UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le dualisme chez Albert Camus : le bonheur et l'absurde Olson, Jane Carol 1969

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1969_A8 O47.pdf [ 6.75MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104153.json
JSON-LD: 831-1.0104153-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104153-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104153-rdf.json
Turtle: 831-1.0104153-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104153-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104153-source.json
Full Text
831-1.0104153-fulltext.txt
Citation
831-1.0104153.ris

Full Text

LE DUALISME CHEZ ALBERT CAMUS: LE BONHEUR ET L'ABSURDE by JANE CAROL OLSON B.A., Baldwin-Wallace College, 1967 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in the Department of French We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA October, 1969 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree a t the U n i v e r s i t y of B r i t i s h C olumbia, I a g r e e t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and Study. I f u r t h e r a g r e e t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g of t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be g r a n t e d by the Head o f my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g or p u b l i c a t i o n o f t h i s thes.is f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f FRENCH  The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date I Septerriber 196 9 ABSTRACT Dualism c h a r a c t e r i z e s the work of A l b e r t Camus. The young Medi-terranean, who was fortunate enough to have a sense of communion with the g l o r i o u s nature of h i s n a t i v e A l g e r i a , a l s o s u f f e r e d from one of i t s inherent maladies--poverty. He no t i c e d a l s o that h i s companions had no r e l i g i o u s f e e l i n g s ; they burned themselves out i n a great b u r s t of joyous p h y s i c a l existence on the beaches r a t h e r than preoccupy them-selves w i t h thoughts of l i f e a f t e r death. They, and Camus i n hi s tu r n , put a l l the emphasis on the l i f e here and now because they f e l t that the a f t e r - l i f e was merely a hypothesis. Thus, at a very young age, A l b e r t Camus became aware of the event which would give l i f e a new, i n t e n s i f i e d meaning; he saw death as the i n e v i t a b l e end of t h i s l i f e which he loved. The dualism e x i s t s , t h e r e f o r e , between t h i s attempt to f i n d happiness and the r e a l i z a t i o n that t h i s attempt i s doomed from the beginning by an i n d i f f e r e n t and incoherent world which can at any moment snu f f out l i f e . This l a t t e r reasoning i s that of the Absurd. From t h i s dualism i s born a new p o s i t i o n — r e v o l t . Camus r e v o l t s a g ainst everything that depreciates the value of l i f e , whether bour-geois conformism and complacency or communist t e r r o r and t o r t u r e . This negative r e v o l t i s always balanced by an emphasis on the p o s i t i v e e l e -ments of l i f e - - h a p p i n e s s , l o v e , f r a t e r n i t y , beauty. There are, t h e r e f o r e , three main themes i n the work of A l b e r t Camus--happiness, the Absurd, r e v o l t . They c o e x i s t throughout the i i i entire length of his writings. Together they evolve and mature. The theme of happiness begins by the attempt to find a personal, physical happiness. Examples are Noces, L'Etranger. and many of the female characters of Camus. The second type of happiness i s found in La Peste, L'Homme revolte, and one story from L'Exil et le Royaume. It i s the desire for the collective happiness of a group. Thirdly, there i s a transcendant happiness whose object i s some abstract con-cept. Jean Tarrou of La Peste and the heroes of Les Justes are the major examples. Finally, there i s a group of characters whose attempts at happiness f a i l because they reject human warmth in favour of their ideals. They are Caligula, Martha and Jan of Le Malentendu, Clamence of La Chute, and the Renegade of L'Exil et le Royaume. In any case, true happiness must be tempered by the realization that men must die. The importance of this lucidity runs as a subtheme under that of happi-ness. The Absurd, too, evolves. Its earliest l i t e r a r y manifestations are characterized by the emphasis on natural causes of death and mis-understanding—the plague, the w i l l of the gods, destiny. It i s , therefore, called a metaphysical absurd and examples are taken from Le Malentendu and Le Mythe de Sisyphe. A second form of the Absurd i s caused by men themselves, their wars, and ideological cold wars. This i s a social absurdity discussed i n La Peste, L'Homme revolte, L'Etat de Si&ge, L'Ete, La Chute, Discours de SuSde, and Les Justes. A derivative of this type of the Absurd i s the absurdity of the robot-like l i f e led by modern man. L'Etranger is the most striking example, but Le Mythe de Sisyphe and a story from L'Exil et le Royaume continue iv this theme• Revolt has two stages which correspond with those of the Absurd. -The f i r s t feeling of revolt i s a metaphysical rebellion against God, the world, or destiny which force men to die. Its examples are Noces, L'Etranger, Le Mythe de Sisyphe, Caligula, Le Kalentendu, and several characters from La Peste. The second rebellion i s social i n that i t reacts against totalitarianism, murder, and falsehood. It i s found i n the person of Jean Tarrou i n La Peste, L1Komme revolt!, L'Etat de Si&ge, Les Justes, La Chute, and L'Ete. One of the most important characteris-t i c s of revolt i s moderation. Man has the right to revolt against his oppressor, but not to legitimize murder to gain his end. If this tac-t i c should be necessary, he must sacrifice his own l i f e in order to absolve himself of his crime. Finally, Camus' thought i s characterized by a sort of humanism because of his incessant emphasis on the value of human l i f e . La  Chute, as an ironic work, i s the example. In i t Camas c r i t i c i z e s Christians, Communists, and existentialists alike for their lack of moderation and their lack of f a i t h in man. Camus' position during the Algerian revolt also proves his concern for moderation. The result of this moderate revolt w i l l hopefully be happiness. It i s on this note that the cycle of Camus' work i s completed. TABLE DES MATIEEES ABSTRACT i i INTRODUCTION 1 NOTES SUR L 1 INTRODUCTION 9 CHAPITRE I—LA TENTATIVE VERS LE BONHEUR 11 NOTES SUR LE CHAPITRE I 6 1* 36 CHAPITRE I I — L E SENTIMENT DE L'ABSURDE i|0 NOTES SUR LE CHAPITRE II 70 CHAPITRE III—LA REVOLTE 7U NOTES SUR LE CHAPITRE III 10h CONCLUSION—L'HUMANISME DE CAMUS 108 NOTES SUR LA CONCLUSION 116 BIBLICGRAPHIE 118 INTRODUCTION L'heritage des penseurs absurdes e t a i t deja considerable en 19U2 quand A l b e r t Camus p u b l i a Le Mythe de Sisyphe, e s s a i e n t i l r e m e n t sur l'absurde. Camus, ayant f a i t ses etudes superieures en p h i l o s o p h i e , d e v a i t b i e n l e connaftre. L i r e P a s c a l , par exemple, e s t v o i r une scene de l a premiere piece de Camus, C a l i g u l a ;• Qu'on s'imagine un riombre d'hommes dans l e s chaines, e t tous condamnes a l a mort, dont l e s uns etant chaque jo u r egorges I l a vue des a u t r e s , ceux q u i r e s t e n t ' v o i e n t l e u r propre con-d i t i o n dans c e l l e de l e u r s semblables, e t , se regardant l e s uns l e s autres avec douleur et sans esperance, attendent a l e u r tour., C'est 1*image de l a c o n d i t i o n des hommes.-^ -Cette pensee de l ' a b s u r d i t e de l a c o n d i t i o n humaine a ete con-t i n u e d au X I X e s i d c l e par Kierkegaard, Dostoi'evski et Nietzsche, e t par Kafka, Andre Malraux et Jean-Paul S a r t r e au XX s s i d c l e . Mais c'est A l b e r t Camus q u i e s t reconnu comme l e philosophe de l'absurde, pro-bablement a cause de sa d e f i n i t i o n de ce sentiment s i commun a son epoque. I I e s t important de remarquer que l e s heros camusiens r e s -semblent plus au Zarathustra de Nietzsche qu'au Roquentin de S a r t r e . Zarathustra p o u r r a i t S t r e l e narr a t e u r de Noces: "My ego taught me a nevj p r i d e , I teach i t t o men r No longer t o bury the head i n the sand of heavenly t h i n g s , but to carry i t f r e e l y , an e a r t h l y head which creates meaning f o r the e a r t h . M a l g r e son angoisse metaphysique, ce mystique a i m a i t t r o p l e monde; i l ne pouvait p o i n t l e v o i r avec l e degollt s a r t r i e n . Mais l ' e t i q u e t t e "philosophe de l'a b s u r d e ^ e s t a u s s i fausse chez-, 2 Camus que chez l e s a u t r e s , car l'absurde n'est qu'un commencement pour l a pensee camusienne. Jean-Paul Sartre d i t d'Albert Camus: He represented i n our time the l a t e s t example of t h a t long l i n e of m o r a l i s t e s whose works'constitute perhaps the most o r i g i n a l element i n French l e t t e r s . His o b s t i n a t e humanism, narrow and pure, austere and sensual, waged an u n c e r t a i n war a g a i n s t the massive and formless events of the time. Cette c i t a t i o n montre l e sentiment commun d'un c e r t a i n nombre d'hommes q u i voyaient Camus comme l e defenseur des v a l e u r s t r o p l o n g -temps o u b l i e e s . Par exemple, Camus p e n s a i t que l a v i e d'un s e u l homme, s o i t innocent s o i t coupable, e t a i t t r o p precieuse pour que l ' E t a t mono-l i t h e l a l u i enl§ve. "'II f a u t done donner un coup d'arre't spectacu-l a i r e e t proclamer, dans l e s p r i n c i p e s et dans l e s i n s t i t u t i o n s , que l a personne humaine e s t au-dessus de l ' E t a t . " ^ Ce Mediterranean hai'ssait a u s s i l a v i o l e n c e inexcusable des emeutes, des r e v o l u t i o n s et des guerres q u i sont t r o p communes depuis l e debut du s i S c l e . En e f f e t , i l l u t t a i t sans cesse contre l e morne d e s t i n de t o u s — c e d e s t i n donne 3 l a f o i s par l e s dieux et l e s hommes: c e l u i de l a mort. Bien q u ' i l n ' a i t pas pu se r e c o n c i l i e r avec l e s dieux, i l a redonne 3 l'homme un d r o i t a n cien: c e l u i du bonheur. Cette etude e s s a i e r a de s u i v r e l e developpement de sa pensee. H j a d'abord l e dualisme de l a t e n t a t i v e vers l e bonheur e t du sen-timent de l'absurde. Le r e s u l t a t du c o n f l i t entre ces deux tendances est l a r e v o l t e . Comme co n c l u s i o n , l e s ideaux q u i se montrent 3; tra;-vers ce cheminement des sens et de 1 ' i n t e l l e c t seront examines a f i n de v o i r precisement l e s v a l e u r s que cet homme defenda i t s i sinc^rement. Pour mieux comprendre ce dualisme q u i sera l e p o i n t de depart, i l f a u t s a v o i r d'ou i l e s t vernu Ne lb Mondovi, A l g e r i a , l e 7 novem-br e , 1913, A l b e r t Camus et son f r l r e afne f u r e n t eleves par l e u r mire a p r l s l a mort de l e u r p l r e a l a Premilre Guerre Mondia'le. U s s ' i n -s t a l l m e n t a B e l c o u r t , q u a r t i e r d'Alger peuple d'Arabes, d'Espagnols et de F r a n c a i s , tous pauvres. Bien qu 1 A l b e r t y conntit l a r n i s l r e , i l n'oubliaj jamais son enfance.' I I n'y a v a i t qu'uri e'tage et l e s e s c a l i e r s ri'etaient pas e c l a i r e s . Maintenant encore,'aprls de longues annees, i l p o u r r a i t y r e t o u r -ner en p l e i n e n u i t . I I s a i t q u ' i l g r i m p e r a i t I ' e s c a l i e r a toute v i t e s s e sans trebucher une seule f o i s . Son corps m@me es t impre-gne de cet t e maison. Ses jambes conservent en e l l e s l a mesure exacte de l a hauteur des marches.£ Au m i l i e u de ce t t e pauvrete m a t e r i e l l e , Camus trouva quelqu'un q u i l u i montra l a d i g n i t e s i l e n c i e u s e des p a u v r e s — s a mire, q u i s e r -v i r a de module 3 toutes l e s mires muettes e t s o l i t a i r e s creees par Camus. "She was the i n s p i r a t i o n f o r one of the e s s e n t i a l f i g u r e s i n many of h i s l a t e r plays and novels and suggested a fundamental symbol: the s i l e n t mother, the lan d of A f r i c a , the ea r t h , d e a t h . n o Camus comprit l e s i l e n c e et l a s o l i t u d e de l a pauvrete e t 1'amour que sa mire a v a i t pour l u i , d'ou un premier dualisme. S'i ce s o i r , c'est-1*image d'une c e r t a i n e enfance q u i r e v l e n t v e rs moi, comment ne pas a c c u e i l l i r l a legon d'amour et de pauvrete que je p u i s en t i r e r ? . . . O u i , r e c u e i l l i r seulement l a transparence e t la . s i m p l i c i t e des paradis perdus: dans une image. La scene q u i s u i t c e t t e c i t a t i o n l a i s s e d e c o u v r i r cette image. Camus raconte une conversation avec sa mire toujours p l e i n e de s i l e n c e mais a u s s i de l a comprehension t a c i t e d'une mire pour son f i l s . Le pays n a t a l de Camus met en evidence un deuxilme dualisme. Les d e s c r i p t i o n s de l a . b e a u t ! sauvage de l ' A l g e r i e creees par l e jeune e c r i v a i n sont comme un chant d'amour: par exemple, l ' e s s a i "Noces a Tipasa". u Au bout de quelques pas, les absinthes nous prennent 3 la gorge. Leur laine grise couvre les ruines ll perte de vue. Leur essence fermente sous la chaleur, et de la terre au s o l e i l monte sur toute l'etendue du monde un alcool genereux qui f a i t v a c i l l e r le c i e l . . . J'y suis souvent alle avec ceux que j'aimais et je l i s a i s gur leurs t r a i t s l e c l a i r sourire qu'y prenait le visage de 1'amour. Cette beaute unie a la jeunesse de l'auteur de Noces f i t naftre chez Camus une joie de vivre presque sans mesure. Mais cette joie, comme l'amour silencieux de sa mdre, comprend une dignite et une fiert e qui laissent dej3 entrevoir le premier r81e que tiendront la beaute et la nature dans tous les decor-s camusiens. J'aime cette vie avec abandon et veux en parler avec liberte: elle me donne l'orgueil de ma condition d'homme. Pourtant, on me l'a souvent d i t : i l n'y a pas de quoi §tre f i e r . S i, i l y a de quoi: ce s o l e i l , cette mer, mon coeur bondissant de jeu-nesse, mon corps au gout de sel et 1'immense decor ou la ten-dresse et la gloire se rencontrent dans le jaune et le bleu.9 Mais Camus connaissait aussi la pauvrete inherente de l'Algerie, d'abord dans sa vie personnelle 3 Belcourt, puis dans l a misdre ecra-sante des Arabes de la Kabylie. Comme journaliste pour Alger Republi- cain, i l f i t une enqu^te sur cette situation deplorable. Le reportage ne f a i t que decrire les conditions sans commentairej les f a i t s eux-me'mes en decrivent l'horreur. Mais le journaliste voyait comme d'habi-tude le seul bien que possedassent les Kabyles, c'est-3-dire, l e monde^ Sans doute, s e n t a i t - i l naltre une solidarite entre ces infortunes et lui-me'me 3 cause de leur experience semblable: la pauvrete equilibree par la beaute. "Dans cet admirable pays qu'un printemps sans egal couvre en ce moment de ses fleurs et de sa lumi3re, des hommes souf-frent de faim et demandent la justice.""^ Camus decida d'ecrire sous forme d'essai sa decouverte fondamen-tale : le dualisme de la vie qui est l'absurdite du contraste entre la richesse de l'existence physique et le caractdre inevitable de la mort.1^ Sa premiere manifestation litteVaire est L'Envers et I'Endroit. Les cinq essais et raSme le titre temoignent de ce dualisme, "L'Ironie"; raconte l'histoire des vieux en face de la mort et des jeunes gens qui ne les comprennent pas. H fut bientQt seul, malgre ses efforts et ses mensonges pour rendre son recit plus attrayant. Sans egards,, les jeunes e"taierit partis, De noiiveau seul. N'Stfe plus "ecoute: c'est cela qui est terrible lorsqu1on est vieux. On le coridaranait au silence et a la solitude. On lui signifiait qu'il allait bientSt mourir. ^  Le silence des hommes n'est pas le seul pour ceux qui attendent la raortr i l y a aussi celui de Dieu. TrSs jeune Camus rejeta le christianisme pour qu'il put mieux vivre dans son monde. L'incroyant mit le monde 3 la place que Dieu tenait pour les Chretiens. S'il fallait choisir entre la vie eternelle incertaine et la vie dont on pouvait jouir dans le monde, Camus choisirait la vie sur une terre chaleureuse et fragrante, tressaillant d'amour humain. A cette heure, tout mori royaume est de ce monde. Ce soleil et ces ombres, cette chaleur et ce froid qui vient du fond de l'air... Je tiens au monde par tous mes gestes, aux hommes par toute ma pitie et ma reconnaissance II savait aussi que ses compatriotes faisaient de m&nej lis jouissaient de la beaute naturelle de l'Algerie et de la beaute physique du corps.^ La religion attendait la fin de la viej malheureusement c'etait trop tard. Pour ceux qui avaient 1'habitude de vivre parmi les hommes, le monde sans hommes et peuple settlement de Dieu ne leur donnait aucune consolation. Une vieille moribonde s'en rend compte. Et livree tout entiere a la pensee de sa mort, elle ne savait pas exactement ce qui l'effrayait, mais sentait qu'elle ne voulait pas 3tre seule. Dieu ne lui servait de rien, qu'3 l*6ter aux hommes et I la rendre seule. Elle ne voulait pas quitter les hommes. ^  6 Sans doute, cette vieille eprouvait-elle le mSme sentiment que Camus. G'etait la joie de la vie qui rendait la mort si tragique» L'essai MMort dans l'Srae" de L'Envers et 1 'Endroit est le rlcit du voyage de l'auteur a travers le monde de la mort vers celui de la vie. Garaus se trouvait 3 Prague, exile" de son paysage algerien enso-leille ^theureux. Dans la villa t c h e q u e i l "Itouffait entre des murs." Pendant que le garcon d'etage frappait a la porte de la cham-bre voisine et ne recevait aucune reponse, Camus devenait instinc-tivement inquiet. H trouva que l'homme qui y habitait avait It! assassin!. La scene qu'il regarde montre la tragedie de la mort. Cette lumiSre me bouleversa. Elle I t a i t authentique, une vraie lumiSre de vie, d'apre's-midi de vie, une lumidre qui fait qu'on s'aperQoit qu'on vit, Lui I t a i t mort. Done le narrateur fuit Prague pour gagner 1'Italie ou i l espSre trouver son milieu: " j 1 I t s i s prdt pour le bonheur.", Mais i l se rend vite compte que "devant cette plaine italienne, peuplle d'arbres, de soleil et de sourires, j'ai saisi mieux qu'ailleurs l'odeur de mort 17 et d'inhumanite..." Done la nature mime le peinait, car pour Camus la mort Itait la fin inlluctable de cette vie dont la douceur et la beaut! seraient a jamais perdues. Ce qui rendait cette tragedie encore plus desesplree, c'Itait le fait que ces biens de la nature dureraient toujours dans 1'indif-ference totale pour ceux qui mouraient autour d'eux. Camus savait que pour lui "tout pouvait crouler" mais que le monde autour de lui "duraitj pudique, ironique et discret". Done le visage beau et sou-riant du* monde portait aussi le regard indifflrent qui pouvait rlvol-ter l'homme en face de sa propre fin sans appel* L*image de cette 18 vie d'homme etait done "une amertume sous une flamme": le scandale de mourir dans un monde qui invite ll vivre le plus possible. Aussi se retrouvent dans ce l i v r e tous les themes qui traverse-raient l'oeuvre de Camus—le bonheur de vivre et l'absurdite de la mort, l a souffrance <et l a dignite humaines, l a perte de l a vie eter-nelle pour l'approfondissement de l a vie terrestre. Ce caractSre dua-l i s t s est trarte plus 3 fond dans le Mythe de Sisyphe. On ne decouvre pas l'absurde sans Stre tente d'ecrire quelque manuel de bonheur...Mais i l n'y a qu'un monde. Le bonheur et l'absurde sont deux f i l s de l a m6me terre. Us sont insepara-bles. 1? Les critiques en general reconnaissent chez Camus ce dualisme de la condition humaine absurde et du bonheur. Peut-Stre Pierre-Henri Simon l'exprime-t-il le mieux: Son premier l i v r e , publie a Alger en 1937• opposait dej3 un "en-vers" de l a condition humaine—pauvrete, souffrance, mort et tout ce qui f a i t le scandale de l a conscience—et un "endroit"—ciel, s o l e i l , mer, splendeur de choses et joie des sens—, et c'est ce qu'i l appelle le bonheur. Done 1'importance de ce commencement humble est bien evidente. "Pour moi, je sais que ma source est dans L'Envers et 1'Endroit, dans ce monde de pauvrete et de lumiSre ou j ' a i longtemps vecu..." Les deux pSles entre lesquels son oeuvre oscillera seront done la pauvrete et l a lumiSre. La pauvrete sera celle de son enfance et de son pays 3 laquelle succedera l'absurde. La lumi^re sera represen-tee par le s o l e i l , le vent et la mer d'une jeunesse mediterraneenne, lumif?re qui deviendra ensuite la nostalgie du bonheur sur cette terre. II y a tant de variations de ce dualisme dans l'oeuvre de Camus qu'on ne peut que les enumerer et citer les exeraples les plus frappants de chacune. II faut noter que ces exemples viennent de chaque periode 8 de son developpement depuis L'Envers et 1 1Endroit jusqu'a son dernier recueil de contes L'Exil et le Royaume. MSme ces deux t i t r e s montrent son adhesion 3 cette contradiction que comprend la vie. Noces est l a repetition du theme de L 1Envers et 1'Endroit. Mais les essais lyriques du deuxiSme, livre mettent l'accent sur l'existence physique glorieuse. Dans le premier roman de Camus, L'Etranger, le dualisme est montre par deux symboles: la lumiSre de l a premiere partie du l i v r e ou Meursault etait heureux et l'obscurite de la prison de la seconde partie ou i l attend l a condamnation 3 mort. "Jonas", un des contes de L'Exil et le Royaume, est l e portrait du problSme dualiste de 1'ar-t i s t e : doit-on se separer des hommes pour faire vivre son art ou opter pour la vie avec des opportunistes qui peuvent detruire toute crea-tion artistique. Les Carnets et un des essais de L'Ete, "Le Minotaure ou la halte d'Oran", posent l a question du neant, une des tentations les moins connues de Camus. La reponse de l'auteur est une discipline dure et un engagement dans l a lutte contre l a condition humaine 3 cause de sa compassion pour ses semblables. Le dualisme de la separation et de 1'union est plus celeTare car La Peste, un des livres les plus connus de Camus, en est l'exemple. Done l'envers et l ' e x i l , l'ombre qui entoure la mort, la solitude, le neant et la separation, sont tous des aspects de l'absurde. L'endroit est le royaume, aussi bien que la lumiSre qui baigne l a vie et 1'union et la solidarite des hommes joints dans I'action commune qui mene au bonheur. NOTES. SUR L" INTRODUCTION Pascal, Les Pensees, cite par Andre Lagarde et Laurent Michard, XVII s SiScle (Paris, Bordas, 1961;), p. 165. %ietzsche, Thus Spoke Zarathustra (Baltimore, Penguin Books, 196U), p. 60. 3Jean-Paul Sartre, "Tribute to Albert Camus", Camus: A Collec- tion of C r i t i c a l Essays, ed. Germaine Bree (Englewood C l i f f s , N.J., Prentice-Hall, Inc., 1962), p. 173. ^ Albert Camus, "Reflexions sur l a guillotine", dans Reflexions  sur l a peine capitale, e c r i t avec Arthur Koestler (Paris, Calmann-Levy, 1WTYJ P. 176. ^Albert Camus, L'Envers et 1'Endroit (Paris, Gallimard, i 9 6 0 ) , p. 62. ^Germaine Bree, Camus A Collection of C r i t i c a l Essays, p. 5« 7 Camus, L'Envers et 1'Endroit, pp. 72-73. 8Albert Camus, Noces (Paris, Chariot, 19U5), P« 15. 9 I b i d . , p. 21. ^ A l b e r t Camus, Actuelles III; Chronique algerienne 1939-1958 (Paris, Gallimard, 1958,), p. 97. ^John Cruickshank, Albert Camus and the Literature of Revolt (New York, Oxford University Press, 1966), p. x i . •^Camus, L'Envers et 1'Endroit, p. Ir5. 133bid., pp. 123-12U. l^Georges J. Joyaux, "Albert Camus and North Africa", Yale  French Studies, No. 25, Spring I960, p. 12 l5Camus, L'Envers et 1'Endroit, pp. k2-h3» l 63bid., p. 9 2 . 1 7 I b i d . , p. 100. 1 9 A l b e r t Gamus, Le Mythe de Sisyphe (Paris, Gallimard, 1?U2), p. 165. ^Pierre-Henri Simon, Presence de Camus (Paris, Editions A.-G. Nizet, 1962), p. 25. ^Camus, L'Envers et l'Endroit, p. 13. CHAPITRE I La Tentative vers le bonheur Le bonheur,; etant une emotion extr&nement passagdre, resists, en general, ll la definition. L'oeuvre de Camus ajoute d'autres problSmes 3 cause de son caract&re evolutifj le bonheur que cherchait 1'Algerois qui se promenait a Tipasa ne ressemble pas beaucoup au bonheur revolte" que le travail constant et fatiguant contre la mort apportait au doc-teur Rieux dans la ville empestee d'Oran, et celui de Sisyphe aux enfers, toujours encombre de son roeher, ne donne pas la mSme satis-faction que la joie d'Arrast, habitant de la terre des hommes, qui scelle une amitie en portant la. pierre de la fraternity. II faut trouver une sorte de denominateur commun qui serve 3 lier toutes les formes diverses des bonneurs camusiens. II semble que ce facteur soit 1•union de l'homme avec quelque chose que 1'arrangement inalterable du monde met hors de sa portee, par exemple, dans La Pestet Rambert veut retrouver sa femme, separee de lui par le fllau. Philip Thody explique que: "An almost Freudian yearning for union runs through practically the whole of his work, a longing for the country where contradictions are resolved."1 Ces contradictions forment le centre me*me de l'oeuvre de Camus. Mais I cause du temperament de l'auteur, i l est difficile de reconcilier ces dualismes dlji notes dans "I1Introduction". Ainsi les moments de l'union ne sont qu'ephe-mSres comme le remarque le docteur Rieux dans La Peste. AprSs avoir 12 regard! les couples heureux qui se retrouvent aprds de longs mois de separation, Rieux sait qu'un jour "la peste reveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cite heureuse."