Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Conflit et ideal dans le theatre de Henry de Montherlant. 1968

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1968_A8 M46.pdf
UBC_1968_A8 M46.pdf [ 5.6MB ]
UBC_1968_A8 M46.pdf
Metadata
JSON: 1.0104430.json
JSON-LD: 1.0104430+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0104430.xml
RDF/JSON: 1.0104430+rdf.json
Turtle: 1.0104430+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0104430+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0104430.ris

Full Text

CONFLIT ET IDEAL DANS LE THEATRE DE HENRY de MONTHERIANT by Douglass W. Marshall B. Com., Univ e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1948 B. A., University of B r i t i s h Columbia, 1957 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of French We accept t h i s thesis as conforming to the required standard, THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , 1968. In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree a t the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia, I agree t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and Study. I f u r t h e r agree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y p u r p o s e s may be g r a n t e d by the Head o f my Department or by h.ils r e p r e s e n t a t i v e s . It i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g or p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l n ot be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date Qk^Jj'^ \%j ABSTRACT The purpose of t h i s study i s to examine dramatic c o n f l i c t i n the plays of Montherlant and i t s r e l a t i o n s h i p with the author's philosophy which states that the main purpose of l i f e i s personal happiness. As a datum of the an a l y s i s , i t i s assumed that the happiness of the i n d i v i d u a l would increase i n proportion as the c o n f l i c t i n h i s l i f e were reduced, and conversely, that h i s happiness would decrease i n proportion as h i s con- f l i c t s were increased. The i d e a l l y situated i n d i v i d u a l , the happy i n d i v i d u a l , would be, therefore, he whose l i f e i s e n t i r e l y f r e e of con- f l i c t . The a n a l y s i s we make i s confined mainly to the p r i n c i p a l c o n f l i c t s of the plays (those i n which the protagonist i s the most important personnage) and examines these c o n f l i c t s from two b a s i c a l l y d i f f e r e n t points of view. The f i r s t considers the protagonist i n h i s c o n f l i c t with others (Chapters one, two and three) and the second examines the inner, psychological c o n f l i c t s of the same protagonists (Chapters four and f i v e ) . Chapter one views c o n f l i c t i n the plays as i t e x i s t s between men and women. In general, the protagonist i s a man whose i d e a l s are threatened by a woman. The outcome of t h e i r c o n f l i c t s follows a f a i r l y regular pattern which shows the former favoured a t the expense of the l a t t e r . In addition, i t i s seen that the only woman with whom a protagonist can be compatible i s she who e x i s t s e n t i r e l y f o r the man and who i s , i n e f f e c t , only an extension of h i s own personality. In Chapter two, we deal with the c o n f l i c t s between protagonists as fathers, and t h e i r c h i l d r e n . Generally, the c o n f l i c t s revolve about the e f f o r t s of the father to force the c h i l d to conform to moral standards s p e c i f i e d by him, and although the protagonist r a r e l y succeeds i n h i s e f f o r t s , the c h i l d almost always su f f e r s at the hands of h i s father. The only c h i l d r e n whom the fathers f i n d wholly worthy of respect are those who mirror h i s personality i n every way, and who even s a c r i f i c e themselves f o r him. The question of the protagonist i n c o n f l i c t with society as a whole i s discussed i n Chapter three. Montherlant sees society as composed of two kinds of people - on the one hand, the 'superior 1 i n d i v i d u a l s and on the other, the 'mediocre* masses. The protagonists of the plays are portrayed as 'superior' i n d i v i d u a l s . In t h e i r c o n f l i c t s with society, they are almost always successful except i n t h e i r c o n f l i c t s with the Church. Their success depends i n large part on t h e i r capacity to l i v e t h e i r own l i f e i n s p i t e of society, or to i s o l a t e themselves from i t . Chapters four and f i v e deal with the inner c o n f l i c t s of the pro- tagonists whose e x t e r i o r c o n f l i c t s have been discussed i n the f i r s t three chapters. Chapter four examines those protagonists who are aware of t h e i r inner c o n f l i c t s and who s u f f e r from them. In general these personnages have dramatically t r a g i c q u a l i t i e s which stem from t h e i r basic l u c i d i t y . None of them i s 'happy' as Montherlant would define happiness. In Chapter f i v e we consider the protagonists who are unaware of t h e i r inner contradictions or are i n d i f f e r e n t to them. Their blindness to themselves or t h e i r i n d i f f e r e n c e to the i n c o n s i s t e n c i e s which others see i n them are i n general, f a c t o r s which contribute to t h e i r happiness. Three protagonists emerge from t h i s group as being ' i d e a l ' , i n that, at the end of the plays i n which they are figured, they are completely free of c o n f l i c t of any kind, and are thus 'happy* i n the sense i n which Montherlant defines happiness. In the conclusion to our study we see that i n t h e i r external c o n f l i c t s (Chapters one, two and three) the protagonists i n general are p i t t e d against opponents who seem much weaker than themselves. For t h i s reason, the defeat of the opponent seems to emphasize the egoism and ruthlessness of the protagonist. On the other hand the inner s u f f e r i n g of some of these same protagonists mitigates i n large measure t h e i r t r e a t - ment of t h e i r opponents and indeed, some of them emerge as t r u l y t r a g i c f i g u r e s (Chapter f o u r ) . The f a c t that 'happiness' i n some protagonists (Chapter f i v e ) seems to depend not only on ruthlessness and egoism i n the protagonist as he deals with others, but also blindness or i n d i f - ference to h i s own f a u l t s and weaknesses, tend to make these l a t t e r protagonists appear somewhat monstruous. We conclude u l t i m a t e l y from our study of dramatic c o n f l i c t i n the theatre of Montherlant that while the plays are generally stimulating emotionally and i n t e l l e c t u a l l y , the moral value of the author's philosophy of personal happiness which underlies a l l c o n f l i c t i n h i s plays i s l i m i t e d from a humanitarian and s p i r i t u a l standpoint. TABLE DES MATIERES Page Introduction 1 Chapitre Premier C o n f l i t s Exterieurs: l'homme en c o n f l i t avec l a femme . . 9 Chapitre II C o n f l i t s Exterieurs: l'homme en c o n f l i t avec 1*enfant . . 24 Chapitre I I I C o n f l i t s E x t e r i e u r s : l ' i n d i v i d u en c o n f l i t avec l a societe 46 Chapitre IV C o n f l i t s I n t e r i e u r s : souffranees du protagoniste 62 Chapitre V C o n f l i t s I n t e r i e u r s : aveuglement et i n d i f f e r e n c e du protagoniste 84 Conclusion 102 Bibl i o g r a p h i e I l l (Les notes se trouvent a* l a f i n de chaque chapitre) Notes Le s i g l e PL renvoie aux 3 volumes de l a Plgiade: V o l . I, Essais, Vol. I I , Theatre, Vol. I l l , Romans et Oeuvres de f i c t i o n non thgatrales. Le s i g l e Gal. renvoie aux edit i o n s sgparges des oeuvres de Montherlant chez Gallimard. I wish to express my thanks to Miss Marguerite Primeau of the department of French, f o r her counsel, assistance, and encouragement i n the w r i t i n g of t h i s t h e s i s . CONFLIT ET IDEAL DANS LE THEATRE DE HENRY de MONTHERLANT INTRODUCTION Henry de Montherlant est ne a P a r i s en 1896 dans une v i e i l l e f a m i l i e a r i s t o c r a t e et catholique. Son enfance f u t d i r i g e e surtout par sa mere et sa grand*mere maternelle; on v o i t 1'influence de sa mere dans L ' E x i l , premier essai dramatique de l'auteur, e c r i t a l'age de 18 ans. Dans cette piece, l'auteur nous montre le c o n f l i t entre un jeune homme qui veut s'engager dans l'armge en 1914, et une mere qui s'oppose au d g s i r du f i l s par amour maternel. Jusqu'a quel point l e p o r t r a i t de l a mere de L ' E x i l ressemble a l a mere de Montherlant est discutable, mais de toute facon,. i l montre combien Montherlant est conscient du c o n f l i t qui peut se developper entre parents et enfants. Ce c o n f l i t trouve son expression l a plus poig- nant e dans F i l s de Personne (1943) et son epilogue, Demain i l f e r a jour (1949). Cependant, entre l a premiere guerre mondiale et l e s annges quarante, l'auteur s'est consacre presque exclusivement a 1'essai et au roman dans l e domaine l i t t e r a i r e . Le gout de 1'action, de l'aventure, et du danger est represents dans ses premiers ouvrages: La Releve du Matin (1920) sur l e s i n s t i t u t i o n s catholiques d'enseignement et Le Songe (1922) dont l e sujet p r i n c i p a l est l a guerre; Les Olympiques (1924), ouvrage consacre a l a g l o i r e du sport et de l'athletisme, et Les B e s t i a i r e s (1926) oeuvre dominee par l ' i n t e r e t passionne de l'auteur pour l a tauromachie. Les p u b l i - cations p r i n c i p a l e s des annees trente sont: Les C e l i b a t a i r e s (1934) dont l e s heros sont deux a r i s t o c r a t e s v i e i l l i s et presque sans 2 argent, qui ne peuvent s 1adapter a un systeme s o c i a l moderne base sur 1'argent; Les Jeunes F i l l e s (en quatre volumes publics entre 1936 et 1939), dont l e hgros Costals sert d'interprete aux idges de Montherlant sur l'amour et l e s femmes; Pasiphag, fragment d'une piece, Les Cr e t o i s , commencee quelques annges plus tot, mais jamais achevee. Pendant l e s annees quarante cependant, Montherlant s'est orients vers l e theatre. Le seul succes a r t i s t i q u e et c r i t i q u e de Le Reine Morte (1942) est assez pour g a r a n t i r 1'immortalitg de Montherlant comme dramaturge; mais en plus de La Reine Morte, i l a g c r i t une quinzaine (1) de pieces, presque toutes des succes: L ' E x i l (publiee en 1929 mais jamais representee sur l a scene), F i l s de Personne (1943), Un Incompris (1944), Malatesta (1946), Le Maitre de Santiago (1947), Demain i l f e r a jour (1949), C e l l e s qu'on prend dans ses bras (1950), La v i l l e dont l e prince est un enfant (1951), Port-Royal (1954), Broceliande (1956), Don Juan (1958), Le Cardinal d'Espagne (1960), et La Guerre C i v i l e (1964). Plus rgcemment, Montherlant a tgmoigng d'un i n t e r e t renouvele pour l e s formes l i t t e r a i r e s non-thgatrales avec Le Chaos et l a Nuit (1963), roman base sur l a guerre c i v i l e espagnole. Pourtant, Montherlant est l e mieux connu par son theatre, et c'est son theatre, a notre a v i s , qui est l e cote l e plus attrayant de son oeuvre pour l a raison suivante, donnee par l'auteur lui-meme: "... on se trompe quand on d i t que l e theatre, etant "ramasse", et devant montrer en peu de temps des caracteres, ne peut pas atteindre aux profondeurs d'analyse du roman ... cette a s s e r t i o n ... est fausse s ' i l s'agit d'un theatre qui v i s e a se rattacher aux 3 plus hautes formes connues .... ... i l me sembla longtemps que tout ce qu'un romancier d i s a i t en t r o i s cents pages pouvait etre d i t , au theatre, en quatre-vingts pages, avec l a meme force et l a meme e f f i c a c i t e V 1 (2) II nous semble done bon de consacrer cette these a. l'oeuvre th£atrale de Montheriant plutot qu'a son oeuvre non- thgatrale; et comme point de depart nous avons decide de baser nos jugements sur 1'analyse de 1*element fundamental de tout drame quel q u ' i l s o i t - l e c o n f l i t dramatique. Cependant, avant d'aborder 1'analyse du c o n f l i t dramatique dans l'oeuvre theatrale de Montherlant, i l importe de preci s e r l e s termes ' c o n f l i t ' et ' i d e a l ' - t i t r e de cette etude - et leur rapport l'un avec 1'autre en ce qui concerne l e s pieces de l'auteur. Larousse d e f i n i t l e mot ' c o n f l i t ' comme " l u t t e , antagon- isme", (3) et cette l u t t e , cet antagonisme impliquent au fond, 1'existence de deux forces opposees. Sur l e plan humain, ces forces resident s o i t dans l e caractere de l'homme, s o i t dans une s i t u a t i o n exterieure a l'homme. II en va de meme dans l e theatre. Le plus p r i m i t i f des c o n f l i t s dramatiques est c e l u i ou l e protagoniste s'oppose aux phenomenes na t u r e l s : l a mer, l e feu, 1'inondation. P a r f o i s , l e protagoniste l u t t e contre un autre personnage (l'antagoniste), ou l e personnage p r i n c i p a l , est depeint comme oppose a l a societe en bloc. Un quatrieme archetype du c o n f l i t dramatique est c e l u i ou deux, ou meme plusieurs tendances i n t e r i e u r e s au protagoniste s'opposent l'une a 1'autre. Dans l e theatre de Montherlant, aucune des pieces ne t r a i t e 4 du c o n f l i t de l'homme avec l a nature. Chacune a comme c o n f l i t drama- tique l'un ou p a r f o i s plus d'un des t r o i s autres archetypes - l e protagoniste en l u t t e avec un autre personnage, l e protagoniste en l u t t e avec l a societe, et l e c o n f l i t i n t e r i e u r . A part l a d e f i n i t i o n du mot ' c o n f l i t ' v i s - a - v i s des modeles du c o n f l i t dramatique qui se trouvent dans l e s pieces, i l faut considgrer l e c o n f l i t dans ses rapports avec l e s idges de l'auteur lui-meme, surtout avec l'idge q u ' i l se f a i t du bonheur. Dans La p e t i t e infante de C a s t i l l e , Montherlant e c r i t : " I I n'y a qu'un but, qui est d'etre heureux. Noblement ou pas noblement. Avec ou sans 1'admir- a t i o n des hommes. Avec ou sans 1'assentiment des hommes... Malediction sur tout ce qui n'est pas j o i e ... Que tout ce que j e pourrai e c r i r e par l a suite ... s o i t l u a l a lumiere de ce que j e di s la"(4) Le bonheur personnel est done un i d e a l qui t i e n t l a premiere place dans l a pensee de Montherlant. Tout probablement, i l en va de meme, consciemment ou inconsciemment chez tout etre humain, car tout depend de 1'interpretation qu'on donne au mot ' j o i e . ' La j o i e de l'ascete par exemple, est tout autre que l a j o i e de l'hedoniste. Selon l a d e f i n i t i o n de Montherlant, l e bonheur est une conception tout a. f a i t personnelle qui d i f f e r e d'un i n d i v i d u a 1'autre. A i n s i on trouve dans son theatre des personnages aussi d i s - parates que Don Alvaro (Le Maitzre de Santiago) et Don Juan (Don Juan). Chez c e l u i - c i , l'idge du bonheur s'exprime par l e l i b e r t i n i s m e , chez c e l u i - l a par l a renonciation. 5 Une autre c a r a c t e r i s t i q u e du bonheur selon l a d e f i n i t i o n de Montherlant, c'est que l e bonheur p a r f a i t d o i t etre un etat i d e a l - ce qui nous raene au deuxieme terme du t i t r e C o n f l i t et Ideal. Robert d e f i n i t l e mot 'ideal* comme "ce qui, dans quelque ordre que ce s o i t , donnerait une p a r f a i t e s a t i s f a c t i o n aux as p i r a t i o n s du coeur ou de 1*esprit."(5) Si l e bonheur est un etat i d e a l , et s i ce qui est i d e a l donne "une p a r f a i t e s a t i s f a c t i o n aux as p i r a t i o n s du coeur ou de 1'esprit.", i l s'ensuit que l e bonheur n'est possible que chez l ' e t r e qui s'est l i b e r e ou qui se c r o i t l i b e r e de tout c o n f l i t , quel q u ' i l s o i t . Four l a commodite de 1'etude done, nous voulons designer par l e mot 'ideal' un etat de bonheur p a r f a i t qui, selon l a d e f i n i t i o n de Montherlant c i t g e plus haut, implique 1*absence de tout c o n f l i t chez c e l u i qui r g u s s i t a l ' a t t e i n d r e . Les personnages 'heureux' dans l e theatre de Montherlant sont ceux qui ont a t t e i n t cet etat de bonheur i d e a l puisque l e denouement de l a piece l e s rgvele comme vi c t o r i e u x sur tous leurs adversaires et comme liberes de tout con- f l i t psychologique. Puisque Montherlant preche une philosophie du bonheur personnel, i l semble ironique que sa renommee s o i t basee, avant tout, sur des pieces ou predomine l a tragedie. S i 1'ambiance tragique de l a plupart de ses pieces r e f l e t e l e s croyances personnelles de l'auteur, on d i r a que bien que l e bonheur personnel s o i t un but de toute premiere importance, c'est aussi un etat tres rare; et c'est l a raretg du bonheur dans l e theatre de Montherlant qui nous i n c i t e en 6 premier l i e u , a tacher de l e trouver en analysant l e s c o n f l i t s drama- tique s. Neanmoins, puisque l a tragedie est l'un des elements fondamentaux du theatre de Montherlant, et puisque l a source de toute tragedie est l e c o n f l i t , notre analyse du c o n f l i t dramatique d o i t comprendre necessairement non seulement l e s facteurs qui c o n t r i - buent au 'bonheur' du protagoniste mais aussi ceux qui sont l a cause du c o n f l i t , l a cause du 'malheur' chez t e l ou t e l protagoniste. II y un autre probleme en ce qui concerne 1*analyse du c o n f l i t dans l e s pieces. Tous l e s principaux personnages dans l e theatre de Montherlant se trouvent en c o n f l i t avec des forces en dehors d'eux-memes. II s'ensuit que dans l e s pieces ou l e protago- n i s t e triomphe de 1'antagoniste, une question se pose concernant l a moralite des moyens qu'emploie l e protagoniste pour vaincre 1'antago- n i s t e , et s i ces moyens sont j u s t i f i e s du point de vue du lecteur, meme quand i l s seraient j u s t i f i e s du point de vue du protagoniste, et meme de l'auteur. Nous nous efforcerons done, d'analyser l e s c o n f l i t s d'apres le u r genre ( l e c o n f l i t exterieur et l e c o n f l i t i n t e r i e u r ) et en meme temps, d'en e x t r a i r e l e s causes de l ' e t a t de bonheur ou de malheur ou se trouve l e protagoniste comme r e s u l t a t du c o n f l i t . Nous nous efforcerons aussi de peser l a morale des personnages qui reussissent a vaincre leurs adversaires, et surtout c e l l e des etres 'idgaux' qui non seulement vainquent leurs adversaires, mais qui ne souffrent d'aucun c o n f l i t i n t e r i e u r a l a f i n de l a piece, e'est-a-dire ceux qui sont parfaitement heureux selon l a d e f i n i t i o n du bonheur que nous 7 donne Montherlant. Puisque tous l e s protagonistes ont en commun l e f a i t q u ' i l s sont en l u t t e avec a u t r u i ( c o n f l i t s exterieurs) et en meme temps, q u ' i l s revelent des contradictions dans leur propre caractere ( c o n f l i t s i n t e r i e u r s ) , nous etudierons l e s pieces sous ces deux angles principaux. Nous examinerons d'abord, l e s c o n f l i t s exterieurs de chaque protagoniste, puis l e s memes protagonistes seront discutes du point de vue de leurs c o n f l i t s i n t e r i e u r s ; l e s protagonistes qui sont conscients de leurs c o n f l i t s i n t e r i e u r s et qui en souffrent et ceux qui s'aveuglent sur leurs contradictions i n t e r i e u r e s , ou bien, y sont i n d i f f e r e n t s . Ceux d*entre l e s protagonistes qui se revelent a l a f i n comme l i b e r e s de tout c o n f l i t quel q u ' i l s o i t seront juges 'idgaux' au sens q u ' i l s auront a t t e i n t un etat i d e a l de bonheur t e l que d e f i n i par Montherlant. Notes sur 1'Introduction L'Embroc, piece breve, et basee sur une scene des Olympiques, ne f a i t pas p a r t i e de cette etude. Montherlant, "Notes de 1948 sur F i l s de Personne", PL Vol. II, p. 374. Nouveau P e t i t Larousse I l l u s t r g , L i b r a i r i e Larousse, Pari s , 1968, p. 241. Montherlant, La p e t i t e infante de C a s t i l l e , PL Vol. I l l , p. 648. Dictionnaire Alphabetigue et Analogique de l a Langue Francaise, Paul Robert, Societe du Nouveau L i t t r g , Paris, 1967, p. 864. CHAPITRE PREMIER CONFLITS EXTERIEURS: L'HOMME EH CONFLIT AVEC LA FEMME Presque l a moitie des quinze pieces editees de Montherlant ont comme c o n f l i t p r i n c i p a l l a l u t t e entre l'homme et l a femme. Ces pieces sont L ' E x i l , Un Incompris, La Reine Morte, Broceliande, C e l l e s qu'on prend dans ses bras, et Don Juan. Dans chacune, l e pro- tagoniste est un homme et l'antagoniste, une femme. Phi l i p p e de Presles se trouve en c o n f l i t avec. sa mere Genevieve de Presles dans ! L ' E x i l ; i l y a un disaccord entre Bruno et Rosette, jeunes amoareux, dans Un Incompris; La Reine Morte nous prgsente l e r o i Ferrante en c o n f l i t avec sa b e l l e - f i l l e , Ines de Castro; dans Broceliande, i l s'agit du c o n f l i t chez un couple bourgeois, M, P e r s i l e s et sa femme. Les deux dernieres pieces, outre qu'elles ont chacune un protagoniste masculin oppose a une femme ou a des femmes, ont comme element p r i n c i p a l du c o n f l i t , l e de s i r sexuel. Dans L ' E x i l , Un Incompris, La Reine Morte et Broceliande. ce qui frappe d'abord, en ce qui con- cerne l e c o n f l i t dramatique, c'est que 1'homme-protagoniste est voue a un i d e a l personnel q u ' i l c r o i t menacg par l a femme-antagoniste. Toute 1'intrigue tourne sur ces donnees centrales. Dans L ' E x i l , P h i l ippe de Presles, jeune homme de dix-h u i t ans, veut s 1engager dans l'armee pendant l a premiere guerre mondiale. II c r o i t que cette aventure e l a r g i r a sa connaissance du monde et l' a i d e r a a devenir un homme. Sa mere s'oppose a son de s i r par amour maternel, avec l e r g s u l t a t que Phi l i p p e ne s a i t pas s ' i l d e v rait f a i r e ce q u ' i l veut, ou bien tacher, par amour f i l i a l , de f a i r e ce 10 que veut sa mere, Un Incompris presente un jeune homme, Bruno, qui s a i t mauvais gre a sa bien-aimee Rosette d'etre toujours en retard a leurs rendez- vous. Bruno c r o i t que s i Rosette a v a i t du respect pour l u i et pour leur amour, e l l e s e r a i t a 1'heure. D'autre part, Rosette c r o i t que s i Bruno l'aimait profondement, i l l u i pardonnerait sa p e c c a d i l l e . Dans La Reine Morte, l e r o i du Portugal, Ferrante, est contrarie dans sa p o l i t i q u e par Ines de Castro, femme de son f i l s . II faut que l e r o i se decide a l a f a i r e tuer pour r a i s o n d'Etat, ou bien, a l a l a i s s e r v i v r e , sachant q u ' e l l e sera probablement reine un jour. Dans Broceliande, un gengalogiste annonce a M. P e r s i l e s q u ' i l descend de Saint Louis. Cette nouvelle donne a M. P e r s i l e s un i d e a l tout f a i t : i l est de l a noblesse. Plus tard, sa femme, irit£e par son a i r de s u p e r i o r i t y , et jalouse de son i d e a l , tache de dgtruire c e l u i - c i . Au denouement de t r o i s de ces pieces, l e c o n f l i t p r i n c i p a l se resout de facon a ce que l'homme protege son i d e a l contre l a femme: P h i l i p p e de Presles q u i t t e sa mere pour s'engager dans Parage, Bruno renvoie Rosette plutot que de supporter son manque de ponctu- a l i t e et Ferrante f a i t tuer Ines de Castro. Dans l a quatrieme piece, Broceliande, Mme P e r s i l e s r e u s s i t a det r u i r e 1'ideal de son mari, mais plutot que de v i v r e sans cet i d e a l , ce dernier se suicide. De meme que dans l e s pieces deja discutges, l e s protagonistes de C e l l e s qu'on prend dans ses bras et de Don Juan sont i d g a l i s t e s . Ravier, l ' a n t i q u a i r e de C e l l e s qu'on prend dans ses bras est voug a l'honnetete, moralement et professionnellement. Don Juan cherche toujours l a femme qui correspond a son i d e a l personnel de l a femme -et q u ' i l ne trouve que rarement. II t i e n t d ' a i l l e u r s a 1'ideal de 'rendre heureuses' autant de femmes que possible. Le c o n f l i t dans ces deux pieces est en outre complique par l e f a i t que l'homme - protagoniste se trouve a t t i r e sexuellement par une femme qui ne s'intgresse pas a l u i , ou par l e f a i t que l'homme ne s'intgresse pas a. une femme qui est a t t i r e e par l u i . Considirons d'abord l e cas ou l'homme veut l a femme, et ou l a femme ne veut pas l'homme. Dans C e l l e s qu'on prend dans ses bras, Ravier veut sgduire coute que coute une jeune f i l l e , C h r i s t i n e de V i l l a n c y . C e l l e - c i refuse d'abord ses avances. Enfin, e l l e y cede, par gratitude — Ravier, qui a des amis en haut l i e u , l u i promet d'aider son pere qui a des ennuis avec l a J u s t i c e . Du point de vue du protagoniste, l a conquete de C h r i s t i n e n'est pas tout a f a i t heureuse. Son i d e a l d'honnetete est a t t e i n t car Ch r i s t i n e se donne a l u i faussement, c'est-a-dire, sans l'aimer. Don Juan, d'autre part, a t t i r g dans une rue de S e v i l l e par une jeune f i l l e , Linda, ne r g u s s i t pas a l a sgduire plus tard, car e l l e n'arrive pas au rendez-vous f i x g . II est i n d i f f e r e n t a cette perte, car i l s a i t q u ' i l y aura bien d'autres femmes pour remplacer c e l l e s q u ' i l ne r e u s s i t pas a seduire. Dans l e deuxieme cas, c e l u i ou l'homme est l'o b j e t du des i r de l a femme, des c o n f l i t s p a r a l l e l e s existent dans chacune des deux pieces. Dans C e l l e s qu'on prend dans ses bras, Mile Andriot, confidente et amie de Ravier, est amoureuse de l u i mais l e nie avec vehemence. E l l e a u s s i , a sa maniere, est malhonnete avec Ravier, et l u i cause des ennuis. La Double Veuve de Don Juan est, pour a i n s i d i r e , l a caricature de N i l e Andriot, sauf qu'elle avoue ouvertement son amour pour Don Juan. Comme Mi l e Andriot, e l l e est de cette espece de femmes que, du point de vue du protagoniste, "on ne prend pas dans ses bras." Nous remarquons dans l e s pieces precedentes c e r t a i n s t r a i t s principaux. D'abord, l e protagoniste est, sans exception, un homme. C e l u i - c i est voue a un i d e a l personnel q u ' i l c r o i t menace par une femme. Dans l e s cas ou l e d e s i r charnel est l'un des elements du c o n f l i t , l'homme cherche c e l l e qui, pour sa part, n'aime pas l'homme, ou bien, l'homme n'aime pas c e l l e qui l e desire. Dans presque toutes le s pieces, l'homme r e u s s i t a maintenir i n t a c t son i d e a l malgre l e s menaces de l a femme. II n'y a que deux exceptions: ce sont Ravier dans ses rapports avec C h r i s t i n e et M. P e r s i l e s dans ses rapports avec sa femme. Ravier d o i t compromettre son i d e a l pour s a t i s f a i r e ses impulsions sexuelles qui sont, e'videmment, plus f o r t e s que son i d e a l . L ' i d e a l de P e r s i l e s est d g t r u i t par sa femme. En dgpit du f a i t que l a femme porte a t t e i n t e a 1'ideal de Ravier et a c e l u i de P e r s i l e s , dans chaque piece l'homme r e u s s i t a vaincre l a femme de facon ou d'autre, ou bien a se venger d ' e l l e . Dans L ' E x i l , La Reine Morte, et Un Incompris, l e triomphe de l'homme sur l a femme est evident. Mais dans Brocgliande, par exemple, y a - t - i l reellement un 'triomphe' sur l a femme? M. P e r s i l e s se suicide apres que sa femme l u i revele l a faussete de son i d e a l . Si l'on considere que l e but de Hme P e r s i l e s est de se dgbarrasser de son mari, on d i r a i t que c'est evidemment l a femme qui vainc l'homme dans cette piece. Mais l e but de Mme P e r s i l e s est plutot c e l u i de retrouver son mari, de qui e l l e se c r o i t separge parce q u ' i l se donne des a i r s en tant que descendant de Saint Louis, et parce q u ' i l l a t r a i t e d 1 i n f e r i e u r e . E l l e l u i d i t , apres l u i avoir rgvele l a faussetg de son i d e a l : " I I y a trente ans que nous vivons cote a cote .... Maintenant i l n'y a plus cet espace t e r r i b l e entre vous et moi. Nous rentrons dans notre p e t i t e v i e ..."