Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Evolution du role de la musique dans l'oeuvre de Marcel Proust Michaud, Lucile Eliane 1970

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1970_A8 M53.pdf [ 10.39MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104055.json
JSON-LD: 831-1.0104055-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104055-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104055-rdf.json
Turtle: 831-1.0104055-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104055-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104055-source.json
Full Text
831-1.0104055-fulltext.txt
Citation
831-1.0104055.ris

Full Text

BVOLUTI0N DU ROLE DE LA MUSI QUE DANS L'OEUVRE DE. MARCEL PROUST by LUCILE MICHAUD L.M., Lava l U n i v e r s i t y , 1953 B.A., U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1968 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of French We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA A p r i l , -1970 In presenting th i s thes is in pa r t i a l fu l f i lment o f the requirements for an advanced degree at the Un ivers i ty of B r i t i s h Columbia, I agree that the L ibrary shal l make it f r ee l y ava i l ab le for reference and study. I fur ther agree tha permission for extensive copying of th i s thes is for scho la r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by his representat ives . It is understood that copying or pub l i ca t ion of th i s thes is fo r f inanc ia l gain sha l l not be allowed without my wr i t ten permiss ion. Department of *t~ /Loi^-*^i The Univers i ty of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada ABSTRACT The purpose of this study is to illustrate the evolution of the r&le of music in the works of Marcel Proust. Because of the autobiographical character of his two novels, we concluded that the importance given to music is related to the importance he gave to this art in his l i f e . His rare sensitivity to sounds and his genuine musical temper-ament can be traced throughout his works, and mainly in the numerous notations of "musique naturelle" (sounds heard in nature such as the song of a bird, the hum of a f l y , the sound of a b e l l , etc. ...) so meaningful in particular to the narrator of Jean Santeuil. In order to show exactly which factors contributed to his musical formation, this study outlines the musical climate in France at the turn of the century and demonstrates, thanks to hints and as-sertions of his own made in his correspondence and in his works, the influence his family, his friends and the high society he was asso-ciated with, had on his musical formation, and what his musical taste was. With these basic elements, one can approach the study of the function of music in Proust's works. If music does not have an important role in his early works, Les Pl a i s i r s et les jours and Jean Santeuil, i t is nevertheless essential to consider i t closely since, in regard to music, these works contain in embryonic form some of the most important structural devices that w i l l be used in A la Recherche du Temps perdu (e.g., the satire of i i musical snobbery, the relationship between music and the theme of re-membrance, between music and the theme of love). Such an account of the musical features in Proust's early works enables us to measure what the later masterwork owes to these. In A la Recherche nature gradually disappears and makes room for society. In a parallel direction to this, natural music is re-placed by written music heard in the "salons". The reactions of people to music differ greatly according to their culture and temper-ament. Therefore, regarding the personality of the characters, much is revealed to the reader through this music associated with society in A l a Recherche. Among the parallels that can be established between the characters of A la Recherche who are connected with music, the one between Swann and the Narrator is the most significant. It is Vinteuil's music (imaginary music written with words by Proust) that has the essential structural function of bringing into r e l i e f those two different personalities and their different destinies; for the one, a failure, for the second, an a r t i s t i c vocation. Beside having this structural role in A l a Recherche, music is always present in the particular style that Proust develops in the work. His language is f u l l of metaphors, many of which are borrowed from music. Some musical techniques are also apparent in his composition, such as the crescendo, the diminuendo, the ternary rhythm, the dissonances, etc. Proust, much influenced by Wagner, also shows in his long novel great s t y l i s t i c and even structural a f f i n i t i e s with the Wagnerian operas. The use of the lei t m o t i v , the length and the complexity of his sentences, the synthesis of the different a r t s , and the relationship between nature and music i n his works are as many features that Proust has i n common with the composer that he admired throughout his l i f e . i v TABLE DES MATIERES A b s t r a c t . . i Premiere p a r t i e : La musique, "une des plu s grandes pas-s i o n s " dans l a v i e de Marcel Proust Chap.I Temperament musical de Marcel Proust vu a t r a v e r s son oeuvre, 1 Chap.II Formation musicale de Marcel P r o u s t . . . 28 Deuxieme p a r t i e s Role s t r u c t u r a l de l a musique dans 1 'oeuvre de Marcel Proust C h a p . I l l Role de l a musique dans l e s oeuvres de Chap.IV Role de l a musique dans l a Recherche.. 81 Troisieme p a r t i e ; Langue et forme de 1'oeuvre p r o u s t i e n n e : ses a f f i n i t ^ s avec l a musique Chap.V Rapports entre l a musique et l e s t y l e de Marcel Proust 115 Chap.VI L'oeuvre de Marcel Proust et ses a f f i -nite"s avec Wagner et Debussy.... 1 4 0 V B i b l i o g r a p h i e 167 Appendice Musiciens compositeurs mentionnes dans 1 'oeuvre de Marcel Proust 172 CHAPITRE I TEMPERAMENT MUSICAL DE MARCEL PROUST VU A TRAVERS SON OEUVRE O r r s a i t 1'importance de l a musique dans l'ensemble de l ' o e u -vre de Marcel P r o u s t . P l u s i e u r s aspects du r81e q u ' e l l e y e i e r o e , notamment dans A l a Recherche du Temps Perdu, ont deja ete e"tudie"s par d ' e x c e l l e n t s c r i t i q u e s . Au nombre de ceux-ci f i g u r e n t B e n o i s t -Mdchin (qui a connu P r o u s t ) , Georges C a t t a u i a i n s i que Georges P i r o u e A p r e s de t e l s exegetes d'une autorite" i n c o n t e s t a b l e en l a ma t i e r e j i l est d i f f i c i l e d'aborder l e mSme s u j e t sans l e s r e p e t e r . Reste cependant un aspect nouveau a considdrers c e l u i de I n -v o l u t i o n du r o l e de l a musique chez Proust depuis ses oeuvres de jeunesse et p a r t i c u l i e r e m e n t Jean S a n t e u i l jusqu'a 1'oeuvre de ma-t u r i t y . Quelle p r o g r e s s i o n depuis l e s simples n o t a t i o n s rencontre"es dans l e s premiers ouvrages ("vol harmonieux" des cloches d'un v i l -lage dans "La Mort de Baldassare S i l v a n d e , vicomte de S y l v a n i e " ( l ) ; "tintements l o i n t a i n s de 1'angelus dans l a campagne" dans Jean San-t e u i l (2) jusqu'a l a s i g n i f i c a t i o n c a p i t a l e de 1 ' a u d i t i o n du Sep-tuo r d e V i n t e u i l dans l a Recherche I C'est prdcisdment dans c e t t e musique que l e he"ros-narrateur r e c o n n a i t " l a t i t u b a t i o n de cloches r e t e n t i s s a n t e s et decha£ne"es ( p a r e i l l e s a c e l l e s qui i n c e n d i a i e n t de chaleur l a p l a c e de l ' d g l i s e a Combray) 11 (3) et que V i n t e u i l a v a i t su t r a n s p o s e r dans un passage de son Septuor 0 Mais avant d'aborder l ' ^ t u d e de l a f o n c t i o n de l a musique dans l'oeuvre de Marcel Proust, i l convient de j e t e r un regard sur l e r o l e q u ' e l l e a joue" dans sa v i e . R3le pleinement mis en r e l i e f par ce t£moignage reve"lateur apporte" par Benoist-Mdchin a qui Proust a c o n f i x dans un e n t r e t i e n s La musique a ete une des plus grandes pa s s i o n s de ma v i e , je d i s a ete", car a present je n ' a i plus guere 1'occasion d'en entendre autrement que dans mon s o u v e n i r . E l l e m'a apporte" des j o i e s et des c e r t i t u d e s i n e f f a b l e s , l a preuve q u ' i l e x i s t e autre chose que l e ndant auquel je me s u i s heurte" partout a i l l e u r s . E l l e court comme un f i l conduc-te u r a t r a v e r s toute mon oeuvre (4)» La musique aura done 4t6 pour l ' a u t e u r de l a Recherche non s e u l e -ment une source d ' i n s p i r a t i o n mais une f o r c e v i t a l e qui dans un sens, l u i aura permis d ' e d i f i e r jusqu'au bout son oeuvre l i t t e -r a i r e . A s u i v r e ce " f i l conducteur" qu'est l a musique chez Pro u s t , nous decouvrirons a l a f o i s l e r31e s t r u c t u r a l q u ' e l l e t i e n t dans 1'oeuvre et l a p l a c e q u ' e l l e a occupde dans l a v i e de l ' a u t e u r . Proust n ' a v a i t c e r t e s r i e n d'un musicien de m e t i e r . Mais i l e t a i t musicien par temperament. Doue d'une r a r e s e n s i b i l i t y a u d i t i v e , i l pouvait appre"cier l e rythme, l a meiodie et 1'harmonie dans l e u r s m a n i f e s t a t i o n s r e s p e c t i v e s , et c e l a meme au niveau des " b r u i t s i n o r g a n i s e s " de l a nature. Son ouie naturellement f i n e et musicale l u i f a i s a i t done d e c o u v r i r l a musique dans ses expressions l e s plus simples. La nature semble a v o i r ete pour Proust 1'une des premieres pourvoyeuses de sons musicaux. C'est du moins ce que nous r e v e l e n t l e s nombreuses n o t a t i o n s de "musique n a t u r e l l e " seme"es tout au long des t r o i s volumes de Jean S a n t e u i l . A 1 ' i n s t a r de l ' a u t e u r , l e heros de ce roman p a s s a i t tous ses e"tds dans une p e t i t e v i l l e de l a Beauce, I l l i e r s , et c'est l a q u ' i l a a p p r i s a communier avec l a nature. C'est l a a u s s i qu'une m u l t i t u d e de b r u i t s entendus dans l a campagne ou dans l a v i e quotidienne de l a maison f a m i l i a l e ( b r u i t s qui ge*ne"ralement passent inapercus aux e t r e s i n a t t e n t i f s et non douds pour l a musique) ont p r i s une v a l e u r musicale pour l e p e t i t Marcel t o u j o u r s a 1 ' a f f u t de beautes n o u v e l l e s et qui enre-g i s t r a i t d e j a dans sa m^moire ce qui a l l a i t §tre p l u s t a r d l e de-cor musical de Jean S a n t e u i l . Quels sont done l e s i n t e r p r e t e s de c e t t e musique toute spe-c i a l e chez Proust? A v r a i d i r e , comme nous l e verrons dans c e t t e etude, tout dans l a nature peut prendre, a son o r e i l l e t r e s f i n e , q u a l i t e musicale, depuis l a r e s p i r a t i o n du p a p i l l o n ( 5 ) et l e bourdonnement d'une mouche ( 6 ) jusqu'a l a douce meiodie du r o s s i -- 3 -gnol ( 7 ) j depuis l e d e l i c a t tintement des gouttes d'eau sur l a p i e r r e ( 8 ) et l e p e t i t b r u i t de l'eau qui bout ( 9 ) jusqu'a l a v o i x harmonieuse et rythme'e des f l o t s ( l O ) . Nous verrons p l u s l o i n l e don qu'avait Proust d ' o r c h e s t r e r ces b r u i t s et de former par d ' h a b i l e s combinaisons de v d r i t a b l e s p e t i t s ensembles musi-caux a 1'aide des modestes elements mentionnes c i - d e s s u s . Q u ' i l s u f f i s e i c i de c i t e r quelques passages qui r e v e l e n t l a s e n s i b i -l i t y musicale de l ' a u t e u r de Jean S a n t e u i l . A l a maison d ' E t r e u i l l e s ou i l p a s s a i t l e s vacances d'ete, Jean a v a i t 1'habitude, apres l e dejeuner, de se r e t i r e r dans sa chambre pour f a i r e l a s i e s t e . De son l i t i l pouvait entendre l e s e v o l u t i o n s bruyantes d'une " p e t i t e b£te e t o u r d i e mais innocente"; De temps en temps, une mouche dont l e v o l commencait a v i b r e r e n f l a i t l e ton d'une maniere continue C...] Comme e l l e marchait t o u j o u r s musique en t S t e , a l a f o r c e du son i l e s t i m a i t a q u e l l e d i s t a n c e e l l e p a s s a i t C...3 ( l l ) . C'est a i n s i que 1'humble et "innocente musicienne" o f f r a i t a Jean l a "musique de chambre" des jours chauds. A un niveau d£ja plu s e*lev£, un chant d'oiseau l e charme pendant une l e c t u r e . Tout d'abord d i s t r a i t a l a vue des innombrables p e t a l e s de f l e u r s de maronnier qui couvraient l a veranda du curd. b i e n v i t e , Jean retombait dans sa l e c t u r e et dans l ' a -neantissement de son corps, Comme une goutte de v i n s u f f i t pour f a i r e d e l i r e r un homme a jeun, l e f i l e t de melodie que, sous l a f e n S t r e ou son f a u t e u i l e t a i t appuyd, l e r o s s i g n o l h a b i t u e l du maronnier rose f a i s a i t j a i l l i r presque contre l a v i t r e [...] s u f f i s a i t a l ' e n i v r e r du sentiment de son repos et de son bonheur ( 1 2 ) . Si l e chant des oiseaux est souvent evoque dans Jean San-t e u i l (et nous verrons dans l e t r o i s i e m e c h a p i t r e l e rapport qu'aura ce theme avec c e l u i de l a musique, i l en est un autre beaucoup p l u s modeste q u i , a p l u s i e u r s r e p r i s e s dans l e in§me roman, t r a h i t l u i a u s s i l a f i n e s s e de l'oui'e musicale de l ' a u t e u r . II s ' a g i t c e t t e f o i s du chant de l a c u i s s o n des a l i m e n t s . - 4 -Un j o u r , dans l a c u i s i n e d ' E r n e s t i n e ( p r e - f i g u r a n t e de Frangoise dans l a Recherche), i l observe: une p e t i t e c a s s e r o l e ou s ' a c c o m p l i s s a i t , avec un b r u i t r e g u l i e r et doux, l a c u i s s o n d'un poulet l i v r e au beur-re b o u i l l a n t et a l a g r a i s s e fondue qui l u i t i r a i e n t son jus qu'on entendait chanter (13) . * "Chanter", n'est-ce pas l a un mot r e v e l a t e u r du temperament mu-s i c a l de Marcel Proust? Dans un decor semblable l e meme theme se p o u r s u i t un peu plus l o i n en des termes p r e s q u ' i d e n t i q u e s : ranges sur l e fourneau comme dans 1 ' a t e l i e r d'un ceramiste, exhalant deja une blanche vapeur, de p e t i t s p ots, de rondes c a s s e r o l e s , une vaste cuve, chacun l a i s s a n t chanter une pa-te d'une couleur i c i brune, i c i rose, i c i v i o l e t t e , d'une odeur p a r t i c u l i e r e , semblaient temoigner deja de l a d e l i -catesse des chefs-d'oeuvre dus a cet a r t v i o l e n t (l4)« I c i c'est l a nature toute s e n s u e l l e du p e t i t garcon qui se mani-f e s t s par l a p a r t i c i p a t i o n de tous l e s sens qui se reg a l e n t a l e u r facon et a n t i c i p e n t sur l e moment de l a d e g u s t a t i o n . Notations du meme ordre au s u j e t de son' grand'oncle qui f a i -s a i t l e cafe et qui entendait 1"eau b o u i l l i r : c e t t e musique f...3 exprimant parfaitement l e b i e n - e t r e q u ' i l eprouvait et annoncant t r e s clairement l e moment proch a i n ou l e cafe a l l a i t a c c r o i t r e ce b i e n - e t r e d'une se n s a t i o n exquise de c h a l e u r , de gout suore et v i f et de parfum d e i i c a t , l u i s u f f i s a i t absolument ( 1 5 ) . Meme l e feu et son joyeux p e t i l l e m e n t entre dans l a ronde de ces "humbles musiques n a t u r e l l e s " . Temoin c e t t e d e s c r i p t i o n d'une flambee de buches dans l e salon de l a duchesse de R e v e i l l o n : Cependant l e feu qui n' a v a i t p l u s a purger l a t e r r e d e i i -vree d'un monstre t e l que l e temps, apres a v o i r montre pen-dant quelque temps une ardeur p l u s v i v e et comme une a l i e -gresse i s s u e des nobles f o n c t i o n s q u ' i l a v a i t eu a r e m p l i r , a v a i t r e p r i s une a l l u r e p l u s moderee, accompagnant l e s pa-r o l e s de l a duchesse d'un chant d i s c r e t et doux ( l 6 ) . Y o i l a qui i l l u s t r e b i e n l e s d e i i c a t e s j o i e s musicales que l e s e l e -ments meme de l a nature ont reserv e e s au jeune auteur de Jean #r Les mots sou l i g n e s i c i et plus l o i n l e sont par nous* S a n t e u i l . L a m e r , souvent p r e s e n t e dans 1 'oeuvre de P r o u s t , t i e n t e l l e a u s s i sa p a r t i e dans 1'immense symphonie de l a n a t u r e . Que ce s o i t a- Begmeil ( 1 7 ) , a Scheveningen, a Ostende, sur une p l a g e de l a mer B a l t i q u e (18) , ou e n f i n a B a l b e c ( 1 9 ) , on ne peut s'e'tonner q u ' e l l e a i t p a r l y et chanty a son ame s e n s i b l e . Ses i m p r e s s i o n s sur l a mer a B e g m e i l , dans Jean S a n t e u i l , nous re"velent son a t t e n t i o n p a r t i -c u l i e r e envers c e t t e v o i x presque m u s i c a l e q u i scande une r e s p i r a -t i o n b i e n rythm^es On entend seulement l e doux r e f l u x de l a b a i e , ou de l a mer a u s s i calme que l a b a i e , et ce s e u l b r u i t ou l ' a b o i e ment d'un c h i e n de f errae q u i l e couvre s e r v e n t de pie"des t a l a ce grand s i l e n c e et l e f o n t p a r a i t r e p l u s grand encore ( 2 0 ) . Par un i n t e r e s s a n t renversement des f o n c t i o n s - c o n s c i e n t ou i n c o n s c i e n t de l a p a r t de l ' a u t e u r - t a n d i s qu'en musique l e s s i l e n c e s m ettent en v a l e u r l e s sons musicaux, i c i c'est l e chant de l a mer q u i donne au s i l e n c e p l e i n de majesty t o u t son r e l i e f . Un langage s e c r e t s ' y t a b l i t e n t r e l a mer et l e jeune h y r o s a l o r s q u ' i l se t r o u v e quelque p a r t au bord de l a mer B a l t i q u e s l e pays e t r a n g e r sur l e q u e l s ' a s s o m b r i s s a i t ce c i e l i n -connu d o n n a i t a l a v o i x b i e n connue de ces p e t i t s f l o t s dont l a f i g u r e e n f a n t i n e , l e mouvement l y g e r , l e s g e s t e s harmonieux et rythmes y t a i e n t r e s t d s l e s mimes que quand i l l e s v o y a i t ; . s u r l a Manche, d o n n a i e n t au s a b l e meme 1 ' a i r de d i r e s nous ne vous c o n n a i s s o n s pas ( 2 l ) . L'emploi de termes musicaux dans l a d e s c r i p t i o n des b r u i t s de l a n a t u r e e s t s i c o n s t a n t dans Jean S a n t e u i l , qu'on ne peut dou-t e r de 1 ' i n t e n t i o n de l ' a u t e u r de l e u r donner une v a l e u r p a r t i -c . u l i e r e . Une s i m p l e v i b r a t i o n de f e u i l l a g e prend pour l u i s i g n i -f i c a t i o n s Les branches e c a r t e e s par H e n r i pour f a i r e p a s s e r sa mere, r e t o m b a i e n t avec un b r u i t s o l e n n e l , dans une des d e r n i e r e s v i b r a t i o n s duquel l e s i l e n c e de t o u t e l a f o r e t ne f a i s a i t pas grace a 1'emotion de Jean (22). - 6 -N e _ d i r a i t - o n pas que 1'emotion de Jean emane de l a communion i n -time q u i s ' e ' t a b l i t e n t r e l u i et l a n a t u r e ? Communion q u i e x i g e deux c o n d i t i o n s e s s e n t i e l l e s s l e s i l e n c e et l ' e t a t de g r a c e . En e f f e t , c e l u i que L o u i s B a r j o n a p p e l l e , s e l o n l ' e x p r e s s i o n de C l a u -d e l , "un i n v i t e a 1 ' a t t e n t i o n " e t a i t v i s - a - v i s de l a n a t u r e c o n s -tamment en e t a t de r e c e p t i v i t e ( 2 3 ) . D'ou l e s i n n o m b r a b l e s • j o i e s d>'ordre • s e n s o r i e l et s p i r i t u e l ( c a r P r o u s t c h e r c h a i t t o u j o u r s a a t t e i n d r e l e s choses dans l e u r e s s e n c e , l e u r a s p e c t e x t e r i e u r ne l u i s u f f i s a n t p a s ) , j o i e s q u i ont e n r i c h i sa v i e et son oeuvre. P a r a l l e l e m e n t a l a "musique n a t u r e l l e " evoquee dans Jean  S a n t e u i l , nous r e n c o n t r o n s dans l a Recherche une a u t r e forme de musique, e l l e a u s s i modeste, mais combien r e v e l a t r i c e ; c e l l e que l e N a r r a t e u r decouvre dans l a v o i x humaine et dans l e s b r u i t s de l a r u e , Ce theme des b r u i t s de l a rue a s s o c i e au langage m u s i c a l se t r o u v e d e j a amorce dans Contre S a i n t e - B e u v e . Mais puisque l e meme episode e s t r e p r i s de f a c o n p r e s q u ' i d e n t i q u e dans La P r i s o n -n i e r e , voyons l e s deux t e x t e s en r e g a r d 1'un de 1 ' a u t r e . Guide par l ' o u i e , l e heros n'a pas b e s o i n de v o i r l a mince r a i e au dessus des r i d e a u x pour s a v o i r q u e l temps i l f a i t s Encore t o u r n e c o n t r e l e mur et avant meme q u ' e l l e a i t p a r u , a l a s o n o r i t e du pr e m i e r tramway q u i s 'approche et de son t i m b r e d ' a p p e l , j e peux d i r e s ' i l r o u l e avec r e s i g n a t i o n dans l a p l u i e ou s ' i l e s t en p a r t a n c e pour l ' a z u r . Car non seulement c h a -que s a i s o n mais chaque s o r t e de temps l u i o f f r e son atmosphere, comme un i n s t r u m e n t p a r t i c u l i e r s u r l e q u e l i l e x e c u t e r a 1 ' a i r t o u j o u r s p a r e i l de son roulement et de son t i m b r e s et ce meme a i r non seulement nous a r r i v e r a d i f f e r e n t mais p r e n d r a une cou-Des l e m a t i n , l a t§te encore to u r n e e c o n t r e l e mur et avant d ' a v o i r vu, au dessus des grands r i d e a u x de l a fen§tre, de q u e l l e nuance e t a i t l a r a i e du j o u r , j e s a v a i s d e j a l e temps q u ' i l f a i -s a i t . Les p r e m i e r s b r u i t s de l a rue me l ' a v a i e n t a p p r i s , s e -l o n q u ' i l s me p a r v e n a i e n t amor-t i s et d e v i e s par 1 'humidite ou v i b r a n t s comme des f l e c h e s dans 1 ' a i r e resonnante et v i d e d'un mat i n s p a c i e u x , g l a c i a l et p u r j des l e roulement du pr e m i e r tramway, j ' a v a i s entendu s ' i l etait morfondu dans l a p l u i e - .7 -l e u r et une s i g n i f i c a t i o n , et e x p r i m e r a un sentiment t o u t ou en p a r t a n c e pour l ' a z u r . Et p e u t - e t r e ces b r u i t s a v a i e n t -i l s e te devances eux-inemes par quelque emanation p l u s r a p i d e et p l u s p e n e t r a n t e q u i C...] f a i s a i t entonner a c e r t a i n p e t i t personnage i n t e r m i t t e n t de s i nombreux c a n t i q u e s a l a g l o i r e du s o l e i l que c e u x - c i f i n i s s a i e n t par amener pour moi C...J un y t o u r d i s s a n t r e v e i l d i f f e r e n t , s ' i l s ' a s s o u r d i t comme un tambour, • se f l u i d i - . • f i e et chante comme un v i o l o n t o u t -.'pret a l o r s a r e c e v o i r c e t t e o r c h e s t r a t i o n c o l o r e e s e t l e g e r e ( 2 4 ) . en musique ( 2 5 ) . Dans 1 'un et l ' a u t r e passage, c'est l a f i n e a n a l y s e des c o u l e u r s sonores q u i nous f r a p p e avant t o u t . E l l e nous apprend l e s o i n du N a r r a t e u r a c a p t e r t o u t e s l e s s u b t i l i t e s du monde sonore pour l ' e n r i c h i s s e m e n t de son i n t e l l e c t . De p l u s , l a v a l e u r m u s i c a l e q u ' i l a p p l i q u e aux b r u i t s de l a rue ( e t nous en v e r r o n s des exemples abondants) denote une s e n s i b i l i t e a u d i t i v e de ragme natu r e ( c ' e s t - a -d i r e m u s i c a l e ) que c e l l e que nous l u i c o n n a i s s o n s dans Jean San-t e u i 1 . M a i s , comme 1 ' e x p r e s s i o n e s t d i f f e r e n c e , comme e l l e . a evo-l u e d e p u i s l e s d i s c r e t e s a l l u s i o n s d'ordre m u s i c a l sans grande p o r t e e que sont l e s n o t a t i o n s de musique n a t u r e l l e dans ce d e r n i e r roman I V o i c i maintenant que se devine l a f o r m a t i o n m u s i c a l e du N a r r a t e u r ( a c q u i s e s u r t o u t a 1 ' a u d i t i o n de c o n c e r t s sans doute) a t r a v e r s l a d e s c r i p t i o n des b r u i t s de l a r u e . L'episode de ce " r e v e i l en musique", p e t i t chef-d'oeuvre aux t e i n t e s m u s i c a l e s l e s p l u s v a r i e e s , en temoigne p l u s que t o u t a u t r e . Npn seulement l ' a u t e u r f a i t preuve d'une oui'e t o u j o u r s s e n s i b l e aux i n t o n a t i o n s et aux rythmes p r o d u i t s par l e s agents l e s p l u s humbles (comme c'est egalement l e cas dans Jean S a n t e u i l ) , mais i l . r e v e l e i c i ses c o n n a i s s a n c e s m u s i c a l e s a u s s i b i e n dans l e chant g r e g o r i e n que dans 1'opera, et decouvre des a f f i n i t e s e n t r e ces deux formes de l ' a r t m u s i c a l et l a forme moins savante que r e p r e s e n t e l a "musi-que p o p u l a i r e " entendue dans l a r u e . Mais l a i s s o n s l a p a r o l e au N a r r a t e u r : - 8 -Le Lendemain \ . . .] , je m ' e v e i l l a i de bonne\:heure , et en-core endormi, ma j o i e m'apprit q u ' i l y a v a i t , i n t e r p o l e dans l ' h i v e r , un jour de printemps. Dehors, des themes po-- p u l a i r e s finement e c r i t s pour des instruments v a r i e s , de-pu i s l a corne du raccommodeur de p o r c e l a i n e , ou l a trom-pette du r e m p a i l l e u r de c h a i s e s , jusqu'a l a f l u t e du che-v r i e r , f . . .] o r c h e s t r a i e n t legerement 1'air m a t i n a l , en une "ouverture pour un jour de f e t e " . C . . .] Comme p a r f o i s l e s cathe"drales en eurent non l o i n de l e u r p o r t a i l f . . .] , d i -vers p e t i t s m e t i e r . S f ? mais arnbulants, p a s s a i e n t devant l e noble h S t e l des Guermantes, et f a i s a i e n t penser par moments a l a Prance e c c l e s i a s t i q u e d ' a u t r e f o i s . Car 1'appel amusant q u ' i l s l a n c a i e n t aux p e t i t e s maisons v o i s i n e s n ' a v a i t , a de rar e s exceptions p r e s , r i e n d'une chanson. I I en d i f f e r a i t autant que l a declamation -a peine c o l o r e e par des v a r i a -t i o n s i n s e n s i b l e s - de B o r i s Podounov et de P e l l e a s ; mais d'autre part r a p p e l a i t l a psalmodie d'un p r e t r e au cours d ' o f f i c e s dont ces scenes de l a rue ne sont que l a c o n t r e -p a r t i e bon enfant, f o r a i n e et pourtant a d e m i - l i t u r g i q u e . £...3 Bien d i s t i n c t s dans ce q u a r t i e r s i t r a n q u i l l e , [. . .1 m ' a r r i v a i e n t , chacun avec sa modulation d i f f e r e n t e , des r e -c i t a t i f s declames par ces gens du peuple comme i l s l e se-r a i e n t dans l a musique, s i p o p u l a i r e , de B o r i s , ou une i n -t o n a t i o n i n i t i a l e est a peine a l t e r e e par 1 ' i n f l e x i o n d'une note qui se penche sur une a u t r e , musique de l a f o u l e , qui est p l u t S t un langage qu'une musique. [.. .1 I c i c ' e t a i t b i e n encore a l a declamation a peine l y r i q u e de Moussorgsky que f a i s a i t penser l e marchand, mais pas a e l l e seulement. Car apres a v o i r presque " p a r l e " : "Les e s c a r g o t s , i l s sont f r a i s , i l s sont beaux", c ' e t a i t avec l a t r i s t e s s e et l e vague de M a e t e r l i n c k , musicalement transposes par Debussy, que l e marchand d'escargots, dans un de ces douloureux f i n a l e s par ou l ' a u t e u r de P e l l e a s s'apparente a Rameaus " S i je d o i s e t r e vaincue, est-ce a t o i d'etre mon se i g n e u r ? " a j o u t a i t avec une chantante m e l a n c o l i e : "On l e s vend s i x sous l a douzaine L» . ( 26) . Ne sent-on pas deja par c e t t e page l a p a s s i o n de l a musique chez Proust? Les appels f a m i l i e r s et l e s b r u i t s epars de l a rue s'orga-n i s e n t pour l u i en une "ouverture" o r c h e s t r e e dans 1'air du matin. La chanson du marchand ambulant n'est p l u s une chanson mais un r e c i t a t i f d'opera. Et l e s r e c i t a t i f s i c i evoques -ceux de B o r i s et de P e l l e a s - sont s i c a r a c t e r i s t i q u e s dans ces deux operas, qu'on ne peut s'emp§cher d'admirer 1 ' i n t e l l i g e n c e musicale de - 9 -P r o u s t , f i n c o n n a i s s e u r d'opera, qui a su d i s t i n g u e r en eux ce q u ' i l s ont emprunte" a l a chanson p o p u l a i r e et a l a langue p a r -l e e . P u i s , l e Narrateur f a i t un rapprochement entre l e ton cha-g r i n sur l e q u e l l e vendeur "chante" ses p r o d u i t s , et c e l u i - q u ' emprunterait l e vieux r o i A r k e l ou Golaud, c o n s c i e n t s q u ' i l s sont tous deux de l a t r i s t e s s e qui regne dans l e chateau malgre" l a presence de Me"lisande, pour d i r e % "On ne s a i t pas ce q u ' i l y a i c i . Cela peut p a r a i t r e s t r a n g e , II n'y a pe u t - e t r e pas d ' e"venement s i n u t i l e s " , ou biens "II ne f a u t pas t ' e f f r a y e r ... C ' d t a i t un pau-vre p e t i t e t r e mysterieux, comme tout l e monde" (27). II est b i e n Evident que Proust c i t e de memoire, sans texte a l ' a p p u i , car deux phrases seulement sont exactess c e l l e ou l e r o i A r k e l s i g n i f i e dans un mouvement l e n t et grave son consente-ment au mariage de Golaud avec M£lisande a l a deuxieme scene du premier actes "II n ' a r r i v e p e u t - e t r e pas d 1 e"venements i n u t i l e s " (M, l ) et 1'autre egalement chante"e par A r k e l , c e t t e f o i s a l a mort de Mdlisande et sur un ton de grande t r i s t e s s e s " C ' d t a i t un pauvre p e t i t e t r e mysterieux comme tout l e mon-de" (M.2). Pour ce qui est du r e s t e , 1 ' i n e x a c t i t u d e importe peu puisque l e Narrateur a r d u s s i par 1'evocation de quelques passa-ges de P e l l e a s empreints de grande n o s t a l g i e , a nous donner l e "ton" de l a c a n t i l e n e melancolique: "On l e s vend s i x sous l a douzaine". Et l a d e s c r i p t i o n de ce concert de musique de rue ou d'opera p o p u l a i r e ou, selon une t r a d i t i o n me'die'vale, l e profane c5toie souvent l e sacr£, continue dans une langue t o u j o u r s p l e i n e d'hu-mour s Mais c e t t e lamentation metaphysique n ' a v a i t pas l e temps d ' e x p i r e r au bord de l ' i n f i n i , e l l e e t a i t i n t e r r o m -pue par une v i v e trompette. Cette f o i s i l ne s ' a g i s s a i t pas de m a n g e a i l l e s , l e s p a r o l e s du l i b r e t t o e t a i e n t : - 10 -"Tond l e s ch i e n s , coupe l e s chats, l e s queues et l e s o r e i l l e s " . C ertes, l a f a n t a i s i e , 1 ' e s p r i t de chaque marchand ou marchande, i n t r o d u i s a i e n t souvent des v a -r i a n t e s dans l e s p a r o l e s de toutes ces musiques que j'entendais de mon l i t , Pourtant un a r r S t r i t u e l met-tant u n ~ s i l e n c e au m i l i e u du mot, surtout quand i l e-t a i t r£pete deux f o i s , evoquait constamment l e souve-n i r des v i e i l l e s e g l i s e s . Dans sa p e t i t e v o i t u r e con-d u i t e par une anesse, q u ' i l a r r e t a i t devant chaque maison pour e n t r e r dans l e s cours, l e marchand d'ha-b i t s , portant un fouet p s a l m o d i a i t 8 " H a b i t s , marchand d ' h a b i t s , h a . . . b i t s " avec l a meme pause entre l e s deux d e r n i e r e s s y l l a b e s d'habits que s ' i l eut entonne en pl a i n - c h a n t s "Per/omnia s a e c u l a saeculo . . .rum" ou "Re-qui e s c a t i n pa.. .ce" Et de mSme, comme l e s mo-t i f s commengaient a s ' e n t r e - c r o i s e r des c e t t e heure ma t i n a l e , une marchande de q u a t r e - s a i s o n s , poussant sa v o i t u r e t t e , u s a i t pour sa l i t a n i e de l a d i v i s i o n gre --goriennes A l a tend r e s s e , a l a verduresse A r t i c h a u t s tendres et beaux A r - t i c h a u t s , b i e n q u ' e l l e f u t vraisemblablement i g n o r a n t e de 1 ' a n t i -phonaire et des sept tons qui symbolisent, quatre l e s sc i e n c e s du quadrivium et t r o i s c e l l e s du t r i v i u m (28). E x c e l l e h t e o c c a s i o n pour l e Narrateur de f a i r e montre de ses con-naissances p r e c i s e s de l a musique sacre'e, mais avant tout i l l u s -t r a t i o n d'un e s p r i t d ' o b s e r v a t i o n a l l i e au sens musical d'une qualite" r a r e . En somme, on peut d i r e qu'a p a r t i r d'elements a u s s i c o n c r e t s que l e sont l e s appels des marchands arnbulants, i l f a u t e t r e u n - v e r i t a b l e v i r t u o s e de l a metaphore musicale pour eVoquer avec tant d'adresse tour a tour P e l l e a s et l e p l a i n - c h a n t . Sans doute tout ce passage i l l u s t r e - t - i l p arfaitement ce que Marcel V a l o i s a p p e l l e r a i t a j u s t e t i t r e " l e s o r t i l e g e de Marcel P r o u s t " ( 2 9 ) . E n f i n , c e l u i - c i nous d i t b i e n 1'importance que p r e n a i t pour l u i dans l a v i e quotidienne c e t t e musique c o l o r e e des appels ou des b r u i t s de l a rue (ca r n'y a v a i t - i l pas a u s s i " l e ronflement d'un v i o l o n £...] du p a r f o i s au passage d'une automobile" et - 11 -1 1 " a r i a v i v a c e " ou meme l e " p r e s t o " du marchand de j o u e t s ? ) . S ' i l d e v a i t jamais q u i t t e r ce q u a r t i e r a r i s t o c r a t i q u e , l e s rues et l e s boulevards du centre t<,o .3£luij semble-r a i e n t b i e n mornes, bien i n h a b i t a b l e s , de'pouille's, &6 — cant6s de toutes ces l i t a n i e s des p e t i t s metiers et des ambulantes m a n g e a i l l e s , prive"s de 1 'orchestre qui ve-n a i t [ l e ] charmer des l e matin ( 3 0 ) . Ce- qui frappe egalement dans l a Recherche a 1 ' e"gard de l a s e n s i b i l i t y musicale de Marcel Proust t r a d u i t e dans son oeuvre, c'est l a constance avec l a q u e l l e i l a s s o c i e l a v o i x humaine a l a musique. Les n o t a t i o n s de ce genre, t r e s nombreuses tout au long de 1'oeuvre, s'appliquent souvent a l a v o i x r i a n t e des "jeunes f i l l e s en f l e u r s " et a u s s i a c e l l e t r e s s i n g u l i e r e du baron de Cha r l u s . Mais quelques autres personnages secondaires ont e g a l e -ment a t t i r e " 1 ' a t t e n t i o n du Narrateur par l a q u a l i t y p a r t i c u l i e r e de c e r t a i n e s i n t o n a t i o n s de l e u r v o i x . C'est a i n s i , par ezemplej que M. Biche, a f i n de gagner 1'admiration des convives de Mme Ve r d u r i n , au l i e u de d i r e sur un ton n a t u r e l son enthousiasme pour un p e i n t r e dont i l a p p r e c i e beaucoup l e s oeuvres, c h o i s i t de f a i r e d ' h a b i l e s e f f e t s vocaux qui ne r i s q u e n t pas de passer inapergus: Et comme l e s chanteurs parvenus a l a note l a plus haute q u ' i l s p u i s s e n t donner continuent en v o i x de t e t e , p i a e no, i l se contente de murmurer, et en r i a n t , comme s i en e f f e t c e t t e p e i n t u r e eut yte d e r i s o i r e a f o r c e de beau-tes -"9a sent bon, ga vous prend a l a t e t e , ga vous coupe l a r e s p i r a t i o n , ga vous f a i t des c h a t o u i l l e s [...] , e'en est malhonnete'" Et s ' a r r e t a n t , r e d r e s s a n t gravement l a t e t e , prenant une note de basse profonde q u ' i l tacha de rendre harmonieuse, i l ajoutas "et c'est s i l o y a l J ( 3 l ) C§ morceau remarquable a sa c o n t r e p a r t i e dans c e l u i que nous r e s e r v e l e marquis de Norpois, en c o n v e r s a t i o n avec l e pere du Nar r a t e u r , l e q u e l cherche a c o n n a i t r e 1'opinion de l ' a n c i e n am-bassadeur j u s q u e - l a r e t i c e n t sur l e s u j e t t r a i t e s - 12 -Mon pere f i n i s s a i t par se t r o u b l e r : " j ' a v a i s pense" a de-mander 1'avis de l a Commission...", d i s a i t - i l a M. de Norpois apres de longs pre"ambules. A l o r s l e vi s a g e de 1 ' a r i s t o c r a t e v i r t u o s e qui a v a i t garde 1 ' i n e r t i e d'un i n s t r u m e n t i s t e dont l e moment n'est pas venu d 'ex£cuter  sa p a r t i e , s o r t a i t avec un d e b i t e"gal, sur un ton a i g u et comme ne f a i s a n t que f i n i r , mais c o n f i e e c e t t e f o i s a un autre timbre, l a phrase commenced "Que, b i e n en-tendu, vous n'h£siterez pas a re"unir, d'autant plu s que l e s membres vous sont i n d i v i d u e l l e m e n t connus et peuvent f a c i l e m e n t se d d p l a c e r . " Ce n ' e t a i t pas e"videmment en elle-m§me une te r m i n a i s o n b i e n e x t r a o r d i n a i r e . Mais 1'im-m o b i l i t y qui l ' a v a i t pre"cedye l a f a i s a i t se detacher avec l a nettete", 1 'impreVu quasi m a l i c i e u x de ces phrases par l e s q u e l l e s l e piano, s i l e n c i e u x j u s q u e - l a , r d p l i q u e , au moment v o u l u , au v i o l o n c e l l e qu'on v i e n t d'entendre, dans un concerto de Mozart ( 3 2 ) . Tandis que tout a l' h e u r e , c'est M. Biche q u ' i l convenait d'ap-p l a u d i r pour ses prouesses v o c a l e s , i c i c'est l e Na r r a t e u r • q u i r e g o i t toute notre a d m i r a t i o n d'une pa r t pour 1 ' e x a c t i t u d e de ses connaissances musicales et d'autre part pour l a f i n e s s e avec l a q u e l l e i l s a i t t r a n s p o s e r sur l e p l a n de l a musique d'art des e f f e t s de vo i x p a r l d e . Mais dans un cas comme dans 1'autre, nous devinons toute 1 ' a t t e n t i o n que d e v a i t S t r e l a sienne a 1 ' a u d i t i o n de l a musique. Les e f f e t s de v o i x de M . Biche l u i r a p p e l l e n t sans doute c e r t a i n s chanteurs qui ont recours a l a v o i x de t e t e pour l e r e g i s t r e a i g u et q u i , par co n t r e , prennent grand s o i n d ' a r r o n d i r l e s notes graves a f i n de mettre en evidence toute l'etendue et l a souplesse de l e u r v o i x . D'autre p a r t , l a " p a r t i e " exdcutee par l e marquis de Norpois evoque de facon t r e s j u s t e 1 ' o r c h e s t r a t i o n p a r t i c u l i e r e de Mozart. I I n'est pas rare en e f f e t de t r o u v e r dans ses oeuvres o r c h e s t r a l e s une phrase commen-ce"e par un instrument, d e l a i s s e e k mi-chemin par c e l u i - c i , pour e n f i n passer a un instrument de timbre tout d i f f e r e n t j u s q u e - l a reste" s i l e n c i e u x . Mais i l f a u t e t r e f i n a u d i t e u r pour e n r e g i s t r e r ces s u b t i l i t e s de 1 ' o r c h e s t r a t i o n mozartienne, et d c r i v a i n de - 13 -t a l e n t pour l e s t r a n s p o s e r avec tant de j u s t e s s e dans l a conver-s a t i o n . Bergotte et sa f a m i l l e ont eux a u s s i l e u r p a r t dans c e t t e b r i l l a n t e symphonie de v o i x humaine. A l a l l e c t u r e de cet 6cr±-v a i n q u ' i l ven£rait p l u s que tout a u t r e , l e jeune M a r c e l , l u i -meme promis a l a v o c a t i o n l i t t e r a i r e , a v a i t deja remarque l a q u a l i t e " p o e t i q u e et musicale" de l ' e c r i t u r e de c e l u i q u ' i l appe-l a i t l e "doux Chantre", mais v o i l a qu'apres a v o i r f a i t sa con-naissance chez l e s parents de G i l b e r t e , i l decouvre 1 ' o r i g i n e de c e t t e q u a l i t y musicale dans 1'oeuvre du M a i t r e : C e r t a i n e s p a r t i c u l a r i t y d ' e l o c u t i o n qui e x i s t a i e n t a l ' e t a t de f a i b l e s t r a c e s dans l a c o n v e r s a t i o n de Ber-gotte ne l u i appartenaient pas en propre, car quand j ' a i connu p l u s t a r d ses f r e r e s et ses soeurs, je l e s a i retrouvees chez eux p l u s accentuees. C ' e t a i t q u e l -que chose de brusque et de rauque dans l e s d e r n i e r s mots d'une phrase g a i e , quelque chose d ' a f f a i b l i et d'expirant a l a f i n d'une phrase t r i s t e . Swann, qui a v a i t connu l e M a i t r e quand i l e t a i t enfant, m'a d i t q u ' a l o r s on entendait chez l u i , tout autant que chez ses f r e r e s et soeurs, ces i n f l e x i o n s en quelque sor t e f a m i l i a l e s , t o u r a tour c r i s de v i o l e n t e g a i e t e et murmures d'une l e n t e m e l a n c o l i e , et que dans l a s a l l e ou i l s j o u a i e n t tous ensemble i l f a i s a i t sa p a r t i e mieux qu'aucun, dans l e u r s concerts successivement a s s o u r d i s s a n t s et l a n g u i d e s . S i p a r t i c u l i e r q u ' i l s o i t tout ce b r u i t qui s'echappe des e t r e s est f u g i t i f et ne l e u r s u r v i t pas. Mais i l n'en f u t pas a i n s i de l a p r o -n o n c i a t i o n de l a f a m i l l e B e r g o t t e . C ...3 I I y a dans ses l i v r e s t e l l e s terminaisons de phrases ou 1'accumu-l a t i o n des s o n o r i t e s se prolonge, comme aux d e r n i e r s accords d'une ouverture d'opera qui ne peut pas f i n i r et r e d i t p l u s i e u r s f o i s sa supreme cadence avant que l e chef d ' o r c h e s t r e pose son baton, dans l e s q u e l l e s je r e t r o u v a i plus t a r d un e q u i v a l e n t musical dans ces c u i -vres phonetiques de l a f a m i l l e B e r g o t t e . Mais, pour l u i , a p a r t i r du moment ou. i l l e s transposa dans ses l i v r e s , i l cessa inconsciemment d'en user dans son d i s c o u r s . Du jour ou i l a v a i t commence d ' e c r i r e e t , a p l u s f o r t e r a i -son, p l u s t a r d , quand je l e connus, sa v o i x s'en e t a i t desorchestre"e pour t o u j o u r s (33) • - 14 -Cette r e p e t i t i o n i n t e r m i n a b l e des accords de l a cadence f i n a l e es t t r e s f r e q u e n t e , i l est v r a i , dans les ouvertures d'opera avant Debussy, mais i l est i n t e r e s s a n t de noter q u ' e l l e e t a i t presque de r e g i e chez Beethoven (a qui Proust a t o u j o u r s voue" une admiration au moins egale a c e l l e de son heros pour B e r g o t t e ) , et q u ' e l l e se retrouve dans un t r e s grand nombre de ses oeuvres o r c h e s t r a l e s . Comme nous venons de l e v o i r , l e s longues d i g r e s s i o n s dans l a Recherche sur l a musique autre que c e l l e p r o d u i t e par des instruments musicauz et q u ' i l est convenu d'appeler "musique d ' a r t " , s ' e l o i g n e n t de p l u s en p l u s des f r a i c h e s n o t a t i o n s de musique n a t u r e l l e de Jean S a n t e u i l . Tandis que c e l l e s - c i , qui ne se r e f e r e n t a l a musique que de facon a b s t r a i t e , re"velent avant tout une s e n s i b i l i t e , un temperament m u s i c a l , l e s metaphores t r e s eiaborees t e l l e s que c e l l e s deja c i t e e s , sur l e s b r u i t s de l a rue et sur l e s v o i x de M. de Norpois et de l a f a m i l l e B e r g o t t e , i n d i -quent de facon sure, chez l ' a u t e u r , une formation musicale remar-quable pour un amateur de mime qu'une a t t e n t i o n assidue a 1'audi-t i o n de l a musique d ' a r t . Cependant, i l est dans l a Recherche une musique qui s'appa-rente f o r t a l a musique n a t u r e l l e de Jean S a n t e u i l . II s ' a g i t de c e l l e que l e Narrateur entend dans l a v o i e gaie des "jeunes f i l l e s en f l e u r s " , f i l l e t t e s d ' a l l u r e v i v e et leger e qui l u i a p p a r a i s s e n t pour l a premiere f o i s comme des "mouettes" qui se p r o f i l e n t en s i l h o u e t t e sur l a plage de Balbec. Sans doute l e decor dans l e q u e l e l l e s evoluent e x p l i q u e - t - i l i c i l a r e p r i s e d'une musique p l e i n e de f r a i c h e u r , puisque ce decor est l a nature elle-meme. Retour done au chant des oiseaux mais u t i l i s e c e t t e f o i s comme image et app l i q u e a l a v o i x humaine: Dans un bo i s 1'amateur d'oiseaux d i s t i n g u e a u s s i t o t ces g a z o u i l l i s p a r t i c u l i e r s a chaque o i s e a u , que l e v u l g a i r e confond. L'amateur de jeunes f i l l e s s a i t que l e s v o i x - 15 -humaines sont encore b i e n p l u s v a r i c e s . Chacune possed,e plus de notes que l e plus r i c h e i nstrument. [...] Sans doute l e s l i g n e s de l a v o i x , comme c e l l e s du v i s a g e , n'e*taient pas encore d<§finitivement f i x d e s ; l a premiere muerait encore, comme l e second c h a n g e r a i t . Comme l e s enfants possedent une glande dont l a l i q u e u r l e s aide a d i g ^ r e r l e l a i t et qui n ' e x i s t e p l u s chez l e s grandes personnes, i l y a v a i t dans l e g a z o u i l l i s de ces jeunes f i l l e s des notes que l e s femmes n'ont p l u s . Et de cet instrument pl u s v a r i e , e l l e s jouaient avec l e u r s l e v r e s , avec c e t t e a p p l i c a t i o n , c e t t e ardeur des p e t i t s anges musiciens de B e l l i n i ( 3 4 ) . Le N a r r a t e u r s a i s i t parfaitement non seulement l e s p a r t i c u l a -rity's entre l e s v o i x de femmes et l e s v o i x de jeunes f i l l e s , mais a u s s i c e l l e s qui e x i s t e n t entre ces d e r n i e r e s c a r , comme i l 1 ' i n -dique lui-m§me, i l est "amateur de jeunes f i l l e s " , et par conse-quent c o n n a i s s e u r . Des l o r s , i l va de s o i q u ' i l nous donne a l a s u i t e de ses ob s e r v a t i o n s a u r a l e s a t t e n t i v e s , quelques exemples p r e c i s , q u ' i l nous pre"sente quelques specimens v a r i e s de l a v o i x ' humaine. C'est a l ' a i d e d'une touche de couleur l o c a l e q u ' i l de"-c r i t , par exemple, c e l l e d'Andre"e, 1'arnie i n s e p a r a b l e d ' A l b e r t i n e s p l u s g£n£rale encore que n'est l e l e g s f a m i l i a l y t a i t l a savoureuse matiere imposde par l a pr o v i n c e o r i g i n e l l e d'ou e l l e s t i r a i e n t l e u r s i n t o n a t i o n s . Quand Andrde p i n -c a i t sechement une note grave, e l l e ne pouvait f a i r e que l a corde pe"rigourdienne de son instrument v o c a l ne r e n d i t un son chantant, f o r t en harmonie d ' a i l l e u r s avec l a purete m e r i d i o n a l e de ses t r a i t s ( 3 5 ) • A l ' e g a r d d ' A l b e r t i n e , c'est son r i r e qui prend v a l e u r mu-s i c a l e , mais c e t t e f o i s 1'image porte beaucoup plus sur une s i t u a -t i o n p a r t i c u l i e r e que sur une q u a l i t y propre de l a v o i x . Le r i r e d ' A l b e r t i n e est provoque" par l e "frdmissement voluptueux et se-c r e t " q u ' e l l e yprouve a danser avec Andree. Comme 1'indique son j e u -ne admirateur dy§u autant qu'etonny, II sonnait comme l e s premiers ou l e s d e r n i e r s accords d'une f§te inconnue (36) • Par c o n t r e , un r i r e d'une autre nature, c e l u i de S k i , un - 16 -h a b i t u e ou p l u t o t un " f i d e l e " du salon V e r d u r i n , est attache a l a p e r s o n n a l i t e j o v i a l e et s u p e r f i c i e l l e du s c u l p t e u r p o l o n a i s s Son r i r e n'6tait pas, comme c e l u i de M. Verdmrin, l ' e -touffement d'un fumeur. Ski p r e n a i t d'abord un a i r f i n , p u i s l a i s s a i t echapper comme malgre l u i un seul son de r i r e , comme un premier appel de cl o c h e s , s u i v i d'un s i -lence ou l e regard f i n semblait examiner a bon e s c i e n t l a d r o l e r i e de ce qu'on d i s a i t , puis une seconde cloche de r i r e s ' e b r a n l a i t , et c ' e t a i t b i e n t S t un h i l a r e angelus (37). II a u r a i t ete dtonnant, quand on connait 1 'amour de Marcel Proust pour l e s c l o c h e s , q u ' i l n'eut pas eu recours a e l l e s comme porteuses d'images sonores, car e l l e s ont to u j o u r s beaucoup chante a son o r e i l l e musicale, et c'est ce que nous verrons b i e n t o t . Be tcus l e s personnages de l a Recherche, c e l u i dont l a v o i x s ' i d e n t i f i e l e pl u s a l a musique, c e l u i qui "psalmodie" avec l e r e g i s t r e l e pl u s etendu (car i l est a l a f o i s homme et femme) et q u i , par consequent, est capable des modulations l e s plus v a r i e e s et l e s plus c o l o r e e s , c ' e s t , bien sur, l e baron de Charlus. A Balbec, dans l a chambre de l a grand'mere du Narrateur et en p r e -sence de c e l u i - c i , Charlus s 'engage avec son neveu, l e jeune mar-quis Robert de Saint-Loup dans une d i s c u s s i o n sur 1'amour t e l q u ' i l l u s t r e " dans l a l i t e r a t u r e s M. de Charlus ne l a i s s a i t pas seulement p a r a l t r e une f i -nesse de sentiments que montrent en e f f e t rarement l e s hommes; sa vo i x elle-meme, p a r e i l l e a c e r t a i n e s v o i x de c o n t r a l t o en qui on n'a pas assez cultive" l e medium et dont l e chant semble l e duo alterncj d'un jeune homme et d'une femme, se p o s a i t , au moment ou i l exprimait ces pensees s i d e l i c a t e s , sur des notes hautes, p r e n a i t une douceur imprevue et semblait c o n t e n i r des choeurs de f i a n c e e s , de soeurs, qui repandaient l e u r t e n d r e s s e . Mais l a nichee de jeunes f i l l e s que M. de Charlus, avec son hor r e u r de tout effeminement, a u r a i t ete s i navre d ' a v o i r 1 ' a i r d ' a b r i t e r a i n s i dans sa v o i x , ne s'y b o r n a i t pas a 1 ' i n t e r p r e t a t i o n , a l a modulation des morceaux de s e n t i -ments. Souvent, t a n d i s que c a u s a i t M. de Charlus, on en-t e n d a i t l e u r r i r e a igu et f r a i s de pen s i o n n a i r e s ou de coquettes (38). - 17 -Ce meme r i r e a i g u du baron f a i t I ' o b j e t d'une a u t r e image m u s i -c a l e q u i ne p o u v a i t e t r e rnieux c h o i s i e pour rendre l a c o u l e u r t o u t e s p e c i a l e de l a v o i x de C h a r l u s , mais ce q u i nous i n t e r e s s e i c i avant t o u t , c ' est ce q u ' e l l e r d v e l e de 1 ' e r u d i t i o n m u s i c a l e du N a r r a t e u r : I I y a des moments ou, pour p e i n d r e completement quelqu'un, i l f a u d r a i t que l ' i m i t a t i o n p h o n e t i q u e se j o i g n i t a l a d e s c r i p t i o n , et c e l l e du personna-ge que f a i s a i t ' M. de Cha r l u s r i s q u e d ' e t r e incom-p l e t e par l e manque de ce p e t i t r i r e s i f i n , s i l e g e r , comme c e r t a i n e s oeuvres de Bach ne sont j a -mais rendues exactement parce que l e s o r c h e s t r e s manquent de ces " p e t i t e s t r o m p e t t e s " au son s i p a r t i c u l i e r , pour l e s q u e l l e s l ' a u t e u r a e c r i t t e l l e p a r t i e (39) • En. e f f e t , a p a r t i r des donnees que nous$possedons dans Jean S a n t e u i l s ur l a f a c u l t e innee chez M a r c e l P r o u s t e n f a n t , d.'ex-t r a i r e des b r u i t s de l a n a t u r e l e s p l u s humbles, des resonnan-ces d 'ordre m u s i c a l , on p e u t , sans p r e s o m p t i o n , c o n c e v o i r l a pe-n e t r a t i o n avec l a q u e l l e , a d u l t e , i l d e v a i t e"couter l a musique d-'art. Sa co n n a i s s a n c e des " p e t i t e s t r o m p e t t e s " ou t r o m p e t t e s baroques dans l a musique de Bach en f a i t f o i . La d e s c r i p t i o n de l a v o i x de M. de Charlus sne s e r a i t pas en-core complete sans ces quelques t r a i t s que l e N a r r a t e u r a f i d e l e -ment et musicalement notes au p r o f i t du l e c t e u r . Ddcontenance par une c o l e r e s u b i t e et i n j u s t i f i e e de l a p a r t du b a r o n , l e jeune M a r c e l l u i d i t nai'vements " j e ne pense pas que j ' a i e pu vous f a -che r en d i s a n t a Mme de Guermantes que j ' e t a i s l i e avec vous". II n'en f a l l a i t pas davantage pour rnettre en b r a n l e chez l e q u i n q u a -g