^ Done, le roman le plus optimists qu'ait !crit Camus finit, lui aussi, sur 1'impossibilit! de l'union definitive. La conscience "...chaque fois qu'elle est lucide, sait que son d!sir n'est qu'un d!s±r et non la participation 3 une unite rlalisee."^ II semble que ce d!sir d'union ne soit qu'une nostalgie coridamnee d'avance 3 Stre vaincue par quelque nouvelle peste. Pour prouver que l'union apporte le bonheur, une citation de Camus suffit: "Mais qu'est-ce que le bonheur sinon le simple accord entre un Stre et 1'existence qu'il mSne.^ Cette existence n'est pas toujours la mSme chez Camus, d'ou 1'evolution des formes du bonheur. L'existence simple et intensement sensuelle de Meursault, heros de L'Etranger, n'a rien de commun avec l'existence cerebrale de Jean-Baptiste Clamence, juge-penitent d'un bar 3 Amsterdam, dans La Chute. Au fur et 3 mesure que les situations dans lesquelles les heros camu-siens se trouvent deviennent de plus en plus complexes, le bonheur se montre progressivement plus compliqu!. Dans ce chapitre, nous discuterons les cinq formes de l'union qu's: traitles Pierre Nguyen-van-Huy dans son ouvrage La; Mltaphysique  du Bonheur chez Albert 'Camus. Quatre mSnent 3 un vrai bonheurj 1'autre aboutit & l'!chec. Les personnages utilises comrne examples pour chaque division seront tire's de toute l'oeuvre camusienne pour qu'un des thdmes principaux soit vu dans 1'obsession avec le bonheur qui a exist! chez l'auteur pendant vingt ans. "Quand i l m'arrive de chercher ce qu'il y a en moi de fondamental, c'est le goftt du 13 bonheur que j'y trouve.n< Camus, l'auteur de L'Envers et 1'Endroit et de Noces, est done le premier exemplej i l parle dans, ces deux oeuvres de la naissance mime de ce desir inepuisable pour le bonheur* La premiere union est celle de "l'homme avec la terre M i qui mene au "bonheur d'Stre".^ H y a deux caractlristiques de ce bonheur: le physique et 1'individuals Le cSte" physique est montrl par les premiers essais lyriques de Camus, par exemple, Noces: '"...la nage, les bras vernis d'eau sortis de la mer pour se dorer dans le soleil et rabattus dans une torsion de tous les musclesj la course de l'eau sur mon corps, cette possession tumultueuse de l'onde par mes jambes..."^  Au fond de ce bonheur demeure une joie presque sexuelle. En pariant de 1'individuality typique de ce bonheur, une d e f i -nition du mot indiyiduel est ne'eessaire. Cela ne veut pas dire que le bonheur soit Igolste ou hedoniste. Au contraire, l'auteur de Noces veut que ses freres soient aussi heureux que lui. Son ancien maltre et ami Jean Grenier reconnalt ce besoin peu commun: n,...le bonheur ne 8 pouvait exister pour lui que s' i l le partageait avec d'autres."' Enfin, un bonheur individual est celui qui ne.se sacrifie pas a quel-que bonheur plus llevl, comme le desir pour le bonheur collectif d'un groupe. Les villes assiegees d'Oran et de Cadiz dans La Peste et L'Etat de Siege et leurs hires Rieux et Diego fourniront plus tard des exemples de celui-ci. Mais a cette plriode de son developpement, un bonheur simple et naturel suffit -A Camus. n est intlressant de remarquer que ce bonheur, comme ceux qui le suivront, ne vient point d'un espoir dans l'au-deli. Pour Camus qui s'en tient I cette vie d'amour et de joies sensuelles, le seul peche centre la vie Wl...n'est peut-Stre tant d'en desesperer que d'esperer une autre vie, et de se derober h 1'implacable grandeur de ceUe-ci."9 Une doctrine religieuse n'off re aucune consolation^ Gamus athee exige une lucidit! complete en face de la mort. II est necessaire de toujours reconnaftre que la mort est inevitable et d'agir en consequence. Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumiSre comrae sur la mort. Au reste, comment dire le bien aui m£ne de cet amour devorant de la vie 3 ce desespoir secret.^ ® M§me les bonheurs les plus simples ont cet "envers" qui est la con-naissance de la certitude de sa propre mort. Le monde que choisit Camus s'adresse aux sens. Un premier bonheur vient simplement d'une appreciation de la beaute de la nature. L.'au-teur veut me*me son integration avec le monde. Etre ce rayon de soleil ou ma cigarette se consume, cette douceur et cette passion discrete qui respire dans 1 'air. Si j'essaie de m'atteindre, c'est tout au fond de cette lumidre.-*1 Cependant cette integration avec le monde se change en communion entre l'homme et la terre: •^ ...je mordais dans le fruit dejS dor! du monde, bouleverse de sentir son jus sucre et fort couler le long de mes lSvres. Non, ce n'etait pas moi qui comptais, ni le monde, mais seulement _ * l'accord et le silence qui de lui 3 moi faisait naitre 1'amour. Cet amour differencie Camus de Sartre, qui n'lpouve que le dlgoflt le plus violent en face du monde. Ce bonheur n'est pas seulement 1'admiration des dons naturels du monde, comrae la plage a Tipasa ou le vent 3 Djemila. H faut par-ticiper a cette vie a cause me'me du manque de foi religieuse. C'est ce que les jeunes concitoyens d'Alger apprirent a Camus. Le signs de la jeunesse, c'est peut-§tre une vocation magnifique 1* pour les bonheurs faciles. Mais surtout, c'est une participa-tion a vivre qui touche au gaspillage. 3s La tentation de l'epuisement total est engendree d'une seule certi-tude, c'est la certitude qu'on n'a que cette vie, Le heros du premier recit de Camus, Meursault (L'Etranger), montre fort bien ce que c'est que le bonheur d'etre. Dire que Meur-sault sait vivre est une exagerafcion, car la vie qu'il mdne est pleine d'aprfis-midis ennuyeux. De fortes emotions lui manquent; seules les sensations le stimulent. II ne sent que la bruTure du soleil et la fatigue 3 I'enterrement de sa mere et le plaisir physique de ses nuits avec sa maltresse Marie, XL ne s'agit pas d'amour. Mais dans son reveil juste avant sa mort, la memoirs de sa vie telle qu'il l'a vecue le rend heureux. Son accord complet avec la terre en est la raisont ...je m'ouvrais pour la premiere fois I la tendre indifference du monde. De 1'eprouver si pareil 3 moi, si fraternel enfin, . j'ai senti que j'avais ete" heureux, et que je l'etais encore. Toute la premiere partie du recit montre cet accord, Meursault n'est pas etranger 3 son milieu, soit naturel soit social.^ H a ses amis Celeste et Raymond, une jeune f i l l e l'aime, i l jouit de la beaute" de l'Algerie. Ce n'est qu'aprSs le meurtre de l'Arabe qu'il se sent Stranger car " i l est proscrit du milieu humain auquel i l £tait si bien adapt^i"^ Ainsi separe" de sa source de bonheur qu'est le paysage algerien et isole" de ceux avec qui i l partageait ce bonheur, Meursault devient cet homme qui ne peut. ou ne veut pas comprendre les machina-tions du monde judiciaire. Aprds de longs mois dans sa cellule solitaire et sombre, Meur-sault se revolte et reconnaft la justesse de sa vie dans le monde et de son droit au bonheur sur la terre: ...his end i s an apotheosis...a reintegration into the cosmos. The stranger has in his prison c e l l , on the brink of death, found his kingdoms the irreplaceable, eyery-momeht l i f e of an ordinary human being who by an inexplicable decree of fate i s destined to death. 1 7 Malheureusement, cette l u c i d i t ! vient trop tard et l a condamnation de Meursault provient de la corabinaison du sentiment de l'absurde et du manque de l u c i d i t ! . Sisyphe, le h!ros qui suit Meursault de quelques mois est con-damn!, non pas 3 la mort, mais a une tfiche sans repit et sans espoir. II faut q u ' i l roule un rocher jusqu'au sommet d'une montagne d'ou cette pierre devale de l a vitesse qu'elle s'est acquise. Ce t r a v a i l dure eternellement. n y a des variations du mythe 3 l'!gard du crime qui a cause cette punition. La plus interessante raconte l e retour de Sisyphe des enfers. "Mais quand i l eut de nouveau revu l e visage du monde, goflt! l'eau et le s o l e i l , les pierres chaudes et l a mer, i l ne voulut plus 18 retourner dans 1'ombre infernale." Sisyphe sent tellement l e lien entre l u i et l a terre des hommes q u ' i l se rlvolte contre les dieux pour ne pas le rompre. Ee bonheur revolt! de Sisyphe s'oppose aux dieux en faveur de ce monde. II y a une caracteristique de ce bonheur qui le rend plus noble, quoique plus tragique, que celui de Meursault. Celui-ci a v!cu sans conscience} i l ne savait pas pourquoi i l agissait. Sa justification -vient aux heures qui pr!e3dent de peu sa mort. Sisyphe est conscient de son sort, mais cette l u c i d i t ! "consomme du me*me coup sa.victoire. H n'est pas de destin qui ne se surmonte par le m!pris."^"9 Ce m!pris f a i t que Sisyphe est l e vainqueur et l u i rend son bonheur, bien que 17 cette emotion soit moins innocente et plus amSre que la joie de vivre des jeunes Algeriens dont Meursault peut Stre 1'example* Le mythe de Sisyphe finit par retourner vers la terre et la par-ticipation, seules sources de bonheur que Camus reconnaisse en ce moment* Ghacun des grains de cette pierre, chaque Iclat mineral de cette montagne pleine de nuit, 3 lui seul, forme un monde. La lutte elle-mSme vers les sbmmets suffit a remplir un coeur d'homme. H faut imaginer Sisyphe heureux.2^ Heureux car i l n'est pas complStement prive du monde; Sisyphe est maltre de son destin. II est Evident que Camus commence deja" 2 preciser le sens du mot bonheur. Une simple admiration esthetique de la beaute naturelle est rendue plus compliqule par 1'exigence de la lucidite. La lucidit! met en valeur la conscience omnipresente de la mort. La mort, bien qu'elle soit la fin ineluctable de la vie, rend la vie si prlcieuse qu'il faut la vivre pleinement et y trouver autant de bonheur que possible. C'est la mort done qui souligne l1importance du bonheur dans la courte vie humaine. Serge Doubrovsky affirms cette position: ...death is the element which gives i t (la vie) its full meaning. Life retrieves and absorbs death, and in its very defeat triumphs^ since death which denies life succeeds only in reaffirming l i f e . 2 1 n est une seconde categorie de ce bonheur dit physique qui s'ap-pelle 1'amour physique. Presque toutes les femmes camusiennes sont des exemples de cet amour, sauf les mSres et Dora, heroine des Justes. Marie Cardona, dejl rencontres dans la discussion de L'Etranger en tant que maftresse de Meursault, ne vit que pour son amour. Les faits divers de ss vie sont trds epars. Seule son ancienne position de dactylo au mSme bureau que Meursault est offerte comme evidence de sa 18 vie 3 elle. Elle accepte Meursault tel qu'il est sans lui poser de questions parce qu'elle l'aime et qu'elle veut leur bonheur mutuel. Caesonia, vieille amante de Caligula dans la piSce qui porte le nam de celui-ci, a la mSme tSche bien que plus difficile. Les travaux que l'empereur exige dependent de la cruaute de Caesonia et de son indifference envers la souffrance d'autrui, Elle les complete sans guSre questionner jusqu'8 ce que son ma£tre l1Strangle* Mais Caesonia sait ce que Caligula semble avoir oublie dans sa recherche d'un absolu cruel et absurds: Cela peut Stre si bon de vivre et d'aimer dans la puretS de son coeur...Le bonheur est genereux. IL ne vit pas de destructions Ainsi, bien que ce bonheur de femme soit simple et sans exigences sauf 1'amour, i l appdrte une verite que le temperament des hommes neglige, surtout quand ils estiment trop 1'absolu. Maria est la femme de Jan, f i l s prodigue du Malentendu. Pendant le jeu macabre sur lequel insiste son raari, elle l'avertit en lui rappelant leur amour* Leur pays, sans doute l'Algerie ou quelque autre pays au bord de la Mlditerranle, joue un r61e important car i l symbolise le bonheur physique qu'ils ont connu lS-bas* C'est 3 cette patrie abandonnee et 3 son amour qu'elle pense: "Mais moi, je n'ai pas d'autre reVe que ce pays oft nous etions heureux, pas d'autre devoir que t o i . " ^ L'ironie est que Jan meurt pour ne pas avoir offert ce bonheur ouvertement 3 sa soeur qui le souhaitait tant. Encore une fois la simplicity feminine l'emporte sur le jeu masculin qui m3ne Jan 3 sa mort. La dernie're heroine est Victoria, 1'amante de Diego dans L'Etat de Sidge. Un des defauts dramatiques de cette piSce semble §tre le manque de consistance Chez les personnages; chacun n'est que le porte-parole d'une attitude envers l a vie. En parlant de Victoria, Germaine Bree d i t : "They (les forces abstraites) are there in positive form:... pure love in V i c t o r i a . " ^ Robert de Luppe voit que "...Victoria (est) le bonheur i n d i v i d u a l . " ^ E l l e sait elle-me*me que 1'amour est son seul devoir: J'ai trop 3 faire pour porter mon amour.' Je ne vais pas encore me charger de la douleur du monde.' C'est une tSche d'homme, cela, une de ces tSches, vaines, steriles, ent£tees.. .2° Elle ne comprend que l'appel de cet amour, pour Diego qui completera sa vie; l a signification de l a mort de son amant pour le bonheur col-l e c t i f des citoyens de Cadiz l u i echappe. On ne trouve qu'un homme qui puisse figurer dans cette categorie et i l est s i g n i f i c a t i f q u ' i l l a quitte pour un bonheur plus heroique. Rambert, journaliste depayse de La Peste, passe quelques mois ll essayer tous les moyens pour echapper i cette v i l l e close. Ni les bureaux legitimes n i les entremises clandestines ne l'aident beaucoup. Tout d'un coup, la porte s i longtemps fermee s'ouvre sur l ' a i r pur et le chemin libre qui menera 3 sa femme en France. Rambert ne le suivra pas, parce qu' i l a reconnu qu'il n'est pas aussi etranger ll cette v i l l e malheureuse qu' i l ne l'avait pense. Son bonheur individuel ne le contente plus: " . . . i l peut y avoir de la honte 3 Stre heureux tout seul."^7 Ainsi Rambert renonce a son bonheur physique pour entrer dans les rangs de ceux qui donnent un exemple de la deuxieme forme du bonheur: le bonheur c o l l e c t i f . Ce bonheur se manifeste par une "union avec 1'homme ou le bonheur d'aimer". Bien que le bonheur physique ne ftit pas egoxste et que 20 1*amour en f i t partie, l'objet de cet amour heureux Itait toujours un €tre individuel ou la terre. Nous l'avons vu chez Meursault et son accord avec le monde, et chez Maria et son amour pour son mari. L1amour que sent le heros humanists s'ltend sur touts l'humanite et ressemble 3 la compassion ou 3 la sympathie. Le titre, "bonheur d'aimer", est expliqu! par le caract3re actif qui manquait au "bonheur d'Stre". II semble que la premiere exigence soit le sacrifice des bonheurs physiques pour que d'autres personnes soient heureuses. Ram-bert en fournit 1*example. L'homrae revolt! est l'exemple philosophique et raisorm! de ce bonheur. n rejette l'lthique absolument absurde du Mythe de Sisyphe pour en trouver une qui est plus humahiste: "La logique du r!volt! est de vouloir servir la justice pour ne pas ajouter 3 1'injustice de la condition, de s'efforcer au langage clair pour ne pas Ipaissir le mensonge universel et de parler, face 3 la douleur des hommes, pour le 29 bonheur.w 7 L'homme rlvolt! montre cette compassion et ce d!sir de 30 parler "pour ceux qui ne peuvent le faire", c'est-S-dire pour tous les opprimls qui n'ont pas le droit de s'exprimer. Dans La Peste presque tous les personnages principaux s'engagent dans la lutte contre le fl!au. Tous ceux qui agiSsent contre la peste semblent avoir perdu un objet aim!: Rieux, Rambert et Grand sont s!pa-r!s de leurs femmes, Tarrou est hant! par la memoire de sa mSre d!c!d!e et de la puret! perdue de la vie, le p3re Paneloux perd sa vue dogma-tique mais confortable du christianisme pour sauter dans l'existen-tialisme kierkegaardien du "Tout ou Rien", le juge Othon perd son f i l s . AprSs avoir accept! cette solitude et ces separations, apr3s que 21 "...des hommes resolus ont uni leurs efforts et defini les limites au dela desquelles la vie perd tout sens, l'equilibre n'est pas loin d'etre retabli; l'apaisement succSde 3 la revolte, et pour ceux qui 31 n'ont pas trop perdu le bonheur reprend ses droits."^ Ce bonheur n 'est jamais loin de la surface du l ivre . Rambert le recherche; ni Rieux, ni Tarrou ni Grand ne le condamnent pour ses tentatives d'echapper 3 la vie de separation et de mort imposee par la peste. En effet, le bonheur tient la premiere place au-dessus de l'herolsme.^ Mais le sentiment persiste que le narrateur Rieux parle d'une epoque ordinaire et non pas de celle de la peste. Rieux ne fuit pas la v i l le pour aider sa femme moribonde. Au contraire, i l y reste pour sauver le plus grand nombre d'Oranais possible. "Pour le moment, i l faut agir, c 'est-3-dire s'oublier soi-me'me dans l'amour des autres; 1'homme se depasse en autrui."33 Done le bonheur se definit comme la participation avec autrui pour le bien de tous. Le dernier exemple du bonheur humaniste vient du dernier recueil de contes ecrit par Camus, L'Exil et le Royaume. D'Arrast, heros de "La Pierre qui pousse", se sent exile de son Europe natale, dont i l s'echappe pour les forests vierges du Bresil. Ingenieur, i l vient construire un barrage pour aider un village au bord d'un grand fleuve. II fait la connaissance d'un homme, qui s'appelle le coq, qui doit porter une grande pierre a la cathedrale pour remercier le Seigneur de 1'avoir sauve du naufrage. Cet homme ne peut pas f in ir sa marche vers l'eglise et laisse tomber sa pierre.> D'Arrast la ramasse et la porte 3 la case du coq, en passant devant la cathedrale. En tenant la pro-messe du coq, d'Arrast sent monter en lu i le bonheur d'une nouvelle 22 vie* Puis i l est invite* a s'asseoir dans le cercle familial du coqt. En mettant sa fed dans l'homme, i l retrouve son royaume qui est celui de la fraternite humaine. Le bonheur de d'Arrast est d'une nature presque mystique ear Iff foi religieuse qu'il remplace vient de ce melange de vaudou et de christianisme qui se pratique beaucoup dans les pays latino-amlricains. D'Arrast ne parle 3 personnej l'acte s'accomplit dans une sorte de communion muette et tacite entre d'Arrast et quelque transcendance qui semble S t r e la fraternite. En parlant de l'auteur de "La Pierre qui pousse", Roger Quilliot ditr Yet perhaps he forced his work in a certain direction, purposely introducing the "idea of a kingdom" into these .stories of Exile; betting on life, on men? Just one stone, in the center of the hearth, but a stone which grows and which Camus threw there before leaving in a last great effort.^' La fin de ce conte impressionne par son optimisms. Camus semble lais-ser intact le bonheur de d'Arrast, qui est pour ainsi dire l'apogee du bonheur camusien puisque rien ne le compromet. D'Arrast, qui change le bonheur collectif en transcendence, intro-duit la prochaine categories le bonheur metaphysique. Cette troisidme forme du bonheur est une "union avec le transcendant pu le bonheur d'admirer"*^ Ce que le mot transcendant veut dire dans ce cas par-ticulier, c'est une valeur abstraite et non pasl'idle d'une divinit!. La tentation de s'approcher du Dieu Chretien semble Stre presque negli-geable chez Gamus. Mais le penchant a Stre essentialiste ne peut Stre n i l . Fort influence par Nietzsche, Gamus exprime son interest dans la question des valeurs: "L'homme peut-11 3 lui seul creer ses propres valeurs? C'est tout le problSme."^^ Ainsi les quelques personnages 23?. qui mettent une valeur au-dessus de 1'action ne sont gudre etonnants. L'homme revolt! fonde sa revolte sur "une certaine part de lu i -mSme" qui vaut plus que sa vie; i l n'hesite pas 3 mourir pour qu'elle soit respectee. "Elle devient pour lui le bien supreme", et ainsi "commune 3 tous les hommes," Done cette petite part d'un homme devient le soupcon d'une nature humaine qui nie la rdgle existentialists. Si l'homme prefdre mourir 3 voir humiliee cette nature humaine en lui et 37 en autrui, "la solidaritl humaine est mStaphysique." Ainsi i l trouve une transcendance dans cette mSme fraternite qui menait d'Arrast au bonheur, Ayant d!j3 parle du bonheur de l'homme revolte', i l faut dire que deux types de revolte sambient exister, Camus commence son essai en presentant un revolte qui a soif de cet absolu qu'est la nature humaine protegee par la solidarite de tous, C'est un revolt! metaphysique tel qu'illustre dans le paragraphe precedent, mais dont le bonheur est compliqu! par la lucidite, comme 1'est celui de Sisyphe, H doit rlparer dans la creation tout ce qui peut l'dtre, Apr8s quoi, les enfants mourront toujours injustement, mSme dans la societe parfaite, Dans son plus grand effort, l'homme ne peut que se proposer de diminuer arithmeiiquement la douleur du monde, Mais 1'in justice et la souffrance demeureront.,,-' Aussi est-ce un bonheur temper! par une conscience lucide qui rappelle le caractere fondamentalement absurde de ce monde, tout en essayant de le changer, Le rlvolt! humaniste ressemble plus 3 Rieux qu'l Sisyphe, Le rivolte humaniste, qui dans L'Homme revolte est liiSditerraneen, est plein de sympathie pour ceux que les'gouvernements totalitaires ecra-sent, n voit que les absolus sont abuses la plupart du temps par les 2li ideologues et qu ' i l faut done tenter le r e l a t i f , c'est -2-dire qu ' i l s u f f i t de bien f a i r e son metier qui est de lutter pour que l a liberte et l a verite regnent. II est homme d'action tandis que son frere qui cherchait une transcendance dans les premiers chapitres du l i v r e s'in-teresse plus a l a philosophie. Ce philosophe est moins r!ussi que l'homme de bon coeur. L'homme revolt! du Midi semble Stre plus heureux que l e revolt! qui s'applique I j u s t i f i e r sa position de r!volte l o g i -quement au l i e u d'humainement. Jean Tarrou est mis par Rieux parmi ceux qui "avaient desire l a r!union avec quelque chose qu'ils ne pouvaient pas d!finir, mais qui leur paraissait le seul bien desirable. Et faute d'un autre nom, i l s l'appelaient quelquefois l a paix."39 II faut une explication du sens particulier du mot paix t e l qu'employ! par Rieux.. Ce que Tarrou veut, c'est d'etre "un saint sans Dieu". Le problSme du meurtre, de 1'injus-tice et de l a peine capitale l e hante comme i l trouble son crlateur. Selon Tarrou, l e n!cessaire est d'eviter a tout prix l e metier de "bourreau", c'est-3-dire, d'etre toujours en faveur de ceux qui sont opprimes et contre les oppresseurs. Ayant et! membre du parti com-muniste, i l le quitte car le monde futur ne vaut pas le massacre d'Stres vivants. Comme communiste, i l a excus! ce meurtre l!gitime des id!o-logies. Done Tarrou se sent coupable comme s ' i l avait t u ! de sa pro-pre main. H croit que chacun doit !prouver cette culpabilite car le meurtre logique est l a rSgle et non pas 1'exception. Pour Tarrou, l a peste est ce meurtre politique sans raison: ...nous !tions tous dans l a peste, et j ' a i perdu l a paix. Je l a cherche encore aujourd'hui, essayant de les comprendre tous et de n'Stre l'ennemi mortel de personne. Je sais seulement. a u ' i l faut faire ce q u ' i l faut pour ne plus Stre un pestif!r!...^ 25 Lai transcendance que cherche Tarrou est une paix fondle sur l'in-nocence. Mais i l semble a Rieux que cette paix ne soit possible que dans la mort,^" Aussi le bonheur de Tarrou a-t-il le xaSme visage que celui de Meursault, lis le trouvent trop tard. La difference est que Tarrou est trds lucide. La piSce, Les Justes, apporte la rlponse au problSme du meurtre logique et politique. Kaliayev, le hlros, doit assassiner un grand-due. H ne lance pas la bombe car sa victims est accompagnee par ses deux neveux. Un debat suit entre ceux qui justifient la moderation de Kaliayev et Stepan, le revolutionnaire dont toute la souffrance est devenue amertume. Les autres sont aussi devouls 3 la revolution que Stepan mais pour d'autres raisons. Celui-ci agit pour que la vie des hommes futurs soit moins plnible. Les autres sont du mfime avis que Kaliayev, qui s'explique: J'aime la beautl, le bonheur. C'est pour cela que je hais le despotisme...La revolution, bien suri Mais la rlvolution pour la vie, pour donner une chance 3 la vie...*12 Mais cette joie de vivre et ce bonheur caracteristiques de Kalia-yev sont refuse's en fin de eompte Ii tous ces revolutionnaires. Dora le cpmprend le mieux car cette exigence du bonheur etde 1'amour phy-siques existe en elle comme en toute femme camusienne. Non, i l faut bien une fois au raoiris laisser parler son coeur... Mais non.. .nous ne sommes pas de ce monde, nous sommes des justes:. II y a une chaleur qui n'est pas pour nous. AhJ pitie pour les justes Si le bonheur joue un r61e dans cette piSce, i l faut chercher la transcendance qui en est l'objet. XL y en a maints exemples car le dialogue discute cette valeur qui justifie le meurtre. Ces assassins ne sont pas confortables dans leur metier choisi; ils sont pris par 26 cette terrible exigence de raourir pour retrouver 1'innocence. C'est cette puretl absolue et affreuse que cherchent les justes. Kaliayevs Mourir pour l ' i d l e , c'est l a seule facon d'etre £ l a hauteur de l'idee. C'est l a ju s t i f i c a t i o n . Doras C'est bien ainsi, lanek. Tuer et mourir. Mais 2 mon avis, i l est un bonheur encore plus grand...L'lehafaud.^ Done leur bonheur est de se s a c r i f i e r pour "la pftrete de l ' i d l e , " comme d i t Kaliayev avant de mourir. Comme l a mort de Tarrou, celle de Kaliayev s'accomplit dans le bonheur. Oui, oui, j'eri suis sure, i l avait l ' a i r heureux. Car ce serait trop injuste qu'ayant refuse d'etre heureux dans l a vie pour mieux se preparer au sacrifice, i l n'ait pas recu le bonheur en mSme temps que l a mort.