UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Presence du conte dans Cotnoir et Le Saint-Elias de Jacques Ferron Reilly, Anne Therese 1979

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1979_A8 R45.pdf [ 4.25MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0100271.json
JSON-LD: 831-1.0100271-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0100271-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0100271-rdf.json
Turtle: 831-1.0100271-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0100271-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0100271-source.json
Full Text
831-1.0100271-fulltext.txt
Citation
831-1.0100271.ris

Full Text

PRESENCE DU CONTE DANS COTNOIR ET LE SAINT-ELIAS DE JACQUES FERRON  by  ANNE THERESE REILLY M.A., University of Glasgow, Scotland, 1955  A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS  in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES Department of French  We accept this thesis as conforming to the required standard  THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA May, 1979 (c)  Anne Therese REILLY*  1979  In p r e s e n t i n g t h i s  thesis in partial  an a d v a n c e d d e g r e e a t the I  Library  further  for  shall  the U n i v e r s i t y  make i t  agree that  freely  this  thesis for  It  f i n a n c i a l gain shall  Department The U n i v e r s i t y o f B r i t i s h C o l u m b i a 2075 W e s b r o o k P l a c e V a n c o u v e r , Canada V6T 1W5  BP 75-51 1 E  the requirements I agree  r e f e r e n c e and copying of  this  that  not  copying or  for  that  study. thesis  by t h e Head o f my D e p a r t m e n t  i s understood  permission.  of  B r i t i s h Columbia,  extensive  s c h o l a r l y p u r p o s e s may be g r a n t e d  written  DE-6  of  available for  permission for  by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . of  fulfilment  or  publication  be a l l o w e d w i t h o u t  my  Resume L ' i n t e r e t c r o i s s a n t dans l e f a n t a s t i q u e q u i a f a i t a p p a r a x t r e l e s ouvrages c r i t i q u e s  de Todorov, L ' I n t r o d u c t i o n a l a l i t t e r a t u r e f a n t a s t i q u e ,  e t c e l u i de R a b k i n , The F a n t a s t i c i n L i t e r a t u r e ,  e t l e roman Bear de  M a r i o n E n g e l s a e u , p e u t - e t r e , son p o i n t c u l m i n a n t dans 1 * a p p a r i t i o n du f i l m S t a r Wars.  Le monde des e c r i v a i n s ,  des c r i t i q u e s , du cinema s ' i n -  t e r e s s e de nouveau aux c o n t e s f a n t a s t i q u e s e t m e r v e i l l e u x .  Le s u j e t de  c e t t e e t u d e , "Jacques F e r r o n , c o n t e u r q u e b e c o i s , " a devance l a mode. v i n g t ans, i l e c r i t s e s p i e c e s de t h e a t r e , s e s romans e t s e s c o n t e s ,  Depuis tous  r e m p l i s de f a n t a s t i q u e e t de m e r v e i l l e u x . Dans c e t t e e t u d e , nous proposons d'examiner deux de s e s romans, C o t n o i r e t Le S a i n t - E l l a s ,  dans l e b u t de f a i r e r e s s o r t i r l a p r e s e n c e du  conte q u i marque s i profondement ces ouvrages.  Ce q u i nous i n t e r e s s e  n ' e s t n i l a r e c h e r c h e du f a n t a s t i q u e n i c e l l e du m e r v e i l l e u x mais, p l u s p a r t i c u l i e r e m e n t , l a r e c h e r c h e du c o n t e .  Ce c o n t e , f a n t a s t i q u e ou mer-  v e i l l e u x , q u i impose, a l ' e c r i t u r e , son tnystere e t s a b e a u t e , a l ' e c r i v a i n , ses  lois.  Dans l e p r e m i e r c h a p i t r e nous e t u d i o n s C o t n o i r , p e t i t b i j o u de l a l i t t e r a t u r e quebecoise.  Nous y decouvrons l e s personnages-types e t l a  l i b e r t e du c o n t e , l a marque du h e r o s , l a r e l a t i o n homme-animal, c e s a s p e c t s du conte m e r v e i l l e u x d e j a notes p a r V l a d i m i r P r o p p ; l'homme-recit dont p a r l a i t T z v e t a n Todorov; ' l e s a i l e s du c o n t e ' dont p a r l a i t J a c o b Grimm; l ' e s p a c e enchante e t meme l e j a r d i n abandonne, dont p a r l a i t L o u i s Vax dans ses ouvrages s u r l e f a n t a s t i q u e .  Tout e s t l a , j u s q u ' a u c o n t e dans l e - i i-  - iii conte, phenomene qui suit la loi de Propp selon laquelle le conte ne peut engendrer qu'un autre conte. Nous constatons que c'est a cause de cette merveilleuse coherence interne que ce recit est si bien reussi. Dans le chapitre II, nous etudions Le Saint-Elias.  Le conteur  fantastique de Cotnoir s'est transforms en romancier. Le Saint-Elias, roman, porte l'empreinte du conte. L'auteur-narrateur-conteur  a charge  son recit de fantastique et de merveilleux par petites touches jusqu'au chapitre VIII, le grand chapitre du roman, ou nous decouvrons que c'est la beaute etrange du conte qui en fait la grandeur. Dans la premiere partie du chapitre III, nous examinons la langue et la parole de Cotnoir,, pour aboutir a la conclusion que Cotnoir est le message dont le code est le conte. Dans la deuxieme partie du chapitre III, nous faisons une etude stylistique du Saint-Elias, qui revele 1'amour de la patrie et le cote engage de Ferron.  C'est ce c6te engage de l'auteur qui fait l'etude  du chapitre suivant, ou nous examinons les references historiques du recit pour demontrer comment le conte devient le vehicule du message nationaliste. Finalement, au dernier chapitre, nous etudions la reception de l'oeuvre de Ferron par la critique canadienne des son apparition jusqu'a nos jours. Ferron, sous 1'influence du conte, a cree un monde fantastique et merveilleux.  La critique canadienne, devant cette oeuvre insolite,  est restee longtemps silencieuse. Nous etablissons une comparaison avec Jean Giraudoux, qui a ete beaucoup influence par ses etudes des contes allemands, faites a l'Ecole Normale sous Charles Andler.  La reception  critique de l'oeuvre 'bizarre' de Giraudoux correspondait exactement a  - iv celle accordee a l'oeuvre 'estrange' de Ferron. Les critiques frangais, devant l'oeuvre de Giraudoux se servaient des memes expressions que les critiques canadiens face a l'oeuvre de Ferron. Nous constatons que la presence du conte etait l'element decisif de cette deroute de la critique.  Table des Matieres Resume  i i  Introduction  1  Chapitre I  Jacques Ferron, conteur fantastique (sur Cotnoir)  5  Chapitre IT  Jacques Ferron, romancier (sur Le Saint-Elias)  19  Chapitre III  (A) Cotnoir et 'L'Etymon spirituel*  39  (B)  Le Saint-Elias, etude stylistique  50  Chapitre IV  Le conte, vehicule du message nationaliste  60  Chapitre V  Jacques Ferron devant la critique canadienne  73  Conclusion  81  Bibliographie  82  - v-  a Gerard Tougas, en reconnaissant et deferent hommage  I  - vi -  2001 was largely humourless, Star Wars is puckish and playful. 2001 was Wagnerian, Star Wars is Gilbert and Sullivan. It celebrates its being a fantasy, making no apology for that; in fact, rejoicing in i t . It even begins its first fairytale moment with the words: "A long time ago in a galaxy far, far away . . ." Dean Herbert O'Driscoll (nous soulignons)  - vii -  Introduction  "Je suis le dernier d'une tradition orale et le premier de la transposition ecrite." 1 Jacques Ferron, dans un article "Le Mythe d'Antee,"  exprimait  1*admiration qu'il eprouvait en ecoutant les conteurs quebecois. Les longues soirees des veillees que l'on passait dans une ambiance de musique, de danse, de jeux de cartes creaient un auditoire captif pour ces raconteurs.  Ferron, faute d'avoir le pouvoir magique de la parole,  s'est decide a ecrire ses contes. Dans son Histoire de la Litterature canadienne-francaise, Gerard Tougas a ecrit au sujet du conte populaire: "Des moeurs austeres se sont opposees a la vulgarisation de ce fonds qui remonte directement aux fabliaux et ont prive du coup les conteurs d'un riche filon." Jacques Ferron a su creuser ce filon en s'adressant a un public qui s'est eloigne de "ses moeurs austeres" d'antan. Dans Cotnoir, i l utilise l'humour, l'ironie, le badinage, le fantastique, pour enrichir son recit et pour donner libre cours a son imagination creatrice. conte.  II se sert, en meme temps, de divers procedes du  La parente avec le conte fantastique se manifeste dans un recit  qui commence par le nombre magique de "Trois" et finit par 1'apparition insolite d'un fou errant dans un cimetiere. La vogue du conte fantastique a eu lieu en France au milieu du dixneuvieme siecle sous 1'influence d'Hoffman. Selon Castex, "le fantastique - 1 -  - 2 -  en litterature est la forme que prend le merveilleux lorsque l'imagination, au lieu de transposer en mythes une pensee logique, evoque les fantomes rencontres au cours de ses vagabondages solitaires."  2  La  classification du conte merveilleux a ete faite par Vladimir Propp dans 3  son etude magistrale Morphologie du Conte.  La classification du conte  fantastique, qui sera plus difficile, n'a pas encore ete entreprise. Avec le conte merveilleux, nous sommes dans un monde irreel, peuple de diables, d'anges et de miracles. Par contre, le cadre du conte fantastique est la vie reelle dans laquelle quelque chose d'etrange surgit.  Chaque auteur cree son fantastique a l u i , ce que Castex a bien note  dans son livre avec des chapitres intitules: "Nodier et ses Reves," 4  "Gautier et son Angoisse," "Lautreamont et sa Frenesie."  Chaque lecteur  reconnalt ce fantastique dans le sentiment de l'etrange, du bizarre qu'il affectionne. De nos jours, le fantastique continue a passionner le public. L'histoire bizarre d'un amour entre une femme et un ours connait un succes de scandale,  5  tout comme, au siecle dernier, le conte fantastique Lokis  de Prosper Merimee relatait l'histoire de la progeniture d'une telle union. 6  Le psychiatre Bruno Bettelheim dans The Uses of Enchantment montre ce que sont les contes de fees (contes merveilleux) pour les enfants. Ils servent a expliquer, selon l u i , le monde aux enfants, a calmer leurs terreurs, a les mettre sur le chemin de la vie.  Dans les contes fantastiques,  l'adulte exprime le reve, la terreur, le desir, l'angoisse, tout ce qui sombre au fond de l'ame humaine. Le conte, merveilleux ou fantastique,  - 3fait appel a notre inconscient collectif.  Au Quebec, Jacques Ferron a  cree un fantastique a sa facon. Ainsi, dans Cotnoir, nous sommes en plein pays fantastique, et dans ce conte qui n'est pas un conte, ce roman qui n'est pas un roman, nous pouvons retrouver le conte, en tant que conte, dans l'espace, dans le temps, dans les personnages et dans la structure meme de l'oeuvre. Grace a la presence du conte, la coherence interne du recit se revele facilement. Par contre, dans Le Saint-Elias, la presence du conte est mo ins forte, le conteur devient romancier, le conte, roman. Nous proposons dans cette etude, en mettant ces deux oeuvres en juxtaposition, de suivre les etapes marquantes de ce chemin. Et de noter, a la fin, comment la presence du conte a influence la reception de l'oeuvre de Ferron par la critique canadienne.  Notes  1 La Barre du Jour, vol. 2, no. 4 (1967), p. 27. 2 Pierre Castex, Anthologie du Conte fantastique francais (Paris: Corti, 1947), p. 6. 3 Vladimir Propp, Morphologie du Conte, traduit du russe par Claude Ligny (Paris: Gallimard, 1970). 4 Pierre Castex, Le Conte fantastique en France (Paris: Corti, 1951). 5 Marion Engels, Bear (Toronto: McClelland, 1976). 6 Bruno Bettelheim, The Uses of Enchantment (New York: Knopf, distributed by Random House, 1976).  - 4-  Chapitre I: Cotnoir, Jacques Ferron, conteur fantastique "Or s i l'auteur pouvait ne pas comprendre tres bien ce qu'il etait en train d'ecrire le conte, lui, le savait." Todorov Dans Cotnoir, Jacques Ferron fabrique son histoire dans le moule du conte.  La voix du conteur dans ce recit se fait plus forte que celle  du romancier. Tous les elements du conte s'y manifestent.  Quoique  l'auteur ne se limite pas au schema a sept personnages du conte merveil1 leux typique,  ses personnages sont peu nombreux. En plus, ce sont des  personnages-types que nous suivons dans leurs fonctions plutot que dans leurs attributs physiques ou psychologiques.  La relation homme-bete du  lycanthrope se revele dans les descriptions des personnages, lesquels ressemblent aux animaux. Au Quebec, la lycanthropie n'est pas seulement un trait caracterlstique du conte, comme en Europe, mais elle appartient aussi aux histoires amerindiennes. Personnages, espace, temps, structure, tout dans ce recit concourt a le situer dans le monde du conte et la deuxieme edition de Cotnoir est sous-titree "conte".  Le temps du recit  court, 1"espace est enchante, le fantastique, allie au comique, comme dans les gargouilles des cathedrales, commence a nous ensorceler. Le heros du recit, Emmanuel, bien nomme puisque le nom signifie "Dieu-avec-nous" et que c'est Dieu qui garde les enfants et les innocents, est un fou.c  L'etat d'impuissance du heros-victime est ainsi etabli de  prime abord. Le portrait d'Emmanuel, "tout en contenance, les mains sur 2 les genoux, le sourire d'un sourd"  ne presente rien de particulier. La  contenance, les genoux, le sourire peuvent appartenir a n'importe qui. - 5 -  - 6 Emmanuel est le heros-type fou. Le dialogue ne nous renselgne pas davantage sur le personnage, puisque les seuls mots qui s'echappent de la bouche d'Emmanuel, sauf vers la fin de l'histoire, sont: "Comme de raison," lesquels soulignent le fait que la raison lui manque. Nous apprenons de ses actions (se cachant dans la salle de bains en laissant couler le robinet) qu'il est un etre apeure. Mais c'est surtout dans ce que nous nommons "Le jeu des casquettes" que 1'imagination creatrice de l'auteur et la technique du conte fusionnent. Vladimir Propp parle de la "marque" du heros, la tache du sang qui le distingue dans les contes mythiques. II note que depuis que l'homme porte des vetements cette marque du heros a disparu. Mais Ferron a marqueson heros precisement par un vetement, la casquette, vetement bien choisi pour marquer un fou puisque c'est par la tete que l'on devient fou. Emmanuel portera successivement trois casquettes, celle de la police, celle de l'echevin et finalement celle du Quebec; une tuque. La casquette des employes du train lui fait peur, comme la casquette de police, parce qu'elle represente pour lui la societe qui veut l'enfermer.  A la  fin du recit, Emmanuel, heureux et independant, portera la seule casquette qui lui convienne, la tuque, la casquette du Quebec libre. Le Docteur Cotnoir decide d'envoyer Emmanuel a Quebec par le train pour qu'il puisse rester libre: "Mettre Emmanuel sur le train de Quebec, 3  i l n'y avait que lui pour concevoir pareille therapeutique."  Par contre,  l'idee du heros-voyage, pour resoudre un probleme, est une solution proposee non seulement par Cotnoir, ni meme par l'auteur, mais surtout par le conte. Emmanuel n'existe pas en tant que personnage, i l existe comme  - 7type du fou et par sa fonction das le recit, celle du heros-victime sauve par Cotnoir. Madame Cotnoir appartient, elle aussi, a la typologie du conte. Robidoux et Renaud dans le Roman canadien-frangais du vingtieme siecle, ont deja fait remarque le role de Madame Cotnoir: "Elle est un etre merveilleux contre qui les puissances mauvaises, le Temiscouateque, les croque-morts, Sauriat . . . ne peuvent rien." genie du foyer du conte merveilleux.  En effet, elle est le  Elle se tient seule, avec serenite  et assurance. L'hospitallte de son foyer est offerte meme a Bessette, le non-invite, l'etranger. Dans l'optique du conte, elle fonctionne comme le lien qui relie Cotnoir, Emmanuel et l'auteur-narrateur.  Todorov ecrit  dans Poetique de la Prose, que dans le conte le mot 'personnage' signifie tout autre chose qu'une coherence psychologique ou descriptive: "Le 5 personnage dans la grammaire du recit n'est plus nom, i l agit." Et Madame Cotnoir agit avec courage. Tandis qu'il manque encore une etude approfondie du personnage, le monologue "exterieur" du Docteur Cotnoir laisse percevoir un cote de sa femme: "Notre maison de Longueil est le couvent ou elle s'est mise en religion, seule. Je n'ai jamais ete son 6  mari, je suis son frere convers."  