(1) A mesure q u ' i l f r u s t r e sa femme dans son espoir de se rapprocher de l u i - ou meme s ' i l n'a pas 1'intention de l a f r u s t r e r - P e r s i l e s , mort, est v i c t o r i e u x sur sa femme. Dans C e l l e s qu'on prend sans ses bras, quoique Ravier doive compromettre son i d e a l a f i n de seduire C h r i s t i n e , et bien q u ' i l c r o i e q u ' e l l e ne l u i rendra pas l e moindre bonheur parce qu'elle se donnera par gratitude et non par amour, i l l a seduit. En d'autres termes, a part l e s complications psychologiques et morales des deux personnages, et au seul niveau de l a l u t t e sexuelle dans C e l l e s qu'on prend dans ses bras, c'est l'homme qui vainc l a femme. D'une fagon d i f f e r e n t e , Don Juan se montre superieur a l a femme parce que, quoique l i b e r t i n absolu, i l ne souffre point du refus d'une femme. En parlant de Linda q u ' i l ne r e u s s i t pas a seduire, Don Juan d i t : "Le pavg me l ' a donnee, l e pavg me l ' a r e p r i s e : que l a volonte de Dieu s o i t f a i t e . Quiconque a bien compris que toutes l e s femmes sont interchangeables t i e n t pour f o l i e , et f o l i e degradante de se battre pour en conserver une: i l l a cede a u s s i t o t qu'elle l u i est disputed."(2) 14 A i n s i Don Juan triomphe, ironiquement, de l a femme, dans l e domaine feminin l e plus puissant, c e l u i de son charme sexuel pour l'homme. II semblerait que, sous presque tous l e s angles, l'homme s o i t f a v o r i s e aux depens de l a femme. La plupart des c r i t i q u e s accusent Montherlant d'etre misogyne. C'est une accusation trop f a c i l e a f a i r e , et qui est en outre s u p e r f i c i e l l e , du moins, en ce qui con- cerne son theatre. Meme s i l'on considere que l e s protagonistes des pieces sont l e s porte-parole de l'auteur, i l est evident q u ' i l s ne sont pas misogynes tout court; car s i l'auteur temoigne de quelque chose a l'egard des femmes dans ses pieces, ce n'est pas de l a misogynie, mais p l u t o t de l a sup e r i o r i t y des hommes. De quelles facons l e s hommes s o n t - i l s superieurs aux femmes? En analysant l e caractere de chaque protagoniste, on v o i t d'abord, que l'homme est voue a un i d e a l q u ' i l tache de maintenir, coute que coute. Cette a t t i t u d e de l a plupart des protagonistes du theatre de Montherlant trouve son expression l a plus poignante dans l e personnage de M. P e r s i l e s l o r s q u ' i l d i t , apres que sa femme l u i f a i t savoir que sa 'noblesse' est i l l u s o i r e : "Avoir une gouttelette, une gouttelette infime du sang du r o i Saint Louis — - a condition de n'etre pas cinq ou quinze m i l l e a avo i r p a r e i l l e g o uttelette, - et en etre f i e r , et se metamorphoser a cause de c e l a , ce n ' e t a i t pas r i d i c u l e . Cela vous f o r c a i t a t e n i r d r o i t . Cela vous f o r g a i t a a g i r mieux. Cela vous c r e a i t des devoirs: C'est quand un homme ne se sent plus de devoirs q u ' i l est perdu .... Ce n' e t a i t pas l'idee que les gens se f a i s a i e n t de moi, c ' e t a i t l'idge que j e m'en f a i s a i s qui a v a i t tout transforms. J ' a i connu c e l a , une f o i s avant de mourir."(3) Ce qui est a souligner dans cette c i t a t i o n , c'est: "Ce n ' e t a i t pas l'i d e e que l e s gens se f a i s a i e n t de moi, c ' e t a i t l ' i d e e que j e m'en f a i s a i s , qui a v a i t tout transformed " En d'autres termes, 1'ideal de M. P e r s i l e s l u i donnait une raiso n d'etre. On pourrait trouver 1'ideal de M. P e r s i l e s sans importance et egalement ceux des autres protagonistes, mais a f i n de comprendre l a passion qu'a l e protagoniste pour son i d e a l , i l faut l e regarder, non du point de vue de quelque systeme externe, mais de son point de vue a l u i . A i n s i , P h i l i p p e de Presles dans L ' E x i l paraxt snob, p u g r i l , c r u e l envers sa mere, mais i l veut passionnement poursuivre son i d e a l . Son i d e a l personnel est plus f o r t que son amour f i l i a l . S i Genevieve de Presles en souffre, tant p i s . L'im- portant, c'est que Phi l i p p e d o i t poursuivre cet i d e a l . II en va de meme dans Un Incompris. On ne s a i t pas exactement quel est 1*ideal de Bruno. On ne s a i t de cet i d e a l que l e f a i t q u ' i l ne tol e r e pas le manque de ponctualite. Pardonner a Rosette, en d'autres termes, compromettre son i d e a l , est quelque chose que Bruno n'est pas pret a f a i r e , car i l ne veut pas etre doming par e l l e . II l u i d i t : "... tu cherches a m'imposer ton rythme de v i e , tu cherches a dominer sur moi, a me mettre au pas. Et c'est c e l a que j e me refuse a te pardonner."(4) Lorsqu'elle l u i o f f r e une prune, Bruno remarque q u ' i l y a un ver dedans. Rosette l u i d i t : "Pouahi J e t t e - l a . " Et Bruno de rgpondre: "Comme j e dois j e t e r notre amour parce q u ' i l y a dedans l e ver de tes retards. Tu v o i s , tu ne me d i s pas q u ' i l faut avaler et le ver et l a prune."(5) Si l a raison pour l a q u e l l e Bruno r e j e t t e Rosette p a r a i t i n s i g n i f i a n t e ou meme f o l i e , comme l e c r o i t Rosette, i l faut se souvenir que c'est du point de vue de Bruno qu'on d o i t considgrer 16 1'importance de 1'ideal dont i l s'agit. II d i t a Rosette, bien qu'elle ne comprenne pas: "Je perdrais doublement l e respect que j e me porte, s i j e continuals d'aimer dans l a f a i b l e s s e et l ' i n d i g n i t e . . . . Avoir honte de moi, et que ce s o i t t o i l a cause de cette hontej Je te perds, mais j e prefere mon malheur tete haute a un bonheur toujours humilie."(6) l a n d i s que dans Un Incompris et dans l e s autres pieces discutees, 1'ideal de l'homme est pour l u i l a chose l a plus importante, et sa rais o n d'etre, l e s ideaux. de Ferrante dans La Reine Morte n'ont plus aucune valeur p u i s q u ' i l ne c r o i t plus en eux. Quand i l e t a i t jeune, i l c r o y a i t a sa p a t r i e et en Dieu; i l esperait que son f i l s s u i v r a i t ses pas en matiere de noblesse et d'ideaux. Maintenant, a soixante-dix ans, tout s'est gvanoui. II v a c i l l e entre l a f o i en Dieu et 1*incroyance; i l ne c r o i t plus a l a raison d'Etat; i l ne c r o i t plus a l a noblesse d'ame de son f i l s qui, a ses yeux, est devenu "mediocre". Ferrante continue a a g i r cependant, comme s ' i l c r o y a i t pour de v r a i a ses ideaux. Ines de Castro l u i demande: "Est-ce qu'on peut tuer pour quelque chose qu'on ne c r o i t pas?" Ferrante repond: "Bien sur, c e l a est constant. Et meme mourir pour quelque-chose que l'on ne c r o i t pas. On meurt pour des causes auxquelles on ne c r o i t pas, comme on meurt pour des passions qu'on n'a pas et pour des etres qu'on n'aime pas."(7) A i n s i , bien que Ferrante ne c r o i e pas a l a raison d'Etat, i l f a i t tuer Ines, et donne, comme seule e x p l i c a t i o n de cet acte, l a 17 ra i s o n d'Etat: "Messieurs, dona Ines de Castro n' est plus. E l l e m'a appris l a naissance prochaine d'un batard du prince. Je l ' a i f a i t executer pour preserver l a purete de l a succession au trone, et pour supprimer le trouble et l e scandale qu'elle causait dans mon Etat."(8) Les v r a i e s raisons pour l e s q u e l l e s Ferrante f a i t executer Ines de Castro sont autres que c e l l e s q u ' i l donne a sa cour.(9) De toute facon, i l d i t q u ' i l l ' a f a i t executer pour un i d e a l , bien q u ' i l sache lui-meme q u ' i l ne c r o i t pas a cet i d e a l . Dans toutes l e s pieces done, 1'ideal de l'homme est de toute premiere importance en ce qui l e concerne. Comment l e s hommes-protagonistes v o i e n t - i l s l e s femmes qui menacent leur i d e a l ( f a i s a n t a b s t r a c t i o n des t r a i t s de l a femme qui ne menacent pas 1'ideal — par exemple, l e cote noble de Genevieve de Presles)? Du point de vue de Ph i l i p p e de Presles, Genevieve a, en ce qu'elle c o n t r a r i e son i d e a l , des a t t i t u d e s p r o p r i g t a i r e s sur l u i , et e l l e f a i t , sans vergogne, l a martyre l o r s q u ' i l essaie de se l i b g r e r . Dans Un Incompris, Rosette, du point de vue de Bruno, n'est n i malicieuse n i egoiste. E l l e est simplement stupide car e l l e ne peut pas comprendre l a passion qu'a Bruno pour:son propre i d e a l . II en va de meme dans Broceliande. Du point de vue de M. P e r s i l e s , sa femme a d e t r u i t son i d e a l par manque de comprehension plutot que par j a l o u s i e ou par malice. E l l e est de l a meme race que Rosette, sauf que dans l e cas de Mme P e r s i l e s , sa betise est plus v i r u l e n t e que c e l l e de Rosette. Dans C e l l e s qu'on prend dans ses bras, d'apres Ravier, C h r i s t i n e se donne a l u i faussement, car e l l e se donne par gratitude et non par amour* Autrement d i t , e l l e se prost i t u e et offense a i n s i 1*ideal de Ravier. D'autre part, Don Juan c r o i t que toutes les femmes sont p r o s t i t u t e s et qu'elles se prostituent parce qu'elles sont femmes. A ses yeux, l e s femmes sont naturellement i n f e r i e u r e s aux hommes. A i n s i , dans l e theatre de Montherlant i l semble que l e c o n f l i t entre l'homme et l a femme ne s o i t pas base sur l a seule misogynie, mais plutot sur l a supposition que l'homme est superieur a l a femme avec qui i l se trouve en c o n f l i t . Du point de vue du protagoniste, l a femme ne peut pas egaler l'homme s o i t parce qu'elle ne peut pas apprecier 1'ideal de l'homme, s o i t parce qu'elle n'a pas d'ideaux qui meriteraient l'estime de l'homme. Depeindre l a femme comme etant i n f e r i e u r e , n'est-ce pas l e moyen qu'emploie l'auteur pour donner l i b r e cours a l a misogynie dont on 1'accuse? II semble q u ' i l n'y a i t dans ses pieces que des caracteres de femmes stupides, peu sympathiques et quelquefois mechantes - du moins, du point de vue du protagoniste, sinon du point de vue du lecteur. De tous l e s principaux personnages feminins du theatre de Montherlant, Ines de Castro est probablement l a seule femme qui, se trouvant en c o n f l i t avec un homme, gagne 1'admiration de c e l u i - c i . ( 1 0 ) E l l e est consideree, d ' a i l l e u r s , par une grande p a r t i e des c r i t i q u e s , comme l a femme l a plus admirable du theatre de Montherlant. Louis Barjon, discutant l e p o r t r a i t de l a femme dans l'oeuvre de Montherlant, e c r i t : "... nous remarquions q u ' i l n ' g t a i t pas dans son oeuvre, a 1'exception d'Ines de Castro, un seul beau caractere de femme."(11) Ines de Castro est certainement, a beaucoup d'ygards, l a femme l a plus sympathique du theatre de Montherlant. Comme l e s hommes- protagonistes, e l l e est imbue d'un i d e a l et e l l e f a i t tout pour l e proteger. Son i d e a l a e l l e est l'amour, l'amour pour tout l e monde - son mari, son futur enfant, meme pour ceux qui peuvent l u i nuire. Bien que sa conception de l'amour ne s o i t pas entierement chretienne, i l faut y v o i r une i n t e n s i t y de volonte qui egale c e l l e des ideaux des hommes-protagonistes. Ines de Castro devrait done etre l a femme ide a l e du theatre de Montherlant, et a beaucoup d'ygards, e l l e l ' e s t . S i nous l a considerons du point de vue du protagoniste, i l est evident qu'elle ne repond pas a 1'ideal de c e l u i - c i . Son dyfaut, aux yeux de Ferrante, c'est d'etre l a femme de Don Pedro, et puisque c e l a c o n t r a r i e son i d e a l a l u i , Ferrante l a f a i t tuer. II faut done chercher a i l l e u r s l a femme ideale. Le pere Barjon d i t des autres femmes: "Aucune femme... n'est admiree ou estimee pour ses q u a l i t e s feminines. Les meres elles-memes nous sont toutes presenters comme des i d i o t e s ou des incapables."(12) II y a certes une v e r i t y i c i . Neanmoins, n ' e x i s t e - t - i l pas de femme dans toutes l e s pieces qui s o i t "admiree ou estimee pour ses q u a l i t e s feminines"? II faut d 1 abord demander par qui l a femme est ."estimee". Quant a l a q u a l i t y des femmes, t e l lecteur peut a v o i r des idSes tout a f a i t d i f f y r e n t e s de c e l l e s de t e l autre lecteur. II est nScessaire, encore une f o i s , de chercher a trouver l a femme idSale aux yeux de l'homme-protagoniste. Si l a femme y t a i t i d y a l e aux yeux de l'homme, i l s'ensuivrait q u ' i l n'y a u r a i t pas de c o n f l i t entre l'homme et l a 20 femme, n i que 1'ideal de l'homme s e r a i t menace par l a femme. Or, de toutes l e s femmes dans l e s s i x pieces dont i l s'agit, i l n'y en a que deux qui soient completement et sans reserve louables du point de vue du protagoniste. E l l e s sont L 1 I n f a n t e de Navarre dans La Reine Morte et Ana de U l l o a , amante de Don Juan. Aux yeux de Ferrante, 1*Infante s e r a i t l a p a r f a i t e femme pour son f i l s , Don Pedro. Mais i l 1'admire surtout a. cause des q u a l i t e s q u ' i l voudrait v o i r chez Don Pedro — — en d'autres termes, pour ses q u a l i t e s masculines. L'Infante, en outre, deteste l e s hommes en general. E l l e se ma r i e r a i t avec Don Pedro pour l a seule ra i s o n d'Etat. Ce n'est pas une femme que l e protagoniste puisse estimer pour ses q u a l i t e s fgminines. Ana de U l l o a r£pond completement aux exigences de 1'ideal de Don Juan. E l l e est disponible l o r s q u ' i l l a desire. E l l e n'est pas jalouse des autres femmes avec qui i l a des l i a i s o n s , et en e f f e t , e l l e 1'encourage a poursuivre d'autres femmes a f i n de se rendre plus heureux. Sa seule raison d'etre, e n f i n , est de f a i r e p l a i s i r a Don Juan dans tous l e s domaines. Ana de U l l o a est certainement, du point de vue du protagoniste, l a femme idgale dans l e theatre de Montherlant. En analysant l e c o n f l i t entre l'homme et l a femme,. on peut constater que, bien que le s c o n f l i t s soient passionnants au niveau dramatique, leur variete est plutot l i m i t e e . II n'y a pas de piece, 21 par exemple, ou l a protagoniste s o i t une femme, et ou, en meme temps, l'antagoniste s o i t un homme, II n'y a pas, non plus, de piece ou l a femme-antagoniste s o i t representee comme egalant l'homme- protagoniste en volonte et en ideaux, et ou e l l e s o i t , en meme temps, l' o b j e t du d e s i r amoureux de l'homme. II s'ensuit done, que tant que Montherlant n ' e c r i t pas de pieces ou ces deux contingences soient t r a i t e e s , i l n'est possible d'accepter 1'ensemble des c o n f l i t s dans l e s pieces deja editees n i comme representant l a r e a l i t e , n i comme representant l a pensee de Montherlant (car i l est tout a f a i t probable que l'auteur lui-meme a remarque ces lacunes dans son rep e r t o i r e theatral.) A i n s i , tandis que dans 1'ensemble ces pieces sont certainement s a t i s f a i s a n t e s au niveau dramatique, e l l e s ne l e sont pas au niveau i n t e l l e c t u e l . II se peut, naturellement, que Montherlant a i t decidg de ne pas e c r i r e de pieces qui, en e f f e t , repondraient a ce besoin i n t e l l e c t u e l , parce q u ' i l n'en a peut-etre pas l e gout. A cet egard i l n'y a r i e n dans son a t t i t u d e qui a i l l e au contr a i r e de sa propre philosophie du bonheur t e l l e qu'indiquee plus haut.(13) Les protagonistes des pieces discutees temoignent, eux auss i , de cette philosophie. A f i n d'etre heureux, i l s doivent rest e r loyaux a un i d e a l personnel. Leur bonheur, a l'Sgard de l a femme, s'a c c r o i t a mesure qu'elle respecte 1'ideal de l'homme, et diminue a mesure qu'elle ne l e respecte pas, ou bien, qu'elle ne l e comprend pas. Suivant 1'analyse precedente des protagonistes, l e s seuls qui soient 'heureux' sont Don Juan et Ph i l i p p e de Presles. C e l u i - c i q u i t t e sans remords l e foyer maternel a f i n de suivre son e t o i l e . Don Juan cherche son bonheur a un niveau completement sensuel, et pour cette raison, l'idge de l a mort qui s'approche gache sa v i e de l i b e r t i n . Son ennui - c'est qu 1apres sa mort, i l y aura des m i l l i o n s de femmes q u ' i l ne pourra pas 'rendre heureuses'. Neanmoins, tant q u ' i l v i t , Don Juan, a part l a question de l a mort, est l'un des hommes l e s plus heureux de toutes l e s pieces de Montherlant. II est i n d i f f e r e n t aux refus des femmes q u ' i l desire et se debarrasse facilement des femmes qui l e desirent mais q u ' i l n'aime pas. Pour comble de bonheur, i l a re u s s i a trouver une femme id e a l e , l a q u e l l e ne v i t que pour l u i , et qui n'a d'autre pensees que c e l l e s de rendre son maitre heureux. Le bonheur de Don Juan est au fond, totalement egolste. A f i n d'etre heureux, i l a besoin d'une femme qui s o i t l'exacte image psychologique de lui-meme. Ana de U l l o a repond parfaitement a ce besoin, car e l l e ne peut r i e n v o i r que du point de vue du protagoniste. Considerant l e s pieces dans leur t o t a l i t y et sans y peser l a question morale, l a ou i l s'agit de c o n f l i t entre l'homme et l a femme, le bonheur de l'homme, tout egolste q u ' i l s o i t , est de toute premiere importance. Si une femme menace ce bonheur, e l l e l e f a i t au risque des pi r e s consequences pour e l l e ; ce qui constitue "menace", c'est tout ce qui ne contribue pas au bonheur de l'homme. 23 Notes sur l e Chapitre premier 1 Montherlant, Broceliande, Gal., p. 145. 2 Montherlant, Don Juan, Gal., p. 71. 3 Montherlant, Broceliande, Gal., p. 139. 4 Montherlant, Un Incompris, PL Vol. I I , p. 416. 5 Ib i d . . p. 417. 6 Ib i d . . p. 420. 7 Montherlant, La Reine Morte, PL V o l . I I , p. 217. 8 Ib i d . . p. 232. 9 Ces raisons seront discutees dans l e s chapitres suivants. 10 Mariana, f i l l e de Don Alvaro du Mattre de Santiago, sera considered dans l e Chapitre Deux. 11 Barjon, Louis. Mondes d'Ecrivains - Destinies d'Hommes, Casterman, P a r i s , 1960, p. 181. 12 Ib i d . . p. 178. 13 See Introduction, p.4 CHAPITRE DEUX CONFLITS EXTERIEURS: L'HOMME EN CONFLIT AVEC L'ENFANT Dans l e theatre de Montherlant, i l y a cinq pieces ou l e f i l s ou l a f i l l e du protagoniste joue un ro l e important dans l e developpement de 1*intrigue et du protagoniste lui-meme: La Reine Morte, F i l s de Personne, Demain i l f e r a jour. Le Maitre de Santiago, et Don Juan. Puisque l'Abbe de Pradts, protagoniste de La V i l l e dont l e prince est un enfant est l e c o n s e i l l e r et l e guide s p i r i t u e l de ses eleves, i l occupe une place quasi-paternelle a leur egard. Pour cette raison, La V i l l e dont l e prince est un enfant sera t r a i t S e comme f a i s a n t p a r t i e du groupement des cinq pieces deja mentionnees. Dans toutes ces pieces, sauf Don Juan (qui sera considyrye plus l o i n ) , i l y a un c o n f l i t entre l'homme-protagoniste et l'enfant- antagoniste. Georges Carrion, heros de F i l s de Personne et de Demain i l f e r a lour est mecontent car son f i l s G i l l o u est mediocre socialement et moralement. Carrion voudrait v o i r chez son f i l s des qu a l i t y s plus nobles; i l tache inutilement de l e s implanter en l u i . De facon generale, Carrion temoigne d'un t r a i t c a r a c t e r i s t i q u e des protagonistes de toutes l e s pieces de Montherlant. II est imbu d'un i d e a l et i l essaie de f a i r e p r e v a l o i r cet i d e a l dans ses rapports avec a u t r u i . Dans La Reine Morte, l e r o i Ferrante a toujours eu comme i d e a l l e bien-etre de l ' E t a t et, de meme que Carrion, c e l u i de l a q u a l i t y humaine. L' i d g a l de Don Alvaro est l a puretS et l'union s p i r i t u e l l e avec Dieu. C e l u i de l'abbe de Pradts devrait etre sa 25 vocation, et plus specifiquement en ce qui concerne 1*intrigue de l a piece, l e bien-etre du college ou i l est prgcepteur et l a sante morale de ses eleves. Son i n t e r e t immediat cependant - c e l u i de gagner 1'amitie d'un jeune c o l l e g i e n , Serge Souplier - est tellement f o r t que l'abbe f i n i t par abuser, inconsciemment, de son devoir de pretre a f i n de l e poursuivre. Dans t r o i s des pieces - La Reine Morte, F i l s de Personne, Le Maitre de Santiago « l e c o n f l i t entre l e protagoniste et son enfant a l i e u parce que c e l u i - c i ne repond pas a 1'ideal moral du pere. Dans La V i l l e dont l e prince est un enfant et Demain i l f e r a jour, l e s elements du c o n f l i t exterieur entre l'homme et 1'enfant sont un peu d i f f e r e n t s . Des l e commencement de La Reine Morte, l e lecteur se rend compte q u ' i l existe un c o n f l i t entre l e r o i Ferrante et son f i l s Don Pedro. Aux yeux de son pere, c e l u i - c i est de mauvaise q u a l i t y : i l est mediocre; i l a des gouts v u l g a i r e s ; i l ne s'intgresse point au trone qui sera un jour l e sien. Les idgaux du pere — c e l u i de l ' E t a t et c e l u i de l a q u a l i t y humaine — sont a i n s i menaces par l a mediocrity du f i l s . Le c o n f l i t entre Don Pedro et Ferrante provient du refus de c e l u i - c i de se marier avec 1'Infante de Navarre - mariage que souhaite l e Roi pour des raisons p o l i t i q u e s . Non seulement Don Pedro ne veut pas mais i l ne peut pas se marier avec 1'Infante parce q u ' i l est deja marie. Le denouement du c o n f l i t s'accglere lorsque Ferrante apprend l a uouvelle de ce mariage. Georges Carrion, protagoniste de F i l s de Personne, admire en a u t r u i l a noblesse d"esprit et de caractere et est chagrin l o r s q u ' i l v o i t que son f i l s ne manifeste l a plupart du temps que des i n t e r e t s et des habitudes vulgaires. Le c o n f l i t fondamental de cette piece est entre l a volontg de Carrion de reformer son f i l s et l'i n c a p a c i t e de c e l u i - c i d'etre reforme. Dans Le Maftre de Santiago. Don Alvaro n'est conscient du c o n f l i t qui existe entre l u i et sa f i l l e que vers l a f i n de l a piece. Mariana est amoureuse d'un jeune homme mais l e pere ne consentira pas a leur mariage a moins que Don Alvaro n*accepte de f a i r e un voyage en Amerique pour r e t a b l i r sa fortune. Mariana est a meme de persuader son pere d ' a l l e r en Amerique, a i n s i assurant son mariage. ou de l e convaincre de ne pas f a i r e l e voyage. En ce dernier cas, e l l e sera obligee de renoncer au mariage et a ce qu'elle c r o i t etre son bonheur personnel. Comme rg s u l t a t du c o n f l i t entre Ferrante et Don Pedro dans La Reine Morte. Ferrante f a i t emprisonner son f i l s et f a i t tuer l a femme de c e l u i - c i . Dans Le Maitre de Santiago, Mariana renonce a son d e s i r du bonheur t e r r e s t r e a f i n de protgger 1'ideal de son pere. A l a f i n de F i l s de Personne. l e c o n f l i t entre Carrion et G i l l o u existe toujours, mais Carrion abandonne G i l l o u en l e l a i s s a n t accompagner sa mere au Havre. Demain i l f e r a jour presente l a suite du c o n f l i t entre Georges et G i l l o u ; mais l e c o n f l i t est pour a i n s i d i r e , s o l i d i f i g . Tandis que dans F i l s de Personne, Georges c r o y a i t q u ' i l pourrait un jour donner a G i l l o u quelque chose de ce q u ' i l y a v a i t en l u i ( l ) , des l e commencement de Demain i l f e r a jour, i l se resigne au f a i t que son f i l s est mediocre et q u ' i l ne peut r i e n f a i r e pour l e reformer. Un autre c o n f l i t dont l e s r e s u l t a t s sont l i e s au c o n f l i t fundamental entre Georges et G i l l o u provient du d e s i r de c e l u i - c i de s'engager dans l a Resistance a P a r i s vers