Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La révolte contre le patriarcat dans l’oeuvre de Marie-Claire Blais Tremblay, Victor 1980

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1980_A8 T74.pdf [ 11.17MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0100226.json
JSON-LD: 831-1.0100226-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0100226-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0100226-rdf.json
Turtle: 831-1.0100226-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0100226-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0100226-source.json
Full Text
831-1.0100226-fulltext.txt
Citation
831-1.0100226.ris

Full Text

LA REVOLTE. CONTRE LE PATRIARCAT DANS L'OEUVRE DE MARIE-CLAIRE BLAIS by VICTOR TREMBLAI B. Ped., Universite de Sherbrooke, 1967. A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS in THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES y (Dept. of French) Ve accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA .f" October 1980 Q Victor Tremblay ' In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of Br i t ish Columbia, I agree that the Library shall make i t freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the Head of my Department or by his representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of Pronch The University of Br i t ish Columbia 2075 Wesbrook Place Vancouver, Canada V6T 1W5 Date 1 October 1980 ia A M a r i e - C l a i r e B l a i s , avec admiration et respect dans l ' e s p o i r que notre analyse l i t t e r a i r e de son oeuvre rencontre sa propre con-ception d'une c r i t i q u e q u i , d i t - e l l e , " i n t e l l i g e n t e et penetrante i n s p i r e l e l e c t e u r 3 l i r e ... et l ' a i d e a v i v r e " . A notre d i r e c t r i c e de these, Mme Francoise I q b a l , notre recon-naissance pour ses p a t i e n t s et j u d i c i e u x c o n s e i l s durant toute 1'elabo-r a t i o n de ce t r a v a i l ; a M. Gerard Tougas, notre l e c t e u r , nos remercie-ments. ib "Les sexes sont peut-Stre plus parents qu'on ne l e pense, et l e grand renouvellement du monde c o n s i s t e r a sans doute en c e c i : 1'homme et l a femme, l i b e r e s de tout sentiment faux, de toute a v e r s i o n , ne se recherche-ront plus comme des c o n t r a i r e s , mais comme f r e r e s et soeurs, comme des proches, et i l s s'uniront en tant qu'etres humains." L e t t r e s 3 un jeune poete, Rainer Maria R i l k e . i c SOMMAIRE Apres plus de v i n g t ans consacres a son metier d ' e c r i v a i n , M a r i e - C l a i r e B l a i s est l'un des p i l i e r s du Quebec l i t t e r a i r e contemporain grSce a 1 ' o r i e n t a t i o n s o c i a l e s i g n i f i c a t i v e de son oeuvre. Sa v i s i o n du monde a i n s i que son s t y l e prennent naissance dans des preoccupations per-sonnelles plus ou inoins inconscientes qui aboutissent a un enseignement moral u n i v e r s e l . Le but de c e t t e etude est de s u i v r e 1'evolution de l a conscience c r e a t r i c e de l'auteur a t r a v e r s son oeuvre , a u s s i i m p o r t a i t - i l d'examiner l ' o p p r e s s i o n que l e s i n s t i t u t i o n s s o c i a l e s et r e l i g i e u s e s l u i f i r e n t s u b i r au cours de sa v i e dans sa quete d ' i d e n t i t e et d ' a f f i r m a t i o n comme Quebecoise, femme et lesbienne. Sous l a rubrique de " c y c l e mythique", nous avons range l e s pre-miers e f f o r t s de l ' e c r i v a i n , comprenant sa poesie d'adolescence et l e s quatre romans qui y font s u i t e . L 1 a n a l y s e de ces oeuvres de jeunesse r e -v e l e , en e f f e t , par l a r e p e t i t i o n de metaphores et de formes s t r u c t u r a l e s communes, l a presence d'un mythe personnel r e l i e au drame pre-oedipien du r e j e t maternel. Cette thematique o r i g i n e l l e de c u l p a b i l i t e s ' a m p l i f i e sous 1'influence de v a l e u r s t r a d i t i o n n e l l e s . C e l l e s - c i , t o u t en renforgant 1 ' i n -f e r i o r i t y quebecoise, demeurent essen t i e l l e m e n t misogynes et s'opposent ca-tegoriquement 5 1'homosexualite. B i e n t S t , cependant, l'auteur prend con-science de son a l i e n a t i o n , mais, incapable de v i v r e sa r e b e l l i o n , e l l e tente de se l i b e r e r par l ' e c r i t u r e . De ses e c r i t s du " c y c l e de r e v o l t e " , nous avons etudie p a r t i c u l i e r e m e n t Une Saison dans l a v i e d'Emmanuel q u i , mieux que l e s a u t r e s , i l l u s t r e a l a f o i s l e s t r o i s degres d ' a l i e n a t i o n i i precedemment nommes. Par l a s u i t e , nous avons analyse rapidement l e s t r o i s tomes des Manuscrits de Pau l i n e Archange qui c o n s t i t u e n t l e " c y c l e autobiographi-que." Au cours de ce c y c l e , l'auteur se penche sur son passe et sa vo-c a t i o n l i t t e r a i r e . P u i s , dans nos co n s i d e r a t i o n s sur l e s romans du " c y c l e de l i b e r a t i o n " , nous nous sommes att a r d e surtout au Loup q u i presente l ' a r t et l'amour f r a t e r n e l comme l e s s o l u t i o n s i d e a l e s au desirde l i b e r i e . E n t r a i -tant de ces deux d e r n i e r s c y c l e s , nous avons voulu e v i t e r l e s r e d i t e s , a u s s i avons-nous j o i n t l'etude de l e u r s c a r a c t e r i s t i q u e s a une perspec-t i v e g lobale et e v o l u t i v e des s t r u c t u r e s et themes d'oppression et de r e -v o l t e rencontres dans toute l'oeuvre b l a i s i e n n e . E n f i n , en d e r n i e r l i e u , nous avons r e l i e l ' i m a g i n a i r e de M a r i e - C l a i r e B l a i s a une v i s i o n mythique globale de l ' u n i v e r s . i i i TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 Chapitre I ~ DE L' INCONSCIENT AU MYTHE PERSONNEL 11 1. Le symbolisme de l a premiere poesie A. Situation 13 B. Poesie et inconscient 14 C. Interpretation freudienne de trois metaphores 17 D. Universalite psychanalytique 22 E. Application methodique aux poemes 24 2. La Belle Bete A. Situation 40 B. Presence des trois symboles 43 C. Les influences exterieures sociales 48 D. Isabelle-Marie, "batarde par excellence" 51 E. La laideur d'Isabelle-Marie 55 F. Patrice a l ' a s i l e 59 Chapitre II ~ DE LA DUPLICITE A L'ERHANCE 62 1. Tete Blanche A. Situation 64 Bo Structure double selon les sexes 68 C. L'amour d'Emilie et d'Evans 72 D. Dualisme et dualite 74 E. Le "vertige" d'Evans 76 i v 2, Le Jour est noir A. Situation 79 B. Disintegration sociale 83 C. Condamnation du male 88 D. Le "mai" de Josue et de Roxane 90 3. Les Voyageurs sacres A. Situation 98 B. Correspondances et interpretations 99 C. Dichotomie des personnages 102 D. Condamnation patriarcale 104 Chapitre III — DE L' OPPRESSION A LA REVOLTE 110 1. Ecriture et rebellion A. Situation et influence 111 B, Les recueils 115 2. Une Salson dans l a vie d'Emmanuel A, Repression quebecoise 125 B, Repression feminine 13^ C, Repression homosexuelle 139 3. Un cycle de revolte A, De l a destruction 152 B. Vers une liberation 158 Chapitre IV -- STRUCTURES DE L'IMAGINAIRE BLAISIEN 160 1. Structures et miroirs A. Le rairoir, preoccupation de l'identite I 6 5 B. Le journal intimet un miroir 168 2. L'espace "homotextuel" A. L'espace interieur clos 173 B. L'espace exterieur ouvert 177 C. L'entre-deuxi le Voyage, l'Errance 179 3. Inversion et Revolte A, Presence metonymique du Pied 181 B. L'Inversion 188 4. Structures de l'imaginaire blaisien A. Le Regime Diurne oppresseur 193 B. Le Regime Nocturne salvateur 195 C. Le Regime Synthetique Nocturne 198 5. L'imaginaire musical A. L'art-contrepoint 202 B. L'amour-contxepoint 204 CONCLUSION 213 APPENDICE A 219 APPENDICE B 224 BIBLIOGRAPHIE 225 vi ABREVIATIONS Romans La Belle Bgte BB Tete Blanche TB Le Jour est noir JN Une Saison dans la vie d'Emmanuel SVE L'lnsoumise I_ David Sterne PS Manuscrits de Pauline Archange* MPA Vivre! Vivre! VV Les Apparences A Le Loup L_ Un Joualonais, sa Joualonie JJ Une Liaison parisienne LP Les Nuits de 1'underground NU Le Sourd dans la ville SV Thettre L'Execution E Fievres et autres textes dramatiques F L'Ocean suivi de Murmures OM "Marcelle" dans La Nef des sorcieres NS ABREVIATIONS (Suite) Recit Les Voyageurs sacres VS Poesie Pays voiles PV  Existences EX *Pour designer les tro i s romans constituent les memoires de Pauline Archange (Manuscrits de Pauline Archange} Vivrej VivreI; Les  A-pparences), nous utllisons le t i t r e Les Manuscrits. 