II se peut qu'il y ait la une situation  qui explique l'alcoolisme du medecin. La situation est ebauchee mais pas developpee. Le conte court trop vite. La pierre de voute du recit est la mort de Cotnoir. D'une facon etrange, le Docteur Cotnoir est moins "type" que personnage. En depit de son absence (sa mort), i l est, curieusement, plus present dans le recit que les autres personnages. Nous avons deux descriptions de Cotnoir, l'une de son vivant, l'autre apres sa mort. Nous apprenons qu'il est medecin  - 8 alcoolique, mais consciencieux.  II pratique une medecine innovatrice a  l'endroit d'Emmanuel et dans son monologue, qui s'apparente a la technique "du ruissellement," i l nous livre ses pensees. En mourant, sa derniere phrase sera: "Un billet pour Quebec." II ne pense qu'a sauver la vie d'Emmanuel. Le mythe religieux est enseveli dans le conte.  Selon  Propp: "II est fort possible qu'il y ait un rapport naturel entre moeurs et religion d'une part, religion et conte d'autre part. Mais les usages profanes et les croyances religieuses disparaissent et leur contenu se 7 transforme en conte."  Le personnage de Cotnoir appartient au mythe  puisqu'il donne sa vie pour un autre. Avec 1*apparition de Bessette nous retrouvons le personnage comme fonction du conte.  A propos des Mille et une nuits, Todorov ecrit: "Le  personnage c'est une histoire virtuelle qui est l'histoire de sa vie . . . 8 Nous sommes dans le royaume des hommes-recit."  Le Docteur Bessette  apporte avec lui sa propre h i s t o i r e — i l est un homme-recit et nous verrons plus tard que ce fait s'insere dans la structure du recit.  Le personnage  de Bessette appartient aussi au conte par le rapport homme-animal que Ferron etablit en le comparant a un cheval: "le Temiscouateque qui l'ecoutait d'une oreille, le nez ailleurs, et trottinait, qui, cheval, 9  eQt piaffe."  L'oeil malefique du conte se manifeste dans "les petits  yeux insolents" de ce medecin. II possede son sobriquet a lui, "le Temiscouateque," tout comme la "Baba-Yoga" ou la "Carabosse," des contes merveilleux russes. II ne reste que des personnages secondaires.  D'abord, la voisine  malveillante qui represente la societe prete a renfermer Emmanuel. Elle  - 9 e s t l a Carabosse du c o n t e m e r v e i l l e u x : une  " l a v o i s i n e q u i e t a i t une 10  guepe, un a n i m a l c u r i e u x , m a l v e i l l a n t e t u t i l e  f a m i l l e A u b e r t i n , un r o i , une dirait-on. l ' a i r d'un  ..."  pie,  II y a la  r e i n e et l e u r s s i x jeunes p r i n c e s s e s ,  F i n a l e m e n t , l e b e s t i a i r e du c o n t e i n c l u t l e n o t a i r e q u i " a v a i t r a t , l e s l e v r e s p i n c e e s e t l e s d e n t i e r s t r o p grands," e t l e  notable Sauriat: " . . . v i v a n t s e u l dans son o f f i c i n e comme un gros c h a t 12 dans un t r o u , " e t l a l y c a n t h r o p i e e n c o r e , mais, en sens i n v e r s e , l e s r a t s enormes des s a l o n s m o r t u a i r e s : voulue,  "Quand i l s a t t e i g n e n t l a t a i l l e 13 on l e s t r a n s f o r m e t o u t simplement en croque-morts."  Un personnage e s t mis a p a r t , c e l u i du n a r r a t e u r . medecin, sans nom,  C'est un jeune  l e p o r t e - p a r o l e de l ' a u t e u r , l e v e h i c u l e par l e q u e l  l ' i r o n i e , l'humour, 1 ' i n t e l l i g e n c e e t l e s dons d ' o b s e r v a t i o n sont transmis. qui  de  l'auteur  I I j o u e l e r o l e du medecin, mais i l e s t a v a n t t o u t c e l u i  conte.  Tous ces personnages v i v e n t l e r e c i t en un c e r t a i n temps, i l s h a b i t e n t un c e r t a i n espace.  En ce q u i concerne l a duree du c o n t e , i l  f a u t r a p p e l e r l e s mots de J a c o b Grimm: IA c o n t e a des a i l e s . " vie  "La legende marche pas a pas;  Dans C o t n o i r , l ' a u t e u r ne nous p r e s e n t e pas  la  d'Emmanuel, i l nous f a b r i q u e un moment dans l a v i e d'Emmanuel.  r e c i t ne c o n t i e n t qu'une c e n t a i n e de pages, l e s c h a p i t r e s v o n t d'un mum  de q u a t r e pages a un maximum de s e i z e .  Le mini-  F e r r o n u t i l i s e l e s scenes  r e t r o s p e c t i v e s e t l e bouleversement de l a c h r o n o l o g i e ,  technique  qui  a p p a r t i e n t a u s s i b i e n au cinema, au nouveau roman qu'au c o n t e , pour son r e c i t s ' e n v o l e .  le  que  Nous v e r r o n s , dans l e t r o i s i e m e c h a p i t r e de c e t t e  etude comment l ' a u t e u r e m p l o i e des procedes de s t y l e t e l s que 1 ' e l l i p s e e t l e r a c c o u r c i pour donner des a i l e s a son  conte.  - 10 Quant a l ' e s p a c e e n c h a n t e , l e b i z a r r e e t l ' e t r a n g e ne se m a n i festent  dans l e r e c i t q u ' a p a r t i r du moment ou l e l e c t e u r se rend compte 15 que " l ' e s p a c e d e v i e n t magique," l e s mots de L o u i s V a x . Au C h a p i t r e I I I , nous l i s o n s :  " . . .  l e s maisons e t a i e n t redescendues a l a p l a c e mime  q u ' e l l e s o c c u p a i e n t avant l a n e i g e , r e s p e c t u e u s e s du c a d a s t r e du comte de 16 Chambly." O r , dans un r e c i t de type " r e e l , " meme l e r e e l d ' u n u n i v e r s fictif,  l e s maisons ne bougent p a s .  P o u r t a n t , dans un c o n t e " u n a r b r e  peut monter l e c h e m i n , " d i t P r o p p , " c e t t e l i b e r t e e s t un c a r a c t e r e 17 f i q u e du c o n t e . "  speci-  L e c o n t e permet a F e r r o n de b r i s e r l e s chaxnes q u i  r e t i e n n e n t l e r o m a n c i e r , de donner l i b r e cours a s a c r e a t i v i t e . peut a l l e r a s a g u i s e , t o u t en r e s p e c t a n t l e cadre du c o n t e . s ' a n i m e , l e decor r e f l e t e l ' e t a t  d'ame des p e r s o n n a g e s .  L'artiste  Le paysage  Pendant que son  mari meurt, Madame C o t n o i r entend c h a n t e r des o i s e a u x dans l e j a r d i n : " I I l u i semblait q u ' i l s fussent  tous des e t o u r n e a u x : pas une note p u r e , 18 l a v o i x d'une f a u v e t t e , seulement des c r i a i l l e r i e s " e t e l l e commence a s ' i n t e r r o g e r , a s ' i n q u i e t e r . Pour Emmanuel, s u r l e chemin de l a l i b e r t e , l e c i e l devient complice:  " P a r m i l e s e t o i l e s , i l y a v a i t un a s t r e q u i 19 p r e s i d a i t a s a c h a n c e ; Emmanuel l e v i t e t n ' e n d o u t a p l u s . " "Emmanuel 20 s e r a sauve" d i t Madame A u b e r t i n e t " L e s e t o i l e s r e v i n r e n t au f i r m a m e n t . " Le paysage s ' a n i m e e t l e decor a u s s i .  L a p r e s e n c e menacante de l a  t e t e d ' o r i g n a l dans l e s a l o n A u b e r t i n r e n f o r c e l ' i d e e de l ' a u t o r i t e du male, d ' A u b e r t i n " n i a l t r e chez l u i , " t a n d i s que l a s t a t u e Notre-Dame21 des-sept-douleurs prend:  ".  c a p a b l e de desarmer l a b e t e . male. ".  . . un p e t i t a i r s i m p l e e t n a r q u o i s , " L ' o r i g n a l represente  l e chasseur,  le  Les c a l e n d r i e r s c h o i s i s par l e m a r i pour s a femme a j o u t e n t :  . . a l a b r o u s s a i l l e des f o r e t s , au marais des  lacs  e t des r i v i e r e s , a  22 sa captivite des montagnes." Le theme de la femme renfermee, abandonee a la solitude, a la depression et a la folie par un mari parti pour la chasse est ebauche. Ferron traitera plus tard ce theme, avec succes, dans Les Roses sauvages. A cote de ce lieu irreel, enchante, existe le lieu reel, le Quebec. Ferron enracine son recit, par l'emploi de la couleur locale, dans la terre quebecoise:  "C'est le printemps des charognes. Apres, viendra 23 celui de la poussiere, chienne de vie!" II nous parle deux fois des patriotes, de Viger. "Un peu de sang, le bruissement des quenouilles, la splendeur de l'automne, tout cela sur une ligne reliant les mont Royal 24 et Saint-Bruno." Aussi, le train que prend Emmanuel passera par des lieux quebecois (tous portant des noms francais) et nous entendons toute une litanie quebecoise:  "Montreal, Quebec, Trois-Rivieres, Batiscan, 25 Grondines, Lorette, en finissant par Sainte-Anne de Beaupre." L'hiver du Quebec fournit a Ferron un des themes favoris du conte, celui du "jardin abandonne," Comme disait Louis Vax, le jardin abandonne 26 est pour l'homme toujours plus inquietant que la foret vierge. La porte de la maison Aubertin, qui donne sur la rue, est fermee pendant l'hiver. Cotnoir s'inquietait devant le jardin, parce qu'alcoolique i l avait l'haleine courte et menageait ses pas:  "Le plus court chemin eut  ete de passer par en avant; i l eut risque . , . de se cogner a une porte 27 condamnee. II contourna done la maison." Le medecin-narrateur eprouve, lui aussi, de l'anxiete devant la porte fermee, cette fois parce qu'il a 28 peur du chlen: "Je demandai: *I1 n'y a pas de chien?'"  Et ce sera  avec l'ouverture de la porte que le salut d'Emmanuel se fera annoncer.  - 12 Le soir ou Emmanuel s'en va, Madame Aubertin demande: "Mais pourquoi n'avez-vous pas passe par en avant? Je croyais la porte condamnee. Elle ne l'est plus, dit-elle presque joyeusement: mon mari l'a ouverte, ce 29 soir." Au depart d'Emmanuel: "La porte condamnee par l'hiver s'ouvre 30 a nouveau sur le printemps. Emmanuel sera sauve."  A la fin du conte,  la joie remplace l'anxiete. La fin du conte nous ramene a son commencement. Le mouvement du recit est circulaire.  Ce qui permet a l'auteur de batir une histoire  tendue, dense, ou toute l'action, toute l'intrigue nous preparent au denouement. Le point culminant du recit est le moment ou Emmanuel, la tuque sur la tete, se promene dans le cimetiere, denouement qui nous eloigne du roman traditionnel, dans lequel l'intrigue s'acheve souvent avant la fin du livre.  Le mouvement circulaire du recit permet aussi a  l'auteur de bouleverser l'ordre chronologique, comme i l l'a fait pour l'ordre normal et l'ordre moral des choses dans le recit. II est interessant de noter comment le recit suit de pres l a structure du conte de fees, le conte merveilleux, analyse par Propp: 1. Un membre de la famille s'eloigne de la maison (Emmanuel s'echappe). 2. Une interdiction est imposee au heros (ne pas se deculotter). 3. L'interdiction est transgressee ( a la maison Aubertin). 4. Le heros quitte la maison, 5. Le heros entre en possession du moyen magique (la casquette). 6. Le heros arrive incognito dans un autre pays (le chantier). 7. Une tache difficile est proposee au heros ("travaillez, restez sage"). 8. Le heros est reconnu (aux noces).  - 13 Le conte dans le conte, qui est l'histoire de Bessette, fournit un exemple de la loi du genre,proposee par Propp, selon laquelle la structure du recit exige que ne soient enfantees que des structures semblables, Le heros du "mini-conte" ressemble a Emmanuel, "une sorte d'imbecile, travailleur, honnete et pauvre." La femme qu'il epouse est aussi innocente: "Ils sont l'une et l'autre dans la trentaine et vierges: vous 31 voyez le portrait."  Ressemblant a Emmanuel, i l s agissent contre la  volonte de la societe qui les entoure. La morphine devient leur "moyen magique" pour echapper a la contrainte sociale. Eux aussi, i l s feront un voyage: ". . . i l s'allongeait pres d'elle, elle lui prenait la main 32 et i l s etalent ensemble dans une meme euphorie." Ferron nous presente un cadre reallste ou surgit brusquement, dans la vie d'Emmanuel, le fantastique. Dans le royaume des contes merveilleux, le surnaturel va de soi, mais dans le royaume du conte fantastique le surnaturel est inattendu.  La parente avec le genre fantastique  d'un recit qui commence avec le nombre magique de "Trois" et finit par 1'apparition insolite d'un fou dans un cimetiere ne peut pas etre douteuse. En effet, nous y trouvons des themes, des techniques du fantastique, tout au long du texte. Aux funerailles de Cotnoir, nous trouvons dans "la ceremonie qui se 33 ferait a l'envers"  le bouleversement de l'ordre normal, caracteristique  du fantastique. Une petite histoire a faire fremir le lecteur, celle du salon mortuaire ou les rats, se nourrissant des cadavres, deviennent des croque-morts. Le fantastique domine aussi dans la description bizarre des corneilles qui "sont toujours aux aguets. Quand i l y a relache,  - 14 34 elles approchent."  Et Ferron cite: "L'oeil? II n'y a rien de meilleur 35  pour une corneille qu'un oeil d'homme."  Dans la rencontre entre Auber-  tin et la demoiselle, assistante sociale, le fantastique surgit brusquement: "Le robot enleva ses lunettes et s'approcha de lui:  des petits 36  seins de rien du tout—pourquoi ne pas les enlever aussi?"  Du fan-  tastique aussi dans le melange heteroclite d'organes humains et animaux qui decrit 1*atmosphere du salon Aubertin dans lequel le medecin narrateur se trouve: "J'eus bien envie de . . . faire un bout de chemin dans cette ambiance ingenue et troublante de seins, d'ailes, de bees et 37 de cuisses."  Des maisons "qui redescendent" au train qui "va se con-  fesser," nous sommes eri plein pays fantastique. 38 Dans son livre The Uses of Enchantment,  le psychiatre Bruno Bet-  telheim explique le role que jouent les contes de fees pour les enfants, celui de les calmer; les contes fantstiques agissent-ils en sens inverse pour les adultes, non pour les calmer, mais pour les exciter? II ecrit que, pour calmer leurs terreurs, i l ne faut pasidonner aux enfants trop d'explications sur ce qui est cache dans le conte. De la meme facon, Ferron emploie les procedes du conte, en faisant appel a notre inconscient collectif pour communiquer ses idees sur la societe, done, par une  com-  plicite entre l'auteur et le lecteur, plutot que par un "engagement" de sa part. Cette complicity s'etablit dans une forte mesure par l'emploi du comique. L'humour prend plusieurs formes: c'est celui tantot grossier des fabliaux, par exemple quand Aubertin dit a la voisine: "Plumee, vous 39 l'etes depuis longtemps;" celui tantot noir du fantastique: "Le mort  40 ne s'aidait guere;" celui tantot malicieux, comme dans la description de Bessette surveillant les croque-morts: "Le grand croque-mort dirigeait la manoeuvre, la face d'une maquerelle surveillant la parade de ses pu41 tains a cote d'un client tres age et tres digne;" celui tantot macabre de l'histoire du salon mortuaire, des cadavres decapites et sans culottes; celui tantot badin: "Mais i l tombe mal; la statue de la chambre a coucher a referme sa poitrine: poignard!  fini le petit jeu du court-cible et du 42 Fini le cirque du menage!"  L'humour, 1'imagination, l'observation vive, l'amour des mots et de la langue du conteur demontre la pleine possession de ces dons qui seront aussi utiles pour un romancier que pour un conteur.  Cotnoir marque  la vraie transition entre conteur et romancier, parce que le recit n'est ni vraiment conte ni vraiment roman. Dans le conte, l'auteur se sent presse, i l lui manque le temps de divaguer, tendance qui gate quelquefois l'oeuvre de Ferron. Nous voyons, neanmoins, le romancier naissant dans la belle description d'Emmanuel, coince entre deux trains: "Soudain les rails se mirent a vibrer. Un faisceau de lumiere le frappa. Aveugle, i l voulut fuir. Mais en sens inverse un autre projecteur venait vers lui. De ses yeux eblouis un bruit strident monta dans sa tete. Les deux trains se croiserent dans un tintamarre infernal. Emmanuel ressentit l'haleine 43 chaude des deux engins." Dans les themes ebauches, nous voyons un riche filon a creuser pour le futur romancier.  Mais le dialogue dans Cotnoir reste le dialogue du  conte, on n'y entend que la voix du narrateur. Plus tard, dans Le SaintElias, nous verrons le fruit de la lente maturation de 1'artiste.  Notes  1 Vladimir Propp, Morphologie du conte, traduit du russe par Claude Ligny (Paris: Gallimard, 1970). 2 Jacques Ferron, Cotnoir (Montreal: Editions du Jour, 1970), p. 27. 3 Cotnoir, p. 86. 4 Rejean Robidoux et Andre Renaud, "Cotnoir" dans Le roman canadienfrancais du vingtieme siecle (Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966), p. 187. 5 Tzvetan Todorov, Poetique de la Prose (Paris: Editions du Seuil, 1971), p. 128. 6 Cotnoir, p. 80. 7 Vladimir Propp, Morphologie du conte, traduit du russe par Claude Ligny (Paris: Gallimard, 1970), p. 177. 8 Tzvetan Todorov, Poetique de la P rose (Paris: Editions du Seuil, 1971), p. 85. 9 Cotnoir. p. 17. 