UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

l'influence allemande dans les contes de Charles Nodier Schoenfeld, Marie-Luise 1970-12-31

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1970_A8 S36.pdf [ 6.05MB ]
Metadata
JSON: 1.0104030.json
JSON-LD: 1.0104030+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0104030.xml
RDF/JSON: 1.0104030+rdf.json
Turtle: 1.0104030+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0104030+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0104030 +original-record.json
Full Text
1.0104030.txt
Citation
1.0104030.ris

Full Text

L*INFLUENCE ALLEMANDE DANS LES CONTES DE CHARLES NODIER by Marie-Luise Schoenfeld B.A., University of British Columbia, 1968 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in the Department of FRENCH We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA April, 1970 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree tha permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the Head of my Department or by his representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. _ t t . FR£l/CH Department of The University of British Columbia Vancouver 8, Canada Date Q^-l 1 . I°> 71 ABSTRACT Charles Nodier, who was born at Besancon in 1780 and who died in Paris in 1844, was a profuse writer in many fields (e.g. biblio graphy, linguistics, entomology, criticism, romance). He stood at the crossroads of classicism and romanticism and tried to find a synthesis of the valuable aspects of both movements in their literary and their philosophical significance. He was unjustly forgotten because it was difficult to classify him: although his language and style conformed to the ideals of classic beauty, his ideas were in advance of his time. Thanks to a particularly remarkable ability in languages, Nodier drew upon the store of ideas of European literature as a whole, with particular emphasis on the fantastic literature of Germany. He praised lavishly the freedom of imagination of German thought. German influence has, therefore, been taken for granted by nearly all biogra phers and never been explored in detail. In chapters I and II of this work, we get to know Nodier from the testimony of his contemporaries and that of the scholarly biographers of the 20th century who rediscovered his "contes", as well as from an analysis of these "contes" and their symbolic significance. We arrived at the conclusion that Nodier did not merely try to escape from reality through writing fairy-tales, but that he relayed a distinct message: illuminism. The hidden didacticism accounts for a certain monotony in theme and denouement. To explain this fact, we drew on general influ ences of German thought, demonstrated by comparison with Herder, Tieck, iii and others, whose attitudes are reflected in Nodier's criticism and style (chapter III). The full extent of German influence, examined in detail in chapter IV, reveals that the influence of Goethe is ultimately to be considered negative, i.e. Nodier's imitations of Goethe's Werther and Faust are deliberately distorted to convey his criticism. Positive influences are at work between Hoffmann and Nodier, and there are nume rous examples to prove this fact, the most important one being the com parison of the autobiographical novel Lebens-Ansichten des Katers Murr intertwined: with the Fragmentarische Biographie des Kapellmeisters  Johannes Kreisler by E.T.A. Hoffmann, with the largely neglected Histoire du roi de Boheme et de ses sept chateaux by Nodier. The latter work, an intentional conglomeration of pastiches presenting numerous ultra-modern features of style, incorporates two conventional, but likewise fragmented "contes", and thus undoubtedly borrowed its struc ture and autobiographical form from Hoffmann. The examination of German influence in detail shows that Nodier allowed his thoughts to be moulded only by writers with whom he had an affinity of beliefs and character, as in the case of Hoffmann. Otherwise he remained independent and critical. He did not identify with the then foremost German types Werther and Faust, and the over whelming praise of Germany seems, therefore, to be addressed to a Utopian country, an image created first by Mme de Stael, and used by her as by Nodier to reinforce their criticism of French literary con servatism. German influence, while considerable in his "contes", is only incidentally German; Nodier, the bibliophile, was able to draw on the literature of all times and all peoples to feed his metaphysical, social and literary theories. His choice of models seems to prove Sainte-Beuve's theory of the cohesion of "families of the spirit" untouched by time and space, rather than the notion of generalized national traits in literature. V ACKNOWLEDGEMENT I would like to express my sincere thanks to three persons who helped me greatly in the preparation of this work through con tinuous encouragement and their store of knowledge in French and German literature, language and bibliography: Dr. G. Bird, Dr. M. Goetz-Stankiewicz, and particularly, Dr. R. White. TABLE DE MATIERES INTRODUCTION 1 CHAPITRE I La vie de Charles Nodier selon ses contemporains 4 Notes de reference • 11 CHAPITRE II La vie et la caracterisation de Nodier selon la critique du 20eme siecle ... 13 Notes de reference 31 CHAPITRE III L*influence allemande generale dans 1* oeuvre de Nodier 34 Notes de reference 45 CHAPITRE IV L'influence allemande direete par Werther, Faust et les Contes d'Hoffmann 47 Notes de reference 74 CHAPITRE V Definition du "genie allemand" selon 1*interpretation de Nodier et sa signi fication dans 1*ensemble des influences 80 Notes de reference 93 CONCLUSION 95 Notes de reference 100 BIBLIOGRAPHIE 101 1 INTRODUCTION: Charles Nodier etait un de ces ecrivains injustement oublies ou au moins negliges et que la critique moderne est en train de redecouvrir. Son oeuvre est d'une universalite remarquable, s'e^ten-dant d'ecrits scientifiques dans les domaines de l'entomologie, de la bibliographie et de la philologie, a tous les genres de la littera ture - romans, nouvelles, lyrisme, critique litteraire - jusqu'aux contes fantastiques sur lesquels repose sa reputation d'ecrivain ro-mantique. On lui a reproche cette versatility, la blSmant pour son manque de succes plus eclatant dans un genre particulier, mais c'est encore une injustice qui ne tient pas compte de l'homme en meme temps que de son oeuvre. Son importance pour les lettres francaises etait d'un ordre different et qu'il s'agit de degager dans ce travail, en examinant son oeuvre sous l'angle de 1'influence allemande. II n'y a aucun doute que cette influence exista: Nodier lui-meme chanta les louanges de la litterature allemande comme du pays avec un enthou-siasme surprenant, dont 1*exemple suivant convaincra facilement: L'Allemagne a ete riche dans ce genre de creations, plus riche qu'aucune autre contree du monde, sans en excepter les heureux Levantins, les suzerains eternels de nos tresors, a l'avis des antiquaires. C'est que l'Allemagne, favorisee d'un systeme particulier d'or-ganisation morale, porte dans ses croyances une ferveur d'imagination, une vivacite de sentiments, une mysticite de doctrines, un penchant universel a l'idealisme, qui sont essentiellement propres a la poesie fantastique; 2 c'est aussi que, plus independante des conventions routinieres et du despotisme gourrae d'une oligarchie de pretendus savants, elle a le bonheur de se livrer a ses sentiments naturels sans craindre qu'ils soient controles par cette douane imperieuse de la pensee humaine qui ne recoit les idees qu'au poids et au sceau des pedants, Cette individualite meditative, impressionnable et originale qui caracterise ses habitants, se manifeste de temps immemorial dans les innombrables monuments de sa bibliotheque fantastique. Ce qui est important a comprendre, c'est la portee et la signification de cette influence evidente. L'etude des biographes de Nodier depuis son temps jusqu'a nos jours montre que l'influence alle mande fut acceptee de la meme maniere qu'elle fut exprimee par Nodier, c'est-a-dire sans 1'examiner en detail et sans en analyser 1'esprit, Elle doit, pourtant, etre comprise a trois niveaux differents. Le premier est le niveau general ou il s'agit de definir l'importance de l'influence allemande dans la pensee de Nodier, etant donne que, selon Joseph Texte, il etait un des rares romantiques frangais qui savaient l'allemand, et, surtout, savait apprecier la litterature allemande 2 contemporaine. En tant que critique litteraire il pouvait done faire davantage pour la propagation indirecte de la connaissance de cette litterature que ne croyaient ses critiques a la fin du siecle. Ensuite, il y a les inspirations directes a deceler par la comparaison de certains morceaux choisis de son oeuvre, et ou il deviendra evident que Nodier savait bien se servir de ses lectures sans toraber dans le plagiat. Enfin, il faudra definir ce que Nodier comprit par le soi-disant "genie allemand" comme decrit dans la citation ci^dessus, pour expliquer l'enthousiasme qu'il souleva chez Nodier et chez quelques autres interpretes de la pensee romantique allemande. 3 Le sujet de ce travail specific 1'influence allemande dans les contes de Nodier, mais il est difficile, d'apres les editions successives qui les ont groupes de maniere arbitraire, de differencier entre nouvelles, contes et romans, surtout que ces romans sont tres courts. L'edition des contes la plus recente, et apparamment la mieux organisee selon un plan d'evolution interieure dans l'oeuvre de Nodier, de P.-G. Castex (l96l), comporte des oeuvres qui, anterieurement, furent publiees comme nouvelles, et ne contient pas certains contes que j'estime importants pour la comprehension de l'oeuvre et du carac tere de Nodier aussi bien que pour la preuve de mes arguments. Je ne me limiterai done pas aux contes selon la definition de Castex, mais je me reporterai a l'oeuvre romanesque entiere de Charles Nodier. 4 CHAPITRE I LA VIE DE CHARLES NODIER SELON SES CONTEMPORAINS Pour conna£tre la personnalite d'un ecrivain, nous avons deux sources: ses biographes et ses oeuvres. Tournons d'abord vers ceux qui connurent Charles Nodier et regardons leurs temoignages. Deux de ses amis, Charles Weiss, son confident de jeunesse, et Francis Wey, ami fidele du Cenacle a. 1'Arsenal des annees de maturite, ne sont peut-etre pas des temoins objectifs, mais ils lui attestent un carac tere modeste, plein de bonte, inchange par le succes. La Vie de  Charles Nodier de l'Academie Francoise de Francis Wey nous donne des details biographiques superficiels, qu'on peut lire chez tous les biographes, et plus on s'eloigne du temps de la vie de Nodier, plus les biographies seront precises grace aux methodes de recherches historiques. II n'est pas dans le but de ce travail de les repeter (toutes les sources seront indiquees dans la bibliographie); nous n'en utiliserons que ce qui aura rapport aux points a prouver. Charles Weiss etait l'a£ne d'un an de Charles Nodier, un ami a la "tete froide", ce que lui reprocha son ami si facilement exalte. Deja la premiere lettre de la collection des lettres de Charles Weiss a Nodier rassemblee en 1889, et en date du 14 juin 1811, jette une lumiere rapide sur le fait que Nodier eut des difficultes a. faire des compromis, aussi bien que sur l'influence conciliatrice 5 de Weiss: ... tu t'exageres les torts de Bruaud ... II faut vivre avec ses ennemis comme si nous devions etre un jour amis ... Je suis charme que tu te sois trompe relativement a B. Tu vois qu'il ne faut pas trop se presser de juger les gens. Weiss resta attache a la famille de Nodier comme ami intime, et Nodier se confia par lettres a lui dans des termes qui n'etaient evidemment pas destines au public. Dans leur jeunesse, ce fut Weiss qui eut l'as-cendant sur Nodier. Nodier lui demanda des lettres et meme de la critique personnelle qui l'aiderait a se perfectionner-^ - une idee preponderante du l8eme siecle dont Nodier se guerira entierement. Plus tard, on ob serve dans la correspondance de Weiss a Nodier une inversion: c'est Weiss qui ecrit plus souvent et qui maintient les liens comme un frere tendre. Un certain egoi'sme de Nodier penetre ces relations dont Weiss souffrait evidemment tout en le pardonnant. Pourtant, leur correspon-dance, au moins celle des annees de 1820 a 1833 et qui est publiee, ne contient pas de confidences: ce sont surtout des lettres echangees entre amis bibliomanes qui se procurent des livres qu'ils qualifient de "rares, singuliers et curieux". II est done fort possible que Weiss n'ait pas bien connu le Nodier devenu Parisien ambitieux, car il ecrivit en 1826: II faut que tu sois malgre toi de l'Academie. J'ai ecrit a Droz. Si tu ne peux pas faire les visites d'usage, c'est a. lui de s'en charger. Si j'etais £. Paris, je m'etablirais ton fonde de pouvoir ... H y a mille raisons qui devraient te faire desirer de sieger a l'Academie Frangaise, mais tu n'a jamais voulu songer a tes interets.5 Or, nous apprenons de Pingaud^ que Nodier sollicita et regut des lettres de noblesse, et de Jean Richer"^ que deja le 18 novembre I8l6 Nodier ecrivit une lettre a Abel Remusat pour lui demander de voter 6 pour lui comme Candidat a l'Academie des Inscriptions et Belles-Lettres. On commence done a voir des contradictions qui se multipli-eront chez les biographes de Charles Nodier et qui rendront un jugement objectif extremement difficile. Dans le temoignage de Francis Wey il ne faut pas perdre de vue le fait qu'il s'agit d'une oraison funebre, ce qui explique en partie le caractere panegyrique de cet opuscule. Q Mais Pingaud confirme que Wey etait un ami fidele de Nodier , et Wey reconnut definitivement la qualite principale de Nodier: Sterne, Hoffmann, Bernardin de Saint-Pierre, Balzac, Cyrano, Montaigne, Henri Estienne, nous presentent, chacun dans les conditions particulieres de leur genie, quelques-uns de ces traits exclusivement propres a leur physionomie. Ces noms ont tour, a. tour servi a depeindre Nodier; a aider les critiques, depistes quand les classi fications leur font defaut dans leurs recherches obstinees de traditions d'ecole et de filiations litteraires. C'est en lui-meme, et sans se preoccuper du dehors, qu'on doit chercher cet ecrivain, bien plus complet, bien plus varie a. notre sens, que la plupart de ceux auxquels on l'a assimile.9 II parle de la melaneolie de Nodier qui se manifeste meme dans sa raillerie; il observe comme Nodier se moquait de lui-meme, comme il s'amusait a se mystifier; mais ces contrastes lui furent au fond aussi inexplicables qu'aux biographes plus modernes, meme s'ils admettent chez Nodier 1'existence d'une personnalite multiple. Neanmoins, Wey reconnut que Nodier, qui naquit en 1?80 a Besancon, fut un des derniers ecrivains qu'on puisse rattacher aux traditions du grand siecle de Louis XIV par la purete du gout et la delicatesse du style. II representa la synthese entre les grands mouvements litteraires, car en meme temps, et c'est ce qui nous interesse surtout, Wey mentionne que "l'entomologie lui inspira une foule d'idees fantastiques a. la maniere d'Hoffmann, avant meme qu'il connut Hoffmann."'^ II y eut done une affinite d'esprit entre ces 7 ecrivains qui sera reprise plus loin. Que Nodier n'eut jamais d*opinion politique, malgre ses accrochages avec la police d'etat, ses aventures de conspiration vecues ou revees, ainsi que son extase pour l'Allemagne, fut atteste par plusieurs biographes, et le temoignage le plus involon-taire se trouve encore dans une lettre de Weiss: ... je sais que tu ne lis pas les ouvrages qui traitent de politique, mais celui-ci (de M. d'Angicourt) merite de ta part une exception.!! Comme tout le monde, Wey traite de Wertherisme la sentimentalite des oeuvres de jeunesse de Nodier, et il vole du reste sur l'oeuvre de Nodier, faisant croire que l'ecrivain "vint ainsi jusqu'au bord de la tombe, par un sentier plein de fleurs ..."1^, ce qui est grandement exagere, car Nodier souffrit souvent pour des raisons reelles, comme la penurie d'argent, aussi bien que pour des causes emotives. Beaucoup plus objectifs sont les portraits de Nodier peints par deux hommes celebres qui ne comptent pas parmi les amis de Nodier. II s'agit de Louis Leon de Lomenie, un des successeurs de Nodier dans son siege a l'Academie Frangaise, et Sainte-Beuve, frequenteur du Cenacle a l'Arsenal jusqu'au moment ou il commenga ses fameuses reunions du Lundi et s'empara, avec Hugo, du pouvoir de direction de l'Ecole Romantique de la main de Nodier qui le ceda avec assez bonne grSce. Selon Lomenie, "Nodier essaya differents sentiers qui meneraient a la gloire. Malheureusement, il est mort sans l'atteindre."^ On lui reproche encore sa diversite sans se rendre compte que Nodier fut aussi erudit dans chacun de ses domaines d'interet: bibliographie, philologie, connaissance de l'histoire (meme s'il n'aimait pas appliquer la derniere d'une raaniere "pedante"), que la plupart de ses collegues 1'etaient dans leur seule specialite. Lomenie fut particulierement irrite par la 8 difficulte de demeler la verite biographique a travers les fictions. Comme beaucoup d'autres biographes, il interpreta le titre "Souvenir de Jeunesse" comme une collection de faits dont les dates devraient correspondre rigoureusement a. la realite. Or, Nodier pretendit meme ne pas savoir sa date de naissance: autre point d'incomprehension pour Lomenie et qui lui inspira du dedain. L'auteur veut bien nous prevenir qu'il ne garantit pas 1'authenticity de quelques-uns de ses tableaux; ce qui ne l'emplche point de se poser, quelques pages plus loin, en temoin oculaire, meme dans les aventures dont il ne garantit pas l'authenticite.^ Plein d'ironie, et sans la moindre comprehension du sens principal des contes, Lomenie poursuivit: Nodier qui, par un privilege de seconde vue analogue a. celui de Jean-Francois-les-Bas-Bleus, se trouve, de Besancon, ou il etait, transports a Paris ...1-5 II insiste sur les fantaisies historiques de Nodier parce qu'il ne "connait rien de plus pernicieux et de plus faux que cette maniere d'ecrire l'histoire." II lui en veut, car etant un homme distingue, 1*exemple de Nodier n'a pas peu contribue a. tourner les "speculateurs en librairie vers ce genre bStard sous le nom de Memoires ou Souvenirs."-Pourtant, il a su reconnaltre que Nodier ressemblait a Hoffmann, dont il aurait pu "conquerir 1•immortalite s'il avait ecrit moins avec plus de soin."!? Quant au Dernier Chapitre de mon Roman, oeuvre intention-nellement ignoree par mainte critique qui ne veut pas s'egarer dans le double ou triple caractere de Nodier, Lomenie y voit "une effronterie defiant l'analyse; une polissonnerie illisible et revoltante; un cynisme d'action unique dans l'oeuvre de Nodier."^ Son explication psycholo gique des contrastes de sensibilite evidents est acceptable: 9 ... c'est un peu l'homme du siecle dedouble, et le melange n'est pas rare ... nous mettons du serieux et de la souffrance ou ils (nos peres) n'en mettaient point, voila tout.^9 Mais cette explication ne fournit pas les causes de la ne"cessite de ce dedoublement. Lomenie rappelle, en tant qu'historien scientifique, realiste et rationaliste, l'attitude d'Etiemble qui pretend pouvoir expliquer l'oeuvre de Rimbaud d'une maniere "terre a terre". II faudra avoir recours a Sainte-Beuve qui comprend les differentes "families d'esprit" sur lesquelles nous allons revenir. On doit reprocher a Lomenie d*avoir trace son portrait de Nodier non pas d'apres une con-naissance intime de l'homme et de son oeuvre, mais d'apres ses senti ments personnels et les jugements d'un autre critique, dont il ne possede pas la plume aussi agile. Ainsi il accuse Nodier de "manque de concentration, de maitrise de style", en comparant sa vie a. ses ' 20 romans: "ornee d'incidents ou il manque le quartier general." Nous retrouvons cette expression chez Sainte-Beuve qui au moins en donne la definition: son image du "quartier general" signifie la discipline. Sainte-Beuve est le seul des critiques contemporains de Nodier qui l'ait vu juste, et en relation avec son temps: il reconnait les merites de Nodier tout en voyant ses faiblesses dont il cherche les causes dans les evenements, dans le cadre social. II donne done plus qu'un portrait brillant de Nodier: Ce qui caracterise precisement son personnage litteraire, c'est de n'avoir eu aucun parti special, de s'etre essaye dans tout, de facon a montrer qu'il aurait pu reussir a tout, de s'etre porte sur maints points a. certains moments avec une vivacite extreme, avec une surexcitation passion-nee, et d'avoir ete vu presque aussitot ailleurs, philo-logue ici, romanesque la, bibliographe et wertherien, academique cet autre jour avec effusion et solennite, et le lendemain ou la veille le plus excentrique ou le plus malicieux des novateurs; un melange anime de Gabriel Naude 10 et de Cazotte, legerement cadet de Rene et d'Oberman, representant tout a fait en France un essai d"organi sation depaysee de Byron, de Lewis, d*Hoffmann, Frangais a travers tout, Comtois d'accent et de saveur de langage, comme La Monnoye Stalt Bourguignon, mariant le Menagiana a Lara, curieux a. etudier surtout en ce que seul il semble lier au present des arriere fonds et des lointains fuyants de litterature, donnant la main de Bonneville a M. de Balzac, et de Diderot a M. Hugo, Bref, son talent, ses oeuvres, sa vie litteraire, c'est une riche, brillante et innombrable armee, ou l'on trouve toutes les bannieres, toutes les belles couleurs, toutes les hardiesses d'avant-garde et toutes les formes d'aventures; ... tout, hormis le quartier general.21 Ce qui suit cette phrase de bravoure est une apologie pour toute une generation deroutee par 1'insecurity des conditions de vie. Cette expli cation est ainsi valable meme pour certains phenomenes d'apres-guerre de notre 20eme siecle. Mais malgre son grand discernement, Sainte-Beuve juge les oeuvres de Nodier a la maniere de tous, sans voir le fond qui impose cette fin inevitable a toutes ses histoires d'amour ideal: l'illuminisme. Il n'en sait rien, et ce qui reste alors des nouvelles op de Nodier n'est que de la sentimentalite wertherienne. Quant a l'acti-vite critique de Nodier dont le plus jeune Sainte-Beuve doit avoir profite pendant les annees ou Nodier fut le guide des jeunes Romantiques, le survivant celebre en fait peu de cas: Sa critique, c'est bien souvent une vraie guerre de guerillas, une Fronde qui fait echec aux grands corps reguliers de la litterature et de l'histoire.23 D'une maniere generale on peut conclure que les contemporains de Nodier ont mal compris son oeuvre, meme s'ils en ont admire le style et la diversite, ou aime sa personne. 