Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'imagerie animale et vegetale dans la poesie d'Emile Nelligan 1971

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1971_A8 J64.pdf [ 5.02MB ]
UBC_1971_A8 J64.pdf
Metadata
JSON: 1.0102033.json
JSON-LD: 1.0102033+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0102033.xml
RDF/JSON: 1.0102033+rdf.json
Turtle: 1.0102033+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0102033+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0102033.ris

Full Text

L *IMAGERIE ANIMALE ET VEGETALE DANS LA POESIE D 1EMILE NELLIGAN par SUSAN AUGUSTA JOECK B.A., U n i v e r s i t y of C a l i f o r n i a , Santa Barbara, 1968 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n the Department of FRENCH We accept t h i s t h e s i s as conforming to the r e q u i r e d standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1971 In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s i n p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the r e q u i r e m e n t s f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o lumbia, I a g r e e t h a t the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e f o r r e f e r e n c e and s t u d y . I f u r t h e r agree t h a t p e r m i s s i o n f o r e x t e n s i v e c o p y i n g o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y p u rposes may be g r a n t e d by the Head o f my Department o r by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . I t i s u n d e r s t o o d t h a t c o p y i n g o r p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l g a i n s h a l l not be a l l o w e d w i t h o u t my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department o f The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada ABSTRACT Over f i f t y per cent of Nelligan's poems, approximately 100 out of a t o t a l of 175 poems written, contain images of animals and plants. In examining this imagery, the f i r s t step was to study i t h i s t o r i c a l l y , considering the use of parable i n the New Testament, some medieval works of painting, and l i t e r a t u r e , and the fable as handled by Aesop and La" Fontaine. Secondly, the works of some of Nelligan's predeces- sors are considered. A b r i e f view of a number of examples from these forbears led us to believe that this particular imagery was used as stock poetic imagery, possessing l i t t l e value i n i t s e l f . Its purpose i n the poetry of certain members of the "Ecole de Quebec" reinforced their romantic sentiments and p a t r i o t i c l o y a l t i e s to Canada and to France, as they reacted against such l i t e r a r y trends as the Symbolist and Parnassian schools, for example. Poets of.the "Ecole l i t t e r a i r e de Montreal" used this imagery to describe their land - i t s forests, mountains, and other wild places. Both schools used natural imagery i n their l y r i c poetry. The f i r s t chapter, concerning Nelligan's animal imagery., covers images of mammals, passes on to birds, and thence to "diverse animals," a minor category comprising insects and f i s h . After evaluating the frequency with which these animals appear, we have discovered that Nelligan has used those most familiar to him. Among mammals these were dogs, cats, horses, oxen; among birds'they were simply "birds." In the majority of instances, animal images occur to help establish a particular atmosphere i n a poem: goats and c a t t l e accentuate a pastoral setting, deer a scene of wilderness, cats, at times, a domestic t r a n q u i l l i t y . Birds appear i n a variety of settings, indoor or outdoor, i n close or distant association with man. In spite of their preponderance as images of secondary impor- tance, certain ones form the chief subject of a poem: "Le Chat f a t a l , " "Le Boeuf spectral," and "Les Corbeaux," are three examples. Here the animal image i s of primary importance; i n each of the poems noted, and i n others, i t i s a clear indication of a neurotic mind. The second chapter, devoted to plant imagery, i s patterned on the f i r s t . The images were divided into three categories: trees, flowers, and diverse plants. In this l a t t e r group.are hay, grass, shrubs, and the l i k e . Plant images occur more frequently than animal images, and again, most of them are of secondary importance. However, Nelligan's plants sometimes y i e l d a variety of insights into his inner, poetic world. Flowers outside the house can indicate an optimistic attitude, a b e l i e f i n renaissance, while those inside, cut and placed i n vases, point quite l i t e r a l l y to a dead end. Cypresses and willows are mentioned i n conjunction with death and loss, a t r a d i t i o n a l and even banal usage. Plants foreign to Canadian s o i l appear mostly i n metaphors and similes, as when a maple tree, whipped by wind, i s said to twist i t s e l f l i k e a bamboo. There i s l i t t l e breach of v e r i s i m i l i t u d e i n the use of exotic plants. The t h i r d chapter unites plant and animal images to examine them i n th e i r various thematic contexts. TheS-e were established as follows: art (music and l i t e r a t u r e ) , the domain of the house, r e l i g i o n , and the world of dreams. The swan, image of purity and perfection, and flowers, symbols of beauty and r e b i r t h , translate i n part Nelligan's view of art as the realm of the e l i t e . If the house represented to him a possible shelter against menacing elements, b i t i n g c r i t i c s as well as b i t i n g winter winds, i t did not f u l f i l i t s promise; for between these walls, i n spite of the f i r e ' s warmth, the woman's love, the cat's physical s a t i s f a c t i o n , there i s none- theless a s t i f l i n g f e e l i n g , anxiety and fear. Flowers wither and die i n this atmosphere. Moreover, at night cats prowl and f i l l the house with f e a r f u l and mysterious c r i e s . Birds are often connected with Nelligan's r e l i g i o u s penchant; representing the s p i r i t , they present a kind of union with God. Nelligan's world of dreams, often of nightmares, i s peopled with crows feeding on the dead bodies of zebras, cats feeding on the poet's own soul, and i s an occasional setting for the attempted fulfilment of the poet's own t h i n l y veiled sexual desires. Although Nelligan did not consciously use animal and plant imagery to demonstrate his i n d i v i d u a l i t y (which, to be more accurate, he showed i n his subject matter), this imagery does frequently exhibit a uniqueness which distinguishes him not only from his predecessors but also from his contemporaries. TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 I. L'IMAGERIE ANIMALE 18 II. L * IMAGERIE VEGETALE 46 II I . L'IMAGERIE ANIMALE ET VEGETALE DANS DES CONTEXTES THEMATIQUES 67 CONCLUSION 78 NOTES 81 BIBLIOGRAPHIE DES OEUVRES CITEES ET CONSULTEES 83 INDEX 85 Notre - premier poete vraiment canadien, Emile N e l l i g a n s 1impose aux c r i t i q u e s par sa q u a l i t e poetique. Non content de c l o p i n e r dans l e s s i l l o n s t r a c e s par F r e c h e t t e , Cremazie et Le May, pour qui l a poesie t r o u v a i t son i n s p i r a t i o n dans un romantisme desuet, N e l l i g a n "modernise d'un s e u l coup l a l i t t e r a t u r e canadienne q u i , depuis ses o r i g i n e s , r e t a r d a i t t o u j o u r s d'au moins une g e n e r a t i o n sur l a s e n s i b i l i t e f r a n c a i s e et e u r o p e e n n e . N o u s ne disons p o i n t q u ' i l n'a pas cherche d ' i n s p i r a t i o n dans l e passe l i t t e r a i r e , mais i l ne s'est pas rendu e s c l a v e de son cote romanesque. L'important pour l u i f u t de r e c r e e r en v e r s ses propres experiences. S ' i l a trouve chez Rodenbach ou chez B a u d e l a i r e des modeles par l e s q u e l s c r i s t a l l i s e r sa s e n s i b i l i t e aigue et d e s i l l u s i o n n e e , c e t t e reponse evoquee par l e s maitres s 1 est manifestee dans des poesies b i e n o r i g i n a l e s . S i , jeune poete, i l a f a i t des i m i t a t i o n s , i l a e c r i t un plus grand nombre de poemes qui montrent l e dedale intime de son ame. En s'ecartant de l a t r a d i t i o n de Cremazie, et en chantant d'une v o i x p e r s o n n e l l e et unique, N e l l i g a n s'est d i s t i n g u e parmi ses c o n f r e r e s l i t t e r a i r e s . Dans son e s s a i , "La S i g n i f i c a t i o n de N e l l i g a n , " Rejean Robidoux p a r l e de l a p o s i t i o n que t i e n t N e l l i g a n dans l a l i t t e r a t u r e c a n a d i e n n e - f r a n c a i s e . Emile N e l l i g a n est au Canada f r a n g a i s l e premier en date et l ' u n des p l u s grands parmi ceux q u i ont vecu une v e r i t a b l e experience poetique. Chez ses contemporains, comme chez ses predecesseurs., l e dynamisme de l ' a u t h e n t i q u e poesie, t i m i d e , malhabile ou perdu dans l ' a c c e s s o i r e et l e conven- t i o n a l , ne p a r y i e n t pas a c o n s t i t u e r e s t h e t i q u e - ment ce qui s ' a p p e l l e , au sens l e p l u s f o r t du terme: une OEUVRE. A son epoque ou avant l u i , aucun poete n'a trouve, aucun n'a efficacement cherche 1'irremplagable accent q u i p r o d u i t , dans un ou cent poemes, un u n i v e r s de connaissances et l a consommation permanente d'un d e s t i n . 2 S i Gerard B e s s e t t e a consacre sa these de m a i t r i s e aux "Images chez N e l l i g a n , " i l n'a pourtant pas cherche a e x p l o r e r l e monde i n t e r i e u r du poete q u i , d ' a i l l e u r s , a p p a r a i t au f u r et a mesure que l ' o n a p p r o f o n d i t chaque image. C'est a. c e t t e tache que nous nous appliquons, en l i m i t a n t l e s u j e t aux images animales et v e g e t a l e s . Une etude de l ' i m a g e r i e q u i comprend toute m a n i f e s t a t i o n de l a nature f o u r n i r a i t assez de matiere a un e x e r c i e e beaucoup plus etendu que l e n&tre. V o i l a pourquoi nous nous sommes r e s t r e i n t a l a f l o r e et a l a faune. Tout d'abord, un apercu h i s t o r i q u e de ces images nous donnera une p e r s p e c t i v e par l a q u e l l e s i t u e r l ' i m a g e r i e des poetes c a n a d i e n s - f r a n c a i s - e t finalement de N e l l i g a n . Nous considererons au debut et t r e s brievement l a parabole b i b l i q u e , quelques oeuvres medievales de pe i n t u r e et de l i t t e r a t u r e et l a f a b l e chez Esope et chez La.Fontaine. Nous nous mettrons e n s u i t e a. examiner l e r o l e des animaux et des pl a n t e s dans l a poesie canadienne-francaise du d e m i - s i e c l e avant N e l l i g a n . Dans l e corps de c e t t e d i s s e r t a t i o n nous nous occuperons evidemment de l'oeuvre de N e l l i g a n . Notre premier c h a p i t r e t r a i t e r a des images animales et l e deuxieme des images v e g e t a l e s . Notre procede dans chaque c h a p i t r e sera de f a i r e d'abord 1'enumeration des images p a r t i c u l i e r e s , dont nous commenterons l a frequence dans l e s poemes. Nous considererons e n s u i t e s i l a bete ou l a p l a n t e e st indigene au Quebec; l a reponse a c e t t e q u e s t i o n nous f e r a comprendre combien N e l l i g a n a mis 1'accent sur 1'exactitude dans l e domaine de l a nature. E s t - c e q u ' i l a examine l e pays autour de l u i , ou a - t - i l p r i s ses images chez d'autres poetes? Considerons que sur une t o t a l i t e de 175 poemes, nous en remarquons soix a n t e - s e p t ou i l y a des animaux ou des p l a n t e s . E s t - c e que ce simple f a i t i ndique un i n t e r e t p a r t i c u l i e r de l a par t du poete pour l a nature e l l e - meme? Nous repondrons a ces questions et a. d'autres dans l e cours de chaque c h a p i t r e . C e c i nous menera finalement a examiner l a f o n c t i o n des images, l e u r r 6 l e comme metaphores ou comparaisons, comment 1'image r e n f o r c e un autre s u j e t et s i e l l e a un rap p o r t avec l e theme p r i n c i p a l du poeme ou e l l e e st s i t u e e . Le but du t r o i s i e m e c h a p i t r e s e r a de r e u n i r ces images separees et d ' e t u d i e r l e u r contexte thematique, a. s a v o i r l e s a r t s (musique et l i t t e r a t u r e ) , l a maison, l a r e l i g i o n et l e monde des reves. En suivant c e t t e methode nous esperons a p p r o f o n d i r l e monde i n t e r i e u r du poete et e l a r g i r notre connaissance de son oeuvre. Chacune de ses images s i g n a l e une d i r e c t i o n a. prendre; c'est a. nous de l a s u i v r e a u s s i l o i n q u ' e l l e p u i s s e mener. s « x Remontant aux l i t t e r a t u r e s anciennes, on remarque dans l e s premiers t e x t e s l a presence d'animaux et de p l a n t e s u t i l i s e s comme images. Leur v a l e u r v i e n t de ce q u ' i l s peuvent i l l u s t r e r sans detours un s u j e t assez complique. Le Nouveau Testament est p l e i n d'exemples; c i t o n s a t i t r e d'exemple l a parabole de l a b r e b i s perdue. B i l e exprime l a r e l a t i o n s p i r i t u e l l e entre l'homme et son Dieu. Cet. animal domestique et son berger, s i f a m i l i e r s aux gens q u i ecoutaient l e s pa r o l e s du C h r i s t , e t a i e n t des symboles v i v a n t s et concrets d'un rapport d ' i n t i m i t e . Dans l a t i m i d i t e de l a b r e b i s , sa d o c i l i t e et sa c a p a c i t e de s'egarer et de se perdre on a reconnu des t r a i t s humains. Le berger q u i v i e n t montrer l a bonne v o i e q u i mene a l ' a b r i represente un pouvoir surhumain. C e l u i - c i connait l e s refuges contre l e mal qu'un simple homme ne connait p o i n t , n'etant pas en pos s e s s i o n de c e t t e i n t e l l i g e n c e s u p e r i e u r e . Dans l a f a b l e , on remarque encore une forme qui emploie 1'animal comme i l l u s t r a t i o n des tendances humaines. Nos m e i l l e u r s exemples sont f o u r n i s par Bsope et par La Fontaine. Chez, chacun de ces f a b u l i s t e s , 1'animal est anthropomorphe. Ce sont des c a r i c a t u r e s d'etres humains. Pour i l l u s t r e r 1 ' a v a r i c e de l'homme et pour l u i dormer a u s s i un avertissement, Esope a e c r i t l a f a b l e du ch i e n q u i t i e n t l ' o s dans l a bouche pendant q u ' i l e s s a i e de t r a v e r s e r un pont. Voyant son r e f l e t dans l a r i v i e r e , i l v o i t egalement l ' o s , et en essayant d'attrapper c e l u i - c i , i l l a i s s e tomber c e l u i q u ' i l a d e j a . Finalement i l n'a r i e n . Dans son r e c i t c e l e b r e du loup et de l'agneau, La Fontaine demontre une v e r i t e q u i se manifeste s u r t o u t dans l a v i e p o l i t i q u e et s o c i a l e : "La r a i s o n du plus f o r t est toujours l a m e i l l e u r e . " Mais l ' a u t e u r a u r a i t t r e s b i e n pu employer une autre bete sauvage ou domestique au l i e u du loup et de I'agneau. Nous soulignons c e c i pour prouver 1'importance des animaux mais seulement en tant q u ' i l s peuvent manifester quelque v e r t u ou f a i b l e s s e humaines. En tant qu'animaux, i l s n'ont pas de v a l e u r . Dans l a p e i n t u r e medievale s u r t o u t , on trouve des betes qui possedent une a u t o r i t e symbolique qui e t a i t reconnue et acceptee comme constante par l e s gens l e t t r e s . L'unicorne a p p a r a i t souvent sur l e s t a p i s s e r i e s avec une jeune dame, l e f a i t que l a d e m o i s e l l e l e touche prouve sa v i r g i n i t e car l a legende d i s a i t que cet animal f u ^ a i t toute personne sauf c e l l e q u i e t a i t pure. On peut b i e n e l a r g i r l a s i g n i f i c a t i o n symbolique de l ' u n i c o r n e ; en e f f e t , on d o i t se souvenir q u ' i l est r a r e qu'une image animale ne s o i t r i e n d'autre que l a bete elle-meme. Dans son etude sur L 1Image v e g e t a l e dans l a poesie d'Eluard, Maryvonne Meuraud d i t que "L'image symbolique est . . . mouve- ment n a i s s a n t , i n d i c a t i o n du mouvement a s u i v r e . . . . Marcher dans ce chemin ouvert par l'image symbolique des animaux c'est s ' i n i t i e r a un monde poetique t r e s v a s t e . Un oi s e a u ou un c h i e n depeints dans un t a b l e a u medieval ne sont pas un simple embellissement. Leur s i g n i f i c a t i o n se prolonge dans l e royaume de l ' a b s t r a i t , l ' u n representant l ' e s p r i t et 1'autre l a f i d e l i t e . Le c h i e n dans l e p o r t r a i t "Le Mariage de Giovanni A r n o l f i n i et Giovanna Cenami" de Jan Van Eyck, r e n f o r c e l'esperance que ces gens vont e t r e f i d e l e s l ' u n a 1'autre. Dans l e " L a o s t i c " de Marie de France, 1'oiseau d e f i n i t l'amour entre l e s amants. I I succombe aux mains c r u e l l e s du mari, qui represente non pas l a tendresse mais l a jalousie conjugale en opposition aux sentiments delicats eprouves par 1'amant. Le meurtre de 1'oiseau est done une tentative de detruire l a douceur du sentiment amoureux. Nous remarquerons plus tard que Nelligan aussi emploie 1'oiseau dans ses scenes d'amour. La colombe que l ' o n voit souvent dans des tableaux a surtout une valeur religieuse signifiant l'ame qui sort du corps pour se joindre a Dieu. La brebis dont nous avons deja parle peut representor l a douceur et l a passiv&te. Le cheval devient un centaure qui unit dans un seul corps l'homme et l a bete. Si les animaux jouent un r 6 l e familier dans, l a peinture et dans l a l i t terature de notre culture occidentale, cela ne prouve pas l a presence chez les auteurs de sentiments de sympathie envers l a nature. C 'est plutot que 1 ' a r t i s t e .voit dans le monde animal et vegetal une expression de sa propre condition humaine. S i les animaux jouent des roles importants dans les scenes artistiques, l a vegetation forme souvent l a scene elle-meme. Importants parce q u ' i l s mettent en evidence le cycle incessant de l ' u n i v e r s , mort et renaissance continuelles, les membres du monde vegetal fournissent un soulagement a l'angoisse de l'homme v i s - a - v i s de son propre aneantissement. L ' a r t i s t e peut mettre son protagoniste dans une scene de nature pour accentuer sa grandeur relat ive, pour faire ressortir ses racines terrestres ou pour indiquer que l'homme, une partie integrante de l a nature, est aussi sujet a ses caprices dans le cycle de l a vie que les arbres ou les fleurs. X X X Dans l a poesie canadienne-frangaise, l e s predecesseurs l i t t e r a i r e s de Nelligan (nous entendons principalement l a pretendue "Ecole de Quebec," 1860-67, qui comprenait Casgrain, Frechette, Cremazie et Le May; nous considerons secondairement les tendances poetiques a p a r t i r de 1835) ont c h o i s i comme theme d'abord et surtout l e pays, que ce s o i t l a France qu'ils avaient quittee ou bien l e Canada. "La patrie est un l i e u mais aussi un passe. Le passe s ' i d e n t i f i e a l a France aimee, l a vraie, l a v i e i l l e France du fleurdelyse mais aussi du t r i c o l o r e . Ses f i l s sont 'nos gens . . . nos freres'; ses 5 chansons, ses legendes, ses heros nous appartiennent." En parlant de l'epoque d'avant 1860, David Hayne d i t que c'etait une "periode de penibles debuts l i t t e r a i r e s et d'imitations maladroites d'auteurs francais ou anglais." Ces poetes du jeune Canada "formaient a i n s i l a premiere generation poetique du Canada francais. Disciples de Chateaubriand, de Lamartine et de Byron, i l s composerent leurs premiers vers au lendemain de l a Rebellion de 1837-38." II est normal qu'une l i t t e r a t u r e jeune, en t r a i n de f a i r e ses premiers pas, a besoin de modeles sur lesquels s'appuyer. C'est plut&t dans les mains plus experimentees des membres de 1'Ecole de Quebec que l e theme du pays se concretise et devient dominant. Pour enraciner l e sentiment francais dans un s o l neuf, ces poetes ont voulu associer l a grandeur de l a terre des ancetres a. l a nouveaute du 1 i. Canada. Mais en chantant l e pays, les quatre poetes que nous avons nommes ont communique leurs emotions en u t i l i s a n t l e s symboles, les images et les figures de rhetorique de l a tr a d i t i o n europeenne. S i Cremazie et Frechette se sont vus en t r a i n de creer une nouvelle poesie on ne peut pas dire que leurs images participent a. cette nouveaute. Ayant re j ete l a poesie symboliste, parnassienne et "decadente," 1'Ecole de Quebec a ch o i s i de developper une l i