10 Cotnoir. p. 47. 11 Cotnoir, p. 11. 12 Cotnoir, p. 71. 13 Cotnoir. p. 74. 14 Jacob Grimm, Deutsche Mythologie I, XIV. - 16 -  15  Louis Vax, L'Art et la litterature fantastique (Paris: Presses Universitaires de France, 1970). 16 Cotnoir, p. 31. 17  Vladimir Propp, Morphologie du conte, traduit du russe par Claude Ligny (Paris: Gallimard, 1970), p. 186. 18 Cotnoir. p. 25. 19 Cotnoir. p. 90. 20 Cotnoir. p. 89. 21 Cotnoir. p. 37. 22 Cotnoir. p. 39. 23 Cotnoir. p. 34. 24 Cotnoir. p. 32. 25 Cotnoir, p. 91. 26 Louis Vax, L'Art et la Litterature fantastique (Paris: Presses Universitaires de France, 1970). 27 Cotnoir. p. 33. 28 Cotnoir. p. 85. 29 Cotnoir. p. 86. 30  Cotnoir. p. 89.  - 18 31 Cotnoir. p. 59. 32 Cotnoir. p. 60. 33 Cotnoir. p. 21. 34 Cotnoir. p, 79. 35 Cotnoir. p. 79. 36 Cotnoir. p. 41. 37 Cotnoir. p. 87. 38 Bruno Bettelheim, The Uses of Enchantment (New York: Knopf, distributed by Random House, 1976). 39 Cotnoir. p. 48. 40 Cotnoir. p. 20. 41 Cotnoir. p. 69. 42 Cotnoir. p. 64. 43 Cotnoir. p. 89.  Chapitre II:  Jacques Ferron, romancier (sur Le Saint-Elias)  ". . .11 n'est peut-etre pas de plus belles pages, dans cette oeuvre, que celles ou le cure Tourigny improvise, a l'exterieur de l'eglise, une ceremonie a la memoire de son ami le docteur Fauteux, qui s'est suicide . . ." Gilles Marcotte  De Cotnoir au Saint-Elias nous passons du conte au roman. La presence du conte, remarquablement forte dans Cotnoir, cede la place a une presence plus diffuse dans le Saint-Elias. Le Saint-Elias n'est ni un Nouveau Roman ni meme un Vieux Roman. II n*appartient ni a cette classe de romans, tels de veritables casse-tetes intellectuels qui tournent sur eux-memes dans une sterilite evldente, ni a cette classe de romans dans lesquels regne l'impassibilite d'un Flaubert. Par contre, le SaintElias est un roman ecrit par un faiseur de contes, qui fait appel aux battements de nos coeurs, aux tambours de nos oreilles, au ressac de l'ame. Voila la raison pour laquelle 1'appreciation croissante de l'oeuvre de Ferron surgit du cote des etudiants et non du cote des professeurs. Comme disait Jean Pierre Boucher: "J'ai pu me rendre compte depuis 1970 de la popularity grandissante de Jacques Ferron aupres de mes 1 etudiants." Dans cette etude, nous essayons de demontrer comment le Saint-Elias et Cotnoir doivent leur succes a la presence du conte. Dans Cotnoir i l s'agit du conte dans un etat presque cru, tandis que dans le Saint-Elias i l s'agit du conteur. L'auteur est le conteur, un faiseur de contes qui - 19 -  -  20 -  enseigne les lecons du passe a son peuple (les Quebecois) et qui, dans le present, les detourne du mauvais chemin pour les mettre sur le bon. Puisque les lecons du conteur sont les lecons de la vie, l'auteur parle, non seulement aux Quebecois, mais a nous tous, dans notre condition humaine. Le titre du Saint-Elias se rapporte au trois-mats lance a Batlscan, qui devient le symbole de la liberte quebecoise. Jean Marcel fait re2  marquer que le symbole n'a pas de place dans le conte.  Seul le roman  peut fournir la duree suffisante pour le developpement d'un symbole. Nous avons deja. quitte le royaume du conte pour entrer dans le monde du roman. Non seulement le titre mais l'ouverture du roman nous signale que le rythme accelere du conte n'y tient plus. Le rythme de l'ecriture . s'etablit des la premiere phrase, longue et lente: "Entre les semences et les foins, parmi un grand concours ou l'on remarquait 1'absence des voisins de Sainte-Anne-de-la-Perade et de Champlain, on lanca un troismats a Batiscan, qui devait aller au-dela des passes de Terreneuve, gagner 3 les Bermudes et les Antilles."  La duree du livre est celle du roman,  celle d'une vie humaine. Cotnoir presentait un moment dans la vie d'Emmanuel, tandis que, dans le Saint-Elias, pere, fils et petit-fils se succedent, tous les degres de filiation que le commun des hommes peut esperer voir passer. Avec cette ouverture, meme si nous sommes entres dans le monde du roman, la sorcellerie du conte est toujours presente. Deja nous pouvons entendre la voix du conteur qui touche aux ames de son auditoire: "Entre les semences et les foins," ce qui veut dire entre Alpha et Omega, entre le commencement et la fin, entre la conception et la mort. Nous pouvons meme sous-entendre la formule magique du conte—  - 21 i l y avait une fois . . . entre les semences et les foins. Cette phrase de debut annonce non seulement la duree du roman mais son espace, Batiscan. Toute 1*action du roman se passe dans la paroisse de Batiscan. Au lancement du trois-mats, on remarquait, en aparte, l'absence des voisins des paroisses d'a cote. Nous apprenons plus tard que Monseigneur Elias Tourigny ne prend aucun interest dans les affaires 4 survenues ". . . a l'etranger, en dehors des limites de sa paroisse." Cet espace ne possede rien de feerique ni de fantastique. L'auteur decrit une seule paroisse, monde clos, ou les gens se sont enfermes, ". . . reduits a ne compter que sur nous-memes—c'etait la condition de notre salut: un peuple qui compte sur un autre y perd son ame et sa 5 foi."  Pour les Quebecois, des la Conquete, le monde s'est retreci et  avec la Confederation, selon Ferron, i l s etaient bel et bien emprisonnes. Les limites de la paroisse font ressortir le monde exterieur des voyages. Le seul moyen de s'echapper fut de construire un navire, autrement dit, de se liberer. L'espace dans le roman ne possede rien du fantastique, au contraire, c'est la realite, et le reve c'est le Saint-Elias qui devient le moyen magique (du conte) pour s'echapper, tout comme le tapis volant. Pourtant, i l existe deux autres espaces dans le texte, celui du royaume de Mithridate ou nous redecouvrions le melange de mythe et de conte et celui d'Erewhon, pays fantastique. Dans une de ses rares references culturelles, Ferron mentionne Erewhon (Nowhere), roman ecrit a 6  Montreal par Samuel Butler.  Erewhon est un pays mythique ou le peuple,  refusant de se servir des machines, prend son destin en main, autre lecon pour les Quebecois, Dans le Saint-Elias le rythme ne vole plus a la vitesse du conte, l'espace est un espace reel, mais Ferron continue nean-  - 22 moins de se servir du mystere et du fantastique (ce qui veut dire du conte) par petites touches. II en est de meme quant aux personnages.  Leur nombre n'est plus  restreint comme dans le conte. II y a les personnages principaux, le chanoine Elias Tourigny, le docteur Fauteux, le vicaire Armour Lupien, Philippe et Marguerite Cossette, et toute une foule de comparses. Les personnages du Saint-Elias se revelent plutot par leur facon d'agir que par des descriptions detaillees des traits physiques ou moraux. Mais Ferron tisse des mythes autour d'eux. Philippe (le proprietaire du pont peager de Batiscan) est surnomme Mithridate, roi du Pont.  C'est le type  du Quebecois (rare jusqu'a nos jours) qui reussit dans le monde des affaires, le domaine des Anglais. En faisant ce trafic, i l s'est empoisonne, corrompu, anglicise. Nous lisons qu'une grande partie de la cargaison du Saint-Elias (dont Philippe est le proprietaire) comporte des pots-de-vin pour l'eglise et la politique: "De ces vins et spiri7 tueux, i l y en eut pour la religion et la politique."  Philippe Cossette  represente un danger qui guette chaque Quebecois, l'ennemi a l'interieur, la partie de lui-meme qui devient anglicisee. Ferron tisse un autre mythe autour de la femme de Philippe, Marguerite, et autour du docteur Fauteux (Faustus). C'est le mythe de Faust, mythe fantastique. Quelle 8 histoire plus fantastique que celle d'un homme, vieux, qui rajeunit? Mais l'histoire de Faust au Canada n'est pas la meme qu'en Europe. Au Canada fran?ais, ce Faust ne rajeunit pas, i l choisit un avatar, le jeune pretre Armour Lupien qui tombe amoureux de Marguerite. Comme dit Ferron: "II se peut que les histoires des vieux pays nous parviennent tout embrouillees et ne soient bonnes qu'a nous meler les idees, admit le  - 23 chanoine.  ,9  La litterature quebecoise sera independante, elle aussi.  En Amerique, i l n'est plus question de cette curiosite effrayante qui, dans la litterature europeenne, pousse chaque Faust a sa damnation. II n'est plus question de Mephistopheles car le docteur Fauteux porte en lui-meme son diable, cette intelligence superieure, qui est, comme la beaute, autant malediction que benediction. Avec un Faust sans curiosite, i l est fort probable que le Don Juan d'un tel continent soit sans ennui. Les mythes se metamorphosent d'un continent a 1'autre. Nous retrouvons la relation homme-animal, homme-oiseau dans les descriptions de plusieurs personnages.  Le chanoine se demande a propos  du jeune pretre: "Ah, doux Jesus! pourquoi m'avoir envoye un gibier de la sorte? Je ne connais rien aux animaux sauvages. Pourquoi ne pas m'avoir confie un veau gave des sa naissance, encore repu des caresses 10 de sa mere?" Et le docteur Fauteux de se decrire: ". , . je suis  11  l'homme que vous dites, pervers et mechant, une sorte de grand rat noir." Nous reconnaissons 1'homme-oiseau a propos de Monseigneur Lafleche: "Le nez busque, les yeux pergants, i l donnait 1'impression d'un oiseau de 12 proie pris au piege." A propos de Marguerite (la femme-oiseau) devenue une tres vieille femme: " . . . elle vivait seule dans une maisonnette 13 tel un oiseau sagace et muet dans une cage de bois." Plus interessante encore est la description de Marguerite, jeune femme, qui sera repetee (avec variantes) plusieurs fois a travers le recit:  "Elle avait le feu  dans le regard, l'oeil un peu bride, la chevelure lourde, noire, opulente, 14 et restait sans enfant apres trois ans de mariage."  Dans cette repeti-  tion, on peut entendre la voix incantatoire du conteur qui se lie de complicite avec son auditoire. Ferron se sert de la sorcellerie du conte  - 24 -  et des mythes pour erabellir son recit, ce qui rappelle les mots de Virginia Woolf, qui affirmait que la prose est incapable de sauter d'un seul bond au coeur meme du sujet, comme le font les poetes et que le roman de l'avenir doit emprunter a la poesie de l'incantation et du mys te re. Si nous mettons a part 1*etude du temps, de 1'espace et des personnages, res te-t-il d'autres vestiges du conte dans Le Saint-Elias? Oui, et nous en trouvons dans l'ordre normal (des choses) bouleverse: "Elle renversait les elements de la parabole; son cure devenait la brebis parti 15 a la recherche du Bon Pasteur perdu." II y en a dans l'ordre moral bouleverse, quand l'abbe Normand retournait, saoul, du bapteme: " . ... dans la caleche de Sa Grandeur en benissant tout ce qu'il rencontrait le 16 long du chemin, meme les vaches et les cochons."  Nous retrouvons la  beaute etrange du conte dans le mauvais augure qui presage la mort du jeune pretre, les oiseaux dans le jardin: "A ce moment, trois mainates, l'oeil etincelant, trois males a la fois beaux et terribles, descendirent dans la cour et se mirent a marcher d'un pas saccade et militaire vers les oiseaux gentils, les pinsons et les gros-becs, qui l'un apres l'autre s'envolerent."  Notons, en passant, le chiffre trois, chiffre prefere  de Ferron et du conte. Pendant 1'etude de Cotnoir, nous avons confirme la these de Propp que le conte ne pouvait engendrer que le conte. Par contre, dans Le Saint-Elias, "l'histoire dans l'histoire" ne ressemble en rien au conte. II s'agit de l'histoire du roman ecrit par Armour Lupien dans sa jeunesse. Une hlstoire d'amour, une jeune f i l l e sauvee de la noyade par un jeune  - 25 homme. Pourtant, meme i c i , la voix du conteur s'eleve. II enseigne une lecon d'histoire a la tribu.  II satirise les primeveres de la littera-  ture canadienne-frangaise: "Quelle fut 1'emotion du pere quand i l vit 18 appara£tre David tenant dans ses bras le corps inerte de sa f i l l e . " Quelle drole d'histoire! Mais Ferron pardonne leurs maladresses et peutetre f a i t - i l i c i un plaidoyer pour lui-meme: "Et peut-etre avait-il raison, car ce roman, malgre ses maladresses, touchait a ce qu'il avait 19 de plus personnel, de plus cher en lui."  Tout ce que nous avons etudie  du conte jusqu'a ce point dans le Saint-Elias se manifestait deja d'une fagon ou d'une autre dans Cotnoir. Pourtant, i l y a dans le Saint-Elias deux manifestations nouvelles de la presence du conte qui sont absentes de Cotnoir. Max Luthi, titulaire de la chaire de litterature folklorique a l'Universite de Zurich, note dans son ouvrage sur la nature des contes 20 de fees, " . . . que l'on trouve souvent des enigmes dans ces contes, qu'il • existe meme des dialectes, celui de Lorraine, par exemple, ou le meme mot represente l'enigme et le conte de fees." L'enigme que l'abbe Lupien lance du haut de la chaire de l'eglise en est un bon exemple: "C'est le FIls, disait-il, qui a engendre le Pere, et le Pere par re21 connaissance a cree pour nous la voute des cieux."  Les enigmes donnent  un peu de ce mystere dont parlait Virginia Woolf. Luthi fait remarquer aussi que les auteurs des contes de fees aiment la confrontation entre deux intelligences, ce qui decrit parfaitement la relation que Ferron etablit entre Monseigneur Elias Tourigny et le docteur Fauteux.  En effet,  le chanoine Tourigny se facha de ne pas avoir eu 1'occasion de causer avec son ami, sur l'enigme lancee du haut de la chaire: "II lui aurait  - 26 tant p!u de pouvoir, apres coup, echanger avec lui des commentaires sur 22 le sermon de son vicaire."  II se peut que les confrontations entre  ces deux esprits soient un des meilleurs plaisirs que nous tirons du recit. La deuxieme manifestation de la presence du conte se revele pendant le premier dejeuner auquel le jeune pretre est invite. Max Liithi dit que, dans les contes de fees, les relations entre les personnages ne sont jamais exprimees par des mots. Au contraire, elles sont exprimees par des objets. Liithi dit que " . . .  leurs sentiments interieurs ne sont pas de-  peints en detail. Mais i l s deviennent visibles a l'exterieur, pour ainsi dire. La relation entre la princesse et son sauveur se manifeste d'une 23 maniere concrete dans la bague qu'elle attache a ses cheveux a lui." Dans le Saint-Elias, 1'ambiance du premier dejeuner auquel est invite le jeune pretre s'exprime dans une seule phrase, dans un objet concret: "On 24 avait servi un vin brule, fauve et sucre."  Les sentiments interieurs  de Marguerite et du jeune pretre s'exteriorisent dans le vin servi a table. Si nous examinons Le Saint-Elias dans l'optique du conte, bien des choses s'y revelent ou s'expliquent. Dans Cotnoir, nous avons decouvert du fantastique allie au comique. Dans Le Saint-Elias, Ferron ne se sert du fantastique que par petites touches. Le fantastique surgit dans la conversation entre le chanoine et le medecin: "Seulement je remarque que, depuis la mort de votre femme, votre banc dans la grande allee reste toujours vide." "Ma femme continue 25 de l'occuper, vous ne la voyez done pas?"  II paralt aussi dans la  description de cette idole rapportee de l'Afrique par les marins du Saint-  - 27 Elias:  "La grande idole peule, assise, la taille disproportlonnee aux  membres inferieurs, les seins globuleux aux tetins plus gros qu'un pis de vache, les oreilles trop longues, la face plate a la bouche beante, 26 armee de dents terrifiantes . . ."  Elle est non seulement fantastique,  cette idole, mais elle nous signale aussi que la pudeur ne tient plus au Quebec. L'histoire de Faust, comme nous 1'avons deja notee, est une histoire vraiment fantastique. Pourtant, ce Faust quebecois ne rajeunit pas, i l prend comme avatar le jeune pretre, ce qui rend cette adaptation moins fantastique et plus proche de la realite.  S'il ne se sert du  fantastique que par petites touches dans l'etendue du recit, en revanche, Ferron met du fantastique, du comique et du merveilleux dans le grand chapitre, le chapitre VIII, celui des funerailles du docteur Fauteux. A ce point culminant du livre, 1*experience theatrale de Ferron se manifeste et nous avons 1'impression que le chapitre devient scene. En effet, a cause de la presence du conte, l'auteur cree non simplement une scene theatrale, mais plutot une pavane pour un Faust mort. Le repoussoir de cette scene fantastique et triste se trouve dans le chapitre ou la phalange des marins du Saint-Elias menacent Monseigneur Lafleche dans une scene theatrale et comique. Cependant, dans ce chapitre, les procedes du conte ne sont pas employes et le chapitre devient une scene theatrale mais qui ne manifeste ni le beau ni le bizarre du conte. Apres 1'etude de la presence du conte dans les details du roman, nous passons a 1'etude de la presence du conte dans la composition du roman. Ferron a dit lui-meme qu'un de ses buts en ecrivant etait "de 27 passer d'un folklore a un humanisme."  