11 NOTES DE REFERENCE Des titres abreges sont utilises; les titres complets se trouvent dans la bibliographie INTRODUCTION 1 NODIER, Charles, "Du Fantastique en Litterature", dans Contes Fantastiques, Paris, Bibliotheque Charpentier, 1913* P«25 2 TEXTE, Joseph, Etude de Litterature Europeenne, p.200 CHAPITRE I 3 LARAT, Jean, La Tradition et l'exotisme dans l1oeuvre de Charles Nodier, p.23 4 WEISS, Charles, Lettres a Charles Nodier, No. II du 25-10-1811: ... j'ai l'assurance que tu n*a pas eu 1'intention de me faire de la peine, et que tout le persiflage que tu emploies vis-a-vis de moi n'est qu'un travers d'esprit auquel ton coeur n'a pas la moindre part. No. XII du 5-4-1823: ... P. est arrive ... Tout en m'abor-dant il m'a dit une impertinence: j'imaginais que les grands seigneurs devaient etre polis pour cacher la nullite de leurs sentiments; mais, mon bon ami, je me suis apergu qu'il n'en est rien. II n'y a que toi qui sois toujours le meme, tel que je t'ai vu, tel que je t'ai aime, il y a bien longtemps. 5 id., lettre No. XXIII du 10-11-1826 6 PINGAUD, Leonce, La Jeunesse de Charles Nodier. p.113 7 RICHER, Jean, "Un auto-portrait fantaisiste et douze lettres de Charles Nodier" 8 PINGAUD, Leonce, op.cit., p.2l6 9 WEY, Francis, La Vie de M. Charles Nodier, p.2 10 ibid., p.9 11 WEISS, Charles, Lettre a Charles Nodier, No. XIV du 29-6-1823 12 WEY, Francis, op.cit., p.30 12 13 LOMENIE, L.L. de, Galerie des Contemporalns Illustres, "Nodier", p.3 14 ibid., p.ll 15 ibid., p.14 16 ibid., p.37 17 ibid., p.38 18 ibid., p.23 19 ibid., p.26 20 ibid., p.5 21 SAINTE-BEUVE, C.A., Portraits Litteraires, Vol. I, p.443 22 ibid., p.448 23 ibid., p.469 13 CHAPITRE II LA VIE ET LA CARACTERISATION DE NODIER SELON LA CRITIQUE DU 20eme SIECLE Nous avons vu que les critiques contemporains traiterent 1'oeuvre et la vie de Nodier de maniere assez superficielle, et qu'on passa surtout tres vite sur sa jeunesse. Ce n'est que Sainte-Beuve qui osa nous dire entre parentheses. La date de naissance de Nodier n'est pas encore parfaitement eclairee ... Son pere fut un avocat distingue et longtemps 1'unique maxtre de ce fils adore (fils naturel, je crois). Apres un silence absolu sur Nodier jusqu'au debut du 20eme siecle, l'interet dans cet auteur difficile a saisir se renouvelle, suscite en partie par l'interet des Symbolistes et des Surrealistes dans le domaine du rive, ainsi que par la n^cessite de trouver des sujets de these. Les methodes de recherche du 20eme siecle sont scientifiques et s'attaquent d'abord a la periode mai eclaircie de la jeunesse de Nodier. Le critique allemand Wiese commence par une presque-apologie, sachant que Nodier aurait rejete cette maniere froide et indifferente aux droits et aux desirs de l'homme de se cacher aux regards indiscrets 2 qu'il eut a. craindre. Wiese reconnait que Nodier falsifia intention-nellement les details de sa vie et qu'il ne faut done se fier a aucune des precisions donnees ici et la par Nodier pour derouter le lecteur aussi bien que par dedain pour cet attachement aux dates historiques qui n'ont pas d'importance pour lui. Par cette attitude Nodier s'approche 14 de la comprehension de la valeur du "temps" d'un Bergson ou d'un Proust. Ce qui compte, c'est l'experience interieure, qui donne un rythme a. la vie, et non pas l'horloge ou le calendrier. Wiese arrive a la conclusion que la plupart des evenements dont Nodier dit avoir ete temoin n*etaient que des inventions, et il laisse parler Nodier qui n'a jamais cache ce fait, mais en avertissait souvent ses lecteurs dans des prefaces que de nombreuses gens ne semblent pas lire} L'homme romanesque n'est done pas celui dont l'existence est variee par le plus grand nombre possible d'evenements extraordinaires. II en arrive presque toujours autrement. C'est celui en qui les evenements les plus simples eux-memes developpent les plus vives sensations.3 Si les aventures personnelles de la Revolution sont done imaginees, la comparaison avec Rimbaud et la question indecisee de sa presence a Paris pendant la Commune s'impose, et peut donner lieu a une serie de comparaisons. Wiese ne fait pas ces comparaisons, mais il les suscite chez le lecteur en attirant l'attention sur les exagerations du jeune Nodier qui fut peniblement timide d'une part, et d*autre part "fut tente et tomba" (selon A.R. Oliver)** - assez de causes de conflits de conscience pour un caractere sensible et moral qui cherche 1*ele vation de l'Sme par la lecture de la Bible, de Klopstock-5, et par l'association avec des idealistes, comme les "Meditateurs" a Paris. Tout a fait convaincant est le temoignage d'une lettre de Nodier a Weiss, qui est sans date, mais qui doit se reporter a 1803, et ou il fait l'eloge des "meditateurs de 1*antique: dont la vie pure et hospi-taliere, etait une vivante peinture de l'Sge d'Or. Or, je les ai trouves ..."^ 15 Bientot, j'acheverai cette miserable esquisse d'un tableau que je veux soumettre a nos amis, et j'espere vous rapporter du pays de la haine et des vices, de nouvelles vertus, et une maniere plus tendre d'aimer. Je vous dirai ce que j'ai souffert, le mal que j'ai fait, les erreurs ou je m'etais e"gare, les esperances ou je m'etais endormi et je vous prouverai qu'il n'y a de mechant que ceux qui sont nes mechants, puisque j'ai su resister a toutes les seductions du mal - et que je retourne meilleur - ohl beaucoup meilleur - que je n'etais parti. GrSce a la distance dans le temps, les critiques doivent dorenavant former leurs jugements de la personnalite de Nodier sur la base de ses oeuvres. Wiese lui reproche des fautes litteraires: pas de "Geschlossenheit"; pas de developpement; l'annonce de la fin tragique amoindrit 1'interSt; des "superkluge Betrachtungen" affaiblissent 1*effet; des transitions artificielles; meme la vie de l'Sme est sans evolution; tous les sentiments sont exageres outre mesure; un amour hypersensible pour la femme t cote d'un amour pathologique pour l'ami; des conflits, des explosions de sentiment approchant de la folie -Seule la langue garde son charme. Wiese voit ici, comme tout le monde, des elements autobiographiques, dont il y a certainement des traces, mais il ne faut pas negliger ce message de la "langue charmante": cela veut dire un travail de style bien reflechi, libre d'acces de folie. La folie est un sujet sur lequel Nodier porte sa curiosite et surtout sa compassion, parce que le pheno-mene fut traite alors avec beaucoup de cruaute, mais Nodier n'en etait pas atteint. II l'etudie en cherchant a se mettre a. la place des "fous" et decouvre des verites psychologiques bien nouvelles. Ces etudes feront ecole au point ou ses conclusions ne sont pas du tout etonnantes pour le lecteur d'ajourd'hui. 16 Wiese critique aussi ses predecesseurs, surtout, et avec justification, Georg Brandes, de qui on eut pu attendre un jugement plus informe. Son portrait de Nodier dans Main Currents in Nineteenth  Century Literature est curieusement superficiel. II reitere l'avis des critiques contemporains de Nodier que Le Peintre de Salzbourg aussi Q bien que Les Proscrits sont des pastiches de Werther , sans se soucier du manque de logique qui reside alors dans l'enchaxnement des Meditations  du Cloitre lesquelles condamnent categoriquement les suicides. Wiese est le seul a remarquer que les romans signifient plutot la fin de 1*atti tude wertherienne de Nodier.^ Mais Brandes a du se raviser, car dans son livre L'Ecole Romantique en France il accorda plus de soins a 1*oeuvre de Nodier, et il fut un des rares critiques qui reconnurent que "ce qui caracterisa Nodier tout particulierement comme ecrivain, c'est qu'il fut toujours en avance de dix ou de vingt ans sur les mouvements litte raires de son epoque."^ On peut y ajouter encore vingt ans de plus en ce qui concerne 1'oeuvre si enigmatique pour la plupart des critiques de Nodier, Le Roi de Bohlme et ses sept chateaux, et dont 1'excellent jugement par Brandes sera presente plus tard quand nous traiterons de cette oeuvre cle. Nous admirons aussi l'idee de Brandes de comparer le mariage bourgeois de Nodier a celui de Dante: sa veritable epouse fut la fee Belkis.^ Cette idee devait etre exploitee dans 1*etude sur le symbolisme de La Fee aux Miettes par Jules Vodoz qui nous mene plus pres du vrai Nodier: Retrouver la paix interieure et la joie de vivre, avec la force d'agir, d'aimer, de croire, tel etait, par consequent, le but des efforts. Et celui-la, seul, l'atteint qui possede la faculte de detacher son esprit des preoccupations de la vie de chaque jour, du terre a terre, pour se laisser entraxner dans le domaine de 17 1'imagination, prendre contact avec les visions de l'au-dela, et s'y delasser. Que ce soit en creant des recits inspires par sa fantaisie, ou en donnant une expression artistique a. des desirs inconscients, ou enfin, en suivant son inclination au mysticisme, peu importe; l'essentiel est que l'equilibre soit retabli, que l'individu reprenne conscience de sa vie spirituelle. Ceci ne represente aucunement 1'esprit enfantin qu'on a voulu attribuer a Nodier, ni 1*evasion par le rSve si souvent suggeree. Celui qui reve sans rien accomplir, qui lit pour s'oublier lui-meme et egalement la realite autour de lui, cherche peut-etre a s'evader. S'il est profonde-ment ali^ne, il va s'evader par le suicide, comme l'ont fait Werther et ses semblables, ainsi que Nerval. "Nodier manqua d'etre Nerval" est 1*opinion de J. Gaulmier,"'"3 et le titre meme de l'article permet deja la refutation. Nerval s'identifia avec ses reves, il les vecut jusqu'au moment oil il n'eut plus la force de s'en detacher et de faire face au reel. C'est alors qu'il succomba et se suicida. Mais a l'exception d'una faible tentative de suicide dans sa jeunesse, Nodier a combattu avec succes toute tentation de ce genre par une activite enorme non seulement dans des domaines scientifiques qui echappent a notre con-naissance, mais aussi dans le domaine de la litterature. Tenant compte de 1*importance que Nodier accorde au fantastique et aux types dans la litterature selon ses essais theoriques, il serait plus approprie de voir dans son oeuvre une autre illustration de la theorie structurale de Northrop Frye; "the archetypal function of literature in visualizing the world of desire, not as an escape from ^reality*, but as the genuine 14 form of the world that human life tries to imitate." Les critiques de Nodier ont presque tous laisse de cote 1*activite" de critique de Nodier, soit qu'ils ne l*aientr,pas.con-18 sideree d'importance dans le sens litteraire, soit qu'elle leur aitiete effeetivement inconnue. Ceci ne serait pas trop surprenant, etant donne que meme Rene Wellek, dans son grande oeuvre A History of Modern Criticism (1955) n© mentionne pas Nodier. Neanmoins, il y eut deja en 1914 une etude lucide et convaincante de E.M. Schenck, La Part de Charles Nodier  dans la formation des idees romantiques de Victor Hugo, qui attira l'at tention sur 1'influence considerable de Nodier critique sur la dissemi nation des idees romantiques, surtout de celles venant de l'etranger. II menerait trop loin dans le cadre de ce travail de citer des oeuvres critiques. II suffit de dire, comme exemples, que Nodier commenta le livre de Mme de Stael, De l'Allemagne. dans le Journal des Debats le 18 novembre 1818, ainsi que Peter Schlemihl de Chamisso le 20 mars 1822. E.M. Schenck donne une bibliographie des publications critiques de Nodier et note: J'ai tache de faire cette table aussi complete que possible, mais quand il s'agit d'un ecrivain comme Nodier, il serait presomptueux de pretendre jamais offrir un travail bibliographique definitif.15 Ce n'est qu'en 1823 que Nodier devint critique romantique. Auparavant, il avait souvent combattu les exagerations du style noir auquel il donna le nom "frenetique". En tant que theoricien du romantisme, Nodier prepara/;outes les idees de la Preface de Cromwell, ce qui permit a Hugo de les jeter sur papier en quelques jours. On s'est demande pour-quoi Nodier insista sur la publication en 1829 de ses theories qui se trouvent dans les trois essais: "Du Fantastique en Litterature" "Des Types en Litterature" et "Quelques observations pour servir a l'histoire de la nouvelle Ecole Litteraire". 19 E.M. Schenck explique: Lui, qui avait ete le critique des debuts du romantisme, etait oblige de lire que la critique anterieure a la Preface ne valait rien et qu'on attendrait une nouvelle critique. Ensuite, il voyait tout le monde s'occuper de cette theorie du grotesque qui depuis tant d'annees avait ete la sienne. Et Pingaud confirme: Celui qui s'etait montre un initiateur nonchalant, peut-etre, mais influent a son heure, se voyait devance, on peut dire escamote par un disciple qui voulait tout faire dater de lui. Il finit par laisser echapper dans ses moments d'humeur, quelques protestations explicites, bien que discretes, contre cette condamnation a. l'oubli.l? II semble evident que la trahison de Hugo contribua a la crise de sante chez Nodier, crise qui durait assez longtemps et le reduisit a la resig nation sardonique "de ne faire que des riens, genre d'occupation pour lequel j'ai eu de tout temps une singuliere aptitude." Schenck nous informe que "si la Preface de Cromwell jetait quelque trouble, Sainte-Beuve etait la pour encourager la rupture, mais Nodier ne voulait pas de brouille."!^ En tout cas, encore en 1965, Jean Richer se rallie a Schenck qui est de 1*opinion que: Les savants qui se sont occupes de Nodier se sont rendu la tSche trop facile. lis ont repete tout simplement, les uns apres les autres: L'action critique de Nodier a ete surtout orale; il etait brillant et spirituel causeur.20 Richer constate qu'il faudrait d'urgence - mettre a jour la bibliographie de Jean Larat datant de 1923 - procurer une edition savante des ecrits critiques de Nodier (qui n'ont jamais ete rassembles methodiquement) - publier un choix de sa correspondance pour permettre d'ecrire cette bonne biographie de Nodier qui manque toujours.21 Depuis, en 1968, une these de Ph.D. importante sur la 20 critique de Nodier fut ecrite par E.J. Bender, qui divise la vie de Nodier en quatre periodesS 1. de formation 1780-1800 2. d'etablissement comme ecrivain, de mariage et des difficultes avec le regime Napoleonique 1800-1812 3» des annees les plus productives comme critique litteraire et dans son Salon a la Bibliotheque de 1'Arsenal 1813-1830 I83Oj annee terrible de depression, de complexes de persecution, de maladie, suivie op 4. de retraite, d'evasion dans les contes 1830-1844. L'exemple de critique conservatrice ci-dessous, datant du 29 aout 1814, peut d'abord etonner, si 1'on ne se rend pas compte que Nodier se trouve devant le probleme de definir le genre romantique pour eviter que "tout ce qui est detestable ne soit pas attribue a ce nouveau genre. Le genre romantique est un intermediaire monstrueux entre les spectacles de Cirque et ceux de Gemonies. Ce n'est pas seulement pour la cause d'Aristote et de nos principes litteraires qu'il faut repousser 1'invasion de cette maladie germanique, c'est pour celle de la saine morale et des regies sociales qui font la base et la garantie des Etats. Cette attitude confirme ce que nous venons de dire plus haut, que les romans de Nodier signifient la fin de son Wertherisme. Ce sont des anti-romans par 1'esprit (comme nous allons demontrer au chapitre IV), sinon pas encore par la forme, bien que Nodier y soit arrive aussi avec sa satire du Roi de Boheme et ses sept chateaux. Le fait que personne ne la comprit fut probablement un autre facteur contribuant a son decouragement et a sa decision prise en I83O de ne plus ecrire que des contes de fees. Neanmoins, Bender constate que Nodier fut un des premiers critiques a traiter la litterature sur un plan historique international,^ et il nous explique le paradoxe apparent entre la 21 critique et l'oeuvre de fiction de Nodier. II s'agit de distinguer non seulement entre Nodier le critique et Nodier l'ecrivain, mais encore entre Nodier l'ecrivain serieux, et Nodier l'ecrivain presse par les soucis financiers et qui doit s'accommoder au gout du jour pour pouvoir vendre ses ecrits. (Nous pouvons facilement faire la comparaison avec Balzac et ses prfnieres oeuvres). Mais il est surtout important de se rappeler 1*attitude realiste de Nodier en ce qui con-cerne les sources d*inspiration: "Nos superstitions les plus poetiques"^ et "Mais pourquoi bannir la magie? C'est une mine feconde qu'on a souvent exploitee, sans l'epuiser ... Quel parti n'en ont pas tire Arioste et le Tasse."^ Trilby en est un bon exemple. Mais Bender a encore une autre theorie: celle de la synthese du classicisme et du romantisme que Nodier a cherchee dans son oeuvre par la fusion du langage classique et des idees nouvelles, comme dans sa vie, nourrie au debut d'idees classiques, ensuite jetee dans les turbulances de l'epoque revolution-naire. Smarra en est l'exemple parfait. Cette pretendue "traduction" d'Apulee a. la forme grecque, et au theme frenetique des cauchemars exprime dans un langage poetique exquis mais soumis a 1'incoherence du reve, se prete mieux qu'aucune autre oeuvre de Nodier a prouver pQ cette theorie. L'originalite de l'oeuvre est incontestable, c'est pourquoi elle ne trouva pas un accueil favorable. Nous allons retrouver ce meme accueil a la publication du Roi de Boh§me. Bender en dit: He achieved, before Mme Bovary or Nerval's Sylvie and Aurelia, the synthesis between early romantic personal subjectivism with the counter-romantic objectivism in L'Histoire du Roi de Boheme et de  ses sept chateaux and La Fee aux Miettes.^ 22 On doit done rendre justice aux critiques de nos jours pour leurs efforts de rectifier l'irapression de Nodier transmise par l'intermediaire de ceux qui voulaient faire de lui un homme bien aimable mais ecervele. Nous allons donner la parole a quelques autres biographes qui surent distinguer les traits de Nodier de plus pres, en partie par un soin particulier accorde a 1*oeuvre, comme c'est le cas de P.-G. Castex, ou par la recherche minutieuse des documents biographiques, comme chez A.R. Oliver, et Michel Salomon. Le dernier reprend 1'aspect realiste de Nodier en pretendant que "le detachement fut la vertu maftresse de Nodier."-^ On pourrait peut-etre arriver a une synthese des opinions opposees sur Nodier en disant qu'il chercha toute sa vie le detachement comme vertu maitresse. Il n'y parvint certainement pas tout le temps; ses lettres et ses acces de maladie en sont temoins. Mais son oeuvre, et le fait qu'elle evolue d'une sombre melancolie vers des contes moralistes impregnes de confiance dans la bonte ultimo de l'homme, done d'un optimisme incurable et incompatible avec le cynisme, prouve que sa lutte toute personnelle doit avoir ete couronnee de succes. C'est dans ce sens seulement qu'on peut accepter l'affirmation si souvent repetee qu'"il demeura enfant toute sa vie."31 Salomon peint Nodier en moraliste. Meme en tant que "Wertherien qu'il etait de naissance,- mais seulement dans la conviction que le bonheur n'est pas fait pour lui - il se modelait plutot sur Rousseau, un Saint-Preux wertherise."-^ Pourtant, il voit aussi 1'autre cote de Nodiers Si souffrante que parut sa sensibilite et sincere le ton de sa desolation, le mai du jeune ecrivain - deja le mai du siecle - etait assez imaginaire pour que 23 son imagination meme l'en put guerir. II fit mieux que s'en distraire; il s'en moqua. Le Dernier Chapitre  de mon Roman est l'echappee d'une gaite vive, hardie, -trop hardie, - qui se joue sur un fond vulgaire,^ Jean Larat s'est vraiment devoue a Nodier; il a etabli sa premiere bibliographie, et son oeuvre, La Tradition et l'exotisme dans l'oeuvre de Charles Nodier, est tres consciencieuse. II cherche a fournir une explication psychologique de la quasi-schizophrenie de Nodier dans 1*heritage de sa mere: II se pourrait que de ces irregularites du caractere de sa mere (qui eut deux enfants illegitimes), Nodier ait garde quelque tendance au desarroi.-^ II sera reserve a la biographie par Oliver, Charles Nodier, Pilot  of Romanticism, de donner 1'explication la plus elementaire: 1*enfant souffrit de son etat d • illegitimite" qui fut une vraie honte a. ce temps-la. Selon Oliver, sa vie et son oeuvre ne representent qu'une quete constante de 1'amour. Cela se peut, mais ne serait pas necessai-rement une consequence d'un manque d'amour maternel. L'insecurite de sa vie d'enfance, de se sentir dedaigne comme batard, doit avoir pro duit des complexes d'inferiority, d'ou le desir de cacher les circon-stances des debuts de sa vie, et par instinct de compensation, le desir de la gloire litteraire, et de la reconnaissance par l'election a l'Academie, en contradiction flagrante avec ses opinions sur la valeur de cette Institution et avec ses nombreuses satires. Cette insecurity explique aussi 1'habitude "dont il ne se delivra jamais, de prendre plaisir a se denigrer lui-meme,"35 bien qu'il soit clair qu'il fut fier de son travail dans tous les sens. Sa modestie exageree est mise en doute par un etalage d'erudition dans ses nombreuses pre faces si souvent en contraste voulu avec la simplicity du style du 24 recit qui suit. L'education peu orthodoxe de l'enfant contribua aussi au developpement d'une imagination vive qui n'est d'abord que curio-site, soif de connaissances. ELle depasse vite cette etape pour se tourner vers l'inconnu. Larat estime que Nodier developpa son goilt pour la conspiration aussi bien que sa curiosite pour l'illuminisme pendant son association avec les Philadelphes, bien que Pingaud, qui en fit une etude speciale, n'y voit que des reunions litteraires et gastronomiques.