t t e r a t u r e dont l e theme sera i t l e Canada meme. "Ce romantisme tronque est c e l u i que preconise Casgrain quand i l propose une l i t t e r a t u r e canadienne a. son gout. ' . . . e l l e sera l e miroir f i d e l e de notre p e t i t peuple dans les diverses phases de son existence, avec sa f o i ardent:e, ses nobles aspirations, ses elans d 1 enthousiasme, ses t r a i t s d'heroisme, sa genereuse passion de devouement. E l l e n'aura point ce cachet de realisme moderne, manifestation de l a pensee impie, materialiste; mais e l l e n'en aura que plus de vie, de spontaneite, d 1 o r i g i n a l i t e , d'action.'" (Ibid., p. 60) Casgrain exprime l e desir qu'ont eprouve Frechette, Cremazie et Le May d'explorer envers ce pays inconnu. Mais s i l a nature n'entre pas pour beaucoup dans l a poesie de l'epoque dont nous parlons ("Le sentiment de l a nature a mis quelque temps a envahir l a poesie canadienne et rares sont les poetes qui l u i f i r e n t une grande place." ^La Poesie c . - f r . , p. 2 l ] ) , nous remarquons toutefois un certain nombre d'images naturelles (animales et vegetales) dans les poesies de ces quatre poetes que nous examinons. S i ces images ne sont pas employees comme sujet p r i n c i p a l du poeme, el l e s occupent au moins l a position secondaire. II est evident qu'elles ont ete en e f f e t e s s e n t i e l l e s pour c r e e r des scenes e x t e r i e u r e s sans l e s q u e l l e s un poete a u r a i t de l a d i f f i c u l t e" a chanter l a g l o i r e du pays. Les images de betes et de pl a n t e s y appa r a i s s e n t done pour mettre 1'accent sur l e theme p a r t i c u l i e r du pays. E l l e s c e l e b r e n t l a t e r r e , ses sa i s o n s , et meme son v i s a g e aux d i f f e r e n t e s heures du jou r , pour exprimer l e p a t r i o t i s m e et finalement pour communiquer un l y r i s m e personnel. E s t - c e que nous mettons t r o p 1'accent sur l ' i m a g e r i e de ces quatre poetes? Qu'est-ce q u ' i l s ont a f a i r e avec N e l l i g a n ? E s t - c e que c e l u i - c i a s u i v i l e u r d i r e c t i o n l i t t e r a i r e ? Nous posons ces questions pour s i t u e r N e l l i g a n dans l e contexte de l a l i t t e r a t u r e n a i s s a n t e du dix-neuvieme s i e c l e . Un e c r i v a i n ne t r a v a i l l e pas dans un v i d e . I I est i n f l u e n c e non seulement par ce qui l ' e n t o u r e mais a u s s i par ce qui l ' a precede. Dans son l i v r e , Emile N e l l i g a n . Sources et o r i g i n a l i t e de son oeuvre, M. Paul Wyczynski e s s a i e de t r a c e r l e s i n f l u e n c e s l i t t e r a i r e s de N e l l i g a n , dont l a m a j o r i t e sont europeennes et f r a n c a i s e s . F r e c h e t t e et l e s autres ont touche t r e s peu l e jeune poete, q u i a cherche autre part son i n s p i r a t i o n poetique. Mais N e l l i g a n a p p a r t i e n t tout de meme a c e t t e t r a d i t i o n canadienne q u i t r o u v a i t une matiere r i c h e et suggestive dans l e pays et a u s s i dans l a r e l i g i o n . S i N e l l i g a n n'a pas c h o i s i de s u i v r e l a d i r e c t i o n de F r e c h e t t e ou de ses contemporains, i l a p p a r t i e n t quand meme a l a t r a d i t i o n q u ' i l s ont aide a e t a b l i r . V o i l a l a r a i s o n pour l a q u e l l e nous etudions ces predecesseurs et compatriotes de N e l l i g a n : pour mieux comprendre son oeuvre a. l u i . Nous a l l o n s c o n s i d e r e r egalement son m i l i e u poetique des annees 1890, c ' e s t - a - d i r e 1'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal. F i d e l e s a l a t r a d i t i o n europeenne, l e s poetes canadiens- f r a n c a i s ont souvent employe l e u r s images comme symboles. Certains animaux et cer t a i n e s plantes, des f l e u r s surtout, ont une vale u r symbolique toute p a r t i c u l i e r e . Le l i o n est symbole de l a prouesse; c e t t e s i g n i f i c a t i o n n'a pas echappe aux poetes qui l ' o n t employe en par l a n t des heros de l ' h i s t o i r e . Dans son "Papineau," Frechette u t i l i s e cet animal sauvage pour depeindre l e chef i n t r e p i d e : A l o r s du vieux l i o n l'indomptable courage Fremit sous l a piqure et bondit sous 1'outrage. Cremazie f a i t de meme: Avez-vous entendu l'heroique Vendee, • • • • • • • • • A l ' a p p e l de ses f i l s bondir comme un l i o n ? ("Castelfidardo") L ' a i g l e est employe de l a meme facon. Cet oiseau est i n t e r - prets par C i r l o t comme "a symbol of height, of the s p i r i t as the sun, and of the s p i r i t u a l p r i n c i p l e i n general . . . I t i s f u r t h e r c h a r a c t e r i z e d by i t s d a r i n g f l i g h t , i t s speed, i t s c l o s e a s s o c i a t i o n w i t h thunder and f i r e . I t s i g n i f i e s , there- f o r e , the 'rhythm' of hero i c n o b i l i t y . " (p. 87) Les auteurs que nous t r a i t o n s ne semblent pas s'eloigner de c e t t e i n t e r - p r e t a t i o n de l ' a i g l e comme une creature noble, digne d'admiration et d'emulation. Nous remarquons que l e s animaux adoptes par l e s maitres f r a n c a i s comme i n t e r p r e t e s de l a f i e r t e et de l a v i e l i b r e subissent l e meme so r t entre l e s mains de nos auteurs. Representants de l a paix, possedant une s i g n i f i c a t i o n r e l i g i e u s e , l a colombe et l'agneau font aussi leur apparition. "Prance; sois maintenant l a colombe de l'arche" Frechette e x h o r t e - t - i l . ("France") Comme l e s animaux, l e s plantes representent aussi un id e a l ou une qualite abstraite. La rose, toujours riche de s i g n i f i c a t i o n , est tres souvent associee a l a femme aimee et a l a beaute parfaite. Laissons parler C i r l o t . "The single rose i s , i n essense, a symbol of completion, of consummate achievement and perfection. Hence, accruing to i t are a l l those ideas associated with these q u a l i t i e s . " (p. 263) Frechette l a met en conjonction avec une femme morte dans son "Albani," et dans "A Mme Oscar Dunn" e l l e represente l e bonheur: "Rose du paradis que tout homme a reveei" Les "palmes du martyre" ou "de l a g l o i r e " employees par Frechette et Cremazie traduisent leurs sentiments patriotiques dans "Notre h i s t o i r e " et "Fete nationale." Comme emblemes de l a v i c t o i r e ( C i r l o t , p. 2 3 7 ) , e l l e s soulignent l a f i e r t e qu'a ressentie l e poete de conserver l a culture francaise en face de 1 'influence majeure des Anglais. Les l a u r i e r s expriment l a v i c t o i r e . "The Crowning of the poet, the a r t i s t o r conqueror with l a u r e l leaves was meant to represent not the external and v i s i b l e consecration of an act, but the recognition that that act, by i t s very existence, presupposes a series of inner v i c t o r i e s over the negative and dis s i p a t i v e influence of the base force." (Ibid., p. 173) Cremazie a mis des l a u r i e r s dans son "Vieux Soldat canadien" pour o f f r i r des louanges;: II avait echange quelque part de lui-meme Pour d'immortels l a u r i e r s conquis au premier rang. S ' i l y a des critiques l i t t e r a i r e s qui veulent v o i r dans certaines images vegetales, t e l l e s que les cypres noirs par exemple ou bien l e s fleurs fanees, un pressentiment de l a mort, i l y a peu a disputer au premier abord. Mais C i r l o t souligne que les arbres et les plantes en general expriment l a vie et non pas l a mort. "In i t s most general sense, the symbolism of the tree denotes the l i f e of the cosmos: i t s consistance, growth, p r o l i f e r a t i o n , generative and regenerative processes. It stands for inexhaustible l i f e , and i s therefore equivalent to a symbol of immortality . . . Christian symbolism . . . i s f u l l y aware of the primary significance of the tree as an axis l i n k i n g d i f f e r e n t worlds." (p. 328) Et Jessie Weston, en parlant des cultes de l a vegetation, ajoute: "It i s the insistance on L i f e , L i f e continuous and ever-renewing, 7 which i s the abiding cha r a c t e r i s t i c of these cults . . . " Les images d'arbres dans les poemes que nous allons etudier, meme quand e l l e s sont parmi l e s plus banales, l e s plus naives, les plus imitees, renforceront l a plupart du temps l'idee de l a renaissance. Les animaux que nous traiterons ne peuvent pas remplir cette fonction fondamentale des plantes. S i Helene Nals, cherchant des rapports entre l'homme et l a bete, d i t que "par"sa condition de creature, par son corps, l'homme 8 reste proche de 1'animal," C i r l o t s'oppose a cette interpre- tation, en disant que l'homme s ' i d e n t i f i e davantage aux plantes. "An image of l i f e , expressive of the manifestation of the cosmos and of the b i r t h of forms . . . man, conscious that b i o l o g i c a l l y he was related to the animals, could not but be aware that h i s u p r i g h t posture was more c l o s e l y r e l a t e d to that of the t r e e s , the shrubs and the very grass than to the h o r i z o n t a l posture of a l l animals (other than the c e l e s t i a l b i r d s ) . " (p. 247) Bi e n que l e s poetes dont nous parlons u t i l i s e n t l e s animaux et l e s p l a n t e s comme symboles, i l s l e s emploient plus souvent comme de simples images qui servent a rehausser une scene ou a communiquer une atmosphere p a r t i c u l i e r e . Les f l e u r s fanees sont parmi l e s images l e s plus communes, l e s roses et l e s l y s etant souvent u t i l i s e s . Les arbres a u s s i peuplent l a scene poetique; i l s sont t r e s souvent c l a s s e s s e l o n l e u r genre, sapin, chene ou l a u r i e r . Les p a r t i e s de l ' a r b r e , l e s f e u i l l e s s u r t o u t , semblent jouer un r6le a u s s i important que c e l u i de l ' a r b r e meme. Comme i n d i c e s de l'automne et de l a melancolie, l e s f e u i l l e s sont i n d i s p e n s a b l e s . "La f e u i l l e tombe a f l o t s p r e s s e s : " "Les f e u i l l e s des bois sont rouges et jaunes." ( F r e c h e t t e , " E l e g i e , " "Octobre") Les animaux comme l e l i o n , l e loup, l e cheval, v o i r e l e s i n s e c t e s t e l s que l ' a b e i l l e et l e p a p i l l o n sont presents dans c e t t e poesie. Ceux qu i sont etrangers au pays sont souvent employes dans des metaphores ou pour a j o u t e r un ton de v e r i s i m i l i t u d e a une scene exotique. Les chevaux et l e s boeufs t r a d u i s e n t une scene campagnarde, et l ' o r i g n a l l a v i e sauvage. Les oiseaux - h i r o n d e l l e s , r o s s i g n o l s , colombes, merles, pinsons - peuvent s ' i n t r o d u i r e dans n'importe q u e l l e scene, q u ' e l l e s o i t de l a maison ou des champs. Souvent un personnage est compare a un oiseau: Pourtant, comme un oiseau qui monte dans l'espace « • • • • • • • • • Tu t'en vas, c o n f i a n t e , a l a grace de Dieu. ( F r e c h e t t e , "A ma f i l l e Jeanne") Un homme devient un a i g l e , une femme un oiseau exotique. l e s oiseaux sont c h o i s i s pour une v a r i e t e de r a i s o n s - pour l e u r c ouleur ou l e u r forme ( l e cygne) ou h i e n pour l e u r v a l e u r symbolique que nous avons dega remarquee. l e s betes f i g u r e n t a u s s i dans un poeme pour ce q u ' e l l e s peuvent y apporter comme image s p e c i a l e - l e loup l a sauvagerie, l e boeuf et l'ane l a do m e s t i c i t e . Nous trouvons ces images employees egalement dans des metaphores ou des comparaisons. Tous ces emplois de l'image animale et ve g e t a l e s ' i n s e r e n t dans un schema plus ordonne q u i comprend l e s d i v i s i o n s que nous avons indiquees plus haut: l e p a t r i o t i s m e , l a c e l e b r a t i o n du pays et de l a t e r r e et l e l y r i s m e . A p a r t i r de maintenant nous a l l o n s , pour des r a i s o n s p r a t i q u e s , melanger l ' i m a g e r i e des poetes de 1'Ecole de Quebec avec c e l l e des poetes de 1'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal. S i l e u r s idees l i t t e r a i r e s e t a i e n t d i f f e r e n t e s , l e u r facon de t r a i t e r l e s images que nous considerons dans c e t t e these ne l ' e s t pas. En chantant l a beaute des sai s o n s , de l a nature, et du pays canadiens, l e s s t y l e s v a r i e n t . Mais c ' e s t f a i r e une d i s t i n c t i o n i n u t i l e que de separer l e s images n a t u r e l l e s des deux epoques. C'est pourquoi nous parlons dans l e meme paragraphe de F r e c h e t t e et de Jean Charbonneau, de Cremazie et de G i l l . Dans "La F o r e t canadienne" F r e c h e t t e s a i s i t l e paysage avec une vigueur passionnee quand i l enumere l e s objets n a t u r e l s q u ' i l y a p e r c o i t . Nous partageons son admiration devant l'immensite grandiose de l a f o r e t ; Et b r i s e , echo, f e u i l l e s l e g e r e s , Souples rameaux, f o u r r e s s e c r e t s , Oiseaux chanteurs, molles fougeres Qui bordez l e s s e n t i e r s d i s c r e t s . Bouleaux, sapins, chenes enormes, Debris caducs d'arbres geants, Rocs moussus aux masses d i f f o r m e s , Profondeurs des antres beants. La majeste q u i provoque de t e l s vers v i e n t de l a grandeur noble, de l ' a n c i e n n e t e et du mystere s u b t i l u de c e t immense systeme n a t u r e l dont 1'existence continue dans l e c y c l e de ses h a b i t a n t s , l ' e t e r n e l l e r e n a issance qui ne permettra pas une mort permanente. Charles G i l l a u s s i e s s a i e de s ' i d e n t i f i e r au paysage en enumerant l e s a r b r e s : Partout, l e blanc bouleau, l e tremble, l e s a p i n , Et l ' e r a b l e sacre, l e h e t r e , l ' e p i n e t t e , Et l e vieux chene a u s s i melent l e u r s i l h o u e t t e . . . . ("Vers l a cime") Ce ne sont pas seulement l e s images d'arbres q u i sont presentees. Les animaux p a r t i c i p e n t egalement a. c r e e r une scene de nature r i c h e et v a r i e e . A i n s i dans "Au bord de l a Creuse," F r e c h e t t e enumere-t-il l e s c r e a t u r e s q u i l u i sont f a m i l i e r e s - chevaux, boeufs, hiboux, merles, taons. En chantent l e s m i l l e v i s a g e s de l e u r pays, nos poetes n'ont pas o u b l i e ses saisons - 1'hiver q u i denude l e s a r b r e s , "graves et r e f l e c h i s , / Dont l e s branches p l e u r a i e n t avec l e f r o i d de b i s e . " (Charbonneau, "Incantation") Le printemps est evoque par l e "Renouveau" de Charbonneau; l ' e t e se passe au chant des g r i l l o n s ; et c ' e s t pendant l a s a i s o n automnale que l e s oiseaux s'en vont ( F r e c h e t t e , "Octobre") et que l e s f e u i l l e s tombent. Les saisons quebecoises ont e v e i l l e chez l e s poetes que nous considerons toute l e u r f e r v e u r poetique. I l s ont vu dans l e c y c l e annuel l e s s u j e t s de maints poemes qui exprimeraient l e Canada q u ' i l s c o n n a i s s a i e n t . Chaque s a i s o n e st peuplee a. son tour de son propre genre d'animaux ou de p l a n t e s . S i l e s poetes explorent l e u r pays sous ses d i f f e r e n t s costumes, i l s l e trouvent v e t u non seulement de l a robe des sai s o n s , mais a u s s i de c e l l e des j o u r s . Le matin est annonce par l'aube; Le s i l e n c e s'emeut, l e s f e u i l l e s ont f r e m i , Les f l e u r s couleur d'aurore ont de t i e d e s h a l e i n e s . (Charbonneau, "Aube") Au f u r et a mesure que l e jour avance, " l e parfum des f l e u r s d e vient une h a n t i s e . " ("Matin") Les animaux p a r t i c i p e n t egalement a l a c e l e b r a t i o n du jou r - " l e chant des oiseaux, par l a j o i e i n s p i r e . . . ." ("Aube") Charbonneau nous mene dans l ' a p r e s - m i d i - "Et l e c i e l . . . / Prodigue sa c l a r t e sur l a splendeur des r o s e s . " Un membre de 1'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal, A l b e r t Lozeau, nous d e c r i t l a tombee du jour - "Un ois e a u somnambule a p p a r a i t , e f f a r e . . . ." ("Nocturnes") En ajoutant une n o u v e l l e dimension a. ces scenes n a t u r e l l e s , l e s images animales et ve g e t a l e s p a r t i c i p e n t au theme l e plus important de l a deuxieme m o i t i e du dix-neuvieme s i e c l e quebecois, c e l u i de 1 ' e x a l t a t i o n du pays et de l a t e r r e meme. Mais i l f a u t se demander finalement s i ces images d e c r i v e n t vraiment l e Quebec, s i e l l e s sont uniques a ce p a y s - l a ; ou s 1 a p p l i q u e n t - e l l e s a u s s i b i e n h l a Norvege, a l a France ou a quelque autre pays? En effet cette poesie en t r a i n de naitre t i r e son in s p i r a t i o n des poetes francais, l e plus souvent, qui ont ser v i de modeles a. Frechette, a Cremazie, a. G i l l , a Charbonneau tout comme a. Nelligan. S i leur emploi des images de roses, d 1oiseaux. et d'arbres n'est pas toujours o r i g i n a l et nouveau, c'est que l e but n'etait pas de decouvrir de nouvelles formules, meme s i Casgrain se vo i t innovateur dans l a thematique. L'Ecole de Quebec voulait rejeter 1'exemple "decadent" donne par les poetes francais, et optait pour l e Canada comme sujet de l a poesie. Les poetes de 1'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal, s ' i l s ont l u et apprecie l e s memes oeuvres que Casgrain avait rejetees, ont ch o i s i tout de meme comme sujet de predilection l e pays canadien. Les images que nous avons considerees dans cette premiere partie de notre these font une partie necessaire du developpement de l a poesie quebecoise. CHAPITRE I "L'IMAGERIE ANIMALS" Dans c e t t e etude, nous a l l o n s tout d'abord presenter au l e c t e u r l e s images animales que l ' o n trouve dans l a poesie de N e l l i g a n . Ces animaux se d i v i s e n t en t r o i s c a t e g o r i e s : l e s mammiferes, l e s oiseaux et l e s animaux d i v e r s . Ce d e r n i e r groupe comprend quatre c r e a t u r e s seulement, t r o i s i n s e c t e s et un poisson. Sur l a t o t a l i t e des poemes de N e l l i g a n , au nombre de 175 dans l e texte Emile N e l l i g a n . Poesies completes 1896- 1899. e t a b l i e t annote par Luc L a c o u r c i e r e , i l e x i s t e s o i x a n t e - sept poemes ou 1'on remarque des images animales; l e s mammi- f e r e s sont dans t r e n t e - q u a t r e , l e s oiseaux dans quarante et un et l e s animaux d i v e r s dans quatre poemes. I I y a evidemment un chevauchement, des mammiferes p a r a i s s a n t dans l e meme poeme ou sont mentionnes l e s oiseaux, et l e s animaux d i v e r s de meme. La premiere de ces c a t e g o r i e s , c e l l e des mammiferes, est d i v i s e e en deux p a r t i e s , l e s mammiferes designes et consideres s e l o n l e u r espece, et ceux ^u'on a appeles seulement "b&tes." Nous verrons l a meme d i v i s i o n en examinant l e s oiseaux. Les deux groupes de mammiferes sont inegaux: l e s "betes" n'apparaissant que dans quatre poemes, a l o r s que l e s mammiferes sont nommes dans t r e n t e et un. On peut e x p l i q u e r c e t t e i n e g a l i t e . I I est normal que l ' o n nomme un animal qu'on a vu, au l i e u d'employer l e s termes plus generaux, "b&te" ou "animal." On d i r a par exemple, " J ' a i vu un troupeau de moutons" p l u t S t que " J ' a i vu un troupeau de betes" ou "d'animaux." Des que nous examinerons l e s oiseaux, nous verrons que l e s deux groupes sont representes dans a peu pres l e meme nombre de cas. Ce n'est certainement pas que N e l l i g a n connait moins b i e n l e s d i f f e r e n t e s s o r t e s d'oiseaux, mais p l u t o t q u ' i l s u i t un penchant humain. D'habitude on d i t " J ' a i vu une bande d'oiseaux," sans r e s s e n t i r l e besoin de p r e c i s e r l e u r espece. Le terme gene*rique de "betes" est u t i l i s e dans "Le C e r c u e i l " et "Le Chat f a t a l " ou l e mot s'emploie comme metaphore, dans "Rythmes du s o i r " et " S o i r s d'automne," deux poemes q u i se ressemblent d'assez pres et dont l e douzieme v e r s , "Emportant l a douleur des betes et des choses," ne v a r i e n t pas d'un poeme a. l ' a u t r e . En examinant l e u r r o l e metaphorique, nous remarquons que l e s betes, par l e terme meme, ont un c a r a c t e r e anonyme. Mises en c o n t r a s t e avec un e t r e humain, ces cr e a t u r e s non designees representent un element inhumain et i n s t i n c t i f . Dans "Le C e r c u e i l , " l e poete q u i penetre dans un l i e u i n t e r d i