Ce n'est pas dans 1'etude des  details que nous pouvons remarquer ce passage, mais plutot dans 1'etude  - 28 de la composition de l'oeuvre. La premiere chose que nous decouvrons apres 'une lecture globale' de l'oeuvre est le fait que le deuxieme chapitre tient une place a part. L'auteur aurait pu laisser tomber tout ce chapitre sans nuire a son histoire.  Pourquoi, done, a-t-il raconte  l'histoire bizarre de ce jeune officier allemand dans l'annee 1777? 28 Dans Le Portuna, Yves Taschereau etablit pour nous la genealogie de Ferron jusqu'a ce jeune officier.  Dans Le Saint-Elias, i l s'agit de la  genealogie du docteur FAuteux. Ce chapitre merite d'etre examine parce qu'il nous fournit la cle de l'oeuvre. Le conteur profite de ce chapitre pour enseigner l'histoire a la tribu. La reponse a la question posee par le chanoine au chapitre precedent, "Qui etes-vous, gens de Batiscan?" commence par la reponse a la question "Qui etiez-vous gens de Batiscan?", Pour les Quebecois, une connaissance du passe est la premiere condition d'une marche vers l'avenir. Le conteur parle de ". . . 1'occupation de 29 notre pays par les Allemands durant l'hiver de 1776-1777." II mentionne aussi L'Institut canadien avec tout le cenacle de libre-penseurs quebecois: "Quand les Papineau, les Dessaules, les Doutre et les Dorion passent a 30 Batiscan, ils trouvent chez lui glte et couvert."  La voix du conteur  s'eleve dans tout le roman. Au chapitre suivant cette exposition de genealogie, l'auteur, au beau milieu d'un recit impersonnel, laisse percer cette voix: "A la fin de sa vie, i l fallut lui donner un co-adjuteur. II se retira a 1'hospice des soeurs de la Providence. Mon pere fut son ser31 vant de messe."  Artifice du conteur qui rassure son auditoire de son  honnetete (tout ce que je vous dis est vrai puisque mon pere a moi y etait), artifice de l'auteur qui, une fois de plus, serre le lien de complicite entre conteur et auditoire.  - 29 -  Ferron tire du passe plusieurs sortes de lecons. II note que 32 "L'Eglise disposait d'un pouvolr politique enorme . . ." "Ce pouvoir fou et malfaisant d'une Eglise nationale, inconsciente de sa mission, qui 33 se laissait manipuler par les diplomates du Vatican . . . " L'Eglise, au Quebec, maintenait le statu quo, le haut clerge, voulant par-dessus tout la survivance de l'Eglise, se liait avec 1'administration britannique.  Le bas clerge s'interessait davantage au peuple. Au chapitre VI,  i l enseigne une lecon de politique quand i l parle d'Estelle: " . . .  la  f i l l e du boss qui, tel un monsieur Grandbois ou un monsieur Power, a la suite de combines dont i l ne saurait etre question, s'est merite des con34 cessions forestieres."  II denonce en Monsieur Grandbois les gens qui  ont exploite et ravage les forets du Quebec et en Monsieur Power, la Corporation Power de Montreal une des geants du monde capitaliste.  Vers la  fin du roman, i l enseigne une lecon d'ecologies "Le pin qui ne coutait guere au debut du grand ravagement des Laurentides, augmenta de prix puis 35 devint introuvable." Dans une reference aux actes terroristes de nos jours, i l denonce le premier ministre du Canada, Trudeau: " . . . queteux, i l ne pouvait pas parce que ca demande du savoir-vivre et du talent et qu'il n'etait 36 bon qu'a faire peur."  II s'agit d'une reference au climat de terreur  si bien evoque dans le film quebecois "Les Ordres" de Michel Brault. Apres la mort de Pierre Laporte, la Gendarmerie Royale du Canada, la police provinciale du Quebec et les militaires, sous les ordres de Trudeau, ont impose la loi martiale au Quebec. Quand i l s'agit des lecons du present, le conteur s'adresse a un auditoire qui depasse le Quebec, ce qui rend le roman plus interessant.  - 30 Ferron, par la voix du conteur, reussit a mettre sous son scalpel presque toutes les professions de notre societe moderne—les professeurs, les avocats, les medecins. Quant aux professeurs, peut-etre Ferron leur en veut-il de l'avoir classe 'farceur'? II ecrit, a propos du jeune pretre qui n'est bon qu'a devenir professeur a l'Universite Laval: "Vous etes abstrait, livresque, incapable de vous mettre a la portee des simples 37 . . ." Ses paroissiens, quand i l parlait du haut de la chaire n'y comprenaient rien:  ". . .11 n'avait pas la meme facon de parler que  ses paroissiens; pour tacher de la comprendre, ceux-ci suaient a grosses gouttes mais ils n'y parvenaient pas; . . . sa cure le rendait infiniment malheureux. II pouvait toujours se dire qu'a la Faculte des Lettres, au 38 moins, on le comprendrait." Ferron accuse les juges de rendre justice, non aux faits mais aux belles paroles: "Dieu n'est pas un juge de la Cour de circuit.  Ces juges, vous vous en etes rendu compte, donnent rai39 son a ceux qui ont de belles paroles." La critique des gens se fait toujours du cote de la parole. Ce qui importe pour cet ecrivain quebecois, ce sont les peches contre la verite, les peches de la parole. Envers les  peches de la chair, i l se montre beaucoup plus tolerant. Quand i l parle d'un des rares medecins estimables de son oeuvre, ce qui manquait a ce medecin est evidemment les belles paroles (les mensonges): "Le medecin de la Perade etait estime par ses confreres et peu aime,des populations qui le trouvaient trop brusque et mauvais guerisseur parce qu'il mettait 40 trop de franchise dans un art qui n'en demande guere."  II reproche aux  professeurs leur incapacite de communiquer avec le peuple, aux juges leur penchant pour la flatterie, aux medecins leur besoin d'etre hypocrites. II denonce les gens a scandale, "qui denoncent souvent le scandale parce  - 31 41 qu'ils l'ont dans le coeur . . ."  II parle du docteur Fauteux comme  "un homme ruse": "Un homme a un quota de gens de meme espace, de meme tribu, avec qui i l entretient des relations faciles et naturelles, en toute reciprocity; i l avait depasse le sien et devait voir, chaque jour, 42 des inconnus avec lesquels i l ne tenait pas du tout a lier connaissance." Une autre bonne lecon pour nous qui vivons dans un monde ou nos connaissances se multiplient constamment. De 1'etude de la presence du conte dans les details du recit, nous passons maintenant a 1'etude de tout un chapitre du roman dans laquelle une telle presence se manifeste d'une facon remarquable. Ici le conteur donne libre cours a son imagination, i l touche a tout un registre incantatoire. Tous les procedes que l'on emploie dans le conte, le fantastique, le comique, la feerie, le merveilleux, donnent le ton et la couleur a ce grand chapitre. II s'agit des funerailles du docteur Fauteux, celebrees par le chanoine Tourigny. A cause du suicide du medecin, l'Eglise exige que la ceremonie funebre soit sans pompe, mais le chanoine qui eprouvait tant d'amour et de respect pour son ami, fait, hors de 1'egUse, une ceremonie destinee a rester longtemps dans la memoire de tous les gens de Batiscan. Cette ceremonie occupe tout le chapitre et nous y decouvrons toute la puissance etrange et belle du conte. Le ton s'etablit au debut du chapitre quand le chanoine, dans un bouleversement de l'ordre moral, se fache contre Dieu: "Ecoutez, Vous, si vous m'envoyez une seule goutte de pluie, ce n'est pas dans la grange de la Fabrique, c'est dans l'eglise de Batiscan que je me pendrai . . ."  En-  suite, les villageois s'etonnent devant ce bouleversement. Puisqu'il est defendu de sonner le glas pour un suicide, le chanoine ordonne qu'il sonne  - 32 toute la nuit. Le jour suivant, 11 y a un midi sans angelus et l'eglise reste fermee pendant les funerailles. Tout cela ajoute au tragique du recit. La ceremonle a lieu en plein air et 1'experience theatrale de Ferron (qui a ecrit pour le theatre) evidemment y compte pour beaucoup. Le grand catafalque est monte sur le parvis de l'eglise et tout de suite nous voyons de la feerie du conte dans " . . . entoure de six grands 44 chandeliers d'or." Le fantastique est la, aussi, dans la corde que porte le chanoine sur l'orfrois de son chasuble, cette corde dont le docteur s'est servi pour se pendre. A la fin du chapitre, l'auteur se sert du fantastique encore avec cette grande idole fabuleuse que l'on met comme pierre tombale. Tout pres du fantastique, nous decouvrons, sinon du comique, du moins de l'humour, dans la phrase:  "De par mon autorite  de cure inamovible de Batiscan, j'ai decide que Dieu prendrait l'air, 45 meme s i la journee laisse a desirer avec son temps couvert . . ."  Au  fantastique et au comique vient s'ajouter le merveilleux. Quand le chanoine se tourne vers 1'assistance, " . . . devenue s i nombreuse qu'il eut peur car i l n'avait guere de voix et aurait voulu que tous l'entendissent. II ne se rendit pas compte que les nuages bas et un faible vent soufflant 46 vers le fleuve le favorisaient."  Tous ces procedes ajoutent au senti-  ment de grandeur que nous eprouvons devant une telle ceremonle. Le conteur se lie encore avec son auditoire dans les deux descriptions repetees, celle de Marguerite  11 0  plus belle que jamais, le feu dans le 47  regard, l'oeil bride, la chevelure lourde et noire,"  celle de l'idole  "peule, assise, la taille disproportionnee aux membres inferieurs, les seins globuleux aux tetins plus gros qu'un pis de vache, les oreilles trop  - 33 longues, la face plate a la bouche beante, armee de dents terrifi48 antes . . ." Pendant la ceremonie, deux voix s'elevent, une voix d'homme, une voix de femme. Avec la premiere voix, i l s'agit de l'ironie, figure de rhetorique souvent utilisee par Ferron et qui appartient a la litterature fantastique parce qu'elle comporte un bouleversement du sens normal des mots: "Une voix de baryton chantait de facon sardonique: 'Frappez 49 et l'on vous ouvrira.'" Avec la deuxierae voix, le rapprochement avec le conte est plus clair:  "c'est Madame Saint-Louis de Machiche, celle  dont la gorge se gonfla comme celle d'une colombe lorsqu'elle s'emotionne 50 en chantant . . ."  De cette relation femme-oiseau du conte, le choix  de la colombe fournit a l'auteur le moyen de tirer une signification speciale de cet incident. Ferron accomplit dans ce chapitre ce "passage d'un folklore a un humanisme" que nous avons deja mentionne. L'eglise reste fermee, le peuple se trouve dehors et cette voix de femme change: "Seigneur! Seigneur! si j'ai frappe et que tu ne m'as pas repondu, c'est 51 que ta maison est vide et que tu te trouves parmi nous."  La colombe  etant le symbole du Saint-Esprit, de cette ceremonie d'autrefois le conteur tire une lecon pour l'eglise catholique d'aujourd'hui.  C'est-a-dire  qu'il se peut que le Saint-Esprit se trouve aussi bien chez le peuple que chez le pape. Cependant, en bon conteur, l'auteur previent ses lecteurs contre les dangers qui peuvent arriver s i le peuple decide de rejeter les vieilles traditions pour s'en imposer des nouvelles. Au beau milieu de la ceremonie, un Irlandais (d'une race dont le temperament, comme celui des Frangais, monte vivement) a f a i l l i defoncer les portes de l'eglise parce qu'il ne comprenait pas tres bien ce qui se passait:  - 34 "Tous les ecclesiastiques presents comprirent alors a quel danger on 52 s'expose quand on Improvise une ceremonie." Si l'on rejette l'autorite et le pouvoir central de l'Eglise, au lieu d'une moralite objective, on aboutit a une moralite subjective, ce qui pourrait ouvrir la boite a Pandore. L'humanisme de Ferron se revele aussi dans la lecon de charite envers les suicides qu'enseigne le chanoine pendant les funerailles. 53 portant autour du cou " . . .  une affreuse corde qui m'etrangle,"  En  i l  temoigne de sa misericorde envers le coupable. Le traitement des fous au passe etait beaucoup plus humain que ce que nous leur offrons aujourd'hui, 1'incarceration. Par contre, le traitement des suicides s'est beaucoup ameliore de nos jours. Ferron a fait de ce chapitre (a cause surtout de la presence du conte) un des plus beaux de toute son oeuvre. Cotnoir est un conte-roman ou un roman-conte dont la vrai signification a echappe a la critique universitaire. Jacques Ferron n'est pas un farceur mais un conteur. Avec Le Saint-Elias, i l a reussi a developper son talent d'ecrivain a un tel point que personne ne doute plus de son merite.  Notes 1 Jean-Pierre Boucher, Jacques Ferron au pays des amelanchiers (Les Presses de l'Universite de Montreal, 1973), p. 5. 2 Jean Marcel, Jacques Ferron malgre lui (Montreal: Editions du Jour, 1970), p. 87. 3 Jacques Ferron, Le Saint-Elias (Montreal: Editions du Jour, 1972), p. 11. Le Saint--Elias, P. 107. 5 Le Saint-•Elias, P. 16. 6 Le Saint-•Elias, P. 181. 7 Le Saint--Elias, P. 61. 8 Eric Rabkin, The Fantastic in Literature (Princeton: Princeton University Press, 1976), p. 210. 9 Le Saint-Elias. p. 110. 10 Le Saint-Elias. p. 43. 11 Le Saint-Elias. p. 98. 12 Le Saint-Elias. p. 145. 13 Le Saint-Elias. p. 181. 14 Le Saint-Elias. p. 45. 15 Le Saint-Elias. p. 71.  - 36 -  16  Le Saint-Ellas, p. 86.  17 Le Saint-Elias. p. 112. 18 Le Saint-Ellas, p. 80. 19 Le Saint-Elias. p. 81. 20 Max LUthi, Once upon a time; on the Nature of Fairy Tales, translated by Lee Chadeayne and Paul Gottwald, with additions by the author (New York: F. Ungar Publishing Co., 1970), p. 131. 21 Le Saint-Elias. p. 48. 22 Le Saint-Elias. p. 49. 23 Max LOthi, p. 51. 24 Le Saint-Elias. p. 57. 25 Le Saint-Elias. p. 39. 26 Le Saint-Elias. p. 128. 27 Jean Marcel, p. 26. 28  Yves Taschereau, Le Portuna (Montreal: Editions de l'Aurore. 1975), p. 89. 29 Le Saint-Elias. p. 21. 30 Le Saint-Elias. p. 28.  31 Le Saint-Elias  p. 34 (nous soulignons).  32 Le Saint-Elias  p. 34.  33 Le Salnt-Elias  p. 35.  34 Le Saint-Elias  p. 79.  35 Le Saint-Elias  p. 153.  36 Le Saint-Elias  p. 101 (nous soulignons)  37 Le Saint-Elias  p. 54.  38 Le Saint-Elias  p. 62.  39 Le Saint-Elias  p. 68.  40 Le Saint-Eli as p. 72. 41 Le Saint-Elias  p. 149.  42 Le Saint-Elias  p. 91.  43 Le Saint-Elias  p. 115.  44 Le Saint-Elias  p. 117.  45 Le Saint-Elias  p. 124.  46 Le Saint-Elias  p. 123.  47 Le Saint-Elias  p. 120.  48  Le Saint-Elias. p. 128.  49 Le Saint-Elias. p. 121. 50 Le Saint-Elias. p. 122. 51 Le Saint-Elias. p. 122. 52 Le Saint-Elias. p. 121. 53 Le Saint-Elias. p. 123.  Chapitre III (A): Cotnoir et 'L'Etymon spirituel'  C'est ainsi qu'a la forme feerique de l'univers Ferronien correspond et adhere une morphologie stylistique de meme nature, fait elle aussi d'imprevisible et de merveilleux, d'invention et de diaprure. Jean Marcel  Jusqu'ici nous avons etudie la presence du conte dans Cotnoir et Le Saint-Elias et nous avons determine a quel point la reussite litteraire des deux oeuvres etait du a cette presence. Pourtant, une telle presence ne suffit pas a expliquer la reussite de l'auteur. Jean Marcel a note, avec raison, que le style de Ferron est la pierre de voute de son oeuvre. C'est ce style, ainsi que la langue de Ferron qui distingue le conteur dans Cotnoir et l'ecrivain dans Le Saint-E1ias.  Avec Cotnoir, i l s'agit  toujours du conteur. Quand nous examinons de pres ce recit, force nous est de constater que langue et style renforcent sa coherence interne. Mots, images, figures, tout concourt a signaler la presence du conte, tout devient un outil avec lequel l'ecrivain forge son monde fantastique, son fantastique a l u i . Nous y retrouvons ce que Leo Spitzer a appele 'L'Etymon spirituel,' la racine mysterieuse a laquelle le texte doit tout son harmonie, le conte. Avant d'aborder la question de style, i l serait interessant de noter comment 'l'auteur engage' qui est Jacques Ferron a choisi, son style a lui.  