attente, Cherea, courageux mais d i s c r e t , r e u s s i t a ev i t e r ses pieges. Meme quand Caligula t i e n t entre ses mains 1'evidence du complot organise par Cherea contre l u i , I'empereur decide, par un caprice, de demontrer sa toute-puissance en epargnant l a vie a Cherea au l i e u de l e condamner a mort. C'est a i n s i que Cherea, toujours digne et courageux, 66 s u r v i t pour o r g a n i s e r 1 ' a t t e n t a t d'une centai n e de conjures contre C a l i g u l a . I l s ont attendu l e moment ou 1'empereur, ayant seme l a mort p a r t o u t , se trouve s e u l contre t o u t Rome. I I v i e n t de t u e r a r b i t r a i r e m e n t Caesonia q u i l ' a i m a i t t o u j o u r s . I I n'y a que H e l i c o n , son c o l l a b o r a t e u r f i d e l e , q u i r e s t e . L u i meurt, poignarde, au moment de c r i e r l'alarme a son maitre q u i tombe sous l e s coups des c o n s p i r a t e u r s . C'est e n f i n par l a mort que l e s r e v o l t e s repondent a l ' i n j u s t i c e p o l i t i q u e de C a l i g u l a . Mais i l a f a l l u l e courage et l a l u c i d i t e de Cherea pour o r g a n i s e r et accom-p l i r l ' a s s a s s i n a t du t y r a n . I I e s t evident d ' a i l l e u r s que Cherea est un de ces r e v o l t e s dont p a r l e Camus dans L'Homme Re v o l t e , et q u ' i l a " c e t t e n o t i o n du depassement de l ' i n d i v i d u dans un b i e n desormais commun. ... S i l ' i n d i v i d u accepte de mourir, et meurt a 1'occasion, dans l e mouvement de sa r e v o l t e , i l montre par l a q u ' i l se s a c r i f i e au b e n e f i c e d'un b i e n dont i l estime q u ' i l deborde „ Q sa propre d e s t i n e e . " Des l e commencement, Cherea aecepte l e danger de s'opposer a l a v o l o n t e de C a l i g u l a , de r e f u s e r 1 ' h u m i l i a t i o n et l e mensonge que c e l u i - c i veut imposer a t o u s . Cherea s a i t q u ' i l r i s q u e l a mort a t o u t moment, mais, l u c i d e et r a i s o n n a b l e , i l l u t t e pour l ' o r d r e et l a d i g n i t e de l a v i e . I I d e c l a r e aux p a t r i c i e n s : "Perdre l a v i e e s t peu de chose et j ' a u r a i ce courage quand i l l e f a u d r a . Mais v o i r 67 d i s s i p e r l e sens de c e t t e v i e , d i s p a r a i t r e n o t r e r a i s o n d ' e x i s t e r , v o i l a ce q u i e s t i n s u p p o r t a b l e . " " ^ E t p u i s i l e x p l i q u e franchement a ces egoi'stes son but de r e a l i s e r l a j u s t i c e a p r e s a v o i r a c c o m p l i c e t a c t e de v i o l e n c e c o n t r e l e d e s p o t e : "comprenez que j e ne s u i s avec vous que pour un temps. Je ne s e r v i r a i e n s u i t e aucun de vos i n t e r e s t s , d e s i r e u x seulement de r e t r o u v e r l a p a i x dans un monde a nouveau coherent.""1"'*" Dans l e monde de d e s t r u c t i o n , de p e u r , de h a i n e et d ' h y p o c r i s i e c r e e p a r I'empereur f o u , Gherea r e p r e s e n t e 1'ordre et l a v a l e u r de l a d i g n i t e humaine. En t o u t e l u c i d i t e , i l comprend 1 ' a t t i t u d e absurde q u i anime 1 ' e s p r i t de C a l i g u l a e t i l l a r e f u s e de t o u t e s s e s f o r c e s . C'est p o u r q u o i i l consent a l ' a s s a s s i n a t pour d e t r u i r e c e t t e p u i s s a n c e m a l i g n e . Pour Cherea l a mort de C a l i g u l a sym-b o l i s e l e commencement d'un n o u v e l o r d r e ou l ' o n p o u r r a -t r a v a i l l e r pour c r e e r l a j u s t i c e e t l e bonheur dans un monde l i b r e . Dans L 'Btat de S i e g e i l e x i s t e une o p p r e s s i o n p o l i t i q u e p a r e i l l e a c e l l e de C a l i g u l a . Les h a b i t a n t s de Gad i x so n t soumis a un systeme t o t a l i t a i r e q u i l e s p r i v e de t o u t d r o i t et de t o u t e l i b e r t e . Gependant l a peur de l a mort qu'exerce l a P e s t e pour m a i n t e n i r l a t y r a n n i e d e r i v e d'un p o u v o i r metaphysique. La r e v o l t e se forme l e p l u s souvent a t r a v e r s des f o r c e s p s y c h o l o g i q u e s , p a r exemple, l a r e s i s t a n c e nee du courage q u i r e f u s e l a peur. 68 Neanmoins dans l e s m a n i f e s t a t i o n s de r e v o l t e contre l e systeme p o l i t i q u e on note c e r t a i n s actes r e b e l l e s . Animes de l e u r nouveau courage, l e s citoyens de Cadix effacent l e s e t o i l e s o b l i g a t o i r e s , arrachent l e u r s b a i l l o n s , criemt a haute v o i x l e u r l i b e r t e , d e t r u i s e n t l e u r s c e r t i f i c a t s , crevent l e s v i t r e s des bureaux a d m i n i s t r a t i f s . Cette r e v o l t e n'est pas encore t r e s f o r t e , i l y a parmi l e peuple ceux q u i h e s i t e n t , qui ecoutent l a parole t e n t a t r i c e de l a S e c r e t a i r e : "Et p u i s , ce n'est plus au peuple a f a i r e l a r e v o l u t i o n . ... La p o l i c e aujourd'hui s u f f i t a t o u t , meme a renverser l e gouvernement. Cela ne v a n i t - i l pas mieux, apres tout? Le peuple peut a i n s i se reposer pendant que quelques bons e s p r i t s pensent pour l u i et decident a sa place de l a q u a n t i t e de bonheur qui l u i sera favorable."12 Ces mots provoquent l e degout immediat du pecheur mais obtiennent l ' a p p u i de c e r t a i n s citoyens t i m i d e s e e r t a i n e s femmes s'approchent a t t i r e e s par l e s mots "accommodements" et "une bonne c o n c i l i a t i o n . " Repondant a l'homme qui demande de quels arrangements p a r l e l a S e c r e t a i r e , c e l l e - c i suggere d'un a i r faussement doux "... nous pourrions c o n s t i t u e r avec vous un comite q u i d e c i d e r a i t , a l a * 13 m a j o r i t e des v o i x , des r a d i a t i o n s a prononcer." V o i l a que se montrent des gens p r e t s a t r a n s i g e r avec l ' o r d r e i n j u s t e a f i n de s'epargner l a peine de se r e v o l t e r . Cette d e f a l l i a n c e d i v i s e l e peuple. Cela permet a l a Peste de proclamer de nouveau l e regime d e s t r u c t e u r , " l e beau s i l e n c e des s o c i e t e s p a r f a i t e s . " ^ 4 A l o r s l a l u t t e s'acharne centre l a Peste. Les gens r a l l i e s par Diego r e s i s t e n t aux nouveaux reglements, et de t r u i s e n t l e s symboles de 1*oppression, l e g a r r o t , l e s slogans e t c . B r e f , i l s refusent d'obeir. Le r o l e de Diego dans c e t t e r e s i s t a n c e p o l i t i q u e est l i m i t e . Dans tout c e l a Diego joue en e f f e t un r o l e important, mais i l ne c o n s i s t e pas en a c t i o n p o l i t i q u e . Diego a g i t p l u t o t pour i n c i t e r a l a desobeissance et i n s p i r e r l e courage. I I faut analyser son r o l e au niveau psychologique. Dans L'Homme Revolte Camus e c r i t au s u j e t des con s p i r a t e u r s de sa piece Les Jus t e s : "Mais par l e u r mort, au moins, i l s v i s e n t a r e c r e e r une communaute de j u s t i c e 15 et d'amour. ..." V o i l a l e mobile de l e u r r e v o l t e p o l i t i q u e . Leur i t i n e r a i r e v i o l e n t q u i l e s mene a t u e r et mourir, s o i t par l a t e r r e u r , s o i t sur l a potence, temoigne de l a s i n c e r i t e de l e u r f o i p o l i t i q u e . Citons i c i l e u r chef Annenkov: "Toute l a Russie saura que l e grand-due Serge a ete execute a l a bombe par l e groupe de^combat du p a r t i s o c i a l i s t e * r e v o l u t i o n n a i r e pour hater l a l i b e r a t i o n du peuple russe. La cour i m p e r i a l e apprendra a u s s i que nous sommes decides a exercer l a t e r r e u r jusqu'a ce que l a t e r r e s o i t rendue au peuple."16 Des l e premier moment de l a piece l e spectateur est conscient du danger constant que ces jeunes r e b e l l e s subissent volontairement dans l e u r enthousiasme de s e r v i r l e u r cause par l ' a c t i o n p o l i t i q u e . 70 Le reteur, de son p l e i n gre, de Stepan au cercle des t e r r o r i s t e s souligne son devouement. Ge passionne de ju s t i c e vient de renoncer a. l a l i b e r t e de vivre en Suisse ou i l a pu s 1evader apres t r o i s ans comme prisonnier p o l i t i q u e . Pourquoi ce recommencement volontaire de l a vie dure et dangereuse des conspirateurs? V o i c i 1*expres-sion de son credo a l t r u i s t e : "La l i b e r t e est un bagne aussi longtemps qu'un seul homme est asservi sur l a t e r r e . J'etais l i b r e et je ne cessais de penser a l a Russie et a ses esclaves. " 1 7 On y reconnait l a voix de Camus qui trouve l a valeur de l a vie dans l a s o l i d a r i t e avec son prochain, victime de l ' i n j u s t i c e . Cependant Stepan se revele tout de suite l ' i n t r a n s i -geant qui vise 1 'absolu de son o b j e c t i f sans he s i t e r un instant sur l a v a l i d i t e des moyens. La revolte, pour Stepan, se manifeste par l'obeissance t o t a l e aux ordres de 1 'Organisation. Impatient d'agir de nouveau dans l a terreur, i l l e declare a Annenkov tout de s u i t e : "Nous tuerons ce bourreau. Tu es l e chef, Boria, et je t ' o b e i r a i . ... II faut une d i s c i p l i n e . ... D i s c i p l i n e s , nous tuerons l e grand-due et nous abattrons l a tyrannie. " 1 ° A ce point -Camus se revele dans l a reponse d'Annenkov: "Je n'ai pas besoin de t a promesse, Stepan. Nous sommes tous f r e r e s . " 1 9 V o i l a l e respect de l a conscience i n d i v i d u e l l e , de l a dignite humaine qui doit agir en toute l i b e r t e . C'est 71 a i n s i que Camus annonee l e c o n f l i t et l a t e n s i o n q u i se developpent entre l e s membres du groupe, un c o n f l i t en grande p a r t i e pyschologique mais qui i n f l u e n c e l e u r a c t i o n p o l i t i q u e . Gn v o i t se heurter l e s deux p o i n t s de vue dans l a q u e r e l l e q u i e c l a t e apres l'echec de K a l i a y e v . Stepan ne v o i t que l a desobeissance au p a r t i , condamne l a f a i b l e s s e de K a l i a y e v et s i g n a l e l e s r i s q u e s auxquels ce d e l a i va exposer l e s c o n s p i r a t e u r s . Contre l u i , Annenkov et l e s autres declarent l e u r s scrupules q u i l e s font h e s i t e r devant l a mort des innocents. B r e f , i l s expliquent pour-quoi i l s sont des "meurtriers d e l i c a t s " ; pourquoi i l s i n s i s t e n t sur l e respect de l a v i e humaine tout en exereant l a t e r r e u r ; pourquoi, l e u r o r g a n i s a t i o n va perdre toute j u s t i f i c a t i o n s ' i l s sement l a t e r r e u r au hasard. Selon l e u r s p r i n c i p e s , l a t e r r e u r d o i t e t r e l i m i t e e a f i n de r e s t e r une arme e f f i c a c e pour creer l a j u s t i c e p o l i t i q u e . Stepan declare son exigence de l a t e r r e u r t o t a l e : » 2 0 "Rien n'est defendu de ce qui peut s e r v i r notre cause," et son but absolu: " A l o r s e h o i s i s s e z l a c h a r i t e et gu e r i s s e z seulement l e mai de chaque j o u r , non l a r e v o l u -2 1 t i o n q u i veut g u e r i r tous l e s maux, presents et a v e n i r . " Et de sa t i r a d e v i o l e n t e v o i c i l e s accusations q u ' i l lance aux au t r e s : "... La v e r i t e e s t que vous ne c r o y e z pas a l a r e v o l u -t i o n . ... S i vous y c r o y i e z t o t a l e m e n t , completement, s i vous e t i e z s u r s que p a r nos s a c r i f i c e s et nos v i c t o i r e s , nous a r r i v e r o n s a bStir une R u s s i e l i b e r e e du d e s p o t i s m e , une t e r r e de l i b e r t e q u i f i n i r a p a r r e c o u v r i r l e monde e n t i e r , s i vous ne d o u t i e z pas q u ' a l o r s , l'homme, l i b e r e de ses maa^tres et de ses p r e j u g e s , l e v e r a v e r s l e c i e l l a f a c e des v r a i s dieux, que p e s e r a i t l a mort de deux e n f a n t s ? " 2 2 V o i l a l a v o i x de Gamus q u i v i s e 1 ' a b s o l u de l a j u s t i c e , q u i e x i g e l a l u t t e t o t a l e , q u i d e s i r e ardemment engager t o u s l e s ' hommes j u s t e s dans l e combat c o n t r e l a t y r a n n i e , b r e f , c e l l e q u i demande l ' a t t a q u e p o l i t i q u e sans p i t i e . C o n t r e l a d u r e t e de Stepan s ' e l e v e n t l e s v o i x de l a compassion, de l a s e n s i b i l i t e , de l a t o l e r a n c e . C'est l a v o i x h u m a n i t a i r e de Gamus, c e l l e q u i aime l a v i e , c e l l e q u i a f f i r m e l e d r o i t au bonheur, C e l l e q u i r e s p e c t e l e s i n n o c e n t s . I I y a d'abord Dora q u i v o i t c l a i r mais q u i p a r l e du coeur a- -Stepan: "Guvre l e s yeux e t comprends que 1 ' O r g a n i s a t i o n p e r d r a i t s e s p o u v o i r s e t son i n f l u e n c e s i e l l e t o l e r a i t , un s e u l moment, que des e n f a n t s f u s s e n t b r o y e s p a r nos bombes. ... Et s i l ' h u m a n i t e e n t i e r e r e j e t t e l a r e v o l u t i o n ? E t s i l e p e u p l e , pour q u i t u l u t t e s , r e f u s e que ses e n f a n t s s o i e n t t u e s ? F a u d r a -t - i l l e f r a p p e r a u s s i ? ' . . . L'amour n'a pas ce v i s a g e . " I I y a Annenkov q u i v e u t r e m p l i r ses f o n c t i o n s de chef dans 1 ' e s p r i t f r a t e r n e l de l i b e r t e p l u f o t que p a r 1 ' i m p o s i t i o n des o r d r e s . Aux e x p l i c a t i o n s de K a l i a y e v pour son echec, Annenkov repond avec g e n e r o s i t e : "Je s u i s l e r e s p o n s a b l e . " E t a l a v i o l e n c e des a c c u s a t i o n s 73 de Stepan: "Stepan, nous oublierons ce que t u viens de d i r e , en c o n s i d e r a t i o n de ce que t u as f a i t pour nous et avec nous. ... I I s ' a g i t de s a v o i r , s i , tout a 1'heure, nous lancerons des bombes contre ces deux enfants."25 Et surtout i l y a K a l i a y e v , poete s e n s i b l e , dont l a d e f a l l i a n c e est en question: "Regardez-moi, f r e r e s , regarde-moi, B o r i a , j e ne s u i s pas un lstche, j e n ' a i pas r e c u l e . Je ne l e s a t t e n d a i s pas. ... Ges deux p e t i t s visages s e r i e u x et dans ma main, ce poids t e r r i b l e . G'est sur eux q u ' i l f a l l a i t l e l a n c e r . A i n s i , tout d r o i t . Oh, non! Je n ' a i pas pu."26 C'est l e " m e u r t r i e r d e l i c a t " qui p a r l e a i n s i , cepen-dant i l d e clare un moment plus t a r d sa soumission aux ordres de 1'Organisation: "Je v o u l a i s me t u e r . Je s u i s revenu parce que ... vous etiez.mes s e u l s juges. ... S i vous decidez q u ' i l f a u t t u e r ces enfants, j ' a t t e n d r a i l a s o r t i e du theatre et j e l a n c e r a i s e u l l a bombe sur l a caleche, . ... j ' o b e i r a i a 1'Organisation."27 Et comme l e debat avec Stepan s'acharne, K a l i a y e v i n s i s t e sur sa p r o b i t e p e r s o n n e l l e : "Les hommes ne v i v e n t pas que de j u s t i c e . ... De j u s t i c e et d'innocence." "Mais moi, j'aime ceux qui v i v e n t aujourd'hui sur l a meme t e r r e que moi, et c'est eux que j e sauve. C'est pour eux que j e l u t t e et que j e consens a mourir. ... Je n ' i r a i pas a j o u t e r a l ' i n j u s t i c e v i v a n t e pour une j u s t i c e morte ... t u e r des enfants est c o n t r a i r e a 1'honneur. E t , s i un j o u r , moi v i v a n t , l a r e v o l u t i o n d e v a i t se separer de 1'honneur, j e m'en detournerais. S i vous l e decidez, j ' i r a i t out a 1'heure a l a s o r t i e du t h e a t r e , mais j e me j e t t e r a i sous l e s chevaux."29 On p o u r r a i t resumer l e c o n f l i t sur l e s moyens d'action dans l e s paroles de Stepan: "Nous sommes des m e u r t r i e r s et nous avons c h o i s i de l ' e t r e . " et l a r i p o s t e de K a l i a y e v : "Non, j ' a i c h o i s i de mourir pour que l e meurtre ne triomphe pas. J ' a i c h o i s i d ' e t r e i n n o c e n t . " - ^ Camus nous presente done l e n i h i l i s m e de Stepan oppose a l ' a f f i r m a t i o n de l a v a l e u r de l a v i e humaine, ce q u i exige l a j u s t i f i c a t i o n de chaque acte de v i o l e n c e . I I e st a. remarquer que Stepan cede aux a u t r e s . Neanmoins, malgre l e u r d i v i s i o n , tous l e s membres sont d'accord sur l e u r d e v o i r de prendre p a r t a 1 ' a c t i o n t e r r o r i s t e . C'est l e mobile fondamental q u i l e u r donne l'enthousiasme et l e courage d ' a g i r ensemble jusqu'a l a mort. C'est l a l e paradoxe de l e u r s i t u a t i o n . I l s r e a l i s e n t l a v a l e u r de l e u r v i e seulement e n - l a perdant a f i n de s e r v i r l a cause de l a j u s t i c e pour l e s a u t r e s et l ' a v e n i r . I l s tr o u v e n t l e u r bonheur dans l a s o l i d a r i t e de l e u r groupe, 1 ' e s p r i t d'equipe s i cher a Camus. Voinov resume c e t t e i d e e : " J ' a i compris q u ' i l ne s u f f i s a i t pas de denoncer l ' i n j u s t i c e . I I f a l l a i t donner sa v i e pour l a eom-b a t t r e . Maintenant, j e s u i s h e u r e u x . " 3 1 Et K a l i a y e v , j u s t e avant de s o r t i r l a n c e r l a bombe, r i t et p l a i s a n t e avec Dora et s'exclame: "... Dora, i l f a u t e t r e g a i e , , i l f a u t e t r e f r e r e . La beaute e x i s t e , l a j o i e e x i s t e l ... Dora, t u t e souviens' de ces v e r s . Tu s o u r i s ? Comme j e s u i s heureux. ..."32 Et a Stepan q u i 1'accuse de f r i v o l i t e : "J'aime l a v i e . Je ne m'ennuie pas. Je s u i s entre dans l a r e v o l u -33 t i o n parce que j'aime l a v i e . " ^ 75 Et a u s s i a Dora: "La r e v o l u t i o n , bien s u r ' Mais l a r e v o l u t i o n pour l a v i e , pour donner une chance a l a v i e , . . . 