UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Pour une etude descriptive du style du Charroi de Nimes Baudouin, Rae Suzanne 1968

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1968_A8 B38.pdf [ 8.08MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104539.json
JSON-LD: 831-1.0104539-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104539-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104539-rdf.json
Turtle: 831-1.0104539-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104539-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104539-source.json
Full Text
831-1.0104539-fulltext.txt
Citation
831-1.0104539.ris

Full Text

POUR UNE ETUDE DESCRIPTIVE DU STYLE DU CHARROI DE NIMES by . RAE SUZANNE BAUDOUIN B.A., University of B r i t i s h Columbia, 1967 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF Master of Arts i n the Department of French We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , 1968 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t o f t h e r e q u i r e m e n t s f o r an a d v a n c e d d e g r e e a t t h e U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a , I a g r e e t h a t t h e L i b r a r y s h a l l m a k e i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e a n d s t u d y . I f u r t h e r a g r e e t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y p u r p o s e s may be g r a n t e d by t h e H e a d o f my D e p a r t m e n t o r by h i s r e p r e s e n -t a t i v e s . I t i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l n o t be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . D e p a r t m e n t o f T h e U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a V a n c o u v e r 8, C a n a d a D a t e &jLilf ^ L . t l t r ABSTRACT This thesis i s a s t y l i s t i c study of the 12th Century chanson de geste, Le Charroi de Nfmes. The material presented has been divided into four main chapters. After an introductory chapter, Chapter II considers the composi-t i o n of the chanson, the i n t e r r e l a t i o n of the l a i s s e s . The t h i r d examines the assonance of the poem and i t s possible e f f e c t on the syntactic structure of the decasyllabfle; the fourth groups the formulae of the Charroi de Nfmes accord-ing to the motifs which they express. In a f i n a l 'chapter a passage of the chanson i s analysed according to the r e s u l t s obtained i n the two preceding chapters. TABLE DES MATTERES ABREVIATIONS i i DEFINITION de quelques expressions i i i INTRODUCTION 1 CHAPITRE I Remarques preliminaires 5 Notes du chapitre I 10 CHAPITRE II La Laisse du Charroi de Mimes 11 Notes du chapitre II 2 6 CHAPITRE I I I Assonance et forme syntaxique 27 Notes du chapitre III 66 CHAPITRE IV Les Formules du Charroi de Nfmes 68 Notes du chapitre IV 153 CHAPITRE V Analyse dtun passage du Charroi de Nimes 156 CONCLUSION 162 BIBLIOGRAPHIE I64 APPENDICE I 167 APPENDICE I I 168 APPENDICE I I I 196 ABREVIATIONS adj. a d j e c t i f adv. adverbe c i r c . c i r c o n s t a n c i e l c.o.d. • complement d'objet d i r e c t c . d . i . complement d »objet i n d i r e c t hem. hemistiche nom. nominal par. paragraphe part, p a r t i c i p e pres. present v. vers i l l . DEFINITION de quelques expressions u t i l i s e e s . 1. L*hemistiche hexasyllabique du decasyllabe sera appele hexapodie. Cette expression est u t i l i s e e aussi comme equivalent de deuxieme hemistiche. 2 . L*hemistiche tetrasyllabique du decasyllabe sera appele tetrapodie. Cette expression est u t i l i s e e aussi comme equivalent de premier hemistiche. 3. Le nom ou groupe nominal a fonction c i r c o n s t a n c i e l l e et recouvrant tetrapodie ou hexapodie sera appele hemistiche  c i r c o n s t a n c i e l , 4. Le nom ou groupe nominal a fonction de sujet, d'attribut ou d»objet (dir e c t ou i n d i r e c t ) , parfois de com-plement de nom et recouvrant generalement toute une tetrapo-die ou toute une hexapodie, sera appele hemistiche nominal. L*auteur de cette these t i e n t a exprimer i c i ses remerciements aux deux professeurs qui ont bien voulu d i r i g e r son t r a v a i l : MM. Frank Hamlin et Peter Ricketts. 1 INTRODUCTION Depuis une quinzaine d'annees l e s medievistes qui s'interessent a l a chanson de geste tournent de plus en plus leur attention vers l e probleme des techniques s t y l i s t i q u e s . Pour certains l'etude de ces techniques n'est qu'une confirmation supplementaire apportee a l a theorie de l a com-position orale des chansons de geste; pour d'autres cette etude, interessante en elle-meme, doit permettre, s i e l l e est developpee davantage, de mieux juger des caracteres et de 1»originalite propre des oeuvres. Par technique nous entendons l a methode de com-position d'une chanson de geste, ses procedes de f a b r i c a t i o n en quelque sorte: c'est-a-dire l a structure de l a chanson et 1»agencement des l a i s s e s , l a metrique et 1»assonance, et surtout l'emploi des formules epiques, en tant que caracte-r i s t i q u e l a plus frappante du langage, ou mieux, du s t y l e , d'une chanson de geste. En e f f e t , une connaissance plus large du langage des chansons de geste franQaises permettrait d ' e t a b l i r un corpus de formules communes au genre. Plusieurs etudes ont porte sur l e langage des chansons de geste v , mais j'usqu' (3) i c i i l n'y en a qu'une seule, c e l l e de M. J . J . Duggan , qui a i t cherche a donner un releve complet de toutes l e s formules d'une seule chanson. La presente etude ne devait Stre a l ' o r i g i n e qu' un examen du s t y l e formulaire dans l e Charroi de Nxmes. Cet examen reste certes l a partie e s s e n t i e l l e de notre t r a v a i l . Mais, vu l ' i n t e r e t que suscitent aujourd'hui l e s divers aspects de l a technique des chansons epiques, i l a paru sou-haitable d ' e l a r g i r ce premier projet, Une etude s t y l i s t i q u e ne saurait e"tre complete s i l'on ne tenait pas compte des autres aspects principaux de l a technique mentionnes ci-dessus l e s problemes de l a l a i s s e et ceux de 1'assonance, L'etude se d i v i s e r a done en quatre parties, dans lesquelles seront etudiees successivement: l a composition et les r e l a t i o n s des l a i s s e s , 1'assonance et ses rapports avec l a structure syntaxique du decasyllabe, e t l e s formules c l a s -sees d'apres l e s notions qu'elles expriment. La quatrieme partie proposera l e commentaire d'un passage du texte du Charroi, comme exemple d'application des analyses des deux chapitres precedents. Precisons des l e debut que cette etude ne pretend pas imposer un jugement q u a l i t a t i f , d'ordre l i t t e r a i r e ou s t y l i s t i q u e , sur un aspect quelconque du Charroi de Nimes. Ne pouvant, dans le s l i m i t e s de ce t r a v a i l , f a i r e une compa-raison etendue avec l e s t y l e d'autres chansons de geste -seule faqon valable sans doute de prononcer un jugement de valeur sur une oeuvre qui appartient a un genre bien d e f i n i -nous nous sommes tenu a l a seule description des procedes s t y l i s t i q u e s , d'ou notre tii?re. Le premier chapitre donnera des indications u t i l e touchant l a t r a d i t i o n manuscrite et l a date de composition d l'oeuvre. II a paru indispensable d»y joindre, pour l a com-modity du le c t e u r , un bref resume de l»oeuvre, c»est-a-dire des f a i t s et gestes de Guillaume au Cort Nez qui sont contes dans l e Charroi de Nimes. 4 NOTES DE L'INTRODUCTION 1. Pour l e d e t a i l v o i r 1'introduction de notre chapitre IV sur l e s formules. 2. J . Frappier: "Les destriers et leurs epithetes, "Actes  du Collogue de Liege: l a technique l i t t e r a i r e des chan-sons de geste (Paris* 1959), 85-102 (Ce t i t r e sera desormais abrege en Collogue)• P. McMillan : "Notes sur quelques clic h e s formulaires dans l e s chansons de geste de Guillaume d*Orange", dans Melanges de l i n g u i s t i q u e romane et de philologie medie-vale o f f e r t s a M, Maurice Delbouille, t . I I (Gembloux, 1964), 477-493; J. Wathelet-Willem: "A propos de l a technique formulaire dans l e s plus anciennes chansons de geste", dans Melanges  de l i n g u i s t i q u e romane et de philologie medievale o f f e r t s  a M. Maurice Delbouille. 705-727; M. J . J . Duggan: "Formulas i n the Couronnement de Louis", Romania, LXXXVU (1966), 315-344. 3. op. c i t . CH. I 5. CHAPITRB I  REMARpUES PRE LIMIN AIRES 1.1 LA TRADITION MANUSCRITE I I existe huit manuscrits du texte i n t i t u l e Le  Charroi de Nimes. Ces manuscrits se divisent en quatre f a m i l i e s : ( i ) '" La' f a m i l l e 'h,: avec quatre manuscrits: A^, A 2, A^, datant du XHIe s i e c l e , et A4, datant du XlVe s i e c l e . ( i i ) La f a m i l l e B, avec deux manuscrits du XlVe s i e c l e : Pour tous ces manuscrits l a langue parait etre c e l l e de 1tlle-de-France. ( i i i ) La f a m i l l e C: un seul manuscrit de l a f i n du XHIe s i e c l e , e c r i t en dia l e c t e picard. (iv) La f a m i l l e D: un seul manuscrit du milieu du XHIe s i e c l e , e c r i t dans l e di a l e c t e de 1*Ile-de-France. Chacun des manuscrits C et D presente une redaction differente de c e l l e des manuscrits des f a m i l i e s A et B. Ce sont tous des manuscrits cycliques des chansons du cycle de Guillaume. Dans chaque manuscrit l e Charroi de  Nimes se trouve entre l e Couronnement de Louis et l a Prise  d* Orange. CH. I 6. 1.2 Parmi l e s editions modernes c e l l e de M. JrL. (2) P e r r i e r v ' est basee surtout sur l e ms h\, complete par A2 pour l e s vers 717-877 qui manquent a Ai par suite de l a d i s p a r i t i o n d'une f e u i l l e . M. J . Frappier, faisant observer que M. P e r r i e r n'a pas releve l e s variantes des mss C et D, trouve que " l e texte e t a b l i de l a sorte n'est pas toujours s a t i s f a i s a n t " Une reference aux variantes de C aurait pu e c l a i r c i r des passages d i f f i c i l e s des mss de l a f a m i l l e A. Une edition non publiee du manuscrit C a ete f a i t e par Mile J . Hanchard M. E.E. Lange-Kowal a edite l e manuscrit D ^ 5 ) # ^. Duncan McMillan de l ' U n i v e r s i t e d'Edimbourg ahnonce une e d i t i o n c r i t i q u e de cette chanson basee sur tous l e s manuscrits L'edition de M. P e r r i e r a ete prise comme base de l a presente etude. 2.1 LA DATE DE COMPOSITION (?) Le Liber sancti Jacobi compose entre 1137 et II60-65 f a i t mention de l a conquete de Nimes par Guillaume, et c'est en se basant en partie sur ce f a i t que M. J . Frappier s i t u e l a composition du Charroi de Nimes entre 1135 °u 1140 au plus tot et ll60 ou II65 au plus tard. Parmi d'autres savants qui se sont penches sur l a question de l a date de composition sont Riquer qui l a place vers 1140, et E.R. Curtius et P.A. CH. I Becker, qui l a placent vers 1150* Selon ces opinions l a date de composition de l a chanson s e r a i t done entre 1140 et 1150. M. Frappier lui-meme semble se r a l l i e r a ce point de vue dans l a suite de sa discussion du probleme de l a datation ( 8 ) . 3.1 ANALYSE SOMMAIRE DU CHARROI DE NIMES Laisses 1 -27. Revenant de l a chasse, Guillaume entre dans P a r i s . Devant l e palais royal i l rencontre son neveu Bertrand qui l u i apprend que, pendant son absence, l e r o i a d i s t r i b u e des f i e f s aux barons. Seul Guillaume a ete oublie. Le guerrier renvoie Bertrand chez l u i avec 1'ordre de s'equi-per pour l e depart, et i l monte au palais v o i r l e r o i . Guillaume essaie de rester calme, mais 1'ingratitude royale l ' a blesse, et i l se met a rappeler au r o i l e s services q u ' i l l u i a rendus. Le r o i veut apaiser Guillaume en l u i offrant des f i e f s qui ont deja des h e r i t i e r s legitimes. Guillaume, indigne, refuse et quitte l e palais en colere. En sortant de l a i l rencontre Bertrand a qui i l raconte ce qui vient d'arriver. Bertrand rappelle a son oncle ses devoirs de vassal et suggere q u ' i l demande au r o i l e s terres d'Espagne. L'oncb et l e neveu retournent au p a l a i s ou l e r o i est d'abord t r e s content d'apprendre que Guillaume a trouve un f i e f qui l u i convient. Quand Guillaume precise quel est ce f i e f , l e r o i veut d'abord l e f a i r e changer d'avis parce que ce sont des CH. I 8 t e r r e s tenues par l e s Sarrasins. Guillaume i n s i s t e pour-tant, en revelant au r o i une autre raison pour vouloir par-t i r contre l e s Sarrasins. II a un voeu a accomplir: ce voeu, i l l * a prononce un jour en voyant l e s miseres des Chretiens, et l e s terr e s ravagees par l e s palens. Le r o i donne alors l a permission de p a r t i r a Guillaume qui i n v i t e ses neveux Guielin et Bertrand a 1 *accompagner, puis ras-semble une armee de jeunes chevaliers et s'apprete a p a r t i r . A peine a - t - i l quitte l e palais qu'Aymon l e vieux reproche au r o i de s'etre l a i s s e tromper par Guillaume. Gautier l e Tolosant previent Guillaume de ce qui se passe; aussitot c e l u i - c i retourne au palais et tue l e perfide Aymon. Ensuite i l prend son conge d e f i n i t i f . Laisses 28-41. Guillaume et son armee chevauchent vers Nimes. Arrive au Puy, Guillaume va p r i e r a l ' e g l i s e - e t y l a i s s e une riche offrande. Au moment de se remettre en route i l previent ses hommes que desormais i l s voyagent en te r r e palenne. Avant peu l farmee rencontre un v i l a i n avec un char t i r e par quatre boeufs. C e l u i - c i revient de S a i n t - G i l l e s ou. i l a achete du s e l . Guillaume pense obtenir de l u i des ren-seignements sur l e s Sarrasins a Nimes, mais n*y arrive pas, puisque l e v i l a i n ne s a l t parler que du cout de l a v i e . Pourtant, un chevalier, Garnier, regarde l e s tonneaux de s e l CH. I 9 sur l e char et suggere a Guillaume de f a i r e deguiser ses hommes et de l e s cacher dans l e s tonneaux. Sans d e l a i l'arraee retourne en ar r i e r e de quatorze l i e u x et a bientot requisitionne tous l e s chars et tonneaux de l a region. Beaucoup de chevaliers s ' i n s t a l l e n t dans l e s tonneaux, et dans d»autres sont mises leurs armes. Bertrand et quelques chevaliers qui vont conduire l e s chars se deguisent en bourgeois et Guillaume en marchand. Laisses 42-57. Grace a ce stratageme, l e s Franc,ais entrent dans Nimes, a l a barbe des Sarrasins, dupes de leur ruse. Mais bientot des Sarrasins se prennent a i n s u l t e r Guillaume qui se contient d'abord de .son mieux, pour enfin se demasquer et tuer l e r o i Harpin, Les palens, furieux, s'appretent a attaquer Guillaume, mais i l sonne du cor: au signal attendu l e s FranQais sortent des tonneaux, s'arment et se ruent sur l e s Sarrasins. Ceux-ci s'equipent comme i l s peuvent mais les FranQais ont l'avantage de l a surprise et i l s sont bientot vainqueurs. La nouvelle de l a v i c t o i r e est portee au r o i qui s'en r e j o u i t et en rend graces a Dieu et a l a Vierge Marie. CH. I 10 NOTES DU CHAPITRE I 1 . Pour plus de d e t a i l s sur l e contenu des manuscrits on consultera s o i t 1'Introduction de 1 *edition Pe r r i e r , pp v i - v i i i , s o i t l a note en bas de l a page 179 des Chansons de geste du cycle de Guillaume d*Orange, I I de Jean Frappier, Paris, 1966. Ce dernier ouvrage sera desormais signale comme Geste de Guillaume, I I . 2 . C.F.M.A., Paris, 193-1. Dans l e s notes c r i t i q u e s a son edi t i o n M. Perrier donne toutes l e s variantes de A,2eb l e s variantes de sens ou de vocabulaire de A3 et de A^, et toutes l e s variantes de sens ou de vocabulaire de B j . 3. Geste de Guillaume, I I , note p. 179 . 4. These dactylographiee, Bibliotheque de I'Universite de Loiivain. 5 . Das altfranzgsische Epos vom "Charroi de Nimes", Handschrift D, B e r l i n , 1934. 6. Travaux en cours, B u l l e t i n bibliographique de l a Societe  Rencessrals, Fasc. no. 4 (1967), 90. 7 . Ce paragraphe represente un resume tre s bref de l'examen beaucoup plus d e t a i l l e de M. Frappier dans l e Geste de  Guillaume I I , pp 5 3 - 5 9 , 181-186. 8 . Geste de Guillaume. I I , pp 1 9 - 2 8 , 1 8 6 - 1 8 8 . CH. II 11 CHAPITRE II  LA LAISSE DU CHARROI DE NIMES 1.1 Plusieurs commentateurs ont juge necessaire d*examiner l a structure des l a i s s e s des chansons de geste pour chercher s i e l l e s ne presenteraient pas certains sche-mas de structure. A l e u r . s u i t e nous nous proposons d'exa-miner dans ce chapitre l a composition strophique du Charroi  de Nimes. La l a i s s e i s o l e e sera examinee d'abord et ensuite l a r e l a t i o n des l a i s s e s l e s unes avec l e s autres. 2.1 Souvent l e premier vers d'une l a i s s e est plus qu'une continuation de ce qui precede, et a l a valeur d'une introduction. C'est sans doute en se souvenant de l a compo-s i t i o n musicale que M. J . Rychner parle de "vers d'intona-t i o n " quand i l d i t : "Nous voyons que, bien souvent, l e premier vers d'une l a i s s e a valeur d»intonation et l e der-ni e r valeur de conclusion, s i bien que l a l a i s s e est nette-(2) ' ment encadree". Par "vers d'intonation" entendons done, bien que Rychner ne l e de f i n i s s e guere, un vers qui pose ou annonce l e theme, qui "donne l a note" d'une nouvelle l a i s s e . Considerons d'abord l e s debuts de l a i s s e l e s plus normaux dans l e Charroi. CH. II 12 2,3 Le role du vers d»intonation est done, en quelque sorte, une mise en scene de l a l a i s s e . Souvent cette mise en scene nomme l e personnage, ou un des personnages, autour de qui evolue 1 T a c t i o n de l a l a i s s e . Dans l a premiere partie de l a chanson ( l a i s s e s  1 a 27) ce vers est presque toujours une formule d*introduc-t i o n a l ' o r a t i o recta (voir chapitre IV, para. 4»4ss): "... d i t Guillemes", ce qui s'explique par l a nature dramatique de cette p a r t i e . A i n s i , parmi l e s l a i s s e s 2 a 24, seules l e s l a i s s e s 8, 20, 21 n'ont pas de premier vers de l a forme: "....." d i t II n*y a que deux l a i s s e s (52 et 56) dans l a deuxieme partie de l a chanson ( l a i s s e s 28 a 57) qui ont ce meme schema. Six autres l a i s s e s ont un premier vers qui i n d i -quent c e l u i qui parle: 1. 33 ^ i cuens Guillelmes l i commenqa a di r e y. 902 1. 45 L i r o i s Otrans l*en p r i s t a apeler v. 1154 1. 4° L i r o i s Otrans l i conimenQa a di r e v . H85 1. 49 L i r o i s Otranz l i a d i t par contraire v. I327 1. 50 Guillelmes d i s t en bas, a recelee v. 1344 1. 55 Ce d i t Guillelmes a l a chiere hardie v. 1441 Sept l a i s s e s (25, 28, 32, 39, 40, 43» 57) nomment l e personnage, en decrivant une action, par exemple : 1. 25 Seur une table est Guillelmes montez v. 635 1. 2 8 Vet s"en Guillelmes o sa compaigne bele v. 782 1. 32 L i quens Guillelmes vet au mostier orer v. 842 CH* I I 13. Le debut des l a i s s e s 30, 34, 35 indique surtout, avec un nom ou un pronom, l e (s) protagoniste (s) de l a l a i s s e precedente: 1. 30 Par l e conseil que l o r done Guillelmes v. 83I 1, 34 Par l e c o n s e i l l que c e l u i a done v. 930 1. 35 Par l e c o n s e i l l que l i baron l o r done v. 955 (3) 2.4 Cinq l a i s s e s ont pour vers d'intonation une inter-p e l l a t i o n ou appel a. l ' a u d i t o i r e , par exemple: 1.1 Oiez, seignor, Deus vos croisse bonte v. 1 Ce sont l e s l a i s s e s 1, 42, 47, 48, 51« Dans chaque l a i s s e l e heros est nomme dans un des vers suivant; 1'introduction. (A l a l a i s s e 42 i l y a plusieurs heros, puisque l e poete parle de l'armee de Guillaume, l e s "prudomes qui Espaigne conquistrent" (v. 1090). 2.5 On trouve deux exemples du type: su.iet + copule + at t r i b u t : 1. 53 L i estors fu et merveilleus et granz v. I403 1. 54 L i estors f u et merveilleus et for z v. 1431 Ce meme type de vers se retrouve une f o i s a l ' i n t e r i e u r d'une l a i s s e : " L i estors fu merveilleus et pl e n i e r s " (v. 350). CH. I I 1 4 . 2 . 6 II reste douze l a i s s e s dont i l faut considerer l e premier vers. Deux de ces vers nomment l»objet dont i l est question: 1.37 Es autres tonnes s i sont mises les lances v. 974 1 . 3 § En autre tone furent l i escu mis v. 978 Deux nomment l a personne qu'on i n t e r p e l l e , mais qui n'est pas vraiment l e personnage p r i n c i p a l de l a l a i s s e : 1 . 2 0 "Done moi, r o i s , VaseUre l a grant v. 494 1 . 2 1 "Donez moi, s i r e , Valsore et Valsure v. 501 Deux vers indiquent une intervention du poete, et dans ce sens pourraient etre consideres en r e l a t i o n avec les vers d»into-nation du paragraphe 2 . 4 ci-dessus: 1 .26 Bien vos s a i dire que reportent l i autres v. 770 1 .27 Bien vos sai- d i r e que reporte l i t i e r z v. 775 Les six debuts de l a i s s e s qui ne peuvent pas etre classes comme de v r a i s vers d'intonation sont l e s suivants: 1. 8 Ouant ce fu chose que tu etis mengie* v. 22 0 1 .29 En cez cuisines ont cez feus alumez v. 788 1 .31 La nuit i jurent, au matin s*en cornerent v. 836 I . 3 6 Oui dont v e l s t l e s durs v i l a i n s errer v. 964 1 .41 Tant ont FranQois chevauchie et erre v . 1 0 7 0 1 ,44 Endementiers q u ' i l vont e i n s i parlant v.1112 3 . 1 II y a peu de l a i s s e s du Charroi de Nimes qui se t e r -minent par un vers de valeur nettement conclusive. Un vers de conclusion indique 1 »attitude ou l e s sentiments d'un personnage; i l peut etre un commentaire d'une action, d'un discours; i l peut CH. II 15 etre une observation personnelle du poete. Dans l a Chanson  de Roland une cinquantaine de l a i s s e s se terminent par un commentaire d'un personnage, par exemple: •1. 4 Dient paien: " I s s i poet i l ben e s t r e " 1. 6 D i t Blancadrins: Mult bon p l a i t en avreiz. On ne trouve (sur 57 l a i s s e s ) que t r o i s exemples de p a r e i l l e s conclusions de l a i s s e s dans l e Charroi: 1. 33 Et d i t Guillelmes: Par mon chief, v o i r en d i t e s . Ge l e f e r a i s e l loe mes empires. v. 928-929 1. 34 Et d i t Guillelmes: "Si en ert bien pense." v. 954 1. 4° Dient paien: "Mainte terre as requise, N'est pas merveille, v i l a i n s , se tu es r i c h e . " v. 1203-1204 3.2 Les vers de conclusion qui decrivent 1'attitude ou l e s sentiments d'un personnage ne sont guere plus frequents. Les vers du type : 1. 18 Ot l e l i r o i s , s'en a un r i s g i t e v. 489 se presentent surtout a l ' i n t e r i e u r de l a l a i s s e , et non en conclusion dans l e Charroi. Deux autres conclusions de l a i s -se de ce type s'etendent sur deux vers: 1. 11 Ot l e l i r o i s , s'est vers l u i enclinez; Au redrecier l'en a aresonne. v. 292-293 1. 44 Otrans l'entent, s i s'en r i t bonement, Et Sarrazin en f i r e n t j o i e grant. v» II52-53 CH. I I 16 3.3 Dans l e Charroi on trouve tantot deux, tantot t r o i s l a i s s e s au plus, qui se terminent de l a meme fa^on, et dans ces cas, l e s vers sont toujours de nature formulaire ( l a i s s e s 10 et 16; 15 et 22; 25, 26, 27; 35 et 43; 36, 37, 38; 51 et 53): 1. 15 "Bien l i a ore son vivre r e t a i l l i e . " v. 403 1. 22 "Bien l i a ore son vivre recope." v. 537 1. 36 Nostre FranQois se puissent a i d i e r v. 973 1. 37 N*i entrepaignent l i soldoier de France v. 977 1. 38 Nostre FranQois ne soient entrepris v. 98l 3.4 Parfois encore une l a i s s e se termine par un serment: 1. 49 Mai f u b a i l l i e e , par l'apostre saint Jaque. v. 1343 ou par une sorte de maxime: 1. 17 Deus l e commande, qui tot a a jugier v. 443 3.5 A i n s i , on peut d i r e que l e s f i n s de l a i s s e oat beau-coup plus de variete que les debuts de l a i s s e , et ne sauraient etre classes aussi nettement que ceux-ci. 4.1 L'etude des types de debut ou de f i n de l a i s s e dans l e Charroi ne prete done pas a des conclusions remarquables. Plus interessantes par contre seront les observations sur l e contenu propre de l a l a i s s e . Dans sa discussion de l a structure strophique des chansons J . Rychner suggere que plus une chanson est narrative CH. I I 17. moins e l l e sera structuree et moins l a l a i s s e jouera l e role d'une strophe, car " l a strophe etant elle-meme un element du chant, une chanson sera d'autant plus l y r i q u e qu'elle est plus clairement strophique." A examiner l a structure du Charroi on constate que souvent 1»action deborde l e s l i m i t e s de l a l a i s s e , ou que de nouveaux evenements interviennent a l ' i n t e r i e u r de l a l a i s s e , et on peut dire que cette chanson est de construction plus narrative que l y r i q u e . 4.2 . Dans l a premiere partie du Charroi de Nimes i l sem-b l e r a i t normal de s'attendre a ce que chaque discours coincide avec une l a i s s e ; i l n'efl est pas toujours a i n s i . Deja dans l a premiere l a i s s e , a part l a mise en t r a i n de 1'action, i l y a s i x autres unites qui auraient pu constituer a e l l e s seules des l a i s s e s d i s t i n c t e s . Rien qu'a considerer l e s vers qui correspondent aux types de vers d'intonation et de conclusion qui ont ete indiques, on pourrait d i v i s e r l a premiere l a i s s e en sept unites qui commencent et f i n i s s e n t comme sui t : 1. Oiez, seignor, Deus vos croisse bonte, Par P e t i t Pont sont en Paris entre. v. 1, 28 2. L i cuens Guillelmes fu molt gentix et ber: Ot l e Guillelmes, s'en a un r i s g i t e . v. 29, 44 3. "Nies, d i t l i cuens, tot ce l e s s i e z ester. Isnelement repaire a son hostel. v. 45> 50 4. L i cuens Guillelmes fu molt gentix et ber? - Mien escient, bien savez escouter, v. 51, 63 CH. II 18. 5. Looys f rere, d i t Guillelmes l e ber. Deus penst des ames, s i l e me pardonez! v. 64,72 6. - Sire Guillelmes, d i s t Looys l e ber5 Ot l e Guillelmes, a pou n»est forsenez: v. 73, 79 7. "Deus! d i s t l i cuens, qui en c r o i z fus penez, Qui d»autrui mort atent l a r i c h e t e ! " v. 80, 87 La p r i n c i p a l e raison pour considerer ces quatre-vingt-sept vers comme une seule l a i s s e est done qu»ils sont tous compo-ses sur l a meme assonance. 4.3 A p a r t i r de l a deuxieme l a i s s e du texte l a l a i s s e correspond plus ou moins parfaitement au discours d»un per-sonnage ou a une unite narrative ou d e s c r i p t i v e . Les l a i s s e s de l a premiere partie du Charroi se l a i s s e n t classer selon cette correspondance: ( i ) Correspondance parfaite (a une l a i s s e correspond l e discours complet d»un personnage): l a i s s e s 2, 3, 9, 10, 19, 20,. ( i i ) ' Correspondance imparfaite (plusieurs discours dans une l a i s s e ) : l a i s s e s 16, 18, 21. ( i i i ) Correspondance approximative (un personnage parle et un autre repond): l a i s s e s 1, 4, 11, 12, 13, 14, 17, 22, 23. CH. I I 19 (iv) Melange: discours/style n a r r a t i f : l a i s s e s 5, 15, 24, 25. (v) Suite de l a i s s e s narratives qui t r a i t e n t l e meme sujet: l a i s s e s 6, 7, 8, 26, 27. 4.4 Dans l a deuxieme partie de l a chanson, de nature essentiellement narrative, l e s l a i s s e s sont surtout des types (i v ) et (v) ci-dessus. 5.1 Quant a l a r e l a t i o n des l a i s s e s entre e l l e s , i l ne se trouve pas, dans l e texte, d fexemple d»enchainement ou un theme qui est exprime dans l e dernier vers d'une l a i s s e est r e p r i s par l e premier vers de l a l a i s s e suivante. (Un example de ce procede, qui n'est pas rare dans l e s chansons de geste, se trouve dans l e s l a i s s e s 38 et 39 du Moniage Guillaume: L i quens Guillelmes a l a porte 1latent, Iluec s'assiet s i pleure tenrement Pour ses pechies, dont se repent forment. Lors en apele l'ermite doucement. 1. 39 L i quens Guillelmes a apele l'ermite. Mout doucement et par amours l i p r i e : "Oevre l a porte • " '5) Nous trouvons cependant, entre l e s l a i s s e s 8 et 9 du Charroi un enchainement qui s'etend sur plusieurs vers : CH. II 20. Tu es or riche et ge sui po p r o i s i e . Tant com s e r v i vos a i tenu l e chief, N*i a i conquis v a i l l i s s a n t un denier Dont nus en cort m'apelast chevalier." 