La critique litteraire a tendance aujourd'hui a divorcer l'etude de  l'auteur de celle de l'homme et a ne preter aucune attention a l'auteur, - 39 -  - 40 car pour elle,seul le texte compte. Mais, nous etudions un auteur vivant qui nous a fait parti de son choix personnel, un auteur 'engage* qui, dans le style, dans le choix du vocabulaire, a pris nettement position contre la mode adoptee par beaucoup d'autres ecrivains de son pays et de son temps. Avec Jacques Ferron, nous sommes en face d'un auteur pour qui le style est un choix delibere qui reflete le parti pris de l'homme. Au commencement de sa carriere pratiquant la medecine en Gaspesie, i l a rencontre des gens qui parlaient avec aisance leur langue maternelle. Une fois installe a Longueuil dans la banlieue de Montreal, i l a pris conscience de l'appauvrissement de la langue.  Son experience de  la vie a marque le choix de style de l'ecrivain. A une epoque ou le joual quebecois etait, sinon de rigueur, au moins. a la mode, Jacques Ferron ne l'emploie jamais. A l'encontre de beaucoup d'ecrivains quebecois de nos jours i l a rejete le joual comme mode d'expression. En homme politique 11 voit dans ce parler un appauvrissement de plus pour les pauvres et les gens sous-privilegies de la societe. En tant qu'ecrivain, i l salt tres bien que l'emploi du joual ne pouvait qu'appauvrir son oeuvre et limiter la libre expression des idees. II a donee forge un style personnel, ferme et elegant. En effet, les deux traits les plus dominants du style de Ferron sont 1'elegance et l'euphonie.  L'euphonie, cette elegance de son, vient ajouter une note  musicale a 1'elegance du langage.  Ferron a dit; 1  "Je suis avide de  discipline, de dictionnaires, de lexique" et ce travail a fait de lui une des meilleurs stylistes de la litterature quebecoise contemporaine. La langue raffinee dont i l fait usage n'exclut pas l'emploi de l'impar-  - 41 fait du subjonctlf. Le poete en Ferron (et aussi le conteur) affectionne l'alexandrin. Tous les critiques de Ferron ont releve cet alexandrin que Ferron a entendu prononcer a la naissance d'un enfant, par une sage-femme gaspesienne:  "Ainsi te voila done dans ton pays natal."  Dans la phrase 2  (de Cotnoir) "le robinet. coule, coule a longueur de journee"  i l obtient  un effet euphonique, grace aux voyelles. Le conteur salt atteindre les oreilles de son auditoire. II est evident que le joual aurait mal convenu a ce style coulant. Peut-etre pour la meme raison nous trouvons tres peu de jurons quebecois dans la langue de Ferron. Ce souci d'une langue. chatiee donne a l'oeuvre de Ferron une allure desuete.  Le royaume de Cotnoir est sans autobus, sans avions, sans auto-  mobiles, sauf la voiture du Docteur Cotnoir, qu'il surnomme 'Le Corbillard'. Notre auteur s'explique: "A la langue archalque correspondaient les metiers archalques, traitant le bois, le cuir, la bagosse, la navigation d'eau douce et 1'agriculture. Dans cet artisanat nous avions notre 3 vocabulalre; dans 1*Industrie nous le perdimes."  Meme quand i l parle des  employes du chemin de fer i l les appelle "les gens du train", phrase beaucoup plus simple.  Comme ailleurs, la jeune generation au Quebec prend  un nouvel interet a 1'artisanat. On fait du batik, du macrame, du tissage, de la poterie et l'on rejoint la vieille tradition d'artisanat quebecois (tel la sculpture.en bois, destinee aux eglises). Le vocabulalre de l'industrie moderne manque a Cotnoir, raison de plus, peut-etre, pour que le recit soit juge favorablement par les jeunes. Si nous ne retrouvons pas le vocabulalre de l'industrie moderne dans Cotnoir nous ne retrouvons non plus ce vocabulaire batard qui.conslste en anglicismes et qui est aussi repandu dans le pays que le joual ou les jurons quebecois.  - 42 Dans Cotnoir, Ferron eraploie tres peu d*anglicismes et le peu dont i l se sert nous en dit long sur. son 'engagement'. Nous relevons 4 'buildings,' ces 'buildings.' font partie de la ville alienante (comme 1'Industrie moderne) ou le quebecois perd sa langue, sa culture et son identite. II mentionne le 'Crown Realty' et le 'Duplessis Investments.'"* Le monde des affaires au Quebec est controls par les Anglais. La seule 6  phrase anglaise du recit, "Absolutely right,"  est prononcee par le  grand croque-mort, et nous savons bien ce que pense le narrateur a propos de toute cette affaire de funerailles dirigees par les croque-morts. Deux autres mots, 'Policeman' et 'Boss', qui ont un sens pejoratif dans le texte viennent de la langue anglaise, et a la page 83 nous lisons: "Le policeman du C.P.R. se mit. a crier, apres lui dans une langue insen7 see qui etait, je crois, de 1'anglais." Au commencement de ce chapitre nous avons fait mention de l'Etymon spirituel dont parlait Spitzer, la racine mysterieuse du texte. L'etude de la langue et du style de Cotnoir nous revele, des son premier chapitre, que nous sommes dans un royaume fantastique. La presence du conte regne sur le champ stylistique.  Ferron a ourdi la trame de son recit  avec des mots tels Strange, bizarre, extraordinaire, hante, hantise, sacrilege, inquietant. Chacun de ces mots nous indique le fantastique mais pris dans 1*ensemble, i l s entrent dans une correlation dynamique qui renforce l'effet cree par l'auteur. Maurice Rabotin ecrit que Jacques Ferron "sait jouer de la longueur 8 des mots."  Nous avons deja note le mot Temiscouateque, mot qui designe  le Docteur Bessette et qui aide a faire de lui un personnage aussi fan-  - 43 tastique que le 'Baba-Yaga' des Contes de fees russes. Tantot, quand ce conteur qui est Ferron utilise ce procede (jouer de la longueur des mots) i l le fait bien, par exemple quand i l utilise le mot 'ceremonieusement' dans la phrase:  "Ensemble ils ont mange ceremonieusement, elle  souriante comme a l'accoutume, lui a la place du defunt, un peu deconcer9  te, beaucoup moins italien qu'a son arrivee."  Nous relevons un exemple  frappant de ce procede, a la fin du recit, au moment de l'enterrement de Cotnoir, quand le narrateur apercoit Emmanuel: "Lui, toujours aussi heureux, toujours aussi extraordinairement heureux, qui traversait la 10 cimetiere et enjambait les tombes."  Avec la repetition de la phrase,  avec le choix de ce long adverbe nous eprouvons le chatouillement de notre sens auditif par ce ma£tre conteur qu'est Ferron. En depit de la langue chatiee et le style elegant de l'auteur nous relevons des expressions assez vulgaires, par exemple, "cul contre terre" 12 et "ta gueule de bon pompier" (a propos du cadavre de Cotnoir) et la  11  reponse a la voisine (que nous soupconnons d'etre une femme de moeurs 13 faciles):  "Plumee, vous l'etes depuis longtemps."  Ces phrases pour-  raient derouter mais elles relevent de ce que Max Liithi appelle 'la vulgarite du conte.' Mais c'est surtout dans le choix de figures que le conteur se manifeste. Cela n'a rien d'etonnant puisque le conte possede une predilection pour les masques et que les figures du langage.  apres tout, ne sont que les masques  Dans le chapitre sur Le Saint-Elias nous avons deja note la  repetition, chere a Ferron et dont i l fait un artifice.  Dans Cotnoir,  nousrteretrouvons pas cette figure, mais parmi celles dont dispose l'ecri-  - 44 vain deux ou trois nous semble-t-il, revelent une relation fascinante avec le conte. L'exemple le plus frappant dans, ce recit est 1*usage de 14 1'ellipse: "Au Temiscouateque intrigue: c'est le notaire, dit Gerin." Un tel procede raccourcit le rythme et donne au recit. les ailes du conte. II aide egalement a serrer les liens de complicity entre auteur et lecteur, entre conteur et auditeur, parce qu'il est necessaire que le lecteur complete la pensee de l'auteur. Un autre procede, qui releve du style plutot que de la rhetorique, est l'infinitif  de . narration. Ce  procede contribue a alleger le conte. Maurice Rabotin a ecrit que Ferron "abuse de ce procede" mais i l n'a pas examine l'oeuvre de Ferron dans l'optique du conte. Pour creer son fantastique personnel, Jacques Ferron se sert de la figure insolite qu'est l'hypallage: "Les maisons etaient redescendues a la place meme qu'elles occupaientavant la neige, respectueuses du ca15 dastre du comte de Chambly." Au moment ou Madame Aubertin est certaine 16 qu'Emmanuel sera sauve "Les etoiles revinrent au firmament." Dans le monde fantastique de Ferron les maisons et les etoiles deviennent animees, tout comme ce train qui, par l'usage de la figure de personnification, 17 "va se confesser a St. Anne de Beaupre." Par de tels procedes syntaxiques l'auteur renverse la perspective normale des choses et offre au lecteur un decor fantastique. Quand i l parle de la voiture de Cotnoir, surnomme 'Le Corbillard', i l ajoute au fantastique du surnom un amas 18 d'adjectifs, "noire, haute, demodee, cabossee,"  en utilisant cette  figure de rhetorique ancienne, la congerie. II est impossible de decrire le style de Ferron sans faire allusion  - 45 a l'ironie, figure tellement repandue a travers l'oeuvre que les critiques ont pu parler de 'l'ironie ferronienne'. L'ironie etant une figure par laquelle ont veut faire entendre le contraire de ce qu'on dit, on peut la designer masque sur le masque. L'ironie de Ferron est une ironie legere et non une ironie mordante. C'est une douce ironie, qui fait du lecteur le complice du narrateur. Ainsi, a la mort de Cotnoir, la phrase: "La medecine ne se meurt pas d'un de ses membres; sa perte, au contraire, le 19 rajeunit."  Joint a cette ironie, nous trouvons l'humour de Ferron, qui  n'est pas figure, mais qui est souvent un humour fantastique. Aux funerailles de Cotnoir, a propos du notaire qui avait les dentiers trop grands, on l i t :  "Neanmoins, tout au long du service, un claquement bizarre se 20  fit entendre par moments. Ce bruit venait d'outre-catafalque."  Les  echos de Chateaubriand qui retentissent dans ce mot ajoute une note fantastique a la phrase. Autre figure, peu frequente chez Ferron, est l'usage du jeu de mots, figure, qui, tout comme l'ironie, nous presente un sens et nous en fait entendre un autre. II s'agit, encore une fois, du masque sur le masque, comme dans la phrase: "La pensee des pretres, s i mecanique, 21 m'a toujours deplu; elle montre s i peu qu'ils ont l'Esprit." Passer de 1'etude des figures a 1'etude des images dans Cotnoir permet de decouvrir que ce sont les images animales qui en constituent la plus grande partie.  La relation homme-animal du conte et de la mythologie  indienne et du medecin (car, comme disait Yves Taschereau, "pour le docteur 22 Ferron, l'homme est un animal comme les autres"  ) est une relation qui  plait a notre auteur, conteur, chaman, medecin. A ce bestiaire appartiennent aussi la plupart des metaphores et des comparaisons. L'homme est, tour a tour, un gros chat, un rat, un cheval et, dans Cotnoir, surtout un  - 46 orignal. L'image de l'orignal apparalt plusieurs fois, et chaque fois Ferron ajoute une nuance de plus, orignal, papeorignal, orignal enorme et l'image devient une image dite 'filee'.  L'orignal represente le male,  car, pour Ferron, comme pour tout homme de sa generation, male egale pouvoir, puissance, force. Si la relation homme-animal convient au conte, on constate que c'est une faiblesse, un defaut de style, et que la.presence du conte, de ce point de vue, incline, l'auteur a la facilite et a la repetition dans les descriptions, physiques.  II se peut que la grille du conte soit  trop etroite et que le moment soit venu d'en sortir pour mieux apprecier un autre type d'image, qui demontre 1*imagination et 1'original!te de notre auteur. II s'agit des descriptions vivantes qui rappellent l'hypotypose, figure d'ancienne rhetorique, qui met les choses sous les yeux. Pour notre auteur du vingtieme siecle, l'influence du cinema s'impose. Dans cette description.vivante (et deja citee d'Emmanuel coince entre 23 deux trains qui se croisent,  dans la description des croque-morts  "Les croque-morts, ayant referme le cercueil, depouillaient le salon de ses fleurs et ramassaient leur affaires, ustensiles, platres, decorations. Ils le faisaient avec lenteur mais prestement, circonspects et presses d'en finir. Du haut du grand escalier, le Temiscouateque les surveillait. 11 n'avait pas echappe a leur oeil de poule et i l s etaient encore de bien meilleurs croque-morts; l'un d'eux, meme, commenga de s'incliner chaque 24 fois qu'il passait devant le cercueil, imite bientot par les autres." Ferron possede un oeil camera, ce qui donne au recit, par endroits, un air de 'nouveau roman', une allure cinematique.  On le voit dans la des-  cription du cortege funebre: "Le cortege, rempntait la grand' rue; i l  - 47 passa devant la Commission des liqueurs, la chapelie,anglicane, la mairie, devant les cinq banques, les trois pharmacies, les boutiques et magasins 25 qui faisaient alors de Longueuil un centre de commerce."  Si Ferron  n'a pas cree 1'image dite 'fllee', i l a cree ce que l'on peut appeler l'image "roulante". Cette allure cinetique se decouvre dans une merveilleuse description de la campagne, vue du.train: "Le lendemain, quand i l ouvrit l'oell, la campagne defilait devant lui comme un cinema d'air 26 pur." Pour Ferron le monde est un cinema, la vie, un film. A la mort du docteur Cotnoir, nous lisons: "L'operateur tombe; la camera continue 27 d'enregistrer: un dernier bout de film qui ne sera jamais projete." Cependant, cet air de Nouveau Roman est trompeur et Cotnoir tire ses forces du conte, plutot que du Nouveau.Roman. C'est ce que nous avons essaye de demontrer, suivant le conseil d'Henri Meschonnic de: ". . . ne plus partir du style comme ecart, choix dans la langue, originalite— partir de l'oeuvre tout entiere comme systeme generateur de formes pro28 fondes, fermeture et ouverture, comme elle vient d'etre definie." noir est le message dont le code est le conte.  Cot-  Notes  1 Jacques Ferron, "Le mythe d'Antee," La Barre du .jour, vol. 2, no 4, 1967, p. 26. 2 Cotnoir, p. 36. 3 Jacques Ferron, Du Fond de mon arriere-cuisine (Montreal: Editions du Jour, 1973), p. 179. 4 Cotnoir, p. 39. 5 Cotnoir, p. 71. 6 Cotnoir, p. 77. 7 Nous soulignons. 8 Maurice Rabotin, "La langue et le style des Contes de Jacques Ferron," dans Litteratures (Montreal: Editions HMH Ltee, 1971), pp. 147156. 9 Cotnoir. p. 16 (nous soulignons). 10 Cotnoir, p. 95 (nous soulignons). 11 Cotnoir. p. 40. 12 Cotnoir. p. 54. 13 Cotnoir. p. 48. 14 Cotnoir, p. 12. 15 Cotnoir. p. 31. - 48 -  - 49 16 Cotnoir, p. 89. 17 Cotnoir, p. 91. 18 Cotnoir, p. 18. 19 Cotnoir. p. 11. 20 Cotnoir. p. 12 (nous soulignons). 21 Cotnoir, p. 94. 22 Yves Taschereau, Le Portuna (Montreal: Editions de l'Aurore, 1975), p. 72. 23 Cotnoir. p. 89. 24 Cotnoir, p. 69. 25 Cotnoir, p. 19. 26 Cotnoir, p. 90 (nous soulignons). 27 Cotnoir, p. 24. 28 Henri Meschonnic, Pour la poetique (Paris: Editions Gallimard, IQ7n\  ~  oo  Chapitre III (B): Le Saint-Elias, etude stylistique  Car le style, pour l'ecrivain aussi bien que pour le peintre, est une question non de technique, mais de vision . . . Proust  A l'encontre de Cotnoir, la presence du conte dans Le Saint-Elias reside dans la composition du recit et non dans le style.  Ce qui ressort  d'une etude des procedes stylistiques, c'est la presence d'un ecrivain 'engage'. Dans le choix des mots, des images, des phrases, Jacques Ferron trahit son amour pour son pays. Cet ecrivain d'expression francaise ne nous laisse aucun doute sur son pays d'origine. Vocabulaire, syntaxe, images portent une saveur quebecoise.  L'usage des quebecismes, du vieux  francais, la francisation des mots, anglais, le manque de joual, de jurons quebecois, d'anglicismes, tout son vocabulaire revele l'engagement politique de notre auteur. Nous decouvrons le cote independantiste, separatiste, nationaliste de l'ecrivain.  Ferron est un ecrivain qui  s'interesse a la langue autant qu'aux idees. II se delecte a la recherche des mots, des mots v i e i l l i s , des mots rares. II les offre en cadeau a ses compatriotes. L'examen du texte nous fournit une abondance de quebecismes. Des mots, des verbes, des expressions que l'on ne trouve pas en France. A travers ces images nous faisons. la decouverte de son pays. .Ce pays qu'est I  l'hiver. II parle d'un cheval, " . . . la neige souvent jusqu'au ventre'' 2 et de ". . . ces chemins. plus hauts que la neige dans les champs." Le - 50 -  - 51 3 soleil levant sur ce pays, c'est " l a barre du jour." II fait une 4 comparaison: ". . . rire comme.un buveur de biere" que n'etablirait souvent un ecrivain de France. becoise, des echos litteraires: 5  II nous offre, de la litterature que". . . tel un oiseau sagace et muet dans  une cage de bois," phrase.qui rappelle un poeme de Saint-Denys Garneau. II utilise des verbes typiquement quebecois, tel.'s'enfargent* (p. 14) pour 's'entraver,' *enfirouaper' (p. 96) pour 's'embrouiller,' 'etriver* (p. 95) pour 'taquinerj' 'maganer' (p. 107) pour 'traiter rudement' et ce verbe 'se bercer' (p. 66) qui est francais, mais qui, en France, s*applique surtout aux bebes, tandis. qu'au Quebec on a 1'impression que tout le monde se berce, tant les Quebecois affectionnent la "chaise berQante". Ferron nous donne aussi des noms typiquement quebecois, tel Abbe Surprenant (p. 1.7).  