l a f i n de l a guerre. Georges refuse d'abord de permettre a G i l l o u de s'y engager parce q u ' i l ne v o i t pas chez son f i l s un v e r i t a b l e i d e a l p o l i t i q u e mais plutot l a manifestation de son d e s i r d'imiter ses camarades, d'etre comme l e s autres. Du reste, i l c r o i t que G i l l o u risque d'etre tue inutilement parce que l a guerre est presque f i n i e et q u ' i l pourrait mieux s e r v i r sa p a t r i e quand e l l e a u r a i t besoin de l u i , c'est-a-dire apres l a guerre. Neanmoins, Carrion consent e n f i n a 1'engagement de G i l l o u , non par idealisme mais pour prouver a a u t r u i q u ' i l n'est pas collaborateur. Un f i l s dans l a Resistance s e r v i r a i t de garantie de purete p o l i t i q u e et de protection contre des r e p r e s a i l l e s possibles, une f o i s l a guerre f i n i e . A i n s i , tandis que G i l l o u semble 'vaincre' en ce q u ' i l sort du c o n f l i t avec ce q u ' i l veut « l a permission de s'engager - c'est Carrion qui en p r o f i t e r a . Dans ce t t e piece, 1'interet personnel du protagoniste est en jeu plutot que son i d e a l , mais de meme que dans le s pieces mentionnees ci-dessus, ou i l s'agit de 1'ideal du pro- tagoniste, c'est l e protagoniste qui triomphe e n f i n de 1'enfant, sur l e plan du c o n f l i t exterieur. Dans La V i l l e dont l e prince est un enfant, l e p r i n c i p a l c o n f l i t exterieur a l i e u entre l'abbe de Pradts et deux de ses Sieves, Serge Souplier et Andre Sevrais. Ceux-ci sont amis, et selon l e s regies du college, i l ne d o i t pas y avoir d'amities p a r t i c u l i e r e s . On est cependant assez l i b e r a l en ce qui concerne cette regie tant q u ' i l n'y a pas de danger moral pour l'un ou 1'autre des garcons. Dans l'amitie qui l i e Sevrais et Souplier, l'abbe c r o i t v o i r quelque chose de malsain, surtout pour Souplier, l e plus jeune des deux. II veut le s separer pour f a i r e p r e v a l o i r ostensiblement l e s regies du college, ( l e s q u e l l e s devraient etre l a co n c r e t i s a t i o n de l'un de ses ideaux personnels) mais plus specifiquement parce q u ' i l s'interesse p a r t i c u - lar ement a Souplier et q u ' i l est jaloux de Sevrais. Comme r e s u l t a t du c o n f l i t , l'abbe r e u s s i t a se debarrasser de Sevrais en l e f a i s a n t renvoyer du college. Comme l e Georges Carrion de Demain i l f e r a lour, l'abbe s a c r i f i e 1'enfant a son i n t e r e t personnel plutot qu'a ses ideaux. Dans toutes l e s pieces, 1'effet p r i n c i p a l du c o n f l i t homme- enfant, c'est que 1'ideal de l'homme ou bien 1'interet de l'homme, prevaut contre 1'ideal ou 1'interet d e l * e n f a n t . Au premier coup d ' o e i l , i l semble que l'homme agisse d'une facon dure, v o i r e c r u e l l e , a f i n de f a i r e p r e v a l o i r son i d e a l contre 1'enfant avec qui i l se trouve en c o n f l i t . Ce qui manque a ces hommes semble etre l e sentiment de l'amour paternel (ou son equivalent chez l'abbe de Pradts en ce qui concerne Sevrais). Si l'on pese l e sort du f i l s ou de l a f i l l e , c ette opinion para£t j u s t e ; Don Pedro sera inconsolable comme suit e de l'assassinat de sa femme; G i l l o u est mort a l a f i n de Demain i l f e r a jour; Mariana abandonne son d r o i t au bonheur t e r r e s t r e ; Andre Sevrais est oblige de q u i t t e r l e college qui est sa raison d'etre. Non seulement l e s hommes semblent cr u e l s mais i l s semblent presque monstrueux par leur volonte de v o i r 1*enfant se conformer a leurs exigences personnelles. D'autre part, considerons l a volonte du pere du point de vue du protagoniste lui-meme. Le pere qui aime 29 son enfant se f a i t un devoir d'etre dur pour l u i s ' i l c r o i t que 1'enfant en p r o f i t e r a pour s'amgliorer moralement. A i n s i , i l est parfaitement naturel chez Georges Carrion, par exemple, de ttcher de t i r e r son f i l s de ce q u ' i l c r o i t etre l a boue de l a mgdiocritg par des moyens que l'on considere d'habitude comme reprghensibles: l e denigrement, l e sarcasme, l a froideur. Sa femme Marie l u i reproche sa durete a l'egard de G i l l o u . "Un §tre humain n'est pas un verre, dont on reconnait a. une seule chiquenaude, s ' i l est de verre ou de c r i s t a l . . . vous etes bien severe pour votre enfant. "(2) Georges, qui a une conception de l'amour paternel qui ne permet aucune indulgence, l u i repond: "Pour qui serait-on severe, sinon pour son enfant?"(3) En d'autres termes, c'est parce q u ' i l aime G i l l o u et veut 1*aider que Georges n'est pas indulgent pour ce q u ' i l considere l e s f a i b l e s s e s morales et l a mediocrite de son f i l s - par exemple, son admiration des vedettes de cinema, son engouement pour l a lecture legere - et i l en souffre. "Mon f i l s est pour moi une c r u e l l e epreuve. Ma part l a meilleure et mon moi profond sont par l u i opprimes. Tout ce qui, a. mes yeux donne du p r i x a l a v i e , non seulement aux siens ne compte pas, mais est l ' o b j e t de sa derision."(4) Neanmoins dans F i l s de Personne, l e s valeurs que voudrait substituer Georges a c e l l e s de G i l l o u ne sont pas tres c l a i r e s , car on n'y v o i t reellement que quelques aspects de leur cote negatif. En e f f e t , Carrion est un mauvais precepteur en ce q u ' i l ne f a i t pas plus d ' e f f o r t s pour montrer d'une facon p o s i t i v e & G i l l o u ce qui "donne du p r i x a. l a v i e " , a i n s i que sa conception de l a q u a l i t e chez l ' e t r e humain, l a q u e l l e comporte tout ce q u ' i l ne v o i t pas chez son f i l s - un d e s i r de grandeur, l e besoin de se montrer au-dessus de l a mediocrity, l e raepris de ce qui est v u l g a i r e . Au con t r a i r e , jamais Carrion ne donne a son f i l s un bon l i v r e ; jamais i l ne 1'encourage a gcouter de l a bonne musique. II s'attend a ce que son f i l s reconnaisse par i n s t i n c t ou par des reprimandes frequentes ce qu'est l a 'qualite'. Quoi q u ' i l en s o i t , cependant, i l est im- portant de remarquer que l'amour paternel chez Carrion est ytroitement l i e a son i d e a l de 'qualite* et que sa durete pour son f i l s est, a ses yeux, j u s t i f i e e . La preuve en est que dans Demain i l f e r a .jour, Georges d i t q u ' i l n'aime plus son f i l s . II a abandonne tout espoir de l e f a i r e se detourner de l a mediocrite. A son a v i s , G i l l o u est mediocre pour de bon — " s o l i d i f i g dans l'insignifiance".(5) Carrion professe une i n d i f f e r e n c e t o t a l e envers l u i : "J'ignore ou j ' o u b l i e tout ce qui l e concerne. Combien i l est d i f f i c i l e de f a i r e comprendre aux etres q u ' i l s ne sont r i e n pour vousi ... Est-ce que vous Marie ne voyez pas mon regard d i s t r a i t , absent, ennuye, seulement quand vous me parlez de l u i ? Et que, tout ce que j e peux l u i montrer de c o r d i a l i t y et de g e n t i l l e s s e n'est que l e masque de cette indifference?"(6) En depit de ce q u ' i l d i t cependant, Georges se soucie de son f i l s . Bien q u ' i l a i t abandonne tout espoir de l e reformer, i l considere q u ' i l d e v r a i t au moins tacher de c o n s e i l l e r G i l l o u a cause du mauvais jugement habituel de c e l u i - c i . Lorsque G i l l o u veut s'engager dans l a Resistance, Carrion s'y oppose pour des raisons qui paraissent j u s t e s a ses yeux - l e danger, l e f a i t que G i l l o u pourrait mieux s e r v i r sa p a t r i e d'une facon d i f f g r e n t e - mais aussi parce que Carrion c r o i t que G i l l o u risque sa v i e pour etre comme l e s autres et non pour un sentiment noble. A i n s i *1'indifference' professee de Georges, l o r s q u ' i l refuse a son f i l s de l u i accorder l a permission de s'engager, n'est pas exactement 1*indifference pure, parce que c e l l e - c i implique 1*attitude d'un homme qui n'a pas de preferences. Carrion, au con t r a i r e , prefere que son f i l s n'agisse pas en mediocre bien q u ' i l sache q u ' i l est irrevocablement mediocre. Son souci cependant, n'est pas c e l u i de F i l s de Personne. Dans cette piece»la Georges v o u l a i t reformer G i l l o u parce q u ' i l l ' a i m a i t . Dans Demain i l f e r a .jour i l veut simplement proteger G i l l o u contre lui-meme, du moins, jusqu'au moment ou a r r i v e l a l e t t r e de menaces. A i n s i son a t t i t u d e envers G i l l o u dans Demain i l f e r a jour (jusqu'au moment de l ' a r r i v g e de l a l e t t r e ) se trouve a mi-chemin entre l e v r a i amour paternel et 1'indifference, et n'est marquee n i de sgveritg n i d'indulgence mais ressemble p l u t o t au simple devoir de n'importe quel pere qui tache de prevenir l e s gaucheries de son enfant. Pourtant, lorsque Georges permet a son f i l s de s'engager plus tard dans l a Resistance, c'est en f i n de compte par peur, element qui s'accorde mal a son i d e a l de 'qua l i t y * . I I en est t r e s conscient quand, vers l a f i n de l a piece, i l prgvoit l a mort de G i l l o u . Marie 1*accuse de lachety et d'avoir tue leur f i l s pour "se sauver l u i * meme."(7) Carrion ne nie pas sa lachety, mais rypond simplement, " I I e t a i t marque depuis toujours."(8) Georges reconnalt q u ' i l est lui-meme l a cause de l a mort de son f i l s , mais que cette mort et son propre r o l e comme cause i n d i r e c t e de cette mort etaient i n e v i t a b l e s , sinon predestines. A cet ggard, C a r r i o n est l'un des personnages l e s plus tragiques du theatre de Montherlant, Cet aspect de son caractere sera discute plus loin,(9) mais i l faut constater i c i que, d'apres l 1exemple de Carrion, l'amour paternel peut dggenerer jusqu'au point ou l e pro- tagoniste puisse s a c r i f i e r 1'enfant a u t r e f o i s aime. On trouve l e meme t r a i t chez Ines de Castro, mais beaucoup plus intense chez e l l e que chez Carrion, A l a diff e r e n c e de c e l u i - c i , dont l e s a c r i f i c e de son f i l s marque l a terminalson d'un c o n f l i t de plusieurs annees, Ines de Castro, bien que tout imbue d*amour pour ceux qui l'entourent, n ' h e s i t e r a i t pas a s a c r i f i e r son enfant p l u t o t que de l e mepriser. "J'accepte de devoir mepriser 1'univers e n t i e r , mais non mon f i l s , Je c r o i s que j e s e r a i s capable de l e tuer, s ' i l ne rgpondait pas a ce que j'attends de lui."(10) E n f i n , l e "Four qui serait-on severe sinon pour son enfant"(11) de Carrion n'est pas du tout un paradoxe, mais l e signe l e plus f o r t de son amour paternel. Le r o i Ferrante dans La Reine Morte a a peu pres l e meme probleme que Carrion en ce qui concerne ses rapports avec son f i l s . Don Pedro est mediocre aux yeux de son pere; mais a l a d i f f e r e n c e du Georges Carrion de F i l s de Personne, Ferrante s a i t bien que Don Pedro est mediocre et que r i e n ne peut l e changer, Nganmoins, f i d e l e a son i d e a l de l a q u a l i t y , bien q u ' i l n'y c r o i e que sporadiquement, i l a g i t envers Don Pedro comme s i c e l u i - c i e t a i t digne d'etre 'rachetg' Autrement d i t , Ferrante est toujours severe pour Don Pedro parce q u ' i l n'abandonne jamais l ' e s p o i r de l e sauver de l a mediocrity, malgre l e f a i t q u ' i l est convaincu que Don Pedro est irrevocablement mediocre* Ce c o n f l i t interne chez Ferrante sera discute plus loin,(12) mais i l s u f f i t i c i de remarquer que l'amour paternel de Ferrante ressemble pour l a plupart a c e l u i du Georges Carrion de F i l s de Personne en ce q u ' i l est c a r a c t e r i s e d'une severity envers son f i l s , l a q u e l l e est necessaire aux yeux du protagoniste pour reformer l a 'mediocrity'«, Dans Le Maitre de Santiago, l'amour paternel de Don Alvaro n'existe preque pas s i l'on compare son a t t i t u d e envers Mariana a c e l l e de C a r r i o n et de Ferrante envers l e u r s enfants* Pour Don Alvaro, 1*existence meme de sa f i l l e l u i est penible, tandis que l e s deux autres protagonistes ont du moins tSche de reformer l e u r s f i l s mediocres, Don Alvaro est d ' a i l l e u r s completement inconscient de l a noblesse d*esprit de sa f i l l e et ne l a reconnait chez e l l e que vers l a f i n de l a piece quand i l se rend compte que c'est Mariana elle-meme qui l ' a sauve, A ce moment-la, i l est emu par l e s a c r i f i c e de sa f i l l e . II est s i g n i f i c a t i f que Don Alvaro ne commence a aimer rSellement sa f i l l e qu'apres sa decouverte de ce s a c r i f i c e , Le s a c r i f i c e , d ' a i l l e u r s , repond exactement a 1'ideal de Don Alvaro, c'est-a-dire, a 1'ideal de l a purete, car i l d i t a Mariana: "Que tu a i e s aime l e f i l s de Don Bernal te p a r a f t r a un jour incomprehensible. Va, tu n'auras pas connu 1*infection de l'amour du male."(13) A i n s i l'amour paternel chez Alvaro ne va pas au dela des bornes de son propre i d e a l de l a purete; car l e bonheur personnel de Mariana ne semble guere en jeu, sauf qu'Alvaro c r o i t que l e renoncement de Mariana au mariage l a rendra plus heureuse que s i e l l e s ' e t a i t mariee. 34 L'equivalent de l'amour paternel chez l'abbg de Fradts dans La V i l l e dont l e prince est un enfant devrait etre son souci du bien-etre de ses Sieves. Quant a son c o n f l i t avec Sevrais et Souplier, et leur amitie p a r t i c u l i e r e , l'abbe s a i t que cette amitig va a l'encontre des regies du college. L'abbg l a t o l e r e cependant, parce que Sevrais, gleve modele, l ' a convaincu que son amitig pour Souplier est honorable et que l u i , Sevrais, a une influence sur Souplier qui l ' a i d e r a a s'amgliorer moralement et spirituellement, A l a surface des rapports entre l'abbg et Sevrais, i l est gvident q u ' i l ne devrait pas y a v o i r de c o n f l i t entre eux car tous l e s deux devraient avoir l e s memes idgaux - l e bien-etre du college et l e bien-etre de 1'gleve Souplier. Nganmoins, l ' i n t g r e t dont tgmoigne l'abbg pour Souplier, et sa j a l o u s i e de Sevrais l e menent a f a i r e coincider son i n t g r e t a. son i d g a l ( i l faut ajouter que c'est de facon tout a f a i t incon- sciente). Tandis q u ' i l paraft que l'abbg s a c r i f i e Sevrais a son i n t g r e t personnel, en r g a l i t g , l'abbg c r o i t q u ' i l l e f a i t renvoyer a f i n de f a i r e p r g v a l o i r son i d g a l - l e s regies du college. L'abbg n'est pas du tout conscient de son pharisa'ismeet ne se rend compte que plus tard q u ' i l est coupable (aux veux du Supgrieur du college) d'avoir abusg de son a u t o r i t g pour de mauvais buts. Cet aspect de son caractere sera discutg plus loin.(14) Nous voulons montrer i c i que l'amour paternel, ou plutot l e souci de l'abbg pour ses Sieves, ressemble a. c e l u i de Ferrante et de Carrion en ce q u ' i l est marqug de sgvgritg pour 1*enfant, et est l i g directement a 1'idgal (en ce cas, a l ' i n t g r e t ) du protagoniste. A i n s i , dans toutes l e s pieces, l a sgvgritg du pere envers 35 1'enfant est en grande p a r t i e l a mesure de l'amour paternel, lequel est a son tour lis a 1" i d e a l du pere. Cela semMe v r a i meme chez Ferrante qui est toujours severe pour son f i l s mais qui professe d'etre i n d i f f e r e n t a son egard. II s e r a i t d i f f i c i l e cependant, de le prouver, tant l e caractere de Ferrante est p l e i n de contradictions. II reste, nSanmoins, assez d'evidence pour montrer q u ' i l aime son f i l s a ses heures, et que malgre son in d i f f e r e n c e professee, i l voudrait toujours v o i r chez son f i l s un homme de 'qualite' au l i e u d'un etre 'mediocre'. II y a par exemple, ses paroles a Ines de Castro dans l'Acte I I I , ou c e l l e - c i l u i demande s ' i l aime encore Don Pedro. Le Roi l u i repond; "Mettons que j e l'aime assez pour s o u f f r i r de ne pas 1'aimer davantage,"(15) Ses paroles r e f l e t e n t a l a f o i s l'amour et l a s e v e r i t y ; mais ce qui est plus important, c'est qu'elles montrent que l'amour du Roi pour son f i l s n'est pas entierement mort. A i n s i , nous nous sentons j u s t i f i e en considyrant Ferrante comme f a i s a n t p a r t i e des protagonistes chez qui l a severity et l'amour vont de pa i r . D'autre part, l a 6a i l n'y a pas de syvyrity chez l e pere i l n'y a pas non plus de v y r i t a b l e amour paternel - Carrion dans Demain i l f e r a jour avant l a mort de G i l l o u , par exemple, et Alvaro dans Le Maitre de Santiago avant de se rendre compte du s a c r i f i c e de Mariana. Cela est v r a i meme chez l'abby de Pradts car Sevrais l u i - meme, sa victime, s'en rend compte quand, vers l a f i n de l a piece, et tout en voyant clairement l ' i n t y r e t de l'abby dans l ' a f f a i r e , i l est ygalement convaincu que c e l u i - c i a agi correctement en se montrant severe pour l u i , car sa syvyrity provient ygalement de son d y s i r de 36 proteger l e college. II explique son a t t i t u d e a l'un de ses pro- fesseurs. " C e t a i t assez n a t u r e l : j e genais son influence sur un eleve dont i l s'occupe particulierement. D*autre part, en donnant un rendez-vous a l a resserre, j ' a i commis une faute contre l a d i s c i p l i n e , pour l a q u e l l e i l est normal que j e soi s renvoye."(16) II semble que Sevrais accepte l a theorie que l a severity pour l e s enfants est une a t t i t u d e saine; mais on se demande s ' i l e x i s t e des enfants que l e pere pourrait aimer sans reserve et sans l a necessity d'etre severe pour eux. Evidemment de t e l s enfants auraient l e s memes ideaux que l e pere, ou bien, des idyaux qui myriteraient l'estime du pere. A beaucoup d'ygards, AndrS Sevrais rgpond a ces exigences. II est i d g a l i s t e . Son idyalisme va au dela de ses propres i n t g r e t s immediate car en apprenant q u ' i l l u i faut q u i t t e r l e college, et apres un moment de dysabusement, i l accepte l a d y c i s i o n de l'abbe. Sa noblesse d ' e s p r i t est evidente dans sa promesse de ne pas r e v o i r Souplier meme en dehors du college, car i l est convaincu qu'en f a i s a n t cette promesse i l a g i t pour l e mieux en ce qui concerne l e bien-etre de son ami. II paraft d ' a i l l e u r s que du point de vue de Montherlant lui-meme, Sevrais porte en l u i l e s marques de grandeur que l'auteur exige d'un f i l s imaginaire dans Une l e t t r e d'un pere a son f i l s , "Les vertus que vous c u l t i v e r e z par-dessus tout sont l e courage, l e civisme, l a f i e r t e , l a droiture, l e mgpris, l e desintyressement, l a p o l i t e s s e , l a reconnaissance, et, d'une facon generale, tout ce qu'on entend par l e mot de generosity."(17) Sevrais possede ces vertus; mais du point de vue de l'abby i l n'est pas 1"enfant i d g a l . Cependant, puisque l a matiere de l a piece nous f a i t c r o i r e que l'abbg ne v o i t pas c l a i r en lui-meme - q u ' i l est peu lucide en ce qui concerne ses rapports avec Sevrais et Souplier, i l est raisonnable de supposer q u ' i l r econnaftrait en Sevrais un garcon i d g a l s ' i l n ' g t ait pas aveuglg par son i n t g r e t personnel. Du point de vue du lecteur, Andrg Sevrais ne commet que deux fautes. D'abord, i l ne v o i t pas q u ' i l va a l'encontre de son id g a l ( l e college) en ayant une amitig p a r t i c u l i e r e , bien q u ' i l sache que de t e l l e s amitigs sont dgfendues o f f i c i e l l e m e n t , mais nganmoins tolgrges dans ce r t a i n s cas. II avoue cette erreur cependant, vers l a f i n de l a piece. L'autre faute de Sevrais, c'est q u ' i l i n s i s t e pour v o i r Souplier dans l a resserre du college malgre sa promesse a l'abbg de ne r i e n f a i r e pour compromettre sa confiance en l u i . Sevrais n'est pas malhonnete. En v g r i t g , i l f i x e l e rendez-vous a l a resserre en toute innocence. II ne doute pas de son Innocence meme quand Souplier, son cadet de deux ans, l u i suggere que leur rendez-vous dans l a resserre pourrait sembler suspect a. au t r u i . Souplier l u i d i t : "Je c r o i s q u ' i l vaudrait mieux que j e f i l e . Je ne.me sens pas en sgcuritg i c i . " ( 1 8 ) Sevrais l u i rgpond: "Que veux-tu qui a r r i v e ? Mettons qu'on nous trouve, on ne nous a pas dgfendu de nous v o i r a l'g c a r t , puisque de Pradts nous a l a i s s g s seuls dans son bureau."(19) Souplier comprend que l e raisonnement de Sevrais n'est pas j u s t e et i l l u i d i t : "Ce n ' g t a i t pas l a meme chose. Non, j e t'assure, j'aime mieux f i l e r . " ( 2 0 ) Ce qui est gtonnant chez Sevrais, ce n'est pas son innocence, mais son manque de logique en croyant qu'une reunion dans l e bureau de l'abbg, avec l a permission de c e l u i - c i , vaut un rendez-vous a l' e c a r t dans un l i e u peu frgquentg et a l ' i n s u de l'abbg. Meme a l a f i n de l a piece, Sevrais ne v o i t pas ce dgfaut dans son caractere. II se c r o i t lggitimement innocent; et i l l ' e s t sans aucun doute. II reste, cependant, l a f l g t r i s s u r e d'un c e r t a i n manque de perception dans son caractere et une naivetg que l'auteur lui-meme excuserait d i f f i c i l e m e n t . II s u f f i t de se rappeler l e s paroles de Ferrante a Ines de Castro l o r s q u ' e l l e l u i d i t avec j o i e : 11 Je c r o i s que toute femme qui enfante pour l a premiere f o i s est en e f f e t l a premiere femme qui met au monde."(21) Ferrante l u i repond: "Je n'aime pas l a naivetg. Je hais l e v i c e et le.crime. Mais, en regard de l a naivetg, j e c r o i s que j e prgfere encore l e v i c e et l e crime."(22) Si l a naivetg en so i est un dgfaut, i l s'ensuit qu'Andrg Sevrais n'est pas 1'enfant i d g a l . II va sans d i r e que G i l l o u et Pedro sont l o i n d'etre des enfants idgaux du point de vue de leur pere; et en e f f e t , i l n'y a qu'un seul f i l s de tout l e thgatre de Montherlant qui est i d g a l du point de vue du protagoniste. C'est Don Alcacer, f i l s de Don Juan. II est i d g a l parce q u ' i l ne contrarie en aucune facon l a volontg de son pere, et n'a d 1autre raison d'etre que c e l l e d'aider son pere en toute circonstance. Don Juan l u i d i t : "Toi cependant, l e plus malin d'entre eux [.mes batardsj tu as compris que ta destinge n'gtait n i l a Cour, n i l ' E g l i s e , n i l'armge, n i l e mariage putride et stupide. Tu as ta guerre qui est l a mienne."(23) En v e r i t y , Don Alcacer approuve sans reserve les ideaux de son pere et subordonne sa v i e entierement a l a sienne. Aux yeux du pro- tagoniste, Don Juan, son f i l s est done i d e a l . En ce qui concerne ses rapports avec son pere, Mariana ressemble un peu a Don Alcacer; mais tandis que c e l u i - c i est tout dgvoug a son pere, Mariana est partagee entre son d e s i r de se marier et son devouement a son pere. Au moment ou l a volonte de Mariana est l a plus f a i b l e , e l l e se c r o i t meme j u s t i f i g e en trahissant c e l u i - c i a f i n de gar a n t i r son mariage avec l e f i l s de Don Bernal. Plus tard pourtant, s'gtant repentie spontanement de son manque de loyautg, e l l e revele a son pere l e piege qu'on l u i a v a i t prgpare pour l u i f a i r e abandonner son i d e a l (c'est-a-dire pour renoncer a son i d e a l , pour voyager en Amgrique). Don Alvaro p e r c o i t immgdiatement que c'est Mariana qui l ' a sauvg; et pour l a premiere f o i s de sa v i e , ses yeux sont ouverts sur l a bontg innge de sa f i l l e . C'est l a premiere f o i s aussi q u ' i l sent un v g r i t a b l e amour paternel pour e l l e . Vers l a f i n de l a piece, i l l u i d i t : "Pardon, Mariana, pardon.' J ' a i pechg contre t o i bien des f o i s dans ma v i e , A prgsent, comme tout m'apparaitJ Aujourd'hui tu es nee, puisque aujourd'hui j'apprends que tu es digne qu'on t'aime,,.,"(24) Dans cette c i t a t i o n , i l est a souligner que Mariana n'a de v i e r g e l l e (du point de vue de son pere) que maintenant qu'elle s'est montrge digne d'etre aimge; et e l l e est digne d'etre aimge parce qu'elle a renoncg a tout pour l ' i d g a l de son pere, De son propre point de vue cependant, Mariana n'est pas heureuse car e l l e ne peut pas o u b l i e r l e bonheur auquel e l l e a renoncg. Lorsque son 40 pere l u i suggere de p a r t i r ensemble, l u i pour un monastere, e l l e pour un couvent de Carmelites, Mariana y consent, mais avec t r i s t e s s e . E l l e d i t : "Fartons pour mourir, sentiments et amour. Partons pour mourir."(25) Bien que Mariana ne semble pas heureuse d'abord, son pere est plus heureux q u ' i l n'a jamais gtg en ce qui concerne ses rapports avec sa f i l l e , car e l l e .rgpond exactement aux exigences de son i d g a l de l a puretg. Si Don Alvaro sert de modele, l e 'bonheur' du protagoniste v i s - a - v i s de 1'enfant se rgduit presque a l a formule par l a q u e l l e l'homme n'est heureux qu'a mesure que 1*enfant est l a r g f l e x i o n de son propre i d g a l , et malheureux a mesure que 1'enfant ne r e f l e t e pas son i d g a l . A i n s i Carrion et Ferrante sont l e s plus malheureux des hommes. L'abbg de Fradts n'est heureux que provisoirement quand i l p r o f i t e de son rang supgrieur dans l e college pour se dgbarrasser de Sevrais au nom de son i d g a l . S i disparates que soient leurs idgaux, Don Juan et Don Alvaro sont l e s seuls peres vraiment heureux puisque leurs enfants rgpondent a leurs dgsirs. Leur amour pour leurs enfants est cependant tres egoiste. L'ggoisme du pere-protagoniste n ' e s t - i l pas l a meme espece d'ggotsme qui se trouve chez l'homme-protagoniste dans ses c o n f l i t s avec l a femme? Considgrons l e s deux peres 'heureux' - Don Juan et Don Alvaro - et leurs enfants. Don Alcacer n'est admirable aux yeux de son pere que parce q u ' i l se voue entierement a l u i . II n'a d'autre existence que c e l l e de son pere et, a cet ggard, ressemble 41 a Dona Ana car e l l e aussi n'est qu'un m i r o i r ou l e protagoniste se p l a i t a se v o i r . Nganmoins, Alcacer est l'un des enfants ideaux des pieces - soulignons que c'est du point de vue du protagoniste - bien q u ' i l ne s o i t objectivement qu'un automate, A certains egards, Mariana aussi est un automate. E l l e f a i t e n f i n ce que son pere a t t e n d r a i t d ' e l l e , ajoutons, s ' i l y av a i t songe, car e l l e renonce au monde pour suivre 1'ideal de son pere. E l l e d i f f e r e de Don Alvaro et de Dona Ana en ce qu'elle f a i t son s a c r i f i c e pour son pere avec regret. Cependant, Montherlant a c h o i s i de l a rendre heureuse avant l a f i n de l a piece. Par ce qui paratt l ' i r o n i e du destin, mais qui est plutot l a volonte de l'auteur, c'est Mariana qui a t t e i n t l ' e t a t de grace que son pere cherche depuis s i longtemps, sans 1'avoir a t t e i n t reellement. Son moment d'extase est l'un des plus emouvants qui soient. j'apercois un Etre au regard f i x e , qui me regarde d'un regard insoutenable... 