^5 Cette sorte de bonheur qui poursuit l a mort avec tant d'obstination ne peut qu'Stre le resultat d'une recherche pour une valeur au-dessus de l a vie. Dans l e cas des justes, cette valeur est l a purete. Les bonheurs discutes jusqu'ici semblent tous exiger l a lucidite. MSme les femraes de Camus sentent l e caractdre absurde de leur vie. Maria (Le Malentendu) peut en parler au nom de toutes s Non, les hommes ne savent jamais comment i l faut aimer. Rien ne les contente. Tout ce qu'ils savent, c'est reVer, imaginer de nouveaux devoirs, chercher de nouveaux pays et de nouvelles demeures. Tandis que nous, nous savohs qu' i l faut se depScher d'aimer, par-tager l e mSme l i t , se donner l a main, craindrel'absence.^" Elles reconnaissent que l a mort est inevitable, mais au l i e u de cher-cher & ameliorer l a condition de tous les hommes, elles en choisissent un seul. Elles prefdrent ce simple bonheur a ceux qui exigent son sacrifice. II est s i g n i f i c a t i f que toutes les femmes, mSme Dora, perdent l'objet de leur amour. Le bonheur qui tente les homraes est bien plus compliqul. II vient 2? de 1'acceptation du caractere dualiste du monde: tout l e monde aime vivre mais i l faut mourir. Voil3 ce que d i t John Cruickshank au sujet de Camus: He ,claims to have attained by lucid acceptance of his l o t a happiness which makes the popular conception of happiness appear f u t i l e . . . I t i s something like the stoical serenity which may come from a recognition of the impossibility of happiness.,.He reaf-firms tha value of physical happiness by making i t the only source of supra-happiness.^' n faut avoir reconnu le bonheur physique comme l a source de tout bonheur pour apprendre Ii y renoncer. Ce renoncement semble Stre necessaire pour obtenir un bonheur humaniste ou raetaphysique. Mais tout heros camusien qui parvient 3 trouver le bonheur reste pro's de l a terre. Diego est ne dans un pays mediterranean. Rieux et Tarrou scellent leur amiti! et echappent 3 l a peste dans le r i t e de l a purification qu'est l a nage. D'Arrast quitte une Europe ou il.se sentait exile, l'homme revolte re-vient aux bords de l a M!diterranee aprSs avoir traverse l'histoire p i -toyable del'Europe. Me*me les justes, figes dans la Russie hivernale, pensent 3 une vie plus heureuse: S i la seule solution est l a mort, nous ne sommes pas sur l a bonne voie. La bonne voie est cells qui mene 3 l a vie au s o l e i l . On ne peut avoir f r o i d sans cesse.^ 0 Ainsi le bonheur chez Camus est une vraie evolution qui commence par 1'union avec l a terre et qui aboutit soit 3 1'union avec les hom-mes, soit 3 1'union avec une transcendance. Mais i l faut que le com-mencement qu'est l'union avec l a terre soit toujours respect!. II est s i g n i f i c a t i f que les heros auxquels l e bonheur r e l a t i f trouv! dans le monde et parmi les hommes ne s u f f i t pas rlussisserit moins 3 s'accorder avec l a vie et aussi 3 e*tre heureux. Oran aprds l a peste, par exemple, est peuple de ceux qui se contentaient de lutter sans trop d'hSroxsme* 28 Joseph Grand, l e petit fonctionnaire qui est le veritable heros du roman 3 cause de sa bonne volonte instinctive, Rieux qui ne voulait que bien faire son metier, et Rambert, symbols du bonheur de 1*amour. Le pSre Paneloux et Tarrou, qui exigeaient des verites absolues, sont morts. "Et Rieux...pensait q u ' i l etait juste que, de temps en temps au moins, l a joie vint recompenser ceux qui se suffisent de l'homme et de son pauvre et terrible amour."^9 H reste plusieurs personnages qui cherchent l e bonheur mais qui finissent par echouer compldtement. Leur bonheur se manifeste "dans quelque chose de negatif, le neant, le vide, dans le manque d'union et de bonheur. Et comme ces personnages ne peuvent supporter ce manque, comme i l s ne peuvent vivre sans bonheur, i l s feront 1'impossible pour l u i trouver un su b s t i t u t . " ^ n existe dans chacun d'eux un besoin de destruction qui f i n i t par detruire l e personnage lui-mSme. L'histoire d'une f o l i e poetique est racontee dans Caligula, la premidre pidce de Camus. Caligula a ete, jusqu,'3 l a mort de sa soeur, un empereur juste et intelligent, quoique bien jeune. Cet evenement l u i presente l'absurdite de l a vie en face de l a mort. Selon Caligula, cette mort inevitable nie tout: l a beaute, 1'amour, l a joie de vivre, l a religion. S i ces choses tout humaines ne l u i suffisent plus, i l l u i faudra trouver un absolu pour les remplacer. Ce monde, t e l q u ' i l est f a i t , n'est pas supportable. J'ai besoin de l a lune, ou du bonheur, ou de l'immortalite, de quelque chose qui soit dement peut-Stre, mais qui ne soit pas de ce monde.51 Caligula ne voit que le scandale de ce dualisme inherent a l a vie. n essaie de pousser l'absurdite jusqu'au bout en tuant, en humiliant, en montrant 3 l'homme quel est son sort. En tentant d'atteindre l a purete de l'absurde absolu, "Caligula s'est vu amen! 3 attaquer l'espoir humain 3 sa racine dans le besoin de vivre et l'appel au bonheur."-^ Ce faisant, Caligula prepare sa propre mort. Avant d 'etre assassin!, i l reconnalt q u ' i l s'est trompe. XL voit que son desir d'aneantir tout ce qui est humain ne l'a pas men! au bonheur. "Je n'ai pas pris l a voie q u ' i l f a l l a i t , je n'aboutis 3 rien. Ma liberte n'est pas l a bonne. " ^ En voulant nier l a terre comme scandaleuse et en croyant que les hommes sont imbeciles puisqu'ils y tiennent, i l erre gravement. He challenges friendship and love, common human solidarity, good and evil...Caligula accepts death because he has understood that no one can save himself a l l alone and that no one can be free at the expense of others.^ La tentation vers l'absurdite absolue, l a volonte de detruire et l a l i b e r t ! sans limites ne mSnent qu'3 la mort. Martha, heroine du Malentendu, ressemble beaucoup 3 Caligula. L'absolu qui attire Martha est 1'ideal du bonheur physique. El l e veut trouver 1'amour dans des pays ensoleilles "ou le vent du soir, parfois, apporte une odeur d'algue. H y parle de plages humides, toutes so-nores du c r i des mouettes ou de greves dorees dans des soirs sans l i m i -t e s . " ^ Martha, avec sa mere pour complice, tue depuis des annees les voyageurs riches qui viennent passer l a nuit chez elle afin d'obtenir 1*argent necessaire pour s'evader de cette prison qu'est son pays natal. L'heroine est f o r t lucide en se d!crivant: "Ce que j ' a i d'hu-main, c'est ce que je desire, et pour obtenir ce que je desire, je crois que j'ecraserais tout sur mon passage."^ Cette liberte qu'elle s'octrois est ce qui exists en elle d'inhumain. Ainsi son erreur est d 1 avoir poursuivi un bonheur absolu aux depens des e*tres humains. Ghaque fois qu'un personnage camusien oublie son lien avec la terre et les hommes, i l court 3 sa propre destruction. Jan, fre're de Martha, en est l'exemple parfait. Qu'il etait heureux chez lui dans un pays plein de soleil et d'amour est raconte par sa femrae Maria. Mais ce bonheur individuel ne le Contentait plus car i l revient 3 l'auberge de sa famille en Tchecoslovaquie. H vient apporter le bonheur 3 cette mdre qu'il abandonna i l y a vingt ans. II vient aussi trouver sa definition, mais i l ne peut parler avec franchise parce qu'il craint de ne pas Stre bien recu. Cette timidite vient d'une peur aussi metaphysique que personnelle. Et voici maintenant ma vieille angoisse, 13, au creux de mon corps, comme une raauvaise blessure que chaque mouvement irrite. Je connais son nom. Elle est peur de^la solitude eternelle, crainte qu'il n'y ait pas de reponse.->' En effet, Jan a raison parce que la rlponse qu'il cherche n'existe pas. H veut esperer en Dieu, mais son veritable salut aurait !te parmi les hommes. II le sent vaguement car ce sentiment l'a pousse 3 retrouver sa famille pour les aider. Mais la lucidite lui manque, d'o$ son Ichec. Pour reussir 3 obtenir ce bonheur difficile, i l faut, d'aprSs Gamus, renoncer 3 tout absolu, surtout 3 une divinite sourde. Jean-Baptiste Clamence a la nostalgie d'un bonheur perdu. Dans le long monologue qu'est La Chute, dont la sc3ne est Amsterdam, bru-meux et froid, surgissent de temps en temps des rappels de paysages baignls de soleil. ...La Hollande n'est pas seulement 1'Europe des marchands, mais la mer qui mdne 3 Cipango, et 3 ses lies ou les hommes meurent fous et heureux. Mais je me laisse aller, je plaide." Ces digressions finissent toutes par un retour abrupt au cynisme. -H semble que Clamence ne puisse garder longtemps le souvenir de ce bonheur 31 ca souvenir peut briser le masque dur de son nihilisme et l e jeter dans le dlsespoir. He i s not soothing his conscience, he i s trying to persuade him-self that he has soothed it...he believes he i s saying nothing but what he judges opportune to say and i n a suitable manner. But the phrases escape h i m . * Ainsi le monologue penible de Clamence n'est qu'un essai de se j u s t i -f i e r 3 son interlocuteur et 3 lui-inSme. II faut noter l e ton des dernieres paroles de Clamence. II. n*a pas simplement declare un f a i t j i l a parle avec emotion, et pour se t i r e r de son embarras, i l se moque maintenant de lui-me*me en s'accu-sant de plaider. L'amertume se manifests. "Le reVe i c i est regret: Ithaque est loin* et l'envie se f a i t sarcasme: ; seuls les fous peuvent Stre heureux."^ Et pour Clamence, tous ceux qui ne comprennent pas la duplicite\ de l'homme, son etat de culpabilite et son egoisme sont parmi les fous de ce monde. Clamence croit avoir l a solution qui le tirera des rangs des fous. II obtient 1'absolution en se confessant. Etant done pur, i l peut v trds convenablement juger ses freres qiri ne l e sont pas. Evidemment cette voie, comme celle de Caligula, n'est pas la bonne non plus. Pen-dant l e monologue, Clamence devient de plus en plus fatigue et trouble, et au dernier jour de sa confession i l se trouve a l i t e . JJL semble que ses chances pour le bonheur diminuent progressiyement. Sa faute est d'avoir poursuivi un autre absolu* cette f o i s , c'est celui de l'innocence. "Camus has faced this problem of man's imper-fection in The F a l l , and indicated one of the disastrous results which can follow the negation of the idea of relative innocence..."^ Cette innocence relative est celle que reconnaissait Tarrou dans La Pester 32 bien que tous soient coupables par leur consentement au meurtre, i l faut essayer d'etre plus victime que peste. Clamence semble avoir desespere de l a possibility d'un bien quelconque; son desespoir pre-cede le nihilisme. Selon Clamence, s i personne n'est absolument inno-cent, tous seront entilrement coupables. Le curieux est que Clamence semble trouver une solidarite dans cette societe des condamnes. Thomas Hanna, en discutant le dandy dont parle Camus dans L'Homme revolte, caracterise Clamence parfaitement: "What the dandy feels most poignantly i s his own solitude and individuality, and his eccentricity and non-conformity i s the method through which he gains a public that mirrors his own existence, thereby reassuring him of a certain marginal s o l i -darity with the society of men." Done le juge-penitent entralne d'autres dans son jeu de confession et de jugement. II avoue que cela est son but. Sa doctrine se resume a i n s i : "When we have a l l imposed guilt upon ourselves, we shall have true democracy, in a state of ser-vitude, but we shall no longer be alone, for freedom is solitary and servitude i s c o l l e c t i v e . " ^ C'est la sa deuxieme erreur. Pour Camus, la pire condition humaine est l a servitude, precise-ment parce qu'elle nie l a liberte. Et la lutte qui unie les hommes les uns aux autres et qui mine au bonheur est celle contre l a peste de 1'injustice, du mensonge, de l a misere. La solution de Clamence est, en effet, 1'antithSse de celle de son auteur. Camus resume ainsi l a personnalite de son heros: "Qui pourra dire la detresse de l'homme qui a pris le parti de la creature contre le createur et qui, perdant l'idee de sa propre innocence, et de celle des autres, juge la crea-ture, et lui-me*me, aussi criminelle que le createur."^k 33 Clamence se trompe done de methode. Se voulant solidaire des hommes, i l se separe d'eux en souhaitant quelque chose qui leur est haissable: l a servitude. "Le Renegat" est le conte l e plus etrange de toute 1 'oeuvre de Camus. Personne ne semble Stre humain, me'me pas le heros. Ce heros, venu a la v i l l e de sel au milieu du desert pour y sauver les habitants pour son Dieu, est vite subjugue. En le torturant, les chefs de ce village font qu ' i l oublie le Dieu du bien pour aimer leur fetiche dont tous les rites expriment le mal. L'ancien zele du missionnaire pour le Dieu Chretien se change immediatement en un pareil z&le pour l'idol e . En effet, le heros guette et tue le missionnaire envoye pour le remplacer. L'absolu que cherche ce renegat est une divinite dans laquelle i l puisse s'effacer entiSrement. Son amour du christianisme etait faux d£s le commencement. "(He) i s so enraptured with proselytism that he mistakes his fierce w i l l to power...for charity."°5 n voulait subir les offenses des paxens pour mieux inspirer leur respect, pour mieux les subjuguer. "Puissant, oui, c'etait le mot que, sans cesse, je roulais sur ma langue, je reVais du pouvoir absolu..." 0 0 Quand i l l u i f a l l a i t subir le pouvoir absolu de ses maltres de l a v i l l e de sel, i l s'en rejouissait. Ce renegat porte en l u i le desir masochiste du martyre car toute sa passion semble venir de l'aneantissement de son Stre. "AhJ l e mal, la mal qu'ils me font, leur fureur est bonne et sur cette selle guerriere ou maintenant i l s m'ecartelent, p i t i e , je r i s , j'aime ce coup qui me cloue crucifie." 0? II n'est pas etonnant que ce pauvre veuille mourirj i l est sans question le plus desespere des heros camusiens car l e moins lucide. U n'a jamais senti la cha-3k leur de l a solidarite a cause de sa soif de 1*absolu qui part toujours chez Gamus de l'humainj i l n'a jamais connu le bonheur de l a terre n i des hommes et me*me sa transcendance l u i echappe. L'echec du bonheur est complet avec l e renegat. En somme, tpus les personnages camusiens qui echouent dans leur recherche du bonheur souffrent de l a mSme maladie. l i s detruisent l a s o l i d a r i t l humaine en choisissant quelque transcendance. Dans tous les cas, cet absolu permet le meurtre: Caligula, Martha et le renegat tuent, Jan agit de sorte que sa soeur 1'assassins, Clamence, en donnant son approbation 3 la servitude, pardonne le meurtre. Aussi y a - t - i l dans chacun une union avec l e neant qui amene leur propre aneantissement. Comme conclusion, nous traiterons un certain bonheur trSs personnel dont parle Gamus: celui de creer. II explique en quoi consists sa source creatrice: Mais moi c'est de mes bonheurs que sortiront mes ecrits. M&ne dans ce qu'ils auront de cruel. II me f f u t ecrire comme i l me faut nager, parce que mon corps l'exige. 0" Cette citation montre son premier desir a l'egard de son art et explique sa premiere periode l i t t e r a i r e : les essais lyriques, Le Mythe de Sisyphe. L'Etranger, Caligula et le Malentendu. AprSs l a guerre et son t r a v a i l comme chef de Combat. Camus a senti plus vivement les exigences de l'huraanite. Son attitude artistique reflate son interSt; Discours de Su&de resume mieux cette esthetique. Comme ses heros, Camus trouve l e bonheur dans l a solidarite de la lutte contre l a raisere de l a condition humaine. Sa definition de l' a r t montre son caractere humaniste: L'art n'est pas 3 .mes yeux une rejouissahce s o l i t a i r e . II est un moyen d'emouvoir l e plus grand nombre d'hommes en leur offrant une 35 69 image privilegiee des souffranees et des joies communes* L'art done a uns exigence sociale, aussi bien qu'esthltique. Quoiqus 70 Camus se voie doul de "grands dons pour le bonheur must," qui ne sfoblige pas a prendre cause pour les humilies du monde, i l y renonce pour ce bonheur qui s'exprime necessairement en favour de ceux qui ne sont pas aussi privil!gi!s. Si le bonheur est, comme l'a d#j3 dit Gamus, "le simple accord 71 entre un Stre et 1'existence qu'il mSne", i l faut imaginer Camus heureux. Ce que son existence exigeait, e'etait la tension omnipre-sente entre le oui et le non, la tentative vers "le bonheur muet" et l'absurde. II est important que sa description de la grandeur de l'art revienne sur ces m§mes thSmes. "Pour finir, peut-Stre touchons-nous i c i la grandeur de l'art, dans cette perpltuelle tension entre la beaut! et la douleur, 1'amour des hommes et la folie de la crlation, la solitude insupportable et la foule harassante, le refus et le con-sentement."72 Son art lui permettait de chanter la beaut! et la joie de la terre pendant qu'il niait la peste, Soit humaine soit naturelle. Son art permettait aussi qu'il accompllt bien son m!tier, qu'il s'ac-cordftt avec sa propre existence, c'est-3-dire, qu'il trouvSt le bonheur. NOTES SUR LE CHAPTTRE 3?r 1Philip Thody, Albert Camus; A Study of his Work (London, Hamish Hamilton, 1957), p. 155. 2Albert Camus, La Peste (Paris, Livre de Poche, 1966), p. 21*7. ^Robert de Luppe, Albert Camus (Paris, Editions universitaires, 195U), P. 37. C^amus, Noces, p. 112. ^Albert Camus, Les Nouyelles Lltteraires (10 mai, 1951), cite par Paul Ginestier, La Pensee de Camus (Paris, Bordas, I 9 6 I 1 ) , p. U7. erre Nguyen-van-Huy, La Metaphysique du Bonheur chez Albert  Camus (NeuchStel, A la Baconnltre, 1962), p. 153. 7Gamus, Noces, p. 19. ^Albert Camus, Jhefitre, Re*cits, Nouyelles, Preface par Jean Gre-nier (Paris, Bibliotheque de la Pleiade, 1962), p. xix. C^amus, Noces, p. 82. "^ Gamus, L'Envers et 1 'Endroit, p. 125. ^Albert Camus, Garnetsr mai 1935-fevrier 19ii2 (Paris, Gallimard, 1962), p. 21. ^Camus, Noces, p. 29. ^Ibid., p. 6 9 . ^Albert Camus, L'Etranger (Paris, Livre dePbche, 19_63), P» 179. ^Robert Champigny, Sur un heros palen (Paris, Gallimard, 1959), pp. 29-30. l 6 t t i d . , p. 28. ^Germaine Bree, Camus, revised edition (New York, Harcourt, Brace and W6rld, Inc., 1961*), p. 116. 18 Camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 162. 37 1 9 I b i d . , p. 16U. 2 0 I b i d . , p. 166. 2 1Serge Doubrovsky, "The Ethics of Albert Camus'", Camus: A Collection of C r i t i c a l Essays, p. 75. 2 2 A l b e r t Camus, Caligula, Caligula, suivi du Malentendu (Paris, Livre de Poche, 1966), Acte IV^ Scdne XIII^ pp. 1U6 & 150. 2 3 I b i d . , Le Malentendu, Acte I, Scene IV, p. 179. 2^Br!e, Camus, p. 176. 2^Luppe, op_. c i t . , p. 105• 2 o A l b e r t Camus, L'Etat de Siege, Theatre. Recits, Nouvelles, pp. 262-263. 27camus, La Peste, p. 166. 2^Nguyen-van-Huy, op_. c i t . , p. 172. 29Albert Camus, L«Homme revolte (Paris, Gallimard, 1952), p. 352. ^ A l b e r t Camus, Discours de Sulde (Paris, Gallimard, 1958), p. 59. 3lRoger Quil l i o t , La Mer et les Prisons: Essai sur Albert Camus (Paris, Gallimard, 1956), p. 16BT 32 J Camus, La_ Peste, p. 111. 33Joseph Majault, Camus: revolte et l i b e r t l (Paris, Editions du Centurion, 1965), p. 65. 3*+Roger Quilliot, "An Ambiguous World", Camus: A Collection of C r i t i c a l Essays, p. 168. 35Nguyen-van-Huy, op_. c i t . , p. 190. 36Albert Camus, Camets: Janvier 19U2-mars 1951 (Paris, G a l l i -mard, 196U), p. 123. 37Camus, L'Homme revolte, pp. 26-29. 3 8 I b i d . , p. 37l|. 39camus, La Peste, p. 239. k°Ibid., p. 202. ^ I b i d . , p. 2U1. ^ A l b e r t Camus, Les Justes (Paris, Gallimard, 1966), Acte I, pp. U5-U6. U3lpid., Acte III, pp. 122-123. keloid., Acte I, pp. U8-U9. ^ibjd., Acte V, p. 207. k6Camus, Le Malentendu, Acte I, Seine IV, p. 178. ^Cruickshank, 0£. c i t . , p. 39. ^Camus, Les Justes, Acte V, p. 190. ^Camus, l£ Peste, p. 2hl. 5°Nguyen-van-Huy, op_. c i t . , p. 15. ^Camus, Caligula, Acte I, Seine IV, p. 26. 52jean-Claude B r i s v i l l e , Camus (Paris, Gallimard, 1959), p. 82. ^Camus, Caligula, Acte IV, Seine XIV, p. 15U. ^ A l b e r t Camus, Caligula and Three other Plays, Stuart Gilbert, trans. (New York, Alfred A. Knopf, 1958), pp. v - v i . 55Camus, Le Malentendu, Acte III, Seine II, p. 2U0. 5 63bid., Acte II, Seine I, p. 212. 57Ibid., Acte II, Seine II, p. 215. 58Camus, La Chute, Thegtre, Re c i t s , Nouvelles, p. H18O. 59Albert Maquet, Albert Camus: The Invincible Summer, Herma Br i f f a u l t , trans. (New York, George Braziller, Inc., 1958), p. 161. 6 oMajault, op_. c i t . , p. 99. 63-Thody, o£. cit., p. 119. 62Thomas Hanna, The Thought and Art of Albert Camus (Chicago, Henry Regnery Co., 19^ H7, p. oil. ^3Carl A. Viggiani, "Camus and the F a l l from Innocence", Yale  French Studies, No. 25, Spring i960, p. 68. 6l*Camus, Carnets II, p. 281. 6 5Maquet, op_. c i t . , pp. 171-172. °Albert Camus, "Le Renegat", L'Exil et le Royaume (Paris, G a l l i -mard, 1958), p. 50. °7lbid.t p. 70. o8Camus, Carnets I, p. 25. °9camus, Discours de Su|de, p. 13. 7 0 B r i s v i l l e , ojo. c i t . , p. 257. ?lCamus, Noces, p. 112. 72camus, Discours de Su3de, p. 60. CHAPITRE II Le Sentiment de l'absurde L'absurde, Itant l'antithese du bonheur, est caracterise par une separation, qui s'oppose 3 l'union. Gamus l'explique ainsi: "Ce di-vorce entre l'homme et sa vie, l'acteur et son decor, c'est proprement le sentiment de l'absurde.""*' Sartre, qui emploie aussi le mot absurde dans ses ecrits, qualifie la pensee de Camus de "philosophic de l'ab-surde". Sartre,donne 1'explication suivante de cette philosophic* "For him the absurd arises from the relation between man and the world, p between man's rational demands and the world's irrationality." Cette situation a un caractSre separateur car le monde nie les desirs hu-mains de coherence et de rationalite. Tout au commencement du Mythe  de Sisyphe. son essai sur l'absurde, Camus presente la separation ul-timo qu'est le suicide comme "le seul problSme. philosophique serieux."^ La tentation de se desassocier definitivement du monde est examinee par l'auteur pour en dlcouvrir la validite. Mais avant d'aborder Le Mythe de Sisyphe, les sentiments de l'absurde chez Malraux et chez Sartre seront entrevus pour voir leur parente avec la "philosophie de l'absurde" camusienne. Andre Malraux semble commencer par le meW; sens du scandals en face de la mort que Camus. Perken, un des heros de La Voie royale, reconnalt, comme l'auteur de L'Envers et 1'Endroit, que "...death is always there, you see, ahead of him, like...like a standing proof of Ul the f u t i l i t y of l i f e . " ^ La difference entre Malraux et Camus est dans l a solution 3 ce problems. L'angoisse que ressentent les heros de Malraux est celle de leur humanite* D'etre plus qu'un homme, dans un monde d'hommes* Echapper 3 l a condition humaine...Non pas puissantt tout-puissant* La maladie chiraerique, dont l a volontl de puissance n'est que l a j u s t i f i c a -tion intellectuelle, c'est l a volont! de deite: tout homme reVe d'Stre Dieu. 5 Ces heros tentent de se depasser dans 1'action herolque, Irotique ou fraternelle. Seul l e dernier moyen semble donner aux heros de Malraux l a grandeur qu'ils cherchent, mais l a grandeur ne peut rien contre la mort* Les personnages camusiens, en general, ne subissent pas une f i n aussi pessimists que ceux de Malraux* Seuls les heros qui cherchent une transcendance meurent dans l'oeuvre de Camuss Caligula, le rene"-gat, les justes, Tarrou et le p3re Paneloux. Meursault est execute par une societe qui ne comprend pas l a justesse de ses remarques. La mort de Diego est une sorte de sacrifice pour racheter l a liberte des citoyens de Cadiz* En tout cas, l'homme camusien qui se contente de sa condition d'homme (ce qui ne veut pas dire l a condition humaine i n -juste dictee par les dieux) est celui qui r l u s s i t "3 vivre et 3 mourir, et pour Stre homme, refuser d'etre dieu."^ Le but des heros de Mal-raux et de Camus diffe're doner les personnages de Camus sont plus optimistes, etant de t a i l l e humaine. Sartre, au contraire, ne semble pas deriver son sentiment de l'ab-surde du scandals de l a mort cemme l'ont f a i t Malraux et Camus. Etant philosophe de profession, l a definition de Sartre demontre un penchant vers l'abstrait au l i e u de vers l'humainr " . . . i t i s the universal con-112' tingency of being which i s , but which i s not the basis of i t s being; the absurd i s the given, unjustifiable, primordial quality of exis-tence. "i7 Cette q u a l i t l est rendue visible par l a cSlSbre racine du marronnier dans La Naus|e. "Cette grosse patte rugueuse" n'est expli-g qule n i par l a raison, n i par les mots de sensations ou de f onction. L'absurde, qui est l a chose depouillee de tout adjectif qui aide & l a situer et I l a former, ne peut qu'e'tre mou, louche, visqueux, d'ou l a nausee. La contingence absolue, en niant 1'importance des valeurs du bien et du mal, rend 3 l'homme sa l i b e r t l absolue. Camus, au contraire, nie l a l i b e r t l totale qui peut aboutir, 3 son avis, au meurtre. En somme, Camus doit plus 3 Malraux qu'3 Sartre, mais ne reste tr3s proche n i de l'un n i de 1'autre. The emphasis which Malraux puts on death, Camus shifts to l i f e . The emphasis which Sartre puts on the total liberty inherent in man's total contingency, Camus puts on luc i d i t y . " L'absurde chez Camus nait avec l a conscience de l a mort. L'En-vers et 1 'Endroit et Noces. les premiers exemples de l'absurde comme du bonheur, expriment une sensibilite envers l a mort peu commune chez une personne s i jeune. La prlface 3 une piSce de creation collective par le groupe the&tral de Camus 3 Alger montre aussi les rapports entre l a mort et l'absurde: "H s u f f i t d'ailleurs que cette action conduise 3 l a mort...pour qu'elle touche 3 une certaine forme de grandeur qui est particuliere aux hommes: l'absurdite."