'Surprenant' est le type de surnom indispensable  pour distinguer un Tremblay d'un autre, dans cette petite, bande de colons. Ce colon n*etait ni le paysan, ni le cultivateur de France, mais '1'habitant '•' (p. 26). Ecoutons Oscar Dunn: "Le Paysan n'existant pas au Canada, 6 nous disons 'un habitant' pour un cultivateur. Conservons le mot." Ces premiers "habitants" s'etablirent le long du fleuve Saint-Laurent, d'ou 7 le mot 'fronteau' (p. 176) qui designait 'l'extremite de la ferme,' chaque ferae possedant son 'front d'eau.' Chaque ferme avait sa grange avec sa rallonge (p. 144), terme frangais employe au Quebec pour designer 8 1'annexe d'une grange. Dans ces granges se trouve 'la tasserie' (p. 101): ". . . vieux mot normand pour la partie d'une grange ou l'on a tasse du 9 foin ou du grain en gerbes." Sur le fleuve Saint-Laurent passent 'les goelettes* (p. 125) qui sont "des cabotiers, navlres de faible tonnage 10 faisant le transport marchand le long des cotes du Saint-Laurent." Pour  -  52 -  transporter les habitants, le tra£neau de l'ecrivain frangais ou la troika russe deviennent le berlot (p.. 88) ou la carriole (p. 106) chez l'ecrivain quebecois. Une autre realite quebecoise s'exprime dans le mot 'chantier' (p. 88) qui, selon Oscar Dunn: "N'est que canadien dans le sens d'Exploitation forestiere: 'Faire chantier. Aller dans les chantiers, les hommes de chantier.' Ce mot est un exemple de la necessite ou nous sommes parfois de forcer la langue frangaise_a se plier a nos 11 exigences locales; cette necessite.constitue un droit."  Les chantiers  jouaient un role important dans ce pays couvert de bois. Et pour s'enivrer dans ces chantiers, quoi de plus logique que la baboche (p. 148) cet alcool methylique ou '1'esprit de bois'? Si Ferron a parseme son recit de mots quebecois, i l a neanmoins evite deux realites linguistiques de son pays. L'usage du joual et du juron quebecois est en effet assez rare chez lui.  Nous avons deja note  les raisons pour lesquelles. i l rejette le joual comme mode d'expression. Une fois, dans Le Saint-Elias, Ferron fait dire a un charretier: "Elle 12 est bin trop fine pour ga;" c'est la seule fois ou l'ecrivain utilise ce langage appauvri.  II met le seul juron quebecois du recit dans la  bouche d'un Irlandais, "Calvaire! on va la defoncer, cette maudite 13 porte!"  pour exprimer 1'intense emotion eprouve pendant la scene des  funerallies. A part ces verbes et ces substantifs d'une saveur quebecoise, i l faut noter quelques expressions aussi. La phrase qui ouvre le recit: "Entre les semences et les foins . . ." contient une erreur deja notee par Oscar Dunn: "Le temps des semences est incorrect. Dites: des Se-  - 53 mailles. La semence, c'est le grain qu'on seme, la semaille, c'est 14 l'ensemencement du grain." L'autre phrase,. ". . . i l faut continuer vos voyagements" (p. 154), remonte peut-etre au temps des Voyageurs, autre realite quebecoise.  Il_faut ajouter a cette liste de quebecismes,  des oiseaux canadiens, "les mainates" (p. 112), " . . . genre de passereaux dont plusieurs especes sont propres au Canada et qui sont voisins 15 des etourneaux,"  des poissons du Saint-Laurent, "les perchaudes et les  barbottes (p. 18) et un arbre, "une pruche" (p. 107), le tsuga du Canada. Ferron se plait aussi a nommer les lieux de sa patrie bien-aimee. chalne les noms de lieux dans, une "congerie" quebecoise:  II en-  " . . . a Batis-  can, a Champlain, a Sainte-Genevieve, a Sainte-Anne-de-la-Perade  . . ."  (p. 46) et ". . . de l'est du Saint-Maurice, de Sainte Flore, de GrandMere, du Cap jusqu'a Saint-Prosper et Grondines" (p. 120). Notre auteur quebecois aime aussi les mots v i e i l l i s , qui datent de l'Ancien Regime. Pour Ferron, le Quebec sous l'Ancien Regime etait un pays libre, le pays d*avant La Conquete. II affectionne la vieille langue de Gaspesie et de la Beauce, celle de MoHere et celle de Montaigne. Nous reconnaissons la langue de Moliere dans le mot ceans (p. 133), celle de Montaigne dans 1'expression quant-et-lui (p. 67). II se sert du vieux frangais 'bidou' (p. 156) pour 'argent'. Au lieu d'ecrire 'tout est pret' i l substitue l'archalsme 'tout est pare' (p. 175), terme de marine qui convient a un pays dont 1'artere est un fleuve. Ferron affectionne non seulement les mots, mais l'orthographe ancienne.  II nous offre queste  (p. 103), queteux (p. 100), payen (p. 112) et le nom Marie-Josephte Trudel. Pourtant 1*usage de ces. quebecismes, de ces termes insolites, de cette orthographe bizarre ne rend, pas le recit hermetique.  Parce que ces termes  - 54 sont clairsemes, leur presence ne nuit en rien a la comprehension du lecteur, fut-il Stranger. Le cote nationaliste de Ferron se. manifeste non seulement dans l'usage des mots tires de la langue de son propre pays, mais aussi par sa maniere de franciser l'orthographe des mots anglais.. 11 a fait ouiquenne pour 'week-end', coulquelunche pour 'quick lunch', chequenne pour 'shake hand'. Dans Le Saint-Ellas, i l fait de 'New York", Nouillorque (p. 28). II souligne 1'importance du frangais a l'epoque ou l'on a fonde cette ville:  " . . . Nouillorque, la ville ou i l devint typographe dans un 16  atelier ou l'on n'imprimait que du frangais et du hollandais."  Ferron  se sert de tres peu d'anglicismes dans Le Saint-Elias, et ce peu appartient au monde du commerce ou du travail.  Dans le commerce du fleuve,  i l s'agit de trois mots anglais (p. 176), tonnage, mot anglais du vieux frangais, un togue, du vieux anglais,.mais francise, trois barges, du vieux frangais. Dans le commerce du chantier, i l ne mentionne que le boss (p. 79), le foreman (p. 158) et le maudit jobbeur (p. 107). Au monde du 'business' le mot anglais est le mot juste. Mais notre auteur, en homme politique engage, rejette les anglicismes autant que le joual et les jurons quebecois. Si Ferron est ecrivain-politicien i l est aussi ecrivain-medecin, mais son style ne revele pas le cote medecin de l'homme. L'usage de la langue medicale est peu frequent chez lui. II ne tient pas en haute estime le jargon medical. Nous, relevons quelques exemples tires du Saint17 Elias. II precise une pneumonie, "la pneumonie franche.lobaire aigue," et i l decrit le corps d'un pendu: " . . . tout bleu, la langue tumefiee  - 55 lui sortant entre les. dents."  18  II depeint la mort d'une tuberculeuse  en ces mots: "Vers minuit, elle eut une crise amenee par 1'agglomeration des membranes qui obstruaient le larynx . . . Puis. 1'agitation cessa. Ce fut une espece de torpeur, un souffle s i insensible que 1*asphyxia, com19 men?ait . . ." La pratique de la medecine fournit a notre ecrivainmedecin des apercus particuliers sur la vie:  "Lui [le pretre^ et le 20  medecin, ils se rencontraient souvent au chevet des malades."  On devine  le diagnostic du medecin dans cette description de l'Abbe Lupien: "L'abbe etait maigre, osseux, sans doute de sante capricieuse; a la fois fatigue 21 et debordant de trop d'energie." Nous sommes assez loin des descriptions des personnages de Cotnoir ou Ferron se limitait a etablir la relation homme-animal, deja loin du conte. Ne reste-t-il pas, pourtant, quelques traces du conte dans les procedes stylistiques du Saint-Elias?  II en reste fort peu.  Le recit  est une narration, comme le conte. La narration est faite au passe simple, mode que Todorov appelle 'l'irreel.'  Les personnages ne sont  plus les figures falotes de Cotnoir, mais ils restent, neanmoins, des personnages-types.  Monseigneur Elias represente le bas clerge, Fauteux,  le libre penseur, et Marguerite, 1'amerindienne. Cet aspect du conte peut deplaire aux critiques qui exigent dans un roman des personnages en chair et en os. La trame du recit n'est pas entrelardee de mots bizarres, comme dans Cotnoir. Mais Ferron introduit dans son recit quelques mots vulgaires, 'cul' (p. 51), maquereau (p. 97), garces et putains (p. 83) ce qui rappelle l a vulgarite du conte, mais de facon moins evidente que dans Cotnoir. Non seulement des. mots, mais. des figures (plus rares) portent l'empreinte du conte. Nous avons deja note l'usage de la repe-  - 56 tition, cher au conteur. L'onomatopee du 'jesuite chuchotant' (p. 174) fait un pareil appel aux oreilles du lecteur. Mais les figures de style n'abondent pas chez Ferron. Nous decouvrons la realite quebecoise a travers des objets concrets, des choses. Ce qui nous rappelle le 'chosisme' du conte. Max.LQthi note que dans le conte on decrit les emotions au moyen d'objets concrets, comme la bague que la princesse donne au jeune homme pour exprimer son amour. Dans Le 22 Saint-Elias, le vin "brule, fauve et sucre"  est l'objet qui etablit  l'atmosphere du dejeuner et trahit l'araour naissant. L'imagerie du SaintElias reside dans les choses et surtout dans celles qui expriment la realite quebecoise. Le style tripartite du conte, s i manifeste dans Cotnoir, est presque absent dans Le Saint-Elias. L'auteur a renonce a ce defaut de style. Du point de vue stylistique, le conteur cede la place a l'ecrivain. Sa masque tombe pour nous reveler l'ecrivain, et l'ecrivain 'engage'. On a souvent appele le style de Ferron 'giralducien', car c'est avec Giraudoux qu'on compare, le plus souvent,Ferron. Jean Marcel a demande a Ferron s i Giraudoux l'a deja fascine: "Oui, Giraudoux m'a deja fascine. Avec lui la trame du roman qu'on s'appliquait auparavant a fondre dans le discours devient pretexte a discourir et c'est l'ecrivain, n'en pouvant plus dans les coulisses, qui apparalt sur la scene pour impro23 viser sur canevas."  Ce n'est pas l'ecrivain, c'est le conteur qui ne  tient plus dans les coulisses.. Sous 1'impulsion du conteur le recit devient 'pretexte a discourir". II s'agit, dans Le Saint-Elias, de quatre 24 grands discours: une critique de la Confederation canadienne, une pole-  - 57 25 mique sur l'Eglise par le chanoine mourant, et deux grands discours nationalistes qui forment une.sorte de diptyque encadrant le recit. Ces deux discours portent le message nationalis.te du conteur.  Au com-  mencement du recit est le discours prononce par Monseigneur Caron: "Qui 26 etes-vous done, gens de Batiscan?"  Le second volet du diptyque est le  discours de Philippe Cossette, vers la fin du recit, qui donne la reponse a la question posee par Monseigneur Caron. II lance un appel a 1'action, a la liberte:  "Mes amis, mes freres, je bois au Saint-Elias, je bois a 27  la liberte de mon pays, je bois au monde entier."  L'ecrivain 'engage'  se manifeste, et le roman, comme les contes d'autrefois, devient le vehicule du message nationaliste.  Notes  1 Le Saint--Elias, P» 93. 2 Le Saint-•Elias, P. 67. 3 Le Saint--Elias, P. 117. 4 Le Saint-•Elias, P. 23. 5 Le Saint-Elias. P. 181. 6 Oscar Dunn, Glossaire franco-canadien, reproduction de 1*edition originale de 1880 (Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1976), p. 99. 7 Louis Alexandre.Belisle, Dictionnaire general de la langue francaise au Canada. 2eme ed. (Quebec: Belisle, 1971), p. 539. 8 Belisle, p. 1053. 9 Dunn, p. 182. 10 Belisle, p. 569. 11 Dunn, p. 38. 12 Le Saint-Elias. p. 107. 13 Le Saint-Elias, p. 121. 14 Dunn, p. 171. 15 Belisle, p. 733. - 58 -  - 59 -  16 Le Saint-Elias. p. 28. 17 Le Saint-Elias. p. 94. 18 Le Saint-Elias. p. 102. 19 Le Saint-Elias. pp. 81-82. 20 Le Saint-Elias. p. 38. 21 Le Saint-Elias. p. 56. 22 Le Saint-Elias. p. 57. 23 Jean Marcel, Jacques Ferron malgre l u i (Montreal: Editions du Jour, 1970), p. 26. 24 Le Saint-Elias. p. 16. 25 Le Saint-Elias. p. 155. 26 Le Saint-Elias. p. 12. 27 Le Saint-Elias. p. 150.  Chapitre IV:  Le conte, vehicule du message nationaliste  J'ecris et je refais la realite de mon pays a mon gre. Le Saint-Elias  Dans Cotnoir, Jacques Ferron fait quelques rares references aux Patriotes de 1837, mais ce sont les seules references historiques du recit. Par contre, Le Saint-Elias en est parseme. Ce roman possede un autre attribut du conte que nous n'avons pas mentionne dans les chapitres precedents: i l vehicule le message nationaliste. Ce fait ne doit pas nous surprendre: L'universalite du conte est toujours. susceptible d'etre nationalised.  Par sa langue et par des details historiques et geogra-  phiques le conteur nationalise son recit.  Le conte quebecois fournit  depuis longtemps le moyen de transmettre les sentiments nationalistes, et Jacques Ferron ne fait que suivre une vieille tradition quebecoise. Dans ce chapitre nous proposons d'etudier comment 1"artiste se sert de l'histoire pour accomplir ses desseins. Au premier coup d'oeil, les references historiques ajoutent un air de vraisemblance au recit.  Cependant, la vraisemblance n'est pas le seul  but auquel 11 vise. Le Saint-Elias devient un moyen de transmettre le message. Et ce message, est nationaliste et favorise le liberalisme, la liberte du peuple, le separatisme, preche l'anti-clericalisme, le haut clerge est surtout vise, et l'anti-federalisme.  Notre auteur s'interesse  i c i moins aux faits qu'aux personnages historiques. - 60 -  II peuple son recit  - 61 de personnages tires de l'histoire, qui servent a mettre en relief ses personnages fictifs. A son heros, Monseigneur Elias Tourigny, homme du peuple, homme de paix, qui appartient au bas clerge, Ferron oppose deux personnages historiques qui representent le haut clerge, Monseigneur Lafleche et Monseigneur Bruchesi, Monseigneur Lafleche (1818-1898), le deuxieme eveque de Trois-Rivieres, etait pretre-missionnaire a la Riviere-Rouge parmi les indigenes: "En juillet 1851, i l fait triompher 80 metis contre 1 une armee de Sioux."  C'est 1'aspect guerrier de ce pretre que Ferron  fait ressortir. En tant que missionnaire, i l l'oppose au Pere Lacombe, "qui s'etait fait petit parmi les petits, naif comme les enfants et qui avait su comprendre la douceur indigene; i l ne precha jamais d'autre 2 enfer que la mise a mort du dernier bison."  De Lafleche, i l dit qu'il,;  "aurait ete tout le contraire brandissant le crucifix comme un glaive. II raffolait d'images sombres et se montrait autoritaire comme un Espagnol. De toutes ses lettres de l'Ouest, la meilleure est une description de 3 bataille. Eveque de Trois-Rivieres, i l continua d'etre un autocrate." Depuls la Conquete, le haut clerge s'etait allie ch 1'administration anglaise pour maintenir le statu quo. Jusqu'a 1940, i l existait un pacte officieux entre l'Eglise et l'Angleterre. En consequence, le pouvoir des eveques quebecois etait considerable. En quelques phrases, Ferron denonce Monseigneur Bruchesi, l'archeveque de Montreal:  "II y avait a  Iberville un excellent college, celui de Sainte-Marie du Monnoir. Or i l 4 etait question que Sa Grandeur voulait le fermer et en bStir un autre." En France, l'Eglise etait devenue une Eglise gallicane et nationaliste (les  - 62 ultratnontains ayant perdu la partie) mais au Quebec, la hierarchie se tournait vers Rome et l'Eglise etait a la fois nationaliste efc ultramontaine. Cet aspect ultramontain de l'Eglise quebecoise existe toujours, et la rage de Ferron monte quand i l denonce ce personnage presque historique contemporain, le Cardinal Leger, "celebre par mille folies, en particulier cette fresque a la.droite du maitre-rautel, dans la vieille eglise de Notre-Dame de Bonsecours, qui le represente en extase devant une apparition de la Vierge, ce pape sinistre obligea les communautes canadiennes a se gouverner de Rome, question d'instituer en holding le 5 saint bidou."  