1 INTRODUCTION Q u ' i l s'agisse de l a Nouvelle C r i t i q u e , du s t r u c t u r a l i s r a e , de l a p s y c h o - c r i t i q u e , de l a semiotique ou autres approches, l a c r i t i q u e con-temporaine, f o r m a l i s t e dans ses p e r s p e c t i v e s , se c a r a c t e r i s e par l a meme intransigeance que ses predecesseurs. Selon Roland Barthes, l a c r i t i q u e t r a d i t i o n n e l l e , q u i a v a i t pour f o n c t i o n de j u g e r , "ne pouvait §tre que conformiste, c ' e s t - a - d i r e conforme aux i n t e r ^ t s des juges".' I I ne semble pas que c e t t e tendance au dogmatisme a i t change. A i n s i , i l y a quelques annees, n a i s s a i t aux E t a t s - U n i s ce qu'on a surnomme l a " c r i t i q u e de m i n o r i t e " . C e l l e - c i propose une i n t e r p r e t a t i o n d'oeuvres l i t t e r a i r e s d'apres 1'angle dichotomique oppresseur/opprime. A i n s i i l y a l a s o c i e t e d'une part e t , de l ' a u t r e , l ' e c r i v a i n appartenant a un groupe m i n o r i t a i r e subissant une d i s c r i m i n a t i o n abusive: s o i t un auteur de sexe femi n i n , de race n o i r e ou encore un e c r i v a i n homosexuel. De tous cStes, l e s accusa-t i o n s s ' eleverent. C'est, d i s a i t - o n , deformer l e s c r i t e r e s courants d ' a p p r e c i a t i o n et de connaissance d'une oeuvre pour o u v r i r l a porte a des c r i t e r e s i d e o l o g i q u e s . Ceux-13 memes qui avaient reproche a l a c r i t i q u e t r a d i t i o n n e l l e son intransigeance jugeaient avec p a r t i a l i t e en faveur de l ' i d e o l o g i e que l a " c r i t i q u e de m i n o r i t e " mine a sa base, c e l l e du * C i t e par Roger F a y o l l e , La C r i t i q u e ( P a r i s : Armand C o l i n , 1978), p. 175. 2 Cette e x p r e s s i o n est notre t r a d u c t i o n de " m i n o r i t y c r i t i c i s m " et r e f e r e a une c r i t i q u e prenant en c o n s i d e r a t i o n l e rang s o c i a l m i n o r i t a i r e occupe par un auteur, s ' i l y a l i e u , et 1'influence en r e s u l t a n t sur son oeuvre. p a t r i a r c a t dont tous l e s systemes p o l i t i q u e s contemporains sont l e s h e r i -t i e r s . Toutes l e s v a l e u r s des s o c i e t e s o c c i d e n t a l e s a c t u e l l e s reposent en e f f e t sur 1'organisation s o c i a l e a\ p a r t i r de c e l l u l e s f a m i l i a l e s f o n -dees sur l a parente par l e s males et sur l a puissance p a t e r n e l l e . Cepen-dant, a l ' e n d r o i t de cet ordre h i e r a r c h i q u e , p o l i t i q u e et s o c i a l , font encore bande a part aux Etats-Unis l e s N o i r s . De meme l e s mouvements fem i n i s t e s et homosexuels vont a l'encontre de c e t t e t r a d i t i o n plus que m i l l e n a i r e . Mise a part c e t t e o p p o s i t i o n i d e o l o g i q u e , i l faut r e c o n n a i t r e l ' o r i g i n a l i t e de l ' o p t i q u e de c e t t e c r i t i q u e . Quant a sa v a l e u r l i t t e r a i r e , n u l doute q u ' e l l e ne peut a t t e i n d r e l a p r e c i s i o n t e x t u e l l e dont s'enor-g u e i l l i t l a c r i t i q u e contemporaine, mais nous croyons que sa g r i l l e d ' i n -t e r p r e t a t i o n depasse l a simple thematique pour rendre compte a l a f o i s des aspects i n d i v i d u e l s (l'opprime) et s o c i o - h i s t o r i q u e (l'oppresseur) du phenomene l i t t e r a i r e : l e contenu et l e s t y l e r e j o i g n a n t l a psychologie et l ' h i s t o i r e . A notre connaissance, c e t t e approche c r i t i q u e n'a jamais ete appliquee a l a l i t t e r a t u r e quebecoise, a u s s i est-ce avec temerite que nous nous en i n s p i r e r o n s . Etant donne l e s l i m i t e s de notre etude, nous avons prefere consacrer notre analyse a l'oeuvre d'un auteur b i e n r e p r e s e n t a t i f qui a u r a i t vecu dans une s i t u a t i o n s o c i a l e r e p r e s s i v e b i e n determinee. Etr e Quebecois, c ' e s t - a - d i r e Canadien f r a n c a i s et c a t h o l i q u e , e t a i t deja un niveau d'oppression q u ' i l ne f a l l a i t pas n e g l i g e r , §tre un e c r i v a i n feminin a j o u t a i t un autre p a l i e r de d i s c r i m i n a t i o n qu'une tr o i s i e m e a l i e n a t i o n , comme c e l l e encourue par 1'homosexualite, r e n d a i t i d e a l e sur l e p l an de notre p o u r s u i t e l i t t e r a i r e . Quoiqu 1 aucun m i l i t a