UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'influence des religions de l'Extrême-orient et du Moyen-orient dans le théâtre de Montherlant 1970

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1970_A8 S39_6.pdf
UBC_1970_A8 S39_6.pdf
UBC_1970_A8 S39_6.pdf [ 10.19MB ]
UBC_1970_A8 S39_6.pdf
UBC_1970_A8 S39_6.pdf
Metadata
JSON: 1.0102273.json
JSON-LD: 1.0102273+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0102273.xml
RDF/JSON: 1.0102273+rdf.json
Turtle: 1.0102273+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0102273+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0102273.ris

Full Text

L 1INFLUENCE DES RELIGIONS DE L 1 EXTREME-ORIENT ET DU MOYEN-ORIENT DANS LE THEATRE DE MONTHERLANT by ROBERT SCOTT B.A., U n i v e r s i t y of Sussex, U.K., 1969 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department . of FRENCH We a c c e p t t h i s t h e s i s as con f o r m i n g t o the r e q u i r e d s t a n d a r d THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1970 I n p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t o f t h e r e q u i r e m e n t s f o r a n a d v a n c e d d e g r e e a t t h e U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a , I a g r e e t h a t t h e L i b r a r y s h a l l m a k e i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e a n d s t u d y . I f u r t h e r a g r e e t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y p u r p o s e s may be g r a n t e d by t h e H e a d o f my D e p a r t m e n t o r by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l n o t be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . D e p a r t m e n t o f French T h e U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a V a n c o u v e r 8, C a n a d a D a t e September 24. 1970 ABSTRACT This thesis examines the p a r a l l e l s between the re l i g i o n s of the Far and Middle East and the theatre of Henry de Montherlant. The r e l i g i o n s discussed are Hinduism, Buddhism,. Zen, Shinto, Zoroastrianism, Manichaeism, Mithraism, Islam and Judaism. Montherlant has referred to a l l .these r e l i g i o n s i n his Essays and we have sought to demonstrate the underlying syncretism which they constitute i n his drama. The pattern we have followed i s , f i r s t l y to indicate aspects of each sect which compare with Montherlant'.s plays, next to give evidence of his knowledge of these aspects and f i n a l l y to show how this influence affects the plays. In our Introduction we outline Montherlant's l i t e r a r y career before turning to.his doctrine of syncretism. He i s a syncretist because he sees in.most r e l i g i o n s examples of what he, outside r e l i g i o n , c a l l s ' l a qualite', that i s a personal attitude of grandeur. Chapter one deals.with Hinduism and we have examined i t s asceticism, i t s caste system, i t s treatment of women, certain of i t s contradictions, and i t s mysticism. After c l a r i f y i n g these aspects as part of the.Hindu f a i t h , we have turned to Montherlant's plays and found p a r a l l e l s between Hinduism and Montherlant's ascetics, between caste and his idea of 'la qualite', his view of women as portrayed i n his theatre, his apparent contradictions concerning many.things but especially concerning women and sensuality, and, l a s t l y , his.examples of mysticism as seen i n Le Maitre de Santiago, Port-Royal and Le Cardinal d'Espagne. In the second chapter Buddhism presents fewer p a r a l l e l s , i i indeed many of i t s t y p i c a l characteristics would he unattractive to Montherlant. However,'Montherlant does accept i t s asceticism, i t s o r i g i n a l anti-feminism and, to a certain degree, i t s attitude towards morality and nature. Chapter three concerns the two sects of Japan, Zen and Shinto. Zen i s wary of i n t e l l e c t u a l processes, i t encourages a mode of behaviour rather than a mode of thought. This simple creed, with i t s s t r i c t code of honour, contempt for personal gain and death and encouragement of terseness of expression and personal d i s c i p l i n e , became the basis for the way of l i f e of the samurai, greatly admired by Montherlant. In several of his plays there i s a clash between af f e c t i o n and d i s c i p l i n e t y p i c a l of the samurai knights. Similarly, some of his heroes experience the sudden revelation advocated by Zen, induced by violence or si m p l i c i t y . There i s also evidence of the samurai attitude towards wealth, especially i n Le.Maitre de Santiago, and towards death, p a r t i c u l a r l y i n Malatesta, Port-Royal, Le. Cardinal d'Espagne and La Guerre c i v i l e . This l a s t attitude leads on to a l o f t y idea of s e l f which i s t y p i c a l both of the samurai and of many of Montherlant 1s heroes. Zen accepts violence as part of r e a l i t y and Montherlant sees i t as part of 'la qualite' since he deliberately sought violence i n sports, b u l l - f i g h t i n g and war. His plays abound with violent images, especially La Reine morte, Malatesta and Le Cardinal d'Espagne. Shinto i s ess e n t i a l l y n a t i o n a l i s t i c and so compares with the recurrent theme i n the drama of Montherlant of the separate community. Groups of people who choose to l i v e by a s t r i c t code i i i of behaviour c l e a r l y gain.Montherlant*s sympathy. In his theatre we f i n d several of these groups. The animism of Shinto stresses the harmony of man and nature, man i s not divorced from d i v i n i t y but i s part of i t . This conception i s close to Montherlant 1s outlook i n Ines (La Reine morte) and Malatesta. In chapter four we have grouped the r e l i g i o n s of the Middle East'; Zoroastrianism, Manichaeism, Mithraism, Islam and Judaism. . Zoroastrianism has a positive attitude towards l i f e which i s shared by Montherlant at times. This acceptance of l i f e i s overshadowed by the renown of his severe ascetics, but Pasiphae, Malatesta, Ravier and Don Juan among others indicate the other side to his nature. With Manichaeism there are s t r i k i n g p a r a l l e l s but i t s influence has probably been i n d i r e c t through the early Church and the Cathars. Its extreme dualism, separating the e v i l physical world from the good s p i r i t u a l world, i t s d i s t i n c t i o n between the 'Perfects' and the mere believers and i t s l y r i c i s m are a l l paralleled i n the theatre of Montherlant. Mithraism has also influenced Montherlant. We have emphasised three particular aspects of i t ; water, sun and the b u l l , since they a l l figure s i g n i f i c a n t l y i n the plays. With i t s hierarchy of seven grades and i t s a t t r a c t i o n for the Roman soldier, Mithraism offers other p a r a l l e l s with Montherlant's theatre and thought. The influence of Islam has been twofold, f i r s t l y through i t s h i s t o r i c a l effect on Spain, deeply admired by Montherlant, and through i t s effect on the North African Arab culture, experienced by Montherlant during his important travels there. Montherlant iv is attracted by the violence of Islam and, once more, by i t s mysticism—Sufism. Evidence of this influence can be seen particularly in La Reine morte, Le ivJaitre de Santiago and Le Cardinal d'Espagne, the 'Spanish' plays. The particular aspects of Judaism that we have considered are i t s monotheism, i t s idea of separate race with the subsequent feeling of isolation and the theme of guilt. The Christianity of Montherlant's characters refers more to God than to Christ. The idea of race is another example of the community which chooses 'la qualite' and in the case of Judaism this stand has brought about a feeling of isolation which is mirrored by some of Montherlant' heroes. The concept of guilt, a very minor theme, appears in La Reine morte, E i l s de personne and Le Cardinal d'Espagne. In our conclusion we have remarked that the parallels which exist between some of the world's religions and Montherlant's theatre are not surprising since a deep religious conviction is dramatic in i t s e l f and i s thus similar to Montherlant1s doctrine of 'la qualite'. Like Catholicism, in which Montherlant detects a rich syncretism, the religions we have examined accept the opposing forces at work in man and attempt to lead him towards an existence which is on a higher level than that of man without religion. Montherlant does not agree with the metaphysics of these religions, but he does agree that 'la qualite' i s a condition which is worth striving for. TABLE DES MATIERES Page INTRODUCTION 1 CHAPITRE I L'hindouisme et l'oeuvre theatrale de Montherlant .... 12 CHAPITRE II Les influences du bouddhisme dans le theatre de Montherlant 42 CHAPITRE III Montherlant et les religions du Japon 67 CHAPITRE IV Les religions du Moyen-Orient et l'oeuvre theatrale de Montherlant - 102 CONCLUSION 150 BIBLIOGRAPHIE 158 INTRODUCTION Henry de Montherlant est ne, a. Paris, l e 21 a v r i l , 1896, l e f i l s unique d'une famille aristocratique. La famille de son pere e t a i t d'origine catalane, s'etant etablie en Picardie au seizieme s i e c l e . Celle de sa mere et a i t d'origine champenoise. Du pere., 1'enfant a t i r e des lecons d'austerite typiquement espagnoles, de sa mere i l a appris une certaine joie de vivre. Montherlant n'a pas brille.dans ses etudes; i l n'a passe qu'une seule. annee au college Sainte-Croix de Neuilly, et i l a quitte ses etudes en droi t apres avoir echoue aux examens de l a premiere annee. II l u i e t a i t possible.de terminer ses etudes formelles de cette facon parce que sa famille e t a i t riche. Dorenavant i l pourra se consacrer sans interruption a. tout ce qui 1' interessera. Pour cette raison Montherlant a toujours poursuivi jusqu'au bout toute matiere digne de son int e r e t . De meme i l a pu c r i t i q u e r l e commercialisme dans l ' a r t , ayant lui-meme une entiere l i b e r t e v i s - a - v i s de ce q u ' i l voulait e c r i r e . Montherlant a toujours ete a t t i r e par l a l i t t e r a t u r e . Des l'age de six ans i l e c r i v a i t . Dans son l i v r e , Les Enfances de Montherlant, J.N. Paure-Biguet nous explique que deux ans plus tard, Montherlant avait termine son premier roman. Apres avoir l u ensemble Quo Vadis?, l e s deux garcons, foncierement emus par 1'atmosphere romaine, ont adapte ce premier roman de Montherlant, roman moyenageux qui devint rapidement romain. Apres ces premieres ebauches, Montherlant n'a jamais ete autre chose qu'ecrivain, bien q u ' i l a i t f a i t autre chose qu'ecrire. 2 Plus tard, i l s'est retire a maintes reprises du monde pour etre tranquille et pour ecrire. Souvent cette retraite suivait une periode d*action, soit l a tauromachie, l a guerre, les sports, le voyage ou quelque travail de bienfaisance comme pour les orphelins, par exemple. Son oeuvre a suivi, en quelque sorte, l'allure de ses activites dans le monde, passant ainsi du lyrisme des premiers ecrits a un engagement plus personnel, et de cet engagement a l a position moraliste. Tout jeune, i l a ete captive par l a richesse de l a vie et par ses qualites positives telles que l a camaraderie, l'herolsme et meme l a violence. Ces qualites abondent dans les sports et dans l a guerre. Montherlant y a trouve 1'exultation et l a possibilite de depasser l a vie' 'bourgeoise1 de sa famille. II pratiquait l a tauromachie a. l'insu de ses parents, i l frequentait les clubs de jeunesse. II s'est aussi enrole dans l'armee. Apres une sorte de crise existentielle, favorisee par ses lectures et par l a maladie, i l a* quitte le simple lyrisme de sa jeunesse. II a voyage en Espagne, en Italie et en Afrique du Nord. L'Europe se trouvait menace d'une deuxierne guerre mondiale et Montherlant etait consterne par 1'insouciance des Frangais. Maintenant, i l ecrit des recueils d'essais tels que Service inutile, L'Equinoxe de septembre, et Le Solstice de juin, et un roman qui critique l a colonisation de 1'Afrique du lord, L'Histoire d'amour de 'La Rose de sable', qu'il ne publie pas. Dans ces livres Montherlant vise des situations actuelles et son ton.est pour l a plupart amer, car i l s'attaque aux faiblesses de son propre pays. Disciple de Nietzsche, i l est meme tente par moments par 3 l a puissance brutale mais efficace des Nazis, puisque: l a mollesse de ses compatriotes le degoute. Pendant cette periode ou. l'essayiste se declare contre les Frangais, le romancier, et surtout celui des Jeunes F i l l e s , prend position contre les femmes qui, selon l u i , encouragent l a bassesse et 1'indulgence facile dans l a culture europeenne et americaine. Pendant et apres l a deuxierne guerre mondiale, l'interet de Montherlant semble avoir passe du particulier au general, car i l s'exprime de plus en plus a. l a maniere des moralistes frangais. C'est l a periode de son retour au theatre, puisqu'il avait ecrit L'Exil en 1914 et Pasiphae en 1936. De La Reine morte (1942) jusqu'k La Guerre c i v i l e (1965) Montherlant a ecrit douze pieces qui temoignent d'une recherche de valeurs qui existent dans les hommes de qualite de toutes les epoques. Bien que quelques-unes de ces pieces soient basees sur 1'acceptation de l a part de l'auteur d'une vie pleine de jouissance sensuelle, 1'aspect frappant du theatre montherlantien a ete l'austerite herolque des - principaux personnages des pieces historiques ou chretiennes telles que La Reine morte, Le Maitre de Santiago, Port-Royal, Le Cardinal d'Espagne et La V i l l e dont le prince est un enfant. Toutes ces pieces traitent du Christiansime malgre 1'affirmation, maintes fois reprise sous diverses formes par Montherlant, qu'il n'a pas l a f o i chretienne, ou meme religieuse. Au contraire, i l a ecrit des maximes contre le christianisme ou l a religion en general qui sont semblables a celles des pires ennemis de l a religion. Par exemple, dans ses Carnets, i l ecrit: 4 La r e l i g i o n est l a maladie honteuse de l'humanite. La p o l i t i q u e en est l e cancer. 1 Du mysticisme, qui est un theme c a p i t a l dans ses pieces r e l i g i e u s e s , i l e c r i t : J ' a i l u v i n g t volumes sur l e s grands mystiques. I l s ne m'ont pas convaincu que l ' e t a t mystique s o i t d'un ordre duperieur a c e l u i du v e r t i g e ou du mai de mer.2 Malgre c e t t e observation c r i t i q u e en ce qui concerne l e mysticisme, Montherlant met en scene des personnages qui sont obsedes par l e u r propre mysticisme mais dont i l respecte l a f o i . Le f a i t que Montherlant e c r i t des pieces dans l e s q u e l l e s l a r e l i g i o n joue un r S l e majeur et q u ' i l n i e Dieu personnellement semble c o n s t i t u e r une- c o n t r a d i c t i o n pour c e r t a i n s . Jean de Beer, par exemple, par l e d'un Montherlant 'encombre de Dieu', et veut nous persuader que l e dramaturge est un C h r e t i e n malgre l u i . Mais pour Montherlant i l n'y a pas d'equivoque dans sa p o s i t i o n . I I semble partager 1'opinion de son-personnage Malatesta qui d i t : En tant qu'homme raisonnable, je ne c r o i s pas en Dieu. En tant que C h r e t i e n baptise, j e s u i s b i e n oblige d'y c r o i r e . 5 Ayant ete baptise et eleve dans une atmosphere catholique, Montherlant s a i t q u ' i l appartient a l a communaute de l ' E g l i s e c a t h o l i q u e , mais en meme temps, i l r e j e t t e , comme humaniste, l e s doct r i n e s catholiques qui ne l u i - p l a i s e n t pas. I I ne peut pas c r o i r e en une v i e apres l a mort, n i a. 1'importance de c e r t a i n s r i t e s t e l s que l a communion, l a confession qui l u i paraissent s i m p l i s t e s . Souvent l'athee essaie de r i d i c u l i s e r l e s r e l i g i o n s et l e s croyants, ou bien i l ne l e s mentionne pas dans ce q u ' i l . e c r i t , mais Montherlant qui veut j o u i r de toutes l e s p o s s i b i l i t e s de l a 5 vie, respecte les r e l i g i o n s et surtout l e catholicisme tout en restant un athee convaincu. Sa formation a ete typiquement c e l l e du jeune Francais riche du debut du s i e c l e . II est a l l e a une ecole catholique et i l a grandi dans une famille qui acceptait l e s dogmes de l ' E g l i s e . Ce qui 1'interessait cependant n 1 e t a i t pa s l e christianisme t e l que pratique dans sa famille mais l'idee de qualite. A cet egard i l a organise au college Sainte-Croix de Neuilly un groupe .chevaleresque q u ' i l appelait ' l a famille'. Naturellement i l en e t a i t l e chef et sa trop grande influence sur certains de ses camarades l u i valut d'etre renvoye comme Sevrais dans La V i l l e dont l e prince est un enfant. Montherlant tenait beaucoup a l a d i s c i p l i n e et au depassement de soi-meme, en somme, a l a vie de communaute qu'encourage tout college r e l i g i e u x . II a souvent f a i t a l l u s i o n a. ces aspects feconds de 1' enseignement catholique. II a vu dans l e college de Neuilly combien l a vie de communaute, gouvernee par des reglements s t r i c t e s , peut encourager 1'elevation de l'ame meme s i l'etudiant n'a pas l a f o i . Dans l e l i v r e de Jean de Beer, Montherlant commente l e texte dans des notes au bas des pages. Au sujet de son education catholique, i l d i t : Mais Dieu e t a i t absent de ces hauteurs; i l faut l e dire comme cela f u t . Et i l est mieux q u ' i l en a i t ete a i n s i . Montrer que les hauteurs peuvent se passer de Dieu, c'est rendre service a quelqu'un qui est destine a. n'avoir pas plus tard l a f o i . 4 Montherlant reconnait done que ces hauteurs q u ' i l trouve admirables sont nourries par l a r e l i g i o n , mais q u ' i l n'est pas necessaire de croire a l a r e l i g i o n pour apprecier l e s hauteurs. On peut comprendre que Montherlant se s o i t plus tard detache 6 de l a r e l i g i o n parce que, ce qui l ' a t t i r a i t dans l e catholicisme, c'est surtout cette communaute ou ce vaste groupe historique qu'.est 1'Eglise. Andre Blanc commente cet a t t r a i t : Nullement en revolte contre cet heritage, i l s'y trouve bien. "Etre catholique, c'est comme f a i r e partie du grand College qu'est 1'Eglise. La f o i chretienne, c'est autre chose. Plus tard, ayant rejete l e catholicisme orthodoxe mais plut6t f a c i l e de l a plupart des families, i l s 1 est penche vers un christianisme plus sobre et plus austere. Pendant sa jeunesse, i l avait goute l a pompe des ceremonies de 1'Eglise et l e sentiment d'etre, comme tout l e monde, membre d'une grande r e l i g i o n etablie. Cette-r sorte de r e l i g i o n quotidienne et presque indulgente, i l l a nommee plus tard " l e catholicisme a l ' i t a l i e n n e " h. cause de sa pompe, de sa couleur et de son acceptation du monde concret et quotidien. C'est surtout ce catholicisme q u ' i l a rejete: J'avais depasse alors l e catholicisme a l ' i t a l i e n n e qui fut c e l u i de ma premiere jeunesse et j'etais entre dans l a sympathie et l e respect pour l e christianisme pri s au serieux. Pour Montherlant cette r e l i g i o n prise au serieux est typique du jansenisme dont i l admire 1'intransigeance. II precise cette evolution r e l i g i e u s e dans les notes q u ' i l ajoute au texte de Jean de Beer: II y avait bien longtemps que je n'avais plus l a f o i , s i on peut appeler ' f o i ' ce margouillis penible de prejuges, d'attitudes et de superstitions que fut ma ' f o i ' d'adolescent, quand je decouvris l e christianisme avec l e Port-Royal de Sainte-Beuve. Un athee decouvrait l e christianisme a un athee.7 Bien q u ' i l n'ait pas l a f o i , Montherlant aime ceux qui prennent leur f o i au serieux, comme les jansenistes. Ensuite, i l a decouvert d'autres sectes qui prenaient aussi leur f o i au serieux comme 7 les hindous, les bouddhistes, les Japonais, l e s zoroastcLens, les .manicheens, les mithriacistes, les musulmans et les J u i f s . II faut noter que presque tout ce q u ' i l admire dans l e catholicisme est en-dehors de 1'orthodoxie. Le jansenisme e t a i t une secte heretique qui a ete condamnee formellement. Ce qui i n t e r e s s a i t Montherlant, c'est que Port-Royal prechait un retour au christianisme .primitif. De plus, Montherlant voit souvent dans l e catholicisme l e paganisme qui l ' a precede. Traditionnellement, 1'enseignement des colleges catholiques est base sur l e s grands classiques de l' a n t i q u i t e . Pierre-Henri Simon c i t e Montherlant ou. i l suggere que ce paganisme reste encore vivant dans l e catholicisme: Ma formation, ma culture, ma s e n s i b i l i t e , mon imagination, mon temperament meme sont l'oeuvre du paganisme; or quelqu'un qui veut retrouver l ' a n t i q u i t e aujourd'hui, non dans les monuments et l e s l i v r e s mais vivante, ne l a trouvera nulle part autant que dans l ' E g l i s e catholique. A i n s i Montherlant admire au moins deux elements qui se rattachent au catholicisme mais qui ne sont pas typiquement catholiques: 1'intransigeance des jansenistes et les valeurs palennes. II y a i c i deux contradictions cheres a Montherlant: l e f a i t q u ' i l admire l e catholicisme pour ses qualites non-catholiques et l e f a i t q u ' i l admire a l a f o i s , l e s valeurs jansenistes et ce l l e s des paiens. Cette attitude equivoque vient du temperament meme de Montherlant. Andre Marissel l a commente a i n s i : En l u i , i l existe 'un l i b e r t i n janseniste'; c'est l a son paradoxe ( e x i s t e n t i e l ) . Le l i b e r t i n corrige l e janseniste, l e janseniste modifie l e l i b e r t i n ; et l e frondeur se p l a i t a. l e s observer et a. le s mettre en scene.9 Pour Montherlant une opposition entre deux idees contraires, 8 comme, par exemple, l'austerite et l a jouissance des sens fa i t partie d'un systeme qui les enveloppe avec toutes les autres contradictions. C'est l'idee a l a base de son systeme de syncretisme et alternance. Laprade montre dans sa Preface du. Theatre de Montherlant que cette doctrine etait deja. formulee en 1927: La clef de son theatre comme de toute son oeuvre est ce texte de 20 pages paru en 1927, en tete d'Aux Fontaines du desir. 'Syncretisme et Alternance', ou se trouve defini le mouvement essentiel de son imagination et de sa sensibilite qui oscillent des passions a. l a sagesse, de l'avidite au detachement, du plus particulier au plus universel, sous le couvert d'une unite inalterable parce qu'elle se fonde sur l a sympathie.10 Montherlant lui-meme a pratique toutes les activites dont parle Laprade i c i et i l n'a voulu renoncer a. aucune d'entre elles. Sa doctrine de 1'alternance permet a l'homme de jouir de toutes les possibilites qui l u i sont offertes. Ce mouvement alternatif ressemble, pour Montherlant, au rythme qui est au centre de l a vie meme: Les formes multiples de cette respiration reguliere, de ce rythme de systole et de diastole qui f a i t circuler l a vie dans le grand Tout. Ce rythme f a i t partie integrale de l a nature de l a respiration, des marees, de l a sexualite, des saisons. La nature humaine est par consequent contradictoire. Grace a. cette doctrine, Montherlant peut eviter de faire un choix entre l'ascetisme qui 1'attire et la.jouissance des sens qui 1'attire egalement. Cette austerite aussi bien qu'une attitude plus conciliatrice envers l a vie en general se trouvent dans le catholicisme; c'est pourquoi Montherlant veut mettre en scene des catholiques bien 9 q u ' i l s o i t athee. Comme son personnage Don Juan, i l concede que l'idee de Dieu est u t i l e pour exprimer un absolu ou une valeur. Dans une note dans l e l i v r e de Jean de Beer, i l e c l a i r c i t sa position: L'idee de Dieu reste acceptable dans l a mesure ou. e l l e est un element de poesie et un theme pour l ' a r t , et dans l a mesure ou e l l e est une facon de parler. La mort f i n i t tout. Montherlant a e c r i t des pieces qui t r a i t e n t done des catholiques, mais dans d'autres r e l i g i o n s i l a aussi pu trouver ce rythme important que constitue l'alternance. A i n s i , selon cette doctrine de syncretisme et alternance Montherlant accepte toute r e l i g i o n et surtout c e l l e s qui encouragent les valeurs humaines ou l a 'qualite' q u ' i l affectionne. II n'aime pas a. avoir a. c h o i s i r entre deux r e l i g i o n s , comme i l n'aime pas etre oblige de c h o i s i r entre deux qualites humaines qui l u i sont cheres. Tout comme i l a depasse "l e catholicisme a. 1' i t a l i e n n e " , i l a aussi depasse l e christianisme, et i l a decouvert dans d'autres cultures, des r e l i g i o n s qui encouragent chez l u i l'idee de syncretisme. Ce syncretisme l u i p l a i t , car i l i n s i s t e sur l e s bonnes qualites chez les hommes. De plus, i l i n s i s t e sur l e f a i t q u ' i l y a une preponderance d'opinions diverses dans l'espace et dans l e temps: En tous lieux, a toutes l e s epoques, une r e t r a i t e comporte un premier mouvement, par lequel on re j e t t e l e monde-, et un second, par lequel on met quelque chose dans l a place laissee vide par ce r e j e t . Asiatiques, C h r e t i e n s , sages de l'antiquite greco-romaine sont ensemble dans l e premier _ mouvement, et cela f a i t deja. une vaste f a m i l l e . 1 ^ Montherlant suit ce premier mouvement des Asiatiques, des C h r e t i e n s , des stolques et d'autres encore, car i l c r o i t que 10 l'homme "n'a rien a faire en cette vie, qu'a y chercher des motifs d'elevation". Ce n'est pas dire qu'il accepte ces sectes completement; i l admire leur poesie mais nie leur theologie: Des conceptions greco-romaine, chretienne, bouddhiste de l a vie et de l a mort, aucune n'est vraie, mais chacune a ses cotes grands, poetiques, exaltants , sans p.arler de ses bribes de verite. II est bien evident qu'il est impossible -d-'adherer a pas une d'entre elles; i l est meme d i f f i c i l e de les aimer avec force a l a fois, tant elles s'opposent. Mais on peut les aimer avec force successivement. En somme, i l faut tout garder des religions, sauf l a f o i . 1 * L'attitude de Montherlant est claire i c i . II montre encore une fois son aversion pour l a f o i religieuse et son admiration pour les qualites positives des religions du monde. Nous comptons dans cette these mettre en re l i e f 1'influence des religions de 1'Extreme-Orient et du Moyen-Orient dans l'oeuvre theatrale de Montherlant. Sa doctrine de syncretisme et alternance l u i permet d'integrer plusieurs des conceptions de ces sectes diverses. Ainsi nous traiterons des aspects de ces religions qui semblent etre refletes dans le theatre montherlantien, tels l'ascetisme, le mysticisme, l'anti-feminisme, le naturalisme, le dualisme,un gout pour l a violence, 1'intransigeance et l a grandeur. NOTES (La plupart des oeuvres de Montherlant ont paru dans l a Bibliotheque de l a Pleiade chez Gallimard. Nous nous sommes serv i dans cette these de deux volumes pour l e s c i t a t i o n s ; Theatre, (Paris, 1954), et Essais. (Paris, 1963). En cas d'exception, 1'edition sera notee.) 1 Montherlant, Carnet XXVIII, i n Essais, p. 1151. 2 Montherlant, c i t e par Andre Blanchet / in-- . La Litterature et l e s p i r i t u e l , (Paris, I960), p. 87. 3 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 454. 4 Montherlant, c i t e par Jean de Beer din.. Montherlant ou l'homme encombre de Dieu, (Paris, 1963), p. 15. 5 Andre Blanc, Montherlant. un pessimisme heureux, (Paris, 1965), p. 164. 6 Montherlant, Le Maitre de Santiago. i n Theatre, p. 664. 7 Montherlant, c i t e par Jean de Beer, p. 16. 8 Montherlant, c i t e par Pierre-Henri Simon '/in", Proces du heros, (Paris, 1950), p. 44. 9 Andre Marissel, Henry de Montherlant, (Paris, 1966), p. 104. 10 Jacques de Laprade, Preface, de Theatre, p. i x . 11 Montherlant, L'Equinoxe de septembre, i n Essais, p. 769. 12 Montherlant, c i t e par Jean de Beer, p. 287. 13 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 1062. 14 Montherlant, Un Voyageur s o l i t a i r e est un diable, i n Essais, p. 387. CHAPITRE I L'HINDOUISME ET L'OEUVRE THEATRALE DE MONTHERLANT II s e r a i t d i f f i c i l e de montrer definitivement que Montherlant a subi des influences religieuses provenant de 1 'Orient. Cependant, dans ses essais, i l f a i t appel aux rel i g i o n s du monde entier pour soutenir sa position basee sur l e syncretisme, dont nous avons releve les d e t a i l s dans notre avant-propos. La nous avons deja c i t e l e passage de l'essaiy. Port-Royal et l a ' Grande Tentation'. ou i l parle de ' l a vaste famille' dont l e premier mouvement est l a r e t r a i t e . 1 II est evident que Montherlant n 1ignore pas les cultes de l'Inde, de l a Chine et du Japon. . Quant a l'Inde, l e t i t r e de l'un de ses essais dans l a c o l l e c t i o n i n t i t u l e e , Textes sous une occupation, est "Comme les Hindous qui, vers 1'a.ge de soixante ans se r e t i r e n t dans les forets", essai dans lequel i l t r a i t e de ce re jet du monde chez l'hindou age et l e cas contraire en Europe, p ou. les v i e i l l a r d s s'obstinent a s'enrichir. Dans ses Notes de Theatre, i l e t a b l i t un pa r a l l e l e entre l e Christianisme de Ferrante (La Reine morte) et l e "degout du r e e l " et 1 'attitude des hindous ' 3 et des J u i f s envers ce meme r e e l . Ce passage sera important lorsque nous aborderons l e sujet precis de 1'hindouisme. Nous verrons que, bien que l'on puisse relever des traces du bouddhisme dans l'oeuvre de Montherlant, cette influence reste moins prononcee que c e l l e s de I 1hindouisme et des cultes du Japon—le zen et l e shintoxsme. Neanmoins, Montherlant connait l e bouddhisme, i l en 13 parle dans son essai Savoir dire non. Le bouddhisme enseigne que l'homme doit avoir dix 'repugnances'. Peu importe lesquelles, c'est l'idee qui m'interesse. L'idee que, dans une oeuvre de perfectionnement in d i v i d u e l , avant meme ce qu'on souhaite, i l y a ce qu'on r e j e t t e . ^ Malgre cette connaissance de l a r e l i g i o n l a plus repandue en Asie, Montherlant est beaucoup plus proche des cultes du Japon. C'est surtout des samoural et du shintolsme q u ' i l se preoccupe dans ses Essais. Pour ne prendre qu'un exemple, dans Notes de 1948 sur P i l s de Personne. i l e c r i t : Supposons que ma piece comporte une moralite 'samouraS'. A v r a i dire, des quelques trente no que j ' a i lus, deux seulement comportaient cette sorte de moralite. Par contre, les contes du Japon feodal r e c u e i l l i s par Potter et Murchison, ceux du l i v r e de Maitland, l e s Contes d'amour des samourais, de Saikabou Ebara, pour ne c i t e r que t r o i s exemples, nous mettent dans une atmosphere aiguS qui est c e l l e meme de F i l s de Personne. Seulement les Japonais pousseraient mon sujet a l a l i m i t e : l e pere, parce que son f i l s n'est pas de bonne classe, l e tuerait de sa main. Peut-etre meme avec l e consentement souriant du jeune garcon!-> Ce passage f a i t preuve de l a documentation que Montherlant a f a i t sur l e s Japonais, et, surtout sur l e n6, theatre classique au Japon qui doit interesser Montherlant puisqu'il mele au drame, l a poesie lyrique, l a danse et l a musique. Mais Montherlant connait l e shintoisme aussi, et i l montre dans ses Carnets, q u ' i l modifie l e s doctrines de cette r e l i g i o n a son gre, comme i l l e f a i t avec toute r e l i g i o n : Dans l e s temples du Shinto, i l y a un miroir uni, partie essentielle de leur ameublement. Les Japonais expliquent cela a leur facon. Pour moi, j'entends; l'homme va chercher Dieu, et ce q u ' i l trouve, c'est, se regardant dans l e miroir, soi-meme, qui est l e Dieu q u ' i l cherchait." 14 Montherlant est done conscient de ces religions de l 1Orient et i l montre avec ses commentaires qu'il les prend au serieux. II existe des paralleles entre sa pens^e telle qu'elle se montre dans son theatre et ces religions. Ce sont ces aspects que nous tenons a. etudier dans les trois chapitres suivants. L'hindouisme attirerait Montherlant pour plusieurs raisons. D'abord i l est question de ce renoncement au monde deja constate par Montherlant, partie tres importante du culte hindou. Cette religion est foncierement lalque aussi malgre ce meme renoncement, etant plutot un mode de vie qu'une institution organisee par des dog:mes et des ceremonies essentielles. Pour Montherlant, selon ses pieces, l a spiritualite de l'homme depasse toute question de dogme dans 1'Eglise. Un aspect important de 1'hindouisme se trouve dans le systeme de castes qui nous rappelle l'idee que se f a i t Montherlant de l a grandeur et sa critique de l a mediocrite. Liee a ce systeme de castes est l a position inferieure des femmes chez les hindous et ceci reflete l'ambiguite de l a femme dans le theatre de Montherlant. L'hindouisme serait attirant pour Montherlant aussi a cause de sa richesse de contradictions, et surtout celle qui existe dans l a lutte entre l'action et l a meditation. Et dernierement, le mysticisme hindou et celui des personnages de Montherlant vaut l a peine d'etre etudies. Le renoncement est une idee de base dans 1'hindouisme. Mais c'est un renoncement qui est etranger au sentiment n i h i l i s t e ; i l n'est pas du tout contre les objets en eux-memes. C'est un "retirement" paisible et calme du monde, et non pas une sorte de 15 protestation contre l e monde. L'hindou accepte l e monde en tant qu'attribut de l' E t r e Supreme, et done faisant partie du bien dans 7 l'univers. Ce n'est qu'au terme de sa vie, que 1'hindou cherche Ii s ' i s o l e r des a f f a i r e s , de l a turbulence de l a vie quotidienne. Maurice Gueguiner, dans son essai, Hinduism, e c r i t sur ce sujet du r e j e t hindou: After having raised his children, a man r e t i r e s from the world, l i v e s i n seclusion with his wife, abandonning himself to contemplation, detaching himself from the world to the point of separating from his wife to l i v e as a hermit i n the forest: he becomes a 'renouncer', sanyasi. L 1hindouisme est laique. II n'a pas de fondateur, n i de revelations. Le culte se passe des dogmes a r b i t r a i r e s . Cette r e l i g i o n est un mode de vie qui est tellement repandu dans l a vie journaliere des Indiens, qu'elle f a i t partie de l a culture lalque, plutSt qu'etre une r e l i g i o n a part, reserved aux temples et aux jours saints. Un clerge n'est pas necessaire. La hierarchie strictement maintenue des sectes chretiennes serait done presque incomprehensible a 1'hindou, pour qui i l serait tres d i f f i c i l e de separer l a vie de l a r e l i g i o n . A ce sujet, Louis Renou e c r i t dans son l i v r e , Religions i n Ancient India: The fact i s that Hinduism i s a way of l i f e , a mode of thought, that becomes second nature. It i s not so much i t s practices that are important, for they can be dispensed with; nor i s i t the Church, since i t has no priesthood, or at least no sacerdotal hierarchy.° Et Schoeps, dans The Religions of Mankind, note aussi que 1'absence de fondateur ou de dogmes permet a 1'hindouisme une tolerance importante dans les tentatives de ses f i d e l e s vers l e salut."^ 16 La l o i des castes dans 1'hindouisme est dure et presque a r b i t r a i r e . E l l e est immuable et a i n s i antipathique a. l a plupart des Occidentaux. La doctrine de l a reincarnation minimise quelque peu son intransigeance. Car ceux qui l e meritent changent de caste l o r s q u ' i l s reviennent au monde. Celles qui l e meritent quittent l e corps feminin et renaissent dans un autre corps. L'ame n'est done pas condamnee pour l ' e t e r n i t e a etre membre d'une caste inferieure ou a. etre une femme pour toujours, ce qui ser a i t aussi une punition. Malgre cette egalite sur l e plan cosmique, l'hindou t r a i t e l e s castes inferieures avec l e meme dedain qu'on aurait pour un criminel. Cette doctrine de castes est semblable a. l'idee de classes qui e t a i t tres repandue dans les echelons superieurs de l a societe europeenne au debut du vingtieme s i e c l e , et Proust f a i t l e rapprochement entre l a societe close et hierarchique de Combray et l e systeme de castes des Hindous dans.A La Recherche du Temps P e r d u . M a u r i c e Gueguiner montre l e cote irrevoquable et immuable de cette doctrine: The caste law seeks to preserve the purity of the race. Therefore, anything which can s o i l one must be avoided, and especially two things: c o n v i v i a l i t y or eating together.. (...) and connubiality. I f one marries against the laws of the caste, one f a l l s amongst the 'out-castes'.12 L'insistance dans ce passage sur les idees de race et de sou i l l u r e est typique des grands personnages du theatre montherlantien "..comme nous l e verrons plus tard. Comme nous 1'avons d i t plus haut, cette idee de castes est proche de c e l l e que se f a i t l'hindou de 1 ' i n f e r i o r i t e de l a femme. Pour l u i , l a femme est une creature nettement inferieure a l'homme. 