Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Study of Setsuwa literature with emphasis on the Nihon Ryoiki. Golay, Jacqueline 1970

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Notice for Google Chrome users:
If you are having trouble viewing or searching the PDF with Google Chrome, please download it here instead.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1970_A8 G64.pdf [ 5.92MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0104035.json
JSON-LD: 831-1.0104035-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0104035-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0104035-rdf.json
Turtle: 831-1.0104035-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0104035-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0104035-source.json
Full Text
831-1.0104035-fulltext.txt
Citation
831-1.0104035.ris

Full Text

A STUDY OF SETSUWA LITERATURE WITH EMPHASIS ON THE NIHON RYOIKI by JACQUELINE GOLAY A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS • i n the Department of ASIAN STUDIES We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA January, 1970 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s in p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Co lumb ia , I a g ree tha t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and S tudy. I f u r t h e r ag ree tha t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be g r a n t e d by the Head o f my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . It i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s thes,is f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f -AQ A AT S T U P ^ C S The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Co lumbia Vancouver 8, Canada ABSTRACT Before taking up the study of the Nihon Kyoiki i t s e l f i t seemed necessary to explore the meaning of the expression "setsuwa bungaku". Ja]» nese scholars have given t h i s expression d i f f e r e n t meanings and varying d e l i m i t a t i o n s . "Setsuwa" i s a general term which means "a Tale" and which implies an o r a l t r a d i t i o n . In the "History of Japanese l i t t e r a t u r e " edited by Hisanatsu Sen'ichi are a r t i c l e s which t r e a t the f o l k t a l e and f o l k t a l e l i t t e r a -ture seperately without e s t a b l i s h i n g a c l e a r r e l a t i o n s h i p between the two concepts. In f a c t , the term "setsuwa bungaku" u s u a l l y designates a type of f o l k l i t t e r a t u r e which consists of d i d a c t i c buddhistic t a l e s . Kany c o l l e c t i o n s of such t a l e s were compiled , often by buddhist monks, during the Heian and Kamakura periods. The f i r s t of these was the Nihon fiyoiki, i n the e a r l y 9th century. In Hisaratsu's "History of Japanese l i t t e r a t u r e i t i s not discussed under the heading of setsuwa bungaku. However, the Ryoiki i s c e r t a i n l y one of the most important of setsuwa c o l l e c t i o n s • and i t eannot be i s o l a t e d from the mainstream of setsuwa l i t t e r a t u r e which f l o u r i s h e d i n l a t e Heian and i n Kamakura, and of which the Konjaku  fronogatari i s always considered the prototype. The author of the P y o i k i , the monk Kyokai,lived through a period of intense p o l i t i c a l , s o c i a l and r e l i g i o u s t urmoil. Kyokai's observations of the s o c i a l d i s t r e s s and of h i s own miserable l i f e t e s u l t e d i n a strong sense of mission, the r e s u l t of which was the Nlhon Ryoiki. The study of Kyokai's own account i n h i s prefaces and of the contents of the Ryoiki leads one to believe that the book was achieved, and probably wholly written,dur-i n g the years Konin ( 8 I O - 8 2 U ) . The F y o i k i i s made up of one hundred and sixteen t a l e s . The author presents them as genuine Japanese f o l k t a l e s , but i t can be shown that many of themhave Indian or Chinese o r i g i n s . These t a l e s can be divided i n t o three types: the non buddhist s t o r i e s , which are few i n numberj the moral-i s t i c s t o r i e s which are not c l e a r l y of buddhist i n s p i r a t i o n ; the buddhist t a l e s , by f a r the most numerous. These are t a l e s of reward and punishment e i t h e r i n t h i s world or i n the world of the Dead. The t a l e s of the Ryoiki are quite enlightening on c e r t a i n aspects of Japanese society during the Nara period. In h i s preface, Kyokai mentions having read two Chinese c o l l e c t i o n s of Buddhist t a l e s , the Kyohoki and the Hannyakenki. A comparison of some of these with corresponding t a l e s from the Ryoiki reveals how, while remaining f a i r l y close to h i s models, Kyokai subtly and methodically gave them an e n t i r e l y d i f f e r e n t flavour. Following t h i s a n a l y s i s , a survey of setsuwa l i t t e r a t u r e up to the end of the Kamakura period attempts to show how much a l l of the subsequent c o l l e c t i o n s of buddhist t a l e s were indebted to the Nihon Ry5iki and how they r e f l e c t the f l u c t u a t i o n s of buddhist thought i n Japan. The second part of the d i s s e r t a t i o n c o n s i s t s of the t r a n s l a t i o n of nine t a l e s from the Ryoiki. Appendix One gives the t r a n s l a t i o n s of three t a l e s from the Kyohoki and t h e i r counterparts i n the Ryoiki. In appendix Two, a few t r a n s l a t i o n s are intended to suggest the v a r i e t y of s t y l e and of treatment i n the buddhist t a l e s of l a t e r setsuwashu. TABLE DES MATURES Page P R E F A C E i Premiere Partie s INTRODUCTION ... . 1 CHAPITRE I 18 CHAPITRE II 27 1 . Composition du Ryoiki 27 2. La question du Bouddhisme 30 3. Le Ryoiki, peinture d'une society 43 CHAPITRE I I I . Le probleme des sources 46 CHAPITRE IV. Le Setsuwashu apres l e Ryoiki 54 Deuxieme Partie : TRADUCTIONS DU NIHON RYOIKI 62 APPENDICE I : Textes compares du Myohoki et du Ryoiki s traductions 87 APPENDICE II : Le Setsuwashu apres l e Ryoiki : traductions 101 BIBLIOGRAPHIE 118 PREFACE En abordant 1'etude du Nibon Ryoiki i l m'a paru n^cessaire de v i s e r par-dela l a masse <!'erudition qui entoure traditionnellement ce gen-re de projet. Sans nier l ' u t i l i t e n i meme l a necessity des recherches eru-dites sur lesquelles j ' a i d'ailleurs appuyd mes propres observations, je pense qu'elles se bornent trop souvent a l'etude peripherique des textes.et a l'^tablissement de f a i t s , de correspondances et d'hypotheses qui s i l'on n'y prend garde, obscurcissent l a valeur intrinseque d'une oeuvre l i t t e r a i r e . Ceci est particulierement v r a i en ce qui concerne les multiples recueils de Setsuwa, parce-qu'ils_ sont gen^ralement rel£gu6s en marge de l a "vraie" l i t -terature. Le Nihon Ryoiki jusqu'ici a ete t r a i t s comme materiel d'archives. Dans cette dissertation j ' a i cherche" a mettre 1*erudition au service d'une analyse plus approfondie du texte en s o i , a f i n que c e l u i - c i puisse retrouver sa vie et sa fraicheur originales. Ce n'est i c i qu'une tentative. Une con-naissance plus intime du sujet, en faisant revivre pour le lecteur moderne le phenomene de creation du Setsuwashu ancien, pourra 1'aider a e l a r g i r sa conception de 1*evolution de l a pensee japonaise. Pour l'etude et les traductions du Ryoiki, je me suis bas^e entiere— ment sur le texte du Nihon Koten Bungaku Taikei ( Ivanami Sh5ten) edite" et comments par Kasuga Kazuo et par Endo Yoshimoto. En ce qui concerne les traductions du Myohoki, j ' a i consults directement le texte du Taisb.6 Shinshu Taizokyo. Les memes passages du Mybhbki sont imprimes a l a suite du Ryoiki, mais j'y a i releve au moins une erreur assez serieuse. Pour l a transcription du Chinois j ' a i u t i l i s e le Gvoyeu Romatzyk.Ce-pendant lorsque j ' a i emprunte une c i t a t i o n a Edouard Chavannes je me suis conformee a son systeme de romanisation. Pour les noms des grandes dynasties Han, T'ang et Song qui font maintenant partie du vocabulaire courant j ' a i conserve" l'ortographe habituelle. Dans les traductions j ' a i 6t6 guidee par le souci de rester assez pres du texte a f i n de preserver, s i cela e t a i t possible, les particularites de style. On relevera peut-etre quelques maladresses de Francais. Pour ce genre d'^tude e l l e s m'ont paru preferables a 1'uniformity de style qui aurait pu r ^ s u l t e r d'une traduction plus l i b r e et par consequent plus personnelle. Lorsqu'il a paru necessaire d'ajouter un mot qui ne se trouvait pas dans le texte i l a et6 place" entre parentheses. Par contre i c i et l a j ' a i omis un mot dont l a presence aurait alourdi l a phrase franchise sans r i e n apporter a son sens. INTRODUCTION LA LITTERATURE SETSUWA Cju'est-ce qu'un Setsuwa ? Le mot (shuo huah) apparait pom: l a premiere f o i s en Chine dans des Merits de l a periode Sang. Au Japon, i l ne semble pas avoir 6t6 employ^ avant l a periode Muromachi (quinzieme s i e c l e ) . LitttSralement, l e mot Setsuwa , s i g n i f i e "une hi s t o i r e racontee", un conte. Dans sa connotation habituelie,' i l evoque un conte folklorique, toute h i s t o i r e issue de 1'imagination popu-l a i r e et transitu se oralement de generation a generation. 11 se peut qu'a un moment donne cette h i s t o i r e a i t 6t6 mise par e c r i t , mais son t r a i t essentiel est qu'elle appartient a une t r a d i t i o n orale. Le professeur Uematsu Shigeru £crit dans un ouvrage recent : "Essentiellement ce mot (setsuwa) designe une h i s t o i r e qui a ettS oralement transmise parmi, l e peuple. S i interessante f u t - e l l e , une h i s t o i r e qui n'a pas ete" transmise oralement ne peut etre appel^e un Setsuwa ". ^  A i n s i d e f i n i , le mot Setsuwa a une porte"e tres generale. Selon l e Nihon Bugaku Dai .jiten, en tant que nom generique i l comprend les mythes (shinva), les legendes (densetsu), les contes folkloriques (mintan). _ 1. Kodai Setsuwa Bungaku, Tokyo, 1964, p.8. 2 Le professeur Uematsu prdfere d i v i s e r le concept de Setsuwa en legendes (densetsu), contes d'autrefois (muliashibanashi) et histoires du monde ordinaire (sekenbanashi). ^  Mais ces differentes mdthodes de c l a s s i f i -cation nlimpliquent pas un disaccord sur l a s i g n i f i c a t i o n fondamentale du mot Setsuva. Dans quelque culture que ce s o i t , l e Setsuwa. est done probable-ment l a plus ancienne forme de c reat iv i te par le langage. I l constitue de plus une source intarissable d 1 i n s p i r a t i o n pour toutes sortes d'ou-vrages l i t t e r a i r e s a travers les ages. Done, lorsqu'on parle de Setsuwa comme genre l i t t e r a i r e , de quoi s ' a g i t - i l ? Plus specifiquement, dans Ie contexte japonais, qu'est-ce que le Setsuwa Bungaku ?^ Dans un a r t i c l e de "Ivanami Kbza Nihon Bungakushi", une hist o i r e de l a l i t t e r a t u r e japonaise, le professeur Masuda Katsurai e c r i v a i t en 1958: "Le Setsuva Bungaku est l a rencontre du Setsuwa, qui appartient a l a l i t t e -rature orale, et de l a l i t t e r a t u r e ecrite".,. Autrement d i t , c'est I'appro-p r i a t i o n par un individu des elements bruts offerts par le Setsuva et leur transformation en une oeuvre l i t t e r a i r e . Bien entendu, ce c i ne d e finit pas un genre. C'est une remarque 3. C-fetit ]. [ % %\ ]. [* W i4 ]/ Le mot Seken P»7 e t a i t employe dans les temples pour designer l e monde laique. 4. [ it i i %'t- ] 5. Nihon Bungakushi (Ivanami Koza), Tokyo, 1958, v o l . I , "Kodai Setsuwa Bungaku", p.4. 3 tres generale qui s'applique aussi bien au Taketori Monogatari. ^ au Soga  monogatari ^ ou aux divers O-fegi fcoshig qu'au Konjaku Monogatari ^ ou au Nihon Ryoiki. Une d e f i n i t i o n se doit d'etre plus restreinte et plus precise. I c i pourtant i l semble que l'on se heurte a une d i f f i c u l t y fondamentale : c'est-a-dire que le Setsuwa en s o i est un concept extreme-ment vaste, tandis que le mot Setsuwa Bungaku a *2te introduit tres tard pour designer un groupe li m i t e d'ouvrages dont le Kon.jaku Monogatari est generalement consider^ l e prototype. Au sujet de 1'expression Setsuwa Bungaku, l e Nihon Bungaku D a i j i t e n explique i "Cette expression a yte* faconnfie a l'epoque moderne... Differentes personnes l ' u t i l i s e n t de facon differente, e t son sens manque de clarty La confusion qui entoure le Setsuwa Bungaku, l a d i f f i c u l t y d'dtablir sans equivoque l a d i s t i n c t i o n en-tre l e concept general de Setsuwa et c e l u i de Setsuwa comme genre l i t t e r a i r e deviennent evidents lorsque l'on consul te 1'Histoire de l a l i t t e r a t u r e .ja- ponaise du professeur Hisamatsu Sen'ichi. ^ Dans le premier volume, qui couvre l a periode ancienne, Hisamatsu discute le mot Setsuwa. Les Setsuwa, d i t - i l , sont des contes folkloriques, 6. [ t t SSL ]. 7. [ f H % i % ] 8. j f . I ] 9. [4 * 1. 10. [ e * ft * a ] • 11. Hisamatsu Sen'ichi, Nihon Bungakushi. Tokyo, 1961. des contes de fees, Marchen. l i s d i f f e r e n t des mythes (shinwa) et des legen-des (densetsu) sur les points suivants : 1) 1'objectif du conte n'est pas comme dans les mythes d'expliquer les phenc— menes naturels ou comme dons les legendes de relator les f a i t s historiques , mais simplement de r e f i e t e r le jeu de l a fantaisie et de 1'imagination. 2) le Setsuva ne donne n i dates n i noms de lieux precis. 3) Tandis que l e symbolisme du mythe est religieux et c e l u i de l a legende r e a l i s t e , dans l e conte populaire le symbolisme est poetique. 4) Tandis que l a maniere de raconter n'est pas vraiment determined pour le mythe ou l a legende, le conte, etant cree pour le p l a i s i r , est tres soucieux de l a forme et tend a commencer avec une formule t e l l e que "mukashi, raukashi aru tokoro n i . . . " 5) Le contenu du Setsuva ne caracterise n i une epoque, n i une societe, n i un l i e u d'origine. Les contes et les legendes, ajoute Hisamatsu, eurent une forte i n f l u -ence sur l a l i t t e r a t u r e populaire, tandis que l a mythologie se retrouve essen— tiellement dans les histoires o f f i c i e l l e s de l a Cour. ^ II semble c l a i r , d"apres cette discussion, que les Setsuva pour Hisamatsu sont des contes t e l s que Taketori, Momotaro, etc... ^ , qui correspondraient a l a Cendrillon et au Chaperon Rouge du folklore europeen. 12. Hisamatsu Senichi, ouvrage cite , I, p 89 o 13. pan fin Or, dans l e deuxieme volume du meme ouvrage, Hisamatsu introduit sans tr a n s i t i o n l e Nihon Ryoiki sous l e t i t r e de Setsuwa. ^ Cependant, en se basant sur les crit e r e s etablis dans son premier volume, i l est im-possible de j u s t i f i e r cette association du Ryoiki avec le concept de Set-suva. En e f f e t t 1) L*objectif didactique et reli g i e u x de l'auteur du Ryoiki est clairement e t a b l i dans l a preface. 2) Chaque h i s t o i r e est nettement situee dans le temps et dans l ' e s -pace. 3) Le style est plutot abrupt et denude, generalement depourvu d'evocations poetiques. 4) Bien que certaines expressions se retrouvent frequemment dans les h i s t o i r e s du Ryoiki et y apportent une notion de rythme, l a formule "mukashi, mukashi aru tokoro n i . . . " n'est jamais employee n i aucune formule de ce genre faisant appel a 1'imagination podtique. 5) Le Ryoiki depeint largement l a societe japonaise du huitieme s i e c l e . Ayant a i n s i dispose du Nihon Ryoiki sans explications, Hisamatsu entreprend plus l o i n dans son l i v r e 1'analyse des collections de Setsuva parues a l a f i n de Heian et a 1*Epoque Kamakura. C'est a ce point seule-ment q u ' i l introduit 1'expression Setsuwa Bungaku, pour l a d e f i n i t i o n de laquelle i l enonce les criteres suivants : 15 14. Hisamatsu Senichi, ouvrage c i t e , II. 47 15. ^isfunats" Serfichi, ouvrage cite , II. 466 6 1) Ce sont des compilations d'histoires courtes. 2) Ec r i t e s par un seul individu, e l l e s sont ,basees sur une tr a d i t i o n orale. 3) Leur style est populaire et influence" par les differences regie— nales. 4) E l l e s ont une forte coloration religieuse ou du moins moralisante. 5) E l l e s affichent un profond respect pour l e f a i t authentique, et un certain manque de raffinement l i t t e r a i r e est compense par un r^a— lisme f r a i s et convainquant. Quel rapport p e u t - i l exister entre ces deux definitions de Setsuwa et de Setsuwa Bungaku ? Une pirouette mentale ne peut se substituer a l a n^-cessite d'expliquer le passage d'un concept a 1*autre. Cette lacune est particuliereraent notable dans le l i v r e du professeur Hisamatsu. D 1autre part, sa presentation laisse l e Nihon Ryoiki et le Samboekotoba (discute dans l e meme chapitre du deuxieme volume) dans une sorte de no-man's land. Car tandis que ces deux oeuvres ne satisfont en rien son premier groupe de cr i t e r e s , i l ne les incl u t pas dans sa seconde d e f i n i t i o n . Cela s i g n i f i e -t - i l q u ' i l considere ces deux anciennes compilations comme indignes du terme Bungaku ? II ne convient pas i c i de discuter le concept de l i t t e r a t u r e mais certainement l o r s q u ' i l s'agit de Setsuwashu, ^ l a d i s t i n c t i o n entre l i t -t eraire et non-1itteraire est tout au mieux oiseuse. II existe entre l e 16. [ - & n 5 ~ 17. [ t i 1 7 Nihon Ryoiki et les autres Setsuvashu une ligne d'evolution qui n'admet pas d'etre brisee. II ne s u f f i t pas de dire que le Ryoiki "annonce" les Setsu-vashu des siecles a venir. Le traitement du probleme par Hisamatsu ne sau-r a i t done etre satisfaisant, et nous force d'examiner plus en detail le pro-bleme de l a d e f i n i t i o n de Setsuva en tant que genre l i t t e r a i r e . La l i t t e r a t u r e japonaise a ses debuts, e'est-a-dire a l'epoque de Nara et au debut de Heian, reposait presque entierement sur le Setsuva, le conte folklorique. Tous les e c r i t s de cette periode se reclament de 1'auto-r i t e de l a parole transmise par les ancetres. Ceci est v r a i en p a r t i c u l i e r pour les chroniques o f f i c i e l l e s du Japon et notamment pour le K o j i k i . 0 dont l'auteur pretend relater ce qui avait ete transmis de bouche a bouche de-puis l'origine du pays. Le K o j i k i et le Nihonshoki^ racontent des my-thes, des legendes, des anecdotes qui sont de purs Setsuva. La v e r i t e h i s -torique s'y trouvant id e n t i f i e e a l a ve r i t e morale, le folklore national de-vient l a raison d'etre meme de cette l i t t e r a t u r e qui avait pour fonction de retracer les origines et l a continuite de 1'empire et plus exactement de l a maison imperiale. Ces chroniques avaient ete ecrites par ordre de l'Empereur. Ce f u t les cas egalement pour les Pudoki. qu'on appelle parfois "Chihd Setsuva'^^ • i s . c h | te ] 19. [B ^ $ & 1 20. [ A i te. ] 21. [it £ ilii ] 8 ou Setsuwa regionnux. L'objet des Fudoki est enonce" dans un eMit imperial rapports dans le Sholcu Nihongi. Cet edit parut en 713 : I l est ordonne que les diverses i)rovinces dans le Kinai et les Sept llouteS2^ donnent des noms convonablcs a leurs cantons (kori) et a leurs v i l l a g e s (sato); que l'argent, le cuivre, les a r t i c l e s de difftirentes sortes, i>lantes et arbres, oiseaux et animaux, pois-sons et insectes ot toutes choses produites dans chaque canton soient enumeres en d e t a i l et que le s o l , riche ou s t e r i l e , l'origine des noms des montagnes, des r i v i e r e s , des plaines et des champs aussi bien que les traditions, les legendes et les contes e*tranges trans-mis de generation en generation par les Anciens, que tout ceci s o i t mis par e c r i t et rapporte au T r o n e ^ Denommes Fudoki a. une date ulterieure, ces textes offrent les memes aspects de Setsuva que le K o j i k i . Le passage suivant est traduit du Hitachi Fudoki, le Fudoki de l a province de Hitachi : Voi c i ce que racontent les Anciens. A Takalcu-no-sato, du cote de l'ouest, au debut de l a terre et du c i e l , quand les plantes pou-vaient parler, un Kami descendit du c i e l , qui se nommait Futsu-no-Okami. II soumit les chefs rebelles des montagnes et des ri v i e r e s au cours de ses expeditions dans l e pays de Ashihara—no-Nalcatsu. Lorsqu'il eut acheve de les subjuguer, le grand Kami voulut r e -tourner au c i e l . II se debarrassa done de son baton de commande (qu'on appelle Izu no Tsue), de son armure, de sa hallebarde, de son bouclier et de son epee, q u ' i l portait sur l u i , a i n s i que d'une rangee de perles q u ' i l avait dans sa main. I l les l a i s s a l a sur place, et monte sur un nuage blanc i l retourna au ciel.„ ] Le Kinai [ ] comprenait les 5 provinces de Tomato [ A. fa \, Yamashiro" [ d| ], Kavachi [>B" & ]. Irumi [^H ^ . ], Settsu [ fjffl ]. Les Sept Routes etaient le Tokaido [ i >$"4L L Tozandfi [ i \l\ jj^ ], San'indo [ OJ dL ], [Sonryodo [ i | pff ], Hokurikudo [ 4t pj£ ^ ], Saikaido [($ }$ ] et Nankaidb [ $ >^ ]. 22. Shoku Nihongi , make 6 (Kokushi Taikei, 1934, I I . 52 ) 23. |$£ J$L3-$ii] Hitachi Fudoki. Fudoki. Nihon Koten Bungaku Taikei ( Ivanami Shoten) Tokyo, 1967. 11, 43. 9 Le Manydshu, ^ importante oeuvre de l'^poque de Nara, contient aussi des poemes inspires par des conies populaires, t e l l e l a "Chanson d'Urashima". ^ Tandis que l a l i t t e r a t u r e de Cour evoluait vers les r e c i t s non-o f f i c i e l s et l a f i c t i o n , e l l e r e t i n t en grande mesure une predilection pour l a forme anecdotale. Dans le Yamato Monogatari ^ ^ e Ise Mono- gatari 2g des h i s t o i r e s tres courtes servent de pr^texte a introduire des poemes, et en tant qu'elles ne sont pas forcement des creations originales on peut dire que ces monogatari contiennent des Setsuwa. Plus tard, une oeuvre aussi personnelle et introspective que Tsurezuregusa ^ montre en-core un gout marque pour le p e t i t conte, 1'anecdote a l a f o i s divertissante et edifiante. Dans un temps ou f o r t peu de gens savaient l i r e et ou toute per-sonne qui d e s i r a i t ecrire en Japonais e t a i t plus ou moins forcee de con— naitre le Chinois, les temples bouddhistes etaient a peu pres les seuls centres d*erudition en dehors de l a Cour imperiale. Les moines l i s a i e n t et ecrivaient le kambun, souvent aussi le Sanscrit. I l s enregistraient par 25. § % 1 26. [ i x > £ jife %> ?• ]' Manyo, maki 9 27. [ ^ * ° W U 1 28. Uf & ft) t% ] 29. i'4L f£ f ] 10 e c r i t les eveneraents marquants de la vie du temple et de l a paroisse. Cer-tains de ces registres, appelds Engi,^Q relataient en p a r t i c u l i e r les c i r -constances dans lesquelles le temple avait 6X6 tond.6. Tres souvent quelque miracle, ou un reve bizarre, se trouvait a l'origine d'un temple. Pas plus qu'une Capitale, un temple ne pouvait etre b a t i n'importe ou et du jour au lendemain. II f a l l a . i t que le l i e u aussi bien que le moment choisis soient approuves par les deite's locales et par les astrologues. A i n s i , beaucoup d'Engi contiennent du materiel de caractere legendaire ou s'est g l i s s e un peu de f o l k l o r e . Un nombre considerable d'Engi furent e c r i t s durant les epoques Heian et Kamakura. I l s furent une source d'inspiration tres riche pour tous les Setsuwashu bouddhiques. Par exemple, le Samboekiifci>£i(dixieme siecle) terraine un nombre de ses h i s t o i r e s par les mots t "Je I'ai vu dans les r e g i s -tres du T o d a i j i ". Selon Uematsu, un nombre de contes dans le Konjaku pa— raissent etre t i r e s des Engi (par exemple les contes 13-38, maki 2 ). ^ II est tout-a-fait concevable que les h i s t o i r e s racont£es dans les Engi aient pu etre u t i l i s e e s par les moines predicateurs dans leurs sermons. Toujours en contact avec les gens des v i l l e s et des v i l l a g e s , i l s savaient forcement qu'une bonne his t o i r e peut parfois etre plus convaincante qu'une dissertation abstraite. A f i n d ' a t t i r e r le peuple et ses contributions i l 30. &|c 31. Uematsu Shigeru, ouvrage cite, p.66 11 importait peut-etre que l a promesse d'une recompense fut agrement^e d'un conte divertissant. En Chine, 1'existence de moines precLicateurs dont l a fonction e t a i t specifiquement d ' a t t i r e r les foules est attestee dans le Gau Seng Juann : „ La fonction du predicateur e t a i t d'expliquer l e principe de l a Loi et d'ouvrir 1'esprit du peuple. Autrefois, quand l a Loi du Bouddha commenca a etre transmise, i l s prechaient simplement le nom de Bouddha et enseignaient les Ecritures. Au milieu de l a nuit, i l y avait des gens qui se fatiguaient et q u ' i l f a l l a i t r e v e i l l e r . (Aussi plus tard i l s prirent l'habitude) de f a i r e venir quelqu'un qu'on appelait "celui-qui-abrite-la-vertu".