Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L'imagerie animale et vegetale dans la poesie d'Emile Nelligan Joeck, Susan Augusta 1971-5-10

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata


UBC_1971_A8 J64.pdf [ 5.02MB ]
JSON: 1.0102033.json
JSON-LD: 1.0102033+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0102033.xml
RDF/JSON: 1.0102033+rdf.json
Turtle: 1.0102033+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0102033+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0102033 +original-record.json
Full Text

Full Text

L *IMAGERIE ANIMALE ET VEGETALE DANS LA POESIE D1EMILE NELLIGAN par SUSAN AUGUSTA JOECK B.A., University of California, Santa Barbara, 1968 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in the Department of FRENCH We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September, 1971 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the Head of my Department or by his representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of The University of British Columbia Vancouver 8, Canada ABSTRACT Over fifty per cent of Nelligan's poems, approximately 100 out of a total of 175 poems written, contain images of animals and plants. In examining this imagery, the first step was to study it historically, considering the use of parable in the New Testament, some medieval works of painting, and literature, and the fable as handled by Aesop and La" Fontaine. Secondly, the works of some of Nelligan's predeces sors are considered. A brief view of a number of examples from these forbears led us to believe that this particular imagery was used as stock poetic imagery, possessing little value in itself. Its purpose in the poetry of certain members of the "Ecole de Quebec" reinforced their romantic sentiments and patriotic loyalties to Canada and to France, as they reacted against such literary trends as the Symbolist and Parnassian schools, for example. Poets of.the "Ecole litteraire de Montreal" used this imagery to describe their land - its forests, mountains, and other wild places. Both schools used natural imagery in their lyric poetry. The first chapter, concerning Nelligan's animal imagery., covers images of mammals, passes on to birds, and thence to "diverse animals," a minor category comprising insects and fish. After evaluating the frequency with which these animals appear, we have discovered that Nelligan has used those most familiar to him. Among mammals these were dogs, cats, horses, oxen; among birds'they were simply "birds." In the majority of instances, animal images occur to help establish a particular atmosphere in a poem: goats and cattle accentuate a pastoral setting, deer a scene of wilderness, cats, at times, a domestic tranquillity. Birds appear in a variety of settings, indoor or outdoor, in close or distant association with man. In spite of their preponderance as images of secondary impor tance, certain ones form the chief subject of a poem: "Le Chat fatal," "Le Boeuf spectral," and "Les Corbeaux," are three examples. Here the animal image is of primary importance; in each of the poems noted, and in others, it is a clear indication of a neurotic mind. The second chapter, devoted to plant imagery, is patterned on the first. The images were divided into three categories: trees, flowers, and diverse plants. In this latter group.are hay, grass, shrubs, and the like. Plant images occur more frequently than animal images, and again, most of them are of secondary importance. However, Nelligan's plants sometimes yield a variety of insights into his inner, poetic world. Flowers outside the house can indicate an optimistic attitude, a belief in renaissance, while those inside, cut and placed in vases, point quite literally to a dead end. Cypresses and willows are mentioned in conjunction with death and loss, a traditional and even banal usage. Plants foreign to Canadian soil appear mostly in metaphors and similes, as when a maple tree, whipped by wind, is said to twist itself like a bamboo. There is little breach of verisimilitude in the use of exotic plants. The third chapter unites plant and animal images to examine them in their various thematic contexts. TheS-e were established as follows: art (music and literature), the domain of the house, religion, and the world of dreams. The swan, image of purity and perfection, and flowers, symbols of beauty and rebirth, translate in part Nelligan's view of art as the realm of the elite. If the house represented to him a possible shelter against menacing elements, biting critics as well as biting winter winds, it did not fulfil its promise; for between these walls, in spite of the fire's warmth, the woman's love, the cat's physical satisfaction, there is none theless a stifling feeling, anxiety and fear. Flowers wither and die in this atmosphere. Moreover, at night cats prowl and fill the house with fearful and mysterious cries. Birds are often connected with Nelligan's religious penchant; representing the spirit, they present a kind of union with God. Nelligan's world of dreams, often of nightmares, is peopled with crows feeding on the dead bodies of zebras, cats feeding on the poet's own soul, and is an occasional setting for the attempted fulfilment of the poet's own thinly veiled sexual desires. Although Nelligan did not consciously use animal and plant imagery to demonstrate his individuality (which, to be more accurate, he showed in his subject matter), this imagery does frequently exhibit a uniqueness which distinguishes him not only from his predecessors but also from his contemporaries. TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 I. L'IMAGERIE ANIMALE 18 II. L * IMAGERIE VEGETALE 46 III. L'IMAGERIE ANIMALE ET VEGETALE DANS DES CONTEXTES THEMATIQUES 67 CONCLUSION 78 NOTES 81 BIBLIOGRAPHIE DES OEUVRES CITEES ET CONSULTEES 83 INDEX 85 Notre - premier poete vraiment canadien, Emile Nelligan s1impose aux critiques par sa qualite poetique. Non content de clopiner dans les sillons traces par Frechette, Cremazie et Le May, pour qui la poesie trouvait son inspiration dans un romantisme desuet, Nelligan "modernise d'un seul coup la litterature canadienne qui, depuis ses origines, retardait toujours d'au moins une generation sur la sensibilite francaise et europeenne.Nous ne disons point qu'il n'a pas cherche d'inspiration dans le passe litteraire, mais il ne s'est pas rendu esclave de son cote romanesque. L'important pour lui fut de recreer en vers ses propres experiences. S'il a trouve chez Rodenbach ou chez Baudelaire des modeles par lesquels cristalliser sa sensibilite aigue et desillusionnee, cette reponse evoquee par les maitres s1 est manifestee dans des poesies bien originales. Si, jeune poete, il a fait des imitations, il a ecrit un plus grand nombre de poemes qui montrent le dedale intime de son ame. En s'ecartant de la tradition de Cremazie, et en chantant d'une voix personnelle et unique, Nelligan s'est distingue parmi ses confreres litteraires. Dans son essai, "La Signification de Nelligan," Rejean Robidoux parle de la position que tient Nelligan dans la litterature canadienne-francaise. Emile Nelligan est au Canada frangais le premier en date et l'un des plus grands parmi ceux qui ont vecu une veritable experience poetique. Chez ses contemporains, comme chez ses predecesseurs., le dynamisme de l'authentique poesie, timide, malhabile ou perdu dans l'accessoire et le conven tional, ne paryient pas a constituer esthetique-ment ce qui s'appelle, au sens le plus fort du terme: une OEUVRE. A son epoque ou avant lui, aucun poete n'a trouve, aucun n'a efficacement cherche 1'irremplagable accent qui produit, dans un ou cent poemes, un univers de connaissances et la consommation permanente d'un destin.2 Si Gerard Bessette a consacre sa these de maitrise aux "Images chez Nelligan," il n'a pourtant pas cherche a explorer le monde interieur du poete qui, d'ailleurs, apparait au fur et a mesure que l'on approfondit chaque image. C'est a. cette tache que nous nous appliquons, en limitant le sujet aux images animales et vegetales. Une etude de l'imagerie qui comprend toute manifestation de la nature fournirait assez de matiere a un exerciee beaucoup plus etendu que le n&tre. Voila pourquoi nous nous sommes restreint a la flore et a la faune. Tout d'abord, un apercu historique de ces images nous donnera une perspective par laquelle situer l'imagerie des poetes canadiens-francais-et finalement de Nelligan. Nous considererons au debut et tres brievement la parabole biblique, quelques oeuvres medievales de peinture et de litterature et la fable chez Esope et chez La.Fontaine. Nous nous mettrons ensuite a. examiner le role des animaux et des plantes dans la poesie canadienne-francaise du demi-siecle avant Nelligan. Dans le corps de cette dissertation nous nous occuperons evidemment de l'oeuvre de Nelligan. Notre premier chapitre traitera des images animales et le deuxieme des images vegetales. Notre procede dans chaque chapitre sera de faire d'abord 1'enumeration des images particulieres, dont nous commenterons la frequence dans les poemes. Nous considererons ensuite si la bete ou la plante est indigene au Quebec; la reponse a cette question nous fera comprendre combien Nelligan a mis 1'accent sur 1'exactitude dans le domaine de la nature. Est-ce qu'il a examine le pays autour de lui, ou a-t-il pris ses images chez d'autres poetes? Considerons que sur une totalite de 175 poemes, nous en remarquons soixante-sept ou il y a des animaux ou des plantes. Est-ce que ce simple fait indique un interet particulier de la part du poete pour la nature elle-meme? Nous repondrons a ces questions et a. d'autres dans le cours de chaque chapitre. Ceci nous menera finalement a examiner la fonction des images, leur r6le comme metaphores ou comparaisons, comment 1'image renforce un autre sujet et si elle a un rapport avec le theme principal du poeme ou elle est situee. Le but du troisieme chapitre sera de reunir ces images separees et d'etudier leur contexte thematique, a. savoir les arts (musique et litterature), la maison, la religion et le monde des reves. En suivant cette methode nous esperons approfondir le monde interieur du poete et elargir notre connaissance de son oeuvre. Chacune de ses images signale une direction a. prendre; c'est a. nous de la suivre aussi loin qu'elle puisse mener. s « x Remontant aux litteratures anciennes, on remarque dans les premiers textes la presence d'animaux et de plantes utilises comme images. Leur valeur vient de ce qu'ils peuvent illustrer sans detours un sujet assez complique. Le Nouveau Testament est plein d'exemples; citons a titre d'exemple la parabole de la brebis perdue. Bile exprime la relation spirituelle entre l'homme et son Dieu. Cet. animal domestique et son berger, si familiers aux gens qui ecoutaient les paroles du Christ, etaient des symboles vivants et concrets d'un rapport d'intimite. Dans la timidite de la brebis, sa docilite et sa capacite de s'egarer et de se perdre on a reconnu des traits humains. Le berger qui vient montrer la bonne voie qui mene a l'abri represente un pouvoir surhumain. Celui-ci connait les refuges contre le mal qu'un simple homme ne connait point, n'etant pas en possession de cette intelligence superieure. Dans la fable, on remarque encore une forme qui emploie 1'animal comme illustration des tendances humaines. Nos meilleurs exemples sont fournis par Bsope et par La Fontaine. Chez, chacun de ces fabulistes, 1'animal est anthropomorphe. Ce sont des caricatures d'etres humains. Pour illustrer 1'avarice de l'homme et pour lui dormer aussi un avertissement, Esope a ecrit la fable du chien qui tient l'os dans la bouche pendant qu'il essaie de traverser un pont. Voyant son reflet dans la riviere, il voit egalement l'os, et en essayant d'attrapper celui-ci, il laisse tomber celui qu'il a deja. Finalement il n'a rien. Dans son recit celebre du loup et de l'agneau, La Fontaine demontre une verite qui se manifeste surtout dans la vie politique et sociale: "La raison du plus fort est toujours la meilleure." Mais l'auteur aurait tres bien pu employer une autre bete sauvage ou domestique au lieu du loup et de I'agneau. Nous soulignons ceci pour prouver 1'importance des animaux mais seulement en tant qu'ils peuvent manifester quelque vertu ou faiblesse humaines. En tant qu'animaux, ils n'ont pas de valeur. Dans la peinture medievale surtout, on trouve des betes qui possedent une autorite symbolique qui etait reconnue et acceptee comme constante par les gens lettres. L'unicorne apparait souvent sur les tapisseries avec une jeune dame, le fait que la demoiselle le touche prouve sa virginite car la legende disait que cet animal fu^ait toute personne sauf celle qui etait pure. On peut bien elargir la signification symbolique de l'unicorne; en effet, on doit se souvenir qu'il est rare qu'une image animale ne soit rien d'autre que la bete elle-meme. Dans son etude sur L1Image vegetale dans la poesie d'Eluard, Maryvonne Meuraud dit que "L'image symbolique est . . . mouve ment naissant, indication du mouvement a suivre . . . . Marcher dans ce chemin ouvert par l'image symbolique des animaux c'est s'initier a un monde poetique tres vaste. Un oiseau ou un chien depeints dans un tableau medieval ne sont pas un simple embellissement. Leur signification se prolonge dans le royaume de l'abstrait, l'un representant l'esprit et 1'autre la fidelite. Le chien dans le portrait "Le Mariage de Giovanni Arnolfini et Giovanna Cenami" de Jan Van Eyck, renforce l'esperance que ces gens vont etre fideles l'un a 1'autre. Dans le "Laostic" de Marie de France, 1'oiseau definit l'amour entre les amants. II succombe aux mains cruelles du mari, qui represente non pas la tendresse mais la jalousie conjugale en opposition aux sentiments delicats eprouves par 1'amant. Le meurtre de 1'oiseau est done une tentative de detruire la douceur du sentiment amoureux. Nous remarquerons plus tard que Nelligan aussi emploie 1'oiseau dans ses scenes d'amour. La colombe que l'on voit souvent dans des tableaux a surtout une valeur religieuse signifiant l'ame qui sort du corps pour se joindre a Dieu. La brebis dont nous avons deja parle peut representor la douceur et la passiv&te. Le cheval devient un centaure qui unit dans un seul corps l'homme et la bete. Si les animaux jouent un r6le familier dans, la peinture et dans la litterature de notre culture occidentale, cela ne prouve pas la presence chez les auteurs de sentiments de sympathie envers la nature. C'est plutot que 1'artiste .voit dans le monde animal et vegetal une expression de sa propre condition humaine. Si les animaux jouent des roles importants dans les scenes artistiques, la vegetation forme souvent la scene elle-meme. Importants parce qu'ils mettent en evidence le cycle incessant de l'univers, mort et renaissance continuelles, les membres du monde vegetal fournissent un soulagement a l'angoisse de l'homme vis-a-vis de son propre aneantissement. L'artiste peut mettre son protagoniste dans une scene de nature pour accentuer sa grandeur relative, pour faire ressortir ses racines terrestres ou pour indiquer que l'homme, une partie integrante de la nature, est aussi sujet a ses caprices dans le cycle de la vie que les arbres ou les fleurs. X X X Dans la poesie canadienne-frangaise, les predecesseurs litteraires de Nelligan (nous entendons principalement la pretendue "Ecole de Quebec," 1860-67, qui comprenait Casgrain, Frechette, Cremazie et Le May; nous considerons secondairement les tendances poetiques a partir de 1835) ont choisi comme theme d'abord et surtout le pays, que ce soit la France qu'ils avaient quittee ou bien le Canada. "La patrie est un lieu mais aussi un passe. Le passe s'identifie a la France aimee, la vraie, la vieille France du fleurdelyse mais aussi du tricolore. Ses fils sont 'nos gens . . . nos freres'; ses 5 chansons, ses legendes, ses heros nous appartiennent." En parlant de l'epoque d'avant 1860, David Hayne dit que c'etait une "periode de penibles debuts litteraires et d'imitations maladroites d'auteurs francais ou anglais." Ces poetes du jeune Canada "formaient ainsi la premiere generation poetique du Canada francais. Disciples de Chateaubriand, de Lamartine et de Byron, ils composerent leurs premiers vers au lendemain de la Rebellion de 1837-38." II est normal qu'une litterature jeune, en train de faire ses premiers pas, a besoin de modeles sur lesquels s'appuyer. C'est plut&t dans les mains plus experimentees des membres de 1'Ecole de Quebec que le theme du pays se concretise et devient dominant. Pour enraciner le sentiment francais dans un sol neuf, ces poetes ont voulu associer la grandeur de la terre des ancetres a. la nouveaute du 1 i. Canada. Mais en chantant le pays, les quatre poetes que nous avons nommes ont communique leurs emotions en utilisant les symboles, les images et les figures de rhetorique de la tradition europeenne. Si Cremazie et Frechette se sont vus en train de creer une nouvelle poesie on ne peut pas dire que leurs images participent a. cette nouveaute. Ayant re j ete la poesie symboliste, parnassienne et "decadente," 1'Ecole de Quebec a choisi de developper une litterature dont le theme serait le Canada meme. "Ce romantisme tronque est celui que preconise Casgrain quand il propose une litterature canadienne a. son gout. ' . . . elle sera le miroir fidele de notre petit peuple dans les diverses phases de son existence, avec sa foi ardent:e, ses nobles aspirations, ses elans d1 enthousiasme, ses traits d'heroisme, sa genereuse passion de devouement. Elle n'aura point ce cachet de realisme moderne, manifestation de la pensee impie, materialiste; mais elle n'en aura que plus de vie, de spontaneite, d1originalite, d'action.'" (Ibid., p. 60) Casgrain exprime le desir qu'ont eprouve Frechette, Cremazie et Le May d'explorer envers ce pays inconnu. Mais si la nature n'entre pas pour beaucoup dans la poesie de l'epoque dont nous parlons ("Le sentiment de la nature a mis quelque temps a envahir la poesie canadienne et rares sont les poetes qui lui firent une grande place." ^La Poesie c.