1.9 "Loo^s s i r e , Guillelme a respondu, Tant t»ai s e r v i que l e p o i l a i chanu. N f i a i conquis v a i l l i s s a n t un f e s t i i , Ne en ta cort en fusse mielz vestu; Encor ne sai quel part torne mon huis. (v. 252-260) 5.2 P a r f o i s une partie d fune l a i s s e est a i n s i reprise et devient l a matiere d rune l a i s s e entiere, ou une l a i s s e entiere est reprise en tete de l a l a i s s e suivante. Dans ce cas, plu-t o t que de parler d*enchainement, nous pouvons parler de l a i s s e s s i m i l a i r e s . La reprise ne reproduit pas necessaire-ment mot a mot l e s vers precedents. A i n s i , l a l a i s s e 2 est semblable aux sept derniers vers de l a premiere l a i s s e : "Deus! d i s t l i cuens, qui en c r o i z fus penez, Com longue atente a povre bacheler Qui n»a que prendre ne autrui que doner! Mon auferrant m*estuet aprovender; Encor ne s a i ou g'en dole trover. Deus! com grant v a l l i estuet avaler Et a grant mont l i estuet amonter Qui d*autrui mort atent l a r i c h e t e ! " 1.2 "Deus! d i t Guillelmes, com c i a longue atente A bacheler qui est de ma jovente! N'a que doner ne a son hues que prendre. Mon auferrant m'estuet l i v r e r provendej Encor ne s a i ou l e grain en doi prendre. Cuide tu, r o i s , que ge ne me demente?" (v. 80-93) La l a i s s e 12 est semblable aux cinq premiers vers de l a l a i s s e 13: CH. II 21 1. 12 "Sire Guillelmes, d i t Looys l i frans, Or voi ge bien, plains es-de mautalant. - Voir, d i t Guillelmes, s i furent mi parent. E i n s i vet d'ome qui sert a male gent: Quant i l plus f e t , n'i gaaigne neant, Einqois en vet tot ades enpirant." 1. 13 "Sire Guillelmes, d i t Looys l i prouz, Or voi ge bien, mautalent avez molt. - Voir, d i t Guillelmes, s'orent mi ancessor. E i n s i vet d'ome qui sert mauves seignor; Quant plus l ' a l i e v e , s i i gaaigne pou. (v. ?294-304) La suite de l a l a i s s e 13 est semblable a l a l a i s s e 14 -Sire Guillelmes, Looys l i respont, Garde m*avez et servi.par amor Plus que nus bom qui s o i t dedenz ma cort. Venez avant, ge vos dorrai beau don: Prenez l a terre au preu conte Foucon; Serviront. t o i t r o i s mile compaignon. - Non f e r a i , sire,Guillelmes l i respont. Del g e n t i l l conte dui enfanz remes sont Qui bien l a ter r e maintenir en porront. Autre me done, que de cestui n'ai soing." 1. 14 "Sire Guillelmes, d i t l i r o i s Looys, Quant ceste t e r r e ne volez r e t e n i r Ne as enfanz ne l a volez t o l i r , Prenez l a t e r r e au Borgoing Auberi Et sa marrastre Hermensant de T o r i , La meillor feme qui one beUst de vinj Serviront t o i t r o i s m i l l e f e r v e s t i . - Non f e r a i , s i r e , Guillelmes respondi. Del g e n t i l l conte s i est remes un f i l l ; Roberz a nom, mes molt par est petiz, Encor ne set ne chaucier ne v e s t i r . Se Deus ce done q u ' i l s o i t granz et f o r n i z , Tote l a terre porra bien maintenir." ( v . 305-327) Le debut de l a l a i s s e 15 reprend l e debut de l a l a i s s e 14s CH. II 22 15 "Sire Guillelmes, d i t Loo^s l e f i e r , Quant eel enfant ne veus desheriter, Pren dont l a terre au marchis Berengier.' Morz est l i cuens, s i prenez sa m o i l l i e r ; Serviront t o i dui mile chevalier A cleres (6) armes et as coranz d e s t r i e r s ; Del tuen n'avront v a i l l i s s a n t un denier." Ot l e Guillelmes, l e sens cuide changier; A sa voiz clere commence a huichier: (v."328-336) De meme l e s cinq derniers vers de l a l a i s s e 25 , l a l a i s s e 26 et l a l a i s s e 2 7 sont s i m i l a i r e s : Bien vos sai dire que porte l i premiers: Calices d'or et messeaus et sautiers, Chapes de pail e et c r o i z et encensiers; Quant i l venront enz e l regne e s s i l l i e , Serviront t u i t Damedieu t o t premier. 1 . 26 Bien vos s a i dire que reportent l i autres: Vesseaus d*or f i n , messeus et br e v i a i r e , Et c r u c e f i s et molt riches t o a i l l e s ; Quant i l venront enz e l regne sauvage, S»en serviront Jhesu 1 1 e s p e r i t a b l e . 1 . 27 Bien vos sai dire que reporte l i t i e r z : Poz et p a i e l l e s , chauderons et trepiez, Et croz aguz, t e n a i l l e s et andiers; Quant i l venront e l regne e s s i l l i e , Que bien en puissent atorner a mengier, S i serviront Guillelme l e guerrier, Et en apres trestoz ses chevaliers. (v. 765-781) Les vers 970-973 de l a l a i s s e 36 sont semblables aux l a i s s e s 37 et 38: A chascun font un grant mail aporter, Quant i l venront a Nymes l a c i t e Et i l orront l e mestre cor soner, Nostre FranQois se puissent a i d i e r . CH. II 23. 1. 37 Es autres tonnes s i sont mises l e s lances, Et en chascune font fere dos ensaignes, Qaant i l venront entre l a gent grifaigne N»i entrepaignent l i soldoier de France. 1. 38 En autre tone furent l i escu mis; En chascun fonz font fere dos escrins, Quant i l venront entre l e s Sarrasins Nostre Francois ne soient entrepris. ( v . 970-981) 5.3 Rychner a f a i t remarquer a propos des l a i s s e s s i m i l a i r e s de l a Chanson de Roland: des "groupes de t r o i s l a i s s e s s i m i l a i r e s arretent l e r e c i t aux moments l e s plus dramatiques, ... forment ... de hautes haltes lyriques, avant (7) que de nouveau l a narration reprenne son cours." Cela e s t - i l ^raiopour l e s l a i s s e s s i m i l a i r e s du Charroi de Nimes ? Sans aucun doute e l l e s ont une certaine valeur dramatique dans l e developpement du r e c i t . La premiere reprise ( l a i s s e 2) oppose Guillaume assez nettement au r o i , et marque un instant de repos avant que ne commence l e Vrai debat, l e s reproches, l e s o f f r e s de Looys, les refus de Guillaume. Les reprises des l a i s s e s 12, 13, 14, 15, sans arreter totalement 1*action, accusent l a tension du moment. Pousse par Guillaume, l e r o i tente, presque desesperement de 1'apaiser, tandis que Guillaume temoigne de plus en plus d*impatience et qu'enfin sa colere eclate (au vers 336). , Aux l a i s s e s 25, 26, 27 l a r e p e t i t i o n rompt l e de-roulement du r e c i t avec une description du bagage emporte par 1»armee pour son voyage. C'est un entr'acte entre l e s deux parties de l a chanson. La fonction de l a re p e t i t i o n des CH. I I 24 l a i s s e s 36, 37 et 38 est l a meme: avant de se lancer dans l a des c r i p t i o n des travestiseements et de l a prise de Nimes l e poete arrete l e deroulement de son h i s t o i r e . 5.4 Ce s e r a i t une exageration que de parler de "hautes haltes l y r i q u e s " dans l e cas du Charroi, mais on peut a f f i r -mer que l e s l a i s s e s s i m i l a i r e s jouent un role bien d e f i n i dans l a chanson, formant des "barrages" qui separent l e s d i f f e r e n t s moments du r e c i t . 5.5 Dans ce chapitre nous 'avons commence par considerer l e s debuts et l e s f i n s de l a i s s e , pour constater que cinquante-deux des cinquante-sept l a i s s e s du Charroi de Nimes commen-cent par un vers a. valeur d'intonation. Ce vers sert surtout a i d e n t i f i e r l e protagoniste de l a l a i s s e (trente-huit l a i s -ses ont un vers d'intonation avec cette fonction). Les vers par lesquels se terminent l e s l a i s s e s n'accusent pas de t r a i t s aussi marques, et sont d'une grande d i v e r s i t e . Cela vient peut-etre de ce que l a l a i s s e ne coincide pas toujours avec une tranche du r e c i t . La nature dramatique de l a premiere partie de l a chanson devrait f a v o r i s e r une structure strophique assez r i g i d e , ou une l a i s s e correspondrait a un discours. Nous avons vu que cette correspondance se produit rarement et q u ' i l est beaucoup plus commun de trouver une l a i s s e qui renferme plusieurs bribes de discours, ou un melange de narration et de discours. Dans l a deuxieme partie, ou l a CH. II 25. narration l'emporte sur l e discours, l a nature l i n e a i r e de 1»action amene l e poete a deborder beaucoup plus souvent l e s l i m i t e s de l a l a i s s e . C*est dans l a premiere partie de sa chanson que l e poete du Charroi a l e plus exploite l e s pos-s i b i l i t e s de composition que l u i o f f r a i t l a l a i s s e , tandis que l a structure strophique de l a deuxieme partie est encore plus relachee. En revanche, l e poete semble u t i l i s e r cons-ciemment l e procede des l a i s s e s s i m i l a i r e s pour a r t i c u l e r l e r e c i t . CH. II NOTES DU CHAPITRE II 1. J . Rychner, dans La Chanson de Geste. Essai sur l * a r t  epique des .jongleurs. Geneve/Lille, 1955. Ce t i t r e sera desormais abrege en Chanson. W.M. Hackett, "La technique l i t t e r a i r e de Gi r a r t de Roussillon," dans Melanges... Delbouille, p. 259-273. A. Monteverdi, "La l a i s s e epique," dans Collogue, p. 127-139. 2. Chanson, p. 71. 3. c f . Chap. IV, para. 2.1. 4. Chanson, p. 125. 5. Cet exemple est c i t e par M. J . Rychner, Chanson, p. 75. 6. Le texte donne "Acleres", ce qui est sans doute une erreur typographique. Dans le s notes c r i t i q u e s une variante du ms. B2 est donnee; cette variante est notee: "333 cleres bonnes B 2." 7. Chanson, p. 93. CHAPITRE I I I ASSONANCE ET FORME SYNTAXIQUE 1.1 Dans ce chapitre nous commencons par grouper l e s l a i s s e s d'apres l e s assonances pour ensuite considerer b r i e -vement l e s categories de mots qui se trouvent a l'assonance. Cela nous amenera au sujet p r i n c i p a l du chapitre, qui sera 1*etude de l a r e l a t i o n entre 1*assonance et l a structure syntaxique du decasyllabe. 1.2 L'examen de l'assonance dans l e Charroi de Nimes n'apporte pas de r e s u l t a t s inattendus. A 1*exception de l a l a i s s e 25, chaque l a i s s e est generalement basee sur une seule assonance. Quant a l a l a i s s e 25, i l y a passage de l'assonan-ce en e a l'assonance en - i e apres vingt-deux vers. En f a i t , ce changement marque l e commencement d'une nouvelle etape sur l e plan du r e c i t , l a reaction de l ' a u d i t o i r e apres l e d i s -cours que Guillaume adresse aux jeunes "bachelers" La d i v i s i o n en une l a i s s e au l i e u de deux vient plutot de l ' e d i -teur et de son manuscrit que d'une r e p a r t i t i o n logique en l a i s s e s d'apres l e sujet et l'assonance. 1.3 A part l a l a i s s e 25, nous trouvons un melange d'assonances dans l a l a i s s e 40 , qui assone normalement en -ee. Cette l a i s s e admet a l'assonance des diphtongues en - a i e ( t r a i r e , IO63; menaie, 1068) et des formes qui assonent en -ae (rivage, 1047; armes, IO48; Fierebrace; 1049J autre, CH. I l l 28. 1059; masse, 1060; t a l e , 1061; proisable, I O 6 5 ; t a i l l e n t , 1066; guionnage, 1069). A p a r t i r du vers 1059 de cette l a i s s e i l n'y a qu'un vers (1062) qui assone en -ee. Nous pouvons dire que l e s onze derniers vers de l a l a i s s e 40 assonent, non en -ee, mais en -ae. Cette confusion n»est pas propre au Charroi de Nimes. car l e meme phenomene se produit dans d»autres chansons, parmi lesquelles l a Chanson (2) de Guillaume v '• 2.1 LES ASSONANCES Les i486 vers du Charroi de Nimes sont rep a r t i s en cinquante-sept l a i s s e s construites sur quatorze assonances d i f f e r e n t e s . La r e p a r t i t i o n des assonances n'est pas du tout egale; en p a r t i c u l i e r l e s assonances en -e groupent a e l l e s seules presque 44$ des vers. S i nous ajoutons a cela l e s assonances en - i e et en - 3 i l a proportion devient a peu pres 73$. La table suivante donne l a r e p a r t i t i o n des l a i s s e s selon l e s assonances, et, pour chaque assonance, l e nombre de vers: CH. I l l 29 Assonances Laisses Nombre de vers Masculines - i 4 , 14 38 26 - i e 3 , 8 , 1 5 , 1 7 , 2 3 , 2 7 , 25 (en partie) 2 95 -e 1, 5 , 1 1 , 1 6 , 1 8 , 2 9 , 32 , 3 4 , 3 6 , 649 ( 4 ) 2 2 , 25 (en partie) 3 9 , 4 1 , 4 5 , 4 7 , 51 -a 1 2 , 2 0 , 24 4 4 , 53 138 - 6 7 , 13 53 - 6 19 5 2 , 5 4 , 56 38 -u 6 16 Feminines - i e 3 3 , 4 2 , 4 6 , 4 8 , 55 90 -ee 31 , 5 0 , 57 38 -ee 2 8 , 3 0 , 4 0 45 -ae 6 , 26 4 3 , 49 62 -ae 2 , 10 37 16 -de 35 9 -ue 21 11 2 . 2 La table nous permet de constater que l e s l a i s s e s feminines se trouvent surtout dans l a deuxieme partie de l a chanson, ou i l ne se trouve pas, du reste, de l a i s s e s qui assonent en - i e , -6j -u. 2 . 3 Notre c l a s s i f i c a t i o n d i f f e r e de c e l l e de M. P e r r i e r dans 1 »introduction de son edition du Charroi. Pour l u i l e s CH. I l l 30. l a i s s e s 2 et 10 ( l a i s s e s feminines, assonance -ae) assonent en - j j , et l a l a i s s e 21 ( l a i s s e feminine egalement, assonance -ue), en -u. Or, i l s u f f i t de jet e r un coup d'oeil sur l ' o r -thographe des mots a l'assonance dans ces l a i s s e s pour se rendre compte q u ' i l s'agit d'assonances feminines et non mas-culines comme l e suggere M. Pe r r i e r . Pour l u i aussi, l a l a i s s e 37 assone en -ae et non pas en - c f e , comme nous 1'avons suggere. Cette l a i s s e ne con-ti e n t que quatre vers, avec lesmots suivants a l'assonance : "lances", "ensaignes", "grifaigne", "France". De toute eviden-ce l a voyelle accentuee a un timbre nasal. De plus, M. Pe r r i e r ne d i f f e r e n c i e pas l e s assonances en o ferine et o ouvert, qui sont pourtant nettement maintenues comme d i s t i n c t e s par l e poete de l a chanson. v / / La ou nous nous ecartons l e plus de l a c l a s s i f i c a -t i o n de 1» edition P e r r i e r , c'est a. propos des l a i s s e s 31> 50 et 57. Lui veut qu'elles assonent en -ee, tandis que pour nous l a voyelle accentuee est -e^. Nous-trouvons dans ces l a i s s e s des mots qui se terminent en -ere (pere) ou en -erent (alerent) a c6te d'autres qui ont l a terminaison feminine -ee, C'est sans doute en se basant sur l a prononciation moderne de mots comme "pere", "alerent" que M. Perrier s'est l a i s s e entraine a classer toutes l e s l a i s s e s sous l'assonance -ee. Or, l e -r intervocalique ne se pronon^ait pas dans l a meme syllabe que l a voyelle accentuee, et l a prononciation fermee de 1'^ s'est maintenue jusqu'au dix-septieme s i e c l e CH. I l l 31 3 . 1 Ces remarques preliminaires sur l e groupement des la i s s e s du Charroi devraient etre f a i t e s , pour nous permet-t r e de passer a l T e s s e n t i e l : I'examen des categories de mots qui figurent a 1*assonance. 3.2 Sauf pour l e s l a i s s e s en -rie, -e, -ee, nous avons aborde cet examen sans idees preconques. Quant a ces t r o i s assonances, nous nous attendions a trouver qu'elles renfer-ment un tres f o r t pourcentage de formes verbales, Comme l e montre l a table suivante, nous n'avons pas ete deQu. Le tableau donne l e pourcentage du t o t a l des vers pour chaque assonance, chaque forme du meme mot comptant pour un mot separe• On l i r a dans l a premiere colonne l e pourcentage du nombre de vers qui se trouve dans chaque assonance; dans l a deuxieme colonne est donne l e pourcentage de mots en chaque assonance qui appartiennent au groupe nominal (pronom, subs-t a n t i f , a d j e c t i f ) ; dans l a troisieme colonne est donne l e pour-centage de mots de chaque assonance qui appartiennent au grou-pe verbal (toutes formes verbales, et l e s adverbes). CH. I l l 3.3 Assonances % du t o t a l % de c e t t e % de c e t t e de l a chanson assonance assonance dans c e t t e , . . forme de forme de assonance groupes groupes nominaux verbaux - i 1.8 50 50 -ie* 19.9 59 41 -e 43 .7 34.5 65.5 -a 9 . 3 73 27 -o 3 . 6 83 17 "S. -o 2.6 73.5 2 6 . 5 -u 1.1 62.5 37 .5 - i e 6 . 48 52 -ee 2.6 39.5 6 0 . 5 -ee 2.9 71 29 -ae 4 . 1 79 21 -ae 1.1 81 19 -de . 6 56 44 -ue .7 82 18 C H . H I 33. 3.4 II ressort de ce tableau que l a plupart des asso-nances recouvrent des groupes nominaux. Dans l e s assonances en - i et en - i e l a d i s t r i b u t i o n sur l e s groupes nominaux et verbaux est a peu pres egale. Ce n'est qu'avec l e s assonan-ces en -e et en -ee que l e s groupes verbaux renferment un pourcentage de vers nettement superieur a c e l u i des groupes nominaux. Pour ces dernieres assonances l e pourcentage de formes verbales est de 63% (sur 65 .5$ du t o t a l de l'assonance en -e), et de 60.5% (sur 60.5% du t o t a l de l'assonance en -ee). Pour l'assonance en -e l e s formes verbales sont surtout l e s p a r t i c i p e s passes (203 formes sur 405) et l e s i n f i n i t i f s (155 formes sur 405)* Les quarante-sept formes qui restent sont, avec une exception ("set"), des deuxiemes personnes du p l u r i e l en -ez. 3.41 L'assonance en -ee, ne comptant que pour 2 .4$ du t o t a l pour l a chanson,, presente un i n t e r e t plus l i m i t e . Evidemment, on ne trouve pas d»infinitifs dans cette assonance. Sur vingt-t r o i s formes verbales t r e i z e sont des troisiemes personnes du p l u r i e l du passe simple d'un verbe de l a premiere conjugaison (alerent, troverent) et l e s autres formes sont des participes passes feminins. 3.42 Contrairement a ce que nous nous attendions a trouver l e s mots qui assonent en - i e comportent un pourcentage beau-coup plus reduit de formes verbales, pourcentage qui est i n f e -r i e u r a ceux pour l e s assonances en - i et - i e . CH. I l l 3 4 . 3 . 4 3 Partout a i l l e u r s l e groupe nominal l'emporte sur l e groupe verbal, que l e s assonances soient masculines ou feminines. ( l e s assonances feminines ne comptent que pour 18% du t o t a l de l a chanson en tout cas). 3 . 4 4 Apres 1*assonance en -e c e l l e s qui renferment l e plus f o r t pourcentage de vers sont c e l l e s en - i e (19.9$ du t o t a l ) et -st (9*3% du t o t a l ) . Nous avons deja discute de 1»assonance en - i e . II reste a considerer 1' assonance en -ja. C Test dans cette assonance que se trouvent l e pourcentage l e plus eleve d' a d j e c t i f s (32 sur 138 mots a 1»assonance, s o i t 2,2% de 1*assonance) aussi bien qu'un pourcentage eleve d'adverbes (17 sur 1 3 8 , s o i t 1 2 $ . II n»y a que l'assonance en o, avec 18$, qui accuse un plus f o r t pourcentage d'adver-bes). Des vingt formes verbales dix-sept sont des pa r t i c i p e s presents et t r o i s une forme du s i n g u l i e r du present d'un verbe en i-re ("demant", "entent"). Le substantif revient soixante-huit f o i s a l'assonance, mais le choix des mots est en v e r i t e plus reduit, puisque un nom comme "Bertran" est u t i l i s e cinq f o i s , "marcheant" cinq f o i s , "neant", "gant", "Breban" t r o i s f o i s chacun, s i bien que l'on ne trouve que t r e n t e - t r o i s substantifs d i f f e r e n t s pour soixante-huit vers termines par un substantif. II en va de meme pour les adjec-t i f s ; l a i l y en a t r e i z e d i f f e r e n t s pour trente-deux vers se terminant par un a d j e c t i f . Vu l a plus f a i b l e importance des autres assonances nous avons j'uge i n u t i l e de trop charger ce chapitre de d e t a i l s sur c e l l e s - l a . Pour jSlus de precisions a CH, III 35. cet egard se reporter a l'Appendice, page I67. 3«5 Ce qui ressort de ce bref examen des categories de mots a l'assonance dans l e Charroi de Nimes, c'est d'abord et surtout que l e s substantifs se trouvent a l'assonance beau-coup plus souvent que l e s verbes, et cela dans tous l e s cas sauf pour l e s assonances en - i et en - i e (ou i l y a presque e g a l i t e ) , en -e et en -ee (ou i l y a preponderance de formes verbales), Cela ne devrait pas trop surprendre, car meme en considerant que l ' i n v e r s i o n de l'ordre de l a phrase e t a i t beaucoup plus normale au Moyen Age qu'aujourd»hui l a forme verbale doi t tomber a l ' i n t e r i e u r de l a phrase plut6t qu'a l a f i n , 4,1 Une analyse de l a structure syntaxique des vers de cette chanson devrait montrer maintenant, nous semble-t-il, q u ' i l y a une r e l a t i o n entre cette structure et l'assonance. Quelle structure, par exemple, amene une forme verbale a l'assonance ? Question interessante pour l e s vers qui asso-nent en -e. Quelle structure favorise l a presence d'un nom en f i n de vers ? Nous esperons trouver une reponse a ces questions dans cette p a r t i e de notre etude, 5,1 Jusqu'ici l a structure du decasyllabe a f a i t l'ob-j e t de deux etudes,, de Stephen Nichols J r , et de Jean Rychner, Ces deux etudes ont ete entreprises dans des buts d i f f e r e n t s , Dans son Formulaic D i c t i o n and Thematic Composition i n the (10) . "Chanson de Roland" M, Nichols considere l e s deux mille CH.= I I I 36"; premiers vers de l a Chanson de Roland et donne, dans un appendice, une l i s t e des types de structures syntaxiques l e s plus u t i l i s e e s par l e poete de cette chanson. Son exa-men porte surtout sur l a structure du premier hemistiche des decasyllabes, dont i l degage les types ou schemas les plus frequents. Cette etude de formules n'a qu'un int e r e t l i m i t e pour qui voudrait se pencher sur l e s rapports entre l a struc-ture du vers et 1"assonance. Par contre, l e t r a v a i l de M. Rychner considere justement ces rapports et constitue par l a une bonne base pour aborder 1*etude de l a v e r s i f i c a t i o n du Charroi de Nimes. 5.2 Les "Observations sur l a v e r s i f i c a t i o n du Couron-nement de Louis" resument l e s reflexions de M. Rychner sur l ' e f f e t de l'assonance, de l a mesure, et de 1'agencement des vers sur I*improvisation epique. C Test son intention de demontrer qu'aucune de ces t r o i s d i f f i c u l t e s ne s'oppose a 1'improvisation, mais au contraire semble l u i etre favorable. Sans oublier que notre but n'est pas l e meme que c e l u i de M. Rychner, nous avons s u i v i sa methode pour r e p a r t i r l e s deca-syllabes du Charroi de Nimes dans l e s categories a examiner. 5i3 Nous reconnaissons avec l u i que l e s decasyllabes d'une chanson peuvent etre groupes en t r o i s categories p r i n -(12) c i p a l e s . Ces categories sont l e s suivantes v ': CH. I l l 3 7 I) Aux deux hemistiches correspondent deux propositions: coordonnees, juxtaposees, ou bien dont l»une est subordonnee a 1 *autre. II) Le decasyllabe est rempli par une proposition com-plete. III) Le decasyllabe est f a i t d'elements syntaxiques qui se rapportent a un verbe figurant dans l e s vers prece-dents ou suivants. 5 . 4 L'analyse de M. Rychner a ete f a i t e sur 4 0 0 vers du Couronnement de Louis (vers 2 4 9 - 6 4 8 ) . II ne s»est pas attarde aux types I et I I I , mais a procede a un examen de-t a i l l e du type I I , comme etant l e plus abondamment repre-sentee Malheureusement, i l ne donne pas d*indication de l a proportion de vers qui releve de ce deuxieme type, et pour l e type I I I i l se contente de signaler que "les exemples.•• jerfj sont moins nombreux" ( ^ - 3 ) ^  Notre analyse des 1 , 4 8 6 vers du Charroi de Nimes a revele que l e s types I et I I I reunissent un peu plus de l a moitie des vers, soit 5 4 . 4 $ , l e type avec l e plus f a i b l e pourcentage etant l e type I. Notre intention est de considerer brievement l e s types I et I I I pour nous etendre surtout dans l e s pages qui suivent sur l e type I I , c e l u i des decasyllabes renfermant une proposition complete. 5 . 5 Avant de commencer cette partie de notre etude, nous nous sommes demande s i l a nature dramatique de l a pre-CH. I l l 38". miere partie de l a chanson n'entrainerait pas l'usage d'nn de ces types plutot que d'un autre. C'est pour repondre a cette question que nous avons examine d'abord l a r e p a r t i t i o n des vers de chaque type dans les deux parties de l a chanson. Les r e s u l t a t s de cet examen apparaissent clairement dans l e tableau ci-dessous. La premiere partie de l a chanson ren-ferme 11 l a i s s e s et 781 versj l a deuxieme partie renferme 30 l a i s s e s et 705 vers. sur 7 8 l vers sur 705 vers Type I 176, s o i t approx. 22.5$ I 6 4 , s o i t approx. 2 3 . 3 $ Type II 367, s o i t approx. 4 7 . $ 311, s o i t approx. 4 4 . 1 $ Type I I I 238, s o i t approx. 30.5$ 23O, s o i t approx. 32.6$ Cela nous donne 22.9$ des vers de l a chanson qui appartiennent au type I et 31 .5$ qui appartiennent au type I I I . A l ' i n t e r i e u r de chaque type i l yj/a peu d'ecarts d'une partie a 1*autre de l a chanson, et nous pouvons en conclure que, pour 1'auteur cette d i s t i n c t i o n entre l e s deux parties de l'oeuvre: l a partie dramatique et l a partie narrative, n'appelle pas l ' u t i l i s a t i o n de types syntaxiques propres a chaque mode de raconter. 6 .1 Pour les decasyllabes du type I, chaque proposition coincide avec un hemistiche, et cette categorie n'appelle pas de remarques p a r t i c u l i e r e s . La plupart du temps nous avons CH. I l l 39 a f f a i r e a deux propositions pr i n c i p a l e s , juxtaposees (45.8% du type: L i r o i s l'entent, grant j o i e en a menee 1485 "Non f e r a i , s i r e , d i t Guillelmes l e ber 60 Autrement i l s'agit d'une proposition pri n c i p a l e et d'une proposition subordonnee r e l a t i v e ou c i r c o n s t a n c i e l l e (40 . 7 % ) : N'i ot baron qui n'en fust effraez 57 Cel done v i l e selonc ce que i l set 38 Encor ne s a i ou g'en doie trover 84 ou de deux propositions princi p a l e s coordonnees (13»5%) : I r a yvers, s i revenra estez 75 II en ot v i n t et ge n'en o i que dos 195 6.2 Les decasyllabes du type I I I montrent beaucoup de v a r i e t e . Nous avons in c l u s dans ce type les vers qui contiennent un serment: "Par Saint Denis a qui l'en vet p r o i e r " (v. 740) , aussi bien que ceux qui sont des proposi-t i o n s e l l i p t i q u e s : " O i l , molt gente, et dis et u i t enfanz" (v. 1125) . Dans l e cas d'une proposition consecutive nous avons i n c l u s et l a proposition principale et l a proposition subordonnee: Ne v e r r a i mes quatre gent assembler Que je ne cuide de moi doient parler 8O3-8O4 P a r f o i s l e vers f a i t partie d'une enumeration (nominale vers 384-7 ci-dessous, ou verbale, vers 570-72 ci-dessous): Ge vos dorrai de France un quartier, Quarte abeie et puis l e quart marchie, Quarte c i t e et quarte archeveschie, Le quart serjant et l e quart chevalier... 384-387 CH. I l l 40 Toute l a t e r r e v i plaine d»aversiers, V i l e s ardoir et v i o l e r moustiers, Chapeles fondre et trebuchier clochiers.., 570-572 6.3 N*entrent pas dans ce type l e s vers qui sont des propositions principales coordonnees. Tous les vers suivants sont consideres comme appartenant au type I I : Isnelement alez a vostre o s t e l Et s i vos fetes gentement conraer 46 -47 Vos d r o i t seignor ne devez pas haster, Ainz l e devez s e r v i r et hennorer 422-423 S i vos demant Nymes cele c i t e 483 Mes d'une chose vos v o r r o i proier 715 6.4 C'est en e f f e t ce deuxieme type de decasyllabe, -qui est peut-etre l e plus interessant a cause du nombre de vers q u ' i l renferme. Entre 45$ et 58$ des decasyllabes de chaque assonance tombent dans l e type I I . Seule f a i t ex-ception 1»assonance en -de ou sept des neuf vers appartien-nent aux types I et I I I . Nous allons done proceder a un examen d e t a i l l e de l a structure du decasyllabe du type I I . 7.1... Nous constatons que, a l ' i n t e r i e u r de ce type, nous avons a f f a i r e a deux groupes assez importants (A. et B) et deux moins frequents (C et D). Les caracteristiques de ces grou-pes sont l e s suivantes: A. A un hemistiche correspond un element nominal de l a phrase, tandis que 1*autre contient un element verbal. CH. I l l 41. Par exemple (avec hemistiche nominal souligne): Nostre empereres a ses barons fieve z 3° Rompent l e s hueses del cordoan s o l l e r 5° S i t ' a i f o r n i maint f o r t estor champel 68 B. Un des hemistiches est un adverbe ou une expres-sion c i r c o n s t a n c i e l l e , tandis que l ' e s s e n t i e l de l a phrase se trouve exprime dans 1»autre hemistiche: Isnelement alez a vostre o s t e l 4° Irusqu'au pales ne se v o l t arester 5 2 Tienent oiseaus por l o r cors deporter 2 6 Et c i i montent tost et isnelement I416 C. Le premier hemistiche contient un a u x i l i a i r e verbal et l e deuxieme hemistiche contient l e pa r t i c i p e passe du temps compose (accompagne d'eventuelles determinations): Assez i ai o£ et escoute 35 S i l ' o t empli et tot rase de s e l 882 D. Le premier hemistiche contient un verbe qui est s u i v i d'un i n f i n i t i f dans l e deuxieme hemistiche: Fetes ces bues t r e s t o t eel val aler 997 Devant els font l ' o r i f l a n b e porter 865 8.1 TETRAPODIE NOMINALE S i nous considerons d'abord l e s decasyllabes ou l e premier hemistiche est nominal nous voyons que l a fonction grammaticale de cet hemistiche est tres v ariee. Le groupe CH. I l l 4 2 . nominal peut e t r e s u j e t , apostrophe, complement d' o b j e t d i r e c t ou i n d i r e c t du verbe dans l e deuxieme hemistiche, ou a t t r i b u t ou complement d'un nom dans l e deuxieme h e m i s t i c h e . 