1 Bref, c'est l ' a l t r u i s m e a 1'extreme qui i n s p i r e l e u r r e v o l t e . I l s donnent l e u r v i e pour l a j u s t i c e des a u t r e s . D ' a i l l e u r s ce qui d i s t i n g u e ces r e v o l t e s dans Les J u s t e s , c'est que l e u r r e s i s t a n c e contre l a t y r a n n i e est fondee sur une c o n t r a d i c t i o n fondamentale "tout en recon-naissant l e caractere i n e v i t a b l e de l a v i o l e n c e , ( i l s ) * 3 5 avouaient cependant q u ' e l l e est i n j u s t i f l e e . " "Des l o r s , incapables de j u s t i f i e r ce q u ' i l s trouvent pourtant n e c e s s a i r e , i l s ont imagine de se donner eux-memes en j u s t i f i c a t i o n et de repondre par l e s a c r i f i c e personnel a l a question q u ' i l s se p o s a i e n t . " 3 o Le dialogue de K a l i a y e v et Dora met en v a l e u r c e t t e t ourment e: Kal i a y e v observe: "...Une pensee me tourmente, i l s ont f a i t de nous des a s s a s s i n s . Mais j e pense en meme temps 37 que j e v a i s mourir, et a l o r s mon coeur s'apaise."^' Et Dora l u i repond: "Mais a l l e r vers 1 ' a t t e n t a t et puis vers l'echafaud, c'est donner deux f o i s sa v i e . Nous "' 38 payons plus que nous ne devons." Malgre l e dechirement de l e u r ame, une chose est e x t r a o r d i n a i r e dans l a conduite de ces jeunes i n t e l l e c t u e l s . Leur devouement a l a r e v o l t e est i n e b r a n l a b l e . I l s n' h e s i -t e n t jamais sur l e u r d e v o i r de l u t t e r et de mourir pour l i b e r e r l e s opprimes. I I est Evident dans Les Justes que Camus eprouve 76 beaucoup de sympathie pour ces "meurtrlers d e l i c a t s . " Leur revolte en Russie repond en grande partie a sa propre exigence de j u s t i c e et de compassion. II n'est pas besoin de s o u f f r i r de l ' i n j u s t i c e pour avoir s o i f de j u s t i c e . La j u s t i c e s ' i d e n t i f i e avec l e dr o i t a l a vie et l a s o l i d a r i t e contre 1'oppression. Camus l e souligne dans L'Homme  Revolte: "Remarquons ensuite que l a revolte ne nait pas seulement, et foreement, chez l'opprime, mais qu'elle peut naftre aussi au spectacle de 1'oppression dont un autre est victime. ... II y a seulement i d e n t i f i c a -t i o n de destinees et prise de p a r t i . " 3 9 Les Justes se condamnent a vivre dans l a terreur et dans l a tourmente a f i n de r e a l i s e r leur but po l i t i q u e d'un regime de l i b e r t e a venir et pour d'autres gens. Dans l e s pieces de Camus on vo i t que l a revolte contre 1'oppression p o l i t i q u e implique pour l e s re s i s t a n t s l e danger de mourir pour l a j u s t i c e . A f i n de detruire l e s forces tyranniques, l e s rebelles doivent §tre prets a perdre l a v i e . Des champions de l a j u s t i c e t e l s que Cherea, Les Justes et Diego estiment q u ' i l vaut l a peine de risquer sa vie pour affirmer l a valeur de l a dignite humaine. I l s veulent a tout p r i x l a l i b e r t e contre l a tyrannie et l a violence absolues, l i b e r t e sans laquelle l a j u s t i c e , l e bonheur et l a beaute sont impossibles. 77 Motes stir l e Chapitre Premier 1 Camus, Le Pari de Notre Generation, PL Vol. I I , pp. 1899-1900. 2 R.M. Alberes, Bilan L i t t e r a i r e . du XXe S i e c l e , Aubier, Editions Montaigne, 1962, p. 94. 3 Ibid., pp. 96-97-4 Ibid. 5 Camus, Ca l i g u l a , p. 133. 6 Ib i d . , p. 135. 7 Ibid. 8 Ibid., p. 136. 9 L*Homme Revolte, p. 28. 10 Ca l i g u l a , p. 134. 11 Ibid. , p. 135. 12 Camus, L'Etat de Siege, p. 195. 13 Ib i d . , p. 197. 14 Ibid. , p. 201. 15 L'Homme Revolte, pp. 207-208. 17 I b i d . , P. 16. 18 I b i d . , PP . 17-19 I b i d . , P. 17. 20 I b i d . , p. 82. 21 I b i d . , P. 84. 22 I b i d . , p. 85. 78 23 I b i d . , pp. 8 0 - 8 1 . 24 I b i d . , p. 76. 25 I b i d . , p. 83 . 26 I b i d . , p. 74. 27 I b i d . , p. 75. 28 I b i d . , pp. 86-87. 29 I b i d . , pp. 8 8 - 8 9 . 30 I b i d . , p. 91. 31 I b i d . , p. 28. 32 I b i d . , p. 3 3 . 33 I b i d . . p. 41 . 34 I b i d . , pp. 45-46. 35 L'Homme Revolte. p. 211. 36 I b i d . , p. 212. 37 Les J u s t e s , p. 4 9 . 38 I b i d . , p. 51. 39 L'Homme Revolt e , p. 29. CHAPITRE I I L'HOMME DEVANT L'INJUSTICE SOCIALE AU NIVEAU PSYCHOLOGIQUE L ' i n j u s t i c e psychologique provoque d'une part c e r t a i n e s r e a c t i o n s d e s t r u c t r i c e s du caractere huma-in, t e l l e s que l a peur, l a l a c h e t e , l a haine, l e mepris, l a cruaute, l ' h y p o c r i s i e , l'isolement et l e desespoir. D'autre part e l l e f a i t r e s s o r t i r l e s q u a l i t e s q u i af f i r m e n t l a d i g n i t e de l'homme l e courage, l'amour, l a tendresse, l a compassion, l a f r a n c h i s e et l a s o l i d a r i t e . Camus demontre a t r a v e r s ses personnages jusqu'a quel point ces t r a i t s i n f l u e n c e n t l a nature de l a r e a c t i o n et a u s s i l e succes ou l'echec de l a r e s i s t a n c e . Quant aux r a i s o n s de l a r e v o l t e dans l e s r e l a t i o n s humaines, Camus explique l a s i t u a t i o n d'un homme r e v o l t e en ces termes: "(C'est) un homme qui d i t non. Mais s ' i l r e f u s e , i l ne renonce pas. C'est a u s s i un homme qui d i t o u i , des son premier mouvement. ... Quel est l e contenu de ce 'non'? " I I s i g n i f i e , par exemple, ' l e s choses ont t r o p dure,* 'jusque-la o u i , au dela. non,' 'vous a l l e z t r o p l o i n , ' et encore, ' i l y a une l i m i t e que vous ne depasserez pas.' En somme, ce non a f f i r m e 1'existence d'une f r o n t i e r e . On retrouve l a meme idee de l i m i t e dans ce sentiment du r e v o l t e que l ' a u t r e 'exagere,' q u ' i l etend son d r o i t au de l a d'une f r o n t i e r e a p a r t i r df l a q u e l l e un autre d r o i t l u i f a i t face et l e l i m i t e . 79 8 0 A i n s i , l e mouvement de r e v o l t e s'appuie, en meme temps, sur l e r e f u s categorique'd'une i n t r u s i o n jugee i n t o l e r -able et sur l a c e r t i t u d e confuse d'un bon d r o i t , p l u s exactement 1 'impression, chez l e r e v o l t e , q u ' i l est 'en d r o i t de ...'. La r e v o l t e ne va pas sans l e sentiment d'avoir soi-m&me, en quelque facon, et quelque p a r t , -raison. ... D'une c e r t a i n e maniere, i l oppose a l ' o r d r e qui l'opprime une so r t e de d r o i t a ne pas Stre opprime au d e l a de ce q u ' i l peut admettre. En meme temps que l a r e p u l s i o n a l'egard de l ' i n t r u s , i l y a dans toute r e v o l t e une adhesion e n t i e r e et instantanee de l'homme a une c e r t a i n e part de lui-meme. I I f a i t done i n t e r v e n i r i mplicitement un jugement de v a l e u r , et s i peu g r a t u i t , q u ' i l l e maintient au m i l i e u des p e r i l s . n l Commencons par C a l i g u l a , ou 1 'empereur i n f l i g e l a cruaute, l a haine et l e mepris sur l e s membres de son entourage. Quelle est l e u r r e a c t i o n ? Les p a t r i c i e n s , s a i s i s d'une peur egoi'ste deviennent l a c h e s , h y p o c r i t e s et r i d i c u l e s , incapables d'une pensee coherente. I l s presen-te n t un sp e c t a c l e p i t o y a b l e , v i c t i m e s d'une rage aveugle qui l e s l a i s s e incapables de r e s i s t e r . Leur f a i b l e s s e l e s p r i v e de toute d i g n i t e humaine. Camus nous l e s rend amusants mais meprisables dans l e s scenes ou i l s acceptent 1'humilia-t i o n et l e s sarcasmes de C a l i g u l a l e d i n e r ou i l s servent 1 'empereur, l a f a r c e de Venus, l e concours des poetes, par exemple. Ces vietimes d'une i n j u s t i c e sont eux-memes t r o p i n j u s t e s et egoistes pour et r e capables de l u t t e r pour une j u s t i c e . I l s reconnaissent que C a l i g u l a a depasse l e s l i m i t e s de l a d i g n i t e humaine mais i l s n'ont pas l e courage de d i r e "non." Ce n'est pas pour reclamer une v a l e u r q u ' i l s p a r t i c i p e n t au complot pour t u e r C a l i g u l a . I l s ne pensent qu'a sauver l e u r peau. 81 Tout au c o n t r a i r e Cherea et S c i p i o n refusent l a peur et 1 ' h u m i l i a t i o n par l e s q u e l l e s C a l i g u l a veut l e s dominer. Lucides et s e n s i b l e s , i l s comprennent l e dessein et l a souffrance de 1'empereur et l a s o i f d'absolu qui l e pousse dans l e chemin de l a d e s t r u c t i o n . En meme temps i l s voient t r e s clairement l e s dangers de ce regime qui menace non seulement l a v i e de tout c i t o y e n , mais a u s s i toute r a i s o n de v i v r e . Cherea reconnait tout de s u i t e l a f o r c e d e s t r u c t r i c e de c e t t e passion de l a v e r i t e . Courageux et i n t e g r e , i l n'hesite pas un i n s t a n t a s'y opposer moralement. C'est pourquoi i l p r e c i s e aux p a t r i c i e n s fulminants l a r a i s o n de sa r e s i s t a n c e : "Mais comprenez que ce n'est pas pour prendre l e p a r t i de vos h u m i l i a t i o n s . C'est pour l u t t e r contre une grande idee dont l a v i c t o i r e s i g n i f i e r a i t l a f i n du monde."2 Cherea admet que C a l i g u l a tourne en d e r i s i o n l'hypo-c r i s i e et l'egoi'sme des p a t r i c i e n s . I I n'admet pas que c e t t e f o l i e depasse l e s l i m i t e s de l a d i g n i t e humaine. Cherea exige l e s d r o i t s humains. Tout en comprenant l a logique desesperee de C a l i g u l a , i l c h o i s i t l a sagesse et l a r a i s o n : " J ' a i envie de v i v r e et d'etre heureux. Je c r o i s qu'on ne peut et r e n i l ' u n ' n i l ' a u t r e en poussant 1'absurde dans toutes ses consequences."3 Bref, Cherea a l e s pieds sur t e r r e . Son e c h e l l e de v a l e u r s l e place vers l e bonheur, mais pas un bonheur absolu. I I 82 recherche un bonheur p o s s i b l e , modifie selon l e s l i m i t a t i o n s de l'humanite. Dans un monde i n a c c e s s i b l e pour C a l i g u l a , Cherea oppose l e bonheur au non-sens et a l a f o l i e , dans un ordre a l a mesure de l'homme. C'est l a q u ' i l trouve l a r a i s o n de sa r e v o l t e . C'est l a a u s s i ou Cherea puise l e courage de r e s i s t e r sans d e f a i l l a n c e aux attaques c r u e l l e s de C a l i g u l a . I I refuse a chaque pas l e mensonge. I I declare a I'empereur tout franchement l e s r a i s o h s pour l e s q u e l l e s i l l u i r e s i s t e et cherche a l e supprimer. "Je ne t e h a i s pas. Je t e juge n u i s i b l e et c r u e l , egoi'ste et vaniteux. Mais j e ne puis pas t e h a i r puisque j e ne t e c r o i s pas heureux. Et j e ne puis pas te mepriser puisque j e s a i s que t u n'es pas lache. ... J ' a i l e gout et l e besoin de l a s e c u r i t e . ... Tu es genant et i l f a u t que t u d i s p a r a i s s e s . " 4 Camvis nous o f f re dans ce dia l o g u e , deux ennemis dignes et raisonnables qui se respecte n t , tout en recon-naissant l e pouvoir dangereux de 1'autre. C'est un moment ou. l'humanisme regne dans une piece que l e n i h i l i s m e domine d'un bout a 1'autre. I I est evident que l a r e v o l t e de Cherea i n t e r p r e t e en grande p a r t i e l e sentiment humaniste de Camus. C'est a f i n d ' a f f i r m e r l a v a l e u r de l'homme et d'assurer un ordre qui rende l e bonheur p o s s i b l e entre l e s hommes, que Cherea frappe I'empereur dement. Tout a u s s i r e v e l a t e u r est l e personnage de S c i p i o n , l e jeune ami de C a l i g u l a , s e n s i b l e et f i d e l e . I I aime I'empereur et l e comprend. Neanmoins 11 s'oppose a l u i de toute sa f r a n c h i s e quand 11 l e v o i t 33 o f f e n s e r l a d i g n i t e des hommes. C'est S c i p i o n q u i a f a i t mention, pendant son etrange absence, de l ' i d e a l i s m e de C a l i g u l a . Puis S c i p i o n est l e premier a p r o t e s t e r spon-tanement en tou t e a m i t i e contre l e s ordres absurdes de C a l i g u l a : "Ce n'est pas p o s s i b l e , Caius.'"^ "C'est l a r e c r e a t i o n d'un f o u . " ^ Cependant C a l i g u l a , en tuant l e pere de S c i p i o n , a ali'ene l a sympathie et a change 1'amitie du jeune poete en haine amere. S c i p i o n se declare plus d'une f o i s pret a tu e r C a l i g u l a . Gn a p e r c o i t a l o r s l e dechirement de son ame quand C a l i g u l a l e rencontre de nouveau et l ' i n t e r r o g e sur sa poesie. Tres s e n s i b l e , S c i p i o n est p r i s entre sa haine du me u r t r i e r et sa p i t i e pour l ' i d e a l i s t e desespere. Encourage par l e s douces paroles de C a l i g u l a , S c i p i o n r e v e l e e n f i n ses pensees poetiques sur l a communion de l'homme avec l a nature. I I y a un moment d'apparent accord entre l e s deux hommes. Mais soudain C a l i g u l a , d'un mot b r u t a l , reprend son visage de monstre et S c i p i o n s'exclame: "Comme j e t e p l a i n s et j e t e h a i s ! ... Et q u e l l e immonde s o l i t u d e d o i t £tre l a tienne.'"7 S c i p i o n r e c o n n a i t , meme dans son geste de r e v o l t e contre l'homme i n j u s t e , l a souffrance q u i dechire 1'empereur et l u i cause une douleur egalement i n j u s t e , car e l l e d e r i v e de son d e s i r i n s a t i a b l e de creer l a j u s t i c e dans ce monde. Des l e moment de ce t t e r e v e l a t i o n , S c i p i o n comprend l e r o l e de C a l i g u l a . I I n'en h e s i t e pas moins a l e c r i t i q u e r . 84 Dans l e dialogue v i o l e n t entre eux apres l a f a r c e de Venus, - on a p e r c o i t de l'amerturfle dans l'attaque de S c i p i o n : "Tu'as blaspheme', Caius. 8 -"(Tu r e t i r e s ) aux autres l e d r o i t de c r o i r e (aux d i e u x ) . " I I s u f f i t de se f a i r e t y r a n . ,Q "En attendant beaucoup d'hommes meurent autour de t o i . "Paree que t u f a i s f i de l a grandeur de Rome."H Et S c i p i o n termine ses accusations en predisant l a r e v o l t e des " l e g i o n s de dieux humains (qui) se levent im-pla c a b l e s a l e u r t o u r , et noient dans l e sang t a d i v i n i t e 12 d'un moment." Malgre son d e f i a C a l i g u l a , S c i p i o n refuse a l a f i n de s'assoeier a Cherea dans l e complot contre l a v i e du t y r a n . Sa sympathie pour l a passion desesperee de I'empereur a f i n i par gagner son e s p r i t , l u i a u s s i , a l a recherche de 1'absolu. I I essaie d'expliquer a Cherea l a tourmente qui l e deehire et qui l'empeche de frapper contre l e despote: "Je ne puis pas c h o i s i r puisqu'en plus de ce que j e s o u f f r e , j e s o u f f r e a u s s i de ce q u ' i l s o u f f r e . Mon malheur est de tout comprendre, ... plus personne pour moi n'aura jamais r a i s o n ! .... I I m'a a p p r i s a tout exiger."13 Dans 1 ' e s p r i t de S c i p i o n l a r e v o l t e s'est transformee en s o l i d a r i t e dans l a s o l i t u d e et dans l e desespoir. L u i qui aimait C a l i g u l a , r e c o n n a i t q u ' i l est a u s s i incapable de 1'aider que d'agir contre l u i . I I s'en va done pour mediter l a "chasse au bonheur q u i f a i t l e s etres purs."''"*4' Les deux hommes qui comprennent C a l i g u l a , q u i hai'ssent ses methodes mais respectent ses mobiles, q u i n'ont jamais - peur de l u i d i r e l a v e r i t e , se r e v o l t e n t chacun de son cote, 85 Cherea c h o i s i t l a v i o l e n c e contre l e t y r a n . S c i p i o n s u i t dans l a compassion s i l e n c i e u s e , l a recherche de l ' a b s o l u de l'homme desespere. II-:-est p o s s i b l e de v o i r chez C a l i g u l a , Cherea et S c i p i o n , t r o i s visages de Gamus 1 ' i d e a l i s t e q u i exige l a j u s t i c e absolue, l'humaniste sage et raisonnable,et l e poete q u i , i s o l e , medite sur l a v i e . Quant a l a s o l i t u d e et l e desespoir dont s o u f f r e C a l i g u l a , i l est a noter que l e s personnes q u ' i l p r i e de 1'aider, H e l i c o n et Caesonia, r e s t e n t fondamentalement incapables de l e sauver. H e l i c o n , l ' e s c l a v e l i b e r e par C a l i g u l a , r e s t e s o l i d a i r e avec l u i par sa c o m p l i c i t e dans sa v i o l e n c e et par son mepris des autres. Caesonia aime C a l i g u l a d'un amour banal. E l l e r e s t e f i d e l e et complice jusqu'a l a f i n ou e l l e ne prot e s t e pas meme contre sa mort. Mais Caesonia n'a pas l a f o r c e d'une compassion l u c i d e comme c e l l e de Dora pour l a souffrance de ses amis, n i l'amour a l t r u i s t e de Sonia qui a aide Raskolnikov a. surmonter sa tourmente. C a l i g u l a r e s t e , s e u l et abandonne, devant son dilemme. Dans Le Malentendu l a d i f f i c u l t e de communication entre Jan, sa mere et Martha forme l e noeud de l ' i n j u s t i c e psychologique. Chacun v i s e comme but l e bonheur au pays du s o l e i l , mais personne ne r e u s s i t a en p a r l e r franchement. Jan surtout se montre incapable de d i r e t o u t simplement qui i l e s t , done i l b r o u i l l e l a s i t u a t i o n et f i n i t par 86 provoquer l e malentendu. Cela provoque une i n j u s t i c e , a l a s u i t e d'une d e f i c i e n c e dans sa nature. Jan refuse l e s c o n s e i l s raisonnables de sa femme Maria qui l u i recommande d'abandonner sa conception corapliquee d'une r e v e l a t i o n dramatique de son i d e n t i t e et de s u i v r e p l u t o t l e chemin evident de l a s i m p l i c i t e . Leur dialogue r e v e l e l a tourment de Jan que provoquent ses h e s i t a t i o n s en contraste avec 1'assurance et l e bon sens de Maria: "Jan E l l e s me re g a r d a i e n t , e l l e s ne me raoyaient pas. Tout e t a i t plus d i f f i c i l e que j e ne l ' a v a i s c r u . M a r i a - — T u s a i s bien que ce n T e t a i t pas d i f f i c i l e et q u ' i l s u f f i s a i t de p a r l e r . Dans ces c a s - l a , on d i t : 'C'est moi,' et tout r e n t r e dans 1'ordre. Jan Oui, mais j ' e t a i s p l e i n d'imaginations. Et moi qui a t t e n d a i s un peu l e repas du prodigue, on m'a donne de l a b i e r e contre mon argent. J ' e t a i s emu, j e n'a i pu p a r l e r . ... j e suppose que ce n'est pas s i f a c i l e qu'on l e d i t de r e n t r e r chez s o i et q u ' i l f a u t un peu de temps pour f a i r e un f i l s d'un etranger. Maria Mais pourqu^i n'avoir pas