^ Plus tard, ce premier sentiment de l'absurde s'epanouit jusqu'3 ce qu'i l devienne la definition de l'absurde sur laquelle Camus base Le Mythe de Sisyphe: Developpement de l'absurde: l ) s i le souci fondamental est le besoin d'unite; a3 2)si le monde (ou Dieu) n'y peut satisfaire, C'est 3 l'homme de se fabriquer une unite, soit en se detournant du monde, soit 3 l'interieur du monde. LL faut examiner 3 fond Le Mythe de Sisyphe pour decouvrir quelle est l a solution choisie par Camus. Loin de proposer une philosophie de l'absurde, Camus constate qu'i l decrit "une sensibilite absurde" et que l'absurde ne sera point l a conclusion, mais settlement son point de depart. "On trouvera seule-ment i c i la description, 3 l'etat pur, d'un mal de l'esprit." Le probleme que l'auteur veut resoudre est celui du suicide: ce sentiment de l'absurdite de l a vie mdne-t-il logiquement au suicide? II l u i semble que l'acte de se tuer avoue "qu'on est depasse par la vie ou qu'on ne l a comprend pas""'"3 Le dilemme de l'homme contempo-rain est qu'il est prive de toutes les raisons, me*me insuffisantes, qui expliquaient le monde a ses aieux. Dans un monde ou Dieu est mort, ou l a science a cree les chambres 3 gaz, ou l'Etat a commence les guer-res l'une apr§s 1'autre, l'homme se sent etranger. Camus espdre qu'en analysant l'absurde i l pourra donner un nouveau sens 3 l a vie; i l espSre ainsi vaincre le nihilisme de son epoque. II y a quatre formes de l'absurde traitees dans Le Mythe de Sisy-phe ; l'absurdite de l'espoir, du monde incoherent, de l'homme inhu-main et de la mort. Les deux premieres peuvent se grouper dans la categorie que nous appelons l'absurde metaphysique. Cette categorie est caracterisee par le desir humain d'unite oppose par les dieux ou le monde incoherents. Elle peut aussi s'appeler un absurde naturel car l'homme n'est que la victime de sa propre condition, la nature du monde etant la cause de cette condition malheureuse. Les deux autres formes de l'absurde du Mythe de Sisyphe forment une seconde categorie: l'absurde social. Dans cette categorie l'homme est plus que la victimer i l se meTe du destin parce qu'il est le bour-reau de ses semblables. L'absurde devient une peste humaine. La premiere forme de l'absurde trouvee dans Lj3 Mythe de Sisyphe est l'habitude humaine d'esperer en l'avenir. Pendant toute sa vie, l'homme passe son temps 3 dire que tout i r a mieux demain. Ce dont i l ne se rend pas compte, c'est que chaque jour le rapproche de sa propre mort. "Demain, i l souhaitait demain, quand tout lui-mSme devrait s 'y refuser. Cette revolte de la chair, c'est l'absurde." 1^ L'homme ab-surde camusien v i t pleinement chaque jour, car la lucidite l u i rappelle qu'il peut mourir demain. La deuxi£me forme de l'absurde se rapproche de la nausee de Sartre. L'homme, en regardant l e monde qui l'entoure, reconnait que le sens qu ' i l a donne au monde n'est qu'illusoire. Ce monde qui est d'habi-tude s i fraternel peut de temps en temps devenir hostile: "...cette 15 epaisseur et cette etrangete du monde, c'est l'absurde." Troisiemement, l'absurde emprunte des caracteristiques 3 l'homme. L'homme est frappe quelquefois par le caractere de guignol de ses confreres. Ses propres actes et apparences l u i sont parfois Strangers. "Ce malaise devant l'inhumanite de l'homme m§me, cette incalculable chute devant l'image de ce que nous sommes...c'est aussi l'absurde.""'"0 IT semble qu' i l n'y ait rien au monde, mSme sa propre personne, avec qui l'homme ait un rapport. Le decalage devient de plus en plus to t a l . Finalement, les valeurs traditionnelles qui donnent de la stabi-l i t y 3 une vie d'homme ne suffisent plus car l a mort nie tout. H est J evident que Camus veut rejeter les valeurs absolues du bien et du mal comme l'avaient f a i t Nietzsche et Sartre. Un exemple est Meursault, qui ne semble guSre coupable du meurtre dont i l est accuse. En somme, "Aucune morale, n i aucun effort ne sont a p r i o r i justifiables devant 17 les sanglantes mathematiques qui ordonnent notre condition." La vie que mine l'homme contemporain n'est done pas justified par les valeurs qu'il estime. Peut-e*tre quelques hommes le savent-ils, mais l a plupart ne sont que des somnambules qui ne se rendent pas compte de leur condition pitoyable. U s accomplissent chaque jour le r i t e sacre* de l'ouvrier, sans se demander l a raison. La formule l a plus celeore du Mythe de Sisyphe est l a description de cette vie d'au-tomate. "Lever, tramway, quatre heures de bureau ou d'usine, repas, tramway, quatre heures de t r a v a i l , repas, sommeil, et lundi mardi mer-credi jeudi vendredi et samedi sur le mSme rythme.'^ Un nombre d'hommes seront eveilles un jour par l'absurdite* de cette vie. La certitude de l a mort fera ecrouler les projets qui fournissent l e mobile de cette vie machinale. L'homme qui se trouve dans cette situation a deux choix: i l peut se replacer "dans l a chafne, ou c'est l ' e v e i l d e f i n i t i f . " ^ " 9 Camus choisit l ' e v e i l . Puis i l essaie de l e j u s t i f i e r . Gamus essaie de presenter un argument philosophique et logique qui justifiera l a continuation de l a vie en face de l a tentation de se suicidei* 3'cause'de 1'absurds. H construit une sorts de triangle absurde. n sent en l u i son d l s i r de bonheur et de raison. L'absurde halt de cette confrontation entre l'appel humain (pour l a clarte) et le silence deraisonnable du monde...L'irrationnel, la nostalgie hu-maine et l'absurde qui surgit de leur tSte-S-tSte, voilS les trois personnages du drame... U6 L'absurde depend done de 1'esprit conscient humain et du monde qui defie toute raison. Supprimer et 1'esprit et le monde est detruirs l'absurde, car "TL n'est ni dans l'un ni dans 1'autre des elements 21 compares. II nalt de leur confrontation." Ce qui nalt aussi dans cette confrontation, c'est la conscience. Cette conscience rend l'ab-surde si in commods que beaucoup de gens voudraient mieux retomber dans la vie machihale que de rester eveilles. Camus justifie le maintien de l'absurde en mettant 1'accent sur la lucidit! consciente. II rai-sonne que la science ne sait pas non plus expliquer le monde car, en fin de compte, les theories scientifiques deviehnent poesie, e'est-a-dire que le physicien ne peut qu'imaginer la structure de l'atome car i l ne peut pas la voir. La seule verite que reconnaisse Camus est done l'absurde. H sait que son desir de dart! est authehtique aussi bien que l'indiff!-rence du monde Ii cet appel. Ces deux Elements etant vrais, leur resul-tat l'est necessairement. II finit par dire: "Ce qui m'apparalt si » 22 evident, me*me contre moi, je dois le soutenir." L'absurde est done la seule valeur, comme i l est la seule verite. Ce qui est bon, c'est de faire vivre l'absurde: tout ce qui essaie de le nier ou de l'oublier est mauvais. Camus discute deux tentatives vers la negation de l'absurde: le suicide philosophique et le suicide proprement dit. II s'interesse aux philosophes qu'il accuse d'avoir tous fait le saut existentiel qui echappe 3 l'absurde. II explique au sens figure ce saut: Dans les musles italiens, les petits ecrans peints que le prStre tenait devant le visage des condamne's pour qu'ils ne voient pas l'echafaud. Ls saut existentiel, c'est le petit ecran. ^  1*7 Dans ce cas, c'est le christianisme qui masque l'absurde en toumant les yeux des fiddles de la terre ou la mort est inevitable vers le ciel qui pretend triompher de la mort. Ce christianisme fait done perdre la luciditl. Le philosophe danois, Sjrfren Kierkegaard, fournit un bel exemple de l'existentialisme chrltien que Camus veut discrediter. Kierkegaard, ayant reconnu que la religion chretienne etait offensante moralement, esthetiquement et intellectuelleraent, accepte ces contradictions. Ce manque de rationalite est le seul bien selon Kierkegaard, car i l mSne I la foi qui est le salut. II faut tout croire ou tout nier. Kier-kegaard choisit de tout croire. Camus dit: Certain de ne pouvoir Ichapper 8 l'irrationnel, i l veut du moins se sauver de cette nostalgia desesperee qui lui paraft sterile et sans portle...S'il remplace son cri de revolte par une adhesion forcenee, le voilS conduit 3 ignorer l'absurde... ^  Tous les penseurs dont parle Camus font 3 peu prds le m£me sauts ...ils divinisant ce qui les eerase et trouvent une raison d'es-perer dans ce qui les demunit. Cet espoir force est chez tous d'essence religieuse. ^  II semble que Camus ajoute & sa liste d'existentialistes C h r e -tiens le nom de Husserl pour prouver que la "Raison etemelle" aboutit I la mSme negation de la lucidit! que l'irrationnel religieux. "Both Husserl the abstract philosopher and Kierkegaard the religious thinker have attempted to overcome the absurd by denying the very thing--severely limited human reason—that made them aware of i t in the first 26 place."1 Husserl ne reconnait pas que la raison n'est pas supreme tandis que Kierkegaard nie le de*sir de raisonner de la part de l'homme. Us sont tous les deux coupables d'avoir fait "l'esquive mortelle", qui est "espoir d'une autre vie qu'il faut 'meriter1, ou tricherie 1*8 de ceux qui vivent non pour l a vie elle-m§me, mais pour quelque grande r ' 27 idee qui l a depasse, l a sublime, l u i donne un sens et la trahit." Us se tuent philosophiquement. Le suicide proprement dit nie un des elements du triangle de l'ab-surde comme le f a i t le suicide philosophique. La personne qui se tue aneantit sa conscience lucide de l'absurde en l a privant de l a vie. Mais i l faut que cette conscience vive: Et qu'est-ce qui f a i t le fond de ce conflit, de cette fracture entre le monde et mon esprit, sinon la conscience que j'en ai? Si done je veux le maintenir, c'est par une conscience perpe-tuelle, toujours renouvelee, toujours tendue. ° C'est de cette lutte de rester toujours conscient que na£t l a revolte. La revolte est l a premiere consequence de l'absurde aussi bien que l a premidre valeur de l'homme absurde. L'une des seules positions philosophiques c'oherentes, c'est ainsi la revolte. Elle est un confrontement perpetuel de l'homme et de sa propre obscurite. E l l e est exigence d'une impossible transpa-rence. E l l e remet le monde en question 3 chacune de ses secondes ...la revolte metaphysique etend l a conscience tout le long de 1'experience. E l l e est cette presence constante de l'homme 3 l u i -me*me. Elle n'est pas aspiration, elle est sans espoir. Cette re-volte, c'est 1'assurance d'un destin ecrasant, moins l a resigna-tion qui devrait l'accompagner.2? La revolte done f a i t partie de l'absurde, partie inseparable. Bien l i r e Le Mythe de Sisyphe montre l e tort qu'ont les critiques qui l i m i -tent Camus a une philosophie de l'absurde. Ces deux- themes—l'absurde et la revolte—s'entrelacent et murissent avec celui du bonheur. Leur separation, me'me dans 1'effort de parler de chacun plus clairement, est trompeuse. Une deuxieme consequence de l'absurde est la liberte. Camus voit que la mort inattendue rend l a liberte 3 l'homme: " . . . i l n'y a pas de lendemain. Voila desormais la raison de ma liberte profonde."30 Ni h9 demain, n i les projets de demain n'ont aucune signification. "'Absurd' freedom, placing existence in the perspective of death, diverts the attention of the individual from his aims, that have suddenly become paltry, and concentrates i t upon the w i l l to l i v e . " 3 1 Cette liberte ne peut rien contre l a mort, mais elle donne une nouvelle importance 3 l a vie. Chaque moment doit §tre pleinement vecu; seul l e present est certain. Mais que signifie l a vie dans un t e l univers? Rien d'autre pour le moment que 1'indifference 3 l'avenir et l a passion d'epuiser tout ce qui est donne. 3 2 Cette passion de vivre est l a troisieme consequence de l'absurde. Camus exprime une ethique de l a quantite au l i e u de l a qualite. Les valeurs absolues traditionnelles, ayant ete detruites par l a lucidite, ne peuvent plus Stre l a base pour un jugement. Vivre le plus possible, et done faire vivre l'absurde, est l a seule valeur. L 1ethique quantitative que recommande Camus ne va pas aussi loin que celle d'lvan Karamazov, un des frSres celebres de Dostotevski. Ivan doutait de l'existence de Dieu. II se rendait compte que, sans Dieu, toutes les valeurs chretiennes qui gouvernaient l a conduite n'avaient plus aucune valeur. Sans criterium le jugement etait impossiblej done "Tout est permis". Camus sait qu'il a 3 tr a i t e r avec ceux qui interpr3tent son ethique d'une t e l l e maniere. n refute Karamazov: L'absurde ne delivre pas, i l l i e . II n'autorise pas tous les actes. Tout est permis ne signifie pas que rien n'est defendu. Vivre le plus possible ne veut pas dire selon Camus faire tout ce qu'on desire. Par exemple, Raymond, le souteneur dans L'Etranger qui bat sa maltresse arabe, ne pourrait pas 6tre l e heros du r e c i t . Me*me Meursault, qui ne juge pas souvent, reconnait que Raymond ne vaut pas autant que 50 Celeste, son ami restaurateur. "Qu'importait que Raymond ftit mon copain autant que Celeste qui valait plus que lui?"3^ Camus, comme Meursault, limite son relativisme. "Sentir l a vie, sa revolte, sa liberte, et l e n y a une exigence que Camus ne met pas dans cette formule mais a laquelle i l revient: l a conscience, n pretend que toutes les expe-riences sont indifferentes. Puis i l eclaire sa pensee: II en est (des experiences) qui servent ou desservent l'homme. Elles le servent s ' i l est conscient. Sinon, cela n'a pas d'im-portance.3° Cette insouciance I l'egard des valeurs mene l'homme absurde 3 un etat d'innocence. Comme la plupart des mots abstraits employes par Camus, celui de 1'innocence a un sens particulier. II ne veut pas dire evidemment que l'homme est pur au sens Chretien du mot, c'est-a-dire que l'homme n'a rien f a i t d'immoral. L'innocence vient, au contraire, de ce manque complet de valeurs et de morales. Confronted with this "quantitative ethic" a l l values collapse; Dans l e monde absurde, i l n'y a n i juges n i tribunaux devant qui l'homme soit responsable. Seule sa lucidite peut dieter l a justesse de sa con-duite. John Cruickshank soutient cette position: "...lucidity i s a primary quality that must inevitably dictate the whole pattern of his L'ethique que developpe i c i Camus n'est done pas un veritable hedonisme, et elle n'aboutit point au suicide. Cette pensee n'est pas n i h i l i s t e ; le nihilisme qui tentait Camus a ete surmonte. "The fact of innocence, the necessity of lucidity, the possibility of freedom plus possible, c'est vivre le plus possible."35 behaviour."38 51 and the promise of intensity combine to form an ethic of revolt which i s consistent with wagering i n favour of the absurd. M^ Gamus offre l'histoire de quelques personnages comme examples de l'homme absurde. Tous adherent aux rSgles de l'ethique absurde: i l s vivent dans le present sans esperer en demain, i l s savent qua l a vie sur l a terre est plus prlcieuse qu'une vie Iternelle hypothetique, i l s essaient de multiplier les experiences de leur vie pour mieux epuiser le possible. Gette multiplication est l a derniere caracteristique de l a vie menee par l'homme absurde. Don Juan en est l e premier exemple. Le Don Juan de Camus n'est qu'un "seducteur ordinaire" qui est devenu lucide. II pratique l ' l t h i -que de l a quantite dans son domaine qui est 1'amour. L"amour au sens traditionnel du mot f a i t que l'amoureux oublie le monde. "Une mSre, une femme^passionnee, ont nlcessairement le coeur sec, car i l est dltourne du monde."'*® Don Juan, ,au contraire, refuse d'etre soit l'amant soit l'aiml; i l opte pour l a multiplicite en esperant ne rien Stre. Sachant que l'union definitive avec un §tre humain est impos-sible, Don Juan "multiplie encore i c i ce qu ' i l ne peut unifier."^" Selon Camus, Don Juan passe sa v i e i l l e s s e au couvent, Le destin du personnage est aussi ridicule que celui de Sisyphe. "Quelle image plus effrayante souhaitert celle d'un homme que son corps trahit et qui, faute d'Stre mort a temps, consomme l a comedie en attendant l a f i n , face H face avec un dieu qu'il n'adore pas."^ 2 Sa seule conso-lation, comme celle de Sisyphe, est l a terre, "quelque plaine s i l e n -cieuse d'Espagne, terre magnifique et sans 3me ou i l se reconnaft." Don Juan sait q u ' i l avait plus raison que les dieux, car l a seule vie 52 valable est celle qui essaie de s'epuiser. Le deuxidme exemple est l'acteur, qui etait condamn! par l'Eglise au Moyen Age comme representant de l a vie dans l e present* Camus cite Nietzsche pour montrer 1'opposition entre le theatre et l'Eglise J ""Ce qui importe...ce n'est pas l a vie Iternelle, c'est l'eternelle vivacitev'" L'acteur, en pratiquant son metier, multiplie de neces-sity sa vie* II tient plusieurs roles, mais son corps reste toujours le m6me. 1*1 est done 1'exemple que choisit Camus pour montrer l e dua-lisme inherent de l'homme. "II est 3 cet endroit ou le corps et 1'es-p r i t se rejoignent et se serrent, ou l e second lass! de ses echecs se retourne vers son plus fiddle a l l i e . " L'homme absurde, essayant de tout f a i r e , ne peut qu'achever son but dans l a longueur d'une seule vie sur l a terre et avec un seul corps qui est l e sien. L'acteur, de tous les hommes absurdes, sent l a finalitS de l a mort, car, decode, i l ne reste "rien de ce qui etait l u i , ses gestes et ses silences, son li6 souffle court ou sa respiration d'amour..*" L'acteur n'existe que pour cette vie ephemere. Le conquerant est l e troisieme type absurde. n salt que l'homme est son propre sauveur, et que le monde est son seul royaume. Comme les conquerants de Malraux, i l avoue que "tout homme s'est senti l'egal d'un dieu h certains moments"^7, mais ce sentiment de divinite n'est que l a grandeur de son propre esprit. Les conquerants ne sont que des hommes qui'reconnaissent constamment cette d i g n i t l . Leurs seules va-leurs sont perissables, comme toute vie humaine: "Visages tendus, f r a -1*8 ternite menacee, amitie s i forte et s i pudique des hommes entre eux..." C'est le conquerant qui mdne cette lutte contre 1'injustice de l a con-53 dition humaine, car i l sait que "la mort exalte 1'injustice. n H' Tous ces personnages offerts comme exemples de l'homme absurde sont'des temoins de la dignite humaine qui ne permet pas qu'ils espl-rent en Dieu aux depens de l'homme. Leur vie est rendue encore plus tragique et heroxque a la fois par leur defaite finale inevitable. Camus est done pr£t 3 presenter le personnage caracterise par l'absur-dite parfaite: le createur. Le createur tient cette place privilegiee entre les hommes absurdes car "creer, c'est vivre deux fois...Tous s'essaient 3 mimer, a repe-ter et a recreer la realite qui est l a l e u r . " ^ Mais le createur devrait resister a la tentation d'expliquer et de resoudre. "Decrire, t e l l e est la dernilre ambition d'une pensee absurde."51 II n'est guere etonnant que le premier r e c i t de Camus soit ecrit dans un t e l styler Meursault decrit au l i e u de juger ou de s'expliquer. H semble done que L'Etranger soit l'exercice de l'esthetique absurde. Comme ses trois confreres de l'absurde, le createur sait que sa maniere de vivre ne l u i donnera pas l'occasion d'echapper 3 l'absurde. "His creation represents nothing to him but a means of strengthening his absurdist attitude and sharpening his vigilance..»,M II l u i faut la me*me lucidite, aussi bien que l a mSme revolte. La tache des crea-teurs est "de parcourir, d'agrandir et d'enricher l ' l l e sans avenir qu'ils viennent d'aborder. Mais i l faut d'abord savoir. , , ? J Le crea-teur done ec r i t pour souligner sa lucidite envers sa condition d'homme et aussi sa revolte contre cette situation. II est interessant de noter que Camus exige aussi une diversite chez le createur qui corresponde 3 l a multiplicite des autres hommes 5U absurdes. L'ensemble de l'oeuvre d'un ecrivain devrait comprendre plusieurs parties que representent les oeuvres individuelles. Les unes complStent les autres, les corrigent ou les rattrapent, les contredisent aussi...Mais replacees dans leur ensemble, elles recouvrent leur ordonnance.-'4 n est s i g n i f i c a t i f que l'oeuvre de Camus sa t i s f a i t toutes les exi-Camus choisit l'oeuvre de Dostoi'evski pour voir s i l a creation absurde est concevable. Avec Le_ Journal d'un Ecrivain, i l est Ivident que Dostolevski reconnalt l'absurde. Camus en t i r e l a citation sui-vante: Persuade que l'existence humaine est une parfaite absurdite pour qui n'a pas la f o i en l'immortalite, le desespere en arrive aux conclusions suivantes: Puisqu'3 mes questions au sujet du bonheur, i l m'est declare en reponse, par l'intermediaire de ma conscience, que je ne puis e*tre heureux autrement que dans cette harmonie avec le grand tout, que je ne concois et ne serais jamais en etat de concevoir...je condamne cette nature qui, avec un s i impudent sans-gSne, m'a f a i t naltre pour s o u f f r i r — j e l a condamne 3 Stre Cet argument est un exemple du nihilisme que Camus veut combattre. Que des themes absurdes en fassent partie n'est gulre douteux, II y a le bonheur frustre, le doute dans l'existence de Dieu et la revolte contre le monde qui est l i e u d'une t e l l e souffranee. Mais dans le dernier l i v r e de Dostoi'evski, Les Frdres Karamazov, l'auteur opte pour le christianisme aprls des debats qui s 'y opposent. Camus l'explique comme l e saut existentiel, le suicide philosophique. Mais cet exis-tentialisme n'est pas necessairement le contraire de l'absurde: "...ce qui contredit l'absurde dans cette oeuvre, ce n'est pas son caractlre chrltien, c'est l'annonce qu'elle f a i t de la vie future," aussi bien que le f a i t que Dostoi'evski ne se contente pas de decrire mais qu' i l gences de son createur. aneantie 55 tente de resoudre. "Une oeuvre absurde, au contraire, ne fournit pas de reponse..." Sisyphe, prol!taire des dieux, est le dernier exemple de l'homme absurde trouve dans cet essai. Ce personnage mythique a ate accuse de "quelque legerete avec les dieux", d 1avoir trahi les dieux pour garan-t i r de l'eau 3 Corinthe, d*avoir enchain! l a mort et d'avoir trop aim! l a terre. Chacune de ces accusations n'est que l a manifestation de la rlvolte de Sisyphe contre l'absurde. Avec son manque de respect pour les dieux et la mort, i l opte pour la terre et montre sa passion de vivre. Le seul repit du t r a v a i l de Sisyphe est sa descente de l a mon-tagne. En ce moment, i l est conscient et "suplrieur I son destin"• Sisyphe f a i t disparaitre tout le d!sespoir de sa situation en l a recon-naissant, mais i l y rencontre aussi sa trag!die. C'est un paradoxe de 1'esprit humain qui souffre d'abord de l a conscience, puis surmonte son angoisse par cette me"rae lu c i d i t e . En sa chant que le destin est "une affaire d'homme", Sisyphe se sent heureux. Sisyphe, prototype de l'homme moderns qui accomplit une tSche ridicule pour rien, essaie done de fournir 3 ce frere jumeau un peu d'encouragement. "The myth of Sisyphus means for Camus that the most appalling truths (la mort, le manque d'unite1) can lose their power over us once we have resolutely recognized and accepted them."