^ Mais les mentions d'illuminisme se multiplieront et ne pourront plus etre passees sous silence, car l'illuminisme fournira la clef a la comprehension definitive de Nodier. Tous les biographes traitent les oeuvres de Nodier dans leur ordre chrDnologique, ce qui est normal pour montrer une evolution. Dans le cas de Nodier, nous voyons pourtant tres peu d'evolution, mais plutot deux fils paralleles: 1'extravagance emotionnelle apparente, ce qu'on appelle wertherisme, et qui fera place au "frenetique sentimental, comme dans Jean Sbogar. Ensuite il y aura des contes fantastiques, traites par la plupart des critiques comme jeu de relassement ou d*eva sion dans le reve, et un retour a la sentimentalite dans les Souvenirs de Jeunesse. A cote, et presque en meme temps, il y a des ecrits libertins qui semblent annuler 1'explosion d'emotion, des satires gentilles et mordantes, des jeux stylistiques, dont beaucoup de cri tiques ne font meme pas mention, comme la serie de contes significatifs sur Polichinelle; et encore un dernier Souvenir de Jeunesse dans la veine libertine. L'interpretation des biographes se comprend: Nodier est une nature double, sinon multiple, qui garde son equilibre par l'emploi de "soupapes de surete"37 Apres tout, il se peint lui-meme: 25 MMon caractere est compose des elements les plus heterogenes, et je ne me ressemble pas pendant dix minutes consecutives." L'auto-portrait fantaisiste que Jean Richer publia en I965 montre un des moments assez libertins ou il se moque completement de lui-meme tout en affectant de l'audace et un style qui presage Henri Michaux. Mais on s'efforce de rendre justice a ce Nodier fascinant par sa diversite, tache qui devient plus facile de nos jours parce que chaque point de vue different apporte quelque grain de verite. C'est alors un choc de lire un jugement publie en 1964 qui ne se distingue que par une igno rance extraordinaire de la vie comme de l'oeuvre de Nodier. L'article de Roger Duhamel porte son propre jugement dans la premiere phrase: On n'accorde plus beaucoup d'attention a l'oeuvre litteraire de Charles Nodier; quelques titres sur-vivent et NOUS DISPENSBNT DE LIRE LES LIVRES.39 Ensuite, il se met a peindre un Nodier introuvable dans les biographies, a moins de rechercher tous les points negatifs qu'on puisse trouver chez Oliver, dont l'oeuvre est ecrite d'un ton tres familier faisant para£tre le jeune Nodier comme un hippie moderne. En effet, Duhamel les cueille et les repete d'une maniere vitriolique: Nodier n'a pas encore 20 ans qu'il fume deja de 1*opium ... en attendant il mene une vie de dissi pation, buvant ferme et troussant volontiers les jupons. Sous l'influence conjuguee des stupefiants et d'une imagination debridee, il est incapable de rien faire a la commune mesure; il lui faut se depasser - et surtout depasser les limites du bon sens ... beaucoup plus tard, il songera a poser en poete martyr ... A quoi se ramene l'oeuvre de Nodier? Comment se fait-il qu'elle soit bien inferieure a la reputation qu'elle lui a meritee? ... Selon cet expert, Hugo se serait inspire aupres de Sainte-Beuve pour sa Preface de Cromwell. II accorde aussi a ce critique l'honneur de 26 la remise en valeur de Ronsard, bien que Sainte-Beuve lui-meme ait admis: A des endroits un peu moins antediluviens, et ou nous nous sentirions plus a meme de prendre parti, il nous semble que Nodier, e*rudit, ne triomphe jamais plus sfirement, ne s'ebat jamais avec une plus heureuse licence, qu'en plein XVTeme siecle, 1 Et Michel Salomon va encore plus loin en affirmant que "deja a l'Ecole Centrale, il s'interesse plus aux auteurs du l6eme qu'a ceux du 17eme et l8eme siecle. Trente ans avant Sainte-Beuve, il decouvre Ronsard. On ne peut que sourire a la naiVete suivante: II y a d'abord les contes relevant de la fantasmagorie la plus deroutante; nous parlerions aujourd*hui de la litterature d'horreur. Smarra demeure le plus terri-fiant chef-d'oeuvre. Les contes religieux, notamment la Legende de Soeur Beatrice, ont plus de seduction. 3 Ensuite l'auteur met sur le meme plan des oeuvres si differentes qu'on est sur qu'il n'a pas lu le dernier: C'est dans les histoires de fees, Tr^sor de Feves et  Fleurs de Pois ou La Fee aux Miettes que Nodier atteint a la perfection du genre. Rechercher dans ces contes des intentions moralisatrices ou meme un systeme philo-sophique serait bien pre'somptueux; Nodier ne vise pas si haut ... Heureusement, un critique de l'envergure de Pierre-Georges Castex nous epargne la reponse a ce genre diffamatoire de critique. II a trouve assez d'interet et de valeur dans les contes de Nodier pour les editer de nouveau en 196l et de faire preceder chaque groupe d'une introduction soigneuse et pleine d'explications. Le groupement, certes, est toujours arbitraire, et reflete 1'interpretation de Castex dans le sens d'une evolution de la pensee de Nodier partant du wertherisme et aboutissant au mysticisme, en passant par le cycle 27 frenetique, le cycle ecossais, le cycle des innocents, le cycle du deriseur sense, et les fantaisies et legendes, et en laissant de cote tous les ecrits qui ne s'adaptent pas a ce schema. Il y aurait done assez a redire sur le choix, mais cela serait une digression du sujet de ce travail. Ce qui nous interesse, c'est que Castex qui penetre, au cours de son analyse divisee en prefaces aux cycles mentionnes, jusqu'au mysticisme de Nodier, sujet soigneusement evite par tous les autres biographes, ne voit toujours que des "chSteaux en Espagne" dans les contes de Nodier; une evasion, parce que Nodier a dit maintes fois l'agrement qu'il prenait a. les composer et "qu'ils ont un charme qui le console et le font vivre d'une vie qui n'a rien de comraun avec la vie positive des hommes; que dans Trilby 1'heroine succombe et se perd ... 1*impression dominante de tristesse ne se laisse pas dissiper;^ que l'expose de la theorie de la palingenesie humaine (camouflage scientifique pour le terme mystique de reincarnation) lui sont "de telles fantaisies I1 \^ qu'enfin, apres avoir expose en detail l'illuminisme de Nodier, il conclut: Ainsi s'acheve l'exaltante construction du reveur. Gratuite, certes, comme apparalt gratuite a l'in-croyant toute affirmation non demontree. C'est dommage que Castex, comme tqnt de critiques modernes, a ne men-tionner qu'Etiemble, eut dedaigne d'etudier les bases de l'illuminisme, exposees dans Les Sources Occultes du Romantisme de A. Viatte. 11 aurait vu alors que les idees de Nodier ne sont pas ses constructions a lui, mais empruntees a. Saint-Martin, a Swederiborg et aux Rose-Croix. Pour comprendre 1•uniformite thematique dans l'oeuvre de Nodier, il faut renverser l'ordre d'etude et commencer par les dernieres oeuvres. La, 28 enfin, Nodier ne se cache plus, mais donne libre cours a l'expression de ses convictions. Nous reprendrons la philosophie plus loin, mais sa vulgarisation represente une survie sur un plan plus eleve qui ne peut etre atteint qu'a travers sa "correspondance" sur terre: l'amour pur, fidele et contrarie sur terre, et par la foi absolue. Vus sous ce jour, tous les contes sont des variations sur un theme, drapes selon la mode du jour, done a la Werther dans les Souvenirs de Jeunesse. Cela n'empeche pas 1'experimentation avec les styles comme dans Smarra, et la poursuite de buts purement artistiques, mais au moins nous avons une explication pour les soi-disant prologue et epilogue si deroutants: l'amour de Lisidis sauvera le heros du cauchemar, symbole de cette vie: Lisidis, Lisidis, si je ne me suis pas trompe en entendant ta voix, ta douce voix, tu dois etre la., pres de moi ... toi seule peux me delivrer des . ft prestiges et des vengeances de Meroe ... Delivre-moi ... La femme angelique sauve l'homme condamne. Nodier preche le Swederiborg-ianisme le plus ouvert dans Trilby, conte ou Jeannie ne succombe pas, mais est seule, parmi tous les Chretiens superstitieux, capable d'un amour desinteresse pret a se sacrifier, et qui se termine par: Mille ans sont si peu de temps pour posseder ce qu'on aime, si peu de temps pour le pleurert ' La mort qui termine tous les amours sensuels rSves avant qu'ils ne s'aceomplissent, est la condition necessaire que nousttrouvons surtout aussi chez Novalis, pour atteindre a cette eternite d'un amour superieur. Ce n'est pas un hasard que le premier amour de Nodier porte le nom Seraphita et ait deux ans de plus que lui; elle a une fonction aussi symbolique dans sa vie que les femmes qui suivent. Dans Lydie ou la Resurrection. Nodier nous montre meme comment la foi consideree comme 29 folie par les non-inities peut donner acces a ce domaine intermediaire pendant le sommeil. II est indique de se rappeler ici que les "fous" de Nodier, comme Jean-Francois-les-bas-bleus, Michel et Lydie, le sont seulement aux yeux d'autrui et qu'ils sont bien capables de s'ana lyser. Mais ils sont d'une fragility physique qui les predispose a des perceptions d'un sixieme sens. Aujourd'hui la parapsychologie s'occupe de ces cas de "E.S.P." avec l'interet le plus vif. Nodier a dit que pour faire croire, il faut croire. Et il devient evident que Nodier fut croyant, et que l'illuminisme le sauva apres sa crise de 1829, non pas par l'evasion, mais par l'activite quasi missionnaire. Son essai sur MLe Fantastique en Litterature" expose ses idees sur le pouvoir et le devoir du poete, idees qui coincident encore avec les idees de Ronsard et de Novalis. 11 se double de moraliste social par 1'exposition des benefices du travail manuel dans Les quatre Talismans, Le Genie  Bonhomme, La Fee aux Mjettes, et Lydie ou la Resurrection. Nous avons vu que Nodier se cacha toujours a moitie, ce que Jules Vodoz explique par une sorte d*arrogance, de raepris: Se contenter de sa vie interieure, de la "vie reelle", c'est n'accorder qu'une importance tres secondaire a. la vie que l'on recoit du dehors, se separer des formules de verite et de morale consacrees par la Societe, et manifester son mepris des hommes et des choses. C'est, en d'autres termes, cacher a ses semblables ses vrais senti ments, revetir un masque, et c'est la le defaut de since rity, la manie de donner des entorses a la verite, que l'on reproche a Nodier. ... II serait etonnant qu'il n'en eut pas ete ainsi. Il avait trop le sentiment de son impuissance a se mettre en harmonie avec une Societe qui n'admettait pas 1*irregularity, l'independance, le non-conformisme, et ne tolerait pas ceux qui vivaient "en marge" d'elle-meme.*0 On peut dire que sous le jour de ce qui prec&de, se cacher fut meme une necessity pour le mystique afin de se proteger contre l'incompre-hension et le ridicule, tout en donnant expression a ses convictions dans un genre qui atteindrait les multitudes et pourrait done avoir plus d*effet educatif que les ecrits esoteriques reserves aux rares inities. 31 NOTES DE REFERENCE CHAPITRE II 1 SAINTE-BEUVE, C.-A., Portraits Litteraires, p.446 2 WIESE, Oskar, "Kritische Beitraege zur Geschichte der Jugend und Jugendwerke Nodiers 1780-1812", Richtlinien: Die vorliegende Arbeit wuerde nicht nach dem Sinn des Mannes sein, von dem sie handelt, er wuerde sie verwerfen, weil sie sein Leben und Wirken ruecksichtslos und kalt-bluetig vom Standpunkt jener "verite positive, la verite des indifferents et des sages, la verite des penseurs et pedants (Souvenirs de Jetinesse)" zu beurteilen versucht, die Nodier verachtete und die er zu fuerchten hatte. 3 ibid,, p.29 4 OLIVER, A.S,, Pilot of Romanticism, p.21 5 WIESE, Oskar, op.cit., p.37 6 LARAT, Jean, La Tradition et l'exotisme dans l'oeuvre de Charles Nodier, p.23 7 WIESE, Oskar, op.cit., p.38 8 BRANDES, Georg, Main Currents in Nineteenth Century Literature, p.6l: Two suicides and a retreat to a nunnery was the regulation ending in those days. 9 WIESE, Oskar, op.cit., p.40, "Werther-Stimmung" 10 BRANDES, Georg, L'Ecole Romantique en France, p. 34 11 ibid., p.38 12 V0D0Z, Jules, "La Fee aux Miettes. Essai sur le role du sub-conscient dans l'oeuvre de Charles Nodier", p.ix 13 GAULMIER, J., "Nodier manqua d'etre Nerval", Figaro Litteraire, Paris, (*• Jan. 1958) P»3 14 FRYE, Northrop, Anatomy of Criticism, "Archetypal Criticism", p.184 15 SCHENCK, E.Jt, La Part de Charles Nodier dans la formation des idees romantiques de Victor Hugo, p.129 16 ibid., p.118 32 17 PINGAUD, Leonce, La Jeunesse de Charles Nodier, p.138 18 Lettre de Charles Nodier a Jean de Brye du 19-12-1829, citee par J. Richer dans "Autour de l'Histoire du Roi de  Boheme". p.9 19 SCHENCK, E.M., op.cit., p.121 20 ibid., p.24 21 RICHER, Jean, "Nodier par lui-meme - un autoportrait fantaisiste", p.553 22 BENDER, E.G., "Charting French Romanticism: the criticism of Charles Nodier", p.6 23 ibid., p.140 Zk ibid., p.35 25 ibid., p.58 26 ibid., p.74, Nodier himself has usually been associated with the fantastic current in French literature of the early 19th century, and in view of the attitudes just presented, it might be assumed that he was a traitor to the principles put forth in his literary criticism. Here it is a question of distinguishing not only Nodier the critic from Nodier the writer, but also Nodier the creator from Nodier the impecunious hack writer. It is also important to keep in mind Nodier's suggestion to novelists for sources of inspiration: "Nos superstitions les plus poetiques". 27 ibid., p.113 28 ibid., p.77 29 ibid., p.86 30 SALOMON, Michel, Charles Nodier et le groupe romantique, p.vi 31 ibid., p.313 32 ibid., p.262 33 ibid., p.263 34 LARAT, Jean, op.cit., p.8 35 PINGAUD, Leonce, op.cit., p.72 36 LARAT, Jean, op.cit., p.15 33 37 SAINTE-BEUVE, C.-A., op.cit., p.458 38 PINGAUD, Leonce, op.cit., p.57 39 DUHAMEL, Roger, "De nouveaux noms, des oeuvres nouvelles", Revue de 1»University d«Ottawa, XXXIV (1964), p.191 40 ibid., p.192 41 SAINTE-BEUVE, op.cit., p.4?l 42 SALOMON, Michel, op.cit., p.19 43 DUHAMEL, Roger, op.cit., p.193 44 ibid. 45 NODIER, Charles, Contes, Edition Castex, 1961, p.155 4£ ibid., p.93 47 ibid., p.176 48 ibid., p.76 49 ibid., p.145 50 VODOZ, Jules, op.cit., p.xiii et p.5 34 CHAPITRE III. L'INFLUENCE ALLEMANDE GENERALE DANS L'OEUVRE DE NODIER Pour pouvoir arriver a des conclusions valables sur cette question, il faut d'abord chercher a resoudre le probleme suivant: Nodier etait-il capable de lire l'alleraand dans 1'original ou depen-dait-il de traductions^ fort peu nombreuses et peu exactes d'ailleurs entre 1800 et I83O. C'est pourquoi Joseph Texte repond a sa propre question: "Quelle influence 1'esprit allemand a-t-il exerce sur l'esprit francais?"* par "tres peu, il y a des echanges a des niveaux differents." II ajoute: "On se figure que l'Allemagne consiste de Goethe, Schiller, Herder, Klopstock ... ils l'ont sensiblement plus aimee que connue."^ II fait allusion a Mme de Stae*l qui fut l'inter-mediaire entre les deux pays et admet que "la plus grave ignorance des Romantiques etait la langue, malgre qu'on aime a mettre des epi graphies allemands en tete de ses oeuvres."3 Neanmoins, il le trouve une erreur de se demander chez Musset ou Hugo combien de connaissances 4 de la langue allemande ils avaient. Dans le cas de Nodier, cette question de langue est d'une importance capitale puisque la pensee romantique allemande n'etait pas encore repandue en France a son temps, et J. Texte pense que "Charles Nodier fut parmi les peu de gens qui ont, peut-etre, su 1•allemand"-' parce qu'il etudia a Strasbourg et sejourna en Autriche: 35 Charles Nodier qui ne fut pas un grand erudit en matieres d'Allemagne, mais qui savait comprendre et gofiter les ecrivains allemands, avait du beaucoup -c'est lui-meme qui le proclame - a. Buerger, a Goethe, a. Jean-Paul, et il fut l'un des fervents d'Hoffmann. Sainte-Beuve nous dit de meme: II ne connut longtemps de la litterature allemande que ce qui nous en arrivait par Mme de Stael apres Bonneville; mais l'esprit lui en arrivait surtout: la Ballade Lenore, Le Roi des Aulnes, la Fiancee de Corinthe, le Songe de Jean-Paul, Charles Moor.''' Selon Sainte-Beuve, Smarra se reclamait surtout d'Apulee, tandis que Joseph Texte nous dit que ce fut Hoffmann qui inspira Smarra a Nodier.® E.J. Bender qui s'occupa surtout de la critique de Nodier, nous affirme que Nodier connaissait a fond la litterature allemande, italienne et anglaise.^ D'autre part, L. Reynaud nous informe que Seul Jean Paul, ecrivain sinon fantastique du moins fantasque, eut un traitement de faveur. II etait par-faitement illisible pour un Frangais meme Romantique, mais il etait plein d'aphorismes bizarres et d'images tarabiscotees, et cela lui valut beaucoup de conside ration autour de 1830.10 Si Jean-Paul Richter (bref Jean Paul) fut parmi ceux qui inspirerent Nodier, celui-ci dut bien e*tre capable de le lire. Mme de Stagl nous assure que Jean Paul fut impossible a. traduire, en meme temps qu'elle nous donne une description de son style: Jean Paul a l'habitude singuliere de recueillir partout, dans de vieux livres inconnus, dans des ouvrages de sciences, des metaphores et des allusions. Les rapproche ments qu'il en tire sont presque toujours tres-ingenieux: mais quand il faut de 1'etude et de l'attention pour saisir une plaisanterie, il n'y a guere que les Allemands qui consentent a. rire a la longue, et se donnent autant de peine pour comprendre ce qui les amuse que ce qui les instruit.H Ceci nous convainc, en pensant au style de 1'Histoire du Roi de Boheme. que Nodier ne dedaigna pas de le pasticher. Ajoutons encore l'avis de 36 M. Salomon que ... c'etait a l'Allemagne surtout qu'allait la gratitude de Nodier, et parmi tous les Allemands, elle choisissait Goethe, sans oublier pourtant Buerger, Jean Paul, ni Hoffmann. A ce dernier il doit beaucoup, et d'assez bonne heure. II y a de 1'Hoffmann dans Smarra. "ce reve d'un poete eveille". ^ Smarra date de 1821, date a laquelle il n'existait pas encore de traduction d'Hoffmann, mais nous allons donner, dans le chapitre suivant, un exemple precis d'un emprunt presque litteral d'Hoffmann utilise dans Smarra. ce qui devrait prouver que Nodier lisait l'alle-mand. Du reste, nous savons que Nodier fut bibliographe, scientifique, linguiste, grammairien, philologue et bibliomane collectionneur de livres rares. Pour un tei intellect, auquel Sainte-Beuve attribua un talent extraordinaire pour les langues,^^ ia lecture de la langue allemande ne pose non seulement pas de probleme insurmontable, mais est bien plutot une necessite. Deja. en 1803, Nodier fit lire a son heros Muenster, le peintre de Salzbourg, Klopstock plutot qu'Ossian.l^ En 1808, il donna un cours de litterature a Dole dans lequel furent compris Klopstock aussi bien que Schiller.^ Pourtant, Bender est de l'avis que Nodier ne savait pas lire l'allemand a ce temps-la.*6 n est peu probable que Nodier eut pu faire la critique du livre de Mme de Stael, De l'Allemagne. sans connaitre les oeuvres commentees dans 1'original. Son Faust date de 1828, annee ou parut la traduction du Faust I de Goethe par Nerval. Dedeyan mentionne l'influence de Nodier sur Nerval: "Charles Nodier est, ne l'oublions pas, un des maitres de Nerval qui subira son influence toute sa vie."^? II n'est pas impossible que Nodier eQt aide son tres jeune disciple avec sa traduction. 37 Considerons done comme etabli que Nodier eut directement acces a. la source litteraire allemande. Ainsi nous pouvons supposer que ce bibliomane eut lu toutes les oeuvres dont nous trouvons des traces chez lui, que ce soit dans sa vie, dans sa philosophie ou dans son oeuvre. Pour les idees des oeuvres appelees frenetiques, ainsi que pour ses etudes des phenomenes de la folie, du reve et du sub-conscient, il est fort probable que Nodier se soit inspire directement du medecin Schubert, dont le livre Die Nachtseite der Naturwissenschaft est frequemment mentionne par Hoffmann (par exemple dans la discussion des Freres Serapion du conte Les Mines de Falun), ainsi que par Mme de Stael.l^ Elle explique que le systeme de Schubert suppose une metem-psychose ascendante, depuis la pierre jusqu'a l'existence humaine. Schubert croit aussi qu'il a existe des epoques ou l'homme avait un sentiment si vif et si delicat des phenomenes existens, qu'il devinait, par ses propres impressions, les secrets les plus caches de la nature. Ces facultes primitives se sont emoussees, et c'est souvent l'irritabilite maladive des nerfs qui, en affaiblissant la puissance du raisonnement, rend a l'homme 1'instinct qu'il devait jadis a la plenitude meme de ses forces.19 Ces idees se retrouvent, comme nous avons deja vu, dans beaucoup de contes et de nouvelles de Nodier. E.M. Schenck mentionne aussi Schubert 20 dans son etude sur Nodier. Sa propre disposition au dedoublement augmenta certainement l'interet de Nodier dans ces theories, et nous savons de Weiss que Nodier etait fier de ses connaissances en medecine. C'est M. Salomon qui attire notre attention sur une autre source possible de l'interet de Nodier dans les etats anormaux: Un de ses aphorismes coutumiers, celui qui, avec ces variantes spirituelles, revient le plus souvent sous sa plume, c'est que la folie mene au plus haut bon sens. •Qui empeche que cet etat indefinissable de 1'esprit que 1'ignorance appelle folie, ne le conduise a son tour a. la supreme sagesse par quelque route inconnue qui n'est pas encore marquee dans la carte grossiere de nos sciences imparfaites?' Or Goethe, dans Les Annees  de voyage de Wilhelm Meister, pretend, lui aussi, que la folie n'est souvent que la raison sous une autre (sic).^* Dans son essai "Du Fantastique en Litterature" (p.xxxii), Nodier rend hommage aussi a Musaeus, a Tieck et a Hoffmann, dont les heureux caprices (sont) tour a tour mystiques ou familiers, pathetiques ou bouffons, simples jusqu'a la triviality, exaltes jusqu'a 1»extravagance, mais remplis partout d'originalite, de sensibility et de grSce. Leur lecture ... c'est la fontaine de Jouvenance de 1'imagination. Voila. un jugement qu'on peut aussi bien appliquer a Nodier lui-meme. Si nous examinons ce que Dedeyan a a dire sur Tieck, nous nous rendons compte de l'affinite des esprits de Tieck et de Nodier, ces contempo-rains qui passerent tous les deux par une jeunesse "preromantique" fougueuse, pour se ranger assez sagement dans le milieu journaliste pour gagner leur vie. Tous les deux ont une veine libertine qui leur permet 1'auto-analyse et le maintien de l'equilibre par l'ironie, dont Wellek nous explique que T.S. Eliot and after him I.A. Richardscconstantly quote the key passage in Coleridge's Biographia  Literaria. describing imagination as the balance or reconciliation of opposite or discordant qualities ... Opposites and tensions are easily associated with ironies and paradox. The aesthetic use of irony (not merely rhetorical) comes from F. Schlegel. ^ Dedeyan dit de Tieck que "ses contes merveilleux se contaminent d'actualite, par la satire, dans Barbe Bleue et Le Chat Botte."^3 On en trouve bien aussi chez Nodier, dans tous les contes d'un deriseur sense, dans Polichinelle. et surtout dans Le Roi de Boheme et ses sept chateaux, dont voici un exemple d'actuality perdurable: 39 Comme la pensee, la parole et la presse etaient libres a Tombouctou, Popocarabou-le-Chevelu, qui ne voyait plus personne, mais qui lisait tout, comprit qu'il n*etait pas loin d'arriver a. la forme la plus parfaite de gouvernement possible: "Et cependant, dit-il, si je mets un sot sous cette perruque savantel "Un homme cruel et insidieux sous cette perruque judiciaire ... "Un homme artificieux et avide sous cette perruque administrative ... "Un homme lSche et irre*solu sous cette perruque martiale ... "Un hypocrite pervers sous cette perruque chaste et modeste qui appelle la confiance et le respect ... "Aht mon Dieul s'ecria Popocambou, en rabattant ses longs cheveux sur ses yeux, qu'il est difficile de gouvernerl"2^ Dedeyan continue: Mais voici que Tieck veut se liberer de ce romantisme douloureux et desastreux. II a recours aux contes, aux traditions populaires, comme a 1'humour et au fantastique. ... Tieck attaque la satisfaction beate du petit bourgeois philosophe et se moque de la pedanterie.