-fr., p. 2l]), nous remarquons toutefois un certain nombre d'images naturelles (animales et vegetales) dans les poesies de ces quatre poetes que nous examinons. Si ces images ne sont pas employees comme sujet principal du poeme, elles occupent au moins la position secondaire. II est evident qu'elles ont ete en effet essentielles pour creer des scenes exterieures sans lesquelles un poete aurait de la difficult e" a chanter la gloire du pays. Les images de betes et de plantes y apparaissent done pour mettre 1'accent sur le theme particulier du pays. Elles celebrent la terre, ses saisons, et meme son visage aux differentes heures du jour, pour exprimer le patriotisme et finalement pour communiquer un lyrisme personnel. Est-ce que nous mettons trop 1'accent sur l'imagerie de ces quatre poetes? Qu'est-ce qu'ils ont a faire avec Nelligan? Est-ce que celui-ci a suivi leur direction litteraire? Nous posons ces questions pour situer Nelligan dans le contexte de la litterature naissante du dix-neuvieme siecle. Un ecrivain ne travaille pas dans un vide. II est influence non seulement par ce qui l'entoure mais aussi par ce qui l'a precede. Dans son livre, Emile Nelligan. Sources et originalite  de son oeuvre, M. Paul Wyczynski essaie de tracer les influences litteraires de Nelligan, dont la majorite sont europeennes et francaises. Frechette et les autres ont touche tres peu le jeune poete, qui a cherche autre part son inspiration poetique. Mais Nelligan appartient tout de meme a cette tradition canadienne qui trouvait une matiere riche et suggestive dans le pays et aussi dans la religion. Si Nelligan n'a pas choisi de suivre la direction de Frechette ou de ses contemporains, il appartient quand meme a la tradition qu'ils ont aide a etablir. Voila la raison pour laquelle nous etudions ces predecesseurs et compatriotes de Nelligan: pour mieux comprendre son oeuvre a. lui. Nous allons considerer egalement son milieu poetique des annees 1890, c'est-a-dire 1'Ecole litteraire de Montreal. Fideles a la tradition europeenne, les poetes canadiens-francais ont souvent employe leurs images comme symboles. Certains animaux et certaines plantes, des fleurs surtout, ont une valeur symbolique toute particuliere. Le lion est symbole de la prouesse; cette signification n'a pas echappe aux poetes qui l'ont employe en parlant des heros de l'histoire. Dans son "Papineau," Frechette utilise cet animal sauvage pour depeindre le chef intrepide: Alors du vieux lion l'indomptable courage Fremit sous la piqure et bondit sous 1'outrage. Cremazie fait de meme: Avez-vous entendu l'heroique Vendee, • •••••••• A l'appel de ses fils bondir comme un lion? ("Castelfidardo") L'aigle est employe de la meme facon. Cet oiseau est inter prets par Cirlot comme "a symbol of height, of the spirit as the sun, and of the spiritual principle in general ... It is further characterized by its daring flight, its speed, its close association with thunder and fire. It signifies, there fore, the 'rhythm' of heroic nobility." (p. 87) Les auteurs que nous traitons ne semblent pas s'eloigner de cette inter pretation de l'aigle comme une creature noble, digne d'admiration et d'emulation. Nous remarquons que les animaux adoptes par les maitres francais comme interpretes de la fierte et de la vie libre subissent le meme sort entre les mains de nos auteurs. Representants de la paix, possedant une signification religieuse, la colombe et l'agneau font aussi leur apparition. "Prance; sois maintenant la colombe de l'arche" Frechette exhorte-t-il. ("France") Comme les animaux, les plantes representent aussi un ideal ou une qualite abstraite. La rose, toujours riche de signification, est tres souvent associee a la femme aimee et a la beaute parfaite. Laissons parler Cirlot. "The single rose is, in essense, a symbol of completion, of consummate achievement and perfection. Hence, accruing to it are all those ideas associated with these qualities." (p. 263) Frechette la met en conjonction avec une femme morte dans son "Albani," et dans "A Mme Oscar Dunn" elle represente le bonheur: "Rose du paradis que tout homme a reveei" Les "palmes du martyre" ou "de la gloire" employees par Frechette et Cremazie traduisent leurs sentiments patriotiques dans "Notre histoire" et "Fete nationale." Comme emblemes de la victoire (Cirlot, p. 237), elles soulignent la fierte qu'a ressentie le poete de conserver la culture francaise en face de 1'influence majeure des Anglais. Les lauriers expriment la victoire. "The Crowning of the poet, the artistor conqueror with laurel leaves was meant to represent not the external and visible consecration of an act, but the recognition that that act, by its very existence, presupposes a series of inner victories over the negative and dissipative influence of the base force." (Ibid., p. 173) Cremazie a mis des lauriers dans son "Vieux Soldat canadien" pour offrir des louanges;: II avait echange quelque part de lui-meme Pour d'immortels lauriers conquis au premier rang. S'il y a des critiques litteraires qui veulent voir dans certaines images vegetales, telles que les cypres noirs par exemple ou bien les fleurs fanees, un pressentiment de la mort, il y a peu a disputer au premier abord. Mais Cirlot souligne que les arbres et les plantes en general expriment la vie et non pas la mort. "In its most general sense, the symbolism of the tree denotes the life of the cosmos: its consistance, growth, proliferation, generative and regenerative processes. It stands for inexhaustible life, and is therefore equivalent to a symbol of immortality . . . Christian symbolism . . . is fully aware of the primary significance of the tree as an axis linking different worlds." (p. 328) Et Jessie Weston, en parlant des cultes de la vegetation, ajoute: "It is the insistance on Life, Life continuous and ever-renewing, 7 which is the abiding characteristic of these cults ..." Les images d'arbres dans les poemes que nous allons etudier, meme quand elles sont parmi les plus banales, les plus naives, les plus imitees, renforceront la plupart du temps l'idee de la renaissance. Les animaux que nous traiterons ne peuvent pas remplir cette fonction fondamentale des plantes. Si Helene Nals, cherchant des rapports entre l'homme et la bete, dit que "par"sa condition de creature, par son corps, l'homme 8 reste proche de 1'animal," Cirlot s'oppose a cette interpre tation, en disant que l'homme s'identifie davantage aux plantes. "An image of life, expressive of the manifestation of the cosmos and of the birth of forms . . . man, conscious that biologically he was related to the animals, could not but be aware that his upright posture was more closely related to that of the trees, the shrubs and the very grass than to the horizontal posture of all animals (other than the celestial birds)." (p. 247) Bien que les poetes dont nous parlons utilisent les animaux et les plantes comme symboles, ils les emploient plus souvent comme de simples images qui servent a rehausser une scene ou a communiquer une atmosphere particuliere. Les fleurs fanees sont parmi les images les plus communes, les roses et les lys etant souvent utilises. Les arbres aussi peuplent la scene poetique; ils sont tres souvent classes selon leur genre, sapin, chene ou laurier. Les parties de l'arbre, les feuilles surtout, semblent jouer un r6le aussi important que celui de l'arbre meme. Comme indices de l'automne et de la melancolie, les feuilles sont indispensables. "La feuille tombe a flots presses:" "Les feuilles des bois sont rouges et jaunes." (Frechette, "Elegie," "Octobre") Les animaux comme le lion, le loup, le cheval, voire les insectes tels que l'abeille et le papillon sont presents dans cette poesie. Ceux qui sont etrangers au pays sont souvent employes dans des metaphores ou pour ajouter un ton de verisimilitude a une scene exotique. Les chevaux et les boeufs traduisent une scene campagnarde, et l'orignal la vie sauvage. Les oiseaux - hirondelles, rossignols, colombes, merles, pinsons - peuvent s'introduire dans n'importe quelle scene, qu'elle soit de la maison ou des champs. Souvent un personnage est compare a un oiseau: Pourtant, comme un oiseau qui monte dans l'espace «• • • • • • • • • Tu t'en vas, confiante, a la grace de Dieu. (Frechette, "A ma fille Jeanne") Un homme devient un aigle, une femme un oiseau exotique. les oiseaux sont choisis pour une variete de raisons - pour leur couleur ou leur forme (le cygne) ou hien pour leur valeur symbolique que nous avons dega remarquee. les betes figurent aussi dans un poeme pour ce qu'elles peuvent y apporter comme image speciale - le loup la sauvagerie, le boeuf et l'ane la domesticite. Nous trouvons ces images employees egalement dans des metaphores ou des comparaisons. Tous ces emplois de l'image animale et vegetale s'inserent dans un schema plus ordonne qui comprend les divisions que nous avons indiquees plus haut: le patriotisme, la celebration du pays et de la terre et le lyrisme. A partir de maintenant nous allons, pour des raisons pratiques, melanger l'imagerie des poetes de 1'Ecole de Quebec avec celle des poetes de 1'Ecole litteraire de Montreal. Si leurs idees litteraires etaient differentes, leur facon de traiter les images que nous considerons dans cette these ne l'est pas. En chantant la beaute des saisons, de la nature, et du pays canadiens, les styles varient. Mais c'est faire une distinction inutile que de separer les images naturelles des deux epoques. C'est pourquoi nous parlons dans le meme paragraphe de Frechette et de Jean Charbonneau, de Cremazie et de Gill. Dans "La Foret canadienne" Frechette saisit le paysage avec une vigueur passionnee quand il enumere les objets naturels qu'il y apercoit. Nous partageons son admiration devant l'immensite grandiose de la foret; Et brise, echo, feuilles legeres, Souples rameaux, fourres secrets, Oiseaux chanteurs, molles fougeres Qui bordez les sentiers discrets. Bouleaux, sapins, chenes enormes, Debris caducs d'arbres geants, Rocs moussus aux masses difformes, Profondeurs des antres beants. La majeste qui provoque de tels vers vient de la grandeur noble, de l'anciennete et du mystere subtilu de cet immense systeme naturel dont 1'existence continue dans le cycle de ses habitants, l'eternelle renaissance qui ne permettra pas une mort permanente. Charles Gill aussi essaie de s'identifier au paysage en enumerant les arbres: Partout, le blanc bouleau, le tremble, le sapin, Et l'erable sacre, le hetre, l'epinette, Et le vieux chene aussi melent leur silhouette .... ("Vers la cime") Ce ne sont pas seulement les images d'arbres qui sont presentees. Les animaux participent egalement a. creer une scene de nature riche et variee. Ainsi dans "Au bord de la Creuse," Frechette enumere-t-il les creatures qui lui sont familieres - chevaux, boeufs, hiboux, merles, taons. En chantent les mille visages de leur pays, nos poetes n'ont pas oublie ses saisons - 1'hiver qui denude les arbres, "graves et reflechis, / Dont les branches pleuraient avec le froid de bise." (Charbonneau, "Incantation") Le printemps est evoque par le "Renouveau" de Charbonneau; l'ete se passe au chant des grillons; et c'est pendant la saison automnale que les oiseaux s'en vont (Frechette, "Octobre") et que les feuilles tombent. Les saisons quebecoises ont eveille chez les poetes que nous considerons toute leur ferveur poetique. Ils ont vu dans le cycle annuel les sujets de maints poemes qui exprimeraient le Canada qu'ils connaissaient. Chaque saison est peuplee a. son tour de son propre genre d'animaux ou de plantes. Si les poetes explorent leur pays sous ses differents costumes, ils le trouvent vetu non seulement de la robe des saisons, mais aussi de celle des jours. Le matin est annonce par l'aube; Le silence s'emeut, les feuilles ont fremi, Les fleurs couleur d'aurore ont de tiedes haleines. (Charbonneau, "Aube") Au fur et a mesure que le jour avance, "le parfum des fleurs devient une hantise." ("Matin") Les animaux participent egalement a la celebration du jour - "le chant des oiseaux, par la joie inspire . . . ." ("Aube") Charbonneau nous mene dans l'apres-midi - "Et le ciel . . . / Prodigue sa clarte sur la splendeur des roses." Un membre de 1'Ecole litteraire de Montreal, Albert Lozeau, nous decrit la tombee du jour - "Un oiseau somnambule apparait, effare . . . ." ("Nocturnes") En ajoutant une nouvelle dimension a. ces scenes naturelles, les images animales et vegetales participent au theme le plus important de la deuxieme moitie du dix-neuvieme siecle quebecois, celui de 1'exaltation du pays et de la terre meme. Mais il faut se demander finalement si ces images decrivent vraiment le Quebec, si elles sont uniques a ce pays-la; ou s1appliquent-elles aussi bien h la Norvege, a la France ou a quelque autre pays? En effet cette poesie en train de naitre tire son inspiration des poetes francais, le plus souvent, qui ont servi de modeles a. Frechette, a Cremazie, a. Gill, a Charbonneau tout comme a. Nelligan. Si leur emploi des images de roses, d1oiseaux. et d'arbres n'est pas toujours original et nouveau, c'est que le but n'etait pas de decouvrir de nouvelles formules, meme si Casgrain se voit innovateur dans la thematique. L'Ecole de Quebec voulait rejeter 1'exemple "decadent" donne par les poetes francais, et optait pour le Canada comme sujet de la poesie. Les poetes de 1'Ecole litteraire de Montreal, s'ils ont lu et apprecie les memes oeuvres que Casgrain avait rejetees, ont choisi tout de meme comme sujet de predilection le pays canadien. Les images que nous avons considerees dans cette premiere partie de notre these font une partie necessaire du developpement de la poesie quebecoise. CHAPITRE I "L'IMAGERIE ANIMALS" Dans cette etude, nous allons tout d'abord presenter au lecteur les images animales que l'on trouve dans la poesie de Nelligan. Ces animaux se divisent en trois categories: les mammiferes, les oiseaux et les animaux divers. Ce dernier groupe comprend quatre creatures seulement, trois insectes et un poisson. Sur la totalite des poemes de Nelligan, au nombre de 175 dans le texte Emile Nelligan. Poesies completes 1896-1899. etabli et annote par Luc Lacourciere, il existe soixante-sept poemes ou 1'on remarque des images animales; les mammi-feres sont dans trente-quatre, les oiseaux dans quarante et un et les animaux divers dans quatre poemes. II y a evidemment un chevauchement, des mammiferes paraissant dans le meme poeme ou sont mentionnes les oiseaux, et les animaux divers de meme. La premiere de ces categories, celle des mammiferes, est divisee en deux parties, les mammiferes designes et consideres selon leur espece, et ceux ^u'on a appeles seulement "b&tes." Nous verrons la meme division en examinant les oiseaux. Les deux groupes de mammiferes sont inegaux: les "betes" n'apparaissant que dans quatre poemes, alors que les mammiferes sont nommes dans trente et un. On peut expliquer cette inegalite. II est normal que l'on nomme un animal qu'on a vu, au lieu d'employer les termes plus generaux, "b&te" ou "animal." On dira par exemple, "J'ai vu un troupeau de moutons" plutSt que "J'ai vu un troupeau de betes" ou "d'animaux." Des que nous examinerons les oiseaux, nous verrons que les deux groupes sont representes dans a peu pres le meme nombre de cas. Ce n'est certainement pas que Nelligan connait moins bien les differentes sortes d'oiseaux, mais plutot qu'il suit un penchant humain. D'habitude on dit "J'ai vu une bande d'oiseaux," sans ressentir le besoin de preciser leur espece. Le terme gene*rique de "betes" est utilise dans "Le Cercueil" et "Le Chat fatal" ou le mot s'emploie comme metaphore, dans "Rythmes du soir" et "Soirs d'automne," deux poemes qui se ressemblent d'assez pres et dont le douzieme vers, "Emportant la douleur des betes et des choses," ne varient pas d'un poeme a. l'autre. En examinant leur role metaphorique, nous remarquons que les betes, par le terme meme, ont un caractere anonyme. Mises en contraste avec un etre humain, ces creatures non designees representent un element inhumain et instinctif. Dans "Le Cercueil," le poete qui penetre dans un lieu interdit et succombe a, une fascination macabre devant ce cercueil de mauvaise renomm£, ressent "Le frisson familier d'une bete a son trou." Tout a. fait assujetti a. des reactions irraisonnees le poete reconnait le cSte animal qui se revele. Si nous etudions le symbolisme de ce vers, nous comprendrons la signification freudienne qui s'y attache. L'association du poete vis-a-vis de la bete est la