0 rose d'orj Face de lion.' Face de mielj Prosternee, prosternee' l e f r o n t a terre devant C e l u i que j e sens."(26) Don Alvaro reconnait tout de sui t e l a s i g n i f i c a t i o n de ce moment pour Mariana car i l repond: "Sang de mon sang, tu e t a i s meilleure que moi: en un.instant tu me depasses, tu v o i s avant moi ce que j ' a i tant reve."(27) Ce q u ' i l faut souligner i c i , c'est qu'Alvaro reconnait v o l o n t i e r s l a s u p e r i o r i t e de sa f i l l e , A i n s i , l'amour paternel de Don Alvaro a l a f i n de l a piece est marque d'une generosity d ' e s p r i t qu'on ne trouve pas chez Don Juan, Alvaro n'est point du tout jaloux de sa f i l l e qui l e dgpasse dans ce q u ' i l c h e r i t l e plus: son i d e a l de puretg. On peut d i r e , qu'en matiere de 'qualitg* (abstraction f a i t e de l a morale des deux enfants) c'est Mariana plutot que Don Alcacer qui est 1'enfant i d g a l du thgatre de Montherlant. E l l e est supgrieure au protagoniste aux yeux memes de c e l u i - c i , et e l l e est heureuse elle-meme par l e choix qu'elle a f a i t de renoncer a un bonheur gphgmere, Du point de vue purement technique, les c o n f l i t s entre hommes et enfants suivent un plan plus ou moins r g g u l i e r : l'homme est l e protagoniste, 1'enfant est l'antagoniste, tout comme l e s c o n f l i t s entre l'homme et l a femme, a i n s i que nous l'avons vu. Le c o n f l i t tourne sur l e s e f f o r t s du pere pour f a i r e conformer 1'enfant a ses idgaux personnels, ou bien a son i n t g r e t personnel. II y rg u s s i t d ' a i l l e u r s avec plus ou moins de succes. L'enfant souffre du r g s u l t a t du c o n f l i t , sauf peut-etre dans l e cas de Mariana dont l e sort semble plus heureux que c e l u i des enfants dans l e s autres pieces. On peut d i r e en ggngral, que l a l u t t e entre l'homme et son enfant est rgellement une l u t t e entre un f o r t et un f a i b l e . Ce jugement est en pa r t i e j u s t i f i g s i l'on considere q u ' i l n'y a pas de piece par exemple, ou l'homme protagoniste s 1oppose a un enfant qui s o i t aussi i d g a l i s t e que son pere, bien que tout a f a i t oppose a ses idgaux, et que son pere aime et admire en meme temps. II n'y a pas de piece non plus, ou une femme s o i t l a protagoniste et 1*enfant l'antagoniste. A i n s i , i l paraxt y avoir des lacunes dans l a va r i g t g des c o n f l i t s disponibles a. l'auteur. A cette c r i t i q u e , Montherlant repondrait peut-etre que ce qui l ' i n t e r e s s e n'est pas l e f a i t que l a l u t t e est entre inggaux, mais qu'une grande partie de l a tragedie du monde provient du f a i t q u ' i l y a des c o n f l i t s entre peres et enfants, tout comme entre l'homme et l a femme, Cette tragedie pourrait etre evitee d ' a i l l e u r s , s i 1'enfant se moulait d*apres 1'image de son pere. Cela est l e cas du moins chez l e s deux protagonistes l e s plus 'heureux' des pieces - Don Juan et Don Alvaro. Bien q u ' i l s aient a t t e i n t un bonheur personnel, ces deux protagonistes paraissent egolstes et meme monstrueux aux yeux du lecteur. L'amour paternel chez eux exige, semble-t-il, l a subordination t o t a l e de 1'enfant a 1'ideal du pere. Dans un seul cas cependant - c e l u i de Don Alvaro - l'egolsme du pere est enfin tempere d'une generosity d * e s p r i t qui manque aux autres protagonistes qui sont en c o n f l i t avec des enfants, et aux protagonistes qui sont en c o n f l i t avec des femmes. 44 Notes sur l e chapitre deux 1 Montherlant, Demain i l f e r a jour, -J?L Vol. I I , p. 706. 2 Montherlant, F i l s de Personne, PL Vol. I I , p. 319. 3 Ibid., p. 319. 4 Ibid., p. 318. 5 Montherlant, Demain i l f e r a jour, PL Vol. II, p. 706. 6 Ibid., p. 707. 7 Ibid., p. 745. 8 Ibid. 9 Voir l e chapitre IV. 10 Montherlant, La Reine Morte, PL Vol. I I , p. 244. 11 Voir l a note 3 ci-dessus. 12 Voir l e chapitre IV. 13 Montherlant, Le Maitre de Santiago, PL Vol. II, p. 654. 14 V o i r l e chapitre V. 15 Montherlant, La Reine Morte, PL.Vol. I I , p. 186. 16 Montherlant, La V i l l e dont l e prince est un enfant, PL Vol. I I , p. 918. 17 Montherlant, Service I n u t i l e , PL Vol. I, p. 724. 18 Montherlant, La V i l l e dont l e prince est un enfant, PL Vol. I I , p. 899. 19 Ibid. 20 Ibid. 21 Montherlant, La Reine Morte, PL Vol. I I , p. 223. 22 Ibid. 45 23 Montherlant, Don Juan, Gal., p. 120 24 Montherlant, Le Maitre de Santiago, PL Vol. II, pp. 651, 652. 25 Ibid., p. 655. .. . 26 Ibid,, p. 656, 27 Ibid, CHAPITRE TROIS CONFLITS EXTERIEURS: L 1INDIVIDU EN CONFLIT AVEC LA SOCIETE Dans l a preface a une e d i t i o n anglaise du Maitre de Santiago, Montherlant e c r i t : "Le drame du 'Maitre de Santiago' reside dans cette l u t t e entre l a passion d'un absolu et 1'effort que f a i t toute societe - f u t - e l l e r e l i g i e u s e - pour degrader tout absolu. Catholicisme, chevalerie, hispanisme sont, pourrait-on d i r e , l e cote anecdotique, secondaire et ephemere de mon sujet. Mais l e drame lui-meme se reproduira tant q u ' i l y aura des hommes de caractere et une masse d1hommes 'moyens' toujours liguee contre l e s hommes de caractere, c'est-a-dire tant que l'humanite existera."(1) Ce que d i t Montherlant sur Le Maitre de Santiago s'applique en general a toutes ses pieces ou l e c o n f l i t entre 1'individu et l a society est l'un des c o n f l i t s principaux. Dans ces pieces, l e pro- tagoniste est un homme ou une femme qui est hors du commun a cause de ses ideaux personnels, de ses moeurs sexuelles, ou a cause de ses croyances r e l i g i e u s e s peu orthodoxes. L'antagoniste est un homme ou une femme qui symbolise et qui manifeste des moeurs et des at t i t u d e s acceptees, ou bien, s ' i l s'agit du c o n f l i t r e l i g i e u x , l'antagoniste represente l'orthodoxie catholique. La source du c o n f l i t dans ces pieces, c'est que l e s deux especes d'etres - 1'ordinaire et 1'extraordinaire - sont mutuellement opposees, et l e sont, selon Montherlant, parce que l e s hommes 'moyens' sont "toujours ligues contre l e s hommes de caractere," L ' i n t r i g u e de l a piece, en ce qui concerne l e c o n f l i t exterieur au protagoniste, tourne autour des e f f o r t s que f a i t c e l u i - c i pour r e s i s t e r aux empie'te- ments de l'antagoniste. Dans La Reine Morte, 1'ideal s o c i a l qui s'oppose aux ideaux 47 du protagoniste est l e mariage pour l e seul bonheur personnel. En se mariant avec Ines de Castro, Don Pedro se montre indigne de son rang noble, aux yeux de Ferrante, car i l ne songe qu'a son bonheur personnel. D'autre part, Ferrante n'est pas misogame. II approuve le mariage de convenance entre son f i l s et 1'Infante de Navarre parce que ce mariage contribuera au bien-etre de l ' E t a t . A l'encontre de Ferrante, Don Alvaro, dans Le Maitre de Santiago; est i n d i f f e r e n t au mariage de sa f i l l e ; de plus, i l c r o i t que l e mariage est un Stat impur, ce qui ne s'accorde pas avec son id g a l de l a puretg. De meme que Don Alvaro, Don Juan n*approuve pas non plus l e mariage. Aux yeux de c e l u i - c i cependant, l e mariage est une i n s t i t u t i o n pernicieuse pour l'homme p u i s q u ' i l est l i b e r t i n par temperament. A i n s i , bien que leurs raisons de s'opposer au mariage soient tout a f a i t d i f f g r e n t e s l'une de 1'autre, et soient basges sur des idgaux d i f f g r e n t s , l e s protagonistes ont en commun le f a i t q u ' i l s ne considerent pas l e mariage comme une simple coutume so c i a l e et humaine mais plutot comme une manifestation des preoccupations de l'homme 'moyen'. D'autres gouts et d'autres i n t g r e t s des hommes 'moyens' se trouvent chez l e s antagonistes de F i l s de Personne, Demain i l f e r a jour, et Brocgliande. En ggngral, c'est l a v u l g a r i t g des gouts de G i l l o u et 1'indulgence de Marie envers l u i qui font l e malheur de Georges Carrion dans l e s deux premieres pieces. Dans Brocgliande, l a v u l g a r i t g bourgeoise s'incorpore dans l e personnage de Mme P e r s i l e s . Chez e l l e , l a force bourgeoise prend une forme d e s t r u c t r i c e en ce qu'elle est l a cause i n d i r e c t e du suicide du protagoniste. 48 L ' i d e a l s o c i a l de 1*amelioration et du bonheur personnels par 1 * accumulation des biens matgriels se trouvent surtout chez Don Bernal, l'un des antagonistes de Don Alvaro. II tache de persuader Don Alvaro d'abandonner sa v i e d'ascete pour f a i r e fortune en Amgrique. Le materialisme et l'homme 'moyen' vont de p a i r chez Don Bernal, tandis que le s p i r i t u e l et l a 'su p e r i o r i t y ' se trouvent chez Don Alvaro, Bien que l e c o n f l i t p o l i t i q u e ne s o i t pas de toute premiere importance dans La Guerre C i v i l e - l e c o n f l i t interne chez Pompge etant l e c o n f l i t p r i n c i p a l - i l sert neanmoins, d'arriere-plan a 1'intrigue et temoigne de quelques aspects importants de l a pensee p o l i t i q u e de Montherlant, lesquels seront t r a i t g s un peu plus l o i n , Au sens l e plus large, l e protagoniste Pompee est l e chef des forces de d r o i t e , tandis que les forces de Cesar symbol!sent l a gauche p o l i t i q u e ; mais en ce qui concerne l ' e t r e 'supgrieur' et l ' e t r e ' i n f g r i e u r ' Pompee est l'homme 'de caractere' et l e s forces de Cesar sont l e s etres 'moyens', Les r g s u l t a t s des c o n f l i t s qui r e f l e t e n t l a l u t t e entre l e protagoniste et l e s moeurs, les i n t g r e t s et l e s gouts bourgeois v a r i e n t peu de piece en piece, car dans presque toutes, l e protagoniste r g u s s i t a f a i r e p r g v a l o i r sa volontg sur c e l l e de l'antagoniste. Dans La Reine Morte, l e c o n f l i t exterieur entre Ferrante et son f i l s sur l a question du mariage pour l e bonheur se rgsout de facon a f a i r e horreur lorsque l e protagoniste f a i t assassiner Ines de Castro. Don Alvaro, l u i a u s s i , v o i t l a dgfaite du mariage pour l e bonheur quand Mariana renonce au mariage pour suivre l e s pas de son pere. 49 Dans F i l s de Personne et Demain i l f e r a jour, l a l u t t e entre l a 'qualite* de Carrion et les gouts et l e s i n t e r e t s bourgeois de son f i l s et de sa femme est gagnee par Carrion en ce q u ' i l s a c r i f i e son f i l s a son propre i n t e r e t . Ce n'est pas d i r e que Carrion ne regrette pas son acte, n i q u ' i l n'en souffre pas, c'est d i r e simplement qu'au seul niveau du c o n f l i t exterieur, c'est l e pro- tagoniste de l a piece qui triomphe de l ' e t r e 'moyen'. Le seul des protagonistes qui ne reussisse pas a se protgger contre son adversaire est M. P e r s i l e s dans Broceliande. II se suicide plutot que de renoncer a son i d e a l de l a noblesse et plutot que de retourner aux rangs des etres 'moyens*. Dans l a l u t t e entre l e s p i r i t u e l et l e materiel, c'est-a- d i r e dans l a l u t t e entre Don Alvaro et Don Bernal (Le Maitre de Santiago), c'est l e s p i r i t u e l qui gagne grace a 1'intervention de Mariana pour proteger 1'ideal de son pere. Une f o i s conscient du piege que Don Bernal l u i tend en essayant de l u i f a i r e abandonner son i d e a l du renoncement, Don Alvaro le r e j e t t e et reprend son i d e a l . Bien que l ' h i s t o i r e nous dise que c'est Cesar qui a e n f i n triomphe de Pompee, Montherlant a c h o i s i , dans La Guerre C i v i l e , un moment de l ' h i s t o i r e ou Pompee triomphe des forces de Cesar, ou bien, en termes modernes, de l a p o l i t i q u e de gauche. Dans toutes ces pieces on v o i t que l e protagoniste r e u s s i t a dominer l'homme 'moyen' a 1'exception de Broceliande, ou l e pro- tagoniste semble vaincu par l ' e t r e 'moyen' p u i s q u ' i l se suicide. En analysant l e denouement des c o n f l i t s ou l e protagoniste s'oppose aux gouts et aux i n t e r e t s 'moyens', t e l s q u ' i l s se revelent chez Don Pedro, G i l l o u , Marie et Mme P e r s i l e s , on remarque que l e protagoniste r e u s s i t a repousser ce qui s'oppose a l u i s ' i l a assez de pouvoir pour l e f a i r e . Ferrante est a meme d'ecraser tout ce qui ne l u i p l a i t pas puisqu'ytant Roi, i l est tout-puissant dans ses domaines. Georges Carrion est a meme d ' u t i l i s e r l e s f a i b l e s s e s de G i l l o u pour ses propres f i n s p u i s q u ' i l l e s connaft intimement. Ceci a r r i v e en e f f e c t dans Demain i l f e r a jour ou i l .permet a G i l l o u de s 1engager dans l a Resistance a f i n de garant i r sa propre reputation. La lachete de Georges a cet egard est peu digne d'un homme 'superieur', et Georges l e s a i t . Nous ne voulons done pas suggerer que Carrion ne souffre pas de son acte, n i d ' a i l l e u r s que Ferrante ne souffre pas des siens. Ces deux protagonistes sont probablement l e s plus tragiques du theatre de Montherlant. en ce qui concerne leurs c o n f l i t s i n t g r i e u r s . Nganmoins, en ce qui concerne leur l u t t e exterieure, i c i , leur c o n f l i t avec l a mediocrity, tous. l e s deux rgussissent a subjuguer l ' e t r e 'moyen'. En c r i t i q u a n t l a morale du heros de Montherlant, P. H. , Simon e c r i t : "Une morale de seigneur ne s'embarrasse d'aucun scrupule de bonte, de l e g a l i t y , de conformity; l a dgsinvolture dans l e v i c e et l a cruautg meme sont seigneuriales."(2) D"apres l e dynouement des c o n f l i t s extyrieurs dans La Reine Morte et Demain i l f e r a jour, i l p a r a i t , au premier coup d ' o e i l , que Montherlant s o u s c r i t a une 'morale de seigneur', ou en 7d'autres termes, que ' l a force prime l e d r o i t ' , D'autre part, l'auteur pourrait rypondre que ce n'est pas l a force qui prime l e d r o i t , mais plutot que c'est le d r o i t qui s l a l l i e a l ' i n d i v i d u exceptionnel, et que l a force est souvent necessaire pour proteger ce d r o i t . Dans Le S o l s t i c e de Juin, Montherlant e c r i t : "... i l ne fau d r a i t pas crger d ' e l i t e s . Car enfin, qu*est-ce qu'une e l i t e , s i ce n'est pas une minority d'exceptionnels? Creons, au con t r a i r e , des individus qui se croient et se disent l e s meilleurs, et qui meme le soient."(3) 11 s'ensuit que s i l'homme exceptionnel est l e 'meilleur' aux yeux de Montherlant, l a force, quelque forme qu'elle prenne, est necessaire pour proteger c e l u i - c i ; sinon l e 'meilleur' p e r i t . Cette idee s'exprime dans Brocgliande. M. P e r s i l e s est 'meilleur' que Mne P e r s i l e s , mais i l n'a pas assez de force pour l a r e j e t e r a l a . f i n de l a piece. II se tue done, plutot que de s'abaisser au niveau moral de sa femme. Dans l e cadre dramatique de l a piece, l a force ( l a v u l g a r i t y bourgeoise de Mme P e r s i l e s ) n'est pas l e 'd r o i t ' . II n'est pas j u s t e done, de dire que chez Montherlant ' l a force f a i t l e d r o i t ' , mais plutot que l a force est necessaire pour protgger l e d r o i t , et que le d r o i t , ou plutot ce que Montherlant considere comme l e d r o i t , se trouve chez l ' e t r e 'exceptionnel'. Dans Le Maitre de Santiago, l'auteur suggere que s i cette force est Dieu et que Dieu favorise de sa grace une de Ses creatures, l ' e t r e a i n s i graciS prevaudra sur ce qui 1'oppose, malgrS tout. Don Alvaro, tout detestable q u ' i l s o i t a beaucoup d'egards, est un 'homme de caractere' favorisg de l a sorte par l'auteur. Ses c o n f l i t s avec a u t r u i sont rysolus de facon a ce que toute opposition a son i d e a l de purete e s t r dissipee, non pas tellement par ses propres e f f o r t s , mais par ce que nous devons c r o i r e est l a bonte de Dieu, l a q u e l l e a g i t chez Mariana pour l a f a i r e renoncer a son dgsir de se marier et en meme temps pour l u i f a i r e reveler a son pere l e piege que Don Bernal l u i a v a i t tendu. A un c e r t a i n egard, toute l a philosophie de Montherlant qui d i v i s e r a i t les etres en deux groupes - l e s individus 'superieurs' et les masses 1 i n f e r i e u r e s ' va de pair avec l e jansenisme au niveau de l a philosophie r e l i g i e u s e . Montherlant e c r i t : "Dans l e jansenisme, j e trouvais aussi des s o l i t a i r e s , des rigoureux, des dissidents et une minorite: cette f a m i l l e e t a i t et ne cessera jamais d'etre l a mienne."(4) D'apres cette c i t a t i o n , i l semble que Montherlant admire l e jansenisme non pas tellement comme philosophie r e l i g i e u s e mais parce que l e s adherents au jansenisme representent, a ses yeux, des hommes et des femmes 'de caractere', De toute facon, nous verrons que son a t t i t u d e envers l'orthodoxie catholique est (Strangement ambivalente, E l l e n'est pas du tout c e l l e qu'on pourrait a t t r i b u e r a un janseniste 'pur' car Montherlant, qui est l e champion, pour a i n s i d i r e , de l ' e t r e 'exceptionnel', ne l ' e s t pas toujours lorsqu'on considere l e s c o n f l i t s avec l ' E g l i s e dans leur ensemble. Dans Malatesta, par exemple, l e Pape, qui represente l'orthodoxie, r e u s s i t a detourner l a haine du protagoniste pour ses propres f i n s ; et cependant, tout en sachant que Malatesta est venu a Rome pour l'assassiner, i l temoigne de l a generosity envers l u i et sa femme Isotta en l u i permettant de retourner a Rimini. L'attitude l i b e r a l e du Pape dans Malatesta a son con- t r a i r e chez l'Archeveque de Paris dans Port-Royal. Bien que l ' E g l i s e (representee par l'Archeveque) ecrase l e mouvement janseniste a Port-Royal, on a 1'impression a l a f i n , que Montherlant c r i t i q u e non pas tellement l ' E g l i s e elle-meme mais plutot sa facon brutale de 53 controler l'hgrgsie. Cette opinion est j u s t i f i e d au moins dans La V i l l e dont l e prince est un enfant ou nous voyons un homme 'de caractere', l'abbe de Fradts, qui est peu sympathique a cause de son pharisaisme mais qui vaut l a peine d'etre sauvg par l ' E g l i s e , representee par l'abbg Pradeau de l a Halle. Vers l a f i n de l a piece, 1'exhortation ferme mais amicale de c e l u i - c i a l'abbg de Pradts dgmontre l a chari t g fondamentale du christianisme, et con- tr a s t e nettement avec l e manque de chari t g dont tgmoigne l'Archeveque de P a r i s dans Port-Royal. D'apres l e p o r t r a i t de l'antagoniste que dgpeint Montherlant dans ces t r o i s pieces, i l est d i f f i c i l e de dgcider ou se trouvent ses sympathies en ce qui concerne l ' E g l i s e . D'une part, i l admire dans l'orthodoxie catholique sa raison d'etre - c e l l e de sauver l e s ames; de l'autre, i l comprend l e probleme de c e l u i qui n'est pas 'comme les autres' en r e l i g i o n et ses pieces r e f l e t e n t cette ambivalence. Tandis que l e s sympathies de Montherlant sont partagges dans les pieces ou i l s'agit du c o n f l i t r e l i g i e u x , e l l e s sont nettement du cotg du protagoniste l o r s q u ' i l s'agit du c o n f l i t entre c e l u i - c i et le s moeurs sexuelles acceptges. Dans Pasiphag et Don Juan ou le s protagonistes sont 'exceptionnels' a cause de leurs moeurs sexuelles, Montherlant c r i t i q u e l a socigtg sur deux plans. Dans Don Juan, l e protagoniste se moque de l a socigtg a cause de l' h y p o c r i s i e de c e l l e - c i . A son a v i s , l e s moeurs des bien-pensants ne sont qu'une facade pour masquer l a concupiscence et 1'absence de morale. Les t r o i s personnages qui reprgsentent surtout l a socigtg dans cette piece sont hypocrites. Linda r e j e t t e Don Juan sous prgtexte d'etre choquge par sa grossieretg, mais e l l e l u i permet de l'embrasser quand i l l u i donne une broche 54 couteuse. La Double-Veuve,, femme a pretentions I n t e l l e c t u e l l e s et i d 6 a l i s t e s , est une forcenee sexuelle qui tache sans cesse de seduire Don Juan, Le Comte d'Ulloa, pere de Ana, se dispute avec Don Juan sur l a morality de c e l u i - c i , mais accepte avec p l a i s i r son o f f r e de l u i procurer une maitresse. L'hypocrisie de ces t r o i s personnages est evidente. Bien q u ' i l n'y a i t pas d'antagoniste proprement d i t dans Pasiphay, on peut apercevoir dans l e s paroles angoissees de 1'heroine, et quelquefois dans les paroles du Choeur, 1'attitude de l a society dont Pasiphay transgresse l e code moral, Le plus souvent cependant, l e Choeur parle pour l'auteur. Montherlant veut nous f a i r e c r o i r e que l'acte que Pasiphay va commettre n'est reprehensible que dans 1'esprit des bien-pensants, esclaves des convenances, Le Choeur d i t : "Misyrable race des hommes, qui toujours va chercher l a souffrance ,,, l e bonheur Cleur est d i s p o n i b l e l mais i l s ne t i e 3 veulent pas ... a cause de raisons betes, J ' a i pour leur betise un dygout profond,"(5) Pour sa part, Pasiphay souffre parce qu'elle se sent entrainye par un d y s i r qui l u i f a i t horreur, mais qu' e l l e ne peut etouffer. E l l e s a i t qu'elle va s o u f f r i r davantage parce qu'elle va dg f i e r l a sociyty. E l l e d i t , en prSvoyant l a censure que son acte ve l u i a t t i r e r : "La femme qui aime l e dernier des criminels peut garder l a tete haute. Moi, non. .Moi, au m i l i e u de l a ryprobation comme un pauvre bateau au m i l i e u de l a mer grosse..., Nul rapport entre ceux-la £ceux aux moeurs acceptyes3 et moi, j e ne suis pas de leur espece ,,, s ' i l s s'en apercoivent i l s vont me j e t e r des pierres,"(6) A i n s i dans Pasiphay, nous voyons deux aspects des moeurs sexuelles acceptyes t e l l e s que Montherlant l e s envisage. D'abord, e l l e s font preuve de betise en l i m i t a n t l e bonheur possible a l'homme, et puis, e l l e s fomentent de 1'intolerance envers ceux qui, comme Pasiphag, ne peuvent pas y adherer. Vulgarity, matgrialisme, hypocrisie, intolerance,, b e t i s e : t e l l e s sont l e s c a r a c t g r i s t i q u e s de l a societe du point de vue de l a plupart des protagonistes. La question se pose que s i l a societe est tellement abrutie, que devrait-on f a i r e pour l'amgliorer? La rgponse de Montherlant, d'apres l e denouement des pieces, s e r a i t q u ' i l est Impossible de l'amgliorer car i l manque a l'homme 'moyen' l e gout et l a capacitg de s'amgliorer. Cette idge s'exprime dans F i l s de: Personne ou Georges d i t a G i l l o u : "... tout ce qui est sgrieux te f a i t b a f l l e r , comme i l y a certains hommes, tout ce qui est tendre l e s f a i t r i r e . ... Tu as une facon de v o l a t i s e r tout mot un peu profond que j e te d i s , de l e rendre i n - existant, s o i t en n'y rgpondant pas, s o i t en rgpondant a cotg. Et nous retombons toujours au sile n c e , et a-l'attente de ton balllement, ..."(7) Le manque de dgsir de s'amgliorer de l a part de l ' e t r e 'moyen' va de pair semble-t~il avec son incapacitg de comprendre ce que 'l'homme de caractere' tache de l u i enseigner. Si nous acceptons l a thgorie de Montherlant que l'homme 'de caractere' est d ' a i l l e u r s supgrieur aux autres spirituellement et moralement, i l s'ensuit que s i cet homme ava i t assez de pouvoir p o l i t i q u e , i l pourrair amgliorer l a socigtg malgrg e l l e . Cette idge suppose l a di c t a t u r e p o l i t i q u e . Montherlant n'adhere pas ouvertement a. cette philosophie mais on en trouve des traces dans son oeuvre. Dans La France et l a morale de 56 midinette, i l e c r i t : "La moralite d'un peuple est une question de l o i s , et de l o i s appliquees. C'est a coup de pieds dans l e d e r r i e r e qu'on cree l a morality d'un peuple."(8) et encore dans F i l s de Personne ou Georges c r i t i q u e chez Marie son indulgence envers G i l l o u : "... Quand j'ouvre ma fenetre sur l e monde, ce qui me f a i t l e plus s o u f f r i r , c'est l e spectacle de 1'indulgence. Partout, j e l a retrouve, en haut, en bas .... L'indulgence, ce serpent auquel i l f a u d r a i t ecraser l a tete."(9) Peut-etre dans sa jeunesse, mais pas probablement apres l a p u b l i c a t i o n de La Reine Morte, Montherlant a u r a i t - i l cru que 1'amelioration de l'homme 'moyen' f u t possible par l a force de l ' e t r e 'superieur'. A p a r t i r de cette piece cependant, on v o i t q u ' i l ne c r o i t plus a cette idee. Ferrante ne r g u s s i t pas a reformer Don Pedro; Carrion ne r g u s s i t pas a reformer G i l l o u et presque tous le s autres protagonistes sont depeints en l u t t e avec une societe intransigeante. Dans La Guerre C i v i l e surtout, Montherlant suggere que 1'amelioration de l a society est impossible. I c i , Montherlant considere l'utopie que l a societe peut s'ameliorer a mesure que s'ameiiore l e bien-etre materiel des citoyens d'une societe quelconque. II conclut que l e s hommes 'moyens' sont toujours l e s memes du point de vue morale - incapables d'etre rachetes. l i s sont naturellement stupides, apres au gain, t r a i t r e s . Qu'est-ce qui.reste done. pour.l'etre de 'caractere' s ' i l est toujours en l u t t e , d'une facon ou d'une autre, ayec l a societe et s ' i l n'a plus envie de l a reformer, n i de l a d e f i e r ouvertement? 