annonce ton a r r i v e e ? I I y a des cas ou l('on est bien o b l i g e de f a i r e comme tout l e monde. Quand on veut &tre reconnu, on se nomine c'est 1'evidence meme. On f i n i t par tout b r o u i l l e r en prenant l ' a i r de ee qu'on n'est pas."15 On reconnait dans c e t t e conversation non seulement une lacune dans l e caractere de Jan mais a u s s i l a confusion de son e s p r i t causee par l ' a n t i p a t h i e de sa soeur et 1 ' i n d i f f e r e n c e de sa mere envers l u i . De l a part des deux femmes c'est un manque d'amour qui l e s renferme en elles-m&mes et l e s l a i s s e i n d i f f e r e n t e s aux r e l a t i o n s amicales. E l l e s refusent l a communication et c h o i s i s s e n t de r e s t e r s o l i t a i r e s . De l a s'ensuit l e malentendu, l'echec de l e u r r e v o l t e contre l ' i n j u s t i c e de 87 l e u r v i e personn e l l e . I I f a u t maintenant examiner l e s i n j u s t i c e s psycho-logiques dont r e s u l t e n t l ' a p r e t e et l a durete de ces deux femmes. C'est essentiellement l e manque d Tamour. La mere, abandonnee i l y a v i n g t ans par son enfant p r e f e r e , ne cesse d'aimer ce f i l s mais exprime son amertume par son i n d i f f e r e n c e a toute autre creature. Martha pour sa p a r t , sachant que sa mere ne l'aime pas, concoit l e p r o j e t c r i m i n e l , non seulement pour r e a l i s e r son propre bonheur mais surtout a f i n de l u i o f f r i r l e bonheur de 1 Tevasion au pays de l e u r s reves. E l l e compte a i n s i gagner l'amour maternel q ui l u i manque et dont e l l e s o u f f r e l a p r i v a t i o n . Par a i l l e u r s e l l e h a i t l e f r e r e q u i l u i a vol e cet amour et qui, de p l u s , en abandonnant sa mere, ne l e merite pas, tandis.' q u ' e l l e consacre sa v i e a r e s t e r aupres de sa mere. E l l e exprime c e t t e s o i f d'amour au moment ou l a v i e i l l e femme decide q u ' e l l e ne peut pas v i v r e en dehors de son f i l s : "Non, mere, vous ne me q u i t t e r e z pas. N'oubliez pas que j e s u i s c e l l e q u i est restee et que l u i e t a i t p a r t i , que vous m'avez eue pres de vous toute une v i e et que l u i vous a l a i s s e e dans l e s i l e n c e . Cela d o i t se payer. Cela d o i t e n t r e r dans l e compte. Et c'est vers moi que vous devez r e v e n i r . w l 6 Martha done, rongee de haine et d'amertume, veut se separer des autres. D'ou l a f r o i d e u r de ses reponses a Jan: "Je ne puis r i e n donner a ceux qui viennent i c i chercher des p l a i s a n t e r i e s . ... Ecoutez, j e v o i s q u ' i l , f a u t vous donner un avertissement. , Le v o i c i . En entrant i c i , vous n'avez que l e s d r o i t s d'un c l i e n t . 8 8 ... vous n'avez pas a vous s o u c i e r de notre s o l i t u d e , comme vous ne devez pas vous i n q u i e t e r de nous g§ner, d'etre importun ou de ne l ' e t r e pas. Prenez toute l a place d'un c l i e n t , e l l e est a vous de d r o i t . Mais n'en prenez pas plus."17 Dans l'echec de son p r o j e t , l a haine et l e r e s s e n t i -ment de Martha e c l a t e n t contre son f r e r e et sa mere. Par sa mort, l e f r e r e l u i a de nouveau v o l e l'amour maternel. En se suic.idant, l a mere a c h o i s i encore une f o i s d'aimer son f i l s et de r e j e t e r sa f i l l e . Martha proteste de toute l a rancoeur de son ame f r u s t r e e contre l ' i n j u s t i c e de ces deux e t r e s q u i l ' o n t p r i v e e de l'amour et du bonheur auxquels e l l e a v a i t d r o i t . "NonJ j e n'avais pas a v e i l l e r sur mon f r e r e , et pourtant me^voila e x i l e e dans mon propre pays; ma mere elle-meme m'a r e j e t e e . Mais j e n'avais pas a v e i l l e r sur mon f r e r e , c e c i est l ' i n j u s t i c e qu'on f a i t a 1'innocence. Le v o i l a q u i a obtenu maintenant ce q u ' i l v o u l a i t , tandis. que j e r e s t e s o l i t a i r e , l o i n de l a mer dont j ' a v a i s s o i f l Ghl j e l e haisl"l° Nous voyons done que, faute d'amour, ces personnages r e s t e n t s o l i t a i r e s et separes, incapables de communiquer l e s uns avec l e s autres. Chez l a mere, par f a t i g u e , c'est un amour qui ne s a i t s'exprimer. Chez Martha c'est un amour a sens unique, v i o l e n t , absolu et aveugle q u i est pret a tout ecraser pour a s s o u v i r sa passion d'un bonheur egoi'ste. Et e n f i n chez Jan c'est une tendance a rendre complique ee qui est psychologiquement simple, d'ou une i n c a p a c i t e de communiquer ses v r a i s sentiments. I I est i n t e r e s s a n t de noter que, p a r l a n t de c e t t e i n c a p a c i t e d'aimer, Maria l a presente sous forme de 89 g e n e r a l i t e , comme s i e l l e pouvait s'appliquer a tous l e s hommes: "Non, l e s hommes ne savent jamais comment i l f a u t aimer. A R i e n ne l e s contente. Tout ce q u ' i l s savent, c'est r e v e r , imaginer de nouveaux d e v o i r s , chercher de nouveaux pays et de nouvelles demeures. Tandis que nous, nous savons q u ' i l f a u t se depecher d'aimer, partager l e meme l i t , se donner l a main, c r a i n d r e 1'absence. Quand on aime, on ne reve a r i e n . , , ± 9 I I ne fa u t pas o u b l i e r que Maria est a u s s i v i c t i m e d'une i n j u s t i c e car son mari n'est pas capable de 1'aimer comme i l d e v r a i t l e f a i r e et i l l'abandonne pour poursuivre ses reves et son devoir envers sa mere et Martha. A i n s i , chez l e s t r o i s personnages p r i n c i p a u x du Malentendu, chacun f a i t s o u f f r i r l e s autres. Aucun ne pouvant communiquer avec son prochain, i l se produit l e malentendu t r a g i q u e . Par consequent, l a r e v o l t e de Martha et de sa mere contre l a misere de l e u r v i e et egalement l e geste de Jan pour l e u r o f f r i r l e bonheur ont echoue. Mais tous l e s personnages de ce t t e piece ont paye l e u r i n c a p a c i t d'etre s i n c e r e par l ' i n j u s t i c e du malheur q u i s'est abattu sur eux. C'est ce que v o u l a i t prouver Gamus, comme i l 1 ' e c r i t dans sa Preface a l a pi e c e : "Piece de r e v o l t e ... e l l e p o u r r a i t meme comporter une morale de l a s i n c e r i t e . S i l'homme veut et r e reconnu, i l l u i f a u t dire'simplement q u i i l e s t . S ' i l se t a i t ou s ' i l ment, i l meurt s e u l , et tout autour de l u i est voue,au malheur. S ' i l d i t v r a i au c o n t r a i r e , i l mourr,a sans doute, 'mais apres a V o i r aide l e s autres et lui-meme a vi v r e . " 2 0 Dans Les Justes nous revenons a 'ce groupe de jeunes i n t e l l e ct'uels q u i ont c h o i s i l i b r ement de v i v r e sous l a 9 0 menace constante du danger. La mort imminente plane sur eux; l e s r i s q u e s de t r a h i s o n , de t o r t u r e ou de d e f a l l i a n c e personnelle sont t o u j o u r s presents. I l s doivent v i v r e sous l a p r e s s i o n du debat i n t e r i e u r ou l e coeur et l e devoir ont l e u r p a r t . I l s doivent constamment renouveler l e u r courage pour se f o r c e r a commettre un meurtre c o n t r a i r e a tous l e u r s sentiments humains a f i n de r e a l i s e r l e u r but: l i b e r e r l'humanite. Nous sommes v i t e conscients de l a t e n s i o n q u ' i l s ressentent et de son e f f e t psychologique: une c r i s p a t i o n des n e r f s , t o u j o u r s a v i f . Stepan s u r t o u t , impatient et sus-c e p t i b l e , e c l a t e en reproches contre l e s autres. B r u t a l , i l accuse K a l i a y e v de f r i v o l i t e et d ' i n s t a b i l i t e dans ses 21 a c t i o n s et termine: "Je n ' a i pas eonfiance en t o i . " Quant a K a l i a y e v , poete, i l r e v e l e une g a i e t e , une tendance a chercher l'amusant meme dans l e t r a v a i l de 1 ' o r g a n i s a t i o n , dans l e r o l e de c o l p o r t e u r qui l u i s e r t de deguisement, dans l e s signaux personnels q u ' i l s se font entre eux. C'est par une j o i e de chaque i n s t a n t q u ' i l trouve l a detente qui l u i donne l a f o r c e de r e s i s t e r a l a p r e s s i o n et de garder un calme n e c e s s a i r e , ce qui ne va pas sans i r r i t e r l e s autres. Voinov, aux n e r f s f r a g i l e s , c r a i n t t o u j o u r s sa d e f a i l l a n e e devant l ' a c t e t e r r o r i s t e , se tourmente constam-22 ment de c e t t e f a i b l e s s e : " J ' a i honte d'avoir peur." E n f i n i l decide q u ' i l d o i t renoncer a l a t e r r e u r pour p a r t i c i p e r p l u t o t a l a propagande. La l e s r i s q u e s sont l e s memes mais "on peut a g i r en fermant l e s yeux. On ne s a i t r i e n . " 2 3 91 Dans toute c e t t e i n t e n s i t e de r e a c t i o n ce sont Dora et l e chef, Annenkov, qui repandent l e calme et l a compas-s i o n . Leur humanite et l e u r s e n s i b i l i t e exercent une i n f l u e n c e sympathique sur l e s a u t r e s , q u a l i t e s e s s e n t i e l l e s pour maintenir l a Constance de l e u r but a l t r u i s t e . La s o l i d a r i t e de l e u r amour pour l e groupe prete du courage a tous dans l a r e a l i s a t i o n de l e u r s p r o j e t s dangereux. Quand l a divergence d'opinions entre Stepan et l e s autres r i s q u e de rompre 1 ' u n i t e et l'harmonie de 1'Organisa-t i o n ^ Dora et Annenkov, l u c i d e s et comprehensifs, r e u s s i s -sent a s o u t e n i r l ' i d e e d'ordre et de l i m i t e s dans l e u r s a c t i o n s v i o l e n t e s . Stepan, emporte par l a c o l e r e , f r u s t r e par l e s compromis que l e s autres c r o i e n t i n e v i t a b l e s , attaque d'abord K a l i a y e v sans p i t i e , 1'accusant de desobeis-sance a 1 ' o r g a n i s a t i o n , parce q u ' i l a h e s i t e a t u e r des enfants. Puis Stepan a f f r o n t e t o u t l e groupe, l e s accusant de t r a h i r 1 ' o r g a n i s a t i o n et de t r a h i r . l a r e v o l u t i o n e l l e -meme parce q u ' i l s n'acceptent pas sans reserve l a v i o l e n c e t o t a l e pour r e a l i s e r l a l i b e r t e t o t a l e . Cependant, Stepan consent l u i a u s s i au compromis, c a r , f i d e l e a sa conception de soumission a l a volonte de 1 ' o r g a n i s a t i o n , i l cede a l a d e c i s i o n de son chef. Cette q u e r e l l e met en v a l e u r l a s o l i d a r i t e fondamen-t a l e du groupe. Se sentant tous tourmentes par l e c o n f l i t i n t e r i e u r entre l e d e s i r a l t r u i s t e de j u s t i c e et l a peur de l'echec personnel, i l s se pretent courage et s t a b i l i t e . 92 K a l i a y e v , poete, t r e s s e n s i b l e , avoue son egarement: " F r e r e s , pardonnez-moi. Je n ' a i pas p u . n ^ 4 Et Dora essaie tout de s u i t e de l e consoler: "Ce n'est r i e n . ... Tu n'es 25 pas l e s e u l , Yanek." Et Voinov ajoute: "Je c r o i s que j ' a u r a i s f a i t comme Yanek."^ La f i d e l i t e au but de 1'organisation l a j u s t i c e pour tous a l ' a v e n i r pose l e probleme personnel du choix et entre l ' e f f i c a c i t e ; l a j u s t i c e des moyens. K a l i a y e v r e v e l e pendant l a q u e r e l l e avec Stepan, l ' i n t e n s i t e de son inquietude i n t e r i e u r e : "Stepan, j ' a i honte de moi et pourtant j e ne t e l a i s s e r a i pas continuer. J ' a i accepte de t u e r pour renverser l e despotisme. Mais d e r r i e r e ce que t u d i s , j e v o i s s'annoncer un despotisme q u i , s ' i l s ' i n s t a l l e jamais, f e r a de moi un a s s a s s i n a l o r s que j ' e s s a i e d'etre un j u s t i c i e r . " 2 7 Sur un p o i n t , neanmoins, K a l i a y e v n'hesite pas, c'est l a v a l e u r de l a v i e q u ' i l est pret a a f f i r m e r par sa mort. I I exige l a j u s t i c e , 1'innocence et 1'honneur des maintenant a f i n d'assurer l a purete de l a l u t t e pour creer une j u s t i c e a l ' a v e n i r . B r e f , K a l i a y e v ne c r o i t pas q u ' i l puisse e t r e f i d e l e aux gens de l ' a v e n i r sans r e s t e r s o l i d a i r e avec ceux qui v i v e n t sous l a t y r a n n i e a c t u e l l e : a Stepan qui veut tou t i g n o r e r au present en faveur des gens a v e n i r , i l proclame vivement sa f o i r e v o l u t i o n n a i r e : "... j'aime ceux qui v i v e n t aujourd'hui sur l a meme t e r r e que moi et ... c ' e s t p o u r eux que je l u t t e et que j e consens a mourir. ... Je n ' i r a i pas a j o u t e r a l ' i n j u s t i c e v i v a n t e pour une j u s t i c e morte. ... Et s i un j o u r , moi v i v a n t , l a r e v o l u t i o n devait se separer de 1'honneur, j e m'en detournerais."28 93 V o i l a certainement, dans l e s paroles de ce r e v o l t e , Gamus lui-meme, son attachement a l a v i e et a ses prochains, j o i n t a l a s o i f de l a j u s t i c e dans 1'honneur et l'innocence. Le cynisme de Stepan qui enrage K a l i a y e v est r e n i e egalement par Gamus comme n u i s i b l e a l a d i g n i t e humaine. Malgre l e u r c o n f l i t s p i r i t u e l , l'heroi'sme de ces jeunes conjures domine l e u r r e v o l t e . Eux, des gens raisonnables pour qui l a v i e et l'amour sont e s s e n t i e l s , qui ne sont emportes par aucune i n f l u e n c e f a n a t i q u e , trouvent dans l e u r propre f o i l a r a i s o n de t u e r . Mais comme l a n e c e s s i t e ne comporte pas l a j u s t i f i c a t i o n du meurtre, i l s acceptent de payer l a v i e de l e u r propre v i e . Leur r e v o l t e se c a r a c t e r i s e par un a l t r u i s m e sublime. Ce sont surtout Dora et Ka l i a y e v qui se font remarquer par l a noblesse de l e u r s a c r i f i c e . Les deux aiment l a vie. et hai'ssent l a t e r r e u r . K a l i a y e v analyse ses v a l e u r s et ses p r i n c i p e s dans l e dialogue avec Dora: " ... j e c r o i s comme eux a l ' i d e e . Comme eux, j e veux me s h e r i f i e r . ... Seulement, l a v i e continue de me p a r a i t r e m e r v e i l l e u s e . J'aime l a beaute, l e bonheur.' C'est pour c e l a que j e h a i s l e despotisme. ... La r e v o l u t i o n , bien s u r I Mais l a r e v o l u t i o n pour l a v i e , pour donner une chance a l a v i e , t u comprends?"29 Quand Dora repond: 30 "Et pourtant nous a l l o n s donner l a mort." K a l i a y e v reprend: "Nous tuons pour b a t i r un monde ou plus jamais personne ne t u e r a ! ... pour que l a t e r r e se couvre e n f i n d'innocents."31 94 I l s savent que l a t e r r e u r d o i t l e s separer. Cepen-dant i l s se detournent en toute l u c i d i t e du bonheur de l e u r amour a f i n de r e m p l i r l e u r devoir envers l e s autres. C'est au cours d'un dialogue dechirant q u ' i l s enoncent une v e r i t a b l e p r o f e s s i o n de f o i en l a v a l e u r d'un amour capable de passer d'eux-memes a toute l a t e r r e : " K a l i a y e v : ' ... j e s a i s maintenant q u ' i l n'y^a pas de bonheur dans l a haine. ... Le meurtre, l a l a c h e t e , l ' i n j u s t i c e ... i l f a u t que j e l e tue. ... Mais j ' i r a i plus l o i n jusqu'au bout J ' Dora: 'Plus l o i n ? I I n'y a r i e n . ' ' K a l i a y e v : - ' I I y a l'amour.' Dora: 'Non. Ceux qui aiment vraiment l a j u s t i c e n'ont pas d r o i t a l'amour ' K a l i a y e v : . 'Mais nous aimons notre peuple. C'est c e l a l'amour, tout donner, to u t s a c r i f i e r sans e s p o i r de r e t o u r I • Dora: 'C'est l'amour absolu, l a j o i e pure et s o l i t a i r e . Ah!: Yanekj s i l'on pouvait o u b l i e r ... l ' a t r o c e misere de ce monde et se l a i s s e r a l l e r e n f i n . Une seule p e t i t e heure d'egoi'sme, peux-tu penser a c e l a ? ' K a l i a y e v : 'Oui, Dora. Cela s'appelle l a tendresse.' Dora: 'Est-ce que t u aimes l a j u s t i c e avec tendresse? ... Et moi, m'aimes-tu avec tendresse?' K a l i a y e v : 'Personne ne t'aimera jamais comme je t'aime.' Dora: 'Tu m'aimes plus que l a j u s t i c e , plus" que 1'Organisation?' K a l i a y e v : 'Je ne vous separe pas, t o i , 1'Organisation et l a j u s t i c e . " " 3 2 A i n s i continue l e u r colloque jusqu'au moment ou K a l i a y e v d o i t q u i t t e r Dora pour jamais et l u i c r i e adieu. Mais e l l e repond: "Non, pas adieu. Au r e v o i r , mon c h e r i . 33 Nous nous r e t r o u v e r o n s . n > > Cela nous r e v e l e une conception de s o l i d a r i t e au-dela de l a mort q u i exige une f i d e l i t e absolue de pensee et de coeur. L i e s dans l a t e r r e u r , i l s r e s t e n t f i d e l e s l e s uns aux autres dans l e s a c r i f i c e de l e u r v i e ; i l s se retrouveront, 9 5 par l a s o l i d a i r e s l e s uns des a u t r e s , s o l i d a i r e s des gens a l ' a v e n i r , pour qui i l s meurent. C'est pourquoi Dora demande l e p r i v i l e g e de l a n c e r l a bombe suivante a f i n de re t r o u v e r son amant en mourant de l a meme corde. K a l i a y e v exprime l a meme idee a l a Grande-Duchesse: "Ceux qui s'aiment aujourd'hui doivent mourir ensemble s ' i l s veulent e t r e reunis.""