meme que celle qui existe entre la bete et son trou. Ces deux objets, le trou et la boite, deviennent par extension la matrice maternelle. Le poete, ayant saute 1'interdiction et s'etant donne cette joie perverse de regarder le cercueil, retrouve ses sources originelles. Mais s'il rentre dans les flanes de la mere, il n'y trouve point de securite berceuse; c'est plut6t la mort qui 1'attend. la bete se manifeste encore une fois comme metaphore dans "Le Chat fatal," ou elle s'associe aux hommes de la rue qui n'ont pas le gout esthetique. "Mortels, ames glabres de betes ..." Le poete, ronge par le "chat du Desespoir," autre metaphore dans ce poeme, avertit ces gens illetres qu'eux aussi subiront le meme sort. Quoiqu'ils ne possedent pas la sensibilite fine du poete, ils cederont le coeur et la tete a ce chat metaphorique. Malgre leur ame de bete, ils connaitront l'angoisse du desespoir; et si le poete peut ecrire un poeme sur cette experience, que feront-ils ces mortels? Ils n'auront qu'a succomber dans l'anonymat. Les mammiferes aux noms designes paraissent dans trente et un poemes differents. II y en a quinze sortes, mais il, faut remarquer que nous n'avons pas inclu dans ce chiffre les cas ou le meme animal est designe par deux noms differents. Ainsi le mot "chat" parait dans cinq poemes et le mot "matou" dans un seul. Lorsque nous examinerons les images felines, le matou y sera egalement traite. II y a quatre autres cas . ou l'on trouve la meme situation. Nelligan cite les chevaux dans sept poemes, Bucephale dans un autre; par consequent nous etudions les huit mentions ensemble. Les chevres figurent trois fois, les boucs une fois; le cerf s'y trouve a deux . reprises et le chevreuil une seule fois; le chien figure dans quatre poemes, le doguet dans un autre. Dans chaque cas nous avons groupe les membres de la meme espece. Les mammiferes que Nelligan emploie comme images sont pour la plupart des animaux familiers, qu'ils soient domestiques ou sauvages. Ces animaux sont assez repandus dans la province du Quebec a 1'oppose des mammiferes exotiques, au nombre de cinq, que l'on trouverait dans un jardin zoologique .peut-etre mais pas a. l'etat sauvage. Les boeufs et les chevres se trouvent a la campagne, les boeufs pour tirer une charrue ou labourer les champs, et les chevres pour fournir du lait ou de la viande. Les animaux domestiques qui vivent soit en ville soit a. la campagne sont les chats, les chiens et les chevaux. Ces derniers servaient a l'epoque de Nelligan surtout comme moyen de transport, que ce soit pour tirer un wagon ou pour porter un cavalier sur le dos, et c'est ce r8le que nous les verrons remplir chez Nelligan. Ce sont les serviteurs de l'homme, meme au moment ou. celui-ci fait son dernier voyage; Comme il est douleureux de voir un corbillard, Traine par des chevaux funebres, en automne .... ("Le Corbillard") Les chats se tiennent a. la maison comme animal favori, et aussi a. la ferme ou ils peuvent se rendre plus utiles. Mais chez Nelligan les chats sont cinq fois sur six les animaux favoris. Ils n'ont pas de role pratique comme les chevaux. Ils font penser plutot aux chats de Baudelaire qui menent une vie langoureuse et meditative et ne travaillent point pour leur subsistance. La moitie des chiens de Nelligan vivent a la ferme, ou leur fonction est probablement de rassembler le betail, quoique nous ne les trouvions jamais en train de remplir ce role. Leur presence aide a. mettre 1" accent sur 1' atmosphere rurale des poemes tels que "Reve de Watt eau"'* Nous allions, gouailleurs, pretant l'oreille aux chutes Des ruisseaux, dans le val que longeait en jappant Le petit chien berger des calmes fils de Pan .... Quant aux animaux sauvages, il y en a quatre sortes: le cerf et le chevreuil, les lievres, les loups et les ours. Les trois derniers ne sont mentionnes qu'une seule fois et le cerf trois fois. (Nous considerons le cerf et le chevreuil ensemble.) Le chevreuil, l'ours et les lievres se rencontrent tous dans le meme poeme, "Pan moderne." Le personnage principal est un vieux campagnard qui est reste robuste et ne s'est laisse jamais souilla? par la ville. La presence de trois betes sauvages dans ce poeme contribue a 1'atmosphere rurale qui y domine. Le cerf parait aussi dans "Le Puits hante" que nous etudierons plus loin, et dans "Reve fantasque" ou il joue un role mineur comme ornement de jardin. Les "loups affames" dans "Paysage fauve" se melent a. une scene de desolation ou ils font contraste avec les "chevaux athletiques" qui signalent le bien-etre de la domesticite. Tous les six animaux sauvages font partie d'une scene dont ils aident a traduire 1*atmosphere. Chez Nelligan les animaux ne jouent jamais, de role qu'ils sont incapables, en tant que betes, de remplir. En plus des animaux que l'on trouve normalement au Quebec, Nelligan a aussi represente quelques mammiferes exotiques: 1'elephant, les jockos (espece de singe), les lions, les vampires et les zebres, qui tous sauf les derniers sont mentionnes une seule fois: les vampires dans "Je veux eluder" et les zebres dans "Les Corbeaux" et "Marches funebres" jouent leur role dans une scene cauchemaresque; Pitiel quels monstrueux vampires Vous sucant mon coeur qui s'offusqueI ("Je veux eluder") Cette image qui traduit la terreur du poete, provoque une reaction voulue. De ce groupe d'animaux exotiques, les jockos sont les seuls qui figurent litteralement comme animaux dans une scene quebecoise; Le froid pique de vif et relegue aux maisons Milady, canaris et les jockos belitres. ("Caprice blanc") Des deux animaux qu'il nous reste a mentionner, 1'elephant et le lion, 1'elephant dans "Aubade rouge" est employe" pour une comparaison, et les lions dans "Potiche" ne sont que des creatures artificielles peintes sur une vase. Si son choix d*animaux est varie, Nelligan en a quand meme omis quelques-uns dont nous remarquons l'ab&ence., Ceux auxquels on pense tout d'abord sont le castor, rongeur si connu des Canadiens qu'il est devenu 1'animal national, et l'ecureuil, autre rongeur familier. II manque aussi les plus grandes especes de cerfs, l'elan et le caribou, et de petites animaux de proie tels que le vison, la loutre et la belette. II y a d'autres animaux que Nelligan a evites; nous n'avons enumere que ceux qui sautent aux yeux. L'important cependant est de suggerer les raisons qui ont peut-etre influence Nelligan a negliger ces betes. II nous parait que Nelligan ne s' est pas soucie des mammif eres au-dela. du point ou ils etaient utiles comme images et symboles, ou qu'ils traduisaient un etat d'ame. La majorite de ses mammiferes sont des crea tures tres connues, a savoir les boeufs, les chats, les chevaux et les" chiens. Les frequentes allusions a. des animaux domestiques nous signalent une preference de la part du poete pour les themes qui auraient pour centre la maison et la ferme, ou d'un sens plus large la vie domestique. Autour de ce centre physique s'etaient les themes de Nelligan. Dans "Frisson d1hiver" les chats renforcent 1'atmosphere close du salon dont les murs protegent ce groupe d'etres vivants contre le froid hivernal; . . . nos deux gros chats persans Montrent des yeux reconnaissants Pres de 1'a.tre aux feux bruissants, C: Gretchen! Pourtant apres tout, cette scene confortable fait ressortir la tristesse inconsolable du poete. Les animaux exotiques dont presque tous sont mentionnes une seule fois, traduisent du poete un sentiment special qui exige une image exacte. Les animaux sauvages indigenes du Quebec forment une minorite lorsqu'ils ne comptent que quatre especes. Done nous pouvons dire toujours avec reserve que la nature a l'etat sauvage n'occupe pas une place de choix dans l'imagerie de Nelligan. Les betes qui manquent semblent etre surtout des betes sauvages. Nous croyons que le poete peut mieux manier les animaux familiers car il les connait; ils partagent tous les deux le meme monde quotidien. Ce n'est done pas etonnant de trouver une imagerie animale ou les betes domestiques sont dans la majorite. . Les ois.eaux etant d'habitude sauvages, on pourrait refuter cette assertion que Nelligan accorde la preference aux animaux domestiques, car les images aviennes sont bien plus nombreuses que celles qui concernent des mammiferes. Mais les oiseaux, bien que sauvages, paraissent le plus souvent dans des scenes dominees par l'element humain. Sur . quarante et un poemes ou l'on trouve des images ayant trait aux oiseaux, nous notons le terme general "oiseaux" employe dans vingt-six poemes, et les noms de race dans vingt-deux. Cette division est beaucoup moins disparate que celle des betes, mais on se rend compte qu'il est bien normal de parler des. oiseaux comme tels. On ne ressent pas le besoin de preciser 1'espece. Les oiseaux que nous trouvons au Quebec a l'etat sauvage sont l'aigle, le corbeau, le hibou, l'hirondelle, le merle, le robin et le colibri. Le coq, oiseau domestique, est un habitant familier de la ferme. Dans son imagerie, Nelligan a aussi inclu quelques oiseaux qui sont etrangers au Quebec. Ce sont l'autruche, le condor, le paon, le perroquet, le vautour, le bengali, le canari, la colombe, le faucon et le rossignol, dont quelques-uns, le perroquet et le canari par exemple, pourraient etre des oiseaux favoris. En effet, il y avait une Montrealaise, Madame Fossez, dont le perroquet favori etait "une grande attraction durant la session theatrale des annees 1896 a 97. On racontait maintes histoires concer-nant l'origine et les exploits de cet oiseau . . . . Ainsi voyons-nous que les contemporains de Nelligan ont subi la fascination de l'exotique. Le faucon aurait en plus une fonction d'oiseau de chasse. Si les oiseaux de Nelligan ne sont pas repandus au Quebec a l'etat sauvage, ils ne sont pas necessairement etrangers au pays. Tires de tous cotes, ces oiseaux ne representent guere un groupe typiquement canadien. II faut d'ailleurs attirer 1'attention sur le fait que Nelligan emploie le terme generique "oiseaux" plus souvent que le nom specifique. L'espece n'importe pas autant que le fait qu'etant oiseaux, ils peuvent avoir un sens symbolique representant 1'esprit par exemple. les deux especes qui semblent etre les plus significatives sont le cygne et le corbeau, tous deux mentionnes plusieurs fois dans des contextes particuliers. II y a quelques creatures dans la poesie de Nelligan que nous avons qualifies d1 "animaux divers.," lorsqu'elles ne sont ni mammiferes ni oiseaux. Ils sont au nombre de quatre, trois insectes et un poisson. Les scombres sOnt une sortede poisson de serre chaude qui n'existe pas a. l'etat sauvage, et les bourdons, les grillons et les scarabees habitent les forets et les pres quebecois. La fonction de ces animaux est tout simplement de renforcer une atmosphere speciale. Par exemple, dans "Jardin sentimental" les scarabees agissent d'une maniere visuelle au lieu d'auditive; ils ramassent toutes les lueurs qui penetrent dans ce lieu secret pour les refleter dans les yeux du couple. Eblouis par leur amour, les amants.le sont egalement par le miroitement des scarabees,;. La, nous nous attardions aux nocturnes tombees, Cependant qu'alentour un vol de scarabees Nous eblouissait d'or sous les lueurs plombees. ("Jardin sentimental") La vision exterieure de la nature fait ressortir la vision interieuase du coeur. Dans son livre, Emile Nelligan. Sources  et originalite de son oeuvre, Paul Wyczynski nous indique que le "vol de scarabees" de Nelligan vient directement d'Armand Sylvestre. (p. 110) Mais malgre 11 imitation, nous voyons comment Nelligan utilise ses emprunts pour traduire un theme personnel. Dans la deuxieme section de "Erere Alfus," tout repond a un rythme celeste. Le ciel bouge d'un mouvement etrange et la nature terrestre se meut en harmonie. Les scombres d'or eux aussi participent a cette mise en scene, se remuant selon la musique qui vient d'en haut. Les poissons, symbole traditionnel du Christianisme, aident a nous preparer a la .revelation divine qui s'ensuit. Leur couleur doree. contr.ib.ue aussi a. l'accueil que prepare ce petit coin de nature pour la parole de Dieu. Quoique les mammiferes et les oiseaux jouent souvent un r6le accessoire, ils assument de temps en temps une importance exceptionnelle. Quant au premier groupe que nous avons mentionne, il y a quatre poemes ou ils jouent un role de consequence: le boeuf dans "Aubade rouge" et "Le Boeuf spectral" et le chat dans "Les Chats" et "Le Chat fatal." La difference essentielle entre les deux boeufs est la suivante: celui de 1' "Aubade rouge" est une creature domestique pour laquelle les etres humains sont plus ou moins bons; elle subit leur jeu traitre avec un meuglement fremissant et rien de plus. La bete du "Boeuf spectral" est bien le contraire; c'est un marron en revolte contre le monde humain. C'est lui maintenant qui fait trembler les gars qui ont mene son frere a 1'abattoir. Nous remarquons deux poles ici: la domesticite servile et la domesticite revoltee. Nous reverrons ces deux extremes au fur et a mesure que nous examinerons les images animales, par exemple chez les chats dont la situation n'est pas parfaitement pareil, et chez d'autres ou. les pSles ser ont devenus la domesticite et l'etat sauvage ("Paysage fauve"). Dans le poeme "Les Chats," ces derniers ressemblent en partie a ceux de Baudelaire. Mysterieux et hautains, ils semblent communier avec un monde etrange. Leur cri provoque une certaine inquietude qu'on peut difficilement soulager. Quand on cherche a. sonder une reponse dans "leurs glauques prunelles," on n'y trouve rien. Dans son etude, La Poetique du songe, ' G-uy Robert parle du role du chat chez Anne Hebert; on peut y percevoir quelques traits des chats nelliganiens. "Anne Hebert donne au chat un r6le de temoin, et de temoin genant . . . Ainsi le temoin-chat etablit le lien de la conscience, de la conscience morale meme: celle qui evalue et juge les gestes, les actes les plus secrets. Les chats ont ce privilege de se situer au-dela. du temps . . .". ~ r. 1,'. . Le "chat fantome" qui detruit le coeur du poete dans "Le Chat fatal" personnifie le desespoir. Cette bete aux yeux impas-sibles revele au poete sa propre folie: II me dit lors avec emphase Que je cherchais la vaine phrase Que j'etais fou comme l'extase Ou je Tevais assis. Nous remarquons chez ces chats les deux pSles dont nous parlions tout a l'heure - la donaesticite et la revolte. Jouissant d'une vie facile avec les etres humains, les chats nous seinblent dociles; mais en se tenant un peu a l'ecart pour rester leur propre maitre, ils paraissent a moitie sau vages. Cependant ils restent toujours mysterieux et insondables. Peu s'en faut done qu'ils n'assument un caractere effrayant, lorsque la mise en scene y convient et que le poete est nevrose. "Au sein de la nuit, 1'inquietude s'intensifie par la presence •5 du monde spectral: le chat fatal . . . le grand boeuf roux." C'est alors le moment propice ou ces animaux peuvent operer sur la sensibilite du poete en subissant une sorte de metamor phose de caractere. Hors ces quatre poemes dont les themes principaux se rattachent aux chats et aux boeufs, les mammiferes fournissent des images qui soutiennent un autre sujet, ou servent de fond a la scene principale. Par exemple, les boeufs dans "Automne," "Presque berger" et "Petit Hameau" jouent leur rSle dans un lieu pastoral. L'image qu'ils forment est visuelle et auditive. Le poete regrette son enfance perdue et l'associe a. la vie ideale et innocente de la campagne dans "Presque berger." "Petit Hameau" et "Automne" nous presentent une scene automnale oh. tout est penetre de melancolie. Les boeufs dociles donnent une ampleur a 1'atmosphere de tranquillite doree. "Les grands boeufs sont rentres. Ils meuglent dans l'etable ..." La fonction des chevaux est souvent celle d'un moyen de transport dans les poemes de Nelligan. Dans "Paysage fauve" cheval qui tire un mort au cimetiere; ceux du "Caprice blanc" emportent la jeune fille dans sa berline. Le cheval dans "Petit Hameau" s'evertue pour porter son maitre au sommet de la colline, tandis que ceux de "Vision" se cabrent avant de porter leurs cavaliers a la guerre. Dans son "Chateau rural" ideal, le poete se munit, lui et son amante, d'un cheval qui sera probablement leur monture: Nous aurons triple carnaval: Maison, coq et cheval. Les deux exceptions a cette fonction de servitude a. l'homme sont les betes du "Reve fantasque" et du'"Jardin sentimental." Nous allons etudier leur role un peu plus tard. Les chevaux ont ce rapport avec les themes nelliganiens, qu'ils se pretent d1habitude a une scene comme celle de "Vision" ou. les "chevaux fougeux piaffants" relevent 1'atmosphere chargee de fievre guerriere. Dans "Paysage fauve" leur corps robuste fait contraste avec les "loups affcames," contraste important lorsque ces chevaux' domptes et bien nourris par leurs maitres vont porter ceux-ci malgre tout a. la mort, ce "bucher qui flambe" sur 1'horizon. Nous remarquons ici les deux poles que nous avons deja. signales au sujet des boeufs -la domesticite et l'etat sauvage. Les deux mondes s'unissent dans ce poeme dans un meme destin; malgre leurs contrastes exterieurs, les trois creatures, loups, chevaux, chasseurs, sont en train de lutter contre les elements menacants. Peut-etre que les loups esperent faire un repas des chevaux. Ceux-ci obeissent aux cavaliers qui se fient au campement lointain. Les animaux suivent ainsi la voie indiquee par l'homme, voyage terrifiant de la vie dont 1'inevitable fin est ce bucher ou tout sera immole. Le3 chevaux accompagnent le voyageur pour 1'aider, qu'il soit au commencement ou a la fin de sa route. Arrive a sa destination, le mort du "Cor-billard" est entraine au cimetiere. Les chevaux emmenent "la petite Miss" dans sa berline (noyee de fourures blanches, entouree d'un bel equipage, elle entreprend un voyage qui ne sera pas dur). Celui qui grimpe sur la colline porte son maitre "Loin du faubourg qui pue et des clameurs de bagnes." C'est une ascension.hors de la realite vers 1'ideal, le meme envoi que l'on remarque dans "Chateaux en Espagne," par exemple. Que les images soient le sujet principal ou qu'elles ne fassent que souligner celui-ci, elles ont une fonction de rhetorique. Elles servent de base a des comparaisons, a. des metaphores et a des personnifications. Ces figures de rhetorique augmentent la capacite de chaque image pour soutenir un theme. . On note l'image du mammifere comme metaphore dans trois poemes seulement: "Le Cercueil," "Le Chat fatal" et "Jardin sentimental." Nous avons deja etudie les deux manifestations de la bete dans un contexte metaphorique. Nous avons egalement mentionne le "chat du Desespoir." II suffit alors de dire que ce chat, equivalent metaphorique du desespoir, traduit pour Nelligan une hantise de la folie a laquelle il ne se sent pas capable d'echapper. "Quelques animaux, le boeuf roux et le chat fatal, figurent aussi parmi les symboles-signes dans l'oeuvre de Nelligan: ils traduisent surtout l'angoisse et le delire."