d n a i r e i n c o m p r i s et decu, tous l e s jeux de ses grandes orgues: I I s o u r i t avec d e d a i n , f i t monter sa v o i x jusqu'aux p l u s extremes r e g i s t r e s , et l a , a t t a q u a n t avec douceur l a note l a p l u s aigtte et l a p l u s i n s o l e n t e : -Ohl Monsieur,. d i t - i l en revenant avec une extreme l e n t e u r a une i n t o n a t i o n na-t u r e l l e , et comme s 'enchantant, au passage, des b i z a r r e r i e s de c e t t e garnme descendante, je pense que vous vous f a i t e s t o r t a vous-meme en vous accusant d ' a v o i r d i t que nous e-t i o n s " l i e s " ( 4 0 ) . - 18 -Quelle f i n e s s e d 1 o b s e r v a t i o n a u d i t i v e de l a part de L'auteur d.e l a Recherche I On imagine f a c i l e m e n t avec q u e l l e a t t e n t i o n i l d.evait p r e t e r l ' o r e i l l e aux conver s a t i o n s entendues dans l e s sa-lo n s a f i n d'en degager toute p a r t i c u l a r i t y pouvant etre e x p l o i t e e dans son roman. Un d e r n i e r passage r e l a t i f a son etude de l a vo i x humaine nous prouve a quel point i l e t a i t c onscient de l a f i n e s s e d'e son' oui'e : Combien de f o i s p l u s t a r d f u s - j e frappe dans un salon par 1 ' i n t o n a t i o n ou l e r i r e de t e l homme, qui pourtant c o p i a i t exactement l e langage de sa p r o f e s s i o n ou l e s manieres de son m i l i e u , a f f e c t a n t une d i s t i n c t i o n severe ou une f a m i l i e r e g r o s s i e r e t e , mais dont l a voix fausse s u f f i s a i t pour apprendre "c ' e s t un Charlus" a mon o r e i l l e exerce'e comme l e diapason d'un a c c o r d e u r l (4l)« I c i Marcel Proust ne nous apprend r i e n car nous savions deja par Jean S a n t e u i l que depuis sa plus tendre enfance i l a v a i t exer-ce son o r e i l l e a a p p r e c i e r avec a c u i t e toute v i b r a t i o n sonore percue et m£me a e v e i l l e r l a v a l e u r de ces v i b r a t i o n s . A l'etude du r o l e de l a "musique n a t u r e l l e " dans l a v i e et par consequent dans 1'oeuvre de Marcel Proust (puisque de son aveu meme dans l e Temps retrouve l e s "materiaux de son oeuvre l i t t e - • r a i r e , c ' e t a i t sa v i e passee") (42), nous constatons que de tous l e s b r u i t s ou sons q u ' i l a entendus dans l a nature, ceux qui l u i ont apporte" l e s plus grandes j o i e s et meme l e s plus grandes r e v e l a t i o n s sont l e s sons de c l o c h e s . L ' a t t r a i t p a r t i c u l i e r que le s cloches ont exerce sur Marcel Proust se manifeste de l a fagon l a p l u s , c o n s t a n t e et l a plus s i g n i f i c a t i v e tout au long de. son oeuvre, et c e l a depuis Les P l a i s i r s et l e s jours jusqu'au Temps  Retrouve. D'ou v i e n t done cet a t t r a i t s i fortement accuse" chez Proust pour l e s cioches? Pour y repondre, i l convient d'analyser de pres l e c a r a c t e r e propre du son des c l o c h e s . - 19 -La physique o n d u l a t o i r e moderne, grace a des instruments d'une grande p r e c i s i o n , permet de d i s s e q u e r , pour a i n s i d i r e , l e son des c l o c h e s , et de determiner l a q u a l i t y exacte de cha-cune de ses p a r t i e s c o n s t i t u a n t e s . C'est a i n s i q u ' i l a ety &4-montre" qu'a l' e n c o n t r e d'instruments a cordes ou a vent qui peu-vent p r o d u i r e des sons harmoniques (et nous savons qu'une corde non frappee peut emettre un son par l e seul e f f e t de "sympathie" pour une autre corde en v i b r a t i o n ) , l e son des c l o c h e s , b i e n que composd de p l u s i e u r s notes, ne comprend pas de notes harmo-niques. Au moment ou l e ba t t a n t frappe l a c l o c h e , i l e v e i l l e un nombre c o n s i d e r a b l e de notes d i s t i n c t e s l e s unes des autres autant par l e u r hauteur que par l e u r i n t e n s i t y ( s e l o n 1'ypaisseur du mytal a chaque e n d r o i t et se l o n l e p r o f i l de l a c l o c h e ) , et c e l a sans r e l a t i o n de dypendance entre e l l e s (comme c'est l e cas pour l e s harmoniques). Cependant, i l y a entre ces d i f f y r e n t e s notes que l ' o n a p p e l l e "sons concomitants" des rap p o r t s harmoniques f i x e s par l e fondeur, En e f f e t , grace a 1'accord qui se f a i t apres l e moulage de l a cl o c h e , l e s notes forment entre e l l e s des i n t e r -v a l l e s determines p l u s ou moins consonnants. On considere comme r e l a t i o n harmonique i d e a l e c e l l e ou l e s c i n q notes p r i n c i p a l e s ( c a r i l y en a b i e n davantage) forment un accord p a r f a i t dont l e s p a r t i e s se superposent a i n s i s l a note l a plus grave donne 1'octave au-dessous de l a fondamentale5 l a deuxieme note est l a fondamentale elle-memej l a t r o i s i e m e note, l a t i e r c e au-dessus de l a fondamen-t a l e ; l a quatrieme note, l a quinte au-dessus de l a fondamentale} et e n f i n l a cinquieme note, l ' o c t a v e superieure a l a fondamentale. Cet heureux melange de notes bien d i s t i n c t e s , dont 1'une predomine sur toutes l e s a u t r e s , mais qui se confondent cependant au .point q u ' i l est p a r f o i s d i f f i c i l e meme pour un musicien de determiner l a q u e l l e des t r o i s notes en rapport d'octave est l a fondamentale, ce melange complexe de sons harmonieux qui se repandent librement - 20 -dans l ' e s p a c e sans f i n donne au son des c l o c h e s un c a r a c t e r e mys-t e r i e u x e t p r e s q u e m y s t i q u e . Un t i m b r e a u s s i f a s c i n a n t ne p e u t r e s t e r i n d i f f e r e n t a une ame s e n s i b l e e t m u s i c a l e , a une ame e"-p r i s e de b e a u t e . ( 4 3 ) L e s t e x t e s de M a r c e l P r o u s t f o u r m i l l e n t d ' a l l u s i o n s q u i t e -moignent de f a c o n e v i d e n t e de l'amour q u ' i l a t o u j o u r s eu p o u r l e c h a n t t r i s t e ou j o y e u x des c l o c h e s . Des l e s p r e m i e r e s pages de s a p r e m i e r e o e u v r e , L e s P l a i s i r s e t l e s j o u r s , l e p a y s a g e p r o u s t i e n e s t marque p a r l a c o u l e u r a l a f o i s m e t a l l i q u e e t n o s t a l -g i q u e des c l o c h e s . "La mort de B a l d a s s a r e S i l v a n d e " , 1'une des pages l e s p l u s t o u c h a n t e s de ce r e c u e i l de c o n t e s , nous re"vele l e s s e n t i m e n t s meme de l ' a u t e u r p u i s q u e l e v i c o m t e de S y l v a n i e , homme jeu n e e n c o r e mais t e r r a s s e p a r l a p a r a l y s i e q u i l ' e m p o r t e , i n c a r n e P r o u s t lui-m§me a t t e i n t de m a l a d i e c h r o n i q u e des son j e u -ne a ge. B a l d a s s a r e e s t e n t o u r e de ses p a r e n t s l e s p l u s p r o c h e s v e n u s l ' a s s i s t e r a s es d e r n i e r s moments: L a main de B a l d a s s a r e r e r n u a i t f i e v r e u s e m e n t . Tout a coup i l e n t e n d i t un p e t i t b r u i t a r g e n t i n , i m p e r c e p t i b l e e t p r o f o n d ciomme un b a t t e m e n t de c o e u r . C ' e t a i t l e son des c l o c h e s d'un v i l l a g e extremement e l o i g n e , q u i , p a r l a g r a c e de 1 ' a i r s i l i m p i d e ce s o i r - l a e t de l a b r i s e p r o p i c e , a v a i t t r a v e r s e b i e n des l i e u e s de p l a i n e s e t de r i v i e r e s a v a n t d ' a r r i v e r j u s q u ' a l u i p o u r e t r e r e c u e i l -l i p a r son o r e i l l e f i d e l e . C ' e t a i t une v o i x p r e s e n t e et b i e n a n c i e n n e ; m a i n t e n a n t i l e n t e n d a i t son c o e u r b a t t r e a v e c l e u r v o l h a r m o n i e u x , s u s p e n d u au moment ou e l l e s s e m b l e n t a s p i r e r l e s o n , et s ' e x h a l a n t a p r e s longuement et f a i b l e m e n t a v e c e l l e s . A t o u t e s l e s epoques de s a v i e , des q u ' i l e n t e n d a i t l e son l o i n t a i n des c l o c h e s , i l se r a p p e l a i t malgre' l u i l e u r d o u c e u r dans l ' a i r du s o i r , quand, p e t i t e n f a n t e n c o r e , i l r e n t r a i t au c h a t e a u , p a r l e s champs. B a l d a s s a r e r e p o s a i t , l e s yeux f e r m e s , e t son c o e u r e c o u t a i t l e s c l o c h e s que son o r e i l l e p a r a l y -sed p a r l a mort v o i s i n e n ' e n t e n d a i t p l u s ( 4 4 ) • Comment d o u t e r de l a s i g n i f i c a t i o n que pe u v a n t a v o i r l e s c l o c h e s c h e z un e c r i v a i n dont l e p r e m i e r h e r o s , un m u s i c i e n d ' a i l l e u r s , r e c o i t comme g r a c e u l t i m e , t e l un baume p o u r son co.eur, l a f r a i -- 21 -che rosee des sons de cloches au moment ou i l e x p i r e ? Peut-£tre l ' a u t e u r e x p r i m e - t - i l par l a un de"sir p e r s o n n e l , Quoi q u ' i l en s o i t , l e souvenir du tintement des cloches entendues des son en-fance a de toute evidence marque" sa v i e et son oeuvre. Nous en ver r o n s b i e n d'autres i l l u s t r a t i o n s . Dans Jean S a n t e u i l , l e s c l o c h e s , l a a u s s i p r e s e n t e s , sont synonymes de bonheur, et s ' i d e n t i f i e n t a l a douceur des dimanches e n s o l e i l l d s d ' l l l i e r s ; Le dimanche semblait a Jean l e jour du s o l e i l , peut-e t r e parce que ce j o u r - l a on ne l e r e v e i l l a i t pas et q u ' i l o u v r a i t l e s yeux aux rayons du s o l e i l de d i x heures C . . .1 et a u s s i aux sons balance's des c l o c h e s . Ces beaux rayons s o u r i a n t s a s s i s sur sa chaise l u i semblaient, a u s s i bien que l e s cloches de l a grand'•-messe, s a v o i r que c ' e t a i t dimanche. I I put p l e u v o i r plus t a r d l e dimanche, i l n'en s e n t a i t pas moins dans l e s rues sombres, sous l e c i e l g r i s , quelque chose comme l e s o l e i l qui etait l a i n c o g n i t o , dans l e chant  des c l o c h e s , dans l e l e v e r t a r d i f , dans l a f o u l e qui se promenait lentement dans l e s rues. C*e"tait comme un s o l e i l i n t e " r i e u r qui meme sous l a p l u i e , sous 1'o-rage, l e r e j o u i s s a i t comme l e s o l e i l , et comme un jour de grande f§te r e n d a i t l a p l u i e moins t r i s t e et l e c i e l bas moins l o u r d (45)« II r e s s o r t done, de ces ob s e r v a t i o n s sur l e dimanche, que l e timbre chaud des cloches de l a grand'messe procure au p e t i t Jean une s e r e n i t y q ui inonde toutes l e s heures de c e t t e journee et qui defie l e temps l e pl u s c h a g r i n . L ' a s s o c i a t i o n des cloches avec l e s o l e i l et du s o l e i l avec l e dimanche t i e n t d'ailleurs tant d ' importance dans l a v i e de Jean S a n t e u i l que l e n a r r a t e u r c r o i t d e v o i r nous la r a p p e l e r un peu plus l o i n s Le c i e l etait encore v i o l a c e au-dessus des maisons, mais un peu de s o l e i l donnait sur l a p l a c e , de ce s o l e i l qui f a i s a i t p a r t i e pour Jean du dimanche, comme l e s cloches et comme l a b r i o c h e (46)0 Les c l o c h e s d ' l l l i e r s r e p r e s e n t a i e n t a u s s i pour Jean un l a n -gage presqu'humain q u ' i l s a v a i t b i e n i n t e r p r e t e r . E l l e s "sonnaient souvent pour l e s morts" (47), mais e l l e s s • e b r a n l a i e n t surtout - 22 -pour appeler les vivantss tout a coup, sur l a place ensoleille'e, les cloches se-couees rdpandaient un premier appel puis un second, puis peu a peu se repondaient rapidement l a premiere a l a deuxierne, l a deuxierne a l a troisieme, ou s i l'on les entendait autrement, l a troisieme a l a quatrieme, l a quatrieme a l a cinquieme, l a derniere ayant 1'air de re"pondre a 1'avant-derniere ou d'appeler l a suivan-te selon le rythme suivant lequel on les percevait, sem-blant abattre k immenses coups magnifiques et re g u l i e r s , portes de toutes leurs forces, les fremissantes cloisons du si l e n c e . E l l e s semblaient a i n s i de toute leur force accrue pendant l a vitesse de leur elan venir frapper le son tremblant sans le b r i s e r , et comme mu en meme temps par le sonneur le s o l e i l pour un instant semblait s'etre cache puis r e l u i s a i t plus v i f a l a devanture du p a t i s s i e r . Mais en meme temps que les sons de cloches retentissaient aux o r e i l l e s de tous les I l l i e r s o i s -leur inspirant un sentiment de f a m i l i a r i t y car C les cloches avaient depuis qu'on etait ne re t e n t i chaque f o i s que quelqu'un e t a i t mort f . . „ J , chaque f o i s que quelqu'un se mariait [ . . .3 et chaque f o i s q u ' i l f a l l a i t a 1'eglise a s s i s t e r a ces choses tres mysterieuses qui fi n i s s a i e n t d'une maniere familiere - en meme temps que ces cloches se frappaient de plus en plus v i t e 1'une contre 1'autre, faisant trembler sur l a place comme les parois eiargies et les ondulations propagees de leur son, l a place se remplissait de dames en t o i -l e t t e [ .. J ( 4 8 ) . Et a i n s i se poursuit l a description des dimanches matin sur l a place de 1 ' e g l i s e a I l l i e r s avec 1'arrivee des f i d e l e s pour l a grand'messe, au son eclatant et tumultueux des cloches. Ce long passage.illustre mieux que tout autre l a vive attention avec l a -quelle le narrateur a analyse le rapport des sons de cloches les • uns avec les autres a i n s i que leur propagation dans l'espace, mais i l faut attendre Du C6te de chez Swann pour constater toute l a poesie qu'elles e v e i l l a i e n t chez le Narrateurj On gagnait l e mail entre les arbres duquel apparaissait le clocher de S a i n t - H i l a i r e . Et j'aurais voulu pouvoir m'asseoir l a et rester toute l a journee a l i r e en ecou-tant les cloches; car i l f a i s a i t s i beau et s i tranquile - 23 -que, quand sonnait l ' h e u r e , on a u r a i t d i t non q u ' e l l e rompait l e calme du jou r , mais q u ' e l l e l e d e b a r r a s s a i t de ce q u ' i l c o n t e n a i t et que l e c l o c h e r , avec 1 ' e x a c t i -tude i n d o l e n t e et soigneuse d'une personne qui n'a r i e n d'autre a f a i r e , v e n a i t seulement — p o u r exprimer et l a i s s e r tomber l e s quelques gouttes d'or que l a chaleur y a v a i t lentement et naturellement amasses — de p r e s s e r , au moment v o u l u , l a p l e n i t u d e du s i l e n c e (49). L' e V o l u t i o n dans l ' e x p r e s s i o n poetique est deja t r e s marquee depuis l e s n o t a t i o n s de musique n a t u r e l l e livre"es en toute sim-p l i c i t e . ( e t qui ont l e u r beaute d ' a i l l e u r s ) dans Jean S a n t e u i l jusqu'a-ces p e r l e s du langage metaphorique que l ' o n trouve -si sou-vent dans l a Recherche. Les premieres sont l e s i n d i c e s du t a l e n t de 1'auteur t a n d i s que l e s secondes sont l a c o n f i r m a t i o n de son ge n i e . Un autre exemple du meme ordre (quoiqu'un peu moins r i m -b a l d i e n c e l u i - c i ) i l l u s t r e l e sens poetique du Kar r a t e u r associe" une f o i s de p l u s au theme des c l o c h e s . Au bord de l a Vivonne, i l a i m a i t s ' a t t a r d e r 1 ' a p r e s - m i d i : C ' e t a i t l'heure du gouter. Avant de r e p a r t i r nous r e s -t i o n s longtemps a manger des f r u i t s , du p a i n et du cho-c o l a t , sur 1'herbe ou parvenaient jusqu'a nous, h o r i -zontaux, a f f a i b l i s , mais denses et m e t a l l i q u e s encore, des sons de l a cloche de S a i n t - H i l a i r e qui ne s ' e t a i e n t pas melanges a 1'air q u ' i l s t r a v e r s a i e n t depuis s i l o n g -temps e t , c S t e i e s par l a p a l p i t a t i o n s u c c e s s i v e de t o u -tes l e u r s l i g n e s sonores, v i b r a i e n t en rasant l e s f l e u r s , a nos p i eds (50) . Une s e n s i b i l i t e de meme nature se manifeste encore a 1'egard des cloches a l o r s qu'a P a r i s , i l se r a p p e l l e l e son de c e l l e s de Balbec: II y a v a i t des jours ou l e b r u i t d'une cloche qui son-n a i t l'heure p o r t a i t sur l a sphere de sa s o n o r i t e une plaque s i f r a i c h e , s i puissamment e t a i e e de m o u i l i e ou de lumiere, que c ' e t a i t comme une t r a d u c t i o n pour aveu-g l e s ou, s i l' o n veut, comme une t r a d u c t i o n musicale du charme de l a p l u i e ou du charme du s o l e i l (5 l )» L ' a l l u s i o n f a i t e i c i a l a d i f f e r e n c e de q u a l i t e entre l e son r e -pandu dans 1'air par temps de p l u i e et par beau temps n'est pas - 24 -sans a n a l o g i e avec l a d i s t i n c t i o n du meme ordre appliquee au b r u i t du tramway qui passe dans l a rue (passage c i t e a l a page 7 )j et e l l e i n d i q u e t o u j o u r s chez l ' a u t e u r l a meme f i n e s s e a u d i t i v e et l e meme souci d ' e x a c t i t u d e dans 1 'analyse„ Que l e s cloches a i e n t f a s c i n e Marcel Proust, on ne peut en douter. De p l u s , l e u r langage mystique a e v e i l l e " en l u i des r e s o n -nances d'une grande poesie et 1 11 ont e v e i l l e " a une musique plus s a -vante qui jouera dans sa v i e et dans son oeuvre l i t t e " r a i r e un r81e preponderant o On a u r a i t t o r t de ne"gliger, dans 1'etude du r81e de l a musique chez Proust, ce que lui-meme, dans Jean S a n t e u i l appe-l a i t la'musique n a t u r e l l e " . Toutes ces f i n e s musiques p r o d u i t e s par des elements a u s s i d i v e r s que communs ( l ' e a u qui bout, l e s a l i -ments en c u i s s o n , 1 ' i n s e c t e qui v o l e "musique en t e t e " , l ' o i s e a u qui chante, l e fe u qui p e t i l l e , l e s cloches qui sonnent a toute v o i e e ) , toutes ces musiques ont p a r t i c i p e a l e u r fagon, d'une pa r t a 1'education musicale ( s i humblement que ce f u t ) de Marcel P r o u s t , et d'autre p a r t , a 1 • e d i f i c a t i o n d'une oeuvre qui a u r a i t ete incom-p l e t e sans l e u r modeste mais charmante c o n t r i b u t i o n . D ' a i l l e u r s , l e Narrateur de l a Recherche r e c o n n a i t b i e n ce q u ' i l d o i t a l a nature et nous en f a i t 1'aveu dans l e Temps retrouves La nature ne m'avait pas mis elle-m§me, [...3 , sur l a v o i e de l ' a r t , n ' e t a i t - e l l e pas commencement d'art e l l e -rn£me, e l l e qui ne m'avait permis de c o n n a i t r e , souvent, l a beaute d'une chose que dans une a u t r e , midi a Combray que dans l e b r u i t de ses c l o c h e s , l e s matinees de Don-c i e r e s que dans l e s hoquets de notre c a l o r i f e r e a eau? (52)< C'est d i r e toute 1'importance q u ' i l a c c o r d a i t a 1'humble mu-sique f o u r n i e avec tant d'abondance et de g e n e r o s i t e par l a nature. Musique. qui echappe au commun mais l a q u e l l e n o u r r i t qu:L s a i t s'y montrer a t t e n t i f . De t e l l e s d i s p o s i t i o n s , a l l i e e s a une i n t e l l i -gence v i v e et a un gout sur chez Marcel Proust, ne pouvaient que f a v o r i s e r 1 'epanouissement de son temperament m u s i c a l . - 25 -N O T E S 1. Les fflaisirs et les jours, p. 42 2 . Jean Santeuil, v o l . I, p. 85 3 . A l a Recherche du Temps perdu, v o l . I l l , p. 250 4 . Benoist-Me'chin, Retour a Marcel Proust, p. 192 5 . Jean Santeuil, v o l . I I , p, 41 6 . Idem, v o l , If PPo 1 6 3 , 1 6 4 , 7 . Idem, v o l . I, P . 1 7 3 8 . Idem, v o l . II , p. 40 9 . Idem, v o l . I, p. 160 1 0 . Idem, Vol. II , p 0 224 1 1 . Idem, v o l . I, p. 163 1 2 . Idem, vol o I, P . 1 7 3 1 3 . Idem, v o l . i , p. 188 1 4 . Idem, v o l . I, pp. 2 1 5 , 216 1 5 . Idem, v o l . I , p. 160 1 6 . Idem, v o l . If p. 269 1 7 . Idem, vol o II , p. 1 8 2 , 183 1 8 . Idem, v o l . II , pp. 222' -225 1 9 . A l a Recherche, v o l . I, pp. 6 9 4 , 6955 805? 954 2 0 . Jean Santeuil, v o l . I I , p. 183 2 1 . Idem, v o l . I I , p. 224 2 2 . Idem, v o l . I I , p. 243 2 3 . Louis B&rjon, De Baudelaire a Mauriac, p. 1365 Paul Claudel appelle a i n s i les malades incurables iri Positions et Propo-si t i o n s , Gallimard, Paris 1 9 3 4 , P° 243 2 4 . Contre Sainte-Beuve, pp. 8 0 , 81 2 5 . A l a Recherche, v o l . I l l , p. 9 2 6 . Idem, v o l . I l l , pp. 116, 117 2 7 . Idem, v o l . I l l , p. 118 2 8 . Idem, v o l . I l l , p. 118 2 9 . Marcel Valois, Sortilege de Marcel Proust 3 0 . A l a Recherche, v o l . I l l , p. 137 3 1 . Idem, v o l . I, pp. 2 5 4 , 255 3 2 . Idem, v o l . I, pp. 4 5 5 - 456 3 3 . Idem, v o l . I, pp 0 5 5 3 , 554 3 4 . Idem, v o l . I, p. 908 3 5 . Idem, vol • I, p. 910 3 6 . Idem, vol 0 I I , p 0 796 3 7 . Idem, vol . II I , p . 289 3 8 . Idem, v o l . I, p. 764 3 9 . Idem, v o l . I I , p. 942 4 0 . Idem, v o l . i r , p. 556 4 1 . Idem, v o l . 11, p 0 664 4 2 . Idem, v o l . i n , p . 889 - 26 -N O T E S 4 3 . Les i n f o r m a t i o n s de ces deux pages concernant l e s cloches nous viennent d'une part de M. Peter C r o s s l e y - H o l l a n d , p r o f e s s e u r a 1 ' U n i v e r s i t y de Los Angeles, et d'autre part du c h a p i t r e "Cloches et c a r i l l o n s " de P i e r r e Eschenbrenner d a n s l a Musique, des o r i g i n e s a nos j o u r s , pp. 5 6 4 - 5 6 8 44« Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , p. 42 45« Jean S a n t e u i l , v o l . I, p. 2 1 4 4 6 . Idem, v o l . I, p. 218 4 7 . Idem, v o l . I , p. 139 48. Idem, v o l . I, pp. 227, 228, 2 2 9 49. A l a Recherche, v o l . 1 , p. 166 5 0 . Idem, v o l . I, p. 170 5 1 . Idem, v o l . I l l , p. 8 4 52. Idem, v o l . I l l , pp. 889, 890 - 27 -M O T E S M U S I C A L E S M , l . P e l l e a s et Melisande de Claude Debussy, l e r a c t e , scene I I , E d i t i o n s Durand, p a r t i t i o n pour chant et piano, p.32: A r k e l : Lent et grave • m m • » * —=rzi z t - M ^ -/ k I—V— - + — t u L v u — \ — k 4- 5 2 . Arke1 : Op. c i t . , pp.308-309 Dans une s o n o r i t y douce et v o i l e e jusqu'a l a f i n et t o u j o u r s calme 1 -0 0-_ m • m 0 TT | « „ 3E c 1 0 : ftf fr» » i M y v CHAPITRE I I FORMATION MUSICALE DE MARCEL PROUST - 28 -Pour e s t i m e r de fagon E q u i t a b l e l a c u l t u r e m u s i c a l e de Mar-c e l P r o u s t } i l e s t e s s e n t i e l de c o n s i d e r e r son entourage imme"diat a i n s i que l e c l i m a t m u s i c a l en France au t o u r n a n t du s i e c l e . La f i n du dix-neuvieme et l e debut du v i n g t i e m e s i e c l e (annees q u i c o r r e s p o n d e n t justement aux dates de P r o u s t , 1871-1922) marquent l-'une des dpoques l e s p l u s i m p o r t a n t e s de l ' h i s t o i r e de l a m u s i -que en F r a n c e . B i e n s u r , l a France a v a i t connu des moments de s p l e n d e u r avec Couperin et Rameau dans l a p r e m i e r e m o i t i e du XVIIIeme s i e c l e , mais pendant une p e r i o d e q u i couvre p l u s de s o i -x a n t e ans, e l l e demeure presque i m p r o d u c t i v e en musique symphoni-que ( s i l ' o n e x c l u e G r e t r y q u i se c o n s a c r a a l a musique de thea-t r e et q u i e t a i t b e i g e d ' a i l l e u r s ) . Depuis l a mort de Rameau en I 7 6 4 jusqu'en 1830, date a l a q u e l l e B e r l i o z e c r i v i t sa Symphonie f a n t a s t i q u e , l a France r e s t e dans un e t a t l e t h a r g i q u e r e l a t i v e -ment a l a c r e a t i o n m u s i c a l e . C'est a B e r l i o z que r e v i e n t d ' a v o i r ete 1 ' i n i t i a t e u r d'une n o u v e l l e p i e i a d e de c o m p o s i t e u r s en F r a n -ce. Cependant i l f u t i n c o m p r i s presque t o u t e sa v i e en son p r o p r e pays c a r l e gout de l'epoque en e t a i t encore a l a v i r t u o s i t e , a 1'opera i t a l i e n i s a n t et a l a romance de s a l o n . Les annees 1830-1870 f u r e n t l a b e l l e epoque pour R o s s i n i , V e r d i , D o n i z e t t i , B e l l i -n i , Auber, A. Adam et Meyerbeer, e t , pour l e p u b l i c f r a n g a i s de ces annees, l a musique n ' e t a i t qu'un d i v e r t i s s e m e n t . L ' i n d i f f e -rence g e n e r a l e a 1 ' e n d r o i t de l a musique se r e f l e t e meme dans l e s l e t t r e s de l'epoque. Romain R o l l a n d nous f a i t remarquer avec r a i -son l e c a r a c t e r e a m u s i c a l de l a l i t t e r a t u r e romantique et n a t u r a -l i s t e . I I r e l a t e un mot legerement c a u s t i q u e de B e r l i o z s e l o n l e -q u e l Dumas pere d e t e s t a i t "meme l a mauvaise musique". P u i s i l c i -t e 1'aveu meme de T h e o p h i l e G a u t i e r q u i d i s a i t preferer l e s i l e n -ce a l a musique (ce q u i ne l ' e m p e c h a i t pas d'etre c r i t i q u e m u s i -c a l a ses h e u r e s j ) , et q u i a j o u t e , comme pour e x c u s e r son i n s e n -- 2 9 -s i b i l i t e " envers cet a r t s " B a l z a c e x e c r a i t l a musgique, Hugo ne peut l a s o u f f r i r , L a m a r t i n e lui-meme [...] 1'a en h o r r e u r , " ( l ) G a u t i e r e s t t r o p prompt a i m p u t e r a l ' a u t e u r de l a Come"die  humaine sa p r o p r e d e f i c i e n c e , c a r on s a i t que B a l z a c a m a n i f e s t o de 1 ' i n t e r S t et du gout pour l a musique, mais son jugement-sem-b l e j u s t i f i y a 1•ygard de L a m a r t i n e et de V i c t o r Hugo. C e l u i - c i p a r me"pris pour l a musique a u t a n t que pour l ' A l l e m a g n e , ne d i -s a i t - i l pas de ce pays que "son i n f e r i o r i t y se mesure a l a supe-r i o r i t y mime q u ' e l l e a dans l a musique" ? (2) En f a i t , 1 ' i n f e r i o r i t y de l a Prance v i s - a - v i s l ' A l l e m a g n e dans l e domaine m u s i c a l e t a i t r e m a r q u a b l e 0 Autant B e r l i o z , i g n o -r e en P r a n c e , o b t e n a i t du succes o u t r e - R h i n , a u t a n t Wagner, c e -l y b r y dans son pays, y t a i t i n c o m p r i s des F r a n g a i s . La p r e m i e r e r e p r e s e n t a t i o n de son opera Tannhattser a P a r i s en mars 1861 f u t 1 ' o c c a s i o n de m a n i f e s t a t i o n s s i v i o l e n t e s de l a p a r t du p u b l i c q u ' i l f a l l u t r e t i r e r 1'opera de l ' a f f i c h e apres l a t r o i s i e m e r e p r e s e n t a t i o n . Le p r i n c i p a l r e p r o c h e qu'on l u i a d r e s s a i t ? A v o i r n e g l i g e l a p a r t du b a l l e t dans son o p e r a . Comme l e d i t s i b i e n Remy S t r i e k e r , sa p a r t i t i o n c o n t e n a i t t r o p de musique et p o i n t a s s e z de quoi m e t t r e en v a l e u r ces d e m o i s e l l e s du corps de b a l l e t . Les mes-s i e u r s du J o c k e y - C l u b q u i l e s p r o t e g e a i e n t r e g l e r e n t l e s o r t de Wagner et h u m i l i e r e n t une f o i s de p l u s l e gout m u s i c a l f r a n g a i s (3)<> Un.ev^nement semblable s ' e t a i t p r o d u i t 1'annee p r y c e d e n t e a P a r i s a l o r s que Wagner a v a i t f a i t entendre dans l a s a l l e des I t a l i e n s des fragments de ses c o m p o s i t i o n s . L ' h o s t i l i t e du p u b l i c devant ces oeuvres a v a i t s u s c i t y l a c o l e r e de B a u d e l a i r e , admi-r a t e u r e n t h o u s i a s t e de Wagner. V o i c i en q u e l s termes i l exprime, dans une l e t t r e a d r e s s e e a c e l u i - c i l e 17 f y v r i e r i 8 6 0 , l a honte q u ' i l eprouve d ' e t r e f r a n g a i s s - 30 -Vous n ' l t e s pas l e pr e m i e r homme, monsieur, a 1'occa-s i o n duquel j * a i f s i c j a r o u g i r de mon pays. E n f i n , 1 ' i n d i g n a t i o n m'a pousse a vous temoigner ma r e c o n n a i s -sance, j e me s u i s d i t s j e veux e t r e d i s t i n g u e de tous ces i m b e c i l e s ( 4 ) 0 C e r t e s i l y a v a i t une a f f i n i t y d ' ordre e s t h e t i q u e e n t r e l ' a u t e u r d-e T r i s t a n et c e l u i des PIeurs du M a i , ne s e r a i t - c e que par l a f o i q u ' i l s a v a i e n t tous deux en l a f u s i o n des a r t s . Chez l ' u n , e l l e s'exprime par une synthese des a r t s ( l a musique, l a p o e s i e , l e g e s t e , l e decor d o i v e n t former un t o u t ) , chez 1 ' a u t r e , p a r l a • "co r r e s p o n d a n c e " q u i s ' e t a b l i t d'un a r t a un a u t r e ( l e rythme se r e t r o u v a n t a u s s i b i e n dans l a p e i n t u r e que l a c o u l e u r dans l a mu-s i q u e ) . B i e n p l u s , B a u d e l a i r e ne p o u v a i t c o n c e v o i r que rythmes, c o u l e u r s et me l o d i e s f u s s e n t i m p r o p r e s a t r a d u i r e des i d e e s ; l e s choses s ' e t a n t t o u j o u r s exprimees par a n a l o g i e r e c i p r o q u e , d e p u i s l e j o u r ou Dieu a p r o f e r e l e monde comme une complexe et i n d i v i s i b l e t a t a l i t e (5)« Aucun m u s i c i e n , mieux que Wagner ne p o u v a i t repondre a son i d e a l p u i s q u e l ' e s t h e t i q u e de ce d e r n i e r c o n s i s t a i t justement a e x p r i -mer l e s s e n t i m e n t s humains p a r 1 ' i n t e r p e n e t r a t i o n des d i f f e r e n t e s formes d ' a r t auparavant i s o i e e s . A u s s i p a r a d o x a l que c e l a p u i s s e sembler, malgre tous l e s d e b o i r e s q u ' i l connut a P a r i s v e r s i 8 6 0 , Wagner f u t de tous l e s com p o s i t e u r s e t r a n g e r s c e l u i q u i eut l a p l u s grande i n f l u e n c e s u r 1'epanouissement de l a musique en Prance a p a r t i r de 1881, annee de l a f o n d a t i o n de l a " S o c i e t y des Bouveaux C o n c e r t s " a P a r i s . Son f o n d a t e u r , C h a r l e s Lamoureux, se f i t un d e v o i r de p r e s e n t e r au p u b l i c p a r i s i e n de l a musique de tous l e s genres et de t o u t e s l e s e c o l e s , mais i l a v a i t une p r e d i l e c t i o n marquee pour l e s p a r -t i t i o n s w a gneriennes. P i g u r a i e n t souvent a ses programmes des P r e l u d e s , des O u v e r t u r e s ou meme des a c t e s e n t i e r s d'operas de -.31 -Wagner.-Peu a peu l e gdut du p u b l i c s'impregna de wagndrisme et en d e v i n t m§me " s a t u r e " v e r s 1890, s e l o n l e mot de Romain Rolland (6). Quand on s a i t 1'importance que Wagner accorda a 1'orchestre dans ses operas (1'expression dramatique dtant souvent obtenue par une i n s t r u m e n t a t i o n t r e s recherchee et une o r c h e s t r a t i o n d'u-ne r i c h e s s e inconnue j u s q u e - l a ) , on congoit f a c i l e m e n t I n v o l u -t i o n effectue"e dans l e gout des h a b i t u e s des concerts Lamoureux, au cours de ces anne"es, au contact frequent d'oeuvres wagnerien-nes. Par l a meme, c'est l a musique purement symphonique d'auteurs f r a n g a i s qui devenait p l u s abordable pour un p u b l i c ddsormais p l u s s e n s i b l e . Grace a l a "Soci£te N a t i o n a l e de Musique" fondde en 1871 pour propager l e s oeuvres de compositeurs f r a n g a i s v i v a n t s , et aux "Concerts de 1 ' A s s o c i a t i o n A r t i s t i q u e " inaugure"s en 1873 par Edouard Colonne, l e s symphonistes f r a n g a i s de c e t t e epoque (C. Prank, E. L a l o , Vincent d'Indy, Ernest Chausson, G a b r i e l Fau-re*, etc*..) pouvaient e n f i n compter sur un p u b l i c p l u s ouvert a des oeuvres n o v a t r i c e s . Romain Rolland nous o f f r e dans Musiciens  d'aujourd'hui un b i l a n t r e s r e V d l a t e u r du c l i m a t musical a P a r i s durant l e s t r o i s d e r n i e r e s decades du XlXeme s i e c l e s de 1873 & 1903? l e s Concerts-Colonne.-?ont donne en v i r o n 800 concerts et f a i t entendre des oeuvres de 300 compositeurs dont l a moitie" e"tait des musiciens f r a n g a i s . Les p l u s joue"s de tous e*taient Saint-Sae*ns, Wagner, Beethoven et B e r l i o z (7). Partage E q u i t a b l e entre deux r o -mantiques allemands et deux compositeurs f r a n g a i s dont 1'un de l a jeune e"cole. L'immense s e r v i c e rendu par l e wagnerisme en Prance aura done e"te" d'inte"resser l e grand p u b l i c a l a musique de c a r a c t e r e s e r i e u x puisqu'avec Wagner, l' o p d r a n'est p l u s , comme avec l e s I t a l i e n s , un d i v e r t i s s e m e n t , un s p e c t a c l e a v o i r , mais ve r i t a b l e m e n t une oeuvre d ' a r t . D'autre p a r t , l e s drame wagndrien eut une grande -..32 -i n f l u e n c e sur l e s jeunes compositeurs f r a n g a i s a u s s i bien dans l a musique de chambre que dans l a musique symphonique e t , comme l e note s i b i e n Guy F e r c h a u l t dans l a Musique, des o r i g i n e s a nos  j o u r s ; C'est en France peut-etre que l e wagnerisme exerca son emprise l a p l u s d u r a b l e . Le drame m u s i c a l , avec l e l e i t - m o t i v comme element p r i n c i p a l de composition, f u t l a forme l a plus frequemment adoptee de Reyer a nos j o u r s , Vincent d'Indy et l e s compositeurs de l a "Scho-l a Cantorum" s'y soumirent avec enthousiasme ( 8 ) . Cette pdriode de t r e n t e annees qui s'etend de 1870 a 1900 e n v i r o n , dominee en grande p a r t i e par l e wagnerisme, marque un immense- progres dans l e developpement de l a musique f r a n g a i s e . La somme des oeuvres musicales de haute v a l e u r e c r i t e s a c e t t e epoque en France est t r e s impressionnante. E l l e comprend presque to u t e l a p r o d u c t i o n de Cesar Francks Les Beatitud e s ( l 8 7 9 ) j P r e - • l u d e , Choral et Fugue ( 1 8 8 4 ) , V a r i a t i o n s Symphoniques ( 1 8 8 5 ) , So fry-nate pour v i o l o n et piano ( 1 8 8 6 ) , Symphonie en re mineur ( 1 8 8 8 ) s et T r o i s c h o r a l s pour orgue ( l 8 9 0 ) ; 1 ' I n v i t a t i o n au voyage de Duparc ( 1 8 7 0 ) 5 environ l a m o i t i e de 1'oeuvre de Faure donts l a premiere Sonate pour piano et v i o l o n ( 1 8 7 6 ) , l e premier Quatuor  pour v i o l o n et cordes ( 1 8 7 9 ) , l e Requiem ( 1 8 8 8 ) , La Bonne Chan-son (1893) et Theme et v a r i a t i o n s pour piano ( l 8 9 7 ) j a i n s i que l e s premieres oeuvres de Debussy, oeuvres d'un grand maltre dejas L.'Enfant prodigue ( 1 8 8 4 ) , S u i t e bergamasque ( 1 8 9 0 ) , et Prelude a  1'apres-midi d'un faune ( l 8 9 4 ) « Jamais depuis 1'epoque des grands c l a v i c e n i s t e s , l a France n ' a v a i t connu un t e l e l a n dans l a produc-t i o n musicale; elan qui conduira au p l e i n epanouissement de l a musique f r a n g a i s e dans l e s deux decennies s u i v a n t e s avec l e s t r o i s grandes f i g u r e s dominantess Faure, Debussy et Ravel, v e r i t a b l e s f i g u r e s de proue, chacun apportera a l a musique f r a n g a i s e une pen-see n o u v e l l e et p e r s o n n e l l e qui a t t i r e r a desormais sur l a France - '33 -1 ' a t t e n t i o n de toute 1'Europe. Durant ces annees, Faure" e c r i r a p l u s i e u r s oeuvres de musique de chambre et de musique de t h e a t r e au nombre d e s q u e l l e s : deux q u i n t e t t e s (1906-1921), un quatuor (•1924), une sonate pour v i o l o n et piano ( 1 9 1 7 ) , Prometb.ee ( 1 9 0 0 ) , PencJlope ( 1 9 1 3 ) , et Masques et Bergamasques ( 1 9 2 0 ) , oeuvres c a r a c -t e r i s d e s par une forme c l a s s i q u e a l l i e " e a une harmonie sobre mais recherchee, et ou se degagent l a c o n c i s i o n , l e charme, l a s e r e n i -te et une ex p r e s s i o n a l a f o i s ardente et contenue. L4 moment l e plus s i g n i f i c a t i f pour l a musique f r a n g a i s e au tournant du s i e c l e est sans aucun doute c e l u i de l a c r e a t i o n en 1902 de P e l l e a s et Melisande de Debussy. Cette oeuvre marque non seulement une nette E v o l u t i o n dans l ' e c r i t u r e du compositeur, mais une v d r i t a b l e r e v o l u t i o n dans l ' h i s t o i r e de l a musique. Par son harmonie o r i g i n a l e , et sa conception n o u v e l l e de 1'opera, son r y t h -me l i b r e , Debussy b r i s e l e s cadres et a f f i r m e 1'independance de l a musique f r a n g a i s e v i s - a - v i s 1 ' i n f l u e n c e etrangere et l e s t h e o -r i e s t r a d i t i o n n e l l e s o II convient de mentionner egalement son ma-g n i f i q u e poeme symphonique La Mer (1905) a i n s i que Le Martyre de  S a i n t - S e b a s t i e n ( l 9 1 l ) qui comptent parmi ses oeuvres c a p i t a l e s . E n f i n , Raiirel apporte l u i a u s s i a l a musique f r a n g a i s e un sang nouveau et p l e i n de v i t a l i t e . Notons parmi ses oeuvres m a i t r e s -ses: le. Quatuor ( 1 9 0 3 ) , L'Heure Espagnole ( 1 9 0 6 ) , Ma mere 1'Oye ( 1 9 0 8 ) , l e Tombeau de Couperin (1918) et l a Valse (1919-1920) ou dominent une harmonie t r e s s u b t i l e et l e s couleurs l e s plus cha-to y a n t e s . M a l g r e l e developpement musical p r o d i g i e u x que connut l a France a c e t t e epoque, 1'education musicale en general e t a i t en-core b i e n s u p e r f i c i e l l e et i n s u f f i s a n t e . Quelques p r i v i l ^ g i e s a-v a i e n t c e r t e s d r o i t pendant un c e r t a i n nombre d'annees a l ' e n s e i -gnement donne dans l e s C o n s e r v a t o i r e s , mais l e peuple n ' e t a i t pas - 34 -a t t e i n t . Comme l e deplore Romain Rolland vers 1909, l a musique en Prance "est r e s t e e un a r t de luxes e l l e n'est pas devenue, comme l a musique allemande, une po e s i e , p l e i n e des pensees d'un peuple" (9)« V o i l a qui explique l e s v i o l e n t e s controverses au s e i n du p u b l i c a 1'occasion des "premieres" d'oeuvres innova-t r i c e s . La re p e t i t i o n generale de F e l i e a s et Meiisande, par exem p i e , f u t 1'objet d'un scandale r e t e n t i s s a n t a P a r i s . D'une part i l y a v a i t dans 1'assistance un p e t i t nombre de musiciens ou d.'amateurs s e n s i b l e s et musicalement c u l t i v e s qui m a n i f e s t a i e n t l a p l u s grande admiration pour l ' e c r i t u r e h a r d i e mais s i s u b t i l e de Debussy. Cependant l e u r enthousiasme f u t submerge par 1'in-comprehension , l a r a i l l e r i e et l a r e s i s t a n c e a peu pres genera-l e s de l ' a u d i t o i r e . Selon l e temoignage mime de 1'e x c e l l e n t c r i -t i q u e musical P i e r r e Lalo ( l e f i l s du compositeur), "une atmos-phere d ' h o s t i l i t e , de denigrement et de d e r i s i o n e m p l i s s a i t l a s a l l e " . (10) Le ra f f i n e m e n t harmonique et i n s t r u m e n t a l chez Debussy, l e s audacieux enchainements de neuviemes, l a gamme par tons, l a fonc t i o n e s s e n t i e l l e m e n t dramatique de 1 'orchestre et e n f i n 1 ' o r i g i -n a l i t e de 1 ' o r c h e s t r a t i o n sont autant de f a c t e u r s qui devaient gagner a l ' a u t e u r de P e l l e a s un nombre to u j o u r s c r o i s s a n t d'admi rateurs. passionnes parmi l e s hommes de l e t t r e s , l e s a r t i s t e s et l e s musiciens. Mais que ces pages g e n i a l e s s o i e n t r e s t e e s l e t t r e morte pour l a m a j o r i t y n'a r i e n d'etonnant, surtout dans un pays ou l a musique n'etait qu'un " a r t de l u x e " . A c e l a , i l f a u t b i e n a j o u t e r qu'en depit de tous l e s e f f o r t des musiciens f r a n g a i s de c e t t e epoque pour f a i r e de l a musique un a r t n a t i o n a l , et 1'heureuse i n f l u e n c e des nombreuses s o c i e -tes musicales fondees entre 1861 et 1894 sur 1'education musica-l e du grand p u b l i c (rappelons l e s concerts Pasdeloup, Lamoureux, Colonne, l e s Chanteurs de S a i n t - G e r v a i s , e t c . . , ) , l e mauvais gout s i repandu dans tous l e s domaines au debut du s i e c l e , comp-t a i t , en regard de l a musique, de nombreux et f e r v e n t s adeptes dans toutes l e s c l a s s e s de l a s o c i e t e . La h a u t e - b o u r g e o i s i e et mSme 1 ' a r i s t o c r a t i e ne f a i s a i e n t pas exception a l a r e g i e , Nous en avons, d ' a i l l e u r s , dans l a Recherche, quelques exemples -tres c a r a c t e r i s t i q u e s , L ' i n c u l t u r e musicale dans l a haute s o c i e t y ne pouvait echapper a l a f i n e o b s e r v a t i o n de Marcel P r o u s t , et 1 ' i l l u s t r a t i o n q u ' i l nous §n donne a t r a v e r s quelques-uns de ses per sonn'ages t i r e s du "haut g r a t i n " (ce que nous verrons dans l e se-cond c h a p i t r e de l a deuxieme p a r t i e ) r e v e l e avec e x a c t i t u d e un aspect du, cl i m a t musical de son epoque en France, En somme, tous l e s gouts se r e t r o u v a i e n t a tous l e s Echelons de l a societe". Quoi q u ' i l en s o i t , grace a Faure, Debussy et Ravel, l a France a l l a i t desormais occuper une p l a c e importante dans l ' h i s t o i r e de l a musique. Et c e t t e v e r i t a b l e r e n a issance en musique d e v a i t trouver-des resonnances dans l e s autres a r t s et notamment en l i t t e r a t u r e . Nous avons vu que B a u d e l a i r e n'a pas c r a i n t de pren dre p o s i t i o n dans l e s poiemiques qui ont entoure" l e s r e p r e s e n t a -t i o n s d'oeuvres wagneriennes; nous verrons a u s s i comment Proust a formd son gout pour l a musique et q u e l l e r e p e r c u s s i o n sa c u l t u re musicale aura dans son oeuvre. II est assez d i f f i c i l e de determiner avec e x a c t i t u d e 1'in-fluence.qu'a exercee 1'entourage immediat de Marcel Proust sur son education musicale car i l a l a i s s e peu d ' i n d i c e s a cet egard Cependant nous savons que sa mere, nee Jeanne Weil et d ' o r i g i n e j u i v e , j o u a i t l e piano et c h a n t a i t . L'auteur de Jean S a n t e u i l nous r e v e l e par exemple qu'un s o i r , apres l e d i n e r , Mme S a n t e u i l a joue un a i r de Don Juan a son mari ( l l ) . Et i l est permis de c r o i r e q u ' e l l e j o u a i t avec s i m p l i c i t e et bon gout s i 1'on se - !36 -r e f e r e a un passage de "Journ^es de l e c t u r e " ou l e n a r r a t e u r l a i s s e e n t r e v o i r l e s q u a l i t e s musicales de sa grand-tante (a supposer que c e l l e - c i s o i t une p e r s o n n i f i c a t i o n de Mme Proust)„ Cette parente a v a i t des idee s t r e s p recises sur 1 ' i n t e r p r e t a -t i o n p i a n i s t i q u e : sur l a maniere de f a i r e c e r t a i n s p l a t s , de j o u e r ; l e s sonates de Beethoven et de r e c e v o i r avec ama-b i l i t e , e l l e e t a i t c e r t a i n e d ' a v o i r une idee j u s t e de l a p e r f e c t i o n et de d i s c e r n e r s i l e s autres s'en approchaient p l u s ou moins. Pour l e s t r o i s choses, d ' a i l l e u r s , l a p e r f e c t i o n e t a i t presque l a memes c'et a i t une s o r t e de s i m p l i c i t e dans l e s moyens, de sobriete et de charme. E l l e r e p o u s s a i t avec hor r e u r qu'on mit des epices dans l e s p l a t s qui n'en exigent pas absolument, qu'on jouat avec a f -f e c t a t i o n et abus de pedales, qu'en "recevant" on s o r t i t d 'un n a t u r e l p a r f a i t et p a r l a t de s o i avec exageration (12). Aujourd'hui, i l nous p a r a i t r a i t s u p e r f l u d'exhorter un jeune p i a n i s t e au jeu simple et n a t u r e l tant l a chose s'impose au gout moderne. Mais i l n'en e t a i t pas de meme au debut du s i e c l e . I I s u f f i t d'entendre de vieux enregistrements d ' A l f r e d C o r t o t , l'un des m e i l l e u r s r e p r e s e n t a n t s de 1'art p i a n i s t i q u e de son temps, pour c o n s t a t e r que l a s i m p l i c i t e n ' e t a i t pas l a q u a l i t e dominante de c e t t e epoque. Dans l a Recherche, c'est a sa grand-mere que l e na r r a t e u r p r l t e l a meme conception du jeu du piano? l e n a t u r e l C»»<>3 e t a i t l a q u a l i t e que ma grand-mere p r e f e r a i t a t o u t e s , tant dans l e s j a r d i ns C o , . 3 qu ' — en c u i s i n e [..,1 ou dans 1 ' i n t e r p r e t a t i o n p i a n i s t i -que q u ' e l l e ne v o u l a i t pas trop f i g n o i e e , t r o p i e -ch.ee, ayant mime eu pour l e s notes accrochees, pour l e s fausses notes de R u b i n s t e i n , une complaisance p a r t i c u l i e r e s (l3)<> Ce gout marque pour l e n a t u r e l se trouve d ' a i l l e u r s deja e x p r i -me a l ' e n d r o i t du mime personnage, mais c e t t e f o i s dans Contre - 37 -Sainte-Beuve. La grand-mere de Marcel a v a i t une grande p r e d i l e c -t i o n pour l e s c l o c h e r s de C h a r t r e s . Sans doute l a s i m p l i c i t y de l e u r s l i g n e s e t a i t en accord avec sa conception du beau: Sans trop s a v o i r pourquoi, e l l e l e u r t r o u v a i t c e t t e absence de v u l g a r i t y et de p e t i t e s s e q u ' e l l e t r o u -v a i t a l a nature, quand l a main de l'homme ne l a f i -gnole pas, [ . . . J Je pense q u ' e l l e l e u r t r o u v a i t l ' a i r " n a t u r e l " et 1 ' a i r " d i s t i n g u e " . [...] Comme e l l e ne s a v a i t absolument r i e n d ' a r c h i t e c t u r e , e l l e i g n o r a i t q u ' i l s f u s s e n t beaux et d i s a i t : "Mes enf a n t s , moquez-vous de moi, i l s ne sont pas p a r e i l s , i l s ne sont peut-Stre pas beaux "dans l e s r e g i e s " , mais l e u r v i e i l l e f i g u r e i r r e g u l i e r e me p l a i t . 