^ 4 Cet amour i n v i n c i b l e , c e t t e s o l i d a r i t e dans l a r e v o l t e , s o i t dans l a v i e , s o i t dans l a mort, est l a f o r c e i n t e r i e u r e q u i anime l e courage de ces r e v o l t e s , l e s j u s t e s , et donne en meme temps un sens a l e u r v i e et un sens a l e u r mort. Camus nous l a i s s e v o i r sa grande admiration pour ces " j u s t e s , " unis dans l ' a l t r u i s m e de l e u r but. Cependant, tous t r e s humaihs, chacun regarde l a r e v o l u t i o n avec son optique p e r s o n n e l l e . K a l i a y e v , enflamme de j u s t i c e , veut a f f i r m e r l a v a l e u r de l a v i e dans l a j o i e et l a beaute; Dora, p l e i n e de compassion et de tendresse, b r u l e de se donner toute e n t i e r e a l a r e v o l t e par l e s a c r i f i c e de sa v i e , deux f o i s , s ' i l est p o s s i b l e , dans l ' a c t e de t e r r e u r et sur l'echafaud, pour temoigner sa f o i ; Annenkbv, chef f i d e l e et ra i s o n n a b l e , s a i t d i r i g e r son groupe ardent avec un calme et une sympathie t r e s humanitaires sans o u b l i e r ses p r i n c i p e s ; Voinov, t i m i d e mais passionne de j u s t i c e , se f o r c e a. chaque pas vers l e d e v o i r q u ' i l r e c o n n a i t ; Stepan, anime d'une s o i f de j u s t i c e absolue, a s o u f f e r t 9 6 l a honte qui l e rend i n t r a n s i g e a n t . I I oppose l a purete de l ' i d e e de l a r e v o l u t i o n a l a cause de l a j u s t i c e des aut r e s . Camus semble, dans c e t t e p i e c e , a v o i r eu une p r e d i l e t i o n pour Dora, noble, i n t e l l i g e n t e et p l e i n e de compassion et son amant K a l i a y e v , poete chevaleresque, passionne de l a v i e , tous deux f i d e l e s au devoir q ui l e s p r i v e de 1'amour et l e s pousse a l a mort. C'est pourquoi l e s r e a c t i o n s psychologiques de ces heros qui opposent l'amour l e plus pur a l ' i n j u s t i c e et a l a mort marquent une etape important de l a pensee de Camus q u i , dans Les J u s t e s , s ' o r i e n t e nette ment vers l a s o l i d a r i t e humaine. Dans L'Etat de Siege nous observons l a f o r c e de l'amour en t a n t que stimulant de courage contre l a r e v o l t e . L'amour cree l e gout de l a v i e , l e d e s i r de s'epanouir. En meme temps, par consequent, l'amour i n s p i r e 1'exigence d ' a b o l i r l e s f o r c e s n u i s i b l e s q u i empechent son propre epanouissement. Dans l e cadre espagnol de Cadix nous voyons se developper l e spectacle mouvemente du t y r a n et de ses com-p l i c e s auxquels s 1opposent l e s champions de l a l i b e r t e . Quand l a 'Peste et sa S e c r e t a i r e s'emparent de l a v i l l e et e t a b l i s s e n t l a d i c t a t u r e , Diego, heros chevaleresque, r a l l i l e s v i c t i m e s a l a r e s i s t a n c e contre 1'oppresseur. Le con-f l i t symbolise l e pouvoir d e s t r u c t e u r de l a peur, de l a haine et du mepris dompte par. l a f o r c e c r e a t r i c e du courage 97 de l'amour et du s a c r i f i c e . La l u t t e assume e n f i n l e carac t e r e d'un mythe ou un s e u l homme courageux lance l e d e f i au t y r a n . Par l a f o r c e de son amour i l r e u s s i t a l i b e r e r l e peuple du pouvoir de l a mort a r b i t r a i r e , mais au p r i x de sa propre v i e . Diego, h a r d i , fougueux, passionne, est un homme heureux et i n t e g r e , amoureux de V i c t o r i a et aime d ' e l l e . I I aime l a v i e . Son bonheur est une v a l e u r a defendre. I I deteste l ' h y p o c r i s i e et l e mensonge. Ce jeune homme est t o u t e f o i s t r e s humain, t r e s attache a l a t e r r e . Lucide, i l a f f r o n t e sans h e s i t a t i o n l a menace de 1'oppression. I I s a i t que l e bonheur ne peut se r e a l i s e r que dans l a j u s t i c e et l a l i b e r t e . I I l e reclame pour lui-meme mais a u s s i pour tous. Jean Onimus d e c r i t a i n s i l e caractere humaniste de cet homme: "Diego est un homme heureux, un amoureux, un i n d i v i d u a l i s t e . Son egotisme meme l u i donne du poids pour l u t t e r contre l e s e n t r e p r i s e s du c o l l e c -t i v i s m e a b s t r a i t . I I y a dans l e bonheur une f o r c e qui v i e n t a bout de l'inhumain et qui enracine l'homme sur l a t e r r e : pas d'humanisme sans j o i e de vivr e . " 3 5 "Le bonheur suppose une harmonie e x c e p t i o n n e l l e entre l a l u c i d i t e qui s ' e v e i l l e et l e s sensations q u ' e l l e r e s s e n t , un assehtiment de l a conscience q u i s'approuve elle-meme avec une so r t e d'innocence ... une t o t a l i t e est nee a l ' i n t e r i e u r d'un homme. I I y a quelque chose de sacre et de p r i m i t i f dans l e bonheur."36 Examinons a l a lumiere de ces i d e e s 5 1 ' i t i n e r a i r e de Diego vers 1'accomplissement de son d e s t i n herofque. 98 Sa premiere parole est un appel au courage pour calmer une v o i x t e r r i f i e e par l a comete: "Que vous importe? 37 Gardez v o t r e coeur ferme et ce sera assez." V o i l a un mot c o n f i a n t , p l e i n de r a i s o n . Tout de s u i t e apres, Diego d o i t defendre son amour pour V i c t o r i a contre l e mepris de Nada. I I t r a i t e de " s o t t i s e " l'annonce du gouverneur re n i a n t l a presence de l a comete: "Mentir est to u j o u r s 38 une s o t t i s e . " En accusant Nada de se moquer de l a v e r i t e et de l'honneur, Diego a f f i r m e sa c o n v i c t i o n des va l e u r s humaines: "Je ne c r o i s pas a l a calamite que t u annonces. Je dois m'occuper d'etre heureux. C'est un long • t r a v a i l q u i demande l a p a i x des v i l l e s et des campagnes."39 Tres t o t , voyant Diego et V i c t o r i a ensemble, nous pouvons juger de l'ardeur et de l a tendresse de l e u r passion. Quant a Diego, son amour personnel ne l'empe^che pas de q u i t t e r V i c t o r i a pour s'engager par p i t i e a soigner l e s malades a t t e i n t s de l a Peste. Tourmente d'horreur et de doutes, Diego, masque comme l e s medecins de l a peste, r e v i e n t un i n s t a n t echanger une parole avec V i c t o r i a . Mais i l c r a i n t de l a contaminer et i l s ' e e r i e : "Ne me touche pas, Je ne me reconnais p l u s . Un homme ne m'a jamais f a i t peur, mais c e c i me depasse, l'honneur ne me s e r t de r i e n et je sens que j e m'aban-donne. ... Peut-e^re deja l e mal e s t - i l en moi. ... , Q Cela va f i n i r . Je s u i s t r o p jeune et j e t'aime t r o p . " Rassure par c e t t e breve rencontre avec V i c t o r i a , 99 Diego s ' e n f u i t r e t o u r n e r a ses malades qui ont besoin de l u i . Ge q u i frappe,c'est que dans l e s epreuves de sa l u t t e avec l a Peste, 1'influence dominante r e s t e t o u j o u r s l'amour, son amour pour V i c t o r i a et son e s p o i r de ce bonheur, son amour pour ceux qui s o u f f r e n t et qui sont incapables d'agir eux-memes. Diego ne devient v u l n e r a b l e a l a Peste que dans ses moments de d e f a l l i a n c e quand i l cede a l a peur, a l a l a c h e t e et a l a haine. A sa premiere rencontre avec •: l a Peste Diego l u i annonce "Nous sommes i n n o c e n t s " 4 ^ et l u i lance son d e f i : "Le plus f o r t t u e r a 1'autre." Evidemment, au niveau du pouvoir, l a Peste exerce une plus grande f o r c e ; Diego, t e r r i f i e , se sauve. C'est a ce moment-la q u ' i l r e c o i t l a premiere marque de l a maladie. Toujours en p r o i e a sa peur, Diego eherche l e refuge de l a maison du Juge, pere de sa bien-aimee. La, sa p r o b i t e a v i l i e par sa c o l e r e contre l e Juge c r u e l et par sa propre peur egofste, i l f a i t l e geste lache de menacer de contaminer un enfant innocent a f i n de se venger du Juge h y p o c r i t e . En e f f e t , Diego f i n i t par provoquer une q u e r e l l e f a m i l i a l e ou l a haine et l a j a l o u s i e exposent l a bassesse et l a l a i d e u r de toutes l e u r s r e l a t i o n s i n t i m e s . Degoute de se v o i r mele a c e t t e degrada-t i o n , Diego se reprend et f u i t l a maison, s u i v i de V i c t o r i a . Desesperes par cet i n c i d e n t , Diego et V i c t o r i a cherchent a r e t r o u v e r l a c o n s o l a t i o n de l e u r amour. E l l e , i n e b r a n l a b l e dans sa f i d e l i t e et son courage, l u i o f f r e son amour tou j o u r s c o n f i a n t . L u i , tourmente de honte et de reraords, se sent t r o p f i e r pour accepter l'amour de c e t t e femme sans 100 d e f a l l i a n c e . Gette h e s i t a t i o n a se donner a l'amour, l a i s s e Diego expose une deuxieme f o i s au pouvoir de l a Peste. La S e c r e t a i r e a p p a rait entre l e s amoureux et marque Diego une deuxieme f o i s . Fou de t e r r e u r et de rage contre l a mort qui l e menace, Diego s a i s i t V i c t o r i a et l ' e c r a s e contre l u i , non par amour mais par une r e v o l t e e g o i s t e , a f i n de l a contaminer et l a f a i r e p e r i r avec l u i . Malgre ce geste spontane de haine et de mepris, V i c t o r i a , f i d e l e , reclame de nouveau l a l i b e r t e de chercher en l u i l'ancienne tendresse. E l l e s ' o f f r e librement a Diego, prete a partager tout avec l u i , y compris l a condamnation a l a mort. Les deux amoureux se retrouvent done dans l a communion de l a douleur. C'est a l o r s que Diego, ayant puise de nouveau son courage dans l'amour de V i c t o r i a , remarque avec soulagement que son geste meprisable et f o u n'a pas contamine sa bien-aimee. Neanmoins c'est par c e t t e r e v e l a t i o n que Diego se rend compte de l e u r s e p a r a t i o n i n e v i t a b l e . V i c t o r i a d o i t v i v r e , t a n d i s que l u i , contamine par l a peste, retrouve desormais son devoir avec ceux qui sont marques, sa s o l i d a r i t e avec l e s malheureux qui ont besoin de l u i . Malgre toutes l e s p r o t e s t a t i o n s de V i c t o r i a sur l a profondeur de son amour et sa volonte de partager son chemin f a t a l , Diego r e s t e ferme: "Qu'ai-je done a vainere en ce monde, sinon l ' i n j u s t i c e q u i nous est f a i t e ? " 4 Mais comme V i c t o r i a ne eesse pas l a p l a i d o i r i e de son amour, Diego, to u j o u r s tourmente, s ' e e r i e : "Que t u es b e l l e et 101 que j e t ' a i m e r a i s s i seulement j e ne c r a i g n a i s pas."*4"*4" Et e l l e repond par l a confiance en sa f o r c e de v a i n c r e l a peur: "Que t u c r a i n d r a i s peu s i seulement t u v o u l a i s A 5 m'aimer!" A quoi Diego avoue: "Je t'aime. Mais j e ne s a i s q u i a . r a i s o n . " ^ V i c t o r i a , radieuse de confiance, s ' e e r i e sans h e s i t a t i o n : " C e l u i qui ne e r a i n t pas. Et mon coeur n'est pas c r a i n t i f . " A i n s i c'est l e r e f u s de l ' i n j u s t i c e de l a peur et de l a mort qui est l'arme qu'on l e u r oppose. V i c t o r i a s a i t , de eette f a c o n , p r e t e r l e courage de son devouement a Diego. I l s sont de nouveau r e u n i s par un mot de tendresse, V i c t o r i a f a i t l e geste supreme de plaquer sa main sur l e s marques de Diego pour se contaminer volontairement. B r e f , e l l e veut s ' u n i r a l u i dans l a mort. Mais, geste v a i n , Diego se sauve comme un insense, V i c t o r i a se lamente, "Ah! S o l i t u d e . " 4 3 Domine par c e t t e f o l i e de desespoir, Diego cherche l ' e v a s i o n de eette v i l l e du malheur. I I pense se j o i n d r e aux deserteurs dans l e s bateaux au l a r g e . Encore une f o i s 11 a cede a. l a peur et l a S e c r e t a i r e s u r g i t pour empecher son dessein et l ' a t t i r e r vers e l l e . Des ee moment commence l a r e v o l t e de Diego contre l e pouvoir i n j u s t e de l a Peste. Son o r g u e i l p a r l e d'abord: "Mourir n'est r i e n . Mais mourir s o u i l l e " / 4 " ^ P u i s , degoute par l e s e f f o r t s de l a S e c r e t a i r e pour l e charmer, i l c r i e 102 son mepris: "Je prefere votre haine a vos s o u r i r e s . Je 50 vous meprise." De plus en p l u s , comme l a S e c r e t a i r e continue de se moquer de l u i en l u i p a r l a n t d'un ton n a t u r e l des cruautes de son metier, Diego enrage contre e l l e . Soudain, tremblant de f u r e u r , i l l a prend au c o l l e t et s'exclame: " F i n i s s e z , f i n i s s e z done votre s a l e comedie! ... Mais j e vous en pre v i e n s , un homme s e u l , c'est plus g£nant, ca c r i e s a ' j o i e et son agonie. Et moi v i v a n t , j e c o n t i n u e r a i a deranger votre b e i ordre par l e hasard des c r i s . Je vous'refuse, j e vous refuse de tout mon etre ."'51 A i n s i , Diego retrouve son courage, se r e v o l t e et passe a l'attaque de l'ennemi. Secouant l a S e c r e t a i r e dans son i n d i g n a t i o n , Diego s'elance dans une t i r a d e contre l a machine a d m i n i s t r a t i v e q u i opprime et hu m i l i e l e s gens de Cadix: " I I est v r a i que vous mentez. ... Vous l e u r avez donne l a douleur de l a faim et des separations pour l e s d i s t r a i r e de l e u r r e v o l t e . ... Vous l e s epuisez, vous devorez l e u r temps et l e u r s f o r c e s . ... l i s sont s e u l s malgre l e u r masse, comme j e s u i s s e u l a u s s i . Chacun.de nous est s e u l a cause de l a l a c h e t e des autres. Mais moi qui s u i s a s s e r v i comme eux, h u m i l i e . . avec eux, j e vous annonce pourtant que vous n'^tesr r i e n . ... Vous avez o u b l i e l a rose sauvage, ... l a grande v o i x de l a mer . . . l a c o l e r e des hommes! Ne r i e z pas ... vous v o i l a deja vaincus, p a r c e q u ' i l y a dans l'homme ... une f o r c e que vous ne r e d u i r e z pas, une f o l i e c l a i r e , melee de peur et de courage, ignorante et v i e t o r i e u s e a tout jamais. C'est c e t t e f o r c e q u i va se l e v e r et vous saurez a l o r s que vot r e g l o i r e e t a i t fumee."52 P u i s , comme e l l e r i t de l u i , i l l a g i f l e . Par l a , Diego communique sa r e v o l t e aux hommes du choeur qui arrachent l e u r s b a i l l o n s et poussent un long c r i de j o i e . 103 C'est a l o r s que Diego s'apercoit que dans son e l a n , i l a ecrase sa marque et s'est l i b e r e de l a peste. A ce moment dramatique, l a S e c r e t a i r e etonne Diego par sa r e a c t i o n inattendue: "Magnif ique.' ... La marque d i s p a r a i t . Con-A 53 t i n u e z , vous etes sur l a bonne v o i e . " Puis l a S e c r e t a i r e r e v e l e a Diego l e secret de son triompha contre l a peste: "Leur systeme est e x c e l l e n t , mais 11 y a une malfa^on dans l e u r machine. ... i l a t o u j o u r s s u f f i qu'un homme surmonte sa peur et se r e v o l t e pour que l e u r machine commence a g r i n c e r ... et qu e l q u e f o i s , e l l e f i n i t vraiment par se gripper."54 Et quand Diego l u i repond q u ' i l n'a plus peur, a l o r s l a S e c r e t a i r e se r e t i r e en avouant: "Je ne puis r i e n contre vous.""^ Sa peur surmontee, Diego est desormais i n v u l n e r a b l e . Tout de s u i t e i l se tourne vers un malade b a i l l o n n e , l e pecheur courageux et f r a n c , et tous deux remarquent que l e vent de l a mer s o u f f l e sur l a v i l l e , symbole du r e t o u r de l a l i b e r t e pour l e s hommes animes de courage. Quant a Diego, i l s ' a g i t maintenant de chasser l a peste de l a v i l l e et de r e s t a u r e r l a l i b e r t e . I I commence en c r i a n t aux gens de se l e v e r et de c r i e r avec l u i q u ' i l s n'ont pas peur: "0 s a i n t e r e v o l t e , r e f u s v i v a n t , honneur du peuple, donne a. ces b a i l l o n n e s l a f o r c e de t o n c r i . " ^ Au choeur q u i repond, c r a i n t i f , q u ' i l s r i s q u e n t de perdre t o u t , Diego f a i t appel a l a r a i s o n : "Aujourd'hui i l vous f a u t v a i n c r e l a peur s i vous voulez seulement * 57 garder l e pa i n . . R e v e i l l e - t o i , Espagne." 104 E n f i n Diego r e u s s i t a i n f u s e r de l 1 e s p o i r dans l e u r e s p r i t h e s i t a n t . I I l e s encourage: "Qui p a r l e de desesperer? Le desespoir est un b a i l l o n . Et c ' e s t " l e tonnerre de l ' e s p o i r , l a f u l g u r a t i o n du bonheur qui dechirent l e s i l e n c e de ce t t e v i l l e assiegee ... c r i e z l a l i b e r t e aux quatre coins du c i e l . " 5 8 Avec un grand c r i de del i v e r a n c e l e choeur proclame: " F r e r e , nous jetons tous ces b a i l l o n s . ... L'espoir nous v 59 souleve comme une vague." Ce n'est que l e premier pas de gagne contre 1'oppres-s i o n . Avec l e depart momentane de Diego, l e s a d m i n i s t r a t e u r s reviennent commander l a soumission du peuple a l ' o r d r e . La peur gagne de nouveau sur eux. La S e c r e t a i r e raye quelques v i c t i m e s pour r e n f o r c e r son a u t o r i t e , Nada verse sur tous son mepris c r u e l . Diego r e a p p a r a l t avec un appel calme a l e u r courage: "Vive l a mort, e l l e ne nous f a i t pas p e u r . " ^ Pendant quelque temps encore Diego d o i t se mesurer contre l a Peste, sa S e c r e t a i r e et Nada dans l a l u t t e pour gagner l e peuple. La pantomime r e v e l e l e s h e s i t a t i o n s et l e s tourments des hommes p r i s entre l a peur et l e courage, dans un mouvement d'un c§te a 1'autre de l a scene. Quand e n f i n l a Peste reconnaxt l ' i n v i n c i b i l i t e de Diego contre l a peur, ce personnage en uniforme s'en va chercher d'autres moyens d'attaque, l a i s s a n t l e champ dans l ' i n t e r v a l l e a sa Secre-t a i r e . E l l e seme l e doute et l a confusion a f i n d ' a t t i r e r l a f o u l e v a c i l l a n t e de son c6te. C'est done avec un r i r e p r o d i gieux que l a Peste r e n t r e v o i r l a d i s s e n s i o n que sa 1 0 5 c o l l a b o r a t r i c e a r e u s s i a pr o d u i r e . La Peste se moque de nouveau de Diego: "Quand i l s ont peur c'est pour eux-memes. Mais l e u r haine est pour l e s autres."