^^ II se rendait a l a chaire et expliquait l a Loi en dormant divers exemples du Principe de la Cause et de l ' E f f e t , ou en ra— contant des paraboles. ^ Toujours au sujet de ces predicateurs specialises, le Gau Seng  Juann ajoute : Lorsqu'ils parlaient de 1'impermanence des choses, les coeurs s'emplissaient de crainte; lo r s q u ' i l s discouraient sur l'Enfer, i l s (les gens) versaient des larmes de frayeur. Lorsqu'ils par-la i e n t de l a causation passee, i l s (les gens) entrevoyaient 1'im-minence du karma; lo r s q u ' i l s montraient le resultat present, i l s voyaient l a retribution a venir. Lorsqu'ils parlaient de p l a i s i r , les coeurs debordaient de joie ; de t r i s t e s s e , i l s pleuraient amerement. Alors, l a foule n'avait qu'un seul coeur, l a s a l l e 32. Vies des Grands Moines, par Huey Jeau. Ce l i v r e f u t e c r i t pendant les Six Dynasties. D'autres "Vies de moines" furent ecrites sous les Tang et sous les Song. 33. [US 4& ] 34. Gau Seng Juann, raarka 30. Cite dans Liou Dah-jye, Jonggvo Wenshyue  Pa.jaan Shyg. Pe'kin,1962. 11,399 12 entiere e t a i t remplie d'emotion. I l s se prosternaient,^ et dans leur douleur i l s frappaient le s o l de leurs fronts. Tous faisaie n t claquer leurs doigts, tous chantaient l a gloire de Bouddha. ^ II semble que certains de ces predicateurs etaient renommes pour leur habilete k a t t i r e r les foules avec leurs h i s t o i r e s . Un ecrivain de l a dynastie des T'ang, Jav L i n , e c r i t dans un l i v r e i n t i t u l e In Huah Luh x II y avait un pretre qui se nommait Wen shur. II f a i s a i t des discours aux gens assembles en foule. II pretendait c i t e r les Ecritures, mais ce q u ' i l racontait n'etait que des obscenites... Les maris ignorants et les femmes coquettes trouvaient p l a i s i r a l'ecouter et accouraient au temple. I l s l u i rendaient hom-mage et appelaient cet endroit "le temple d ' i n s t r u c t i o n " . ^ On se souvient qu'Edouard Chavannes, dans son introduction aux Cinq-cents contes et apologues extraits du Tripitaka chinois q u ' i l acheva de traduire en 1911, e c r i v a i t a propos du tres ancien r e c u e i l des Traites  de Discipline que c'etaient souvent de "plates et obscenes inventions de moines". Les contes q u ' i l t r a d u i s i t du Chinois etaient pour l a plupart d'origine hindoue, et relevaient d'une t r a d i t i o n orale. Certains d'entre eux n'ont absolument r i e n de religieux, t e l s les contes t i r e s du Poyuking. Les extraits du r e c u e i l p a l i de Jatakas sont des contes tres varies ou f i -gurent des moines, des marchands, des femmes, des animaux, e t c . , et qui : I l s transportaient au s o l , dans un geste de soumission, leur front, leurs epaules et leurs genoux. 36. Gau Seng Juann, rao*rl 30, ouvrn.ge c i t e 37. # ' A l a meme epoque cette expression servait k designer des maisons reservees a des musiciennes qui etaient apparamment un genre de geisha chinoises. On peut se demander s i Jav L i n avait ceci k 1'esprit en ecrivarit sa d i a t r i b e . 38. Jaw Lin, In Huah Luh , maki 4. Jonggwo Wenshyue Tsankao Tzyliaw Sheau Tsorngshu, Shanqhae, 1957. Section 1, v o l . I l l , p.94 13 sont tres teint^s de fo l k l o r e . les Jatakas et d'autres collections d'apo-logues bouddhiques furent traduits ou copies en Chinois des le troisieme siecle de notre ere. "Le conte, e c r i t Chavannes, a ete le principal instru-ment de 1'evangelisation bouddhique." ^ La coutume de raconter des histoires tirees des sutras ou d'autres sources plus seculi&res aurait f o r t bien pu resulter independamment au Japon de l a necessite de convertir des foules ignorantes. Cependant, comme les bouddhistes japonais etaient tres au courant de ce qui se passait en Chine, i l semble permis de supposer q u ' i l s imitaient en connaissance de cause les methodes de precher chinoises. Ce n'est done pas par hasard que tout au debut de l a periode de Heian un pretre du temple Yakushiji a Nara eut l'idee de mettre par e c r i t certains contes qui avaient pour objet specifique de convertir le peuple a l a Loi de Bouddha. Ces contes ne concemaient pas le Yakushiji en p a r t i c u l i e r , et n'avaient pas le caractere s e m i - o f f i c i e l des Engi. C e t a i t une entreprise en-tierement privee. A i n s i le Nihon RySiki, une oeuvre originale a l'epoque, de-v i n t l e premier Setsuvashu. Issu d'un sens de l a mission sociale du predicateur, le Setsuvashu 39. Les Jatakas sont comme une c r i s t a l l i s a t i o n du folklore autour d'une personne unique qui est le futur Bouddha dans l a serie de ses trans-migrations. (E.Chavannes, Cinq cents contes et apologues extraits  du Tripitaka chinois. Paris, 1962, Introduction, p 11.) 40. E.Chavannes, ouvrage cite, Introduction, p.10. 14 y t a i t destine a rester en large mesure la s p e c i a l i t e d'ecrivains bouddhistes. A p a r t i r du Nihon Ryoiki et jusqu'k l a f i n de la periode Kamakura, on peut discerner une ligne d e v o l u t i o n constante vers l a conscience du style et vers une appreciation de l ' h i s t o i r e en s o i . II est coutume de denommer ce type par-t i c u l i e r de l i t t e r a t u r e "Bukkyo Setsuwa", 4 1 ou Contes bouddhiques. Certains critiques, t e l s le Professeur Hasuda Katsumi, considerent le Bukkyo Setsuwa comme une branche du Setsuwa Bungaku qui a leur avis comprend les Fudoki, le K o j i k i , etc... Pour d'autres, Bukkyo Setsuwa et Setsuwa Bungaku sont des termes pratiquement identiques, alors que les chroniques historiques et geo-graphiques, a i n s i que les Engi, deviennent Setsuwateki Bungaku. ^ v o i t bien que toutes ces c l a s s i f i c a t i o n s sont a r b i t r a i r e s , et leur analyse en de-t a i l ne f e r a i t qu'ajouter a l a confusion. En ce qui concerne cette disser-tation, i l est juge preferable de suivre ce qui semble 1'interpretation l a plus courante, c'est-a-d.ire de l i m i t e r l e concept de Setsuwa Bungaku a un genre r e s t r e i n t et autant que possible clairement d i s t i n c t . Le nom de Bukkyo Setsuwa n'est guere plus satisfaisant car on trouve des recueils qui ne sont pas bouddhiques, et qui cependant repondent entierement k l a d e f i n i t i o n du genre. II sera done bien entendu que 1'expression Setsuwa Bungaku est plus conventionnelle qu'exacte. 4 1 . [ AU & ilii ] 42 . [ it t i ft f. ] LITTERATURE OFFICIELLE ET LITTERATURE DE COUR LITTERATURE POPULAIRE Chroniques d'Histoire K o j i k i Nihonshoki Shoku Nihongi 712 720 797 O-no-Yasu maro Toneri Shinno Mythes, legendes et chro-niques centres sur l a fondation et l e developpe-ment de l a nation japonaise. Chroniques G£ogra— phiques H i t a c h i Pudold. Izumo Pud old. etc.. 715 733 • Pujiwara no Umakai Izumo no Hiroshima Mythes et legendes groupes selon le u r l o c a l i t e d ' o r i -gine mais compiles par des fonctionnaires de l a haute noblesse. Poesie Manyoshu ca. 760 Otomo no Yakamochi et autres Poemes d'origines diverses compiles a l a Cour Monogatari Taketori Yamato, Ise f i n X e s i e c l e V i e i l l e legende adaptee au gout de l a Cour Anecdotes et poemes Engi T o d a i j i D a i a n j i Hasedera etc... 896 897 -Setsuwa-shu Nihon R y o i k i Samboe Konjaku Jukkinsho Senshusho Sasekishu etc... 810-20 983 1058-65 1252 1279 Kyokai Minamoto Tamenori Miaraoto Taltakuni Saikyo Mujii Recueils de contes puises dans l e f o l k l o r e ou dans les e"critures bouddhiques, et racontes dans un but moralisateur. 16 En conclusion, le Setsuva Bungaku par opposition aux autres genres de l a l i t t d r a t u r e japonaise peut etre d e f i n i par les criteres suivants t - Le Setsuvashu est compile ou e c r i t par une seule personne et est une entreprise strictement privee. - C'est un rec u e i l hybride de contes n'ayant aucun rapport les uns avec les autres et qui sont d'origines tres diverses. - Son objectif est toujours (ou pretend etre) didactique ou du moins edifian t . Les contes se terminent en general par une morale. - Son autorite repose sur une t r a d i t i o n orale, quoique souvent par l ' i n -termediaire d'autres e c r i t s . - L'auteur i n s i s t e sur l'authenticite des f a i t s racontes et ne pretend . ecrire n i une oeuvre originale, n i une oeuvre de f i c t i o n . ^ - Le sty l e , malgre des differences marquees, peut etre generalement caracterise comme etant v i f , d i r e c t et concret. - Les Setsuvashu se distinguent de l a l i t t e r a t u r e de Cour non seulement par le s t y l e , mais en ce q u ' i l s mettent en scene le peuple des cara-pagnes, l a noblesse provinciale (Gozoku) ^ et les pretres boud-dhistes, aussi bien que des animaux, des monstres, etc... qui appar-tiennent exclusivement au f o l k l o r e . 43. Sur ce point, le Setsuvashu reste tres proche de l a technique du conte populaire qui se retrouve dans toute culture et qui consiste a assurer 1'audience que "c'est vraiment arrive". Je pense par exemple aux contes russes qui se terminent par l a formule "J'y etais, on y but l'hydromel..." Une h i s t o i r e fantastique a plus de portee s i on peut y cr o i r e . L'insistence des Setsuvashu sur l a "verite historique" de-rive certainement de cette consideration. 44. [*. * J L ] 17 Une etude d£taillee du Nihon Ryoiki i l l u s t r e r a ces points et demon-trera, esperons-le, qu'en depit d'une distance chronologicnie assez grande ce recueil de contes ne peut etre exclus de ce qu'on a coutume de nos jours d'appeler " l a l i t t e r a t u r e Setsuva". 18 PREMIERE PARTIE CHAPITRE I Lorsque l e siege du gouvernement japonais f u t transfere a l a nouvelle Heiankyo, une epoque marquee par les echecs politiques et m i l i t a i r e s prenait f i n . La p a c i f i c a t i o n des Emishi et l a s t a b i l i t e du regime imperial dans les mains du solide Empereur Kammu etaient deux r e a l i t e s qui permettaient d'envi-sager 1'inauguration d'une nouvelle capitale avec soulageaient et optimisme. Pourtant 1'agitation f a i s a i t place a une crise de conscience, un trouble i n -terieur profond, qui rendait le r e p i t prdcaire et qui se manifesta en p a r t i -c u l i e r dans les milieux bouddhistes. Le probleme endemique de l a misere paysanne et de l a corruption admi-ni s t r a t i v e n'avait pas ete resolu. La construction a dix ans d'intervalle de deux capitales (Nagaoka, commencee en 784 ; Heiankyo commencee en 793 ) avait serieusement entame les ressources nationales. I l est generalement ad-mis que l a decision d'abandonner Nara etait due en grande partie a l'empiete-ment des milieux ecciesiastiques sur les a f f a i r e s de l'Et a t . Nara etait une c i t e de temples. Ces temples s'etaient rapidement enrichis au cours du huitieme s i e c l e . Encourages par une succession d'Empereurs et d'lmperatrices^ 1. En moins de cent ans, de 686 a 770, quatre Imperatrices occuperent le Trone : c'etaient J i t o # (686-697), Gemmyo %, 8# (708-715), Gensho TO jfc (715-723), Koken ^. f | j (749-756) qui regna de nouveau sous le nom de S h o t o k u ^ (765-770). E l l e s etaient toutes f o r t pieuses. 19 fortement inclines vers l a r e l i g i o n , pretres et moines avaient developp£ du gout pour les intrigues politiques et le pouvoir temporel, et ovaient f a c i l e -ment abuse de leur prestige pour s'imposer a l a Cour. Le haut clerge boud-dhiste, de meme que l ' a r i s t o c r a t i e de Cour et de province, v i v a i t dans le luxe aux depens du p e t i t peuple. Apres le scandale provoque par le Grand Pretre Poky5 qui avait purement et simplement cherche a usurper le T r o n e , j i l semble bien que le Bouddhisme s o i t quelque peu tombe dans le dis c r e d i t . Se-lon De Visser^ , l 1Empereur Konin ^ se detacha du Bouddhisme vers l a f i n de sa v i e . Un edit issu dans l a troisieme ann^e de son regne -(773) deplorait l a depravation des moines et des nonnes. Sa derniere^ ordonnance r e l a t i v e au Bouddhisme f u t redigee sur un ton pessimiste : "Les pretres, a v a i t - i l en-tendu d i r e , se conduisaient comme des lalques. Ceux de haut rang agissaient contrairement a l a doctrine insurpassable de compassion et de bonte, et ceux de rang infer i e u r transgressaient les l o i s de l'E t a t " . L'Empereur Kammu ^  qui l u i succeda e t a i t un confucianiste convaincu. Les deux philosophies — Confucianisme et Bouddhisme — existaient cote a. cote. Le code du Ritsuryo ^ e t a i t tres influence par les idees confuceennes, et l'universite imperiale avait ete fondee par un fervent adepte de Confucius, le ministre Kibi-no-Mabi. Dokyct^, ] e t a i t un moine d'origine assez humble qui, s'etant assure les faveurs de 1'Imperatrice Shotoku, chercha a couronner une carriere fulgurante dans le gouvernement en se faisant designer Empereur. Son entreprise echoua (en 769). De Visser, Ancient Buddhism i n Japan. Paris, 1928, II , 465-466. 5. [ * i ft ] 7- [i A% I ^  ] 693- 775 2. 3. 4. 20 C'est dans ce contexte q u ' i l faut chercher a interpreter les quelques f a i t s connus de l a vie du moine Kyokai g , l'auteur du Nihon RySiki. Sur sa vi e , nous n 1avons que les renseignements fournis par Kyokai lui-meme a l a f i n de son l i v r e (III, 38) II y rapporte des eVenements qui eurent une portee considerable sur le cours de son existence et qui sont directement l i e s avec sa decision de compiler l e Ryoiki. A defaut d'une autre source d'information nous sommes obliges de nous baser entierement sur le RySiki et d'en accepter l a veracite sans discussion. De l a naissance et des origines de Kyokai nous ignorons tout. Pretre seculier, i l v i v a i t en compagnie de sa femme et de ses enfants q u ' i l avait du mal a nourrir. Des calamites et des mauvais augures avaient s u i v i l 1 i n s t a l -l a t i o n de l a Cour a Nagaoka. Temoin de ces evenements, lepretre Kyokai en eta i t f o r t trouble. Un soir d'autorane de l'annee 787, "son coeur s'ouvrit a l'humilite et au repentir" : "Ah, quelle honte, quelle misere, d'etre ne dans ce monde et de ne pouvoir gagner sa vie !... Ce d o i t etre que dans une vie anterieure j'avais neglige de pratiquer l a Charite... Ah, ce coeur mise-rable ! Ah, cette vie abjecte !" Cette nuit la. i l eut un reve dans lequel le Bodhisatva Kannon sous l a forme d'un moine mendiant l u i conseilla de raffermir sa f o i et sa pratique de l a Doctrine. "Le sens de ce reve n'est pas encore c l a i r , d i t Kyokai, mais c'etait une manifestation surnaturelle". Puis i l explique l e symbolisme complique du reve. 9. Nihon Ryoiki. Nihon Koten Bungaku Taikei (Ivanami shoten) 1967, pp.437-447 21 L'armee suivante un autre reve l u i apparut. Dana ce reve i l mourait , et son atne regardait son corps bruler. Son ome se mit a parler et a appeler des gens, qui H'entendaient pas. II pensa : "Les gens ne m'entendent pas parce que ceux qui sont morts ne font pas de br u i t " . Ce reve, Kyokai 1'avait encore moins bien compris que le premier. Mais i l en avait 6t£ tres impres-sionne. Madame Nakamura Kyoko y v o i t un symbole de p u r i f i c a t i o n et de renou-vellement. ^ Bien plus tard, en 798, le f i l s de Kyokai mourut. En 801, son cheval mourut. Pourquoi ces deux dates isblees dans un paral l e l e presque cocasse ? Kyokai v e u t - i l par l a i l l u s t r e r son detachement graduel des choses de ce mon-de, les liens de la chair et les possessions mate"rielles, a i n s i que l e suggere Madame Nakamura ? ^  L'explication de Kyokai lui-meme est plus intrigante. Chaque f o i s un renard e t a i t venu dajis la nuit glapir autour de l a maison de Kyokai, annoncant a i n s i l a proximity d'un malheur. "Cela montre bien que l o r s -qu'un signe avant-coureur presage une catastrophe, c e l l e - c i ne manque pas de se produire. Mais Kyokai n'avait pas encore appris l ' a r t du Tin-Tang de l'Em— pereur Hwang-din. II n'avait pas encore compris l a profonde (pensee) du Sage Tendai. Ne sachant comment eviter l e malheur, i l recut l e malheur. Ignorant 12 l ' a r t d'e"carter les calamit^s, i l recut l a destruction et l e desespoir. Gare a c e l u i qui manque de diligence 1 Gare a c e l u i qui ne craint pas ( l a r e t r i b u t i o n ) ! " l 3 10. Nakamura KySko, Ryoiki no Sekai — Nihon no Bukkyo — Tokyo, 1967 11. Nakamura Kyoko, ouvrage c i t d , p. 15 12. Tian Tair J y h y i i [ & £ f§ ff^ 3 (538-597), fondateur de l a secte Tendai en Chine. 13. Ryoiki. p. 445 22 Ces quelques lignes tracent un tableau vivant des croyances d'une epoque qui avait assimiie pele-mele les enseignements des diverses ecoles de philosophie chinoise (y compris l rastrologie, l a geomancie, e t c . . ) avec les superstitions indigenes, et avait place le tout sous le signe du Bouddhisme. Au sujet de La fondation de l a capitale Heiankyo, G.B.Samson note que le tem-ple bati par le fondateur de la secte Tendai sur le mont H i e i se trouvait f o r t opportunement au nord-est de la v i l l e , l a d i r e c t i o n d'ou selon certaines croyances chinoises arrivent les influences nefastes. Le temple gagna de ce f a i t une tres grande importance. Par a i l l e u r s , Saichb p r i t so i n de payer ses respects aux ddites locales q u ' i l appelait du nom tres general de Sanno ^ — Rois de l a montagne. ^ Le passage de (111,38) cite plus haut est le seul pouvant suggerer que Kyokai portait un interet a l a secte Tendai. On n'en saurait conelure q u ' i l etait un adepte de cette secte, mais du moins v i v a i t - i l dans le cou-rant de son dpoque. Sensible aux lacunes et aux faiblesses de son s i e c l e , Kyokai n'aurait pas manque de preter l ' o r e i l l e a l a voix energique du jeune 14. [ d-| ] 15. G.B.Samson, A History of Japan, Stanford, 1958, I. 118. Le passage suivant, t i r e du Nihonshoki (trad. Aston, part 2, p. 175) i l l u s t r e le meme point: "In A.D. 642, f i r s t year of the reign of Empress Kogyoku, at the time of a great drought, the Shinto r i t e s of k i l l i n g horses and cattle as a s a c r i f i c e to gods of various shrines and prayers to the river-gods, as v e i l as the old Chinese custom of changing the market-places, had been without r e s u l t . Then, Soga.no.6omi Emishi said; the Mahayana Sutras ought to be read i n the temples, our sins repented of as the Buddha teaches, and thus with humility r a i n should be prayed f o r . The Empress made a progress to the r i v e r source of Minabuchi. Here she knelt down and prayed worshipping toward the four quarters, and looking up to Heaven." 23 pretre qui promettait d'infuser une vie nouvelle dans l a r e l i g i o n tant s o i t peu chancelante. Le temple Yakushiji ou s'etait refugie KyCkai apres avoir choisi de qu i t t e r l e monde, a b r i t a i t en principe des membres de l a secte Hosso, mais en f a i t h^bergeait sous son t o i t des adeptes des autres sectes. En tous cas, les evenements remarquables qui servirent d'etapes a sa vie plutot malheureuse donnerent a Kyokai le sens d'une mission regene"ra~ t r i c e dont le Nihon Ryoiki reste aujourcf'hui l e terooignage. La date exacte a laquelle ce l i v r e fut entrepris est un mystere. Parmi ceux qui ont etu-die ce probleme, i l y a selon Madame Nakamura ^ ceux qui pensent que le Ryoiki fut commence en 787 et acheve" beaucoup plus tard par quelqu'un d'au-tre, et ceux qui pensent q u ' i l f u t commence a cette date e t acheve dans les annees Konin ^ (a p a r t i r de 810) par le meme auteur, ou tout simplement q u ' i l fut e c r i t dans son entier dans les annees Konin. A l'origine de l a controverse setrouve l e passage suivant, t i r e de l a preface au troisieme l i v r e du Ryoiki : "Entre le moment ou Bouddha entra dans le Nirvana et la-sixieme annee Hinotou de l'ere Enryaku^g (788), mille-sept-cents-vingt-deux annees se sont ecouiees... Mais au Japon meme, depuis 1'introduction de l a doctrine bouddhique jusqu'a l'annee 6 de l'ere Enryaku, deux-cents-trente-six annees ont passe." 16. Nakamura Kyoko, ouvrage cite, pp.24—25. 17. [ %U 4- ] = (810-824)/ 18..' [s£ J% ] = (782-806). 24 II s e r a i t tentant de penser, en l i s a n t ces lignes, que le troisiem© l i v r e du Ry5iki fut, sinon complete, du moins commence en 788. Cependant cette troisieme preface ne se trouve que dans un des manuscrits du Hihon  Ryoiki , c e l u i de l a famille Maeda.^ Pour cette raison son authenticity est parfois contestee. Certains specialistes pensent qu'elle dut etre ajou-tee bien plus tard par un copiste. Le professeur Kasuga, dans son introduc-t i o n au texte du "Nihon Koten Bungaku Taikei", ne se prononce pas d e f i n i t i v e -ment a cet egard. Dans la note qui accompagne le texte, i l d i t que ce pas-sage semble indiquer l a date a laquelle i l f u t e c r i t , et que par consequent l e probleme de son authenticity est tres important. Madame Nakamura Kydko ne semble pas contester cette interpretation. Etant donne le nombre d'evenements contes dans le Ryoiki qui sont posterieurs a l a date 788, i l va sans dire que meme s i le l i v r e avait ete en partie e c r i t avant 788, i l dut etre complete bien plus tard, au debut de l'ere Konin. Sur ce point tous les critiques sont d 1accord. Cependant, meme s i cette troisieme preface est authentique, c'est—a-dire de l a main de Kyokai, l a mention de l a date Enryaku 6 n'a pas besoin d'etre troublante. La logique interne du Ryoiki depasse 1'evidence s u p e r f i c i e l l e des mots, et c'est peut-etre f a i r e insulte a l'auteur que de ne pas explorer ses inten-tions un peu plus en profondeur. Toutes les prefaces du Nihon Ryoiki ont un ton tres personnel, et au 19. Be nos jours i l existe quatre manuscrits du Ryoiki, dont seul le manuscrit de Koya (1214) comprend les t r o i s l i v r e s . Les t r o i s autres sont le manuscrit du Kofukuji ( l i v r e 1 , 904), c e l u i du Shinfukuji ( l i v r e s 2 et 3, epoque de Kamakura) et c e l u i de l a famille Maeda ( l i v r e 3, 1236). 25 fond un peu vaniteux. A l'en croire, Kyokai prcnait sa mission tres au serieux, et l'armee Enryaku 6 pouvait avoir a sos yeux une importance mys-tique. Ce f u t cette annee-la que Kyokai recut son premier message, un songe reVyiateur. Ce f u t l'annee de son e v e i l s p i r i t u e l , le moment c r u c i a l qui de-cida de sa vraie vocation. I l ne faut done pas s'etonner s i dans sa t r o i -sieme preface i l c h o i s i t de calculer l'age du Bouddhisme en fonction de l'an-nee qui marquait l a date de sa re-naissance a l u i . II sera montr£ dans un autre chapitre que le Nihon RySiki, malgre l a disparity des contes, f u t concu et organist selon un plan determine, et q u ' i l y a un progres continu vers \e point culminant de (III, 38) ou l'auteur f a i t part de sa propre experience. Tout semble indiquer que le l i v r e est le resu l t a t direct de l a t o t a l i t y de cette experience, et q u ' i l ne put done etre entrepris avant l'annee 801 ou mieux encore avant l a premiere annee de l'ere Konin mentionn£e dans l a der-niere h i s t o i r e du Ryoiki ( i l l , 39). Cet argument se r a l l i e done a l ' o p i -nion du critique Kariya E k i s a i (1775-1835) qui a. l a f i n de son texte du 20 Ryoiki imprimait " e c r i t par le moine Kyokai du Xakushiji dans les annees Konin. Vu sous cet angle, l e Ryoiki apparait bien comme l'oeuvre d'un seul auteur, l'aboutissement d'une vie qui, s i e l l e s'etait peu a peu d6tach^e de ce monde, n'en connaissait pas moins tous les ressorts. II avait f a l l u 20. 21. Le texte de Kariya E k i s a i se trouve dans l e Gunshorui.ju ( Shinko Gunshoruiju, 1931, v o l . 19 ). 26 a Kyoltai plus d'une secousse avant q u ' i l reconnaisse l'etendue de sa r e t i -cence, de sa paresse s p i r i t u e l l e . Ayant enfin compris sa lecon, i l s'etait r e t i r e au Yakushiji et s'appretait a convertir l e monde. Le Ryoiki peut a bien des points de vue nous paraltre naif, c'est neanmoins le produit d'un espr i t mur et qui a trouve sa voie. 27 CHAPITRE II 1 "Quoi, pouvons-nous nous montrer pleins de reverence pour les r e c i t s qui nous proviennent d'une autre nation, et ne pas etre impressionnes par les prodiges qui ont l i e u dans notre propre pays ?" Ces mots t i r e s de l a preface au premier volume du Nihon Ryoiki jus-t i f i e n t le t i t r e de l'ouvrage "Recits estranges et fantastiques du Japon". L'indication, dans le t i t r e egalement, que ce sont des r e c i t s de "retribu-t i o n immediate en bien ou en mai" nous la i s s e d'autre part deviner que les contes seront d'inspiration bouddhique. Pantastique, Japonais, Bouddhique : en t r o i s mots on ne saurait r^sumer plus correctement l e contenu du Nihon  Ryoiki, 1, Composition du Nihon RySiki : Le Nihon Ryoiki se compose de t r o i s l i v r e s , chacun precede d'une preface. L'ensemble comprend un t o t a l de cent seize contes, A part une ou deux legeres infractions, les contes sont arranges par ordre chronologique, les derniers et les plus recents etant situes dans l a periode contemporaine de Kyokai. Le premier conte se situe au temps de l'Empereur Yuryaku (456-479). Tres souvent, l a periode est iden-1. Le t i t r e complet de l'ouvrage, donne dans l a preface, s e r a i t : Nihon Koku Gempo Zenaku RySiki. [ B ® J| jg, f£ % %Z> ]. 