t et succombe a, une f a s c i n a t i o n macabre devant ce c e r c u e i l de mauvaise renomm£, r e s s e n t "Le f r i s s o n f a m i l i e r d'une bete a son t r o u . " Tout a. f a i t a s s u j e t t i a. des r e a c t i o n s i r r a i s o n n e e s l e poete r e c o n n a i t l e cSte animal qui se r e v e l e . S i nous etudions l e symbolisme de ce v e r s , nous comprendrons l a s i g n i f i c a t i o n freudienne qui s'y attache. L ' a s s o c i a t i o n du poete v i s - a - v i s de l a bete est l a meme que c e l l e q u i e x i s t e entre l a bete et son t r o u . Ces deux o b j e t s , l e t r o u et l a b o i t e , deviennent par extension l a matrice m a t e r n e l l e . Le poete, ayant saute 1 ' i n t e r d i c t i o n et s'etant donne c e t t e j o i e perverse de regarder l e c e r c u e i l , r etrouve ses sources o r i g i n e l l e s . Mais s ' i l rentre dans l e s flanes de l a mere, i l n'y trouve point de securite berceuse; c'est p l u t 6 t l a mort qui 1'attend. l a bete se manifeste encore une f o i s comme metaphore dans "Le Chat f a t a l , " ou e l l e s'associe aux hommes de l a rue qui n'ont pas l e gout esthetique. "Mortels, ames glabres de betes . . . " Le poete, ronge par l e "chat du Desespoir," autre metaphore dans ce poeme, a v e r t i t ces gens i l l e t r e s qu'eux aussi subiront l e meme sort. Quoiqu'ils ne possedent pas l a s e n s i b i l i t e fine du poete, i l s cederont l e coeur et l a tete a ce chat metaphorique. Malgre leur ame de bete, i l s connaitront l'angoisse du desespoir; et s i l e poete peut ecrire un poeme sur cette experience, que f e r o n t - i l s ces mortels? I l s n'auront qu'a succomber dans l'anonymat. Les mammiferes aux noms designes paraissent dans trente et un poemes di f f e r e n t s . II y en a quinze sortes, mais i l , faut remarquer que nous n'avons pas i n c l u dans ce c h i f f r e l e s cas ou l e meme animal est designe par deux noms di f f e r e n t s . A i n s i l e mot "chat" parait dans cinq poemes et l e mot "matou" dans un seul. Lorsque nous examinerons l e s images f e l i n e s , l e matou y sera egalement t r a i t e . II y a quatre autres cas . ou l'on trouve l a meme situ a t i o n . Nelligan c i t e les chevaux dans sept poemes, Bucephale dans un autre; par consequent nous etudions l e s huit mentions ensemble. Les chevres figurent t r o i s f o i s , les boucs une f o i s ; l e cerf s'y trouve a deux . reprises et l e chevreuil une seule f o i s ; l e chien figure dans quatre poemes, l e doguet dans un autre. Dans chaque cas nous avons groupe l e s membres de l a meme espece. Les mammiferes que N e l l i g a n emploie comme images sont pour l a p l u p a r t des animaux f a m i l i e r s , q u ' i l s s o i e n t domestiques ou sauvages. Ces animaux sont assez repandus dans l a province du Quebec a 1'oppose des mammiferes exotiques, au nombre de c i n q , que l ' o n t r o u v e r a i t dans un j a r d i n zoologique .peut-etre mais pas a. l ' e t a t sauvage. Les boeufs et l e s chevres se trouvent a l a campagne, l e s boeufs pour t i r e r une charrue ou la b o u r e r l e s champs, et l e s chevres pour f o u r n i r du l a i t ou de l a viande. Les animaux domestiques qui v i v e n t s o i t en v i l l e s o i t a. l a campagne sont l e s chats, l e s chiens et l e s chevaux. Ces d e r n i e r s s e r v a i e n t a l'epoque de N e l l i g a n s u r t o u t comme moyen de t r a n s p o r t , que ce s o i t pour t i r e r un wagon ou pour p o r t e r un c a v a l i e r sur l e dos, et c'est ce r 8 l e que nous l e s verrons r e m p l i r chez N e l l i g a n . Ce sont l e s s e r v i t e u r s de l'homme, meme au moment ou. c e l u i - c i f a i t son d e r n i e r voyage; Comme i l est douleureux de v o i r un c o r b i l l a r d , T raine par des chevaux funebres, en automne . . . . ("Le C o r b i l l a r d " ) Les chats se tiennent a. l a maison comme animal f a v o r i , et a u s s i a. l a ferme ou i l s peuvent se rendre plus u t i l e s . Mais chez N e l l i g a n l e s chats sont c i n q f o i s sur s i x l e s animaux f a v o r i s . I l s n'ont pas de r o l e p r a t i q u e comme l e s chevaux. I l s f ont penser p l u t o t aux chats de Ba u d e l a i r e qui menent une v i e langoureuse et me d i t a t i v e et ne t r a v a i l l e n t p o i n t pour l e u r s u b s i s t a n c e . La m o i t i e des chiens de N e l l i g a n v i v e n t a l a ferme, ou l e u r f o n c t i o n est probablement de rassembler l e b e t a i l , quoique nous ne l e s t r o u v i o n s jamais en t r a i n de r e m p l i r ce r o l e . Leur presence aide a. mettre 1" accent sur 1' atmosphere r u r a l e des poemes t e l s que "Reve de Watt eau"'* Nous a l l i o n s , g o u a i l l e u r s , pretant l ' o r e i l l e aux chutes Des r u i s s e a u x , dans l e v a l que l o n g e a i t en jappant Le p e t i t c h i e n berger des calmes f i l s de Pan . . . . Quant aux animaux sauvages, i l y en a quatre s o r t e s : l e c e r f et l e c h e v r e u i l , l e s l i e v r e s , l e s loups et l e s ours. Les t r o i s d e r n i e r s ne sont mentionnes qu'une seule f o i s et l e c e r f t r o i s f o i s . (Nous considerons l e c e r f et l e c h e v r e u i l ensemble.) Le c h e v r e u i l , l ' o u r s et l e s l i e v r e s se rencontrent tous dans l e meme poeme, "Pan moderne." Le personnage p r i n c i p a l est un v i e u x campagnard q u i est r e s t e robuste et ne s'est l a i s s e jamais souilla? par l a v i l l e . La presence de t r o i s betes sauvages dans ce poeme co n t r i b u e a 1'atmosphere r u r a l e q u i y domine. Le c e r f p a r a i t a u s s i dans "Le P u i t s hante" que nous etudierons plus l o i n , et dans "Reve fantasque" ou i l joue un r o l e mineur comme ornement de j a r d i n . Les "loups affames" dans "Paysage fauve" se melent a. une scene de d e s o l a t i o n ou i l s f o n t c o n t r a s t e avec l e s "chevaux a t h l e t i q u e s " q u i s i g n a l e n t l e b i e n - e t r e de l a d o m e s t i c i t e . Tous l e s s i x animaux sauvages font p a r t i e d'une scene dont i l s a i d e n t a t r a d u i r e 1*atmosphere. Chez N e l l i g a n l e s animaux ne jouent jamais, de r o l e q u ' i l s sont i n c a p a b l e s , en tant que betes, de r e m p l i r . En plus des animaux que l ' o n trouve normalement au Quebec, N e l l i g a n a a u s s i represente quelques mammiferes exotiques: 1'elephant, l e s jockos (espece de s i n g e ) , l e s l i o n s , l e s vampires et l e s zebres, q u i tous sauf l e s d e r n i e r s sont mentionnes une seule f o i s : l e s vampires dans "Je veux elude r " et l e s zebres dans "Les Corbeaux" et "Marches funebres" jouent l e u r r o l e dans une scene cauchemaresque; P i t i e l quels monstrueux vampires Vous sucant mon coeur q u i s'offusque I ("Je veux eluder") C e t t e image q u i t r a d u i t l a t e r r e u r du poete, provoque une r e a c t i o n voulue. De ce groupe d'animaux exotiques, l e s jockos sont l e s s e u l s q u i f i g u r e n t l i t t e r a l e m e n t comme animaux dans une scene quebecoise; Le f r o i d pique de v i f et rel e g u e aux maisons Milady, c a n a r i s et l e s jockos b e l i t r e s . ("Caprice blanc") Des deux animaux q u ' i l nous r e s t e a mentionner, 1'elephant et l e l i o n , 1'elephant dans "Aubade rouge" est employe" pour une comparaison, et l e s l i o n s dans "Potiche" ne sont que des cre a t u r e s a r t i f i c i e l l e s p e i n t e s sur une vase. S i son choix d*animaux est v a r i e , N e l l i g a n en a quand meme omis quelques-uns dont nous remarquons l'ab&ence., Ceux auxquels on pense tout d'abord sont l e c a s t o r , rongeur s i connu des Canadiens q u ' i l e st devenu 1'animal n a t i o n a l , et l ' e c u r e u i l , autre rongeur f a m i l i e r . I I manque a u s s i l e s plus grandes especes de c e r f s , l ' e l a n et l e c a r i b o u , et de p e t i t e s animaux de p r o i e t e l s que l e v i s o n , l a l o u t r e et l a b e l e t t e . I I y a d'autres animaux que N e l l i g a n a e v i t e s ; nous n'avons enumere que ceux q u i sautent aux yeux. L'important cependant est de suggerer l e s r a i s o n s q u i ont peut-etre i n f l u e n c e N e l l i g a n a n e g l i g e r ces betes. I I nous p a r a i t que N e l l i g a n ne s' est pas soucie des mammif eres au-dela. du po i n t ou i l s e t a i e n t u t i l e s comme images et symboles, ou q u ' i l s t r a d u i s a i e n t un e t a t d'ame. La m a j o r i t e de ses mammiferes sont des c r e a - t u r e s t r e s connues, a s a v o i r l e s boeufs, l e s chats, l e s chevaux et l e s " c h i e n s . Les frequentes a l l u s i o n s a. des animaux domestiques nous s i g n a l e n t une preference de l a pa r t du poete pour l e s themes qui a u r a i e n t pour centre l a maison et l a ferme, ou d'un sens plus l a r g e l a v i e domestique. Autour de ce centre physique s ' e t a i e n t l e s themes de N e l l i g a n . Dans " F r i s s o n d 1 h i v e r " l e s chats r e n f o r c e n t 1'atmosphere c l o s e du s a l o n dont l e s murs protegent ce groupe d'etres v i v a n t s contre l e f r o i d h i v e r n a l ; . . . nos deux gros chats persans Montrent des yeux reconnaissants Pres de 1'a.tre aux feux b r u i s s a n t s , C : Gretchen! Pourtant apres tout, c e t t e scene c o n f o r t a b l e f a i t r e s s o r t i r l a t r i s t e s s e i n c o n s o l a b l e du poete. Les animaux exotiques dont presque tous sont mentionnes une s e u l e f o i s , t r a d u i s e n t du poete un sentiment s p e c i a l q u i exige une image exacte. Les animaux sauvages indigenes du Quebec forment une m i n o r i t e l o r s q u ' i l s ne comptent que quatre especes. Done nous pouvons d i r e toujours avec r e s e r v e que l a nature a l ' e t a t sauvage n'occupe pas une place de choix dans l ' i m a g e r i e de N e l l i g a n . Les betes qui manquent semblent e t r e s u r t o u t des betes sauvages. Nous croyons que l e poete peut mieux manier l e s animaux f a m i l i e r s car i l l e s c o n n a i t ; i l s partagent tous l e s deux l e meme monde q u o t i d i e n . Ce n'est done pas etonnant de t r o u v e r une imagerie animale ou l e s betes domestiques sont dans l a m a j o r i t e . . Les ois.eaux etant d'habitude sauvages, on p o u r r a i t r e f u t e r c e t t e a s s e r t i o n que N e l l i g a n accorde l a preference aux animaux domestiques, car l e s images aviennes sont b i e n plus nombreuses que c e l l e s q ui concernent des mammiferes. Mais l e s oiseaux, b i e n que sauvages, p a r a i s s e n t l e plus souvent dans des scenes dominees par l'element humain. Sur . quarante et un poemes ou l ' o n trouve des images ayant t r a i t aux oiseaux, nous notons l e terme general "oiseaux" employe dans v i n g t - s i x poemes, et l e s noms de race dans vingt-deux. Cette d i v i s i o n e st beaucoup moins d i s p a r a t e que c e l l e des betes, mais on se rend compte q u ' i l est b i e n normal de p a r l e r des. oiseaux comme t e l s . On ne r e s s e n t pas l e beso i n de p r e c i s e r 1'espece. Les oiseaux que nous trouvons au Quebec a l ' e t a t sauvage sont l ' a i g l e , l e corbeau, l e hibou, l ' h i r o n d e l l e , l e merle, l e r o b i n et l e c o l i b r i . Le coq, o i s e a u domestique, est un h a b i t a n t f a m i l i e r de l a ferme. Dans son imagerie, N e l l i g a n a a u s s i i n c l u quelques oiseaux qui sont etrangers au Quebec. Ce sont l ' a u t r u c h e , l e condor, l e paon, l e perroquet, l e vautour, l e b e n g a l i , l e c a n a r i , l a colombe, l e faucon et l e r o s s i g n o l , dont quelques-uns, l e perroquet et l e c a n a r i par exemple, p o u r r a i e n t e t r e des oiseaux f a v o r i s . En e f f e t , i l y a v a i t une Mont r e a l a i s e , Madame Fossez, dont l e perroquet f a v o r i e t a i t "une grande a t t r a c t i o n durant l a s e s s i o n t h e a t r a l e des annees 1896 a 97. On r a c o n t a i t maintes h i s t o i r e s concer- nant l ' o r i g i n e et l e s e x p l o i t s de cet oise a u . . . . A i n s i voyons-nous que l e s contemporains de N e l l i g a n ont s u b i l a f a s c i n a t i o n de l ' e x o t i q u e . Le faucon a u r a i t en plus une f o n c t i o n d'oiseau de chasse. S i l e s oiseaux de N e l l i g a n ne sont pas repandus au Quebec a l ' e t a t sauvage, i l s ne sont pas necessairement etrangers au pays. T i r e s de tous cotes, ces oiseaux ne representent guere un groupe typiquement canadien. I I f a u t d ' a i l l e u r s a t t i r e r 1 ' a t t e n t i o n sur l e f a i t que N e l l i g a n emploie l e terme generique "oiseaux" plus souvent que l e nom s p e c i f i q u e . L'espece n'importe pas autant que l e f a i t qu'etant oiseaux, i l s peuvent a v o i r un sens symbolique representant 1 ' e s p r i t par exemple. l e s deux especes qui semblent e t r e l e s plus s i g n i f i c a t i v e s sont l e cygne et l e corbeau, tous deux mentionnes p l u s i e u r s f o i s dans des contextes p a r t i c u l i e r s . I I y a quelques c r e a t u r e s dans l a poesie de N e l l i g a n que nous avons q u a l i f i e s d 1 "animaux divers.," l o r s q u ' e l l e s ne sont n i mammiferes n i oiseaux. I l s sont au nombre de quatre, t r o i s i n s e c t e s et un poisson. Les scombres sOnt une sortede poisson de s e r r e chaude q u i n ' e x i s t e pas a. l ' e t a t sauvage, et l e s bourdons, l e s g r i l l o n s et l e s scarabees h a b i t e n t l e s f o r e t s et l e s pres quebecois. La f o n c t i o n de ces animaux est tout simplement de r e n f o r c e r une atmosphere s p e c i a l e . Par exemple, dans " J a r d i n s e n t i m e n t a l " l e s scarabees a g i s s e n t d'une maniere v i s u e l l e au l i e u d ' a u d i t i v e ; i l s ramassent toutes l e s l u e u r s qu i penetrent dans ce l i e u s e c r e t pour l e s r e f l e t e r dans l e s yeux du couple. E b l o u i s par l e u r amour, l e s amants.le sont egalement par l e miroitement des scarabees,;. La, nous nous a t t a r d i o n s aux nocturnes tombees, Cependant qu'alentour un v o l de scarabees Nous e b l o u i s s a i t d'or sous l e s l u e u r s plombees. ("Jardin sentimental") La v i s i o n e x t e r i e u r e de l a nature f a i t r e s s o r t i r l a v i s i o n interieuase du coeur. Dans son l i v r e , Emile N e l l i g a n . Sources et o r i g i n a l i t e de son oeuvre, Paul Wyczynski nous indi q u e que l e " v o l de scarabees" de N e l l i g a n v i e n t directement d'Armand S y l v e s t r e . (p. 110) Mais malgre 1 1 i m i t a t i o n , nous voyons comment N e l l i g a n u t i l i s e ses emprunts pour t r a d u i r e un theme personnel. Dans l a deuxieme s e c t i o n de "Erere A l f u s , " tout repond a un rythme c e l e s t e . Le c i e l bouge d'un mouvement etrange et l a nature t e r r e s t r e se meut en harmonie. Les scombres d'or eux a u s s i p a r t i c i p e n t a c e t t e mise en scene, se remuant s e l o n l a musique q u i v i e n t d'en haut. Les poissons, symbole t r a d i t i o n n e l du C h r i s t i a n i s m e , aident a nous preparer a l a . r e v e l a t i o n d i v i n e qui s ' e n s u i t . Leur couleur doree. contr.ib.ue a u s s i a. l ' a c c u e i l que prepare ce p e t i t c o i n de nature pour l a p a r o l e de Dieu. Quoique l e s mammiferes et l e s oiseaux jouent souvent un r 6 l e a c c e s s o i r e , i l s assument de temps en temps une importance e x c e p t i o n n e l l e . Quant au premier groupe que nous avons mentionne, i l y a quatre poemes ou i l s jouent un r o l e de consequence: l e boeuf dans "Aubade rouge" et "Le Boeuf s p e c t r a l " et l e chat dans "Les Chats" et "Le Chat f a t a l . " La d i f f e r e n c e e s s e n t i e l l e entre l e s deux boeufs est l a s u i v a n t e : c e l u i de 1 ' "Aubade rouge" est une c r e a t u r e domestique pour l a q u e l l e l e s e t r e s humains sont p l u s ou moins bons; e l l e s u b i t l e u r j eu t r a i t r e avec un meuglement fremissant et r i e n de p l u s . La bete du "Boeuf s p e c t r a l " est b i e n l e c o n t r a i r e ; c'est un marron en r e v o l t e contre l e monde humain. C'est l u i maintenant q u i f a i t trembler l e s gars q u i ont mene son f r e r e a 1 ' a b a t t o i r . Nous remarquons deux poles i c i : l a d o m e s t i c i t e s e r v i l e et l a do m e s t i c i t e r e v o l t e e . Nous reverrons ces deux extremes au f u r et a mesure que nous examinerons l e s images animales, par exemple chez l e s chats dont l a s i t u a t i o n n'est pas parfaitement p a r e i l , et chez d'autres ou. l e s pSles s e r ont devenus l a do m e s t i c i t e et l ' e t a t sauvage ("Paysage f a u v e " ) . Dans l e poeme "Les Chats," ces d e r n i e r s ressemblent en p a r t i e a ceux de B a u d e l a i r e . Mysterieux et hautains, i l s semblent communier avec un monde etrange. Leur c r i provoque une c e r t a i n e inquietude qu'on peut d i f f i c i l e m e n t soulager. Quand on cherche a. sonder une reponse dans " l e u r s glauques p r u n e l l e s , " on n'y trouve r i e n . Dans son etude, La Poetique du songe, ' G-uy Robert p a r l e du r o l e du chat chez Anne Hebert; on peut y p e r c e v o i r quelques t r a i t s des chats n e l l i g a n i e n s . "Anne Hebert donne au chat un r6le de temoin, et de temoin genant . . . A i n s i l e temoin-chat e t a b l i t l e l i e n de l a conscience, de l a conscience morale meme: c e l l e q ui evalue et juge l e s gestes, l e s actes l e s plus s e c r e t s . Les chats ont ce p r i v i l e g e de se s i t u e r au-dela. du temps . . . " . ~ r . 