^"*" Diego repond a c e t t e i n j u r e en lancant encore une f o i s son d e f i : "Ni peur, n i haine, c'est l a notre v i c t o i r e . ' " apres quoi l a Peste tonne sa menace de d e s t r u c t i o n t o t a l e : " S i l e n c e done ou j'ecrase t o u t . " ^ Peu a peu dans l a l u t t e acharnee qui s ' e n s u i t , l e s f o r c e s de Diego prennent de 1'ascendant sur l'ennemi et l ' o b l i g e n t a f u i r . Se r e j o u i s s a n t de l e u r v i c t o i r e , l e s hommes du choeur proclament l e s j o i e s p r i m i t i v e s de l'amour, de l a beaute et de l a r i c h e s s e de l a t e r r e : "Ce sont l e s f e t e s de l a v i c t o i r e , a l l o n s chercher nos femmes." Par une i r o n i e c r u e l l e , c'est a ce moment que l a Peste f a i t poser devant Diego l e corps inanime de sa bi e n -aimee, V i c t o r i a , etendue sur une c i v i e r e , v i c t i m e de l a peste. Diego, t o r t u r e de c h a g r i n , epanche d'abord sur e l l e t o ute l a tendresse de son amour pour l a ra p p e l e r a l a v i e . Puis l a Peste, comptant t r o u v e r Diego v u l n e r a b l e a l a p i t i e , e ssaie de l ' a s s e r v i r par-dessus l a c i v i e r e de V i c t o r i a . C'est une l u t t e personnelle q u i s'engage. Refusant de ceder au pouvoir de l a Peste, Diego o f f r e sa v i e en echange. La Peste essaie de l'en dissuader, l u i rappelant l e s t e n t a t i o n s de l a v i e . Diego r e s t e ferme a ses p r i n c i p e s : "Ma v i e n'est r i e n . Ce qui compte ce sont l e s r a i s o n s de ma v i e . " ^ • 106 La Peste se met alors a tenter Diego avec l'idee de l'amour egoiste l u i o f f r a n t . V i c t o r i a sauve, et l u i aussi, contre l a l i b e r t e de Cadix: "Je te donne l a vie de cette femme et je vous l a i s s e f u i r tous l e s deux, pourvu que vous me l a i s s e z m'arranger avec cette v i l l e . " 6 6 Diego, estimant son i n t e g r i t e au-dessus de son bonheur personnel, refuse: "Non. Je connais mes pouvoirs." "L'amour de cette femme, c'est mon royaume a moi. Je puis en f a i r e ce que je veux. Mais l a l i b e r t e de ces hommes leur appartient. Je ne puis en disposer." Sa revolte a l t r u i s t e continue pour r e a l i s e r l a ju s t i c e et l a l i b e r t e pour l e s autres. C'est alors par l e mepris que l a Peste tache d'ebranler l a f i d e l i t e de Diego envers ses fr e r e s ; mais i l est pret a accepter leurs imperfections: "Je sais q u ' i l s ne sont pas purs. Moi non plus. Je v i s pour mon temps ... l e temps des hommes l i b r e s . " "C'est a mi-hauteur que je tiens a eux. Et s i je ne suis pas f i d e l e a l a pauvre v e r i t e que je partage avec eux, comment l e se r a i s - j e a ce que j ' a i de plus grand et de plus s o l i t a i r e ? " 7 0 Diego, f i d e l e a l'humanite, r e s i s t e done a toutes les tentations de compromis proposees par l a Peste. II t i e n t a son principe de chercher l a l i b e r t e , l e bonheur et l a j u s t i c e dans l a s o l i d a r i t e avec eeux qui souffrent sans l e meriter. II triomphe, par son courage inebranlable, de l ' i n j u s t i c e de l a Peste et c e l l e - c i l'avoue enfin: "Alors j'aime mieux te dire que t u viens de triompher de l a derniere epreuve. S i tu m'avais l a i s s e cette v i l l e , t u aurais perdu cette femme et 107 t u t e s e r a i s perdu avec e l l e . En attendant, c e t t e v i l l e a toutes l e s chances d'etre l i b r e . Tu v o i s , i l s u f f i t d'un insense comme t o i . ... L'insense meurt evidemment."71 C'est done par un paradoxe que Diego vainc l a Peste. Son arme contre l'ennemi, c'est l e courage q u ' i l puise dans l'amour de V i c t o r i a . Mais i l d o i t payer sa v i c t o i r e en renoncant a cet amour pour c h o i s i r l a mort. De plus Diego d o i t s o u f f r i r l a vengeance de l a Peste, l e s u p p l i c e de mourir lentement et peniblement. Apres l e depart de l a Peste, i l y a l e dialogue t r e s bref ou V i c t o r i a p r o t e s t e ardemment contre l a perte de son amoureux. Diego se trouve content de sa d e c i s i o n et de son s a c r i f i c e : "Je me s u i s mis en r e g i e avec l a mort, c'est l a ma f o r c e . Mais c'est une f o r c e q u i devore t o u t , l e bonheur n'y a pas sa place."72 I I r e f u s e a V i c t o r i a l e d e s i r de mourir avec l u i : "Non,. ce monde a besoin de nos femmes pour apprendre a v i v r e . Nous, nous n'avons jamais ete capables que de mourir. ..."73 Et par ses dernieres paroles Diego a f f i r m e encore l a v a l e u r de l'amour: "Je t ' a i aimee de toute mon ame."7*4' V o i l a que Diego meurt, l e s femmes se lamentent avec V i c t o r i a sur son d e s t i n f u n e s t e , mais l a v i l l e est l i b e r e e de l a d i c t a t u r e q u i i n f l i g e a i t a r b i t r a i r e m e n t l a mort, l a peur, l a haine et l e mepris. C'est 1'humble pecheur, c o l l a b o r a t e u r f i d e l e de Diego, qui resume, pour terminer l a p i e c e , l a r e v o l t e e t e r n e l l e contre l ' i n j u s t i c e : 1 0 8 "(La mer) c r i e l e r a l l i e m e n t de tous l e s hommes de l a mer, l a reunion des s o l i t a i r e s . 0 vague, o mer, p a t r i e des ih s u r g e s , v o i c i t on peuple q u i ne cedera jamais."75 Nous savons que de ses quatre pieces Camus a v a i t une preference pour L'Etat de Siege. Nous pouvons juger egalement que Diego, son heros espagnol q u i f a i t penser a Don Quichotte, p l a i s a i t beaucoup a son createur par l'ardeur de son amour, par sa passion pour l a v i e , par son courage o r g u e i l l e u x . Quand Diego d i t q u ' i l est "en r e g i e avec l a mort," l a mort, c'est l a v e r i t e absolue, l a j u s t i c e i n a c c e s s i b l e , q u i i n s p i r e l a f i d e l i t e i n e b r a n l a b l e mais q u i d e t r u i t c e l u i qui l'observe. On reconnaxt i c i l'exigence de Camus qui che r c h a i t l a j u s t i c e a tout p r i x . D ' a i l l e u r s l a conception des r o l e s r e s p e c t i f s de l a femme et de l'homme, t e l s qu'exprimes par Diego dans ses de r n i e r s moments, l ' i d e e que l a femme v i t pour l'amour et que l'homme meurt pour l ' i d e e , est une pensee soulignee maintes f o i s au cours de l a pie c e . Les femmes y trouvent une source d ' i n j u s t i c e . V i c t o r i a p r o t e s t e constamment que Diego d o i t chercher son dev o i r dans l'amour avec e l l e p l u t o t que de chercher l a s o l i d a r i t e avec l e s autres en se detour-nant d ' e l l e . Les femmes du choeur se lamentent que l e s hommes l e s abandonnent pour poursuivre dans l e u r o r g u e i l l e u r s taches vaines et s t e r i l e s . Se lamentant sur l a mort de Diego, V i c t o r i a s ' e c r i e : "Qu'avais-je a. f a i r e de ton 109 ame seule!" Et l e s femmes du choeur se joignent'a. e l l e : "Malheur sur l u i I Malheur sur tous ceux qui desertent nos corps! Misere sur nous surtout qui sommes l e s desertees et qui portons a longueur d'annees ce monde que leur orgueil pretend trans-former. Ah.' puisque tout ne peut etre sauve,. apprenons du moins a preserver l a maison de l'amour. ... Mais l e s hommes preferent l ' i d e e . ... chasseurs d'ombres, chanteurs s o l i t a i r e s , " appelant sous un c i e l muet une impossible reunion et marchant de solitude en solitude, vers l'isolement dernier, l a mort en p l e i n desert!"77 II y a done, pour Camus, une i n j u s t i c e , au niveau psychologique, p a r t i c u l i e r e a l a s i t u a t i o n des femmes dans l a societe. E l l e semble venir, de l a part des hommes, non d'un manque de comprehension, mais plutot d'une incapacite de s'attaeher au bonheur la. ou i l se trouve. Deja, dans Le Malentendu, Maria en f a i s a i t l a remarque a son mari: "... l'amour des hommes est un dechirement. I l s ne peuvent se r e t e n i r de q u i t t e r ce q u ' i l s preferent."78 Dans L'Etat de Siege l e s femmes protestent contre cette solitude que les hommes leur i n f l i g e n t a f i n de pour-suivre l'absolu. E l l e s rappellent aux hommes les joi e s du moment, l e s beautes et l e s richesses de l a vie q u ' i l ne faut pas l a i s s e r passer, l e s yeux f i x e s sur un absolu dans l'avenir. Cette pensee nous rappelle encore une f o i s l a jo i e de vivre de Camus, son exigence de beaute tout en poursuivant un chemin d i f f i c i l e , vers l a j u s t i c e . C'est l a voix de Camus qui e c r i t dans Retour a Tipasa "Le renoncement a l a beaute et au bonheur sensuel qui est attache a l'amour, le ' s e r v i c e e x c l u s i f du malheur, demande une grandeur qui me manque."79 110 A i n s i l a r e a c t i o n psychologique contre l ' i n j u s t i c e est l i e e inevitablement au personnage de Diego: C'est l u i q u i par son amour, par son courage ou par ses d e f a l l i a n c e s i n c i t e l e s autres a r e a g i r aux i n j u s t i c e s de l e u r v i e , done a se r e v o l t e r et a reclamer l a j u s t i c e et l a l i b e r t e auxquelles i l s ont d r o i t . I I est evident que l a r e v o l t e au niveau psycholo-gique est d'une importance c a p i t a l e chez Camus. C'est par l a que l'homme apprend a se c o n n a i t r e , a revendiquer ses d r o i t s , a t e n i r a ses v a l e u r s , b r e f , a formuler une morale. Et ce que Camus semble v o u l o i r nous i n d i q u e r dans son t h e a t r e , c'est que l'homme d o i t r e s i s t e r a 1'exigence de 1'absolu et se contenter de t r o u v e r tout son bonheur dans l'amour, l a j o i e et l a beaute s e l o n l e s l i m i t e s de ce monde. S i l'on remarque que l a p l u p a r t des heros camusiens sont, non pas f r a n c a i s , mais sl a v e s ou espagnols, i l n'est pas surprenant de t r o u v e r c e t t e a t t i t u d e psychologique devant l ' i n j u s t i c e , resumee dans L'Homme Revolte par l a bouche d'un r e v o l u t i o n n a i r e russe: " B i e l i n s k i a compris que ce q u ' i l d e s i r a i t n ' e t a i t pas 1'absolu de l a r a i s o n , mais l a p l e n i t u d e de l'e^tre. Notes sur l e Chapitre II 1 L'Homme Revolte, pp. 25-25. 2 C a l i g u l a , p. 134. 3 Ibid., p. 188. 4 I b i d . , pp. 187-189. 5 Ibid., p. 121. 6 Ibid., p. 122. 7 Ibid., p. 165. 8 I b i d . , p. 172. 9 Ibid., p. 173. 10 Ibid., p. 175. 11 Ibid. , p. 176. 12 Ibid., p. 177. 13 Ibid., p. 195. 14 Ibid., p. 216. 15 Le Malentendu. pp. 22-23 . 16 I b i d . , pp. 7 9 - 8 0 . 17 Ibid., pp. 36-37. 18 I b i d . , pp. 8 2 - 8 3 . 19 Ibid., p. 25. 20 PL Vol. I, p. 1785. 21 Les Justes, p. 41 . 22 Ibid., p. 103. 23 I b i d . , p. 105. 24 I b i d . , p. 69. 25 I b i d . , pp . 69-70. 26 I b i d . , p. 77. 27 I b i d . , P. 85. 28 I b i d . , P- 89. 29 I b i d . , pp . 45-46. 30 I b i d . , P. 46. 31 I b i d . 32 I b i d . , PP . 116-120 33 I b i d . , P. .125. 34 I b i d . , P. 173. 35 Jean Onimms, Camus 36 I b i d . 37 L'Etat de Siege, p 38 I b i d . , P. 26. 39 I b i d . , P- 29. 40 I b i d . , PP . 6 2-6 3 . 41 I b i d . , P- 132. 42 I b i d . , P. 133. 43 I b i d . , P- 159. 44 I b i d . , P- 160. 45 I b i d . 46 I b i d . 47 I b i d . 48 I b i d . , P- 162. 49 I b i d . , P. 168. 50 I b i d . , P. 169. 51 I b i d . , P. 174. 52 I b i d . , PP . 175-176. 53 I b i d . , P- 177. 54 I b i d . , P. 178. 55 I b i d . , P. 179. 56 I b i d . , P. 184. 57 I b i d . , P- 185. 58 I b i d . , P- 187. 59 I b i d . 60 I b i d . , P. 191. 61 I b i d . , P. 200. 62 I b i d . 63 I b i d . , P. 201. 64 I b i d . , P- 203. 65 I b i d . , p. 208. 66 I b i d . , P. 209. 67 I b i d . 68 I b i d . , P- 211. 69 I b i d . , P- 213. 70 I b i d . , P. 215. 71 I b i d . , P. 216. 72 I b i d . , P« 227. 73 I b i d . , P. 228. 74 I b i d . 75 I b i d . , P. 234. 114 76 I b i d . , p. 228. 77 I b i d . , pp. 229 -230. 78 Le Malentendu. p. 3 0 . 79 Camus, L'Et e , p.. 147. 80 L'Homme R e v o l t e . p. 191. CHAPITRE I I I  L'HOMME DEVANT L'INJUSTICE AU NIVEAU METAPHYSIQUE Camus e c r i t dans L'Homme Revolte n L a r e v o l t e metaphysique est l e mouvement par l e q u e l uh homme se dresse contre sa c o n d i t i o n et l a c r e a t i o n t o u t e e n t i e r e . E l l e est metaphysique parce q u ' e l l e c o n t e s t e l e s f i n s de l'homme et de l a c r e a t i o n . ... l e r e v o l t e metaphysique ( p r o t e s t e ) c o ntre l a c o n d i t i o n q u i l u i est f a i t e en t a n t qu'homme. ... ( i l ) se d e c l a r e f r u s t r e par l a c r e a t i o n . " ... S i l e s hommes he peuvent pas se r e f e r e i * a une v a l e u r commune, reconnue par tous en chacun, a l o r s l'homme est incomprehensible a l'homme. ... Le mouvement de r e v o l t e a p p a r a i t chez l u i comme une r e v e n d i c a t i o n de c l a r t e et d' u n i t e ... l ' a s p i r a t i o n a un o r d r e . ... Le r e v o l t e metaphysique se dresse s u r un monde b r i s e pour eh reclamer 1'unite. I I oppose l e p r i n c i p e de j u s t i c e q u i est en l u i au p r i n c i p e d ' i n j u s t i c e q u ' i l v o i t a l'oeuvre dans l e monde."1 L'empereur C a l i g u l a i n c a r n e ce r e v o l t e metaphysique. Selon S c i p i o n , i l e t a i t au commencement de son regne un empereur i d e a l i s t e , r a i s o n n a b l e et j u s t e . " I I r e p e t a i t souvent que f a i r e s o u f f r i r e t a i t l a se u l e f a ^ o n de se tromper. I I v o u l a i t e t r e un homme j u s t e . " 2 P u i s i l est s a i s i d'une p a s s i o n de l a v e r i t e absolue q u i l e transforme soudain en monstre de cruaute et e n f i n mene a sa d e s t r u c t i o n . C'est avec l e choc de l a mort d'e sa soeur que C a l i g u l a f a i t l a decouverte de 1'absurde de l a c o n d i t i o n humaine: 115 116 3 "Les hommes meurent et ne sont pas heureux." Gette ren-contre avec l e Mal rend Caligula lucide mais en meme temps fou. II reconnait que son monde est b r i s e , que l a vie humaine rend l a j u s t i c e impossible. C'est l a faute des dieux. I l s t r i c h e n t . Caligula va alors exiger l a v e r i t e . II se revolte contre l e s dieux. Dans cette revelation brutale Caligula constate que l a j u s t i c e des dieux, c'est l'absurde. Dans ce monde i l n'y a pas de j u s t i c e , i l n'y a que l'absurde. Done pour etre logique i l faut vivre l'absurde jusqu'a l a l i m i t e , pousser l'absurde a l'extreme en l e mimant dans l a v i e . Tout est permis. C'est l a l i b e r t e sans bornes. C a l i g u l a se voue alor s a r e a l i s e r 1'impossible. II refuse ce monde injuste et insupportable. Sa reaction immediate est de se n t i r l e besoin de quelquechose qui ne so i t pas de ce monde. II exige l a lune, symbole de sa s o i f de 1'absolu inaccessible. Au premier contact avec son entourage o f f i c i e l , egocentrique et obtus, Ca l i g u l a se revolte. Sa demence eclate sur l a scene. II se met a jouer l a v i e . II lance l e d e f i a l'absurde. II va se se r v i r de son pouvoir absolu sans l i m i t e s . II proclame a ses senateurs et a ses fonctionnaires: "Tout est c a p i t a l . ... Tout est sur l e meme pied. ... Si l e Tresor a de 1'importance, alors l a vie humaine n'en a pas. ... J' a i decide d'etre logique. ... J'exterminerai l e s contradictions. ... Ma l i b e r t e n'a plus de f r o n t i e r e s . ... Ce monde est sans importance et qui l e reconnait 117 conquiert sa l i b e r t e . ... II vous est venu un empereur pour vous enseigner l a l i b e r t e . . . . 1"impossible est r o i . ... , vivre c'est l e contraire d'aimer." Mais l e but de sa logique absurde reste toujours i d e a l i s t e , c'est un absolutisme d'innocent: "Je f e r a i a ce s i e c l e l e don de l ' e g a l i t e . Et lorsque tout sera aplani, 1'impossible enfin sur t e r r e , l a lune dans mes mains, a l o r s , peut-etre, moi-meme je s e r a i transform! et l e monde avec moi, alors enfin l e s hommes ne mburront pas et i l s seront heureux."5 Des sa constatation de l'absurde, l a di s i n t e g r a t i o n de l a personnalite de Caligula s'annonce. II s'elance dans son aventure de destruction et de violence. Comme i l n'y a que l ' i n j u s t i c e et l a souffranee dans l a vie absurde dominee par l a mort, Cal i g u l a se met a. provoquer l a mort. II tue arbitrairement pour se venger des abus de l a creation. II veut lui-meme creer 1'absolu de l ' a b s u r d e , — l a j u s t i c e , l a l i b e r t e , et l e bonheur a sa facon. II veut enseigner aux hommes l a v e r i t e . Le premier pas, c'est d'effacer l e passe, de renverser 1'ordre humain avec ses notions de raison et de valeur. S i l e s dieux sont cruels, C a l i g u l a va les egaler. II humilie, i l tue, i l se moque des hommes. II nie 1'amitie, i l nie l'amour, i l seme l a cruaute, l a haine et 1 T i n d i f -ference . C'est un Caligula dechaahae, un demon. Mais i l ne faut pas oublier que dans toute cette frenesie, i l cherche l a purete. Ce n'est pas 1'ambition qui l e pousse. II est hante par l e desir de retrouver 1'unite du monde, de 118 r e s s a i s i r 1'innocence de l a v i e , bref, de recouvrir l a v e r i t e . Pendant t r o i s ans C a l i g u l a essaie d'etancher sa s o i f de l'absolu inaccessible. Semant l a mort, l'humiliation et l a peur i l devient de plus en plus v i o l e n t , se moquant toujours des dieux, se croyant enfin plus puissant qu'eux. En epargnant l a vie a Cherea i l s'exclame: "Admire ma puissance. Les dieux eux-memes ne peuvent pas rendre 1'innocence sans auparavant punir."6 Au commencement de l a piece l e spectateur peut trouver Caligula amusant. On r i t de sa facon de deconcerter l e s p a t r i c i e n s en revelant leur hypocrisie, leur lachete et leur peur egoiste. Cependant a mesure q u ' i l devient plus violent et c r u e l , on s'apercoit que l a f o l i e de tuer et de detruire a transforme l e geant epris de j u s t i c e en bouffon pitoyable, repugnant, desespere et s o l i t a i r e . Au fur et a mesure q u ' i l poursuit cet i t i n e r a i r e de 1'absurde i l se separe des hommes. En rejetant l a condition humaine, i l f i n i t par n i e r l'humanite car i l s a t i r i s e meme l a j u s t i c e et l a v e r i t e . Nous nous revoltons avec Scipion devant l a sublime arrogance, l'incroyable mepris de cet empereur n i h i l i s t e qui conteste l e d r o i t au courage et a l a dignite humaine: "Et sur tous l e s visages qui s'avancent alors du fond de l a nuit amere, dans leurs t r a i t s tordus par l a haine et l'angoisse, je reconnais, en e f f e t , avec ravissement, l e seul dieu que j'aie adore en ce monde: miserable et lache comme l e coeur humain."7 Plus C a l i g u l a provoque l e meurtre et l a haine, plus 119 i l d e v i e n t , i n t e r i e u r e m e n t , d e s e s p e r e et s o l i t a i r e . C'est l a ou a b o u t i t s a l o g i q u e de l ' a b s u r d e : "Quand j e ne t u e pas, j e me sens s e u l . " 3 Nous voyons que sa p a s s i o n pour l a v i e s ' e s t t o u r n e e en n e g a t i o n de t o u t . C'est avec l e meurtre de C a e s o n i a que C a l i g u l a avoue l ' e c h e c de s a r e c h e r c h e de l a v e r i t e : " J ' a i 9 c o n q u i s l a d i v i n e c l a i r v o y a n c e du s o l i t a i r e . " "Mais t u e r n ' e s t pas l a s o l u t i o n T o i a u s s i , t u es co u p a b l e . ... Mais q u ' i l e s t amer d ' a v o i r r a i s o n et de d e v o i r a l l e r j u s q u ' a l a consommation. J ' a i peur. ... C'est 1'innocence q u i p r e p a r e son t r i o m p h e . 