28 t i f i e e vers lo debut du conte par le nom de l'Empereur regnant. Quelquef6is, selon une methode u t i l i s e d dans d*autres dcrits de l a periode de Nara, au l i e u du nom de l'Empereur on emploie celu i de sa residence. Par exemple , dans (I, 14) : " Au temps de l'auguste regne de l'Empereur qui e ta i t au pa-l a i s de Nochi-no-Okamoto" ^. II s'agit en f a i t i c i de l'Empereur Saimei (655-661). On trouve aussi : " A l'epoque ou une armee fut depechee en Coree...". Ce passage i d e n t i f i e egalement le regne de Saimei Tenrio, et peut-etre plus specifiquement l'annee 660. (I, 7). Chaque h i s t o i r e est a i n s i soigneusement situee dans l e temps, et de cette maniere le premier l i v r e mentionne les regnes des Empereurs suivants : Yuryaku (456-479), Kimmei (539-571), Bidatsu (572-585), Suiko (592-629) , Kogyoku (642-645), Kotoku (645-655), Saimei (655-661), J i t o (686-697), Mommu (697-707), Gensho (715-?23), Shomu (724-748 La plupart des evenements contes dans le Livre II sont censes avoir eu l i e u durant le regne de l'Empereur Shomu. Ceci est int^ressant en vue du f a i t que ce f u t une des periodes les plus prosperes pour le Bouddhisme au Japon, et que Kyokai avait peut-etre connu une partie de ce regne. Le Livre III couvre les regnes de l'Imperatrice KOken-Shotoku ^ et des Empereurs Konin et Kammu. C'est-a-dire, une bonne partie de l a vie de 2. ffl ^ ] . 3. [M- .in B# . & £ .• % - £ fa - % a # r 4 . 3 V 29 Kyokai. On trouve en outre dans tous les contes l a datation precise de certains Evenements r e l a t i f s aux contes eux-memes. V o i c i par exemple un passage de (11,9) : "Etant decede" le dixieme jour du douzieme mois dans l'hiver Tsuchi-no-toshi, l a premiere annee de l'ere Tempyo-Shbho , i l naquit de nouveau deux annees plus tard, le septieme jour du cinquieme mois dans l'et4 Ka-no-etora ". Le lecteur moderne assume assez naturellement que l a plupart du materiel presente dans ces contes fantastiques est de caractere f i c t i f , ou du moins a ete suffisamment modifie pour etre considere comme t e l . II y a done sans doute une raison pour laquelle Kyokai c h o i s i t de donner a ses re-c i t s un cadre historique facilement i d e n t i f i a b l e . Ceci peut-etre du en par-t i e a l a nature de ses sources. II se peut que certaines de ces anecdotes aient ete a ce moment l a en c i r c u l a t i o n parmi le peuple ou dans les temples. Mais, a i n s i qu'on le verra plus tard, une quantite de ce materiel e t a i t d'in-spiration etrangere. II semble,done raisonnable de penser que Kyokai essayait de donner aux h i s t o i r e s un air d'authenticite et par consequent un plus grand pouvoir de persuasion. Dans ce cas, ce s e r a i t pour l a meme raison q u ' i l aurait u t i l i s e des noms de famille qui sont i d e n t i f i a b l e s et qui devaient etre familiers a ses lecteurs ou a son auditoire, et q u ' i l aurait place le tout dans un cadre geo— 5. 30 graphique immediat. Le monde du Ryoiki est en e f f e t centre" sur les Pro-vinces Interieures, de Kavachi, Izumi, Yamato, Yamashiro et Settsu ^ , en dehors desquelles tout Japonais de ce temps etait un exile. La Capitale elle-meme, Nara, se trouvait dans le Yamato et se trouve mentionn^e dans un nombre de contes anterieurs a 794. La province de K i i j , qui n*etait pas dans le Kinai, mais qui e t a i t immecliatement au sud-ouest du Yamato, est l a plus frequemment citee, et cela vers l a f i n du l i v r e . Pour cela i l est parfois suggere que Kyokai e t a i t n a t i f de cette province. A i n s i , on note que le l i v r e se resserre de plus en plus dans l'espace comme dans le temps, pour se terminer avec un close-up sur le personnage de Kyokai lui-meme dans (III , 38). 2. La question du Bouddhisme : Puisque Kyokai, moine bouddhiste, s'inquietait particulierement ( i l l e d i t dans sa preface) de l a decadence des moeurs, i l convient de se de— mander quelle est l a mesure de 11 inspiration religieuse dans les Setsuva du Nihon Ryoiki. Exposent-ils en detail ou en profondeur l a croyance bouddhique ? Quel est l e veritable contenu de ces contes que l'on appelle s i souvent "Bukkyo Setsuva" ? Des l a premiere page, le lecteur le moins averti peut se rendre 6. Voir page 8 7. [*& ^ 1 31 compte que en f a i t le Nihon Ryoiki contient des contes ou i l est impossible de d^celer l a moindre trace de reference directe ou indirecte au Bouddhisme. Pourquoi l'auteur de cette preface passionnee ou i l explique sa f o i profonde dans le principe de 1'enchainement des causes a - t - i l inclus dans sa selection des histoires t e l l e s que (I, 1) ou i l est simplement raconte par quelle etran-ge circonstance l e l i e u "Ikazuchi-no-Oka" g recut ce nom ? C'est une tres courte h i s t o i r e qui aurait sa place dans l e K o j i k i ou, mieux encore, dans un Fudoki. II semble que Kyokai l ' a i t trouvde dans les annales de 1'Empereur Yuryaku. Mais comme Ikazuchi-no-Oka se trouvait a Asuka ^ dans l a Yamato, i l est £galement possible que l a legende a i t ete connue parmi l e peuple de l a region de Nara. Dans ce cas, Kyokai aurait f o r t bien pu 1'avoir r e c u e i l l i e . oralement. II en va de meme pour l a legende (I, 2) ou i l est donne^ une e x p l i -cation f a n t a i s i s t e pour l'origine du mot Kitsune, ou "renard", et qui ne pa-r a i t etre r i e n d'autre qu'un amusant conte populaire. II faut noter aussi les contes de "femmes fortes" comme par exemple (II, 4) ou i l est d i t comment une petite femme douee d'une force surhumaine vainquit une grande femme qui elle-meme possedait l a force de "cent hommes mis ensemble" et qui gagnait sa vie en devalisant les marchands qui se rendaient a l a v i l l e . Tous ces Setsuva sont fortement empreints de r u s t i c i t e . II se pourrait que Kyokai les a i t appreci^s a. ce t i t r e , e t que dans son ardeur a rela t e r les prodiges du t e r -8. [ f » |^ ] 9. ffl& ] 32 r o i r i l a i t tant s o i t peu devalue le but moralisateur q u ' i l s'etait assigne. Mais i c i , quelques remarques tentatives s'imposent : premierement, ces h i s -toires non-bouddhiques sont peut-etre les seules qui soient authentiquement japonaises, et pour cette raison e l l e s auraient tout specialement att ire l'au-teur qui, on se souvient, e c r i v a i t "... ne serons-nous pas impressionnes par les prodiges qui ont l i e u dons notre propre pays ?" Ensuite, savons-nous quelles distinctions Kyokai e t a b l i s s a i t entre l e bouddhique et l e non-bouddhique ? Sur le plan i n t e l l e c t u e l , bien sur, cette d i s t i n c t i o n etait fermement eta-b l i e . Mais sur le plan emotionnel et dans l a vie du peuple, a i n s i q u ' i l a ete remarque plus haut, une synthese entre les croyances populaires et les croyances bouddhiques avait toujours existe. II est tres d i f f i c i l e d'imagi-ner l a mentalite populaire de cette lointaine epoque. Mais peut-etre qu'un evenement extraordinaire et inexplicable s'integrait tout naturellement dans le monde des miracles bouddhiques, non parce qu'on en pouvait t i r e r une mo-rale c l a i r e et logique, mais parce qu'on y percevait 1'intervention d'un or-dre superieur et i r r e s i s t i b l e . II n'y avait pas de c o n f l i t , sinon un moine aussi p l e i n d'ardeur missionnaire que 1'etait Kyokai n'aurait pas inclus dans son re c u e i l 1'anecdote (III, 31) dans laquelle un Kami l o c a l v i s i t e une jeune f i l l e dans une transe et l u i revele que les deux pierres qu'elle a mises au monde viennent de l u i . La jeune f i l l e l u i dedie ces deux pierres dans un coin de sa maison. On peut supposer enfin que, tout comme les predicateurs chinois dont i l a ete question plus haut, Kyokai acceptait l a necessite de seduire son 33 auditoire en l u i servant de temps en temps le genre d 1 h i s t o i r e qui l u i p l a i -s a i t et dont i l avait 1'habitude. Ces Setsuwa non-bouddhiques representent cependant une partie infime du Nihon Ryoiki. Parmi les autres contes, bien plus nombreux sont ceux qui, i l l u s t r a n t quelque point de morale universelle t e l que la punition du mai ou l a recompense du bien, trouvent assez naturellement leur place dans une oeu-vre didactique. Les lecons a t i r e r de ces contes peuvent par deduction etre i d e n t i f i e r s avec certains aspects de l a Loi bouddhique, mais ne nous font pas penetrer dans l'Univers bouddhiste proprement d i t . Le conte (II, 12) par exemple i l l u s t r e sans doute l a doctrine de l a compassion envers tous les etres vivants. L'anecdote (I, 9) cherche k demontrer l a s o l i d i t e et l a pro-fondeur des liens qui unissent parents et enfants. Certains de ces contes existaient peut-etre avant 1'introduction du Bouddhisme ou du moins inde-pendamment du contexte bouddhiste, pour avoir 6t6 plus tard r e p r i s et r e i n -terpretes par les predicateurs. C'est peut-etre le r e c i t (II, 33) qui de-montre ce point le plus clairement : une f i l l e tres riche se l a i s s e seduire par les largesses d'un pr^tendant et 1'epouse aussitot. Le lendemain des noces, ses parents s'apercoivent qu'elle a ete devoree et q u ' i l n'en reste plus r i e n que l a tete et un doigt. Naturellement, l'epoux a disparu sans l a i s s e r trace. Ce n'est l a qu'un "kaidan", un conte a f a i r e peur. Et l a conclusion de Kyokai semble particulierement "rajouteV et meme superflue: "Certains disent que c'etait un mauvais tour joue par un Kami; d'autres 34 disent qu'elle avait ete devoree par un demon. S i on y r e f i e c h i t bien. on  vo i t que c'etait un acte de vengeance (pour une offense commise dans une existence a n t e r i e u r e ) " ^ . S ' i l est v r a i , comme le suggere Madame Nakamura Kyoko, ^ q u ' i l y a i t l a une a l l u s i o n aux demons affames qui peuplent l'un des s i x mondes^2 l'au-dela bouddhiste, cette a l l u s i o n n'est n i expl i c i t e n i convaincante. D*autre part, s i 1*interpretation de Madame Nakamura est correcte, cette h i s t o i r e introduit en eff e t le lecteur dans l'Univers boud-dhiste mais malgre tout l e r e c i t en soi ne contient aucun indice de s i g n i -f i c a t i o n morale, et par lk se distingue des contes purement bouddhiques du Nihon Ryoiki. Ceux des contes du RySiki qui paraissent d'inspiration bouddhique sont, i l faut le souligner, l a majorite. On peut d i v i s e r les contes boud-dhiques en t r o i s categories s 1) les histoires de recompenses immediates; 2) les histoires de punitions immediates; 3) les histoires de l'Au-delk. 1) Les histoires de recompenses decrivent des miracles de types divers qui sont toujours le resultat d'une conduite vertueuse mais qui 1 0 { S & * 1% ] 11. Ouvrage c i t e . 12. Les Six Mondes d'en-bas : l'Enfer[ik ] f i e s demons a f f a m e s & ] les animaux[§ jfc- ] , les esprits guerriers [ 4>% H.], les hommes, [A. ^5 ],^ e tnonde celeste de ceux qui sont vertueux mais qui ne sont pas prets k recevoir l ' i l l u m i n a t i o n . [ ^ J l ] 35 sont gendralement accomplis par un intermediaire ou par un agent bien deter-mine t e i qu'un sutra ou un bodhisatva. II y a dans le sutra et dans le bodhi-satva une vertu inherente qui entre en action lorsqu'un acte exceptionnel cree l a condition necessaire et suffisante a sa manifestation. — Les guerisons miraculeuses : dans (III, 2) une femme aveugle r e -trouve 1'usage de ses yeux apres avoir prie Yakushi N y o r a i . ^ Dans (III, 12), un aveugle recouvre l a vue grace a 1'intervention du Kannon-a-mille-bras ^ en qui i l avait une f o i profonde. Ces guerisons sont l ' e f f e t d'une f o i s i n -cere et durable. Un peu d i f f e r e n t est l e cas d'une femme qui apprit a guerir d'elle-raeme une excroissance apres avoir etudie les sutras pendant des annees. I c i , i l semblerait plutot q u ' i l y a i t reference a un certain "savoir-faire" , a des r i t e s determines tels que les pratiquaient les Zenji ^ guerisseurs de 11epoque. — L e s sauvetages : le Ryoiki rapporte plusieurs anecdotes dans l e s — quelles un homme (parfois un pretre) en t r a i n de se noyer est porte rairacu— leusement sur les eaux grace a sa i>resence d'esprit et sa f o i en Myoken Bosatsu „, (III, 32), Shaka ,_ (III, 25) ou tout simplement l e Grand I D II 13. [ % ] 14- [ ^ * %I t ] 15. [ty g=f ] 17. [ R & ] 36 Vehicule (III, 4). II y a encore l ' h i s t o i r e d'une femme qui dans un reve v o i t sa f i l l e menaced d'un danger. E l l e r e c i t e des sutras. Sa f i l l e est avertie par mi-racle et evite le danger de justesse. E l l e s se r^jouissent ensemble. "Ceci nous montre ce qu'on peut accomplir en l i s a n t les sutras et le pouvoir pro— tecteur des t r o i s tresors " (II, 20). — Les dons miraculeux : dans plusieurs r e c i t s une personne se v o i t comblee de richesses apres avoir prie Kannon de 1'aider a surmonter l a mi-sere (II, 34) (II, 42). — Metamorphoses : les contes ou l a fantaisie prend l a tournure l a plus charmante sont ceux ou un bodhisatva se manifeste sous l a forme d'un bel animal. Kannon se change en heron blanc pour indiquer l'endroit ou sa statue vol^e a ete dissimulee (II, 17). Un marchand implore le Bodhi-satva Myoken de 1'aider a retrouver de l a soie qui l u i a ete vol^e, et le bodhisatva apparait sous l a forme d'un cerf pour l u i redonner 1'equivalent de ce q u ' i l a perdu (I, 34). On v o i t aussi une breve apparition de Kannon sous l a forme d'un batelier qui aide un tres saint moine en detresse a t r a -verser une r i v i e r e (I, 6). — Le role des statues dans le Ryoiki ne saurait etre surestime , car i l temoigne de 1'importance des statues dans l a vie religieuse du peuple. Une statue est plus qu'un symbole. C'est l a presence rassurante du dieu, sa descente parmi nous. C'est le l i e n entre l'humain et le d i v i n . Aussi, lorsqu'une statue echappe a un incendie devastateur, emet une l u -37 mibre surnaturelle ou bien se met h parler, c'est qu'un dieu vivant l'habite et qu'un coeur vertueux au-dela. du commun a reussi a e t a b l i r une sorte de contact mystique avec l u i . Cette r e l a t i o n ytroite entre l a vertu et l a d i v i -n i t y , ou l a volonte" humaine n'entre d'ailleurs pas forcyment, est bien i l l u s -trye dans 1'anecdote suivante : Un tres devot Zenji qui v i v a i t dans les montagnes de Io s h i n o i Q , passant un jour sur un pont entend une voix qui pleure et se lamente. II cherclie partout, ne v o i t personne. Pinalement i l se rend compte que cette voix vient d'un amas de bois abandonny. II le ra— masse , l'emmene chez l u i et en f a i t de belles statues, apres quoi l e bois cesse de se plaindre. "Le bois n'a pas d'ame, conclut l ' h i s t o i r e , comment se f a i t - i l que ce bois - l a pouvait pleurer ?" (II, 26) A i l l e u r s , une statue de Miroku Bosatsu 1 Q dont l a tete e t a i t tom-bee s'etait aussi mise a pleurer et a c r i e r : " J ' a i mal ! J ' a i mal S" et Kyokai s'etai t demandy : "Cette statue n'etait pas de chair et de sang. Comment pouvait-elle s o u f f r i r ?" ( I l l , 28) Vers le milieu du huitieme s i e c l e , des techniques nouvelles avaient permis l a p r o l i f e r a t i o n des statues de bois. Au Toshodaiji, ' le moine chinois Ganjin^Q , qui avait largement contribuy a 1•introduction de ces techniques, avait encouragy les moines a. l a sculpture d*images 18. 19. 20. [ i i } pres de Nara. [ f 0 ] Maitreya. [it & ] 688 - 763 38 bouddhiques. Cette tendance continua et se developpa pour trouver sa par-f a i t e formulation dans l a secte Shingon et plus exactement dans les Merits du moine K6bo|iaishi2^ au d£but du neuvieme s i e c l e . L'importante place de l a statue et des moines sculpteurs dans le Nihon Ryoiki r e f l e t e sans doute 1*esprit du temps et 1'evolution du milieu bouddhiste dans lequel Kyokai se trouvait. 2) Alors que le miracle benefique est presque toujours du a 1'in-tervention d'une puissance surnaturelle i d e n t i f i a b l e , le chatiment au con-t r a i r e est le r e s u l t a t direct et inevitable du crime, et ne ne"cessite au-cun truchement. En gros on peut distinguer deux sortes de chatiment : a) l a mort violente et b) l a reincarnation sous forme animale. a) Le besoin d'impressionner ses lecteurs poussa l'auteur de ces contes a inventer des punitions qui semblent parfois vraiment excessives et meme teint^es de sadisme : un p e t i t v i l l a g e o i s avait £leve sur l e bord du chemin une statue de Bouddha. Un mechant homme qui passait par l a de— t r u i t l a statue. Peu apres i l se sent mal, du sang sort de sa bouche et de ses yeux, et i l meurt. Ce qui donne a Kyokai 1'occasion de c i t e r l e sutra du Lotus (III, 29). II y a egalement l'exemple d'un homme cruel qui au l i e u de f a i r e l'aumone avait casse le bol d'un moine mendiant. Le meme jour, surpris par une tempete, i l meurt ecras£ par le hangar ou i l s'etait abrite ( I , 29). Les offenses commises contre les moines sont p a r t i c u l i e r e -2 1 • [ 7^ I?" ^ 1 » fondateur de l a secte Shingon [<$% % ]. 39 ment graves. Ai n s i un honune tombe raide mort apres s'etre moque d'un pre-tre avec qui i l jouait au Go (II, 18).^ b) Les histoires de reincarnation i l l u s t r e n t souvent l a p o s s i b i l i t y de redemption, s o i t par 1'execution de certains r i t e s , s o i t par un acte re— parateur : Un homme qui avait neglige de rendre du sake emprunte a un temple renait sous forme de vache et d o i t payer sa dette par son t r a v a i l (II, 32). Dans le meme genre, une femme tres riche et tres avare qui vo-l a i t les gens en mettant de l'eau dans son sake devient malade et meurt. E l l e renait moitie vache, moitie personne, puis meurt de nouveau apres avoir f a i t des dons au Tod a i j i . Les exemples de reincarnation sous forme de vache sont les plus fre-quents. Mais i l faut mentionner aussi le tres interessant conte (III, 2) dont le theme central est 1 *enchainement interminable des causes : i c i , un homme renait comme chien parce que de son vivant i l avait tue un renard. La vengeance du renard est sur l u i , et c'est 1 'esprit du renard qui en premier l i e u avait cause sa mort. En tant que chien i l d o i t de nouveau tuer le re-nard, et l'on sent que cette poursuite sera incessante. "Ces choses—la, r e -marque l'auteur, n'arriveraient pas s i les gens cultivaient en eux un espri t de tolerance et de pardon". A i n s i , l'idee de fatalite (une sorte de cycle 22. Chavannes souligne l a gravite du crime qui consiste a offenser les moines mendiants dans l a l i t t e r a t u r e bouddhique folklorique et no-tamment dans les Jatakas (ouvrage cite, introduction). 4 0 infernal) combinee a l a suggestion d'un progres moral parvient a donner un re— c i t assez troublant. 3) Les contes de l'Au-dela : Les voyages aux Enfers offrent a KySkai 1'occasion d'explorer plus en d e t a i l l'Univers bouddhiste mahayana, mais i l se r a i t vain d'en atten-dre une exposition complete et systematique. C'est un monde dont les fron-tieres sont assez floues. L'Enfer est preside par le r o i Emma^ ^ dont les fonctions et les pouvoirs sont limited puisque les demons a son service peu-vent assez facilement le berner. Ces demons l u i servent de messagers et c i r — culent sans arret entre l e monde des vivants et le monde des morts. Ce sont des demons affames : on peut obtenir leurs bonnes graces en leur servant a manger. L'Au-dela se manifesto aux vivants par les reves et par le d e l i r e . Le mort parle par l a bouche de l a personne "possedee" qui devient un genre,; de medium. Par ce moyen le mort peut s o l l i c i t e r 1 1 intervention des vivants pour le salut de son ame : 1'erection d'une pagode, l a r e c i t a t i o n d'un su-t r a . A i n s i l'on v o i t que l'Enfer bouddhiste n'implique pas l e chatiment yternel. II y a p o s s i b i l i t y de redemption. II arrive meme qu'une personne ayant passe par 1'experience de l a mort y i s i t e l'Enfer puis revienne a l a 23. [|» g £] 41 vie sous sa forme originale. Ce sont l a des cas purs et simples de resurrec-t i o n . Dans le r e c i t (III, 35), un personnage nomme Hi-no-Kuni se trouve aux Enfers apres sa mort. Mais le r o i Emma s'apercoit que son heure n'etait pas venue et le renvoie au monde des vivants. Au moment de retouraer, Hi-no-Kuni v o i t un homme immerse dans un chaudron d'eau bouillante. C'est Mononobe-no-Komaro, qui expie l a faUte d'avoir mai adminstre ses a f f a i r e s . "Je vous prie de l i r e le Hokkekyo^ pour moi, implo r e - t - i l , que mes peches soient par-donnes". S i dans l a vie d'une personne les bonnes actions contrebalancent les mauvaises actions, le chatiment dans l'Au-dela s'en trouve considerablement allege : Otomo no Muraji Oshikatsu est envoye en Enfer apres avoir ete tue par un membre du meme clan. A peine e s t - i l plonge dans l'eau bouillante que le chaudron eclate en morceaux. Trois pretres l e questionnent : "Tu as merite d'etre puni pour avoir u t i l i s e les objets du temple du clan. Mais as-tu egalement f a i t quelque chose de bien durant ta vie ?" — "Je n'ai ri e n f a i t de bien, repond Oshikatsu, mais j'avais un grand desir de recopier l e Dai Hannya Sutra" . Ayant confirme l a veracite de ces paroles dans leurs registres, les t r o i s pretres bureaucrates accordent a Oshikatsu de revenir sur terre a f i n de recopier le sutra en question (III, 23). 24. [ 3Jc> ]. Le Sutra du Lotus — un des textes les plus impor-tants du Bouddhisme Mahayana. 25. [ A # ] 42 Le Ryoiki nous donne un apercu, assez rudimentaire i l est v r a i , du concept du temps dans l'Univers bouddhiste. Les passage dans l'Au-dela bou-leverse les dimensions spatiales et temporelles, les e l a r g i t , les rend en quelque sorte plus elastiques. Bien que le d£funt conserve une certaine ap-parence materielle (alors que Oshikatsu, mort, v i s i t a i t les Enfers i l f u t plonge "tout vivant" dans le chaudron d'eau bouillante) les distances ne comptent plus de l a meme facon, et le temps se rapproche de 1*Eternity. Dans un des contes i l est explique que huit jours dans l'Au-dela sont 1'equi-valent de huit annees sur terre, alors que par a i l l e u r s on l i t : "Ce qui est cent annees pour les etres vivants ne forme qu'un jour et une nuit en Enfer" (II I , 35). . L'inconsistence du temps dans les divers mondes de l'Univers bouddhiste confere 1'impression que le temps est i l l u s o i r e et dirige l a pen-see sur 1'eternite — l a negation du temps. Le Nihon Ryoiki est done d'une part une c o l l e c t i o n de contes d i s -trayants et d'autre part une oeuvre serieuse et moralisante. II preche un Bouddhisme un peu simpliste qui ne se preoccupe pas de distinctions subtiles ou de divergences doctrinales. C'est une r e l i g i o n dominee par l'idee de ret r i b u t i o n et par le souci de l a mort. La mort n'est generalement pas presentee comme une delivrance, car le monde des morts est p l e i n d'em-buches, et l a meilleure recompense que puisse recevoir une personne ver-tueuse est de revenir a l a vie et de se devouer au service du Bouddha. La paix ultime du Nirvana se trouve sans aucun doute au bout de cet e f f o r t , 43 mais dans le Ryoiki e l l e n'est jamais mentionnee. Les recompenses sont imme-diates, tangibles, apportent le confort et l a security i c i - b a s . On peut bien imaginer que le p e t i t peuple de cette epoque tourmentee par les guerres c i -v i l e s , les famines et les epidemies se souciait bien plus d'ameiiorer sa vie sur terre que de poursuivre un ideal abstrait et d i f f i c i l e a concevoir. Sous une apparence heteroclite, le Ryoiki est en f a i t une oeuvre bien structuree* Au-dela de 1'intention didactique on discerne clairement l a curiosite de l'au-teur a l'egard du folklore national et du contexte humain en general. A i n s i , au moment meme ou le jeune Kukai ^ f s'adressant a un public r e s t r e i n t mais intellectuellement plus evolue, expliquait dans son roman, le Sankyo S h i k i ^ , les raisons pour lesquelles i l avait choisi d'adherer au Bouddhisme, Kyokai repondant a sa vocation de predicateur t e n t a i t de convertir un large auditoire et r e c o n c i l i a i t le gout populaire avec l a l i t t e r a t u r e non-fonctionnelle qui etait restee jusque l a 1'apanage de l a noblesse de Cour. 3. Le Ryoiki, peinture d'une societe. '•:. Ce n'est pas seulement sur le plan de l a pensee religieuse que le con— tenu du Nihon Ryoiki est digne d'attention. L'abondance des chroniques o f f i -c i e l l e s et de l a l i t t e r a t u r e de Cour fournit une image assez nette sinon de-tainee de l a v i e de Cour au huitieme s i e c l e , mais l a societe de province reste pour nous dans la penombre. Le Ryoiki offre a notre c u r i o s i t e une 26. - mieux connu sous le nom de Kobodaishi (voir p. 38 ) 27. 