1 1 y a dans l e u r rudesse quelque chose qui m 'est agrda-b l e . Je sens que s ' i l s j o u a i e n t du piano, i l s ne j o u e r a i e n t pas sec ( 1 4 ) . Cet episode exquis qui r e v e l e l a nature s e n s i b l e du personnage, est r e p r i s de fagon presqu* analogue dans Combray(l5). Q u ' i l s'a-g i s s e vraiment de l a grand-mere, d'une grand-tante ou de l a mere du p e t i t Marcel (et on peut se demander s i ces t r o i s personnages n'en forment pas qu'un s e u l , c ' e s t - a - d i r e l a mere), de toute e v i -dence i l a v a i t aupres de l u i une4educatrice doude de bon gout musi c a l . L'auteur de Contre Sainte-Beuve nous appreind egalement que sa mere c h a n t a i t et q u ' e l l e s ' i n t e r e s s a i t p a r t i c u l i e r e m e n t a une oeuvre toute contemporaine, e c r i t e par 1'ami de son f i l s , Reynal-do Hahn: Et maman, pensant a c e t t e E s t h e r , q u ' e l l e p r e f e r e a t o u t , fredonne timidement, comme avec l a c r a i n t e de f a i r e f u i r , d'une v o i x t r o p haute et h a r d i e , l a meiodie d i v i n e q u ' e l l e sent pres d ' e l l e s " II s'a-p a i s e , i l pardonne", ces choeurs d i v i n s que Reynal-do Hahn a e c r i t s pour E s t h e r . L . . .3 Maman e s s a y a i t timidement un a i r de choeur, comme une des jeunes f i l l e s de Sa i n t - C y r essayant devant Racine (l6)„ Mme Proust a v a i t - e l l e une j o l i e v o i x ? Nous n'en savons r i e n , et a v r a i d i r e l a question importe peu. Chose c e r t a i n e , c'est que - 38 -l a musique oc c u p a i t une pl a c e c o n s i d e r a b l e dans sa v i e et que, con s c i e n t e de 1'extreme s e n s i b i l i t y de son f i l s , e l l e a v a i t r i v e pour l u i , a l o r s q u ' i l n ' e t a i t qu'un p e t i t enfant, d'une v o c a t i o n m u s i c a l e . La premiere scene du r e c i t de l a v i e de Jean S a n t e u i l nous indi q u e cet e s p o i r v i s i b l e m e n t degu chez l a mere du heros. Un docteur en v i s i t e chez l e s S a n t e u i l , l e p r o f e s s e u r Surlande, i n t e r r o g e ses hStes sur l a c a r r i e r e a l a q u e l l e i l s d e s t i n a i e n t l e u r f i l s a l o r s age de sept ans. Devant l e u r reponse, i l p a r a i t tout etonne qu'on ne songe plus pour l u i a l a musiques Mais je c r o y a i s q u ' i l a v a i t de grandes d i s p o s i t i o n s pour l a musique et l a poesie? demanda l e do c t e u r . -OhJ tous l e s p a r e n t s , docteur, d i t Mme S a n t e u i l avec v i v a c i t e , c r o i e n t l e u r s enfants des p e t i t s p r o d i g e s . I l s l e s eievent a ne r i e n f a i r e et a se c r o i r e des genies meconnus, parce qu'un p e t i t morceau qui f a i t l e s d e i i c e s de l a f a m i l l e et que l e p r o f e s s e u r t r o u -ve etonnant, n'est pas joue pour l e p u b l i c et paye par l e s e d i t e u r s ( l 7 ) » Tout i n d i q u e i c i que l e p e t i t Jean ( c ' e s t - a - d i r e Marcel Proust enfant, s i l ' o n considere l e c a r a c t e r e autobiographique de 1 *-oeuvre) a regu une education musicale s e l o n l e s r e g i e s . I I a eu un p r o f e s s e u r pour l u i enseigner l e s rudiments de l a musique, et i l s'est meme l i v r e a quelqu'essai de composition, oeuvrette qui n.'a d ' a i l l e u r s pas depasse l e cadre f a m i l i a l . I I n'y a pas l i e u de surestimer l e t a l e n t musical du jeune Marcel; i l a probablement f a i t en c e t t e matiere a u s s i b i e n et a u s s i mal que des m i l l i e r s de p e t i t s gargons et de p e t i t e s f i l l e s qui apprennent l e piano parce que c'est de t r a d i t i o n dans l a f a m i l l e ou tout simplement pour f a i r e p l a i s i r a l e u r maman. Seanmoins 5 i l a eu 1 ' i n t e l l i g e n -ce et l e merite de c u l t i v e r son gout pour l a musique d'une manie-re reaiarquable, et d'etendre ses connaissances en ce domaine comme i l n'est pas commun de l e f a i r e . - 3 9 -C'est a l a f r e q u e n t a t i o n d'amis m u s i c i e n s ou d i l e t t a n t e s , que l a f o r m a t i o n m u s i c a l e du jeune e " c r i v a i n , commence'e dans l a f a m i l l e - , se p o u r s u i v r a dans l e monde ou justement ces a m i s l ' i n -t r o d u i r o n t , Au d i r e de Georges P i r o u e , c ' e s t Jacques B i z e t ( f i l s du c ompositeur Georges B i z e t et p e t i t - f i l s de Halevy) q u i f u t l e p r e m i e r de ses amis a l e f a i r e e n t r e r dans l a s o c i e t y ( 1 8 ) . La mere de Jacques B i z e t , devenue Mme E m i l e S t r a u s a l a s u i t e d'un second mariage, s ' e s t p r i s e d'une a f f e c t i o n t o u t e m a t e r n e l l e pour l e jeune M a r c e l P r o u s t au r e g a r d doux, p e n e t r a n t et i n t e l l i g e n t , Grace a c e t t e femme d'une b e l l e c u l t u r e , - e l l e e t a i t l'amie des a r t i s t e s e t e n t r ' a u t r e s de G a b r i e l Faure q u i f r e " q u e n t a i t son s a -l o n et q u i j o u a i t v o l o n t i e r s ses oeuvres pour l e s i n v i t e ' s - P r o u s t eut t r e s t 5 t 1'avantage d ' e n t r e r en c o n t a c t avec d ' e x c e l l e n t s mu-s i c i e n s , c a r , nous r e v e l e Leon P i e r r e - Q u i n t s A q u i n z e ans, i l est dans l e s a l o n de Mme S t r a u s l e f i d e l e p e t i t page a s s i s p r e s d ' e l l e s u r un gros p o u f f en p e l u c h e ( 1 9 ) • Quelques ann£es p l u s t a r d , c ' e st L u c i e n Daudet q u i p r e s e n t e sen ami^Marcel a sa f a m i l l e , A u t r e s r e n c o n t r e s f o r t e n r i c h i s s a n t e s pour c e l u i - c i . On s a i t par exemple que c'est chez l e s Daudet que P r o u s t f i t l a c o n n a i s s a n c e , au p r i n t e m p s 1894* a e c e l u i q u i a l -l a i t d e v e n i r pour l u i un ami de"voue, un c o n f i d e n t a t t e n t i f et un c o n s e i l l e r desinte'resse', l e jeune c o m p o s i t e u r Reynaldo Hahn, D'autre p a r t , M a d e leine L e m a i r e , e l l e a u s s i une h a b i t u d e du s a l o n Daudet, s ' a t t a c h e r a d'une grande a m i t i e pour l e jeune l i t t e r a t e u r de t a l e n t . Et a son t o u r , e l l e l ' i n t r o d u i r a dans son s a l o n q u i e t a i t avant t o u t un a t e l i e r d ' a r t , " 1 ' a t e l i e r des r o -s e s " s e l o n 1 ' e x p r e s s i o n de P r o u s t q u i f a i t a l l u s i o n par l a aux f.leurs q u ' e l l e s a v a i t s i b i e n d e s s i n e r ( 2 0 ) . De nombreux p e i n t r e s et m u s i c i e n s y f r e q u e n t a i e n t ( P u v i s de Chavannes, Reynaldo Hahn, Massenet et Saint-Sae*ns en e t a i e n t ) e t , s o i t d i t a 1 ' o c c a s i o n , - 4 0 -b i e n des membres de f a m i l i e s r o y a l e s d'Europe, de passage a Pa-r i s , demandaient a v i s i t e r 1 ' a t e l i e r pour y admirer l e s c e l e b r e s a q u a r e l l e s de Mme Lemaire. Chez e l l e , 1 ' a r t o c c u p a i t une p l a c e p r i m o r d i a l e : on y r e c i t a i t des v e r s , on d i s c u t a i t de p e i n t u r e , on j o u a i t des saynetes, et s u r t o u t , on f a i s a i t beaucoup de'musi-que . Reynaldo Hahn, qui c h a n t a i t ses melodies en s'accompagnant, a v a i t l e don de "charmer" son d i s t i n g u e a u d i t o i r e avec sa b e l l e v o i x t r i s t e et chaude, et son ami Marcel ne cache pas q u ' i l en f u t plus d'une f o i s emu jusqu'aux larmes. II s e r a i t f a s t i d i e u x de mentionner tous l e s salons a r i s t o -c r a t i q u e s frequentes par Pr o u s t , mais quelques-uns meritent p a r t i -culierement notre a t t e n t i o n pour l a q u a l i t e de l a musique qu'on y i n t e r p r e t a i t . A i n s i , l a p r i n c e s s e Heiene Bibesco etait au nombre de ces dames de haute noblesse douees d'un beau t a l e n t m u s i c a l , V o i c i ce que nous en d i t son f i l s A ntoine, un ami de Marcel Pr o u s t : Ma mere e p r i s e de musique, grande v i r t u o s e elle-meme, etait a u s s i 1 ' h o s p i t a l i t e et l a bontememes. E l l e s'-e n t o u r a i t d 'etres p r e c i e u x , musiciens, a r t i s t e s , ecri-v a i n s . J'ai souvenir de 1 ' a v o i r entendue jouer a qua-t r e mains avec Saint-Sagns, avec Paure, Paderewski debuta chez e l l e , et a u s s i Enesco dont e l l e f i t l a c a r r i e r e . C • • »1 Parmi ses amis C»«o3 Massenet, Debus-sy [ . . .] II etait n a t u r e l qu'un e t r e curieux comme Mar-c e l Proust de l a chose s o c i a l e a i t voulu v o i r l e s a -l o n de ma mere ( 2 l ) . "Curieux de l a chose s o c i a l e " n'est pas t r e s f l a t t e u r pour l e passionne de musique q u ' e t a i t P r o u s t . N'y a u r a i t - i l pas l i e u de d i r e p l u t o t "curieux des d i f f e r e n t s courants a r t i s t i q u e s de son epoque"? Antoine Bibesco ne pouvait i g n o r e r l a p a s s i o n a u t h e n t i -que de son ami pour l a musique. C e l u i - c i ne l u i e c r i v a i t - i l pas en 1 9 0 4 s Je s u i s excessivement f a t i g u e parce que j ' a i eu l e malheur d'ecouter P e l i e a s et Meiisande. Tous l e s s o i r s - 41 -ou c e l a se donne, s i malade que je s o l s je me j e t t e sur cet instrument l e theatrophone, et l e s jours ou c e l a ne se donne pas je remplace P£rier et me l e chante, et je ne dors plu s un i n s t a n t ( 2 2 ) . I I est i n c o n t e s t a b l e que 1'auteur de l a Recherche a souvent f r a y e dans l e grand monde a l a quete de "modeles" pour son r o -man a " b a t i r " , mais son gout v e r i t a b l e pour l e s a r t s n'emprun-t a i t r i e n au snobisme pourtant monnaie courante dans ces hauts l i e u x . Et l e s s a c r i f i c e s enormes q u ' i l s'imposait pour 6 c o u t e r de l a musique de chambre, par exemple, a t t e s t e n t suffisamment de son enthousiasme s i n c e r e pour l a musique. Pour sa p a r t , l a comtesse Potocka ( d ' o r i g i n e i t a l i e n n e , et descendante da Pape Innocent XII) n'est pas depourvue de tout t a l e n t m u s i c a l . Outre "sa beauty a n t i q u e , sa majesty romaine, sa grace f l o r e n t i n e , sa p o l i t e s s e f r a n g a i s e et son e s p r i t p a r i s i e n " (que de q u a l i t e s en une seule femmej), e l l e est douee, au d i r e de son admirateur Marcel P r o u s t , d'une "voix g a z o u i l l a n t e " , l e p l u s doux des instruments dont sache jouer c e t t e grande m u s i c i e n -ne" ( 2 3 ) . Le chroniqueur du Figaro nous apprend a u s s i que c e t t e femme c u l t i v y e a connu tous l e s plus curieux a r t i s t e s de l a f i n du s i e c l e . Maupassant a l l a i t tous l e s jours chez e l l e . B a r r e s , Bourget, Robert de Monstesquiou, F o r a i n , Faure, Reynaldo Hahn, Widor y vont encore ( 2 4 ) • Autre cenacle ou musiciens, p e i n t r e s et poetes f o n t c o n n a i -t r e l e u r s oeuvres devant l e grand monde: c e l u i de l a comtesse de Guerne. C*'est chez e l l e que Reynaldo Hahn f i t entendre pour l a premiere f o i s l e s choeurs d'Esther 9 de 1'avis de Proust ce q u ' i l "a p e u t - e t r e y c r i t j u s q u ' i c i de plus beau" ( 2 5 ) . A l ' i n s t a r de l a comtesse Potocka, Mme de Guerne ne se c o n t e n t a i t pas de p r o -ty g e r l e s a r t i s t e s de son ypoque, e l l e se p r o d u i s a i t elle-meme, accompagnye au piano par son f r e r e , l e comte Henri de sygur. - 42 -Marcel Proust n'a jamais pretendu e t r e c r i t i q u e m u s i c a l , nean-moins, dans un a r t i c l e q u ' i l consacra aux me"rites de c e t t e grande dame dans l e Fig a r o ( 7 mai 1 9 0 5 ) , i l nous reVele tout autant ses propres qualite"s de s e n s i b i l i t y musicale que c e l l e s de 1 ' i n t e r -p r e t e dont i l d i t l e plus grand b i e n , V o i c i comment i l s'exprimes Debout, dans une a t t i t u d e immobile e l l e l a i s s e e"chapper, comme de calmes orages, des notes qui sem-b l a i e n t , pour a i n s i d i r e , extra-humaines. Je d i s qu'-e l l e l e s l a i s s a i t echapper, car l e s v o i x des autres chanteurs sont des vo i x appuyees a l a gorge, a l a p o i -t r i n e , au coeur, qui semblent garder de l'emouvant contact quelque chose d'humain, presque de c&arnel t. . .3 Rien de t e l en Mme de Guerne. C'est probablement 1 ' u n i -que exemple de v o i x sans support physique, d'une v o i x non seulement pure, mais tel l e m e n t s p i r i t u a l i s d e qu'-e l l e semble p l u t 8 t une so r t e d'harmonie n a t u r e l l e , je ne d i r a i meme pas l e s s o u p i r s d'une f l u t e , mais d'un roseau dans l e vent ( 2 6 ) . N'y a - t - i l pas dans c e t t e b e l l e d i g r e s s i o n sur l e f i l e t de v o i x de Mme de Guerne un peu de n o s t a l g i e pour l a "musique natu-r e l l e " t e l l e que pergue par l e hdros de Jean S a n t e u i l ? Mais comme i l a grandi depuisJ Comme i l est a l a hauteur de l a musique d' a r t qui l u i est desormais f a m i l i e r e l E n f i n , dans un autre a r t i c l e du Fig a r o ( 6 septembre 1 9 0 3 ) , Proust ne t a r i t pas d'yioges pour l e p r i n c e Edmond de P o l i g n a c , "grand e s p r i t " et "puissant musicien", pour ses compositions (mu-sique r e l i g i e u s e et melodies) l e s q u e l l e s , s e m b l e - t - i l , gagnaient " 1 ' a d m i r a t i o n des plus r a f f i n y s " et a u s s i pour l a "supreme y i y g a n -ce" des stances musicales qui se t e n a i e n t dans l e salo n du p r i n c e ou " 1 'on entendait t a n t S t des executions p a r f a i t e s de musique an-cienne, t e l l e s que des r e p r y s e n t a t i o n s de Pardanus, t a n t S t des i n -t e r p r e t a t i o n s o r i g i n a l e s et f e r v e n t e s de toutes l e s melodies de Faury, des danses de Brahms L . J " ( 2 7 ) . De toute yvidence, l e bon gout regne chez l e p r i n c e de P o l i g n a c dont l a femme, une Amy-- 43 -r i c a i n e , e t a i t egalement musicienne; l e s sonates de Bach et l e s quatuors de Beethoven comptaient a u s s i parmi l e s oeuvres q u ' i l f a i s a i t entendre a ses i n v i t d s dans son h a l l de musique. C'est dans c e t t e s o c i e t e d i s t i n g u e e de 1 ' a r i s t o c r a t i e et de l a haute b o u r g e o i s i e (ou se c o t o i e n t cependant l e m e i l l e u r et l e p i r e en matiere de gout e s t h e t i q u e ) qu'evolua Proust a une epoque de sa v i e (de 1886 a 1 9 1 0 e n v i r o n ) , ou son gout musical se forma et se transforma non pas d'apres l a mode et l e sentiment g e n e r a l , mais selon l e degre de maturite de son e s p r i t . De ses oeuvres et de sa correspondance abondante r e s s o r t e n t l e s penchants q u i l eut pour t e l ou t e l compositeur tout au long de sa v i e . Des l'age de quatorze ou quinze ans, i l manifeste ses gouts en musique. Dans une l e t t r e adressee a sa "chere grand-me-r e " l ' e t e I 8 8 5 ou 1886, i l avoue candidement: l e s d i v i n e s melodies de Massenet et de Gounod calme-ront mes ennuis ( 2 8 ) . Musique f a c i l e et suave, dirons-nous; mais a cet age s i tendre ou l e s sentiments, ( s i n o n l a s e n t i m e n t a l i t y ) s ' e v e i l l e n t , e l l e est d 'un choix aise"ment concevable. Quelques annees plus t a r d , en 1892, i l montre une p r e d i l e c t i o n pour des compositeurs allemands. Dans un album de confidence d'une amie, Mi l e A n t o i n e t t e F e l i x Faure, a l a question "musiciens p r e f e r e s ? " i l rdpond: "Beethoven, Wagner, et Schumann" ( 2 9 ) • II est i n t e r e s s a n t de noter que son admiration pour l e s deux premiers musiciens c i t e s , l o i n de s'attenuer avec l e temps, i r a en augmentant jusqu'a l a f i n de sa v i e . Dans son charmant r e c u e i l de contes, de poesies et d ' e s s a i s , Les P l a i s i r s et l e s Jours, e c r i t entre l e s annees 1892-1896, l e jeune Proust esquisse sous forme de poemes quelques " P o r t r a i t s de musiciens", l e s q u e l s r e v e l e n t d'une c e r t a i n e maniere, l e s p r e -- 44 -f d r e n c e s de l ' a u t e u r , A sa g a l e r i e f i g u r e n t Chopin "mer de- sou-p i r s , de larmes, de s a n g l o t s " : Gluck "Temple a 1'amour, a 1'ami-t i e , temple au courage": Schumann " s o l d a t songeur que l a guerre a- de"cu£. ..] , c o n f i d e n t des ames et des f l e u r s " et Mozart " I t a -l i e n n e aux bras d'un P r i n c e de B a v i e r e " (30). Une f o i s de p l u s l e s compositeurs allemands obtiennent sa f a v e u r , mais non de f a -con e x c l u s i v e , A l a m£me epoque, l'e"te" 1894? Proust d i t dans une l e t t r e a son ami P i e r r e L a v a l l e e , tout son enthousiasme pour une oeuvre f r a n g a i s e q u ' i l v i e n t sans doute de d e c o u v r i r , une oeuvre d c r i t e 1'annde precedentes S a i s - t u que l e s musiciens sont a peu pres unanimes a ne pas aimer l a Bonne Chanson de Faurd? I I p a r a i t que c'est i n u t i l e m e n t complique, e t c , t r e s i n f d r i e u r au r e s t e . B r d v i l l e , Debussy (qu'on d i t un grand ge"nie bien s u p d r i e u r a Faure*) sont de cet a v i s . Moi, c e l a m'est e"gal, j'adore ce c a h i e r , e t, au c o n t r a i r e , ce que je n'aime pas ce sont l e s premiers, q u ' i l s a f f e c -tent de p r e f e r e r . Au Cimetiere est vraiment a f f r e u x , et Apres un r§ve b i e n nul (31)• Et v o i l a comment on re " s i s t e , non pas au gout p o p u l a i r e (ce'qui s e -r a i t trop f a c i l e ) , mais a 1'opinion de connaisseurs en l a matiere q u i , eux a u s s i peuvent se tromper. D ' a i l l e u r s , 1'avenir l u i a donne" r a i s o n . Et comme i l est amusant, avec l e r e c u l du temps, de l i r e ce commentaire sur Debussy: "qu'on d i t un grand gdnie b i e n s u p e r i e u r a Faure"! En verite", nul n ' e t a i t s u p d r i e u r a 1'autre, Chacun dans un langage personnel s'est exprimd de facon g d n i a l e et a marque" pour l a France l e debut d'une epoque nou-v e l l e q u ' i l n'est pas exagdre" d'appeler "l'age d'or de l a musique f r a n g a i s e " . A f i n de s u i v r e au f i l des annees I n v o l u t i o n que s u b i t l a c u l t u r e musicale de Marcel Proust, i l est bon de j e t e r un regard sur l e s n o t a t i o n s r e l a t i v e s aux musiciens et a l a musique d'art - 45 -contenues dans ses romans. Ces n o t a t i o n s se font r a r e s dans Jean  S a n t e u i l , oeuvre, comme on l e s a i t , e c r i t e vers l e s annees 1896-1903o Et a v r a i d i r e , e l l e s ne c o n s i s t e n t , en g e n e r a l , qu'en b r e -ves mentions de musique ou de musiciens qui ont a t t i r e l ' a t t e n t i o n du n a r r a t e u r pour des r a i s o n s d i v e r s e s . A i n s i , Don Juan et F r e - degonde, deux operas de v a l e u r s t r e s i n e g a l e s , sont c i t e s e t , dans l e s deux cas, i l s sont r e l i e s au theme de l a v i e mondaine. L'un s u s c i t e t o u j o u r s 1 1 enthousiasme des amateurs d'opera l e s pl u s s u b t i l s t a n d i s que l e second est depuis longtemps tombe" dans l a p o u s s i e r e de l ' o u b l i . Les noms de Bach, Beethoven, Massenet, Ch a b r i e r , Saint-Sae"ns et Faure y sont a u s s i brievement evoque"s sans q u ' i l y a i t jamais l e moindre de"veloppement sous quelque forme que ce s o i t . Cela n'a r i e n d'etonnant, car nous savons deja que l a musique qui a retenu l ' a t t e n t i o n de l ' a u t e u r de Jean San-t e u i l n'est pas c e l l e que l ' o n entend a l a s a l l e de concert ou a 1'opera, mais b i e n c e l l e q u ' i l c oncevait lui-meme a p a r t i r des b r u i t s de l a nature. Par c o n t r e , dans l a Recherche, l e s musiciens mentionnes sont trop nombreux pour q u ' i l s o i t i c i question de l e s ^ numerer ( i l y en a une quarantaine en tout c i t e s dans 1'appendice de c e t -te etude). Mais t r o i s d'entre eux, par l e s metaphores eiaborees auxquelles i l s se pre t e n t ou par l e s longs commentaires dont i l s sont 1'objet, t r o i s d'entre eux: Beethoven, Debussy et Wagner jouent une f o n c t i o n t r e s importante dans c e t t e oeuvre. Fonction q u ' i l conviendra d ' e t u d i e r de plus pres dans un c h a p i t r e u l t e r i e u r . Notons seulement i c i que ces t r o i s grands noms se retrouvent sou-vent dans l e s l e t t r e s de Proust a ses amis, et q u ' i l s c o r respon-dent precisement aux compositeurs q u ' i l a l e plus aimes, et c e l a avec une f i d e i i t e absolue. A i n s i , sa pass i o n pour l a musique wagnerienne a e te d'une - 46 -C o n s t a n c e remarquable t o u t au l o n g de sa v i e . C'est ce q u ' i l r e s -s o r t d'un aveu q u ' i l f a i t dans un e s s a i i n t i t u l e "A propos de B a u d e l a i r e " et date de j u i n 1921. A l a s u i t e d ' e l o g e s a l ' e n d r o i t de quelques v e r s b a u d e l a i r i e n s q u i , s e l o n l u i , evoquent des cou-l e u r s wagne"riennes ("ces c o n c e r t s , r i c h e s de c u i v r e " ; " l e son de l a t r o m p e t t e " , e t c . . ) ( 3 2 ) , P r o u s t se r a p p e l l e l e s i m p r e s s i o n s regues durant ses jeunes annees a 1 ' a u d i t i o n de c e r t a i n s c o n c e r t s , et re"vele a u s s i l e manque de discernement a 1 • egard de l a musique chez un jeune a u d i t o i r e i n f l u e n c e par l a modes Pour moi q u i admire beaucoup Wagner, j e me so u v i e n s que dans mon en f a n c e , aux Concerts Lamoureux, l ' e n -thousiasme qu'on d e v r a i t r e s e r v e r aux v r a i s c h e f s - d ' o e u -v r e comme T r i s t a n ou l e s M a l t r e s C h a n t e u r s, etait e x c i -te, sans d i s t i n c t i o n aucune, p a r des morceaux i n s i p i d e s comme l a romance a l ' e t o i l e ou l a p r i e r e d ' E l i s a b e t h , du Tannhauser. A supposer que musicalement j e ne me trompasse pas (ce q u i n'est pas c e r t a i n ) j e s u i s sui? que l a bonne p a r t n'etait pas l a mienne mais c e l l e des c o l i e g i e n s q u i , a u t o u r de moi, a p p l a u d i s s a i e n t i n d e f i -niment a t o u t rompre, c r i a i e n t l e u r a d m i r a t i o n comme des f o u s " ( 3 3 ) • I I e s t t o u t a f a i t c o n c e v a b l e que l ' a u t e u r de ces l i g n e s , doue d'une s e n s i b i l i t e e x c e p t i o n n e l l e , a i t pu des son a d o l e s c e n c e d i s -c e r n e r l e chef-d'oeuvre du morceau me d i o c r e . Mais q u o i q u ' i l en d i s e , i l ne f a i t aucun doute que l'engouement pour l e wagnerisme en Prance durant l e s annees 1880-1890, l ' a f o r t e m e n t marque. Et c'e s t p e u t - e t r e ce q u i f a i t d i r e a P i e r r e T rahard que "son m i l i e u et son epoque, ou tr i o m p h e n t l a l a i d e u r et l e mauvais g o u t , ou 1'a r t s u b i t de gr a v e s a t t e i n t e s , d e t e i g n e n t s u r l u i " (34) • c a r on a tendance a u j o u r d ' h u i a c o n s i d e r e r l a musique de Wagner comme c e l l e d'un romantisme decadent. Cependant, c e l u i qu'on est t r o p prompt a q u a l i f i e r de "mondain", sous p r e t e x t e q u ' i l a beaucoup frequente l e grand monde, a developpe des gouts peu communs et d'un r a f f i n e m e n t i n d e n i a b l e , des gouts q u i r e f l e t e n t une i n t e r i o -- 47 -r i t e et une s p i r i t u a l i t y touchant au mysticisme. Dans "La mort des Cathedrales", Proust se f a i t l e ddfenseur du c a t h o l i c i s m e et du chant g r d g o r i e n auquel i l accorde l a p r i -maute sur toute autre musique. Les ceremonies cat&oliques sont pour l u i s d'un i n t d r S t h i s t o r i q u e , p l a s t i q u e , m u s i c a l , dont r i e n que l a beaute* est au-dessus de ce qu^aucun a r t i s t e a jamais r§ve*, et dont seul Wagner s 'est approche, en l ' i m i t a n t dans P a r s i f a l ( 3 5 ) • De mime, dans une analyse remarquable du symbolisme dans l e s o f -f i c e s r e l i g i e u x , i l manifeste envers l a musique sacree une admi-r a t i o n qui ddpasse c e l l e dmanant de l ' e s t h e t i q u e pure: Le mime symbolisme embrasse jusqu'a l a musique, qui se f a i t entendre a l o r s dans 1'immense v a i s s e a u et de qui l e s sept tons g r d g o r i e n s f i g u r e n t l e s sept v e r t u s t h d o l o g a l e s et l e s sept ages du monde. On peut d i r e qu'une r e p r e s e n t a t i o n de Wagner a Bayreuth est peu de chose aupres de l a c e l e b r a t i o n de l a grand'messe dans l a c a t h e d r a l e s de Chartres ( 3 6 ) . Par consequent, c'est a conside'rer l a v e n e r a t i o n q u ' i l a t o u j o u r s eue pour Wagner, qu'on peut mesurer tout l e p r i x q u ' i l a t t a c h a i t au chant monodique de l a l i t u r g i e c a t h o l i q u e , musique d e p a u i l i e e de tout a r t i f i c e et pourtant s i grande dans sa s i m p l i c i t e . Proust a - t - i l jamais remarque l a parente d'expression ( e l o i -gnee mais c e r t a i n e ) qui e x i s t e entre l e chant g r e g o r i e n et 1'un de ses operas p r d f e r e s , P e l i e a s et Meiisande? I I semble q u ' i l 1 ' a i t s a i s i e en e f f e t , tout au moins de fagon i n c o n s c i e n t e - c a r , dans un passage ddja c i t e et r e l a t i f aux b r u i t s de l a rue dans l a Recherche, n e . d e c o u v r e - t - i l pas tour a tour dans ces appels des m.archands ambulants, des accents de P e l i e a s , de B o r i s et de l a musique de 1 ' a n t i p h o n a i r e ? L'extrSme souplesse rythmique et me-l o d i q u e qui f a i t 1'essence mime du p l a i n - c h a n t trouve son echo dans l ' a l t e r n a n c e frdquente des rythmes b i n a i r e et t e r n a i r e a i n s i - 4 8 -que dans 1 • emploi presque syste'matique du r d c i t a t i f dans cet ope-r a , V o i l a sans doute autant de r a i s o n s q u i , a son i n s u , ont p r e -side a sa p r e d i l e c t i o n pour P e l l e a s , oeuvre q u ' i l ne se l a s s a i t pas d'ecouter s o i t a. 1'Opera-Comique, s o i t au the&trophone•lors-que son etat de sante ne l u i p e r m e t t a i t p l u s guere de s o r t i r . Bb-tons au passage que l e gout musical de Marcel Proust a d u l t e etait beaucoup plus redevable a l a q u a l i t e de son temperament et a sa formation p e r s o n n e l l e qu'a 1 ' i n f l u e n c e de son entourage meme imme-d i a t , C'est ce que r e v e l e p a r t i c u l i e r e m e n t son gout marque pour l e chef-d'oeuvre aujourd'hui i n c o n t e s t e et i n c o n t e s t a b l e qu'est P e l i e a s . Rappelons-nous l e s e f f o r t s , a maintes f o i s repetes et t o u j o u r s sans succes, q u ' i l f i t , l u i , l e simple amateur, pour convaincre son ami Reynaldo Hahn, pourtant musicien de c a r r i e r e , de l a v a l e u r e x c e p t i o n n e l l e de cet opera. On peut a bon d r o i t se demander l e q u e l des deux, de l ' d c r i v a i n ou du compositeur, etait l e p l u s m u s i c i e n . . . A c e l a , Proust nous donne une demi-rd-ponse dans "La mort des Cathedrales", car i l etait t r e s c o n s c i e n t de son temperament musicals on peut s e n t i r l a musique sans c o n n a l t r e 1'harmonie ( 3 7 ) • Rien de p l u s v r a i dans son cas. Son inddpendance d ' e s p r i t a l ' e g a r d du gout musical se ma-n i f e s t e egalement par l e c u l t e q u ' i l v o u a i t au Beethoven des d e r -n i e r e s annees. Les modes passageres pro ou anti-beethoviennes ne 1 * a f f e c t a i e n t nullement, et c'est ce qui l u i f a i t d i r e , avec une p o i n t e d ' i r o n i e , dans une l e t t r e a J.L. Vaudoyer en 1 9 2 0 s E s t - c e que s i c e t t e semaine je f a i s a i s jouer aupres de mon l i t pour deux ou t r o i s beethoviens Csicj (gens f o r t en r e t a r d car i l p a r a i t que c'est l e d e r n i e r des musiciens) l e XlVeme Quatuor, vous v i e n d r i e z ? ( 3 8 ) . En f a i t , au debut du s i e c l e , m§me l e p u b l i c d'eiite des s o c i e t e s de musique de chambre a P a r i s e t a i t fermd a l a beaute t r a n s c e n -49 -dante des d e r n i e r s q u a t u o r s de Beethoven (39). Nul mieux que P r o u s t a c e t t e epoque, s e m b l e - t - i l , n'a t a n t goute ces pages s u -b l i m e s . Durant l e s longues anne*es ou ses c r i s e s d'etouffement l e r e t e n a i e n t au l i t , chaque f o i s que l e s i n t e r m i t t e n c e s de l a ma-l a d i e l u i p e r m e t t a i e n t quelques s o r t i e s , c ' e s t a Beethoven q u ' i l l e s c o n s a c r a i t . I I l e p r e c i s e b i e n a son ami A n t o i n e B i b e s c o : Je me l e v e rarement, et d'habitude pour a l l e r a l a S c h o l a ou au Concert Rouge quand on joue l e s qua-t u o r s de Beethoven (40). Et c e l u i q u ' i l p r e f e r e e n t r e tous est l e Quinzieme, que l e compo s i t e u r e c r i v i t deux anndes avant sa mort. I I f a u t d i r e que c e t t e oeuvre f u t compose"e a l a s u i t e d'une longue m a l a d i e , a i n s i qu'en temoigne l ' i n d i c a t i o n e"crite de l a main de l ' a u t e u r en t e t e de l ' A d a g i o s "Cantique d'un c o n v a l e s c e n t a l a d i v i n i t y , s ur l e mode l y d i e n " (6eme mode g r e g o r i e n ) (4l)» E l l e r e p r e s e n t a i t • d o n e pour Beethoven l ' e x p r e s s i o n du triomphe de l a j o i e sur l a dou-l e u r . P r o u s t ne 1 ' i g n o r a i t pas c a r i l e c r i t , v e r s 1915 a 1 ' e x c e l -l e n t c r i t i q u e d ' a r t Robert de Montesquiou: ce que je co n n a i s de p l u s beau en musique, l ' e n i v r a n t e [ s i c ] f i n a l e du Quinzieme Quatuor e s t l e d e l i r e d'un c o n v a l e s c e n t q u i mourut, d ' a i l l e u r s peu apres (42). Quelques mois seulement avant sa mort, M a r c e l P r o u s t pour q u i 1'art e t a i t devenu une v e r i t a b l e r e l i g i o n , l a s e u l e q u i put l u i a s s u r e r 1 ' i m m o r t a l i t y , f a i t de ce q u a t u o r , empreint de s e r e -n i t y , un v i a t i q u e b i e n f a i s a n t . Dans une d e r n i e r e l e t t r e au c e l e -bre e s s a y i s t e a llemand E r n s t Robert C u r t i u s , i l avoue: je me tour n e v e r s l e XVeme Quatuor de Beethoven, avec un e s p o i r , b i e n i n c e r t a i n - de c o n v a l e s c e n c e (43)• Les nombreuses a f f i n i t e s e n t r e l e m a i t r e de Bonn et l ' a u t e u r de l a Recherche ( v i e i n s t a b l e de c e l i b a t e i r e ; i n c o m p r e h e n s i o n des conternporains v i s - a - v i s 1 'oeuvre cr<Satrice! m aladie et dures epreuves du d e s t i n ) s u f f i r a i e n t a e x p l i q u e r l e c h o i x de P r o u s t , mais i l n'en r e s t e pas moins qu'en regard du gout musical q u ' i l a manifesto tout l e i&ng de sa v i e , l ' e l e c t i o n de c e t t e oeuvre parmi m i l l e a u t res peut e t r e c o n s i d e r e e comme 1'aboutissement l o -gique d'une formation i n t e l l i g e n t e et r a f f i n e e , Une d e r n i e r e touche s'impose a ce panorama du r 8 l e de l a mu-sique dans l a v i e de Proust: i l s ' a g i t de l a part a c t i v e ( b i e n que modeste) q u ' i l a jouee dans l a v i e musicale a P a r i s , Nous entendons, par l a , l e s a u d i t i o n s p r i v d e s de musique de chambre q u ' i l o r g a n i s a i t a grands f r a i s , pour l u i et quelques amis. A i n s i , l e l e r J u i l l e t 1907, i l i n v i t a au R i t z une v i n g t a i n e de personnes (dont l a comtesse de N o a i l l e s et Mme Emile S t r a u s ) . Faure d e v a i t y jouer-de ses oeuvres apres l e d i n e r , mais a cause d'une i n d i s -p o s i t i o n , i l dut se f a i r e remplacer par l e p i a n i s t e R i s l e r . Le programme m u s i c a l , prepare";; avec l e plus grand s o i n par Proust et execute par l e v i o l o n i s t e Hayot, l e p i a n i s t e Hasselmanns a i n s i que R i s l e r , comprenait des oeuvres de Couperin, Beethoven, Chopin, Schumann, Wagner, Chabrier et Faure ( 4 4 ) . La pl u s grande part e-t a i t re"serve*e a ce d e r n i e r dont on joua l a Sonate pour v i o l o n et  piano, un Nocturne, et l a Berceuse. C ' e t a i t pour Marcel Proust 1 •••occasion de rendre hommage a un musicien q u ' i l a d m i r a i t beaucoup sans se douter, p e u t - e t r e , de l a place preponderante q u ' i l a l l a i t occuper dans l ' h i s t o i r e de l a musique de son epoque. Durant l e s d e r n i e r e s annees de sa v i e , f o r c e par l a maladie de dormir l e jour et de v i v r e l a n u i t , c ' e t a i t p a r f o i s pour l u i s e u l q u ' i l i m p r o v i s a i t de p e t i t s c o n certs de musique de chambre. Aux environs de m i n u i t , i l a l l a i t r e v e i l l e r l e s membres du Qua-tuor P o u l e t , l e s p r i a i t de v e n i r jouer pour l u i (une f o i s ce f u t l e quatuor de Franck q u ' i l s executerent par exemple, et une autre f o i s , c e l u i de Faure pour cordes et p i a n o ) , et l e s emmenait chez l u i en t a x i . Apres 1'execution de 1'oeuvre, l a bonne celeste r e s -- 5 1 -t a u r a i t l e s m u s i c i e n s de mets t r e s f i n s q u ' e l l e a v a i t p r e p a r e s , e t P r o u s t l e s r e c o m p e n s a i t f o r t g e n e r e u s e m e n t , non sans l e s a v o i r c ombles de " c o m p l i m e n t s h y p e r b o l i q u e s " , au d i r e de Rene C h a l u p t ( 4 5 ) . P r o u s t n ' e x a g e r a i t done pas en d i s a n t que l a musique a v a i t e t e une des p l u s g r a n d e s p a s s i o n s de sa v i e . Un d e r n i e r t e m o i g n a -ge de B e n o i s t - M e c l i i n l e c o n f i r m e : "Chaque f o i s q u ' i l a b o r d e ce s u j e t , c ' e s t a v e c 1 ' a c c e n t i n i m i t a b l e d'un amant p a r l a n t de sa m a i t r e s s e , d'un mys-t i q u e p a r l a n t de son D i e u ( 4 6 ) . " " Et ce f u t l a p e u t - e t r e l a l i a i s o n l a p l u s p r o f o n d e , l a p p l u s p r o f o n d e , l a p l u s f i d e l e e t l a p l u s d u r a b l e q u ' i l e ut j a m a i s . L i a i s o n q u i l u i a p p o r t a j o i e et c o n s o l a t i o n dans s a v i e grandement e p r o u v e e , l i a i s o n q u i p o r t a des f r u i t s a d m i r a b l e s . L a l a r g e p a r t a c c o r d e e a l a musique dans son o e u v r e en a t t e s t e de l a f a g o n l a p l u s e l o q u e n t e et l a p l u s c o n v a i n c a n t e . - 52 -N O T E S 1 . Romain R o l l a n d , M u s i c i e n s d ' a u j o u r d ' h u i , p. 214 •2. Idem, p. 213 3<> Remy S t r i e k e r , La musique f r a n g a i s e du Romantisme a nos  j o u r s , p o 15 4 . C. B a u d e l a i r e , Oeuvres c o m p l e t e s , P l e i a d e , p. 1205 5 . Idem, p. 1213 6 . Romain R o l l a n d , M u s i c i e n s d ' a u j o u r d ' h u i , p. 237 7o Remain R o l l a n d , M u s i c i e n s d ' a u j o u r d ' h u i , p. 230 8 . Guy P e r c h a u l t , La musique, des o r i g i n e s a nos j o u r s , p. 319 9 . Romain R o l l a n d , M u s i c i e n s d ' a u j o u r d ' h u i , p. 86 1 0 . P i e r r e L a l o , De Rameau a R a v e l , p. 368 11 . Jean S a n t e u i l , v o l . I , p. 107 1 2 . P a s t i c h e s et Melanges, pp. 228 - 2 2 9 13« La Recherche, v o l . I , p. 734 1"4» Idem, v o l . 1, p. 64 1 5 . Cantre S a i n t e - B e u v e , pp. 3 4 3 - 3 4 4 1 6 . Idem, p. 146 17. Jean S a n t e u i l , v o l . I , p. 62 18. Georges P i r o u d , P r o u s t et l a musique dj» d e v e n i r , p. 17 19• Leon P i e r r e - Q u i n t , M a r c e l P r o u s t , sa v i e , son oe u v r e , p. 24 2 0 . C h r o n i q u e s , p. 28 2 1 . L e t t r e s de M a r c e l P r o u s t a B i b e s c o , p. 29 2 2 . Idem, p. 92 ( l e the"atrophone e t a i t un t e l e p h o n e q u i r e l i a i t 1'abonne a l a s a l l e de c o n c e r t ou d'opera) 23. C h r o n i q u e s , p. 61 ( l e F i g a r o , 13 mai 190 4) 2 4 . Idem, p. 60 " " 2 5 . Idem, p. 65 ( l e F i g a r o , 7 mai 1905) 2 6 . Idem, p. 63 " t. 2 7 . Idem, p. 44 " " 28. Choix de l e t t r e s , p. 24 2 9 . Georges C a t t a u i , M a r c e l P r o u s t , p. 57 3 ° ° Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , pp. 131-134 3 1 . L e t t r e s a P i e r r e L a v a l l e e p. 10 3 2 . C h r o n i q u e s , p. 217 3 3 . Idem, p. 218 3 4 . P i e r r e T r a h a r d , L ' A r t de M a r c e l P r o u s t , pp. 22-23 35« C h r o n i q u e s , p. 151 3 6 . Idem, p. 159 3 7 . Idem, p. 159 38. L e t t r e s a P i e r r e L a v a l l e e p. 85 39» Emile Lemoine, Revue m u s i c a l e , 15 o c t . 1903 - 53 -N O T E S 40. L e t t r e s a A. Bibesco, p. 147 41. La musique, des o r i g i n e s a nos j o u r s , p. 269 4-2. L e t t r e s a Robert de Montesquiou, p. 2 45 4-3. Choix de l e t t r e s , p. 271 44. L e t t r e s a Reynaldo Hahn, p. 137 45• Rene Chalupt, " P e t i t e musique de Nuit a l a facon de Marcel Proust", La Revue I n t e r n a t i o n a l e de Musique, automne 1951? PP. 497-500 46. Benoist-Mechin, Retour a Marcel Proust, p. 15 CHAPITRE I I I ROLE DE LA MUSI QUE DANS LES OEUVRES DE JEUNESSE - ' 5 4 -De- meme que nous avons c o n s t a t e dans l a f o r m a t i o n m u s i c a l e de M a r c e l P r o u s t une l o n g u e e t c o n s t a n t e e v o l u t i o n , a i n s i nous d'evrons • nous r e n d r e a 1 ' e v i d e n c e que l a p a r t de l a musique dans son o e u v r e t o u t e n t i e r s u i t une t r a j e c t o i r e p a r a l l e l e a c e l l e de sa c u l t u r e m u s i c a l e . I n v o l u t i o n , d e j a s e n s i b l e d e p u i s 1 e s P1 a i - • s i r s e t - l e s j o u r s j u s q u ' a J e a n S a n t e u i l , e s t e n c o r e p l u s marquee a p a r t i r de ce roman j u s q u ' a l a R e c h e r c h e e t se f a i t meme s e n t i r a 1 ' i n t e r i e u r de c e t t e o e u v r e de m a t u r i t e t o u t au l o n g de son dev e l o p p e m e n t p r o d i g i e u x . Dans une c o n f e r e n c e donnee a 1 ' I n s t i t u t B e i g e de m u s i c o l o g i e q u e l q u e s annees s e u l e m e n t a p r e s l a mort de P r o u s t , done l o n g t e m p s a v a n t l a p u b l i c a t i o n de J e a n S a n t e u i l , H e n r i L a u r e n t a f f i r m a i t que " l a - m u s i q u e t i e n t une p l a c e c o n s i d e r a b l e dans l e s P I a i s i r s  e t l e s j o u r s " ( l ) . C ' e s t beaucoup d i r e . E t c e l a s u r t o u t en r e g a r d du r o l e - s t r u c t u r a l de l a musique dans l e s o e u v r e s a v e n i r . Tout au p l u s d i r o n s - n o u s q u ' e l l e e s t d e j a l a , p r e s e n t e e t s i g n i f i c a -t i v e , dans q u e l q u e s - u n s de c e s nombreux morceaux d e t a c h e s dont se compose l e p r e m i e r o u v r a g e de P r o u s t . M a i s que s i g n i f i e - t - e l l e au j u s t e ? Assurdment e l l e e s t d ' a b o r d l ' i n d i c e , c h e z l e jeune a u t e u r d.'un temperament m u s i c a l q u i se de"couvre. R a p p e l o n s - n o u s que l e p r e m i e r h ^ r o s de son r e c u e i l , l e v i c o m t e B a l d a s s a r e , e s t un m u s i -c i e n , p l u s p r e c i s e m e n t un v i o l o n i s t e c o m p o s i t e u r en q u i l e p e t i t A l e x i s r e c o n n a i t " 1 ' i d e a l l e p l u s e"leve q u ' i l se f o r m a i t d'un homme" ( 2 ) . Or, l e p e r s o n n a g e d ' A l e x i s , p e t i t g a r c o n d'une e x t r e -me s e n s i b i l i t e ( p r e m i e r e e s q u i s s e de J e a n S a n t e u i l e t e n c o r e da-• v a n t a g e du p e t i t M a r c e l de Combray), a i n s i que c e l u i de son o n -c l e B a l d a s s a r e S i l v a n d e , a q u i i l r e s s e m b l a i t , s o n t v i s i b l e m e n t un i n t e r e s s a n t dedoublement de p e r s o n n a l i t e de l ' a u t e u r c a r , com-me on l e s a i t , l e v i c o m t e de S y l v a n i e , homme be a u , i n t e l l i g e n t et - 5 5 -gdnereux, est condamne a un age precoce par une maladie i n g u e r i s -s a b l e . De p l u s , i n d i c e t r e s r e v e l a t e u r s i 1'on songe a l ' e s p o i r (degu c e l u i - c i chez Mme S a n t e u i l d'une v o c a t i o n musicale pour son f i l s , l e prdcepteur de Baldassare a v a i t p r e d i t que son e"leve " s e r a i t u n jour un grand musicien" ( 3 ) . F a u t - i l v o i r dans l e don musical que Proust accorde a son premier heros un r e g r e t chez l u i de n' a v o i r pu, a cause de d i s p o s i t i o n s s u f f i s a n t e s , accdder a une c a r r i e r e de musicien? Cela r e s t e r a son s e c r e t . Notons seulement que c'est sous l e signe de l a musique que s'ouvre son oeuvre, l e -quel sera de plu s en p l u s marque par l ' a r t des sons sous toutes ses formes. Les P l a i s i r s et l e s jours comportent dgalement une s a t i r e sur l e snobisme musical i l l u s t r a n t un aspect du c l i m a t musical en Prance a l a f i n du XlXeme s i e c l e . I I s ' a g i t naturellement de l a "mdlomanie" des deux comperes Bouvard et Pdcuchet tout f r a i s s o r -t i s des c a h i e r s de F l a u b e r t . Mais l ' a u t e u r prend s o i n , par une pe-t i t e note en exergue, de p r d c i s e r que l e s o p i n i o n s pretdes aux deux personnages ne sont pas l e s siennes ( 4 ) • Ce sont c e l l e s , nous 1'avons compris, de gens nouvellement " a r r i v e s " dans l e mon-de et qui se v o i e n t soudainement f o r c e s d ' a v o i r des o p i n i o n s en ce q u ' i l s connaissent l e moins peut-§tre, c ' e s t - a - d i r e en musi-que. Mais l a i s s o n s l e n a r r a t e u r d d c r i r e avec 1'humour qui l u i e t a i t d e ja propre a c e t t e epoque, l e r i d i c u l e de ces bourgeois g e n t i l s -hommes J Deja degoutds de l a b i c y c l e t t e et de l a p e i n t u r e , Bouvard et Pecuchet se mirent serieusement a l a musique. C«•«3 Bouvard, f a u t - i l l e d i r e , "se mon-t r a resolument wagndrien". A v r a i d i r e , i l ne c o n n a i s s a i t pas une p a r t i t i o n du " b r a i l l a r d de B e r l i n " (comme l e denommait cruellement Pdcuchet, t o u j o u r s p a t r i o t e et mai informe) , (\ • Pourtant, I . . . ] , l e prelude de P a r s i f a l e t a i t perpdtuellement ouvert sur l e e p u p i t r e de son piano ( 5 ) • - 56 -V o i l a bien l e s premices de l a "comedie humaine" que l ' a u t e u r de l a Recherche depeindra p l u s t a r d avec tant de v e r i t e . Et l a con-v e r s a t i o n s'engage entre l e s deux comperes sur l e t e r r a i n i n c e r -t a i n d'un su j e t q u ' i l s d i s c u t e n t avec d'autant plus d'ardeur qu 1-i l s en sont i g n o r a n t s . L ' e e s e n t i e l est d ' a v o i r des op i n i o n s et s i p o s s i b l e des op i n i o n s o r i g i n a l e s , car c'est une e x c e l l e n t e facon de se f a i r e remarquer dans l a s o c i e t y . C'est a i n s i que Bach, Bee-thoven, Wagner, Gounod, Saint-Sae'ns, Chaminade et b i e n d'autres ^ encore passent sous l e severe jugement de Bouvard et Pecuchet, s o i t pour r e c e v o i r 1'hommage de l e u r a p p r e c i a t i o n , s o i t au c o n t r a i -re pour e t r e condamnes a l e u r mepris i r r e v o c a b l e . En d e f i n i t i v e , Pecuchet represente une France c o n s e r v a t r i c e qui pousse l e pa-t r i o t i s m s b i e n au-dela de ses l i m i t e s decentes. A 1'exemple d'une multitude de Frangais v e r s l e s annees 1860-1870, i l r e j e t t e Wa-gner comme un ennemi n a t i o n a l s notre beau pays de France est un pays de c l a r t e , et l a musique f r a n g a i s e sera c l a i r e ou ne sera pas [ . . . J Que l a -Walkyrie p u i s s e p l a i r e meme en Allemagne, j'en doute ... Mais, pour des o r e i l l e s f r a n g a i s e s , e l l e s e r a t o u j o u r s l e plus i n f e r n a l des s u p p l i c e s -et l e plus cacophonique J a j o u t e z l e plus h u m i l i a n t pour notre f i e r t e n a t i o n a l e ( 6 ) . L'un est hermetiquement ferme a l a musique wagnerienne t a n -d i s que.1'autre a f f i c h e pour l e maitre de Bayreuth un engouement qui. ne correspond nullement a sa comprehension et a ses co n n a i s -sances de ce compositeur. Proust a - t - i l g r o s s i l e s t r a i t s de ses meiomanes mondains? A p e i n e . Le snobisme musical e t a i t (comme i l l.'est encore) t r e s repandu dans l e s m i l i e u x mondains; sans doute en f u t - i l maintes f o i s l e temoin amuse. Par a i l l e u r s , l ' o b s c u -rantisme deploye par Pecuchet est en tous p o i n t s i n d e n t i q u e s a c e l u i que r e n c o n t r a B a u d e l a i r e chez ses compatriotes l o r s des poiemiques anti-wagneriennes vers i860. - 57 -i La s a t i r e sociale t e l l e qu'elle est abordde dans ces quel-ques pages humoristiques des F l a i s i r s et les jours est done un tableau vivant qui reproduit assez fidelement, quoique de fagon ldgerement caricat u r a l e , les t r a i t s f a m i l i e r s d'une certaine so-ciete a une epoque precise. E l l e sera reprise plus tard et avec beaucoup plus de maltrise, dans l a Recherche. Cette f o i s , c'est au sein de 1 'a r i s t o c r a t i e mime et de l a haute-iaourgeoisie que le Narrateur trouvera ses modeles. Dues et duchesses, marquises et ministresse n'echapperont pas a son observation attentive non plus qu'a ses commentaires ironiques et parfois mordants. D'ou une Evolution tres manifeste chez Proust sous 1'aspect de l a sa-t i r e du snobisme musical dans son oeuvre, ce que nous verrons de plus pres dans 1'etude du role structural de l a musique dans l a Recherche au chapitre suivant« De l a meme fagon, un procedd he"rite de Wagner et habilement exploits par Proust dans son roman de maturity, le procedd du leitmotiv, est deja amorce" dans l a "Me"lancolique v i l i e g i a t u r e de Mme Breyves", courte h i s t o i r e sentimentale des P l a i s i r s et les jours. Pour l a premiere f o i s , chez Proust, le theme de 1'amour et celui de l a musique, lesquels seront en rapports s i e t r o i t s dans bien des pages de l a Recherche, s'unissent pour i l l u s t r e r un etat psychologique. La jeune veuve Frangoise de Breyves, deve-nue a son insu (et a son corps defendant) amoureuse de M. de La-leande, ne v i t que dans l'espoir toujours chancelant de revoir cet homme qu'elle sait d ' a i l l e u r s "tres i n s i g n i f i a n t et ennuyeux". Une phrase des Maitres Chanteurs entendue a l a soiree de l a princesse d'A... avait le don de l u i evoquer M. de Laieande avec le plus de precision C•••3 • E l l e en avait f a i t sans le vouloir le veritable 1eitmotiv de M. de Laieande (7)» II serait possible i c i de f a i r e un rapprochement entre ce passa-ge et 1'episode des souffrances de Swann a 1'audition de l a so-- 5 8 -nate de V i n t e u i l l o r s de l a s o i r e e de l a marquise de Saint-:-Eu-v e r t e car l'un procede de 1 ' a u t r e , Mais nous y reviendrons p l u s t a r d , Q u ' i l s u f f i s e de s o u l i g n e r l e c a r a c t e r e annonciateur de c e t t e premiere ebauche du procede wagnerien, l a q u e l l e prendra toute sa v a l e u r a l a lumiere des t e x t e s de l a Recherche. Pour completer ce tour d'horizon de l a f o n c t i o n de l a musi-que dans l e s P l a i s i r s et l e s j o u r s , rappelons l e s " P o r t r a i t s de musiciens" (Chopin, Gluck, Schumann et Mozart), i n s p i r e s , sem-b l e - t - i l , du poeme Les Phares de B a u d e l a i r e , et l e s q u e l s r e f l e -tent non seulement une connaissance exacte des oeuvres de ces compositeurs, mais a u s s i une f i n e p e n e t r a t i o n de 1'ame de chacun, De Ces poemes exquis retenons sous l e nom de Chopin: une l} "mer de s o u p i r s , de larmes, de s a n g l o t s " , "un v o l de p a p i l l o n s " ( a l l u s i o n a 1'Etude, op, 2 5 , n 2 9 ) - un "Prince du d e s e s p o i r " et un "grand seigneur t r a h i " ; l e " s o u r i r e du r e g r e t " et l e s "larmes de l ' E s p o i r " , Sous c e l u i de Gluck: un "temple a 1'amour, a 1'ami-t i e , temple au courage"; "des coeurs g l o r i e u x " ; " l e s amants et l e s dieux"; "Hercule" dans " l e s .jardins d'Armide"; "Admete, I p h i -g e nie", • "Orphee" et "Al ceste"! Sous l e t i t r e de Schumann: l'dmbre d'un "grand noyer" (Per Nussbaum, op, 2 5 , ne 3 ) ; l e " s o l d a t son-geur que l a guerre a decu" (Pie beiden Grenadiere, op, 4 9 , n 2 l ) ; " 1 ' e n f a n t qui reve" ou qui l i t pres des "flammes du f o y e r " ( K i n -derszenen, op, 1 5 ) ; l e s " c r i s du c a r n a v a l " ( C a r n a v a l , op, 9 ) ; "Cologne" et l e s "eaux sacrees" du "Rhin" (im Rhein, im h e i l i g e n  Strome, op. 4 8 ) , un " j a r d i n p e n s i f " ou "se b a i s e n t l e s l y s , l a lune et 1 ' h i r o n d e l l e " (respectivement Pie Rose, d i e L i l i e , d i e Taube, op. 4 8 , Mondnacht, op. 3 9 * n 2 5 et Sag'an, o l i e b e r Vogel  mein, op. 2 7 , n 2 l ) . Et e n f i n sous c e l u i de Mozart: "Sa tendre ame allemande" qui "goute l a paresse ardente d ' e t r e aimee"; un g e n t i l "Cherubin" (Le nozze d i F i g a r o ) ; "Don Juan £.,,] debout - 59 -dans l e s parfums tant i l f o u l a de f l e u r s [.„„] des j a r d i n s 1 anda-lous aux tombes de Toscane" (Don G i o v a n n i ) ; l a " r e i n e de l a n u i t " e-t "sa f l u t e enchantee" qui "egoutte avec amour C. . .] l a f r a i c h e u r des s o r b e t s , des b a i s e r s et du c i e l " (Die Z a u b e r f l f l t e ) . (8) Autant d ' a l l u s i o n s poetiques qui evoquent dans un langage p a r f o i s s i b y l l i n l e s t r a i t s dominants ou l e s oeuvres e s s e n t i e l l e s de ces grands musiciens. Chopin, p a r f a i t e i n c a r n a t i o n de 1'ame r o -mantique d£chire"e par l e s c a p r i c e s de l'amour; p r i n c e et gj?and seigneur sinon par l e sang, du moins par l e s l e t t r e s de noblesse q u ' i l sut donner a son a r t . Gluck, compositeur c l a s s i q u e par ex-c e l l e n c e , soucieux de f a i r e r e v i v r e dans ses oeuvres l e s grandes f i g u r e s de l a mythologie grecque et d ' i l l u s t r e r l e s passions l e s p l u s nobles du coeur humain. Schumann, e"voqud surtout dans ces l i g n e s pour ce q u ' i l y a de p l u s podtique en l u i s ses L i e d e r et :-e ses charmantes Scenes d'enfants. Mozart, chez qui l a grace domine et dont l e s operas n'ont r i e n perdu de l e u r f r a i c h e u r . E s t - i l n e c e s s a i r e d ' a j o u t e r que ces poemes, non date's mais p u b l i c s en 1896, ont e t e M e r i t s selon toute vraisemblance entre l e s annees 1892 et 1894 a l o r s que Proust n' a v a i t que vingt-deux ou v i n g t - t r o i s ans, et q u ' i l n'en e t a i t par consequent qu'a l a premiere phase de son i n i t i a t i o n m u s i c a l e . La p l a c e q u ' i l a donnee a l a musique dans son premier l i v r e est encore t r e s modeste. Mais b i e n q u ' e l l e ne joue aucun r S l e d'ordre s t r u c t u r a l dans l e s P l a i s i r s et l e s j o u r s , l a musique t e l l e q u ' i l l u s t r e e dans c e t t e oeuvre i n d i q u e chez l ' a u t e u r une grande a d m i r a t i o n pour l a v o c a t i o n musicale, l a p r i s e de cons-c i e n c e du snobisme musical et des prdjugds r i d i c u l e s envers l a musique dtrangere dans une c e r t a i n e s o c i e t e f r a n g a i s e de son epoque; e l l e temoigne egalement de n o t i o n s p r e c i s e s en musique d'a r t et d'un i n t e r l t v e r i t a b l e pour l e s grands compositeurs et - 60 -pour l e s p a r t i c u l a r i t e * s d'ordre technique ou e s t h e t i q u e de l e u r s oeuvres. Tout au.:. c o n t r a i r e , dans Jean S a n t e u i l , l a musique r e v e l e r e l a t i v e m e n t peu de l a c u l t u r e musicale de Marcel P r o u s t . Mais sous une toute autre forme, e l l e y est d'une presence que nous osons d i r e " r e e l l e " et " p e r p d t u e l l e " . En e f f e t , l e s a l l u s i o n s aux musiciens compositeurs et a l e u r s oeuvres sont peu nombreu-ses dans ce roman, e t , comme nous 1'avons deja note, ne sont accompagndes d'aucun ddveloppement s i g n i f i c a t i f . Cependant 1' oeuvre e n t i e r e est parsemee de termes empruntes a l a musique, de mdtaphores musicales et de n o t a t i o n s o r i g i n a l e s de "musique na-t u r e l l e " . D'ou v i e n t chez Proust ce s o i n constant d 'orner son s t y l e d'expressions et d'images mu s i c a l e s , sinon d'un besoin im-perieux d ' e x t e r i o r i s e r une musique qui v i b r a i t en lui-mime? A l u i s e u l , l e langage musical donne une couleur (pour ne pas d i r e une "tonalite"") p a r t i c u l i e r e a ce roman de jeunesse. Le mot "harmonie" et ses d e r i v e s sont s i frdquemment u t i l i s e s qu'••»-i l s e r a i t f a s t i d i e u x de l e s r e l e v e r t o u s . Mais i l n'est pas i n u -t i l e d 'en c i t e r quelques exemples. A i n s i , dans l a campagne de Re"veillon, depouille"e de sa verdure par l'automne, l a p e t i t e d g l i s e " c h e r c h a i t de son mieux a s 'harmoniser a c e t t e v i e commu-ne de toutes choses" ( 9 ) « 0U bien c'est " l a vue des maisons r e s -p l e n d i s s a n t e s C ...3 , des v o i t u r e s heureuses, des hommes au v i -sage repose"" qui "repondait maintenant comme une r d p l i q u e harmo-nieuse et magnifique Coo o3 3 . l ' a l l d g r e s s e [ ...1 ( l O ) . C e r t a i n s passages comportent mime une p r o f u s i o n de termes musicaux or g a -nises expressdment, i l nous semble, pour c r e e r un cl i m a t musical en accord avec l a beaute" simple de l a nature. A i n s i , Les b o i s , l e s v i g n e s , l e s p i e r r e s elles-memes s ' e t a i e n t harmonises avec l a lumiere du s o l e i l - 61 -et l a purete du c i e l et quand l e c i e l se v o i l a i t , comme par un changement de ton, l a mul t i t u d e des f e u i l l e s , l a t e r r e des chemins, l e s t o i t s de l a v i l l e , tout r e s t a i t uni dans un monde nouveau. Et chacun des sentiments de Jean semblait sans e f f o r t r e s t e r a u s s i a 1'unisson de toutes choses, et i l s e n t a i t c e t t e j o u i s s a n c e p a r f a i t e qui r e s u l t e de 1'harmonie ( l l ) . Le souci du jeune e c r i v a i n de se rapprocher dans son d c r i t u r e d 'un a r t qui l u i e t a i t cher est d'autant plu s Evident que tout l e p a r a -graphs dont ce passage est t i r e , r e l a t e l e s j o i e s qu'dprouve l e heros (c ' e s t - a - d i r e Proust lui-m&me par t r a n s p o s i t i o n ) durant ses promenades a l a campagne. Promenades q u i , comme on l e s a i t , l e gard a i e n t t o u j o u r s en contact d i r e c t avec l a musique n a t u r e l l e . D'autres termes musicaux s'ajoutent a ceux deja mentionne*s pour orner ces pages t r a n s p a r e n t e s de f r a i c h e u r . A i n s i Mme San-t e u i l (musicienne, r a p p e l o n s - l e ) , " u n i t me1odieusement son s i l e n -ce a c e l u i de son mari" ( 1 2 ) . I I va de s o i que l ' a u t e u r s i e p r i s de musique, pre t e q u a l i t e musicale au s i l e n c e meme de c e l l e qui p e r s o n n i f i e sa mere. A i l l e u r s , c'est l a c u r i o s i t e " et l a gourman-d i s e qui l u i font d e c o u v r i r l a musique p r i m i t i v e d'une marmitej comme ces p e t i t e s vagues de l a mer q u i , en passant dans l e s rayons du couchant, se diamantisent, un f l o t qui j a i l l i s s a i t rythmiquement hors de l a c a s s e r o l e b o u i l l a n t e semblait de flamrne ( 1 3 ) . B r u i t f a m i l i e r de l a c u i s i n e j o i n t non pl u s uniquement & l a musi-que (comme nous en avons vu tant d'exemples dans l e premier c h a p i -t r e de c e t t e etude), mais a u s s i r e l i e " par une j o l i e metaphore au b r u i t mesure" et aux couleurs chatoyantes de l a mer. Comme tout se t i e n t chez P r o u s t J Et pour c e l e b r e r comme i l convient l e mariage de l a musique avec l a nature, sous l e s " l a r g e s f l e u r s blanches o u v e r t e s " et l e s quelques " p e t i t s bouquets roses de boutons r o u -g i s s a n t s " des pommiers, l e s f e u i l l e s f o u r n i s s e n t "I'accompagne-ment de l e u r d e s s i n i n i m i t a b l e " ( l 4 ) « - 6 2 -P a r a l l e l e i n e n t a ce v o c a b u l a i r e c a r a c t e r i s t i q u e dans Jean  S a n t e u i 1 , une f o u l e d'images musicales ( i l y en a une t r e n t a i n e ) c o n t r i b u e n t a c r e e r l e decor musical que l ' a u t e u r v i s i b l e m e n t veut o b t e n i r dans son roman. Mais a v r a i d i r e , e l l e s ne sont pas p r o p r e s a c e t t e oeuvre car nous en rencontrerons b i e n davantage dans la-Recherche ( V i c t o r Graham en a patiemment compte 1 7 1 pour notre i n f o r m a t i o n ) ( l 5 ) . L'ensemble de ces metaphores est s i con-s i d e r a b l e , non seu3s3 ient par l e u r nombre mais par 1 ' e v o l u t i o n qui s-'y v o i t depuis l e s premieres jusqu'a c e l l e s de 1'oeuvre de matu-r a t e , q u ' i l vaut mieux consacrer tout un c h a p i t r e ( l e cinquieme) a- 1'etude de c e t t e technique typiquement proustienne et passer immediatement a l a "musique n a t u r e l l e " ou nous a conduits " 1 ' a c -compagnement" des f e u i l l e s de pommiers en f l e u r s de l a campagne d ' I l l i e r s . De tous l e s procedes u t i l i s e s par Proust pour donner a son premier roman une couleur musicale, l a "musique n a t u r e l l e " est sans doute l e p l u s operant. E l l e c o n s t i t u e v e r i t a b l e m e n t l a t r a -me sonore de 1'oeuvre toute e n t i e r e . A i n s i que nous 1'avons cons-t a t e , tous l e s b