^" la metaphore dans "Jardin sentimental" concerne les chevaux, animaux qui servent a traduire le jeu des nuages et des:.: ombres a. la chute du jour; De grands chevaux de pourpre erraient, sanguinolents, Par les celestes turfs .... Tous les chevaux de Nelligan semblent assez bien nourris par leurs maitres; charnus et fougeux ils font bien la tache qu'on leur demande. Ceux du "Jardin sentimental" ne font pas exception. Se revetant de pourpre et de rose, ils traduisent ce jardin quelconque en un lieu ensorcele d'amour nocturne, ou tout est habille d'une purete de pastel. Ils font ressortir la tendresse des amants qui ne se voient qu'a. la lumiere metamorphosante du soir. A quatre reprises nous trouvons des comparaisons dans la poesie de Nelligan. Dans "Aubade rouge" on remarque le vers, "Tel 1'elephant / Croule en une solitude." C'est le boeuf abattu pas les gars bouchers qui est compare a. 1'elephant, comparaison qui veut mettre en valeur l'isolement de cette creature domestique livree par son gardien aux mains du boucher. Entoure de "monts de sang" le boeuf est horriblement seul dans son role de victime offerte en sacrifice. "Comme des chiens errants, ils s'en vont, condamnes." Ainsi Nelligan parle-t-il des Juifs qui, ayant crucifie le Christ, n'ont d'autre sort que d'errer au loin sur la terre. Ces "chiens errants" n'ont aucune parente avec les autres chiens de Nelligan qui sont d*habitude la propriete des hommes et travaillent pour eux. Dans "Les Deicides" les chiens n1appartiennent a personne et la comparaison suggere que les Juifs n1appartiennent a personne non plus. Ils n'ont pas de Dieu; ils n'ont pu prendre racine nulle part. Avec cette comparaison pejorative, le poete fait un commentaire personnel sur la race juive. "Pan moderne" contient deux comparaisons. Le gardeur des chevres est compare a un chevreuil, et "les ours le fuient comme lievres." Le poete honore "Fritz le centenaire" lorsqu'il le compare a un animal qui ne connait pas la domesticite et qui defie les elements; Comme un venerable chevreuil Son front a brave le tonngrre. Comme 1'animal sauvage, le vieil homme ignore la vie urbaine, a laquelle manque la purete de la campagne. Notre derniere comparaison se lit dans "Marches funebres".: ' Tel un troupeau spectral de zebres Mon reve r6de etrangement. Ces zebres qui ont 1'aspect de revenants, avec leurs raies noires et blanches, representent'quelque chose d'exotique et d'effrayant meme. Ils reapparaissent dans "Les Corbeaux" ou la scene est evidemment la creation d'une imagination nevrosee. Les zebres de Nelligan sont la vision d'un esprit tourmente par tout ce pays inconnu qui s'etend au-dela des vingt ans magiques. Si les zebres imaginaires signalent les approches de la folie dans l'esprit, le cerf du "Puits haute" existe effectivement pour raconter les resultats de la folie chez un amoureux. Le cerf est persormifie par le verbe "conter".:' Dans le puits noir que tu vois la Git la source de tout ce drame. Aux vents du soir le cerf qui brame Parmi les bois conte cela. II est investi d'une faculte humaine pour faire le recit du suicide. En tant que creature sauvage et d'allure rapide, voila, un animal qui convient a ce r6le de porte-parole, qui va narrer la fin desesperee d'une vie. II est juste que le messager represente un element actif et viril a 1'oppose de ce puits profond, element feminin, qui a englouti l'amant. En analysant la fonction des animaux chez Nelligan nous n'avons aborde que le premier groupe de ses images. II nous reste toujours a considerer le r6le des oiseaux qui fournissent plus de la moitie des images animales. Parlant de ces autres etres ailes, les anges, Wyczynski dit, "le signe qui identifie I'essor celeste du reve nelliganien est l'ange ou plutot les anges, car le pluriel traduit mieux le desir de l'ubiquite . . . . Les titres de plusieurs poemes, les images poetiques et le vocabulaire prouvent que Nelligan a d'abord choisi, dans son desir de liberation et d*elevation la direction du ciel: voie de lumiere, ultime purete des etres, hantise de 1'ideal." (E. Nelligan. p. 38) Nous ajoutous la categorie des oiseaux a celle des anges, car les deux pris ensemble traduisent on ne peut mieux cet elan vers les cieux. Nous verrons plus loin combien chers sont les "petits oiseaux" qui montreront au poete la voie du Paradis. Nous avons releve quatre titres de poemes ou figurent les oiseaux dans le titre: "Le Perroquet," "Le Robin des bois," "Les Petits Oiseaux" et "Les Corbeaux." Toutes ces images sont groupees autour de l'element humain qui est le centre thematique du poeme. Dans "Les Corbeaux" ces oiseaux existent, comme les zebres dans le meme poeme, dans le cerveau du poete et vivent de son ame meme; J'ai cru voir sur mon coeur un essaim de corbeaux En pleine lande intime avec des vols funebres, De grands corbeaux venus de montagnes celebres, Et qui passaient au clair de lune et de flambeaux. "Le quatrain entier tend a ramener tout le paysage fantastique vers l'interieur du moi." (Wyczynski, E. Nelligan. p. 51-2) L'importance de ces oiseaux chez Nelligan sera toujours leur aura funeste et menacante. Dans ce poeme, ils vont jusqu'a la torture et a la ruine de tout un etre. Wyczynski nous signale que les corbeaux, "parce qu'ils en portent la couleur et la voix fdu noirJ, deviennent le symbole de la destruction." (Ibid.. p. 122) Par contre, le perroquet dans le poeme du m§me nom vit en une certaine harmonie avec sa maitresse, "la pauvre negresse" dont la superstition et la vieillesse font contraste avec le plumage eclatant de "cet oiseau d'allegresse," et avec sa voix stridente. Mais leurs rapports sont bases sur la superstition inculquee dans l'esprit de la femme par son amant. Elle ne trouvera jamais l'ame qu'elle cherche dans 1'oiseau moqueur. Erustree, desesperee, elle se meurt; ce n'est qu'apres sa mort que le perroquet trouve une voix tendre pour la pleurer. L'oiseau du "Robin des bois" se presente tout autrement. II est l'objet de la tendresse feminine mais suscite une reaction inverse chez le poete qui voit en lui la possibilite et l'echec de l'amour. "In fairy stories, there are many birds which talk and sing, symbolizing amorous yearning . . . . The bird may also stand for the metamorphosis of a lover." Wyczynski precise cette idee: "Inutile d'insister sur le fait qu'il l'oiseau s'associe a l'amour; il s'assimile frequemment a. 1' epanchement du coeur, symbolisant le plus souvent le vol brise: il suffit de relire 'Le Robin des bois' pour en etre convaincu. En face de la femme aimee et malgre les motifs suggestifs qui preludent a la croissance du desir charnel, Nelligan ne parvient pas a. sortir de sa solitude, bien qu'il so.uhaite le contraire." (E. Nelligan. p. 90) Si le robin, dont les actions parlent pour le poete amoureux, et si le perroquet, pleurant la mort de sa maitresse, peuvent exister en harmonie avec l'homme, les corbeaux ne sont pas capables de faire de meme. Leur relation avec le poete s'associera toujours a. la nuit et a. la mort. Plus tard, nous examinerons de plus pres le rdle des corbeaux dans d'autres poemes. "La hantise de l'amour et l'idee de la mort, s'annoncent dans des vols, pour ne pas dire des chutes, au sein des poemes 'Le Robin des bois' et 'Les Petits Oiseaux'." (Ibid., p. 51) Les oiseaux qui forment le sujet des "Petits Oiseaux" n'offrent pas ce contraste de sentiment du robin que nous venons d'etudier. Le poete voit en eux les guides qui menent a. l'amour divin: Quand je clorai ma tache, Membres raidis; Vous, par 1'immense voute Me guiderez sans doute, Connaissant mieux la route Du Paradis! L'un des deux exemples chez Nelligan de 1'apostrophe, ce poeme met sur un pied d'egalite l'homme et l'oiseau. Les deux representants de mondes differents connaissent un rapport parmi les plus etroits dans toute cette imagerie, animale.v-On remarque l'autre apostrophe dans "A. Georges Rodenbach" ou Nelligan commence le poeme avec une invocation puissante, plus vigoureuse qu'une simple metaphore: "Blanc, blanc, tout blanc, 5 Cygne ouvrant tes ailes pales . . . " Rodenbach a trouve sa propre voie celeste par sa creation artistique qui lui a merite cette guise de cygne. (L'auteur du poeme precedent compte sur les petits oiseaux pour le mener au ciel.) La purete et surtout la blancheur du cygne, trois fois repetee, .. et son essor symbolisent le caractere divin de la poesie qui detache le createur de la banalite ou vit l'homme. Le premier vers nous fait participer a. cette ascension. En se dressant au-dessus du paysage flamand, le cygne devient un point central qui resume toute la lumiere de la scene brumeuse; c'est un pouvoir male et vierge qui domine et survole le paysage. Par ces deux apostrophes, Nelligan nous invite a. nous associer intimement a la vie de ses creatures, qu'elles soient des oiseaux ou des etres humains. "Every winged being is symbolic of spiritualization. The bird, according to Jung, is a beneficent animal representing spirits or angels, supernatural aid, thoughts and flights of fancy." (Cirlot, p. 26) Les paroles de Cirlot eclairent la signification de quelques oiseaux nelliganiens qui se situent dans un contexte metaphorique. Ceux de "Chateaux en Espag>ne" sont un moyen par lequel le poete gagne une contree ideale. La scene qu'il cree est peuplee d'oiseaux dont la plupart sont employes dans une comparaison; Comme un royal oiseau, vaiUtour, aigle ou condor, Je reve de planer au divin territoire .... Ce sont tous des oiseaux de proie que Nelligan resume dans le vers "Je ne suis hospodor, ni grand oiseau de proie . . . ." La comparaison devient metaphore. Le poete reve a s'envoler comme ces oiseaux, a donner libre cours a ses "reves altiers," et a assaillir cette ville protegee avec tant de soin, "La ville de 1'Amour imprenable des Vierges!" Mais au neuvieme vers la realite a fraye un chemin dans sa conscience, et il emploie la seule metaphore du poeme avec une force brutale maintenant qu'il se rend compte que ses reves sont chimeriques et irrealisables. En fin de compte ces vaines imaginations montrent un desir a peine voile de connaitre l'amour physique, et les oiseaux de proie representent la domination voulue par le male. Les "oiseaux du genie" dans "Je sens voler" font une affaire semblable, en symbolisant le desir et l;e pouvoir de s'elever au-dessus du commun. "Les motifs de 1'oiseau et du vol ouvrent la poesie de Nelligan sur les merveilles de l'infini." (Wyczynski, E. Nelligan. p. 52) Tout en revelant les secrets esthetiques, ces oiseaux ont leur cote sinistre. Ils ne forment pas une unite, mais prennent la fuite dans tous les sens pour echapper au piege restrictif. S'ils "posent les problemes du don poetique et du drame de la creation," comme le signale Wyczynski (Ibid.. p. 52), ce sont des problemes que Nelligan n'arrive pas tout a. fait a. resojudre. Girlot a ceci a. dire sur la signification funeste des oiseaux: "as Mel has pointed out, birds and particularly flocks of birds . . . may take on evil implications; for example, swarms of insects symbolize forces in process of dissolution, forces which are teeming, restless, indeterminate, shattered." (p. 26) Les oiseaux de Nelligan, dont les couleurs diverses renforcent l'idee de leur dispersion, s'enfuient dans "l'azur cerebral" ou chaque membre de cette bande eparse se perdra, au lieu d'etre pris au piege et exprime harmonieusement en poesie; "a l'oiseau-vol, a. 1'oiseau-genie, a 1'oiseau-fuite s'associe le 'coeur brise1." (Wyczynski, E. Nelligan, p. 52) Dans "Les Angeliques" les tintements des cloches, appelees "oiseaux de bronze," se font entendre le soir pour appeler les croyants a. la chapelle. Le resultat de leur envoi, a. la difference de celui de "Je sens voler," est 1'union et non pas la-dispersion.. . C,es oiseaux s'elevent vers Dieu pour lier le divin au terrestre. Tous de bronze, ils sont unifies et ne s'eparpilleront pas. On trouve une metaphore semblable dans "A Georges Rodenbach" ou les corbeaux forment 1'image; ces oiseaux chez Nelligan sont riches de signification. Mentionne cinq fois dans sa poesie, le corbeau est quatre fois menacant et effrayant. Dans "Tenebres" et dans "Les Corbeaux" il signale clairement les debuts de la folie. "A Georges Rodenbach" reflete le sombre etat mental de son auteur par la metaphore. La peur de la mort et la hantise de franchir "le seuil des vingt ans" sont des sentiments qui ont beaucoup inquiete le poete. II nous laisse clairement apercevoir cette crainte en utilisant les corbeaux pour annoncer la mort de Rodenbach, un de ses poetes favoris. A-t-il peut-etre anticipe son propre sort en reflechissant sur celui d'un frere-poete? A part leur symbolisme morbide, ces "corbeaux d'airain" se font visuellement un point de couleur dans cette atmosphere brumeuse de la campagne beige dominee par le noir, le gris et le blanc. (Le mot "airain" a aussi un sens auditif mais ici nous mettons l'accent sur le sens visuel.) Done, s'ils sont une indication de folie, ils communiquent dans ce poeme toutefois un sentiment de serenite evoque peut-etre par leur association religieuse. Ils lient le divin au terrestre mais malheureusement ils ne s'allient pas aux jolis oiseaux des jours plus legers; ces corbeaux font plutot entendre le bruit sourd de la folie. Les corbeaux apparaissent de nouveau comme metaphore dans "La Vierge noire" et "Tenebres." Dans le premier poeme, la vie devient une monstrueuse femme qui ressemble a "la chair des corbeaux." Decu de la vie telle qu'il l'a connue, le poete exprime son ecoeurement en rendant ce symbole aussi affreux que possible. Cette vie jadis fraiche et pure comme une vierge il pretend 1'avoir trouvee hostile et laide; Elle porte toujours ses robes par lambeaux, Elle est noire et mechante; or qu'on la mette aux geoles, Qu'on la batte a jamais a grands fouets de t6les. Gare d'elle, mortels, c'est la chair des corbeauxl Peu sensible a son coeur de poete, elle aussi a contribue a. la perte de sa raison. Cette vie metaphorique tient le poete dans une etreinte fatale dans "Tenebres." II est parvenu au point ou il ne peut pas trouver de consolation meme dans son passe ou dans ses reves. La vie exige que le "Reel" s'affirme. Wyczynski trouve dans ce poeme "la tragedie de son esseulement . . . . Au creux de la solitude nelliganienne vit l'idee de la mort." (Ibid., p. 59) L1evasion de ce coeur victime reside dans la tentation des "corbeaux latents" qui, caches dans des lieux obscurs, jetent leurs cris. Voici de nouveau un indice de 1'incapacity de Nelligan d'accepter la vierge noire. La seule realite qu'il reconnait dans ces poemes d'une ame perdue est celle des corbeaux, metaphore de folie et de fuite. "The interpretation of the bird as symbolic of the soul is very commonly found in folklore all over the world." (Cirlot, p. 25)' En effet les oiseaux nelliganiens signifient souvent l'ame qui cherche son sanctuaire au-dela du monde terrestre. Quelquefois ils apparaissent dans un contexte artistique comme dans "Pour Ignace Paderewski" ou ce musicien fait revivre l'ame de Chopin, le "Cygne des phtisiques." Nous avons deja remarque le cygne blanc qui representait en metaphore le grand poete Rodenbach. En identifiant 1'oiseau a la creation artistique, Nelligan pense surement au chant traditionnel du cygne mourant. Dans ce contexte qui signale 1'immortalite de l'art et de 1'artiste, Helene Nais ajoute que "le Cigfte nous enseigne a ne pas craindre la mort." Au sujet de cet oiseau, il faut mentionner egalement ses significations freudiennes. Cirlot dira: "Almost all meanings are concerned with the white swan, sacred to Venus, which