1,'. . Le "chat fantome" q u i d e t r u i t l e coeur du poete dans "Le Chat f a t a l " p e r s o n n i f i e l e de s e s p o i r . Cette bete aux yeux impas- s i b l e s r e v e l e au poete sa propre f o l i e : I I me d i t l o r s avec emphase Que j e ch e r c h a i s l a vaine phrase Que j ' e t a i s f o u comme l ' e x t a s e Ou j e T e v a i s a s s i s . Nous remarquons chez ces chats l e s deux pSles dont nous p a r l i o n s tout a l'heure - l a donaesticite et l a r e v o l t e . J o u i s s a n t d'une v i e f a c i l e avec l e s e t r e s humains, l e s chats nous seinblent d o c i l e s ; mais en se tenant un peu a l ' e c a r t pour r e s t e r l e u r propre maitre, i l s p a r a i s s e n t a m o i t i e sau- vages. Cependant i l s r e s t e n t t o u j o u r s mysterieux et insondables. Peu s'en f a u t done q u ' i l s n'assument un c a r a c t e r e e f f r a y a n t , l o r s q u e l a mise en scene y convient et que l e poete est nevrose. "Au s e i n de l a n u i t , 1'inquietude s ' i n t e n s i f i e par l a presence •5 du monde s p e c t r a l : l e chat f a t a l . . . l e grand boeuf roux." C'est a l o r s l e moment pr o p i c e ou ces animaux peuvent operer sur l a s e n s i b i l i t e du poete en s u b i s s a n t une s o r t e de metamor- phose de c a r a c t e r e . Hors ces quatre poemes dont l e s themes p r i n c i p a u x se r a t t a c h e n t aux chats et aux boeufs, l e s mammiferes f o u r n i s s e n t des images q u i soutiennent un autre s u j e t , ou servent de fond a l a scene p r i n c i p a l e . Par exemple, l e s boeufs dans "Automne," "Presque berger" et " P e t i t Hameau" jouent l e u r r S l e dans un l i e u p a s t o r a l . L'image q u ' i l s forment est v i s u e l l e et a u d i t i v e . Le poete r e g r e t t e son enfance perdue et l ' a s s o c i e a. l a v i e i d e a l e et innocente de l a campagne dans "Presque berger." " P e t i t Hameau" et "Automne" nous presentent une scene automnale oh. tout est penetre de m e l a n c o l i e . Les boeufs d o c i l e s donnent une ampleur a 1'atmosphere de t r a n q u i l l i t e doree. "Les grands boeufs sont r e n t r e s . I l s meuglent dans l ' e t a b l e . . . " La f o n c t i o n des chevaux est souvent c e l l e d'un moyen de t r a n s p o r t dans l e s poemes de N e l l i g a n . Dans "Paysage fauve" c h e v a l q u i t i r e un mort au c i m e t i e r e ; ceux du "Caprice b l a n c " emportent l a jeune f i l l e dans sa b e r l i n e . Le cheval dans " P e t i t Hameau" s'evertue pour p o r t e r son maitre au sommet de l a c o l l i n e , t a n d i s que ceux de " V i s i o n " se cabrent avant de p o r t e r l e u r s c a v a l i e r s a l a guerre. Dans son "Chateau r u r a l " i d e a l , l e poete se munit, l u i et son amante, d'un c h e v a l qui s e r a probablement l e u r monture: Nous aurons t r i p l e c a r n a v a l : Maison, coq et c h e v a l . Les deux exceptions a c e t t e f o n c t i o n de s e r v i t u d e a. l'homme sont l e s betes du "Reve fantasque" et d u ' " J a r d i n s e n t i m e n t a l . " Nous a l l o n s e t u d i e r l e u r r o l e un peu plus t a r d . Les chevaux ont ce rapport avec l e s themes n e l l i g a n i e n s , q u ' i l s se pretent d 1 h a b i t u d e a une scene comme c e l l e de " V i s i o n " ou. l e s "chevaux fougeux p i a f f a n t s " r e l e v e n t 1'atmosphere chargee de f i e v r e g u e r r i e r e . Dans "Paysage fauve" l e u r corps robuste f a i t c o n t r a s t e avec l e s "loups affcames," c o n t r a s t e important l o r s q u e ces chevaux' domptes et b i e n n o u r r i s par l e u r s maitres vont p o r t e r c e u x - c i malgre tout a. l a mort, ce "bucher q u i flambe" sur 1'horizon. Nous remarquons i c i l e s deux poles que nous avons deja. s i g n a l e s au s u j e t des boeufs - l a d o m e s t i c i t e et l ' e t a t sauvage. Les deux mondes s'unissent dans ce poeme dans un meme d e s t i n ; malgre l e u r s c o n t r a s t e s e x t e r i e u r s , l e s t r o i s c r e a t u r e s , loups, chevaux, chasseurs, sont en t r a i n de l u t t e r contre l e s elements menacants. Peut- e t r e que l e s loups esperent f a i r e un repas des chevaux. Ceux-ci obeissent aux c a v a l i e r s qui se f i e n t au campement l o i n t a i n . Les animaux su i v e n t a i n s i l a v o i e indiquee par l'homme, voyage t e r r i f i a n t de l a v i e dont 1 ' i n e v i t a b l e f i n est ce bucher ou tout sera immole. Le3 chevaux accompagnent l e voyageur pour 1'aider, q u ' i l s o i t au commencement ou a l a f i n de sa rou t e . A r r i v e a sa d e s t i n a t i o n , l e mort du "Cor- b i l l a r d " est e n t r a i n e au c i m e t i e r e . Les chevaux emmenent " l a p e t i t e Miss" dans sa b e r l i n e (noyee de fourures blanches, entouree d'un b e l equipage, e l l e entreprend un voyage qui ne s e r a pas d u r ) . C e l u i q u i grimpe sur l a c o l l i n e porte son maitre " L o i n du faubourg q u i pue et des clameurs de bagnes." C'est une ascension.hors de l a r e a l i t e vers 1 ' i d e a l , l e meme envoi que l ' o n remarque dans "Chateaux en Espagne," par exemple. Que l e s images s o i e n t l e s u j e t p r i n c i p a l ou q u ' e l l e s ne f a s s e n t que s o u l i g n e r c e l u i - c i , e l l e s ont une f o n c t i o n de r h e t o r i q u e . E l l e s servent de base a des comparaisons, a. des metaphores et a des p e r s o n n i f i c a t i o n s . Ces f i g u r e s de r h e t o r i q u e augmentent l a c a p a c i t e de chaque image pour s o u t e n i r un theme. . On note l'image du mammifere comme metaphore dans t r o i s poemes seulement: "Le C e r c u e i l , " "Le Chat f a t a l " et " J a r d i n s e n t i m e n t a l . " Nous avons deja etudie l e s deux m a n i f e s t a t i o n s de l a bete dans un contexte metaphorique. Nous avons egalement mentionne l e "chat du Desespoir." I I s u f f i t a l o r s de d i r e que ce chat, e q u i v a l e n t metaphorique du d e s e s p o i r , t r a d u i t pour N e l l i g a n une h a n t i s e de l a f o l i e a l a q u e l l e i l ne se sent pas capable d'echapper. "Quelques animaux, l e boeuf roux et l e chat f a t a l , f i g u r e n t a u s s i parmi l e s symboles-signes dans l'oeuvre de N e l l i g a n : i l s t r a d u i s e n t surtout l ' a n g o i s s e et l e d e l i r e . " ^ " l a metaphore dans " J a r d i n s e n t i m e n t a l " concerne l e s chevaux, animaux qui servent a t r a d u i r e l e jeu des nuages et des:.: ombres a. l a chute du j o u r ; De grands chevaux de pourpre e r r a i e n t , sanguinolents, Par l e s c e l e s t e s t u r f s . . . . Tous l e s chevaux de N e l l i g a n semblent assez b i e n n o u r r i s par l e u r s maitres; charnus et fougeux i l s font b i e n l a tache qu'on l e u r demande. Ceux du " J a r d i n s e n t i m e n t a l " ne font pas exception. Se r e v e t a n t de pourpre et de rose, i l s t r a d u i s e n t ce j a r d i n quelconque en un l i e u ensorcele d'amour nocturne, ou tout est h a b i l l e d'une purete de p a s t e l . I l s f o n t r e s s o r t i r l a tendresse des amants qui ne se v o i e n t qu'a. l a lumiere metamorphosante du s o i r . A quatre r e p r i s e s nous trouvons des comparaisons dans l a poesie de N e l l i g a n . Dans "Aubade rouge" on remarque l e v e r s , " T e l 1 'elephant / Croule en une s o l i t u d e . " C'est l e boeuf ab a t t u pas l e s gars bouchers qui est compare a. 1 'elephant, comparaison q u i veut mettre en v a l e u r l ' i s o l e m e n t de c e t t e c r e a t u r e domestique l i v r e e par son g a r d i e n aux mains du boucher. Entoure de "monts de sang" l e boeuf est horriblement s e u l dans son r o l e de v i c t i m e o f f e r t e en s a c r i f i c e . "Comme des chiens e r r a n t s , i l s s'en vont, condamnes." A i n s i N e l l i g a n p a r l e - t - i l des J u i f s q u i , ayant c r u c i f i e l e C h r i s t , n'ont d'autre s o r t que d ' e r r e r au l o i n sur l a t e r r e . Ces "chiens e r r a n t s " n'ont aucune parente avec l e s autres chiens de N e l l i g a n qui sont d*habitude l a p r o p r i e t e des hommes et t r a v a i l l e n t pour eux. Dans "Les D e i c i d e s " l e s chiens n 1 a p p a r t i e n n e n t a personne et l a comparaison suggere que l e s J u i f s n 1 a p p a r t i e n n e n t a personne non p l u s . I l s n'ont pas de Dieu; i l s n'ont pu prendre r a c i n e n u l l e p a r t . Avec c e t t e comparaison p e j o r a t i v e , l e poete f a i t un commentaire personnel sur l a race j u i v e . "Pan moderne" c o n t i e n t deux comparaisons. Le gardeur des chevres est compare a un c h e v r e u i l , et " l e s ours l e f u i e n t comme l i e v r e s . " Le poete honore " F r i t z l e c e n t e n a i r e " l o r s q u ' i l l e compare a un animal q u i ne connait pas l a d o m e s t i c i t e et qui d e f i e l e s elements; Comme un venerable c h e v r e u i l Son f r o n t a brave l e tonngrre. Comme 1'animal sauvage, l e v i e i l homme ignore l a v i e urbaine, a l a q u e l l e manque l a purete de l a campagne. Notre d e r n i e r e comparaison se l i t dans "Marches funebres".: ' T e l un troupeau s p e c t r a l de zebres Mon reve r6de etrangement. Ces zebres q u i ont 1 'aspect de revenants, avec l e u r s r a i e s n o i r e s et blanches, representent'quelque chose d'exotique et d' e f f r a y a n t meme. I l s r e a p p a r a i s s e n t dans "Les Corbeaux" ou l a scene est evidemment l a c r e a t i o n d'une imagin a t i o n nevrosee. Les zebres de N e l l i g a n sont l a v i s i o n d'un e s p r i t tourmente par tout ce pays inconnu qui s'etend au-dela des v i n g t ans magiques. S i l e s zebres i m a g i n a i r e s s i g n a l e n t l e s approches de l a f o l i e dans l ' e s p r i t , l e c e r f du " P u i t s haute" e x i s t e effectivement pour r a c o n t e r l e s r e s u l t a t s de l a f o l i e chez un amoureux. Le c e r f est p e r s o r m i f i e par l e verbe "conter".:' Dans l e p u i t s n o i r que t u v o i s l a G i t l a source de tout ce drame. Aux vents du s o i r l e c e r f q u i brame Parmi l e s b o i s conte c e l a . I I est i n v e s t i d'une f a c u l t e humaine pour f a i r e l e r e c i t du s u i c i d e . En tant que c r e a t u r e sauvage et d ' a l l u r e r a p i d e , v o i l a , un animal q u i convient a ce r 6 l e de p o r t e - p a r o l e , q u i va n a r r e r l a f i n desesperee d'une v i e . I I est j u s t e que l e messager represente un element a c t i f et v i r i l a 1 'oppose de ce p u i t s profond, element feminin, qui a e n g l o u t i l'amant. En analysant l a f o n c t i o n des animaux chez N e l l i g a n nous n'avons aborde que l e premier groupe de ses images. I I nous r e s t e toujours a c o n s i d e r e r l e r 6 l e des oiseaux q u i f o u r n i s s e n t plus de l a m o i t i e des images animales. P a r l a n t de ces autres e t r e s a i l e s , l e s anges, Wyczynski d i t , " l e signe q u i i d e n t i f i e I ' e s s o r c e l e s t e du reve n e l l i g a n i e n est l'ange ou p l u t o t l e s anges, ca r l e p l u r i e l t r a d u i t mieux l e d e s i r de l ' u b i q u i t e . . . . Les t i t r e s de p l u s i e u r s poemes, l e s images poetiques et l e v o c a b u l a i r e prouvent que N e l l i g a n a d'abord c h o i s i , dans son d e s i r de l i b e r a t i o n et d * e l e v a t i o n l a d i r e c t i o n du c i e l : v o i e de lumiere, u l t i m e purete des e t r e s , h a n t i s e de 1 ' i d e a l . " (E. N e l l i g a n . p. 38) Nous ajoutous l a c a t e g o r i e des oiseaux a c e l l e des anges, car l e s deux p r i s ensemble t r a d u i s e n t on ne peut mieux cet e l a n v e r s l e s cieux. Nous verrons plus l o i n combien chers sont l e s " p e t i t s oiseaux" q u i montreront au poete l a v o i e du P a r a d i s . Nous avons r e l e v e quatre t i t r e s de poemes ou f i g u r e n t l e s oiseaux dans l e t i t r e : "Le Perroquet," "Le Robin des b o i s , " "Les P e t i t s Oiseaux" et "Les Corbeaux." Toutes ces images sont groupees autour de l'element humain q u i est l e centre thematique du poeme. Dans "Les Corbeaux" ces oiseaux e x i s t e n t , comme l e s zebres dans l e meme poeme, dans l e cerveau du poete et v i v e n t de son ame meme; J ' a i c r u v o i r sur mon coeur un essaim de corbeaux En p l e i n e lande intime avec des v o l s funebres, De grands corbeaux venus de montagnes c e l e b r e s , Et q u i p a s s a i e n t au c l a i r de lune et de flambeaux. "Le q u a t r a i n e n t i e r tend a ramener tout l e paysage f a n t a s t i q u e v e r s l ' i n t e r i e u r du moi." (Wyczynski, E. N e l l i g a n . p. 51-2) L'importance de ces oiseaux chez N e l l i g a n s e r a t o u j o u r s l e u r aura funeste et menacante. Dans ce poeme, i l s vont jusqu'a l a t o r t u r e et a l a r u i n e de tout un e t r e . Wyczynski nous s i g n a l e que l e s corbeaux, "parce q u ' i l s en portent l a couleur et l a v o i x fdu noir J, deviennent l e symbole de l a d e s t r u c t i o n . " ( I b i d . . p. 122) Par contre, l e perroquet dans l e poeme du m§me nom v i t en une c e r t a i n e harmonie avec sa maitresse, " l a pauvre negresse" dont l a s u p e r s t i t i o n et l a v i e i l l e s s e f o n t c o n t r a s t e avec l e plumage e c l a t a n t de "cet oi s e a u d ' a l l e g r e s s e , " et avec sa v o i x s t r i d e n t e . Mais l e u r s r a p p o r t s sont bases sur l a s u p e r s t i t i o n i nculquee dans l ' e s p r i t de l a femme par son amant. E l l e ne tro u v e r a jamais l'ame q u ' e l l e cherche dans 1'oiseau moqueur. E r u s t r e e , desesperee, e l l e se meurt; ce n'est qu'apres sa mort que l e perroquet trouve une v o i x tendre pour l a p l e u r e r . L ' o i s e a u du "Robin des b o i s " se presente tout autrement. I I est l ' o b j e t de l a tendresse feminine mais s u s c i t e une r e a c t i o n i n v e r s e chez l e poete q u i v o i t en l u i l a p o s s i b i l i t e et l'echec de l'amour. "In f a i r y s t o r i e s , there are many birds which talk and sing, symbolizing amorous yearning . . . . The b i r d may also stand for the metamorphosis of a lover." Wyczynski precise cette idee: "Inutile d ' i n s i s t e r sur l e f a i t q u ' i l l'oiseau s'associe a l'amour; i l s'assimile frequemment a. 1' epanchement du coeur, symbolisant l e plus souvent l e vol brise: i l s u f f i t de r e l i r e 'Le Robin des bois' pour en etre convaincu. En face de l a femme aimee et malgre l e s motifs suggestifs qui preludent a l a croissance du desir charnel, Nelligan ne parvient pas a. s o r t i r de sa solitude, bien q u ' i l so.uhaite l e contraire." (E. Nelligan. p. 90) S i l e robin, dont l e s actions parlent pour l e poete amoureux, et s i l e perroquet, pleurant l a mort de sa maitresse, peuvent exister en harmonie avec l'homme, l e s corbeaux ne sont pas capables de f a i r e de meme. Leur r e l a t i o n avec l e poete s'associera toujours a. l a nuit et a. l a mort. Plus tard, nous examinerons de plus pres l e r d l e des corbeaux dans d'autres poemes. "La hantise de l'amour et l'idee de l a mort, s'annoncent dans des vols, pour ne pas dire des chutes, au sein des poemes 'Le Robin des bois' et 'Les P e t i t s Oiseaux'." (Ibid., p. 51) Les oiseaux qui forment l e sujet des "Petits Oiseaux" n'offrent pas ce contraste de sentiment du robin que nous venons d'etudier. Le poete voit en eux l e s guides qui menent a. l'amour d i v i n : Quand je c l o r a i ma tache, Membres r a i d i s ; Vous, par 1'immense voute Me guiderez sans doute, Connaissant mieux l a route Du P a r a d i s ! L'un des deux exemples chez N e l l i g a n de 1'apostrophe, ce poeme met sur un pied d ' e g a l i t e l'homme et l ' o i s e a u . Les deux representants de mondes d i f f e r e n t s connaissent un rapport parmi l e s p l u s e t r o i t s dans toute c e t t e imagerie, animale .v- On remarque l ' a u t r e apostrophe dans "A. Georges Rodenbach" ou N e l l i g a n commence l e poeme avec une i n v o c a t i o n p u i s s a n t e , p l u s vigoureuse qu'une simple metaphore: "Blanc, blanc, tout blanc, 5 Cygne ouvrant tes a i l e s pales . . . " Rodenbach a trouve sa propre v o i e c e l e s t e par sa c r e a t i o n a r t i s t i q u e q ui l u i a merite c e t t e guise de cygne. (L'auteur du poeme precedent compte sur l e s p e t i t s oiseaux pour l e mener au c i e l . ) La purete et su r t o u t l a blancheur du cygne, t r o i s f o i s repetee, .. et son essor symbolisent l e c a r a c t e r e d i v i n de l a poesie qui detache l e c r e a t e u r de l a b a n a l i t e ou v i t l'homme. Le premier v e r s nous f a i t p a r t i c i p e r a. c e t t e ascension. En se dressant au-dessus du paysage flamand, l e cygne devient un p o i n t c e n t r a l q u i resume toute l a lumiere de l a scene brumeuse; c'est un pouvoir male et v i e r g e qui domine et s u r v o l e l e paysage. Par ces deux apostrophes, N e l l i g a n nous i n v i t e a. nous a s s o c i e r intimement a l a v i e de ses c r e a t u r e s , q u ' e l l e s s o i e n t des oiseaux ou des e t r e s humains. "Every winged being i s symbolic of s p i r i t u a l i z a t i o n . The b i r d , a c c o r d i n g to Jung, i s a be n e f i c e n t animal r e p r e s e n t i n g s p i r i t s or angels, s u p e r n a t u r a l a i d , thoughts and f l i g h t s of fancy." ( C i r l o t , p. 26) Les pa r o l e s de C i r l o t e c l a i r e n t l a s i g n i f i c a t i o n de quelques oiseaux n e l l i g a n i e n s q u i se s i t u e n t dans un contexte metaphorique. Ceux de "Chateaux en Espag>ne" sont un moyen par l e q u e l l e poete gagne une contree i d e a l e . La scene q u ' i l cree e st peuplee d'oiseaux dont l a p l u p a r t sont employes dans une comparaison; Comme un r o y a l oiseau, vaiUtour, a i g l e ou condor, Je reve de pla n e r au d i v i n t e r r i t o i r e . . . . Ce sont tous des oiseaux de p r o i e que N e l l i g a n resume dans l e vers "Je ne s u i s hospodor, n i grand oiseau de p r o i e . . . ." La comparaison devient metaphore. Le poete reve a s'envoler comme ces oiseaux, a donner l i b r e cours a ses "reves a l t i e r s , " et a a s s a i l l i r c e t t e v i l l e protegee avec tant de s o i n , "La v i l l e de 1'Amour imprenable des V i e r g e s ! " Mais au neuvieme vers l a r e a l i t e a f r a y e un chemin dans sa conscience, et i l emploie l a seule metaphore du poeme avec une f o r c e b r u t a l e maintenant q u ' i l se rend compte que ses reves sont chimeriques et i r r e a l i s a b l e s . En f i n de compte ces vaines imaginations montrent un d e s i r a peine v o i l e de c o n n a i t r e l'amour physique, et l e s oiseaux de p r o i e representent l a domination voulue par l e male. Les "oiseaux du genie" dans "Je sens v o l e r " f o n t une a f f a i r e semblable, en symbolisant l e d e s i r et l;e pouvoir de s' e l e v e r au-dessus du commun. "Les mot i f s de 1 'oiseau et du v o l ouvrent l a poesie de N e l l i g a n sur l e s m e r v e i l l e s de l ' i n f i n i . " (Wyczynski, E. N e l l i g a n . p. 52) Tout en r e v e l a n t l e s s e c r e t s e s t h e t i q u e s , ces oiseaux ont l e u r cote s i n i s t r e . I l s ne forment pas une u n i t e , mais prennent l a f u i t e dans tous l e s sens pour echapper au piege r e s t r i c t i f . S ' i l s "posent l e s problemes du don poetique et du drame de l a c r e a t i o n , " comme l e s i g n a l e Wyczynski ( I b i d . . p. 52), ce sont des problemes que N e l l i g a n n ' a r r i v e pas tout a. f a i t a. resojudre. G i r l o t a c e c i a. d i r e sur l a s i g n i f i c a t i o n funeste des oiseaux: "as M e l has pointed out, b i r d s and p a r t i c u l a r l y f l o c k s of b i r d s . . . may take on e v i l i m p l i c a t i o n s ; f o r example, swarms of i n s e c t s symbolize f o r c e s i n process of d i s s o l u t i o n , f o r c e s which are teeming, r e s t l e s s , indeterminate, s h a t t e r e d . " (p. 26) Les oiseaux de N e l l i g a n , dont l e s couleurs d i v e r s e s r e n f o r c e n t l ' i d e e de l e u r d i s p e r s i o n , s'enfuient dans " l ' a z u r c e r e b r a l " ou chaque membre de c e t t e bande eparse se perdra, au l i e u d ' e t r e p r i s au piege et exprime harmonieusement en poesie; "a l ' o i s e a u - v o l , a. 1'oiseau-genie, a 1 ' o i s e a u - f u i t e s ' a s s o c i e l e 'coeur b r i s e 1 . " (Wyczynski, E. N e l l i g a n , p. 52) Dans "Les Angeliques" l e s tintements des c l o c h e s , appelees "oiseaux de bronze," se f o n t entendre l e s o i r pour appeler l e s croyants a. l a c h a p e l l e . Le r e s u l t a t de l e u r envoi, a. l a d i f f e r e n c e de c e l u i de "Je sens v o l e r , " est 1'union et non pas l a - d i s p e r s i o n . . . C,es oiseaux s'elevent v e r s Dieu pour l i e r l e d i v i n au t e r r e s t r e . Tous de bronze, i l s sont u n i f i e s et ne s ' e p a r p i l l e r o n t pas. On trouve une metaphore semblable dans "A Georges Rodenbach" ou l e s corbeaux forment 1'image; ces oiseaux chez N e l l i g a n sont r i c h e s de s i g n i f i c a t i o n . Mentionne c i n q f o i s dans sa poesie, l e corbeau est quatre f o i s menacant et e f f r a y a n t . Dans "Tenebres" et dans "Les Corbeaux" i l s i g n a l e clairement l e s debuts de l a f o l i e . "A Georges Rodenbach" r e f l e t e l e sombre e t a t mental de son auteur par l a metaphore. La peur de l a mort et l a h a n t i s e de f r a n c h i r " l e s e u i l des v i n g t ans" sont des sentiments q u i ont beaucoup i n q u i e t e l e poete. I I nous l a i s s e c l airement a p e r c e v o i r c e t t e c r a i n t e en u t i l i s a n t l e s corbeaux pour annoncer l a mort de Rodenbach, un de ses poetes f a v o r i s . A - t - i l p eut-etre a n t i c i p e son propre s o r t en r e f l e c h i s s a n t sur c e l u i d'un fr e r e - p o e t e ? A p a r t l e u r symbolisme morbide, ces "corbeaux d ' a i r a i n " se fo n t v i s u e l l e m e n t un p o i n t de couleur dans c e t t e atmosphere brumeuse de l a campagne beige dominee par l e n o i r , l e g r i s et l e b lanc. (Le mot " a i r a i n " a a u s s i un sens a u d i t i f mais i c i nous mettons l ' a c c e n t sur l e sens v i s u e l . ) Done, s ' i l s sont une i n d i c a t i o n de f o l i e , i l s communiquent dans ce poeme t o u t e f o i s un sentiment de s e r e n i t e evoque peut-etre par l e u r a s s o c i a t i o n r e l i g i e u s e . I l s l i e n t l e d i v i n au t e r r e s t r e mais malheureusement i l s ne s ' a l l i e n t pas aux j o l i s oiseaux des jours plus l e g e r s ; ces corbeaux f o n t p l u t o t entendre l e b r u i t sourd de l a f o l i e . Les corbeaux apparaissent de nouveau comme metaphore dans "La V i e r g e n o i r e " et "Tenebres." Dans l e premier poeme, l a v i e devient une monstrueuse femme qui ressemble a " l a c h a i r des corbeaux." Decu de l a v i e t e l l e q u ' i l l ' a connue, l e poete exprime son ecoeurement en rendant ce symbole a u s s i a f f r e u x que p o s s i b l e . Cette v i e j a d i s f r a i c h e et pure comme une v i e r g e i l pretend 1 ' a v o i r trouvee h o s t i l e et l a i d