Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Examen de quelques aspects sociaux du seizieme siecle dans l'oeuvre de Noel du Fail. Huni, Aline Lucie 1970

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Notice for Google Chrome users:
If you are having trouble viewing or searching the PDF with Google Chrome, please download it here instead.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1970_A8 H85.pdf [ 6.42MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0103948.json
JSON-LD: 831-1.0103948-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0103948-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0103948-rdf.json
Turtle: 831-1.0103948-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0103948-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0103948-source.json
Full Text
831-1.0103948-fulltext.txt
Citation
831-1.0103948.ris

Full Text

E X A M E N DE QUELQUES ASPECTS SOCIAUX DU S E I Z I B M E SIECLE DANS L1OEUVRE DE NOEL DU FAIL ALINE HUNI B.A., U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, 1968 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENT FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in- the" Department i of FRENCH We accept t h i s t h e s i s as conforming to the required, standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1970 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s in p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Co lumb ia , I a g ree tha t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and s tudy . I f u r t h e r agree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be g r a n t e d by the Head o f my Department o r by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . It i s u n d e r s t o o d tha t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Co lumbia Vancouver 8, Canada Date TABLE DES MATIERES Page INTRODUCTION 1 CHAPITRE I Du F a i l : gentilhomme champetre 14 CHAPITRE I I Les bases morales de l a s o c i e t e : l a j u s t i c e e t l a r e l i g i o n 46 CHAPITRE I I I Du F a i l et l a q u e r e l l e des femmes 69 CONCLUSION 96 BIBLIOGRAPHIE 102 (Les n o t e s se t r o u v e n t a l a f i n de chaque c h a p i t r e ) AB3-TRACT • Noel du F a i l gentilhomme breton, magistrat et conteur du seizieme s i ^ c l e , e c r i y a i t , d i t - i l , pour se detendre et pour amuser ses lecteurs. Pourtant 1'element didactique tient une grande place parmi ses contes gaulois. Dans ses t r o i s oeuvres l i t t e r a i r e s , Propos Rustiques (1547), Baliverneries d'Eutrapel (1548), et Contes  et Discours d'Eutrapel (1585), l'auteur revient a des themes qui l u i sont chers. . II eprouve un regret profond du passe, age dore des moeurs simples et de l'ordre s o c i a l . Par contraste, i l deplore l e s changements qu'apporte l e present: mouvement des classes t e l que c e l u i de l a bourgeoisie qui empiete<..> sur l e s privileges jusque-la exclusifs a l a noblesse; les gens adoptent des manierismes qui nuisent a leur "bon naturel", et suivent l e s fadvises etrangeres qui detruisent l e serieux caractere frangais. En regardant autour de l u i , l'auteur remarque l a deterioration des moeurs—surtout dans le s v i l l e s , source et centre de corruption. Toutefois i l se console en trouvant l a simplicite et l e bon sens d'autrefois chez les campagnards, d'ou son eloge des champs et sa recommandation d'un retour a l a vie champetre. S ' i l i n s i s t e tellement sur les vertus du passe et de l a vie campagnarde, c'est parce q u ' i l trouve dans ces deux domaines l a s t a b i l i t e sociale q u ' i l recherche. D'esprit conservateur, l'auteur deteste l e bouleversement des classes cause par les nouveaux developpements economiques. De naissance noble, i l veut garder l a superiorite sociale de sa classe et son conseil pour l a situation des classes est: chacun a sa place! Dans toutes ses considerations sociales l'auteur montre un i i grand souci moral. A tous ceux q u i , par l e u r s i t u a t i o n s o c i a l e — nobles, p r e t r e s , j u r i s t e s — o n t de 1 ' i n f l u e n c e sur l e peuple, i l c o n s e i l l e de donner l e bon exemple de v e r t u , de t r a v a i l , de j u s t i c e et d'honnetete. Tous l e s "grands" ont une r e s p o n s a b i l i t e morale et s o c i a l e envers l e peuple. Son i d e a l de l a s o c i e t e est une chimere p a t r i a r c a l e , dans l a q u e l l e chacun a u r a i t une haute conscience morale. I I condamne l e s v i c e s et l a c o r r u p t i o n dans tous l e s domaines—surtout dans ceux de l a magistrature et de l a p r e t r i s e . En cours de route, du F a i l p a r t i c i p e a l a q u e r e l l e des femmes. Bien que p a r f o i s i l prenne p o s i t i o n dans l e camp des a n t i f e m i n i s t e s pour denigrer l e s defauts de l a femme, son a t t i t u d e generale est c e l l e de l i b e r a l i t e . I I recommande l a confiance et l ' e g a l i t e dans l e mariage et donne une place importante a l a femme en tant que partenaire de l'homme. A deux i l s doivent construir;e une v i e vertueuse selon l e s recommendations de l ' E v a n g i l e . Par 1 'importance q u ' i l donne au mariage comme l i e n s o c i a l et C h r e t i e n , du P a i l rompt completement avec l a t r a d i t i o n gauloise des conteurs de son epoque et prend p o s i t i o n avec l e s humanistes e c l a i r e s de tous temps. Conscient de l ' e t a t degenere de l a s o c i e t e , notre'auteur veut a l l e r au fond du.probleme et reformer l a nature de l'homme qui a ete corrompu par son m i l i e u . Les d o c t r i n e s de l ' E v a n g i l e servent de base a ses revendications de reforme et garantissent l e bonheur de l'homme. Dans l'etude qui s u i t , nous constaterons que l a morale est l e fond meme de sa s a t i r e socia]a De nature profondement r u s t i q u e , Nogl du F a i l a s p i r e a. l a s i m p l i c i t e eta/la d r o i t u r e chez l'homme. Ses suggestions de reforme s o c i a l e sont presque naives par l e u r portee pratique et l e u r s i m p l i c i t e d i r e c t e . INTRODUCTION No§l du P a i l est un nom sans doute fami l i e r aux philologues et aux b i b l i o p h i l e s mais peu connu des lecteurs en general; pourtant Abel Lefranc l e nomme l e pr i n c i p a l conteur du seizieme s i e c l e , Rabelais mis a part,"'" et Gustave Reynier l u i consacre tout un chapitre dans son l i v r e : Les' Origines du Roman r e a l i s t e . II est evident que du P a i l a ete s a c r i f i e (comme tant d'autres) aux auteurs qui dominent de haut toute l a production narrative de cette periode. Bien q u ' i l n'ait pas l'ampleur d'un Rabelais, du F a i l vaut l a peine d'etre l u et etudie, car son oeuvre r e f l e t e bien l a societe du seizieme s i e c l e et donne de nouvelles dimensions a l a l i t t e r a t u r e ambiante. On l i t trop souvent Montaigne et Rabelais d'une facon isolee et on ignore 1'existence de leurs contemporains. II est v r a i que du F a i l ne s'etend pas dans des etudes psychologiques, mais c'est un excellent observateur des hommes et sa precision 2 r e a l i s t e parfois surpasserait l ' a r t de Rabelais. Du F a i l a voulu representer sa province, l a Bretagne, et ses r e c i t s ont l a valeur d'une chronique v i l l a g e o i s e et d'une etude de moeurs rustiques. II se p l a i t a celebrer l a force physique et l a prouesse guerriere de ses Bretons, a decrire leur habitation, leur mobilier, leurs coutumes ou leurs p l a i s i r s . On sent chez l u i une extreme sympathie pour ses compatriotes et un grand amour de l a vie des champs.- C'est justement sa sincer i t e et sa franchise qui nous a t t i r e n t et qui rendent inoubliables ses evocations des figures du passe. II nous presente les moeurs de son temps, et son st y l e f a m i l i e r nous donne 1'impression de participer a 2X l ' i n t i m i t e d'une epoque eloignee soudainement proche et a notre portee grace aux observations animees de l'auteur. Ses dons de miniaturiste et d'animalier fournissent un fond ou les grands coups de pinceau des premiers prosateurs du si e c l e avaient parfois passe a l a hate. Ce qui f a i t l ' i n t e r e t chez du F a i l c'est que "1'observateur s o c i a l accompagne presque toujours 1'artiste et diri g e son pinceau." Tout en nous amusant, i l presente des tableaux de moeurs de grande valeur, a t i t r e d'exemple: "... i l est l e premier conteur qui a i t pris parmi des paysans la-plupart de ses personnages, qui les a i t montres dans leur a i r , dans leur vie normale au milieu de ce decor champetre que l a pastorale a l l a i t bientot peupler d'etres de convention."4 A l a lecture des contes de du F a i l , 1'impression principale qui se degage est c e l l e de realisme et de naturalisme. Ce conteur admirait "le naturel" d'Albert Durer—et lui-meme a pratique l'ar:t de representer l e naturel dans ses descriptions. Ce qui rend du F a i l d i f f i c i l e c'est l e grand nombre d'allusions aux personnes et aux choses locales, l e nombre de synonymes et de periphrases, de conversations qui se veulent "naturelles" mais qui sont trop chargees et qui aalourdissent l a phrase. Nous sommes d'accord avec Claude Hippeau en disant que l e texte a besoin d'etre elucide a l'aide de commentaires et notes pour comprendre du'Fail. Cette tache devrait etre confiee a un Breton, a un compatriote de No81 du F a i l . Mais s i on se donne l a peine de surmonter ces quelques problemes de langue et de style, on est bien recompense par l a decouverte d'un ecrivain important dans l e monde des conteurs et des observateurs de moeurs. 3 Pour mieux situer et comprendre 1'oeuvre de NoSl du P a i l , i l * 6 s e r a i t u t i l e de connaitre quelques f a i t s de sa v i e . He aux environs de 1520 dans l e manoir de Chateauletard pres de Rennes, NoSI du P a i l e t a i t l e f i l s cadet d'une famille aisee de petite noblesse.. . II perdit ses parents dans son enfance et son frere, Francois, .,de vingt ans son aine, semble avoir pri s l a ..place, d'un pere. . C'est... ce meme Frangois qui figure sous l e nom de Polygame dans 1'oeuvre de son fr e r e . NoSl ne semble pas avoir souffert de contraintes dans son enfance, et des son jeune age, i l connut l a l i b e r t e des champs et acquit son amour de 1'independance r e f l e t e dans son oeuvre. Vers l'age de six ans, i l va a. l'ecole de Vernes ou. i l regoit un "bon commencement aux l e t t r e s " . Ensuite i l est envoye a Paris en compagnie de Colin Briand son repetiteur; dans les Baliverneries et l e s Contes d'Eutrapel. ce personnage est depeint sous l e nom de Lupolde. C'est grace aux souvenirs d'Eutrapel qui composent les parties iauto-^biographiques de l'oeuvrett de du F a i l qu'on connait l e genre de vie qu'a meneelil'auteur. On s a i t que Colin Briand, Breton prudent, .frequenta plutot l e s gens et l e s quartiers bretons, et du F a i l nous fournit des descriptions amusantes des Bretons expatries qui recherchent l a securite et l e remede a leur nostalgie du t e r r o i r dans l a compagnie de leurs compatriotes. Du Fail/Eutrapel semble avoir mene l a vie dissipee des etudiants a Paris. Dans ses oeuvres i l dec r i t une vie riche en anecdotes estudiantines et neglige l e s etudes. : Pourtant on s a i t q u ' i l s'est acquis une erudition solide au cours de ces annees. Entre autre^ i l s u i v i t l e s conferences de Turnebe, grammairien au College Sainte-Barbe. Du P a i l semble avoir connu l a vie a l a 7 Cour des Miracles, car i l decrit avec beaucoup de f a m i l i a r i t e les" m i l l e tours que les gueux de 1'epoque jouaient. aux. personnes sans mefiance. En 1543 notre etourdi menait une vie s i dissipee q u ' i l a les poches vides et i l ne l u i reste plus qu'a s 1engager dans l'armee; en 1544 i l participe en tant que "pieton" a l a b a t a i l l e de Cerisoles. Au retour du Piemont, toujours sans argent i l est oblige de dormer des lecons de grammaire, de mendier, de voler et de feindre l ' i n f i r m i t e : ce qui l u i f a i t remarquer que Q l a necessite ouvre les esprits] Rentre en Bretagne, i l decide de poursuivre ses etudes et de devenir j u r i s t e . . II se met en route pour un tour des universites: Angers, P o i t i e r s , . . . . On retrouve l e souvenir de ces sejours dans ses contes. Comme pour son sejour a Paris, l'auteur degage de ses maints souvenirs une impression generale de gaite jeune. A travers l e s discours haches d'Eutrapel, qui parfois semblent creer une confusion voulue, nous apprenons que du F a i l a ecoute parler a Bourges l e celebre j u r i s -consult e Equinaire Baron. II devait etre encore a. Bourges quand i l termina sa premiere oeuvre, les Propos rustiques qui parurent en 1547 chez l'imprimeur Jean de Tournes a. Lyon, sous l e nom de "maitre Leon L a d u l f i Champenois". L'annee suivante i l publie sous le-.-meme nom, anagramme de NoSl du F a i l , ses Baliverneries d'Eutrapel. Cette meme annee 1548 l e voit commencer sa carriere d'avocat a Rennes. Notre conteur se resigne d i f f i c i l e m e n t a "tant grave et solide profession", et d'apres Emmanuel P h i l i p o t , i l aurait f a i t une nouvelle fugue' guerriere en Pi'emont entre 1550-51. Pourtant l e jour arrive ou i l entreprend de mener une v i e s t a b l e : en 1552 i l s o l l i c i t a u n s i e g e de j u g e a u p r e s i d i a l de R e n n e s ; i l l ' o b t i n t en 1553 e t s e m a r i a a v e c J e a n n e P e r r a u d l a meme a n n e e . En 1 5 7 0 , i l d e v i n t c o n s e i l l e r d u P a r l e m e n t de B r e t a g n e . Du F a i l e t a i t r o y a l i s t e a v e c d e s t e n d a n c e s g a l l i c a n e s . L e s r e c h e r c h e s de s e s b i o g r a p h e s o n t p r o u v e q u e , g r a c e a s o n p e n c h a n t p o u r l e p r o t e s t a n t i s m e , d u F a i l a e t e e x c l u d u P a r l e m e n t de 1573 a 1576 j u s q u ' a l a P a i x de M o n s i e u r . ^ I I r e s i g n a s a c h a r g e en 1 5 8 6 . Du F a i l p r e n a i t a u s e r i e u x s o n t r a v a i l de m a g i s t r a t : en 1579 i l p u b l i a l e R e c u e i l d e s A r r e t s p r i s p a r l e P a r l e m e n t de B r e t a g n e q u i f u t a c c u e i l l i comme u n v e r i t a b l e b i e n f a i t , c o n s u l t e e t comment6 d a n s l e s d e u x s i e c l e s s u i v a n t s p a r b i e n d e s j u r i s t e s b r e t o n s e t meme f r a n g a i s . E n 1585 i l p u b l i e l e s C o n t e s e t D i s c o u r s  d ' E u t r a p e l . c e t t e f o i s - c i s o u s s o n v e r i t a b l e nom, m a i s a v e c s o n g o u t p o u r l a m y s t i f i c a t i o n i l met " p a r l e f e u S e i g n e u r de l a - H e r i s s a y e : G-ent i lhomme B r e t o n " . S e r a i t - c e u n e i n d i c a t i o n q u ' i l a d g j a r e n o n c e ' a u x p r e o c c u p a t i o n s m o n d a i n e s e t q u ' i l s e donne p o u r m o r t ? L e d e r n i e r c h a p i t r e d e s C o n t e s , i n t i t u l e " L a r e t r a i t e d ' E u t r a p e l " , m o n t r e comment, f a t i g u e de l a v i e p u b l i q u e , E u t r a p e l n e r e v e que de s e r e t i r e r a l a t r a n q u i l l i t e d e s champs e t d ' y mene r l a v i e d ' u n g e n t i l h o m m e c a m p a g n a r d e t d ' u n " p r i n c e p h i l o s o p h e " . D ' a p r e s t o u t e s l e s i n d i c a t i o n s , c e h a u t f o n c t i o n n a i r e q u i d e p u i s 1 587 e t a i t c o n s e i l l e r h o n o r a i r e a u P a r l e m e n t , a c h e v a s e s j o u r s comme E u t r a p e l , d a n s l e c a l m e , l a d i g n i t e e t l e t r a v a i l ; i l s ' e t e i n t l e d i m a n c h e 7 j u i l l e t 1 591 a R e n n e s . Dans l e s P r o p o s r u s t i q u e s , ( 1 547 ) N o S l d u F a i l r e u n i t . d e 6 vieux paysans a l 1ombre d'un grand chene; chacun a son tour evoquera un aspect de l a vie champetre. Les t r e i z e chapitres forment une sorte d'eclogue, un assortiment de souvenirs du passe, d'anecdotes, d'historiettes, et de p o r t r a i t s . L'auteur pretend etre l e rapporteur de ce qui a ete veritablement d i t . C'est dans cette premiere oeuvre que l;e conteur e t a b l i t l a plupart de ses theses sur l a societe et q u ' i l reprend dans ses autres travaux l i t t e r a i r e s : regret du passe, merites de l a campagne, cri t i q u e de l a v i l l e , denonciation du present, debat entre les "anciens" et les "modernes", insistance s u r l ' o r d r e hierarchique : de l a society, recherche d'epurement des moeurs, denonciation de l a corruption chez le s hommes de profession.... II reprend ces theme's dans les Baliverneries d'Eutrapel (1548) ou. i l presente pour l a premiere :fois les 'trois devisants Polygame, Lupolde et Eutrapel, qui figureront aussi dans \les Contes et discours d'Eutrapel (1585). Dans ces deux oeuvres, l e cadre est'beaucoup plus lache et i l n'y a aucun plan d'ensemble. L'auteur developpe l e s themes des Propos, mais l a portee morale ressort plus fortement dans sa derniere oeuvre. Dans les Contes, r e c u e i l de trente-cinq chapitres, l e s interlocuteurs tantot semblent "dialoguer un Essai de Montaigne, en plus leger et en plus pedant, De l a Justice, Que  les fautes s'entresuyvent, De l a goutte, tantot e n f i l e r des anecdotes, des boutades, des coqs-a-1 1ane, ou s'opposent dans des 'disputes' ou des 1debats 1...et l e s propos se deroulent, melant l a verve, l a facetie t r a d i t i o n n e l l e , l e serieux, 1'erudition et une sagesse qui n'est pas c e l l e de Montaigne mais qui n'est'pas moins realiste."^"^ Les Contes sont au fond une autobiographie et 7 malgre le. semblant de f a i r e p a r l e r t r o i s d e v i s a n t s , ces c o n v e r s a t i o n s ne sont qu'un monologue. Du F a i l met p a r f o i s au compte du sobre Polygame p l u s i e u r s de ses p r o p r e s a v e n t u r e s . Chaque personnage avance l e s i d e e s de l ' a u t e u r e t quand i l y a c o n t r a d i c t i o n s , c ' e s t t o u j o u r s l e c o n t e u r q u i p a r l e sous g u i s e de v r a i s e m b l a n c e . L e g i s t e de p r o f e s s i o n , homme de l e t t r e s par gout, NoSl du. . F a i l e c r i t pour se detendre. Au debut de ses Propos r u s t i q u e s i l s e n t l e -besoin de f a i r e une a p o l o g i e c a r "au s e i z i e m e s i e c l e l e conte n'a pas encore ete e l e v e a l a d i g n i t e de genre l i t t e r a i r e . " " ^ Dans c e t t e p r e f a c e a u s s i b i e n que dans c e l l e des B a l i v e r n e r i e s , l ' a u t e u r d o i t se j u s t i f i e r pour l a m a t i e r e f r i v o l e de son l i v r e , mais i l se defend en expliiquant q u ' i l e c r i t pour se d i v e r t i r de ses o c c u p a t i o n s serieu-;ses de m a g i s t r a t . D ' a i l l e u r s "mon n a t u r e l e s t f o l l a s t r e r " , c o n f e s s e - t - i l . E t p u i s ne peut-on pas apprendre l a sagesse t o u t en p a r l a n t de gens et de choses t r i v i a l e s ? I I l e c r o i t p u i s q u ' a l'.ea-rtete de ses Contes et D i s c o u r s d ' E u t r a p e l i l met "Ridentem q u i d v e t a t d i c e r e verum". En e f f e t en c h o i s i s -s a n t c e t t e d e v i s e " l e r i s n'empeche pas de d i r e l a v e r i t e " , l ' a u t e u r s'engage a f a i r e des commentaires s u r l a s o c i e t e . E n t r e un gros r i r e e t un s o u r i r e n a r q u o i s , l e c o n t e u r r e u s s i t a g l i s s e r des c r i t i q u e s c o n t r e l a s o c i e t e et ses maux. En t a n t que p a r t i s a n de l a v i e n a t u r e l l e , du F a i l d e t e s t e t o u t e h y p o c r i s i e , a r t i f i c i a l i t e e t manierisme s o c i a u x . En se promenant parmi t o u t e s s o r t e s de gens de d i v e r s e s c l a s s e s et d i v e r s e s o c c u p a t i o n s , du F a i l denonce 8 l e disaccord entre l ' e t r e et l e paraitre des choses: i l prise l a simp l i c i t e et l a franchise et cri t i q u e l'esoterisme en matiere de r e l i g i o n , de medecine et de jurisprudence. Done son seul but n'est pas d'amuser. Bien entendu, en ecrivant i l se trouve un passe-temps u t i l e "aux heures ou. les autres coustumierement 12 s'escurent l e s dens". Mais souvent l e magistrat serieux prend 1'ascendant sur 1'ecolier espiegle et l e conteur prend un ton moralisant. Voulant i n s t r u i r e en amusant, Noel du F a i l se range avec tant d'autres auteurs de son s i e c l e dans l a t r a d i t i o n du genre n a r r a t i f semi-didactique, semi-facetieux. Homme de l a Renaissance, du F a i l a une opinion sur tous l e s sujets, et dans son oeuvre i l expose plusieurs problemes de son epoque. Sa pensee est complexe et son oeuvre est ple i n de : .1 contradictions: i l n'a pas pe'ur de se dedire, et dans son impatience d'exprimer toutes ses idees, i l saute souvent d'un sujet a. l'autre. Toutefois, a l a lecture de son oeuvre, on decouvre quelques themes qui reviennent souvent sous sa plume. En effet de 1547 a. 1585, l'etendue de sa carriere l i t t e r a i r e , on ne trouve pas d'evolution marquee dans l a pensee de l'auteur. Une de ses theses favorites et qui forme 1'armature des Propos rustiques est c e l l e du bonheur des champs et du regret du passe. NoSl du F a i l s'enthousiasme pour les innovations et les progres de son s i e c l e mais son ardeur est de courte duree. II trouve l a vie moderne compliquee et a r t i f i c i e l l e ; i l pense avec nostal-gie aux temps passes ou. regnait l a simplicite des moeurs. Dans l a vie actuelle, i l pense trouver cette meme simplicite dans l a vie rustique. L'auteur a un amour sincere des champs et un degout pour la v i l l e : siege d'iniquites. Homme de profession integre, i l attaque la corruption dans les domaines de la l o i , de la pretrise, et de la medecine, et ridiculise les pedants et les gens de pretentions. Ses denonciations ne veulent pas dire /qu'il perd le sens de l 1humour: en decrivant les gamineries des ecoliers, et les louches transactions des gueux de Paris, l'auteur qui a fait 1'experience des milieux s i eloignes de la vie d'un magistrat rennais, de temps en temps oublie de nous dormer une lecon morale et trouve le moyen de justifier les farceurs et les transgresseurs, tandis qu' i l sourit carrement sur les gamineries de son "moi" l itteraire: Eutrapel, parfait type du mauvais garcon. De temps en temps, l'auteur ne dedaigne pas une anecdote lascive ou grossiere., et aux objections de son frere, i l repond qu' i l n'y a rien de laid en nature (Contes,XX). Comme on l ' a mentionne plus haut, l'auteur revient souvent a. ses quelques idees de predilection. Mais l'idee sociale qui lu i tient le plus a coeur est celle deia" hierarchie des classes. Du Pail a des idees fixes sur l'ordre social. II se revolte contre le mouvement des classes; i l voudrait garder la structure pyramidale de la societe medievale avec une hierarche rigide. II est evident que les idees de Noel du Fai l , seigneur de la Herissaye sont colorees par sa propre situation sociale. En tant que membre de la petite noblesse i l jalouse tous les postes administratifs et prefere limiter 1'importance croissante des bourgeois. II met la corruption et le desordre social au compte du materialisme mais surtout au compte du melange des classes. Dans son systeme ideal qu' i l suggere comme remede, chaque homme doit se borner a son groupe s o c i a l et f a i r e l e metier q u i l u i a ete octroys par Dieu: a i n s i i l envisage une s o c i e t e dans l a q u e l l e l e r o i a u r a i t tout l e pouvoir mais l ' e x e r c e r a i t d'une facon benevole: l e s nobles seront responsables pour l e s p o s i t i o n s — c l e t e l l e s que l a j u d i c a t u r e et l'armee: i l l e u r incombe a u s s i de gouverner l e u r s vassaux et.de l e u r dormer 1 'exemple de sagesse et de v e r t u : i l f a u t l a i s s e r aux bourgeois l e s o u c i des t r a n s a c t i o n s monetaires. Quant aux paysans, q u ' i l s a p p r e c i e n t l e bonheur des champs au l i e u de se p r e c i p i t e r dans l e s v i l l e s ou. i l s - se debauchent et contribuent au bouleversement s o c i a l . Du F a i l , d ' o r i g i n e noble, s ' i n t e r e s s e a' l a s i t u a t i o n s o c i a l e . I I envisage une societe' s t a b l e et harmonieuse grace a un systeme p a t r i a r c a l . Sa r e c e t t e pour l e bonheur est simple: conservatisme et v e r t u . I I recherche l a v e r t u dans l a v i e p r i v e e a i n s i que dans l a v i e publique. I I se montre conservateur et . t r a d i t i o n n e l dans ses idees. sur l a femme, .mais d'un autre cote, a l ' e n c o n t r e des conteurs, i l se f a i t une t r e s haute idee du mariage et r e c o n n a i t l e s d r o i t s - d e l i b e r t e et d'.egalite de l'epouse. Depuis 1 'important oeuvre d'Emmanuel P h i l i p o t sur La Vie,  et 1'oeuvre l i t t e r a i r e de NoeT du F a i l (1914), notre auteur ne semble pas a v o i r s u s c i t e des travaux c r i t i q u e s . A part quelques mentions dans des a n t h o l o g i e s ou des oeuvres s u r . l e conte en g e n e r a l , nous avons trouve u t i l e s l e s a r t i c l e s de Monsieur. Olivier M a r t i n (1927) et de Monsieur Charles Dedeyan (1944 et 1950)"^'!''