17 Ce n'est pas dire que 1'hindou hait l a femme. II accepte l a femme comme i l accepte l e monde et tous l e s phenomenes dans un univers tres hierarchise. II se trouve que, comme les castes inferieures aussi, etre nee femme est une sorte de punition, comme l e d i t Gueguiner: There are three kinds of karmas, the parabhda karma one brings with one at b i r t h : heredity, sex. Por the Hindu, being a woman i s a handicap, for the woman i s considered as an impure being — the female sex i s a consequence of e v i l actions i n a former existence.13 Selon 1'hindouisme done, etre femme implique.'une;, punition, mais nous savons que des deesses puissantes font partie du panthebn hindou. A i n s i nous rencontrons une ambiguite au sujet du sexe feminin dans 1'hindouisme qui ressemble f o r t a c e l l e de Montherlant. Renou commente ce decalage entre l a conception de l a femme hindoue et 1'importance des deesses hindoues de cette maniere: Lit e r a r y evidence i s not, however, a f a i t h f u l mirror of re l i g i o u s l i f e . . . (...) We should know l i t t l e of the position of women i n India i f we had nothing but the idealised representations of Si t a , Draupadi and S a v i t r i . The i d e a l i s a t i o n of woman i s as great as her s o c i a l and re l i g i o u s status was low. 1^ Cette i n f e r i o r i t e de l a femme est repugnante a beaucoup d'egards aux Occidentaux. Pour 1'hindou, e l l e n'est pas s i injuste, etant donne sa conception de l'univers. Son indifference envers l a brievete de l a vie humaine rend l a question d'etre un animal ou une femme dans cette vie presque sans importance. D'aill e u r s , l ' E t r e Supreme qui di r i g e l'univers est neutre et les apparences du monde sont ephemeres. Lors de son 'retirement'., 1'hindou commence a chercher l a seule r e a l i t e qui importe a l'homme arrive au terme de ses jours. L 'hindou c r o i t a. 1' importance 18 spirituelle pour l'homme. Le spiritualisme est vivant et dans l a profusion du pantheon hindou et dans l a conception de 1'Unite qu'a le yogi apres sa meditation. Schoeps cite Helmut von Glasenapp lorsqu'il compare le besoin de rationalisme ou d'explication logique chez l'Europeen et l a spiritualite de l'hindou: The Hindu on the other hand, sees in the various figures in his pantheon only more or less equal embodiments of an ultimate reality that bridges a l l contradictions.15 Louis Renou mentionne aussi cet aspect de l'hindouisme qui traite d'une des qualites dans l'homme que Montherlant juge negligee par ses contemporains: The important thing is to accept certain fundamental conceptions, to acknowledge a certain 'Spirituality', a term much abused in current parlance.1" La richesse spirituelle de l'hindouisme est nourrie par ses contradictions. Nous avons note plus haut* que l a position des femmes est equivoque. De meme, l'hindouisme est ambigu lorsqu'il encourage un engagement dans l a vie par ses regies de conduite et, d'autre part, un 'retirement' du monde pour chercher l a realite. Ce conflit se trouve dans les sectes opposees de l'hindouisme.. L'ascetisme de l'hindouisme orthodoxe se degage de l a spiritualite de l'homme et de l'univers. Chez l'homme i l y a des qualites qui echappent completement a. 1'operation de l a raison, et l'ascetisme tente de les decouvrir. Ztircher insiste sur ce cote essentiellement indien, et done hindou, lorsqu'il le trouve dans le bouddhisme: Like a l l Indian systems of thought, Buddhism i s essentially a method, a scheme of mental training and discipline leading to salvation, that i s , to emancipation from a l l pain and suffering, which are supposed to be inherent in every form and mode of existence.17 19 Oppose a 1'orthodoxie, le tantrisme, mouvement dans 1'hindouisme et dans le "bouddhisme, essaie d'atteindre le Nirvana en appuyant sur les sens que l'ascete nie et surtout sur les sensations sexuelles. L'opposition a 1'hindouisme orthodoxe sur ce point est nette, et le tantrisme devient important pour toute question de paralleles entre l a pensee de Montherlant et 1'hindouisme pour cette raison. Car l'acte sexuel est tres important dans les criteres de Montherlant. II dit maintes fois que c'est l'action essentielle de l a vie, par exemple lorsqu'il parle des orgasmes 18 des momies egyptiennes qu'il voit dans le British Museum. La reputation de 1'hindouisme insiste sur 1'ascetisme, mais Renou montre que cet ascetisme ne presente qu'un seul cote de 1'hindouisme, et que, comme le catholicisme, du Moyen Age en Europe, par exemple, i l encourage l'exces de jouissance ainsi que l a negation des jouissances des sens: That teeming sexuality, which i s already traceable in the Veda, now appears in many of the gods, i t is the price paid for the asceticism and emasculation.. (...) The eroticism which i s sometimes considered to be characteristic of Hinduism and which appears most f u l l y in the Tantric cult.. (..) is already in the myth.19 Mais c'est surtout pour 1'Occidental que cette question de sexualite et d'ascetisme represente une contradiction. Pour 1'hindou ces deux activities sont proches l'une de 1'autre en ce i qu'elles essayent toutes deux de rapprocher l'homme de son Createur. Chez les gens simples le tantrisme devient peut-etre des rites obscenes, mais pour l'hindou serieux, c'est un moyen de chercher l'absolu. Schoeps indique que 1'hindouisme preche une _:s.orte d' individualisme assez inattendu: 20 Consequently there are Hindus who eat meat and others who are vegetarians, Hindus who celebrate sexual orgies and others who practise s t r i c t e s t asceticism.20 A i n s i que chez Montherlant, done, les contradictions de l'hindouisme proviennent des p o s s i b i l i t e s offertes a l'homme par sa nature meme. l e dernier aspect de l'hindouisme qui i n v i t e des commentaires en ce qui concerne des paralleles avec l a pensee et l e theatre de Montherlant est son cote mystique. La grande ecole de mysticisme chez l e s hindous vient du sud des Indes et comporte une sorte d'heresie dans l'hindouisme orthodoxe. Ses pratiquants sont nommes des bhakti. Pour le s bhakti, l'hindouisme orthodoxe e t a i t trop impersonnel. L'Etre Supreme ressemblait au Deus Absconditus des J u i f s et des Jansenistes. Mais ces derniers avaient l e Christ et l e s prophetes comme preuve de 1'existence de leur Dieu. Les bhakti devaient adorer un Dieu sans a t t r i b u t s , done entierement inaccessible a l'homme. Puisqu'il n'y a pas d'intermediaire entre Dieu et l'homme, Dieu doit etre deja dans l'homme, mais obscurci par l e s soucis qu' a l'homme dans l e monde des a f f a i r e s ou de 1'action. En quittant l e monde des objets, l'homme trouvera son 21 Dieu a. l ' i n t e r i e u r de lui-meme. Renou remarque, en f a i t , que l e Dieu des J u i f s est plus proche de l'homme que c e l u i des hindous: The relationship between God and Man i s , i n large measure, lacking: there i s no re c i p r o c i t y . God i s not a fam i l i a r despot l i k e Jahveh. 2 C'est pour cette raison que les bhakti cherchaient un Dieu considerablement plus personnel que c e l u i de l'hindouisme t r a d i t i o n n e l . I l s commencaient done d'un point de depart a f f e c t i f , puisqu'ils re j etaient': l'idee froide et abstraite 21 d'un Etre Supreme. Leur conception du Dieu hindou e t a i t un Etre beaucoup plus accessible au coeur de l'homme. Comme l a plupart des mystiques, chez eux, 1'amour f i g u r a i t largement dans leur doctrine. Sidney Spencer, dans Mysticism and World Religion, precise ce point chez- l e s bhakti: The reject i o n of caste d i s t i n c t i o n s within the bhakti movement and the c r i t i c a l attitude of reformers towards caste as an i n s t i t u t i o n are expressions of the stress on inwardness for which i t e s s e n t i a l l y stands. That emphasis naturally led men to recognise the in s u f f i c i e n c y of the external forms of r e l i g i o n , and sometimes to regard those forms as irrelevant or even as a hindrance to the l i f e of the s p i r i t . What i s essential i s the love of God, which finds i t s ? ^ natural outcome i n the love of our fellow-creatures. ^ Tous ces elements de 1'hindouisme que nous venons de t r a i t e r plus haut, ont des rapports d i s t i n c t s avec l a pensee et l e theatre r e l i g i e u x de Montherlant. Maintenant nous nous tournons vers cette oeuvre pour relever ces pa r a l l e l e s . Le premier aspect de 1'hindouisme que nous avons mentionne est l e renoncement au monde. Celui nomme 'sanyasi' a repousse une vie engagee dans les a f f a i r e s et les soucis materiels, et meme sa femme. Mais i l a vecu dans l e monde des hommes, a eu des enfants, une vie q u ' i l quitte pour mieux s'occuper de son Dieu et de son salut personnel. Montherlant est conscient de ce procede hindou, car, l e s premieres phrases de son essai, "Comme les Hindous..." indique une prise de position chez l u i : 'Comme l e s Hindous qui, vers l'age de soixante ans, se r e t i r e n t dans les forets; i l est naturel que tout v i e i l homme rel i g i e u x v e u i l l e consacrer les dernieres annees de sa vie a Dieu'. Cette phrase est extraite de l a l e t t r e que T o l s t o i l a i s s e a sa femme, l a premiere f o i s q u ' i l s'enfuit de l a maison. II y a vingt ans qu'elle m'obsede.24 22 Chez Montherlant, ce renoncement a deux aspects. II y a un re jet d'un etre ou d'un autre personnage qui est cense etre aime par celui qui renonce. Et i l y a le rejet du monde total, y inclus les etres. Le premier touche a l a question des castes, puisque celui qui est repousse ne merite pas 1'estime de 1'autre. Tel est le cas chez Georges Carrion (Fils de personne) quand i l quitte son f i l s Gillou, a l a f i n de l a piece apres avoir decouvert l a mediocrite fonciere de ce dernier. Cisneros, dans Le Cardinal d'Espagne, reflete 1'action hautaine de Georges, quand i l refuse 1'admiration et 1'affection que l u i porte son neveu mediocre, Cardona: Dans certains cas, le rejet d'un personnage f a i t partie du monde entier qui est repousse. Ferrante, (La Reine morte) par naive d'Ines. II repousse son f i l s , Pedro, a cause de l a mediocrite de celui-ci. Sa lassitude ressemble a. celle de l'hindou, qui fixe ses yeux sur le c i e l . Pendant l a longue scene de confession avec Ines, Ferrante l u i dit: Le debut de cette confession inattendue de Ferrante est proche de l'hindouisme, mais le ton sierait mai a l'hindou, car celui-ci ne hait pas le monde autant que Ferrante. L'hindou ne cherche pas la justice dans le monde; i l accepte le monde t e l qu'il est. Don Vous n'avez pas a etre ce que vous etes, mais a etre ce que vous devez etre.^5 exemple, est las du monde. II est done ecoeure par 1' esperance 23 Alvaro (Le Maitre de Santiago) rejette sa f i l l e , Mariana, supposant que, comme tout le monde qui l'entoure, elle aussi est mediocre. Celle-ci l u i est indifferente car elle f a i t partie du monde auquel i l essaie d'echapper. En somme, i l a une conception de 'retirement' qui est proche de celle de 1'hindou. Quand i l parle de sa gloire, i l d i t : Si j'avais eu jamais quelque renommee, je dirais d'elle ce que nous disons de nos morts: 'Dieu me l'a donnee. Dieu me l'a reprise. Que sa volonte soit faite'. Je n'ai soif que d'un immense retirement.27 La V i l l e dont le prince est un enfant nous montre de nouveau le renoncement d'un etre, qui represente dans les institutions religieuses le re jet du monde. Quand le Superieur du college., Pradeau de l a Halle, exige de l'Abbe de Pradts le sacrifice de son affection pour Souplier, c'est parce que Souplier vient du monde physique et detourne de Pradts de sa mission qui est d'enseigner 1'amour de Dieu. Encore une fois, i l existe une grande difference entre ce renoncement et celui de 1'hindou, car i c i i l s'agit d'un sacrifice douloureux: Une derniere fois, acceptez-vous le sacrifice que _j.e juge necessaire pour vous?28 Neanmoins, de Pradts et de l a Halle sont, tous deux, entres au college pour renoncer au monde de leurs contemporains. Leur but, comme celui de 1'hindou, est de retrouver Dieu. Le Superieur du college f a i t remarquer h l'abbe que Dieu ne se trouve pas dans le monde des objets et des etres: Notre amour est un autre amour, monsieur de Pradts, meme pour l a creature. Quand i l atteint un certain degre dans l'absolu, par l'intensite, l a perennite et l'oubli de soi, i l est s i proche de 1'amour de Dieu qu'on dirait alors que l a creature n'a ete 24 concu qu'en vue de nous faire deboucher sur le Createur.29 Pradeau de l a Halle ne se rapproche pas de l'hindouisme en accordant au monde une importance preliminaire dans l a recherche de Dieu. Mais i l se rapproche de l'hindou en ce qu'il ne rejette pas le monde comme quelque chose de mauvais en soi. Comme l'hindou, i l tient a l'idee de depasser le monde et d'atteindre Dieu bien au-dela des objets physiques. ! Cette attitude envers le monde se retrouve chez les Soeurs de Port-Royal. En effet, i l s'agit i c i d'un ordre catholique comme dans l a V i l l e dont le prince est un enfant. Dans le cas des Soeurs, i l est question d'un renoncement plus rigoureux que celui exige dans un college. Pour elles, comme pour Alvaro, le monde est mauvais en soi a cause des hommes. La Soeur Prangoise montre que l a Mere Angelique avait depasse le monde humain lorsqu'elle avait dit a l a Soeur Angelique: Pourtant, vous vous rappelez cette phrase que notre Mere Angelique disait s i souvent: 'Les hommes? Qutest-ce cela? Ce sont des mouchesl^O La Soeur Angelique ne peut pas renoncer au monde de cette maniere. Elle croit qu'elle est en train de perdre sa f o i , et elle est occupee par des soucis terrestres, tels son affection pour l a Soeur Prangoise, sa peur de l a peine physique et son orgueil. Jeanne l a Folie du Cardinal d'Espagne a renonce au monde depuis longtemps quand l a piece commence. Elle eonnait a. peine son f i l s Charles, qui, de Flandre, s'est mis en route' pour l'Espagne, au moment ou.r elle parle avec Cisneros. Ce Charles, qui deviendra le celebre Charles Quint, sera un renonciateur retentissant. Jeanne 25 d i t a Cisneros, lorsque c e l u i - c i parle de l' a r r i v e e prochaine du jeune prince: Oui, je l e recevrai. Quel age a - t - i l ? II doit bien avoir trente ans.31 Le Cardinal l u i repond q u ' i l en a dix-sept, en ef f e t , et l a question de l a reine nous f a i t apprecier son indifference a 1'egard de son f i l s . De meme, e l l e ne s'interesse a sa petite f i l l e que par moments. L'exemple de Jeanne bouleverse Cisneros. II est 1'homme de Dieu tente par l e renoncement mais qui aime aussi l e pouvoir po l i t i q u e . Lui aussi parle comme un v i e i l hindou l o r s q u ' i l revele son trouble a Cardona: Je ne veux pas ce que j'aime, et je veux ce que je n'aime pas. La passion de l a r e t r a i t e s'est -jetee sur moi comme un acces de f i e v r e . Retourner au monastere—a Yuste, j ' a i deja f a i t moh c h o i x — l a i s s e r Ruiz administrer l'archeveche de Tolede, oublier ce cauchemar que sont l e s hommes, oublier tout ce que j ' a i f a i t et qu'on m'a f a i t , oublier tout sauf Dieu, preparer mon eternite.32 I c i , Cisneros est proche du 'sanyasi' hindou, mais i l montre une lassitude de l a vie qui est presque de l a haine, et qui rappelle c e l l e de Ferrante. Te l l e est l a difference generale entre l e renoncement de Montherlant et c e l u i de 1'hindou. L'hindou se retourne vers Dieu paisiblement apres une vie prosalque. Le personnage de Montherlant se tourne vers Dieu pour d'autres raisons et dans un autre etat d'ame. Souvent c'est parce q u ' i l meprise l e monde qui est injuste ou rempli de mediocrite. Le personnage de Montherlant n'a jamais l a passivite envers l a vie dont f a i t preuve 1'hindou. La c i r c u l a r i t e de l a vie selon l a doctrine hindoue encourage une 26. resignation qui est devenue typique de l'Inde. Le personnage de Montherlant ne c r o i t pas a l a reincarnation et pour cette raison i l reagit contre l e monde injuste ou impur. La l a i c i t e de 1'hindouisme nous donne un autre p a r a l l e l e avec l'oeuvre de Montherlant, car les C h r e t i e n s de Montherlant se .. . soucient f o r t peu de l a hierarchie ou de l a doctrine. Neanmoins., l e theatre montherlantien est p l e i n d'allusions a l a hierarchie sacerdotale de 1'Eglise catholique. II s'agit du pape, lui-meme,. dans Malatesta; Ferrante et Cisneros parlent d'un archeveque et Cisneros est l e Cardinal d'Espagne. Le.NMaitre de Santiago, La V i l l e dont-le prince est un enfant et Port-Royal sont centrees sur des ordres cathdliques: l a chevalerie, l e college et l e couvent. Mais l e christianisme de Montherlant l e dramaturge est comme 1'hindouisme, c'est-a-dire, plutot un mode de vie qu'une r e l i g i o n . Comme 1'hindou, l e personnage de Montherlant parle beaucoup de sa f o i et tient a chercher son propre salut tout seul, sans 1'intervention des regies de 1'Eglise. Quelques personnages memes se mettent hors de l a moralite de 1'Eglise tout en declarant leur adherence au christianisme comme Ferrante qui tue regulierement les gens mais qui gronde Pedro de n'avoir jamais parle de Dieu, et Cisneros qui tue en homme politique mais qui est cense etre l e di s c i p l e du Christ en tant que moine. En effet, i l serait d i f f i c i l e pour Montherlant de montrer un v r a i zele pour l a hierarchie ou les doctrines de 1'Eglise, puisqu'il tient tellement a. son syncretisme. Son attitude laxque en ce qui concerne l a r e l i g i o n suit cette autre attitude, c e l l e de vouloir melanger toutes les r e l i g i o n s . 27 Dans I'Etoile du soir, i l ecrit, par exemple: Les Mages de 1'Orient. Qui sont-ils? Ah, confondons tout, encore une_fois: leurs noms sont Pan, Mahomet, Bouddha.-^ Montherlant commente l a position de Ferrante par rapport a. l a moralite dans ses Notes de Theatre. Comme l'hindou, le personnage de Montherlant croit en Dieu et se passe de moralite stricte: Le r o i Ferrante est un C h r e t i e n d'un type qui fut courant au moyen age. II a g i t tantSt bien, tantot mai, et i l ne semble pas que le christianisme l'arrete jamais dans ses mauvais penchants. Mais i l se refere sans cesse a ce christianisme. Dieu est vivant pour l u i . A chacun de ses moments de trouble, i l l'invoque, 1'appelle, i l le met en cause.54 Le pape dans Malatesta. est, comme Ferrante, un homme politique et C h r e t i e n en meme temps, et c'est le cas de Cisneros aussi. Le pape ne veut pas renoncer au monde, mais au contraire, veut agrandir son empire: Le Saint-Pere demeure anxieux de l a presence i c i des troupes venitiennes appeldes par madame Isotta pour garder Rimini pendant que vous etiez en Moree. II redoute que Venise, qui est deja. a. Ravenne, n'intervienne dans les affaires de Rimini.^ De meme, Cisneros agit avec enthousiasme dans le monde. Son attitude envers les autres est peu chretienne; i l f a i t l a guerre avec pl a i s i r , i l tue et i l en eprouve de l a satisfaction: J'aime mieux l'odeur de mes canons que les parfums de l'Arabie.36 II en est ainsi de l a plupart des personnages de Montherlant. Leur religion est foncierement lalque, comme celle de l'hindou, qui n'a pas besoin de pretres ou de doctrines qu'il doit suivre a. l a lettre, sous peine de tomber dans le peche mortel. Montherlant 28 ne s'interesse pas a l a doctrine ou aux dogmes du christianisme, meme dans cette piece qui traite d'un conflit doctrinal, Port- Royal . II s'interesse plutot a l a psychologie des croyants, par exemple, l ' a t t r a i t de Port-Royal est en grande partie pour l u i , l a resistance des Soeurs aux exigences de l a hierarchie civique et ecclesiastique. Dans l a plupart de ses pieces religieuses, Montherlant nous montre une lutte interieure chez: un personnage qui refuse d'entendre 1'enseignement de l'Eglise. En ce sens, son theatre est aussi laique qu'est l'hindouisme. La l o i des castes hindoues que nous avons decrite plus haut, ressemble a. l'idee que se f a i t Montherlant de l a "qualite". Car i l s'agit chaque fois d'une sorte de race de gens qui sont nettement separes des autres. La difference entre les deux "castes" est pourtant grande. Chez Montherlant i l est question de choisir d'etre noble tandis que chez l'hindou l a caste est reglee, une fois pour toute, par l a naissance. Ainsi, les intouchables hindous sont nes dans cet etat meprisable, mais chez Montherlant i l s se font volontairement. Dans son theatre, les mediocres suivent l a pente de l a f a c i l i t e . Les heros dans ce theatre haissent l a mediocrite. Ils admirent l a grandeur, l a spontanelte, le sublime. Pour Montherlant le pays de l a "qualite" par excellence est l 1Espagne. L'Infante (La Reine morte), prononce souvent des paroles comme celles-ci: Dans Le Cardinal d'Espagne, Aralo, un des grands de l a cour, dit 29 de Cisneros, q u ' i l hait d ' a i l l e u r s : II est C a s t i l l a n : tout ce qui n'est pas dur 1'exaspere.*° A i n s i plusieurs des heros montherlantiens appartiennent, ou essaient d'appartenir, a cette race exclusive de l a "qualite". I l s s'efforcent d'etre grands. John Batchelor exprime cette obsession d'une grandeur personnelle a i n s i : Though motives may be sometimes ambiguous a l l these heroes act and want to l i v e r— but i n a certain way: their way, according to their own wishes and exalted ideas of themselves.39 La caste de l a "qualite" chez Montherlant depasse l e sang. II aime les ordres ou les communautes qui groupent des personnes de qualite volontairement. Dans Le Maitre de Santiago. nous trouvons un ordre de chevalerie. Dans La V i l l e dont l e prince est un enfant i l s'agit d'un college catholique et dans Port-Royal, d'une communaute de Soeurs. Alvaro indique, avec quelque violence, 1'aspect.exclusif de l a caste chez Montherlant. Comme Ferrante, Georges ( F i l s de personne) et Jeanne l a F o l l e , i l r e j e t t e son enfant et accepte l a caste, qui l u i convient: II n'y a de famille que par 1'election et l ' e s p r i t ; l a famille par l e sang est maudite. Nous, de 1'Ordre, nous sommes une famille.40 Nous avons mentionne dans notre Introduction l e f a i t que Montherlant avait nomme son groupe au college de Neuilly, " l a famille". L'hindou se trouve irrevoquablement dans une caste selon sa naissance, Montherlant aime ceux qui choisissent leur propre caste, selon un desir d'etre parmi les ames elevees et l o i n des mediocres. Dans Le Cardinal d'Espagne, par exemple, Cisneros-voit q u ' i l appartient a. l a caste de Jeanne, bien qu'elle s o i t f o l l e , et non pas a c e l l e 30 de Cardona, parent par le.sang. II admire l a grandeur du nihilisme de Jeanne bien q u ' i l ne l e partage pas.. Pour cette raison i l d i t a Cardona: I'indifference aux choses de ce monde est toujours une chose sainte, et—meme quand Dieu en est absent -^une chose essentiellement divine. E l l e et moi, nous nions ce que nous sommes censes etre. E l l e et moi nous appartenons a l a meme. race.41 Nous avons montre que l a caste hindoue est semblable a l'idee d ' i n f e r i o r i t e de l a femme dans l a doctrine hindoue. En effet, e l l e f a i t partie de l a doctrine de caste. Cette position de l a femme hindoue a son pa r a l l e l e dans l a pensee de Montherlant. Tous deux sont equivoques en ce qui concerne l a femme. 1 ' h o s t i l i t e de Montherlant envers l e temperament feminin a parfois f a i t meconnaitre 1'importance de son oeuvre, ce dont i l est tres conscient. II en f a i t a l l u s i o n , avec amertume, dans ses Notes de Theatre: Un certain public de bas etage n'attend de moi que des pointes contre les femmes; i l ne me 'connait' que par cela. Quand 1'Infante d i t : 'lachete, c'est un mot qui m'evoque irresistiblement l e s hommes', ce public n'est pas content: i l croyait acheter du r a i s i n muscat, et c'est du r a i s i n ordinaire. Mais qu'Egas Coelho se plaigne qu'on ne condamne pas les femmes a. mort, i l y a dans l a s a l l e un murmure heureux: voila. enfin ce qu'on esperait. Ce pour quoi on a paye sa place. De toute l a piece, r i e n ne l e s frappe davantage.42 Montherlant indique l a base de son h o s t i l i t e envers l e s femmes dans L'Equinoxe de septembre l o r s q u ' i l parle de " l a morale de midinette" encouragee, selon l u i , par les femmes: Mais l'esperance est femme, comme Homere a d i t que les prieres sont femmes; l'esperance est un des peches capitaux de l a morale de midinette. II ne s'agit pas d'avoir esperance. II s'agit de v o i r ses maux, pour en avoir honte, et ensuite s'en guerir.43 31 Les q u a l i t e s que M o n t h e r l a n t a s s o c i e avec l a grandeur sont pour l a p l u p a r t des q u a l i t e s m a s c u l i n e s , mais e l l e s ne sont pas, pour' c e l a , l i m i t e e s aux hommes. I I e s t p r o b a b l e que M o n t h e r l a n t admire l e s personnages f e m i n i n s q u ' i l a c r e e s e t e l s que 1 ' I n f a n t e de L a Rei n e morte, q u i e s t s i f i e r e e t impetueuse: L a c h e t e , c ' e s t un mot q u i m'evoque i r r . e s i s t i b l e m e n t l e s hommes.44 I I a i m e r a i t a u s s i l a d u r e t e de l a Mere Agnes q u i p a r l e avec l ' o r g u e i l des A r n a u l d : L a v r a i e p i t i e n ' a r r e t e p o i n t l e s l a r m e s ; e l l e l e s f a i t c o u l e r ou i l f a u t . 4 5 Decidement i l n'y r i e n de mediocre chez ces personnages. I l s regardent, l e monde l a t e t e haute en a c c e p t a n t l e r e e l . Jeanne l a F o l l e se moque de 1 ' i n d e c i s i o n de C i s n e r o s , l e grand homme p u i s s a n t de l a p o l i t i q u e ; e l l e a u s s i exprime sa pensee avec v i g u e u r : Ce n ' e s t pas s u r son l i t de mort qu'on d o i t d e c o u v r i r l a v a n i t e des choses; c ' e s t a v i n g t - c i n q ans, comme j e 1 1 ai.-f.ait.46 A u r e l i u Weiss, dans son l i v r e , H e r o i n e s du t h e a t r e de Henry de M o n t h e r l a n t , c h o i s i t d ' a u t r e s personnages pour montrer que l e s femmes dans l e t h e a t r e m o n t h e r l a n t i e n ne sont pas des " m i d i n e t t e s " : L o r s q u ' i l a v o u l u a t t e i n d r e l e s s o u r c e s v i v e s de l ' h e r o i s m e e t de l a grandeur, donner aux s o u f f r a n e e s un sens e l e v e , a. 1'abnegation e t a. l a g e n e r o s i t e un r o l e c r e a t e u r d ' e n e r g i e morale, <• c ' e s t sous des f i g u r e s de femmes q u ' i l l e s a s e n s i b i l i s e e s . N i F e r r a n t e , n i A l v a r o , n i M a l a t e s t a , n i Georges ( F i l s de Personne) ne s ' e l e v e n t p a r des a c t e s a l a hauteur du comportement de M a r i a n a , de l a Soeur A n g e l i q u e , de Genevieve.47 32 A i n s i pour Weiss, ces femmes creees par un auteur de r e p u t a t i o n misogyne, depassent en grandeur l e s hommes de son theatre. Nous avons constate que l'hindouisme n o u r r i t l a meme sorte d'ambigulte envers l e s femmes. Dans l a v i e quotidienne 1'hindoue est i n f e r i e u r e , mais dans l e pantheon hindou se trouvent des deesses importantes. Dans l e s romans de sa jeunesse t e l s que Les B e s t i a i r e s et Les Jeunes F i l l e s Montherlant t r a i t a i t ses heroines avec beaucoup de d e s i n v o l t u r e . E l l e s y representaient l a caste i n f e r i e u r e dont nous avons parlee. Mais dans son theat r e , l a femme semble occuper une place p r i v i l e g i e e , comme ce l l e s . d e s deesses hindoues. Nous ne savons pas s i c e c i demontre une evo l u t i o n dans l a pensee de Montherlant, s ' i l met des femmes herolques dans ses pieces s o i t parce q u ' i l a change d'avis, s o i t parce q u ' i l n'en trouve pas dans l a v i e et l e s met done sur scene comme modeles. Malgre l e f a i t que l'hindouisme accepte l e monde jusqu'a un c e r t a i n p o i n t , i l r e s t e essentiellement s p i r i t u e l . Le 'sanyasi' se r e t i r e du monde pour n o u r r i r lui-meme c e t t e s p i r i t u a l i t e . De meme, l e pantheon hindou appuie sur l a s p i r i t u a l i t e dans l a nature. Montherlant s'approche de ce t t e a t t i t u d e en ce q u ' i l i n s i s t e sur l e cote s p i r i t u e l dans l'homme, meme chez l ' i n c r o y a n t , car i l entend par ce t t e s p i r i t u a l i t e , l a v i e i n t e r i e u r e de l'homme, l e s besoins du coeur, l e s besoins de q u a l i t e s qui ne sont pas necessairement basees sur l a r a i s o n . I I accepte a u s s i l a profusion du monde physique comme un b i e n f a i t . Dans ses Notes de theatre, i l s'attaque au theatre etroitement r a t i o n n e l , qui n i e ce cote 33 s p i r i t u e l , a f f e e t i f , mysterieux dans l'homme. Plusieurs des qualites q u ' i l affectionne dependent, en eff e t , de cette vie Interieure et non pas de l a raison. A i n s i , dans son theatre, i l plaide, en quelque sorte, pour une appreciation plus nette de ces capacites aussi naturelles en l'homme que l a raison: Les auteurs frangais contemporains n'ont de cesse qu'ils aient f a i t comprendre au public qu'ils ne sont pas dupes de leurs personnages. 'Pour Dieui qu'on n'oublie pas que nous sommes gens d'esprit.' Mais c'est avoir autant d'esprit que mettre en veille u s e son espr i t , et se l i v r e r , pour un temps, aux lames de fond grondantes et simples q u ' i l y a aussi dans l'homme, a condition q u ' i l en soit un.48 S i Montherlant f a i t i c i l'apologie de l a s p i r i t u a l i t y , c'est d'une s p i r i t u a l i t e laique comme c e l l e de 1'hindou. II est question d'une vie interieure bienfaisante qui est l o i n de toute doctrine i n s t i t u t i o n n e l l e . Les pieces de Montherlant abondent en figures chretiennes: pape, archeveques, cardinaux, pretres, religieuses, mais non pas pour convaincre les spectateurs. que l e christianisme est l a seule vraie r e l i g i o n . C'est plutot parce que les r e l i g i o n s i n s i s t e n t sur ce cote de l'homme que l e monde moderne a tendance a oublier. Dans F i l s des Autres, Montherlant montre exactement sa position envers l a s p i r i t u a l i t e et envers l a f o i : Les pretres donnent cela. I l s ne donnent pas toujours l a f o i . Mais i l s donnent l e sens de l a vie interieure, avec ou sans Dieu. Comme cette musique que nous venons d'entendre. E l l e n'est pas f a i t e pour donner l a f o i , et i l serait. insense qu'elle s u f f i t a. l a donner. Mais e l l e nous parle d'un autre monde, qui est en nous memes, et qui est l e monde d'ou. nous avons cree Dieu.49 Cette s p i r i t u a l i t e laique est tres importante a notre avis dans l a pensee et dans l'oeuvre de Montherlant. Bona Mondini, dans son etude sur Port-Royal, parle du 'spiritualisme athee' de 34 Montherlant. Dans l e s notes que Montherlant a e c r i t e s au bas des pages du l i v r e de Jean de Beer,.Montherlant ou 1'homme encombre de Dieu, i l donne cette c o n s t a t a t i o n : j En revanche, S a i n t e - C r o i x m'apprit, et f u t seule a m'apprendre, une c e r t a i n e e l e v a t i o n dans l e commerce des e t r e s . . . . Je l u i a i rendu hommage dans l e s textes i n t i t u l e s La G l o i r e du College et Paques de guerre au c o l l e g e de La Releve du matin, et surtout dans La V i l l e dont l e prince est un enfant. 'Mais Dieu e t a i t absent de ces hauteurs; i l faut l e d i r e comme c e l a f u t . Et i l est mieux q u ' i l en a i t ete a i n s i . Montrer que l e s hauteurs peuvent se passer de Dieu, c'est rendre s e r v i c e a. quelqu'un qui est destine a. n'avoir pas plus tard l a foi.51 Montherlant est done proche de l'hindouisme en ce q u ' i l f a i t r e s s o r t i r l e besoin de l a s p i r i t u a l i t e dans l'homme. Comme l'hindou, i l constate que l a v i e i n t e r i e u r e est une p a r t i e importante dans l'homme qui est independant d'un Dieu p r e a l a b l e . Pour l u i , comme pour l'hindou, l a s p i r i t u a l i t e appartient au monde n a t u r e l . La r i c h e s s e de l'hindouisme provient, en p a r t i e , de ses c o n t r a d i c t i o n s . Nous avons vu l a c o n t r a d i c t i o n de l a s i t u a t i o n des femmes, mais c'est surtout l e c o n f l i t entre l'ascetisme et l a jouissance des sens qui a t t i r e Montherlant. Le tantrisme i n s i s t e sur l a bienfaisance de l ' a c t e sexuel, et dans Pasiphae nous retrouvons c e t t e idee t a n t r i q u e que l'homme peut s'approcher du Createur, en pratiquant l a v i e des sens: Ce s o i r , dans l a machine de Dedale, comme s i j ' e t a i s couchee au fond d'un t o r r e n t f u r i e u x , je s e n t i r a i passer sur moi toute l a c r e a t i o n , en un fleuv e de force et de sang. A seulement y songer, mes narines se d i l a t e n t , mon s e i n se ereuse et se gonfle comme l a mer avant l a tempete, et l e centre de mon corps bat plus f o r t que mon coeur.- 3 2 Malatesta partage cett e a t t i t u d e envers l'amour physique. Son 35 cas est plus i n t e r e s s a n t p u i s q u ' i l se declare Chretien a p l u s i e u r s r e p r i s e s . Devant l e pape, symbole de Dieu sur l a t e r r e , i l devient t r e s emu, mais dans ses r e l a t i o n s avec l a p e t i t e Vannella, i l p a r l e comme Pasiphae: Enfant sacree! Car c'est vraiment un etre sacre que c e l u i q u i donne un t e l bonheur. (...) Que je tienne seulement dans ma main l e bas de sa robe, et l a mort s ' a r r e t e r a devant nous, et nous entrerons dans l ' e t e r n e l l e impunite.53 Tandis que l e tantrisme essaie d'atteindre l ' E t r e Supreme dans 1*experience des sensations s e n s u e l l e s , ou p l u t o t s e x u e l l e s , l e heros montherlantien essaie souvent d'echapper a l a mort par l a pratique de 1'amour. Neanmoins, Pasiphae et Malatesta pretent un aspect de 1'absolu a cet amour. Nous pouvons en d i r e autant des passions de Ravier pour C h r i s t i n e dans Uelles au'on prend dans ses bras et surtout de Don Juan pour toutes l e s femmes dans Don Juan. Ce Don Juan montre l u i - a u s s i , un ' s p i r i t u a l i s m e athee' p u i s q u ' i l n i e Dieu a tout moment rnais cherche un absolu dans 1'amour. Comme Montherlant, i l l i e l ' i d e e d'un absolu a l ' i d e e 54 de Dieu: "Qu'elle se donne, et je c r o i r a i en Dieu." Mais Montherlant aime a l t e r n e r en ce qui concerne l e s p o s s i b i l i t e s de l a nature, humaine, et i l est a u s s i a t t i r e par 1'ascetisme. A i n s i pour chaque heros sensuel chez Montherlant, nous pouvons en trouver au moins deux qui n i e n t l e s sens. Car Montherlant aime l e s ascetes. On p o u r r a i t peut-etre s'etonner du nombre de Chretiens severes q u ' i l nous a donnes sur scene, mais v o i c i comment i l explique c e t t e a t t i r a n c e : A ce propos, on m'a derechef pose l a question: 'Pourquoi ecrivez-vous s i obstinement des pieces a s u j e t c a t h o l i q u e , puisque vous n'avez pas l a 36 f o i ? ' Au premier abord je s e r a i s tente de repondre: 'Je me l e s u i s demande souvent moi-meme1. A l a r e f l e x i o n , v o i c i . Un sentiment tres. f o r t , obsedant, del'ihanite, de l ' i n u t i l i t e et de l ' a b s u r d i t e de presque tout m'a domine depuis ma jeunesse.55 Cette s o r t e de n i h i l i s m e , qu'on peut appeler p a s s i f , est t r e s repandu dans son oeuvre, mais l'ascetisme qui ressemble a. c e l u i des hindous est plus r a r e . C'est l'ascetisme d'Alvaro et de Jeanne l a F o l i e . Ces deux personnages repoussent tout confort et semblent s ' o r i e n t e r vers l e s u i c i d e : Et maintenant, partons pour un pays ou. i l n'y a plus de honte, partons du v o l des a i g l e s , mon p e t i t chevalier!56 Alvaro a decouvert e n f i n que sa f i l l e n'est pas mediocre et i l 1'encourage a. q u i t t e r l e monde corrompu avec l u i . De meme, Jeanne se moque de 1'importance que Cisneros se donne: Comment pouvez-vous c r o i r e a. ce qui vous entoure, vous qui n'etes plus de ce qui vous entoure, quand moi, je n'y c r o i s pas, qui s u i s , p a r a i t - i l , en v i e ? Et vous voulez manier c e l a , jouer avec c e l a , dependre de cela?57 1 ' e x p l i c a t i o n se trouve dans l e f a i t que Montherlant, comme l'hindou, comprend l a c o n t r a d i c t i o n qui e x i s t e dans l'homme. L'homme est a t t i r e h l a f o i s par l'ascetisme et l e sensualisme. Voila. pourquoi ses heros sont des personnages de! q u a l i t e chez qui l'ascetisme et l a s e n s u a l i t e entrainent des l u t t e s psychologiques. Les b h a k t i representent l e mysticisme dans l'hindouisme. I l s s o u f f r a i e n t de l a distance qui e x i s t e entre l'homme et l ' E t r e Supreme. I l s t e n t a i e n t de trouver cet Etre en eux-memes a. l ' a i d e d'oraisons. Le mysticisme des personnages de Montherlant est, comme c e l u i des b h a k t i , base sur l a distance entre l'homme et son Dieu. Dans ses pieces, l a r e l i g i o n n'est jamais C h r i s t o c e n t r i q u e 37 les personnages parlent d'un Dieu cache, silencieux et l o i n t a i n . Les ascetes doivent chercher Dieu a l ' i n t e r i e u r d'eux-memes, sans l'aide des ceremonies ou du clerge de 1'Eglise. La conversation entre Alvaro et Mariana affirme ce mysticisme egocentrique: Je l e savais depuis longtemps: i l n'y a plus d'Espagne. Eh bienl. perisse l'Espagne, perisse l'universI S i je f a i s mon salut et s i tu f a i s l e tien, tout est sauve et tout est accompli. Mariana- Tout est sauve et tout est accompli, car j'apercois un Etre au regard f i x e , qui me regarde d'un regard insoutenable. Alvaro- Sang de mon sang, tu etais meilleure que moi: en un instant tu me depasses, tu vois avant moi ce que j ' a i tant reve.5° II faut noter i c i que Montherlant se tourne vers un Etre impersonnel, "au regard f i x e " , et non pas vers une v i s i o n de Jesus ou vers quelque autre figure chretienne. Au l i e u d'une image chretienne i l se sert de termes qu'emploirerait volontiers un hindou, et surtout un bhakti. Mais Spencer nous a demontre que les bhakti developpaient une theorie de 1'amour dans leur mysticisme pour combattre 1'impersonnalite de 1'hindouisme orthodoxe. Chez Alvaro nous retrouvons l'egolsme qui s i e r a i t mal au bhakti. La Soeur Prancoise (Port-Royal) montre un mysticisme p a r e i l a c e l u i d'Alvaro, lorsqu'elle d i t a l a Soeur Angelique: Je voudrais etre aveugle, et sourde, et muette, et ne plus sentir avec mes narines, et ne plus toucher avec mes doigts. Quelquefois, d ' a i l l e u r s , on d i r a i t que cela m'arrive. Quelquefois je regarde nos batiments, les arbres, les gazons, nos soeurs ou les femmes de charge qui vont et viennent, et j ' a i les yeux ouverts et je me d i s : 'Rien de tout cela n'existe. II n'existe au monde que Dieu et moi.'59 Le mysticisme de Jeanne l a Polle est l e meme, et de plus i l est totalement dechristianise. E l l e rejette l e monde parce qu'elle a perdu son epoux qu'elle aimait a l a f o l i e . Pour e l l e Dieu est 38 le rien; voila. pourquoi elle preche une sorte de "neantisme" au cardinal Cisneros: II y a le rien et i l y a l'etre: i l s sont faits pour danser1 ensemble.