10 Je n ' a b o u t i s a r i e n . Ma l i b e r t e n ' e s t pas l a bonne." La r e v o l t e de C a l i g u l a c o n t r e l e d e s t i n humain echoue c a r i l a s u i v i l e chemin de l ' a b s u r d e q u i ne mene qu'a l a d e s t r u c t i o n . I I s ' e s t donne l a l i b e r t e s o l i t a i r e , i l s ' e s t detourne des hommes, done i l n'a pas t r o u v e l a j u s t i c e n i l e bonheur. Sa r e v o l t e m o t i v e e p a r l ' e x i g e n c e de l ' i n n o c e n c e l ' a t r a n s f o r m e en demon pur dans l e mal. Au l i e u de r e a l i s e r 1 ' u n i t e et l a v a l e u r de l a v i e humaine, i l a f i n i p a r se d e t r u i r e . S ' i l donne une l e c o n aux hommes, c ' e s t p a r l e s p e c t a c l e de son echec, c a r s a r e v o l t e n'a mene qu'au neant. Camus lui-meme l e juge a i n s i : " C a l i g u l a e s t un homme que l a p a s s i o n de v i v r e c o n d u i t a l a rage de d e s t r u c t i o n , un homme q u i p a r f i d e l i t e a soi-meme e s t i n f i d e l e a l'homme. I I r e c u s e t o u t e s l e s v a l e u r s . Mais s i sa v e r i t e e s t de n i e r l e s d i e u x , son e r r e u r e s t de n i e r les'hommes. I I n'a pas compris qu'on ne peut t o u t d e t r u i r e sans se d e t r u i r e soi-meme. C'est l ' h i s t o i r e de l a p l u s humaine et de l a p l u s t r a g i q u e des e r r e u r s . " l l E t a u s s i l a p a r o l e de Camus dans La Chute semble 120 resumer l a tragedie de Ca l i g u l a : ,TLe gout de l a v e r i t e a tout prix est une passion qui n'epargne r i e n et a quoi r i e n ne resiste."12 A i n s i on peut dire que l a revolte metaphysique de Caligula est d'une part un long c r i desespere contre l ' i n j u s t i c e de l a condition f a i t e a l'homme par les dieux, et d'autre part une lecon a l ' h i s t o i r e car l a f i n de 1'empereur dement prouve que l'homme ne peut prendre l a place des dieux sans se detruire lui-meme. On s a i t que Camus, a l'epoque ou i l e c r i v i t C a l i g u l a , e t a i t a l a f o i s etranger a 1'esprit r e l i g i e u x et profondiment marque par 1'inquietude metaphysique. C'est en 1936 q u ' i l preparait, a l a Faculte d'jAlger, un diplome d'etudes superieures i n t i t u l e Hellenisme et Christianisme, P l o t i n et saint Augustin. De son contact avec 1'Hellenisme, grace a son maitre Jean Grenier, Camus avait retenu l ' e s p o i r que l'homme t i e n t sa destinee entre ses mains et l e gout du monde antique, cadre de l a tragedie de l'homme sans Dieu. La revolte de l'homme contre l ' i n j u s t i c e de son sort sur terre prend alors l e visage symbolique de Promethee. Pour saint Augustin, Promethee, c r u c i f i e et revolte contre les faux dieux, e t a i t une prefiguration du Christ redempteur.' La f i n de Cali g u l a , qui s a i t q u ' i l va mourir seul, et devra suivre son calva i r e jusqu'a l a consommation a, comme l'ont d i t l e s c r i t i q u e s , l e mouvement du Christ au Mont des O l i v i e r s . Mais, pour Camus, Caligula devant l ' i n j u s t i c e du 121 d e s t i n , c'est, comme i l l e d i t dans L'Homme Revolte " l a f o l i e de 1"impossible dont l a br u l u r e ne q u i t t e jamais plus 13 c e l u i q u i , une f o i s au moins, s'y est abandonne." Ce theme du d e f i par l a demesure, et de ses dangers, Camus l e v o y a i t deja l o r S ' q u ' i l e c r i v i t C a l i g u l a . Avec l e th e a t r e du T r a v a i l en 1937 a A l g e r , i l monta l e Promethee enchaine d'Eschyle; en 1941, i l p r o j e t a i t un e s s a i sur l a Tragedie, dans l e q u e l i l eut t r a i t e , entre a u t r e s , de PromSthee. C a l i g u l a prend sur l u i l a haine du monde, comme Promethee p r i t c e l l e de Zeus. Gn songe a l a f i n de Meursault, dans L'Stranger, d i s a n t : " I I me r e s t e r a i t a souh a i t e r q u ' i l y a i t beaucoup de spectateurs l e jou r de mon execution et q u ' i l s m ' a c c u e i l l e n t avec des c r i s de haine."14 C'est egalement ce que souhaite, au moment de mourir, Stavroguine dans Les Possedes: "Je l e s f o r e e r a i a me h a i r 15 encore davantage, a u s s i j e me s e n t i r a i plus l e g e r . " J I I est a noter que Camus supprima l e passage ci-dessus dans son adaptation des Possedes en 1959. C'est q u ' i l a v a i t , depuis, parcouru l e chemin q u i l e menera vers une a t t i t u d e plus mesuree, t e l q u ' i l est annonce a l a f i n de L'Homme  Revolte: "Le long s i l e n c e de Promethee decant l e s f o r c e s q u i l' a c c a b l e n t c r i e t o u j o u r s . Mais Promethee a vu, entre temps, l e s hommes se tourner a u s s i contre l u i et l e r a i l l e r . Coince entre l e mal humain et l e d e s t i n , l a t e r r e u r et 1 ' a r b i t r a i r e , i l ne l u i r e s t e que sa f o r c e de r e v o l t e pour sauver du meurtre ce qui peut l ' e t r e encore, sans ceder a l ' o r g u e i l du blaspheme. 122 "On comprend alors que l a revolte he peut se passer d'un etrange amour. Ceux qui he trouvent de repos n i en Dieu n i en l ' h i s t o i r e se condamnent a vivre pour ceux qui, comme eux, ne peuvent pas vi v r e : pour les humilies. Le mouvement l e plus pur de l a revolte se couronne alors du c r i dechirant de Karamazov: s ' i l s ne sont pas tous sauves, a jquoi bon l e salut d'un seul' A i n s i , des condamnes catholiques, dans l e s cachots d'Espagne, refusent aujourd'hui l a communion parce que les pretres du regime l'ont rendue o b l i g a t o i r e dans certaines prisons. Ceux-la aussi, seuls temoins de 1'innocence c r u c i f i e e , refusent l e sal u t , s ' i l doit e^tre paye de l ' i n j u s t i c e et de 1'oppression. Cette f o l l e g^eherosite est c e l l e de l a revolte, qui donne sans d e l a i l ' i n j u s t i c e . Son honneur est de ne r i e n c a l c u l e r , de tout d i s t r i b u e r a l a vie presente et a ses fre r e s vivants."l6 Dans Les Justes l a revolte metaphysique est evidente dans l a scene en prison ou Kaliayev, l e meurtrier sans haine, est confronte par sa victime, l a Grande-Duchesse. E l l e , pieuse et devote, veut o f f r i r a Kaliayev l e pardon et l a grace de Dieu, veut l u i persuader de se repentir et de p r i e r avec e l l e . Kaliayev, croyant en Dieu, mais refusant l a Sainte E g l i s e , l i e e comme e l l e est, a son avis, a l ' i n j u s t i c e du regime, a peur de se l a i s s e r tenter par cette so l u t i o n a son dilemme de meurtrier innocent. II repond a l a Grande-Duchesse: "Vous essayez de detendre ma force et de me desesperer. Vous n'y reussirez pas. 17 Laissez-moi." C'est un c r i de souffrance qui revele l a tourmente de Kaliayev, p r i s entre son desir d'innocence et sa resolution d'accepter d'etre meurtrier. II se revolte contre l e propos de l a Grande-Duchesse que Dieu l e j u s t i f i e r a , en s'exclamant: "Quel Dieu, l e mien ou l e ventre?" 123 K a l i a y e v refuse l e pardon de l a Grande-Duchesse q u i l u i epargnerait l e p r i x de son crime sur l a potence, i l r e f use l a grace de Dieu qui l ' a b s o u d r a i t de son peche. Pourquoi? P a r c e q u ' i l ne concoit son acte de t u e r n i comme crime, n i comme peche. Pour l u i c'est "un acte de j u s t i c e " q u ' i l est r e s o l u de payer de sa propre v i e . . Selon son code d'honneur i l d o i t donner sa v i e pour j u s t i f i e r l e meurtre q u ' i l a commis. C'est ce q u ' i l d o i t f a i r e pour r e s t e r f i d e l e aux hommes q u ' i l aime, pour t r o u v e r l a s o l i d a r i t e avec l e s hommes pour qui i l t r a v a i l l e a cre e r un monde j u s t e a l ' a v e n i r . K a l i a y e v r e j e t t e l a v i e sauve et innocente que l a Grande Duchesse l u i o f f r e en exp l i q u a n t : " V i v r e est une t o r t u r e puisque v i v r e separe. ... Mes rendez-vous sont sur 19 c e t t e t e r r e . " b r e f , l a s o l i d a r i t e dans l a douleur avec l e s creatures q u i s o u f f r e n t . K a l i a y e v r e j e t t e done l ' i d e e de Dieu, de sa grace, de son pardon. I I exige l a j u s t i f i -c a t i o n de son acte v i o l e n t commis a contre-coeur, l e temoignage de son amour pour l e s hommes, en mourant a l'echafaud. On s'apercoit jusqu'a quel point K a l i a y e v a du r e s i s t e r aux p l a i n t e s de l a Grande Duchesse quand i l f a i t remarquer au det e s t a b l e Skouratov: " J ' a v a i s besoin 20 de mepriser a nouveau." K a l i a y e v s'est f o r c e a s'endurcir l e coeur pour ne pas tomber dans l a t e n t a t i o n d'accepter l a grace de Dieu comme l a Grande-Duchesse, p i t o y a b l e et s i n c e r e , l a l u i a o f f e r t e . Pour l u i , comme pour C a l i g u l a , l e mepris 124 est l ' a n t i d o t e de l a tendresse. C'est encore l a f i n de l'homme absurde: " I I s ' a g i t de mourir i r r e e o n c i l i e , et 21 non pas de p l e i n gre." K a l i a y e v refuse l a j u s t i c e de D i e u pour accepter l a j u s t i c e des hommes. La meurtriere Martha et sa mere complice incarnent l a r e v o l t e metaphysique dans Le Malentendu. Cependant, en contras t e avec c e l l e de C a l i g u l a ou de K a l i a y e v , l e u r r e v o l t e est un mouvement e g o i s t e contre l e u r d e s t i n person-n e l . Se trouvaht s e u l e s , abandonnees de l e u r f a m i l l e , condamnees a une existence dure et monotone dans l a misere, sous un c i e l f r o i d et g r i s , e l l e s se r e v o l t e n t contre l e u r s o r t c r u e l , contre 1 ' i n d i f f e r e n c e de D i e u . L e u r but, c ) e s t 1'evasion l o i n de c e t t e v i e deprimante a f i n de chercher une v i e de bonheur dans l e pays du s o l e i l pres de l a mer, l a l i b e r t e e n f i n . Pour l u t t e r contre 1 ' i n d i f f e r e n c e et l e mepris du d e s t i n , e l l e s se fon t i n d i f f e r e n t e s aux v a l e u r s humaines et dedaigneuses de l a v i e . E l l e s c h o i s i s s e n t l e meurtre et l e v o l pour o b t e n i r 1'argent necessaire a l a r e a l i s a t i o n de l e u r reve. Pour assurer l e succes de l e u r prOjet ; l e s deux femmes se separent des hommes, c h o i s i s s e n t un chemin s o l i t a i r e . E l l e s refusent obstinement to u t contact amical. L ' i r o n i e de l e u r echec d e r i v e du malentendu provoque par c e t t e i n s i s t a n c e sur l e besoin de l e u r s o l i t u d e . E l l e s ont refuse non seulement l e u r d e s t i n , c ' e s t - a - d i r e , D i e u , mais a u s s i 125 e l l e s ont r e j e t e l'humanite. En f a c e de l'e c h e c de l e u r r e v o l t e , l a mere abandonne et se s u i c i d e . Au c o n t r a i r e Martha proclame de nouveau sa r e v o l t e , recusant c e t t e f o i s l ' i n j u s t i c e de l a v i e et des dieux q u i l ' a p r i v e e de t o u t ce q u ' e l l e d e s i r a i t au monde. C'est en c r i s sauvages q u ' e c l a t e l a v i o l e n c e de son amertume contre son f r e r e et sa mere, l a n o s t a l g i e desesperee de ce pays de bonheur dont i l s l ' o n t p r i v e e , sa haine f r e n e t i q u e contre l e s dieux: "NonI j e n'av a i s pas a v e i l l e r sur mon f r e r e , et pourtant me v o i l a e x i l e e dans mon propre pays; ma mere elle—m e W ma r e j e t e e . ' . . . c e c i est l ' i n j u s t i c e qu'on f a i t a l'innocence.' Le v o i l a q u i a obtenu maintenant ce q u ' i l v o u l a i t , t a n d i s que j e r.este s o l i t a i r e , l o i n de l a mer dont j ' a v a i s s o i f . Ghl j e l e h a i s i ... V o i l a l e p r i x q u ' i l f a u t payer pour l a tendresse d'une mere! Q u ' e l l e meure done puisque j e ne s u i s pas aimee" Q u ' e l l e me l a i s s e a ma j u s t e c o l e r e J Car, avant de mourir, j e ne l e v e r a i pas l e s y.eux pour i m p l o r e r l e c i e l . ... Gh! j e h a i s ce monde ou. nous en sommes r e d u i t s a Dieu. Mais moi q u i s o u f f r e d ' i n j u s t i c e , on ne m'a pas f a i t d r o i t , ... j e q u i t t e r a i ce monde sans e t r e r e c o n c i l i e e . " 2 2 Et a Mar i a , Martha d e c l a r e avec une durete calme et i m p i t o y a b l e : " J ' i m a g i n a i s que l e crime ..... nous a v a i t u n i e s , ma mere et moi, pour t o u j o u r s . ... Le crime a u s s i est une s o l i t u d e . ..."23 E n f i n , rongee par une haine farouche Martha s ' e e r i e : "Comprenez que v o t r e douleur ne s ' e g a l e r a jamais a l ' i n j u s t i c e . qu'on f a i t a. l'homme et pour f i n i r , ecoutez mon c o n s e i l . ... P r i e z v o t r e Dieu q u ' i l vous f a s s e semblable a l a p i e r r e . C'est l e bonheur q u ' i l prend pour l u i , c'est l e s e u l v r a i bonheur. ... Vous avez a. c h o i s i r entre l e bonheur s t u p i d e des c a i l l o u x et l e l i t g l u a n t ou nous vous attendons."24 126 On v o i t que l a r e v o l t e de Martha eehoue, d'abord paree que l e d e s t i n est t r o p f o r t contre e l l e , mais a u s s i parce q u ' e l l e a c h o i s i des moyens faux. Pour repondre a sa s o i f de bonheur et de j u s t i c e , e l l e a c h o i s i l e crime qui n i e l e respect de l a v i e humaine. E l l e a s u i v i , avec sa mere force e a l a c o m p l i c i t e , l e chemin s o l i t a i r e qui mene au n i h i l i s m e . Dans Les J u s t e s , Stepan s ' e c r i a i t : "Ou t r o u v e r a i s - j e l a f o r c e d'aimer? I I me r e s t e au moins c e l l e de hai'r. Cela vaut mieux que de ne r i e n s e n t i r . " 2 5 Mafctha, aux c o n f i n s de l a haine, trouve l e v i d e d'un desert ou meme l a p i e r r e sera r e d u i t e en poussiere. C'est "Ce s u p p l i c e i n d i c i b l e ou tout l ' e t r e s'emploie a ne r i e n achever. C'est l e p r i x q u ' i l f a u t payer pour l e s passions de c e t t e t e r r e . " 2 6 C'est encore une f o i s l e theme cher a Camus que l e bonheur n'est p o s s i b l e que dans l a s o l i d a r i t e avec l e s hommes. Par deux f o i s , de facon frappante, Nada, dont l e nom s i g n i f i e Rien et qui lui-meme incarne l e neant, proclame dans L'iStat de Siege l a r e v o l t e metaphysique: "Dieu n i e l e monde, et moi j e n i e DieuJ Vive r i e n puisque c'est l a seule chose qui e x i s t e . " 2 7 "Adieu, braves gens, vous apprendrez c e l a un j o u r qu'on ne peut pas bien v i v r e en sachant que l'homme n'est r i e n et que l a face de Dieu est a f f r e u s e . " 2 8 Nada f a i t plus que "contester l e s f i n s de l'homme et 29 de l a c r e a t i o n . " I I l e s n i e totalement. Ne trouvant aucune 127 v a l e u r n i dans l'homme, n i dans l a c r e a t i o n , i l f i n i t par se s u i c i d e r . Cependant l a r e v o l t e de cet ivrogne t u r b u l e n t joue un r o l e c a p i t a l dans l a r e s i s t a n c e contre 1 Toppression. Ne croyant airxen, Nada n'a peur de r i e n . Se moquant de t o u t , i l trouve ttla l i b e r t e du''mepris." Tres t o t sa reponse aux reproches du juge pour son blaspheme, r e v e l e son cynisme: " J ' a i l u dans l e s l i v r e s q u l i l vaut mieux e t r e l e complice 30 du c i e l que sa v i c t i m e . " Et en refusant l ' o r d r e du juge de se mettre a genoux avec l e r e s t e et de c r a i n d r e Dieu, Nada aj o u t e : "(Je ne s 31 c r o i s ) a r i e n de ce monde, sinon au v i n . Et a r i e n du c i e l . " ^ Cette f o r c e d e s t r u c t r i c e engendree par son dedain, e c l a t e dans l a scene de desordre provoquee par l a comete et domine tout l e prologue. Nada v i t u p e r e contre t o u t l e • monde et contre t o u t propos. I I se moque de l ' h y p o c r i s i e pieuse du juge, de l a proclamation mensongere du gouverneur. Puis i l se tourne vers Diego qui a f f i r m e l a r a i s o n et 1'honneur. M e n t i r , selon son point de vue cynique: ."C'est une p o l i t i q u e ... que j'approuve p u i s q u ' e l l e ^ ^ v i s e a tout supprimer ... c'est l'heure de l a v e r i t e . " ^ Apres c e l a Nada s'elance dans une b e l l e t i r a d e poetique, p l e i n e de v i o l e n c e a caractere espagnol, ou i l c o n c e i t l e monde comme un taureau f u r i e u x q u ' i l attaque et tue d'un geste magnifique, un d e f i e t e r n e l a l a c r e a t i o n que meprise ce n i h i l i s t e . E n f i n , bouffon, t o u j o u r s eloquent, 128 moqueur et provocateur, Nada se p r e c i p i t e au marche pour "b o i r e e n f i n a l a mise a mort u n i v e r s e l l e . " ^ A i n s i se termine l a clameur du prologue ou l a v o i x r a i l l e u s e de Nada s'oppose, d'une part aux appels faussement meta-physiques, d'autre part a 1 ' a f f i r m a t i o n de l a v a l e u r de l a c o n d i t i o n humaine. Avec l ' a r r i v e e de l a Peste et sa S e c r e t a i r e , Nada se d i s t i n g u e dans l a f o u l e par son r i r e r i c a n e u r . Recon-naissant l a f o r c e du cynisme dans l e u r regime o p p r e s s i f et a r b i t r a i r e , l a S e c r e t a i r e l e designe a l a Peste comme c o l l a b o r a t e u r u t i l e . Toujours moqueur, Nada commence a parod i e r l ' i n j u s t i c e et 1 ' i n d i f f e r e n c e de 1' a d m i n i s t r a t i o n . Aux p l a i n t e s du peuple abandonne par l e gouverneur, l e v i e i l homme r i p o s t e : "Selon son d r o i t , peuple, selon son d r o i t . L'Etat c'est l u i , et i l f a u t proteger l ' E t a t . " ^ 4 Et a l e u r lamentation que l a Peste l e remplace: "Peste ou gouverneur, c'est t o u j o u r s l ' E t a t . " ^ E