. I I n'y a malheureusement pas d ' e d i t i o n recente des 1 1 oeuvres completes de du P a i l . Krailsheimer c h o i s i t quelques chapitres des Propos rustiques et des Baliverneries, pour son re c u e i l Three sixteenth-Century Conteurs ( 1 9 6 6 ) ."'"^  L'edition l a plus recente des Propos et des Baliverneries, edites et annotes par Pierre Jourda, dans les Conteurs frangais du seizieme s i e c l e ( 1 9 6 5 ) , est c e l l e dont nous nous servirons pour cette these. Pour les Contes et Discours d'Eutrapel, nous avons c h o i s i d ' u t i l i s e r 1 ' e d i t i o n de Claude Hippeau ( 1 8 7 5 ) . Les Contes attendent une nouvelle edition enrichie des travaux de l a Borderie et de P h i l i p o t . Dans 1 'etude qui s u i t , nous proposons de presenter surtout les idees sociales de No SI du P a i l , ^3.:./...;.aaiiuseur/moraliste. Nous essayerons de donner l a vue generale de l'auteur sur l a structure sociale. Nous discuterons aussi ses idees sur l e passe et sur l a campagne et leur importance pour sa crit i q u e du present. On ne peut pas entreprendre une discussion de l a societe sans parler des elements qui en font partie,' aussi montrerons-nous l a part de l a cri t i q u e des hommes de profession, de l a corruption, de 1 ' i n j u s t i c e surtout chez les. avocats, le s juges, et les hommes d 1eglise^dans 1 'oeuvre de du P a i l . Au dernier chapitre nous essayerons de def i n i r ou. se situe l a pensee de du F a i l v i s - a - v i s d'un. evenement l i t t e r a i r e et s o c i a l de son epoque: l a querelle des femmes. NOTES SUR L'INTRODUCTION Abel Lefranc, Les Grands Ecrivains frangais de l a Renaissance (Paris: Librairie Ancienne Honore Champion, 1914), p. 288. Pierre Jourda, ed., "Preface", Conteurs frangais du XVIe  s i e c l e (Paris: Gallimard, Bibliotheque de l a Pleiade, 19657^ p. xxiv. ^ Emmanuel Phi l i p o t , La Vie et 1 'oeuvre l i t t e r a i r e de No81 du P a i l (Paris: Champion, 1914), p. 525. Gustave Reynier, Les Qrigines du Roman Realiste, (Paris: Hachette, 1912), p. 255. 5 NoSl du F a i l , Contes et Discours d'Eutrapel, ed. C. Hippeau (Paris: Librairie des B i b l i o p h i l e s , 18757, Notes: v o l . II, p. 319. A. de l a Borderie, "No§l du P a i l : recherche sur sa famille, sa vie, ses oeuvres", Bibliotheque de l'Ecoie des Chartes, XXXVI et XXXVIII (1875-1877), 244-298, 521-584,-572-616.. ' E. P h i l i p o t , La Vie et 1'Oeuvre l i t t e r a i r e de Nogl du F a i l , Gentilhomme breton, "(Paris: L i b r . Champion, 1914). E. P h i l i p o t , Essai sur l e Style et l a Langue de Nogl du P a i l , (Paris, 1914). 7 Cour des Miracles: l i e u de rencontre des gueux qui, pendant l a journee contrefaisaient l'infirme et une f o i s chez eux, se retrouvaient a l ' e t a t normal. Au chapitre VII des Propos  Rustiques l'auteur f a i t dire a. un gueux: "La rue ou. nous retirons a Bourges sappelle_la rue' des Miracles, car ceux qui a l a v i l l e sont tortuz et contrefaits, sont.la d r o i t s , allegres, et disposts." (p. 634) Nogl du Fail,- "Propos Rustiques" dans Conteurs frangais  du XVIe s i e c l e , ed. Pierre Jourda, (Bibliotheque de l a Pleiade, Paris: Gallimard, 1965). L'auteur f a i t plusieurs references a l a necessite. cf. Contes, XVIII, 232, (edition C. Hippeau); cf. aussi Contes, XXVI, " l a deesse Necessite. 13 Paix de Monsieur,' dite encore Paix de Beaulieu, conclue sous l a mediation du due d'Alencon frere de Henri III, en mai 1576, entre les protestants et les catholiques apres l e combat de Dormans., Les premiers obtenaient l e l i b r e exercice du culte, sauf a Paris, l a r e h a b i l i t a t i o n de Coligny, etc. E l l e amena, par reaction, l a formation de l a Ligue. Henri Coulet, Le Roman .jusqu'a, l a Revolution, (Paris: L i b r . Armand Colin, Collection U, 1967), tome I, p. 133. P. Valette, La t r a d i t i o n antifeministe dans l a l i t t e r a t u r e  du Moyen Age et sa continuation dans les contes du seizieme s i e c l e , University of I l l i n o i s , PhD. thesis, 1966, p. 108. (University Microfilms Limited, High Wycomb, England, A Xerox company, Ann Arbor, Michigan, U.S.A.) Noel du F a i l , "Baliverneries d'Eutrapel", dans Conteurs  francais du XVIe s i e c l e , ed. P. Jourda, Bibliotheque de l a Pleiade, Gallimard,' 11965), p. 666. ^ O l i v i e r Martin, "N08I du F a i l et l e Role s o c i a l de l a Noblesse", Societe d'Histoire et d'Archeologie de Bretagne, Memoires, v o l . 8, 1927, (257-276). ^ C. Dedeyan, "Noel du F a i l et les Femmes, d 1apres les Propos Rustiques," Annales de Bretagne, tome LI, no. 1944. : , "N08I du F a i l et l a structure des Propos Rustiques," French Studies, v. 4, 1950. A. J. Krailsheimer, ed., Three 16th-century conteurs: Marguerite de Navarre, Bonaventure des Periers, Noel du F a i l , (New York—London, Oxford University Press, 1966), Clarendon French Series. CHAPITRE I DU P A I L GENTILHOMME CHAMPETRE En 1 5 4 7 l e l e c t e u r p o u v a i t l i r e une s o r t e de " D i s c o u r s s u r l ' i n e g a l i t e " q u i d e v a n c a i t l a t h e s e de J e a n - J a c q u e s R o u s s e a u s u r l a b o n t e n a t u r e l l e de l 'homme en m o n t r a n t 1 ' i n f l u e n c e n e f a s t e de l a s o c i e t e . Dans s a P r e f a c e aux P r o p o s R u s t i q u e s . N o g l du P a i l f a i t non s e u l e m e n t uno p e t i t e h i s t o r i q u e de l ' o r i g i n e des i n e g a l i t e s s o c i a l e s , mais e n t r e p r e n d a u s s i une d e f e n s e du "bon sauvage" e t e x p r i m e l e r e g r e t de " l a a g e d o r e " d e . l ' h u m a n i t e ; a i n s i i l e t a b l i t l e t o n de t o u t e s s e s n o u v e l l e s , e t p a r s a l o u a n g e de l ' e t a t de n a t u r e , se r e v e l e p r e s q u e p r e c u r s e u r de R o u s s e a u . Chez du P a i l , comme chez R o u s s e a u , i l y a l e r e g r e t d ' u n p a s s e : de ce "bon v i e u x temps que a u c u n ^ p p e l l e n t l a a g e D o r e , £ou. i j ny a v o i t d i f f e r e n c e aucune e n t r e l e s hommes en p r e e m i n e n c e , h a u l t e s s e , ou a u t r e p o i n c t d ' h o n n e u r , a i n s e s t o y e n t egaux, non p a r t i a u x ou d i v i s e s , usans d ' u n e t e l l e t r a n q u i l l e e t l o u a b l e communaute, que a l a p o s t e r i t e n ' h a l a i s s e que l e s r e g r e t z e t s o u h a i t z d ' u n p a r e i l s i e c l e " . * ^ Le t o n en e s t p e u t - e t r e d i f f e r e n t , mais i l n ' e s t pas i n c o n c e v a b l e de s u g g e r e r u n p a r a l l d l i s m e dans l a pensee de J e a n - J a c q u e s R o u s s e a u q u i d i r a p l u s t a r d : " i l y a , j e l e s e n s , un age a u q u e l l 'homme p i n d i v i d u e l v o u d r a i t s ' a r r e t e r . . . " A chaque epoque l e s hommes ont r e g r e t t e un passe q u i l e u r s e m b l a i t e x e m p l a i r e ; s e r a i t - c e l ' e t e r n e l r e g r e t de l 'homme d e c h u du P a r a d i s , ou l e c y c l e n a t u r e l de l a v i e i l l e s s e q u i pense avec n o s t a l g i e a. s a j e u n e s s e : p e r i o d e de l a v i e ou r i e n n ' a e n c o r e e t e g a c h e , ou. r i e n n ' a e t e perdu—comme 15 Adam l o r s q u ' i l e t a i t encore au Paradis. I I est d i f f i c i l e de f i x e r l e passe dont parle du P a i l . Un ecrivain a v e r t i et erudit ..comme notre conteur, d e c r i r a i t un age mythique, typique des descriptions classiques, aussi e s t . i l inevitable q u ' i l subisse l'influence contemporaine puisque l a nostalgie de l'age dore est un theme courant pendant l a Renaissance. Mais dans l e cas des paysans que l'auteur met en scene, l e passe souvent est 1'epoque de leur jeunesse ou tout au plus, l a jeunesse de leurs ancetres. L'auteur f a i t parfois a l l u s i o n a uh passe' recent, t e l que l e regne de Frangois premier, mais i l arrive aussi que l e passe devienne une periode loi n t a i n e , vague et idealisee et qui sert a mieux f a i r e r e s s o r t i r les defauts du present. Que regrette du F a i l dans l e passe? Comme Rousseau, i l pense surtout a " l ' e t a t de nature" qui •a disparu. En ce temps-la etaient inconnues "Noblesse, Paisanterie, Liberte, Servitude, et autres de semblable farine, invasions de droict naturel." Hante par l e s avantages que presentait l e passe, l'auteur cherche a. retrouver l e s vertus d 1 autrefois; i l essaie de retrouver dans l a vie rustique l'age dore perdu. Seuls l e s campagnards offrent une ressemblance aux peuples de l'age dore, qui, eux aussi,menaient une vie simple en opposition avec les f r i v o l i t e s et l e s dissipations qui encombrent et corrompent l a vie des citadinsa.' 1'epoque de du F a i l . Done l e regret du passe a l l i e a d'autres themes, forme l a base des discussions sociales et morales de l'auteur, car du F a i l a des idees fixes sur les defauts de l a societe contemporaine et auxquels i l suggere des remedes. Mais i l semble avoir besoin d'un i i d e a l , d'un exemple fi x e auquel i l peut avoir recours pour ses lecons: l e passe 16 justement l u i sert de point de comparaison pour ses raisonnements. Chez Noel du F a i l l'eloge du passe est un theme qui se rattache etroitement a l'eloge des champs et de leurs paisibles habitants. Puisque ces deux themes reviennent souvent sous l a plume de notre conteur, et forment, pour a i n s i dire, l e leitmotiv de ses oeuvres, i l serait u t i l e de les considerer ensemble. L'auteur c h o i s i t les rustiques, "ce bas peuple" comme sujet d'observation parce que les historiographes se sont trop occupes de parler des nobles et ont "este ...ingrats vers noz Rustiques".^ Pourtant, pour j u s t i f i e r son choix i l s'appuie souvent sur l e s oeuvres des anciens et c i t e volontiers leurs idees en faveur de l a v ie champetre. Lui-meme apprecie " l ' e t a t de nature" qu'offre l a vie rustique et pour confirmer son gout personnel, i l p r o f i t e de ses connaissances classiques et livresques: i l procede a enumerer bon nombre de grands personnages historiques qui, dans leurs e c r i t s , f i r e n t l'eloge du rustique et de l a campagne: "Caton, ce prudent et grave Romain en ha es c r i t et estably l o i x , tellement qui affirmoit un Laboureur estre homme de bien. M. Cicero d i t que ri e n ne peult estre plus commode a lhomme l i b r e que agriculture..."5 L'auteur trouve une foule de notables temoins qui appuient son propre projet qui est c e l u i d'etre l e chroniqueur des paysans de Bretagne. Car, qui sont les h e r i t i e r s de "laage dore" sinon l e s rustiques simples qui, d'apres du F a i l , ont su maintenir l e s vraies valeurs de l a vie? C'est avec simplicite que l e conteur nous offre son temoignage, et pour l e f a i r e , 11 emprunte une image rustique qui met l e lecteur d'embleee dans 1'ambiance convenue: 17 du P a i l s'adresse a l u i et l u i demande d'accepter son oeuvre. "...comme t u f e r o i s dune simple Bergiere une pottee de l a i c t c a i l e . . . " ^ Image simple et propre a son eloge de l a s i m p l i c i t e r u s t i q u e . C'est par des exclamations de regret que l e premier devisant des Propos Rustiques, Anselme,. ouvre l a d i s c u s s i o n du passe: .. "0 temps heureux! 6 s i e c l e s fortunes!" (Propos,. I I , 609), temps ou. l e s gens savaient mener l a v i e qui convenait a. l e u r c o n d i t i o n . Le passe e t a i t surtout l e temps de Dieu: "Lors Dieu e s t o i t ayme, revere, v i e i l l e s s e honnoree, jeunesse sage, pour l o b j e c t q u e l l e a v o i t de ve r t u , l o r s f l o r i s s a n t e , tellement que je peux, avec tous vous autres, appeler ces temps passes: temps de Dieu." (Propos, I I , 609) Bien qu'Anselme ne l e d i s e pas ouvertement, l e s l e c t e u r s comme l e s auditeurs, sentent que l e present n'est plus l e "temps de Dieu"; c'est un nouveau monde auquel i l faut s'adapter. Bien entendu'les v i e i l l a r d s prennent refuge dans l e u r s souvenirs et une de l e u r s jouissances continue a etre 1'evocation du passe, l e q u e l avec l e passage du temps, apparalt comme l'age dore. Par r e a c t i o n aux d i f f i c u l t e s que represente l e present, l e s devisants ont tendance a exagerer l e s t r a i t s d.'innocence et de d r o i t u r e de l e u r s a n c e t r e s — r e a c t i o n toute n a t u r e l l e et typique de tous ceux qui louent l e passe. Un des devisants des Propos p a r l e avec admiration du temps que l u i et l e s compagnons, a qui i l s'adresse, ont connu. Les temps ont bien change, se l a m e n t e - t - i l . Par une formule q u ' i l u t i l i s e souvent, l'auteur evoque l e temps des repas simples qui e t a i e n t neannbins des f e s t i n s : 18 »DU TEMPS DU GRAND ROY FRANGOIS, ON METTOIT ENCORE EN BEAUCOUP DE' LIEUX LE POT SUR LA TABLE, sur l a q u e l l e y a v o i t seulement un grand p l a t garny de beuf, mouton, veau et » l a r d , et l a grand 'brassee d'herbes c u i t e s et composees ensemble, dont se f a i s o i t un brouet, vray restaurant et e l i x i r de v i e . . . . En ceste meslange de v i v r e s ainsi'arrangee, chacun y prenoit comme bon l u y sembloit et selon son a p e t i t ; tout y c o u r o i t a. l a bonne f o y . . . " 7 V o i c i l a s i m p l i c i t e que du F a i l aimerait v o i r . Cette scene de v i e sans facon o f f r e un contraste aux f o r m a l i t e s que l e s nobles, s u r t o u t , montraient a. t a b l e ; a part ces ceremonies et ce raffinement, d i t 1'auteur, l e s p l a t s d 1aujourd'hui ne sont f a i t s que pour l a vue .et n ' o f f r e n t aucune valeur a l i m e n t a i r e . P l u s i e u r s d e t a i l s nous sont donnes et une.scene.de l a v i e de tous l e s jours s'anime aree- un© etrange c l a r t e grace aux dons de naturalisme de 1.'auteur qui s u i t et depeint l e s gestes des convives. Les actions se suivent et on peut presque entendre l ' a p p e l qui i n v i t e l e s convives a. s ' a t t a b l e r : i l s " . . . a l l o i e n t l a v e r l e u r s mains au pui s , a l a p i e r r e duquel a i g u i s o i e n t l e u r s coutaux, pour a qui mieux couper de longues et larges lesches du gras jambon, ou grosse et tremblante piece de boeuf s a l e , et i c e l l e s trancher sur l e bon pain b i s f a i c t i s . . . " (Contes, XXII, 3 7 ) . Et puis, on verse dans de. hauts verres de fougere l e beau c i d r e " . . . f a i s a n t sur l e haut une i n f i n i t e d'escumeuses pointes d ' a i g u i l l e s , pour humecter et r a f r e s c h i r l e foye et r a m o l i r l e s durtez du ventre" (Contes, XXII, 3 7 ) . A l'encontre des manieres et.de 1'etiquette du present qui encouragent l e s j a l o u s i e s , l e s B ia lentendus et l e s h y p o c r i s i e s , auparavant, 19 "...les plus ages s'asseans au beau milieu de l a table, apres avoir prie Dieu par l a bouche d'un pe t i t enfant; puis l a jeunesse, se pesle-meslant sans ordre, sans ceremonie, sans envie, sans, grands respects, j'a evacuez. .... et perdus par ce beau patron de l'humilite des anciens, triomphoit de bien mordre et g r i f f e r . . de bon apetit, chacun disant l e mot, comme tout est compagnon a l a table et au jeu." (Contes, XXII,, 38). Du_Fail veut, et reussit, a rappeler une ambiance de camaraderie, de franchise et de bien-etre. Par ces descriptions d'un passe depourvu.d'artifices, i l veut.montrer combien les faeons^elaborees / du present empoisonnent meme l a fonction l a plus simple du jour. Parfois l a facon d'estimer l e mode de vie de leurs ancetres va jusqu'a l a naivete. Autrefois, nous renseigne un v i e i l l a r d , i " l a foy des femmes vers les hommes estoit i n v i o l a b l e " , et comme une merveilleuse confiance regnait parmi les hommes tout l e monde couchait indifferemment, maries ou a marier, "en un grand l i c t f a i c t tout a propos, sans peur ou crainte de quelque demesure pensement ou effet lourd..." (Propos, VII, 624). Mais malheureusement les choses ont change: "...depuis que l e monde est devenu mauvais garcon, chascun ha eu son l i c t d i s t i n c t et a part, et pour cause, aussi pour obvier a tous et chascuns les dangers qui en eussent pu sourdre. Pource que, depuis que Moynes, Chantres, et Escholiers (a raison quen de bon vieux temps chascun se contentoir de son pals) commencerent a peregriner, j e t t e r l e froc aux choulx, v i c a r i e r , se emanciper hors leur t e r r i t o i r e , on f e i t par eommun advis l i c t s plus petits au p r o f i t daucuns maries... Vous voyez toutes bonnes facons de f a i r e se abastardir..." (Propos, VI, 624). On ne peut s'empecher de penser que l'auteur se moque un peu de oes paysans qui voulaient croire a des ancetres a ce point 20 vertueux. En effet du F a i l est l o i n d'etre serieux car "Sur un point, cependant, 1'auteur des Propos Rustiques t r a i t e l'eloge du passe avec une ir o n i e v i s i b l e : c'est quand i l est question de l a chastete du vieux temps; i l consent que l e s jeunes paysans d'alors > 8 aient eu toutes l e s vertus, sauf c e l l e - l a . " Ses propos sur l a chastete d'autrefois, l a discussion se developpe en une comparaison des fagons de f a i r e l a cour dans l e passe et dans l e present. Pour Maitre Huguet,. " . . . l e vieux temps est l e temps des amours rapides, sans facon, a l l a n t d r o i t au but, ne s'embarrassant point de reveries et de sentimentalites." V o i c i comment Huguet decrit ce procede d'autrefois: " . . . l e f a l l a n t a i n s i frisque, tabourdant des pieds sur un coffre, d i s o i t l e p e t i t mot a l a traverse a Jeanne ou Margot, et soudain, regardant s i Ion l e voyoit point, lempongnait, et sans dire mot l a j e t t o i t sur un banc, et l e reste, je l e vous l a i s s e a songer." (Propos. VI, 625). C e t a i t une facon directe et ouverte de proceder. Mais a present, les hommes ne savent plus comment s'y prendre; i l s se lancent dans des r i t u e l s compliques et r i d i c u l e s . Jadis i l s u f f i s a i t d ' o f f r i r un bouquet de fleurs, ou peut-etre un ruban pour garnir l e bonnet de l a bien-aimee, a present: "par longues et enormes protestations vous deseperez, vous mettez aux champs, parlez seulz comme Lunatiques, envoyez rithmes, donnez aubades, a l l e z emmasquez, donnez de leaue benoiste a. l ' E g l i s e , f a i c t e s l a court, changez daccoustremens, f a i c t e s de belles signatures chez les marchans, entretenez gens pour vous seconder en voz propos..." (Propos, VI, 625-6). et 1'auteur continue l e catalogue des complications amoUreuses. L'amant est a l a mercide sa maitresse; l'auteur se moque de ces 21 faeons de f a i r e et avec ir o n i e i l f a i t dire au jeune amant: "Hee, ma maistresse, voulez-vous, que pour Vostre amour conquerir, je me rompe l e col?" (Propos, VI, 626). Apres toutes ses prieres et ses s a c r i f i c e s , 1'amant sera rejete;- l a femme trouvera moyen de se moquer de l u i et de l e mepriser. Par cette s a t i r e de l a facon de f a i r e l a cour au seizieme s i e c l e , du F a i l prend position dans l a querelle des femmes,ss car en associant son oeuvre aux polemiques de son epoque, l'auteur ajoutait a l ' i n t e r e t de son l i v r e . L'essentiel dans tout 1'argument de du F a i l c'est de remarquer q u ' i l essaye de convaincre son auditoire de l ' e t a t de bonheur du paysan'qui a ete appele a "ceste bienheureuse vocation de agriculture" (Propos, IV, 614). C'est avec poesie que l'auteur decr i t l a vie pastorale de Thehot du.Coing, " . . . a i n s i appelle du Coing pource que jamais ne s o r t i t hors sa maisonnette ou (pour ne mentir) l e s l i m i t e s ou bords de sa Parroisse." (Propos, VII, 629). Content de son sort ce rustique mene une vie p a i s i b l e . La vie l u i a appris 1'indulgence meme pour l e s oiseaux qui mangent tous ses pois, car i l comprend " . . . q u i l est necessaire quilz vivent par l e moyen des hommes." (Propos, VII, 630). A i n s i i l passe sa vie au sein de l a Nature, sans conf l i t , . c a p a b l e d'amuser les enfants, et d'entretenir son entourage avec de v i e i l l e s h i s t o i r e s l e so i r , assis au coin du feu. A sa mort on e c r i t un p e t i t poeme en souvenir de l a vie du "bon Thenot non.moins saincte. que louable": "Suyve qui voudra des Seigneurs, Les honneurs, Pompes et banquets de v i l l e . ss Nous avons c h o i s i de remettre cette discussion au chapitre t r o i s . 22 Ne sont en moy t e l z labeurs, Et a i l l e u r s Passe l e temps plus t r a n q u i l l e . Mes jours se passent sans b r u i t Au deduit De ceste v i e umbrageuse, Dont un doulx f r u i t est produit Et r e d u i t A ma v i e s i heureuse. La mort me sera joyeuse, G-lorieuse... Mais a c i l qu'est de tous congneu Odieuse Et fascheuse, Estant a l u y mesme incongneu." (Propos, VII, 631). En poussant s i l o i n ses louanges de l a v i e r u s t i q u e , du P a i l veut attenuer l e s a t t r a i t s de l a v i l l e . Une v i e calme a l a campagne apprend a l'homme a bien mourir; tandis que l a v i e mouvementee de l a c i t e avec ses a c t i v i t e s souvent immorales, empeche l'homme de penser a Dieu, et par consequent, i l f i n i t par.apprehender-la mort. I I faut noter que Thenot du Going v i t dans 1 'ignorance de l a v i e etrangere a. sa paroisse. I I v i t l o i n du remue-menage de l a v i l l e . S i on ne connait pas autre chose, on ne r i s q u e pas de f a i r e du mal. L'idee q u ' i l faut se s a t i s i ' a i r e de son l o t , de son "coing" dans l a v i e , reviendra souvent chez du P a i l . L !auteur n'hesite pas .a f a i r e l a morale, et souvent, i l f a i t precher des sermons par ses devisants. Maistre Huguet encourage l e s jeunes h- continuer dans l a pr o f e s s i o n de l e u r s peres et de ne pas s'aventurer hors de l a campagne. Le devoir des enfants est de ne pas decevoir l e s attentes de l e u r s peres, de r e s t e r au v i l l a g e "vivant simplement en l a facon de nostre e s t a t " . Pour mener une ss Un d.es chapitres des Propos Rustiques est i n t i t u l e "Harengue r u s t i q u e " , qui est une confession de f o i r u s t i q u e . 23 bonne v i e , " i l est de. besoing en premier poinct aymer, reverer et craindre Dieu," i l ne faut pas presumer trop mais rendre grace et estimer que Dieu " f a i c t tout pour le- mieux, bien cognoissant ce qui nous est necessaire.. E t , .a c e l l e f i n que cognoissiez c e r t a i n s poincts de l a vostre et mienne vacation grandement a observer, gardez souverainement de mai p a r l e r de voz voysins ou en aucun cas f o u l l e r l e u r honneur..." (Propos, IV, 615). Cette "Harengue" p l e i n e d 1 admonitions, forme une sorte de l i g n e de conduite pour l a v i e . l a v i e • e s t simple du moment qu'on se l a i s s e guider par Dieu et par l a v e r t u . Par ses admonitions repetees: "en bonne ou mauvaise fortune, i l f a u l t a v o i r un mesme visage et C o n s t a n c e accoustumee" (Propos, IV, 616), l'auteur donne un ton moralisant a son oeuvre; ce n'est pas seulement l e langage d'un v i e i l l a r d : on sent 1'admiration de l'auteur pour ces bonnes vertus paysannes, c'e mode de vie' t e m p e r e d et raisonnable. Pourquoi q u i t t e r c e t t e v i e s a l u t a i r e ? Seule l a v i e champetre o f f re un refuge a. c e l u i qui veut etre d e l i v r e de toutes l e s v a n i t e s , passions, et t e n t a t i o n s qu'offre l a c i t e : "l'homme est heureux quand, d e l i v r e de toutes passions et a f f a i r e s , content de ce q u ' i l a, sans r i e n d e s i r e r , se commande en p l e i n e et e n t i e r e l i b e r t e d* e s p r i t " (Contes. XXXV, 277-78)'. I I faut a v o i r l a sagesse de p r e f e r e r l a t r a n q u i l l i t e des champs au mouvement de l a v i l l e . Au fond, r i e n ne manquera a. l'homme s' i l r e s t e chez l u i a l a campagne: au c o n t r a i r e , i l sera l o i n de " l a calomnie, envies et ambitions de ce monde". L'auteur se base sur l ' a u t o r i t e des anciens quand i l declare: "Jamais homme, ...ne r e v i n t m e i l l e u r a. sa maison pour a v o i r este au l o i n . " (Contes, XXXV, 24 273). Mais, l a campagne n'est pas f a i t e uniquement pour l e s paysans. Tous peuvent en p r o f i t e r . En e f f e t i l n'y a pas de grande d i f f e r e n c e entre un paysan et un gentilhomme champetre. l i s ont tous l e s deux l e meme amour pour l a nature et l a t e r r e , tous deux menent ' une v i e simple et ru s t i q u e . A l'encontre des extravagances de l a cour et des v i l l e s , l a s i m p l i c i t y regnera chez l e gentilhomme campagnard. En decrivant l e manoir du gentilhomme champetre, 1'auteur se p l a i t a r e l e v e r l e s t r a i t s r u s t i q u e s : "Dedans l a sale du l o g i s (ear en a v o i r deux c e l a t i e n t du grand), l a corne de ce r f f e r r e e et attachee au plancher, ou. pendoient bonnets, chapeaux g r e s l i e r s , couples et le s s e s pour l e s chiens, et l e gros chapelet de patenostres pour l e commun. .Et sur l e dressouer ou bu f f e t a. deux estages, l a Saincte B i b l e de l a t r a d u c t i o n . commandee par l e roy Charles l e Quint, y a plus de deux cens ans; ...Derriere l a grand'porte, force longues et grandes gaules de g i b i e r , et au bas de l a s a l e , sur bois cousus et entravez dans l a m u r a i l l e , demie douzaine d'arcs avec l e u r s carquois et f l e s c h e s , deux bonnes et grandes rondeles avec deux espees courtes et la r g e s , deux halebardes, deux piques de vi n g t deux pieds de long, deux ou t r o i s cottes ou chemises de m a i l l e dans l e p e t i t c o f f r e t p l e i n de son, deux f o r t e s arbalestes de passe avec l e u r s bandages et ga r r o t s . Dedans, et en l a grand'fenestre, sur l a cheminee, t r o i s harquebutes ... et au joignant, l a perche pour l ' e s p e r v i e r , et plus bas, a. coste, l e s t o n n e l l e s , esclotoueres, r e t s , f i l e t s , pantieres et autres engins de chasse.", (Contes, XXII, 38-39). Pour f i n i r l e p o r t r a i t d e t a i l l e et r e a l i s t e de ce foyer chaleureux, du F a i l mentionne meme l e s chiens couches sous l e banc, et un bon feu dans l a cheminee. Le tableau q u ' i l nous presente est presque i d y l l i q u e . Son gentilhomme a des occupations j o u r n a l i e r e s qui l ' a i d e r o n t a. comprendre ses v o i s i n s campagnards: Quand i l va a. 25 l a ciiasse i l prend so i n de ne pas "rompre ou offencer l e s bleds du laboureur, ••• contrevenans aux ordonnances et a l a justice commune" (Contes, XXXV, 26;7.).11 s'occupera de son jardin, et inventera un systeme d.' i r r i g a t i o n , i l . encouragera l e t r a v a i l des ab e i l l e s , se fachera, tout comme un paysan, du mai que l u i font les taupes et mulots, i l sera d i v e r t i par l a musique des oiseaux et par les contes rustiques racontes par ses ouvriers. L'auteur-parle avec sympathie des moeurs simples et cordiales des nobles et "Ces tableaux sont parfaits et donnent l a meilleure opinion, non seulement de 1'esprit, mais de l a valeur morale de l'auteur.""'"