is why Bachelard. suggests that in poetry and literature it is an image of naked women, of chaste nudity and immaculate whiteness. But Bachelard finds an even deeper significance: hermaphroditism, since in its movement, and certainly in its long phallic neck it is masculine yet in its rounded, silky body it is feminine . . . the swan always points to the complete, satisfaction of a desire." (p. 306) Dans "Reve fantasque" 1'accent est mis sur la couleur des cygnes et sur leur col: Des cygnes blancs et noirs, aux magnifiques cols, Folatrent bel et bien dans l'eau et sur la mousse; On remarque que le cygne du "Cercueil" est noir, couleur pour Nelligan du mystere, du mal, de la nuit. Nelligan utilise les cygnes pour traduire une atmosphere speciale, mais il ressent manifestement leur charme symbolique; c'est une fascination melangee de peur et d'admiration pour la beaute male et femelle a la fois de cette creature. II faut souligner ce fait que le cygne chez Nelligan est, apres le corbeau, l'oiseau cite le plus souvent, et sa valeur symbolique est.indispensable a la comprehension de sa poesie. "Folle hirondelle" dit Nelligan en parlant de la jeune femme qui s'enfuit en abandonnant son mari dans "Le Suicide d'Angel Valdor." Decue par la vie, elle prend essor vers un monde ou elle espere trouver 1'ideal que Valdor n'a pas su lui donner. La signification de cette metaphore reside surtout dans son epithete. Pour le prendre au pied de la lettre, une folie hirondelle ferait tout a l1envers. Elle n'annoncerait pas le printemps, ce qui selon Cirlot est le propre de cet oiseau, et son vol serait capricieux et insense. Ces actions cadrent bien avec la fuite d'une jeune fille qui, n'ayant pas de but precis, poursuit ses reves jusqu'a 1'horizon. Pour decrire la tristesse du mari Angel Valdor qui ressent la froideur croissante de sa femme, Nelligan emploie une comparaison; II confiait a l'astre un peu de tout son mai Plus noir que 1'envoi noir du corbeau vesperal. le corbeau reste toujours un symbole du mai; la repetition du mot "noir" renforce cette indication funeste. L'envoi de 1'oiseau dans un ciel nocturne indique un voyage entrepris seul pour aborder l'inconnu; la fin du poeme nous revele le voyage choisi par Valdor, celui de la mort. Nous remarquons encore un oiseau noir dans "le Cercueil." le poete se compare a "un grand cygne noir qui s'eprend de mystere." le rapport et la proximite des mots "noir" et "mystere" nous traduit cette association proposee par Nelligan. Cette couleur exprime sa hantise de la nuit effrayante qui 1*attend au-dela de sa vingtieme annee. Ces images d'oiseaux noirs se presentent avec une force particuliere pour signaler un tourment decisif dans la vie interieure du poete. Les faucons qui figurent dans "Soirs d'octobre" sont compares au reve du poete; les deux elements de cette comparaison, oiseaux de proie et reve aile, sont egalement en mesure de s'envoler loin de "1'affluence des sots aux atmospheres viles." Si le corps est retenu par la ville, son reve au moins peut s'en echapper pour atteindre a. la vie sauvage et pure des fiers oiseaux de proie. La femme entre deux fois dans les comparaison avec les oiseaux. La lumiere affaiblissante du soir qui compose 1*atmosphere de "Jardin sentimental" rend les doigts de la bien-aimee comme "un nid d'oiseaux blancs," comparaison qui agit de concert avec un amour vierge et spirituel. Dans "Le Mai d'amour" le poete reve a. une femme triste qui le fait penser a. un "oiseau d'automne au bois." Cette femme, melancolique au milieu de la gaite d'une fete, transmet une ambiance attenuee, scene analogue a. celle d'un oiseau aux tons assourdis dans la pleine eclosion des couleurs automnales. En employant les images animales, que nous avons relevees dans une soixantaine de poemes sur un total de 175, Nelligan n'a pas suit de dessin preconcu. Ces images existent pour renforcer ses themes favoris tels que l'amour, l'art ou la mort. Meme quand le mom de 1'animal forme le titre d'un poeme et qu'il en occupe 1'avant-scene, comme les oiseaux dans "Les Petits Oiseaux" ou "Les Corbeaux" par exemple, il n'existe pas par sa propre valeur intrinseque mais pour traduire un elancement vers le divin ou un enlisement dans l'abime de la folie. La meme image peut decrire aussi deux themes differents. Si le boeuf marron du "Boeuf spectral" symbolise l'egarement mental, celui de "Presque berger" n'est qu'un figurant tranquille dans une scene pastorale. Ce sont surtout les betes et les oiseaux dont nous remarquons la reapparition plus de deux fois (chat, chien, cheval, boeuf, corbeaux, cygne) qui montrent ce que l'on pourrait appeler une structure, mais il faut dire qu'elle n'est probablement pas prevue. Ces images sont essentielles au repertoire de Nelligan et il les emploie sans beaucoup de variation au moment propice. Est-ce que le traitement des images d'animaux chez Nelligan est unique ou est-ce que celles-ci restent dans les voies frayees par ses devanciers? Dans la poesie de Frechette ou de Cremazie, de telles images etaient employees d'une maniere traditionnelle; par exemple, les oiseaux restent la plupart du temps des symboles desuets de l'amour ideal ou de la femme, quand ils ne traduisent pas les beautes du paysage. La poesie de Nelligan est personnelle et unique en ce que l'auteur a essaye d'eviter une imagerie toute faite. Son usage des quelques images que nous avons signalees en particulier provient d'une sensibilite unique chez lui. Si ses themes sont universels, sa voix reste distinctive. On trouve chez Nelligan un emploi vigoureux des corbeaux ou des zebres pour exprimer son trouble interieur, tandis que les boeufs et les chiens nous menent dans son monde illusoire, celui des reves et du passe. Ou peut bien affirmer que Nelligan est vraiment sorti des chemins traces par ses predecesseurs canadiens pour nous faire participer a. son drame personnel et tragique. CHAPITRE II "L'IMAGERIE VEGETALE" Dans notre etude des images animales chez Nelligan, nous. avons constate que le poete les utilise parfois pour exprimer un etat d'ame. Elles n'existent pas comme simple ornement, mais pour traduire un monde interieur et personnel. Nous notons un emploi pareil avec des images vegetales. Selon Wyczynski, "L'objectif de Nelligan, lorsqu'il contemple les espaces ouverts, n'est nullement le simple desir de s'extasier devant la nature printaniere ou automnale, mais d'en faire, en un clin d'oeil, le paysage de son inquietude. Le poete semble precisement vouloir attirer le paysage vers lui, le posseder entierement. Le contour descriptif n'est alors qu'un pretexte, utile sans doute, mais uniquement fonctionnel par rapport a. l'etat d'ame.Ainsi, comme les corbeaux signalent. une crise de folie, les arbres et les fleurs reveleront les profon-deurs du poete. Les habitants vegetaux du paysage nelliganien precisent sa pensee. Les roses, les lys, les fleurs en general expriment le sentiment d' evanescence et de dont sa poesie est penetree: Pour ne pas voir choir les roses d'automne, Cloitre ton coeur mort en mon coeur tue, ("Roses d'octobre") Les arbres sont souvent des temoins de l'amour mort, des reminiscences malheureuses et meme de la mort: Depuis qu'elle s'en est allee, Menee aux marches de Chopin, Dormir pour jamais sous ce pin Dans la froide et funebre allee . . . ("Le Soulier de la morte") Leurs mouvements peuvent traduire l'angoisse interieure d'un etre humain: L'Erable sous le vent se tord comme un bambou. Et je sens se briser mon coeur dans ma poitrine. ("Chapelle ruinee") Une troisieme categorie vegetale sera celle des plantes diverses; quoique beaucoup moins nombreuses que les fleurs et les arbres, plusieurs de ces plantes, le foin, les epis et le houx, par exemple, traduisent nettement une atmosphere nelliganienne. On remarque tout d'abord que les arbres sont mentionnes comme arbres et aussi d'apres leur espece, chene, cypres ou quoi que ce soit; mais on remarque egalement qu'ils peuplent quelques' poemes en y figurant par metonymie. II y a treize poemes ou le poete designe les differentes parties d'arbres -le tronc, les feuilles, l'ecorce, les ramures et les branches, a la difference des fleurs qui ne sont designees que par le terme de fleur ou bien par leur expece, et dont les parties ne sont point mentionees. Les arbres etant en general beaucoup plus grands que les fleurs, les elements qui forment 1'ensemble de la plante prennent une importance particuliere. Quand on regarde une fleur on remarque d'habitude et surtout la fleur elle-meme et rarement sa tige et ses feuilles. Les arbres precises sont au nombre de seize especes differentes. Dans ce groupe on remarque quelques genres qui sont assez repandus au Quebec. Nelligan semble avoir favorise les chenes qui paraissent sept fois, et les saules, quatre fois. II est significatif que l'arbre national du Canada, l'erable, ne.soit mentionne qu'une seule fois. Ceci peut indiquer le peu d'interet que Nelligan porte aux especes d'arbres. Son attention se vise plutot a. la mise en scene naturelle sans se soucier de trop de details. Nous avons deja declare que 1'important dans sa poesie est surtout l'element humain et personnel. La nature vegetale et animale l'entoure pour faire ressortir un etat d'ame. Parfois notre poete utilise des arbres exotiques, etrangers au Quebec, pour rehausser une atmosphere ou pour decrire un personnage. Par exemple, les palmiers, qui n'existent pas au Quebec, sont cites deux fois sous le nom de "palme." Dans "Reves enclos," l'arbre.,. employe dans une comparaison, releve les deux elements opposes -1'atmosphere tiede de la chambre et le coeur glace du poete: Ah! puisses-tu vers l'espoir calme Faire surgir comme une palme Mon coeur cristallise de givre! Le palmier, embleme de la fecondite et de la victoire selon 2 Cirlot, rendra la vie a ce coeur immobile et glacial. Que ce soit comme "arbres" tout simplement, ou designes exactement ou indiques par metonymie, les arbres figurent dans quarante et un poemes. Les fleurs, mentionnees presque aussi souvent, se trouvent dans trente-sept poemes. Nous remarquons dix especes de fleurs qui sont enumerees dans notre index. Comme nous 1'avons deja note dans les autres images de Nelligan, l'interet ne reside pas tellement dans le fleur, mais plutot dans ce que symbolise cette fleur. Malgre • ce fait, il est quand meme interessant d1observer comment Nelligan s'est laisse influencer par ses predecesseurs canadiens, qui ont utilise a tort quelques fleurs, notamment les pervenches et les primeveres, pour les besoins de la rime. Nelligan a fait de meme, comme nous le voyons dans "Christ en croix," "La Belle Morte" et "Le Robin des bois." C'est Frere Marie-Victorin dans son article, "Les Sciences naturelles au Canada," qui signale cette gaffe. "Ouvrez n'importe quel recueil de vers canadiens et vous etes sur de rencontrer, generalement au bout des lignes, les inevitables 'primeveres' et les non moins fatales 'pervenches.' Ces deux mots sont harmonieux, commodes et complaisants pour la rime. Malheureusement . . . nous avons affaire a. des plantes etrangeres a. notre flore. II y a des primeveres dans la vallee du Saint-Laurent, mais ce sont des plantes insignifiantes, tres rares, confinees aux falaises du golfe et aux plateaux labradoriens.. II faut que •5 nos poetes en fassent le sacrifice! Nous reconnaissons done que si les plantes exotiques sont acceptables dans un contexte donne, elles ne le sont pas toujours, surtout quand le poete les fait prendre racine dans le sol canadien. Si les arbres ne fournissent presque jamais le theme central mais jouent plutot leur rSle au second plan, quels rapports ont-ils alors avec les themes poetiques? Parfois les arbres ne sont plus que des habitants statiques d'une scene de nature quelconque, comme dans "Rythmes du soir," ou. ce sont les fleurs qui emportent et ou les arbres ne se font guere apercevoir. Plus souvent, les arbres aident a. traduire une scene par leurs adjectifs, qui decrivent egalement 1'atmosphere et l'etat d'ame des personnages participant au drame poetique: . • ' Sous les arbres cambrant leurs massifs torses noirs Nous avons les Regrets pour mysterieux h6tes. ("La Puite de 1'enfance") Ceux du "Paysage fauve," se decoupant en silhouette sur. 1'horizon, traduisent le tourment qui couve au fond du coeur du poete: Les arbres comme autant de vieillards rachitiques, Planques vers 1'horizon sur les escarpements, Ainsi que des damnes sous le fouet des tourments, Tordent de desespoir leurs torses fantastiques. On apercoit un jeu de lignes significatif dans cette strophe. Les arbres "flanques vers l1horizon" forment une ligne horizontale qui est a la fois tordue en tire-bouchon. Cet effet de spiral exteriorise l'angoisse qui tourbillonne a .. l'interieur de Nelligan. La personnification des arbres, qui semblent connaitre le desespoir et dont les contorsions sont celles "des damnes," rapprochent encore la torture physique des arbres a la torture mentale de Nelligan. Les arbres de ce poeme sont un des meilleurs exemples de l'image vegetale qui sert a manifester un etat d'ame. L'arbre dans "Confession nocturne" indique dans sa quietude trompeuse une apprehension accablante et sans espoir. C'est lui qui sera 1'instrument et le temoin impassible de la mort, quoiqu'il semble si inoffensif: Pour se pendre, il fait bon sous cet arbre tranquille. .. , • • • • • • • • ' • • • • Pretre, priez pour moi, c'est la nuit dans la ville I .. .?-„.,. les arbres paraissent dans maintes guises dans la poesie de Nelligan, contribuant la plupart du temps a 11 interpretation d'une idee principale. Quand les noms des especes sont precises, ils apportent un commentaire tres exact au .drame qui se joue. Les cypres, plantes souvent pres d'un cimetiere, traduisent 1'atmosphere de deuil: Et je voudrais rever longuement, l'ame entiere, Sous les cypres de mort, au coin -du cimetiere Ou git ma belle enfance au glacial tombeau. ("Tenebres") Les saules participent a. la douleur de la mort, comme dans "Le Tombeau de Chopin," ou als abritent le mort-: Dors Chopin! Que la verte inflexion du saule Ombrage ton sommeil melancolique et beau .... Dans le meme poeme, les lauriers rappellent la conquete et la gloire du grand musicien. "0 pale consomptif, dans les lauriers de France!" Pour examiner de plus pres quelques images d'arbres, nous allons les repartir selon les categories de metaphore, de comparaison et de personnification, ce qui pourra eclairer leurs rapports avec 1'action ou la pensee centrale du poeme. Les feuilles sont mentionnees en tant que metaphore dans trois poemes. Dans "La Chanson de l'ouvriere," celle qui parle se voit "feuille livide au mauvais vent." La dame qui est "La Passante" est comparee a la jeunesse du poete qui a son tour devient une "feuille seche a la brise / Qui tourbillonne, tombe et se fane en la nuit." Dans chaque image, les feuilles tirent leur force de deux aspects. Etant des feuilles liberees de l'arbre, elles n'ont pas d'ancre. Sujette au vent de continuer sa tache miserable, tout en se laissant emporter par sa "destinee." Mais aussi est-elle "livide," de la couleur cadaverique qui revele la vieillesse de l'ouvriere et qui communique a ses paroles une qualite desesperee et fatale. La "feuille seche" est egalement victime du vent; celui-ci peut representer la foule dedaigneuse qui ne comprend pas le poete. Mais l'adjectif est aussi important que le nom; il decrit un etat de sterilite car la feuille a ete privee de toute sa seve vivifiante. Si la metaphore est significative, c'est que ses adjectifs le sont autant. Nous retrouvons les feuilles de nouveau dans "Serenade triste." Se dirigeant irresistiblement vers la terre, les feuilles d'automne font entendre un rythme doux mais insistant comme celui d'un tambour voile: Comme des larmes d'or qui de mon coeur s'egouttent, Feuilles de mes bonheurs, vous tombez toutes, toutes. Teintes des couleurs de la saison, elles representent a la fois la beaute et la fin de la beaute. Leur fuite souligne ce fait. "Vous pleurez de mes yeux, vous tombez de mes mains." Elles ne peuvent plus rester. Le temps de 1'ideal se termine, et les vents hivernaux qui bousculent l'ouvriere et la passante s'impatientent pour rugir dans les "vingt ans deserts" du jeune poete. Dans "Le Cercueil," le poete se sent exile par des hommes hostiles; il est defendu d'explorer ses desirs qu'il ne comprend pas: "... sombre errant de la foret mechante / Ou. chaque homme est un tronc marquant mon souci noir." Ce poeme, rempli de nuances nettement freudiennes, traduit les desirs naissants d'un adolescent, traduit aussi le conflit qui s'eleve a. cause des sentiments inherents de culpabilite et de mal que sa famille lui avait inculques. Employe comme metonymie pour indiquer la croix, "l'arbre affreux du Golgotha" est 1'extension de la terre, dernier abri et derniere torture du Christ. ("La Reponse du crucifix") Si les "cypres de mort" servent en general a. rehausser 1*atmosphere sombre des "Tenebres," les "feuillages de saules" traduisent en particulier les cheveux de "La Vierge noire." Les "cypres des tombeaux" qui viennent dans le vers suivant agissent cette fois-ci comme une comparaison, et ils font ressortir encore une fois 1'atmosphere de mort qui entoure la vierge noire. Les cypres font de nouveau une apparition dans "Roses d'octobre." Ils ne sont ni metaphore ni comparaison, mais plutot simples habitants de la scene. Avec leur "aspect atone," ils aident a. assombrir ce paysage toujours vif avec son carmin joyeux et son bois roux. Avant de laisser de cote les cypres, il vaut la peine d*indiquer que Nelligan semble avoir interprets ces arbres d'apres leur signification traditionnelle. Selon Cirlot, le cypres est un arbre "dedicated by the Greeks to their infernal deity. The Romans confirmed this emblem in their cult of Pluto, adding the name 'funeral' to it, a significance which still belongs to it today." (p. 72) Mais si Nelligan a trouve dans les cypres un echo parfois de son propre malaise, le Frere Marie-Victorin nous assure que "le vrai cypres n'existe pas dans notre pays." (p. 288) Et il chicane William Chapman de 1'avoir plahte sur le tombeau de son pere. Pourtant nous ne contesterons pas la presence de ces arbres dans un paysage quebecois, lorsque, a vrai dire, c'est 1'extension du monde interieur de Nelligan, qui n'a pas de bornes et ou poussent autant de cypres que d'erables. 