44 quantity de details qui peuvent jeter un peu de lumiere sur l a vie des paysans et de l a noblesse provinciale. La pauvrete des autres documents a cet egard donne encore plus de prix a une oeuvre qui s ' e f f o r c a i t de presenter aux yeux du grand public d'alors des images de sa vie quotidienne. Une ytude appro-fondie du Ryoiki dans ce domaine devra ndcessiter beaucoup de temps et un es-pace qui depasserait les limites de cette dissertation. II semble bon, nean-moins, de souligner quelques points. L'Emergence de l a noblesse provinciale (Gozoku) et des riches pro-p r i y t a i r e s terriens comme force politique caracterise la f i n de Nara et le debut de Heian. L 1exploitation des paysans par cette classe e t a i t une des maledictions de l'epoque et donna l i e u a. plusieurs ydits im^eriaux dont le but e t a i t de l i m i t e r ces abus. On v o i t plusieurs allusions a ce probleme dans le Ryoiki. par exemple dans le conte (III, 26). Le role economique des femmes dans l a society provinciale pourrait etre egalement l'objet d'une ytude intyressante. II semblerait d'apres le RySiki qu'elles prenaient une part active a 1'administration des domaines (III, 26) (II, 3) et qu'elles jouissaient d'une l i b e r t y d'action assez considerable. Avec l'avenement du systeme Ritsuryo et 1'influence du con-fucianisme, le sort de l a femme japonaise avait en principe radicalement changy. Le Bouddhisme'/jniait le Paradis aux femmes, et l a l o i leur/jniait beaucoup de droits et de l i b e r t e s . Les femmes et les jeunes f i l l e s du "Nihon Rvoiki ne restent cependant pas ,.a l ' i n s t a r de Kaguyahime ? R et 28. [ * <M-r -jig ]. Heroine du Taketori Monogatari. 45 des dames de l a haute noblesse, dissimulees derriere d'epais rideaux et p r i -vees de toute a c t i v i t e . E l l e s se promenent sans chaperon, vont au march^, et se marient a qui bon leur semble et sans ceremonie. Le Ritsuryo avait reglemente les institutions f a m i l i a l e s , mais d'apres les ouvrages consulted a ce sujet et qui ne se prononcent d'ailleurs pas clairement sur ce point, le mariage semble avoir souvent garde l a forme de 1'union l i b r e pendant tou-te l'epoque de Nara. En tous cas, c'est bien ce qu'on pourrait conclure des contes du Ryoiki. Les nouveaux concepts introduits par l a reforme Taiho n'avaient sans doute pas alt e r d de facon remarquable l a societe de provin-ce. Maints peti t s details fournissent Egalement une image concrete de l a vie et du t r a v a i l a l a campagne selon les saisons et selon le niveau so-c i a l . 46 CHAPITRE III Le probleme des sources KySkai ne pretendait pas Ecrire une oeuvre de f i c t i o n , et encore moins une oeuvre originale. Son but avoue etait tout simpleraent de rappor-ter ce q u ' i l avait oui dire et de le passer t e l quel aux generations s u i -vantes. I l s e r a i t done particulierement important et interessant de pou-vo i r tracer les sources directes des r e c i t s o f f e r t s dans l e Nihon Ryoiki, et a i n s i de pouvoir determiner a quel point Kyokai etait en e f f e t t r i b u — t a i r e d'une t r a d i t i o n orale. I c i encore, nous sommes malheureusement ramenes au domaine de l a conjecture. Car l'auteur ne donne pratiquement aucune information sur l'origine de ses hi s t o i r e s . " J ' a i rapporte ces his t o i r e s t e l l e s qu'elles m'ont ete racontees", d i t - i l a l a conclusion de son l i v r e . La meme idee avait ete exprimee dans l a preface au premier volume dont v o i c i un ex-t r a i t : Comme i l m'est impossible de rester l a sans r i e n dire alors que tout cela preoccupe mon esprit, j ' a i quelque peu mis par e c r i t ce que j ' a i entendu ca et l a , et je l ' a i arrange en t r o i s volumes groupes sous le t i t r e de "Nihon Koku Gempo Zenaku Ryoiki", et je le dedie aux generations futures.^ Ceci l a i s s e r a i t a penser que en e f f e t tous ces r e c i t s seraient s o i t de veritables anecdotes, s o i t des contes populairesindigenes et 1« Ryoiki, p.55. 47 r e c u e i l l i s a proximite de leurs sources. Cette hypothese est carrement adop-tee par le professeur Uematsu ^ <l ui f a i t une l i s t e de tous les noms de lieux et en p a r t i c u l i e r les temples mentionnes dans le Ryoiki. en tachant de deter-miner de quelle facon Kyokai avait pu etre en contact avec ces tempi*/et qui aurait pu l u i transmettre les h i s t o i r e s correspondantes. Cette methode a un d^faut evident, qui est d'accepter sans analyse critique les informations de Kyokai. II ne s'agit pas de mettre en doute l 1existence de certaines sour-ces orales a l'origine du Ryoiki. En ce qui concerne les contes non boud-dhiques en p a r t i c u l i e r , i l est tres probable que ce sont de purs Setsuva, des contes d'origine populaire et, qui plus est, indigenes. Pour les autres contes, l a question devient delicate. L'existence, attestee par des documents de l'epoque, de moines itinerants, f a c i l i t a i t l a ci r c u l a t i o n des anecdotes d'un temple a 1'autre. II y avait aussi des per— sounes qui avaient pour fonction de transmettre de marche en marche les hist o i r e s et les f a i t s divers q u ' i l s r e c u e i l l a i e n t ca et la. au gre de leur existence ambulante. On les appelait Sekenshi.^ II e t a i t a i n s i aise pour les moines de puiser dans l e folklore et d'en modeler les contes selon les necessites du sermon. A i n s i , l ' h i s t o i r e du crabe et du serpent, (II, 12 et II, 8) est encore de nos jours, et selon une tres ancienne t r a d i t i o n , narree par les moines d'un p e t i t temple des environs de Nara. Comment peut-on sa— vo i r s i cette histoix'o inaqUlib, dans le peuple, au temple meme, ou bien fu t apportee d*ailleurs par les moines ? 2. Uematsu Shigeru, ouvrage c i t e . 3. [« W Bf ] 48 Par contre, certains contes du Nihon Ryoiki peuvent etre s.uivis d i -recteinent jusqu'en Chine. Quel f u t 1'intermediaire entre l e conte chinois et Kyokai lui-merne n'est pas toujours f a c i l e k determiner. On s a i t par exemple que l ' h i s t o i r e du moine s i pieux que longtemps apres sa mort sa lan-gue e t a i t restee intacte dans le crane desseche et r e c i t a i t le sutra du Lotus (III, 1), est une tres ancienne his t o i r e chinoise, mais son mode de transmission jusqu'a l'auteur du Ryoiki est inconnu. N'oublions pas que Kyokai e t a i t l e t t r e , et qu'k cette epoque cela impliquait une bonne connaissance de l a l i t t e r a t u r e chinoise. Pour un pre-tre, cela impliquait en p a r t i c u l i e r l a connaissance des l i t t e r a t u r e s boud-dhiques de l'Inde et de l a Chine. Quelle e t a i t l'etendue de 1'erudition de Kyokai ? Cela est impossible a savoir, mais que ce f u t en Sanscrit ou en Chinois, i l avait forcement l u tous les sutras connus a ce moment, et con-na i s s a i t les multiples contes et apologues qu'ils contiennent. Par le ton, par le choix des contes et par le melange de folklore et de r e l i g i o n , l e Ryoiki est tres proche de certains des recueils de contes bouddhiques t r a — duits par Chavannes. Mais dans sa premiere preface, i l ne mentionne que deux ouvrages dont i l admet par implication qu'ils ont servi de modele k son inspiration : "Autrefois en Chine furent composes le Myohoki et le Hannyakenki ".^ De toute evidence i l avait l u ces ouvrages, dont i l ne reste d ' a i l l e u r s plus trace en Chine mais dont des manuscrits p a r t i e l s ont 4. f & f i d il % t&tt V RySiki. P.55 49 ete conserves au Japon. II est done essentiel de les consulter a f i n de mesu— rer 1'influence q u ' i l s ont pu exercer sur les Merits de Kyokai, et s ' i l se trouve que Kyokai y a i t f a i t des emprunts d i r e c t s . L'etude comparee qui s u i t n'est donnee qu'a t i t r e d'exemple, et ne pretend pas dpuiser le sujet. Le Myohoki fut e c r i t , selon les renseignements donnes dans le Faayu.ajul J u l i n g , pendant l a periode Xunghui ^ (650-655). Son auteur etait un haut fonctionnaire de Chang-an, un l a i c nomme Tarng-li n Q . Dans son introduction o au Nihon Ryoiki, le professeur Kasuga suggere que les contes suivants furent influences par le Myohoki : 1,7. 10. 18 II, 5.-10. 19 . 24 III, 10. 13. Seule une confrontation directe des textes peut nous aider a comprendre l a rdelle s i g n i f i c a t i o n de cette assertion. Sachant a l'avance que Kyokai avait connaissance du Myohoki, i l est impossible d'imaginer q u ' i l ne s'en etait pas directement inspire pour ces h i s t o i r e s . Dans certains cas, le f i l de l ' h i s t o i r e reste tout-a-fait iden-tique. Ceci indique clairement que les precisions minutieuses des donnees geographiques et historiques dans l e Ryoiki ne sont pas une garantie d'au-5. Pour l a traduction integrale de t r o i s contes du Myohoki et de leurs contreparties dans le RySiki, v o i r Appendice I. 6. ] . 7. [>X H i ] 8. '[£ 6^ ] 50 t h e n t i c i t e . Cette transposition des noms propres est d'ailleurs 1'aspect le plus s u p e r f i c i e l d'une subtile transformation. Le style du RySiki rappelle nettement c e l u i du Myohbki. C'est un style assez abrupt et sans recherche, mais avec lequel Kyokai parvient a creer un monde plus intime que c e l u i de son modele chinois. Peut-etre pour-rait-on dire q u ' i l humanise l e r e c i t . Le r e c i t chinois est net, laconique, un peu rig i d e , soigneusement c i s e l e bien que sans de t a i l s superflus et sans ornementations s t y l i s t i q u e s . II d£crit, non sans cynisme, un monde urbanise^ doming par le protocole et l a hierarchic. L'Enfer y est modele sur une Cour pririeiere peuplee de fonctionnaires soucieux d'apparat, preoccupes par les formalites bureaucratiques et non exempts de corruption. Par comparaison , le Ryoiki offre 1'image d'une societe plus rustique et tant s o i t peu plus naive. Une humanisation des caracteres apparait, qui att^nue l a sev^rite du protocole, comme par exemple lorsqu'un gouverneur de province s ' a f f l i g e de l a mort d'un ouvrier (III, 13). Alors que le Myohoki se p l a i t a decrire en d e t a i l s les souffranees physiques et les atrocites, le Ryoiki prete plus d'attention aux emotions, aux relations personnelles : la. ou le Myohbki s'etend sur l a description des blessures du jeune garcon dont les jambes avaient ete brulees, dans le Ryoiki on v o i t plutot les gens du v i l l a g e s 1 i n -quieter de son sort et l u i preter assistance. A i l l e u r s , quand dans l e Hyohoki on l i t tout simplement que "le pere et l a mere furent tres heureux", dans l e Ryoiki on trouve : "Lorsque les membres de sa famille l e virent, leur joi e et leur attendrissement ne connurent pas de bornes". 51 Kyokai portait egalement plus d'Lateret au pittoresque. II donne quelques apercus de scenes bucoliques a peine esquissees mais qui apportent une note de grace a l a secheresse du r e c i t . Tel le passage suivant, t i r e de (III, 13): Apres quelque temps, plus de trente personnes vinrent dans l a montagne pour c u e i l l i r des plantes de kazura^ dans le voisinage de l a mine. Celui qui se trouvait au fond, apercevant des formes humaines, s'ecria : "donnez-moi l a main !" Les gens sur l a mon-tagne penserent que c 1 e t a i t un bruit de moustique. Mais i l s l'en-tendirent de nouveau et, intrigues, i l s attacherent une pierre a une tige de kazura et l a descendirent au fond du trou. Celui qui s'y trouvait t i r a dessus, et a i n s i les gens furent assures que quelqu'un e t a i t l k . Avec des tiges de kazura i l s f i r e n t une corde et tresserent un panier... Ce passage contraste avec le r e c i t correspondant dans le texte du Myohoki: Dix annees passerent puis l'Empereur Chyi Wen monta sur le trone. II voulut f a i r e construire un palais d'ete^ dans les mon— tagnes de l'Ouest. Les ouvriers deplacerent l a pierre qui bou-chait l'ouverture. I l s v i r e n t q u ' i l y avait dans le trou un homme encore vivant. I l s le sortirent et i l put retourner chez l u i * (Myohoki, ) Dans une autre h i s t o i r e du Ryoiki (II, 10), des v i l l a g e o i s s'en vont ramasser du bois mort, et l'on a sous les yeux, tracee d'un bref coup de pinceau, 1'image d'un p e t i t champ de bl£ au creux de l a montagne, une scene intime du Japon r u r a l . Dans l ' h i s t o i r e des tortues (I, 7), l'auteur japonais introduit des pirates et leur l i e aux Cadavres, qui tout de suite font appel k une certaine imagination romantique, tout en correspondant sans doute a une r e a l i t e de l a vie japonaise de 1'epoque. $. Voir traduction integrale, p. 90 52 Dans les r e c i t s du MyShoki, le romantisme se retrouve plutot au n i -veau du caucheraar. La, l'auteur montre une adresse remarquable a crder des situations hallucinantes ou les creatures de l'Enfer surgissent et s'evanou— issent sans t r a n s i t i o n comme dans un reve tourmente. Ces effets quasi cine-matographiques d'apparitions et de disparitions soudaines sont plus habile-ment exploit's que dans le Ryoiki : L'enfant se mit a appeler et a. pleurer. II courut vers l a porte Sud, qui se ferraa subitement des q u ' i l fut pres de l'atteindre. II courut aussi vers les portes Est, Ouest et Nord, mais c'etait chaque f o i s l a meme chose : quand i l y a l l a i t e l l e s etaient ou-vertes, des q u ' i l a r r i v a i t e l l e s se refermaient. (Myohoki ~~F ) Le cadre : une c i t e deserte mais comme hantee, des murs et de grosses por-tes peintes en blanc et rouge, exemplifie le caractere plutot plastique et f r o i d du MyShoki. Peut-etre aussi le moine Kyokai e t a i t - i l moins cruel que le haut fonctionnaire Tarng-lin, car dans son h i s t o i r e 1'enfant de-vient un jeune homme, et apres son experience horrifiante i l l u i f a i t l a grace de mourir plutot que de continuer une vi e invalide. Kyokai compranait f o r t bien les intentions et les techniques de ses modeles. S ' i l transforme les r e c i t s , c'est pour les f a i r e siens, aussi peut-etre pour les adapter au gout de l'auditoire p a r t i c u l i e r auquel i l avait 1'habitude de s'adresser. II n'est pas question i c i d'evaluer l a quality l i t t e r a i r e du Ryoiki ne du Myohoki. En tant qu'ecrivain, Kybkai a v a i t - i l un sens esthytique dyveloppy ? du moins n ' y c r i v a i t — i l pas au hasard. Voyons par exemple, encore une f o i s , l ' h i s t o i r e de l'enfant qui aimait trop les oeufs J dans le Myohoki, cet enfant se trouve dans un 53 champ fraichement labour^, et dans sa v i s i o n infernale l a terre se trans-forme en cendres brulantes ou i l penetre jusqu'aux chevilles. Dans le Ryoiki, le garcon arrive dans un champ ou le ble att e i n t une hauteur de soixante centimetres. Ce ble avait sans doute deja de l a couleur, car on e t a i t au troisieme mois du printemps. La v i s i o n infernale i c i transforme le hl6 en hautes flammes, et a i n s i l'on v o i t que l a re l a t i o n entre la rea-lity et 1'hallucination a ete" consciencieusement transposed par Kyokai. Les similifcOcUs entre les passages du Myohoki et du Ryoiki qui viennent d'etre compares sont trop nombreuses et trop frappantes pour provenir d'une coincidence. Une etude approfondifd'autres oeuvres d | o r i -gine chinoise et de certains sutras pourrait probablement reveler d'autres sources ecrites certaines pour le Nihon Ryoiki. Kyokai n'etait done pas tout-a-fait sincere l o r s q u ' i l pretendait que toutes ses histoires etaient purement japonaises et q u ' i l les avait entendues raconter. Les contes du Ryoiki restent plus proches de l a veine populaire que ceux du MyohSki, et par l a rejoignent les contes bouddhiques les plus anciens. II semble q u ' i l y a i t eu l a un phenomene conscient d'assi-milation et d'adaptation dont le resultat est en f a i t un l i v r e o r i g i n a l et bien plus personnel que l'auteur lui-meme ne l'avoue. -jo 1 0 . Hermann Bohner ( ouvrage c i t d , introduction) a examine un nombre impor-tant de sources possibles. Son analyse est beaucoup trop somrnaire pour etre d e f i n i t i v e , mais constitue un tres bon point de depart. 54 CHAPITRE IV Le Setsuvashu apres le Ryoiki Avec le Nihon Ryoiki, une t r a d i t i o n aussi v i e i l l e que le Bouddhisme s'implantait enfin au Japon et des l'abord se faconnait selon l e genie par-t i c u l i e r de son environnement. C e t a i t un evenement de grande importance, car i l apportait une nouvelle dimension a l a l i t t e r a t u r e japonaise et i l inaugurait un genre qui a l l a i t se developper, s'epanouir et se d i v e r s i f i e r au cours de plusieurs s i e c l e s . Les recueils de Setsuva qui suivirent imme"diatement le Ryoiki s'en inspiraient considerablement. Le Sambbe , ou "Tableaux des Trois Trevors" contient un nombre de contes directement t i r e s du Ryoiki. Apres le Nihon  Ryoiki, c'est le Setsuvashu le plus ancien qui a i t ete conserve dans son entier. Compose de t r o i s volumes respectivement i n t i t u l e s "Bouddha", "La L o i " et "Pretres bouddhistes", le Sambbe e t a i t destine a 1'education religieuse d'une princesse du sang qui d'ailleurs f i n i t par se f a i r e nonne. L'auteur donne les sources de ses contes : "Je l ' a i vu dans le Nihon Ryoiki " ou bien "Je l ' a i vu dans les registres du Todaiji ". A i n s i q u ' i l a ete note plus haut, les Engi etaient alors en p l e i n developpement, et a p a r t i r de ce moment on observe une influence constant© de l a l i t t e r a t u r e Engi sur l a l i t t e r a t u r e Setsuva. Cela e t a i t d'autant plus normal que ces deux genres etaient l a s p e c i a l i t e des ecrivains 1. [ 5- 'JQ ] e c r i t en 983 par Minamoto no Tamenori. % , ] 55 bouddhistes et fl e u r i s s a i e n t cote k cote dans le milieu ecclesiastique. Se-lon Masuda Katsumi 0 , un grand nombre d 1 h i s t o i r e s bouddhiques durent pren-dre naissance au Japon meme durant les neuvieme, dixieme et onzieme si e c l e s . c 1etaient essentiellement des legendes qui avaient p r i s naissance autour des temples et autour de certains moines dont l a saintete impressionnait le pu-b l i c . Ces legendes furent rapportees dans les Engi, dans les Setsuwashu et plus tard dans les "Legendes des grands pretres du Japon* ou Honcho Kosbden ^ compilees selon les modeles chinois. A peu pres contemporains du Samboej.j , le Ojogokurakuki et le Dai Nihon Hokkekyo Kengi ^ r e f l ^ t a i e n t a l a f o i s une serieuse intention didactique et l a popularity du culte d'Amida ^ dont le paradis o f f r a i t a une societe desenchantee une promesse de f e l i c i t e aussi concrete que 1'avaient ety les terreurs infernales dypeintes par Kyokai. Mais tandis que le Ryoiki r e s t a i t une source directe d'inspiration, l a tendance se developpa de distinguer dans les collections de Setsuwa entre 2. Ouvrage c i t e , p.26 3. [ i ?A & >» <fc ] 5. [ * s i ^ W & & & ] 6. Le culte d'Amida e t a i t connu au Japon depuis 1'introduction du Bouddhisme mais ne s'y e t a i t vraiment implante que vers le milieu du huitierae s i e c l e De pair avec le culte de Maitreya (Miroku Bosatsu) i l constitue l a "voie aisye" [ % ^ff jjg^ igyodo] qui conduit au Nirvana. Les cultes de Maitreya et d'Amida sont les "portails de l a Terre Pure" (Jodomon 5 t^ rt. ) par opposition a l a "Voie du Sage ( l a voie de de I'effort et de l a d i s c i p l i n e ) " [Shbdo ^£ ^ ]. 56 les contes de l'Inde, de l a Chine et du Japon : a i n s i le Shishu Innenshu^ et le Sangokudenfc; parus au debut de l'ere Kamakura. Les histoires du San-8 ' gokudenj'commencent toutes par l a formule : "Voici ce qu'on raconte en < Chine ( en Inde, au Japon )". On note l a persistence de l a place donnee 9 a l a t r a d i t i o n orale. Le Kon.jaku Monopcatari est de l o i n l a mieux connue de ces oeuvres 10 qui divisaient leurs histoires selon leur pays d'origine. Paru au onzieme s i e c l e , vers l a f i n de l'epoque Heian, le Kon.jaku t i r e un grand nombre de ses contes du Ryoiki. mais on y trouve egalement des contes puises dir e c -teraent dans des oeuvres chinoises ou indiennes. A l ' i n s t a r du Ryoiki, le Kon.jaku comprend des contes populaires dont l a connotation religieuse est parfois douteuse. Les contes sont affubles d'une petite morale parfois teintee d'humour. E c r i t dans un style vigoureux et p l e i n de v i v a c i t e , et caracterise" par l a formule "ima wa mukashi..." qui introduit chaque conte, le Kon.j aku s ' i n s c r i t plus carrement que le Ryoiki dans l a t r a d i t i o n folklorique. Parce-que dans le Konjaku l a conscience l i t t e r a i r e , l ' a r t meme de raconter prenait le pas sur le besoin de persuader, on pourrait peut-etre dire que le Kon.jaku se situe au carrefour de deux tendances : l'une de ces 10. I ^ ) | i ] (1058-1065) attribue a Minamoto no T a k a k u n i 1 U ] 57 tendances consistait a completement seculariser le Setsuwa et par l k a re— joindre l a l i t t e r a t u r e de Cour caracterisee par une oeuvre t e l l e que Ise Konogatarieet par les nombreux recueils d'anecdotes qui parurent ch. l a f i n de Heian et qui d ' a i l l e u r s , t e l le Godansho (onzieme siecle) etaient sou-11 vent signes du nom de Fujiwara. L'autre tendance etait de raffermir le des-sein didactique et de subordonner l a conscience l i t t ^ r a i r e a l a conscience ethique. Paru peu apres le Kon.jaku Monogatari. lo l i v r e qui fut plus tard nom-ine "Uji Shui Monogatari" est constitue de fables et de legendes de carac-12 tere heterogene ou les breves morales prennent un ton encore plus farceur que celles du Kon.jaku. Certaines de ces histoires sont de nature bouddhique, mais dans l'ensemble " U j i Shui" ne saurait etre consider^ comme une oeuvre religieuse. Acheve en 1254, le Kokontchomonshu s'eloignait carrement de l a t r a d i — t i o n didactique. E c r i t par le courtisan Tachibana Narisue, l e Kokonjchomonshu se place un peu en marge du courant des Setsuwashu. II comprend 726 anecdotes classees en trente chapitres selon leur contenu. On discerne dans cette c l a s -s i f i c a t i o n toutes les preoccupations d'un homme de Cour curieux et i n s t r u i t . Ces chapitres couvrent les sujets les plus divers : r e l i g i o n , piete f i l i a l e , musique, nourriture, c a l l i g r a p h i c , t i r - a - l ' a r c , etc... Certaines des histoires sont des legendes qui semblent issues du folklore et qui rappellent incontes-tablement l a t r a d i t i o n etablie par le Ryoiki et l e Kon.jaku. Par contre, d'autres ne sont que des anecdotes de l a Cour, ou meme des f a i t s divers. 11. [ ;X. •%% ty ] par Fujiwara Sanekane l$k J% % ife ] 12. [ t > ^ ^ ^ % i % ] par m ft. ® ? ] 13. ] par ] 58 Cependant, l a predilection des predicateurs et des reformateurs pour l'apologue, le conte ydifiant, continuait de s'affirmer. Au d^but de Karaakura une c o l l e c t i o n de Setsuva i n t i t u l e d Jitidtinsho pretendait enseigner aux jeunes 14 a vivre convenablement. C'ytait une oeuvre confucianiste et tres raoralisante. Sur le plan de l a pensde religieuse, l'epoque de Kamakura fut une p^— riode de turbulence et de protestation. Tandis que le culte d'Amida prenait de l'ampleur, l a reaction contre le bavardage metaphysique et les s u b t i l i t e s des sectes 4soteirlcj«/fcs(aussi bien que contre leurs abus) prenait une forme ra— dicale et anarchique. Le Bouddhisme etait devenu une science compliquee oules r i t e s , l a magie, l a speculation, tenaient une place importante. Sous l a ban-niere des grands penseurs Honen, Shinran et Nichiren , se r a l l i a un peuple 15 conquis par leur appel a l a simplicity et a l a s i n c e r i t y . Malgry des diver-gencesfondamentales, ces t r o i s protestants avaient en commun le desir de f a i r e de l a r e l i g i o n quelque—chose de p o s i t i f ou l a participation de l ' i n d i -vidu e t a i t reduite a l a plus grande simplicity mais necessitait une f o i sans melange. L'experience directe devait remplacer les argumentations s t e r i l e s . Cette sorte d'anti-intellectualisme se retrouva egalement dans l a secte Zen qui apres 1200 trouva beaucoup de faveur dans le milieu m i l i t a i r e et aupres du gouvernement shogunal. Les Setsuvashu bouddhiques parus a cette epoque refletent clairement ces preoccupations. Notons en p a r t i c u l i e r le Kosshinshu 16 attribue a Kamo-no-Chomei, et le Senshusho attribue au moine Saikyo. Ces 17 14. t)'l ft J >i in f ] le iV 16. [%l %. ] attribue a [ f , | |_a j i ] 17. [ j | f jj[ attribue a [g 4f ] 59 deux oeuvxes different sans doute plus par l a forme que par le contenu. Le Senshusho abonde en evocations bucoliques et en longues tirades de morale, tandis que l'auteur du Hosshinshu semble porter plus d'interet a l ' h i s t o i r e elle-mome et a 1'observation des caracteres, qui peut prendre 1*aspect d'at-taques assez feroces contre 1 1orthodoxie. Un des themes fondamentaux de tous les Setsuwa bouddhiques e t a i t le theme de l a mort. Dans le Ryoiki, l a mort e t a i t presentee sous son aspect t e r r i f i a n t . Les criminels mouraient l o r s q u ' i l e t a i t temps pour eux de ren-dre compte de leurs actions, tandis que les gens vertueux etaient recompen-ses i c i - b a s . Les references au Paradis bouddhique y etaient f o r t rares. Plus tard on v o i t apparaitre l'idee de l a deiivrance par l a mort. Les nuages pour-pres et l a musique celeste qui annoncent l a venue d'Amida Butsu sont offerts 18 en contraste avec les horreurs de l'Enfer, et clans cet univers polarise le bref passage sur terre n'est qu'une epreuve et le probleme de l a transmigra-ti o n des ames perd son importance puisque mourir en etat de saintete devient a l a portee de tous par l a simple r e c i t a t i o n du Nembutsu . 