^ Comme on l e voit, du P a i l n'envisage pas une vie oisive pour l e gentilhomme champetre, au contraire, i l veut une personne engagee. A cote du pretre, i l est l ' a r b i t r e naturel, l e pacificateur, "instruisant et conseillant son lourd et grossier voisinage, l e retenant en paix et sans proces ne troubles" (Contes, XXIX, 120). D'ailleurs, comme l e pretre, l e noble doit donner 1'exemple et mener une vie vertueuse; se contentant des biens que ses devanciers l u i laisserent et en pratiquant l e mepris des choses, i l ne cherchera pas a, f a i r e accroitre son etat. Quand Eutrapel pense a sa r e t r a i t e , i l declare que sa maison aux champs sera une "vraie habitation philosophale"; En eff e t , du P a i l n'oublie pas l a place qu'auront l a lecture et l a priere dans l a vie du gentilhomme champetre car i l l a veut teHJequ'un "prince philosophe" qui etudie et qui i n s t r u i t tout en suivant les regies de l a S'ainte Ecriture: (Contes, XXXV, 267). La seule difference entre l e paysan et l e gentilhomme campagnard serait l e role paternel du noble envers ses pay'sans. Son role serait c e l u i 1/ 26 d'un homme " r e t i r e aux champs... gouvernant et reiglant ses sujets en amiable et gracieuse police, ressemble un sainct ou prince philosophe: i l s a i t , i l es.tudie, instruisant et conseillant son lourd et grossier voisinage, l e retenant en paix et sans proces ne troubles..." (Contes, XXIX, 120). A i n s i l a vie a l a campagne, permet de mener une existence p a i s i b l e ou il.peut remplir ses devoirs de maitre, de co n s e i l l e r et d'arbitre. Mais l a campagne offre aussi d'autres avantages au noble: ceux des etudes et de l a meditation. Quand Eutrapel, gentilhomme campagnard par.le de se r e t i r e r a l a campagne, i l est motive non seulement par son amour des champs, mais aussi par des idees humanistes. De cette facon 1'auteur montre l a compatibility entre 1'humanisme et l a r u s t i c i t e . Dans L'Entretien des V i e i l l a r d s , Erasme f a i t dire a Glycion, l e devisant qui parle au nom de l a raison et de l a moderation, ses raisons pour sa r e t r a i t e aux champs: plutot que de f a i r e un long voyage qui serait dangereux, Giycion prefere se r e t i r e r aux champs pour se metamorphoser de ci t a d i n en campagnard. Apres son sejour champetre i l revient a l a v i l l e r a f r a i c h i , "renouvele" comme s ' i l revenait d'un long voyage aux lies.'1""'" A i n s i , on voi± que du F a i l , a part ses propres idees sur l a campagne, suit aussi une t r a d i t i o n humaniste qui reconnaissait 1'essence salutaire d'une vie tranquille'a. l a campagne ou. on a 1'occasion de mediter, de penser a. sa vie, et d'ameliorer son esprit et son ame. Comme Glycion, Eutrapel voi t l e s avantages d'une vie moderee qui mene a l a serenite. II faut savoir se r e t i r e r aux champs sans toutefois renoncer a. ses lesponsabilites. Le seizieme s i e c l e nous offre l e parfait exemple du gentilhomme 27 qui apres a v o i r ete a c t i f dans un poste p u b l i c , se r e t i r a dans son manoir et partagea ses heures entre l a l e c t u r e et l a meditation: Michel de Montaigne. Pour mieux comprendre l a p r e d i l e c t i o n de l'auteur pour l a campagne, et son antagonisme pour l a v i l l e , i l faut e t u d i e r l e s idees de du P a i l sur l ' o r i g i n e des t r o i s etats et r e v o i r l e s s i t u a t i o n s economiques et s o c i a l e s au seizieme s i e c l e . Dans l a "Preface" aux Propos Rustiques, l'auteur f a i t l ' h i s t o r i q u e des o r i g i n e s des c l a s s e s , l e s peuples elurent d'abord l e plus f o r t d'entre eux pour etre l e u r chef ( l e r o i ) et, pour l u i montrer l e u r soumission i l s l u i donnerent "par commun advis, chascun p a r t i e de son b u t i n ou conquest, en. signe de recongnoissance, par ce moyen se rendans a l u y t r i b u t a i r e s . " Ceux parmi eux qui e t a i e n t l e s plus v a i l l a n t s . en b a t a i l l e , l e s plus hard i s et l e s plus ro'bustes furent recompenses pour l e u r s u p e r i o r i t y et eurent d r o i t a une exemption, et ceux-la creerent une nouvelle classe s o c i a l e : l a noblesse, " l e r e s t e (qui t i e n t en poinct peremptoire que l a maniere de f u y r est de p a r t i r de bonne heure) furent appelles 12 Plebeiens, PaSsans, V i l l a i n s , Rustiques,." I I est important de noter l a - p l a c e que l'auteur f a i t aux nobles, Ce sont eux l e s plus dignes d'honneur. Lui-meme gentilhomme, i l est presque i n e v i t a b l e que toute son etude "sociologique" s o i t coloree par ses prejuges concernant l a noblesse. Sa morgue n o b i l i a i r e se ressent dans toute ss Du P a i l v o i t en c e c i l ' o r i g i n e des impSts. 28 sa c r i t i q u e sociale et dans son insistence a'adherer strictement a l a hierarchie des classes. Aussi est-ce a, cause de son p a r t i -p r i s q u ' i l jalouse toutes les autres classes surtout c e l l e s qui par leur ambition ou presomption viendraient accroitre les rangs des nobles. Du F a i l veut proteger les droits de l a classe n o b i l i a i r e et son souci de v o i r sa classe perdre ses privileges l u i donne un ton peu democratique en ce qui concerne les classes sociales; sa devise pourrait tres bien etre:. "chacun a sa place"! Monsieur P h i l i p o t nous offre un excellent resume de 1'attitude de du F a i l : "Gentilhomme, du F a i l v e i l l e jalousement a. ce que les classes sociales n'empietent pas les unes sur l e s autres, a ce que les roturiers n'ambitionnent pas de plus hauts etats, comme d i t l e harangueur rustique. C'est l a consequence de 1'esprit de caste, s i developpe chez du F a i l . De plus, l e gentilhomme r u r a l a inter et a. ce que les paysans ne sentent pas des v e l l e i t e s d'inde-pendance, a. ce qu'ils n'emigrent pas vers l e s v i l l e s , privant l e s proprietaires nobles des bras necessaires. Que les paysans restent done des paysans! Qu'ils prennent conscience de leur bonheurl...L'artiste est d'accord avec l e gentilhomme champetre pour souhaiter que les rustiques ne bougent pas et que r i e n ne vienne deranger les attitudes t r a d i t i o n n e l l e s et les lignes du paysage moral et s o c i a l . M l 3 Les nouveaux developpements economiques ajoutent a l a confusion socials de cette epoque et causent, en partie, l e mouvement des classes. L 1avilissement marque de l a valeur des metaux precieux est un phenomene economique qui marque l e seizieme s i e c l e . "Cet avilissement du signe monetaire a entraine une hausse generale des prix et, par suite, au milieu des apparences d'une richesse universelle, diminue singulierement l a s i t u a t i o n . r e l a t i v e des personnes vivant d'un revenu fixe.""'"^ Quand Eutrapel declare 29 qu'aujourd'hui " i l est-plus d'escus q u ' i l n'y avoit, en vostre beau s i e c l e , de testons", Polygame demontre que c'est du faux progres: "Et entant que touche l a valeur des choses, abondance d'argent et comparaison de l'une a. 1 'autre saison, tout bien debatu, se touvera q u ' i l n'y a r i e n dissemblable pour ce regard. Car du temps de Lupolde ce qui coustoit cent sols vaut ce jour dix l i v r e s , ce qui est a cause des pals nouvellememt trouvez, et des minieres d'or et d'argent que les Espagnols et Portugais en apportent, qu'ils laissent finalement en ceste miniere perpetuelle de Prance des bleds et ouvrages, de laquelle i l s ne sepeuvent aucunement passer." (Contes, XXII, 44) Ce phenomene "entraina par l a suite 1'appauyrissement r e l a t i f de l a petite noblesse rurale. C e l l e - e i dut s'efforcer, en consequenc de substituer aux baux a cehs l e metayage ou l e fermage a temps.""'" Cependant i l ne va pas de meme dans les v i l l e s . C'est dans les v i l l e s qu'on sent l'essor qui marque l a Renaissance. Avec 1'evolution, economique vient l a frappante evolution sociale. C'est a. cette periode de l ' h i s t o i r e que devient plus marquee 1 'ascension de l a bourgeoisie qui " c r o i t en importance numerique et que l e s circonstances ont contribute a enrichir considerablement Du P a i l parle avec beaucoup d'humeur de cette classe qui se donne des a i r s de noblesse, s'habille de velours et de satin et cherche a avoir des t i t r e s . On ne peut plus distinguer l e s nobles des roturiers car ceux-ci sont vetus avec tout autant de recherche que l e s gens de l a cour. L'auteur f a i t souvent disputer ses devisants la-dessus: "J'ay veu de mon temps, d i t Lupolde (mais ce rustre i c y d'Eutrapel s'en mocquera), que marchans et autres gens roturiers et du t i e r s estat n'eussent ose porter en leursx; habillemens, 30 non pas un simple bord de soye, laquelle n'estoit employee que pour les equipages et accoustremens des gens de guerre, qui, retournez en leurs maisons les donnoient aux eglises pour les decorer et embellir. Quand une damoiselle de mille. l i v r e s de rente avoit une robe par.ementee de velours et l a queue* de tafe.tas, c'estoit pour les festes seulement, et a. toute sa vie; maintenant' i l n'y a personne, regardez de quel coste vous voudrez, qui, en abusant des sainctes ordonnances de nos roys, ne soi t tout couvert de soye, jusques aux palsans mesmes." (Pontes, IV, 6 6 ) En effet a cette epoque'les edits somptuaires ordonnaient une repression severe, mais en vain, car "1 1accroissement du mobilier, de l a richesse des vetements et, en general, du faste exterieur a ete tres marque aussi bien chez l a haute bourgeoisie .que dans l a 17 classe moyenne". Ce changement exterieur n'etait qu'une indication d'une veritable c r i s e s o c i a l e . ' Pour du Pail ' c e t t e dominance croissante de l a classe bourgeoise est une usurpation des droits de l a noblesse. D'apres l u i l e t i e r s etat devrait se restreindre et s i les membres de cet etat prenaient de fausses qualites de noblesse, i l s devraient payer des amendes. En Angleterre cette usurpation est condide'ree s i grave, nous d i t - i l , que ces gens sont executes! Quant a. 1'usurpation de nom, t i t r e s et armoiries de noblesse, meme en Bretagne "les l o i x et ordonnances sont pleines de defences portees par .icelles.. A. dire vray, c'est un desordre qui diffame infiniement ceste grande province, ou vous ne scauriez avoir remarque un vray gentil-homme de race entre dix qui en portent les acoustremens et occupent les terres nobles." (Contes. IV, 6 7 ) Ceux qui imitent les nobles se'. degradent et degradent en meme temps l a noblesse. Un roturier,. nous d i t l'auteur, sentira toujours l e r o t u r i e r . 31 No 81 du P a i l , seigneur de l a Herissaye, semble comprendre que ce mouvement s o c i a l est du. en grande partie aux conditions economiques mais i l condamne ceux qui cherchent a. s' enrichir et a s'avancer sur l' e c h e l l e sociale. L'argent cause des difformites sociales et est a l a base de tous les malheurs et de toutes les in i q u i t e s ; l a s o i f des choses materielles empeche les gens de se borner a l ' e t a t auquel i l s sont nes. Revenons aux anciennes l o i s ! exhorte l e sociologue du F a i l : "Que l e marchant se contienne en son mestier et se marte avec une femme de son estat, a ce que l e t r a i n de marchandise a i t son cours et ne s o i t interrompu; que l e laboureur demeure en l a beaute et f a c i l i t e de ses champs, et l o r s sera tout l e monde content et s a t i s f a i t , chacun suivant et embrassant l a condition et vocation ou. Dieu nous a appelez." . (Contes, I, 26-27). Comme on l e v o i t , l a separation des classes a ete ordonnee par Dieu et l e bourgeois a tort de vouloir s'anoblir car i l renverse 1'ordre d i v i n . Du F a i l n'hesite pas a mettre sur l e plan d i v i n ses propres convictions sur' l a hierarchie sociale. D'ailleurs l'ambition est un mai d o n t . i l faut se garder, et contre lequel prechent les v i e i l l a r d s des Propos Rustiques. S i l e conteur loue tellement les anciens c'est par ceq qu'ils savaient s'astreindre a leur l o t et ne cherchaient pas a changer leur situation sociale designee presque par l o i divine, l e parangon des paysans est c e l u i qui, sans ambitions s'est e l e v e a u sommet des gens de sa classe, sans en s o r t i r , et quand l'auteur f a i t sa lecon au sujet des petites ambitions des-paysans, les lecteurs des Propos sont 18 i n v i t e s a ne pas depasser ces ambitions. Du. F a i l "n 1 exalte l e s autres etats que pour defendre l a noblesse contre leur invasion.""'" Tout d'abord i l denonce l e s mariages entre l e s f a m i l i e s nobles et bourgeoises. Le gentilhomme d e v r a i t epouser une demoiselle de race p l u t o t que de chercher a se marier avec une bourgeoise qui l u i a p p o r t e r a i t une dot importante, car ces mariages causent des "bigarrures de conditions et q u a l i t e z " . Autre part, i l previent l e gentilhomme: "Mariez-vous a l a f i l l e d'un marchant ou autre du t i e r s e s t a t , vos enfants auront 1 ' e s p r i t ordirmairement tendu a l a boutique, f i n e s s e s et i n t e r e t s . " (Contes, I, 35) Mais a l'epoque ou du F a i l e c r i v a i t ses contes, l a bourgeoisie avait';' deja subi 1'influence de l a Reforme et de l'Humanisme et i l n ' e t a i t plus question de r e c u l e r vers l e s conditions r i g i d e s du moyen age. En parlant de c e t t e periode, Abel Lefranc d e c l a r e : " l a n o t ion de l a c o n d i t i o n f i x e e par l a naissarice est en t r a i n de s ' e f f a c e r et, notoirement, l e s .:.anoblissements s'en trouvent 20 f a c i l i t e s d'autant." Puisque c'est l a c l a s s e bourgeoise qui a l e plus p r o f i t e de 1'affluence economique, e l l e e t a i t en etat de se procurer ce dont sa naissance 1'avait exclue. Grace a l a v e n a l i t e des charges, cette c l a s s e i n t e r m e d i a i r e conquiert sans cesse des o f f i c e s dans l e domaine de l a j u d i c a t u r e , des finances . et de 1'administration royale.. Toujours motive par ses prejuges de c l a s s e , notre. auteur pourtant proteste fortement contre une t e l l e c o r r u p t i o n des c o n d i t i o n s . • La j u s t i c e , d i t - i l , ne s a u r a i t etre bien administree que par des nobles; un sujet du t i e r s etat mis dans un t e i poste s e r a i t comme une femme impudique essayant de rendre un jugement de chastete! D ' a i l l e u r s i l i n s i s t e que l e s gens de basse c o n d i t i o n ne devraient pas etre mis en charge des f o n c t i o n s publiques a cause de l e u r incompetence morale. Par 33 exemple, en denoncant l ' a v i d i t e et l a c o r r u p t i o n des gens de j u s t i c e , i l explique que c e l a provient du f a i t q u ' i l s sont " t i r e z du populaire". "A cet .envahissement q u ' i l considere comme nefaste, du P a i l ne v o i t qu'un remede, mais t r e s simple: reserver aux 21 nobles d ' e x t r a c t i o n toutes l e s fonctions de j u d i c a t u r e . " A part ces fon c t i o n s de j u d i c a t u r e , 1'auteur veut a u s s i reserver l e metier des armes aux gentilhommes de race "privativement a tous autres". F'oublions pas que dans l a Preface aux Propos Rustiques, l e s nobles sont l e s descendants des g u e r r i e r s v a i l l a n t s done c'est a eux de f a i r e l a guerre ou de jouer l e r o l e de defenseur de l a nati o n . C'est a eux que reviennent l e s f o n c t i o n s de chef. Un r o t u r i e r ne s'entendrait pas a.l'honneur des armes: ". ...1'espee, comme un cousteau sacre, he d o i t estre desgainee, f o r s en cas d'importance, ou pour l a defence de sa v i e et honneur." (Contes, XXI| 31). Par contraste 1'auteur c i t e 1'exemple d'un jeune pretendu gentilhomme qui "se d e l e c t o i t et prenoit p l a i s i r a donner coups d'espee aux chiens q u ' i l r e n c o n t r o i t par l e s rues"; ces tendances b r u t a l e s n'etaient que l e r e s u l t a t de l ' h e r e d i t e : "sa mere s ' e s t o i t a u t r e f o i s oubliee avec un boucher, duquel i l r e t e n o i t encore l a cruaute et fagons sanglantes" (Contes, XXI, 30).' En elevant l e s membres de l a noblesse tellement au-dessus du t i e r s e t a t , du F a i l pratique une v r a i e mystique de l a race. Plus que' c 'autre? c.l.chbse, du F a i l defend surtout qu'un r o t u r i e r puisse s ' a n o b l i r . I I r i d i c u l i s e l e nouveau-riche et c e l u i qui se c r o i t gentilhomme "a cause dun pre que son pere ven d i t " ; c'est une personne qui p o r t e r a i t en ses armes "une escuellee de choux, b i l l e t t e e d'e l a r d . " (Propos, XI, 650) 34 Quand l'auteur f a i t l e p o r t r a i t d'un de ces "bourgeois g e n t i l -hommes", i l depeint un homme g r o s s i e r et v u l g a i r e . I I est i r r i t e de l ' a v i d i t e du bourgeois a s ' a s s i m i l e r aux rangs des nobles. Entre autre, l'auteur dedaigne l a presomption du r o t u r i e r : l e bourgeois, au l i e u d'etre designe par l'ancienne a p p e l l a t i o n " s i r e " , veut etre appele "Monsieur", t i t r e reserve aux gens de naissance. Depuis t r e n t e - c i n q ans, d i t Lupolde, ont disparu "ces beaux et honnestes mots Maistre, pour l e regard des gens de J u s t i c e , et de S i r e , en l ' e n d r o i t des marchans, se fa i s a n s t i t r e r et q u a l i f i e r du mot de Monsieur, sous l e nom de quelque c l o s e r i e q u ' i l s auront: "Monsieur du Fosse.,, de l a Vigne, de Gapendu, du Ohappeau verd, de l a Truie qui f i l e , du Blandureau", et autres de t e l l e f a r i n e . . . Ce mot de Monsieur appartient privativement a l a seule noblesse ou juges royaux, et a nuls autres." (Contes, XXXI, 159) Au cas ou. un r o t u r i e r seferait appeler "Monsieur", i l d e v r a i t payer une contravention d'un ecu, decrete l'auteur. Le ton ironique ne masque guere 1 ' i n t e n t i o n serieuse de du F a i l . Mais l ' i d e e q u ' i l se f a i t de l ' o r i g i n e de l a noblese j u s t i f i e ses mesures rigoureuses. Dans sa preface aux Propos Rustiques, dans l a q u e l l e i l f a i t une sorte de genese des t r o i s e t a t s , i l montre que l a noblesse p r e e x i s t a i t au r o i dont " l e premier et plus avantageux t i t r e . . . ( e t a i t ) d'estre appelle gentil-homme" (Contes, XXVIII, 116). Pour mieux expliquer l a separation des t r o i s etats selon un plan d i v i n , l'auteur c i t e l a B i b l e et donne 1'exemple des t r o i s f i l s de Noe: "Auquel c h a p i t r e , l e t i e r s f i l s de Noe, appelle. Cham ou Canaam, s i g n i f i a n t 'marchant t r a f i q u a n t ' , pour s'estre moque et n'avoir recouvert l e s p a r t i e s honteuses de son pere, 35 fut, d'un jugement venant'd'en haut, par iceluy maudit, et que luy et sa posterite, qui sont  les r o t u r i e r s , seroient serviteurs perpetuels... Se taisent done t e l s . v i l l e n o t s - enrichis, et chacun se contente et suive l a trace et chemin de ses predecesseurs." (Contes, XXXI, 161) La leeon est c l a i r e l Meme s ' i l est anobli, l e rot u r i e r encore cent ans apres gardera " l a c i c a t r i c e de t e l l e qualite bastarde et i l l e g i t i m e , comme n'estant de ce beau et premier sang et race ou racine divine, laquelle se recognoit en un vray gentil-homme, f u t - i l vestu de t o i l e , au contraire d'un rot u r i e r , lequel, accoustre fust en drap d'or, tient et sent tousjours l e s meurs et conditions trafiquantes, sanglantes, en son advantage, • couardes, et qui incessamment regarde a gagner, p r o f i t e r et tromper." (Contes, XXXI, 161) Done seul un membre de 1'aristocratie peut agir avec noblesse, un rot u r i e r , a cause de sa basse naissance, aura toujours 1'esprit bas et des sentiments a v i l i s s a n t s . Pourtant en fermant les rangs de l a noblesse aux "vi l l e n o t s enrichis", du F a i l va contre l ' h i s t o i r e . "Les r o i s de France, ...ont toujours reconnu que l e .pr.o.bleme des classes e t a i t avant tout un probleme s o c i a l . I l s ont certes admis l'appui preeieuxi qu'apportait a. leur tr6ne l e devouement d.'une noblesse de naissance. Mais i l s n'ont pas voulu que l a noblesse devienne une classe fermee: e l l e doit rester ouverte, comme toute vraie a r i s t o c r a t i e qui ne se conserve qu'en se rajeunissant."^2 Du F a i l pourtant ne met pas l a noblesse a l'ecart de l a vie de l ' e t a t . C'est justement parce que l a justice, 1'education et l e raffinement sont des attr i b u t s des gentilshommes que du F a i l leur octroie un role s o c i a l tres important. Un noble ne devrait pas se dissiper a l a cour, n i se depenser a. l a v i l l e : sa vraie 36 place est a. l a campagne,, bien q u ' i l doive etre au courant de ce qui se passe a i l l e u r s . "Quant aux courts de p r i n c e s , " c o n s e i l l e Polygame, " i l l e s f a u t , pour p a r l e r et apprendre de t o u t , a v o i r veu8s, et s a v o i r de quel bois on s'y chauffe, mais s'en r e t i r e r au p l u s t o s t qu'on peut" (Contes, XXXV, 2 7 2 - 7 3 ) . C e l u i qui va a l a cour, passe son temps a. attendre l e "gland qui tombe", car tous l e s avancements dependent de l a faveur du r o i et l a competition parmi l e s nobles y est v i o l e n t e . C'est pour c e l a que l'auteur c o n s e i l l e aux nobles de. ne pas l a n g u i r ou s'attarder a l a cour et dans l e s v i l l e s , car une v i e beaucoup plus u t i l e et responsable l e s attend a. l a campagne ou. i l s peuvent s e r v i r de modele a. l e u r entourage. I I n'est plus etonnant que l'auteur fasse l ' e l o g e du passe et de l a campagne. S ' i l chante l a g l o i r e des campagnards c'est parce q u ' i l s ne representent pas de menace pour l a classe n o b i l i a i r e . l e s campagnards savent au moins se l i m i t e r a. l e u r "coing", mais pas tous malheureusement. Par l e s e n t r e t i e n s des v i e i l l a r d s nous apprenons que l e s jeunes sont a t t i r e s par l a v i l l e et par l e s choses m a t e r i e l l e s . Comme nous l'avons vu l e conteur deplore l e materialisme de l a s o c i e t e et denonce l e s i n i q u i t e s que cause 1 'argent. Pour du F a i l l a v i l l e , c h e f - l i e u du materialisme et de l a bousculade s o c i a l e , devient l e symbole d'une a c t u a l i t e desagreable. A t r a v e r s ses oeuvres l'auteur a r r i v e a. juxtaposer l a campagne et l e p a s s e — s o n l i e u et son temps preferes, a l a v i l l e et au present. 