Jacques Ferron engage donne libre cours a sa colere,  tandis que Jacques Ferron, l'artiste, met en contraste ces hommes fous de pouvoir avec son heros Monseigneur Elias Tourigny, qui appartient au "bas clerge." Le bas clerge s'alliait au peuple quebecois. Ni la politique ni le pouvoir ne tente Monseigneur Elias, qui s'occupe tout simplement de sa paroisse et de ses paroissiens. C'est le bon pasteur que de6  mandait le Christ. Si, comme disait Robert Migner, la pensee historique de Ferron s'articule autour de l'anti-clericalisme, i l faut distinguer (ce que Migner ne fait pas) entre 'haut clerge' et 'bas clerge'. Le heros du Saint-Elias fait partie du bas clerge. L'anti-heros du Saint-Elias est le docteur Fauteux, et a son propos l'artiste fait un tout autre usage de l'histoire.  Le docteur Fauteux  represente en effet un genre d'homme que l'on rencontre souvent a travers l'histoire d'une societe conservatrice, dominee par une Eglise autoritaire: celui du libre-penseur.  Une telle societe engendre la libre pensee comme  le mariage, l'adultere, ou la famille, l'inceste. Le docteur Fauteux est mecreant en tout, aussi bien en religion, en politique, qu'en medecine:  - 63 7 "Vous etes done incredule en tout, meme en medecine." En politique, i l est "de l'Institut canadien.  Quand les Papineau, les Dessaules, les  Doutre et les Dorion passent a Batiscan, i l s trouvent chez lui gite et 8 couvert." L'Institut canadien etait une societe litteraire et scientifique, fondee & Montreal en 184A.  C*etait le lieu de rencontre pour les libre-  penseurs de l'epoque. Dessaules en etait le chef, Louis-Joseph Papineau, 'l'idole', et l'on y voyait aussi Eric Dorion, surnomme 'l'enfant terrible* (des son enfance) et Joseph Doutre, le celebre avocat de 'I'Affaire Guibord' dont nous parlerons plus tard. La plus grande menace de l'Institut ne venait pas de la presence de ces hommes remarquables, mais de la fameuse bibliotheque. C'est la que se trouvaient les livres suspects, ceux de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, pronant les idees philosophiques de la Revolution de 1789, et les livres de geologie, comme ceux de Darwin. II n'est pas difficile de comprendre pourquoi l'Institut canadien suscitait la colere de la hierarchie. Le choix d'un libre-penseur comme anti-heros donne a l'auteur une riche source de themes et d*idees.  Dans le Saint-Elias, c'est le docteur  Fauteux qui declenche le drame du recit.  C'est le libre-penseur qui jette  Marguerite dans le bras du jeune. pretre pour qu'elle devienne enceinte. C'est ce libre-penseur qui s'est suicide et qui a laisse derriere l u i ce message: "Enfin un notable, un homme conscient de ses actes ira rejoindre 9 les fous et les pauvres mlserables dans le champ du Potier."  Ce suicide  fournit a Ferron la raison d'etre de son grand et beau chapitre (Chapitre VIII). Gilles Marcotte, avec son. intuition de poete, ecrit qu'il "n'est  - 64 peut-etre pas de plus belles pages, dans cette oeuvre, fet i l parle de toute l'oeuvre de FerronJ que celles ou le cure Tourigny improvise, a l'exterieur de l'eglise, une ceremonie a la memoire de son ami, le docteur 10 Fauteux, qui s'est suicide."  Ces funerailles hors de l'eglise et cet  enterrement hors du terrain consacre, rappellent a la memoire historique des Quebecois la fameuse 'Affaire Guibord'. Guibord etait membre de l'Institut canadien et libre-penseur. II a fallu un long proces et trois annees pour que sa depouille mortelle soit enterree en terrain consacre. Si Ferron s'est servi des personnages historiques pour mettre en relief son heros, dans le cas de son anti-heros i l l'a cree d'apres 1'archetype du libre-penseur, utilisant l'histoire de son pays d'une autre facon. Ferron cree des rapports historiques non seulement autour de son heros et de son anti-heros, mais aussi autour de son heroine. Le sang des Indiens coule dans les veines de Marguerite Cossette. Depuis l'epoque des coureurs de bois, les Francais s'entendaient tres bien avec les "Sauvages". Marguerite Cossette est belle, fiere et intelligente. Elle se moque du code moral de l'Eglise: "'Marguerite, Marguerite Cossette, lorsque tu trichais? . . .' 'Le diable le savait, i l n'etait pas necessaire de deranger le bon Dieu.' Le chanoine hocha la tete:  'Le Bon Dieu!  Le bon Dieu' f i t - i l . . . II se disait quant-et-lui qu'il se trouvait en 11 1  presence d'une payenne authentique."  Dans cette derniere phrase, le  'quant-et-lui' et l'orthographe du mot 'payenne', le style meme de l'artiste, renvoient a l'Ancien Regime, le temps des coureurs de bois et des Sauvages. Dans la rencontre avec Monseigneur Lafleche, Marguerite baisse sa main et Ferron ecrit:  "Et sa main, elle la lui baisa comme l'avaient  fait deja des femmes comme elle, le feu dans le regard, l'oeil un peu  - 65 -  bride, des femmes des nations amerindiennes, dans l'Ouest, a une epoque ou i l leur avait apporte la parole de Dieu en meme temps qu'on exter12 minait leur cheptel, 1'immense troupeau des bisons sauvages."  Que Fer-  ron puisse accepter et repandre le mythe du Bon Sauvage pourrait nous etonner a premiere vue, mais le contexte quebecois et sa nostalgie d'une societe differente de notre societe de consommation, s i bien denoncee dans Papa Boss, aident a mieux comprendre 1'attitude de l'auteur du SaintElias. Marguerite compte parmi ses ancetres toute une parente quebecoise, de 1'Abenaki, du Montagnais, de la Tete de Boule et de l'Irlandais: "J'aurais de plus une parente avec les sauvagesses du Seigneur Hamelin, 13 de Grondines. II allait les chercher dans le Missouri."  II se peut  que le sang des noirs soit mele au sang quebecois. Ferron, en bon conteur, rappelle ses origines a la tribu. II leur conte la gloire du passe, ce "je me souviens" s i cher aux Quebecois. Avec ce trois-mSts qui est, dans le recit, le symbole de la liberte, i l leur rappelle le commerce qui existait autrefois entre le Quebec, les Antilles et la France, le triangle economique brise par la Conquete.  Le Saint-  Elias fera ce triangle a l'envers en passant par le Senegal en Afrique, ou les habitants de la capitale Saint-Louis se nomment encore aujourd'hui Canadiens. De 'la petite histoire' du peuple Ferron tire les noms du Pere Crespel et du Docteur De la Rue, deux hommes qui ont essaye de sortir du pays mais qui ont fait naufrage: "Des la Conquete, nous avons commence a nous raconter des histoires, les uns plus terrifiantes que les autres, sur le naufrage dans le Golfe des batiments pilotes par des Cana-  - 66 ..14 diens."  - La these de Ferron soutient que les Quebecois sont respon-  sables eux-memes de leur claustration, de leur alienation, de leur complexe d'inferiority. L'artiste (le prophete?) a cree ce symbole de la liberte, le Saint-Elias, pour annoncer a son peuple qu'il est possible de briser ses chalnes.et de regagner sa liberte. Le message de Ferron est, pour cette etude, moins important que la creation litteraire nee de son imagination. Cette imagination se revele dans le tres beau chapitre ou i l decrit les funerailles du Docteur Fauteux et dans le chapitre II ou, du fait historique de l'occupation (1776-1777) de son pays par des mercenaires allemands, Ferron cree l'histoire de l'ancetre de Fauteux. Au Quebec, la genealogie a toujours passionne les esprits. La race quebecoise tire son origine de colons peu nombreux. Dans son livre, Le Portuna, Yves Taschereau etablit un parallele entre 15 cet ancetre de Fauteux et celui.de Ferron lui-meme.  Rien de plus natu-  rel pour un ecrivain quebecois que d'ecrire tout un chapitre sur l'ancetre de Fauteux. De tout cela, l'ecrivain a cree la charmante histoire du jeune et bel officier, portant l'uniforme distingue du Prince Frederic, de la femme du General, des marionnettes de Salzburg et du grand vicaire Saint-Onge. Le jeune officier, depouille de son uniforme distingue, epousera la f i l l e d'un habitant, apprendra le francais, aura dix enfants et a la fin de sa vie deviendra un peu fou. Ferron, medecin des enfants arrieres, repete la lecon de Cotnoir, le gentil traitement d'un fou: "On 16 le laissait faire, cela n'avait aucune importance."  Quand Ferron tourne  de l'histoire du passe vers l'histoire contemporaine une aigreur acerbe s'ajoute au ton de sa critique.  Cette douce ironie que nous avons deja  notee chez l'artiste devient une satire mordante chez l'auteur 'engage'.  - 67 Dans une entrevue avec Jean Marcel, Ferron s'explique: "Parce que je juge et je tranche au milieu d'un peuple qui subit, bouche bee, on m'a 17 souvent dit:  'Mais pour qui. vous prenez-vous!'"'  Le texte du Saint-  Elias est parseme de references aux hommes politiques. II vise le Premier Ministre Trudeau, qui a terrorise les Quebecois en leur imposant la loi martiale apres le meurtre de Pierre Laporte. II. appelle 'fol' Lesage, Premier Ministre du Quebec pendant la Revolution tranquille. Ferron denonce aussi la corruption des hommes d'affaires, tels le Senateur Senecal et Lord Forget qui ont fait fortune, l'un dans les chemins de fer de la province et l'autre dans les tramways de Montreal:  "Cela meritait  recompense: on l'a nomme senateur comme son compere Forget est devenu lord et sa femme lady. II est vrai que celui-ci avait surtout vole des 18 Frangais tandis que Senecal volait n'importe qui."  La satire de Ferron  ne se limite pas aux politiciens ni aux hommes d'affaires, i l vise aussi l'ecrivain et critique litteraire, Gerard Bessette, professeur a Kingston, Ontario [qui s'est vendu aux Anglais?]?; "Au moins ce celebre cousin avait l'esprit de se taire, les machoires serrees comme s ' i l avait eu un cra19 paud dans la bouche."  L'auteur engage devient mechant. Bessette re-  presente pour Ferron, qui s'enracine obstinement dans son pays, l'ecrivain quebecois de la generation de Paul Morin qui suit la mode de Paris et qui parle et ecrit 'le frangais de Paris.'  Ce qui veut dire, pour Ferron, ce  que l'on appelle 'le style Petit Robert' ou 'le frangais fige.' Ferron, sous 1'influence du conte, comme en France, Giraudoux, sous 1'influence des contes allemands, veut briser les contraintes de ce style formel. La mechancete de Ferron envers Bessette et les autres, convient a l'auteur engage mais nuit a l'oeuvre de l'artiste.  - 68 Parlant de Monseigneur Lafleche et de Monseigneur Bruchesi, i l ne tnontre d'eux que le mauvais cote. C'est surtout leur alliance avec les Anglais qu'il leur reproche.  II passe sous silence le fait que la sur-  vivance de l'Eglise au Quebec exigeait une telle alliance. Monseigneur Lafleche incarne le r3le missionnaire de cette Eglise; Monseigneur Bruchesi, qui, pendant ses voyages a Rome, a persuade aux Congregations de Freres et de Soeurs de venir s'installer au Canada, incarne sa mission sociale. Ferron reagit a la maniere de Sartre, marxiste du vingtieme siecle, qui denonce l'elitisme d'un Flaubert, homme du dix-neuvieme. II oublie le contexte historique dans lequel ces hommes vivaient. L'epoque ou i l s vivaient etait tres proche de la Revolution Francalse. La France fournissait a leurs yeux un bon (ou plutot un mauvais) exemple de ce que pourrait devenir un pays ou les idees suspectes mettaient en danger la foi catholique. II est vrai que la bibliotheque de l'lnstitut canadien avait ete condamnee par Monseigneur Bourget, mais ce meme Monseigneur Bourget contribua a la fondation de la bibliotheque sulpicienne, devenue plus tard la Bibliotheque nationale du Quebec. De cette liste des membres de l'lnstitut canadien, dressee par Ferron, un nom, celebre entre tous, est omis, celui de Wilfrid Laurier, lui aussi membre de l'lnstitut.  II est possible que le cote nationaliste de Ferron soit  responsable pour l'oubli de ce grand Canadien. C'est peut-etre ce cote nationaliste de Ferron qui fait de Papineau un grand heros, tout en oubliant que le programme de Papineau et de ses adherents prevoyait 1'annexation du Quebec aux Etats-Unis. II faut conclure qu'en historien Ferron ecrit souvent les yeux bandes, mais qu'en artiste l'usage qu'il fait de l'histoire aide a sa  - 69 -  rSussite littSraire.  Le conte vShicule le message nationaliste, le  conteur enseigne a la tribu ce qu'elle etait, ce qu'elle est, ce qu'elle sera. Batiscan n'est que la transcription litteraire du Quebec: "Qui 20 etes-vous done, gens de Batiscan?"  demande Monseigneur Caron au com-  mencement du roman et a la fin, Philippe Cossette repond: "Et qui sommesnous? Les hommes d'un village, des Batiscanais et nous sommes rendus plus loin que les gens des villes, les gens de Trois-Rivieres, de Montreal et de Quebec, qui, domines par les Strangers, attendent. des Strangers ce 21 qu'ils pourraient faire eux-memes."  Notre auteur a suivi ses instincts  de conteur pour parvenir a son but artistlque. II tire de l'histoire ce dont l'artiste a besoin, la vraisemblance, la mise en relief de ces personnages fictifs, la satire, son hero, son anti-heros et son heroine. Nous n'avons pas le droit de lui reprocher sa manipulation flagrante de l'histoire puisque notre etude se limite a l'ecrivain. Mais on peut reprocher a l'artiste la facon dont i l utilise la satire pour regler ses comptes. On ne peut manquer de la sympathie pour cet ecrivain quebecois, qui, dans une vieille tradition de la littSrature canadienne-francaise, a travaillS pendant vingt annees dans le silence. La critique universitaire, a part quelques rares esprits, a longtemps passS son oeuvre sous silence. II est probable que la presence du conte a causS en grande partie cette negligence. Jacques Ferron etait d'abord un conteur et un conteur qui faisait rire, done un farceur. En effet, la premiere rSaction de la critique quebecoise devant l'oeuvre de Ferron montre des par alleles frapp ants avec celle de la critique francaise devant l'oeuvre d'un Jean Giraudoux, a qui Ferron a souvent ete compare: "De tous les auteurs contemporains,  celui auquel vous ressemblez le plus est sans conteste Giraudoux."  22  L'oeuvre de Giraudoux porte aussi les marques du conte. D'abord la critique franchise a classe Giraudoux comme "enchanteur" ou "magicien" ou "amuseur" tout comme la critique canadienne a mis. Ferron sous 1*etiquette de "farceur". Ce sont des critiques allemands et americains qui furent les premiers a signaler le vrai merite de Giraudoux. Dans le cas de Ferron, comme disait Jean-Pierre Boucher, "son nom a mis vingt ans a 23 monter dans le ciel de nos lettres."  Son oeuvre, subissant, comme  celle de Giraudoux, 1'influence du conte, a deroute la critique pendant plusieurs annees.  Notes  Le Saint--Ellas, P- 33. 3 Le Saint-Elias. P. 33. 4 Le Saint--Eli as. P. 35. 5 Le Saint-Elias, P- 155. 6 Robert Migner, "Jacques Ferron et l'histoire de la formation sociale quebecoise," etudes franchises. 12, 3-4 (Octobre 1976), 351. Le Saint--Elias 8 Le Saint--Elias 9 Le Saint--Elias 10 Gilles Marcotte, "Jacques Ferron, cote village," etudes francaises. 12, 3-4 (Octobre, 1976), 233. 11 Le Saint-Elias. p. 161. 12 Le Saint-Elias. p. 147. 13 Le Saint-Elias. p. 159. 14 Le Saint-Elias. p. 16.  - i l -  ls  Yves Taschereau, Le Portuna (Montreal: Les Editions de l'Aurore, 1975), p. 89. 16 Le Saint-Elias, p. 27. 17 Jean Marcel, Jacques Ferron roalgre lui (Montreal: Editions du Jour, 1970), p. 34. 18 Le Saint-Elias, p. 158. 19 Le Saint-Elias, p. 93. 20 Le Saint-Elias, p. 12. 21 Le Saint-Elias, p. 150. 22 Jean Marcel, p. 26. 23 Jean-Pierre Boucher, Jacques Ferron au pays des amelanchiers (Montreal: Les Presses de l'Universite de Montreal, 1973), p.5.  Chapitre V: Jacques Ferron devant la critique canadienne  Un phenomene aussi fantastique que le conte s'est produit autour de l'oeuvre de Ferron. Bon an, mal an, depuis l'apparition, en 1949, de sa piece de theatre, L'Ogre, jusqu'a la publication de son recueil Du fond de mon arrlere-cuisine, en 1973, Ferron a publie des pieces de theStre, des recueils de contes, des romans et des recits et i l a envoye aux journaux de nombreux articles. Face a cette oeuvre surabondante, la critique canadienne restait, longtemps, etrangement silencieuse. JeanPierre Boucher, dans 1'introduction a son etude sur L'Amelanchier, a ecrit:  "Jacques Ferron a la patience coriace. Pour ce patriote fervent  cependant, la pratique de notre vertu nationale s'imposait. Son nom a 1 mis vingt ans a monter dans le ciel de nos lettres." Jean Marcel, dans Jacques Ferron malgre lui, a note: "Un seul universitaire en vingt ans a daigne vous consacrer un article de fond, encore etait-ce sur un seul 2 de votre vingtaine de livres."  