19. Cette formule magique avait l a vertu de detacher l a pensee des biens de ce monde et surtout de briser les liens a f f e c t i f s qui retenaient l ' i n d i -vidu a l a vi e . II devint done essentiel de mourir dans un moment bu l ' a t t a -chement a cette vie peut etre totalement surmonte. Ces moments sont rares, et qui plus est i l s sont brefs. Done une personne soucieuse de renaitre d i -rectemenL en Paradis non seulement cultivera en son coeur le renoncement 18. 19. [ M ?H ft AU ] Amitabha L4. AU ] 60 et le detachement, mais aussi tachera de mourir au bon moment. A i n s i parait l'idee du suicide religieux. Le suicide religieux est l'un des themes t r a i t e s dans le Sasekishu 0 1279 par un moine qui appartenait a l a secte Zen. Cependant, pas plus que les autres collections de Setsuwa consid^rees jusqu'ici, le Sasekishu ne peut etre catalogue" selon l a doctrine particuliere a laquelle son auteur etait cense adherer. La raagie des r i t e s Shingon, le Nembutsu du mouvement Jodo 21 On s a i t que le mouvement J6d6 n'existait pas encore comme secte separee, mais s'incorporait aux doctrines etablies. II semble probable qu'au niveau popu-l a i r e le sectarisme e t a i t f o r t vague et r e s t a i t nominal, et q u ' i l e t a i t plutot reserve aux theoriciens et aux factions politiques. D'autre part, les grandes idees qui resultaient d'une evolution de l a pensee en general pe*ne"traient tous les milieux par osmose et ne connaissaient pas les frontieres dogmatiques. Quoiqu'il en s o i t , l e ton du Sasekishu est tres different de c e l u i des autres collections de Setsuwa. Son auteur Muju. t r a i t e l a pensee boud-dhique de facon plus serree que le Konjaku, par exemple, mais en meme temps i l s e r a i t d i f f i c i l e de croire q u ' i l n'apporte pas a son sujet une pointe un le Shinto 22 ' s'y trouvent assimil^s dans un p a r f a i t e s p r i t de coexistence. 20. [ -y\) \ 1 21. [ i f i ] 22. [34 C ] ] 61 d'ironie ou du moins un detachemcnt legerement amuse. Le Sasekishu" contient en outre quelques histoires non bouddhiques et des contes purement comiques dont certains d'ailleurs inspirerent des pieces de Kyogen^^ • °n peut done se demander s i Muju doit etre p r i s tout-a-fait au serieux, meme l o r s q u ' i l t r a i t e un sujet serieux et religieux. Le Sasekishu marque peut-etre l'avenement d'une ere nouvelle dans l a l i t t e r a t u r e populaire du Japon. A p a r t i r du quatorzieme s i e c l e on constate une orientation graduelle vers les genres comiques. La grande epoque du Set-suwa didactique £tait passee. La l i t t e r a t u r e Engi par contre e t a i t en pleine fl o r a i s o n , et i l est peut-etre correct de dire q u ' i l y eut une sorte de f u -sion entre le Setsuwa Bungaku et l a l i t t e r a t u r e Engi : les Engi, tout en continuant a se centrer sur des sujets e t r o i t s , se rapprochaient par l a f o r -me du conte folklorique, tandis que le Setsuwashu, meme l o r s q u ' i l £tait essen-tiellement bouddhique, tendait a abandonner l a remarque f i n a l e de morale qui 1'avait caracterise jusque l a . Le conte populaire, qui avait souvent et6 mar-que par un grain d'irreverence, s'affranchissait de 1'interpretation r e l i -gieuse dont i l n'hesitait plus a se moquer. A p a r t i r de 1'epoque Muromachi c'est a travers le developpement des O-iogi-toshi que l a t r a d i t i o n folklorique se perpetua et se renouvela 23. [ & t 1 62 DEUXIEME PARTIE TRADUCTIONS DU NIHON RYOIKI Nihon Ryoiki (I, 2) Comment un homme epousa un renard^ et en eut un enfant. II y a bien longtemps au temps de l'Empereur Kimmei — c'est l'Empe-reur qui regnait au palais de Shikishima-no-Kanazashi, et qui s'appelait Amekunijpdsl>iA'iraki Hironiwa — dans le c a n t o ^ de '©.no, province de Mino^ , un jeune homme s'en fut a cheval sur l a route a l a recherche d'une j o l i e f i l l e dont i l puisse f a i r e sa femme. Au bout d'un temps, dans leslblrajtyfc; i l rencontra une jeune femme tres attrayante. E l l e s'approcha de l u i avec coquetterie, et i l l u i f i t un c l i n d ' o e i l . II l u i d i t : "Ou vas-tu a i n s i , jeune f i l l e ?" E l l e repondit : "Je suis une f i l l e en quete d'un bon mari-age" 4. Le jeune homme d i t encore : "Veux-tu devenir ma femme ?" E l l e d i t "Je veux bien". Alors i l l'emmena chez l u i , et i l s devinrent mari et femme 1. Kitsune [ $H i& ] 2. Kori [ %? ] 3. [ =- % J ] Dans l e Tozando, directement au nord-est des Provinces In-tdrieures. 4. En %L 63 et i l s vedurent ensemble. Peu apres l a femme f u t enceinte et donna le jour a un gar§on. Plus tard, le quinzieme jour du douzieme mois, le chien de l a maison mit au monde un p e t i t . Ce p e t i t chien rodait sans arret autour de l a maitresse de maison, i l f i x a i t sur e l l e des yeux m^chants et i l grondait en montrant ses dents. Se sentant menaced, l a femme s'alarma et e l l e d i t a son mari : "II faut abattre ce chien". Mais i l en avait p i t i e et ne le fua point. Vers le deuxieme ou troisieme mois, comme c'etait l'epoque ou l'on ba t t a i t le riz,. , cette femme entra dans le hangar ou t r a v a i l l a i e n t les batteuses pour leur servir le repas. Alors ce p e t i t chien l a s u i v i t en aboyant et en f a i -sant mine de l a mordre. Surprise et paralysed de frayeur, e l l e se changea en renard ^ et s'en f u t se percher sur une palissade de bambous. Voyant cela, le mari d i t : "Entre t o i et moi un enfant est ne, et je ne t'oublierai jamais. Tu pourras toujours venir dormir avec moi". E l l e a l i a done dormir avec l u i comme i l 1'avait suggere. Pour cette raison on l'appela Kitsune (litteralement : venue-dormir)^. . Apres quelque temps l'epouse se para d'une robe rouge d'une delicate beaute dont I'ourlet touchait l e s o l , et e l l e rendit l'ame. Le mari, a sa vue, amoureusement redita ce poeme : Tout cet amour qui m'etait edhu, pour une enfant a peine apparue dans le l o i n t a i n L'enfant qu'ils avaient mis au monde f u t done nomme Kitsune. Et son nom de famille fut Kitsune no Atae. II etait doue d'une grande force. £ : i l s'agit apparemment du r i z destine au gouvernement, e'est-a—dire de l a ration de r i z qui sert d'impot annuel. 6. Yakani [ t} - f ] 7. Kitsune est l a prononciation courante du caractere qui s i g n i f i e "renard". 8. La coutume de donner aux enfants le nom de famille [Hj^ b. ] de leur mere disparut rapidement apres l a reforme de Taika (645). Ce d e t a i l confirme peut-etre l'anciennete de cette h i s t o i r e . 64 II courait s i v i t e , qu'on aurait d i t un oiseau en pl e i n v o l . C'est l a l ' o r i -\> gine des Kitsune-no-Atae de l a province de Mino. * * Nihon Ryoiki ( I I , 4) De" deux femmes fortes qui eurent un duel. Au temps de l'Empereur Shomu, a Kagawa dans le canton de Katakata , province de Mino, i l y avait une femme forte . E l l e e t a i t tres grande. E l l e 1 s'appelait Mino-no-Kitsune — e l l e appartenait a. l a quatrieme generation des descendants de l a femme-renard de Mino. E l l e avait l a force de cent hommes mis ensemble. E l l e h abitait dans l a v i l l e meme de lOgawa, et employait sa force a attaquer les marchands qui a l l a i e n t et venaient, a les maltraiter et a s'emparer de leurs biens. A ce moment-la, dans un v i l l a g e nomme Katava, dans le canton d'Aichi, province d'Cvari ^ , i l y avait une autre femme forte — c 1 e t a i t une descendante du maitre Jiojo ^ qui v i v a i t autrefois au Gangoji. E l l e e t a i t de petite t a i l l e . Cette femme entendit dire que Mino-no-Kitsune attaquait les gens et leur prenait leurs biens, et desirant se mesurer a e l l e , e l l e chargea sur un bateau 50 koku ^  de moules et ancra (pres de) ce v i l -lage. Puis avec des tiges de Kumakazura ^  e l l e prepara une vingtaine de 1. Voir p.62 2. [A 4*. ] Immediatement au S5ud;de Mino. 3. [ \L i f 1$. ] n'a pas ete i d e n t i f y 4. 9000 l i t r e s . 5. Coquillage apparente a l a "venus". En Anglais, "clam" de l a varie"t£ trouvee sur l a cote Pacifique. 6. Sans doute dans l a r i v i e r e de Kogawa 7. Plante grimpante sauvage, tres epineuse. ^fc s|! 65 de verges qu'elle placa dans le bateau. Bientot Kitsune a r r i v a . E l l e p r i t toutes les moules et les f i t ven-dre. Q Mais e l l e demanda :"D'ou viens-tu ?" La femme a qui appartenaient les o moules ne repondit pas. E l l e posa encore l a question. Toujours pas de repon-se. La question f u t repetee quatre f o i s , Finalement e l l e repondit : "Je ne sais pas d'ou je viens". Kitsune trouva que cette femme etait impolie et f i t mine de l a frapper. Alors 1'autre s'empara de ses deux mains et l u i donna un coup avec une verge de kumakazura. La verge f u t couverte de chair. Alors e l l e en p r i t une autre et frappa encore une f o i s . De nouveau la chair resta accro-chee a. l a verge. E l l e frappa a i n s i dix f o i s , et chaque f o i s l a chair r e s t a i t accroche"e aux verges. Kitsune d i t : "Pardon ! J ' a i mal agi. Vous m'effrayez!" E l l e comprit que l a force de l 1 a u t r e e t a i t plus grande que l a sienne. Alors l'autre d i t : "A p a r t i r de maintenant, tu n'as plus le droi t de rester dans cette v i l l e . S i tu i n s i s t a i s a rester i c i , je f i n i r a i s par te tuer". Kitsune etait vaincue. E l l e quitta l a v i l l e et cessa de voler les choses des autres. Les gens de l a v i l l e furent heureux d'avoir retrouve leur securite. Des personnes de t e l l e force ne cessent d'apparaitre dans le monde. C'est que dans une vie anterieure i l s ont accumule les determinants ^ qui les ont f a i t renaltre dans ce monde doues d'une grande force. 8. [%. c3 3*,"$ & ] : e l l e les p r i t toutes et les f i t vendre (par des gens qui l'accompagnaient, un serviteur)? Grammaticalement le texte est c l a i r , mais dans le contexte i l n'a pas beaucoup de sens. Hermann Bohner (Legenden aus der Fruhzeit des japnischen Buddhismus, Tokyo, 1934—35 ) traduit selon le texte du Kon.j aim " e l l e ne l u i l a i s s a r i e n a vendre" , mais cette interpretation s'eioigne carrement du texte du Ryoiki. 9. [ (3 ] 66 NIHON RYOIKI (II, 8) Comment une f i l l e acheta l a vie d'une grenouille et d'un crabe, et recut sa recompense. Okisorae-no-Omita Hime e t a i t l a f i l l e d & i i / & soeur superieure/^~~dans i/c couvent JJ&DV^ISS de l a capitale de Nara. Sa pietd e t a i t profonde, e l l e e t a i t tres pure et encore vierge. E l l e avait 1'habitude d ' a l l e r c u e i l l i r des herbes et i l ne se passait pas de jour qu'elle n ' a l l a t les porter au Daitoku G y b l ^ • Un jour qu'elle e t a i t allee dans l a montagne pour y c u e i l -l i r des herbes, e l l e v i t un enorme serpent sur le point d'avaler une grosse grenouille. E l l e ordonna a 1'enorme serpent : "Donne-raoi cette grenouille". II ne l a donna point et commenca de l'avaler. E l l e ordonna encore : "Pais-moi le p l a i s i r de me donner (cette grenouille) et je serai ta femme !" A ces mots, le grand serpent souleva l a tete et regarda le visage de l a f i l l e , puis i l cracha l a grenouille. La f i l l e f i x a un rendez-vous (au serpent) : "Viens (me trouver) dans sept jours". Mais lorsqu'arriva le jour convenu, e l l e ferma sa maison, boucha les ouvertures et resta abritee a l ' i n t d r i e u r . En e f f e t (le serpent) vint comme convenu, et frappa le mur avec sa queue. La f i l l e s'effraya, et quand le jour fut venu, e l l e raconta cela au Daitoku. Le Daitoku h a b i t a i t dans un temple sur le Mont Ikoma. II l u i d i t : "Tu ne pourras pas l ' e v i t e r . Tout ce que tu peux f a i r e , c'est de rester f i d e l e 1. [ _L /?j£ ] La "soeur superieure" assumait l a supervision des nonnes et d i s t r i b u a i t les taches. C'dtait un poste confie a une nonne de grande vertu. 2. [ ^ * r | ] GyojfL e t a i t un moine du Yakushiji (670-749). C e t a i t un pretre Hosso qui prechait le culte d'Amida et de Maitreya. Pondateur du Ryobu ShintS. 67 f i d e l e aux defenses". Alors, e l l e se conforma aux Trois Tresors^ et aux Cinq Defenses ^. Sur le chemin du retour, e l l e rencontra un v i e i l l a r d i n -connu qui emportait un crabe. E l l e demanda : "Qui es-tu, v i e i l l a r d ? donne-moi ce crabe, je te pr i e " . Le v i e i l l a r d repondit : "Je viens du can-ton de Uwara, dans l a province de Settsu. Je suis le peintre Niraaro, j ' a i 78 ans et je n'ai n i enfants n i petit s enfants. Je n'ai done pas de gagne-pain. Je suis alie a Naniva et j ' a i trouv£ ce crabe par hasard. Comme je l ' a i deja promis a quelqu'un, je ne peux pas te le donner". Alors l a f i l l e ota sa chemise et le l u i o f f r i t en echange du crabe, mais i l ne le ceda pas. De nouveau e l l e o f f r i t sa jupe.^ Alors le v i e i l l a r d l u i ceda le cra-be. E l l e revint avec le crabe chez le Daitoku et le p r i a de f a i r e des in-cantations et des prieres, puis e l l e l i b e r a le crabe. Le Daitoku tout heu-reux s'ecria : "Comme c'est noble ! comme c'est bien !" Le s o i r de ce huitieme jour, le serpent revint, grimpa sur le t o i t de l a maison dont i l dechira le chaume,et entra. La f i l l e e t a i t effrayee, mais v o i c i que devant le l i t on entendit des bruits de chute et comme des explosions. Quand le jour f u t leve, e l l e v i t que l'enorme serpent etait 3. Dans le texte : O 'If ] C'est-a-dire, [ i * ^ ^ ^ 5 : L ], (Ivan). Litt£ralement, " e l l e se convertit aux t r o i s tresors, (Bouddha, l a Doctrine, les Pretres).' 4. [31 ]s Ne pas voler, Ne pas tuer. Ne pas avoir de rapports sexuels. Ne pas mentir. Ne pas boire d'alcool. 5. [ -^VL ] Kinu. La partie superieure du vetement feminin, croise" sur l a poitrine et a larges manches, un peu comme le kimono moderne. 6« I X c J Mo. A l'epoque de Nara, le "mo" etait une longue jupe simple. Le caractere \$Ji ] etait habituellement employe. Le caractere [ ] designe en general une partie du vetement des dames de l a Cour a l'epo-que Heian, qui ne conviendrait pas dans ce contexte rustique. 68 tout coup^ en p e t i t s morceaux. A i n s i on v o i t que le crabe qii'elle avait achete et l i b e r a l u i avait retourny son b i e n f a i t . Cela prouve aussi l a vertu des Cinq Defenses. Pour ceux qui voudraient savoir s i cette h i s t o i r e est vraie ou non: e l l e avait demand^ le nom de famille du v i e i l l a r d , mais i l n'en avait pas. Cela montre q u ' i l e t a i t une incarnation surnaturelle. Tout cela est bien etrange. Nihon Ryoiki (II, 3) D'un f i l s degenere qui voulut tuer sa mere pour 1'amour de sa femme et qui en f u t puni sur-le—champ. Kishi-no-Omaro venait du v i l l a g e de Kano dans le canton de Tama, province de Musashi.^ Sa mere e t a i t une dame de l a maison de Kusakabe. Pendant le regne de l'Empereur Shomu, Omaro fut nornm^  par Otomo a l a gar-de de Tsukushi #2 II devait y passer t r o i s annees. Sa mere y a l i a avec l u i , de facon q u ' i l s puissent prendre soin l'un de l'autre. Sa femme res-ta chez e l l e pour s'occuper du domaine. Apres quelque temps, Omaro se lan— guit de l'epouse dont i l e t a i t separ£, et i l concut un dessein demoniaque qui e t a i t de tuer sa mere. Excuse de son service pour l a periode de d e u i l , i l pourrait a i n s i rentrer chez l u i et retrouver sa femme. La mere e t a i t bonne par nature. Son f i l s l u i d i t : "Une assemblee va etre tenue pendant 1• [5$ ]• Dans le Tokaido. Comprenait 1'emplacement de l'actuelle Tokyo. II e t a i t coutume d'employer les hommes de l a region de l ' e s t (Azuma.) pour les services m i l i t a i r e s d i f f i c i l e s . 2. [JA< & J. Dans le Shikaido, l'actuel Kyushu. Cela representait a 1'epoque une distance considerable. On trouve dans le ManySshu une chanson d'adieu des m i l i t a i r e s envoyes a l a garde de Tsukushi ( par Otorno Yakamochi [X^ % & L 20. 4331). 3. La periode de deuil o f f i c i e l l e pour les parents e t a i t de un an (Ivan). 69 sept jours dans les montagnes de l ' e s t pour l a letcture du Hokkekyo." Allons done l'ecouter, mere !" La mere abusee pensa qu'elle aimerait enten-dre les ecritures sacrees. Pleine d'ardeur, e l l e p u r i f i a son corps dans de l'eau chaude, et i l s s'en furent ensemble dans l a montagne. La., le f i l s l a f i x a avec des yeux de vache et d i t : "A genoux !" La mere regarda le v i -sage de son f i l s et d i t : "Pourquoi dis-tu cela ? es-tu devenu fou ?" Le f i l s t i r a sa longue epee et a l l a i t l a tuer, lorsqu'elle se jeta a ses pieds et d i t : "Lorsqu'on plante un arbre, c'est dans 1'intention d'en r e c u e i l l i r les f r u i t s et de beneficier de son ombre. Lorsqu'on eleve un enfant, c'est dans 1'intention de p r o f i t e r de sa vigueur et de recevoir ses soins. Tel 1'arbre sur lequel on a compte et qui laisse passer l a pluie (a travers son branchage), mon f i l s n'est pas ce que je pensais, et son coeur est etran-ge. Mais le f i l s ne voulut r i e n entendre. Alors l a mere d^solee ota les vetements qu'elle portait et en f i t t r o i s tas. E l l e s'agenouilla devant son f i l s et d i t sa volonte derniere : "Ceci est en souvenir de moi. L'un de ces vetements est pour t o i , mon f i l s a i n e . Qu'un autre revienne a mon f i l s cadet et le troisieme a mon plus jeune f i l s " . Ce f i l s ingrat s'avanca sur sa mere et voulut l a frapper sur l a nuque, mais a. ce moment l a terre s'ouvrit et l'engloutit. La mere se releva, et saisissant les cheveux du f i l s en t r a i n de s'engouffrer, e l l e eleva cette priere au c i e l : "Mon en-fant a ete possede" par un demon. Pardonnez-lui son crime, car i l n'est pas dans son etat normal". Et e l l e voulut le retenir par les cheveux , mais i l fut finalement englouti. Cette mere devouee rapporta les cheveux. 70 de son f i l s chez e l l e . E l l e f i t des preparatifs pour un service bouddhique et mit les cheveux dans une boite qu'elle placa devant une statue de Bouddha, puis e l l e f i t venir un pretre pour l i r e les Ecritures, L'amour de cette mere e t a i t profond. II dtait s i profond qu'elle eut pitie" de son mauvais f i l s et que pour l u i e l l e pratiqua le Bien. Cette h i s t o i r e montre que l a retribution de nos crimes n'est jamais l o i n , et qu'une action criminelle ne reste jamais impunie.^ * * Nihon Ryoiki (II, 17) Une statue en bronze de Kannon se change en heron blanc. Dans le couvent de nonnes d'Okamoto ^ , a Ikaruga, canton d'Heguri, province de Yamato — au temps de l'Auguste Imperatrice ^ 9.ui r ^ s i d a i t dans le Palais d'Cvarida, c'dtait lei palais du Prince Imperial.^ Le Prince ayant f a i t un voeu le convertit en un couvent de nonnes — i l y a douze statues en bronze de Kannon. Pendant l'auguste regne de l'Empereur Shomu, s i x de ces statues furent emportees par des voleurs. Des enquetes et des recherches eurent l i e u , mais beaucoup de temps se passa sans qu'on les retrouvat, A l'ouest de Heguri-no-Umaya, se trouve un p e t i t etang. Quand 4. Dans le Tsa Pao Tsang King (trad. Chavannes, ouvrage c i t e , v o l . 3, p.119, no. 416), se trouve l ' h i s t o i r e d'un f i l s qui f u t englouti par l a terre pour avoir desire posseder sa mere. Sa mere essaya de le retenir par les cheveux mais en vain. Les cheveux l u i resterent dans l a main. **** 1. [ ^ ]. Pres de Nara. 2. Suiko Tenno. 3. Shotoku T a i s h i . [ % 1$ 3" ]. 71 ce fut l'ete, au sixieme mois, des jeunes garcons qui gardaient les vaches pres de cet etang virent un p e t i t morceau de bois au milieu de l'dtang. Sur ce morceau de bois se tenait un h£ron blanc. Voyant ce heron qui r e s t a i t l a sans bouger, i l s ramasserent des cailloux et des mottes de terre et les l u i jeterent, mais i l ne s'echappa point, Alors i l s se lasserent de lancer ces choses et descendirent au bord de l'dtang pour s'emparer du h£ron. I l s en-trerent dans l'eau a f i n de l'attrapper, et i l s virent sur le morceau de bois ou reposait 1'oiseau, un doigt dore\ I l s tire^ent sur (ce doigt) pour le s o r t i r de l'eau, et s'apercurent q u ' i l appartenait a une statue en bronze de Kannon. A cause de cette statue de Kannon, 1'etang fut par l a suite ap-pele "1'etang du Bodhisatva". Les vachers raconterent (leur trouvaille) a des gens. Quand ces gens entendirent cela, i l s a l l e r e n t en informer les nonnes du couvent. Les nonnes vinrent voir, et c'etait en e f f e t une des statues (qu'elles avaient perdues). La peinture doree en e t a i t tout e c a i l -lee. Les nonnes s'attrouperent autour de l a statue et pleuraient de cha-grin, disant : "A cette image sacree que nous avions perdue, nuit et jour nous pensions avec regret. Maintenant e l l e nous est revenue de facon i n -attendue. 0 notre grand Maitre, quelle faute avions-nous commise, pour que vous nous i n f l i g i e z ce malheur de vous avoir perdu ?" A i n s i parlaient-e l l e s . E l l e s decorerent une chasse et y placerent l a statue qu'elles rame-nerehtau^couvent. Pretres et l a i c s dirent ensemble: "Un voleur ne peut 72 pas u t i l i s e r ce q u ' i l a vole" pour frapper de l a fausse monnaie ; alors, dedempare, i l f i n i t par le jeter . " Dans cette h i s t o i r e on v o i t clairement que ce heron blanc n 1 e t a i t pas un v r a i hdron mais une incarnation de Kannon. De cela i l ne faut pas douter. Ainsi q u ' i l est d i t dans le sutra du Nirvana : "Bien que Bouddha se s o i t eteint, sa presence su r v i t dans l a Doc-t r i n e " . If-C'est ce qui a et£ montre i c i . \. Littdralement : "en tant que doctrine [i'i; Jf' ] i l est toujours present. * # * Nihon Ryoiki ( i l l , 6) Comment un maxtre de Zen voulut manger du poisson, qui se changea en sutra du lotus. Dans les montagnes de Yoshino ^ i l y avait un temple. On l'appe-l a i t Amabe-no-Mine. Au temps de 1 1Imperatrice Koken un pretre habitait ce temple, qui poursuivait l a Voie bouddhiste avec une ardente piete\ II de-v i n t fatigue et s ' a f f a i b l i t , et perdit l a sante. II l u i v i n t l'envie de manger du poisson ^ V et i l d i t a. l'un de ses d i s c i p l e s : " J'aimerais manger du poisson. Vas en chercher pour moi". Le d i s c i p l e , ayant recu cet order du maitre, s'en f u t sur l a cote de l a province de K i i , et la. i l 1. [ t f ? ]. Fres de Nara. 2. Le poisson e t a i t particulierement impur a cause de son odeur. L'Impe-ra t r i c e Koken avait issu plus d'un decret interdisant aux pretres de manger du poisson, a i n s i d'ailleurs que toute sorte de g i b i e r . 73 acheta huit mulets f r a i s , les mit dans une boite et p r i t le chemin du retour. Au bout d'un temps i l rencontra sur l a route t r o i s paroissiens q u ' i l connais-s a i t depuis longtemps, et qui l u i demanderent : "Qu'est-ce que tu emportes l a ? Le jeune d i s c i p l e repondit : "Cela ? C'est le sutra du Lotus". De l'eau tom-bait de l a boite q u ' i l p o r t a i t ^ degageant une forte odeur de poisson. Les gens penserent bien que ce n'etait pas un sutra. Puis i l s arriverent aux environs d'un marche de l a province de Yamato ou les t r o i s hommes ^ devaient s'arreter. I l s presserent le d i s c i p l e ! "Ce que tu as l a n'est surement pas le sutra. C'est du poisson" d i r e n t - i l s . Le jeune homme repondit : "Ce n'est pas du poisson. C'est vraiment le sutra". Les paroissiens le contraignirent a ouvrir l a boite. Comme i l ne pouvait plus s'y soustraire, i l l ' o u v r i t et dans l a boite i l s virent huit rouleaux de sutra. Les t r o i s hommes, a., l a f o i s sceptiques et effrayes, s'en furent. Mais l'un d'eux voulut v o i r ce qui a l -l a i t se passer et s u i v i t (le disciple) a l a derobee pour l'epier. Le jeune garcon a r r i v a au temple dans l a montagne et se rendit chez le maitre a qui i l raconta en d e t a i l sa rencontre avec les t r o i s paroissiens. Le maitre a ses paroles etait•tantot a f f l i g e , tantot transports de j o i e . II comprit que le C i e l 1 'avait protege, et i l mangea le poisson. Voyant cela, c e l u i qui e t a i t en t r a i n de l'epier se jeta a ses pieds et l u i d i t : " Bien que ce s o i t en f a i t du poisson, i l s'est transform^ en sutra du Lotus parce q u ' i l e t a i t destine a devenir le repas du Saint. J ' a i chicane sans compren-3. \% ] : litteralement, "les l a i c s " . 74 dre de quoi i l s'agissait, ignorant le principe de l a Causalite", et j ' a i transgresse l a Loi en tourraentant (mon prochain). Je vous prie de pardonner ma faute. Soyez dorenavant mon maitre. Je vous s e r v i r a i ^ avec veneration". Apres cela cet homme devint le chef des paroissiens et se r v i t le Zenji. Cette h i s t o i r e montre clairement que s i l'on ag i t en accordance avec l a L oi, on s'aide soi-meme. Les choses que l'on mange, fussent-elles impures deviennent t e l l e s que le plus pur nectary manger du poisson n'est plus un crime; les poissons se changent en sutra, et l e C i e l touche" nous main-t i e n t sur l a Voie. Tout cela est bien strange. 