37 Le conteur denonce les jeunes qui, en rejetant l a vie etablie par leurs peres, courent vers leur perte. La v i l l e bruyante est l'antithese de l a vie paisible et saine de l a campagne: "...depuis qu'ilz ont commence de hanter tavernes, bordeaux (pestes de tout bon naturel) et autres t e l s l i e u x desbauches, retirans en tout les coeurs des jeunes de vertu, quont i l z f a i c t ? quest-ce? Sont. brigands, voleurs, gardeurs de chemins'pour tous potages, et besongne t a i l l e e pour l e bourreau, ayans propose une f i n malheureuse au noble et vertueux commencement." (Propos, IV, 615) C'est l a une facon assez frappante de presenter l e s dangers de l a v i l l e . Au l i e u de chercher l e s . p e r i l s et l e s pieges d'une vie a i l l e u r s , l e s jeunes devraient continuer l a t r a d i t i o n paysanne, "Car demandez ou souhaittez vous plus salutaire ou plus l i b e r a l l e vie que l a nostre?" (Propos, IV, 616), raisonne maitre Huguet. La campagne offre une vie saine l o i n des corruptions et des maladies de l a v i l l e ; par exemple a l'encontre des gens de l a v i l l e qui cherchent toutes sortes de remedes compliques a leurs maux, te l s que "clysteres, purgations, saignees et t e l l e s badauderies," un paysan .trouve sa solution dans son jardin: " . . . s i vous tombes en quelque maladie... .le remede est present en vostre Jardin: de bonnes herbes, desquelles l a vertu vous demeure quasi heritellement de pere en f i l z " (Propos, IV, 618). Dans leur etat naturel, ces paysans bretons partagent " l a bonne constitution des Sauvages" que 23 louera Rousseau. Dans les comparaisons entre l a campagne et l a v i l l e , l e lecteur s a i t d'avance que l a campagne aura toujours l e dessus, cette preference poussee est drole en elle-meme: La campagne est saine,. nous repete 1'auteur. Prenons 1'exemple du bon paysan a. qui maitre Huguet decrit l e bonheur des champs: vous 3 8 pouvez"vous levez, d i t maitre Huguet, "sans plaindre lestomach, ou l a teste, comme f e r o i t je ne scay qui, yvre de s o i r . Et l i a n s vos boeufs au joug, qui eux-mesmes se presentent, a l l e z au champ, chantans a pleine gorge, e.xercans l e sain estomach, sans craindre e s v e i l l e r ou Monsieur ou ma Dame. Et l a avez l e passe-temps de mille oyseaux, les uns chantans sur l a haye, autres suyvans vostre charrue (vous monstrans signe de f a m i l i a i r e privaute) pour se paistre des vermets qui yssent de l a terre renversee." (Propos, IV, 617). II est evident que l'auteur decrit avec amour cette communion entre l'homme et la-nature dont jouit l e campagnard. II a decideniien.tt tous l e s avantages: meme son mode de r e v e i l est superieur a c e l u i de l a v i l l e : l e coq est plus sure horloge que c e l l e s des v i l l e s I La v i l l e . constitue done un mode de vie denature, et corrompt l e .bon naturel de ceux qui y vont: leur education est v i t e f a i t e . Prenons 1'exemple de Tailleboudin, f i l s de Thenot du Going. Tailleboudin autrefois et a i t incapable de f a i r e l a chose l a plus f a c i l e ; mais depuis q u ' i l v i t h. Paris i l est devenu un gueux de premier ordre. ( Membre d'une association de gueux dont lec nombres est"', incalculable,-.^ i l a appris a mener une vie l u c r a t i v e aux depens des autres; i l s a i t contrefaire l'infirme et l e malade grace a ses onguents, invente toutes sortes de ruses pour "attraper monnoye", connait toutes l e s escroqueries et commerces clandestins—entre autres ceux de r u f f i a n et d'entremetteur. Bref, ses finesses sont innombrables et i l est tellement endurci q u ' i l se montre f i e r de son "metier" et ne veut pas renoncer aux "commodites et gaings 39 de (son] e t a t " (Propos, V I I I , 632).. T a i l l e b o u d i n est 1'exemple qu'on c i t e aux jeunes campagnards pour l e s decourager de l a v i l l e . A u p e r i l de l a co r r u p t i o n des moeurs dans l e s v i l l e s , s ' a j o u t a i t l e danger que r e p r e s e n t a i t l a grande population de declasses q u i pr a t i q u a i e n t l e u r s m i l l e tours aux depens des citoyens i n a v e r t i s . Au l i e u de la- "camaraderie" et de 1 ' h o s p i t a l i t e .qu'offrent l e s champs, l a v i l l e est l e pays des chicanes. E l l e n'est f a i t e que pour l e s gens de justice,•marchands et a r t i s a n s . Et quand on v o i t un gentilhomme a l a v i l l e , on peut etre assure " q u ' i l y est appellant ou intime..." "... demandeur ou defendeur, pour payer ou prendre terme de quelque dette, ou emprunter argent a gros 'et enormes i n t e r e s t s ; ou se debaucher, puis donner un coup de baston ou espee, entre-ses murs, a quelques p e t i t , g l o r i e u x et r u s t r e de v i l l e ' q u i l ' a u r a voulu braver: de l a t r a i n e et mange en p r i s o n . " (Contes, XXXV, 272) A tra v e r s c e t t e vivante d e s c r i p t i o n on peut s u i v r e l e s etap.es de l a d e f a i l l a n c e de ce pauvre gentilhomme qui', des son a r r i v e e , tombe dans l e piege de l a v i l l e et f i n i t par etre "mange". I I faut y etre ne, ou etre avocat comme Lupolde, pour s u r v i v r e a cet t e e f f r o y a b l e machine qui etouffe tout dans son e t r e i n t e . . L'auteur presente un monde 'ou, s e u l l e plus f o r t ne s ' e n l i s e r a pas, un.monde de predateurs qui viv e n t des d e p o u i l l e s des faibles., des • ignorants et des innocents. C'est a qui "aura" 1'autre, et chacun pour s o i . Polygame a u s s i denonce avec vehemence ce monde ou. l e s habitants s'entre-devorent: "En vos v i l l e s , l a plus b e l l e theologie et science qui s'y exerce g i s t a qui plus finement s a i t desrober et a t t r a p e r argent de son v o i s i n . . . " (Contes, XXXV, 273) 40 Sans parler des depenses q u ' i l faut f a i r e "tant en habits que festi n s et jeus... autrement, vous estes en mespris du commun et contemptible" (Pontes, XXXV, 273). Dans de p a r e i l l e s descriptions dea l a v i l l e on sent tout de meme l a presence de l a campagne. La v i l l e pourtant sert plus que de simple comparaison a l a campagne. C'est dans les v i l l e s que naissent les nouvelles modes et c'est des v i l l e s que les influences nefastes se repandent jusqu'aux champs. Depuis q u ' i l a quitte l a campagne et q u ' i l est devenu cit a d i n , Eutrapel sent q u ' i l a perdu sa rustique naxvete: "Je suis tout perdu ... tout change et altere; . ma conscience Qest } trop obligee a. une fausse l i b e r t e qui ruyne et destruit l a meilleure part des hommes." (Contes, XXXV, 268) En enumerant les differentes choses auxquelles i l renonce en quittant l a v i l l e , Eutrapel/du F a i l , montre par l ' i r o n i e l e peu qui l e r e t i e n t : "Adieu done,...mon pet i t chappeau emplume, ma cappe avec son grand capuchon, mon pourpoint embourre, mon marcher de travers a. hanche des-louee, mon baise-main, ma braverie, r i s d i s s i -mulez, trahistres saluts, jalousies, envies lar'recins des biens, advantages et honneur d'autruy, querelles, 1'amour, et t e l l e s consti-tutions et rentes hipothequaires dont les cours des grands et v i l l e s trafiquent et font mestier ordinaire." (Contes, XXXV, 268) Eutrapel n'est pas seul a. avoir ete decu par l a v i l l e , et a. s'etre degoute de l a mesquinerie des citoyens. Comme dans sa preface aux Propos Rustiques, 1'auteur c i t e , cette f o i s - c i avec plus de de t a i l s , 1'exemple des anciens: historiens, ecrivains, soldats, princes, autant de personnages qui preferaient se r e t i r e r au calme de l a campagne: l a i s s e r les charges et of f i c e s , sX 41 pour mieux vivre en repos d'esprit. Comme eux Eutrapel quitte l a v i l l e pour a l l e r achever ses jours a. l a campagne; c'est l e choix des sages. Dans sa cr i t i q u e du present, l'auteur releve souvent des det a i l s pour en f a i r e l e but de ses attaques. Mais les abus q u ' i l nomme ne sont que des symptomes du desordre s o c i a l . Quand l e conteur ch o i s i t de c r i t i q u e r l a maniere de s'habiller des gens, ou leur facon d'epicer leur nourriture, i l donne seulement des exemples de 1 ' a r t i f i c i a l i t e actuelle. Tout en juxtaposant l e passe et l e present, en louant l ' u n , en r i d i c u l i s a n t 1 'autre, i l reussit a. f a i r e r e s s o r t i r l e s qualites d'une epoque et les defauts de 1 'autre. A i n s i Maitre Huguet parle avec dedain de l a nouvelle manie de cuisiner avec des epices etrangeres et recherchees qui corrompent l e corps de l'homme. Les bonnes gens d'autrefois se contentaient des bons plats nourrissants, mais a, present sans "Poyvre, Safran, G-ingembre, Canelle, Myrabolans a. l a Corinthiace, Muscade, G i r o f f l e , et autres semblables resveries, transferees des V i l l e s en noz Vil l a g e s , . . . un banquet de ce s i e c l e est JconsiderejJ sans goust et mai ordonne, au jugement trop lourd de lignare et sot peuple." (Propos, III, 611) L'auteur regrette surtout l e s 'complexifications* des manieres— • que ce soit en nourriture ou habillement., ou geste. Comme Henri Estienne dans son Apologie pour Herodote, i l voit dans ces divers manierismes l a corruption progressive des moeurs. Les hommes n'agissent plus en homme, d e c l a r e - t - i l : "nos hommes, a i n s i vivans de fumees, discours, baise-mains et reverences, ne sont que demy-hommes, longuets,•gresles comme sang-sues, dissimulez comme renards, 4 2 et a f f e t t e z comme l ' e g u i l l e d'un p e l e t i e r " (Contes, XXII, 3 6 ) . Le c o u r t i s a n n'est qu'un mignon "effemine, r e f r i s e , e n c t i i f f r e , godronne", et son in f l u e n c e n'est pas l i m i t e e a son propre c e r c l e ; l e peuple a malheureusement v i t e f a i t d'adopter l e s moeurs et l e s • manieres des cour t i s a n s . Toutefois, quand i l c r i t i q u e l e s manierismes du present, du F a i l prefere blamer l e s autres nations, en p a r t i c u l i e r l ' l t a l i e , pour a v o i r corrompu l e bon n a t u r e l des Frangais. La langue-meme est trop i t a l i a n i s e e , se p l a i n t - i l , et l e s Frangais ont adopte l a fagon des I t a l i e n s de se venger de quelque sorte que ce s o i t , et de h a i r perpetuellement sans occasion bien l e g i t i m e et approuvee (Contes, XXIX, 123). I I execre ces mauvaises in f l u e n c e s etrangeres; entre autres, i l denonce l e s manierismes effemines t e l s que l e baise-main venu d'Espagne, et qui est contre l a v i e i l l e g r a v i t e frangaise (Contes, X V I I I , 239) . En i n s i s t a n t tellement. sur l e s merites du passe et sur l e s deceptions du present, l'auteur r e v e l e ses idees c o n s e r v a t r i c e s — mais malgre ses prejuges sociaux, son i n t e r e t est s i n c e r e . I I semble appliquer l a maniere. d i r e c t e et franche de ses paysans a son raisonnement s o c i a l . . Peut-etre ses s o l u t i o n s s o n t - e l l e s un peu trop simples, mais e l l e s sont bien intentionnees. P l u s l e u r s de ses p l a i n t e s sont bien fondees puisqu'on retrouve l e s memes cr i t i q u e s ^ chez d'autres auteurs du s i e c l e . Ses louanges de l a campagne et l e regret du passe pourtant ne l'empechent pas d'etre conscient de l ' a c t u a l i t e . I I est v r a i q u ' i l c r i t i q u e l e present pour ce q u ' i l apporte d ' a r t i f i c i e l et d'alambique dans l e s moeurs, -mais sa c r i t i q u e ne s'arrete pas l a . C'est avec s i n c e r i t e et c o n v i c t i o n q u ' i l declare qu'on a besoin d'une "bonne et saincte 43 reformation de tous es.tats" (Contes, I, 29), Cependant tout . . changement doit etre modere et . i l ne faut surtout pas bouleverser l'ordre s o c i a l . Se servant de l a Bible comme exemple, i l denonce toute ambition.. Lui,'qui, d'habitude est souriant et indulgent, peut dechainer une sati r e forte et mordante contre l e s nouveaux parvenus q u ' i l considere un aussi grand fleau que des hommes de l o i s corrompus et des pretres debauches. Sa c r i t i q u e du systeme j u d i c i a i r e et du clerge, et les reformes q u ' i l suggere pour ces deux etats forrnent l e contenu de notre deuxieme chapitre. NOTES: CHAPITRE I No'el du P a i l , Propos Rustiques de Maistre Leon L a d u l f i dans Conteurs f r a n g a i s du XVIe s i e c l e , ed. P i e r r e Jourda, B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e , P a r i s , Gallimard, 1965, Preface, p. 601. J . - J . Rousseau, Discours sur 1'Origine de 1 ' I n e g a l i t e , Oeuvres Completes, Bibli o t h e q u e de l a ' P l e i a d e , P a r i s , Gallimard, p. 133. J Propos Rustiques, Preface, p. 602. 4 I b i d . , p. 603. 5 Ijold., p. 604. 6 I b i d . , p. 605 No'el du P a i l , . ( P a r i s ; l i b r a i r i e des B i b l i o p h i l e s , 1875), XXII, p. 35. Contes et Discours d'Eutrapel, ed. C. Hippeau Q E. P h i l i p o t , La Vie et 1'Oeuvre l i t t e r a i r e de Noel du F a i l , Gentilhomme breton ( P a r i s : E. Champion, 1914), pp. 141-142. 9 I b i d . , p. 143. x u O l i v i e r M a r t i n , "Noel du F a i l et l e Role s o c i a l de l a Noblesse", Societe d ' H i s t o i r e et d'Archeologie de Bretagne, Memoires, v o l . 8, 1927, p. 274. D. Erasmus, The C o l l o q u i e s , trans. C r a i g R. Thompson, (Chicago: The U n i v e r s i t y of Chicago Press, 1965), p. 194. Du F a i l , "Preface" aux Propos Rustiques, p. 603. P h i l i p o t , Noel du F a i l , pp. 136-37. Martin, "Du P a i l et l a ' Noblesse", p. 261. 45 1 5 A. Lefranc, l a Vie quotidienne au Temps de l a Renaissance (Paris: Hachette, 1938T7p- 209. 1 6 ' I b i d - » P. 135. 1 7 Ibid., p. 135. ~j Q Ch. Dedeyan, "Noel du P a i l et l a Structure des Propos  Rustiques," French Studies, v o l . 4, 1950. 1 9 Martin, "Du F a i l et l a Noblesse," p. 267. 20 Lefranc, La Vie quotidienne, p. 136. 2 1 Martin, "Du F a i l et l a Noblesse," p. 265. 2 2 Ibid., p. 270. J Rousseau, "Discours sur l'Origine de 1'Inegalite," p. 138. Par "sauvage", Rousseau entendait l'homme a l ' e t a t de nature, c'est a. dire pas pris dans l e piege de l a modernite et non corrompu et exploite par l a societe. CHAPITRE I I LES BASES MORALES DE LA SOCIETE: LA JUSTICE ET LA RELIGION I Les eontes et l e s conversations d'Eutrapel sont un moyen commode, permettant a 1'auteur d'exposer ses idees sur l a r e l i g i o n , sur l a morale et sur l a p o l i t i q u e . En f a i s a n t une s a t i r e de d i v e r s groupes sociaux, du F a i l s u i t une t r a d i t i o n t r e s populaire au seizieme s i e c l e : c e l l e des revues s a t i r i c o - m o r a l e s . Par sa s a t i r e , i l essaie d'atteindre tous l e s groupes sociaux et toutes l e s f a i b l e s s e s humaines: h y p o c r i s i e , presomption, v a n i t e , ignorance, materialisme... En e f f e t , a la.base de toutes ses considerations s o c i a l e s se trouvent des p r i n c i p e s moraux. Comme nous 1'avons vu, Noel du F a i l s'interesse avec ferveur non seulement a. l a s i t u a t i o n a c t u e l l e de l a s o c i e t e , mais a u s s i a l a s t r u c t u r e -meme de c e l l e - c i . Les reformes q u ' i l suggere reposent toujours sur ses p r i n c i p e s fondamentaux de l ' o r d r e des cla s s e s et de l a v e r t u de l ' i n d i v i d u . Du F a i l est surtout indigne par l e progres .du v i c e q u ' i l v o i t tout autour de l u i . L'age dore des bonnes moeurs, comme toute autre bonne chose est dans l e passe. Ce qui est remarquahle chez l u i , c'est sa f o i presque naive Jen:': l a bonne volonte des hommes et sa confiance den:; 1'innocence p r i m i t i v e de 1'etre humain. Du F a i l attaque l e s v i c e s et l e s exces chez tous l e s hommes et f a i t appel a. l e u r r e s p o n s a b i l i t e morale pour l e s reformer... Mais l e s reformes qui l u i tiennent l e plus a. coeur sont c e l l e s de l a magistrature et c e l l e s de l ' E g l i s e . Comme nous l e verrons, l'auteur 47 exige p l u s i e u r s retranchements des abus i n t r o d u i t s dans ces deux domaines. On ne peut se douter. du bien f onde des g r i e f s de du F a i l car l e s h i s t o r i q u e s abondent comme preuves de l a p e r v e r s i t e des moeurs de ce s i e c l e . Le seizieme s i e c l e s o u f f r e d'une c r i s e s o c i a l e dont l e s echos peuvent etre releves dans 1'oeuvre de notre auteur. L'antagonisme s o c i a l auquel du F a i l r e v i e n t et sur l e compte duquel i l met tant des maux de 1'epoque, est une r e a l i t e . La r i v a l i t e des classes cause des tensions desagreables, l a m u l t i p l i c a t i o n des postes f a i t deprecier l e r o l e des o f f i c i e r s publiques, l a vente des o f f i c e s cause des disaccords et cree une atmosphere de su s p i c i o n •dans l a q u e l l e juges et avocats sont constamment accuses de cor r u p t i o n et d ' i n j u s t i c e . Ce meme devoiement se trouve dans l e s a f f a i r e s de l ' E g l i s e . On accuse l e clerge de manque de vocation et partout regne l e dedain pour l ' o r d r e ecclesiastique."'" Les accusations portees contre l e clerge a. c e t t e epoque ne sont que des l i e u x communs. La c r i s e economique, l e besoin de creer des fonds monetaires, l e systeme de pr e t s , l a v e n a l i t e des charges, causent l a c r i s e s o c i a l e . Meme l e s e c c l e s i a s t i q u e s sont a t t e i n t s du materialisme qui marque tous l e s autres e t a t s . Pour Noel du F a i l q u i , a tout p r i x , veut e t a b l i r l a s t a b i l i t y s o c i a l e , l e s abus dans, l e s domaines de l a j u d i c a t u r e et du c l e r g e — d e u x domaines de haute importance publique—dlqivent''etre remedies. Dans l a so c i e t e p a t r i a r c a l e dont re'¥e l'auteur, l e s juges, l e s avocats, et l e s pretres en tant qu'individus qui tiennent des p o s i t i o n s importantes et redoutees', ont tous un r6le important a. jouer aupres du peuple. "Quand ..,.les Republicques sont bien malades, i l f a u t , comme l e s 48 medecins, venir aux causes et purgations u n i v e r s e l l e s " (Contes, I, 19) nous d i t 1"auteur. Dans tout son oeuvre, i l expose non seulement les maux mais suggere des remedes. En tant que magistrat, Noel du F a i l e t a i t bien place pour observer l e s procedes j u d i c i a i r e s ; ses constatations sont done d'autant plus interessantes. L'auteur denonce les mefaits, l a corruption des juges, des avocats et les i n j u s t i c e s du systeme. Le plus grand fleau du s i e c l e est c e l u i de l a venalite des charges. "La vente des fonctions publiques existe plus ou moins partout, mais c'est en France que l a venalite des o f f i c e s est un sys.teme et 2 atteint son apogee." A cause de l a venalite on ne peut plus se f i e r aux fonctionnaires publics.-:". Le i a i t que des postes importants peuvent etre achetes par n'importe quelle personne riche resulte en une deterioration du systeme j u d i c i a i r e et de l a confiance publique. L'argent ouvre toutes l e s portes, nous d i t du F a i l . (Propos, VI, 628). C'est avec de l'argent que l e s gens arrivent a changer leur rang s o c i a l , r e p e t e - t - i l . .D'ailleurs, les juges et les magistrats sont choisis par faveur, par corruption et par p^ements i l l i c i t e s , et. non pour leur sagesse. L'auteur voudrait garder les postes importants pour les nobles qui, par leur naissance, sont dignes de t e l l e s a c t i v i t e s , et ne se laissent pas corrompre comme les gens de basse naissance. Malheureusement, l a vente des o f f i c e s est devenue un veritable commerce: les o f f i c i e r s achetent leurs etats "en gros" et les redistribuent "en d e t a i l et par argent" (Contes, I, 18). Tout ce manege remplit l e s coffres royaux mais en meme temps multiplient l e nombre d ' o f f i c i e r s de justice 49 jusqu'a ce que l a j u s t i c e devienne impossible. Tout l e systeme est devenu une machine i n f e r n a l e , proteste du F a i l , et en deshumanisant l e systeme, on encourage l e s transgressions. "Venalite des charges, v e n a l i t e des juges, v e n a l i t e des avocats et procureurs: t e l s sont l e s v i c e s e s s e n t i e l s que du F a i l denonce avec une vio l e n c e non 3 exempte de declamation". Ce commerce des o f f i c e s enleve toute conscience p r o f e s s i o n n e l l e . I I y a l e s juges qui prennent tant d'argent des p a r t i e s qu'en moins de r i e n i l s deviennent r i c h e s o u t e o n B S u r e et ceux a. qui i l s ont a f f a i r e sont r e d u i t s a l a misere. Ce n'est pas que l e s juges du temps de du F a i l soient p i r e s que ceux d ' a u t r e f o i s , mais i l s sont plus ruses et h a b i l e s a. l a d i s s i m u l a t i o n : " . . . l e s p a r t i e s ne parlent aux juges que par c o u r r a t i e r s et personnes interposees, a f i n de f a i r e evanouir l e s preuves de concussion et p i l l e r i e s , . . . " (Contes, I I I , 5 7 ) . Partout on ne trouve que des preuves de l a degeneration des moeurs. L ' a v i d i t e de l a nature humaine est constamment deploree par l'auteur. Les hommes garderaient l e u r i n t e g r i t e ne s e r a i t - c e que pour 1 'importance donnee aux choses m a t e r i e l l e s . Malheureusement l e s avocats et l e s juges sont f a i b l e s . et facilement corrompus par 1 'argent ou autre mode de payement i l l i c i t e . I I n'y a personne qui connaisse mieux qu'un avocat l e s maintes faeons perceptives et rusees de g r a i s s e r l a patte d'un juge: "Cestuy-ci aime 1 'argent, 1 ' a u t r e l e s garses, 1 ' a u t r e veut qu'on lu y face de grandes reverences et baretades; un autre ayme l e jeu, i l s e r o i t bon de perdre avec l u y ou bien se l a i s s e r tromper en quelque eschange de cheval;" un avocat, etant de l a meme pro f e s s i o n que l e juge a u r a i t de quoi l u i f a i r e du chantage: "cestuy est de 50 ma facon, je l u y prestay l'argent pour a v o i r son o f f i c e , i l f e r a c e l a pour moy, car i l s a i t bien ce que je say." Ce raisonnement montre bien a quel point l e s gens de robe sont p r i s dans un systeme hermetique et corrompu. . Meme s i l e juge pretend ne pas prendre de 1'argent, i l accepte quand meme d'autres appats: "une haquenee de cinquante escus, ou bien d i x aunes de s a t i n a Madamoi-s e l l e ; " (Contes, I , 12-13). Comme on l e v o i t , i l y a p l u s i e u r s faeons d'acheter l a conscience des j u r i s t e s probes I I I n'est pas etonnant que l e peuple.se mefiat des j u r i s t e s puisque l e u r a v arice et i n t e r e t personnel e t a i e n t renommes. (Contes, I , 11). Comme l e s vautours qui v i v e n t de charognes, l e s o f f i c i e r s de j u s t i c e sont des p a r a s i t e s qui v i v e n t des debats et d i f f e r e n d s despauvres hommes (Contes, I , 11). Avec l a c o r r u p t i o n des o f f i c i e r s de l a l o i , i l est impossible de rendre j u s t i c e , l e s juges et l e s procureurs ne sont plus impartiaux, p u i s q u ' i l s sont i n f l u e n c e s par l e gain. La plupart sont ou pour I'accusateur ou pour 1'accuse, pour 1'appelant ou pour l ' i n t i m e (Contes. XX, 25). Dans presque chaque c h a p i t r e de ses Contes, 1'auteur donne des exemples d'hommes de l o i s corrompus. Au chap i t r e i n t i t u l e "De ceux qui prennent en refusant," un procureur du r o i veut mettre Vento a mort pour a v o i r braconne dans l a chasse du r o i . Pendant que l e procureur "harenguait magistralement" en attendant de conclure furieusement a. l a mort, Vento s u i t l e c o n s e i l qu'on l u i a v a i t donne en pr i s o n , " l e l i e u du monde ou se forment plus d'amitiez f i n e s et cautuleuses c o n s u l t a t i o n s , " a savoi r * de r e c o u r i r a. l'argent et en donner notamment au procureur (Contes, I I I , 53). Vento met une b e l l e portugaise (une piece d'or) dans 51 l a main gauche du procureur, car, nous d i t l'auteur avec i r o n i e , "c'est e l l e qui porte l a c l e f des l a r c i n s et p i l l e r i e s de j u s t i c e , (Contes, I I I , 53). Bref, des que l e procureur sent l a b e l l e piece d'or dans sa main, i l renverse son plaidoyer et tout ce q u ' i l a v a i t d i t auparavant! Soudain i l s ' e e r i e : Messieurs, nous etions en danger de commettre un s a c r i l e g e , Vento v i e n t de me d i r e en l ' a u r e i l l e q u ' i l est c l e r c , renvoyons-le a l a j u s t i c e e c c l e -4 s i a s t i q u e . A part l a c o r r u p t i o n chez l e s j u r i s t e s , l'auteur denonce l'hermetisme de l ' a p p a r e i l j u d i e i a i r e . Le systeme j u d i c i a i r e est p l e i n de tournants inattendus qui servent a baf oue.r.lcr l e s gens. Les l e g i s t e s sont l e s premiers a prendre avantage de 1'ignorance du peuple; i l s embrouillent l e s gens par l e u r pedantisme et. par des i n t e r p r e t a t i o n s t i r e e s par l e s cheveux. L'auteur denonce l e s hommes de l o i qui "ont cache et obscurci l a v e r i t e des hautes et e n t i e r e s sciences par. mots inconnus,. indeterminez et confus;." (Contes, XXX, 136). La l o i est s i remplie de s u b t i l i t e s , f i n e s s e s et d i s t i n c t i o n s innovees par l e s l e g i s t e s , " q u ' i l n'y a v o i t homme qui ne p l a i d a s t , qui ne se mist de ce mestier ou qui ne l e f i s t apprendre a ses enfans..." (Contes, I , 31). Non seulement l e s juges et l e s avocats se c o m p l a i s e n t - i l s a. e x p l o i t e r l e peuple mais tout l e u r comportement est pedant et pompeux. Du F a i l se moque de 1 ' a t t i t u d e des .gens de j u s t i c e qui veulent en imposer aux autres par l e u r pedantisme. I I c i t e 1'exemple de 1'avocat qui f a i s a i t semblant d'etre occupe et f a i t attendre E u t r a p e l et ses amis dans 1'antichambre et quand finalement i l l e s r e c o i t i l prend l e ton d'un grand qui s'adresse a son i n f e r i e u r et appelle Eutrapel "mon bon amy"—sur quoi Eutrapel se fache, car c'est "parler en maistre". L'avocat s'excuse: "pardonnez-moy s ' i l vous p l a i s t : c'est un mot de praticque, dequoy nous usons volontiers. Mais Eutrapel trouve pire cette condescendance: "ce larron chiquaneur icy use du mot NOUS, comme s i c'estoit un grand seigneur," d i t - i l , (Contes, I, 6). Impatiente par ce traitement, Eutrapel devoile l e s faeons :rus.ees des avocats. II ne perd pas de temps a 1'accuser de cupidite. II denonce l'avocat comme un "vray nourrisson de mensonge, [Vu.i| suborne et destourne l a r e l i g i o n de sa partie" (Contes, I, 36). Le procureur persecute les gens, empoche leur argent a gauche et a droite, et ne f a i t r i e n pour favoriser l e bon droit et l'equite de l a cause. Eutrapel accuse les avocats de prolonger l e s proces par interet personnel et, au l i e u de p a c i f i e r les querelles, de pousser les hommes a 1'antagonisme et aux proces. Pousses par leur avidite les hommes se lancent dans des proces interminables. D'ailleurs l e nombre des proces a augmente au point ou, apres l a peste, l a famine, et l a guerre l e proces constitue l e quatrieme fleau du monde. Les proces minent l a societe. "De la. est survenu l a desolation aux bonnes maisons, l a ruine des anciennes races et families" qui ont perdu tous leurs biens dans des proces. Un gentilhomme tombe dans cette s i t u a t i o n se trouve oblige de donner ses enfants en mariage a. des bourgeois riches, des "sangsues". De ces alliances resulte une " i n f i n i e confusion d'ordres, bigarrure de conditions et qualitez" (Contes, I, 26). l'avocat Lupolde declare: " i l faut des proces, c'est une necessite". "Je ne doute point...qu'il ne f a i l l e plaider, 53 car, comme d i t l e pro.verbe, qui a t e r r e s i a guerre", repond Polygame (Contes, I , 16). Les proces servent a e n r i c h i r l e s grands, car l e peuple, etant a f f a i b l i par ces disputes, l e seigneur p r o f i t e pour s ' e n r i c h i r et i n t r o d u i t t e l l e s g a b e l l e s , et imp6ts, qui est " l a d e s p o u i l l e du labeur du peuple" l e s o f f i c i e r s de ju s t i c e , et finance;.