°0 Done c'est un mysticisme tout personnel, qui nie 1'importance des autres dans le monde, qui souligne une tentative pour echapper a ce monde et l a necessite de trouver l'absolu a l'interieur de soi-meme. II existe done plusieurs paralleles entre l'hindouisme et l'oeuvre de Montherlant. Pour l a plupart ces rapprochements ne sont pas exclusifs car dans plusieurs autres religions on peut trouver le renoncement, l a contradiction en ce qui concerne l a position de l a femme et l'insistance sur l a vie interieure de l'homme. Mais i l a f a l l u noter que Montherlant est conscient des doctrines hindoues et que cette religion encourage son syncretisme. II est vrai que le systeme des castes est plus developpe dans l'hindouisme et que cette idee est importantelorsqu'on traite de l a question de l a race de ceux qui ont l a qualite. Dans le chapitre suivant nous etudierons le bouddhisme qui, etant ne dans l'Inde, a plusieurs doctrines qui ressemblent a l'hindouisme, mais nous apprecierons que le bouddhisme est beaucoup moins fort comme influence sur l a pensee de Montherlant que l'hindouisme. • NOTES 1 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 1062. 2 Montherlant, Textes sous une occupation, i n Essais, pp. 1499-50. 3 Montherlant, Notes de Theatre, i n Theatre, p. 1079. 4 Montherlant, Savoir dire non (Lyon, 1941)., • p. • 34.. 5 Montherlant, P i l s de personne, i n Theatre, p.. 375.. 6 Montherlant, Carnet XLII, i n Essais, p. 1278. 7 Louis Renou, Religions i n Ancient India, (London, 1953), pp. 70-1. 8 Maurice Gueguiner, Hinduism, i n Introduction to the great r e l i g i o n s , (Notre Dame, Indiana, 1964), p. 71. 9 Louis Renou, p. 56. 10 Hahs-Joachim Schoeps, The Religions of Mankind, (New York, 1966), p. 151. 11 Marcel Proust, A La Recherche du temps perdu, (Paris, 1968), p. 16. "L*ignorance ou. nous etions de cette b r i l l a n t e vie mondaine que menait Swann tenait evidemment en partie a. l a reserve et a. l a discretion de son caractere, mais aussi a. ce que les bourgeois d'alors se fai s a i e n t de l a societe une idee un peu hindoue et l a consideraient comme eomposee de castes fermees ou chacun, des sa naissance se trouvait,place dans l e rang qu 1occupaient ses parents." 12 Maurice Gueguiner, pp. 69-70. 13 Ibid., p. 68. 14 Renou, p. 52. 15 Schoeps, p. 152. 16 Renou, p. 56. 17 E. Zurcher, Buddhism: i t s o r i g i n and spread i n words, maps and pictures, ("London, 1962), p. 17. 18 Montherlant, Carnet XXXV. i n Essais, pp. 1265-6. 19 Renou, p. 61. 40 20 Schoeps, p. 151. 21 Renou, p. 61. . 22 Ibid., p. 70. 23 Sidney Spencer, Mysticism i n World Religion, (Harmondsworth, 1963), PP. 57.-8. 24 Montherlant, Textes sous une occupation, i n Essais, p. 1499. 25 Montherlant, Le.Cardinal d'Espagne. (Paris,. I960), p. 67. 26 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 220. 27 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 611. 28 Montherlant, La V i l l e ' dont l e prince est un enfant. i n Theatre, p. 929. 29 Ibid.. p. 933. 30 Montherlant, Port-Royal. i n Theatre, p. 985. 31 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 103. 32 Ibid.. p. 168. 33 Montherlant..L'Etoile du -soir, (Paris, 1949), p. 13. 34 Montherlant, Notes de Theatre, i n Theatre, p. 1078. 35 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 449. 36 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 192. 37 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 138. 38 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne. p. 75. 39 John Batchelor, Existence and Imagination - The Theatre of Henry de Montherlant, (Queensland, 1967), p. 174. 40 Montherlant, La Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 633. 41 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, pp. 166-7. 42 Montherlant, Notes de Theatre, i n Theatre, p. 1083. Cet interet est temoigne par des oeuvres t e l l e s que ce l l e s dev Henriette Magy, Les Femmes dans 1'oeuvre de Montherlant, (Toulouse, 1937) et de• Jeanne Sandelion, Montherlant et les femmes, (Paris, 1950). 41 43 Montherlant, L'Eguinoxe de septembre, i n Essais, p. 849. 44 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 198. 45 Montherlant, Port-Royal. i n Theatre, p. 1003. 46 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne. pp. 123-4. 47 Aureliu Weiss, Heroines du theatre de Henry de Montherlant, (Paris, 1968), pp. 49-50. 48 Montherlant, Notes de Theatre, i n Theatre, pp. 1074-5. 49 Montherlant, P i l s de personne, P i l s des autres, Un Incompris, (Paris, 1944), p. 178. 50 Bona Mondini, Montherlant: Du Cote de Port-Royal. (Paris, 1962), p. 9. 51 Montherlant, c i t e par Jean de Beer, p_£. c i t . , pp. 14-5. 52 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, p. 114. 53 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, pp. 510 and 512. 54 Montherlant, Don Juan, (Paris, 1958), p. 55. 55 Montherlant, Le Maitre de Santiago: Une piece qui baigne dans l e desespoir, i n Theatre, Bibliotheque de l a Pleiade, TPar is , 1968), p. 686. 56 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 655. 57 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 133. 58 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 656. 59 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 992. 60 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 135. CHAPITRE II LES INFLUENCES DU BOUDDHISME DANS LE THEATRE DE MONTHERLANT Le bouddhisme, qui est l a religion principale de l'Asie comme l'est le christianisme en Europe, et qui comme l u i , s'adapte aux conditions pre-existentes dans chaque pays ou i l est introduit, presente moins de paralleles avec l a pensee de Montherlant que 1'hindouisme ou les religions du Japon. En tant que force universelle, cette religion encourage les qualites qui ne sont pas particulierement accueillantes pour Montherlant. L'humilite, l a douceur, l a charite et l a passivite du bouddhisme sont pour l u i comme un christianisme facile et indulgent. II a toujours aime ceux qui sont serieux dans leur religion, meme s i pour cela, i l s sont orgueilleux ou. intransigeants. Dans son essai Du Cote de l a souffrance, qu'il met apres Port-Royal, i l ecrit: Ou bien l'on croit au christianisme, et on le v i t , et c'est Port-Royal. Ou bien l'on y croit et on ne le v i t pas; et le moins deplaisant qu'on puisse faire en ce genre, i l me semble que c'est alors ce que font Malatesta et les siens, parce que cela du moins est 'authentique', et denue d'hypocrisie. Je prefere une societe qui agit comme s i elle ne croyait pas, et qui croit, a. une socie t e — l a notre — q u i pretend croire au christianisme, en f a i t quelque peu les gestes, a, 1'occasion s'y guinde, mais n'y croit pas et ne le v i t pas.l Montherlant temoigne i c i de son affection pour l a durete dans une religion. La tendance du christianisme moderne est vers un adoucissement des regies, par exemple, le mouvement oecumenique, et les modifications aux regies, jadis strictement maintenues, comme 1'abandon de 1'abstinence du vendredi ou du l a t i n dans les ceremonies de 1'Eglise. A cet egard, le bouddhisme represente, 43 en Asie, une attitude semblable a c e l l e du christianisme contemporain dans l e monde occidental. Ziircher i n s i s t e sur cette douceur et cet esprit paeifique du bouddhisme l o r s q u ' i l e c r i t : Unlike other r e l i g i o n s , i t s spread has not been accompanied by 'holy wars', massacres, persecution or vandalism, nor has i t ever been f o r c e f u l l y imposed upon a whole population. Peut-etre Zttrcher v i s e - t - i l dans cette c i t a t i o n l e christianisme et l'islamisme du moyen-age et de l a Renaissance, car de nos jours, l e christianisme prend position contre toute violence, et surtout contre les guerres. II est evident que Montherlant sera a t t i r e par ce christianisme historique plutot que par c e l u i d'aujourd'hui. Car l e bouddhisme, comme l e christianisme, admet des interpretations tres diverses, parfois presque opposees. Pour cette raison peut-etre ces deux sectes ont ete a c c u e i l l i e s par tant de cultures differentes. Cette universality du bouddhisme est commentee par Zurcher: Though both Theravada and Mahayana were introduced to China, i t was the l a t t e r , more l i b e r a l , humani- tarian and p l i a b l e creed that conquered China and eventually the whole Far East.^ I c i Ziircher f a i t a l l u s i o n aux divers courants dans l e bouddhisme. Theravada est l e bouddhisme qui s'est i n s t a l l e au Ceylan et qui opte pour l e cote ascetique dans les doctrines bouddhistes. En quelque sorte i l correspond au protestantisme ou au jansenisme, pu i s q u ' i l appuie sur l'idee que l e salut n'est pas donne a tous, q u ' i l faut f a i r e un grand e f f o r t pour atteindre l e Nirvana, tandis que l e Mahayana est l e mouvement de democratisation de l a f o i , qui s'appuie sur l'idee que l e salut est pour tout etre qui c r o i t . Avant l a grande revolution qu'a ete l e Mahayana dans l e 44 bouddhisme, c e t t e secte e t a i t beaucoup plus proche de 1'hindouisme, a i n s i plus rigoureuse.^ C'est entre cette premiere r e l i g i o n surtout et l a pensee montherlantienne que nous pouvons e t a b l i r des comparaisons q u i , a v r a i d i r e , r a p p e l l e n t l e s aspects de 1'hindouisme deja t r a i t e s dans l e premier c h a p i t r e . Ce f a i t n'est pas etonnant car l e bouddhisme est ne en Inde. Nous retrouvons done un ascetisme t r e s pousse dans l e bouddhisme du genre Theravada. l e renoncement a l a v i e chez l e bouddhiste est t e l que l e systeme de castes n'a aucune importance. V o i c i ce qu'en d i t Ztircher: Caste does not possess, as i n Brahminism, r e l i g i o u s s i g n i f i c a n c e or j u s t i f i c a t i o n . But n e i t h e r the Buddha himself nor any Buddhist teacher a f t e r him a c t u a l l y opposed or attacked the caste system. Caste i s something of the world, and i f someone j o i n s the sangha (community of monks) he abandons h i s caste j u s t as he abandons the other a t t r i b u t e s of secular l i f e : h i s home and fa m i l y , h i s s o c i a l r e l a t i o n s , h i s o r i g i n a l h a b i t s and occupation, and perhaps even h i s surname.5 A i n s i l e bouddhiste qui s'engage a. l a recherche du Nirvana d o i t q u i t t e r l e monde sous tous ses aspects. Ce n'est pas d i r e que l e bouddhisme est d u a l i s t e , base sur l e dualisme entre l e mal et l e bien, deux forces semblables qui l u t t e n t dans l e monde pour 1'a.me de l'homme, a t t i r e par l ' e s p r i t qui represente l e bien, l a lumiere, l a v i e et par l e corps qui represente l e mal, l ' o b s c u r i t e , l a mort. Le bouddhiste ne c r o i t pas que l e monde s o i t mauvais en s o i , comme dans l e s doctrines d u a l i s t e s des Cathares ou des Manicheens, par exemple. Pour l e bouddhiste, comme pour 1'hindou, l e monde concret r e s t e un a t t r i b u t de l ' E t r e Supreme. Schoeps demontre que c'est une a t t i t u d e envers l a v i e et non pas envers 45 l e monde que doit perfectionner l e bouddhiste: The Buddha, then, adopted and developed the Indian doctrine of karma. He does not oppose the world as such, but the craving for l i f e . Consequently, Buddhism cannot be i d e n t i f i e d with n i h i l i s m . The Buddha was concerned with something entirely • d i f f e r e n t : with quelling the passions and the w i l l to l i v e altogether.o Bouddha avait constate dans sa propre vie, que c'etait l e desir qui entrainait toujours l a souffranee dans l a vie humaine, non seulement les desirs f a c i l e s ou sensuels, mais ceuxmssi, de 7 l ' e s p r i t , comme par exemple, c e l u i de ne plus exister. C'est une des raisons pour lesquelles l e bouddhisme n'encourage pas cet individualisme cher a 1'Occident. II essaie de tuer tout desir, ce qui revient presque, a l'idee de tuer l ' i n d i v i d u , et en effe t , l ' i n d i v i d u bouddhiste doit s'oublier et se perdre dans l'E t r e Supreme. Francois Houang, dans Buddhism, met en r e l i e f cette indifference totale a 1'individualite de l ' e t r e humain: For Buddha, there i s no being i n s e l f . Personality i s an i l l u s i o n , i t i s only a transitory assemblage of aggregates; everything i s non-permanent, every- thing i s a composite and therefore subject to decom- position. Buddha was not looking for an i d e n t i f i - cation of the f i n i t e s e l f on the ontological l e v e l , but i n a p r a c t i c a l way, a therapy, a d i s c i p l i n e of salvation.8 Cette idee que l ' i n d i v i d u est absolument sans importance est d i f f i c i l e a. accepter pour 1'Occidental a i n s i que l ' a note Schoeps: Because of i t s fundamentally negative view of worldliness, Buddhism i s antipathetic to European thought. Escape from selfhood by meditation i s not possible for Occidental man; but for the p .Indian i t i s a mode of intense s p i r i t u a l i s a t i o n . " Mais l e bouddhisme est d i f f i c i l e a accepter pour l'Europeen ou 1'Occidental pour une autre raison. En plus de ce rejet du 46 monde e t de l ' i d e e de sa propre i n d i v i d u a l i t e e x i g e s du b o u d d h i s t e , i l y a, paradoxalement, 1'isolement complet de c e t i n d i v i d u q u i d o i t f a i r e 1 ' e f f o r t , s e u l , sans aucune a i d e pour a t t e i n d r e l e N i r v a n a . Le C h r e t i e n a comme s o u t i e n l e C h r i s t , l e s p r o p h e t e s , l e c l e r g e , l e s dogmes, mais l e bo u d d h i s t e e s t s e u l . Z u r c h e r e x p l i q u e c e t t e d o c t r i n e e x i g e a n t e a i n s i : The D o c t r i n e i s the pa t h t h a t l e a d s t o the end o f a l l d e s i r e s and s u f f e r i n g , and he who a s p i r e s t o s a l v a t i o n has t o walk t h a t p a t h a l o n e , w i t h o u t any su p p o r t , p r a y e r or r i t u a l — n o Buddha w i l l c a r r y him.l° Done c ' e s t une d o c t r i n e q u i d o i t a t t i r e r M o n t h e r l a n t q u i aime d i r e des choses q u i ne sont pas au gre de beaucoup des Occidentaux et q u i aime l'heroisme."'"'*" L ' a s c e t i s m e e s t un des p o i n t s c u l m i n a n t s du bouddhisme. Comme 1'hindou, l e bo u d d h i s t e d o i t p e r d r e son i n d i v i d u a l i t e , q u i t t e r l e monde des d e s i r s e t du c o n f o r t physique pour s ' o u b l i e r dans l ' E t r e Supreme. E t comme 1'hindouisme, a u s s i , l e bouddhisme a son co t e a n t i - f e m i n i n , mais q u i n'e s t pas base s u r l a d o c t r i n e des c a s t e s , c a r comme nous venons de le. cons t a t e r , l e b o u d d h i s t e ne s'occupe guere des i n s t i t u t i o n s c r e e e s par l e s hommes. Le bouddhisme, n a i s s a n t dans une atmosphere hindoue, a c c e p t e r a i t done v o l o n t i e r s 1 ' i n f e r i o r i t e des femmes; d ' a i l l e u r s c e l l e s - c i e v e i l l e n t n a t u r e l l e m e n t chez l'homme de v i f s d e s i r s , ce q u i e s t 1'oppose de ce qu'exige l e bouddhisme. Schoeps, q u i p a r l e du commencement du bouddhisme, e c r i t a. ce s u j e t : Most of the monks l i v e i n c e l i b a c y , s i n c e Buddhism was o r i g i n a l l y d i s t i n c t l y a n t i - f e m i n i n e . 1 ^ E t Z u r c h e r a j o u t e c e t t e p a r o l e l e g e n d a i r e de Bouddha, q u i ressemble a. l ' i r o n i e de M o n t h e r l a n t a. ce s u j e t : 47 On t h i s occasion the Buddha i s reported... to have uttered the remarkable prediction that, because of the ordination of women, the Good Doctrine was only to remain intact for f i v e centuries instead of the thousand years which i t otherwise would have lasted.13 II est interessant de noter i c i , que malgre l ' a v i s de Bouddha sur l'entree des femmes dans l e mouvement, ses.disciples l e s ac c u e i l l a i e n t volontiers deja. V o i c i un autre p a r a l l e l e avec l e christianisme, qui, historiquement, a ete, d'une part en faveur de l a l i b e r a t i o n de l a femme, et, qui d'autre part, notamment chez Saint Paul, met en garde contre l a femme. Somme toute, l e bouddhisme est une r e l i g i o n essentiellement pour les hommes. Le desir que ressent l e bouddhiste de quitter l e monde l e mene a. un mysticisme extreme. Avec l'idee q u ' i l se f a i t du Moi, i l arrive a depasser toutes les contradictions qui se trouvent dans l e monde. Comme l'hindou, i l decouvre 1'unite de l'univers dans une s p i r i t u a l i t e mysterieuse. Houang decrit ce 'Meant' bouddhiste: The Absolute i s outside our conceptual, discursive thinking, which i s f u l l of contradictions; one can only reach the Absolute, this 'Void' by means of a supra-relational i n t u i t i o n wherein duality i s neutralised.14 Pour l e bouddhiste, l e monde offre beaucoup de contradictions qui at t i r e n t l'homme, mais q u ' i l nie pour atteindre l e Moi. Derriere ces contradictions de l a vie se trouve 1'unite, et l e bouddhiste gagne cette unite l o r s q u ' i l arrive au Nirvana. Nous avons d i t a l a page quarante-quatre que l e bouddhisme n'est pas dualiste, done, que l e monde n'est pas mauvais, mais que,au contraire, i l represente une des manifestations de l' E t r e Supreme. Quant aux autres etres, 48 A. C. Bouquet donne l e raisonnement typique du bouddhiste du p a r t i Mahayana qui explique autrui a i n s i : For Hegel, as for Mahayanists, the question i s *¥hy should man be ignorant of his basic identi t y with the Absolute? I f there i s One Self, why do men imagine that there are many selves?' The Mahayanist" answer i s curious. The Absolute, i t says, i s ignorant of Its own nature. In order, therefore, to r e a l i z e I t s e l f , It has di f f e r e n t i a t e d I t s e l f into an i n f i n i t e number of f i n i t e selves. It has cast shadows that It might see Its own shape. Man's quest for salvation i s , i n fact, the Self seeking to know I t s e l f through this d i f f e r e n t i - ation. It i s the Self s t r i v i n g to get back v i a p l u r a l i t y to Its own Unity.15 I c i Bouquet parle des autres individus dans l e monde qui sont des fragments, en quelque sorte, de l a grande Unite. II aurait pu ajouter l e s manifestations de cette Unite dans l a nature aussi. L'histoire de Bouddha qui, au l i e u de s'adresser aux d i s c i p l e s reunis devant l u i en foule, se tenait debout muet, une belle f l e u r — a l a main, montre cette idee que l e monde est simple et que pour en degager 1'unite i l s u f f i t de mediter.. La.communication entre les etres est done superflue. L'unite est partout dans l e monde., c'est pourquoi l e bon bouddhiste doit renoncer a l a violence et doit respecter l a vie sous n'importe quelle forme: We read more than once of the good Buddhist as: 'Having l a i d aside onslaught on creatures, averse from that, he l i v e s as having l a i d aside the rod and the sword, l i v e s ashamed to hurt, endued with kindness, f r i e n d l y and compassionate to a l l breathing l i v i n g things.1° Ces sentiments semblent, pour l a plupart, a l l e r contre l a pensee de Montherlant, puisqu'ils expriment une douceur et une moralite qui se rattachent au christianisme contemporain. Nous verrons cependant, que meme s i Montherlant n'est pas epris des 49 qualites comme l a bonte, l a douceur ou l a compassion, i l est proche du sentiment de l a nature qu'a l e bouddhiste. Quant a l a moralite, comme Montherlant, l e bouddhiste ne tient pas a une moralite de communaute, et l a charite chez l u i n'est pas comme c e l l e du C h r e t i e n : It must be remembered that by pity Buddha did not mean helping, active love, devotion to fellowmen, but only benign kindliness, the avoidance of unsympathetic acts. Since action i s to be avoided, Buddhist ethics could only develop as something purely i n t e l l e c t u a l . It i s devoid of morality i n the Occidental sense. Buddhism i s , for example, ho s t i l e to work, since work implies a cling i n g to things and therefore i s wrong. It i s in d i f f e r e n t to the family.17 Nous venons de developper quelques aspects de l a r e l i g i o n bouddhiste qui nous semblent importants a l'egard de l a pensee de Montherlant mais nous avons appuye sur l e f a i t que dans l a pensee de Montherlant i l n'y a pas de place pour plusieurs aspects du bouddhisme. Neanmoins, i l existe des paralleles et Montherlant lui-meme se refere parfois aux procedes des bouddhistes dans ses Essais. Par exemple, au sujet du rejet bouddhiste, i l e c r i t : Le bouddhisme enseigne que l'homme doit avoir dix 'repugnances'. Peu importe lesquelles, c'est l'idee qui m'interesse. L'idee que, dans une oeuvre de perfectionnement in d i v i d u e l , avant meme ce qu'on souhaite, i l y a ce qu'on re j e t t e . 'Nul ne peut gouverner sa terre s ' i l ne s a i t aussi bien refuser qu'accorder', a d i t notre Saint Louis. Ce qui a manque, plus que tout peut-etre, au peuple frangais, depuis vingt ans, c'est ce 'Non!' fremissant, j a i l l i des profondeurs. Travaillons a l u i dormer des 'repugnances'. Travaillons a l u i dormer ce 'Non! ' a ce qui est mediocre et a. ce qui est bas.l° Montherlant montre explicitement i c i l e rapprochement entre l a r e l i g i o n et l a qualite. De cette c i t a t i o n nous pouvons deduire 1'admiration de Montherlant pour 1'attitude f i e r e et decisive du 50 bouddhiste, qui sait dire non a une vie facile et conventionnelle. Montherlant est attire, sans doute, par l'orgueil de l a doctrine bouddhiste, car ailleurs dans ses Garnets, i l decrit 1'attitude desinvolte des moines bouddhistes: Les moines bouddhistes, s i des fideles leur donnaient une robe neuve, l a dechiraient puis en recousaient les lambeaux. —Toujours cette pose, dans les religions. Ni lambeaux, ni brocarts, c'est pourtant simple, mais c'est l a simplicite qui est le plus d i f f i c i l e aux natures religieuses.1° Montherlant f a i t preuve de l a meme ambiguite envers les religions et l a f o i qu'il semble ressentir pour les femmes ou pour les animaux. II approuve et desapprouve a l a fois. Mais cette ambiguite dans sa pensee n'est pas une faiblesse dont i l n'est pas conscient, pour l u i c'est une source de puissance integree dans sa vision du monde. Dans une lettre a Philippe de 20 Saint-Robert, Montherlant a explique cette ambiguite feconde. Montherlant admire aussi l a dignite et le calme que repandent les religions de 1'Orient. II groupe probablement 1'hindouisme et le bouddhisme lorsqu'il ecrit dans les Carnets: Les Orientaux, dit-on, se reunissent quelquefois pour etre silencieux ensemble. Quatre-vingt-dix pour cent des paroles prononcees sont inutiles, et s i le genre humain devenait muet, i l se porterait mieux. Aussi bien le silence se paye- t - i l , comme l a solitude se paye. 1 Montherlant approuve done les Orientaux, peut-etre pour mieux attaquer l a mediocrite de ses compatriotes ou ses contemporains europeens. Lorsqu'il cite les exemples des hindous ou des bouddhistes, i l indique, comme Nietzsche avant l u i , qu'il base sa conception de l'homme et de ses qualites sur une vue des affaires humaines plus large que 1'Europe. C'est dans son theatre 51 surtout, qu'il aime a mettre en scene, des heros qui font preuve de qualites universelles. Au commencement de ce chapitre nous avons insiste sur le fa i t que Montherlant et le bouddhisme sont parfois opposes; d'ailleurs, l a citation de Ziircher appuie sur le pacifisme du bouddhisme. Le theatre montherlantien semble temoigner d'une affection de l a part du dramaturge pour une Eglise Militante, car plusieurs de ces heros representent un christianisme conquerant. Malatesta nous donne un pape qui deploie ses armees partout dans l ' l t a l i e et qui paye les condottieri pour lutter contre les Infideles. Dans Le Maitre de Santiago. les chevaliers parlent avec enthousiasme de 1'expulsion des Maures de Grenade, bataille dans laquelle Alvaro s'est distingue. Lorsqu'on evoque cette victoire, Alvaro parle d'un Dieu guerrier et appuie sur l a victoire religieuse plutot que sur celle de l a patrie: Le soir de Grenade, j'ai contemple Dieu dans son manteau de guerre. II avait l ' a i r d'un arbre auquel, apres le combat, les combattants ont suspendus leurs epees. 2 De meme, l'Eglise de Port-Royal s'unit a l'Etat et partage sa menace des 'heretiques' obstinees. Et en effet, le clerge de cette epoque, avait le droit de porter des armes. Cisneros, comme le pape de Malatesta. prend les armes aussi, avec jubilation meme; i l ne convertit pas les hommes comme les bouddhistes qui essaient de convaincre les autres par leur exemple, un mode de vie rempli de calme, de douceur- et de meditation. Cependant dans Le Maitre de Santiago, Montherlant donne un exemple de cette attitude bouddhiste envers l a conversion forcee. Alvaro, qui a 52 depasse l'age des guerriers, meprise l a colonisation de l'Amerique pour plusieurs raisons dont une est ce1;te conversion par l'epee au christianisme. Lorsque le chevalier Olmeda parle d'une guerre sainte, Alvaro riposte violemment avec ces mots amers: Une guerre sainte? Dans une guerre de cette espece, l a cause qui est sainte, c'est l a cause des indigenes. Or, l a chevalerie est essentiellement l a defense des persecutes. Si j'a l l a i s aux Indes, ce serait pour proteger les Indiens. 3 Mais Alvaro est seul de cet avis, les autres Chretiens de Montherlant, sauf ceux de La V i l l e dont le prince est un enfant et les Soeurs de Port-Royal. sont, comme Perrante et Cisneros, cyniques et durs comme 1'etait le cardinal Richelieu. C'est avec son ascetisme surtout que Montherlant s'approche du bouddhisme. Perrante, dont le nihilisme n'est pas exactement celui de l'ascetique, car i l ne sent plus les desirs que le bouddhiste maitrise, touche a une sorte de Nirvana seculaire. II est las du monde, en observe tous les ridicules, mais se cramponne a l a politique au point qu'il veut controler le mariage de son f i l s Pedro pour le bien de l'Etat, et i l se preoccupe de ce que son pays deviendra apres sa mort, bien qu'il montre son relativisme a Ines en ce qui concerne les frontieres nationales ou i l parle, comme Pascal,des frontieres arbitraires et l a 24 moralite que degagent les hommes de-la topographie. Dans sa vie quotidienne, i l v i t presque comme un moine bouddhiste. II se detache de tout; i l quitte le monde de 1'amour sous toutes ses formes, car i l n'aime plus son f i l s et i l hait 1'amour sensuel. II dit, par exemple, a Ines: Oh! ne croyez pas qu'il soit amer de se desaffectionner. Au contraire, vous ne savez pas comme c'est bon, de sentir qu'on 53 n'aime plus. Je ne sais ce qui est l e meilleur: se detacher, ou qu'on se detache de vous. 2^ En e f f e t , i l est s i detache de l a vie, q u ' i l s'approche de l a position du bouddhiste qui voit l'apparence des choses: Je dois aussi chercher a f a i r e croire que je sens quelque chose, alors que je ne sens plus r i e n . Le monde ne f a i t plus que m'effleurer. Et c'est justice, car je m'apergois QP-e, toute ma vie, je n'ai f a i t qu'effleurer l e monde.2" Dans Le Maitre de Santiago, Alvaro et sa f i l l e vivent dans un ascetisme rigoureux. Alvaro ne s'occupe plus de l ' e t a t de l a maison. 'Mon pere ne s'interesse pas a ce genre de choses,' 2 7 d i t Mariana a sa tante. Alvaro est f i e r de sa pauvrete car i l meprise l e confort physique. Lorsque Mariana parle d'acheter des draps neufs, i l repond presque avec colere; i l se c r o i t tres au-dessus de ces sortes de choses: Je ne demande qu'une chose: qu'on ne me casse pas l a tete avec des h i s t o i r e s de d r a p s . 2 8 Nous avons indique, dans l e premier chapitre, 1'attitude de l a Soeur Francoise de Port-Royal envers l e monde du confort. E l l e aimerait, d i t - e l l e , etre seule avec Dieu, vivre en aveugle, comme une sourde, c'est-a-dire, sans aucun rapport avec l a vie physique, 2 9 pour mieux sentir l a presence de Dieu. Chez Jeanne l a Polle, nous trouvons un ascetisme encore plus pousse. Gabriel Matzneff d i t de son nihilisme: Les propos que tient Jeanne l a Polle sont l a pointe supreme d'un neantisme qui, s i l'on est consequent, conduit rapidement a 1'inertie cadaverique, voire au suicide. 30 Dans l a deuxieme scene de l'acte deux, Montherlant montre l'a u s t e r i t e de l a vie de l a reine. E l l e n'aime pas les simples 54 p l a i s i r s des femmes comme s'ha b i l l e r avec de beaux vetements et porter des bijoux, e l l e se l a i s s e a l l e r a une mise tres negligee, dans sa c e l l u l e , n'ayant d'interet n i pour son f i l s , n i pour sa f i l l e , n i pour l e monde exterieur. E l l e ne s 1occupe pas des questions de nourriture ou d 1 embellissements pour sa chambre. E l l e parle, comme Ines et Mariana, de sa "petite eau", pour indiquer et son austerite et sa sim p l i c i t e . Ses paroles a. Cisneros revelent une idee proche du Nirvana du bouddhiste car, pour e l l e , Dieu est l e neant, non pas entoure de prophetes ou d'anges, mais l e r i e n : Vous sursautez s i je dis que Dieu est l e rie n . Le r i e n n'est pas Dieu, mais i l en est l'approche, i l en est l e commencement.'! Le desir a ete ab o l i en Jeanne parce que son mari n'existe plus. A i n s i e l l e aspire au neant et comme l e bouddhiste, e l l e n'appartient pas a un nihilisme a c t i f , mais comme l e d i t Matzneff,• son nihilisme est "cadaverique". E l l e constate que l e monde n'a plus de sens pour e l l e , done, agir dans ce monde serait r i d i c u l e selon e l l e . Les heros de Montherlant ne representent pas generalement ce type de nihilisme. Cisneros n'est que tente par l'idee de detruire tout ce q u ' i l f a i t , mais i l est tente justement parce q u ' i l c r o i t toujours dans l ' a c t i o n : Cardona: En detruisant a votre mort votre oeuvre politique, vous aurez enfin retrouve Dieu. Songez-y bien, je vous dis ce que vous aurait d i t l a reine. Cisneros: La detruire comment? Cardona: II est toujours f a c i l e de detruire. —Vous voyez, vous etes tente.32 Eerrante et Cisneros sont t i r e s dans deux directions opposees, qui sont leur desir de continuer dans l ' a c t i o n politique, de d i r i g e r l e pays, 1'Espagne ou l e Portugal, et, en meme temps, c e l u i de renoncer au monde corrompu et absurde. A i n s i i l s sont l o i n du 'neantisme' de Jeanne, bien qu'ils partagent une v i s i o n de l'univers semblable a l a sienne. Dans l a c i t a t i o n de Ziircher a. l a page quarante-six, i l y a l'idee de l'autonomie du bouddhiste dans sa recherche de son propre salut. En ceci i l ressemble aux heros de Montherlant aussi. Comme l e bouddhiste, l e heros montherlantien est foncierement egolste et suit sa propre voie vers l e salut. Le bouddhiste doit atteihdr.ee l e Nirvana de ses propres e f f o r t s , i l n'a n i l e Christ n i l a charite pour combler l a grande distance entre D,xeu.',e;ti l u i . a Nous avons deja note a l a page cinquante l ' o r g u e i l de l a doctrine, bouddhiste d'apres Montherlant. De meme, les heros de Montherlant sont seuls et in d i v i d u a l i s t e s aussi. Alvaro se preoccupe seulement de son ame. 0 mon ame, existes-tu encore? 0 mon ame, enfin t o i et moij33 Don Bernal montre 1'aspect non-chretien du mysticisme d'Alvaro, l o r s q u ' i l f a i t l a remarque: Oui, toujours l e 'regard i n t e r i e u r ' ... Ce regard in t e r i e u r dont i l regarde moins Dieu que lui-meme.^4 Et l a Soeur Angelique, dans Port-Royal, reproche h. l a Soeur Prancoise cette meme attitude egolste, 'II n'existe au monde que Dieu et moi', en disant aprement: Cela n'est. pas 1'esprit de notre I n s t i t u t . Cela est d ' a i l l e u r s . Vous n'etes pas tout 1 a f a i t une f i l l e de Port-Royal.35 C'est a i n s i que Malatesta et Cisneros, en mourant parlent a. Dieu, 56 mais restent neanmoins abandonnes, car i l s se sont figure une conception toute personnelle de Dieu," et i l s meurent seuls avec cette idee devant eux. Les dernieres paroles de Malatesta sont: Mais rien: pas un geste, pas un signe. Ah! i l s s'effacent! —Alors, que je m'efface aussi.36 Malatesta avait appele les dieux de l'Antiquite, c'est-a-dire des heros tels que Scipion, Cesar et Pompee, tandis que Cisneros s'adresse au Dieu C h r e t i e n : 0 mon Dieu! Qu'ai-je fait? Pourquoi cette punition?37 Ainsi le nihilisme que Montherlant met en scene est proche de 1'ascetisme du bouddhisme. Comme le bouddhiste, le personnage dramatique de Montherlant doit choisir d'etre un ascete, et i l l u i faut un effort tout personnel pour atteindre son salut. Ce personnage est souvent las du monde mais i l ne veut pas le detruire, i l cherche surtout, ce que cherche aussi Epictete, a se maitriser. Un autre aspect du bouddhisme, qui comme 1'hindouisme, se trouve dans l a pensee de Montherlant, est une attitude ambigue envers les femmes. Nous avons deja montre que le bouddhisme, puisqu'il avait ses origines dans 1'hindouisme, commencait avec une doctrine anti-feminine, mais l a citation de Zurcher a l a page quarante-sept, nous indique que meme a l'epoque de Bouddha, les femmes avait deja ete accueillies dans l a secte. Le theatre de Montherlant contient des exemples de l a meme ironie qu'eprouvait Bouddha en ce qui concerne les femmes. Pour Montherlant, comme pour le bouddhiste, l a femme represente 1'amour, un amour qui enveloppe tout, qui submerge l'homme. Dans L'Exil, Genevieve 57 permet a Philippe d ' a l l e r a l a guerre, seulement quand e l l e v o i t que son amour en est l e prix: J ' a i cru, ce jour f a t a l , que je ne viv a i s que pour que tu vives, mais pour que tu vives sans m1aimer, non j'aime mieux que tu meurs.39 Bien qu'elle semble representer 1'oppose du point de vue de Marie par rapport a G-illou dans F i l s de Personne. en f a i t e l l e est p a r e i l l e en ce que son amour est t o t a l , et e l l e aime mieux que son f i l s meure en l'aimant que d'etre vivant et de ne pas aimer sa mere. La guerre pour Philippe represente les qualites que Georges ne trouve pas en G i l l o u , des qualites masculines. La mere protege son enfant de ses qualites pour mieux conserver l'amour du f i l s . Pour l a femme, selon Montherlant, i l semble qu'aimer prend toujours l e pas sur l a qualite. Dans La Reine morte, Ines est 1'exemple par f a i t de ce principe. E l l e n'est qu'amour pour Pedro et pour l e f i l s qu'elle attend. Son amour est s i enveloppant que Ferrante reagit violemment contre cet optimisme dans l'amour qui l u i parait meprisable: Peche aussi de vous dire trop comment je me represente ce que les hommes et les femmes appellent amour, qui est d' a l l e r dans des maisons noires au fond d'alcoves plus t r i s t e s qu'eux-memes. pour s'y meler en silence comme les.ombres.