4. [#v * ]: au sens propre, cette expression s i g n i f i e "servir Bouddha" (par des offrandes, des messes, e t c . . ) Par extension, se r v i r un pre-tre bouddhiste c'est indirectement se r v i r Bouddha lui-meme. 5« [ ] D ans un contexte bouddhiste, le C i e l est un terme general pour designer les puissances supdrieures : Bouddha, Bodhisatvas, Devas, etc. Nihon Ryoiki (III, 26) Comment une femme malhonnete fut punie par une mort avil i s s a n t e . Tanaka—no-Mahito Hiromushime e t a i t l a femme de 1 1administrateur ^  du canton de Miki, province de Sanuki ^ , lequel etait lui-meme Ge<8» ^ du 1. [ A ?I ] Dairyo. Le plus important des quatres postes administra-t i f s du canton. 2. [ ^ ] Dans l a partie nord de Shikoku. 3. [ ] Rang accorde a certains fonctionnaires dont l e poste ne f i g u r a i t pas dans l a hierarchie gouvernementale o f f i c i e l l e . 75 sixibme rang int^Lrlewr et se nommait Oya-no-Agatanushi Miyate. E l l e avait mis au monde huit enfants, e l l e e t a i t riche et possedait beaucoup de biens. E l l e avait des chevaux et du b e t a i l , des serviteurs et des servantes, du grain, de 1'argent et des terres. Mais en son coeur e l l e . i g n o r a i t l a Voie de Bouddha. E l l e e t a i t avare et manquait de generosite. E l l e mettait beaucoup d'eau dans le sake qu'elle vendait, et r£coltait a i n s i beaucoup d'argent. Les jours ou e l l e p retait e l l e u t i l i s a i t une petite mesure; les jours ou e l l e se f a i s a i t rembourser e l l e u t i l i s a i t une grande mesure. E l l e donnait un poids trop pe-t i t quand e l l e p r e t a i t et prenait un poids trop grand quand on l a repayait. E l l e e t a i t sans indulgence et exigeait de lourds interets. Depourvue de . scrupules, e l l e reclamait tantot dix f o i s , tantot cent f o i s (ce qu'elle avait prete). E l l e obligeait sans p i t i e les gens a s'acquitter de leurs dettes. Dans son coeur i l n'y avait aucune gentillesse. Beaucoup de gens dans l a de-tresse s 1enfuyaient, abandonnant leurs maisons, et erraient dans les autres provinces parce-que dans l'extremite ou e l l e les reduisait i l s n'avaient pas d'autre ressource.^ Le premier jour du sixieme mois de l a septieme annee de l'ere Hoki, ^ Hiromushime dut se mettre au l i t car e l l e e t a i t malade. Beaucoup de jours passerent, et le douzieme jour du septieme mois e l l e f i t venir son mari et 1. La precision et le d e t a i l de ce passage montrent que l'auteur s'adres-s a i t a un probleme immediat et qui l u i tenait k coeur. A ce moment l a le gouvernement lui-merae p r e t a i t a des taux exorbitants, et les pro-cedes iliegaux des riches propri^taires terriens causaient l a mine des paysans. 2. 777 76 ses f i l s (a son chevet) et leur d i t ce qu'elle avait vu dans un reve : " Je fus enimenee chez l e r o i Emma, qui me montra les t r o i s crimes que j ' a i commis d'abord le crime d'avoir utilise" les objets des Trois Tresors ^ et de ne pas les avoir rendus; puis le crime d'avoir gagne beaucoup d'argent en mettant de l'eau dans le sake" avant de le vendre; enf i n , le crime d'avoir employe deux sortes de poids et mesures, d'avoir mis a l a septieme marque au moment de pre ter et a l a douzieme marque au moment d'etre remboursee. - ' Je t ' a i f a i t venir a cause de ces peches. II faut que tu recoives ta retribution immd-diatement. Je vais te le montrer a 1'instant • me d i t - i l " . Le jour meme ou e l l e avait communique son reve, e l l e mourut. Sept jours passerent sans qu'on brulat son corps. Un maitre de Zen et trente-deux adeptes ^ furent convoques et furent invites a elever des prieres et a f a i r e divers exercices pour le salut de son ame pendant une periode de neuf jours. Le s o i r du septieme jour, e l l e revint a l a vie et souleva d'elle-meme le couvercle de son cercueil. Alors ceux qui etaient temoins sentirent une puanteur sans egale. Au-dessus de l a t a i l l e e l l e s'etait changee en vache, et sur son front des cornes de quatre pouces environ avaient pousse. Ses mains etaient devenues des pieds de vache, ses ongles s'etaient reunis pour former des sa-bots de vache. Au-dessous de l a t a i l l e e l l e avait garde sa forme humaine. 1. E l l e avait emprunte des objets appartenant a un temple bouddhiste et ne les avait pas rendus. 2. ['(ffc ^ -l Ubasoko. En Sanscrit, Upasaka. 77 E l l e refusait l e r i z et mangeait du f o i n , et e l l e ruminait sa nourriture. E l l e ne portait pas de vetements et dormait sur ses ordures. Les gens, accou-rus de toutes parts, regardaient avec increcLulite mais se r e t i r a i e n t aussitot. L'administrateur et ses enfants, honteux, se lamentaient de cette infamie. Maintes f o i s i l s se prosternerent au sol et eleverent des prieres. Pour ob-t e n i r l a redemption des crimes (de Hiromushime), i l s porterent toutes sortes d'objets precieux de l a famille au temple Kikidera, et f i r e n t don de soixante-dix vaches, trente chevaux, vingt Ch6 ^ de champs laboures et quatre mille gerbes de jeunes plants de r i z au temple T o d a i j i ^ l i s renoncerent a tout ce qu'ils avaient prete a d'autres. Le gouverneur de l a province et le gou-verneur du canton, voyant cela, a l l a i e n t envoyer un memoire au gouvernement, lorsqu"au bout de cinq jours e l l e mourut. Tous les habitants du canton et de l a province qui virent ces choses ou qui en entendirent parler eprouverent de l a douleur et de l a crainte. (Cette femme avait ete sans scrupules et sans rectitude. Cette h i s t o i r e nous montre incontestablement que l a malhonnetete r e c o i t sa ret r i b u t i o n dans 1'immecliat, et que le manque de rectitude est bien puni. S i l'on r e c o i t de l a sorte une retribution immediate, ne recevrons-nous pas une autre retribution dans une vie future ? II est d i t dans les Ecritures : " Celui qui ne paie pas ses dettes, i l les repaiera sous forme de vache ou de 1. Pres de 20 hectares. 2. L'enrichissement des temples aux f r a i s d'une population credule et c r a i n -tiye d t a i t une autre plaie sociale dont Kyokai ne semble pas se preoccuper. Le chantage e t a i t 1'une des fonctions du predicateur, comme l'indique l a generosity extraordinaire des fideles a tous les niveaux de l a society. 78 cheval, etc..." Celui qui a une dette est p a r e i l au serviteur; c e l u i qui prete est p a r e i l au seigneur. Celui qui enrprunte est p a r e i l au faisan; ce-l u i qui prete est p a r e i l a l ' a i g l e . Seulement, bien qu'on l u i a i t emprunte quelque chose, c e l u i qui demande trop en retour reviendra sous forme de vache ou de cheval pour ser v i r ceux q u ' i l a exploited. Done, ne pressons pas trop ceux qui ont des dettes envers nous. * * Nihon Ryoiki (II, 7) Un homme savant qui avait meclit d'un saint homme arrive chez l'Empereur Enra (sic) et souffre les tortures de l'Enfer. Shaku Chikuo^ e t a i t n a t i f de l a province de Kavachi. II et a i t pretre au temple Sukitadera, dans le canton d'Asukabe. Son nom de famille avant son ordination e t a i t Sukita-no-Muraji. Par l a suite i l recut le nom de Kami-no-Suguri. Sa mere e t a i t de l a maison des Asukabe-no-Miyatsuko. II e t a i t sagace et d'un savoir de premier ordre. II compila lesfUrabon, ^e Dai Hannya et £e Shin Hannya sutras... I l d i f f u s a i t le Bouddhisme en 1. [ % V Tu ] . Chilmo etait un pretre de l a secte Sanron au temple Gangoji. Les dates de sa vie ne sont pas connues (Ivan.) On l u i a t t r i -bue une peinture du Paradis d'Amida qui se trouve actuellement au tem-ple Gokurakuji. 2. [ JIL 6$ ] : Avalambana-sutra. [ ffsi % ] : Mahaprajna-paramita-sutra, le plus important des sutras mahayana. Pour l a secte Tendai, le Dai Hannya sutra s u i t immediatement le sutra du Lotus en im-portance, [A." |5J2L sfa %!L ] ! une extension du Dai Hannya. 79 l'expliquant a ceux qui voulaient s'instruire. A ce moment l a v i v a i t le pretre Gyo^i. Son nom de famille e t a i t Koshi-no-Fuhito. II e t a i t n a t i f du canton de Kubiki dans l'Echigo.^ Sa mere e t a i t de l a famille des Hachida-no-Kosushi, du canton d'Otori dans l a province d'lzumi.,. II avait renonce au monde et s'etait delivre des aspirations communesi II convertissait ceux qui etaient dons l'erreur et d i f f u s a i t l a doctrine (bouddhiste). Son i n t e l -ligence e t a i t vive et l a comprehension des choses l u i venait tout naturelle-ment. II cachait en lui-meme l a stature d'un Bodhisatva et montrait au mon-de l a simple apparence d'un moine. L'Empereur Shomu admirait sa grande ver-tu, et l u i portait beaucoup de respect. Ses contemporains le reveraient et I'appelaient respectueusement "le Bosatsu". Dans l'hiver de l a seizieme annee Ki-no-Esaru de l'ere Tempyo ^  , au onzieme mois, i l f u t nomme Grand Eveque.^. A ce moment l a , l a jalousie s'eieva dans l e coeur du maitre Chikuo, et i l protesta : " Moi, je suis un savant, et Gyojld est un pretre. Pourquoi l'Empereur ne t i e n t - i l pas compte de mon savoir et montre-t-il tant de res-pect a un simple pretre ?" Plei n de depit i l se r e t i r a au temple Sukitodera. Province du nord-ouest dans le Hokurikudo. 5. Bien qu'au huitieme siecle le nom de famille ne se transmette plus du cote maternel (sauf parfois en conjonction avec le nom du pere) on v o i t que l a lignee maternelle e t a i t toujours consideree comme importante. 6. 745 7. [ A ^ £ ] Dai So^'b©. Cette promotion est mentionnee dans le Sholcu Nihongi. C e t a i t le rang le plus eieve dans l a pretr i s e . Gyo&i f u t le premier pretre japonais a. recevoir ce t i t r e (Iwan). 80 Presqu'aussitot i l fut atteint de diarrhee, et au bout d'un mois, sentant sa f i n prochaine, i l f i t venirr ses d i s c i p l e s et leur d i t : "Lorsque je serai mort, ne brulez pas (mon corps). Attendez neuf jours. S i vos eleves vous questionnent a mon sujet, vous devez leur repondre que je suis a l l e i c i et l a pour quelque a f f a i r e . Tardez quelque peu et f a i t e s des offrandes. Ne leur laissez aucunement connaitre les f a i t s v ^ r i t a b l e s . " A i n s i i n s t r u i t s , les disciples fermerent l a porte de l a chambre du maitre a f i n que nul ne sache (ce qui se passait) et, pleurant en secret, nuit et jour i l s sur-v e i l l e r e n t l a porte et attendirent le jour convenu. Leurs eleves les ques-tionnerent, mais i l s repondirent a i n s i q u ' i l s en avaient recu l'ordre. I l s f i r e n t des offrandes en attendant que le temps passe. Enfin, deux messagers du r o i Enra vinrent chercher le maitre 0. I l s s'en allerent dans l a di r e c -t i o n de l'ouest, et i l v i t sur l a route devant l u i un haut palais en or. II demanda : "Qu'est-ce que ce palais ?" On l u i repondit : "Le savant dont le nom est connu dans tout le pays d'Ashihara g ne le s a i t - i l pas ? A coup sur, i l faut q u ' i l l'apprenne : c'est le palais ou le Bosatsu Gyojfi doit r e -naitre". Be chaque cote du p o r t a i l se tenait un homme-dieu revetu d'une ar-mure et portant sur le front une guirlande rouge. Les messagers s'agnouil-lerent et dirent : "Nous l'avons amene ". l i s demanderent : "Est-ce l a le soi-disant maitre Chikuo qui vient de T6y3 Ashihara-no-Mizuho ?" ^ Chikuo 8. ] C'est-a-dire le Japon, notammant les provinces centrales . ( v o i r p . ) ] Le Pays des r i z i e r e s de l a riche plaine de ro-seaux. I c i encore, le Japon. 81 repondit : "C'est bien moi". M o r s du doigt i l s pointerent vers l e nord et i l s dirent : "Vas par ce chemin". Les messagers l e f i r e n t marcher devant eux. On ne voyait pas de feu, l e s o l e i l ne b r i l l a i t pas, e t pourtant i l s e n t a i t qu'une chaleur intense f r a p p a i t son corps et l u i g r i l l a i t l e visage. La cha-le u r intense etait penible, et pourtant au fond de lui-meme i l d e s i r a i t s'en approcher. I I demanda : "Qu'est-ce que cette chaleur ?" U s repondirent : "C'est l e feu de l'Enfer qui va te consumer". Devant l u i se t e n a i t un p i l i e r de f e r .extremement chaud. Les messagers d i r e n t : "Mets tes bras autour de ce p i l i e r " . L o r s q u ' i l f i t a i n s i qu'on l u i a v a i t d i t , sa c h a i r f u t toute calcinee, et i l ne rest a plus que les os. Trois jours plus t a r d , l e s messa-gers revinrent portant un b a l a i casse" dont i l s frapperent l e p i l i e r en disant: "Reviens a l a v i e ! reviens a l a V i e !" Et son corps redevint comme avant. Puis on l e f i t marcher encore en d i r e c t i o n du nord, et l a se t r o u v a i t un p i l i e r de bronze qui e t a i t encore plus brulant que 1'autre. Bien que ce f u t i n t o l e -rablement chaud, pousse" par l e mal ( q u ' i l a v a i t commis sur terre) i l ressen-t a i t l e d e s i r de mettre ses bras tout autour. I l s l u i d i r e n t : "Embrasse ce p i l i e r " . I I le f i t et de nouveau sa chai r f u t toute calcinee. Apres t r o i s j o u r s , comme l a premiere f o i s i l s v i n r e n t frapper l e p i l i e r en disant : "Re-viens a l a v i e ! reviens a l a v i e !" et comme auparavant son corps f u t r e s -s u c i t e . De nouveau on l e f i t avancer en d i r e c t i o n du nord. I I y a v a i t l a une substance brulante qui ressemblait a un nuage, et l e s oiseaux qui v o l a i e n t dans l e c i e l retombaient calcines apres 1'avoir touchee. I I demanda : " Ou sommes-nous ?" I l s repondirent : " Ceci est l'Enfer Abi ^  ou l e maitre va 10. s ] En S a n s c r i t , A v i c i . Un des h u i t enfers de feu. 82 etre brule et consume". Lorsqu'ils furent arrives, i l s saisirent le maitre et le plongbrent dans l a fournaise ou i l fut brule" et r o t i . Mais le son d'une cloche ^ r e t e n t i t et tout r e f r o i d i t et fut au repos. Apres t r o i s jours (les messagers) appelerent : "Reviens a l a vie ! reviens a l a v i e !" et comme au-paravant i l fut de nouveau en vi e . Alors i l s revinrent sur leurs pas et a r r i -it verent au p o r t a i l du palais en or, et comme l a premiere f o i s i l s dirent : Le v o i c i revenu". Les deux hommes de chaque cote du p o r t a i l 1'informerent : "La cause de ta v i s i t e , maitre, c'est que tu as medit du Bosatsu Gyoki qui se trouve dans l e pays d'Ashihara. C'est pour expier cette faute que nous t'avons convoque. Lorsqu'il aura f i n i de convertir Ashihara, ce Bosatsu renaitra dans ce palais. Comme ce moment est proche, nous sommes venus l'attendre i c i . Prends garde de ne rien manger dans le pays de K o s e n ^ ^ u monde des morts). Maintenant rentre v i t e chez t o i " . Avec les messagers i l s'en retourna vers l ' e s t , et i l s'apercut que les neuf jours etaient passes.^ II revint a l a v ie et appela ses d i s c i p l e s . Entendant sa voix, les di s c i p l e s accoururent en pleurant de j o i e . Chikuo, ecrasd de douleur, se tourna vers ses disciples et leur raconta en d e t a i l sa v i s i t e au royaume d'Enra. Rempli de frayeur, i l leur raconta comment i l avait eongu de l a jalousie pour l e Daitoku et 1'avait calomnie. ^u<C£ i *Y»«iw»e»:i"ai*&s, GyoJ^ Bosatsu e t a i t a Naniwa^ ou i l f a i s a i t 11. La cloche u t i l i s e e par ceux qui font des offrandes et dont l e son reten-t i t jusqu'aux Enfers (Ivan.). 12. [ff l i t ^ 1 Tb'motsuemono : des choses du Pays des Morts, ou Kosen. On croyait que ce l u i qui mangeait l o r s q u ' i l e t a i t au Pays des Morts ne pouvait pas renaitre dans ce monde (Ivan.). 13. Ceci est l'un des rares exemples ou le temps en Enfer correspond au temps de ce monde. 14. [ |& ] Port sur l a Mer Interieure, dans l a province de Sectsu. 83 construire, creuser un canal et b a t i r un havre pour les bateaux. Chikuo, qui s'etait remis p e t i t h p e t i t , s'en a l i a v i s i t e r le Bosatsu. Le Bosatsu le v i t , et comme i l e t a i t doue d'une perception surnaturelle, i l sut (aussitot) ce que Chikuo pensait. II d i t avec bonte : "Comment se f a i t - i l que je n'ai pas eu l'honneur de vous rencontrer plus tot ? " Chikuo, honteux de se savoir expose^ d i t : " Chikuo e t a i t a. l'egard du Bosatsu p l e i n de haine et de jalousie, et d i t ces paroles 1 Chikuo est un grand pretre dont l a vertu remonte tres l o i n , et qui plus est, Chikuo comprend les choses tout naturellement. Le pretre Gyogi n'a qu'une connaissance s u p e r f i c i e l l e (des choses) et i l n'a pas encore recu les Defenses. Pourquoi l'Empereur ne re s p e c t e - t - i l que Gyogi et ignore-t - i l Chikuo ?' A cause de ma mauvaise langue, le r o i Enra m'a convoque et m'a f a i t embrasser les p i l i e r s de f e r et de bronze. Apres neuf jours le crime de l a medisance e t a i t expiS. (Mais) j ' a i peur de m'en a l l e r dans un monde f u -tur avec d'autres crimes (sur l a conscience), c'est pourquoi je suis venu m'exposer devant vous, et vous p r i e r de me deliv r e r (du poids) de mes fautes." Gyo/ki Daitoku, le visage calme, r e f l e c h i s s a i t en silence. Puis Chikuo d i t encore : " J ' a i vu l'endroit ou le Daitoku renaitra. On y a bat i un palais en or". A ces mots, Gyo;}<i d i t : "Quelle joie ! quel honneur !" Cette h i s t o i r e montre que l a bouche est l a porte par ou passent les injures qui bleesent le corps, et que l a langue est l a hache bien aiguisee qui detruit le Bien. C'est pourquoi i l est d i t dans le sutra du Merveilleux Bodhisatva Lumineux : "Nybzi Bosatsu, pour avoir enonce" les fautes de Kenten 15 s Bosatsu, dut renaitre constamment d'une femme impure pendant 91 kalpas, et 84 chaque f o i s q u ' i l e t a i t ne on disposait de l u i et i l e t a i t mange so i t par un renard s o i t par un loup". (Cette morale) est demontree i c i . Apres cela, Chikub Iioshi venera Gyojci Bosatsu et comprit q u ' i l e t a i t vraiment un saint. Mais le Bosatsu sentait que sa f i n e~tait proche, et a l'heure HL-ncy-tori du deuxieme jour du deuxieme mois du printemps de l a vingt-et-unieme annee TsuchL-notoVshi de l'ere Tempyo,^ i l l a i s s a sa depouille de pretre au mont Ikoma et son : ame charitable s'en f u t resider dans le palais en or. Le Daitoku Chikuo continua de precher et de diffuser l a doctrine (boud-dhiste), de convertir et corriger ceux qui etaient dans l'erreur. Au temps de l'Empereur Shirakabe, ^ Chikuo ddlaissa l a terre japonaise et, devenu u n Deva, i l s'en f u t habiter un monde inconnu. * Nihon Ryoiki (II, 25) Comment un demon messager du r o i des Enfers recompensa une personne qui l u i avait servi a manger. Dans le canton de Yamada, province de 15. c* JS. # >t i n si i 1 6 . 750. Cette date est mentionnee dans le Shoku Nihongi. 17. [ e I S ] c ' est-k&iddre Konin Tenno 85 Sanuki, v i v a i t une jeune f i l l e nominee Kunoshiki-no-Omi Kinume. Au temps de l'Empereur Shomu, Kinume soudain tomba malade. Une quantite de mets suo-culents furent prepares et deposes en offrande a droite et a gauche du por-t a i l , a f i n d'apaiser le dieu des epidemies. Un demon v i n t chercher Kinume de l a part du r o i Emma. Ce demon e t a i t fatigue d'avoir couru, et voyant les offrandes i l en eut envie et s'en s e r v i t . Le demon d i t a Kinume : "Je veux te repayer pour les bonnes choses que j ' a i mangdes chez t o i . Y a u r a i t - i l quelqu'un du meme nom et du meme prenom que t o i ?" Kinume repondit : "Dans le canton d'Utari i l y a une Kinume qui porte l e meme nom de fam i l l e " . Le demon, guide par Kinume, se rendit chez l a Kinume d'Utari, et l o r s q u ' i l f u t en face d'elle i l s o r t i t d'un sac rouge un oiseau d'un pied de long, l a frappa au front et l'emraena avec l u i . La Kinume de Yamada s'en revint f u r -tivement chez e l l e . Alors, le r o i Emma questionna le demon : " Ce n'est pas l a l a Kinume que j ' a i convoqued. Tu t'es trompe\ Mais que c e l l e - c i reste i c i quelque temps. Et vas chercher c e l l e de Yamada en vitesse." Le demon ne pouvait plus dissimuler. II retourna done chercher l a Kinume du canton de Yamada et revint avec e l l e . En l a voyant le r o i Emma d i t : "C'est bien l a Kinume que j'avais f a i t appeler". La Kinume d'Utari f u t relachee, KaUa1T®ndiknto'$LeS t r o i s (joUrlgode?usonfcabBentfei^^^ E l l e r e -1. Voir p. 74 86 v i n t chez le r o i Emma et d i t avec t r i s t e s s e : " Je n'ai plus de corps, ^ et je ne sais ou a l l e r " . Apres un temps le r o i Emma demanda : " La Kinume de Yamada a-t - e l l e un corps ?" On l u i repondit qu'elle en avait un. Le r o i d i t : " Eh bien prends le corps (de c e l l e de Yamada) et q u ' i l devienne le ti e n " . Kinume d'Utari p r i t done le corps de 1 'autre et revint c l a v i e . Mais e l l e d i t " Cela n'est pas ma maison. Ma maison est dans le canton d'Utari." Les parents dirent : " Tu es bien notre enfant. Pourquoi parles-tu a i n s i ?" Mais Kinume ne voulut r i e n entendre et s'en a l i a a U t a r i . " C'est bien l a ma maison" d i t - e l l e . Les parents dirent : " Tu n'es pas notre enfant. Notre enfant a c!fttp irincinereeiacendie". Alors Kinume re-la t a en d e t a i l les ordres donnes par le r o i Emma. Lorsqu'ils entendirent cela, les parents des deux families eurent f o i en ses paroles, Aussi i l s mirent ensemble les possessions des deux families et en f i r e n t don a l a jeune f i l l e . La presente Kinume, avec ses deux peres et ses deux meres, recut les biens de deux families. Preparer un f e s t i n et en f a i r e offrande a. un demon, cela n'est pas un geste vain. S i l'on possede quelque chose, i l faut en f a i r e offrande. Cette h i s t o i r e aussi est extraordinaire ! 2. Parce que son corps a ete brule" i'ai;s 1' .'.nceiv.i lo. 87 APPENDICE I MYOHOKI ( Taisho Shinshu ffaizokyb 51, p. 790 ) A l a f i n des Wei orientaux,^ des hommes de Yeh-sjiah ^ s'en allerent dans les montagnes de l'ouest pour en extraire de l'argent. I l s etaient en t r a i n de s o r t i r de 1'excavation l o r s q u 1 e l l e s'effondra. L'un des hommes e t a i t reste en arr i e r e . Une roche boucha l'ouverture et i l ne put s o r t i r . Mais i l ne f u t pas blesse. L'excavation s'etait effondree , mais i l y avait un endroit ou les bords de l a cavite ne se rejoignaient pas tout-a-fait, et i l pouvait faiblement percevoir l a lumiere du jour. Cet homme se d i t que tout cela n'etait pas une raison pour mourir. Alors de tout son coeur i l d i t le Nembutsu. Le pere entendit dire que son f i l s avait 1. 2. [ Hfe? "F ] Ne figure n i dans le Chugoku Rekidai Sruiffi&t Yoran, n i dans le Jonggwo Guujin Dihming Tsyrdean. I I s'agit sans doute de l a region de Yeh, qui f u t etablie comme d i s t r i c t a l a f i n des Han et donnee comme f i e f au general. Tsaur-tsau pendant l a periode Jiann An ]. Un groupe d'homrnes de let t r e s qui se denommait "Les Sept de Yeh-siali " [ ^? f -b -3- ] selon le Gvoyeu Tsyrdean ou "Les Sept de Yeh-jong" [ ^ CJ2 - t 5" ] selon le Tsyr Hae avait 1'habitude de se reunir dans cette v i l l e importante durant cette meme periode de Jiann An. Pour cette raison on les appelle parfois " Les Sept de Jiaim An". Yeh f u t l a capi-tale des Wei orientaux et des Chyi. Dans le Her Nan (^7 ] actuel, d i s t r i c t de Ling Jang [|?& >4 ]. 88 ete enseveli. Mais nulle part i l ne put trouver le corps. C e t a i t une f a -mille tres pauvre. I l s n'avaient pas les moyens de f a i r e des offrandes. Alors le pere s'en a l i a porter a un temple bouddhiste un bol p l e i n de r i z grossier. II demanda qu'un des moines v e u i l l e bien 1'accepter comme plat r i t u e l . ^ Mais les moines pour l a plupart aimaient manger bien et abondam-ment, et i l s refuserent de toucher au r i z . Le pere se mit a se lamenter. L'un des moines eut p i t i e et acceda a sa demande. Quand i l eut f i n i de manger i l proceda a des incantations. Puis i l s se separerent. Ce jour l a meme, le f i l s qui e t a i t dons le trou v i t par l a petite fente ou entrait l a lumiere un pretre. C e l u i - c i pen^tra dans le trou. II avait apporty un bol de r i z et le donna a l'homme. L'homme mangea le r i z et par l a suite i l n'eut plus jamais faim. II resta l a assis tout d r o i t et continua a me-di t e r . Dix annees passbrent puis l'Empereur Chyi Wen monta sur le Trone. II voulut f a i r e construire un palais d'ete dans les montagnes de l'ouest. Les ouvriers deplacerent l a pierre qui bouchait l'ouverture. I l s virent q u ' i l y avait dans le trou un homme encore vivant. I l s le sortirent et i l put retourner chez l u i . Le pere et l a mere etaient surpris et heu-reux. Alors i l s s'adonnerent aux pratiques pieuses. 3. # 4. [fi ]. C'est-a-dire [X. *S ^ ] (Wen Shitfan Dih , 550-560 ) de l a dynastie des Chyi ]. 