-; s 1 e n r i c h i s s e n t en meme temps que l e seigneur, (Contes, I , 17), et l'auteur remarque justement que 1 ' a v i d i t e des etres 1 humains l e s poussent au mai. Avec l a c o r r u p t i b i l i t e des hommes de l o i , l'auteur deplore l e u r manque de r e s p o n s a b i l i t e morale. I I c i t e l ' h i s t o i r e du gentilhomme. qui a v a i t nouvellement f a i t b a t i r un g i b e t ^ et, pour f a i r e p l a i s i r a. sa dame qui n'avait jamais vu pendre un homme, f i t condamner un pauvre paysan qui l u i a v a i t derobe quelque peu de bois. Comme con s o l a t i o n , au moment de sa mort, l e pretre r a p p e l l e au paysan que c'est un honneur d'etre pendu a "ceste b e l l e j u s t i c e toute neufve..." (Contes, V I I , 9 8 ) . L'auteur deplore l e manque de proportion entre l e "crime" et l e chatiment. I I faut garder l a peine de mort pour l e s "cas execrables", c o n s e i l l e - t - i l , sauver l a v i e et trouver d'autres peines pour- l e s i n f r a c t i o n s mineures de l a l o i . • A .cause de l a s t r u c t u r e s o c i a l e predisposee en faveur de l a noblesse, l e grand gagnera toujours, done l a j u s t i c e ne p o u r r a i t etre bien-administree tant que l e s . parlements de France ne sont pas egalement composes a de nobles et de r o t u r i e r s . ' A part 1 ' i n j u s t i c e contre l a q u e l l e i l proteste violemment, l'auteur denonce l e s juges qui condamnent l e s hommes par simple' pre juge contre l a personne a cause de ses vetements,. ou son 54 apparence physique, ou sa maniere de parler... (Contes, I , 15). Notre magistral veut surtout que l a justice se fasse equitablement et egalement a chacun sans- prejuges pour l a classe, l ' e t a t ou l a tenue deilaccuse. La justice ne devrait pas etre prise a l a legere, comme ce co n s e i l l e r qui d i t : Messieurs, je serois bien d'avis que 1'accuse fust absous; mais, puis que l e bourreau est venu, i l vaut mieux q u ' i l soit pendu: au moins i l n'y retournera pas. (Contes, VII, 96). Du F a i l se f a i t une tres haute idee du role des ju r i s t e s ; • i l i n s i s t e sur l a responsabilite morale de tous ceux qui, par leur exemple, peuvent influen'cer l e peuple. Dans l a societe patriarcale dont reve 1'auteur, a l'avocat, comme a n'importe quel autre individu qui tient une position importante et redoutee, i l incombe de se montrer probe, d'etre bon co n s e i l l e r et conciliateur du peuple. Son role est d' "i n v i t e r et semondre toutes personnes a douceur, paix et t r a n q u i l l i t e ; exhorter les pauvres parties f a i r e juger leurs differents par leurs parens, voisins et amis; adoucir les esprits revesches et opiniastres..." (Contes, I, 8) En ce qui concerne l a justice, 1'auteur exprime des sentiments liberaux, humanitaires et compatissants. II plaide pour 1'indulgence et demande que les juges apprennent a c o n c i l i e r l e s droits de l'humanite et ceux de l a ju s t i c e : ne pas tourmenter l e prisonnier et l u i arracher une espece de verite a force de s u b t i l i t e s et d'interrogatoires; tout en restant dans les bornes de l a l e g a l i t e l e juge peut attenuer l a calamite d'un homme tourmente et en peine; bref, "se souvenir d'estre homme, c'est a dire, pitoyable, et f a i r e honestement p l a i s i r aux enserrez" (Contes, XXI, 25). 5 5 L'auteur ne se fatigue pas de repeter que l a comprehension et l a connaissance humaine arrangent les a f f a i r e s mieux que les jugements en cour. En aimant son prochain et en cultivant de bonnes relations avec c e l u i - c i , on evite les malentendus et on elimine les proces. (Contes, YI, 8 3 ) . L'auteur reve d'une societe patriarcale dans laquelle regnerait un accord universel et ou tous vivraient selon l e commandement: Aime ton prochain comme t'oi-meme. Nulfe part sa chimere patriarcale e s t - e l l e aussi evidente que dans ses propos sur l a justice "a l'ancienne". C'est pour cela q u ' i l regrette l e temps ou l e prince se promenait parmi son peuple, jugeait lui-meme les querelles, et creait a i n s i des li e n s e t r o i t s entre l u i et ses sujets. Puisque l e r o i ne peut plus continuer cette t r a d i t i o n , l e s juges devraient rendre justice sur les lieux. C'est par souci d'humanitarisme que l'auteur suggere cette methode de dispenser l a j u s t i c e . En se promenant par les marches et autres endroits publics, au l i e u "de resider et f a i r e bonne mine en leurs estudes", l e s juges apprendraient a. connaitre les situations sociales de pres. Cette methode aussi est plus directe et influence l e peuple plus fortement. L'auteur se montre moraliste meme en cette matiere. II savait que l e peuple accourait 5 aux executions comme aux pieces a. grand spectacle, autant en f a i r e une lecon morale. Le public v o i t 1 'execution et eh. apprend plus que quand i l en entend parler. Du P a i l peint l e tableau i d e a l du venerable magistrat qui rend justice au beau milieu de l a place, assis "sur un b i l l o t de bois, son bissac sur l'espaule et l e baston entre ses jambes". Apres avoir entendu le s deux parties, " i l donne sa sentence sur l e champ, laquelle est 56 inviolablement tentte." Nous sommes l o i n des s u b t i l i t e s et des corruptions de l a v i l l e et des palais de ju s t i c e . Le juge ambulant regoi-tt pour recompense, "un oignon ou deux chastaignes, du m i l l e t , et quelque autre p e t i t menage, que les parties luy donnent" (Contes, IX, 117).' Pour eviter l a corruption, i l est preferable que les juges exercent l a justice dans les regions dont i l s ne ' sont pas originaires, (ce. "qui est l e seul moyen d'empescher toutes brigues, 'faveurs et.corruptions," qui coutent plus aux parties que l e proces en question (Contes, IX, 118). Done l e jugement sur les lie u x f a i t p r o f i t e r non seulement l e juge mais les plaideurs aussi. Malheureusement ce rapprochement ne s'effectue pas. Les solutions que propose.du F a i l sont simples et parfois nalves. II revendique un rapprochement entre l e r o i et son peuple. Au l i e u de vendre des' postes j u d i c i a i r e s pour remplir ses coffres et en meme temps creer l a mefiance entre l e prince et ses sujets, l e souverain devrait e t a b l i r un contact, plus dir e c t entre l u i et sa nation. Comme l e juge ambulant, l e monarque devrait c i r c u l e r parmi l e peuple et apprendre a connaitre leurs g r i e f s . Inutile de dire que par cette proposition de rapprochement entre l e r o i et l a masse, 1'auteur ne devie pas de l'axiome-qui est a. l a base de sa pensee poli t i q u e : c e l u i de l a societe patriarcale. Dans ses recommendations pour 1'amelioration du systeme j u d i c i a i r e , du F a i l maintient que l a bonne volonte et l'humanite valent mieux qu'un peuple de jurisconsultes. Par une entente cordiale entre l e peuple, tous les proces ser'ont elimines. Pour notre conteur/moraliste, i l ne s u f f i t pas de reformer 57 seulement l a societe, mais d ' a l l e r au fond du probleme qui est l a nature humaine. En somme i l cherche une prise de conscience morale. Pour e t a b l i r l e systeme moral dont i l reve i l faudrait des o f f i c i e r s consciencieux et vertueux. l e serieux Polygame i n s i s t e q u ' i l faut a l l e r "jusques au fond pour trouver 1'encloueure et l e mai, qui est l a r e l i g i o n et conscience des hommes, laquelle, n'estant reiglee, demeurera une i n j u s t i c e perpetuelle entre nous" (Contes, I, 19), et c'est pour cela, qu'en parlant pour l'auteur, i l reclame "une bonne et saincte reformation de tous estats." (Contes, I, 29). En regardant.autour de l u i l'auteur patriote constate avec peine que l a France est cravagiee par ses exces et par l e dere-glement des o f f i c e s . Les fonctionnalres publicsj, les hommes de l o i , ne sont pas les seules causes de 1'injustice n i les seules victimes de ses attaques., Ce s a t i r i s t e s'en prend aussi a. un deuxieme groupe pour l e tenir responsable de l' e t a t deplorable des a f f a i r e s sociales. . "ILes a f f a i r e s sont venus en t e l estat q u ' i l ne nous reste que l a seule ombre de justice; l a cause de t e l mai venant premierement des prestres et autres ministres d'eglise..." (Contes, I, 11). Puisque l ' E g l i s e et l e clerge jouaient un grand role dans l a vie du l 6 e s i e c l e , leur influence, bonne ou mauvaise, eta i t d'une grande portee; c'est pour cela que l'auteur l e s blame avec persistence. . 58 Dauber sur l e s gens d ' e g l i s e est une t r a d i t i o n venue des f a b l i a u x , de Boccace, des Cent Nouvelles Nouvelles et qui se perpetue chez l e s conteurs. Pour notre conteur comme pour tant d'auteurs depuis l e moyen age, l e clerge e t a i t une source constante de s a t i r e et du P a i l ne manque pas de c r i t i q u e r l e s moines et l e s pretres pour l e u r ignorance, gourmandise, e f f r o n t e r i e et l u b r i c i t e . Ce sont l e s accusations generales et communes a. p l u s i e u r s autres auteurs de 1'epoque. A cause des accusations contre l e clerge qui sont a u s s i nombreuses que v a r i e e s , on trouve chez l e peuple un sentiment de dedain pour 1'ordre c l e r i c a l , et une a v i d i t e I d i i f a t i g a b l e d'entendre des anecdotes sur l e s v i c e s du cl e r g e . Pour r e v e i l l e r ses p a r o i s s i e n s somnolents, un predicateur n'avait qu'a entamer l e suje t de l a c o r r u p t i o n des hommes d ' E g l i s e i ^ "La r a i s o n de cette s i t u a t i o n semble bien etre 1 1 i n s u f f i s a n c e d'une bonne p a r t i e du cle r g e . Bien des e c c l e s i a s t i q u e s donnent 1'exemple de 1 ' i n d i s c i p l i n e 7 et de l a b r u t a l i t e . " Notre auteur raconte l ' h i s t o i r e du pretre " f o r t mauvais et dangereux garcon...faux tesmoin o r d i n a i r e , brigand et meurdrier, qui f a i s o i t a u s s i peu de cas tuer un homme que bo i r e un verre de v i n sans eau", jusqu'au jour ou. par l a ruse et l e courage d'une femme, i l f u t puni pour sa l u b r i c i t e et a i n s i d e l i v r a l e s v i l l a g e o i s et l e s voyageurs de sa b r u t a l i t e (Contes, XV, 194). Malheureusement c'est l e manque de s u r v e i l l a n c e qui seme l e desordre parmi l e s c l e r c s , ^ a u s s i bien que 1 ' i n d i f f e r e n c e ; l a c o r r u p t i o n du clerge est s i etendue et acceptee que meme l e s eveques n'y font r i e n . (Contes, XV, 194). 59 Au c h a p i t r e v i n g t des Contes, du P a i l d i s cute de l a continence des p r e t r e s : c'est un mythe, d i t - i l , car i l est d i f f i c i l e d'accomplir l e voeu de continence a moins qu'on ne s o i t chatre. En c i t a n t . 11exemple d'un jeune moine qui se marie et forme bon menage, i l en r e s s o r t que du P a i l est contre l e c e l i b a t des pretres car c'est un etat qui n'est pas n a t u r e l . D ' a i l l e u r s , d i t - i l , l e mariage, pour l e s gens d ' e g l i s e est un etat l e g i t i m e et ordonne de Dieu (Contes, XX, 2). A i l l e u r s , l e conteur se moque des moines queteurs "devorateurs et mangeurs des pechez du peuple" qui ont compris 1 ' e c r i t "Tu v i v r a s du labeur de tes mains", de t e l l e facon q u ' i l s v i v e n t du labeur des autres. A l e u r passage au v i l l a g e " i l n'y a a n d o u i l l e a. l a cheminee, ne jambon au charnier, qui ne- tremble a l a simple prononciation et v o i x d'un p e t i t et harmonieux Ave Maria" (Contes, XX, 8). A i n s i , etre moine comprend s a v o i r absoudre l e s gens pour l e u r s pech.es en meme temps que de v i d e r l e u r garde-manger! Bien q u ' i l se moque des moines et de l e u r a p p e t i t et ne dedaigne pas de raconter des anecdotes sur l e s pretres preoccupes du monde et de l e u r s p l a i s i r s plus que de l a mystique, ou, simplement,- de l a d i s c i p l i n e , du P a i l n ' i n s i s t e pas tellement sur ces anecdotes, car i l ne pa.rdonne. pas 1' i r r e s p o n s a b i l i t e chez l e s pretres et se p l a i n t du f a i t que-les mauvais pretres ne sont que des sources d ' h i s t o i r e s d r o l e s . I I c r i t i q u e l e s d e f a l l i a n c e s des i n d i v i d u s mais dans l a seule i n t e n t i o n d'effectuer une reforme s o c i a l e generale. La mission du clerge dans l a soc i e t e est importante. I I incombe aux pretres d ' e t a b l i r I'ordre dans l e u r paroisse et de donner l e bon exemple. 60 Pour mener une vie reglee et pais i b l e , le-peuple n'a qu'a suivre deux commandements: aimer Dieu, craindre ses ordonnances et jugements, et aimer son prochain. Avec cette formule les gens auront trouve l e bon fondement de toute societe, mais c'est au pretre de donner l e bon exemple, car l e peuple, comme les enfants, ne f a i t qu'imiter 1' exemple de leurs superieurs: l e s nobles et l e clerge. l e bon cure sera "comme l a lumiere et la.llampe pour e s c l a i r e r a toute sa paroisse", puisqu'il est d i f f i c i l e et injuste de reprimander un homme pour ivrognerie, vol ou violence, quand son cure qui proscrit ces actes, commet • lui-meme ces pectie's (Contes, I, 2 2 ) . 1'auteur exige un code moral personnel tres haut de l a part du clerge. En tant que directeur de conscience et pere s p i r i t u e l de ses paroissiens, l e pretre devrait etre toujours present pour que les gens profitent de sa surveillance benevole, mais, nous informe 1'auteur, sur cinquante paroisses, i l n'y en a pas une qui a i t son recteur residant (bien que c e l u i - c i continue a encaisser leurs revenus) (Contes, I, 22) . L'auteur trouve inacceptable que les directeurs de l a moralite du peuple aient eux-memes des moeurs relachees. Dans les v i l l a g e s ou les gens se connaissent "jusque dedans l a ratte", i l est impossible de cacher les libertinages du clerge; en souillant leur propre reputation les pretres noircissent l e nom de l ' E g l i s e , par consequent les choses sacrees soht moins reverees. I n u t i l e de precher au peuple de mener une bonne vie s i l a lecon n'est pas i l l u s t r e e par de bons exemples de'vertu et de saintete de l a part du predicateur. Quand les pretres prechent "Paiez bien vos dismes", et toutesfois i l s en retiennent l a troisieme partie, due aux pauvres de l a 61 paroisse, q_ui est c e l u i qui ne d i t : "Je puis bien desrober, puisque notre cure est l e premier qui tombe en ceste faute?", et , "Quand i l c r i e a p l e i n e t e t e : 'Tu ne p a i l l a r d e r a s p o i n t ' , et que l e peuple s a i t et congnoist que, s ' i l y a une b e l l e femme, f i l l e ou chambriere en l a paroisse, q u ' i l faut e s s a i e r a l a desbaucher par quelques a r t s et a r t i f i c e s que ce s o i t , a vostre a d v i s , chacun ne d i r a i l pas, tous l e s moines comme l'abbe: Puis que nos superieurs s'en meslent, ce n'est point de peche. Et a i n s i des autres f a u t e s . . . " (Contes, IX, 122). Bref, l e clerge ne r e m p l i t pas ses f o n c t i o n s morales et s o c i a l e s . Du F a i l veut a t t i r e r 1 'attention aux problemes qui minent l e s fondements de l ' E g l i s e i l propose done des s o l u t i o n s basees sur un fond de g a l l i c a n i s m e et de protestantisme. Au chapitre IX des Contes, du F a i l suggere que l e r o i confisque toutes l e s t e r r e s et tout l'argent de l ' E g l i s e et paye lui-meme l e s pretres pour q u ' i l s puissent mieux se vouer a l e u r s devoirs sans l e souci de f a i r e l a quete, ou d'acquerir des t e r r e s et autres possessions. Les gens d ' e g l i s e sont trop preoccupes par l e s choses m a t e r i e l l e s , et surtout soucieux d'administter l e s biens d'Eglise,,ce qui l e s empeche de vaquer aux choses s p i r i t u e l l e s . L'auteur mentionne souvent l ' e t a t des finances de l ' E g l i s e :et l a t i e n t responsable pour l a pauvrete qui e x i s t e dans l e pays. Dans l e premier ch a p i t r e des Contes, i l explique comment l'argent de l ' E g l i s e devait etre partage. ' Charlemagne, r a c o n t e - t - i l , d i s t r i b u a et mit l e s biens et revenus des e c c l e s i a s t i q u e s et des paroisses en quatre p a r t i e s : l a premiere pour l'eveque, l a seconde pour l e s pretres et c l e r g e , l a troisieme pour l e s pauvres de l a paroisse, 62 l a quatrieme et derniere pour l a c o n s t r u c t i o n et P r e p a r a t i o n du temple. Mais, depuis que l e s eveques sont devenus r i c h e s par l e s l i b e r a l i t e s des p r i n c e s , i l s ont renonce a l e u r p o r t i o n , done i l r e s t e t r o i s p a r t i e s dont l'une appartient toujours aux pauvres. Malheureusement, au l i e u de l e u r rendre c e t t e part, l e s e c c l e s i a s t i -ques l e s e x p l o i t e n t . En q u e l l e conscience l e s c l e r c s p e u v e n t - i l s "regarder l e c i e l , en commettant t e l l a r r e c i n , seule cause de nos t r o u b l e s , malheurs et d e s o l a t i o n s " , demande l'auteur avec colere (Contes, I , 25). Du F a i l r e v i e n t souvent sur l a question de l a pauvrete. Depuis l e quinzieme s i e c l e l a pauvrete n'est plus 9 consideree comme une v e r t u , et l e s gens voient trop bien 1 ' i n j u s t i c e d'un c l e r g e r i c h e . Quand l e sage Polygame suggere une sorte de f e d e r a l i s m ^ e c c l e s i a s t i q u e dans l e q u e l l e s d i f f e r e n t e s paroisses s'entre-aideront et chaque province p a r t i c i p e r a aux commodites et incommodites l'une de 1'autre, Lupolde r e p l i q u e que c e l a s e r a i t d i f f i c i l e a executer car l e s gens d ' e g l i s e "sont p l u s i e u r s f o i s plus r i c h e s que l e roy, sa noblesse et l e t i e r s e s t a t . . . s i l e royaume de France vaut douze escus, i l s en ont sept a l e u r part" et i l s s'opposeront a. t e l l e s a l t e r a t i o n s et changements (Contes, IX, 119). Le clerge s e r a i t l e premier groupe a. s'opposer a. un programme de c h a r i t e , nous d i t l'auteur. Au l i e u de f a i r e l e u r devoir, l e s gens d'e g l i s e sont occupes a. mendier, a vendre des indulgences, et a p r o f i t e r du peuple de p l u s i e u r s faeons ingenieuses. Pour du F a i l l a d i s t r i b u t i o n aux pauvres d'un t i e r s des revenus e c c l e s i a s t i q u e s semble etre l a s o l u t i o n a l a pauvrete et au grand probleme s o c i a l du nombre de mendiants et de gens qui se mutilent parce qu'ils'pourront mieux 63 gagner l e u r v i e dans cet etat qu'autrement (Propos, V I I I , 633); . . . " s i l e t i e r s des biens e c c l e s i a s t i q u e s e s t o i t rendu aux pauvres de chacune paroisse", r e i t e r e du F a i l , "nous ne serions en peine de ces mots; gueux, pauvres, b e l i s t r e s , coquins et maraus, mendicans v a l i d e s ; et jusques a ce que t e i abus ou l a r c i n s o i t c o r r i g e , i l ne faut attendre, et moins esperer, aucune cessati o n de misere et calamitez." (Contes, XVII, 235). Rappelons-nous qu'a cette epoque, en plus des v r a i s pauvres, des lepreux, qui etaient tous en d r o i t de mendier, i l y a v a i t a u s s i une f o u l e d'ordres queteurs qui souvent mendiaient au detriment de ceux qui etaie n t veritablement dans l e b e s o i n . . . 1 ^ et qui a j o u t a i t a l a fou l e de gens qui t r a i n a i e n t sur l e s routes. Selon du F a i l l a d e f a i l l a n c e des hommes d'eglise est un serieux probleme s o c i a l et i l p r e d i t que s i l ' E g l i s e ne lance pas une reforme i n t e r n e , e l l e sera a s s a i l l i e par des forces e x t e r i e u r e s . Le clerge a u s s i s'est eloigne des conditions simples et p r i m i t i v e s , se p l a i n t du F a i l . Occupes a s'amuser de dispenses, de permissions, obtenues Dieu s a i t comment, ces r e l i g i e u x risquent de perdre l e u r premiere importance. Les l a x c s et l e s s e c u l i e r s se s a i s i r o n t de l e u r s biens et, faute de recteur r e s i d a n t , precheront et administreront l e s sacrements, car au moins eux, n o u r r i r o n t l e s pauvres du t i e r s du revenu e c c l e s i a s t i q u e , et feront tous l e s devoirs C h r e t i e n s que l e u r s predecesseurs ont negliges (Contes, XXXV, 274-5). Grace a des recherches assidues, Monsieur P h i l i p o t a r e u s s i a prouver l e protestantisme de Noel du F a i l . Cette tendance aide a e c l a i r e r a l a f o i s l a v i e et 1'oeuvre de notre conteur. "On s a i t qu'a p a r t i r de 1560, l a noblesse d i r i g e l e p a r t i protestant 64 et l u i donne l a note. En c r i t i q u a n t violemment l e cl e r g e , e l l e e x a l t e son propre r o l e dans I ' E t a t . Cette double tendance se rev e l e chez Mb'81 du F a i l . Du F a i l attaque l e s gens d ' e g l i s e , mais sa denonciation ne touche qu'aux abus et n ' a t t e i n t pas au dogme de l ' E g l i s e . "Dans son ouvrage ou i l c r i t i q u e tout, i l ne d i t de 1'ignorance et des moeurs e c c l e s i a s t i q u e s que ce qu'en pensaient l e s hommes e c l a i r e s et meme c e r t a i n s princes de l ' E g l i s e : ' , 12 c'est 1' e s p r i t , et non l a theologie de l a Reforme.