^8 II vaudrait mieux dire que ces v e r i t l s sont adoucies par l a revolte au l i e u d'etre acceptees. L'acceptation penche trop vers l a resignation, qui est un sentiment haissable selon Camus. La pidce, La Malentendu, fournit maints exemples des personnages 56 qui ont le sentiment de l'absurde mais qui ne reconnaissent pas ses consequences qui sont l a revolte, la llberte et l a passion. Martha, par exemple, sait que l a vie dans ce village obscur et fro i d de Tche-coslovaquie est inut i l e , mais e l l e espere se l i b l r e r en allant vivre dans l e sud prSs de l a mer. Cette vie a laquelle e l l e reVe est l a me*me que les jeunes Algerois menaient sur les plages dlcrites dans Noces. Martha se lamente de l'abondance et de la sensualit! de l a nature mediterraneenne qu'elle n'a jamais pu apprecier. J'ai l u dans un l i v r e qu'il (le s o l e i l ) mangeait jusqu'aux Sms et qu' i l f a i s a i t des corps resplendissants, mais vides par l ' i n t l -rieur...J'ai hSte de trouver ce pavs ou le s o l e i l tue les ques-tions. Ma demeure n'est pas lei. Martha ressent l'absurde mais elle le croit le produit du climat. Cependant, pour Camus, l'absurde se trouve partout, mSme au milieu des jouissances physiques. En esperant en l e monde, Martha ne se rend pas compte de l a cruaute du monde qui peut l'aneantir. E l l e ne voit pas non plus que le meurtre ne mine pas au bonheur. La liberte de Sisyphe a des limites tandis que celle de Martha est sans bornes. Mais Martha a, au moinS, la passion de vivre qui est une necessite consequente de l'absurde. Jan, son f r l r e , devrait pouvoir apprendre S sa soeur que le s o l e i l ne garantit pas le bonheur. Bien q u ' i l habitat un pays meridional, i l a l'experience de l'absurde puisqu'il sent que le bonheur physique ne l u i donne pas l a satisfaction. II revient 3 sa maison familiale cher-cher plus que le p l a i s i r . II cherche l a consolation que l e monde absurde ne peut l u i donner. Mais i l compte trop sur ses semblables. Dans cette pilce macabre, mime les hommes sont inhumains, ce qui rap-pelle l a troisieme forme de l'absurde mentionnee dans Le Mythe de 57 Sisyphe et qui est 1'inhumanite. Jan est etranger 3 ses parents, aussi bien qu'au monde. EL sent qu ' i l devrait avoir f o i en autrui, mais i l est trop timide et trop incertain. Jan, ayant vecu l a passion et la liberte des Mediterraneans, n'arrive pas 3 se revolter. Ce man-que de revolte, qui f a i t naltre son insistance sur le silence, le tue. La Mere est l e portrait de ceux qui veulent echapper 3 l'absurde en se suicidant. Comme Meursault qui mene une vie absurde sans s'en rendre compte, la Mere ne reconnait l'absurde qu'3 la f i n de l a pidce avant de se tuer. Pendant tout le dialogue, les repliques de l a Mere sont pleines du mot indifferent. E l l e ne veut que trouver "...3 la fois l e sommeil et l ' o u b l i . " 0 0 A vrai dire, elle ne veut que mourir. Pendant les annees que Martha accomplissait les meurtres s i febrilement pour qu'elle soit heureuse, la Mere n'agissait que par habitude. Le s o l e i l , la mer et le bonheur physique ne l u i sont rien. Mais le meurtre ne l'est pas non plus. Sa seule consolation est la mort tranquille qu'elle donne aux victimes. Quelquefois, en effet, je suis contente 3 l'idee que les n6tres n'ont jamais souffert. C'est 3 peine un crime, tout juste une intervention, un leger coup de pouce donne 3 des vies inconnues. Et i l est vrai qu'apparement l a vie est plus cruelle que nous. 1 Elle-connalt la vie et son absurdite, mais elle ne semble pas appli-quer sa connaissance 3 sa propre situation. La revolte l u i manque car elle est complice du monde meurtrier. Comme Martha, elle ne reconnait pas les limites de l a liberte qu'exige Camus. La passion est videe de sa vie par 1'habitude. E l l e ne respecte aucune des consequences de l'absurde sur lesquelles Camus insiste. Maria, femme de Jan, ressent aussi l'absurde, mais son sentiment ne la pousse pas 3 l a revolte. E l l e l'accepte, mais elle sait, au 58 moins, que la passion rend l a vie plus supportable, El l e sait que son mari est doue, non pas pour le bonheur, mais pour l a solitude. Mais je ne t'ecoute plus, je me bouche les oreilles quand tu prends l a voix que je connais bien. 'C'est l a voix de ta s o l i -tude, ce n'est pas celle de 1'amour.62 Elle essaie quand mSme de le sauver parce q u ' i l est son seul bonheur. II faut voir exactement quels sont les malentendus sur lesquels la pilce est basee. Plusieurs existent a cause de l a mauvaise compre-hension de l a vie absurde. D'abord i l y a trois personnages qui veulent de temps eri temps se refugier dans l a religion: l a Mire, Jan et Maria. \La Mire, bien qu'elle semble sentir que la religion est f u t i l e , veut parfois s'en remettre 3 Dieu pour qu'elle ait du repos. J'aspire seulement 3 l a paix, 3 un peud 1abandon. Cela est stu-pids 3 dire, Martha, mais i l y a des soirs oil je me sentirais presque des goflts de religion. ^ Mais el l e n'adresse pas un appel act i f a l a divinite comme le font deux autres personnages moins lucides qu'elle 3 l'egard de l'espoir. Avant de boire le the drogue qui rend s i f a c i l e son meurtre, Jan prie 3 Dieu q u ' i l reponde 3 son probllme. 0 mon DieuJ donnez-moi de trouver mes mots ou faites que j'aban-donne cette vaine entreprise pour retrouver 1'amour de Maria. Donnez-moi alors l a force de choisir ce que je preflre et de m'y t e n i r . 6 U Mais Dieu ne repond pas et Jan boit l a coupe mortelle. C'est Maria qui se plaint le plus eloquemmeht 3 Dieu, et c'est el l e qui recoit l a reponse l a plus cruelle. Aprls s'Stre rendu compte que l'objet de son amour et de son bonheur est disparu, elle s'age-nouille et demande pi t i e 3 Dieu. En ce moment, le Vieux, qui a ite complltement muet pendant leS seines precedentes, entre. Maria l u i demande de l'aide. H repond par un non d l f i n i t i f . Que le Vieux 59 represents Dieu est confirms par le dialogue. Maria, dans un c r i : Oh! mon DieuJ...Ayez p i t i e de moi, tournez-vous vers moi.' Entendez-moi, donnez-moi votre main! Ayez p i t i e , Seigneur, de ceux qui s'aiment et qui sont separes] Le Vieux, d'une voix nette et ferme :• Vous m'avez appele? Maria, se tournant vers l u i : Oh] je ne sais pas. Mais aidez-moi, car j ' a i besoin qu'on m'aide. Ayez p i t i e et consentez 3 m'aiderl Le Vieux, de la me*me voix: NonJ L'erreur qui entoure la f o i religieuse se montre ainsi. Les trois per-sonnages, surtout Jan et Maria, manquent leurs chances 3 la revolte en esperant en Dieu. Sans la lucidite totale 3 l'egard du caractdre ine-vitable de la mort et de la presence continuelle de l'absurde, la revolte contre la condition humaine absurde est impossible. Martha est done le seul personnage qui ne supplie pas Dieu. Elle est aussi le personnage le plus lucide de l a pilce car e l l e sait que son destin humain est faconne par sa propre main. Aussi e s t - i l evi-dent qu'elle comprend que les dieux ne l u i donneront aucune consola-tion. E l l e sait, en effet, que le Dieu que sonfrere et sa femme admirent ne les ecoutera jamais car II prend le seul vrai bonheur pour lui-me*me: le bonheur sourd des pierres. E l l e met sa f o i dans la vie passionnee mediterraneenne. Avant son suicide, elle crie son blas-pheme f i n a l et sa dernidre revolte contre un Dieu cruel. Car avant de mourir, je ne leverai pas les yeux pour implorer le Ci e l . L3-bas, ou l'on peut f u i r , se delivrer, presser son corps contre un autre, rouler dans l a vague, dans ce pays defendu par la mer, les dieux n'abordent pas. Mais i c i , ou le regard s'arre"te de tous cStes, toute la terre est dessinee pour que le visage se ldve et que le regard supplie. OhJ je hais ce monde ou nous sommes reduits 3 Dieu. 0 0 Elle se donne enfin 3 l'absurde et avoue sa defaite par son sui-cide. La lucidite qu'elle demontrait 3 l'egard de Dieu l u i manque maintenant. El l e ne voit pas que 1'espoir, soit religieux soit hedo-60 niste, est inutile car le monde est incoherent et l'absurde est tou-jours present. Sa revolte justifiee contre Dieu ne va pas asaez l o i n . II faut qu'elle se revolte aussi contre l'inhumanite qui mene au meur-tre. E l l e n'est pas pr6te 3 faire cela car e l l e croit que l a f i n desi-ree (qu'est dans ce cas le bonheur) j u s t i f i e ses moyens sanglants. Un autre malentendu est relev! par l e suicide de deux personnages: la Mere et Martha. La Mere, menant une vie absurde sans le reconnaftre intellectuellement, sent 1'opposition et l ' h o s t i l i t e du monde. Elle ne se rend pleinement compte de l'absurde qu'3 l a mort de son f i l s . Cet evenement f a i t qu'elle tombe du berceau de 1'indifference et de 1'habitude dans la realite cruelle du monde. A cause de son §ge avance ou de sa fatigue, surtout 3 cause de son manque de passion, e l l e se suicide. Cependant, c'est de sa bouche que vient l a seule realite opti-miste de l a pidce. C'est l'importance des relations humaines. Parmi tout le chaos cree par les dieux ou par les hommes, 1'amour reste cer-tain. Oui, mais moi. je viens d'apprendre que j'avais tort et que sur cette terre ou rien n'est assurS, nous avons nos certitudes. L'amour d'une mere pour son f i l s est aujourd'hui ma certitude. 0' n se peut qu'elle se rende compte que l e seul espoir soutenable de l'homme soit l'homme. Elle se tue, non pas pour l'avoir reconnu, mais 3 cause de son manque de passion. Elle ne vivra pas pour faire vivre sa certitude. Martha, au contraire, se suicide par d e f i . Germaine Bree suggdre qu'elle se met en colore parce que l e monde la triche. "Martha, Jan, and their mother are dead, they have been 'robbed' of the meaning of 61 68 their acts." La mire, avec qui elle a assassine, l'abandonne en faveur de son f r l r e , Itranger 3 l a famille depuis vingt ans. Lui avait vraiment vecu, avait goflte les p l a i s i r s de l a vie que Martha a tant desire's. Ainsi, par defi de sa mire qui ne l'a pas assez aimee et d'un monde auquel e l l e veut 6ter l e jouet, e l l e se pend. Bien que le ton et que toute 1 'intrigue du Malentendu soient t r l s pessimistes, Camus veut jeter un peu de lumilre sur ce pessimisme. H avoue que l e denouement aurait pu s'accomplir differemment s i Jan s'etait revele. "It amounts to saying that in an unjust or indifferent world man can save himself, and save others, by practicing the most basic sincerity and pronouncing the most appropriate word."^9 Cela peut e*tre v r a i , mais l a victoire compllte de l'absurde sur les vies humaines est un peu trop marquee pour §tre eliminee par une phrase. Le vrai pessimisme vient des malentendus des personnages 3 l'egard de leurs attitudes envers l'absurde. II ne manque 3 chaque personne qu'un peu de passion ou de lucidite qui peuvent mener 3 l a revolte, puis au bonheur. L'exemple l e plus cellbre de l'absurdite de l a vie quotidienne machinale est Meursault, heros de L'Etranger. La vie qu'il mine est caracterisee par 1'ennui et l a sensation. L'ennui derive de 1'indif-ference. Meursault sent que rien n'a d'importances i l n'accepte pas un avancementj son deuil aprls l a mort de sa mire n'est manifesto que par un brassard; son amour pour Marie n'est que physique. Ses sensa-tions, aucontraire, sont t r l s vives. C'est, en effet, 3 cause de l a chaleur du s o l e i l qu'il tue un Arabe. Je ne sentais plus que les cymbales du s o l e i l sur mon front et, indistinctement, l e glaive eclatant j a i l l i du couteau toujours en face de moi...II m'a semble que le c i e l s'ouvrait sur toute 62 son etendue pour l a i s s e r p l e u v o i r du f e u . Tout mon £ t r e s ' e s t tendu e t j ' a i c r i s p e ma main sur l e r e v o l v e r . La gachet te a c e d e . . . 7 0 Commes l e s exemples de l'homme absurde du Mythe de S i syphe , Meur-s a u l t ne r e c o n n a l t aucune mora le . La pas s ion est son s e u l b i e n p u i s -que sa p o s i t i o n au bureau ressemble a l a v i e machinale de ce t te c i t a -t i o n du Mythe de S i s y p h e : "Lever , tramway, e t c . " A cause de son con-sentement a* ce t te so r t e de v i e , i l correspond a l'homme contemporain. Cependant, i l y a une d i f f e r e n c e entre eux: Meursau l t , au c o n t r a i r e des hommes modernes, sent que sa p o s i t i o n es t sans v a l e u r . I I r e conna i t a u s s i 1'importance de 1 ' e x i s t e n c e physique mais l a l u c i d i t e e t l a r e -v o l t e ne v iennent qu 'a l a f i n du r e c i t . A. ce moment-la, Meursaul t dev ien t un homme absurde q u i demontre l e s t r o i s c a r a c t e r i s t i q u e s de l ' a b s u r d e : l a r e v o l t e , l a l i b e r t e et l a p a s s i o n . Une n o u v e l l e de L ' E x . i l et l e Royaume sera un deuxieme exemple. Cet te n o u v e l l e , "La Femme a d u l t S r e " , montre en m§me temps que Camus e s t tou t a u s s i consc ien t de l ' a b s u r d e a l a f i n de sa c a r r i e r e qu ' au commencement. L ' i n t r i g u e en es t assez s i m p l e : un marchand e t sa femme voyagent aux p l a t eaux r o c a i l l e u x . et f r o i d s de l ' A l g e r i e pour vendre des t i s s u s . . Cet te femme, q u i commence 3 v i e i l l i r e t a s ' a l o u r -d i r , s ' e v e i l l e pour l a premiere f o i s de sa v i e a l a grandeur du cos-mos. Mais apres l a p a i x et 1 ' u n i t e q u ' e l l e y t r o u v e , e l l e r e n t r e dans l a v i e absurde q u ' e l l e e t son mari menent depuis v i n g t - c i n q ans. L 'absurde montre par c e t t e nouve l l e es t c e l u i de l a v i e machina le . Le voyage en au toca r , vu par l e s yeux de 1 ' h e r o i n e J an ine , l a i s s e s e n t i r 1 ' e n n u i et l ' a b s u r d i t e de sa v i e . La nature n ' e s t pas conso-l a t r i c e comme e l l e l ' e s t sur l e s plages mediterraneennes, mais a c t i v e -63 merit hostile. Soudain, on entendait distinctivement l e vent hurler et la brume minerals qui entourait l'autocar s'epaissit encore. Sur les vitres, le sable s'abattait maintenant par poignees comme s ' i l etait lance par des mains i n v i s i b l e s . ' 1 Les Arabes qui voyagent avec e l l e et son mari ne sont pas des Stres humains, mais des corps sans mouvement sauf celui que la secousse de l'autocar leur prSte. M6me son mari qui devrait 6tre son compagnon et avec qui elle devrait avoir des liens intimes n'est pour el l e qu'un objet. "Puis i l l a i s s a i t retomber son torse pesant sur ses jambes 72 ecartees, le regard fixe, inerte de nouveau, et absent." l i s ne se parlent guere. Le souvenir de leurs fiancailles et de leur mariage n'est qu'une longue suite de seines aussi pKles que celle de l'interieur de l'auto-car. Janine s'est mariee pour ne pas v i e i l l i r seule, pour avoir quel-qu'un qui a i t besoin d'elle. A l u i faire sentir s i souvent qu'elle existait pour l u i , i l la f a i s a i t exister reellement. Non, ell e n'etait pas seule.. Camus f a i t savoir par cet ellipse que son heroine n'est pas compllte-ment satisfaite de son propre argument. Elle sent a l'interieur d'elle-mSme l'absurde qui s'ellve. Ce qu'elle regrette le plus, c'est la perte de sa jeunesse. Elle avait aime l a gymnastique, la nage, la vie en plein a i r . Mais son mari, de plus en plus occupe de ses affaires, avait cesse de l'amener a la plage. E l l e est tombee dans l a vie machinale ennuyeuse, et, en ce moment dans l'autocar, elle souffre de la vie i l l e s s e que cette vie a augmented. En arrivant a l'hfitel, endroit morne et pauvre, elle ne sent que la solitude. 6k E l l e se tenait debout, pesante, les bras pendants, un peu vofitee, le f r o i d montait le long de ses jambes lourdes. E l l e reVait aux palmiers droits et flexibles, et 3 l a jeune f i l l e qu'elle avait ete.™ Son propre corps l a trahit. E l l e a enfin 1'occasion d'6ter le manteau lourd de la vie absurde. Elle et son mari quittent l a v i l l e muree pour a l l e r voir les etendues sahariennes. l i s montent un escalier qui mdne a un fort qui donne sur le desert. Le temps est devenu plus hospitalierj l a nature n'essaie plus de les aneantir. Elle ne veut que les reduire 3 leur propre t a i l l e . L'immensite du desert ou aucun homme n'apparait n'a qu'une tache: les tentes et les dromedaires des nomades. Le sentiment d'emer-veillement qu'eprouve Janine cause par la grandeur de l a scene est celui d'une femme qui voit renaltre sa femininite, sa sensualite, sa raaternite. L3-bas, plus au sud encore, a cet endroit ou le c i e l et l a terre se rejoignaient dans une ligne pure, ll-bas, l u i semblait-il soudain, quelque chose l'attendait qu'elle avait ignore jusqu'3 ce jour et qui pourtantn 1avait cess! de l u i manquer. Dans l*apr3s-midi qui avancait, la lumilre se detendait doucementj de c r i s t a l l i n e , e l l e devenait liquide. En m@me temps, au coeur d'une femme que l e ha-sard seul amenait 13, un noeud que les annees, 1'habitude et 1'en-nui avaient serre, se denouait lentement. La primaute de l a vie machinale et de l'absurde disparait pendant un instant* Mais tout de suite aprds, Janine accepte son sort, et l'absurde r3gne de nouveau. E l l e sent que l a force de sa vie habitu-elle est trop puissante et que ce royaume desert et l i b r a ne l u i appar-tiendra jamais. C'est au milieu de l a nuit que Janine confronte plus intenslment l'absurde. Elle se rend compte alors qu'elle va mourir sans se delivrer une seule f o i s de cette habitude pesante qu'est sa vie. E l l e sort de l a chambre d'hStel et court 3 son rendez-vous avec son salut. En a r r i -vant 3 l a terrasse du fort, elle est bouleversee par la solitude et le silence de l a nuit claire et froide. Elle est delivree pendant quelques 65 moments par sa communion avec l a nature, cette nature devant laquelle e l l e s'emerveille et s'apaise. E l l e respirait, elle oubliait le f r o i d , l e poids des Stres, l a vie demente ou figee, l a longue angoisse de vivre et de mourir... Alors, avec une douceur insupportable, l'eau de l a nuit commenca d'emplir Janine, submerges le f r o i d , monta peu 3 peu du centre obscur de son e*tre et deborda en f l o t s ininterrorapus jusqu'3 sa bouche pleine de gemissements.'° Cette paix passagdre rend l a mortalite humaine encore plus amere pour Janine. Revenue au l i t conjugal, elle se mit 3 pleurer. II est douteux que Janine soit une femme rlvoltee aprSs son expe-rience avec l'absurde. Le sentiment qu'elle eprouvait n'etait pas l a revolte nee d'une' confrontation intellectuelle avec l'absurde mais plu-tdt l a nostalgie d'une sorte de paradis perdu. El l e est consciente au moins de cette premiere tentative vers l e bonheur physique car son union avec la terre est une des plus emouvantes.ecrites par Camus. Pendant quelques heures, l'absurdite de l a vie machinale est vaincue par l a liberte, l a passion et l a revolte de cette femme adultere contre l a mort et 1'ennui. Mais cet e v e i l ne semble pas e*tre permanent. L'absurdit! des hommes meurtriers est surtout soulignee dans les oeuvres camusiennesd'aprSs-guerre, mais i l faut d'abord discuter La  Peste, qui f a i t l a transition entre l'absurde metaphysique et l'ab-surde social. Tous les personnages de La Peste qui se revoltent et aident 3 combattre le fleau reagissent contre l'absurde metaphysique. La peste, ayant un caractdre naturel, symbolise les forces du monde qui rendent l'homme malheureux, c'est-3-dire, la misSre et l a mort. Tarrou, en luttant personnellement contre la peine capitale et le meur-tre logique, se revolte aussi contre l'absurde social cause par les hommes. Le p3re Paneloux est l e seul qui manque de lucidite 3 l'egard 66 de l a religion et i l meurt a cause de sa f o i en un Dieu qui ne l'aide pas. Tous les autres sont lucides et passionnes car i l s essaient tout pour que leur vie et la vie d'autrui soient aussi longues et heureuses que possible. , Nous avons dejl mentionne que 1'inhumanite des hommes est une caracteristique de l'absurde dans Le Mythe de Sisyphe. Camus n'a gudre traite cet aspect avant l a Seconde Guerre Mqndiale mais les oeuvres suivantes ne sont que la condamnation d'une t e l l e horreur: La Peste, L1Homme revolts. L'Etat de Si&ge, L'Ete, La Chute, Discours de Sudde,  Les Justes. L'absurde social et humain est represent! dans L'Etat de Sidge par les personhages de la Peste et son Secretaire qui est l a Mort. Bien que la peste qui a f f l i g e a i t Oran a i t pu symboliser l a mort inevi-table, la cruaute humaine ou le totalitarisme, l a Peste de Cadiz n'a rien de naturel. Elle est l a mort dictee par la logique. Elle d i t : "Vous mouriez parce qu' i l avait f a i t f r o i d aprds q u ' i l eut f a i t chaud ...ou parce q u ' i l y a des imbeciles mal embouches qui tuent pour le profit ou pour l'honneur, quand i l est tellement plus distingue de 77 tuer pour les p l a i s i r s de la logique." Chaque fois done que l a Secretaire raie un nom de son cahier, un citoyen de Cadiz meurt. E l l e f a i t 1'extermination cruelle de ceux qui ne sayent ce qu'est leur crime comme le f a i t l a police secrete de n'importe quel etat t o t a l i t a i r e . Le Choeur, qui represents les habitants de la v i l l e , ne resists pas 3 ce meurtrej i l ne f a i t que chanter sa nostalgie du bonheur perdu et la misere du fleau. II faut qu'un de leurs semblables, Diego, se revolte,et en meure avant que le peuple ne comprenne que la revolte °7 vaincra l a Peste. Diego, devenu lucide, parle Ii l a Secretaire: "Vous leur avez donne l a douleur de la faim et des separations pour les dis-traire de leur r e v o l t e . E l l e l u i replique: "II y a une malfacon, mon c l i l r i . De plus loin que je me souvienne, i l a toujours s u f f i qu'un homme surmonte sa peur et se revolte pour que leur machine commence Ii 79 grincer." Diego gagne done personnellement sur l a mort. Mais i l faut qu'il inspire l a foule par son propre exemple de revolte. Diego, qui aime le bonheur et la vie comme tout Mediterraneen camusien, a les trois earacteristiques necessaires pour lutter contre l'absurde: l a revolte, l a liberte et l a passion. II se donne 3 la Peste parce qu' i l sait que son sacrifice poussera les autres 3 se revolter. IT sait aussi pourquoi i l meurt: Je ne meprise que les bourreaux. Quoi que tu fasses, ces hommes seront plus grands que t o i . S ' i l leur arrive une f o i s de tuer, c'est dans l a f o l i e d'une heure. Toi, tu massacres selon la l o i et l a logique... C'est done l a dignit! humaine qu'i l protege. La pidce, Les Justes, est l a manifestation de l a revolte en favour de l a dignite humaine contre l a tyrannie des tsars russes. Cette absur-dite tombe dans l a categorie de l'absurde social 3 cause de son origins humaine. Bien que Kaliayev fasse l e signe de l a croix une fois pendant 1'action de l a pidce, i l ne s'en remet pas 3 Dieu quand l a Grande-Duchesse essaie de le faire se repentir. Comme les autres justes, i l essaie de vivre le plus possible parce qu' i l sait que l'assassinat du Grand-Due exige q u ' i l meure. II agit pour que ses compatriotes retrou-vent leur dignite. Les justes sont fiddles aux exigences de l'absurdej en effet, ce sont des revoltes parfaits. En somme, cette forme de l'absurde ne peut Stre vaincue que par . 68 une revolte tout humaine. En parlant de L'Etat de Siege, Camus resume sa morale, qui est aussi celle de toutes ses oeuvres d 'aprls-guerre: "Aucun spectateur de bonne f o i ne peut douter que cette pilce prenne le p a r t i de l'individu, de l a chair dans ce qu'elle a de noble, de 1'amour terrestre enfin, contre les abstractions et les terreurs de l'Etat t o t a l i t a i r e , q u ' i l soit russe, allemand ou espagnol." Selon l'auteur, i l faut toujours lutter pour le bonheur humain contre les absolus inhumains. Comme conclusion, i l faut dire que toutes les formes de l'absurde se trouvent dans Le_ Mythe de Sisyphe. Mais l a pensee camusienne a l'lgard de l'absurde evolue comme l'a f a i t son idee du bonheur. Ses premilres oeuvres l i t t e r a i r e s soulignent l'absurde metaphysique, c'est-3-dire, l a mislre de l a pauvrete et la mort inevitable q u ' i l decouvrit pendant sa jeunesse. L'Envers et 1'Endroit, Noces, Caligula, aussi bien que Le Malentendu illustr e n t cet absurde mltaphysique. L'eveil de l a conscience sociale commence avec L'Etranger et Le Mythe de Sisy-phe t l'absurdite de l a vie machinale y est mise en valeur et Camus le continue avec "La Femme adultdre". La deuxieme moi tie" de son oeuvre tombe dans l a catlgorie de l'absurde social ou les hommes volent a leurs freres l a liberte et l a chance de vivre heureux. Ce changement est cause sans doute par l a guerre et ses terreurs. Les exemples cites plus haut montrent 1'importance de cette peste humaine dans l'oeuvre camusienne. Ceux qui ne reussissent pas 3 vaincre l'absurde ne comprennent pas assez bien les consequences q u ' i l faut en t i r e r . Martha et sa mere, aussi bien que Caligula, exercent une liberte absolue qui ne les mine 69 qu'H la mort. Une idee intellectuelle de l'absurde est ce qui manque 3 Janine. Bien qu'elle l e sente avec emotion, son eveil d l f i n i t i f sem-ble impossible. Diego est le seul qui triomphe de l'absurde, mais ce tribmphe n'est pas f a c i l e . II faut q u ' i l meure pour que l a Peste parte de Cadiz; Sa consolation est l a vie heureuse de ses concitoyens. En somme, i l est aussi d i f f i c i l e de vaincre l'absurde que de trou-ver l e bonheur. La revolte sera l e moyen qu'emploiera Camus pour re-soudre l e probleme. NOTES SUR LE CHAPITRE II "^Camus, I« Mythe de Sisyphe, p. 18. 2Sartre, Paru, Dec. 19U5, cite par Cruickshank, op_. c i t . , p. 1*5 note. ^ Camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 15. ^Andre Malraux, The Royal Way, cite par Frederick R# Karl et Leo Hamalian, eds., The Existential Imagination (Greenwich, Conn., Fawcett Publications, Inc., 1965), p. 18b". ''Andre Malraux, La Condition humaine (Paris, Livre de Poche, 1965), p. 116. ^Camua, L1Homme revolte, p. 377. 7 • Sartre, Paru, cite par Cruickshank, op. c i t . , p. U5 note. 8Sartre, La Nausle (Paris, Livre de Poche, 1966), pp. 182-183. 9Bree, Camus, p. 211. 1 G A l b e r t Camus, La Revolte dans les Asturies, Theatre, Re c i t s ,  Nouvelles, p. 399. ^Camus, Carnets II, p. 57. "Camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 11. 1 3 l b i d . , p. 18. ^ I b i d . , p. 28. 1 5 i b i d . , p. 29. l 6 I b i d . 1 7 I b i d . , p. 30. l 8Ibid.„ p. 27. 19ttid. 2 0 I b i d . , pp. hk-h5. 71 2 1 I b i d . , p. 1|8. 2 23bid., p. 7U. 23Camus, Carnets I, pp. 177-178. 2^Camus, Le Mythe de Sisyphe. p. 58. 2*Ibid.. p. 51. °Cruickshank, op_. c i t . , p. 59. 2?Camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 21. 2 8 I b i d . . p. 71*. 2 9 I b i d . , pp. 76-77. 3 Q l b i d . . p. 82. 3 1Maquet, op_. c i t . , pp. U6-U7. 32Camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 81*. 33ibjd., p. 9U. 3Ucamus, L'Etranger, p. 177. 35camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 87. 3 6 J i i d . , p. 96. 37 -"Sartre, "An Explication of The Stranger". Camus; A Collection  of C r i t i c a l Essays, p. 111. ~ 38Cruickshank, op_. c i t . , p. 66. 