e ; E l l e porte t o u j o u r s ses robes par lambeaux, E l l e est n o i r e et mechante; or qu'on l a mette aux geoles, Qu'on l a ba t t e a jamais a grands fouets de t 6 l e s . Gare d ' e l l e , mortels, c'est l a c h a i r des corbeauxl Peu s e n s i b l e a son coeur de poete, e l l e a u s s i a contribue a. l a perte de sa r a i s o n . Cette v i e metaphorique t i e n t l e poete dans une e t r e i n t e f a t a l e dans "Tenebres." I I est parvenu au p o i n t ou i l ne peut pas t r o u v e r de c o n s o l a t i o n meme dans son passe ou dans ses reves. La v i e exige que l e "Reel" s ' a f f i r m e . Wyczynski trouve dans ce poeme " l a t r a g e d i e de son esseulement . . . . Au creux de l a s o l i t u d e n e l l i g a n i e n n e v i t l ' i d e e de l a mort." ( I b i d . , p. 59) L 1 e v a s i o n de ce coeur v i c t i m e r e s i d e dans l a t e n t a t i o n des "corbeaux l a t e n t s " q u i , caches dans des l i e u x obscurs, j e t e n t l e u r s c r i s . V o i c i de nouveau un i n d i c e de 1 ' i n c a p a c i t y de N e l l i g a n d'accepter l a v i e r g e n o i r e . La se u l e r e a l i t e q u ' i l r e c o n n a i t dans ces poemes d'une ame perdue est c e l l e des corbeaux, metaphore de f o l i e et de f u i t e . "The i n t e r p r e t a t i o n of the b i r d as symbolic of the s o u l i s very commonly found i n f o l k l o r e a l l over the world." ( C i r l o t , p. 25)' En e f f e t l e s oiseaux n e l l i g a n i e n s s i g n i f i e n t souvent l'ame qui cherche son s a n c t u a i r e au-dela du monde t e r r e s t r e . Quelquefois i l s apparaissent dans un contexte a r t i s t i q u e comme dans "Pour Ignace Paderewski" ou ce musicien f a i t r e v i v r e l'ame de Chopin, l e "Cygne des p h t i s i q u e s . " Nous avons deja remarque l e cygne blanc q u i r e p r e s e n t a i t en metaphore l e grand poete Rodenbach. En i d e n t i f i a n t 1'oiseau a l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e , N e l l i g a n pense surement au chant t r a d i t i o n n e l du cygne mourant. Dans ce contexte q u i s i g n a l e 1'immortalite de l ' a r t et de 1 ' a r t i s t e , Helene Nais ajoute que " l e Cigfte nous enseigne a ne pas c r a i n d r e l a mort." Au s u j e t de cet oiseau, i l f a u t mentionner egalement ses s i g n i f i c a t i o n s freudiennes. C i r l o t d i r a : "Almost a l l meanings are concerned with the white swan, sacred to Venus, which i s why Bachelard. suggests that i n poetry and l i t e r a t u r e i t i s an image of naked women, of chaste n u d i t y and immaculate whiteness. But Bachelard f i n d s an even deeper s i g n i f i c a n c e : hermaphroditism, s i n c e i n i t s movement, and c e r t a i n l y i n i t s l o n g p h a l l i c neck i t i s masculine yet i n i t s rounded, s i l k y body i t i s feminine . . . the swan always p o i n t s to the complete, s a t i s f a c t i o n of a d e s i r e . " (p. 306) Dans "Reve fantasque" 1'accent est mis sur l a couleur des cygnes et sur l e u r c o l : Des cygnes blancs et n o i r s , aux magnifiques c o l s , F o l a t r e n t b e l et b i e n dans l ' e a u et sur l a mousse; On remarque que l e cygne du " C e r c u e i l " est n o i r , couleur pour N e l l i g a n du mystere, du mal, de l a n u i t . N e l l i g a n u t i l i s e l e s cygnes pour t r a d u i r e une atmosphere s p e c i a l e , mais i l r e s s e n t manifestement l e u r charme symbolique; c'est une f a s c i n a t i o n melangee de peur et d'admiration pour l a beaute male et femel l e a l a f o i s de c e t t e c r e a t u r e . I I f a u t s o u l i g n e r ce f a i t que l e cygne chez N e l l i g a n e st, apres l e corbeau, l ' o i s e a u c i t e l e plus souvent, et sa v a l e u r symbolique e s t . i n d i s p e n s a b l e a l a comprehension de sa poesie. " F o l l e h i r o n d e l l e " d i t N e l l i g a n en p a r l a n t de l a jeune femme qu i s ' e n f u i t en abandonnant son mari dans "Le S u i c i d e d'Angel V a l d o r . " Decue par l a v i e , e l l e prend essor vers un monde ou e l l e espere t r o u v e r 1 ' i d e a l que Valdor n'a pas su l u i donner. La s i g n i f i c a t i o n de c e t t e metaphore r e s i d e s u r t o u t dans son e p i t h e t e . Pour l e prendre au pied de l a l e t t r e , une f o l i e h i r o n d e l l e f e r a i t tout a l 1 e n v e r s . E l l e n'annoncerait pas l e printemps, ce q u i s e l o n C i r l o t e st l e propre de cet oiseau, et son v o l s e r a i t c a p r i c i e u x et insense. Ces a c t i o n s cadrent b i e n avec l a f u i t e d'une jeune f i l l e q u i , n'ayant pas de but p r e c i s , p o u r s u i t ses reves jusqu'a 1'horizon. Pour d e c r i r e l a t r i s t e s s e du mari Angel Valdor q u i re s s e n t l a f r o i d e u r c r o i s s a n t e de sa femme, N e l l i g a n emploie une comparaison; I I c o n f i a i t a l ' a s t r e un peu de tout son mai Plus n o i r que 1'envoi n o i r du corbeau v e s p e r a l . l e corbeau r e s t e toujours un symbole du mai; l a r e p e t i t i o n du mot " n o i r " r e n f o r c e c e t t e i n d i c a t i o n f u neste. L'envoi de 1'oiseau dans un c i e l nocturne indique un voyage e n t r e p r i s s e u l pour aborder l'inconnu; l a f i n du poeme nous r e v e l e l e voyage c h o i s i par Valdor, c e l u i de l a mort. Nous remarquons encore un ois e a u n o i r dans " l e C e r c u e i l . " l e poete se compare a "un grand cygne n o i r q u i s'eprend de mystere." l e rapport et l a proximite des mots " n o i r " et "mystere" nous t r a d u i t c e t t e a s s o c i a t i o n proposee par N e l l i g a n . Cette couleur exprime sa h a n t i s e de l a n u i t e f f r a y a n t e q u i 1*attend au-dela de sa vingtieme annee. Ces images d'oiseaux n o i r s se presentent avec une f o r c e p a r t i c u l i e r e pour s i g n a l e r un tourment d e c i s i f dans l a v i e i n t e r i e u r e du poete. Les faucons q u i f i g u r e n t dans " S o i r s d'octobre" sont compares au reve du poete; l e s deux elements de c e t t e comparaison, oiseaux de p r o i e et reve a i l e , sont egalement en mesure de s'envoler l o i n de " 1 ' a f f l u e n c e des sots aux atmospheres v i l e s . " S i l e corps est re t e n u par l a v i l l e , son reve au moins peut s'en echapper pour a t t e i n d r e a. l a v i e sauvage et pure des f i e r s oiseaux de p r o i e . La femme entre deux f o i s dans l e s comparaison avec l e s oiseaux. La lumiere a f f a i b l i s s a n t e du s o i r q ui compose 1*atmosphere de " J a r d i n s e n t i m e n t a l " rend l e s d o i g t s de l a bien-aimee comme "un n i d d'oiseaux b l a n c s , " comparaison q u i a g i t de concert avec un amour v i e r g e et s p i r i t u e l . Dans "Le Mai d'amour" l e poete reve a. une femme t r i s t e q u i l e f a i t penser a. un "oiseau d'automne au b o i s . " Cette femme, melancolique au m i l i e u de l a g a i t e d'une f e t e , transmet une ambiance attenuee, scene analogue a. c e l l e d'un oise a u aux tons a s s o u r d i s dans l a p l e i n e e c l o s i o n des couleurs automnales. En employant l e s images animales, que nous avons r e l e v e e s dans une s o i x a n t a i n e de poemes sur un t o t a l de 175, N e l l i g a n n'a pas s u i t de d e s s i n preconcu. Ces images e x i s t e n t pour r e n f o r c e r ses themes f a v o r i s t e l s que l'amour, l ' a r t ou l a mort. Meme quand l e mom de 1'animal forme l e t i t r e d'un poeme et q u ' i l en occupe 1'avant-scene, comme l e s oiseaux dans "Les P e t i t s Oiseaux" ou "Les Corbeaux" par exemple, i l n ' e x i s t e pas par sa propre v a l e u r i n t r i n s e q u e mais pour t r a d u i r e un elancement ver s l e d i v i n ou un enlisement dans l'abime de l a f o l i e . La meme image peut d e c r i r e a u s s i deux themes d i f f e r e n t s . S i l e boeuf marron du "Boeuf s p e c t r a l " symbolise l'egarement mental, c e l u i de "Presque berger" n'est qu'un f i g u r a n t t r a n q u i l l e dans une scene p a s t o r a l e . Ce sont surtout l e s betes et l e s oiseaux dont nous remarquons l a r e a p p a r i t i o n plus de deux f o i s (chat, chien, cheval, boeuf, corbeaux, cygne) qui montrent ce que l'on pourrait appeler une structure, mais i l faut dire qu'elle n'est probablement pas prevue. Ces images sont essentielles au repertoire de Nelligan et i l les emploie sans beaucoup de va r i a t i o n au moment propice. Est-ce que l e traitement des images d'animaux chez Nelligan est unique ou est-ce que c e l l e s - c i restent dans l e s voies frayees par ses devanciers? Dans l a poesie de Frechette ou de Cremazie, de t e l l e s images etaient employees d'une maniere t r a d i t i o n n e l l e ; par exemple, les oiseaux restent l a plupart du temps des symboles desuets de l'amour i d e a l ou de l a femme, quand i l s ne traduisent pas les beautes du paysage. La poesie de Nelligan est personnelle et unique en ce que l'auteur a essaye d'eviter une imagerie toute f a i t e . Son usage des quelques images que nous avons signalees en p a r t i c u l i e r provient d'une s e n s i b i l i t e unique chez l u i . S i ses themes sont universels, sa voix reste d i s t i n c t i v e . On trouve chez Nelligan un emploi vigoureux des corbeaux ou des zebres pour exprimer son trouble i n t e r i e u r , tandis que les boeufs et l e s chiens nous menent dans son monde i l l u s o i r e , c e l u i des reves et du passe. Ou peut bien affirmer que Nelligan est vraiment s o r t i des chemins traces par ses predecesseurs canadiens pour nous f a i r e p a r t i c i p e r a. son drame personnel et tragique. CHAPITRE I I "L'IMAGERIE VEGETALE" Dans notre etude des images animales chez N e l l i g a n , nous. avons constate que l e poete l e s u t i l i s e p a r f o i s pour exprimer un e t a t d'ame. E l l e s n ' e x i s t e n t pas comme simple ornement, mais pour t r a d u i r e un monde i n t e r i e u r et personnel. Nous notons un emploi p a r e i l avec des images v e g e t a l e s . Selon Wyczynski, " L ' o b j e c t i f de N e l l i g a n , l o r s q u ' i l contemple l e s espaces ouverts, n'est nullement l e simple d e s i r de s ' e x t a s i e r devant l a nature p r i n t a n i e r e ou automnale, mais d'en f a i r e , en un c l i n d ' o e i l , l e paysage de son inq u i e t u d e . Le poete semble precisement v o u l o i r a t t i r e r l e paysage v e r s l u i , l e posseder entierement. Le contour d e s c r i p t i f n'est a l o r s qu'un pre t e x t e , u t i l e sans doute, mais uniquement f o n c t i o n n e l par rapport a. l ' e t a t d ' a m e . A i n s i , comme l e s corbeaux sign a l e n t . une c r i s e de f o l i e , l e s arbres et l e s f l e u r s r e v e l e r o n t l e s profon- deurs du poete. Les h a b i t a n t s vegetaux du paysage n e l l i g a n i e n p r e c i s e n t sa pensee. Les roses , l e s l y s , l e s f l e u r s en gen e r a l expriment l e sentiment d' evanescence et de tris.tes.se dont sa poesie e st penetree: Pour ne pas v o i r c h o i r l e s roses d'automne, C l o i t r e ton coeur mort en mon coeur tue, ("Roses d'octobre") Les arbres sont souvent des temoins de l'amour mort, des reminiscences malheureuses et meme de l a mort: Depuis q u ' e l l e s'en e s t a l l e e , Menee aux marches de Chopin, Dormir pour jamais sous ce p i n Dans l a f r o i d e et funebre a l l e e . . . ("Le S o u l i e r de l a morte") Leurs mouvements peuvent t r a d u i r e l ' a n g o i s s e i n t e r i e u r e d'un etr e humain: L'E r a b l e sous l e vent se tord comme un bambou. Et je sens se b r i s e r mon coeur dans ma p o i t r i n e . ("Chapelle ruinee") Une t r o i s i e m e c a t e g o r i e v e g e t a l e sera c e l l e des plantes d i v e r s e s ; quoique beaucoup moins nombreuses que l e s f l e u r s et l e s a r b r e s , p l u s i e u r s de ces p l a n t e s , l e f o i n , l e s e p i s et l e houx, par exemple, t r a d u i s e n t nettement une atmosphere n e l l i g a n i e n n e . On remarque tout d'abord que l e s arbres sont mentionnes comme arbres et a u s s i d'apres l e u r espece, chene, cypres ou quoi que ce s o i t ; mais on remarque egalement q u ' i l s peuplent quelques' poemes en y f i g u r a n t par metonymie. I I y a t r e i z e poemes ou l e poete designe l e s d i f f e r e n t e s p a r t i e s d'arbres - l e tronc, l e s f e u i l l e s , l ' e c o r c e , l e s ramures et l e s branches, a l a d i f f e r e n c e des f l e u r s q u i ne sont designees que par l e terme de f l e u r ou b i e n par l e u r expece, et dont l e s p a r t i e s ne sont p o i n t mentionees. Les arbres etant en general beaucoup plus grands que l e s f l e u r s , l e s elements q u i forment 1'ensemble de l a plan t e prennent une importance p a r t i c u l i e r e . Quand on regarde une f l e u r on remarque d'habitude et surtout l a f l e u r elle-meme et rarement sa t i g e et ses f e u i l l e s . Les arbres p r e c i s e s sont au nombre de s e i z e especes d i f f e r e n t e s . Dans ce groupe on remarque quelques genres qui sont assez repandus au Quebec. N e l l i g a n semble a v o i r f a v o r i s e l e s chenes qui p a r a i s s e n t sept f o i s , et l e s s a u l e s , quatre f o i s . I I est s i g n i f i c a t i f que l ' a r b r e n a t i o n a l du Canada, l ' e r a b l e , n e . s o i t mentionne qu'une seule f o i s . C e c i peut i n d i q u e r l e peu d ' i n t e r e t que N e l l i g a n porte aux especes d'arbres. Son a t t e n t i o n se v i s e p l u t o t a. l a mise en scene n a t u r e l l e sans se s o u c i e r de t r o p de d e t a i l s . Nous avons deja d e c l a r e que 1'important dans sa poesie est sur t o u t l'element humain et personnel. La nature v e g e t a l e et animale l ' e n t o u r e pour f a i r e r e s s o r t i r un e t a t d'ame. P a r f o i s n o t r e poete u t i l i s e des arbres exotiques, etrangers au Quebec, pour rehausser une atmosphere ou pour d e c r i r e un personnage. Par exemple, l e s palmiers, q u i n ' e x i s t e n t pas au Quebec, sont c i t e s deux f o i s sous l e nom de "palme." Dans "Reves e n c l o s , " l'arbre.,. employe dans une comparaison, r e l e v e l e s deux elements opposes - 1'atmosphere t i e d e de l a chambre et l e coeur glace du poete: Ah! p u i s s e s - t u v e r s l ' e s p o i r calme F a i r e s u r g i r comme une palme Mon coeur c r i s t a l l i s e de g i v r e ! Le palmier, embleme de l a f e c o n d i t e et de l a v i c t o i r e s e l o n 2 C i r l o t , rendra l a v i e a ce coeur immobile et g l a c i a l . Que ce s o i t comme "arb r e s " tout simplement, ou designes exactement ou ind i q u e s par metonymie, l e s arbres f i g u r e n t dans quarante et un poemes. Les f l e u r s , mentionnees presque a u s s i souvent, se trouvent dans t r e n t e - s e p t poemes. Nous remarquons d i x especes de f l e u r s q u i sont enumerees dans notre index. Comme nous 1'avons de j a note dans l e s autres images de N e l l i g a n , l ' i n t e r e t ne r e s i d e pas tellement dans l e genre.de f l e u r , mais p l u t o t dans ce que symbolise c e t t e f l e u r . Malgre • ce f a i t , i l est quand meme i n t e r e s s a n t d 1 o b s e r v e r comment N e l l i g a n s'est l a i s s e i n f l u e n c e r par ses predecesseurs canadiens, qui ont u t i l i s e a t o r t quelques f l e u r s , notamment l e s pervenches et l e s primeveres, pour l e s besoins de l a rime. N e l l i g a n a f a i t de meme, comme nous l e voyons dans " C h r i s t en c r o i x , " "La B e l l e Morte" et "Le Robin des b o i s . " C'est F r e r e Marie- V i c t o r i n dans son a r t i c l e , "Les Sciences n a t u r e l l e s au Canada," qui s i g n a l e c e t t e g a f f e . "Ouvrez n'importe quel r e c u e i l de vers canadiens et vous etes sur de re n c o n t r e r , generalement au bout des l i g n e s , l e s i n e v i t a b l e s 'primeveres' et l e s non moins f a t a l e s 'pervenches.' Ces deux mots sont harmonieux, commodes et complaisants pour l a rime. Malheureusement . . . nous avons a f f a i r e a. des pla n t e s etrangeres a. n o t r e f l o r e . I I y a des primeveres dans l a v a l l e e du Saint-Laurent, mais ce sont des pla n t e s i n s i g n i f i a n t e s , t r e s r a r e s , confinees aux f a l a i s e s du g o l f e et aux plateaux labradoriens.. I I f a u t que •5 nos poetes en f a s s e n t l e s a c r i f i c e ! Nous reconnaissons done que s i l e s p l a n t e s exotiques sont acceptables dans un contexte donne, e l l e s ne l e sont pas tou j o u r s , s u r t o u t quand l e poete l e s f a i t prendre r a c i n e dans l e s o l canadien. S i l e s arbres ne f o u r n i s s e n t presque jamais l e theme c e n t r a l mais jouent p l u t o t l e u r r S l e au second plan, quels r a p p o r t s o n t - i l s a l o r s avec l e s themes poetiques? P a r f o i s l e s arbres ne sont plus que des h a b i t a n t s s t a t i q u e s d'une scene de nature quelconque, comme dans "Rythmes du s o i r , " ou. ce sont l e s f l e u r s q ui emportent et ou l e s arbres ne se font guere a p e r c e v o i r . Plus souvent, l e s arbres aident a. t r a d u i r e une scene par l e u r s a d j e c t i f s , qui d e c r i v e n t egalement 1'atmosphere et l ' e t a t d'ame des personnages p a r t i c i p a n t au drame poetique: . • ' Sous l e s arbres cambrant l e u r s massifs t o r s e s n o i r s Nous avons l e s Regrets pour mysterieux h 6 t e s . ("La P u i t e de 1'enfance") Ceux du "Paysage fauve," se decoupant en s i l h o u e t t e sur. 1'horizon, t r a d u i s e n t l e tourment q u i couve au fond du coeur du poete: Les arbres comme autant de v i e i l l a r d s r a c h i t i q u e s , Planques ve r s 1'horizon sur l e s escarpements, A i n s i que des damnes sous l e fouet des tourments, Tordent de d e s e s p o i r l e u r s t o r s e s f a n t a s t i q u e s . On a p e r c o i t un j e u de l i g n e s s i g n i f i c a t i f dans c e t t e strophe. Les arbres "flanques v e r s l 1 h o r i z o n " forment une l i g n e h o r i z o n t a l e qui est a l a f o i s tordue en tire-bouchon. Cet e f f e t de s p i r a l e x t e r i o r i s e l ' a n g o i s s e qui t o u r b i l l o n n e a .. l ' i n t e r i e u r de N e l l i g a n . La p e r s o n n i f i c a t i o n des a r b r e s , qui semblent c o n n a i t r e l e d e s e s p o i r et dont l e s c o n t o r s i o n s sont c e l l e s "des damnes," rapprochent encore l a t o r t u r e physique des arbres a l a t o r t u r e mentale de N e l l i g a n . Les arbres de ce poeme sont un des m e i l l e u r s exemples de l'image v e g e t a l e qui s e r t a manifester un e t a t d'ame. L'arbre dans "Confession nocturne" i n d i q u e dans sa quietude trompeuse une apprehension accablante et sans e s p o i r . C'est l u i q u i s e r a 1'instrument et l e temoin i m p a s s i b l e de l a mort, q u o i q u ' i l semble s i i n o f f e n s i f : Pour se pendre, i l f a i t bon sous cet arbre t r a n q u i l l e . .. , • • • • • • • • ' • • • • P r e t r e , p r i e z pour moi, c'est l a n u i t dans l a v i l l e I . . .?