^ Ces paroles ne peuvent r i e n contre 1'optimisme aveugle d'Ines, e l l e continue de parler en termes lyriques de son enfant: Mon p e t i t garcon aux o i l s invraisemblables, a l a f o i s beau et grossier, comme sont les garcons. Qui demande qu'on se batte avec l u i , qu'on danse avec l u i . Qui ne supporte pas qu'on.le touche. Qu'un exces de p l a i s i r f a i t soupirer. Et s ' i l n'est pas beau, je l'aimerai davantage encore pour l e consoler et l u i demande'r pardon de 1'avoir souhaite autre q u ' i l n'est.41 58 II faut tout de meme remarquer qu'elle aussi a une haute idee de l a "qualite", puisqu'elle est prete a tuer son enfant s ' i l ne repondait pas a son attente. Isotta dans Malatesta r e f l e t e aussi cet aspect feminin, e l l e aime son mari de t e l l e facon que, lorsqu'elle rencontre l e pape pour essayer d'obtenir l a l i b e r t e de son mari, l e pape se plaint en quelque sorte, que les pretres dans 1'Eglise, n'aiment pas autant l e Christ: Plut au c i e l que les pretres aimassent Jesus-Christ autant qu'une femme peut aimer son epoux.42 Comme Genevieve et Marie, Isotta se meut dans un amour absolu, bien au-dela des questions de moralite. E l l e aime Malatesta en acceptant tous ses cStes desagreables. II trompe Isotta comme l e r o i trompait Jeanne l a F o l l e , mais les femmes amoureuses supportent ces insultes au nom de 1'amour. Pour Jeanne, son mari est comme un s o l e i l eteint, dont e l l e se rappelle l a chaleur: S ' i l m'arrive quelque chose de trop cruel, je songe a mon mari, et pour un moment l e monde m'est rendu tolerable.43 Comme Ines, e l l e parle de son mari en des termes physiques parce que c'est l e cote physique qui l u i importe. Mais ce procede enerve l e cardinal, et e l l e confirme chez l u i , sa conception de l a femme, qui est qu'elle s u i t toujours l a pente f a c i l e des sens: Madame, je vous en prie! ... Madame, i l ne me faut pas moins que l a plus forte priere interieure pour chasser l e s images affreuses que Y Q U S evoquez. Je vous conjure de ne pas continuer.44 Nous avons.constate que les bouddhistes sont equivoques sur l a question des femmes et que cette ambiguite remonte au commencement meme de l a secte. II en est a i n s i dans l e theatre 59 de Montherlant car, s ' i l a souvent reproche a l a femme. sa mediocrite, i l a aussi cree des heroines sublimes. Comme Racine, i l rend l e s souffranees de ses heroines tres emouvantes. Pasiphae, Mariana, l a Soeur Angelique et Jeanne l a F o l i e montrent cette ambiguite dans l a pensee de Montherlant parce qu'elles semblent etre admirees par l e dramaturge tandis qu'ailleurs dans ses l i v r e s i l semble condamner les femmes, comme nous 1'avons vu dans l e chapitre precedent. II y'aa des occasions dans l e theatre de Montherlant ou. une "sorte de mysticisme bouddhiste aspire au neant et f a i t echouer l'amour des etres. Dans Le Maitre de Santiago, Alvaro et Mariana parlent du meme neant que l e bouddhiste. Alvaro encourage sa f i l l e a. perdre sa personnalite pour devenir comme son pere: Rapproche-toi de moi encore plus: deviens moi! .... Tu verras ce que c'est, que de n'etre r i e n ... Endormie, ensevelie dans l e profond abime de l a Divinite.45 Tel est l e neantisme de Jeanne, dont nous avons parle plus haut. E l l e f a i t presque a l l u s i o n au dualisme dont parle Houang a. l a page quarante-sept l o r s q u ' i l explique l e neant bouddhiste qui resout l a dualite entre 1'esprit et l e corps, quand e l l e d i t : Le oui et l e non sont pour moi comme deux mouches quand e l l e s dansent accouplees: on ne distingue pas l'une de 1'autre.4° La position qu'elle exprime dans ces paroles est proche de c e l l e du mysticisme bouddhiste, car e l l e affirme que pour e l l e , l e neant et l e r e e l sont l e s memes. A i n s i selon e l l e , i l existe une sorte d'unite derriere les apparences. Mais e l l e d i f f e r e du bouddhiste en ce qu'elle a accede a ce mysticisme a, 1'aide 60 de l a sensualite et non pas de l a meditation. L'attitude du bouddhiste envers l e monde physique ou l a nature ressemble a c e l l e de Montherlant. Le bouddhiste depasse ce monde des objets, mais i l ne hait pas l a nature pour cela. Au contraire, l e moine bouddhiste doit respecter cette nature et surtout, l e s betes. Nous savons que Montherlant aime l a tauromachie mais comme i l l ' a bien indique tout au long de son roman Les Bestiaires, i l admire et respecte aussi l e taureau q u ' i l tue. En effet,. i l se sent proche de l a nature, comme i l l e montre .a plusieurs endroits dans ses Essais. Dans Service I n u t i l e . par exemple, i l e c r i t : J'aime les animaux. C'est d'abord, je crois, parce qu'ils ne parlent pas.47 Et dans ses Carnets, i l f a i t a l l u s i o n a. cette sensualite q u ' i l eprouve pour les betes: Le pansexualisme est une forme de l'amour des Anciens pour 1'indetermine. Indetermine entre dieu et homme,—entre bete et homme,—entre nature et homme,—entre nature et dieu,—entre bete et dieu,—indetermine dans l e sexe des dieux. Ce passage perpetuel et f a c i l e de l'un a. 1'autre. 4° Dans l e theatre de Montherlant, c'est l a piece Pasiphae qui exprime l e mieux. ce sentiment pour l a nature. Le choeur parle des betes comme s ' i l s ' i d e n t i f i a i t avec e l l e s : Toute l a nuit, etrangement humaine,pleine des gemissements doux des pauvres taureaux et des pauvres vaches qui se plaignaientd'amour dans leurs ames simples. Car aujourd'hui nait l e printemps de Crete. Les crapauds ... les yeux calmes. La chatte se. t o r t i l l e et devore des feu i l l a g e s . Les poules trainent leurs a i l e s ouvertes sur l e s o l . La chienne mordille l e s habits de son maitre et f a i t en l'honneur de l a jeune saison une l i b a t i o n de goutelettes de sang.4" 61 Mais en f a i t , cette courte piece est remplie d*allusions aux animaux, ce qui n'est pas s i etonnant puisque Pasiphae se prepare a. son acte d'amour avec l e taureau. Dans ses paroles e l l e i n s i s t e sur 1'unite entre l e s hommes et les betes qui semble avoir ete oubliee par les hommes: Le printemps des Cretois est en f l e u r s . La chienne appelle l e chien, et rec o i t une reponse. La louve appelle l e loup, et recoit une reponse. Mais moi i l n'y a que l'anatheme pour l e c r i de ma chair et de mon coeur.50 II est c l a i r d'apres ces ci t a t i o n s que Montherlant associe irrevoquablement l a sensualite et les betes, toutes deux tres importantes dans sa pensee. Mais bien que l e taureau soit une image souvent rencontree dans l e theatre de Montherlant, c e l l e des mouches est plus importante, car e l l e figure dans plusieurs des pieces, Pasiphae, Le Cardinal d'Espagne, Port-Royal et Don 51 Juan. Comme Montherlant, Pasiphae respecte ce monde naturel plus que l e monde des hommes. C'est l a raison de son i d e n t i f i c a t i o n avec l e s animaux. E l l e se vo i t comme une vache, puisqu.'.elle, est, _ amoureuse d'un taureau et ne considere pas l e t i t r e de vache comme ignoble: Malheureusel Je tourne en rond comme une vache attachee.52 Pour e l l e , comme pour l e bouddhiste, l a nature represente un monde harmonieux et simple, surtout en ce qui concerne l e s questions de moralite. Les dernieres lignes de l a piece, enoncees par l e choeur, souligne cette attitude: J'hesite parfois s i 1'absence de pensee, et 1'absence de morale, ne contribuent pas beaucoup a. l a grande dignite des betes, des plantes et des eaux.53 62 Cet aspect d&Ia pensee de Montherlant devient de moins en moins important dans son oeuvre, car dans ses pieces depuis Pasiphae, i l se preoccupe plutot des etres humains et surtout des etres qui nient l a valeur du monde des objets t e l s que Perrante, Cisneros, Jeanne, l e s Soeurs. A i n s i i l r e f l e t e l a position du bouddhisme qui respecte l a nature et l a vie des betes mais qui, en meme temps, constate que ce monde n'a pas d'importance r e e l l e . Done, bien que l e bouddhisme so i t une r e l i g i o n qui ressemble au christianisme dans son unive r s a l i t y par rapport a l' A s i e , i l existe neanmoins des analogies entre'cette secte et les idees dans l e theatre de Montherlant. Ces analogies se trouvent pour l a plupart dans l e s aspects negatifs de l a r e l i g i o n , t e l s son nihilisme passif, son anti-feminisme latent, et son indifference envers l a moralite conventionnelle. NOTES 1 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, pp. 1053-1054. 2 Zurcher, ojo. c i t . , p. 51. 3 Ibid., p. 58. 4 Ibid., p. 29. 5 Ibid.. p. 40. 6 Schoeps, OP. c i t . , p. 170. 7 Zurcher c i t e , a ce sujet, une des Verites Nobles, c e l l e de l ' o r i g i n e de l a souffrance, qu'apprend l e moine bouddhiste, p. 27- Now t h i s , o monks, i s the Noble Truth of the o r i g i n of suffering: i t i s th i s t h i r s t which leads to rebi r t h , along with sensuous enjoyment that finds pleasure here and there, that i s , the t h i r s t for l u s t , the t h i r s t for existence, the t h i r s t for non- existence. 8 Prangois Houang, Buddhism, i n Introduction to the great r e l i g i o n s , op. c i t . , p. 60. 9 Schoeps, p. 169. 10 Zurcher, p. 22. 11 Montherlant, en.tant qu'ecrivain, se desolidarise souvent de ses contemporains et meme, parfois, de ses lecteurs, v o i r Les Jeunes P i l l e s . Comme epigraphe pour l ' e s s a i . Textes sous une occupation, i n Essais, p. 1377, i l met: Aussi l e s hommes de mon espece p a r l e r o n t - i l s de plus en plus une langue incomprise du grand nombre. Leur pensee s o l i t a i r e monte et ne s'etend pas... 12 Schoeps, p. 169. 13 Zurcher, p. 22. 14 Houang, p. 66. 15 A. C. Bouquet, Comparative Religion, (Harmondsworth, 1962), p. 173. 16 Ibid.. p. 163. 17 Schoeps, p. 170. 64 18 Montherlant, Savoir dire non, op. c i t . . p. 34. 19 Montherlant, Carnet XX, rin Essais, p. 1005. 20 Philippe de Saint-Robert c i t e cette l e t t r e dans La Table Ronde, novembre, I960, pp. 45-46: Une partie de ma v i s i o n du monde n'est jpas.'genee par l e christianisme, et meme est de plein-pied avec l u i : charite, generosite, valeur du s a c r i f i c e , mais, avant tout, mepris du monde et gout de l a r e t r a i t e , chez moi tout laxques, mais q u ' i l s u f f i t d'un f a i b l e e f f o r t d'imagination pour c h r i s t i a n i s e r . (..) mon nihilisme n'aura qu'a s'arret er a temps, et a. etre marque du signe de l a croix, pour devenir une valeur chretienne; quand i l ne s'arrete pas a temps, i l devient l e nihilisme athee de l a reine Jeanne, qui est un peu l e mien propre. (...) Voila. pour ce que j ' a i appele'une partie de ma vi s i o n du monde'. Quant a. l'autre, e l l e s'oppose d'une part energiquement a. toute croyance relig^ieuse, et d'autre part non moins energiquement: a-.une sensualite qui, l o i n de jouer dans ma morale l e role malfaisant que l u i f a i t jouer l e christianisme, y joue un role bienfaisant. (...) Le christianisme est pour moi un f a i t que j'approuve en partie, et en partie reprouve. Mes ouvrages expriment tour a. tour mon approbation et ma reprobation. 21 Montherlant, Carnet XLII, i n Essais, p. 1301. 22 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 606. 23 Ibid.. p. 611. 24 Blaise Pascal, Les Pensees, i n Oeuvres Completes, (Paris, 1966), pp. 506-507. 25 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 185. 26 Ibid., p. 218. 27 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 600. 28 Ibid., p. 645. 29 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 992. 30 ZGabriel Matzneff, Pessimisme et nihilisme chez Montherlant, La Table Ronde, novembre, I960, p. 220. 65 31 Montherlant, Le. Cardinal, d'.Espagne, p. 131.. 32 Ibid., p. 176. 33 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 620. 34 Ibid., p. 638. 35 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 992. 36 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 536. 37 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 206. 38 Nous trouvons, par exemple, dans l e manuel d'Epictete: Retire done ton aversion de tout ce qui ne depend point- de nous, et reporte-la, dans ce qui depend de nous, sur tout ce qui est contraire a l a nature. Quant au desir, supprime-le absolument pour 1'instant. Car s i tu desires, quelqu'une des choses qui ne dependent pas de nous, necessairement tu seras malheureux. Manuel d'Epictete, (Paris, 1964), p. 208. 39 Montherlant, L ' E x i l , i n Theatre, p. 71. 40 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 158. 41 Ibid., pp. 223-224. 42 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 507. 43 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 110. 44 Ibid., pp. 110-111. 45 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 653. 46 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 135. 47 Montherlant, Service i n u t i l e , i n Essais, p. 638. 48 Montherlant, Carnet XIX, i n Essais, p. 985. Ajoutons ce mot qui se trouve dans l e Carnet XX, i n Essais, p. 1011. Ce f l i r t continuel que j'entretiens avec l e s animaux. 49 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, p. 109. 50 Ibid., p. 117. 51 Montherlant, Don Juan, p. 138. 66 52 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, p. 116, 53 Ibid.. p. 122. CHAPITRE III MONTHERLANT ET LES RELIGIONS DU JAPON S ' i l existe des paralleles entre l e theatre de Montherlant et l'hindousime et l e bouddhisme, c'est neanmoins, l e climat r e l i g i e u x du Japon qui s'y f a i t l e plus sentir. Dans l e zen, secte du bouddhisme, tres repandue au Japon et modifiee par ce pays, a i n s i que dans l e shintolsme, se trouvent plusieurs elements de l a pensee de Montherlant. A l'.encontre des deux r e l i g i o n s deja etudiees, 1'hindouisme et l e bouddhisme, nous deeouvrons dans l e zen et dans l e shintolsme des tendances beaucoup moins pacifiques, un amour simple pour l e concret et un stolcisme p a r t i c u l i e r qui i n s i s t e sur l a pudeur, l a simplicite, l a durete et l'honneur. Ces qualites sont cheres a Montherlant et a beaucoup de Japonais. Chez les Japonais nous abordons une race distinctement a part qui a l e sens tres d e f i n i d'une communaute et d'un ordre. A. C. Bouquet met en r e l i e f ces aspects de cette race: The Japanese, though s u p e r f i c i a l l y resembling th e i r Chinese neighbours, are a very d i s t i n c t i v e people. Comparisons which represent the Chinese as the Greeks of the Par East and the Japanese as i t s Romans are apt to be misleading, but i t i s cer t a i n l y true that the Chinese resemble the Greeks i n their passion for art and philosophy, and the Japanese the Romans i n their power of assimilation, t h e i r lack of o r i g i n a l i t y . and their readiness for d i s c i p l i n e . 1 Nous avons remarque 1'influence de Quo Vadis? sur l e jeune Montherlant.... Sa derniere piece, La Guerre c i v i l e , t r a i t e des Romains, dont Montherlant admire tant l e stolcisme et l a vigueur, 68 c 1est-a-dire, le stoicisme des republicains romains, qui encourageait l a maitrise de soi et l a quete de l'honneur, 1'indifference envers le gain, l a souffrance et l a mort, et meme l a metaphysique. La religion des Romains etait syncretique et Bouquet appuie aussi sur ce cote syncretique de l a vie japonaise: Prior to A.D. 522 the ethnic religion of Japan was apparently much the same as Chinese polydaemonism. (...) This syncretism was followed by a reaction, and between 1700 and 1841 the national religion was purged of a l l Buddhist and Chinese influences, and for the time being was reduced to Mikado- worship. 2 Ces deux citations de Bouquet semblent indiquer que meme le temperament japonais est proche de celui de Montherlant, car en dehors de toute question de religion, Bouquet insiste sur le f a i t que les Japonais affectionnent en masse les qualites que Montherlant respecte aussi: l'idee d'exclusivite d'une communaute qui repousse l'influence de l'etranger, le besoin de discipline et l'idee de mettre les aspects pratiques d'une religion avant l a metaphysique. Mais ce sont les deux sectes japonaises qui fournissent des paralleles precis avec l a pensee de Montherlant. Le zen est une secte d'origine bouddhiste, mais elle repousse 1'intellectualisme du bouddhisme qu'elle considere excessif. Les moines bouddhistes passent des heures a discuter sans issue de l'ontologie et le pratiquant du zen affirme que l'acte quotidien le plus simple apportera autant de connaissance de l'univers que ces discussions interminables. Cela ne veut pas dire qu'il nie l a vie meditative, mais i l base sa meditation sur l a vie simple et concrete. Ziircher explique ainsi cette caracteristique du 69 zen dans son l i v r e sur l e bouddhisme: The Meditation School (Ch'an, i n Japanese Zen). Its basic doctrine i s that the 'Buddha-nature' — t h e p r i n c i p l e of Enlightenment—is immanent i n ourselves and can be realised by meditation and introspection. (...) Enlightenment cannot be reached along r a t i o n a l l i n e s by deliberate e f f o r t ; i t i s a sudden experience bursting upon . one i n a single moment. This experience makes the adept immune to and free from attachment. He goes on performing a l l the simple tasks of everyday l i f e , but these have been coloured by his v i s i o n and have obtained a new significance: 'The Highest Truth i s contained i n carrying water and chopping firewood.3 Le zen est done p a r t i c u l a r i s e par sa simpl i c i t y . II evite ces interminables discussions du bouddhisme mahayana au sujet de 1'a.me, de 1'existence des dieux et d'autrui, des dogmes; pour l u i l ' E t r e Supreme peut etre decouvert dans les taches l e s plus humbles. II s u f f i t de mediter pour Le trouver, mais cette revelation opere en quelque sorte comme l a grace chretienne, e l l e ne peut pas etre produite par l a raison, cela oblige l e moine a, l'attendre dans une vie tres simple. Pour encourager cette experience i n t u i t i v e l e moine du zen se pose des paradoxes celebres dans l e culte, car ces paradoxes, comme l a condition humaine, n'ont pas d'explication logique. Bouquet e c r i t a. ce sujet: It i s an image of the great Koan (riddle) which i s presented by l i f e i t s e l f , an 'impasse' which cannot, so the Zen teachers say, be ended i n t e l l e c t u a l l y . Man, for example, i s confronted, with the antithesis, 'freedom or determinism'. The solution comes i n the fl a s h of insight which i s called ' s a t o r i ' , 4 II existe un autre procede qui est plus concret et qui l i e cette r e l i g i o n a l'idee de 1'acceptation de l a violence, aspect qui pourrait bien a t t i r e r Montherlant qui affeetionne l e s C h r e t i e n s militants sinon guerriers comme nous l e verrons, et qui aime 70 aussi l a tauromachie. C'est l e traitement qui consiste en un choc physique donne aux novices du zen pour produire en eux cette revelation. V o i c i ce qu'en d i t Bouquet: Of course the teachers of Zen constantly went much further than this i n seeking to j o l t their d i s c i p l e s into sudden insight. Sometimes i t took the form of a box on the ear,' or a blow with a stick.5 Bien que Bouquet parle i c i des moines et de leur vie monastique, ce zen simple et meditatif, est devenu l a base des idees de l a caste m i l i t a i r e du Japon, l e s samourax, personnages qui interessent davantage Montherlant, comme nous l e verrons plus l o i n . Schoeps e c r i t au sujet des rapports entre l a r e l i g i o n simple du zen et cette classe m i l i t a i r e : The samurai found i n Zen, with i t s manly d i s c i p l i n e and contempt for death, the ideals they needed. A curious aspect of the instruction of Zen pupils i s the use of shock therapy, which extends to slaps and beatings with sticks to promote the re l i g i o u s break- through to spontaneous i n t u i t i o n . " Ziircher demontre d'autres l i e n s entre l e s moines du zen et les guerriers samourax: By i t s orientation towards p r a c t i c a l a c t i v i t y , by i t s aversion from dogma and book-learning, and by i t s emphasis upon austerity and restrained conduct i t was especially a t t r a c t i v e to the members of the a r i s t o c r a t i c warrior class of the Kamakua era, whose code of chivalry (bushido) was permeated by the s p i r i t of Zen.7 Ces qualites conviennent aussi a Montherlant plutot moraliste que philosophe car, comme les samourax, i l evite l a discussion des dogmes ou de l a metaphysique et se l i m i t e au r e e l . De plus, i l affectionne un code de vie qui exige quelque chose de l ' i n d i v i d u et i l semble irrevoquablement a t t i r e par 1'austerite. R. P. Dunoyer, dans The Religions of Japan, souligne ces memes aspects 71 notes par Zurcher et en ajoute d'autres: But i t i s undeniable that Zen has awakened among the Japanese virtues and a strength of soul which are rare indeed. The m i l i t a r y class especially has been influenced by this doctrine of renunciation and self-mastery. Bushido, the honor code of chivalry, i s completely permeated with i t — s t o i c bearing of t r i a l s , disdain for wealth and death, separation from everything that i s mean or has the aroma of s e l f - i n t e r e s t . 8 Bouquet ajoute un autre p a r a l l e l e entre l e zen et l a pensee de Montherlant l o r s q u ' i l parle du rapport entre ce culte et l'athletisme et surtout l e sport qui interesse traditionnellement l e s Japonais — l e judo: The success of Zen i n Japan has been rather curious. It i s the one form of Buddhism which has appealed to the m i l i t a r y caste, and to athletes.9 Montherlant n'est pas a t t i r e par l e judo, mais i l a beaucoup pratique d'autres sports, t e l s l e f o o t b a l l , l a tauromachie et l e s courses a pied. II ne s'agit pas d'un simple l o i s i r chez l u i , ces sports ont eu une importance presque philosophique pour l u i . John Cruickshank indique cette importance des sports: The "revelation" of sport, coming as i t did after .. those of Rome, b u l l f i g h t i n g and war, finds i t s main expression i n Les Olympiques, published i n 1924. In the four years preceding i t s publication Monther- lant devoted himself to f o o t b a l l and a t h l e t i c s and i s said to have run the 100 metres i n 11.8 seconds. (...) Sport seems to have provided an alternative source of that v i r i l e f r a t e r n i t y experienced i n war. He himself says that i t offered the best features of war, without i t s horrors, and that his generation found i n sport "an a c t i v i t y half-way between the great physical l y r i c i s m of war and the bureaucracy of peace."10 > Pour Zurcher, d'autres elements t y p i f i e n t 1'esprit japonais, qualites qui a t t i r e n t Montherlant autant que l e sport, c'est-a-dire, l a spontanelte, l a simplicity et l a concision et l a vigueur dans 72 l a parole: The Zen ideals of unpretentiousness, natural s i m p l i c i t y and spontaneity coupled with utmost terseness and vigour of expression are traceable i n a l l f i e l d s of Japanese art, from architecture to pottery.H Le shintoisme, ne de l'animisme p r i m i t i f des premiers Japonais, est 1 'autre grande r e l i g i o n du Japon. Le mot "shinto" vient du chinois, applique par l e s bouddhistes chinois au culte existant deja au Japon l o r s de leur invasion au seizieme s i e c l e . Une partie du shintolsme qui est assez important est sa tendance vers l e racisme, ou plutot, vers 1'affirmation de l a superiority de l a race japonaise. Robert Ballou montre l e ton de cette sorte de shintolsme nationaliste dans l e t i t r e de son l i v r e ; Shinto - the uneonquered enemy - Japan's doctrine of r a c i a l superiority and world conquest. Bouquet explique que ce shintolsme est autre que l e simple shintolsme de secte, r e l i g i o n vague et animiste, tres repandue parmi l e s Japonais campagnards. II degage de cette secte, l e shintolsme de l ' E t a t , encourage par l' E t a t pour des f i n s politiques et nationales: As i t existed i n 1 9 4 0 , Shinto was d i v i s i b l e into two d i s t i n c t forms: (a) state Shinto, which closely resembles the cult of the Sovereign i n the days of the Roman Empire, plus a good deal of ordinary ethnic polytheism of the domestic sort; and (b) sect Shinto, which i s extremely varied, and i n one of i t s forms almost approximates to prophetic monotheism.12 Comme l e zen done, l e shintolsme a servi a une organisation laique, comme base du credo du mouvement fa s c i s t e au Japon. Mais dans l e cas du zen, i l s'agit moins d'un mouvement fa s c i s t e et plutot d'une caste de chevalerie quasi-feodale. Neanmoins, tous deux aboutissent a une acceptation de l a violence soumise au bien de l a patrie. 73 L'idee de base du shintolsme est un mythe solaire, dont Ballou ecrit: The primordial universe was believed to be pervaded by the two opposed yet complementary forces—the bright, the heavenly, the masculine, and the dark, the earthly, the feminine.13 Nous avons deja constate que ce dualisme est tres attirant pour Montherlant, et dans sa vision du monde cette opposition du masculin et du feminin est importante. Dans les chapitres suivants nous traiterons de 1'importance du mythe solaire pour Montherlant. L'on ne peut douter du role de ce mythe dans le shintolsme. Dunoyer parle de l'essentiel de l a f o i shintolste ainsi: It i s a compilation of legends around a very ancient solar myth.14 Bouquet ajoute d 1autres details lorsqu'il ecrit sur l a cosmologie japonaise: There is a curious "fundamentalist" cosmogony which has actually been taught in the Government manuals' for schools, and which represents the world as the product of the copulation of two divinities, Izanagi and Izanami, from whom was born Amaterasu the Sun-goddess. She in turn is the ancestress of the Mikado.15 Par rapport a. l a pensee de Montherlant, l'essentiel de ce dualisme du shintolsme, le masculin et le feminin, est son aspect bienve.illant. II n'est pas comme le dualisme des Manicheens ou des Cathares, par exemple, qui prend le monde en horreur tout en adorant l'univers de 1'esprit. Pour le shintolste le monde et la nature sont aussi bienfaisants que 1'esprit. Ainsi ce culte est rempli de paix; i l encourage une vision harmonieuse de l'homme et de son monde.. Pour cet element du shintolsme referons-nous de nouveau a Dunoyer: 74 The fundamental b e l i e f of shintoism i s an idea which can be expressed as follows: everything which, i n the world of nature, possesses power, beauty, or charm, everything which i s gracious and sweet, p a r t i - cipates i n d i v i n i t y , shelters i t and reveals i t : the sea, the sun, the moon, the c l i f f , the flower.-*-" A i n s i l e shintolsme accepte l a nature d'une maniere encore plus positive que c e l l e de l'hindouisme ou du bouddhisme. De plus, l'homme f a i t partie integrale de cette nature, i l ne s'agit pas d'un c o n f l i t entre les hommes et l e monde physique. Comme l e d i t Dunoyer: There i s no c o n f l i c t between nature and man considered as a creature who has his place i n creation. (...) Nature i s good and f a i t h f u l . There i s great joy i n l i v i n g i n communion with the universe'and the gods.-*-' Le shintolsme est un exemple des r e l i g i o n s qui sont nees pour l a plupart en Extreme-Orient et qui acceptent l'homme comme une creature bonne en s o i . Genchi Kato, qui a e c r i t un p e t i t l i v r e sur l e temple de Nogi a Akasaka, appuie sur cette grande difference entre l e s r e l i g i o n s de 1'Orient et ce l l e s de 1'Occident. II montre que les sectes d'Europe sont theocratiques; e l l e s postulent un Dieu qui di r i g e l'homme de l'exterieur, tandis que les sectes orientales sont theanthropiques, et disent done que l'homme est l i e au d i v i n . Kato explique: In contrast with this separation (of the divine and human), theanthropic r e l i g i o n says that the Divine l i e s within, that d i v i n i t y can be seen i n humanity. Such was the case with the re l i g i o n s of Ancient Greece and Rome as well as with the Vedic r e l i g i o n , Brahmanism and Buddhism of India, Confucianism and Taoism of China and Shinto, the r e l i g i o n of the Japanese people. ° A l a page i t r e i z e , Montherlant parle du ..oii.iroir dans les temples shintolste, l a i l demontre q u ' i l a compris cette difference entre 75 les r e l i g i o n s et nous allons developper cette idee de r e l i g i o n homocentrique plus tard lorsque nous aborderons les pieces. Nous avons vu dans les citations des critiques l e cote stolque du temperament japonais qui ressemble en cec i aux paiens de l'Antiquite qu'affectionne tant Montherlant. Le zen et l e shintolsme honorent ce stolcisme qui decoule, comme c e l u i des Anciens, d'une conception de l'homme l i b r e dans l a nature. Puisque l'homme est l i e au d i v i n et sent cette d i v i n i t e en l u i , i l n'est pas hante par l e sentiment de l a c u l p a b i l i t e , obsession assez repandue dans 1 'Occident. Montherlant a indique dans ses e c r i t s , surtout dans ses essais divers, q u ' i l connait l e s principes du zen et du shintolsme. Par exemple, i l parle des samoural, dont l e credo est base sur l e zen. Les samoural ins i s t e n t sur l e s idees de d i s c i p l i n e , de stolcisme et de devoir; qualites que recommande Montherlant, mais qui, d'apres l u i , ne sont malheureusement plus a l a mode. Parfois, Montherlant s'insurge contre l ' a t t i t u d e moderne qui, selon l u i , nie l a "qualite" chez l'homme. Dans Service i n u t i l e , i l s'attaque aux explications economiques de l ' h i s t o i r e a i n s i : A i n s i Troyens et Acheens se seraient battus, l a science moderne l e pretend, non pour une j o l i e gorge, mais pour l a bonne sante de leur commerce exterieur. A i n s i les 47 Ronin japonais ne se seraient pas tues, comme veut l a legende, par f i d e l i t e a l a memoire de leur seigneur assassine, mais pour echapper a l a misere ou cette mort a l l a i t les mettre... Nous connaissons l ' e s p r i t qui dicte ces explications!19 Selon Montherlant, l e positivisme moderne essaie de diminuer 1'importance de l a vie a f f e c t i v e et, done, ne peut pas tolerer une explication des evenements historiques seulement par les affections humaines. 76 Dans son theatre Montherlant s'occupe des affections humaines, mais ce sont des affections a l a japonaise, c*est-a-dire, d-iautant- plus stoxques qu'elles sont plus vivement senties. Ferrante de La Reine morte, admire et aime 1'Infante mais ne l u i montre n i cette admiration n i cette affection. II en f a i t part seulement a. son f i l s : Je veux que vous epousiez 1'Infante. E l l e est l e f i l s que j'aurais du. avoir. E l l e n'a que dix-sept ans, et deja. son esprit v i r i l suppleera au votre. (...) L'Infante, e l l e . . . Enfin, je l'aime. E l l e m'a un peu etourdi des c r i s de son orgueil, quand e l l e dansait devant moi l e pas de l'honneur (ma f o i , e l l e ne touchait pas terre).20 De meme, 1'amour de Georges ( F i l s de personne) pour son f i l s , devient presque de l a haine, a cause de sa grande deception. Son f i l s ne peut comprendre son idee de qualite. G i l l o u aime les films d'Hollywood, l e s journaux; comme sa mere i l recherche plutot un bonheur f a c i l e : Je ne reproche pas a, G i l l o u d'etre insupportable: je serais inquiet pour un gosse qui ne serait pas un peu insupportable. Je l u i reproche d'etre de mauvaise qualite. Avec l'idee que se f a i t Georges de l a qualite, i l l u i serait impossible d'aimer G i l l o u . Dans Le Maitre de Santiago, l a situ a t i o n est semblable mais inverse en quelque sorte, car Alvaro d i t a. Bernal q u ' i l aime Mariana plus que tout au monde, bien q u ' i l ne s'occupe pas d' e l l e . En f a i t i l c r o i t qu'elle est mediocre avant l a transformation de c e l l e - c i a. l a f i n de l a piece. Mariana, admire son pere mais l e t r a i t e comme un saint qui est au-dessus de ses petites a f f a i r e s a. e l l e , comme par exemple, son amour pour Jacinto. A i n s i e l l e 77 dit a Bernal qu'elle n'irait jamais parler de mariage avec son pere ni l u i demander quelque chose: "Moi, prier mon pere? Oh! 22 cela jamais!" C'est surtout dans La V i l l e dont le prince est un enfant et dans Port-Royal que 1'affection se montre liee a l'idee de discipline. Sevrais accepte de renoncer a son affection pour Sandrier quand i l est renvoye du college par l'abbe de Pradts. Pradts sait tres bien qu'il peut compter sur l'ame genereuse de Sevrais: Vous avez de l a generosite. C'est, de nos jours, ce qu'il y a de plus rare dans cette nation.—Done, c'est promis? Avouez-le, l a generosite vous attire. ^ D'ailleurs toute 1'atmosphere du college est assez stolque, car les amities sont formellement interdites. De meme, le reglement interdit a de Pradts d'aimer aucun des eleves. Lorsque le Superieur, de l a Halle, le critique, l'abbe f a i t l'eloge de 1'affection humaine: Que m'importe maintenant ce qui me reste: l a pedagogie, le trantran, ce que je pouvais mettre de zele dans l a voie que j'ai choisie? II n'y a qu'une chose qui compte en ce monde: 1'affection qu'on a pour un etre; pas celle qu'il vous porte, celle qu'on a.^4- Ainsi le ressort de cette piece est l a maitrise plus ou moins efficace d'emotions fortement senties. Port-Royal ou. i l s'agit d'un autre ordre catholique, exploite aussi ces emotions fortes, puisque les affections entre les Soeurs sont aussi interdites. Malgre son amitie pour l a Soeur Francoise, l a Soeur Angelique essaie d'obeir a. l a regie lorsqu'elle parle avec sa novice: 78 Vous n'etes pas une p r i v i l e g i e e ; vous n'avez n i r o l e n i - m i s s i o n . D i s o n s que vous e t e s p l u t o t une e t r a n g e r e : une e t r a n g e r e de plus', parmi t o u t ce q u i nous e s t e t r a n g e r . La c h r e t i e n t e nous enveloppe, et une p a r t i e de l a c h r e t i e n t e e s t c o n t r e nous. Nous sommes i c i s o i x a n t e - n e u f r e l i g i e u s e s , et j e p o u r r a i s vous nommer c e l l e s q u i sont des e t r a n g e r e s , et q u i nous l e montreront a l a premiere r e n c o n t r e . 2 - 3 Le t o n q u ' e l l e prend l o r s q u ' e l l e p a r l e a l a Soeur F r a n c o i s e pendant c e t t e premiere scene e s t c e l u i de quelqu'un q u i donne des o r d r e s . A l a f i n de l a p i e c e , cependant, e l l e montre, dans ses p a r o l e s , 1 ' a f f e c t i o n q u ' e l l e eprouve pour l a Soeur F r a n c o i s e : Je vous a i n o u r r i e c i n q ans, d'un l a i t que pas une mere... Mais j e ne s a i s a q u o i j e pense en vous d i s a n t c e l a . . . Vous e t e s a s s e z grande, vous p o u r r i e z a l l e r s e u l e , quand meme j e vous q u i t t e r a i s . Or, j e ne vous q u i t t e pas; on ne q u i t t e que ce qu'on cesse d'aimer. A i n s i , dans son t h e a t r e , M o n t h e r l a n t met en v a l e u r une m a i t r i s e des emotions q u i e s t proche de c e l l e des J a p o n a i s . I I c o n s t a t e que l e s hommes sont f a i t s pour 1 * a f f e c t i o n , mais en meme temps, i l d i t que ce ne sont que l e s mediocres q u i cedent aux t e n t a t i o n s de 1 ' a f f e c t i o n . Les grandes ames s e n t e n t 1'amour mais ne l e montrent pas ne c e s s a i r e m e n t . L o r s de n o t r e d i s c u s s i o n du zen nous avons mis en r e l i e f l ' i n s i s t a n c e s u r l a v i e s i m p l e e t s u r l a r e v e l a t i o n s u b i t e de 1'harmonie de l ' u n i v e r s q u i en p r o v i e n t . Comme l e zen n'encourage pas l ' e m p l o i de l a r a i s o n pour a t t e i n d r e c e t t e r e v e l a t i o n , c e l l e - c i e s t &s;ouvent une r e v e l a t i o n presque i n a t t e n d u e . Dans l e t h e a t r e de M o n t h e r l a n t l e s cas de Mariana et de u i s n e r o s i l l u s t r e n t c e t t e p e r s p i c a c i t e soudaine. M a r i a n a a une e x i s t e n c e t r e s s i m p l e , e l l e ne p a r l e , a. v r a i d i r e , qu'a. sa t a n t e , mais B e r n a l remarque q u ' e l l e (9 est neanmoins bien philosophe: " Vous etes bien philosophe pour 27 vos dix-huit ans I' l a cris e que provoque l a ruse de Bernal et qui introduit l e mensonge dans l a maison d'Alvaro, montre en un e c l a i r l'amour qu'a Mariana pour son pere: Contre mon perel II m'a creee, je l'aime, et c'est l u i que je i'uis! (...) II l e faut, je l e veux, tombez sur les choses que regarde mon pere et illumihez-les dans un jour ou i l ne les a jamais vues. A i n s i agit votre Grace, le s l i v r e s l e disent bien: un ri e n imperceptible et tout est deplace. 2 8 A i n s i Mariana s'apercoit de son amour f i l i a l quand e l l e accepte de duper son pere. E l l e explique tout a. son pere et c'est e l l e qui v o i t Dieu, avant son pere. Son action nous donne un par f a i t exemple de l a revelation du zen, qui est l e resultat d'une vie tres simple et d'une c r i s e quelconque. Le cas de Cisneros est un peu different car i l o s c i l l e entre l a vie simple du monastere et une vie tres simple, mais turbulente, comme homme d'Etat. L'Etat et l ' E g l i s e seuls 1' inter es sent... Comme l e d i t Aralo: L'Eglise et l e royaume sont sa femme et son f i l s . On ne b a t i t une oeuvre que dans 1'indifference t e r r i b l e pour ce qui n'est pas e l l e . 