39lbid. t p. 73. *+°Camus, Le Mythe de Sisyphe, p. 101. ^ I b i d . . p. 102. ^ 2 I b i d . , p. 105. U 3 l b i d . ^ I b i d . , p. 112. ^ I b i d . . pp. 111-112. ^ I b i d . , p. 107. 72 ^7Ibid., p. 119. 1483bid., p. 120. k?Ibid., p. 121. 5°Ibld.t p. 128. 5l lbid . 52Maquet, op_. cit., p. 187. 53camus, Le Mythe de Sisyphe, pp. 128-129. ^Ibid., p. 153. 55ibid., pp. HiO-Hjl. 5 6&id., p. 11*9. 57Ibid., pp. 161-162. 58Cruickshank, op_. cit., p. 88. 5?Camus, Le Malentendu, Acte I, Seine I, p. I69. 6 0Ibid., p. 170. 6 lIbid., pp. I68-I69. 6 2Ibid., Acte I, Seine IV, p. 179. 6 3Ibid., Acte I, Scene I, p. 161*. ^Ibid., Acte II, Seine V, p. 217. 6 5 f t i d . , Acte III, Seine IV, pp. 253-2514. 6 6Ibid., Acte III, Seine II, p. 21*1. 6 7Ibid., Acte III, Seine I, p. 23U. 68Bree, Camus, p. 182. ^Camus, Caligula and Three other Plays, p. v i i . 7°Camus, L'Etranger, p. 90. 71Camus, L'Exil et le Royaume, p. 12. 7 2Ibid., p. 11. 7"*Ibid., p. 11*. p. 21+2. 73 7^3bid.. p. 22. 7^JJbid., p. 31. 7 6 I b i d . . p. U . 77camus, L'Etat.de Siege. Theatre, Recits, Nouvelles, p. 229. 7 8 l M d . , p. 271. 7 9 i b i d . , p. 273. 8 0Xbid., p. 291. 8lCamus, Actuelles: Chroniques 19U+-19U8 (Paris, Gallimard, 1950), CHAPITRE I I I La Revolte Le grand probleme du Mythe de Sisyphe Itait l e suicide: celui de L'Homme r l y o l t l est l e meurtre. L'interSt de Camus change comme avait change 1'esprit de son temps. Sisyphe, concu en effet avant l a guerre, ne pouvait imaginer les horreurs realisees par la Seconde Guerre Mon-diale et l a guerre froide qui l a s u i v i t . Le point de vue de Camus dans Le_ Mythe de Sisyphe Itait plutSt personnel: i l f a l l a i t q u ' i l de-couvrlt s i l'homme pouvait vivre dans un monde qui n'avait pas de sens et pas de consolation. La question sur laquelle est basl L'Homme re-volte est devenue plus large: TL s'agit de savoir s i l'innocence, a partir du moment ou elle agit, ne peut s'empScher de tuer." 1 Les innocents dans ce cas comprennent toute l a classe des opprimes, sur-tout ceux qui souffrent du totalitarisme. Le probleme est l a j u s t i f i -cation d'une revolution sanglante contre l'oppression. L'Etat t o t a l i t a i r e , soit communists soit fasciste, nait de l ' i n -transigeance de l'ideologie qui le soutient. Chacune de ces doctrines croit avoir un monopole sur l a raison. Cette caracteristique p r i v i -l l g i e e les laisse j u s t i f i e r l e meurtre: ceux qui s'opposent 3 l a doc-trine ont necessairement tort; i l faut done les supprimer pour le bien de l'ideologie dont l'Etat est l a manifestation temporelle. Pour puri-f i e r l'Etat, i l faut une inquisition afin de garantir son salut. L'iro-nie est que chaque etat emploie le mSme vocabulaire pour j u s t i f i e r ses 75 actes: "...les camps d'esclaves sous l a banniere de l a liberte, les massacres j u s t i f i l s par 1'amour de l'homme ou le gout de l a surhuma-2 nite..." prouvent a Camus qu ' i l y a des torts qu'il faut redresser. Bien que Camus a i t constate dans Le Mythe de Sisyphe que l'absurde n'est qu'un point de depart, i l a, avec le changement de point de vue dans L'Homme revolte. 3 j u s t i f i e r sa nouvelle position ethique. Sans doute, son ethique de l a quantite Start injustifiable philosophiquement, comme l'est tout relativisms. IT est possible que Camus se soit engage dans l a Resistance par "caprice" ( i l suggera dans Le Mythe de Sisyphe que l'homme pouvait faire du bien par caprice ou hasard). IT est plus probable qu'il le f i t 3 cause d'un raisonnement qui le mena 3 la con-clusion que la France l i b r e serait preferable 3 l a France nazie. Ayant f a i t un jugement de valeur, c'est -3-dire que l a liberte vaut plus que la servitude, Camus choisit une ethique de l a qualite. II reconnaft le defaut de sa premiere ethique qu' i l resume a i n s i : Point de pour n i de contre, 1'assassin n'a n i tort n i raison. On peut tisonner les crematoires comme on peut aussi se devouer 3 sdigner les lepreux.^ Dans L'Homme revolt!, i l voit que la vie elle-rae*me exige des jugements. "Respirer, c'est juger.""4 La vraie contradiction dans le "raisonnement absurde" etait 3 l'Sgard du meurtre. Tout en avouant que rien n'avait de valeur, Camus en mit une sur l a vie. II ne f a l l a i t pas que l'homme absurde se sui-cidSt. Pour dire que l a vie est absurde, l a conscience a besoin d'etre vivante. Comment, sans une concession remarquable au gotft du confort, conserver pour soi le benefice exclusif d'un t e l r a i -sonnement?^ Ce bien, qu'est l a conscience lucide, devient done universel, c'est - 3 -76 dire que tous les hommes peuvent l e posseder. Camus examine deux formes de l a revolte qui correspondent evidem-ment aux deux absurdites discutees dans l e chapitre precedent. En effet, l e "spectacle de l a deraison, devant une condition injuste et incomprehensible"^ qui f a i t naitre l a revolte peut e*tre l'etat social aussi bien que l'etat metaphysique. II est important que Camus change son point de vue de l'absurde metaphysique engendre par le caractere inevitable de l a mort a l'absurde social cause par les hommes eux-m6mes. H appelle ces deux formes de l a revolte "la revolte metaphy-sique" et "la revolte historique" qui sont les manifestations de l'or-gueil europeen depuis deux sidcles. Mais d'abord 11 decrit son homme revolte. Qu'est-ce qu'un homme revolte? Un homme qui dit non. Mais s ' i l refuse, i l ne renonce pas. C'est aussi un homme qui dit oui, d3s son premier mouvement.7 Ce revolte affirme, comme nous l'avons mentionne plus haut, une partie integrals de son Strej. l a nature humaine. H nie tout ce qui essaie d'ecraser ou d'opprimer cette nature. IT existe une limite qui ne peut e"tre= depassee. S i un autre homme ose la depasser, l'homme revolte sera prSt,3 mourir pour l a proteger. La limite devient done l a seconde valeur" de l a revolte, la premiere Itant l a nature humaine. n reste 3 preciser plus tard ce qu'est cette limite. Une troisiSme valeur de l a revolte est la solidarite. "Remarquons ensuite que l a revolte ne naft pas seulement, et forceraent, chez 1'op-prime, mais qu'elle peut naltre aussi au spectacle de 1'oppression dont un autre est victime." 8 Selon Camus, l'homme est pre*t 3 mourir pour que l a liberte de tous ne soit pas supprimee et f a i t done partie 77 d'une- communaut! humaine qui est unie par une solidarite fraternelle. Cette f r a t e r n i t ! diefend que l'homme revolte accepte 1'humiliation de son e*tre et q u ' i l humilie autrui. La revolte "...accepte me*me l a dou-leur pour elle-mSme, pourvu que son in t e g r i t ! soit respectee." 9 H faut reconnaltre 1'importance de cette qualite qui peut s'appeler l a g!n!rosit!. Les heros camusiens qui reussissent mieux 3 trouver leur royaume ne sont jamais les revolutionnaires qui n'hesitent pas a tuer leurs oppresseurs. Les justes, seuls personnages de l'oeuvre de Camus qui epousent une action revolutionnaire, trouvent une solution au pro-bldme du meurtre qui sera discut!e plus tard. Camus revient une fo i s de plus 3 son argument contre l a religion, H le base sur l'hypothdse que l a revolte est "une des dimensions es-sentielles 3 l'homme. Elle est notre realite historique."1® Sem-blable au raisonnement absurde qui ne permettait pas que l'homme oublia't l a seule realite q u ' i l possedSt, c'est-3-dire, l'absurde, le raisonne-ment revolt! demande que l a r e a l i t ! de la revolte soit respect!e. II faut que rles valeurs viennent de l a revolte. La religion avec ses valeurs absolues !vite ou nie l a realite humaine de cette terre. Enfih, Camus d! f i n i t l a limite q u ' i l emploiera pour critiquer les revpltls metaphysiques et historiques. E l l e est bas!e sur cette mime so l i d a r i t ! d!j3 citee comme une valeur r!volt!e. "Pour Stre, l'homme doit se revolter, mais sa revolte doit respecter l a limite qu'elle dlcouvre en elle-mSme et ou les hommes, en se rejoignant, commencent d 'etre."" 1" 1 Tout meurtre alors semble depasser l a limite de l a revolte en rompant l a s o l i d a r i t ! humaine et en oubliant cette g!n!rosit! d'Sme qui ne veut humilier personne. 78 L'ethique revoltee, ayant perdu l e relativisme de l'ethique ab-surde qui professait l 1indifference a l'egard des valeurs, d i f f l r e done de l a morale absurde. II existe dans l'ethique revoltee des va-leurs universelles pour lesquelles i l faut lutter: la nature humaine qui exclut la religion, et l a limite fondle sur l a solidarite humaine qui nie le meurtre. La revolte, ainsi ,definie, etant f i l l e de l a con-0 science et de l a lucidite absurdes, f a i t naltre l'homme, et avec l u i , tous les hommes. "Je me revolte, done nous sommes."12 Cette formule mine 3 cette deuxilme difference entre les deux ethiques camusiennes: le personnel est devenu c o l l e c t i f . Tous les hommes peuvent faire 1'experience de l'absurde; i l s se trouvent tous dans l a m§me condition humaine. "Le premier progrls d'un esprit s a i s i d'etrangete est done de reconnaltre q u ' i l partage cette etrangete avec tous les hommes et que l a realite humaine, dans sa totali t e , souffre de cette distance par rapport 3 soi et au monde."^ 3 Ce changement d'optique chez Camus explique le developpement des formes du bonheur. Le bonheur personnel n'est pas l e but de l'homme revolte; i l l u i faut le bonheur de tous. Camus aborde l a revolte metaphysique. Ayant reconnu l'absurdite inherente a l a condition humaine, le revolte metaphysique "...se dresse contre sa condition et l a creation e n t i l r e . . . I l oppose le principe de justice qui est en l u i au principe d'injustice qu ' i l voit 3 l'oeuvre dans le monde. Son desir, d'aprls Camus, est de reconcilier cette contradiction; i l cherche une unite. II se revolte necessairement contre l'Stre superieur qui ordonne l'impuissance de l'homme. II reduit Dieu au niveau de l'homme pour 79 mieux le combattre. La revolte mltaphysique "...se confond mSme avec l'histoire contemporaine du sentiment r e l i g i e u x . " ^ Mais l'homme aura, sans les sanctions absolues abolies avec Dieu lui-mdme, 3 refaire ses propres valeurs. Camus examine l'histoire de cette tentative pour "fonder.,.1'empire des hommes" pour voir s i les revoltes metaphysiques sont restes fiddles 3 l a revolte. Selon Camus, le probldme religieux du revolte mltaphysique est celui du Dieu de l'Ancien Testament: l e Dieu vindicatif et jaloux des Juifs qui n'hlsite pas 3 tourmenter et 3 mettre l a f o i de 1 'homme 3 l'lpreuve. Le Christ est exempt de cette attaque par son Stat d'homme: "...tout 1'effort de l a pensSe libertine sera de.faire du Christ un innocent, ou un niais, pour l'annexer au monde des hommes, dans ce qu'lls ont de noble et de d e r i s o i r e . " l o Les r l v o l t l s , ayant f a i t re-venir l e Christ au monde auquel i l appartient, peuvent attaquer le Dieu qui les enchaine. Le Marquis de Sade commence l a lutte en faisant de Dieu "une d i v i -nite criminelle qui Scrase l'homme et le n i e . " 1 7 Comme prisonnier, Sade ne peut supporter aucune limite qui restreigne l a liberte humaine. Dans ce cas, i l faut tout nier, sauf la l i b e r t ! mdme. Sade trahit done les origines de l a rlvolte qui exigent 3 l a fois un oui et un non. "En mettant 1'accent sur sa force de defi et de refus, la revolte, 3 ce stade, oublie son contenu p o s i t i f . " La faute des romantiques est d'avoir encore mis 1'accent sur l ' i n -dividu. D'aprds Camus, cela est contraire 3 l'lthique r l v o l t l e dont la s o l i d a r i t l est une partie nlcessaire. Ivan Karamazov rentre dans l'oeuvre de Camus pour montrer "le 80 refus du salut". H hait tant ce monde oil les innocents meurent et le createur qui l'a f a i t q u ' i l refuse absolument de croire en ce Dieu. Camus voit que l e manque de valeurs permet tout 3 Ivan. La f i n l o g i -que de son raisonnement est que l'homme deviendra Dieu. Chez Ivan, 19 "...devenir Dieu, c'est accepter le crime..." En laissant tuer son pdre, Karamaa&v depasse l a limite qu'est la s o l i d a r i t ! qui estime l a vie. Nietzsche offre un exemple int!ressant. H d!clare l a mort de Dieu pour que l'homme puisse se refaire selon le moddle du surhomme nietzsch!en. Le royaume surhumain est cette terre qui est "sa seule v ! r i t ! , a laquelle i l faut Stre f i d l l e , sur laquelle i l faut vivre et 20 faire son salut." Mais, selon Camus, Nietzsche va trop l o i n , car 1'acceptation du monde implique 1'acceptation de l a condition halssable que l'homme revolt! se voue 3 combattre. H aboutit, comme tous les revoltes-metaphysiques dej3 mentionnes, au consentement au mal. Camus reconnalt que 1*attitude de Nietzsche envers l e mal est plutQt une f a t a l i t ! qu'une revanche. En tout cas, le non de l a revolte est ou b l i l . Lautr!amont change l a revolte en conformismej Rimbaud abandonne sa revolte pour se perdre dans l'aneantissementj les surr!alistes de-truisent tout ce qui nie leurs verit!s personnelles.. Dans tous ces cas, la revolte est trahie. La faute de tous ces auteurs est d'avoir voulu l a l i b e r t ! absolue de l'individu. Comme tout absolu, l a l i b e r t ! elle-mSme peut devenir meurtriere. La lutte qui commenca par revendiquer l a justice humaine contre 1'injustice divine f i n i t par nier mSme l a justice relative des hommes. Une foi s de plus, 1'absolu !touffe le r e l a t i f . La revolte qui 81 accorde de plus en plus d'importance a l'homme comme createur des va-leurs "a grandi aussi...en audace aveugle jusqu'au moment demesure ou ell e a decid! de repondre au meurtre universel par l'assassinat meta-physique. " t J-Selon Camus, la revolte historique est le resultat logique de l a revolte metaphysique. Celle-ci est "le mouvement qui mene de 1'expe-rience individuelle a l'idee"j c e l l e - l l est "1'insertion de l'idee 22 » * dans 1'experience historique." L'idee a une importance inherente qui y est raise par l a revolution. La premidre tendance de l a revolu-tion est done l'importance de l a doctrine. La croissance des ideolo-gies est commencee. Une autre tendance de l a revolution est un "principe de revendi-cation." 2 3 Camus emploie comme exemple la revolte des esclaves remains dont le chef est Spartacus. Les esclaves, une fo i s vainqueurs, devien-nent des maftres, les anciens maltres entrent dans l a servitude. La justice et l a liberte done ne sont pas repandues, seuls les acteurs changent de r6les. Camus commence son histoire de l a revolution avec Rousseau dont Le Contrat social est "le nouvel Evangile" d'une "religion dont le dieu est l a raison, confondue avec l a nature, et le representant sur la terre, au l i e u du r o i , le peuple consider! dans sa volonte gene-r a l e . " 2 ^ La raison et la volonte populaire demandent done la mort du representant du Dieu Chretien qu'est Louis XVI. Bien que la presence de Dieu sur la terre vienne a son terme avec la mort du r o i , Camus deduit que Dieu lui-me'me existe toujours* l a difference est qu' i l n'a rien a faire avec l e monde. 82 L'histoire de la revolte ecrite par Camus continue quand Saint-Just devient le pre*tre de l a nouvelle religion de la Raison, et l a morale formelle nait d'elle. Une definition de l a vertu, necessaire 3 toute religion, est formulae: c'est "la conformite a l a l o i qui exprime l a volonte generale." 2^ Ceux qui ne se conforment pas 3 l a l o i deviennent des trartres. Pour garantir 1'unite de la patrie, Saint-Just condamne ces traftres 3 l a guillotine. Quand le peuple condamne leur chef lui-m§me a mort, Saint-Just accepte son sort stoi'quement pour le bien de l a patrie et a cause de l ' i n f a i l l i b i l i t e de l a raison du peuple. L'absolutisme 3 l'egard de la Raison mdne a l a Terreur. Bien que les Frangais de la Revolution aient tue le r o i , leur Dieu existait encore. II reste, selon Camus, aux philosophes du XLXe sidcle 3 faire mourir definitivement Dieu. Hegel est le premier 3 le tenter. II remplace les valeurs par un devenir continuel de l ' h i s -toire. Elles ne peuvent e"tre connues qu'3 la f i n de ce devenir. Le seul critlrium est done le succds de 1'action qui mdne 3 cette f i n . La verite, la raison et la justice se sont brusquement incarnees dans le devenir du monde...Ces valeurs ont cesse d'etre des repd-res pour devenir des buts. Quant aux moyens d'atteindre ces buts, c'est -3-dire l a vie et l'histoire, aucune valeur preexistante ne pouvait les guider. ° Hegel, comme Saint-Just, trouve qu' i l faut detruire pour creer un etat parfait. Les vainqueurs ont toujours raison. La justification de l' e f f i c a c i t e et de l a volonte de puissance naitj la transcendance, soit divine soit morale, meurt. La revolution est done rdgle de vie, car tout le monde decrle l'hypocrisie de l a morale bourgeoise. Les terroristes russes de 1905 fournissent un exemplej Camus les appelle "les meurtriers delicats" 83 et base sa pilce Les Justes sur eux. Ils consentent a mourir pour j u s t i f i e r les assassinats qu'ils tentent. " l i s vivent sur l e m§me paradoxe, unissant en eux le respect de la vie humaine en general et un mepris de leur propre vie, qui va jusqu'l l a nostalgie du sacrifice supreme."27 Ces justes ne peuvent 6ter la vie I un autre sans l a payer de leur propre existence. La valeur qui est montree par le sa-c r i f i c e de soi est celle de la vie humaine. U s voient l a violence comme necessaire mais l ' e f f i c a c i t a ne l a j u s t i f i e pas selon eux. C'est pourquoi i l s consentent a mourir pour se rendre innocents. Leur but et me*me 1'atmosphere de leur bande est celui de l a fraternite. En per-dant l a vie pour donner Ii autrui une vie plus heureuse, eux seuls creent une valeur pour remplacer celle qu'ils veulent detruire: cette fraternite qui est a l a mesure de l'homme au l i e u d'etre un absolu. II ne reste que deux periodes historiques a examiner mais ce sont les plus importantes: celle du fascisme et celle du communisme. Les regimes fascistes construisent "un etat sur l'idee que rien (n'a) de sens et que l'histoire (n'est) que le hasard de l a force." D'aprls Camus, la seule valeur reconnue par les Italiens est l'Etat. Hitler, etant plus egoi'ste, base sa nouvelle religion sur sa propre personne. Pour le peuple, l a desobeissance de ces nouveaux absolus de l'Etat resulte dans 1'execution. Le meurtre est done legitime par l'etat me*rae: "Quand tout l e monde est militaire, le crime est de ne pas tuer s i l'ordre l'exige." 2 9 La negation de toute valeur ne mine done qu'au massacre des hommes qui nie absolument l a veritable revolte. L'horreur dont i l n'y a jamais eu d'egal avant l a naissance du Troisilme Reich a ete causee selon Camus par un mythe sans morale. 8U "Cette premidre tentative d'une Eglise ba"tie sur un neant a ete payee par l'aneantissement m e W 3 ° de 1'Eglise qu'etaient l'AUemagne et l ' l t a l i e et des bStisseurs. Camus voit qu'une difference entre l e regime fascists et le gou-vernement communiste est que: "Le premier figure 1'exaltation du bour-reau par le bourreau lui-mSme. Le second, plus dramatique, l'exalta-tion du bourreau par les victimes." Une deuxilme difference est que les fascistes ne visaient pas a instaurer une cite iiniverselle a l a place de la cite celeste deserte. Les communistes, au contraire, placent 1*Homme futur sur le tr6ne de cette cite ideale qui ne se bUtira qu'a l a f i n glorieuse de l'h i s t o i r e . Camus ne critique pas Marx pour ses arguments contre l a societe bourgeoise du XLXe s i l c l e , II est, au contraire, approbateur: "Que les exigences de 1'honnStete et de 1'intelligence aient ete colonisees 3 des fin s egoistes par l'hypocrisie d'une societe mediocre et cupide, c'est l a un malheur que Marx, deniaiseur incomparable, a denonc! avec une force inconnue avant l u i . " 3 ^ Ce qui tue le caractSre revolution-naire du marxisme d'aujourd'hui, d'aprSs Camus, c'est le dogme et l'ad-heVence intransigeante a l a pensee de Marx. Toute revision et toute reforme ne sont pas acceptables:. i l faut realiser toutes les etapes du developpement vers la cite universelle. "La logique d'une pareille attitude voudrait qu'on approuv§t ce qui peut accroltre la misSre o u v r i l r e . " 3 3 Cet etat de misere est juge bon car l a seule valeur qui existe "est ce qui sert cet avenir." C'est la prophetie marxiste qui est devenue concentrationnaire au XXs s i l c l e . La raison en est le caractere religieux du marxisme moderne: l'Homme abstrait futur est 85 devenu Dieu et les hommes n'ont qu'3 1'adorer et mourir pour q u ' i l vive. Camus decouvre des defauts dans l a prophetie marxiste. D'abord le proletariat ne se revolte pas et les gouvernements capitalistes ameliorent l a vie des ouvriers au l i e u de les enchafner davantage. Puis les ouvriers ne se lSvent pas en faveur du communs^ me interna-tional aux depens de leur patrie; le nationalisms continue au XXe sidcle 3 Stre une force significative de l a politique mondiale. Ce que les marxistes veulent donner au monde, c'est l a justice. Camus n'y v.oit qu'une seule faute. "La volonte de puissance est venue relayer l a volonte de justice, faisant mine d'abord de s'identifier avec e l l e , et puis l a releguant quelque part au bout de l'histoire, en 35 attendant que rien sur l a terre ne reste 3 dominer." S i les ouvriers du monde ne veulent pas e'tre eclaires par le communisme, i l faudra qu'ils soient persuades par leurs confreres russes. Pour prouver ce point, Camus cite Lenine. Avec cette machine ou cette massue (I'Etat), nous ecraserons toute exploitation, et lorsque sur l a terre i l n'y aura plus de possibilites d'exploitation, plus de gens possedant des terres et des fabriques...alors, seulement, nous mettrohs cette jnachine au rancart, alors i l n'y aura ni Etat, ni exploitation. 3 0 La liberte doit attendre que le communisme ait atteint son but qui est l'Empire. Ce que le communisme russe cherche, ce n'est pas l'unite que cherche un veritable revolte, c'est la t o t a l i t ! que sera l'Empire mondial; Camus en f a i t l a distinction par une de ses critiques les plus ameres du communisme. La t o t a l i i e n'est pas l'unite. L'etat de si3ge, mSme etendu aux limites du monde, n'est pas l a reconciliation. La revehdication de l a cite universelle ne se maintient dans cette revolution qu'en rejetant les deux tiers du monde et 1'heritage prodigieux des 86 s i l c l e s , en niant, au profit de l'histoire, la nature et l a beaut!, en retranchant de l'homme sa force de passion, de doute, de bonheur, d'invention singuliere, sa .grandeur en un mot.3? Ce que Camus reproche le plus au coramunisme russe, c'est done la perte de l a liberte individuelle pour l'homme. La justice absolue qui viendra avec l'Etat i d ! a l nie cette liberte humaine et est infide'le a toute reVolte. En donnant 1'approbation 3 l a servitude, au mensonge, au meurtre} elle se separe de ses origines revoltees. L'histoire de l a terreur communiste f i n i t par un portrait d'un Promethee modeme. Celui qui est depuis des s i l c l e s le symbole mythi-que de l a revolte contre les dieux est devenu dans l a Russia communiste Dieu lui-mSme. Mais l a foule ne l e comprend pasj i l faut que Prome'thee la l u i fasse comprendre. II emploie des tactiques to t a l i t a i r e s , les mSmes en effet contre lesquelles i l avait protest! i l y a s i longtemps. Prom!thee est devenu C!sar. Le seul espoir est qu'un nouveau Prome-th!e existe parmi les opprim!s: "Le vra i , l'!ternel Prom!th!e a pris maintenant l e visage d'une de ses victimes." 3 8 II est int!ressant de noter que l a revolte historique f i n i t par nier ce que l a revolte metaphysique d i v i n i s a i t — l a libert!--pour d i v i -niser 3 son tour l a justice que les revoltls m!taphysiques meprisaient. La faute des deux systemes est l a divinisation d'une valeur qu'ils voulaient absolue. La l i b e r t ! absolue, c'est le droit pour l e plus fort de dominer. Elle maintient done les conflits qui profiterit 3'"1'injustice. La justice absolue passe par l a suppression de toute contradiction: elle detruit l a l i b e r t ! . 3 9 Le chapitre qui s'intitule "Revolte et Revolution" distingue ces deux mots l'un de l'autre. Pour r!sumer: " . . . l a r!volte aux prises de l'histoire ajoute qu'au l i e u de tuer et de mourir pour produire 87 l'Stre que nous ne sommes pas, nous avons 3 vivre et a f a i r e vivre pour creer ce que nous sommes."^ La revolution done subjugue les hommes d'aujourd'hui pour que les hommes futurs puissent naftre heureux et parfaits dans l a cite universelle. Mais i l n'y a pas de justice n i de liberte pour ceux qui sont morts injustement en attendant. Le monde que Camus veut voir est celui ou la renaissance sera possible et non pas l e monde base sur une ideologic de l'histoire sans valeurs. L'his-toire "...n'est pas absence de valeur, n i la valeur elle-mSme, n i mSme le materiau de l a valeur. Elle est 1'occasion, parmi d'autres, ou l'homme peut eprouver l'existence encore confuse d'une valeur qui l u i sert 3 juger l ' h i s t o i r e . " ^ " H reste a Camus a preciser les moyens qu'il faut employer pour que l a renaissance commence. Comme l'ethique absurde s'est transformee en ethique revoltee, l'esth!tique revoltee se developpe de l ' a r t absurde. La description pure ne s u f f i t plus 3 Camus, n faut que 1'artiste adhlre aux prin-cipes de l a revolte, c'est-3-dire, au consentement et au renoncement au mohde. La contradiction est ce l l e - c i r l'homme refuse le monde t e l q u ' i l est, sans accepter de l u i echapper. En f a i t , les hommes tiennent au monde et, dans leur immense majorite, i l s ne desirent pas l e quitter. Loin de vouloir toujours l'oublier, i l s souffrent au contraire de ne point l e posseder assez, etranges citoyens du monde, exiles dans leur propre pays. Si l'homme refuse l e caractlre separateur du monde, i l faut qu'il recree un monde unifie. Le roman donne 3 1'ecrivain une occasion de realiser son desir. C'est "la correction de ce monde-ci" car l'univers romanesque a cette unite exigee. Comme l'eternel Promethee, 1'artiste revolt! 