n f i n Nada manifeste son mepris c r u e l de l a souffrance du peuple en r i c a n a n t au passage de l a c h a r r e t t e des morts. Pour l u i , l a v i e ou l a mort, tout est e g a l , i l n i e t o u t . C'est grace a un i n c i d e n t b i z a r r e qui nous f a i t r i r e de Nada q u ' i l devient f o n c t i o n n a i r e de l a d i c t a t u r e de l a Peste. I v r e , i l v i e n t de sauter de l a c h a r r e t t e des morts ou on 1'avait charge par err e u r . P r o t e s t a n t q u ' i l n'est pas mort, i l se r e f u g i e dans l a c b n c i e r g e r i e ou l a S e c r e t a i r e l e r e c o i t d'un a i r sympathique. t.. C 'est a ce moment que Nada a 129 prononce sa p h i l o s o p h i e n i h i l i s t e de tout supprimer, y compris Dieu et l e monde. Cet e s p r i t l e rend p a r f a i t c o l l a b o r a t e u r de l a d i c t a t u r e q u i n i e tous l e s d r o i t s de l'homme et toute d i g n i t e humaine. I I se met avec z e l e a h u m i l i e r , a f r u s t r e r , a exasperer l e s gens dans l e but d ' e t a b l i r 1"ordre ou i l f a ut c h o i s i r de " v i v r e a genoux p l u t o t que de mourir debout." De c e t t e facon Nada exagere et parodie l ' i n j u s t i c e du despotisme au point de nous i n d i g n e r et de nous f a i r e nous r e v o l t e r avec l e s v i c t i m e s . Quand commence l a r e v o l t e p r e c i p i t e e par Diego, Nada a c t i v e l a v i o l e n c e de sa marche au n i h i l i s m e , pronant l a suppres-s i o n : "La suppression, v o i l a mon ev a n g i l e . " ^ Dans une s a t i r e de l a l i b e r t e , Nada s'exclame: "Mais i l r e s t a i t a i n v e n t e r l e reglement g e n e r a l , ... l'espece humaine mise a l ' i n d e x , l a v i e e h t i e r e remplacee par une t a b l e des matieres, l ' u n i v e r s mis en d i s p o n i b i l i t e , l e c i e l et l a t e r r e e n f i n devalues."38 Tres t o t apres, plus v i o l e n t en face de l a f o r c e c r o i s s a n t e de, l a r e v o l t e , Nada h u r l e son d e f i du neant: "En avant, tous u n i s pour l a suppression! I I ne s ' a g i t plus de supprimer, i l s ' a g i t de se supprimer! Nous v o i l a tous ensemble,, opprimes et oppresseurs, l a main dans l a main! A l l e z ! taureau! C'est l e nettoyage genefeal!"39 Nada ne r e v i e n t plus avant l a mort de Diego et l e depart de l a Peste. A l o r s i l salue l e r e t o u r des r e f u g i e s r e a c t i o n n a i r e s , proclamant du haut des f o r t i f i c a t i o n s sa der n i e r e s a t i r e de l ' i n j u s t i c e du monde: "On va pouvoir recommencer. A zero, naturellement. V o i c i l e s p e t i t s t a i l l e u r s du n e a n t . . . l e u r methode est l a m e i l l e u r e . Au l i e u de fermer l e s bouches de 130 ceux q u i c r i e n t l e u r malheur i l s ferment l e u r s propres o r e i l l e s . ... Les f e s t i n s de l a haine sont t o u j o u r s ouverts. .... C e l u i - c i , que j'aimais malgre l u i , est mort vole. " 4 0 Avec ces dern i e r e s paroles Nada n i e meme l a v a l e u r du s a c r i f i c e de Diego. I I he reconnait pas que c'est grace a c e t t e mort a l t r u i s t e que l a v i e continue, q u ' i l n'y a pas de j u s t i c e mais, comme l u i repond l e Choeur, q u ' i l y a des l i m i t e s qui permettent une mesure de bonheur et de beaute. Tout c e l a , Nada l e re f u s e . Le vent de l a l i b e r t e s o u f f l e de plus en plus f o r t , Nada l e sent au visage. Devant l ' e s p o i r du peuple, Nada renonce au monde et se l i v r e au desespoir dans l e s u i c i d e . En se j e t a n t par un geste i r o n i q u e a l a mer de l a l i b e r t e , Nada h u r l e son adieu t r a g i q u e "qu'on ne peut pas bien v i v r e en sachant que l'homme n'est rien."**''*" C'est, comme remarque P i e r r e - H e n r i Simon dans Presence de Camus, l a catastrophe f i n a l e de Nada q ui donne l e sens de l a pie c e . Selon l e Pecheur q u i r e g a r d a i t Nada emporte par l e s f l o t s : "Cette bouche menteuse s'emplit de s e l et va se t a i r e enfin"* 4 - 3 on p o u r r a i t conclure q u ' i l f a u t renoncer au desespoir pour bien v i v r e . I I est a noter que l a v i o l e n c e de Nada dans sa negation de toute v a l e u r et de toute j u s t i c e nous mene a nous r e v o l t e r contre l u i . I I nous i n q u i e t e , nous offen s e , nous indigne. Notre r e v o l t e contre l a f o r c e n i h i l i s t e part de notre p e r s o n n a l i t e au niveau,psychologique pour s'adresser a l ' i n j u s t i c e de notre s o r t , done au niveau metaphysique, comme c e l l e de Diego et de ses hommes. La r e v o l t e de Nada 1 3 1 puise sa f o r c e negative dans l e r e f u s du d e s t i n et de l a c o n d i t i o n de l'homme. En exagerant t o u t , Nada nous f o r c e a nous rendre compte de l ' i n j u s t i c e qui se f a i t autour de nous. Le Choeur dans L'Etat de Siege joue l e r o l e de commen-t a t e u r comme dans 1'antique t h e a t r e grec. Les emotions du peuple s'expriment dans un langage rythmique et avec un l y r i s m e p l e i n de beaute. Le choeur refuse l a calamite imminente annoncee par l a comete. I I oppose a l a menace du de s a s t r e , son a f f i r m a t i o n joyeuse du bonheur et de l a beaute du monde, l e c r i rassurant que " l a t e r r e est douce et que l e c i e l n o u r r i c i e r r e s t e f i d e l e au rendez-vous de 1'abondance." 4 4 Apres l'annonce du gouverneur que, malgre l e s apparences, r i e n n'a change, l e choeur continue a chanter sa f o i dans l a s e c u r i t e des a s t r e s sages et termine en c r i a n t : "Le bonheur est notre f i e r t e ... nous resterons , c sages. ... Nous serons f i e r s du bonheur des a u t r e s . " Dans l a confusion et l a peur causees par l a premiere v i c t i m e de l a p e s t e , . l e choeur repete d'abord l e s phrases c o n s o l a t r i c e s du refuge de Dieu. P u i s , soudain, s a i s i de t e r r e u r , l e groupe s ' e e r i e : " I I n'y a r i e n de v r a i que l a mofct." PDesesperes par 1'impuissance du c i e l et du gouverneur de sauver l e peuple, l e choeur se lamente sur sa s o l i t u d e et 1 'abandon de Cadix. I I se r e v o l t e contre ces maxtres i n f i d e l e s . ' I I veut f u i r l e u r malheur, chercher l e vent et l a mer qui l e sauvera: 132 "A l a mer. ... Etre s e u l devant l a mer, dans l e vent, face au s o l e i l , e n f i n l i b e r e de ces v i l l e s s c e l l e e s comme des tombeaux et de ces faces humaines que l a peur a v e r r o u i l l e e s . ... V o i c i l e s clameurs, l a panique, l ' i n s u l t e et l a lachete...."47 Bref, l e ehoeur refuse l e d e s t i n a v i l i s s a n t impose a l a v i l l e par l e s dieux. Avec l a panique c r o i s s a n t e , ce sont des c r i s de desespoir q u i s'elevent pour p r o t e s t e r : 48 "Les vents sont en panne et l e e i e l est v i d e . " A l o r s tous se t a i s e n t en se soumettant aux b a i l l o n s de l a t e r r e u r . Le choeur garde l e s i l e n c e maussade de l a Peste jusqu'a ce que l a femme aux deux enfants fasse e c l a t e r sa r e v o l t e contre l e s reglements c o n t r a d i c t o i r e s de Nada et reclame l a j u s t i c e au nom des innocents. De nouveau l e choeur se lamente sur l e s o r t i n t o l e r a b l e , 1"oppression denigrante de l a d i e t a t u r e , l a d e p e r s o n n a l i s a t i o n du regime: "Nous et i o n s un peuple et nous v o i c i une masse ... mais notre coeur refu s e l e s i l e n c e . ... Que l e vent se leve et nous pourrons e n f i n r e s p i r e r . " 4 9 Au moment de l a r e v o l t e de Diego, l e choeur, c r a i n t d'abord de tout perdre en ri s q u a n t l a r e v o l t e . Cependant l ' a p p e l de Diego a l a l i b e r t e i n f u s e v i t e l ' e s p o i r dans l e u r coeur a r i d e . Avec un grand c r i de d e l i v r a n c e , tous j e t t e n t l e u r s b a i l l o n s et proclament: "L' e s p o i r nous souleve comme une vague."^ G E n f i n c'est l e choeur qui annonce l e triomphe de l'homme sur l a peste. I I chante de nouveau l a r i c h e s s e et l a beaute de l a t e r r e , l e s j o i e s et l e s amours de l a v i e , l a l i b e r t e du vent de l a mer. Face a Nada, qui r i t de l a j u s t i c e , l e choeur a f f i r m e 1'ordre et l a moderation: 133 "Non, i l n T y a pas de j u s t i c e , mais i l y a des l i m i t e s . " ^ et i l denonce egalement l ' e x a g e r a t i o n des an a r c h i s t e s et c e l l e des d i c t a t e u r s . G'est l a l i b e r t e q u T i l d e s i r e , l i b e r t e sans l a q u e l l e meme une j u s t i c e mesuree est impos-s i b l e : "Ouvrez l e s p o r t e s , que l e vent et l e s e l viennent 52 r e c u r e r c e t t e v i l l e , " l e vent et l a mer, symboles de l i b e r t e . A i n s i l e choeur reclame en toute s i m p l i c i t e l a beaute et l'abondance de' l a nature, l e bonheur et l'amour de l a v i e . I I s'exprime a t r a v e r s l e s vieux symboles des saisons et des elements, l a mer, l e vent, l e s o l e i l , l e s f r u i t s , l e s f l e u r s , l e p a i n , l e v i n . Ges gens simples s i g n a l e n t de c e t t e facon 1'antique accord entre l'homme et l a t e r r e , 1 ' a f f i r m a t i o n de l a v a l e u r e s s e n t i e l l e de l a v i e . I l s r e j e t t e n t l ' i n j u s t i c e de l e u r s o r t q u i l e u r refuse ces j o i e s p r i m i t i v e s . I l s se lamentent c a r , i l s n'ont pas merite l a p r i v a t i o n de l e u r s d r o i t s . La conception du choeur se comprend done au niveau metaphysique. C'est une exigence de l ' u n i t e et.de l'innocence du monde. Gn v o i t combien l a r e v o l t e contre l ' i n j u s t i c e au niveau metaphysique a evolue, de l a v i o l e n c e de C a l i g u l a au desespoir i r o n i q u e mais v a i n de Nada, pour se rapprocher par l e s paroles du choeur, de l a sagesse antique celebree dans l e s d e r n i e r e s pages de L'Homme Revolte. En terminant on peut noter que parmi l e s r e v o l t e s contre l a c o n d i t i o n humaine, C a l i g u l a , Nada et Martha a f f r o n t e n t 1'absurde par des moyens absurdes, c ' e s t - a - d i r e , 134 d e s e s p e r e s . n i h i l i s t e s . I l s aboutissent de c e t t e facon an pessimisme absolu. C a l i g u l a p e r i t , v i c t i m e de l a haine q u ' i l a provoquee dans "sa r e v o l t e d e s t r u c t r i c e de toutes l e s v a l e u r s , y 53 x compris l a v i e . " J Sa c a r r i e r e , c'est " l a preuve par 54 l'absurde, de l ' a b s u r d i t e de l'absurde." Nada, par un geste i r o n i q u e , se donne au neant en se j e t a n t a l a mer, symbole de l a l i b e r t e . Martha, refusant l'humanite avec l a v i e , c h o i s i t de se s u i c i d e r seule et s o l i t a i r e dans sa chambre. Au c o n t r a i r e , K a l i a y e v et l e choeur, tout en refusant l a cruaute, 1 ' i n d i f f e r e n c e et l ' i n j u s t i c e de Dieu, ne doutent pas de 1'existence des autres qui s o u f f r e n t . S o l i d a i r e s avec eux, i l s opposent au d e s t i n m a l i n , l a f o r c e p o s i t i v e du bonheur humain dans l'amour, l a beaute et l a l i b e r t e . Au plan metaphysique l e s r e v o l t e s dans l e t h e a t r e de Camus r e f l e t e n t l'angoisse et l e dechirement de l'homme en face de son d e s t i n c r u e l , son d e s i r p r i m i t i f mais e t e r n e l de r e t r o u v e r l'innocence et l ' u n i t e du monde. "Aux yeux du r e v o l t e , ce qui manque a l a douleur du monde, comme aux i n s t a n t s de son bonheur, c'est un p r i n c i p e d ' e x p l i c a t i o n . L ' i n s u r r e c t i o n contre l e mal demeure, avant t o u t , une r e v e n d i c a t i o n d'unite. Au monde des condanmes a mort ... l e r e v o l t e oppose inlassablement son exigence de v i e et de transparence d e f i n i t i v e s . I I est a l a recherche, sans l e s a v o i r , d'une morale et d'un sacre."55 135 Notes sur l e Chapitre I I I 1 L'Homme Revolte, pp. 39-40. 2 C a l i g u l a , p. 116. 3 I b i d . , p. 112. 4 I b i d . , pp. 113-127. 5 I b i d . , p. 127. 6 I b i d . , p. 192. 7 I b i d . , p. 177. 8 I b i d . , p. 219. 9 I b i d . , p. 224. 10 t b i d . , pp225-226. ll.Morv a n Lebesque, Camus par Lui-Meme, p. 60. 12 La Chute, PL V o l . I , p. 1515. 13 L'Homme Revolte, p. 371. 14 L'Etranger, p. 172. 15 D o s t o i e v s k i , Les Possedes, Gal. N.R.F. , p. 644. 16 L'Homme Revolte, p. 375. 17 Les J u s t e s , p. 168. 18 I b i d . , p. 169. 19 I b i d . , p. 174. 20 I b i d . , p. 152. 21 Le Mythe de Sisyphe, p. 78. 22 Le Malentendu, pp. 83-84. 23 I b i d . , p. 91. 136 24 I b i d . , p. 94. 25 Les J u s t e s , p. 113. 26 Le Mythe de Sisyphe. p. 164. 27 L'Etat de Siege, p. 111. 28 I b i d . p . 233. 30 L'Etat de Siege, p. 31 I b i d . , p. 24. 32 I b i d . , pp . 26-27. 33 I b i d . , P- 29. 34 I b i d . , P- 79. 35 I b i d . , P. 80. 36 I b i d . , P- 129. 37 I b i d . , P. 189. 38 I b i d . , P. 190. 39 I b i d . , p. 198. 40 I b i d . , P. 231. 41 I b i d . , P. 233. 42 P i e r r e --Henri Simon, 43 L'Etat de Siege, p. 44 I b i d . , P. 3 2 . 45 I b i d . , pp. 47-48. 46 I b i d . , P« 64. 47 I b i d . , P. 84. 48 I b i d . , P. 90. 138 49 I b i d . , pp. 131-134. 50 I b i d . , p. 187. 51 I b i d . , p. 232. 52 I b i d . 53 P i e r r e - H e n r i Simon, Temoins de l'homme, p. I 8 5 . 54 P i e r r e - H e n r i Simon, Presence de Camus. E d i t . N i z e t , P a r i s , p. 87. 55 L'Homme Revolte. p. 129. CONCLUSION Apres c e t t e analyse du theatre de Camus, q u e l l e e v o l u t i o n pouvons-nous remarquer dans ses i d e e s , q u e l l e s conclusions pouvons-nous en t i r e r , q u e l l e s v a l e u r s u n i v e r -s e l l e s pouvons-nous ap p l i q u e r a l'epoque ou nous vivons? I I est evident que l e theatre de Camus est essen-t i e l l e m e n t un t h e a t r e d'idees ou l a recherche de l a j u s t i c e f o u r n i t l e r e s s o r t fondamental. Les quatre pieces tombent dans deux groupes qui marquent un developpement dans l a pensee de Camus. I I y a d'abord C a l i g u l a et Le Malentendu qui appartiennent a l'epoque ou Camus a p p r o f o n d i s s a i t l a concep-t i o n de 1'absurde dans l a c o n d i t i o n humaine, l a periode ou i l a e c r i t a u s s i L'Etranger et Le Mythe de Sisyphe. On p o u r r a i t d i r e que dans l e s deux pieces Camus f a i s a i t jouer sur l a scene l'homme absurde a f i n de c l a r i f i e r ses idees sur l e s consequences d'un t e l chemin s u i v i jusqu'a l a l i m i t e . Puis i l a f a i t son commentaire philosophique dans 1'essai Le Mythe de Sisyphe, ou i l a r e j e t e l e s s o l u t i o n s de l'homme absurde, l a n o t i o n d'absurdite ne devant i t r e qu'un point de depart. Les deux pieces r e v ^ l e n t t un pessimisme profond. Les personnages absurdes, C a l i g u l a , et Martha, f i n i s s e n t par se d e t r u i r e dans un desespoir s o l i t a i r e . C a l i g u l a , anime 139 140 par un but i d e a l i s t e de v e r i t e , s'est d e t r u i t en se donnant l a l i b e r t e sans l i m i t e s contre l e s hommes. Martha, pour-suivant une recherche de bonheur egoi'ste, tombe egalement v i c t i m e de son i n d i f f e r e n c e a l a v i e des au t r e s . Ghacun met en v a l e u r l e p r i n c i p e qu'on ne peut pas t r o u v e r sa l i b e r t e contre l e s hommes. Mais comment l a trou v e r ? Ges deux pieces ne proposent aucune s o l u t i o n . Ge q u ' e l l e s font c'est de poser l e s problemes de l a l i b e r t e , de l a j u s t i c e et du bonheur et de l e s presenter avec une puissance dramatique qui f o r c e l e spectateur a r e f l e c h i r sur l ' a b s u r d i t e de l a c o n d i t i o n humaine. E l l e s nous montrent l a negation de l a d i g n i t e de l'homme qui r e s u l t e de 1'acceptation du desespoir. Le second groupe, L'jStat de Siege et Les Justes marque 1'evolution de l a conscience de l ' a b s u r d i t e du d e s t i n a. l a r e v o l t e contre c e t t e a b s u r d i t e . C'est l a r e v o l t e de l'homme l u c i d e qu'est devenu Sisyphe. Dans ces p i e c e s , Camus, "toujours pessimiste quant a l a c o n d i t i o n humaine, se montre o p t i m i s t e quant a l'homme.""** Diego et K a l i a y e v a f f i r m e n t l a v a l e u r de l a v i e , l'honneur et l a fidelite^„ l a f r a t e r n i t e dans l'amour des hommes, l a volonte de creer l a j u s t i c e et de mourir pour l a v e r i t e a f i n que l e s hommes puissent e t r e heureux. P u i s q u ' i l s aiment l a v i e , i l s r e s i s t e n t a toute d i m i n u t i o n de l a d i g n i t e humaine. Ces heros nous r a p p e l l e n t l e s mots de Camus: " I I f a u t e t r e 2 f o r t et heureux pour a i d e r des gens dans l e malheur." Ces 141 deux pieces proclament a i n s i l e but createur de l a r e v o l t e , l'humanisme qui defend l e s d r o i t s de l'homme contre l ' i n j u s t i c e q u i l e s menace. E l l e s indiquent l e chemin de l a s o l i d a r i t e des hommes dans l a communaute de l a souffrance. La s o i f de j u s t i c e i n s p i r e l e s personnages p r i n c i p a u x des quatre p i e c e s . G'est s e l o n l e u r s moyens d'action q u ' i l f a u t formuler nos conclusions. Dans l e premier groupe, C a l i g u l a et Martha, domines par l a v i o l e n c e , l a haine et l e mepris, p e r i s s e n t seuls et s o l i t a i r e s . Dans l e second, Diego l u t t e contre l ' i n j u s t i c e par l e s armes psychologiques, en donnant aux malheureux un exemple de courage et en l e u r persuadant de r e s i s t e r avec d i g n i t e et honneur a l a suppres-s i o n de l e u r d r o i t au bonheur de l a v i e en l i b e r t e . K a l i a y e v et l e s j u s t e s de 1'Organisation se trouvent f o r c e s d'accepter l a t e r r e u r mais se l i m i t e n t a des c o n d i t i o n s t r e s r e s t r e i n t e s . De p l u s , l e u r i n s i s t a n c e a mourir eux-memes prouve q u ' i l s ne trouvent pas j u s t i f i e s l e s actes de v i o l e n c e q u ' i l s trouvent n e c e s s a i r e s . Nous pouvons conclure de son t h e a t r e que Camus exhorte l e s hommes a se r e v o l t e r contre l ' i n j u s t i c e s o c i a l e a tous l e s niveaux de l a v i e mais q u ' i l condamne l a v i o l e n c e , surtout l e meurtre. I I ne l e s pardonne que dans des cas de t y r a n n i e p o l i t i q u e d'une extreme g r a v i t e . I I est remarquable que t r o i s des quatre pieces se s i t u e n t dans un cadre p o l i t i q u e ou l e meurtre domine l a scene, d'abord en e t a b l i s -sant et en maintenant un regime despotique et i n j u s t e , p u i s , 142 dans deux cas, comme s e u l moyen e f f i c a c e contre l a t y r a n n i e . Nous voyons que Camus condamne parmi ses personnages l'homme qui "veut se f a i r e Dieu," q u i "s'arroge l e d r o i t de 3 v i e on de mort sur l e s autres."