n t i s m e femi-n i s t e et homosexuel n ' a i t encore s u r g i du Quebec avec l a passion S. l a q u e l l e on a u r a i t dQ s'attendre i. l ' i n t e r i e u r d'un pays q u i s u i t de t r e s pres l e s mouvements et l e temperament americain, l'on trouve a Montreal une ecole l i t t e r a i r e lesbienne a l a q u e l l e est as s o c i e e , sinon de f a i t , du moins par l e theme d'un de ses d e r n i e r s romans, M a r i e - C l a i r e B l a i s . Ce celebre e c r i v a i n a l e merite pour nous de ne r i e n v o u l o i r cacher, son a r t etant intimement l i e 3. sa recherche p e r s o n n e l l e . Sans doute se de f e n d - e l l e d'etre e t i q u e t e e : Je suis,simplement, un e c r i v a i n , d i t - e l l e , et quelque-f o i s j ' e c r i s sur l e Quebec, ou b i e n sur l a femme, ou encore a propos jie gens g a i s , mais r i e n j e c r o i s ne peut me l i m i t e r . Ce refus de se l a i s s e r encager et cet appel de " v i v r e l i b r e ment, dans l'harmonie d'un corps et d'un e s p r i t heureux"^sont a l a base m§me de ce r§ve r e v o l u t i o n n a i r e de transformation s o c i a l e . De l a p r i s e de conscience de s o i emerge une p r i s e de conscience s o c i a l e . Nous v o i l a a l a source m§me de notre etude, determiner dans 1'oeuvre b l a i s i : ie l ' o r i g i n e de ce d e s i r de l i b e r t e i n d i v i i a e l l e et en d i s c e r n e r 1'evoJr^':on passari£^de l'attaque des s t r u c t u r e s p a t r i a r c a l e s a l ' a c c e p t a t i x a s o i et a une l i b e r a t i o n de l'homme. En f a i t , notre methode s'apparente a l a c r i t i q u e e x i s t e n t i e l l e de Sart r e interdependante de . l a psychanalyse et- de l a s o c i o -l o g i e . Chez l u i , cependant, l a r e v o l t e de l'auteur n'a pas ses o r i g i n e s Ceci s'explique sans doute par l e f a i t que l e u r energie est o r i e n -tee . vers un mouvement p o l i t i q u e de l i b e r a t i o n n a t i o n a l e . Signalons t o u t e f o i s que l e P a r t i Quebecois a l e g i f e r e , en j u i n 1979, l e premier en Amerique, contre toute d i s c r i m i n a t i o n impliquant 1 ' o r i e n t a t i o n s e x u e l l e . ^ C i t e par John Hofsess, " I am, simply, a w r i t e r " , Books i n Canada, Feb. 79, p. 10, TDA. M a r i e - C l a i r e B l a i s , Manuscrits de P a u l i n e Archange ( P a r i s : Grasset, 1968), p. 182. dans l'inconscient en opposition a la realite comme nous tenterons de le demontrer, mais existe au niveau existentiel de la conscience. Ainsi, Genet "decide" de vivre sa vie de paria en reaction contre la societe qui I'a reconnu comme tel: l'angoisse qui pousse l'ecrivain a ecrire, dit Sartre, provient d'un choix originel et non de l'inconscient et de la libido. Sans doute s'agit-il pour le critique de "retracer en detail l'histoire d'une liberation",^ mais nous croyons que celle-ci ne se fait que par Stapes et qu'avant de developper une "vision nouvelle du monde", une metaphysique qui lui est propre, l'ecrivain n'a qu'un desir incons-cient pour le guider dans sa revolte. La critique d'inspiration psycha-nalytique, d'origine freudienne, nous propose plusieurs methodes^ demon-trant que l'inconscient de l'ecrivain parle dans son oeuvre, lequel n'est qu'une manifestation du desir dans 1'imaginaire. Une production litteraire est le resultat d'un conflit interieur dont l'auteur se libere par la structuration symbolique de 1'ecriture. En atteignant les profondeurs de l'inconscient, on en arrive ainsi a definir 1'organisation secrete et structurelle ou dynamique d'un texte. Gide dans son Dosto'ievski reconnaissait que l'oeuvre artistique est une solution 5 un probleme inconscient. Prenant comme exemples Mahomet et les prophetes bibliques, saint Paul, Luther, Rousseau, Nietzsche, Sade, Dostoievski i l ajoute qu' "a l'origine de chaque reforme morale ... nous retrouvons une insatisfaction de la chair, une inquietude, une ano-8 malie", "sorte d'invitation a se revolter contre la psychologie du Fayolle, p. 205 Fayolle, pp, 181-190. Andre Gide, Dostoievski (Paris: Plon, 1923), pp. 266-268. 