89 Nihon Ryoiki (III, 13) Un homme qui avait desire" recopier le Hokkekyo f o r t i f i a ce desir l o r s q u ' i l se trouva enferme dans un trou noir prive* de lumiere, et sa vie fut conserved. A l ' i n t e r i e u r du canton de A i t a dans l a province de Mimasaka, ^ i l y a une montagne ou se trouvent les minerais de f e r du gouvernement. Au temps de 1'Imperatrice Sumera Hime Abe ^  ^ agent du gouvernement provin-c i a l f i t convoquer dix hommes et leur ordonna de creuser un trou et d'en extraire le f e r . Au bout de quelque temps, l a montagne s'effondra et 1'ex-cavation f u t completement bouchee. Les ouvriers surpris et alarmes se pre-cipiterent et sortirent pele-mele du trou. Neuf d'entre eux parvinrent a s o r t i r . Le dixieme fut trop lent. Le trou se referma (sur l u i ) et i l y resta. Le gouverneur et tous les gens de l a province, pensant q u ' i l e t a i t mort enseveli, etaient f o r t a f f l i g e s . Sa femme et ses enfants, pleurant de chagrin, dessinerent une image du Bodhisatva Kannon, y copierent un sutra et en f i r e n t offrande pour le repos de son ame, et i l s observerent les r i t e s bouddhistes :pondant sept jours. Pendant ce temps, c e l u i qui e t a i t trappe dans le trou d i s a i t : "Autrefois j'avais un grand desir de recopier le Lotus du Grand Vehicule, et je n'ai pas encore f i n i de le f a i r e . S ' i l m 1etait donne de vivre, j'accomplirais cette tache a tout prix." Dans l'obscurite du trou i l se lamentait. De tous temps i l n'avait ete s i 1. [T! 4^ ] Dans le Sanyodo. Contient aujourd'hui l a prefecture d'Okayama. 2. "^ fe ^=0* 4% ], ou K6ken TennB. 90 malheureux, De 1'ouverture de 1 'excavation i l r e s t a i t tout juste de quoi passer un doigt, et par l a l a lumiere du jour penetrait. Un pretre vint, qui descendit par cette ouverture et l u i o f f r i t des bonnes choses a manger dans un bol, et qui l u i d i t : " Ta femme et tes enfants m'ont donn£ a boire et a manger pour que je vienne a ton secours.^ Comme tu es i c i dans l a de-tresse, je suis venu !" Puis i l p a r t i t . ^ Peu apres son depart, juste au-dessus de l'endroit ou l'homme e t a i t accroupi, l a paroi du trou s'entr'ou-v r i t et l a lumiere du jour y penStra abondamment. Ce passage avait s o i -xante centimetres de large et se trouvait a quinze metres de hauteur. Apres quelque temps, plus de trente personnes vinrent dans l a mon-tagne pour y c u e i l l i r des plantes de Kazura dans le voisinage de l a mine. Celui qui se trouvait au fond, apercevant des formes humaines, s'ecria : "Donnez-moi l a main !" Les gens sur l a montagne penserent que c'etait un bruit de moustique. Mais i l s 1'entendirent de nouveau et, intrigues, i l s attacherent une pierre a une tige de Kazura et l a descendirent au fond du trou. Celui qui s'y trouvait t i r a dessus et a i n s i les gens furent assures que quelqu'un e t a i t l a . Avec des tiges de Kazura i l s f i r e n t une corde et et tresserent un panier. I l s attacherent quatre cordes de Kazura aux coins du panier, et a. l'aide d'une poulie installee au bord du trou, i l s descen-3. II s'agit d'une offrande. 4. Ce pretre e t a i t une incarnation de Kannon (Ivan.) 5» [ ] Plante grimpante dont les tiges souples sont couramment u t i l i s e e s pour l a fabrication des cordes et des paniers. 91 dirent doucement le panier jusqu'au fond. L'homme grirnpa dans le panier, f u t remonte par l a poulie et fut transports jusqu'a sa maison. Lorsque les membres de sa famille le virent, leur joie et leur attendrissement ne connurent pas de bornes. Le gouverneur de l a province l u i demanda : "Quelle sorte de bonne action avais-tu done accomplie ?" En reponse i l r a ~ conta ce que l'on vient de l i r e . Tres emu, le gouverneur c h o i s i t quelques fideles et avec leur aide i l copia le Hokkekyo, puis i l compieta un ser-vice bouddhiste. Cela montre le pouvoir surnaturel du sutra du Lotus et de l a faveur de Kannon. De ces choses i l ne faut pas douter. * . -r* MYOHOKI (Taisho JJaizo 51, p.790 ) Yangjou Yan Gong etait originaire de Ckyw^DJou. Sa famille posse-dai t beaucoup de biens. Gong etait f i l s unique et son pere et sa mere l'adoraient. I l s ne s'opposaient jamais a ce q u ' i l d i s a i t . Au debut de l'ere Tae Jiann^ . de l a dynastie Chern,2 ^ o n S e u t 20 ans, et i l d i t a ses parents q u ' i l d e s i r a i t leur emprunter cinquante mille Sens. II vou— 3 1. i t ] : 569-582. 2. ] « 557-588. 3. m i 92 l a i t a l l e r au marche do Yangjou.^ Ses parents y consentirent. Gong monta sur un bateau avec son argent. Lorsqu'il e t a i t a environ dix L i de Yangjou, i l rencontra sur l a r i v i e r e un bateau ou l'on transportait des tortues pour les vendre au marche. Gong demanda pourquoi (on les vendait). II apprit qu'elles a l l a i e n t etre tuees. II demanda a les acheter. Le vendeur l u i d i t : "Mes tortues sont grosses. Je les vends pour 1000 Sens l'une." Gong demanda combien i l avait de tortues. Illrepondit "cinquante". Gong d i t : "Justement j ' a i (sur moi) cinquante mille Sens. Je desire les acheter avec (cet argent)." Le marchand rejoui p r i t l'argent et l u i donna les tortues. Gong alors remit les tortues dans l a r i v i e r e et s'en f u t a Yangjou avec un bateau vide. Apres avoir quitte Gong, le marchand de tortues avait f a i t k peu pres 10 L i l o r s -que son bateau chavira et i l fut noye. Ce jour l a vers le soir, cinquante etrangers vetus de noir vinrent k l a porte des parents de Gong et demanderent a etre heberges. l i s donnerent cinquante mille Sens au pere en disant : "Nous vous rendons l'argent de votre f i l s qui est a Yangjou. Recevez le mon-tant exact (de ce que nous vous devons)". Le pere de Gong tres surpris soup— conna que son f i l s e t a i t mort. II les questionna. Les etrangers dirent : "Votre f i l s va tres bien, mais i l n'a pas besoin de cet argent. C'est pour-quoi nous vous le rendons". Le pere recut done l'argent. II reconnut l ' a r -gent ( q u ' i l avait donne k son f i l s ) mais c e l u i - c i et&it tout mouilie. Les etrangers prirent un repas et resterent jusqu'au lendemain matin, puis i l s 3. 1 : Dans l a province actuelle de Jeh Jiang ;X- ] , d i s t r i c t de Shaw Shing [ *;o ]. 93 partirent. Apres plus d'un mois Gong revint a l a maison. Son pere et sa mere furent tres beureux. Puis i l s l u i demandbrent pourpudi ' d i ' a v a i t t rendu f a i t . ^ 1'argent. Gong repondit qu' ilni'-enl avaiti"' ri'en/ Ses parents l u i explique-rent l'apparence des etrangers et l u i dirent quel jour i l s etaient venus. C'etait le jour ou i l avait achetS les tortues. Alors i l s comprirent que les cinquante etrangers etaient les tortues q u ' i l avait achetees. Ses parents furent tres etonnes. Ensemble i l s a l l e r e n t a Yangjou, ou i l s fondbrent un temple bouddhiste et s'occuperent de recopier le sutra du Lotus. I l s batirent un grand h a l l avec une chambre speciale pour copier les Ecritures. C e t a i t grandiose et sans tache. I l s y apporterent beau-coup de richesses, et i l y avait l a constamment plusieurs dizaines d'elb-ves. I l s etaient veneres par tous les habitants de Yangjou, pretres et l a i c s . * * * 2. Une h i s t o i r e trbs semblable se trouve dans Seng-Houei (Chavannes, ouvrage c i t e , p.87 , no 25) et dans l e King l u y i siang , une anthologie composee en 516. 94 Nihon Ryoiki ( 1 , 7 ) Comment une tortue a qui on avait sauve" l a vie repaya ce bi e n f a i t . Le maitre de Zen Gusai e t a i t un Coreen. A l'epoque des troubles de Coree, un ancetre de l'administrateur du canton de Mitafii dans l a pro-vince de Bingo ^ leva une armed pour envoyer en Coree.^ A ce moment-la i l f i t un voeu\: " S i je peux revenir sans ennuis j'eleverai un temple pour les dieux".^ Par l a suite i l echappa a l a mauvaise fortune. II demanda au mai-tre de revenir avec l u i . Le temple MitaJvLdera est le sanctuaire bati par ce maitre de Zen. Moines et l a i c s , tous ceux qui voyaient le sanctuaire etaient remplis de veneration. Le maitre monta a. l a capitale ou i l vendit des objets de valeur pour acheter des peintures de couleur (de l'or et du vermilion ) pour une statue q u ' i l avait 1'intention d'eMifier. En revenant i l passa par le port de Naniva. Juste a ce moment un habitant du bord de l a mer voulait vendre quatre tortues. Le maitre l e persuada de les l u i l a i s s e r acheter, puis i l rendit aux tortues l a l i b e r t e . Ensuite i l loua un bateau dans lequel, en compagnie de deux jeunes aides, i l entreprit de traverser l a mer. Lorsque l e s o l e i l f u t couohe et que l a nuit se f i t profonde, le patron du bateau eut 1. [ %k /% 'T^ 8$ ] II n'a pas ete identifie" (Ivan.) 2. ] Province du sud-ouest dans le Sanyodo. 3. A l'epoque de Saimei Tenno, probablement vers 660. Shokamigami. Dans ce contexte i l s'agit eVidemment de d i v i n i t e s bouddhistes. une idee, et i l conduisit le bateau a proximity de l ' l l e aux Cadavres j. dans le Bizen.- La, i l s'empara des jeunes aides et les jeta a l a mer, 5 puis i l ordonna au maitre : " Vit e , lance-toi a l'eau". Le pretre voulut le f a i r e changer d'idee, mais le pirate ne le l a i s s a pas f a i r e . Alors i l eleva une priere et entra dans l'eau. Lorsque l'eau a t t e i g n i t ses reins, ses pieds heurterent un fond pierreux. Pour en avoir le coeur net i l re-garda, et v i t q u ' i l etait porte sur le dos d'une tortue. Quand i l s furent arrives dans le voisinage de l a cote de Bichu,^ l a tortue i n c l i n a t r o i s f o i s l a tete puis s'en a l i a . I l se douta bien que c'e t a i t l a une des t o r -tues a qui i l avait rendu l a l i b e r t e , et qui l u i avait retourne son bien-f a i t . Peu apres, six pirates s'en vinrent au temple pour vendre l a pein-ture. Les paroissiens vinrent d'abord pour discuter le prix, puis le mai-tre Gusai s o r t i t pour examiner ( l a peinture). Pris par surprise, les pi-rates ne savaient ou se cacher. Le maitre eut p i t i e d'eux et ne chercha pas a leur i n f l i g e r un chatiment. II acheva sa statue de 3ouddha, l ' i n -s t a l l a dans une pagode et completa un service religieux. Apres cela, i l s'en a l i a vivre au bord de l a mer et precha aux gens de passage. II mou-rut a quatre-vingts ans. passes. Les animaux eux-memes n'oublient pas un b i e n f a i t . Une personne •5. l^i ] On trouve dans le Ujishui Monogatari (XV, 14 ): " L ' l l e aux Cadavres est un endroit ou se rassemblent les pirates". Mais de nos jours cette l i e n'a pas Ste identifiee (Iwan.) :6. [AMifi ] Province dans le Sanyodo, sur l a cote de l a Mer IntS-rieure. <7. ty ] ImmSdiatement a I'ouest de Bizen. 96 qui se veut juste no devrait—elle pas d'autant plus se souvenir d'un bien— f a i t ? * * MYOHOKI (Taisho JTi.z6 53, p. 772 ) Au debut des annees KaihWang de l a dynastie des S t f e i ^ dans un v i l l a g e a l a limite du Jihjou, v i v a i t un garcon de treize ans. II avait 1'habitude de voler des oeufs chez ses vo i s i n s . II les f a i s a i t cuire et les mangeait. Tot un matin, avant que les v i l l a g e o i s fussent leves, son pere entendit quelqu'un grapper a l a porte. On appela le nom du garcon. Son pere l u i ordonna d ' a l l e r repondre (a l'appel). II v i t un homme, qui l u i d i t : " Le chef te demande". L'enfant d i t : " S i l(ontmei convoque 'pour rl£> corvee-' •••y-a, je vais emmener des vetements et de l a nour-r i t u r e " . Le messager d i t : " Ce n'est pas l a peine". Et i l entraina le garcon. I l s sortirent par l a barriere du v i l l a g e . Au sud du v i l l a g e i l y avait un champ de muriers. II avait ete laboure, mais pas encore plante. V o i c i que soudain, l'enfant v i t sur l a route une c i t e (entouree d'un mur). Sur chacun des qua tre cote's de 1'enceinte i l y avait une porte-pavillon peinte en blanc et vermilion, et tres b e l l e . L'enfant intrigue d i t : "De-puis quand cela e s t - i l i c i ?" Le messager le gronda et l u i i n t e r d i t de p a r l e r i II le conduisit a l a porte Nord et le poussa a l ' i n t e r i e u r . Des 1. % ] 581-600. 2. [ p| ] 581-618. 3. [% ')'['( ] Une des neuf premieres prefecture^ *)'\'\ ] de l a Chine an-cienne. Comprenait le Herbeei [ i% ^t- ] et le shanshi ac-t u e l s . l a partie du Hernan [;iT tf\ ] qui se trouve au nord du Huang Het" [f| ;of ] et l a partie du Liauning jj^ S^- ] qui se trouve a I'ouest de l a r i v i e r e Liau. 97 que le garcon eut franchi l a jjorte, e l l e se referma brusquement. II ne voyait personne, l a v i l l e e t a i t deserte. La terre e t a i t couverte de cen-dres brulantes et de braises dans lesquelles i l enfoncait jusqu'aunlessus des chevilles. L'enfant se mit a appeler et a pleurer. I l courut vers l a porte Sud, qui se referma des q u ' i l fut pres de l'atteindre. II courut aussi vers les portes Est, Ouest et Nord, et c'eta i t chaque f o i s l a meme chose : quand i l y a l l a i t e l l e s etaient ouvertes, des q u ' i l a r r i v a i t e l l e s se refermaient. A ce moment les v i l l a g e o i s arriverent au champ. Les hom-mes et les femmes, grands et p e t i t s , tous virent cet enfant au milieu du champ laboure, qui avait l ' a i r de c r i e r . I l courait dans tous les sens. Les gens se dirent entre eux : "Cet enfant est devenu fou. II vient l a , sans but, et i l n'arrete pas de jouer". Puis ce f u t l'heure du repas quo-t i d i e n . Tous les tr a v a i l l e u r s s'en ret'ournerent. Le pere du garcon leur d i t : "Avez-vous vu mon f i l s ?" Les tra v a i l l e u r s repondirent : "II est dans l e champ au sud du v i l l a g e , en t r a i n de courir et de jouer. Nous l'avons appeie mais i l a refuse de venir". Le pere s o r t i t du v i l l a g e . Au l o i n i l v i t le garcon qui courait. I l l'appela par son nom, tres f o r t . Au son de sa voix, l'enfant s'arreta. Soudain l a v i l l e et les cendres n'etaient plus l a . I l v i t son pere et s'en vi n t vers l u i . II pleurait mais ne d i s a i t r i e n . Alors (le pere) v i t ses jambes. Au-dessous des genoux ses jambes n'etaient plus que des os recroquevilles. Au-dessus de ses t i b i a s le sang et l a chair etaient tout desseches par le feu. Lorsque les voisins enten-dirent cela, i l s allerent v o i r l'endroit ou i l avait (tant) couru. I l s 98 voyaient des traces de pas tres nettes,mais des cendres et du feu i l ne res-t a i t rien du tout. Alors tous les v i l l a g e o i s , hommes et femmes, grands et pet i t s , s'adonnerent aux pratiques bouddhistes et observefcent les Defenses. * * * Nihon Ryoiki (II, 10) Un garcon qui avait 1'habitude de manger des oeufs d'oiseau est puni dans sa v i e presente. Dans le canton d'Izumi de l a province Izumi, dans un v i l l a g e nomme Shirnoanashi, i l y avait un jeune homme ^ dont le nom ne nous est pas par-venu. II et a i t de nature malicieuse, et ignorait le principe de l a Causa-l i t e . II avait l a mauvaise habitude de chercher des oeufs d'oiseau et de les manger apres les avoir f a i t cuire. Au troisieme mois du printemps de l a sixieme annee Kir<no€^uma de l'ere Tempyo-Shbho,0 un soldat inconnu vint a ce garcon et l u i d i t : " Le gouverneur de l a province te demande". Sur l a poitrine du soldat etait accrochee une pancarte d'environ cent-vingt centimetres.^ II s'en a l i a done avec l u i , et lor s q u ' i l s arriverent a un v i l l a g e du canton qui s'appelait Hitada, le soldat le poussa dans un champ de ble.^ Le champ avait a peu pres cent metres de long, et le bie avait 1. [ 'T7 ^ ] Chunan. Ce terme de"signe un jeune homme de 17 a 20 ans. (Ivan). 2. 754. 3. Sur l a pancarte etait i n s c r i t l'ordre du gouverneur (Ivan.) 4. [ ^ c. ]= Mugi. Employe seul, le mot "mugi" est un nom generique t e i que le mot "corn" en Anglais. 99 poussS a une hauteur de soixante centimetres^ environ. Mais a ses propres yeux, le garcon e t a i t entourS de feu, et i l n'y avait pas de place ou poser les pieds. I l se mit a courir a. travers le champ et a appeler en pleurant : " Je brule ! Je brule ! " A ce moment les gens du v i l l a g e s'en vinrent dans l a montagne pour ramasser du bois mort. Voyant cet homme qui courait et trebuchait, appelait et pleurait, i l s descendirent de l a montagne et tacherent de l ' a t t i r e r h eux, mais i l ne se l a i s s a i t i i t pas f a i r e . Alors i l s l'empoignerent par l a force et apres q u ' i l s l'eurent s o r t i du champ i l s'etendit par terre sur le dos. I l ne d i s a i t r i e n . Apres un assez long moment i l revint a l u i et se leva, mais i l se mit a c r i e r de douleur. " J ' a i mai aux jambes ! etc." Les gens de l a montagne le questionnerent : "Pour-quoi ceci ?" II repondit : " Un soldat est venu me chercher, i l m'a poussS dans l a fournaise, mes jambes brulaient comme s i e l l e s etaient en t r a i n de cuire. De tous cotes je ne voyais qu'une montagne compacte de feu, i l n'y avait pas d'endroit ou je puisse s o r t i r , c'est pourquoi je courais dans tous les sens en cria n t " . Les gens de l a montagne, a. ces mots, souleverent son hakama, ^ et virent que l a chair de ses jambes etait bruiee a t e l point q u ' i l n'en r e s t a i t que les os. Un jour a peine s'etait passe, q u ' i l mourut. Ceci nous montre que l'Enfer est une chose presente et q u ' i l vaut raieux respecter le principe de l a Cause et de 1 'Effet. Ne soyons pas comme les corbeaux, qui aiment leurs propres petits mais mangent les petits des autres. Celui qui est sans compassion, f u t - i l un etre humain, ressemble 5« [*H> ] Longue culotte f l o t t a n t e . TOO a ces corbeaux. II est d i t dans le sutra du Nirvana : "Les hommes et les animaux different en ce que les uns sont nobles et les autres humbles, mais pour ce qui est d'attacher du prix a l a vie, et de pren-dre l a mort au serieux, i l s sont tout-a-fait semblables, etc..." Et i l est d i t dans le sutra de la Cause et de l ' E f f e t du Bien et du Mal^: "Celui qui dans cette vie f a i t cuire des oeufs d'oiseau, apres sa mort echoiera dans l'Enfer de l a Riviere de Cendres". ( Cette morale ) a Ste demontree i c i . 6. [ ; i r & ni- J Nehankyo . Nahaparinirvana-sutra . 7. j£ Gl J£ &L ] Zenaku Inga Kyo 101 APPENDICE II LE SETSUVASHU APRES LE RYOIKI quelques exemples en traduction Hosshinshu (I, Its) Comment le saint 2oga de Tafu-no-Mine abandonna le monde et gagna le Paradis. Le saint Zoga e t a i t le f i l s du Premier Ministre Tsunehira ^ et un d i s c i p l e de l'eveque Shie.^ Lorsqu'il e t a i t jeune, i l avait toutes sortes de talents, et les gens le louaient et disaient q u ' i l avait devant l u i un beau futur. Mais en son coeur i l meprisait le monde, et i l n'etait pas en-chaine par l a Gloire et le P r o f i t . ^ Secretement i l souhaitait de renaitre en Paradis. La pensee de n'avoir pas encore obtenu l a vraie Foi le trou-tres semblables a ceux du Hosshinshu dans le plus ancien l i v r e racon— tant les vies des grands moines japonais, le Genkoshakushs[^ %• & % La date de ce l i v r e est inconnue, mais i l est sans doute posterieur au Hosshinshu. La vie de Zoga se trouve racontee dans des termes 2. [ ] Peut-etre Tachibana no Tsunehira [/J® 3. [ & 5 i l $L & ] Ryogen J i e Daishi (912-985) ] 4. [ & * i | ] 102 b l a i t et i l a l i a au Komponchudan ou pendant mille nuits i l p r i a raille f o i s chaque nuit pour recevoir l a vraie F o i . Au debut i l p r i a i t silencieuse-ment, mais apres l a six-centieme ou sept-centieme nuit, i l d i s a i t a voix basse : " Empare-toi de moi ! empare-toi de moi !" Les gens qui l'enten-daient dirent : " Que demande ce pretre ? que le demon s'empare de l u i ?" et i l s se moquerent de l u i . Enfin, l o r s q u ' i l s purent entendre clairement q u ' i l v oulait que l a Foi s'empare de l u i , i l s en eurent de l a sympathie. Lorsque les mille nuits furent completees, son dSgout du monde e t a i t profond, et i l se demanda de quelle facon i l devrait passer le reste de sa vie en attendant sa delivrance. Un jour, une discussion eut l i e u au temple. Quand le moment prevu pour terminer l a discussion f u t arrive, de l a nourri— r i t u r e f u t selon l a coutume donne"e e. des mendiants assembles dans l e jar d i n . Les mendiants se battaient pour cette nourriture, et v o i c i que soudain ce maitre de Zen, f i l s d'un premier Ministre, q u i t t a l'assemblee des moines , courut dans le jardin et s a i s i t de cette nourriture, Geuxoqui virent cela s'exclamerent et se demanderent s i le maitre de Zen n'etait pas devenu fou. "Je ne suis pas fou, d i t - i l , c'est plutot vous tous, les moines, qui etes fous". Apres cela i l resta dans l a seclusion. Plus tard i l a l i a a un en-dr o i t nomme Tafu-no-Mine dans le Yamato. La, i l passa les annees n'ayant d'autre pensee que ce l l e de ser v i r l ' e g l i s e . Puis comme i l avait acquis une reputation de saintete, i l fut convoque chez 1'Imperatrice qui voulait f a i r e de l u i son pretre personnel. II s'y rendit sans s'etre serieusement 5. ] : Le sanctuaire Tendai bati par Saicho sur le Mont H i e i . 103 prepare, et aux gens qui observaient (son arrivee) i l se mit a dire des ob-scenites. II e t a i t done venu en vain. Un autre jour, i l f u t invite" a dire un service bouddhiste chez quelqu'un. Sur le chemin i l r e f l e c h i s s a i t , t a -chant de trouver un bon sujet pour un sermon. II pensait que l'homme chez qui i l se rendait e t a i t en proie au diable parce-qu'il pretait attention a l a Gloire et au P r o f i t . En arrivant i l le querella pour des t r i v i a l i t e s . II se facha avec le maitre de l a maison et p a r t i t sans avoir d i t l a messe. II est probable q u ' i l ne recut plus ce genre d'invitation car sa conduite l u i a l i e n a i t les gens. De meme, lorsque son maitre Shie celebra sa promotion d'eveque , Zoga se j o i g n i t a l a procession des avant-coureurs, monte sur une vache maigre et ayant ceint en guise d'epee un poisson sedhe. II d i s a i t : " F a i -sons le Yakataguchi ! II f a i s a i t le,malin, et les gens dtonnds pensaient que c'etait l a un spectacle pitoyable. II p a r t i t en chantant : "Comme c'est interessant d'etre un mendiant ! L'eveque n'est pas n'importe qui ! Lui et moi nous allons f a i r e le Yakataguchi !" La voix de Z5ga semblait dire aux oreilles' de l'eveque : " Helas ? mon maitre est sur le chemin de l a damnation". De l' i n t e r i e u r de son chariot, l'eveque repondit : "Cela meme est peut-etre pour mon bien". Quand l a v i e du saint f u t pres de se terminer, i l f i t apporter un jeu de Go et joua tout seul. Puis i l f i t apporter une emouchette et f i t une 6. II m'a ete impossible de trouver l a s i g n i f i c a t i o n de ce mot. 104 danse qu'on appelle "le p e t i t papillon". A ses di s c i p l e s surpris i l d i t : "Quand j'etais enfant ces deux choses m'etaient interdites, et dans le fond de mon coeur j ' a i toujours desire les f a i r e . Je crois que ce dSsir m'a re-tenu au monde !" Puis i l v v i t les saints ^ qui venaient le chercher , et tout heureux i l chanta : Dans l a vague de mes quatre-vingts ans passes j ' a i trouve un os de meduse Et i l mourut. La conduite de cet homme peut paraitre demente, mais s i l'on pense que c'etait une facon de se detacher du monde, on peut dire que c'Start un exemple beni. S i l'on prend 1'habitude de se meler aux gens, s i l'on s'attache a suivre les grands et a plaindre les humbles, le corps est sous i a dependance des autres et 1'esprit est au service des obligations et des affections. Ceci est l a cause de bien des troubles dans le monde, et pose un obstacle considerable au detachement. S i l'on veut se detacher du monde, y a — t - i l un autre moyen ? 7. Les saints du Paradis d'Amida. SENSHUSHO (I, 1) II y avait autrefois un homme qui s'appelait Zoga Shbnin.^ Sa f o i avait toujours StS t e l l e , q u ' i l monta au Komponchudan sur le Mont Tendai 1. Pour les noms propres, v o i r Kosshinshu (1,1*5). 105 pour y passer mille nuits en prieres. Mais 1'esprit de Verite" ne s'empara point de l u i . Alors un jour i l se rendit au Grand Sanctuaire d'Ise ou i l f i t des supplications, et plus tard dans un reve ( l a Deesse^ l u i apparut et d i t : " A f i n d'obtenir l a Foi veritable cesse de considerer ce corps comme t'appartenant". C'est l a ce qu'elle l u i revela. Tres etonne, i l pensa : " Surement, cela s i g n i f i e que je dois renoncer a l a Gloire et au P r o f i t . J'y renoncerai done". II ota tous ses vetements, meme ses sous-vetements, et en f i t don a des mendiants. Et i l s'en f u t a i n s i tout nu sur l a route. Les gens, le voyant, le trouverent bizarre et penserent q u ' i l e t a i t poss^de par un diable. "Quel malheur, d i s a i e n t - i l s , pour une personne qui a l ' a i r s i distingue !" et i l s s 1attroupaient autour de l u i . Mais cela ne le derangeait pas le moins du monde. II mendiait sa nourriture en chemin, et au bout de quatre jours i l a r r i v a sur l a montagne ou i l avait autrefois v£cu comme dis c i p l e de J i e Daishi. La, les moines le regarderent, disant : " Le f i l s du Premier Ministre est devenu fou !" II y en avait aussi qui p r i s de p i t i d , n^osaient l e regarder. Le Daishi son maitre le f i t venir secretement chez l u i : "Je le sais, i l parait que vous avez renonce a l a gloir e et au p r o f i t , d i t - i l , mais ne vous conduisez-donc pas a i n s i ! Retrou-vez-donc votre dignite, et c'est dans votre coeur meme q u ' i l faut renoncer a l a gloire et au p r o f i t " . De cette fagon i l l u i f i t des remontrances. Mais 2. Amaterasu Omikami. 