8.2 S t r u c t u r e de l a t e t r a p o d i e . Dans l e cas ou. l e pre-mier h e m i s t i c h e n'est pas un a t t r i b u t ou un complement de nom l a t e t r a p o d i e e s t l e p l u s souvent composee d'apres l ' u n des quatre types s u i v a n t s : ( i ) ( E t ) + a r t i c l e 4- nom de t r o i s s y l l a b e s ; L i empereres 369 E t 1 »empereres 345 ( i i ) ( A r t i c l e ) + nom 4- a d j e c t i f ( p o s s e s s i f ou a t t r i b u t i f ) Mon a u f e r r a n t 83 , 91 Tote l a t e r r e 77 , 327, 1429 ( i i i ) T i t r e / a d . j e c t i f + nom; S i r e G u i l l e l m e s 73 L i cuens G u i l l e l m e s 51 G e n t i l l mesnie 115 ( i v ) Deux noms (ou deux pronoms) juxtaposes ou coordonnes; L e r r e s , t r a i t r e s I38I Moi et vos, oncle 39 Chars et c h a r r e t e s 950, 967 8 .3 S t r u c t u r e de l ' h e x a p o d i e . Quand l a t e t r a p o d i e con-t i e n t l e s u j e t du verbe c e l u i - c i v i e n t en t e t e du deuxieme h e m i s t i c h e , p a r f o i s precede d'un pronom o b j e t ou, p l u s r a r e -ment, de l»adverbe " i " , e t c e l a pour t o u t e s l e s assonances. S i l e d e c a s y l l a b e a p p a r t i e n t a une l a i s s e q u i assone en -e c ' e s t souvent un a u x i l i a i r e q u i commence l e deuxieme hemis-t i c h e , ce q u i permet au p a r t i c i p e passe d'occuper l a d e r n i e r e CH. I l l 43. place du vers : a ses barons mande 93° est toz abandonez 1174 8.31 Une autre structure t r e s u t i l e pour l e s assonances en -e_ aussi bien que pour c e l l e s en -ie_ est c e l l e ou l e verbe p r i n c i p a l est t e l q u ' i l est necessaire d»employer un i n f i n i t i f pour completer l e sens de l a phrase. L ' i n f i n i t i f se trouve presque toujours a 1*assonance: f i s t forment a p r o i s i e r 670 vet au moustier orer 842 8.32 Quand i l s'agit d»autres assonances l e verbe peut Stre s u i v i par un nom complement d'objet d i r e c t , par une ex-pression c i r c o n s t a n c i e l l e , par un a t t r i b u t du sujet: v e s t i une gonnele IO36 e s t o i t dedenz son t r e f 790 est coverte de sane 1429 8.33 Sur l e s 169 exemples ou l e premier hemistiche est nominal 59 sont des groupes sujets. Pour ce cas-la l a table suivante indique l e s assonances qu'on trouve au deuxieme hemistiche et l e type de mot qui se trouve a 1'assonance, Cette table est un resume de l a table complete qui se trouve (14) en appendice , CH. I l l 44. TABLE 1 (tetrapodie sujet) Type de mot a l'assonance Assonance i i e e a 6 6 i e ee ee ae oe pa r t i c i p e passe 1 i n f i n i t i f p a r t i c i p e present -adverbe nom (c.o.d.) nom (en expres. circonst.) a d j e c t i f -- 12 5 9 1 1 1 1 1 2 3 1 - 3 1 2 -1 - - -1 1 1 1 8.4 Quand l e premier hemistiche est une apostrophe l e deuxieme hemistiche comporte s o i t (a) un verbe comme " d i r e " et son sujet, s o i t (b) une proposition avec l e verbe a l'im-pe r a t i f ou a 1 ' i n f i n i t i f . (a) Dans l e premier groupe, qui renferme vingt et un vers, l a structure de 1'hexapodie est dix-neuf f o i s : verbe " d i r e " + nom: d i t Guillelmes l e her 64 Dans l e s deux autres cas 1'ordre des elements de 1»hemistiche est renverse et l e verbe est "respondre": C H . I I I 45 Guillelme a respondu 256 (b) Le deuxieme groupe renferme des cas ou. l'ordre des mots est sensiblement normal, tout en amenant un pourcentage e v i -dent de formes verbales a l'assonance: qu'est vos sens devenuz 26l Damedeus te maldie 1442 Notre table est l a suivante : TABLE 2 (Tetrapodie apostrophe) i i e e if 6 o u i e ae p a r t i c i p e passe - - 1 - - - 2 - -pa r t i c i p e present - - _ 1 _ _ _ _ _ verbe - 1 3 - 1 - 1 i n f i n i t i f - - 2 - - - - - -nom 2 5 9 2 2 1 * - 2 a d j e c t i f - 1 - 1 adverbe - - - 1 - - - - -8.5 Sauf dans l e cas ou l e premier hemistiche con-t i e n t l e sujet du verbe, nous trouvons une u t i l i s a t i o n assez etendue de 1*inversion dans l'ordre des elements syntaxiques de l a phi^ase, exception f a i t e du groupe d e c r i t ci-dessus, paragraphe 8.6 (b). S i cette inversion parait tout a f a i t normale dans une proposition i n c i s e (••• d i t Guillelmes) CH. I l l 46 nous pouvons supposer que 1'explication dans l e s autres cas en est l a necessite d'amener t e l l e ou t e l l e assonance. 8*6 Dans l e s 63 cas ou l e premier hemistiche est un complement d'objet nous trouvons que l e deuxieme hemistiche se termine l a plupart du temps par une forme verbale. Les deux types de structures l e s plus u t i l i s e e s sont c e l l e s deja indiquees pour l'hexapodie qui su i t une tetrapodie sujet. L*hemistiche commence par un a u x i l i a i r e , precede souvent d'un pronom: vos estes or mellez 1013 l i a tot otroie 401 ou par un verbe s u i v i d*un i n f i n i t i f a 1»assonance: font avec e l s mener 27 La ou, dans l e groupe precedent, l e vers se terminait souvent par un adverbe ou par un groupe c i r c o n s t a n c i e l , i c i 1'expres-sion c i r c o n s t a n c i e l l e a tendance a venir en tete de l»hexa-podie ou bien a l ' i n t e r i e u r : bien vos doi ; aco i n t i e r 371 f i r e n t i l en sus tr e r e 1050 Nous dressons deux tables pour des categories de mots a 1»assonance: d'abord avec l e premier hemistiche comme objet d i r e c t (Table 3) ensuite avec l e premier hemistiche comme objet i n d i r e c t (Table 4 ) . CH. I l l TABLE 3 (Tetrapodie c.o.d.) i i e e a d i e ee ee ae verbe - 2 - 1 - 1 2 part, passe - 3 - - -i n f i n i t i f 1 4 1 2 - - - - 1 adverbe - 1 - - 1 - - - 1 nom - 2 2 - - -nom en expr. - 1 3 - - - 1 - -c i r c o n . TABLE 4 (Tetrapodie c.o.i,) i e e ee ee ae part, passe - 3 1 - -i n f i n i t i f - 4 - 1 -nom 2 - - - 1 nom en expr. - 1 - - -circons. CH. I l l 48. 8.7 Le nombre de vers ou l e premier hemistiche est complement d'un nom situe dans l e deuxieme hemistiche est assez re d u i t . La structure de l a tetrapodie ressemble aux types ( i ) et ( i i ) du paragraphe 8.2 ci-dessus. C'est-a-dire l a tetrapodie est composee de l a preposition "de" su i v i e d'un nom de t r o i s syllabes : (ou de quatre syllabes) : D'engignement 920 ou bien de "de" + nom + ad.jectif : Del g e n t i l l conte 312, 323 De vos charroi 1290 8.8 La structure de 1'hexapodie; Dans tous l e s cas ou l e verbe est a. un temps simple l e nom auquel se rapporte l e complement signale ci-dessus est place a 1' assonance: sot t o t l a mestrie 92 0 P u i s q u ' i l n'y a que t r o i s vers ou l e verbe est a un temps compose nous ne pouvons que constater, sans v o u l o i r en t i r e r des conclusions generales, que s ' i l s'agit d'un passif ou l e nom ou l ' a u x i l i a i r e peuvent tomber a l'assonance: dui enfants remes sont 312 s i est remes un f i l l 323 et que l e par t i c i p e vient a l'assonance quand i l s'agit d'un passe compose avec "avoir": ont j a dos bues tue 12 90 Pour ce groupe de vers nous avons l a table suivante: CH. I l l 49. TABLE 5 (Tetrapodie complement de nom): i i e e a d p a r t i c i p e - 1 a u x i l i a i r e - - - - 1 nom 1 4 1 1 -9.1 TETRAPODIE A FONCTION CIRCONSTANCIELLE. Au l i e u de passer tout de suite a 1'examen des decasyllabes ou l e deuxieme hemistiche est nominal nous allons considerer l e s decasyllabes a premier hemistiche c i r -constanciel. Ce premier hemistiche peut etre : (a) un adverbe seul, de quatre syllabes: "isnelement" (vers 46, 50, 116, 1372), "cortoisement" (1215, 1259); (-b) deux adverbes: "Molt tendrement" (575); (c) une expression c i r c o n s t a n c i e l l e composee d'une prepo-s i t i o n et un nom: En ceste terre (407, 540, 949, 1029), A haute voix (237, 658, I38O) (d) une i n t e r j e c t i o n , du type "mien escient", "par vo p l e s i r " . CH, III 50 Des 678 decasyllabes classes dans l e type II, i l y en'a 339 qui sont groupes d»apres l a fonction du premier hemistiche (exclusion f a i t e des groupes C et D ^ci-dessus, para. 7 » 1 ) . De ces 339 decasyllabes, 170 ont tin premier hemistiche c i r c o n s t a n c i e l . 9 . 2 La structure de l'hexapodie est assez variee, mais l e plus grand nombre d'hemistiches entrent dans les deux groupes: ( i ) ou 1 ,hexas ryllabe commence par un a u x i l i a i r e et termine par un pa r t i c i p e passe, et ( i i ) ou l'hexapodie com-mence par un verbe qui amehe un i n f i n i t i f a 1*assonance. Un troisieme type de structure bien represents est c e l u i ou l'hemistiche commence par un verbe et se termine par un nom dans une expression c i r c o n s t a n c i e l l e . La table 6 resume l e s re s u l t a t s de l'examen de ce groupe de decasyllabes. TABLE 6 ( T e t r a p o d i e c i r c o n s t a n c i e l l e ) S 1 i e e a 6 o u i e ee ee ae ae ue verbe - 1 3 - - - - 3 4 1 3 p a r t , passe 1 3 30 - - - 1 3 1 - - - 1 p a r t . p r e s . - - - 4 - - -i n f i n i t i f - 12 27 - - - - - - . adverbe - - 3 1 - 3 - 3 -nom 1 la 8 4 3 1 1 4 3 - 3. 2 nom (en exp. c i r . ) - 5 9 2 1 1 - - - 1 pronom - - 1 - 1 - - - - - -r a d j e c t i f - % ? . - - . ± - - _ _ -H H H CH. I l l 52 10. HEXAPODIE NOMINALE Ayant etudie l e s decasyllabes a premier hemisti-che nominal ou c i r c o n s t a n c i e l , nous passons maintenant a 1'examen des decasyllabes a deuxieme hemistiche nominal ou c i r c o n s t a n c i e l . I c i , nous avons classe 276 vers dont 193 ont une hexapodie nominale. Comme pour l e s tetrapodies nominales l a structure de 1'hexapodie nominale est assez f i x e . II y en a quatre types principaux: ( i ) ( A r t i c l e ) * nom + ad.iectif: l o r d e s t r i e r s auferrant 1415 l i plus chier garnement I I46 ( i i ) Deux noms: et l a bouche et l e nes 1010 ( i i i ) Nom + complement de nom: venoison de sengler 812 (iv) Nom + adverbe/expression c i r c o n s t a n c i e l l e : et Monferent a destre 833 II est evident que l e mot a l'assonance sera presque toujours un nom. 10.2 CommenQons par considerer l e s vers avec hexapodie de fonction vocative ( l e s apostrophes). Le premier hemisti-che constitue un ordre ou une question: "Entendez moi", "Avez vos feme?". II ne se trouve que neuf vers du type I I qui ont une hexapodie vocative, comme l e montre l a Table 7: CH. I l l 53 TABLE 7 (Hexapodie apostrophe) i e e a nom 3 1 4 a d j e c t i f 1 10,3 Quand l e deuxieme hemistiche est un nom ou une expression en apposition a un nom ou pronom du premier hemistiche, i l comporte souvent 1»inversion du verbe et du sujet: La fu Garniers 918 Prise a Orable 522 Les seules exceptions sont des phrases qui commencent par "C'est", ou qui expriment un souhait: "Deus l e confonde". La Table 8 montre que ce type de vers, tout comme c e l u i du para. 10.2, appartient a ceux aux assonances les plus u t i l i s e e s . TABLE 8 (Hexapodie en apposition) i e e a* i e nom I . 6 3 ~ a d j e c t i f 5 *k 1 2 Dans l e s vers ou l e deuxieme hemistiche nominal du verbe du premier hemistiche de dernier prend 10.4 est sujet CH. I l l 5 4 une des quatre formes: Verbe + pronom objet/complement: Serviront t o i 3 1 0 , 3 2 1 , 3 3 2 Ce comparront 6 3 2 Adverbe/expression c i r c o n s t a n c i e l l e + verbe: A pie descent 5 3 Des or s'en vet 6 8 4 A u x i l i a i r e + participe passe: Abatuz fu 3 5 1 Monte estoient 2 3 0 Verbe + i n f i n i t i f (dont l e nom dans l e deuxieme hemistiche est su j e t ) : Je f i s monter 2 2 5 S i v i t ester 5 9 5 Dans ces 3 0 vers nous trouvons l e s assonances suivantes: TABLE 9 (hexapodie sujet) x i e e a o ae ae nom 1 1 0 4 4 3 1 1 a d j e c t i f - 2 2 1 adverb e - 1 - - - - -1 0 . 5 Comme pour ce groupe de vers, presque 5 0 $ de ceux ou l e deuxieme hemistiche est complement d»objet du verbe commencent par un adverbe. Quand l»hexapodie est objet du verbe, l a structure de l a tetrapodie peut etre une des suivantes ( l e s t r o i s plus c a r a c t e r i s t i q u e s ) : ( i ) ( i i ) ( i i i ) (iv) CH. I l l 55. ( i ) Verbe ( + pronom c.o.i.) Demandez l i 450 ( i i ) Verbe + nom (qui f a i t souvent p a r t i e du complement d'objet d i r e c t ) : Passent Bourgoigne et B e r r i et Auvergne 785 Pent un coutel et galne molt bele 1041 ( i i i ) Adverbe + verbe (+ adverbe/adjectif/expression c i r c o n s t a n c i e l l e ou c.o.d.) Molt essauqa 12 Lors o i de vos 239 Ja i avra 1400 La Table 10 donne l e s categories de mots a 1*assonance quand l»hexapodie est complement d'objet d i r e c t . Nous avons in c l u s dans ce groupe d'hemistiches t r o i s vers du type: "Et d i t Bertran: A maleitjon De" (vers 421). o • TABLE 10 (Hexapodie c.o.d.) H H xe e a o o u xe ee ee ae ae oe ue nom 15 18 7 2 4 2 3 2 7 6 3 1 1 a d j e c t i f 1 7 7 X - 1 - 1 2 1 1 - 1 ON CH. I l l 57. La table 11 donne l e s categories de mots a l f a s -sonance quand 1'hexapodie est complement d'objet i n d i r e c t . TABLE 11 (Hexapodie c.o.i.) e o ae nom 4 2 1 ad j e c t i f 1 1 -10.6 Dans l e cadre des deuxiemes hemistiches nominaux i l reste a considerer l e s a t t r i b u t s du nom et les complement du nom. Parmi l e s a t t r i b u t s , du sujet ou de 1'objet, nous comptons certains participes qui jouent manifestement l e r 6 l d ' a d j e c t i f s . Par exemple: Nous l e ferons c o r r o d e et i r e 1266 Et tant vos estes t r a v e i l l e z et penez 42 10.61 Que l e deuxieme hemistiche s o i t a t t r i b u t ou com-plement du nom, l a structure t3 rpique de l a tetrapodie est: (Adverbe) + Verbe + nom: Onques ne f u i 1173 L i estors fu 350 10.62 Quand l'hexapodie est at t r i b u t sa structure est: ( i ) Nom + a d j e c t i f : l i mestre limonier 1278 CH. I l l 58 ( i i ) Deux noms: dant Aymeris mon pere t r i c h i e r r e s ne avers ( i i i ) Deux ad.iectifs (ou a d j e c t i f s + adverbe) merveilleus et pleniers 1347 1173 350 IO.63 La structure de l*hexapodie complement de nom est: Preposition + Nom 4- Ad.iectif/complement de nom/ expression c i r c o n s t a n c i e l l e : de l a bone c i t e a ponz d»or noielez 1082 860 Presque l a moitie des vers avec un a t t r i b u t ou un comple-ment de nom au deuxieme hemistiche assonent en -e. TABLE 12 (Hexapodie a t t r i b u t ou , , complement de nom) part, passe adverbe nom a d j e c t i f xe e 1 8 - 1 2 4 1 3 a xe ee ee ae ue 1 3 11.1 DEUXIEME HEMISTICHE CIRCONSTANCIEL. Quand 1*hexapodie est une expression circonstan-c i e l l e l a tetrapodie peut avoir une des t r o i s structures suivantes: CH. I l l 59 ( i ) Su.jet + verbe: C i l o i s e l chantent 16 Vet s'en Guillelmes 782 ( i i ) (Su.jet) + verbe + complement d'objet/ apostrophe: Ne s a i , beau s i r e 1305 Le r o i l i done 672 ( i i i ) Adverbe + verbe-(+ nom/pronom): La combati I36 Or alez donques 1069 La f i s t t e l pare 357 11.11 Des 83 deuxiemes hemistiches circonstanciels seuls 10 comportent des adverbes proprement d i t s . Cet hemistiche peut etre: ( i ) Deux adverbes/ adverbe + autre expression c i r c o n s t a n c i e l l e : belement et soe 16 hautement en oiant 597 ( i i ) Preposition + nom 4- a d j e c t i f soz l 1 o l i v i e r rame 53 ( i i i ) Preposition + i n f i n i t i f (avec son su j et ou ob j et) : por l o r cors deporter 26 Nous avons i n c l u s dans cette categorie l e s vers ou 1'hexa-podie est un serment: "Mal f u b a i l l i e , par l'apostre saint Jaque" (1343). La Table 13 donne l a r e p a r t i t i o n des 83 hemistiches c i r -constanciels selon leur assonance: CH. I l l 60! TABLE 13 (Hexapodie c i r c o n s t a n c i e l l e ) i i e e a 0 6 u i e ee be ae ue i n f i n i t i f _ 1 3 Part. passe - 1 part. present - - - 1 - - - - - - - -adverbe - 2 1 4 - - - - - - - -nom .2 21 13 3 4 3 1 6 4 1 5 1 a d j e c t i f - 1 1 2 — 1 — - - 1 - -1 2 . 1 DECASYLLABE A TEMPS COMPOSE, avec l ' a u x i l i a i r e dans l a tetrapodie et l e p a r t i c i p e passe dans 1'hexapodie. Contraire-ment a ce que l'on pourrait c r o i r e , l e nombre de vers qui ont un a u x i l i a i r e au premier hemistiche, s u i v i d'un participe passe au deuxieme est extremement reduit (19 vers sur 678 pour l e type I I ) . De ces 19 vers i l y en a 3 ou l e p a r t i c i p e n'est pas place a l'assonance. L»auxiliaire ne comportant souvent qu'une syllabe, sauf quand i l s'agit d'etre employe au futur ou au conditionnel, l a structure de l a tetrapodie est l a plupart du temps: Adverbe "+ Verbe (+ nom/pronom): Assez i a i 35 Or ont Francois 14°3 12 .11 Au deuxieme hemistiche i l y a deux structures c a r a c t e r i s t i q u e s : CH. I l l 61. ( i ) Nom + par t i c i p e ; son vivre recope Sarrazin amasse ( i i ) Deux pa r t i c i p e s : oi* et escoute 547 (nom c.o.d.) 1310 (sujet) 35 12.12 La Table 14 montre que l a majorite des vers de cette categorie appartiennent aux assonances en -6 et en - i e . TABLE 14 i e e i e ee o d part, passe 4 7 2 2 1 nom 1 1 - - 1 13.1 Premier hemistiche contient un verbe qui est s u i v i d'un i n f i n i t i f dans l e deuxieme hemistiche. Dans cette cate-gorie de vers l a structure de l a tetrapodie se caracterise par l a presence ou l'absence d'un adverbe, ce qui nous donne les deux p o s s i b i l i t e s ci-dessous: ( i ) Verbe + nom/pronom: II s'en ala 554 Vont a Guillelme 819 ( i i ) Adverbe + verbe (+pronom): Ainz l e devez 423, 439 Ge ne sai tant 999 CH. I l l 62. 13.11 La structure de 1»hexapodie est t e l l e que l ' i n f i n i t vient 39 f o i s sur 42 a l'assonance. Nous trouvons t r o i s stru tures possibles dans 1'hexapodie: ( i ) Adverbe/expression c i r c o n s t a n c i e l l e + i n f i n i t i f : gentement conraer 47, 117 devant e l s arester 931 ( i i ) Nom (+ ad.jectif) + i n f i n i t i f : Le nom peut etre sujet ou complement d'objet de 1 ' i n f i n i t i f : tote Espaigne aquitier 695 l e s barons enbuschier 228 ( i i i ) Deux i n f i n i t i f s en construction p a r a l l e l e : s e r v i r et hennorer 4^3 Cette construction se rencontre 5 f o i s apres une tetrapodie avec adverbe, contre 2 f o i s apres une tetrapodie sans adverbe 13.12 Dans cette categoric de vers i l y a un exemple ou. l ' i n f i n i t i f est dans l a tetrapodie et le verbe p r i n c i p a l est dans 1'hexapodie: Et escorchier l e s f e t au bacheler 1279 TABLE 15 x xe e a ae i n f i n i t i f 1 14 23 -nom - - 2 -ad j e c t i f 1 CH. I l l 63. 14«1 Avant de repondre aux questions posees au debut de cette partie du chapitre (par. 4.1), i l sera u t i l e de re-suraer sous forme d'un seul tableau l e s r e s u l t a t s de 1'examen de l a structure du decasyllabe. Rappelons que l e s decasylla-bes ont ete classes dans quatre groupes: l e groupe A, lorsqu'un des hemistiches e t a i t nominal; l e groupe B, lorsqu'un des hemistiches e t a i t c i r c o n s t a n c i e l ; l e groupe C, lorsque l e pre-mier hemistiche contenait un a u x i l i a i r e et l e deuxieme un par-t i c i p e passe; l e groupe D, lorsque l e premier hemistiche con-tenait un verbe s u i v i d'un i n f i n i t i f dans l e deuxieme hemis-t i c h e . 14.2 Le tableau se d i v i s e assez naturellement en t r o i s s e r i e s . Sous l e s diverses assonances on verra reunis: l e s vers dont l e premier hemistiche est nominal ou c i r c o n s t a n c i e l (Tables 1-6, par. 8.1 - 9.1) - puis l e s vers dont l e deuxieme hemistiche est nominal ou c i r c o n s t a n c i e l (Tables 7-13> par. 10.1-11.1) - et enfin les vers qui appartiennent aux groupes C et D (Tables 14 et I5, par. 12 et 13). Chacune de ces s e r i e s est accompagnee, sur i a ligne i n f e r i e u r e , du nombre de vers qui, pour t e l l e assonance et t e l type d'hemistiche, se terminent par un element verbal (forme verbale ou adverbe), i c i appele f i n a l e verbale. Assonance i Nombre de vers classes d'apres l e l e r hemistiche (Tables 1-6) 6 Finales verbales 3 Nombre de vers classes d'apres l e 2e hemistiche (Tables 7-13) 3 Finales verbales -Tables 14 et 15 1 Finales verbales 1 i e e a o o u 68 162 24 10 11 5 33 121 12 3 3 3 69 78 39 13 9 4 6 13 5 - - -19 -33 1 1 1 -18 30 - 1 - -xe ee ee ae ae oe ue o H H H 19 12 7 10 3 1 1 14 9' .3 4 - - 1 15 8 12 16 5 1 4 2 2 2 2 1 1 ON CH. I l l 65 14*3 Les questions posees avant de commencer 1"examen de l a structure du decasyllabe etaient : "Quelle structure amene une forme verbale a 1*assonance?" et "Quelle structure f a v o r i -se l a presence d'un nom en f i n de vers?" Le tableau montre clairement que l e s vers a premier hemistiche nominal sont l e s plus favorables a l a presence d»une forme verbale a 1»asso-nance, et cela pour presque toutes l e s assonances. Par contre, l e s deuxiemes hemistiches nominaux,, comme on s f y attendrait, n»ont que rarement une forme verbale a 1»assonance. Les cate-gories C et D ont l e plus f o r t pourcentage de f i n a l e s verbales, mais ne comptent que 9% des vers examines . 15«1 Nous ne croyons pas que l*on puisse postuler necessairement une r e l a t i o n de cause a e f f e t entre It assonance et l a structure syntaxique d fun vers (^-7). un sondage effectue dans d 1autres chansons montrerait sans doute qu'une assonance quelconque peut amener indifferemment une f i n a l e verbale ou une f i n a l e nominale. CH. I l l 66". NOTES DU CHAPITRE III 1 . M. J . Rychner (Chanson, p. 68) parle de l a l a i s s e "25 b i s , v. 6 5 7 - 7 6 9 " comme l a l a i s s e l a plus longue du Charroi. M. Rychner se sert de 1 *edition Perrier, done, pour l u i aussi, l a l a i s s e 25 constitue en v e r i t e deux l a i s s e s d i s t i n c t e s . 2 . ed. M. Duncan McMillan, S.A.T.F., 1949^50. La l a i s s e CLXI, par exemple, admet a 1*assonance en -a une serie de vers en - a i et en -e, et dans "les l a i s s e s feminines un p e t i t nombre de formes a diphthongue sont egalement admises: eigues, 150, ewe, 1401, maistres, 159, fere, 5 0 1 . . . a cote d*un certain nombre de cas ou ces formes assonent en -a.e" (t I I , p.32) . 3 . Le systeme de notation adopte est c e l u i u t i l i s e par M. McMillan dans 1»introduction de son e d i t i o n de l a Chanson  de Guillaume, t . I I . 4 . Les quelques formes en - i e qui se trouvent dans ces l a i s s e s n'ont pas ete classees a part. 5 . Par exemple, pour 1"assonance en -ae, on trouve: atente, prendre, France, lance...; et pour 1"assonance en -ue: Valsure, tenue, lune, tafure... 6 . Dans M. K. Pope, From Latin to Modern French, on l i t , para, 430: "Nasalisation was induced by a l l the three nasal con-sonants, m, n, n"; et plus l o i n , a propos de l a nasalisa-t i o n de voyelles qui ne sont pas prononcees dans l a meme syllabe que l a consonne nasale: "Nasalisation set i n most strongly when the nasal vowel was pronounced i n the same s y l l a b l e as the nasal consonant,,, but vowels and diphtongs ,., were nasalised audibly by the i n t e r v o c a l i c nasal con-sonants following them," op, c i t . , para. 4 3 2 . 7 . Dans l e s l a i s s e s qui assonent en 6 on trouve des mots comme: prouz, cort, toz, l o r , baron. Les 18 derniers vers de l a l a i s s e 7 et l e s 7 derniers vers de l a l a i s s e 13 terminent par un mot ou. l a voyelle f i n a l e est s u i v i e d*une consonne nasale. . Dans l e s l a i s s e s qui assonent'en b l e s mots a l'assonance sont f o r t , ost, mort, noz, trop.,. 8 . Voir M.K. Pope, op. c i t . , para. 495 , et P. Fouche, Phonetique historique du frangais, v I I , p. 2 5 0 . 9 . Les pourcentages seront indiques selon l a methode anglaise. CH. I l l 67". 10. Chapel H i l l , 19.61 11. Collogue, pp 161-178. 12. Ces categories sont c e l l e s de M. Rychner, op. c i t . p. 168, 13. op. c i t . , p. 170. 14. Voir Appendice, p. 168 et &eq. 15. La table complete de 1'Appendice donne l e d e t a i l des hexapodies a t t r i b u t , et des hewapodies complement de nom. 16. Pour l e s assonances en -e, - i e , -a, qui renferment l e plus grand nombre de vers~T493 sur l e s 678 con-sideres), i l est interessant de noter que l a d i s -t r i b u t i o n des vers de ces assonances est t r e s egale sur lespremiers hemistiches nominaux et circonstan-c i e l s , de mSme que l e nombre de f i n a l e s verbales pour ces deux groupes (les f i n a l e s verbales sont donnees entre parentheses): ie" e a Ier hem. nom 35 (17) 8l (58) 13 (7) Ier hem. c i r c . 33 (16) 8 l (63) 11 (5) 17. Le f a i t que les assonances en - i e et en -e presentent, dans cette chanson une importante part de f i n a l e s verbales ne semble pas devoir se v e r i f i e r necessaire-ment dans les autres chansons. CH. IV 68'. CHAPITRE IV  LES FORMULES DU CHARROI DE NIMES 1.1 Comme tout genre, l a chanson de geste a plusieurs niveaux de moyens d'expression. On reconnait d'abord qu'une chanson a un SUJET: dans l e Charroi de Nimes c'est l a prise de Nimes par Guillaume d'Orange. Ce sujet est t r a i t e au moyen de THEMES comme 1»ingratitude royale, l a levee d'une armee, l e voyage, l a b a t a i l l e , l a mort des chefs ennemis... Ces themes sont t r a i t e s a leur tour par des MOTIFS, qui sont, en quelque sorte, l e s sous-titres de chapitres sur l e s themes. Le theme "voyage" se decompose en preparations, en distance parcourue, en r a p i d i t e du voyage, en haltes pour l a nuit, en v i s i t e aux e g l i s e s . On arrive a i n s i au niveau du langage au moyen duquel s'expriment l e s motifs. S i les themes et l e s motifs sont deja stereotypes pour l e genre entier, combien plus ne l ' e s t l e langage. C'est l e langage du Charroi de  Nimes, ou au moins cette partie du langage que sont les FORMULES, qui forme l'objet du present chapitre. 1.2 Qu'est-ce une formule ? La d e f i n i t i o n qui a eu cours pendant longtemps est c e l l e de Milman Parry reprise par (2) (3) M. A.B. LORD , M. J. Rychner et d»autres. Pour Parry une formule est "une expression qui est regulierement emplo-yee, dans l e s memes conditions metriques, pour exprimer une certaine idee e s s e n t i e l l e . L'essentiel de l'i d e e , c'est ce CH. IV 6 9 qui reste apres qu'elle a ete debarrassee de toute super-f l u i t e s t y l i s t i q u e . " Mais au moment du deroulement du Colloque de Liege en 1 9 5 7 , M. 0 . Jodogne et M. P. Imbs ont souligne l a necessi-ty d'une d e f i n i t i o n specifique pour l a formule. Pour qu'un groupement expressif recoive l e nom de formule i l devrait s a t i s f a i r e a t r o i s c r i t e r e s et comporter: (a) un ensemble de vocables a sens p l e i n , et l a repre-sentation d'une matiere; (b) une forme syntaxique; (c) un rythme qui l u i permette d'entrer aisement dans l e decasyllabe. Cette d e f i n i t i o n est pips precise que c e l l e de Milman Parry en ce qu'elle t i e n t compte de 1 'element synta-xique de l a formule. Pourtant, une structure syntaxique ne constitue pas a e l l e seule une formule; c'est pour cette r a i -son que nous avons evite de parler de "formules" dans l e chapitre I I I . Les rapports entre l e rythme du decasyllabe et l a formule sont e t r o i t s . Le f o r t accent sur l a syllabe avant l a cesure accuse l a coupe du vers, s i bien que chaque hemi-gtiche est l a plupart du temps une unite syntaxique, ce qui r e s s o r t a i t deja clairement de 1 'etude de l a structure synta-xique du decasyllabe. Le re s u l t a t du point de vue de l a formule est que c e l l e - c i compte l e plus souvent quatre pieds CH. IV 70 ou s i x pieds (ou cinq pieds et sept pieds avec l e s syllabes caduques a l a cesure ou a l a f i n du vers). Parfois l e s deux hemistiches sont s i l i e s par l e sens que l e decasyllabe en-t i e r est considere comme une formule. Les formules de quatre pieds qui occupent l e premier hemistiche seront aussi appelees formules de tetrapodie; l e s formules de s i x pieds qui occu-pent l e deuxieme hemistiche, formules d'hexapodie. 