5 9 troupeau". L'homosexualite, consideree pendant des s i e c l e s comme une tare morale i n d e l e b i l e , ne peut done q u 1 i n f l u e n c e r grandement, sinon de-clencher, l e processus a r t i s t i q u e d'un auteur. A i n s i , l a l i t t e r a t u r e o f f r i r a non seulement un moyen de redemption pour cet e c r i v a i n , mais sou-vent l'humanite p r o f i t e r a de l a recherche de c e l u i - c i hors des voies t r a -d i t i o n n e l l e s vers un degre de conscience plus eleve. Dans Roman des o r i g i n e s et o r i g i n e s du roman, Marthe Robert ap-pl i q u e l ' i d e e suivante de l ' o r i g i n e a r t i s t i q u e chez tout romancier, theo-r i e freudienne a l ' a p p u i : l e roman n'est qu'une r e c o n s t i t u t i o n de l ' h i s -t o i r e f a m i l i a l e o r i g i n e l l e . ' ^ L'enfant, a cause des c o n f l i t s f a m i l i a u x , se reinvente des parents ideaux et transforme son entourage a f i n de de-v e n i r un heros. O r p h e l i n ou batard , 1'enfant-heros romanesque part a l a conquete de l a puissance (devenir son propre pere) a f i n de pouvoir epou-ser l a "femme-mere". Ne p o u r r a i t - o n pas cependant aj o u t e r une v a r i a n t e a ce scenario? Q u ' a r r i v e - t - i l au bStard e r o t i s e par l e parent du meme sexe? Ce d e r n i e r , comme l ' a u t r e , se met 3 l a recherche de sa " v r a i e " f a m i l l e , un stade i n f a n t i l e dans 1 ' i n s t i t u t i o n f a m i l i a l e t r a d i t i o n n e l l e , mais, se sentant encore plus d i f f e r e n t des au t r e s , a l a peur d ' e t r e r e -j e t e par ses parents " a d o p t i f s " , s'ajoute b i e n t S t c e l l e d'etre expulse de l a s o c i e t e e n t i e r e . I I s'empare d'abord (par l ' i m a g i n a i r e pour l ' e c r i -v a in) du pouvoir createur qu'est a ses yeux l a puissance v i r i l e p a t e r -n e l l e . La s e x u a l i t e preconisee par l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e l u i est 9 Gide, p. 184. ^ Marthe Robert, Roman des o r i g i n e s et o r i g i n e s du roman ( P a r i s : G a l l i m a r d , 1972), pp. 41-62. Cette h i s t o i r e f a m i l i a l e a c t u a l i s e l e complexe oe d i p i e n propre a l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . maintenant accessible. Or, desinteresse par celle-ci, i l lui faut done s'ap-proprier le pouvoir absolu afin d'abolir l'ancien ordre social pour en cons-truire un a la raesure de son desir: se faire accepter tel qu'il est, sinon c'est l'echec dans la caricature, ou le desespoir dans 1"oppression et la culpabilite.^ ^  L1association entre tendances homosexuelles et idees revolutionnaires a souvent 6t6 observee. Dennis Altman (Homosexual Liberation and Oppression (N.T.: Avon Books, 1 9 7 1 ) ] et day Hocquenghem ( Le Desir homosexuel (Paris: Jean-Pierre Delarge, 1972)] rejoignent Herbert Marcuse dans sa croyance que les homosexuels par leur nature meme sont des revolutionnaires: What is radical about homosexuality is that i t represents sexuality that has no other aim than pure enjoyment. Hetero-sexuality is always justified in the last resort as being necessary for both procreation and social order — the halls of society based on family. The great thing about homosexua-lity, whether it's male or female, is that i t rejects both of those justifications. There is no other justification for i t other than we like doing i t . (Altman dans The Advocate, May 1 5 , 1 9 8 0 . ) A propos du scandale recent d'espionnage en Angleterre impliquant Sir Anthony Blunt (curateur des tableaux de la reine, un homosexuel qui pas-sa des informations a la Russie lors de la Deuxieme Guerre mondiale), Malcolm Muggeridge posait cette question dans un essai de la revue Time ( 3 dec. 1 9 7 9 , p p . 4 4 - 4 5 ) : "What... makes homosexuals tend to sympathize with revolutionary causes...?" II serablerait, d i t - i l , que ce meme don qui fait d'eux de grands acteurs, les rend aussi bons espions "while their inevitable exclusion from satisfaction of parenthood gives them a grudge against society, and therefore an instinctive sympathy with efforts to overthrow i t . " Mackenzie Porter du Sun de Toronto refute cette explication en disant que toute personne se sentant persicutee comme l'est 1'homosexuel a tendance a joindre des mouveraents revolutionnaires. Mais The Body Politic (No. 60, Feb. 1 9 8 0 , p. 3 4 ) , un journal gai torontois, resume beaucoup mieux l'attitude homosexuelle anti-sociale vis-a-vis de 1*''affaire Blunt" en posant la question suivante: "...why should any homosexual have any loyalty to any national go-vernment? " Dans un contexte quebecois, signalons un article de Malcolm Reid dans le Vancouver Sun (Oct. 1 5 , 1 9 7 9 , p. A6), "A challenge of tolerance ... and what it's like to be gay in Quebec", dans lequel celui-ci rapporte ces propos d'un ami homosexuel, "a fiery leader of left-wing separatist...