^5 Qu'on lise avec attention les prefaces de Nodier qui debordent de railleries sur la pedanteriel Nodier ose meme attaquer la pretention de la noblesse dans Adele. Pourtant, Tieck finira comme realiste qui attaquera toute la mystique medievale du romantisme allemand, tandis que nous avons vu Nodier devenir de plus en plus occupe "du fantastique du reve suave et presque voluptueux, appartenant a un genre ou l'ange-lisme l'emporte sur le diabolisme." Cette citation avait pour sujet Novalis, dont l'oeuvre laissa aussi maintes traces chez Nodier. Leur inspiration commune est 1'influence du naturalisme mystique qui fut plus grande que celle de la litterature. Saint-Martin s'initia aux reveries de Boehme, et les doctrines de l'illuminisme germanique se repandaient dans la franc-maconnerie. Sous ces diverses influences, aux-quelles il faut ajouter celles de Swederiborg, Mesmer, meme Cagliostro, les cerveaux se troublent et s'emplissent de visions confuses.^7 40 Pourtant, Nodier n'aima pas 1'ostentation occulte. Ce que Viatte dit de Saint-Martin, peut aussi servir de description de l'attitude de Nodier a partir de I83O: II redoute les initiations. II voit le salut dans le repliement, le depouillement, la contemplation intime; il detourne ses auditeurs de la connaissance des choses occultes, 'mer orageuse d'ou l'on ne voit pas le rivage'. Encore un pas, et tous les adeptes lui deviendront odieux.28 Revenons du domaine spirituel, qui concerne certainement Nodier comme nous 1'avons demontre dans le chapitre precedant, vers la litterature. Qu'on compare 1*opinion de Mme de StaeL sur les ecrivains alleraands avec les tendances de Nodier: Le genie naturel aux ecrivains allemands est d'une couleur ancienne plutot qu'antique: leur imagination se plait dans les vieilles tours, dans les crenaux, au milieu des guerriers, des sorcieres et des reve-nants; et le mystere d'une nature reveuse et solitaire forme le principal charme de leurs poesies. " Elle appuie plus fortement pour combattre les prejuges: II est impossible de croire que les ecrivains allemands, ces hommes les plus instruits et les plus meditatifs d'Europe, ne meritent pas qu'on accorde un moment d'at-tention a leur litterature et a leur philosophie ... peut-on de bonne foi se persuader que des ecrivains d'une erudition immense, et qui connaissent toufc les livres frangais aussi bien que nous-memes, s'occupent depuis vingt annees de pures absurdites?-?^ Que ces influences aient agi sur Nodier est mis en evidence par son interet dans le moyen-age, dans le folklorique, dont Tieck est un des interpretes. Mais l'initiateur de 1'esprit national en litterature fut Herder. Bender nous informe que Nodier s'impregna de ses idees les plus importantes concernant le nationalisme et la tradition folk-31 * lorique pendant son sejour en Illyrie. Cela se peut, mais alors a travers ou apres la lecture de Herder. Nodier fit aussi son "appren-tissage" de journaliste pendant ce temps, avant d'ecrire pour les 41 periodiques parisiens (Journal des Debats de 1813 a 1819, et dans la Revue de Paris, Le Mercore de Paris, Le Temps jusqu'en I83O), M. Salo mon dit que "si Nodier avait dans la critique un defaut, ce ne fut pas celui de la durete."32 Exprime d'une facon plus positive, nous lisons de la part de Bender que Nodier encourageait sans cesse les jeunes ecrivains de l'Ecole Nouvelle par sa critique favorable.33 Cette attitude n'etait certainement pas la regie parmi les critiques, et Bender nous rappelle qu'il est important de se rendre compte non seule ment que Nodier appartenait a ce corps d'ecrivains, mais aussi que son influence fut reconnue a son temps.3^ D'ou lui vint cet esprit indulgent malgre ses propres tendances vers les conceptions de beaute classique? C'est encore Wellek qui nous instruit: Herder conceives of criticism mainly as a process of empathy, of identification, of something intuitive and subrational. He constantly rejects theories, systems, fault-finding. His view of the function of criticism is that the critic should be a 'servant of the author, his friend, his impartial judge. He should try to get acquainted with him, make a thorough study of him as a master, not seek to be your own master. ... it is difficult, but reasonable that the critic should transfer himself into the thoughts of his author and read him in the spirit in which he wrote.' In Herder we have the criticism of beauties rather than faults of which Chateaubriand is supposed to be the originator.35 Nodier trouva une disposition semblable a la sienne chez Herder, qui ne fut, pourtant, traduit et remis en valeur en France qu'en 1827-28 par Edgar Quinet, bien que les premieres oeuvres de Herder eussent paru en France 60 ans plus tot; Herder developpa une philosophie 'peu consistante, ennemie de 1'abstraction, a l'exegese peu scientifique, mais pene"trante et emouvante. Sa theologie fut peu orthodoxe, mais d'inspiration tres elevee. II fut un maitre de la critique comparative et du folklore de 42 la legende, des superstitions paiennes, des contes de fee ... mais rien de systematique, methode peu rigoureuse, ce dont les spjsialistes allemands lui ont garde rancune.37 L'essentiel de cette physionomie intellectuelle semble tout d'abord resider en une curiosite passionnee, en une vivacite d'imagination incroyable.38 Herder ecrivit Ueber den Ursprung der Sprache. il fut philologue, encore un point en commun avec les interets de Nodier qui l'auraient mene chez cet auteur allemand, ainsi que leur interet dans la botanique. Mais l'oeuvre de Herder en entier offre aussi des para doxes, des desordres, de la confusion inquiete.^9 II est meme connu et apprecie comme anti-systematique en France ou l'on n'a pas besoin de Kant puisqu'on a Descartes.^ Voici 1•explication sur le silence en ce^qui eoncerne les dettes particulieres: Une fois connus en France les Schlegel, G.v.Humboldt, Hegel, Creuzer, Grimm, et plus tard Carl Ritter qui, bon gre mal gre tiennent tous de Herder, sera-t-il facile toujours de restituer a chacun son du - sauf en faits d'influence herderienne avouee - pour telle idee qui semblera d'origine allemande?^-En terminologie generale, Sainte-Beuve confirme ce que nous venons de dire des influences allemandes chez Nodier: Dans l'optimisme Herderien, toute douleur est con dition d'un bien. L'inspiration germanique, Werther, Klopstock et Tieck meme - se nuance, se corrige, en se melant a de l'Ossian, en s'enveloppant des 'brouillards de la scenerie natale. en se voilant deja de reverie Swederiborgienne'. Rappelons-nous maintenant que Bender constata que Nodier fut un des premiers critiques a. traiter la litterature sur un plan historique international (Chap. II, note 25), et comparons avec cette opinion non seulement celle de Wellek sur un autre domaine d'activite de Herder: 43 His Volkslieder (1777-78) is the first comprehensive anthology of world literature. Folk does not mean the rabble on the streets which never sings and creates, but roars and mutilates. Folk poetry is a highly inclusive concept: it includes Genesis, the Song of Songs, the Book of Job, the Psalms, in fact nearly all of the Old Testament. It includes Homer, Hesiad, Aeschylus and Sophocles, Sappho and the Greek Anthology, Chaucer, Spenser, Shakespeare and the contents of Percy's Reliques ... It includes medieval romances, the German Heldenbuch, the troubadours, the 'Minnesang', Buerger's ballads, and Klopstock, whom Herder admired beyond any of the German poets. It includes even Dante and of course Ossian. ... Herder was also in many ways the first modern historian of literature, who has clearly conceived of the ideal of universal literary history ...^3 mais surtout avec celle de Nodier, exprimee dans son essai "Du Fan-tastique en Litterature", au sujet de Dante: Le premier genie fantastique de la renaissance par ordre de date, et aussi par ordre de superiority, car dans les chefs-d'oeuvre qui le revelent, le genie n'est pas pro-gressif, c'est Dante ... Sa grandeur est dans sa liberte sans frein ... II ne faut lui chercher, je ne dis pas un modele, mais un objet de comparaison que dans 1'Apoca lypse de Saint Jean, (p.xvii et xviii) Nodier a 1'habitude de porter les inspirations recues plus loin, et ainsi nous lisons: La belle histoire de Faust ... a complete l'histoire psychique de l'homme, si magnifiquement ouverte dans la Genese par l'embleme vraiment divin de l'arbre de la science et des seductfions du serpent. Faust est l'^ldam du Paradis terrestre, parvenu a se croire egal a Dieu. Le Reve de Jean Paul est le denoQment solennel de ce triste drame, et cette autre apocalypse, le terrible mot de l'enigme de notre vie materielle. Hors ces trois fables, il n'y a point de verite absolue sur la terre. (p.xxx) Pour terminer, citons encore Nodier de son essai "Des Types en Litterature" : Si vous voulez reconnaitre le genie, arretez-vous a. celui dont les personnages deviennent des types dans toutes les litteratures, et dont les noms propres deviennent presque toujours des substantifs dans toutes les langues ... Ainsi dans les Brigands de Schiller il a jete en se jouant comme le sommaire poetique des revolutions prochaines. Ainsi dans la peinture de cette sensibilite reVeuse, irritable et passionnee de Werther qui finit par §tre oblige de reagir sur elle-meme, Goethe en a revele le mystere. Si vous pouvez enfermer ces deux types dans un tour du compas, vous n'avez pas besoin de laisser d'autres monuments de notre histoire con-temporaine; elle y est toute.^ Ainsi croyons-nous avoir fourni assez de preuves de l'influence alle mande generale dans la pensee de Nodier pour pouvoir nous occuper, dans le chapitre suivant, de quelques cas precis choisis pour demontrer l'influence allemande directe dans les contes de Nodier 45 NOTES DE REFERENCE CHAPITRE III 1 TEXTE, Joseph, Etude de Litterature Europeenne, p.196 2 ibid., p. 206 3 ibid., p.199 4 ibid., p.198 5 ibid., p. 200 6 ibid., p.203 7 SAINTE-BEUVE, C.-A., Portraits Litteraires. Vol. I, p.474 8 TEXTE, Joseph, op.cit., p.234 9 BENDER, E.J., "Charting French Romanticism: the Criticism of Charles Nodier", p.187. La Bibliographie de Jean Larat, p.70, donne un renseignement encore plus significatif: 1837 Tome I pp. 1-17 des Varietes de famille, Le Genie Bonhomme de Ch. Nodier, suivi de sa traduction en italien, en anglais et en allemand. 10 REINAUD, L., L'influence allemande en France aux XVIII6 et XIXe siecles, p.197 11 STAEL, Mme de, De l'Allemagne. Vol.X, p.103 12 SALOMON, Michel, Charles Nodier et le groupe romantique. p.276 13 id., cite par L.L. de Lomenie dans Galerie des Contemporains Illustres. p.18: Cependant, Nodier ne savait que fort peu 1'allemand; il lisait plus directement Shakespeare; mais il avait pour ainsi dire le don des langues; il les dechiffrait tres-vite et d'instinct et, en general, il sait tout comme par reminiscence. 14 NODIER, Charles, Romans, p.53 15 BENDER, E.J., op.cit., p.38; cf. aussi A.R. Oliver, Charles Nodier, Pilot of Romanticism, p.94: His criticism (Folios 28-31) shows more than a passing acquaintance with the German religious poet, and a deeper insight into his masterpiece (Messiade) than was exhibited by Mme de Stael. 16 ibid., p.59 17 DEDEYAN, Charles, Nerval et l'Allemagne. p.31 18 STAEL, Mme de, op.cit., p.504 46 19 STAEL, Mme de, op.cit., p.509 20 SCHENCK, E.J., La Part de Charles Nodier dans la formation des idees romantiques de Victor Hugo, p.108 21 SALOMON, Michel, op.cit., p.2?7 22 WELLEK, Rene, A History of Modern Criticism, p.3 23 DEDEIAN, Charles, L'Imagination fantastique dans le romantisme europeen, p.53 24 NODIER, Charles, Le Roi de Boheme et ses sept chateaux, p.227 25 DEDEYAN, Charles, op.cit., pp.54/5 26 ibid., p.50 27 REYNAUD, L., op.cit., p.67 28 VIATTE, A., Les Sources occultes du Romantisme, p.196 cf. aussi Ch. Nodier, Contes, Edition Castex, p.532 29 STAEL, Mme de, op.cit., p.18 30 ibid., p.22 31 BENDER, E.J., op.cit., p.ll: Nodier's stay in the Illyrian pro vinces imbued him with his most important ideas con cerning nationalism and folk tradition in literature. 32 SALOMON, Michel, op.cit., p.238 33 BENDER, E.J., op.cit., p.ll: he ceaselessly encouraged young writers of the "new school" by his favorable reviews. 34 ibid., p.187 35 WELLEK, Rene, op.cit., p.181 36 TR0NCH0N, Henri, La Fortune intellectuelle de Herder en France, p.4 37 ibid., Introduction 38 ibid., p.7 39 ibid., p.31 40 ibid., p.35 41 ibid., p.4l 42 ibidl, p.285 (citation de Sainte-Beuve) 43 WELLEK, Rene, op.cit., p.192 44 NODIER, Charles, Romans, pp. 6 et 7 CHAPITRE IV L»INFLUENCE ALLEMANDE DIRECTE PAR WERTHER, FAUST ET LES CONTES D'HOFFMANN Selon 1'opinion de Joseph Texte, toute 1'influence allemande sur le romantisme frangais peut etre reduite a. Werther, Faust et aux Contes d'Hoffmann.^ Nous tScherons done de nous en tenir a ces oeuvres pour demontrer 1'influence allemande directe dans les contes de Nodier. II convient de se rappeler que Nodier fut souvent la cible de l'accusation du pastiche sinon du plagiat, accusation qu'il refuta soit d'un ton aigri comme dans la preface a Jean Sbogar, qu'il aurait "vole" a Tschockei* soit d'un ton superieur et ironique, comme dans L'Histoire du roi de Boheme et de ses sept chateaux, oeuvre pleine de pastiches voulus: Plagiairet moi, plagiairel Quand je voudrais trouver moyen pour me soustraire a ce reproche de disposer les lettres dans un ordre si NOUVEAU ou d'assujettir les lignes a des regies de disposition si bizarres ou pour mieux dire si follement heterocl-itesllt2 D'autre part, dans la meme oeuvre, il attaque par la satire ceux qui orient au plagiat: Eh, Monsieur, je vois ce que c'estl encore un mauvais pastiche des innombrables pastiches de Sterne et 48 de Rabelais ... -Mauvais, cela vous plait a dire ... et puis, que diable vous faut-il si vous ne voulez pas des pastiches? Oserais-je vous demander quel livre x n'est pas pastiche, quelle idee peut s'enorgueillir aujourd'hui d'eclore premiere et typique? Oserais-je vous demander, dis-je, quel auteur est procede de lui-meme comme Dieu ... Et vous voulez que moi, plagiaire des plagiaires de Sterne -qui fut plagiaire de Swift -qui fut plagiaire de Wilkins -qui fut plagiaire de Cyrano -qui fut plagiaire de Reboul -qui fut plagiaire de Guillaume des Autels -qui fut plagiaire de Rabelais -qui fut plagiaire de Morus -qui fut plagiaire d'Erasme -qui fut plagiaire de Lucien - ou de Lucius de Patras - ou d'Apulee - cat! on ne sait lequel des trois a ete vole par les deux autres, et je ne me suis jamais soucie de le savoir ... Vous voudriez, je le repete, que j'inven-tasse la forme et le fond d'un livre.3 Nodier voit done non seulement aucun mal a se servir d'inspirations d'autres penseurs - les idees du monde etant propriete commune et au nombre limite" - mais un droit. II s'arrete cependant devant le plagiat, et bien qu'Albert Kies se soit efforce de prouver que Nodier fut coup-able de plagiat au moins dans les "Prolegomenes des Apotheoses de Pythagore", publiees en 1808,^ il faut avouer que les emprunts sont si habilement transformed par un cadre neuf, une elaboration imaginative, que le resultat peut etre declare neuf. Ainsi il fait plutot plaisir de retrouver des morceaux connus, et on n'est meme pas sur si Nodier n'en a pas fait un jeu expres pour montrer son Erudition et pour donner a penser a ses lecteurs, comme l'a fait Jean Paul qu'il admire. Du reste, il serait peut-etre justifie de se demander avec M. Castex si l'abondance de sources classiques que Nodier indique ne devrait pas 49 nous mettre en defiance par l'exces d'humilite. "Proclamerait-il aussi bravement ses dettes, si elles etaient d'une telle etendue?"-' Dans le cas de Werther, nous savons que le jeune Nodier "lut Werther avec ivresss ... s'il ne l'imite pas jusqu'au bout, il se fait un devoir de penser et de sentir comme son heros. "L'engouement pour ce roman dirige, pour ainsi dire, toute une periode de sa vie sentimentale de 1799 jusqu'a vers 1815."'' H est propice de se rappeler que de 1776 a 1797 il y eut quinze traductions, adap tations ou renditions de Werther^, et que Nodier grandit dans une atmosphere emotionnelle ou le Werther de Goethe eut subi le sort d'un mythe changeant pour correspondre aux besoins sentimentaux existantsJ Le mai du siecle et le suicide ont des racines qui plongent plus loin que Werther - on s'y retrouve. L'influence etrangere est ce qui fixe et qui oriente a cause du retardement de 1'ecrivain par rapport aux revirements economiques et de moeurs.9 Goethe lui-meme fut etonne des repercussions de son oeuvre dont il se detacha assez vite. II commenta dans Dichtung und Wahrheit (Poesie et Veriti)i Werther etait 1*expression fidele du malaise general: 1*explosion fut done rapide et terrible. On se laissa meme entrainer par le sujet; et son effet redoubla sous 1'empire de ce pre"juge absurde qui suppose toujours a un auteur dans 1'interSt de sa dignite l'intention d'instruire. On oubliait que celui qui se borne a raconter n'approuve ni ne blame, mais qu'il tache a developper simplement la succession des sentiments et des faits. C'est par la qu'il eclaire et c'est au lecteur a. reflechir et a. juger.l^ De quelle maniere Nodier jugea-t-il? Selon ses commentateurs il imita Werther jusqu'au pastiche dans les Proscrits et surtout dans Le Peintre de Salzbourg. La critique suivante est typiquet 50 Rene est plus qu'une imitation originale, mais Le Peintre  de Salzbourg (1803) du bon Charles Nodier, n'est qu'une agreable copie, ou, si l'on prefere, un pastiche interes-sant. Charles Muenster n'est-il pas un simple sosie de Werther ... la note du desespoir volontaire y est plus declamatoire et plus factice. Muenster, Eulalie, Spronck, Guillaume, Cordelia, tout ce monde qui gemit et se contor-sionne a l'envi, est plus pres deja du heros fatal ou de 1'heroine desolee que glorifieront les romantiques. On se tue dans le Peintre de Salzbourg. on y meurt, comme dans un melodrame; c'est bien la le roman artificiel des meconnus et des incompris, ou les personnages sont des spectres et des ombres qui se repandent en effusions sentimentales, en lamentations orageuses, car ces etres ne vivent pas, et leurs actes n'ont aucune apparence de realite II est vrai que les deux oeuvres evoquent immediatement le modele par la forme et une multitude de sentiments. Mais quand on regarde de plus pres, on apercoit des differences fondamentales. La similarity du style souligne, a notre avis, 1'intention de l'ecrivain qui semble influence par 1'opinion suivante: La resistance a Werther va jusqu'a l'anatheme. Une condamnation expresse de ce livre, avec des exemples de suicide causes par sa lecture, figure dans les Entre-tiens sur le Suicide de l'Abbe Guillon en 1802.12 Aucun des heVos des Proscrits ni du Peintre ne commet le suicide. Nous avons deja attire l'attention sur le manque de precision dont M. Brandes se rend coupable en appliquant son jugement sommaire des procedes romantiques aux oeuvres de Nodier. (Chap. II, note 8, p.3l) Nodier fait mourir ses heros et heroines d'une mort accidentelle ou d'un coeur brise, d'une conscience accablee ou d'une maladie causee par une faiblesse physique preexistente qui leur Sta la force de resister au malheur. Deja dans Les Proscrits le heros de demande a la fin: "A-t-on le droit de disposer de sa vie tant qu'il reste des malheureux (a consoler)? J'ai souffert tout cela, et j'ai vecu."13 Le Peintre de Salzbourg est suivi des Meditations du Cloitre. On peut bien accorder a Nodier assez de logique pour ne pas laisser se suicider ses heros et declarer quelques pages plus loin:-"je declare avec amertume: le pistolet de Werther et la hache du bourreau nous ont deja. decimes."^ Charles Muenster a 1*intention d'entrer en religion comme Eulalie, mais son esprit s'egare en chemin, et le Danube deborde cause sa mort. On le soupconne de suicide et lui refuse les pompes de la religion.*5 Ce n'est pas par vrai esprit de religion que Nodier fait la louange de la vie monastique; le cloitre est bon pour tous ceux qui ont rate leur vie. C'est 1*alternative au suicide qu'il exige. Ensuite, en rapprochant les oeuvres wertheriennes de Nodier du Werther de Goethe, nous nous apercevons que les heros de Nodier manquent singulierement de ce qui distingue justement Werther de St. Preux. Ils se consolent tous, et c'est la femme qui est coupable II n'y a pas cette sorte de demence sans excuse logique qui mene au suicide, car apres tout, Werther savait des le debut que Lotte etait fiancee et elle ne lui donna aucun encouragement ni espoir. Chez Nodier les femmes repondent a la passion bien que deja. mariees, ou se sont mariees apres avoir donne des promesses, de sorte que le desespoir du heros est justifie. Aux oeuvres declarees wertheriennes on pourrait done ajouter Les Aveugles de Chamouny ou. le meme schema est present. II n'est done meme pas tout a fait justifie de dire qu'il s'agisse de St. Preux wertherises, car 1'heroine de Rousseau est vertueuse. Nodier aurait probablement rejete cette interpretation, car il dit: 52 Les types que Rousseau s'efforce d'imaginer ne sont pas seulement defectueux et incorrects, ils sont faux. II y a cent fois moins de realite morale dans les caracteres de Saint-Preux, de Julie et de Volmar, que dans ceux de l'Ogre et du Petit Poucet.l° Pourquoi Nodier avait-il d'abord donne le titre Stella a son roman Les Proscrits? Mme de Stael nous l'explique: C'est ainsi qu'une piece de Goethe, assez vantee, Stella, finit par la resolution que prennent deux femmes qui ont des liens sacres avec le meme homme, de vivre chez lui toutes deux en bonne intelligence. De telles inventions ne reussissent en Allemagne que parce qu'il y a souvent dans ce pays plus d'imagination que de sensibilite.l? La Stella des Proscrits est mariee et seduit un autre jeune homme. C'est Stella a 1'envers, comme Charles Muenster est un Werther a 1'envers, ce qui montre que le sentiment allemand represente une absurdite pour un Frangais. P.