2 9 La c r i s e chez Cisneros resulte de sa rencontre avec Jeanne. II di t a. Cardona: Ceux qui ont regarde ce qu'elle appelle l e ri e n et ce que j'appelle Dieu ont l e meme regard. C'est hier seulement que j ' a i appris- cela.30 C'est peut-etre l a simplicity de l a vie de Jeanne tout comme c e l l e de Mariana, qui a permis qu'elle trouve assez tot cette revelation. Cisneros, comme Alvaro, cherche trop energiquement peut-etre cette confrontation avec son Createur, pour ressentir 80 l e choc plus tot. l e s deux hommes partagent l a meme position egolste dans leur recherche. II faut noter aussi que Jeanne et l a Soeur Angelique dans Port-Royal-,, ont perdu l a f o i , tandis que Mariana et Cisneros l'ont trouvee apres un choc et apres avoir mene une vie tres simple. Jeanne perd son mari et elle" v o i t ensuite l e neant; Cisneros 1'accuse d'etre athee et e l l e a peur de 1'Inquisition que represente l e Cardinal. l a Soeur Angelique sent f a i b l i r sa f o i , de plus e l l e a peur des menaces de 1'Eglise et de l'E t a t v i s a v i s du couvent. Schoeps et Zurcher ont parle de ce traitement de choc dans 1' entrainement des novices du zen, t e l qu'indique a. l a page soixante- dix-;r A i n s i , dans l e zen, i l existe un melange de violence et de d i s c i p l i n e qui encourage ce traitement de choc et les sports comme l e judo. Cette tendance est importante aux samoural, qui n'ont pas peur de l a r e a l i t e et qui n'evitent pas de dire des paroles "blessantes aux autres s ' i l s croient qu'elles sont vraies. De plus, l e s samoural ne craignent pas une mort honorable. Montherlant admet avoir l u plusieurs textes qui tr a i t e n t des samoural, et dans l ' e s s a i L'Equinoxe de septembre, i l raconte l ' h i s t o i r e du parapluie du samoural peut-etre pour montrer comment ses contemporains europeens devaient se conduire: J ' a i l u dans un l i v r e japonais l e t r a i t suivant. Un samoural se rend sur l e te r r a i n ou i l va se battre en duel avec un autre samoural. II a ouvert son parapluie, car i l pleut. Et v o i c i q u ' i l apergoit son adversaire, qui se rend egalement sur l e ter r a i n . Mais ce dernier n'a pas de parapluie. Alors l e premier samoural l u i offre l ' a b r i du sien. A i n s i , sous l e meme parapluie, et devisant, i l s s'acheminent vers l e ter r a i n , et la. degainent leurs sabres, font ce que vous savez, et sont tues l'un par 1'autre. 81 Cette anecdote, lorsque je l a raconte, fa i t rire les Francais, parce que le rire est l a reaction des Frangais d 1aujourd 1hui devant ce qui est grand.31 II est c l a i r que Montherlant admire cette sorte d'action, et i l admire sans doute le mode de vie des samoural. Nous avons deja cite, a l a page .Itreize^ dans le chapitre sur l'hindouisme, ses remarques sur le cote samoural de Georges dans F i l s de personne. II y declare que s i l a piece etait vraiment dans le style japonais comme 1'avait suppose l a critique, Georges aurait tue son f i l s pour mediocrite, sans doute avec le consentement du f i l s . Georges n'epargne pas l a sensibilite de Marie ou de Gillou lorsqu'il constate que son f i l s est un mediocre. Comme le samoural i l doit choisir entre le sentiment et l a mediocrite: Vous avez raison: je ne suis pas un pere. Je suis un homme qui choisit.32 Montherlant voit de l a grandeur dans cette position et i l essaie de dormer des exemples des heros sublimes qui choisissent entre l'amour f i l i a l et l a mediocrite. Ferrante dit a. Pedro qu'il est un faible et i l l'emprisonne pour cette faiblesse. A l a f i n de l'entrevue avec son f i l s , i l repond a. Pedro qui veut embrasser son pere malgre ses insultes: Embrassons-nous, s i vous le desirez. Mais ces baisers entre parents et enfants, ces baisers dont on se demande pourquoi on 3es';regoit et pourquoi on les donne...33 Alvaro est proche aussi du stolcisme samoural, car i l ne cache pas non plus ses sentiments pour sa f i l l e . II dit brutalement a. Bernal; le pere de Jacinto: Les enfants degradent. Nous ne nous voyions qu'aux repas, et de chacun de ces repas je sortais un peu diminue. 34 82 De meme, i l sait qu'il blesse les autres chevaliers de 1'Ordre quand i l condamne les projets qu'ils font entre eux avant d'aller en Amerique. Mais i l tient a dire l a verite: Dans toute l'annee qui yient de f i n i r je n'ai menti que quatre fois.35 Meme chez les religieuses de Montherlant, ce sentiment de l a durete existe et surtout chez l a Mere Agnes. Lorsqu'elle rencontre l a Soeur Angelique qui est devenue craintive et faible, elle ne cherche pas a dissimuler son etonnement devant cette mediocrite. Comme dans les deux exemples precedents, ces deux femmes sont de la meme famille, celle des Arnaud, et ainsi l a Mere Agnes est plus dure pour Angelique que pour une autre, dans le style samoural: II y en a qui portent leur crainte. D'autres qui l a trainent. (..) Vous etes ma niece, ma chere f i l l e , et je voudrais vous donner, plus qu'a pas une autre, une parole de soulagement. Mais i l n'appartient pas a une creature de donner du soulagement,.daris'/uneL'.affliction; c'est un office que Dieu a retenu pour soi seul. Et quel besoin de soulagement? Vous souffrez et vous avez 1'amour de Dieu. Vous. avez tout.3° Assez ironiquement l a Mere Agnes dit a l a Soeur Angelique ce que cette derniere a deja dit a l a Soeur Francoise, mais Angelique perd sa f o i tandis que Francoise s'enfonce dans l a sienne. Ce que dit l a Mere Agnes dans cette scene est semblable aux paroles de Cisneros, exaspere, a son neveu Cardona. S ' i l f a i t quelque chose pour ce dernier, c'est parce qu'il est de sa famille, mais i l ne cache pas non plus, ses sentiments a 1'egard du neveu. II le traite en homme mediocre: A l a page vingt-£de.ux nous avons vu son jeu de mot^dans le style pascalien qui contraste le devoir etre et l'etre. Malgre l a sympathie evidente que porte Cardona 83 a. son oncle, c e l u i - c i l ' i n s u l t e et l e persecute presque. Cardona veut quitter l a cour corrompue pour regagner ses terres paisibles, mais son oncle l e retient malgre l e f a i t q u ' i l serait en danger s i l e Cardinal mourait. A i n s i dans l e theatre de Montherlant existe l e theme de -la durete de l a part des heros envers les plus jeunes, theme qui ressemble aux sentiments des samourax pour l e s mediocres* Dunoyer parle du dedain des samoural pour l a mort et pour 1'argent. Ces t r a i t s figurent aussi dans l e theatre de Montherlant. Montherlant admire une attitude stolque envers l a mort. Dans l a postface du Cardinal d'Espagne, i l note: C'est l e moment de mourir, et non de repondre aux requetes, d i t l e cardinal. J'aime cette parole sans pretention, sa simplicite et son bon sens, s i ca s t i l l a n e de surcroft par cette simplicite et sa franchise rude. Voila qui nous change des poses sublimes de l a derniere heure. Et je songe encore, 1'agrandissant, qu'elle devrait etre l a parole de tous l e s hommes qui ont depasse l a soixantaine, quand on les i n v i t e a quelque n i a i s e r i e de l a parade ou de l ' a c t i o n : 'C'est l e moment de mourir et non de f a i r e l e singe avec vous.'37 En ce qui concerne l a mort, l e personnage de Platina dans Malatesta est interessant, car i l regarde l a force et 1'injustice assez calmement, comme l e f e r a i t un samourax ou un Romain de l a Republique: Pourquoi je ne f u i s pas? Par dedain de me defendre. J ' a i soixante-trois ans. Je ne veux pas donner a ces fantoches l e p l a i s i r de me v o i r t r o t t e r a. mon age. D'autant que, ma vie entiere, j ' a i toujours eu horreur de me contraindre et de me presser.38 Cette reponse surprend Malatesta, amoureux de l a vie des sens, et i l s'etonne que Platina-puisse continuer ses etudes et ses lectures a. Rome ou. i l est probable q u ' i l sera tue d'un moment a. l'autre. 84 Mais Platina montre en ceci l e sublime montherlantien: Mon; Dieu, oui. Du moins i l ne sera pas d i t qu'ils m'aient derange a 1'exces. J ' a i a Rome mes manuscrits, mes i n t a i l l e s , mes antiques. Je v i v r a i au milieu de tout cela jusqu'au bout. Je prefere ne pas vivre, a ne.pas vivre l a vie qui me p l a i t . ^ " C'est une attitude qui rappelle c e l l e des samoural en duel; l e sublime de cette attitude est commente par Aureliu Weiss: Comme John Ford, Montherlant aime l'herolsme et recherche l e sublime.40 Nous retrouvons cette resignation devant l a mort chez l a Mere Agnes: Et je vais a l a mort comme on va a l a messe. Tout l e temps n'est rien, n i ce qui s'y passe. II n'y a de r e e l que 1'eternite.41 Cisneros non plus n'a pas peur de l a mort et i l l a maitrise en quelque sorte quand i l attend l ' a r r i v e e du r o i : Je ne mourrai pas avant d'avoir rencontre l e roi.42 Selon sa conception de lui-meme on sent q u ' i l se c r o i r a i t deshonore s 1 i l mourait avant cette rencontre. Nous avons deja discute son attitude envers les requetes des courtisans qui constatent que l e vieux cardinal s ' a f f a i b l i t . II faut noter que malgre sa decision Cisneros meurt avant de voi r l e r o i , et qu'en mourant i l semble se contredire, car i l meurt de chagrin bien q u ' i l a i t d i t qu'on 43 ne meurt pas de cette facon s i on est ne en C a s t i l l e . A i n s i , bien que plusieurs des personnages de Montherlant aient peur de l a mort, t e l s que Malatesta, Don Juan et Jeanne qui n'aime pas l e s menaces de Cisneros, chef de 1'Inquisition, Montherlant met aussi en scene plusieurs heros qui montrent une attitude japonaise, ou stolque, envers l a mort. C'est l e cas dans l a 85 Guerre c i v i l e , piece sans femmes n i tendresse, remplie des paroles des soldats brutaux et indi f f e r e n t s a l a mort et dans laquelle t r o i s cents soldats captifs sont mis a mort sans discussion. Montherlant admire l e sang-froid des Romains et d i t dans sa postface Que cette piece s o i t un temoignage de mon affection, .. de ma piete et de mon respect a l'egard de ces hommes. Quant au dedain de 1'argent dont parlent l e s critiques au sujet des pratiquants du zen, ce theme se retrouve dans l'oeuvre theatrale de Montherlant. II n'est pas vraiment surprenant que les personnages de Montherlant ne s'occupent pas de 1'argent (sauf les Chevaliers du Maitre de Santiago), car l'auteur lui-meme meprise l a tendance moderne de prendre 1'argent comme c r i t e r e de l a valeur des hommes. II donne, en 1932, l e prix l i t t e r a i r e de l'Academie Frangaise q u ' i l vient d'obtenir aux troups des armees ennemies de ]a-iguerre au Maroc, et en 1934, l o r s q u ' i l est dote du Prix Northcliffe-Heinemann pour l e roman Les Celibataires, i l donne 45 1'argent a quelques hSpitaux londoniens. II explique en partie son attitude envers 1'argent dans son essai Textes sous une occupation: Je ne parviens pas a. comprendre l e pourquoi de cette multitude de crimes et d'horreurs qui depuis l'aube du monde ont pour cause l e seul argent. (...) Un homme de cinquante ans qui cherche a amasser: 46 La plupart du temps on ne parle pas d'argent dans l e theatre de Montherlant; ce f a i t pourrait deja indiquer l e dedain pour cette commodite. Souvent l a vie qu'ont choisie quelques heros de Montherlant demontre clairement une indifference envers l e bien-etre. Ses ascetes semblent degoutes du monde. Dans l a 86 chevalerie, dans un college catholique et dans un couvent, l'on se soucie peu de 1'argent. Cependant, Montherlant en parle dans Le Maitre de Santiago. Alvaro et Mariana traitent 1'argent avec le meme dedain que les disciples des religions orientales. Alvaro reagit plusieurs fois lorsqu'il s'agit dans l a piece de se procurer de 1'argent, par exemple au moment ou Bernal essaie de le persuader de s'embarquer pour l'Amerique: Par l a conquete des Indes se sont installes en Espagne l a passion du lucre, le trafic de tout et a propos de tout, l'hypocrisie, 1'indifference a. l a vie du prochain, 7l'exploitation hideuse- de l'homme par 1'homme. Plus t a r d ' i l dit a. Bernal pour montrer combien i l meprise 1'argent et combien les enfants 'degradent', c'est-a-dire, encouragent de la part des parents un compromis avec le monde: Vous, pour l a premiere fois de votre vie, vous me parlez argent, et c'est a cause de votre fils.4 8 De plus Alvaro se separe facilement de son argent: Pendant deux ans, je recus ainsi plusieurs fois des sommes non negligeables, et chaque fois j'en avais cette meme gene, et presque de 1'accablement. Devant le sac d'ecus, je me disais: 'Qu'en faire, grand Dieu?1 Je les ai donnes aux maisons de l 1Ordre.4" Mariana partage cette gene de son pere devant l a richesse. Elle dit a. Bernal qui demande s i l a richesse l u i f a i t peur: Je 1'accueilleirai comme une epreuve et je m'efforcerai de l a surmonter.50 Pour Mariana, et pour les heros de Montherlant en general, 1'argent represente l a vie luxueuse et 1'existence trop facile, et menace reellement leur autonomie. Car ces heros ont une idee assez nette d'eux-memes et i l s essayent tous d'eviter ce qui est trop agreable. Jacques de Laprade dit de ces heros: 87 II y a chez les heros de Montherlant, une provocation de 1'imagination qui evoque les hommes de l a Renaissance. L'idee qu'ils se font d'eux-memes les exalte. Ils se mettent a. l'epreuve. Leur courage est d'autant plus tendu qu'ils sentent mieux leur solitude et que l'acte qu'ils nourrissent de leur sang est hors du commun. 5"1 Laprade signale i c i 1'aspect chevaleresque des heros de Montherlant. Ce fa i t les rapproche de nouveau des samoural, car ce que Montherlant admire dans l'histoire du parapluie mentionnee plus haut est l a dignite et l'honneur des samoural. Ils auraient pu se tuer autrement, mais i l s ont choisi de s'elever au-dessus du niveau ordinaire et creent done une valeur humaine qui evite l a reaction instinctive chez l'homme. Cette conception de se creer et de se maitriser revient souvent dans les ecrits de Montherlant. Par exemple, i l ecrit dans Service Inutile, ou i l traite precisement de l a chevalerie: Je n'ai que l'idee que je me fais de moi pour me soutenir sur les mers du neant.52 Cette idee de dignite et d'honneur soulage les heros de Montherlant et i l s peuvent faire face au monde muni de l a meme fiertet calme qu'ont les samoural. Dans La Reine morte. 1'Infante de Navarre, qui n'a que dix-sept ans tient tete au roi du Portugal qui en a soixante-dix. Elle parle tant de son honneur que sa premiere dame d'honneur dit d'elle: Mourir d'honneur blesse, c'est bien l a mort qui convient a. notre Infante.53 L'Infante nous donne ensuite un parfait exemple de son orgueil sublime: Si Dieu voulait me donner le c i e l , mais qu'il me le differat, je prefererais me jeter en enfer, a. devoir attendre le bon pla i s i r de Dieu.54 88 Cette replique ne montre pas qu'elle ne croit pas en Dieu, mais plutot qu'elle croit en elle-meme autant qu'elle croit en Dieu. Cette position de 1'Infante est comme celle d'Alvaro, qui montre l a meme audace a 1'egard d'autrui et meme de Dieu, et dont Bernal dit avec ironie: Oui, toujours le 'regard interieur'... Ce regard interieur dont i l regarde moins Dieu que lui-meme.55 Et comme l'orgueil de 1'Infante aussi est l a remarque d'Alvaro au moment ou. Bernal suggere le gain possible s ' i l accepte un bref sejour en Amerique: Je vous demande pardon... Est-ce que c'est bien a. moi que vous parlez en ce moment?56 Montherlant admire un stolcisme pareil dans le refus des Soeurs de Port-Royal de signer le Pormulaire malgre les menaces de l'Etat et de 1'Eglise. Montherlant ne s'occupe pas du tout des questions de doctrine dans cet episode ainsi chaque partie a raison, mais i l admire, neanmoins, l a resistance des Soeurs, et peut-etre s e r a i t - i l du meme avis de l'Aumonier-' dont 1'admiration pour l a fermete des Soeurs exaspere Perefixe qui s'emporte ainsi: II ferait beau voir que n'importe quelle sottise devint bonne et sublime, simplement parce qu'on s'y tient ferme.57 Cisneros aussi partage cette fermete. II est f i e r de sa naissance, de sa patrie et de lui-meme, comme le serait un samoural: On ne meurt pas de chagrin en Castille. Peut-etre qu'a. Naples ou aux Plandres on meurt de chagrin. Mais notre race est d'un autre metal, et on ne meurt pas de chagrin chez nous.58 89 Comme les religieuses et le Cardinal, Jeanne l a Polle a. une certaine fierte bien qu'en ceci elle semble se contredire, car elle preche un nihilisme qui s'accorde mai avec l a fierte. Mais lorsqu'elle rencontre Cisneros elle n'oublie pas les formules of f i c i e l l e s et le fa i t que c'est elle qui est au sommet de l'hierarchie civique: La reine et le r o i regnent ensemble. Dans les actes, je suis nommee l a premiere.59 En somme, l a fierte est un sentiment qu'eprouvent souvent les heros de Montherlant et c'est un autre aspect de l'oeuvre qui le rapproche du zen. Un autre aspect du zen, et surtout des samoural, qu'affection- nerait Montherlant est 1'acceptation de l a violence naturelle dans l a vie. Nous avons deja cite les paroles de Zurcher, a l a page soixante-douze, au sujet de l a vigueur de 1'expression chez les disciples du zen. Le monde de Montherlant est violent; et cette violence parait dans les actes et dans les paroles. Souvent i l suggere cette violence avec des images frappantes ou des echanges d'insultes, procede qui evite les actions violentes sur scene.,. 60 ce qui va contre son idee du theatre. Dans La.Reine morte. l a violence du monde est indiquee par 1'emprisonnement de Pedro, par 1'ordre de mettre en prison l'eveque de Guarda pour avoir marie Pedro et Ines a. l'insu de tout le monde, par l'idee de tuer Lourenco Payva 'pour encourager les autres', et surtout par le meurtre arbitraire d'Ines. Lorsque Ferrante dit au gouverneur de Pedro que ce dernier doit etre conduit en prison 'pour mediocrite', Don Christoval insiste que Pedro aime son pere. Mais Ferrante l u i repond dans ce langage typique des heros intransigeants de Montherlant: 90 Quand i l me mepriserait, quand i l aurait f a i t peindre mon image sur les semelles de ses souliers, pour me pietiner quand i l marche, ou quand i l m'aimerait au point d'etre pret a donner pour moi sa vie, cela me sera i t i n d i f f e r e n t encore." 1 Cette violence se trouve aussi dans les paroles d'Egas Coelho qui essaie de toutes ses forces de convaincre Eerrante que l a mort de sa t>ru serait f a c i l e et u t i l e : On s'y trompe, Seigneur. La mort de dona Ines, qui maintenant vous tourmente, c'est e l l e qui vous rendra l i b r e . En cette occasion, l a femme est comme l a poule: tuez-la et e l l e vous n o u r r i t . " 2 Cette meme cruaute desinvolte se retrouve dans Malatesta. La piece commence avec l a l u t t e entre Malatesta et Sacramoro: En garde! Cette f o i s je te les coupe! Je te les coupe et je les mange a diner!63 Plus tard, lorsqu'on l u i dit. que ce meme Sacramoro est mort etrangle par Malatesta, c e l u i - c i d i t : Assez. V o i l a un individu qui me f a i t dire q u ' i l est vivant, puis dix minutes plus tard, qui me f a i t dire q u ' i l est mort. Est-ce q u ' i l se moque de moi? Est-ce ma faute s i cet imbecile avait en outre un cou de poulet?°^ Plus tard, Malatesta contemple l'idee de.plonger son poignard dans l e sein du pape q u ' i l semble reverer. Montherlant revient encore a cet univers violent dans Le Cardinal d'Espagne. Comme Malatesta, cette piece commence sur un ton tres violent, car E s t i v e l veut l a mort du Cardinal et d i t de c e l u i - c i : Pendu l a tete en bas, l e ventre ouvert, l e s tripes sortantes; et m'enfouir l e visage dans ses t r i p e s : voila. ce que je voudrais."- 3 Comme plusieurs heros de Montherlant, Cisneros a. son tour se nourrit de l a haine des autres, q u ' i l considere mediocres. Loin 91 de pardonner a ses ennemis comme l e f e r a i t un veritable C h r e t i e n i l repond a l a violence par une plus grande violence: Qu'il bombarde l e bourg, q u ' i l n'y a i t plus de Vi l l a f r a d e s , qu'on seme du s e l sur les decombres, que tout soit termine demain soir."° Pour Cisneros, cette sorte de cruaute f a i t partie de son christianisme. Non seulement, i l n'a nulle sympathie pour Cardona qui vient de perdre une f i l l e , mais i l repand l a f o i par l a force. La grande difference entre l e zen et les deux re l i g i o n s qui sont nees dans l'pnde—l'hindouisme et l e bouddhisme—se trouve dans cette attitude envers l a violence. Pour les f i d e l e s du zen, l a violence f a i t partie du monde naturel et est done acceptable. Pour Montherlant aussi qui aime l a guerre, l e s sports violents et l a tauromachie, l a souffranee ajoute aux p o s s i b i l i t e s de se f a i r e v a l o i r . Dans ses pieces par exemple, dans Pasiphae et dans La Reine morte. se trouvent des images de poule, car l a poule represente pour l u i l a mediocrite. Le taureau, representerait pour l u i l a valeur; nous en parlerons au sujet du mithriacisme. Nous avons pu relever a i n s i plusieurs aspects du zen, surtout chez les samoural, qui se retrouvent dans l'oeuvre de Montherlant. Le zen encourage des qualites qui l u i sont cheres; l e stolcisme, l a dignite, l a vigueur, l a 'qualite' d'un ordre qui forme une e l i t e , l a durete et l'honnete. Ces qualites sont developpees a maintes reprises dans les pieces de Montherlant comme nous l e verrons plus l o i n . L'autre influence du Japon est c e l l e du shintolsme. Les crit i q u e s que nous avons ci t e s plus haut ont i n s i s t e sur 1'aspect nationaliste du shintolsme; comme l a secte elle-meme, i l s ont appuye s u r l e f a i t que l e s J a p o n a i s sont une r a c e a p a r t . G e c i ressemble au mouvement inn e des heros de M o n t h e r l a n t v e r s un or d r e ou une communaute d ' e t r e s s u p e r i e u r s . I l s se detachent de t o u t c o n t a c t avec l e s e t r e s mediocres, e t , en s'enfermant, i l s se m a i t r i s e n t . Un a u t r e element du s h i n t o l s m e e s t sa m y t h o l o g i e p r i m i t i v e et s o l a i r e , mais nous aurons p l u s a. d i r e s u r 1'importance du s o l e i l chez M o n t h e r l a n t quand nous t r a i t e r o n s du m i t h r i a c i s m e . P l u s i m p o r t a n t i c i e s t l a p l a c e de l a n a t u r e dans l e s h i n t o l s m e , comme l e d e c r i t Dunoyer. A l a maniere o r i e n t a l e , M o n t h e r l a n t t i r e de l a n a t u r e des images q u i i l l u s t r e n t l e s p a s s i o n s humaines. A i n s i i l se s e r t de 1'image des mouches dans p l u s i e u r s p i e c e s : P o r t - R o y a l , Don Juan, Le C a r d i n a l d'Espagne. Pour Jeanne l e s mouches r e p r e s e n t e n t l e neant, pour l a Mere Agnes, 1 1 i n s i g n i f i a n c e des hommes. Les taur e a u x r e v i e n n e n t a u s s i comme image, et s y m b o l i s e n t l a p u i s s a n c e et 1'isolement. I I n'e s t pas etonnant que c e t t e image f i g u r e largement dans P a s i p h a e . puisque t o u t e l ' a c t i o n de l a p i e c e concerne l a p a s s i o n de l a r e i n e pour un t a u r e a u . Mais dans d ' a u t r e s p i e c e s , l e t a u r e a u f i g u r e dans l e s p a r o l e s des personnages. L ' I n f a n t e dans La Re i n e morte, par exemple, l e prend comme preuve de l a s u p e r i o r i t y de son pays. E l l e v i e n t de s u b i r un a f f r o n t de l a p a r t de Pedro, et e l l e d i t a F e r r a n t e : J'aime un mal q u i v i e n t de moi-meme. E t p u i s , l a Navarre e s t un pays dur. Les taureaux de chez nous sont de t o u t e l'Espagne ceux q u i ont l e s p a t t e s l e s p l u s r e s i s t a n t e s , parce q u ' i l s marchent t o u j o u r s s u r de l a r o c a i l l e . " ' P l u s t a r d , F e r r a n t e s ' i d e n t i f i e au t a u r e a u : 93 Mes Grands v o u d r a i e n t que j ' o b t i e n n e ce consentement en s e v i s s a n t c o n t r e l e P r i n c e et c o n t r e vous. S ' i l s en a v a i e n t l ' a u d a c e — q u e b i e n entendu i l s n'ont pas, — i l s me demanderaient v o t r e t e t e . I l s sont acharnes apres moi comme l e s c h i e n s apres l e t a u r e a u . " 8 A l v a r o p a r l e de c e t t e f a c o n , mais se r e f e r e a l ' a i g l e pour i n d i q u e r l a q u a l i t e de son voyage i n t e r i e u r : P a r ma main s u r t o n ep a u l e , j e t e donne l a C h e v a l e r i e . E t maintenant, p a r t o n s du v o l des a i g l e s , mon p e t i t c h e v a l i e r . " I c i A l v a r o p a r l e a Mariana apres a v o i r decouvert q u ' e l l e a de l a " q u a l i t e . " A i l l e u r s dans l e s p i e c e s , nous t r o u v o n s des images de po u l e q u i s y m b o l i s e n t l a m e d i o c r i t e , ou simplement, l a v i o l e n c e . C'est l e cas quand Pasiphae p a r l e de po u l e s tuees dans une t i r a d e ou e l l e d e c r i t l e c e r c l e e t e r n e l qu'est l a v i e q u o t i d i e n n e : Toute l a v i e , t o u t l ' u n i v e r s a n n u l e s . E t vos d e s i r s d ' a u t r e f o i s q u i pendent en dehors de v o t r e coeur,,. comme a. v o t r e c e i n t u r e des p o u l e t s egorges. ' De. meme, F e r r a n t e se moque'de lui-meme, l o r s q u ' i l n i e l ' i m p o r t a n c e des p a r o l e s q u ' i l a v a i t a d r e s s e e s a. Ines dans une c o n v e r s a t i o n p r e c e d e n t e : Je ne mentais pas, mais j e d i s a i s des p a r o l e s d ' h a b i t u d e , a u x q u e l l e s j ' a v a i s c r u un. j o u r , a u x q u e l l e s j e ne c r o y a i s p l u s t o u t a. f a i t dans 1 ' i n s t a n t ou j e l e s d i s a i s . J ' e t a i s comme unc: v i e i l l e p oule q u i p o n d r a i t des c o q u i l l e s v i d e s . M o n t h e r l a n t f a i t p a r f o i s a l l u s i o n aux p l a n t e s , pour mieux e x p l i q u e r l a s i t u a t i o n p s y c h o l o g i q u e de ses personnages. Ces images p u i s s a n t e s sont pour l a p l u p a r t dans l e s p i e c e s h i s t o r i q u e s , et p e u t - e t r e l e u r s u p e r i o r i t y s u r l e s a u t r e s p i e c e s e s t due en quelque p a r t a. cet-,.. epanouissement du langage. Ce q u i e s t i m p o r t a n t dans l e s images notees p l u s haut e s t l e f a i t que l e s personnages s ' i d e n t i f i e n t souvent avec l a n a t u r e , 94 c 1 e s t - a - d i r e que Montherlant montre une a t t i t u d e assez s h i n t o l s t e envers l e monde n a t u r e l . Les c r i t i q u e s que nous avons c i t e s ont demontre que l e shintolsme accepte l'homme en tant que p a r t i e de l a c r e a t i o n , qui d o i t done v i v r e en harmonie avec l a nature. Et dans l a nature et dans lui-meme, l'homme trouve l a d i v i n i t e . Cette idee est exprimee presque explicitement par Pasiphae quand e l l e se p l a i n t du f a i t que l e s hommes se detachent de l a nature a force d'etre conditionnes par l e s coutumes: Non l o i n du p a l a i s , l e s quatre pieds dans un ru i s s e a u , je v o i s un ane qu'un s e r v i t e u r a mene l a pour l e f a i r e b o i r e . L'ane a t r e s s o i f , mais i l ne veut pas b o i r e . Je ne s a i s pourquoi. Le s a i t - i l lui-meme? Sans doute v e u t - i l p r o t e s t e r contre quelque chose, donner une lecon a son maitre; i l b o i r a i t goulument s i son maitre ne l ' y i n v i t a i t pas. A l o r s gardant l a tete levee, i l f i x e un point de l'espace, n'importe quoi qui ne s o i t pas l'eau. Et i l r e s t e l a . Et i l s'en retournera, mourant de s o i f , sans a v o i r bu. A i n s i l e s hommes, l e bonheur est sous eux, mais i l s ne veulent pas y b o i r e , a. cause des raisons betes.72 I I faut admettre que Montherlant admirera et l a fermete de l'ane, qui est comme c e l l e des Soeurs de Port-Royal, et l e raisonnement de Pasiphae. Sa doctr i n e de 'tout l e monde a r a i s o n toujours' l ' y i n v i t e et cette d o c t r i n e est proche de l a v i s i o n du monde japonais qui accepte l e monde t e l q u ' i l est. C'est 1 ' e x p l i c a t i o n du m i r o i r s h i n t o l s t e que nous avons deja rencontre a l a page I t r e i z e ; ejomme Kato l ' a indique en comparant l e s r e l i g i o n s theocratiques et theanthropiques l e shintolsme est en e f f e t , base sur l ' i d e e de dieu-homme. A i n s i Montherlant ne se trompe pas dans son i n t e r p r e t a t i o n . Le shintolsme d i t que l'homme f a i t p a r t i e de l a d i v i n i t e et Montherlant semble se joi n d r e a cet a v i s . A ce sujet John Batchelor e c r i t : 95 The 'Homme l i b r e ' , conscious of the fact that this i s the only l i f e he has, wants to l i v e i t to the f u l l , because this world i s the expression of his own authentic w i l l . Rather than abandon himself to nature, he would l i k e to use i t and develop his own natural capacity i n every domain. This explains why the heroes of Montherlant's theatre are so concerned with ' l a qualite' and the desire to exploit the p o s s i b i l i t i e s of s p i r i t u a l l i f e as well as physical impulses (Malatesta)—whether God exists or not.73 Ines montre cette attitude envers l a vie, car lorsque 1'Infante 1'encourage a regarder l e c i e l , e l l e l u i repond: Mais pourquoi regarder l e c i e l ? Regarder l e c i e l me ramene toujours vers l a terre, car, l e s choses divines que je connais, c'est sur l a terre que je les a i vecues.'4 Les choses divines dont e l l e parle sont probablement l e s amours qu'elle a eprouvees; amour pour Pedro son mari et amour pour 1'enfant a venir. A i n s i l a d i v i n i t e pour e l l e se trouve sur l a terre comme c e l l e d'Isotta et de Jeanne l a F o l l e , amoureuses toutes deux de leur epoux, malgre les faiblesses evidentes de ces maris. C'est aussi 1*attitude de Malatesta et de Don Juan. Malatesta d i t a Isotta: II ne s'agit pas seulement de vivre, mais de vivre en etant et en paraissant tout ce qu'on est. Car on compose, et composant on n'abuse n i ne desarme personne: on en est pour sa fatigue. Et enfin vivre a i n s i n'est pas suf f i s a n t : i l faut encore vivre avec gloire.75 En ef f e t , c'est ce q u ' i l essaie de f a i r e ; i l embrasse toute l a vie qui l u i est off ertei ets'explique a i n s i a. P o r c e l l i o : J ' a i aime le s epees, l e s manuscrits et les femmes: ce monde de fer et de sang et que j'aime chaque jour d'ayantage, comme on aime un pet i t enfant malade.'° Mais Malatesta represente 'la veine profane' dans l e theatre 96 de M o n t h e r l a n t , avec P a s i p h a e , R a v i e r ( C e l l e s au'on prend dans l e s b r a s ) e t Don Juan. Ces personnages n'ont pas r e c o u r s a D i e u comme l e s a u t r e s personnages de M o n t h e r l a n t . I I f a u t n o t e r cependant que l e s Chretiens sont souvent abandonnes par D i e u , ou que l e u r D i e u e s t l e Deus A b s c o n d i t u s des J a n s e n i s t e s et r e s t e aupres d'eux s i l e n c i e u s e m e n t . A i n s i ces personnages a u s s i se c o n s t r u i s e n t ..une i d e e d'eux-memes. B i e n que l e nom de D i e u s o i t souvent dans l a bouche de P e r r a n t e , d ' A l v a r o ou de C i s n e r o s , c e u x - c i s ' i n t e r e s s e n t e s s e n t i e l l e m e n t a l e u r propre g l o i r e ou p o l i t i q u e . C'est p e u t - e t r e pour c e t t e r a i s o n q u ' i l s n'ont pas de c o n t a c t avec D i e u . M a r i a n a , par exemple, v o i t l ' E t r e avant son pere, parce que, en v e r i t a b l e m ystique, e l l e aime l e s a u t r e s e t accede a D i e u par l a v r a i e c h a r i t e . Les mystiques de M o n t h e r l a n t ne t r o u v e n t pour l a p l u p a r t que l e D i e u - R i e n des mystiques rheno- 77 flamands, comme l e d i t L o u i s Cognet. C e c i v a c o n t r e l e s e x p e r i e n c e s des mystiques espagnols q u i v o i e n t l e Dieu-Amour parce q u ' i l s prennent l a c h a r i t e , 1'amour des a u t r e s , comme p o i n t de d e p a r t . Les heros de M o n t h e r l a n t sont p l u s proches du s h i n t o l s m e dans l e u r egolsme et l e u r i n d i v i d u a l i s m e . Bouquet a remarque que l e s J a p o n a i s ressemblent aux Romains de l ' A n t i q u i t e (nous aborderons p l u s t a r d 1'importances de ces memes Romains pour M o n t h e r l a n t ) , a i n s i i l e s t l o g i q u e q u ' i l admire a u s s i l e s J a p o n a i s . En e f f e t , chez l e s J a p o n a i s l e s q u a l i t e s que M o n t h e r l a n t a f f e c t i o n n e sont i m p o r t a n t e s ; l e s t o l c i s m e , l a d u r e t e , l'honneur, l a d i g n i t e , l a s i m p l i c i t e e t l e d e d a i n de 1'argent e t de l a mort sont a l a base du zen. Nous avons montre que ces v a l e u r s f i g u r e n t dans l e t h e a t r e de M o n t h e r l a n t . Dans l e shintolsme, qui e x i s t a i t longtemps avant l ' a r r i v e e du zen au Japon, i l existe des elements qui peuvent a t t i r e r Montherlant. Sa doctrine basee sur un mythe so l a i r e , son animisme qui encouragerait l e syncretisme du dramaturge doivent l u i p l a i r e . Mais 1'aspect p r i n c i p a l du shintolsme en ce qui concerne l'oeuvre de Montherlant est son acceptation de l a r e a l i t e du monde et du f a i t que l'homme f a i t partie de l a d i v i n i t e . Ces r e l i g i o n s de 1'Orient i n s i s t e n t sur 1'ascetisme, sur l a superiority des hommes par rapport aux femmes, sur un mode de vie plutot que sur une r e l i g i o n i n s t i t u t i o n n e l l e , centree sur des dogmes et une moralite metaphysique. l e theatre de Montherlant semble done plus proche de cette atmosphere asiatique que de l a culture europeenne. Dans les chapitres precedents nous avons etudie l e s rapports entre 1'hindouisme, l e bouddhisme et l e s re l i g i o n s du Japon, mais l a pensee de Montherlant est basee sur un syncretisme tres large et.les chapitres suivants traiteront de 1'importance pour Montherlant des re l i g i o n s du Moyen-Orient. NOTES 1 Bouquet, OJD. c i t . , pp. 195-196. 2 Ibid.. p. 197. 3 Zurcher, op_. c i t . , p. 61. 4 Bouquet, p. 211. ' 5 Ibid., p. 211. 6 Schoeps, op_. c i t . , p. 198. 7 Zurcher, p. 65. 8 R. P. Dunoyer, The Religions of Japan. i n Introduction to the Great Religion, p. 109. 9 Bouquet, p. 211. 10 John Cruickshank, Montherlant. (Edinburgh & London, 1964), p."l7. 11 Zurcher, pp. 65-66. 12 Bouquet, pp. 197-198. 13 Robert 0. Ballou, Shinto—The Unconquered Enemy, (New York, 1945), p. 9. 14 Dunoyer, p. 86. 15 Bouquet, p. 198. 16 Dunoyer, pp. 85-86. 17 Ibid., p. 86. 18 Genchi Kato, Shinto i n Essence, as i l l u s t r a t e d by the Paith i n a Glorious P e r s o n a l i t y , ~ r T o k y o , 1954), pp. 1-2. 19 Montherlant, Service i n u t i l e , i n Essais, p. 597-. 20 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 146.- 21 Montherlant, F i l s de personne, i n Theatre, p. 320. 22 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Hheatre, p. 641. 23 Montherlant, La V i l l e dont l e prince est un enfant, i n Theatre, p. 911. 99 24 Ibid.. p. 926. 25 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 994. 26 Ibid., p. 1049. 27 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 637. 28 Ibid., p. 645. 29 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 37. 30 Ibid., pp. 166-167. 31 Montherlant, L'Equinoxe de septembre, i n Essais, p. 760. 32 Montherlant, P i l s de personne, i n Theatre, p. 325. 33 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 150. 34 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 624. Et, a ce sujet, Georges d i t a. Marie, F i l s de personne, i n Theatre, p. 324. Les enfants! Nous autres, nous revons toujours de f a i r e s o r t i r un jour quelque chose de grand d'une de ces petites molecules informes. Or, v o i c i : mon experience, ma culture, vingt-cinq ans de ref l e x i o n sur l e monde et de jeu contre le s hommes, i l y a un enfant dont c'etait l e destin, a double t i t r e , que je l u i communique tout cela, puisqu'il est de mon sang, et que je l'aime; et c'est precisement en l u i que je ne peux pas l e f a i r e , parce q u ' i l est bete, et parce q u ' i l est bas. 35 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 626. 36 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 999. 37 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 260. 38 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 488. 39 Ibid., p. 484. 40 Weiss, op_. c i t . , p. 49. 41 Montherlant, Port-Royal. i n Theatre, p. 1000. 42 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 186. 43 Ibid., p. 114. 100 44 Montherlant, La Guerre c i v i l e , (Paris, 1965), p. 194. 45 Cruickshank, pp. 37-38. 46 Montherlant, Textes sous une occupation, i n Essais, pp. 1499-1500. 47 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 613-614. 