1.3 L'inventaire des formules du Charroi a ete dresse d'apres l a ' ^ a t i e r e " que t r a i t e n t ces formules, autrement d i t , d'apres l e s motifs. Beaucoup de ces motifs ont deja ete signales dans d'autres travaux, dont aucun n'est pourtant consacre exclusivement a cette chanson. L ' a r t i c l e c i t e de M. D. McMillan ^ est i c i d'une u t i l i t e limitee, bien q u ' i l donne sous forme de tableau les r e s u l t a t s d'un depouillement de certains motifs dans plusieurs des chansons de l a geste de Guillaume. En citant l e s formes variees sous lesquelles se trouve t e l l e ou t e l l e formule, i l ne donne pas l e numero du vers dont i l s'agit; ce qui est ennuyeux l a ou ses r e s u l t a t s (7) et l e s notres ne sont pas identiques . L'autre t r a v a i l qui est t r e s interessant pour une c l a s s i f i c a t i o n des formules est ( 8 *) c e l u i , deja c i t e , de M. J.J. Duggan . 1.4 Les motifs qui renferment l e plus de formules sont ceux qui concernent l e s noms de personnages et l e deroulement d'une conversation. Cela ne veut pas dire q u ' i l s soient ceux dont l e s formules montrent l e plus de variete, car ce sont CH. IV 71. souvent l e s motifs moins communs qui accusent l e s formes l e s plus diverses au niveau des formules. Ce chapitre commence par t r a i t e r les formules d»introduction a Inaction de l a chanson, pour passer ensuite au traitement des motifs suivants: Les noms des personnages Le deroulement d*une conversation Les serments et l e s voeux Dieu, ses noms, ses epithetes Les b a t a i l l e s Les armes et l»armement Les chevaux Les i n s u l t e s et les menaces Le voyage Ce sont l a les motifs l e s plus importants. Le chapitre se termine par une consideration d*autres motifs moins f a c i l e -ment d e f i n i s . 1.5 Pour l a d e f i n i t i o n de certains terraes employes dans ce chapitre l e lecteur est prie de se rapporter a l a page i i de cette these. CH. IV 72. 2.0 LES APPELS A L'AUDITOIRE 2.1 Au debut de l a chanson l e poete/jongleur se sert d'un type d»introduction tout a f a i t t r a d i t i o n n e l : "Vous a l l e z entendre une bonne h i s t o i r e " , pour preparer l ' a u d i t o i -re au r e c i t qui va suivre. Cette introduction consiste d'un appel a l ' a u d i t o i r e s u i v i d'une annonce sommaire de l a matie-re de l a chanson: Oiez, seignor, Deus vos croisse bonte, L i glorieus, l i r o i s de majeste! Bone chanson plest vous a escouter Del meillor home qui ainz creust en De? C'est de Guillelme, l e marchis au cort nes, Comme i l p r i s t Nyraes par l e charroi monte, Apres conquist Orenge l a c i t e Et f i s t Guibor b a p t i z i e r et lever Que 1 1 t o l i l e r o i Tiebaut l ' E s c l e r ; Puis l'espousa a m o i l l i e r et a per Et desoz Rome oc i s t Corsolt es prez. Molt essauga sainte crestientez: Tant f i s t en terre qu'es cieus est coronez. (v. 1-13) (9) M. Manfred Gsteiger , dans son a r t i c l e sur l e s preambules des chansons de geste a note plusieurs debuts de ce genre. Le type de debut du Charroi de Nimes se retrouve dans au moins quatre autres chansons: Signor, or escoutes, que Dieus vos s o i t amis Canchon de f i e r e estoire p l a i r o i t vos a oir? ( A i o l , v. 1, 5) CH. IV 7 3 . Oies signor, por Dieu l e creatour Boine canchon, ainc n*olstes m i l l o r (Bueve - de Hantone, v. 1-2) Oiez, seignor, que Deus vos s e i t aidanz P l a i s t vos o l r d*une estoire v a i l l a n t Bone chanqon...... (Couronnement de Louis, v, 1-3) Oez, seignor, que Deus vos beneie, L i glorieus, l i f i l z dainte Marie! Bone chanQon que j e vos vo r r a i d i r e . (Prise d*0renge, v. 1-3) 2.2 Dans l e Charroi i l y a un deuxieme "debut" de cette sorte a l a l a i s s e 42 : Seignor, oiez, que Deus vos beneie, L i glorieus, l i f i z sainte Marie, Ceste changon que ge vos v o r r a i d i r e : Ele n»est pas d»orgueill ne de f o l i e , Ne de menQonge estrete ne enquise, Mes de prudomes qui Espaigne conquistrent; (v. 1085-1090) En considerant l a p o s i t i o n de cette l a i s s e dans l e develop-pement de Inaction, on v o i t qu*elle vient a un moment psycho-logiquement important, c»est-a-dire, au moment ou l e charroi vient d f a r r i v e r a Nimes. Le poete s |interrompt pour rappe-l e r que son r e c i t n»est pas faux, pour rassembler l e s f i l s de l f h i s t o i r e et pour l a resumer brievement avant de se la n -cer dans l e r e c i t de l a prise de l a v i l l e . CH. IV 74 2.3 A t r o i s autres reprises l e poete interv i e n t , moins longuement, de l a meme fagon. Chaque f o i s l e s vers viennent en debut de l a i s s e et marquent des etapes de l a progression de l»histoire: Oiez, seignor, por Deu de majeste, Coment Guillelmes fu l e j o r avise. (v. 1205-1206) Oez, seignor, que Deus vos beneie! Com faitement Guillelme atalnent. (v. 1315-1316) Oez, seignor, Deus vos croisse bonte Com faitement Guillelmes a ovre. (v. 1352-1353) 2,4 Des annonces pures, sans l f a p p e l a 1*attention de l»auditoire, viennent a l ' i n t e r i e u r de l a l a i s s e 29: Huimes devons de dan Bertran chanter Com fetement i l se fu atorne. (v. 988-989) De eels des chars devons ore chanter (v. 1022) Des or devons de Guillelme chanter, Com fetement i l se fu atornez. (v. 1034-1035) 2.5 Ces appels et ces annonces accusent une forme f o r -tement stereotypee a l * i n t e r i e u r de cette chanson, et a l * i n -t e r i e u r du genre de l a chanson de geste. Ce caractere ste-reotype, nous l e retrouverons a chaque page de ce chapitre. CH. IV 75 3.0 LES FORMULES DE NOMS 3.1 Seront considerees surtout sous ce t i t r e l e s expressions employees pour designer s o i t Guillaume, s o i t l e r o i . Les formes de ces expressions varient selon qu'elles se trouvent dans 1'oratio recta ou dans l ' o r a t i o obliqua. 3.2 (a) Les formules de noms dans l ' o r a t i o r e c t a . Quand une formule de nom est dans l ' o r a t i o recta e l l e est presque toujours une formule de debut de discours, ou ce qui peut s'appeler une formule d»interpellation. On constate que ces formules offrent relativement peu de variete ayant l e plus souvent l a forme: S i r e + Nom de c e l u i a qui on  s*adresse. Une formule p a r e i l l e occupe toujours l a tetrapodi S i r e Guillelmes 73, 106, 278, 294, 300, 305, 328, 380, 404, 512, 538, 580, 659, 726, 948 Looys, s i r e 94, 133, 182, 256, 26l, 490, 753. II n'existe que t r o i s autres exemples d'une formule de nom d'une construction analogue. Deux sont u t i l i s e e s en s'adres-sant a Bertrand: S i r e nies 32 (Guillaume parle.) S i r e Bertran 1019 (Les chevaliers parlent.) et l a troisieme par l e s palens parlant a Harpin: Damoiseaus s i r e 1260 CH. IV 76. 3.3 Apres c e l l e - c i , l a formule l a plus u t i l i s e e est " s i r e " tout court. Cette expression se trouve surtout en f i n de tetrapodie, et s'applique: au r o i 60, 311, 322, 396, 467, 501, 531, 543, 593, 729 a Guillaume 41, 49, 376, 706, II78 a Guilen 607 et aux r o i s paiens 1139, 1269. L»expression se trouve six f o i s en tete de vers: au r o i 683 a Guillaume 703, 706, 820, 922 a Otran 1122, 1231 et deux f o i s comme premier mot de 1*hexapodie: au r o i 757 a Guillaume 437. 3.4 De plus, i l y a l a formule beau s i r e , l a plupart du temps comme deuxieme element de l a tetrapodie: au r o i 5°1 a Guillaume 673, 758, 1302, 1305 a Aymon l e Vieux 682 mais une f o i s en tete d 1hexapodie: a Otran au vers 1162. CH. IV 77. 3.5 Pour l e seul Guillaume se trouvent des formules t e l l e s que: Guillelmes Oncle Guillelmes S i r e oncle Oncle 59, 466 (tete d»hexapodie) 238, 566 ( f i n de tetrapodie) 444, 805 (formules de tetrapodie) 416 (en tete d»hexapodie) 794 (en tete de tetrapodie) 39 (en f i n de tetrapodie) D fautres epithetes qui sont u t i l i s e e s en parlant a Guillaume s»appliquent egalement a d*autres personnages. A i n s i , 1»ex-pression nobile chevalier est adressee a Guillaume aux vers 395 et 566, mais aux barons au vers 337. Avec ses s i x pieds, c e l l e - c i est toujours une formule d»hexapodie, De meme franc chevalier s'adresse ou a Guillaume (v. 538) , ou aux barons (v. 822, 855 avec un a d j e c t i f ) . Une formule de ce type peut s*employer en apposition avec un nom, par exemple: - Merci, Guillelmes, nobile chevalier 5°6 "Sire Guillelmes, d i s t l i r o i s , frans guerriers 538 S i r e Guillelmes, frans horn, quar en pensez 948 3,6 A part s i r e et Looys s i r e t i l existe des expres-sions diverses pour s'adresser au r o i , , La plupart d»entre e l l e s contiennent une reference au rang royal, s o i t simple-ment en tete de vers (sauf pour l e s vers 93 et 4 9 4 ) : soit: Rois Loo^s r o i s Dan r o i s Droiz empereres 93, 157, 203 , 213, 409, 494 153 (en tete de vers) 239, 282 (a l»interieur) 154, 187, 681 (en tete de vers) CH. IV 78. Une seule f o i s Guillaume appelle l e r o i " f r e r e " : Looys frere 64 3.7 II y a un p e t i t nombre de formules qui sont u t i l i s e e s pour parler aux chevaliers. A part c e l l e s qui ont deja ete considerees, i l reste l e t i t r e baron (v. 849, 900, 939; et 1145 ou i l s fapplique au r o i Otran). Le cas sujet ber, ne se trouve qu"une f o i s dans l * o r a t i o recta comme t i t r e , et cela en parlant a Guillaume: "Ber, ne rn'oci, se tu Guillelmes i e s " 249 Une f o i s egalement, sans doute pour remplir 1"hexapodie, se trouve l e nom commun: Entendez moi, de France l e barne 637 3.8 En parlant a ses neveux, Guillaume emploie, a part l e s expressions deja remarquees, s o i t "Nies" tout court (vers 45, 460, 796, 809, 996), presque toujours trou-ve en tete de vers; s o i t "Beau n i e s " (vers 441, a l fassonance, et 1012, en tete de vers); s o i t , pour remplir l»hexapodie, "Sire Bertran, beaux nies" (vers 428). 3.9 Quand Guillaume est chez l e s Sarrasins, deguise en marchand, on^s'adresse a l u i comme "Frere" (voir pag.J.\,£ ci-dessus), ou avec son nouveau " t i t r e " de "marcheant" CH. IV 79. (vers 1144 (a 1»assonance), 1169, I387 (en tete d*hexapodie), par f o i s "beaus amis marcheant", comme formule d'hexapodie (vers 1121, 1124, 1135). 3.10 (b) Les formules de noms dans l ' o r a t i o obliqua. Selon les exigences du rythme du vers on trouve t r o i s groupes de formules pour designer un personnage a l a troisieme personne: I Celui qui comporte l e nom tout court, place a l ' i n t e r i e u r du vers, d*habitude comme dernier mot de l a tetrapodie ou comme premier mot de 1»hexapodie. Ce groupe est de l o i n l e plus commun. II C e l u i qui comporte l e nom + un a r t i c l e ou un ad j e c t i f , groupe qui remplit l a tetrapodie. I l l Celui qui comporte l e nom plus un nom ou un a d j e c t i f substantive en apposition, groupe qui occupe toute 1"hexapodie, ou parfois l e s derniers cinq ou huit pieds du decasyllabe. Seront examines successivement, selon l a d i v i s i o n ci-dessus,les noms de Guillaume, du r o i , des chevaliers et des Sarrasins. CH. IV 80 3 . 1 1 Guillaume I. Pour designer Guillaume l e poete u t i l i s e son nom cinquante-huit f o i s , dont vingt-neuf f o i s dans une formule d'Introduction a l * o r a t i o recta ("dit un t e l " . c f . paras. 4.4, 4.5 ci-dessous): 88, 256, 272, 282, 296, 302, 311, 322, 396, 409, 417, 428, 460, 508, 543, 589, 709, 719, 729, 900, 913, 928, 954, 1145, 1162, 1189, 1322, 1335, 1344. et vingt-neuf f o i s a i l l e u r s dans l e r e c i t . D'habitude l e nom vient a l a f i n de l a tetrapodie: 4 4 , 79, 3 3 5 , 459, 478, 6 1 8 , 701, 782, 995, 1 0 0 1 , 1 0 1 1 , 1 1 1 3 , 1 2 0 6 , 1 2 3 0 , 1286, 1 2 9 9 , 1 3 0 6 , 1 3 3 4 , 1 4 5 2 , 1 4 6 8 plus rarement en tete de l»hexapodie ( 6 9 8 , I 3 I 6 , 1 3 5 3 ) ou a i l l e u r s a l»interieur du vers ( 1 2 3 , 6 3 5 , 1 0 3 4 , 1 3 5 8 ) ; une seule f o i s comme premier mot du vers ( 1 1 0 1 ) et une f o i s a l'assonance ( 8 3 1 ) . De meme l e poete designe Guillaume par l e nom " l i cuens" dans l e s memes conditions metriques, c T e s t - a - d i r e , dans une formule d TIntroduction a l ' o r a t i o recta: 45, 80, 1 1 2 , 4 4 1 , 467, 593, 809, 996. A i l l e u r s dans l e r e c i t ce nom revient une f o i s comme premier mot du vers (982), une f o i s a l a f i n de l a tetrapodie ( 6 6 8 ) , deux f o i s a l»int erieur de l'hexapodie ( 4 I 3 ) , 1 1 7 6 ) . CH. IV 8 "Cuens" ne se presente jamais a l'assonance. En plus l e poete emploie a 1 "occasion " l i b e r s " (21 a l " i n t e r i e u r de 1"hexapodie), 720 (en tete de tetrapodie), et " l e due" (1391 en f i n de tetrapodie). I I Pour guillaume toujours, on ne trouve qu'une construction qui remplisse a e l l e seule l a tetrapodie. Dans ce cas e l l e constitue l e sujet du verbe qui se trouve dans 1"hexapodie, d*habitude comme premier mot: L i cuens Guillelmes 17, 2 9, 5 1 , 594, 670, 747, 790, 842, 902, 936, 956, 1036, 1393, 1434, 1457, 1483. III C»est l e troisieme groupe qui offr e l e plus de var i e t e , car i c i l e nom en apposition varie selon les e x i -gences de 1"assonance, e t de l a metrique. A une exception pres, ( l e vers 819 ou l e poete est oblige d ' u t i l i s e r un i n f i n i t i f pour completer l e sens de sa phrase, et done de raccourcir son apposition: "Vont a Guillelme l e marchis demander"), 1 "apposition vient toujours a l'assonance. Une formule de l a forme "Guillelme l e . . . " peut occuper huit, s i x ou cinq pieds. Quand i l s"agit d"une formule de huit pieds, "Guillelme" se trouve avant l a cesure et 1 "apposi-t i o n remplit 1"hexapodie: CH. IV 82 Guillelme l e marchis au v i s f i e r 399, 663, 676, 761 798 Guillelme, l e marchis au cort nes 5 , 533 Guillelmes a l a chiere hardie 1441 On trouve quatre formules qui remplissent l 1hexapodie sans empieter sur l a tetrapodie. Ce sont: Guillelme au cort nes 147, 847, 1210, 1220 Guillelmes Fierebrace 1049, 1103, 1338, Guillelmes l e guerrier 684, 691, 780, Guillelmes l e v a i l l a n t 608 De l o i n l e plus commun est l e type qui s'etend sur cinq pieds de l'hexapodie. Dans ce cas l e nom f a i t par-t i e d»une formule d»Introduction a l»oratio recta, et l e sixieme pied est constitue par une forme du verbe " d i r e " ou du verbe " f a i r e " : ( d i t ) Guillelmes l e ber 60, 64, 115, 133, 448, 531, 871, Guillelmes l i f e r s 94 Guillelmes l e f i e r 705, 753, Guillelmes l e f o r t 490 Guillelmes l i prouz 182 Guillelmes l i saiges 153 3.12 Le r o i I. Quant au r o i Louis i l y a deux faqons de l e desi-gner quand l e nom vient a l»interieur du vers: ou comme "Looys", ou comme " l i r o i s " . Comme pour Guillaume, nous trouvons l e nom u t i l i s e dans une formule d*Introduction a l ' o r a t i o recta: vers 62, 380, 506, 591. CH. IV 8 3 . En plus, l e nom revient quatre f o i s en f i n de tetrapodie (vers 130, 419 , 671, I484), t r o i s f o i s en tete d'hexapodie (vers 305, 682, 690) , et deux f o i s a l ' i n t e r i e u r de 1'hexa-podie (vers 4 8 , 4 4 5 ) . Le nom " r o i " lui-meme se trouve v i n g t - t r o i s f o i s * s o i t au cas sujet, s o i t au cas regime: 58, 102, 128, 149, 155, 292, 348, 351, 360, 4 2 9 , 465 , 470, 479, 489, 512, 538, 600, 616, 672, 680, 708, 722, 1485. Au vers 155 le. poete ajoute un a d j e c t i f , "meillor", au nom. I I Les formules de premier hemistiche pour designer l e r o i sont plus nombreuses que c e l l e s pour Guillaume ( c f . par;.j:3.11 ci-dessus). On trouve une f o i s 1'expression "Le r o i de France" (v. 1 0 1 ) . E l l e est employee par Guillaume au moment ou i l rappelle au r o i q u ' i l aurait pu, en accep-tant l e s o f f r e s de richesse du r o i G a i f i e r , quitter le ser-vice de Louis et s'opposer a l u i . Les deux autres expres-sions employees pour designer Louis sont "seignor" et "empereres". "Seignor" est surtout u t i l i s e quand i l faut a t t i r e r 1 ' a t t e n t i o n sur l e s devoirs qui l i e n t un chevalier au r o i . C'est pourquoi on trouve, a part "son seignor" (vers 354, 359) , "Son/Vo d r o i t seignor". La formule peut remplir a e l l e seule l a tetrapodie: Vo d r o i t seignor 422, 438 . CH. IV 84 ou occuper l e s quatre premiers pieds de 1'hexapodie: ison d r o i t seignor 400, 534, 799. Quant a "empereres", on l e trouve t r o i s f o i s remplissant l a tetrapodie: Nostre empereres 36 Et 1»empereres 345 L i empereres 369 et une f o i s en tete de 1'hexapodie (vers 344)• III Comme pour Guillaume, c'est l e troisieme groupe de formules (nom + nom en apposition remplissant 1»hexapodie) qui o f f r e l e plus de v a r i e t e . Plusieurs des expressions que nous avons vues accouplees au nom de Guillaume se retrouvent avec l e nom de Louis. E l l e s sont employees dans les memes conditions, c'est-a-dire que l a formule de nom f a i t partie d'une formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta, formule qui remplit 1'hexapodie: ( d i s t / d i t ) Looys l e ber 73, 278, 404 l e f i e r 328 l i prouz 300 l i frans 294, 580. Dans ce groupe de formules parait egalement 1•expression: l i r o i s Looys 106, 315. II n'y a qu'un cas ou l'expression qui designe l e r o i s'etend sur toute 1'hexapodie. C'est au vers 338, ou en f a i t l a formule occupe neuf pieds du vers, avec 1»apposition au CH. IV 8 5 . deuxieme hemistiche: De Looys, mon seignor d r o i t u r i e r On v o i t que cette formule est une variante de l a formule "son d r o i t seignor" signalee ci-dessus ( I I ) . 3.13 Les chevaliers Parmi les noms qui reviennent l e plus souvent, en parlant des chevaliers, i l faudrait remarquer l e t i t r e "dan". A i n s i trouvons-nous: dan Bernarz 63O dans Guillelmes 733 dan Bertran 763, 988 dant Aymeris 1347. Guillaume a u t i l i s e ce t i t r e deux f o i s en parlant au r o i (vers 239, 282, pa«rc3»6 ci-dessus). De meme, en parlant des chevaliers, on u t i l i s e tantot chevalier 373, 781, 816, 925 , 942, 968, 986 tantot Baron 186, 532, 936, 955, 1469. Deux f o i s on trouve une combinaison des deux expressions: c i l baron chevalier 398, 797 A p a r t i r du depart de Guillaume et de son armee vers Nimes, l e poete parle des chevaliers en tant que Franc,ais, sans doute pour mieux f a i r e 1"opposition entre ceux-ci et l e s Sarrasins. CH. IV 86. On trouve done: Francois 166, 886, 895, 1070, 1284, 1406, 1455, 1463, 1477 Nostre FranQois 973, 98l, I468 (noz) L i Franc 1454 l i soldoier de France 977 En reprochant au r o i d»avoir permis a Guillaume de rassembler une armee et de p a r t i r en pays ennemi, Aymon l e vieux parle de " l a f l o r de France" (vers 686). Cette expression est pro-bablement u t i l i s e e pour renforcer l e reproche, et pour mieux blamer l e s massacres qui vont sans doute se produire. 3 .14 Les Sarrasins Sans trop y i n s i s t e r i l faudrait considerer aussi l e repertoire de termes u t i l i s e s pour l e s palens. Leur gamine est assez reduite. On trouve surtout: Paien 9 1 4 , 1 0 6 8 , 1 1 0 8 , 1 1 1 6 , 1 1 3 1 , 1 1 3 7 , 1 1 6 9 , 1 2 0 3 , 1 2 4 5 , 1 3 7 9 , 1 3 8 7 , 1 3 9 2 , 1 4 0 5 , 1 4 0 8 , 1 4 1 9 . (Jamais a 1 * assonance) Sarrasin 9 8 0 (a 1»assonance), 1 1 5 3 , II84, 1 2 4 7 , 1 2 8 1 , 1 3 1 0 , 1 3 4 1 , I 4 2 6 (comme formule de tetrapodie, en ajoutant un a r t i c l e ou un a d j e c t i f ) . Sarrazin et Escler, 5 1 5 , 8 5 3 , 1 2 8 8 (comme formule d"hexapodie) As Sarrazins, as Turs et as Esclers 349 En parlant ou d»Harpin ou d » 0 t r a n , on emploie l e nom simple, ou, dans la tetrapodie, l e nom plus l e t i t r e " l i r o i s " : CH. IV 8 7 . Harpin 1080, 1114, 125°, 12.71, 1276, Otrans 1114, 1144, 1152, 1430, 1433, 1448 L i r o i s Harpins 1312, I385, I388 L i r o i s Otrans 915, 1079, 1120, 1134,11-54, II85, 1207, 1317, 1327 ( 1 0 ) I I y a un nombre reduit de cas ou l e s patens sont designes par un nom autre que c e l u i de "paien" ou de "sarrasin". D'habitude ces tournures sont 1'expression du mepris des Francais pour le s Sarrasins. Ce sont a 1'exception du vers 1028, des formules d'hexapodie. S i l a formule: nom -f a d j e c t i f ne comporte que quatre ou cinq syllabes, 1'hemistiche commence par une preposition: l a pute gent tafure 511 de l a gent criminel 85O entre l a gent grifaigne 976 de l a gent paiennie 1096 De male gent 1028 (tetrapodie) l i cuvert souduiant 1405, 1407 (cuivert) I l en va de meme s i on emploie un a d j e c t i f ou un nom en apposition en parlant des r o i s de Nxmes: l e mal paien Otrant 496 Otran l e desfae 1258 Harpin, l e cuvert parjure I3O3 Harpins, cuvert desmesure I367 (dans 1'oratio recta) 3,15 II est evident que ce sont l e s formules de noms dans 1'oratio obliqua qui offrent l e plus de variete semanti-que. Ces formules sont surtout des formules d'hexapodie, CH. IV 88 tandis que l e s formules de noms dans l ' o r a t i o recta se trou-vent l a plupart du temps dans l a tetrapodie, ce qui est tout a f a i t normal apres tout s i l'on se rappelle que l e nom dans l ' o r a t i o recta sert a introduire un discours. En plus, l e s formules dans l a tetrapodie n'ont aucune raison de changer de forme puisqu'elles n'ont pas a conformer a l'assonance, Nous verrons a maintes reprises que ce sont l e s formules de t e t r a -podie qui sont l e s plus stables semantiquement, j'ustement parce qu'elles ne sont pas influencees par l'assonance. CH. I V 89 4.0 LE DEROULEMENT D'UNE CONVERSATION 4.1_ Dans une c h a n s o n de g e s t e une c o n v e r s a t i o n se d e r o u l e s e l o n un o r d r e f i x e . Quand deux p e r s o n n a g e s s ' a p p r o c h e n t l ' u n de 1 ' a u t r e l e p o e t e annonce d ' a b o r d que l ' u n d'eux a p e r c . o i t 1 » a u t r e . C e t t e annonce e s t une f o r m u l e , b a s e e s u r l e v e r b e v o i r , , d ' h a b i t u d e au temps p r e s e n t . La f o r m u l e e s t employee dans l a t e t r a p o d i e : V o i t l e l i r o i s 58, 465, 722 V o i t l e l i c u e n s 668 V o i t l e B e r t r a n s 793, 1006 V o i t l e G u i l l e l m e s 1011, 1334 Quand i l l e v i t 735, 1212, 1254, 1285 Ou v o i t l e r o i 479, 680 Ou v o i t s e s homes 848 Ou q u ' i l l e s v o i t 938 P a i e n l e v o i e n t 1379 L i F r a n c l e v o i e n t 1454 Ce p r e m i e r h e m i s t i c h e e s t s u i v i l a p l u p a r t du temps d'une h e x a p o d i e q u i i n d i q u e l e mouvement a c c o m p l i p a r l e p e r -s o n n a g e q u i e s t s u j e t de v e r b e dans l a t e t r a p o d i e . C e t t e h e x a p o d i e e s t d'un t y p e q u i se t r o u v e e g a l e m e n t a p r e s un p r e -m i e r h e m i s t i c h e f o r m u l a i r e b a s e s u r o i r , e t nous l e c o n s i d e -r e r o n s p l u s l o i n ( v o i r c i - d e s s o u s p a r a . 4»74')« 4.2 La deuxieme p h a s e de l a c o n v e r s a t i o n e s t c e l l e ou l ' u n e des p e r s o n n e s commence a p a r l e r . L ' i d e e " d i t u n t e l " s ' e x p r i m e au moyen de f o r m u l e s q u i p e u v e n t s ' a p p e l e r l e s f o r m u l e s d ' I n t r o d u c t i o n a l ' o r a t i o r e c t a . CH. I V 90. 4.21 Ces formules se trouvent dans l a tetrapodie ou dans l'hexapodie, selon l a longueur de l a formule: quatre pieds ou s i x pieds. Les exigences de l a metrique sont res-pectees grace a 1 ' u t i l i s a t i o n de termes, verbaux ou nominaux, qui comptent plus ou moins de syllabes. Bien que ces formules se trouvent dans les deux hemistiches, l a frequence de l a tetrapodie est deux f o i s plus grande que c e l l e de l'hexapodie, s o i t quatre-vingt-un exemples contre quarante et un, s i l'on ne considere que l e s vers qui contiennent a l a f o i s une f o r -mule d'Introduction a l ' o r a t i o recta et une formule de debut de discours. Comme on s'y attend, l e nombre de verbes qui peut se trouver dans ce genre de formules est tres reduit. Presque 80% des cas releves ont dire pour verbe. Les formules seront examinees d'apres le verbe autour duquel e l l e s sont construi-tes. 4.2 2 Quand l a formule d•Introduction a 1'oratio recta basee sur dire se trouve dans l a tetrapodie e l l e prend une des quatre formes suivantes: I Verbe + Nom de c e l u i qui parle. I I Et + Verbe + Nom de c e l u i qui parle. I l l Formule de debut de discours (generalement une formule d• i n t e r p e l l a t i o n ) 4- Verbe + Nom de c e l u i qui parle. IV Pronom objet + Verbe. CH. IV 9 1 . 4 . 2 3 I Verbe + Nom de c e l u i qui parle ( i ) S i l e nom est au p l u r i e l , nous trouvons, sans exception, un verbe de deux syllabes s u i v i d'un nom de deux syllabes: DIENT Francois 895 " Paien 1068, 1108, 1 1 6 9 , 1203. ( i i ) Le verbe au s i n g u l i e r est s u i v i de 1 ' a r t i c l e et du nom, t r o i s syllabes en tout, ou d'un^nom propre a t r o i s syllabes: DIT (ou DIST) l i v i l a i n s 916 '• l i paiens 1137, 1245 " Looys 62, 506, 5 9 1 . On trouve i c i deux exemples ou l e nom de c e l u i qui parle ne comporte que deux syllabes. Pour remplir l a t e t r a -podie l e poete se sert d'une formule de debut de discours. Ceci est a rapprocher de l a categorie I I I ci-dessous. DIST Bertran: " S i r e . . . 4 9 , 437 4 .24 II Et + Verbe + Nom de c e l u i qui parle Ce systeme occupe souvent l a tetrapodie quand l e nom de c e l u i qui parle ne comporte que deux syllabes: CH. IV 92 ET DIT (ou DIST) Bertran 3 3 , 4 2 1 , 4 4 9 , 9 9 8 , 1021 Guillelmes Gautiers Harpins Otranz l i cuens l i r o i s 2 8 2 , 4 1 7 , 4 2 8 , 5 0 8 , 5 8 9 , 7 0 9 , 719 , 900, 9 2 8 , 9 5 4 , H45, 1 1 6 2 , 1 1 8 9 , 1 3 2 2 . 713 1271 1448 441 470 4 . 2 5 I I I Formule de debut de discours + Verbe + Nom de  c e l u i qui parle. Selon que l e poete u t i l i s e un nom ou un pronom pour desi-gner c e l u i qui parle, l a formule du debut de discours com-porte une ou deux syllabes. A i n s i : ( i ) "Nies, d i t l i cuens " " Guillelmes "Deus! d i t l i cuens " " Guillelmes " " Bertrans "Rois, d i t Guillelmes "Fpus, d i t Guillelmes "Voir, d i t Guillelmes " " l i autres 4 5 , 8 0 9 , 996 4 6 0 . 80 ( d i s t ) , 112 8 8 , 272 993 409 913 2 9 6 , 302 1061 CH. IV 93 maxs: ( i i ) " V o i r e , d i s t i l " S i r e , d i s t i l "Oncle, d i s t i l "Baron, d i s t i l 1172 6 8 3 , 7 0 3 , 706 ( d i t ) , 1231 , 794 8 4 9 , 939 4 . 2 6 IV Pronom ob.iet + Verbe Dans deux exemples ou l e nom de c e l u i qui p a r l e n'est pas donne dans l a t e t r a p o d i e , l e poete u t i l i s e une forme composee du verbe, et commence son v e r s par un adverbe: P u i s l i a d i t 5 9 , 466 4 . 2 7 Dans tous l e s cas susmentionnes 1 *hexapodie c o n t i e n t l e d ebut (ou l a c o n t i n u a t i o n dans l e cas du groupe I I I ) du d i s c o u r s . 4 . 3 L a s t r u c t u r e t y p i q u e de l a formule de 1"Introduc-t i o n de l ' o r a t i o r e c t a ( c ' e s t - a - d i r e : Verbe + Nom de c e l u i q u i p a r l e ) se t r o u v e egalement dans'l*hexapodie. I c i , pour r e m p l i r l e s s i x p i e d s de 1'hemistiche l e poete ajoute une a p p o s i t i o n au nom s i l e verbe et l e nom ne s u f f i s e n t pas a eux s e u l s . Les formes que prennent l e s formules de deuxieme hem i s t i c h e sont l e s s u i v a n t e s : CH. IV 94. V Verbe + Nom de c e l u i qui parle 4- Terme en apposition VI Ce 4- Verbe + Nom de c e l u i qui parle/Pronom (4- ex-pression adverbiale) VII Verbe + Nom/Pronom + Continuation du discours 4.31 V Verbe 4- Nom de c e l u i qui parle + Terme en apposition DIT (ou DIST) Guillelmes l i / l e . . , 60, 64, 94, 115 . 133, 153, 182, 448, 490, 531, 705, 753 " Bertran l i . . . 444 " l i cuens... 4°7 " Guielins l i . . . 609 " l i r o i s Looys 106, 315 " Looys l i / l e 73, 278, 294, 300, 328, 404, 580 DIENT l i chevalier 376 4.32 VI Ce + Verbe 4- Nom de c e l u i qui parle/Pronom (4- expression adverbiale) CE DIT l i cuens Bertran 607 CE DIST i l , oiant toz I85 4.33 VII Verbe 4- Nom/Pronom 4- Continuation du discours DIT... 380, 512 538 ( d i s t ) , 593 DIST IL... 1012 CH. IV 9 5 4 . 4 Parmi les autres verbes qui se trouvent dans une formule d"Introduction de l ' o r a t i o recta, f a i r e semble avoir exactement l e meme sens et l a meme fonction que d i r e . Sur le s quatre exemples de 1*usage de ce verbe dans une de ces formules, deux appartiennent au groupe I I I ( i i ) ci-dessus (para. 4 . 