88 choisit "la creature contre son createur. Camus critique les deux ecoles d'art du formalisme et du realisme. Ni l'une ni 1*autre n'est fidele ll la revolte parce qu'elles ne res-pectent pas le dualisme du refus et du consentement inherent a l ' ar t . Le formalists ne cree que dans l ' i rree l et n'admet aucune partie du monde. Le realiste, au contraire, accepte le monde tel quel sans cr i -tiquer sa cruaute et son incoherence. La solution du problems est un art qui eorresponde 3 la revolte: ".. . l 'unite en art surgit au terme de la transformation que 1'artiste impose au ree l ."^ La creation comprend done le monde et 1'esprit createur de 1'artiste qui le trans-figure et l u i rend son unite. Cette transformation se fait sous le signe de la revolte. L'objet de l 'art change depuis l'epoque du Mythe de Sisyphe a cause des changements dans le monde actuel. La psychologie, estimee par le sentiment individuel absurde, n'est plus le but de l'ecrivain. La condition humaine entidre devrait occuper 1'artiste revolte. "Quand la passion du temps met en jeu le monde entier, la creation veut domi-ner le destin tout entier."^5 La tiche du createur est done celle de l'homme revolte lui-me'me. II l u i faut faire face 3 la totalite pour revendiquer l'unite. L'art revolte laisse savoir que l'homme est plus que l 'histoire. La revolte la plus instinctive, en mSme temps qu'elle affirme la valeur, la dignite commune 3 tous, revendique obstinement pour en assouvir sa faim d'unite, une part intacte du reel dont le nom est la beaute...Peut-on, eternellement refuser l'injustice, sans cesser de saluer la nature et la beaute du monde? Notre reponse est ovd..hb Camus opte pour une renaissance creatrice au lieu d'une revolution destructrice. II repute,ses arguments contre la revolte metaphysique 89 qui permet l a l i b e r t ! individuelle absolue. La liberte que veut Camus est de t a i l l e humaine, c'est-3-dire, une liberte limitee par le res-pect pour la liberte de ses semblables. "Chaque liberte humaine, 3 sa racine l a plus profonde, est ainsi relative."""^ Ceux qui cherchent 1'absolu sont encore condamnes. Puis i l aborde sa critique de l a revolte historique. L'efficacite devient l a seule valeur car i l faut absolument marcher vers l a f i n joyeuse, mais douteuse selon Camus, de l'histoire, Toutes les autres valeurs sont suspendues en attendant cette f i n , "Elle f a i t passer sous l a promesse d'une justice absolue 1 'injustice perpetuelle, l e compromis .sans limites et l ' i n d i g n i t e , D e plus, une philosophie historique consent au mal qui exists dans l e monde sans en apprecier l a beaute. Son refus de tout ce qui ne f a i t pas partie de l a doctrine exclut l a beaute naturelle aussi bien que l' a r t cree par ses ennemis. La solution de Camus est une limite qui s'etablisse entre l a jus-tice absolue et l a liberte absolue. II faut avoir aussi un sentiment de f a i l l i b i l i t e ideologique au l i e u d'intransigeance. Si l a revolte pouvait fonder une philosophie, au contraire, ce serait une philosophie des limites, de l'ignorance calculee et du risque. Celui qui ne peut tout savoir ne peut tout tuer.^ 9 Le savoir r e l a t i f des hommes n'aboutira done pas au meurtre efficace. II semble que Camus ne soit pas totalement non-violent; i l est trop realiste. EL voit qu'3 cause de son consentement, l a non-violence complete peut mener au meurtre aussi vite que les ideologies violentj|s. EL n'y a que deux formes de revolution qui soient justifiees par Camus. L'action revolutionnaire de Kaliayev en est uh exemple. S ' i l va tuer, i l est pre*t 3 se sacri f i e r pour se j u s t i f i e r . La seconde agit en 90 faveur "des institutions qui limitent l a violence, non pour celles qui la codifient. "-^ Si les institutions justes deviennent t o t a l i -taires, l'homme revolte aura 3 se revolter contre e l l e s . L'oeuvre de Camus semble avoir passe par deux etapes representees par Sisyphe, symbole de l'absurde, et par Promethee, symbols de l a revolte. La f i n de L1Homme revolte introduit une troisieme figure mythique: c'est Nemesis "...the goddess of measure who chastises a l l who attempt to escape from her r u l e . " 5 l A cause d'elle, Camus nie l'essentialisme et 1'existentialisme en expliquant que les deux ne se soucient pas d'une partie de l a rea l i t e . Le premier ne reconnalt pas 1'importance d'exister, le deuxidme 1'importance d'etre. "Le monde n'est pas dans une pure f i x i t e ; mais i l n'est pas seulement mouvement. II est mouvement et f i x i t e . " ^ 2 II est dualisme. Cette mesure ne permet pas de repos non plus, car elle n'est que tension. Dans ce sens, e l l e f a i t partie de la revolte car "La mesure n'est qu'une revolte contre les exces de la revolte."53 La mesure f a i t que sa position politique est celle du syndicalisms. Camus l u i a t t r i -bue 1'amelioration du niveau de vie des ouvriers. A son avis, le tota-litarisme detruit ce que l e syndicalisme a gagne. En somme, i l ne voit pas une lutte entre le christianisme et 1'atheisms, n i entre le capitalisme et le communisme. Les deux com-battants sont 1'ideologic allemande et 1'esprit mediterranean. La commune contre 1'Etat, la societe concrete contre la societe absolutiste, la liberte reflechie contre la tyrannie rationnelle, 1'individualisme altruiste enfin contre la colonisation des masses, sont alors les antinomies qui traduisent une f o i s de plus, l a lon-gue confrontation entre la mesure et la demesure qui anime l ' h i s -toire de 1'Occident depuis le monde antique.^u C'est cette pensee de Midi, c'est-3-dire, une pensee basee sur 91 1'heritage grec modere, que Camus propose comme solution au probleme du meurtre. H faut done donner a l'homme futur en rendant la vie des hommes d'aujourd'hui plus belle et moins hostile. Aucune ideologic, soit chretienne soit marxiste, n'a l e droit de priver les hommes de leur l i b e r t e . Au midi de l a pensee, l e revolte refuse ainsi l a divinite pour par-tager les luttes et le destin communs...Dans^la lumidre, le monde reste notre premier et notre dernier amour. ^  Bien que l a revolte soit negative parce qu'elle lutte contre 1'injus-tice et l a servitude, son c6*te p o s i t i f est montre par cet amour de la terre et des hommes. Noces, l a premidre oeuvre qui montre l a revolte camusienne meta-physique, reconnait l a lucidite qui mine 3 l a revolte. En parlant de son pays natal, pays de dualisme, Camus met l 1accent sur la conscience: Ses p l a i s i r s n'ont pas de remldes et ses joies restent sans espoir. Ce qu'il exige, ce sont des ames clairvoyantes, c'est-3-dire sans consolation. II demande qu'on fasse un acte de lucidite comme on f a i t un acte de foi.->° Camus le f a i t , et sa revolte protests l a resignation de ceux qui meu-rent dans 1'Eglise, qui acceptent leur mort comrae un bien. XL l i t la resignation sur les tombes d'une eglise de Florence, mais i l ne 1'ac-cepte point. " " i l faut" disait les inscriptions. Mais non, et ma revolte avait raison. Cette joie qui a l l a i t , indifferente et absorbed...il ma f a l l a i t l a suivre pas 3 pas. Et, pour le reste, je disais non." Mais sa revolte a encore du positif puisqu'il insiste sur le f a i t q u ' i l faut dire oui 3 la terre. Dans cette m6me v i l l e de Florence, le oui s'eleve. Un des seuls lieux d'Europe ou j ' a i corapris qu'au coeur de ma revolte dormait un consentement. Dans son c i e l ra8laftde larmes et de s o l e i l , j'apprenais 3 consentir 3 l a terre...' 92 La terre est done la valeur positive trouvee par l'auteur de Noces. La revolte de Meursault a l a f i n de L'Etranger a la me*me nuance religieuse que la revolte precedente. C'est done une revolte metaphy-sique qui est eveillee par l a v i s i t e de l'aura6nier de l a prison a l a cellule s o l i t a i r e de Meursault. L'aumSnier essaie de convertir le p r i -sonnier pour garantir son salut. Mais Meursault reconnalt en ce moment sa l i b e r t l et 1'innocence fondamentale de sa vie absurde sans valeurs. C'etait comme s i j 'avals attendu pendant tout le temps cette minute et cette petite aube ou je serais j u s t i f i e . Rien, rien n'avait d'importance et je savais pourquoi...Que m'importsient l a mort des autres, l'amour d'une mere, que m'importaient son Dieu, les vies qu'on choisit, les destins qu'on e l i t , puisqu'un seul destin devait m'elire moi-me*me et avec moi des milliards de privilegies qui, comme l u i , se disaient mes freres.->9 C'est done l a conscience de l a mort inevitable qui j u s t i f i e l a vie ab-surde qu'a menee Meursault. Mais sa revolte ne se dresse pas contre l a f i n ineluctable de sa vie. II se revolte contre l a fausse consola-tion et les fausses valeurs de toute la societe qui le condamne. II sait que son crime n'etait pas le meurtre, mais le refus de participer aux r i t e s sociaux menteurs. Meursault se revolte done contre tous ceux qui respectent, ou jouent d respecter, des valeurs inexistantes. Apres avoir chass! l'aumSnier de l a cellule en criant ce nihilisme qui semble tot a l , Meursault se rend compte de son seul consentement: le consentement a la terre. Comme d'habitude, i l jouit vivement des sensations qui. l u i apporte l a nature: ...je me suis reveille avec des etoiles sur le visage. Des bruits de campagne montaient jusqu'a moi. Des odeurs de nuit, de terre et de sel rafralchissaient mes tempes. La raerveilleuse paix de cet ete endormi entrait en moi comme une maree.^ La revolte contre la societe en faveur de l a terre rend Meursault heureux. 93 Dans Le Mythe de Sisyphe, une autre oeuvre de revolte metaphy-sique j l a revolte est peut-Stre l a plus importante des consequences tirees de l'absurde. II faut se rappeler que tous les hommes absurdes— Don Juan, l'acteur, le conquerant, le createur et Sisyphe—se revoltent contre l'absurdite de la condition humaine. Bien que leur revolte ne les mine pas a vaincre l a mort, cause principale de l'absurde, i l s apprecient mieux l a vie. La passion de vivre caracteristique de tous est done ce a quoi i l s consentent. Leur revolte, jointe II cette joie de vivre, aboutit a leur bonheur lucide mais passionne. n reste deux pilces dans l a catlgorie de l a revolte metaphysique: Caligula et Le_ Malentendu. Elles se ressemblent 3 cause de leur de-nouement commun, c'est-3-dire, la mort du heros. Caligula reconnalt l'absurde aprls une rencontre avec l a mort. Mais sa revolte ne connaft pas de bornesj i l n'y a pas de oui pour compenser le non. Ce revolte exerce done une liberte absolue qui n'hesite pas I ordonner le meurtre. Si les actes sanglants de Caligula ont un but, c'est de rendre lucides les patriciens aveugles qui l'entourent. II les attaque Ii cause de leur suffisance en leur faisant voir que rien n'est certain, n mime les dieux pour montrer leur cruaute illogique. On ne comprend pas le destin et c'est pourquoi je me suis f a i t _^ destin. J'ai pris l e visage be*te et incomprehensible des dieux. Ce que Caligula ne comprend pas, c'est que l'homme doit se contenter d'etre homme au l i e u de devenir dieu. II ne doit pas non plus se passer de ses semblables en les annihilant. Cherea est plus lucide 3 l'egard des liraites humaines de l a revolte. Bien qu' i l comprenne l'absurde, i l ne peut supporter le monde i r r a i -sonnable que Caligula cree. Ce qu'i l desire est plus humain: 9k . . . j ' a i envie de vivre et d'etre heureux...Mais je juge que ces idles vagues n'ont pas d1importance. Si tout le monde se mSlait de les realiser, nous ne pourrions n i vivre n i Stre heureux. Encore une f o i s , c'est cela qui m'importe.°2 Sa revolte a un c6te optimiste qui manque 3 celle de Caligula, n est important que cette revolte limitee pour l a vie et le bonheur tue l a revolte absolue et n i h i l i s t s de Caligula. Martha, dans Le Malentendu, emploie les mSmes moyens que Caligula mais pour obtenir une f i n differentia. Ce qu'elle veut, c'est le bonheur physique. Son but est au moins humain, mais sa methode—le meurtre— depasse les limites de la revolte. La revolte, mSme celle du Mythe de Sisyphe, sait que tout n'est pas permis. En ut i l i s a n t une liberte sans bornes pour realiser son reVe d'une vie heureuse,, Martha ne gagne rlen, L'importance de la mesure est montree par.ces deux heros de l'absurde: Caligula et Martha raeurent pour ne pas 1'avoir respectee. EL y a une oeuvre qui f a i t l a transition entre l a revolte metaphy-sique et la revolte sociale: La Peste. Cette transition s'acheve 3 cause d'une multiplicite de niveaux romanesques. La base de 1'intrigue mSme est l a revolte contre un mal naturel que Dieu ou le destin a f a i t paraltre 3 Oran. C'est done l a revolte metaphysique contre l a condi-tion des hommes. Mais 3 un second niveau, c'est l a lutte contre l e totalitarisme qui se montre. En discutant l a reaction de Jean Tarrou 3 l a peste, l a connexion entre les deux revoltes sera examinee. II faut d'abord voir 1'attitude de quelques autres personnages qui agis-sent sur le plan mltaphysique: le docteur Rieux, Rambert et l e pe"re Paneloux. Rieux est peut-Stre le heros le plus modeste de Camus. H ne se voit qu'au niveau des hommes. Quand Tarrou l u i d i t qu'il veut $tre 95 s a i n t , Rieux l u i r e p l i q u e que son propre but e s t d'etre homme. Tarrou s a i t que l a te?che de Rieux e s t p l u s d i f f i c i l e que l a sienne car un homme camusien ne reconnart aucune transcendance dans l a q u e l l e i l p uisse tr o u v e r de l a c o n s o l a t i o n . Me"me l a s o l i d a r i t e de l a nature humaine ne s e r a i t pas une v a l e u r absolue. II f a u t que c e t t e v a l e u r aide l e s hommes 3 v i v r e heureux. Ees hommes sont ceux pour q u i i l f a u t l u t t e r e t non pas 1'Homme a b s t r a i t e t i d e a l . Rieux, etant docteur, e s t habitue 3 l a souffrance humaine en face de l a maladie e t de l a mort. Cependant, mime l e detachement p r o f e s -s i o n n e l q u ' i l p r a t i q u e l a p l u p a r t du temps ne peut l e sauver d'un deses-p o i r au moment de l a mort d'un enfant. Sa r e v o l t e done e s t contre un Dieu q u i a u r a i t pu f a i r e un t e l univers i n j u s t e . Sa p r o f e s s i o n e s t l a forme que prend sa r e v o l t e , car un univers avec un Dieu b i e n v e i l l a n t n ' a u r a i t pas besoin de docteurs. Puisque, selon l u i , ce Dieu mythique du b i e n n ' e x i s t e pas, i l l u i f a u t a i d e r l e s hommes a v i v r e l e plu s longtemps p o s s i b l e . En p a r l a n t 3 Tarrou, Rieux d i t : "...puisque l ' o r d r e du monde e s t r e g i e par l a mort, peut-e'tre v a u t - i l mieux pour Dieu qu'on ne c r o i e pas en l u i et qu'on l u t t e de toutes ses f o r c e s contre l a mort, sans l e v e r l e s yeux vers l e c i e l ou i l se t a i t . " ° 3 A i n s i l a r e v o l t e de Rieux e s t metaphysique parce q u ' e l l e p r o t e s t e l a p a r t i e l a i d e du monde qu'est l a mort e t l e mal. Un des biens pour l e s q u e l s l u t t e Rieux est l e bonheur. n estime a u s s i l a v i e ; sa p r o f e s s i o n e t son b a i n de mer nocturne avec Tarrou l e prouvent. N i l'une n i 1 ' a u t r e de ces v a l e u r s ne sont pour a i n s i d i r e a b s t r a i t e s . Ce sont l e bonheur humain e t l a v i e des hommes q u i comptent pour Rieux. A u s s i sa r e v o l t e e s t - e l l e tout en faveur de l'homme. Ce 96 f a i t limite sa revolte et f a i t que Rieux n'accepte jamais le mal. EL juge enfin "qu'il y a dans les hommes plus de choses a admirer que de choses a mepriser."^ La premiere revolte de Rambert est contre l a separation. Comme cette separation est l e resultat d'un destin surhumain, c'est-3-dire la peste, cette revolte est metaphysique. Son desir de s'evader d'Oran et de retrouver son amie vient de l a conscience de l'absurde: je ne peux pas supporter l'idee que cela va durer et qu'elle v i e i l l i r a pendant tout ce temps. A trente ans, on commence a v i e i l l i r et i l faut prof i t e r de tout. EL sent done que l a mort rend l a vie precieuse et qu'il ne faut pas l a gaspiller. Rambert cherche 1'amour jusqu'au moment ou i l se reconnait com-battant de l a peste. Bien qu' i l ne precise pas l e mobile qui le pousse ll renoncer 3 son plan pour echapper 3 l a v i l l e , i l semble se sentir solidaire de ceux qui luttent contre le fleau. J'ai toujours pens! que j'Stais Stranger 3 cette v i l l e et que je n'avais rien 3 faire avec vous. Mais maintenant que j ' a i vu ce que ^ a i vu, je sais que je suis d ' i c i , que je l e veuille ou non. Cette histoire nous concerne t o u s . 0 0 II se revolte done contre cette mime condition de peste qui force les autres 3 entrer dans l a ba t a i l l e . Le p3re Paneloux se transforms aussi en revolt! mltaphysique aprds des mois ou i l avait vu des moribonds pour lesquels personne ne pouvait rien. La mort du f i l s du juge Othon qui revolte tous ceux qui y assis-tent pousse Paneloux 3 l a reconnaissance que son Dieu ne semble pas 6tre parfait. Sachant alors q u ' i l y a des idles chretiennes qui sont d i f f i c i l e s 3 accepter, le pere Paneloux suggdre dans son second sermon que le vr a i chrltien ne peut pas choisir ce qu'il veut croire. EL l u i 97 faut tout accepter ou tout nier. Paneloux pre*che 1'acceptation totale qu'est le resultat d'une humiliation de l ' i n t e l l e c t devant la f o i . II f a i t l e saut existentiel condamne par l'auteur du Mythe de Sisyphe. Cette revolte contre le christianisme confortable le mine II une position d i f f i c i l e envers la maladie. S ' i l croit absolument a l a volonte de Dieu, i l l u i faut accepter la mort sans aide medicale. Le plre Paneloux meurt precisement de cette manilre, en mettant sa f o i entilrement en Dieu. La faute de ce revolte est d'avoir espere en Dieu au l i e u d'avoir mis sa f o i dans l'homme. C'est Jean Tarrou qui f a i t entrer l a revolte sociale dans l e re-c i t . Sa vie a ete une lutte perpetuelle contre la peine capitale, peste d'origine entilrement humaine. Ce sont des hommes qui ordonnent le meurtre dans ce cas: i l faut done lutter contre eux. Tarrou ne -donne pas non plus son approbation aux revolutions qui assassinent au nom d'une ideologie ou d'une valeur abstraite. Les meurtriers sont selon Tarrou des pestiferes q u ' i l faut isoler pour que la maladie du meurtre ne se propage pas. Son moyen de revolte est done l a lutte contre la mort imposee par les hommes. Je sais seulement qu' i l faut faire ce q u ' i l faut pour ne plus Stre un pestifere et que c'est 13 ce qui peut, seul, nous faire esperer la paix, ou une bonne mort 3 son defaut. C'est pourquoi encore cette epidemie ne m'apprend rien, sinon q u ' i l faut la combattre 3 vos c6tes. ' Le bien pour lequel Tarrou veut lutter est done la paix. Cette paix ne sera pas obtenue avant que 1'injustice du meurtre logique soit supprimee dans le monde. Bien que cette f i n semble impossible, Camus et ses personnages prennent toujours le parti de 1'impossible, en essayant d'ameliorer peu 3 peu la condition des hommes pendant qu'ils 98 attendant l a f i n souhaitee. La Peste ouvre la porte aux oeuvres suivantes de Camus. L'auteur f a i t l a transition toe's subtilement mais i l avoue: "La Peste a un sens 68 social et un sens metaphysique. C'est exactement le m§me." Ainsi l a peste, soit sociale soit metaphysique, est l a mort. The plague, therefore, in whatever context we consider i t , sym-bolizes any force which systematically cuts human beings off from the l i v i n g breath of l i f e . . . I n a very general way, i t i s death ^ and, in human terms, a l l that enters into complicity with death. La revolte est done contre l a mort en faveur de la vie, du bonheur et du droit de l'homme & en jouir. La transition est complete avec L'Etat de Sidge. Comme note dans le Chapitre II, la Peste de cette pidce se veut logique. C'est 13 le temoignage de son caractere humain. Diego est done un combattant contre le mal social. Mais i l se revolte pour garantir l e bonheur commun des citoyens de Cadiz. Ces deux c8tes rendent sa revolte authentique, car le dualisme du refus et du consentement est l a premiere exigence de l a revolte camusienne. II y a dans Les Justes deux sortes de revolte: Stepan, revolu-tionnaire n i h i l i s t e , et Kaliayev, revolte humaniste. Stepan, le seul du groupe revolutionnaire qui n'approuve pas l a moderation de Kaliayev qui refusait de tuer deux enfants en me*me temps que le Grand-Due, est de l a race de Caligula, n accepte tous les moyens qui servent l a revolution. Dora l u i demande ce qu'il fera " . . . s i le peuple entier, pour qui tu luttes, refuse que ses enfants soient tues?' Faudra-t-il les frapper aussi?" II l u i replique: "Oui, s ' i l le faut, et jusqu'a" 70 ce q u ' i l comprenne. Moi aussi, j'aime le peuple."' II faut distinguer i c i entre l e peuple, masse sans visage, et les hommes individuels, 99 chacun avec sa propre vie et ses petits bonheurs. Ce qui rend inhu-maine l a revolte de Stepan, comme celle de Caligula, c'est le desir du pedagogue qui veut apprendre aux ellves ce qu'il croit necessaire. Pour atteindre ce but, ces professeurs doctrinaires n'hesitent devant rien, mSme devant l e meurtre. La plupart des personnages de cette pidce sont du mgme avis que Voinov: "J'ai compris q u ' i l ne su f f i s a i t pas de denoncer l'injustice. 71 TL f a l l a i t donner sa vie pour la combattre."' H est s i g n i f i c a t i f que Voinov ne dise pas q u ' i l f a i l l e tuer pour vaincre 1'injustice, comme le pense Stepan. La limite que les autres imposent Ii leur revolte est done le sacrifice de leur propre personne pour prouver que tout n'est pas permis. Camus parle de ses "meurtriers delicats": "L'exemple de Kaliayev et de ses camarades m'a araene Ii conclure...que nul n'avait le droit d'attenter a" l'existence d'un Stre sans accepter immediatement sa propre disparition et qu'enfin dans tous les cas ou on se l a i s s a i t entrafner a cette limite extreme, i l f a l l a i t payer une vie par une • J 2 vxe." Leur revolte contre 1'injustice sociale qui regnait dans la Russia feodale est equilibree par un amour i n f i n i pour autrui. Kaliayev con-sent Ii tuer et Ii mourir pour que ses contemporains puissent jouir d'une liberte plus grande. Quand Stepan d i t qu' i l agit pour l'homme futur, Kaliayev l u i repond: Mais moi, j'aime ceux qui vivent aujourd'hui sur la me*me terre que moi, et c'est eux que je salue...Et pour cette cite lointaine, dont je ne suis pas stir, je n ' i r a i pas frapper le visage de mes freres. Je n ' i r a i pas ajouter Ii 1'injustice vivante pour une jus-tice morte.'^ Sa revolte, comme toutes les revoltes exemplaires camusiennes, respecte 100 la limite qu'est l a solidarite humaine. Clamence, heros de La Chute, se revolte contre l a vie bourgeoise parfaite q u ' i l menait avant son r e v e i l . Les criminels pour qui i l plaidait ne l'interessaient pas. II n'etait guere pousse par l a com-passion ou par l e gofit de la justice. Ceux mimes que j'aidais l e plus souvent etaient les plus raeprises. Avec courtoisie. avec une solidarite pleine d'emotion, je crachais tous les jours a l a figure de tous les aveugles.'^ A cause de cette hypocrisie tout 3 f a i t bourgeoise, i l abandonne sa profession d'avocat et va a Amsterdam se condamner. Sa revolte n'a point de contenu positif qui equilibre son refus du monde confortable bourgeois. En jugeant coupables ses semblables et lui-me*me, i l condamne tout le monde. Sa tUche est d'apprendre 3 tous leur culpabilite. S i les souteneurs et les voleurs etaient toujours et partout con-damnes, les honnltes gens se croiraient tous et sans cesse inno-cents, cher monsieur. Et selon moi—«pila, voila, je viensi — c'est surtout cela q u ' i l faut Iviter. IT pre*che alors l a condamnation universelle qui ne s'accorde guSre avec l a pensee de Rieux,que les hommes sont plutSt bons que mauvais. Clamence semble jouir, en effet, des crimes haineux demesures du XXe s i l c l e . "In The F a l l , such acts of criminality are used not as argu-ments against man's intolerance and fanaticism, but as excuses for despising and hating him." La revolte que suggere Camus n'est point basee sur la haine, mais sur 1'amour des hommes. Cet argument contre l a demesure est indique dans un essai de L'Ete "L'Exil d'Helene", ou Camus oppose l a pensee grecque 3 l'historisme europeen. Cet essai, comme ceux de Noces, est une expression de l a revolte personnelle de l'auteur. Cette f o i s , l a revolte est plut6t 101 sociale que metaphysique, car Camus condamne les maux demesures de l'h i s t o i r e . Notre Europe, au contraire, lancee a l a conquSte de l a totali t e , est f i l l e de l a demesure. Elle nie la beaut!, comme el l e nie tout ce qu'elle n'exalte pas. Et, quoique diversement, elle n'exalte qu'une seule chose qui est 1'empire futur de l a raison. 