57 Comme Don Alvaro et l a soeur Angelique, i l peut se r e t i r e r dans une societe privee - l'Ordre de Santiago ou l e couvent de Port-Royal - pour y trouver ceux avec qui i l devrait pouvoir v i v r e en harmonie. Cette harmonie malheureusement ne s'y trouve pas selon l'auteur, car i l y a des c o n f l i t s non seulement entre l e p e t i t groupe et l a societe, mais entre l e s membres du groupe meme. A i n s i l e p e t i t groupe tend a se desintegrer. En e f f e t , Montherlant nous montre ces deux ordres aux derniers moments de leur existence, ce qui souligne son manque de f o i en toute societe quelle qu'elle s o i t . L'homme 'except- ionnel', ou l a femme 'exceptionnelle* semblent done destines a etre i s o l e s moralement, sinon physiquement, du reste de l a societe. Quelquefois cet isolement moral est l a source d'un decouragement qui mene au nih i l i s m e . M. P e r s i l e s , ne pouvant r i e n contre ce qui l e tourmente, se suicide. Ferrante, ne voyant pas d'espoir dans l e s generations futures, tue avec sa mere 1'enfant d'-Ines de Castro. Son att i t u d e envers l'humanite est influenced par son a t t i t u d e envers son f i l s 'mediocre', et se resume dans ces paroles q u ' i l adresse a Ines de Castro: "Vous auss i , vous verrez se defa i r e ce qui a ete votre enfant. Jusqu'a ce q u ' i l n'en reste pas plus en vous que n'est restee cette page ou pour l a premiere f o i s , a cinq ans, l e mien e c r i v i t son prenom, cette page que j e conservai durant des annees, et qu'enfin j ' a i dechiree et jetee au vent."(10) Le n i h i l i s m e se trouve aussi chez Don Alvaro qui, comme Ferrante, n'a pas d 1 e s p o i r pour l e s generations futures, mais qui a une rais o n plus egolste que c e l l e de Ferrante d'etre n i h i l i s t e . Lorsque Mariana l u i d i t qu'elle a renoncg au mariage, son pere l u i repond: 58 "... pas d*enfants, personne pour me s a l i r , personne pour me t r a h i r : avec t o i j e m'gteins dans toute ma propretg. Les derniersi Nous serons l e s derniersj Quelle force dans ce mot de derniers, qui s'ouvre sur l e ngant sublime.' "(11) Le n i h i l i s m e de Don Alvaro n'est pas seulement l e n i h i l i s m e materiel, c'est aussi l e nih i l i s m e dans l'au-dela, ce qui s'accorde evidemment avec son i d e a l de l a p u r i f i c a t i o n p a r f a i t e . D'apres l e denouement des c o n f l i t s discutgs ci-dessus, i l est evident q u ' i l n'y a pas de societe 'ideal* du point de vue du protagoniste, c'est-a-dire une societe qui s'harmonise parfaitement avec ses idgaux et avec ses i n t g r e t s . L'etre 'extraordinaire' est toujours i s o l e de ses semblables. La f r a t e r n i t y chez des hommes et des femmes 'supgrieurs' est impossible. Meme dans l e s rapports plus intimes entre l'homme et l a femme, ou entre l e protagoniste et son enfant, comme nous l'avons deja montre dans l e s chapitres precedents, ce n'est que rarement et dans l e s circonstances les plus exception- n e l l e s que l'amour de son semblable est possible. La femme idgale et' 1'enfant i d g a l , Dona Ana et Mariana, ne sont rgellement que des extensions de l a personnalitg de Don Juan et de Don Alvaro, et sont, en e f f e t , plus symboliques de 1'idgal du protagoniste que des etres en chair et en os. De toute facon, Don Juan et Don Alvaro sont l e s seuls protagonistes 'heureux' j u s q u ' i c i . Leur bonheur, nganmoins, n'est pas du tout a t t r i b u a b l e a leur a f f e c t i o n pour l a socigtg qui l e s entoure. Don Alvaro mgprise l a socigtg et s ' i s o l e d ' e l l e . Don Juan mgprise l a socigtg mais r g u s s i t a l ' u t i l i s e r pour ses propres f i n s . Ces deux personnages, tellement d i f f g r e n t s l'un de l'autre quant a 59 leurs idgaux et leur valeur personnelie ont en commun l a caracter- i s t i q u e de mepriser l e commun. En e f f e t , l e mot de mepris, mot qui apparait souvent dans les textes de Montherlant, est c e l u i qui resume l e mieux 1*attitude des protagonistes envers ceux q u ' i l s considerent comme leurs i n - f e r i e u r s , et peut-etre 1*attitude de l'auteur lui-meme envers ses contemporains. Henri Clouard d i t que l e "... theatre [de Montherlant3 est decidement l e theatre du mepris"(12) et d'autres accusent Montherlant d'etre snob, d'etre toujours du cote du bien ng, du cote de l a noblesse, et contre l e s hommes qui proviennent des rangs sociaux i n f e r i e u r s . Cela n'est pas v r a i , du moins s i l'on considere le s personnages des pieces comme representant l e s v r a i e s opinions de l'auteur. Bien que Montherlant i n s i s t e que le s hommes de 'qualite* valent mieux que le s hommes 'mediocres', l a 'qualite' peut apparaitre n'importe ou dans l a societe. II en est de meme de l a 'mediocrite'. M. P e r s i l e s , qui appartient a l a bourgeoisie, est au fond un homme 'de caractere' par sa noblesse d'ame. Sa femme est 'mediocre* et infiniment bourgeoise. Georges Carrion est a l a f o i s un bourgeois et un homme 'de q u a l i t e ' , du moins dans F i l s de Personne. Son f i l s G i l l o u est 'mediocre'. Ferrante est de l a classe noble et en meme temps un 'homme de q u a l i t e ' . Son f i l s est 'mediocre'. II s e r a i t d i f f i c i l e d'accuser Montherlant de snobisme base sur l e rang tout court. L'etre superieur provient de n'importe quelle classe s o c i a l e . Ce qui l e marque comme exceptionnel est une morale qui l e degage du commun. II y a cependant quelque chose de f a t a l dans l a philosophie de Montherlant en ce qui concerne l a d i v i s i o n des etres en 'supgrieurs' et ' i n f g r i e u r s ' . On est ng i n f g r i e u r ou on est ng superieur. Rien n'y f a i t contre cette ' l o i ' i n f l e x i b l e car l'amglioration de l ' i n f g r i e u r est impossible. D ' a i l l e u r s i l y aura toujours des c o n f l i t s entre l ' i n d i v i d u supgrieur et le s masses i n - fg r i e u r e s , ce qui oblige l ' e t r e supgrieur a mgpriser ses i n f g r i e u r s , a se battre, a s ' i s o l e r , ou, au pir e , a se tuer a f i n d'gviter l e s menaces des masses* Mgpris pour ceux qu'on considere ses i n f g r i e u r s , i n t r a n s - igeance, n i h i l i s m e - t e l s sont l e s t r a i t s l e s plus s a i H a n t s des protagonistes des pieces de Montherlant dans leurs c o n f l i t s extgrieurs, c*est-a-dire leurs c o n f l i t s avec l a femme et l'enfant, ou i l s'agit d'amour, et leurs c o n f l i t s avec l a socigtg ou i l s'agit de f r a t e r n i t g . Que l'on considere 1*attitude du protagoniste j u s t i f i g e ou non, i l est c l a i r , d'apres l e dgnouement des c o n f l i t s , que l a sympathie de l'auteur est en ggngral du cotg du protagoniste. De facon ggngrale. c e l u i - c i . r g u s s i t a. f a i r e p r g v a l o i r son i n t g r e t ou son i d g a l sauf dans ses c o n f l i t s avec l ' E g l i s e , et i l r g u s s i t meme, dans l e s cas de Don Juan et de Don Alvaro, a etre 'heureux', Q u ' i l les gagne ou q u ' i l l e s perd, l e s l u t t e s du protagoniste avec a u t r u i l a i s s e n t pour l a plupart, des c i c a t r i c e s qui sont l a source d'un c o n f l i t interne qui l e mene quelquefois aux pir e s souffrances psychologiques. 61 Notes sur l e chapitre t r o i s 1 Montherlant, Le Maitre de Santiago, Harrap, London, 1955, p. v. 2 Simon, P, H., H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise au XX s i e c l e , tome i i , L i b r a i r i e Armand C o l i n , P a r i s , 1957, p. 114. 3 Montherlant, Le S o l s t i c e de Juin, PL Vol. 1, p. 900. 4 Montherlant, Sur "Port-Royal", PL Vol. I I , p. 664. 5 Montherlant, Pasiphae, PL Vol. I I , p. 116. 6 Ibid., p. 117. 7 Montherlant, F i l s de Personne, PL Vol. II, p. 305. 8 Montherlant, L'Equinoxe de Septembre, PL Vol. I, p. 845. 9 Montherlant, F i l s de Personne, PL Vol. I I , p. 319. 10 Montherlant, La Reine Morte, PL Vol. II, p. 224. 11 Montherlant, Le Maitre de Santiago, PL Vol. I I , p. 654. 12 Clouard, Henri, H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise du symbolisme a nos jours, tome i i , E d i t i o n s A l b i n Michel, P a r i s , 1949, p. 308. CHAPITRE IV CONFLITS INTERIEURS: SOUFFRANCES DU PROTAGONISTE Dans l a postface de La Guerre C i v i l e , Montherlant e c r i t : "Le tragique dans mon theatre est bien moins un tragique de sit u a t i o n s qu'un tragique provenant de ce qu'un etre contient en lui-meme."(1) En d'autres terms, l a tragedie que subissent beaucoup des protagon- i s t e s de Montherlant a avant tout, une cause psychologique. Meme lorsque leur sort n'est pas tragique, les protagonistes sont a s s u j e t t i s a deux tendances psychologiques, ou meme davantage, qui sont mutuellement opposees. P a r f o i s , les protagonistes n'en sont pas conscients, ou bien, y sont i n d i f f e r e n t s . (nous considererons ces cas dans l e chapitre suivant). Dans un bon nombre de pieces pourtant, l e s protagonistes sont conscients de leur c o n f l i t interne et en souffrent psychologiquement. Pasiphae (Pasiphae) et Ravier ( C e l l e s qu'on prend dans ses bras), appartiennent a cette derniere f a m i l i e et se ressemblent en ce qui concerne l e c o n f l i t i n t e r i e u r puisque l'un des elements du c o n f l i t chez ces deux personnages est l e d e s i r charnel. Ce cote de leur caractere est plus f o r t qu'eux parce q u ' i l f i n i t par miner d'autres valeurs personnelles qui contribuaient en grande p a r t i e a. l a s t a b i l i t y de leur etre. A i n s i Pasiphae est tentee de commettre un acte qu'elle s a i t etre reprehensible et qui l u i apportera l e mepris d'autrui, sinon leur haine et leur vengeance. La honte et l a peur qu'elle prevoit s'ajoutent au f a i t qu'elle s a i t d'avance que cet acte ne l u i apportera aucun bonheur. 63 "Du bonheur? Du p l a i s i r ? Non, du repos. Je me d i r a i "Ce que je d S s i r a i s , j e l ' a i execute" et le d e s i r et l a douleur se fermeront comme deux paupieres, et l e monde et l a paix rentreront en moi. Un instant, un pauvre instant sans j o i e ...."(2) Le pathetique chez Pasiphae reside dans l e f a i t qu'elle est prete a tout perdre pour assouvir l e de s i r charnel. E l l e n'est pas 'immorale' au sens populaire de ce terme parce que Montherlant nous l a montre comme prSdestinSe a etre en proie a un de s i r commands par les dieux. A cet ggard, Pasiphae temoigne d'un element u n i v e r s e l . Son c o n f l i t semble l e c o n f l i t de tout etre tyrannise par l a chair, de l ' e t r e c ontraint de commettre un acte q u ' i l a envie de commettre tout en sachant q u ' i l va en s o u f f r i r . On trouve cette meme contrainte chez Ravier. C e l u i - c i est tellement ebloui par C h r i s t i n e et tellement trouble par ses refus q u ' i l ne trouve plus de sens a l a v i e . "A quoi me sert tout mon t r a v a i l ? ... Tout c e l a , qui m'a s u f f i pendant trente-cinq ans, a present ne sert qu'a me rappeler que c e l a ne me s u f f i t plus ... parce qu'elle ne l'aime pas, parce qu'elle ne m'aime pas .... J ' a i supports d ' e l l e ce que ... j e n'ai supports de personne .... Mais j e n'en peux plus .... Mon malheur va de l a terre au c i e l . " ( 3 ) Ravier n'en sera pas moins malheureux lorsque C h r i s t i n e cede, car i l s a i t qu'elle se donne faussement, Cela blesse l e sens d'honnetetg et d'honneur chez Ravier et l u i est aussi penible, semble-t-il, que de ne pas l a prendre. II d i t a C h r i s t i n e : "Vous prendre parce que j ' a i dSpannS votre perej Si j e vous prenais en ce moment, ce s e r a i t comme s i j e prenais une femme dans l e moment qu'elle est i v r e morte."(4) II f a i t un mouvement pour renvoyer C h r i s t i n e , mais son desir est plus 64 f o r t que l u i . II l a rappelle, tout en sachant que ce q u ' i l va f a i r e l u i apportera meme plus de malheur. "Je v o i s se lever des spectres, les spectres de tout ce que j ' a u r a i a s o u f f r i r encore a cause de t o i . "(5) D ' a i l l e u r s , Ravier comprend q u ' i l est destine a etre malheureux avec ou sans ce q u ' i l desire. "Malheureux sans t o i , ou malheureux avec t o i ... OhJ Je comprends maintenant: tout vaut mieux que de ne t'avoir pas prise."(6) Le malheur de Ravier, comme c e l u i de Pasiphae, est doublement penible car i l va compromettre ses idgaux pour quelques moments de p l a i s i r qui ne l u i apporteront par l a suit e que du remords et des 'spectres' q u ' i l c r o i t ne pouvoir jamais chasser. Cependant, l e "tout vaut mieux que de ne t'avoir pas p r i s e " de Ravier pose une question. Si l e protagoniste d o i t etre malheureux avec ou sans C h r i s t i n e , pourquoi c h o i s i t - i l l e premier? La rgponse est, gvidemment, pour assouvir un besoin purement charnel. Lorsqu'on considere Ravier sur ce plan, on v o i t en l u i quelque chose d'assez un i v e r s e l , parce que trouvg chez beaucoup d'hommes - l e pouvoir apparent de l a chair de gouverner les actes et le s pensees. Le drame de Ravier est de ce genre et est gmouvant dans l a mesure ou l'on trouve pathetique un homme d ' i n t e g r i t y personnelle qui se l a i s s e a l l e r a une f a i b l e s s e peu digne de l i i i , et qui d e t r u i t son i n t e g r i t y par cet acte, II semble que Ravier a i t gchangg ses idgaux et l e t r a v a i l de toute sa v i e contre un r i e n . En tout cas, l e c o n f l i t i n t g r i e u r chez Ravier se rgsoud de facon a l e rendre malheureux, comme chez Pasiphae, cm l e de s i r charnel est en c o n f l i t avec sa honte,. et sa peur de 1*intolerance d'autrui, et avec sa conviction que l'acte qu'elle va commettre ne l u i apportera aucun bonheur, De meme que chez Ravier, on v o i t dans l e caractere de Bruno, protagoniste d'Un Incompris, un malheureux dont l a source de l a peine est le c o n f l i t entre son i d e a l personnel et l'amour, mais chez Bruno, l'amour base sur l'estime. Dans l e cas de Bruno cependant, son i d e a l de l'amour p a r f a i t est plus f o r t que son amour r e e l pour Rosette car i l refuse de compromettre son i d e a l en pardonnant a c e l l e - c i son manque de ponctualite. Si l'on n'examine l e personnage de Bruno que superficiellement, i l semble presque comique. D'autre part, s i on l e considere du point de vue de ses propres croyances et de son c o n f l i t i n t e r i e u r , on eprouve de l a compassion pour cet homme dechire par deux exigences. Comme l e heros cornelien, Bruno ne peut pas aimer sans estimer, et son i d e a l est attaque, paradoxalement, par c e l l e q u ' i l aime l e plus - Rosette. II explique a Rosette ses sentiments a cet egard: "Je t'aime extremement, et dans ce moment meme. Mais s i l e propre de l'amour est de supporter de ce qu'on aime toutes les avanies, a l o r s l'amour. ne vaut pas cher, et ne merite guere l'estime."(7) Le lecteur trouvera peut-etre amusantes l e s paroles de Bruno, surtout son exageration - "supporter ... toutes les avanies ... l o r s q u ' i l ne s'agit que du manque de ponctualite chez Rosette. Montherlant cependant a depeint Bruno comme deliberement obstine. Dans un avant-propos a Un Incompris, i l d i t que "Bruno est a l a f o i s herolque et rid i c u l e . " ( 8 ) Pourtant, bien q u ' i l s o i t " r i d i c u l e " 66 dans une certaine mesure, Bruno a g i t de facon a montrer 1*importance psychologique de son i d e a l . A- cet ggard, i l sert de modele pour montrer combien leurs propres idgaux importent aux protagonistes en general: l a perte ou l a compromission d e l * i d g a l contribue en grande p a r t i e au malheur du protagoniste; et inversement, le malheur du protagoniste semble diminuer a mesure que c e l u i - c i r g u s s i t a protgger 1'intggritg de son i d g a l . Chez Pasiphag, par exemple, l a de c i s i o n f i n a l e d'agir selon ses i n s t i n c t s l u i donne une certaine l i b e r t g d' esprit, qui gquivaut un i d g a l personnel et qui remplace, en p a r t i e , l a peur et l a honte qu'elle prgvoyait auparavant. E l l e d i t , vers l a f i n de l a piece: "... j ' i r a i a ce que j ' a i voulu, sans f i e r t g comme sans remords. Tels sont l e s sentiments de l a reine. II n'est pas necessaire que personne l e s approuve."(9) A i n s i l ' g t a t psychologique de Pasiphag a l a f i n de l a piece, qui se rapproche de l a croyance de Montherlant en ce qui concerne l a l i b e r t g sexuelle, diminue l e malheur d'une femme poussge vers un acte qui l u i f a i s a i t . de l a peine peu de temps auparavant. Le c o n f l i t de Bruno ne se rgsoud pas non plus d'une facon purement malheureuse, comme nous l'avons inontrg. A l a f i n d'Un Incompris, i l a perdu son amour mais i l a gardg son i n t g g r i t g , Ravier au con- t r a i r e , perd son i n t g g r i t g et n'obtient pas ce q u ' i l cherche chez C h r i s t i n e , sauf sur l e plan purement charnel. Le malheur chez Ravier cependant, • est d i f f i c i l e a accepter sauf temporalirement. Malgrg son angoisse lggitime a l'ggard de l a perte de son i d g a l q u ' i l echange contre quelque chose de faux, on sent q u ' i l se r g t a b l i r a un jour. L'acte charnel ne peut etre tragique que par ses r g s u l t a t s et cependant nous devons juger Ravier avant cet acte. S ' i l doit y avoir une v r a i e tragedie chez Ravier, e l l e apparaitra plus tard; et de cet autre Ravier nous ne savons r i e n . Tandis q u ' i l manque aux c o n f l i t s de Pasiphae, de Bruno et de Ravier l a purety tragique, en ce que leur malheur est amoindri pour des raisons mentionnees, cet aspect du tragique ne manque pas au caractere de Georges Carrion qui est, a notre av i s , l e plus tragique de tous les personnages de Montherlant. Dans F i l s de Personne, l'auteur a finement contrebalance les deux tendances opppsees chez Georges - son i d e a l de l a 'qualite' et l'amour q u ' i l a pour son f i l s . II aime G i l l o u profondement parce q u ' i l est son f i l s et q u ' i l l e trouve souvent attachant. D'autre part, G i l l o u est 'mediocre*, ce qui f a i t l e malheur de son pere dont l'estime de l ' e t r e humain se base sur l a 'qualite'. La tragedie de Georges dans F i l s de Personne provient du f a i t q u ' i l ne peut opter n i pour l'un n i pour 1'autre de ses deux tendances psychologiques. II ne peut s o u f f r i r l a mediocrity de G i l l o u et en meme temps ne peut se separer de l u i . Son angoisse est constante dans F i l s de Personne. Pourtant, l e denouement de l a piece parait etre l e renoncement a l'amour qu'a Carrion pour son f i l s et l a v i c t o i r e de 1'autre element du c o n f l i t - 1'admiration qu'a Georges pour l a 'quality'. Carrion ressemble a Bruno a cet egard, sauf que le s a c r i f i c e de Carrion semble beaucoup plus emouvant que c e l u i de Bruno, p u i s q u ' i l n'y a pas d'element ' r i d i c u l e ' chez Carrion, II y a un autre p a r a l l e l e entre Un Incompris et F i l s de Personne, toutes d i f f e r e n t e s que soient ces deux pieces au niveau a f f e c t i f . 68 L'une et 1*autre se terminent sur ce que Montherlant appelle chez Bruno " l 1 i n c e r t i t u d e ... touchant sa conduite future."(10) Dans l e cas d'Un Incompris, Montherlant a c h b i s i de l a i s s e r regner cette i n c e r t i t u d e sur l'avenir de Bruno; mais d'apres l e p o r t r a i t du pro- tagoniste, on estimerait q u ' i l restera f i d e l e a son i d g a l plutot que d'y renoncer a f i n de regagner l'amour de Rosette. Dans F i l s de Personne, cependant, l e s deux elements du c o n f l i t chez Carrion sont d'une i n t e n s i t y egale. Par consequent, l e denouement de l a piece l a i s s e dans 1*esprit du lecteur ou du spectateur un sentiment d'inacheve. La v i c t o i r e de 'l'homme de caractere' chez Georges ne semble en e f f e t que provisoire. Montherlant s'est rendu compte du f a i t que chez l e Georges Carrion de F i l s de Personne i l e x i s t a i t un c o n f l i t i n t e r i e u r qui devait etre resolu definitivement, car i l a e c r i t Demain i l f e r a jour pour f a i r e ' s u i t e a l a premiere piece. Dans ce deuxieme ouvrage, l'auteur a u r a i t pu denouer l e c o n f l i t de Georges s o i t en transformant G i l l o u en 'homme de quality " - ce qui n'aurait pas ete vraisemblable - s o i t en f a i s a n t mourir Carrion, s o i t en f a i s a n t mourir G i l l o u . En e f f e t , i l a c h o i s i l a troisieme s o l u t i o n ; mais i l incorpore dans 1'intrigue des elements des deux autres denouements possibles. Dans Demain i l f e r a jour, G i l l o u est toujours mediocre aux yeux de son pere, mais i l temoigne de quelques traces d'un 'homme de q u a l i t y ' aux yeux du lecteur parce q u ' i l veut s'engager dans l a Resistance. Tandis que G i l l o u semble s'elever un peu, Carrion au contraire, s'abaisse - 1'exemple l e plus frappant de son abaissement etant son manque de courage l o r s q u ' i l se v o i t menace par des r e p r e s a i l l e s futures et l e f a i t que c'est par peur et par lachete q u ' i l permet a G i l l o u de s'engager. II est a souligner cependant, que Carrion ne se rend pas compte de l a monstruosite du mobile de son acte que l o r s q u ' i l prevoit l a mort de G i l l o u . Georges s a i t plus tard, et meme avant l ' a r r i v e e du messager, que G i l l o u est mort et que l u i , son pere, en est l a cause. II nous semble qu'a ce moment - l a , Georges ne peut que se rappeler son i d e a l - c e l u i d'agir toujours en 'homme de qu a l i t e ' - i d e a l q u ' i l a v a i t oublie p e t i t a p e t i t pour des raisons diverses - l e s tensions de l a guerre et l a resignation a'1'egard de l a mediocrity de son f i l s . Par l e meme f a i t , : i l regagne son amour pour son f i l s . Marie l u i d i t : "Vous l'aimerez, n'est-ce pas? II a besoin de vous." Georges l u i repond: "Je l'aimerai, j e vous en donne 1*assurance-. II me semble que j e sens a present comme i l me manquerait."(11) L ' i n t e n s i t y de son sentiment s'exprime un peu plus tard (et toujours avant l ' a r r i v y e du messager): "Que Dieu existe, pour que j e puisse l e supplier que cette chose atroce n ' a i t pas lieuj"(12) A i n s i , nous voyons paraftre a l a f i n de Demain i l f e r a jour un troisieme Georges Carrion qui d i f f e r e de c e l u i de F i l s de Personne a i n s i que du Carrion de l a deuxieme piece. Dans F i l s de Personne l ' i d y a l de l a 'quality' et l'amour pour G i l l o u se contrebalancent chez l e protagoniste. Dans l a plus grande p a r t i e de Demain i l f e r a j our,•Carrion se ryvele de moins en moins 'homme de qu a l i t y ' et ne tSmoigne que de quelques devoirs parentaux envers G i l l o u jusqu'au moment de l e s a c r i f i e r . A l a f i n de cette derniere piece, Georges 70 aime G i l l o u intensement, tout en sachant q u ' i l est mort. Du reste, i l s'est rendu compte tout a coup, q u ' i l a perdu son honneur a cause de sa lachete a l'egard de son f i l s . En d'autres termes, i l s a i t q u ' i l est lui-meme 1'instrument qui a mis a mort c e l u i q u ' i l aime l e plus - son f i l s - et du meme coup i l s a i t q u ' i l a mis a mort cette p a r t i e de son propre caractere q u ' i l estime l e plus - son sentiment d'etre un 'homme de qu a l i t y ' . A i n s i l a mort de G i l l o u represente egalement l a mort s p i r i t u e l l e . d e Carrion. Pourtant, i l est condamne a v i v r e , a savoir q u ' i l est l 1 a s s a s s i n de G i l l o u et q u ' i l l'aime maintenant plus intensement que jamais. Pour ajouter a. l a torture de Carrion, i l semble que le destin l ' a i t maudit des l e commencement. Dans F i l s de Personne, Carrion d i t , dans un moment d'angoisse: "Dieu des rigueurs humaines, Dieu des tendresses humaines, f a i t e s que jusqu'au bout j e reste assez dur avec l u i pour a r r e t e r sur ses levres l e p e t i t mot qui me boulverserait,•et qui mettrait en moi, au l i e u de l a paix des choses justes, un remords eternel, une et e r n e l l e horreur."