-". Bien q u ' i l fasse des d e c l a r a t i o n s assez hardies contre l ' E g l i s e i l 1'accepte avec ses fautes. S i l e r o i donnait l ' o r d r e pour l a reformation de l ' E g l i s e , " i l n'y a papiste, huguenot, ass o c i e , ou l e s l i g u e z pour l a reformation, qui n'aidast ou poussast a l a roue" a ce que t e l l e chose s ' e f f e c t u a s t , et que l ' E g l i s e , qui est trop r i c h e et pompeuse, f u s t degraissee et remise en sa premiere beaute..." (Contes, I , 120). I I est v r a i que l ' E g l i s e est l a cause de beaucoup de miseres, raisonne du F a i l , mais i l ne faut pas "offenser l e s decrets et ordonnances d e l a s a i n c t e E g l i s e c a t h o l i q u e " , meme s i e l l e a quelques v i c e s , e l l e est toujours l ' E g l i s e . I I acheve son raisonnement par cette comparaison c i t e e a. ce propos par l'eveque de Rennes: " S i ma mere est putain, encore est-ce ma mere!" Aux yeux de du F a i l l ' E g l i s e est comme une femme v i o l e e et a t t e i n t e de p l u s i e u r s maux, a qui i l recommande qu'on rende sa chastely et ses premiers hab i t s nuptiaux, " a f i n . de s a t i s f a i r e ceux qui d i s e n t q u ' i l s reviendront a l ' E g l i s e quand e l l e sera nettoyee et repurgee, comme font l e s citoyens en l e u r v i l l e quand l a peste en est hors." (Contes, IX, 123). Du F a i l r e i t e r e sa f o i en l ' E g l i s e ; ce q u ' i l deplore c'est l e manque de vocation chez l e 65 c l e r g e . I I s u i t l a t r a d i t i o n a n t i - c l e r i c a l e , mais f i d e l e a ses i n t e n t i o n s m orales, i l i n s i s t e s u r t o u t s u r l e r o l e s o c i a l des gens d ' E g l i s e . L ' a u t e u r r e c o n n a i t l e s d e f a u t s de l a s o c i e t e mais puisque ses reformes sont en grande p a r t i e morale i l cherche d'abord a changer l e fond meme de l'homme par l a p r e d i c a t i o n de l ' E v a n g i l e . C'est pour c e l a q u ' i l i n s i s t e t a n t s u r l e r o l e s o c i a l du c l e r g e . Le gentilhomme, i n v e s t i d'une grands aut or i t e, t r a v a i l l e en .-c o l l a b o r a t i o n avec l e p r e t r e , presque son e g a l dans 1 ' a d m i n i s t r a t i o n des a f f a i r e s et du b i e n - e t r e moral du peuple. Souvent du P a i l adopte l e t o n d'un precheur q u i e x h o r t e l e s pecheurs a. r e v e n i r a l a premiere et s e u l e v e r i t e q u i e s t D i e u . V i v r e par l a p a r o l e de D i e u e s t l a s e u l e p i e r r e de touche de l a v i e (Contes, I , 36), et l a s e u l e g a r a n t i e de bonheur et de p a i x parmi l e s gens. De t e l l e s e x h o r t a t i o n s r e l i g i e u s e s abonderit dans son oeuvre. Par exemple a. l a f i n du c h a p i t r e s u r l a j u s t i c e , i l t i r e lui-meme ses c o n c l u s i o n s : " l e s p r o c e s , d i f f e r a n s e t ' q u e r e l l e s c e s s e r o n t , et non p l u s t o s t , quand l e peuple s e r a i n s t r u i t en l a c r a i n t e de D i e u par sa d o c t r i n e e t bons exemples de ceux q u i l a p r e s c h e n t et annoncent, ou l e d o i v e n t f a i r e ; autrement, n'y a v i l l a g e en France l a . ou i l ne f a i l l e un parlement, e t , en l i e u d'un o f f i c i e r , v i n g t , pour f i n a l e m e n t e s t a b l i r l e . royaume de Satan, . fonde en mensonge, et a n e a n t i r c e l u y de D i e u , q u i e s t l a mesme v e r i t e . " (Contes, I , 37) Sa formule pour l e bonheur e s t e l e m e n t a i r e : - c r o i r e en D i e u et s u i v r e ses command.ements. I I f a i t souvent des p l a i d o y e r s pour l ' h o n n e t e t e dans l a v i e envers s o i , envers a u t r u i et envers D i e u (Contes, I I , 43). De n a t u r e profondement r u s t i q u e , i l a s p i r e a. l a s i m p l i c i t y et a. l a d r o i t u r e chez l'homme. Dans son d e s i r de 6 6 revenir aux moeurs simples du passe, i l y a aussi un besoin de renouvellement moral car i l rejette les reformes superficielles et recherche l a reforme fondamentale de l a nature hum'aine. Par ses conseils reiteres, du Pa i l etablit son ideal pour l'humanite. Tout son elan de reforme sociale dans n'importe quel domaine j a i l l i t d'un fond profondement moral. NOTES: CHAPITRE I I J . H u i z i n g a , The W a n i n g o f t h e M i d d l e Age s ( P e n g u i n B o o k s , 1 9 6 8 ) , p. 1 7 2 . , 2 R o l a n d M o u s n i e r , H i s t o i r e G -ene ra l e d e s C i v i l i s a t i o n s ; l e s  X V I e e t X V I I e s i e c l e s ( P a r i s ; P r e s s e s U n i v e r s i t a i r e s de P r a n c e , 1 9 6 7 ) , p. 1 7 1 . 3 P h i l i p o t , L a v i e e t 1 ' O e u v r e de d u P a i l , p. 4 7 1 . 4 A c e t t e e p o q u e - l a l e s hommes d ' e g l i s e ne p o u v a i e n t e t r e j u g e s a u n p r o c e s p u b l i c , " Du P a i l . s ' e l e v e c o n t r e l e s u b t e r f u g e f r e q u e m m e n t e m p l o y e p a r l e s a c c u s e s , q u i c o n s i s t a i t a e v o q u e r l e m o i n d r e p r e t e x t e p o u r s e f a i r e r e n v o y e r d e v a n t l e t r i b u n a l e c c l e s i a s t i q u e " , ( P h i l i p o t , p. 92) q u i ne f a i s a i t p a s de c o n d a m n a t i o n s a u s s i s e v e r e s . . B i e n q u ' i l n 1 a p p r o u v e pa s d e s j u g e m e n t s d i s p r o p o r -t i o n n e s a u c r i m e , d u P a i l c r o i t que l e s c l e r c s a u s s i b i e n que l e s l a l q u e s ne d e v r a i e n t pa s e c h a p p e r a u c h a t i m e n t q u ' i l s m e r i t e n t . H u i z i n g a , op_. c i t . , p. 1 1 . " T h e c r u e l e x c i t e m e n t and c o a r s e c o m p a s s i o n r a i s e d b y a n e x e c u t i o n f o r m e d a n i m p o r t a n t i t e m i n t h e s p i r i t u a l f o o d o f t h e common p e o p l e . They w e r e s p e c t a c u l a r p l a y s w i t h a m o r a l . " 6 I b i d . , p. 1 7 2 - 7 3 . M o u s n i e r , H i s t o i r e . p . 5 4 . M o u s n i e r , H i s t o i r e , p. 5 6 . " L e pape s e r e s e r v a i t en de n o m b r e u x e n d r o i t s de nommer d e s e v e c h e s , d e s a b b a y e s d e s p r e -b e n d e s e t d e s d i g n i t e s . I I n omma i t v o l o n t i e r s d e s I t a l i e n s o u d ' a u t r e s e t r a n g e r s p a r f o i s f o r t e s t i m a b l e s , p a r f o i s s i m o -n i a q u e s , q u i a v a i e n t t o u t s i m p l e m e n t a c h e t e l e u r n o m i n a t i o n p a r l a c u r i e p o n t i f i c a l e ou l a d e m i s s i o n d u t i t u l a i r e en l e u r f a v e u r . L e s u n s e t l e s a u t r e s ne r e s i d a n t p a s , l e s e v e c h e s e t l e s a b b a y e s r e s t a i e n t s a n s t e t e e t l e d e s o r d r e en r e s u l t a i t . " 9 H u i z i n g a , p_p_. c i t . , p. 179 -1 0 I b i d . - , p. 1 5 3 . 68 X J- M a r t i n , "Du F a i l et l a Noblesse," p. 271. 12 Dans 1'Introduction aux contes, Claude Hippeau applique a du F a i l ce que d i t M. Nisard de 1 ' a t t i t u d e de Rabelais envers l ' E g l i s e . dans son H i s t o i r e de l a L i t t e r a t u r e f r a n c a i s e , 4e e d i t i o n , t . I , p. 274. CHAPITRE III DU PAIL ET LA QUERELLE DES PEMMES: LA FEMME ET LE MARIAGE DANS L'OEUVRE DE DU FAIL Au moment meme ou. l e s esprits cultives du seizieme s i e c l e etaient preoccupes par l a renaissance des anciennes l i t t e r a t u r e s et par l a decouverte des nouvelles sciences, i l s s'acharnaient aussi a. un sujet vieux comme l e monde: l a femme. Depuis des siecles les hommes se disputaient sur l a valeur humaine du sexe feminin—sa place dans l a societe et son.role v i s - a - v i s de l'homme; comme i l est rare que les hommes soient d'accord, les uns se plaisaient a. denigrer l a femme, l e s autres a, l a g l o r i f i e r . La controverse, nee des arguments antifeministes de Jean de Meung dans l a seconde partie du Roman de l a Rose et l a repartie feministe de Christine de Pisan f i t rage jusque dans l e seizieme s i e c l e et continue meme de nos jours. La querelle, reprise avec ferveur et interet surtout a un moment ou, a l a suite des guerres d ' l t a l i e , l a societe francaise du seizieme s i e c l e subit des changements de moeurs. A l ' i n s t a r de leurs soeurs italiennes "liberees", l e s Francaises cherchent a. prendre leur place dans les domaines l i t t e r a i r e s , a r t i s t i q u e s , et politiques. En consequence des influences etrangeres et d'une evolution naturelle, 1 'attention des ecrivains, des a r t i s t e s , des personnes de l a cour fut engagee par l e probleme de 1 'elegance des manieres, l e raffinement de l a langue, et l a beaute esthetique du corps humain. II n'est pas etonnant que l a femme a i t p r i s , dans cette societe moins rude, une importance croissante, en tant qu'adoucisseuse des moeurs et source 70 d 1 i n s p i r a t i o n a r t i s t i q u e pour l e s poetes, p e i n t r e s et e c r i v a i n s de 1'epoque. Au seizieme s i e c l e , "Tout l e monde s e n t a i t , l e s p a r t i s a n s des idees t r a d i t i o n n e l l e s comme l e s adeptes des conceptions n o u v e l l e s i n t r o d u i t e s par l e mouvement i n t e l l e c t u e l de l a Renaissance, que l e s donnees du prob.leme feminin e t a i e n t notablenient m o d i f i e e s . l a femme t e n d a i t a. jouer un r o l e s o c i a l de plus en plus grand; sa place n ' e t a i t plus seulement au f o y e r ; e l l e n ' a v a i t plus pour unique m i s s i o n de vaquer aux soins du menage, mais v i s a i t a se rapprocher de l'homme.""'" T o u t e f o i s ce r o l e c u l t u r e l e t : s o c i a l est l o i n d'etre l a f o n c t i o n acceptee et "bien e t a b l i e de l a femme a c e t t e epoque. I I e x i s t e justement des opinions .si. d ivergentes sur l a place de la.femme dans l a . s o c i e t e q u e l l a polemique qui s'en s u i t engage femmes et hommes a a t t a q u e r ou a .defendre l e s d r o i t s du sexe femini n . Pour l e s a n t i f e m i n i s t e s , l e p r i n c i p e - fondamental de l e u r s arguments e t a i t c e l u i de . 1 ' i n f e r i o r i t e du sexe f e m i n i n . A f i n de prouver l a femme i n f e r i e u r e et subordonnee a. l'homme, ,les misogynes cherchaient toutes s o r t e s de co n f i r m a t i o n s dans l a B i b l e , l ' h i s t o i r e et l e s d o c t r i n e s de l a r e l i g i o n c h r e t i e n n e . .On l u i a t t r i b u e des t a r e s morales et physiques et on l a relegue a une p o s i t i o n subalterne car e l l e a ete creee apres Adam. Depuis Eve, cause de l a Chute de l'homme et o r i g i n e du peche mortel, toutes l e s femmes sont a, l a source des malheurs et des maux q u i a f f l i g e n t . l'homme. En plus de c e t t e conception t r a d i t i o n n e l l e , " L ' E g l i s e j e t a a u s s i l'anatheme sur l a femme en elevant l e c e l i b a t au-dessus du mariage, ce qui c o n t r i b u a fortement a, f a i r e peser sur l e s femmes l a severe p r e p r o b a t i o n du sexe masculin." F a u t - i l r a p p e l e r , a ce propos, 71 qu'un grand nombre des antifeministes, dont l e plus connu, Rabelais, etaient des clercs? Ia femme a cause d'Eve a herite d'une nature f a i b l e , susceptible a l a tentation. De sa faiblesse physique on a deduit une faiblesse morale et i n t e l l e c t u e l l e . Le resultat est que non seulement on l a jugeait incapable de pensees raisonnees mais en plus, on l u i imputait une l i s t e de peches veniels et capitaux: vanite, hypocrisie, s u s c e p t i b i l i t y a l a f l a t t e r i e , concupiscence...; une nature rusee, inconstante, capricieuse, bref, tout un repertoire qui, en partant des fabliaux, nourrissait depuis longtemps l a l i t t e r a t u r e gauloise en France. A l'antipode de l a t r a d i t i o n gauloise se trouve l a t r a d i t i o n courtoise qui exalte l a femme. Les feministes reprennent les arguments des antifeministes et les u t i l i s e n t en faveur du beau sexe. Tout.comme les s a t i r i s t e s de l a femme, les admirateurs de l a femme s'appuient sur l a Bible et l ' h i s t o i r e pour prouver sinon l a superiority de l a femme,, du moins son egalite a. l'homme. La femme fut creee d'une cote d'Adam ce qui indique son egalite; s i Dieu avait voulu l a rendre inferieure, raisonnent les feministes, i l 1'aurait creee du pied d'Adaml La femme a l a meme ame, l a meme int e l l i g e n c e que l'homme, seul leur physique est diff e r e n t , declarent les defenseurs de l a femme. Tandis que les misogynes voulaient que l a femme se borne aux travaux menagers, les feministes in s i s t e n t qu'elle devrait avoir l a meme education que l'homme et prouver a i n s i sa superiority grace a l a vi v a c i t e de son esp r i t . Les adeptes de l a cause feminine protestent contre l e s idees ppreconcues qui font des femmes des esclaves de leurs quenouilles. Pourquoi les femmes ne 72 d e v r a i e n t - e l l e s pas etre a c t i v e s dans l a v i e publique puisqu'a t r a v e r s l ' h i s t o i r e e l l e s se sont montrees p o l i t i c i e n n e s capables et dignes de respect? Quant a l a r e l i g i o n chretienne, l e s femi n i s t e s r a p p e l l e n t aux antagonistes du sexe feminin que l e C h r i s t f u t denonce par des hommes mais f u t e n s e v e l i par des femmes. Aussi dans l ' E g l i s e a-t-on un c u l t e s p e c i a l de l a Vierge Marie, mere de Dieu. Les i n s u l t e s des a n t i - f e m i n i s t e s v i s e n t toutes l e s femmes y compris l a Vierge mais l e s femmes devraient etre honorees en tant que meres. Les arguments sont obstines des deux cotes. Les a n t i -f e m i n i s t e s veulent subjuguer l a femme tandis que l e s feministes veulent 1'emanciper. Cette divergence d ' a t t i t u d e s s'elabore l o r s q u ' i l est question de m a r i a g e — s i t u a t i o n a e v i t e r d'apres ces a n t i f e m i n i s t e s n o u r r i s des idees p a r e i l l e s a c e l l e s que l'on trouve dans l e s XV Obies de Mariage, ou s i t u a t i o n a rechercher d'apres l e s f e m i n i s t e s , d i s c i p l e s de l a doctr i n e neo-platonicienne qui voyaient dans 1'union d'un homme et d'une femme un mouvement vers Dieu. Nous a l l o n s d'un extreme a 1'autre: de l a g r o s s i e r e t e t e r r e s t r e de l a t r a d i t i o n g a u l o i s e , a. l a sublimation de l a do c t r i n e neo-platonicienne; du d e s i r de subjuguer (et d'humilier) l a femme, au d e s i r de se soumettre a e l l e : d'un cote.on v o i t . 1'amour comme un piege, de 1'autre,. comme un bien supreme... .Qu'il f u t d i s c i p l e de l a t r a d i t i o n gauloise ou de l a tradition c o u r t o i s e , i l est c e r t a i n que "pas un e c r i v a i n ayant a g i ou produit entre 1540 et 1555 n'est r e s t e etranger a l a q u e r e l l e des femmes."4 Ou. l a pensee de du P a i l se s i t u e - t - e l l e dans ce debat? Le c e l i b a t e s t - i l un etat superieur a. c e l u i du mariage? L'homme s ' a b a i s s e - t - i l en 73 se l i a n t a une femme? ' Du F a i l s u i t - i l l a t r a d i t i o n g a u l o i s e ou l a t r a d i t i o n c o u r t o i s e ? L e s pages s u i v a n t e s a u r o n t comme b u t d ' e c l a i r e r ces q u e s t i o n s . L ' a t t i t u d e • d e du F a i l e n v e r s l a femme v a r i e a t r a v e r s s a c a r r i e r e l i t t e r a i r e . Dans ses o e u v r e s de j e u n e s s e , i l s u i t l a t r a d i t i o n du moyen age qui b a p t i s a i t l a femme du nom de- " d i a b l e c o i f f e " . Comme t a n t d ' a u t r e s a v a n t l u i , i l l u i a t t r i b u e un temperament de g i r o u e t t e , avec u n c o t e " l u n a t i q u e " ; aucune c r i t i q u e n ' e s t epargnee en ce q u i c o n c e r n e s a n a t u r e de megere et l e s . r e f e r e n c e s a. s a l a n g u e b i e n pendue a b o n d e n t . F i d e l e a. l a t r a d i t i o n , i l v o l t l a femme t e i q u ' u n a n i m a l s e x u e l avec des a p p e t i t s i n a s s o u v i s ; s a d e n o n c i a t i o n de l a femme en t a n t que t o u r m e n t e u s e de l 'homme e s t basee s u r l e s XV J o i e s de M a r i a g e , manuel a n t i m a r i t a l du moyen a g e . M a i s avec l e s annees 1' a t t i t u d e du c o n t e u r v a c h a n g e r . Sa n a t u r e m o r a l i s a n t e e t s o n gout pour l a p r e d i c a t i o n p r e r m e h t l e d e s s u s ; s u r t o u t son c a r a c t e r e r a i s o n n a b l e e t p r a t i q u e r e c o m m i t l a f a u s s e t e des p r e j u g e s c o n v e n t i o n n e l s . Ses Contes e t P i s c o u r s d ' E u t r a p e l s o n t en g e n e r a l une d e f e n c e du sexe f e m i n i n e t du m a r i a g e . I I e s t v r a i q u ' i l se r e v e l e d i s c i p l e de l a d o c t r i n e p a u l i n i e n n e , mais ce n ' e s t que p o u r des r a i s o n s p r a t i q u e s . C a r s ' i l p r e c o n i s e l a s u b j u g a t i o n de l ' e p o u s e a s o n m a r i , comme l e v o u d r a i t S t . P a u l , i l r e c o n n a i t en meme temps l a l i b e r t e de l a femme e t s o n e g a l i t e a l ' h o m m e . I I p r e n d un i n t e r e t m o r a l a u 74 mariage et en f a i t l ' e l o g e . En c e l a i l semble a v o i r rompu ses l i e n s avec l a t r a d i t i o n g auloise. Le conteur accepte et recommande l e mariage qui d 1apres l u i est 1'accomplissement de sa destinee chretienne. La femme ne t i e n t pas une place importante dans 1'oeuvre de du F a i l . Quand l e s devisants font a l l u s i o n a l a nature f e m i n i n e — en general c'est pour s'en moquer et l a denigrer. Souvent ce sont de p e t i t e s phrases e x p l i c a t i v e s qui renseignent l e l e c t e u r sur 1'at t i t u d e de l'a u t e u r . Par exemple, l a femme v o u l a i t montrer q u ' e l l e e t a i t femme, "c'est a. d i r e v i n d i c a t i v e " , a j o u t e - t - i l malicieusement (Contes, I I , 49). A i l l e u r s dans l a v r a i e t r a d i t i o n a n t i f e m i n i s t e , i l p a r l e de l a j a l o u s i e et du manque de r a i s o n chez l a femme e t ' c o n s e i l l e aux maris de ne pas l e u r f a i r e confiance: "ne monstrez jamais l e fond de vos chausses ou de l a bourse a. vostre femme, devant l a q u e l l e a u s s i ne louerez l a beaute 1 ou .vertueuses q u a l i t e z des autres. Car cest e s p r i t f a n t a s t i c et remuant prent tout au rebours et de t r a v e r s . . . " (Contes, XXX, 147) A l a base de 1 ' e s p r i t gaulois se trouve l e besoin de r i r e et de f a i r e r i r e — p l u s souvent avec i r o n i e — d e s f a i b l e s s e s d ' a u t r u i . L'humour male de l a t r a d i t i o n misogyne considere l e s "defauts" de l a femme comme une source i n t a r i s s a b l e de s a t i r e . S'adressant aux femmes, l'auteur l e s accuse d'etre impressionables; "Vous autres femmes (ne des p l a i s e a 1'imper-f e c t i o n du sexe) avez tellement 1 ' e s p r i t pront et e s v e i l l e a. r e c e v o i r l e s premieres impressions que ce que vous vous fai.tes c r o i r e , faux ou vray, sort malaisement de vos caboches." • (Contes. XXXII, 176.) Ajoutons a. ce manque de jugement l e f a i t qu'on ne peut pas se f i e r a. l a femme car, entre autre, e l l e ne s a i t pas garder de s e c r e t s . 75 L'auteur raconte l ' h i s t o i r e d'un senateur q u i , pour s a t i s f a i r e l a c u r i o s i t e de sa femme questionneuse (autre defaut de l a femme), l u i f a i t promettre de ne d i r e a personne l a confidence q u ' i l a l l a i t l u i f a i r e , f i n i t par l u i s o u f f l e r l e secret a l ' o r e i l l e . I n u t i l e de d i r e que l a confidence est non seulement a u s s i t o t revelee mais consid'erablement exageree (Contes, XXXIII, 216). V o i l a pour l a "demangeaison de p a r l e r " dont l a femme a toujours ete accusee. Ce besoin de s a v o i r et de se meler de tout provient d'un d e s i r inne chez l e s femmes de v o u l o i r c o n t r o l e r l e s hommes. Souvent l e s a n t i f e m i n i s t e s se sentent p r i s dans un vaste complot feminin; comme l'exprime R a b e l a i s : "Les femmes, au commencement du monde, ou peu apres, ensemblement conspirerent escorcher l e s hommes tous v i f s , parce que sus e l l e s m a i s t r i s e r vouloient en tous l i e u x . Et feut cestuy decret promis, conferme et jure entre e l l e s par l e s a i n c t sang brequoy."5 L ' a n t i f e m i n i s t e , prevenu par l e s XV J o i e s de Mariage ne veut pas devenir "subjet a l a q u e n o u i l l e " (Contes, XXX, 152), car a coup sur ce n'est qu'une route ouverte a se f a i r e "ecorcher v i f " dans l ' e n f e r du mariage. Pour 1'auteur, l e s hommes qui tombent dans l e piege des femmes et se l a i s s e n t mener par e l l e s sont comme des anes brodes et accoutumes a a l l e r au moulin. Cette facon d'envisager l'homme comme un animal s e r v i l e , reprend 1'image u t i l i s e e par 1'auteur des XV J o i e s , qui l u i a u s s i , proteste de v o i r l e s hommes se l a i s s e r " a b e s t i r et embrider". "Je ne scay que c'est sinon l a nature du jeu qui l e v i e u l t " ^ r a i s o n n e - t - i l avec t r i s t e r e s i g n a t i o n . Du P a i l aime a u s s i parf.ois se moquer de l a femme et de son penchant pour cer t a i n e s a c t i v i t e s . I I raconte, 76 par exemple, que dans un v i l l a g e menace d'etre envahi par des s o l d a t s , l e s habitants se hatent d'emballer l e u r s a f f a i r e s et de p a r t i r , sauf quelques femmes qui s'attardent: l'une d ' e l l e previent que s i e l l e s t r a l n e n t , e l l e s risquent d'etre v i o l e e s et peut-etre d'en mourir; une autre r e p l i a u e immediatement: "...en avez-vous veu beaucoup mourir en vostre temps?" — "Je ne dy pas pour c e l a , " repond une troisieme femme, "...mais puis qu'a. f a i r e f a i r e j'aimerois mieux mourir de ceste mort la. qu'autrement." ( B a l i v e r n e r i e s , I , 689). L'appetit sexuel de l a femme e t a i t un motif f a c i l e a. e x p l o i t e r pour l e s s a t i r i s t e s , et l a femme que du F a i l d e c r i t est en descendance d i r e c t e des c a r i c a t u r e s a n t i - f e m i n i s t e s du moyen age. En general du F a i l ne mentionne presque pas de jeunes f i l l e s dans son oeuvre; c e l l e s q u ' i l d e c r i t dans l e s Propos Rustiques sont des paysannes et des bergeres; ces f i l l e s saines, bien plantees, "ne sont pas f a i t e s du bois dont on f a i t l e s v i e i l l e s f i l l e s farouchement vertueuses; e l l e s sont destinees au mariage, et p a r f o i s l e u r p r e c i p i t a t i o n l e u r f a i t b r u l e r l e s etapes et devancer 7 l e s f o r m a l i t e s d'usage." E l l e s ne sont surtout pas i?imides n i vertueuses a 1'extreme: on n'a qu'a constater l a f a c i l i t e avec l a q u e l l e , (au cha p i t r e VI) l e bon lourdaud a du succes aupres de Margot ou Jeanne consentantes.... Les paysans ne l a i s s e n t pas de points d'honneur et autres manierismes i n t e r v e n i r avec l a nature. I l s ne sont pas comme l e s c i t a d i n s qui ont adopte des facons alambiquees de f a i r e l a cour. P a r t i e l a l a v i e des champs, et conformement a ses vues sur l a v i e degeneree de l a v i l l e , du P a i l en veut surtout aux c i t a d i n s ; i l denonce avec vehemence l ' h y p o c r i s i e des dames et des jeunes f i l l e s de l a v i l l e et l e s accuse d'etre I. 77 froidement c a l c u l a t r i c e s . Malgre tous ses effo r t s pour entrer dans les bonnes graces de l a b e l l e , 1'amant est rejete. Mais quand "...nostre amoureux produit un baudrier bien clouste et en bon equippage, les portes fermees luy sont ouvertes grandes comme a passer une charretee de f o i n , qui est l e souverain remede, l a c l e f de l a besongne, l a peautre du navire, l e manche de l a charrue." (Propos, VI., 628) Montrer l a femme s i fortement interessee, cruelle envers l'homme, se jouant de l u i , se moquant de ses peines, est une facon t r a d i t i o n n e l l e de l a depeindre; t e l l e - l a meneuse du jeu, l e bourreau dans les relations des deux sexes—comme on 1'avait deja. decrite dans les XV Joies de Mariage au moyen age. Dans l a premiere jo i e , l a femme toujours avide de nouvelles robes a. l a mode,:,'finit par ruiner son mari. Dans l a cinquieme joie, e l l e donne ses faveurs a. un amant qui l e s paye, l u i aussi, par de divers cadeaux. C'est avec rancune que du F a i l decrit ce cote calculateur de l a femme, et Anselme, un des devisants des Propos, interrompt l e conteur pour dire, et avec raison, "Vous en parlez, a. ce que je voy, comme experiments, mon Compere,...et croy que vous avez passe par l e s piques. — Par ma foy (respond maistre Huguet) tant y ha que je l e sgay tres bien, que j 1 en f e r o i s bien un l i v r e aussi gros comme un Doctrinal." Sur quoi Lubin demande s ' i l existe quand meme des femmes capables d'aimer fidelement ou s i e l l e s sont toutes avaricieuses et envieuses. Huguet l u i repond qu'en effet i l y.en a mais que celles-la. sont rares et que l u i a plut6t f a i t 1'experience des tyransos (Propos, VI, 628). Le ton badin du conteur' cede parfois involontairement a. certaines- notes d'aprete. "C'est dans les Propos Rustiques q u ' i l \ 8 f a i t l e s plus fortes avances a 1'antifeminisme." Du F a i l deteste 78 l a mode petrarquisante d ' i d o l a t r e r l a femme et en revanche, nous l a d e c r i t sous un jour d e f a v o r a b l e — p r e f e r a n t peindre l e s femmes " n a t u r e l l e s " , ce qui veut d i r e en t r a i n de f a i r e des gestes peu f l a t t e u r s . Au c h a p i t r e de " l a Grande b a t a i l l e de ceux de Flameaux et de ceux de V i n d e l l e s " (Propos, IX, 636), du P a i l met en scene l e s femmes des combattants v i l l a g e o i s . Ayant entendu l e s b r u i t s de l a b a t a i l l e , et trop heureuses de s 1 e l o i g n e r des travaux.de l a maison, ces dernieres accourent pour observer l e u r s maris. Mais l e malheur veut que l e s femmes des deux camps se rencontr.ent de f r o n t , et sous l e pretexte de v o u l o i r venger l e u r s maris, commencent a se l a p i d e r l e s unes l e s autres. Du P a i l r e l e v e malicieusement chaque p e t i t d e t a i l defavorable en donnant l i b r e cours a. son imagination: l e r e s u l t a t est d'un realisme grotesque. Tandis que l e s femmes se l i v r e n t au p l a i s i r de 1'invective et des coups, l'auteur accentue l a note comique. Bientot c'est une v r a i e b a t a i l l e de femmes. Parmi l e s spectateurs i l y a v a i t "un bon G a u l t i e r qui jug e o i t des coups, qui l e u r d i s t (en se moquant d e l l e s ) quelles ne pourroyent j e t t e r p i e r r e s sans l e v e r l a c u i s s e , " soudain conscientes de l e u r s gestes, " e l l e s commencerent (par despit) a beaux coups de poings sur l e nes, t r a i n e r par l e s cheveux, s e n t r e t r a i n e r a escorchecul, esgratigner, mordre, d e s c o i f f e r et f a i r e m i l l e maux, COMME VOUS ENTENDEZ QUE IES PEMMES PONT".35 (Propos, IX, 641). "Les derniers mots indiquent que non seulement e l l e s n'ont aucun souci des a t t i t u d e s p l a s t i q u e s , mais a u s s i que s Les majuscules sont l e s miennes. 