^ Par extension done Camus condamne l a guerre, meurtre u n i v e r s e l . A cet egard, l e mot ir o n i q u e de C a l i g u l a est a-propos quand i l f a i t remarquer a S c i p i o n : " S a i s - t u combien de guerres j ' a i refusees ... et pourquoi j e l e s a i refusees? ... parce que j e respecte l a v i e humaine."*4' Nous savons que Camus n'a pas cesse d'exposer l e s dangers de guerre inherents a toute p o l i t i q u e i n j u s t e , y compris " l a r e v o l u t i o n sans honneur ... qui met l e ressentiment a l a place de l'amour ... et n i e l a v i e . " Camus proclame p l u t S t dans son t h e a t r e l a r e v o l t e p a c i f i q u e , sa f o i en l'humanite c r e a t r i c e de j u s t i c e . I I veut persuader aux hommes de s'u n i r avec une p l e i n e conscience de l a souffrance commune pour creer et v i v r e l a j u s t i c e et l e bonheur. Tout en reconnaissant l a f a i b l e s s e et l a mesquinerie de l ' e t re humain i l f a u t a f f i r m e r son d r o i t de v i v r e en l i b e r t e . Par l a s o l i d a r i t e dans l'amour de l'espece, l'homme peut r e t r o u v e r l ' e s p o i r dans ce monde absurde. Camus resume ce p r i n c i p e l o r s q u ' i l e c r i t a propos de Roger M a r t i n du Gard: "La communaute des douleurs, des l u t t e s et de l a mort, e x i s t e : e l l e seule fonde l ' e s p o i r d'une communaute de j o i e et de r e c o n c i l i a t i o n . Qui accepte c e t t e appartenance y retrouve une noblesse, une f i d e l i t e , une r a i s o n d'accepter ses doutes e t , s ' i l est a r t i s t e , l e s sources profondes de son a r t . 6 143 Et dans c e t t e meme analyse de 1 Toeuvre de Ma r t i n du Gard, Gamus p a r l e de "1'immense indulgence" de cet e c r i v a i n pour ses personnages; "Comme tout createur authentique M a r t i n de Gard pardonne a tous ses personnages. Le v e r i t a b l e a r t i s t e , b ien que sa v i e s o i t d'abord l u t t e et combat, n'a pas d'ennemi."7 On. peut d i r e a u s s i de Gamus q u ' i l eprouve une grande com-passion pour.les personnages de son t h e a t r e . Meme l e c r u e l C a l i g u l a e x c i t e notre p i t i e par moments et nous pardonnons v o l o n t i e r s ses gestes de lach e t e a Diego. C'est ce respect pour l a d i g n i t e de l'homme qui nous mine aux v a l e u r s u n i v e r s e l l e s du t h e a t r e de Camus. Au n i h i l i s m e contemporain, a l a d e p e r s o n n a l i s a t i o n de notre epoque, aux i d e o l o g i e s de consentement q u i separent l e s hommes et l e s l a i s s e n t s euls et v u l n e r a b l e s , Camus oppose l e s v a l e u r s de 1'honneur, de l a beaute, de l'amour; l e d r o i t de v i v r e en l i b e r t e et en j u s t i c e . Essentiellement humaniste, Camus indique a t r a v e r s ses personnages une morale a defendre. L'absolu etant i n a c c e s s i b l e et son exigence n u i s i b l e a l a p e r s o n n a l i t e , i l f a u t accepter l a mesure dans l a v i e . Se r e v o l t e r contre l ' i n j u s t i c e , l u t t e r pour l a l i b e r t e et l e bonheur, o u i , mais, to u j o u r s selon l e s l i m i t e s de notre c o n d i t i o n humaine et dans l a s o l i d a r i t e nee de l a conscience de notre d e s t i n commun. Camus dans L'Homme Revolte a proclame cet e s p r i t de f r a t e m i t e: "Je me r e v o l t e , done nous sommes." C'est dans 144 ce meW e s s a i sur l a r e v o l t e q u ' i l analyse l e r e f u s du meurtre et 1 ' a f f i r m a t i o n de l a v i e q u ' i l t i r e des Ju s t e s : " K a l i a y e v , et ses f r e r e s du monde e n t i e r , refusent au c o n t r a i r e l a d i v i n i t e p u i s q u ' i l s r e j e t t e n t l e pouvoir i l l i m i t e de donner l a mort. I l s e l i s e n t , et nous donnent en exemple, l a seule r e g i e qui s o i t o r i g i n a l e aujourd'hui: apprendre a v i v r e et a mourir, e t , pour et r e homme, r e -f u s e r d'etre dieu. Au m i d i de l a pensee, l e r e v o l t e refuse a i n s i l a d i v i n i t e pour partager l e s l u t t e s et l e d e s t i n communs. Nous c h o i s i r o n s Ithaque, l a t e r r e f i d e l e , l a pensee audacieuse et f r u g a l e , 1'action l u c i d e , l a g enerosite de l'homme qui s a i t . Dans l a lumiere, l e monde r e s t e notre premier et notre d e r n i e r amour. Nos f r e r e s r e s p i r e n t , sous l e m^ me c i e l que nous, l a j u s t i c e vivante."9 En e f f e t , par sa recherche de l a j u s t i c e dans l a mesure et dans 1'accord avec l e monde, l e th e a t r e de Gamus re v e l e son a f f i n i t e avec l e th e a t r e grec. Dans c e t t e deuxieme m o i t i e du XXe s i e c l e , l a r e v o l t e continue et nous trouvons t o u j o u r s v a l a b l e s l e s reponses p o s i t i v e s de Camus aux tendances v i o l e n t e s et i n j u s t e s : "Pour ma p a r t , j e c r o i s e t r e a peu pres sur d'avoir c h o i s i . E t , ayant c h o i s i , i l m'a semble que j e devais p a r l e r , d i r e que j e ne s e r a i s plus jamais de ceux, quels q u ' i l s s o i e n t , q u i s'accommodent du meurtre, et en t i r e r l e s consequences q u i conviennent. ...ce q u ' i l f a u t com-b a t t r e aujourd'hui, c'est l a peur et l e s i l e n c e , et avec eux l a se p a r a t i o n des e s p r i t s et des ames q u ' i l s e n t r a i n e h t . Ce q u ' i l f a u t defendre, c'est l e dialogue et l a communication u n i v e r s e l l e des hommes entre eux. La s e r v i t u d e , l ' i n j u s t i c e , l e mensonge sont l e s f l e a u x qui b r i s e n t c e t t e communication et i n t e r d i s e n t ce dialogue. C l e s t pourquoi nous devons l e s r e f u s e r . Mais ces f l e a u x sont aujourd'hui l a matiere meme de l ' h i s t o i r e e t , p a r t a n t , beaucoup d'hommes l e s considerent comme des maux necessaires."10 Bref, en denoncant l ' i n j u s t i c e de l a v i o l e n c e , Camus repond par une lecon de f r a t e m i t e. L'appel a l'humanisme q u ' i l a e c r i t en 1946 contre l e s dangers de l a r e v o l t e 145 n i h i l i s t e et negative nous f o u r n i t encore a 1'heure a c t u e l l e une a t t i t u d e v a l a b l e contre l e s me^ mes dangers de d e s t r u c t i o n t o t a l e . L ' u n i v e r s a l i t e de Camus f a i t t o u j o u r s son chemin, l a v i t a l i t e de sa pensee ne cesse pas de se manifester. La re p r e s e n t a t i o n de sa piece Les Justes a P a r i s pendant l ' h i v e r 1966 a t t i r a beaucoup d ' i n t e r ^ t , surtout parmi l e s jeunes qui cherchent une reponse a l ' i n j u s t i c e de notre temps, comme l e prouvent ces e x t r a i t s de l a c r i t i q u e de l a piece par Jacques Tournier: "'Ce que l e s nouvelles generations de spectateurs demandent a l ' a r t dramatique,' ce n'est pas de l e u r f o u r n i r matiere a. pur et simple divertissement j mais d'alimenter en e l l e s une s o r t e de f e r v e u r , de l e u r f a i r e prendre conscience q u ' e l l e s appartiennent a une communaute, -de l e s f a i r e r e f l e c h i r sur l e s problemes de l'epoque et de l'homme contemporains.' Ces l i g n e s de Robert Abirached, parues dans l e s Etudes d'octobre d e r n i e r , p r e f i g u r a i e n t t r e s exactement ce qui se passe chaque s o i r " a u t h e a t r e de l'Oeuvre. Gn y joue une piece d'Albert Camus, Les J u s t e s , f o r t m a l t r a i t e e par l a c r i t i q u e , mais q u i . a t t i r e une f o u l e de jeunes gens a t t e n t i f s et f e r v e n t s . I l s ecoutent l a piece dans un s i l e n c e passionne..... A l b e r t Camus est actuellement I'un des maitres a penser de l a jeunesse. Rien de ce q u ' i l e c r i t ne v i s a ftu div e r t i s s e m e n t . C'est une n d u r r i t u r e pour 1 ' e s p r i t . E t , sur ce p l a n , l a jeunesse semble a v o i r grand faim."11 A i n s i , l e Theatre d'Albert Camus o f f r e non seulement un temeignage-i contre l ' i n j u s t i c e s o c i a l e de notre epoque, mais egalement a b o u t i t a une r e v o l t e saine et p o s i t i v e q u i f a i t appel a des v a l e u r s humaines e s s e n t i e l l e s , l e courage et l ' e s p o i r : 146 " A l o r s , quand l a r e v o l u t i o n , au nom de l a puissance et de l ' h i s t o i r e , devient c e t t e mecanique meurtriere et demesuree, une nouvelle r e v o l t e devient sacree, au nom de l a mesure et de l a v i e . Nous sommes a c e t t e extremite. Au bout de ces tenebres, une lumiere pourtant"est i n e v i t a b l e que nous devinons deja et dont nous avons seulement a l u t t e r pour q u ' e l l e s o i t . Par d e l a l e . n i h i l i s m e , nous tous, parmi l e s r u i n e s , preparons une renaissance."12 147 Notes sur l a Conclusion 1 Camus, Carnets I I , p. 162. 2 Camus, Pourquoi j e f a i s du Theatre, PL I , p. 10. 3 Camus, c i t e dans Hourdin, Georges, Camus l e J u s t e , p. 57. 4 C a l i g u l a , pp. 175-176. 5 LTHomme Revolt e , p. 376. 6 Camus, Preface aux oeuvres completes de Roger M a r t i n  du Gard, PL I I , p. 1155-7 I b i d . , p. 1154. £ L'Homme Revolte, p. 36. 9 I b i d . , p. 377. 10 Camus, A c t u e l l e s I . Vers l e Dialogue, Novembre 1946, PL I I , pp. 350, 351. 11 A r t i c l e dans Etudes numero de mars 1966, P a r i s . 12 LTHomme Revolt e , p. 376. BIBLIOGRAPHIE I. OEUVRES D'ALBERT GAMUS DANS LTORDER CHRONOLOGIQUE 1937 _ L'Envers et l ' E n d r o i t ( C h a r i o t ) . 1938 - Noces ( C h a r i o t ) . 1942 - Le Mythe de Sisyphe ( G a l l i m a r d ) . 1948 _ L e t t r e s a un Ami allemand ( G a l l i m a r d ) . 1950 - A c t u e l l e s I (G a l l i m a r d , chroniques, 1944-1948); _ LeMinotaure ou l a Halte d'Oran ( C h a r i o t , e s s a i ' e c r i t en 1939). 1951 _ L'Homme r e v o l t e ( G a l l i m a r d ) . 1953 _ A c t u e l l e s I I (Gall i m a r d , chroniques, 1948-1953). 1954 - L'Ete ( G a l l i m a r d ) . 1957 _ La Peine c a p i t a l e (en c o l l a b o r a t i o n avec H. K o e s t l e r , Calmann-Levy). 1953 _ A c t u e l l e s I I I (G a l l i m a r d , chronique a l g e r i e n n e , E s s a i s 1939-1958). R e c i t s (tous p u b l i e s chez Gallimard) 1942 - L'Stranger. 1947 - La Peste. 1956 - La Chute. 1957 - L ' E x i l et l e Royaume ( n o u v e l l e s ) . 148 149 Theatre 1936 - La Revolte dans l e s A s t u r i e s (quatre a c t e s , e s s a i de c r e a t i o n c o l l e c t i v e , C h a r i o t ) . 1944 - C a l i g u l a (quatre actes e c r i t s en 1938, G a l l i m a r d ) ; - Le Malentendu ( t r o i s a c t e s , G a l l i m a r d ) . 1948 - L'Etat de siege ( G a l l i m a r d ) . 1950 - Les Justes ( c i n q a c t e s , ( G a l l i m a r d ) . Et l e s Adaptations: 1953 - Les E s p r i t s , de P i e r r e L a r i v e y ( G a l l i m a r d ) ; - La Devotion a l a C r o i x , de Calderon ( G a l l i m a r d ) . 1955 - Un cas i n t e r e s s a n t , de Dino B u z a t i (L'Avant-Scene). 1957 - Requiem pour une nonne, de W i l l i a m Faulkner ( G a l l i -mard ); -r Le C h e v a l i e r d'Olmedo, de Lope de Vega (G a l l i m a r d ) . 1959 - Les Possedes, de D o s t o i e v s k i ( G a l l i m a r d ) . I I . PREFACES S a l v e t , Andre. Le combat s i l e n c i e u x . Precede d'une l e t t r e d'Albert Camus ( s . l . ) , E d i t . France-Empire, 1945-C l a i r i n , P i e r r e . 10 estampes o r i g i n a l e s . Presentees par Al b e r t Carnui"^ ( s . l . ) , Rombaldi, 1946. Leynaud, Rene. Poesies posthumes. Preface d'Albert Camus, P a r i s , NRF,'1947. M a r t i n du Gard, Roger. Preface d'Albert Camus. PL. I I , pp. 1131-1155, NRF,'1955. Mery, Jacques. L a i s s e z passer mon peuple. Preface d'Albert Camus, ( s . l . ) , E d i t , du S e u i l , 1947. 150 Diegues, Manuel de. L'absurde. Precede d'une lett^e/f d'Albert Camus, P a r i s , E d i t , de T r i o l e t , 1948. G u i l l o u x , L o u i s . La Maison du peuple. Avant-propos d'Albert Camus, P a r i s , Grasset, 1953. Rosner, A l f r e d . Moscou sous Lenine. Preface d'Albert Camus, P a r i s , E d i t . de F l o r e , 1953• Wilde, Oscar. La Ballade de l a geole de Reading. Precede de " L ' A r t i s t e en p r i s o n . " Avant-propos d'Albert Camus, F a l a i s e , 1952. Bieber, Konrad. L'Allemagne vue par l e s e c r i v a i n s de l a Resistance f r a n c a i s e . Preface d'Albert Camus, i h t i t u l e e "Le r e f u s de l a haine," Geneve, Droz, 1954. Gre n i e r , Jean. Les l i e s . Preface d'Albert Camus, P a r i s , NRF, 1959. I I I . ETUDES SUR ALBERT CAMUS Bree, Germaine. Camus. New Brunswick, Rutgers U n i v e r s i t y P r e s s , 195T-B r i s v i l l e , Jean-Claude. Camus. P a r i s , NRF, 1959. Champigny, Robert. Sur un heros pai'en. P a r i s , NRF, 1959* Crucikshank, John. A l b e r t Camus and the l i t e r a t u r e of of r e v o l t . London, Oxford U n i v e r s i t y Press, 1959. Durand, Anne. Le cas A l b e r t Camus. P a r i s , Fischbacher, 1 9 6 1 >  F i t c h , B.T. Le Sentiment d'Etrangete P r i s o n n i e r dans c e t t e "cage de chaleur et de sang" l ' e t r a n g e r d'Albert  Camus. pp. 173-219. L e t t r e s Modernes, M.J. Minard, P a r i s , 1964. Hourdin, Georges. Camus l e Juste. P a r i s , E d i t , du Cerf, I960. Lebesque, Morvan. Camus par lui-meme. P a r i s , E d i t , du S e u i l , 1963. Luppe, Robert de. A l b e r t Camus. P a r i s , E d i t . U n i v e r s i t a i r e s , I960. 151 Maquet, A l b e r t . A l b e r t Camus ou 1 T i n v i n c i b l e ete. P a r i s , E d i t . Debresse, 1955. '• 7~^~ Gnimus, Jean. Camus. Desclee de Brouwer, 1965. Q u i l l i o t , Roger. La mer et l e s p r i s o n s . P a r i s , NRF, 1956. Simon, P i e r r e - H e n r i . L'Homme en preees. Neuchcttel, Baconniere, 1950. . Presence de Camus. E d i t . A.-G. N i z e t , P a r i s , r 9 6 2 — A l b e r e s , R.M. Les hommes traques (Albert Camus et l a noB t a l g i e de l'Ed&n, pp.'187-220), P a r i s La nouvelle E d i t i o n , 1955-. La r e v o l t e des e c r i v a i n s d'aOjourd'hui (Alb e r t Camus et l e Mythe de Promethee pp. 83-81), P a r i s , E d i t . Carres, 1949. Barjon, Pere Louis s . j . Mondes d' e c r i v a i n s - D e s t i n e e s d'hommes. Le monde de 1 *absurde. A l b e r t Camus, pp. 195-210. Mauriac , Claude. Hommes et idees d 1 au tjourd*hui (L'homme r e v o l t e s e l o n A l b e r t Caihus, pp. 161-178), P a r i s , A l b i n M i c h e l , 1953. Castex, Pierre-Georges. A l b e r t Camus et l' E t r a n g e r . L i b r a i r i e Jose Gort"i, P a r i s , 1965. Rousseaux, Andre. L i t t e r a t u r e de XXe s i e c l e . T. I I I . ( A l b e r t Camus et l a Ph i l o s o p h i e du bonheur, pp. 73-105), A l b i n M i c h e l , P a r i s , 1949. IV. ETUDES LITTERAIRES Al b e r e s , R.M. L'Aventure i n t e l l e c t u e l l e de XXe s i e c l e . P a r i s , A l b i n M i c h e l , 1959. B o i s d e f f r e , P i e r r e de. Metamorphose de l a l i t t e r a t u r e . T. 2, P a r i s , A l s a t i a , 1963. ' . H i s t o i r e Vivante de l a l i t t e r a t u r e d'aujourd'hui, T939-1964, L i b r a i r i e Academique P e r r i n , P a r i s , 1964. 152 C a i l l o i s , Roger. Le mythe et l'homme. P a r i s , NRF, 1938. D o s t o i e v s k i . Les Possedes. P a r i s , NRF, 1948. Gr e n i e r , Jean. E s s a i sur 1 ' e s p r i t d'orthodoxie. P a r i s , NRF, 1938. E n t r e t i e n s sur l e bon usage de l a l i b e r t e . P a r i s , • NRF, 1948. '• " A propos de 1'humain. P a r i s , NRF, 1953. . L'existence malheureuse. P a r i s , NRF, 1957. . Les l i e s . P a r i s , NRF, 1959. . Absolu et choix. P a r i s , Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1961. G u i t t o n , Jean. L'amour humain. P a r i s , E d i t . Montaigne, 1948. Jeanson, F r a n c i s . S i g n i f i c a t i o n humaine du r i r e . P a r i s , E d i t , du s e u i l , 1950. " Onimus, Jean. Face au Monde a c t u e l . Bruges, Desclee de brouwer, 1962. Pi c o n , Gaeton. Panorama de l a Nouvelle l i t t e r a t u r e f r a n c a i s e . NRF, Le Point du Jour, I960. * S a r t r e , Jean-Paul. S i t u a t i o n s I . P a r i s , NRF, 1947. Simon, P i e r r e - H e n r i . Temoins de 1'Homme. Armand C o l i n , P a r i s , 1963. V. ARTICLES Numere Sp e c i a l e de l a Table Ronde, f e v r i e r , I960. Numero S p e c i a l e de l a Nouvelle Revue F r a n c a i s e , mars I960. J . Onimus. C a l i g u l a ou l a t r a g e d i e de 1 ' i n t e l l i g e n c e . Etudes j u i n 1958. Raymond W i l l i a m s . On Camus and S a r t r e . C r i t i c a l Q u a r t e r l y . Summer 1963. Revue des L e t t r e s Modernes. C o n f i g u r a t i o n c r i t i q u e d'Albert Camus, tome I , automne 1961, tome I I , printemps I 9 6 4 . 153 Jean Grenier. Preface a l a B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , A l b e r t Camus, Theatre, R e c i t s Nouvelles, NRF, P a r i s , 1963. Jacques Tournier. Carnet de Theatre. Les Justes d'Albert Gamus. Etudes, mars 1966. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104689/manifest

Comment

Related Items