(13) Le denouement de Demain i l f e r a jour nous rgvele que l a pr i e r e de Carrion n'a pas ete entendue. Loin d'avoir " l a paix.des choses j u s t e s , " i l est en enfer. Son sort est "un remords eternel, une et e r n e l l e horreur." Ses paroles a Marie quand i l l u i d i t que l a mort de G i l l o u e t a i t inevitable(14) ne devraient pas etre i n t e r - preters comme s i g n i f i a n t que son geste de lachete est j u s t i f i e a ses propres yeux, mais plutot comme une preuve que le des t i n l ' a condamne a etre le meurtrier de son propre f i l s . Nous remarquons encore une f o i s l'idee du destin qui apparait souvent dans l'oeuvre de Montherlant. Cela n'amoindrit cependant pas l a tragedie de Carrion, mais l'agrandit plutot, a notre a v i s , et l a place au niveau 71 des grandes tragedies classiques. La tragedie de Carrion est d ' a i l l e u r s pure en ce q u ' i l n'y a r i e n a l a f i n de l a piece pour, l'adoucir. A cet egard, Carrion semble l e plus tragique de tous l e s protagonistes de Montherlant. Les autres l e semblent moins, s o i t parce q u ' i l s meurent, ce qui met f i n a leurs souffrances, s o i t parce q u ' i l s semblent preserver du moins une p a r t i e de leur i n t e g r i t y . C'est le contraire dans l e cas de Carrion. . A l a f i n de Demain i l f e r a jour, i l n'a plus r i e n qui puisse l u i rendre l a v i e supportable et i l est condamne a v i v r e dans un etat psychologique qui f a i t horreur. A un egard, l ' e t a t de l a soeur Angelique a l a f i n de Port-Royal ressemble a c e l u i de Georges Carrion a l a f i n de Demain i l fera jour. De meme que c e l u i - c i , l a soeur Angelique se revele, a l a f i n , comme etant dans une sorte d'enfer. E l l e a vu l a d i s i n t e - g r a t i o n de son couvent et sous l a pression des circonstances, e l l e perd peu a peu, sa f o i . E l l e se c r o i t abandonnee de Dieu l o r s q u ' e l l e d i t a l a soeur Francoise d'avoir p i t i e de c e l l e qui a "un trouble, un doute,"(15) La soeur Frangoise, ne comprenant pas que l a soeur Angelique parle d'elle-meme, c r o i t qu'elle parle de l a soeur F l a v i e qui a ' t r a h i * l e s autres soeurs de Port-Royal. Le 'doute' se rapporterait done aux croyances p a r t i c u l i e r e s des soeurs jansgnistes. La soeur Frangoise repond, sans savoir combien e l l e blesse l a soeur Angelique: "Pas de p i t i y pour qui, ayant ce doute, n'arracherait pas son habit dans 1'instant, devenu un le u r r e abominable. Car Dieu punit quelquefois toute une communaute pour l e peche d'un seul,"(16) En meme temps, bien que l a soeur Frangoise parle de l a soeur F l a v i e , l a soeur Angelique s a i t que c'est elle-meme qui doute, et q u ' i l s'agit de son manque de f o i . E l l e se v o i t done comme l a coupable dont parle l a soeur Frangoise et dont l e pgchg punit "toute une communaute '". E l l e ne s a i t pas non plus ce qu'est son "pechg" mais se sent coupable quand meme. E l l e d i t a part: "Qu'ai-je f a i t pour etre a ce point abandonee?" (17) Ces simples paroles revelent toute l a misere de l a soeur Angelique: misere de se s e n t i r coupable sans savoir pourquoi, misere de se se n t i r separee de c e l l e d*entre l e s soeurs qu'elle aime l e plus - l a soeur Frangoise - et pour comble, misere de se s e n t i r abandonnge de Dieu. La soeur Frangoise, pour sa part, ne s a i t pas que ce sont ses propres paroles qui contribuent au malheur de l a soeur Angelique et e l l e ne comprend pas davantage quand l a soeur Angelique l u i revele son angoisse: "Pour moi j ' a i fr a n c h i l e s Portes des Tgnebres avec une horreur que vous ne pouvez pas savoir et qui d o i t n'etre sue de personne."(18) L'angoisse mgtaphysique a la q u e l l e l a soeur Angelique se trouve en proie ressemble a 1'angoisse de Carrion par son i n t e n s i t y , et a 1'instant ou l a soeur Angelique prononce ces paroles, e l l e paraxt presque aussi tragique que Carrion. Pourtant, lorsque l a soeur Frangoise commence a soupgonner que c'est l a soeur Angelique qui a perdu l a f o i et l u i demande de s'expliquer, c e l l e - c i l u i rgpond: "... l a v g r i t g de Dieu demeurera gternellement, et d g l i v r e r a tous ceux qui veulent n'etre sauvgs que par elle."(19) On pourrait i n t e r p r e t e r ces dernieres paroles de l a soeur Angelique non comme l ' a f f i r m a t i o n de 1'existence de Dieu, qui pourrait de nouveau l u i accorder Sa grac e - i n t e r p r e t a t i o n possible mais qui ne semble pas trop vraisemblable dans les donnees de l a piece - ou bien comme manifestation de son souci de. ne pas blesser l a s e n s i b i l i t y de son amie,. ce qui est l 1 i n t e r p r e t a t i o n qui semble l a plus vraisemblable.(20) De toute fagon pourtant, l e s dernieres paroles de l a soeur Angelique attenuent sa tragedie et l a rendent moins intense que c e l l e de Georges Carrion a l a f i n de Demain i l fera jour. Rien n'est d i t pour adoucir l a tragedie de c e l u i - c i . La soeur Angelique semble moins angoissee que Carrion parce que ses dernieres paroles temoignent d'un c e r t a i n optimisme, meme quand e l l e ne l e s prononce que pour ne pas f a i r e s o u f f r i r l a soeur Frangoise. Bien que l e sort de l a soeur AngSlique s o i t done tragique, i l n'est pas s i tragique que c e l u i de Carrion, puisque moins pur. Tandis que l a soeur Angelique et Carrion sont tragiques, l e c a r d i n a l Cisneros nous semble pathetique plutot que tragique. Ses C o n f l i t s exterieurs sont negligeables, Le drame du Cardinal d'Espagne tourne presque entierement sur 1'expose psychologique d'un homme t i r a i l l e entre deux sentiments. Le premier est sa passion pour bien gouverner l'Espagne (en tant que Regent), l'autre est son dSsir de renoncer au monde et de se r e t i r e r de l a v i e publique pour se vouer entierement a Dieu. Ces deux tendances cependant ne sont pas ygalement representees dans l e texte, car l a plus grande p a r t i e de 1'intrigue nous montre l e Cardinal comme homme d'Etat plutot qu'ascete, Pourtant, se v i s i t e a l a reine Jeanne pour des raisons p o l i t i q u e s r e v e i l l e provisoirement en l u i l e des i r de se re- t i r e r de l a v i e publique et de retourner a l a v i e d'ascete; car bien q u ' i l s o i t choque par l'atheisme de l a reine, i l admire en meme temps chez e l l e l'ascetisme. Nganmoins, c'est l'homme d'Etat plutot que l'ascete qui est plus f o r t . D ' a i l l e u r s , l e Cardinal c r o i t sincerement que " l e s desseins de Dieu et les desseins du gouvernement de C a s t i l l e ont toujours ete identiques"(21) ce qui l u i donne l'engrgie et l a confiance ngcessaires pour gouverner d'une main ferme, Sa confiance cependant rappelle l a confiance en so i de l a soeur Angglique avant sa c r i s e de f o i . En v g r i t e , l e Cardinal subit le meme sort que l a soeur Angelique. On vie n t l u i annoncer, sur son • l i t de mort, l ' a r r i v e e prochaine du jeune r o i P h i l i p p e dont i l protege l e s i n t e r e t s depuis des annees. Un brusque message du Roi l u i ordonne de q u i t t e r Madrid et de "se r e t i r e r dans (son) diocese .. pour y prendre un repos ... necessaire a sa v i e i l l e s s e " . Pour comble l e Roi ajoute: "Dieu seul pourrait recomDenser dignement l e s services que vous avez rendus a l'Espagne. "(22) Au l i e u de pouvoir mourir en paix, l e Cardinal est dechire. Son c r i de dgtresse a l a f i n de l a piece, "0 mon Dieui Qu'ai-je f a i t ? Pourquoi cette punition?"(23) rappelle c e l u i de l a soeur Angelique: "Qu'ai-je f a i t pour etre a ce point abandonne?"(24) car l e Cardinal aussi est abandonng - abandonne par son entourage et renvoye par l e Roi. II se sent puni pour une faute dont i l n'est pas conscient. Du reste, l a c r i s e f i n a l e du Cardinal, comme c e l l e de l a soeur Angelique, est une c r i s e metaphysique, car s i l e Cardinal c r o i t vraiment que " l e s desseins de Dieu et l e s desseins de C a s t i l l e ont toujours ete identiques",(25) i l ne peut s'empecher de c r o i r e que s i l e dessein de C a s t i l l e , c'est-a-dire de l'Espagne, est de l e re j e t e r maintenant comme l'indique l e message du Roi, ce d o i t etre aussi l e dessein de Dieu. A i n s i l e c o n f l i t i n t e r i e u r chez l e Cardinal, lequel a commence par etre un c o n f l i t entre son de s i r de gouverner et c e l u i de se r e t i r e r (et malgre ce c o n f l i t l e Cardinal pouvait a g i r sans trop de peine), ne se resoud jamais de facon d e f i n i t i v e , mais est remplace par ce qui nous semble etre l a cr a i n t e d'etre abandonne de Dieu. Du point de vue dramatique, l e Cardinal merite l a compassion; mais i l manque a ce personnage l a tragedie d'un Carrion ou meme d'une soeur Angelique car l ' e t a t psychologique f i n a l chez l e Cardinal ne semble pas provenir des t r a i t s principaux de son caractere. D'une part, pendant presque tous les t r o i s actes de l a piece, i l est d£peint comme partage entre deux tendances-celle de l'ascete et c e l l e de l'homme d'Etat. De 1'autre, i l ne s'agit du manque de f o i qu'au denouement de l a piece, ce qui ne resoud pas le c o n f l i t i n t e r i e u r donne, mais plutot f a i t d i s p a r a i t r e ce c o n f l i t pour montrer un aspect inattendu du caractere du Cardinal. Pour cette raison, i l semble moins tragique que trouble et pathetique. La c a r a c t e r i s t i q u e du Cardinal qui l u i permet d'agir en tant qu'homme d'Etat malgre son c o n f l i t i n t e r i e u r a son contraire chez Pompee dans La Guerre C i v i l e , ou l e c o n f l i t i n t e r i e u r empeche d'agir l e protagoniste. Lorsque nous voyons Pompee pour l a premiere 76 f o i s , i l est en proie a un manque de confiance en soi qui d e f i e presque toute logique. Avec des forces plus grandes et plus puissantes que c e l l e s de Cesar, Pompee refuse d'attaquer c e l u i - c i . Son refus est du a sa peur anormale de Cesar, l a q u e l l e a g i t toujours chez Pompge de facon s o i t a l e paralyser, s o i t a l u i f a i r e v o u l o i r f u i r avec ses armees plutot que de f a i r e face carrement a son ennemi. D 1autre part, Pompee est un homme d'honneur et un homme courageux; c'est seulement a l'egard de Cesar q u ' i l a perdu toute confiance. Vers l a f i n de l a piece cependant, urn. hasard l a l u i rend. Un prisonnier du camp de Cesar est conduit devant Pompee. Bien que cet homme s o i t un ennemi personnel du protagoniste, c e l u i - c i se refuse l e luxe de l e f a i r e tuer, et l u i rend sa l i b e r t g . Le prisonnier. se suicide par honte; et Pompee y v o i t un bon augure. II se decide tout a coup a agi r et donne 1'ordre d'attaquer l e camp de Cesar. En expliquant sa largesse envers A c i l i u s , Pompee d i t simplement: " J ' a i f a i t ce qui m'gtait l e plus d i f f i c i l e . " ( 2 6 ) En f a i s a n t ce qui l u i e t a i t * l e plus d i f f i c i l e " , avec l e rgs u l t a t que son ennemi se tue, Pompge regagne sa confiance en s o i . II a u r a i t pu tuer A c i l i u s mais en meme temps i l a u r a i t su q u ' i l a g i s s a i t d'une facon peu digne d'un homme d'honneur. Le c o n f l i t i n t g r i e u r chez Pompge est a i n s i rgsolu provisoirement de facon heureuse, car i l retrouve sa confiance en s o i . Pourtant, l e Choeur i n t e r v i e n t a l a f i n de l a piece pour donner un resume des gvgnements qui menent a l a mort de Pompee - sa f u i t e t r o i s semaines apres l a b a t a i l l e q u ' i l a l i v r g e contre Cesar, et son assassinat en Egypte comme r e s u l t a t de l a trahison de Brutus. A i n s i l e sort heureux de Pompge dans l e cadre de l a piece proprement d i t e n'est que temporaire. D*autre part, ce personnage n'est pas tragique non plus, Le p o r t r a i t de Pompee comme 'homme de caractere' qui a perdu l a confiance en so i et qui l a retrouve grace a un evenement t r i v i a l , n'est pas assez complet pour expliquer sa conduite subsequente t e l l e que rapportee par l e Choeur. Le Pompee de La Guerre C i v i l e et l e pourquoi de sa conduite restent done quelque peu paradoxaux. II semble d ' a i l l e u r s que Montherlant a i t deliberement dgpeint Pompee a i n s i . A cet egard i l d i t : "Pompge est r_a l a surface"} un ambitieux centre d r o i t ; plus profondement, c'est un i n s a i s i s s a b l e . fPompee, Cesar, Napoleon^ sont d 1abord des personnages dont i l est d i f f i c i l e de cerner l e contour, des personnages flous,"(27) A i n s i nous devons accepter Pompee comme i l est depeint: un personnage 'a contours f l o u s . ' Une autre raison pour l a q u e l l e Pompee ne semble pas tragique, c'est que l e caractere du protagoniste et meme c e l u i des autres per- sonnages de l a piece sont subordonnes au theme p r i n c i p a l de La Guerre C i v i l e qui est un commentaire de l'auteur sur l a condition humaine dans l a veine de 'plus ca change, plus c'est l a meme chose', et qui se resume dans ces dernieres paroles du Choeur: "Et l e s hommes re p r i r e n t l e s haines et l e s armes, et i l s recommencerent eux aussi l e s memes choses."(28) Si l e feu du projecteur se d i f f u s e beaucoup sur La Guerre C i v i l e et ne reste pas longtemps sur l e s ind i v i d u s , a i n s i poussant dans 1'arriere-plan l e protagoniste Pompee, i l se concentre presque constamment sur l e caractere du r o i Ferrante dans La Reine Morte. Meme quand i l n'est pas sur l a scene, on ressent sa presence par l e f a i t que l a destinge de presque tous l e s personnages secondaires depend de sa volontg. Pour cette r a i s o n a u s s i , l e s c o n f l i t s i n t g r i e u r s du Roi sont de toute premiere importance dans l a piece. Le p r i n c i p a l c o n f l i t i n t g r i e u r chez Ferrante est tout a f a i t c l a i r - d e v r a i t - i l ou ne d e v r a i t - i l pas f a i r e tuer Ines de Castro? - et se rgsoud d'une facon ggalement c l a i r e par l a mort de c e l l e - c i . D'autre part, l e s raisons pour l e s q u e l l e s Ferrante l a f a i t tuer ne sont pas du tout c l a i r e s . C e l l e q u ' i l donne a sa cour n'est valable que s i l'on considere que Ferrante reste toujours f i d e l e a son i d g a l de placer avant toute autre considgration le bien-etre de l ' E t a t . Au contraire, Ferrante ne c r o i t plus a c e t i d g a l , ou n'y c r o i t que sporadiquement. A i n s i l a raison q u ' i l donne a sa cour n'est pas v r a i e , ou plutot n'est pas entierement v r a i e . II reste, bien entendu, d'autres raisons. Montherlant lui-meme en suggere plusieurs dans un a r t i c l e g c r i t douze ans apres l a premiere reprgsent- a t i o n de La Reine Morte; que Ferrante tue par f a i b l e s s e , par vanitg, par sadisme, par "haine de l a vie,"(29) raisons qui sont toutes valables. D'autres c r i t i q u e s ont ajoutg l e s leurs aux raisons donnges par Montherlant, l e s q u e l l e s sont ggalement valables. Ce que nous voulons souligner i c i , cependant, c'est que l e caractere de Ferrante est un t e l faisceau de contradictions que ses mobiles gchappent a une e x p l i c a t i o n d g f i n i t i v e . Comme l e d i t Montherlant lui-meme: "La cohgrence de ce caractere est d'etre incohgrent."(30) En tachant done d'expliquer l e s raisons pour l e s q u e l l e s Ferrante est comme i l est, on n'arrive qu'a accentuer, en f i n de compte, son incohgrence. C'est cette incoherence chez Ferrante d ' a i l l e u r s qui 79 est l a source de sa tragedie, Le Roi est conscient de son incoher- ence, et i l en souffre; ses paroles celebres a l a f i n de l a piece expriment a l a f o i s son angoisse et sa l u c i d i t y . "0 mon DieuJ dans ce r e p i t qui me reste, avant que l e sabre repasse et m'ecrase, f a i t e s q u ' i l tranche ce noeud epouvantable de contradictions qui sont en moi, de sorte que, un instant au moins avant de cesser d'etre, j e sache e n f i n ce que je suis. "(31) Son invocation n'est pas entendue car Ferrante meurt sans savoir "ce q u ' i l e st." En v e r i t e , i l s e r a i t d i f f i c i l e de di r e ce qu'est Ferrante car i l echappe meme a son createur. Dans l a postface de Demain i l f e r a jour, Montherlant e c r i t : ".*. Ferrante s a c r i f i e Ines seulement(32) pour montrer a son entourage, qui en doute, q u ' i l est encore capable de rigueur; i l s a c r i f i e par vanite, et l a vanite dans sa forme l a plus v i l e . " ( 3 3 ) Cette c i t a t i o n contredit l e s raisons que donne Montherlant plus haut pour l e s q u e l l e s Ferrante f a i t tuer Ines de Castro. Pourtant, l o i n de v o u l o i r c r i t i q u e r Montherlant pour cette c o n t r a d i c t i o n , nous considerons que l e f a i t que l a creature echappe au createur est un signe de genie de l a part de l'auteur. Ferrante reste un personnage au temperament r i c h e et complexe qui r g s i s t e aux exp l i c a t i o n s d e f i n i t i v e s . Jacques de Laprade e c r i t sur l e personnage de Ferrante: "Loin de " f a i r e e c l a t e r tout!' ce qui est en Ferrante, Montherlant semble approfondir ses secrets, eloigner de nous ce qui est i n a c c e s s i b l e , creuser le mystere qui t i e n t a l a personne meme. Les t r a i t s divers et opposes dont l ' e c r i v a i n dessine son heros cement et soulignent une question qui ne peut recevoir de reponse. Cette question est l e coeur du drame. L o i n q u ' i l puisse se d g f i n i r par une formule ou par une passion, comme les heros classiques, ce qu'est-Ferrante, ce l a reste mysterieux."(34) .80 A i n s i on do i t f i n i r toute analyse de Ferrante par un point d'inter- rogation. II est unique dans l e theatre de Montherlant a cause de cet aspect mystgrieux de son caractere; et unique peut-etre dans tout theatre pour l a meme raison. II n'y a aucun doute cependant, en ce qui concerne l a traggdie de Ferrante. A l a f i n de l a piece, i l est completement dgchirg par ses contradictions et en est parfaitement conscient. A cet ggard, on pourrait d i r e q u ' i l ressemble aux autres protagonistes qui souffrent de leurs c o n f l i t s i n t g r i e u r s . Pourtant, ce qui rend l e personnage de Ferrante plus tragique que l a plupart des autres, c'est que pour l u i comme pour Georges Carrion l a tragedie est intense, tandis que chez l a plupart des autres protagonistes discutgs, leur malheur semble moins tragique p u i s q u ' i l est moins intense, moins pur, diminug, comme nous l'avons montre, par les gvgnements de l a piece, Cela n'est pas d i r e que ces autres personnages ne sont pas gmouvants, n i meme que l e but de Montherlant est de montrer toujours de l a tragedie 'pure'. C'est d i r e simplement que, de tous les personnages qui souffrent, Ferrante semble plus tragique que l a plupart des autres. Pourtant i l est moins tragique que Georges Carrion, puisque c e l u i - c i d o i t v i v r e avec son angoisse, tandis que Ferrante meurt, ce qui semble mettre f i n a ses souffrances. Par l a puretg de sa traggdie Carrion est a notre a v i s l e plus tragique de tous les personnages de Montherlant; viennent ensuite Ferrante et l a soeur Angelique. Les autres protagonistes, eux aussi, souffrent, mais tgmoignent d'une traggdie plus personnelie ou amoindrie, comparge a c e l l e s des t r o i s protagonistes mentionngs. II va sans d i r e , du reste, qu'aucun de ces personnages n'est 'heureux' dans l e cadre de l a d e f i n i t i o n du bonheur que nous donne Montherlant. (35) P a r f o i s cependant, chez quelques-uns des pro- tagonistes dont nous analyserons l e caractere dans le chapitre suivant, l e bonheur semble possible. 82 Notes sur l e chapitre quatre 1 Montherlant, La Guerre C i v i l e , Gallimard, P a r i s , 1965. p. 186. 2 Montherlant, Pasiphae, PL Vol. II, p. 119. 3 Montherlant, C e l l e s qu'on prend dans ses bras, PL Vol. II, p. 817. 4 Ibid., p. 831. 5 Ibid., p. 833. 6 Ibid. 7 Montherlant, Un Incompris, PL Vol. II, p. 415. 8 Ibid., p. 397. 9 Montherlant, Pasiphag, PL Vol, II, p. 122. 10 Montherlant, Un Incompris, PL Vol. I I , p. 397. 11 Montherlant, Demain i l f e r a jour, PL Vol. II, p. 739. 12 Ibid., p. 741. 13 Montherlant, F i l s de Personne, PL Vol. II, p. 340. 14 Montherlant, Demain i l f e r a jour, PL Vol. II, p. 745. 15 Montherlant, Port-Royal, PL Vol. II, p. 1073. 16 Ibid., p. 1074. 17 Ibid. 18 Ibid., p. 1076. 19 Ibid., p. 1077. 20 Primeau, Marguerite A., "Quelques aspects du s a c r i f i c e dans l e s premieres pieces de Montherlant," Proceedings P a c i f i c Northwest Conference on Foreign Languages, Vol. XVII, U n i v e r s i t y of V i c t o r i a , V i c t o r i a , B. C., 1966, p. 115. 21 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, Gallimard, Par i s , 1960, p. 130. 83 22 Ibid., p. 205. 23 Ibid., p. 206. 24 Montherlant, Port Royal, PL Vol. I I , p. 1074. 25 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, Gallimard, Par i s , 1960, p. 130. 26 Montherlant, La Guerre C i v i l e , Gallimard, P a r i s , 1965, p. 180. 27 Ibid., p. 188. 28 Ibid., p. 181. 29 Montherlant, "En r e l i s a n t La Reine Morte", PL Vol, I I , pp. 255-257. 30 Ibid., p. 254. 31 Montherlant, La Reine Morte, PL Vol. II, p. 234. 32 souligne par nous 33 Montherlant, "Les Tragedies de Demain i l f e r a jour", PL Vol. I I , p. 756. 34 Laprade, Jacques de, Preface au Montherlant, Theatre, PL Vol. II, p. xxv. 35 v o i r 1*Introduction, p. 4. CHAPITRE V CONFLITS INTERIEURS: AVEUGLEMENT ET INDIFFERENCE DU PROTAGONISTE A l a dif f e r e n c e des protagonistes discutgs dans l e chapitre prgcgdent qui souffrent de leurs c o n f l i t s i n t g r i e u r s pour l a raison q u ' i l s voient c l a i r en eux-memes a peu pres constamment, d'autres ne souffrent pas de leurs contradictions i n t g r i e u r e s p u i s q u ' i l s s'aveuglent sur e l l e s , ou bien, y sont i n d i f f g r e n t s . Nous tacherons de montrer que l'aveuglement et 1*indiffgrence de ces derniers con- tribuent en e f f e t , a leur bonheur, par contraste avec l e premier groupe, ou l a l u c i d i t e est 1'une des sources p r i n c i p a l e s du malheur. Le personnage de M. P e r s i l e s (Brocgliande) sert de t r a i t d'union entre l e s protagonistes qui souffrent du c o n f l i t i n t e r i e u r , et ceux qui n'en souffrent pas car on remarque chez l u i des car a c t g r i s t i q u e s de chaque groupe. D'abord, pendant l a plus grande par t i e de l a piece, i l ne v o i t pas c l a i r en l u i , ce qui est l'un des t r a i t s principaux des protagonistes du deuxieme groupe. Au commencement de l a piece, par exemple, M. P e r s i l e s a l e tempgrament d'un 'homme de q u a l i t e * . II n'est pas 'comme l e s autres'. II a des q u a l i t g s nobles innges dont i l n'est pas du tout conscient - son dggout i n s t i n c t i f des parvenus, par exemple - mais i l se considere en e f f e t tres o r d i n a i r e . La pensge d'etre noble, q u ' i l s'agisse de l a noblesse d'esprit ou de l a noblesse hgr g d i t a i r e ne l u i est jamais venue. II est noble sans l e savoir. Cependant, apres que l e ggngalogiste La Bonnetiere l u i annonee q u ' i l est un descendant de Saint Louis, M. P e r s i l e s decide de jouer l e r o l e du noble comme i l l e concoit en tant que descendant du Roi Saint. Du gentilhomme inconscient du premier acte, i l change, a son insu, en bourgeois gentilhomme dans l e deuxieme, agissant en bouffon - r g s u l t a t comique de ses e f f o r t s pour a g i r selon sa conception du dicton: Noblesse oblige. A i n s i M. P e r s i l e s est aussi aveugle dans l e deuxieme acte que dans l e premier en ce qui concerne sa propre noblesse. Dans l'acte deux, par exemple, lorsque sa femme tache de denigrer l a 'noblesse' de son mari (c'est-a-dire, l e f a i t q u ' i l est un descendant de Saint Louis), M. P e r s i l e s l u i repond: "Ceux qui n'ont pas de noblesse dans l'ame ne savent imaginer l a noblesse d'ame que r i g i d e et contracted. A l o r s qu'elle est extremement simple et souvent modeste d'aspect."(1) M. P e r s i l e s c r o i t q u ' i l se d e c r i t dans son r o l e de descendant de Saint Louis, tandis qu'en v e r i t y , i l se d g c r i t t e l q u ' i l e t a i t au premier acte - noble par temperament, et modeste. Cet aveuglement en ce qui concerne son propre caractere p e r s i s t e jusque vers l a f i n du troisieme acte ou l e choc de dgcouvrir q u ' i l partage sa d i s t i n c t i o n avec quinze m i l l e autres l u i rend e n f i n sa l u c i d i t y . II v o i t soudain q u ' i l ne l u i reste aucune rai s o n de viv r e , Peu de temps apres que sa femme l u i a malicieusement reveIS l e f a i t q u ' i l n'est pas l'unique descendant de Saint Louis, M, P e r s i l e s d i t : "Je suis comme Don Quichotte quand i l a cesse d'etre fou, Et c'est a ce moment-la q u ' i l meurt."(2) Quelques minutes plus tard, i l se brule l a c e r v e l l e . Comme l a mort de Don Quichotte qui a r r i v e l o r s q u ' i l devient lucide, l e suicide de M. P e r s i l e s est l e r e s u l t a t du f a i t que l u i aussi "cesse d'etre fou", que tout a coup i l v o i t c l a i r en l u i - ayant perdu ses i l l u s i o n s en ce qui concerne sa 'noblesse', i l ne l u i reste plus r i e n ; l a mort l u i semble prSfSrable a une v i e ou i l s e r a i t un homme 'ordinaire', II faut remarquer, d ' a i l l e u r s , que pendant l e s deux premiers actes et pendant l a plus grande p a r t i e du troisieme, M. P e r s i l e s est relativement heureux; c'est-a-dire que pendant q u ' i l est aveugle, M, P e r s i l e s est plus heureux q u ' i l ne l ' e s t quand i l devient lucide. C'est sa l u c i d i t y f i n a l e qui l e rend malheureux et qui l e pousse a se su i c i d e r . A i n s i dans l e cas de M. P e r s i l e s , 1'incapacity de v o i r c l a i r en l u i va de pair, semble-t-il, avec l e bonheur, et l a l u c i d i t y va de pair avec l e malheur. Tandis que par l e cotg lucide de son caractere M. P e r s i l e s f a i t p a r t i e du groupe de protagonistes qui souffrent du c o n f l i t i n t g r i e u r , t e l s que Georges Carrion, l e r o i Ferrante et l e s autres protagonistes discutgs dans l e chapitre precedent, et que par son cotS aveugle i l f a i t p a r t i e de ceux qui ne souffrent pas de leurs contradictions intSrieures, l e personnage de Malatesta (Malatesta) appartient entierement a ce dernier groupe, Du commencement de l a piece jusqu'a l a f i n , i l se rSvele aveugle a ses contradictions i n t e r i e u r e s . Par exemple, i l aime profondSment sa femme Isotta, et nSanmoins peut l ' o u b l i e r a u s s i t o t l o r s q u ' i l s'agit de sa ma£tresse Vannella. II d i t q u ' i l a "horreur des gens qui ont confiance"(3) mais tSmoigne d'une confiance naive a tout propos, et surtout en ce 87 qui concerne ses rapports avec son confident, P o r c e l l i o , qui l'em- poisonne a l a f i n de l a piece. Par ses contradictions i n t e r i e u r e s (qui sont en grande pa r t i e i n e x p l i c a b l e s ) , Malatesta est aussi complexe que l e r o i Ferrante; mais a l a d i f f e r e n c e de c e l u i - c i , Malatesta n'en est jamais conscient, tandis que Ferrante est presque toujours lucide. L'aveuglement du protagoniste est d g c r i t admirablement dans l e s paroles suivantes du Cardinal Borgia qui discute Malatesta avec quelques autres membres de 1'entourage du Pape: "De nos quatre grands c o n d o t t i e r i , i l est sans conteste l e plus i n t e l l i g e n t . Et nganmoins sa p o l i t i q u e n'a jamais cesse d'etre stupide. E l l e a etg toute sa v i e une p o l i t i q u e d'humeurs, et une p e t i t e p o l i t i q u e au jour l e jour, empirique et borage. Cette mauvaise f o i pu e r i l e , ces trahisons pour l e p l a i s i r , ces a t r o c i t e s , ces vengeances, c e l a n'est pas serieux, Cela ne s'accorde n i avec l a consequence dans l a conduite, n i avec l a l u c i d i t e . Neuf f o i s surdix, c e l a se retourne contre l u i ; i l l e s a i t , et i l y p e r s i s t e ; c'est de l a manie ...."