(:) In both the RIN and the Parti Quebscois, gays were prominent." 7 Cette conception du "heros homosexuel" r e j o i n t l e s bases memes de notre c r i t i q u e : 1'opposition entre l e p a t r i a r c a t t o u t - p u i s s a n t d e t e r -minant l a s e x u a l i t e et l e s v a l e u r s humaines selon des p r i n c i p e s econo-miques,et l'opprime, q u ' i l s o i t une femme, un n o i r ou un homosexuel. Nous avons dej3 suggere t r o i s degres d'oppression que M a r i e - C l a i r e B l a i s en tant qu'heroine-romanciere se devait de d e t r u i r e : rayer toute nuance p e j o r a t i v e des mots femme, lesbienne et Quebecoise et l e s transformer en autant de t i t r e s g l o r i e u x d'appartenance a l'humanite. Or, avant d'en a r r i v e r a c e t t e l i b e r t e u n i v e r s e l l e fondee surl'anour f r a t e r n e l q u ' e l l e preconise, son oeuvre devra passer par d i v e r s stades bien d e f i n i s . Notre etude s'attache a c e t t e e v o l u t i o n de l a v i s i o n b l a i s i e n n e d'un monde en op p o s i t i o n du conservatisme c a p i t a l i s t e de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . Rapidement, e x p l i c i t o n s l e s bases de ce t t e " c r i t i q u e de minorite' dont nous nous i n s p i r e r o n s . Chacun de nous s u b i t une education q u i est l e r e s u l t a t de deux forces i n t e r a c t i v e s : l a s o c i e t e , d'une p a r t , q u i forge l ' i m a g i n a i r e de l'enfant q u i , d'autre p a r t , malgre son r e f u s de p a r t i c i p a t i o n , s'y v o i t c o n t r a i n t . I I en est a i n s i de 1 1 e c r i v a i n moyen qu i va re p r o d u i r e dans son oeuvre l e s v a l e u r s apprises sur l e s genoux de ses parents et au pupitre- de ses p r o f e s s e u r s . L ' a r t i s t e de genie, par l a force meme de son psychisme, se refuse plus ou moins 3 cet endoctrinement et cree une nouvelle v i s i o n du monde. Mais q u ' a r r i v e - t - i l a cet e c r i v a i n de t a l e n t q u i , a cause de c e r t a i n e s c a r a c t e r i s t i q u e s physiques ou p s y c h i -ques, se sent incapable de se conformer aux normes s o c i a l e s ? Se sentant d i f f e r e n t et opprime, son oeuvre meme va d'abord t r a d u i r e c e t t e experience 8 traumatique de r e j e t accompagnee d'un besoin exagere d'analyse de s o i . Fuyant l a s o c i e t e , i l cherche l a s o l i t u d e , ou avec ses semblables i l v i t dans un ghetto. S ' i l p o u r s u i t sa recherche cependant, i l se rend ;compte de l ' i n j u s t i c e des i n s t i t u t i o n s q u i l'ont r e j e t e . I I peut a l o r s se r e -tourner contre e l l e s a f i n d'§tre reconnu comme c i t o y e n a par t e n t i e r e . Nous rejoignons a i n s i l e heros engage s a r t r i e n , l ' e c r i v a i n renovateur g i d i e n et l e batard romanesque de Marthe Robert (et par extension l e heros romanesque homosexuel). En plus de retrouver toutes ces etapes dans I'oeuvre de l ' a u t e u r , i l peut lui-m§me l e s a c t u a l i s e r dans sa v i e . A i n s i , nous verrons qu'entre M a r i e - C l a i r e B l a i s et son heros s ' e t a b l i s -sent toujours des correspondances, e l l e se p r o j e t t e en son propre heros. C e l u i - c i n ' e s t - i l pas d ' a i l l e u r s , 3 sa plus simple e x p r e s s i o n , quelqu'un q u i perd son trSne ou sa place et se v o i t o b l i g e de t r a v e r s e r toutes sor t e s d'epreuves q u i , servant de r i t u e l de p u r i f i c a t i o n , l u i permettront de s u r v i v r e et de gagner une recompense supreme? Pour une c a t h o l i q u e a car a c t e r e mystique comme 1 ' e t a i t l e jeune e c r i v a i n , nous verrons que l e C h r i s t par ses souffrances et sa r e s u r r e c t i o n represente l e heros i d e a l qu'inconsciemment e l l e retrouve dans sa f i c t i o n . Considerons maintenant l e s d i f f e r e n t e s etapes de notre etude. S i nous nous attardons longuement dans l e s deux premiers c h a p i t r e s aux oeuvres de jeunesse, c'est que c e l l e s - c i , par l e u r caractere plus impul-s i f , moins pense et org a n i s e , sont beaucoup plus r e v e l a t r i c e s de l'a u t e u r que d'autres plus recentes. Leurs reseaux de metaphores r e f l a t e n t en e f f e t 1'oppression que l a s o c i e t e l u i a f a i t s u b i r . I I nous a p p a r t i e n t de r e l e v e r ces marques dans l e texte et de l e s e x p l i q u e r . Notre premiere etape f u t de nous pencher sur l a symbolique de l a premiere poesie e c r i t e par 1'adolescente et de deceler un noyau metaphorique correspondant au "mythe personnel", au trauma o r i g i n e l de l ' e c r i v a i n . Rencontrant l a d e f i n i t i o n du heros, ces t r o i s images que nous avons degagees, en plus d'etre constamment repetees S. t r a v e r s I'oeuvre b l a i s i e n n e , o f f r e n t dans l e u r r e l a t i o n dynamique l ' h i s t o i r e meme de tout heros: i l est r e j e t e (par l a mere), opprime (par l a s o c i e t e ) et e n f i n recompense (par l ' a r t ) . Dans Tgte Blanche, Le Jour est n o i r et Les Voyageurs sacres, que nous analysons dans l e deuxieme c h a p i t r e , l e heros b l a i s i e n s o u f f r e d ' a l i e -n a t i o n , I I est possede d'un mai mysterieux qui l ' o b l i g e a se masquer (TB), a f u i r (JN) et a re f u s e r meme l ' e s p o i r d'un s a l u t par l ' a r t (VS). La d u p l i c i t e , l ' e r r a n c e et l a mort y regnent. Dans l e t r o i s i e m e c h a p i t r e , l e heros prend conscience de sa propre v a l e u r . I I se r e v o l t e contre l a re p r e s s i o n . Les deux r e c u e i l s de poesie, Pays v o i l e s et E x i s t e n c e s , ont ete e c r i t s a l a c r o i s e e de ces deux dynamismes c o n t r a i r e s . Mais c'est Une  Saison dans l a v i e d'Emmanuel qui symbolise l e mieux l a r e v o l t e soudaine de l'auteur contre 1'oppression experimentee en tant que Quebecoise, femme et lesbienne. Rapidement, a tr a v e r s L'Insoumise, David Sterne et L'Execution, nous suivons l e heros dans sa r e b e l l i o n contre l e s v a l e u r s bourgeoises de l a s o c i e t e , i l y est tragiquement toujours v a i n c u , "execute". Le quatrieme c h a p i t r e reprend d'une facon g l o b a l e l ' e v o l u t i o n entre l e s d i f f e r e n t s stades hero'iques: de l a c u l p a b i l i t e et l'oppr e s s i o n a l'errance et a l a r e b e l l i o n pour e n f i n p a r v e n i r a l a s u r v i e du heros 12 dans Les Manuscrits et l e s romans qui s u i v e n t . Dans c e t t e dernie*re par-t i e de notre etude, nous integrons 1'analyse du theme du m i r o i r , symbole 12 S i nous n'etudions guere l e s d e r n i e r s romans de l ' e c r i v a i n , c ' e s t , qu'ayant ete e c r i t s dans l a periode de l i b e r a t i o n de l ' e c r i v a i n , c e u x - c i o f f r e n t moins d ' i n t e r e t s e l o n notre optique sur l ' o p p r e s s i o n . 10 d'une recherche d ' i d e n t i t e et de l ' e s p o i r romanesque b l a i s i e n . Nous nous penchons ensuite sur l e dynamisme de 1'inversion s t y l i s t i q u e u t i l i s e e par l ' e c r i v a i n a f i n de renverser l'ordre moral t r a d i t i o n n e l , ce dont l'image du pied s'opposant a l a te t e est l a m e i l l e u r e r e p r e s e n t a t i o n . Nous r e l i o n s e n f i n l e s s t r u c t u r e s de l ' i m a g i n a i r e b l a i s i e n 3 une v i s i o n mythique de l ' h i s t o i r e en tr a n s f o r m a t i o n , indiquant l e s v o i e s de l ' a r t et de 1'amour f r a t e r n e l que propose M a r i e - C l a i r e B l a i s §. une s o c i e t e en decomposition. 