2 5 ) : "Sire, font i l 8 2 0 "Sire, f e t i l 9 2 2 et deux commencent par un tour exclamatif: "Di va, f e t i l 4 2 5 "Outre, font i l 7 5 1 Comme deja signale, tous ces exemples sont des formules de premier hemistiche. 4 . 4 1 . Quand i l s'agit de l'emploi de demander (toujours dans l a tetrapodie), l e pronom personnel complement i n d i r e c t est c i t e dans chaque cas. Deux des vers commencent par un s i e n c l i t i q u e : Demandai l i 5 6 5 Qui l i demande 4 1 ° S i l i demande 3 2 , IO63 (demandent) 4 . 4 2 La d i s t r i b u t i o n de respondre est assez egale sur l a tetrapodie ( 8 f o i s ) et sur 1»hexapodie ( 9 f o i s ) . Le sujet est exprime dans chaque cas, et ces formules sont pour l a plupart du type: (Et)+ Sujet 4- Verbe. aussi bien dans l a tetrapodie que dans l'hexapodie. A i n s i trouvons-nous, dans l a tetrapodie: CH. IV 96. Et c i l respont 8 8 9 , 909, 1272 Et c i l responent 122, 828, ( i l ) , 858, 947 Une f o i s cette formule a l a forme Verbe + Su.jet: Respont Otrans 1144 II est rare de trouver I'ordre Sujet + Verbe dans une formule d*Introduction de l ' o r a t i o recta. Comme nous l'avons deja vu, dans tous l e s cas c i t e s j u s q u ' i c i l e verbe precede l e sujet nom ou pronom. Cependant, dans 1"hexapodie basee sur respon-dre c'est cet ordre Sujet - Verbe qui seul est u t i l i s e . A i n s i , l e verbe se t r o u v e - t - i l toujours en f i n de vers, ou l e poete en adapte l e temps aux exigences de l'assonance: Guillelmes respond! 322 Guillelmes respondie 396, 543, 682 (Looys) 690 (Looys), 729 Guillelme a respondu 256 Looys l i respont 305, 311 (Guillelmes) 4 . 4 3 Quant aux formules composees avec e s c r i e r toutes en tetrapodies, deux ont l a construction sujet + verbe: Paien s'escrient: I 3 8 7 , 1455 (FranQois) et deux commencent par l e c r i de guerre des Frangais: Monjoie! escrlent... 1399, 1420 Dans ce cas l e deuxieme hemistiche contient une expression adverbiale, non pas une continuation du discours. CH. IV 9 7 . 4 . 4 4 Tous les cas c i t e s j u s q u ' i c i sont conforraes au type ou l e vers contient et une formule de debut de discours et une formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta. D'autres cas, ou l ' o r a t i o recta commence dans l e vers suivant c e l u i qui contient l a formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta, s'ave-rent moins frequents. Neanmoins, ces formules ont egalement leurs caracteristiques propres. Souvent un des hemistiches est une expression adverbiale ou descriptive, comme dans sept des neuf formules fondees sur l e verbe dire, ou 1*hexapodie a cette fonction: Guillelmes d i s t 1344 Dient paien 1116, 1 1 3 1 Lors d i s t Guillelmes 1 3 3 5 , 1 4 4 1 (Ce) Puis l i a d i t I436 Et d i t en bas 6 0 5 4 . 4 5 Dans l e s deux autres exemples l e verbe se trouve dans l a tetrapodie et l'hexapodie contient l e sujet. II s'agit chaque f o i s d'une interrogation, et l e vers entier est formulaire: Que j a d i r o i e n t c i l baron chevalier 3 9 8 Que diront ore c i l baron chevalier 7 9 7 4 . 4 6 Des t r o i s exemples avec escrier, deux appartiennent au premier groupe, avec deux hemistiches formulaires, et l e troisieme pourrait etre considere avec l e s vers 3 9 8 et 7 9 7 ci-dessus: CH. IV 98 A haute voiz forment e s c r i l e z 237 A l o r voiz clere s'escrient.hautement 629 L i cuens Guillelmes s'escria a esfort 1457 4.47 Le verbe apeler se trouve deux f o i s dans l a tetrapodie, avec 1*hexapodie de fonction adverbiale: II l e s apele hautement en oiant 597 S i l'en apele, com j a o l r porrez 1216 et t r o i s dans 1'hexapodie, dont une f o i s a l'assonance. Dans ces t r o i s cas l a tetrapodie contient indifferemment ou l e sujet ou l'objet du verbe: L i r o i s Otran 1'en apela avant 1120, 1134 Un de ses homes a l i cuens apele H76 4.48 On peut considerer dans cette classe de formules c e l l e s du type "commencer a di r e " , "se prendre a d i r e " , "araisonner". Ces formules ne se trouvent que dans 1'hexa-podie: l i commenqa a dire 902, I I 8 5 , 1317 , commenca a parler 129, 336 (huichier), 636 ( c r i e r ) commencent a huichier 658, I38O ( c r i e r ) s e l p r i s t a aresnier 680, 735 (ledengier) l e p r i s t a aresnier 725 l'en- p r i s t a apeler. H54 se p r i s t a e s c r i e r 1359 s i l e p r i s t a gaber 1011 CH. IV 9 9 . s i l i p r i s t r e n t a dire s i l ' a araisonne ses a aresonez l'en a aresonne 1454 479 848, 938 293, 887, 1215, 1259. 4 . 4 9 Sur ces 22 vers, 19 ont une tetrapodie formulaire: sept du type "Quand i l l e v o i t " (Voir para. 4 .1 ci-dessus), cinq du type "A haute voiz", cinq avec un sujet formulaire, et deux avec l'adverbe "Cortoisement". 4 . 5 Parfois on trouve des formules d'Introduction a l ' o r a t i o recta dans deux vers successifs. A une exception pres l e premier de ces deux vers est de l a categorie que nous venons de d e f i n i r . A i n s i trouve-t-on l e type: Ou v o i t ses homes, ses a aresonez: "Baron, d i s t i l , envers moi entendez. 848, 849 ( c f . 293 -294 , 9 3 8 - 9 3 9 , 1215 -1216) . (Dans ce dernier exemple l ' o r a t i o recta ne commence qu'au vers 1217) . Ou encore on trouve: Voit l e Guillelmes, s i l e p r i s t a gaber: "Beau nies, d i s t i l , . . . 1011-12 ( c f . 1454-55) Le dernier exemple se trouve aux vers 819 -820: Vont a Guillelme l e marchis demander: "Sire, font i l , . . . CH. IV 100 4«51 En resume done: Les formules d'Introduction a l ' o r a t i o recta sont de t r o i s types principaux: ( i ) c e l u i qui vient dans l e meme decasyllabe qu'une formule de debut de discours (122 exemples); ( i i ) c e l u i qui est dans un decasyllabe d i f f e r e n t de c e l u i de l a formule de debut de discours (39 exemples); ( i i i ) c e l u i qui se trouve s u i v i d'une autre formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta (6 exemples). Des 122 exemples du premier type 93 contiennent une forme de d i r e (dont 6 l dans l a tetrapodie); 4 une forme de f a i r e (tous dans l a tetrapodie); 4 une forme d'escrier (tous dans l a tetrapodie); 4 une forme de demander (egalement dans l a tetrapodie); 17 une forme de respondre (dont 8 dans l a tetrapodie). 4.6 Quelquefois l e discours commence par les paroles d'un personnage qui veut a t t i r e r 1 'attention de c e l u i a qui i l va s'adresser: envers moi entendez 849, 939, 996, 1012, 1231, 1260 Dans ce cas l a tetrapodie contient une i n t e r p e l l a t i o n (du type "Sire") et une formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta. La formule ne comprend que t r o i s pieds, comme dans l e s vers suivants ou e l l e partage 1'hexapodie avec une formule I CH. IV 101 d»Introduction a l ' o r a t i o recta: d i t l i r o i s , entendez 512 d i t l i cuens, ore entent 593 4.61 II est done deja evident que l a formule pour exprimer ce mOtif peut etre egalement une formule de t e t r a -podie, et en e f f e t on trouve au premier hemistiche: Entendez moi 337, 037 Comme pour l a formule d'hexapodie, cette formule est regu-lierement l i e e a une formule d ' i n t e r p e l l a t i o n et a une f o r -mule d'Introduction a l ' o r a t i o recta, avec l a difference que 1 ' i n t e r p e l l a t i o n occupe toute l'hexapodie: nobile chevalier 337 de France l e barne 637 et que l a formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta qui prend en ces deux cas l a forme "commence a •••", se trouve au vers precedent (c'est-a-dire aux vers 336 et 636). 4.62 De meme pour a t t i r e r 1*attention de quelqu'un, mais aussi pour l'appeler, s'emploie une formule "avancez-vous". Cette formule, e l l e aussi, peut etre indifferemment du premier ou du deuxieme hemistiche. On a done, dans l a tetrapodie: Venez avant-' 308, 598 Au vers 308 l e deuxieme hemistiche est une proposition p r i n -cipale; au vers 598 c'est une formule d ' i n t e r p e l l a t i o n . CH. IV 1 0 2 . 4 . 6 3 Au deuxieme hemistiche cette formule devient : or venez dont avant 583 Le premier hemistiche est encore une formule d " i n t e r p e l l a -t i o n . 4 . 6 4 Dans une formule p a r a l l e l e "appeler" remplace "venir". Apres un premier hemistiche qui contient un nom propre, 1 'hexapodie est : l'en appela avant 1 1 2 0 , 1134 (errant) ( 1 2 ) 4 . 6 5 Deux formules de tetrapodie que nous considerons comme apparten^ant a ce motif sont : II l e s apele 597 S i l'en apele 1 2 1 6 4 . 6 6 Une autre formule qui devrait etre rangee i c i est "Di va" au debut de l a tetrapodie, s u i v i d'une i n t e r p e l l a -t i o n ou d'une formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta:. Di va, f e t i l 4 2 5 Di va, v i l a i n 9 0 3 , 1 3 1 8 , 1 3 2 8 ( v i l a i n s ) Une forme modifiee de cette formule se trouve aussi: Di Di nos, moi, v i l a i n v i l a i n 888 908 CH. IV 103 4.7 Quand un personnage a parle, l a suite de l a conversation prend une de deux directions: ( i ) l e poete indique que l e s paroles ont ete entendues, et puis qu'elles ont provoque une reaction quelconque chez un des autres personnages, ou ( i i ) une reponse est donnee a une question, un personnage proteste q u ' i l d i t , ou va dire, l a v e r i t e . 4.71 La formule qui indique que l e s paroles d'un personnage ont ete entendues remplit l a tetrapodie, et est assez f i x e de forme: Ot l e Guillelmes Ot l e Bernart Ot l e Bertran Ot l e l i r o i s Guielins l ' o t Quant c i l l ' o l r e n t 4.72 Beaucoup plus rarement l e verbe entendre est u t i l i s e dans cette formule: Otrans l'entent 1152 L i r o i s l'entent I485 4.73 Presque toujours l e poete indique l e s sentiments ou l a reaction de 1'interlocuteur. La formule u t i l i s e e a beaucoup de souplesse dans sa forme; etant d'hexapodie, i l faut qu'elle. reponde aux besoins de l'assonance. Dans l e Charroi de Nimes l e s reactions sont de deux types p r i n c i -44, 79, 335, 459, 478, 995, 1001, 1230, 1299, 1306, 1452 612 1015 102, 292, 4 8 9 , 604 657 C H . I V 104 paux:(I) l e personnage r i t ( s o i t de mepris, s o i t de soula-gement) ou i l est content: ( i i ) i l s ' i r r i t e : s'en a un r i s gite 44, 459, 478, 489, 995, 1001, 1230. s i s o r r i s t faintement 604 s i s'en r i t bonement 115 2 grant j o i e en a menee I485 s i sont j o i a n t et l i e 657 a pou n'est forsenez 79, 1015, 1299 a pou n»enrage d'ire 1452 l e sens cuide changier 102, 335 s i en fu aire 1306 4.74 Ce genre de formule se trouve egalement apres une formule basee sur l e verbe v o i r ( c f . para. 4*1): a pou n'est forsene 1006, 1212 (poi), 1254 par un pou n'en enraige 1334 l e sens cuident desver 1379 Le vers 1212 est interessant, car i c i l a formule "Quant i l l e v i t " est s u i v i e d'une description des reactions d'Otran qui s'etend au dela du~deuxieme hemistiche, sur deux vers complets: Quant i l l e v i t , a poi n'est forsene; Trestoz l i sans del cors l i est mtlez, L i cuers l i faut, a pou q u ' i l n'est pasmez. £1212-1214) 4.75 Un mouvement que f a i t un des personnages est par-f o i s indique: CH. IV 105 s'est vers l u i i n c l i n e z 292 (apres o l r ) encontre s'est levez 58, 4°5 (apres voir) encontre s'est dreciez 722 (apres voir) 4.76 Des formules pour indiquer l e s sentiments d'un personnage que M. Duggan ne signale qu»apres o£r dans l e Couronnement de Louis, se trouvent aussi apres une formule basee sur v o i r dans l e Charroi. Ce sont: s'en est joianz et l i e z 668 s i 1'en a molt pese 1285 4 .77 Quelques formules classees comme formules d'Introduction a l ' o r a t i o recta (para. 4«48) suivent un premier hemistiche formulaire fonde sur v o i r . II convient de l e s rappeler: s i l i p r i s t a gaber 1011 s e l p r i s t a aresnier 680 s i l ' a araisonne 479 ses a aresonez 848, 938 s e l p r i s t a ledengier 735 Une formule de meme structure, mais qui repete sous une forme nouvelle l a formule de tetrapodie, "Voit l e " , peut • etre egalement rangee i c i : s e l prent a esgarder 793 4.78 On v o i t que chaque f o i s que l a tetrapodie est une formule basee sur v o i r ou otr e l l e entraine une formule qui indique une reaction de l a part d'un personnage. Cet enchai-nement semble etre s i f i x e que l a ou l e poete a rempli son CH. IV 106 deuxieme hemistiche avec une formule de nom en apposition: "Ot l e Bernart, son pere de Brebant" (v. 612), i l sent neanmoins l e besoin d'indiquer l a reaction de Bernard, et tout l e vers 613 est une formule du type "par un peu n*enrage": A par un pou que i l ne pert l e sens. 4.79 S i un hemistiche formulaire a p a r t i r de v o i r ou d*olr entraine toujours dans l e Charroi un second hemistiche formulaire du type que nous venons d'examiner, i l n»est pas v r a i qu'une de ces formules suive toujours un hemistiche base sur un de ces verbes de perception. Pourtant, s i nous regardons de pres tous les vers qui ont une formule t e l l e que " s e l p r i s t a aresnier" comme deuxieme hemistiche, nous constatons que dans chaque vers l e s deux hemistiches sont formulaires. A i n s i ce genre de formule se t r o u v e - t - i l egalement apres une formule qui a une fonction adverbiale: Molt belement 725 Cortoisement 1215, 1259 Au redrecier 293 ou qui est une formule de nom: L i cuens Bertrans 887 4.8 Cela nous amene a considerer l e s formules de tetrapodie qui indiquent l a maniere dont se f a i t Inaction de l a formule de 1'hexapodie. A part l e s formules d'hexa-CH. IV 107 podie que nous venons de v o i r (qui appartiennent toutes au type "se prendre a d i r e " ou au type "l'en a aresonne"), i l reste c e l l e s basees sur "commencer" (voir page 9 ci-dessus) ou c e l l e s des deux autres types, qui ne rentrent pas dans l e s cadres t r a i t e s plus haut. Dans chaque cas l a tetrapodie est formulaire: De grant outrage 12 9 A haute voiz 658, I38O A S a voiz clere 3 3 0 , 6 3 6 , 1359 Ce type de formule n'est pas l i m i t e a l a tetrapodie, mais a aussi une forme qui l u i permet d'entrer dans 1'hexapodie: hautement en oiant 597 hautement a dos moz 143° 4.81 S i l e poete n'indique pas que l e s paroles ont ete entendues et l a reaction q u ' i l s suscitent, i l donne l a re-ponse d'un personnage a l a question d'un autre, a un ordre, ou i l f a i t dire a un personnage que ses paroles sont v r a i e s , Ce genre de reponse se d i v i s e assez clairement en cinq cate-gories: l e s formules d•affirmation, de refus, d'excuse, d'approbation; et l e s formules pour i n s i s t e r sur l a veracite: 4.82 Les formules d'affirmation. Une f o i s que l e per-sonnage a parle i l regoit l'une des deux reponses: une negative ou une affirmative. La reaction affirmation s'ex-prime d'habitude par une formule d'hexapodie: CH. IV 108. S i com vos commandez 49, 62, 122, 828, 858, 1272 Mais i l existe aussi une formule d»affirmation de tetrapodie qui est: Ge f e r a i , v o i r 584, 592 (Or...) I c i , l e deuxieme hemistiche prend l a forme: tot l e vostre talant 5§4 tot l e vostre commant 592 4.83 Les formules de refus. G fest au premier hemistiche, et avec une formule basee sur " f a i r e " qu'est exprime d»habitude l e refus: - Non f e r a i , s i r e 60, 311, 322, 396, 467, 531, 543, 607 (fe r o i z ) Cette fqrmule peut etre augmentee pour devenir une formule d*hexapodie: ce ne f e r a i ge mie 1450 4.84 Les formules d*excuse. S i l a personne a qui l'on a pose une question ne s a i t pas repondre, e l l e s»excuse avec une formule dthexapodie: De ce ne sai ge mie 916 De ce ne s a i que die 1448 La meme idee se trouve exprimee dans l a tetrapodie aussi. CH. IV 109 I c i l a formule ne comprend que deux pieds et 1'hemistiche est complete par un nom: - Ne s a i , beau s i r e 1305 Quand, par contre, l a personne peut donner .les renseigne-ments voulus l a formule devient: Ce vos sa i ge bien dire 909, 1189 Ce vos d i r a i ge bien 683 Comme formule de tetrapodie on trouve: Vos d i r a i ge 1233 L»hexapodie est dans ce cas une formule qui contient l'idee de "bien": "volantiers et de grez". On trouve une formule de premier hemistiche du meme genre dans l a bouche du poete: Bien vos s a i dire 765, 770, 775 mais e l l e ne se trouve pas, dans l e Charroi, a l ' i n t e r i e u r du r e c i t . 4.85 Formules r e l a t i v e s a l a v e r i t e . Souvent un personnage demande a un autre de l u i dire toute l a v e r i t e , sans r i e n cacher, Dans ces circons-tances i l emploie une formule t e l l e : d i t es nos v e r i t e z 1156 Gardez ne s o i t cele 1219 Garde ne me celer 1301 CH. IV 110 Quand un personnage annonce que ce q u ' i l va dire est l a v e r i t e , i l peut employer une formule du meme genre que c e l l e s - c i : ge nel vos doi noier 706 i l peut employer une periphrase qui s i g n i f i e l a meme chose: Ne j a par moi n'en i e r t menqonge dite 917 ou i l peut commencer son discours en cherchant a a t t i r e r 1»attention de son interlocuteur: Ja o r r o i z v e r i t e 33, 417, 449, 889 (Au vers 449 cependant, cette formule ne repond pas exacte-ment a l a m8me si t u a t i o n que dans l e s autres vers. Bertran commence son conseil a son oncle avec l a formule). Dans l a tetrapodie l a formule o f f r e aussi peu de varie t e : S i est por v o i r 1347 Saches de voi r 1369, 1444 Saches por v o i r 1440 4.86 Les formules d*approbation. Pour approuver l e s paroles d'un interlocuteur, on u t i l i s e une expression analogue: Vos d i t e s v e r i t e 947 (formule de tetrapo-die) Vos d i t e s v o i r . . . 441 Voir d i t e s , . . 719 ... v o i r en dites 92 8 ou bien CH. IV 1 1 1 . j a mar l e mescrerez 1 3 0 2 . Avec 1 "exception du vers 9 4 7 , ce sont toutes des formules de deuxieme hemistiche ou, pour completer les six pieds de l * 1 hexapodie, l e poete ajoute un nom (vers 441) ou un ser-ment (vers 7 1 9 , 9 2 8 ) . 4 . 8 7 La forme d'approbation l a plus simple se reduit a un v o i r au debut du vers. Dans ce cas l'hemistiche contient d'habitude une formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta de t r o i s pieds: - Voir, d i t . . . 2 9 6 , 3 0 2 , 1 0 6 l Une forme alternante, s i l a formule d"Introduction a l ' o r a t i o recta n'a que deux syllabes,. est: - Voire, d i s t i l 1172 4 . 8 8 La formule se trouve deux f o i s sans l a presence d'une formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta: - O i l v o i r , s i r e 9 0 5 , 1178 Cette formule a sa contrepartie negative: - Nenil, v o i r , nies 796 4 .89 II y a deux exemples ou. une formule reduite vient dans l e deuxieme hemistiche. Dans l e premier exemple, Guillaume repond au r o i Otran qui l u i a demande son nom: CH. IV 112. - Beau tr e s dolz s i r e , Tiacre voirement 113° Dans l e deuxieme cas c'est encore Guillaume qui parle, au moment ou i l revele sa vraie i d e n t i t e aux Sarrasins: Ge ne sui mie marcheant par verte 13°3 4.9 D'apres l e s paragraphes precedents on remarque l a varie t e qui s'offre au poete oblige de respecter a l a f o i s l a r i g i d i t e de 1'hemistiche et l'assonance. Contrairement a ce que l'on s e r a i t tente de c r o i r e , une formule n'est pas une formule de tetrapodie ou d'hexapodie et r i e n que cela. E l l e peut etre variee, condensee, rallongee, pour entrer dans l a tetrapodie ou 1'hexapodie, ou meme parfois dans l e decasyllabe e n t i e r . CH. IV 113. 5 . 0 LES FORMULES DE SERMENT, DE VOEU Ces formules, d*ordinaire de tetrapodie ou d'hexapodie, peuvent parfois s'etendre sur plusieurs vers (quand i l s'agit d'une benediction). 5 . 1 Parmi l e s formules que nous avons appelees "voeux" i l y a des formules de malediction et de benediction. Pour le s formules de malediction, on trouve dans l a tetrapodie: Et dahe a i t 150 Mal dahe a i t 265 Cent dahez a i t 1458 Mal s o i t del mire 146 Mar s o i t de eel 142 7 Deus l e confonde 679 5 .11 Dans 1'hexapodie on trouve les formules: A maleigon De! 4 2 1 Dieus confonde ton chief! 736 toz vos confonde Deus! I36O Damedeus te maudie! 1318, 144 2 (maldie) Mahomez mal te face! 132 8 5 .2 Les formules de benediction appartiennent normale-ment au deuxieme hemistiche: Deus vos croisse bonte 1 , 1 3 5 2 Oue Deus vos benele I O 8 5 , 1315 A beneiqon De! 470 Beau s i r e , Deus aiue! 506 CH. IV 114. mais e l l e s se trouvent parfois aussi dans l a tetrapodie: S i ra»atst Deus 368, 582 S i Deus m'aist 382, 638 5.21 On trouve ce genre de benediction sous une forme i n d i r e c t e : Se Deus me done 710 se Deus me beneie 922 5.3 Parmi les voeux proprement d i s t i l y en a deux de premier hemistiche: Deus penst des ames 72 Pietist a Deu 1223 et deux que nous pourrons considerer des benedictions developpees: "Alez, beau s i r e , au glorieus del c i e l ! Jhesus de g l o i r e vos doint bien e s p l o i t i e r , Et s i vos doint sain et sauf r e p a i r i e r ! " (vers 673-675) - Alez, beau s i r e , a Damedieu del c i e l . Jhesus de g l o i r e vos doint bien e s p l o i t i e r , Que vos revoie sain et sauf et e n t i e r . " (vers 758-760) 5.4 Les formules de serment se trouvent parfois dans l a bouche d Tun personnage qui veut affirmer l a v e r i t e de ses paroles ou s'assurer que c e l u i a qui i l parle va d i r e l a v e r i t e . Ces formules ont done presque l a meme fonction que c e l l e s , deja vues (para. 4.85), du type "dites nos v e r i t e z " CH. IV 115. ou "par v e r t e " . P a r f o i s e l l e s r e n f o r c e n t l e s remarques que f a i t l e personnage, sans pour autant y apporter une p r e c i s i o n ou une f o r c e supplementaire. E l l e s montrent peu de v a r i e t e syntaxique ou l e x i c a l e , et i l f a u t souvent a j o u t e r un nom pour r e m p l i r 1»hemistiche: Par ma f o i , s i r e 1289 Par f o i , beau s i r e 1302 Par Mahom, s i r e 890 Par Mahomet 1227, 1261, 1382, 1450 Par S a i n t Denis 740, 1308 Par vo p l e s i r 1156 Par voz merciz 74, 1159 Por amor Deu 568 Por Deu, me done..• 491 5.41 Au deuxieme hemistiche l e s s i x pieds r e q u i e -r e n t en plus une q u a l i f i c a t i o n ou un verbe : Par l a f o i que d o i De 1305 par l a f o i que tenez 1155, 1217 par l a l o i dont t u v i v e s 903, 1186 par t a l o i , dont es ne 888 por Deu de majeste 1205 por Deu, ne vos t a r g i e z 659 5.5 Le type de serment "par mon c h i e f " (719, 928), formule q u i f i g u r e dans l e deuxieme hemistiche, se trouve t o u j o u r s , dans l e C h a r r o i , avec une formule du type: "vous d i t e s l a v e r i t e " . La formule de serment qui r e v i e n t l e plus souvent dans c e t t e chanson est c e l l e ou l ' o n j u r e par l»apo-CH. IV 116 t r e Saint Pierre. Le serment lui-meme vient presque tou-jours dans l a tetrapodie, s u i v i dans 1'hexapodie d'une q u a l i f i c a t i o n r e l a t i v e , s i bien que le vers entier peut etre tenu pour une formule complete. Dans l a tetrapodie on trouve: Por eel apostre 279 Par eel apostre 372, 405, 513, 617 su i v i s dans 1'hexapodie par: qu'en quiert en Noiron pre 279, 405, 513, I365 qu'en a Rome requiert 372, 434 que quierent peneant 617, 624, 63I 5.51 II existe de meme une formule de deuxieme hemistiche ou l'apotre est nomme: par 1'apostre saint Jaque 1343, 1350 (Pere) 5.52 Au vers 217 se trouve une hexapodie: "qu'en d i t en pre Noiron" qui se rapporte au nom d'une v i l l e dans l a tetrapodie: "De s i qu'a Rome que...". 5.53 Une f o i s l e serment est jure sur l e nom de Dieu: Mes, par c e l u i qui maint e l c i e l lasus 269 5.6 Deux vers qui ne respectent pas l a coupure apres l e quatrieme pied, mais qui comportent une formule de voeu C H . IV 117 i n d i r e c t sont interessants justement a, cause de l a d i v i s i o n du decasyllabe: Se Deus me veult a i d i e r , par son commant 499 Se Deus vos f e t mes bien, s i l e prenez 856 5.7 Les formules l e s plus expressives et variees parais-sent etre c e l l e s de malediction en hexapodie, et les plus f r e -quentes c e l l e s du serment par I'apotre. Les cas curieux ou i r r e g u l i e r s sont c i t e s en f i n du paragraphe 5«5 et en 5.6. CH. IV 118 6.0 LES FORMULES RELATIVES A DIEU 6.1 Nous avons vu que dans un vers comme "Par eel apostre qu Ten quiert en Noiron pre" (405), l e deuxieme hemistiche, formulaire, est une q u a l i f i c a t i o n r e l a t i v e . Des formules p a r e i l l e s sont u t i l i s e e s aussi lorsqu'on se refere a Dieu. Ce ne sont pourtant pas les seules formules que nous trouvions pour designer Dieu. Dans les lignes s u i -vantes nous allons dresser un tableau des epithetes, des noms en apposition et des periphrases qui servent a parler de Dieu. 6.2 Un premier groupe typique est c e l u i ou l e vers commence par "Deus" et ou 1»hexapodie comporte une propo-s i t i o n r e l a t i v e : Deus... qui en c r o i z fus penez 80 ... Deu qui en c r o i z f u dreciez 568 Deus... qu'issis de virge gente 2 72 Deus... qui tot a a jugier 443 ... c e l u i qui maint e l c i e l lasus 269 6.3 Un deuxieme groupe est c e l u i ou l a formule d'hexapodie est en apposition avec l e nom: Deus... l e glorieus del c i e l 679 Une formule de ce type se trouve u t i l i s e e seule, et f a i t p a r t i e des formules qui sont des periphrases: l e glorieus del c i e l 576 au glorieus del c i e l 673 CH. IV 119 11 f i l z sainte Marie 1086, 1443 (le) l i r o i s de majeste 2 On trouve aussi: \a\ Damedieu del c i e l 758 Jhesu l' e s p e r i t a b l e 774 [por] Deu de majeste 1205 6.4 D»autres formules qui font reference a l'idee de g l o i r e attachee au nom de Dieu sont des formules de t e t r a -podie : De Deu de g l o i r e 669 Jhesu de g l o i r e 674, 694, 759 L i glorleus 2, 1086 La formule de deuxieme hemistiche, proposition r e l a t i v e q u a l i f i a n t un nom du premier hemistiche, se ren-contre aussi avec l e nom de Saint Denis ou avec c e l u i de Mahomet: Par Saint Denis qui est mon avoe 1308 Par Mahomet qui est nostre avoe 1382 6.5 Nous constatons que l a plupart des expressions r e l a t i v e s a Dieu sont formulaires, et de deuxieme hemistiche, CH., IV 120. 7.01 LES FORMULES DE BATAILLE 7.1 En parlant de b a t a i l l e s , 1»expression pr i n c i p a l e autour de laquelle sont bSties les formules est "estor" au premier hemistiche, ou "estor champel" au deuxieme. Ouand "estor" se trouve au premier hemistiche c»est comme sujet d* "etre", et l e deuxieme hemistiche est done un complement d e s c r i p t i f , d'habitude deux a d j e c t i f s : L i estors f u merveilleus et pleniers 350 L i estors fu et merveilleus et granz 1403, 1431 (forz) Parfois l*idee est exprimee dans deux vers de suite; dans l e deuxieme " b a t a i l l e " prend l a place d" "estor": Et l a b a t a i l l e o r r i b l e et pesanz 1404 " B a t a i l l e " se trouve une f o i s comme element de premier hemistiche, avec "estor" au deuxieme: Les granz b a t a i l l e s et l i estor champel 132 Les formules de deuxieme hemistiche de ce type sont: maint f o r t estor champel 68 del grant estor champel 134 un estor e i n s i grant 14 23 CH. IV 121 7.2 LES BAGARRES ET LES BATAILLBS: LEUR DEROULEMENT Dans l e Charroi II n'y a qu'une seule description developpee d'une b a t a i l l e generale, mais plusieurs ou l e protagoniste est Guillaume, souvent dans un combat corps a corps. 