UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le mythe du Graal chez Julien Gracq, romancier Furney, Paulette Jacqueline 1969

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1969_A8 F87.pdf [ 7.57MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104068.json
JSON-LD: 831-1.0104068-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104068-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104068-rdf.json
Turtle: 831-1.0104068-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104068-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104068-source.json
Full Text
831-1.0104068-fulltext.txt
Citation
831-1.0104068.ris

Full Text

>  LE MYTHE DU GRAAL GHEZ JULIEN GRACQ, ROMANCIER  by  PAULETTE JACQUELINE FURNEY B.Ed., U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia, 1967  A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of French  We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard :  THE UESfEllSITJ OF'BRITISH COLUMBIA A p r i l , 1969.  In p r e s e n t i n g an the  thesis  advanced degree at Library  I further for  this  shall  the  agree that  his  permission  of  this  written  representatives.  be  British  available for for extensive  g r a n t e d by  the  It is understood  thes,is f o r f i n a n c i a l  gain  permission.  Department The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h V a n c o u v e r 8, Canada  f u l f i l m e n t of  U n i v e r s i t y of  make i t f r e e l y  s c h o l a r l y p u r p o s e s may  by  in p a r t i a l  Columbia  shall  requirements  Columbia,  Head o f my  be  I agree  r e f e r e n c e and copying of  that  not  the  that  Study.  this  thesis  Department  copying or  for  or  publication  allowed without  my  ABSTRACT  J u l i e n Gracq, de son v r a i nom L o u i s P o i r i e r , ne en 1909 dans l e M a i n e - e t - L o i r e , a g r e g l d ' h i s t o i r e e t p r o f e s s e u r dans un l y c e e p a r i s i e n , e s t un e c r i v a i n dont l'oeuvre s ' e s t echel o n n l e depuis 1938 jusqu'a, nos j o u r s . present quatre romans:  I I a p u b l i e jusqu'a  Au ChUteau d'Argol (1938), Un Beau  Ten£breux (1945), Le Ravage des S y r t e s ( 1 9 5 1 — P r i x  Goncourt  q u ' i l a d ' a i l l e u r s r e f u s e ) e t Un Balcon en F o r e t (1958), et une seule p i e c e de t h e a t r e , Le R o i - P l c h e u r (1948),  en dehors  de quelques poemes en prose, e s s a i s et t e x t e s c r i t i q u e s . I I e s t a. n o t e r que son unique p i e c e de t h e a t r e e s t i n s p i ree du mythe du G r a a l .  Dans 1'Avant-Propos a. c e t t e p i e c e , i l  expose l e s r a i s o n s q u i l ' o n t pousse" a f a i r e ce choix.  I I porte  un i n t e r S t p e r s i s t a n t au mythe en g e n e r a l , et en p a r t i c u l i e r aux mythes medievaux, dans l e s q u e l s i l v o i t des mythes "ouverts", p a r o p p o s i t i o n avec l e s mythes "fermes" que sont, d'apres l u i , l e s mythes g r e c s . Nous avons remarque egalement que l e premier roman, Au Chateau d ' A r g o l . e s t — c ' e s t Gracq lui-meme q u i nous l e d i t — u n e " v e r s i o n demoniaque" du mythe du G r a a l , et que l e s a l l u s i o n s a. ce mythe foisonnent dans l e s t r o i s autres romans.  I I nous  a done paru i n t e r e s s a n t de rechercher a t r a v e r s l e s quatre r o mans—ou r e c i t s — l e s t r a n s p o s i t i o n s apportees au mythe  initial,  r e t r a c a n t en p a r t i c u l i e r l e s m o d i f i c a t i o n s qu'ont s u b i s s l e s themes du voyage, du chateau p e r i l l e u x , de l a communaute e l e c t i v e , de l ' a t t e n t e et e n f i n de l a t e n t a t i o n , themes pre-eax:istant  i i  dans  l e my t h e Au  l a a  medieval.  cours de  p o s s i b i l i t y  l i e u  de  de  Nous  J . Baudry, l a q u e l l e 11  transpose  concernant deduisait  1'absence qu'il une dans  de  etait  " f i n " , un  d'une  Galaad  s'agit  toujours en f a i s a n t  roman  l e caractere  rejetee.  mythe  a  de  a  travers  l'etude  differentes  Galaad  dans  "ferme"  "ouvert".  La  d'une etapes formulee  ces  romans,  du mythe  t e l que  encore,  nous  differente, c'est-a-dire  ces oeuvres  n'engageait  J u l i e n Gracq  arriver l e chevalier  ulterieur.  etudier  avons  repondu a 1'objection  1'absence de  possible  du  plut&t  ou m§me de  conclusion de  que nous  evolution  et non plus  sommes a r r i v e s a u n e  e t e amenes a  methodique du mythe p a r a l l e l e  avons aussi  par Gracq,  avons  possibilite  tentatives diverses,  l a quite.  par  heros,  nous pensons q u ' i l  de  nous  evolution  d'accepter l'idee  l'oeuvre, serie  travail,  d'une  1'evolution du  Au  ce  que  pas l e futur  d'apporter  conquerant  du  au  et mythe  Graal  -  T A B L E OP  CONTENTS  -  Page INTRODUCTION CHAPITRE  I :  CHAPITRE I I :  CHAPITRE  CHAPITRE  1 Au Le  Chateau d'Argol sauveur-damnateur  Un B e a u Tenebreux L'hostie noire  I I I : Le Rivage Qui vive? IV:  Un Les  CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE  Balcon yeux  des  9  39  Syrtes 68  en  Foret  ouverts  98 124 131  - I N T R O D U C T I O N -  !  i  1.  La ture  litterature  dramatique, a  inspiration  dans  ce phenomene mythe  se  permanents: parce  que  voilent  trouve  bord  par  deux  nos  a  certes  l o i n  beaucoup nouilh  de de  plus  Le  sujet  Le  alors  de  rates,  que  de  tout  De  variations piece  fait  classique, du  de  remarques  mythes  dans  comme  tout  d'a-  des  Racine, dont  visages  a  du  .".^"  a  celle  drame  l e s noms v i e n n e n t  In agissant  de  "l'in^  insidieuse  l e s heros  humains  d ' E u r y d i c e un  .  sie-  s'est  moderne p r e s e n t e  .  l e  theatre  dix-septieme  l a transposition  des  plus,  nous d i t - i l ,  mythe"  l'epoque  seuls  resonances mythologiques.  des  au  pas  i l l i m i t e e s .  L'auteur constate oppose'es  sont  I l s n o u s ce'-  coeur humain".  l'unique  chaque  changent  eux-memes.  de  grand  Les mythes  q u i ne  tous l e s jours  d'un  dont  que  profonde pour  des  son  1'explication  1'utilisation  d e m i - d i e u x que  exemple,  l i t t e r a -  Roi-PScheur. certaines  sournoise,  l a pensee  des  a de  siecle  1'attitude  qui, par  comediens  soumis  "1*incarnation  mythique  banal,  du  completement  tous l e s jours",  geste  radicales  non.  i l vecut.  pas  l a  l e s epoques,  l e fait  problernes  l i t t e r a i r e .  jours.  applique  f i l t r a t i o n  des  au  toutes  dans  ou  changent  Gracq,  attitudes  e t de  doute  1'Avant-Propos  Julien  particulier  a n c i e n s ou  de  §tre  d'inspiration  surtout  t i t s  dans  interessantes  source  "de  a  en  presque  l'epoque  i l st r a i t e n t  peut  et  signification  l e s hommes n e  y  publiee  cle  soit  " l e s passions  II  sans  d'une  que  modele mythique  fort  eherche, a  l e s mythes,  est porteur  homme, q u e l l e  franchise,  I I y sont d'un  entre  A-  de  pe-  reveiller  l a sorte,  l e s  2  ecrivains rendent tive:  modernes,  aussi plus  plan  de  que  mieux,  qui  se  sant dieux  en  effet,  du  ordonnee  ]?. J o u a n ;  mais  l'homme n ' a i t dant, l a  de  malheureux pays  vers  lequel  "machines  tes  par  les  de  note  heros.  autour  M.  et  Bliade,  de  en  d'un  realites  Julien  cas  dans de  une  Oedipe  l e  gagner. de  tuera  echec  entre  des  morts  retentis-  mythes  des  et  pere  l e s mythes du  oppose  quel  que  certaines croyances  pen-  plutdt  ceux  du  soit  l e  i c i de "construi-  mathematique  l e s qualifie qu'il  du  appelle  Moyen-Age.  l a pensee mythique l a de  se  repetes  Cocteau,  Gracq  ecrit  grecs,  en  1'aneantissement  Julien  l a  aussi tragiques;  l e s efforts  son  I I leur  s ' a g i t pas  histoires  l'homme  Antigone,  inspirerent  pour  Quoi  l a presence  I I s ' a g i t done  pourquoi  effet  cas  malgre  qui  coeur  un  grecs. ces  sur  tout  humain p r i v i l e g i e " , ^  suite  lieu,  porte  qu'anciens  implique lutte  un  absolues".  Gracq  l e s mythes  par  autre  representant  lsemble  cas  une  d'un  fermes".  ne  i  c'est  ls'enfuie.  ouverts",  i l  La,  des  par  mythe  que  elle  sans  Moyen-Age  Certes  celui  "Le  chance  C'est  "mythes  "mythes Au  l e r .  l e s dieux  primi-  t r a g e d i e s , que  infemales",  mortel".^  terme  i  fonction  pour^uteur  aucune  e  leur  par  lsemble  H ctor,  l e s  soient attires  Troie aura  ces  d'un  i  l'humanite',  ' a u t r e monde'  l a p l u p a r t des  entraine avec  guerre  cet  l a fatalite:  divinite,  de  maintenir l a conscience  constatation faite  modernes  de  restituent  mythes u t i l i s e s .  l a part  et  leur  . . .  soldent dans  de  de  l e s mythes  'transcendent',  d e u x i erne  c h o i x des  autant  et  au-dela  surhumain, La  le  r l e l s ,  "d'eveiller  monde, d'un  rapprochant  semble  mythes nouveaux; celtiques,  se  reveil-  comme  recouvertes  l e  3  d'un  " v e r n i s C h r e t i e n " , se r e t r o u v e n t dans l e c y c l e a r t h u -  r i e n et l e theme du G r a a l .  J . Marx et R . S . Loomis ont d ' a i l -  l e u r s e f f e c t u e des r e c h e r c h e s 3u s u j e t de l a presence  d*ele-  ments c e l t i q u e s dans l e s legendes m e d i e v a l e s , a l o r s que Lewis s ' e s t i n t e r e s s e aux elements c l a s s i q u e s ,  et V . T . Holmes aux  elements C h r e t i e n s . — M a i s ce q u i i n t e r e s s e Gracq d a n s ces mythes medievaux, c ' e s t q u ' a 1'oppose des mythes g r e c s , sont pas t r a g i q u e s .  i l s ne  I l s ne donnent pas 1 ' i m p r e s s i o n qu?une  p u i s s a n c e inconnue g u e t t e l'homme a chaque p a s , pour l u i t e n dre  un p i e g e o u , immanquablement, i l se f e r a p r e n d r e .  p l u s q u e s t i o n l a d ' u n homme p u n i sans en c o n n a l t r e l a mais d ' u n § t r e q u i ose t e n t e r c e r t a i n e s demarches, e n t r e p r i s e s au d e l a des l i m i t e s c o n v e n t i o n n e l l e s .  II  cause,  certaines S ' i l est p u -  ni  a l o r s , c ' e s t p a r c e q u ' i l a succombe a l a " t e n t a t i o n " .  la  p o s s i b i l i t y de r e u s s i r , d ' e t r e en somme "recompense",  s u f f i s a n t e pour l u i f a i r e c o u r i r ce r i s q u e .  n'est  Mais est  L a t e n t a t i o n de  l ' a m o u r a b s o l u , a l a q u e l l e T r i s t a n succombe, e n t r a l n e l a mort du jeune homme et de sa b i e n - a i m e e , m a i s , p a r dela. c e t t e m o r t , l ' a m o u r p a r f a i t e s t quand meme v i c t o r i e u x ; ensemble T r i s t a n et I s e u l t c o n n a i s s e n t une extase comparable a n u l l e a u t r e .  De  mSme, parmi tous l e s heros q u i succomberent a. l a t e n t a t i o n de p a r t i r a l a r e c h e r c h e de l a coupe s a c r e e , l e but:  i l r e u s s i t a. c o n q u e r i r l e G r a a l .  Galaad e n f i n a t t e i n t Le heros du mythe  m e d i e v a l p r e s e n t e done une s t a t u r e toute a u t r e que c e l u i des mythes g r e c s :  r e f u s a n t l ' h u m i l i a t i o n d ' e t r e un s i m p l e p i o n  que poussent l e s d i e u x s u r l ' e c h i q u i e r , i l se r e d r e s s e d ' u n e a m b i t i o n sans l i m i t e s " . ^  "arme  Mythes " o u v e r t s " done, et non  plus " f e r m e V ; ouverts sur toutes l e s tentatives possibles  et  4  sur  l a reussite eventuelle. Le  mythe  mode". iieme sur  Pendant au  un  Graal  en  partie  quite  perd  et  degrade  mythe va  sa  partie encore  ginel.  P o u r Wagner,  pouvoir  spirituel  bu  lors  de  ree  qui  vaient et  qu'enfin  l e s plus  dry,  et  fonda  en  l e  a  du  nobles  de  l a lance  ne  devait  Une  prophetie  par  un  jeune  de  sacree,  pas  et  se  Romantisme de  plus  l u i redonner  vase  ainsi  Faust,  plus  son  visage o r i -  sacre,  que  profonde  doue  l a lance  un  ordre  de  chevalerie pour proteger  temple  de  pouvaient tomba  lors  Monstalvat; rester a  sous l e  d'un  avait ete  avaient  son  charme  combat  qui  l e  de  inguerissable.  annoncait homme, p u r  l a  sacree—Nous  cependant et  remarquons  l a l^gende medievale,  que  simple,  l e mai,  y  regut  v i e par  garde l e s  pou-  rentrerait Wagner,  braves  Amfortas,  de  au  magicien  Amfortas  du  Graal.  serait  gu£rie avoir  possession  tout  quelques  en  coup  cependant  q u i , apres en  Kun-  K l i n g s o r un  l a blessure  a v a i t apporte  pur  l e pouvoir  Parsifal,  que  en  l a sorciere  l'opposa  blessure  en  coeur  service.  Amfortas  maintenu  remis  sac-  seuls l e s plus  Kundry.  mourir,  d'un  Christ avait  Jesus,  qui  l a  Le  de  ceux  plus  allemand. en  calice  en  metamorphose  dans l e q u e l Jesus Ce  poursuit  flanc  l a t e n t a t i o n et  sur  se  quator-  scientifique,  Goethe,  l e  des  Graal  l e mythe  etait  Cene.  repousse lance  Avec  de  l e  Titurel,  maitre  Graal  du  partie  l a p l r i o d e du  Seuls  fut blesse  Klingsor,  magique,  merveilleux;  reliques.  succedant  l a quete  puis  "passe  1'Alchimie,  siecles,  l a derniere  approcher  de  Wagner vienne  a v a i t perce*  saintes  periode  dechristianisation  ce  qui  completement  religieuse.  pendant  s u b i r une  Titurel  jamais  forme medievale;  jusqu'a.  a  n'a  l a grande  dix-septieme  plan  grande  se  du  se  de  basant  modifica-  5  tions:  Kundry  m i n i n du pier  Errant,  ses f a u t e s au  tomber elle  Juif  q u i , dans  l a legende, e t a i t l e prototype f e -  e s t devenue  une  femme q u i e h e r c h e a  s e r v i c e du G r a a l , mais  periodiquement endormie; pendant  e s t de nouveau  e s t c o n d a m n e e a.  c e s h e u r e s de  sommeil,  p r i s o n n i e r e des p u i s s a n c e s du mal.  Outre  ce changement dans l a p e r s o n n a l i t e de K u n d r y , Wagner a u n nom  a son Roi-Pecheur, c e l u i  S'il  e s t e v i d e n t que  l u m i e r e du G r a a l  que  en d e s p l r i o d e s  p o i n t s de vue du Moyen-Age, s ' i l  voir  t o u t a. c o u p l a  e x o i g n e e s a. t o u s  e s t e v i d e n t done que  n e v e u t p a s m o u r i r , comment s e p r e s e n t e - t - i l derne?  ser".  que  1'on  cuer  et l e but a  dre peut prendre l e s formes l e s p l u s d i v e r s e s ,  s o i t de 1'auteur q u i r a p p o r t e  s o i t de l a p e r i o d e de r e d a c t i o n ,  pen-  attein-  depuis l e Graal-  v a s e , d o n t l e s d i m e n s i o n s t o u t a u t a n t que l e c o n t e n u s e en f o n c t i o n  de  p e u t d o n n e r a. c e s m o t s e s t b i e n  entendu s u s c e p t i b l e de nombreuses v a r i a t i o n s  fient  mo-  c'etait  ce que l a n g u e ne p o r r o i t d e s c r i r e ne  L'interpretation  ce mythe  sous s a forme  Le but f o r m u l e dans l a Queste du S t . G r a a l .  "apertement  donne  d'Amfortas.  l a Qu§te s u r v i t ,  se r a v i v e  ex-  modi-  l'histoire,  jusqu'au Graal-recompense  "me-  t a p h y s i q u e " , q u i s e m b l e r e p o n d r e a. l a c o n c e p t i o n d e s a u t e u r s modernes. G. un B i e n  Buraud d e f i n i t  o c e u l t e , v e r s un  m§me temps q u ' i l y mene i n d i q u e au  l a q u e t e en c e s t e r m e s :  e s t un  "qu'il  de l a mort  elan vers  s ' a g i t d'un  s a c r e , d e l'e'phe'mere  l'eternite,  t r e s o r que  "un  elan  c e monde n o u s c a c h e ,  soi". rite  La  vers en  "route ardue" q u i  de passage du p r o f a n e  e t de l ' i l l u s o i r e  a. l a r e a l i t e  e t a.  a. l a v i e , d e l'homme a l a d i v i n i t ^ ' ' . ^  6  Et  pour  reprendre l e s termes  du  Graal  represente  nietzeheenne devenu  pour  divine  par  a  .  .  mimes de  . une  aspiration  l a surhumanite".  l e s ecrivains l'homme,  ou  J . Gracq,  Le  terrestre  mythe du  e s t un  et  Graal  modernes l e mythe de  l e chevalier  " l a conqulte  l a  heros  presque  est  done  possession chercheur  d'absolu. J.L. devenu xion  Leutrat,  une  avec  "banalite"  nous  deroulement  de  de  retrouver  de  ces  ce  romans  d'ailleurs pas  theme  que  1'attraction  La,  avant  celle  l u i ,  terme  roman,  de  tachent II  Au  "version pas  serait  mans de en  de  Gracq  effet,  a de  i l  se  en sert  man  et l e Romantisme  noir  rences  bibliques  Cependant prose,  des  abondent  nous  themes  par  de  d'Argol.  piece  qu'il  mythe,  reprises  au  En  mythe  de  theme  d'images  l a  suivre  l e  de  Gracq,  d'Ariane ne  cache  pas  l u i :  ne l ' a -  theatre:  Le  de  Wagner  et,  dehors,de  son  lui-meme  du  se r a t -  l a Table  Ronde.  l e s quatre ro-  general; ou  conne-  dans  romans ne  expliquer  ce  exemple—et allemand  de  qualifie ses  vouloir  tous a  pour  l a version  s i evidente  maintes  themes—Faust  J . Gracq  d'Eschenbach.  exagere de  d'autres  seule  inspire  l e s ramenant a  sa  du  de  c'est  en  tomber  " l e f i l  presente l e Graal  demoniaque"  doute  appelle  et mysterieux".  Wolfram  Chateau  de  l e s q u a t r e romans  Boisdeffre  s'est de  done  que  Graal  juge interessant  travers  que  remarque  l e mythe du  risque  cependant  d'une m a n i e r e  sans  Au  comme t h e m e d e  Roi-Plcheur?  premier  P.  sur Gracq,  mentionner  souterrains  choisi  etude  Gracq.  avons  ce  son  de  1'oeuvre de  "banalite",  t - i l  dans  l'auteur,  d'allusions  ses attaches  avec  sont apparentes; l e s  a  l e rorefe-  egalement.  avons  retrouve,  communs,  themes  dans  l e s quatre oeuvres  qui caracterisaient  deja  en l a  7  qu£te  chez  Chretien  l evoyage,  du  groupe  ce  q u ic o n s t i t u e l ap a r t i e e s s e n t i e l l e  tation"  clos,  de Troyes:  q u ia s s a i l l e  C'est quatre  a 1'etude  romans—ou  essayant avec  a mesure  l e theme  extraire que".  l e  de chacun  r e c i t s — q u e de f a i r e  de c e s themes  l a "ten-  nous  avons  communs a u x  decide  l e s rapprochements  l as i g n i f i c a t i o n ,  d'endegager  que nous  d'abord  de Gracq,  proceder,  q u i s'imposent efforgant  d  l a "structure  s il emythe  comme u n d e c e s " c a r r e f o u r s d u promeneur  de  t i r e r o n s de chaque  de v o i r  e v o l u t i o n dans l'oeuvre  deplacements  et enfin  de l aqudte,  e t e n meme t e m p s n o u s  Lesconclusions  mythe  I'attente,  l echevalier.  i n i t i a l ,  nous permettront une  l e "chateau p e r i l l e u x " ,  l e compagnonnage  chapitre  du Graal  a  subi  considere  . . . ou de t r e s a chaque  en  mythi-  o u s il ' a u t e u r  correspondent  1  petits  fois  a un  Q foisonnement sion, J.  nous  Baudry  pose  de perspectives  etudierons qui,  p a rGracq,  "ouvert",  l av a l i d i t e  constatant voit  nouvelles".  dans  mais u n mythe  qu'il  de 1'objection  manque  Galaad  l emythe d u G r a a l  "ferine"  P a r l a meme  formulee p a r  a u mythe  non plus  comme l e s m y t h e s  occa-  trans-  u n mythe  grecs.  8.  Introduction—NOTES  "^Julien  Gracq,  "Avant-Propos,  Le  Roi-Pecheur.  p.8.  p M.  Eliade,  Aspects  du  mythe.  p.171.  •^F. J o u a n , " L e R e t o u r a u m y t h e g r e c d a n s l e t h e a t r e f r a n g a i s contemporain," B u l l e t i n de 1 ' A s s o c i a t i o n G. Bude>. p . 6 3 * ^"J.  Cocteau,  ^J.  Gracq,  La Machine  theme d e P a r s i f a l e s t emprunte' a 1 ' e d i t i o n Operas de Wagner p a r Crown P u b l i s h e r s .  ^G. B u r a u d , " L a q u e t e modernes," dans Lumiere J.  Gracq,  ^J.  Gracq,  q  p.l3«  p.11.  ^Ce r e s u m e d u des l i v r e t s des  8  Infernale.  pp.11-12. p. 15•  du du  Graal dans l a l i t t e r a t u r e G r a a l , pp.290-291*  et  l'art  - C H A P I T R E  Au Le  Chateau  P R E M I E R -  d'Argol  Sauveur-Damnateur  9  "Wo b i s t d u h e r ? — D a s w e i s s i c h n i c h t . " "Wer sandte dich dieses Weg's?—Ich weiss  nicht." (Parsifal)  L*ignorance ont  determine  tagee de  son voyage  de Chretien  a fait  teigne  l e chateau  de l aquite  de Troyes  remarquable  du Graal  Perceval  se  vers l e chateau  chemin rive  au chateau  qu'en  que l e heros  rement  vers  cette  ("par  Lorsque  fois  d'abord sur  improbable.  Chez  chez  Gauvain  ne puisse a l l e r  L a Queste  Seigneur")—peut y  1'attention.  s'ouvre  de J u l i e n  Au Chateau Gracq.  Ce theme  del Saint  I I  volontai-  Graal  conduire l e cheval e chateau  infructueuse.  q u id o i t  done  tout  important e s t celui  d ' A r g o l . comme c h a q u e  D'ou v i e n t  n'ar-  une volonte sur-  essayer de retrouver  du voyage  ne  de son  guider par son cheval.  Seul l ehasard—ou  ambigu  s a mere,  e t edetourne  de Denain,  de l alegende  veut  I I e s t n'at-  s a recherche demeuretotalement  l e caractere  retenir  lequel  terieur  Perceval  s'agisse  Perceval  se rendre avoir  c'est l e c a s dans  encore,  C'est  qu'apres  demeure.  l avolonte Nostre  l i e r . une  comme  pour  se laissant  done  e s t p a r -  qu'il  chaque v e r s i o n  Chez Wauchier  semble  naturelle,  du Graal,  que p a r un hasard  chevauchant  p a r l e pecheur.  du Graal,  ou de s e s successeurs.  que dans  Chretien, dirige  des circonstances q u i  vers l e chateau  p a r tous l e s hlros  celui  tout  ou se trouve P a r s i f a l  Albert  roman p o s -  lorsqu'il  s'engage  2 sur  " l a longue  choisi dit-on, cher.  route q u iconduisait  d'acheter i l Mais  ce chateau  "sans  l u i a e t e recommande est-ce l aune r a i s o n  a Argol"?  Pourquoi  l evisiter"?-'  avec  enthousiasme  suffisante  pour  Certes,  a - t - i l nous  p a run ami accepter  "sans  10  plus deliberer" ton mysterieux  une t e l l e p r o p o s i t i o n ?  C'est sans doute l e  adopte p a r l'ami q u i a decide A l b e r t , e t sans  doute a u s s i l e d e s i r de "savourer l ' a n g o i s s e du hasard". l e hgtsard s o i t un f a c t e u r determinant  Que  dans l e voyage d ' A l b e r t  comme i l l e f u t dans c e l u i de P e r c e v a l , on ne s a u r a i t l e n i e r . Mais qu'Albert se pr§te a i n s i sans r e s i s t a n c e aux suggestions q u i l u i sont f a i t e s , v o i l a q u i est s u r t o u t r e v e l a t e u r du c a r a c t e r e du voyageur, comme nous l e v e r r o n s p l u s l o i n . Des l e s premieres pages de Au Chateau d ' A r g o l . l e voyageur guide par l e hasard e s t presente au l e c t e u r .  D'origines  nobles, mais i m p r e c i s e s , i l a g r a n d i l o i n du monde "dans un  6 manoir e c a r t e " .  \ On pense a P e r c e v a l , l u i a u s s i r e j e t o n de  f a m i l l e noble, mais dont 1 * o r i g i n e p a t e r n e l l e n'est jamais el u c i d e e , q u i a passe toute s a jeunesse dans un isolement q u a s i total.  ..physiquement A l b e r t , comme P e r c e v a l , est beau, d'une 7 **  beaute "blonde  e t aerienne"  e t doue d'une elegance  C e r t e s l a p e r s o n n a l i t e t a n t physique  naturelle.  que morale d ' A l b e r t a p l u s  de complexite que c e l l e du heros n a i f , l e sauvageon, l e " n i c e " de C h r e t i e n de Troyes. abord  S i l a f i g u r e d ' A l b e r t semble au premier  "angelique", c e t t e impression est m o d i f i e e p a r l a d e r -  n i e r e p a r t i e de s a d e s c r i p t i o n physique  (page 18), ou l e c6te  nettement c h a r n e l du corps v i e n t c o n t r e b a l a n c e r l ' e x c e s de s p i r i t u a l i t e du v i s a g e .  L o r s q u ' A l b e r t accepte de se l a i s s e r g u i -  der p a r l e hasard, ce n'est c e r t e s pas pour l e s memes r a i s o n s que P e r c e v a l :  c u r i o s i t e un peu e n f a n t i n e , habitude d ' e t r e d i -  i  r i g e , paresse de r e s i s t e r aux suggestions . . . . L u i , donne son accord t o t a l a l a p r o p o s i t i o n q u i l u i est f a i t e parce q u ' e l l e repond a une c e r t a i n e d i s p o s i t i o n n a t u r e l l e . En p r o i e au "de-  11  mon d e l a c o n n a i s s a n c e " , s i o n de p e r c e r un m y s t e r e ,  i l ne s a u r a i t r e j e t e r  aucune o c c a -  c e m y s t e r e que 1 ' a c c e n t  insolite  de s o n a m i , l o r s d e s p o u r p a r l e r s d ' a c h a t d u c h a t e a u , l u i a vait  fait pressentir.  y avait  s a n s d o u t e l a de q u o i  " b i z a r r e d a n s l e s g5uts e t l ' a m e " . ^  t e r un e t r e qui  II  "s'etait  Pour  ten-  celui  f i x e p o u r t a c h e d e r e s o u d r e l e s e n i g m e s du monde  des sens e t de l a p e n s l e " , " ^ t o u t e chose p r e s e n t a n t un caractere d'etrangete  devait  I t r e e t u d i e e de p r e s .  II  a semble s i g n i f i c a t i f  que c e l u i que G r a c q a prenomme  certain nous  "Albert",  c ' e s t - a - d i r e p u r , e u t e t e a u s s i surnomme p a r H e r m i n i e n s o n a m i l e plus cher, il  "docteur Faust".  Comme l e fameux d o c t e u r  etait-  done n o n s e u l e m e n t a s s o i f f e " d e c o n n a i s s a n c e , m a i s a u s s i d e  plaisirs, but?  n e r e c u l a n t d e v a n t a u c u n moyen p o u r a t t e i n d r e  U'accord t o t a l q u ' i l  semble c o n f i r m e r  son  donne a l a p h i l o s o p h i e d e H e g e l  cette hypothese; A l b e r t  etudiant  l e mythe  d e l a C h u t e d e 1'Homme a c c e p t e s a n s r e s e r v e s l e s c o n c l u s i o n s du p h i l o s o p h e r sentielle,  pour l u i a u s s i l a connaissance t o t a l e ,  l a vivante  "l'es-  c o n n a i s s a n c e " , " c a u s e de l a c h u t e " , en  est a u s s i "la*, seule p o s s i b l e  redemption". " " 1  1  Dans l e c h a t e a u d u G r a a l , P e r c e v a l r e n c o n t r e  Amfortas,  le Roi-Plcheur.  A l b e r t - P e r c e v a l , l u i , devance Herminien-Am-  fortas  Tous d e u x d ' a i l l e u r s  a Argol.  longtemps,  et sont u n i s p a r des l i e n s  se connaissent depuis etranges,  "inqualifia-  "I 9  bles".  I l s sont l ' u n pour 1 ' a u t r e ,  "contraire".^ d'Albert. ses " f o r t e s  Physiquement en e f f e t ,  "Son visage b r u n i ,  a l a fois,  "double"  et  H e r m i n i e n e s t 1'oppose  aux cheveux fortement  plantes",  e p a u l e s " , ^ donnent a t o u t e s a personne une a p p a 1  12.  rence  de  solidite  d'Albert. bert,  Boucles  c'est  siquement, l a  v i e .  trop  aux  antipodes  brunes  l'ange noir i l sl e  sont  a  planer  Herminien  montre  "un  intrigues  humaines"."^  de  est  boucles  l'ange  a u s s i dans  dans  l a silhouette  aupres des  a. c d t e  Alors qu'Albert  porte  de  leur  "trop  l e s espaces  aplomb Sa  ferme  blondes  blond.  vers  sur  a  l e s  enivrants  une  phy-  l'egard  de  hauteurs,  et  l a terre,  pensee possede  d'Al-  Opposes  attitude  tire  etheree  confus", ^ 1  l e genie  des  "demoniaque l u -  17 cidije.  I I a  toutes  l e s qualites  requises  du  meneur de  jeu.  ] R Si  Albert affiche  s'amuse a a  un  l e s faire  chaque minute  "constant  dedain  " e n t r e r dans un  dans  ses  moindres  des  rdle  femmes", que  Herminien  lui-meme d e s s i n a i t  r e p l i s " . ^  MSme d i f f e r e n c e  20  d ' a t t i t u d e encore e n t r e ces "deux f i g u r e s p o l a r i s a n t e s " vers l a l i t t e r a t u r e et l ' a r t , car Herminien "en r e v e l a i t  t  mecanisme p l u t d t q u ' i l ce  qui precede  minien pour i l  etait  i  ls'ensuit  l'ame damnee,  qu'Herminien  f a l l a i t  presque  puisse  cependant  exacte  l e s  separat  necessaire  qu'il  y  qui,  d'apres Andre  "sur  l a voie 2  De  de  qu'il  goUts  qui  faisait que,  .  existat . du  .  , un  peut  solutions qu'ils  l a peut-etre  fortas,  "Herminien",  a, m o i n s  que  l e nom  1'envoye  de  jeu diabolique. influence sur  entre  eux  "une  s y s t e m e de  mortels.  poursuivaient choisi  par  plus  HerMais,  Albert,  a  eux-  est  done  ce  sentiment  qu'il  unit  separement  Gracq  d!Hermes, l e d i e u  1'auteur n ' a i t voulu  I I  l e s Stres  De  similitude  valeurs  l a sympathie,  mettre  21  Faust,  telle  r e s t e des eux  l a grace".  Albert-Docteur  l e meneur de  a i t entre Breton,  toucher  pour  a v o i r une  des  propre",  vain". ^  n'en  enl e  pour  des  prosaxquement  en  son  Am-  Revelations; associer  13-  son le  personnage mais  dormer  aux un  a  instincts  nom  Au  mlme.  done  r e f e r e n c e sans  s i f a l  au  sujet  C'est  Heide,  de  le  c&te  dernier  gende, d'une est  doute  Kundry:  l a palenne,  qu'Herminien.  De  ce  Etre  Sa de  celui  ces  une  "figure  lumineuses  f a i t  celle  dans  ein en  G-racq  retenu  a  mime  adopte,  "eclat  Par-  Zauberweib".  chateau  done  elle-  l ' a appelee  temps surtout  dans  bien  l a l e -  plutfit i c i  "radieuse et absorbante son  Dans  beaute"  surnaturel"  en  27  a  se  blesse.  l a blessure  i s t ' s ,  i l s'agit  lumiere,  l e vieux  apparaisse  qu'elle  \ f a i t  de  commentaire  au  noir.  fois  G-racq  sorciere,  Perceval;  "enchanteresse".  "unique".  Kundry.  qui arrive  l a fameuse  seduire  qu'une  immaeu-  ironiquement,  ange  d'Herminien  a  pelage  d'Amfortas,  "Eine Heidin  aspect physique,  pour  son  sommes t e m o i n s  qu'a  au  encore,  semble-t-il,  occasionnera l a blessure,  Heide,  bien  l a legende  d'Argol. nous  I I faut  ou  Itre  blancheur a  loin,  q u i n'apparait dans  Chateau  qui  bien  ce p e t i t  cruels,  synonyme de  Nous v o i l a r o i ,  l'hermine,  peine cache  terrestre". une  Heide  Mais  "haute,  sous  ces  apparen-  inaccessible,  redou-  po table",  q u i s ' a p p r o v i s i o n n e "d'armes neuves,  de  poignards  et  29 de  philtres".  "de  f e u " e t de  versant cide  deux  "glace"  1'atmosphere,  "avec  de  Albert, demi-dieux, les  A  pour  Gracq  se  servira  l a qualifier.  T e l un  "ses passages  puissantes explosions Herminien,  que  chevaliers  Perceval,  reprises  Heide,  l e hasard du  Graal  nous nous  a  trois  pousses  reunis  en  termes  bolide t r a -  sur l a planete"  ont  coin-  revolutionnaires".^ Itres sous  d'exception,  l e mime  autour d'Amfortas  t r o u v o n s done  des  presence  toit. pour  d'une  trois Tels  attendre  "communau-  14.  te  elective",  le  c a r a c t e r e purement  pris  l'idee  d'un  "'ordre  murailles  cette  d'Andre clos'  choisi doute  Breton,  (l'idee  quel er e c i t  que1'auteur  d'un  Argus,  per;  ou bien 1 ' a - t - i l  l a  admire  parce  accentuer  La, Gracq  a. e n c l o r e o n n e s a i t  a r e celle  trop  d u 'chateau'  qu'il  e s tcense  quelles  r8de aux  faire  adopte  rapprochement  avec  Gracq  Horn b r e t o n  e t qu'il  affectionne.  de ce chateau qu'il  encore  l ebateau  sans  en Bretagne,  en pensant  A moins  a - t - i l  se passer  s ibien  veut  lumineuse?  Pourquoi  Perilleux?"  d ' u n homme c l a i r v o y a n t  blancheur  "pour  profondement:  significative  co£na!t  aussi  d'un  qu'il  s o n "Chateau  etre  de  du drame".^  i c i , c'est Argol.  c e nom p o u r  region  interieur  a. 1 ' e x t r e m e ,  2  chateau,  parce  limitee  que tendent  magiques  alentours)".^ Le  fois  de  a u nom " a r g o " ,  "l'Argo",  Peut-  l aresidence  est d i f f i c i l e  qu'il  cette  trom-  synonyme  ne s'agissel a  q u i p o r t a J a s o n a.  recherche d e l aT o i s o n d'Or, qu&te a u c o u r s d e l a q u e l l e i l  fut  aide p a rl asorciere  amoureuse d u heros.  "kein  Weg f l i h r t  s u i h md u r c h  d e s o na r r i v e e ,  est  "impraticable  est  un s o l"perfide",  sombres,  borne  Comme p o u r pecheur, chateau solitude  a. t o u t e v o i t u r e " . ^  a, 1 ' h o r i z o n  a r e b r o u s s e r chemin  l'homme  parait  envahi de gres  l echateau parce  se sent absent.  menant  Le s o lqu'il  p a rd e s "dents vers  ce dernier  En effet,  troue de marecages,  s u rs a r o u t e , A l b e r t dont  d a sL a n d " . ^  qu'il  l'ame  Albert au  chateau  traverse  d e for§ts aigues".-^  indique p a r l e ne trouve pas ce  opprimee  Soudain  tombee  rappelle s u r  Comme p o u r  constate que l es e n t i e r  P e r c e v a l cheminant  pret  a. A r g o l - — q u i e t a i t  o u n o n , s o n chateau  Breton  d e s p o i n t s l e Chateau d u G r a a l .  bien  lors  Medee—Heide  p a r cette  Perceval d i s -  1§.  tingue  l a tour  apergoit  du chateau  l e stours  qu'il  du manoir  cherchait;  d'Argol  d e mime  "a travers  Albert  une  eclair-  36 cie  des branches".  chaque leurs  fois chez  gene. mais ces  Albert  etrange.  Sa plus  des dangers  nltres  l a i r e  voir  violet Les  remplace  p a r une  approches  n'y a, en e f f e t ,  l a  porte  garnies  de  de v i t r a u x ,  ces deux  p a r l e mot  p a s de i l  sentier  faut  Partout  pour  de bienvenue  en tous p o i n t s  divisee rappelle  rangees  Montsalvage  avec  styles,  et  violette"  une idee  avec  de l a lumiere blanche? sont aussi  etranges:  q u i conduise directement a y parvenir  l e nouveau  marcher  de toute  maitre.  directe-  salle  ne prononce La porte  La salle  vofttee  de p i l i e r s " . - ^  Apres  population, l e  e a r 1'amenagement  a l a fagade.  sa salle  simi-  etant  c ' e s t l e monde d u s i l e n c e .  e s t une "haute  par trois  rouge  de  l e rouge  a l a rencontre d'Albert pour  sans  informe",f e -  couleurs  du chateau  de ces contrees privees  penetre  soie  certes  telles l e s  melange  "Argol",  sentiment d'etrangete persiste,  Albert  de  immediates  q u ivient  correspond  "presque  extremes  s u r l e gazon.  parole  certaine  " l e s precipi-  sa quite,  composantes  du chateau;  serviteur  d ' a i l -  imposante  q u i surplombe  "deux p a v i l i o n s  suggeree  l e sdeux  traversee  tour  rencontre dans  l e choix  i l  le  e t mime  par Perceval—est  de  dans  a, c e l l e  haute  qu'il  toutes  couronne  Paut-il  l a  vite  reconforte  eheminait peniblement"^—symbole  surmontees  etroites  tout  ment  sentiment bien  par l a surprise  ou l e voyageur  epreuves  l e  l e voyageur,  inopinee  Car l e chateau presente une apparence  doute  l e  Cette apparition  Argol,  franchie interieur  dans  en p l e i n  aucune  laquelle  cintre  et  l a encore,  immense a u x q u a t r e  colonnes  16  d'airain. c'est  Dans  l'etalage  precieuses, se  l e premier d'une  c'est rement see  epaisses,  l e s deux  "1'agencement  tout  comme d a n s  "extravagante r i c h e s s e " ; ^  fourrures  r e t r o u v e n t dans  chateau  cristaux,  demeures.  de l alumiere"^"  1'attention du v i s i t e u r .  d ' A l b e r t en "une p o i n t e  l'autre,  soieries  metaux  precieux  E t p a rdessus q u ir e t i e n t  Get eclat  d e flamme  tout  particulie-  concentre l a pen-  aigue* e t p e n e t r a n t e  4.2 comme u n e l a m e  d'acier",  lance  q u i n'est  motif  legendaire:  que  sorte  d'un  etat  veuves, pect l a  secret,  mans n o i r s . "les  sujet  figurent  " c e sp i e g e s  doute,  dans  comme p o u r  l e cheminement,  humain  c'est 1'as-  q u imonte  n'oublie pas.d'y f a i r e  sans  souverain  comme l e s a n n e a u x d ' u n  J  de ser-  ordinaires  place a un  tous l e s r o Andre  lent,  vers l e jour",  Leutrat,  dans  son etude  du chateau une p a r t i c u l a r i t y qu'il  premier  pelle  l u i ,  A  deviennent  A Argol,  q u ifigure  quel-  Breton,  perilleux  et  l e cheminement  d'Albert.  couvert le  ou. " d a m e s  accumulee de tous  Autre  d'inquietude.  du chateau, 1'oppression  Gracq  de l ' i n d i v i d u  Jean-Louis au  du Graal.  du r o imehaignie,  en f o u l e " .  l e souterrain  Pour  souterrains  obscur meme  meurent  l apresence  passage  d'imperfection,  "(enserrant) l e chateau  l at e r r e u r " . ^  de l a fameuse  des legendes  dans l al e t h a r g i e  peu accueillant  foret  degre  c'est l apresence  plonge  l a encore  t o u t e s c e s splendeurs p r e s e n t e n t en  chevaliers  pent",^ de  jamais absente  un certain  Montsalvage,  rappel  y avait  roman  d e s Ablmes  en r e a l i t e  de Julien q u i , ecrit  deux  Gracq. Gracq,  s u r Gracq,  signale  interessante. chateaux  I I se refere etait  I Iad l -  du Graal  dans  l a a. l a C h a -  analogue  a. " q u e l q u e  17  chateau  enehante  cheur".^ semble Mais che  La  bien  J.L.  par  presence  indiquer  Leutrat  ainsi  l a menace des  qu'a  en  qu'il  suggere  brouiller  blions  pas  scenes  l e s plus  cet  cependant  que  armes l o u c h e s du  endroit  s'agirait que  Gracq  dans  s u b l i m e s " ne  d*"une l a n c e de f e r " ^ l a du  reel  n'aurait  l e s pistes  r o iP l -  pour  l a Queste sont pas  chateau.  peut-ltre  cher-  l e lecteur. du  Saint  N'ou-  Graal,  p l a c e e s dans  l e  "les  chateau  AO "trop teur  marque p e u t - l t r e a  invente un  ras".  Gracq  l'idee  mime de  du  lecteur  demiere  teau une  l a part  Legs  etre  'priere'  du  de  pas de  de  a  "celle  du  l'auteur,  Graal,  l ' a d r e s s e du  des  simplement, qu'a  un  de  Sar-  repris depistage  penchons pour  l u i ,  l ' a p p r o c h e de  feuillages.  A  cette  un  D'apres  et  l a f o r l t  celle  qui  1'  d'atde  Perceau sorte  de  Mont-  entoure  Argol  Bile  semble  etinceler  l'approche du  ensommeillement"  cha-  Leu-  de  sortes  chateau  imminente".  chateau,  J.L.  facons d'etre  Comme a u t o u r d u  du  du  attente,  central  deux  l e s  c'est l a premiere  attendue, faisant  "pesant  degage une  l e theme  deux  discutant  l e spectacle  Montsalvage  Perceval,  1'interieur  manifeste par  s'en  l e s cas,  d'"une p r e s e n c e l a v i s i t e  que  d'ailleurs  de  tous  salvage  pour  "qu'il  "definissent  qui predominera.  penetree  Pauphilet,  'Sauveur'".^  habitants  Dans presque  a  A.  qui constitue  d'attente  se  nous  L'au-  esperitel  Plus  explique  I I distingue  q u i , d'apres  preparer  tout  l a Queste?  incomplet pour  Gracq.  monde".  est  l e "palais  alors,  Moyen-Age,  c'est 1'attente  tente: val",  l'auteur  legendaires  oeuvre  souvenirs douteux".  hypothese.  doit  trat,  des  autre chateau,  n'aurait-il  de  Dans Le motifs  par  dans  tous  se ses  visiteur  1'attente  18.  de  l a presence  v e i l l e r  l e s  qui  demeure  et  avec  chateau  imperieuse  occupants.  totalement  peupler  s e r v i t e u r s endormis.  d'une n e c e s s i t e  l e  viendra  pour  Un  Et  salles  s a u v e r de  dont  Perceval  se  vides  cette v i s i t e  rapprochement  legendaire,  lorsque  l e s  et  re-  apparait  1'aneantissement  s'impose  l e s habitants  a. c e  ont  point  disparu  reveille  au  lendemain  ce  en  attente  de  son  "echec".  dain  La  l e t h a r g i e dont  se  muer  eelate  en  alors.  "1*attente  Les  excitation nerfs  en  proie  plus  en  plus  trois  coups  coups  qui  anormale des  aiguises par  a  une  "supreme  d i f f i c i l e resonnent  sur  cependant  que  c'est  demoniaque  du  ce  55  l e  tant  qui  sauveur  attente",'*  cor  attendu  arrive. attendu  a  ces  Argol  trois  en  No-  n'est  cette  "de  "les  Perceval.  Dans est  alors  qu'enfin  de  2  trompee",^'  I I devient  manoir",  du  sou- .  L'orage  desesperement  du  notes  visiteur  sens.  I I faut  tours  trois  i c iAmfortas  mythe,  tension". 56  les  peut  "l'extenuante  d'attendre".  rappellent les  Perceval;  monde  i n t e r m i n a b l e " " 1 ' a t t e n t e  sont  tons  une  souffre  pas  version  mdme t e m p s  dam-  nateur. "L'attente dente  et  I'Stre  instants.  Elle  certains  f a i t s  definies  en  presentent  qu'on  ces  pure"  privilegie est dont  traordinaire  beaucoup ne  conjuree l e s  termes  chaque  puisse  est  fois  d i r e au attente"  l a  plus  connait  dans  rare que  l'esprit  du  que  l a  durant  precede  "predestine"  caracteristiques essentielles par  Andre  toutes  j u s t e de qui  Breton  dans  Nad.ia;  l e s a p p a r e n c e s d'un 58 quel  emplit  brefs  signal".  l'ame d ' A l b e r t  ont  dans  ete  "(Ils)  signal  C'est  par  sans  cette son  "ex-  "pele-  19  rinage"  a l a Ghapelle d e s Abimes,^^  e n t i e r " . ^ prelude, toute pour que  E l l e  elle  annonce  proche.^  e t pacifiante,  l a decouverte  Mais  pour  que l a" p o s s i b i l i t e "  d e s o n ame Nous'avons  saient union  Albert  l u i teur but  deja  Faust  puisse &tre mise  conclue  ne f a i t  ainsi  leur  soudain  faut  vont  unir  Albert  leurs  l alumiere vienne  a. A r g o l .  Leur re-  preexistants alliance",  forces.  ou l e u r  ^  L eD o c Dans  quel  alliance e s t  p a s meme c o n s c i e n t e s .  u n changement n o t a b l e dans l e  e t Herminien  de ce q u i provoque  q u i unis-  d'un complot.  q u e meme a u m o m e n t n'en soient  etranges  "tenebreuse  t o u t e s l e sapparences  I I semble  lui-meme.  debut  i l  l asienne e t  l e sl i e n s  cette  Cependant 1 1 v a s ' e f f e c t u e r  au  forces,  venue  que r e s s e r r e r  de perfection  l e sdeux p a r t i e s  complot  l a revelation  en oeuvre,  l e sr e l a t i o n s  avant  e t s o n ame n o i r e  obscur?  e s tun  que 1*attente d'Albert se r e a l i s e ,  signal!  a Herminien  au degre  donnant  tout  damnee.^  au chateau  pousse  c a re l l e  imminente,  s e p r o d u i s e l ac o n j o n c t i o n d e s deux  celle  et  e s tlegere  q u i l e "(consume)  cette  ne se rendent  modification.  eclairer  leur  p a s compte  I lf a u t q u e  esprit  en  eouronnant  64. d'un  nimble.- d o r e  Heide, cette  catalyseur femme  cette  e n t r e l e sdeux  qu'en  singuliere  poxes.  C'est  d o n n e M. C a r r o u g e s ,  presence  faire  s u r l e sdeux  hommes  e n e s t amene a s o n d e r accompagner d'Heide  alteration",  l a presence  q u i , i c i , semble  bien  se f a i t  3  dans  sa v i s i t e  desor-  L*effet  immediatement  l e sm o t i f s q u i l ' o n t a Argol.  de  repondre  ce "fragment  d u p a r a d i s q u i a l i e l'homme a l a t e r r e " .  Herminien se  de cette  e n t r e e u x , l a femme  a. l a d e f i n i t i o n bite  " l e principe  de sentir.  pousse  a.  I I s'a-  20.  percoit stinct "et  alors  que c e t t e  de s a propre  sans  doute  decision  destruction"  a armes  inegales,  a ete suscitee  par  "1 in-  qui,  en chaque  etre,  avec  l e souci  1  de s a  lutte, personnel-  fift  le  sauvegarde".  d'amener  Car i  cette  la voulu  femme p o u r  tenter  laquelle i  1*experience  ln'eprouvait  dangereuse  qu'un  "complet  68 detachement" "baigne toute  sa reunion proche.  d'avoir Argol  avec  E t avec  entre  entre  l a jeune  d e 1' e v e n e m e n t "  stinee,  vont  immobile",  apporteront  l i e n  entre  Perceval  dans  L'action  e t ce que sera  "a  tous  plus  tout  n a i t r e un  des leur  " l a pesanteur  "une a t t e n t e  destin  senti-  muette, a  prealarob-  venir  71  "decide  pour eux".  en f o r c a n t  Albert  d e l a mime m a n i e r e  que Kundry  attira  bien  s u r l e s deux  l e s t i n e v i t a b l e qu'une  augmentation  rapide.  total,  done  q u inecessairement  de  entraine-  Ce d e n o u e m e n t d e m e u r e d ' a i l l e u r s  imprevisible"^^ tant  p a r une sorte  f a i t  q u i exis-  l e scelle  acceleration  d'un amour  Herminien  leur  s'opere  et i  l e srapports  t  Heide. q u i  baiser,  l e sentiment  ce que l e s j o u r s  du catalyseur  u n denouement  suite  dans  ainsi  carl'arrivee a  Tous deux,  malefique.  ra  ravissement  Reunis  q u i  l u i devienne  piege;  et partager  i l s ignorent  se produise,  egards  et Albert.  lumiere  l u i vient  a aussi  son etreinte  en presence  Vitesse  70  elle  de cette  qu'elle  conscience  connaitre  eux, c'est  prendre un long  pdles  pour  a son propre  femme  mante  a  cette  l u i et Albert,  rencontre,  Ce  Albert,  e t e lui-meme p r i s  miere  leur  au centre  d'Heide n'a pas seulement modifie  taient ment  e t de l a p l a c e r  pour  que pour  Heide,  Albert,  plongee entralne  dans l e a  leur  d'envoutement. comme A l b e r t ,  se rend  bien  compte  que l e  21  but  qu'ils  cherchaient a atteindre  maintenant d'Heide.  etre  approche  C'est  elle  qu'avec  par leur  l'aide,  alliance  volontaire  ne  peut  ou non,  l e symbole de l a " v e r t i e a l i t e " ^  elle  74. seule les  q u i semble  trois  Sans  "marcher  reunis qu'ils  s'ltre  s u r l e s eaux".  vont  tenter  i l s  corps  deja,  un  symbole  analogue  l'eau  du baptlme,  celle  d u monde  possibilite Cette rend  au symbole  avant  depouille  soit  f o r c e s dans mais  qu'ils  ont perdu  e t , de ce f a i t , totale  q u i l i e "leurs C'est  1'issue.  cette devinent.  leur  f a u t - i l  l e retour a l a purete  de l a connaissance  qu'en  tous  poids:  voir i c i  C h r e t i e n de l a p u r i f i c a t i o n p a r  l e peche,  impossible l e recul.  done  "vers l e l a r g e " . ^  f l u i d e . — P e u t - l t r e  suscitant  "conjuration"  quelle  encore,  souleves p a r l e s eaux,  connaissent l a liberte  C'est  de nager  consultes, i l sjoignent leurs  poussee vers une lumiere d i f f u s e Leurs  ^  monde d'ou l a  ne saurait  corps  etre  et leurs  de l'avant q u ' i l  L'espoir inhumain  i n i t i a l e ,  e x c l u e . —  esprits" faut  aller,  q u il e shabite  "devorante  de son halo d'angoisse. L a v o l u p t e d'une 77 communion" efface toute crainte. Seule importe  "l'absolue  decouverte"  t  l a mort  q u i v a se p r o d u i r e d'un i n s t a n t  a  1'  autre. Mais payer  semble  l ' l t r e nien  aime.  H ide e  qu'ils  que chacun  trop lourd  l a premiere  Le charme  quand  ayant  supporter l'idee.  de p r e s e r v a t i o n e t i  Albert.  terre  de l a mort  subitement  n'en peut  tinct par  ce p r i x  s'etait i  verse  sa rancon,  En l u i se r e v e i l l e  i l sreprennent  avaient cru quitter.  a  le s t accepte p a r  ls e r u e a u s e c o u r s  brise,  prepare  d'Heide, pied  Hermi1'insrejoint  sur cette  22.  Mais se  c e t"evenement  des traces  fascination  en chacun  significatif" d'eux.  sur Albert.  L'eau  l ar i v i e r e  est  i  l s e promene,  l'image  abimes;  " l a face  sensible Et  d u monde  c i e l  centrer l a  signe  sur l u i toute a u bord  de se t a i r e , y aurait  question  Perceval. loge  gendaire cette est  Autre  u n chemin  l asans  parallele  a laisse  a l l e r  l e sdeux  consacrees  atteint  effort  semble c o n -  c i e l .  Prevenant l u i f a i t  1'invite a l e suia faire  jamais  Bien  avec  posee p a r l'hor-  l em o t i f l e s u r Gracq  dans  du mythe.—G'  a l l i e s ;  i l s vont  Bientdt d'ailleurs l e s  s e r e j o i g n e n t e t l e s deux  a t t e i g n e n t ensemble u n pont.  paralleles,  "sans  eleves,  au rebours  l e meme b u t .  qui,  deplace  l emythe d u G r a a l ,  passer.  d e l ar i v i e r e  d e c e sdeux v i e s  que se  apparait, rappelant  que suivent  rives  paralleles  avec  d'Her-  semblait  Herminien  e t q u in'est  semble  deux  l'image  soutenant  qu'il  des e s  violente.  que Heide  de c e t autre  1  visible e t  se fait  doute u n rapprochement  lorsqu'Herminien qu'on  du fond  alors  l e sbras  p a rgeste  rapprochement  l a meme d e s t i n a t i o n ,  desvoies  au bord  surface  cariatide"  espere  vers  par  leur  deslevres d'Albert,  v e r s i o n demoniaque  symbole  sous  alors  Herminien  e t c'est  de l'heure  chercheurs  Mais  l alumiere  qu'Amfortas  sonnant  devient  de s'yplonger  c'est  de s e s mains",  v r e . — I I l a  elle-meme  Oomme l a " v i v a n t e  question  d'Argol,  t r a v e r s d e c e monde d e c o u v e r t ,  s u r l e s eaux,  Herminien. le  du c i e l "  vient a sa rencontre.  marcher  une espece de  q u i l u i e s t renvoyee  e t l a"tentation"  voila. qu'au  minien  l u i jette reel  exerce  l a i s -  de l a 79 un "inexorable appel". C  's  quelle  a necessairement  Paut-il  voir  l a l e  a. l a m e m e q u i t e , o n t ,  l e meme t o u r n a n t ?  I I faut  23-  franchir  l e pent  pour  Chapelle  des Ablmes,  but  de ce chapitre.  son  secret  qu'il sous  refuse  ses doigts. l a foudre  oreilles II  celle  dont  C'est  l aqu'Herminien  a prononcer L'orage  intense.  q u ia precede  comme u n j a l o n ,  d'acceder  Albert i  sait  l a  proie;  et  de l am o r t " ^ dans  sent  Et  lorsqu'il  d'Herminien  faut  repond s'offre clave, l a  plus  partir  terreur  c'est  maintenant  q u isont  bien  d'une  passion  pourtant,  aux  totale.  e l e v a t i o n encore s u bond",  Le poison  maitre  H ide e  l'etape  martyrise l eplus  faire  face  l e corps  de rouge  Albert—une  ainsi  1'habiter. proches".  v i f , i  expression  i  l  I I l u i  enfin a  cette  q u i 1'attend  d'Heide  l i e s  85  accompagnee  ressent.  E t l e spectacle  Les poignets  tache  a  comme u n e e p e e n u e ,  du trouble q u ' i l  premonitoire:  a l o r s a. s e s r e g a r d s .  maintenant  dans l af o r e t ,  traces du couple,  a, s o n a n g o i s s e  du doute  v a desormais  q u ib r i l l e  s a n s nom q u il e p o s s e d e .  ce q u ifrappe  d e Me-  " f o r c e s mimes de l a v i e  et l'angoisse  un f u s i l  se rendre  son corps  A r g o l —  tentation Herminien e s t  l e s  en jeu.  disparaitre  s u rl e s  l'aveu  a un dernier  de q u e l l e  que ce sont  portant  d'elles-memes  a u b u t meme d e l a q u i t e , " l ' e x t a s e " . ^  son coeur  voit  Les paroles  de ce sentiment  ' que " l e s jours de l a f i n (sont)  II  peut  lsait  partager  son arrivee a  " l a c l e d'une  qui  ne  va faire  au de-  n ' o f f r e pas une plenitude  "l'appui necessaire  permet  puis  L'expression  perieure",  verse  etequestion  immanquablement l avenue  a nouveau;  averties d'Albert,  apparait  ete  la deja  s'echapperont  q u iaccompagne  phistopheles—eclate sensuelle  i  de l ar e v e l a t i o n , l a  a. A l b e r t , p a r l e m o y e n d e l a m u s i q u e .  s'est  telle  atteindre l e l i e u  sanglante  t e l l e une e s ly  a — e t  c'est  etrange s u r  24.  cette  figure  1'ombre  immobile:  l e sdents  et l a poitrine  nues  se cambre v e r s  seules  luisent  l e ciel  "avec  dans  l'elan  8fi d'une  insoutenable  ardeur".  d'une  transformation  table:  cette Heide  prendre  a  celle  similaire, ravagee  qui, pour  connaissait  1'intense  cette  sanglante,  ce  scene  qu'il  corps  faite  fois,  de l ' e a u  le  purificatrice.  e s t absent  sait  Le voila,  d'activite  t e l Perceval, brisant  erevant  sauvages pour forcenees,  l e sforcer,  sans  pouvoir  q u i l e possedent.  en c e t t e n u i t  d'Heide  son  toutefois  cheval  vaincre l e s qu'il  a  a f f r e u s e a m i s s u r s e s l e v r e s l e meme defendu meurtrie  encore  l a goutte  a l a  Car l a decouverte  goutte  de sang  on  de l ' a r b r e de v i e " . demeure  tout  b l e s s u r e s de f o u d r e — c e l l e s i n f l i g e e s coule  fiev-  des semaines q u i  de b i t e s  que " l e f r u i t  telle  me-  De  et n u l ne  l e sbois  i l l i m i t e s  sang  s'y  en de m u l t i p l e s e x e r c i c e s , c o u r a n t  fascinante Des  a  sur l a plage,  .  gout  est inevi-  ressemble  l e desoeuvrement  "1'evenement".  des randonnees  desirs  l a premiere  Herminien  contrastant avec  recherche en  e t e temoin  l e rapprochement  p a r l'homme  volupte  q u i a  commence p o u r A l b e r t u n e p e r i o d e  precederent son  celui  e s t devenu.  Alors reuse,  Pour  a goutte,  L'image  au fond par  de son  Mephistopheles—  quittant l e doigt  tombant de l a l a n c e  coeur.  blanche  tendu  s u rl a  88 main ser  de P e r c e v a l . l a soif  d'acquerir funeste  Seule  cette  "fontaine rouge"  q u i possede Albert, "1'exorbitant  l'ange  noir  a  atout",  tenu  dans  c a r c'est *  celui  ses mains  peut  l a seule  apai-  maniere  que p a r une a l a place  meprise de  1' 90  ange n  blond.  existe  Au l i e u  de l a haine  done une f o i s  encore  d'llbert  qu'une  pour  Herminien, i  "fraternelle  l  connivence",  25  Quant range.  Pour  d'effroi riences haine  n i colere  ce  voyage  s o r t i r  a  siens,  malaise  attente  C'est  verent  tous  qu'une  ame  mais  du bain,  qu'il  faut  l e matin  mime p o i n t ,  ou p l u t S t alors  conscience  cette  Un  jour  son  corps  de s o n  nuit-la,  corps;  i  l a mime  sensation qu'il  au bout  allees  cour-  vers l a  l a f o r l t  s'  etrange,  qu'ils  eprou-  n'y a plus  de  recul  I l s ne s ' a r r l t e n t que de 1 ' a l l e e .  toutes  de rendez-vous  d'une  Leurs  une a l l e e  de 1'avant.  l existe  l e sentiment  cependant  suivre  l a certitude  que d'autres  a r e -  q u i ont rencontre  inevitablement  tout  Au  q u i 1'a a i d e e  l e sentrainent  se leve,  l e point  sans poids.  trompee".^  a l l e r  nuit-  1 ' O c e a n " . D e  "desesperement  eprouvent  expe-  en e l l e n i  q u ia apaise  expliquer,  purifiantes.  deux  des deux  nuit  desincarnee.  depuis  eux, l e si n v i t a n t a  l e jour  C'est  de ses yeux  cette  c a r cette  de  Albert  a perdu  et Heide,  l a f o r l t  s'apercoivent  choisie  c'est  q u ' i l s ne sauraient  aux eaux  possible, lorsque  en e l l e  imprecise  I I n'y a  un corps  de s e s gestes  a l u i , elle  Albert  devant  Soudain  l a  conserve  l apurete  l a douceur  sort  rivage  est e t -  entre  l ' a c t i o n d'Herminien,  elle  retour  Elle  d'inertie.  sans  a travers  riviere  au  etat  l'evenement  eu a s s o c i a t i o n  " s u r1 ' a u t r e  reste  Entre  ouvre  ly a  de l a baignade.  contre  Grace  n'est  devant  e t e deposed  pied.  meurtri.  ses  i  de son aneantissement,  prendre  un  aussi  d a n s u n mime  elle  i l  elle  sa reaction  et l e jour  l a  les  a Heide  semblables  quelle  Alors i  l  convergent  que s o i t  l a route  designee. qu'apparait  m o n t u r e mime d ' H e r m i n i e n .  un  cheval  Jete  tout  portant pres  une s e l l e  vide,  de l a p a r l a b i t e  26  ecumante,  l e  jeune  gres  que  1'animal  faut  qu'Albert  pour  qu'apparaisse  infligee Gracq une un  par  fait  l e  a  depouillent  a  de  s u r un  s'impose  que  qui  tous  par  l a societe  Heide  a  du  pour  tournent  ne  image  et  pas qui  et  Albert.  deux  entre  retrouve  dans  Albert  au  laissee  se  sur  naissance  elles  se  de  i  Des  son  totale  de  ses  I I  vltements celle  qu'ici  associer d'ordinaire a  done  l a  encore  du  "peche  de  coulait  goutte  a  est  coagule,  ou  pour  a  reves  viennent  seul  plusieurs  l a t l t e  a  l a riviere  et  l a goutte  noira-  sait  sur  terre,  reprises  qui leur  avec  tendent  Paut-il  qui  constitue  a  condamne en  dans dans  rives a  ces l e  suivis  de  par  dans que  l i v r e ,  image  se  Herminien 1'image de  son  symbole  d'  rives  unite", i c i  l a mime  mort  dehors  primitive  l a un  l e but  veille",  "s'absorber  egalement  voir  de  a  l'empreinte  l i t .  deuxieme  l e visiter,  qu'il  d'Herminien;  et  l a  plut&t l'"etat  1'execution.—II y  revenir  confondre  sabot.  evident  refermer  l e s chemins p a r a l l e l e s  bord  venant  vont  barres paralleles a  de  l a b l e s s u r e d'Herminien  d'Herminien  le s t l e  dans 1'autre,  fait  rouge  dont  l'une  est  consequences  d'Herminien  des  bloc  "blessure hideuse",  qui  autour  repete  son  Herminien  entre  1'attente,  approuver se  de  du  arrltee.  chateau  celle  ecrasant  celui  cdte  sexuel; i l y  l e sang  Itant  blesse  reprendre  une  l'acte  a  heurte  1'animal.—II  toutes deux  l'hemorragie  fois  flanc  avec  alors  portes  doute  l a symbolique  qui  d'Amfortas,  Les  nue  son  blessures d'Heide,  tre,  une  Heide  cheval  chair".—Mais des  sans  a  rapprochement  l'herbe  avait  sabot  appel  course  celle  va  et  homme g i t d a n s  et Heide  corps  avait  de  con-  l a quite,  l a  connais-  27  sance  permettant  abstrait these au  1'"unite"  celui  l a c l e .  solution va  de  enfin  troduire  proie  ou  a. u n e  par  laquelle  par  un  du  prix  depuis  connaissance  ce  Mais  sont  sont  notees  des  ce  d'une  semble  extatique  contemplation".  l a  c l e de  l'enigme.  de  sa l a n c e l a b l e s s u r e du  le  personnage  et  et ces  son  Et  toujours.  Ge  secret  entree  .  lumiere", i l  .  . de  qui  son  tout  semblent C'est  en  Heide  1'at-  avoir  l a .une  particulier de  res-  d'abord  ete collec-  visages  l e visage,  l a r e c h e r c h e a. a  gravures,  servi i  "d'une  de  ls'en  champ trouve  perpetuelle  c'est l a qu'Albert va  pas  pos-  Des  represente Parsifal  r o i Amfortas.  n'est  ami  1'  s a v i e meme l a  qui attire  ou  qui  absent.  ete 1'objet  Cette gravure  principal  l e desir  a. s ' i n -  femme; p r e u v e  a. c d t e * d e avoir  d'ailleurs  t o u t e s l e s e x p r e s s i o n s de  s'est l i v r e  Mais  fait  dont  de  Herminien.  passion violente  mime,  reussit  gravures  par  ne  lorsqu'il  "ruissellement  large".  Herminien  autre qui  a. p a y e r  con-  realiser.  "secret"  l a chambre d'Herminien  l a grace,  d'experiences. une  prendre  a  qu'exasperer l e  l a  connaissance  d'Herminien  qui l'obsede  quotidiennement  unique  inonde  du  parvenu  d'Albert,  I I est p r l t  d'Albert,  manipulees  en  en  dans  " l ' a i r  tention  tion  etait  hypo-  signification  a, a t t e i n d r e  cette  1*  S i cette  donner une  reussi  par  connaltre enfin  l'enigme  est aveugle  pire  de  a  ayant  detruit  qu'il  redoubler l'anxiete  sece  i l  serait  et l'esprit?  aiderait  convalescence prolongee  habite,  i l  elle  Herminien,  totale,  par  La que  verifiee,  d'Albert:  naissance ecrase  seule operation mentale  et l e eoncret, l a chair  etait  rive  d ' u n i r dans une  Mais  l e sauveur,  sur mais  et  trouver touchant  cette  image  b i e n au  con-  28  traire Graal sure les  au flanc efforts  de raviver  ne devient  nification  en  d'Amfortas,  de P a r s i f a l  celui  cle  C a rl e sang  de cette  e s t sans  stance  1  e c l a t  peinture  plus  l eGraal  d'Herminien,  l e symbole  clair. dans  hermetique  d i f f i c i l e .  s a chute  de  sions  Mais  et l efait  La  l erdle  1'interpretation d e l a meme  explique  blessure.  essentiel  sub-  l a tentaPour  a t -  l e prix.  est  moins  du hasard  l a puissance desmerites  concilier  q u e l ab l e s s u r e  sig-  a Albert l a  de Parsifal-sauveur  et elimine  comment  Car  i l a accepte d'enpayer  de 1'impuissance  ce dernier.  blessure.  a l ' l t r e .  d'Amfortas  e t sonatroce  E t tous resul-  L a presence  e t au flanc  du sauveur  de l a bles-  eu qu'un  fournit  l electeur  Certes i l met en v a l e u r  l echoix  done n ' a v o i r  on est destine  t e i n d r e 3a c o n n a i s s a n c e t o t a l e , Mais  qui s'ecoulait  de l a t e r r i b l e  de sonami.—Pour  doute  dans  semblent l  remplissant l e  s o u r c e mime d e l al u m i e r e .  pas "sauveur",  du secret  tion  lui-meme.  e s t d e meme n a t u r e q u e c e l u i  tat: on  l e r o i dechu  c e sdernieres  d'Herminien  conclu-  s'etait  arrltee  95 de  saigner  "par 1'effet  Jamais de  ne mentionnera  sonami e t s a decouverte  tablie, Heide  ami;  Albert  i l ne veut  verrait  minien rain  retiree  dans  v i t dans  capitale.  