-G. Castex isole dans le Cycle Wertherien de sa nouvelle edition les deux contes La Filleule du Seigneur ou La Nouvelle Wertherie ainsi qu'Une Heure ou la Vision. A moins qu'on n'applique le terme "wertherien" a tous ceux qui meurent a cause d'un amour contrarie, il n'y a aucune justification de la designation de ces oeuvres par le werthe-risme. Si Nodier le fait, il doit s'agir d'une parodie: La Nouvelle Wer therie est presque ironique, on n'a pas besoin de suicide, les motifs nobles disparaissent, la jeune fille a ete delaissee pour une autre plus riche. II y a done chez Nodier des echos du Werther de Goethe, mais 1'imi tation ne depasse pas la forme, et l'esprit semble plutot s'y opposer. Demandons done au critique Nodier ce qu'il pensa. Dans son essai "Quel ques Observations pour servir a 1'Histoire de la Nouvelle Ecole Litte raire", il dit: Mais c'est surtout en Allemagne qu'il faut chercher le drame et le roman modernes, ces tableaux vivants de la societe ou se refle"chissent, comme dans un miroir 53 anime, les moeurs fortes et poetiques que le christia-nisme nous a faites. Je ne citerai pour exemple, dans ces considerations bien superficielles et bien rapides, que le fameux roman de Werther, esquisse extremement simple de composition, ou 1'action, toute d'une piece, ne rachete sa pauvrete ni par la multiplicite des episodes ni par la variete des details, et qui n'a, pour attacher le lecteur, que les developpements d'un caractere et d'un sentiment ... c'est que Werther reunit a la verite un portrait fidele comme le caique de 1*artiste, l'originalite d'une creation... C'est un homme comme nous avec l'Sme duquel notre ame est pressee de s'identifier ... C'est que Werther est le type essen-tiel et complet de l'homme jeune des nouveaux siecles, et partieulierement du jeune Allemand. Mais on entend bien que je parle ici de Werther abstraction faite de sa derniere action. II n'y a rien de commun entre le suicide des modernes et celui des anciens. Chez nous, le suicide est presque toujours la mort d'un fou. Chez eux, c'etait l'acte culminant et decisif de la vie des sages ... cela s'appelait la mort philosophique; la mort de Werther est la mort passionnee. Werther est un livre necessaire, 1'expression attendue et infaillible d'une epoque sociale - les pastiches ne valent rien.l" La situation est tres similaire dans le cas de 1'autre oeuvre ayant eu une influence extraordinaire en France: le Faust I de Goethe. Nodier classe Faust et Mephistopheles au nombre des "types admirables de la litterature"^, mais il est loin de s'iden tifier avec l'un ou l'autre. Pourtant, il fut collaborateur au Faust, drame en trois actes imite de Goethe, par M. Antony Beraud, et (i.e. C. Nodier et J.T. Merle), represents pour la premiere fois, a Paris, sur le Theatre de la Porte Saint-Martin, le 29 octobre 1828. Paris, chez J.N. Barba, Editeur, 1828. Ce drame est en prose et se tient assez etroitement a son raodele, le Faust I de Goethe, en ce qui concerne le nouveau motif de "Gretchen". Pourtant, la bienseance est si bien gardee que la suite modifiee des evenements ne permet pas du tout de comprendre, sans connaitre le 54 Faust de Goethe, quand Marguerite aurait pu etre mise en etat de devenir mere coupable. Meme son juge a. Venise la trouvers "coupable de meurtre (de son frere et de sa mere) et de sorcellerie."2^ Ce n'est qu'a la fin ou Marguerite s'accuse elle-meme d'avoir noye son enfant que ce detail appa^t comme litteralernent traduit de Goethe. Marthe se repent et cherche a la liberer de la prison: Ma pauvre Marguerite ne perira pas victime des seduc tions de la coupable Marthe. C'est moi, c'est moi qui l'ai perdue ... c'est moi qui la sauvera.2i Mephistopheles veut s'assurer de l'Sme de Marguerite comme de celle de Faust, mais elle resiste a. toutes ses offres. Dans cette conver sation, elle ne semble plus egaree du tout, mais bien lucide. La fin est copiee de Goethe, mais les instructions sceniques nous renseignent sur 1'interpretation finale: La porte du cachot s'ouvre avec fracas; le bourreau entre avec ses valets et ses gardes, et entraine Marguerite. Mephistopheles emporte Faust dans ses bras. Un nuage s'eleve peu a peu, et lorsqu'il a disparu, le theatre est partage en deux; en bas, l'enfer, et Faust tourmente par les demons; en haut, le paradis, et tous les anges groupjjs autour de Marguerite.22 Ainsi la conclusion est tout a fait dans l'esprit moraliste de la legende. Baldensperger confirme que Le romantisme frangais a meconnu absolument la signi fication profonde du Faust (de Goethe) ... le gout du pittoresque a pu faire tort a. la penetration philo-sophique et beaucoup sont restes au Faust occultiste.23 Or, en 1828, ceci n'etonne pas, car le Faust II philosophique ne paraxtra, meme en Allemagne^ qu'en 1833* Joseph Texte pense comme nous: "M§me le Faust de Nodier fait-il grand honneur a 1'influence de Goethe? Bien hardi qui le 55 soutiendrait."2 Que le premier Faust n'ait pas ete au gout de Nodier, cela se comprend aussi bien par son attitude religieuse Martiniste qui condamne la magie noire, que par son experience per-sonnelle avec un aspect du probleme "Gretchen", lui-meme ayant ete enfant illegitime pendant 12 ans. Nodier nous donne une autre parodie du Faust dans L'Amour et le Grimoire dont le titre original fut, selon la Bibliographie de Jean Larat, Le Nouveau Faust et La Nouvelle Mar  guerite. II y exprime en detail son anti-faustisme: Quelle grfice aurais-je essaye d'impetrer de sa noire puissance, en echange de ma pauvre a^ne que j'avais jetee sur le tapis de la damnation ainsi qu'un enjeu de peu de valeur? De 1*argent? A quoi bon? Les cartes m'ont ete si favorables cette semaine ... Du savoir? J'en ai plus qu'il ne me faut, sans vanite, pour mon usage particulier ... Du pouvoir? Dieu m'en preserve! on n*arrive a. en avoir qu'au prix du repos et du bonheur. Le don de prevision, peut-etre? Avantage fatal qu'il faut payer de toutes les douceurs de l'esperance et de toutes les delices de 1*incertitude ... Des femmes et des aventures? Ce serait abuser de sa complaisance; le pauvre diable ne s'est que trop bien execute sur ce chapitre-la.z5 Apres cela et la lecture du conte entier, il est seulement amusant de 26 voir un critique qualifier ce conte de "diabolisme". Le diabolisme romantique courant ne se trouve chez Nodier que dans Les Aventures de  Thibaud de la Jacquiere, conte qui ne respire rien du vrai Nodier, ne semble meme pas venu de sa plume. L'influence de Goethe sur Nodier doit done etre comprise, en ce qui concerne les oeuvres principales, d'une maniere negative, e'est-a-dire dans le sens d'une reaction critique. Neanmoins, Nodier s'est servi, comme d'habitude, de quelques inspirations techniques. Ainsi nous trouvons dans Smarra ou les Demons de la Nuit non seulement des assonances du fantastique de la "Walpurgisnacht" du Faust I. mais 56 un petit pastiche du dialogue entre pere et fils de la ballade Le Roi des Aulnes; Mein Sohn, was birgst du so bang dein Gesicht? Siehst, Vater, du den Erlkoenig nicht? Den Erlenkoenig mit Kron und Schweif ... Mein Sohn, es ist eln Nebelstreif ... Mein Vater, mein Vater, und siehst du nicht dort Erlkoenigs Toechter am duestern Ort? Mein Sohn, mein Sohn, ich seh es genaus Es scheinen die alten Weiden so grau ... devient encore plus fantastique par la metamorphose en dialogue entre Lucius et son cheval: Phlegon, Phlegon, lui dis-je ... un instant de courage encore, et tu dormiras sur une litiere de fleurs choisies ... Tu ne vois pas, tu ne vois pas, dit-il, en tressaillant, ... les torches qu'elles secouent devant nous devorent la bruyere ... Comment veux-tu que je traverse leurs cercles magiques et leurs danses menagantes ...? Allons, Phlegon! m'ecriais-je, allons ... ces demons ne sont que de vaines apparences - mon epee, tournee en cercle autour de ta tete, divise leurs formes trompeuses qui se dissipent comme un nuage.^? Ce conte renfermant des originalites de style nombreuses et deconcer-tantes a 1'epoque, le jugement de La Beaumelle peut done etre consi dere comme 1*opinion generale: Smarra est du romantique pur ... et si les classiques definissent bien ce genre en le caracterisant par ce qui est le moins raisonnable, elle est le chef-d'oeuvre de cette litterature, puisqu'on n'y trouve pas de raison du tout.2" Aujourd'hui on y trouve toutes les idees de Nodier sur le sommeil, le cauchemar ainsi que son antidote, l'amour, aussi bien qu'un petit pastiche tres significatif d'Hoffmann qui prouve, comme nous venons de le dire, que Nodier lisait Hoffmann dans 1'original, car la tra duction de La Liqueur Favorite d'Hoffmann ne parut dans la Revue 57 de Paris qu'en 1829, tandis que Smarra date de 1822. Dans La Liqueur Favorite, Hoffmann pose la question des excitants de tout genre ou •» 29 1*artiste va chercher un aliment a son inspiration. 7 Le MPunschM est une boisson a laquelle le romantisme allemand attribua des qualites quasi magiques. Hoffmann le sert a. tous ses personnages, dans toutes les reunions des Freres Serapion; 1'heroine du conte Per Magnetiseur sait le preparer pour sa famille d'une maniere speciale. Mais dans ces occasions, l'effet n'est qu'agreable, donnant une atmosphere enjouee, tandis que dans Per goldene Topf (Le Pot d'Or), elle a des qualites magiques dangereuses. Voici done sa descriptions Que vois-je en ce moment-meme fumer devant moi dans un verre? C'est cette boisson mysterieuse qui n'a point de nom particulier, ami secret qui ne veut etre connu que par ses bienfaits et que l'on compose en enflammant du cognac, de l'arack ou du rhum et en fixant au-dessus de la flamme une grille chargee de sucre qu'on laisse fondre ainsi et tomber goutte a goutte dans la liqueur ... Quand s'elevent les flammes bleues, il me semble y voir de legeres salamandres qui eclatent et sifflent autour du vase, en assie-geant les esprits de la terre qui habitent dans le sucre. Ceux-ci se maintiennent bravement dans leur position et s'elaneent en jets de flammes jaunatres a. travers la vapeur bleue de leurs ennemis; mais trop faibles pour resister longtemps a des forces aussi superieures, ils tombent et se decomposent en gemis-sant. Les esprits aquatiques dont ils envahissent 1'empire montent et se degagent en cercles de vapeur loin du lieu de combat: mais les gnomes, une fois maitres de ce nouveau sejour, attirent a eux les salamandres qui lentement s'epuisent et s'eteignent enfin. Que reste-t-il alors de tout cela? De petits esprits nouveaux«nes qui serpentent 5a et la tout rayonnants d'un eclat rouge, nes de la lutte ardente et de 1'adJcouplement des deux principes primitifs et qui participent de la chaleur des salamandres et de l'active energie des esprits de la terre.* Comparons avec cela la boisson du reve dans Smarra: 58 Et maintenant, voici les soeurs de Myrthe qui ont prepare le festin. Il y a Theis, reconnaissable entre toutes les filles de Thessalie ... C'est elle qui penche sur la coupe ardente ou blanchit un vin bouillant le vase d'une precieuse argile, et qui en laisse tomber goutte a. goutte en topazes liquides le miel le plus exquis qu'on ait jamais recueilli sur les ormeaux de Sicile. L'abeille, privee de son tresor, vole inquiete au milieu des fleurs; elle se pend aux branches soli taires de l'arbre abandonne, en demandant son miel aux sephirs ... et les autres soeurs de Theis, celles qui ont des cheveux noirs, car il n'y a que Myrthe qui soit blonde, elles courent soumises, empressees, caressantes, avec un sourire obeissant, autour des apprets du banquet. ELles sement des fleurs de granades ou des feuilles de roses sur le lait ecumeux; ou bien elles attisent les fournaises d'ambre et d'encens qui brulent sous la coupe ardente ou blanchit un vin bouillant, les flammes qui se courbent de loin autour du rebord circulaire, qui se penchent, qui se rapprochent, qui l'effleurent, qui caressent ses levres d'or, et finissent par se confondre avec les flammes aux langues blanches et bleues qui volent sur le vin. Les flammes montent, descendent, s'egarent comme ce demon fantastique des solitudes qui aime a se mirer dans les fontaines. Qui pourra dire combien de fois la coupe a circule autour de la table du festin, combien de fois, epuisee, elle a vu ses bords inondes d'un nouveau nectar? Jeunes filles, n'epargnez ni le vin ni l'hudromel. Le soleil ne eesse de gonfler de nouveaux raisins et de verser des rayons de son immor telle splendeur dans la grappe eclatante qui se balance aux riches festons de nos vignes, a travers les feuilles rembrunies du pampre arrondi en guirlandes qui court parmi les muriers de Tempe. Encore cette libation pour chasser les demons de la nuitl31 La source de l'inspiration est done claire, et Nodier l'enrichit et surtout la poetise par un langage plus soigne et le milieu plus fan tastique du reve qui ne met pas de limites aux images. Ce qui nous a surpris, c'est que M. Castex n'ait pas inclus dans le Cycle Frenetique 1'essai "Le Pays des Reves" dont les deux recits de vampirisme semblent s'enchainer naturellement a Smarra, a moins qu'ils ne l'aient precede. II le mentionne seulement dans des notes a. la Preface de la premiere estidion de Smarra de 1821. 59 Cet ecrit est precede d'une discussion absolument sobre sinon scien-tifique du sujet et de ses phenomenes divers ou Nodier exprime des notions tout a fait modernes. II se defend un ton tres sec contre le reproche d'ecrire une fiction! Ce genre de cauchemar, le reve de manger quelqu'un, etait anomalie, maladie endemique en Croatie, c'est pourtant une superstition. Ce genre de malade s'appelle "Vukodlack", et il est autrement normal et gentil ... Les efforts de la science et les ceremonies de 1*Eglise ne peuvent rien a son mal. La mort est son premier repos.33 A un autre endroit, dans Les Debats, Nodier elargit sur cette observation: La fable des vampires est peut-etre la plus universelle de nos superstitions. Une chose etrange c'est que les hommes les plus simples, les moins interesses a tromper, c'est que des hommes naturels, des sauvages qui n'au-raient aucun avantage a tirer d'une maladie supposee, confessent le vampirisme et s'accusent avec horreur de ce crime involontaire de leur sommeil. Souvent un mal-heureux paysan dalmate affaibli par une longue et morne melancolie, have, decharne, mourant, se redout enfin a mettre un terme a. son affreuse infirmite. Nodier s'occupe meme du probleme de la responsabilite judiciaire de ces malades, probleme qui n'est gouverne par des lois que depuis relativement peu de temps. Le sujet du vampirisme etait deja courant au temps d'Apuled et de Pline; Nodier ne dependit done pas necessaire-ment de Byron pour 1'inspiration. Le dernier remit le sujet a la mode. II est interessant de rappeler ici que Smarra fut annoncee comme traduction d'Apulee. Malheureusement, il ne fut pas possible avec les moyens bibliothecaires loeaux de s'assurer de la date de publica tion du "Pays des Rives", car cet ecrit n'est pas mentionne separement dans la Bibliographie Larat, et meme M. Castex ne cite que 1'edition 60 Charpentier, sans preciser qu'il s'agit de 1'edition des Contes de la Veillee de 1853* H serait particulierement interessant de la savoir, car l'histoire du vampirisme d'Hoffmann pourrait, pour une fois, representor une inspiration dans le sens inverse, puisqu'elle date de 1821, et l'editeur allemand nous informe que sa source est toujours inconnue.35 par contre, A.R. Oliver nous informe que Nodier publia un article sur ce sujet deja en 1813.-^ L'histoire d'Hoffmann se distingue par le fait que le vampirisme semble etre contagieux. Aurelia hait sa mere, elle connait son affliction et a peur d'elle. Apres la mort violente de la mere, elle semble mieux se porter, elle se marie, mais peu a peu elle tombe dans la meme maladie qui cause une fin tragique pour elle comme pour son mari qui succombe a la folie. Comparons avec cet aspect special la theorie exposee par Nodier dans le "Pays des Reves?: Le somnambulisme, la somniloquie, le cauchemar surtout (et nous venons de voir qu'il traite le vampirisme non pas comme la realite physique des traditions populaires, mais comme une condition pathologique mentale, une des formes dangereuses du cauchemar ou de l'hysterie), sont contagieux. Les enfants, les femmes, les malades rSvent plus volontiers les impressions d'un reve qui leur a ete raconte que les impressions les plus vives de la vie reelle. 37 La discussion rationnelle du reve occupe une grande partie du Magnetiseur d'Hoffmann. Le positiviste a une explication pratique: II pense que la vie interieure n'est qu'une reflection des impressions exterieures et que nous creons nos propres demons. Ainsi, pour avoir des reves agreables, il imagine le soir des scenes plaisantes.-^ Neanmoins, il doit avouer qu'il a souvent des reves horribles inexplicables. La discussion se termine dans la plaisanterie. 61 Hoffmann fait toujours alterner le fantastique serieux avec des morceaux de realisme bourgeois souvent humouristiques. Le procede analogue, qui sert a retablir l'equilibre, a distancer l'ecrivain du danger dfetre identifie avec son oeuvre (ce qui lui arrive quand meme), se trouve chez Nodier dans les prefaces a ses contes. Nous voila done en pleine comparaison entre Hoffmann et Nodier, et il semble si evident qu'il y eut une influence profonde de l'un a 1'autre qu'on peut s'epargner de citer les critiques qui varient dans leur opinion a ce sujet, sans jamais donner d'exemples. Oliver ne mentionne ni Hoffmann ni le fantastique dans sa biographie detaillee de Nodier, ce qui n'est pas le seul point, comme nous avons vu, ou il ait manque le but. II n'y a que Breuillac qui ose affirmer que Nodier ne doit rien a. Hoffmann, qu'il y a parallelisme et non pas filiation.39 M. Castex oppose a cette opinion quelques rapprochements precis; Quoi qu'il (Nodier) pretende, nous ne voyons pas, dans la tradition frangaise, de contes de fees qui fassent expressement songer aux siens. Soyons bien persuades, en revanche, qu'il a lu les contes d'Hoffmann, dont il ne dit rien ... La Fee aux Miettes porte la trace d'une influence au moins diffuse du conteur berlinois ... II mentionne la ressemblance de Michel avec le heros de Prinzessin  Brambilla. mais il compare aussi Michel avec Anselmus dans Per goldene  Topf: "Anselmus est aide par Serpentina comme Michel par la Fee." Cette derniere comparaison ne nous parait pas justified, car Serpentina est une jeune fille qui lui parait en vision comme serpent. Le seul paral lele avec Per goldene Topf reste dans la maniere archaisante (et ici ironique) de mettre un titre interminable a chaque chapitre, comme par exemple: 62 Comment un savant, sans qu'il y paraisse, peut se trouver chez les lunatiques, par maniere de compensation des lunatiques qui se trouvent chez les savants• 2 Beaucoup plus frappante est la ressemblance entre la situation de Michel et celle du heros dans Doge und Dogaresse. Dans les deux cas, c'est une vieille femme a la reputation miraculeuse, sinon un peu de sorciere, qui leur vient en aide; vers laquelle ils se sentent attires: une intuition les force de lui faire la charite. Regardons cette tra duction relevee de Doge und Dogaresse: Antonio reconnut dans la vieille femme l'etrange pauvresse qui mendiait d'habitude sur les marches de l'Eglise de St. Francois, demandant la charite aux pieux tout en riant et ricanant, et a laquelle il avait, des fois, jetS un de ses quattrinos dure-ment gagnes et dont il n'avait pas assez lui-mSme, sous l'influence d'une force interieure et incom prehensible. 43 N'y a-t-elle pas une ressemblance etrange avec la Fee aux Miettes, qui etait si pauvre, comme vous savez, qu'on ne lui connaissait de ressources que la charitS de bonnes gens, et cl'autre logement que le porche du grand portail .. Michel lui donne les vingt louis d'or de ses epargnes pour lui assurer un bon passage a Greenock, sa patrle.^ Dans les deux cas, les vieilles qui aiment chacune son jeune hSros, lui procurent son amante belle et jeune d'une maniere miraculeuse. Seulement, La Fee aux Miettes est un des rares contes de Nodier ou le heros peut jouir d'une certaine periode de bonheur, ne fut-ce qu'en reve, tandis qu'Hoffmann unit les amants pour un moment seulement et qu'ils meurent ensemble. L'amour et la mort sont aussi inextricablement lies chez Hoffmann que chez Nodier, et leur inspiration commune est bien la meme - l'illuminisme. Nodier signale la solution par la meditation, etat d'esprit que Castex meprend pour 63 pour 1'imagination qui fait naitre des "chateaux en Espagne": II (Nodier) a admirablement analyse dans un»essai psychologique ce doux etat de la pensee ou elle s'isole a plaisir de toutes les realites de la vie, ou elle peut se deposseder, sans rien perdre du passe, du present, de l'avenir, et meme de l'espe-rance, pour se former un monde a son choix, sur lequel elle exerce avec un souverain empire tous les attributs de la puissance de Dieu. Hoffmann connait la meme condition, un genre de reve superieur que l'homme n'atteint que dans un certain etat de sommeil beatifique et vivifiant, et qui le rend capable d'attirer les emanations de l'esprit cosmique, dont il s'approche, et qui le nourrissent de la force de Dieu.^7 Seulement, Hoffmann est plus conscient du danger que le don de cette force represente pour l'homme: Alban, le mystique, est magne-tiseur et en possession de moyens de guerir - "un art que Dieu lui a 48 confie". II abuse de ce don pour dominer le coeur d'une innocente jeune fille. Dans le Magnetiseur de Schiller, on abuse des forces occultes pour des fins politiques. L'abus sous une forme ou une autre est done la tentation constante pour ceux qui possedent des pouvoirs exceptionnels, tentation faustique, et c'est pourquoi nous trouvons plus d'histoires a denoument tragique chez Hoffmann, a ne citer encore que Per Unheimliche Gast. Ce Convive Inquietant ressemble beaucoup au magnetiseur, mais ici la jeune fille innocente est sauvee, a la derniere minute, par 1*amour de son fiance qu'on croyait mort. Pour une fois, la mort ne frappera que les coupables, en tant que punition, au lieu de servir de porte d'entree dans 1'amour eternel. Par contre, nous trouvons dans Doge und Dogaresse une jeune fille angelique: Annunciata, qui avait vu l'amant de sa destinee comme enfant, et leur scene de reconnaissance correspond aux lois du 64 coup de foudre neoplatonique maintes fois decrit par Maurice Sceve,-^ par exemple. Plus pres de Nodier est 1*annonee de l'amante par le reve, comme dans Die Bergwerke zu Falun (Les Mines de Falun).^ Dans la Neuvaine de la Chandeleur. Nodier utilise une superstition chretienne, qui donne au simple reve un eclat miraculeux, pour que les amants destines se reconnaissent, mais leur bonheur n'est pas de plus longue duree. La raison y est enfin donnee explicitement: ELle est morte, dit le pretre; le Seigneur n'a pas permis que 1'union ! laquelle vous aspiriez put s'ac-complir sur la terre. II a voulu la rendre plus pure, plus douce, plus durable, immortelle comme lui-meme, en la retardant de quelques minutes fugitives qui ne meritent pas de compte dans l'eternite. Votre fiancee vous attend au ciel.-' Nodier joue ce theme avec variations, comme nous 1'avons demontre au Chapitre II, et nous nous rendons compte qu'Hoffmann avait fait de meme, a. ne citer encore que Die Automate et Der Magnetiseur.^3 e^ Doge und Dogaresse fournit encore un autre theme, celui de la conspiration a Venise, qui peut avoir laisse des traces dans Mile de Marsan. Dans les deux cas il y a un adepte allemand qui repre-sente l'idealisme, mais les conspirations avortent et entrainent la fin tragique des heros et de leurs fiancees, avec une bonne dose de melodrame. II est certain qu'une recherche plus poussee que ce travail au cadre limite revelerait encore de nombreuses sources d'in spiration pour Nodier chez Hoffmann. Rappelons-nous la soif d'aven tures de Nodier qu'il exprime dans L'Amour etile Grimoire par La premiere des deux grandes et pueriles passions que j'ai eues dans ma vie, c'etait l'envie de me trouver le heros d'une histoire fantastique.55 65 Hoffmann s*etait exprimee de maniere identique dans Nachricht von den  neuesten Schicksalen des Hundes Berganza (Nouvelles des aventures les plus recentes du chien Berganza).