r u i t s de l a nature sont transformed en d e l i c a t e musique' qui t r a d u i t autant son amour pour l a nature que c e l u i q u ' i l a t o u j o u r s eu pour l a musique. Leon P i e r r e - Q u i n t nous ap-prend que durant ses annees d'etudes au l y c e e Condorcet, Marcel Proust n ' e t a i t pour ses camarades "en aucune matiere a u s s i " c a l e " qu'en h i s t o i r e n a t u r e l l e " ( 1 6 ) . V o i l a qui explique l a p l a c e p r i -v i l g g i e e qu'occupe l a nature aupres de l a musique dans Jean San-t e u i l . II s e r a i t s u p e r f l u de r e v e n i r sur l e s exemples de musiques n a t u r e l l e s deja c i t e s , i l s nous ont assez clairement i n d i q u e l e temperament exceptionnellement musical de l ' a u t e u r , Mais puisque ce roman f o i s o n n e de bruissements harmonieux, i l en est b i e n - 63 -d'autres encore, tout a u s s i r e v e l a t e u r s , q u ' i l convient de men-tionner-. A i n s i , a quelques r e p r i s e s , Proust conjugue p l u s i e u r s b r u i t s de l a nature et en forme de charmants p e t i t s ensembles de musique-des champs, pour a i n s i d i r e . Pour l e jeune promeneur dans l a campagne de Re"veillon, tous l e s b r u i t s se concertent pour l u i ; p r o c u r e r " l e s j o i e s pures du p a r a d i s - t e r r e s t r e " : l e s heures qui sonnent au v i l l a g e v o i s i n , l e gazouillement d'un o i s e a u , l e "froissement des f e u i l l e s de maron-n i e r " , un " b r u i t de marteau" et m§me l e s aboiements d'un chien (l7)» Les v o i x d i a l o g u e n t dans l e calme de l a campagne puis se perdent au loin-. Musique polyphonique qui reprend un peu p l u s l o i n , et se p r e c i s e c e t t e f o i s s au tintement net des cloches de l ' d g l i s e dont l a v o i x a f f a i b l i e par l a d i s t a n c e mais a u s s i d i s t i n c -te annoncait exactement l ' h e u r e , , repondaient non seulement l e jappement d'un chien e"loigne" mais l e s o u f f l e sinateux du vent, qui avec une a c t i v i t e i n c e s s a n t e c o n t o u r n a i t l e s b o i s , reprenant sans  cesse l a besogne ininterrompue (18). I m i t a t i o n nai've, s e m b l e - t - i l , d'une s t r u c t u r e m u s i c a l e . De f a i t , i l ne faut pas p l u s d'elements pour c o n s t r u i r e s e l o n l e s r e g i e s une fugue a t r o i s v o i x avec s u j e t , reponse et c o n t r e - s u j e t . . . Et pour sa p a r t , 1 ' a c t i v i t e du vent suggere assez b i e n l a c o n t i n u i t y d'un motif musical en mouvement p e r p e t u e l . Une autre musique du meme ordre est pergue dans un autre passage r e l a t i f aux promenades de Jean, accompagne i c i de son ami H e n r i , dans l a campagne de R e v e i l l o n . Cette f o i s , l e c o n t r e p o i n t se f a i t encore p l u s e l a b o r y j On entendait seulement l a coquette vigne v i e r g e qui f a i s a i t sa t o i l e t t e et s ^ c h a i t ses f e u i l l e s rouges en l a i s s a n t g l i s s e r de temps en temps une goutte, qui tombait sur l a p i e r r e avec un tintement agrea-b l e , bien d i f f e r e n t de c e l u i des premieres gouttes d'une ondee, et qui est au c o n t r a i r e l e timide p r y -- 6 4 -lude du beau temps [ . . .] „ B i e n t S t venaient s *y a j o u t e r l e s p e t i t s o r i s des oiseaux q u i , comme au l e v e r du jour avant de se r i s q u e r a s'envoler et a chanter, semblaient, en essayant prudemment l a s o n o r i t e de 1'atmosphSre, r e c o n n a i t r e l e temps. Et quand i l s a v a i e n t ddpassd l a b a r r i e r e , [ . . . ' 3 -i l s entendaient [. ..] , l a f a n f a r e des cogs he"-rauts du matin, t r a n q u i l l e s dans l e u r cour d'ou i l s s'adressent au v o i s i n a g e a des l e u x a l a r o n -de dans l e u r s proclamations d c l a t a n t e s , q u i , com-me l e s trompettes du regiment, sonnent l e re u e i l Q . . ] ( 1 9 ) V o i l a que l e b r u i t de l'eau prend une q u a l i t y qu'on ne l u i c o n n a i s -s a i t pas: un tintement qui r a p p e l l e l e son a r g e n t i n des c l o c h e s . Notons au passage que 1 ' a s s o c i a t i o n du mot "prelude" avec l e s gouttes qui annoncent l a p l u i e n'est pas sans dvoquer l e Prelude op. 28, n2 1 5 en re bdmol majeur de Chopin, surnomme" l e "Prelude d e . l a goutte d'eau", l e q u e l f u t e c r i t dans un couvent abandonne de 1 ' l i e Majorque sous une impression de grande t r i s t e s s e et d'obs e s s i o n . Mais l e s p e t i t e s gouttes qui font i c i l e charme des deux jeunes promeneurs produisent une musique de tout autre c a r a c -t e r e . "Hymne a l a j o i e " p o u r r a i t e t r e l e t i t r e de ce morceau aux s o n o r i t d s v a r i e e s . P a r f o i s , c'est une v e r i t a b l e mandcanterie qui re m p l i t l a na-tu r e de ses joyeuses c a n t a t e s . De son l i t , Jean ecoute avec p l a i -s i r "1'harmonie s p e c i a l e " d'une mouche e t o u r d i e , mais i l r e c o n -n a i t que : Des chants p l u s c e l e s t e s sont l a musique d i v i n e des jours chauds, au dehors, sous l e c i e l b l e u et e b l o u i s -sant , a 1'ombre des a r b r e s , ou l e s oiseaux chantent dans l e choeur, pour toute l a nef ( 2 0 ) . Prolongement m u s i c a l , s e m b l e - t - i l , du c e l e b r e v e r s de B a u d e l a i r e pour qui " l a Nature est un temple". Nous concevons aise"ment que, de toutes l e s v i b r a t i o n s sonores entendues dans l a nature, Proust a i t eu une p r e d i l e c t i o n pour l e chant des oiseaux car de tous l e s animaux de l a c r e a t i o n , l e s oiseaux (et p a r t i c u l i e r e m e n t l e r o s s i -- 6 5 -gnol) sont incontestablement l e s p l u s dou<§s pour l a musique. Mais l e r 3 l e que joue l e u r chant dans Jean S a n t e u i l ne se l i m i t e pas a l ' a d j o n c t i o n d'une;voix agreable ou mime " d i v i n e " a' ce v&ste concert de l a n a t u re. L'auteur a charge l e chant des oiseaux d'un message qui trouve des e"chos jusque dans l e Temps r e t r o u v d . Le theme de " 1 ' e x t r a - t e m p o r a l i t e " expose dans l a d e r -n i e r e p a r t i e de l a Recherche ( 2 l ) (et on s a i t que ce concept est l-'aboutissement d'une longue recherche de l a part du Narrateur) est deja ebauche dans c e r t a i n s passages de Jean S a n t e u i l chaque f o i s qu'une musique n a t u r e l l e est r e l i e e au theme du souv e n i r . Le jeune e c r i v a i n pressent deja l e pouvoir de l a musique a evo-quer l e - p a s s e , mais a c e t t e epoque, c'est surtout a l a musique n a t u r e l l e q u ' i l r e c o n n a i t c e t t e vertus Nous pretendons souvent que des a i r s de musique enten-dus a u t r e f o i s et a i l l e u r s ont l e pouvoir de r e v e i l l e r en nous l e souvenir et comme l e charme des lie u x - , de l'epoque ou i l s f u r e n t entendus. Car l e souvenir con-serve l e passe sans l e m u t i l e r , et ce qui e t a i t uni dans l a r e a l i t e r e s t e uni dans notre memoire. Mais combien ces musiques n a t u r e l l e s qui ne contiennent pas comme l e s musiques d'art un sentiment independant du temps ou e l l e s f u r e n t entendues, n'ayant r i e n d'au-t r e a exprimer, gardent plu s vivement pour nous l e charme meme de l ' h e u r e , de l a s a i s o n , du pays ou nous l e s avons entendues. Et ce charme n'est pas seulement i c i , comme pour l a musique humaine, dans notre memoi-r e , i l est vraiment dans ces musiques n a t u r e l l e s ["•• •! ces humbles musiques n a t u r e l l e s ont un r a p p o r t , une harmonie cachee avec l a s a i s o n ou e l l e s ont e t e enten-dues. On peut d i r e q u ' e l l e s sont nees de l e u r essence et p a r t i c i p e n t tout simplement a l e u r charme. Nees d ' e l l e , c r i s d'adieu de 1 ' h i r o n d e l l e de ses premiers f r o i d s , ou bou rdonnement des mouches de sa c h a l e u r , c'est b i e n naturellement que ces musiciennes nous p a r l e n t dans l e u r s chansons (22) 0 Relevons de ce t e x t e s i x mots que l e l e c t e u r remarque a peine mais qui prendront v a l e u r de mots-cie dans l a Recherche ( c e l a t u r -- 66 -tout dans l e Temps retrouve) s " s o u v e n i r " , "passe", " r e a l i t e " " , "memoire", "r a p p o r t " , et "essence". Le f a i t que ces mots u t i l i -ses sans i n s i s t a n c e dans Jean S a n t e u i l forment p l u s t a r d l a charpente du theme de 1 ' e x t r a - t e m p o r a l i t e chez Proust i l l u s t r e b i e n l a c o n t i n u i t y et 1 ' e v o l u t i o n de sa pensde. On s a i t en e f f e t qu'a l a s u i t e de quelques experiences de memoire i n v o l o n t a i r e ( l e s paves inegaux, un b r u i t de c u i l l e r contre une a s s i e t t e et l a r a i d e u r d'une s e r v i e t t e empesee), l e Harrateur de l a Recher-che ddcouvre qu'une s e n s a t i o n i d e n t i q u e eprouvee dans l e p r e -sent et dans l e passe r e s s u s c i t e dans l a memoire des souvenirs que 1'on c r o y a i t o u b l i e s ; met en rapport l e passe" et l e present ; l i b e r e "1 'essence permanente et habituellement cachee des choses" et par consequent nous f a i t c o n n a i t r e l a r e a l i t 6 du passd par d e l a l e Temps ( 2 3 ) . A i n s i , l e langage p a r t i c u l i e r du grand roman e x i s t a i t deja a l ' e t a t embryonnaire dans c e r t a i n s passages de Jean S a n t e u i l , p l u s precisement dans l e s passages r e l a t i f s a u sou v e n i r . Mais dans c e l u i que nous venons de c i t e r , malgre l a p r e -sence de termes r e l i e s au concept du temps et de l a memoire, c'es 1 'idee de l'harmonie, de l a musique n a t u r e l l e qui domine, Le theme i c i i n s i n u e du bonheur eprouve a t r a v e r s une impres s i o n analogue percue a deux moments de l a v i e , se f a i t p l u s d i s -t i n c t dans l e t r o i s i e m e volume du meme roman. Et une f o i s encore i l est a s s o c i e au chant des oiseaux. Le heros entend l e r o u c o u l e -m'ent des oiseaux a 1'ombre des arbres au bord de l a Seine: Jean c r o y a i t r e s s e n t i r c e t t e j o i e b r i l l a n t e et p r o -fonde des l i e u x devenus beaux comme dans une f a n t a i -s i e de p e i n t r e , comme a u t r e f o i s quand i l a l l a i t c u e i l l i r des v i o l e t t e s et que, quand i l a v a i t t r o p chaud, on s ' a s s e y a i t a 1'ombre, et q u ' i l e c o u t a i t , avec autant de ravissement l e s i l e n c e et l e s chants  d 'oiseaux qui semblaient passer sur l u i sans l e t r o u -b l e r comme des enfants qui caressent un p a t r i a r c h e , ce s i l e n c e et ces chants egalement inoui's. II se sen--'61 -t a i t heureux et i l ne s ' i n q u i e t a i t p l u s que l e passe f u t mort pour l u i et que l e s o b j e t s qui en s u r v i v e n t n'eussent p l u s de charme et en r e a l i t e p l u s de v i e ( 2 4 ) . Par son a s s o c i a t i o n avec l e theme du souvenir, l e chant des o i -seaux dans Jean S a n t e u i l prend done une grande portee et annon-ce a l ' e t a t d'esquisse l e s nombreux themes r e l a t i f s au "temps r e -trouve"; Themes longuement d£veloppe"s dans des pages i n o u b l i a b l e s de l a Recherche, e ' e s t - a - d i r e l e s "sensations communes", l a " r e a -l i t e " et "1'essence des choses", l a " r e s u r r e c t i o n du passe'" et e n f i n l a " j o i e e x t r a - t e m p o r e l l e " . De l a mime facon, l e s sons des c l o c h e s , qui eux a u s s i ont l e u r l a r g e part dans l a trame sonore de Jean S a n t e u i l et qui l a • parcoureyitcomme un f i n f i l i g r a n e d'or ( l e q u e l d ' a i l l e u r s etend ses rameaux depuis l e s P l a i s i r s et l e s jours jusqu'a l a Recherche), sont intimement l i e s au theme c a p i t a l des r e m i n i s c e n c e s . La j o i e qu'eprouve l e p e t i t Jean a entendre ces sons c r i s t a l l i n s a l a v i l l e ou a l a campagne aura des r e p e r c u s s i o n s tout au long de sa v i e . On s a i t par exemple que: Chaque jour c ' e t a i e n t l e s premiers tintements l o i n -t a i n s de 1 'angeius dans l a campagne qui l u i f a i s a i e n t r e b r o u s s e r chemin avec sa bonne, a f i n <4e r e n t r e r pour l e d i n e r ( 2 5 ) . F a i t banal, s e m b l e - t - i l au premier regard, p u i s q u ' i l se re"pete presqu • inva r i a b l e m e n t au f i l des j o u r s . Mais l e n a r r a t e u r pour-s u i t : Dix ans plus t a r d , sa v i e ayant bien change, un jour que dans une rue du faubourg Saint-Germain i l se s e n t a i t vaguement a t t r i s t e par l e r e g r e t i n d i s t i n c t des annees perdues de son i r r e m p l a -gable enfance et de sa v i e au grand a i r , i l sen-t i t tout a coup un son i n s o u c i a n t et l e g e r f r a p -per a l a c l o i s o n de son o r e i l l e , Un autre s u i v i t , p u i s un a u t r e , et un a un l e s battements doux et profonds des cloches d'une c h a p e l l e l o i n t a i n e l u i a r r i v e r e n t , montes sur l a b r i s e . - 68 -II apergut a t r a v e r s ses larmes, entre l e s ble"s, au s o l e i l b a i s s a n t , l e s e n t i e r qui ramenait au j a r d i n p a t e r n e l et devant l u i sa grande ombre de p e t i t e n f a n t . . . Suspen-du au v o l leger de ces annees d*enfanceC.•»1 Jean e*piait chaque tintement avec une c r a i n -te c r o i s s a n t e , au f u r et a mesure des v o l e e s r a l e n t i e s , que l a d e r n i e r e ecoute*e ne f u t plus s u i v i e d'aucune a u t r e , mais en s e n t a i t b i e n t S t p a l p i t e r une a u t r e , s i pres de l u i et s i l o i n q i i f i l l u i semblait s e n t i r son coeur l o i n t a i n d ' a u t r e f o i s b a t t r e melodieu-sement dans sa p o i t r i n e (26). A l a l e c t u r e de ce passage t r e s s i g n i f i c a t i f , on ne peut s-'empScher de f a i r e un rapport entre c e t t e r e s u r r e c t i o n i n a t t e n -due du passe a l a s u i t e d'une s e n s a t i o n d'ordre a u d i t i f et une experience du meme genre (mais d'ordre g u s t a t i f c e l l e - c i ) noted < * a n s Combray. II s ' a g i t , b i e n sur, des souvenirs qui s u r g i s s e n t du passe apres que l e Narrateur a i t mange un morceau de madelei-ne trempe dans l e the. De sa tasse de the s o r t e n t non seulement l e s f l e u r s du j a r d i n f a m i l i a l mais a u s s i " c e l l e s du pare de M. Swann, et l e s nympheas de l a Vivonne, et l e s bonnes gens du v i l -l age et l e u r s p e t i t s l o g i s et l ' e ' g l i s e et tout Combray et ses e n v i r o n s " (27)• De toute evidence, l e theme de l a memoire a f f e c -t i v e t e l q u ' i l est i l l u s t r e a t r a v e r s ces sensations de j o i e par un r e t o u r au passe et a 1 ' a u d i t i o n de musiques n a t u r e l l e s (chants d'oiseaux ou sons de cloches) dans Jean S a n t e u i l , est une prefiguration a l'etat brut de ce que sera 1'episode de l a p e t i t e madeleine. Mais c e l u i - c i s e r a beaucoup p l u s c o n s t r u i t avec sa p r e p a r a t i o n l o i n t a i n e , l e s moments d ' a t t e n t e , d ' h e s i t a t i o n , et tout l e developpement qui conduira a un immense crescendo depuis I n v o c a t i o n des f l e u r s du j a r d i n p a t e r n e l jusqu'a c e l l e de l a r i v i e r e , de 1 ' e g l i s e et de toute l a v i l l e avec sa campa-gne environnante. I I n'en r e s t e pas moins que cet episode magis-- 6 9 -t r a l e t a i t deja en germe dans l e s pages f r a i c h e s et nai'ves de Jean S a n t e u i l . Tandis que ce qui f a i t l e rapport entre ce d e r n i e r passage r e l a t i f aux sonskde cloches et l ' e p i s o d e de l a p e t i t e madeleine r e s i d e en ce que toux deux sont couronnds par une j o i e i d e n t i q u e r e s u l t a n t de souvenirs r e t r o u v e s , c'est dans une autre page de Jean S a n t e u i l que nous decouvrirons en m i n i a t u r e , pour a i n s i d i -r e , une s t r u c t u r e exactement analogue a c e l l e de l ' e p i s o d e de l a madeleine trempee dans l e the. Ajoutons qu'une f o i s de p l u s dans l e roman de jeunesse, l ' a u t e u r a recours a l a musique (mais c e t t f o i s a l a musique humaine) pour l i v r e r son message. I I s ' a g i t d'une v a l s e quelconque i n t e r p r e t d e par un p i a n i s t e q u i , par quel ques notes accrochees, p r o d u i t au piano des s o n o r i t e s p a r t i c u l i e r e s . A f i n d'examiner de p l u s pres I n v o l u t i o n qui s 'est opdree depuis 1'experience de memoire i n v o l o n t a i r e en premier j e t dans Jean S a n t e u i l jusqu'a sa r e p l i q u e beaucoup p l u s eiaboree dans l a R e c h e r c h e , i l est bon de mettre en p a r r a l l e l e l e t e x t e i n t e g r a l du p e t i t episode de l a v a l s e ( i l t i e n t dans une page exactement) et quelques fragments de c e l u i de l a madeleine. La encore i l con v i e n d r a de s o u l i g n e r l e s mots-cle du langage p r o u s t i e n , mots qui se degagent a peine dans Jean S a n t e u i l mais qui prennent l e u r p l e i n e s i g n i f i c a t i o n dans 1'oeuvre de m a t u r i t e . Avant de c i t e r l e s deux t e x t e s , notons que l e premier episode est r e l a t e de l a fagon l a p l u s sommaire, sans aucune d i g r e s s i o n p r e p a r a t o i r e . C'est un simple i n c i d e n t l i v r e parmi cent a u t r e s . Par a i l l e u r s , c e l u i de l a p e t i t e madeleine est progressivement amend par de longues c o n s i d e r a t i o n s sur l a "memoire v o l o n t a i r e " a u s s i appelee "memoire de 1 'intelligence'.} sur son impuissance a s u s c i t e r avec f i d e l i t e l a r e a l i t e du passe, et sur l e "hasard" dont i l depend - 70 -que nous p u i s s i o n s ou non r e t r o u v e r , a t r a v e r s une " s e n s a t i o n " provoquee par un objet m a t e r i e l , des evenements du passe qui sem-b l a i e n t a jamais enf o u i s dans " l ' o u b l i " . V o i c i done l e s deux t e x t e s : Pendant que L o i s e l j o u a i t une d e r n i e r e v a l s e , a une c e r -t a i n e phrase Jean s e n t i t au fond de l u i quelque chose qui a v a i t t r e s s a i l l i . Sans doute c'etait quelque meiodie o u b l i e e ou se t r o u v a i t c e t t e mime phrase, peut-Sts;e simplement l e meme accord q u i , etonne de s'entendre, se d e b a t t a i t au fond de 1 ' o u b l i , tachant de r e v e n i r a l a v i e , a a- e t r e s o r t i et reconnu. II ne l ' a v a i t pas encore reconnu et i l se s e n t a i t deja t r i s t e . L o i -s e l c o n t i n u a i t de jouer, mais Jean e s s a y a i t de reentendre c e t t e phrase qui tout d'un coup a v a i t frappe quelque chose en l u i , de se l a r e d i r e , pour qu'~ en refrappant p l u s i e u r s f o i s e l l e f i n l t par r e v e i l l e r tout a f a i t sa conscience endormie. I I ne pouvait r e s s a i s i r l a phrase. Mais pendant ce temps ce qui a v a i t t r e s s a i l l i en l u i s ' e l e v a jusqu'a l a p l e i n e cons-b i e n t S t , machinalement, accable par l a morne journee et l a p e r s p e c t i v e d'un t r i s t e l e n -demain, je p o r t a i a m e s l e v r e s une c u i l l e r e e du the ou j ' a v a i s l a i s s e s ' a m o l l i r un morceau de madeleine. Mais a 1'instant mime ou l a gorgee mliee des miettes du gateau toucha mon p a l a i s , je t r e s s a i l l i s , a t t e n t i f a ce qui se p a s s a i t d • e x t r a o r d i n a i r e en moi. Un p l a i s i r d e i i c i e u x m'a-v a i t envahi, i s o l e , sans l a no-t i o n de sa cause. II m'avait a u s s i t o t rendu l e s v i c i s s i t u d e s de l a v i e i n d i f f e r e n t e s , ses cU*"* de s a s t r e s i n o f f e n s i f s , C . . .3 , J ' a v a i s cesse de me s e n t i r me-d i o c r e , c o n t i n g e n t , m o r t e l . D'ou a v a i t pu me v e n i r c e t t e p u i s s a n t e j o i e ? Je s e n t a i s qu'-e l l e e t a i t l i e e au gout du the et du gateau, mais q u ' e l l e l e depa s s a i t i n f i n i m e n t , ne d e v a i t pas I t r e de mime nature. D'ou v e n a i t - e l l e ? Que s i g n i f i a i t - e l l e ? Ou 1 • apprehender? Je b o i s une seconde gorgee ou. je ne- trouve r i e n de p l u s que dans l a p r e -miere, une t r o i s i e m e qui m'ap-porte un peu moins que l a secon-de. I I est temps que je m ' a r r l t e l a v e r t u du breuvage semble d i -minuer. II est c l a i r que l a ve-r i t e que je cherche n'est pas en l u i , mais en moi. C...1 Je pose l a t asse et me tourne vers mon e s p r i t . C'est a l u i de t r o u v e r l a v e r i t e . [...]) Je retro g r a d e par l a pensee au moment ou je - 7 1 -c_i ence. • Ce n ' e t a i t pas une phrase q u ' i l c o n n a i s s a i t , mais une sono-r i t y . Et c e t t e s o n o r i t e ahJ oui l a v o i l a , i l l'entend, et i l 1 * a reconnue, c ' e t a i t c e l l e du vieux piano a i g r e chez M . Sandre. Par hasard, en accrochant un peu, l e s d o i g t s de L o i s e l ont t i r e de ce bon piano un son jus t e a u s s i a i -gre que c e l u i du piano de M , Sandre. Sans c e l a jamais sans doute Jean n'y eut repense, car i l n'y a v a i t jamais repense de-p u i s . I I s'y a s s e y a i t pourtant b i e n souvent. Chaque s o i r , apres q u ' i l eut dine chez son grand-pere, i l s'y a s s e y a i t a jouer pendant que, posde sur l e p u p i t r e ' a mettre l e s flambeaux, l a tasse de cafy r e f r o i d i s s a i t . Et l a photographie de tout c e l a a v a i t p r i s p l a c e dans l e s a r c h i -ves de sa memoire, des a r c h i v e s s i v a s tes que dans l a plus g ran-de p a r t i e i l n ' i r a i t jamais r e -garder, a moins d'un hasard qui l e s f i t r o u v r i r , comme a v a i t ety cet accroc du p i a n i s t e ce s o i r - l a . ( 2 8 ) p r i s l a premiere c u i l l e r e e de the. Je retrouve l e raSme e t a t , sans une c l a r t e n o u v e l -l e . Je demande a mon e s p r i t un e f f o r t de p l u s , \ . . . J . Mais sentant mon e s p r i t qui se f a t i g u e sans r ^ u s s i r , je l e f o r c e au c o n t r a i r e a pren -dre c e t t e d i s t r a c t i o n que je l u i r e f u s a l s , a penser a autre chose, a se r e f a i r e avant une t e n t a t i v e supreme. Puis une deuxieme f o i s , je f a i s - l e v i d e devant l u i , je remets en face de l u i l a saveur encore r e c e n -te de c e t t e premiere gorgee et je sens t r e s s a i l l i r en moi quelque chose qui se deplace, v o u d r a i t s ' e l e v e r , C. . .1 A r r i v e r a - t - i 1 jusqu'a l a surf a c e de ma c l a i r e conscience  c e souvenir, 1 ' i n s t a n t ancien que 1 ' a t t r a c t i o n d'un i n s t a n t i d e n t i q u e est venue de s i l o i n s o l l i c i t e r , emouvoir, s o u l e v e r tout au fond de moi? [ . . .] Et tout d'un coup l e sou-v e n i r m'est apparu. Ce gout c ' e t a i t c e l u i du p e t i t morceau de madeleine que l e dimanche matin a Combray [...] , quand . j ' a l l a i s l u i d i r e bonjour dans sa chambre ma tante Leonie m'-o f f r a i t apres 1 ' a v o i r trempe dans son i n f u s i o n de the ou de t i l l e u l . La vue de l a p e t i t e madeleine ne m'avait r i e n r a p -pele avant que je n'y eusse goute; p e u t - e t r e parce que,en ayant souvent apercu depuis, sans en manger, sur l e s t a b l e t -tes des p a t i s s e r i e s , l e u r image a v a i t q u i t t e ces jours de Com-bray pour se l i e r a d'autres p l u s r y c e n t s j [...1 - 7 2 -Et des que j'eus reconnu l e gout du morceau de madeleine trempe dans l e t i l l e u l que me donnait ma tante £ ...] a u s s i t S t l a v i e i l l e maison g r i s e sur l a rue, ou e t a i t sa chambre, v i n t comme un decor de th e a t r e f. . .] et aved l a maison, l a v i l l e [...] l a Place [. . .] , et l e s ruesf.,,], l e s chemins [. . .] ( 2 9 ) Sur l e pl a n de l a s t r u c t u r e , l e s deux passages sont presqu'en tous p o i n t s ,,identi que s. Dans l e s deux cas c'est par un hasard que l e heros p e r c o i t une s e n s a t i o n etrange qui l u i procure une j o i e dont i l i g n o r e l a cause. I I f a i t appel a l a memoire de 1 ' i n t e l l i -gence, mais tous ses e f f o r t s s'averent i n u t i l e s . Au c o n t r a i r e , c'est pendant un moment de detente de 1 ' e s p r i t que l e souvenir attache a l a s e n s a t i o n pergue remonte a l a conscience et r e v e l e au hdros un ou des i n c i d e n t s jauxquels i l ne p e n s a i t p l u s . Tout c e l a e s t , comme on l e s a i t , l e p r o d u i t de l a memoire a f f e c t i v e . L'episode de l a p e t i t e madeleine n'apporte done r i e n de nouveau dans 1 'oeuvre de Proust, mais i l est combien p l u s t r a v a i l l e , p l u s e"labore que c e l u i de l a v a l s e . Chaque mouvement de 1'ame et de 1 ' e s p r i t chez l e heros est analyse avec l a plus grande minutie et , pour mieux accr o c h e r 1 ' a t t e n t i o n du l e c t e u r , l e moment de l a " r e -cherche" dans l e s " a r c h i v e s " de l a memoire se prolonge a un p o i n t t e l que l e Temps semble suspendu jusqu'a 1 ' i n s t a n t ou i l d o i t e t r e v a i n c u . Le theme de l a v i c t o i r e sur l e Temps est i l l u s t r e " non s e u l e -ment dans l ' e p i s o d e de l a p e t i t e madeleine et de l a tasse de the" (de l a q u e l l e s u r g i r a d ' a i l l e u r s Combray, ses deux "c o t e s " et tous l e s materiaux de base de l a Recherche) mais a u s s i dans l e s quatre experiences s u c c e s s i v e s de memoire i n v o l o n t a i r e du Temps retrouve" ( l e s paves inegaux ( 3 0 ) ; l e b r u i t de l a c u i l l e r et l a s e r v i e t t e empesee ( 3 1 )5 et l e b r u i t s t r i d e n t d'une conduite d'eau (32) ) , - 7 3 * e x p e r i e n c e s q u i ameneront l e N a r r a t e u r a exposer sa t h e o r i e de 1 ' e x t r a - t e m p o r a l i t e . Ce theme de l a v i c t o i r e sur l e Temps et de l a r e s u r r e c t i o n du passe plonge done a u s s i ses r a c i n e s p r o f o n d e s dans c e t t e p e t i t e page sans p r e t e n t i o n e t s a n s r e l i e f de Jean San-t e u i l ou l a musique ( v a l s e executee par 14 p i a n i s t e L o i s e l ) joue l e r61e d 'element c a t a l y s e u r pour l e heros q u i , a son a u d i t i o n , r e t r o u v e un " p a r a d i s p e r d u " . Une f o n c t i o n non moins i m p o r t a n t e e s t c e l l e que tient< l a s o -nate de . Saint-Sae'ns dans un c o u r t c h a p i t r e de Jean S a n t e u i l en r e -ga r d de 1'oeuvre a v e n i r quelques annees p l u s t a r d . La musique se f a i t i c i " e n t r e m e t t e u s e " pour employer par anachronisme un mot de Swann ( 3 3 ) aupres de Jean et de F r a n c o i s e . V o i l a un r o l e peu f l a t -t e u r pour l a musique. D ' a i l l e u r s , p o u r q u o i P r o u s t a - t - i l c h o i s i une sonate de Saint-Sae'ns, m u s i c i e n q u ' i l a v o u e r a , dans une l e t t r e a Jacques de L a c r e t e l l e , ne pas aimer? ( 3 4 ) . La response nous en es t donnee dans une page des P I a i s i r s et l e s j o u r s ou l ' a u t e u r , a u s s i etonnant que c e l a p u i s s e p a r a i t r e a p r e m i e r e vue, f a i t " l ' e -l o g e de l a mauvaise musique". V o i c i comment debute ce c h a p i t r e des " R e g r e t s et R e v e r i e s " ! " D e t e s t e z l a mauvaise musique, ne l a m e p r i s e z pas" ( 3 5 ) . Le jeune d c r i v a i n n ' i n v i t e done pas l e l e c t e u r a aimer l a mauvaise musique mais a l a r e s p e c t e r a cause de 1'importance de son r o l e s o c i a l , c a r e l l e e s t souvent 1 ' a t t e n t i v e c o n f i d e n t e des "jeunes gens romanesques et des amoureuses". Mais e l l e n'a de v a l e u r que. par l e reve q u ' e l l e e x a l t e chez l e s hommes. Comme l ' i n d i q u e b i e n l ' a u t e u r , "Sa p l a c e , n u l l e dans l ' h i s t o i r e de 1 ' A r t , est immense, dans l ' h i s t o i r e mentale des s o c i e t e s " ( 3 < 5 ) . Par consequent, c'est avant t o u t C a m i l l e Saint-Sae'ns q u i au-r a i t r a i s o n de se p l a i n d r e du r o l e u t i l i t a i r e que l ' o n donne a - 7 4 -sa musique en f a i s a n t de l u i un "messager d'amour" et par l a mime un "mauvais musicien". Mais l a n'est pas 1 ' o b j e t de notre etude. L e - l e c t e u r de l a Recherche aura b i e n v i t e reconnu l a parente entre l e r 6 l e que joue l a sonate de Saint-Sae*ns dans l e roman de jeunesse et c e l u i que t i e n t l a sonate de V i n t e u i l dans Un amour  de Swann. L'une et 1 ' a u t r e p r e s i d e n t aux premiers feux de 1'amour et l e n o u r r i t mime de son essence mysterieuse. Et l e message qu'-e l l e s ont a l i v r e r est l e mime dans l e s deux cas. A i n s i , l a phrase de l a sonate de Saint-Sae"ns , "desolee", " d i s a i t que tout p a s s e " ( 3 7 ) > t a n d i s que l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l "semblait c o n n a i t r e l a v a -n i t e de ce bonheur dont e l l e montrait l a v o i e " ( 3 8 ) . De mime, dans l e s deux episodes 1'amoureux i n s i s t e , a l'epoque des jours heureux, pour s e - f a i r e jouer par l a femme aimee, l a p e t i t e phrase, temoin de l e u r amour. Mis en p a r a l l e l e , l e s deux t e x t e s degagent, a cet egard, une ressemblance s a i s i s s a n t e : I I a v a i t reconnu c e t t e phrase I I l a Cla p e t i t e phrase de de l a sonate de Saint-Sagns que „. ^ . ,n ^  . V i n t e u i l ] f a i s a i t r e j o u e r d i x presque chaque s o i r au temps de l e u r bonheur i l lui^demandait et f o i s , v i n g t f o i s a Odette, q u ' e l l e l u i j o u a i t sans f i n , d i x . . , . ' . exigeant qu'en meme temps f o i s , v i n g t f o i s de s u i t e , e x i -geant q u ' i l r e s t e contre e l l e e l l e ne cessat pas de 1'em-pour q u ' e l l e put l'embrasser , » , . . / b r a s s e r (40) . sans s'interrompre ( . 3 9 / • Malgre l a s i m i l i t u d e de ces quelques d e t a i l s , ce court cha-p i t r e i n t i t u l e "La sonate" dans Jean S a n t e u i l n'est qu'une b i e n pale esquisse de ce que sera l ' h i s t o i r e de l a sonate de V i n t e u i l . En cinq, pages tout est d i t . Et 1 ' e p i s o d e n'a aucun prolongement dans I.e.. r e s t e du roman; i l est a u s s i i s o l e dans 1'ensemble de 1'oeuvre que 1 ' e s t c e l u i de l a v a l s e . Cela t i e n t a ce que Jean  S a n t e u i l n'a pas ete compose, mais "recolte", s e l o n 1'aveu mime de l ' a u t e u r ( 4 1 ) , et a ce que l e s evenements s'y succedent comme au- f i l des j o u r s . Aucun so u c i de developpement ou de p r o g r e s s i o n - 75 -dans c e t t e ebauche d'autobiographie romancee, Neanmoins, l e r o l e que joue l a sonate de Saint-Sae*ns dans ce c h a p i t r e est c o n s i d e r a b l e par rapport a l a sonate de V i n t e u i l dans •*-a Recherche. La place qu'occupe l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l dans l e re*cit de l a v i e amoureuse de Swann prend de t e l l e s p r o p o r t i o n s , que l ' o n peut mesurer depuis l e roman de jeunesse jusqu'a 1 *ou-vrage de ma t u r i t y toute 1 ' e v o l u t i o n de l ' e c r i v a i n et de sa pensed a- 1'egard de l a musique. Autant l a premiere sonate a un c a r a c t e r e anonyme ( b i e n que d'auteur r e e l ) , autant l a seconde, oeuvre f i c t i v e , a un vi s a g e u n i -que. Le Narrateur de l a Recherche l e p r e c i s e s " e l l e e t a i t s i p a r t i -c u l i e r e , e l l e a v a i t un charme s i i n d i v i d u e l " (42). A bien d'autres aspects-encore, l a p e t i t e phrase de l a sonate a eVolue d'une oeuvre a- 1 'autre. A i n s i , sous l e rapport s o c i a l , l a sonate de Saint-Sae*ns n'est r e l i e d qu'aux deux amoureux qui sont s e u l s a c o n n a l t r e l e r S l e de conf i d e n t e q u ' e l l e joue aupres d'eux. Tandis que dans l e m i l i e u des V e r d u r i n , nul n'ignore que l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l est " 1 ' a i r n a t i o n a l " de 1'amour d'Odette et de Swann, I I a r r i v e meme qu'a 1'entree de c e l u i - c i dans l e sa l o n , l e p i a n i s t e se mette a jouer " 1 ' a i r n a t i o n a l " pour l e couple amoureux, De meme, en regard de l'espace, l a p e t i t e musique prend p l u s d'ampleur. Dans Jean S a n t e u i l e l l e est confined a l a chambre de F r a n c o i s e . Cependant, dans Un amour de Swann, e l l e accompagne l e s " f i d e l e s " du " p e t i t c l a n " des V e r d u r i n dans tous l e u r s deplacements. Que ce s o i t dans 1 ' i l e du B o i s , dans 1 ' l i e des Cygnes ou a S a i n t -Cloud, Swann est " a c c u e i l l i par l a p e t i t e phrase de l a sonate joued dans l e j a r d i n , sur l e piano du r e s t a u r a n t " (43) • Plus t a r d , a une epoque ou Swann s o u f f r e l e s morsures de l a j a l o u s i e , nous l a r e t r o u v o n s , a une s o i r e e chez l a marquise de S a i n t - E u v e r t e . - 76 -Cette f o i s , cependant , e l l e ne repre"sente plu s pour Swann un ac-c u e i l , mais un tourment, car; tous ses souvenirs du temps ou Odette e t a i t e p r i s e de l u i , £ . . .] e t a i e n t remontes l u i chanter e"perdu-ment , sans p i t i e " pour son i n f o r t u n e p resente, l e s r e f r a i n s o u b l i e s du bonheur ( 4 4 ) . Dans l e Temps e"galement , l e cadre de l a p e t i t e phrase s ' e l a r -g i t . Que savons-nous de l a genese de l a sonate de Saint-Sagns par rapport-aux jeunes amoureux? Rien, sinon q u ' e l l e e t a i t prdsente aux jours du bonheur. Par a i l l e u r s , l e s c i r c o n s t a n c e s qui entou-rent pour Swann l a premiere a u d i t i o n de l a sonate en fa= de V i n -t e u i l nous sont donnees dans l e s plu s menus d e t a i l s . Bien avant de devenir 1'hymne n a t i o n a l de son amour, e l l e a v a i t p r i s r a c j n e dans son coeur. II 1 ' a v a i t entendue 1'annee precedente, dans une s o i r e e , et a v a i t nettement d i s t i n g u e dans 1'oeuvre "une phrase s~'elevant pendant quelques i n s t a n t s au-dessus des ondes sonores" ( 4 5 ) . Phrase qui l u i a v a i t procure une " s e n s a t i o n d e l i c i e u s e " et qui " 1 ' e n t r a x n a i t avec e l l e v e r s des p e r s p e c t i v e s inconnues". Ce r e t o u r dans l e passe de l a sonate et dont nous ne trouvons pas d'e q u i v a l e n t dans Jean S a n t e u i l , n'a r i e n de g r a t u i t , b i e n s u r . En plu s d'annoncer l a mission p a r t i c u l i e r e de l a p e t i t e phrase, i l e t a b l i t des 1'abord un cli m a t d ' e t r o i t e i n t i m i t e entre e l l e et Swann, .ce qui explique l a j o i e de c e l u i - c i l o r s de l a deuxierne a u d i t i o n de l a sonate, chez l e s V e r d u r i n . Ne s e r a i t - c e p a s - l a a u s s i 1 ' e x p l i c a t i o n p l a u s i b l e de son amour i n s o l i t e pour Odette, femme "qui n ' e t a i t pas son genre" et q u ' i l r e n c o n t r a i t ce s o i r -la , pour l a premiere f o i s ? La p e t i t e phrase de l a sonate, qui a g i t en quelque s o r t e sur Swann comme un p h i l t r e d'amour, t i e n t dans l a v i e de c e l u i -c i une pla c e beaucoup p l u s c o n s i d e r a b l e que ne l e f a i t son pale mode'le dans Jean S a n t e u i l aupres du jeune heros . V o i l a qui est - 77 -i n c o n t e s t a b l e . En outre, e l l e occupe dans l a s t r u c t u r e meme de 1'oeuvre une f o n c t i o n qui ne se trouve nullement dans l e premier roman et q u ' i l conviendra d'analyser dans l e c h a p i t r e s u i v a n t . A i n s i done, 1 ' e v o l u t i o n de l a formation musicale d e l l ' e c r i -v a i n , mondain c e r t e s , mais a u s s i sincerement passionne de musique, se t r a d u i t deja dans ses oeuvres de jeunesse. Dans l e s F l a i s i r s  et l e s j o u r s , quelques i n c u r s i o n s f u r t i v e s dans l e domaine musi-c a l t r a h i s s e n t un i n t e r e t v e r i t a b l e pour cet a r t et une connaissan-ce profonde de quelques grands compositeurs et de l e u r s oeuvres, t a n d i s que l e s emprunts constants f a i t s au le x i q u e musical a i n s i que l e s innombrables n o t a t i o n s de musique n a t u r e l l e dans Jean San-t e u i l reVele l a volonte" expresse de 1 'auteur de c r e e r un cl i m a t musical a l ' i n t e r i e u r de son roman? De p l u s , l a musique n a t u r e l l e et l a musique humaine (chants d'oiseaux, sons des c l o c h e s , v a l s e et sonate) a s s o c i e e s a des experiences de memoire i n v o l o n t a i r e dans c e t t e oeuvre, preparent admirablement l a v o i e a un theme c a -p i t a l dans l a Recherche, c e l u i du "temps r e t r o u v e " . Role non ne-g l i g e a b l e , i l f a u t b i e n l e r e c o n n a i t r e . Que ce roman s o i t une oeuvre mineure, sans s t r u c t u r e d e f i n i e , sans p r i n c i p e de coherence, de p r o g r e s s i o n ou d ' u n i t e , tous en conviendront. I I n'en r e s t e pas moins un chainon i n d i s p e n s a b l e a une bonne connaissance de Proust et a l a r e c o n s t i t u t i o n de son e v o l u t i o n comme e c r i v a i n , et p a r t i c u l i e r e m e n t comme e c r i v a i n de temperament m u s i c a l . - 78 -N O T E S 1 . H e n r i L a u r e n t , " M a r c e l P r o u s t et l a musique", Le PI ambeau v o l . 1 0 , a v r i l 1 9 2 7 , p. 2 4 3 2 . Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , p. 18 3 . Idem, p. 4 3 4 . Idem, p. 9 1 5 . Idem, p. 1 0 1 6 . Idem,pp. 1 0 3 , 1 0 4 7 . Idem, p. 118 8 . Idem, pp. 1 3 1 - 1 3 4 9 . Jean S a n t e u i l , v o l . I I , p. 2 5 9 1 0 . Idem, v o l . I l l , p. 161 1 1 . Idem, v o l . I I , p. 5 1 1 2 . Idem, v o l . I , p. 118 1 - 3 . Idem, v o l . I , p. 187 • 1 - 4 . Idem, v o l . I , p. 1 3 7 1 5 . V i c t o r Graham, The Imagery o f P r o u s t , Appendice 1 6 . Le*on P i e r r e - Q u i n t , P r o u s t , sa v i e , son o e u v r e , p • 3 1 17. Jean S a n t e u i l , v o l . I I , pp. 2 5 5 , 2 5 6 1- 8 . Idem, v o l . I I , pp. 2 5 7 , 258 1 9 . Idem, v o l . I I , p. 4 0 2 0 . Idem, v o l , I , p. 1 6 3 2 1 . La Recherche, v o l . I l l , p. 8 7 1 2 2 . Jean S a n t e u i l , v o l . I , pp. I 6 5 , 1 6 6 2 3 . La Recherche, v o l . I l l , p. 8 7 3 2 4 . Jean S a n t e u i l , v o l . I l l , p. 1 5 8 2 5 . Idem, v o l . I , p. 8 5 2 6 . Idem, v o l . I , pp. 8 5 , 8 6 2 7 . La Recherche, v o l . I , pp. 4 7 , 4 8 28. Jean S a n t e u i l , v o l . I l l , pp. 2 0 0 , 2 0 1 2 9 . La Recherche, v o l . I , pp. 4 5 - 4 8 30. Idem, v o l . I l l , p. 8 6 6 3 1 . Idem, v o l . I l l , p. 8 6 8 3 2 . Idem, v o l . I l l , p. 874 3 3 . Idem, v o l . I , p. 287 3 4 . C i t d par B e n o i s t - M e c h i n dans La musique et 1 ' i m m o r t a l i t e dans 1'oeuvre de P r o u s t , p. 18 3 5 . Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , p. 1 9 5 3.6. Idem, p. 1 9 5 3.7 . Jean S a n t e u i l , v o l . I l l , p. 2 2 4 38. La Recherche, v o l . I , p. 218 3 9 . Jean S a n t e u i l , v o l . I l l , p. 2 2 3 4 0 . La Recherche, v o l . I , p. 2 3 8 - 7 9 -N O T E S 4 1 . Jean S a n t e u i l , v o l . I, p. 3 1 4 2 . La Recherche, v o l . I, p. 2 1 1 4 3 . Idem, v o l . I, p. 270 4 4 . Idem, V o l . I, p. 3 4 5 4 5 . Idem, v o l . I, p. 2 0 9 4 6 . Idem, v o l . I, p. 2 1 2 4 7 . Idem, v o l . I, p. 2 3 6 80 -NOTES MUSICALES M»l. P r e l u d e , Op.28, N o . 1 5 de P r . Chopin sostett uto ,1 , 1" D 1 i Li= 1 6=5: .1 * • * — J J J CHAPITRE IV ROLE DE LA MUSIQUE PAHS LA RECHERCHE - 81 -A l a l e c t u r e de l a Recherche, et apres c e l l e de Jean S a n t e u i l , ohv v o i t peu a peu l a nature s'estomper pour f a i r e p l a c e a l a s o c i e -t e . L'auteur, maintenant en p l e i n e m a t u r i t e , semble progressivement se detourner du "monde v i r g i n a l " et simple de l a nature pour s'ou-v r i r a un u n i v e r s plus complexe avec ses passions et ses dechean-ces, a l a s o c i e t e des hommes. Son but, i l l e d e v o i l e a l a toute d e r n i e r e page du Temps r e t r o u v e , est de " d e c r i r e l e s hommes" au ri s q u e de " l e s f a i r e ressembler a des e t r e s monstrueux" ( l ) . Des 1 'age de quinze ans Proust a commence a f r e q u e n t e r l e mon-de et i l y sera a s s i d u a u s s i longtemps que l a sante l e l u i permet-t r a , c ' e s t - a - d i r e jusqu'a 1 9 0 5 e n v i r o n . Deplorable perte de temps que c e t t e v i e mondaine avec tout ce q u ' e l l e comporte de f a c t i c e et de v a i n , dirons-nous au premier regard. Son oeuvre ou p l u t o t son chef-d'oeuvre, l a Recherche, v e r i t a b l e quete du v r a i et de 1'abso-l u nous prouve pourtant l e c o n t r a i r e . D'ou 1 ' a r t i s t e a u r a i t - i l t i -re ses modeles sinon au cours de ces d i n e r s en v i l l e chez l e s "bar-bares"? Ou a u r a i t - i l p uise tous l e s "materiaux" n e c e s s a i r e s a l a " c o n s t r u c t i o n " de son oeuvre sinon dans l e s salons mondains? M ' e s t -ce pas egalement dans ce m i l i e u q u ' i l eut maintes f o i s 1 ' o c c a s i o n d ' e n r i c h i r ses connaissances musicales a 1 ' a u d i t i o n de pi e c e s nou-v e l l e s ou anciennes et par l a rencontre de musiciens compositeurs, musique et musiciens qui eux au s s i s e r v i r o n i de modeles au roman-c i e r ? V o i l a autant de f a i t s qui expli q u e n t l e r o l e c a p i t a l que joue-ra l a musique dans 1'oeuvre de m a t u r i t e , r o l e s i d i f f e r e n t de ce-l u i q u ' e l l e t e n a i t dans Jean S a n t e u i l . E l l e sera desormais de bien des manieres etroitement li£e aux nombreux personnages qui evolue-ront tout au long du roman. E l l e s e r v i r a tout a u s s i bien de cadre aux d e s c r i p t i o n s que l ' a u t e u r s'est propose de f a i r e que d'arma-ture a 1'ensemble s t r u c t u r a l de 1'oeuvre. - 82 -A. 1 ' i n s t a r de La Bruyere, Proust s "applique, au moyen de p o r t r a i t s d i v e r s , a f a i r e l a s a t i r e de l a s o c i e t e q u ' i l a connue. Cependant, ce qui 1'occupe est davantage 1'aspect es t h d t i q u e et c u l t u r e l que 1'aspect moral de l a s a t i r e s o c i a l e . Voilaxcomment, par exemple, a : t r a v e r s l e gout musical t;el qu'exprime par ses p e r -sonnages t i r d s de 1 ' a r i s t o c r a t i e , de l a haute et de l a p e t i t e b o u r g e o i s i e , se de"gagent l e s r i d i c u l e s et l e s t r a v e r s de chacun, c ' e s t - a - d i r e l ' i n c u l t u r e , l e snobisme, 1'arrivisme ou tout simple-ment l a b l t i s e . Longtemps avant d ' e n t r e r dans 1 ' i n t i m i t y des Guermantes, l e he"ros de l a Recherche e t a i t fascine" par ce nom qui dvoquait pour l u i une autre epoque, c e l l e de G i l b e r t l e Mauvais et des anciens comtes de Brabant, ou tout l u i semblait "charme" et "mystere". Mais au contact du due et de l a duchesse, l a d i s i l l u s i o n f u t gran-de pour l e jeune homme encore tout penetre de ses r§ves et de ses "croyances" d'enfant. Au l i e u du charme f e e r i q u e q u ' i l c h e r c h a i t dans ce nom i l l u s t r e , i l y de"couvre b i e n peu de chose, tout j u s t e "un r e s t e p r o v i n c i a l de Guermantes" (2). C'est l a r e f l e x i o n que se f a i t l e Harrateur apres a v o i r entendu l e due avouer etre " t e r r i -blement vieux j e u " en l i t t e r a t u r e et en musique. En f a i t , i l man-que tout a f a i t de discernement dans ses gouts en musique. Pour l u i Auber, B o i e l d i e u et Beethoven sont des compositeurs d'egale v a l e u r . Et Fra Di a v o l o , l a F l u t e enchantee, l e Chalet, l e s Hoces  de Figaro et l e s Diamants de l a Couronne passent tous au meme rang (3)• Apres Beethoven v o i l a Mozart mis au niveau de composi-t e u r s de quatrieme ordre t e l s qu'Aubert et Adolphe Adam. On ne peut s'emp§cher de penser qu'un t e l l e i n c u l t u r e en matiere musi-c a l e eut f a i t du due de Guermantes un i n t e r l o c u t e u r i d d a l pour l e s deux me"lomanes Bouvard et Pecuchet dont 1 'ignorance e t a i t du moins p l u s excusable par l e u r p o s i t i o n s o c i a l e t r e s i n f e r i e u r e . Et - 83 -comble de l a t r i v i a l i t e chez l e due, i l recommit en toute candeur p a r t a g e r avec l e marquis de Bre"aute une preference pour 1 'operet-t-e l e Pre-aux^-iclercs d'Herold, compositeur a u s s i obscur augourd'.