parte  "s'evanouir toute  decide un jour  de Breton dont  dans  l a chambre  L a sant'e d ' H e r m i n i e n  leurs  relations  d'explorer  Ce-  du depart prochain deson  car, avec  chance  r e -  d'autrefois,  l e s demi-tenebres d e s a chambre.  l'angoisse  pas qu'il  ou d'un philtre"?  sonintrusion  i l s r e p r e n n e n t apparemment  vivant  pendant  i l  Albert  d'un charme  cette  de jamais  un passage  i l a e t eq u e s t i o n  plus  disparition, s a v o i r " . H e r -  s e c r e t — l e haut—dont  souteri l a de-  29  couvert  1'existence  caracteristique: tion  en demeure  s u r c e r t a i n s documents  l eplan  indique  ineonnue,  comme  anciens.  1'entree  s ielle  mais  Fait  l adestina-  "dutrester  a  tout  Q7 prix  eachee".  Albert  sur  l'insistance  qui  semble  se decide  de c e l u i - c i .  avoir etel i v r e  a accompagner  Chose  e s tparseme  parois,  comme r o m p u e s p a r u n p a s s a g e  l a  bizarre:  terre,  chateau l a  monte  sente. bre  d'Heide  successifs.  alors  recent.  l e s  monbreuses l elong des  Autre  constata-  de s'enfoncer  etages  I I debouche  comme l o r s q u ' i l  de  pendant  secret, au l i e u  q u i , a e e moment,  L a encore,  d'Herminien  d'araignees  au contraire vers  p a r paliers  chambre  de t o i l e s  l e couloir  ce souterrain  a 1'abandon depuis  annees,  tion  etrange,  Herminien  dans  superieurs en e f f e t  du  dans  en e s td ' a i l l e u r s a b -  s'introduisit  que ce d e r n i e r l ' a v a i t  dans  l a cham-  quittee,  Albert  Q8 a  1'impression  jeune elle qui  femme n ' e s t y a du moins  persiste  saisi r i r e l u i  laisse  d'un tremblement aigu  a  c6te  Peut-ltre  au  de l e u r  passage teurs,  horrible.  s ' i l  source  a  e x p l o r a t i o n . — I Ifaut p a r Stapes  de l a q u i t e vers  piece,  du  son angoisse,  l'eut vu e&t-il dont  cette  corps  lequel Albert e s t  d'une m a i t r i s e  l apressentiment  s e c r e t , montant 1'image  D ns  dans  S i l a  l'empreinte  spectacle devant  de l u i un spectateur  pour  interdit".  presente  sa trace, telle  d e s o n compagnon p l e i n  plement long  dans un " l i e u  pas physiquement  s u rl e l i t ;  echappe.  vait  de penetrer  l e sou-  imperturbable  compris  qu'il  l e sang-froid avait lucide voir  de 1'issue, sans  successives  l alumiere  doute vers  asim-  tout  dans  l e s  ce  hau-  que poursuivent,  par p a l i e r s , cdte a c6te, encore une f o i s , l e s deux a l l i e s . Comme t o u j o u r s c ' e s t H e r m i n i e n l ' a m e d a m n e e q u i m e n e l e j e u ,  30  celui  q u i ouvre  piste  qu'il  nous  nous  chaque l a  a deja, t r a c e e .  evenement,  dans a  q u i annonce  elevation l e  retrouver  apres  sa blessure,  A  a  Heide,  pas ete, lors  de  encore superieure"  i l  l e calme  apres  n'arrive  pas a  l'orage approchant—ou releve,  son tour,  i  conduise  une trou-  autour de l u i une "atmosphere n i -  i l  peut-etre l a pre-  r e n c o n t r e son image  et l a transformation qu'il  l'epouvante.  au l o n g de l a  passage?  s a chambre,  tout  S'etant  nomie  piste  h'a-t-elle  pourrait-il  II y  du Malin.  glace  cette  f a c i l i t e r  Rentre  l e sommeil.  treuse""*"^  l a  Albert  vision?  sence  Que  " l a c l ed'une  de gue pour  Comment  ver  et q u i conduit Albert  en d o u t i o n s b i e n stir:  pierre  telle  l a voie  constate dans  comme 1 ' a v a i t  le s t v i c t i m e  sa physio-  deja  d'un "mal sans  dans  e t e Heide  remede""*"^"  '10? qui  provoque  Cette peur  un  "lent  n o u v e l l e image  dans  obscurite  totale.  sur  celle  corps  de  tout  qu'il  serait ve,  Alors,  a  coup  se trouve  se superposer  s'habille  ^  S'etant  muni  ^  i l  brise  sa  l a chambre dans  n'en former  1'  images  plus qu'  entrevu; mais,  se tient  l e syeux  pres fixes  Entre l u i et l e couple,i "un espace  . . . l o i n  semble  sans  l  bornes"  de ce q u i ne  t e l u n somnambule,  vers l a fenetre  l a t e m p l t e , l'ame d'Herminien  d'apaisement.  0  noir  separe  Alors,  et se dirige  pour  que s'etend  "a jamais 1  1  l u i f a i t  de tenebres, deux  sur l e l i t  femme l ' a n g e  a Albert  jamais p l u s " .  vivant".  decouvre,  ainsi  s u r ce fond  nue reposant  de l a jeune  qu'il  plongeant  "1'eblouissante blessure".  semble et  d'Heide  du tissu  e t d'un g e s t e dement  l e miroir,  s a memoire viennent  une, du  de lui-meme  et horreur a l a fois  reflexion  de  deperissement  i  ls e l i -  d'ou, s u r l ' a i l e  venir  a l u i ,  d'un poignard, A l b e r t  porteuse  marche  alors  31  lentement son  vers  l e passage  secret,  tandis  que l'orage  atteint  paroxysme. Nous ne c o n n a i t r o n s  dans  cette  sorte d'etat  ment  en face  jamais second.  des consequences  s'est  empoisonnee  afin  comme  en temoignent  l e s actions Le matin  reelles  nous  d'Albert  place  simple-  de cette n u i t d'orage.  de f u i r  l ar e a l i t e  "sonvisage  enfoui  Heide  de sest o r t u r e s ,  dans  l e s  o r e i l l e r s e t  105 couvert  de ses mains  conscient mort,  i  de s a "damnation"  une f o i s  "designee",  l'accueille Mais a  avec  l e u r s yeux  e t e echangee  Cette  Ce s p e c t a c l e  e t ne pouvant  plus  rend  rien  Albert  contre l a  l s'evanouit.  Heide temps  exsangues".  enterree  Herminien  dans  l afosse  annonce  depuis  son depart  a Albert,q u i  un a i r de r e s i g n a t i o n f r i s a n t se sont  entre  nuit va Itre  rencontres:  eux sans  celle  une  qu'il  du "grand  s i long-  1'indifference.  promesse-solennelle  fut besoin depart".  de paroles.  "La riviere  1 Oft  (semble) tracted en  b r i l l e r  des annees  c e "noeud Du  ravage"  des  ailes  de  " l e s pans n o i r e s " .  1  ^  l'all£e m a g i q u e  resonnent  double,  Herminien  flottants  cette  l e s liens va l e s  p r i v e de v i e , desert,  se resserrer  lumieres,  comme  d'un manteau  som-  . . . ( l ' e n v i r o n n a i e n t ) comme  i  l e damnateur, Heide  lne p e u t  d e r r i e r e l u i des pas,  ceux d'Albert,  con-  etrangler.  sort drape  qu'emprunterent Mais  alliance  vont  sans  Mephistopheles,  l'atroce blessure.  deja  De  q u ice s o i r  p a r un ouragan,  dont  proche".  auparavant,  coulant"  chateau  bre  vers  toute  q u is'aceelerent  et Albert l e jour  f u i r  l e s  fuit  assez  siens? puis  vite, c a r Ceux de s o n  l e rattrappent.  32.  Et  "dans l a t o u t e  minien l e s " .  sent l e froid 1  0  Julien  cycle  d e s o n ame",  d'un poignard "couler  e s tferme.  G-racq,  t i r e r  resumer  l e s conclusions, en quoi  q u iconstitue  des  volumes.  ces  ouvrages  representee t  s'acheve  sont  i l  entre  a consist!,  Kundry  ce l i v r e ,  chacun  l e decor Am-  e  d e m e u r e l e meme:  quelle  l e sp e r s o n n a g e s  e s tl e p o i n t  chaque  ouvrage  soumis  l a "tentation"  chaque v e r s i o n  l ' a t -  a l a -  crucial  s'oppose  de  I l s ne  Montsalvage, P rceval,  Mais  p a rlequel  l a"ten-  l e sp e r s o n n a g e s  des types de base,  . . . l e but de l aquite  sont  essayer de  interchangeables.  de l alegende;  de  Avant  importante de  e t mime  sorte  que d e s v a r i a t i o n s  dans  l aplus  l e sd e c o r s  en quelque  peut-ltre  de l a connaissance t o t a l e .  de  aux autres  s'en d i f f e r e n c i e . Dans Au Chateau  couvert  cessaire  done  i l  I I s'est  charnelle  veut  d'.Heide.  en f a i r e  Mais  e n mime  profiter  naissance  charnelle  cessaire,  entraine  offre  temps,  i l  elle  y parvenir  intenaediaire C tte e  a Albert  e s t ne-  q u ie s ti c i l a  Herminien l e moyen  e s t "damnateur",  l amort,  i l  eonstatation  Albert.  d e l a femme q u ' i l avec  q u ia d e -  l e but de l a q u i t e — c o n n a i t r e  apercu que pour  "sauveur", p u i s q u ' i l  but.  Herminien e s tcelui  de passer p a rune etape  connaissance faite,  d'Argol,  l e moyen d ' a t t e i n d r e  "l'extase".  le  s e s epau-  du Graal.  teinte  ou  Her-  c e p r e m i e r roman  du mythe  faudrait  l apartie  En e f f e t ,  l e sp e r s o n n a g e s  fortas,  Ainsi  sa premiere version  brievement  tation",  et  defaillance  8  Le  d'en  puissante  indique idee  une se  fois revele  d'atteindre c a rl a con-  comme e t a p e  qu'expriment  ne-  e l a i -  33  rement  ces mots  d'Andre  ombre v e n e n e u s e , ce  qu'ecrivait  vient  done  Amfortas dry:  a  l'Avis  l a mort.  roman  de  Seul  Gracq, au  l e s moyens  employes  l e nouveau  De  un  Ayant  atteint  bert,  condamne  en  . ton a  cette version  charnellement  de  l a v i e  d'une purete"  perdu—symbole c'est  atteint  sa  de  totale  v i e .  par l a  Kun-  spirituelle, pou-  Dans  l e  connais-  l e b u t de  demoniaques,  mythe,  l a connaissance a mort,  Itre  contraire,  de  .  Conformement  lecteur,  a l a perte  etant  Perceval  c e t t e v e r s i o n du  ^  .  Dans l a l e g e n d e m e d i e v a l e  qu'Albert  e  1  charnel  pour a v o i r connu  equivalait  charnelle d*H ide  priver  au  1'oppose du mythe.  reconquerir l e "tresor"  sance mais  Gracq dans  cette perte  premier  "amour  t o n ombre m o r t e l l e " .  perdait l e Graal  c'est-a-dire vait  Breton:  l a mort  l a  quete;  viendra  conqulte. G a l a a d e s t en  par des  e s t done  effet  absent.  moyens demoniaques, A l -  l e Galaad  "noir".  34  Chapitre  •^Richard 2  J .  5  I b i d .  4  I b i d .  5  I b i d .  6  I b i d .  7  p.l7.  Wagner,  Gracq, Au  I—NOTES  Parsifal,  Chateau  p.442.  d*Argol.  p.15  p.16. 9  l b i d . p . l 8 .  1  0  n  p . 4 1 .  1 2  p.60.  1 3  p.46.  1 4 ^p . b o«. 1  p.41.  5  * I b i d . 6  p.44.  1 7  18 1  p.lb.  p.43.  9  20^ , p.65. 2 1  p.43-  2 2  p.44.  2  ^Andre  2 4  2  R.  ^ J .  Breton,  Wagner,  L'Amour  p.438.  Gracq, p.56.  Fou. p.50.  35.  J.  Gracq,  p.58.  p.57. 2 8  p.59.  2 9  p.60.  5° .46. P  P.72.  5 1  •^ J. 2  Gracq,  ^ P a r s i f a l , ^ Au 4  5  I b i d ,  3  6  I b i d .  p.24.  5 9  p.25.  4 0  p.26.  4 1  p.27.  2  p.34.  p.444. p.21.  p.20.  p. 21  3 8  4  Breton,  Ghateau d*Argol.  5  37  Andre  I b i d .  4 3  P.30.  4 4  p.34.  45 •^A.  Breton,  Limites,  p.209.  Ghateau  d'Argol.  p.109.  4  6  A u  4  7  I b i d , A.  4  9  p.108.  P a u p h i l e t , Le  I b i d ,  Legs  du  Moyen-Age.  p.206  50 ^ A u  Ghateau  d'Argol.  J.L. Leutrat, Gracq. •Ibid, p.122.  52,  p.55• p.42.  p.l95<  36  ^Au  d ' A r g o l . p.137.  Chateau  5  4  I b i d ,  p.138.  5  5  I b i d ,  p.149.  5  6  I b i d ,  p.158.  5  7  I b i d ,  p.63.  A.Breton,  J  5  9  Au  6  0  Ibid,  Nad .la. p.23. p.105.  Chateau d'Argol.  p.109.  6l J u l i e n Gracq. y f a i t a l l u s i o n d a n s s o n e t u d e s u r A . B r e t o n : " . . . 1'imminence de l a t r o u v a i l l e 'bouleversante' d u secret des s e c r e t s " , " l e sentiment debordant, veeu, de l a miraculeuse possibilite". J .Gracq, A. B r e t o n , pp.103, 104• ^ J . Gracq semble r e p r e n d r e l a , l ' i d e e p r e c o n i s e e p a r A. B r e ton: " l e s deux i n d i v i d u s q u i marchent l ' u n pres de l ' a u t r e , c o n s t i t u e n t u n e seule machine a i n f l u e n c e amorcee". A. B r e t o n , L'Amour F o u . p.47. 2  6  ^Au  Chateau d'Argol.  64,I b i d , h  p.62  f  655. 66  6  7  p.60.  if.  Carrouges,  Au  Chateau  I b i d ,  p.66.  Andre  d'Argol. ,  x  Breton.  . . , p.290.  p.66, •  rr  68  p.66. 70 Pp..6643 .. 6 9  p.64.  I  7 1p. . 8 1 .  7 2  7 3  p.88.  Id. p.89. I ' a p p a r i t i o n d'Heide j a i l l i s s a n t d e l'ecume d el a m e r p e u t S t r e a s s o c i e e a. l a n a i s s a n c e d e V e n u s , a s s o c i a t i o n d'autant p l u s probable queGracq connait parfaitement l'oeuvre de Wagner.  37.  1  5  A u  7  6  I b i d ,  1  p.90.  p.91.  p.92.  8  p.l01.  7 9  p.l02.  8 0  p.89.  8 1  8  d Argol,  p.93.  7 7  7  Oh&teau  p . l l l .  2  p.ll2.  8 5  p.H9.  8 4  8  I b i d .  5  p.l26.  8 6  p.l30.  8 7  p.l32.  8 8  8 9  9  p.l33-  °Ibid.  p.l34.  9 1  9 2  9 3  9  P  .138.  p.l58.  Vl6l. p.l49.  l 9 5  p.l68.  9 6  9 7  9 8  p.l69. p.l73.  99  -m  N  OU«J n o u v o n s v o i r  pla^Sit'US^—at  1st a u s s i d'une  escalader. 1  0  0  A n  flhftteau  d * A r g o l t p.174.  une  hauteur  allusion que  a  Wagner,  Siegfried  doit  38  1  Q  1  A u  Chateau d'Argol,  1  0  2  I b i d ,  1  0  5  P.175.  1  0  4  p . l 7 6 .  1  0  5  P.177.  1  0  6  p . l 8 1 .  1  0  7  p . l 8 2 .  1  0  8  1  Q  9  I b i d . L Amour t  Fou.  p.109.  p.137.  - C H A P I T R E  Un  Beau  SEC  Tenebreux  L'hostie  noire.  0 0 -  39.  Un teau  Beau  Tenebreux.  d'Argol,  rard.  Les  qu'il  s'ouvre  deux  l u i soit  Gerard  pas  legendes  qu'Albert,  nait)  personne".  laquelle  pur  i  n'y  vacances  sur  cependant  a)  etapes:  puis  celle,  trouve  Allan  salvage  par  y  dans l e i  et  ly  a  de  Gerard qui  l e  faire?  et  faire" fois  evidence  peu  cas  sans  de  par  celle  du  breve",  long  Gerard  voyage".  a  a  promenade dirig£e p a r  Allan  d'Argol,  par  A l b e r t guide  sans et  a)  de  celle  Herminien  (conquestion  parait  par  I I  A  qu'il  se  Bretagne,  du  voyage,  de  guide  l u i se  vers  atteint  s'agisse  f i t ,  dans  en  qui.l'a-  c&te  s'agit  ses  semble  fasse en  similitude  jusqu'a  etre  Bretagne.  importante,  que  du  passer  l e conduit  qu'il  doute  qui  d'aller  seul.  Bien  des  echoue  derniere partie  1'impression  I I y  et  une  Plcheur, Gerard  sous l a p r o t e c t i o n d ' A l l a n .  "route  y  Comme P e r c e v a l Roi  encore.  peut-etre?  "voyage"  qui  Cette  Encore  Gerard  l ' a c c o m p l i t pas  l e s directives  l a  sans  ( i l ) ne  l e hasard  l e  Ge-  c a r a c t e r e ambigu  l a plus  "conduit".  de  Wagner  ou  " ( i l  l e  et  Gerard  doute  Cha-  Parsifal  reposer  frequentee  Roscaer. ne  oisive  que  en  a  de  Au  celui  s'appliquent  S'y  d'abord  c'est  voyage,  repondre.  une  apres  l e s vraies raisons  v i l l e  l a decision prise  chateau  d'ailleurs,  mis  ans  l e heros  connait  Encore  cette plage  que  deux  mene au  Itre  de  que  v i e n t - i l  saurait  " ( i l  semble  responsable  tres  lne  l u i ,  Que  1  un  repondre,  "cette petite  desoeuvrement".  voyage  caer  a  sur  sept  etaient posees  ou  moyen-aigeuses, ne  conduit  D'apres  qui  p o s s i b l e d'y  plus  publie  l u i aussi  questions  l'ont  a  roman  MontRos-  d'une  "d'un  long,  entre  cette  Au  l a Chapelle  Chateau des  40  Abimes. Comme d a n s r a r d — q u i bert l e  apparait  etait  n'est  Qui est-il?  1'identite  etude  c'est  qu'il  a habite  Perceval,d'apres cances  car  i  Qu'il  l emaille  ques"  dans  heros.  vigoureux" golf.  des a  q u iaime  de noter:  i  pu (s')en traits  cela  guider,  ou i  natal  passait  main-  vraisemblable,  de "taiga",  I Ia  de  ses v a -  lse trouve  semble  de souvenirs  "jon-  egalement  en Allemagne.  comme u n s p o r t i f l amarche,  parPoint  e c r i t - i l ,  de suivre Nous  retrouvons  done cette  et i  de  e s t im(s')a-  ln'a " j a -  l a encore tendance  de r e s i s t a n c e  et  e tl e  qu'il  l e "besoin  un sillage"  a ne p a s opposer  "fort  l e tennis  de son caractere  c a r a c t e r i s t i q u e s de Perceval:  se l a i s s e r  a  de d e s c r i p t i o n physique d e t a i l l e e  l eprouve,  4  d'avenir",  q u itravaille  et qu'il  australien".  un aspect  defaire".  Ce  qu'il  l aL o i r e , pays  a celle  simplement  derriere un autre,  arrive a savoir  de  i n d i c a t i o n s u r s a jeunesse,  voyage,  l anatation,  signale  d'Albert.  eteprisonnier  version  I Iapparait  Gerard  portant  mais  cette  que c e l l e  ironiquement,  semblables  e t mime  connaissance d i f f i c i l e  versions,  ou "scrubb  qu'Al-  i c i c'est p a r  universitaire plein  ses impressions  a l aguerre  question  briter  certaines  alors  plus  son enfance  a i t beaucoup  asiatiques  ticipe  du  que l'on  L a seule  dans  s u rdes plages  tenant.  homme  lui-mlme  s u rRimbaud.  mais  faisons  I I e s t encore  du jeune  l se qualifie  pages;  que nous  d'un e c r i v a i n , "jeune  comme i  P e r c e v a l — i c i Ge-  au " i l " impersonnel,  que p a r reeoupements  s'agit  une  grace  c'est  premieres  de s o n j o u r n a l  Gerard.  connaitre  des les  presente  truchement  avec  l e roman p r e c e d e n t ,  un innee  aux sug-  41  gestions  qui l u i sont  sard—ou  une  appele  a  j o u e r dans  prenom  de  tion  qui  Gerard  avec  par  Si  nous  a  plausible en  dans  par  ha-  choisi  l a seule  v i e i l  haut-allemand, a  ce  explica-  rapprochement  possible  atmosphere-de des  sa  son  ombre.  sous  En  ses  d'etre  de  ce  Gerhart,  l a fameuse  Mais  l a force  e t de  l a l e t t r e  d'enfance de  lance  jeune  a  romantique",  toujours existe  demeure cours  de  secret,  pourtant  par  i l a Sous  moins  s a v i e n'a  i  des  toujours ses  tout a pu  impenetrable.  l a fois",^  ceux  l a v i e , vers  "lucide".  l'aisance  expli-  l e p o u v o i r d' " e n s o r c e l e r "  totalement  Itre  pas  dernier.  prince  Et  au  est  d'Allan,  ce  formes".  personne  "eonnaitre" Allan,  i l n'en  demesurees v e r s  " v o l c a n i q u e s " , i l n'en  "equilibre".  de  l u i ont  sauvages,  toutes  ami  a  complete  cour  jeunesse  precise, Grace  Gregory,  parences  de  a - t - i l  du  e s t peu  l e pouvoir  de  l e  vient  d'Allan-Amfortas.  violentes,  p l a i s i r  Gerard  conserve  ter  Gracq  Perceval?  biographie presque  "une  vivent  de  Gerard  possede"  "poussees le  a  avons une  Allan qui  celle  donnee  dans  nouveau  lance; allusion  l'identite  Sieve  son  que  comme c e l l e d ' A l l a n — e s t  Pourquoi  correspondant  forte  1'importance  Perceval.  meme d e  cative  pour  D'ou  dominante  sa v i e .  a i t paru  son  signifie  portee  de  personnalite  q u i nous  prenom  faites.  la p p a r a i t a  se  apfait van-  "Image Gerard  7 tel  un  "prince",  donne n ' e e l a i r e son  origine  les  liens  en  roi".  guere  ce  bretonne,  Le  cdte  nom  d ' A l l a n que  personnage.  l'auteur veut—il  q u i l e r a t t a c h e n t aux  evidence Au  "un  l e personnage d ' A l l a n se  de tient  ces  Gracq  Soulignant rendre  legendes legendes  simplement  plus  celtiques qu'il  Dolores-Kundry.  l u i a  sensible et  mettre  represente? D ' e l l e nous  ne  42.  saurohs  que peu de choses.  i l  semble  que toute  Et  cependant  A  chaque  1'attention  ce caractere-meme  n'est  parle  lement  comme v a e i l l a n t e a l a c i m e  rigine  d e s a compagne A l l a n n ' a r i e n  amene  ces trois  munaute  d'eux  tout  mythique Une du  Graal  tere  celle  Irene. meme:  Henri  en q u il ' o n  Faisant  l e pendant Jacques:  alors  ne saurait  ce second  pourrait voir  ouvrage,  graviter  l aseule  que l e s  saillante  Itre  avant  signification Graal.  tant  leurs  de ce  e s tcelle  e t s o n r 6 l e dans accessoire.  l e double  de  couple n'est  charnel  l e fait  1'in-  Apres  pas l e  de  " l a Ghristel.  a Ghristel,  se trouveront  elle,  Henri-  l e p a s s u r s a femme,  en e f f e t  carac-  l'arrivee d'Allan.  d'importance  comme I r e n e  autour  chevaliers  e s tdepourvu  se s i t u e l e jeune  l e u r degre  deux  deraeurent  a. c e v o y a g e .  de l'anonymat  l e groupe  definitivement  tous  Dolores,  des chevaliers du  de r o i , princesse,  a Henri,  de  les motifs q u i  a fait  dont  La figure l aplus  l a encore  femme",  trouve  que c e l l e  hierarchique,  prend  Dans  c a r1'auteur  q u id o m i n a i t  Sur l ' o -  meme p a s a  ce prenom  etrange.  d'Argol.  cependant:  q u iv a s e n o u e r  Mais  dire,  8  e s s e n t i e l s s e r e d u i s a i t l a com-  se contenter  e s tf i l l e  1'echelon  voulu  ont pousse  v a r i a i e n t peu, ce groupe-ci  aussi  trigue dans  s'impose  d'uniformite.  falaise".  Meme  de personnages titre  semblaient  Christel, E l l e  autrement,  un groupe  remarque  figures  personnages  ne saurait  irreparable et perpetuel-  semble  qu'ils  e l e c t i v e du chateau  en e s ttout  d'etrangete:  r o y a l " a. l ' H d t e l d e s V a g u e s  que ceux  apparait  s u r s a beaute.  p a s denue  d'une  d'enfance.  souffrante,  ce "couple  tenebreux A  i l  s o n compagnon  nom d e v i e r g e  aussi  "beaute  x  Gregory,  ont  d'une  qu'elle  se concentre  Gerard  ce  en e f f e t  fois  " d u mime  se  43.  c&te ter  de l a b a r r i c a d e " . l e sprenoms  te:  Ghristel  I I estd'ailleurs  q u e G-racq a d o n n e s  l a chretienne,  aux antipodes de Heide  Irene,  d'apres  Henri,  celui  plante.  Enfin  tranche  entre  d'ailleurs  " l a petite  du l i v r e  Pour  d'ailleurs  d'un "prophete b i b l i q u e  bleu";  q u i sup-  q u i s'en r e -  Gregory, dont  de s u r v e i l l a n t .  croix  "oiseau  celui  membre d e c e g r o u p e ,  evoluera  rio-  precedent;  comme  et Jacques  volontairement,  de ce d e r n i e r celle  l a paxenne  sa maison,  l e dernier  synonyme de v e i l l e u r , nalite  q u iporte  l e nom d e c e p a s s e r e a u connu  q u idirige  de  a u x meinbres d e l a communau-  celle  d'or",  interessant  l e nom e s t  Gerard, l a person-  selon  familier  l e s evenements  des  fantCmes" ^ 1  11 et  celle  sans  d'un "m^teque d e h a u t  doute  "designe"  et pourtant dont et estu n ia  chaque  chacun  qu'avec  une troupe q u ia u r a i t  baptlme  du  Nous de  deux  nouveau et  plus  avions releve  chateaux. devant  dans  recu  avec  bien  une d u p l i c a t i o n  de hasard"'  e t e en quelque  p a r " l e s mimes  en mime  temps  sorte  liens  que ( l u i ) l e  1'intention  d'un  premier chateau, i l  mais  d'une  "idee  bien  que Gracq l e site  y  a  Roi-Plcheur,  ce sujet cree un  semble deuxieme  d e s evenements l e s  lorsque  nous  son  i n t r i -  parlons  p a s v r a i m e n t d'un chateau,  I c i en e f f e t  l i e u . — I I  a  du  peut-ltre—de  cependant:  ne s'agit  de chateau".  q u i v a en t e n i r  formul.ee a  troublants  s'impose  trouvions  de l a forteresse  d'en f a i r e  l e sp l u s  d'Argol l a presence  que nous nous  avions deja  I I parait  Une p r e c i s i o n  Vagues  des autres  Au Ohateau  I I semble  marquants—et  gue.  membre a  groupe  1  plausible.  chateau  "Petit  feu". ^  l ' h y p o t h e s e que nous  encore  vol".  a dans  c'est  l'HStel  l e nom l u i - m l m e  des toute  44  une  resonance,  jours ete II  un  sans  en  des  de  cela  effet  ce  le que  par  point eu  effet  nappe  fortas,  de  Perceval  disciples.  lant  ou De  disparu, des  se  -1  l e  i  de  festin,  que  note  dans  " . . . nu,  silence qui  de  l a  plus  piece  a  l a grande  Montsalvage  toute  dans  "vide  une  semble i c i  salle  vie  oppressant". " l e bois  de  17  et  vie  cesse  I I  pins  ses  semblait  peu .  Am-  de  Christ  journal 1'aspect toute  attente",  rassembla  l e  son  tout  Eemar-  Tout qui  sera  superieurs,  soiree.  lourde".  l l a  e s c a l i e r " . ^  I I y  haute,  4  "noblesse",  etages  Cene?  cette  de  cette  partagerent  vide  regne  les  cet  autres. i  grand  dont  .  dire)"."*"  comme l e s  d'un  t e l celui  soudain  d'un  .  ld e c r i t l a piece:  c h e v a l i e r s dans celui  .  l e  caractere  vers  solennite  qu'autour  Gerard  proche de  .  accueil.  un  signale sans  o i -  de  1'HStel,  t e l celui  qui  regnait  dans  l a  foret  Montsalvage.  Quant Roscaer,  Henri  hdtel, te  pas  sojourner.  salle-a-manger,  depart  repas,  "1'argenterie  encore mime  de  venir  puis pas  d'un  d'Allan  d'"une  les  je  "incongru(e)  point  d'y  vague  soit  tou-  Q  seaux", autour  et  alentours:  egalement  ne  termes  un  ce  d e c r i t sa  f a i t  quels  pour  \ completement  paysage  .  represente  a p p e l l a t i o n n'a  decision  plait,  l e dernier  que  dans  du  l a mer, cette  .  h&tel  depart  l i e u  prepare  Mpntsalvage,  avoir  me  exemple,  immaculee",  6±e  avoir  nom  cet  f r o i d e " , empreinte  "la  ".  l a presence  dans l'image en  sa  Gregory:  l a l'image  qu'aura  quons  l'eau,  " s i n g u l i e r e " , empreinte  voir  siege,  apres  et  en  a (ahl  attribue a  Paut-il l e  effet  Gerard,  qualifie qu'il  Gracq  1'Au-Dela.—D'ailleurs  Vagues  semble  Lorsque  pour  i n f l u e n c e r A l l a n dans  ecrit  Hdtel II  peu  car  on  au y  deuxieme  chateau,  a r r i v e par  une  un  route  vrai qui  chateau  cette  "s'eleve",  fois,  apres  avoir  45.  traverse sion se  une f o r l t  d'approcher  croit"  eloigne ^  teau  ce qui, f e u i l l e  d'une maniere  ce chateau  La f o r l t  9  etrange  ou branche,  Gracq  e s tetrange,  triste".  s y m b o l i s e r dans  e t l e ciel  Gerard.  I Il evoit  " ( s ' e n v o l a n t ) aucdessus  a travers  l e s temps  tous  toute  . . .  Perceval,  La  du  i  cha-  situation  (d'un)  etang  l semble  l e b u t d el a ce l i e n  L'edifice  une s i g n i f i c a t i o n  de  murailles  totale,  de ce f a i t  ainsi  etonnes  ce ch&teau  lointain.  on  et s'inqui-  L a encore  de l aconnaissance  franchie  t  e t Gerard.  acquiert  gnant  bouge  que l e s hautes  1'impres-  e t calme  "a l af o i s au creux 21 %  du ciel  a i t voulu  morte  l e s yeux  apparaissent a Allan  l arecherche  terre  devant  soudaine  e t s u rl e b o r d  quite,  a Gerard  r  de Roscaer  mort  l a  d'un royaume  Comme M o n t s a l v a g e  c'est  que  au bord  d e legende"."'"  20  ete".  de  "un pays  soudain  de tout  " d e s e r t e e " , ce q u idonne  entre  ainsi  situe  speciale  pour  d e s ages",  cesautres  r e j o i -  "hauts  lieux"  op  baignes Argol,  Gracq  ?eut-il le  nom  ainsi,  deux,  comme  q u ie x i s t e  Allan  d'un a u t r e  pour  s ' a g i t - i l  e n t r e l'homme  r o i d e Rosea'er,  un  Comme  en  avec  vers l e s l e -  de mettre  e t l e chateau,  comme A m f o r t a s  Roscaer.  connecxiGn  du lecteur i c i  pour  nom b r e t o n :  suggere  1'attention  ou b i e n  monde".  ce chateau  nous 1'avons  ramener  celtiques,  lien  lumiere  a choisi  d'Allan,  gendes le  une  "dans  en  evidence  bretons  1'etait  tous  de Mont-  salvage? Le roman  theme  de 1'attente q u itenait  precedent  joue  aussi  semble  que 1'atmosphere  plut&t  une atmosphere  mille  petites  un r&le  q u iregne  une telle  important au debut  p l a c e dans l e  i c i .  Mais i  de ce l i v r e  dt'ennui que d ' a t t e n t e .  occupations auxquelles se l i v r e  En effet  l  soit l e s  l e groupe d ' e s -  46  tivants qui  n'ont  se traine.  formera cise qui l a  pour  cette  dont sont  forme  lentes,  Seule  l'arrivee  quasi-somnolence  l abase  essentielle  l e s plus receptifs, d'une  en une s o r t e d'attente  impre-  e s tl a c u r i o s i t e . ce sentiment  de f i e v r e  groupe  TJne " e x c i t a t i o n  nerveuse.  qui  b r u l e a u x pommettes d e s f i e v r e u x " . ^  session (ils  de toute  lsemble  chose.  prolongent)  du b a l i  surl e s  carnation malsaine  l regne  ces periodes  que l al e t h a r g i e  "Hors l a s a i s o n , hors  . . . une d e r i v e molle  visa-  e t changeante  Apres  2  i  plus v i o -  detendue",  mettant  "ce rose  nerveuse,  sous  fievreuse et excessive.  ges  d'agitation  ceux  se manifeste  A l av e i l l e  l e s possede,  plus v i f , cette  Pour  traverse de crises  une atmosphere  anxieuse"  l e temps trans-  q u id ' o r d i n a i r e c a u s a l t une " j o i e  l e petit  a passer  d'Allan e t de Dolores  sorte de malaise,  de poussees  travesti parmi  but veritable'que d'aider  reprenne  d u temps  au f i l  pos. . .  des jours, une  OA  attente  aveugle".  l e s journees  s'ecoulent,  * vides,  de plus  poussee  en p l u s  de f i e v r e  dissiper  jusque  la.l e s avait  v e i l .  I'attente devient  chose tous  va se passer. ont laisse Si  nous  de C h r i s t e l  le  sentiment  celui  . .  "passer  avons  et  reunis"  d'attente  de l e u r s  Quelque  jusqu'a  comme f a i s a n t  " l a quietude  chose et i  partie  Certes  de son sejour.  meme:  differe  mais eux tard.  de  c'est  Gerard  parce  totalement  a eprouve  A plusieurs  l e r e quelque  trop  de p a r l e r  du groupe,  Gerard  c'est  passe,  le s td e j a  present  q u i e s tl e l e u r  compagnons.  encore  s'est  une autre  malsaine q u i  inquietude, peur  1'heure"  evite  Brusquement  e t une f o i s  alors  en plus  25  inoceupees".  vient  de plus  que de  l u i aussi  de  1'ennui  au debut  reprises, i  le  signale  c o m m e u n e d e s r a i s o n s q u i d e v r a i e n t l e d e c i d e r a.  l  47.  partir.  Mais  a ce sentiment  Pour l u i tout malefique"  "quelque  chose  a "parfois 1'impression  de r i v e r  eveille".  cari l  quoi r e c u l e - t - i l  " l e coeur p r l t  toujours son depart?  5ant son a r r i v e e .  du  ainsi  q u ' i l prsnd  d'Herminien  inexplicable.  ce q u i l ' e n t o u r e d o i t a v o i r  Pourquoi se s e n t - i l  d'esprit  se m i l e un malaise  a crever"  que dans l e l i v r e  parvenait a Albert  sans  et pour-  C'est dans c e t e t a t  connaissance de l a l e t t r e  Alors  de  d'Allan  precedent  intermediaire,  annon-  l amissive  ici  l a venue  Sauveur-Damnateur e s t annoncee a Gerard p a r l e "prophete"  Gregory.  