(4) Outre l e f a i t q u ' i l est aveugle sur lui-meme, Malatesta se revele toujours aveugle aux mobiles d'autrui. II ne v o i t pas l e mobile du Pape lorsque c e l u i - c i l u i donne un poste dans son service, mobile qui est de l ' o b l i g e r a r e s t e r a Rome ou l'on peut mieux l e s u r v e i l l e r . II ne v o i t pas non plus que P o r c e l l i o va 1'empoisonner et pourtant c e l u i - c i l e l u i indique presque ouvertement. Etant donne son aveuglement, sa naivety, et son gnergie inepuisable, ce qui nous semble l e plus gtrange chez Malatesta, c'est q u ' i l a rgussi a v i v r e jusqu'a l'age de cinquante et un ans. Ngan- moins, l e d e s t i n semble avoir voulu l e prgserver jusqu'a l'age mur avant de l e f a i r e mourir par 1'empoisonnement. A cet egard, l a r e a l i t e est moins vraisemblable que l e denouement de l a piece, car le Malatesta historique est mort confortablement dans son l i t ( 5 ) tandis que c e l u i de Montherlant meurt violemment, ce qui semble mieux cadrer avec l e caractere du protagoniste. A part l e f a i t Strange que Malatesta n'a pas ete frappg plus tot dans sa c a r r i e r e , i l y a deux aspects de sa mort q u ' i l faut mettre en r e l i e f . Le premier, c'est que son malheur ne provient pas de son moi, de ses contradictions ihtSrieures, mais plutot de forces exterieures, en ce cas, des machinations de P o r c e l l i o . Le deuxieme aspect de sa mort, c'est que Malatesta ne devient jamais lucide. II est n<§ aveugle, i l v i t sans se v o i r comme aut r u i l e v o i t , et i l meurt sans parvenir a se connaitre. II ne reconnait jamais son aveuglement. II comprend que c'est P o r c e l l i o qui l ' a empoisonnS, mais i l ne comprend pas que c'est son propre aveuglement qui a donne a P o r c e l l i o 1'occasion de l e tuer. Quant aux spectres des hgros de Malatesta - Cesar, Pompee, Scipion, l e s Gracques - qui l u i apparaissent juste avant q u ' i l meure et qui refusent de 1'accepter comme egal, i l s servent a souligner l e malheur du protagoniste au moment de mourir. II faut noter du reste que, tout comme M. P e r s i l e s l o r s q u ' i l g t a i t aveugle sur lui-meme, Malatesta n'est pas non plus malheureux a cause de ses contradictions i n t S r i e u r e s . Son malheur au contraire, provient de forces en dehors de l u i - du Pape d'abord, et enfin de P o r c e l l i o . Chez Malatesta, a i n s i que chez M. P e r s i l e s , 1'aveuglement sur soi n'est done pas une source de malheur, mais plutot un element qui contribue au bonheur du protagoniste. Tout d i f f g r e n t s q u ' i l s soient en ce qui concerne leur raison d'etre, Malatesta et l'abbe de Pradts de La V i l l e dont l e prince est un enfant se ressemblent en ce que n i l'un n i 1'autre n'est conscient de ses contradictions i n t e r i e u r e s . L'abbe confond son ideal - sa vocation et l e bien-etre de ses eleves - avec son i n t e r e t personnel - c e l u i de gagner 1'amitig du jeune c o l i e g i e n , Souplier. Comme Malatesta qui meurt sans savoir q u ' i l ne se conna£t pas, l'abbe de Pradts ne se connait jamais non plus. A cet egard, i l semble meme moins lucide que Malatesta, car a l a f i n de La V i l l e dont l e prince est un enfant, l'abbe Pradeau de l a Halle, qui est l e Superieur du College, l u i revele auss i charitablement que possible, q u ' i l est un pharisien. Tandis que l'abbe de Pradts accepte, ou plutot devrait accepter l e jugement du Superieur, i l ne se v o i t jamais comme un pharisien. II c r o i t q u ' i l a raison dans l ' a f f a i r e Sevrais-Souplier et que le Superieur a mal in t e r p r e t s ses mobiles. I I d i t a l'abbe Pradeau de l a H a l l e : "C'est parce que Souplier e t a i t l e plus accable d'entre nos enfants que j e l ' a i a c c u e i l l i .... J ' a i l'Evangile pour moi, i l me semble. Et l a ch a r i t y pure et simple."(6) Le Superieur tache de l u i expliquer q u ' i l a t o r t , mais n'y r g u s s i t pas, car l e s i n d i c a t i o n s suivantes, donnges j u s t e avant l e dernier rideau, montrent que l'abbg de Pradts c r o i t q u ' i l a raison, et q u ' i l n'obgit a l'abbg Pradeau que parce que c e l u i - c i est son Supgrieur: "... L'abbg de Pradts revient vers l a table, repousse vivement l e prie-Dieu qui se trouve sur son passage, tombe a s s i s sur sa chaise ... On v o i t ses gpaules secouees par les sanglots ...."(7) A i n s i l'abbe de Pradts aux derniers moments de l a piece est obsting, 90 malheureux, et toujours aveugle sur ses contradictions i n t e r i e u r e s . Son sort est plus heureux, certes, que c e l u i de Malatesta, mais assez t r i s t e , bien qu'on puisse d i r e que son malheur est j u s t i f i e a cause de l a punition peut-etre trop severe q u ' i l a i n f l i g S e a Andre Sevrais. Pourtant, s i l'on regarde l ' A b b e du point de vue de son aveuglement, i l est a plaindre. II se c r o i t en toute s i n c e r i t y l a victime innocente d'un acte d ' i n j u s t i c e , et c r o i t avec une s i n c e r i t y ggale que ce q u ' i l a f a i t en renvoyant Sevrais e t a i t pour l e bien-etre du College et pour l e bien-etre des deux c o l l e g i e n s , Souplier et Sevrais. II est a remarquer que l'aveuglement de l'Abby sur lui - m e m e , comme c e l u i de Malatesta, n'est pas l a source de son malheur. En e f f e t , l'Abbe est assez heureux, temporalrement, apres avoir f a i t renvoyer Sevrais et avant d'apprendre que l e Superieur a renvoye Souplier aussi. De meme que chez Malatesta, l e malheur de l'Abbe provient d'autrui plutot que de son moi. i n t e r i e u r , A i n s i , l'abby de Pradts ressemble a M. P e r s i l e s et a Malatesta en ce que l'aveuglement sur soi est un element du bonheur personnel. Comme nous 1'avons dymontry dans l e chapitre precedent, le s protagonistes les plus malheureux sont ceux, en general, qui sont conscients de leur c o n f l i t s i n t y r i e u r s . D'autre part, Malatesta et l'abby de Pradts, qui n'en sont pas conscients, souffrent aussi, mais moins intensement, semble-t-il, que l e s protagonistes l u c i d e s , parce q u ' i l s ne voient pas c l a i r en eux-memes. Nganmoins, i l ne s'ensuit pas que l a l u c i d i t y mene toujours aux pir e s consequences psychologiques; en e f f e t , c'est tout l e contraire dans L ' E x i l . P h i l ippe de Presles ( L ' E x i l ) appartient a l a f a m i l l e de 91 ceux qui ne souffrent pas de leurs contradictions i n t e r i e u r e s , non pas parce q u ' i l s'y aveugle mais parce q u ' i l y est e n f i n i n d i f f e r e n t . II est.trouble d*abord par le f a i t que son de s i r de s'engager dans l'armge rend sa mere malheureuse. Pour Philippe, i l s'agit en f i n de compte de f a i r e un chpix entre son bonheur et l e bonheur de sa mere, et i l opte enfi n pour son propre bonheur, tout en sachant que sa mere sera malheureuse comme r g s u l t a t - un f a i t auquel Philippe est i n d i f f e r e n t a l a f i n de l a piece. Du reste, pendant toute l a piece, P h i l i p p e temoigne de 1'indifference a ses contradictions i n t e r i e u r e s bien qu'en etant parfaitement conscient: i l d i t q u ' i l veut s'engager pour des raisons patriotiques, mais l a v r a i e raison est son d e s i r d'accompagner son ami, Bernard Senac, au front. Genevieve de Presles discerne cette c o n t r a d i c t i o n chez son f i l s . Dans l e deuxieme acte par exemple, Ph i l i p p e decide de ne pas s'engager quoique sa mere a i t e n f i n donne son consentement. E l l e l u i reproche subsgquemment cette volte-face parce qu'elle l a c r o i t basee sur l e f a i t que Senac va bientot rentrer du front. E l l e l u i d i t : "... l a chose est c l a i r e . Tu v o u l a i s . p a r t i r parce que Senac p a r t a i t . Tu ne veux plus p a r t i r parce que Senac rentre, C'est bien, Mais tu p a r l a i s tout a l'heure de l a p a t r i e : que devient l a p a t r i e dans tout cela? Tu me reprochais d*avoir f a i t de t o i un e x i l hors de l a guerre: j e t'ouvre l a porte de l a guerre.pour.que tu y entres, et tu n'y entres pas, Et pourquoi? A l l o n s , sois franc: tu te f i c h e s de l a p a t r i e comme tu te fi c h e s de l a guerre."(8) Ph i l i p p e ne l u i rgpond pas et sort de l a s a l l e . .II est assez evident cependant, que l a raison q u ' i l a donnge auparavant pour s'engager - l a p a t r i e - a une importance secondaire dans ses sentiments. Cela se v o i t encore une f o i s a l a f i n de l a piece. A l a reunion de Phi l i p p e et Senac, une vive discussion s 1Sieve qui se termine par l a rupture - due en grande p a r t i e a l a p u g r i l i t e de Philippe. D 1autre part, Philippe se rend compte de son peu d'experience comparge a c e l l e de Bernard et decide e n f i n de s'engager a f i n de devenir un homme comme c e l u i - c i . II explique sa dec i s i o n a sa mere: "... Je pars me f a i r e une ame comme l a sienne [ c e l l e de SSnacl, pour l e retrouver au retour."(9) Au denouement de l a piece, P h i l i p p e est done heureux. II s'est l i b e r e de sa mere, ce qui est necessaire de son propre point de vue avant de pouvoir se developper en tant qu'etre independent. II faut r g i t e r e r cependant, que Phi l i p p e ne se soucie pas de ses propres contradictions, ce qui est l'un des elements qui contribuent a son bonheur. Bien que lucide, ou en d'autres termes, bien q u ' i l se rende compte de ses contradictions i n t e r i e u r e s , i l ne souffre pas de sa l u c i d i t e . Au contraire, i l est i n d i f f e r e n t a ses contra- d i c t i o n s comme i l l ' e s t aux sentiments de sa mere a l a f i n de l a piece. II y a meme un c e r t a i n sadisme dans ses dernieres paroles a sa mere ("... j e pars pour me f a i r e une ame comme l a sienne ...") pu i s q u ' i l s a i t que sa mere est jalouse de son amitie pour Senac. Le bonheur de Phi l i p p e est done extremement ggoiste, et a notre av i s , P h i l i p p e l e s a i t . Du point de vue du protagoniste cependant, l'egoisme en s o i n'est pas du tout reprehensible, et est meme necessaire, semble-t-il, a f i n de garantir l e bonheur personnel. Nous nous rappelons l a d e f i n i t i o n du bonheur d'apres Montherlant: 93 "... i l n'y a qu'un but, qui est d'etre heureux. Noblement ou pas noblement. Avec ou sans 1'admiration des hommes. Avec ou sans l'assentiment des hommes ..."(10) A i n s i , s i nous considerons comme valable cette d e f i n i t i o n du bonheur, l'egoisme de Phi l i p p e n'est n i une vertu n i un defaut. L'egoisme l'a i d e simplement a trouver l e bonheur. Pourtant, de tous l e s protagonistes du theatre de Montherlant, Philippe de Presles est l e seul qui, etant completement lucide, etant completement con- scient de ses contradictions internes et sachant qu'autrui l e s v o i t en l u i , s o i t en meme temps heureux. Don Juan (Don Juan) est l u i aussi l'un des rares personnages 'heureux' dans l e theatre de Montherlant. A l a differe n c e de Phil i p p e de Presles cependant, son bonheur depend de sa capacity d'etre tantot lucide, lorsque l a l u c i d i t y l e rend heureux, tantot aveugle, lorsque l'aveuglement l e rend heureux. Montherlant lui-meme d i t au sujet de Don Juan: "Le t r a i t e s s e n t i e l de son temperament, c'est l a mobility. "(11) Ce que Montherlant d y c r i t comme "mobility" est. 1'element qui place Don Juan parmi ceux qui ne souffrent pas de leurs c o n f l i t s i n t y r i e u r s , car en f i n de compte, i l n'en est pas conscient ou bien, s ' i l en est conscient, i l y est i n d i f f y r e n t . Un exemple de l a mobility de Don Juan se ryvele en ce qui concerne sa memoire. II d i t q u ' i l n'a pas de memoire et q u ' i l oublie ses amantes aussi t o t q u ' i l l e s a syduites. Ce manque de memoire est compensy d'abord par le f a i t que Don Juan garde les l e t t r e s d'amour de ses anciennes maitresses. Plus tard, i l dycide de les d y t r u i r e . 94 En p a r l a n t ce c e t t e d o u b l e d e s t r u c t i o n de sa memoire, Don J u a n d i t : "... l a p r e m i e r e f o i s , i l y a eu un i n s t a n t t e r r i b l e . Comme j e n ' a i pas de memoire, c ' e t a i t v r a i m e n t a n e a n t i r une Spoque de ma v i e , f a i r e comme s i e l l e n ' a v a i t j a m a i s e x i s t s . C ' e t a i t me t u e r moi-meme en p a r t i e , dans c e s femmes que j e t u a i s . P a r o l e , j ' a i c r u que j ' a l l a i s m'gvanouir. P u i s j e ne me s u i s pas S v a n o u i , e t j ' a i v u a l o r s que, s i en somme j e l e p r e n a i s l S g e r e m e n t , c ' g t a i t que l e p r e s e n t e t l ' a v e n i r m ' i n t g r e s s a i e n t p l u s que l e p a s s e , q u ' i l s me s u f f i s a i e n t ... J ' a v a i s f a i t p l a c e n e t t e pour eux. Par mon manque de memoire, e t p a r l a d e s t r u c t i o n de ce q u i me r e m p l a g a i t l a memoire, j ' a i b r u l g mes v a i s s e a u x . J e ne peiix p l u s a l l e r qu'en a v a n t . " ( 1 2 ) A i n s i nous voyons chez Don J u a n l a c a p a c i t y de t o u r n e r aux f i n s du bonheur ce q u i p o u r r a i t autrement l e r e n d r e malheureux. Au l i e u de se p l a i n d r e de son manque de memoire, i l en p r o f i t e pour se r e n d r e heureux. Du r e s t e , c e t t e absence n ' e s t pas t o u j o u r s con- s t a n t e . II l a regagne de temps a a u t r e . En p a r l a n t au p e r e de Dona Ana par exemple, Don Jua n d i t , j u s t i f i a n t s a f a c o n de v i v r e : "... Q u e l mal a i - j e f a i t ? J ' a i r e n d u l e s femmes h e u r e u s e s .... A u t r e c h o s e : moi^ l e p r g t e n d u i n - c o n s t a n t , j ' a i S t S i n f i n i m e n t f i d e l e . J ' a i soutenu pendant des annges, de mes s o i n s e t de mon a r g e n t , une f o u l e de personnes avec q u i j e ne c o u c h a i s p l u s . " ( l 3 ) L a mgmoire de Don Juan , s i f a i b l e q u ' e l l e s o i t a c e r t a i n s g g a r d s , ne l ' e s t done pas t o u j o u r s , l o r s q u ' i l s ' a g i t - d e ce q u i l u i f a i t p l a i s i r . Dans l e c a s c i t y c i - d e s s u s , e l l e r e v i e n t a Don Juan l o r s q u ' i l v e u t se s o u v e n i r de q u e l q u e s gvgnements de son pa s s g q u ' i l c r o i t l u i f a i r e honneur. Ce que nous v o u l o n s s o u l i g n e r i c i : , ce n ' e s t pas l a v e r t u n i son absence dans l a m o r a l e de Don J u a n , m a i s p l u t o t l e f a i t que ce q u i l e r e n d h e u r e u x e s t s a c a p a c i t y b i z a r r e d ' e t r e a v e u g l e ou l u c i d e p r esque a v o l o n t g . 95 La plus grande preuve de. cette capacity est son at t i t u d e envers l a mort. Un homme t e l que Don Juan, dont l e bonheur provient essentiellement de 1'avenir, et quelquefois du passe (malgre ce q u ' i l pretend au sujet de sa memoire), v i t e n grande p a r t i e pour l e moment actuel et pour l e bonheur que 1'avenir immgdiat l u i apportera. P u i s q u ' i l r e u s s i t a etre heureux dans toute circonstance, l a seule chose que craigne Don Juan est l a mort, car l a mort mettra f i n a son bonheur. Ppurtant, meme cette peur se di s s i p e enfin, a notre a v i s , car a l a f i n de l a piece, en se rendant compte q u ' i l va bientot mourir, Don Juan, est pret a a l l e r toujours "en avant" en galopant vers une conquete de plus a S e v i l l e . L ' a t t i t u d e de Don Juan envers l a mort a l a f i n de l a piece n'est pas, c e l l e d'un homme qui s'est rgsigng a mourir, mais plutot c e l l e d'un homme qui accepte l a mort avec une certaine i n d i f f e r e n c e . Son f i l s , Don Alcacer, est epouvantg quand i l v o i t que le masque que met son pere change en tete de mort et, que Don Juan ne peut pas l ' o t e r ; mais les dernieres paroles de Don Juan ne r e f l e t e n t pas l'horreur: "Une tete de mort? A l a bonne heure.' En avant J Au galop pour Seville,! "(14) Au denouement de l a piece, Don Juan nous semble done assez heureux, grace en grande p a r t i e , a sa capacity de v o i r les choses toujours du cote qui l u i donne l e plus de bonheur. A l a d i f f e r e n c e de Don Juan qui est tantot lucide, tantot aveugle, Don Alvaro (Le Maitre de Santiago), troisieme protagoniste 'heureux' dans le. theatre de Montherlant, est.- toujours aveugle: i l est aveugle sur l a bonte de sa. f i l l e Mariana pendant l a plus grande p a r t i e de l a piece, et i l ne v o i t pas d ' a i l l e u r s l e piege que l u i tend Don Bernal en tachant de l e f a i r e renoncer a son ascgtisme pour voyager en Amgrique. II s'.aveugle ggalement sur ses contradictions i n t g r i e u r e s . Par exemple, i l se c r o i t chrgtien, mais ne v o i t pas q u ' i l manque de cha r i t g a 1'egard de Mariana; i l ne v o i t pas non plus que sa conception de l'au-dela - l e ngant - ne s'accorde en r i e n avec l a conception chrgtienne. Pourtant, a part son aveugle- ment sur ses contradictions i n t g r i e u r e s , ce n'est pas sa f o i peu orthodoxe que nous voulons mettre en r e l i e f , mais plutot l a force de ses convictions r e l i g i e u s e s p a r t i c u l i e r e s . A cet ggard, Montherlant g c r i t : "... Don Alvaro a une.conception pure et absolue de l'homme, conception q u ' i l modele dans l e moule .chrgtien, parce que l a socigtg ou i l v i t est ardeminent catholique, mais, ce qui est important, ce n'est pas 'ce moule catholique, c'est l ' i n t g g r i t g de sa con- ception, et l a violence avec l a q u e l l e i l l a dgfend contre l e s compromissions."(15) , , C'est done sur " l ' i n t g g r i t g de sa conception" de l a s p i r i t u a l i t y que se base.le bonheur de Don Alvaro. Cette conception implique chez l u i l a p u r i f i c a t i o n pair l a renonciation aux biens matgriels de l a v i e et par son gloignement de l a socigtg de ses semblables. Don Alvaro tache par consgquent d'gviter ou d'gearter tout ce qui pourrait nuire a sa puretg. Ironiquement, c'est Mariana qui comprend l ' i n t e n s i t g de l a ferveur de Don Alvaro meme quand c e l u i - c i considere sa propre f i l l e comme un objet dont 1'existence meme est une tache sur sa puretg. Malgrg 1'attitude de son pere envers e l l e , Mariana 1'admire profondgment. E l l e essaie d'expliquer son caractere a a u t r u i : " I I n'y a nulle a f f e c t a t i o n en mon pere. II va d r o i t devant l u i . Son salut propre, et l'Ordre, v o i l a sa voie:< a d r o i t e et a gauche, r i e n . Son i n d i f f e r e n c e ecrasante pour tout ce qui ne porte pas quelque marque sublime ..."(16) I l : faut remarquer. que l o r s q u ' i l s'agit du bonheur de Don Alvaro, "1' i n d ifference ecrasante" est un element ndcessaire a son caractere a f i n de le rendre heureux. Sans 1*indifference, et sans son aveuglement sur son propre manque de c h a r i t e et de perspicacity Don Alvaro n'aurait pas rgussi a etre heureux. Si nous recapitulons l e s elements qui contribuent au bonheur des t r o i s protagonistes, P h i l i p p e de Presles, Don Juan, et Don Alvaro,- nous voyons que leur bonheur depend, en f i n de compte, de l'absence de c o n f l i t s a l a f i n de l a piece, D'une part, i l s f i n i s s e n t par gagner l e s l u t t e s q u ' i l s menaient avec a u t r u i , comme nous 1'avons montre dans les t r o i s premiers chapitres de cette etude; d*autre part, i l s ne souffrent pas de leurs contradictions i n t e r i e u r e s , s o i t en y gtant i n d i f f e r e n t s , s o i t en etant aveugles. L'abbe de Pradts et Malatesta ne sont pas heureux a l a f i n de l a piece, non pas parce que leurs contradictions i n t e r i e u r e s l e s rendent malheureux, mais a cause des forces en dehors d*eux. Au contraire, leur aveuglement sur leurs contradictions i n t e r i e u r e s c o n t r i b u e r a i t plutot a leur bonheur. * D'autre part, l e s protagonistes que nous avons discutes dans l e chapitre precedent ne sont pas heureux pour des raisons c o n t r a i r e s : en general, i l s reussissent a vaincre leurs adversaires, mais i l s souffrent de leurs c o n f l i t s i n t g r i e u r s . Le personnage de M. P e r s i l e s (Broceliande) est entre l e s deux groupes car son aveuglement sur son moi i n t e r i e u r pendant l a plus grande p a r t i e de l a piece contribue a son bonheur, tandis que les souffrances provenant de sa l u c i d i t y a l a f i n de l a piece, sont l a cause de sa misere. ; . , . Si l e bonheur personnel est de toute premiere importance dans l a v i e comme semble 1*entendre Montherlant - et nous nous rappelons i c i ses paroles: "Malediction sur tout ce qui n'est pas j o i e .... Que tout ce que j e pourrai e c r i r e par l a suite ... so i t l u a l a lumiere de ce que j e d i s la."(17) i l semble que l e bonheur s o i t tres rare lorsqu'on considere que t r o i s protagonistes seulement, sur une quinzaine, reussissent a etre 'heureux', II faut d ' a i l l e u r s , que l'homme 'heureux' s o i t doue d'un c e r t a i n temperament pour atteindre l e bonheur et pour en p r o f i t e r . En examinant l e caractere de Phi l i p p e de Presles, l'un des protagonistes 'heureux', on v o i t q u ' i l est l e seul qui s o i t a l a f o i s entierement lucide et heureux malgre sa l u c i d i t y , Tous l e s autres protagonistes lucides sont malheureux: Georges Carrion, l a soeur Angylique, l e r o i Ferrante pour n'en mentionner que t r o i s . La l u c i d i t y ne semble done pas etre un yiyment du caractere de l ' e t r e 'heureux', Au contraire, c'est plutot l'aveuglement qui aide a l e rendre heureux ou bien, 1'indifference a ses contradictions i n t y r i e u r e s , comme nous 1*avons vu. M. P e r s i l e s par exemple, est relativement heureux avant de devenir lucide a l a f i n de l a piece. Malatesta a u r a i t pu etre heureux malgry son aveuglement en ce qui 99 coneerne ses contradictions i n t g r i e u r e s , s i ses c o n f l i t s extgrieurs avaient gtg rgsolus en sa faveur. Tout son malheur, en d'autres termes, provient de ceux contre lesquels i l se heurte. II en va de meme chez l'abbg de Pradts. II a u r a i t ete heureux, bien qu'aveugle, s ' i l ne s 1 e t a i t pas trouvg en c o n f l i t avec l'abbg Pradeau de l a Halle. Quant a Don Juan, sa capacite d'etre p a r f o i s lucide, p a r f o i s aveugle l o r s q u ' i l s'agit du meme sujet (sa mgmoire, par exemple) est en grande p a r t i e , i n e x p l i c a b l e . D'autre part, c'est son i n - d i f fgrence et son aveuglement qui l u i permettent d'etre heureux. Don Alvaro,' l e troisieme protagoniste 'heureux' tgmoigne. de 1*aveuglement plutot que de l a l u c i d i t g . A i n s i on peut conclure que l a non-connaissance de soi contribue en ggngral au bonheur des protagonistes, et l a l u c i d i t g a leur malheur. Cela peut etre v r a i meme chez Philippe de Presles. II est jeune, p u g r i l , ggoiste, et manque d'expgrience, S ' i l reste lucide a l'avenir, i l est tout a f a i t probable que sa l u c i d i t g l u i dgrobera son bonheur, tout comme les protagonistes plus murs que l u i , qui souffrent de leur l u c i d i t g . A part l a c a r a c t g r i s t i q u e ggngrale de ne pas v o i r ses contradictions i n t g r i e u r e s , l'homme qui voudrait etre 'heureux' d o i t etre pret a gcraser toute opposition extgrieure qui menace son bonheur. La plupart des protagonistes y rgussissent, bien q u ' i l s ne rgussissent pas tous a etre heureux. De facon ggngrale cependant, l e protagoniste d o i t etre assez dur envers ceux avec qui i l se trouve en c o n f l i t s ' i l veut etre heureux. Les deux q u a l i t g s e s s e n t i e l l e s pour le bonheur sont done 1'indiffgrence a. ses propres contradictions, ou bien, 1*incapacity de v o i r c l a i r en s o i , a i n s i que l a duretg necessaire pour subjuguer toute opposition extSrieure a s o i , sans s ' a t t i r e r de remords. Dans les cas de Don Juan et de Don Alvaro, cette durety n'est pas toujours necessaire parce q u ' i l s ont l a chance de connaitre des etres qui n'ont aucune raison de v i v r e sauf c e l l e de rendre plus heureux l e protagoniste - Dona Ana et Don Alcacer qui ne vivent que pour Don Juan, et Mariana qui ne v i t e n f i n que pour le meme i d y a l que Don Alvaro. Sans discuter l a morale des t r o i s protagonistes 'heureux', i l semble que ce soient des hgros 'idSaux* en ce q u ' i l s sont heureux a % l a f i n de l a piece ou i l s figurent - c'est-a-dire, idgaux au sens q u ' i l s se trouvent dans un gtat marqug par 1'absence de tout c o n f l i t quel q u ' i l s o i t . Bien que t r o i s personnages de Montherlant rgussissent a etre 'heureux', i l est gvident que l a philosophie du bonheur que preche l'auteur est en grande p a r t i e i r r g a l i s a b l e car le dgnouement de l a plupart des c o n f l i t s tgmoigne d'un pessimisme profond, D'autre part, quoique l e s t r o i s protagonistes 'heureux' semblent ggoistes et quelque peu monstrueux au lecteur ou au spectateur, i l s tgmoignent d'un c e r t a i n optimisme chez l'auteur: l e bonheur est, en e f f e t , possible, bien qu'au lecteur cet gtat de bonheur ne s o i t digne d'envie que du point de vue du protagoniste lui-meme. 101 Notes sur l e chapitre cinq 1 Montherlant, Broceliande, Gallimard, P a r i s , 1956, P. 94. 