1'imagination de Nelligan s'etend loin dans sa vision pour inclure et lier maintes images qui manquent, au premier abord, de vraisemblance. Par exemple, dans "Chapelle ruinee," le poete remarque les effets d'un grand vent sur les erables. "L'Erable sous le vent se tord comme un bambou." les courbures tortueuses de l'erable sont vivement decrites par 1'intermediaire d'un arbre etranger au sol canadien. Nelligan emploie souvent des comparaisons pour decrire les personnages de ses poemes. "Gretchen la pale" est depeinte ainsi: "La voila. se dressant, torse, comme un jeune arbre." Le vieux Fritz dans "Pan moderne" est "plus droit qu'if." Dans chaque image c'est la ligne verticale plutot que l'arbre lui-meme qui est importante. Elle ouvre le tableau et ennoblit les gens qui y jouent leur role, tandis que le Frere Alfus qui se voute "comme l'arbre au parterre" se rapproche de la terre. Abattu par le doute, le moine ne connaitra 1'elevation que par le message divin, apporte du fond des cieux par 1'oiseau bleu. Dans "Reves enclos," que nous avons deja cite, on remarque encore une ligne verticale qui nous dirige vers la tranquillite des cieux. Le desir constant de Nelligan d'echapper aux terreurs terrestres pour trouver ailleurs un ideal ne peut pas etre plus apparent. II est toujours conscient de deux poles opposes vers lesquels il est attire; voila ce qu'on peut determiner en observant son emploi du blanc et du noir, de sauvagerie et de paix ou des lignes droites ou bien tortueuses. Quand Nelligan personnifie les arbres, il choisit le cote melancolique. Les arbres du "Paysage fauve" sont tordus de leur agonie desesperee; dans "Reve fantasque," c'est "l'ypran qui s'attriste." Parmi les ombres de la "Nuit d'ete," "les coeurs des grands ifs ont les plaintes de morts." Ces images, quand elles assument des traits humains, en adoptent des plus moroses. En effet, nous trouvons tres rarement les images d'arbres qui sont rayonnantes de joie. Tout au plus, elles participent a. une scene paisible de souvenir ou de reverie pastorale: "Quels longs effeuillements d'angelus par les chenes!" ("Automne") Mais elles ne chantent jamais la vraie joie de vivre. Meme les fleurs ne traduiront pas la gaite, ce que nous verrons plus tard exprimee par quelques plantes diverses. En plus des arbres memes qui peuplent les scenes de nature, leur bois fournit les meubles de la maison. C'est le chene, bois fort et durable, que Nelligan mentionne le plus souvent dans sa poesie domestique. Nous remarquons un banc, un buffet et un berceau, tous construits de chene. Montrant plus de luxe peut-etre est l'ebene dont est construit le "Vieux Piano." Une jeune fille, "Beatrice," possede des "yeux couleur d'ebene," et le cercueil dans le poeme du meme titre a un "front de chene." II parait done que 1'usage des images vegetales n'est point restreint aux jardins et aux bois. Comme il avait fait pour les images animales, Nelligan a peuple ses scenes interieures de plantes aussi. Arbres, fleurs, animaux et oiseaux, tous ont leur r6le dans la maison qui est pour notre poete le nid rechauffe par l'amour maternel et l'abri contre toute menace. De ces images, celles qui sont les habitantes principales des chambres et des salons sont les fleurs, qui transferent au cadre leur propre etat de bien-etre. Si elles sont seches ou fanees, une atmosphere semblable planera sur le tableau entier. Dans cette mise en scene, d'habitude close et serree, les fleurs jouent un r6le qui fait contraste avec un personnage, souvent pour faire ressortir un etat d'ame qui se reflete dans les fleurs. "Les Camelias" nous illustre ceite reflexion par la nature d'une emotion humaine: Ses regards sont voiles d'une aurore de pleurs. Au bal elle a connu les premieres douleurs, Et sa jeunesse songe au vide affreux des choses, Devant la seche mort des Camelias roses. Reflexion et aussi revelation, car les sentiments de tristesse connus au bal accomplissent leur prophetie quand la jeune fille regarde les fleurs mortes. Toute beaute est ephemere, comme 1'ideal d'ailleurs, semble dire le poete. "Les Balsamines" nous enseigne la meme verite. Une fois belles et attirantes, elles ont subi la mort. II n'y a rien d'unique dans cette vision de Nelligan. Maints poetes avant lui ont trouve dans la nature un reflet des malheurs et des bonheurs humains. On dirait de meme au sujet des fleurs qu'il emploie dans une scene religieuse. Les fleurs qui traduisent la beaute, la purete et la renaissance trouvent leur place dans une eglise. Nelligan les associe a ses sujets religieux dans quatre poemes. Mais elles peuplent les scenes diverses sans y porter vraiment rien de neuf. Leur role n'est autre que conventionnel: Devant les grands autels a. franges, Ou Sainte Marie et ses anges Riaient parmi les chrysanthemes. ("Chapelle dans les bois") Nelligan decrit la scene, et 1'image ne va plus loin que sa signification traditionnelle. En effet, quand nous cherchons les images de fleurs qui forment un point d'interet plus significatif que les fleurs mievres, nous avons de la peine a. en trouver dont la portee soit plus que superficielle. Restant toujours sur un plan secondaire, les fleurs, quoiqu'elles forment le titre de plusieurs poemes, n'en sont pas le sujet central. Par exemple, "Les Balsamines," poeme que nous venons d'examiner, ne traite pas la. vie ou la physiog nomic de la fleur. Dans "Rythmes du soir, ".les cinq verbes ont pour sujet grammatical des fleurs differentes, fond elles ne sont que le vehicule par lequel se communique 1'atmosphere. Toutefois, c'est l'art de la nature dans ce poeme qui partage la douleur du poete et qui l'ouvre a. une sensibilite aigue de son passe perdu.. Si. les fleurs ne. sont que le moyen de traduire une atmosphere qui est le tout du poeme, elles n'en sont pas moins essentielles, car elles habitent la scene et sont les piliers de la structure. Les fleurs nelliganiennes, tout comme ses arbres, renforcent l'agencement d'un poeme. Mais les fleurs sont employees beaucoup plus que les autres images vegetales comme symboles traditionnels. Celles qui sont employees avec un sens metaphorique indiquent la beaute ephemere. Cirlot affirme, en parlant de la fleur, "By its very nature it is symbolic of transitoriness, of Spring and of beauty." (p. 104) Cette interpretation tres large du symbole de la fleur est celle de Nelligan aussi. Pour traduire sa peur terrible devant l'avenir et les evolutions universelles qui s'effectueront au fur et a mesure que le temps passe, il n'y a point d'image plus exacte. Mais l'emploi de la fleur peut devenir bien banal si le poete se resigne a. suivre des usages habituels en abusant l'image. Nelligan a insere des images de fleurs dans divers poemes pour traduire son sentiment intime, mais il y a des endroits d'ou le banal n'est pas absent. Si la joie d'Angel Valdor au moment de son mariage se manifeste par "les roses d'hymen" qui "printaisaient ses yeux," image qui trouve son originalite plutot dans le verbe "printaniser" que dans les roses, nous pourrions citer dix exemples ou les fleurs ne sont qu'un ajout mediocre a une mise en scene quelconque. Mais si 1'utilisation des fleurs et surtout des lys et des roses, est souvent abusive chez Nelligan, s'il force parfois leur valeur symbolique, celle-ci traduit toutefois un monde unique. Elle repond a son besoin interieur de s'exprimer meme en restant en deea des bornes de 1'ordinaire. Considerons le "lys d'innocence" du "Jardin d'antan." Cette fleur immaculee represente 1'innocence que Nelligan semble toujours associer a son passe et a. une enfance dominee par des femmes; sa mere, ses soeurs et toutes les autres qui vivaient dans un monde cree par son imagination. Jeune, Nelligan ignorait les tumult es qu'amene 1' adolescent; il ignorait egalement l'effroi de l'avenir qui attend juste au-dela. du present: Mais rien n'est plus amer que de penser aussi A tant de choses ruinees! Ah! de penser aussi, Lorsque nous revenons ainsi Par des sentes de fleurs fanees, A nos jeunes annees. ("Jardin d'antan") La fleur fait partie du moyen par lequel le poete est emporte vers son passe glorieux et parfait. La fleur toute seule devient l'haleine et done 1'esprit du Christ dans "La Repanse du crucifix." Cette fleur anonyme assume une variete de couleurs et de formes dans l'imagerie nelliganienne. Une jeune fille, dont la vie etait evanescente comme "une fleur de neige," est pleuree par un vieillard, ce meme Fritz de "Pan moderne." La fleur douce peut etre "rose, lis ou berle," mais associee a la femme, son devoir est de plaire. Dans "Placet" le poete rend a sa bien-aimee sa propre fleur, "secrete comme un sceau." La fleur devient le gage masculin d'intimite, donne en echange pour la boucle feminine. Multipliers, les fleurs sont "fanees" ou "seches" pour traduire la chose, la personne ou le temps qui passe et qui fuit. Associees de la religion, elles sont des "fleurs d'ivoire" qui mettent un point blanc dans une mise en scene d'Eden. Elles remplissent la chapelle des "Communiantes" "d'une floraison de fleurs immaculees." Elles se pretent a des scenes d'interieur pour creer une atmosphere de serre humide ou rode la melancolie des gens qui se cloitrent contre les menaces au-dela de la vitre. Les pots de fleurs degagent un sentiment de securite; les fleurs choyees creent un "abri des frimas." Leur parfum offre l1illusion du dehors naturel sans ses augures d'orage: Enfermons-nous melancoliques Dans le frisson tiede des chambres, Ou les pots de fleurs des septembres Parfument comme des reliques. ("Reves enclos") Nous remarquons de nouveau les fleurs sans nom dans "Charles Baudelaire," ou elles seront les temoins tardifs de la gloire du poete francais. Ici Nelligan semble se rendre compte de la qualite cyclique de ses fleurs. Autre part nous avons note qu'elles rappellent la brievete de toute chose et l'approche de la mort. Sur ce chemin qu'a ouvert le vers de Baudelaire il y aura des fleurs qui "renaitront." Chaque evolution accomplie produira une renaissance, et les fleurs, emblemes supremes du beau, ne cesseront pas d'etre le signe de la nature permanente de l'art. Wyczynski dit a ce sujet: "tant de choses passent, tant de choses tombent en ruines. Ces signes d'ailleurs surgissent partout. L'espace en est plein. Le monde vegetal - arbres, feuilles, fleurs - chantent la mort a. tout instant." (E. Nelligan, p. 99) La plupart du temps cette constatation est vraie. Nelligan est pessimiste. II voit des corbeaux et des cypres a 1'horizon de l'avenir. Mais il y a des moments dans sa poesie ou. le monde vegetal chante aussi la vie et la renaissance. Associees a l'art et a la religion, elles sont des images optimistes qui conduisent a la resurrection. "Reve d'artiste" nous decrit "tout un jardin de lys" qui va temoigner de son amour immacule "d'une soeur bonne et tendre." Si Nelligan va faire fleurir ce jardin "de lys et de soleils / Dans l'azur d'un poeme offert a. sa memoire" c'est qu'il veut a la fois promettre la permanence de son devouement; il veut aussi que ses sentiments soient purifies de tout aspect charnel. le lys est la purete meme; les soleils purgeront le sensuel pour bruler d'une ardeur chaste et intense. Quand Nelligan lie ses images fleuries a. l'amour, c'est toujours d'un amour vierge et ideal qu'il parle. II ne peut pas le concevoir autrement. Les roses et les lys qui appartiennent aux femmes aimees n'ont rien de charnel dans leur symbolisme. Nelligan insiste meme sur ce point. "Je sais la-bas une vierge rose . . . ." Les poemes de Nelligan sont remplis d'images vegetales variees qui soutiennent une atmosphere ou un theme distinct. Mais la parution de fleurs et d'arbres est circonstantielle la plupart du temps; leur importance est secondaire. Voyons dans "Serenade triste" comment l'arbre et ses feuilles dominent la scene et se mettent au premier rang pour traduire le theme d'une maniere exacte. Examinons tout d'abord les feuilles, qui semblent etre l'image dominante. Le poete s'adresse a. elles; dans sept strophes sur huit il dit "vous," et c'est curieux de remarquer 1'insistence sur le verbe qui suit ce mot. Les feuilles, meme quand elles "pleurent," ne font d'autre action que de tomber. Nous sommes entoures d'une pluie de feuilles, mais des le deuxieme vers nous nous rendons compte que ce sont plus que des feuilles toutes simples. Elles symbolisent le bonheur perdu du poete. Elles choient dans un "jardin de reve." Elles sont "couleur des jours anciens" et des "robes d1enfant." Elles sont "pales" et semblables aux "larmes d'or," et elles tombent symboliquement dans "mes vingt ans deserts." Ces feuilles, simples parties d'un arbre, sont beaucoup davantage dans leur sens poetique. En creant une scene a plusieurs dimensions, celle du temps est accentuee et mise en valeur par les feuilles qui s'attachent le plus intimement que possible au passe du poete. Dans le poeme, elles sont devenues son passe; les deux entites ne sont pas separables. Le passe, abstraction creee par le cerveau de l'homme, est concretise en revetant sous la forme des feuilles, tandis que celles-ci ont perdu un peu de leur qualite concrete en etant obligees de s'associer a tout ce qui compose le passe de Nelligan. "Feuilles de mes bonheurs, vous tombez toutes, toutes." Apercu d'un oeil pessimiste et nostalgique, le passe nelliganien devient un veritable Eden ou tout est parfait. Les annees lui ont ravi cette purete enfantine, mais pas d'un seul coup brutal; c'est le passage lent et irrevocable d'une annee apres 1'autre qui enleve les bonheurs. Ces derniers ont perdu de leur fraicheur comme les feuilles automnales. Pareilles aux "larmes d'or," elles possedent toujours un peu de leur jeune eclat. Mais le poete se sent tellement eloigne de son passe que ces souvenirs de bonheur tombent "au jardin de reve." Nelligan ne peut pas revivre ce qui a passe en restant dans le present; celui-ci n'est nulle part sauf dans le royaume du reve ou le poete s'enfuit. Cette decision, prise des le debut du poeme, montre un esprit qui a deja. fait son choix, qui a cree sa propre scene secrete et privee, qui decrit dans un poeme un eloignement hors de tout secours. Comme Rimbaud dans sa "Lettre du voyant," Nelligan veut aller au bout du possible, cultiver ses propres monstres pour connaitre l'inoul et 1'inad missible. Mais son "bateau ivre" n'a pas encore pris son essor aventurier et temeraire. Le vagabondage va le mener "au jardin de reve" dont les portes et les bornes ne seront franchies que plus tard, quand "Le Vaisseau d'or" prendra le large. Pour le moment, la scene est determinee par les limites du jardin enclos. C'est la. ou les feuilles tombent inlassable-ment; c'est la ou se dirige le poete pour se perdre dans l'ecoulement de feuilles-souvenirs. Plus exactement, les feuilles tombent dans le "sillon des chemins," rigole creusee par les roues du temps. II offre un tombeau aux annees mortes, mais il offre egalement, dans ce jardin, un endroit couvert et secret d'ou va renaitre la vie. Le soleil, annonce par l'aube, nourrira le grain cache. II ne faut pas evidemment considerer les feuilles mortes au sens litteral, ce qui rendrait impossible une interpretation symbolique. Mais il existe des choses tangibles qui ont le pouvoir de renouveler ce qui est presume mort, surtout dans une metaphore qui leur donne une actualite concrete. C'est une verite demontree par Proust qu'un simple objet ou une action possedent une vaste richesse d'evocation de toute une partie du temps que l'on a crue perdue parce que passee. D'ou ces feuilles dont la couleur n'est pas brune ou rouge ou jaune, mais plutot "couleur des jours anciens." Elles embrouillent le sensible avec l'obscur pour traduire le plus fortenient que possible la tentation qu'a ressentie Nelligan d'errer dans un reve. Si les feuilles sont, dans un sens symbolique, le passe nelliganien, quel role alors joue cet "intime arbre blanc," sauf qu'il est la source de tout le drame? Son importance reside dans les adjectifs qui le decrivent, d'abord sa couleur blanche qui signifie l'hiver, la vieillesse et la chastete, puis sa qualite d'intimite qui exprime le cote personnel de l'emploi des images. Selon le dictionnaire Larousse, le mot "intime" veut