Et cela  suffit  pour  d e c i d e r Gerard a r e s t e r ,  afin pq  de  satisfaire  le  premier regard jete  qu'il  nant  dormir ".^—On  qu'a  e t s a compagne, G e r a r d  demain se l e v e r a  "absorbe"  (son)sommeil""^  c e moment G e r a r d  tant  Gerard  et l u i apparait  a ces  chose  de  e t maintenant  s'agit  se surprend) presque  se trame  qu'il  tranquillite dis"force"  en r i v e .  moment o u , n e p o u v a n t  . . . s a n s i l  a souhaiter,  Sa n e r v o s i t e  question a Allan.  cette  doch  mime."jus-  A partir  s e r a i n c a p a b l e de c o n n a i t r e l e repos.  s e n t que "quelque  sequences".^-^  l'aube—mainte-  i h r — S h l a f h u t e r mitsammen—so waeht 1  quoi i l  l'attente  pense a l ' o u v e r t u r e de P a r s i f a l ,  am M o r g e n " . ^ — M a i s b i e n v i t e Allan  sait  a u d e r n i e r roman d e G r a c q , Un B a l c o n en F o r l t :  Hoi Waldhuter  parait.  Des  e t c ' e s t l a que commencera v r a i m e n t  "Divine insouciance:  mindest  curiosite".  l ' a t t e n t e de ce q u ' A l l a n a a l u i d i r e ,  mots en exergue "Hei  (et) inexplicable  sur Allan  ne p a r t i r a p l u s ;  son a t t e n t e , pure,  s a "brusque  de I I  s a v o i r au  a t t e n d "un evenement  juste qu'(il  q u e l l e s qu'en s o i e n t l e s con-  s ' a c c r o i t de j o u r  en j o u r  jusqu'au  p l u s a t t e n d r e , i l se decide a poser " l a "  L a reponse  q u ' i l y r e c o i t ne f a i t  d'ailleurs  48  qu'augmenter culminant se  rait a  lors  produira  groupe,  son  en  de 1  l a  d'enervement soiree  evenement  tant  jouer  refuse  "1  etat  que  d'autre  d'operer  1 1  ,  du i  bal  l n'y  spectateur, r6le  l a  que  qui  a t t e i n d r a son  costume.  a s s i s t e r a que  redevenu  celui  conjonction  Mais  de de  celui  lorsque  parmi qui  forces  a  l e  ne  "confident",-^" ses  point  sau-  car i  l  celles  d'Al-  lan. L'attente celle  de  Gerard  pas  question  est  bien  Et  corps  "obsession l i b r e  tromper  des  sa  des  mille  "des  verserait  son  combler  autre  attente,  ra  r§ve q u ' e l l e  et  8  moment  l a  en  de  plus  ou. c e t t e n'est  mort  attente?  sans  rien  C'est  de  son  debut r 6 l e de  que  de  d'un  elle vague  de  enorme  se  d e l i r a n t e , un  vague va d'autre  vient les  envahi  en  enfin done  ce  que  a i t  attente  des  detenir  sans  qui  en  t r a -  quelque d'une  symbolise-  vagues  elle,  elle  homes";^  comprend  l e  d'ex-  extraordinai-  precipite vers espoir  et  a. R o s c a e r :  par  l a n u i t — n u i t du  semble  s'en  d'abord,  chemins  Comment, d a n s l a r e a l i t e ,  Allan qui  a  "minutes  "bolide"  l'engloutir, elle que  des  C'est  "une  et  Elle  1'attente  1'excursion  connait  l n'est  enchanteresse  elle  theatre  i  de  sejour.  dimanche  d'Allan  encore.  lors  son  attente du  elle  elle  l a vie  ouvrir pour  anxieuse  joie  du  differente  princesse  chez  Attente  t h e a t r e " , ^  raconte  doute.  au  l semble  et  extase,  d'"une  Pour  L'arrivee  7  aussi  groupe.  sortilege",  voeu  lorsqu'une  saisie  vague  i  dans 1'avantiseene  furieuses,  est  jouer  possibles,  coups  sorte  re";-^  a  un  c i e l . ^  du  1'ennui  jeunesse.  par  ce  G h r i s t e l est  celle  d'ailleurs  ception",  placee  de  occupee  defendue  l e  connait  que  de  trop  amuser. pris  que  que"  9  cette  tombeau, n u i t c o m b l e r une secret;  au  de telle  i l , e s t  49  pres  de Ohristel  Elle  voit  en l u i " l e v ! h i c u l e ,  velation", Gerard que  ne  de "certaine  l'attente  l a jeune  leurs  "comme l a p r o x i m i t e  pure  f i l l e  forces,  de l a i s s e r  c'est parce  final  l'enigme  damnateur.  que tous  Des  sa jeunesse l'idee  une  etrange fascination".  l a  "derniere  peripetie", ^  orient! vers cette  ses  jours.  force", ele  4  4  Mais i l  comme A l l a n  de ce probleme  dans  l a "case  mecanisme s'agit Gerard,  ce "point"  certain  levier  se  refere  sans  compte  particulierement Celle-ci  apparait.  de rechercher,  C'est  ou encore  dans  exercer sur (Allan)  de c e q u i e s tpour  epineux une f o i s done  i l  de Breton dans  notion  de " l e v i e r " ,  de premiere  cachee  decouverte, l e case-mime  qu'il  l e d i t lui-meme se decouvre,  s u r ( l e monde)", ^ 4  surrealiste  le les  p r e m i e r roman, regions  suite  s o n Deuxieme M a n i f e s t e .  elle  nous  l a femme  superieures;  de l ad e c l a r a t i o n  rappelle  a un  I c i Gracq  e t a l a decla-  d'Allan,  precisee  ou i l  Quant a . l a  l e rSle  servant de p i e r r e  association  a  va consacrer  4.6 ration  tous  inquisiteur  se trouvait  cette  "d'ou tout  a l adoctrine  l a mort.  q u e , comme a u x e c h e c s , l a  comme i l  1'esprit  q u idonne p r i s e doute  va apporter a  e s tu n " s o l u t i o n n i s t e  rendu  critique".  complet  "semblait  recherche a laquelle  s'est vlte  attendu se r e -  de l av i e , son e s p r i t  4  ete  destructrice.  qu'il  M i s en face  de  decide de  ne se r e n c o n t r e que dans  de l amort  pour  pas parce  lui-meme  l e sauveur  Car l a solution  se posent  comme  operer l aconjonction  a son oeuvre  d'Argol.  elle  ce n'est  que l e damnateur  Comme d a n s A u C h a t e a u aussi  pas,  voyage".  de certaine r e -  S i pour  4 1  ne se r e a l i s e  pas mettre l e point  vele  l e messager"  promesse".  refuse  d'un grand  d'Heide  dans  de touche  vers  encore  par l a  rapproche l aterre  de  50.  l a  femme,  maniere:  dont  l emystere  dans  Argol,  A l oppose  pourrait  Herminien  d ' A l b e r t dans  1  Itre  v i o l a i t  une riche  curiosite  d e l a meme  en effet  Au Chateau A  tait  force  Heide.  d'Argol. q u i "por-  T  aux mythes",  Allan  e s t " u n homme  4.8 pour  q u il e mythe  satisfaire aussi II  d'une  posseder  faut  n'a pas de sens". solution  " l a verity  que semblable  dissoudre,  I Ine saurait  intellectuelle. dans  u n e ame  done s e  I Il u ifaut  a. l u i  e t dans un corps".  a. u n e f l a m i n e c e t t e  verity  puisse "(le)  (le) fondre  e t ( l e ) repandre,  leger,  fluide  Peu importe  alors  puisse s'ensuivre.  comme  4-9 l ' a i r " . Car et  celui i l  q u ia  "choisi"  s a mort  a ainsi  e s t "prdt  a. t o u t " ;  i l  "tout  lucide,  ( i l  saurait  ( l u i ) echapper".  La  peut  Mais  i l  sonne l'Heure.  decouverte,  faut  l e faire  Dans l al e t t r e  a. G r e g o r y ,  Allan  au bord 51 l a touabje".  mentionne  i l  de  Que s i g n i f i e  S'agit-il  cedent  souvent  vie?  C'est  rard,  une f o i s  cette  qu'il  cette  plage bretonne % 53 septieme jour". Mais sent  cette  pas tout  v i s i t e  hypothese  croira  annonce  que penchera  pour  quelques  possede  l an a t u r e .  q u ipre-  l e cours plus  Allan. Allan  s av e -  " l a tranquillite i brusque, immoti-  affecter  "connaltre"  e s ten effet  c l equ'Allan  d'abord  q u iv o n t  ne  lorsque  d'une de c e s p e r i o d e s de r e t r a i t e  l e sdecisions  vers  i l  chance  qu'a. s ' e n  " ( a ) a. p a s s e r  l u i faut  "cette  plus  requis,  p a rlaquelle  de l amer", q u ' i l  "Bntierement  "Aucune  ne reste  qu'il  son destin  faire".  a u moment  semaines  vee"?  scelle  e s t )entierement disponible".  c l eune f o i s  servir.  nue  que l amort  d'une Ge-  tard  D'apres  " l ed e c o r  l u i , du  l e s autres n'en conais-  Le nouvel  arrivant e s t  51.  d'emblee  devenu  leur  "dieu".  a-manger de l ' h d t e l , compris l u i  que c ' e t a i t  q u idetient  charme". i l s  disent  presque  le  tous. II  fait  qui  l'(a)  Chez  pas, bien  Gerard,  de  Dolores  son  complice  8  fait  revivre  accessible  c'etait  comme l e f a i t  bien  a cette  regner  que l'ange,  fascination  autour  d'eux  l e ressentir. n i ce q u i  ce frdlement  d'aile  en f a i r e  offerte,  mais  mime  Herminien-Albert).  c'est  Allan,  q u ic o n d u i t C'est  d'atteindre  l aterre  s'est  que ce der-  son confident,  son secret.  l edesir  1'attraction.  d'ailleurs  haut,  c'etait  son interlt  l e casdu couple plus  explicitee  royal",  subi  tout  I I semble  a partager  en Gerard  une f o i s  au debut  partie,  mentionne  e t pourtant  "aussi  Du " c o u p l e  e t non l e "plcheur",  e t 1'invite  lorsqu'  "designation  ambigu'e"  impalbable,  surtout  surAllan.  1'avions  "sous l e  ce sentiment  imprecise  femme u n e f o i s  d'hommes"^  semble  C'est  d e l e nommer;  echapper  en t e n t a t i o n .  (Comme  tombes  a  57  l'attente  avait  "elle".  de l'hdtel paralt  "chose  v e u i l l e non seulement  Roscaer qui  qu'il  concentre  Comme n o u s seur  ne peut  m i s en garde".  l ajeune  designe  s&r, d'ou vient  cette  se transformer  nier  puisqu'elle  l e groupe  parlent,  "profondement  e t un malaise  va  alors  mais  Personne  naitre,  / \  sont  de l u i q u ' i l s  Mime l e p r o p r i e t a i r e  l'a  Tous  " I I " , c'est  Allan,  ne sait  Mais  comme c ' e t a i t  meme p a s b e s o i n  M a l i n " . ^  qu'exerce  " l u i " ,  I l s n'ont  Gerard,  dans l a s a l l e -  en compagnie d e D o l o r e s ,  " l e " secret.  fabuleuse"  remarquer  Des son entree  5  l e "chas-  Gerard  a  encore l u i  "partout  merveilleuse,  i n -  l a terre  C Q  promise".  Mais  comment p e r c e r  ce secret,  comment  approcher  52  de  l a connaissance?  pelle  celle  minien, t-elle dans  L a encore  de l a v i s i t e  dans  se situe  d'Albert  Au Chateau d'Argol:  a. G e r a r d  l e secret  cette direction.  de  une scene  dans l a chambre v i d e l a chambre d d A l l a n  son oceupant?  D'abord  q u i r a p -  Tout  l e "caractere  d'Her-  revelera-  semble  louche  tendre  a. l ' a p -  60 proche de  de l a chambre",  celle-ci;  puis  atmosphere  rement  fre".  lettre recue date 14  toute  E n f i n deux  1'attention  c e t t e ambiance  tout  "meprise  tement?"^  4  qui,  seulement  d'une p i e c e  singulie-  "haut  ou l ' o n  q u i l e cerne,  de f e m m e — l a  seule  q u i s'of-  attirent une  qu'Allan a i t  un c a l e n d r i e r portant l a de l a v i s i t e  ou c l e i n v i s i b l e  En r e f l e c h i s s a n t a  l i e u "  et 1'angoissent:  que l a date  absurde  de  en p a r t i c u l i e r ,  son s e j o u r — e t  oetobre—alors  ao&t:  du vide  l e fascinent  p a r une main  pendant du 8  objets  de Gerard,  eerite  se rencontre  "1'impression  "l'appel irresistible  ^  violente  p  vaste",  ressent  de lumiere  q u i d'habitude  dans l a "haute montagne"; C  "1'ocean  tout  etait l e  de c e t enchan-  ce q u ' i l  a  decouvert,  Gerard  peut comprendre en q u o i c o n s i s t e ce " d e f i insuppor65 \ table" que j e t t e A l l a n : i ll u i semble que celui-ci','."a (ses) chi  c6tes,  (l')incite  q u i separe  Gerard peut  l u i Itre  vouloir?  ne  fait a  cesse  a. c e p e t i t  l a v i e de l a r a o r t " . ^  l a confirmation de  le  S ' i l  sans  donnee Allan  sait  que l e s u i v r e "devin!",  bien  sans  pourquoi  qu'il  confirmation  lui-mlme.  Mais  e s t l e chef,  s a v o i r exactement s e r a i t - i l  i r r e f l e -  I I m a n q u e m a i n t e n a n t a.  ses soupcons,  que p a r A l l a n  geste  necessaire  v a - t - i l  que  ou. i de  q u i ne  Gerard  l e s t mene. confirmer  ses pensees? Car, c'est l'approche de l a "Table" q u i s a t i s f a i t p l u s q u e l a " p a t u r e " q u ' o n y re.QOit, l e " d e s i r " p l u s  53-  que  sa  realisation.  (l'aventure)  bee  vaut  done mieux,  faim  et  qu'il  Pour tout  "Tant  encore  Christel  different,  sur  d'apres  attende  que  l e mot  des  horizons  Allan,  l'heure  que  tellectuellement.  son Le  amour  se  Gerard  en  pour  I I  reste  sur  sous un  l'emplche  cree  prononce,  sa  l a revelation.  presente  total  "bolide" a  pas  idefinis".  marquee pour  l a tentation  car  n'est  de  elle  jour  l u t t e r une  i n -  "lumiere  68 d'apocalypse" plcher  d'aller  Roscaer, f i  qu'elle  elle  s'ablmer ne  l a  crete  tige".  qu'il  mur",  Malgre  Gerard, sous  du  dans  q u i t t e pas  insupportable"  sur  voudrait  l a mer.  l u i jette,  "au  bord  a  Dolores,  a  l e  suivre  peut  dans . 1'exile  sur  l a mort,  malediction  i l  n'est  le  porteur  (lui)  pas de  fait  plus  Sa  "nature  sphere  Christel, II  y  a  Gerard  Gerard  7  nouvel  comme i  dans  l e  savoir  mais  d'Allan a  tout  astre  et  ll e montre  rive  de  Christel,  s a t e l l i t e " ce  que  qu'essaie  Bien de  tout  de  elle  qu'elle  1'aimer  "vers  l'em-  au de  et  pays  ou  non  l e  ver-  l u i donner tomber  sache  serait  " l i e " prlte  inconnu dont 70 l u i rappelle". Pour elle,  s i oui  ce  "del u i  doit  le  a  elle  decouvrir  "ce  qui  Henri  celui  doit  a  suivre  travers l u i  1  et  l a presence  de  de  message,  signe".  Apres l e  question  et  aupres  Marguerite,  !  une  resister  precipice", "defiant  s'empecher  jusque  voudrait  l a promenade  "(sautant)  Mephistophe'les.  ne  de  pouvant  l'aide, l a protection  de  elle  du  elle  Lors  A l l a n ne  t e l Valentin veillant  1'emprise  retenir;  et  ce  qu'il  naturellement i  l s'essaie  lors  persistant  l a representation  tout  est  de  qu'il  symbolique  de  ce  avec l u i .  attiree  dans  rejoindre Allan  l a promenade f a i t  "ressent"  apporte  ete a  qui  et  qu'il  qu Allan 1  a  l a et  Roscaer. decrit est  a  pour  54  l u i .  C'est  Allan,  c e "demon"  q u i 1'a  "ravi  . . . surl a crete  72 de  l amontagne",  haut  plateau  q u ia  dont  les  s t e r i e u x " p o i n t forme  p a r les  ce  point  qui  s'est  plique entre  d'herbe  convergent  aussi  sans  supreme  doute  l a femme d ' H e n r i , produit:  l u i l e spectacle  reflechit  C h r i s t e l e t Irene.  en un "point  my-  de ne pas f a i r e  dont  parlait  Allan  angle  l aun  a  Gerard,  trouve.  Irene,  repulsion  de ce  l e sommet d ' u n g r a n d  I I e s timpossible  ce point  avait  lorsqu'on  devant  q u iconstitue  avec  qu'il  Pour  vagues  nuages.  rapprochement  ouvert  c'est  au l i e u  l e phenomene  d'attraction,  a l adifference Ce q u ia t t i r e  inverse  et cela s'ex-  essentielle  un Itre  existant  " p l e i n de mesure  74et  de contrdle",  * *  essentielle, reposante",  "une  75  eerebrale", qui  de " t r a n q u i l l i t e  ne saurait  "semble  attaquer  que repousser  chaque  jour  l ' l t r e  de s a v i e  "charnel,  avec  vivant"  une bonne  grace  7fi camassiere".  Des l e piquenique  l ' i r r i t a t i o n  en voyant  pour marquer  l a "difference  sa  femme.  BientSt  Henri  de se v o i r  incapable  d e compx-endre  note,  Irene  se rapprocher  et Allan  Irene  d'Allan  "coupee",  se transforme sans  ou. A l l a n  "se sont  en  en v e n i r .  quittes  ennemis".  de  entre  l u i et  "hostilite",  communication  veut  a ressenti  e t de C h r i s t e l  essentielle" q u iexiste  l ' i r r i t a t i o n  h o s t i l i t e  a Roscaer,  avec  les  autres,  Comme G e r a r d l e " I l s se  sont  77 heurtes doute gnie  comme d e u x  I t r e s d'une  une des raisons de Jacques  qui,  q u iv o n t comme  race  differente".  l apousser  elle,  semble  C'est  a rechercher  avoir  e t emis a  l a sans  l a compapart;  78 • tous deux formeront " l e p a r t i de l a r e s i s t a n c e " . . Irene deteste m a i n t e n a n t A l l a n e t n e s a i t comment r a b a i s s e r l ' o b j e t d e s a h a i n e :  79 "l'homme f a t a l , sont  l e bellatre vulgaire,  l e danseur  mondain",  les qualifieatifs qu'elle l u i attribue. Le s e u l de l abande a ne p a s e t r e t r o p a f f e c t e  v  tels  a u d£but p a r  6 l a  55  presence  son  d'Allan  e s t Jacques;  caractere-mlme.  Ghristel  un enfant",  ne d i t - e l l e  vient  sans  doute  p a s de l u i que  de  "c'est  »  et Gerard  1'Adolescent,  "simplement  cela  *  30 encore  mais  pense  complique  de son cSte  que J a c q u e s e s t  a. d e s s e i n s e l o n  l e s regies  O-l  connues".  I I a accepte,  tre  par Allan  remplace  Rosca'er, lement Irene  extraordinaire"  a l l i e , tiner sur ce  l e sautres,  pour  trouver  l u i .  "une g l n e vague,  qu'est  dans  ne presente  indecis,  Allan  s o n compagnon.  ne  "rien  L u iq u i e s t  semble  Gerard,  dans  son "innocence" de ce q u i se passe r e e l l e m e n t .  d'abord Et  dans  "se declarer"  pourtant  d'abord tion l'a  cette  "tout  qu'il  atmosphere puis  vainque  contre laquelle devine, et c'est  i l ne  tendue  se rend  de tous  u t i l i s e r — e n f i n ! — l a  pas cencores  n'est  l a derniere i l a i t jamais ce q u ' i l  specia-  d i t pour  tentation,  confirmer ses soupcons. Allan joue-t-il "deja. u n p i e d d a n s l e monde d e s d e s t i n s ,  e&tes  cependant  qu'il  Tout  ^  de  f a i t compte  qu'Allan  c l eq u ' i l  l a plus  a, A l l a n ,  un  de p i e -  mime p a s  (lui)".  eu a l u t t e r .  explique  d'Allan",  pas se douter  avec  C'est  de  de revanche,  L o r s de l a v i s i t e ,  de l a chambre d ' A l l a n ,  d'e-  influencable",  son desir 8  avec  semble-t-il,  M i m e l a p r o m e n a d e a.  une h u m i l i a t i o n " . ^  de camaraderie  vraiment  ennuye  Exclue des "partisans  en "ce garcon  q u i puisse l a soutenir  un pied  en e t r e  comme c h e f d e b a n d e .  s i etrange pour  v a done  sans  va  detient. I I faut  forte  tenta-  cela  Gerard  l u i demandant  de  sur " l e s deux tableaux", encore un pied dans l e  85 monde pres si  des chances"? de C h r i s t e l  ce rdle  l e  L'Heure tion" l e  ce r&le  en un mot, a c c e p t e r d ' a s s u r e r a u -  de messager  qu'elle  attend  de l u i , mime  depasse?  ayant  a l i e u .  couple  V a - t - i l ,  royal  ete fixee,  L e s masques apparait  D o l o r e s de r e t o u r ,  tombent  l e jour  aux a u t r e s dans  l a "declara-  du b a l costume  toute sa verite.  et A-  56.  lors et  que Gerard  Paix,  figurer  a revltu  que C h r i s t e l Atala,  a remis  du prince  sa petite  voila. que l e couple  mants  de Montmorency",  droit  du coeur  qu'Allan  l e dolman  ayant  a pretendu  "absolument  tache  pour  nous;  qu'il  maudit,  telle  Jacques  est l e seul  nisme". lan  maintenant  peut  Comme A l l a n  Christel,  l e jeune  Allan. vous  porte  veut  homme  l atentation Ou. v o u s  suivre".  8  e n "A-  costume,  de sang",  a. d e u x  cette  a l'en-  tache  c a r c'est  significations  en p u i s s a n c e ,  choque  se permettre, entrainer  enfin  a l l e z , — v o u s  l e signe  de c e t " e x h i b i t i o n e s t venu  c a rb i e n t S t  Gerard  se decide  q u i s'offre:  et aussi  du Roi-Pecheur.  s e n t e n t q u e l e moment  "tout"  partir".  poussant  Symbole  a, n e p a s I t r e  tous  apparait  de l e u r  l ab l e s s u r e i n g u e r i s s a b l e  Sn effet  Guerre  \  symbolique". l am o r t  de  au cou pour  indispensable",  86 "1'attribut  croix  tenebreux  "au cQte  . . . une large  Andre  pour  irez  i l  "va  "enlever"  a faire  "Vous  e t qu'Al-  front, r e -  seul  maintenant,  l e s a v e z — j e ne peux n i ne veux  7  i  C'est tentation, Christel, leurs  done  seul  celle cette  d'accepter visiteuse de w  r e f u s e c a ri l  qu'entoure  qu'Allan va faire  comprend  de son halo  face a sa derniere  l e don d'elle-meme  que l u i o f f r e  l a onzieme heure". enfin  que C h r i s t e l  de prochaine victime,  Allan ne  d'ail-  l'aime  qu'en  tant  que  QQ  membre d e c e t t e cdte,  Gerard  qu'Allan fait  elle  avec La  d'Allan  "societe  fait  secrete"  qu'est  l amort.  1 ' a v e u d e s o n a m o u r a, D o l o r e s , m a i s  ne peut  accepter, liee  parl epacte  De s o n pas plus  qu'elle  a  Allan.  reaction  d'Irene  e t de Dolores  devant  l a"declaration"  s e marque p a rl ed e s i r  implicite  decuple  de prou-  57  ver  toute sa v i t a l i t e .  qu'il sans de  a  definitivement  restreinte  ce  q u i se Cette  d'Allan  9  f i l e t s et  qui  etrange sa  coupe  halte  Henri perdu  parti  pour  se  laisse  se  termine  "a  ce  qui  pour  Allan,  sur Jacques,  qui figurait  toujours  jette  alors  inconscient  sur l e geste  du  symbolique i c i " .  bal travesti,  dans l e temps une  puis-  seduire.  sur l e calendrier  regne  elle,  elle  (les) reunit  date  fantastique  Dans l ' h d t e l  1  pris  l e l e r septembre,  date  "une  g e l " .  trame  levant  octobre,  ses  nuit  Entre  duit  Sachant  et l e  d'Allan,  fige  atmosphere  ^  9  se  comme p a r  semblable  a  8 prol e  l a  92 bonace Irene sans son  essaie  mari,  vue  au  miere  a  a  mais  pour  avec 5  l u i ,  sa de  force celui 94  de  qu'a  i l  e s s a y e r de de  se  rend  se  l i v r e  gache  Henri,  apprenant  ce  haine  e t de  pourra qu'a  aupres  pas  jusqu'au atroce,  un  l'entreque  simple La  et l e  qui est  "chanjeu  prede  desir  possible  prendre  Christel.  l e  sentiment  l e dessus  de  Allan,  bout. un  de  l a plume  Prive" de  l a  Allan?  fait  degout,  Dans enfin  n'est  ce  de l a ;  persuader  compte  "tout  s e c o u r s l a mere de que  de  peur  reussi  partir.  l u i donne l e courage  Christel,  Seule  emmener H e n r i l o i n  v i e reprend  qui a  cyclone".  . N'ayant pas  e s t une  de  soudain enfant.  .  elle  auquel  d'Irene  a p p e l e r au  elle  voulant .  l u ireste  s i simple"  presence  en  bien 1'intention d'aller  se venger  pour  ne  9  debacle;  c e n t r e mime d'un  d'ailleurs  reaction  normal,  reagir  suicide" --  qu'il  au  qui l e scandale arrive,  qu'elle  tage  de  i l  par  creuse  de  resultat  celui  et  " q u i se  sa  femme,  sentiment  est alors  qui  se  en p a n i q u e l o r s q u ' I r e n e l u i r e v e l e q u ' e l l e Fuir est sa premiere reaction. Au v o l a n t  pris  transforrae a t t e n d un de s a v o i -  58  ture,  l e rive  qu'il  avait  sente  a son esprit.  Dans  qu'il  avait  symbolises  raconte  fait  l anuit  ce deuxieme  a Gerard  rive,  deux mois  l u i .  Henri  mi  l e s forlts  se voit tristes  dans  un "tres  vage  nordique)  plus  amaigris, p l u s v i d e s de tout  comme d a n s  chateau  (une espece  ou. l e s " v i s a g e s d e s c h e v a l i e r s  livrent,  " l e chateau  etait  espoir". apparu  celui  se trouvent  que v a t e n i r  ancien  de l aB a l t i q u e "  se repre-  auparavant,  l e r&le d'Allan e t l aplace  de  qu'ils  precedente  Henri  pres  perdu  par-  de  Montsal-  'se penchaient'  95  Dans  l a guerre  comme l e r e d u i t c e n 96  tral i c i  ou se j o u e r a i t du chateau  gnification de  l amort  cette  derniere partie".  du H o i Pleheur  demeure flotte.  s u r tous  "L'officier vers  a. l e r e j o i n d r e ,  l amain.  .  du glaive  . et l e cercle  flamboyant magique  deux l e " p a v i l i o n  q u ia l l a i t  d e f e n s e " — A l l a n — v i e n t  chargee  s'agisse  ou de l ' H & t e l des Yagues l a s i -  l a mime:  l u i tend  Qu'il  Henri  et, Mais  diriger  comme p o u r " l a main  de l'archange,  se referma  l a suprlme l ' i n v i t e r  se leva  l aporte  a. j a m a i s  noir"  comme  elaqua  .  s u r l e royaume  98 interdit".  Henri  n'a pu s a i s i r  et  se voit,  de ce f a i t ,  de  l a "connaissance". I I devine  rejete I I sait,  mlme".  . .  heure,  l e dernier repas,  l amain  hors i  du domaine  lsent  ce q u i se passe "repas  offerte  p a r Allan  entrevu,  que c'est  prive  "ce s o i r -  a. l ' H & t e l a. l a m e m e  sacre,  funebre  ou  propitia-  toire" et  ou. A l l a n e l e v e r a d ' u n e " m a i n s o l e n n e l l e " l e v i n " e p a i s 99 * sombre". Ayant a r r e t e s a v o i t u r e , Henri s'approche du  bord  de l a f a l a i s e .  quelques  instants  Pris  de v e r t i g e ,  a, l a t e n t a t i o n ,  et  reprend  sa route  se  reflete  dans  i  ls'abandonne  p u i s brusquement  t e l un fant&me,  l e tableau de bord.  nouvel  Henri  se  dont  pendant reveille, l'image  D a n s l e b a r ou. i l s e r e -  59  fugie,  "une  Incapable  femme, v i e i l l e  de  route  ls ' e v a n o u i t  au  c o n t a c t d'une main  se  sa peau.  tricoteuse .  .  l e symbole  jusqu'a  n'ose  pas  quand?  faire  destin Les  se  deux  quelque dans  ce  poursuit amants,  chose  nerveux,  de  bizarre  en  se  l'heure". ^ 1  cacher  vaincre  en  grande elan II  scene.  croix  A  2  reste  "La  ma  1  perte" ^ 1  glacee  dans  l e f i l  qui  l a de  1  v i e i l l e sa v i e  .  craignant l a  reponse,  de  d'Henri  u t  Mais  l a v i e ne  cesse  pas  instinct  pres  .  .  est p r l t  a  pour  ne  et  dissipe  pas  cette  d'avoir  "laisse  .  .  qu'elle  avait  est p l a n t e pour  (jette) .  pour  decor  sur  l e l i t  (bruissent) "cette Allan  nuit  ne cher-  L'ange  Christel  et  l a une  d'un  seul  sacree". ^ 1  avale l e  silencieux  autant.  second:  que  d'elle.  a. f a i r e .  ce  compte  Irene, l e visage ravage,  arbres  geste  clan-  etrange.  rendent  l e sentiment  l e decor .  rendez-vous  Mime 1 ' i n c o n s c i e n c e  q u i l a possede  "Les 0  se  glisser  c&te,  ce  d'angoisse  passer.  a  1'absence  Mais  l'aise,  fait  lumiere  l'ineorporer  un  se  d'Allan,  p l u s qu'un  qui va  par  va  a  appelant Jacques  noire".  noir  pousse  mai  son  l a peur  s o l e n n e l " ^  ne  elle.  reveillant  Dans l a chambre derniere  profite  atmosphere  1'amour l e s a  passer  plus  chez  dans une  Jacques  a  voir  tissant  qu'Henri,  Irene a  Jacques  glne.  che  doute  l a Parque  Question  temps,  venir  laquelle  peut  de  sans  "c'est  a b s e n t " . ^  poser.  Pendant pour  I I faut  car,  l ' a i r  sa  i  a  (trieote)  l u i demander  pense-t-il, plaque  et morne  4  liquide  aveugle.  blanc  est  entre,  est l a , "alourdie  105 d'une  .  .  . lucide  noir,  s offrant  Allan  est  1  tente.  divination";  une  fois  Mais  encore.  elle  e s t venue  Devant  l e s o u v e n i r des  l'etendue  minutes  sauver de  cet  l'ange amour,  precedentes l u i  60.  revient;  l e geste  "payer". que  Alors  a  i l  ete f a i t , avoue  s a seule excuse  n'est  qu'il  decouvert  le s t t r o p a  l a mort  sur l a terre",  tard.  "joue" avec  se trouve dans  pas bon de l a i s s e r  visage  i  eux tous,  1'ignorance  se promener c a r "elle  I I faut mais  du f a i t  trop  eveille  "qu'il  longtemps  a  l a mort en-  1 06  dormie etait  au fond possible  veines, a l l e r  d'arrlter  jusqu'au que t o u t  pour  lequel  bout. pour  i l  "brulant",  a paye  i l  "  a, j a m a i s  manteau  Ghristel Allan, ces  de sang-mele  alors,  suprlmes  Allan  a. l u i c o m m e  ne veut  minutes",  q u i compte a  ce  pour  t i t r e eux tous  plus quitter  un r o i a s a pourpre  leur  son royale".  "exploser ces dernieres,  l a p l a c e devant  elle  l e v e r r e empoisonne,  de  ce qu'elle  toujours eherche.  Ghristel  Itre  ne veut  faire  eleve devant  vaincue,  a  I I l u i faut  toujours pas accepter l a separation.  i l  tion  pas renoncer  renoncer  cherchant de quoi 109  a  cela  ses  a l i m e n t " q u i "se (consume) dans 107  affamee".  cependant  ne veut  s i cher,  l'"eternel  et c'est  s ' i l l u i  refroidit  l u ipardonner.  D'ailleurs,  l u i ,  q u e , mime  l e poison q u ideja  t  bouche  I I sait  l e s hommes n e s a u r a i e n t  plus  le  des autres".  l a suprlme  tentation:  ou. s e t r o u v e l a " c l e "  Le verre repousse,  disparue, c'est maintenant  que  l a tentavraiment  110 "tout  e s tdit".  entre  enfin, Dans  quite  et l aderniere  heure  calmement.  cette  demeure  L e s vagues montent  deuxieme v e r s i o n  inchange,  i l  du mythe,  s il e b u t de l a  n ' e n e s t p a s d e mime d e l a " t e n t a -  tion".  I c i l e cQte  c h a r n e l de 1'experience  valeur;  l e r&le  ordre.  Nous n ' a s s i s t o n s p a s d ' a i l l e u r s  de Dolores-Kundry  n'est  n'est  jamais  pas mis en  que de  a. l a r e c h e r c h e  deuxieme de l a  61.  "cle";  Allan-Amfortas  Dolores, nous par  Allan  piege  dans l e l i v r e  La chretienne pafenne  val  doute  Ce a  tentatives  comme H e r m i n i e n  lui-meme Christel  Allan  pris  quoi  e tl e  a son propre  apportant  pre"sente  de  effeetuees  l at e n t a t i o n  a une t e n t a t i o n encore  plus  forque  un danger  plus  grand  q u i"tient  dans  s a main  Dolores. e s t "l'homme d u moment"  leger poids devant  q u ifera  choisir  pencher  de poser  l afois  s u rl e sdeux  l abalance",  1  1  comme  1  ou non l a question.  succombe p a s a l a t e n t a t i o n . "a  sans  damner—Gerard-Perceval  precedent,  s'expose  Gerard l e  Mais,  aide  des Vagues.  aux differentes  "sauver"—ou  des elus.  autres  te. l a  pour  trouvee,  d ' a r r i v e r a. l ' H Q t e l  assistons c'est  groupe  aux  avant  l ' a deja  Mais  P r i v e de son appui,  tableaux"  doit  choisir  Percei  lne  Allan,  seul,  jouant  soit  de  112 "continuer profiter de  l e srelances  de l ' a u r a que cree  s a mort  prochaine  suite  a changer  avait  laisse S ' i l  chair,  autres. de  parce  rester  pour  hautes",  1 1  D ns a  posseder  ^  seduire  de l'ange  a reussi  de v i epour  i  de"chu,  o u mime  creer pour  " f i d e l e s " — l e  cette quite, l e Graal,  a  c'est  sentiment  quitte en-  comme i  ll e l u i  Itre  qu'en l u i  e s tp l u s  fort  domine  r a b a i s s e r , 1'image  l e sautres.  