7.21 Les deux descriptions qui montrent Guillaume tuant son ennemi d'un coup de poing font partie de l a legende qui entoure l e heros dans l e s chansons du cycle. E l l e s sont, comme on s'y attendrait, t r e s s t y l i s e e s et contiennent done un f o r t pourcentage de formules. Le poete du Charroi raconte ces bagarres avec des assonances en -e et en - i e (nous sou-lignons l e s formules qui se trouvent a i l l e u r s dans l a chanson); II passe avant quant i l fu rebracie, Le poing senestre l i a melle e l chief, Hauce l e destre» enz e l col l i asiet, L'os de l a gueule l i a par.mi f r o i s s i e ; Mort l e trebuche devant l u i a ses piez. (vers 742-746). Isnelement est en estant leve, Le poing senestre l i a e l chief melle, Vers l u i l e t i r e , s i l ' a v o i t encline, Hauce le destre, que gros ot et quarre, . Par t e l a i r l_i_dona un_cop_tel, L'os de l a gueule l i a par mi froe, Que a ses £iez_lJ_a_mort acray_ente. (vers 1372-1378) La formule de premier hemistiche, "Hauce l e destre", se rencontre au vers 6I4: "Hauce l a paume", et sous une forme legerement d i f f e r e n t e au vers 1276: "Et Harpins hauce". CH. IV 122. Dans d»autres descriptions nous trouvons des formules comme c e l l e s des vers 1376 et 1378: Tel l i donai de mon tranehant espie Que l ' a b a t i sor l e col del d e s t r i e r . (vers 246-247) De son brant nu me dona un cop t e l Que l e c r i s t a l en f i s t jus avaler. (vers 139, 141) Ge l i donai une colee large, Que tot envers l ' a b a t i sor l e marbre: (vers 173-174) 7.3 La b a t a i l l e ou l e s Franqais vainquent l e s Sarrasins est racontee avec plus de d e t a i l , depuis l e moment ou G u i l l a u -me tue Harpin (vers 1372-1378 ci-dessus) et puis sonne l e cor pour signaler aux chevaliers de s o r t i r des tonneaux ( "Trois f o i z l e sone et en g r e l l e et en gros" (vers 1394)) , jusqu'a l a mort d'Otran, jete par l a fenetre, et cent des siens apres l u i (vers 1461).. 7.31 Puisque l e s Franqais ne sont pas a cheval quand commence l a b a t a i l l e et que l e s Sarrasins, p r i s a depourvu, ne sont pas encore armes, l e s premiers vers de l a description (13) de l a b a t a i l l e , apres une introduction classique ; " L i estors fu et merveilleus et granz" (vers I403), sont consa-cres a l a description de 1'armement des guerriers des deux cotes. II semblerait que les Franqais ne puissent pas com-battre s»ils ne sont pas a cheval, done l e poete f a i t amener le s chevaux par un chevalier,et l e s Franqais les montent: CH; IV 123 L"en l o r amaine l o r destriers auferrant, Et c i l i montent tost et isnelement, (vers 1415-1416) 7.32 La description des coups (Tonnes est assez reduite, et 1 *essenti'el en est contenu en quatre vers: La v e l s s i e z un estor e i n s i grant, Tant hante fraindre sor l e s escuz pesant, Et desmaillier tant hauberc jazerant, Tant Sarrazin trebuchier mort sanglant. (TA\ (vers 1423-1426) ou encore, au vers 1432: "Fierent d'espees et des espiez granz cops." On a 1"impression qu'aucun Franc, ais n'est tue dans l a b a t a i l l e , bien que "Tote l a terre jsoit) coverte de sane" (1429). S i Harpin est mort l a tete broyee par l e coup de poing de Guillaume, Otran meurt apres avoir ete "lancie f o r s " par "un des estres" (fenetres?) Et apres l u i en giterent cent hors, Qui ont b r i s i e z et l e s braz et l e s cors. (vers I46I-I462) 7.4 S i nous pensons aux scenes de b a t a i l l e dans l a Chanson de Roland, par exemple, nous ne pouvons nous empe-cher d'etre frappe par l a sobriete du poete du Charroi de Nimes. CH. IV 124. 8.0 LA DESCRIPTION DES ARMES : ET L'ARMEMENT DES CHEVALIERS 8.1 La description des armes: Comme dans l a description des combats s i n g u l i e r s , l a description des armes n*accuse pas de t r a i t s particulierement originaux de l a part du poete, n i dans son choix d'epithetes, n i dans son u t i l i s a t i o n des elements t r a d i t i o n n e l s a sa d i s p o s i t i o n . Nous prenons chaque arme ou a r t i c l e d'armure pour en considerer ses carac t e r i s t i q u e s . 8.2 I I y a d'abord l'EPEE, accompagnee d'un epithete qui indique qu'elle est bien tranchante: "espees qui t a i l -l e n t " (v, IO67). Ou bien on indique 1'apparence de l'arme: Cleres espees au ponz d'or reluisanz 1143 espees a ponz d'or noielez 860 Parfois on parle de l a lame de l'epee. Quand on l a consi-der e en tant qu'arme qui frappe e l l e est"nue": De son brant nu 139 A mon nu brant 197 Autrement on parle du metal dont e l l e est f a i t e , ou, de nouveau, de son apparence: Son brant d'acier o l e pont conqueste 152 l e brant f o r b i d'acier 35° 8.3 De meme l'EPIEU est tranchant: Tranchanz espiez 1066, II42 CH. IV 125, de mon tranchant espie 246 l e s f o r s espiez tranchanz 1418 Comme l*epee, 1'epieu peut aussi etre "noielez": les espiez noielez 863 8 .4 Les ECUS sont "pesants", " f o r t s " : l o r f o r z escus bouclez 862 et bons escuz pesanz II42 l e s forz escuz pesanz 1417 sor l e s escuz pesant 1 4 2 4 Au premier hemistiche on trouve simplement: "Escuz pesanz" (v. 1 0 6 7 ) . 8 . 5 Le HEAUME est souvent c i s e l e , ou decore d»or et de gemmes. Parfois on en indique l a couleur. II est rare que l a formule propre a cet objet occupe a e l l e seule tout un hemistiche: au bon heaume vergie 244 l e heaume que o i a or geme I40 lacent hiaumes gemez 859 et f o r z elmes luisanz 1141 et hauberz et verz heaumes 1066 8 . 6 On indique aussi l a couleur du HAUBERT: Et blans heauberz 1141 Une f o i s i l est q u a l i f i e par son epithete descriptive: tant hauberc jazerant 1425 CH. IV 126. 8.7 L'armement des chevaliers: Ce motif est assez commun dans l e s chansons de geste: dans l e Charroi l e poete u t i l i s e l e motif t r a d i t i o n n e l normalement, mais aussi dans un but comique. Nous y trouvons, en e f f e t , deux scenes pr i n c i p a l e s ou les chevaliers s'arment et se preparent a p a r t i r en voyage. Rien qu'a comparer l a premiere descrip-t i o n avec quelques vers de l a Chanson de Roland, nous voyons bien qu'elle est tout a f a i t t r a d i t i o n n e l l e . Citons d'abord un passage de l a Chanson de Roland: Lur esperuns unt en l o r piez calcez, Vestent osbercs blancs et f o r z et legers, Lur helmes c l e r s unt fermez en l o r chefs, Ceignent espees enheldees d'or mier, En lur cols pendent l u r escuz de quarters, En l u r puinz destres unt l u r trenchanz espiez, Puis sunt muhtez en l u r curanz destrers. (v. 3863-3869) V o i c i maintenant l e poete du Charroi: Vestent hauberz, lacent hiaumes gemez, Ceingnent espees a ponz d'or noielez, Montent es seles des de s t r i e r s abrivez; A l o r cops pendent l o r f o r z escus bouclez, Et en l o r poinz l e s espiez noielez. (v. 859-863) 8.71 I I en va tout autrement pour l a deuxieme scene. A l a place du haubert, v o i c i que Bertran revet une chemise de bure "enfumee"; aux pieds i l porte des so u l i e r s uses: Une cote ot d'un burel enfume; En ses piez mist uns merveilleus s o l l e r s : Granz sont, de buef, deseure sont creve. (v. 990-992) CH. IV 127. 8.72 Quant aux chevaliers, l i s portent, a l a place des "forz escus bouclez", ceinturons, baudriers, bourses, et montent des betes de somme en piteux etat: Portent corroies et g u e i l l e s et baudrez, Portent granz borses por monnoie changer, Chevauchent muls et sommiers toz gastez. (v. I O 2 4 - I O 2 6 ) 8.73 Etant l e heros, Guillaume est arme en plus de d e t a i l , et l e poete f a i t r e s s o r t i r tout l e grotesque de ce f i e r chevalier deguise en marchand. Nous voyons encore une f o i s comment un poete peut u t i l i s e r une forme t r a d i t i o n n e l l e pour y couler une matiere riouvelle: L i cuens Guillelmes v e s t i une gonnele De t e l burel com i l ot en l a te r r e Et en ses j'ambes unes granz chauces perses, S o l l e r s de buef qui l a chauce l i serrent; Ceint un baudre un borjois de l a terre, Pent un coutel et galne molt bele, Et chevaucha une jument molt f o i b l e ; Dos viez e s t r i e r s ot pendu a sa sele; S i esperon ne furent pas novele, Trente anz avoit que i l porent bien estre; Un chapel ot de bonet en sa teste. (v. IO36-IO46) Un chapeau de la i n e a remplace l e heaume gemme, un couteau remplace l'ecu; ce ne sont pas des eperons q u ' i l chausse mais, comme Bertran, des so u l i e r s de "boeuf"; e t , s i l e poete parle d*eperons, c'est pour souligner q u ' i l s etaient tout autres que ceux que por t a i t normalement un chevalier. Ce qui com-plete l e tableau, c'est Guillaume monte sur une f a i b l e jument. CH. IV 128 L'ignominie de l a s i t u a t i o n de Guillaume devait etre p a r t i -culierement sensible a un auditoire de l'epoque 8.74 Ce motif de 1'arraement se rencontre encore une f o i s dans l a chanson; c'est a l a l a i s s e S3 ou l e s chevaliers sortent des tonneaux et s'arment en h c l t e . Les armes sont reduites au s t r i c t necessaire, et tout se passe avec une vitesse qui convient parfaitement a l a situation que d e c r i t l e poete: A l o r cos pendent l e s forz escuz pesanz, En l o r poinz prennent l e s fors espiez tranchanz, Entre paiens se vont ademetant, (v. 1417-1419) CH. IV 129 9.0 LES CHEVAUX: (16) 9.1 Bien que M. Jean Frappier et Mme Wathelet-(17) Wilhelm , aient deja parle des noms et des epithetes pour designer l e s chevaux dans l a chanson de geste, nous ne cro-yons pas i n u t i l e de proceder neanmoins a un bref examen du meme sujet en ce qui concerne l e Charroi de Nimes, Nous donnons l a l i s t e des noms avec un bref commentaire: 9.2 CHEVAL: Ce nom ne se rencontre que t r o i s f o i s dans l e Charroi, une f o i s seul: "Qui n*a cheval o vos i r a a p i e " (v, 660), et deux f o i s avec des epithetes: Sor l e s chevaus garniz et conraez 288 l e s bons chevaus crenuz 263. Nous remarquons que "garniz et conraez" ne sont pas force-ment des epithetes t r a d i t i o n n e l s dans ce contexte. Aucun des t r o i s epithetes c i t e s n'accompagne l e s autres mots qui designent l e cheval, 9.3 DESTRIER: Ce nom se trouve sans q u a l i f i c a t i o n (aux vers 247, 351, 391, 854) ou avec un ad j e c t i f qui indique l a r a p i -dite du cheval: d e s t r i e r s abrivez 8l8, 86l coranz d e s t r i e r s 333 son corant d e s t r i e r 358, 702 D Tautres epithetes indiquent son impetuosite: CH. IV 130. auferranz d e s t r i e r s d e s t r i e r s auferrant 242 1415 ou son pays d'origine: Destriers d'Espaigne 656 9.4 AUFERRANT; Ce nom se trouve deux f o i s dans l e Charroi (aux vers 83 et 91) comme element du premier hemistiche: "Mon auferrant..." 9.5 CORSIER: Ce nom ne se rencontre qu'une f o i s , employe avec un q u a l i f i c a t i f : "a 1*auferrant c o r s i e r " (v. 552) 9 » ° PALEFROI: Dans l a chanson i l est question d'un " p a l e f r o i f e r r e " (v. 151). Ni l e nom n i l'epithete ne sont signales par Frappier dans son a r t i c l e . 9.7 De plus, dans l e Charroi nous trouvons des referen-ces aux betes de somme: Nous av©ns deja vu 1 ' u t i l i s a t i o n , a des f i n s comiques, de ces animaux tout l e contraire des f i e r s " destriers abrives" t r a d i -tionnels: T r o i s muls d'Espaigne 20 Et l e hernois sor l e s somiers trosser 118 Et l e s aucubes sor l e s somiers trosserent 838 Ensemble o els mainnent t r o i s cenz somiers 704 Chevauchent muls et sommiers toz gastez Bt chevaucha une jument molt f o i b l e 1026 1042 CH. IV 131. 10 .0 LES INSULTES ET LES MENACES: 10.1 Les i n s u l t e s La variete d'insultes dans l a chanson n»est pas tres etendue. Le plus souvent 1 »insulte prend l a forme d»un nom + un a d j e c t i f , ou de deux noms, au premier hemistiche: "He! fous l e c h i e r r e s 615 "He! gloz, l e c h i e r r e s 736 "Lerres, t r a i t r e s I38I "Felon paien I36O "Otrans, f e l r o i s 1442. Parfois, quand l ' i n s u l t e n»a qu'une syllabe, 1"hemistiche est complete par une formule d 1Introduction a l ' o r a t i o recta: "Fous, d i t Guillelmes" (v. 9 1 3 ) . Au deuxieme hemistiche nous trouvons deux noms de t r o i s syllabes chacun: "lechierre, pautonier" (v. 751)• Ce meme vocabulaire se retrouve dans ce que l'on pourrait appeler l e s in s u l t e s i n d i r e c t e s : c*est-a-dire l e s in s u l t e s au sujet d»un t i e r s . Que j a gloton n'alez a c o n s e i l l i e r 7 3 2 Ne creez j a glouton ne losengier 754 " L i pautoniers" comme formule de premier hemistiche est u t i -l i s e egalement au cours du r e c i t (v. 1273). Cet usage de l * i n s u l t e i n d i r e c t e est a rapprocher des noms u t i l i s e s par l e poete pour designer l e s Sarrasins quand i l veut i n s i s t e r sur leur nature hypocrite et mechante. CH. IV 132. 10.2 Les menaces Les menaces sont plus variees que les i n s u l t e s , et extremement evocatrices. On menace de f a i r e trancher l e s membres: Ne l i faudront por l e s membres tranchier 667 Ge l i f e r a i toz l e s membres tranchier 711 L'en te devroit toz l e s membres coper 899 ou de f a i r e pendre. D» habitude cette menace est accompagnee d'une autre (menace de feu, de noyade): Que n'en pendist par l a guele a un arbre 1111 Penduz ou ars, et l a poudre vente I384 Ou pendre as forches ou en eve noier 712 Penduz as forches et au vent encroe 122 8 Cette derniere menace se trouve aussi dans une forme "negative": "Ja mes as forches ne doiz estre encroez" (v. 1246). Une f o i s , avant de donner l e d e t a i l du sort qui 1'attend, on menace Guillaume du "martire": "A grant martire sera vo cors l i v r e z " (v. 1383). CH. IV 133. 11.0 LES FORMULES DE VOYAGE Ces formules peuvent e t r e groupees d'apres l e mot c l e f autour duquel e l l e s sont c o n s t r u i t e s , d'apres l a nuance p a r t i c u l i e r e q u ' e l l e s comportent, 11.1 Le depart e s t i n d i q u e au moyen de l a formule: "Vet s'en,,,": Vet s'en G u i l l e l m e s 676, 761, 782 Des or s'en vet 684 11.2 L ' i t i n e r a i r e e s t d e c r i t avec l e s formules s u i v a n t e s : Passent Borgoigne e t B e r r i et Auvergne 785 Ont t r e s p a s s e et B e r r i et Auvergne 832 Par Ricordane outre s'en t r e s p a s s e r e n t 840 Tant ont F r a n q o i s chevauchie et e r r e , Vaus et montaignes et t e r t r e s t r e s p a s s e , Q u ' i l sont venu a Nymes l a c i t e . 1070-72 Ce t t e d e r n i e r e formule, developpee sur t r o i s v e r s , ne se renco n t r e qu'une f o i s dans l e Charroi» mais e s t d'un type (1 8) b i e n a t t e s t e dans d'autres chansons ^ x o \ 11.3 Pour exprimer l ' i d e e d ' a l l e r directement a une d e s t i n a t i o n , l e poete a a sa d i s p o s i t i o n des formules de premier et de deuxieme h e m i s t i c h e . La formule de premier h e m i s t i c h e e s t assez f i x e : Tot d r o i t a Br i d e 824 Tot d r o i t a Nymes 944 Tot d r o i t au Crac 1200 Tot d r o i t v e r s Nymes 866 CH. I V I34. Au deuxieme hemistiche cette formule devient: tot d r o i t en une place 1101 11.31 Ce genre de formule s*exprime egalement a p a r t i r de f i n e r ou d * arreter: Trusqu'au pales ne se vo l t arester 52 Tresqu»a l a sale ne se sont areste 464 Tresqu'au marchie ne se sont areste IO83 De s i au Puy onques ne s'aresterent 84I De s i a Nymes n * i ont fet arestee 1473 De s i qu'en Gales ne f i n e r a i j e mie 1199 Nous croyons u t i l e d'ajouter i c i l e vers 866: "Tout d r o i t vers Nymes se sont achemine". 11.4 D 1autres formules semblent avoir l a nuance d ' a l l e r a une destination "sans tarder": Menai l e vos, one n»i ot delaie 250 Seure l i corent, n»i ont plus demore I 3 8 6 Otranz s'en torne, n»i fu pas demorant 1430 Et i l i vienent sanz plus de demorer 937 Tantost monterent sanz nule demoree 1472 11.5 On remarque que toutes ces formules d»hexapodie suivant une tetrapodie qui est elle-meme une formule (v. 52, 464, IO83), ou un hemistiche dont l a structure syntaxique est s i m i l a i r e a c e l l e des autres hemistiches du systeme. Cette formule n»a pas une forme qui l u i permette de se trou-ver dans un premier hemistiche tetrasyllabique. CH. IV 135 12. FORMULES VARIEES II est parfois malaise de dormer auc groupes de formules une etiquette qui s o i t a l a f o i s juste et breve. Dans l e s pages qui suivent nous nous sonnies resignes a c i -te r des formules bien attestees, avec tout l e commentaire necessaire a l a comprehension du motif qu*elles expriment. 13.1 Souvent l a r e p e t i t i o n d'une formule s'explique par l e f a i t qu'un personnage developpe une idee a plusieurs reprises, et que^chaque f o i s q u ' i l passe a un nouvel aspect de son discours i l reprend l a meme formule. Nous trouvons ce genre de formule dans les reproches que f a i t Guillaume au r o i . D'abord, pour rappeler a Louis l e s services que Guillaume l u i a rendus: Dont ne te membre 134, I83 Rois, quar te membre 157, 203, 213 La meme formule est repetee t r o i s autres f o i s , dans des circonstances legerement d i f f e r e n t e s . Une f o i s c'est G u i l -laume qui r e c i t e ses exploit s passes: Quant me membra 188 Une f o i s l e poete indique que l e r o i Otrans c r o i t recon-naitre son ennemi: Lors l i remenbre 1210 et une f o i s Otrans parle a Guillaume pour savoir s ' i l ne CH. IV 13.6 s e r a i t pas, en e f f e t , ce fameux Guillelme au Cort Nes: Que me menbre ore 122 0 13.11 Une formule dfhexapodie basee sur "membrer" se trouve avec une formule dans l e vers suivant quand Guillaume reproche au r o i de 1'avoir oublie: « De cest servise ne vos membre i l gaires, Quand vos sanz moi departistes voz te r r e s . v. 180-181 De eel servise ne vos membre i l prou, Quant vos sanz moi des terres fetes don. v. 201-202 13.12 Guillaume a deja rappele au r o i ses services: Molt t ' a i se r v i par nuit de tastoner 65 Tant t ' a i servi que l e p o l l a i chanu 257 Mes par mes armes t * a i s e r v i comme ber 67 Tant a i ser v i cest mauves r o i de France 276 Plus tard i l repete ses g r i e f s a son neveu: Molt l ' a i s e r v i , s i ne m'a riens done 420 Out a l u i s e r v i r a i mon tens s i use 426 Au r o i s e r v i r a i mon tens emploie 429 13.13 En refusant au r o i son of f r e d'une terre a l a mort du seigneur qui l a t i e n t , Guillaume remarque qu'un homme pourrait attendre bien longtemps pour etre riche s ' i l f a l l a i t toujours compter sur l a mort d'un autre. A ce moment i l re-pete ce q u ' i l d i t , mais nous voyons que l a r e p e t i t i o n est dans une strophe di f f e r e n t e avec une assonance d i f f e r e n t e . Ceci nous permet encore une f o i s de v o i r comment l e poete manie les CH. IV 137. formules pour ses besoins: "Deus! d i s t l i cuens, qui en c r o i z fus penez, Com longue atente a povre bacheler Qui n'a que prendre ne autrui que doner! v. 80-82 "Deus! d i t Guillelmes, com c i a longue atente A bacheler qui est de ma jovente! N'a que doner ne a son hues que prendre. v. 88-90 La formule de tetrapodie au vers 8l (Com longue atente), qui termine par un mot avec l'assonance desiree pour l a l a i s s e suivante, devient une formule de s i x pieds (v. 88) par 1*addition d'un adverbe et du verbe qui se trouvait dans 1'hexapodie au vers 81. La formule de deuxieme hemistiche au vers 8 l ("a povre bacheler") devient, avec l a suppression de l ' a d j e c t i f , une formule de premier hemistiche au vers 89. L'assonance est respectee au vers 82 et 90 en int e r v e r t i s s a n t l e s verbes a l a cesure et a l a f i n du vers. 13.14 Les vers qui suivent en chaque cas l e s vers que nous venons de c i t e r , et qui repetent l a meme idee, montrent un traitement analogue dans l a manipulation des elements du vers pour que l e mot convenable tombe a l'assonance: Mon auferrant m'estuet aprovender; Encor ne s a i ou g'en doie trouver v. 83-84 Ces vers deviennent, avec l a substitution d'une phrase du meme sens au deuxieme hemistiche: CH. IV 138 Mon auferrant m'estuet l i v r e r provende; Encor ne s a i ou l e grain en doi prendre. v. 91-92 13»15 A mesure que l' e n t r e t i e n progresse le r o i s'enerve* mais Guillaume ne se l a i s s e pas impressionner. Les change-ments operes dans l e deuxieme groupe de vers ci-dessous sont determines par l'assonance; "Sire Guillelmes, d i t Looys l i frans, Or v o i ge bien, plains es.de mautalant. - Voir, d i t Guillelmes, s i furent mi parent. E i n s i vet d'ome qui sert a male gent: Quand i l plus f e t , n ' i gaaigne neant, Einqois en vet tot ades enpirant." "Sire Guillelmes, d i t Looys l i prouz, Or v o i ge bien, mautalent.avez molt. - Voir, d i t Guilelmes, s'orent mi ancessor. E i n s i vet d'ome qui sert mauves seignor; Quant plus l ' a l i e v e , s i i gaaigne pou. v. 294-304 I c i l e s tetrapodies n'ont subi qu'un minimum de changement. Sauf pour l e v, 301, l a structure de l'hexapodie ne change pas, l e poete substituant simplement un mot avec l'assonance necessaire a l a f i n du vers. 13.16 Quand l e r o i essaie, finalement, et en vain, de f a i r e accepter par Guillaume des terres variees, c'est l a formule suivante qui in t r o d u i t chaque o f f r e : Prenez l a ter r e 309, 318 Pren dont l a terre 330 Guillaume reprend l a meme formule pour prevenir l e s barons CH. IV 139. q u ' i l ne faudrait pas essayer d'usurper l a terre du jeune Berenger: " S ' i l prent l a t e r r e " (v. 374) Chaque f o i s que Guillaume refuse une offr e de l a part du r o i , c e l u i - c i l u i en f a i t une autre en commenqant: Quant ceste terre ne volez r e t e n i r 31° Quant eel enfant ne veus desheriter 329 Quant ceste henor a prendre ne vos s i e t 381 Quant ceste hennor reQoivre ne volez 406 Quant ceste terre ne vos vient a talant 58I (Nous notons que l e contexte du vers 58I n»est pas c e l u i des of f r e s successives du r o i , mais q u ' i l vient au moment ou Guillaume veut p a r t i r pour l'Espagne). Le r o i rappelle a Guillaume q u ' i l sera bien s e r v i d'hommes d'armes: Serviront t o i t r o i s mile compaignon 310 Serviront t o i t r o i s mille f e r v e s t i 321 Serviront t o i dui mile chevalier 332 13.17 Guillaume refuse l e s terres que l u i o f f r e l e r o i bien que l e s seigneurs, qui l e s tiennent soient morts. II leur reste des h e r i t i e r s legitimes qui, une f o i s grands, seront parfaitement capables d»administrer eux-memes leur domaine: Del g e n t i l l conte dui enfanz remes sont Qui bien l a terre maintenir en porront. v. 312-313 Del g e n t i l l conte s i est remes un f i l l j Tote l a terre porra bien maintenir. v. 323, 327 CH IV 140 13«2 Guillaume quitte l a cour et va se plaindre a Bertrand. Une des expressions q u ' i l u t i l i s e est presque identique a c e l l e employee par Gautier quand i l presse Guillaume de retourner dans l a cour punir Aymon l e vieux: Por mon servise me v e l t rendre l o i e r 433 (Guillaume parle) Lone l e servise l i rendez son l o i e r 7l6 (Gautier parle) Au moment ou Guillaume semble pret a se tourner contre l e r o i , Bertrand l u i rappelle deux f o i s ses devoirs de vassal. Ce ne sont que l e s formules d"hexapodie qui changent, a cause du changement de l'assonance: Vos d r o i t seignor ne devez pas haster, Ainz l e devez s e r v i r et hennorer, Contre toz hommes garahtir et tenser. v. 422-424 Vo dro i t seignor ne devez menacier, Ainz l e devez lever et essaucier, Contre toz homes secorre et a i d i e r . v. 438-440 Bertrand suggere a son oncle q u ' i l demande au r o i l e s terres qu'occupent l e s Sarrasins. Quand Guillaume retourne aupres du r o i i l repete (v. 48I-488) presque mot a mot l e s paroles de Bertrand, ne changeant que l e s pronoms. Nous citons l e s paroles de Bertrand (v. 45O-458) en soulignant l e s expres-sions qui changeront dans l a bouche de Guillaume, et en i n d i -quant entre parentheses l e s changements; les deux passages sont composes sur l a meme assonance: CH. IV 141. Demandez l i Espaigne l e regne (Ainz vos demande 48I) Et Tortolouse et P o r p a i l l a r t sor mer, Et apres Nymes. cele bone c i t e , ( S i vos demant Nymes cele c i t e 483) Et puis Orenge, qui tant f e t a loer: (Apres... 484) S ' i l l a vos done, n ' i a f i e r t mie grez, (Se l a me dones 485) C'onques escuz n'en fu par l u i portez (par t o i 486) Ne chevalier n'en ot ensoldeez (N'ainz chevalier n'en ells au digner 487) Assez vos puet cele t e r r e doner. (pas de vers qui correspond ) Ne son reaume n'en i e r t gaires grevez." (N'aprovlez n'en est vostre chatel 488) (Tout ce passage correspond au motif du "message" qui se trouve dans beaucoup de chanson de geste). Guillaume continue et repete sa demande: Por Deu, me done d'Espaigne toz les porz 491 "Done moi, r o i s , Vasetlre l a grant 494 "Donez moi, s i r e , Valsore et Valsure, 501 Donez moi Nymes o le s granz tors agues 502 1 3 . 3 La premiere f o i s que Guillaume va parler au r o i i l annonce a Bertran q u ' i l parlera a Looys; l a deuxieme f o i s c'est Bertran qui en f a i t l a suggestion: Et ge i r a i a Looys parler 48 (Guillaume) Quar alons ore a.Looys parler 445 (Bertran) Les premieres paroles du r o i quand Guillaume se presente devant l u i , l e s deux f o i s , sont pour l u i demander de s'asseoir: "Guillelmes, quar seez 59, 466 Guillaume emploie l a meme formule pour dire au r o i q u ' i l voudrait l u i parler, que pour l e dire a Bertran: CH. IV 142. Mes un p e t i t v o r r a i a vos parler 61, 468 (vorroie) D'un autre afere v o r r a i a l u i parler 901 Mes ge voloie avant a t o i parler 462 (a Bertran) 13»31 Quand Guillaume retourne devant l e r o i avec un com-pagnon, ou Bertrand ou Gautier, l e poete ne change pas de formule: As mains se prennent, e l pales sont monte 463 Tot main a main en montent l e planchie 721 C e s t une formule analogue qui d e c r i t l e depart ou l ' a r r i v e e d'un personnage: Puis en monta tot l e marbrin degre 54 Par maltalent avale l e s degrez 414 Par t e l vertu a l e planchie passe 55 Isnelement avale l e planchier 700 I3.4 Guillaume commence par vouloir garder pour lui-meme le s terres q u ' i l pense conquerir et donner au r o i l e tresor: "Moie est l a terre, tuens en i e r t l i t r e s o r z " (v. 492), mais finalement, au moment de p a r t i r i l promet les terres au r o i : "Vostre i e r t l a t e r r e , s i r e se l a conquier" (v. 757). Le r o i essaie de dissuader Guillaume de son projet, en l u i promettant l a moitie du royaume: Vos avroiz Chartres et Orliens me le r e z , Et l a corone, que plus n'en quier porter. v. 529-530 CH. IV 14 Vos avrez Chartres et me l e s s i e z Orliens, Et l a corone, que plus ne vos en quier. v. 541-542. 13.5 Dans l e s vers 64I-656, Guillaume cherche a i n t e -resser de jeunes bacheliers a sa cause. II se repete pour appuyer sa demande d'aide, et pour bien f a i r e prevaloir l e s richesses que pourront gagner de jeunes hommes avides d'aventure et de gain. Guillaume ne manque pas non plus de f a i r e appel a leur e s p r i t de croises: I c i d i ge as povres bachelers As menus cops et as dras de^cirez, Quant ont se r v i por neant conquester, S»o moi se vueulent de b a t a i l l e esprover, Ge l o r dorrai deniers et heritez, Chasteaus et marches, donjons et fermetez, Se l e pais m"aident a conquester Et l a l o i Deu essaucier et monter. v. 64I-648 Ce v u e i l l ge d i r e as povres bachelers, As escuiers qui ont dras dep_an_ez, S»o moi s'en vienent'Espaigne conquester Et l e pals m faident a aquiter Et l a l o i Deu essaucier et monter, Tant l o r dorrai deniers et argent c l e r t Chasteaus et marches, donjons et fermetez, Destriers d'Espaigne, s i seront adoube." v. 649-656 Le poete a f a i t un e f f o r t pour introduire l a variete dans ce passage, compose tout sur l a meme assonance en substituant un mot pour un autre a l'assonance (v. 647, v. 652: conquester/aquiter). Meme s i l e s elements semanti-ques de deux vers sont d i f f e r e n t s , comme c f e s t l e cas au vers 642 et 65O, l a structure reste essentiellement l a meme CH. IV 144. 1 3 . 5 1 Guillaume rassemble son armee et part: Ensemble o l u i maint g e n t i l chevalier 677 En sa compaigne maint g e n t i l chevalier 685 En sa compaigne avoit i l maint p r i n c i e r 762 13.6 A t r o i s reprises Guillaume l a i s s e v o i r son souci de 1*opinion des autres barons a son egard: Que j a d i r o i e n t eel baron chevalier: "Vez l a Guillelme, l e marchis au v i s f i e r , "Comme i l a ore son dr o i t seignor b o i s i e ; "Demi son regne l i a tot otroie, " S i ne l'en rent v a i l l i s s a n t un denier. "Bien l i a ore son vivr e r e t a i l l i e . " v. 398-403 Que j a di r o i e n t c i l baron naturel: Vez c i Guillelme, l e marchis au cort nes, Comme i l a ore son droit seignor monte: Demi son regne l i a par mi." done, S i ne l'en rent un denier monnoie. Bien l i a ore son vivr e recope." v. 532-537 Que diront ore c i l baron chevalier: "Vez de Guillelme, l e marchis au v i s f i e r , "Comme i l a ore son dr o i t segnor mene: "Demi son regne l i v o l t par mi donerj "II fu tant fous q u ' i l ne l'en sot nul gre, "Ainz p r i s t Espaigne ou n'ot d r o i t h e r i t e . " v. 797-802 La formule de premier hemistiche: "Vez c i . . . " se trouve egalement deux autres f o i s : Vez c i l e s marches 85O Vez l e vos l a 1117 I3 . 