2 Ibid., p. 42. 3 Montherlant, Malatesta, PL Vol. II, p. 531. 4 Ibid., p. 496. 5 Montherlant, "Presentation de Malatesta.',? PL Vol. I I , p. 544. 6 Montherlant, La V i l l e dont l e prince est un enfant, PL Vol. II, p. 930. 7 Ibid., p. 936. 8 Montherlant, L ' E x i l , PL Vol, II, p. 72. 9 Ibid., p. 93. 10 Montherlant, La p e t i t e infante de C a s t i l l e , PL Vol. I l l , p. 648. 11 Montherlant, "Notes sur Don Juan,1' Don Juan, Gallimard, Pa r i s , 1958, p.. 178. 12 Montherlant, Don Juan, Gallimard, P a r i s , 1958, p. 21. 13 Ibid., p. 84. 14 Ibid., p. 174. 15 Montherlant, Note l i m i n a i r e , Le Maitre de Santiago, George G. Harrap & Co. Ltd. London, 1955, p. v. 16 Montherlant. Le Maitre de Santiago, PL Vol. II, p. 637. 17 Montherlant, La p e t i t e infante de C a s t i l l e , PL Vol. I l l , p. 648. CONCLUSION En analysant l e s principaux c o n f l i t s dramatiques dans l e theatre de Montherlant nous avons essaye d'en degager l e s elements qui contribuent au bonheur et au malheur personnels des pro- tagonistes, etant donne comme point de depart q u ' i l "n'y qu'un but dans l a v i e " , selon Montherlant, "qui est d'etre heureux"(1) et que ce but, s ' i l e t a i t r e a l i s a b l e , s e r a i t marque par l'absence de tout c o n f l i t . Comme nous 1'avons montrS, l e s protagonistes, qui sont tous depeints comme cherchant l e bonheur personnel selon leurs propres gouts et leur propre temperament, sont des etres peu communs. Ce sont des hommes et quelquefois des femmes, qui se distinguent s o i t par leur influence p o l i t i q u e ou so c i a l e , s o i t par leur devouement a des croyances personnelles q u ' i l s tachent de proteger coute que coute, s o i t par des passions qui defient l a morale commune. Du reste, i l s sont depeints en general comme convaincus de leur s u p e r i o r i t e morale. Puisque l e s heros de Montherlant se voient comme superieurs a leurs adversaires, i l s tendent a considerer l e s i n t e r e t s de ceux-ci comme moins importants que l e s leurs, et quelquefois negligeables. Une t e l l e a t t i t u d e chez l e protagoniste l e rend assez egoiste, p a r f o i s meme monstrueux aux yeux du lecte u r ; mais d'autre part, Montherlant d i r a i t que l ' e t r e superieur est oblige d'etre dur pour ceux avec qui i l se trouve en c o n f l i t a f i n de se preserver d'un monde dont l a mediocrity 1'engouffrerait certainement, 103 L'opinion de Montherlant qui r g p a r t i t l e s hommes en etres 'supgrieurs' et en etres 'moyens' et l e f a i t q u ' i l indique q u ' i l n'y aura jamais de remede contre cette l o i 'naturelle', est au fond, pessimiste. Pourtant, l'auteur ne s'occupe guere des etres 'moyens'. Ceux»ci sont represented comme mgprisables ou comme menacants - assiggeant constamment l ' e t r e 'superieur' a f i n de l'gcraser par l a force ou par 1 ' a t t r i t i o n . Abstraction f a i t e du bonheur de l'antagoniste - puisque Montherlant ne s'en occupe qu'indirectement - on v o i t un autre aspect du pessimisme de Montherlant dans l e f a i t que l e s protagonistes des pieces, bien que favorises par l'auteur, ne rgussissent presque jamais a etre heureux meme quand i l s parviennent a vaincre leurs antagonistes, car l e plus souvent i l s souffrent a l a f i n de l a piece d'une angoisse r g e l l e . Nganmoins, l e denouement de Don Juan, de L ' E x i l , et du Maitre de Santiago rgvelent un c e r t a i n optimisme chez l'auteur:. ceux qui sont assez f o r t s pour dominer leurs antagonistes et qui s'aveuglent sur leurs contradictions i n t g r i e u r e s , ou y sont i n d i f f g r e n t s , sont des etres p r i v i l g g i g s , p u i s q u ' i l s sont heureux. A i n s i P h i l i p p e de Presles (L'Exil) est heureux parce q u ' i l est l i b r e de chercher sa voie sans l a contrainte maternelle et sans remords. Don Juan (Don Juan) et Don Alvaro (Le Maitre de Santiago) sont ggalement heureux puisque, de meme que Ph i l i p p e de Presles, i l ne leur reste aucun c o n f l i t pour l e s troubler a l a f i n de l a piece. En gvaluant l e niveau du bonheur qu'atteint chacun de ces t r o i s protagonistes, i l faut noter que seul P h i l i p p e de Presles ne 104 s'est pas encore cree une philosophie personnelle. Nous l e voyons simplement l i b r e de l a c h o i s i r lorsque l e rideau tombe sur L ' E x i l . D'autre part, Don Juan et Don Alvaro sont des hommes raurs et leurs ideaux personnels sont parfaitement c l a i r s : chez Don Juan, l e li b e r t i n a g e debride et chez Don Alvaro, l a renonciation t o t a l e au monde materiel. II semble ironique, au premier coup d ' o e i l , que ces deux heros fassent p a r t i e de l a compagnie des elus, des etres heureux, dans l e theatre de Montherlant, p u i s q u ' i l s sont tellement d i f f e r e n t s l'un de 1'autre en ce qui concerne leur temperament et leur facon de v i v r e . D'autre part, Don Juan et Don Alvaro symbolisent l e s deux tendances p r i n c i p a l e s de l'auteur lui-meme: c e l l e qui l e pousse vers l a v i e sensuelle et c e l l e qui l e pousse, avec une force presque'egale, vers l a v i e contemplative. Pourtant,>il n'y a aucune piece dans l e re p e r t o i r e de l'auteur ou un protagoniste du temperament de Don Juan se trouve en c o n f l i t avec un homme du temperament de Don Alvaro. Le denouement d'un t e l c o n f l i t nous f o u r n i r a i t peut-etre, l e dernier mot sur l e s croyances philosophiques de Montherlant. II s e r a i t intgressant de v o i r s ' i l o p t e r a i t pour l e sensuel ou l e s p i r i t u e l . Faute d'une t e l l e . p i e c e pourtant, nous devons conclure que selon Montherlant, l a fagon de v i v r e de son Don Juan vaut l a fagqn de v i v r e de son Don Alvaro et vice-versa - ou en termes elementaires, que l e bonheur personnel peut provenir ggalement du sensuel comme du s p i r i t u e l . D'autre part, s i l'on regarde de plus pres l e mot ' s p i r i t u e l ' dans ses rapports avec l e personnage de Don Alvaro, on remarque que ce mot a un sens s p e c i a l , p a r c e que chez Don A l v a r o , l a v o i e s p i r i t u e l l e ne mene a r i e n . M o n t h e r l a n t lui-meme d i t de son p r o t a g o n i s t e : " J e c o n s t a t e dans Le M a i t r e de S a n t i a g o une a s s e z v i v e absence de l'amour de D i e u ... Quant a A l v a r o , q u ' e s t - c e son amour de D i e u , s i n o n l'amour pour l ' i d g e q u ' i l se f a i t de s o i ? ... Son D i e u e s t ngant p l u s qu'amour."(2) C e t t e i d g e du ngant comme element des c r o y a n c e s de M o n t h e r l a n t se r e t r o u v e dans l e s deux p i e c e s ou l a f o i r e l i g i e u s e e s t 1'element l e p l u s i m p o r t a n t du c a r a c t e r e du p r o t a g o n i s t e - l a s o e u r Angelique ( P o r t - R o y a l ) e t l e c a r d i n a l C i s n e r o s (Le C a r d i n a l d'Espagne) - c a r l e denouement des p i e c e s nous montre l a f o i g b r a n l g e s i n o n d g t r u i t e chez l e s p r o t a g o n i s t e s . A i n s i , dans l e t h e a t r e de M o n t h e r l a n t sergpand l ' i d e e que D i e u dgbouche s u r l e r i e n ou que D i e u n ' e s t que " l ' i d e e qu'on se f a i t de s o i . " I I s ' e n s u i t qu'aux yeux de l ' a u t e u r , l e s e x i g e n c e s des p r o t a g o n i s t e s s o n t de t o u t e p r e m i e r e i m p o r t a n c e p u i s q u e c e u x - c i f o n t d'eux-memes l e u r s p r o p r e s d i e u x pour a i n s i d i r e . I I n ' e s t done pas d i f f i c i l e : de comprendre p o u r q u o i l a p l u p a r t des p r o t a g o n i s t e s de M o n t h e r l a n t semblent t e l l e m e n t e g o l s t e s e t p o u r q u o i i l s t r o u v e n t d i f f i c i l e de s ' o u b l i e r : l e u r s p r o p r e s i n t g r e t s s o n t l e u r r a i s o n d ' e t r e . P a r consgquent, i l semble leu r ; manquer en g g n g r a l un i n d g f i n i s s a b l e s e n t i m e n t de r e s p e c t pour l e c a r a c t e r e s a c r g de t o u t e c r g a t u r e humaine. En e f f e t , l e s s e u l s e t r e s d i g n e s du r e s p e c t e t p a r f o i s de l'amour du p r o t a g o n i s t e s o n t ceux q u i se c onforment e n t i e r e m e n t aux e x i g e n c e s du p r o t a g o n i s t e lui-meme - Dona Ana e t Don A l c a c e r dans l e u r s r a p p o r t s a v e c Don J u a n (Don Juan) e t M a r i a n a dans ses r a p p o r t s avec Don A l v a r o a l a f i n du 106 M a i t r e de Santiago,, En p l u s de l e u r egolsme, l e s p r o t a g o n i s t e s s o n t d e p e i n t s comme s u p e r i e u r s a l e u r s a d v e r s a i r e s dans p r e s q u e t o u s l e s domaines. I I y a peu d ' e x c e p t i o n s . Dans l e s p i e c e s ou M o n t h e r l a n t v e u t m e t t r e en r e l i e f l e c o t e j a l o u x , r a n c u n i e r e t d e s t r u c t e u r des e t r e s •moyens', l e p r o t a g o n i s t e e s t v a i n c u : M. P e r s i l e s ( B r o c e l i a n d e ) e t M a l a t e s t a ( M a l a t e s t a ) dans s e s r a p p o r t s avec P o r c e l l i o . L e p r o - t a g o n i s t e e s t v a i n c u egaleroent l a ou i l se t r o u v e en c o n f l i t avec l ' E g l i s e : l'abbe de P r a d t s ( L a V i l l e d ont l e p r i n c e e s t un e n f a n t ) , M a l a t e s t a ( e n ce q u i c o n c e r n e son c o n f l i t a v e c l e Pape) e t l a soe u r A n g e l i q u e ( P o r t - R o y a l ) . L e f a i t que M o n t h e r l a n t a e c r i t des p i e c e s ou l e p r o t a g o n i s t e e s t v a i n c u p a r l ' E g l i s e r e v e l e , p e u t - e t r e , une a d m i r a t i o n v o i l e e pour l ' E g l i s e , m a l g r e l a m a n i f e s t a t i o n de s e s c r o y a n c e s peu o r t h o d o x e s e t p a r f o i s a t h e e s dans ses p i e c e s . De t o u t e f a g o n , p u i s q u ' i l s ' a g i t , dans l a p l u p a r t des p i e c e s , d'un p r o t a g o n i s t e q u i e s t p l u s f o r t que son a n t a g o n i s t e e t que l e p r o t a g o n i s t e r e u s s i t p r e s q u e t o u j o u r s a v a i n c r e l ' a n t a g o n i s t e , l e s c o n f l i t s semblent e t r e , en grande p a r t i e , des c o n f l i t s e n t r e i n e g a u x comme nous 1'avons montre, p a r exemple, dans l e p r e m i e r c h a p i t r e , ou l'homme se t r o u v e en c o n f l i t avec une femme, e t dans l e deuxieme, ou l'homme se t r o u v e en c o n f l i t avec son e n f a n t . Dans s es c o n f l i t s a v e c l a socicSte en g e n e r a l , ou en d ' a u t r e s termes, avec 1 ' o p i n i o n commune, comme nous l ' a v o n s vu dans l e c h a p i t r e t r o i s , l e p r o t a g o n i s t e l a m g p r i s e e t a g i t s e l o n s e s p r o p r e s d e s i r s m a l g r e l a s o c i e t e , ou b i e n , i l s ' i s o l e d ' e l l e e t meme se t u e ( B r o c e l i a n d e ) a f i n de ne pas e t r e o b l i g e de l a s o u f f r i r . A i n s i l e s p r o t a g o n i s t e s 107 rgussissent, en ggngral, a atteindre l e u r s buts dans leurs c o n f l i t s avec a u t r u i et pour cette raison, i l s semblent presque toujours en c o n f l i t avec des etres plus f a i b l e s . Comme rgsultat.de cette i n g g a l i t g apparente entre l e pro- tagoniste et l'antagoniste, i l semble manquer aux pieces de Montherlant une i n t r i g u e ou deux adversaires qui sont ggalement 'supgrieurs' se trouvent en c o n f l i t - a 1'exception peut-etre de La Guerre C i v i l e ou Pompge et Cgsar sont d g c r i t s comme s'ggalant en 'supg r i o r i t g ' . Cependant, i l n'y a pas de v g r i t a b l e confrontation entre Pompge et Cgsar puisque c e l u i - c i n'apparait jamais sur l a scene. La question intgressante: Que se passerait - i l s i deux hommes ggalement 'supgrieurs', ggalement imbus d'idgaux personnels, et ggalement femes, se trouvaient en c o n f l i t ? va done sans rgponse dans l e thgatre de Montherlant. . . Bien que l e protagoniste vainque son adversaire dans l a plupart.des pieces, et bien que Montherlant semble f a v o r i s e r ses protagonistes en ce qui concerne leurs c o n f l i t s avec a u t r u i , ce favoritisme est beaucoup attgnug sur l e plan esthgtique car, dans plusieurs pieces, l e protagoniste se rgvele a l a f i n comme souffrant d'une angoisse (Georges Carrion et l e r o i Ferrante pour n'en mentiohner que deux) qui a t t e i n t un haut niveau de traggdie et qui r i v a l i s e , a. notre a v i s , avec l a traggdie classique. Quant aux protagonistes 'heureux', s i P h i l i p p e de Presles ( L ' E x i l ) , Don Juan (Don Juan) et Don Alvaro (Le Maitre de Santiago) servent d'exemples du plus haut dggrg du bonheur qu'envisage Montherlant, i l semble que ce bonheur s o i t gtroitement l i m i t g en ce 108 q u i c o n c e r n e s e s p e r s p e c t i v e s h u m a n i t a i r e s e t s p i r i t u e l l e s . A i n s i nous t r o u v o n s d i f f i c i l e d ' a c c o r d e r a c e s t r o i s p e rsonnages l ' a c c o l a d e d ' e t r e d i g n e s d ' i m i t a t i o n , a moins qu'on ne c h o i s i s s e comme P h i l i p p e de P r e s l e s d ' e t r e c y n i q u e e t e g o l s t e a f i n d ' a t t e i n d r e son b u t , ou e n c o r e , a moins qu'on n ' a i t e t e doue du temperament ( d ' a i l l e u r s i n v r a i s e m b l a b l e ) de Don J u a n , dont l e bonheur depend de sa c a p a c i t y de v o i r l e s c h o s e s t o u j o u r s du c o t e q u i l e r e n d l e p l u s h eureux, ou b i e n e n c o r e , de Don A l v a r o , dont l e bonheur depend de son egolsme, de son aveuglement, e t de son i s o l e m e n t de ses s e m b l a b l e s * T a n d i s que l a p h i l o s o p h i e du bonheur que pr o p o s e M o n t h e r l a n t p o u r r a i t e t r e a c c e p t e e en p r i n c i p e p a r n ' i m p o r t e q u i p u i s q u ' e l l e semble a c c o r d e r a t o u t l e monde l e d r o i t de c h o i s i r ce q u i l e r e n d r a h e u r e u x , i l p a r a i t , d ' a pres l e s c o n f l i t s des p i e c e s , que l e d r o i t au bonheur n ' i n t e r e s s e l ' a u t e u r que dans s e s r a p p o r t s avec des e t r e s ' s u p e r i e u r s ' . Du r e s t e , l e s t r o i s p r o t a g o n i s t e s q u ' i l montre comme a t t e i g n a n t u n etat de bonheur - des e t r e s ' i d e a u x ' au sens que l e u r etat de bonheur e s t marque p a r 1'absence de t o u t c o n f l i t q u e l q u ' i l s o i t - ne s e r v e n t pas n g c e s s a i r e m e n t d ' i n t e r p r e t e s sympathiques de c e t t e p h i l o s o p h i e . P o u r t a n t , s i l ' o n c o n s i d e r e l e s p i e c e s dans l e u r ensemble, i l f a u t r e c o n n a i t r e l e t a l e n t de M o n t h e r l a n t comme dramaturge dans l e f a i t q u ' i l a l a c a p a c i t y d'engager profondement l e s e m o t i o n s e t 1 ' i n t e l l i g e n c e - d u s p e c t a t e u r e t du l e c t e u r dans des c o n f l i t s draraa- t i q u e s q u i o n t comme base ce q u i e s t , en e f f e t , une p h i l o s o p h i e d'egoisme. En e f f e t , pour l e s p e c t a t e u r e t l e l e c t e u r , beaucoup des a s p e c t s de c e t t e p h i l o s o p h i e s o n t peu a t t r a y a n t s . 110 Notes sur l a Conclusion 1 v o i r 1'Introduction, p. 4. 2 Montherlant, Le Maitre de Santiago, George G. Harrap & Co. Ltd., London, 1955, p. I i BIBLIOGRAPHIE I ROMANS, PIECES, ESSAIS ET OEUVRES DE FICTION NON THEATRALES DE MONTHERLANT EN ORDRE CHRONOLOGIQUE 1920 - L a R e l e v e du m a t i n , dans PL V o l . I 1922 - Le Songe, dans " V o l . I I I 1924 - Chant f u n e b r e pour l e s m o r t s de Verdun, dans " V o l . I 1924 - L e s O lympiques, dans " V o l . I I I 1926 - L e s B e s t i a i r e s , dans " V o l . I I I 1927 - Aux F o n t a i n e s du d e s i r , dans " V o l . I 1929 - L a P e t i t e I n f a n t e de C a s t i l l e , dans " V o l . I I I 1929 - L ' E x i l , dans !' V o l . I I 1932 - Mors e t V i t a , dans " V o l . I 1934 - E n c o r e un i n s t a n t de bonheur, dans " V o l . I I I 1934 L e s C e l i b a t a i r e s , dans " V o l . I I 1935 S e r v i c e I n u t i l e , dans " V o l . I 1936 - P a s i p h a g , dans " V o l . I I 1936 - L e s J e u n e s F i l l e s , dans " V o l . I I I 1936 m P i t i e pour l e s femmes, dans " V o l . I I I 1937 - Le Demon du b i e n , dans " V o l . I I I 1938 - L ' f q u i n o x e de septembre, dans " V o l . I 1939 - L e s L e p r e u s e s , dans " V o l . I I I 1941 - Le S o l s t i c e de i u i n , dans " V o l . I 1942 - L a R e i n e M o r t e , dans " V o l . I I 1944 mm F i l s de P e r s o n n e , dans " V o l . I I 1944 - Un I n c o m p r i s , dans " V o l . I I 112 1946 1946 1947 1947 1949 1950 1950 1951 1953 1954 1954 1956 1957 1958 1960 1963 1965 1966 Malatesta, dans Un Voyageur s o l i t a i r e est un diable, dans Le Maftre de Santiago, dans L'Art et l a v i e , (rggditg avec Brocgliande,Paris, Gallimard, 1963) PL Vol. I I " V ol. II " Vol. I I - Demain i l fera jour, dans " C e l l e s qu'on prend dans ses bras, dans " Notes sur mon thgatre, dans - La V i l l e dont l e prince est un enfant, dans " Textes sous une occupation 1940 - 1944, dans - L ' H i s t o i r e d'amour de "La Rose de Sable", " Port-Royal, dans - Brocgliande - Carnets 1930 - 1944, dans - Don Juan - Le Cardinal d'Espagne - Le Chaos et l a nuit - La Guerre C i v i l e - Va jouer avec cette poussiere, (Carnets 1958 - 1964) PL V o l . II " Vol. II " V ol. I I " V ol. I I " Vol. I Pa r i s , Plon. PL Vol. II Pa r i s , Gallimard. PL Vol. I P a r i s , Gallimard. II OUVRAGES A TIRAGE RESIREINT NON EDITE'S EN EDITION ORDINAIRE Earinus, P a r i s , Hazan, 1928. Hispano-Moresque, P a r i s , Emile-Paul, 1929. Paysage des "Olympiques," P a r i s , Grasset, 1940. 113 Sur l e s femmes, M a r s e i l l e , Ed. du S a g i t t a i r e , 1942. L ' E v e n t a i l de f e r , P a r i s , F l a m m a r i o n , 1947. L ' E t o i l e du s o i r , P a r i s , L e f e b r e , 1949. Coups de S o l e i l , P a r i s , L a P a l a t i n e , 1950. EspaSa Sagrada, P a r i s , W a p l e r , 1952. Le F i c h i e r p a r i s i e n , P a r i s , P l o n , 1952. L e s A u l i g n y , P a r i s . Amiot-Dumont, 1956. L'Embroc (1963) v. S u r e r , P. Le T h e a t r e f r a n c a i s c o n t e m p o r a i n , p. 374 e t p. 379. I I I SELECTIONS Pages de t e n d r e s s e ; L a Femme. Le Camarade. L ' E n f a n t . L e s Hommes. P a r i s , G r a s s e t , 1929. L a V i e en forme de proue ( T e x t e s c h o i s i s a 1'usage des j e u n e s gens) P a r i s , G r a s s e t , 1942. Pages c a t h o l i q u e s (ed. Marya K a s t e r s k a ) P a r i s , P l o n , 1947. T h e a t r e C h o i s i , (ed. Andre F e r r a n ) P a r i s , H a c h e t t e : C l a s s i q u e s illustr£s V a u b o u r d o l l e , 1953. IV . ARTICLES DE MONTHERLANT UTILES A CETTE ETUDE " R e f l e x i o n s s u r mon t h e a t r e , " La Revue de La Pensee F r a n c a i s e , j a n v i e r , 1952, pp.- 9 - 10. P r e f a c e au M a i t r e de S a n t i a g o , London, H a r r a p , 1955. " L a R e i n e M o r t e change de c o i f f u r e , " N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s , l e 22 septembre, 1966. " M a l a t e s t a , une t r a g g d i e de l ' a b s u r d e a v a n t l ' a b s u r d e , " N o u v e l l e s L i t t e r a i r e s , l e 30 mars, 1967. " P r e f a c e pour L a Rose de S a b l e , " N o u v e l l e s L i t t g r a i r e s , l e 20 a v r i l , 1967. V OUVRAGES ET ARTICLES CRITIQUES CONSULTES A l b g r e s , R. - M. B i l a n l i t t g r a i r e du v i n g t i e m e s i e c l e . P a r i s , A u b i e r , E d i t i o n s M o n t a i g n e , 1956. . L ' A y e n t u r e i n t e l l e c t u e l l e du X X 6 s i e c l e . P a r i s , A l b i n M i c h e l , 1959. A r l a n d , M. La G race d ' g c r i r e , P a r i s , G a l l i m a r d , 1955. B a r j o n , P e r e L o u i s s . j . Mondes d ' g c r i v a i n s - d e s t i n g e s d'hommes. P a r i s , Casterman, 1960. B e a u v o i r , Simone de. Le Deuxieme Sexe, P a r i s , G a l l i m a r d , 1949. B e c k e r , L u c i l l e F. The D r a m a t i c P r o d u c t i o n o f Henry de M o n t h e r l a n t , Ph.D. T h e s i s , C o l u m b i a U n i v e r s i t y , 1958. Beer, J e a n de. M o n t h e r l a n t , ou l'homme encombrg de D i e u . P a r i s , Elammarion, 1963. B l a n c h e t , A. La L i t t e r a t u r e e t l e s p i r i t u e l . P a r i s , A u b i e r , E d i t i o n s M o n t a i g n e , 1960, pp. 85 - 102. B o i s d e f f r e , P i e r r e de. Mgtamorphose de l a l i t t g r a t u r e de B a r r e s a M a l r a u x . P a r i s , E d i t i o n s A l s a t i a , 1950. . H i s t o i r e V i v a n t e de l a l i t t e r a t u r e d ' a u j o u r d ' h u i , 1939 - 1964. L i b r a i r i e Acadgmique P e r r i n , 1964. Cazamian, L. A H i s t o r y o f F r e n c h L i t e r a t u r e , London, O x f o r d U n i v e r s i t y P r e s s , 1959. C h i a r i , J o s e p h . The Contemporary F r e n c h T h e a t e r , London, R o c k l i f f , 1958, pp. 205 - 222. C l o u a r d , H e n r i . H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e f r a n g a i s e du symbolisme a nos j o u r s , 2 tomes. P a r i s , E d i t i o n s A l b i n M i c h e l , 1949, passim. C l o u g h , M a r g a r e t . Le s y n c r g t i s m e e t 1 ' a l t e r n a n c e , dans l e t h g a t r e de Henry de M o n t h e r l a n t d e p u i s 1950. M.A, T h e s i s , U n i v e r s i t y o f L i v e r p o o l , 1959. Cruickshank, John. Montherlant. London, Oli v e r and Boyd, 1964. Faure-Biguet, J . - N. Montherlant, homme de l a Renaissance, P a r i s , Plon, 1925. . Les Enfances de Montherlant, Par i s , Plon, 1941. Fleury, V. "Montherlant en vedette," Nouvelles L i t t g r a i r e s , l e 2 fgv., 1967. Hobson, Harold. The French Theatre of To-day. New York, Benjamin Blom, Inc., 1953, pp. 169 - 197. Jones, R. E. The Alienated Hero i n Modern French Drama, Athens, Ga., Un i v e r s i t y of Georgia Press, 1962. Lagarde, A. et Michard, L. XX 6 S i e c l e , P a r i s , Bordas, 1962. Lalou, Rene. H i s t o i r e de l a l i t t g r a t u r e francaise contemporaine. 2 tomes. P a r i s , Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1947, passim. Laprade, Jacques de. Le theatre de Montherlant, P a r i s , E d i t i o n s Denoel, 1950. . Prgface au Thgatre de Montherlant. P a r i s , Gallimard, Bibliotheque de l a Plgiade, 1954. Lecerf, Emile. Montherlant ou l a guerre permanente, Bruxelles, E d i t i o n s de l a Toison d'Or, 1944. Mandel, 0., gd. The Theatre of Don Juan; A C o l l e c t i o n of plays and views 1630 - 1963, L i n c o l n , U n i v e r s i t y of Nebraska Press, 1963. Martin, Marie - M, La Vie de Sigismond Malatesta, P a r i s , E d i t i o n s du Conquistador, 1951. Mgriel, Etienne Henry de Montherlant, son oeuvre, p o r t r a i t et autographe, P a r i s , E d i t i o n s de l a Nouvelle Revue C r i t i q u e , 1936. Mohrt, Michel. Montherlant, homme l i b r e , P a r i s , Gallimard, 1943. Morreale, Gerald. An Introduction to the theater of Henry de Montherlant. Department of Romance Languages, U n i v e r s i t y of Rochester, 1951. O'Brien, J u s t i n . "A Man Absent from Himself," The Reporter, March 10, 1966. Perruchot, Henri. Montherlant, P a r i s , Gallimard, 1959. 116 P r i m e a u , M a r g u e r i t e A. "Quelques a s p e c t s du s a c r i f i c e dans l e s p r e m i e r e s p i e c e s de M o n t h e r l a n t , " P r o c e e d i n g s - P a c i f i c N o r t h w e s t C o n f e r e n c e on F o r e i g n Languages. Volume X V I I , V i c t o r i a , B.C., U n i v e r s i t y o f V i c t o r i a , 1966. P u c c i a n i , 0. F., ed. The F r e n c h T h e a t e r s i n c e 1930. New Y o r k , G i n n & Co., 1954, pp. 203 - 214. Rousseaux, Andre. L i t t e r a t u r e du v i n g t i e m e s i e c l e . P a r i s , E d i t i o n s A l b i n M i c h e l , 1943. S a i n t - P i e r r e , M i c h e l de. M o n t h e r l a n t , b o u r r e a u de soi-meme, P a r i s , G a l l i m a r d , 1949. S a n d e l i o n , Jeanne. M o n t h e r l a n t e t l e s femmes, P a r i s , P l o n , 1950. S e c r e t a i n , Roger. P r e f a c e aux Romans e t o e u v r e s de f i c t i o n non t h e a t r a l e s de M o n t h e r l a n t . P a r i s , G a l l i m a r d , B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , 1959. Simon, P i e r r e - H. P r o c e s du h e r o s . M o n t h e r l a n t . D r i e u L a R o c h e l l e . J e a n P r e v o s t . P a r i s , Aux E d i t i o n s du S e u i l , 1950. j . H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e f r a n c a i s e au X X e s i e c l e . 2 tomes. P a r i s , L i b r a i r i e Armand C o l i n , 1956, p a s s i m . S i p r i o t , P i e r r e . M o n t h e r l a n t par lui-meme. Aux E d i t i o n s du S e u i l , P a r i s , 1953. . P r e f a c e aux E s s a i s de M o n t h e r l a n t , P a r i s , G a l l i m a r d , B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , 1963. S u r e r , P. Le T h e a t r e f r a n c a i s c o n t e m p o r a i n , P a r i s , L a S o c i e t e d ' E d i t i o n d'Enseignement S u p e r i e u r , 1964. T h S r i v e , A n d r e . M o r a l i s t e s de ce temps, P a r i s , Amiot-Dumont, 1948.

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
France 9 0
United States 5 0
Germany 1 10
China 1 24
City Views Downloads
Unknown 8 10
Mountain View 3 0
Paris 3 0
Beijing 1 0
Ashburn 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items