79 9 du P a i l ne garde aucune i l l u s i o n sur l a retenue feminine". Du F a i l prend ostensiblement p l a i s i r a. d e c r i r e cette scene grotesque, car i l ne s'arrete pas l a , mais se p l a i t a. corser 1 ' a c t i o n , l a b a t a i l l e devient plus sauvage et sanguinaire: "Et ne ce combat y a v a i t des herbaudes dun coste et dautre qui faisoyent rage de frapper, une entre autres q u i , avec son S o u l i e r cloue, f r a p p o i t a tour de bras; une autre avec l e pied, qui ne t r o u v o i t r i e n q u e l l e ne meist par t e r r e ; une autre q u i , avec ;une p i e r r e q u e l l e a v o i t mise en sa bourse, f r a p p o i t comme un quasseur d a c i e r . B r i e f , i l ny en a v o i t pas une qui ne f e i s t l e Diable darguer." (Propos, IX, 642) C'est avec une evidente j o i e que l'auteur donne une vue de premier plan de ces femmes et de l e u r s ingenieux. modes d'attaque; i l se regale de l e s montrer avec l a perte de toute l e u r f e m i n i t e . E n f i n l a n u i t a r r i v e et l a b a t a i l l e se termine: e l l e s sont comme une a s s o c i a t i o n d ' i n v a l i d e s et de mut i l e s , n'ayant "laqs ne couvreehefs en t e s t e , l e visage tout esgratigne, l e s o r e i l l e s presque arrachees et l e s cheveux Dieu s c a i t comment accoustres, l e s robbes rompues." (Propos, IX, 642). Completement depourvues de toute coquetterie et de pudeur et pas du tout s a t i s f a i t e s de s'en t e n i r l a , e l l e s font r e t e n t i r l e s bois par l e t o r r e n t de l e u r s i n v e c t i v e s , et l e narrateur e n r e g i s t r e un chapelet de t r e n t e - h u i t q u a l i f i c a t i f s : "Putains, Vesses, Prestresses b o r d e l i e r e s , T r i p p i e r e s , Lorpidons. v i e i l l e s Edentees...", et a i n s i de s u i t e a l l a n t de mai en p i r e pour mettre l e comble a cette v r a i e q u e r e l l e de femmes. Ayant f i n i de demasquer ces megeres q u ' i l s"amuse a. appeler "Deesses", l'auteur tout s o u r i a n t , explique que ce j o u r - l a on ne pouvait se decider a. quel camp donner l e p r i x car toutes s'etaient 80 surpassees pour donner des coups et pour f a i r e a l l e r l a langue. Ie r i d i c u l e , 1'abaissement et 1'h u m i l i a t i o n que subissent i c i l e s femmes sous l a plume impitoyable de 1'auteur sont une ingenieuse contre-attaque (un peu e r u e l l e peut-etre) u t i l i s e e par du. P a i l dans 1 ' i n t e n t i o n de f o u r n i r l ' a n t i t h e s e par excellence, a. l a femme i d o l a t r e e des pet r a r q u i s a n t s . En secouant a i n s i l e p i e d e s t a l de 1' i d e a l des neo-p l a t o n i c i e n s , du E a i l r e j o i n t decidement l e camp des a n t i f e m i n i s t e s . Tandis que p l u s i e u r s auteurs du moyen age (comme c e l u i des XV Joies) donnaient l e r o l e de v i c t i m e au mari, du F a i l , de temps en temps, aime l u i . donner.le dessus. En decrivant une scene de menage entre Robin Chevet et sa femme Jeanne, i l donne a. c e l l e - c i l e r 6 l e t r a d i t i o n n e l de femme hargneuse. P a r f o i s 1'auteur semble a v o i r de l a sympathie pour l e s p l a i n t e s j u s t i f i a b l e s de l a bonne femme qui reproche a son mari de trop b o i r e et de l a n e g l i g e r ; mais i l nous apprend a u s s i que Robin bat sa femme quand i l est i v r e , ce.que du F a i l ne semble pas l u i reprocher; ( i l f a i t p l u t o t d i r e a Pasquier "Je voudrois bien... que l a femme de chez nous meust tant conteste, je croy que Martin baston t r o t t e r o i t . " ; et l u b i n se montre parfaitement.d'accord) (Propos, V, 621). Dans ce t t e scene c'est vraiment l'homme qui a l e dessus: i l emporte toutes l e s v i c t o i r e s : verbales et sentimentales. Entre autre, i l trai.te sa femme "de "diab l e c o i f f e " , qui a "un q u a r t i e r de l a lune en l a t e s t e " . Mais voyant son epouse pleurer et recommencer ses r e c r i m i n a t i o n s , i l se vante de s a v o i r l a f a i r e t a i r e : p l e i n de confiance rusee, i l declare q u ' i l f e r a i t bien son "appointement" ( r e c o n c i l i a t i o n ) : "par ce moyen au matin estoyent plus grands 81 amys que devant" (Propos, V, 623)- I n u t i l e de d i r e que du P a i l f a i t pencher l a balance en faveur de Robin: " . . . S i l a paysanne moyenne, incapable de garder ce q u ' e l l e a sur l e coeur, raisonnable, a c t i v e , s e n s i b l e , nous est presentee comme a c a r i a t r e et digne de provoquer des commentaires narquois, nous sommes deja. quelque peu f i x e s sur l e s tendances misogynes du conteur pour qui l a s u p e r i o r i t y masculine est absolue et incontestable."10 Du P a i l aime presenter l e type de l a megere hargneuse qu'on rencontre souvent dans l a l i t t e r a t u r e •  a n t i f e m i n i s t e . La femme de Mistoudin, par exemple est capable de l e b a t t r e , tandis que l e trou b l e est seme entre eux par Margot, " l a plus mauvaise langue vrayement qui f u s t a. un t r a i c t d'arc, et q u e l l e s e r o i t , bien courroucee s i e l l e ne t e n o i t tousjours quelcun en ses caquets" (Propos, X, 645). De toutes l e s accusations portees contre l a femme, l e s p i r e s sont c e l l e s de concupiscence et d' i n f i d e l i t e . En a t t r i b u a n t h. l a femme une nature inconstante l e s a n t i f e m i n i s t e s c o n s t r u i s a i e n t l e u r cas contre l e mariage. Partant du prejuge que l e s femmes sont i n s t i n c t i v e m e n t i n f i d e l e s , l e s misogynes condamnaient du meme coup et l e s femmes et l e mariage. Le theme du cocuage e t a i t d ' a i l l e u r s l e sujet de p r e d i l e c t i o n des farces et des contes. Pourtant quand i l est question de mariage notre conteur change tout a, f a i t de ton. Puisque l a v i e conjugale est un aspect important de l a s o c i e t e , du P a i l reprend ses i n t e n t i o n s serieuses. En incorporant l e theme du mariage a son oeuvre, notre e c r i v a i n exprime son opinion sur un s u j e t important pour l a q u e r e l l e des femmes, mais c e t t e f o i s - c i i l se range du cote des f e m i n i s t e s . Du P a i l ne s u i t pas aveuglement une t r a d i t i o n plus f o r t e que 82 l u i . C o n t e u r / s a t i r i s t e , i l s a i t tout simplement e x p l o i t e r l e s f a i b l e s s e s de l a femme—sujet r i c h e en r i r e g a u l o i s . Conteur/ m o r a l i s t e , i l n ' i n s i s t e pas inutilement sur l e s prejuges t r a d i t i o n n e l s . Malgre ses quelques boutades contre l a femme, l'auteur ne montre pas de p a r t i - p r i s serieux envers l a femme. La voie q u ' i l c h o i s i t est done c e l l e du m i l i e u , comme on s'y a t t e n d r a i t d'un homme qui p r i s e l e bon sens. Au premier chapitre des B a l i v e r n e r i e s d'Eutrapel. l'auteur raconte l ' h i s t o i r e d'une v i l l a g e o i s e qui trompe son epoux avec l e cure. Quand son mari l a confronte, et malgre 1'evidence s i manifeste, cette derniere r e n t r e a p e r f e c t i o n dans l e r o l e de l a femme outragee: e l l e proteste violemment; ou t r o u v e r a i t - e l l e l e temps, e l l e qui est s i occupee a ses travaux menagers, etc. * J l l e joue l a comedie s i bien que l e mari f i n i t par se s e n t i r dans l e t o r t — e t Lupolde qui ecoute l e conte, f a i t l a reflexion:': que "tousjours . . . l e s batuz paient l'amende, ceux qui nous doivent nous demandent" ( B a l i v e r n e r i e s , I , 677). Bien q u ' i l l e mentionne de temps a autre, du F a i l ne s'attarde pas sur l e theme du cocuage et ne l ' e x p l o i t e pas comme d'autres conteurs de son temps. Ayant entendu l ' h i s t o i r e du paysan trompe, Eutrapel l u i donne quelques exemples d'autres cocus et conclut: "vous trouverez tousjours plus de coquz...que d'autres gens" ( B a l i v e r n e r i e s , I , 679), parce que "nous taschons aux choses deffendus..." d i t l'auteur, et a i n s i i l proclame une v e r i t e humaine qui s'applique aux femmes a u s s i bien qu'aux hommes. I I est important de noter i c i que du F a i l devie de l a t r a d i t i o n a n t i f e m i n i s t e : tandis que l e s a n t i f e m i n i s t e s denoncaient l a nature animale de l a femme et l u i imputaient une c u r i o s i t e demesuree, 83 notre e c r i v a i n ne f a i t pas de l a femme un monstre de s e x u a l i t e : " i l impute a. l a nature humaine en general ce que toute l a t r a d i t i o n a n t i f e m i n i s t e a a t t r i b u e a l a femme s e u l e . " ^ Pour Ra b e l a i s , par .exemple, l e s femmes• ne s'acharnent jamais tant que pour l e s choses qui l e u r sont "prohibees et defendues", et c'est pour c e l a que 12 "tout homme marie est en dangier d'estre coqu". D',apres R o n d i b i l i s , l a femme, par d e f i n i t i o n , est un sexe " t a n t ' f r a g i l e , tant v a r i a b l e , tant muable, tant inconstant et imperfect, que Nature semble... s'estre esgaree de ce bon sens par l e q u e l e l l e '«>';•' 13 av o i t ere© et forme toutes choses, quand e l l e a basty l a femme." Du P a i l se montre plus clement envers l e sexe f a i b l e . Lupolde, "voulant sauver l'honneur des femmes", lance un discours dans l e q u e l i l tente de j u s t i f i e r l a femme adultere. ,Son procede est presque s c i e n t i f i q u e : " ' i l refuse d'accuser a •la:legeret l a femme d'une faute qui r e s t e une tar e permanent e a. son "nom et q u i , en plus, donne une mauvaise r e p u t a t i o n a. tout l e sexe feminin. I I faut considerer toutes l e s circonstances avant d'i n c r i m i n e r l a femme.. I I est v r a i que l a femme est curieuse de nature, mais e l l e n'est pas f a i t e non plus pour une extreme s e r v i t u d e ; c'est un etre s o c i a b l e qui "avec l'homme est nay l i b r e et affranchy de mesme puissance" ( B a l i v e r n e r i e s , I , 680). .'Le mal n'est pas dans l a femme mais dans l e role, qu'on l u i impose, qui est contre nature, remarque 1'auteur. Puisque l a femme est t r a i t e e comme une captive, e l l e essaye, par r e a c t i o n , de s'emanciper comme un cours de quelque eau auquel on a barre l e chemin et qui deborde '"'.; -.. !•',i.r:.r -'r,t . " . . . l a i s s a n t son premier canal (qui l u y est. comme espoux) vague et p a r t i e en d i v e r s l i e u x , .court ga et l a , en f i n tumbant en un fleuve 84 e s t r a n g i e r , un adultere qui doubdain l u i ostera sa naive purete et doulceur acoustumee." ( B a l i v e r n e r i e s , I , 680) Par c e t t e analogie, lupolde essaye de demontrer l e s raisons " n a t u r e l l e s " dans l a facon d'agir d'une femme. Etre adultere n'est pas une c a r a c t e r i s t i q u e de l a nature feminine, au c o n t r a i r e , c'est l e r e s u l t a t de p l u s i e u r s conditions adverses. Lupolde donne deux c o n s e i l s aux maris: i l f aut d'onner a. l a femme t e l l e et s i grande l i b e r t e que jamais e l l e n'en abuserait, ou "du commencement par une e g a l l e mediocrite compasser s i justement son p l y , q u ' e l l e s o i t asseuree de son o f f i c e , l o r s e l l e ne taschera usurper points advantageux, se voiant bridee par l e s bords qui l u y sont c o n s t i t u e z . " ( B a l i v e r n e r i e s , I , 681) Done s i l a femme commet une faute, c'est ou parce q u ' e l l e est p r i s o n n i e r e , ou parce que l e mari, en negligeant sa femme, l u i donne occasion de chercher a i l l e u r s quand e l l e se v o i t frustree de ce qui par d r o i t est s i e n . Les fem i n i s t e s se montraient indulgents envers l a femme adultere et l a d i s c u l p a i e n t en raisonnant q u ' e l l e a v a i t sans doute un mari peu "aimable". Du F a i l se montre comprehensif a l a s i t u a t i o n de l a femme, mais c e l a ne veut pas d i r e q u ' i l accepte 1'adultere; au c o n t r a i r e , i l condamne tout acte d ' i n f i d e l i t e et i l n'absoud n i l'homme i n f i d e l e n i l a femme adulte r e : " . . . l e commandement de Dieu est general," d e c l a r e - t - i l , . "Tu ne seras poinct' a d u l t e r e . " . (Contes, X I I , 166) et c e l a s'applique aux hommes a i n s i qu'aux femmes. Nous sommes l o i n de l ' a n t i -feminisme de s a j e u n e s s e . Par ces 'pensees l i b e r a l e s sur l a c o n d i t i o n de l a femme, du F a i l se range avec l e s e s p r i t s e c l a i r e s de son s i e c l e qui reconnaissaient l ' e g a l i t e entre l e s sexes et qui . • 85 revendiquaient l e s d r o i t s de l a femme. Mais jusqu'ou. va l a l i b e r a l i t e de du P a i l ? ' . C'est dans l e s Contes et Discours d'Eutrapel que l'auteur t r a i t e principalement du probleme du mariage. Dans deux chapitres qui o f f r e n t une reminiscence du dilemme de Panurge v i s - a - v i s du mariage, Eutrapel et ses deux- compagnons expriment l e u r opinion sur l e pour ou l e contre du mariage. C'est Polygame qui l e premier suggere a Eutrapel de se marier: "Que vous ay-je f a i t ? " repond Eutrapel qui se sent t r a h i , "de que l l e mort me halssez-vous?"; i l se sent perdu dans ce "haut et t e r r i b l e mot et grand ocean de mariage, a l a simple ombre duquel toutes l e s plus assurees et maistresses i n t e l l i g e n c e s humaines tremblent et bondissent..." (Contes, XXIX, 125). V o i c i l a r e a c t i o n qu'on a t t e n d r a i t d'un c e l i b a t a i r e endurci et d'un l e c t e u r des XV Jo i e s qui preyiennent l e s hommes contre l e s pieges de l a v i e conjugale. Cette soudaine nouvelle decontenance notre heros; i l t r e s s a i l l e , va d'un pied sur 1'autre, allonge sa barbe, joue avec sa cape et son fourreau, et dans cet etat d ' a g i t a t i o n i l declare:. "Puis que l'avez e n t r e p r i n s , et q u ' i l vous p l a i s t , . . . f a i t e s du p i s que pourrez sans aucunement entrer su l e s marches de ma "6 d i v i n e l i b e r t e ' , l a q u e l l e expressement je reserve, ou, seulement y a v o i r songe, je r e s t e r o i s perdu et n'aurois membre sur moy qui ne se decousist pour entrer au tombeau." (Contes. XXIX, 126) A un moment donne, Eutrapel a f f o l e a. l ' i d e e du mariage, declare son d e s i r d ' a l l e r v i v r e dans un monastere ou i l s e r a i t "asseure de v i v r e sans r i e n f a i r e " ; mais du P a i l "reconnait comme Erasme et l e s reformes, l a s u p e r i o r i t y de l ' e t a t du mariage sur 86 15 l ' e t a t de chastete". A l'encontre du moyen age qui p r i s a i t l e celi b a t , du P a i l , humaniste, rejette cette idee de l a renonciation charnelle et declare l e mariage une solution naturelle aux besoins des etres humains, et 1'apogee d'une vie vertueuse, bien q u ' i l loue l a femme et l e mariage en partie, pour appuyer l a c r i t i q u e a n t i -monastique. A l'aide de Polygame, Eutrapel est convaincu de c h o i s i r l e mariage, "chose tant recommandable et precieuse". et qui nullement implique un abaissement pour l'homme. En effet pour eviter l e sujet, Eutrapel se lance dans plusieurs digressions, mais Polygame l e ramene toujours au'sujet du mariage par "au conte serez-vous marie?", q u ' i l repete comme un re f r a i n . "Vos ans ont passe l e midi", p r e v i e n t - i l ; en se mariant, Eutrapel se trouvera une compagne pour ses vieux jours. II faut envisager l e mariage sinon avec enthousiasme du moins avec r a t i o n a l i t e ; l e mariage sert des f i n s commodes et u t i l i t a i r e s : i l garantit l a progeniture et sert de remede p a l l i a t i f a, l a concupiscence, car " i l est dur accomplir l e voeu de continence, pour estre un don rare et a. bien peu communique" (Pontes, XX, l ) . Enfin Eutrapel accepte de se marier a. condition que l a femme so i t "belle, bonne et riche". A cela Polygame repond que "c'est assez pour t r o i s mariages, car tant de perfections amassees en un sujet ...ne se trouvent" (Pontes, XXIX, 129). A l ' a v i s de Polygame, i l ne faut pas trop deliberer avant de se marier: " . . . i l y faut, tout aveugle, et sans autre notable formalite ou consideration, conclure vistement, et donner a l a debandade, l a teste baissee, comme en un b a t a i l l o n de gens de pied." (Pontes, XXIX, 128). Peci rappelle l e conseil donne a. <Panurge: etant donne que le. 87 mariage est une a f f a i r e de chance, " i l se y convient inettre a. 16 1'adventure, les oe i l z bandez..." Toutefois, essayant de remettre sa decision, Eutrapel s'engage dans une polemique sur les merites de l a beaute. D'apres les regies des anciens, "aux beaux corps belles ames", et Eutrapel voudrait bien- une belle femme, mais i l est defait par les arguments de Polygame qui declare: "Prenons l a bonne", et se basant sur Socrate raisonne: "Ce qui est bon est desirable, ce qui est aime est beau, de maniere que une bonne femme est plus a souhaiter." (Contes, XXIX, 129). D'un autre cote, lupolde demontre qu'une belle femme aurait tant d 1admirateurs que son mari n'aurait aucune paix. Sur ce, Eutrapel se resigne: "Eh bien, je voy q u ' i l me l a faut l a i d e . " Pour vaincre l e reste des hesitations d'Eutrapel, Polygame f a i t un elogieux discours sur les merites du. mariage.. II rappelle que l e mariage est un sacrement, un mystere sacro-saint i n s t i t u e par Dieu: "mariez-vous", co n t i n u e - t - i l , "pour avoir part en ce riche butin; et, aiant gouste au bien.et f r u i t que vous en t i r e r e z , serez tout courrouce d'avoir tant f a i t l e long et tarde d'entrer en ceste c o n f r a i r i e " (Contes, XXX, 141). Apres cette defense du mariage, Eutrapel s'exclame: "...je brusle, et suis amoureux, sans savoir de qui. Je participe a. ce tant fructueux et magnifique secret, et me mariez, de par Dieu!" (Contes. XXX, 142). • Encore une f o i s du P a i l se montre impatient devant l e melange a. l a mode, de petrarquisme et de neo-platonisme qui placait l a femme sur un piedestal. Eutrapel decide q u ' i l veut se marier par amour, mais i l refuse de suivre l a coutume des femmes de "se f a i r e chercher"; l u i , refuse d'etre un pantin de 1'amour et de l a femme; 88 " l ' i d e e que du F a i l se f a i t du mariage est avant tout c o n s e r v a t r i c e 17 et t r a d i t i o n n e l l e " , et l a place q u ' i l f a i t aux femmes r e f l e t e "bien ses vues c o n s e r v a t r i c e s . D'accord avec Phid i a s q u i grava l a tortue comme symbole de Venus pour indiquer que l a femme ne d o i t pas passer l e s e u i l de'sa maison et ne r i e n entreprendre en dehors de son foyer, du F a i l ajoute q u ' e l l e d e v r a i t f u i r l a mauvaise compagnie et ne pas se l a i s s e r i n f l u e n c e r par des megeres; e l l e d o i t rechercher l a compagnie des gens vertueux. l e s remarques de Lupolde sur l a co m p l i c i t y des femmes sont un rappel d i r e c t des XV J o i e s ou. 1'auteur montre que non seulement l a femme se l a i s s e e n t r a i n e r par d'autres, mais a u s s i l e s prend-elle comme complices quand e l l e trompe son mari. L'auteur cherche surtout l a s o l i d a r i t y dans l e mariage. Pour l'harmonie de l a v i e conjugale, i l ne faut pas "que l a poule chante a u s s i haut que l e coq" (Contes, XXXII, 181), et pour c e l a l a femme d o i t graver dans sa tete l e commandement de Dieu qui est "d'obeir et estre subjette a son mary en tout ce qui l u y sera commande". Mais a l'encontre des a n t i f e m i n i s t e s qui v o u l a i e n t subjuguer l a femme a. l a volonte du mari a. cause de son i n f e r i o r i t y feminine, du F a i l i n s i s t e sur l a subjugation uniquement pour 1'accord conjugal sans appuyer sur l a s i t u a t i o n subalterne de . l'epouse. Le serieux Polygame, porte-parole de 1'auteur, reprimande ceux qui font du mariage l e but de l e u r s s a i l l j a s ou grossieretes.. I I n'y a pas.de r a i s o n que l a v i e a, deux s o i t miserable s i l a femme est obeissante et s i l e mari aime sa femme; i l faut que tous deux soient "vertueux, bien vivans, a l ' e s q u i e r r e de 89 l ' E v a n g i l e . " Comme pour Erasme, l e mariage que du F a i l sanctionne est fonde sur l a v e r t u . Dans un beau discours qui r a p p e l l e des passages l y r i q u e s de l a B i b l e , Polygame d e f i n i t 1'union chretienne de l'homme et de l a femme: " . . . r i e n n'est sous l e c i e l qui tant rende l a personne aymee que l a v e r t u . I a i'emme de bien a toujours l a face sur son mary pour entendre de quel pied i l veut q u ' e l l e marche, l u y obeir a ses commandemens, et ne f a i r e chose dont on l a puisse reprendre et se fascher. Put d i t , de longue main, que l a femme de bien est l a derniere qui l e baise et caresse quand i l l a i s s e l a maison, et l a premiere a l e r e c u e i l l i r et c h e r i r l o r s q u ' i l r e v i e n t . " (Contes, XXX, 151) I ' a t t i t u d e du conteur envers l e mariage est basee sur des pr i n c i p e s de morale evangelique. A part l'honneur et l e respect; que l e s epoux se doivent, 1'auteur recherche a u s s i 1'amour. Quand 11 est question de c h o i s i r une femme, Polygame d i t a Eut r a p e l : " i l vous faut marier a. c e l l e . que vous preferez aimer" (Contes, XXXV, 282), car l e s a l l i a n c e s d'amour font de t r e s bons et heureux mariages, (Contes, XI, 157) tandis que l e s arrangements bases sur l e s considerations monetaires, sont "pepinieres et source des plus malheureux et t r i s t e s mariages." (Contes, V I I , 108). Par amour, du F a i l veut d i r e p l u t o t c o m p a t i b i l i t y et amitie; et Eutrapel lui-meme: cherche une a l l i a n c e , r e s u l t a n t e de son a m i t i e — s e u l moyen de bien fonder son mariage (Contes, XXX, 143). "D'avoir femme,...que par l a v e r t u r e s u l t a n t e de- mon amitie one ne l ' a y entendu;" (Contes, XXX, 143). Mais c e l a ne veut pas d i r e q u ' i l c o n s e i l l e un mariage d'amour qui s e r a i t mal a s s o r t ! aux conditions s o c i a l e s des deux p a r t i s . En c h o i s i s s a n t une femme on n'a qu'a, regarder ses parents, non seulement pour des raisons genealogiques 90 et s o c i a l e s mais a u s s i comme exemple car c'est d'eux que l a future epouse aura appris a.mener une v i e vertueuse. Du F a i l semble f a v o r i s e r une femme i n s t r u i t e , mais i l n'y i n s i s t e pas autant que Rabelais dans son Abbaye de Theleme. Eutrapel s o u h a i t e r a i t rencontrer une jeune femme "bien i n s t r u i t e sous l ' a i l e de sa mere, de ma c o n d i t i o n et e s t a t , douce, p a i s i b l e , et qui n'entreprenne r i e n hors l e s a f f a i r e s domestiques, en toute obeissance..." (Contes, XXXV, 269). 