7 Sur l a route de Nimes l e s Frangais rencontrent un serf et " t r o i s enfans que i l ot engendre" (vers 878, 8 8 3 ) . CH. IV 145 13«8 Une f o i s deguise, Bertran se met a conduire sa charrette, mais ignorant tout de sa conduite, i l s'embourbe bient6t: Ainz n'en sot mot, s'est en un fane entre 1004 Qui l i v e l s t dedenz l e fane entrer 1007 13.81 Arrive dans l a v i l l e , Guillaume est questionne par l e s Sarrasins concernant l a nature de sa marchandise: Quel avoir fetes t r a i r e IO63 quel avoir vas menant 1138 13.82 Les Sarrasins se merveillent entre eux de 1'ap-parente richesse du marchand: Dient paien qui l'erent esgardant 1116 Dient paien qui les vont esgardant 1131 13.9 Guillaume reQoit l a permission d»entrer dans l a v i l l e , ce q u ' i l f a i t aussit3t, et se met en devoir d'encom-brer l a rue devant l e p a l a i s . La description revient t r o i s f o i s : L'uis del pales en ont s i estoupe Qu'as Sarrazins sera g r i e f l i entrer II83-H84 L'uis del pales trueve s i encombre, Par nul enging ne pot dedenz entrer. 1252-1253 L'uis del pales nos a s i encombre Que l'en n ' i puet ne venir ne aler 1263-1264, 14. Quand un personnage agit d'apres l ' a v i s d'un autre nous trouvons un vers compose de deux formules, avec l e nom CH. IV 146. de c e l u i qui a donne son avis au deuxieme hemistiche: Par l e conseil que l o r done Guillelmes 831 Par l e c o n s e i l l que c e l u i a done 930 Par l e c o n s e i l l que l i baron l o r done 955 15. Pour signaler qu'une action sera payee cher on se sert d'une formule qui est u t i l i s e e au compte du poete/ jongleur lui-meme ou mise dans l a bouche d'un des person-nages. Employee par l e poete 1'expression est une annonce, et l e premier hemistiche est aussi une formule: Mien esclent 63, 1157 Mien esciant, sera chier compare 1283 sera chier compare 1309, 1351 (comparee) j a sera compare 1255 II l e comparra chier 709 La pauvrete de ce texte en comparaison ne nous permet pas de prononcer sur l a nature formulaire de l'exapodie du vers 741: "Ainz que t'en partes l e te c u i t vendre chier", bien que 1'hemistiche a i t un sens analogue a c e l u i des hexapodies que nous venons de c i t e r . Au premier hemistiche l'idee, "II l e payera cher" est exprimee d'une faqon evidemment plus reduite semantiquement. II n'y en a qu'un exemple: Ce comparront,.. 632 16. Au cours du r e c i t Guillaume renvoie d'abord Bertran puis l e s membres de sa compagnie a leur " o s t e l " se f a i r e equiper (vers 46, 116). Au vers 50 l e poete u t i l i s e l a meme formule quand i l indique que Bertran f a i t ce que son oncle CH. IV 147. l u i a demande: Isnelement alez a vostre o s t e l 4° Isnelement en alez a 1*ostel 116 Isnelement repaire a son hostel 50 17• Guillaume, puis l e r o i , precise l a nature du service rendu par l e baron: Ainz l ' a c o i s t r a i au fer et a l ' a c i e r 546 Bien m'a se r v i au f e r et a l ' a c i e r 693 18. Une formule qui r e f l e t e une coutume de l'epoque est c e l l e q u ' u t i l i s e l e poete quand quelqu'un monte a cheval ou en descend. Le premier hemistiche indique souvent que l'on monte, ou descend, l e deuxieme, qu'une autre personne t i e n t l ' e t r i e r . L i r o i s monta, et i l l i t i n t l ' e s t r i e r L i bers descent et i l l i t i n t l ' e s t r i e r Ge descendi, ele me t i n t l ' e s t r i e r S i l e chevalier est pret a p a r t i r on l ' a r r e t e en saisi s s a n t l e s renes, ou meme l ' e t r i e r : Quant par l a resne me s a i s i sa m o i l l i e r 55° Vint a Guillaume, s e l ses i par l ' e s t r i e r Et par l a resne... 701-702 360 720 557 19. Encore une formule qui r e f l e t e une coutume est c e l l e que nous trouvons dans l a scene ou. Guillaume veut que ses neveux regoivent avec l u i l ' a u t o r i t e du r o i pour s'en a l l e r CH. IV 148 a Nimes. C'est une formule de deuxieme hemistiche: Ensemble o moi que recevez l e gant 602 S'avec Guillelme ne recevez Ie gant 6l8 19.1 D»autres paroles de Guillaume a ses neveux a l a meme occasion sont reprises par leur pere quelques vers plus l o i n : Devant l e r o i vos metez en present 600 Devant l e r o i te metrai en present 616 20, Une formule de premier ou de deuxieme hemistiche indique qu'un personnage ne se soucie pas de quelques chose: De moi ne chaut 40 Et vos que chaut 539 Bertran ne chaut 96l De ceste chose ne vos chaut d'alrer 806 21, . Veut-on remercier un autre, l a formule est toujours l a meme: "Granz merciz, s i r e " (vers 376, 593, 7 29). 22, On s'approche de quelqu'un: Vont a Guillelme 663, 701 (Vint), 819 Cette formule se trouve avec une autre, de deuxieme hemisti-che, au moment de l'episode de l a mort des^ 'deux boeufs: Vint a Harpin, s i l i a tot conte 1256 Vient a Guillelme, s i l i a tot conte 12 86 S i l a preposition forme avec l e nom un groupe de quatre s y l -labes l e verbe est omis; "A Looys l a parole est contee" (vers 1484)• CH. IV 1 4 9 > 2 3. F a u t - i l que quelqu'un se prepare a p a r t i r en vo-yage, ou q u ' i l apprete un repas, nous trouvons des formules basees sur l e verbe "conraer": Et s i vos fetes gentement conraer 47, 117 Et quant i l furent richement conrae 814, 935 (fu) C i l qui se hastent del mengier conraer 789 Des or vorra l e mengier conraer 1250 En l a cuisine, au mengier conraer 1270 La tetrapodie du vers 1270 est une formule qui se trouve dans deux autres vers dont 1'hexapodie est formulaire: En cez cuisines ont cez feus alumez 788 En l a cuisine por l e feu alumer 1251. On remarque que l e s vers 788-7:89 et 125O - I25I constituent des groupes de deux vers formulaires. 24. Une formule d'hexapodie exprime l'idee, " l a i s s e r etre": tot ce l e s s i e z ester 45 l e s s i e z l e dont ester 409 por ce l e s s i e z ester 805 Baron, l e s s i e z ester 900 2 5 . Pour d i r e "patientez un peu" nous trouvons l e s formules, egalement de deuxieme hemistiche: un p e t i t me soffrez 74 Baron, soffrez a tant 1145 Beau s i r e , or vos soffrez 1162 26. L'expression d'appreciation de l a valeur de quelque chose ou de quelqu'un est: CH. IV 150. [N'i'ai conquis} v a i l l a n t un fer de lance] 277 (N'en a i etfj v a i l l a n t un oef pelej 427 (Ainz n'en. perdirent] v a i l l a n t une denree] 1478 iN'i a i conquis] v a i l l i s s a n t un denier] 254 iPel tuen n'avronf) v a i l l i s s a n t un denier] 334 ISi ne l'en rent] v a i l l i s s a n t un denier] 402 QN'i a i conquisl v a i l l i s s a n t un festu) 258 On remarque que l e verbe du premier hemistiche est toujours au negatif, et que l e premier hemistiche est une formule aux vers 254, 258, 277 . D'autres formules d»appreciation de valeur sont elles-memes negatives: ne vaus tu un denier 704 qui ne vaut un denier 714 qui ne v a l t une a l i e 1447 Le vers 1322 peut etre rapproche au vers 1447: N'i dorroie une a l i e 1322 2 7 . Le poete indique qu'un personnage parle bas pour ne pas etre entendu: Et d i t en bas, que ne l'entent neant 605 Et d i t en bas q u ' i l ne fu escoute 1307 Guillelmes d i s t en bas, a recelee 1344 Lors d i s t Guillelmes, que ne l'entendi ame 1335. 2 8 . Une formule qui indique l'endroit ou une action a l i e u revient plusieurs f o i s : Par mi l a sale 678, 734 (En mi...) En mi sa voie 31 , 415, 875 (Qu'en...) CH. IV 151 28.1 Evidemment, ce ne sont pas l a l e s seules expres-sions pour indiquer l e l i e u , mais ce sont c e l l e s qui se rencontrent l e plus souvent dans l a chanson. Une autre formule du meme genre se trouve toujours avec une formule dans l 1hexapodie: Sor un f o i e r est Guillelmes montez 123 Sor un perron est Guillelmes monte 1358 Seur une table est Guillelmes montez 635 Sor une table monterent en estant 628 29. On indique dans quel e s p r i t une action se f a i t au moyen de deux adverbes dont l'ordre varie selon 1"asso-nance de l a l a i s s e dans laq u e l l e i l s se trouvent: v o l a n t i e r s et de grez 475, 1233 de grez et v o l a n t i e r s 672, 222 (gre) 30. Une question formulaire est u t i l i s e e dans l a deuxieme par t i e de l a chanson: Qui l a vos f i s t ? 1219 Qui a ce f e t ? 1301 31. II faudrait mentionner encore deux vers qui sem-blent bien avoir une force proverbiale: Ce ne f e r o i e por tot l»or desoz c i e l 397 Ge nel f e r o i e por tot l»or desoz c i e l 544 CH. IV 152 32*1 Le releve des formules du Charroi de Nimes montre que l e s formules l e s plus nombreuses sont c e l l e s u t i l i s e e s pour nommer un personnage (a l a deuxieme ou a l a troisieme personne) et c e l l e s r e l a t i v e s au deroulement d'une conversation. 32.2 Une formule peut exister sous deux, et meme sous t r o i s formes, ce qui l u i permet d'entrer dans l a t e t r a -podie, 1'hexapodie, ou d'occuper un vers e n t i e r . 32»3 Les formules de tetrapodie sont l e s plus stables, ne montrant pas l e s va r i a t i o n s qui se trouvent dans l e s formu-l e s d'hexapodie, variati o n s dues aux exigences de l'assonance. 32.4 Nous ne pretendons pas avoir decele toutes l e s formules qui se presentent dans cette chanson; i l y a c e r t a i -nement des vers ou des expressions qui s'avereraient etre des formules s i l'on comparait plusieurs chansons. Ce qui a paru l e plus frappant dans cette partie du t r a v a i l , c'est en f i n de compte l a l i b e r t e r e l a t i v e qu'exerce l e poete a l ' i n t e r i e u r d'un s t y l e qui semble au premier abord bien f i x e . 1 5 3 . NOTES DU CHAPITRE IV 1 . L'epithete t r a d i t i o n n e l l e dans Homere, essaie sur un  probleme de st y l e homerique, Paris, 1928, 2 , Dans The Singer of Tales, Cambridge, Mass., I960. 3• Chanson 4 . L'epithete t r a d i t i o n n e l l e . . . , p. 1 6 . Citee par Rychner, p. 146 -147 . 5 . Collogue, p. 5 7 . 6 . "Cliches formulaires" dans Melanges... De l b o u i l l e . 7. M. McMillan a note huit emplois de l a formule " j a o r r o i z (oiez) v e r i t e " . Nous n'en avons trouve que quatre ( c f . Ch. IV para 4*85 du present t r a v a i l ) . La formule " n i est plus arestus" ne se trouve pas dans 1 *edition P e r r i e r du Charroi. C e s t cette e d i -t i o n que M. McMillan u t i l i s e , 8 . "Formulas i n the Couronnement de Louis," Romania, LXXXVII (1966) , 315 -344 . 9 . "Notes sur l e s preambules des chansons de geste", Cahiers de C i v i l i s a t i o n Medievale. I I (1959), 2 1 3 - 2 2 0 . Les exemples d»autres chansons sont c i t e s d'apres cet a r t i c l e . 1 0 . Sans'doute l e nom du r o i d e v r a i t - i l etre "Harpins" dans l e vers 1327. c f . Frappier, Geste de Guillaume I I , p. 248 , n .4• 1 1 . On pourrait consulter 1 ' a r t i c l e de M. J . J . Duggan. 1 2 . M. Pe r r i e r ne donne pas de variante pour "errant" dans ses notes. Sans doute devrait-on l i r e "avant" a sa place. 1 3 . c f . Chanson de Roland (ed. F. Whitehead, Oxford, 1965) La b a t a i l l e est merveilluse e cumune v. 1320 La b a t a i l l e est aduree endementres v. 1396 La b a t a i l l e est e merveillose e grant v. 1653. 14• Cette description se retrouve dans plusieurs chansons, avec sensiblement l a meme forme. (Ces exemples sont c i t e s d'apres Rychner, Chanson, p. 1 5 2 ) . La v e l s s i e z un estor comencier, Tanteanste fraindre et tant escu percier Et tant halberc desrompre et desmaillier, L'un mort sor 1'altre verser et trebuchier. (Couronnement de Louis, v. 2 3 3 2 - 2 3 3 5 ) La v e i s s i e z un estor s i pesant, Tant hante fraindre et tant escu croissant, Et desmaillier tant haubers jazerant, Tant Sarrazin trebuchier mort sanglant! ~* (La Prise d'Orange, v. 1 8 2 4 - 1 8 2 7 ) La v e i s s i e s un estour de randon, Tantehanste fraindre et perchier tant blason, Tant chevalier c a l r f o r s de l'archon, Tant Franc morir,-tant Sarrasin f e l o n . (Le Moniage Guillaume, v. 48OI-48O4) 1 5 . En parlant de l a reprise de motifs epiques a des f i n s cnuniques ou grotesques, Rychner ne mentionne pas l e Charroi mais i l c i t e quelques vers de " l a parodie orduriere qui s ' i n s i t u l e Audigier". Nous croyons u t i l e d'en f a i r e de meme pour que l e lecteur se rende compte du stade qui s u i v r a i t l a description que nous venons de c i t e r . Le v a l l e t amenerent sor un fumier, Ses armes l i aportent en un pannier: Haubert l i ont vestu blanc et l e g i e r , Quinze sols de marcheis costa l ' a u t r i e r . En son chief s i lacerent heaume d'acier, Qui t r o i s ans fu en gaiges por un denier. Tiarz l i caint l»espee, qui molt l ' o t chier, Plus mauvais vavassor de l u i ne quier. (vers c i t e s par Rychner, p. I 3 8 , d'apres l e texte publie par Barbasan, nouvelle e d i t i o n par M. Meon, des "Fabliaux et contes..." t . IV. Paris, 1 8 0 8 , p. 222.) 1 6 . "Les Destriers et le u r s epithetes," Collogue, pp 8 5 - 1 0 2 . 155. 1 7 . "A propos de l a technique formulaire dans l e s plus anciennes chansons de geste, " dans Melanges...  De l b o u i l l e . pp 7 0 6 - 7 2 7 . 1 8 . D»autres exemples, c i t e s par M. G. Lechner, Zur " Z e i t "  und zur s t i l i s t i s c h e n und topologischen Funktion der  "Tempora" i n der frUheren altfranzosischen Heldenepik, Munich, 1 9 6 1 , sont:. Tant ont a esperon chevauchie et erre (Les Saisnes, . v. 224) Tant ont par force e s p l e i t i e et erre (Couronnement, v. 2676) Tant a au s o i r et au matin erre (La Mort Aymeri) v. 498) Pour des exemples supplementaires, v o i r Lechner, pp. 2 3 8 - 2 3 9 . 1 9 . Aux pages 2 3 4 - 2 3 5 de son l i v r e M. Lechner donne des exemples ou cette formule est souvent suiv i e dans l'hexapodie d'une formule basee sur "voie a c o i l l e r " : Tot d r o i t a Sarragoce ont l o r voie a c c u e i l l i e (Siege de Barbastre. v. 7299) Droit vers Provence a sa voie a c u e i l l i e , (Moniage, v. 2987) M. Lechner c i t e aussi des vers qui ont l a meme forme que l e vers 866 du Charroi: Tot d r o i t a Rise e s t o i t acemine (Aimeri de Narbonne, v. 1 0 . 3 3 5 ) Droit vers Bordiax se sont acemine (Huon de Bordeaux, v. 9277) 2 0 . M. J . Frappier, Geste de Guillaume I I , p. 201 considere que ce vers n'est pas correct. M. Frappier s u i t l a leqon du ms C (v 9 7 ) : "Jou ne t ' a i mie s e r v i de tastoner" D'autres leqons sont: "Mout te s e r v i non pas de tastonner" A, "Ne t ' a i s e r v i de mal ne de gu i t e r " B^ "Ne t ' a i s e r v i par nuit de tatonner" D. CH. V 156 CHAPITRE V ANALYSE D'UN PASSAGE  DU CHARROI DE NIMES 1.1 Le but de ce chapitre est d»examiner un passage du Charroi pour analyser l e s hemistiches ou l e s vers qui appar-tiennent a un type syntaxique t ^ a i t e dans l e chapitre I I I , ou qui sont des formules t r a i t e e s dans l e chapitre IV. Voir certaines formules ou structures syntaxiques dans leur con-texte rappellera au lecteur que tous ces exemples apparamment discontinus qui ont ete releves et classes dans l e s chapitres III et IV font partie d'un ensemble coherent; et q u ' i l s n'ont de s i g n i f i c a t i o n que par leur entourage. 2.1 Le passage ch o i s i est l a conclusion de l a premiere entrevue entre Guillaume et l e r o i . Seront indiques pour chaque hemistiche, l a ou i l y a l i e u : (a) l e type de formule d'apres l e chapitre IV, et (b) l e type de structure syntaxi-que d'apres l e chapitre I I I . 2.12 Les c h i f f r e s romains a c6te de chaque vers du pas-sage indiquent l e type de decasyllabe dont i l s'agit: I - l e decasyllabe contient deux propositions; I I - l e decasyllabe contient une seule proposition; III - l e decasyllabe depend d'un verbe situe dans un vers precedent ou suivant (voir l e chapitre I I I , paragraphe 5*3). CH. V 157. 2.13 Les decasyllabes ou l e s hemistiches qui contien-nent une formule ont ete soulignes d'un t r a i t ; ceux dont l a structure syntaxique se retrouve a i l l e u r s dans l e passage ont ete soulignes d'un double t r a i t . 2.14 Pour l e s vers analyses, l e c h i f f r e romain indique l e chapitre, l e c h i f f r e arabique l e paragraphe, auquel i l faudrait se rapporter. II "Sire Guillelmes, d i t Looys l e ber, I I I Par eel apostre qu'en quiert en Noiron pre, 405 I I I Quand cest hennor reQoivre ne volez, II En ceste t e r r e ne vos s a i que doner, II I Ne de nule autre ne me sai porpenser. I - Rois, d i t Guillelmes, l e s s i e z l e dont ester; II A ceste f o i z n'en quier or plus parler. 410 I Quant vos plera, vos me dorroiz assez I I I Chastiaus et marches, donjons et fermetez." II A cez paroles s'en est l i cuens tornez; I I Par maltalent avale l e s degrez. II En mi sa voie a Bertran encontre 415 III Qui l i demande; "Sire oncle, dont venez?" I Et d i t Guillelmes: "Ja o r r o i z v e r i t e : II I De eel pales ou a i grant piece este. CH. V 158 II A Looys a i tencie et i r e ; I Molt l ' a i s e r v i , s i ne m'a riens done." 420 II Et d i t Bertran: "A maleicon De! II Vo d r o i t seignor ne devez pas haster, II Ainz l e devez s e r v i r et hennorer, I I I Contre toz homes garantir et tenser. I l l - Di va, f e t i l , j a m'a i l s i mene 4 25 III £jufta l u i s e r v i r a i mon tens s i use; II N'en a i eO v a i l l a n t un oef pele." 404 "Sire Guillelmes (a) Formule de nom dans l ' o r a t i o recta, ou formule d ' i n t e r p e l l a t i o n , de l a forme: S i r e + nom de c e l u i a  qui on s'adresse. (IV, 3.2). (b) Tetrapodie nominale, c.o.d. ( I l l , 8.6) 404 d i t Looys l e ber, (a) Formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta, de l a forme: Verbe + Nom de c e l u i qui parle + terme en  apposition (IV, 4.31). (b) Hexapodie avec l e verbe en tete, s u i v i du sujet. Cette structure n'est pas une de c e l l e s l e s plus f r e -quemment employees dans 1'hexapodie qui sui t une t e t r a -podie nominale. CH. V 159. 405 Par eel apostre qu'en quiert en Noiron pre (a) Formule de serment (IV, 5.5). 407 En ceste t e r r e (a) Formule qui indique l e l i e u ( c f . IV, 28). Les vers 415, 418 sont du meme type de formule. (b) Tetrapodie c i r c o n s t a n c i e l l e , de l a forme: Preposition + nom (III , 9.1). Les tetrapodies des vers 408, 410, 413, 414, 415, 418, 424 sont du meme type. 407 ne vos sa i que doner (b) L'hexapodie contient un verbe qui amene un i n f i -n i t i f a l'assonance ( I I I , 9.2). Cette structure se retrouve dans 1'hexapodie du vers 408. 409 Rois, d i t Guillelmes (a) Formule d*Introduction a l ' o r a t i o recta (IV,- 4.25) avec une formule de nom (IV, 3«°). 409 l e s s i e z l e dont ester (a) Formule du type: IV, 24, 410 n'en quier or plus parler (b) Hexapodie qui contient un verbe qui amene un i n -f i n i t i f a l'assonance ( I I I , 9.2). L'hexapodie du vers 422 est du meme type. 412 Chastiaus et marches, don.i'ons et fermetez. (b) La tetrapodie et l'hexapodie sont toutes l e s deux nominales, et sont composees d'elements p a r a l l e l e s . CH. V 160 413 s'en est l i cuens tornez (b) Hexapodie a temps compose ou l e part i c i p e passe tombe a l'assonance (III> 9.2). L'hexapodie du vers 415 e s ^ du meme type. 414 avale l e s degrez (b) Hexapodie de l a forme: verbe + c.o.d. Dans une hexapodie qui s u i t une tetrapodie c i r c o n s t a n c i e l l e ce type de structure n'est pas un de ceux l e s plus frequemment employes. 416 Qui l i demande (a) Formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta, basee sur demander (IV, 4«41)» 416 "Sire oncle, dont venez?" (a) Formule de nom dans l ' o r a t i o recta (IV, 3*5), s u i -v i e d'une question. 417 Et d i t Guillelmes (a) Formule d'Introduction a l ' o r a t i o recta (IV, 4«24)« La tetrapodie du vers 421 est du meme type. 417 "Ja o r r o i z v e r i t e (a) Formule du type: IV, 4.85. 419 A Looys (a) Formule de nom pour designer l e r o i dans l a t r o i -sieme personne (IV, 3.12, I ) . Le meme type se retrouve au vers 4 2^. CH. V 161 4 1 9 a i tencie et i r e (b) Hexapodie a temps compose se terminant par un p a r t i c i p e passe (IV, 8 . 3 ; 8 . 6 ) . 4 2 0 Molt l ' a i s e r v i , s i ne m'a riens done. L'idee de l a tetrapodie se retrouve au vers 4 2 6 , c e l l e de l fhexapodie, au vers 4 2 7 . 4 2 1 "A maleicon De! (a) Formule du type: IV, 5 . 1 2 . 4 2 3 Ainz l e devez s e r v i r et hennorer (b) Vers ou l e verbe dans l a tetrapodie est s u i v i d'un i n f i n i t i f dans l'hexapodie ( I I I , 1 3 . 1 ) . . L'hexapodie est composee de deux i n f i n i t i f s en construction p a r a l l e l e ( I I I , I 3 . l l ) . Cette structure se retrouve au vers 4 2 4 . 4 2 5 Di va, f e t i l (a) Formule d»Introduction a l ' o r a t i o recta, basee sur f a i r e (IV, 4 * 4 ) . avec un tour exclamatif au debut du vers. Ce tour exclamatif est lui-meme une formule pour a t t i -r er 1 » a t t e n t i o n (IV, 4 . 6 6 ) . 4 2 7 N'en a i ett v a i l l a n t un oef pele." (a) Formule du type IV, 2 6 . (b) L'hexapodie nominale a l a fonction d'un c.o.d. ( I l l , 1 0 . 5 ) . 3 . 1 Cette breve analyse permet de mieux se rendre compte de l a nature formulaire de n'importe quel passage de l a chan-son. 162 CONCLUSION Apres l e s remarques p r e l i m i n a i r e s l a presente etude a p o r t e successivement sur l a composition s t r o p h i q u e du Charro  de Nimes, sur l'assonance et ses r a p p o r t s avec l a syntaxe du d e c a s y l l a b e , sur l e s formules epiques de l a chanson. Dans l e deuxieme c h a p i t r e nous avons vu que l e pre-mier v e r s d'une l a i s s e a souvent l a v a l e u r d'une i n t o n a t i o n et s e r t a nommer l e personnage p r i n c i p a l de l a l a i s s e (11,2). Le d e r n i e r v e r s de l a l a i s s e a beaucoup moins souvent une v a l e u r nettement c o n c l u s i v e (11,3). La l a i s s e elle-meme ne correspond qu'imparfaitement au d i s c o u r s d'un s e u l personnage ou a une u n i t e n a r r a t i v e ou d e s c r i p t i v e (11,4). Le C h a r r o i , par sa nature n a r r a t i v e plut6t que l y r i q u e , c o n t i e n t peu d*ex-emples de l ' e m p l o i des l a i s s e s s i m i l a i r e s , procede que M. J« Rychner a demontre .comme etant e s s e n t i e l l e m e n t l y r i q u e . Nean-moins, quand l e poete du C h a r r o i a u t i l i s e des l a i s s e s s i m i -l a i r e s , c ' e s t t o u j o u r s a des f i n s a r t i s t i q u e s , car e l l e s cou-pent l e r e c i t aux moments ou va commencer une n o u v e l l e retape de l ' h i s t o i r e ( I I , 5). Le c h a p i t r e I I I commence par un examen des assonan-ces employees dans l a chanson. I I a ete observe que presque 73$ de ces 1,486 v e r s tombent dans l e s t r o i s assonances: - i e , -e, et -a (111,2), et que l e mot a l'assonance e s t un substan-t i f beaucoup p l u s souvent qu'une forme v e r b a l e , sauf pour l e s assonances -e et -ee (111,3), Les s e c t i o n s 4 a 13 de ce cha-1 6 3 p i t r e t r a i t e n t de l a structure syntaxique du vers, et notre conclusion i c i est plutot negative: i l ne semble y avoir aucune r e l a t i o n nette de cause a e f f e t entre l'assonance et l a structure syntaxique du vers ( I I I , 1 4 ) . Occupant a l u i seul plus de l a moitie de ce t r a v a i l , l e chapitre IV est un catalogue aussi complet que possible des formules epiques qui se trouvent dans l e Charroi de Nimes. Dans ce chapitre nous avons decouvert que pour exprimer un motif donne une formule n'est pas necessairement r e s t r e i n t e a une seule forme fix e e une f o i s pour toutes, mais qu'elle peut r e v e t i r des formes diverses qui permettent au poete de l ' u t i -l i s e r s o i t dans l a tetrapodie s o i t dans l'hexapodie; et par-f o i s e l l e peut m§me remplir a e l l e seule l e decasyllabe entier , A i n s i , l e poete dispose non seulement de toute une gamme de formules qui changent selon l e s motifs a t r a i t e r , mais aussi, pour chaque formule, de deux ou t r o i s formes qui l u i l a i s s e n t l a p o s s i b i l i t e de v a r i e r son expression. Peut-etre Le Charroi de Nimes n ' e s t - i l pas l a plus p a r f a i t e n i l a plus interessante des chansons de geste fran-chises, mais ce n'est qu'en etudiant l e s techniques de com-posi t i o n de p a r e i l s textes que l'on peut esperer contribuer, par l e b i a i s de l'analyse s t y l i s t i q u e , a 1'eclaircissement des problemes d'interpretation de l a chanson de geste. 164 BIBLIOGRAPHIE Aebischer, P. "Huit sunt l i pui et l i port tenebrus," Studi Medievali, XVIII (1952), 1-22. Bedier, J . Les Legendes epiques. Recherches sur l a forma-t i o n des chansons de geste. Paris, 1908-13, 4v. Boogaard, N.H.J. "Note sur l»utilisation de motifs et formules dans l a Chanson de Sainte Foy, " Cahiers  de C i v i l i s a t i o n Medievale, V (1962), 195-202. Cromie, Maureen. "Le s t y l e formulaire dans l e Pelerinage de  Charlemagne" ( d i s s . U.B.C), 1966. Cromie, Maureen. "Le s t y l e formulaire dans Le Voyage de  Charlemagne a Jerusalem et a Constantinople," Revue des Langues Romanes, LXXVII;2 (1967), 31-54. La Chanson de Guillaume. ed. D, McMillan v,2, S.A.T.F., Paris, 1950. Le Charroi de Nimes. ed. J.-L. Perrier, C.F.M.A., Paris, 1931. Duggan, J . J . "Formulas i n the Couronnement de Louis," Romania, LXXXVII (1966), 315-344. Fouche, P. Phonetique historique du franqais, v.II, Les Voyelles. Paris, 1958. Frappier, J . Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d*Orange; I - La Chanson de Guillaume, Aliscans, La Chevalerie Vivien. Paris, 1955. . . Les Chansons de geste du cycle de Guillaume d'Orange; II - Le Couronnement de Louis, Le  Charroi de Nimes, La Prise d'Orange. Paris, 1965. . "Les Destriers et leurs epithetes," Actes du Collogue de Liege; l a technique l i t t e r a i r e des  chansons de geste, Paris, 1959, 85-102. Gautier, L. Les Epopees franqaises. Paris, 1882, 4 v. Gsteiger, M. "Notes sur l e s preambules des chansons de geste," Cahiers de C i v i l i s a t i o n Medievale, II (1959) 213-220. 165. Hackett, W.M. "La technique l i t t e r a i r e de G i r a r t de  Roussillon ," dans Melanges de l i n g u i s t i q u e  romane et de p h i l o l o g i e medievale o f f e r t s a  M. Maurice Delbouille, T.II, Gembloux, 1964, 259-273. Jodogne, 0. "Sur l ' o r i g i n a l i t e de Raoul de Cambrai," Actes  du Collogue de Liege; l a technique l i t t e r a i r e des  chansons de geste, Paris, 1959, 37-56. Lechner, G. Zur " Z e i t " und zur s t i l i s t i s c h e n und topolo-gischen Funktion der "Tempora" i n der frUheren  altfranzPsischen Heldenepik. Munich, 1961. Lejeune, R. "Technique formulaire et chanson de geste," Moyen Age, LX ( 1 9 5 4 ) , 3 H-334. Lord, A.B. The Singer of Tales. Cambridge, Mass., i960. McMillan, D. "Notes sur quelques c l i c h e s formulaires dans le s chansons de geste de Guillaume d»Orange," dans Melanges de l i n g u i s t i q u e romane et de  ph i l o l o g i e medievale o f f e r t s a M. Maurice Delbouille, T.II, Gembloux, 1964, 477-493. Monteverdi, A. "La l a i s s e epique," Actes du Collogue de Liege; l a technique l i t t e r a i r e des chansons de  geste, Paris, 1959, 127-139. Nichols, S.G. Formulaic Diction and Thematic Composition i n  the "Chanson de Roland". Chapel H i l l , 1961. Parry, M. "Studies i n the Epic Technique of Oral Verse-making: I - Homer and Homeric S t y l e , " Harvard Studies i n C l a s s i c a l Philology, XLI ( 1 9 3 0 ) , 73-149. Pope, K.M. "Four Chansons de geste. A study i n Old French Epic V e r s i f i c a t i o n , " Modern Language Review, VIII (1913), 352-57J IX (1914), 41-52; X (1915), 3IO-319. . From Latin to Modern French, with especial Consideration of Anglo-Norman. Manchester, 1934, Rev. ed. 1952. Riquer, M. de. Les Chansons de geste franqaises, trad. I. Cluzel. 