rassasier  leur  I I veut plus  faim.  ne se contente  lui-mlme  que  tous l e s  symbole d'"esperances  Allan-Amfortas  lv e u t  parce  de surhumanite  pas detruire,  l e pain  l e  \  peche  eux—ses  V a - t - i l  f i l l e ,  e t ne pas se suicider  que son d e s i r  qu'il  de C h r i s t e l  l a jeune  cette tentation,  I I ne veut  l e scartes".  aux yeux  entendre?  l evrai  lui-meme  pour  d'avis  repousse  1'orgueil, l a  ou d'abattre  ce Graal.  pas de Source  62.  de  v i e , i  moniaque place.  le s t " l ' h o s t i e n o i r e " . poussee  a 1'extreme  C'est la.l a tentative  ou. G a l a a d  ne  saurait  de-  trouver  63  C h a p i t r e II—NOTES "Kj. G r a c q , Un Beau Tenebreux, p.34. 2  I b i d , p.71.  3  p.48.  4  p.87.  5  p.49. p.41.  7  p.72.  8  p.43-  9  p.88.  1 0  P.29.  i : L  p.48.  1 2  p.96.  1 3  p.97.  1 4  p.37.  1 5  p.26.  l 6  p.l84.  1 7  p.34.  1 8  p.38.  1 9  P.73.  2  °P.73.  2 1  p.73.  2 2  p.74.  2 3  P.155.  2 4  P.172.  2 5  Ibid.  2 6  P-173.  64  27  J . Gracq, p. 35*  2 8  Ibid,  29  p.38.  5  p.36.  °p.46.  •^"R. Wagner, P a r s i f a l , p.435• J.  3 2  Gracq, p.67.  5 3  Ibid,  34  p.87.  35  p.21.  36  p.24.  37  p.25.  5 8  p.86.  3  PI. 7 7 ,  39, 'p.78. 40  , _ p.130. n  4 1  p.l53.  4 2  P.57.  4 5  P.52.  4 4  p.6l.  4 5  P.65.  AC  C e t t e n o t i o n e s s e n t i e l l e du " p o i n t s u p r e m e " v i e n t d ' a i l l e u r s de l a t r a d i t i o n h e r m e t i q u e p u i s q u ' e l l e s e t r o u v e d a n s l a C a b b a l e e t t i e n t une p l a c e i m p o r t a n t e d a n s l e Z o h a r . *'J. 4 8  G r a c q , Au C h a t e a u d ' A r g o l .  U n Beau T e n e b r e u x .  p.39.  p.65.  AQ  Ibid, p.82. On c r o i t i c i e n t e n d r e H a m l e t : "0 that t o o , t o o s o l i d f l e s h w o u l d m e l t / T h a w and r e s o l v e i t s e l f a dewi". n Beau Tenebreux. 5 1  Ibid,  52, 'p.60.  p.37.  p.144.  this into  65  Beau Tenebreux:., p.144* Of .note 46. L a encore nous retrouvons l a n o t i o n de " p o i n t supreme" chere aux s u r r e a l i s t e s et a l a Cabbale: "Le centre du c e r c l e e s t.le p o i n t de p a r f a i t e q u i l i b r e ou I I ( D i e u ) e x i s t e en p u i s s a n c e . I I se manifeste s i x f o i s a i n t e r v a l l e s egaux, du centre a l a c i r c o n f e r e n c e , e t ce f u r e n t l e s s i xj o u r s de l a C r e a t i o n . ,¥oyant q u e l ' O e u v r e e t a i t p a r f a i t e , I I se r e p l i a s u r lui-meme, e t au septieme j o u r , jour du repos, l a Puissance c r e a t r i c e a r e j o i n t l e centre du cercle sur l e q u e l s e t a i t exercee son action." Commentaire d'Auriger, a. p r o p o s d e s N o c e s C h y m i q u e s d e C h r i s t i a n R o s e n k r a n z . p.64. C i t e .dans M i c h e l C a r r o u g e s , A n d r e B r e t o n e t l e s d o n n e e s fondamentales du surrealisme. p»31. 1  5  4  Un  5  5  I b i d ,  5 6  5  7  5 8  5 9  Beau  p.l02. p . l l l .  p.72.  p.l03.  60  p.116.  6 l  p.H7.  6  p . l l 8 .  2  6 3  P.H9.  6 4  P.123-  6 5  p.l25.  6  6  p.l26.  6  7  p.l40.  6 8  p.25.  6 9  p.77.  7 0  P.131.  7 1  p.l32.  7 2  p.95.  7 3  p.93.  7  4 P  . 1 6 .  Tenebreux. p.44. p.97.  66  * /  75 7 6  7 7  7 8  7 9  tin Beau Tenebreux, p.27. Ibid. p.85. p.l03. p.l26. p.19.  8 1  p.40.  8 2  p.75.  8 5  p.89.  8 4  P.37.  8 5  p.l48.  8 6  p.l60.  8 7  p.l62.  8 8  p.l63.  8 9  p.l66.  9 0  p.l71.  9 1  p.l73.  9 2  Ibid.  9 3  p.l75.  9 4  Ibid.  9 5  p.l81.  9 6  Ibid.  9 7  p.l82.  9 8  p.l83.  9 9  p.l84.  1 G 0  p.l87.  1 0 1  Ibid.  1 0 2  p.l90.  67  1 Q 3  U n Beau Tenebreux. p. 191.  1 G 4  Ibid,  1 0 5  P.194.  1 0 6  p.l97.  1 0 7 P  .198.  1 0 8  P.199.  1 0 9  p.200.  U  0  I b ± d .  l i : L  p.l28.  1 1 2  p.l49.  1 1 3  p.l98.  p.192.  - C H A P I T R E  Le  Rivage Qui  T R O I S I E M E -  des vive?  Svrtes  68  Le  heros  Syrtes.  d u roman  se trouve l u i aussi  commence l e r e c i t . celle pour  des heros  perdu  doute  parce  s'etait  noble  fortune? 1'habitude voir  avoir  apercu  1'"ennui  que s a v i e e t a i t  faire,  dans  Voyager  semble  l aseule  l e s jeunes  du pays,  qu'"oeil"  Des  Pourquoi  bien  pour  Aldo  a  decide  de ( l u i ) " .  l u i ,  comme  d'abord  l e jeune  d'Orsenna?  Sans  superieur",  i  1  l  "irreparablement  de f a m i l l e  fait  a ce  aupres  un  jeune'  Comme c ' e -  noble  q u i de-  de l a Seigneu-  dans une p r o v i n c e e l o i g n e e , e t c'est  d'Orsenna,  ete "choisi"  Pour  solution.  de l a Seigneurie q u ' i l  son depart  avenir  a done  lorsque  ambigue que  ces conditions,  gens  des  de son a f f e c t a t i o n  l acapitale  connu  Le Rivage  d'un voyage  ou Gerard.  q u ia decide  de q u i t t e r  u n e demande d ' e m p l o i tant  Albert  G-racq,  e s ttout aussi  des Syrtes.  que, apres  Que p e u t  sir'aient  en  decide  t o u t a coup  creuse".  rie  precedents,  de l a cote  homme a - t - i l  a l av e i l l e  Sa destination  eux, c'est l e hasard  poste  tait  s u i v a n t de J u l i e n  pour  a 1'impression  Aldo  l u i ,  Ce "douteux  entreprend  qu'il  son voyage. que son  e s t "de quelque  voyage"  debute  maniere  s u rune  impres-  i  sion  de "suspens  insolite".  i l  va continue d'ailleurs  de  s a v i e , comme  (reapprenait) i l par  semble  l a chaine  avait)  quitte  pour  s is o n "pas,  un chemin".  qu'il  Le sentiment  n'ait  4  plus  a l afois  Une f o i s  "Toute  pris  dans  conduit ou cette  periode  et guide, l'engrenage,  prendre  en remorque  (sa) v i e depuis  ( l u i )apparaissait  comme P e r c e v a l g u i d e " s u r l e c h e m i n  toute  hesitant  qu'a se l a i s s e r  d e s evenements. Orsenna,  l u i pendant  d'ltre  guidee".^  de Montsalvage  qu'(il Tout  parce  qu'il  69  est  celui  1'objet tres  q u id o i t  d'un choix.  nets lors  meme V a n e s s a la-bas que  Nous  Parce  les  y  l u i encore  deux  comme  se  p a s s e r dans  son  epoque—car  y  i l  se rend  le  encore  grand  l u i  chez  trouver  portefeuille  remarquer  le  "reine  Thor",  i l  possede  tout  ment:  q u ia  Parce  du "saint  l a coutume l e recit  ete choisi  Jeune  noble  f a l l a i t  cette du  fois?  recit.  ques u r  ayant  platoniques  chez  frequente  des  e s t cense  Acade-  pendant  de t r a i t s  compte  semble-t-il)  l aRenaissance  a menee  enfantins,  lui-meme; presque  "marque  A maintes  G  ce dont  n'avoue-t-il pas,  enfanti n "  a. s o u p e s e r  d'ailleurs enfant,  nou-  Vanessa  t e l Perceval  sans  malice.  Beau,  adroit,  attendait  de l u i .  G'est  l e portrait-  liberateur",  celui  toujours  raisons  a q u iM a r i n o sur fond  ont pousse  9  jusqu'a  concrete de (sa)  reprises  i l e s treste  l e chevalier  qu'il  bien nes  assez naturellement reveuses".^"  de c u i r ,  combien  Quelles  (du moins  d'ltalie  "un p l a i s i r  ce qu'on  l e s jeunes gens  l av i e de blase  bien  " Toi, j e t e vois  aureole".  De  e s t a l l e  qu'il  de renseignements  l e s "joutes  l u i beaucoup  importance".H  fera  type  n o t r e homme".^  "Quelqu'un  l'heure.  plus  une principaute  d'ailleurs  exemple,  velle  similaire:  precedents.  conserve, malgre  II  par  bien  des l apremiere page  depart, ses "dispositions a  Ites  termes  t  c'etait  cette  a  l u i aussi  '  de  — i l  "Vous  q u iapparait  expert dans  8  fait  du Parghestan l e l u id i t en  c e tAldo, c e l u i  "chevaliers"  l e savoir  7  s u r l u i beaucoup  1'universite,  mies"  sans  que c ' e t a i t  a i l l e " .  e s tdone  avons  L'envoye  de s a v i s i t e :  . . . .  Qui  Aldo  exprimera une idee  quelqu'un  G'est  venir,  peut  de brume,  Gracq  dire  fort,  juste-  avec une  a. c h o i s i r  ce pre-  70  nom  d'Aldo?  qui  inventa  italique? dius",  rer  I Iy  Marin.  a  et auquel Ce prenom  "grosse  1'attention  ete ce qu'il voix  forte  bienveillante", Aldo.  a  change  d'avis  pourquoi  douce  et tenace qu'il  maintenir pas  Autrefois  e t a compris Marino  rapide  la pense  singulieres"; qu'"il  oppose  maintenant,  de ce q u ' i l  f u td a n s  certaines particularites  s e r v i c e de l a -Seigneurie,  puis,  lente et rencontre une  avec  "qu'il  1'age,  rien".  d'obstination  a 1'ailleurs". ^  Le  1  en quelque  Pourtant  sorte  tout  l e passe.  physiques,  massive",  comme A l d o  "un b a r r a g e  blessure  n'a pas  et aigu  n'(arrivait)  c'est  a t t i -  de ce marin-poete  de s a premiere  i  Cava-  pour  . . . forte,  a l ' i n a t t e n d u , au soudain, jouer  un poete q u i  "Silhouette  ce regard  1'equilibre a l'Amiraute.  ete efface  bord au  veut  lors  " A l -  ls'appelle i c i  Car l e capitaine Marino  des choses  l e vrai  l e s  l e surnom de  sur l e caractere  ( a ) dans 1 4  m i s en  semble-t-il, choisi  la p p a r a l t  embusquee".  C'est  r6le  " i ly  i  siecle  "main  i t a l i e n  esclaves?  Amfortas,  de plus  et rassurante",  ( l u i ) arriver  n i  paralt maintenant.  t e l i  Mais  penetration  i l  e s t done,  signifiant  a c e s Lombards,  au seizieme  on d o r m a i t  fermier-materialiste.  toujours  devait  l e nouvel  a. l ' i m p r i m e u r  Aldo  n i hommes l i b r e s ,  eu en I t a l i e  ironiquement  avec  "italique"?  a son pendant,  c e nom,  devenu  l aune a l l u s i o n  l e caractere  q u in ' e t a i e n t  Marino.  l i e r  a u r a i t - i l  Ou s e r a i t - c e u n e r e f e r e n c e  Quant  porta  Y  de  en l u i n'a  I I l u i reste d'a-  ces deux  q u ifait  doigts  que  perdus  Vanessa  17 pense  "a quelqu'un  aussi  une autre  "  dans l e s -1  hanche".  Q  q u iaurait recu  blessure  journees  ancienne,  humides"  R o imehaigne,  les  stigmates".  celle  dont  e t q u il u i donne  t e l i  lapparalt  i  lse  I Iy  souvenait  son long  a Aldo  a  pas de-  lorsqu'il  a  71  appris  a l e connaltre.  Ses yeux  gardent  d e malade"."*"  L u i aussi  pense  anxiete ghestan, d'Aldo de  e t c'est ce q u icause  a u r a done pour  cette  ces  9  existence  rois  magique  Kundry  encore  souvent  sa souffrance.  La  s'appelle  "symbole  ' 20 empltree aux choses", en "un de  . . . q u in e s e r e V e i l l e n t  erouler  au Par-  "croisiere"  de l e transformer, l u i ,  lentement  de legende que pour  effet  une "mysterieuse  en poussiere  i c i "Vanessa,  d'un  sommeil  en une minute".  pi  comme l e b e a u p a p i l l o n  du  22 meme n o m . apparait  Belle, pour  pour  chacune  sede  cette  beaute  l apremiere  fois  qualite  d'etre  de p e r d i t i o n " . cruels  v i l l e  foudroyee".  cause  d'Orsenna,  Comme  2  "extraordinairement Mais  3  c'est une reine  e t funebres q u isecouent Heritiere f i l l e  d'une  leur  qu'elle  ce f u t l e cas Vanessa p o s -  belle—d'une pareille  "a. c e s  epee de f e u s u r une  famille  de t r a i t r e s  d'un diplomate i n t r i g u a n t ,  elle  a. l a  e s t l a  floraison  g e r m e e a. l a f i n d e c e t t e p o u r r i t u r e , l a b u l l e q u i 25 / l ' a i r " . T e l l e Kundry, e l l e e s tdouee de p o u v o i r s  eherche  e"tranges:  " l e s choses  c'est  aisance qu'elle  en  a. A l d o .  du j a r d i n "  des heroines precedentes de Gracq,  anges  "  c ' e s t comme l a " r e i n e  avec  plein  chassant yeux  vent". l ' a i r  qu'Aldo  C'est  ( l u i )I t a i e n t  Avec rarefie  elle  f i l l e  "planter  q u isera  tout  "cette  trouble figure  a. c o u p  ses tentes  des grands  s u r Orsenna.  " l e reflet  Vagabonde,  2  penetre l ' a i r  q u ipasse  va decouvrir  l a jeune  sait  permeables". ^  C'est  dans s e s  d e s mers de proue  espaces,  lointaines" q u i  ( l u i  29 ouvre)  l a route".  Comme d a n s U n b e a u principaux personnages  d u drame  tenebreux. autour des trois  q u iv a s e j o u e r  secondaires,  gravite  tout  personnages  un cercle  semblables a ces chevaliers  du  de  Graal  72  qui,  aupres  venue "Les  de celui trois  p l a i s i r monial  attendaient  q u i l e sr e v e i l l e r a i t  l i e u t e n a n t s de Marino",  a prendre du soir",  geaient De  du R o i Plcheur,  cestrois  * reunis  p a rl a mime  jeunes  gens,  audacieux  est  plus  docile aux impulsions  f o i s — e n f r e i n t  dela  d e l al i g n e d e s p a t r o u i l l e s ,  chie  sous  qu'Aldo eaux  pretexte.  choisira  pour  petite  y a en p l u s colonie  Montsalvage.  doute  ressent.  e t s'est  qu'il  L u i seul  aventure au  q u ine doit  dans  l e jeune  parce  naturellement,  de c e spersonnages  trouver  celui  etre  fran-  Pabrizio  s a croisiere  image  d'un Aldo  sur l e s  Pacte  l eplus Ce  n'est  c'est  singulier point  quand  Syrtes—ou,  Comme p o u r f i c i l e .  tous  Cette  tretenues"  jamais  vers  incapable  connu  deux  pays, l a figures  dans l a legende que sous  l e nom d e  ou de Satan?—et d'accomplir  Danielo,  lui-mlme cet'  de ( s a )v i e " . un chateau  que se d i r i g e  meme u n e f o r t e r e s s e : comme o n 1 ' a p p e l l e , l e sa u t r e s  region  un arriere  d'elle,  de correspondence  du Parghestan,  v i e i l l i ,  tout  e t , en dehors  q u in'est  "l'envoye"—'emissaire  des  sans  celle  1'accompagner  d e Maremma,  ne sauraient  moyenageuse:  mais  a  cependant,  qu'il  regus  Ce s e r a ,  "cere-  interdites. II  qui  aucun  r i t u e l  que l e sa u t r e s  l e sordres  de  » f r a t e r o i t e que p a r t a -  un se detachera  plus  a—une  croire l a oisivete.  en une s o r t e  du souper  Pabrizio, aussi  y  d u meme a g e q u ' A l d o , o n t  l e srepas,  l e schevaliers autour  trop  de l e u r longue  ensemble  30  sans  s u r l a cdte  " l e front des Syrtes".  "chateaux",  reliee  l'Amiraute,  Aldo-Perceval,  elle  p a r " d e sr o u t e s  e s t d'un acces rares  a l a c a p i t a l e e s t" a d e m i - d e s e r t i q u e " .  e t mai  d i f en-  Le port  73  lui-meme "la  v i e  e s tinutilisable. s'est  lointaines".  retiree l e s  J  Ses sables  depuis  sont  longtemps  s is t e r i l e s  que  de c e s extremites  f o n c t i o n n a i r e s qu'on y  envoie  "conside•54.  rent  ordinairement  peut  bien  sens  l i t t e r a l  que  des  a  region  retraite  evidemment  Syrtes  dans  d'une  paraissait  deja  ce terme  de  On  "purgatoire":  fonctionnaires expient  nous,  plus  specifiquement,  Terre,  entre  celle  q u ise trouve  de c e s chemins  dans  Aldo  I'Au-Dela.  de l a cote  q u ia inspire  T.S.  Eliot  l a forme medievale  ecartes  s iimprobable",  1'aspect  "quel-  zone i n -  p r e p a r a t o i r e a l ar e v e l a t i o n de  e t l a Gaste  "Au l o n g  k  sens  i c i similarity  The Wasteland,  mythe.  comme u n p u r g a t o i r e " .  ou. l e s  de s e r v i c e " ; pour  termediaire, y  Syrtes  s&r preter un double  faute  — I I  l e s  ou toute  ressent  du  rencontre  une  "impression  35 anormalement forme"  tour  penser  "une t o u r  du chateau que, "ainsi  d'herbes, cette  a  y  au bord  en e f f e t  regne  Soudain,  grise  d'une  trefois deur  (sort) du brouillard  d'une mer v i d e , Malgre.  son  ;  d'Argol;  aux efforts  cette  ruine  l ' a i r i  c'etait  un l i e u  "ruineux",  Elle  telle  s'emplcher de ce  de  desert  singulier  que  l a forteresse  et lourde  celui  masse  q u ia c c u e i l l a i t  "on n'(entend)  qu'on y  lfaudra  de remise  inutile.  ne peut  Comme M o n t s a l v a g e ,  mais  de "moisissure":  a  "ruini-  e p a i s s i " , ^  fantomatiques  "comme u n e p u i s s a n t e  sentinelle".-^  grace  Aldo  etat  un s i l e n c e semblable  puissante,  u n monde  au m i l i e u de " c e st e r r e s de  s u r g i e d e s brumes  son arrivee au chateau  pas  C'est  y  de Montsalvage.  Amiraute".  apparait II  de depaysement".  q u il ' a c c u e i l l e .  sommeil", l a  forte  grise".  J  Albert  p a s mime l e  l'Amiraute  fut au-  r e s p i r e e s tcharge d'o-  que l a presence  en e t a t d e F a b r i z i o , a p p a r a i t r a a l o r s dans  d'Aldo  vienne,  transformer l alumiere  de  74  l a  lune  "(decollee)  ment v e r s II cette de  a  autre  4  un  s o l , (allegee), (aspiree)  chateau  dans  Vanessa—indique  brandes. ouverte"  apparences  de  ce  situation  4 1  en  fait de  recit  l e nom  qu'Aldo  Sa  "sejour  douce-  1  l e Palais Aldobrandi. de  l a main  ses  . du  hauteurs". *"  famille en  *  les  fois,  forme de  y  .  "a  en  a u s s i , un meme d e  sera,  un  plaisance  *  d'un  lieu .  ce  chateau  p a l a i s —  l a , enflamme,  l'extremite  effet  vrai  .  des  trans-  doigts  privilegie.  ( i lse  nom  Sous  souvient)  42 toujours ce  du  chateau-fort?'.  " p a l a i s s i peu  fait  penombre d ' e g l i s e " . tableau  de  Piero  4  C'est  pour y  vivre,  qu'Aldo  3  Aldobrandi,  dans . . .  verra  celui  ce  "chateau a  de  l a sonorite  pour l a premiere  qui  sommeil",  l u i apportera  et  a  fois  l a  l e  l a "cle"  cherchee. I'Amiraute vince  d'Orsenna.  alentours guere. tante  dans  re"e  qu'il  a  senna ment  l a torpeur de  arriver  4  4  .  c'est a  l e s yeux  age,  ltient  tels  est  un J  de  sont  lourde,  . bras  ainsi  au  peuple  un  langueur. les .  . main  engourdi  d i t Aldo  en  a  v i l l e  de c i -  s'est  dans l a aux  de  rien  cet  l'auempl%-  pate yeux  Saint-Damase.  et,  impor-  lesquels  l e pays  qui  comptait  entier  Terre  qui  pro-  leurs  place  pays "  termes  Noel  "pour  pays ne  qu'une p e t i t e  i c i c'est  .  seuls  c o n t r a i r e une plus  tout  l a m e s s e de  s i t u e s dans l a  precedents,  qu*apparalt  ouverts"  ne  reellement".  .  deux  l'arriere  Car  1'ennui,  "terre trop  1'officiant  (dort)  i  decrits,  cette maladie  oeuvres,  p e t r i " ,  sans  et  " t e r r e morte",  ses  prophete,  Etaient  tous  recits  saurait ignorer.  l a decrit, dans  Dans l e s deux  roman-ci,  atteint  metiere", teur  ce  qu'on ne  est  l e p a l a i s sont  immediats  Dans  vivant qui  et  du "Or-  assoupisse-  jamais  ne  (peut)  75  La  venue  1'atmosphere te.  Aldo  sent  monter  d'Aldo du pays.  Orsenna  surveillant d'elle  assister  une f o i s  examines  dans  tonne,  a pourtant apporte  villageoise  autour  encore  l e recit  precedent:  vont  choisit  comme  t i t r e  a u n phenomene  passer  semblable  tout  v i s i t e  employer  brillants  au Palais  a ceux  deja  de  cre-  demi-  1'expression que "poussee  Aldobrandi, Aldo  . . . absorbes  aliens  comme s u r l a p l a g e  a l ' u n de s e s chapitres,  de s a premiere  d'atten-  des Syrtes  par des alternatives  ou, pour  dans  Nous  4  et d'agitation,  trop  une sorte  "une i n q u i e t u d e e t u n a p p e l " . ^  l e s habitants  "regards  va connaltre  l ' a c t i v i t e  sommeil  Lors  un changement  de  Gracq  fievre".  note l e s  dans une h a n t i s e  com-  47 mune".  Tous  c e s gens  q u ise sont  installes  a, M a r e m m a , " o n  4.8 d i r a i t qui  qu'ils  couve ', 1  traper, pare  hautes  G  angoisse  sourde  jour  de maladie  sont  qu'on  venus,  a. y p a s s e r  plus  plus aigue;  claires "desir  et l afievre  La petite  colonie  l'hiver:  indice rumeurs  lorsque l afievre que l e s j o u r s  monte l ' h e u r e du d e r n i e r  combat  essaie  d'at"em-  eteprise  de  a e t e donne.  plus librement,  "a l e s l a v e r  l e s profondeurs;  a  Oe " f e u  s ' e s t meme  l e "signal"  circuler  appeler  ascendante.  gagne  ou l a d e c i s i o n  forteresse,  semble  semblent  se decide  deviennent f a i t  l ' a i r  L e s temps  une eourbe  l e s fievres".  t e l que ce "besoin de f i e v r e "  l av i e i l l e  murailles  Maremma  que  en etat  prendre  comme u n e e s p e c e  a disparu;  large".^  se  venus  de 1 ' A m i r a u t e " D u  L'ennui  qui  c'est  a. u n p o i n t  remettre  suit  (y) sont  l e s  comme u n v e n t q u im i n e  l e pays  £trangere d e inquietant. faibles monte.  au  Une debut  L'attente  de l a f i n se levent 51  douteux".  du  Ses yeux  et  s'ouv-  r e n t m a i n t e n a n t t o u t g r a n d s s u r l e l a r g e , t e l l e g u e t t e u r a. l ' a f f u t dans 1'ombre e p a i s s e . A l a v e i l l e d e No'el " l e p o u l s  76.  de  l apetite  fete de  v i l l e  de l ' a t t e n t e  battait comblee"  Saint-Damase—et  Maremma—un na,  dans  comme  nel  rapprochement  en P a l e s t i n e , ne  Repos".^  fievreusement".  implique  dans  g r a c e a l u idans  ces "coeurs  l'attente  52  plus  avec  etreints i l y  Le pretre  celle  l a periode  a d e s hommes  invite  du  que t r a v e r s e A  3  q u iveillent  ceux  de  Orsen-  Orsenna "pour  " l e s sentinelles  alors  prltre  des habitants  et angoisses".^  s'accomplisse point": 4  l a pensee  "Cette  de  que l'eter-  q u il'entourent  "a  55 vouloir  • . . aveuglement  (est)  proche  Apres  l a croisiere  o u a. ( e u x ) a u s s i  qu'a. l a c a p i t a l e "sont  ailleurs  chose",  une  d'Aldo,  d'Orsenna.  font  I I ne s ' a g i t  attente  precise,  chose  (devait) a i n s i " . ^  precise  dont  elle  arriver" Pour  8  d i f f i c u l t ! : teressait-  i l semble  autre  choisir".  a participe  y  pour  aveugle, mais  ne  c'etait  avait  d'une  en marche.  connaissait  Certes pas encore  attendait; l a  que "quelque  chose  (pouvaient) plus  a. f a i r e  1'etait  Va-  elle-mlme a l aprepara-  elle  sure,  l e choix  autre  que c o n n a i t  l a nature*de ce qu'elle etait  que l e s gens  de l a p l a c e  ordre  attente  a Maremma  ce q u ' i l  de  a r r i v e V .  d'une  "complice" elle  c'etait  donne  perpetuellement a  c a r " l e s choses ne  elle,  sera  q u im e t t r a l a machine  de son s e j o u r  d'une m a n i e r e seule  c a r elle  du geste d'Aldo  debut  pensent  d'un t o u t  plus  c a r " l e moment  J  en eux i n s t i n c t i v e m e n t 57  une attente  nessa.  au  La. a u s s i  q u in'est pas encore  C'est  tion  i l (leur)  J  l a m a l a d i e s ' e t e n d d e Maremma j u s -  . . . qu'ils  "qu'ils  chose  ce q u iv a I t r e " ,  ne presentait  d'avance,  "devant"  durer pas de  c a r ce q u i l ' i n -  e t non pas  Avec l ' a r r i v e e d'Aldo, l a n a t u r e de s o n a t t e n t e s'est precise. Apres l a promenade a l ' i l e de Vezzano, e l l e  "derriere".  faite plus savait  77.  ce  q u i a l l a i t  d'attendre te  venir  et i  ln ' e t a i t p l u s  l e moment p r o p i c e ,  question  non sans  fievre  a l o r s que  e t sans  anxie-  bien s u r . Sur  dans  Aldo,  l'arrivee  aux Syrtes  "une e a u i n i t i a t i q u e " .  "quelque  chose  devoile";  ( l u i ) etait  c a r i  attente pure  qu'il  a atteint  cices  v i o l e n t s " — o n pense  l a i r e — i l rien,  f a i t  promis,  i  quelque  l e "lieu  Essayant  chose  que  ( l u i ) etait  a. 1 ' e n n u i ,  d'y r e m e d i e r  a. A l b e r t r e a g i s s a n t  reviennent  bain  de l a r e v e l a t i o n " . ^  que c e s d i v e r t i s s e m e n t s  que s e s pensees  d'un  la compris  a. l a m e l a n c o l i e ,  place  l'Amiraute.  s'apercoit  1'effet  D e s c e moment  la v a i t a t t e i n t  Cette  a fait  toujours  apres  par des  de maniere  9  "exer-  simi-  ne l ' a i d e n t en  vers  "un  mysterieux 60  centre Sa  de g r a v i t e " ; "un s e c r e t  v i e en e s t a f f e c t e e ; c'est  apporte peut l u i  son e x i l .  Itre seul  heures  digne  Cette  ( l ' a t t a c h e ) a. l a f o r t e r e s s e " . une sorte  v i edenudee  de s'en emparer.  est conscient  de guet,  i  lr i v e  du secret  d ' e q u i l i b r e que l u i a. t o u t  e s t ouverte  ce q u i  I I a alors 1'impression s ibien  "d'une v o i l e  cache.  naissant  que  Dans s e s  du vide  de l a  6l mer". se  Dans  passe,  d'une son  "veille  proche  gnon:  ete  Aldo  ressent d'armes"  s i apparemment v i d e s "  "une t e n s i o n l e g e r e au "poste  d'Aldo  a  "Tu c h e r c h e s nous  . . . .  "reconnu  v i s i t e  d'une  compris quelque  Tu t e d e t a c h e s espece  de Vanessa ne f a i t  Fabrizio q u i se chez  differente,  a.  celle  de t o u t " . ^  jamais  partager 3  separe".^  qu'accroitre l a distance  sent  s o n compa-  que t u ne veux pas tellement  ne  Insensiblement  ce q u i se passait chose  ou r i e n  et fievreuse",  d'ecoute".  a t t e n t e l ' e l o i g n e de s e s camarades.  tres  avec  ces "journees  Aldo 4  l a  q u i separe  a  78  Aldo un  des autres  changement  Orsenna; et  distance  semblable  possedent  connait  elle  eveille)  1  gens.  similaire  c'etait  (l avait  Eux  jeunes  Deja  l a jeune  en l u i l o r s q u ' i l s  q u i avait  desseche  a un s u b t i l  separe  un secret  aussi  femme a v a i t  s'etaient "tous  (ses)  des habitants  e t p o u r t a n t chaque  a.  plaisirs, Mais  une  d e Maremma.  q u i ne l u i e s t pas devoile  p a s " l e mot de p a s s e "  connus  desenchantement". Aldo  opere  car i l  ne  visage  semble  Pourtant  quand  66 l u i  poser  Vanessa voix le  "une i n s u p p o r t a b l e  commence a l ' e c l a i r e r  se taise,  temps  l u i  mime  sentiment de calme  provoque  certitude  leurs  l a  de Vezzano, d'une  cette  Et pourtant,  "attente  pure"  vers l e s Syrtes lorsqu'elle  une  "grande  certitude:  que  pour  attente;  mais  l a croisiere,  franchie, cette  ce  e a r l'approche de l a t e r r e 67  affameV,  telle  qu'il  "1'attente extraordinaire,  tomber  fois  ce  l e dernier  v o i l e " , ^  8  ne  peut  illuminee, attente  d'ail-  decue. Parallelement  Par  son voyage  des patrouilles  et pure  G'est  qu'allait  d'une  des preparatifs  quelques minutes,  parler.  de lui-meme.  que  e t s ' o r d o n n a i e n t g r a c e a. V a n e s s a .  en l u iune " a t t e n t e  mime p l u s l a  l ' i l e  encore, l a l i g n e  que pour  et souhaite  que l u i a donne Vanessa,  fievreuse  retrouve  sera  dans  angoisse suivie  Aldo  ne  a peur  goutee  s'accomplissaient  1'animation  recule,  c'est plein  d'embarquer pour  l e saisit,  choses  Apres  avait  v a au rendez-vous  angoisse" les  son oeuvre,  qu'il  propose  i l  ear soudain i l  faisant  comme c e l l e qu'il  interrogation".  etapes  elle  reconnaitre,  a. c e t t e  attente  prendra forme  se developpe une  jusqu'a ce qu'Aldo  l u i d o r m e r u n nom.  I I semble  tentation.  puisse  que dans  enfin s a marche  79  guid^e sirs  Aldo  obeisse  etranges,  temps  apres  nombreuses rive  "long  du passage  description  pelle de  basse et  e t voutee",  qui  qualite  basse"  la  des escaliers  d'Argol  une idee  Peu de  disjoints  et  semblable  a  I I y  chose  d'une  "une apparence  a  dans  q u i r a p a  manger  "longue  a l a fois  q u i baigne  de  On y a r -  o u meme l a s a l l e  I I s ' a g i t en e f f e t  La aussi l a lumiere  de de-  commence a f a i r e  des c a r t e s quelque  presentant  salle  fastueuse  cette piece  a  70 incertaine". mais  d'Orsenna".  ou. s e t r o u v e  S u r l e mur,  "un g r a n d  71  Devant  une seule  ee n'est  drapeau  ce mur  chaise,  de  soie rouge  est placee "tr6ne  pas une  dans  "une  lance  . . . estrade  un p a l a i s  de-  72  r  saffeete". attirent  i  retrouvons  des Abimes  e s t suspendue,  l'embleme  voute,  de l a chambre  r  "une  mysterieuses.  l a "Chambre d e s C a r t e s " .  nous  des Vagues.  ruineuse".  I I e s t 1'objet  s e c r e t , du s o u t e r r a i n de Breton.  l a Chapelle  1'Hdtel  a l'Amiraute  couloir  encore  9  signes.  a des attirances  i n c u r s i o n s dans  humides"^ —la  l a  soumis  son arrivee  par un  celle  a, c e r t a i n s  Les cartes q u i se trouvent  eonstamment 1 ' a t t e n t i o n d'Aldo  frontiere"  comme^une  ligne  continue  sur l a table  etq u i  indiquent l a "ligne  d'un rouge  v i f " ,  cette  l i 7'  gne La  qu'il  est interdit  finissent  ces  inconnus  "Orsenna  bre  e t l e monde  Tangri".  serres 7  4  en quelque  p a r 1 ' a r r i v e e de Marino,  l u i semble  s'explique  Gerard  a  Itre  pris  comme u n e t e r r e  "les  sainte  L e s p e c t a c l e de c e s c a r t e s  Aldo  S u r p r i s dans  eprouve  etre decouvert "en f l a g r a n t  que p a r l a c r a i n t e  c a s que ce f u t " .  h a b i t a b l e " ; auv.dela,  dans une " i m m o b i l i t e hypnotique".  qu'eprouvait i l  "franchir  du Parghestan;  1'ombre d u v o l c a n Aldo  de  dans  l e mime  a plonge  cette  cham-  sentiment  l a chambre d ' A l l a n :  delit";  de montrer  espa-  reaction  a. " 1 ' e n n e m i "  q u i ne l ' i n t e r l t  80  immodere  qu'il  Pourtant  Marino  donne  porte  l apreuve  ensemble.  a. t o u t  semble lors  ce q u ia t r a i t  comprendre  a l a zone  c e q u ip o u s s e  de l apromenade  Aldo;  en mer q u ' i l s  E n t o u e h a n t l e b r a s d u j e u n e homme  de"f e n d u e .  i l  i l  l u ien  effectuent  l u idonne a i n -  75 si  "une e x t r a o r d i n a i r e  l a  meme c h o s e :  d'abord sa  au Parghestan.  1'objet  "d'une  rlverie  une  cQte  terre  devant  . . .." Un  scene f a i t  dissipees, (lui)  pan du v o i l e  alors  s'est  dans  d i xcoups  apparalt  eearte.  va  remplir  C'est  elle  dont  " i l  y  dans du reve avait une  q u il u i f a i t d'Orsenna,  qu'entrera  G-racq, dans  en  Vanessa-Kundry.  c a ri l  ou s'est  y  doute a aussi  Au Chateau  Elle  endormi ce  chiffre  une hor-  d Argol.  Her-  1  bord de l ar i v i e r e 77  d e s Abimes.  De c e j o u r  avant  Vanessa  r8le s i m i l a i r e a c e l u i que t i n t  Aldo v a s'en remettre a e l l e  on p r e s s e n t  p o u r M a r i n o meme:  "drogue",  un  d'Herminien.  