--hui q u ' i l f u t p o p u l a i r e a c e t t e epoque aupres du p u b l i c i n c u l t e . E s t - i l permis d ' a v o i r de t e l s gouts lorsqu'on porte l e nom de Guermantes? Pour sa p a r t , l a duchesse, qui a recu une c e r t a i n e f o r m a t i o n musicale p u i s q u ' e l l e joue du piano, f a i t preuve d'une nature t r e s s u p e r f i c i e l l e , E l l e s'empresse de v e n i r a l a defense de Wagner lorsque son mari avoue s'endormir a c e t t e musique, mais e l l e l e f a i t , a v r a i d i r e , de facon bien peu convaincantes Vous avez t o r t , d i t Mme de Guermantes; avec des l o n -gueurs i n s u p p o r t a b l e s Wagner a v a i t du g e n i e . Lohen-g r i n est un chef-d'oeuvre. Meme dans T r i s t a n i l y a ca et l a une page c u r i e u s e . Et l e Ghoeur des f i l e u -ses du Vaisseau fantSme est une pure m e r v e i l l e ( 4 ) . P h r a s e s - c l i c h e par e x c e l l e n c e qui ne prouvent r i e n sinon que l a duchesse e"coute l a musique d'une o r e i l l e f o r t d i s t r a i t e , ce qui l u i f a i t s a i s i r "ca et l a une page c u r i e u s e " dans une oeuvre i n -contestablement reconnue par l e s musicologues comme 1'un des som-mets du drame musical pour son l y r i s m e et sa p o e s i e . A i l l e u r s , e l l e s'amuse a provoquer l a confusion et l e s t u p e f a c t i o n chez l a p r i n c e s s e de Parme, femme d'une " c u l t u r e i n f i n i m e n t arrie"ree", en p r o f e r a n t l e s paradoxes l e s p l u s inoui's. A son a v i s , i l y a u r a i t , par exemple, "beaucoup de musique i t a l i e n n e dans Wagner" ( 5 ) . E t , b i e n q u ' e l l e trouve T r i stan "assommant", e l l e "en sauvera une " j o l i e note de cor" au moment ou passe l a chasse" ( 6 ) . Me s e r a i t -ce pas p l u t 3 t l e decor q u i , a ce moment, aura.it retenu son a t t e n -t i o n ? S i . l ' o n songe a l a c u l t u r e musicale que posse"dait Marcel Proust des l'age de vingt-deux ans et au discernement dont i l e t a i t capable a 1 ' a u d i t i o n de l a musique wagne"rienne - son admi-- 8 4 -r a t i o n pour T r i s t a n , 1'Or du Rhin et l e s M a i t r e s chanteurs ne l u i f a i s a i t pas pour autant aimer l e s morceaux a u s s i i n s i g n i f i a n t s que l a "Romance a l ' E t o i l e " et l a " P r i e r e d " E l i s a b e t h " - , on peut mesurer-sa d e c e p t i o n devant 1'ignorance ou l e s connaissances su-p e r f i c i e l l e s en musique chez des gens d'un rang s o c i a l t r e s supe-r i e u r au s i e n , des gens en qui i l a v a i t " c r u " , a une c e r t a i n e epoque de sa v i e . II aura d ' a i l l e u r s p l u s d'une o c c a s i o n de cons-t a t e r que t i t r e de noblesse et raffinement c u l t u r a l ne vont pas necessairement de p a i r . Chez l a marquise de C i t r i , femme blasee de tout ce qui est beau et de l a v i e elle-meme, 1 ' a p p r e c i a t i o n musicale prend l a forme de d e s t r u c t i o n systematiques Apres a v o i r quitte" l e s s o i r e e s pour des seances de musique, e l l e se mit a d i r e s "Vous aimez c e l a , de l a musique? AhJ mon Dieu, c e l a depend des moments. Mais oe que c e l a peut e t r e ennuyeuxJ Ah. Beethoven, l a barbe!" Pour Wagner, p u i s pour Pranck, pour De-bussy, e l l e ne se donnait meme pas l a peine de d i r e " l a barbe" mais se c o n t e n t a i t de f a i r e passer sa main, comme un b a r b i e r , sur son visa g e ( 7 ) . I I s ' a g i t moins d'ignorance i c i , que de n i h i l i s m e g e n e r a l . Pour noyer son mortel ennui, Mme de C i t r i a essayd tous l e s p l a i s i r s , ceux d'ordre e s t h d t i q u e i n c l u s i v e m e n t . Mais 1'art v e r i t a b l e etant d'uneessence b i e n supdrieure a ce que l a marquise r e c h e r c h a i t , l e contact entre son e s p r i t v e l l d i t a i r e et 1'oeuvre d'art ne pouvait donner qu'un r e s u l t a t n e g a t i f . La decheance i n t e l l e c t u e l l e chez e l l e va s i l o i n q u ' e l l e n'eprouve aucune honte a r e j e t e r tout ce q u ' e l l e r e c o n n a i t tout de meme §tre de " b e l l e s choses". L'un des p o r t r a i t s l e s p l u s cocasses de l a g a l e r i e s a t i r i -que de Proust est c e l u i de l a m i n i s t r e s s e de 1 ' I n s t r u c t i o n pu-b l i q u e . A Mme Bontemps qui l u i demande son o p i n i o n sur Lohengrin e l l e rdpond: "Lohengrin? AhJ o u i , l a d e r n i e r e revue des F b l i e s -- 85 -Bergere, i l p a r a i t que c'est t o r d a n t " , ( 8 ) Ce qui prouve, a l a s t u p e f a c t i o n de Mme Bontemps, que l e "monde o f f i c i e l " n'est pas t o u j o u r s a l a hauteur de ses f o n c t i o n s . Les a u d i t i o n s musicales dans l e s salons mondains donnent l i e u , i l f a u t s 'y a t t e n d r e , a des commentaires tout a u s s i extra--vagants. Lors de l a s o i r d e chez l a marquise de S a i n t - E u v e r t e , l e "jeu v e r t i g i n e u x " du p i a n i s t e qui i n t e r p r e t e S a i n t - F r a n c o i s par--l a n t aux oiseaux ' de L i s z t r e m p l i t d ' dmerveillement non pas l e s o r e i l l e s mais l e s "yeux dperdus" de l a vicomtesse de Franquetot. E l l e l e regarde comme s i l e s touches sur l e s q u e l l e s i l c o u r a i t avec a g i l i t e a v a i e n t ete" -*une s u i t e de trapezes d'ou i l pouvait tomber d'une hauteur de q u a t r e - v i n g t metres, et non sans l a n c e r a sa v o i s i n e des regards d'etonne-ment, de dendgation qui s i g n i f i a i e n t : "Ce n'est pas c r o y a b l e , je n ' a u r a i s jamais pense qu'un homme put f a i r e c e l a " . ( 9 ) Chez bien des habitue's de s a l l e s de c o n c e r t , en e f f e t , l a musique est beaucoup moins 1'art des sons qu'un s p e c t a c l e de c i r q u e ou l a v a l e u r de 1 ' a r t i s t e se mesure a son h a b i l e t e dans l e s proues-s'es de v i r t u o s i t y . A l a mime s o i r e e , 1'execution de l a sonate de V i n t e u i l ( l a -q u e l l e a v a i t l i t t e r a l e m e n t t r a n s p o r t s Swann) a suscite" chez l a comtesse de Monteriender une impression pour l e moins dtonnantes Emerveille"e par l a v i r t u o s i t y des executants, l a comtesse s ' e c r i a en s'adressant a Swann: "C'est pro-d i g i e u x , je n ' a i jamais r i e n vu d'aussi f o r t . . . " Mais par un scrupule d ' e x a c t i t u d e l u i f a i s a n t c o r r i -ger c e t t e premiere a s s e r t i o n , e l l e a j o u t a c e t t e r e -serve: " r i e n d ' a u s s i f o r t . . . d e p u i s l e s t a b l e s t o u r -nantes!" (lO) La encore, c'est l e cSte s p e c t a c u l a i r e de l a musique qui i n t e -resse l ' a u d i t r i c e , mais 1'image q u ' e l l e s u s c i t e chez l a comtesse e s t , a 1'egard de Swann, conforme a l a r e a l i t y . Car c'est p r e c i -- 86 -segment c e t t e musique qui a eu l e "pouvoir" de l e t r a n s p o r t e r dans un passe deja l o i n t a i n - c e l u i de son bonheur perdu - et de l u i r a p p e l e r comme dans une "cer£monie s u r n a t u r e l l e " 1'ame' du compositeur. Reconnaissons t o u t e f o i s que Mme de Monteriender ne songeait nullement dans ses e l u c u b r a t i o n s aux Amotions de Swann, emotions de q u a l i t e p l u s sentimentale et metaphysique q u ' e l l e ne pouvait l ' i m a g i n e r . Le gout de l a v i r t u o s i t y encore s i repandu en Prance au de-but du s i e c l e trouve done son i l l u s t r a t i o n t r e s f i d e l e dans ces pages de l a Recherche. L ' i m p o p u l a r i t e de Debussy a l a meme epoque y- sera d ' a i l l e u r s tout a u s s i bien r e f l e " t e e . I c i c'est l a p e t i t e noblesse p r o v i n c i a l e qui se montre r e t i v e aux i n n o v a t i o n s h a r d i e s d.'un grand compositeur. A i n s i , M. de Chevregny, un p r o v i n c i a l fe"-ru de P a r i s qui se pique de v o i r toutes l e s "nouveautes" l o r s q u ' i - l va dans l a c a p i t a l e , met sur l e mime plan tous l e s " s p e c t a c l e s " a- 1 ' a f f i c h e a P a r i s , y cofflpris c e l u i de P e l l e a s et Melisande qu'» i l ne trouve d ' a i l l e u r s "pas fameux" et q u ' i l juge meme " i n s i g n i -f i a n t " ( l l ) . Comme l e remarque s i justement l e Narrateur, M. de Chevregny est bi e n l o i n de se douter que du point de vue e s t h e t i -que c e t t e oeuvre c o n s t i t u e v e r i t a b l e m e n t une "nouveaute" dans 1 ' -h i s t o i r e de l ' a r t . Mais c e l a importe peu pour l u i . Ce qui 1 ' i n t e -resse au t h e a t r e ou a 1 'ope"ra-comique, c'est de passer "une bonne s o i r e e " . Une a t t i t u d e a peu pres i d e n t i q u e v i s - a - v i s Debussy se r e -trouve chez une dame noble d'Avrancb.es qui va aux concerts a Pa-r i s pour pouvoir en p a r l e r une f o i s r e n t r e e dans sa p r o v i n c e , mais qui s e r a i t b i e n i n c a p a b l e de " d i s t i n g u e r Mozart de Y/agner". Pour e l l e , P e l l e a s et Melisande n'est pas une "nouveaute i n t e r e s s a n t e " mais quelque chose " d ' a f f r e u x " . ( 1 2 ) Heureusement, dans l a f i c t i o n comme dans l a r e a l i t e , Debussy - 87 -a- ses ddfenseurs. Mme de Cambremer qui bout d 1 i n d i g n a t i o n devant de t e l l e s a s s e r t i o n s , s'empresse d ' a f f i r m e r au c o n t r a i r e son ad-m i r a t i o n pour 'be p e t i t chef-d'oeuvre" et de "combattre pour l a bonne cause", car e l l e est une debussyste acharnee. Mais q u e l l e • est l a part de s i n c e r i t y dans son enthousiasme pour 1 'auteur de Pel l e a s et d'ou v i e n t son mepris d e c l a r e pour l a musique de- Cho-p-in q u ' e l l e ne considere d ' a i l l e u r s pas comme de l a musique? Cer-tes Mme de Cambremer-Legrandin connait l'harmonie, mais c e l a ne j u s t i f i e pas son a v e r s i o n envers l e compositeur p o l o n a i s . Au cours d'une longue d i g r e s s i o n sur Legrandin et sur ses rapports sociaux, l e Narrateur d i t : " i l e t a i t snob". Quant a sa soeur, mariee au gentilhomme normand de Cambremer, e l l e en a egalement toutes l e s c a r a c t e r i s t i q u e s . C'est une snob qui forme ses o p i n i o n s en musique s e l o n l e s d e r n i e r e s t h e o r i e s emises par l e s musiciens. Or, comrne d-'une part l e s t h e o r i e s se succedent et ne se ressemblent pas, q-u'elles se c o n s t r u i s e n t et se d e t r u i s e n t tout a u s s i f a c i l e m e n t , et que d'autre part Mme de Cambremer h a b i t e l a p r o v i n c e une grande p a r t i e de 1'annee et que, malade, e l l e ne sort guere de sa chambre l o r s q u ' e l l e va a P a r i s , e l l e est beaucoup moins a l a page q u ' e l l e ne v o u d r a i t l ' e t r e malgre" son gout marque pour l e modernisme. C'est a i n s i qu'avec beaucoup de r e t a r d e l l e apprend, par l e heros du roman, que l e s oeuvres de Chopin, apres a v o i r ete pendant un c e r t a i n temps denigrees par l e s musiciens f r a n g a i s , "avaient r e -trouve un e c l a t nouveau" et que l ' a u t e u r des c e l e b r e s Mocturnes, "bien l o i n d 'etre ddinode, e t a i t l e musicien p r e f e r e de Debussy" ( l 3 ) • Ce qui aura pour e f f e t e x t r a o r d i n a i r e chez Mme de Cambre-mer de ne l u i f a i r e desormais ecouter Chopin "qu'avec respect et meme avec p l a i s i r " . A c e l a l e Narrateur n'ajoute mime pas " e l l e e t a i t snob", l a chose etant tellement e v idente. A une autre o c c a s i o n , ce sont precisdment ses connaissances - 88 -musicales en ce q u ' e l l e pr£fere q u i , a son i n s u , sont mises a 1'•-dpreuve-. Lors d'une s o i r e e chez Mme V e r d u r i n a l a R a s p e l i e r e , Mme de Camb-remer demande au v i o l o n i s t e Morel, au lieu d'une p i e c e de Franck que re"clamait l e jeune M a r c e l , de jouer Fetes de Debussy. S'apercevant q u ' i l ne c o n n a i s s a i t de mdmoire que l e s premieres me-sures du morceau demande, l e musicien, "par gaminerie", enchalna a- ces quelques mesures de Debussy une marche de Meyerbeer sans p r e v e n i r son a u d i t o i r e . La musique des deux compositeurs est s i d i f f e r e n t e - autant pour l a q u a l i t e que pour l a technique d ' e c r i -t u re - q u ' i l f a u t e t r e vraiment peu connaisseur pour s'y meprendre. Or Mme de Cambremer, avec l e s autres a u d i t e u r s , ne cessa de c r i e r s "Sublime" tout au cours de 1 ' e x e c u t i o n . On peut d e v i n e r son em-b a r r a s a l a r e c t i f i c a t i o n f a i t e a l a f i n du morceau par l e v i o l o -n i s t e peu d e ' l i c a t . Le Narrateur a en e f f e t remarque " 1 'impulsion d''hysterique" avec l a q u e l l e e l l e s'est jetee sur un c a h i e r de S c a r l a t t i pour cacher sa gene ( 1 4 ) • On reproche p a r f o i s a Proust l e malin p l a i s i r q u ' i l prend a h u m i l i e r ses personnages. Mais s ' i l d o i t f a i r e l a p e i n t u r e de l a s b c i e t e , au nom de quel code d'ethique d e v r a i t - i l s a c r i f i e r l a ve"rite des s i t u a t i o n s ? De toute evidence, i l dprouve du mepris pour l e snobisme en g e n e r a l , mais a cause du respect et de l ' a -mour q u ' i l a t o u j o u r s eus pour l a musique, l e snobisme musical est c e l u i q u ' i l denohce de l a facon l a p l u s i m p l a c a b l e . Mme V e r d u r i n n'echappera pas non p l u s aux p o i n t e s acerbes de 1 ' e c r i v a i n . Des l e s premiers t r a i t s de ce p o r t r a i t haut en c o u l e u r , on d i s t i n g u e en e l l e l a comedienne. Son jeune prot£g£, l e p i a n i s t e Decambre, v e u t - i l jouer l a chevauchee de l a Walkyrie ou l e Prelude de T r i s t a n , que l a "patronne" p r o t e s t e , "non que c e t t e musique l u i d e p l u t , mais au c o n t r a i r e parce q u ' e l l e l u i c a u s a i t trop d'impression" ( l 5 ) » V e r d u r i n dont l e s a l o n p a s s a i t - 8 9 -pour "un Temple de l a Musique" e t a i t - ou p r e t e n d a i t e t r e - d 1 une t e l l e s e n s i b i l i t e que 1 ' a u d i t i o n des grands chefs-d'oeuvre l u i donnait de t e r r i b l e s migraines qui l u i f a i s a i e n t garder l e l i t pendant h u i t j o u r s . Car i l y a v a i t chez e l l e c e c i de p a r t i c u -l i e r que l e s emotions a r t i s t i q u e s se m a n i f e s t a i e n t d'une facon toute physique. "Son beau regard, cerne par 1'habitude de Debussy plus que n ' a u r a i t f a i t c e l l e de la;cocai*ne, l ' a i r extenue que l u i donnaient l e s seules . i v r e s s e s de l a musique L...3 , son beau f r o n t bombe" par tant de quatuors et l e s migraines c o n s e c u t i v e s " en sont autant de ternoignages. (l6) La musique de V i n t e u i l , sa musique p r e f e r d e , n'est pas sans f a i r e des ravages sur c e t t e ame h y p e r - s e n s i b l e . Mme Verdurin t i e n t V i n t e u i l pour 'le plus grand musicien du s i e c l e " ; c'est pourquoi e l l e ne peut "ecouter ces ma-c h i n e s - l a sans cesser de p l e u r e r un i n s t a n t " . A quoi l e Narrateur a j o u t e , entre parentheses et avec une pointe d ' i r o n i e e l l e e c o u t a i t c e t t e musique-la l a t l t e dans ses mains, et c e r t a i n s b r u i t s r o n f l e u r s pouvaient apres tout e t r e des s a n g l o t s ) " ( 1 7 ) . Meme mise en scene pour 1 ' a u d i t i o n des quatuors de Beethoven car l a patronne v o u l a i t "montrer a l a f o i s q u ' e l l e l e s c o n s i -d e r a i t comme une p r i e r e et pour ne pas l a i s s e r v o i r q u ' e l l e dormait" ( l 8 ) . Mais f o r t heureusement pour l e s v i c t i m e s de l ' a r t , l a medecine est l a pour soulager l e u r s maux. En e f f e t , af'in d'e-v i t e r a Mme V e r d u r i n l e s desagreables rhumes c o n s e c u t i f s a 1 ' a u -d i t i o n de l a b e l l e musique, un eleve du ce l e b r e docteur Cottard a decouvert un remede i n f a i l l i b l e : i l l u i " g r a i s s e l e nez" de rhino-gomenol "avant que l a musique commence". ( 1 9 ) S i t u a t i o n mo-l i e r e s q u e par e x c e l l e n c e , s i 1'on considere a u s s i l e peu de f o i que Proust a c c o r d a i t a l a mddecine. E n f i n , Mme V e r d u r i n n'est pas qu'une femme s e n s i b l e . En musique e l l e est "femme savante", et c'est de t r e s haut, q u ' e l l e regarde l e s p r o p r i e t a i r e s de l a Ras-- . 9 0 -p e l i e r e , l e s Cambremer, "ces gens de p r o v i n c e , i g n o r a n t s de l a Te-t r a l o g i e et des M a i t r e s . q u i ne s a u r a i e n t pas t e n i r l e u r p a r t i e dans l e c o n c e r t de l a c o n v e r s a t i o n g e n e r a l e " ( 2 0 ) . L ' i d e e q u ' e l l e se f a i t de son s a l o n et de ses raercredis r i v a l i s e avec c e l l e a l a -q u e l l e l a S c h o l a Cantorum a u r a i t eu d r o i t a c e t t e epoque, et e l l e ne manque pas 1 ' o c c a s i o n de v a n t e r l e s m d r i t e s de ses h a b i t u e s -et l e s s i e n s - a Mme de Cambremer; Ce n'est pas de l a m u s i q u e t t e qu'on f a i t i c i . En- a r t , vous s a v e z , l e s f i d e l e s de mes m e r c r e d i s , mes e n f a n t s comme je l e s a p p e l l e , c'est e f f r a y a n t ce q u ' i l s sont avarices, a j o u t a - t - e l l e avec un a i r d ' o r g u e i l l e u s e t e r -r e u r . Je l e u r d i s p a r f o i s : "Mes p e t i t e s bonnes gens, vous marchez p l u s v i t e que v o t r e patronne a qui l e s audaces ne passent p o u r t a n t pas pour a v o i r jamais f a i t p e ur". Tous l e s ans 9 a va un peu p l u s l o i n ; je v o i s b i e n t o t l e j o u r ou i l s ne marcheront p l u s pour Wagner et pour d'Indy. ( 2 l ) R i d i c u l e , Mme V e r d u r i n l ' e s t autant par 1 ' E r u d i t i o n m u s i c a l e q u ' e l l e p r e t e n d a v o i r que par l e s comedies de mauvais gout q u ' e l l e joue en s i m u l a n t une e x c e s s i v e i m p r e s s i o n n a b i l i t e v i s - a - v i s l a mu-s i q u e d ' a r t . Comment e x p l i q u e r s i n o n par son snobisme m u s i c a l l e f a i t que c e t t e femrne q u i a f f e c t e une p r e d i l e c t i o n pour l e s qua-t u o r s de Beethoven, pour l a musique de Wagner et de Debussy, a i l l e v o i r a 1'Opera-Comique avec O d e t t e , Une n u i t de C l e o p a t r e de V i c -t o r Masse, " c e t t e musique s t e r c o r a i r e " s e l o n l e mot de Swann? ( 2 2 ) V o i l a probablement ou se t r o u v e son v e r i t a b l e gout m u s i c a l . Au n i -veau de c e l u i d'Odette q u i , e l l e a u s s i "une f a r c e u s e " , se d i r a wa-g n e r i e n n e pour mieux f a i r e son chemin ou p l u t o t son a s c e n s i o n dans l e monde. A l ' e g a r d de c e t t e diemiere , l e N a r r a t e u r nous apprend qu ' e l l e " n 1 e t a i t pas capable de f a i r e de d i f f e r e n c e e n t r e Bach et C l a p i s s o n " ( 2 3 ) , et que ses morceaux p r e f e r e s e t a i e n t l a V a l s e des Roses et Pauvre f o u de T a g l i a f i c o "qu'on d e v a i t , s e l o n sa v o -- 9 1 -l o n t e e c r i t e , f a i r e e z e c u t e r a son en t e r r e m e n t " ( 2 4 ) . Son wagne-ri s m e a f f i c h e " ne repose p a r consequent sur r i e n de s e r i e u x , et c' e s t par snobisme qu'Odette m a n i f e s t e l e d e s i r d ' a s s i s t e r a une s a i s o n de B a y r e u t h , c a r on y r e n c o n t r e l e g r a t i n de l a s o c i e t e . Mais Swann n'est pas dupes Entendre du Wagner pendant q u i n z e j o u r s avec e l l e q u i s'en s o u c i e comme un p o i s s o n d'une pomme, ce s e r a i t g a l l ( 2 5 ) I I e s t i n t d r e s s a n t de n o t e r que dans l a Recherche l e s deux femmes qu i ont i n s p i r e l e p l u s d'amour aux deux p r i n c i p a u x personnages m a s c u l i n s , M a r c e l et Swann, d ' a i l l e u r s tous deux hommes de grand r a f f i n e m e n t , sont des femmes t r e s i n f e r i e u r e s s ur l e p l a n de l a c u l t u r e . a r t i s t i q u e et p a r t i c u l i e r e m e n t du gout m u s i c a l . Pour sa p a r t Odette e s t v u l g a i r e dans ses gouts et se d e i e c t e de l a m u s i -que l a p l u s t r i v i a l e . Comme l e d i t s i justement Swann dans' un mo-ment de d e c e p t i o n , e l l e en e s t "b§te". I '' ri-L:''.inculture d ' A l b e r t i n e e st a quelques r e p r i s e s egalement b i e n e v i d e n t e . A l a marquise de Cambremer q u i l u i demande s i e l l e c o n n a l t l e s Ver Meer d'Amsterdam e l l e repond non, c r a y a n t q u ' i l s ' a g i s s a i t de "gens v i v a n t s " ( 2 6 ) . De meme, son gout m u s i c a l t r a -h i t un manque t o t a l de f o r m a t i o n . A i n s i , e l l e adore entendre Cava-l l e r i a R u s t i c a n a et "trouve 9a i d e a l ? " ( 2 7 ) . Or on s a i t que s i cet opdra de Ma s c a g n i , depourvu de t o u t ddveloppement e s t h e t i q u e v a l a -b l e , e s t p a r f o i s s o r t i de l a p o u s s i e r e dans l e s maisons d'opera, c ' e s t pour repondre au d e s i r d'un c e r t a i n p u b l i c , c ' e s t - a - d i r e des abonnes peu formes a l a bonne musique. De p l u s , s i de g a i e t e de coeur e l l e se met a c h a n t e r ou a s i f f l e r , ce sont des a i r s medio-c r e s q u ' e l l e c h o i s i t . Le N a r r a t e u r c i t e l e s p a r o l e s d'une chanson q u ' e l l e s i f f l a i t "sans t r g v e " s Les d o u l e u r s sont des f o l l e s , Et q u i l e s ecoute e st encore p l u s f o u . (28) - 9 2 -On ne s a i t pas qui est l ' a u t e u r de c e t t e chanson, mais l e te x t e par lui-meme s u f f i t a nous i n d i q u e r l a q u a l i t e de l a musique. Tout au p l u s - A l b e r t i n e p e u t - e l l e aimer l e s a i r s de Manon, musique, q u i , s e l o n son jeune ami, "quoique mieux e c r i t e et p l u s f i n e " que c e l l e q u ' e l l e a v a i t 1'habitude de chanter, r e n t r a i t b i e n dans ses gouts. ( 2 9 ) De l a part de l ' a u t e u r qui n'aimait pas beaucoup cette- musique, c ' e s t , au passage, un p e t i t coup de g r i f f e dans l e gout musical de son ami Reynaldo Hahn qui p r e f e r a i t cet opera de Massenet a P e l l e a s de Debussy. Avec A l b e r t i n e nous ne sommes plus dans l e domaine de- l a s a t i -re s o c i a l e car c e t t e jeune f i l l e e t a i t sans p r e t e n t i o n et sans grande ambition sur l e p l a n s o c i a l . Cependant, son gout en musique face a c e l u i d'Odette permet d ' e t a b l i r un p a r a l l e l e qui en-appelle d'autres beaucoup plus s i g n i f i c a t i f s . Et c'est a t r a v e r s l a f o n c -t i o n s t r u c t u r a l e de l a musique dans l a Recherche que nous l e s voyons -se ddgager. C e l u i qui s'impose entre l e Narrateur et Swann ne conc'erne pas uniquement 1'experience analogue q u ' i l s ont eue tous deux d'une i d y l l e amoureuse s u i v i e de grands desenchantements, mais i l a t r a i t egalement au r81e important que d e v a i t jouer l a musique dans l e u r v i e r e s p e c t i v e . Cependant, malgre d'evidentes s i m i l i t u d e s r e l a t i v e s a l e u r temperament a r t i s t i q u e , l e p a r a l l e l e met en -lumiere deux p e r s o n n a l i t e s et deux d e s t i n i e s t r e s d i f f e r e n -t e s . I c i c'est l a musique de V i n t e u i l et e l l e seule qui aura pour mission.d'apporter aux deux heros un message i n t e r p r e t s autrement par 1'un et 1'autre. Avant de c o n s i d e r e r l e pouvoir q u ' e l l e aura sur Marcel et sur Swann, i l est n e c e s s a i r e de c o n n a l t r e 1 ' o r i g i n e et l a v e r i t a b l e i d e n t i t e de l a musique de V i n t e u i l , l e s q u e l l e s determineront j u s -qu'a un c e r t a i n p o i n t l e r o l e q u ' e l l e pourra jouer dans l a pensee - 93 -de ses a u d i t e u r s . Nous savons q u ' i l s ' a g i t i c i d'une musique f i c -t-ive e c r i t e , par consequent, non pas avec l e s signes convention-n e l s de l ' e c r i t u r e musicale, mais avec l ' a i d e de mots. Facture a r t i f i c i e l l e , d i r a - t - o n . En e f f e t , i l s e r a i t v a i n de v o u l o i r r e -c o n s t i t u e r au piano, par exemple, l a musique inventee par P r o u s t . Freud v e r r a i t p eut-gtre dans c e t t e c r e a t i o n a r t i f i c i e l l e un phd-nomene de compensation provoque par quelque f r u s t r a t i o n l o i n t a i n e - qu'on se r a p p e l l e l a grande admiration du p e t i t A l e x i s pour son oncle compositeur, et l ' e s p o i r degu de Mme S a n t e u i l a l ' e g a r d des dons musicaux de son f i l s - f r u s t r a t i o n qui a u r a i t pu t r o u v e r sa l i b e r a t i o n a t r a v e r s cet a c t e . Quoi q u ' i l en s o i t , c'est dans 1'expression v e r b a l e que l ' a u t e u r de l a Recherche a transpose des impressions d i v e r s e s q u ' i l eprouva a 1 ' a u d i t i o n d'oeuvres musica-l e s . II-n'en f a i t d ' a i l l e u r s pas mystere. Dans une l e t t r e a J a c -ques d e - L a c r e t e l l e , i l c i t e tous l e s elements qui ont contribue" a l a 'composition" de l a sonate de V i n t e u i l : l a p e t i t e phrase de c e t t e sonate £ ...] e s t , (pour commencer par l a f i n ) dans l a s o i r e e S a i n t - E u v e r t e , l a phrase charmante, mais e n f i n mediocre, d'une sonate pour piano et v i o l o n de Saint-Sae'ns, musicien que je n'aime pas. f_". . .J Dans l a m&me soire"e, un peu p l u s l o i n , je ne s e r a i s pas s u r p r i s qu'en p a r l a n t de l a p e t i t e phrase, j'eusse pense" a 1 'Enchantement du  V e n d r e d i - S a i n t ; dans c e t t e mime so i r d e encore, quand l e piano et l e v i o l o n gemissent comme deux oiseaux qui se repondent, j ' a i pense" a l a sonate de Franck [..«] dont l e quatuor a p p a r a i t dans un des volumes s u i v a n t s . Les tremolos qui couvrent l a p e t i t e phrase chez l e s V e r d u r i n m'ont ete suggerds par l e prelude de Lohen-g r i n ; mais elle-meme a ce moment-la, par une chose de Schubert. E l l e est dans l a meme s o i r e e V e r d u r i n , un r a v i s s a n t morceau dei, piano de Faure" (30). La musique de V i n t e u i l est done un i n t e r e s s a n t amalgame d'oeuvres r e e l l e s de Wagner, Franck, Schubert, Faure et Saint-Sae'ns, compo-s i t e u r s que, a 1'exclusion du d e r n i e r , Proust a beaucoup aimes, - 94 -et qui sont r e s t e s de grands noms dans l ' h i s t o i r e de l a musique. A- p a r t i r de ces donnees exactes, on peut deduire que l a q u a l i t e de l a musique de V i n t e u i l est de beaucoup superieure a c e l l e de l a sonate de Saint-Sae*ns dans Jean S a n t e u i l et qu'en consequence l e message q u ' e l l e a a l i v r e r est vraisemblablement plu s eleve" et p l u s s i g n i f i c a t i f que c e l u i de c e t t e d e r n i e r e oeuvre. Quelles ont done ete l e s resonnances apportees par c e t t e musique dans l a v i e de Swann et du Narrateur? La premiere f o i s q u ' i l a entendu 1'Andante de l a Sonate pour  piano et v i o l o n de V i n t e u i l , Swann n ' a v a i t d'abord "goute que l a q u a l i t y m a t e r i e l l e des sons secretes par l e s i n s t r u m e n t s " ( 3 l ) . P u i s , une p e t i t e phrase qui s ' e t a i t detachee de l a masse sonore est venue toucher son ame. La premiere impression f u t p l u t S t con-fuse et f u g i t i v e , mais des l a deuxierne a p p a r i t i o n de c e t t e phrase musicale, l a " s e n s a t i o n d e i i c i e u s e " se p r e c i s a et - B n ' e"tait deja p l u s i n s a i s i s s a b l e " . Bien p l u s , un message commencait a prendre formes " E l l e l u i a v a i t propose a u s s i t Q t des v o l u p t e s p a r t i c u l i e - -res dont i l n ' a v a i t jamais eu 1 'idee avant de 1'entendre"; " e l l e l e d i r i g e a i t v e r s un bonheur noble, i n i n t e l l i g i b l e et pre-c i s " ; " e l l e l ' e n t r a i n a i t avec e l l e v e r s des p e r s p e c t i v e s i n c o n -nues"; e n f i n , e l l e semblait l u i premettre " l a p o s s i b i l i t y d'une so r t e de rajeunissement" (32). Mais l e message est encore trop mysterieux pour que Swann - et mime l e l e c t e u r - p u i s s e l e de-c h i f f r e r avec e x a c t i t u d e c a r , au premier regard, l e s "voluptes p a r t i c u l i e r e s " ne semblent guere s'accorder avec l e "bonheur no-b l e " propose par l a p e t i t e phrase. Cependant, l e Narrateur nous donne un i n d i c e . Immediatement apres l a n a r r a t i o n de ce moment p r i v i l e g i e pour l e heros de cet episode, l ' a u t e u r nous decouvre l e cote "amateur" de l a p e r s o n n a l i t e de Swanns Depuis s i longtemps i l a v a i t renonce a a p p l i q u e r sa v i e a un but ideal et l a b o r n a i t a l a p o u r s u i t e de - 95 -s a t i s f a c t i o n s q u o t i d i e n n e s , q u ' i l c r o y a i t , sans jamais se l e d i r e formellement, que c e l a ne chan-g e r a i t plus jusqu'a sa mort; bien p l u s , ne se sentant plus d'idees elevees dans 1 ' e s p r i t , i l a v a i t cesse de c r o i r e a l e u r r e a l i t e ( 3 3 ) • Swann posse d a i t toutes l e s r e s s o u r c e s n e c e s s a i r e s a l a p o u r s u i t e d'une b r i l l a n t e c a r r i e r e de c r i t i q u e d ' a r t . I I a v a i t de vastes connaissances a r t i s t i q u e s , un jugement et un gout t r e s s u r s , e t , ce qui ne gate r i e n , des biens en abondance qui l e mettaient au-dessus de tout souci d'ordre pe"curiiaire* On s a i t d ' a i l l e u r s q u ' i l a v a i t , a une epoque de sa v i e , commence une etude sur Ver Meer de D e l f t , mais q u ' i l 1'abandonna au bout d'un c e r t a i n temps,-. (34) • Des l o r s , l e s mondanites ont absorbs tout son temps, et son tem-perament esthe"tique est devenu presque s t e r i l e , c a r , comme l e note l e Nar r a t e u r : un sentiment de v a n i t S 1 ' a v a i t d i r i g e vers c e t t e c a r r i e r e mondaine ou i l a v a i t g a s p i l l S dans l e s p l a i s i r s f r i v o l e s l e s dons de son e s p r i t et f a i t s e r v i r son e r u d i t i o n en matiere d'art a con-s e i l l e r l e s dames de l a s o c i e t e dans l e u r s achats de tableaux et pour 1'ameublement de l e u r s h o t e l s ( 3 5 ) • La f r e q u e n t a t i o n assidue des salons mondains n'a pas eu pour se u l e f f e t ngfaste de l'emplcher de pr o d u i r e une oeuvre c r e a -t r i c e , mais a u s s i de l e diminuer progressivement sur l e pla n i n -t e l l e c t u e l , au point de l e f a i r e douter de l a " r e a l i t e " des "pen-sees elevees de 1 ' e s p r i t " , douter egalement de l a v a l e u r de ses propres jugements sur 1'art du sur l a p h i l o s o p h i e de l a v i e . Or, a son i n s u , l a p e t i t e phrase de l a sonate a v a i t eu l e pouvoir de r e s s u s c i t e r en l u i l a f o i en des v a l e u r s s u p e r i e u r e s . Dans l e souvenir de l a p e t i t e phrase, Swann de"couvrit: l a presence d'une de ces re a l i t e " s i n v i s i b l e s aux-q u e l l e s i l a v a i t cesse" de c r o i r e et au x q u e l l e s , comme s i l a musique a v a i t eu sur l a secheresse morale dont i l souff - r a i t une sorte d ' i n f l u e n c e - 96 -e l e c t i v e , i l se s e n t a i t de nouveau l e d e s i r et presque l a f o r c e de consacrer sa v i e ( 3 6 ) . C'est done a t r a v e r s l a memoire que l e message est s a i s i par Swann dans toute sa dimension. I I en est maintenant cons-c i e n t , l e s "voluptes p a r t i c u l i e r e s " proposers par l a phrase musicale sont c e l l e s que procure 1'oeuvre c r e a t r i c e . V o i l a a u s s i l e "bonheur noble" auquel i l e t a i t appele. Mais son c a r a c t e r e v e l l e i t a i r e autant que l a contingence des choses 1'ont emplche" de s u i v r e l a route i n d i q u e e , car, "n'etant pas arrive" a s a v o i r de qui e t a i t 1'oeuvre q u ' i l a v a i t entendue, i l n ' a v a i t pu se l a p r o c u r e r et a v a i t f i n i p a r ^ l ' o u -b l i e r " (37). Cependant, l e hasard dont i l depend souvent que nous re"a-l i s i o n s ou non de grandes choses dans l a v i e , l e hasard l u i a permis de r e t r o u v e r l a b e l l e "inconnue" ( c ' e s t - a - d i r e l a p e t i t e phrase de l a sonate) l o r s d'une reunion chez Mme V e r d u r i n . Mais c e t t e f o i s , Swann n'est pas s e u l , i l est en compagnie d'Odette, femme ldgere a l a recherche d'aventures amoureuses. La presence ' de c e t t e demi-mondaine s u f f i t a f a u s s e r chez l u i 1 ' i n t e r p r e t a t i o n du s e c r e t de l a phrase amie. E l l e i n d i q u e maintenant l e chemin d'un bonheur dont e l l e semble d ' a i l l e u r s " c o n n a l t r e l a vanite"". Par son a t t i t u d e envers l a p e t i t e phrase, Swann l u i f a i t s u b i r une c e r t a i n e d e g r a d a t i o n . E l l e n'est p l u s pour l u i qu 1"un gage", qu'"un souvenir de son amour", e l l e est tout au p l u s "1 'hymne na-t i o n a l " de cet amour entre l u i et Odette. Degradation egalement d dans l a p e r s o n n a l i t e de Swann qui eut l a f a i b l e s s e de s ' a t t a c h e r a une femme s i i n f e r i e u r e , a une femme qui n ' e t a i t vraiment pas f a i t e pour l u i . On se r a p p e l l e l a p e t i t e scene ou i l exige qu' • = Odette l u i joue d i x f o i s , v i n g t f o i s l a p e t i t e phrase tout en 1'embrassant. Cette s e n t i m e n t a l i t y e x c e s s i v e n'est pas digne d'un -esthete de sa q u a l i t e , car e l l e !• engage a a v i l i r une oeuvre - 97 -d-'art au po i n t de s'en s e r v i r comme temoin de ses t r a n s p o r t s amou-reux. La p r o f a n a t i o n n'est d ' a i l l e u r s pas re s t e e sans vengeance; c'est sans management, "sans p i t i e pour son i n f o r t u n e " qu'un an p l u s t a r d l a " p e t i t e c o n f i d e n t e " , son "entremetteuse" l u i rappe-l e r a " l e s r e f r a i n s o u b l i e s du bonheur" ( 3 8 ) . Que r e s t e r a - t - i l de c e l l e qui 1'avait une f o i s invite" a "con-s a c r e r sa v i e " a l ' a r t ? Bien des annees plus t a r d , a l o r s que Swann est marie a Odette et tout a f a i t g u e r i de son amour, 1'au-d i t i o n de l a mime sonate evoque tout j u s t e pour l u i " l e c6te" s t a -t i q u e du c l a i r de lune" qui a v a i t p r e s i d e a ses rencontres avec Odette et l e p e t i t c l a n V e r d u r i n au Bois de Boulogne. En e f f e t , s elon l u i , ce "qui est s i b i e n p e i n t dans c e t t e p e t i t e phrase, c'est l e Bois de Boulogne tombe en c a t a l e p s i e " ( 39 )• V o i l a tout ce qui r e s t e d'une musique qui a v a i t eu pour m i s s i o n d'appeler Swann a un dSpassement de lui-meme par une c a r r i e r e e n r i c h i s s a n t e et c r e a t r i c e . De fagon p a r a l l e l e , l e Narrateur de l a Recherche qui est en quelque sorte un sur-moi de Swann ( c e l u i - c i etant l e Marcel Proust r a t e ) , r e g o i t l u i a u s s i un "appel" p r i v i l i g i e de l a part de l a mu-sique de V i n t e u i l . C'est d'abord l a mime sonate qui e v e i l l e en l u i des pensees r e l a t i v e s a l a r S a l i t e " de l ' a r t . En 1'absence d ' A l b e r -t i n e , Marcel se penche sur c e t t e musique et s'applique a en decou-v r i r l e s s e c r e t s . I I r e s i s t e a l a t e n t a t i o n d ' a p p l i q u e r a son amour pour A l b e r t i n e l a combinaison d'un"motif voluptueux" et d'un "mo-t i f anxieux" pour c o n s i d e r e r l a sonate "en soi-mlme comme 1'oeu-vre d'un grand a r t i s t e " . U n " f l o t sonore" l e ramene tout k coup a Combray a l'epoque ou lui-mime d e s i r a i t "d'etre un a r t i s t e " . Des l o r s , une que s t i o n e s s e n t i e l l e se pose a l u i : La v i e £ p e u t ] - e l l e me c o n s o l e r de l ' a r t ? y a - t - i l dans 1'art une r e a l i t e p l u s profonde ou notre p e r -s o n n a l i t e v e r i t a b l e trouve une expression, que ne l u i donnent pas l e s a c t i o n s de l a v i e ? ( 4 0 ) » - 98 -On s a i t que pendant b i e n des annees l e Narrateur, malgre l e s ad-1 j u r a t i o n s de sa mere et de sa grand-mere, a v a i t t o u j o u r s remis au lendemain l a mise en oeuvre du t r a v a i l l i t t e r a i r e q u ' i l se propo-s a i t de f a i r e , A 1 ' i n s t a r de Swann, l e s r e l a t i o n s mondaines - et de p l u s l a s o c i e t y des "jeunes f i l l e s en f l e u r s " - l u i a v a i e n t r a -v i l e p l u s , c l a i r de son temps; l a "re"alite"" de l ' a r t ne l u i p a r a i s -sant pas assez evidente pour q u ' i l dut y s a c r i f i e r l e s p l u s b e l l e s annees de sa v i e , Mais v o i l a que l a p e t i t e musique d'un compositeur obscur v i e n t remettre en question sa conception de l a v i e et de l ' a r t , Et d ' a i l l e u r s , l a musique de V i n t e u i l l u i r a p p e l l e c e l l e d'un musicien q u ' i l a t o u j o u r s grandement admire", l e T r i s t a n de Wagner. Musique qui confirme ce que l a premiere a v a i t annonce, et q u i , mieux que l a s o c i e t e d ' A l b e r t i n e l ' " a i d e a descendre en l u i -meme, a y d e d o u v r i r du nouveau". I I a maintenant l a c e r t i t u d e que l ' a r t a l e pouvoir de nous f a i r e a t t e i n d r e a des connaissances q u i , autrement, r e s t e r a i e n t incommunicables c a r : 1'harmonie d'un Wagner, l a couleur d'un E l s t i r nous permettent de c o n n a i t r e c e t t e essence q u a l i t a t i v e des sensations d'un autre ou 1'amour pour un autre Stre ne nous f a i t pas p e n e t r e r (4l)» L ' a r t est done l e langage l e plus v r a i , l e p l u s r e e l qui p u i s s e permettre a deux e t r e s humains, en 1'occurence a 1 ' a r t i s t e c r e a -t e u r et a c e l u i qui i n t e r r o g e son oeuvre de communiquer. Cet episode r e l a t i f au premier contact vraiment personnel entre l a musique de V i n t e u i l et Marcel met en r e l i e f 1 ' a t t i t u d e cpmbien d i f f e r e n t e de c e l u i - c i envers 1'oeuvre d ' a r t , par r a p -port a l ' a t t i t u d e de Swann. C'est par un e f f o r t c o n s c i e n t de son i n t e l l e c t q u ' i l se de"tache de l a pensee d ' A l b e r t i n e a f i n de pe"nd-t r e r 1'oeuvre dans son essence r d e l l e . D'ou son y t a t de grace, i n d i s p e n s a b l e a l a communion p a r f a i t e ; dtat de grace totalement absent chez Swann l o r s q u e , accompagne" d'Odette, i l entendit l a - 99 -sonate de V i n t e u i l chez l e s V e r d u r i n . La c o n f r o n t a t i o n de ces deux experiences de 1 ' a u d i t i o n d'une meme oeuvre par deux personnages d i f f e r e n t s prend deja un c a r a c t e r e a n t i t h e t i q u e , mais c'est avec l a r e v e l a t i o n du Septuor de V i n t e u i l que l'echec de 1'un et l a r e -u s s i t e de 1'autre seront l e plu s e v i d e n t s . A v r a i d i r e , l a p e t i t e sonate n'a f a i t que suggerer et p r e s -s e n t i r a Marcel l a " r e a l i t e " de 1'oeuvre d ' a r t , C'est au Septuor qu'appartiendra d ' a f f i r m e r et de proclamer triomphalement c e t t e v e r i t e . I I conviendra, b i e n sur, de mesurer l a d i s t a n c e qui se"pa-re l a "blanche Sonate" du "rougeoyant Septuor", mais voyons d'a-bord l e message que c e t t e oeuvre de m a t u r i t e veut l i v r e r a son a u d i t e u r s e n s i b l e et a t t e n t i f . Le c o n c e r t , organise par l e baron de Charlus, a l i e u chez Mme V e r d u r i n . Aux premiers accords du septuor, Marcel se trouve "en pays inconnu", car c e t t e musique est i n e d i t e . P u i s , une p e t i t e phrase s u r g i t t e l l e une " a p p a r i t i o n raagique". I I se r e c o n n a i t sou-d a i n "en p l e i n e sonate de V i n t e u i l " (42). Cependant l a p e t i t e p h ra-se semble l u i i n d i q u e r un "chemin" autre que c e l u i de l a sonate. Un peu plu s l o i n , au passage d'une "tendre phrase f a r n i l i a l e et do-mestique" qui l u i r a p p e l l e l e sommeil de sa jeune amie, Marcel pressent que "quelque chose de plu s mysterieux que 1'amour d ' A l -b e r t i n e " est "promis au debut de c e t t e oeuvre" (43) • Ce que l u i r e v e l e bient6t l a musique de V i n t e u i l , c'est l a r e i n c a r n a t i o n pos-s i b l e de l ' a u t e u r dans son oeuvre. S i l e Narrateur a jamais pu dou-t e r que l ' a r t f u t un prolongement v a l a b l e et r e e l de l a v i e , i l en est c e r t a i n maintenant. Chaque a r t i s t e v e r i t a b l e cree des paysa-ges o r i g i n a u x et i n d i v i d u e l s qui correspondent a sa " p a t r i e i n t e -r i e u r e " , a sa " v i s i o n de l ' u n i v e r s " . A 1'aide de s o n o r i t e s chez l e musicien ou de couleurs chez l e p e i n t r e , i l t r a d u i t ce - 1 0 0 -que l a c a u s e r i e ne peut transmettre meme de 1'ami a I'ami, du maitre au d i s c i p l e , de 1 'amant a l a mai t r e s s e , cet i n e f f a b l e qui d i f f e r e n c i e q u a l i t a -tivement ce que chacun a s e n t i et q u ' i l est o b l i g e de l a i s s e r au s e u i l des phrases ou i l ne peut com-muniquer avec a u t r u i qu'en se l i r n i t a n t a des p o i n t s exte"rieurs commun a tous et sans i n t e r e t ( 4 4 ) . Le Narrateur se demande d ' a i l l e u r s s i de tous l e s a r t s l a Musi- • que n ' e st pas s 1'exemple unique de ce qu'a u r a i t pu etr e - s ' i l n'y a v a i t pas eu 1 ' i n v e n t i o n du langage, l a f o r -mation des mots, 1 ' a n a l y s e des idees - l a commu-n i c a t i o n des ames ( 4 5 ) « Le theme de l a v a n i t e de l a c o n v e r s a t i o n est souvent r e p r i s tout au long du roman de Pro u s t . C'est i c i q u ' i l trouve sa r e s o l u -t i o n , car l ' a r t v e r i t a b l e exprime l ' i n d i c i b l e , 1 ' i n e f f a b l e en "ex-t e r i o r i s a n t dans l e s couleurs du spectre l a composition intime de ces mondes que nous appelons l e s i n d i v i d u s , et que sans 1 ' a r t nous ne c o n n a i t r i o n s jamais" ( 4 6 ) . S i vraiment t e l est l e pouvoir de l ' a r t , i l permet 1 ' e x p l o r a t i o n de mondes inconnus, d'"univers insoupgonnes", de "paradis perdus", et donne a i n s i une dimension de plus a 1 'etre humain, c ' e s t - a - d i r e c e l l e de l a profondeur. On peut coneevoir l a " j o i e i n e f f a b l e " et " s u p r a - t e r r e s t r e " du Narra-t e u r a l a decouverte, grace a l a musique de V i n t e u i l , de ces pos-s i b i l i t e s inoui'es de 1 ' a r t i s t e , p o s s i b i l i t e s qui l u i donnent des a i l e s d'anges. Mais c'est moins au f u t u r e c r i v a i n que semble s'a-d r e s s e r i c i cet "appe l " a l a j o i e qu'a 1 ' e s t h e t e dont l a concep-t i o n de l ' a r t s'aff'irrne. I I a maintenant l a c e r t i t u d e que Le seul v e r i t a b l e voyage, l e seul b a i n de Jouvence, ce ne s e r a i t pas d ' a l l e r v e r s de nouveaux paysages, mais d ' a v o i r d'autres yeux, de v o i r l ' u n i v e r s avec l e s yeux d'un a u t r e , de cent a u t r e s , de v o i r l e s cent u n i v e r s que chacun d ' eux v o i t , que chacun d 'eux e s t ; et c e l a nous l e pouvons avec un E l s t r r , avec un V i n t e u i l , avec l e u r s p a r e i l s , nous volons vraiment d ' e t o i l e s en e t o i l e s ( 4 7 ) . - 101 -Nganmoins, l e s doutes de Marcel sur 1 ' a u t h e n t i c i t y de l ' a r t , qui p e u t - e t r e ne "correspond" a "aucune r e a l i t e " , l e po u r s u i v r o n t jusqu'a l a matinee de l a p r i n c e s s e de Guermantes (ex-Mme Verdu-r i n ) . I I c o n n a i t r a a l o r s l e s moments p r i v i l s g i e ' s l e s plus re"ve-l a t e u r s de sa v i e . C'est a 1'instant ou i l butte contre un pave i n e g a l que l e message du Septuor prend sa p l e i n e s i g n i f i c a t i o n . La f e l i c i t y causee par l e sentiment de 1• e x t r a - t e m p o r a l i t y a ce moment p r e c i s met an lumiere l a j o i e r e s s e n t i e j a d i s . a 1 ' a u d i t i o n de l a musique de V i n t e u i l q u i - l u i a v a i t "paru s y n t h e t i s e r " l e bonheur mysterieux eprouve a l a vue des arbres de Balbec et des t r o i s c l o c h e r s de M a r t i n v i l l e , et a l a saveur de l a p e t i t e made-l e i n e trempee dans une i n f u s i o n . Comment en douter desormais? Seule 1'oeuvre d'art peut donner 1'immortalite a l'homme. C'est en e l l e que 1 ' a r t i s t e se r d i n c a r n e , et se prolonge dans l e Temps. A l a c o n s i d e r a t i o n de l a " j o i e e x t r a - t e m p o r e l l e " r e s s e n t i e l o r s des moments p r i v i i y g i e s , l e Narrateur s ' i n t e r r o g e une d e r n i e r e f o i s pour mieux se convaincre de l a " v y r i t e " r e v y i e e : E t a i t - c e c e l a , ce bonheur proposy par l a p e t i t e phrase de l a sonate a Swann qui s ' e t a i t trompe en 1 ' a s s i m i l a n t au p l a i s i r de 1'amour et n'ava i t pas su l e t r o u v e r dans l a c r y a t i o n a r t i s t i q u e , ce bonheur que m'avait f a i t p r e s s e n t i r comme pl u s s u p r a - t e r r e s t r e encore que n' a v a i t f a i t l a p e t i t e phrase de l a sonate, 1 'appel rouge et mysterieux de ce septuor que Swann n' a v a i t pu c o n n a i t r e , etant mort comme tant d'autres avant que l a v e r i t y f a i t e pour eux eut yte r e v e l e e ? D ' a i l l e u r s , e l l e n 'eut pu l u i s e r v i r , car c e t t e phrase pouvait bien symboliser un ap p e l , mais non cr e e r des f o r c e s et f a i r e de Swann 1 ' e c r i v a i n q u ' i l n ' e t a i t pas (48). De ces deux phrases du Temps re t r o u v e se ddtache un t r i p l e p a r a l l e l e dont l e s elements (deux p e r s o n n a l i t e s , deux e x p e r i e n -ces , deux oeuvres musicales d i f f e r e n t e s ) sont etroitement r e -l i e s a 1 ' e v o l u t i o n du r o l e de l a musique a l ' i n t e r i e u r meme de - 102 -l a s t r u c t u r e de l a Recherche. Nous avons deja vu l e p a r a l l e l e qui s ' e t a b l i t entre l a p e r -s o n n a l i t e de Swann et c e l l e de M a r c e l . Le premier, rappelons-1e, est l e prototype de 1 'amateur qui admire l ' a r t sans se pre"occuper de cre"er lui-m£me une oeuvre de v a l e u r . Sa v i e ;, s ' Scoule , jour a-pres j o u r , dans l e desoeuvrement et l e s f u t i l i t S s des mondanites. Swann represente a un c e r t a i n aspect, l e Marcel Proust des salons mondains t e l que vu par l a s o c i e t e qui l ' e n t o u r a i t et qui l e j u -g e a i t souvent comme un o i s i f car e l l e i g n o r a i t 1'existence des nombreux manuscrits qui s'empilaient chez l u i et qui c o n s t i t u a i e n t 1 ' e"difi c a t i o n d'une oeuvre monumentale. Swann reprSsente a u s s i l e Marcel Proust que c e l u i - c i n ' a u r a i t pas manque d ' e t r e , n'eut e"te de son immense t a l e n t l i t t S r a i r e . Cependant, s i l e Narrateur partage avec Swann l e temperament e s t h e t i q u e , l e r a f f i n e m e n t , l e bon gout et l e jugement sur en ma-t i e r e d ' a r t , i l est p l u s que c e l a . Le Narrateur est l e Marcel Proust t e l qu'en lui-meme, c ' e s t - a - d i r e , 1 ' a r t i s t e constamment a l a recherche d'une v S r i t e absolue et u n i v e r s e l l e . Des " l ' a p p e l " , i l est pret a renoncer aux " o b l i g a t i o n s f a c t i c e s " de l a v i e mon-daine pour "consacrer" toutes ses f o r c e s a 1'accomplissement d'un " d e v o i r r e e l " , c e l u i de l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e . L'Scart qui e x i s t e entre ces deux p e r s o n n a l i t e s se prolonge, i l va de s o i , dans 1 ' a t t i t u d e de chacun v i s - a - v i s " l ' a p p e l " de l a musique de V i n t e u i l , et par consequent, jusque dans l e r61e que d o i t jouer l a musique dans l e u r v i e r e s p e c t i v e . Swann a v a i t p a r -faitement s a i s i l e v r a i message de l a p e t i t e phrase p u i s q u ' i l a Sprouve a son souvenir, " l e d e s i r et presque l a f o r c e de consacrer sa v i e " . Mais l e d e s i r f u t v i t e perdu dans l ' o u b l i . Au l i e u de s e r v i r l ' A r t , i l s'en est s e r v i en f a i s a n t t e n i r a l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l un r 6 l e d'ordre s e n t i m e n t a l . - 1 0 3 -Tout au c o n t r a i r e , Marcel a cherche a c o n n a l t r e l a v e r i t e de l a musique de V i n t e u i l b i e n au-dela des accents de tendresse qu'-e l l e pouvait l u i p r e s e n t e r au passage. A l u i , e l l e n'indique pas l a v o i e d'un bonheur ephe"mere et p a r t i c u l i e r (comme ce f u t l e . c a s avec Swann), mais c e l l e d'une j o i e durable et profonde promise a ceux qui v e u l e n t l a s u i v r e . Le Septuor est done a l l n s t a r de l a Recherche l ' h i s t o i r e d'une "vocation", h i s t o i r e que Marcel a su i n -t e r p r e t e r a t r a v e r s l e s i n t o n a t i o n s mysterieuses de c e t t e oeuvre "triomphale?* .-:v-V o i l a qui nous amene a c o n s i d e r e r l ' e v o l u t i o n de l a musique de V i n t e u i l depuis l a p e t i t e sonate jusqu'au m e r v e i l l e u x chef-d'oeuvre. I I nous p a r a l t evident que l a sonate est au septuor ce que Jean S a n t e u i l est a l a Recherche, e ' e s t - a - d i r e une oeuvre de jeunesse qui c o n t i e n t en germe ce que 1 'oeuvre de maturite e x p l o i -t e r a de facon m a g i s t r a l e . A c e l a , Michel Butor f e r a i t , s e m b l e - t - i l , une o b j e c t i o n c a r , dans son e s s a i i n t i t u l e " Les Oeuvres d'Art Imaginaires chez Pro u s t , analyse t r e s s u b t i l e et t r e s ; s a v a n t e , quoiqu'un peu t r o p systema-t i q u e p e u t - e t r e , des deux oeuvres de V i n t e u i l et d'un t a b l e a u d* E l s t i r , i l a f f i r m e que "L'etude des manuscrits montre que l a t r a n s f o r m a t i o n de l a sonate en septuor s'est f a i t e par etapes qui correspondent a l ' e v o l u t i o n mSme d'A l a Recherche du Temps perdu" ( 4 9 ) . Ce que M. Butor veut demo;ntrer, c'est que l a sonate c o r r e s -pond a l a Recherche dans sa premiere conception (ce qui i n c l u e r a i t par consequent Du cSte" de chez Swann, Le cote de Guermantes, et en p a r t i e A 1'ombre des jeunes f i l l e s en f l e u r s dans l e Temps r e t r o u -ve) , et que, au f u r et a mesure que s ' i n t e r c a l a i e n t l e s autres l i -v r e s (Sodome et Gomorrhe, La P r i s o n n i e r e et La? F u g i t i v e ) entre l e s deux t i g e s du compas, e ' e s t - a - d i r e entre Le-: cote de Guermantes et Le Temps r e t r o u v e , l a sonate a progressivement evolue pour d e v e n i r - 1 0 4 -d 'etape en Stape par l a forme de q u i n t e t t e et de sextuor, l e sep^-t u o r de 1'oeuvre d e f i n i t i v e . I I est i n c o n t e s t a b l e que l e chef-d'oeuvre de V i n t e u i l f u t d'abord dans l e s formes s u c c e s s i v e s de l a Recherche un q u i n t e t t e p u i s un.sextuor avant de d e v e n i r un septuor. Mais a l a lumiere d'un passage de l a P r i s o n n i e r e , i l ne f a i t aucun doute que dans tous l e s cas, malgre l a parente thematique evidente entre l a sona-te et l e septuor, c e l u i - c i , qui c e r t e s r e v e l e une nette e v o l u t i o n dans l ' e c r i t u r e du musicien, n'en a pas moins t o u j o u r s Ste par rapport a l a sonate, une oeuvre d i s t i n c t e et i n d i v i d u e l l e . Le Narrateur l e d i t de facon t r e s e x p l i c i t e dans 1 ' e p i s o d e du septuor, l e q u e l represente 1'un des p o i n t s culminants du roman. Pour l u i , l a Sonate de V i n t e u i l et a u s s i "ses autres oeuvres"', n'avaient toutes ete" par rapport a ce septuor, que de timides e s s a i s , d e l i c i e u x mais b i e n f r e l e s , aupres du chef-d'oeuvre t r i o m -phal et complet qui l u i e t a i t en ce moment r e v e l e " ( 5 0 ) . Tout ce developpement r e l a t i f a l a "blanche sonate" par rapport au "rougeoyant septuor" n'eaten f a i t r i e n d'autre de l a part de l ' a u -t e u r que l a genese de son oeuvre romanesque. Jusqu'a 1'annSe 1 9 5 2 , date de l a p u b l i c a t i o n de Jean S a n t e u i l , ces i n d i c e s pouvaient r e s -t e r i n d e c h i f f r a b l e s , mais aujourd'hui nul ne peut i g n o r e r que ces "timides e s s a i s , d e l i c i e u x mais b i e n f r e l e s " sont, par t r a n s p o s i -t i o n , l e s oeuvres de jeunesse de P r o u s t , c ' e s t - a - d i r e l e s P l a i s i r s  et l e s jours et Jean S a n t e u i l , et que "1'oeuvre triomphale et com-p l e t e " ( i c i c'est bien evident) est l e roman de maturite de Proust, oeuvre couronnee par l e theme triomphal de 1 ' e x t r a - t e m p o r a l i t e ou de l a v i c t o i r e sur l e Temps, et qui se referme comme une boucle complete par un r e t o u r a Combray et aux jours d'enfance du Na r r a -t eur. Dans ces quelques pages de l a P r i s o n n i e r e , l e rapport que - 1 0 5 -f a i t l ' a u t e u r entre l a "blanche sonate"et l e "rougeoyant septuor" de V i n t e u i l met done en p l e i n e lumiere tous l e s t r a i t s e s s e n t i e l s de ses propres oeuvres romanesques. La "tendre, champetre et can-d i d e " sonate avec son "monde v i r g i n a l et meuble" de vegetaux" et son "roucoulement de colombe" n ' e s t - e l l e pas l a t r a n s p o s i t i o n mu-s i c a l e de Jean S a n t e u i l avec sa campagne d ' l l l i e r s et de R d v e i l l o n et toute l a musique n a t u r e l l e qui 1'anime? ( 5 l ) La blancheur de l a sonate et sa "candeur l e g e r e " sont de toute evidence l e r e f l e t de l a purete limpide et de l a f r a l c h e u r du roman de jeunesse. P a r a l l e l e m e n t , toutes l e s " c o l o r a t i o n s inconnues, i n e s t i m a b l e s , d'un u n i v e r s insoupgonne" du septuor de V i n t e u i l sont presentes dans 1'oeuvre de maturite de Marcel P r o u s t . C'est dans un "rose d'aurore", couleur qui t e i n t l e c i e l d'un " e s p o i r mysterieux", que debute 1'oeuvre musicale. Dans l e premier l i v r e de l a Recherche se d e v o i l e a u s s i un pale e s p o i r , c e l u i d'une v o c a t i o n l i t t e r a i r e ( e p i -sode des c l o c h e r s de ffiarville) ( 5 2 ) . Puis s ' a f f i r m e l e rouge de 1 ' a u r o r e t r a d u i t par un chant percant , " i n e f f a b l e •-'\> et c r i a r d " qui de c h i r e l ' a i r du matin comme l e "chant du coo". Michel Butor v o i t dans l e rose et' l e rouge du septuor de V i n t e u i l des symboles de honte et de d e s i r , et l e s couleurs de 1'aveu et de l a d e c l a r a t i o n ( 5 3 ) . En e f f e t , deja dans Combray et dans l e s Jeunes F i l l e s en  F l e u r s , l e jeune heros est a t t e i n t par lai';;morsure des p l a i s i r s c h a r n e l s -naissance du d e s i r pour l a femme; p l a i s i r s o l i t a i r e dans l e p e t i t cabinet au haut de l a maison a Combray; amour precoce pour G i l b e r t e et sa l u t t e amoureuse avec e l l e dans l e s j a r d i n s des T u i l e r i e s - , et i l sent monter en l u i l a f i e v r e de l a s e n s u a l i t e qui se repand "dans tous l e s domaines de son i m a g i n a t i o n " ( 5 4 ) • Cependant, l a couleur e c a r l a t e qui domine dans c e t t e oeuvre de V i n t e u i l semble i n d i q u e r b i e n davantage. E l l e s y n t h e t i s e 1'amour sous toutes ses formes depuis 1'attachement p u e r i l mais e x c e s s i f - 106 -du p e t i t Marcel pour sa mere et ses amours i n t e r m i t t e n t e s pour l e s "jeunes f i l l e s en f l e u r s " jusqu'aux passions amoureuses des a d u l t e s , y compris l e s amours p a r t i c u l i e r e s analogues a c e l l e s qui a t t i r e r e n t l e feu sur Sodome et Gomorrhe. Et que d i r e du " b r o u i l l a r d v i o l e t " qui s'eleve dans l e der-n i e r mouvement de 1'oeuvre de V i n t e u i l ? Cette p a r t i e ne c o r r e s -p o n d - e l l e pas a l a matinde chez l a p r i n c e s s e de Guermantes dans l e Temps r e t r o u v e , ou se trouvent r e u n i s presque tous l e s person-nages mondains de l a Recherche, ces gens v i e i l l i s q u i , pour a i n s i d i r e , vont a l e u r tombeau? Le spectre de l a mort plane tout au long de cet episode de l a Recherche. Tout d'abord, ce sont l e s absents qui d e f i l e n t . Pour montrer qu'il:'. n'a r i e n perdu de sa mdmoire, Charlus dnumere "d'une facon funebre, mais sans t r i s t e s -se" a son i n t e r l o c u t e u r M arcel, tous ceux de sa f a m i l l e et de son monde qui sont d i s p a r u s . Chaque nom est s u i v i du mot "mort" scandd avec l a r d g u l a r i t e rythmique d'une marche funebre. Le Narrateur note " l a durete presque triomphale" avec l a q u e l l e l e baron f a i t l a n d c r o l o g i e de ses connaissances: Et chaque f o i s , ce mot "mort" semblait tomber sur ces defunts comme une p e l l e t e e de t e r r e p l u s l o u r d e , lancee par un fossoyeur qui t e n a i t a l e s r i v e r p l u s profonde-ment a l a tombe (55)• P u i s , au s p e c t a c l e des i n v i t e s des Guermantes, presque tous blan^'Ms c h i s et courbes par l e Temps, l e Narrat e u r v o i t deja poindre l ' a i l e de l a mort sur euxs C e r t a i n s hommes b o i t a i e n t [...1 parce q u ' i l s avaient d e j a , comme on d i t , un p i e d dans l a tombe. Dans l ' e n -trebai1lement de l a l e u r , a demi p a r a l y s e r s , c e r t a i -nes femmes semblaient ne pas pouvoir r e t i r e r comple-tement l e u r robe restde accrochee a l a p i e r r e du ca-veau, et e l l e s ne pouvaient se r e d r e s s e r , i n f l e c h i e s q u ' e l l e s e t a i e n t , l a t e t e basse, en une courbe qui e t a i t c e l l e q u ' e l l e s occupaient actuellement entre l a v i e et l a mort avant l a chute d e r n i e r e . - 107 -C e r t a i n e s f i g u r e s sous l a cagoule de l e u r s cheveux blancs avaient de"ja l a r i g i d i t e , l e s paupieres s c e l l e e s de ceux qui vont mourir, et l e u r s l e v r e s , a g i t e d s d'un tremblement p e r p e t u e l , semblaient marmonner l a p r i e r e des agonisants ( 5 6 ) . Malgre l e ton q u a s i — c a r i e a t u r a l avec l e q u e l Proust d e c r i t l a v i e i l l e s s e et a n t i c i p e l a mort chez ses personnages, c'est ve-rita b l e m e n t dans un " b r o u i l l a r d v i o l e t " q u ' i l nous f a i t v o i r "a-pres v i n g t ans" c e t t e s o c i e t e d e c r e p i t e . Au cours de l a matinee, on p a r l e beaucoup des morts tout en se r e j o u i s s a n t de n'en et r e pas encore. II y a a u s s i l e s malades q u i , " r e j e t a n t l e u r drap de-ja mortuaire, sont p a r e i l s a des g i s a n t s \, . . . 