2e edition, Paris, 1957. Rychner, J . La Chanson de geste. Essai sur l * a r t epique des  .jongleurs. Geneve/Lille, 1955 • 166. • "La Chanson de geste, epopee vivante," Table Ronde, 132 (dec. 1958), 152-167. • "Observations sur l a v e r s i f i c a t i o n du Couronne-ment de Louis," Actes du Collogue de,Liege; l a  technique l i t t e r a i r e des chansons de geste, Paris, 1959, 161-178. Tyssens, M. "Le s t y l e o r a l et les a t e l i e r s de copistes," dans Melanges de l i n g u i s t i q u e romaneiet de philologie  medievale o f f e r t s a M. Maurice B e l b o u i l l e , T.II, Gembloux, 1964, 659-675. Wathelet-Willem, J . "A propos de l a technique formulaire dans le s plus anciennes chansons de geste," dans Melanges  de l i n g u i s t i q u e romane et de p h i l o l o g i e medievale offefcts a M. Maurice Delbouille, T.II,.Gembloux, 1964, 705-727. Zumthor, P. Langue et techniques poetiques a l'epoque romane (Xle - XHIe s i e c l e s ) . Paris, 1963. J 167 APPENDICE I D e t a i l de l a d i s t r i b u t i o n des formes nominales et verbales. Le c h i f f r e entre parentheses indique l e nombre de formes d i s t i n c t e s pour chaque categorie de mots. part. part. nom ad.i. pron. i n f . passe pres. verbe adv. _i 12 (11) 1 - 5 (5) 7 (7) - 1 -i e 151 (61) 19 (9) - 68 (49) 33 (25) - 14 (ID 10 (5) A e 159 (58) 64 (35) 4 ( 2) 155 (88) 203 (no) - 47 (25) 17 (6) a 68 (33) 32. (13) ... - - - 17 (16) 3 (2) 17 (10) s o 35 (27) 6 (4) 2 (2) - - - 4 (3) 5 (5) b 23 (14) 5 (4) - - 1 - 3 (2) 7 (5) u 8 (6) 2 (2) - - 4 (4) - 1 1 i e 36 027) 7 (6) - 7 (1) 10 (9) - 23 (18) 7 (1) ee 11 (9) 4 (4) - - 10 (8) - 13 (7) -ee 26 (22) 6 (5) - 5 (3) 2 (2) - 4 (4) 2 (2) ae 38 (29) 11 (8) - 2 (2) - - 9 (8) 3 (1) m ae 10 (7) 3 (3) - 2 (1) - - 1 -oe 4 (4) 1 - - - - 4 (4) -ue 7 (7) 2 (2) - - - - 2 (2) -168. APPENDICE II Dans cet appendice sera donne l e d e t a i l de chacune des tables du chapitre I I I . La plupart du temps nous n'avons retenu que l e deuxieme hemistiche de chaque vers. TABLE 1 La tetrapodie est sujet du verbe dans l'hexapodie. ( i ) Le vers se termine par un pa r t i c i p e : i ne soient entrepris e a ses barons fievez i somes oublie n'en i e r t gaires grevez par nos n' i e r t j a rove vos s o i t abandonez l'en a aresone a ses barons mande est toz abandonez s'en est d'iluec tornez l o r avoit commande l i a e l chief melle a se vont bien deffendant ee a Nymes aquitee ( i i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f i e f i s t forment a p r o i s i e r 670 vos doint bien e s p l o i t i e r 674> 759 ' l'en doint bien reperier 694 erent mene a mendier 689 e reperoit de berser 17 i doit l'en coroner 521 vont l e s napes oster 815 vet au mostier orer 842 se puissent a l d i e r 973 l'en p r i s t a apeler 1154 l e p r i s t a regarder 1207 en cuida conraer 1281 les avoit a guier 1297 981 36 39 458 48O 857 887 936 1174 1247, 1273 1312 1373 1421 .1483 169", Table 1 ( i i ) i e l i commenga a dire 902, 1185, 1317 ( i i i ) Le vers se termine par un adverbe i e l e regut volantiers 345 j* s»est regardez a tant 594 l»en apela avant 1120, 1134 (errant) (iv ) Le vers se termine par un nom complement du verbe i e me veult doner son f i e 369 e avalent l e s degrez 1080 6 tendi ton paveillon 218 o mist a sa bouche un cor 1393 ee v e s t i une gonnele IO36 oe f i s t retorner ses homes 956 (v) Le vers se termine par un nom dans une expression c i r c o n s t a n c i e l l e ie l i a m e l l e e l c h i e f l»a s e s i par l e c h i e f 743 747 e e s t o i t dedenz son t r e f r e p a i r e n t as h o s t i e u s i a a g r a n t p l a n t e 790 816 950 /» a e s t c o v e r t e de sane 142 9 N O t»en c o n d u i r o n t en o s t l e s u i t molt p r e s au dos s ' e s C r i a a e s f o r t 493 1434 1457 i e v a u t dos en a u t r e v i l e 911 ee s'en v o n t en l o r a f e r e 1058 ae l i a d i t par c o n t r a i r e 1327 Table 1 (Hi) (vi) Le vers se termine par un ad.jectif e fu molt gentix et ber 29, jT en f i r e n t j o i e grant 1153 ee ne furent pas novele 1044 ae mfa f e t ore contraire 1341 171 TABLE 2 La tetrapodie est une apostrophe ( i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e * e t u i t estes effrae 822 a quel avoir vas menant 1138 u Guillelme a respondu qu'est vo sens devenuz 256 261 ( i i ) Le vers se termine par une forme con.iuguee du verbe i e por Deu, ne vos targiez 659 e frans hom, quar en pensez de conduire pensez envers moi entendez 948 1019 1260 • o Looys l i respont 305 i e Damedeus te maldie 1442 ( i i i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f e por ce l e s s i e z ester nen poez eschaper 805 1381 (iv) Le vers se termine par un nom ou par un ad.iectif substantive A e d i t Guillelmes l e ber d i s t Looys l e ber d i t Guillelmes l i fers d i t Bertran l i senez toz vos confonde Deus 64, 73, 94 444 1360 115, 133, 278, 404 i d i s t l i r o i s Looys 106, 315 i e d i t Looys l e f i e r d i t Guillelmes l e f i e r d i s t l i - r o i s , frans guerriers vos plest i l nule r i e n Dieus confonde ton chief 328 753 538 726 •736 • o d i t Guillelmes l i prouz 182, 300 (Looys) Table 2 ( i i ) 172. o d i t Guillelmes l e f o r t 490 a d i t Looys l i frans 294, 580 ae d i t Guillelmes l i saiges 153 j a fustes vos f i l z Karle 154 (v) Le vers se termine par un a d j e c t i f i e com estes engigniez 681 a or m'as tu f e t dolant 615 (vi) Le vers se termine par un adverbe a or venez dont avant 583 b 173. TABLE 3 La tetrapodie est complement d'objet d i r e c t du verbe dans l'hexapodie ( i ) Le vers se termine par une forme con.juguee du verbe i e Looys respondie 682, 729 (Guillelmes) % s i r e , ne vos demant 500 i e contreval l e tralne 1543 ee sor l e s somiers trosserent 838 a plante i troverent I465 ( i i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e passe i e l i a t ot otroie 401 l i a au col p l o i e 723 l i a par mi f r o i s s i e 745 seront j a reprove 131 n'en fu par l u i portez 455 n'en fu par t o i portez 486 n'en ot ensoldeez 456 l i a par mi done 535 vos estes or mellez 1013 ont avec el s mene IO84 a l i cuens apele 1176 ne sui mes apele 1364 del corps l i est mtlez 1213 l i a par mi froe 1377 ( i i i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f 1 « * i e e porra bien maintenir 327 peusse gerroier 101 bien vos doi acointier 371 ne devez menacier 438 vos a f e t s i vuidier 686 plest vous a escouter 3 raportoit de berser ^ 22 font avec e l s mener 27 f i s t a 1'ostel porter 30 vos en v o r r a i doner 77 Table 3 ( i i ) . m*estuet aprovender 83 l i estuet avaler 85 ne devez pas haster 422 doit l»en toz j o r z amer 442 l i v o l t par mi doner 800 i devons presenter 826 l i ala aporter 12 74 ee f i r e n t i l en sus trere 1050 (iv) Le vers se termine par un adverbe i e vos o t r o i volantiers 393 6 ne vos membre i l prou 2 01 ae ne vos membre i l gaires 180 (v) Le vers se termine par un nom ie v i prendre et ton portier 2 34 dient l i chevalier 376 e a povre bacheler 81 f i s t Guillelmes l e ber 871 (vi) Le vers se termine par un nom dans une expression  c i r c o n s t a n c i e l l e i e v i plaine.d'aversiers 570 e ot l i bers au.coste 21 n'en eUs au digner 487 a mis desus l ' a u t e l 843 ee ot pendu a sa sele 1043 TABLE A 175 La tetrapodie est complement d'objet i n d i r e c t du verbe dans 1"hexapodie ( i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e passe e ai tencie et i r e 419 est molt mal encontre 1002 sera vo cors l i v r e z 1383 ee l a parole est contee I484 ( i i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f e l i peOst remenbrer 9 6 9 , 9 8 7 , 1028 (vo ne v e l t i l riens doner 12 68 ee ne vorrent i l mal fere 835 ( i i i ) Le vers se termine par un nom c.o.d. i e quar vos praigne p i t i e 567 va prendre l e congie 671 ae m"estuet l i v r e r provende 91 (iv) Le vers se termine par un nom dans une expression  c i r c o n s t a n c i e l l e e jeuent desus l e s e l 885 176 TABLE H La tetrapodie est complement d'un nom situe dans 1'hexapodie Nous citons l e s deux hemistiches, et groupons les vers d'apres l e s assonances. 1 Del g e n t i l l conte s i est remes nn f i l l 323 .ie De mes estables vos doing l e quart d e s t r i e r 391 De mon tresor vos doing l e quart denier 392 Ja de losange n'avroiz mes un denier 752 D»engignement sot tot l a mestrie 92 0 e De vos charoi ont j a dos bues ttle 1290 a Ja de l a moie n'avoiz mes p l a i n un gant 625 6 Del g e n t i l l conte dui enfanz remes sont 312 Nous avons inclus dans l a table 5 un vers ou 1'hexapodie est un a t t r i b u t plutot qu'un complement de nom: e N'apovrlez n'en est vostre chatel 488 177 TABLE 6 La tetrapodie est un adverbe ou une expression c i r c o n s t a n c i e l l e ( i ) Le vers se termine par une forme conjuguee du berbe i e forment e s c r i l e z 237 e un p e t i t me s o f f r e z 74 molt grant avoir avez 1157 j a mar l e mescrerez 1302 i e l e paaige me quistrent 905 dos granz pains i velsmes 910 Damedeus te maudie 1318 ee et par bois chevauchierent 839 outre s'en trespasserent 840 onques ne s'aresterent 84I un o l i f a n t sonerent 1470 ee l o r s aguillons afetent 1053 ae l e s bons deniers en saiche 1105 Mahomez mal te face 1328 cent peus ne l i , erraiche 1333 ( i i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e i furent l i escu mis ie v i l o r seignor bessie les en a merclez l e s avoit on guie e sont en Paris entre a.Bertran encontre est Guillelmes montez s'est un pou acoutez l'en a aresonne s'en est l i cuens tornez ai mon tens emplbie ne se sont areste ont cez feus alumez se sont achemine a un tonel leve i est l e char entre soient j a refuse 978 243 669 1293 28 3 1 , 415 123, 635, 1358 (monte) 124. 293 413 429' 464, IO83 788 866 881. 1005 1031 Table 6 ( i i ) 178. en est l e c r i ale 1075 ez les vos descombrez 1180 l»en a resonne 1215, 1259 j a s e r o i t afole 1227 ne doiz estre encroez 1246 mal nos est encontre 126l,. 1289 (vos) sera chier compare 1283, 1309 les avez vos gardez 12 98 que l o r a demande 1304 est en estant leve 1372 u en fusse mielz vestu 259 i e n'en i e r t menqonge dite 917 ont sa l o i essaucie 1091 l»ai ge auques conquise 1190 ee ne seroit afamee 1466 ue i e r t cele honor tenue 507 a l e s a fet defuiant 498 monterent en estant 628 se vont ap a r e i l l a n t 1410 se vont ademetant 1419 ( i i i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f i e te. ving eschaugaitier ne te daignas g a i t i e r s'en vinrent por lanci e r commenqa a huichier commencent a huichier ne vos quier abessier vos pense d'empirier vos vorroie proier l e p r i s t a aresnier se p r i s t a escrie r 226 229 231 336, 636 ( c r i e r ) , 658 545 708 ' 716, 731 (vodroie) 725 1359 ne se v o l t arester v o r r a i a vos parler bien savez escouter l i estuet amonter m'estuet de cort torner commenqa a parler commence a soupirer le s commence a guier commencent a c r i e r me f i s t son brant coler l e m»estut relever 52 6 l , 468 (vorroie), 901 ( l u i ) 63 86 119 129, 792 (penser) 791 1179 1380 143 144 Table 6 ( i i i ) ne m'en quier j a vanter 285 n'en quier or plus parler 410 ne vos s a i que doner 407 ne me sa i porpenser 408 ne vos chaut d'alrer 806 ont l'eve f e t corner 810 porr o i t dedenz entrer 945 le peUst regarder 1009 devons ore chanter 1022 ne savront mes aler 102 9 font l o r charroi entrer 1073 ont f e t t o t enserrer 1078 fetes nos en doner 1159 (iv) Le vers se termine par un adverbe e a i l charroi assez 949 l i c o n s e i l l a soe 1287 l i respont et soef 1300 a" s'escrient hautement 62 9 0 s a i l l e n t des tonneaus fors 1398 1'avoient lancie f o r s 1459 en giterent cent hors I46I i e n'en avoit i l mie 1095 ne f i n e r a i j e mie 1199 ce ne f e r a i ge mie ' 1450 (v) Le vers se termine par un nom ou par un a d j e c t i f  substantive 1 font fere dos escrins 979 ie me v e l t rendre l o i e r 433 me f i s t metre mon chief 569 en ot trente m i l l i e r s 664 ez vos Aymon l e v i e l l 678 n'a meillor chevalier 692 avale l e planchier 700 ne vaus tu un denier 704 l i rendez son l o i e r 716 en montent l e planchie 721 ch o i s i Aymon l e v i e i l l 734 avoit i l maint p r i n c i e r 762 mainnent t r o i s cenz somiers 764 Table 6 (iv) 180 e morra un de mes pers 76 me copa l e nasel 142 avale l e s degrez 414 departons noz c i t e z 528 n ' i ot onques sa per 846 fu Bertrans l'alose 868 dites nos v e r i t e z 1 1 5 ° me creverent l e nes 1240 a ne t'en sera i garant 588 que i l ne pert l e sens 613 avras tu une grant 619 avez or beaus enfanz 1132 6 n'etls un seul baron 186 .abati l o r seignor 198 l i mis l e confenon ^ 208 o n'ieres de c i estors 1390 u a i tue de faus Turs 268 i e p orroit prendre l a v i l e 92 7 n'en quel f i e est ta vie 1188 en Escoce est ma vie 1198 menrai ge mon empire 12 00 ee n ' i ont f e t arestee 1473 orent i l grant soldee I48O en vet l a renomee I482 ae vos en f i s ge une autre 162 ae se sont mises l e s lances 974 font fere dos ensaignes 975 (vi) Le vers se termine par un nom dans une expression  c i r c o n s t a n c i e l l e  i e t'en f u i o i e s a pie 235 en v i n t corant au sie 343 p l o r a i des eulz del chief 575 en avroiz sanz dangier 72 8 l e gietent e l vergier 749 e alez a vostre o s t e l 46 repaire a son hostel 50 en alez a l ' o s t e l 116 t ' a i servi comme ber 67 l e s menez en eel pre 287 vet tot en Damede 807 Table 6 (v). s'asieent au souper 811 passent Gardone au gue 1032 herbergent en un pre 1033 a vos metez en present 600 te metrai en present 6l6 6 me tenisse a bricon 210 o s'en vienent a esforz 1402 ee sont venu a un vespre 786 ( v i i ) Le vers se termine par un pronom e . einQdis pense por e l 796 6 en ocis set des l o r 197 ( v i i i ) Le vers se termine par un a d j e c t i f 6 vetssiez maint poing clos 1391 Tables 7 et 8 182 TABLE 7 Hexapodie de fonction vocative classees d'apres leur assonance i e nobile chevalier l e c h i e r r e , pautonier 3 3 7 , 751 395 e de France l e barne franc chevalier membrez 637 855 Gu i e l i n et Bertran beaus amis marcheant TABLE 8 598 1121, 1124, 1135 Les hexapodies en apposition avec un nom ou un pronom situe dans l a tetrapodie i e l e marchis au v i s f i e r l e glorieus del c i e l 3 9 9 , 761. 679 663, ( l i ) , 676 798 e l e marchis au cort nes l a seror l'amire beau r o i s de majeste de Faloise l e ber l e cuvert parjure 5 , 522 993 1017 1303 533 a f i l l Bernart de Breban son pere de Brebant eel prudome avenant 5 9 6 , 612 1117 1130 (Brebant) i e l a f o r t c i t e garnie un chevalier nobile 904 918 T A B L E 9 183. Hexapodie sujet d'un verbe situe dans l a tetrapodie ( i ) Le vers se termine par un nom _ i t r o i s m i l l e f e r v e s t i 321 i e dos mile chevaliers dui mile chevalier l i marchis Berangiers un c o r t o i s h e r i t i e r l e c o r t o i s chevalier 225 332 362 365 550 mi per a losangier plus de quinze m i l l i e r l i r o i s de son d e s t r i e r Guillelmes l e guerrier 95 230 351 684, e Sarrazin et Escler 515, l i mestre bacheler 1238 Guillelmes au cort nes 847 a G u i e l i n et Bertran Sarrazin et Persant 595, 632 dan Bernarz de Brebant 630 0 Francois et Borgueignon 205, t r o i s mile compaignon 310 ae Guillelmes Fierebrace 1103 ae l i soldoier de France 977 ( i i ) Le vers se termine par un ad.iectif i e c i l baron chevalier 3 9 8 , e c i l baron naturel l i v i l a i n s que senez 532 897 a l i culvert souduiant 1407 ( i i i ) Le vers se termine par un adverbe i e dans Guillelmes a r r i e r 733 184 TABLE 1 0 L'Hexapodie complement d'objet d i r e c t Le vers se termine par un nom ou par un ad.jectif sub stantive glouton ne losengier dans r o i s , molt grant p i t i e de Rome mestre f i e et cortoise m o i l l i e r un g e n t i l chevalier v a i l l i s s a n t un denier l e brant f o r b i d'acier de France un quartie l e glorieus del c i e l Guillelme l e guerrier a vous de chevaliers l a corone del chief Espaigne l e regne Nymes cele c i t e deniers et heritez ne l a n c i e ne rfle et l a bouche et l e nes et g u e i l l e s et baudrez sainte crestientez tot l e marbrin degre uns merveilleus s o l l e r s seissante de voz pers riens de tes heritez venoison de sengler l e s bues par poeste seulement de parler marcheant par verte l e s biens et les ahans et Harpin et Otrant G u i e l i n et Bertran l e mal paien Otrant tot l e vostre talant l e plus chier garnement Richart l e v i e l , l e ros de riche venoison 754 239 2 5 1 3 4 6 696 2 5 4 , 356 384 576 7 8 0 2 4 1 4 3 $ 4 5 0 , 4 8 1 4 8 3 645 946 1 0 1 0 1 0 2 4 12 54 991 2 8 0 290 812 953 1 1 7 0 1 3 6 3 603 1114 112 9 4 9 6 5 8 4 , 1 1 4 6 193 219 3 3 4 , 4 0 2 592 (commant) d'Espaigne toz l e s porz et des espiez granz cops des navrez et des morz s i s j o r s r e s p i t de mort 491 1432 1 4 0 0 1 4 5 6 Table 10 ( i i ) 185. u xe ee ee ae ae oe ue v a i l l i s s a n t un festu l e vermeil de l'escu Mahomet et ses ydres l o r plet et l o r concile s i r i c h e menantie v a i l l a n t une denree et Marie sa mere cl e r c ou abe ou prestre France et l a Chapele et B e r r i et Auvergne paveillons et herberges et l e s riches herberges et Monferent a destre dos mil homes a armes de marcheanz grant masse s i granz s o l l e r s de vache Jhesu l»esperitable en aucun leu chanoine tante bele jovente cest mauves r o i de France v a i l l a n t un f e r de lance et l e s bues et l e s tones Valsore et Valsure 258 270 1097 1099 1187 1478 i486 167 783 785, 832 787 834 833. 1048 1060 1329, 1336 (mes) 774 168 273 276 277 958 501 ( i i ) Le vers se termine par un ad.jectif i e un denier monnoie e maint f o r t estor champel v a i l l a n t un oef pele deniers et argent c l e r l o r f o r z escus bouclez trestoz l e s piez froe et sommiers toz gastez et g u e i l l e s bien fermez 536 68 427 654 862 994 102 6 1237 % Vasettre l a grant 494 mon oncle molt dolant 606 un chevalier v a i l l a n t 1413 l o r d e s t r i e r s auferrant 1415 l e s f o r z escuz pesanz 1417 l e s f o r s espiez tranchanz 1418 un estor e i n s i grant 142 3 Table 10 ( i i i ) 186, u l e s bons chevaus crenuz 263 ee mes chauces emboees 1345 ee et gai'ne molt bele 1041 une jument molt f o i b l e 1042 ae une colee large 172 jae tante mere dolante 274 ue l a pute gent tafure 511 ( i i i ) Hexapodie dans un vers du type : "Et d i t Bertrans:..«" i e S i r e Bertran, beaux nies 428 e A maleiqon De 421, 470 (beneiQon) 1 8 7 . TABLE 1 1 Hexapodie complement d'objet i n d i r e c t eel chastel, eel c i t e z 37 as povres bachelers 6 4 1 , 6 4 9 de Guillelme au cort nes 1 2 1 0 del grant estor champel 134 de l»Alemant Guion 2 03 de l a grant ost Oton 2 1 3 du cuvert orgueillous 1 8 3 d»une f i e r e b a t a i l l e 157 TABLE 12 188 Hexapodie a t t r i b u t ou complement de nom A. Hexapodie a t t r i b u t de nom ( i ) Le vers se termine par un nom i e I c i l a nom l e p e t i t Berangier 366 C i l dui estoient l i mestre limonier 1278 e Por ce m'apelent Guillelme au cort nes 147 Onques ne f u i t r i c h i e r r e s ne avers 1173 J i Mi ami estes et mi prochain parent 599 ee S i est por voir dant Aymeris mon pere 1347 ae S i a i ge nom Guillelme Fierebrace 1338 ( i i ) Le vers se termine par un a d j e c t i f , ou par un p a r t i c i p e a valeur a t t r i b u t i v e i e L i estors fu merveilleus et pleniers 350 Cele part vint corant tot e s l e s s i e 355 e Chevalier furent de nouvel adoube 25 Et tant vos estes t r a v e i l l i e z et penez 42 Nous l e ferons corrocie et i r e 1266 Ne serai mes ne soupe ne digne 1370 ai L i estors fu et merveilleus et granz 1402 o L i estors fu et merveilleus et f o r z 1431 i e Molt mielz en fust et amee et cherie 1321 B. Hexapodie complement de nom( ( i ) Le vers se termine par un nom j§ Seignor estoient de l a bone c i t e 1082 Seneschaus i e r t l e r o i de l a c i t e 1249 i e Est en l a terre de mon seignor saint G i l e 1093 ee Un chapel ot de bonet en sa teste IO46 ae Perron i ot, e n t a i l l i e de vert marbre 1102 Table 12 ( i i ) 189. ( i i ) Le vers se termine par un a d j e c t i f e F i l z sont a contes et a princes chasez 24 Vez c i l e s marches de l a gent criminel 850 Ceingnent espees a ponz d'or noielez 860 Montent es seles des destriers abrivez 861 Une cote ot d'un burel enfume 990 o I c i l i e r t peres au Normant orgueillous 194 i e Ainz i e r t l a l o i de l a gent paiennie 1096 Ce d i t Guillelmes a l a chiere hardie 1441 ue Donez moi Nymes 0 l e s granz tors agues 502 ( i i i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e determinant l e nom e Lors chevauchierent et rengie et serre 829 De l a v i l e issent et rengie et serre 864 (iv) Le vers se termine par un adverbe P r i s ot dos cers de prime gresse assez 19 190. TABLE 13 Hexapodie c i r c o n s t a n c i e l l e ( i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f ( i e Molt me dona a boivre et a mengier , 551 e Tienent oiseaus . por l o r cors deporter 2 6 Molt t * a i s e r v i par nuit de tastoner 65 ( i i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e i e La j o u s t a i ge a set mil enforcie 240 .a II l e s apele hautement en oiant 597 ( i i i ) Le vers se termine par un adverbe i e Tu me donas de gre et vo l e n t i e r s 222 L i r o i s l i done de grez et volantiers 672 6 C i l o i s e l chantent belement et soe 16 ja Paien s'adoubent maint et communement I4O8 Des hostieus issent, l e s escuz t r e t avant 1411 Et c i l i montent tost et isnelement I4I6 "Monjoie!" escrlent et derriere et devant 1420 (iv) Le vers se termine par un nom i II n'a nul home en tr e s t o t cest pais 106 Prenez l a terre au Borgoing Auberi 318 i e S i s'en f o u i comme coart l e v r i e r 3°1 Pren dont l a te r r e au marchis Berengier 330 Or vos d i r a i del marchis Berengier 340 C i l l e s e r v i longuement sanz dangier 347 Ce ne f e r o i e por tot l»or desoz c i e l 397 Ge nel f e r o i e por tot l»or desoz c i e l 544 Et vos que chaut de mauves reprovier 539 Alez, beau s i r e , au glorieus del c i e l 673 Alez, beau s i r e , a Damedieu del c i e l 758 Mort l e trebuche devant l u i a ses piez 74^ Ge ving encontre por guerre l e congie 221 Ja f u i l nez enz e l v a l de R i v i e r s 341 I l l u e c chal l'empereor au pie 344 Ja n * i montast a nul jor desoz c i e l 352 Table 13 ( i i ) 191. i e La f i s t t e l pare Puis descendi Ainz 1 * a c r o i s t r a i Ce fu au tens Puis me mena Bien m'a servi T r o i s f o i z l e bese e L i trongon chlent II ne sont mie S i proiera Vos doin ge, s i r e , S i l i aportent Oiez, seignor, Vos d i r a i ge Ce fu en mai, La combati Nos i r o n l a Or ni'en revois Et i l i vienent Ge nen i s t r a i II en mbrront Ge l a vos doing Ainz l a dorrai comme as chiens l e sanglier 357 de son corant d e s t r i e r 358 au fer et a l ' a c i e r 546 a feste saint Michiel 548 aval en un c e l i e r 558 au f e r et a l ' a c i e r 693 par molt grant amistie 724 au r o i devant l e nes 128 en l a crestiente 283 por l a crestiente 827 a volantiers et de grez a mengier a plante por Deu de majeste vola n t i e r s et de grez e l novel tens d'este vers Corsolt l'amire et a l a mere De por rec l o r r e mes blez sanz plus de demorer huimes de l a c i t e a m i l l i e r s et a cenz par i t e l convenant t r e s t o t a mon tala n t 475 932 1205 1233 14 136 825 892 937 II63 634 586 626 6 S i l e l o a i Gel -te rendi Prenez l a terre Apres fu mort 0 "Monj'oie!" escrlent S i l e r e t i n t Puis l i a d i t u Et vos servoie _ie Di moi, v i l a i n , Ele n'est pas Mon change f i s S ' i assembloient Or s i m'en vois Puis m'en revieng ee Guillelmes d i s t Mar fu b a i l l i e e , Tantost monterent II s'en reperent a un pel com felon a Paris en ta cort au preu conte Foucon par dedenz t a grant tor par merveilleus esfors par l e mantel del c o l hautement a dos moz par chans et par paluz des estres de l a v i l e d ' o r g u e i l l ne de f o l i e e l regne de Venice de par tote l a v i l e de v o i r en Lombardie de 9a devers Galice 190 199 309 200 1399 1435 1436 264 908 1088 1202 1100 1191 1195 en bas, a recelee 1344 par l'apostre saint Pere 1350 sanz nule demoree 1472 a r r i e r e en l o r contree I 4 8 I ee Ceint un baudre un borj"ois de l a terre 1040 Table 13 ( i i i ) 192. ae Veez l e vos a ces granz peaus de martre 160 Tu fus a terre lone tens en ton estage 165 Or alez donques au mestre guionnage 1069 * Guillelmes vient t o t d r o i t en une place 1101 Mai fu b a i l l i e e , par l'apostre saint Jaque 1343 ue Chevaucherai au soir et a l a lune 509 (v) Le vers se termine par un ad.jectif i e Bien l e connui au bon heaume vergie 244 6 A pie descent soz l ' o l i v i e r rame 53 a S i r e , nos somes d'Angleterre l a grant 1122 Que t u i t ne soient en l a place morant I428 b Trois f o i z l e sone en g r e l l e et en gros 1394 ee Vet s'en Guillelmes o sa compaigne bele 782 19-3 TABLE 14 Decasyllabe a un temps compose, avec 1 ' a u x i l i a i r e dans l'hexapodie ( i ) Le vers se termine par un p a r t i c i p e i e Bien l i a ore son vivre r e t a i l l i e 403 S i l ' a i par force leve et essaucie 430 A l o r pooirs d*armes a p a r e i l l i e 665 Ci s t a premiers vostre erre chalengie 718 e Assez i ai ol* et escoute 35 Ja vos sera otroie et grae 473 Bien l i a ore son v i v r e recope 537 Encor n'en a i un j o r n e l aquite* 640 S i ont l e s t e r t r e s et l e s monz trespasse 830 Est, va, encore toz mes charroiz entrez 1177 Entor l u i sont Sarrazin amasse 1310 b Por quoi as tu l e r o i Harpin c i mort 1388 i e Por quoi n'as ore ta mesnie vestie 1319 Eingois sera ar r i e r e r e v e r t i e 1323 ee Or ont Frangois l a c i t e aquitee 1463 Ne ne s e r o i t ne prise n'empiree 1467 ( i i ) Le vers se termine par un nom i e Or m'a de France otroie l'un quartier 431 e S i l ' o t empli et tot rase de s e l 882 o Garde m'avez et s e r v i par amor 306 TABLE 15 194. Decasyllabe avec un i n f i n i t i f qui depend d»un verbe dans l a tetrapodie ( i ) Le vers se termine par un i n f i n i t i f i Encore ne set ne chaucier ne v e s t i r 325 i e Ge l i f e r a i toz l e s membres tranchier 711 I I s'en ala es prez esbanoier 554 Ge m'en i r a i en Espaigne e s t r a i e r 75° Ne l i petlsmes secorre ne a i d i e r 364 Ne l i faudront por l e s membres tranchier 667 Et s i vos doint sain et sauf r e p a i r i e r 675 Et s i l i doint tote Espaigne aquitier 695 Por quoi te paines de franc home jugier 737 Et s i te peines de moi molt empirier 739 Ilueques f i s l e s barons enbuschier 228 Ainz l e devez lever et essaucier 439 l e i devez l a guerre commencier 717 La l e vei'smes o c i r r e et detranchier 363 Par ce commence l i maus a engreignier 104 e Et s i vos fetes gentement conraer 4 7 , 117 Font l e v i l a i n devant e l s arester 931 Fetes voz genz a r r i e r e retorner 951 A chascun font un grant mail aporter 970 Fetes ces bues tr e s t o t eel v a l aler 997 Et ge i r a i a LooJ^s parler 48 Vont.a Guillelme l e marchis demander 819 Son seignor v i t en presse mal mener 354 L i cuens se haste del charroi aprester 982 L»en te devroit l_toz l e s membres coper 899 Devant els font I'oriflanbe porter 865 Ojuar fetes, s i r e , trestoz cez bues ttler 1269 Ainz l e devez s e r v i r et hennorer 42 3 Huimes devons de dan Bertran chanter 988 Des or devons de Guillelme chanter 1034 Iluec v i t l»en tant heaume estanceler 867 Ja ne v e r r o i z demain midi passer II65 Ge ne s a i tant ne poindre ne bouter 999 Quar alons or a Looys parler 445 Assez vos puet cele terre doner 457 Des or vorra l e mengier conraer 1250 Mar osas hui r o i Harpin adeser I 3 8 5 ae Volt l a corone par devers l u i atrere 171 1 9 5 . Table 1 5 ( i i ) ( i i ) Le vers se termine par un nom e Puis me le s s i e r e n t aler a sauvete 1 2 4 1 et un vers ou 1 ' i n f i n i t i f vient dans l a tetrapodie: Et escorchier l e s f e t au bacheler 12 7 9 ( i i i ) Le vers se termine par un ad.jectif a Encore ne puis paine s o f f r i r s i grant o i l 196 APPENDICE III Les vers du type I I qui n'ont figu r e dans aucune table du chapitre I I I . ( i ) Deuxieme hemistiche complement d*agent; Haiz en f u i de son riche lignage 175 ( i i ) Deuxieme hemistiche locution verbale de sens progressif; Eincois en vet tot ades enpirant 2 99 ( i i i ) Deuxieme hemistiche epithete S i deving l e r r e s merveilleus por embler 1235 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104539/manifest

Comment

Related Items