dire, "interieur et profond. Qui fait 1'essence d'une chose .... Qui existe au plus profond de nous." Formant le centre du jardin et par extension l'ame meme du poete, l'arbre se dresse chaste et nu sous la chute des feuilles. Les arbres de Nelligan assument souvent des caracteristiques qui traduisent un etat d'ame. Par exemple, dans "La Fuite de 1'enfance" (ou les arbres participent de nouveau a une scene penetree de regret pour le passe), les "massifs torses noirs" des arbres dominent le paysage et deviennent le symbole effectif des "mysterieux hotes," les "Regrets," dans un decor surreel. "Les beaux ifs langoureux" de "Reve fantasque" peuplent un paysage cree par la reverie, flou et calme, dont 1'atmosphere langoureuse est accentuee par les lignes obliques et souples des cheneaux, des ifs, de l'ypran, de,s cygnes et des oiseaux. Le.peu d'angles brusques dans la scene evite le heurt des actions abruptes comme celles du "Paysage fauve" ou les arbres sont tordus et angulaires. La serenite de "l'arbre tranquille" dans "Confession nocturne" etablit un air traitre de calme qui precede l'orage imminent du suicide. Done, "1'intime arbre blanc" joue aussi un role important de metteur en scene. Se dressant intacte et immuable dans le tourbillon de feuilles automnales, il s'en degage une puissance constante qui s'oppose aux bonheurs fugitifs. Ce qui ressort des lors dans notre etude c'est la signification des images vegetales comme symboles d'un monde imaginaire, ce monde unique chez Nelligan. II en est de meme pour les plantes que nous n'avons pas pu classer dans une des deux categories et que nous avons mises dans une troisieme, celle des "plantes diverses." le foin, les epis et les autres plantes sont d'une importance tout a fait secondaire dans les poemes: Puis, las, nous nous couchions, frissonnants jusqu'aux moelles, Et parfois, radieux, dans nos palais de foin, Nous dejeunions d'aurore et nous soupions d'etoilea ("Reve de Watteau") Dans cet exemple le foin sert a relever 1'atmosphere campagnarde si chere a Nelligan, car, pour lui, c'est l'endroit le plus propice a. l'eveil des souvenirs d'enfance. Son "Chateau rural" est domine par cet air de campagne ou l'amant et sa bien-aimee se retireront, loin de la ville, "au bas du val" ou "tout done y sera bleu." Le bleu etant la couleur du froid, de la purete et de 1'imaginaire, il convient a exprimer.le paysage cree dans ce poeme. La mise en scene n'est autre qu'un paysage de reve ou peut vagabonder sa pensee idealiste. Ce "poulailler d'Espagne" qui termine le poeme a la meme signification que 11endroit chimerique des "Chateaux en Espagne;" il n'existe que dans 11 imagination du poete. Les images vegetales et animales mettent souvent 1'accent sur ce cote irreel et reve: Nous aurons triple carnaval: Maison, coq et cheval. Elle a cheveux tres blonds, nous glanerons epis, Soleil, printemps, beaux jours, foin, lys Et l'amour sans depits. Vbila. le paysage ideal de Nelligan, ou ses vingt ans retiendront un peu de sa jeunesse, ayant perdu leur caractere effrayant -"Elle a vingt ans, je n'en ai pas moins;" - et ou l'amour de la femme, parce que chaste, est donne et cheri. Des vignes d' "Automne" degagent 1'odeur de la terre et de 1'agriculture: La poussiere deferle en avalanches grises Pleines du chaud relent des vignes et des brises. Les viperines ont un leger gout des endroits sauvages, peu connus de l'homme. Elles croissent en effet dans des terres incultes, et ainsi elles jouent harmonieusement leur role sur le theatre nelliganien. Les herbes, les houx, les mousses, les roseaux, toutes ces plantes variees qui apparaissent si fugitivement dans sa poesie, ont comme fonction celle de traduire un monde reve et non pas une scene actuelle et tangible. Et si l'on ne remarque pas ces images a la premiere lecture, on est toutefois affecte par 1'atmosphere qu'elles creent et soutiennent; c'est de la que vient leur importance. CHAPITRE III L1IMAGERIE ANIMALE ET VEGETALE DANS DES CONTEXTES THEMATIQUES Dans les deux premiers chapitres de cette etude, nous. . av.ons. examine.:les images animales et vegetales en les separant pour mieux traiter le sujet.. Mais si ces images, mises a. part et hors du contexte, deviennent plus faciles a. analyser, l'etude en reste toujours appauvrie et un peu artificielle. les images assument plus de valeur quand nous les considerons_ dans 1'ensemble poetique. Ce troisieme chapitre va presenter les deux sortes d'images en etablissant comme terrain commun, au lieu du genre d'image, plutot quelques contextes thematiques. Ce sont les arts, specifiquement la musique et la litterature, la maison, la religion et le monde des reves. Ce que nous entendons par cette derniere categorie inclut les themes de la campagne et de l'amour, et le cauchemar. Paul Wyczynski a deja. traite d'une maniere etendue le role de la musique chez Nelligan, dans son article, "Nelligan et la musique.""'" Notre intention dans les paragraphes suivants n'est pas de parcourir la meme matiere, mais de situer brievement le role de l'imagerie animale et vegetale dans les poemes ou la musique est le sujet principal. Grace a. sa mere, Nelligan etait amateur de la musique des son enfance. Si le talent de Madame Nelligan pianiste. etait mediocre, elle avait toutefois inculque a. son fils une appreciation de cet art. Le piano a forme aussi un lien pour lier 1'Emile adolescent a son enfance, et a etabli le fondement de sa nostalgie du -passe. Pour Nelligan, le "vieux piano d'ebene" est d'abord une evocation de son propre passe et un reflet de son sort artistique; Je me souviens encor des nocturnes sans nombre Que me jouait ma mere, et je songe, en pleurant, A ces soirs d'autrefois - passes dans la penombre, Quand Liszt se disait triste et Beethoven mourant. 0 vieux piano d'ebene, image de ma vie, Comme toi du bonheur ma pauvre ame est ravie, II te manque une artiste, il me faut 1'Ideal; ("Vieux Piano") C'est plutSt dans le poeme "Pour Ignace Paderewski" que le poete revele son gout de la musique meme et aussi son admiration pour 1*artiste. Nelligan a assiste au concert qu'avait donne Paderewski a Montreal en 1896., et a admire surtout son interpretation d'un nocturne de Chopin-: Maitre, quand j'entendis, de par tes doigts magiques, Vibrer ce grand Nocturne, a. des bruits d'or pareil; Quand j'entendis, en un sonore et pur eveil, Monter sa voix, parfum des astrales musiques; Je crus que, revivant ses rythmes seraphiques Sous 1'eclat merveilleux de quelque bleu soleil, En toi, ressucite du funebre sommeil, Passait le grand vol blanc du Cygne des phtisiques. Le compositeur polonais occupait une position de premiere importance dans le respect de Nelligan; en le comparant a un cygne, notre poete reconnait en lui le symbole de la perfection; Comme un lys funeraire, au vase de la gloire Tu te penches, jeune homme, et ne sachant plus boire... Le clavecin sonna ta marche du tombeau! ("Le Tombeau de Chopin") Mort, Chopin est enterre, dans 11 imagination de Nelligan, parmi les arbres qui signifient la gloire et la douleur - les lauriers et le saule. Quand le poete appelle le musicien un "lys funeraire," il ne fait qu'evoquer le lys de Paques, fleur de la resurrection. Mais le talent du Canadien francais etant litteraire et non pas musical, la litterature a naturellement eveille chez lui plus d'interet professionnel et artistique. II a temoigne de son estime pour les oeuvres de Baudelaire et de Rodenbach en dediant a leurs auteurs deux poemes, "Charles Baudelaire" et "A Georges Rodenbach." En parlant d'eux, Nelligan emploie les images du cygne et des fleurs pour signaler, comme nous 1'avons deja remarque, la qualite parfaite et immortelle de l'art. Si Baudelaire est mort, son oeuvre sera toutefois une espece de pont dans le temps qui reliera son age a ceux qui suivront. Le chemin "Ou. renaitront les fleurs, perles de ton declin," revele par sa floraison le cycle de la nature et sa permanence, et par extension celle de l'art. Nous retrouvons 1'image des fleurs dans un contexte religieux. II convient de remarquer que Nelligan n'innove pas ici; il reste tout-a--fait dans la tradition litteraire .. europeenne et la tradition biblique quand il utilise les . fleurs pour suggerer 1'immortalite de l'ame. Mais il faut dire que sa fagon de concevoir la religion est unique dans bien des cas. Tant6t c'est le mystere de l'inconnu et de l'enfer qui l'effraie ("Le Cloitre noir," "Le Cercueil"), tantot le calme et la purete sereine des "Communiantes" qui bercent son ame. Mais pour chaque chapelle fleurie dans la poesie nelliganienne, pour chaque "lys d'innocence," on peut trouver une plante qui traduit le sentiment inverse d1agitation et de douleur:. Je refoule, parmi viornes, viperihes, Reveur, le sol d'antan ou gite le hibou; L'Erable sous le vent se tord comme un bambou. Et je sens se briser mon coeur dans ma poitrine. Dans cette strophe nous avons les cinq images vegetales et animales que l'on trouve dans le poeme "Chapelle ruinee." Quel apercu nous donnent-elles de l'etat.':; d'ame de leur auteur? La scene se passe dans un pare, nous le savons deja. Mais les viornes et les viperines nous offrent plus de details Ceux -la sont des arbrisseaux qui poussent dans les bois. Ceux-ci 1 sont une plante des endroits incultes. Nous sommes a la campagne dans cette scene; c'est peut-&tre a Cacouna que pense Nelligan. La presence du hibou eveille l'image de la campagne ou bien d'une ferme. Ces trois manifestations de la nature, et il y en a d'autres, creent un decor moitie" sauvage, le tout aide par le grand vent qui agite l'erable. C'est ici ou s'insinue la presence de l'homme, venu pour revoir la chapelle et revivre un peu de son passe. Ces cinq images travaillent de concert avec les deux noms, "delabrements" et "bruines," qui les precedent dans la premiere strophe. Le tableau, morne au debut, est pousse plus au noir avec chaque image que nous avons signalee. L'assombrissement que developpent les images reste toujours physique et concret. C'est le huitieme vers qui annonce 1'entree en scene du poete. S'il a ete present des le debut du poeme, c'est maintenant son etat d'ame qui domine. Le visage triste de la nature est reflete dans le coeur de l'homme. Ce mauvais temps dans le monde naturel amene un flot de souvenirs dans le monde interieur du poete. Alors on peut tres bien demander le rapport qu'ont ces images avec un theme plus ou moins religieux. II faut repondre qu'il n'y a pas de rapport en tant que tel. Ces images sont la maree montante qui trouvera son point culminant au huitieme vers, la ou l'element humain releve et contrdle 1'atmosphere. Apres ce point les images ont servi a. leur fin. "Les Petits Oiseaux" illustrent mieux une image animale qui se fond etroitement avec le theme religieux. C'est dans la derniere strophe que ce lien devient apparent. Sauf dans ce poeme, l'emploi des images vegetales et animales dans un contexte religieux offre peu d'interet. Dans la piece fastidieu:se, "Prere Alfus," le moine est entoure de la nature qui est le porte-voix de Dieu. Mais le traitement est naif et le sujet ennuyeux et force. Par exemple, quand un oiseau bleu revele la volonte divine, 1'effet n'est pas aussi impressionnant que celui provoque par les etres uniques des "Petits Oiseaux," crees d'une touche legere et charmante. Pareillement, 1'oiseau de "La Benedictine" est mievre et manque de valeur comme image. Apres avoir considere ces oiseaux lies au theme religieux, nous pouvons proposer que Nelligan avait vu dans les creatures ailees un fil terrestre qui avait un bout dans les mains sures de Dieu. Cela suggere la possibilite que tout etre, l'homme surtout, peut trouver son repos en Dieu malgre les menaces de mille corbeaux surgis du gouffre. Mais si sdii religion off re a. Nelligan un abri final et toujours lointain, la securite de la maison est beaucoup plus proche de son experience actuelle. C'est la ou il cherche un soulagement immediat pour son tourment. Le foyer familial avec la mere et les soeurs au centre, est un endroit special dans le drame nelliganien. Dans ses poemes, ce foyer peut devenir n'importe quelle chambre ou salon clos. C'est dans la maison que Nelligan trouve refuge contre les critiques medisants, contre le froid de l'hiver ou bien contre le simple rythme quotidien de la vie. Mais en se retirant de ce qui se passe de 1'autre cSte de la fen&tre, notre poete ne trouve pas de consolation meme dans le message des fleurs. Cueillies et mises dans un bocal, elles ne semeront pas leur graine. Steriles, en train de mourir, elles n'illustrent pas une renaissance mais plutot un neant.: Sa main effeuille, lente, un frais bouquet de roses; Ses regards sont voiles d'une aurore de pleurs. Au bal elle a connu les premieres douleurs, Et sa jeunesse songe au vide affreux des choses, Devant la seche morte des Camelias roses. ("Les Camelias") Les fleurs qui languissent dans la maison rappellent au poete le passe, et n'anticipent aucun avenir; Enfermons-nous melancoliques Dans le frisson tiede des chambres, Ou les pots de fleurs des septembres Parfument comme des reliques. ("Reves enclos") Les chats lui tiennent compagnie dans cette atmosphere etouffante. Ayant trouve refuge contre un temps rude, ils offrent un contraste entre leur equilibre physique, d'un c6te, et le touriuent mental et emotif du poete. C'est le chat qui jouit du feu et du bien-etre de la chambre tandis que l'homme, createur de ce confort corporel, est assiege par maintes inquietudes et n'en est pas berce. II a eu beau essayer de se rendre indifferent a. la vie exterieure. Elle l'a deja. atteint; le resultat sera la folie; J'ai toujours adore, plein de silence, a. vivre En des appartements solennellement clos, Ou mon ame sonnant des cloches de sanglots, Et plongeant dans l'horreur, se donne toute a. suivre, Triste comme un son mort, close comme un vieux livre, Ces musiques vibrant comme un eveil de flots. ("Musiques funebres") les "deux gros chats" dans "Frisson d'hiver" font inconsciemment appel a celui qui parle de se tourner vers eux, vers le feu bruissant, vers la femme Gretchen, vers la chaleur du salon et l'amour feminin qui pourra apaiser son "ame inconsolee." Nous savons par sa poesie et par son histoire que Nelligan ne trouve pas de remede pour ses blessures internes. S'il cherche dans la maison close un abri contre toute menace., elle offre aussi l'inattendu. Si le salon est illumine par le feu et que le chat est rayonnant de satisfaction physique, ce meme endroit, la nuit, peut bien changer d'allure, le chat devient alors une bete effrayante qui prend contact avec des pouvoirs occultes. Si 1'interieur d'une salle change, la maison change aussi. Noire et refroidie, elle est un lieu etrange pendant les heures nocturnes, et les chats ("Ils") s'y promenent mysterieusement; Aux bees de gaz eteints, la nuit, en la maison, lis prolongent souvent des plaintes eternelles; Et sans que nous puissions dans leurs glauques prunelles En sonder la sinistre et mystique raison. Parfois, leur dos aussi secoue un long frisson; leur poil vif se herisse a. des jets d'etincelles Vers les minuits affreux d'horloges solennelles Qu'ils ecoutent sonner de bizarre facon. ("Les Chats") Si la maison semble d'abord offrir une protection contre "La Vierge noire," elle n'est finalement qu'un abri contre la neige et le froid. Le poete est victime de ses propres pensees et ni Gretchen ni le salon rechauffe ne l'en arracheront. Les fleurs mortes dans leur bocal, les chats berces pour le moment par le feu, ces images creent une scene etouffante dont il n'y a pas d'issue. Pour Nelligan, prisonnier a. jamais de ses propres interpretations du monde qui l'entoure, la maison est encore un sujet qui mene a la folie. le theme de la campagne et done du reve chez Nelligan, quand ce n'est pas un exerciee d'imitation comme dans "Reve fantasque" par exemple, est souvent.une tentative de retourner dans son passe et d'exorciser son monde. "Pan moderne" sur&out nous montre combien ideale est cette vie campagnarde. La vieux Fritz, entoure de la nature, des animaux sauvages et des arbres, semble ne pas avoir de commerce avec les autres etres humains, mais vit d'expedients. II connait seulement l'air pur des montagnes. Nelligan a deja decrit la ville malodorante dans "Petit HameauV:" Que vous etes heureux, hommes bons des campagnes, Loin du faubourg qui pue et des clameurs de bagnes. La campagne, par contraste, est l'endroit favori de l'homme qui veut se debarrasser de ses anciens ennuis et de 1'agitation urbaine. Mais Nelligan idealise cette vie des campagnards. II ne pense pas a la tache ardue que chaque jour presente a. l'homme qui doit vivre de la terre. "Reve de Watteau" nous illustre par son titre meme le point de vue nelliganien. Nous ne disons pas d'ailleurs que ce point de vue soit unique chez lui. La campagne qu'il s'imagine est un reve ou les soirs sont plus agreables que dans la realite, et ou chaque angle est adouci. Si les boucs sont noirs, couleur de menace, dans le vocabulaire de Nelligan, le poeme est rempli d'autres couleurs - l'or et le blanc symboliques, le rouge des houx, le jaune du foin, le brun des bois et des brous. Ces teints naturels sont extremement importants dans le tableau nelliganien. Ils forment partie integrante de la scene. Dans cette. campagne poetique, les