3 etendus sur l e u r tombeau" ( 5 7 ) • On e n t r e v o i t l a p r i n c e s s e de Nassau q u i , par sa t a i l l e diminued, a 1'air d ' a v o i r "un pi e d dans l a tombe" ( 5 8 ) . E n f i n , l a grande a r t i s t e , l a Berma, p l u s que tous l e s autres est touched par l a mort. Avec ses " a r t e r e s d u r c i e s " et "de"ja a demi p e t r i f i e d ; avec ces "longs rubans s c u l p t u r a u x " qui parcourent ses jouesj avec ses "yeux mourants" et ce " t e r r i b l e masque o s s i f i e " , c'est a "un marbre de 1'Er'echtSion" q u ' e l l e ressemble. ( 5 9 ) Meme l e Narrateur est hante par 1 'idee de l a mort qui l e gue t t e . II avoue dans l e s toutes d e r n i e r e s pages.* du Temps r e -trouve; "1 'ided de l a mort me t e n a i t une compagnie a u s s i i n c e s -sante que 1'idee du moi" ( 6 0 ) . Quelle couleur mieux que l e v i o -l e t peut i l l u s t r e r t o u tes ces images r e l a t i v e s a l a v i e i l l e s s e , aux mourants et a l a mort meme et que comporte ce ta b l e a u f i n a l de l a Recherche? En tous p o i n t s , i l y a correspondance e t r o i t e entre l e c l i -mat champStre de l a sonate et c e l u i du premier roman de Proust d'une p a r t , et entre l e s r i c h e s t o n a l i t e s du septuor et c e l l e s de l a Recherche d'autre p a r t . De p l u s , l ' e v o l u t i o n marquee depuis l a pale sonate jusqu'a l ' e c l a t a n t septuor chez l e musicien s u i t - 108 -une courbe identique jusqu'a son chef-d'oeuvre "triomphal et com-p l e t " . Un dernier p a r a l l e l e s'impose a 1'egard du role fonctionnel de l a musique aupres des personnages de l a Recherche. II s'agit cette f o i s du baron de Charlus et de l'amie de Mile V i n t e u i l tous deux, nous le savons, des i n v e r t i s sexuels inveteres. L'auteur semble vouloir demontrer i c i que 1'inversion sexuelle peut trou-ver sa j u s t i f i c a t i o n ou une sorte de redemption dans des valeurs superieures qui n'auraient vraisemblablement pas ete exploitees sans ce desequilibre. A 1'encontre de son f r e r e , le due de Guermantes, dont les ten-dances a f f e c t i v e s sont des plus normales, mais qui est totalement depourvu de raffinement a r t i s t i q u e , le baron de Charlus est doue" d'un certain talent musical. II a d ' a i l l e u r s recu une formation se-rieuse puisqu'au temps de sa jeunesse, i l a p r i s des leeons de piano avec Stamati (le Larousse musical mentionne un Stamaty, professeur de Saint-SaSns) ( 6 l ) , lequel l u i i n t e r d i s a i t d ' a l l e r entendre jouer Chopin de peur qu'avec sa "nature" trop sensible i l ne fut influence par le Maitre des Nocturnes -(62). M. de Charlus a meme aborde l a composition. On s a i t , par exemple, q u ' i l a autrefois dedie une petite sonatine a sa b e l l e -soeur Oriane ( 6 2 ) . Ses gouts en musique sont de toute evidence bien superieurs a ceux de son frere et s'accordent etrangement aux gouts de l'auteur de l a Recherche, car i l aime beaucoup en-tendre les quatuors de Beethoven ( 6 4 ) . II se montre, de plus, f i n musicien l o r s q u ' i l accompagne son "protege"" le v i o l o n i s t e Morel. Du reste, au dire du Narrateur, c e l u i - c i est beaucoup plus un virtuose qu'un veritable musicien, et c'est a son "manager" Charlus que revient le merite d'avoir mis cette admirable v i r -- 1 0 9 -t u o s i t e "au s e r v i c e d'un sens a r t i s t i q u e et m u l t i p l e " et a i n e i de 1 ' a v o i r decuple" ( 6 5 ) . Ce que Charlus a donne a son jeune ami ( f i l s d'un v a l e t de chambre), c'est precisement ce qui manquait a c e l u i - c i : " l a c u l t u r e et l e s t y l e " . L 1 i n t r a n s i g e a n c e du baron en regard de 1 ' i n t e r p r e t a t i o n musicale de Morel est c e l l e d'un maitre envers son e l e v e . C'est sans management q u ' i l reproche au jeune musicien d ' a v o i r " t r e s mal joue" en "en changeant tous l e s mouvements" l a t r a n s c r i p t i o n au piano du XVeme quatuor. D ' a i l -l e u r s , jouer c e t t e t r a n s c r i p t i o n e s t , d i t - i l , "deja t r e s absur-de parce que r i e n n'est moins p i a n i s t i q u e " . Selon l u i , i l faut jouer l a musique comme s i on l a composait. V o i l a l a seule fagon "vraiment transcendante et a n i m a t r i c e " d'executer, et c'est de c e t t e maniere q u ' i l f e r a jouer Morel a P a r i s . ( 6 6 ) Les j u d i c i e u x c o n s e i l s du baron r e v e l e n t incontestablement chez l u i un sens musical remarquable. Le Narrateur ne manque pas de s o u l i g n e r l a s u p e r i o r i t y de M. de Charlus en matiere d'art sur son f r e r e B a s i n , et c'est a 1'homosexuality q u ' i l a t t r i b u e son raffinement c u l t u r e l . L ' i n v e r -s i o n s e x u e l l e e t ' l e don musical a u r a i e n t done chez l e baron un rapport de cause a e f f e t c a r : des q u a l i t e s inconnues au due de Guermantes, et souvent lie"es a ce d e s S q u i l i b r e , avaient f a i t de M. de Charlus un p i a n i s t e d S l i c i e u x ( 6 7 ) . Proust est tout a u s s i e x p l i c i t e dans un autre passage ou i l sem-b l e f a i r e , sinon l ' a p o l o g i e , du moins l a j u s t i f i c a t i o n de 1'ho-mosexualite, l a q u e l l e peut (et c'est l e cas chez Charlus) o u v r i r " l ' e t r o i t e breche qui donne jour sur Beethoven". A son a v i s , ce " p e t i t deplacement de gout purement physique", c e t t e "tare l e g e -re d'un sens C•••^  explique que l ' u n i v e r s des poetes et des musi-c i e n s , s i ferme" au due de Guermantes, s'entr'ouvre pour M. de _Charlus" ( 6 8 ) . Le message de Proust est assez m a n i f e s t e . C'est - 110 -a 1 ' i n v e r s i o n s e x u e l l e que 1'affinement des q u a l i t e s e s t h e t i q u e s du baron est redevable. Chez l'amie de Mil e V i n t e u i l q u i , par sa raauvaise conduite a cause tant de so u f f r a n c e s au compositeur, l e " v i c e " , une f o i s encore r e l i e a l a musique, donne l i e u a des actes de "compensa-t i o n " pour l e mal q u ' e l l e a f a i t . Des l e premier l i v r e de l a Re-cherche , nous apprenons l a nature gomorrheenne des rap p o r t s en-t r e M i l e V i n t e u i l et son amie qui a v a i t "mauvaise r e p u t a t i o n " dans l e pays. Selon l e s i n d i c a t i o n s du Narrateur, c'est e l l e q u i , p l u s agee qua l a f i l l e du compositeur, a u r a i t entraine" c e l l e - c i dans l e mal, et q u i , i n d i r e c t e m e n t , s e r a i t responsable de l a mort de V i n t e u i l , mine", comme on l e s a i t , par l e cha g r i n et l a honte ( 6 9 ) . Dans sa d e t r e s s e , l e compositeur a v a i t d ' a i l l e u r s renonce, sur l a f i n de sa v i e "a achever de t r a n s c r i r e ?>au net toute son oeuvre des d e r n i e r e s annees, pauvres morceaux d'un vieux p r o f e s s e u r de piano" nous d i t l e Narrateur (70). En r e a l i t d , c'est l a p u b l i c a t i o n de ses m e i l l e u r e s oeuvres qui y t a i t a i n s i compromise. Or, l'amie de Mile V i n t e u i l q u i , au d i r e du compositeur e t a i t "une femme s u p e r i e u r e , un grand coeur" et qui " a u r a i t eu des d i s p o s i t i o n s e x t r a o r d i n a i r e s pour l a musique s i e l l e l e s a v a i t c u l t i v S e s " (71), c e t t e femme qui a v a i t cependant pousse" l e sadisme jusqu'a p r o f a n e r l a mSmoire du musicien en e r a -chant sur son p o r t r a i t , a un immense me"rite v i s - a - v i s 1'oeuvre posthume de V i n t e u i l . Comme e l l e a v a i t ve"cu assez longtemps aupres du compositeur de Combray pour c o n n a i t r e sa technique d ' e c r i t u r e , l'amie de M i l e V i n t e u i l e"tait l a seule personne a pouvoir "a f o r c e de p a t i e n c e , d ' i n t e l l i g e n c e et de r e s p e c t " d e c h i f f r e r l e s n o t a t i o n s i l l i s i b l e s du m a i t r e . Le sadisme ayant f a i t p l a c e au r e g r e t d ' a v o i r "peut-e t r e p r e c i p i t e " l a mort de V i n t e u i l " , e l l e "eut l a c o n s o l a t i o n " , - I l l -a p r e s a v o i r passe des anne"es a d e " b r o u i l l e r ses g r i m o i r e s , "d 'assu-r e r au m u s i c i e n dont e l l e a v a i t assombri l e s d e r n i e r e s anndes une g l o i r e i m m o r t e l l e et c o m p e n s a t r i c e " ( 7 2 ) . Une c e r t a i n e a n a l o g i e met en r a p p o r t d'une p a r t l a r e p a r a -t i o n posthume f a i t e v o l o n t a i r e m e n t par c e t t e femme au pere de sa jeune amie, et d'au t r e p a r t l e don i n e s t i m a b l e t r a n s m i s i n d i r e c -tement par e l l e , et sans q u ' e l l e ne l e sut j a m a i s , au hdros du roman. Dans un e x c e l l e n t a r t i c l e p u b l i e dans un numdro du B u l l e -t i n de l a Societe" des Amis de M a r c e l P r o u s t , P i e r r e C o s t i l v o i t une "correspondance harmonieuse" e n t r e l a t e n d r e s s e d o u l o u r e u s e de M. V i n t e u i l pour sa f i l l e et c e l l e non moins p a t e r n e l l e de M a r c e l envers A l b e r t i n e p r i s o n n i e r e ( 7 3 ) . De f a i t , a 1 ' a u d i t i o n d'une "tendre p h r a s e " du s e p t u o r i n s p i r e d a l ' a u t e u r , c r o i t - i l , p ar l e sommeil de sa f i l l e , M a r c e l evoque, par a s s o c i a t i o n , une p e t i t e p i e c e de Schumann, "L ' e n f a n t d o r t " des Scenes d ' e n f a n t s , et pense, par a n t i c i p a t i o n , au moment ou i l r e t r o u v e r a l e s o i r meme, endormie ou r e V e i l l e e , A l b e r t i n e q u ' i l a p p e l l e "ma p e t i t e e n f a n t " (74) • Ox l e sentiment de t e n d r e s s e que tous deux dprou-vent pour l e u r " e n f a n t " semble n o u r r i par l a s o u f f r a n c e causee p a r 1 ' i n c o n d u i t e morale t o u t a u t a n t que p ar l ' i n f i d d l i t e f i l i a l e de cet " e n f a n t " . Pour s'en c o n v a i n c r e , i l s u f f i t de se r a p p e l e r que c' e s t a p a r t i r du moment ou. M a r c e l a p p r i t l e s r a p p o r t s q u i e x i s -t a i e n t e n t r e A l b e r t i n e et 1'amie de M i l e V i n t e u i l , c e t t e " p r a -t i q u a n t e p r o f e s s i o n n e l l e du Saphisme", q u ' i l s ' a t t a c h a v r a i m e n t a c e l l e - l a et q u ' i l l a s e q u e s t r a pour l ' a r r a c h e r a son " v i c e " . Dans l e s deux c a s , l e mai ayant eu pour cause p r e m i e r e 1 ' i n f l u e n -ce n e f a s t e de l'amie de M i l e V i n t e u i l , quoi de p l u s normal qu'-e l l e se r a c h e t a t sciemment ou inconsciemment aupres des deux "p e r e s " q u ' e l l e a v a i t c r u e l l e m e n t a f f l i g e s ? Le message s i r e v e l a t e u r et s i p r e c i e u x que l e N a r r a t e u r sut - 112 -de' c h i f f r e r a 1 ' a u d i t i o n du Septuor de V i n t e u i l est en quelque s o r t e un leg s de l ' a u t e u r d e s t i n e a tous ceux qui en s e r a i e n t d i g n e s , et transmis aux h e r i t i e r s s p i r i t u e l s ; du musicien par c e l l e qui e t a i t l e plus en dette envers l u i . Sans 1 ' o b l i g a t i o n morale que l'amie de M i l e V i n t e u i l s ' e t a i t f a i t e , au p r i x d'un t r a v a i l acharn£, de mettre a jour l e s d e r n i e r e s oeuvres de V i n -t e u i l , et de l e u r a s s u r e r a i n s i une " p o s t S r i t e " , jamais l a " j o i e s u p r a - t e r r e s t r e " apportee par " l ' a p p e l " du Septuor ne s e r a i t parvenue jusqu'a M a r c e l . C e l u i - c i r e c o n n a i t d ' a i l l e u r s l e me r i -te de 1' e x e c u t r i c e t e s t a m e n t a i r e , de V i n t e u i l : c ' e t a i t grace a e l l e , par compensation, qu'avait pu v e n i r jusqu'a moi l' e t r a n g e appel que je ne c e s s e r a i s p l u s jamais d'entendre comme l a promes-se q u ' i l e x i s t a i t autre chose, r e a l i s a b l e par l ' a r t sans doute, que l e neant que j ' a v a i s t r o u -ve" dans tous l e s p l a i s i r s et dans 1'amour meme, et que s i ma v i e me semblait s i v a i n e , du moins n ' a v a i t - e l l e pas tout accompli (75)• Comme nous 1'avons vu tout au long de ce c h a p i t r e , l a musi-que, qui represente 1'une des plus grandes v a l e u r s humaines dans l a pensee de Proust, est t r e s etroitement l i e e a 1 1 i n t r i g u e p;sy-chologique dans l a Recherche, r o l e qui n'ava i t ete" que bien t i -midement Sbauche dans Jean S a n t e u i l . Pour reprendre l ' e x p r e s s i o n de l ' a u t e u r , e l l e est ve"ritablement l e " f i l conducteur" qui r e -l i e entre eux l e s grands themes de 1'oeuvre. Themes de l a voca-t i o n a r t i s t i q u e , de 1 ' e x t r a - t e m p o r a l i t e , de l a r e a l i t e de l ' a r t : themes du Temps et de l a rnemoire, de l a souffrance et de 1'amour: themes de 1 ' i n v e r s i o n s e x u e l l e et de l a redemption, du snobisme musical et de l a v i e mondaine, tous s ' e n t r e c r o i s e n t selon un o r -dre savamment p r e e t a b l i et s'appuient i n v a r i a b l e m e n t sur l a t r a -me richement c o l o r e e de l a musique. - 1 1 3 -M O T E S 1 . La Recherche, v o l . I l l , p. I O 4 8 2 . Idem, vol . r l j p. 5 0 3 3 . Idem, v o l . II , p. 4 9 1 4. Idem, v o l . 1 1 , p • 4 9 1 5 . Idem, v o l . I I , P • 4 6 9 6 . Idem, v o l . I I , p. 471 7. Idem, vol . II , p • 688 8 . Idem, v o l . 1 1 P' 6 0 5 9 . Idem, v o l . I, p. 3 2 8 1 0 . Idem, v o l . I, p. 3 5 3 1 1 . Idem, v o l . I I , p • 1086 1 2 . Idem, v o l . I I , p. 8 1 2 1 3 . Idem, vol . II , pp . 8 1 6 1 4 . Idem, vol . II, p • 9 5 4 1 5 . Idem, vol . I, p- 1 8 9 1 6 . Idem, v o l . III J p , 2 2 9 17. Idem, vol . III , p . 2 4 1 18. Idem, v o l . I I , p • 9 5 5 1 9 . Idem, v o l . III , p . 2 4 1 2 0 . Idem, v o l . I I , p • 8 8 5 2 1 . Idem, v o l . I I , p • 9 2 8 2 2 . Idem, vol . I 5 p • 2 8 9 2 3 . Idem, v o l , I» p« 3 0 1 2 4 . Idem, vol . I, p • 2 3 6 2 5 . Idem, vol . I, P ' 3 Q 1 2 6 . Idem, v o l . I I , p • 8 1 4 27, Idem, v o l . I, p. 8 8 3 2 8 . Idem, v o l . III , p . 1 1 2 9 . Idem, vol . III , p • 4 5 2 3 0 . Cite sans note de reference dans La Musique et 1 'immortalite  dans 1'oeuvre de Marcel Proust de Benoist-Mechin, p. 18 3 1 . La Recherche, vol . I, p. 208 3 2 . Idem, vol . I, pp' 2 0 9 , 210 3 3 . Idem, vol . I, p • 210 34. Idem, v o l . I, p • 198 3 5 . Idem, v o l . I, p. 1 9 1 36. Idem, vol . I, P' 211 37. Idem, v o l . I, P • 211 38. Idem, vol . I, P' 345 39. Idem, vol . I, p. 533 4 0 . Idem, v o l . I l l , p. 1 5 8 4 1 . Idem, v o l . I l l , p. 1 5 9 4 2 . Idem, v o l . I l l , p. 2 4 9 4 3 . Idem, v o l . I l l , p. 2 5 3 - 1 1 4 -N O T E S 4 4 . Idem, v o l . I l l , pp. 2 5 7 , 2 5 8 4 5 . Idem, v o l . I l l , p. 2 5 8 4 6 . Idem, v o l . I l l , p. 2 5 8 4 7 . Idem, v o l . . I l l , p. 2 5 8 4 8 . Idem, v o l . I l l , p. 877, 878 4 9 . M i c h e l B u t o r , Les O e u v r e s d ' A r t I m a g i n a i r e s chez P r o u s t , p . 3 4 5 0 . La R e c h e r c h e , v o l . I l l , p. 2 5 2 5 1 . Idem, v o l . I l l , pp. 2 5 0 - 2 5 9 5 2 . Idem, v o l . I , p. 180 5 3 . M i c h e l B u t o r , op. c i t . p. 3 9 5 4 . La R e c h e r c h e , v o l . 1 , pp. 1 5 6 5 1 5 8 1 4 0 0 - 4 1 3 $ 4 9 3 5 5 • Idem, v o l . I l l 5 6 . Idem, v o l . I l l 5 7 . Idem, v o l . I l l 5 8 . Idem, v o l . I l l 5 9 . Idem, v o l . I l l 6 0 . Idem, v o l . I l l p. 862 P. 938 P. 943 P. 979 P. 9 9 8 p. 1 0 4 2 61. La M u s i q u e , des o r i g i n e s a nos j o u r s , p. 3 2 2 62. L a R e c h e r c h e , v o l . I I , p. 1 0 0 9 6 3 . Idem, v o l . I I , p. 3 7 9 6 4 . Idem, v o l . I , p. 7 5 1 6 5 . Idem, v o l . I I , p. 9 1 1 6 6 . Idem, v o l . I I , p. 1 0 0 9 , 1 0 1 0 6 7 . Idem, v o l . I I , p. 9 5 3 6 8 . Idem, v o l . I l l , p. 206 6 9 . Idem, v o l . I , pp. 1 4 7 , 1 4 8 7 0 . Idem, v o l . I , pp. 1 5 9 , 1 6 0 7 1 . Idem, v o l . I , p . 1 4 7 72. Idem, v o l . I l l , pp. 2 6 1 , 2 6 2 7 3 « P i e r r e C o s t i l , "La c o n s t r u c t i o n m u s i c a l e de l a R e c h e r c h e du Temps p e r d u " , B u l l e t i n de l a S o c i e t e des Amis de M a r c e l e t des  Amis de Combray, n 2 8 , 1 9 5 8 , p. 4 8 8 7 4 « L a R e c h e r c h e , v o l . I l l , p. 2 5 3 7 5 . Idem, v o l . I l l , p. 2 6 3 CHAPITRE V RAPPORTS ENTRE LA MUSIQUE ET LE STYLE DE MARCEL PROUST - 1 1 5 -La p a s s i o n de Marcel Proust pour l a musique se manifeste a chaque pas dans son oeuvre par l e r S l e s t r u c t u r a l c o n s i d e r a b l e q u ' i l l u i c o n f i e . Par a i l l e u r s , l a musique e s t , a p l u s d'un egard constamment presente dans sa langue. Nous avons vu 1'usage f r e -quent q u ' i l f a i t de termes t e l s que "harmonie", "melodieux", "u-n i s s o n " , "rythme", e t c . . . , empruntes a l a musique, et l e s q u e l s ne manquent pas, a t r a v e r s l e s images dvoquees, de donner a l a l a n -gue proustienne une t o n a l i t e musicale. Cependant, l e s a f f i n i t d s e n tre son d c r i t u r e et c e l l e de l a musique vont bien au-dela de ces quelques e f f e t s r e u s s i s , sans doute, mais qui ne reprdsentent r i e n de neuf dans l a l i t t d r a t u r e f r a n g a i s e . La m u s i c a l i t e est en quelque s o r t e i n f u s e dans l a langue de Prou s t . E l l e y est presente d'une fagon s i i n t r i n s & q u e q u ' i l est p a r f o i s d i f f i c i l e de l i m i t e r ses contours dans c e t t e vaste f r e s -que v e r b a l e qu'est l a Recherche. Proust est d ' a i l l e u r s p a r f a i t e -ment conscient de l a m u s i c a l i t e de son s t y l e . Lorsque dans Com-bray Bloch exhorte son ami Marcel a l i r e Bergotte et q u ' i l rend l e plus grand hommage aux "proses l y r i q u e s " de ce "gigantesque assembleur de rythmes", l e l e c t e u r d o i t s a v o i r t r a d u i r e , et v o i r dans l e s t y l e du "doux Chantre", c e l u i m§me de l ' a u t e u r . ( l ) A l a ; ; l e c t u r e de Bergo t t e , l e heros de l a Recherche ne tarde pas a y d e c o u v r i r un " f l o t cache" d'harmonie, un prelude i n t d r i e u r " qui " s o u l e v a i t son s t y l e " ( 2 ) . Bien p l u s , 1 ' " e f f u s i o n musicale" et l e " f l u x mdlodique" de l a langue de Bergotte sont tellement en accord avec ce que l e jeune Marcel considere comme l e s t y l e " i d e -a l " , q u ' i l p l e u r e "sur l e s pages de 1 ' e c r i v a i n comme dans l e s bras d'un pere r e t r o u v e " ( 3 ) . Bien que l e Narrateur presente Ber-g o t t e sous 1 ' a s p e c t d'un pere s p i r i t u e l , i l est tout a f a i t Evident que c e l u i - c i -de mime que V i n t e u i l et E l s t i r d ' a i l l e u r s - est un " a l t e r ego" de l ' a u t e u r . Comment ne pas r e c o n n a l t r e en e f f e t - 116 -d a ns l e s " m e r v e i 1 l e u s e s i m a g e s " q u i c a r a c t e r i s e n t l e s t y l e de B e r g o t t e , l e s i n n o m b r a b l e s et m a g n i f i q u e s m e t a p h o r e s p r o p r e s a l a l a n g u e p r o u s t i e n n e ? L'image m u s i c a l e , comme nous l e v e r r o n s b i e n t o t dans ce c h a -p i t r e , c o n s t i t u e 1'un des e l e m e n t s l e s p l u s i m p o r t a n t s p o u r r S a -l i s e r l a f u s i o n de son a r t et de l ' a r t des s o n s . Cependant, i l eut a u s s i r e c o u r s , dans s a t e c h n i q u e d ' e c r i t u r e , a c e r t a i n s p r o -c e d e s m u s i c a u x q u i r S v e l e n t b i e n s a v o l o n t e de c r e e r une o e u v r e de q u a l i t e m u s i c a l e . R a p p e l o n s d ' a b o r d 1 ' e p i s o d e de l a p e t i t e m a d e l e i n e q u i se t e r m i n e p a r un l a r g e c r e s c e n d o . De s a t a s s e de t h e , l e N a r r a t e u r v o i t s u r g i r : t o u t e s l e s f l e u r s du j a r d i n f a m i l i a l e t c e l l e s du p a r e de ffi. Swann, e t l e s nympheas de l a V i v o n n e , e t , l e s bonnes gens du v i l l a g e e t l e u r s p e t i t s l o g i s et 1 ' e g l i s e et t o u t Combray et s e s e n v i r o n s ( 4 ) . B i e n que t r a n s p o s e s u r l e p l a n v i s u e l e t s p a t i a l , l a p r o g r e s s i o n evoque t o u t a f a i t l e p a s s a g e g r a d u e l du p i a n i s s i m o au f o r t i s s i m o . Un p r o c e d e a y a n t un c e r t a i n r a p p o r t avec l e c r e s c e n d o en mu-s i q u e , q u o i q u ' i c i l e s e l e m e n t s c o n s t i t u a n t s s o i e n t d i s s o c i S s ou " d i s j o i n t s " dans l e t e x t e , e s t u t i l i s e p o u r amener de f a c o n p r o -g r e s s i v e un evgnement c a p i t a l dans l a v i e du N a r r a t e u r (evenement q u i r e 'presente d ' a i l l e u r s un p o i n t c u l m i n a n t dans l e roman), 1'au-d i t i o n du s e p t u o r de V i n t e u i l . La p r e m i e r e i n s i n u a t i o n q u i nous c o n d u i r a p a r e t a p e s au moment t r i o m p h a l de l a g r a n d e " r e v e l a t i o n " e s t e n c o r e t r e s v a g u e . On a p p r e n d s e u l e m e n t que l e v i o l o n i s t e M o r e l v e u t e v i t e r t o u t e e m o t i o n d ' o r d r e s e n t i m e n t a l p a r c e q u ' i l d o i t i n -t e r p r e t e r l e s o i r meme des p i e c e s d i f f i c i l e s c h ez l e s V e r d u r i n ( 5 ) . P a r a i l l e u r s , l e p r o f e s s e u r B r i c h o t annonce a M a r c e l q u ' i l y a u r a ce s o i r - l a " g r a n d " t r a l a l a " m u s i c a l , o r g a n i s e p a r M. C h a r l u s " au "Quai C o n t i " ( c ' e s t a i n s i que l e s " f i d e l e s " a p p e l a i e n t l a n o u -- 117 -v e l l e r e s i d e n c e des Verdurin) ( 6 ) . Peu apres, l e baron de Char-l u s vante au Narrateur l e t a l e n t d'executant de son protege : "vous a l l e z v o i r ce s o i r comme ce gosse joue b i e n l a musique de V i n t e u i l " ( 7 ) . Le l e c t e u r est de mieux en mieux informe sur 1'evenement musical q u i , peu a peu, se p r e c i s e . P u i s , s'adressant t o u j o u r s a Marcel, l e baron manifeste son re g r e t que Bergotte ne pu i s s e a s s i s t e r a l a s o i r e e musicale: " J ' a u r a i s beaucoup voulu q u ' i l vxnt ce s o i r , car i l a u r a i t entendu C h a r l i e dans l e s choses q u ' i l joue vraiment l e mieux" ( 8 ) . La haute q u a l i t e de 1 'execution de c e t t e musique a t t i r e de plus en plus notre a t t e n t i o n . Meme 1'ac-te compensatoire de l'amie de Mile V i n t e u i l , grace auquel 1 ' a u d i -t i o n sera rendu p o s s i b l e , est vaguement annonce a l ' i n t e r i e u r de c e t t e longue p r o g r e s s i o n . En e f f e t , Charlus apprend a son i n t e r l o -cuteur l a presence probable de l a f i l l e du compositeur et de son amie, "deux personnes d'une t e r r i b l e r e p u t a t i o n " , a 1'occasion de ce t t e reunion musicale chez l e s V e r d u r i n ( 9 ) . Un element e s s e n t i e l nous manque encore: 1 ' i d e n t i f i c a t i o n exacte de l a musique qui sera exdcutee. Jusqu'au d e r n i e r moment l e Narrateur a cru que 1'on joue-r a i t l a sonate de V i n t e u i l pour piano et v i o l o n , mais l o r s q u ' i l apercut sur l ' e s t r a d e p l u s i e u r s i n s t r u m e n t i s t e s , i l comprit q u ' i l s ' a g i s s a i t d'une autre musique. Ce n'est qu'au moment de 1 ' a u d i t i o n de 1'oeuvre n o u v e l l e et au,,fur et a mesure q u ' e l l e se c o n s t r u i t "progressivement" devant l u i que l e Narrateur i d e n t i f i e c e t t e "mu-sique i n e d i t e " comme l e chef-d'oeuvre de V i n t e u i l ( l O ) . Le long crescendo p r e p a r a t o i r e a l a r e v e l a t i o n du septuor a sa r e p l i q u e a l ' i n t e r i e u r meme de 1'oeuvre dans l e premier mouvement qui passe, par tous l e s degres i n t e r m e d i a i r e s , du "rose d'aurore" a un rouge p l u s v i f pour a r r i v e r a 1 ' " e n s o l e i l l e m e n t b r u l a n t " de midi accom-pagne de l a " t i t u b a t i o n de cloches r e t e n t i s s a n t e s et dechainees". Ces cloches qui r a p p e l l e n t c e l l e s de Combray -car l e compositeur - 118 -a v a i t eu s o i n de l e s t r a n s p o s e r dans son s e p t u o r - , et de p l u s l o i n e n c o r e c e l l e s de J e a n S a n t e u i l et rneme c e l l e s de "La Mort de B a l -d a s s a r e S i l v a n d e " , c o n s t i t u e n t l e symbole d'un a p p e l p r e s s a n t , a p p e l a l a v o c a t i o n a r t i s t i q u e . E p i s o d e q u i r e p r e s e n t e un sommet dans 1'oeuvre de P r o u s t a 1 ' e"gard de s a p h i l o s o p h i e de l ' a r t , L e s c l o c h e s " d e c h a i n e e s " du s e p t u o r s o u l i g n e n t egalement l a p r o d i g i e u -se e v o l u t i o n de l ' a u t e u r d e p u i s ses o e u v r e s de j e u n e s s e j u s q u ' a son roman de m a t u r i t e . Au nombre des p r o c S d e s m u sicaux employes p a r P r o u s t , se t r o u -ve a u s s i une g r a d a t i o n q u i se p r o d u i t c e t t e f o i s en sens i n v e r s e du c r e s c e n d o . I I s ' a g i t , a v e c l a m a r q u i s e d o u a i r i e r e de Cambremer des d i m i n u e n d o de ses e p i t h e t e s m u l t i p l e s . Chez e l l e , la-* r e g i e des t r o i s a d j e c t i f s s ' a p p l i q u e dans l e sens c o n t r a i r e a l a p r o -g r e s s i o n . C ' e s t a i n s i q u ' e l l e a p p r e c i e r a l e s q u a l i t e s " u n i q u e s -r a r e s - r e e l l e s " de R o b e r t de S a i n t - L o u p , q u ' e l l e se d i r a " r a v i e -h e u r e u s e - c o n t e n t e " d'une i n v i t a t i o n qu'on l u i f a i t ( l l ) ou qu* e l l e p r i e r a M a r c e l de l u i amener s a c o u s i n e " d e l i c i e u s e - c h a r -mante - a g r e a b l e " (12) . L'usage des t r o i s e p i t h e t e s c hez Mme de.- Cambremer a s a c o n t r e -p a r t i e dans l a l a n g u e meme du H a r r a t e u r . A i n s i que l e n o t e Made-l e i n e R e m a d e dans son e x c e l l e n t e Stude du s t y l e de P r o u s t - i n t i t u -l e s L ' S l e m e n t p o e t i q u e dans l a R e c h e r c h e , l e s g r o u p e s t e r n a i r e s t r e s f r e q u e n t s chez l u i c o n f e r e n t un rythme m u s i c a l a s a l a n g u e . I I ne s ' a g i t done pas i c i p o u r l u i de c r e e r des e f f e t s de c r e s c e n -do ou de d i m i n u e n d o , mais d ' a t t e i n d r e a un h a r m o n i e u x mouvement r y t h m i q u e . Mme Remacle c i t e p a r exemple l e s g r o u p e s c o n s t i t u S s p a r deux a d j e c t i f s e t un s u b s t a n t i f ou p a r deux s u b s t a n t i f s et un a d -j e c t i f t e l s que: "un s o u r i r e momentane de s o l e i l " , " l a s u r f a c e a z u r e e du s i l e n c e " ou " l a mauve a g i t a t i o n des f l o t s " (l3) » De"ja dans J e a n S a n t e u i l , l e s o u c i du rythme m u s i c a l p r e n d - 119 -forme. A i n s i , a l a f i n d'un long paragraphe, une phrase se t e r m i -ne par t r o i s a d j e c t i f s qui se detachent comme t r o i s accords d'une cadence f i n a l e : "dans un a v e n i r g l o r i e u x , i n d e c i s et p r o c h a i n " ( 1 4 ) . A i l l e u r s ce sont t r o i s verbes qui scandent l a phrase dans un mou-vement de " s t r e t t o " : "comme dans un m i r o i r toutes l e s idees qui se succedaient, s ' a g i t a i e n t , se m u l t i p l i a i e n t en f o u l e dans sa pen-see" ( 1 5 ) . Reconnaissons t o u t e f o i s que c'est dans 1'oeuvre de maturite que 1 ' e c r i v a i n e x p l o i t e r a l e rythme musical t e r n a i r e dans toute sa mesure. La premiere c r e a t i o n l i t t e r a i r e du heros de l a Recher-che , cet exquis p e t i t morceau, j a i l l i d'un elan soudain de po e s i e , sur l e s c l o c h e r s de M a r t i n v i l l e , est marquee par l e nombre i d e a l de t r o i s . Les t r o i s c l o c h e r s a p p a r a i s s e n t au jeune poete tour a tour "comme t r o i s oiseaux poses sur l a p l a i n e " , "comme t r o i s p i v o t s d 'or", "comme t r o i s f l e u r s p e i n t e s sur l e c i e l " , et l u i r a p p e l l e n t " t r o i s jeunes f i l l e s d'une legende, abandonnees" dans l a s o l i t u d e du s o i r qui tombe. P u i s , de mime que l e s t r o i s personnes de l a T r i n i t e s a i n t e , l e s t r o i s c l o c h e r s se r e s o l v e n t dans l ' u n i c i t e . De l o i n , l e jeune e c r i v a i n l e s v o i t "ne plus f a i r e sur l e c i e l en-core rose qu'une forme n o i r e , charmante et r e s i g n e e , et s ' e f f a c e r dans l a n u i t " ( l 6 ) . Une f o i s encore l e rythme t e r n a i r e des a d j e c t i f s marque l a f i n de l a phrase, et bi e n p l u s , l a c o n c l u s i o n du p e t i t morceau. Mentionnons au passage quelques autres groupes de mots i l l u s -t r a n t l e rythme t e r n a i r e que 1'auteur de l a Recherche a f f e c t i o n n e p a r t i c u l i e r e m e n t . Dans une mime page des Jeunes F i l l e s en F l e u r s , par exemple, ce rythme est u t i l i s e a deux r e p r i s e s . A i n s i , G i l b e r t e Swann avance vers son camarade Marcel "un f a u t e u i l d e l i c i e u x , h o s -t i l e et s c a n d a l i s e " , et 1 'invite" de l a maison trouve au "sa l o n composite" d'Odette "une cohesion, une unite, un charme i n d i v i d u e l " ( 1 7 ) . Jusqu'aux longs adverbes qui tien n e n t l e u r p a r t i e dans l a - 120 -rythmique de l a langue p r o u s t i e n n e . Le matin, avant l e l e v e r , pour communiquer avec sa grand'mere qui occupait une chambre con-t i g u g a l a sienne a 1 ' h o t e l de Balbec, Marcel r i s q u a i t sur l e mur " t r o i s p e t i t s coups, timidement, f a i b l e m e n t , d i s t i n c t e m e n t " . Ce qui r e p r e s e n t a i t pour l u i un "doux i n s t a n t matinal qui s ' o u v r a i t comme une symphonie par l e dialogue rythme" des t r o i s coups sur l a c l o i s o n "harmonieuse", echanges entre l u i et sa grand'mere ( l 8 ) . Le Narrateur e v o q u e r a i t - i l i c i l e s premiers accords de l a sympho-nie n 2 5 en do mineur de Beethoven, repetes avec i n s i s t a n c e par l e s d i v e r s instruments de l ' o r c h e s t r e tout au long du premier mouve-ment? Dans ce cas, 'las s o c i a t i o n ne s e r a i t pas tout a f a i t j u s t e car l e rythme i n i t i a l de ce mouvement de symphonie est c o n s t i t u e de t r o i s croches s u i v i e s d'une blanche : s o l , s o l , s o l , mi , f a , f a , f a , re , e t c . . . De toutes manieres, l e groupe des t r o i s adverbes immediatement r e l i e " au groupe des t r o i s coups frappes sur l a c l o i s o n et a l a musique a i n s i evoquee r e v e l e b i e n 1 ' e f f e t mu-s i c a l rythmique que l ' a u t e u r cherche a p r o d u i r e dans sa prose. Nous savons l e souci qu'avaient l e s compositeurs d'avant-garde au debut du s i e c l e de se l i b e r e r des r e g i e s d'harmonie t r a -d i t i o n n e l l e s . A i n s i , Debussy, bien apres E r i c S a t i e d ' a i l l e u r s , f i t un usage systematique de neuviemes s u c c e s s i v e s non preparees et non r e s o l u e s . Les dissonances r e s u l t a n t de ces enchainements h a r d i s pouvaient p l a i r e ou choquer, s e l o n 1 ' o r e i l l e de chacun. Quant a Proust , ce procede' ne semble pas a v o i r provoque son hos-t i l i t y , b i en au c o n t r a i r e . En f a i t , i l l u i a r r i v e p a r f o i s dans son a r t de c r e e r des e f f e t s e q u i v a l e n t s a ces i n t e r v a l l e s de seconde, de septieme ou de neuvieme qui ytonnent souvent l e profane. Nous voulons p a r l e r i c i des f a u t e s de langage t r e s frequentes chez F r a n c o i s e , et encore davantage chez l e d i r e c t e u r de 1 ' h o t e l de - 121 -Balbec, f a u t e s que l e Narrateur compare lui-m§me a des "dissonan-ces o r i g i n a l e s " ( 1 9 ) • Le d i r e c t e u r a f f i r m e par exemple, qu'on peut g u e r i r un p e t i t "maux de gorge" avec l e " c a l y p t u s " ( 2 0 ) . II a dans sa cave une "bourrique" de v i n vieux qui n'est pas du c h a t e a u - l a f i t e mais quelque chose d '"dquivoque" (pour E q u i v a l e n t ) ( 2 1 ) . Apres a v o i r l u un "paraphe" de 1 'Echo de P a r i s sur l a p o l i t i q u e de M. C a i l l o u x , i l trouve que c e l u i - c i t i e n t trop l a France sous l a "coupole" de l'Allemagne ( 2 2 ) . D ' a i l l e u r s , s i l e s Japonais, l e s Allemands et l e s Cosaques r e u s s i s s e n t jamais a f a i r e un ddbarquement a Balbec, i l n'y aura p l u s , selon l u i , qu'a " d e c r e p i r " ( 2 3 ) . Dans ses mala-dresses de langage, i l advient m§me q u e l q u e f o i s au d i r e c t e u r de d d b i t e r des contresens q u i j l u i font d i r e exactement l e c o n t r a i r e de ce q u ' i l v o u l a i t exprimer, ce qui rend ses "dissonances" d'au-tant plus p i q u a n t e s . Au Narrateur qui l e remercie de s'etre deran-ge pour l u i , l e d i r e c t e u r de 1'hotel repond que c e l a ne l u i a f a i t perdre "qu'un temps i n f i n i " (pour i n f i m e " ) ( 2 4 ) • De p l u s , i l p r e -tend a v o i r connu A l b e r t i n e et ses amies bien avant q u ' e l l e s eussent a t t e i n t "l'age de l a p u r e t e " ( 2 5 ) . E n f i n , avec tout l e serieux qui convient a l a c i r c o n s t a n c e , l e d i r e c t e u r r e n o u v e l l e a son jeune c l i e n t Marcel ses condoleances pour l e deces de sa grand'mere, et rememore l e jour ou c e l l e - c i f i t une "symecope" a 1 ' h o t e l de B a l -bec ( 26) . De m§me, l e v o c a b u l a i r e de l a v i e i l l e domestique Frangoise comporte b i e n des i n c o r r e c t i o n s (et p a r f o i s des archai'smes) tout a u s s i p i t t o r e s q u e s que c e l l e s du d i r e c t e u r . Selon e l l e , l a duches-se Oriane s e r a i t " a l l i a n c e e avec" un c e r t a i n baron de Guermantes dont p a r l e l e v a l e t de chambre, car tous ces a r i s t o c r a t e s sont de la"meme parenthese" ( 2 7 ) . Dans son langage, l e mois de septembre se t r a d u i t par "sectembre", et une stoppeuse par "estoppeuse" ( 2 8 ) . - 1 2 2 --Mais l e p l u s c o l o r e des mots de son cru est l e terme "paperoles" qu 1 e l l e - a p p l i q u e aux f e u i l l e s de p a p i e r s sur l e s q u e l l e s son jeune maitre e c r i t ses " p a r o l e s " , c ' e s t - a - d i r e ses e s s a i s l i t t e r a i r e s ( 2 9 ) . Tous ces barbarismes dont l e d i s c o u r s du d i r e c t e u r et c e l u i de Frangoise sont parsemes, representent autant d'inharmonies ou de dissonances inattendues qui apportent des couleurs f o r t o r i g i n a l e s a l a prose musicale de P r o u s t . A propos de s t y l e l i t t e r a i r e , l ' a u t e u r de l a Recherche d i s a i t dans une l e t t r e adressee a Mme Straus en J a n v i e r 1 9 0 8 : Chaque e c r i v a i n est o b l i g e de se f a i r e sa langue, comme chaque v i o l o n i s t e est oblige" de se f a i r e son "son". Et entre l e son de t e l v i o l o n i s t e mediocre, et l e son (pour l a mime note) de Thibaut, i l y a un i n f i n i m e n t p e t i t qui est un monde. ( 3 0 ) Cette a s s e r t i o n de Marcel Proust a un c a r a c t e r e premonitoire a 1 ' e g a r d de son propre s t y l e , car e l l e a ete e c r i t e a l'epoque ou l a Recherche n'en e"tait qu'a l ' e t a t d'ebauche, et e l l e renferme un element qui mieux que tout autre c a r a c t e r i s e l a beaute de l a langue p r o u s t i e n n e , et p a r t i c u l i e r e m e n t c e l l e de 1'oeuvre de m a t u r i t e : une metaphore. E t , s o i t d i t au passage, 1'image indi q u e b i e n i c i tout ensemble l a f i n e s s e a u d i t i v e de Proust et l e souci q u ' i l a de mettre en rapport son a r t et l a musique. La me"taphore est pour l u i , a n'en pas douter, 1'un des elements e s s e n t i e l s d'un beau s t y l e . A i n s i , ce q u ' i l reproche l e p l u s a F l a u b e r t dans son a r t i c l e "A propos du " s t y l e " de F l a u b e r t " ( a r t i -c l e q u ' i l p u b l i a dans l a Nouvelle Revue Frangaise en 1 9 2 0 ) , c'est l a pauvrete de l a metaphore dans ses oeuvres. Proust p r e c i s e : " j e c r o i s que l a metaphore seule peut donner une s o r t e d ' e t e r n i t e au s t y l e , et i l n'y a p e u t - e t r e pas dans tout F l a u b e r t une seule b e l l e metaphore" ( 3 l ) . L'auteur de l a Recherche peut en p a r l e r d ' a u t o r i t e - 123 -car i l est passe maitre dans l ' a r t de l a metaphore. Son oeuvre e n t i e r e est c o n s t e l l e e de ces f i n e s images q u i , chacune apporte p l u s de lumiere, d ' i n t e l l i g e n c e et de beaute au t e s t e . Au cours d'un long expose r e l a t i f a ses idees e s t h e t i q u e s , dans l e Temps ret rouve", i l a f f i r m e sa f o i en l a metaphore: On peut f a i r e se succeder i n d e f i n i m e n t dans une d e s c r i p -t i o n l e s ob j e t s qui f i g u r a i e n t dans l e l i e u d e c r i t , l a v e r i t e ne commencera qu'au moment ou 1 ' E c r i v a i n prendra deux o b j e t s d i f f e r e n t s , posera l e u r r a p p o r t , (,...] , et l e s enfermera dans l e s anneaux n e c e s s a i r e s d'un beau s t y l e ; [...] i l degagera l e u r essence commune en l e s reu n i s s a n t 1'une et 1'autre pour l e s s o u s t r a i r e aux contingences du temps, dans une metaphore (32). Hotons que c'est a 1'aide d'une image que Proust donne sa d e f i n i t i o n de l a metaphore. Bien souvent chez l u i , ces "anneaux n e c e s s a i r e s " au beau s t y -l e r e l i e n t l a musique a 1'ob j e t q u ' i l veut d e c r i r e . Et ce que ces images degagent n'est pas uniquement 1'"essence commune" aux deux o b j e t s mis en rap p o r t , mais p a r f o i s a u s s i l e temperament musical de l ' a u t e u r ou mime ses connaissances exactes en musique. Sous cet aspect, une nette e v o l u t i o n se t r a d u i t depuis l e s images musicales des oeuvres de jeunesse chez Proust jusqu'a c e l l e s de l a Recherche. Dans Jean Santeui1, par exemple, l a metaphore musicale i l l u s t r e un i n t e r e t i n c o n t e s t a b l e pour l a musique et mime une nature musicale chez l ' a u t e u r , mais jamais une e r u d i t i o n p a r t i c u l i e r e en musique. Assez souvent l e s i g n i f i e de ces images est emprunte au monde de l a nature. A i n s i , l e heros observe une a b e i l l e a l a tache tout au fond d'une f l e u r . E l l e se l a i s s e "tout e n t i e r e r e c o u v r i r par l e s blancs v o i l e s d'un v o l u b i l i s , sachant b i e n comment e l l e r e s s o r t i r a tout a 1'heure car cet t e h a b i l e t e est presque chez e l l e dans l e s dependances de 1 ' h a b i l e t e p r o f e s -s i o n n e l l e , comme un c h i r u r g i e n s a i t d e f a i r e un bandage £...1>un - 124 -musicien fermer un piano" ( 3 3 ) . Ou bien ce sont l e s "coqs herauts du matin" qui"sonnent l e r e v e i l " "comme l e s trompettes du regiment" (34)» Moins bruyants, l e l i e r r e et l a vigne v i e r g e n'en executent pas moins, l e theme p r i m i t i f qu'avait impost l ' a r t , l e u r s f e s t o n s , l e u r s e n t r e l a c s spontanement accrus d'annee en annee" ( 3 5 ) . Plus r e v e l a t r i c e s du temperament musical de l ' a u t e u r et de son a t t e n t i o n a u d i t i v e , sont l e s images qui se rapportent au monde humain. Par exemple, l e m e i l l e u r ami de Jean S a n t e u i l , Henri de R e v e i l l o n (dont l e s i n i t i a l e s sont d ' a i l l e u r s a 1'inverse de c e l l e s de Reynaldo Hahn) " a v a i t l e charme d'un accord j u s t e qui s a t i s f a i t pleinement 1 ' o r e i l l e " (26). Quant a son pere, l e due de R e v e i l l o n qui u s a i t de "nuances i n f i n i e s " dans son d i s c o u r s , i l r e s e r v a i t des s u r p r i s e s a ses i n t e r l o c u t e u r s en gardant pour l a f i n de l a phrase l e fond de sa pensee. Au d i r e du n a r r a t e u r , "Avec l u i on e t a i t comme en musique ou i l f a u t attendre 1'accord pour . s a v o i r dans quel ton on e s t " ( 3 7 ) . P a r f o i s , c'est l e f i n melomane qui se r e v e l e dans ces images mus i c a l e s . Un brusque changement de ton chez Mme S a n t e u i l evoque l e passage s u b i t d'un mouvement d ' a l l u r e calme et gaie au mouve-ment suivant de c a r a c t e r e tempetueux dans une oeuvre symphonique: Un chef d'orchestre f a i s a n t succSder d'un coup d'archet un a l l e g r o f u r i e u x en mineur a un r i a n t andante en ma-jeur ne change pas plus soudainement 1'ame du p u b l i c que l e son seul de l a voix de Mme S a n t e u i l n ' a v a i t en en une minute bouleverse l a face et 1'ame de Jean. (38) Un i n f i m e d e t a i l , l a suc c e s s i o n r a p i d e , sur un pan de mur, d'une ombre et d'une clarte" au passage d'un c a v a l i e r , s u f f i t a r a p p e l e r au n a r r a t e u r un c e r t a i n procede m u s i c a l . L'ombre et l a c l a r t e sont semblables a "deux p e t i t s instruments aux deux bouts. d'un o r c h e s t r e " qui "se repondent pendant quelques i n s t a n t s , 1'un s u f f i s a n t a e v e i l l e r , a e x c i t e r , a a r r e t e r 1'autre" ( 3 9 ) . Seule une i m a g i n a t i o n musicale peut concevoir un rapport entre un b r e f - 1 2 5 -je u d'ombre et de l u m i e r e sur un mur, et un m o t i f m u s i c a l f a i t de deux elements c o n t r a s t a n t s et a l t e r n a n t s . Mais a v r a i d i r e , c e t t e image e s t p e u t - e t r e 1'une des p l u s f a i b l e s chez P r o u s t c a r e l l e e s t par t r o p r e c h e r c h e e et a r t i f i c i e l l e . Le passage du c a v a l i e r q u i p r o j e t t e rapidement son ombre sur l e mur ne se p r o d u i s a n t qu'une s e u l e f o i s , l ' a l t e r n a n c e d'ombre et de c l a r t e q u i en r e s u l t e peut d i f f i c i l e m e n t s u p p o r t e r l a comparaison avec l e d i a l o g u e des deux i n s t r u m e n t s d ' o r c h e s t r e . Par c o n t r e , 1'une des images m u s i c a l e s l e s mieux r e u s s i e s dans ce roman de jeunesse en e s t une q u i , mieux que t o u t a u t r e , t r a d u i t l a m u s i c a l i t e du n a r r a t e u r : Le f i a c r e a l l a i t extremement v i t e et Jean e p r o u v a i t du p l a i s i r a se l a i s s e r e n t r a l n e r , s e c o u e r , ramener vivement a d r o i t e et a gauche par e n d r o i t s , comme on se l a i s s e c o n d u i r e par une musique qu'on chante i n t e -r i e u r e m e n t ( 4 0 ) . Le mouvement du corps q u i s'abandonne au roulement de l a v o i t u r e e s t une v e r i t a b l e c o n c r e t i s a t i o n du mouvement de l'ame, l a q u e l l e se berce au deroulement d'une musique i n t e r i e u r e . En o u t r e , on dev i n e b i e n i c i l e jeune homme e p r i s de musique q u i se chante a lui-meme des a i r s aimes. Mais en aucun moment, dans Jean S a n t e u i 1 , une image m u s i c a l e r e v e l e - t - e l l e des c o n n a i s s a n c e s p r e c i s e s en musique de l a p a r t du n a r r a t e u r . I I va de s o i , qu'avec l a m a t u r i t e , 1 ' e x p e r i e n c e m u s i c a l e a c c r u e et une p l u s grande a i s a n c e d ' e c r i t u r e chez l ' a u t e u r , l e s images m u s i c a l e s de l a Recherche p r e s e n t e n t un i n t e r l t b i e n supe-r i e u r a c e l l e s du pr e m i e r roman. P a r f o i s , c e r t a i n e s n o t i o n s t e c h -n i q u e s de l a musique sont mises en r e l i e f . La "mesure pour r i e n " , p a r exemple, e s t e x p l o i t e e a deux r e p r i s e s par P r o u s t . Dans A 1'ombre des jeunes f i l l e s en F l e u r s , l e s " j o u r s r a d i e u x " q u ' i l f a i t s ur l a "cot e de brumes et de t e m p l t e s " de Balbec semblent "mar-- 126 -quer un temps d ' a r r e t , 1 ' e q u i v a l e n t de ce qu'on a p p e l l e en musique une mesure pour r i e n " ( 4 l ) . L'auteur applique l a meme image a une autre s i t u a t i o n cependant t r e s d i f f e r e n t e . Lorsqu'une femme qui r e c o i t de 1'argent de son p r o t e c t e u r l u i d i t s "He par l o n s pas d'argent", de l ' a v i s du Narrateur qui est f i n psychologue, " c e t t e p a r o l e d o i t §tre comptee, a i n s i qu'on d i t en musique, comme "une mesure pour r i e n " " ( 4 2 ) . Dans l e s deux cas, i l s ' a g i t bien de l a mesure que 1'on compte pour r i e n avant de commencer un morceau de musique, mais l e s deux s i t u a t i o n s s o u l i g n e n t un aspect d i f f e -rent de ce t t e "mesure pour r i e n " . La premiere suggere l a suspen-s i o n du temps, t a n d i s que l a seconde evoque l a non-valeur des temps compt es. Sans doute, dans une oeuvre ou l e Temps joue un r o l e primor-d i a l dans l a pensSe de l ' a u t e u r , l e rapport qui e x i s t e entre l e Temps a l ' e t a t pur et l e temps dans l e q u e l l a musique se develop-pe, f a v o r i s e - t - i l 1 ' e c l o s i o n d'images musicales. C'est a i n s i que l e reve, theme i n s i s t a n t dans l a Recherche, l e reve qui se joue constamment du temps et t r a n s p o r t e a tout moment l e dormeur a des epoques d i f f e r e n t e s et a n t e r i e u r e s de son e x i s t e n c e , est i-elie" a un procedS musical de r e t o u r en a r r i e r e que l'on a p p e l l e l e "da capo" i Souvent c ' e t a i t tout simplement pendant mon sommeil que, par ces " r e p r i s e s " , ces da capo du reve qui tournent d'un seul coup p l u s i e u r s pages de l a memoire p l u s i e u r s f e u i l l e t s du c a l e n d r i e r me ramenaient, me f a i s a i e n t r e t r o g r a d e r a une impression douloureuse mais ancienne, (43) Mentionnons e n f i n une autre image r e l a t i v e a l ' d c r i t u r e musi-c a l e , c e l l e ou, quelque temps apres l a f u i t e et l a mort d ' A l b e r t i n e son souvenir qui ne c a u s a i t plus de t r i s t e s s e a Marcel " n ' e t a i t p l u s qu'une t r a n s i t i o n a de nouveaux d e s i r s , comme un accord qui prepare des changernents d'harmonie" (44) • La t e r m i n o l o g i e 'du - .127 -Na r r a t e u r n'est pas tout a f a i t exacte, car i l s e r a i t plus c o r -r e c t i c i de p a r l e r de changements de t o n a l i t e , mais c e t t e d e r -n i e r e image a i n s i que l e s t r o i s precedentes r e v e l e n t chez Marcel P r o u s t , une c e r t a i n e f a m i l i a r i t e avec 1 ' e c r i t u r e musicale, connais-sances qui ne depassent t o u t e f o i s pas c e l l e s d'un amateur moyen. Par a i l l e u r s , 1'experience musicale acquise a l a s a l l e de concert ou a 1'opdra i n s p i r a de nombreuses metaphores a l' a u t e u r -de l a Recherche. On sent i c i que r i e n n'echappe a ce melomane a t t e n t i f . Depuis l e s premiers sons que font entendre l e s musiciens avant l e co n c e r t , a l o r s q u ' i l s accordent l e u r s instruments, j u s -qu'aux p a r t i e s d'orchestre l e s p l u s s u b t i l e s , tout se retrouve transpose dans l e s m e r v e i l l e u s e s images musicales de Proust. Lorsque l a mere du Narrateur a bes o i n des s e r v i c e s de ses domestiques qui s' a t t a r d e n t trop a t a b l e pour l e dejeuner, e l l e l e s a p p e l l e a 1'aide de l a p e t i t e sonnette. Mais ses timides ap-p e l s repetes ne s u f f i s e n t pas a e b r a n l e r l e mouvement chez l a dome s t i c i t e s F r a n g o i s e , son v a l e t de p i e d , l e maitre d'hotel enten-daient l e s coups de sonnette non comme un appel et sans songer a v e n i r , mais pourtant comme l e s premiers sons des instruments qui s'accordent quand un concert va b i e n t S t recommencer et qu'on sent q u ' i l n'y aura plu s que quelques minutes d 'entr • acte.