Et de noter dans un renvoi que Reginald  Martel formulait un semblable reproche a l'endroit de la critique universitaire (dans La Presse, samedi, 21 decembre 1968). Ce silence etant enfin rompu, la reaction de la critique manifestait une certaine confusion. Yves Taschereau, dans Le Portuna (sous-titre, "La medecine dans l'oeuvre de Jacques Ferron") a ecrit:  "A ce propos, i l est extremement  amusant de voir comment les livres subsequents de Ferron pourront derouter 3 certains critiques."  II parle des comptes rendus d'Andre Renaud dans  Livres et auteurs canadiens sur des romans de Ferron publies entre 1965 et 1969.  - 74 Pourquoi ce silence et comment exprimer une reaction aussi etonnante? Nous constatons que la presence du conte y est pour beaucoup. La disorientation de la critique est le miroir de 1'ambivalence du conte. Les termes auxquels les critiques ont recours pour caracteriser Ferron ou son oeuvre, 'vulgaire', 'farceur', 'bizarre', 'etrange', refletent 4 des aspects du conte. Gerard Tougas, dans son Histoire, passe sous silence l'oeuvre de Ferron. Plusieurs critiques ont ete deroutes par 1'humour du conte. Ferron s'en rendait compte lui-meme. Pendant un interview avec Jean Marcel i l a dit:  ". . . et savez-vous ma reputation?  Un farceur! Plus tard i l dirait 'Ah! vous nous faites rire.'  Je ne  cacherai pas que je les ai trouves quelque peu idiots. Je les ai laisses 5 rire." Le melange de vulgarite et d'humour dans la phrase: "Le pot, 6 s'ecria le moribond . . . Trop tard, j'irai 1'autre bord" aide a expliquer le desarroi des critiques litteraires.  En les amusant, Ferron  a reussi a ne pas s'imposer comme un auteur a prendre au serieux. Nous reconnaissons le fantastique du conte dans les termes 'bizarre' et 'etrange' qui apparaissent souvent dans les comptes rendus des livres de Ferron. Devant ces arbres qui se mettent a marcher, devant ces maisons qui redescendent, la critique s'est figee. Dans son compte rendu de Papa Boss, Andre Renaud a ecrit: "Aussi rien n'est-il plus simple ni 7 plus deroutant que le recit de Papa Boss." II a ecrit.sur La Charrette et sur "le lecteur ideal de Ferron," qui ". . . ne saurait subir la lecture de La Charrette sans rester, au bout du compte, tout ensemble 8 perplexe et interdit." Tel lecteur, tel critique. S'il parait que nous poussons un peu trop loin notre analyse et le sujet meme de la these, pour nous justifier i l suffit de jeter un coup  - 75 -  d'oeil sur la reaction de la critique frangaise devant l'oeuvre d'un autre ecrivain qui a subi 1"influence des etudes, sur les M3rchen (contes de fees) et les contes fantastiques allemands. II en resulte que l'oeuvre de Giraudoux, elle aussi, manifeste la presence du conte. Si nous examinons les premieres reactions de la critique frangaise devant Giraudoux, nous decouvrons un parallels frappant avec celles de la critique canadienne devant Ferron. Nous retrouvons chez certains critiques le silence, chez d'autres l'embarras, chez d'autres la deroute. Nous retrouvons les memes epithetes  revelatrices, les mSmes termes  dans les premiers comptes rendus sur Giraudoux. Dans son oeuvre magistrale sur Giraudoux, Rene Marill Alberes a ecrit: "Dans 1'ensemble, les contemporains de Giraudoux ont adopte a l'egard de son oeuvre et range [nous soulignons j une attitude etnbarrassee . . . La critique a tres vite voulu classer ou juger Giraudoux, sans chercher a la penetrer et a tres souvent employe quelques epithetes 9  comme 'enchanteur,' 'magicien,' pour eluder le probleme qu'il posait." Le seul critique de marque favorable a Giraudoux, des ses debuts litteraires, etait Andre Gide, qui ne donnait pas de raisons precises mais l'acceptait intuitivement en lui donnant les epithetes de "sorciersourcier." On peut aisement reconnaltre la sorcellerie du conte refletee 10 dans les mots 'enchanteur,' 'magicien' et 'sorcieri' L'etiquette de 'farceur' que l'on a donnee a Ferron trouve son pendant dans l'etiquette 11 .'aiBuseur, donnee a Giraudoux. Un de ses critiques a meme parle de 12 "plaisanteries universitaires (farces d'etudiants)."  Plus tard, vers  les annees trente,^la critique frangaise commengait a voir l'oeuvre de Giraudoux sous un nouvel aspect: "Jean Prevost montrait que la rhStorique  - 76 de Giraudoux etait plus fraiche et plus 'originelle' que celles des cliches et du style conventionnel et invitait a la retrouver dans les 13 fabliaux et les contes de fees."  Les premiers critiques universitaires  a rendre hommage a Ferron etaient des professeurs aux Universites de Montreal et de Laval. Hommage excessif que Ferron serait le premier a recuser. La verite sur Ferron se situe quelque part entre le silence d'un Gerard Tougas et le bavardage d'un Jean Marcel. Dans le conte, tout est permis.  Cette liberte a permis a Giraudoux  et a Ferron de briser les chaines qui retiennent d'habitude, les romanciers. Cet espace enchante, ce temps bouleverse, ces personnages-types, ce besoin de discourir, que l'on retrouve dans les romans de Ferron, sont autant de raisons pour expliquer la deroute de la critique. II aurait fallu a Jacques Ferron des critiques qui auraient reagi favorablement devant 1'incantation et le mystere au lieu d'eprouver de 1'ennui, dans cette figure de repetition qu'il affectionne. II lui aurait fallu des critiques qui auraient pu voir dans les personnages-types du Saint-Elias des archetypes de son pays qui s'accordaient mieux a ce roman historique que des personnages en chair et en os. II lui aurait fallu des critiques prets a juger son oeuvre dans l'optique du conte. Pourtant, de tels critiques sont venus, tel Rejean Robidoux, qui a ecrit un chapitre sur Cotnoir dans son etude Le Roman canadien-francais du XXe siecle.  II a reconnu Madame Cotnoir comme. "un etre merveilleux"  (et non simplement un personnage falot) contre qui luttaient "les puis14 sances mauvaises."  II a note le mythe enseveli dans le conte (la vie  de Cotnoir pour la survie d'Emmanuel). II a signale cette porte "con-  - 77 -  damn.ee pour l'hiver; or elle s'ouvrira materiellement et symboliquement, 15 pour le depart d'Emmanuel." Cependant, i l n'a pas apercu la relation entre ce jardin d'hiver et le jardin abandonne du conte fantastique. II se plaint de la brievete du recit sans penser a la rapidite d'execution qu'exige le conte, ces 'ailes du conte,' dont parlait Grimm. Neanmoins, i l est bien conscient de la presence du conte dans Cotnoir; "L'experience de Jacques Ferron dans le genre litteraire du conte se laisse d'ailleurs 16 percevoir dans ce recit." Cette sensibilite de Robidoux au conte etait, en grande partie, responsable pour cette analyse favorable. Jointe a cette sensibilite, nous aurions pu esperer une connaissance plus approfondie des mecanismes du conte. Neanmoins, i l a ouvert la voie aux etudes sympathiques, comme celle de Marcel sur Ferron et de Jean-Pierre Boucher sur L'Amelanchier. Des 1970, des comptes rendus, des articles, des etudes, des livres sur Ferron et son oeuvre commencent a foisonner. Meme la 'Nouvelle Critique' s'est manifested. Les analyses structurales,. linguistiques et semiotiques 17 des critiques de la revue Breches,  sur quelques-uns des contes de Fer-  ron, nous en fournissent des exemples typiques. L'article d'Andre Dallaire,  "Le 'fantastique' Ferron," sur le conte Un chien gris nous paralt  assez remarquable. Critique et auteur s'alimentent de telles etudes. L'etude du conte jette de la lumiere sur toute l'oeuvre romanesque de l'auteur, tandis que le champ retreci du conte offre un terrain propre a ce genre de critique. L'interet croissant dans l'oeuvre de Ferron fait qu'il existe actuel-  - 78 lenient une critique sur les critiques de Ferron. Etudes franchises,  18  la revue de l'Universite de Montreal, a consacre tout un numero sur Ferron. Yvon Boucher, critique du journal montrealais Le Devoir a persifle la majorite de ces critiques universitaires. Nous sommes d'accord avec lui, certains d'entre eux auraient mieux fait de choisir le silence. Ferron a regu, non seulement 1'attention des critiques, mais aussi le Prix France-Quebec pour son livre Les Roses sauvages, le Prix Duvernay de la S.S.J.B. de Montreal pour I'ensemble de son oeuvre et le Prix David de l'annee 1977. fruits.  Le long travail de Ferron commence a porter ses  Peut-Stre avait-il devant lui 1'exemple de Ringuet, a propos de  qui i l a dit:  "II lui fallait vingt ans, au moins, avant de mettre sa  derniere main a Trente arpents. Et c'est la ce qu'il y a d*admirable dans ce livre:  d'avoir ete fait a l'insu d'une societe qui ne le de19  mandait pas, dans la solitude et de propos delibere."  Nous pouvons  inscrire aussi le nom de Ferron dans les chroniques d'un peuple qui se faisait, a l'insu des critiques, son histoire, sa litterature.  Notes  1 Jean-Pierre Boucher, Au pays des amelanchiers (Montreal: Editions du Jour, 1970), p. 5. 2 Jean Marcel, Jacques Ferron malgre lui (Montreal: Editions du Jour, 1970), p. 39. 3 Yves Taschereau, Le Portuna (Montreal: Les Editions de l'Aurore, 1975), p. 24, renvoi 13. 4 Gerard Tougas, Histoire de la litterature canadienne-francaise, 4 ed. (Paris: Presses universitaires de France, 1967). 5 Jacques Ferron, Du Fond de mon arriere-cuisine (Montreal: Editions du Jour, 1973), p. 143. 6 Jacques Ferron, Contes (Montreal: Editions H.M.H., "L'Arbre," 1968), p. 24. 7 Andre Renaud, "Papa Boss de Jacques Ferron," Livres et auteurs canadiens (Montreal: Editions Jumonville, 1966), p. 37. 8 Andre Renaud, "La Charrette de Jacques Ferron," Livres et auteurs canadiens (Montreal: Editions Jumonville, 1968), p. 29. 9 Rene Marill Alberes, Esthetique et morale chez Jean Giraudoux (Paris: Librairie Nizet, 1957), p. 540. 10 Alberes, p. 540. 11 Alberes, p. 543. 12 Alberes, p. 541. 13 Alberes, p. 543. - 79 -  - 80 14 Rejean Robidoux, "Cotnoir," Le Roman canadien-francais du XXe siecle (Ottawa: Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966), p. 187. 15 Robidoux, "Cotnoir," p. 193. 16 Robidoux, "Cotnoir," p. 196. 17 Breches, le premier numero (Montreal: Case postale 273, station Outremont, printemps 1973). 18 "Jacques Ferron," Etudes franchises, 12, 3-4. 19 Jean Marcel, Jacques Ferron malgre lui, p. 17.  Conclusion Le labeur est f i n i .  Un long chemin a parcourir, pour ne pas parler  du voyage interieur. Des 1*instant ou nous avons remarque ces trois mainates, beaux et terribles, dans Le Saint-Elias. ce qui nous a fait choisir le conte comme sujet de these, jusqu'a ce moment-ci ou 11 faut tirer des conclusions. Que l'auteur des Contes anglais et autres et des Contes du pays incertain soit conteur, tout le monde le salt, et depuis longtemps. Comme disait Jean Marcel, toute l'oeuvre de Ferron, pieces de theatre et romans, peut etre logee a l'enseigne du conte. ecrivain?  Farceur, conteur, dramaturge,  Jacques Ferron peut porter toutes ces etiquettes. Est-il le  plus grand ecrivain quebecois contemporain? Ou est-ce qu'il doit sa renommee montante au fait que son oeuvre vehicule le message nationaliste? Nous prenons position entre ces deux avis. Cote dramatique, i l est evident que son theatre a fait faillite. Meme les critiques bienveillants ont parle de 'theatre de lecture.' Avec ses contes, Ferron est entre dans son propre royaume. Le chien gris et Melie et le boeuf nous fournissent de beaux exemples de ce qu'il a accompli dans ce genre. Avec Cotnoir i l a commence son oeuvre romanesque. L'importance de Cotnoir reside non seulement dans sa valeur litteraire, mais aussi dans le fait que ce recit est la charniere de l'oeuvre et marque la transition du conte au roman. Apres Cotnoir, Ferron a publie un roman presque chaque annee. Cette production romanesque est de valeur inegale. Pourtant, ces deux ouvrages, Cotnoir et Le Saint-Elias, sont, selon nous, grace a la presence du conte, des reussites litteraires remarquables. - 81 -  Blbliographie (a) Ferron. Ouvrages cites. Ferron, Jacques. L'Ogre, piece en quatre actes. Montreal: Cahiers de la File indienne, 1949. . Papa Boss, roman. Montreal: Editions Parti pris, "Paroles," no 8, 1966. . Contes, edition integrale des Contes du pays incertain, des Contes anglais et autres, augmentee de quatre contes inedits. Montreal: Editions H.M.H., "L'arbre," 1968. . Cotnoir, recit, suivi de La Barbe de Francois Hertel, sotie, nouvelle edition des textes parus en 1962 et 1951. Montreal: Editions du Jour, 1970. .  L'Amelanchier, recit. Montreal: Editions du Jour, 1970.  . Les Roses sauvages: petitroman suivi d'Une lettre d'amour soigneusement presentee. Montreal: Editions du Jour, 1971. .  Le Saint-Elias, roman. Montreal: Editions du Jour, 1972.  . Du Fond de mon arriere-cuisine. Montreal: Editions du Jour, 1973.  (b) Articles de Ferron (choix). "Faiseur de contes." Incidences, no 11, automne 1966, pp. 5-7. "Le mythe d'Antee." La Barre du Jour, vol. II, no 4, automne 1967, pp. 26-29. "La transformation des contes." Information medicale et paramedicale, vol. XXIII, no 19, 17 aout 1971, p. 17. "La chasse-galerie." Information medicale et paramedicale, vol. XXV, no. 2, 5 decembre 1972, p. 24.  (c) Etudes consacrees a l'oeuvre de Jacques Ferron. Boucher, Jean-Pierre. Jacques Ferron au pays des amelanchiers. Montreal: Editions du Jour, 1970. - 82 -  - 83 Marcel, Jean. Jacques Ferron tnalgre lui. 1970.  Montreal: Editions du Jour,  Roussan, Jacques de. Jacques Ferron. Montreal: Les Presses de l'Universite du Quebec, 1971. Taschereau, Yves. Le Portuna: la medecine dans l'oeuvre de Jacques Ferron. Montreal: Les Editions de l'Aurore, 1975.  Cd)  Articles ou chapitres cites sur Ferron.  Bourassa, Andre. "Jacques Ferron." Surrealisme et Litterature quebecoise. Montreal: Editions de l'Etincelle, 1977, pp. 220-222. Dallaire, Andre. "Le 'fantastique' Ferron." Breches. Case postale 273, station Outremont. Montreal: printemps 1973, pp. 30-41. Marcotte, Gilles. "Jacques Ferron, cote village." 12, 3-4, pp. 217-236.  Etudes frangaises,  Migner, Robert. "Jacques Ferron et l'Histoire de la formation sociale quebecoise." Etudes frangaises, 12, 3-4, pp. 343-352. Rabotin, Maurice, "La langue et le style des Contes de Jacques Ferron." Litteratures. Melanges litteraires publies a 1'occasion du 150e anniversaire de l'Universite de Montreal. Montreal: H.M.H., 1971, pp. 147-156. Robidoux, Rejean et Andre Renaud. "Cotnoir." In Le roman canadienfrangais du vingtieme siecle. Editions de l'Universite d'Ottawa, 1966, pp. 185-196.  (e) Quelques ouvrages de reference. Alberes, Rene Marill. Esthetique et morale chez Jean Giraudoux. Paris: Librairie Nizet, 1957. Bedier, Joseph. Les Fabliaux: etudes de litterature populaire et d'histoire litteraire du moyen age. 6 ed. Paris: H. Champion, 1964. Belisle, Louis Alexandre. Dictionnaire general de la langue frangaise au Canada. 2 ed. Quebec: Belisle, 1971. Bettelheim, Bruno. The Uses of Enchantment: the meaning and importance of fairy tales. 1 ed. New York: Knopf, distributed by Random House, 1976.  - 84 Castex, Pierre. Anthologie du conte fantastique frangais. Paris: J. Corti, 1947. . Le conte fantastique en France de Nodier a Maupassant. Paris: J. Corti, 1951. Dunn, Oscar. Glossaire franco-canadien. Reproduction de 1'edition originale de 1880. Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1976. Guiraud, Pierre. Initiation a la Unguistique. Paris: Editions Klincksieck, 1969. Lejeune, Louis Marie. Dictionnaire general de biographie. Ottawa: Les Presses de l'Universite d'Ottawa, 1931. Liithi, Max. Once Upon by Lee Chadeayne Introduction and Ungar Publishing  a Time: on the nature of fairy tales. Translated and Paul Gottwald, with additions by the author. reference by Francis Lee Utley. New York: F. Co., 1970.  Meschonnic, Henri. Pour la poetique. Paris: Editions Gallimard, 1970. Propp, Vladimir. Morphologie du conte. Traduit du russe par Claude Ligny. Paris: Gallimard, 1970. Rabkin, Eric. Narrative Suspense: "When Slim turned sideways . . .". Ann Arbor: University of Michigan Press, 1973. . The Fantastic in Literature. Princeton; N.J.: Princeton University Press, 1976. Todorov, Tsvetan. Introduction a la litterature, fantastique. Paris: Editions du Seuil, 1970. . Poetique de la Prose. Paris: Editions du Seuil, 1971. Tougas, Gerard. Histoire de la litterature canadienne-francaise. 2ed. Paris: Presses universitaires de France, 1964. Vax, Louis. La Seduction de 1'etrange. taires de France, 1965.  led. Paris: Presses universi-  . L'Art et la litterature fantastique. 3ed. Paris: Presses universitaires de France, 1970.  

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0100271/manifest

Comment

Related Items