habitants  brandi  d'Aldo  alors  des cartes  s u r1'autre  l e conduire a l aChapelle  (a) une r o u t e  l e s brumes  d i xc o u p s — S a n s  lorsque,  a Albert  aupres  C'est  legendaire:  pour  de  aupres  bientdt  d'Aldo  a l ar e a l i t e :  l a chambre  s i g n i f i c a t i f  q u i sonne  Heide  de l ap a r t  a  ete tout  ou. p o u v a i e n t a b o r d e r l e s n a v i r e s ,  qu'une h o r l o g e sonne  d i xe s t - i l  minien  mais  place  personnage  son apparition  loge  les  vague"  pensent  7 6  l e troisieme  Aldo,  faisant  C a r tous deux  Le Parghestan avait  v i e inoccupee de l'Amiraute;  s'etaient  de  permission".  qu'elle  comprendre l ' a t t r a i t c'est  conduit  l ' a t t r a i t  "comme 78  a l a mer".  d e Maremma  pour  que presente l e P a l a i s  l aqu'ils  Aldo-  viennent chercher  tout  leur  comme A l d o v a l a c h e r c h e r d a n s l a c h a m b r e d e s * 7Q cartes, "parce q u ' i l e s t ecoeurant de trop dormir". Pourquoi Vanessa c r e e - t - e l l e autour de s a personne cette y  81  sensation lignee l u i de  Aldobrandi,  Ce n ' e s t  certes  a abandonne  considerer  avec  connaitra  l e portrait  c e t a n c l t r e sous  l e regard  duquel  pas un tableau  ordinaire.  flottent  cependant  i l  ecrase  "dans une extase  breux,  rouge  ce p o r t r a i t  connurent realise  "une c h a s t e t e  l a rose  Heide  visage  '  e s t en tous  et Herminien  de devenir  de P i e r o  Aldobrandi  Aldo  l u i o u v r a i t l e chemin Aldobrandi Itre  Voila  done  l e modele  emmene  d'Orsenna hasarder. ont  serait  bien  sur.  ensuite  l aplus Plus  partagee—la  preliminaire  Aldo  proche  encore  l'amour  plus  des  "pareil  sombre  Ayant  fideles, a  sans  precedent. l'avouer  son r d l e de  ennemie  p a r 1'extase  l'osten-  ce que v o u -  l e l i v r e  a Aldo,  l o i n  Ten£-  et promise"  dans  cette  guide,  t e r r e du  pays  ou personne  n'ose  amoureuse  qu'ils  semble  ensemble  que  rayonnant s u r  nationale  de Vezzano,  charnel  quer e -  dans Un Beau  Sa lumiere  Yanessa  indispensable—c'est  l ap u ~  ses doigts  d'Argol.  a. A l d o  individuelle  l i e s  plus  a celle  noire", l e pain  de l a cote  intimement  alors qu'entre  a l'echelle  a l ' i l e  de  l u i a redonne  d'Allan  "d'une aube  Poussant  patrie  ses yeux  "un v e n t  semblable  apparait  que propose  semble  d*Orsenna—L'extase  noir".  done  Allan a l'echelle  explicitement elle  d'un s o l e i l  sa nouvelle  dans Au Chateau supreme  traitre  du Farghestan  lourde",  80  Vanessa  Car ce  de carnage,  points  "l'hostie  aveuglante  l a i t  sauvage",  emblematique  sion  Piero  du c&te  s u r son visage  c e q u i f u tl e d e s i r celui  passer  S u r un fond  que l a mer" en passant  produit  le  elle  "surnaturel detachement"  p a r l'incendie.  / rete perdue,  longue  Aldo  Chez  scrupules,  d'une  un rOle q u i  Orsenna pour un  issue  c'est  devastee  l o i n  "Sorciere"  e t sans  a merveille.  Piero  qui  libre?  d'hommes h a r d i s  sied  v i t .  d'air plus  Stre  qu'ils  une  se  etape  assistent au  82  spectacle Tangri  reserve  a 1'horizon,  rayonnait serte Pour  a leurs  s e u l s yeux:  t e l un "lever  comme u n e s o u r c e  et e t o i l e e " . conserver  8  vision,  en l u i " l a purete  sur  l u i a. c e s p e c t a c l e , i l  see  vers  l e ciel  plein  L'angoisse,  d'astre".  de silence,  De c e t t e  3  ne peut  ne sont  "Sa l u m i e r e  Aldo  de-  ne guerira pas. q u ie s t descendue  que marcher 8  froide  comme u n e v i r g i n i t e  mortelle"  d'etoiles".  l apeur  1'apparition du volcan  " l a tlte  renver-  4  pourtant  pas absentes  de  cette  o r  attente ciere a  d'"un orage  Vanessa  connait  1'etouffement  qui  q u in e  se posent  sans  sans  (veut) pas murir".  ce sentiment,  qu'elle  i s s u e du peuple  qu'il  y  Mime l a s o r -  prefere  cependant  q u il ' e n t o u r e , d e c e s y e u x  a i t de "regard".  Oe q u ' i l  faut, d'a-  86 pres  elle,  Mais  ce regard  l a  c'est  "Itre  regardee,  maintenant  que Vanessa  Aldo  l ' a conduit  . . . §tre  peut  en  presence".  l e nommer:  a Vezzano  et aussi  c'est pour  pour c e -  l u i montrer  87 ce  qu'il  l u i " e s tdonne  dans l e smains moment Aldo  e s tvenu  seul  rappelle La lorsque qui tend  que reposent  puisque  a. l ' A m i r a u t e ,  f£te d e N o e l l eprltre  l e depart  " l a joie de Marino  " l e maltre  apres  voie  d*esprit  et Aldo  C'est  maintenant  e t l ap e r d i t i o n " ; l e pour  Dieu",  se sent  de StDamase prononce  de son coeur  obscure".  doutable",  arrive  tout derriere  au fond  livrance  etat  de f a i r e " .  Orsenna  laisse  comme l e l u i  Vanessa.  laisse  La  d'Aldo  a present  ces paroles:  l u i e t se p r l t e  sans  e t de son ventre  gage;  vise  "Heureux et q u i en-  l ' a p p e l de l a de-  8 8  ouverte, qu'Aldo  l e petit  directement  l atentation v a prendre  a pris  forme;  c'est  l e commandement a b o r d  aviso de l'Amiraute.  I Ine s'agit  dans c e t du "Reque d'une  8 3  simple se  preparait)  petit Pour de  groupe Aldo,  cette  repas a  patrouille  ments  l edernier".  c'est d'aller l a chambre  9  e t douce,  coupable  que s i souvent  de documents  dans  l a cabine du Redoutable  perimes;  et l e confirme  ghestan  q u i , dans  ( i l  tre  elles  dans  cheuse  a deux  Point  n'est  l abarre du navire;  faire  pour  i  sanc-  de tom-  La nuit derniere  "ce q u i  n'etait  ( l u i )  Ce P a r -  1  que  "l'au-dela  N tout  a coup  une tout au-  "une f r a n g e a c c o r e "proie  tentation,  b e s o i n de donner  tient  leur  9  prend  " l a derniere  ce  maintenant  a Aldo  journees de mer d'Orsenna",  portee des doigts, N 93 remede".  docu-  ont perdu  maintenant". " "  des cartes,  c'est maintenant  l e s  servir".  sa decision:  l'accomplirait)  l a chambre  sont  "pour  rappelle  d'une mer i n t e r d i t e " ,  dimension;  q u il u i r e s t e  consulta  92 fabuleux  d e j a que ce  t e l un "voleur  i l  deploy^es  l e souvenir de Vanessa  a faire,  r e tranche"  se sent, dans  d'un " v i o l " ,  caractere  restait  d'adieux.  chercher l e s p a p i e r s de bord,  leur  conversation  savait)  preparatif  Aldo  s ' ( i l '  q u ir e u n i t l e  se sentait)  ( i l  Le dernier  G  "comme  comme u n d i n e r  " ( i l  des cartes.  Car ces cartes  ramenant  Cene:  agit  Le repas  8 9  de l'Amiraute se deroule  de Marino,  beau".  un long voyage".  communaute b a n a l e  dans  tuaire  pour  e t pourtant Aldo  c'est l aderniere  etait  faire,  de n u i t  d'ordre  ls u f f i t  que soudain l a "Chose"  de cote r o -  endormie"  l atentation  au jeune  au contraire  a i t eu l i e u :  de ce  sans  Fabrizio q u i laisser sentiment 94  de  "pousser  gresse pour  u n e de c e s p o r t e s qu'ori  r e t r o u v e e s u r u n monde  l apremiere  fois". "* 9  franchit  "lave".  Aldo  en r i v e " . voit  a  " l e matin  r  Allenaitre  84  Au charge  milieu  de  1'excitation  d'electricite",  Aldo  de  se  1*equipage,  sent  sur  l e  "navire  retranche, flottant  "tres  96 haut, a  dans une  enfin  fance, avait  a  celle  dont  i  " b i f u r q u e au  la v a i t  et  dans Au  nache  Au  bout  Chateau de  de  fumee;  signal  noir  l i e u  a  celle  c o n t a c t " , de Cette  de  l e penetre  .  qu'il  de  1'en-  laquelle i  l  "route royale" l u i  .  . d'un 97  autre  p81e \  d i v e r g e r " — O n  qui aboutissaient  pense  au  meme  l a rond-  d ' A r g o l . —  l a route et  signe  car plus  l e  l a revelation  semblables  s i longtemps  pagnons, "un  sentiment  jours".  c o n f l u e n t au  toutes l e s allees  depuis  Le  "perdu  f i l des  " l a promesse  l e s chemins  point  ealme".  r e t r o u v e l a "bonne r o u t e " , s e m b l a b l e  apporte  ou  extase  se  trouve l e Tangri, volcan  qui pourtant q u i ne  qu'a  une  monte  a  peut  arbore  cette  cette  fois  qu'inquieter Aldo  eruption nouvelle, i hampe g e a n t e  a  eteint un  et  lf a i t  pa-  ses  com-  songer  l a v e i l l e  a  d'une  98 peste tout  ou a  l'ide"e  prlt' a laise  d'un  deluge". de  ee  Pabrizio  que  pourra  r e b r o u s s e r chemin. semblable,  prise.  En  ne  reniant  veut  dire  Mais pas  Marino,  i  se  sent  Marino  Aldo,  revenir lse  pris au  de  peur,  retour:  quoique  compte  i  lest <  r e s s e n t a n t un  sur l a decision  rend  sur-  que  ce  qu'il n'est  maa qu'a Ql  ce  moment  Si  Pabrizio  espece redonne une  de du  que  "tout  (est) d i t , l a route l i b r e ,  demeure  inquiet,  d'etre  soulagement courage  et  de  s i p r e s ? "  1  lsemble  enfin  ragaillardit  question l'obsede  la-bas  i  encore: 0  Q  A  cette  que  force leur  l a nuit  1'equipage  ouverte". eprouve  d'agir et leur jeune  "qu'est-ce  chef.  qu'(Aldo  question, Aldo  ne  exemple  Pourtant veut)  peut  une  voir  dormer  d e r e p o n s e , c a r c e q u ' i l v e u t " n ' a d e nom d a n s a u c u n e l a n g u e " , "§tre p l u s p r e s " , "ne p a s r e s t e r s e p a r ! " , " s e c o n s u m e r a c e t t e  85  lumiere", l'en  "toucher".  avertit  1  G  "Tentative  1  Fabrizio;  "identifies  . . .  1'adhesion  de s o n compagnon:  Et  l e s nuages  soudain  "Morceau des  hauteurs  fait  1*effet  dont  l e nom  a  mais,  (son)  s u rde l u i ,  Heure",  de planete"  s'est  entraine  "au-dessus  l e Tangri  et qu'il  d i t - i l . " ^  3  "Le v o l c a n i " . de l amer  e s tapparu.  e s tpermis  vers  Cette  s u r F a b r i z i o d'"une de c e s p u i s s a n c e s e s tp r i e r e ,  comme  maintenant  "'Tu e s l e d i a b l e J " , l u i  suspendu  G 4  Aldo  et sa conviction  s'ecartent:  de reve",^"  de s u i c i d e " p e u t - l t r e  vision  tres  seulement  rares  de  recon-  105 naitre on  e t d e nommer".  va enfin  miere". bas,  1  Plus  telle De  son  qu'elle  retour  "s*etait  separe  acte  rende  "la-bas" porte sant  voudrait  compte  une l e t t r e  Julien  auquel  destine  i  de l a d'etre  Le l e v e r de r i d e a u s u r  se rend  pouvoir  de l a f o l i e  plus  I In'avait en route capable  effacer, i  une v i s i t e  compte  lavait pleinement  a. m e t t r e  ne s e r a i t  d'abord,  lfaut puis  inattendue.  figurant s u rl epapier  a l a chimere:  Gracq  Mais,  ce choix  p a r l a symbolique  semble  de  consenti, e n somme  cette  machine  d'arrlter. pourtant  Cet qu'il  a 1'envoye  de  Ce d e r n i e r a p -  de l a C h a n c e l l e r i e de R h a g e s — N o t o n s  que l'embleme  entrelace  Aldo  a ses superieurs  q u il u i f a i t  presi  a cette l u -  de canon viennent  de ( l u i ) a jamais".  que personne  qu'Aldo  "se brtHer  plus  coups  coups?  reculer maintenant c a r  retrouvons i c i l a meme i d e e d e n e e e s * 107 deja exprimee dans Au Chateau d'Argol.  a l'Amiraute, Cet acte,  a l l e r  trois  ces trois  etait  tard pour  sa faim",  lfaut  sourd;  que 1'instrument  infernale  i  scene?—Nous  equipee.  !te  pres,  Qu'annoncent  derniere  site  en  ^  et toucher  monte u n b r u i t  tires. l a  0  "voir  Trop  en pas-  repr£sente l e  serpent  avoir  e t e suggere  de l amythologie  g r e c q u e ^  a 9  —  86  1'envoye v e u t les  eaux  diseuter  interdites.  Parghestan  estprlt  homme l e u r  fait  voye,  "aux yeux  prltera on  pas a  1'attend Tel  salle  avec  a oublier  et fixes",  cette  et i  un marehe  "desaveu"  transaction:  sait  " l alente,  d'avance  1  1  "malefique":  Mais  l'en-  qu'Aldo i  ne se  l i r a : ou  a quitte l a  1 1  (d'un) ^  reptile",  "silhouette s i  " i lest inutile  de  coups  de canon.  G'est  alors dans  que  vaut mieux  sou&ain  cette  1'insinuation  cette  qu'il  trois  Mais  c a r l e s gens  a Maremma  a se c o l l e r  a un  a, c e t t e  Palais  Vanessa  n i l u ine comptent  que d ' e t r e l i g o t e v i v a n t  e s tpreferable  puis-  apporte au  de son acte.  que n i e l l e  affaire;  pas de s u i t e  a l a semonce d e s  resolution  l e f e i i c i t e  q u i a ete faite:  n'aura  de r i p o s t e r  comprendre  tellement  apres l e d e p a r t de l ' e n v o y e ,  en question  defendu  ou Vanessa  d'Aldo  contre  a lui-meme  "tout  jeune  1  l u i , l'incident  fait  si>le  ouverts",  ondulation  1'ombre" a p r e s l a q u e l l e  de se r e b e l l e r  Aldobrandi  l e  reponse.  l a silencieuse  l u ison pacte  dans  a Aldo:  de s o n a.cte.  " l e s yeux  l n'y a u r a p a s de  qu'il  tout  croisiere  l a v i o l a t i o n eommise  luisants  premiere reaction  d'apres  l u i  o f f r i r  un  derriere  c o u r i r " .  c'est  I I vient  de l a fameuse  parvenir  replongee dans  l a  Aldo  l'envoye de Satan, l'envoye de Rhages  laissant t&t  avee  plus  ont senti  cadavre,  chose  condam-  112 nee  q u i sent l a mort  qu'elle tan.  a heberge  parmi  d'Orsenna,  plus  qu'un  jour  i  mime l e u r s  t e l son ancltre  Vanessa  son equipage  Prophetesse illuminee,  mime a u r i s q u e  race,  . . .".  Piero,  elle  l ' a bien  1'experience  l n'y a i t "plus 1  puis-  l ' e n v o y e mime d u P a r g h e s -  a tente  r u i n e s " .  prouve  1  3  d e Maremma,  C a r l e sgens  savent que pour  de  totale, plus cette  eux " s il ' o n n'a  87.  pas  peur  sance a  de se s e n t i r  presque  l afois  qu'a son  tres  divine:  l apesee  passer  l aguerre  elle,  paisible,  "tout  e s t b i e n " . L'Amiraute,  aussi  1  se rend  imminente,  ayant 1  i l  y a place  rempli  "pour  1  1  1  Ce n ' e s t  4  compte  et i  une  vraiment  des consequences  len e s t t e r r i f i e .  son rSle,  jouis-  c8te, eprouver  de l a u t r e  et l ar e s i s t a n c e " .  c e moment l a q u ' A l d o acte:  seul",  se retire  de Vanessa,  en sachant  5  elle,  "(rentre)  dans  l'ordre  comme p a r  enchan-  11 tement" car  comme " s ' i l  l e capitaine  Marino  tres  capitaine pourtant  d'Aldo,  i l  et  C'est  avait  Aldo  Ce n ' e s t  dans  e t Marino  c h a q u e homme  ternelle",  a Vanessa,  marque.  Marino  q u icroit  e t l e jeune  homme  doit  cette qu'"il  ardent  a f a i t  du  souffre;  et  la-bas".  contre l a folie quitter  l'Amiraute.  conversation, celle  toutes s e s pensees  l e statu-quo,  celui  i l  l aderniere  exprime  i r a i t )  a, O r s e n n a  contre l u i ;  a l i e u  dire  q u i s'est  grace  "toujours su qu'(Aldo  q u iaccepte  ce que v a  p l u s l e meme M a r i n o q u i  l acapitale  de t r o u v e r de l ' a i d e  des choses,  surtout  fi  rien",  l an o u v e l l e de l ' e q u i p e e d'Aldo,  on se r e t o u m e  laquelle celui  vite  Aldo.  e t e question de  u n a u t r e homme, v i e i l l i ,  au l i e u  Entre  va r e v e n i r .  d'Orsenna;  repandue  Mais  n'avait jamais  q u iinquiete  revient  que  passivite  intimes: totale  "qu'il  y  entre  des etres  n'y a p a s d'autre  q u isait  dans  v i e e-  en a une  118 autre", le  sable,  plus  celui i l  q u in e p e u t  eternellement l a tlte.dans  n'y a p a s de d i a l o g u e p o s s i b l e .  de place pour  maintenant;  vivre  mais  ses  derniers  qui  l e liberera  eux deux  Marino  a l'Amiraute, Aldo  l ' a su depuis  retranchements,  I I n'y a pas non  i  longtemps  ls e d e c i d e  de c e compagnon dont  s'en rend  compte  et, pousse  dans  a accomplir l e geste  l e regard  "reVeillait  trop  88.  de  c h o s e s " . M a i s  geste au  de p r o t e c t i o n  pied  Aldo  l areaction  precipite l e capitaine  de l'Amiraute.  Disparu  meme d e c e s e a u x l o u r d e s ses  prevoit  sans  dans  laisser  e t de c e s p i e r r e s  de Marino  e tson  l e s eaux  de traces,  moisies"  calmes "1'esprit-  avait  regagne  a l t r e s des profondeurs. II  devant que  ne reste  plus  a Aldo  ses superieurs.  1'atmosphere y  qu'arendre  Arrive  dans  compte  de son acte  l aeapitale,  e s td i f f e r e n t e :  i  l  s'apercoit  "on e u t d i tque soudain ( l e  120 ciel) vue  avait  p r i s  decisive  tante  toute  avec  l evieux  dans l e C o n s e i l  jeunesse  l ap l a c e " .  L a va avoir  Danielo  q u it i e n t une p l a c e  de S u r v e i l l a n c e .  en "des recherches  l i e u  purement  l'entreimpor-  C e t homme q u i p a s s a s a  desinteressees  e t  specula-  •j p i tives"  e s tdevenu u n p e r s o n n a g e a u q u e l "on o b e i t a u d o i g t e t 122 v a. l ' o e i l " . E t c ' e s t c e t h o m m e q u i e s t p r l t a. p a r t a g e r a v e c Aldo  l aresponsabilite  somme a  pense  l e  r i t  i l  q u i cedent  aura  tard  pouvait  l i e u ,  e s ttemps pour  faire,  "attend  ll u i a laisse  c e tacte  de c e r t a i n s  l u i soit  d'etre  reculer,  e t ce sera Orsenna  123 v  e t a dec e r e t i  I Ifaut  atteint.  De t o u t e s  desirable c'est  l "fleu-  done d e -  c a rOrsenna ne r e c u l e r a  de s e d e f a i r e ;  heure,  q u i"baptisait  Itres  rendue", 124.  "une chose  en  a une certaine  a. l a t e n t a t i o n " .  q u i vient pour  c a ri  Carl u i aussi,  que s a jeunesse  ce "seuil"  e s ttrop  guerre  qu'il  C a r l e monde  heures  p a r ceux  passer  ouverte".  a un acte  monde".  taines  i l  "une p o r t e  de son acte,  fagons, pas.  La  e t bonne" c a r  l e seul  moyen de  l a g u e r i r de s a " s o l i t u d e " , de cette "espece d ' i n s e n s i b i l i t e 125 . . . comme s i e l l e a v a i t p e r d u l e - t o u c h e r — p e r d u l e c o n t a c t " . 1  Toutes  cesraisons  que l u i expose  Danielo  n'arrivent  pas cepen-  89  dant  a, c o n v a i n c r e  enfin  son assentiment,  presentera. pondre  Ce q u ' a f a i t  monde n ' a p u j a m a i s  et  c'est  a, u n e q u e s t i o n — a  souffle":  C'est  qu'il  enfin  explique-t-il,  une question  laisser  sans  devait  avec  lui-meme  c a r "un p a s a l a f i n c o m b l a i t  nuit  et ( i l  p l a n t e " .  1  2  gende  savait) pour  en presence  recoit  bien  comme d a n s  "un" P e r c e v a l  Perceval-sauveur:  se  r e v e l e r a sauveur  en  devenant  a  aspect Plus  dans  de  Perceval  cette  l e decor  etait  du mythe  a l al e -  i c i ,  effet,  en  romans  savoir s i ce Perceval  damnateur.  Nous  l'Ami-  precedents.  l e sh a b i t a n t s de  ou r e j o i n d r a l e sdeux  bien  conforme  son chateau,  l e sdeux  qu'attendent  reste a  son tour  Amfortas  Maremma,  q u i arrive precedents  eluciderons  ce  point  loin. Comme d a n s  occupe  l a legende,  l a premiere  cedents  Julien  apres  Amfortas.  l i v r e  retrouve  d'Argol. l u i  a  quitte l e  l'attente  des evenements:  Aldo-Perceval  e t non 1'inverse  un  plus  au  son dernier  encore  qu'Aldo  desormais  d'un n o u v e l  a l a progression  Marino-Amfortas  C'est  quoi  c e r t e s des deux precedents.  quant  raute,  encore  7  Nous v o i c i different  "de r e -  poser.  v i e i l l a r d , vide,  jusqu'a  une f o i s  chef l u i  c'est  que personne  reponse,  — A l l u s i o n  reconcilie  q u i emportera  l e d e r n i e r que l e v i e u x  Aldo,  "qui vive?".  a l a question  1' a r g u m e n t  t o t a l ement A l d o .  Aldo  en montrait  place,  Gracq  alors  au r 6 l e  en e f f e t  que dans  ne l u i avait  Quant toute  c'est  l e sdeux volumes  reserve  que l e deuxieme  de Vanessa-Kundry,  1'importance  qu'il  n'accomplirait jamais l e ehemin.  Aldo-Perceval q u i  Cependant  avait  son acte l e c6te  dans  i  prerang,  la dans Au  ce  Chateau  s iVanessa  ne  c h a r n e l m i s en  90  evidence  dans  dernier: saire  sert  de  faire  l'autre  qu'il  ete  I I y  a  offerte, sauveur  t i e l l e pour  ete offerte, Revenu  menera  Symbole  l a tentation  nage.  l e  a  etape,  ce dernier pour  mais  a  demoniaque,  enfin mais  q u in'"a jamais  Piero  Marino  Aldobrandi,  satisfait,  i  l u i ruine  l u i ,  en e f f e t  q u ' o n n e p a r t p a s a. l a r e c h e r c h e  n'a  l'idee  du Graal;  kUnnte  a  et c a r jamais  s'£tait p r e s e n t e e ,  retrouvons  Niemand  oui""*"  le s t 1'archetype  a  " . . .  a.  su dire  r e s e r v e s , en p a s s a n t  q u i etlt p u , s i e l l e  tache:  manieres  r e n c o n t r e , c'est une v i e  q u i e n t r a i n e avec  nous  n£ees-  Gracq  l e vieux Danielo, qui 1'occasion  attendu—La,  cette  Julien  t o u t d'abord  l a fin.  de l ' o r g u e i l  etape  representer trois I I y  ce  e t non " l ac l e " .  recit  b l e s s e de c e t t e jusqu'a  s o u l i g n e dans  i c iqu'une  e x t r e m i t e , a d i t " o u i " sans  l'ennemi. de  que dans  plus  e n somme  a. l a " t e n t a t i o n " .  l a "chance"  malade  n'est  mais une simple  personnages  l a tentation.  de a  de t r o i s face  l i v r e  sexuel n'est  e s t a noter  se  a  l'acte  de l a quete, II  qui  l e premier  devenir essen-  on e s t c h o i s i  i h nbeshreiten den e r  129 nicht  selber Yenons  et  essayons  f a i t  cette  l ' l t r e tard tache a un  mb*cht'geleiten". en done m a i n t e n a n t de v o i r  fois  depuis  qu'il pour  necessaire  l e debut,  s'en rend  e t ! a joute peuple  s il a tentation  un sauveur  laquelle  compte i  l a  pour  derriere  agir.  De  heros  "choisi" et qu'il  mesure  tels  hommes,  en  l sait plus  de l a nouveau  i m p l i c i t e de  l u i donner  "figures  i  que b i e n  Car un facteur  pour  Aldo,  le s t expose  l'etendue  l a complicite  l e h!ros  i  "Guide",  ce n'est  ete designe. c'est  de c e roman:  a. l a q u e l l e  ou un damnateur.  mais  a. l a q u e t e :  amassee  au v r a i  tout  l e "momentum"  d'ombre,  vouees  91  a  une execration p a r t i c u l i e r e "  de  "eondensateur"  c'est a  d'avoir ete trop  travers  eux.  trouilles, qu'elle tous,  Cette  cette  fera  "terre  sainte";  Parghestan,  cet  Orsenna, terre  monde  duelle, par  se l i v r e  habitable,  l'au-dela "Itre  totale, Ce  de  pour  n'est  inconnus,  desp a -  en  d e j a men-  des humains;  aux  semble  et  "sauveurs", que cette  l anature  dis-  de l a quite  pas l e delegue quite  quite  entreprisen  humaine?  enfin,  i n d i v i -  Quite  vers  "Itre  regard!",  comme l e T a n g r i , e c l a t e r  l a gangue  dans  "voir"  l alumiere; desir  avoir  que nous  arriverons  avions  pres  l e squelques  posee  le  heros  de  sa croisiere.  lui-mlme  damnateur, r6le  monde  i c id'une  de l a condition  voulu  "monde h a b i t a b l e "  p l u s que d'une  pas plutdt  a  e s tpresente avons  ne s e r a i t - i l  qu'apres  nous  son  interpreter  e t beaucoup  flamber  I Inous  y a,  v i f " comme l e s a n g  Nous  des termes  Aldo  faire,  i l  de  connaissance  surhumanite.  vraisemblable  core  succombe.  pour  celui  en presence";  l aligne  "la-bas",  monde h a b i t a b l e ,  Aldo.  des espaces  perissable  y  voir  habitable.  ne s ' a g i r a i t - i l  t o u t u n monde,  de f r a n e h i r  r!serv!e aux "saints",  e s timportante  laquelle  du  d'aller Aldo  l e rdle  s iculpabilite  continue d'un rouge  1'importance  a u d e l a d u monde  tinction a  "ligne  en e f f e t  a ce que tout un peuple  tentation  meme s i l e s e u l plus haut  culpabilite,  dociles  repandre,  tionn!  l e  et leur  jouent  accept! eette hypothese  p l u s haut:  Aldo  sauveur  a l a q u e s t i o n que  ou damnateur?  r a r e s i n f o r m a t i o n s q u inous sa patrie  Orsenna  Le sauveur puisqu'il  e s t sans  a repondre  doute  attendu  a apporte  moins  a  noir  comme  sont  ! t !detruite  D'a-  fournies p a r a l a suite  a p p a r a l t done u n e f o i s e n l amort  qu'il  autour  de l u i .  ne l e paralt  au  Mais premier  92  abord.  Ne  senti  vivre  d'un  mort  avaient  vaut-il  vivant?  et  Puisque duisons sur  l a mort  n'ayant ment  a  f a l l a i t core l u i  que  cette  fois  herds. que  poser,  sans  un  mais  de  effet,  trainer  a  Aldo;  mourir  apres  s'ltre  ind^finiment l'existence  Yanessa pour  d'abord,  eux,  Aldo  puis  etait  Danielo, bien  "damnateur".  Aldo  l a lumiere.  n'apparait  laisser  pas  en  c e l a que  montrer  c'est  du  que  G'est  de  non  atteint  leguant  mieux,  reellement,  essaye  "sauveur"  pas  qui  confession,  l'entreprise hardie  "seuil",  I I a s'est mais  vu  l e  i  Aldo  "Qui  ln'a  Graal,  eloigne  d e r n i e r message,  reponse:  sa  Peut-ltre est-ce  l e  pas;  ecrit  sans  semble cette  vive?".  s'est  simplement pas  a  ne  nous  ete  devine l e  en  de-  pas  achevee  parce  que,  brul!  totale-  l a question  faire.  Galaad  l a  l u i ouvrir l a porte, question  qu'on ne  qu'il enen  peut  93  Chapitre Gracq, 2  Ibid,  3  p.20.  4  p.38.  5  p.233-  6  p«248.  7  p.265.  8  p.8.  Le Rivage  des  III—NOTES Syrtes,  p.8.  p.81.  % l e m e s i , comme 1 ' e c r i t L e u t r a t , l e s t e m p e t e s d e ^ l a m e r i t a l i e r x n e r e s s e m b l e n t d a v a n t a g e a c e l l e s que c o n n a i t b i e n Gracq au l a r g e des c&tes bretonnes. "*" J. G  i  :  L  Gracq,  Ibid,  1 2  p.47.  1  5  p.21.  1  4  I b i d .  1  5  p.50.  1  6  p.46.  1 7  1 8  p.265. p\. 2 9 8 . 4,  1 9  p.202. P • dOQ »  2 1  p.286.  2 2  P.55.  2  5  p.l82.  2  4  I b i d .  2 5  p,183.  p.8.  p.12.  J. 2  Gracq, p.55.  I b i d ,  7  28  r-n  P.57. 2 9  p.91.  50  P.29.  31  p.340.  5 2  p.lO.  5 3  p.ll.  3  I b i d .  4  p.l8.  5 5  3 6 P  3 7  .21.  p.22.  3  8  I b i d .  5  9  I b i d .  4 0  p.l41.  4 1  p.91. p.9.  1  4 3  p.l77.  4 4  p.l93.  4 5  p.243.  4 6  p.29.  4 7  p.93.  4  8  I b i d .  4 9  p.l34.  50  P.130.  5 1  p.l75.  5 2  p.l85.  p.84.  95.  5  5  5  4  Gracq,  I b i d ,  p.192.  p.194.  p.l95.  5 5  5  J .  p.l96.  6  5 7  p.275.  5  p . l l O .  8  p.l9.  5 9  60  p.31«  61  -o p.3o.  P.39.  6 2  6 5  p.41.  6 4  P.43.  6 5  p.58.  6  p.l06.  6  6 7  p.234.  6 8  p.236.  69^  p . 31.  7  r > p  0  .32.  71  p.33. 7  2  I b i d .  p.34.  7 5  C e s e x p r e s s i o n s d e "monde h a b i t a b l e " e t d e " t e r r e ^ s a i n t e " presentent un interdt tout p a r t i c u l i e r pour 1 ' i n t e r p r e t a t i o n de c e l i v r e . 7  4  7  5  7  6  7  7  J .  Gracq,  I b i d ,  78  J . Le  p.63.  p.79.  Gracq,  Au Chateau  d'Argol.  Rivage  des Syrtes. p.88.  p.102.  96  7Q J  Le  Rivage  8  0  I b i d ,  8  1  I b i d .  8  2  I b i d .  8  3  p.l64.  8  4  p . l 6  5  p.117.  .  8  5  p.l80.  8  6  p.l82.  8  7  p.l83.  8  8  p.l95.  8  9  p.l99.  9  ° .210. P  9 1  9  2  p»217. I b i d .  9 3  p.218.  9 4  p.223.  9 5  p.224.  9 6  p.225.  9 7  p.226.  9 8  p.228.  "p.230. 1 0  °p.2 l. 5  1  0  1  1  0  2  1  0  3  1  0  4  1 0  des Syrtes,  I b i d . p.234. I b i d . P.235.  5p.236  i  p.113.  97,  ^ L e  1  Q  1  0  A u  7  Ravage  des  Syrtes,  Chateau d1Argol.  p.237.  p.63.  1 OR  Le  Rivage  des  Syrtes.  p.244.  l ^ P a u l D i e l v o i t dans l a p a y s " , l e synonyme de 1 ' i m a g formes, l a vanite, perversio par l e serpent. Paul Diel, grecque, pp.84-85.  Chimere, "monstre devastant un i n a t i o n p e r v e r s e dont une des n s p i r i t u e l l e , est symbolisee Le Symbolisme dans l a mythologie  110 Le l  i  :  L  Rivage  I b i d ,  des  Syrtes.  p.259.  p.269.  112. •p. 2 6 7 .  \  1  1  5  P.271.  1  1  4  p.274.  1  1  5  p.279.  l  l  6  p.282.  l  l  7  p.288.  1  1  8  p.294.  p.300.  1 1 9  120^  ,  p.303. n  1  2  1  p.327.  1  2  2  p.331.  1  2  3  P-339.  1  2  4  P.341.  1  2  5  p.348.  1  2  6  P-352.  1  2  7  p.353.  1  2  8  p.209.  1 2 9  1  3  R.  °Le  Wagner, Rivage  P a r s i f a l , des  Syrtes.  p.444. p.218.  - C H A P I T R E  Un  Balcon  Les  yeux  Q U A T R I E M E -  en  Forlt  ouverts  98.  Le d e r n i e r roman p u b l i e p a r J u l i e n G r a c q , Un B a l e o n en F o r l t , semble se s e p a r e r completement de 1 ' o e u v r e q u i precede; on a p a r l e d'une n o u v e l l e v e i n e que l ' a u t e u r c h e r c h e r a i t a exploiter.  P o u r t a n t J u l i e n Gracq lui-meme apparente ce d e r n i e r  " r e c i t " au R i v a g e des S y r t e s ; l e s deux oeuvres p o s s e d e n t , il,  un theme c e n t r a l commun, " l ' a t t e n t e  de l a m o r t " .  Serait-ce  1  dit-  de l a G u e r r e , p e u t - l t r e  a d i r e que Gracq a i t abandonne c e t t e  f o i s t o u t rapprochement avec l e mythe du G r a a l , p a r t o u t dans ses romans precedents? conclusion s o i t j u s t i f i e e .  present  I I ne nous semble pas que c e t t e Sous une apparence moderne, p l u s  d i f f i c i l e sans doute a i n t e r p r e t e r , l e mythe n ' e n e s t pas moins encore p r e s e n t . s i f a l cites  D ' a i l l e u r s , l e s p r e m i e r s mots du l i v r e t de P a r -  en exergue:  " H e i Hoi Waldhiiter i h r , S e h l a f M i t e r  mitsammen, So wacht doch mindest am Morgeni . Hei Hoi Gardiens fi  du b o i s , Gardiens p l u t 8 t du sommeil, Y e i l l e z du moins a l ' a u r o r e i " , viennent, s ' i l est n e c e s s a i r e ,  nous r a p p e l e r que l e  mythe m e d i e v a l n ' a pas cesse d ' o b s e d e r G r a c q . Cejque nous a p p e l l e r o n s l e s " p r e l i m i n a i r e s " e s t i c i - f o r tement e c o u r t e , autres volumes. tente.  a 1'inverse de ce q u i se p a s s a i t dans l e s Nous a l l o n s e n t r e r de p l e i n p i e d dans  l'at-  C e r t e s , l a encore, l e r e c i t s ' o u v r e s u r un voyage, v o y -  age q u i n ' a pas ete v o u l u p a r l e heros et dont l a d e s t i n a t i o n est l a i s s e e  en quelque s o r t e a l a charge du D e s t i n :  m o b i l i s e pendant l a " d r & l e de g u e r r e " , de l a Meuse. pas en j e u : pas".  