48 Ibid., p. 629. 49 Ibid., p. '632. 50 Ibid.. p. 639. 51 Laprade, OJD. c i t . , p. xxiv. 52 Montherlant, Service i n u t i l e , i n Essais, p. 598. 53 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 138. 54 Ibid., p. 140. 55 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 634. 56 Ibid., p. 627. 57 Montherlant, Port-Royal. i n Theatre, p. 1022. 58 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 114. 59 Ibid., p. 107. 60 Par exemple, i l e c r i t dans sa Preface, de Port-Royal, i n Theatre, pp. 955-956: J ' a i voulu aussi ne pas quitter l e theatre sans l u i avoir donne une f o i s au moins, une oeuvre d'une certaine sorte qui me tient au coeur; je veux dire: quasiment tout i n t e r i e u r . Les Latins, toujours complaisants, ont f l a t t e l e gout du public pour l e f a c i l e et l e vulgaire, en l u i offrant sur l a scene une action agitee a souhait, avec retournements, peripeties, c o n f l i t s , 'coups de theatre', sans oublier, dans ses formes les plus basses, l e quiproquo, les deguisements, les coups de batons. 61 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, pp. 161-162. 62 Ibid., p. 174. 63 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 438. 64 Ibid., p. 461. 1 101 65 Montherlant, Le C a r d i n a l d'Espagne, p. 16. 66 I b i d . , p. 190. 67 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 140. 68 I b i d . . p. 183. 69 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 6 5 5 . 70 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, p. 113. 71 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 218. 72 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, p. 116. 73 Batchelor, OP. c i t . , p. 233. 74 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, pp. 201-202. 75 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 459. 76 I b i d . , p. 513. 77 Louis Cognet, Un Drame de 1'Absolu, La Table Ronde, a v r i l , I960, p. 33. CHAPITRE IV LES RELIGIONS DU MOYEN-ORIENT ET L'OEUVRE THEATRALE DE MONTHERLANT Le Moyen Orient est t r e s r i c h e en idees r e l i g i e u s e s . S i cet t e region est consideree l a creche de l a c i v i l i s a t i o n occidentale^ e l l e n'encourage pas moins l e s sentiments profonds qui sont l a base de toute grande r e l i g i o n . A i n s i l e s grandes r e l i g i o n s semitiques proviennent de ce t t e p a r t i e du monde—le c h r i s t i a n i s m e , l e mahometisme et l e judaSsme. De plu s , l e s sectes d u a l i s t e s de l ' I r a n — l e zoroastrisme, l e manicheisme et l e m i t h r i a c i s m e , — ont beaucoup i n f l u e sur l ' h i s t o i r e de 1 'Europe, et entre e l l e s et l'oeuvre de Montherlant i l e x i s t e c e r t a i n s p a r a l l e l e s . I I est evident que, etant ne dans une f a m i l l e et dans un pays catholiques, Montherlant sera beaucoup plus marque par l e ch r i s t i a n i s m e que par n'importe q u e l l e a u t r e r e l i g i o n . Une p a r t i e de sa renommee, en e f f e t , v i e n t de ses pieces catholiques: Le Maitre de Santiago, Port-Royal, La V i l l e dont l e prince est un enfant. Et l e s pieces h i s t o r i q u e s l e s plus representatives, du dramaturge ont l e u r cote catholique, t e l l e s La Reine morte, Malatesta et Le C a r d i n a l d'Espagne. Ceci ne veut pas d i r e que Montherlant se r e s t r e i n t au c h r i s t i a n i s m e , son syncretisme est base sur toutes l e s r e l i g i o n s , et entre sa pensee et l e s sectes de l'Iran,. par exemple, se trouvent des rapprochements i n t e r e s s a n t s . Comme nous 1'avons deja. indique, l e theatre de Montherlant penche p l u t o t vers l'ascetisme que vers 1'epanouissement des sens, excepte quelques cas celebres, t e l s P a s i p h a e . Malatesta. Celles oji'ou prend dans ses bras et; Don Juan. Or ces pieces representent une partie importante de l a pensee de Montherlant, car e l l e s font preuve d'un elan pour l a vie qu'on associe avec Zoroastre. Nous avons constate que Montherlant aime les contradictions, car e l l e s contribuent a. l a richesse de l a vi e . Comme l e zoroastrisme, Montherlant accepte les poles qui sont possibles dans l a v i e . Zoroastre a r e v i v i f i e 1'ancienne r e l i g i o n mazdeiste de l'Ira n . II a accepte l e pantheon dualiste de plusieurs dieux dont les plus importants etaient Ahura-Mazda, dieu du bien et de l a lumiere, et Ahriman, dieu du mal et de l'obscurite, que nous retrouverons dans l e mithriacisme. A i n s i , pour les zoroastriens, l e monde e t a i t dualiste, l e bien et l e mal agissaient dans l e monde aides par leursdieux. Mais ce dualisme d i f f e r a i t de l a position des sectes de 1'Extreme-Orient, car i l affirmait l a valeur de l a vie corporelle. Schoeps met en r e l i e f cette difference entre les sectes: To the Hindu, the negation of l i f e , the subduing of the ego and i t s dissolution i n Nirvana, was the sought-after i d e a l . Zoroaster, on the other hand, affirmed l i f e i n a l l i t s paradoxes; he regarded the dichotomies of l i f e as no tragedy, but as a challenge to bring problems closer to solution by eth i c a l a c t i o n . ! II nous convient de noter 1'aspect moral du mouvement de Zoroastre qui l e rapproche de Montherlant, et 1'acceptation des paradoxes de l a vie, autre p a r a l l e l e avec Montherlant qui tient a. Pasiphae et a. Jeanne l a F o l l e , et qui admire Malatesta autant qu'Alvaro. Car Montherlant construit son propre dualisme, c e l u i qui o s c i l l e entre 1'ascetisme et l a pratique de l a vie des sens. 104 Le dualisme zoroastrien s i g n i f i a i t un monde harmonieux dans un sens, car toute a c t i v i t e provenait d'un dieu, soit du cote du bien s o i t du cote du mal, bien que l'univers fut un champ de b a t a i l l e entre l e s forces du bien et du mal, ce qui explique l e changement continuel dans l e monde. Neanmoins, ce dualisme, ou. l e mal est aussi puissant que l e bien,est dispute. Bouquet, par exemple, constate que: The somewhat hackneyed statement that l a t e r Zoroastrianism i s d e f i n i t e l y d u a l i s t i c needs to be considered. It became current i n t e l l e c t u a l coin i n the nineteenth century, owing largely to what Milman wrote about i t i n his History of C h r i s t i a n i t y , but i t i s now considered doubtful whether i t r e a l l y credits the power of e v i l with authority and status completely equivalent to those of the power of good. 2 Nietzsche, qui a e c r i t A i n s i parla Zarathoustra, a vecu au dix-neuvieme s i e c l e , et sans doute, i l e t a i t au courant des diverses interpretations de Zoroastre dont parle Bouquet. Nous savons que Montherlant a beaucoup admire Nietzsche, surtout dans sa jeunesse. Dans son l i v r e Les Bnfances de Montherlant, Faure- Biguet nous f a i t part de 1' enthousiasme du jeune Montherlant a. son egard: Je continue Nietzsche. II est decourageant, i l a tout d i t . Par moment je me d i s : 'Entre Jesus et l u i , i l n'y a eu personne'.3 Le dualisme du zoroastrisme encourage une sorte d'objectivite envers les evenements du monde, car tout est l'ouvrage des dieux. Cette obj e c t i v i t e est proche de 1'attitude de Montherlant dans ses Essais ou. 'tout l e monde a raison toujours'. John Batchelor trouve cette influence du zoroastrisme dans l e theatre montherlantien. Par exemple, au sujet de F i l s de personne, i l e c r i t : 105 There is much in the attitude of Georges which stems from the influence of Nietzsche on Montherlant. The demand for exceptional beings is comparable to Zarathustra 1s preaching of the superman and the idea that Man is some- thing to be surpassed.^ En effet, l'idee du surhomme est proche de celle de l a 'qualite' chez Montherlant, mais cet aspect se degage nettement de l a pensee de Nietzsche plutot que de celle de Zoroastre. En effet, Montherlant mentionne peu le zoroastrisme dans ses ecrits. C'est 1'attitude positive du zoroastrisme qui est representee par une profusion de deites et par 1'acceptation des paradoxes qui l i e surtout Montherlant a cette secte. Peut-etre, malgre ses desirs, Montherlant a - t - i l cree un theatre ou l a rigueur des personnages comme Perrante, Alvaro, Jeanne et Pradeau de l a Halle frappe plutot que l'hedonisme avoue de Pasiphae, Malatesta, Ravier et Don Juan. Jacques de laprade a remarque cette preponderance de l'austerite dans l'oeuvre theatrale de Montherlant et essaie dans sa Preface de retablir l'equilibre de l a pensee dans l'oeuvre totale: Ce serait amputer le theatre de Montherlant de sa source meme que ne pas rappeler les textes s i nombreux ou. 1'ecrivain exprime son amour de l a vie. II n'y a qu'une divinite: l a vie. Partout et toujours, elle a raison. II ne s'agit pas de resignation, mais d'accord joyeux, de complicity avec elle.5 1'aspect zoroastrien de Montherlant l u i permet de dire que 'tout le monde a raison, toujours', parce qu'il accepte l a multiplicity des opinions possibles dans le monde. II exprime une sorte de frenesie pour l a vie, dans 1'essai Aux Fontaines du desir, que rappelleront plus tard Pasiphae, Malatesta, Ravier et Don Juan: 106 J ' a i desire des betes, des plantes, des femmes, des etres qui m'etaient proch.es, tres proches, par l e sang. Je pense que c'est cela qui est . l a sante; l a possession sexuelle n'etant qu'un essai de l a possession totale, des hommes qui sont bornes dans l e desir, je leur crois aussi 1'a.me bornee.. Des mon enfance, j ' a i eu 1'obsession des formes mi-animales, mi-humaines sorties du genie antique; e l l e s me fai s a i e n t rever d'un etat ou je possederais, s e n t i r a i s et m'assouvirais plus completement, ou je serais mieux contente. C'est cette pensee que Montherlant a donne a Pasiphae qui s'iso l e du monde des hommes a. cause de sa conception de l a v i e : Je suis l a f i l l e du S o l e i l , et je me restreindrais a n'aimer que les hommes? Et pourquoi l e s hommes? Et qui a ordonne cette limitation? Ou. est-ce ec r i t ? Non, non, pas de l i m i t e s ! Comme mon Pere, embrasser, penetrer tout ce qui existe!7 Comme Montherlant peut-etre,Pasiphae cherche a. depasser ce qui a ete considere l'humain non pas en repoussant l a vie physique, mais, au contraire, les sens symbolisent un absolu pour e l l e , comme pour Malatesta et Don Juan. En quelque sorte ces personnage essayent d'eviter l a mort dont i l s ne sont que trop conscients, en pratiquant energiquement l e s sens. A i n s i Malatesta est accuse de tant de crimes l o r s q u ' i l est devant l e pape: Vous eouchiez avec votre gendre Camerino l o r s q u ' i l e t a i t un adolescent. Vous avez s o u i l l e de vos desirs l e cadavre de l a belle Allemande de Pano, apres 1'avoir mise a. mort... Pis encore,—et je n'evoque ce crime-ci qu'avec un f r i s s o n d'horreur: vous avez tente de posseder votre f i l s Robert, qui a du. s a i s i r un poignard pour se defendre contre vous...8 Ravier, comme Malatesta, est une sorte d'heretique qui prete un sentiment r e l i g i e u x a ses amours, pourtant l o i n d'etre innocentes. Quand Mademoiselle Andriot prononce l e nom de Christine, i l s'exclame: 107 C'est un pe t i t coup de st y l e t que vous m'avez donne en prononcant son nom. Ce nom glace et aigu comme une s t a l a c t i t e . Et avec l e Christ dedans, encore! 0 nom prononce dans mes reves!° Don Juan partage aussi cette attitude envers l'amour. Pour l u i , l'absolu se trouve non pas dans l a chastete mais dans l'acte sexuel. II essaie de vaincre l a mort en se plongeant dans l a vie des sens: Pas une ne cede tout a f a i t comme les autres, meme s i , apres et avant, e l l e est p a r e i l l e aux autres. Savoir que l e monde est plei n de choses bonnes qui vous attendent, et n'avoir pas envie de leur f a i r e degorger a toutes'leur bonheur possible, cela n'est n i naturel n i raisonnable. Cette affirmation de l a bonte du monde est proche du zoroastrisme. C'est contre cette attitude positive envers l a vie que Manes a reagi. Ne en Perse et eleve dans l a r e l i g i o n de Zoroastre, i l a neanmoins commence a precher une doctrine basee sur un dualisme tout autre qui c e l u i du zoroastrisme. Manes a pris en horreur toute manifestation du monde materiel, done l a vie physique aussi. Son dualisme, beaucoup plus militant que c e l u i du zoroastrisme, opposait l e monde s p i r i t u e l au monde concret. Plusieurs des aspects du manicheisme, que nous etudierons eh d e t a i l , a t t i r e r a i e n t Montherlant. Par exemple, cette opposition entre corps et esprit, l'idee de deux classes dans l ' E g l i s e manicheenne: les Parfaits et les simples f i d e l e s , et son aspect 'lyrique' en opposition a. l a raison. II est typique de Montherlant q u ' i l acceptera une r e l i g i o n et ses heretiques. II aime l e cote p o s i t i f du zoroastrisme et i l aime aussi l e cote negatif de l'heretique Manes,fondateur du manicheisme execute par les zoroastriens. Les pieces de Montherlant 108 expriment ces deux point de vue^, car s ' i l admire Pasiphae, Malatesta, Ravier et Don Juan i l peut ecrire aussi dans ses notes sur Le Maitre de Santiago: J'aime a mettre en scene des gens qui sont morts au s i e c l e , ou qui aspirent a. l ' e t r e : Alvaro, les soeurs de Port-Royal, l e cardinal Cisneros, l a reine Jeanne de C a s t i l l e ; eux, je sais toujours comment les f a i r e parler; cela coule de^source. 1 1 Cette c i t a t i o n de Montherlant montre combien son temperament est proche du sentiment re l i g i e u x . Cette austerite se trouve dans l e christianisme cote a c6te avec un laxisme indulgent aux tentations humaines. Montherlant est a t t i r e par l e s deux cotes de 1'Eglise catholique, l a pompe de ses ceremonies et son ascetisme. Mais i l a constate lui-meme que l e jansenisme 1'attire beaucoup plus que l e catholicisme orthodoxe de tous les jours. Nous avons vu, a. l a page r s i x , ses paroles sur l e 'catholicisme a l ' i t a l i e n n e ' , ensuite i l d i t : La decouverte du v r a i Port-Royal(decouverte f a i t e dans l e climat moral d'Alger, dont l a grossierete, par contraste, l e f a i s a i t paraitre plus merveilleux encore) me montra ou e t a i t ma vocation... (..) Dans l e jansenisme je trouvais aussi des s o l i t a i r e s , des rigoureux, des dissidents, et une minorite: cette famille e t a i t et ne cessera jamais d'etre l a mienne. Comme c e l l e des moines, e l l e e t a i t pas en trop bons rapports avec l a s o c i e t e . 1 2 Le jansenisme, qui a r e f l e t e l e dualisme du manicheisme a travers 1'Eglise primitive, est tres important pour l a pensee de Montherlant. II represente une certaine intransigeance, un ascetisme et une communaute volontaire qui l u i convient admirablement. Perrante, Alvaro et Jeanne l a Polle parlent comme des jansenistes, et dans Port-Royal, i l t r a i t e directement du sujet. De plus, i l en parle souvent dans ses Essais. II est c l a i r q u ' i l a aussi beaucoup 109 l u Pascal. Paure-Biguet montre cette influence que Pascal a pu avoir sur Montherlant l o r s q u ' i l c i t e l e s paroles de Montherlant: S i quelqu'un devait nous f a i r e c r o i r e , ce serait Pascal, 'cet effrayant genie'. Mais Pascal meme, 1'admirable, l'etonnant, l e dominant Pascal des premiers a r t i c l e s , c'est l a degringola.de quand i l se met a vouloir prouver l a religion.13 Mais l e jansenisme proposait un retour a l ' E g l i s e primitive et surtout a. Saint-Augustin qui fut manicheen avant de se convertir au christianisme et qui resta tres marque par les doctrines du manicheisme. A i n s i i l existe un l i e n entre les jansenistes et les manicheens. II n'est guere etonnant, done, qu'entre l e manicheisme et l a pensee de Montherlant i l y a i t certains p a r a l l e l e s . Etant donne l'idee que se faisaient l e s moines manicheens du monde physique, on ne s'etonne pas de voir des rapprochements avec eux et les moines de 1'Extreme-Orient. Car les moines manicheens devaient mener une vie strictement ascetique a f i n d'eviter, autant que possible, tout contact avec l e monde. Ce sujet est mentionne par Steven Runciman dans son l i v r e The Medieval Manichee, ou i l met en r e l i e f l a difference essentielle entre l'ascetisme de 1'Extreme-Orient, c'est-a-dire de l'hindouisme et du bouddhisme, et c e l u i du manicheisme, dont l e resultat est pourtant assez semblable: There has been much loose-thinking, fostered i n particular by the Neo-Occultists and the Theosophists, of the connection of the Dualist Tradition with Eastern r e l i g i o n s on the one hand, and with Occult Tradition on the other that i t i s necessary to add a l i t t l e further information. The resemblance between Cathar-Bogomil asceticism and Indian asceticism has often struck observers.14 Runciman demontre dans son l i v r e que les cathares partageaient 110 l e s conceptions des manicheens, a i n s i faisant partie de cette t r a d i t i o n dualiste. II explique que pour ces dualistes l a matiere est foneierement mauvaise, qu'elle a ete creee par Satan, mais que, pour l e s ascetes. de 1'Extreme-Orient, e l l e est un at t r i b u t -• beaucoup moins important-, que 1'esprit, de l' E t r e Supreme. L'union • s p i r i t u e l l e avec cet Etre rendait 1'importance du monde minime. H.eirest de meme pour les ascetes manicheens, mais pour eux l a matiere representait Satan et, done, une piege pour l'homme. Les dualistes rejetaient done l e monde beaucoup plus violemment que les ascetes de.1'Extreme-Orient. Pour les manicheens tout ce qui et a i t du monde e t a i t corrompu; et cette idee revient sans cesse dans l e s oeuvres de Montherlant. Schoeps souligne cet aspect c a p i t a l dans l a secte qui est entree aussi dans l e grand courant du christianisme: Mani required s t r i c t asceticism and celibacy of his followers, so that they might l i b e r a t e them- selves from the corrupted realm of physical being.15 Denis de Rougemont, dans Passion and Society, qui parle plus des cathares que des manicheens, puisque ceux-ci sont plus Europeens et plus l i e s a. l'idee de l a passion a cause de l a poesie courtoise, appuie aussi sur l'idee manicheenne de reagir contre l e monde, surtout contre l e monde des sens et des p l a i s i r s physiques: As for the purity of the morals of the Cathars, i t has been shown that they professed b e l i e f s e n t i r e l y contrary to those upon which true Christian morality i s based. The condemnation of the fl e s h , which i s now viewed by some as c h a r a c t e r i s t i c a l l y Christian i s i n fact of Manichaen and 'heretical' origin.16 Rougemont aborde i c i l a question d'Alvaro qui a exprime un christianisme non-orthodoxe, car i l r e jette l e prochain et se consacre a son union avec un Etre qui est a. l ' i n t e r i e u r de l u i , I l l idee qui n'est guere chretienne, mais qui reapparait dans les heresies, comme nous l e verrons en abordant l a question du mysticisme arabe. Le deuxierne aspect du manicheisme qui nous interesse est 1'organisation des fi d e l e s en deux categories d i s t i n c t e s , qui ressemble a l'idee des castes, et qui par consequent se rapproche de l'idee de qualite chez Montherlant. Dans l a secte de Manes se trouvaient des pretres tres serieux, des Parfaits, et des fi d e l e s ordinaires dont on n'exigeait pas une vie aussi ascetique. les Parfaits dans l e manicheisme ressemblaient aux cathares. puisque cathare s i g n i f i e en grec 'sans tache'. De cette d i v i s i o n Runciman e c r i t : In the organisation of his church, Mani copied Marcion. The Manicheans were divided into two classes, i n i t i a t e s and ordinary believers, monks and l a i t y . ! 7 Rougemont demontre l a ressemblance aux cathares a i n s i : As with so many Eastern r e l i g i o n s and s e c t s — J a i n i s t s , Buddhists, Essenes and Gnostic C h r i s t i a n s — t h e Catharist Church consisted of two groups: the Perfect, who had received the consolamentum, and the mere Believers.18 Comme pour les autres sectes, Montherlant nous donne l a preuve q u ' i l connait aussi l e s sectes dualistes car i l parle du Parfa i t dans cet essai qui t r a i t e du detachement religieux, 'Comme les Hindous...,': Arrive a l a pointe sublime de 1 ' i n s e n s i b i l i t e et du detachement, l e Parfait se mit a trembler, p r i t sa tete dans ses mains: 'Mon Dieu! je n'avais pas voulu cela!' Et i l commence de se rattacher et de se resensibiliser.19 I c i Montherlant semble avoir l ' a i r de c r i t i q u e r l e Par f a i t qui 112 se detache du monde mais a i l l e u r s , i l est du meme avis que ceux qui rejette l e monde et en quelque sorte l a d i v i s i o n entre l e s Parfaits et les croyants est l a d i v i s i o n entre les sublimes et les mediocres. Dans l e manicheisme,ces deux categories, sont comme deux especes differentes car les croyants vivent dans l e monde et font ce que les C h r e t i e n s appelleraient des peches, la i s s a n t a plus tard leur bapteme qui les lavera de toute s o u i l l u r e , tandis que les elus menent une vie rigoureuse d'ascetisme, de prieres, et d'abstinence. A i n s i les mediocres suivent l a pente en descendant et les elus montent vers l a lumiere, niveau que cherche volontiers I'ame qui vient de cette region mais qui est emprisonee dans l e corps, et done a t t i r e e i ci-bas par les ouvrages • de Satan. Le troisieme aspect du manicheisme qui. importe pour nous est son cote lyrique et independant de l a raison. Comme nous venons de l e constater, l e catharisme, qui provient des courants manicheens, est tres l i e - a. l a poesie courtoise. Denis de Rougemont suggere que l a poesie est souvent l a forme d'expression preferee des mystiques. II affirme 1'element lyrique dans l e manicheisme: It has been shown that the structure of the Manichean f a i t h was 'in essence l y r i c a l ' . In other words the nature of this f a i t h made i t unamenable to ra t i o n a l , impersonal and objective' exposition.20 Nous avons deja. vu que iYLontherlant se revolte contre l e positivisme moderne qui essaie de donner des explications rationnelles a. toutes les actions humaines. De plus, i l est poete, a i n s i l e manicheisme, comme d'autres sectes esoteriques, peuvent l ' a t t i r e r en ce qu'elles font appel a. d'autres facultes qu'a. l a raison. II 113 est evident que pour Montherlant l a grande attraction des rel i g i o n s du monde provient du sentiment qu'elles partagent: que l e coeur a ses raisons que l a raison ne connait pas. Bien q u ' i l se dise incroyant, Montherlant peut apprecier cette position, car l'homme a besoin de mythes meme s i sa raison les repousse. Nous avons constate que Montherlant a un temperament r e l i g i e u x malgre son manque de f o i . En ceci i l est comme Kafka ou Sartre, par exemple, qui tous deux, sont des r a t i o n a l i s t e s dotes (d'un temperament reli g i e u x . Pour elucider l a position de Montherlant, athee qui semble obsede par l e sentiment religieux, Batchelor e c r i t : The position of Montherlant i s thus not that of a rat i o n a l philosopher. He does not attempt to prove or disprove the existence of G-od; instead he points out the capacity of imaginative beings to 'poetiser l e r e e l ' , as he claims he did when writing La Releve du matin. As an unbeliever, Montherlant regards God as a fabrication of Man's own s e n s i b i l i t y and imagination. God i s thus a convenient term to use i n discussing the experiences and inner l i f e of a character, but f a i t h has i t s purpose i n that i t i s a means of s p i r i t u a l development i n the human being. (...) Whereas the r a t i o n a l i s t , systematically doubting u n t i l after v e r i f i c a t i o n , sees no value i n concerning oneself with imaginative p o s s i b i l i t i e s , Montherlant views the atmosphere of a catholic college as an aid to personal development on the human plane.^1 Montherlant s'est declare a maintes reprises un athee qui ne veut pas detruire l a r e l i g i o n . Dans son essai Aux Fontaines du desir, i l e c r i t , par exemple: Non, non, jamais l e poete ne repoussera tout a f a i t l e s r e l i g i o n s . S i sa raison l e s repousse, sa poesie les reprend.22 A i n s i i l revient lui-meme, a 1'aspect du manicheisme que de Rougemont a souligne. En ce qui concerne l e premier aspect du manicheisme et 114 l'oeuvre theatrale de Montherlant, nous avons deja c i t e les exemples du re j e t du monde dans les chapitres precedents, car l e dualisme du manicheisme est proche de 1'attitude des bouddhistes et des hindous envers l e monde. Chez Montherlant nous trouvons des heros qui repoussent deux elements principaux du monde—1'action, surtout politique, et l a s e n s u a l i t e — a t t i t u d e qui ressemble a c e l l e des manicheens. C'est 1'attitude de Ferrante qui est las de l a corruption du monde et de sa mediocrite. Lorsqu'il parle avec ses ministres i l montre son cynicisme, et a Ines i l parle de son degout pour l e monde des desirs physiques et de l a politique. Nous avons deja. note son mepris pour l'amour; v o i c i ce q u ' i l pense de l a politique: D'abord, que l e Pape annule votre mariage. A Rome, tout s'achete, c'est entendu; mais l e Pape est passionne contre moi, et i l est comme les autres hommes: i l prefere ses passions a. ses inte r e t s . Ferrante est domine par l a lassitude de l a vie, et par l'horreur de l a chair dont parle Rougemont. Don Alvaro est un autre exemple de cette attitude envers l a vie, qui voit tout ce qui s'y rapporte comme une sorte de s o u i l l u r e . Meme les personnages non ascetiques t e l s que Georges ( P i l s de personne), Pradeau de l a Halle (La V i l l e dont l e prince est un enfant) et Pompee (La Guerre c i v i l e ) mettent leur conception de l a valeur au-dessus de l a vie qu'ils semblent mepriser pour sa banalite. Nous avons vu 1'attitude de Don Alvaro envers l'amour et 1'action dans l e monde; i l est, l u i aussi tres proche de l a position manicheenne. Comme l e manicheen, i l examine son ame et abandonne toute autre a c t i v i t e dans l e monde. II emploie l e 115 langage des dualistes lorsqu'il parle de 'voler au pays ou. i l n'y a plus de honte' et quand i l dit que 1'amour est une infection: Va, tu n'auras pas connu 1'infection de 1'amour du male. 4 Plus tot i l avait dit a, Mariana, apres avoir parle avec Don Bernal: On me dit que vous avez pris je ne sais quel sentiment pour le f i l s de don Bernal. Et vous avez cela dans une piece de ma maison, a. quelques pas de moi! Sachez que j'ai horreur de ce genre.25 En termes manicheens, Mariana serait une simple fidele au commencement de l a piece, mais a, l a f i n elle deviendrait une elue, puisqu'elle abandonne le monde et se consacre toute a. Dieu. Cette conception du monde comme une souillure est repandue dans le theatre de Montherlant; on peut meme dire que c'est un theme majeur dans l'oeuvre. Dans Port-Royal i l n'est guere surprenant de l a retrouver, car i l s'agit i c i du jansenisme et d'un couvent. Naturellement i l n'est pas question de trouver l a sensualite dans cette piece, mais le couvent est menace par le monde corrompu de l'exterieur, et l a Soeur Angelique perd sa f o i en partie a. cause des puissances physiques, celles des soldats de l'Etat et les ordres de 1'Eglise. Ainsi, s i l a sensualite est absente de cette piece, le monde y entre neanmoins dans l a personne de Perefixe qui entraine avec l u i le monde de l'action politique. C'est pourquoi l a purete des religieuses le met hors de l u i : Mais oui, vous etes des saintes!—La saintete! La saintete! Vous, vous vivez avec les yeux leves ou baisses. Moi, je suis oblige de regarder a hauteur d'homme. Je dois manier les hommes.26 Bien :sur, Perefixe n'etait pas oblige de devenir archeveque. De plus, i l faut noter qu'il represente le monde dans l a piece. 116 Historiquement, comme les manicheens qui croyaient volontiers que l a plupart des hommes i r a i e n t en enfer, puisqu'ils vivaient a l'epoque de l a decadence romaine, les jansenistes acceptaient l a persecution et l a destruction de Port-Royal comme preuve que le.mal d i r i g e a i t l e monde. Ai n s i i l s etaient proches de cette idee manicheenne que l a purete existe seulement dans l'ame tandis que tout autre aspect de l a vie humaine est mauvais en s o i . Les Soeurs refusent done tout rapport avec Perefixe. De meme, dans Le Cardinal d'Espagne, l e s deux elements, 1'amour et l'a c t i o n , se retrouvent, i c i partages par Jeanne et Cisneros, car Jeanne id e a l i s e son amour tres physique pour son epoux tandis que Cisneros prend en horreur toute a l l u s i o n a l a sensualite mais accepte l a so u i l l u r e de l' a c t i o n politique. II reprend presque lesmemes paroles de Perefixe quand l a reine 1'insulte: Vous etes pure Madame, vous etes purel II est f a c i l e d'etre pur quand on n'agit pas, et qu'on ne voit personne.27 A i n s i i l essaie de s'excuser d'avoir s o u i l l e sa vie par l a politique, l u i qui et a i t tente par l a c e l l u l e du moine. II montre un peu l a lassitude de Perrante, car i l est encore plus age que c e l u i - c i et i l a 1'exemple de Jeanne sous les yeux. Ayant l e meme pessimisme que Perrante, i l ne peut pas etre accuse d'avoir i d e a l i s e l a v i e : La v i e i l l e s s e a t t i r e les trahisons comme les excrements a t t i r e n t les mouches.28 Cisneros est done manicheen en tant qu'homme qui ne peut supporter l'idee.de. 1'amour physique mais non pas en tant qu'homme politique. Quant a. Jeanne, e l l e represente en quelque sorte l e contraire, 117 car e l l e n'est pas manicheenne en tant que femme eprise d'un mari mort, mais e l l e est proche de 1'attitude manicheenne quand e l l e se moque de Cisneros qui i n s i s t e sur l a valeur de 1'action dans l e monde: Agir! Toujours agir! La maladie des actes. La bouffonnerie des actes. On l a i s s e l e s actes a ceux qui ne sont capables de ri e n d'autre. 29 Cependant s i l e nihilisme de Jeanne t e l qu'etudie dans l e s chapitres precedents nous montre q u ' i l peut etre l e resultat d'une influence hindoue ou bouddhiste autant que-manicheenne, l'oeuvre de Montherlant en general, baigne dans une atmosphere plus manicheenne que chretienne, etant basee sur une contradiction entre l a purete et 1'engagement dans l e monde physique. Le deuxieme aspect du manicheisme que nous avons releve est l a question de l a separation des Parfaits et des croyants. Nous avons deja remarque que cette dichotomie ressemble a l'idee que se f a i t Montherlant de l a "qualite," question qui a ete poursuivie dans l e chapitre sur l'hindouisme ou. nous avons i n s i s t e sur l e f a i t que dans les castes hindoues les individus n'ont pas l e choix, mais son nes dans leur caste. Chez les manicheens, l a separation entre Parfaits et croyants est comme c e l l e de Montherlant entre heros et mediocres, car i l s'agit d'un melange de naissance et de volonte. Montherlant ne nous d i t pas s i l'homme nait sans l a "qualite," mais i l d i t que les mediocres n'ont pas de volonte. A i n s i pour l u i l'humanite se divise en deux races comme chez les manicheens; l a race superieure c h o i s i t l a vie rigoureuse de l a "qualite." Cette idee est un theme majeur dans son oeuvre, ou l'on rencontre des ordres de plusieurs sortes; notamment, des 118 ordres catholiques dans Le Maitre de Santiago, l a V i l l e dont l e prince est un enfant, Port-Royal, et Le Cardinal d'Espagne. l e s autres ordres qui comprennent des exaltes comme Pasiphae, Malatesta, Jeanne l a F o l l e et Don Juan, ne mettent pas en cause l a purete et done, ne constituent aucun p a r a l l e l e avec l e manicheisme. C'est l'ascetique qui ressemble au manicheen, par exemple, Alvaro ou Cisneros, qui meprisent l e s autres qu'ils considerent comme mediocres. Nous avons constate plus haut que l e manicheisme est lyrique. En e f f e t , peu de re l i g i o n s ne l e sont pas, car e l l e ^ f o n t appel au cote mysterieux de l a vie. V o i l a en partie, l ' a t t r a i t du catholicisme pour les Romantiques, et pour des poetes, qui comme Montherlant, cherchaient autre chose dans l'homme qu'un rationalisme desseche. Montherlant s'interesse particulierement aux re l i g i o n s mysterieuses comme l e mithriacisme ou les cultes palens de l'Antiquite, r e l i g i o n s qui pourraient etre r i d i c u l e s considerees par l a raison toute seule, mais qui soulagent en partie l'homme. En ef f e t , bien que Montherlant s o i t un romancier celebre, i l est aussi poete et dramaturge, et l a poesie comme l e drame n'accepte pas necessairement l a preeminence de l a raison. D'ailleurs, Montherlant repete sans cesse q u ' i l s'interesse a l a psychologie des hommes et non pas a une explication objective. Dans ses Notes de Theatre, i l d i t : La Reine morte.—Ils appellent 'eloquence', 'rhetorique' ce qui sort de moi comme du feu. Est-ce ma faute s i l'expression. chez moi, co l l e sur l e jet de l a passion.30 A maintes reprises, i l constate que les sentiments, bien;'. 