-„.,. l e s arbres paraissent dans maintes guises dans l a poesie de Nelligan, contribuant l a plupart du temps a 1 1 interpretation d'une idee principale. Quand le s noms des especes sont precises, i l s apportent un commentaire tres exact au .drame qui se joue. Les cypres, plantes souvent pres d'un cimetiere, traduisent 1'atmosphere de d e u i l : Et je voudrais rever longuement, l'ame entiere, Sous l e s cypres de mort, au coin -du cimetiere Ou g i t ma bel l e enfance au g l a c i a l tombeau. ("Tenebres") Les saules participent a. l a douleur de l a mort, comme dans "Le Tombeau de Chopin," ou a l s abritent l e mort-: Dors Chopin! Que l a verte i n f l e x i o n du saule Ombrage ton sommeil melancolique et beau . . . . Dans l e meme poeme, les l a u r i e r s rappellent l a conquete et l a g l o i r e du grand musicien. "0 pale consomptif, dans les l a u r i e r s de France!" Pour examiner de plus pres quelques images d'arbres, nous allons l e s r e p a r t i r selon l e s categories de metaphore, de comparaison et de personnification, ce qui pourra e c l a i r e r leurs rapports avec 1'action ou l a pensee centrale du poeme. Les f e u i l l e s sont mentionnees en tant que metaphore dans t r o i s poemes. Dans "La Chanson de l'ouvriere," c e l l e qui parle se v o i t " f e u i l l e l i v i d e au mauvais vent." La dame qui est "La Passante" est comparee a l a jeunesse du poete qui a son tour devient une " f e u i l l e seche a l a brise / Qui tourbillonne, tombe et se fane en l a nuit." Dans chaque image, les f e u i l l e s t i r e n t leur force de deux aspects. Etant des f e u i l l e s liberees de l'arbre, e l l e s n'ont pas d'ancre. Sujette au vent de continuer sa tache miserable, tout en se lais s a n t emporter par sa "destinee." Mais aussi e s t - e l l e " l i v i d e , " de l a couleur cadaverique qui revele l a v i e i l l e s s e de l'ouvriere et qui communique a ses paroles une qualite desesperee et f a t a l e . La " f e u i l l e seche" est egalement victime du vent; c e l u i - c i peut representer l a foule dedaigneuse qui ne comprend pas l e poete. Mais l ' a d j e c t i f est aussi important que l e nom; i l decrit un etat de s t e r i l i t e car l a f e u i l l e a ete privee de toute sa seve v i v i f i a n t e . S i l a metaphore est s i g n i f i c a t i v e , c'est que ses ad j e c t i f s l e sont autant. Nous retrouvons l e s f e u i l l e s de nouveau dans "Serenade t r i s t e . " Se dirigeant irresistiblement vers l a terre, l e s f e u i l l e s d'automne font entendre un rythme doux mais insis t a n t comme c e l u i d'un tambour v o i l e : Comme des larmes d'or qui de mon coeur s'egouttent, F e u i l l e s de mes bonheurs, vous tombez toutes, toutes. Teintes des couleurs de l a saison, e l l e s representent a l a f o i s l a beaute et l a f i n de l a beaute. Leur f u i t e souligne ce f a i t . "Vous pleurez de mes yeux, vous tombez de mes mains." E l l e s ne peuvent plus rester. Le temps de 1 ' i d e a l se termine, et les vents hivernaux qui bousculent l'ouvriere et l a passante s'impatientent pour rugir dans les "vingt ans deserts" du jeune poete. Dans "Le Cercueil," l e poete se sent exile par des hommes host i l e s ; i l est defendu d'explorer ses desirs q u ' i l ne comprend pas: " . . . sombre errant de l a foret mechante / Ou. chaque homme est un tronc marquant mon souci noir." Ce poeme, rempli de nuances nettement freudiennes, traduit l e s desirs naissants d'un adolescent, traduit aussi l e c o n f l i t qui s'eleve a. cause des sentiments inherents de c u l p a b i l i t e et de mal que sa famille l u i avait inculques. Employe comme metonymie pour indiquer l a croix, "l'arbre affreux du Golgotha" est 1'extension de l a terre, dernier abri et derniere torture du Christ. ("La Reponse du c r u c i f i x " ) S i l e s "cypres de mort" servent en general a. rehausser 1*atmosphere sombre des "Tenebres," l e s "feuillages de saules" traduisent en p a r t i c u l i e r l e s cheveux de "La Vierge noire." Les "cypres des tombeaux" qui viennent dans l e vers suivant agissent cette f o i s - c i comme une comparaison, et i l s font r e s s o r t i r encore une f o i s 1'atmosphere de mort qui entoure l a vierge noire. Les cypres font de nouveau une apparition dans "Roses d'octobre." I l s ne sont n i metaphore n i comparaison, mais plutot simples habitants de l a scene. Avec leur "aspect atone," i l s aident a. assombrir ce paysage toujours v i f avec son carmin joyeux et son bois roux. Avant de l a i s s e r de cote les cypres, i l vaut l a peine d*indiquer que Nelligan semble avoir interprets ces arbres d'apres leur s i g n i f i c a t i o n t r a d i t i o n n e l l e . Selon C i r l o t , l e cypres est un arbre "dedicated by the Greeks to their i n f e r n a l deity. The Romans confirmed this emblem i n their cult of Pluto, adding the name 'funeral' to i t , a significance which s t i l l belongs to i t today." (p. 72) Mais s i Nelligan a trouve dans les cypres un echo parfois de son propre malaise, l e Frere Marie-Victorin nous assure que " l e v r a i cypres n'existe pas dans notre pays." (p. 288) Et i l chicane William Chapman de 1'avoir plahte sur l e tombeau de son pere. Pourtant nous ne contesterons pas l a presence de ces arbres dans un paysage quebecois, lorsque, a v r a i dire, c'est 1'extension du monde int e r i e u r de Nelligan, qui n'a pas de bornes et ou poussent autant de cypres que d'erables. 1'imagination de Nelligan s'etend l o i n dans sa v i s i o n pour inclure et l i e r maintes images qui manquent, au premier abord, de vraisemblance. Par exemple, dans "Chapelle ruinee," l e poete remarque les effets d'un grand vent sur l e s erables. "L'Erable sous l e vent se tord comme un bambou." l e s courbures tortueuses de l'erable sont vivement decrites par 1'intermediaire d'un arbre etranger au sol canadien. Nelligan emploie souvent des comparaisons pour decrire les personnages de ses poemes. "Gretchen l a pale" est depeinte a i n s i : "La voila. se dressant, torse, comme un jeune arbre." Le vieux F r i t z dans "Pan moderne" est "plus dro i t qu'if." Dans chaque image c'est l a ligne v e r t i c a l e plutot que l'arbre lui-meme qui est importante. E l l e ouvre l e tableau et ennoblit les gens qui y jouent leur role, tandis que l e Frere Alfus qui se voute "comme l'arbre au parterre" se rapproche de l a terre. Abattu par l e doute, l e moine ne connaitra 1'elevation que par l e message di v i n , apporte du fond des cieux par 1'oiseau bleu. Dans "Reves enclos," que nous avons deja c i t e , on remarque encore une ligne v e r t i c a l e qui nous d i r i g e vers l a t r a n q u i l l i t e des cieux. Le desir constant de Nelligan d'echapper aux terreurs terrestres pour trouver a i l l e u r s un i d e a l ne peut pas etre plus apparent. II est toujours conscient de deux poles opposes vers lesquels i l est a t t i r e ; v o i l a ce qu'on peut determiner en observant son emploi du blanc et du noir, de sauvagerie et de paix ou des lignes droites ou bien tortueuses. Quand Nelligan personnifie les arbres, i l c h o i s i t l e cote melancolique. Les arbres du "Paysage fauve" sont tordus de leur agonie desesperee; dans "Reve fantasque," c'est "l'ypran qui s ' a t t r i s t e . " Parmi l e s ombres de l a "Nuit d'ete," "les coeurs des grands i f s ont l e s plaintes de morts." Ces images, quand e l l e s assument des t r a i t s humains, en adoptent des plus moroses. En ef f e t , nous trouvons tres rarement l e s images d'arbres qui sont rayonnantes de jo i e . Tout au plus, e l l e s participent a. une scene p a i s i b l e de souvenir ou de reverie pastorale: "Quels longs effeuillements d'angelus par les chenes!" ("Automne") Mais e l l e s ne chantent jamais l a vraie joie de vivre. Meme les fle u r s ne traduiront pas l a gaite, ce que nous verrons plus tard exprimee par quelques plantes diverses. En plus des arbres memes qui peuplent l e s scenes de nature, leur bois fournit l e s meubles de l a maison. C'est l e chene, bois f o r t et durable, que Nelligan mentionne l e plus souvent dans sa poesie domestique. Nous remarquons un banc, un buffet et un berceau, tous construits de chene. Montrant plus de luxe peut-etre est l'ebene dont est construit l e "Vieux Piano." Une jeune f i l l e , "Beatrice," possede des "yeux couleur d'ebene," et l e c e r c u e i l dans l e poeme du meme t i t r e a un "front de chene." II parait done que 1'usage des images vegetales n'est point r e s t r e i n t aux jardins et aux bois. Comme i l avait f a i t pour l e s images animales, Nelligan a peuple ses scenes interieures de plantes aussi. Arbres, f l e u r s , animaux et oiseaux, tous ont leur r6le dans l a maison qui est pour notre poete l e nid rechauffe par l'amour maternel et l ' a b r i contre toute menace. De ces images, c e l l e s qui sont les habitantes principales des chambres et des salons sont l e s f l e u r s , qui transferent au cadre leur propre etat de bien-etre. S i e l l e s sont seches ou fanees, une atmosphere semblable planera sur l e tableau entier. Dans cette mise en scene, d'habitude close et serree, les f l e u r s jouent un r6le qui f a i t contraste avec un personnage, souvent pour f a i r e r e s s o r t i r un etat d'ame qui se r e f l e t e dans les f l e u r s . "Les Camelias" nous i l l u s t r e ceite r e f l e x i o n par l a nature d'une emotion humaine: Ses regards sont v o i l e s d'une aurore de pleurs. Au bal e l l e a connu les premieres douleurs, Et sa jeunesse songe au vide affreux des choses, Devant l a seche mort des Camelias roses. Reflexion et aussi revelation, car l e s sentiments de t r i s t e s s e connus au bal accomplissent leur prophetie quand l a jeune f i l l e regarde l e s f l e u r s mortes. Toute beaute est ephemere, comme 1 ' i d e a l d ' a i l l e u r s , semble dire l e poete. "Les Balsamines" nous enseigne l a meme v e r i t e . Une f o i s belles et attirantes, e l l e s ont subi l a mort. II n'y a r i e n d'unique dans cette v i s i o n de Nelligan. Maints poetes avant l u i ont trouve dans l a nature un r e f l e t des malheurs et des bonheurs humains. On d i r a i t de meme au sujet des f l e u r s q u ' i l emploie dans une scene re l i g i e u s e . Les f l e u r s qui traduisent l a beaute, l a purete et l a renaissance trouvent leur place dans une eglise. Nelligan l e s associe a ses sujets r e l i g i e u x dans quatre poemes. Mais e l l e s peuplent l e s scenes diverses sans y porter vraiment r i e n de neuf. Leur role n'est autre que conventionnel: Devant les grands autels a. franges, Ou Sainte Marie et ses anges Riaient parmi les chrysanthemes. ("Chapelle dans les bois") Nelligan de c r i t l a scene, et 1'image ne va plus l o i n que sa s i g n i f i c a t i o n t r a d i t i o n n e l l e . En e f f e t , quand nous cherchons les images de fl e u r s qui forment un point d'interet plus s i g n i f i c a t i f que les f l e u r s mievres, nous avons de l a peine a. en trouver dont l a portee s o i t plus que s u p e r f i c i e l l e . Restant toujours sur un plan secondaire, l e s f l e u r s , quoiqu'elles forment l e t i t r e de plusieurs poemes, n'en sont pas l e sujet central. Par exemple, "Les Balsamines," poeme que nous venons d'examiner, ne t r a i t e pas la. vie ou l a physiog- nomic de l a f l e u r . Dans "Rythmes du s o i r , ".les cinq verbes ont pour sujet grammatical des f l e u r s differentes, mais.au fond e l l e s ne sont que l e vehicule par lequel se communique 1'atmosphere. Toutefois, c'est l ' a r t de l a nature dans ce poeme qui partage l a douleur du poete et qui l'ouvre a. une s e n s i b i l i t e aigue de son passe perdu.. Si. l e s fleurs ne. sont que l e moyen de traduire une atmosphere qui est l e tout du poeme, e l l e s n'en sont pas moins essentielles, car e l l e s habitent l a scene et sont les p i l i e r s de l a structure. Les fl e u r s nelliganiennes, tout comme ses arbres, renforcent l'agencement d'un poeme. Mais les fle u r s sont employees beaucoup plus que l e s autres images vegetales comme symboles traditionnels. Celles qui sont employees avec un sens metaphorique indiquent l a beaute ephemere. C i r l o t affirme, en parlant de l a f l e u r , "By i t s very nature i t i s symbolic of transitoriness, of Spring and of beauty." (p. 104) Cette interpretation tres large du symbole de l a f l e u r est c e l l e de Nelligan aussi. Pour traduire sa peur t e r r i b l e devant l'avenir et l e s evolutions universelles qui s'effectueront au fur et a mesure que l e temps passe, i l n'y a point d'image plus exacte. Mais l'emploi de l a f l e u r peut devenir bien banal s i l e poete se resigne a. suivre des usages habituels en abusant l'image. Nelligan a insere des images de fle u r s dans divers poemes pour traduire son sentiment intime, mais i l y a des endroits d'ou l e banal n'est pas absent. S i l a joie d'Angel Valdor au moment de son mariage se manifeste par "les roses d'hymen" qui "printaisaient ses yeux," image qui trouve son o r i g i n a l i t e plutot dans l e verbe "printaniser" que dans les roses, nous pourrions c i t e r dix exemples ou l e s fle u r s ne sont qu'un ajout mediocre a une mise en scene quelconque. Mais s i 1 ' u t i l i s a t i o n des fle u r s et surtout des l y s et des roses, est souvent abusive chez Nelligan, s ' i l force parfois leur valeur symbolique, c e l l e - c i traduit toutefois un monde unique. E l l e repond a son besoin i n t e r i e u r de s'exprimer meme en restant en deea des bornes de 1'ordinaire. Considerons l e "lys d'innocence" du "Jardin d'antan." Cette f l e u r immaculee represente 1'innocence que Nelligan semble toujours associer a son passe et a. une enfance dominee par des femmes; sa mere, ses soeurs et toutes les autres qui vivaient dans un monde cree par son imagination. Jeune, Nelligan ignorait l e s tumult es qu'amene 1'a.ge adolescent; i l ignorait egalement l ' e f f r o i de l'avenir qui attend juste au-dela. du present: Mais r i e n n'est plus amer que de penser aussi A tant de choses ruinees! Ah! de penser aussi, Lorsque nous revenons a i n s i Par des sentes de fl e u r s fanees, A nos jeunes annees. ("Jardin d'antan") La f l e u r f a i t partie du moyen par lequel l e poete est emporte vers son passe glorieux et p a r f a i t . La f l e u r toute seule devient l'haleine et done 1 ' e s p r i t du Christ dans "La Repanse du c r u c i f i x . " Cette f l e u r anonyme assume une variete de couleurs et de formes dans l'imagerie nelliganienne. Une jeune f i l l e , dont l a vie e t a i t evanescente comme "une f l e u r de neige," est pleuree par un v i e i l l a r d , ce meme F r i t z de "Pan moderne." La fl e u r douce peut etre "rose, l i s ou berle," mais associee a l a femme, son devoir est de pl a i r e . Dans "Placet" l e poete rend a sa bien-aimee sa propre f l e u r , "secrete comme un sceau." La f l e u r devient l e gage masculin d'intimite, donne en echange pour l a boucle feminine. M u l t i p l i e r s , les f l e u r s sont "fanees" ou "seches" pour traduire l a chose, l a personne ou l e temps qui passe et qui f u i t . Associees de l a r e l i g i o n , e l l e s sont des "fleurs d ' ivoire" qui mettent un point blanc dans une mise en scene d'Eden. E l l e s remplissent l a chapelle des "Communiantes" "d'une f l o r a i s o n de fleu r s immaculees." E l l e s se pretent a des scenes d'interieur pour creer une atmosphere de serre humide ou rode l a melancolie des gens qui se c l o i t r e n t contre l e s menaces au-dela de l a v i t r e . Les pots de fleu r s degagent un sentiment de securite; l e s fl e u r s choyees creent un "abri des frimas." Leur parfum offre l 1 i l l u s i o n du dehors naturel sans ses augures d'orage: Enfermons-nous melancoliques Dans l e f r i s s o n tiede des chambres, Ou les pots de fl e u r s des septembres Parfument comme des reliques. ("Reves enclos") Nous remarquons de nouveau les fleurs sans nom dans "Charles Baudelaire," ou e l l e s seront les temoins t a r d i f s de l a g l o i r e du poete francais. I c i Nelligan semble se rendre compte de l a qualite cyclique de ses f l e u r s . Autre part nous avons note qu'elles rappellent l a brievete de toute chose et l'approche de l a mort. Sur ce chemin qu'a ouvert l e vers de Baudelaire i l y aura des fleu r s qui "renaitront." Chaque evolution accomplie produira une renaissance, et les f l e u r s , emblemes supremes du beau, ne cesseront pas d'etre l e signe de l a nature permanente de l ' a r t . Wyczynski d i t a ce sujet: "tant de choses passent, tant de choses tombent en ruines. Ces signes d ' a i l l e u r s surgissent partout. L'espace en est plein. Le monde vegetal - arbres, f e u i l l e s , fleurs - chantent l a mort a. tout instant." (E. Nelligan, p. 99) La plupart du temps cette constatation est vraie. Nelligan est pessimiste. II v o i t des corbeaux et des cypres a 1 ' h o r i z o n de l'avenir. Mais i l y a des moments dans sa poesie ou. l e monde vegetal chante aussi l a vie et l a renaissance. Associees a l ' a r t et a l a r e l i g i o n , e l l e s sont des images optimistes qui conduisent a l a resurrection. "Reve d' a r t i s t e " nous decr i t "tout un jardin de l y s " qui va temoigner de son amour immacule "d'une soeur bonne et tendre." S i Nelligan va f a i r e f l e u r i r ce jardin "de l y s et de s o l e i l s / Dans l'azur d'un poeme of f e r t a. sa memoire" c'est q u ' i l veut a l a f o i s promettre l a permanence de son devouement; i l veut aussi que ses sentiments soient p u r i f i e s de tout aspect charnel. l e l y s est l a purete meme; les s o l e i l s purgeront l e sensuel pour bruler d'une ardeur chaste et intense. Quand Nelligan l i e ses images f l e u r i e s a. l'amour, c'est toujours d'un amour vierge et id e a l q u ' i l parle. II ne peut pas l e concevoir autrement. Les roses et les l y s qui appartiennent aux femmes aimees n'ont r i e n de charnel dans leur symbolisme. Nelligan i n s i s t e meme sur ce point. "Je sais la-bas une vierge rose . . . ." Les poemes de Nelligan sont remplis d'images vegetales variees qui soutiennent une atmosphere ou un theme d i s t i n c t . Mais l a parution de fleur s et d'arbres est c i r c o n s t a n t i e l l e l a plupart du temps; leur importance est secondaire. Voyons dans "Serenade t r i s t e " comment l'arbre et ses f e u i l l e s dominent l a scene et se mettent au premier rang pour traduire l e theme d'une maniere exacte. Examinons tout d'abord le s f e u i l l e s , qui semblent etre l'image dominante. Le poete s'adresse a. e l l e s ; dans sept strophes sur huit i l d i t "vous," et c'est curieux de remarquer 1 ' i n s i s t e n c e sur l e verbe qui suit ce mot. Les f e u i l l e s , meme quand e l l e s "pleurent," ne font d'autre action que de tomber. Nous sommes entoures d'une pluie de f e u i l l e s , mais des l e deuxieme vers nous nous rendons compte que ce sont plus que des f e u i l l e s toutes simples. E l l e s symbolisent l e bonheur perdu du poete. E l l e s choient dans un "jardin de reve." E l l e s sont "couleur des jours anciens" et des "robes d 1enfant." E l l e s sont "pales" et semblables aux "larmes d'or," et e l l e s tombent symboliquement dans "mes vingt ans deserts." Ces f e u i l l e s , simples parties d'un arbre, sont beaucoup davantage dans leur sens poetique. En creant une scene a plusieurs dimensions, c e l l e du temps est accentuee et mise en valeur par les f e u i l l e s qui s'attachent l e plus intimement que possible au passe du poete. Dans l e poeme, e l l e s sont devenues son passe; l e s deux entites ne sont pas separables. Le passe, abstraction creee par l e cerveau de l'homme, est concretise en revetant sous l a forme des f e u i l l e s , tandis que c e l l e s - c i ont perdu un peu de leur qualite concrete en etant obligees de s'associer a tout ce qui compose l e passe de Nelligan. "Feu i l l e s de mes bonheurs, vous tombez toutes, toutes." Apercu d'un o e i l pessimiste et nostalgique, l e passe nelliganien devient un veritable Eden ou tout est p a r f a i t . Les annees l u i ont r a v i cette purete enfantine, mais pas d'un seul coup brutal; c'est l e passage lent et irrevocable d'une annee apres 1 'autre qui enleve les bonheurs. Ces derniers ont perdu de leur fraicheur comme les f e u i l l e s automnales. P a r e i l l e s aux "larmes d'or," e l l e s possedent toujours un peu de leur jeune eclat. Mais l e poete se sent tellement eloigne de son passe que ces souvenirs de bonheur tombent "au jardin de reve." Nelligan ne peut pas revivre ce qui a passe en restant dans l e present; c e l u i - c i n'est nulle part sauf dans l e royaume du reve ou l e poete s'enfuit. Cette decision, prise des l e debut du poeme, montre un esprit qui a deja. f a i t son choix, qui a cree sa propre scene secrete et privee, qui decrit dans un poeme un eloignement hors de tout secours. Comme Rimbaud dans sa "Lettre du voyant," Nelligan veut a l l e r au bout du possible, c u l t i v e r ses propres monstres pour connaitre l ' i n o u l et 1'inad- missible. Mais son "bateau i v r e " n'a pas encore pris son essor aventurier et temeraire. Le vagabondage va l e mener "au jardin de reve" dont l e s portes et l e s bornes ne seront franchies que plus tard, quand "Le Vaisseau d'or" prendra l e large. Pour l e moment, l a scene est determinee par l e s limites du jardin enclos. C'est la. ou l e s f e u i l l e s tombent inlassable- ment; c'est l a ou se d i r i g e l e poete pour se perdre dans l'ecoulement de feuilles-souvenirs. Plus exactement, les f e u i l l e s tombent dans l e " s i l l o n des chemins," r i g o l e creusee par l e s roues du temps. II offre un tombeau aux annees mortes, mais i l offre egalement, dans ce jardin, un endroit couvert et secret d'ou va renaitre l a v i e . Le s o l e i l , annonce par l'aube, nourrira l e grain cache. II