Grange,  est envoye s u r l e  Le d e s i r ou l a v o l o n t e du heros n ' e n t r e n t  front en e f f e t  "embarque" dans c e t t e g u e r r e . . . i l ne p a r t i c i p a i t  " M e n ! " , c ' e s t a i n s i q u ' i l se s e n t , mais p a r q u i ? l e s  99.  chefs?  l e gou v e m  em e n t ?  Pour  Grange,  u n " o n "anonyme:  "Ou.  "7.  me m e n e - t - o n ? " . comparable le  n i au heros  precederent  git  plus  i c i  dinaire, pour  tingue  dans  mais  1'oeuvre  (Shakespeare,  nous  pas  curieux, mais  ramenent  ceptivite  telle  D'ou. v i e n t  reste  cependant  dans de  sa  dans  Grange?  l a encore  coulait  ou d'apres  ce l i v r e ,  a. P e r c e v a l ,  l'idee  en e f f e t ,  dis-  de  quelques  naturelles  chez  presque  i l  n'est  l e s c u -  l u i u n e v6peu,  sans  mais resis-  nous n'en saurons  a i l l e  passer  1. Roudiez,  a  u n p e u e*-  "decourager  comme d a n s  rien.  s a permis-  demeure l e sou-  mais  l e s trois  l e r o i Amfortas?  de J.L.  q u i mene  e t competente",  tais",  ne se  a c8te  I I existe  y  Leutrat et voir  r e p r e s e n t a t i o n toute depourvue  ciale  aime  qu'il  banal  Perceval.  pendant  roi,  me  4  nom  Comme P e r c e v a l ,  d'autrui  l aTouraine,  Y - a - t - i l  accepter  l asienne".  i l  dispositions  qu'il  s i g n i f i c a t i f  nes ' a -  Reserviste rappele  que "une i d e e l o g i q u e l ' e b r a n l a i t  l epressentiment 5  Grange,  par seslectures  aux autres heros.  e t d'abord  un  simplement:  e t Swedenborg,  c'est parce  de  n i a. c e u x q u i  E n somme, i l  d'autres.  Gide  n'a rien  n i d ' u n homme u n p e u e x t r a o r -  e t p a r certaines  riosites,  venir  tout  i l  d ' a s p i r a n t , "beau m i l i t a i r e " ,  qui  sion  de Gracq.  comme b e a u c o u p  policiers),  tance".  heros,  medievale,  des-autres, que, p e u t - l t r e ,  romans  II  de l aquite  d ' u n homme  un poste  tonnantes  que  a notre nouvel  n i d'un c h e v a l i e r ,  u n homme  occuper  Quant  . . .  qui ne sera  "ne pour jamais  I I faudrait  peut-ltre  dans l e c a p i t a i n e  de portee  " s a compagnie  precedents,  avec  symbolique.  Petit  une secheresse g l a -  l e style  appele  Varin  j'ordonne  a jouer l e s  ou j e premiers  100.  rdles. Quant i c i  p a r une  eloignons Dolores plus a  a  l a belle  s o r c i e r e Kundry,  "demone r i e u s e " :  certes  de  e t mime de  humaine,  Mona.  l a "prinoesse l a beaute  elle  conserve  te  ne  elle  de  l a f o r l t " ,  l'emplche "etait  qu'elle pendue  C'est  *  qu'elle  tout  cou,  mais  " l e secret  de  "reine" Beaucoup  traits  communs  meme c e t t e  pas  legere-  Grange  car 8  limpide".  petite  certaines  l a  nous  d'envovltement,  n*etait  demeure;  de  mais  une  nous  fadette—une petite  r  elle  elle  elle,  certains  sorte  remplacee  d'Heide.  "une  Grange,  comme C h r i s t e l ,  sorciere  detient  pense  d ' e x e r c e r une  spontanee,  porte, au  pas  7  est  " Vanessa,  cependant  1  N  Avec  hieratique  c e l l e s qui I o n t precedee.  sorciere  elle  Bien  c r o i x d'or  croit  pratiques  sus-  presque a  moitie  q magiques l u i  n'est  lourd deja  l a v i e sauvage",  pas  pur  comme s a  "bouche  i c i par  Grange:  tiques porer  trangete Le  pulpeuse  Hervou'et,  en  groupe  Grange  apprend  levres  de  qu'elle  jette  sur  d ' e c l a i r c i . e ? " ^ mais lourdes,  des  a  y  de  Olivon, morales  troupiers.  de  heros  de  ce  clos,  l a Meuse  qui  savait  est  consti-  ne  tout  par-  compagnons  l e s caracteris-  font  Mona  que  l e s  incor  e s t done l a  ce  caractere  d'e-  gracquiens.  recit.  Mais  "maisorrforte".  est.affecte, i  et  trois  dont  presenter  aux  disparu ou  groupe  compose des  son n o m — a  chateau  qu'il  front  marge"  jusqu'alors,  chateau aussi "l'idee"  du  a u t a n t que  l'indique  encore  au  Goureuff et  tout au  commun,  couleur  elective, l e petit  l e "clan  davantage  seule—comme  "ses yeux  tous l e s soldats  physiques  e t l e charme  bien''.^  communaute  ticulierement de  comme  chercher son La  tue  de  ls e p o s e  i  l reste  Lorsque cette  question:  101.  "qu'est-ce que e e l a peut I t r e ? " ; de  r e p o n s e , mime u n e f o i s  q u ' o n 1'y a u r a  qui a precede son a r r i v e e s'est tres  recits,  question  amene.  Le voyage  e f f e c t u e " , comme d a n s l e s a u -  a u m i l i e u d'une n a t u r e Train vide,  qui ne t r o u v e r a pas  peu  accueillante.  des  l i e u e s e t d e s l i e u e s de f o r l t  une  clairiere,  hostile  ou t o u t au moins  silence des hois  sans  sans une d e c h i r u r e ,  l a s o l i t u d e e s tcomplete;  d'(une) f o r l t  de conte",  maison-forte,  s a s i l h o u e t t e e s t en e f f e t  pense Grange.  c'est  n'est  Quant a l a fameuse singuliere:  c e r t e s p a s u n e m a i s o n comme l e s a u t r e s ,  f e e s " p a r c e r t a i n s c8tes d o n t 1 ' a r c h i t e c t u r e  avait  baptise  improbable".  "avait  Le Toit,  1 4  cette construction etrange,  etait  des  comme G r a n g e de p l u s  incline, obstacles  autres:  i  l s ' a g i t i c i d u b o y a u d'£-  mene " a l ' a i r rencontres  libre",  p a r l e heros au cours  du bois", tout  sent  Chacun s'est  temps e t l e s g e s t e s transformes l e soir,  repetes,  en r i t u e l . s'il  de s a q u i t e .  c e p e t i t monde d e s P a l i z e s a t t e n d .  p o u r eux de t u e r l e temps:  pas 1'ennui.  et un  symbole encore une f o i s  Point n'est besoin  reunit  coupe  S i cette  q u i , grace a des marches d ' e s c a l i e r r a i d e s  "Gardien  vlte  quelque  e l l e possede cependant l e s o u t e r r a i n  remarque dans l e s t r o i s  plan  Ce  1 3  e s td!pourvue de l agrandeur e a r a c t e r i s t i q u e des  "chateaux" precedents,  vacuation  tombe  "maisonnette de  " a d e m i d u monde h a b i t e p a r u n m a u v a i s c h e m i n " . residence  "une  au m i l i e u de c e s fourres p e r d u s " .  chose de p a r f a i t e m e n t  sans  l e "silence  s o r t e de c h a l e t Savoyard, emmlle dans l e s b r a n c h e s , comme u n a e r o l i t h e  oiseaux,  i l s ne  connais-  t r a c e une s o r t e d'emploi du  en devenant f a m i l i e r s , Le repas,  ne ressemble  se sont  p a r exemple, q u i  en r i e n  aux f e s t i n s  les  de Mont  102.  ^salvage, auquel  cree entre  Grange  fait  l e sp a r t i c i p a n t s  allusion  un l i e n  lorsqu'il  etroit,  celui  de se  trouver  s'etonne  16 dans  une "espeee  tent  "bien,  "un  de foyer".  a l'aise  peu tendus  . . .  c'est  ce qu'il  n'est  pas une attente  jamais  L e s occupants du Toit  d'ltre  ensemble",  p a rcette  rumeur  absente;  chacun  le  monde p r e p a r e  le  f a i t  sait  "quelque  entendre Olivon  dans  une certaine que, sous  chose",  a Grange  i l ss o n t  cette  l ag u e r r e sans  . l a  l u i ,  n a t u r e semble  respirait,  plus  c'est  sentir ample,  l e "grand  que quelque plus  gnes  enigmatiques d'on ne s a v a i t  Mais  lorsque  le  seul  recours  langueur" che  grands  quand  ouverts;  choses  tranquille  meme:  hommes  l at e r r e  sonore  sourdement  e t n a t u r e de "donner  deviennent "monde  suspendu  de tous  Mime  "La foret  . . . aux s i 19 d e s temps".  cette  Ce sommeil  e t seche alertee  aussi et  "maladie de qu'on  car l e ssignes  eher-  l e pene-  dormait l e s yeux etait  de  nouveau  e t l eneige q u i scelle l a f o de r e p i t : ' l ' i l l u s i o n penetre 21  l e change  de p e t i t  mais  attend.  se trame:  au destin".  s e p r e s e n t e n t d'eux-mlmes  un semblant  fragile,  qu'il  retour  e t gens.  cependant,  " l anuit  l av i e h a b i t u e l l e  quel  . . .,  attentive  l e sommeil,  ' 20 p l e i n e de presages". L'hiver, r l t , s e m b l e n t a p p o r t e r u n moment  de  l a guerre":  s e prolonge, on s'enf a t i g u e c'est  q u i atteint  n'est plus  trent  alors  chose  eveillee,  t  1'attente  coup"  Comme  Q  n e d i s p a s qu'on n ' a p a s l av i e t r a n q u i l l e " . ., e t , p o u r  placides,  doute.  i l "pense  ce  n'en e s t  sesapparences  quand  E t  attente;  tension  •I  "Je  cependant 17  de sauvagerie".  y a de caracteristique calme,  mais  se sen-  village  Les gestes  et l e s Falizes  d u temps d e  cStes sur l evide,  paix, mais  dont  103.  les  engrenages Mais,  avec  lezarde". orageuse"  Le  qu'un".  Lorsque i l  printemps  Mais  que  l'hiver  comme s i l ' o n  preparatifs plus  prenaient bisarrement  ceux d'une Grange  recoit  une  qui  une  arrive  avec  r e p e r c u s s i o n , un se  preparait conviction  des  attendant  l a premiere  reponse  etonnante:  "On  va  malaise  est, tels  ce  oscille  qui  chacun  dormant",  n'est  des  pas  24  dr&le".  "quelde  beaucoup  battre,  presses  C r a i n t e de  sont  l e s deux  participants  ces  bataille.  s ' i l v o u d r a i t se  fait  de  de  soldats f a i t  troupe  Hervou'et  d'activite  l a venue  bois  demande a  lesquels  pour  "se  panique,  surcroit  "armee au  \ i c i , a l a f i n , ca  entre  "hate  d'une  Seulement venir,  toumer".  l a tranquillite  l e manque de  1'oeuvre  a  "vieillissant",  produit, par  2 3  malsaine,  se  de  .  .  ce  .  qui  sentiments  l a dr81e  de  guerre. Lorsqu'enfin remplissent r e i l l e  aux  l e  ciel,  aguets,  qui  s'echangent  des  moteurs  l a  mime.  cela i l  n'a  faut  a  Les plus faire  qu'un  panique  dont .  de  pour  gestes  jusqu'a  .  l a fievre  autour  face  surprendre  l e s vagues  de  ce  but, a  eux,  Mime l o r s q u e l e  temps,  emplcher  l a realite, c'est  l e brutal  l e beton encore,  reprendre  une  fois  de  l a f o r l t ,  attente plus  de que  au  dure  emmures d a n s  du  qu'on  penser.  qui  de  blockhaus".  l e beton  a de  du  obscurs  n'est  quand  est  bite  tout enfin  cette des .  .  Mais  silence  fois  hommes, . l e s l'attente  "fantdmatique"  supporter pour leur  plus  abat,  s'empare  souffle  encore  Et  l a guerre  milieu  qui, l ' o -  vrombissement  l a tranquillite  l a panique  . contre  monde  d'avions  l e s messages  q u o t i d i e n s , l a besogne  " l e chaud,  sont  s'empare  l u i . un  va  hommes q u i  s u r v t e n t , que  e s s a i e de  cesse  arrivee  (plaque)  l e reveil  "caveau  l e s de  f a -  104  mille". un  E t quand  l e x p l o s i o n finale  soulagement.—Pour  d'un  sauveur,  cette  malsaine  pesant  Grange occupants  c e s hommes,  o u mime  puissance,  humaine sur tout  de l a maison  e t que l a n a t u r e  dans  senti  au l i e u  l e fortin, mais  offert.  ce n'est parce  qu'il  l e soupgon  glisse  y  a  rompre  compte  prenante. tense Grange char; ces  doute,  dont  qu'il  et 1'impression C'est  un malaise  de depaysement" s'allonge c'est  venues  d e c e "monde  mais  S ' i l "s'installe"  r e c o n s t r u i r e l e monde dans  c e monde n e u f "juche(e^  "Manie  en r e t i r e  qu'il  ressent,  au  dessus  de  beatitude,  quelque en  chose—  marge".  dans l e s v i s i t e s bizarre", e s t tout  i  l s'en  aussi s u r -  "une s e n s a t i o n  l e long  a l u i de se defendre  q u i l u i  l'echelle  s'en debarrasser,  du pointeur,  qu'il  l'echelle".  a retrouver  d'exorcisme  silencieux  qu'il  l u i a au con-  totale.  qu'il  e t pour  a l a place  sa maniere  son arrivee,  d'autre—ou  au blockhaus.  autres  differencie  l e q u e l v i t ce "clan  sorte une idee f a i t  a  d e r r i e r e ce sentiment  sous  des  s'en  on e u t r e t i r e  que quelqu'un  l e charme  en quelque  frequentes rend  "depayse"  certes pas l u i q u i cherchera  se  l a torpeur  des soldats q u i l'en-  son attente  l u i apparait  n'est  II  de  se p l a i t  Ce  sans  de  que l e sentiment  que c e l u i  pas pour y  l a M e u s e comme s u r u n t o i t  viendra  a 1'attente  de l i b e r t e  de  Mais  celle  1'attente  de l u i etre p e n i b l e ,  La maison-forte  enlevee.  c'etait  I I semble  autre  mime  cause une sensation  quitte,  est  I I s'est  impression  traire  a  d'une q u a l i t e  l e debut.  presque  u n monde.  forte?  tourent  c'est  ne f u tpas  ou non, q u i p u t v a i n c r e  p a r t i c i p e - t - i l l u i aussi  soit  cette  1'attente  d'un damnateur;  eprouve  des  se produit,  1  chaque du canon  contre  i n fois, anti-  l e s puissan-  et intimidant, baigne  d'une  105  lumiere truire  blanche, l epetit  Nous les  d'une monde  avons  Curieux,  savoir  ce qui vient,  gent II  de c e t t e  c'est  bien  capitaine  Varin  l e s a u t r e s que chez  posee  lors  l u i -  i l ne veut pas  et "qu'il  l ereveiller  La pre-  devenaitu r vague".  de s a t r a n q u i l l i t e ;  de s e srencontres  l e comprend  du capitaine  e t calfeutree  repousser  l u iune " f e b r i l i t e  de malaise  " l e s propos  silencieuse  etait  qui, l u i ,  a  en sente ^imminence.  chez  p a s qu'on v i e n n e  de Grange  pas l ' l t r e ,  qu'il  cause  ce qui l'emplit  clairer;  done  question qui  de comprendre",  n'aime  le  i l ne veut  chez  qui pourrait de-  bien.  l atendance  tout autant  meme.  calme",  ou. i l s e s e n t  deja note  "curiosites",  sence  evidence  bien  e t voudrait l ' e -  . • . tombaient  que s ' e t a i t  faite  avec  Grange  s u rl a v i e comme u n e  30 pierre  dans une mare".  Yarin: s'est  "Qu'est-ce jamais  meme. y  "Laguerre?  a une guerre?  tous de  s e s beaux  se sentir  dee  qu'on ces  envoie  ce  qu'il  y  nerveux.  une,  qui puisse mettre  3  q u is a i t  p a r exemple  tout  pas a  ce qui  en m i e t t e s l ap r e s e n c e  en avant  guerre  ne  1  a  meme  on l e saurait";-^  sont  l u i s ' i l mais  1'empecher eloigne  l ' i -  s o n monde, l e de ces c a v a l i e r s  du fortin.  en e f f e t  l e s nouvelles quelles  qu'elles  Pour  vivables soient,  l u i , seulec a r i  de bonnes n o u v e l l e s .  s'endefende,  q u i 1'entoure,  i c i. . . ? "  ne reussissent  Au contraire,  de l afausse  done  . . . — e t  en a v a i t  aux avant-postes,  qu'il  l aquestion que l u i j e t t e  a r e f u s e de s e l ap o s e r  se d i s a i t - i l  plus y avoir  Bien  l u i ,  attendez  raisonnements  s ion e v i t e  peut  parce  de reconfort,  contrees  ment  que vous  S'il  d'un c o n f l i t  remplit  ne  posee  Pour  Grange  sesn e r f s sont  e s tcependant  maintenant  affect! p a r  attaques  de  facon  l  1G6.  subtile:  "(c'est)  comme u n e S d e u r  peur  contagieuse  cier  de c a v a l e r i e v i s i t e  combien qui  i  lcroit  l e saisit  l'orage".  l e blockhaus  3  dans l ' a i r , l a Lorsque  3  et l u i f a i t  surtout  tout  au fond  de l u i .  sa v i e ,  c'est  parce  l a furie  des c r a i n t e s que c e t t e E t s ' i l  accueille  l ' o f f i -  comprendre  peu a l a s e c u r i t e de l e u r beton,  vient  v e i l l e dans  des b i t e s avant  de foudre  idee r e -  s ib i e n  que, au contraire, e l l e  Mona  l u i donne l a  34 sensation  d'ltre  se  a l'admettre,  refuse  lui-meme  semble  autrement, journaux, coup,  "bien  p a r exemple, ces journaux  d'un  paragraphe  Itre  arraehee". Grange  35  songe  l e ventre  se  a  etrange  l aguerre  avoir i l  l'est  c'est ttH c!e",  attend  sensation  ln ' e s t  l amaison-forte.  cette  autour  d'eux.  a  bout  avait du  >  rien  et qui,  3  Grange  cela?  d'autre  que  libre q u i edt  s ion  preoccupe  sensible  chose: comme  l e s tbeaucoup  que p a r l e s siennes  Grange  c eq u i  a. p e n s e r  que p a r une  Cependant, i  Mais  s'oblige  plus  propres;  ll ' a p p e l l e , ou p l u -  que l a t e r r e e s t soudain Lorsque  au  page  de chute  c r e p u s c u l a i r e " , comme i  sensation  ou, "tout  derriere tout  du rouleau". ^  des autres,  p a r l e s c r a i n t e s de Mona  "l'angoisse  aux  on ne s'en s e n t a i t p a s l ' e n v i e —  l e bout  aux pressentiments  porte  q u ib e a i t  n'est  rives  q u e meme l o r s q u e  q u iv i e n t , i  mais  double  finale  l e smauvais  peut-Stre  c'est  a. q u i t t e r  affecte  dans  qu'une  q u i se cache  que c e qu'on  a. l a p r e c i s e r — m a i s  f u tappelee  est  Qu'est-ce  cette  allusive  qu'il  expliquer  qu'il  rien,  bien  une p a r t i e de  Comment  insolite  q u in e d i s e n t  a penser  Mais,  toute  chose.  mysterieusement  "deja. p r e s s e n t i e ,  eherche  quelque l ' i n t e r l t  donnait  '  toujours".  interieurement,  attendre  une phrase  fauche  l apour  se rend  "eteinte", "glacompte  qu'il e s t  107.  le  seul  attend  a. c o m p r e n d r e  ce q u ise passe,  s a f i n en sommeillant,  i  tionner  un signal  37 d'alarme";^  vaut-il  pas mieux  laisser  que c e t t e  ll u i semble mais  l e rive  "armee  qu'il  lequel?  reveuse"  faudrait"ac-  D ' a i l l e u r s , ne  se poursuivre,  laisser con-  38 tinuer  cette  "attente  pure,  prendre  f i n , l'angoisse,  bientQt  remplacees  aveugle".  l apanique  d'ailleurs  attirante, 39 des contes".  Lorsque s'emparent  q u i ( l u i ) remontait  et  C a r ,p a r dessus  de  "au creux  ce que durent  les  ses  du ventre",  a s e so u i e v e r " .  La  tentation dont  Grange v a I t r e  1'aspirant  monde".  du  monde  Ensuite  en a t t e i g n a n t  I Iy  a d'abord  se d i s s i p a i t " l e fait  son-forte  sensation  4  cette  "libre,  seul maitre  a  i  coup,  vague  Le toutes  monde  situation.  monter  abandonne  C'est  (des)bois  derriere l u i ,  nouvelles  "ce bout  cessolitudes.  des aetivites agreable  i  qu'il  lse libere  "un p a r a d i s "  de coutumes  Grange  q u inaissent  elle  usees  que r e s -  que " l a l a i d e u r  n o i r s " .  s a v i e e t qu'avec  formes  a  de l a m a i -  d'ltre  enfin  s i , tout  s u r "une l i e au m i l i e u de l a menace  d i f f i c u l t !  l u i ouvre  inconnue  e n somme comme  sans  Elle  se manifeste,  p e n e t r a i t dans  done  passe.  C'est  impression  en charge  a bord".  l e ssensations  lorsque  42  lse trouvait isole  q u isemblait  1'objet  a Grange l a s e n s a t i o n  •s  chose  ^  l e b u t de son voyage,  de se trouver  procure  quelque  de l ' a r c h e ,  de l i b e r t e  lorsqu'on  1  4 <  de l'espace * tue q u i l e  d'ltre  " i l! p r o u v a i t  commencerent  du  dans  l apeur  eaux  sent  Grange,  . . . du fond  r e s s e n t i r l e spassagers  origines, par cette  enfin de  p a r une "peur un peu m e r v e i l l e u s e ,  presque  saisissait  l'attente va  4  4  4  3  e s touvert grace fait  a  d'ou sont  sociales, paradis  cette  place  completement  a  a  Mona  de son  exclues  toutes  ou l ' o n v i t "nu"e t  108.  45 l'on soit  p a r l e une "langue sans mensonge". elle q u i l ' a i t seduit, qu'elle l ' a i t  piege " l i e  qu'elle avait  heureuse"—Comme  large l u i  dans  c e monde  p a ru n e r o u t e Ce  Mona  plus  en plus  touffus  a  Heide  clos:  l u i a montre  ou Yanessa, " i l  etrange  que ressent  a celui  frequentes  de l'Ardenne.  q u e m o i a u monde'  l e chemin apporte  d'une  l ' a i r  du  qu'elle venait  a  4  Grange  depuis  eprouve l o r s  l af r o n t i e r e ,  "Au b o r d  d a n s u n monde  que ce dans l e  l a mer". ^  qu'il  vers  elle  l u i semblait  dans  correspond  entrait  elle  ouverte  sentiment  avec  i l  tendu:  Peu importe f a i t tomber  se d i s a i t - i l  lave avec  rencontre  de s e srondes  au eoeur  d e l aB e l g i q u e  rachete,  s a  des bois  endormie  d e l'homme  de  . . •  . . . / I In'y  une allegresse q u il'em-  47 portait".  De p a r - d e l a  respirant  e t heureux  tentation  prend  La  porte  q u i 1'attire  relie  vie  maintenant  l u i parvient  un "silence  et 1'intrigue".  Deja l a  corps.  battante  qui  l a frontiere  entre  elles  q u i conduit toutes  a Mona  l e sheures  "decloisonnee,  e s t c e t t e meme  porte  de l a v i e de Grange,  " d e l i v r e e de s e sattaches,  isolee  49 de  sonpass!  e t de son a v e n i r " .  de  beatitude  qu'il  assombrie  d'une  Mona  sont  empreints  bien  precairement  portee  eprouve  nuance  Mais  a se sentir  de precarite,  d'un sentiment elle  etait  l ar e p r e n d r a i t " .  isole  dans  que l a sensation  dans  sonl i e e s t  d e meme s e s r a p p o r t s  analogue:  pretee;  Deja  d e mime  l a vague  " i l  avec  s e n t a i t com-  q u i 1'avait ap-  c e sheures  ou i  ll a r e 51  gardait  dormir,  Lorsque  cette peur  nouvelles alors  i  lf a i s a i t se f a i t  de l aguerre  "jeter  u n coup  ce souhait: plus  se font  d'oeil  vive plus  "Qu'elle  n e meure p a s " .  e t que, malgre  l u i , l e s  i n q u i e t a n t e s , Grange v a  s u r l acarte de Belgique  epingl^e  109.  a  l a t l t e  furtives l a  de dans  presence  1'armee  e t 1'armee  a u x moyens  parentheses". vers  a Aldo  e t de s a f o r l t  I I e s t extrlmement  glissant  pensons  et a  des Cartes—Rassurante  de l a B e l g i q u e  reflechir  "entre  —Nous  l a Chambre  allemande,  protege. pas  son l i t "  a  s i g n i f i c a t i f  employer  S i dans  l e fortin,  pour  l e danger,  ce p e t i t  monde  que Grange ne conserver  son sommeil  p a r l a longue  en e f f e t e s t  entre  de l a Meuse,  ses visites  i  lr i v e  trouee  veuille  s o n armee "de  devant  chars l'embra-  53 sure", "une l e  lorsqu'il  J  complaisance  telephone  "perdue  au bord  apres  admet,  pletement nette  regiment; lorsque Grange qu'il  a river,  et i  mais  conscient  ignorant.  Nous  l e sdeux  Grange,  se refuse  repond  choses  a- y p e n s e r  e s t lui-mime  surpris  de l u i ,  surprises". passeroht  subconseient  tout  son  aussi  mute  par l anegative,  de s a reponse:  ecoutait ce q u i s o r t a i t  demeure  se  d'ltre  l e c a p i t a i n e l u i demande l e s r a i s o n s de  que  ou e n e s t com-  en avons u n e i n d i c a t i o n  immediatement  avec  c'est  e t aux  ce que s o n  l e c a p i t a i n e V a r i n l u i propose  Grange  alors  aux fantomes  puisque  pour  ll e f a i t  e t que l a maison—forte  rendu  dirons-nous,  1'autre;  lorsque  e s t coupe  d'un monde  son Itre  aller  enfantine", ce q u i se passe  de V a r i n  Pressentiment, l'une  se laisse  au  mais  refus,  " I I l u i semblait  etonne  d'en s a v o i r s o u -  55 dain  s i long". Que  Grange  pourquoi? percoit cette  se plaise  Lorsqu'il  qu'il  a  impression  se decide  connu de  aux Palizes,  etant  a analyser  enfant  "respirer  i  un  comme i l  ll e s a v a i t  bien;  ses motifs, i  sentiment  d u mime  ne 1'avait  jamais  mais  l s'aordre, f a i t " .  C ' e t a i t a l o r s l a p r o x i m i t e des vagues e t l e s chateaux de s a b l e "qu'on s a v a i t — e t en mime temps on n e c r o y a i t p a s — q u ' y b a t -  110  t r a i t  b i e n t & t l amaree";  t e l son chateau  maison—forte,  ou b a t t r a i e n t  Ces  len c o n n a i t d ' a i l l e u r s  vagues,  houettes  i  des chars  melange b i z a r r e  tographies La donne  chir  s u r tous  des "grands ceux  cacher,  i l  l'essentiel": nausee  core  de l e u r  Mona  poids  source Nous  d'une l i e s  Mona,  dont i  . . . qu'il  "un  d e sp h o -  ce qu'il grande  et l'idee de jalon  se revele  i l  a vecu  appelait  a decouvert.  dans  fron-  . . .".  N'est-  aux Falizes?  Quant  croyant ne  l am o r t .  rien  de son depart  vient en-  d u monde  qu'ils  de l u m i e r e , Grange e t e n meme t e m p s q u e  Grange, chez  i  le s t l a  l e jeune  p a r Herminien  de l a connaissance l e but,  cette  l e block-  aigiie  cherchee  atteindre  libre, dans  Mais  a. p e t i t  en p l u s  de chute  Isoles  baignes  deja mentionnee  mortel.  d'une  de s o u c i s  'descendre  l av e i l l e  etrangle petit  pour  libres  a, r e f l e -  exclue de ce q u i e s t " p e u t - l t r e  hauteur,  ensemble  de Mona  vivant  guerriere  ls e p r e n d  ls ' a p e r c o i t qu'en  f a i t  retrouvons la.1'"extase"  servant  avec  Dans l a Tou-  attendent pres  sensation bizarre  qu'il  i  gouffre apprivoise  d'une v o l u p t e de p l u s  Heide,  qu'il  "cette  expliciter  sont  s i l -  t o u t "en  feuillete  l epoint.  indesirables",  l ' a cependant  l e rive  dominent  avait  de f a i r e  q u i , comme l u i ,  avec  flottante  haus'".  examine  ces  interrompre son aventure  de 1'apocalypse,  au bord  a. s e s r e l a t i o n s  l e  comme s ' i l  p a s l a .u n p e u l amaniere  l u i  qu'il  e t de f a s c i n a t i o n " ,  l apossibility  "flaneurs  materiels ce  surpris,  des armees.  deja l e s formes,  allemands,  p e r m i s s i o n q u iv i e n t  ce pays  tiere;  de guerre  sa  obscenes".  a. G r a n g e  raine,  bient&t l e s vagues  de repugnance  d'etre  craignant  des Falizes,  jalon  homme—  g r a c e a. charnelle  dangereux  puis-  111.  l e centue  sentiment d'alienation encore  paraisait pare  de  l u ipar en  Grange,  pousse  tites  a. s e  c'est  laisser en  surtout de  1  Palizes:  Detache,  du  par  peur,  i l  precise.  recoin I I ne  peut "au  souvent c d t e de  p l a i s i r  bien-§tre,  de  de  l a  monde  lumiere quil u i faudraitSil  au  doigt  r e -  l e  .  charme  Grange  l a frontiere; de  va  .  danger. .  se  qui l e  faire  va,  que  de  pe-  officiellement i  l a defense;  Grange y  liberte,  se-  l'eau".  maintenant  que  ce  ses pensees,  de  l e s amenagements  juger  derriere  doute  resister f i l  peut  t o u c h e r du  o b s c u r de  s'ac-  indifferent,  a une  Sans  Grange  " l e monde l u i  i l  que y  l u ifaire  glisser  plus  d'inspecter  sensation  pour  en  l  realite  retrouver  l a  l u iprocure l a n u i t  de  foret. La  enfin  premiere decision  a c c e p t e de  Mona.  peine, ment,  met  "dans un  plus  se  qui dort,  promenades  s'agit  i l  l i e u e s " . ^  complice".^  De  aux  simple observateur; voir  ce monde  sentait  de  des  l a tentation  v e i l l e r  l a  retour  d'attendre et d'avoir  survit.  Mais  son  soudain inexprimablement etranger,  situation lasse  apres  q u i s ' e s t empare de  Alors  i l  avait done  a  jours  i l  que  en  dessus  Grange montrant  eloignement son  elle  plus  Grange  "une  monde a  du  exaltation  se  espece  de  l a  soulage-  sa v i e , et  .  qui  . se  des  1'attire.  sentir  trouble  . i l  q u i e s t une  seul,  animale, couvee  tres  a  renvoi  Inconsciemment  "evacue"  sourde,  c'est l e  solitude  b e s o i n de  qu'il  l u i c a u s e r de  encore  seul".  l u icette  du  face,  e s t une  encombrait  1'"angoisse  ressent  en eut  depart  d'etre  a u t o u r de  essentielles  plus  par  lence",  son  maintenant  creer  composantes De  que  " s ilegere, faim  par  regarder l e s choses  s'apercoit  car  prise  ou. i l  par y  car  tou-  ce s i avait  112  l a  jubilation  cette ont  un peu ivre,  sensation qu'il  e t e evacues Pour  faut  Grange  qu'il cette  autre tait  donne  "descente  lorsqu'eclate Grange,  dans  a  seul  maitre  de Marino. en  Le  regarde  sont  b o r d —  premier  b a s " — S y m b o l i q u e -  l evertige  cette  que Grange s'e-  Mona.  "une g i f l e  prepares  des Allemands.  l o u r d e q u il u i ( a r r i v e )  Soudain  l e temps prend  e s t onze  heures  mais  i l  dormer  au c h o i x de ees deux nombres une s i g n i f i c a t i o n s p e -  que  Grange  aurait  mort  du Christ,  Itre  change?  ference Grange mais  i l  "quelle que  pu Itre?  quand  Quoi  a cette devrait  allusion  tout  qu'il  heure sans  heures  qu'il  1'importance.  matin;  Onze h e u r e s ,  quatre  de  par d e r -  du  eiale?  le s td e j a  guere  imminente  son braceletmontre, croyant i  a  e s tl ap r e p a r a t i o n de  l an o u v e l l e de l ' a r r i v e e c'est  l  soit  l e s amarres  n i G r a n g e n i s e s hommes n e s o n t  s u r l anuque".  Grange  vraiment  l e beton  fantomatique".  de Yarin  se produit,  l e blockhaus",  de cacher  Cependant  riere  l e telephone  l e depart  dans  d'ou l e s h a b i t a n t s  puisse se realiser, i  c'est de "demenage(r)  descente  efforce  Pour  ses rives,  apres  'tout e s t permis'",  assume l a "royaute  e s tm a i n t e n a n t  Aldo  du  l evillage  que son souhait d'isolement  comme 1 ' e t a i t  ment  i l  Lorsqu'enfin l'evenement  larguees;  ordre  connait dans  e t dont  q u e , comme d a n s  coupe.  inquietante,  de l ' a p r e s - m i d i — F a u t -  a. l ' o u v r i e r  Quatre  heures,  e s tf i n i  en s o i t ,  prendre  une heure  e t que r i e n  nous  pouvons  que P e r c e v a l a a u s s i  doute  de l a onzieme  laisse  l adecision  n'a pas envie de s'en a l l e r  e t , dans  chance—tout  chance  l e telephone  d e mime q u e l l e  f u tc o u p e " ,  6 6  pense-t-il.  apres l a  ne peut voir  heure  plus  la.une r e -  p a s s e r . —  de s e  replier;  ces conditions,  vraiment  i n s i g n e —  113-  L o r s q u e r i e n n e se p a s s e , Grange s e n t " g r a n d i r  que l e s A l l e m a n d s n * a r r i v e n t  en l u i u n s e n t i m e n t de s e c u r i t e  n6 b i z a r r e m e n t de ee p a s de g e a n t de l a b a t a i l l e enjambes". la  forlt,  coupes", i l  familiere  pense-t-il,  et  ce q u ' i l v e u t .  revient:  " l a terre  /  pres l e deluge".  tiere,  en r e s s e n t l ' e n v i e ?  peut f a i r e  sa r l v e r i e  l'homme".  qui les  avait  68  peut-ltre  idee l e remplit  dans  Puisque " l e s ponts En r e t r o u v a n t  le  "Peut-etre q u ' i l n'y  sont  silence,  a plus rien?",  l u i p a r a i s s a i t b e l l e e t p u r e comme a *  G ' e s t comme s i l e monde s ' e t a i t  Peut-ltre d'ailleurs se t r o u v e - t - i l  " s e c o u e de  Grange a - t - i l p a s s e l a  fron-  "de 1 ' a u t r e c8te".  