images des chevres, des boeufs, des chiens, du foin. ou bien du chene familier se fondent avec l'arriere - plan et ne sont pas tellement en Evidence. L'intention du poete n'est pas d'illustrer des scenes variees de la campagne. Ce qu'il semble chercher dans 1'atmosphere ideale de "Reve de Watteau" ou d' "Automne" est un ralentissement du pas trop rapide. II cree le calme d'une scene ou le rythme ne va pas plus vite que le pas d'un boeuf et ou le brun du chevre et le vert des arbres se melent harmonieuse'ment. . "Chateau rural" montre la vie ideale illuminee maintenant par la presence de l'amour. Tout proclame son enchantement avec la vie parfaite; la couleur doree du soleil, des epis et du foin remplissent le tableau, et le lys accorde sa propre valeur de purete a l'amour nelliganien. . . . Si les images animales et vegetales ne.sont pas tres evidentes dans le contexte de chaque poeme, elles en forment quand meme une partie indispensable. Elles creent une base de couleur et de mouvement qui est le fondement de la scene et sur laquelle s'erigent d'autres images. Et si parfois les images de roses ou d'oiseaux que nous trouvons dans les poemes sentimentaux deviennent banales et plates, par contre le monde des cauchemars, connu intimement par Nelligan, possede des images uniques, puissantes et energiques. Appele "le poete de 1'inquietude" par Wyczynski, ce jeune homme revele ses tourments aussi bien par son emploi des animaux et des plantes que par d'autres images. Dans des pieces telles que "Paysage fauve," "Je veux m'eluder," "Les Corbeaux" ou "Le Boeuf spectral," les betes sont parmi les images les plus essentielles; elles nous donnent un apercu du monde intSrieur de Nelligan. C'est en effet cet aspect fou qui a fini par posseder le poete. Ce sont les vampires et les corbeaux funestes qui mangent ses entrailles, le chat fatal qui 1'accuse d'etre fou, le boeuf spectral qui se revolte contre les chaines domestiques et qui menace la calme vie campagnarde. Les tristes feuillages des saules et des cypres encadrent le visage de la "Vierge noire." Ce ne sont plus les douces roses mortes qu'il choisit pour exprimer un sentiment amer, une deception irremediable. Au fur et a mesure que le monde reel a joue sur les sensibilites du jeune poete, un monde interieur s'est cree chez lui. Celui-ci se manifeste dans les poemes inquiets ou les images sont d'autant plus expressives qu'ils sont Sloignes du monde physique. "L'evanouissement qu'on y constate du monde phenomenal s'opere constamment au profit de 1'image subjective." Plus notre monde assume une noirceur exaggeree dans la sensibilite de Nelligan, plus ses corbeaux se font sauvages, ses cypres funebres, ses chats sinistres. CONCLUSION Dans notre etude des images animales et vegetales chez Nelligan, nous nous sommes propose tout d'abord de situer notre poete dans un contexte historique. Ayant commence par explorer 1'usage de ces memes images par certains artistes, nous avons signale le fait qu'une bete ou qu'une plante quelconques peut cacher derriere elle une riche variete d'allusions. Par exemple depuis le temps biblique, l'homme a trouve chez d.'autres etres une expression du monde humain. Les poetes canadiens-francais, eux aussi, font partie de cette tradition et ont souvent utilise, inconsciemment peut-etre, les memes images. Dans leur poesie, ni 1'oiseau ni la fleur faneeni la feuille n'a perdu son pouvoir d'evocation symbolique. En passant a 1'etude de l'imagerie de Nelligan, nous avons consacre notre premier chapitre a l'imagerie animale, et le deuxieme a l'imagerie vegetale. Notre troisieme chapitre reunit ces deux divisions pour les traiter dans leur contexte thematique. En deux mots, nous avons essaye de montrer a quel point ce jeune poete est reste dans une tradition litteraire etablie des le temps du Nouveau Testament et meme avant, et comment il s'est a la fois plonge dans lui-meme pour ecarter autant que possible les formules toutes faites que cette tradition lui offrait; car si Nelligan avait accepte la valeur symbolique des images, sa facon de les manipuler montre une touche propre a lui. Isolees, ces images n'ont pas toujours la capacite de reveler le monde interieur du poete, mais considerees dans leur contexte et groupees selon leur genre, elles deviennent un indice revelateur. Beaucoup de ces images animales et vegetales sont employees par le poete pour situer une mise-en-scene de nature -arbres, fleurs, herbe donnent des touches de couleur ou de la forme et les oiseaux contribuent du mouvement et de la musique. Ces images peuvent egalement situer une scene de maison. Mais ici elles prennent plus d1 importance: par exemple, chats et fleurs a l'interieur d'une chambre traduisent 1'incapacity de la maison (endroit de pretendue securite et de protection) de fournir le soulagement cherche par le poete. De plus, quand Nelligan emploie ces memes images pour decrire une scene hallucinatoire comme dans "Les Corbeaux" ou dans "Le Chat fatal," elles signalent le debut de sa folie, prenant par la une importance capitale. Si les images animales et vegetales sont nombreuses dans la poesie de Nelligan (elles paraissent dans 100 poemes sur une totalite de 175), soulignons ce fait: elles ne jouissent pas toutes de la meme importance. Nous avons done mis 1'accent sur ces images qui contribuent, en particulier, a notre connaissance de la folie chez Nelligan, et cela sans donner tort a Wyczynski a ce sujet. En outre, nous nous sommes aventure dans un sujet de notre invention en elaborant par exemple les images des boeufs; elles montrent les deux pSles de-la domesticite et de la revolte, bipolarite importante dans la poesie nelliganienne. Nous avons essaye enfin de suivre Nelligan dans son s voyage poetique en nous laissant mener par cette imagerie speciale. Le chemin sort de son passe pour serpenter partout ou. le poete voulait errer. On ne peut pas dire que son but etait un echappement conscient a. la folie; cependant nous avons remarque une recherche continuelle d'un abri que ni la perfection artistique du cygne, ni la maison peuplee de chats moqueurs, ni le paysage hallucinatoire rempli de corbeaux ne peut fournir. Cette recherche n'etait pas destinee a sombrer dans la folie, mais Nelligan n'a rien fait pour s'en detourner. En s'adonnant aux reves nostalgiques et en nourrissant son gout du macabre, il allait tout droit a. l'ablme. Dans nos trois chapitres, nous avons essaye de montrer.en quelle mesure 1'imagerie naturelle revele les divagations de ce voyage. Nous avons laisse de cote 1'imagerie du decor qui fournirait en effet matiere a quelque etude ayant pour but 1'influence du decor dans la poesie de Nelligan; car si ses-animaux et ses plantes ont fait decouvrir.tant. de son monde, nous verrions dans ses jardins surtout, dans ses bois, dans ses montagnes la possibility de sonder plus prof.ondement l'eau trouble de son esprit. Arrive a. la fin de notre dissertation, nous esperons avoir contribue a la connaissance toujours croissante de l'oeuvre nelliganienne, oeuvre capitale dans la marche progressive de la poesie canadienne-francaise. NOTES 1. Gerard Tongas, Histoire de la litterature canadienne-francaise. 2e edition revue et augmentee (Paris: Presses universitaires de Prance, 1964), p. 74. 2. Rejean Robidoux, "La Signification de Nelligan," La Poesie canadienne-francaise, Archives deslettres canadiennes, IV (Montreal: Fides, 1969), 305. 3. Juan Eduardo Cirlot, A Dictionary of Symbols. trans. Jack Sage (London: Routledge & Kegan Paul, 1962), pp. 337-38. 4. Maryvonne Meuraud, L'Image vegetale dans la poesie d'Eluard (Paris: Lettres modernes, 1966), p. 71. 5. Jeanne d'Arc Lortie, "Les Origines de la poesie au Canada francais," La Poesie canadienne-francaise. Archives des lettres canadiennes, IV (Montreal: Fides, 1969), 20.. 6. David Hayne, "La Poesie romantique au Canada frangais," La Poesie canadienne-francaise, Archives des lettres canadiennes^ IV (Montreal: Fides, 1969), 53-54. 7. Jessie Weston, From Ritual to Romance (Cambridge, England: Cambridge University Press, 1929), p. 9. 8. Helene Nals, Les Animaux dans la poesie francaise de la Renaissance (Paris: M. Didier, 1961), p. 577. CHAPITRE I 1. Paul Wyczynski, Emile Nelligan. Sources et originalite  de son oeuvre (Ottawa: Edition de l'Universite d'Ottawa, 196077 PP. 222-23. 2. Guy Robert, La Poetique du songe; introduction a 1'oeuvre d'Anne Hebert (Montreal: A.G.E.U.M.,, c 1962), pp. 94-5. 3. Paul Wyczynski, Emile Nelligan (Montreal: Fides, 1967), pp. 59-60. 4. Paul Wyczynski, Poesie et symbole (Montreal: Librairie Deom, 1965), p. 106. 5. Juan Eduardo Cirlot, A Dictionary of Symbols, trans. Jack Sage (London: Routledge & Kegan Paul, 1962), p. 26. 6. Helene Na'is, Les Animaux dans la poesie francaise de la Renaissance (Paris: M. Didier, 1961), p. 332. CHAPITRE II 1. Paul Wyczynski, Emile Nelligan (Montreal: Fides, 1967), p. 47. 2. Juan Eduardo Cirlot, A Dictionary of Symbols, trans. Jack Sage (London: Routledge & Kegan Paul, 1962), p. 237. 3. Frere Marie-Victorin, "Les Sciences naturelles au Canada," Revue canadienne, XX (juillet-decembre 1917),. 284. 4. Paul Wyczynski, Emile Nelligan. Sources et originalite  de son oeuvre (Ottawa: Edition de l'Universite d'Ottawa, 1960TT P. 198. CHAPITRE III 1. Paul Wyczynski, "Nelligan et la musique," Revue de l'Universite d'Ottawa. XXXIX (1969), 513-32. 2. Paul Wyczynski, Poesie et symbole (Montreal: Librairie Deom, 1965), p. 86. BIBLIQGRAPHIE DES OEUVRES CITEES ET CONSULTEES Bessette, Gerard. "Les Images chez Nelligan," these dactylographiee de maitrise, presentee a la Faculte des Lettres de l'Universite de Montreal (1946). . Une Litterature en ebullition. Montreal: Editions du jour, 1968. . "Nelligan et les remous de son subconscient," L'Ecole litteraire de Montreal, Archives des lettres canadiennes, II (Montreal: Eides, 1963), 131-49. Charbonneau, Jean. Les Blessures, ed. A. Lemerre. Paris: 1912. . L1Ecole litteraire de Montreal. Montreal: A. Levesque, 1935. Cirlot, Juan Eduardo. A Dictionary of Symbols, trans. Jack Sage. London: Routledge & Kegan Paul, 1962. Cremazie, Octave. Oeuvres completes. Montreal: Beauchemin, 1883. Emile Nelligan: poesie revee et poesie vecue. Colloque Nelligan, Universite McGill, 1966, communications presentees par: Jean Ethier-Blais. Ottawa: Le Cercle du livre de Prance, 1969. Frechette, Louis Honore. Cent morceaux choisis, ed. Pauline Frechette. Montreal; 1924. Frere Marie-Victorin. "Les Sciences naturelles au Canada," Revue canadienne. XX (juillet - decembre 1917), 272-92. Frye, Northrop. Anatomy of Criticism: Four Essays. New York: Atheneum, 1968. Gill, Charles. Le Cap Eternite. Montreal: Edition du devoir, 1919. Hayne, David M. "La Poesie romantique au Canada francais," La Poesie canadienne-francaise. Archives des lettres canadiennes"^ IV (Montreal: Fides, 1969), 51-73-Lortie, Jeanne d'Arc. "Les Origines de la poesie au Canada francais," La Poesie canadienne-francaise, Archives des lettres canadiennes, IV (Montreal: Fides, 1969), 11-49. Lozeau, Albert. Poesies completes. Montreal: 1925. Meuraud, Maryvonne. L'Image vegetale dans la poesie d1Eluard. Paris: Lettres modernes, 1966. Nals, Helene. Les Animaux dans la poesie frangaise. de la Renaissance. Paris: M. Didier, 1961. Nelligan, Emile. Poesies completes 1896-1899. ed. Luc Lacourciere, 5e ed. Montreal: Fides, Oollection du Nenuphar, 1952. Robert, Guy. La Poetique du songe; introduction a 1'oeuvre d'Anne Hebert. Montreal: A.G.E.U.M., cl962. Robidoux, Rejean. "La Signification de Nelligan," La Poesie canadienne-frangaise, Archives des lettres canadiennes, IY (Montreal: Fides, 1969), 305-21. Sylvestre, Guy. Anthologie de la poesie canadienne-frangaise. 5e ed. Montreal: Beauchemin, 1966. Tougas, Gerard. Histoire de la litterature canadienne-frangaise. 2e ed. rev. et augm. Paris: Presses universitaires de France, 1964. Vachon, G.-Andre. "L'Ere du silence et 1' de la parole," Etudes frangaises, Ill, no. 3 (aout 1967). Weston, Jessie. From Ritual to Romance. Cambridge, England: Cambridge University Press, 1929. Wyczynski, Paul. Emile Nelligan. Montreal:. Fides, 1967. Emile Nelligan. Sources et originalite  de son oeuvre. Ottawa: Edition de l'Universite d'Ottawa, I960. . "Nelligan et la musique," Revue de . l'Universite d'Ottawa. XXXIX (1969), 513-32. . Poesie et symbole. Montreal: Librairie Deom, 1965. I. INDEX ALPHABETIQUE DES IMAGES ANIMA1ES Les chiffres sans crochets renvoient aux pages des Poesies completes (1952). Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de notre these. A. Mammiferes agneau (4, 5, 11) ane (14) belette (23) bete 119, 129, 217, 272. (2, 4, 5, 9, 12, 14, 18, 19, 20, 22, 23, 24, 25, 27, 28, 30, 31, 73, 76, 78) boeuf 101, 106, 179, 243, 244-45. (13, 14, 15, 21, 24, 27, 29, 31, 32,-44, 45, 75, 76, 79) brebis (4, 6) caribou (23) castor (23) cerf, chevreuil 175, 203, 246. (20, 22, 23, 33, 34) chat, matou 58,. 97, 166, 171, 269, 270-72. (2.0* 21, 24, 27, 28, 29, 31, 45, 72, 7-3, 74, 76, 77, 79, 80) cheval, Bucephale 66, 108, 121, 158, 204, 228, 243, 248. (6, 13, 15, 20, 21, 22, 24, 29, 30, 31, 32, 45, 66) chevre, boucs 103, 246, 247, 250. (20, 21, 33, 75) chien, doguet 103, 105, 106, 140, 229. (4, 5, 20, 21, 22, 24, 32, 33, 45, 75) ecureuil (23) elan (23) elephant 244. (22, 23, 32) jockos 66. (22, 23) lievres 246. (22, 23) lion 168. (10, 13, 22, 23) loup 158. (4, 5, 13, 14, 22, 30) loutre (23) orignal (13) ours 246. (22, 23) unicorne (5) vampires 253. (22, 23, 76) vison (23) zebres 120, 174. (22, 23, 33, 35, 45) Oiseaux aigle 76. (10, 14, 25, 38) autruche 159-(25) bengali 127. (25) canaris 66. (23, 25) colibris 110. (25) colombe 110. (6, 11, 13, 25) condor 76. (25, 38) coq 248. (25, 30, 66) corbeau 120, 197, 233, 265, 276. (25, 26, 35, 36, 39, 40, 41, 42, 43, 45, 46, 60, 71, 76, 77, 80) cygne 86, 129, 203, 233. (14, 26, 37, 41, 42, 43, 45, 64, 68, 69,.80) faucon 98. (25, 43) hibou 145. (15, 25, 70) hirondelle 110, 266. (13, 25, 42, 43) merle 67, 85. (13, 15, 25) oiseau 59, 62, 67, 68, 70, 76, 82, 102, 108, 110-11, 119, 122-24, 127, 155, 183, 191* 198, 203, 206, 217, 220, 225, 226, 230, 256. (5, 6, 10, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 25, 26, 27, 34, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 54, 56, 64, 71, 76, 78, 79) paon 157. (25) perroquet 122-24, 161. (25, 35, 36) pinson (13) robin 68. (25, 35, 36) rossignol 218. (13, 25) vautour 76. (25, 38) C. Animaux divers abeille (13) - bourdons 59. (26) grillons 102. (15, 26) insectes (13, 18, 26) papillon (13) poisson (18, 26, 27) scarabees 108. (26, 27) scombres 259-(26, 27) taon (15) II. INDEX ALPHABETIQUE DES IMAGES VEGETALES Les chiffres sans crochets renvoient aux pages des Poesies completes (1952). Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de notre these. A. Arbres arbre 57, 87, 105, 119, 126,. 146, 158, 190, 196, 217, 257. (6, 12, 13, 15, 17, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 53, 54, 55, 56, 57, 60, 61, 64-5, 74, 75, 79) bambou 145. (47, 54, 70) bouleau (15) branches 55, 68, 127. (15, 47) chene 101, 109, 112, 129, 163, 214, 218. (13, 15, 47, 48, 55, 56, 75) cheneaux 203. (64) cypres 192, 197, 276. (12, 47, 51, 53, 54, 60, 76, 77) ebene 214, 215. (55, 68) ecorce 105, 232. (47) epinette (15) erable 145. (15, 47, 48, 54, 70) feuille 102, 104, 105, 121, 190, 195, 209, 243. (13, 15, 16, 47, 51, 52, 60, 61-4, 78) genevrier 82. hetre (15) if 102, 203, 246. (54, 55, 64) laurier 236. (11, 13, 51, 68) orme 179. palme, palmier 81, 225. (48) . pin 164. (46) platane 222. rameaux, ramures 102, 127, 232, 260. (15, 47) sapin (13, 15) saule 206, 236, 257, 276. (48, 51, 53, 68, 76) tremble (15) tronc 128. (47, 53) viorne 145. (70) ypran 203. (55, 64) eurs balsamines 156. (56) camelias 60, 161. 162. (56,72) chrysanthemes 133. (57) dahlia 217. fleur 56, 67, 81, 94, 139, 146, 156, 166, 213, 250, 258. (6, 10, 12, 13, 16, 46, 47, 48, 49, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 69, 72, 74, 78, 79) lys, lis 53, 55, 65, 67, 75, 119, 127, 159, 183, 217, 236, 248, 251. (13, 46, 58, 59, 61, 66, 68, 69, 76) pervenches 68, 72. (49) primeveres 189. (49) rose 59, 60, 66, 67, 82, 88, 96, 119, 127, 155, 162, 192, 217, 242, 264. (11, 13, 16, 17, 58, 59, 61, 72, 76) tulipe 119, 217. C. Plantes diverses alises 252. berles 67. (59) brous 103. (75) buissons 127, 179. (13) epis 248. (47, 65, 66, 75) foin 103, 248. (47, 65, 66, 75, 76) fougeres (15) herbe 109, 256. (13,, 66, 79) houx 103, 113, 243, 247. (47, 66, 75) lierres 108. mousse 203, 259. (66) plants, plantes 127, 155, 203. (2, 3, 9, 10, 11, 12, 13, 16, 49, 55, 56, 65, 66, 70, 76, 78, 80) riz 88. roseau 67, 183, 191. (66) vignes 101. (66) viperines 145 (66 


Citation Scheme:


Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Country Views Downloads
Canada 126 28
United States 29 2
China 17 15
France 16 3
Germany 8 33
Russia 3 0
Romania 3 3
Ivory Coast 3 0
Algeria 2 0
United Kingdom 2 0
Republic of the Congo 2 0
India 1 0
Slovak Republic 1 0
City Views Downloads
Unknown 54 45
Montreal 17 2
Matane 13 0
Shenzhen 10 14
Ashburn 7 0
Welland 7 0
Québec 7 5
Redmond 5 0
Gagny 5 0
Laval 5 3
Joliette 4 0
Beijing 4 0
Wilmington 4 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats



Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            async >
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:


Related Items