1 ' i n s t r u c t i o n de l a femme ne s e r a i t done pas l i t t e r a i r e mais domestique et du F a i l ne semble pas v o u l o i r que l a femme s o i t educatrice: bref, i n s t r u i t e en a r t s menagers et en bon sens seulement. Dans l e s Propos Rustiques. i l se moque carrement des preceptes de bonne femme que 1'epouse de G-obemouche inculque a son f i l s : e l l e l u i apprend un tas de contes de bonne femme t e l l e s que • "...pour g u e r i r des vermes f a u l t toucher a l a robbe dun Cocu... pour l a f i e v r e prendre neuf p e t i t e s p i e r r e s et l e s envelopper en un mouchouer, puis l e premier qui l e s trouvera prendra l a f i e v r e ; f a u l t estre h u i c t jours e n t i e r s , apres l e s nopces f a i c t e s , sans toucher a sa femme, encores avec p r o t e s t a t i o n ; qui v e u l t estre marie en l a n , prenne l e premier p a p i l l o n q u i l v e r r a ; qui v e u l t gaigner l e pre Raoul de Renes ou l e pourceau de Bleron, ne f a u l t se r e p e n t i r dedens l a n davoir este marie; qui garde l e s s o u l i e r s en quoy on ha espouse, c e l a s e r t moult a a v o i r bon mesnage; autant en est des t r e i z e deniers, desquelz sont achetees l e s femmes." (Propos, X I I I , 6 5 6 - 5 7 ) I I n'est done pas etonnant que Gobemouche a i t voulu eloigner son f i l s d'une p a r e i l l e i n f l u e n c e . La c i t a t i o n precedente n'est qu'un exemple en t r e - p l u s i e u r s autres ou. du F a i l s a i s i t 1'occasion de manifester sa disapprobation envers l a s u p e r s t i t i o n et l e s idees bornees dont on b our re l e s jeunes tetes.. 91 De toutes l e s vertus dans une femme, du F a i l i n s i s t e surtout sur 1'obeissance, car i l "Vaudroit. beaucoup mieux a t e i mary... h a b i t e r avec des coulevres et serpens qu'avec une femme desobeissante et qui f a i t au rebours du commandement a e l l e p r e s c r i t et statue". (Contes, XXX, 150). Comme Erasme dans l e Coniugium (1523), du F a i l souligne 1'importance d'avoir une femme c s:oumis'e'.': a son mari, car en se p l i a n t a l a vo i x de son epoux e l l e montre de l a sagesse et garde l'harmonie conjugale. V o i c i l e s c o n s e i l s que du F a i l donne aux femmes: "Dames, voulez-vous estre aimees, cheries et caressees de vos maris, en f a i r e comme des choux de vos j a r d i n s , l e s manier comme i l vous p l a i r a , et l e s r e t i r e r des vi c e s et imperfections q u ' i l s pourroient a v o i r et que plus vous craignez: de grace, c r o i e z moy, f a i t e s l e u r bonne chere, bon visage et r i a n t , ne l e u r deniez choses raisonnables; de l a q u e l l e r a i s o n vous n'entreprendrez cognoissance ou d'en juger ny entrer en disputes et contestations avec eux. Souciez vous seulement . de vos quenouilles et menu menages, sinon que par eux vous f u s s i e z appellees a d'autres charger: car, s i l e c o n t r a i r e se f a i t et que l a poule chante a u s s i haut que l e coq, ce sera un desordre perpetuel, v i e malheureuse et ou Dieu nullement h a b i t e r a . " (Contes. XXXII, 181). -Comme Erasme, du F a i l appuie sur l e f a i t que l e caractere et l e comportement des co n j o i n t s dependent l'un de 1'autre. A i n s i que l'exprime E u l a l i e dans l e Coniugium, l a femme est l e m i r o i r du mari. L o i n d'expliquer l a p e r v e r s i t e de l a femme par une sorte de tare inherente, du F a i l blame l a negligence et l a s t u p i d i t e des. maris; en plus i l reconnait a l a femme un sens inne de l'honneur ( B a l i v e r n e r i e s , I , 6 7 9 ) . 1 9 Malgre l e s contentions de l a t r a d i t i o n , d i t Lupolde, i l y a beaucoup de femmes qui sont f i e r e s de l e u r v e r t u et de l e u r f i d e l i t e et qui "oncques n'avoient rompu l e l i e n • 92 et a l l i a n c e de mariage, l'honneur desquelles neantmoins a u r o i t este par l a trop grande et f u r i e u s e c u r i o s i t e de l e u r s mariz blesse et v i l l a i n e m e n t s o u i l l e . " ( B a l i v e r n e r i e s , I, 679). A l ' i n s t a r de tant de f e m i n i s t e s , du F a i l i n v i t e l e s hommes a f a i r e confiance a. l a femme. Ces femmes de nature chaste seraient offensees a. l ' i d e e d'etre soupconnees d ' i n f i d e l i t e et d'etre s u r v e i l l e e s par une v i e i l l e femme qui "luy en eomptera de bien cornues", au l i e u de respecter l a chastete de l a jeune femme. On ne d e v r a i t pas demander a. une femme d'etre l a servante de c e l u i qui d e v r a i t etre son compagnon, car i l y a des l i m i t e s a sa patience. Polygame renforce l ' i d e e de lupolde sur l a v e r t u des femmes: 11 " i l y a p l u s i e u r s bonnes, sages et vertueuses femmes, principalement c e l l e s qui ont une bonte n a t u r e l l e , l e s biens no u r r i e s et endoctrinees tant par l a l e c t u r e des bons et s a i n t s l i v r e s que par exemple et frequentation des honnestes femmes, qui n'auroient jamais eU f e r a pie et mauvais b r u i t , et f u i t e l l e s compagnies corrumpues et desbauchees." (Contes, XXXII, 181) Tandis .que l e s adversaires du sexe feminin voyaient Eve comme symbole du mai incarne dans toutes l e s femmes,' du F a i l prononce des idees t r e s e c l a i r e e s sur ce prejuge et marque un but important pour l e camp des fe m i n i s t e s . Malgre ses quelques remarques p e j o r a t i v e s envers l e s femmes qui p a r f o i s sernblent donner un r o l e .ambivalent a notre conteur, "de tous l e s e c r i v a i n s q u a l i f i e s " g a u l o i s " et plus ou moins d i s c i p l e s de Rab e l a i s , du F a i l est a, coup sur l e plus respectueux 20 de l a d i g n i t e de l a femme." Tandis que Rabelais, comme p l u s i e u r s autres e c r i v a i n s a n t i f e m i n i s t e s f a i s a i t de l a femme un etre 93 v i c t i m e de ses sens, qui "comme forcenee court l ' a g u i l l e t t e , " du P a i l maintient que l a femme a un sens de l a v e r t u , et ses remarques sont pour l a plupart depourvues de cynisme et d 1obscenites. Bien sur 1'auteur se montre impatient envers l a nouvelle mode de f a i r e l a cour et d ' i d o l a t r e r l a femme, mais en tant qu'homme raisonnable, i l ne s u i t n i l a tradition a n t i f e m i n i s t e n i l e s exagerations de l a mode co u r t o i s e . Comme c'est son habitude, i l cherche une facon ouverte et d i r e c t e de t r a i t e r l a femme tant avant qu'apres l e mariage. Quand l e sujet du mariage est aborde, c,'est sur une note serieuse, presque r e l i g i e u s e , et l e spectre du cocuage est a peine evoque. l e f a i t q u ' i l blame l'homme et l a femme pour l e mal dans un mariage est une i n d i c a t i o n de son i m p a r t i a l i t y et de sa justesse. Ses idees sur l a c o n d i t i o n de l a femme et l a r e s p o n s a b i l i t e du mari sont progressives. Bien que ses opinions sur l a femme soient c o n s e r v a t r i c e s , et que son c o n s e i l a Eutrapel s o i t de c h o i s i r une femme qui " a i t l e souci seulement f a i r e des enfans et ce que l u y commanderez" (Contes, XXXV, 282), i l f a i t f i de l a conception s a t i r i q u e et meprisante du moyen age a 1'egard de l a femme et du mariage. Au c o n t r a i r e du P a i l f a i t de l a femme l a partenaire et l e soutien de l'homme dans 1'accomplissement de sa destinee chretienne. Ses idees sur l e mariage font honneur a son humanisme. Won seulement i l place l e mariage au dessus du c e l i b a t r e l i g i e u x mais a u s s i i l declare le, jmariage une necessity s o c i a l e et l e complement d'une v i e vertueuse tout en etant l e 21 moyen d'accomplir l e s preceptes de l ' E v a n g i l e . NOTES: CHAPITRE I I I A. Lefranc, l a v i e quotidienne au temps de l a Renaissance ( P a r i s : Hachette, 193877 P- 82. P. V a l e t t e , La t r a d i t i o n a n t i f e m i n i s t e dans l a l i t t e r a t u r e  f ranpaise du moyen age et sa cont i n u a t i o n dans Ies contes du seizieme s i e c l e , U n i v e r s i t y of I l l i n o i s , PhD., 1966, ( U n i v e r s i t y M i c r o f i l m s , Inc., Ann Arbor, Michigan), p. 13. Francois De B i l l o n , auteur du Port inexpugnable de IHonneur du sexe feminin, c i t e dans The Forerunners of Feminism . i n French l i t e r a t u r e of the Renaissance. Part I : from C h r i s t i n e  de P i s an to Marie de G-ournay, de L. McDowell Richardson. The JohnsHopkins Studies i n Romance L i t . and Lang., v o l . X I I , Les Presses U n i v e r s i t a i r e s de-France, P a r i s , 1929, p. 92: "But a f t e r a l l , where d i d a l l laws s u b j e c t i n g women to the c o n t r o l of men and preventing them from r e c e i v i n g proper education o r i g i n a t e ? De B i l l o n places the e n t i r e blame upon those men who have declared: l ) that a g i r l i s to remain at home and be t r a i n e d only i n the' use of needle and thread; 2) that as.soon as she reaches the.age of maturity she i s to be subjected to the r u l e of a jealous husband, or d e l i v e r e d to the c o n t r o l of nuns i n a convent where she l i v e s as i f i n p r i s o n ; 3) that a l l forms of pu b l i c o f f i c e are p r o h i b i t e d to her; and 4) that she may not even go to law f o r any reason whatsoever." A. l e f r a n c , Grands E c r i v a i n s f r a n c a i s de l a Renaissance, ( P a r i s : Champion, 1914), p. 289. F. Rabelais, "Tiers l i v r e " , Oeuvres Completes ( P a r i s : P l e i a d e , 1955), X V I I I , p. 393. XV J o i e s de Mariage, ed. Jean Rychner, ( P a r i s : Minard, 1963), p. 115. Ch. Dedeyan, "No§l du F a i l et l e s Femmes, d'apres l e s Propos Rustiques", Annales de Bretagne, t . I I , no. 1944, pp. 206-217. E. P h i l i p o t , La Vie et 1'Oeuvre l i t t e r a i r e de Nogl du F a i l , Gentilhomme breton, ( P a r i s : E. Champion, 1914), p. 449. Dedeyan, "Du F a i l et l e s Femmes", p. 214. 95 1 0 I b i d . , p. 213. V a l e t t e , La t r a d i t i o n a n t i f e m i n i s t e , p. 174. 1 2 R a b e l a i s , "T. L." XXXII, p. 444. 1 5 I b i d . , XXXII, p. 445. L u l a McDowell Richardson, The Forerunners of Feminism, p. 108-109: "Among the conteurs of the sixteenth, century there are to be found from time ..to .time .hints, of what, might be c a l l e d f r e e l o v e . Since the, conteurs rep r e s e n t . f o r the most part the e s p r i t gaulols., such ideas ..cannot. be .taken . too .seriously, but they are none the l e s s i n t e r e s t i n g . . . . Whereas l a P a r f a i c t e  Amye and I I Cortigiano...counselled only a l o v e that was P l a t o n i c , i . e . , s p i r i t u a l , and i n t o which no p h y s i c a l ..element was permitted to enter, here, on the contrary, the discontented and.unhappy wife i s given f r e e r e i n i n p h y s i c a l l o v e , and t h i s l i c e n s e i s regarded as j u s t i f i a b l e i f the husband's person, a b i l i t i e s , character be not to the ta s t e of h i s w i f e . " 15 16 17 18 V a l e t t e , La t r a d i t i o n a n t i f e m i n i s t e , p. 174. Rabel a i s , "T. L.", p. 361. P h i l i p o t , La Vie et 1'Oeuvre de du F a i l , p. 455. D. Erasmus, The C o l l o q u i e s , t r a n s l . by Cra i g R. Thompson, The U n i v e r s i t y of Chicago Press, Chicago, 1965. V a l e t t e , La t r a d i t i o n - a n t i f e m i n i s t e , p. 176. 20 P h i l i p o t , La Vie et 1'Oeuvre de du F a i l , p. 449. V o i c i l e c o n s e i l que Polygame donne.a. Eut r a p e l : "Le p r i n c i p a l et souverain point sera de r e g l e r vostre conscience, v i e et menage, vertueusement, a. l a mesure de l ' E v a n g i l e : qui vous rendra indubitablement aime et respecte de tous." (Contes, XXXV, 283). CONCLUSION Malgre l e manque de s u i t e dans l e s r e c i t s de Noel du F a i l et malgre l a c o n s t r u c t i o n hachee des recits-memes, on a r r i v e a e x t r a i r e une impression d'ensemble grace a certaines idees s o c i a l e s auxquelles 1'auteur t i e n t essentiellement et q u i , a force d'etre repetees, donnent une u n i t e a. ses t r o i s r e c u e i l s . La pensee du conteur n'a pas change d'une facon marquee entre 1547, date de l a premiere p u b l i c a t i o n des Propos rustiques et 1585, date de p u b l i c a t i o n des Contes et discours d'Eutrapel. L'auteur r e v i e n t sur les.memes themes dont l e s principaux sont ceux du regret du passe et du bonheur des champs. Nous avons vu que cett e n o s t a l g i e d'un temps passe a sa source dans l a conception s o c i a l e de du F a i l qui f a v o r i s a i t une s o c i e t e basee sur une h i e r a r c h i e qui est c e l l e du systeme pyramidal a l a base duquel se t r o u v a i t l e t i e r s e t a t , et au sommet l e r o i . Autrement. d i t , ce systeme feodal que 1'auteur r e g r e t t a i t , l e place nettement dans l e moyen age. Dans ses considerations s o c i a l e s et dans l a part importante q u ' i l f a i t a l a noblesse, i l est evident que l e seigneur de l a Herissaye est influence par sa propre s i t u a t i o n s o c i a l e . A part l e f a i t de representer l a s t a b i l i t e s o c i a l e , l e passe represente a u s s i l a s t a b i l i t e des moeurs. L'auteur deplore l a perte de l a s i m p l i c i t y d 1 a u t r e f o i s . Ce passe qui p a r f o i s est un passe relativement proche, s i t u e au "temps du bon roy Frangois," recule p a r f o i s vers un passe beaucoup plus d i s t a n t et vague. L'important est de r e t e n i r l e passe comme symbole d'une epoque meilleure mais a jamais perdue. A l'epoque ou. i l v i t , du F a i l retrouve une certalne s t a b i l i t e . e t simplicite chez les paysans. l e conteur qui s a t i r i s e les gens de tous les milieux, considere pourtant l e s campagnards d'un o e i l attendri. l a campagne devient l e symbole de son i d e a l l car c'est l a que l'auteur espere trouver un systeme p a t r i a r c a l a l l i e a l a simplicite des moeurs. Cette predilection pour un systeme s o c i a l tombe en desuetude et pour un mode de vie suranne l e p.ousse a. se refugier dans l e passe et le mene a envisager l e present avec pessimisme. l e present represente 1'eloignement d'une epoque primitive conforme a son ide a l , et i l f i n i t par juxtaposer l e passe et l e present, l a campagne et l a v i l l e au detriment de cette derniere. l a v i l l e evoque pour l'auteur tout ce q u ' i l dedaigne. C'est dans l a v i l l e que les gens menent une vie mouvementee, diametralement opposee a. l a vie p a i s i b l e des champs. C'est dans les cites que se trouve aussi ce materialisme qui marque l e present, qui bouleverse les classes sociales, et corrompt le s valeurs humaines. A i n s i du P a i l attaque violemment l a corruption des procureurs et des juges, l a negligence et l a mondanite des hommes d'eglise et l' a t t i t u d e toujours interessee des mede.cins. S i l'auteur denonce l a s o i f d'acquisition et l e role nuisible de 1'argent, on peut deviner que c'est parce que cela cree un mouvement desagreable dans l a societe et secoue' l a s t a b i l i t e tant prisee par du P a i l . C'est a i n s i q u ' i l met sur l e compte du materialisme l a pratique des venalites des charges, l e nombre grandissant des bourgeois devenus nobles, etc.— II est remarquable qu'a une epoque ou. tant d'autres ecrivains cel'ebraient 1'essbr des v i l l e s avec tout ce que cela impliquait de progres s o c i a l , notre gentilhomme champetre 98 va contre l e courant en preconisant un retour a une v i e morns mouvementee, moins sophistiquee. A un moment ou on a c c u e i l l e l e s i n f l u e n c e s etrangeres, surtout c e l l e s venant d ' l t a l i e , du F a i l denonce ces importations comme des corruptions des bonnes v i e i l l e s moeurs f r a n c a i s e s . En somme, notre auteur ne s u i t pas l a mode; comme l e d i t P h i l i p o t , du F a i l "conserva l e c u l t e de Rabelais et de l a t r a d i t i o n r a b e l a i s i e n n e jusque dans un temps ou. ses collegues de l a magistrature, plus au courant du mouvement l i t t e r a i r e , r o n s a r d i s a i e n t , p e t r a r q u i s a i e n t , c e l e b r a i e n t l a puce de Mademoiselle des Roches, ou tournaient l e vers l a t i n . " ' 1 ' Dedaigneux des raffinements de l a Renaissance, i l condamne l ' h y p o c r i s i e mondaine: entre autres,.. i l attaque l e manierisme des eourtisans et l e s fadaises de l a nouvelle facon de f a i r e l a cour. Pourtant l a pensee de du F a i l n'est pas entierement u n i l a t e r a l e . Ceci est i l l u s t r e dans son traitement de l a femme. En tant que conteur d i v e r t i s s a n t , i l s u i t l e s l i g n e s de l a t r a d i t i o n gauloise en f a i s a n t de l a femme un etre i n f e r i e u r , sujet de boutades; rnais en tant que moraliste et penseur e c l a i r e , i l f a i t de l a femme l' e g a l e de l'homme et, ce qui est neuf pour un conteur de son temps, i l p a r l e du sens inne de 1'honneur chez l a femme. A 1'encontre des conteurs qui i n s i s t a i e n t sur l e s h i s t o i r e s de coc.uage, du F a i l blame l'homme a i n s i que l a femme pour l e s disaccords dans l e mariage. Par sa coni'iance dans l a femme, et par ses demandes en faveur de sa l i b e r t e , 1'auteur se range avec l e s f e m i n i s t e s . 99 Dans ses recommendations s o c i a l e s , du P a i l s'avere m o r a l i s t e . Sa recherche d'une v i e plus simple nait'd'un besoin sincere • d'epurement. I I veut se'debarrasser de toute a r t i f i c i a l i t e des moeurs, que ce s o i t en geste, parole, ou en habillement. I I demande l'honnetete et l a f r a n c h i s e et prefere aux h y p o c r i s i e s de l a v i l l e et de l a cour, l e s faeons d i r e c t e s et simples des campagnards. S ' i l prefere l e s champs aux v i l l e s , c'est parce que, p r i s dans l e piege des c i t e s , l'homme re s t e sans defense, tandis que l a campagne l u i l a i s s e encore l a l i b e r t e d'etre homme d'hdnneur. l'auteur associe l a nature avec l a v e r i t e et c r o i t avec une s i m p l i c i t e naive a. l a bonte " n a t u r e l l e " de l'homme. I I est v r a i q u ' i l peint l a soc i e t e avec.ses sympathies et ses haines—mais son penchant pour l a v i e ru s t i q u e est sincere et cet amour des champs forme l e cadre de son oeuvre l i t t e r a i r e sinon de sa pensee, car i l f i n i t son oeuvre comme i l l ' a commencee: par l'eloge des champs. Son v i f i n t e r e t pour l e s campagnards se r e f l e t e dans son s t y l e , car sa phrase n'est jamais a u s s i p l e i n e de verve et de couleur que l o r s q u ' i l f a i t l e p o r t r a i t d'un Robin Chevet, d'un Thenot du Going, ou quand i l presente des tableaux champetres: Petes, " f i l e r i e s " , q u e r e l l e s l o c a l e s . Done i l f a i t plus que su i v r e l a mode p a s t o r a l e — - i l ne f a i t pas des champs un tableau i d y l l i q u e , mais un exemple du naturalisme q u ' i l cherche en tout. 1 ' i n t e n t i o n didactique n'est jamais l o i n dans 1'oeuvre de du P a i l : i l veut i n s t r u i r e tout en amusant; i l prend son r o l e au serieux et veut enlever l e s masques et d i s s i p e r l e s mensonges. 100 Magistrat devoue, i l c r o i t a l a r e s p o n s a b i l i t e morale des i n d i v i d u s , mais conforme a l a societe p a t r i a r c a l e dont i l reve, i l encourage surtout l a r e s p o n s a b i l i t e de' ceux qui par l e u r s i t u a t i o n s o c i a l e peuvent i n f l u e n c e r l e u r entourage: a i n s i i l donne aux nobles, aux hommes de l o i , et aux hommes d ' e g l i s e , l e r o l e de rnodeles de v e r t u et de moderateurs de moeurs. M o r a l i s t e , ses c o n s e i l s abondent. Dans un p e t i t poeme place a. l a f i n des Contes et discours d'Eutrapel., 1'auteur donne sa formule pour l e bonheur et l'harmonie s o c i a l e : "Nostre Dieu en foy et d ' e s p r i t On d o i t server par Jesus C h r i s t : En l u y s e u l ton appui se fonde, Le re s t e n'est r i e n que du monde. De ton labeur gagne t a v i e , Vivant chez "ctoy sans j a l o u s i e , Femme pren qui 1'obeissance Apporte p l u s t o s t que chevanee. I I faut rendre de mesme grace Le p a r e i l que veux qu'onte face, L ' e s p r i t tousjours tendu aux cieux: PAR CE MOIEN v i v r a s heureux." 2 Ces quelques vers resument non seulement ses croyances mais a u s s i tous l e s c o n s e i l s q u ' i l donne a tra v e r s ses oeuvres. En r e i t e r a n t sa F o i en Dieu, du F a i l confirme son r o l e de moralisateur. Ses demandes de reformes s o c i a l e s et ses c o n s e i l s renouveles font de l u i l e commentateur sincere de l a so c i e t e du seizieme s i e c l e . NOTES A LA CONCLUSION E. P h i l i p o t , La vie et 1'oeuvre l i t t e r a i r e de Npjl du P a i l , gentilhomme breton, (Paris: L i b r . ancienne Honore Champion, 1 9 1 4 ) , p. 5 1 7 . 2 NofeM du P a i l , Pontes et discours d'Eutrapel. ed. CI. Hippeau, v. 2 , (Paris: l i b r a i r i e des B i b l i o p h i l e s , 1 8 7 5 ) , p. 2 8 5 . BIBLIOGRAPHIE SOURCES PREMIERES NoSl du P a i l . Propos Rustiques suivis des Baliverneries. Avec une introduction, un glossaire et une bibliographies par L.-R. Lefevre. Paris, 1928. . "Propos Rustiques"- et' "Baliverneries ;' 'dans les Conteurs Francais du XVIe Siecle. Ed. Pierre Jourda. Paris, Gallimard, Editions de l a Pleiade, 1965. . "Propos Rustiques" and "Baliverneries", dans Three Sixteenth-Century Conteurs. Ed. A. J. Krailsheimer. New York, Oxford University Press, 1966. (Clarendon..French Series). . Contes et Piscours d'Eutrapel. Ed. C. Hippeau. Paris, l i b r a i r i e des'Bibliophiles, 1875. Erasmus, D. The Colloquies. Trans. Craig R. Thompson. Chicago, The University of Chicago Press, 1965. Les Quinze Joies de Mariage. Publ. Jean Rychner. Paris, L i b r a i r i e Minard, 1963. Rabelais, F. Tiers Livre dans Oeuvres Completes. Paris, Pleiade, 1955. OEUVRES CITEES Coulet, Henri. Le Roman .jusqu' a l a Revolution: Histoire du Roman en France, tome I. Paris, L i b r a i r i e Armand Colin, 1967. (Collection TJ.) Pedeyan, C. "Noel du P a i l et les Femmes, d'apres les Propos  Rustiques." Annales de Bretagne, Tome LI, no. 1944, Huizinga, J. The Waning of the Middle Ages. New York, Poubleday & Company, Inc., 1954. LeFranc, Abel. Grands Ecrivains Frangais de l a Renaissance. Paris, H. Champion,, 1914. _. La Vie Quotidienne au Temps de l a Renaissance. Paris, Hachette, 1938. 103 Ma r t i n , O l i v i e r . "N08I du F a i l et l e Role s o c i a l de l a Noblesse." Societe d ' H i s t o i r e et d'Archeologie de Bretagne, .Memoires, v o l . I , 1927. Mousnier, Roland. H i s t o i r e Generale des C i v i l i s a t i o n s : l e s  XVIe et XVIIe s i e c l e s . P a r i s , Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1967. P h i l i p o t , E. La Vie et 1'Oeuvre l i t t e r a i r e de N08I du F a i l , Gentilhomme Breton. P a r i s , L i b r a i r i e ancienne-H. Champion, 1914. Reynier, Gustave. l e s Qrigines du Roman.Realiste. Hachette, 1912. Richardson,_ L u l a McDowell. The. Forerunner's of. Feminism, i n French  l i t e r a t u r e of the Renaissance, Part I from C h r i s t i n e de .Pisan to Marie de Gournay. P a r i s , les. Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1929. (The John Hopkins Studies i n Romance L i t s . and Langs..,, v o l . XII..) V a l e t t e , F r a n c i s , C. La T r a d i t i o n A n t i f e m i n i s t e dans l a l i t t e r a t u r e  Frangaise du Moyen Age et sa Continuation dans l e s Contes du Seizieme S i e c l e . PhD. Thesis, U n i v e r s i t y of I l l i n o i s , 1966. U n i v e r s i t y M i c r o f i l m s , Inc.,. Ann Arbor, Michigan. (Published on demand). OEUVRES CONSUETEES Cruickshank, J . French l i t e r a t u r e and i t s Background, I : • Sixteenth Century, london, Oxford U n i v e r s i t y Press, 1968. Dedeyan, C. "N08I du F a i l et l a Structure des Propos Rustiques." French Studies, v o l . 4, 1950, pp. 208-215. Frangon, Marcel. "Notes sur l e seizieme s i e c l e f r a n g a i s . " French Review, XXII. Gilmore, Myron, P. The World of Humanism, 1453-1517. New York, Harper and Row P u b l i s h e r s , 1962 (Copyright 1952). Kasprzyk, Krystyna. "Les Themes F o l k l o r i q u e s dans l a Nouvelle Frangaise de l a Renaissance." Cahiers de 1'Association  I n t e r n a t i o n a l e des Etudes f r a n g a i s e s. XVIII, mars 1966, pp. 21-30... Morgay, R. et M u l l e r , A. La Renaissance. P a r i s , d e l Duca, I960. P a r i s , Gaston. "La nouvelle frangaise au XVe et XVIe S i e c l e s . " J o u r n a l des Savants, 1895, pp. 289-303; 342-61. ,, 104 Sainean, 1. "A Propos de NoSl du F a i l . " Revue du Seizieme S i e c l e , I I I (1-915). Screech, M. A. The R a b e l a i s i a n Mariage. London, Edward Arnold, Lt d . , 1958. Taylor, H. 0. Thought and Expression i n the Sixteenth Century. New York, Fred e r i c k Ungar P u b l i s h i n g Company, 1930. V o l . I . T i l l e y , A. The L i t e r a t u r e of the French Renaissance, Cambridge U n i v e r s i t y Press, 1904. 2 v o l s . Vianey, Joseph. Le Petrarquisme au XVIe S i e c l e . Geneve, S l a t k i n e Press R e p r i n t s , 1969. V i e r , Jacques. • H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e f r a n p a i s e : XVIe-XVIIe S i e c l e s . P a r i s , ' L i b r a i r i e Armand C o l i n , 1959. Wiley, W. L. "A Defense of the Renaissance 'Gentilhomme Champetre'. Romance Studies Presented to W. M.' Dey, 1950. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            data-media="{[{embed.selectedMedia}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0103948/manifest

Comment

Related Items