-^ Ce chien devient le porte-parole d'Hoffmann qui se dedouble, pour parler des avantages et des limitations de la langue humaine. II lui semble que pour exprimer les divers etats d'ame, les aboiements et les grognements modules de mille fagons sont aussi suffisants, peut-etre meme plus suffisants, que les mots; et souvent, "quand on ne comprit pas ma langue de chien, je croyais que la faute en etait plutot a vous qui ne faisiez pas d'effort pour me comprendre, qu'a moi, qui n'aurais pas su m'exprimer convenablement." La reponse est: "tu viens d'intimer une pensee tres profonde sur notre langue, et il me semble que tu aies lie 1*intelligence au coeur, ce qui est en effet une chose tres rare."^ Ceci a du plaire beaucoup a Nodier qui s'est occupe si intensement de toutes sortes d'aspects du langage, a ne mentionner que son Dictionnaire raisonne des onomatopees de 1808, et surtout le chapitre "Invention" du Roi de Boheme, dont l'onomatopee est censee produire des impressions precises sans 1'usage de mots descriptifs. Nous pouvons mentionner encore 1*attraction du theme des marionnettes, pratiquement personnifiee par Hoffmann dans le 'Nuss-knacker' que l'un des freres Serapion mentionne comme son ami d'enfance pendant leur discussion des automates,-^ et qui joue le role principal et symbolique dans le conte Nussknacker und Mausekoenig (Gasse^nkisette et le Roi des Souris).^0 De meme, la signification symbolique que Nodier accorde a son Polichinelle devient claire dans l'histoire du Docteur Neophobus: Qu'est-ce en effet que Polichinelle? Depuis pres de cinquante,ans je ne me suis pas demande autre chose. L'aversion superstitieuse contre les automates a laquelle Hoffmann a donne expression se retrouve chez Nodier sous un angle satirique et politique beaucoup plus moderne: Je ne parlerai de la politique que lorsqu'elle se trouvera elevee au niveau des marionettes ... L'usage est de les appeler 'automates', et on ne saurait avoir trop d'egards pour les automates dans un siecle de perfectionnement ou 1'intelligence humaine a cru devoir s'abdiquer elle-mSme au prdfit des machines. 2 N'y a-t-il pas un son prophetique? Le sujet a gagne d'actualite depuisl M. Castex nous explique dans une note pourquoi il ne publie pas les histoires concernant Polichinelle dans sa collection: "il leur manque 1'element dramatique propre au genre du conte."^3 Cette opinion doit probablement servir d'explication pour 1'omission du Roi de Boheme et de ses sept chateaux, variation du conte onerique, qu'il ne cite qu'assez sommairement, bien qu'il en separe et publie les contes conventionnels comme l'ont fait ses predecesseurs. II y voit une parodie de Nodier de son propre wertherisme, sans mentionner le dedoublement autobiographique dans une multiplicity de caracte-ristiques que remarque Richer et, avant lui, Francis Wey en 1844 et chacun qui a pris la peine de lire ce livre, car dans le chapitre "Demonstration" (p.104), Nodier l'explique en detail. Ceci etonne d'autant plus que M. Castex ••'.veut declare lui-meme dans son intro duction que "ses seules intuitions vraies (de Nodier) sont celles qu'il doit a 1'analyse interieure, mais elles sont d'une importance capitale et font de lui un precurseur."^ Le Roi de Boheme est une oeuvre clef de Nodier qui lui tint beaucoup a coeur, car il s'y livre tout entier, et malgre ses protestations, il veut etre novate et il l'est, m&ne si Albert Kies attire notre attention sur le fait suivant: En 1830 enfin paraft 1'Histoire du Roi de Boheme et  de ses sept chateaux. Pastiche, a Paris, chez les  libraires qui ne vendent pas de nouveautes. Au chapitre 48 du tome IV de Tristram Shandy, le caporal Trim promet a. l'oncle Tobie de lui raconter une histoire qui ne sera ni trop enjouee ni trop triste. En realite, Trim sera empeche par les fre quents interruptions de son maitre de donner autre chose que le titre de son recit: L[Histoire du Roi  de Boheme et de ses sept chateaux.°^ Sans autre commentaire, ce pastiche a done l'air d'un plagiat. Mais il faut se reporter au chapitre "Declaration" ou Nodier explique qu'il aurait aussi bien punchoisir un titre moins evident: Vous chercheriez inutilement pendant cent ans un titre qui revelSt plus nai'vement le plagiat que ces lignes ingenues: HISTOIRE du Roi de Boheme et de ses sept chSteaux ... il m'etait si aise de dissimuler cet emprunt d'une imagination epuisee, en disant, par exemple: HISTOIRE DU ROI DE HONGRIE ET DE SES HUIT FORTERESSES ou raieux encore : chronique des empereurs de Trebisonde et description ,, de leurs quatorze palais II devient alors aise de reconnaitre la signification profonde que Nodier accorde a. l'histoire de Sterne. II nous avertit deja dans 1'introduction que 68 le besoin le plus pressant de notre epoque pour un homme raisonnable qui apprecie le monde et la vie a. leur valeur, c'est de savoir la fin de l'histoire du Roi de Boheme et de ses sept chateaux."? En n'arrivant toujours pas a la fin de cette histoire, il demontre, de maniere symbolique, qu'il est impossible de connaitre ce secret. Nodier fut novateur a tel point dans son Roi de Boheme qu'on ne le comprit pas en general. Meme son ami d'enfance Charles Weiss ne sut en dire que des banalitess Le Roi de Bohllme n'a pas fait autant de bruit que tu ne craignais; Les epigrammes sur l'Institut ont passe inapercu; mais il faut convenir aussi que tu les avais trop bien enveloppes. II y a dans ce livre deux episodes charmantes: les Amants Aveugles et le Chien de Brisquet. Tu n'as pas tire de ton Histoire de Polichinelle tout le part que j'imaginais. Mais ce livre se vend-il un peu? Voici l'essentiel.68 Alors on ne doit s'etonner si un critique defavorable comme L.L. de Lomenie considere "L'Histoire du Roi de Boheme et de ses sept chateaux comme pot-pourri fantastique et enigmatique, ou il est question de homme de plus grande perception, Francis Wey, sut reconnaltre deja en Sa modestie (de Nodier) fut reelle et profonde; circonstance peu commune. II apportait en tout une exaltation, une chaleur juvenile, et chose bizarre, cette exaltation etait sincere ... De la cette distinction qu'il faisoit en lui-meme de plusieurs personnages dissemblables; donnee exploited avec adresse et sous un symbole qu'on a mal devine, dans 1'His  toire du Roi de Boheme et de ses sept chSteaux; satire mali-cieuse, le long de laquelle on rencontre sans cesse le por trait de l'auteur depeint avec sa triple transformation.' Les autres biographes tendent a eviter cette oeuvre qui ne s'adapte pas a leurs theories sur Nodier, 1'artiste d'evasion. Meme en 1928, Jean Larat, expert sur Nodier, demande de nouveau: tout hormis du roi de Boheme et de ses chateaux. „69 Neanmoins, un 1844 le caractere principal de cette oeuvre: L'Histoire du Roi de Boheme sera-t-elle en 1830 une nouvelle echappee dans le monde des songes?71 C'est tout un volume de pastiches, de Rabelais surtout ou des 'Iroquois' de son temps dont il amplifie jusqu'a la farce les ridicules.'''2 Par contre, Georg Brandes nous donne une description plastique de ce livres De temps en temps il se laisse dominer et possedel? par 1*imagination la plus devergondee, et alors il se plait a renverser les rapports de l'existence, a jouer avec son propre recit, a se moquer de ses contemporains. II recourt meme a tous les moyens que lui fournit l'impri-merie pour bien faire ressortir le cote fantastique de son oeuvre, ou plus exactement, pour mettre en evidence la souverainete absolue de son moi sur sa matiere. II employa toute une imprimerie pour sa celebre nouvelle: "Le Roi de Boheme et ses sept ChSteaux". II n'est point jusqu'a la forme meme des lettres qui ne varie avec son etat d'Sme. Parfois elles atteignent des proportions gigantesques; parfois, au contraire, elles deviennent presque microscopiques; quand il parle avec vehemence, elles semblent se lever timidement, quand la melancolie le saisit, elles paraissent s'affaisser; en d*autres endroits, elles se changent en illustrations qu'on ne peut separer du texte; elles sont tantot latines, tantlt gothiques, selon la disposition du moment; parfois elles sont renversees, et il faut tourner le livre pour les lire; parfois aussi elles sont etagees comme les degres d'un escalier: La-dessus, le heros descendit 1'escalier tout abattu,'J Pourtant, mime en 1902, apres la venue du Symbolisme, Brandes considere tout cela comme un jeu et non pas comme une premiere experimentation, une anticipation de 1'effort des poetes modernes de munir la langue de dimensions visuelles, auditives et temporelles* L'Avertissement anonyme des Nouveiles de Charles Nodier dans 1'edition Charpentier de 1911 nous dit deja. ce que Jean Richer exposera en detail: La trilogie des caracteres du Roi de Boheme est bien le composite du caractere de Nodier: Theodore represente la bonte, la reverie; Breloque represente l'entrain, la verve, la raillerie; Don Pic de Fanferluche represente 1'erudition pedante. Selon Richer, il y aurait deja une ebauche du Roi de Bohlme dans La plus petite des Pantoufles datant probablement de 1805.'''^ II est vrai que ce motif de la pantoufle est repris par Nodier dans le Roi  de Boheme, mais 1'ebauche n'a aucune des caracteristiques principales de fond: trois personnages autobiographiques; ni de forme: alternance de fragments - 1'incoherence voulue. Par contre, le motif de la pan toufle se trouve aussi chez Hoffmann: Peter Schlemihl, figure legen-daire bien connue depuis Chamisso, porte des pantoufles delicates au-dessus de ses bottes.7^ II doit done s'agir d'une allusion mieux com prise a 1'epoque. Un autre detail qui relie ou bien Nodier a Hoffmann ou tous les deux a Shakespeare, est 1•exclamation a la fin de 1*Intro duction du Roi de Boheme: J'ai besoin d'un cheval ... je n'irai pas en Boheme sans cheval ... Un chevall un chevall A horseI a horse1 my kingdom for a horse( Or, Hoffmann fait dire a son 'Nussknacker', en pleine bataille entre souris et soldats de bois, done en plein milieu du pays des reves qu'est cette Boheme: "Un cheval - un cheval - un royaume pour un chevall Mais revenons a 1*analyse de Richer. Son explication allegorique des trois personnages du Roi de Boheme correspondrait a Theodore = honnete gargon faible = Jugement Don Pic de Fanferluche = pedant erudit = Memoire _ Breloque = fou bizarre = Inspiration' ce qui ne correspond pas tout a. fait a 1'evaluation ironique donnee par Nodier lui-meme.'''9 Mais Richer rend hommage a Nodier pour ce qui est la vraie originalite de cette oeuvre: 71 Nodier paraissant non pas double mais triple, l'humour qui se contente d'ordinaire de deux dimensions plus un spectateur, devient a son tout object d*humour. C'est dire que l'ecrivain a introduit la quatrieme dimension dans la litterature. Du meme coup et comme en se jouant, il a devance les recherches les plus hardies de Mallarme, d'Apollinaire, de Jarry et de Joyce.°® Le jugement "comme en se jouant" est en contradiction avec la conclusion de Richer qu'il s'agit ici de la "piece la plus autobiographique. Rien 8 n'est obscure dans son livre puisque tout y est calcule et intentionnel." Qu'on veuille done accorder a Nodier d'avoir trouve de 1•originalite par un effort conscient en avance de son temps, et non seulement par hasard comme dans un jeu d'enfant. Pourtant, depuis l'analyse profonde de Richer, qui ne s'occupa pas de 1'influence allemande, Dedeyan a reconnu chez les Serapionsbrueder (Freres Serapion) d'Hoffmann un procede analogue qui jette une lumiere nouvelle sur 1•originalite absolue de la division d'un caractere en trois personnages. II trouve Les aspects varies de la personnalite meme d'Hoffmann dans Theodore: musicomane passionne Lothaire: insatiable et fantasque L'etrange Cyprien: passionne des cas de folie et des cas anormaux.82 II ne sera pas necessaire d'attirer l'attention sur le fait qu'Hoffmann souligne cet aspect autobiographique par 1'utilisation de l'un de ses trois prenoms: Theodore, repris ensuite par Nodier. Reste a examiner la forme etrange du Roi de Boheme ou notre interet est surtout retenu par la fragmentation des deux types d'histoire; la satire legere d'autrui et de soi-meme cachee derfcilre l'absurdite apparente du reve d'une part, et derriere la simplicite contrastante de contes conventionnels, symboles de 1'imagination debordante tenue en echec tour & tour par la soumission au traditionnalisme. Cette nouveaute de forme n'etait pas au gout du public, et comme Nodier avait besoin d*argent, il se decida en 1842 a faire reimprimer, "sous 1'empire de la necessite", les deux contes Les Aveugles de Chamonix et Le Chien de Brisquet, sSparement dans les Nouvelles et Melanges. Richer note tres justement que hors du contexte du Roi de Boheme, ces recits prennent un aspect tres different, ils perdent leur portee et leur signification.^ Or, une oeuvre d'Hoffmann offre precisement cette forme incoherente voulue, pour les memes raisons symboliques que celles mentionnees ci-dessus. C'est Lebens-Ansichten des Katers Murr nebst fragmentarischer Biographie des Kapellmeisters Johannes Kreisler in zufaelligen Makulaturblaettern. II s'agit ici de deux histoires a caractere autobiographique, dont l'une represente le fantastique et le satirique par l'animal qui parle, tandis que la. biographie du Kapellmeister porte les caracteristiques habituelles des contes d'Hoffmann ou la sentimentalite est melee a l'occulte, au miraculeux. Sa fragmentation est vraie, le lecteur doit suppleer deja par sa propre imagination ce qui manque au recit (procede favori des Symbolistesl), meme si les deux contes sont separes pour en faciliter la comprehension. Comme dans le cas de Nodier, le public n*etait pas prlt a ce genre d'exercice mental, et selon Walter Mueller-Seidel, la publication separee des deux oeuvres fut due a la "souverainete editoriale" d'un des connaisseurs les plus intimes des oeuvres d'Hoffmann, ce qui lui 84 parait aussi etonnant qu'incomprehensible. Comme Richer l'a remarque pour l'incoherance apparente dans 1'oeuvre de Nodier, Mueller-Seidel affirme que cette incoherance fictive est une caracteristique de la forme du roman et ainsi acceptable du point de vue artistique. En 73 liant la ^question de 1'incoherence inextricablement avec la forme du roman, Hoffmann anticipe d'une maniere surprenante non seulement des problemes, mais une partie de la crise du roman moderne, pour la resoudre a sa maniere.8-' L'oeuvre d'Hoffmann fut publiee en 1820 et en 1822 et ne fut jamais traduite sous sa forme originale fragmented, au moins jusqu'en 1905, date de publication du Grundriss zur Geschichte der deutschen Dichtung (Guide a 1*Histoire de la Litterature allemande, vol.8) 86 de Goedeke. II est peu probable qu'elle ait suscite suffisamment d'interet depuis pour avoir ete traduite. Ceci se comprend facilement, la fragmentation posant des problemes supplementaires pour la compre hension d'un etranger. Nous pourrions y voir aussi une explication du fait que ni Richer ni surtout Dedeyan ne se soient apercu de la source d*inspiration de Nodier pour l'une de ses oeuvres les plus individuelles. II est evident que Nodier s'est servi des deux sources a la foi*, des Serapionsbrueder pour 1'inspiration du dedoublement a trois, ainsi que de l'histoire amusante du Kater Murr intermelee a. la biographiq tra-gique du Kapellmeister Johannes Kreisler pour la forme gouvernant son oeuvre autobiographique. De toutes les influences*allemandes, il semble done bien etabli que celle d'Hoffmann fut la plus etendue et la plus directe, mais Nodier a encore une fois fait preuve d'un talent d'adap-tation d'idees si ingenieux par la maitrise plus etendue et plus elevee de la langue poetique, qu'on peut dire pour le Roi de Boheme ce que Mueller-Seidel dit du roman d'Hoffmann: Malgre tous les emprunts, plagiats et citations spirituelles, ce roman est la propriete incontestee de l'ecrivain, de tous les points de vue."7 NOTES DE REFERENCE CHAPITRE IV 1 TEXTE, Joseph, Etudes de Litterature Europeenne, p.223 2 id., p.115 3 ibid., pp. 105/6 k KIES, Albert, "Imitation et Pastiche dans 1'oeuvre de Charles Nodier", p.69 5 NODIER, Charles, Contes, Edition P.-G. Castex, 196l, p.27 6 SALOMON, Michel, Charles Nodier et le Groupe Romantique, p.19 7 LARAT, Jean, "Une premiere esquisse inedite des Proscrits de Nodier", p.Ill 8 MORNET, Daniel, Le Romantisme au l8eme siecle, p.13^ 9 ibid., p.265 10 id., cite par Ch. Dedeyan dans Gerard de Nerval et l'Allemagne, p.386, 1'original allemand dans Dichtung und Wahrheit, Dritter Teil, S.172, Goethes Saemtliche Werke, Jubilaeumsausgabe, Vierundzwanzigster Band 11 ROSSEL, Virgile, Histoire des Relations litteraires entre la France et l'Allemagne, p.99 12 BALDENSPERGER, Ferdinand, Goethe en France, p.31 13 NODIER, Charles, Nouvelles, p.^3 Ik id., Romans, p.77 15 ibid., p.65 16 NODIER, Charles, "Les Types en Litterature", p.15 17 STAEL, Mme de, De l'Allemagne. XI, p.371 18 NODIER, Charles, Nouvelles, p.59 19 BALDENSPERGER, F., op.cit., p.128 75 20 BERAUD, Antony et xx*, Faust, p.59 21 ibid. 22 ibid., p.68 23 BALDENSPERGER, F., op.cit., p.141 24 TEXTE, Joseph, op.cit., p.227 25 NODIER, Charles, Contes. Edition Castex, p.533 26 OLIVER, A.R., Charles Nodier. Pilot of Romanticism, p.237 27 NODIER, Charles, op.cit., pp.47/8 28 ibid., note p.43 29 DEDEYAN, Charles, Gerard Nerval et l'Allemagne. p.359 30 ibid., p.360 31 NODIER, Charles, op.cit., pp.56/7 32 ibid., pp.33/4 33 NODIER, Charles, Contes de la Veillee, 1853, P.211 34 id., cite par Ch. Dede"yan dans Victor Hugo et l'Allemagne, p. 124 35 HOFFMANN, E.T.A., Die Serapionsbrueder. p.lll6 (note pour la page 92$) 36 OLIVER, A.R., op.cit., p.125: Nodier who had already discovered the vampire legends in Illyria and discussed their influence in an article for Le Telegraphe Officiel. April 11, 1813, No. 29. 37 NODIER, Charles, op.cit., p.212 38 HOFFMANN, E.T.A., Saemtliche Werke (1912), Band I, S.196 Wir stehen mit alien Aussendingen, mit der ganzen Natur in solch enger psychischer und physischer Verbindung, dass das Losloesen davon, sollte es moeglich sein, auch unsere Existenz vernichtet. Unser sogenanntes intensives Leben wird von dem extensiven bedingt, es ist nur ein Reflex von diesem, in dem aber die Figuren und Bilder, wie in einem Hohlspiegel aufgefangen, sich oft in veraen-derten Verhaeltnissen und daher wunderlich und fremdartig darstellen, unerachtet auch wieder diese Karikaturen im Leben ihre Originale finden. 76 39 BREUILLAC, G., "Hoffmann en France", cite par Jean Larat dans La Tradition et l'exotisme dans l'oeuvre de Nodier, p.317 40 NODIER, Charles, Contes, Edition Castex, p.159 41 ibid., p.160 42 ibid., p.I85, a comparer avec 1'exemple d'Hoffmann: Neunte Vigilie: Wie der Student Anselmus zu einiger Vernunft gelangte - Die Punschgesellschaft - Wie der Student Anselmus den Konrektor Paulmann fuer einen Schuhu hielt und dieser sich darob sehr erzuernte - Der Tintenklecks und seine Folgen. E.T.A. Hoffmann, Spukgeschichten und Maerchen, p.6l 43 HOFFMANN, E.T.A., Die Serapionsbrueder. p.361 Antonio erkannte in dem alten Muetterchen das seltsame Bettelweib, das auf den Stufen der Franziskanerkirche die Andaechtigen, immer kichernd und lachend, urn Almosen anzusprechen pflegte, und der er manchmal, von innerm unerklaerlichem Drang getrieben, einen sauer verdienten Quattrino, den er selbst nicht uebrig, hingeworfen. 44 NODIER, Charles, op.cit., p.196 45 ibid., p.200 46 ibid., p.155 47 HOFFMANN, E.T.A., Saemtliche Werke (1912), Band I, S200 Ueberdem gibt es eine hoehere Art des Traeumens, und nur diese hat der Mensch in dem gewissen beseelenden und bese-ligenden Schlafe, der ihm vergoennt, die Strahlen des Weltgeistes, dem er sich naeher geschwungen, imsich zu Ziehen, die ihn mit goettlicher Kraft naehren und staerken. 48 ibid., S.203 Er besitzt eine Kunst, welche auszuueben ihm Gott die Macht verliehen. 49 HOFFMANN, E.T.A., Die Serapionsbrueder. p.600 50 ibid., p.381/2 51 ibid., p.183 52 NODIER, Charles, op.cit., p.833» a comparer avec Hoffmann, op.cit., p.353* Habe ich sie denn verloren? ist sie nicht im inneren gluehenden Leben ewig mein? 53 HOFFMANN, E.T.A., op.cit., p.336/7 54 HOFFMANN, E.T.A., Saemtliche Werke. Band I, S.230 77 55 NODIER, Charles, Contes, Edition Castex, p.5l6 56 HOFFMANN, E.T.A., Saemtliche Werke, Band I, S.10? Unwillkuerlich stand ich still - mich durchflog die frohe Ahnung, es koenne mir wohl etwas ganz Besonderes begegnen, was in diesem ordinaeren, hausbackenen Leben immer mein Wunsch und Gebet ist, und ich beschloss, den Seufzenden aufzusuchen. 57 ibidi, S.109 Wenn ich denn nun reden darf, so tut es mir wohl, mich ueber meine Leiden und Freuden in menschlichen Toenen auszuschwatzen, weil eure Sprache doch recht dazu ge-eignet scheint, durch die fuer so manche Gegenstaende und Erscheinungen in der Welt erfundenen Woerter die Begebenheiten recht deutlich darzulegen; wiewohl, was die innern Zustaende der Seele und allerlei dadurch entstehende Beziehungen und Verknuepfungen mit den aeussern Dingen betrifft, es mir vorkommt, als sei, urn diese auszudruecken, mein in tausend Arten und Abstufun-gen gemodeltes Knurren, Brummen und Bellen ebenso hin-reichend, vielleicht noch hinreichender als eure Worte; und oft, als Hund in meiner Sprache nicht verstanden, glaubte ich, es laege mehr an euch, dass ihr nicht trachtetet mich zu verstehen, als an mir, dass ich mich nicht gehoerig auszudruecken wuesste. Teuerster Freund, fiel ich ein, du hast in diesem Augen-blick ueber unsere Sprache einen recht fciefen Gedanken angedeutet, und es scheint mir, als verbaendest du Verstand mit Gemuet, welches in der Tat eine recht seltene Sache ist. 58 NODIER, Charles, Le Roi de Boheme. p.309 59 HOFFMANN, E.T.A., Die Serapionsbrueder. p.339 60 id., Spukgeschichten und Maerchen, p.140 61 NODIER, Charles, Nouvelles, suivies des Fantaisies du Deriseur Sense. (1911), p.429 62 ibid., "Les Marionnettes", p.386 63 NODIER, Charles, Contes, Edition Castex, p.397 64 ibid., p.xiv 65 KIES, Albert, op.cit., p.?4 66 NODIER, Charles, Le Roi de Boheme. pp.108/9 67 ibid., p.94 78 68 Lettre XLVI du 21 mars 1830 de Weiss a Nodier 69 LOMENIE, L.L. de, Galerie de Contemporains illustres, p. 34 70 WEY, Francis, La Vie de Charles Nodier de l'Academie Francaise, p.3 71 LARAT, Jean, La Tradition et l'exotisme dans l'oeuvre de Nodier, p.319 72 ibid., p.449 73 BRANDES, Georg, L'Ecole Romantique en France, p.42 74 RICHER, Jean, "Autour de 1'Histoire du Roi de Boheme", p.5 75 HOFFMANN, E.T.A., Spukgeschichten und MaBrchen, "Die Abenteuer der Sylvesternacht", p.89 ... sehr fiel es mir aber auf, dass er ueber die Stiefel zierliche Pantoffeln gezogen hatte. 76 NODIER, Charles, op.cit., p.95 77 HOFFMANN, E.T.A., op.cit., p.155 Ein Pferd- ein Pferd, ein Koenigreidh fuer ein Pferdl 78 RICHER, Jean, op.cit., p.10 79 NODIER, Charles, op.cit., p.104 II faut seulement s'entendre sur un point de depart, c'est-a-dire sur le calcul de Diodes de Smyrne qui represente l'esprit de l'homme par le nombre MILLE. Ci, valeur regue en compte 1000 Passons a 1*analyse: Soit Theodore, ou mon imagination ..... 