106 Zoga d i t : "Lorsque j'aurai renonce a. l a gloire et au p r o f i t pendant un assez long temps, i l en sera comme vous dites. Mais pour le moment, oh je suis tellement content !" Et i l sauta sur ses pieds et p a r t i t . Le Daishi a l i a jusqu'au p o r t a i l , et tandis q u ' i l le suivait des yeux, ses larmes coulaient abondamment. Zoga arriv a finalement dans l e Yamato et a un endroit nomme Tafu no Mine i l s ' i n s t a l l a dans ce qui r e s t a i t de l'ancien hermitage de Chiro Zenji. Vraiment, l a gloire et le p r o f i t sont deux choses deplorables. (Cans une morale aussi longue que 1'episode lui-meme, 1'auteur deplore l a vanite de tous ceux qui cherchent l a gloi r e sur le champ de b a t a i l l e , de ceux qui font attention a leur apparence physique, de ceux qui font des services bouddhistes une occasion d'etaler leur faste, des pretres qui prennent l'argent des f i d e l e s , etc... : tout cela n'est que gloire et p r o f i t . ) II termine en disant : Ne cessons pas de venerer avec gratitude Amaterasu no Omikami, dont l'auguste Lumiere effaca le desir pour l a gloire et le p r o f i t dans le coeur de Zoga. Pourrons-nous jamais oublier cela ? SASEKISHU ( IV, 8) D'un moine qui se nova. Au fond d'une montagne v i v a i t un moine. II avait une f o i profonde et son coeur n'dtait pas attache a ce monde de misere, aussi e u t — i l l'idee de se noyer a f i n de gagner le Paradis en vitesse. II f i t part de cette idee a certains de ses collegues. l i s preparerent un bateau et s'en a l l e -rent sur un lac a coups d'aviron. Alors ce moine parla a i n s i : l a mort 107 est i e grand evenement de notre v i e . Dans l'acte de mourir lui-meme i l peut y avoir une erreur, une negligence. La methode correcte pour mourir, ce grand evenement du passage dans l'au-dela, je ne l ' a i pas encore comprise, et je me demande comment cela se passe. Par consequent s i apres etre entre" dans l'eau je suis a s s a i l l i par des i l l u s i o n s et des attachements,^ s i j'aijw regret pour ma v i e , ma pensee sera dans le desordre et je ne.pourrai plus mourir convenablement^ Done s i apres etre entre dans l'eau pour une r a i -son quelconque je desire en etre s o r t i , je t i r e r a i (sur l a corde) et i l fau-dra me s o r t i r . II attacha une corde autour de l u i et, recitant le Nembutsu, i l sauta dans l'eau. Tandis que les autres s'apitoyaient, i l t i r a sur l a corde et i l s le sortirent de l'eau. II S t a i t tout trempS. (Les autres ) n'etaient pas tres contents, mais i l s le laisserent revenir comme promis. "Dans l'eau je souffrais et je fus p r i s de doutes, et je me dis que dans cet etat d'esprit je n'y arr i v e r a i s pas, c'est pourquoi j ' a i voulu etre s o r t i " . Quelques jours plus tard, determine;a. reussir cette f o i s , i l s s'en al l e r e n t dans le bateau. Comme auparavant, apres avoir saute dans l'eau i l t i r a sur l a corde. l i s le sort i r e n t et s'en revinrent. Apres cela i l tenta sa chance encore deux ou t r o i s f o i s , puis de nouveau le v o i l a p a r t i . (Les autres) pensaient que cette f o i s encore i l ne se deciderait pas, mais i l 1. i8-. pL A." ] Monenshushin 2. [ 5] Ojo suru = mourir et renaitre en Paradis. io»i sauta dans l'eau et ne t i r a pas sur l a corde. Entre temps une musique se f i t entendre, et au-dessus des vagues des nuages pourpres s'etiraient, et cela Stait s i merveilleux que leurs larmes de joie se melaient aux gouttes d'eau des avirons. En v e r i t c , un coeur egoiste et vaniteux ne peut connaitre une mort bienheureuse. Seul un coeur animS d'une f o i sincere peut entre-ten i r des desirs tres purs. Contrairement au moine qui s'etait pendu, le coeur plein de sagesse est c e l u i qui s'entraine bien a f i n de renaitre en Paradis. SASEKISHU (IV, 7) A Ohara i l y avait un moine. II n'avait pas d 1education, mais i l avait une f o i profonde et, pensant q u ' i l e t a i t vain de persister dans ce monde de miseres, i l f i t des preparatifs pour observer un voeu de s i -lence complet pendant 37 jours au bout desquels i l mettrait f i n a sa vie par l a pendaison. II en discuta avec t r o i s moines et se r e t i r a dans le dojd.2 La nouvelle se repandit, e"fc l'eveque d'Ohara, trouvant cela tou-chant et noble, dans l'espoir d'etablir un l i e n de Karma (avec le moine), a l i a chez l u i dire une messe des mourants. Quand i l y avait quelque chose a dire, i l le f a i s a i t par e c r i t , et ai n s i le moine exprima le desir d'en-1. [ A^ - ] Locality pres de Kyoto. 2. [iii i% [ H a l l de meditation. 109 tenclre l a r e c i t a t i o n du Nembutsu a f i n de f o r t i f i e r son inc l i n a t i o n a raourir. Alors les moines les plus importants de l a Capitale furent invites, et un Nembutsu de sept jours commenca. A ce moment l a , pretres et laiques, hommes et femmes, tous les habitants de Kyoto qui en avaient entendu parler vinrent dans'l'espoir d'etablir eux aussi un l i e n de Karma, et comme i l s d d s i r a i e i t 1'adorer, (le moine) s o r t i t et se f i t adorer. Les moines avec qui i l avait discute au debut (de cette entreprise) se dirent que cela n 1 e t a i t pas une procedure normale, q u ' i l exagerait et qu'ils ne pouvaient pas approuver cette facon d'agir. Comme l a periode (de 37 jours) t i r a i t k sa f i n , l'eau de pu r i f i c a t i o n f u t prepared. Un de ses compagnons l u i d i t : "Maintenant que nous en sommes l a , vous n'avez sans doute pas change d'avis. Mais le coeur humain est capri— cieux, et s i vous etes en proie a des mauvais attacheraents, ou s i quelque chose pese sur votre coeur, comme i l convient que vous a l l i e z a l a mort avec un coeur completement libe r e , ce n'est pas le moment de vous t a i r e . " Alors le moine pensa que cela etait bien v r a i , et i l d i t : "Quand j ' a i pris cette decision, mon coeur e t a i t p l e i n de courage. L'autre jour, quand j'entendis dire que l'etablissement de bains avait brule et que le tenancier avait trouve l a mort dans l'incendie, je souhaitai mourir le plus tot possible a f i n de ne plus etre le temoin de choses s i t r i s t e s . Mais maintenant mon coeur est k l ' a i s e , et je ne desire plus mourir". Parmi ceux qui avaient ete ses d i s c i p l e s depuis plusieurs anndes, i l y avait un moine seculier qui v i v a i t dans l a Capitale. II etait venu au temple, mais n'avait pas ete admis dans le Dojo. Quelque peu vexe, i l s'etait approche de l'ecran, et avait 110 entendu les paroles du saint moine, alors i l s'ecria : "Ce genre de discussion doit avoir l i e u avant de prendre une decision. Maintenant que vous avez f a i t toute cette p u b l i c i t y et decide le jour et l'heure, ce serait vous moquer de nous, et ce serait intolerable. Vous etes en proie au diable ! Allons, v i t e , f a i t e s les r i t e s de p u r i f i c a t i o n et mourez. Le temps presse ! " Le moine a ces mots ne d i t plus rien, et le visage renfrogne et a contre-coeur i l pro-ceda aux r i t e s de p u r i f i c a t i o n . II accrpcha une corde a un aulne devant le temple, s'y pendit et mourut. Les gens vinrent venerer ses restes, et cha— cun emporta une relique. Eh bien, l a moitie a. peine d'une annee e t a i t passee, lorsque l'eveque ressentit des douleurs, et comme i l paraissait tres malade des r i t e s d'exor-cisme furent pratiques. La chambre r e t e n t i s s a i t de Darani.^ Alors dans son d e l i r e i l balbutia quelques mots. II dtait possede par le moine qui s'Start pendu : "Par p i t i e , ne me pressez plus ! Je voulais abandonner mon projet mais vous ne m'avez pas laissS f a i r e , et j'en a i bien du regret !" V r a i -ment, les i l l u s i o n s et les attachements sont d i f f i c i l e s a surmonter. Ceux qui suivent l a voie du Mai ne peuvent pas en s o r t i r : souvenons-nous de cela et prenons bien garde aux i l l u s i o n s et aux attachements. Cette h i s t o i r e est veritable. E l l e m'a ete contee par un moine de Ohara que je connais bien et qui a tout vu de ses propres yeux. 111 HHDQNCHCMONSmJ ( 433 ) Comment une da.me de comp agnie de l a maison du Chef de Police Takafusa, laquelle e t a i t une voleuse, fut ddcouverte et envoyee en prison. Au temps ou Takafusa Dainagon e t a i t Chef de l a Police, des b r i -gands penetrerent dans le quartier de Shiralcawa.^ II y avait un homme de sa maison qui, tres brave, se b a t t i t avec les bandits et se mela a eux sans etre remarque. II pensait q u ' i l ne servait a r i e n de lu t t e r contre eux, et se proposait de se meler a leur groupe, d ' a l l e r a l'endroit ou i l s partageraient le butin et d 1observer leurs visages , puis comme i l s se disperseraient (de suivre l'un d'eux) et d'examiner l a maison ou i l entrerait. II s'en a l i a done avec eux, et i l s arriverent dans le v o i s i -nage de Shujimon. I l s partagerent tout le butin, et en donnerent une part a cet homme. Parmi les brigands i l y en avait un qui e t a i t tres elegant et qui, a. commencer par sa voix, n'avait r i e n d'un homme ordinaire. (Le pol i c i e r ) pensa q u ' i l pouvait avoir vingt-quatre ou vingt-cinq ans. Un gantelet e t a i t accroche a sa ceinture de chaque cotd, et i l portait line longue epee. Son Shitatare Hakama ^  e t a i t retenu tres haut par des ban— 1 • [ P^t. X- tfo % ] : Ses dates ne sont pas connues. II entra dans l a pretriso en 1206. II e t a i t poete (Ivan.). 2. [ 6 ] Quartier de Kyoto, dans le Higashi Yama. [ ^  li) ] 3. [ lit ^ j] » culotte portee sous l'armure. A l'epoque Kama-kura, i l e t a i t coutume d'enserrer l a partie infdrieure de ce Kakama dans des bandes de t i s s u enroulees autour des jambes, pour f a c i l i t e r les mouvements. 112 dages rouges. II semblait etre le chef des voleurs, dormant toutes sortes de directives auxquelles i l s obeissaient. l i s etaient comme maitre et ser-viteurs. Au moment ou i l s se disperserent, i l voulut v o i r ou i r a i t ce per-sonnage important. II l'epia, le suivant a l a derobee, et a i n s i i l s descen-dirent l a rue Shuji vers le sud jusqu'a l a rue Shijo. Puis i l s prirent une rue a l ' e s t de Shijo. (Jusque-la.) i l voyait clairement le voleur, mais au niveau du p o r t a i l ouest de l a residence 'de D a i r i ^ au croisement de Shijo et de Omiya, (le voleur) fut subitement hors de vue, et sembla s'etre eva— noui sans c r i e r gare. II n'en voyait trace n i devant l u i n i autour de l u i . (Le p o l i c i e r ) pensa q u ' i l avait du franchir 1'enceinte et revint chez l u i . Tot le matin i l y retourna et observa les traces de pas. Le voleur avait du recevoir un coup, car le chemin e t a i t couvert de sang. Les traces s'arre-taient au p o r t a i l , done sans aucun doute ce voleur e t a i t un des habitants (de l a residence). II revint v i t e raconter cela a son maitre, et comme i l e ta i t un de ceux qui pouvaient approcher D a i r i , i l se rendit chez l u i et l u i raconta l ' a f f a i r e en pr ive . D a i r i f u t tres etonne. II placa sa mai-son sous surveillance mais r i e n de suspect ne f u t decouvert. Comme i l y avait des traces de sang jusqu'a l a remise ou l'on gardait les chariots, i l s conclurent que le voleur devait se cacher dans l e quartier des femmes. I l s convoquerent toutes les femmes, disant qu'ils etaient obliges de cher-cher dans toutes les chambres. II y avait la. une dame de compagnie d'im-4 . [ * *1 ] : Autrement d i t , Takafusa Dainagon. D a i r i est son nom "chinois". 113 portance qui se nomraait Dainagoi)Dono ou quelque chose de ce genre. E l l e . f i t dire qu'elle y t a i t enrhumee et ne pouvait absoluraent pas venir. On l u i f i t repeter : " Vous devez venir a tout prix, meme s ' i l faut vous ap-puyer sur quelqu'un pour marcher". Comme e l l e ne pouvait plus s'esquiver, e l l e v i nt, marchant avec d i f f i c u l t y . On f i t des recherches chez e l l e , et un vetement tachS de sang fut decouvert. Intrigues, (les soldats) pous-serent l'enquete plus l o i n , et i l s virent qu'une planche du parquet e t a i t coupSe, sous laquelle toutes sortes d'objets etaient caches. C e t a i t ce que (le p o l i c i e r ) avait decrit, et i l y avait meme le Shitatare Hakama avec les bandages rouges. I l y avait un masque qu'elle portait pour cacher son visage l a nuit quand e l l e se f a i s a i t brigand. D a i r i e t a i t stupefait . II ordonna a ses aides de l a conduire en prison en ple i n jour. La foule des curieux e t a i t s i dense qu ' i l s pouvaient a peine se frayer un chemin. II arracha son v o i l e de soie a f i n que soh visage f u t revelS lorsqu'elle s o r t i r a i t . II s e r a i t impossible de decrire l'etonneraent des gens. C'etait une femme de vingt—sept ou vingt-huit ans, mince et elancee, dont l a che— velure e t a i t nouee, sans un defaut, une vraie dame de quality. On raconte qu'autrefois sur l e mont Suzuka i l y avait une femme brigand, mais en f a i t de nos jours cela existe aussi. 5. ^ ] s s' e c r i t aujourd'hui avec les caracteres [ ]. Chaine montagneuse dans le nord de l a prefecture de Mie [ B- ^  ], au Nord-Est de Kyoto. 114 KOKOKOHOMONSHU (604) Comment Yuirembo de Ohara echappa au Tengu^ grace aux puissances bouddhistes. Lorsqu'a l'epoque de Kempo,^ Yuirembo de Ohara eut entrepris de se consacrer aux Cinq Pratiques,^ i l fut maintes f o i s derange par un Tengu. Yuirembo e ta i t un moine scribe, et un apres-midi (alors q u ' i l e t a i t en t r a i n de copier les Ecr i t u r e s ) , quelqu'un dont i l ne connaissait pas l a voix ap-pela "Yuirembo !" de l'autre cote du Shoji par ou entrait l a lumiere.^ II se contenta de repondre " Qui ca ?" et ne se derangea pas. Alors i l v i t que l a personne en question e t a i t entree par l a porte de derriere, et que c'etait un Yamabushi d'aspect horrible. II pensa que c'etait surement un Tengu, et fut rerapli d'epouvante. Mais i l implora les dix Raksasi ^ tout en evitant de rencontrer le regard ^ (du Tengu), et alors le Yamabushi l u i d i t : "Ahah, je vois que tu t'occupes de choses respectables t" Et ce jour-1. [ £ $Q ] : genre de l u t i n malfaisant muni d'un long nez pointu et capable de voler dans les a i r s . 2. [3^ ] = (1213-1219). 3 . [a. a «r ] : Cinq pratiques associees avec le sutra du Lotus : connaitre le Lotus a fond; l i r e le Lotus a haute voix; r e c i t e r le Lotus; expliquer le Lotus aux autres; copier le Lotus. 4 » C 0$ 5" ] : Shoji garni de papier translucide a f i n de l a i s s e r penetrer l a lumiere. 5. [ di AK ]• 6. [+18. m ] : Deites bouddhistes qui avaient le pouvoir d'effrayer les non-croyants et de proteger les f i d e l e s . 7. Celui qui rencontre le regard du Tengu tombe en son pouvoir. 115 l k i l ne se montra plus. Un autre jour, un moine chugan g q u ' i l n'avait jamais vu entra chez l u i et l u i d i t : Son excellence l'eveque vient d ' a r r i -ver au temple. I l te demande de venir le v o i r " . A ce moment-la i l ne pen-sa i t pas au Tengu. II s o r t i t promptement, et en e f f e t i l y avait l a un eveque entoure d'un grand nombre de pretres. L'eveque d i t "approche" et comme i l obeissait, k mesure q u ' i l s'approchait l'eveque se r e c u l a i t . In-trigue i l se demandait ce qui se passait quand tous les pretres l'entou-rerent et l'un d'eux s'attaqua a Yuirembo avec une corde de kazura. Pen-sant q u ' i l avait 1'intention de le l i e r , Yuirembo t i r a son epee et frappa l a corde qui, coupee, tomba k terre. La meme chose se repeta plusieurs f o i s , puis sans q u ' i l sut comment tous les pretres disparurent. Alors Yui-rembo rentra chez l u i et r e p r i t son occupation. De nouveau, un jour s u i -vant, un Yamabushi ouvrit l e shoji et entra. De meme que l a premiere f o i s , (Yuirembo) s'appliqua a implorer les dix Raksasi, mais le Tengu etendit l a main et s a i s i t le bras de Yuirembo en disant "Allez, viens", et i l essaya (de le f a i r e s o r t i r ) . Yuirembo r e s i s t a i t et ne s o r t a i t pas. Tandis qu'ils l u t t a i e n t a i n s i , i l p r i t un p e t i t couteau qui se trouvait avec son suzuri _ V et avec ce couteau i l f i t une petite e n t a i l l e au bras du Tengu.. Alors le Tengu d i t "Bon, puisque c'est comme ca", et i l l ' a t t i r a violemment au de-hors. II semblait (a Yuirembo) q u ' i l s'etait enleve dans les a i r s , mais 8. [ 4 ft ^ ] Demi pretre. Pretre de rang inferieur, qui ser-v a i t souvent de messager. 9. L i^L> ] : Pierre legerement creuse dans laquelle on melange l'encre au moment d'Scrire. 116 i l ne se rendait pas tres bien compte de ce qui se passait. C e t a i t comme un reve, mais l o r s q u ' i l v i t tout en bas les nombreuses cimes des arbres, i l sut q u ' i l e t a i t bien en t r a i n de f l o t t e r dans les a i r s . Enfin (le Tengu) le deposa dans une montagne. I l le conduisit a une v i e i l l e maison dont l a bar-r i e r e e t a i t f a i t e de bambous, et ouvrant le shoji exterieur i l l ' i n v i t a a entrer. La situation e t a i t t e l l e , q u ' i l pensa i n u t i l e de refuser, et i l en-t r a comme on le l u i avait d i t . En entendant les bruits qui venaient de l ' i n -terieur, i l eut 1'impression qu'on preparait un banquet. Un grand nombre de gens t r a v a i l l a i e n t dans le bruit et l a confusion. II fut annoncd : " Un v i -siteur vient d'arriver", et un pretre vint deposer devant l u i un plateau cou-vert de f r i a n d i s e s . ^ Puis i l apporta une bouteille remplie de sake. I 1 J l ' i n -v i t a : "Mangez-donc !" Mais Yuirembo v i t que toutes les choses dont etaient composees ces friandises l u i etaient inconnues. Toujours sans r i e n dire, i l se recommanda au Bouddha et resta ramasse sur lui-meme. On l ' i n v i t a a plu-sieurs reprises (a boire et k manger). II d i t q u ' i l avait renoncd au v i n . Alors le pretre qui 1'avait servi v i t q u ' i l n ' a r r i v e r a i t pas k le f a i r e b o i-re, et c r i a vers l ' i n t d r i e u r (de l a maison) : "Apportez les autres choses". Un repas magnifique l u i fut s e r v i . Mais de nouveau c'etaient des choses q u ' i l n'avait jamais vues. (Le pretre dit) : "Peut-etre ne buvez-vous pas, mais du moins i l faut manger c e c i " . Mais i l d i t q u ' i l e t a i t dans une pe-riode de jeune. On l e pressa beaucoup, mais i l ne mangea pas et resta plonge 10. -^Hj ] : Sakanamono. Friandises servies en meme temps que le sake. 117 dans l a priere. Alors i l entendit quelqu'un du cote de l a barriere de bam-bous, et i l v i t deux jeunes garcons vetus de blanc et qui avaient a l a main des baguettes de bois. Aussitot q u ' i l les apercut, le pretre Tengu disparut. De meme, tous ceux qui faisaient tout le remue-mdnage a l ' i n t e r i e u r s'eva-nouirent comme des f e u i l l e s mortes emportees par le vent. A ce rpoment-la Yuirembo se sentit plus tranquille, i l n'y avait plus r i e n a craindre. Tout cela e t a i t s i etrange q u ' i l a l i a f a i r e un tour dans l a maison, mais i l ne v i t personne. Vraiment, i l devait aux dix J?aksa,§i une gratitude i n -f i n i e pour leur aide ! Malgre tout, i l se demandait ou tous ces gens a-vaient bien pu disparaitre, et ( i l v i t que ) certains s'etaient caches der-r i e r e les p i l i e r s qui soutenaient l a veranda, d'autres entre les poutres qui formaient l a charpente du t o i t , et qu'i]s etaient devenus tout p e t i t s , a peine aussi grands que des aouris. Tous ces pretres minuscules etaient eperdus de frayeur. A l a vue de Yuirembo, i l s tremblaient d'une peur abjecte. Les deux jeunes garcons appelerent le Saint : "Ne craignez r i e n " dirent-;il's. Et i l s se mirent, l'un devant l u i , 1'autre derriere. Quand i l e t a i t venu, i l avait f l o t t e pendant assez longtemps au-dessus des champs et des montagnes, mais accompagnS de ces jeunes gargons i l se retrouva chez l u i en un c l i n d ' o e i l . Ceci n'est pas une hi s t o i r e sans fondement. E l l e montre que meme dans cet age decadent,^ sous l ' e f f e t d'une f o i vigoureuse l'aide des puis-sances bouddhistes n'est pas un vain mot. : Mappo 118 BIBLIOGRAPHIE Aston, Vi.G. Chronicles of Japan; Nihongi. Londres, 1956. 2'.-vol. en un. Bohner, Hermann. Das Nihon Ryoiki: Legenden aus der Fruhzeit des japanischen  Buddhi sinus. M t t e i l u n g e n der Eeutschen G e s e l l s c h a f t f u r Natur-und VolkerkundenOstasiens. Tokyo, 193U-35. Chavannes, Edouard. Cinq-cents contes et apologues e x t r a i t s du T r i p i t a k a  c h i n o i s . C o l l e c t i o n U.N.E.S.C.O. d'oeuvres representatives. P a r i s , 1962. h v o l . en t r o i s . De Visser, Dr. K.W. Ancient Buddhism i n Japan. Buddhica, Documents et t r a -vaux pour l'etude du Bouddhisme, publies sous l a d i r e c t i o n de Jean P r z y l u s k i . P a r i s , 1928. Serie I, tomes 3 et U. F o r s t e r , John. Ujishui Konogatari, selected translations.Konumenta Nippo-n i c a (Sophia u n i v e r s i t y Press) Tokyo, 1965. V o l . XX, p.135-208. Hisamatsu Senichi ^ jfa —.Nihon Bungakushi Q £ *j£ -$^ L- (Shibundo J i1t )» Tokyo, 1961. 6 volumes. Ienaga Saburo 'ti £- 6F.Jodai Bukkyo Shisoshi KenkyuJb.^ <ffi &?}\% (Hozokan Kyoto, 1966. Jaw L i n i|JL'In Kuah Luh t& ^ • Jonggwo Wenshyue Tsankao Sheau Tsorng-shu $ • Shanghai, 1957. Section I, v o l . 3. Jones, S.W..Ages ago, 37 t a l e s from the Konjaku Konogatari c o l l e c t i o n . ( Harvard Un i v e r s i t y Press) Cambridge, 1959. Levin, Bruno. Rikkokushi, die amtlichen Reichsannalen Japans, e d i t . Horst Hammitzsch. M t t e i l u n g e n der Leutschen Gesellschaft fur Natur-und Volkerkunde Ostasiens. Tokyo, 1962. Liou Dah-jye *%\ X ^fe • Jongwo Venshyue Fajaan Shyr cb @] X_ ^  f&_Jfk ^  Pekin, 1962. 1 Kasuda Katsumi t& ffl 0 % " Kodai Setsuwa Bungaku" £ t & t £ ty ( Nihon Bungakushi, Iwanami K6za 9,£ £ # s£ %ULtt-M. ),• Tokyo, 1958. V o l . 1. J - X 7 M t a n i E i i c h i ~ £ 4j* — . Nihon Bungaku no Vi nzokugakuteki Kenkyu B ^ X ^ <0 ^ 6*1 95 Uuseido ^  ^ ^ ). Tokyo,1963. Nagai Y o s h i n o r i ^ ; # ^ % • Nihon Bukkyo Bungaku 8 X. 3* ( Hanava S e n s h o , 35). Tokyb, 1966. Nakamura Kyoko $ M & 3- • Ryoi no Sekai || f ^ 8 ( Nihon no Bukkyo 9&<QA%k ,2). Tokyo, 1967. Nishio Koichi g it - . Chusei Setsuwa Bungakuron <j> t it ti ( Hanawa Sensh6,28). Tokyo,1967. Origuchi Shinobu ^  Q -f£ A. . Origuchi Shinobu Zenshu O \\ £ ^ Compile par l a Societe pour perpetuer l a memoire du Docteur Origuchi (^-0 f | ± %t it-if* ). Tokyo, 1955. 31 volumes. Sansom, G.B. A History of Japan. Stanford, 1958. 3 volumes. Shoku Nihongi M Q ^ &f» Kokushi Taikei g) . (TYOshikavaABunkan >i| & ). Tokyo, 1962. Section I, v o l . s 3 et U Takeno Choji'ft I? A . Setsuwa Bungaku f& ti ( G a k u t o s h a ^ f ;f;t) Tokyo, 1953. Tamura Kinoru ffl ^ . Kodai Kokka to Koten Bunka . $ 4t (1 ^  £ &&JLA^ ( Kansboin Prf? ). Tokyo et Kyoto, 1956. T s u j i Zen no S u k e ^ . Nihon Bukkyoshi &.%A$k -$L .Twanaird S h o t e n ^ ;& % • Tokyo, I960. lOvolumes. Uematsu Shigeru;^), i£ j%. Kodai Setsuwa Bungaku £ t^" T i t t i •^ Ir ( Hanawa Sensho, 37). Tokyo, 196U. 120 Blbliographie des r e c u e i l s de Setsuwa rcentlonnes dans l e texte. ( par ordre chronologique) Kyohoki ( en Chinois, Mngbawjih)1^ par Tarng Lin $ ffio . Taisho Shinshu laizokyO A J f c f f i ^ y ^ j f * i £ . T6kyo, l<U7 Nihon Pyoiki S 4~ "3? §1 f t l par Kyokai J : $ . Nihon Koten Bungaku Taikei ( NKBT) a * o # * ^  X & (Ivanami Shoten ) Tokyo, 1967. Vol.70. Nihon Ryoiki . Shinko Gunshoruiju^t^xl'^ ^ ^ J H & l . Edite et coirarente' par Kariya Ekisai #j ^  ;#fcjf . Tokyo, 1937. Vol.l9,p.3?2. Sair.bbe = . ±. par Mnamoto Tamenori i j i & % . Yarrada Yoshio Saitboe Kyakuchu ^ $fi 8& ^ (Hobunkan'S X tf )• Tokyo, 1951. 0,16 Gokurakuki 3. j=& ^  j g . Dai Nihon Bukkyo Zensho (DNBZ)K %• (University of British Columbia,vol.l07). Tokyo, 1915. Lai Nihon Hokkekyo kenfei ^ 8 > & f ^  JS& -4^  . Zoku Gunshorui ju &t 4" $g T6kyo, 19ul. KakL 19U, 8 Konjaku Eonogatari 4 £ U £ % .par Mnamoto Takakuni (?);j? ® N K B T 22-26. Tokyo, 1967. Ujishui Konogatari f ^Jft^tyd i % . NKBT 27. Tokyo, 1967. Hosshinshu'V% par Kamo no Chbmei ( ? ) ^ 1^6^ . DNBZ (U.B.C. vol.lu7) Tokyo, 1915. Senshushb ffi jk. # par Saikyb ( ? ) & 4 f DNBZ (U.B.C. vol. 1U7). T6ky6,19l5 Jukkinsho -f £*l ^J; Kokushi Taikei gj ^ ^ " ^ (Yoshikawa Kobunkan £ Ml 34 ). Tokyo, 1965. Vol.16. Sangokuden g) ^  . DNBZ (U.B.C. vol.LU8). Tokyo, 1915-SMshuinenshu fa gl £fcJ|L. DNBZ (U.B.C. vol.lu8). Tokyo,1915. Kokonchorronshu £ 3 $ ^ jjt par Tacbibana N a r i s u e ^ j&^.NKBT 8U. Tokyo, 1967. Sasekishu }Aj % par Nuju % . NKBT 85 . Tokyo, 1967. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            data-media="{[{embed.selectedMedia}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104035/manifest

Comment

Related Items