119 qu'irrationnels, n'existent pas moins. Plusieurs des paroles de Jeanne l a F o l i e demontrent cette v e r i t e . E l l e a depasse l a raison et v i t dans l e monde des sentiments interieurs et personnels: Tout est blessure, quand on est blesse. Tous ceux qui croient qu'on les persecute sont en effet persecutes.31 Comme les Romantiques aussi, Montherlant se tourne vers l a couleur locale, c'est-a-dire, vers l ' h i s t o i r e , puisqu'il est degu par ses contemporains qui sont depourvus de "qualite." Ses pieces historiques font appel a 1 1 imagination avec leurs costumes, leurs actions violentes et leur langue tres imagee. Montherlant f a i t a l l u s i o n a cette parente aux Romantiques lui-meme dans ses Notes de theatre ou i l c i t e Hugo: Quand je l i s Shakespeare ou Racine, je ne me demande jamais s i c'est ou non 'du theatre'. J'y vais chercher une connaissance plus profonde des mouvements de 1'a.me humaine, des situations pathetiques, et de ces mots qui 'portent a. leur cime une lueur etrange' (Victor Hugo); bref, quelque chose qui nourrisse ensemble l e coeur et 1'esprit.32 Pour Montherlant, done, comme pour l e manicheisme, l e cote lyrique et imaginatif de l'homme est tres important. Dans son theatre i l cree souvent des personnages qui donnent l i b r e cours a, leurs sentiments au l i e u de se conduire selon les conventions. De meme, i l s s'expriment souvent d'une maniere tres proche de l a poesie. Le role du manicheisme dans l'oeuvre de Montherlant est plutot v o i l e , car cette secte est derriere les sectes plus europeennes comme l e catharisme ou l e jansenisme. Mais comme nous 1'avons vu, Runciman attribue au manicheisme l'horreur pour 120 les choses de l a chair traditionellement associee au christianisme. Cette horreur exerce une influence importante dans l e theatre de Montherlant, mais suivant l a doctrine de 1'alternance, ce theatre est aussi rempli d' entho.usiasme pour l a vie, ce qui est tout a f a i t l e contraire du manicheisme. La troisieme r e l i g i o n de l'Iran qui est tres importante par rapport a l a pensee de Montherlant est l e mithriacisme. Cette secte a dure pendant des siecles en Iran, mais c'est l e mithriacisme des Romains qui suggere des paralleles entre l e culte et l a pensee de Montherlant. M. J. Vermaseren dans son l i v r e Mithras, the secret god, explique comment cette r e l i g i o n a penetre 1'Empire romain: The pirates, a group of d r i f t i n g adventurers and occasionally, f a l l e n noblemen, conducted a communal worship of Mithras, whose cult was an exclusively male one.33 Ces pirates avait decouvert ce culte qui leur convenait en Iran et 1'avait introduit aux Romains. Mithra e t a i t un dieu parmi tout un pantheon de dieux en Iran. Mais chez les Romains, ce meme Mithra est devenu l e dieu p r i n c i p a l d'un culte base sur l e s a c r i f i c e des taureaux. Cette r e l i g i o n a tant developpe qu'elle a r i v a l i s e avec l e christianisme dans 1'Empire, grace a. l'appui de quelques empereurs. Schoeps nous demontre 1'importance du mithriacisme chez les Romains, et aussi son cote esoterique l o r s q u ' i l e c r i t : In the Sassanid period A.D.226-50 Mithra became the central figure of a h e l l e n i s t i c mystery cult which for a time, under Emperor Aurelian was raised to the rank of the Roman state r e l i g i o n and even threatened the future of C h r i s t i a n i t y . Venerated as sol i n v i c t u s — t h e undefeated sun god — M i t h r a penetrated f a r to the West.34 121 Ce mithriacisme s'est repandu partout dans 1'Empire non pas a cause de pretr.es efficaces mais parce que les soldats des legions a l l a i e n t dans tous les coins de 1'Empire. En tant que r e l i g i o n , l e mithriacisme leur convenait admirablement. II et a i t exclusivement male, i l prechait une vie guerriere, car Mithra e t a i t i n v i n c i b l e ; i l se servait d'une ceremonie sanglante ou 1'on tue un taureau. II encourageait done a. l a f o i s , l a violence et l a camaraderie, puisque l e s i n i t i e s se baignent ensemble dans l e sang tout chaud du taureau s a c r i f i e dans l e temple de Mithra. De plus, ce culte encourageait l'idee de grades parmi les hommes car i l y en avait sept dont l e plus haut e t a i t c e l u i de 'Pere'. Le cote mythique et les ceremonies symboliques du mithriacisme l u i permettent de s a t i s f a i r e aux exigences de 1 1 imagination humaine laiss a n t l e s exigences de l a raison de cote. Etant donne que Montherlant s'interesse aux mythes; (Pasiphae). aux taureaux. (Les Bestiaires), ,aux lu t t e s physiques t(>LesiOlympiques.'),~;et aux valeurs romaines . (La G-uerre c i v i l e ) , i l n'est guere etonnant qu';il - - I s'interesse aussi au mithriacisme. En eff e t , tous les elements du mithriacisme cites i c i qui pouvaient a t t i r e r l e soldat romain ont leur importance dans l a pensee de Montherlant, mais nous tenons a. souligner t r o i s aspects en p a r t i c u l i e r qui se font v a l o i r dans son theatre. Ce sont l e s elements p r i m i t i f s et simples mais tres puissants chez les mithriacistes et chez Montherlant—l'eau pure des sources, l e s o l e i l ou l a lumiere comme force pour l e bien, et l a l u t t e avec l e taureau qui eleve l'homme. Dans l a mythologie du mithriacisme, Sol, l e dieu du s o l e i l 122 et, done, une puissance pour l e bien dans l e monde, est l'ami de Mithra, un autre dieu pour l e bien contre les forces de l'obscurite et du mal. Souvent. Sol et Mithra sont interchangeables a l a maniere des deites dans les pantheons p r i m i t i f s . Dans l e mazdeisme Mithra est parmi les grands dieux comme Ahura-Mazda et Ahriman, le s d i v i n i t e s du Bien et du Mal, etant distinctement du bon cote, mais dans l e mithriacisme, Mithra devient un intermediaire entre les grands dieux et l'homme, done une figure comme l e Christ qui acc u e i l l e l e s individus avec un message personnel. A i n s i i l est entre les deux mondes du Bien et du Mal. Vermaseren c i t e Plutarque pour souligner cette difference dans l e Mithra des Romains: Plutarch on the other hand c a l l s Mithras a mediator and as such he occupies a central position between the two worlds of l i g h t and darkness, of good and evil.35 En quelque sorte l e s o l e i l .remplit cette fonction dans l e monde naturel, etant pour l ' e s p r i t p r i m i t i f 1'intermediaire entre l a lumiere et l'obscurite. Cette explication qui n'est pas basee sur l a logique est typique du mithriacisme qui aime les contradictions John Cruickshank semble attribuer ces contradictions au mythe s o l a i r e : Montherlant has always been fascinated by the solar mythology of Mithraism and i t s acceptance of various apparent contradictions: the generation of love through c o n f l i c t and of fullness of l i f e by acts of extermination.3D Justement Sol et Mithra tuent l e taureau qu'ils ne meprisent pas et l e mangent dans un repas symbolique que les i n i t i e s reconstituent. Nous verrons plus tard l o r s q u ' i l s'agira de l a tauromachie de Montherlant que l a mort du taureau ne s i g n i f i e pas l a haine pour l a bete mais, au contraire, une admiration pour l a bete et pour 123 l a v i e . Cet acte est 1'action principale du mithriacisme. Vermaseren l'explique a i n s i : Thus the character of Mithras i s expressed to the f u l l i n the hull- s l a y i n g , where he i s the creator who brings new l i f e to the world, the savior who performs the all-important cosmic act which secures not only material needs but also universal well-being. It i s l i t t l e wonder that this scene was given the place of honour i n the Mithraea and was a greater object of veneration than a l l the rest of the cult's imagery.37 Les i n i t i e s du culte assistaient a. l a mort d'un taureau; i l s se tenaient au-dessous d'une g r i l l e et l e sang tombait sur eux. Comme cette ceremonie e t a i t sainte, i l s devaient etre purs avant d'y par t i c i p e r . De plus i l f a l l a i t de l'eau pour laver les i n i t i e s et l e temple apres l a ceremonie. Tout temple de Mithra e t a i t situe dans une grotte naturelle et proche d'une source pure. Vermaseren i n s i s t e sur ce f a i t et indique 1'importance de l'idee de purete qu'apporte une source naturelle: Mithras had to be worshipped i n a natural cave close to a source of running water.38 Dans l e theatre de Montherlant l'eau pure represente une idee semblable, car e l l e symbolise l a purete mais une purete qui vient de l a nature et non pas du rejet de l a nature comme nous l e verrons a. l a page cent-vingt-sept. Nous avons c i t e Oruickshank l o r s q u ' i l parle de l ' i n t e r e t de Montherlant pour les mythes solaires. II est evident que ce mythe, qui est presque absent du christianisme, est l a base du mithriacisme. Comme l'acte de Mithra qui consiste a. recreer en tuant l e taureau, Sol recree l e monde chaque jour. II apporte de l a lumiere apres une nuit pleine de terreurs et de mysteres. 124 Neanmoins i l e t a i t adore dans des grottes obscures car l e cote mystere du culte e t a i t important. Pour Montherlant, comme pour les primitii's, l e taureau semble representer, l e s o l e i l ; tous deux sont puissants et au-dessus de l'homme mais amis de l'homme. Le s o l e i l etant.trop abstrait pour un culte de mystere, l ' i n i t i e peut s ' i d e n t i f i e r directement avec l a ceremonie taurine. I I s a t i s f a i t ses besoins profonds en assistant a, l a mort sanglante du taureau qui represente l a v i c t o i r e de Mithra: Mithras therefore carried the heavy b u l l towards the cave l i k e Herakles bidden by Eurystheus to shoulder the Eurymanthian boar, and his votaries, who wished as soldiers to achieve their particular l i f e ' s mission, had to accomplish their personal transitus with the same determination reinforced by the god's i n s p i r i n g example. Vermaseren montre i c i un aspect du mithriacisme et du paganisme hellenique qui a t t i r e r a i t Montherlant, car tous deux, avec leur exemples herolques en Mithra et Heracles exigent un eff o r t de l a part des d i s c i p l e s . A i n s i i l s tendent vers une idee de l a qualite. Ces conceptions d'eau pure, de s o l e i l et de taureau ne sont pas limitees au mithriacisme—nous avons indique que Montherlant nourrit son syncretisme de mythes tres repandus—,mais Montherlant lui-meme i n s i s t e sur 1'importance pour l u i de ces themes dans l e mithriacisme. Dans Les Bestiaires. i l groupe explicitement ces t r o i s elements du mithriacisme et les rattache au culte: Demain, d i t - i l , je devouerai au S o l e i l invaincu et aux Saintes, dans leur eglise, a qui j'en f a i s l e don, les cornes du dernier taureau que j ' a i mis a mort, assiste de toute ma f o l i e . Mais j'aurais du. l e s l a i s s e r cette nuit dehors, ces cornes, a f i n que, n'etant plus nourries par l e sang, e l l e s l e fussent par l a rosee. Tous quatre, a. 1'evocation de 1'eglise des Saintes, i l s avaient eu dans les yeux l a v i e i l l e 125 forteresse, l e saint des saints de l a r e l i g i o n taurine en Prance. Avant d'etre consacree a Christ, e l l e 1'avait ete au S o l e i l , ami de Mithra, puis a Mithra lui-meme, l e tauroctone, puis a. Cybele, d i v i n i t e du taurobole. Au milieu de l a nef j a i l l i s s a i t encore l a source mithriaque, comme dans l e premier antre consacre a Mithra par Zoroastre, ' f l e u r i et arrose d'une source'.4-0 Montherlant f a i t preuve i c i de ses connaissances sur l e mithriacisme. II ajoute plus l o i n dans l e roman l'idee du feu male et l a l i e a l'idee du taureau. II constate aussi que les elements feu et eau ont ete des mysteres pour beaucoup de peuples. Comme nous 1*avons vu au sujet du shintolsme, Montherlant semble associer l'eau mysterieuse a l a femme, et l e feu, qui represente a l a f o i s , l e s o l e i l et l e taureau, a 1'aspect male dans l a nature. II est v r a i que l e heros du roman ne partage pas toujours l e s sentiments du romancier, mais Montherlant montre son enthousiasme pour le s mythes taurins et solaires dans ses Essais. Dans L'Equinoxe de septembre, dont l e t i t r e est deja interessant du point de vue mithriaque, i l e c r i t : l a croix gammee est un derive de l a roue a quatre rayons, et du disque, qui representaient anciennement l e S o l e i l ( i c i i l y a une note: l a roue s o l a i r e , s i g n i f i a n t que tout tourne, est aussi un symbole de l'Alternance. Scheurman, d'autre part, rapporte l a croix gammee au moulinet qui d'autrefois, procurait l e feu. L'alternance, l e " S o l e i l , l e Peu...) C'est sous ce signe que les dernieres armees palennes combattirent, au quatrieme s i e c l e , l e s troupes de Constantin, qui arboraient l a croix du Christ... Or les Grecs donnaient au S o l e i l l e q u a l i f i c a t i f de panderkes, 'qui v o i t tout'.41 I c i Montherlant l i e l e s deux idees de s o l e i l et de guerre, et les deux croix, c e l l e du christianisme et c e l l e du paganisme. Comme dans Les Bestiaires, i l mele les deux cultes s i importants pour l u i , l e christianisme et l e mithriacisme. Nous avons constate 126 deja. dans ce chapitre q u ' i l admirait l e s jansenistes qui remontaient aux sources du christianisme. Ce q u ' i l admire chez eux est peut-etre leur intransigeance, mais i l est aussi v r a i que l e christianisme p r i m i t i f partageait avec l e mithriacisme des mythes tres simples. Montherlant affectionne aussi l a richesse des mythes mediterraneans. Dans l a causerie f a i t e par l'anteur. avant l a premiere representation de Pasiphae. i l indique combien i l est mithriaque: les mythes de Minos, de Pasiphae, du Minotaure, d'Ariane et de Thesee, sont parmi les mythes l e s plus riches qui soient jamais s o r t i s du cerveau de l'homme; je veux di r e : qui se pretent l e plus a. ce que l'homme leur donne des s i g n i f i c a t i o n s d'ordre essentiel. En outre, ces mythes m'etaient en quelque sorte destines, non seulement comme mythes solaires mais comme mythes solaires dont un des heros est l a representation peut-etre l a plus ancienne et l a plus universelle du principe v i t a l : l e taureau.42 En ef f e t , cette piece, est comme un poeme mithriaque car Pasiphae s'est eprise d'un taureau et e l l e est l a f i l l e du s o l e i l , done les deux elements principaux du culte figurent dans l a piece. Ces conceptions de sources, de s o l e i l et de taureau marquent profondement l'oeuvre de Montherlant, et surtout l'oeuvre de sa jeunesse. Les Bestiaires et Pasiphae sont des oeuvres ouvertement mithriaques comme nous avons pu l e voir . Mais nous retrouvons ces elements dans les pieces. L'eau pure, par exemple, semble s i g n i f i e r pour Montherlant 1'inaction, l e mystere et l a sensualite. Par contre, l e s o l e i l et l e taureau semblent representer l' a c t i o n , l a connaissance et l a violence. Plusieurs des heroines du theatre de Montherlant parlent de leur eau pure. Dans Le Maitre de Santiago, Mariana s'exalte au sujet de l'eau au debut de l a piece: 127 Je ne l a bois pas, je l a mange. Ines, dans La Reine morte, d i t a. Pedro: Je me relevais pour a l l e r a l a fontaine (cette eau s i fraiche, mon seul soutien de toute l a journee.44 Jeanne l a Polle (Le Cardinal d'Espagne) r e i t e r e les paroles d'Ines, mais e l l e parle a Cisneros tandis qu'Ines parle a son mari: C'est cette petite eau qui me maintient toute l a journee. II faut que je vive au moins jusqu'au moment ou je b o i r a i ma petite eau.45 La grande difference entre l e s deux femmes se montre dans leur attitude envers cette eau pure, car Ines veut vivre et l'eau est son soutien, pendant qu'elle est separee de son mari, mais Jeanne est indifferente a. l a vie, son mari etant mort, a i n s i l'eau est l a seule chose qui puisse l a rete n i r en vie. A i n s i cette eau represente une purete p a r t i c u l i e r e , et tout a. f a i t montherlantienne, car c'est une purete sensualiste un peu comme c e l l e du mithriacisme. John Batchelor a remarque 1'aspect absolu de cette eau et note que: Water has the same sensual symbolism for Ines as for other women i n Montherlant's plays. She speaks of drinking the fresh water of a fountain as being her sole support during the days of Pedro's absence, just as Jeanne l a Polle's 'petite eau' replaced the body of Philippe and now keeps her a l i v e . Marie Sandoval, i n Demain i l fera j our, now without a lover, has nonethe- less retained her sensual appetite which she moderates with frequent gulps of water. And one may speak also of sensualism i n Mariana of Le Maitre de Santiago as she quaffs the water prepared for the knights of the Order.4° A i n s i pour Batchelor l a question de purete et de sensualisme pose un probleme, peut-etre parce q u ' i l part d'une position chretienne. Ce melange de purete et de sensualite s e r a i t pourtant logique 128 dans l e mithriacisme ou dans un des cultes esoteriques du monde greco-romain qu'admire tant Montherlant. Ces femmes dbtent leur eau d'une importance re l i g i e u s e , car pour chaque femme e l l e symbolise l a passion. Montherlant suggere cette idee avec un autre t i t r e mithriaque, Aux Fontaines du desir. Pour l u i et pour l e s mithriacistes l e desir n'est pas toujours mauvais. Le desir est aussi naturel que l e degout, et Montherlant admire chaque mouvement dans l'homme pourvu q u ' i l mene a l a qualite. Dans l e mithriacisme, ces contradictions dans l'homme sont resolues symboliquement avec l a veneration de l'eau et du s o l e i l . Pour cette raison Montherlant s'enthousiasme pour l e nom de l'amie de sa mere l o r s q u ' i l parle de son sang malatestien, car e l l e s'appelle Marie de l a Pontaine Solare. A i n s i e l l e unie l a source et l e s o l e i l . Ceci n'est pas v r a i pour Soledad, l e j'eune f i l l e des Bestiaires. Son nom indique l e s o l e i l seulement mais Alban l a rejette en tuant l e taureau d i f f i c i l e c h o i s i malicieusement par e l l e . Nous venons de constater 1'importance du mythe so l a i r e pour Montherlant. Parfois l e s o l e i l symbolise l a force naturelle ou l a vie, parfois l e bien illumine contre l e mai obscur. Dans La Reine morte, l e jeu clair-obscur est un theme important car Perrante touche a sa mort tandis qu' Ines promet l a vie. Ferrante parle des ombres et i l v i t parmi les ombres. Quand i l parle a Ines, ses ministres et 1'Infante sont caches au fond de l a s a l l e comme des ombres. Eeanmoins, Ferrante l e s entend: C r o i e n t - i l s que je ne les entends pas, qui chuchotent et s'enfuient?47 129 Apres avoir donne 1'ordre pour l e meurtre d'Ines, dont i l connait mieux que personne 1'innocence, i l c r i e : Gardes I apportez des lumieres!... Allons, qu'attendez-vous, des lumieres,' des lumieres!48 Quand l e page de Ferrante, Dino del Moro, parle avec Ines, i l raconte les paroles du r o i au sujet des l u c i o l e s : II d i t qu'elles l u i ressemblent: alternativement obscures et lumineuses, lumineuses et obscures.49 Dans l a piece pourtant, Ferrante semble .beaucoup plus obscur que lumineuxcar i l est las de l a vie et i l est f a i b l e devant ses ministres et l e monde. Pour cette raison, i l tue une femme. Pendant sa derniere conversation avec Ines i l l u i d i t : Ines, cette nuit est pleine de prodiges.50 II avait remarque que cette nuit qui pesait tellement sur l u i , ne troublait pas Ines, pleine de confiance: Quand e l l e regardait l e s e t o i l e s , ses yeux etaient comme des lacs trahquilles. ->1 Pour Pedro, Ines symbolise l a vie, l a lumiere et l e bonheur. E l l e est l a nature pour l u i : Savez-vous que, chaque f o i s que vous bougez l a tete, vous m'envoyez l'odeur de vos cheveux? Et que cette odeur n'est jamais tout a f a i t l a meme? . Tantot impregnee d'air et de s o l e i l , et sentant l a flamme; tantot froide et sentant l'herbe coupee.52 Ines, en tant que femme enceinte, symbolise l a mere genereuse ou l a terre feconde, qui renouvelle l a creation mysterieusement. En l a tuant Ferrante essaie en quelque sorte d'arreter l a marche du s o l e i l . II semble vouloir l a v i c t o i r e de l'obscurite. II abhorre l e cycle de naissance et de mort qu'Ines l u i presente: Encore un printemps a. recommencer, et a. recommencer moins bien. 53 130 Malatesta, comme Pasiphae, temoigne d'un amour pour l a profusion de l a vie de l a part de Montherlant. II est done naturel que Malatesta soit a t t i r e par l e s o l e i l . II est affame de toute manifestation de l a vigueur ou de l a beaute. Quand i l v o i t l a statue greco-romaine qui e t a i t enterree dans un jardin, i l s'extasie: Que l a matiere en est b e l l e ! II semble qu'elle s o i t remplie de s o l e i l , qu'on f e r a i t s o r t i r du s o l e i l en l a pressant entre les mains!54 On ne s'attend pas a vo i r 1'image du s o l e i l dans les pieces catholiques puisque ces pieces t r a i t e n t de decisions austeres, mais meme l a Soeur Angelique, qui justement est en t r a i n de perdre sa f o i janseniste, parle du s o l e i l . E l l e l i e l e s idees de s o l e i l et de Dieu, ce que font habituellement l e s mystiques, bien qu'elle remarque que l a Soeur Prangoise s'est conduite a l a maniere d'une mystique et qu'elle n'appartient pas vraiment a Port-Royal: les creatures sont contagieuses d'elles-memes. Rien de t e l qu'une aff e c t i o n humaine pour porter de 1'ombre sur l e s o l e i l de Dieu. En vous separant de nous, vous vous r e t i r e r e z peut-etre d'une de ces ombres, comme doit l e f a i r e une vraie f i l l e de l a lumiere. Et encore vous trouveriez peut-etre, en une autre Maison, Un esprit qui vous aidat a soutenir mieux l e nom de r e l i g i o n que vous vous etes c h o i s i . Ce que nous voyons nous i n c l i n e a penser que les Ordres r e l i g i e u x s'entre-devorent comme des ti g r e s . Mais non toujours, et, dans votre cas, i l se pourrait que l e Carmel...55 Si c'est dans Pasiphae que Montherlant t r a i t e surtout du mythe so l a i r e , par contre, dans les pieces ecrites depuis 1942 qui mettent en scene des ascetes, c'est plutot une absence de s o l e i l qui frappe l e lecteur. Le Maitre de Santiago, par exemple, 131 se deroule dans un hiver rigoureux: Non, Mariana, ce n'est pas l a neige qui arrete ces messieurs. C'est un autre f r o i d , c e l u i qui se g l i s s e en l'homme quand i l se desaffectionne de quelquechose.56 Ces pieces austeres ne sont pas basees sur l e mythe solaire p uisqu'il s'agit presque toujours de nier l a vie, mais l e mythe so l a i r e f a i t partie de leur structure en ce que les tensions qu'elles montrent ressemblent aux tensions de l'arene taurine. Comme Cruickshank l ' a d i t plus haut, Montherlant aime l a contradiction mithriaque qui interprete l a mort sanglante du taureau comme preuve de l a plenitude de l a vie. Montherlant a pratique l a tauromachie et i l montre dans Les Bestiaires 1'attitude mithriaque envers l e taureau, car l e matador aime l e taureau q u ' i l met a mort; i l admire sa puissance et son habilete. II n'aime pas les taureaux f a c i l e s . C'est de cette maniere que l e mythe solaire entre dans les pieces ascetiques, car Montherlant explique l e s heros de ces pieces en termes de tauromachie. De Malatesta i l e c r i t : Dans cet ordre de comparaisons, P o r c e l l i o qui a verse l e poison a. Malatesta, et qui, immobile, l e regarde parler, s'agiter encore, c'est l e matador qui a donne l'estocade concluante au taureau, et l e regarde donner encore des coups de corne, mais l e sait^mort. Et leur meme epanouissement, leur meme ju b i l a t i o n , a. l'un et a. 1' autre, quand la-bete s ' eff ondre. 57 De meme, Montherlant donne une explication tauromachique du denouement du Maitre de Santiago dans son essai Espana Sagrada.5 8 Dans l e l i v r e , Le Cardinal d'Espagne, i l ajoute un essai, Les Deux Pourpres, qui, une f o i s de plus, donne une explication tauromachique de l a piece en question. Selon l u i , les pieces 132 q u ' i l a ecrites se divisent en t r o i s actes comme les t r o i s periodes de l a corrida. D'abord, i l y a un moment de f i e r e t e , l e levantado, ensuite, i l y a l e parado, moment ou l e heros (ou l e taureau) est atteint, et, finalement, l'aplomado, periode ou l e heros est ahuri et meurt. Montherlant voit l e destin de Cisneros de cette maniere, et i l montre apres combien ce mythe du taureau l ' a marque: Dans l e Cardinal d'Espagne, Cisneros est au remier acte, levantado, au second, parado par l a reine), au troisieme, aplomado... (...) L'essentiel de ce que j'aurai a dire est que l e drame du taureau, pendant l e quart ol d'heure de l a course, reproduit l a vie de l'homme, reproduit l e drame de l'homme; l'homme vient a s s i s t e r a sa propre passion dans l a passion d'une bete. la. est l e grand sens du mystere taurin, et non dans l a mythologie oft. je l e voyais i l y a trente ans.-3-? I c i Montherlant semble indiquer qu'il.a depasse l e simple mythe pour a r r i v e r a. une interpretation plus religieuse, c'est-a-dire, moins l i t t e r a i r e , car i l se sert du mot 'passion' pour ce sentiment qu'eprouvent et l e taureau et Cisneros. En effet Montherlant est comme un matador avec ses personnages. Sans doute par t a g e - t - i l sa joie et sa t r i s t e s s e lorsque ses grands personnages—Ferrante, Malatesta, La Soeur Angelique et Cisneros—s'effondrent de l a meme maniere. A i n s i cette r e l i g i o n de l'Iran, modifiee par les Romains, a beaucoup marque Montherlant. Comme nous 1'avons vu au debut de cette discussion du mithriacisme i l y a plusieurs aspects qui pourraient a t t i r e r l e dramaturge: l a camaraderie de ce culte, l'appui sur l a vie de soldat avec les idees de grades, de d i s c i p l i n e , de sang et d'une violence acceptee, d'une mythologie solaire et 133 taurine. Les themes d'eau pure, de s o l e i l et de tauromachie sont tres importants et pour l e mithriacisme et pour Montherlant. Ce mithriacisme est done une des influences les plus considerables sur l a pensee de Montherlant en-dehors du christianisme. Deux autres grandes r e l i g i o n s du Moyen Orient, l e mahometisme et l e judaxsme, ne figurent pas s i largement dans l'oeuvre de Montherlant. A i n s i nous traiterons de cette influence assez brievement, car toutes deux sont proches du christianisme, surtout de 1'Ancien Testament. C'est a travers l'Espagne que 1'influence de l'islamisme a atteint Montherlant. Plusieurs critiques ont note 1'importance de ce pays par rapport a Montherlant. Jean de Beer, par exemple, e c r i t : On n'a pas assez i n s i s t e sur 1'influence religieuse de l'Espagne sur Montherlant. Ce q u ' i l appelle lui-meme son i r r e l i g i o n n'est peut-etre que 1'incompatibility entre l e catholicisme hautain, intolerant, brulant a I'espagnole, dont i l a regu l e choc, avec l a molle et accommodante r e l i g i o s i t y dont ses maxtres l u i donnent l e spectacle et l a lecon.^O De Beer est soucieux de ramener Montherlant au b e r c a i l , mais Montherlant lui-meme avoue que l a r e l i g i o n de l'Espagne qui 1'attire est en verite un syncretisme p a r t i c u l i e r : Je n'ai pas f a i t d'Alvaro un C h r e t i e n modele. II reste en deca du christianisme. II sent avec force l e premier mouvement du christianisme, l a renonciation, l e Mada; i l sent peu l e second, 1'Union, l e Todo. L'Islam impregne l'Espagne de cette epoque: l a r e l i g i o n d'Alvaro consiste presque toute, comme c e l l e des Mores (ou c e l l e de l'ancien Testament), a reverer l ' i n f i n i e distance de Dieu: A l l a h est grand. o l Cette c i t a t i o n montre combien Montherlant est perspicace l o r s q u ' i l 134 s'agit de doctrines reli g i e u s e s . II est tres conscient de l'influence des Mores sur 1'Espagne; t r o i s de ses pieces les plus celebres se passent en Espagne: La Reine morte, Le Maitre de Santiago et Le Cardinal d'Espagne. La vigueur, l a f i e r t e et 1'enthousiasme r e l i g i e u x des Espagnols de cette epoque ref l e t e n t ces memes qualites que l'on trouvait chez les Mores, jadis maitres de 1'Espagne. Mais en plus de cette admiration historique, Montherlant admire l a culture arabe moderne, fortement influencee par l e s doctrines de.l' islamisme et decouverte l o r s de ses voyages en Afrique du Nord: The texts which come readi l y to mind are those written by Montherlant during 1925-32—seven years which he spent mostly i n Spain and North A f r i c a , having given up the family home i n Paris. Aux Pontaines du desir (1927), La Petite Infante de C a s t i l l e (1929), and, Un Voyageur s o l i t a i r e est un diable (1925-29), given the c o l l e c t i v e t i t l e Les Voyageurs traques, r e c a l l these years of c r i s i s during which Montherlant seems to have alternated between despair and exultation, f i n a l l y coming down on the side of the l a t t e r . " 2 Comme G-ide, Montherlant a trouve dans l e monde arabe une culture tres differente de c e l l e de son foyer. II a du. etre frappe par l a vigueur ou l a violence de 1'islamisme qui contraste avec l a douceur du christianisme moderne. Dans 1'essai Sans Remede, i l e c r i t : Le genie destructeur des Arabes, a t t i s e par l a vengeance, a mis l a v i l l e a. sac."3 Plus tard, dans ses Carnets, i l demontre q u ' i l est au courant de cette violence dans les paroles et dans l e geste qui f a i t partie de 1'islamisme: .13.5. Le tout p e t i t lecythe protocorinthien (70.0..ans . av. J.-C.) avec, une. inscription, grossierement dessinee au couteau: 'Je suis l a bouteille de.. parfum de.. Tataie. Quiconque me.volera deviendra . aveugle'. C'est l e 'Que l e bon Dieu m'aveugle les yeux! ( s i je commets t e l l e faute)' des Nord-Africains d' au j ourd' hui. 64 Les allusions au monde arabe abondent dans 1'oeuvre.de. Montherlant. Plusieurs de ses essais sont inspires par l a culture 65 islamique. Dans 1'Histoire d'Amour de 'La Rose de Sable', Auligny aime Ram, jeune f i l l e arabe et, a travers e l l e , toute 66 l a race arabe. Dans ses pieces, Montherlant f a i t , aussi a l l u s i o n a. cette culture nord-africaine. Ferrante dit. a Pedro q u ' i l peut aimer Ines en tant que maitresse: Puisque l e s Af r i c a i n s ont apporte chez nous un peu de leurs coutumes, et que meme a l a cour, 1'usage s'est e t a b l i qu'un homme a i t une amie reguliere en outre de son epouse legitime, epousez 1'Infante, et ne vous interdisez pas de rencontrer Ines, avec l a discretion convenable. L'Infante, prevenue, y trouvera d'autant moins a redire qu'en Navarre aussi l e concubinage est formellement autorise par l a . l o i . 6 7 En e f f e t , Ferrante se sent tres proche des Mores dont i l connait l a v i e : Les Af r i c a i n s disent que ce l u i qui a autour de l u i beaucoup de servigeurs a autour de l u i beaucoup de diables. Et l e meurtre d'Ines est tout a f a i t dans l e style moresque, semblable en cela a l a mort de Desdemone dans Othello. Montherlant nous a lui-meme, explique combien Alvaro est proche de 1'islamisme. DPailleurs Alvaro est a t t i r e par l e s contes austeres: Dans les contes marocains, i l y a un personnage classique: l e pere qui medite de f a i r e tuer sa f i l l e , parce q u ' i l l a voit amoureuse.69 136 Comme dans l e cas des samoural, i l est evident que Montherlant s'est bien documente sur ces r e l i g i o n s . Le christianisme de Perrante, d'Alvaro et de Cisneros est touche par l'islamisme, car i l admet une violence qui s i e r a i t mal aux doctrines chretiennes. De plus, i l y a chez eux une certaine exultation dans l a cruaute qui rappelle l e mahometisme. Cisneros, par exemple, repand l e christianisme a l a maniere islamique, c'est-a-dire, par l e f e r : Ma charite? .Aux Indes, en Afrique, j ' a i donne l a f o i a. des centaines de m i l l i e r s d'etres. J' a i f a i t d'eux des ames.' C'est exactement dans cette sorte d'ac t i v i t e qu'Alvaro refuse de s'engager. I c i se trouve une contradiction que Montherlant saurait apprecier, et qui correspond aux interets contraires du dramaturge t e l s qu'ils apparaissent dans 1'opposition de Pasiphae, de Malatesta et de Don Juan d'une part, et, d'autre part, de Perrante, d'Alvaro et de Cisneros. S i Cisneros represente l'islamisme orthodoxe dans sa conception du christianisme, Alvaro represente l e soufisme, mouvement mystique dans l'islamisme. Spencer i n s i s t e sur 1'incompatibilite du mysticisme et de l'islamisme The growth of Islamic mysticism (or Sufism) i s a s i g n i f i c a n t i l l u s t r a t i o n of the strength of the mystical tendency i n r e l i g i o n . On the face of i t , the r e l i g i o n of Mohammed can scarcely be regarded as of i t s e l f providing f r u i t f u l s o i l for the growth of that tendency. Yet within a comparatively short time after the Prophet's death a movement arose among his followers which has given., b i r t h to some of the greatest of the mystics.' Quand Dominique Sourdel-analyse les elements essentiels du soufisme, i l semble parler directement d'Alvaro et de son attitude: 137 On y trouve u t i l i s e e s , a cote de notions coraniques enrichies, sinon transformers, quelques idees d'origine hellenique. C'est avant tout l a 'science des coeurs' qui permet a 1'a.me, par l a mortification du desir, de se depouiller de toute attache sensible et de se transformer en 'esprit'. L'esprit brulant d'amour n'est plus occupe que de concevoir l ' u n i c i t e divine; i l est pret a 's'esseuler devant 1'Unique'. Au terme de l'extase disparait l a personnalite du mystique, 7 ? transfiguree par Dieu en qui e l l e subsiste. A i n s i l e soufisme ressemble au mouvement mystique dans 1'hindouisme en ce q u ' i l rejette une r e l i g i o n orthodoxe qui est laxque et impersonnelle, et essaie de combler l a distance entre l e f i d e l e et un Dieu infiniment eloigne. Alvaro essaie d'atteindre l ' E t r e Supreme en repoussant les valeurs du monde qui l'entoure comme l e f a i t l e soufi: Dieu ne veut n i ne cherche: i l est 1'eternel calme. C'est en ne voulant r i e n que tu reflet e r a s Dieu... (...) Quel voyage nous avons a accomplir, aupres duquel c e l u i des Indes apparait tellement sordide et grotesque! ... (...) Unum Domine173 L'islamisme offre encore une f o i s a Montherlant cette alternance q u ' i l aime. Les deux elements de l a vie, 1'ascetisme et 1' engagement, s'y trouvent comme chez Pascal et Nietszche.. Dans l a culture arabe i l y a l e cote concret, l a violence, l a spontaneite, lla f e r o c i t e , l a f i e r t e des sultans et, en meme temps, l e soufisme qui f a i t appel aux qualites dans l'homme qu'aime Montherlant egalement: l e mysticisme, 1'ascetisme et l a meditation. L'influence de l'islamisme est doublee pour Montherlant car i l l a subit a. travers son admiration pour l'Espagne et par un contact direct avec l e monde arabe. Ces deux elements se melent dans l a pensee de Montherlant et constituent une partie integrale de sa dramaturgie. 138 Le judaisme n'a qu'une influence f a i b l e dans l a pensee de Montherlant mais i l existe quelques paralleles entre les' doctrines du judaisme et les pieces de Montherlant. Comme 1'islamisme, l e judaisme est rigoureusement monotheiste: "Thus i t teaches the 74 oneness and unity of .god." Comme 1'islamisme.aussi l e judaisme a beaucoup plus d ' a f f i n i t e s avec 1'Ancien Testament qu'avec l e Nouveau Testament. C'est aussi l a preference de Montherlant selon ses personnages dramatiques. Ces deux r e l i g i o n s , 1'islamisme et l e judaisme,se nourrissent d'une mythologie-tres primitive. et tres a u t o r i t a i r e , que nous retrouvons dans l e theatre de Montherlant qui est foncierement theocentrique. Les J u i f s sont aussi 1'exemple classique de l'idee d'une race d'elus. Nous avons rencontre ce theme dans presque toutes les sectes que nous avons etudiees car e l l e a t t i r e beaucoup Montherlant, tres conscient de l a mediocrite et du besoin de se detacher d ' e l l e . Dans l e cas des J u i f s , cette conception de race d i f f e r e de c e l l e des Japonais, par exemple, car i l s se sentent is o l e s et vulnerables, theme qui se presente dans l'oeuvre de Proust et de Kafka. Comme chez les heros de Montherlant, cet isolement a son cote orgueilleux et son cote pitoyable. Les Ju i f s ont ete choisis par Dieu: This unique community came into being by an act of foundation: the tribe of Isr a e l was chosen by God out of the multitude of peoples and led to Sinai.75 A cause de ce choix d i v i n , les J u i f s ne peuvent pas renoncer a leur etat de superiote, et done sont proches du sublime des heros de Montherlant. Abba H i l l e l S i l v e r c i t e l a phrase de Toynbee pour mettre en r e l i e f cette intransigeance juive: 1 3 9 Professor Arnold J. Toynbee regards this 'going i t s own way', this remarkable constancy, unparalleled i n a l l history, of a people to an idea, as 'the most notorious h i s t o r i c a l example' of what he c a l l s the ' i d o l i z a t i o n of an ephemeral self'.7° Un autre aspect du judalsme qui figure dans l e theatre de Montherlant est l'idee de l a c u l p a b i l i t e . Au premier abord, on d i r a i t que cette conception est etrangere a Montherlant, mais quelques personnages font preuve de ce sentiment typiquement judeo-chretien t e l s que Pasiphae et Cisneros d'un certain point de vue, et Georges dans Demain i l fera .jour. Leon Roth dans son l i v r e , Judaism, explique cette idee de peche par 1'amour de Dieu que tout J u i f est cense avoir: It i s thus the love of God which, for both Code and Commentary, i s the motive of right action, not the hope of reward or fear of punishment.77 Le dernier aspect du judalsme qui semble interesser Montherlant est l'idee du s a c r i f i c e , surtout l e s a c r i f i c e d'un etre. Cette idee est proche de c e l l e de l a maxtrise de s o i , car Roth appui sur cette maitrise l o r s q u ' i l analyse l a moralite juive qui est centree dans l e monde concret: Holiness i s not asceticism, the negation of the world and i t s fulness. It i s rather, i n the presence and enjoyment of the world and i t s fulness, a conscious exercise of s e l f - c o n t r o l ; i t i s a guiding not an ob l i t e r a t i o n , of natural desire. A l l hygienic considerations apart, therefore, food regulations, however irksome, are of deep moral significance.78 Ces quatre aspects du judalsme invitent des comparaisons avec l e theatre de Montherlant. D'abord, l e monotheisme du judaisme est semblable au christianisme de plusieurs des personnages de Montherlant. La plupart de ses C h r e t i e n s partagent l e theocen- trisme de 1 'Ancien Testament, i l s ne se referent guere au Christ, 140 mais presque toujours a Dieu, et a un Dieu lointain. Ferrante, Alvaro, les^Soeurs de Port-Royal et Cisneros, tous parlent presque exclusivement de Dieu. les autres articles de l a f o i catholique semblent beaucoup moins importants pour eux. Meme de Pradts insiste sur l'idee de Dieu: Enfin! Voici enfin ce nom de Dieu qui jamais ne venait a, votre bouche. (Une heure viendra ou. je ne vous cacherai plus les soucis que vous me causez. Du moins, l u i parliez-vous un peu de Dieu? Je me le demande.) Etre pretre, et eluder Dieu!79 L1importance de Dieu est souvent symbolisee par 1'importance du pere. Dans le theatre de Montherlant, les peres ou des symboles de "pere" reviennent sans cesse. Ferrante, Georges, Alvaro, le pape, 1'archeveque, le Superieur, le cardinal, l a douceur de Jesus est peut-etre trop feminine pour plaire a Montherlant car II est peu nomme dans ce theatre. Le deuxieme aspect du judaisme traite plus haut est celui de l'idee de race ou de caste que nous avons rencontree dans plusieurs autres religions. Montherlant aime se detacher du troupeau';-.: plusieurs de 'ses personnages aussi repoussent ce qu'ils appellent l a mediocrite malgre l a souffrance inevitable que cette action entraine. Chez l a race juive, cette doctrine d'une race exclusive a mene a beaucoup de miseres, dont l'une des principales est le sentiment d'isolement. Les heros de Montherlant sont s i exigeants par rapport aux autres qu'ils deviennent solitaires. Georges (Fils de personne) se sent a part quand i l decouvre que son f i l s est irrevoquablement mediocre, mais c'est un sentiment qu'il connait deja: 141 Eh bien, t o i , tu ne suis pas. Que c'est d i f f i c i l e , douloureux, cet eff o r t sans espoir pour toucher avec des mots un autre etre I1 Et c'est l a cependant qu'est l a vie.80 L'isolement de Perrante, d'Alvaro,de l a S. Angelique et de Jeanne l a Polle est e x p l i c i t e puisque chacun de ces personnages repousse tout sentiment humain. Pour sa part, Cisneros meurt abandonne a l a f o i s des hommes et de Dieu: 0 mon Dieu! Qu'ai-je f a i t ? Pourquoi cette punition? Pauvre r o i . pauvre r o i , l u i aussi ^ i l aura ses traltres.