ne faut pas evidemment considerer l e s f e u i l l e s mortes au sens l i t t e r a l , ce qui rendrait impossible une interpretation symbolique. Mais i l existe des choses tangibles qui ont l e pouvoir de renouveler ce qui est presume mort, surtout dans une metaphore qui leur donne une actualite concrete. C'est une verite demontree par Proust qu'un simple objet ou une action possedent une vaste richesse d'evocation de toute une partie du temps que l'on a crue perdue parce que passee. D'ou ces f e u i l l e s dont l a couleur n'est pas brune ou rouge ou jaune, mais plutot "couleur des jours anciens." E l l e s embrouillent l e s e n s i b l e avec l ' o b s c u r pour t r a d u i r e l e plus fortenient que p o s s i b l e l a t e n t a t i o n qu'a r e s s e n t i e N e l l i g a n d ' e r r e r dans un j a r d i n . d e reve. S i l e s f e u i l l e s sont, dans un sens symbolique, l e passe n e l l i g a n i e n , quel r o l e a l o r s joue cet "intime arbre b l a n c , " sauf q u ' i l est l a source de tout l e drame? Son importance r e s i d e dans l e s a d j e c t i f s qui l e d e c r i v e n t , d'abord sa couleur blanche q u i s i g n i f i e l ' h i v e r , l a v i e i l l e s s e et l a chastete, puis sa q u a l i t e d ' i n t i m i t e q u i exprime l e cote personnel de l ' e m p l o i des images. Selon l e d i c t i o n n a i r e Larousse, l e mot "intime" veut d i r e , " i n t e r i e u r et profond. Qui f a i t 1'essence d'une chose . . . . Qui e x i s t e au plus profond de nous." Formant l e centre du j a r d i n et par extension l'ame meme du poete, l ' a r b r e se dresse chaste et nu sous l a chute des f e u i l l e s . Les arbres de N e l l i g a n assument souvent des c a r a c t e r i s t i q u e s q u i t r a d u i s e n t un e t a t d'ame. Par exemple, dans "La F u i t e de 1'enfance" (ou l e s arbres p a r t i c i p e n t de nouveau a une scene penetree de r e g r e t pour l e passe), l e s "massifs t o r s e s n o i r s " des a r b r e s dominent l e paysage et deviennent l e symbole e f f e c t i f des "mysterieux hotes," l e s "Regrets," dans un decor s u r r e e l . "Les beaux i f s langoureux" de "Reve fantasque" peuplent un paysage cree par l a r e v e r i e , f l o u et calme, dont 1'atmosphere langoureuse est accentuee par l e s l i g n e s obliques et souples des cheneaux, des i f s , de l ' y p r a n , de,s cygnes et des oiseaux. Le.peu d'angles brusques dans l a scene e v i t e l e heurt des a c t i o n s abruptes comme c e l l e s du "Paysage fauve" ou l e s arbres sont tordus et a n g u l a i r e s . La s e r e n i t e de "l'arbre t r a n q u i l l e " dans "Confession nocturne" e t a b l i t un a i r t r a i t r e de calme qui precede l'orage imminent du suicide. Done, "1'intime arbre blanc" joue aussi un role important de metteur en scene. Se dressant intacte et immuable dans l e tour b i l l o n de f e u i l l e s automnales, i l s'en degage une puissance constante qui s'oppose aux bonheurs f u g i t i f s . Ce qui ressort des l o r s dans notre etude c'est l a s i g n i f i c a t i o n des images vegetales comme symboles d'un monde imaginaire, ce monde unique chez Nelligan. II en est de meme pour les plantes que nous n'avons pas pu classer dans une des deux categories et que nous avons mises dans une troisieme, c e l l e des "plantes diverses." l e f o i n , l e s epis et les autres plantes sont d'une importance tout a f a i t secondaire dans l e s poemes: Puis, l a s , nous nous couchions, frissonnants jusqu'aux moelles, Et parfois, radieux, dans nos palais de foi n , Nous dejeunions d'aurore et nous soupions d'etoilea ("Reve de Watteau") Dans cet exemple l e f o i n sert a relever 1'atmosphere campagnarde s i chere a Nelligan, car, pour l u i , c'est l'endroit l e plus propice a. l ' e v e i l des souvenirs d'enfance. Son "Chateau r u r a l " est domine par cet a i r de campagne ou l'amant et sa bien-aimee se ret i r e r o n t , l o i n de l a v i l l e , "au bas du v a l " ou "tout done y sera bleu." Le bleu etant l a couleur du f r o i d , de l a purete et de 1'imaginaire, i l convient a exprimer.le paysage cree dans ce poeme. La mise en scene n'est autre qu'un paysage de reve ou peut vagabonder sa pensee i d e a l i s t e . Ce " p o u l a i l l e r d'Espagne" qui termine l e poeme a l a meme s i g n i f i c a t i o n que 1 1endroit chimerique des "Chateaux en Espagne;" i l n'existe que dans 1 1 imagination du poete. Les images vegetales et animales mettent souvent 1'accent sur ce cote i r r e e l et reve: Nous aurons t r i p l e carnaval: Maison, coq et cheval. E l l e a cheveux tres blonds, nous glanerons epis, S o l e i l , printemps, beaux jours, f o i n , l y s Et l'amour sans depits. Vbila. l e paysage id e a l de Nelligan, ou ses vingt ans retiendront un peu de sa jeunesse, ayant perdu leur caractere effrayant - " E l l e a vingt ans, je n'en a i pas moins;" - et ou l'amour de l a femme, parce que chaste, est donne et cheri. Des vignes d' "Automne" degagent 1'odeur de l a terre et de 1'agriculture: La poussiere deferle en avalanches grises Pleines du chaud relent des vignes et des brises. Les viperines ont un leger gout des endroits sauvages, peu connus de l'homme. E l l e s croissent en effet dans des terres incultes, et a i n s i e l l e s jouent harmonieusement leur role sur l e theatre nelliganien. Les herbes, les houx, les mousses, le s roseaux, toutes ces plantes variees qui apparaissent s i fugitivement dans sa poesie, ont comme fonction c e l l e de traduire un monde reve et non pas une scene actuelle et tangible. Et s i l'on ne remarque pas ces images a l a premiere lecture, on est toutefois affecte par 1'atmosphere qu'elles creent et soutiennent; c'est de l a que vient leur importance. CHAPITRE III L1IMAGERIE ANIMALE ET VEGETALE DANS DES CONTEXTES THEMATIQUES Dans le s deux premiers chapitres de cette etude, nous. . av.ons. examine.:les images animales et vegetales en l e s separant pour mieux t r a i t e r l e sujet.. Mais s i ces images, mises a. part et hors du contexte, deviennent plus f a c i l e s a. analyser, l'etude en reste toujours appauvrie et un peu a r t i f i c i e l l e . l e s images assument plus de valeur quand nous les considerons_ dans 1'ensemble poetique. Ce troisieme chapitre va presenter les deux sortes d'images en etablissant comme t e r r a i n commun, au l i e u du genre d'image, plutot quelques contextes thematiques. Ce sont l e s arts, specifiquement l a musique et l a l i t t e r a t u r e , l a maison, l a r e l i g i o n et l e monde des reves. Ce que nous entendons par cette derniere categorie i n c l u t l e s themes de l a campagne et de l'amour, et l e cauchemar. Paul Wyczynski a deja. t r a i t e d'une maniere etendue l e role de l a musique chez Nelligan, dans son a r t i c l e , "Nelligan et l a musique.""'" Notre intention dans l e s paragraphes suivants n'est pas de parcourir l a meme matiere, mais de situer brievement l e r o l e de l'imagerie animale et vegetale dans l e s poemes ou l a musique est l e sujet p r i n c i p a l . Grace a. sa mere, Nelligan e t a i t amateur de l a musique des son enfance. S i l e talent de Madame Nelligan pianiste. e t a i t mediocre, e l l e avait toutefois inculque a. son f i l s une appreciation de cet art. Le piano a forme aussi un l i e n pour l i e r 1 'Emile adolescent a son enfance, et a e t a b l i l e fondement de sa n o s t a l g i e du -passe. Pour N e l l i g a n , l e "vieux piano d'ebene" est d'abord une evocat i o n de son propre passe et un r e f l e t de son s o r t a r t i s t i q u e ; Je me souviens encor des nocturnes sans nombre Que me j o u a i t ma mere, et je songe, en ple u r a n t , A ces s o i r s d ' a u t r e f o i s - passes dans l a penombre, Quand L i s z t se d i s a i t t r i s t e et Beethoven mourant. 0 vie u x piano d'ebene, image de ma v i e , Comme t o i du bonheur ma pauvre ame est r a v i e , I I te manque une a r t i s t e , i l me fa u t 1'Ideal; ("Vieux Piano") C'est p l u t S t dans l e poeme "Pour Ignace Paderewski" que l e poete r e v e l e son gout de l a musique meme et a u s s i son admiration pour 1 * a r t i s t e . N e l l i g a n a a s s i s t e au concert qu'avait donne Paderewski a Montreal en 1896., et a admire surtout son i n t e r p r e t a t i o n d'un nocturne de Chopin- : M a i t r e , quand j' e n t e n d i s , de par tes d o i g t s magiques, V i b r e r ce grand Nocturne, a. des b r u i t s d'or p a r e i l ; Quand j ' e n t e n d i s , en un sonore et pur e v e i l , Monter sa v o i x , parfum des a s t r a l e s musiques; Je crus que, r e v i v a n t ses rythmes seraphiques Sous 1 ' e c l a t m e r v e i l l e u x de quelque b l e u s o l e i l , En t o i , r e s s u c i t e du funebre sommeil, P a s s a i t l e grand v o l blanc du Cygne des p h t i s i q u e s . Le compositeur p o l o n a i s occupait une p o s i t i o n de premiere importance dans l e re s p e c t de N e l l i g a n ; en l e comparant a un cygne, notre poete r e c o n n a i t en l u i l e symbole de l a p e r f e c t i o n ; Comme un l y s f u n e r a i r e , au vase de l a g l o i r e Tu te penches, jeune homme, et ne sachant plus b o i r e . . . Le c l a v e c i n sonna t a marche du tombeau! ("Le Tombeau de Chopin") Mort, Chopin est e n t e r r e , dans 1 1 i m a g i n a t i o n de N e l l i g a n , parmi l e s arbres q u i s i g n i f i e n t l a g l o i r e et l a douleur - l e s l a u r i e r s et l e saul e . Quand l e poete a p p e l l e l e musicien un " l y s f u n e r a i r e , " i l ne f a i t qu'evoquer l e l y s de Paques, f l e u r de l a r e s u r r e c t i o n . Mais l e t a l e n t du Canadien f r a n c a i s etant l i t t e r a i r e et non pas musical, l a l i t t e r a t u r e a naturellement e v e i l l e chez l u i p l u s d ' i n t e r e t p r o f e s s i o n n e l et a r t i s t i q u e . I I a temoigne de son estime pour l e s oeuvres de B a u d e l a i r e et de Rodenbach en dediant a l e u r s auteurs deux poemes, "Charles B a u d e l a i r e " et "A Georges Rodenbach." En p a r l a n t d'eux, N e l l i g a n emploie l e s images du cygne et des f l e u r s pour s i g n a l e r , comme nous 1'avons deja remarque, l a q u a l i t e p a r f a i t e et immortelle de l ' a r t . S i B a u d e l a i r e est mort, son oeuvre sera t o u t e f o i s une espece de pont dans l e temps q u i r e l i e r a son age a ceux q u i s u i v r o n t . Le chemin "Ou. r e n a i t r o n t l e s f l e u r s , p e r l e s de ton d e c l i n , " r e v e l e par sa f l o r a i s o n l e c y c l e de l a nature et sa permanence, et par extension c e l l e de l ' a r t . Nous retrouvons 1'image des f l e u r s dans un contexte r e l i g i e u x . I I convient de remarquer que N e l l i g a n n'innove pas i c i ; i l r e s t e t o u t - a - - f a i t dans l a t r a d i t i o n l i t t e r a i r e .. europeenne et l a t r a d i t i o n b i b l i q u e quand i l u t i l i s e l e s . f l e u r s pour suggerer 1'immortalite de l'ame. Mais i l f a u t d i r e que sa fagon de c oncevoir l a r e l i g i o n est unique dans b i e n des cas. Tant6t c'est l e mystere de l ' i n c o n n u et de l ' e n f e r qui l ' e f f r a i e ("Le C l o i t r e n o i r , " "Le C e r c u e i l " ) , t a n t o t l e calme et l a purete s e r e i n e des "Communiantes" qui bercent son ame. Mais pour chaque c h a p e l l e f l e u r i e dans l a poesie n e l l i g a n i e n n e , pour chaque " l y s d'innocence," on peut t r o u v e r une p l a n t e q u i t r a d u i t l e sentiment i n v e r s e d 1 a g i t a t i o n et de douleur:. Je r e f o u l e , parmi v i o r n e s , v i p e r i h e s , Reveur, l e s o l d'antan ou g i t e l e hibou; L ' E r a b l e sous l e vent se t o r d comme un bambou. Et je sens se b r i s e r mon coeur dans ma p o i t r i n e . Dans c e t t e strophe nous avons l e s c i n q images v e g e t a l e s et animales que l ' o n trouve dans l e poeme "Chapelle r u i n e e . " Quel apercu nous donnent-elles de l'etat.':; d'ame de l e u r auteur? La scene se passe dans un pare, nous l e savons d e j a . Mais l e s v i o r n e s et l e s v i p e r i n e s nous o f f r e n t plus de d e t a i l s Ceux - l a sont des a r b r i s s e a u x q u i poussent dans l e s b o i s . Ceux-ci 1 sont une p l a n t e des e n d r o i t s i n c u l t e s . Nous sommes a l a campagne dans c e t t e scene; c'est peut-&tre a Cacouna que pense N e l l i g a n . La presence du hibou e v e i l l e l'image de l a campagne ou b i e n d'une ferme. Ces t r o i s m a n i f e s t a t i o n s de l a nature, et i l y en a d'autres, creent un decor moitie" sauvage, l e tout aide par l e grand vent q u i a g i t e l ' e r a b l e . C'est i c i ou s ' i n s i n u e l a presence de l'homme, venu pour r e v o i r l a c h a p e l l e et r e v i v r e un peu de son passe. Ces c i n q images t r a v a i l l e n t de concert avec l e s deux noms, "delabrements" et "br u i n e s , " q u i l e s precedent dans l a premiere strophe. Le tableau, morne au debut, est pousse p l u s au n o i r avec chaque image que nous avons s i g n a l e e . L'assombrissement que developpent l e s images r e s t e toujours physique et c o n c r e t . C'est l e huitieme vers q u i annonce 1'entree en scene du poete. S ' i l a ete present des l e debut du poeme, c'est maintenant son e t a t d'ame qui domine. Le v i s a g e t r i s t e de l a nature est r e f l e t e dans l e coeur de l'homme. Ce mauvais temps dans l e monde n a t u r e l amene un f l o t de souvenirs dans l e monde i n t e r i e u r du poete. A l o r s on peut t r e s b i e n demander l e rap p o r t qu'ont ces images avec un theme plus ou moins r e l i g i e u x . I I f a u t repondre q u ' i l n'y a pas de rapport en tant que t e l . Ces images sont l a maree montante q u i tr o u v e r a son p o i n t culminant au huitieme v e r s , l a ou l'element humain r e l e v e et c o n t r d l e 1'atmosphere. Apres ce p o i n t l e s images ont s e r v i a. l e u r f i n . "Les P e t i t s Oiseaux" i l l u s t r e n t mieux une image animale qu i se fond etroitement avec l e theme r e l i g i e u x . C'est dans l a d e r n i e r e strophe que ce l i e n d e vient apparent. Sauf dans ce poeme, l ' e m p l o i des images v e g e t a l e s et animales dans un contexte r e l i g i e u x o f f r e peu d ' i n t e r e t . Dans l a pie c e fastidieu:se, "Prere A l f u s , " l e moine est entoure de l a nature q u i e st l e p o r t e - v o i x de Dieu. Mais l e traitement e s t n a i f et l e s u j e t ennuyeux et f o r c e . Par exemple, quand un ois e a u b l e u r e v e l e l a volonte d i v i n e , 1 ' e f f e t n'est pas a u s s i impressionnant que c e l u i provoque par l e s e t r e s uniques des " P e t i t s Oiseaux," crees d'une touche l e g e r e et charmante. P a r e i l l e m e n t , 1'oiseau de "La B e n e d i c t i n e " e st mievre et manque de v a l e u r comme image. Apres a v o i r considere ces oiseaux l i e s au theme r e l i g i e u x , nous pouvons proposer que N e l l i g a n a v a i t vu dans l e s cr e a t u r e s a i l e e s un f i l t e r r e s t r e q u i a v a i t un bout dans l e s mains sures de Dieu. Cela suggere l a p o s s i b i l i t e que tout e t r e , l'homme sur t o u t , peut t r o u v e r son repos en Dieu malgre l e s menaces de m i l l e corbeaux s u r g i s du g o u f f r e . Mais s i sdii r e l i g i o n off re a. Nelligan un abri f i n a l et toujours l o i n t a i n , l a securite de l a maison est beaucoup plus proche de son experience actuelle. C'est l a ou i l cherche un soulagement immediat pour son tourment. Le foyer f a m i l i a l avec l a mere et l e s soeurs au centre, est un endroit special dans l e drame nelliganien. Dans ses poemes, ce foyer peut devenir n'importe quelle chambre ou salon clos. C'est dans l a maison que Nelligan trouve refuge contre les critiques medisants, contre l e f r o i d de l ' h i v e r ou bien contre l e simple rythme quotidien de l a v i e . Mais en se r e t i r a n t de ce qui se passe de 1'autre cSte de l a fen&tre, notre poete ne trouve pas de consolation meme dans l e message des f l e u r s . C u e i l l i e s et mises dans un bocal, e l l e s ne semeront pas leur graine. S t e r i l e s , en t r a i n de mourir, e l l e s n ' i l l u s t r e n t pas une renaissance mais plutot un neant.: Sa main e f f e u i l l e , lente, un f r a i s bouquet de roses; Ses regards sont v o i l e s d'une aurore de pleurs. Au bal e l l e a connu les premieres douleurs, Et sa jeunesse songe au vide affreux des choses, Devant l a seche morte des Camelias roses. ("Les Camelias") Les f l e u r s qui languissent dans l a maison rappellent au poete l e passe, et n'anticipent aucun avenir; Enfermons-nous melancoliques Dans l e f r i s s o n tiede des chambres, Ou le s pots de fl e u r s des septembres Parfument comme des reliques. ("Reves enclos") Les chats l u i tiennent compagnie dans cette atmosphere etouffante. Ayant trouve refuge contre un temps rude, i l s o f f r e n t un contraste entre l e u r e q u i l i b r e physique, d'un c6te, et l e touriuent mental et emotif du poete. C'est l e chat qui j o u i t du feu et du bien-etre de l a chambre tandis que l'homme, createur de ce confort c o r p o r e l , est assiege par maintes inquietudes et n'en est pas berce. I I a eu beau essayer de se rendre i n d i f f e r e n t a. l a v i e e x t e r i e u r e . E l l e l ' a deja. a t t e i n t ; l e r e s u l t a t sera l a f o l i e ; J ' a i toujours adore, p l e i n de s i l e n c e , a. v i v r e En des appartements solennellement c l o s , Ou mon ame sonnant des cloches de sanglots, Et plongeant dans l ' h o r r e u r , se donne toute a. s u i v r e , T r i s t e comme un son mort, close comme un vieux l i v r e , Ces musiques v i b r a n t comme un e v e i l de f l o t s . ("Musiques funebres") l e s "deux gros chats" dans " F r i s s o n d'hiver" font inconsciemment appel a c e l u i qui p a r l e de se tourner vers eux, vers l e feu br u i s s a n t , vers l a femme Gretchen, vers l a chaleur du salon et l'amour feminin qui pourra apaiser son "ame inconsolee." Nous savons par sa poesie et par son h i s t o i r e que N e l l i g a n ne trouve pas de remede pour ses blessures i n t e r n e s . S ' i l cherche dans l a maison close un a b r i contre toute menace., e l l e o f f r e a u s s i l ' i n a t t e n d u . S i l e salon est i l l u m i n e par l e feu et que l e chat est rayonnant de s a t i s f a c t i o n physique, ce meme en d r o i t , l a n u i t , peut bien changer d ' a l l u r e , l e chat devient a l o r s une bete effrayante qui prend contact avec des pouvoirs o c c u l t e s . S i 1 ' i n t e r i e u r d'une s a l l e change, l a maison change a u s s i . Noire et r e f r o i d i e , e l l e est un l i e u etrange pendant l e s heures nocturnes, et l e s chats ("Ils") s'y promenent mysterieusement; Aux bees de gaz e t e i n t s , l a n u i t , en l a maison, l i s prolongent souvent des p l a i n t e s e t e r n e l l e s ; Et sans que nous p u i s s i o n s dans l e u r s glauques p r u n e l l e s En sonder l a s i n i s t r e et mystique r a i s o n . P a r f o i s , l e u r dos a u s s i secoue un l o n g f r i s s o n ; l e u r p o i l v i f se h e r i s s e a. des j e t s d ' e t i n c e l l e s Vers l e s minuits a f f r e u x d'horloges s o l e n n e l l e s Q u ' i l s ecoutent sonner de b i z a r r e facon. ("Les Chats") S i l a maison semble d'abord o f f r i r une p r o t e c t i o n contre "La Vie r g e n o i r e , " e l l e n'est finalement qu'un a b r i contre l a neige et l e f r o i d . Le poete est v i c t i m e de ses propres pensees et n i Gretchen n i l e s a l o n r e c h a u f f e ne l ' e n arracheront. Les f l e u r s mortes dans l e u r b o c a l , l e s chats berces pour l e moment par l e feu, ces images creent une scene e t o u f f a n t e dont i l n'y a pas d' i s s u e . Pour N e l l i g a n , p r i s o n n i e r a. jamais de ses propres i n t e r p r e t a t i o n s du monde qui l' e n t o u r e , l a maison est encore un s u j e t q u i mene a l a f o l i e . l e theme de l a campagne et done du reve chez N e l l i g a n , quand ce n'est pas un ex e r c i e e d ' i m i t a t i o n comme dans "Reve fantasque" par exemple, est souvent.une t e n t a t i v e de re t o u r n e r dans son passe et d ' e x o r c i s e r son monde. "Pan moderne" sur&out nous montre combien i d e a l e e st c e t t e v i e campagnarde. L a v i e u x F r i t z , entoure de l a nature, des animaux sauvages et des a r b r e s , semble ne pas a v o i r de commerce avec l e s autres e t r e s humains, mais v i t d'expedients. I I connait seulement l ' a i r pur des montagnes. N e l l i g a n a d e j a d e c r i t l a v i l l e malodorante dans " P e t i t HameauV:" Que vous etes heureux, hommes bons des campagnes, L o i n du faubourg q u i pue et des clameurs de bagnes. La campagne, par c o n t r a s t e , est l ' e n d r o i t f a v o r i de l'homme qui veut se debarrasser de ses anciens ennuis et de 1 ' a g i t a t i o n urbaine. Mais N e l l i g a n i d e a l i s e c e t t e v i e des campagnards. I I ne pense pas a l a tache ardue que chaque jour presente a. l'homme qui d o i t v i v r e de l a t e r r e . "Reve de Watteau" nous i l l u s t r e par son t i t r e meme l e p o i n t de vue n e l l i g a n i e n . Nous ne disons pas d ' a i l l e u r s que ce p o i n t de vue s o i t unique chez l u i . La campagne q u ' i l s'imagine est un reve ou l e s s o i r s sont plus agreables que dans l a r e a l i t e , et ou chaque angle est adouci. S i l e s boucs sont n o i r s , couleur de menace, dans l e v o c a b u l a i r e de N e l l i g a n , l e poeme est rempli d'autres couleurs - l ' o r et l e blanc symboliques, l e rouge des houx, l e jaune du f o i n , l e brun des b o i s et des brous. Ces t e i n t s n a t u r e l s sont extremement importants dans l e t a b l e a u n e l l i g a n i e n . I l s forment p a r t i e i n t e g r a n t e de l a scene. Dans cette. campagne poetique, l e s images des chevres, des boeufs, des chiens, du f o i n . ou b i e n du chene f a m i l i e r se fondent avec l ' a r r i e r e - p l a n et ne sont pas tellement en Evidence. L ' i n t e n t i o n du poete n'est pas d ' i l l u s t r e r des scenes v a r i e e s de l a campagne. Ce q u ' i l semble chercher dans 1'atmosphere i d e a l e de "Reve de Watteau" ou d' "Automne" est un r a l e n t i s s e m e n t du pas t r o p r a p i d e . I I cree l e calme d'une scene ou l e rythme ne va pas plus v i t e que l e pas d'un boeuf et ou l e brun du chevre et l e v e r t des arbres se melent harmonieuse'ment. . "Chateau r u r a l " montre l a v i e i d e a l e i l l u m i n e e maintenant par l a presence de l'amour. Tout proclame son enchantement avec l a v i e p a r f a i t e ; l a couleur doree du s o l e i l , des e p i s et du f o i n r emplissent l e tableau, et l e l y s accorde sa propre v a l e u r de purete a l'amour n e l l i g a n i e n . . . . S i l e s images animales et veg e t a l e s ne.sont pas t r e s evidentes dans l e contexte de chaque poeme, e l l e s en forment quand meme une p a r t i e i n d i s p e n s a b l e . E l l e s creent une base de couleur et de mouvement qu i est l e fondement de l a scene et sur l a q u e l l e s ' e r i g e n t d'autres images. Et s i p a r f o i s l e s images de roses ou d'oiseaux que nous trouvons dans l e s poemes sentimentaux deviennent banales et p l a t e s , par contre l e monde des cauchemars, connu intimement par N e l l i g a n , possede des images uniques, p u i s s a n t e s et energiques. Appele " l e poete de 1'inquietude" par Wyczynski, ce jeune homme r e v e l e ses tourments a u s s i b i e n par son emploi des animaux et des pla n t e s que par d'autres images. Dans des pieces t e l l e s que "Paysage fauve," "Je veux m'eluder," "Les Corbeaux" ou "Le Boeuf s p e c t r a l , " l e s betes sont parmi l e s images l e s plus e s s e n t i e l l e s ; e l l e s nous donnent un apercu du monde i n t S r i e u r de N e l l i g a n . C'est en e f f e t c et aspect f o u q u i a f i n i par posseder l e poete. Ce sont l e s vampires et l e s corbeaux funestes qui mangent ses e n t r a i l l e s , l e chat f a t a l q u i 1'accuse d'etre fou, l e boeuf s p e c t r a l qui se r e v o l t e contre l e s chaines domestiques et q u i menace l a calme v i e campagnarde. Les t r i s t e s f e u i l l a g e s des saules et des cypres encadrent l e v i s a g e de l a "Vierge n o i r e . " Ce ne sont plus l e s douces roses mortes q u ' i l c h o i s i t pour exprimer un sentiment amer, une deception i r r e m e d i a b l e . Au f u r et a mesure que l e monde r e e l a joue sur l e s s e n s i b i l i t e s du jeune poete, un monde i n t e r i e u r s'est cree chez l u i . C e l u i - c i se manifeste dans l e s poemes i n q u i e t s ou l e s images sont d'autant plus expressives q u ' i l s sont Sloignes du monde physique. "L'evanouissement qu'on y constate du monde phenomenal s'opere constamment au p r o f i t de 1'image s u b j e c t i v e . " Plus notre monde assume une n o i r c e u r exaggeree dans l a s e n s i b i l i t e de N e l l i g a n , plus ses corbeaux se f o n t sauvages, ses cypres funebres, ses chats s i n i s t r e s . CONCLUSION Dans notre etude des images animales et veg e t a l e s chez N e l l i g a n , nous nous sommes propose tout d'abord de s i t u e r notre poete dans un contexte h i s t o r i q u e . Ayant commence par ex p l o r e r 1'usage de ces memes images par c e r t a i n s a r t i s t e s , nous avons s i g n a l e l e f a i t qu'une bete ou qu'une p l a n t e quelconques peut cacher d e r r i e r e e l l e une r i c h e v a r i e t e d ' a l l u s i o n s . Par exemple depuis l e temps b i b l i q u e , l'homme a trouve chez d.'autres e t r e s une expression du monde humain. Les poetes canadiens- f r a n c a i s , eux a u s s i , f o n t p a r t i e de c e t t e t r a d i t i o n et ont souvent u t i l i s e , inconsciemment peu t - e t r e , l e s memes images. Dans l e u r poesie, n i 1'oiseau n i l a f l e u r f a n e e n i l a f e u i l l e n'a perdu son pouvoir d'evocation symbolique. En passant a 1'etude de l ' i m a g e r i e de N e l l i g a n , nous avons consacre notre premier c h a p i t r e a l ' i m a g e r i e animale, et l e deuxieme a l ' i m a g e r i e v e g e t a l e . Notre t r o i s i e m e c h a p i t r e r e u n i t ces deux d i v i s i o n s pour l e s t r a i t e r dans l e u r contexte thematique. En deux mots, nous avons essaye de montrer a quel p o i n t ce jeune poete est r e s t e dans une t r a d i t i o n l i t t e r a i r e e t a b l i e des l e temps du Nouveau Testament et meme avant, et comment i l s'est a l a f o i s plonge dans lui-meme pour e c a r t e r autant que p o s s i b l e l e s formules toutes f a i t e s que c e t t e t r a d i t i o n l u i o f f r a i t ; c ar s i N e l l i g a n a v a i t accepte l a v a l e u r symbolique des images, sa facon de l e s manipuler montre une touche propre a l u i . I s o l e e s , ces images n'ont pas toujours l a c a p a c i t e de r e v e l e r l e monde i n t e r i e u r du poete, mais considerees dans l e u r contexte et groupees s e l o n leur genre, e l l e s deviennent un indice revelateur. Beaucoup de ces images animales et vegetales sont employees par l e poete pour situer une mise-en-scene de nature - arbres, f l e u r s , herbe donnent des touches de couleur ou de l a forme et l e s oiseaux contribuent du mouvement et de l a musique. Ces images peuvent egalement situer une scene de maison. Mais i c i e l l e s prennent plus d 1 importance: par exemple, chats et fleur s a l ' i n t e r i e u r d'une chambre traduisent 1'incapacity de l a maison (endroit de pretendue securite et de protection) de fournir l e soulagement cherche par l e poete. De plus, quand Nelligan emploie ces memes images pour decrire une scene hall u c i n a t o i r e comme dans "Les Corbeaux" ou dans "Le Chat f a t a l , " e l l e s signalent l e debut de sa f o l i e , prenant par l a une importance capitale. S i l e s images animales et vegetales sont nombreuses dans l a poesie de Nelligan ( e l l e s paraissent dans 100 poemes sur une t o t a l i t e de 175), soulignons ce f a i t : e l l e s ne jouissent pas toutes de l a meme importance. Nous avons done mis 1'accent sur ces images qui contribuent, en p a r t i c u l i e r , a notre connaissance de l a f o l i e chez Nelligan, et cela sans donner tort a Wyczynski a ce sujet. En outre, nous nous sommes aventure dans un sujet de notre invention en elaborant par exemple l e s images des boeufs; e l l e s montrent l e s deux pSles de-la domesticite et de l a revolte, b i p o l a r i t e importante dans l a poesie nelliganienne. Nous avons essaye enfin de suivre Nelligan dans son s voyage poetique en nous lai s s a n t mener par cette imagerie speciale. Le chemin sort de son passe pour serpenter partout ou. l e poete voulait errer. On ne peut pas dire que son but e t a i t un echappement conscient a. l a f o l i e ; cependant nous avons remarque une recherche continuelle d'un abri que n i l a perfection a r t i s t i q u e du cygne, n i l a maison peuplee de chats moqueurs, n i l e paysage ha l l u c i n a t o i r e rempli de corbeaux ne peut fournir. Cette recherche n'etait pas destinee a sombrer dans l a f o l i e , mais Nelligan n'a r i e n f a i t pour s'en detourner. En s'adonnant aux reves nostalgiques et en nourrissant son gout du macabre, i l a l l a i t tout dr o i t a. l'ablme. Dans nos t r o i s chapitres, nous avons essaye de montrer.en quelle mesure 1'imagerie naturelle revele l e s divagations de ce voyage. Nous avons l a i s s e de cote 1'imagerie du decor qui f o u r n i r a i t en effe t matiere a quelque etude ayant pour but 1'influence du decor dans l a poesie de Nelligan; car s i ses-animaux et ses plantes ont f a i t decouvrir.tant. de son monde, nous verrions dans ses jardins surtout, dans ses bois, dans ses montagnes l a p o s s i b i l i t y de sonder plus prof.ondement l'eau trouble de son e s p r i t . Arrive a. l a f i n de notre dissertation, nous esperons avoir contribue a l a connaissance toujours croissante de l'oeuvre nelliganienne, oeuvre capitale dans l a marche progressive de l a poesie canadienne-francaise. NOTES 1. Gerard Tongas, H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne- f r a n c a i s e . 2 e e d i t i o n revue et augmentee ( P a r i s : Presses u n i v e r s i t a i r e s de Prance, 1964), p. 74. 2. Rejean Robidoux, "La S i g n i f i c a t i o n de N e l l i g a n , " La Poesie canadienne-francaise, A r c h i v e s d e s l e t t r e s canadiennes, IV (Montreal: F i d e s , 1969), 305. 3. Juan Eduardo C i r l o t , A D i c t i o n a r y of Symbols. t r a n s . Jack Sage (London: Routledge & Kegan Paul, 1962), pp. 337-38. 4. Maryvonne Meuraud, L'Image v e g e t a l e dans l a poesie d'Eluard ( P a r i s : L e t t r e s modernes, 1966), p. 71. 5. Jeanne d'Arc L o r t i e , "Les O r i g i n e s de l a poesie au Canada f r a n c a i s , " La Poesie canadienne -francaise . A r c h i v e s des l e t t r e s canadiennes, IV (Montreal: F i d e s , 1969), 20.. 6. David Hayne, "La Poesie romantique au Canada f r a n g a i s , " La Poesie canadienne -francaise , A r c h i v e s des l e t t r e s canadiennes^ IV (Montreal: F i d e s , 1969), 53-54. 7. J e s s i e Weston, From R i t u a l to Romance (Cambridge, England: Cambridge U n i v e r s i t y Press, 1929), p. 9. 8. Helene Nals, Les Animaux dans l a poesie f r a n c a i s e de l a Renaissance ( P a r i s : M. D i d i e r , 1961), p. 577. CHAPITRE I 1. Paul Wyczynski, Emile N e l l i g a n . Sources et o r i g i n a l i t e de son oeuvre (Ottawa: E d i t i o n de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa, 196077 PP. 222-23. 2. Guy Robert, La Poetique du songe; i n t r o d u c t i o n a 1'oeuvre d'Anne Hebert (Montreal: A.G.E.U.M.,, c 1962), pp. 9 4 - 5 . 3 . Paul Wyczynski, Emile N e l l i g a n (Montreal: F i d e s , 1967), pp. 59-60. 4. Paul Wyczynski, Poesie et symbole (Montreal: L i b r a i r i e Deom, 1965), p. 106. 5. Juan Eduardo C i r l o t , A D i c t i o n a r y of Symbols, t r a n s . Jack Sage (London: Routledge & Kegan Paul, 1962), p. 26. 6. Helene Na'is, Les Animaux dans l a poesie francaise de l a Renaissance (Paris: M. Didier, 1961), p. 332. CHAPITRE II 1. Paul Wyczynski, Emile Nelligan (Montreal: Fides, 1967), p. 47. 2. Juan Eduardo C i r l o t , A Dictionary of Symbols, trans. Jack Sage (London: Routledge & Kegan Paul, 1962), p. 237. 3. Frere Marie-Victorin, "Les Sciences naturelles au Canada," Revue canadienne, XX (juillet-decembre 1917),. 284. 4. Paul Wyczynski, Emile Nelligan. Sources et o r i g i n a l i t e de son oeuvre (Ottawa: Edition de l'Universite d'Ottawa, 1960TT P. 198. CHAPITRE III 1. Paul Wyczynski, "Nelligan et l a musique," Revue de l'Universite d'Ottawa. XXXIX (1969), 513-32. 2. Paul Wyczynski, Poesie et symbole (Montreal: L i b r a i r i e Deom, 1965), p. 86. BIBLIQGRAPHIE DES OEUVRES CITEES ET CONSULTEES Bessette, Gerard. "Les Images chez Nelligan," these dactylographiee de maitrise, presentee a l a Faculte des Lettres de l'Universite de Montreal (1946). . Une Litterature en e b u l l i t i o n . Montreal: Editions du jour, 1968. . "Nelligan et l e s remous de son subconscient," L'Ecole l i t t e r a i r e de Montreal, Archives des l e t t r e s canadiennes, II (Montreal: Eides, 1963), 131-49. Charbonneau, Jean. Les Blessures, ed. A. Lemerre. Paris: 1912. . L 1Ecole l i t t e r a i r e de Montreal. Montreal: A. Levesque, 1935. C i r l o t , Juan Eduardo. A Dictionary of Symbols, trans. Jack Sage. London: Routledge & Kegan Paul, 1962. Cremazie, Octave. Oeuvres completes. Montreal: Beauchemin, 1883. Emile Nelligan: poesie revee et poesie vecue. Colloque Nelligan, Universite McGill, 1966, communications presentees par: Jean Et h i e r - B l a i s . Ottawa: Le Cercle du l i v r e de Prance, 1969. Frechette, Louis Honore. Cent morceaux choisis, ed. Pauline Frechette. Montreal; 1924. Frere Marie-Victorin. "Les Sciences naturelles au Canada," Revue canadienne. XX ( j u i l l e t - decembre 1917), 272-92. Frye, Northrop. Anatomy of C r i t i c i s m : Four Essays. New York: Atheneum, 1968. G i l l , Charles. Le Cap Eternite. Montreal: Edition du devoir, 1919. Hayne, David M. "La Poesie romantique au Canada francais," La Poesie canadienne-francaise. Archives des l e t t r e s canadiennes"^ IV (Montreal: Fides, 1969), 51-73- Lor t i e , Jeanne d'Arc. "Les Origines de l a poesie au Canada francais," La Poesie canadienne-francaise, Archives des l e t t r e s canadiennes, IV (Montreal: Fides, 1969), 11-49. Lozeau, Albert. Poesies completes. Montreal: 1925. Meuraud, Maryvonne. L'Image vegetale dans l a poesie d 1Eluard. Paris: Lettres modernes, 1966. Nals, Helene. Les Animaux dans l a poesie frangaise. de l a Renaissance. Paris: M. Didier, 1961. Nelligan, Emile. Poesies completes 1896-1899. ed. Luc Lacourciere, 5e ed. Montreal: Fides, Oollection du Nenuphar, 1952. Robert, Guy. La Poetique du songe; introduction a 1'oeuvre d'Anne Hebert. Montreal: A.G.E.U.M., cl962. Robidoux, Rejean. "La S i g n i f i c a t i o n de Nelligan," La Poesie canadienne-frangaise, Archives des l e t t r e s canadiennes, IY (Montreal: Fides, 1969), 305-21. Sylvestre, Guy. Anthologie de l a poesie canadienne-frangaise. 5e ed. Montreal: Beauchemin, 1966. Tougas, Gerard. Histoire de l a l i t t e r a t u r e canadienne- frangaise. 2e ed. rev. et augm. Paris: Presses un i v e r s i t a i r e s de France, 1964. Vachon, G.-Andre. "L'Ere du silence et 1'a.ge de l a parole," Etudes frangaises, I l l , no. 3 (aout 1967). Weston, Jessie. From R i t u a l to Romance. Cambridge, England: Cambridge University Press, 1929. Wyczynski, Paul. Emile Nelligan. Montreal:. Fides, 1967. Emile Nelligan. Sources et o r i g i n a l i t e de son oeuvre. Ottawa: Edition de l'Universite d'Ottawa, I960. . "Nelligan et l a musique," Revue de . l'Universite d'Ottawa. XXXIX (1969), 513-32. . Poesie et symbole. Montreal: L i b r a i r i e Deom, 1965. I. INDEX ALPHABETIQUE DES IMAGES ANIMA1ES Les c h i f f r e s sans crochets r e n v o i e n t aux pages des Poesies completes (1952). Les c h i f f r e s entre crochets r e n v o i e n t aux pages de notre these. A. Mammiferes agneau (4, 5, 11) ane (14) b e l e t t e (23) bete 119, 129, 217, 272. (2, 4, 5, 9, 12, 14, 18, 19, 20, 22, 23, 24, 25, 27, 28, 30, 31, 73, 76, 78) boeuf 101, 106, 179, 243, 244-45. (13, 14, 15, 21, 24, 27, 29, 31, 32,-44, 45, 75, 76, 79) b r e b i s (4, 6) c a r i b o u (23) c a s t o r (23) c e r f , c h e v r e u i l 175, 203, 246. (20, 22, 23, 33, 34) chat, matou 58,. 97, 166, 171, 269, 270-72. (2.0* 21, 24, 27, 28, 29, 31, 45, 72, 7-3, 74, 76, 77, 79, 80) ch e v a l , Bucephale 66, 108, 121, 158, 204, 228, 243, 248. (6, 13, 15, 20, 21, 22, 24, 29, 30, 31, 32, 45, 66) chevre, boucs 103, 246, 247, 250. (20, 21, 33, 75) chien , doguet 103, 105, 106, 140, 229. (4, 5, 20, 21, 22, 24, 32, 33, 45, 75) e c u r e u i l (23) e l a n (23) elephant 244. (22, 23, 32) jockos 66. (22, 23) l i e v r e s 246. (22, 23) l i o n 168. (10, 1 3 , 22, 23) loup 158. (4, 5, 13, 14, 22, 30) l o u t r e (23) o r i g n a l (13) ours 246. (22, 23) unicorne (5) vampires 253. (22, 23, 76) v i s o n (23) zebres 120, 174. (22, 23, 33, 35, 45) Oiseaux a i g l e 76. (10, 14, 25, 38) autruche 159- (25) b e n g a l i 127. (25) canaris 66. (23, 25) c o l i b r i s 110. (25) colombe 110. (6, 11, 13, 25) condor 76. (25, 38) coq 248. (25, 30, 66) corbeau 120, 197, 233, 265, 276. (25, 26, 35, 36, 39, 40, 41, 42, 43, 45, 46, 60, 71, 76, 77, 80) cygne 86, 129, 203, 233. (14, 26, 37, 41, 42, 43, 45, 64, 68, 69,.80) faucon 98. (25, 43) hibou 145. (15, 25, 70) h i r o n d e l l e 110, 266. (13, 25, 42, 43) merle 67, 85. (13, 15, 25) oi s e a u 59, 62, 67, 68, 70, 76, 82, 102, 108, 110-11, 119, 122-24, 127, 155, 183, 191* 198, 203, 206, 217, 220, 225, 226, 230, 256. (5, 6, 10, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 25, 26, 27, 34, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 54, 56, 64, 71, 76, 78, 79) paon 157. (25) perroquet 122-24, 161. (25, 35, 36) pinson (13) r o b i n 68. (25, 35, 36) r o s s i g n o l 218. (13, 25) vautour 76. (25, 38) C. Animaux d i v e r s a b e i l l e (13) - bourdons 59. (26) g r i l l o n s 102. (15, 26) i n s e c t e s (13, 18, 26) p a p i l l o n (13) poisson (18, 26, 27) scarabees 108. (26, 27) scombres 259- (26, 27) taon (15) I I . INDEX ALPHABETIQUE DES IMAGES VEGETALES Les c h i f f r e s sans crochets r e n v o i e n t aux pages des Poesies completes (1952). Les c h i f f r e s entre crochets r e n v o i e n t aux pages de notre these. A. Arbres arbre 57, 87, 105, 119, 126,. 146, 158, 190, 196, 217, 257. (6, 12, 13, 15, 17, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 53, 54, 55, 56, 57, 60, 61, 64-5, 74, 75, 79) bambou 145. (47, 54, 70) bouleau (15) branches 55, 68, 127. (15, 47) chene 101, 109, 112, 129, 163, 214, 218. (13, 15, 47, 48, 55, 56, 75) cheneaux 203. (64) cypres 192, 197, 276. (12, 47, 51, 53, 54, 60, 76, 77) ebene 214, 215. (55, 68) ecorce 105, 232. (47) e p i n e t t e (15) er a b l e 145. (15, 47, 48, 54, 70) f e u i l l e 102, 104, 105, 121, 190, 195, 209, 243. (13, 15, 16, 47, 51, 52, 60, 61-4, 78) gen e v r i e r 82. het r e (15) i f 102, 203, 246. (54, 55, 64) l a u r i e r 236. (11, 13, 51, 68) orme 179. palme, pa lmier 81 , 225. (48) . p i n 164. (46) p latane 222. rameaux, ramures 102, 127, 232, 260. (15, 47) sap in (13, 15) saule 206, 236, 257, 276. (48, 51, 53, 68, 76) tremble (15) t ronc 128. (47, 53) v io rne 145. (70) ypran 203. (55, 64) eurs balsamines 156. (56) camel ias 60, 161. 162. ( 5 6 , 7 2 ) chrysanthemes 133. (57) d a h l i a 217. f l e u r 56, 67, 81 , 94, 139, 146, 156, 166, 213, 250, 258. (6, 10, 12, 13 , 16, 46, 47, 48, 49, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 69, 72, 74, 78, 79) l y s , l i s 53, 55, 65, 67, 75, 119, 127, 159, 183, 217, 236, 248, 251. (13, 46, 58, 59, 61, 66, 68, 69, 76) pervenches 68, 72. (49) primeveres 189. (49) rose 59, 60, 66, 67, 82, 88, 96, 119, 127, 155, 162, 192, 217, 242, 264. (11, 13, 16, 17, 58, 59, 61, 72, 76) t u l i p e 119, 217. C. P l a n t e s d i v e r s e s a l i s e s 252. b e r l e s 67. (59) brous 103. (75) buissons 127, 179. (13) e p i s 248. (47, 65, 66, 75) f o i n 103, 248. (47, 65, 66, 75, 76) fougeres (15) herbe 109, 256. (13,, 66, 79) houx 103, 113, 243, 247. (47, 66, 75) l i e r r e s 108. mousse 203, 259. (66) p l a n t s , p l a n t e s 127, 155, 203. (2, 3, 9, 10, 11, 12, 13, 16, 49, 55, 56, 65, 66, 70, 76, 78, 80) r i z 88. roseau 67, 183, 191. (66) vignes 101. (66) viperines 145 (66

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
Canada 45 0
China 7 14
United States 6 1
France 4 0
Germany 1 7
City Views Downloads
Unknown 17 7
Matane 13 0
Welland 7 0
Beijing 4 0
Rimouski 3 0
Mountain View 3 1
Mississauga 2 0
Montreal 2 0
Henryville 2 0
Rosemere 1 0
Chenove 1 0
Buffalo 1 0
Marieville 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items