0 Soit Don Pic de Fanferluchio, ou ma meraoire 1 Soit Breloque, ou mon jugement 999 ... Je pose hardiment le total 1000 Ce qui signifie identiquement: l'auteur de 1'Histoire du roi de Boheme et de ses sept chateaux ... 80 RICHER, Jean, op.cit., p.14 81 ibid., p.16 82 DEDEYAN, Charles, L'Imagination fantastique dans le Romantisme Europeen, p.76 83 RICHER, Jean, op.cit., p.28 79 84 HOFFMANN, E.T.A., Lebens-Ansichten des Katers Murr nebst fragmen-tarischer Biographie des Kapellmeisters Johannes Kreisler  in zufaelligen Makulaturblaettern. p.681 85 ibid., Die fiktive Zusammenhanglosigkeit ist, recht verstanden, ein Bestandteil ddr Romanform selbst und von dorther kuenstlerisch zu vertreten. Weil beide Telle dergestalt zusammengehoeren, sollte man sie nicht trennen, wie es geschehen ist. Die Kunstform, auf die es Hoffmann abge-sehen hatte, wird verdeckt, wenn man die Ganzheit der Dichtung in zwei vermeintlich selbstaendigen Lebensge-schichten isoliert. Dass die editorische Selbstherrlich-keit auf einen der intimsten Kenner des Hoffmannschen Werkes zurueckgeht, bleibt ebenso erstaunlich wie schwer verstaendlich. In jedem Fall ist einem solchen Eingriff zu widerstehen. Weder die Katergeschichte noch die Lebens-geschichte Kreislers sind das, was sie sind, wenn man so verfaehrt. Entgegen der Intention des Dichters spiegeln die derart voneinander getrennten Teile einen Zusammenhang vor, der vom Ganzen des Romans her gerade als fragwuerdig erscheinen soil ... Indem E.T.A. Hoffmann die Frage der Zusammenhanglosigkeit mit der Romanform unloesbar ver-knuepft, nimmt er auf ueberraschende Weise Probleme des modernen Romans vorweg, um sie auf seine gewiss zeitge-maesse Weise zu bewaeltigen. 86 GOEDEKE, Karl, Grundriss zur Geschichte der deutschen Dichtung, vol. 8 87 HOFFMANN, E.T.A., op.cit., p.687 Der humoristische Roman des Katers Murr ist unerachtet aller Anleihen, geistreicher Plagiate und Zitate das unverwechselbare Eigentum des Dichters. Er ist es in jedem Betracht. CHAPITRE V DEFINITION DU "GENIE ALLEMAND" SELON L•INTERPRETATION DE NODIER ET SA SIGNIFICATION DANS L*ENSEMBLE DES INFLUENCES Nous venons de demontrer dans les chapitres precedents des influences allemandes de nature generale comme de nature speci-fique. En comparant ces influences entre elles, nous arrivons a la conclusion qu'il n'y a de vraie influence positive sur 1'oeuvre de Nodier que dans les cas ou Nodier, attire par des interets communs ou par une affinite prononcSe de la pensee due a une ressemblance indeniable de caractere, se laisse captiver. Cette influence positive se revele le plus chez Hoffmann, qui semble avoir ete un personnage volontairement enigmatique comme Nodier, personnage qui se prete facilement a la formation de mythes. Ainsi Joseph Texte rapporte en 1898 que Hoffmann "piquait la curiosite": Un homme etrange dont la vie s'etait ecoulee entre l'alcool et le reve; digne fils de l'Allemagne qu'un critique a appelee la patrie des hallucinations; il correspondait a. ce qu'on s'imaginait allemand ... Comme Baudelaire, et avant lui, mais aussi avant Gautier et Sainte-Beuve, il avait cherche a. noter en poesie les sensations rares et disparates, perpetuelle oscillation de l'ironie au mysticisme, du sarcasme au baquet de Mesmer: il avait espere d'arriver a la connaissance complete de l'etre. Nous pouvons ajouter a 1'Enumeration des novateurs en poesie Nodier et Nerval qui les precederent encore, mais en ce qui concerne la vie 81 d'Hoffmann passee entre le r§ve et l'alcool, il doit s'agir d'une generalisation sinon exageration insoutenable. II fut une personnalite double, attiree irresistiblement vers les arts, la musique autant que la litterature, pour ne pas parler du grand inconnu, l'occulte, mais ses pieds resterent fermement plantes sur terre. II ne faut pas oublier qu'il fut juriste et que sa decision de s'adonner aux arts comme metier au lieu de comme delassement ne fut prise que par necessite: il perdit son poste en 1806 a la suite des evenements de la guerre, a. savoir 1'occupation frangaise. Mais la vie de compositeur comme de directeur d'orchestre ne fut pas facile. C'est la gene qui le poussa a ecrire des contes.2 II est fort possible qu'il ait beaucoup souffert de la realite et qu'il ne l'ait trouvee "supportable qu'en lui substituant un reve perpetuel, car le fantastique qu'est-ce (sic) autre chose sinon le reve que l'on continue tout eveille?"^ Mais il faut alors se repor ter a. ce que nous avons dit au sujet de Nodier et de 1'evasion par le reve (Chap. II, p.14). Hoffmann est done d'un temperament naturellement romantique; il sait, pourtant, garder l'equilibre par l'exteriorisation de ses fantaisies dans les contes, et n'oublions surtout pas son travail. En 1814, apres la liberation de l'Allemagne, Hoffmann rentra au service de l'etat. En 1816, il fut nomme Conseiller a la Cour d'Appel de Berlin, en 1821 Senateur a la Cour d'Appel.^ De tels postes dans 1'administration prussienne ne furent pas confies aux hommes d'une conduite douteuse ou vivant en permanence dans le reve. L'identification avec son oeuvre que Hoffmann essaya d'eviter par des discussions objectives intercalees entre ses contes et par un realisme terre a terre bourgeois, par 1'humour et par la satire - identification que Dedeyan cherche a prouver par la citation suivante - doit done etre comprise a un niveau plus elevet 82 C'est pour lui l'imperatif categorique du createur, du poete, d'etre pris tout entier par sa creation, confondue avec sa vie; d'ou ces paroles prononcees par le chien Berganza: II y a beaucoup de braves gens que l'on nomme poetes; ils ont certainement de 1'esprit ... mais ils semblent ignorer que la poesie n'est autre chose que la vie meme du poete. Le poete est-il done un diplomate ou un homme d'affaires pour pouvoir isoler sa vie privee de quelle autre vie? Je ne pourrai jamais me persuader que celui dont la vie entiere n'a pas ete elevee par la poesie au-dessus de la vulgarite, au-dessus des miserables petitesses du monde conventionnel, que celui qui n'est pas a la fois plein de bonte et plein de noblesse, soit un vrai poete.5 Voila. une opinion ou meme une attitude que Nodier a du partager, puisque ses amis louerent surtout sa grande bonte. A.R. Oliver pretend que le fait que Nodier fut precede et suivi dans son siege a l'Academie par trois hommes qui ne l'aimerent pas fait exploser le mythe "du bon Nodier;"^ ce n'est certainement pas un argument convaincant. Au chapitre precedent nous avons deja. demontre, par de nombreux exeraples, des similarites d'esprit entre Hoffmann et Nodier qui ont entralne la filiation. Avant de resumer leurs interets communs, ajoutons qu*Hoffmann se sentait predestine au fantastique ayant une mere dont "une maladie nerveuse a transmis ses germes a 1'imagination de sor^lls,^ Cela rappelle "l'infirmite nerveuse qui tourmentait Nodier Q dans sa jeunesse." L*inclination au fantastique, la perception de relations surnaturelles est done liee a une condition sinon a. une faiblesse physique, ce que nous avons constate ehez tous les heros et heroines de Nodier. La lueidite surnaturelle semble folie, les limites sont difficiles a discerner. La curiosite des deux hommes est attirSe par les etats d'esprit dits pathologiques et par les etats subconscients qui donnent naissance aux cauchemars comme aux reves angeliques, sujets 83 qui sont traites dans leurs oeuvres d'une maniere qui cherche a enseigner une comprehension approfondie. Qu'on ne nie pas le didactisme contenu dans l'histoire du fou qui se croit le martyr Serapion; nous avons deja demontre le didactisme dans les oeuvres de Nodier. II y a aussi de l'interet dans les animaux qui sont meil-leurs que beaucoup d'hommes. Hoffmann est explicite a ce sujet avec son chat Murr et le chien Berganza, et on peut se demander alors, si l'histoire du Chien de Brisquet. vue sous cet angle, a peut-etre une portee symbolique beaucoup plus etendue, grace a sa place dans le Roi de Boheme. quel cette histoire conventionnelle ne laisse soupconner. Meme dans les Ayeugles de Chamouny. 1'autre digression conventionnelle dans le Roi de Boheme. c'est un chien qui represente la fidelite absolue suivant son maitre dans la mort, en contraste avec l'amie infidele. Deja Mme de Stael avait dit: "II est beaucoup moins ridicule en Alle magne que cela ne le serait en France, de se servir du diable dans la fiction."^ La personnification d'animaux rentre dans la meme categoric Hoffmann dit au debut des Serapionsbrueder: N'est-ce point l'esprit seul qui est capable de saisir ce qui se passe autour de nous, qui entend, qui voit, qui sent? Est-ce l'oeil, 1*oreille, la main? Mais si c'est l'esprit, pourquoi ce que l'esprit reconnait comme reel ne serait-il pas reel en effet?10 Dedeyan est de l'avis que cette attitude suppose une mentalite, une constitution fantastique naturelle chez Hoffmann qui a sa logique in terne. Un tel point de vue etonne chez un homme moderne, car la psycho-logie contemporaine aussi bien que la psychiatrie sont du meme avis qu'Hoffmann que la perception de la realite est relative. On tient compte du subconscient, mais on ne le qualifie plus de fantastique. L'interet 84 de Nodier et de Hoffmann dans le monde interieur de l'homme s'exprime dans des formes qui sont acceptables et comprehensibles a. l'epoque -les contes fantastiques - et, ne l'oublions pas, qui se vendent. Nous en avons toujours, on n'a qu'a regarder les programmes de television ou "Bewitched" jouit d'une popularity qui trahit des desirs collectifs au-dela de l'amusement simple, d'un pouvoir depassant celui de l'homme. Pour exprimer le monde insaisissable, on le personnifie, et surtout les tentations, comme on a fait de tous temps. Mais on commence a insinuer la verite: qu'il s'agit dans ces manifestations de productions de l'esprit de l'homme et non pas d'etres d'un autre monde exterieur. On ne pourra bientot plus blamer un ennemi, comme par exemple le diable, pour ses tendances au dedoublement. Mais d'abord, apres l'ere de la lu-miere, il y a une resistance grandissante contre la conception d'un univers mecaniste et explicable. Elle se manifeste par la diffusion de l'illuminisme qui exige la liberte de pensee totale, done non seulement celle des libre-penseurs qui se moque des sentiments religieux, mais celle de la tolerance absolue qui met l'individualiste a l'abri du ridi cule. Nous avons trouve la meme exigence de cette tolerance chez Nodier comme chez Hoffmann, ce "Hoffmann le fantastique - ainsi 1'appelle Theophile Gautier - s'il n'est un ecrivain francais, il reste du moins un ecrivain francise."^ Tant que la satire est necessaire pour combattre, parmi d'autres defauts, l'esprit intolerant feodal ou bourgeois, un pays n'est pas un paradis. Cette satire est presente deja dans l'Allemagne prero-mantique du Faust de KLinger. En enfer, le defenseur de l'Allemagne s'exclame: 85 Dites-moi, ou sur la terre brille le systeme feodal, le coup de maitre de la violence et de 1*intelligence humaine, dans toute sa splendeur comme dans l'Allemagne? Dans l'Allemagne romantique nous la trouvons de Tieck a. Heine qui est exile a une epoque ou Nodier ecrit les louanges de l'Allemagne "au penchant universel a l'idealisme." La generalisation en traits natio-naux de quelques caracteristiques plutot exceptionnels est done fausse, mais beaucoup pratiquSe depuis 1'emergence du nationalisme. Ajoutons a la description de l'Allemagne par Nodier comme citee dans 1*Introduction 1*affirmation suivante: Les Allemands qu'un penchant organique a la mysticite entralne toujours vers le spiritualisme, etaient moins propres a fixer les images de la vie sociale dans ses realites absolues. L'elan de leur psychique reveur les porte vers un monde plus ideal. L'homme qui est disparait pour eux devant l'homme qui sera, ou devant l'homme qui devrait etre. Stationnaires dans les moeurs, car ils ont place leur vie morale dans une autre region, ils marchent en precurseurs a la tete des idees.-*-3 Nodier oppose aux Allemands reveurs les Anglais, "gens senses qui ne croient ni au diable ni a. la sorcellerie,"^ tandis qu'"en France cette sensibilite est le secret d'un petit nombre qui ... pretait un peu au ridicule a cette epoque des realites materielles."^ Nous commencons a. voir que la generalisation des inclinations d*"un petit nombre" pour une population entiere est le resultat ou bien d'ignorance ou d'un desir frustre. Dedeyan suppose que Nodier deduisit peut-etre "cette liberte si desiree des satires de Tieck, qui ose. attaquer la pedanterie et se montrer ouvertement en Allemagne, mais pas encore en France, ou l'Academie et la loi de la censure regnent toujours supreme." Nodier lui-meme dit: Tout developpement ulterieur fut arrete par la fondation de l'Academie. Depuis, la litterature frangaise fut belle de formes et riche de style, mais pauvre d'invention, banale de caractere et denuee de cette naivete originale qui n'appartient qu'a. l'independance.-'-''1' 86 Nous avons deja mentionne que Nodier n'osa montfer ses convictions ouvertement que tres tard dans sa vie, apres 1840. Lorsqu'il publia, en 1823, un article "Meditation" que Lacroix, le bibliophile Jacob, qualifia d'une "reverie remarquable a la Swederiborg", Chateaubriand pensa que Nodier plaisanta et se demanda s'il s'agissait d'une con version reelle ou seulement d'un tour de force litteraire.^8 II se pose alors la question suivantes l'enthousiasme de Nodier pour l'Alle-magne visB-t-il un vrai pays ou ne correspond-il''plut3t a sa vision de l'Inde: (Ce) n'est pas une terre classique, c'est seulement une terre romantique, une terre poetique et merveilleuse, et comme elle parait s'etre derobee par une singuliere exception a la contagion du perfectionnement social, elle s'est soustraite par le meme bonheur a. 1'investi gation des pedants. Les illusions du premier age sont charmantes dans les peuples comme dans les enfants parce que c'est d'elles que se compose a peu pres tout le bonheur certain que l'homme est appele a connaitre pendant sa courte existence.^ L'Inde ... Nodier ne s'y interesse evidemment que sous l'image presentee par ses contes de Fee, et elle, comme son Allemagne et ses Allemands, produits de 1'imagination, sont les pieces d'appui dans ses arguments en favour de la liberte: Puisqu'on a reconnu a peu pres universellement que la liberte etait bonne, il serait par trop extraor dinaire qu'elle demeurat exceptivement interdite a. celle de nos facultes qui en est le plus alteree, a 1'imagination.20 On ne peut s'empecher de penser a Voltaire et ses Lettres Philosophiques dans lesquelles il se sert des institutions politiques et religieuses anglaises pour faire la guerre au despotisme frangais dans ces deux domaines de pouvoir. Du moment que son exemple fut trop bien suivi et degenera en anglomanie, il combattit 1'influence anglaise. Nodier est 87 trop independent pour se soumettre a. l'influence allemande sans bornes, a la difference de Nerval, traducteur qui s'immola a. la litterature allemande jusqu'a 1*identification avec son heros Faust, 1'Imagier  d'Harlem.2* Meme de Flaubert il fut dit que, par son oeuvre La Tentation  de St. Antoine, il ait voulu "s'identifier avec le maltre de Weimar et qu'il osa ecrire: 'au fond, je suis allemand. C'est a. force d'etude que je me suis decrasse de toutes mes brumes septentrionales'." Nous avons vu que bien qu'il y ait de l'influence allemande dans l'oeuvre de Nodier, il fut loin de s'identifier avec quoi que ce ffit, ses emprunts devenant siens par une metamorphose qui leur donna une "marque frangaise."23 Du reste, l'influence allemande constitue seulement une partie mineure dans 1*ensemble des inspirations etrangeres que "1*esprit devorant de Nodier a derivees presque sans limites."2^ Les dettes litte raires reconnues reunissent l'antiquite au romantisme, Homere a. Shake speare et Hoffmann, et c'est ainsi que Nodier voulut trouver une synthese entre passe et present, entre classicisme et romantisme, meme entre raison et sentiment: L'organisation sensible et passionnee jusqu'a ce degre d'effusion vehement que 1*imbecile vulgaire appelle exaltation ou delire, n'exclut pas les qualites qui commandent l'estime et le respect. Ce serait autant gagne sur les theories glacees des hommes positifs.2^ II put accepter plus facilement le romantisme etranger que le romantisme frangais parce que le dernier entra en comparaison avec la langue clas-?6 sique, et son habitude apprise du "beau". Cet esprit de synthese lucide et sobre, qui ne veut evidemment pas imposer la "mysticite allemande" a tous les Frangais, se revele encore au niveau social. 88 Nodier combat la reaction litteraire parce qu'elle deforme la pensee frangaise et strangle 1*imagination, la source de vie d'un peuple: Sans la force imaginative, la civilisation de l'homme ne peut soutenir de comparaison avec celle qui regie la sage police des castors et la prevoyante industrie des fourmis. Voyez ce que la poetique du pedant a fait de l'art divin d'Orphee, d'Homere et de DavidI Comme il y a deux puissances dans l'homme, ou si l'on veut s'exprimer ainsi, deux Smes qui regissent, comme l'homme, les peuples dont il est l'expression unitaire, et cela suivant l'etat d'accroissement ou de decadence des facultes qui caracterisent l'espece, il y a aussi deux societed, dont l'une appartient au principe imagi-natif, et l'autre au principe materiel de la vie humaine, -La lutte de ces forces, presque egales a. l'origine, mais qui se debordent tour a tour, est le secret eternel de toutes les revolutions, sous quelque aspect qu'elles se presentent ... Les paysans de nos villages qui lisaient, il y a cent ans, la legende et les contes de fee, et qui y croyaient, lisent maintenant les gazettes et les proclamations, et ils y croient, Ils etaient insenses, ils sont devenus sots: voila le progres. Quel est le meilleur de ces etati? Si j'osais en dire mon avis, comme l'homme ne peut echapper par une tangente inconnue a 1'obligation d'accepter et de remplir les conditions de sa double nature, ils sont tous les deux impossibles dans une application exclusive, Dans un pays oh le principe imaginatif deviendrait absolu, iyn'y aurait point de civilisation positive, et la civi lisation ne peut se passer de son element positif, Dans un pays ou le principe positif entreprend de s'as-seoir exclusivement au-dessus de toutes les opinions, et meme au-dessus de toutes les erreurs - s'il est une opinion au monde qui ne soit pas une erreur -, il n'y a plus qu'un parti a prendre. C'est de se depouiller du nom d'homme, et de gagner les forets avec un eclat de rire universel; car une semblable societe ne merite pas un autre adieu.27 On peut done conclure avec Dedeyan que ce que Nodier veut voir, c'est que le mouvement general vers un systeme nouveau de civi lisation doit occasionner une revolution certaine dans les aneiens systemes litteraires; sous ce point de vue, les progres de l'ecole romantique ne sont pas un simple objet de curiosite" pour le critique, ils sont un „ objet de meditation pour le publiciste et le philosophe. C'est ce qui fait le moderne: la rupture voulue avec le passe qui attarde 1*ecrivain par rapport au developpement social et qui se reclame de 1'Stranger pour accomplir une mutation,2^ Nodier n'est pas le premier a appeler en aide l'utopii de 1'esprit allemand libre pour faire ressortir son argument: 0 Germanie, ecrit Dorat en 1768, nos beaux jours sont Svanouis, les tiens commencent. Le Journal Etranger, la Bibliotheque germanique de Formey, les etudes de Elorat, Huber, Boulanger de Rivery et des autres, ouvrent tout grand en France l'essor de ces libres genies. Avec les sages mediocrites des Gellert des Gessner, des Zacharie, c'est Klopstock qui nous arrive, Wieland, Goethe et Schiller, Werther et Die Raeuber ... Les "ames sensibles" n'ont plus de patrie ou du moins elles trouvent asile partout ou l'on reve et frissonne.^O Mais Nodier s'est surtout inspire de 1•enthousiasme de Mme de Stael pour son pays d'asile dans ses evocations d'une Allemagne idSalisSe. II est possible qu'a cette epoque, et pour des raisons politiques, economiques, et peut-etre meme pour des raisons de milieu dans le sens d'education, il s'y soient trouves, en plus grand nombre qu'en France, des hommes d'un caractere correspondant au sien. Mme de Stael dScrit tout en donnant des expirations: L'Allemagne etait une federation aristocratique ... cette division de l'Allemagne, funeste a. sa politique etait cependant tres-favorable aux essais de tout genre que pouvaient tenter le genie et 1'imagination II y avait une sorte d'anarchie douce et paisible, en fait d'opinions litteraires et mStaphysiques, qui permettait a chaque homme le developpement entier de sa maniere de voir individuelle ... les ecrivains se laissent aller, chacun separement, a. tout ce que leur inspire une imagination sans contrainte.^l Elle generalise et idealise de la maniere qui etait de coutume chez les voyageurs en pays Strangers de son temps, de sorte qu'il ne sur-prend pas que Nodier ait accepts en bloc ce qui lui plut, par exemple 90 "La religion vit, en Allemagne, au fond des coeurs, mais elle y main-tient un caractere de reverie et d'independance."^2 Pourtant, il ne semble pas avoir voulu tenir compte de la restriction que Mme de Stael fit a cet esprit de liberte et qu'il doit avoir rencontre sinon pratique lui-meme dans ses travaux de bibliographe: "Les Allemands ... ont autant besoin de methode dans les actions, que d'independance dans les idees."33 S'il y a une difference entre Frangais et Allemands qui causerait,d'une maniere generale, des vues gouvernees plutot par les sentiments que par la raison, la difference entre les methodes d'enseignement comme decrite par Mme de Stael semble offrir une explication acceptable: L'etude des langues, qui fait la base de 1'instruction en Allemagne, est beaucoup plus favorable aux progres des facultes dans l'enfance, que celles des mathematiques ou des sciences physiques. Pascal, ce grand geometre, ... a reconnu lui-meme les defauts inseparables des esprits formes d'abord par les mathematiques; cette etude, dans le premier Sge, n'exerce que le mecanisme de 1'intelli gence, les enfants que l'on occupe de si bonne heure a calculer, perdent toute cette seve de 1'imagination, alors si belle et si feconde, et n'acquierent point a la place une justesse d'esprit transcendant. L'attention que les mathematiques exigent, est, pour ainsi dire, en ligne droite. Ce n'est pas sans raison que l'etude des langues anciennes et modernes a ete la base de tous les etablissements d'education qui ont forme les hommes les plus capables en Europe ... l'enfant s'introduit dans les idees succes-sivement, compare et combine divers genres d'analogies et de vraisemblances; et 1'activite spontanee de l'esprit, la seule qui developpe vraiment la faculte de penser, est vivement excitee par cette etude. Le nombre des facultes qu'elle fait mouvoir a la fois lui donne l'avantage sur tout autre travail. La logique grammaticale est aussi precise que celle de I'algebre, et cependant, elle s*ap plique a tout ce qu'il y a de vivant dans notre esprit:^ les mots sont en meme temps des chiffres et des images.