°l Cette conception de 1'isolement rappelle c e l l e de 1'explication tauromachique des pieces ou l e taureau tombe dans l'arene persecute et seul parce q u ' i l est un taureau et parce q u ' i l est un taureau d i f f i c i l e . C'est aussi l e cas des heros de Montherlant qui se croient superieurs aux autres. John Batchelor e c r i t a ce sujet: The 'homme l i b r e ' , conscious of the fact that this i s the only l i f e he has, wants to l i v e i t to the f u l l , because this world i s the expression of his own authentic w i l l . Rather than abandon himself to nature, he would l i k e to use i t and develop his own natural capacity i n every domain. This explains why the heroes of Montherlant's theatre are so concerned with ' l a qualite' and the desire to exploit the p o s s i b i l i t i e s of s p i r i t u a l l i f e as well as physical impulses (Malatesta)—whether God exists or not. l e heros refuse tout compromis avec son idee de 'qualite' et se detache de plus en plus des autres hommes. A i n s i i l meurt souvent incompris et seul. Nous avons d i t plus haut que Montherlant semble plutot apprecier l e s r e l i g i o n s qui n'insistent pas sur l a c u l p a b i l i t e de l'homme. Mais nous avons aussi constate, a maintes reprises, q u ' i l aime les contradictions chez l'homme. II f a i t dire a 142 Jeanne que toute persecuted imaginaire est neanmoins persecuted, et de meme, i l s a i t que certains hommes se sentent coupables. Ferrante d i t a Ines, par exemple: Tout l e monde est coupable de quelque chose.^ Georges est de cet avis dans Demain i l fera .j our, car i l d i t a Marie: Toute ma vie, j ' a i ete coupable... Coupable envers l u i . Coupable envers vous. Coupable envers tous. Aussi coupable, plus coupable qu'aucun de ceux que j ' a i vus'envoyes en prison et deshonores. Toujours coupable, et jamais puni. 84 Cisneros exprime aussi une sorte de c u l p a b i l i t e , apres l e choc d'avoir vu Jeanne hier 1'importance du monde: J'aurais existe de l a veritable Vie. J ' a i ete .a moi-meme, c 1est-a-dire, a Dieu, combien d'annees? Pendant-les t r o i s annees de ma r e t r a i t e au couvent, et dans une certaine mesure, pendant les six annees de ma r e t r a i t e en prison. J ' a i vecu quatre-vingt- deux annees; j'en a i existe neuf. C'est cela que m'a rappele l a reine, ah! s i cruellement^ J ' a i eu l e chapeau rouge pour avoir t f a h i Dieu.8-* Mais cette idee de c u l p a b i l i t e n'est pas un theme majeur du theatre de Montherlant. l a plupart du temps, ses heros depassent toute idee de moralite et de peche. Cette conception du peche, comme c e l l e de l'isolement, est l i e e au theme du s a c r i f i c e , qui est important pour l e judaisme et aussi pour Montherlant. Car l e Dieu des J u i f s ordonne des s a c r i f i c e s , l e s a c r i f i c e d'Abraham est un symbole eloquent de l'dbeissance juive. Montherlant s'est apercu lui-meme de cet aspect de son theatre; i l a e c r i t dans une note d'une postface au Maitre de Santiago: 143 Le s a c r i f i c e d'Abraham est decidement dans mon theatre une obsession! Alvaro accepte l e risque de s a c r i f i e r Mariana, au nom de l a transcendance. Ferrante s a c r i f i e Pedro au bien de l ' e t a t . Georges s a c r i f i e G i l l o u a l'idee q u ' i l se f a i t de l'homme. A l a f i n de L ' E x i l , Genevieve consent a s a c r i f i e r son f f l s ^ s i cela doit l u i rendre d'abord 1'amour de ce f i l s . 11 est toujours question d'un s a c r i f i c e judalque dans ces exemples, car l e parent s a c r i f i e 1 'enfant. D'habitude c'est a cause de l a mediocrite de c e l u i - c i , et jamais sur 1 'ordre de Dieu, Le s a c r i f i c e figure dans d'autres affections aussi chez Montherlant. Sevrais, avec un eff o r t que doit admirer Montherlant, accepte de s a c r i f i e r son aff e c t i o n et son amitie pour Sandrier, et de Pradts renonce k son aff e c t i o n pour Sandrier aussi. De meme, l a Soeur Angelique doit renoncer a son af f e c t i o n pour sa novice, l a Soeur Francoise. La difference entre l e judalsme et l a pensee de Montherlant i c i est que l e heros montherlantien n'obtient pas 1 'ordre de s a c r i f i e r quelqu'un de Dieu mais de sa propre opinion, tandis que Dieu ordonna a. Abraham de s a c r i f i e r son f i l s . La certitude des J u i f s qu'ils suivent l e s ordres de Dieu en tout ce qu'ils font est symbolisee par l ' h i s t o i r e d'Abraham. Chez l e protagoniste de Montherlant, i l s'agit d'un sentiment de sa propre valeur. Montherlant n'a pas e c r i t des pieces zoroastriennes, manicheen- nes, mithriacistes, islamiques ou juives, mais son oeuvre jouit dTê  l a richesse due en partie aux re l i g i o n s du Moyen Orient. Non seulement i l l e s connait, mais i l n'y en a pas une dont nous venons de parler a. laquelle i l n'a pas f a i t a l l u s i o n dans ses Essais ou dans ses Notes de Theatre. Son syncretisme se nourrit de l a m u l t i p l i c i t y des sectes mediterraneennes, region du s o l e i l . 144... et du taureau. l'influence. du mithriacisme est done, majeure.,. d'ou. l e s allusions e x p l i c i t e s que representent Pasiphae et Les Bes t i a i r e s. Les autres sectes ont une influence plus implicit.©,, nous savons que Montherlant l e s connait et q u ' i l existe des paralleles entre e l l e s et l'oeuvre theatrale de Montherlant, a i n s i e l l e s constituent une partie du syncretisme montherlantien et donnent beaucoup de profondeur a 1'expression religieuse des pieces 'chretiennes'. NOTES 1 Schoeps, op. c i t , , p. 83. 2 Bouquet, op_. ext., p. 105. 3 J. N. Faure-Biguet, Les Enfances de Montherlant, (Paris, 1941), p. 171. 4 Batchelor, OP. c i t . , p. 154. 5 - Laprade, OP. ext., p. x. 6 Montherlant, Aux Fontaines du desir, i n Essais, p. 242. 7 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, pp. 113-4. 8 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 475. 9 Montherlant, Celles qu'on prend dans ses bras, i n Theatre, p. 808. 10 Montherlant, Don Juan, pp. 88-9. 11 Montherlant, Le Maitre de Santiago: Une piece qui baigne dans l e desespoir, op. ext., p. 690. 12 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 664. 13 Faure-Biguet, pp. 168-9. 14 Steven Runciman, The Medieval Manichee, (Cambridge, Eng., 1955), P- 186. 15 Schoeps, p. 88. 16 Denis de Rougemont, Passion and Society, (London, 1956), p. 82. 17 Runciman, p. 15. 18 Rougemont, p. 81. 19 Montherlant, Textes sous une occupation, i n Essais, p. 1502. 20 Rougemont, p. 66. 21 Batchelor, pp. 217-8. 22 Montherlant, Aux Fontaines du desir, i n Essais, p. 258. 146 23 Montherlant, l a Reine morte, i n Theatre, p. 184. 24 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 654. 25 Ibid., p. 634. 26 Montherlant, Port-Royal i n Theatre, p. 1030. 27 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 130. 28 Ibid., p. 154. 29 Ibid., p. 130. 30 Montherlant, Notes de theatre, i n Theatre, p. 1071. 31 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, pp. 107 & 118-9. 32 Montherlant, Notes de theatre, i n Theatre, pp. 1077-8. 33 M. J. Vermaseren, Mithras, the Secret God, (New York, 1963), p. 28. 34 Schoeps, p. 85. 35 Vermaseren, pp. 106-7. 36 Cruickshank, op., c i t . , p. 10. 37 Vermaseren, p. 70. 38 Ibid., p. 37. 39 Ibid.,pp. 81-2. 40 Montherlant, Les Bestiaires, (Paris, 1954), 'Le Livre de Roche*, p. 237. 41 Montherlant, I'Eauinoxe de septembre, i n Essais, p. 757. 42 Montherlant, Pasiphae, i n Theatre, p. 103. 43 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 599. 44 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 188. 45 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne. p. 108. 46 Batchelor, pp. 101-2. 47 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 221. 48 Ibid., p. 232. 147 49 Ibid.. p. 209. 50 Ibid.. p. 218. 51 Ibid.. p. 252. 52 Ibid., p. 153. 53 Ibid.. p. 222. 54 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 461.. 55 Montherlant, Port-Royal, i n Theatre, p. 994. 56 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 598. 57 Montherlant, Malatesta, i n Theatre, p. 564. 58 Montherlant, Espana sagrada, (Paris, 1952), pp. 116-8. 59 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, pp. 230-2. 60 Jean de Beer, op_. ext., p. 20. 61 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 660. 62 Batchelor, p. xv. 63 Montherlant, Aux Pontaines du desir, i n Essais, p. 326. 64 Montherlant, Carnet XXXV. i n Essais, p. 1265. 65 II faut relever i c i l e s t i t r e s arabes des essais t e l s que; Palais Ben Ayed, D'un baleon, a Fez, Sidi-Bou-Said i n Essais, et Hispano-Moresque, [Paris, 1929). 66 Montherlant, L'Histoire d'amour de 'La Rose de sable', (Paris, 1954). 67 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 146. Dans ses Carnets, Montherlant montre q u ' i l partage ce point de vue: 'Passer d'une femme a 1'autre'. Carnet XLII, i n Essais, p. 1280. 68 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 181. 69 Montherlant, Le Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 633. 70 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 66. 71 Spencer, o jo . c i t . , p. 299. 148 72 Dominique Sourdel, 1'Islam, (Paris, 1965), p. 86. Sourdel semble parler d'Alvaro dans l a plupart de ce q u ' i l d i t au sujet de 1'islamisme. Par exemple, i l en d i t : Mais l e soufisme d'Al-G-hazali, surtout pratique, met 1'accent sur l a recherche de l a perfection morale. Aussi bien l'apport du soufisme a 1'Islam f u t - i l surtout de r e v i v i f i e r l a morale: c'est l u i qui i n s i s t e sur l a vertu de confiance en Dieu, qui i n c i t e a f a i r e passer, avant 1'accomplissement des r i t e s , l e s dispositions du coeur sans lesquelles aucun acte r e l i g i e u x ne vaut; i l preche 1'effort personnel, base indispensable des vertus sociales du musulman, a i n s i que l a pratique de l a bienfaisance menee jusqu'au desinteressement heroique. p. 91. 73 Montherlant, l e Maitre de Santiago, i n Theatre, pp. 655 & 657. 74 Schoeps, p. 209. 75 Ibid., p. 207. 76 Abba H i l l e l S i l v e r , Where Judaism Differed, (New York, 1963), p. 77. 77 leon Roth, Judaism, (london, I960), p. 170. 78 Ibid., p. 28. 79 Montherlant, La V i l l e dont l e prince est un enfant, i n Theatre, pp. 925 & 928. 80 Montherlant, F i l s de personne, i n Theatre, p. 316. 81 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 206. Dans Port- Royal , l a Soeur Angelique ressent l e meme abandon en franchissant comme e l l e d i t , l e s Portes des T'ehVbres: Serai-je enferm^e avec d'autres de nos soeurs? Serons-nous deux au moins par c e l l u l e ? -Vous serez seule. Monseigneur, ne nous mettez pas dans ce vide. I I y en a d'entre nous que Dieu q u i t t e r a i t , et qui se quitteraient elles-memes: e l l e s tomberaient en poussiere. Vous ne savez pas ce que vous tentez. Port-Royal, i n Theatre, pp. 1038-9. 82 Batchelor, p. 233. 83 Montherlant, La Reine morte, i n Theatre, p. 216. 84 Montherlant, Demain i l fera jour, i n Theatre, p. 738. 85 Montherlant, Le Cardinal d'Espagne, p. 164. 149 Montherlant, Le Maitre de Santiago, in Theatre. pp. 660-1. Montherlant, La V i l l e dont le prince est un enfant, pp. 912 & 930. CONCLUSION Dans les chapitres precedents, nous avons essaye de degager 1'influence des rel i g i o n s de 1'Extreme-Orient et du Moyen-Orient dans l'oeuvre et l a pensee de Montherlant. L'influence de ces . re l i g i o n s qui f igurent parmi les plus importantes du monde se . ,.. montre surtout dans l e theatre de Montherlant. Ceci n'est guere surprenant puisque 1'engagement reli g i e u x de l a part d'un individu comporte un mouvement dramatique en s o i . Comme nous 1'avons vu., Montherlant aime cette sorte de conviction chez les etres. II admire ceux qui, apres une prise de conscience, se decident a. vivre.une vie pleine de d i f f i c u l t e s qui mene a un niveau d'existence plus eleve. Ceci est souvent l e cas chez les croyants des sectes que nous venons d'etudier. Avec l e christianisme, ces sectes constituent une enorme famille d'etres, c a r e l l e s sont les cultes principaux du monde. Comme nous 1'avons- vu, Montherlant les connait tous, et presque aussi bien que l e christianisme, r e l i g i o n de sa jeunesse et de sa culture premiere. Dans notre Introduction nous avons i n s i s t e sur 1'ambiguite de l a position de Montherlant vi s - a - v i s du christianisme. Mais cette attitude equivoque n'est pas une faiblesse car e l l e f a i t partie de sa doctrine de 1 'alternance. Montherlant aime l a v e r i t e , mais une verite qui depasse l a raison qui est portee a. nier l e monde de 1'imagination et des sentiments. A i n s i sa position varie en regard du christianisme. Pendant un certain temps i l a condamne Alvaro (Le Maitre de Santiago) pour son egotisme peu C h r e t i e n , mais ensuite, las des critiques 151 f a c i l e s qui l e repetaient sans cesse, i l a affirme l e christianisme d'Alvaro pour retrouver une sorte d'equilibre, dormant une autre preuve que "tout l e monde a raison toujours". II j u s t i f i e done Alvaro de cette maniere: La v e r i t e est que don Alvaro et ses p a r e i l s — l a race des durs—sont une des 'families s p i r i t u e l l e s ' du christianisme: i l s en font partie tout autant que l a race des doux. Une f o i s de plus, ' i l n'y a pas a c h o i s i r ' . Et s i l e Christ tourmente de Mariano Andreu (sur l a scene), s i l e s eclats et l e r i c t u s satanique d'Henri Rollan nous inclinent parfois a voir dans mon heros quelque chose d'un peu monstrueux, qui serait typiquement espagnol, i l s nous trompent; je retrouve l a race des intransigeants, voire des farouches, d'abord dans l e christianisme p r i m i t i f , ou e l l e regne et donne l e ton, et puis dans l ' h i s t o i r e du christianisme francais, dans l ' h i s t o i r e du christianisme allemand, dans l ' h i s t o i r e du christianisme i t a l i e n , presque autant qu'en Espagne: les exemples en surabondent. 1 I c i Montherlant indique que son syncretisme ne veut pas a c c u e i l l i r un amalgame de mediocrites, mais au contraire, q u ' i l veut accepter toutes les opinions valables, meme...si. e l l e s s'opposent. Ines et Eerrante (La Reine morte) representent l a douceur et l a durete, et dans cette piece Montherlant les respecte tous deux. Montherlant a i n v i t e l a controverse au sujet de ses croyances, ou plut&t, de ses idees religieuses, parce q u ' i l admire plusieurs aspects du christianisme mais, en meme temps, i l nie certaines de ses doctrines: 1'existence de Dieu, 1'immortalite de l'ame, l a recompense des bons et l a punition des mechants. De plus, i l ne se preoccupe pas outre mesure des notions du bien et du mal. Naturellement, l o r s q u ' i l parle du christianisme, i l se refere au catholicisme. S i son theatre ne met pas en scene des bouddhistes, des samourax, des mithriaques, des manicheens ou 152 des musulmans, c'est parce q u ' i l a trouve toute l a gamine de valeurs et des sentiments r e l i g i e u x dans l e catholicisme. Cette r e l i g i o n , comme i l l ' a d i t dans l a c i t a t i o n precedente, contient " l a race des durs" et " l a race des doux". Pour Montherlant ce cote dur represente souvent l a 'qualite'; c'est ce cote qui, d'apres l u i , est en t r a i n de disparaitre du catholicisme moderne. C'est pourquoi Montherlant nous donne des C h r e t i e n s durs et heroxques qui sont t i r e s de l ' h i s t o i r e . Mais meme s i Montherlant vo i t dans l e catholicisme tant de qualites hautes et nobles, i l admet que l a mediocrite y existe aussi. Montherlant, tres perspicace, reconnait que cette d i l u t i o n de l a durete historique par une douceur qui, pour l u i a toujours quelque chose de feminin, constitue une des raisons de l a s t a b i l i t e du catholicisme: Le catholicisme a su s i bien s'incorporer l e mediocre et avec l u i les mediocres, tout en gardant du noble et avec l u i des etres nobles, i l a accumule tant de puissances d'attraction, s o i t de bonne so i t de mauvaise qualite, qu'on ne lu t t e r a plus contre l u i que 'pour l'honheur et pour l e p l a i s i r ' , sans espoir d'un succes durable. Les t r a i t s qu'on l u i decoche l e traversent comme un fantome.2 Voi l a une juxtaposition q u ' i l est possible de voir dans toutes les r e l i g i o n s du monde. E l l e s ont toutes des croyants qui prennent leur r e l i g i o n au serieux et d'autres croyants moins intransigeants qui sont enclins a accepter des compromis. Montherlant se s o l i d a r i s e toujours avec ceux qui prennent leur r e l i g i o n s au serieux, et cela dans n'importe quelle r e l i g i o n . Le syncretisme de Montherlant l u i permet d'admirer ce t r a i t q u ' i l trouve dans l e catholicisme comme dans les autres r e l i g i o n s . Pour l u i , i l s'agit toujours d'une haute conception de l'homme, 153 basee sur une alternance entre un rejet du monde et une acceptation du monde naturel. Cette double postulation de l'homme figure dans les cultes de 1'Orient et dans l e syncretisme et 1'alternance de Montherlant. Nous avons constate, par exemple, l e decalage entre l e tantrisme et les cultes orthodoxes de l'hindouisme et du bouddhisme. Ce decalage existe aussi entre les religions du Japon, l e shintolsme et l e zen ou l a spontaneite du shintolsme s'.oppose au stolcisme p a r t i c u l i e r du zen. De meme, au Moyen-Orient, cette opposition se trouve entre l e zoroastrisme et l e manicheisme. Dans l e theatre de Montherlant cette dichotomie est refletee en quelque sorte par des personnages plus a t t i r e s par l e monde des.. sens, t e l s que Pasiphae, Malatesta, Ravier et Don Juan, et des personnages austeres t e l s que Georges ( F i l s de personne), Alvaro et Jeanne l a F o l i e . Mais, nous pouvons retrouver, dans chaque secte cette alternance, plus prononcee sans doute dans l'hindouisme, l e bouddhisme, 1'islamisme et l e judaisme. Ce meme c o n f l i t existe aussi dans 1'esprit de quelques personnages montherlantiens, par exemple, Ferrante, l'Abbe de Pradts, l a Soeur Angelique et Cisneros. Montherlant a d i t a. maintes reprises que l a base des grandes re l i g i o n s est un premier mouvement vers l e nihilisme. Nous avons c i t e Montherlant ou. i l parle de cette 'vaste f a m i l l e 1 dont l e premier mouvement a ete de rejeter l e monde.^ Cette conception de l a vie peut etre partagee par l e bouddhiste,. l e samoural, l e manieheen ou l e C h r e t i e n . A i n s i toutes l e s religions se valent pour Montherlant. Pour l u i l a grande d i v i s i o n n'est pas entre les sectes, mais entre ceux qui croient, a, 1'a.me immortelle et ceux qui n'y croient pas. En tant qu'athee, Montherlant, qui, . 15A cependant, respecte toutes .les..valeurs ..religi.euses quelles. qu'elles. s o i e n t , peut p a r l e r des diverses r e l i g i o n s avec un detachement... qui r e f l e t e son syncretisme: H a f i z , Saadi, H a t i f , Djelal-ed-din-Roumi, et bien . d'autres, expriment, d'une facon toujours s a i s i s s a n t e s , c e t t e idee que l a d i f f e r e n c e des r e l i g i o n s n'a aucune importance: mosquee, synagogue, e g l i s e , pagode sont elevees a l a g l o i r e d'un meme Dieu.^ . l e s p a r t i s a n s des r e l i g i o n s auxquelles Montherlant f a i t allusion,,, i c i , 1'islamisme, l e judaisme, l e c h r i s t i a n i s m e et l e bouddhisme, ne pourraient se mettre d'accord avec l u i . Pour eux l a d i f f e r e n c e entre l e s r e l i g i o n s est grande et importante. Mais l e syncretisme de Montherlant l e u r accorde une p o s i t i o n au-dessus des prejuges. C'est pour cett e r a i s o n que l ' i n f l u e n c e des r e l i g i o n s de 1'Orient a pu s'exercer dans son oeuvre dramatique. Toutes l e s r e l i g i o n s dont nous avons parle dans c e t t e these affirment un dieu plus grand que l'homme, ou, du moins, une force qui depasse l'homme. •1'existence.de ce dieu ou de cette f o r c e donne une occasion a. l'homme de s'elever a. un niveau d'existence superieur. Bien que Montherlant respecte ces sectes, i l s'en separe en i n s i s t a n t que l'homme est s e u l mais que, neanmoins, i l peut reconnaitre dans l e monde des communautes d'etres de ' q u a l i t e ' . I I constate, que-l'homme peut s'elever sans l ' a i d e des dieux. l e s r e l i g i o n s encourage l a ' q u a l i t e ' en se reportant a une v i e apres l a mort, tandis que Montherlant l ' e x i g e pour depasser une existence banale sinon absurde. Dans ses premiers e s s a i s , i l d e f i n i t son a t t i t u d e envers l'homme de cette facon: C'est bien desesperer de l'humanite que penser q u ' i l l u i faut une r e l i g i o n pour etre haute et pour etre honnete. Je ne desespere pas d ' e l l e comme ce l a . 5 155 Montherlant alterne a son gre, suivant sa conception de l a 'qualite', c'est-a-dire, tout ce qui est grand et noble dans l'homme. II faut se rappeler que s ' i l admire 1'intransigeance dans le s r e l i g i o n s , i l n'accepte pas leurs doctrines basees sur une ame immortelle. Mais en meme temps, i l n'accepte pas non plus l a tendance moderne qui va contre l e s r e l i g i o n s et semble abaisser l'homme en trouvant r i d i c u l e s ces'qualites tant affectionnees par Montherlant; l a violence, l a f i e r t e , 1'exaltation, 1'intransigeance, l'honnete et l'herolsme. De meme, i l o s c i l l e dans sa position envers l e monde. Dans 1'hindouisme, l e bouddhisme, l e zen et l e manicheisme, i l aime un renoncement presque t o t a l au monde, comme c e l u i des moines C h r e t i e n s . Mais d'autre part, i l aime aussi une reponse positive a l a vie, t e l l e que c e l l e du shintolsme, du zoroastrisme et du judalsme, par exemple. En effet presque toutes l e s r e l i g i o n s que nous avons etudiees partagent cette alternance de Montherlant, car e l l e s ont a l a f o i s un cote negatif qui est l e renooncement et un cote p o s i t i f qui encourage 1'engagement. Comme Montherlant, ce qu'elles n'encouragent pas, c'est une indulgence f a c i l e , une sorte d'hedonisme mediocre qui consiste a chercher a f a i r e toujours ce qui est l e moins d i f f i c i l e dans l a vie. Dans l e theatre de Montherlant, done, nous revoyons ce meme balancement entre l e renoncement et 1'engagement. l e dramaturge aime a mettre en scene des personnages qui souffrent des contradictions presentes dans leurs es p r i t s . Eerrante qui est las du monde et qui en demontre les r i d i c u l e s a Ines, se soucie neanmoins du bien de son pays. P l e i n de mepris pour l e monde i l se rattache d'autant 156 plus a sa politique. Alvaro qui se moque du jeune r o i devant les chevaliers est tente par l'honneur d'etre prie par l e r o i meme d' a l l e r aux Indes. L'Abbe de Pradts oublie son renoncement au monde l o r s q u ' i l affirme son aff e c t i o n pour l'etudiant Sandrier. La Soeur Angelique perd sa f o i parce qu'elle est encore trop engagee dans les valeurs du monde; dans l a l u t t e contre 1*Eglise orthodoxe e l l e montre trop d'orgueil et e l l e craint trop l a persecution des forces de 1'Eglise et de l ' E t a t . La Mere Agnes l e l u i f a i t remarquer. Cisneros, encore plus age que Ferrante, est dechire entre l e desir l e manipuler l e monde en tant qu'homme politique et l e desir de se r e t i r e r pour se consacrer a Dieu, comme i l est cense f a i r e en tant que moine. Les lutt e s que me:-: nerit ces Chretiens avec eux-meme sont toutes diverses, mais e l l e s se ressemblent en ce qu'elles decoulent du balancement entre l e renoncement et 1'engagement, et en ce qu'elles n'ont jamais r i e n a v o i r avec un choix f a c i l e . Ces Chretiens de Montherlant se proposent souvent un chemin qui est dur a. suivre. Comme les re l i g i o n s , Montherlant exigent une^vie de 'qualite'. En parcourant l'espace et l e temps, Montherlant a decouvert dans les r e l i g i o n s l a meme recherche de valeurs humaines. II a constate que 'la qualite' se trouve chez quelques-uns des croyants de toutes les r e l i g i o n s majeures. Puisqu'il est Europeen et baptise catholique, i l e c r i t des pieces catholiques, mais derriere ces catholiques farouches ou souffrants l'on peut sentir l a convergence des opinions des sectes de 1'Orient, historiques et actuelles. NOTES 1 Montherlant, l e Maitre de Santiago, i n Theatre, p. 675. 2 Montherlant, Un Voyageur s o l i t a i r e est un diable, i n Essais, p. 386. 3 Cette c i t a t i o n se trouve dans notre Introduction p. 10. 4 Montherlant, Un Voyageur s o l i t a i r e est un diable, i n Essais, p. 388. 5 Ibid., p. 401. BIBLIOGRAPHIEJ& Oeuvres de Montherlant Pieces L ' E x i l . i n Theatre. "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. Pasiphae. i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pl e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. l a Reine morte. i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade," P a r i s , Gallimard, 1954. P i l s de personne. i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pl e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. Malatesta, i n Theatre. "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. Le Maitre de Santiago, i n Theatre. "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , Gallimard, 1954. Demain i l f e r a j our, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pl e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. C e l l e s qu'on prend dans ses bras, i n Theatre, "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. La V i l l e dont l e prince est un enfant, i n Theatre, "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. Port-Royal. i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pl e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1954. Don Juan, P a r i s , Gallimard, 1958. Le C a r d i n a l d'Espagne, P a r i s , Gallimard, I960. La Guerre c i v i l e , P a r i s , Gallimard, 1965. P i l s de personne. P i l s des Autres, Un Incompris. P a r i s , Gallimard, 1944. Romans Les Olympiques, i n Romans et oeuvres de f i c t i o n non t h e a t r a l e s . "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1959. Les B e s t i a i r e s , " l e . L i v r e de poche", P a r i s , Gallimard, 1957. La P e t i t e Infante de C a s t i l l e , i n Romans et oeuvres de f i c t i o n non t h e a t r a l e s , "Bibliotheque de l a P l e i a d e " , P a r i s , Gallimard, 1959. 159 Les Jeunes F i l l e s , i n Romans et oeuvres de f i c t i o n non theatrales. . "Bibliotheque de.la Pleiade", Paris, Gallimard, 1959. L'Histoire d'amour de "La Rose de sable", Paris, Editions des Deux-Rives, 1954. Essais Hispano-Moresque, Paris, Emile-Paul, Collection "Ceinture du Monde", 1929. Encore un instant de bonheur, Paris, Grasset, 1934. Savoir dire non, Lyon, H. Lardanchet, 1941. L'Etoil e du soi r , Paris, Henri Lefebvre, 1949. Espana Sagrada, Paris, Wapler, 1952. Causerie en avant-pro pos a l a premiere representation de Pasiphae.l i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. • - La Pasiphae d'Euripide, i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris., Gallimard, 1954. Les beaux quartiers ou Pasiphae pas morte, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", ..Paris, .Gallimard, 1954. Comment fut ecr i t e La Reine morte, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. La Creation de La Reine morte, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. En r e l i s a n t La Reine morte, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Notes de 1948 sur F i l s de personne, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Les 'Preparations 1 de F i l s de personne, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. L ' I n f i n i est du cote de Malatesta, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. La i t des Malatesta, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Presentation de Malatesta, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. v 160 les Temps de 1'aveuglement. i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Malatestiana. i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954 . Un manuscrit du XVe s i e c l e sur Malatesta. i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954 . P i t i e pour Malatesta. i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Sur Port-Royal. i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Le Romance de Diego Monzon, i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. La Charite, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade," Paris, Gallimard, 1954 . Le Cerceuil de Philippe II, i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. l e Maitre de Santiago e s t - i l C h r e t i e n ? , i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Le Blanc est noir. i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade',' Paris, Gallimard, 1954 . Reponse a des cr i t i q u e s , i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade," Paris, Gallimard, 1954. Ferrante et Alvaro, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954 . l e s tragedies de Demain i l fera j our, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954 . Postface (1954) de La V i l l e dont l e prince est un enfant, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Du Cote de l a souffranee, i n Theatre. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954 . Port-Royal et l e puritanisme romain, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Port-Royal et l a 'Grande Tentation', i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. Notes de Theatre, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1954. 161 "Notes sur 'Le Cardinal d'Espagne'", La Table Ronde. 148 ( a v r i l I960). La Releve du matin, i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Chant funebre pour les morts de Verdun, i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963- Aux Fontaines du desir, i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Un Voyageur s o l i t a i r e est un diable, i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Mors et v i t a , i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Service i n u t i l e , i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. L'Equinoxe de septembre, i n Essais, "Bibliotheque de Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Le Solstice de juin, i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Carnets 1950-1944. i n Essais. "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963.. Textes sous une occupation, i n Essais, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1963. Le Maitre de Santiago: Une piece qui baigne dans l e desespoir, i n Theatre, "Bibliotheque de l a Pleiade", Paris, Gallimard, 1968. Oeuvres Sur Montherlant Batchelor, John. Existence and Imagination: the Theatre of Henry de Montherlant. St. Lucia, University of Queensland Press, 1967. Beer, Jean de. Montherlant ou 1'homme encombre de Dieu, Paris, Flammarion, 1963. Blanc, Andre. Montherlant, un pessimisme heureux, Paris, Editions du Centurion, 1968. Blanchet, Andre. La Litterature et l e s p i r i t u e l , Paris, Editions Montaigne, I960. 162 Cognet, L o u i s . "Un Drame de l ' a b s o l u " , La Table Ronde. 148 ( a v r i l , I960). O r u i c k s h a n k , John. M o n t h e r l a n t , London & Edinburgh, O l i v e r & Boyd, " W r i t e r s and C r i t i c s S e r i e s " , 1964. E a u r e - B i g u e t , Jean-Napoleon, l e s Enfances de M o n t h e r l a n t (de neuf a v i n g t a n s ) , P a r i s , P l o n , 1941. Genevoix, M a u r i c e , "Le C a r d i n a l d'Espagne", La Table Ronde, 148 ( a v r i l , I960). Gouhier, H e n r i . "Une Tr a g e d i e de l'homme cache", La Table Ronde, 148 ( a v r i l , I960). J o b i t , P i e r r e . " l e s Moments mystiques dans l e t h e a t r e de M o n t h e r l a n t 1 L a Table Ronde, 155 (novembre, I960). l a p r a d e , Jacques de. P r e f a c e , au Theatre de M o n t h e r l a n t , " B i b l i o t h e q u e de l a P l e i a d e " , P a r i s , G a l l i m a r d , 1954. Magyy- H e n r i e t t e . Les Femmes dans 1'oeuvre de M o n t h e r l a n t , Toulouse, Lyon et f i l s , 1937. M a r i s s e l , Andre. Henry de M o n t h e r l a n t , P a r i s , E d i t i o n s U n i v e r s i t a i r e i " C l a s s i q u e s du XXe S i e c l e " , 1966. M a t z n e f f , G a b r i e l . "Pessimisme e t n i h i l i s m e chez M o n t h e r l a n t " , L a Table Ronde, 155 (novembre, I960). Mohrt, M i c h e l . M o n t h e r l a n t h o m m e l i b r e , P a r i s , G a l l i m a r d , 1943. M o n d i n i , Bona. M o n t h e r l a n t : Du cote de P o r t - R o y a l — l a p i e c e e t ses s o u r c e s , P a r i s , N o u v e l l e s E d i t i o n s Debresse, 1962. O r c i b a l , Jean. "De ' P o r t - R o y a l ' au ' C a r d i n a l d'Espagne'", l a Table Ronde, 148 ( a v r i l , I960). S a i n t - R o b e r t , P h i l i p p e de. M o n t h e r l a n t l e separe, P a r i s , Flammarion, 1969. . "Une Tr a g e d i e de l a g r a c e " , La Table Ronde, 148 ( a v r i l , I960). ' . "Montherlant et l e c a t h o l i c i s m e " , La Table Ronde, 155 (novembre, I960). S a n d e l i o n , Jeanne. M o n t h e r l a n t et l e s femmes, P a r i s , P l o n , 1950. Simon, P i e r r e - H e n r i . P r o c e s du h e r o s , ( M o n t h e r l a n t , D r i e u l a R o c h e l l e , J . P r e v o s t ) , P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , 1950. S i p r i o t , P i e r r e . M o n t h e r l a n t par lui-meme, P a r i s , E d i t i o n s du S e u i l , " E c r i v a i n s de t o u j o u r s " , 1953. 163 Weiss, Aureliu. Heroines du theatre de Henry de Montherlant. Paris, Archives des l e t t r e s modernes, 1968. Autres oeuvres Ballou, Robert, 0. Shinto: The Unconquered Enemy—Japan's Doctrine of Racial Superiority and World Conquest, New York, The Viking Press, 1945. Baum, Gregory. Is the New Testament Anti-Semitic? Glen Rock, New Jersey, Deus Books Paulist Press, 1965. Bouquet, A. C. Comparative Religion, Middlesex, Eng., Penguin Books, 1962. Chadwick, Henry. The Early Church, Middlesex, Eng., Penguin Books, 1967. Danielou, Jean. C h r i s t i a n i t y and the non-christian r e l i g i o n s , i n 'Introduction to the Great Religions', traduit par Albert J. l a Mother. J r . , Notre Dame, Indiana, Pides Publishers Inc., 1964. Dunoyer, R. P. The Religions of Japan, i n 'Introduction to the Great Religions', traduit par Albert J. La Mother,.. J r . , Notre Dame, Indiana, Pides Publishers, Inc., 1964. Epictete. Manuel, "Pensees pour moi-meme de Marc-Aurele", traduit par Mario Meunier, Paris, Garnier-Plammarion, 1964. Gueguiner, Maurice. Hinduism, i n 'Introduction to the Great Religions', traduit par Albert J. La Mothe, J r . , Notre Dame, Indiana, Pides Publishers, Inc., 1964. H i t t i , P h i l i p K. Islam and the West: A H i s t o r i c a l Cultural Survey, Princeton, New Jersey, Anvil. Books, 1962. Houang, Frangois. Buddhism, i n 'Introduction to the Great Religions', traduit par Albert J. La Mothe, J r . , Notre Dame, Indiana, Pides Publishers, Inc., 1964. Hours, Joseph. Islam, i n 'Introduction to the Great Religions', traduit par Albert J. La Mothe, J r . , Notre Dame, Indiana, Pides Publishers, Inc., 1964. Kato, Genchi. Shinto i n Essence, as i l l u s t r a t e d by the Faith i n a glorious Personality, Akasaka, Tokyo, The Nogi Shrine, 1954. Pascal, Blaise. Les Pensees, i n 'Oeuvres Completes', Paris, Editions du Seuil, 1963. Proust, Marcel. A l a Recherche du temps perdu, Bibliotheque de l a Pleiade, Paris, Gallimard, 1968. 164 Renou, Louis. Religions of Ancient India, London, The Athlone Press, 1953. Roth, Leon. Judaism, London, Paber and Paber, I960. Rougemont, Denis de. Passion and Society, traduit par Montgomery Belgion, London, Paber and Paber, 1956. Runciman, Steven. The Medieval Manichee: A Study of the Christian Dualist Heresy, Cambridge, Eng., The Cambridge University Press, 1955- Schoeps, Hans-Joachim. The Religions of Mankind, Garden City, New York, Doubleday & Co., Inc., 1966. S i l v e r , Abba H i l l e l . Where Judaism Differed. New York, The Macmillan Co., 1963- Sourdel, Dominique. I'Islam, Paris, Presses Universitaires vde Prance, (Que s a i s - j e ? ) , 1965. Spencer, Sidney. Mysticism i n World Religion, Middlesex, Eng., Penguin Books, 1963. Steinberg, Milton. Basic Judaism, New York, Harcourt, Brace and Co., 1947. Vermaseren, M. J. Mithras. The Secret God, New York, Barnes & Noble, Inc., 1963- Zurcher, E. Buddhism: Its Origin and Spread i n Words, Maps and Pictures, London, Routledge & Kegan Paul, 1962.

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
France 19 0
China 7 0
United States 3 2
Chile 3 0
Benin 2 0
Mexico 2 0
Canada 1 0
Russia 1 0
Serbia 1 0
Tunisia 1 0
Romania 1 0
City Views Downloads
Unknown 23 22
Beijing 7 0
Valdivia 3 0
Monterrey 2 0
Cotonou 2 0
Sunnyvale 1 0
Montreal 1 0
Kansas City 1 0
Ashburn 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items