cette  d ' u n immense b i e n - e t r e ;  s e n t i a v e c l u i - m l m e d a n s une t e l l e sentiment  irreelle,  P o u r q u o i a l o r s n ' i r a i t - i l pas f a i r e un t o u r comme i l  pas,  "jamais i l  intimite".^  Et ne  s'etait  Sans d o u t e  9  q u ' e p r o u v e G r a n g e e s t d u mime o r d r e que c e l u i q u i  sait dire:  " J e s u i s m a l t r e de m o i comme de l ' u n i v e r s " ;  t o u t a. coup d e v e n u l e Surhomme, c e l u i q u i s e s u f f i t  il  le faiest  a lui-mlme,  70  qui "(porte) et juge,  t o u t avec l u i " .  invulnerable,  II  se sent devenu  r a c h e t e " ; pour l u i ,  "legislateur  en e f f e t  "il  n'y  71  a pas d ' A l l e m a n d s " . lee,  Ou. p e u t l ' e m m e n e r c e t t e a l l e e  glorieuse, plus invitante  "ensoleil-  d a n s s a f u i t e d o u c e que t o u t a u  7?  monde"?  La tentation  a s s a i l l e Grange, i l  e p a u l e s dans c e t t e d i r e c t i o n . songe-t-il sentement"  n'y  aurait  qu'a a l l e r  . . . "  " a v e c u n g e s t e de l a m a i n q u i e t a i t p r e s q u e u n c o n 7 3  — I I f a u t n o t e r l a . de q u e l l e m a n i e r e G r a n g e r e p o n d  a l a tentation, "a",  "II  se s e n t pousse aux  d ' a b o r d p a r un c o n d i t i o n n e l  et l e geste n ' e s t  "aurait"  au l i e u de  a u s s i que " p r e s q u e " u n c o n s e n t e m e n t ;  il  y a done l a r e t i c e n c e e t n o n p a s a c c e p t a t i o n de l a  possibility  q u i s ' o f f r e — G r a n g e ne v a pas p o u r s u i v r e s a r o u t e ,  ses pas ne  114  le  meneront  qui i l  jamais plus  s'entr ouvrait  pour  1  entrevoit  C'est  qu'ils  attrait  qu'a eu pour  lumiere  s'est vient  A  vont tous  eteinte  ce n'est  regagner deux  l e fortin,  l afrontiere.  a. p e i n e  c e compagnon  humaine".  tenebreux  reunis  par cet  Maintenant l a  depuis  c h a u v e - s o u r i s , Grange clair  (s'est  cette dans  dans  "petite  n i eorl e bra-  ame  morte"  l e c r e p u s c u l eq u i de ce que  que " l e s questions ( o n t ) p r i s f i n "  eteint) croit  qu'on ne  tout  a f a i t " .  voir  dans  c r o i r a i t " .  une sensation  q u i a" ( b a l a y e )  voir  l arepresentation  c o n s t a t a n t que l a guerre eprouve  s u rl a foret.  " n icolombe,  Faut-il  de Grange,  I s t - i l  l a  vague  d'un b r a c o n n i e r .  deja. s ' e t e n d  que " l ej o u r  Grange  chemin  e t l an u i t  e s t devenu  En  du  de se coucher  surl aterre"?  plus  monde  q u e s u r l e monde; l e  et  voit  Au bout  que c e l l e  comme u n e c h a u v e - s o u r i s " ( v o l e t t e )  Grange  Ce  s u r Grange  l e double  (monte)  l a  direction.  tant  "presence  connier  cette  l u iva se refermer.  c6te de Grange marehe  beau",  qui,  dans  u n e ombre, mais  ensemble  s o l e i l  loin  a  7  l e stenebres:  comme "on y  4  jusque  presque  l aterre  Pourtant,  la.evite  l e fortin,  agreable; c a r derriere  l o i n  au-dela. d'eux",  i  l "a 7R  I  echoue un p e u e t o u r d i Pourtant tions  necessaires  quitter. sa  son devoir  tache  Mais  i l  dans>un  l u idicte  silence  defendu".  de ne pas n e g l i g e r  en c a s d'attaque ne peut  de j a r d i n  mettre  c a rdepuis l av e i l l e ,  et i l  aucune  depuis  essaie  l e s precaude s'en a c -  conviction  s a marehe  a. r e m p l i r  dans  l a forlt  76 vers  l afrontiere,  quelque que  sorte  " ( i l )  "(repris)  1 ' a t t e n t e a. l ' a b r i  autres  et qu'il  n'y ( e s t ) pour  77  l amer". du beton  personne".  C'est  l u i semble  s e d e c i d e a. e n s o r t i r  pour  sans  doute  plus a l l e r  I I a en  pour  cela  penible  qu'aux  faire  une r e -  115  connaissance. 1'horizon  Mais  cette  fois  bouche ne l a i s s e  s a promenade ne l ' a p a i s e p a s ,  rien  deviner:  " S i seulement  on  78 pouvait  voirJ  distinguer deja  se d i s a i t - i l " .  quelque  attaque  chose,  Lorsqu'enfin  i  " l a falaise",  lconstate mais  s e syeux  que l e s  qu'eux  seuls  peuvent  "vagues" o n t ont ete laisses f  pour  compte Mais  ose  "chateau  l eblockhaus  se l i v r e r  d'avoir sur  dans l e u r  leur  ne s a u r a i t demeurer  a des provocations,  " l i e preservee".  en marge  lorsqu'il  e t e'en e s tc e r t e s  une que  touche  a u x documents sacres, d ' a v o i r "porte l a main 80 * arcanes", en d e t r u i s a n t t o u t u n chargement de l i v r e t s 81  l e s  matrieules  de 1'ennemi:  Et  l ap u n i t i o n  en e f f e t  de  Grange,  chars  fortin. blesse  magique",  HQ  f  l e s  Olivon mais  plongent  "on v a I t r e ne tarde  de guerre  e t Hervouet  dans  l eboyau  guere.  glissent  allonges  preserve",  d'evacuation,  pense  Grange.  Comme d a n s  allemands  sont  "inexplicablement  punis",  sans  l e rive  vers l e  vie;  Grange,  e t Gourcuff  " l a page  indemne,  tournee",  " l a  8? journee  finie".  Ou. semble ver de  se dirigent l e s que maintenant  n u l l e p a r t " . continuer  8  3  i  deux  survivants?  ln e s o i t  Pourtant  i  "plus  ln e l e u r  ensemble l ar o u t e :  Grange  Peu importe; i  tres sera  important  l  d'arri-  meme p a s p o s s i b l e  s'apercoit  qu'en  plus  84. de  sa blessure  — b l e s s u r e gne—Mais cause  a l a jambe,  semblable cette  plus  fois  journees  a celle  dans  dont  touche  etait  l asolitude qui  un sentiment  venue une "absence".  " i l etait  aussi  afflige  entoure  l e s randonnees  l a maison-forte  ne sont  l er o i  mehai-  Grange ne l u i  d'exaltation; subitement  Deja  aux reins"  elle  est de-  dans l af o r l t , l e s  plus  que des "souvenirs".  116.  La  pensee  sa  quietude.  celle  d e Mona.  se sent  mais  L a seule  Mais  soudain  vraiment  est  perdue  pensee  de l a" t a n i e r e " ,  maison i l  q u e l ag u e r r e  qui  n a r r i v e meme p a s a signifie  meme  "convalescent".  perdu,  quelque  du "lieucclos", l edesir bient&t,  sorti  troubler  1  c'est  de rejoindre l a  cette  hate  "Mais  de quoi?  les  ornieres:.  de toutes  chose,  perd  son sens; . . .  perdu,  personne  85 ne  I'attendait  veuf", l a  i  ln'a plus  maison  Allonge  plus,  un  t r a i t ,  (s'est)  le  giron  glisser  vie  . . .  vers  cet  monde r e s t a i t  "touche Jamais cette vera  enfin  floue,  a. s e c o n f o n d r e  sa place  image avec  l u i "a  Rentre"  lpeut  ou. i  arrive".  laisser  lavait  Certes  l sait  les  contours  de lui-meme Grange.  dans sa penet en-  quelque  "rien n'avait  i  tire  "peur  p r i s  Lui-meme n ' a p a s change; mais  dans  songe-t-il.  sur 86  de  chose corps";  i  maintenant  n'y a " r i e n a attendre  ne se preciseront ombre  i  l e "silence  l a comme d a n s u n  de claquer  d'attente,  aveugle",  qu'il  b l o t t i  en s e c u r i t e ,  evasif".  retrouver  un epilogue".  pas reellement;  "rQdeur  l efond",  vient  chose  Dans  . . . J e rentrei",  sur  hiver  que quelque  qu'un  qu'il  part".  desir;  se (sent)  refermee  a r r i v e , mais  reste  " i l  porte  maternel,  see  seul  "J'arrive  s u r l el i t , Cette  "le  qu'un  d e Mona:  ventre".  etait  jamais—nulle  l n'est qu'il 88  plus".  d u monde, p a s p l u s dans  L a vie  l em i r o i r , retombee  a  que  n'arri-  a. c e s i l e n c e  on plein  "du b r u i t  reste  plus  retrouver plus  de l a mer qu'on n ' a t t e i n d r a  a. G r a n g e dans  qu'at i r e r  l e sommeil  tout  l a  couverture  u n monde  jamais",  ' i  lne  s u rs a tete e t  endormi  et qui  n'attend  rien.  A travers ce r e c i t dans l e q u e l r i e n ne se passe jusqu'aux d e r n i e r e s pages, nous entrevoyons une v e r s i o n du mythe a u s s i  117  eloignee  de Perceval  cedentes.  S i , comme d a n s  Varin-Amfortas signale Sa  a perdu  r8le  de Mona-Kundry  1'etait  dans  Au Chateau  C'est dans  en e f f e t  elle  amarres,  qui  l u i faisait  tout".  r8le,  ordre.  bien  avons  deja symbolique.  C'est  comme d a n s  l e connut  est  l'acte  en  effet  &e&Rivage  tout  dans  l aquite  aussi  ont  precede;  que  ce soit  poussait dans  cesse  posse"daient  s ' i l  s'exalte  sa suite.  l e s  autres  celui  I I manque  a l'egard  i  sa I I  souligne:  un pays,  et  a. l a t e n t a t i o n , I Ine  surtout  different  qu'elle  de l a q u i t e .  et l e caractere  eprouve  parfois,  tout  recit.  m i s en v a l e u r ,  bien  bien  plus  a succomber  ce dernier  lachez  de traces.  etape  c'etait  profonde  une f o i s  n'est  qu'une  Aldo  une a une  du  du Graal,  laisser  tentative individuelle  e s tun P e r c e v a l  a  n'est  '• ( d e m u s e l e )  e t de l e g e r e t e  eharnel  des Syrtes.  autrement  e s t sans  Grange  sans  i c i qu'il  des Syrtes.  sauter  et q u ietait  l e cdte  encore  Le Rivage  d'avoir  e t , comme V a n e s s a ,  d ' a l i e n a t i o n que Grange  leurs  Le Rivage  l adirection  a disparu  un monde,.qui  que d'une  ment  elle  une f o i s  en e s t tout  i c i  l e coeur  important  de f a i r e  de delestage  l u i a montre  qu'ici  aussi  e t dans  ce besoin  pas elle-mlme,  sexuel  Si, mime  bondir  remplie,  a. n o t e r  e s ttout  q u ie s tresponsable  ce sentiment  Elle  mission  de  c'est  son importance  de deuxieme  d'Argol  ( l a ) v i e(de Grange)  les  i l  nous  pre-  Syrtes* le  ne  i c i toute  q u ia l e premier  versions  medievale,  Grange-Perceval,  e s t tres nettement  Grange-Perceval  des trois  l alegende  q u ir e c o i t  qu'Amfortas  place  des  qu'elle l'est  s'agit  singulier  dans l e s e n t i -  des autres.  de tous  ln ' e n t r a i n e  ceux  q u i1'  jamais q u i  e n somme d e c e "mana" q u e  a un t e l degre.  Quant  D'ail-  a l a tentation  118  qu'il ment  repousse,  i  Comment  se presente  gique.  C'est,  sommeil  pour  passe  mondiale,  le  plus  des a  bien  choisie  e t nous  parce  ce point une terre une t e r r e  pour  que c'est  l a Bel-  y  placer  ce q u i  guerre  son  aventure;  l a ce q u i e s t  sur laquelle  et paisible, une terre  a  f u tune t e r r e  reprises;  deja.  l e s vagues  s i elle  parait  parce  qu'elle  c'est  qui.a  de  l a Belgique?  correspond  vraiment  terre  a plusieurs  "rachetee",  desir  de l a deuxieme  que l a Belgique  l i b r e  vers  Pourquoi  que c e l a  p a r Gracq  p a r l e f e u de l a guerre, ont deferle  pur.  a u moment  croyons  Un  d'abandonner une t e r r e  parce  l a realite  epoque  armees  est  d ' a l l e r auudela  l e desir  entendu,  important,  ravagee  silr,  parfaite-  autre.  l u i l a tentation?  l a frontiere,  bien  dans  aussi,  pour  ouverts,  ou une  t r o u v e r u n monde l i b r e ,  d'abord,  mais  l e sy e u x  de c h o i s i r une a t t i t u d e  de passer  s'est  elle  capable  extreme  Tout  lv a v e r s  paye  l e prix  qu'il  t  f a l l a i t .  On p o u r r a i t  au  pouvoir  le  monde,  ner la  done  que p o s s e d a i t  assimiler  l e Tangri  e t l'homme, de t o u t  l a connaissance  totale  l e pouvoir  pour  Aldo;  qu'a l a guerre  en  debarrassant  ce q u i e s t perissable,  de soi-meme,  l u idon-  l u i accorder  en u n mot  Surhumanite. Grange  scellee l u i .  pour  a done tous  qu'a f a i r e  cide  sciemment  oui". d'une  s'est  profited  l e geste  au bout  du chemin;  entr'ouverte  Les yeux  d'acceptation  de s ' e l o i g n e r .  Marino-Amfortas, Mais  l e Graal  l e sautres  Que n ' e n a - t - i l  plus  joint  entrevu  En rebroussant  c e t homme q u i " n ' a v a i t  la, ne s ' a r r l t e pas l a ressemblance.  semblable  blessure  qu'il  terminera  u n moment  ouverts,  totale.  l a porte  i  pour  l n'avait  Mais,  i  la d e -  chemin,  i  la r e -  jamais  su  C'est  son aventure  dire afflige  guerriere,  119.  bless!  non  tas  de  l a legende—mais parce  oee  toucher  Et  c'est  pas  parce  qu'il  l a que  l e nouveau  Perceval  e t ! confi!s.  sa decision  J . l . L e u t r a t — o u  menait  auparavant—comme  qu'il  fort  etant  un  arriere  pas  en  semble n'y  a  sous un  a  dans  vraiment  puni  d'avoir  pay! l e  prix.  "damnateur",  l a mort  de  ceux  lui-mlme—comme  retrouve  qui l u i semble l e  l a v i e vegetative  semble  nouvel  l a quite  plus  qu'il  vraisemblable—  point  de  d'une m a n i e r e  dans  vue.  en  nouveau  tout face,  Graal?  L'arrivee nous  ce r ! c i t : Ayant  Gracq  a  done de  croyons  i l y  abandonne  envisage  Perceval  humaine: avec  avons-nous  Et pourtant  a. " l ' h o m m e " , Son  Amfortas, du  douteuse.  different.  su l a regarder  un  regression  de  pour passer  angle  tentation  qu'il  devenu  changement  "chevalier"  se r e v e l e  en meure  i l nous  Itre  sans a v o i r  entrain!  qu'il  encore plus  pas  devait  l'Amfor-  important.  Perceval,  simplement  l a  peu  i l a  Qu'il  croire  Galaad  qu'il  l a guerre  avaient  fait  par l a chair—comme  a r c a n e s de  par  i c i  peche  aux  puisque  est  a  l a  a l e  quite  r e p o h d u a.  mais, n'oublions  " l e s yeux  ouverts"  .  pas .  .  120.  C h a p i t r e IV—NOTES ^-Comme c i t e dans J . L . L e u t r a t , G-racq,, p.33» 2  J . Gracq, Un B a l c o n en f o r l t , p.14.  3  I b i d , p.19.  4  P.73.  5  p.75.  6  p-45.  7  p.53-  8  p.6l.  9  p.ll9. p OO.  i : L  p.6l.  1 2  p.l9.  1 3  p.20.  U  p.22.  l 5  p.42.  l 6  p.36.  17  p.38.  1 8  p.73.  1 9  p.70.  2 0  p.l00.  2 1  p.l07.  2 2  p.ll4.  2 3  p.l49.  2 4  p.l56.  2 5  p.209.  2 6  p.29.  27  P.33.  pQ J. 2 9  5  Gracq, p.  Ibid,  °P.49. 1  P  48.  3  2  P  49.  5  3  P  75.  3  34  P  35 P 36 37 38 39  92. 93.  P  153-  P  162.  P P  40 P 4 1  67.  P  P 43  4 2  P  209. 219. 9. 22. 31. 66. 67.  4 4  P  96.  4 5  P  97.  4 6  P  98.  P 48  4 7  49 50  P  117.  P  86.  P  P 53  5 1  110.  127. 101.  P 131. 54 55 138. P  p.41.  5  6  J.  5  7  I b i d ,  5  8  p.l48.  5  9  p.l47.  60  G-racq, p . 1 4 0 .  p.151.  61. •p. 1 5 7 . 62. 'p.165. 6  3  p.l85.  64.  "p. 2 0 2 .  6 5  p.204.  66.  p.207.  6 7  p.210.  68  p.210.  69 p . 2 1 1 . 70. p.211. 71. "p. 2 1 2 . 72  p.212.  7 3  p.213.  7  4  p.2l6.  7 5  p.218.  76  P.223.  77. p.223. 78, p.227. 7 9  p.229.  80. p.234. 81. p.233. 82.!  p.237.  8 3 ,p. 2 4 0 . 5  p.141.  123.  8  4  J .  Gracq,  p.241.  8 5  Ibid,  8 6  p.249.  8 7  p.250.  8 8  p.251.  8 9  pp.211-212.  p.247.  \  -CONCLUSION-  124  Avant une  de  eonclure,  seule main  suffisamment  tous  jusqu'au  ble  l a "for§t"  sur  ces  solide.  calader  ments un  peu  semblables  les  au  jeux  dique  que  de  notre  je  ceux  mon  'br&le'  que  P.  tout  ne  sommes n o u s p a s  traverse?  "dtipistage" Quant dier  au  Nous  n'aura aux  Boisdeffre,  ete  notre  maniere  nous  Nous du  mythe  amene a nage  croyons  avons  versions Graal,  en  l e  l e nom  aim!,  sur  que  ce  de  q u i , comme dur  " f i l  retrouve  nous nous  m'in-  d'Ariane" et  des  dans  sur-  chemins  travail  de  proposidhsnd'etu-  nous l ' a v i o n s indique voir  de  l e probleme  de  Gracq,  que  l e heros  chevalier  dont  senti-  disait:  d'oeil  1 ' e v o l u t i o n du  demeure  C'est  vain.  Julien  medievales  d'ensem-  des  l i v r e  Le  egarer  examine  veut  soit  un  clin  resoudre.  de  vue  d'es-  Gracq.  penche  pouvoir l e s  legende  que  une  lorsqu'il  maintenant  l'oeuvre  un  peut-ltre  eprouve  allons  La  quel  lien  l'avons-nous  que  consid!rer auparavant  principal.  certain  f a i t  tout d'abord  a. t r a v e r s  l'on  travail—comme  dans 1 ' I n t r o d u c t i o n — n o u s  tresser  Julien  cependant,  deux problemes  cours- de  ou  laisses  esperons, pas  en  je'm'eloigne'".  parlait  de  p l a i t  1'auteur  d'un  dont  nous  de  ou  dans  feuilletant  epaule,  enfance,  rassembler  d!couvre  d'Allan,  en  de  permettra  l'on  angoissante,  1'impression,  dessus de  d'ou  a  pour  nous  t o u f f u e ou. s e  minute  sentir  essayer  epars  lien  "balcon"  une  parfois  lf a u t  f i l s  Ce  toujours  "J'ai  i  on  a  et  quelle  1'evolution  cela  heros, de  nous ou  l e revlt.  person-  toutes  l a recherche Julien  a  l e s du  Gracq,  125  l u i ,  procede  c'etait  tout  Amfortas  autrement.  dans l e sdeux premiers  Beau  Tenebreux.  personnalite contact  chiavelique jet  de s a q u i t e .  sera  pour  souhaiter  violent.  aux yeux  employer certes  tous  l'est  a u n degre" s e c o n d ,  tions  mime  implicites  decider  lui-mlme  Dans Un Beau l i t e  de  tie,  ce n'est  "un  " f i l s  mettent  tard  p a r hasard  l a l u i rendent  qui  dans  fera  pencher  s a main  d'un c5te  dont l a  s'affadir  au ma-  a t t e i n d r a 1'ob-  presentera  morbide  l e sb r u l u r e s .  mais nous  au  ne con-  q u il u i fera "Fils  de  (LesPleiades) dirons  e s t accessible aux e t qu'un  —  qu'Albert sugges-  " f i l s  Perceval-Gerard temoin  qu'il  pendant  devient  a perdu  de r o i "  au centre  d'une  p a r essence  l e leger  ce que Gracq  jusqu'a  l a faible  appelle  enchevl-  a c t i o n dont  etrangere—et  poids,  sa qua-  l apremiere p a r -  " C e l u i que des c i r c o n s t a n c e s  fications tient  effet  de son Destin.  de r o i " ; simple que p l u s  elle  de son p a r t e n a i r e  Tenebreux.  homme d u m o m e n t " ;  trees  puisqu'il  e s t en  a l alucidite"  de Gobineau  l e sdeux,  e t Un  d'Amfortas-Herminien  d'Albert;  1'expression  semble  singulier  hideuse  egalement  d'Argol  qu'Albert,  grace  ce d e r n i e r une a t t r a c t i o n  l e sont  doit  soit  C'est  I I en v a de  Herminien  plus  que ce couple  d'en connaltre  r o i " — p o u r  l i v r e ,  qu'elle  La blessure  pas repugnante  traire  i l s  s iinteressante  d'Herminien  Roi-Plcheur.  principal.  1 ' i n t r i g u e , beaucoup  de son double  son  romans Au Chateau  Dans l e p r e m i e r  de toute  dans  q u i tenait l e r&le  mime  "l'ame"  Deja  l e s rami-  aussi  celui  impulsion q u i  t e r r e l e f l e a u d'une b a l a n c e  en-  2 core celui f i l s  indecise".  l e heros,  q u i a  "scene"  de R o i ;  c'est  l a encore,  son Destin". un  "Roi"  qu'il  demeure  I I veut, veut  Amfortas-Allan,  l u i ,Itre  devenir.  plus  C'est  qu'un  done  une  126  blessure l e  sang  inguerissable qu'il dont  i  labreuverait  tante,  c'est  sentir  l e t i t r e  Avec l u i  desire, blessure ses fideles.  l u i q u i domine  tout  l e troisieme  d'en  accepter  roman,  l a charge:  Itre  l u i aussi un  cicatrisee  rappeler  ce q u ' i l  l e heros  l e r&le c'est  depuis  " f i l s  gner  devant l a  en f o r l t  un seul l u i ,  temps  moment",  i  mates,  cette blessure  manite  pour  Gracq. nous f i t  trop  avoir  elle  pres  C'est  l u i aura  servira  done  mime p l u s  qu'un  ete  qu'a l u i  Aldo-Perceval,  d'ebauche  de  "homme d u m o m e n t " ,  la perdu  l e shommes.  a. c e l l e  d'atteindre  i  ouverte  Ayant  refuse  coup,  d'"homme  Pourtant,  la garde  q u i echut  Grange.  allee  d u mime  son caractere  de l a Lumiere,  r6-  l a t e n t e s dans l e s  de l a grande  i  offerte, parmi  refuse  q u i aurait pu  "homme d u D e s t i n " .  semblable  essaye  ne  Ce-  du destin" q u i faisaient  presentee,  sa place  approche  change" d e c & t e .  de p o s s i b i l i t e s  l e s t devenu un  que 1'occasion  a  Sa blessure  offre  I I n'y a p l u s  s'ltre  II  pres-  suprematie.  instant, a 1*entree  et repris  attribut  ne nous  lourde  tentation q u i s'est  mime  l a  d e r o i " , d e c e s "hommes  volumes.  Pendant  comme l e f a i t  Marino-Amfortas,  a u r a i t pu devenir.  une atmosphere  premiers  envou-  a, p a r son a t t i t u d e ,  longtemps,  "homme d u m o m e n t " , q u i a c q u i e r t  ces  l e l i v r e ,  "homme d u d e s t i n " .  inutile;  Balcon  Personnalite  lui-meme.  q u i a u r a i t p u en j o u e r  Un  d'ou c o u l e r a i t  a  en du  de  l e s stigtoute  a, l a c o n n a i s s a n c e  l'hu-  totale,  divin. y  a done une e v o l u t i o n n o t o i r e  Tout  d'abord,  assistons d e s "hommes  comme l e ^ f a i t  a. l a d i s p a r i t i o n d u moment".  chez  remarquer  d e s "hommes  Nous  l e sheros  i r o n s mime  de J .  J.L. Leutrat,  du Destin" plus- l o i n ;  au i  prol semble  127  que  l e dernier  simple place  "homme d u m o m e n t " s o i t  homme.  l e chevalier de l aquite  a. l ' h o m m e t o u t  A. P a u p h i l e t class!)  court.  de l a quite  comme i  done  dire  qu'il  ly a une e v o l u t i o n  Gette  fois,  i  niere  moins  affirmative.  de  lnous  faut,  maniere  qu'un  y a une evolution  e t de G e r a r d — e l l e s Cela  au heros  pourrait-il  Itre  De t o u t e s  semble  trop  Quite.  Nous pensons  "theme  t - i l  illustrant  recherche  exemple  "demoniaques"  definition  oeuvre:  ".  une etape,  q u ise soldent  d'etapes  une phase,  On p e u t ,  romans  l aune  une  del a donne tenta-  u n moment  V o i l a nous  semble-  a u theme d u G r a a l bien  entendu,  de c e s etapes,  racontent  toutes  qu'on  s e r i e —  qu'Enea Balmas  . . .".  de c l a s s i f i c a t i o n  suit  celles en d e -  pour  . . une s e r i e de  justement  de Gracq.  q u e l e sp r e m i e r s  voir  t e n t a t i v e s o u mime  s'appliquer  romanesque  etabli  du mythe  croyons  peut-ltre unique  q u ip o u r r a i t  une espece  nous  a cette  c e n t r a l " d'une  ehacune  1'oeuvre tuer  evolution,  doute~de  mime s i  p a r exemple  bien  des personnages.  sans  d e l a mime  varieraient necessairement  p a r a l l e l e a celle  organisee  tente  faeons,  ordre—comme  courbe  qu'une  ma-  q u i en e s t 1'objet.  que I n v o l u t i o n  Plus  J . Gracq?  l semble bien  se risquer a dire {  chez  du mythe  que 1'aspect  i  puisse  d'une  du Graal " ( a  Certes  ! t a i e n t d u mime  ou en puissance.  tives,  l ' e c r i v a i t  l'aventure  des heros  "homme d u m o m e n t " ?  tentations  d'Allan  du  f a i t  d'une  C o m m e n t u n "homme d u D e s t i n "  gr!  comme  a  semble-t-il, repondre  l a "tentation" corresponde  les  medievale  L a encore,  medievale,  a. l a f i n u n  l e s personnages".  Pouvons-nous tout  devenu  deux  dans  effec-  dire p a r tentatives  deux p a r l amort;  que l e s  128  deux  romans  suivants  p r e s e n t e n t des  Mais  est-ce  que  importe vraiment?  possible  de  choisirait "suite"  a  demeure, cisee  cela  mieux  d'etudier ces  c ' e s t que  a  l a  Gracq.  J .  Venons etions  ros  n'arrive nier.  du  de  mythe a  au  t e l que  atteindre  Mais  faisions  de  du  dans  J . Gracq  a  dormer  meme s o u s grace a  deuxieme  pose  sa  conclure  I I nous  semble  l e paragraphe  ce  que  nous  fait  que  nous Galaad  Aucun  Nous ne  que  des  tout  precedent peuvent avons  espoir  simple etude  de  nous  admis  he-  saurions  l e s constatations  Puisque nous  p r e s e n t e une  l a l -  significations  J . Baudry.  quete.  de  fait  forme  que  l e transpose Gracq. de  une  l a v i e telle  probleme  que  Gracq  Un  sa  ses  de  alors  Julien  douteux.  symbolique  l e but  devons-nous  jour  reste  bien,  e s t - i l  tentative  un  Graal,  se p r l t e  f o r m u l e r n o t r e response.  vre  Cela  "avortees".  Et nous  de  decidait  resoudre; celui  a. j a m a i s p e r d u ?  nous  genre  l a representation  propose  absent  a  l e mythe  en m a i n t e n a n t  est  est  s ' i l se  et demystifiee,  voit  quel  quatre oeuvres?  multiples,  le  deviner  tentatives  que  aider  que  1'oeu-  differentes  etarjes  t  de  l a quete  possible puisse du  plutot  qu'une  mener  au  Roi-Plcheur  denuee sans  viendra chez  autre but une  d'int£rlt:  qu'il .  .".  J . Gracq; D'ailleurs  de  evolution ces  cherche. replique a  a i t pose .  qu'une  ceux  Stapes, I I y q u i de  q u i se  l a question,  l e mythe, i l reste  du  mythe,  ou  a  de  ces  ce  point  d e s o l e n t du  vue  nous,  Galaad  n'est  dans une  scene  n'est  d e p a r t de  i l est repondu:  d'apres  de  de  done  tentatives,  dans l a derniere  ouvert sur tous l e s  1'arrived  i l reste  "un  done  pas  Perceval autre  pas  "ferm!"  futurs. oeuvre  telle  que  129  celle  de c e t auteur,  pensant  que nous  i l  n'y a  l e  premier  chaque form!  jamais  done  ferons, res  vers  core  qui, tout  L e monde  de presages, celtiques  trop  du G r a a l :  a l'autre,  un rdle  q u i ne  de  1'occasion  en nous  laissant  ou  e s t unique,  . . .".  de l i r e  de Gracq,  " ( c e ) monde  surprises.  immuable,  pas de r e Voudrions-  4  Nous p r ! -  d'autres  oeuv-  t o u j o u r s un peu s u r  jamais  et celui  Galaad.  perdant  supportait  degoivent  d'intersignes,  " . . .  Perceval et  gagnant  . . . Le second  c8te, avoir  f a i m , ne nous  quetes  pour  en y  d'A. P a u p h i l e t :  le s t l a f i n d'une h i s t o i r e  de n o t r e  nacheve".  heros  C'est  connaltre s i t S t " l a f i n (de 1 ' ) h i s t o i r e " ?  de Gracq  notre  i  trait  souhaitable?  ces lignes  d'un roman  quelque  Mais  relu  eu que deux  t o u t d'un coup  touche. nous  avons  a passe  fois  serait-elle  par leur  caractere d ' " i -  envoute,  comme l e p a y s  d e T.S. E l i o t " ,  nous  (cet)  uni-  desole des reserve en-  130  Conclusion—NOTES  "*"J.  G-racq, Un  2  I b i d ,  3  Cite  4  A.  Beau  Tenebreux,  p.63.  p.128. dans  J.L. Leutrat,  Pauphilet,  Le  Legs  du  G. B u r a u d , " L i t t e r a t u r e Graal. p.311•  Gracq,  p.33»  Moyen-Age,  p.208.  et A r t Modernes",  Lumiere  du  131  BIBLIQGRAPHIE Sources  Gracq, Jose  Principales  Julien. Andre Breton, Corti, Paris, 1966.  quelques  .  Au  Chateau  d'Argol.  .  La  l i t t e r a t u r e a  aspects  Jose  de  l'ecrivain.  Corti,  1'estomac.  Paris,  Jose  1967.  Corti,  Paris,  1950. . treamont. Les Jeune Parque,  "Lautreamont e t l e s Chants de Chants de H a l d o r o r e t Oeuvres Paris, 1947.  .  Le  Rivage  .  Le  Roi-Pecheur.  .  Liberte  .  Un  Balcon  .  Un  Beau  Sources Baudry, J . Humaines.  des  Syrtes.  Grande. en  Jose  Maldoror," Completes.  Corti,  LauLa  Paris,  1951.  Jos! Corti,  Paris,  1948.  Jose  Paris,  1958.  Forlt.  Tenebreux.  Corti, Jose  Jose  Corti, Corti,  Paris, Paris,  1963. 1962.  Secondaires  " J u l i e n Gracq, Poete romancier," Revue f a s c . 88 (Oct-Dec..1967), pp.469-478.  des  Sciences  B o i s d e f f r e , P. d e . " L ' U n i v e r s de J u l i e n G r a c q , " H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e d'aujourd'hui. L i b r a i r i e academique Perrin, P a r i s , 1964, pp.358-362. Breton,  (ler  Andre.  L'Amour Pou.  Fev.1937), .  Gallimard, Paris,  " L i m i t e s non f r o n t i e r e s pp.200-215. Nad.ia.  Gallimard, Paris,  B u r a u d , G. "La q u i t e du G r a a l d a n s modernes," Lumiere du G r a a l . No. 1951, pp.290-291. Carrouges, Michel. du S u r r e a l i s m e .  du  Andre Idees,  1945.  s u r r e a l i s m e , " N.R.F.  1949.  l a l i t t e r a t u r e et l ' a r t s p e c i a l C a h i e r s du Sud,  Breton et l e s donnees fondamentales Gallimard, Paris, 1950.  132  Cocteau, Jean. La Machine Infernale. Grasset, P a r i s , 1965.  Livre  Diel, Paul. Le symbolisme dans l a mythologie B i b l i o t h e q u e Payot, P a r i s , 1966. Eliade,  Micea.  Aspects  du mythe.  Idees,  de  Poche,  Bernard  grecque.  Petite  Gallimard,  Paris,  1963.  F a b r e - l u c e , Anne. " D i a l e c t i q u e d e 1 ' i m a g i n a i r e d a n s 'Le R i v a g e des S y r t e s ' , " Revue des S c i e n c e s Humaines. (Janv-Mars 1968),  pp.  125-133.  Prappier, special  Jean. "Le C a h i e r s du  C o r t e g e du G r a a l , " Lumiere S u d , ,1951, p p . 1 7 5 - 2 2 1 .  Prye, Northrop. "Archetypal Criticism: Theory tomy o f C r i t i c i s m . A t h e n e u m , New Y o r k , 1 9 6 6 ,  du  Graal.  of Myth," Anapp.129-239.  J o u a n , P. "Le R e t o u r au mythe g r e c dans l e t h e a t r e c o n t e m p o r a i n , " B u l l e t i n d e 1 ' A s s o c i a t i o n G. B u d e . N o . 2 ( 1 9 5 2 ) , p7o*3^  frangais  3eme s e r i e ,  1  Leutrat, Jean-Louis. J u l i e n Gracq. C l a s s i q u e s du E d i t i o n s U n i v e r s i t a i r e s , P a r i s , 1967.  hiers  du  No.  XXeme  Siecle,  ' " L ' u n i v e r s humain de J u l i e n Gracq," Sud, v o l . 5 2 , No.382 (1965), pp.248-281.  Nadeau, Maurice. guerre. Idees,  " J u l i e n G r a c q , " L e roman f r a n c a i s d e p u i s l a G a l l i m a r d , P a r i s , 1966, pp.72-74.  Pauphilet, Albert. Melun, 1950. •  Le legs  du Moyen-Age.  P i c o n , GaStan. "Julien Gracq," rature Prancaise. Gallimard, Roudiez, Leon. pp.384-386.  Ca-  "Un  balcon  en  Librairie  d'Argences,  Panorama de l a N o u v e l l e L i t t e P a r i s , I960, pp.138-141.  foret,"  Prench  Review.  (Feb.1959),  Sigaux, Gilbert. " Le R i v a g e des S y r t e s ' ou l a l e g e n d e de 1 ' i n q u i e t u d e , " Table Ronde. No.48 (Dec.1951), pp.119-122. !  S t o n e , R.G. "Myth i n Modern F r e n c h L i t e r a t u r e , " M y t h and t h e Modern Imagination. U n i v e r s i t y o f Otago P r e s s , Dunedin, 1967, PP.77-93. Wagner, Crown  Richard. The A u t h e n t i c L i b r e t t o s P u b l i s h e r s , New Y o r k , 1 9 3 8 .  Weber, J e a n - P a u l . pp.293-328.  Domaines  thematiques.  o f t h e Wagner  Gallimard,  Operas.  Paris,  1963,  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104068/manifest

Comment

Related Items