7' Ce qu ' i l reproche aux Europeens, c'est la revolte qui ne respecte aucune limite. Les Grecs, au contraire, respectaient les limites et leur deesse Nemesis c h i t i a i t tous ceux qui les depassaient. Les valeurs preexis-tantes servaient de limite a tout acte. Les existentialistes et les chefs totalitaires ne reconnaissent aucune valeur comme preexistante. Pour eux l a limite n'a pas de sens. La revolte camusienne s'oppose done a la philosophic europeenne existentialiste ou communiste. Mais sa rlvolte n'est pas entilrement opposition. En effet, l a plus grande partie de l'essai revendique l a place de l a beaute et de la nature dans l e monde moderne. II ne propose pas une fuit e vers le monde naturel pour echapper a l ' h i s t o i r e : i l suggere, comme d'habitude, la lutte pour les vertus qu'il admire. L'amiti! est une vertu. L'ignorance reconnue, le refus du fana-tisme, les bornes du monde et de l'homme, le visage aim!, la beaut! enfin, v o i c i l e camp ou nous rejoindrons les Grecs. 7" Ce sont des valeurs tout humaines qui mlneront au bonheur. La position que tient Camus ne t i r e pas sa valeur de son carac-t l r e philosophique. Toute son oeuvre n'est que l a declaration de sa propre exp!rience. Si L'Homme revolt!, pourtant, juge quelqu'un, c'est d'abord son auteur...Je ne suis pas un philosophe, en effet, et je he sais parler que de ce que j ' a i v!cu. J'ai v!cu le nihilisme, l a con-tradiction, la violence et le vertige de l a destruction. Mais, dans le mime temps, j ' a i salu! le pouvoir de crier et l'honneur 102 # 79 de vivre...Je ne m'interesse qu'3 l a renaissance. La formulation d'une pensee vecue au l i e u d'etre tiree d'une suite de philosophies rend cette pensee davantage humaine. "He sees revolt as i t really i s for the ordinary person—a protest against suffering and injustice and not an attempt radically to transform the nature of the fin world." II semble q u ' i l y a i t plus de chance de reduire l a souf-franee humaine relativement que de l'abolir d'un seul coup. Cela est surtout v r a i s i cet acte est l a revolution proletaire ou la conquSte universelle. Pour ceux qui ne veulent pas risquer l a vie des millions d'hommes, l a solution de Camus est une poss i b i l i t e . n faut aussi reconnaftre que la mesure dont parle Camus ne s'ap-plique pas 3 tout. L'homme revolte doit respecter l a limite 3 l'egard de ses moyens et de sa f i n . II ne faut pas employer une methode qui sanctionne l e meurtre, l a servitude ou le mensonge. Mais une f i n trop grandiose ne sera pas achevee non plus. Caligula qui chassait l a lune et l'immortalite, Tarrou qui voulait la paix et Clamence qui se p l a i -gnait de la perte de 1'innocence absolue ne i^puvlrent pas le bonheur. La moderation intellectuelle est done necessaire. La mesure des emotions n'est pas s i acceptable. But the Mediterranean in Camus regards emotional moderation as a despicable attitude. He sees i t as often resulting in a lukewarm approach towards suffering and injustice... La joie de vivre caracteristique de l a majorite des justes manque com-plltement 3 Stepan, qui est sature de haine et d'amertume. II faut done vivre passionnement m§me dans l'etat constant de revolte. Camus, comme les Grecs, croit au caractdre cyclique de l'histoire, et c'est cette caracteristique qui decrit l e mieux son oeuvre. Sa vie 1 0 3 et son oeuvre commencerent dans l a plenitude naturelle de l'Algerie ou, jeune homme, i l goutait le bonheur physique. II y apprit que l a vie ne durerait pas toujours et qu'il f a l l a i t faire face 3 l a mort. Son sentiment de l'absurde naquit. Pour le vaincre, i l l u i falluf.se revolter contre 1 ' i n j u s t i c e mltaphysique et sociale. Une revolte mesu-ree, passionnee et lucide aboutit done a un bonheur herolque et tragique ll l a f o i s . Le cycle se termine ainsi. Les personnages camusiens et Camus lui-mlme sont dlpeints par cette description des heros de La Peste. Et avec Rieux, tous les hommes qui, f i l s de Promethee, refusent d'etre enchalnls, se dressent contre leur condition et l a crlation e n t i l r e . Presents au monde, i l s secouent leurs chafnes jusqu ' 3 les briser et se veulent les architectes d'un univers enfin habi-table. Au-dela de l'absurde, se trouve la revolte. Et au-dela de l a revolte, peut-ltre, l'ordre et le bonheur. 8 2 Ceux qui accusent Camus de nihilisme et d'etre philosophe de l'ab-surde ont tort: c'est l'homme heureux qu' i l veut chanter. NOTES SUR LE CHAPITRE III Camus, L 1 Homme revolte, p. 111. 2 I b i d . 3 Ibid., p. 15. ^Ibid., p. 19. ^Ibid., p. 17. oibid.. p. 21. 7Ibid., p. 25. Qlbid., P. 2 9 . 9Ibid., p..31. l°Ibid, • P. 35. n I b i d , 1 2 Ibid, , p. 36. 1 3 I b i d , ^ I b i d . , pp. 39-Uo. ^ I b l d . , p. U l . l 6 l b i d . , P. 53. 1 7 I b i d . , P P . 55-56. l 8 I b i d , , P . 67. ^ I b i d . , p. 80. 2Olbid. , p. 96. 2 1 I b i d . , P. 130. 2 2 I b i d . , p. 136. 2 3 l b i d . , P. lUo. 2 i*Ibid., P. 11*6. 2 5 I b i d . , P- 156. 2 6 I b i d . , P. 16?. 2 7lbid . , P» 210. 2 8 l b i d . , P. 222. 2 9 I b i d . 3 p. 228. 3°Ibid., P. 230. 3 1 Ibid, j > P» 303. 3 2 I b i d . a PP . 2U8-2U9. 3 3Ibid. j » P. 255. 3klbid., , P. 258. 3*Ibid., PP . 278|279. ^ I b i d . ; . P. 286. 3 7lbid. , . P. 296. 3 8 I b i d . J » P. 301. 3 9lbid . » P # 355. k°Ibid. i P. 309. k l l b i d . » P» 306. ^ 2Ibid., > P* 322. k3lbid. » P- 330. W*Ibid. . P. 332. ^ 5 I b i d . » P. 339. ^ 6 I b i d . » p # 3Ul. V7lbid. » p # 351. ^ 8 I b i d . » P» 358. 106 k 93bid., p. 357. ^°Ibid., p. 36O. ^Bree, Camus, p. 230. 52 Camus, L1Homme revolte, p. 365. ^ Q u i l l i o t , La Mer et les Prisons, p. 214*. 5ucamus, L 'Homme revolte. p. 369. ^ I b i d . , p. 377. ^Caraus, Noces, pp. 51*-55. 57ibid., p. 105. 5 8Ibid. t p. 122. ^9Camus, L'Stranger, pp. 176-177. 6 0 I b i d . . p. 178. olCamus, Caligula. Acte III, Seine II, p. 101. 6 2 J b i d . . Acte III, Seine VI, p. 111+. °3Camus, La Peste, p. 103. °klbid., p. 2U7. 6^Ibid.. p. 121. 6 6 I b i d . , p. 167. 6 7jbid. , p. 202. 6°Camus, Carnets II, p. 50. 6°Br!e, Camus, p. 128. 7°Camus, Les Justes, Acte II, p. 8l. 73-Ibid., Acte I, p. 28. 72Camus, Actuelles II: Chroniques 191*8-1953 (Paris, Gallimard. 1953), p. 72. * 73Camus, Les Justes. Acte II, pp. 88-89. 7^ 4Camus, La Chute, p. 1517. 107 7 5 l b i d . , p. H j 9 U . 7 6Thody, op_. c i t . , p. 7 6 . 77Camus, L'Ete (Paris, Gallimard, 195U), p. 1 0 8 . 7 8 I b i d . , p. 118. 79Camus, Actuelles II, pp. 8 2 - 8 3 . 8°Thody, op_. c i t . , p. 105. 8 lCruickshank, op_. c i t . , p. 131 . 8 2Majault, 0£. c i t . , p. 7 l i . CONCLUSION L1Humanisms de Camus La pensee de Camus, pensee humaniste qui souligne l a valeur de la vie humaine, n'est n i confortable n i tolerante de l a lSchete. Une des caracteristiques de sa morale est l a tension constante entre l a tentation de tomber dans l a vie confortable machinale que 1'indiffe-rence rend acceptable et le desir d'ameliorer l a condition humaine pour lequel un effort incessant est necessaire. Cette amelioration n'est pas celle des Chretiens qui, selon Camus, veulent que l'homme accepte l a vie sans en questionner l a justice afin d'arriver 3 l a cite celeste aprls la mort. Elle n'est pas non plus communiste parce que le marxisme exige aussi l'austerite servile pour que l a cite future soit construite, mSme s i c'est aprls la mort de l'homme d'aujourd'hui. Dans les deux cas, l'homme devrait sac r i f i e r sa vie pour une cite hypothetique qui n'existera peut-Stre jamais. Sa vie, l a seule c e r t i -tude q u ' i l posslde, est done gaspillee pour un reVe. La Chute est une double critique des ideologies chretienne et com-muniste car n i l'une n i l'autre n'avouent 1'innocence fondamentale 3 laquelle Camus croit . Philip Thody soutient cette position: Far from seriously expressing a belief in universal human wicked-ness in The F a l l , Camus i s satirising and attacking this b e l i e f . He sees i t being used as a weapon for enslaving men...What he i s principally attacking i s the feeling of guilt which brings many middle-class intellectuals not only to Catholicism but also to communism• Les Chretiens condamnent l'homme 3 cause du peche originel. Les exis-109 tentialistes accusent l'homme d'hypocrisie a cause de son heritage bourgeois Chretien. La condamnation communiste est plus complexe car l'idlologie change legdrement de dogme chaque f o i s qu'elle est inter-pretee par un nouveau maltre. Le communisme leniniste ne correspond pas 3 celui de Staline ou de Mao. Le proletaire communiste ne sait pas lequel a raison* i l ne le saura qu'3 l a f i n de l'h i s t o i r e . Jusque 13, tous sont condamnes qui ne croient pas 3 l'ideologie regnante parce que chaque interprdte croit, en effet, posseder l a Verite. Tous l u i doivent alors leur oblissance totale. Camus voit aussi cette ara-bigulte 3 l'egard des interpretations communistes variables: Au terme de cette longue insurrection au nom de 1'innocence humaine, surgit, par une perversion essentielle, 1'affirmation de l a culpa-b i l i t e generale. Tout homme est un criminel qui s'ignore...Son action, i l l a jugeait subjectivement inoffensive, ou me*me favorable 3 l'avenir de l a justice. Mais on l u i demontre qu'objectivement e l l e a nui 3 cet avenir. IT semble alors que tout le monde dise 3 l'homme qu ' i l est coupable sans vraiment j u s t i f i e r cette pretention. Clamence figure parmi les accusateurs. Sa vie est le portrait d'un hypocrite bourgeois Chretien qui joue le r6Te qu'exige l a societe. XL se croit vraiment exemplaire: "J'avais une specialite: des nobles causes. La veuve et l'orphelin.. Puis son image parfaite de lui-mSme est brisee par la reconnais-sance de sa lSchete. XL laisse se noyer une femme qu'i l aurait pu sauver. En bon existentialists, i l est devenu lucide 3 l'egard de son hypocrisie: J'apprenais du moins que je n'etais du c6te des coupables, des accuses, que dans l a mesure exacte ou leur faute ne me causait aucun dommage. Leur culpabilite me rendait eloquent parce que je n'etais pas l a victime.^ 110 II dlcouvre sa propre mauvaise f o i et la pr£te a* tous les homines. Comme les existentialistes, i l l u i faut toujours se juger pour mainte-nir sa bonne f o i . Ce jugement constant qui cherche continuellement les defauts nie le principe de l 1innocence humaine. Clamence montre une caracteristique de l a vie moderne qui est la f o l i e de juger. Le Chretien juge selon les criteres bibliques de 1'in-nocence: les existentialistes et les communistes selon leurs ideolo-gies qui condamnent ce qu'ils appellent l'hypocrisie chretienne. Cla-mence reconnait lucidement cette tendance: "D3s lors, puisque nous sommes tous juges, nous sommes tous coupables les uns devant les autres.. Mais i l ne l a decrie pas: i l resout l e probleme en etant juge-penitent. II se confesse 3 un etranger pour s'absoudre et pour entralner sa vic -time avec l u i dans l'abysse de l a culpabilite. "Renifler l a plus l e -glre odeur de faute, puis, raSlant indulgence et mepris, debrider la plaie secrlte, t e l l e est l a vocation de Clamence.Son desir de de-masquer l'hypocrisie commune n'est gulre altruiste. Clamence avoue sa propre suffisance, ce qu ' i l appelle le "moi-moi-moi". Philip Thody le voit a i n s i : "Clamence has always been a monster of pride, and when he could no longer f e e l that other men were beneath him as a result of his virtue, he was forced to subdue them by making them f e e l their 7 guilt." II est, en quelque sorte, comme un chef de 1'Eglise ou de l'Etat qui voudrait subjuguer ceux qui se trouvent en son pouvoir en leur faisant croire qu'ils sont coupables tandis que l u i est innocent. Leur notion de culpabilite et d'inferiorite renforcerait ainsi sa position. La critique du communisme se trouve dans l e desir de Clamence I l l pour l a servitude. Le communiste veut dominer pour garantir sa posi-tion* Clamence veut prouver sa superiority. Ces paroles de Clamence pourraient e*tre celles d'un chef communiste parlant 3 ces confreres: Tout a f a i t entre nous, l a servitude, souriante de preference, est done inevitable. Mais nous ne devons pas le reconnaitre. Celui qui ne peut s'empe'eher d'avoir des esclaves, ne va j i t - i l mieux qu'i l les appelle hommes libres? Pour le principe d'abord, et puis pour ne pas les dlsesperer." Clamence est done a l a f o i s l a caricature des Chretiens, des com-munistes et des existentialistes. Tous les trois insistent sur l a con-damnation qui amoindrit la dignite humaine. IT y a plusieurs interpretations de ce r e c i t dont quelquesTunes semblent preferables 3 d'autres. D'abord Thomas Hanna voit La Chute comme une confession personnelle par Camus: "This, of course, i s the real significance of the work as a confessional narrative: i t i s Camus himself who very clearly has raised his voice in confession." 9 Bien q u ' i l y a i t des ressemblances entre l a vie de Clamence et celle de Camus, par exemple 1'amour du thea*tre et des sports, i l est d i f f i -c i l e de croire que Camus denonce l'humariisme et 1*optimisms de sa vie et de son oeuvre avant La Chute comme Clamence nie 1'importance de son tr a v a i l d'avocat. Croire que l a joie de vivre de Noces et 1'heroisms de La Peste etaient faux est impossible puisque toute l a vie de l'au-teur les prouve: resistant et amateur du theStre et des sports, Camus jouissait de la vie et l u t t a i t pour la preserver. Jean-Claude Bris-v i l l e demanda a Camus dans une interview:' "Exprime-t-il (Clamence) ce que vous pensez actuellement?" La reponse de Camus nie que son r e c i t soit une declaration de sa propre pensee: Mon heros est decourage en effet, et c'est pourquoi i l exalte, en bon n i h i l i s t e moderne, la servitude. Ai-je choisi, moi, d'exalter la servitude?-^ 112 La servitude etait un des crimes qui a pousse Camus 3 ecrire L1Homme revolte; son auteur ne pouvait pas se jeter s i facilement dans ce camp. Une deuxiSme interpretation est que Clamence f a i t son metier de juge-penitent benevolement. Joseph Majault parle de Clamence:: "Le prophlte, m6me s ' i l emprunte l a voix du mainour, garde au coeur 1'amour * 1 1 de ses f r l r e s et ne les menace que pour les proteger." Pierre Nguyen-van-Huy est du mSme avisr "Mais i c i comme ailleurs, chez tous les per-sonnages camusiens, 1'intention du heros de La Chute est encore de 'diviser pour reunir', 'dltruire pour construire', d'exagerer le con-f l i t methodique pour aboutir 3 une reconciliation finale.'?'1 Mais toute l a pensee de Clamence penche vers l a volonte de puissance. En philosophic comme en politique, je suis done pour toute pra-tique qui le traite (l'homme) de coupable. Vous voyez en moi, tr3s cher, un partisan eclaire de la servitude. 1 3 La repetition de tell e s phrases et la faiblesse physique du heros l a i s -sent croire que ce n'est pas un homme qui joue son r6le a cause du benefice qu' i l apporte 3 autrui. II semble, au contraire, que Clamence soit ronge 3 l'interieur de son Stre par l a di s i l l u s i o n , l'egolsme et m§me la haine. "Le peche originel n'est pas i c i defaillance de l a l i -berte, mais defaillance de 1'amour."^ Au l i e u d'aimer ses frSres, comme le font tous les heros camusiens exemplaires, Clamence n'aime que son propre Stre. II est plus probable que La Chute est une oeuvre ironique et que Clamence est un exemple q u ' i l ne faut pas suivre. L'atmosphere est celle du Malentendu, c'est-3-dire morne, froide et obscure. Nous avons dej3 vu que cette pidce est l a plus pessimists de toutes les pieces de Camus 3 cause de l a mort des quatre personnages principaux. II semble 113 que cette atmosphere, s i loin des plages heureuses de l a Mediterranee, signifie combien les gens qui y habitent ont compldtement tort. This change i n location reflects a change in moral climate. The atmosphere which pervades the novel i s one of guilt, uncertainty and ambiguity...1'' Quand les personnages camusiens s'eloignent du s o l e i l et de l a mer brillante, i l s perdent la lumiSre de l'Sme et de l a conscience. Les Justes, une autre oeuvre qui se situe dans le nord, n'a pas la meW signification car l a localite etait deja determined par l' h i s t o i r e . Camus, qui est reste aussi fidele a l'histoire que possible, ne pouvait pas mettre ses justes a i l l e u r s . Camus n'emploie done pas les paroles de Clamence pour exprimer ses propres opinions. Clamence's solution to the problem raised by guilt i s not only not Camus', but i t i s the very thing that Camus i s condemning. Guilt, for Camus, has always been accidental and relative, not an ontological r e a l i t y . And Freedom i s his most cherished human v a l u e . ^ La liberte et non l a servitude devrait Stre 1'ideal de l'homme. Camus lutte encore pour les biens q u ' i l a mis en valeur dans ses oeuvres precedentesr 1'innocence fondamentale, l a l i b e r t ! , l a mesure qui n'admet n i les absolus Chretiens n i les intransigeances marxistes ou existentialistes. Mais i l defend les ideaux subtilement et i r o n i -quement avec un art dramatique qui s'accorde parfaitement avec le sujet. Jean-Baptiste Clamence, vox clamans in deserto, parle, comme le font les heros beckettiens, "pour (se) donner 1'impression d'exis-17 ter." Un homme modele sur 1'ideal camusien saurait vivement qu' i l existe. Camus a vecu selon sa propre morale. Hors de l a litterature, i l I l l * exprimait toujours les mSmes convictions, Actuelles III est l a preuve qu ' i l appliquait sa pensee a 1'action politique pendant l a revolte algerienne, Sa position etai t fiddle d sa pensee de moderation. Aux Francais d'Algerie i l donna son conseil: "Tout en defendant vos mai-sons et vos families, ayez l a force supplementaire de reconnaltre ce qui est juste dans l a cause de vos adversaires, et de condamner ce qui 18 ne l'est pas dans l a repression." Quant aux Arabes, i l voulait "...qu'ils desavouent enfin l e meurtre des innocents et qu'ils propo-sent, eux aussi, leur plan d'avenir.""'"9 II voulait une Algerie ou les deux nationalites pussent s'accorder et profiter de cet accord. Ce qu ' i l meprisait dans cette guerre etait l a violence deraison-nable des deux c6tes. "Camus was axiomatically opposed to any form of 20 , human action dependent upon terror, whatever i t s aim..." II a demon-tre les qualites q u ' i l estimait depuis sa jeunesse. Roger Quilliot le caracterise: "...passionately devoted to justice but careful of pre-serving human liv e s ; a rebel, but restrained i n his revolt* lucid, and disdainful of the procedures of base polemics* and f i n a l l y close to men 21 and the world in which they l i v e , love, and suffer..." Ne dans l a misdre, i l a trouv! le bonheur dans une vie simple et sensuelle. Confront! par l'absurdite de l a mort et de la guerre, i l a estime de plus en plus l a vie de l'individu. Frapp! par les camps de concentration dans toute 1'Europe et par une revolte sanglante dans son pays natal, i l s'est revolte contre l'intransigeance ideologique qui en I t a i t la cause. Pourquoi? Simplement parce q u ' i l voulait que tout homme ai t le droit de rechercher le paradis perdu du bonheur. Nous devons servir l a justice parce que notre condition est i n -juste, ajouter au bonhetfcr et d l a joie parce que cet univers est 115 malheureux. De me*me, nous ne devons pas cpndamner 3 mort puis-qu'on a f a i t de nous des condamnes 3 mort. Son oeuvre est l e temoignage de cette lutte d i f f i c i l e contre l'absur-dite et l a mediocrite de ce sidcle^ mais i l y a sous les descriptions des horreurs contemporaines un espoir dans la purete et l a dignite humaines. Au plus noir de notre nihilisme, j 'ai cherche seulement des r a i -sons de depasser ce nihilisme. Et non point d'ailleurs par vertu, ni par une rare elevation de l'Sme, mais par f i d e l i t e instinctive 3 une lumiere ou je suis ne et ou, depuis des millenaires, les hommes ont appris 3 saluer l a vie jusqu'3 dans l a souffrance... Au centre de notre oeuvre, fflt- e l l e noire, rayonne un s o l e i l ine-puisable... 3 Parmi toutes les guerres qui continuent et les esclaves qui souf-frent toujours de l a servitude, que les hommes se rappellent ce s o l e i l . II leur rendra peut-e*tre un peu d'espoir et de bonheur, semble dire Camus. Ce s o l e i l est done le symbols du bonheur, de 1'optimisms et de 1'espoir qui caracterisent 1'humanisms de Camus. Bien qu'une grande partie de son oeuvre critique les exeds de son epoque et paraisse ainsi negative, la f i n desiree par Camus est une renaissance ou ces valeurs positives regneront. NOTES SUR LA CONCLUSION 1 P h i l i p Thody, pj). c i t . , p. 79. or* Camus, L'Homme revolte, p. 299. 3Camus, La Chute, p. li*82. h I b i d . , p. 1502. 5 I b i d . , p. 1533. ^Majault, op_. c i t . , p. 105. 7Thody, op_. c i t . , p. 78. 8Camus, La Chute, p. ll*97. 9Hanna, op_. c i t . , pp. 165-166. 1 0 B r i s v i l l e , op_. c i t . , p. 260. ^Majault, ojD. c i t . , p. 112. 12Nguyen-van-Huy, op_. c i t . , p. 228. •^Camus, La Chute, p. 151*1. ^Simon, op_. c i t . , p. 172. •^Cruickshank, 0£. c i t . , p. I83. l 6 V i g g i a n i , op_. c i t . , p. 69. 1 7Samuel Beckett, En Attendant Godot (Paris, Editions de Minuit, 1952), Acte II, p. 117. l8Camus, Actuelles III, p. 160. 1 9 l b i d . t p. 161. 20 Emmett Parker, Albert Camus; The Artist in the Arena (Madison, University of Wisconsin Press, 1966), p. lol*. 2 1Roger Quilliot, "Albert Camus's Algeria", Camus: A Collection  of C r i t i c a l Essays, pp. 1*6-1*7. 22 Camus, Carnets II, p. 129. 23Camus, L'Et4, pp. I36-I37. BIBLICGRAPHIE Romans, Pieces, Nouvelles et Essais de Camus Actuelles: Chroniques 19l*l*-19l*8. Paris: Gallimard, 1950. Actuelles l i t Chroniques 191*8-1953. Parist Gallimard, 1953. Actuelles III; Chronique algerienne 1939-1958. Paris: Gallimard, Caligula and Three other Plays, trans. Stuart Gilbert: "Author's Preface". New York: Alfred A. Knopf, 1958. Caligula, suivi du Malentendu. Paris: Livre de Poche, 1966. Carnets: mai 1935-fevrier 191*2. Paris: Gallimard, 1962. Carneta: Janvier 19l*2-mars 1951. Paris: Gallimard, 1961*. La Chute. Theatre, Recits, Nouvelles. Paris: Bibliothlque de l a Pleiade, 1962. Discours de Sulde. Paris: Gallimard, 1958. L'Envers et 1'Endroit. Paris: Gallimard, i960. L'Etat de Siege. Theatre, Recits, Nouvelles. Paris: Bibliotheque de l a Pleiade, 1962. L»Et£. Paris: Gallimard, 1951*. L'Etranger. Paris: Livre de Poche, 1963. L'Exil et l e Royaume. Paris: Gallimard, 1957. L'Homme revolte. Paris: Gallimard, 1952. Les Justes. Paris: Gallimard, 1966. Lettres |_ un ami allemand. Paris: Gallimard, 19l*8. Le Mythe de Sisyphe. Paris: Gallimard, 191*2. Noces. Paris: Chariot, 19U5. 119 La Peste, Paris: Livre de Poche, 1966, Reflexions sur l a peine capitals, e c r i t avec Arthur Koestler. Paris: Ualraann-Llvy, 1957. La Revolte dans les Asturies: Essai de creation collective. Theatre,  RecitsT^ouvelles. Paris: Bibliothdque de l a Pleiade, 1962. Theatre. Recits. Nouvelles. Paris: Bibliothlque de l a Pleiade, 1962. Adaptations et Traductions de Camus Toutes les oeuvres dans cette categorie sont tirees de 1'edition de la Bibliotheque de la Pleiade, Theatre, Recits, Nouvelles. Buzzati, Bono. Un Cas interessant. Calderon de l a Barca, Pedro. La Devotion de l a croix. Dostoievski. Les Possedes. Faulkner, William. Requiem pour une nonne. Larlvey, Pierre de. Les Esprits. Lope de Vega. Le Chevalier d'Olmedo. Oeuvres et articles critiques consultes "Albert Camus." Yale French Studies, No. 25, Spring i960. Brie, Germaine. Camus, revised edition. New York: Harcourt, Brace & World, Inc., 196iu B r i s v i l l e , Jean-Claude. Camus, Paris: Gallimard, 1959 • Camus: A Collection of C r i t i c a l Essays, ed. Germaine Brie. Englewood C l i f f s , N.J.: Prentice-Hall, Inc., 1962. Champigny, Robert. Sur un hlros paSen. Paris: Gallimard, 1959. Cruickshank, John. Albert Camus and the Literature of Revolt. New York: Oxford University Press, 1966. Durand, Anne. Le_ Cas Albert Camus: L'Epoque camusienne. Paris: Editions Fischbacher, I9SI. 120 Ginestier, Paul. La Pensee de Camus. Paris: Bordas, 196)4. Hanna, Thomas. The Thought and Art of Albert Camus. Chicago: Henry Regnery Co.7~l95ti. Hommage |_ Albert Camus. Paris: Gallimard, 1967. Luppe, Robert de. Albert Camus. Paris: Editions universitaires, 195U. Majault, Joseph. Camus: revolte et liberte.' Paris: Editions du Centurion, 1965. Maquet, Albert. Albert Camus: The Invincible Summer, trans. Herma Br i f f a u l t . New York: George Braziller, Inc., 1958. Nguyen-van-Huy, Pierre. La Metaphysique du Bonheur chez Albert Camus. NeuchStel: A la Baconniere, 1962. Parker, Emmett. Albert Camus: The Artis t in the Arena. Madison: University of Wisconsin Press, 1966. Quilliot, Roger. La Mer et les Prisons; Essai sur Albert Camus. Paris: Gallimard, 19%6. Simon, Pierre-Henri. Presence de Camus. Paris: Editions A.-G. Nizet, 1962. Thody, Philip. Albert Camus: A Study of his Work. London: Hamish Hamilton, 1957. Autres ouvrages utiles a cette etude Beckett, Samuel. En Attendant Godot. Paris: Editions de Minuit, 1952. The Existential Imagination, eds. Frederick R. Karl et Leo Hamalian. Greenwich, Conn. :• Fawcett Publications, Inc., 196f>. Lagarde, Andre, et Michard, Laurent. XVIT3 Sidcle. Paris: Bordas, 196a. Malraux, Andre. La Condition humaine. Paris: Livre de Poche, 1965. Nietzsche. Thus Spoke Zarathustra. Baltimore: Penguin Books, I96I4. Sartre, Jean-Paul. La Nausee. Paris: Livre de Poche, 1966. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104153/manifest

Comment

Related Items