(4 5 ) A 1 ' a u d i t i o n de l a musique au concert, l a f o n c t i o n du chef d ' o r c h e s t r e au p u p i t r e de d i r e c t i o n est pour l e Narrateur un su j e t d ' a t t e n t i v e o b s e r v a t i o n . A i n s i , M. de Charlus, musicien d e l i c a t a ses heures, evoque par un comportement d u a l i s t e tout ensemble l e chef d ' o r c h e s t r e et l e s musiciens. C'est un Charlus diminue et v i e i l l i que nous retrouvons dans l a d e r n i e r e p a r t i e de l a Recher-che . Convalescent d'une attaque d'apoplexie, l e baron eprouve quelque d i f f i c u l t y d ' a r t i c u l a t i o n , ce qui 1'oblige p a r f o i s a rdpe t e r t r o i s ou quatre f o i s l e s p a r o l e s q u ' i l e s s a i e de rendre - 128 -i n t e l l i g i b l e s . A 1 ' a u d i t i o n de "ce pia n i s s i m o des p a r o l e s susur-r e e s " , l e Narrateur decouvre chez l u i une d u a l i t y de p e r s o n n a l i t e qui t i e n t a ce que l a p a r a l y s i e en a f f e c t a n t l e s c e l l u l e s du c e r -veau a r e d u i t considSrablement l e c o n t r S l e musculaire chez l e ba-ron tout en l a i s s a n t i n t a c t e son i n t e l l i g e n c e . V o i l a pourquoi son i n t e r l o c u t e u r d i s t i n g u e en l u i deux M. de Charlus: Des deux, 1 ' i n t e l l e c t u e l p a s s a i t son temps a se p l a i n -dre q u ' i l a l l a i t a I'aphasie, q u ' i l ,s prononcait cons-tamment un mot, une l e t t r e pour une a u t r e . Mais des qu'en e f f e t i l l u i a r r i v a i t de l e f a i r e , 1 ' a u t r e M. de Charlus, l e subconscient, l e q u e l v o u l a i t autant f a i r e envie que 1 ' a u t r e p i t i e " et a v a i t des coquette-r i e s dedaignees par l e premier, a r r l t a i t immediate-ment, comme un chef d ' o r c h e s t r e dont l e s musiciens pataugent, l a phrase commencee, et avec une i n g e n u i t y i n f i n i e r a t t a c h a i t ce qui v e n a i t e n s u i t e au mot d i t en r e a l i t e pour un autre mais q u ' i l semblait a v o i r c h o i s i . ( 4 6 ) Cette image r e v e l e 1'un des t r a i t s l e s plus c a r a c t e r i s t i q u e s de Marcel Proust, e c r i v a i n dans sa ma t u r i t e : l a s u b t i l i t e et l e souci de v e r i t y dans l a d e s c r i p t i o n psychologique de ses personnages. E l l e i n d i q u e a u s s i par sa complexity et par son c o l o r i s , l ' e v o -l u t i o n accomplie dans 1 ' i m a g e r i e proustienne depuis l e s p a l e s images de Jean S a n t e u i l . L'auteur de l a Recherche semble a v o i r une p r e d i l e c t i o n toute p a r t i c u l i e r e pour 1'image du chef d'orchestre*' A deux r e p r i s e s , Robert de Saint-Loup en emprunte l e s t r a i t s . Entoure de ses amis m i l i t a i r e s qui ne sont pas assez a t t e n t i f s au d i s c o u r s de Marcel, l e jeune marquis f a i t t a i r e ses camarades. II exige l e s i l e n c e "comme un chef d ' o r c h e s t r e interrompt ses musiciens en frappant avec son archet £sic] parce que quelqu'un a f a i t du b r u i t " ( 4 7 ) . Beaucoup plus pres de l a musique est c e t t e seconde image qui i l l u s t r e une c o l e r e a u s s i s p e c t a c u l a i r e que spontanee chez Robert de Saint-Loup. Colere provoquee d'une part par un j o u r n a l i s t e q u i , a l a p r i e r e de Saint-Loup, refuse de j e t e r l e c i g a r e dont l a fumee - 1 2 9 -incommode v i s i b l e m e n t son ami Marcel, et d'autre p a r t , par des propos pour l e moins f a m i l i e r s que t i e n t Rachel, l a maitresse du marquis, avec un danseur sur l a scene du t h e a t r e , et c e l a a l a s u i t e d'une b r o u i l l e entre l e s deux amants. Saint-Loup s ' e f f o r -9a tout d'abord d'§tre t r e s c o r r e c t , " p o l i et doux" avec l e j o u r -n a l i s t e , mais i l semble que l a c o l e r e engendree de part et d'autre se s o i t accumulee sournoisement sans l e moindre crescendo dans l e s parole s . p o u r r e j a i l l i r soudainement sur l e meme personnage, c a r , a son grand etonnement, l e Narrateur v i t a un moment son ami: l e v e r son bras v e r t i c a l e m e n t au-dessus de sa t e t e comme s ' i l a v a i t f a i t signe a quelqu'un que Cie Narrateur ne v o y a i t pas} , comme un chef d ' o r c h e s t r e , et en e f f e t -sans plu s de t r a n s i t i o n que, sur un simple geste d'ar-chet, dans uune symphonie ou un b a l l e t , des rythmes v i o l e n t s succedent a un gr a c i e u x andante- apres l e s p a r o l e s c o u r t o i s e s q u ' i l v e n a i t de d i r e , i l a b a t t i t sa main, en une g i f l e r e t e n t i s s a n t e , sur l a joue du j o u r n a l i s t e ( 4 8 ) . Nous avions ddja note dans Jean S a n t e u i l une image ;;a peu pres analogue ou un brusque changement de ton (de l a part de Mme S a n t e u i l ) r a p p e l a i t au n a r r a t e u r l e passage i n a t t e n d u d'un " r i a n t andante" a un " a l l e g r o f i i r i e u x " . Les c a p r i c i e u s e s sautes d'humeur de M. de Charlus produisent egalement de ces e f f e t s e"tonnants de changements de co u l e u r s , comme i l est s i frequent dans l e s oeuvres symphoniques. Mais i c i c'est l e mouvement marque "amabile" qui succede a 1 ' " a g i t a t o f u r i o s o " . On se souvient en e f f e t que 1 ' i n -nocence du jeune Marcel, l e q u e l n ' a v a i t pas su dec h i f f ' r e r l e "Ne m'oubliez pas" dans l e myosotis grave" sur l a couverture du l i v r e que l u i a v a i t p r l t e l e baron, a v a i t provoque" une v i o l e n t e c r i s e de c o l e r e chez c e l u i - c i . Mais dans un mouvement soudain de gdne-. r o s i t e d'ame, avec 1 ' a t t i t u d e magnanime de 1'outrage qui f a i t mi-s d r i c o r d e a 1 ' o u t r a g e u r , mais en r e a l i t e pour gagner l a confiance et l ' a m i t i e de c e l u i dont i l v o u l a i t f a i r e son "protege", l e - 130 -baron de Charlus s'adresse tout a coup a l u i d'une v o i x douce, a f f e c t u e u s e , melancolique, comme dans ces symphonies qu'on joue sans i n t e r r u p t i o n entre l e s d i v e r s morceaux, et ou un gracieux scherzo aimable, i d y l l i q u e , succede aux coups de foudre du premier morceau (49)• La symphonie i c i evoqude e s t , hors de tout doute, l a sixieme de Beethoven, bien que l e mouvement i n t i t u l e "Gewitter, Sturm" ne s o i t pas l e premier mais l e quatrieme de 1'ce uvre symphonique. i i est d ' a i l l e u r s assez s i g n i f i c a t i f et meme symbolique qu'au moment ou. Marcel s ' a p p r l t e a q u i t t e r l e baron, comme en signe de " r e c o n c i l i a t i o n " , des accents de c e t t e symphonie se f a s s e n t justement entendre d'un autre Stage de l'immeuble. Le Narrateur e s t , a cet egard, t r e s e x p l i c i t e : "en e f f e t on d i s t i n g u a i t l e s premiers accords de l a t r o i s i e m e p a r t i e de l a Symphonie p a s t o -r a l e , " l a j o i e apres l ' o r a g e " , executes non l o i n de nous" (50). Notons i c i une autre i n e x a c t i t u d e de memoire chez 1'auteur de l a Recherche. Le mouvement qui porte l e s o u s - t i t r e "Frohe, dankbare Geftthle nach dem Sturm" n'est pas l e t r o i s i e m e mais bien l e c i n -quieme l e q u e l f a i t immediatement s u i t e , sans t r a n s i t i o n et sans temps d ' a r r e t , au mouvement de l ' o r a g e . La metaphore musicale est a u s s i 1'occasion pour l e Narrateur de rendre hommage a une So c i e t e musicale deja b i e n e t a b l i e a P a r i s , et presque c e n t e n a i r e a c e t t e epoque p u i s q u ' e l l e f u t f o n -dee en 1828, et a l a q u e l l e on r e p r o c h a i t p a r f o i s d'etre avant tout un musee pour musique c l a s s i q u e . I I s ' a g i t de la/Societe des Con-c e r t s du Conserv a t o i r e q u i , s e m b l e - t - i l , n'en po s s e d a i t pas moins de grandes q u a l i t e s d ' i n t e r p r e t a t i o n . A s s i s devant sa f e n e t r e a une heure t a r d i v e ou l e s i l e n c e presque t o t a l regne sur l a v i l l e de Combray, l e p e t i t Marcel p e r c o i t " l e s b r u i t s l e s plus e l o i g n e s " qui semblent ne d e v o i r l e u r " e f f e t de l o i n t a i n qu'a l e u r p i a n i s s i -- 1 3 1 -mo, comme ces m o t i f s en s o u r d i n e , s i b i e n e x e c u t e s par 1 ' o r c h e s -t r e du C o n s e r v a t o i r e que, quoiqu'on n'en perde pas une n o t e , on c r o i t l e s entendre cependant l o i n de l a s a l l e du c o n c e r t " ( 5 l ) . L ' a f f i n e m e n t du sens a u d i t i f et m u s i c a l chez P r o u s t se t r a -d u i t egalement dans c e t t e a u t r e image d e l i c a t e ou l e N a r r a t e u r e t a b l i t un r a p p o r t e n t r e l e s " m i l l e d e t a i l s d ' e x e c u t i o n " de sa c h e m i s e t t e , l e s q u e l s " a v a i e n t eu grande chance de r e s t e r i n a p e r -gus", et "ces p a r t i e s d ' o r c h e s t r e a u x q u e l l e s l e compo s i t e u r a donne tous ses s o i n s , b i e n q u ' e l l e s ne d o i v e n t jamais a r r i v e r aux o r e i l l e s du p u b l i c " ( 5 2 ) . On dev i n e par l a que l e s s u b t i l i t e s p r c h e s t r a l e s ne l u i echappent pas p l u s que l a f i n e s s e d ' e x e c u t i o n de sa c h e m i s e t t e . B i e n que c e r t a i n e s metaphores m u s i c a l e s chez P r o u s t semblent n ' e t r e que de purs e x e r c i c e s l i t t e r a i r e s - t e l l e 1 ' i m a g e du gargon d'ascenseur q u ' i l compare a un " o r g a n i s t e dans sa chambre", a un " v i r t u o s e " q u i pousse l e s "tuyaux" et t i r e " l e s r e g i s t r e s de son i n s t r u m e n t " (53)-» p l u s i e u r s d'entre e l l e s , c e l l e s r e l a t i v e s a quelques c o m p o s i t e u r s que l ' e c r i v a i n a p a r t i c u l i e r e m e n t a d m i r e s , o n t , dans 1 ' e n s e m b l e , une grande s i g n i f i c a t i o n pour l e l e c t e u r de l a Recherche. P a r f o i s e l l e s i n d i q u e n t avant t o u t l e gout m u s i c a l de l ' a u t e u r , gout q u i p e u t - e t r e d ' a i l l e u r s p r e t e a 1 ' u n de ses personnages. Rappelons-nous a cet e f f e t l a p r e d i l e c t i o n commune au baron de Ch a r l u s et a P r o u s t pour l e s quatuors de Beethoven. V o i l a p o u r q u o i l o r s q u e l e N a r r a t e u r d i t qu'un " C h a r l u s a u t r e que n.'etait l e b a r o n , eut Ste indigne" de v o i r Morel a v o i r des r e l a -t i o n s avec une femme, comme i l l ' e u t ete de l i r e s ur une a f f i c h e que l u i , 1 ' i n t e r p r e t e de Bach et de Haendel, a l l a i t j o u e r du P u c c i n i " ( 5 4 ) , i l f a u t y t r a d u i r e l e peu de cas que p o u v a i t f a i r e l e melomane e r u d i t q u ' S t a i t P r o u s t , de l ' a u t e u r de l a To sea. - 1 3 2 -Une a u t r e image'tout a u s s i r e v e l a t r i c e temoigne de sa f i n e c o n n a i s s a n c e de Bach. I c i c'est l e d e b i t . i n t a r i s s a b l e et I ' e n t e -tement dans l a c o n v e r s a t i o n chez l e s h a b i t a n t s du pays de F r a n c o i -se q u i a p p e l l e n t l a comparaison avec l a c o n t i n u i t y dans le.mouve-ment c o n t r a p u n t i q u e chez l e m a i t r e de l a fugue. Le N a r r a t e u r de l a Recherche d e f i n i t l e c a r a c t e r e de ces braves gens en s o u l i g n a n t c e t t e h a b i t u d e q u ' i l s a v a i e n t "quand i l s p a r l a i e n t " et avec "une sourde o b s t i n a t i o n a ne pas se l a i s s e r i n t e r r o m p r e " , de " r e p r e n -dre v i n g t f o i s l a ou i l s en e t a i e n t s i on l e s i n t e r r o m p a i t , ce q u i f i n i s s a i t p a r donner a l e u r s propos l a s o l i d i t e i n e b r a n l a b l e d'une fugue de Bach" ( 5 5 )» Le mot " o b s t i n a t i o n " suggere d ' a i l l e u r s un procede t r e s cher a Bach, l ' " o s t i n a t o " q u i c o n s i s t e en un m o t i f q u i se r e p e t e i n l a s s a b l e m e n t et l e p l u s souvent a l a p a r t i e b a s s e , pendant que l e s a u t r e s v o i x p o u r s u i v e n t l e u r developpement thema-t i que. De l a meme maniere, 1 ' u n des procedes musicaux c a r a c t e r i s t i -ques de l ' e c r i t u r e b e e t h o v i e n n e e s t evoque a t r a v e r s une image m u s i c a l e chez P r o u s t . I I s ' a g i t c e t t e f o i s des phrases i n t e r r o g a -t i v e s que 1 ' o n r e n c o n t r e s i frequemment dans l e s oeuvres de Bee-thoven et par l e s q u e l l e s l e c o m p o s i t e u r , tourmente t o u t e sa v i e par de p e n i b l e s epreuves d'ordre f a m i l i a l et s e n t i m e n t a l , t o u r -mente egalement par l e probleme de l a l i b e r t e humaine, semble i n t e r r o g e r l e D e s t i n . Les r e g a r d s du baron dans l a d i r e c t i o n d'une personne q u ' i l c r o i s e pour l a premiere f o i s , quoique beaucoup moins n o b l e s dans l e u r m o t i f d ' i n q u i s i t i o n , r a p p e l l e n t a s sez b i e n ces p h r a s e s b e e t h o v i e n n e s . Dans l a cour de 1 ' h o t e l des Guermantes, C h a r l u s , f a s c i n e p a r l e g i l e t i e r J u p i e n , l e regarde avec une i n s i s t a n c e p a r t i c u l i e r e q u i s i g n i f i e : " j e ne d o i s pas me tromper, vous devez e t r e a u s s i de Z u r i c h , i l me semble b i e n vous a v o i r r e n c o n t r e souvent chez - 1 3 3 -l e marchand d 1 a n t i q u i t e s " . Et l e N a r r a t e u r a j o u t e : T e l l e , t o u t e s l e s deux m i n u t e s , l a meme q u e s t i o n sem-b l a i t intensement posee a J u p i e n dans 1 ' o e i l l a d e - de M. de C h a r l u s , comme ces phrases i n t e r r o g a t i v e s de Beethoven, r e p e t e e s i n d e f i n i m e n t , a i n t e r v a l l e s egaux, et d e s t i n e e s -avec un l u x e exagere de p r e p a r a t i o n - a amener un nouveau m o t i f , un changement de t o n , une " r e n t r e e " . ( 5 6 ) La f o n c t i o n de ces phrases de c a r a c t e r e i n t e r r o g a t i f chez Bee-thoven c o n s i s t e en e f f e t l e p l u s souvent en une t r a n s i t i o n de m o d u l a t i o n ou en un m o t i f de p r e p a r a t i o n a 1 ' e n t r e e d'un theme nouveau. Un t e l m o t i f e s t souvent ce q u i s e r t de "pont" e n t r e l e theme A et l e theme B de 1 ' e x p o s i t i o n dans l a forme s o n a t e , l e theme B e t a n t p a r f o i s chez Beethoven en quelque s o r t e une reponse au p r e m i e r theme. C'est done avec une f i d e l i t y remar -quable que ces p a r t i c u l a r i t i e s de l ' e c r i t u r e b e e t h o v i e n n e ont ete e n r e g i s t r S e s par 1 'auteur de l a Recherche . Le theme de q u a t r e notes q u i ouvre 1 ' A l l e g r o i n i t i a l de l a cinquieme symphonie de Beethoven e s t l u i a u s s i p r e s e n t a 1 ' e s -p r i t du N a r r a t e u r l o r s q u ' i l entend l e vent s o u f f l e r dans sa che-minee: " j ' e c o u t a i s l e s coups q u ' i l f r a p p a i t c o n t r e l a t r a p p e avec a u t a n t d'emotion que s i , p a r e i l s aux fameux coups d' a r c h e t par l e s q u e l s debute l a Symphonie en ut mineur, i l s a v a i e n t ete l e s a p p e l s i r r e s i s t i b l e s d'un m y s t S r i e u x d e s t i n " ( 5 7 ) . Le nom du compositeur n'est pas mentionne, mais chacun s a i t que Beetho-ven a lui-meme donne l a s i g n i f i c a t i o n de ces t r o i s c r o c h e s s u i -v i e s d'une b l a n c h e , l e s q u e l l e s r e p r e s e n t a i e n t dans sa pensSe l e s coups que f r a p p e l e D e s t i n a n o t r e p o r t e . I I a r r i v e p a r f o i s que l a metaphore m u s i c a l e chez P r o u s t i l -l u s t r e non seulement ses gouts en musique ou ses c o n n a i s s a n c e s p r e c i s e s de c o m p o s i t e u r s a t r a v e r s e l l e s evoques, mais une c e r -t a i n e p a r e n t e d'ordre s t y l i s t i q u e e n t r e l ' e c r i v a i n et c e s ; m u s i -- 1 3 4 -c i e n s . T e l l e c e t t e image ou l e p e t i t e bande des jeunes f i l l e s en f l e u r s a B a l b e c r a p p e l l e par ses mouvements s o u p l e s et f a n t a i -s i s t e s c e r t a i n e s phrases de Chopin. Le N a r r a t e u r q u i 1 ' o b s e r v e d e p u i s longtemps c o n s t a t e que l a p e t i t e bande "ne l a i s s e jamais p a s s e r une o c c a s i o n de saut ou de g l i s s a d e sans s 'y l i v r e r con-s c i e n c i e u s e m e n t , i n t e r r o m p a n t , semant sa marche l e n t e -comme Cho-p i n l a phrase l a p l u s m e l a n c o l i q u e - de g r a c i e u x d e t o u r s ou l e c a -p r i c e se mime a l a v i r t u o s i t e " ( 5 8 ) . Nous r e c o n n a i s s o n s b i e n ia^> en e f f e t , l e s phrases melodiques souvent entrecoupees de f a n t a i -s i s t e s m o t i f s de v i r t u o s i t e des N o c t u r n e s . Mais n ' e s t - c e pas que ces mimes phrases "au l o n g c o l sinueux et demesure, de Chopin, s i l i b r e s , s i f l e x i b l e s , s i t a c t i l e s " au d i r e de l ' a u t e u r de l a Recher-che ( 5 9 ) sont en quelque s o r t e t r a n s p o s e e s dans l a prose de c e l u i -c i ? M adeleine Remade s o u l i g n e e f f e c t i v e m e n t l a ressemblance e n t r e l a phrase de Chopin et c e l l e de P r o u s t ( 6 0 ) . Chaque page de l a Re-cherche c o n t i e n t des exemples de p h r a s e s a l l o n g e e s , c o n t o u r n e e s , et dont l e m o t i f i n i t i a l e s t souvent suspendu par de s u b t i l e s propo-s i t i o n s subordonnees, q u i , en apparence nous e l o i g n e n t du s u j e t , mais q u i , en r e a l i t y , nous l e f o n t p e n e t r e r davantage; de ces phrases ou l e l e c t e u r , a u s s i b i e n que l e p i a n i s t e q u i execute Chopin, d o i t e t r e lui-mime v i r t u o s e s ' i l veut i n t e r p r e t e r c o r r e c tement et f i d e l e m e n t 1 1 aut eur. B i e n que P r o u s t a i t consacre quelques images m u s i c a l e s a Wa-g n e r , c o m p o s i t e u r q u i p l u s que t o u t a u t r e e x e r c a une i n f l u e n c e c o n s i d e r a b l e dans son a r t , aucune ne met en Iximiere l e s t y l e p r o -pre du m a i t r e de B a y r e u t h . A peine e v o q u e - t - i l quelques d e t a i l s s c e n i q u e s ou quelque passage m u s i c a l s i g n i f i c a t i f dans ses o p e r a s . Une f o i s i l s ' a g i t de M a r c e l q u i , ayant passe p r e s de t r o i s q u a r t s d'heure a a d m i r e r l e s t a b l e a u x d ' E l s t i r chez l e due de Guermantes pendant que c e l u i - c i , l a duchesse et l e s i n v i t e s n ' a t t e n d a i e n t que - 1 3 5 -l u i pour se m e t t r e a t a b l e , se r e t r o u v e soudain au m i l i e u de j e u -nes dames aux l a r g e s d e c o l l e t e s . Le N a r r a t e u r compare ce "change-ment de d e c o r " a " c e l u i q u i i n t r o d u i s i t t o u t a coup P a r s i f a l au m i l i e u des f i l l e s f l e u r s " ( 6 l ) . L ' a n a l o g i e des s i t u a t i o n s e s t a s -sez remarquable, en e f f e t , et l e s d e r n i e r s mots de 1'image nous f o n t songer que l e t i t r e de l a deuxieme p a r t i e de l a Recherche, A 1'Ombre des jeunes F i l l e s en F l e u r s , n'est sans doute pas S t r a n -ger a c e t t e scene de 1 ' o p e r a P a r s i f a l . De f a c o n p a r a l l e l e , l e N a r r a t e u r s ' i d e n t i f i e , a t r a v e r s une metaphore m u s i c a l e , au heros de 1 ' o p e r a wagnerien q u ' i l p r e f S r a i t e n t r e t o u s , T r i s t a n et I s o l d e . La scene evoquee e s t c e l l e ou, dans l e j a r d i n de son chateau en B r e t a g n e , T r i s t a n b l e s s e a mort attend l e s i g n e d'un b e r g e r q u i s c r u t e 1 ' h o r i z o n et d o i t l u i annoncer l ' a r r i v e e du n a v i r e a bord duquel se t r o u v e I s o l d e . Scene qui c o r -respond dans l a RechercheS. a c e l l e ou M a r c e l , apres l a s o i r e e p a s -see chez l a p r i n c e s s e de Guermantes, a t t e n d 1 ' a p p e l t e l e p h o n i q u e q u i l u i annoncera l a v i s i t e t a r d i v e d ' A l b e r t i n e . Son a t t e n t e t o u r n e a 1'anxiSte" quand t o u t a coup i l entend "mecanique et s u b l i m e , com-me dans T r i s t a n 1'Scharpe a g i t e e ou l e chalumeau du p a t r e , l e b r u i t de t o u p i e du t e l e p h o n e " ( 6 2 ) . On sent b i e n 1'element de p a r o d i e q u i se g l i s s e dans c e t t e image, l a n a t u r e des s e n t i m e n t s chez l e s deux c o u p l e s e t a n t t e l l e m e n t d i f f e r e n t e . La p a r o d i e est d'autant p l u s e v i d e n t e q u ' i l y a l o i n de l a " s u b l i m e " melodie du c o r a n g l a i s q u i annonce l ' a r r i v d e d ' I s o l d e au "mecanique" " b r u i t de t o u p i e du t e lephone". Une s e u l e f o i s dans son i m a g e r i e m u s i c a l e , l e N a r r a t e u r de l a Recherche i l l u s t r e sa c o n n a i s s a n c e de l ' e c r i t u r e m u s i c a l e de Wagner. Et c'est l a f i n e s s e a u d i t i v e de c e l u i meme q u i , dans Jean S a n t e u i l e n t e n d a i t p a r t o u t de l a musique n a t u r e l l e , q ui l u i permet d ' e t a b l i r un r a p p o r t e n t r e l e b r u i t i r r e g u l i e r et p l a i n t i f de l a p o r t e du - 1 3 6 -p a l i e r q u i "se r e f e r m a i t d ' elle-ineme t r e s l e n t e m e n t , sur l e s cou-r a n t s d ' a i r de l ' e s c a l i e r " et " l e s hachures de phrases volu.ptueu-ses et g e m i s s a n t e s qui se superposent au choeur des P e l e r i n s v e r s l a f i n de l ' o u v e r t u r e de Tannhauser - ( 6 3 ) . Une l e g e r e r e c t i f i c a t i o n s.'impose i c i , c a r ces longues phrases " v o l u p t u e u s e s " , hachees par groupes de deux n o t e s , et qu ' executent l e s c o r d e s , n'accompagnent pas v r a i m e n t l e choeur des P e l e r i n s ( l e q u e l ne se f a i t entendre que p l u s t a r d , dans l a t r o i s i e m e scene du p r e m i e r a c t e ) , mais p l u t o t l e theme c o n f i d aux c u i v r e s dans l ' o u v e r t u r e et que c h a n t e r o n t l e s p e l e r i n s a l l a n t a Rome. Cec i d i t , c e t t e m e r v e i l l e u s e metaphore ne p.erd r i e n de sa beauty et de sa " v e r i t e " . Avant de t e r m i n e r c e t t e etude des images m u s i c a l e s chez Pro.ust, e.t par consequent, du r o l e i m p o r t a n t q u ' e l l e s jouent dans son oeu-v r e , i l : c o n v i e n t d'en c i t e r t r o i s q u i , chacune e t a n t enoncee par un personnage de roman, denotent un t r a i t de c a r a c t e r e p r o p r e a -ces personnages. A i n s i , l o r s q u e , g r i s e , s e m b l e - t - i l , par l ' - a i r du s o i r , et se l a i s s a n t emporter par un f u t i l e e l a n de p o S s i e , M . Le g r a n d i n , c o n f i e a son jeune i n t e r l o c u t e u r M a r c e l q u * " i l v i e n t dans l a v i e une heure ou l e s o r e i l l e s ne peuvent p l u s d c o u t e r de musique que c e l l e que joue l e c l a i r de lune sur l a f l u t e du s i l e n -ce" ( 6 4 ) 5 ce sont sa p r e c i o s i t y et sa m e d i o c r i t y q u i sont mises en e v i d e n c e . I I ne s ' a g i t pas i c i , on l e d e v i n e b i e n , de l a langue de P r o u s t , mais de c e l l e d'un pedant peu i n s p i r e . A i l l e u r s , c ' e s t l e baron de C h a r l u s q ui emprunte l e langage. m u s i c a l . A l a s u i t e de sa " r e c o n c i l i a t i o n " avec M a r c e l , i l exprime son d e s i r de l e q u i t t e r "pour t o u j o u r s " , "comme en musique, sur un a c c o r d p a r f a i t " . Mais une p a r o l e dure l u i ayant echappe, i l se r e s -s a i s i t et l u i d i t : "Je ne veux pas vous q u i t t e r sur ces snots'* Pas de d i s s o n a n c e ; avant l e s i l e n c e e t e r n e l , a c c o r d de dominante!" ( 6 5 ) - 1 3 7 -Le v o c a b u l a i r e c o n v i e n t t o u t a f a i t a l a s i t u a t i o n - r a p p e l o n s - n o u s que l a scene de r e c o n c i l i a t i o n a l i e u aux sons de l a Symphonie pas-t o r a l e - mais egalement au personnage q u i , on l e s a i t , est un f i n m u s i c i e n . Mais a q u i a t t r i b u e r l ' e r r e u r s e l o n l a q u e l l e un morceau de musique se t e r m i n e r a i t general ement sur 1 ' a c c o r d de dominante et non sur c e l u i de l a t o n i q u e , a C h a r l u s ou au N a r r a t e u r ? E n f i n , ce d e r n i e r emploie l u i a u s s i , a une o c c a s i o n , des t e r -mes musicaux q u i sont un r a p p e l de ceux que nous avons s i souvent r e n c o n t r e s dans Jean S a n t e u i l , mais a l a d i f f e r e n c e que c e u x - c i e t a i e n t l e p l u s souvent l i e s a l a n a t u r e et par l a meme a l a m u s i -que n a t u r e l l e , t a n d i s que l e s merries termes u t i l i s e s dans ce passage de l a Recherche sont r e l i e s aux themes de 1'amour et du bonheur. D e p l o r a n t l a p r o l o n g a t i o n i n u t i l e d'un " s i m u l a c r e " d'amour avec A l b e r t i n e , M a r c e l r e g r e t t e de n ' a v o i r pas d e j a rompu: J ' a u r a i s du q u i t t e r B a l b e c , m'enfermer dans l a s o l i t u d e , y r e s t e r en harmonie avec l e s d e r n i e r e s v i b r a t i o n s de l a v o i x que j ' a v a i s su rendre un i n s t a n t amoureuse, et de q u i je n ' a u r a i s p l u s r i e n e x i g e que de ne pas s ' a d r e s s e r da-vantage a moi| de peur que, par une p a r o l e n o u v e l l e q u i • n'eut pu desormais e t r e que d i f f e " r e n t e , e l l e vxnt b l e s s e r d'une d i s sonance l e s i l e n c e s e n s i t i f ou, comme grace a quelque p e d a l e , a u r a i t pu s u r v i v r e longtemps en moi l a t o n a l i t e du bonheur. ( 6 6 ) C e t t e phrase s y n t h e t i s e a e l l e s e u l e l a c o u l e u r que M a r c e l P r o u s t sut donner a son oeuvre romanesque par une langue r i c h e d'emprunts f a i t s a l a musique. Et dans 1'ensemble, ce qu i r e s s o r t avec e v i d e n -ce de tous ces emprunts, de son i m a g e r i e m u s i c a l e a i n s i que des quelques procedes musicaux a u x q u e l s i l f i t a p p e l , t e l s que l e c r e s -cendo, l e rythme t e r n a i r e et l a d i s s o n a n c e , c'est l ' e v o l u t i o n mar-quee q u i s ' e s t e f f e c t u e e a 1 • egard de l a m u s i c a l i t e de son s t y l e d e p u i s Jean S a n t e u i l jusqu'a l a Recherche, e v o l u t i o n q u i s'est ope-ree au rythme meme de l a f o r m a t i o n m u s i c a l e de l ' a u t e u r en une mon-tee c o n t i n u e et p r o g r e s s i v e . - 1 3 8 -I 0 T E S 1 . La Recherche, vol.i I , p, 2 . Idem, v o l . I , p. 9 4 3 . Idem, v o l . I , p. 9 6 4 . Idem, v o l . I , pp. 4 7 , 4 8 5 . Idem, v o l . I l l , p. 1 9 6 6 . Idem, v o l . I l l , p. 2 0 2 7 . Idem, v o l . I l l , p. 2 1 9 8 . Idem, v o l . I l l , p. 2 2 2 9Y Idem, v o l . I l l , p. 2 2 2 9 0 1 0 . 1 1 . 1 2 . 1 3 . 1 4 . 1 5 . 1 6 . 1 7 . 18. 1 9 . 2 0 . 2 1 . 2 2 . 2 3 -2 4 . 2 5 . 2 6 . 2 7 . 2 8 . 2 9 . 3 0 . 3 1 -3 2 . 3 3 . 3 4 . 3 5 . 3 6 . 3 7 . 3 8 . 3 9 . 4 0 . 4 1 . 4 2 . Idem, v o l . I l l , pp. 2 4 8 - 2 5 0 Idem, v o l . I I , p. 9 4 6 Idem, v o l . I I , p. 1087 Madeleine Remacle, L'element p o e t i q u e dans l a Recherche, p . 1 6 9 Jean S a n t e u i l , v o l . I l l , p. 1 6 4 Idem, v o l . I I , p. 2 1 8 La Recherche, v o l . I , p. 181, 182 p. 5 3 9 6 6 9 , 6 7 0 7 7 9 7 6 3 7 6 5 7 5 2 7 4 7 7 5 5 7 7 5 , 7 7 6 7 7 8 2 2 3 9 2 , 7 3 6 9 0 9 Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem Idem v o l vo 1 vo 1 , v o l v o l v o l v o l v o l , v o l , v o l , v o l , v o l , v o l , I , I , p. I I I I I I I I p p p p I I I , p I I I I I I I I I I p. pp p. p. p. I l l , p L e t t r e s a Mme S t r a u s , p. 6 3 Chroni ques, p. 1 9 3 , N.R.F., J a n v i e r 1 9 2 0 La Recherche, v o l . I l l , p. 8 8 9 Jean S a n t e u i l , v o l . I , p. 1 9 9 I I , p. 4 0 I I , p. 2 6 0 I p. 275 I I I , .p. 4 1 I , P. 3 0 2 I I I , p. 1 6 1 I I I , p. 2 3 8 Idem, v o l Idem, v o l Idem, v o l Idem, v o l Idem, v o l Idem, v o l Idem, v o l La Recherche, v o l . I , p Idem, v o l . I I , p. 2 6 0 9 0 2 - 1 3 9 -B O T E S 4 3 . Idem, v o l . I l l , P. 5 3 8 4 4 . Idem, v o l . I I I , p. 5 9 9 4 5 . Idem, v o l . I I , p. 2 7 4 $ . Idem, v o l . I I I , p. 8 6 1 4 7 . Idem, vo 1 . I I , p. 1 0 6 4 8 . Idem, v o l . I I , p. 1 8 0 4 9 . Idem, v o l . I I , p. 5 6 0 5 0 . Idem, vo 1 . I I , p. 5 6 2 5 1 . Idem, vo 1 . I , P. 3 3 5 2 . Idem, v o l . I , p. 6 3 8 5 3 . Idem, vo 1 . I , p. 6 6 5 5 4 . Idem, v o l . I I I , p. 217 5 5 . Idem, v o l 0 I I , pp. 727, 728 5 6 . Idem, v o l . I I , p. 6 0 5 5 7 . Idem, vo 1 . I I , P. 3 4 6 58. Idem, vo 1 . I , p. 7 9 0 5 9 . Idem, vo l 4 I , P. 3 3 1 6 o . Mad e l e i n e Remacle, op. c i t . , p. 6 1 . La Recherche, v o l . I I , p. 4 2 3 62. Idem, v o l . I I , p. 7 3 1 6 3 . Idem, vo 1 . I I , P. 3 9 1 6 4 . Idem, v o l . I , p. 1 2 7 6 5 . Idem, vo 1 . I I , P. 5 6 3 6 6 . Idem, v o l . I I , P. 8 3 5 CHAPITRE VI L'OEUVRE DE MARCEL PROUST ET SES AFFINITES AVEC WAGNER ET DEBUSSY - 1 4 0 -A p l u s d'un aspect P r o u s t e s t a l a l i t t e r a t u r e f r a n g a i s e ce que Wagner et Debussy sont a l a musique. La n o u v e l l e concep-t i o n du roman chez l ' e c r i v a i n c o r r e s p o n d en e f f e t au renouveau qu'ont a p p o r t e Wagner et Debussy au drame l y r i q u e en p a r t i c u l i e r et a l ' e c r i t u r e m u s i c a l e en g e n e r a l . Le roman "pretendu r e a l i s t e " q u i n'est a u t r e qu'une p e i n t u r e a deux d i m e n s i o n s , ne s a t i s f a i t pas p l u s l ' a u t e u r de l a Recherche q u i veut t r o u v e r dans m l ' i m p r e s -s i o n " l a r e a l i t e profonde des choses, que l e s f o r m u l e s a r t i f i c i e l -l e s de 1 ' o p e r a i t a l i e n i s a n t ne peuvent re*pondre a 1 ' e s t h e t i que d'un Wagner q u i cherche " p a r - d e l a 1'apparence du s u j e t son e s s e n -ce purement humaine" ( l ) ou d'un Debussy q u i , l u i a u s s i , e n t r e v o i t a t r a v e r s 1 ' i m p r e s s i o n et " a u - d e l a des apparences, l e s r e a l i t e s dont e l l e s sont l e s s i g n e s " (2). Nous avons done l a t r o i s grandes f i g u r e s , t r o i s ge"nies, q u i , par une v o l o n t e impe'rieuse de s ' a f f r a n -c h i r des e n t r a v e s de t r a d i t i o n s d e s u e t e s , o s e r e n t b r i s e r l e s cadres et donner a i n s i une t r o i s i e m e dimension a l e u r a r t r e s p e c t i f . D'ou. de nombreuses a f f i n i t e s a 1 ' e g a r d de l ' e x p r e s s i o n a r t i s t i q u e , e n t r e l e s deux m u s i c i e n s d'une p a r t et l ' e c r i v a i n d a u t r e p a r t . C'est avec r a i s o n que l e s commentateurs de P r o u s t i n s i s t e n t sur 1 ' i n f l u e n c e de Wagner dans 1'oeuvre p r o u s t i e n n e c a r , s e l o n Andre Coeuroy, " P r o u s t o f f r e cet exemple, p e u t - e t r e u n i q u e , d'un e c r i v a i n q u i a ve"cu, comme l ' o n r e s p i r e , dans un wagnerisme que-t i d i e n et f a m i l i e r " ( 3 ) . Toute sa v i e , nous l e savons, s o i t a l a s a l l e de c o n c e r t , s o i t a 1 ' o p e r a , P r o u s t s'est n o u r r i des oeuvres de Wagner. Que c e t t e musique a i t q u i t t e l e s r e g i o n s sonores pour p r e n d r e forme dans l ' e x p r e s s i o n v e r b a l e chez l ' a u t e u r de l a Recher-che , c e l a n'a r i e n que de normal. C'est a i n s i que l e procede m u s i -c a l l e p l u s typiquement w a g n e r i e n , l e l e i t m o t i v , p a r c o u r t l e roman de m a t u r i t e de M a r c e l P r o u s t , non sans a v o i r auparavant l a i s s e 1 4 1 -quelques t r a c e s dans ses e c r i t s de j e u n e s s e . Deja en 1 8 9 3 > dans l a n o u v e l l e i n t i t u l e e " M e l a n c o l i q u e v i l -l d g i a t u r e de Mme B r e y v e s " , du r e c u e i l Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , P r o u s t a r e c o u r s au procede w a g n e r i e n . Rappelons brievement " l ' a -mour i n e x p l i c a b l e " de l a jeune veuve F r a n g o i s e de Breyves pour un homme me d i o c r e , M. de La l d a n d e , q u ' e l l e n ' a v a i t vu qu'une f o i s l o r s d'une s o i r e e chez l a p r i n c e s s e E l i s a b e t h d'A.... S o i r e e au cou r s de l a q u e l l e e l l e a v a i t entendu une phrase des Maxtres Chan-t e u r s q u i , au d i r e du n a r r a t e u r , a v a i t l e don de l u i evoquer M. de Laleande avec l e 'plus de p r e c i s i o n (Dem Vogel der heut sang dem war der Schna-b e l h o l d gewachsen). E l l e en a v a i t f a i t sans l e v o u l o i r l e v e r i t a b l e l e i t m o t i v de M. de L a l e a n d e , e t , l ' e n t e n -dant un j o u r a T r o u v i l l e , dans un c o n c e r t , e l l e f o n d i t en larmes ( 4 ) • Ce n'est l a qu'une prem i e r e t e n t a t i v e dans l a d i r e c t i o n du c e l e -bre procede w a g n e r i e n , et c e l u i - c i n ' o f f r e dans ce l i v r e de j e u -nesse que 1 ' a s p e c t d'une touche i s o l e e sans aucune f o n c t i o n d'ordre s t r u c t u r a l . Quelques annSes p l u s t a r d , dans l e c h a p i t r e "La Sonate" dans Jean S a n t e u i l , l ' a u t e u r r e p r e n d l e meme theme double (theme de 1'amour l i e a c e l u i du s o u v e n i r ) , et l ' e l a r g i t quelque peu. La p e t i t e p h r a s e i s q u e Jean se f a i s a i t j o u e r presque chaque s o i r p a r P r a n g o i s e "au temps de l e u r bonheur" d e v i e n t source d'angoisse pour l u i c a r i l v o i t son amour d e p e r i r . La mime phrase m u s i c a l e se p r e s e n t a n t sous deux a s p e c t s d i f f e r e n t s se rapproche •:• davan-tage du l e i t m o t i v wagnerien q u i , l o i n de ga r d e r l e m§me c a r a c t e r e t o u t au l o n g d'une oeuvre, change de physionomie s e l o n l e s s i t u a -t i o n s dramatiques et l e s d i f f e r e n t s e t a t s p s y c h o l o g i q u e s des p e r -sonnages. Dans son e x c e l l e n t a r t i c l e sur \ 7 a g n e r dans La Musique, des o r i g i n e s a nos j o u r s , Guy P e r c h a u l t p r e c i s e que l e l e i t m o t i v w a g n e r i e n "accompagne 1 ' a c t i o n , l a s o u l i g n e , l a suggere, ou l a - 142 -c o m p l e t e , sans jamais l a p a r a l y s e r par sa presence m u l t i f o r m e " ( 5 ) • Le l e i t m o t i v n'est done pas que l e symbole d'un personnage, d'une ide*e ou d'une chose, mais a u s s i un moyen d ' e x p r e s s i o n s i g n i f i c a t i f . Dans l a Recherche, beaucoup p l u s que dans son pr e m i e r roman, P r o u s t semble a v o i r p e n e t r e a fond ce moyen d ' e x p r e s s i o n p r o p r e a Wagner, et que Debussy u t i l i s e r a de fagon p r e s q u ' i d e n t i q u e dans P e l l S a s et M e l i s a n d e . La p e t i t e phrase de V i n t e u i l prend un v i s a g e d i f f e r e n t a chacune de ses a p p a r i t i o n s dans 1'oeuvre. L o r s de l a prem i e r e a u d i t i o n chez l e s V e r d u r i n , e l l e se p r e s e n t e " a e r i e n n e " , " o d o r a n t e " et s o u r i a n t e sous l ' a s p e c t d'un bonheur n a i s s a n t ( 6 ) . Par l a s u i t e , e l l e d e v i e n t dans l e s . m i l i e u des V e r d u r i n "1 ' a i r no-t i o n a l " de 1'amour de Swann et d'Odette. C'est a l o r s q u ' e l l e appa-r a i t "dansante" et " p a s t o r a l e " au couple heureux ( 7 ) . P u i s , l o r s -qu'Odette l u i joue et r e j o u e l a p e t i t e p h r a s e , Swann p e r g o i t quelque chose de "d o u l o u r e u x , p e u t - e t r e meme de secretement i n a p a i s e au fond de l a douceur de c e t t e p h r a s e " (8). L'amour de Swann e s t - i l menace par un t r o i s i e m e personnage ( i l s ' a g i t i c i de M. de Fo r c h e -v i l l e , un ami d ' O d e t t e ) , l a p e t i t e phrase se f a i t a l o r s " g r a c i e u -se" rnais " l o i n t a i n e " (9). Quelque temps p l u s t a r d , l o r s de l a s o i -ree S a i n t - E u v e r t e , l u i r a p p e l a n t son "bonheur p e r d u " , e l l e p r o v o -que d'abord chez Swann une "de"chirante s o u f f r a n e e " , p u i s passe p r e s de l u i " l d g e r e " et " a p a i s a n t e " t e l l e une " c o n f i d e n t e de son amour" (10). E n f i n , l o r s q u e quinze ans apres e l l e r e p a r a l t dans l e s a l o n des Swann, et sous l e s d s i g t s d'Odette, l a p e t i t e phrase a perdu pour Swann t o u t son mystere et t o u t e sa p o S s i e . E l l e ne l u i r a p p e l l e p l u s qu'un decor e x t e " r i e u r ( l e c l a i r de lune au B o i s de Boulogne) et r i e n de ses se n t i m e n t s d ' a u t r e f o i s ( l l ) . De meme que dans 1'opera w a g n e r i e n , l e l e i t m o t i v , dans l a Recherche, accompagne l ' a c t i o n , l ' a c c e n t u e , l a complete et l ' e c l a i -rel) C'est en Spousant t o u t e s l e s phases du developpement p s y c h o l q -- 1 4 3 -g i q u e chez Swann que l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l met en l u m i e r e ses e t a t s d'ame l e s p l u s d i v e r s d e p u i s l e s p r e m i e r s feux de 1 ' a -mour jusqu'a l ' o u b l i t o t a l . Le procede wagnerien e s t u t i l i s e p a r P r o u s t avec t a n t de p e n e t r a t i o n qu'Andre Coeuroy va jusqu'a a f f i r -mer qu ' I I n'y a pas dans t o u t e 1'oeuvre de Wagner, de l e i t -m o t i v employe avec p l u s de consequence et p l u s d'ha-b i l e t e que c e t t e p e t i t e phrase de V i n t e u i l ( 1 2 ) . Sa f o n c t i o n dramatique e s t done comparable a c e l l e des grands themes c o n d u c t e u r s dans T r i s t a n et dans P e l i e a s , pour ne c i t e r que deux exemples. Une p a r e n t e t o u t a u s s i e v i d e n t e s ' e t a b l i t e n t r e l e m a i t r e de B a y r e u t h et l ' a u t e u r de l a Recherche a l'e"gard de l a s t r u c -t u r e de l a p h r a s e . Chez Wagner, a p a r t i r de T r i s t a n , l ' e c r i t u r e c h r o m a t i q u e , en supprimant presque systematiquement l e ton e n t i e r et p ar consequent l a t o n a l i t e , et en e n t r a v a n t a i n s i l e s r a p p o r t s e n t r e l a t o n i q u e , l a dominante et l a sous-dominante, donne une i m p r e s s i o n d ' i n f i n i a sa p h r a s e . Les themes s ' e n c h a i n e n t , s'en-t r e m l l e n t , se f o n d e n t , se g o n f l e n t et s ' e t a i e n t comme en un r e -nouvellement c o n t i n u et p e r p e t u e l des vagues de l a mer. De l a meme f a c o n , et c e l a d e p u i s l a Recherche, l a phrase p r o u s t i e n n e prend une ampleur presque demesuree. Autant dans Les P l a i s i r s et  l e s j o u r s et dans Jean S a n t e u i l e l l e e s t s i m p l e , f a c i l e et l i m -p i d e , a u t a n t d a n s ; 1 ' o e u v r e de m a t u r i t y l a phrase se g o n f l e d ' i n -c i s e s , de p r o p o s i t i o n s subordonne"es m u l t i p l e s , de d i g r e s s i o n s complexes ou une i d e e en.engendre une a u t r e , et t o u t c e l a dans un rythme p a r f a i t e m e n t m u s i c a l . P r o u s t semble v o u l o i r s a c r i f i e r l a l o i de l a c l a r t e du s t y l e a l a beaute imposante de ses longues p h r a s e s ondoyantes et cadencees q u i , comme c e l l e s de Wagner, r a p -p e l l e n t l e mouvement i n f i n i de l a mer. Malgre sa c o m p l e x i t y , l a - 1 4 4 -phrase p r o u s t i e n n e r e s t e t r e s p o e t i q u e et m u s i c a l e . I I est i n t e -r e s s a n t de n o t e r a cet egard que, s e l o n M i l t o n H i n d u s , c ' e t a i t 1 ' i n t e n t i o n f i n a l e de P r o u s t d ' y c r i r e son l i v r e de s o r t e q u ' i l put e t r e l u a haute v o i x , comme un poeme (l3)« De p l u s , l ' e n c h a i -nement des themes dans l a Recherche, de meme que dans l a p l u p a r t des operas de Wagner, se f a i t dans un fondu t e l q u ' i l ; e s t p a r f o i s d i f f i c i l e de d i s t i n g u e r ou commence un theme nouveau et ou se t e r -mine l e p r e c e d e n t . P r o u s t s ' ^ t a n t t o u j o u r s n o u r r i de musique wa-g n e r i e n n e , on ne peut guere d o u t e r de 1 ' i n f l u e n c e c a p i t a l e exercee par e l l e s u r l a s t r u c t u r e v e r b a l e de son oeuvre de m a t u r i t e . A l ' S g a r d de l a synthese des a r t s chez l e m u s i c i e n et chez l e r o m a n c i e r , i l s ' a g i t p l u t o t d ' a f f i n i t y que d ' i n f l u e n c e , c a r l e temperament eminemment a r t i s t i q u e de P r o u s t d e v a i t de t o u t e n e c e s -s i t y l e c o n d u i r e a e t a b l i r dans son oeuvre un r a p p o r t e t r o i t e n t r e l e s a r t s q u i ont l e p l u s e n r i c h i sa v i e . Mais l a synthese se f a i t de fagon b i e n d i f f e r e n t e chez 1'un et 1 ' a u t r e . Le s o u c i de 'Wagner est de mettre a c o n t r i b u t i o n dans l a forme l a p l u s authentiquement a r t i s t i q u e tous l e s elements qui e n t r e n t dans l a p r o d u c t i o n d'un drame l y r i q u e . A 1 ' e n c o n t r e de 1 ' o p e r a t r a d i t i o n n e l ou l e p l u s souvent l e l i v r e t e s t t o t a l e m e n t depourvu de v a l e u r l i t t e r a i r e ( c e l u i de l a F l u t e enchantee de S c h i k a n a d e r en e s t un exemple f'rappant e n t r e b i e n ' d • a u t r e s ) , 1 ' o p e r a wagnerien e s t c o n s t r u i t sur un poeme que l e c o m p o s i t e u r e c r i t lui-meme avec l e p l u s grand s o i n , et q u ' i l c o n g o i t dans une e t r o i t e dependance avec l a musique, de s o r t e que l ' e x p r e s s i o n p o e t i q u e s o i t i d e n t i q u e a l ' e x p r e s s i o n m u s i c a l e . De p l u s , l ' a c t i o n dramatique s i souvent n e g l i g e e dans 1 ' o p e r a avant Wagner, e s t mise en v a l e u r par l u i . La d e c l a m a t i o n , l a mimique et 1 ' a t t i t u d e des c h a n t e u r s a i n s i que l e decor et l ' e c l a i r a g e d o i v e n t - 145 -— a t t e i n d r e au n a t u r e l qu'exige une p i e c e de t h e a t r e dans l a m e i l -l e u r e t r a d i t i o n . A l a p o e s i e , a l a musique et a l ' a r t dramatique s ' a j o u t e e n f i n 1 ' a r c h i t e c t u r e de 1 ' e d i f i c e , l a q u e l l e d o i t permet-t r e a tous l e s s p e c t a t e u r s une p a r f a i t e p e r c e p t i o n a u d i t i v e et v i s u e l l e de 1 ' o e u v r e . V o i l a p o u r q u o i Wagner f i t c o n s t r u i r e a Bay r e u t h un t h e a t r e s e l o n sa c o n c e p t i o n de l a r e p r e s e n t a t i o n i d e a l e du d r a -me l y r i q u e . L ' i n t e r d e p e n d e n c e des a r t s chez Wagner es t done com-mandee par une exigence d ' u n i t e a b s o l u e ou d o i v e n t se fo n d r e musi-que, argument, j e u s c e n i q u e , decor et a r c h i t e c t u r e dans une e x p r e s -s i o n dramatique i m p e c c a b l e . A c e t t e synthese des a r t s chez Wagner, M i l t o n Hindus compare l a f u s i o n des genres l i t t e r a i r e s dans l a Recherche, et i l c i t e l e roman, 1 ' a u t o b i o g r a p h i e et l ' h i s t o i r e d'une c e r t a i n e Epoque sous forme de memoires ( l 4 ) » On p o u r r a i t meme a j o u t e r a c e l a quelques " p o r t r a i t s " et de nombreuses "maximes". Mais ce n'est l a qu'un as p e c t de 1 ' e s p r i t de synthese chez P r o u s t . En e f f e t , ne d i t - i l pas lui-mime dans l e s d e r n i e r e s pages du Temps r e t r o u v e que pour e c r i r e un l i v r e q u i f u t ' v r a i " , " c ' e s t aux a r t s l e s p l u s e l e v e s et l e s p l u s d i f f e r e n t s q u ' i l f a u d r a i t emprunter des comparaisons" ( 1 5 ) • V o i l a q u i i l l u s t r e b i e n l a c o n s c i e n c e p r o f o n d e q u ' a v a i t P r o u s t de l a " r e a l i t E " et de l a v a l e u r de son oeu v r e , c a r V i c t o r Graham compte dans l a Recherche p r e s de TOO images r e l a t i v e s aux a r t s ( p e i n t u r e , s c u l p t u r e , a r c h i t e c t u r e , musique, t h e a t r e et b a l l e t ) . Sous 1 ' a s p e c t de 1 ' i m a g e r i e , i l y a done d e j a une c e r t a i n e forme de synthese des a r t s . Mais c e l l e - c i s ' e t a b l i t de f a c o n p l u s s i g n i f i c a t i v e p ar l ' a p p o r t meme des oeuvres a r t i s t i q u e s ( r e e l l e s ou i m a g i n a i r e s ) que l e N a r r a t e u r commente longuement et q u i i l l u m i n e n t t o u t l e roman p a r l e s nombreuses c o n s i d e r a t i o n s d ' o r -dre e s t h e t i q u e q u ' e l l e s s u s c i t e n t . Nous c o n n a i s s o n s d e j a a cet - 1 4 6 -egard l.'enorme c o n t r i b u t i o n des oeuvres de V i n t e u i l q u i sont d ' a i l l e u r s souvent d e c r i t e s par l e N a r r a t e u r dans une concep-t i o n t o u t e p i c t u r a l e . Rappelons seulement " l a mauve a g i t a t i o n des f l o t s " de l a "blanche s o n a t e " , " l e rougeoyant s e p t u o r " , son rose et son rouge d ' a u r o r e , " 1 * e n s o l e i l l e m e n t b r u l a n t " du m i d i , ses " c o l o r a t i o n s i n c o n n u e s " et son " b r o u i l l a r d v i o l e t " . La d e s c r i p t i o n de c e t t e "grande f r e s q u e m u s i c a l e " ne r e p o n d - e l l e pas, d'une c e r t a i n e maniere, a l a t h e o r i e b a u d e l a i r i e n n e des " c o r r e s p o n d a n c e s " ? Pour s'en c o n v a i n c r e , voyons un passage de l a l e t t r e que B a u d e l a i r e d c r i v i t a Wagner en f e v r i e r i 8 6 0 , a l a s u i t e de l ' e c h e c de Tannhaitser a P a r i s , l e t t r e dans l a q u e l l e i l r e v e l e au compositeur allemand l e s i m p r e s s i o n s q u i f u r e n t l e s s i e n n e s a 1 ' a u d i t i o n de cet operas pour me s e r v i r de comparaisons empruntees a l a p e i n -t u r e , je suppose devant mes yeux une v a s t e etendue d'un rouge sombre. S i ce rouge r e p r e s e n t e l a p a s s i o n , je l e v o i s a r r i v e r g r a d u e l l e m e n t , par t o u t e s l e s t r a n s i t i o n s de rouge et de r o s e , a 1 1 i n c a n d e s c e n c e de l a f o u r n a i s e ( l 6 ) . Supprimons l e s noms de B a u d e l a i r e et de Wagner, et nous nous c r o i r o n s en p l e i n Septuor de V i n t e u i l t e l que l e p e r c o i t l e Nar-r a t e u r de l a Recherche. I I ne f a i t aucun doute que P r o u s t s'est i n s p i r e de c e t t e l e t t r e pour l a d e s c r i p t i o n du s e p t u o r c a r i l a v a i t une c o n n a i s s a n c e t e l l e de B a u d e l a i r e que dans son a r t i c l e . "A propos de B a u d e l a i r e e c r i t en j u i n 1 9 2 1 pour l a N o u v e l l e Revue  F r a n g a i s e , c'est de memoire q u ' i l c i t e l ' a u t e u r des F l e u r s du Mal ( 1 7 ) . La p e i n t u r e e s t , e l l e a u s s i , pour une l a r g e p a r t pre"sente dans l e chef-d'oeuvre de P r o u s t , et c'est a t r a v e r s l e s " i m p r e s -s i o n s " du N a r r a t e u r devant l e s t a b l e a u x d ' E l s t x r que nous p a r -v i e n n e n t l e s i d e e s e s t h e t i q u e s de l ' a u t e u r sur l a p e i n t u r e . L'oeu-v r e de cet a r t i s t e f i c t i f e s t de t o u t e evidence c a l q u e e sur c e l l e de - 1 4 7 -quelques p e i n t r e s i m p r e s s i o n i s t e s au t o u r n a n t du s i e c l e (nous songeons s u r t o u t a Manet, a Monet et a W h i s t l e r ) . Les " i l l u -s i o n s d ' o p t i q u e " que cre*ent l e s t a b l e a u x d ' E l s t i r f a s c i n e n t l e jeune amateur d ' a r t M a r c e l q u i cherche l a " v e r i t e " d'une oeuvre d ' a r t dans l e s " i m p r e s s i o n s " q u ' e l l e s u s c i t e ( l 8 ) . C'est dans l e P o r t de C a r q u e t h u i t ( t a b l e a u compose par l ' a u t e u r de l a meme f a -eon que l a musique de V i n t e u i l , et que M i c h e l B u t o r c o n s i d e r e comme une t r a n s p o s i t i o n p i c t u r a l e de l a sonate de V i n t e u i l ( 1 9 ) , que ces i l l u s i o n s d ' o p t i q u e , c a r a c t e r i s t i q u e s de l ' a r t i m p r e s s i o n -n i s t e , sont l e p l u s accuse"es. On s a i t en e f f e t que dans c e t t e "marine", l e g o l f e q u i s'enfonce dans l e s t e r r e s et l a p o i n t e q u i s'avance dans l a mer donnent " 1 ' i m p r e s s i o n " que mer et t e r r e se confondent. Par une " i l l u s i o n d ' o p t i q u e " , l e s e g l i s e s de C r i -quebec semblent s u r g i r des eaux, l e s t o i t s de maisons sur l a p o i n -t e , depasses par des mats e l e v e s ont 1 ' a s p e c t de v a i s s e a u x cons-t r u i t s sur t e r r e , t a n d i s que l e s bateaux s e r r e s l e l o n g de l a j e t e e semblent a p p a r t e n i r moins a l a mer qu'a l a t e r r e (20). S i l ' o n c o n s i d e r e l a f r e q u e n c e avec l a q u e l l e P r o u s t emploie l e mot " i m p r e s s i o n " dans l a Recherche, a i n s i que t o u t e s l e s c o n s i -d e r a t i o n s " i m p r e s s i o n n i s t e s " q u i se r e n c o n t r e n t dans c e t t e o e u v r e , on e s t f r a p p e par 1 ' e x t r a o r d i n a i r e communion de pensee qui e x i s t e e n t r e cet e c r i v a i n et l e grand c o m p o s i t e u r i m p r e s s i o n n i s t e Debus-sy, c a r pour tous deux 1 ' a r t i s t e d o i t d e p o u i l l e r l e s choses de l e u r a spect e x t e r i e u r pour en degager 1'essence cachee. Quant a 1 ' a r c h i t e c t u r e r e p r e s e n t e e par l ' d g l i s e S t - H i l a i r e de Combray et par c e l l e de B a l b e c , e l l e a p porte e l l e a u s s i une c o n t r i b u t i o n c o n s i d e r a b l e dans l a synthese des a r t s q u ' e l a b o r e M a r c e l P r o u s t t o u t au l o n g de l a Recherche. Avec ses v i e i l l e s p i e r r e s tombales q u i c o n s t i t u e n t un v e r i t a b l e "pavage s p i r i t u e l " , avec ses v i t r a u x c h a t o y a n t s q u i l a i s s e n t tombe'r une " p l u i e f l a m -- 148 -boyante et f a n t a s t i q u e " l e l o n g des p a r o i s liumides de l a n e f , avec ses " p e t i t s v i t r a u x en l o s a n g e " q u i , se r e f l e t a n t sur l e pave, dev i e n n e n t " t a p i s e b l o u i s s a n t et dore de my o s o t i s en v e r r e " , avec ses r i c h e s t a p i s s e r i e s de l a i n e et de s o i e q u i i l l u s t r e n t l e couronnement d ' E s t h e r , 1 ' e g l i s e de Combray, ce pur joyau du X l l l e m e s i e c l e , e st en s o i une synthese des a r t s p l a s t i q u e s . Cet e d i f i c e e s t d'autant p l u s r e l i e au theme c e n t r a l de l a Recherche - c ' e s t - a - d i r e au theme du Temps- q u ' i l occupe, s e l o n l a remarque s i n g u l i e r e du N a r r a t e u r , "un espace a qua t r e dimensions - l a qua-t r i e m e e t a n t c e l l e du Temps ( 2 l ) . De l a meme epoque ( p l u s exactement du Xlleme et du X l l l e m e s i e c l e s ) date 1 ' e g l i s e a m o i t i e romane, a m o i t i e g o t h i q u e de B a l b e c , dont l e s beautSs a u s t e r e s sont t a n t v a n t e e s par Swann au jeune M a r c e l . Au d i r e du p e i n t r e S l s t i r , e l l e e s t " l a p l u s b e l l e B i b l e h i s t o r i e e que l e peuple a i t jamais pu l i r e " , et l e s m a g n i f i -ques b a s - r e l i e f s q ui r a c o n t e n t l a v i e de l a V i e r g e sont " l ' e x p r e s -s i o n l a p l u s t e n d r e , l a p l u s i n s p i r e e , de ce l o n g poeme d'adora-t i o n et de louanges que l e moyen age d e r o u l e r a a l a g l o i r e de l a Hadone" ( 2 2 ) . Correspondance e t r o i t e i c i e n t r e l a p i e r r e s c u l p t u -r a l e et l e verbe p o e t i q u e et h i s t o r i q u e , c a r l e peuple e t a n t gene-ralement i l l e t t r e au moyen age, c ' e t a i t dans l e s b a s - r e l i e f s des ch a p i t g a u x et des p o r t a i l s a i n s i que dans l e s p r e c i e u x v i t r a u x des e g l i s e s et des c a t h e d r a l e s q u ' i l d e v a i t l i r e 1'Ancien et l e Nouveau Testaments. D'ou. ce "gig a n t e s q u e poeme t h e o l o g i q u e et sym b o l i q u e " qu'est 1 ' e g l i s e de Ba l b e c ( 2 3 ) . Et de merne que p l u s i e u r s oeuvres m u s i c a l e s ont "pose" pour l a sonate de V i n t e u i l , de meme, b i e n des e g l i s e s ont s e r v i . d e mo-d e l e a c e l l e de B a l b e c . Un d e t a i l nous permet d'en i n d e n t i f i e r une avec c e r t i t u d e s en e f f e t , l a "Synagogue" aux "yeux bandes" q u i f i g u r e au porche de 1 ' e g l i s e de Ba l b e c se t r o u v e en r e a l i t e - 1 4 9 * au p o r t a i l sud, d i t de l ' H o r l o g e , de l a c a t h e d r a l e de S t r a s -b o u r g . B i e n d ' a u t r e s c a t h e d r a l e s de Prance sont evoquees dans l a Recherche, mais l e s deux exemples de l ' a r t a r c h i t e c t u r a l c i -haut mentionnes, l ' e g l i s e de Combray et c e l l e de B a l b e c , avec l e s a u t r e s formes d ' a r t q u ' e l l e s renferment ( s c u l p t u r e , v i t r a i l et t a p i s s e r i e ) i l l u s t r e n t de f a c o n a s s e z m a n i f e s t e l a p a r t de 1 ' a r c h i t e c t u r e dans ce roman, A cote des oeuvres de V i n t e u i l et de c e l l e s du p e i n t r e E l s t i r c e l l e s de B e r g o t t e f o n t l ' o b j e t de longues d i g r e s s i o n s au