^ Si l'on se souvient de 1'education peu orthodoxe que Nodier regut de la part de son pere et qui fut d'abord basee sur la lecture - l'anecdote veut que Charles ait lu Montaigne a. l'&ge de 8 ans -, on sera tente d'y 91 reconnaxtre la cause de son inclination pour l'ecole germanique que Mme de Stael definit comme suit: Toutes les fois que, de nos jours, on a pu faire entrer dans la regularity frangaise un peu de seve etrangere, les Frangais y ont applaudi avec transport. J.J. Rousseau, Bernardin de St. Pierre, Chateaubriand etc., dans quelques-uns de leurs ouvrages, sont tous, meme a leur insu, de l'ecole germanique, c'est-a-dire qu'ils ne puisent leur talent que dans le fond de leur ame.35 D'autre part, cette education favorise la formation d'interets ency-clopediques. Chez Goethe, on les accepte comme appartenant a. son esprit universel. Chez des ecrivains moins geniaux, comme Nodier, on n'y voit qu'un "papillonnage" qui 1'aurait empeche de se distinguer particuliere-ment dans un seul domaine. Mme de Stael reconnut aussi ce trait avec justesse, seulement, il ne devrait pas etre considere comme exclusive-ment allemand: II faut toujours considerer les auteurs allemands sous plusieurs points de vue. Comme ils sont encore plus dis-tingues par la faculty de penser que par le talent, ils ne se vouent pas exclusivement a. tel ou tel genre; la reflexion les attire successivement dans des carrieres differentes ... On ne saurait peut-etre reunir un grand nombre de talents divers, mais la vue de l'entendement doit tout embrasser.3° Ce que Mme de Stae*l ecrit sur la disposition allemande appelee mysticite fournit enfin le lien principal entre Nodier et le genie allemand: La mysticite est une maniere plus intime de sentir et de concevoir le christianisme. On cherche la communica tion immydiate entre l'Etre supreme et l'homme. II faut distinguer les theosophes (tel que Jacob Boehme, Saint-Martin, qui se tiennent a leur propre coeur) des mystiques/ dont Thomas a Kempis, Fenelon, St. Frangois de Sales et de nombreux protestants.37 Auguste Viatte complete pour nous la definition des theosophes ou illumines: 92 La theosophie commence ou cesse la philosophie ration-nelle; elle enveloppe les relations que l'on pretend entretenir avec le surnaturel, independamment de 1'auto-rite" ou du controle de n'importe quelle Eglise etablie. Ainsi l'entendent les plus reflechis des illumines et les plus consciencieux de leurs historiens. Leurs defi nitions reposent sur la theorie de 1*inspiration directe.-?° L'influence allemande dans l'oeuvre de Nodier veut done dire 1'influence de ces hommes qui souscrivent aux memefidees et qui sont par hasarel des Allemands. Ce sont ceux qui cherchent, par le moyen du fantastique, a donner expression a. leurs convictions poetiques et religieuses en opposition a l'esprit positif et materlaliste de l'epoque* Paul Valery, dans sa Preface a la biographie de Swedenborg de Martin Lamm, resume la signification d'une grande partie de l'oeuvre de Nodier: L'Univers Swedenborgien, le Monde Spirituel, le lieu de l'Amour conjugal dans la sphere des Anges et des Esprits, est done humain. L'univers de fabrication scientifique au contraire est de plus en plus inhumain: on n'y trouve ni noces, ni beaux discours, ni vierges eclat&ntes, et ils ne peuvent servir de symbole a quoi que ce soit. ' Terminons avec les mots de Sainte-Beuve dont la theorie des "Families 40 d'esprit", i.e. groupement par affinite spirituelle plutot que par race ou nationality, semble particulierement applicable a Nodier et ses sources d'inspiration: En somme, il est evident que Nodier se trouve originelle-ment en France de cette famille poetique d'Hoffmann et des autres, et que s'il repond si vite sur ce ton au moindre appel, c'est qu'il a 1'accent en lui. Nodier peut etre dit un frere cadet (bien frangais d'ailleurs) des grands poetes romantiques etrangers, et il le faut main-tenir, en meme temps original: il etait en grand train d'ebaucher de son cote ce qui eclatait du leur. A 1'egard de l'ecole frangaise moderne, ce fut un frere aine des plus empresses et des plus influents.^ 93 NOTES DE REFERENCE CHAPITRE V 1 TEXTE, Joseph, Etudes de Litterature Europeenne. p.231 2 DEDEYAN, Charles, L'Imagination fantastique dans le romantisme Europeen, p. 60 3 ibid., pp. 6l et 67 4 Notes biographiques dans E.T.A. Hoffmann, Die Elixiere des Teufels, p. 692/3 5 DEDEYAN, Charles, op.cit., p.59 6 OLIVER, A.R., Charles Nodier. Pilot of Romanticism, p.222 7 DEDEYAN, Charles, op.cit., p.59 8 NODIER, Charles, Contes, Edition Castex, p.15^ 9 DEDEYAN, Charles, op.cit., p.32 10 ibid., p.89 11 TEXTE, Joseph, op.cit., p.234 12 KLINGER, F.M., Faust, p.40 13 NODIER, Charles, "Des Types en Litterature1' dans Romans, p.7 14 ibid., p.15 15 ibid., p.18 16 DEDEYAN, Charles, op.cit., p.55 17 NODIER, Charles, "Quelques observations pour servir a l'histoire de la Nouvelle Ecole Litteraire", dans Nouvelles, p.56 18 OLIVER, A.R., op.cit., p.122 19 NODIER, Charles, dans Journal des Debats, le 19 sept. 1816, cite par E.M. Schenck, dans La Part de Charles Nodier dans la  Formation des idees fomantiques de Victor Hugo, p.33 20 NODIER, Charles, Nouvelles, p.57 21 DEDEYAN, Charles, Gerard Nerval et l'Allemagne, pp. 164/5: il ne sait plus s'il vit son reve ou reve sa vie ... sa vision s'ordonne selon des souvenirs plastiques d'origine allemande. 22 DEDEYAN, Charles, Le theme de Faust dans la litterature europeenne, Du Romantisme a nos .jours, p. 99 23 SALOMON, Michel, Charles Nodier et le Groupe Romantique, p.285 24 SCHENCK, E.M., op.cit., p.108 25 NODIER, Charles, Nouvelles. p.63 26 SCHENCK, E.M., op.cit., p.30 27 NODIER, Charles, Contes de la Veillee, pp.215/6 28 id., Victor Hugo et l'Allemagne, p.121 29 MORNET, Daniel, Le Romantisme en France au XVIIIeme siecle, p.262 30 ibidi, p.52 31 STAEL, Mme de, De L'Allemagne. X, p.30 32 ibid., p.43 33 ibid., p.45 34 ibid., pp.162/166 35 ibid., p.200 36 ibid., p.231 37 ibid., p.454 38 VIATTE, Auguste, Les Sources occultes du Romantisme, p.18 39 VALERY, Paul, Preface a Swedenborg de Martin Lamm 40 WELLEK, Rene, A History of Modern Criticism, vol. Ill, p.34 41 SAINTE-BEUVE, Portraits Litteraires I, p.475 Ajoutons ici pour preciser le genre de cette influence: "Ballanche et Nodier were largely responsible for influ encing the later utilization of Swedenborgian theories in the works of Balzac and Nerval." E.J. Bender, "Charting French Romanticism: The Criticism of Charles Nodier", p.135 95 CONCLUSION Dans cette etude, nous avons tache de tracer la cause et l'etendue de l'influence allemande dans l'oeuvre de Charles Nodier. L'examen des biographies de Nodier ecrites apres sa mort par ses contemporains ainsi que de celles du 20eme siecle basees sur des documents et sur les oeuvres de Nodier, nous a revele que cet homme d'une vaste culture fut largement meconnu parce que les circonstances politiques et economiques de 1'epoque le forcerent a montrer une sur face changeante. Tantot a 1'avant-garde, tantot conservateur, il a du confondre ses contemporains. Il se trouva place entre la generation des defenseurs du classicisme et celle de la jeunesse romantique, pour les uns trop audacieux, pour les autres trop reserve". Ce conflit parcourut non seulement sa vie litteraire, mais aussi sa vie emotive, et il chercha la synthese dans tous les domaines. Gritce a. son aptitude speciale pour les langues, il fut mis a meme de puiser les elements satisfaisant a ses besoins intellectuels et spirituels, sans froisser ses habitudes esthetiques, dans les litteratures romantiques etrangeres. L'influence anglaise est aussi importante que l'influence allemande, mais, dans ce travail, nous avons tenu compte exclusivement de la der-niere. Elle s'etend sur sa pensee philosophique de maniere generale, comme sur son oeuvre de fiction de maniere tres specifique. Tandis que Goethe fut une influence qu'on ne put ecarter a 1*epoque, Nodier n'eut pas l'in-clination de suivre la tendance de s'identifier a. l'homme faustique. Ceci 96 peut trouver son explication aussi dans le fait que Nodier avait 1'habitude de se devouer aux ecrivains inconnus pour les encourager, tandis qu'il n'aimait pas les "lumieres trop brillantes."^ Par contre, son affinite avec Hoffmann devient eclatante au fur et a mesure de 1'etude parallele de leur vie et de leurs oeuvres. Nous avons montre que leur oeuvre, qui jouissait autrefois d'une grande popularity, cache un niveau symbolique spirituel qui est capital pour la vie des deux hommes. Hoffmann mourut a un age ou il ne fut pas sur si l'origine des forces naturelles, considerees par 1'ignorance comme surnaturelles, etait divine ou demoniaque; on trouve done constamment la lutte entre le bien et le mal, et on est averti des dangers inherents dans la,.preoccu pation avec l'occulte. Nodier passe par ce stade et y survit pour arri-ver a. un illuminisme qui ne veut voir que la victoire du cote angelique de l'homme. Dans son essai "Du Fantastique en Litterature", Nodier explique la liaison etroite entre religion et fantastique, ainsi que 1'importance du dernier pendant les temps de crise spirituelle: L*apparition des fables recommence au moment ou finit 1*empire de ces verites reelles ou convenues qui pretent un reste d'ame au mecanisme use de la civi lisation. Voila ce qui a rendu le fantastique si populaire en Europe depuis quelque annees, et ce qui en fait la seule litterature essentielle de l'age de decadence ou de transition ou nous sommes parvenus. Puisque la plupart des lecteurs comme des critiques ne voient que le divertissement dans les contes de Nodier comme d'Hoffmann, en insistant sur leur desir d'evasion, il est utile de se rappeler la definition des buts du conte comme etablie par M. Benac: a) a nous depayser par le merveilleux la feerie le fantastique le mystique 97 b<) a. styliser la realite pour amuser pour instruire par des symboles philosophiques A la difference du roman, les aventures du conte sont schematisees, on ne cherche pas a les faire exister devant le lecteur.3 Ceci repond au reproche fait a. Nodier de se repeter et de ne pas etre exact dans ses soi-disants souvenirs, car il s'y agit plutot d'un message fortement stylise, et nous justifie pleinement a degager l'intention didactique mystique a cote de l'intention divertissante dans 1'oeuvre de Nodier. C'est un commentateur allemand, Walter Moench, qui a bien saisi et elabore l'idee principale de l'oeuvre de Nodier: la justice et la morale, au noyau religieux.^ II reconnait aussi le parallele metaphysique entre Hoffmann et Nodier, mais ne prend pas la peine d'en faire une comparaison en profondeur.5 Malheureusement, cette oeuvre se perd dans la consideration de la theorie d'une pensee cos-mologique-organique-circulaire qui est un sujet metaphysique a part. ELle confirme, pourtant, le lien de Nodier au mysticisme Swedenborgien comme au Martinisme,^ et le fait que les contes de Nodier sont l'ex-pression la plus pure de sa philosophie. Mais Moench tombe dans 1'erreur meme de Nodier, celle de generaliser les caracteristiques nationales allemandes comme frangaises, sans connaitre evidemment beaucoup de Frangais personnellement. Dans le cas des ecrits de Mme de Stael et de Nodier, qui servent a un but secondaire et sont, de ce fait, exageres, il est facile pour des Alle mands de se sentir flattes et de les prendre trop au serieux. Moench dit: 98 Apres Mme de Stael, aucun autre romantique frangais n'a ete aussi doue que Nodier a reconnaitre a travers la critique de la vie de l'esprit des peuples allemand, anglais et frangais, le caractere essentiel de ces nations, comme il se condense dans leurs litteratures respectives. C'est que sa comprehension des peuples etrangers lui a permis de saisir d'autant plus pro-fondement l'esprit du sien.? et encore: II decouvre avec Mme de Stael la base de l'esprit alle mand dans notre idealisme qu'il interprete vers l'ethique-religieux. Le schema des caracteristiques allemandes et frangaises etabli par Moench demontre combien il est trompeur et meme dangereux de fixer l'entendement de la litterature d'une epoque selon cette theorie nationale: Comparaison systematique France pure elegante majestueuse cultivee rationnelle belle et fiere du perfection-nement graduel ce qui contient une progres sion rationale L'esprit de la litterature frangaise trouve son expression dans la politesse, ... dans la cultivation d'une societe courtoise Litterature correspond a II II Allemagne II it it n n II ti ti libre agreste impetueuse "naturgewachsen" cosmique-organique pleine de mouvements pas?-sionnees, d'inspirations hardies, de superstitions imposantes ou 1*element mythico-religieux predomine L'esprit de la littera ture se nourrit de ces souvenirs du moyen-age, ... de la tradition et de la cohesion organique des phenomenes culturels. 9 Ce schema rigide nous ramene rapidement a la theorie individualiste de Sainte-Beuve, ou les influences operent selon des families d'esprit sans egards pour les frontieres politiques ou de race: Nodier trouva done 1'inspiration principale pour ses contes chez son "frere aine" Hoffmann. Du reste, meme Mme de Stael avait reconnu que "les gens de genie sont toujours compatriotes entre eux."10 100 NOTES DE REFERENCE CONCLUSION 1 OLIVER, A.R., Charles Nodier, Pilot of Romanticism, p.242: Cecile L. (Adele Hugo) said he preferred unknown lights. 2 NODIER, Charles, "Du Fantastique en Litterature" dans Les Sept Chateaux du Roi de Boheme, p.xi 3 BENAC, H., Guide pour la recherche des idees dans les etudes litteraires, p.lo 4 MOENCH, Walter, Charles Nodier und die deutsche und englische Literatur, p.21 5 ibid., p.5^. Pour Moench, Le Roi de Boheme rappelle Sterne et Rabelais, c'est tout. "En 1829, Nodier succomba a Hoffmann, comme beaucoup d'autres." 6 ibid., p.89 7 ibid., Introduction 8 ibid., p.75 9 ibid., pp.78/9 10 STAEL, Mme de, De l'Allemagne. X, p.98 BIBLIOGRAPHTE ROMANS, NOUVELLES ET CONTES DE NODIER NODIER, Charles, Faust, drame en trois actes imite de Goethe, par M. Antony Beraud, etx^i.e. C. Nodier, et J.T. Merle), Paris, J.N. Barba, 1828 NODIER, Charles, Description raisonnee d'une .jolie collection de  livres, preceded d'une introduction par M. G. Duplessis, de la vie de M. Ch. Nodier, par M. Francis Wey, Paris, J. Techener, 1844 NODIER, Charles, Les Sept ChSteaux du Roi de Boheme, Paris, Victor Lecou, 1852 NODIER, Charles, Contes de la Veillee, Paris, Charpentier, 1853 NODIER, Charles, Souvenirs de Jeunesse suivis de Mademoiselle de  Marsan et de La Neuvaine de la Chandeleur, Paris, Charpentier, 1855 NODIER, Charles, Romans, Paris, Charpentier, 1900 NODIER, Charles, Nouvelles. suivies des Fantaisies du deriseur sense, Paris, Charpentier, 1911 NODIER, Charles, Contes Fantastiques, Paris, Charpentier, 1913 NODIER, Charles, Contes, avec sommaire biographique, introduction, notices, notes, bibliographie et appendice critique par Pierre-Georges Castex, Paris, Garnier Freres, 196l OEUVRES ET ARTICLES TRAITANT DE CHARLES NODIER BALDENSPERGER, F., "Un Interrogatoire de Charles Nodier", Revue d'Histoire Litteraire de la France, t. XII, Paris, Librairie Armand Colin, 1905 BRANDES, Georg, L'Ecole Romantique en France, Ouvrage traduit sur la 8eme edition allemande par A, Topin, precede" d'une introduction par Victor Basch, Berlin, Paris, A. Michalon, 1902 BRANDES, Georg, Main Currents in Nineteenth Century Literature, I, "The emigrant Literature", London, William Heineman, 1906 BENDER, Edmund John, "Charting French Romanticism: The Criticism of Charles Nodier", Thesis, Indiana University, March 1968 DEDEYAN, Charles, Gerard de Nerval et l'Allemagne, 2eme partie: L'Allemagne dans l'oeuvre litteraire de Nerval, Paris, StS d'Edition d'Enseignement Superieur, 1957 DEDEYAN, Charles, Victor Hugo et l'Allemagne, Paris, Lettres Modernes, 1964 DEDEYAN, Charles, L'Imagination fantastique dans le romantisme europeen, "Les Cours de Sorbonne", Litterature Comparee, Paris, Centre de Documentation Universitaire, 1964 DUHAMEL, Roger, "De nouveaux noms, des oeuvres nouvelles", Revue de l'Universite d'Ottawa, XXXIV (1964), pp.191-220 FACH^ Theodor, "Die Naturschilderung bei Charles Nodier", Beitraege zur Geschichte der Romanischen Sprachen und Literaturen, VI, Halle, Verlag von Max Niemeyer, 1912 KLES, Albert, "Imitation et pastiche dans l'oeuvre de Charles Nodier", CAIEF, XII, pp.67/77 LARAT, Jean, La Tradition et l'exotisme dans l'oeuvre de Charles  Nodier, Paris, Librairie Ancienne Honore Champion, 1923 LARAT, Jean, Bibliographie critique des oeuvres de Ch. Nodier, suivie de documents inedits, Paris, Champion, 1923 LARAT, Jean, "Une premiere esquisse inedite des Proscrits de Nodier", R.L.C., Jan. 1924, p.lll LOMENIE, Louis Leon de, Galerie des Contemporains Illustres, Paris, A. Rene et Comp., 1844 MOENCH, Walter, "Charles Nodier und die deutsche und englische Literate Romanische Studien, Heft 24, Berlin 1931* Nachdruck Kraus Reprint Ltd., Liechtenstein, 19&7 OLIVER, A. Richard, Charles Nodier. Pilot of Romanticism. Syracuse University Press, 1964 PINGAUD, Leonce, La Jeunesse de Charles Nodier. Les Philadelphes. Besancon, Imprimerie et Lithographic Dodivers, 1914 RICHER, Jean, "Autour de l1Histoire du roi de Boheme. Charles Nodier 'deriseur sense*, suivi de La plus petite des pantoufles de Charles Nodier", Archives des Lettres Modernes No. 42, Paris, 1962 RICHER, Jean, "Un auto-portrait fantaisiste et douze lettres de Charles Nodier", R.S.H. No. 120, 1965, pp.553-572 ROSSEL, Virgile, Histoire des Relations Litteraires entre la France  et l'Allemagne. Paris, Librairie Fischbacher, 1897 SALOMON, Michel, Charles Nodier et le Groupe Romantique. Paris, Perrin et Cie, 1908 SAINTE-BEUVE, C.-A., Portraits Litteraires, Vol. I, Paris, Garnier Freres, 1840 SCHENCK, Eunice Morgan, La Part de Charles Nodier dans la formation des idees romantiques de Victor Hugo, Paris, Librairie Ancienne Honore Champion, 1914 TEXTE, Joseph, Etude de Litterature Europeenne. Paris, Armand Colin, I898 VIATTE, Auguste, Les Sources Occultes du Romantisme, Paris, Librairie Honore Champion, 1965 V0D0Z, Jules, "La Fee aux Miettes", Essai sur le role du subconscient  dans l'oeuvre de Charles Nodier, Paris, Librairie Ancienne Honore Champion, 1925 WEISS, Charles, Lettres de Charles Weiss a Charles Nodier, publiees par M. Leonce Pingaud, Secretaire Perpetuel, Seance du 15 novembre I887 WIESE, Oskar, "Kritische Beitraege zur Geschichte der Jugend und Jugendwerke Nodiers 1780-1812", These, Kgl. Christian Albrechts-Universitaet Kiel, Oldenburg, Ad. Littmann, 1904 104 AUTRES OUVRAGES UTILISES AU COURS DE CETTE ETUDE BALDENSPERGER, F., Goethe en France. Paris, Librairie Hachette, 1920 BENAC, H., Guide pour la recherche des idees dans les etudes  litteraires, Paris, Hachette, "1961 DEDEYAN, Charles, Le Theme de Faust dans la litterature europeenne, "Du Romantisme a nos jours, part I", Paris, Lettres Modernes, 196l DIDEROT, Denis, Oeuvres romanesques, Paris, Gamier Freres, 1962 FRYE, Northrop, Anatomy of Criticism, Atheneum, New York, 1968 GOEDEKE, Karl, Grundriss zur Geschichte der deutschen Dichtung, aus den Quellen von Karl Goedeke, fortgefuehrt von Edmund Goetze, achter Band, "Vom Weltfrieden bis zur franzoesischen Revolution 1830", Dresden, Verlag L. Ehlermann, 1905 GOETHE, J.W. von, Die Leiden des jungen Werther; Briefe aus der Schweiz, Goethes Werke, 19* Band, Weimar, Herman Boehlaus Nachfolger, 1899 GOETHE, J.W. von, Dichtung und Wahrheit. Dritter Teil, p.172, Goethes Saemtliche Werke, Jubilaeums-Ausgabe, Vierund-zwanzigster Band, Stuttgart und Berlin, J.G. Cottasche Buchhandlung Nachfolger, [l902-1907l GOETHE, J.W. von, Faust, Gesamtausgabe, Leipzig, Im Inselverlag, s.d. HOFFMANN, E.T.A., Saemtliche Werke, Historisch-kritische Ausgabe mit Einleitungen, Anmerkungen und Lesarten von Carl Georg von Maassen, Erster Band, "Fantasiestuecke in Callots Manier", Muenchen und Leipzig, Georg Mueller, 1912 HOFFMANN, E.T.A., Saemtliche Werke, Herausgegeben von Rudolf Frank, Muenchen und Leipzig, Roesl & Co., 1924 HOFFMANN, E.T.A., Die Serapions-Brueder, Sonderausgabe Europaeischer Buchklub, nach dem Text der Erstausgabe (1819-21) unter Hinzuziehung der Ausgaben von Carl Georg von Maasen und Georg ELlinger, mit einem Nachwort von Walter Mueller-Seidel und Anmerkungen von Wulf Segebrecht, Muenchen, Winkler-Verlag, 1963 105 HOFFMANN, E.T.A., Die ELixiere des Teufels und Lebens-Ansichten des  Katers Murr nebst fragmentarischer Biographie des Kapell meisters Johannes Kreisler in zufaelligen Makulaturblaettern, Sonderausgabe Europaeischer Buchklub, nach dem Text der Erst-ausgaben unter Hinzuziehung der Ausgaben von Carl Georg von Maassen und Georg Ellinger, mit einem Nachwort von Walter Mueller-Seidel und Anmerkungen von Wolfgang Kron, Muenchen, Winkler-Verlag, 1961 HOFFMANN, E.T.A., Spukgeschichten und Maerchen, Muenchen, Wilhelm Goldmann Verlag, s.d. JAMES, Henry, The secret of Swederiborg; being an elucidation of his  doctrine of the divine natural humanity. Boston, Fields, Osgood & Co., 1869 KLINGER, F.M., Werke. Dritter Band. Faust's Leben. Thaten und Hoellen-fahrt, Leipzig, Verlag von Gerhard Fleischer, 1832 LAMM, Martin, Swedenborg. Preface de Paul Valery, Paris, Librairie Stock Delamain et Boutelleau, 193^ MANN, Otto, Deutsche Literaturgeschichte, Guetersloh, C. Bertelsmann Verlag, 1964 MORNET, Daniel, Le Romantisme en France au XVIIIeme siecle. Paris, Librairie Hachette, s.d. REYNAUD, L., L'Influence allemande en France aux XVIIIe et XIXe siecles. Paris, Librairie Hachette, 1922 SCHILLER, Friedrich von, Per Geisterseher. Schillers Werke in sechs Haupt- und vier Ergaenzungsbaenden, Fuenfter Band, Leipzig, Verlag von Philipp Reclam, s.d. STAEL, Mme de, Oeuvres completes de Mme la Baronne de Stael, t. X et XI, De l'Allemagne I et II, Paris, Treuttel et Wurtz, 1820 TR0NCH0N, Henri, La Fortune intellectuelle de Herder en France, Paris, F. Rieder et Co, 1920 WELLEK, Rene, A History of Modern Criticism. New York, Yale University Press, 1955 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Country Views Downloads
United States 25 3
France 23 1
Germany 21 32
China 9 4
Japan 4 0
Canada 3 0
Ukraine 2 0
Italy 2 0
Russia 2 0
Morocco 1 0
Vietnam 1 0
Spain 1 0
United Kingdom 1 0
City Views Downloads
Unknown 57 41
Shenzhen 6 4
Ashburn 6 0
Tokyo 4 0
Greensboro 4 0
Los Angeles 3 0
Beijing 3 0
Fremont 2 0
Lyon 1 0
Montreal 1 0
Southend-on-Sea 1 0
Mountain View 1 0
Hanoi 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0104030/manifest

Comment

Related Items