cours d e s q u e l l e s l ' a u t e u r expose ses t h e o r i e s l i t t e r a i r e s . A t r a v e r s l e s c r i t i q u e s s e v e r e s de M. de N o r p o i s a l ' e n d r o i t de 1'oeuvre de B e r g o t t e -que l e marquis a p p e l l e un " j o u e u r de f l u t e " , et dans l e s ouvrages duquel i l ne d i s c e r n e aucune c h a r p e n t e " - , i l f a u t v o i r l e proces meme de l ' a r t l i t t e r a i r e de M a r c e l P r o u s t q u i , l u i a u s s i , f u t i n c o m p r i s de ses c o n t e m p o r a i n s , et c e l a l o r s de l a p a r u t i o n des p r e m i e r s l i v r e s de l a Recherche dont on ne pou-v a i t encore soupgonner l a s t r u c t u r e . L u i a u s s i p a s s a i t pour un e s p r i t " c o n f u s " et "alambiquS" avec ses p e r p e t u e l l e s a n a l y s e s p s y c h o l o g i q u e s poussees a 1'extreme. A l u i a u s s i on p o u v a i t r e -p r o c h e r , a i n s i que l e f a i t M. de N o r p o i s envers B e r g o t t e , de p r a -t i q u e r " l ' A r t pour l ' A r t " , l e q u e l c o n s i s t e t o u t au p l u s , s e l o n l u i , a "agencer des mots d'une fagon harmonieuse" ( 2 4 ) . Lorsque l e N a r r a t e u r evoque l e s t y l e m u s i c a l du "doux Chantre" et q u e l -ques passages remarquables ou c e l u i - c i d e c r i t , p a r exemple, l e s emouvantes e f f i g i e s q u i a n o b l i s s e n t a jamais l a fagade v e n e r a b l e et chaicmante des c a t h e d r a l e s " , l e nom q u i nous v i e n t immediate-ment a 1 ' e s p r i t e s t c e l u i de R u s k i n q u i e c r i v i t l a B i b l e d'Amiens, oeuvre t r a d u i t e en f r a n g a i s par M a r c e l P r o u s t . En e f f e t , c ' e s t ce grand c r i t i q u e d ' a r t a n g l a i s q u i f u t l e v e r i t a b l e pere s p i r i t u e l de 1 ' a u t e u r , d e l a Recherche, l e q u e l s u t , au c o n t a c t d'oeuvres t e l -- 1 5 0 -l e s que Les P e i n t r e s modernes, Les sept lampes de 1 ' a r c h i t e c t u r e e t , b i e n s u r , l a B i b l e d'Amiens, d e v e l o p p e r son sens a r t i s t i q u e inne* a i n s i que l e sens de l a c o m p o s i t i o n t e c h n i q u e . Chez l e mai-t r e a n g l a i s , c e l l e - c i e st t o u t a f a i t remarquable en ce que t o u t e s l e s p a r t i e s d'une oeuvre d o i v e n t se t e n i r et se compl e t e r m u t u e l -lement. La synthese des a r t s chez P r o u s t e st done une i l l u s t r a -t i o n p a r f a i t e de l ' e s t h e t i q u e r u s k i n i e n n e . Avec B e r g o t t e grand e c r i v a i n et amateur d ' a r t q u i aime v i s i -t e r l e s v i e i l l e s v i l l e s , l e s c a t h e d r a l e s et l e s chateaux, l e Nar-r a t e u r nous c o n d u i t i n s e n s i b l e m e n t v e r s l e t h e a t r e auquel s ' i n t S -r e s s e p a r t i c u l i e r e m e n t l'homme de l e t t r e s q u i e c r i v i t d ' a i l l e u r s un p e t i t ouvrage sur R a c i n e . Toute c e t t e p a r t i e de l a Recherche r e l a t i v e au t h e a t r e e s t dominee par l a grande f i g u r e de l a B e r -ma, " a r t i s t e sublime a l a q u e l l e B e r g o t t e t r o u v a i t du g e n i e " ( 2 5 ) • Un d e t a i l s c e nique dans l e j e u de l a t r a g e d i e n n e r S v e l e son grand a r t : l o r s q u e dans une scene I ' a c t r i c e r e s t e un moment immobile l e bra s l e v e a l a ha u t e u r de l ' e p a u l e , c ' e s t , sans s'en rendre compte sans doute, une s c u l p t u r e archai'que q u ' e l l e i n c a r n e . S e l o n B e r g o t t e , l a Berma r e p r o d u i t , dans c e t t e a t t i t u d e noble et f i e r e , l e g e s t e d'"une H e s p e r i d e " " s u r une metope d'Olympie" ( 2 6 ) . Une f o i s de p l u s , par 1 ' a s s o c i a t i o n d'une forme d ' a r t a une a u t r e , P r o u s t r e a l i s e l a p a r f a i t e harmonie dans sa synthese des a r t s . Synthese c o n s t i t u t e dans l a Re c h e r c h e , par l e s innombrables images empruntees a t o u t e s l e s formes d ' a r t , et par l a grande p a r t que l e s " a r t s l e s p l u s S i e -ves et l e s p l u s d i f f e r e n t s " occupent t a n t S t i s o l e m e n t , t a n t o t dans une communion i n t i m e grace a des r a p p o r t s de sympathie, d ' a n a l o -g i e ou de"c o r r e s p o n d a n c e " , t o u t au l o n g de c e t t e oeuvre m a g i s t r a l e . A c e t t e a f f i n i t e e n t r e Wagner et P r o u s t sous 1 ' a s p e c t de l ' a r t s y n t h e t i q u e , s ' a j o u t e c e l l e q u i se..revele a 1 ' egard de l a ~ 1 5 1 -forme. Mais avant d'aborder l a s t r u c t u r e wagnerienne et son i n -f l u e n c e c e r t a i n e sur l ' a r t de P r o u s t , i l c o n v i e n d r a i t de d i s s i -p e r quelques e r r e u r s malheureusement t r o p repandues parmi c e r -t a i n s commentateurs p r o u s t i e n s de bonne v o l o n t e , sans doute, mais t r o p prompts a v o i r dans 1'oeuvre de P r o u s t des formes m u s i c a l e s q u i n'y sont pas. A i n s i , des 1 9 2 7 , dans un a r t i c l e s ur "Marcel P r o u s t et l a musique" p u b l i e dans l e Flambeau a B r u x e l l e s , H e n r i L a u r e n t a s s o c i e l e s "Regrets et r e v e r i e s c o u l e u r du Temps, des P l a i s i r s et l e s j o u r s a u n e " s u i t e " m u s i c a l e ( 2 7 ) . On s a i t que l a S u i t e e st c o n s t i t u t e d'un ensemble de s i x ou sept danses (rarement davantage) pre"ce"dees b i e n souvent d'un P r e l u d e . Toutes e c r i t e s dans l a mime t o n a l i t e , e l l e s sont cependant t r e s d i f f e r e n t e s l e s unes des a u t r e s , chacune ayant son c a r a c t e r e et son rythme p r o p r e s . Mentionnons au passage: l ' A l l e m a n d e , l a Courante, l a Sarabande, l a B o u r r e e , l a Gigue, e t c . . . Or, l e s "Regrets et r e v e r i e s " compren-nent une t r e n t a i n e de morceaux q u i sont en quelque s o r t e de b r e v e s c h r o n i q u e s , o u ? p l u s exactement des i n s t a n t a n e s de l a v i e courante dans un m i l i e u s o c i a l e l e g a n t et a r t i f i c i e l . S ' i l f a u t de t o u t e n e c e s s i t e a s s o c i e r a une a u t r e forme d ' a r t c e t t e s e r i e de p i e c e s detache"es, songeons p l u t o t a une e x p o s i t i o n de p e t i t s t a b l e a u x dont l e s t i t r e s s e r a i e n t c e u x - l a mime que 1 ' e c r i v a i n a c h o i s i s : " T u i l e r i e s " , " V e r s a i l l e s " , "Promenade", " S o u s - b o i s " , "Les Maron-n i e r s " , "La Mer", "Mar i n e " , " V o i l e s au p o r t " , e t c . . . B i e n que ces c o u r t s morceaux de prose s o i e n t t s u r t o u t des p e i n t u r e s d ' e t a t s d'ame, i l s se ra p p r o c h e n t davantage de l ' a r t p i c t u r a l que de l a S u i t e de danses avec l e s q u e l l e s i l s n'ont r i e n en commun s i n o n l a b r i evet e. La n'est pas cependant 1 ' e r r e u r c a p i t a l e de M. L a u r e n t . Ce q u i e s t p a r t i c u l i e r e m e n t r e g r e t t a b l e chez l u i , c ' e s t l a c o n f u s i o n dans 1 ' e m p l o i des termes musicaux. D'une p a r t , i l p a r l e de " l e i t -- 152 -m o t i v " dans l a c o m p o s i t i o n 'feymphonique" p r o u s t i e n n e , et d'autre p a r t de " p r e l u d e de 1'immense symphonie" ( 2 8 ) . Le P r e l u d e n'ayant jam a i s appartenu a l a forme symphonique, ce terme e s t un non-sens dans l e t e x t e de M. L a u r e n t . Par a i l l e u r s , s ' i l y a l i e u de p a r -l e r de l e i t m o t i v chez P r o u s t , encore f a u d r a i t - i l demontrer que l a Recherche e s t v e r i t a b l e m e n t de s t r u c t u r e seinblable a l a symphonie. S ' i l s ' a g i t de n ' a p p l i q u e r a c e t t e oeuvre l e terme de "sym-p h o n i e " que dans une langue metaphorique, de meme que l ' o n p o u r -r a i t t o u t a u s s i b i e n d i r e " v a s t e f r e s q u e " ou " e d i f i c e monumental", i l n'y a l a aucun i n c o n v e n i e n t puisque 1'image ne comporte pas nScessairement 1'idee de comparaison sous 1'angle s t r u c t u r a l . Mais l o r s q u ' o n e s s a i e , comme i l a r r i v e t r o p frequemment, de p l a q u e r s ur l a Re cherche l e s formes r e l a t i v e m e n t r i g i d e s de l a symphonie, on peche par exces de s e n t i m e n t a l i s m e envers P r o u s t sous p r e t e x t e que l a musique e t a i t 1'une des p l u s grandes p a s s i o n s de sa v i e , et q u ' e l l e occupe une f o n c t i o n c a p i t a l e dans son oeuvre. Dans l e do-maine de l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e , i l n'y a pas p l a c e pour l e s e n t i -m e n talisme. I I s u f f i t de j e t e r un r e g a r d b r e f mais l u c i d e sur l e s d i f f e r e n t e s formes q u i e n t r e n t dans l a c o m p o s i t i o n de l a symphonie •pour se c o n v a i n c r e qu'aucune d'en t r e e l l e s ne peut s ' a p p l i q u e r a l a s t r u c t u r e de l a Recherche. Le p l u s souvent, on a s s o c i e Combray a l ' e x p o s i t i o n des t h e -mes de l a form e - s o n a t e , et on ne d i t mot des a u t r e s formes musi-c a l e s t e l l e s que l e Sc h e r z o , l a f o r m e - l i e d , l e mouvement theme et v a r i a t i o n s , l e Menuet et T r i o , l e Rondo, l a fugue, l a Marche f u n e -b r e , e t c . . . l e s q u e l l e s ont a u s s i l e u r p l a c e a co t e de l a forme-so-nate dans l a c o m p o s i t i o n de l a symphonie. Mais on a r a i s o n de ne-g l i g e r ces formes m u s i c a l e s c a r e l l e s n'ont r i e n en commun avec l a s t r u c t u r e romanesque p r o u s t i e n n e . Des l o r s , s ' i l ne r e s t e p l u s que l a for m e - s o n a t e , p o u r q u o i done i n s i s t e r sur l a pa r e n t e s t r u c t u -- 153 -r a l e e n t r e l a Recherche et l a symphonie puisque c e l l e - c i , dans sa c o n c e p t i o n t r a d i t i o n n e l l e , n'est pas c o n s t i t u t e d'un mouve-ment unique de form e - s o n a t e , mais de p l u s i e u r s mouvements de formes d i f f e r e n t e s ? Meme Andre" Ma u r o i s dans sa p r e f a c e a l a Recherche de 1 ' e d i -t i o n de l a P l e i a d e , donne dans l a meme e r r e u r l o r s q u ' i l d i t que c'est "par un ferme d e s s e i n , que P r o u s t , des l e pr e m i e r mouve-ment de sa symphonie, expose son theme du r e v e i l " ( 2 9 ) . M a ni-f e s t e m e n t , i l s ' a g i t d'un mouvement de forme-sonate. Or c e l u i -c i ne comprend que deux themes (rarement t r o i s ) , t a n d i s que Combray ou Du cSte de chez Swann - s e l o n l e s l i m i t e s que M. Mau-r o i s donne a ce mouvement de "symphonie"- c o n t i e n t presque tous l e s themes qui s e r o n t de"veloppes t o u t au cours de 1'oeuvre. I I y a d i s p r o p o r t i o n e v i d e n t e e n t r e l e cadre e " t r o i t de l a forme-so-nate et l'a m p l e u r de l a s t r u c t u r e p r o u s t i e n n e a sa base. S ' i l y a vrai m e n t a f f i n i t e e n t r e l a c o m p o s i t i o n de l a Re-cherche et une c e r t a i n e forme m u s i c a l e , c'est .  a i l l e u r s q u ' i l f a u t l a c h e r c h e r . Seul l e drame l y r i q u e t e l que concu par Wagner o f f r e avec l e roman de P r o u s t et sous 1'aspect de l a forme, des a n a l o g i e s pouvant j u s t i f i e r l a comparaison e n t r e une s t r u c t u r e m u s i c a l e et l a Recherche. C e l a , p l u s i e u r s comrnentateurs de P r o u s t 1 'ont n o t e , y compris de ceux q u i , a l a s u i t e de H e n r i L a u r e n t , ont a p p l i q u e a Combray l e terme i n a p p r o p r i e de " p r e l u d e de 1 'im-mense symphonie p r o u s t i e n n e " . Armand P i e r h a l , a q u i l ' o n d o i t d ' a i l l e u r s un e x c e l l e n t a r t i c l e i n t i t u l e "Sur l a c o m p o s i t i o n wa-g n t r i e n n e de 1'oeuvre de P r o u s t " d c r i t en 1929? e s t de c e u x - l a ( 3 0 ) . I I remarque en e f f e t , l ' d t r o i t e correspondance e n t r e , d'une p a r t , 1 ' o p t r a wagnerien ou l e s themes sont exposes dans l e p r e l u d e comme themes c o n d u c t e u r s ou " 1 e i t m o t i v e " , pour s u b i r au cours du developpement de 1 'oeuvre des t r a n s f o r m a t i o n s amentes - 1,54 -par l e s d i f f e r e n t e s phases de l ' a c t i o n d r a m a t i q u e , et d'autre p a r t , l a Recherche dont tous l e s themes et tous l e s personnages p r i n c i p a u x sont p r e s e n t e s - p a r f o i s sous une forme a pe i n e ebau-chee- dans l a premie r e p a r t i e de Du/cote de chez Swann. Que tous ces elements s o i e n t annoncds dans Combray en vue des v a s t e s deve-loppements a v e n i r au cours de 1'oeuvre, a l a maniere des l e i t -m o tive dans l e s o u v e r t u r e s d'operas chez Wagner, n'est pas du au h a s a r d . Dans une l e t t r e a son ami L u c i e n Daudet, M a r c e l P r o u s t r e v e l e son i n t e n t i o n de donner a son roman une s t r u c t u r e wagne-r i enne s Ce s e r a comme l e s morceaux dont on ne s a i t pas q u ' i l s sont des l e i t m o t i v e quand on l e s a entendus au c o n c e r t dans une o u v e r t u r e ( 3 l ) . V o i l a q u i e c l a i r e 1'incomprehension q u i a c c u e i l l i t l a p a r u t i o n de Du c o t e de chez Swann en 1912. Meme l e s hommes de l e t t r e s ne v o y a i e n t dans l a p r o f u s i o n des elements e s q u i s s e s dans ce p r e m i e r l i v r e de l a Recherche qu'un p r o d i g i e u x f o u i l l i s de themes et de personnages q u i vont et ne menent n u l l e p a r t . Seul l ' a u t e u r pou-v a i t c o n n axtre l e c a r a c t e r e a n n o n c i a t e u r de chacun de ces themes et de ces personnages; s e u l i l p o u v a i t e n t r e v o i r l e s l o n g s che-mins q u ' i l s a l l a i e n t p a r c o u r i r dans l e Temps et dans l ' e s p a c e d e p u i s l e s p r e m i e r e s pages de Combray, pour se r e t r o u v e r tous r e u n i s comme au c a r r e f o u r de r o u t e s convergentes dans l a d e r n i e r e p a r t i e du Temps r e t r o u v e . De meme que Wagner r e j e t a l a fo r m u l e t r a d i t i o n n e l l e de l ' o -p e r a s e l o n l a q u e l l e chaque a c t e d e v a i t se composer de morceaux d e t a c h e s et b i e n d i s t i n c t s ( a r i a s , r e c i t a t i f s , a i r s de b r a v o u r e , e t c . . . ) , et p r e f e r a donner l i b r e c o u r s a ses themes t o u t au l o n g de 1'acte dans un en t r e l a c e m e n t c o n t i n u e l p a r a l l e l e au d e v e l o p -pement p r o g r e s s i f de l ' a c t i o n , et p l u s proche en c e l a de l a v i e r e e l l e que 1'ancienne forme de 1'opera avec ses p a r t i e s d e t a c h e e s , - 155 -de meme P r o u s t c o n c u t , avec l a Recherche, une n o u v e l l e forme de . roman ou tous l e s Elements p r e s e n t E s au l e c t e u r des l e debut de 1'oeuvre se dEveloppent g r a d u e l l e m e n t , non pas dans un r E c i t f ragments d'SvSnements p l u s ou moins i s o l e s l e s uns des a u t r e s , mais dans une n a r r a t i o n c o n t i n u e ou i l s s ' e n t r e c r o i s e n t , d i s p a -r a i s s e n t , r e v i e n n e n t et changent d'aspect s e l o n l ' E c l a i r a g e de 1 ' e v o l u t i o n p s y c h o l o g i q u e de 1 ' a c t i o n t e l l e qu'on l a remarque dans l a v i e r e e l l e . Dans sa forme l i b r e et sa c o n c e p t i o n v r a i -ment " r E a l i s t e " , l e roman p r o u s t i e n s'apparente done m a n i f e s t e -ment au drame m u s i c a l wagnSrien l i b S r S des cadres a r t i f i c i e l s de 1'opSra t r a d i t i o n n e l . Quant au dSveloppement "wagnerien" des themes dans l a Re-cherche , i l e s t mis en l u m i e r e par ce passage ou P r o u s t d S f i n i t admirablement l e c a r a c t e r e p a r t i c u l i e r du l e i t m o t i v chez Wagner: La ou un p e t i t m u s i c i e n p r S t e n d r a i t q u ' i l p e i n t un E c u y e r , un c h e v a l e i r , a l o r s q u ' i l l e u r f e r a i t chan-t e r l a mime musique, au c o n t r a i r e , sous chaque deno-m i n a t i o n , Wagner met une r S a l i t e d i f f S r e n t e , et cha-que f o i s que p a r a x t son Ecuyer, c'est une f i g u r e p a r -t i c u l i e r e , a l a f o i s compliquSe et s i m p l i s t e , q u i £. ..] s ' i n s c r i t dans 1'immensite sonore ( 3 2 ) . D E f i n i t i o n q u i p o u r r a i t t o u t a u s s i b i e n s ' a p p l i q u e r a l a t e c h n i -que thSmatique p r o u s t i e n n e , grandement i n f l u e n c S e par l e s p r o c E -dSs w a g n e r i e n s . R e l a t i v e m e n t aux a f f i n i t S s e n t r e P r o u s t et Wagner, un d e r n i e r a s p e c t m S r i t e quelque c o n s i d e r a t i o n . I I s ' a g i t des r a p p o r t s E t r o i t s e n t r e l a musique et l a n a t u r e a u s s i b i e n dans l e s drames l y r i q u e s du m u s i c i e n que dans 1'oeuvre du r o m a n c i e r . H e n r i Laurent a p r o -bablement StS l e p r e m i e r commentateur p r o u s t i e n a n o t e r " l a v e -r i t a b l e e m p r i s e " exercee sur P r o u s t par l e "naturisme w a g n e r i e n " ( 3 3 ) . Mais en quoi c o n s i s t e exactement l e n a t u r i s m e wagnerien? - 1 5 6 -Dans une forme s i m p l i f i e d , on p o u r r a i t l a d e f i n i r comme e t a n t 1 ' i n t r o d u c t i o n de l a n a t u r e dans l a musique. Cependant, l a na-t u r i s m e m u s i c a l n'est pas p r o p r e a Wagner. C h a r l e s Nef d i t b i e n , dans son H i s t o i r e de l a musique que: Le sens de l a n a t u r e est un f i l d'or q u i passe a t r a v e r s t o u t e l a musique allemande, d e p u i s l e s M i n n e s i n g e r et l e s c h a n t e u r s p o p u l a i r e s jusqu'a R i c h a r d Wagner et Anton B r u c k n e r ( 3 4 ) . La s i x i e m e symphonie de Beethoven est un exemple remarquable de t r a n s p o s i t i o n de l a n a t u r e dans l ' e x p r e s s i o n m u s i c a l e . E l l e n'a d ' a i l l e u r s pas echappe a l ' a t t e n t i o n de M a r c e l P r o u s t q u i , dans une l e t t r e a d r e ssee a Mme S t r a u s l u i d i t t o u t e sa j o i e de pou-v o i r e n t e n d r e , grace au t h e a t r o p h o n e , l a musique du grand musi-c i e n a l l e m a n d : je peux dans mon l i t e t r e v i s i t e par l e R u i s s e a u et l e s o i s e a u x de l a Symphonie p a s t o r a l e dont l e pauvre Beethoven ne j o u i s s a i t pas p l u s d i r e c t e m e n t que moi, p u i s q u ' i l e t a i t completement s o u r d . I I se c o n s o l a i t en t a c h a n t de r e p r o d u i r e l e chant des o i s e a u x q u ' i l n ' e n t e n d a i t p l u s ( 3 5 ) . Le chant des o i s e a u x t r a n s p o s e dans l a musique Svoque t o u t n a t u r e l l e m e n t pour nous un n a t u r i s m e m u s i c a l p l u s a n c i e n en P r a n c e . C'est c e l u i de J a n e q u i n dans Le chant des oyseaux, L ' A l l o u e t t e et Le R o s s i g n o l ; c e l u i de Couperin dans l e Moucheron et de Rameau dans La P o u l e ; et b i e n sur c e l u i de Daquin dans son c e l e b r e Coucou. Apres eux, l e n a t u r i s m e m u s i c a l ne s e r a pas perdu en Prance p u i s -q u ' i l s e r a p l u s v i v a n t que jamais chez Debussy. Mais revenons a l ' A l l e m a g n e et p l u s p a r t i c u l i e r e m e n t a Wagner. La n a t u r e dont i l s u b i t 1'envoutement durant son e x i l en S u i s s e de 1 8 4 9 a 1 8 5 8 , se t r a d u i t chez l u i de b i e n des m a n i e r e s . Deja B a u d e l a i r e a v a i t p e r c u dans ses operas des s o n o r i t e s q u i l ' e v o -q u a i e n t nettement. I I l e mentionne de f a c o n t r e s e x p l i c i t e dans l a l e t t r e q u ' i l e c r i v i t a l ' a u t e u r de Tannhauser en i 8 6 0 : " J ' a i - 1 5 7 * r e t r o u v e p a r t o u t dans vos ouvrages l a s o l e n n i t e des grands b r u i t s , des grands a s p e c t s de l a N a t u r e " ( 3 6 ) . De meme, P r o u s t s o u l i g n e dans un passage de l a Recherche l a f a c o n g e n i a l e dont Wagner sut i n t r o d u i r e l a n a t u r e dans ses p a r t i t i o n s : l e chant d'un o i s e a u , l a s o n n e r i e de c o r d'un c h a s s e u r , 1 ' a i r que joue un p a t r e sur son chalumeau, decoupent a l ' h o r i z o n l e u r s i l h o u e t t e sonore. C e r t e s , Wagner a l l a i t l a r a p p r o c h e r [ l a n a t u r e J , s'en s a i s i r , l a f a i r e en-t r e r dans un o r c h e s t r e , 1 ' a s s e r v i r aux p l u s hautes i d e e s m u s i c a l e s , mais en r e s p e c t a n t t o u t e f o i s son o r i g i n a l i t y p r e m i e r e ( 3 7 ) . La "maigre chanson" du p a t r e au t r o i s i e m e a c t e de T r i s t a n semble a v o i r a t t i r e 1 ' a t t e n t i o n de P r o u s t de f a c o n p a r t i c u l i e r e , c a r i l y f a i t a l l u s i o n a p l u s i e u r s r e p r i s e s dans l a Recherche ainsa, que dans son a r t i c l e "En mSmoire des E g l i s e s a s s a s s i n e e s " . E l l e e s t , s e l o n l u i , " 1 ' e x p r e s s i o n de l a p l u s p r o d i g i e u s e a t t e n t e de f e l i -c i t y q u i a i t jamais r e m p l i 1'ame humaine" ( 3 8 ) . S i l a n a t u r e f u t avec l a m y t h o l o g i e 1 'une des grandes s o u r c e s d ' i n s p i r a t i o n pour Wagner, e l l e est davantage p r t s e n t e chez l ' a u -t e u r de P e l i e a s . En e f f e t , c ' e st sous tous ses a s p e c t s q u ' e l l e e s t c e l S b r e e et t r a n s c r i t e dans l e s pages finement c o l o r e e s de Debus-s y . V o i c i de ses o e u v r e s , quelques t i t r e s q u i nous en c o n v a i n -c r o n t p l e i n e m e n t ; La Mer, La C a t h e d r a l e e n g l o u t i e , L ' I s l e j o y e u s e , Ondine, R e f l e t s dans l ' e a u (dans Images) , B r o u i l l a r d s , Huages, J a r d i n s sous l a p l u i e (dans Estampes), Ce qu'a vu l e vent d'Quest, Le Vent dans l a p l a i n e , Les c o l l i n e s d ' A n a c a p r i , B r u y e r e s , F e u i l l e s m o r t e s , Des pas sur l a n e i g e , P r i n t e m p s , et e n f i n , l e c e l e b r e ' C l a i r de l u n e de l a S u i t e bergamasque. Jamais p e u t - S t r e 1 ' a r t ne f u t p l u s soumis a l a n a t u r e que dans ces oeuvres aux m i l l e c sono-r i t y ' s c h a t o y a n t e s . Cependant, a 1 ' e x c e p t i o n des t i n t e m e n t s de c l o -ches dans l a C a t h e d r a l e e n g l o u t i e , i l s ' a g i t moins chez Debussy - 158 -de musique i m i t a t i v e que de t r a n s p o s i t i o n sonore d ' e t a t s d'ame. C'est d ' a i l l e u r s de son p r o p r e aveu que nous e s t l i v r e l e s e c r e t de 1 ' " i m p r e s s i o n n i s m e " et du "naturisme m u s i c a l " dont ses oeuvres sont marquees: Le b r u i t de l a mer, l a courbe d'un h o r i z o n , l e vent dans' l e s f e u i l l e s , l e c r i d'un o i s e a u , ddposent en nous de m u l t i p l e s i m p r e s s i o n s . Et t o u t a coup, sans que l ' o n y consente l e moins du monde, l ' u n de ces s o u v e n i r s se repand h o r s de nous et s'exprime en langage m u s i c a l . I I p o r t e en lui-meme son harmonie (38) Ne c r o i r a i t - o n pas que ces l i g n e s ont ete S c r i t e s p a r l ' a u t e u r de Jean S a n t e u i l q u i a t a n t v i b r e au c o n t a c t de l a n a t u r e et en l a -q u e l l e i l a p u i s e t e l l e m e n t d'elements q u i ont par l a s u i t e en-r i c h i son oeuvre? I I semble, d ' a i l l e u r s , que par une s o r t e de renversement des termes, au n a t u r i s m e m u s i c a l de Wagner et de Debussy c o r r e s p o n d s l a musique n a t u r e l l e chez P r o u s t . Non s e u l e -ment l a n a t u r e e s t p r e s e n t e dans son oeuvre, mais de meme que che l e s deux grands c o m p o s i t e u r s , e l l e "s'exprime en langage m u s i c a l " et " p o r t e en elle-meme son harmonie". E s t - i l n e c e s s a i r e de r a p p e l e r t o u t e s ces musiques n a t u r e l l e s q u i enchantent l e l e c t e u r de Jean S a n t e u i l , t o u s ces b r u i s s e m e n t s et ces p u l s a t i o n s de l a n a t u r e notes dans une langue q u i se veut m u s i c a l e ? Et ces t i n t e m e n t s de c l o c h e s q u i semblent s u r g i r des eaux p r o f o n d e s et t e n e b r e u s e s de l a C a t h e d r a l e e n g l o u t i e n ' o n t - i l pas l e u r echo champetre dans l a "Mort de B a l d a s s a r e S i l v a n d e " , dans l a campagne e n s o l e i l l e e d ' l l l i e r s dans Jean S a n t e u i l a i n s i que dans l a p e t i t e v i l l e de Combray? B i e n que sous son a s p e c t sonore l a n a t u r e s'estompe dans l a Recherche, e l l e se p r o l o n g e dans l a campagne e n v i r o n n a n t e de Combray et au bord de l a rner a B a l b e c chaque f o i s que l e N a r r a -t e u r t i r e des J " a r c h i v e s " de sa"mSmoire" quelque s o u v e n i r v i s u e l q u i l u i r a p p e l l e s o i t l e s bords de l a V i v o n n e , s o i t l e s nombreu-- 1 5 9 -ses promenades du c 8 t e des Guermantes ou du cSte" de chez Swann, ou b i e n l e s t r o i s c l o c h e r s q u i se d S p l a c a i e n t dans l a rase cam-pagne de M a r t i n v i l l e , ou des t r o i s a r b r e s de B a l b e c q u i l u i f a i -s a i e n t s i g n e au l o i n . E n f i n , sous sa forme "marine", pour echap-p e r aux c o n t i n g e n c e s du Temps, l a n a t u r e v i e n t se f i x e r dans un t a b l e a u d ' E l s t i r , l e P o r t de C a r q u e t h u i t ou mer et t e r r e e n t r e n t dans un e t e r n e l c o n f l i t . La presence de l a n a t u r e dans l e s oeuvres de Wagner, de Debussy et de P r o u s t e s t done l e denominateur commun qui r a p p r o -che t r o i s grands a r t i s t e s dont l ' e s t h e t i q u e e t a i t e t r o i t e m e n t l i e e a l a beaute a l a f o i s s i m p l e et g r a n d i o s e du monde de l a n a t u r e . - 160 -N O T E S 1 . La-Musique. des o r i g i n e s a nos j o u r s , p. 316 (Guy F e r c h a u l t ) 2 . Idem, p. 391 3 . Andre Coeuroy, "La Musique dans 1'oeuvre de P r o u s t " , Revue  m u s i c a l e , J a n v i e r 1923? p. 195 4 . Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , p. 118 5* La Musique, des o r i g i n e s a nos j o u r s , p. 317 (Guy F e r c h a u l t ) 6 . La Recherche, v o l . I , p. 2 1 1 - 2 1 2 7 . Idem, v o l . I , p. 218 8 . Idem, v o l . I , p. 237 9 . Idem, v o l . I , p. 264 1 0 . Idem, v o l . I , p. 3 4 5 , 348 1 1 . Idem, v o l . I , p. 533 1 2 . Andre Coeuroy, op. c i t . , p. 200 1-3. M i l t o n H i n d u s , The P r o u s t i a n V i s i o n , p. 21 1-4. Idem, p. 46 1 5 . La Recherche, v o l . I l l , p . 1 0 3 2 1- 6 . C. B a u d e l a i r e , L e t t r e a R i c h a r d Wagner, Oeuvres c o m p l e t e s , B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , p. 1206 17. Chroniques, "A propos de B a u d e l a i r e " ( r l . R . F . , j u i n 1 9 2 l ) p. 2 1 2 - 2 3 8 18. La Recherche, v o l . I , p. 419 1 9 . M i c h e l B u t o r , Les oeuvres i m a g i n a i r e s chez M a r c e l P r o u s t , p.23 2 0 . La Recherche, v o l . I , p. 836 2 1 . Idem, vo 1. I , p. 60, 6 l 2 2 . Idem, v o l . I , p. 840 2 3 . Idem, v o l . I , p. 841 2 4 . Idem, v o l . I , p. 4 7 3 , 474 2- 5 . Idem, v o l . I , p. 393 26, Idem, v o l . I , p. 5 6 O 2 7 . H e n r i L a u r e n t , " M a r c e l P r o u s t et l a musique", Le Flambeau, B r u x e l l e s , v o l . 1 0 , n2 1 , a v r i l 1 9 2 7 , p. 246 2.8. Idem, v o l . 10, n& 2 , mai 1 9 2 7 , p. 50 29» La Recherche, v o l . I , P r e f a c e d'Andre M a u r o i s , p. x i v 3 0 . Armand P i e r h a l , "Sur l a c o m p o s i t i o n wagnerienne de 1'oeuvre de P r o u s t " , B i b l i o t h e q u e U n i v e r s e l l e et Revue de Geneve, v o l . 1 , j u i n 1 9 2 9 , p. 7 1 0 - 7 T 9 31• Autour de s o i x a n t e l e t t r e s de M a r c e l P r o u s t , p. 76 3 2 . La,Recherche, v o l . I l l , p. 159 3 3 . H e n r i L a u r e n t , op. c i t . , ' v o l . 10 n^ 1 , a v r i l 1 9 2 7 , p., 252 34« C h a r l e s l e f , H i s t o i r e de l a musique, p. 273 3 5 . L e t t r e s a Mme St r a u s (26 a v r i l 1910) , p. 122 3 6 . B a u d e l a i r e , L e t t r e a R i c h a r d Wagner (17 f e v r i e r i 8 6 0 ) , o p . c i t . p. 1206 - 161 -N O T E S 37. La-Recherche, v o l . I l l , p. 160 38. P a s t i c h e s et Melanges, "En memoire des e g l i s e s a s s a s s i n e e s " , P. 99 39. C i t e sans r e f e r e n c e par Jacques C h a i l l e y i n P r e c i s de M u s i -c o l o g i e , p. 296 - 162 -C O N C L U S I 0 N Nous nous sommes e f f o r c e s de montrer par c e t t e etude l a f o n c t i o n thematique et s t r u c t u r a l e qu'occupe l a musique dans l ' o e u v r e de M a r c e l P r o u s t : d e p u i s l e s quelques a l l u s i o n s p a s -sageres que f a i t l ' a u t e u r a ces a r t s en passant par l e s d e l i -c a t s p o r t r a i t s de m u s i c i e n s dans l e s P l a i s i r s et l e s jours-a i n s i que 1'humble et fr§le musique n a t u r e l l e q u i ponctue de nombreuses pages de Jean S a n t e u i l jusqu'au r o l e c o n s i d e r a b l e q u ' e l l e - joue dans l a Recherche. E t r o i t e m e n t l i e e a 1 ' e v o l u t i o n p s y c h o l o g i q u e des personnages, e l l e r e p r e s e n t e 1'un des elements l e s p l u s i m p o r t a n t s de l a charpente de c e t t e o e u v r e . C'est par e l l e , en e f f e t , que l e s t r a i t s de c a r a c t e r e - domi-n a n t s de quelques personnages t e l s que Mme V e r d u r i n , C h a r l u s , l-'amie de M i l e V i n t e u i l , Swann, et b i e n s u r , l e N a r r a t e u r , sont mis en l u m i e r e . De p l u s , e l l e est l a grande r e v e l a t r i c e q u i ap-p o r t e a- ce d e r n i e r l e message a u s s i i n a t t e n d u que c a p i t a l dans sa v i e s e l o n l e q u e l 1'oeuvre d ' a r t t r a n s c e n d e t o u t e chose et peut donner une s o r t e d ' i m m o r t a l i t e a 1 ' a r t i s t e c r e a t e u r . E l l e l u i apprend egalement que l ' a r t e s t un langage u n i v e r s e l q u i p e r -met aux e t r e s humains de s ' a t t e i n d r e mutuellement dans 1 ' " i n e f f a -b l e " , l a ou l e s mots sont i m p u i s s a n t s et i n s u f f i s a n t s . Comme l e d i t s i b i e n Benoi st-Mdchin dans La musique et 1 ' i m m o r t a l i t e dans  1'oeuvre de M a r c e l P r o u s t a 1 ' egard du r o l e p r i v i l e g i e de l a musique dans l a Recherche: Les pages ou P r o u s t en p a r l e sont l e s p o i n t s c u l m i n a n t s d 'ou 1 'on decouvre l e sens p r o f o n d de sa p s y c h o l o g i e et de son S t h i q u e ( l ) . A j o u t o n s que c'est a u s s i dans ces pages que nous sont r e v e l e e s son e r u d i t i o n en musique, a i n s i que l a p l a c e c o n s i d e r a b l e que c e l l e - c i occupe dans sa v i e . - 163 -S i P r o u s t semble a v o i r e x a l t e l a musique' au-dessus des au-t r e s a r t s , i l n'en a pas moins sublime 1 ' a r t i s t e c r e a t e u r dans l e s a u t r e s formes de l ' e x p r e s s i o n a r t i s t i q u e . Pour l u i , que ce s o i t sur une t o i l e , dans l e langage e c r i t ou sur une p o r t e e mu-s i c a l e , chaque v e r i t a b l e a r t i s t e a p p o r t e une " v i s i o n " n o u v e l l e "de l ' u n i v e r s " , v i s i o n q ui c o r r e s p o n d a sa " p a t r i e i n t e r i e u r e " . C'est b i e n ce qu ' o n ^ r e a l i s e V i n t e u i l , B e r g o t t e et E l s t i r dans l e u r a r t r e s p e c t i f . A t r a v e r s ces t r o i s f i g u r e s s a c r e e s (ne s o n t -i l s pas en e f f e t l e s s e u l s personnages a g r a n d i r aux yeux du l e c -l e u r au l i e u d ' e t r e , comme l e s a u t r e s , e c r a s e s par l e r i d i c u l e ou l a decheance morale ou i n t e l l e c t u e l l e ? ) , a t r a v e r s ces t r o i s grands s e r v i t e u r s de l ' A r t , P r o u s t e l a b o r e l a s e u l e r e l i g i o n q u ' i l c o n n a i s s e : l a r e l i g i o n de l ' a r t . B e n o i s t - M e c h i n qui eut l e p r i v i l e g e de s ' e n t r e t e n i r une f o i s avec ESarcel P r o u s t , resume de f a c o n p e n e t r a n t e ce que c e -l u i - c i a demande a l ' a r t : Ce q u ' i l a demand^ a l ' a r t , et p a r t i c u l i e r e m e n t a l a musique, c ' e t a i t de l e d e l i v r e r non seulement des an-g o i s s e s que l u i c a u s a i e n t ses c r i s e s d ' e t o u f f ernent , mais a u s s i c e l l e , p l u s p r o f o n d e , que s u s c i t a i t en l u i l e s p e c t a c l e d'un u n i v e r s voue a l a l e n t e d e g r a d a t i o n du temps, et ou. l e s e t r e s , mures dans l e u r duree i n d i -v i d u e l l e , semblent a t o u t jamais i n c a p a b l e s de se r e -j o i n d r e et de communiquer e n t r e eux ( 2 ) . D'ou. l a ne'cessite chez P r o u s t d ' e d i f i e r une oeuvre d u r a b l e q u i p u i s s e a l a f o i s d e f i e r le.Temps et a p p o r t e r une " n o u r r i t u r e " aux hommes. A m b i t i o n q u i n'a r i e n de p r e t e n t i e u x , mais qui repond p l u t o t a un immense b e s o i n d ' i m m o r t a l i t e . Ne d i t - i l pas lui-meme dans l e s d e r n i e r e s pages du Temps r e t r o u v e que, p o u r s u i v i par l'ide"e de sa " c o n s t r u c t i o n " , i l ne s a v a i t pas " s i ce s e r a i t une e g l i s e ou des f i d e l e s s a u r a i e n t peu a peu apprendre des v S r i t e s et d e c o u v r i r des harmonies" ( 3 ) ? Or, l e l e c t e u r de l a Recherche s a i t b i e n que ces " v e r i t e s " que P r o u s t veut nous apprendre, c e t t e - I 6 4 -"bonne n o u v e l l e " q u ' i l veut annoncer, sont s y n t h e t i s e e s dans l e message du s e p t u o r de V i n t e u i l , et que ces "harmonies" que l e s " f i d e l e s " d e c o u v r i r o n t dans son oeuvre sont c e l l e s de sa langue s i m u s i c a l e et s i r i c h e en metaphores. Sous avons d e j a c o n s i d e r e au d e r n i e r c h a p i t r e de c e t t e etude l e s a f f i n i t e s q u i e x i s t e n t e n t r e une c e r t a i n e forme m u s i c a l e ( p l u s exactement 1'opera t e l que l e c o n g e v a i t ?/agner) et l a s t r u c t u r e de l a Recherche. Mais puisque P r o u s t lui-mime e t a b l i t un r a p p o r t e n t r e son oeuvre et l ' e g l i s e , et que d' a u t r e p a r t , a l a pensee de son l i v r e a " b a t i r " , i l f a i t a l l u s i o n aux "grandes c a t h e d r a l e s " q u i r e s t e n t " i n a c h e v E e s " ( 4 ) , n'y a u r a i t - i l pas l i e u de c h e r c h e r dans sa " c o n s t r u c t i o n " , a cSte des emprunts f a i t s a l a musique, ceux f a i t s a 1 ' a r c h i t e c t u r e ? D ' a i l l e u r s , p a r c r a i n t e de n ' e t r e pas b i e n entendu par l e l e c t e u r , l e ITarrateur semble r e n f o r -c e r son a l l u s i o n aux " c a t h e d r a l e s " en a j o u t a n t a l a meme page: e p i n g l a n t i c i un f e u i l l e t s u p p l t m e n t a i r e , j e b a t i r a i s mon l i v r e , j e n'ose pas d i r e ambitieusement comme une c a t h e d r a l e , mais t o u t simplement comme une robe (5)« Bie n s u r , i l ne f a u t pas s'ywe/piendre , l a modestie de P r o u s t ne s u f f i t pas a c o u v r i r son r e e l d e s s e i n . Le mot a r e t e n i r i c i n-'est pas "comme une ro b e " , mais b i e n "comme une c a t h e d r a l e " . Un aveu de l ' a u t e u r de l a Recherche l i v r e a Andre Maurois l e c o n f i r m e de fagon m a n i f e s t e et i n d u b i t a b l e : Et quand vous me p a r l e z d'une c a t h e d r a l e , j e ne peux pas ne pas 8 t r e emu d'une i n t u i t i o n q u i vous permet de d e v i n e r ce que je n ' a i jamais d i t a personne et que j ' e c r i s pour l a premie r e f o i s : c'est que j ' a v a i s v o u l u donner a chaque p a r t i e de mon l i v r e l e t i t r e : P o r c h e , V i t r a u x de l ' a b s i d e , e t c . pour repondre d'a-vance a l a c r i t i q u e s t u p i d e qu'on me f a i t de manquer de c o n s t r u c t i o n dans des l i v r e s ou je vous m o n t r e r a i que l e s e u l m e r i t e e s t dans l a s o l i d i t e des moindres p a r t i e s ... ( 6 ) . - -165 -L ' a p p a r i t i o n de M i l e de Saint-Loup aux d e r n i e r e s pages de 1'oeuvre e c l a i r e a e l l e s e u l e l a c o n s t r u c t i o n a r c h i t e c t u r a l e de ^•a Recherche. Descendante d'un Swann et d'un Guermantes, n ' e s t -e l l e pas, en e f f e t , l a c l e f de voute q u i , pour a s s u r e r a l a s t r u c -t u r e t o u t e sa s o l i d i t e , r e u n i t l e s deux co t e s ( c 6 t e Swann et cSte Guermantes ) q u i s'e"taient e l e v e s separement t o u t au l o n g de l.'oeuvre s ur l e s a s s i s e s posees avec l ' a r t d'un grand a r c h i t e c t e dans Combray? De p l u s , vus sous cet e c l a i r a g e , V i n t e u i l , B e r g o t t e , E l s t i r et l a Berma, q u i i n c a r n e n t " l e s a r t s l e s p l u s e l e v S s et l e s p l u s d i f f e r e n t s " , nous a p p a r a i s s e n t comme qua t r e p i l i e r s ma-g n i f i q u e s s ur l e s q u e l s repose l a charpente de 1 ' e d i f i c e . Ces r a p p o r t s e n t r e 1 ' a r c h i t e c t u r e et l a Recherche ne genent en r i e n - l e r61e de l a musique dans c e t t e o e u v r e, b i e n au c o n t r a i r e , c a r i l s - n o u s amenent a penser que, pour un e s t h e t e a c c o m p l i comme P r o u s t , - a p r e s a v o i r c h o i s i l a na t u r e comme cadre a l a d e l i c a t e et p a l e musique de Jean S a n t e u i l , n u l l e s t r u c t u r e ne p o u v a i t e t r e p l u s digne de l a s i g n i f i c a t i v e musique d ' a r t q u i p a r c o u r t son chef-d'oeuvre que c e l l e d'une c a t h e d r a l e . -166 -M O T E S B e n o i s t - M e c h i n , La musique et 1 ' i m m o r t a l i t e dans 1'oeuvre  de M a r c e l P r o u s t , p. 34 Benoist- Me*chin, Retour a M a r c e l P r o u s t , p. 16 ^ a Recherche, v o l . I l l , p. 1040 Idem, V o l . I l l , p. 1033 Idem, v o l . I l l , p. 1033 C i t e par Andre Maurois sans p r e c i s i o n sur l ' o r i g i n e de cet aveu dans sa p r e f a c e a l a Recherche de 1 ' e d i t i o n de l a P l e i a d e , p. x v i i - 167 -BIBLIOGRAPH!E (a) Oeuvres de M a r c e l P r o u s t Les P l a i s i r s et l e s j o u r s , G a l l i m a r d , P a r i s 1924. Jean S a n t e u i l , G a l l i m a r d , P a r i s 1952. (3 v o l . ) P a s t i c h e s et Melanges, G a l l i m a r d , P a r i s 1919. Chr o n i q u e s , G a l l i m a r d , P a r i s 1927. Contre S a i n t e - B e u v e , G a l l i m a r d , P a r i s 1954. A l a Recherche du Temps perdu, G a l l i m a r d ( B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e ) , P a r i s 1954. (3 v o l . ) (b) Correspondance Autour de s o i x a n t e l e t t r e s de M a r c e l P r o u s t ( p a r L, Daudet), G a l l i m a r d , P a r i s 1929. Choix de l e t t r e s , P l o n , P a r i s 1965. L e t t r e s i n e d i t e s , B a g n e r e s - d e - B i g o r r e 1926. L e t t r e s de M a r c e l P r o u s t a B i b e s c o , La G u i l d e du L i v r e , Lausanne 1949« L e t t r e s a Gide, I d e s et Calendes, JXeuchatel et P a r i s 1949* L e t t r e s a Reynaldo Hahn, annotees par P h i l i p p e K o l b , G a l l i m a r d , P a r i s 1956. L e t t r e s a P. L a v a l l e e - J.-L. Vaudoyer - R. de P i e r s - M a r q u i -se de P i e r s - G. de C a i l l a v e t - Mme G. de C a i l l a v e t - B. de  S a l i g n a c - FSnelon - M i l e Simone de C a i l l a v e t - R. B o y l e s v e -E. Bourges - H e n r i D u v e r n o i s - Mme T.J. G u e r i t t e et Robert  D r e y f u s , L i b r a i r i e P l o n , P a r i s 1933. L e t t r e s a Robert de Montesquiou , P l o n , P a r i s 1930. L e t t r e s a l a comtesse de N o a i l l e s , P l o n , P a r i s 1931. M a r c e l P r o u s t et Jacques R i v i e r e , Correspondance, P l o n , P a r i s 1955. - ' l 6 8 -~. L e t t r e s a M. & Mme Sydney S c h i f f - P a u l Souday - J . -E.Blanche -C a m i l l e V e t t a r d - J . Boulenger - L o u i s M a r t i n - C h a u f f i e r -E.R. C u r t i u s - L. G a u t i e r - V i g n a l , P l o n , P a r i s 1 9 3 2 . — L e t t r e s a M. & Mme S t r a u s , P l o n , P a r i s 1 9 3 0 . (c) Beuvres g e n e r a l e s s ur M a r c e l P r o u s t ABATANGEL, L o u i s : M a r c e l P r o u s t et l a musique, I m p r i m e r i e des O r p h e l i n s a p p r e n t i s d ' A u t e u i l , P a r i s , (s.d.) BARJON, L o u i s s De B a u d e l a i r e a M a u r i a c , Casterman, P a r i s 1 9 6 2 . BENOIST-MECKIN : La musique et 1 ' i m m o r t a l i t e dans 1'oeuvre de  Ma r c e l P r o u s t , K r a , P a r i s 1 9 2 6 . BENOIST-MECHIN ; Retour a M a r c e l P r o u s t , P i e r r e Amiot, P a r i s 1 9 5 7 . BOLLE, L o u i s : M a r c e l P r o u s t ou l e complexe d'Argus, G r a s s e t , P a r i s 1 9 6 7 . BUTOR, M i c h e l s Les oeuvres d ' a r t i m a g i n a t i v e s chez P r o u s t , A t h l o n e P r e s s , London 1 9 6 4 . CATTAUI, Georges : L ' a m i t i e de P r o u s t , G a l l i m a r d , P a r i s 1 9 3 5 « CATTAUI, Georges s M a r c e l P r o u s t , ( P r o u s t et son temps, P r o u s t et l e temps), J u i l l a r d , P a r i s 1 9 5 2 . COEUROY, Andre s Musique et l i t t e r a t u r e ; etudes comparees, Bloud et Gay, P a r i s 1 9 2 3 . DANDIEU, Arnaud.: M a r c e l P r o u s t , sa r e v e l a t i o n p s y c h o l o g i q u e , F i r m i n - D i d i o t , P a r i s 1 9 3 0 . DREYFUS, Robert : S o u v e n i r s s ur P r o u s t , G r a s s e t , P a r i s 1 9 2 6 , FEUILLERAT, A l b e r t ; Comment M a r c e l P r o u s t a compose son roman, Yale U n i v e r s i t y P r e s s , New Haven 1 9 3 4 ' FISER, Emeric : L ' e s t h e t i q u e de M a r c e l P r o u s t , A. R e d i e r , P a r i s 1 9 3 3 « GABORY, Georges : E s s a i sur M a r c e l P r o u s t , "Le L i v r e " , P a r i s 1 9 2 6 . GRAHAM, V i c t o r E. : The Imagery of P r o u s t , B l a c k w e l l , O s f o r d 1 9 6 6 . HAHN, Reynaldo : J o u r n a l d'un m u s i c i e n , P l o n , P a r i s 1 9 3 3 . HIER, F l o r e n c e : La musique dans 1'oeuvre de. M a r c e l P r o u s t , P u b l i -c a t i o n s o f the I n s t i t u t e o f French S t u d i e s , Columbia u n i v e r s i t y , New York 1 9 3 3 . - 169 -HINDUS, M i l t o n ; The P r o u s t i a n V i s i o n , Columbia U n i v e r s i t y P r e s s , Hew York 1954. MAURIAC, Claude j M a r c e l P r o u s t par lui-meme, E d i t i o n s du S e u i l , P a r i s 1953. MAURI AC, F r a n g o i s s Du cote - de chez P r o u s t j La Table Ronde, P a r i s 1947. PAINTER, George D. : M a r c e l P r o u s t , A B i o g r a p h y , Chatto & Windus, London 1959. PARRY, Helen : Music i n the Work of M a r c e l P r o u s t and Romain R o l l a n d , London 1969. PIERRE-QUINT, Le"on : M a r c e l P r o u s t , sa v i e , son oeuvre, S a g i t t a i r e , M a r s e i l l e 1935* PIROUE, Georges : P r o u s t et l a musique du d e v e n i r , E d i t i o n s Denoe"l, P a r i s I960. POMMIER, Jean : La mystique de M a r c e l P r o u s t , L i b r a i r i e Droz, Geneve 1968. REMACLE, Ma d e l e i n e : L'Element p o e t i q u e dans A l a Recherche du Temps perdu de M a r c e l P r o u s t , P a l a i s des Academies, B r u x e l l e s 1954. TRAHARD, P i e r r e s L ' A r t de M a r c e l P r o u s t , E d i t i o n s Dervy, P a r i s 1953» VALOIS, M a r c e l : Le s o r t i l e g e de M a r c e l P r o u s t , C e r c l e du L i v r e de F r a n c e , Ottawa 1964. (^) A r t i c l e s s ur M a r c e l P r o u s t BARJON, L o u i s : "De Jean S a n t e u i l a M a r c e l P r o u s t " , Etudes, P a r i s o c t o b r e 1952. BARNAC, H e n r i ; " P r o u s t et Reynaldo ou l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l " , C a r r e f o u r , 28 a v r i l 1948. CATTAUI, Georges : "L'oeuvre de P r o u s t , son a r c h i t e c t u r e , son o r -c h e s t r a t i o n , sa sym b o l i q u e " , C r i t i q u e , mars 1958. CHALUPT, Rene : " P e t i t e musique de n u i t a l a fagon de M a r c e l P r o u s t " , Revue i n t e r n a t i o n a l e de Musique, automne 1951• COEUROY, Andre : "La Musique dans 1'oeuvre de P r o u s t " , Revue mu s i -c a l e , J a n v i e r 1923* - 170 i * C0STIL, P i e r r e : "La c o n s t r u c t i o n m u s i c a l e de l a Recherche.du  Temps p e r d u " , ! et I I , B u l l e t i n de l a S o c i e t e des Amis de  M a r c e l P r o u s t et des amis de Combray, nS 8 1958 et n2 9 1959. HUSSEY, D. : " V i n t e u i l ' s Sonata", M a r c e l P r o u s t Reviews and Es-t i m a t e s i n E n g l i s h , S t a n f o r d U n i v e r s i t y P r e s s , 1942 LAURENT, H e n r i s "Marcel P r o u s t et l a musique", Le Flambeau, B r u x e l l e s a v r i l 1927 et mai 1927. MANTE-PROUST, Mme : "Les mysteres de l a p e t i t e phrase de V i n t e u i l " , Le F i g a r o l i t t e r a i r e , P a r i s 16 novembre 1946. MESSIERES ( d e ) , Rene : " R e f l e x i o n s on the Role o f Music and Some M u s i c i a n s i n the Work of M a r c e l P r o u s t " , M a r c e l P r o u s t Re-views and E s t i m a t e s i n E n g l i s h , S t a n d f o r d U n i v e r s i t y P r e s s , 1942. PIERHAL, Armand : "Sur l a c o m p o s i t i o n wagnerienne de 1'oeuvre de P r o u s t " , B i b l i o t h e q u e U n i v e r s e l l e et Revue de Geneve, -juin 1929. ROUSSET, Jean : "Notes sur l a s t r u c t u r e d'A l a Recherche du Temps  perdu " , Revue d e s s c i e n c e s humaines, j u i l l . - s e p t . 1955• TURNER, W. J . : "The L i t t l e P h r a s e " , M a r c e l P r o u s t Reviews and E s -t i m a t e s i n E n g l i s h , S t a n f o r d U n i v e r s i t y P r e s s , C a l i f o r n i a 1942. (e) Ouvrages sur l a musique BAUDELAIRE, C h a r l e s : L e t t r e a R i c h a r d Wagner, 17 f e v r i e r I860, i n Oeuvres co m p l e t e s , B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , P a r i s 1961. _ " R i c h a r d Wagner et Tannhattser a P a r i s " , Revue europeenne, l e r a v r i l 1861. CHAILLEY, Jacques : P r e c i s de m u s i c o l o g i e , P r e s s e s U n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , P a r i s 1958. DUFOURCQ, N o r b e r t s La musique, des o r i g i n e s a nos j o u r s , L a r o u s s e , P a r i s 1946. GUI CHARD, Leon ; La musique et l e s l e t t r e s en France au temps du  wagncjrisme, P r e s s e s U n i v e r s i t a i r e s de F r a n c e , P a r i s 1963. JULLIEN, Adolphe : M u s i c i e n s d ' a u j o u r d ' h u i , L i b r a i r i e de l ' a r t , P a r i s 1892. LALO, P i e r r e : De Rameau a R a v e l , A l b i n M i c h e l , P a r i s 1947 - 171 -LANDORMY, P a u l s La musique f r a n g a i s e de Franck a Debussy, G a l l i m a r d , P a r i s 1 9 4 3 . SfEF, C h a r l e s : H i s t o i r e de l a musique, P a y o t , P a r i s 1 9 4 8 . ' ROMAIN (de) , L o u i s s C r i t i q u e m u s i c a l e , Alphonse Lemerre, P a r i s 1890. ROLLAHD, Romain : M u s i c i e n s d ' a u j o u r d ' h u i , L i b r a i r i e H a c h e t t e , P a r i s 1 9 0 9 . SAMAZEUILH, Gustave : M u s i c i e n s de mon temps, E d i t i o n s M a r c e l Daubin, P a r i s 1 9 4 7 . STRICKER, Remy : La musique f r a n g a i s e du Romantisme a nos j o u r s , La Documentation F r a n g a i s e , P a r i s 1 9 6 6 . - 172 -APPEHDICE M u s i c i e n s c o m p o s i t e u r s mentionnes  dans 1 'oeuvre de P r o u s t Les P l a i s i r s et l e s j o u r s ( E d i t i o n s G a l l i m a r d , 1924)s Bach ( J . - S . ) 102 Beethoven 102 Chaminade 102 Chausson 102 Chopin 131 Franck 33, 101 Gluck 132 Gounod 102 Haendel 83 Hahn (Reynaldo) 103 Haydn 83 Indy ( V i n c e n t d 1) 83 Mas senet 102, 103 Mo z a r t 134 P a l e s t r i n a 83 Saint-Sae'ns 102 S a t i e 102 Schumann 133, 134 V e r d i 102, 103 Wagner 83, 102, - 1 7 3 -Jean S a n t e u i l ( E d i t i o n s G a l l i m a r d , 1 9 5 2 5 3 v o l . ) : Bach ( J . - S . ) I I , 5 5 Beethoven I , 2 1 0 , 3 1 8 ; I I , 3 3 ; I I I , B i z e t I I I , 2 3 6 C h a b r i e r I I I , 2 2 0 Faure I I I , 1 9 5 Franck I I I , 2 7 9 , 3 3 2 Gui raud I I I , 6 6 , 6 7 Indy ( V i n c e n t d') I I I , 2 7 9 Massenet I I I , 2 0 2 Marmontel I I I , 2 0 2 Mo z a r t I , 107, 2 8 6 ; I I I , 3 2 , 8 3 Saint-8ae"ns I I I , 4 7 , 2 2 3 , 2 3 5 Schumann I , 1 6 5 , 2 7 3 Wagner I I , 2 9 5 ; I I I , 3 2 , 8 6 , 3 3 1 Contre Sainte-Beuve ( E d i t i o n s G a l l i m a r d , C o l l e c t i o n I d S e s , 1 9 5 4 ) : Chopin 2 7 2 Hahn (Reynaldo) 1 4 6 Rameau 3 3 8 Schumann 2 7 2 Wagner 2 5 9 - 174 -A l a R e c h e r c h e du Temps p e r d u ( B i b l i o t h e q u e de l a P I e i a d e , 3 v o 1 . ) : Adam ( A d o l p h e ) A u b e r Bach ( J . - S . ) B e e t h o v e n B i z a t B o i e l d i e u B o r o d i n e B o t r e l C h o p i n Debussy E n e s c o ( G e o r g e s ) F a u r e ( G a b r i e l ) F r a n c k G l u c k Godard Hahn ( R e y n a l d o ) H a l e v y I n d y ( V i n c e n t d') L i s z t L u l l i Mas c a g n i Ma s s e ( V i c t o r ) Mas s e n e t MShul M e n d e l s o h n I I , 491 5 I I I , 159 I, 73; I I , 449, 491; I I I , 859 I, 301; I I , 728, 906, 942, 957, 1031; I I I , 217, 636 I, 287, 481, 531, 751; I I , 343, 420, 491, 522, 562, 605, 638, 688, 817, 897, 955, 1009, 1010; I I I , 206, 310, 767, 790, 906, 1025, 1026 I I I , 289 I, 733; I I , 491 I I , 382; I I I , 237 I I I , 11 I, 331, 332, 335, 708, 791; I I , 814-818, 823, 945,975, 1009; I I I , 237 I I , 688, 812, 815, 816, 822, 885, 906, 945, 954,1026, 1086; I I I , 116-118, 229 I I I , 287 I I , 953; H I , 269, 543 I I , 668, 953, 954; I I I , 635 I I , 470, 1109; I I I , 117 I I , 1026 I I I , 769 I, 91, 577; I I , 845 I I , 885, 928 I, 328, 331, 340, 520, 708; I I , 199 I, 309 I, 883 I, 245, 289, 290 I I , 815; I I I , 11, 452 I, 92; I I I , 952 I I , 1010; I I I , 635 - 1 7 5 -Meyerbeer Moussorgsky Mo z a r t O f f enbach Paderewski P a l e s t r i n a P i c c i n i P u c c i n i Rameau Ravel Rimsky-Ko r s a k o v R u b i n s t e i n (Anton) Saint-Sae*ns S c a r l a t t i Schubert S chumann S t r a u s s ( R i c h a r d ) T a g l i a f i c o Wagner Widor ( C h a r l e s ) I I , 9 5 4 I I I , 1 1 6 , 1 1 7 I , 3 3 3 , 3 4 5 5 I I , 8 1 2 , 9 6 5 I , 7 3 3 ; I I , 8 4 6 ; I I I , 6 6 9 I I , 8 9 7 , 9 0 1 I I , 9 5 7 ; I I I , 1 3 7 , 1 0 2 6 I I , 470 I I I , 2 1 7 I I I , 117, 3 8 2 I I I , 1 0 2 5 I I I , 2 3 7 I , 188, 7 3 4 I , 9 1 ; H I , 9 5 2 I I , 9 5 4 , 9 5 5 I I , 3 7 1 I I , 7 8 9 , 9 5 3 ; I I I , 2 5 3 , 5 0 0 , 7 5 4 , 8 4 7 I I , 4 4 9 ; H I , 2 3 7 , 2 6 5 , 6 4 7 I , 2 3 6 I , 188, 3 0 1 , 4 3 3 , 5 7 6 , 7 3 3 ; I I , 3 9 4 , 4 6 9 , 4 7 1 , 4 9 1 , 5 3 7 , 5 6 5 , 6 4 9 , 688, 7 3 1 , 7 4 9 , 812, 8 1 4 , 8 1 5 , 885, 9 0 6 , 928, 1 1 0 5 ; I I I , 1 5 8 - 1 6 2 , 1 6 8 , 2 6 3 , 2 6 5 , 274, 2 7 6 , 4 4 3 , 4 8 6 , 682, 7 5 4 , 7 5 8 , 7 7 6 I I , 4 3 0 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104055/manifest

Comment

Related Items