11 Chapitre I DE L'INCONSCIENT AU MYTHE PERSONNEL Le retour de M a r i e - C l a i r e B l a i s au Quebec vers l a f i n des annees 70, apre"s a v o i r vecu de nombreuses annees aux Etats-Unis et en France, c o r -respond a l a p a r u t i o n des Nuits de 1'underground, son premier roman t r a i -tant de 1'amour entre femmes. I I faut v o i r entre ces deux evenements, l'un c i r c o n s t a n t i e l , 1'autre l i t t e r a i r e , non pas une coincidence mais une r e l a t i o n exprimant un engagement personnel de l a part de l ' e c r i v a i n , une l i b e r a t i o n : e l l e se r e c o n n a i s s a i t Quebecoise, femme et lesbienne. Sans doute, a v a i t - o n deja souligne l a s i g n i f i c a t i o n de son e x p a t r i a t i o n comme un signe d ' a l i e n a t i o n , ' sans oser t o u t e f o i s en questionner l a v e r i t a b l e o r i g i n e : apeure, sinon r e j e t e par son entourage f a m i l i a l , r e l i g i e u x et s o c i a l , l'homosexuel peu sQr de s o i et c u l p a b i l i s e se v o i t f o r c e d ' a l l e r 2 v i v r e a i l l e u r s dans 1'anonymat. Revenir au Quebec et p u b l i e r un roman l e s b i e n , c'est en plus d ' t t r e a f f i r m a t i o n de sa s e x u a l i t e , l a proclamation de son appartenance ^  une s o c i e t e q u ' e l l e veut l i b e r e r de sa mesquinerie et de ses prejuges. Au Quebec, quand i l s ' a g i t de l a s e x u a l i t e , on chuchote encore. Peut-§tre c e l a e x p l i q u e - t - i l l a pudeur des c r i t i q u e s v i s - a - v i s de M a r i e - C l a i r e B l a i s , n'osant meme pas mentionner 1'existence de Mary Meigs, un p e i n t r e americain avec l e q u e l e l l e a partage sa v i e durant de nombreuses 3 annees. " J ' a i l ' i m p r e s s i o n que l a v e r i t e l e s g§ne" d i t l ' e c r i v a i n . ' Jacques-A. Lamarehe, "La thematique de 1 ' a l i e n a t i o n chez Marie-C l a i r e B l a i s . " C i t e L i b r e , XVI, no. 88-89 ( J u i l l e t - A o Q t 1966), pp. 27-32. 2 . Sidney Abbott et Barbara Love, Sappho was a r i g h t - o n woman (N.Y.: S t e i n and Day, 1972), pp. 36-37. C'est nous q u i t r a d u i s o n s . Books i n Canada (February 1979), p. 8. 12 Pourtant, comme l e souligne Leon-Pierre Quint a propos de Pro u s t , l'on peut a f f i r m e r que c e t t e " c o n s p i r a t i o n du s i l e n c e denote l a plus f l a g r a n t e 4 incomprehension l i t t e r a i r e " . Le theme homosexuel dans ses romans est l o i n d'etre chose r e -cente. D'evenement f o r t u i t dans Une Saison dans l a v i e d'Emmanuel, i l se transforme en episode dans L'lnsoumise pour se deployer librement dans Le Loup. Mais, b i e n avant son a p p a r i t i o n comme t e l , nous pouvons d e c o u v r i r a l a source de tous l e s e c r i t s l a marque metaphorique d'un c o n f l i t per-sonnel r e l i e 3 c e t t e thematique d'oppression, d ' a i l l e u r s renforcee par l'opprobe d ' t t r e femme et 1 ' i n f e r i o r i t e " c o n g e n i t a l e " du Quebecois. Quant a l ' o r i g i n e meme de c e t t e condamnation de l a c u l p a b i l i t e que l'im a -g i n a i r e b l a i s i e n p r o j e t t e dans sa f i c t i o n , nous l a trouvons dans l e catho-l i c i s m e p u r i t a i n et i n f l e x i b l e q u i a l a i s s e son empreinte chez nombre d'e-c r i v a i n s du Quebec. Pour une f i l l e t t e a caractere mystique comme Marie-C l a i r e B l a i s , i l f u t impossible d'echapper 3 c e t t e education q u i non se u l e -ment remplacait l e s contes de fees par l ' H i s t o i r e Sainte mais t r u f f a i t l e s manuels s c o l a i r e s de bondieus e r i e s , un exemple etant l ' H i s t o i r e du Canada regorgeant de mi r a c l e s et de s a i n t s . Mais l a misogynie r e l i g i e u s e f i t encore plus de t o r t en unissant l a destinee de l a femme a c e l l e d'Eve: soumission au mile et resp o n s a b i l i t e de sa Faute ( l a s e x u a l i t e ) L e s poemes d'adolescence semblent a v o i r ete nou r r i s < i e cet enseignement. Ceux-c i montrent en e f f e t 1'opposition d'un pouvoir superieur (Dieu) auquel l a ^ K a r l a Jay, "Homosexuality i n Proust and Gide" i n The Gay Academic (Palm Springs, C a l i f . : ETC P u b l i c a t i o n s , 1978), p. 216. "* Dans Les Apparences (101-102), Pauline Archange r e g o i t de sa mere le s rudiments d une education s e x u e l l e dans l a q u e l l e l a femme y est con-sideree i n f e r i e u r e depuis Adam, vouee a l a souffranee S. cause d'Eve et d'un Dieu ignorant de l a c o n d i t i o n feminine. 13 mere se rallie £ l'ecrivain (Eve) qui, rejete, est condamne a souffrir. L'activite artistique n'est alors qu'un moyen de se rememorer le paradis d'antan. La Belle Bete reprend sous forme de roman la meme mythologie. Le couple forme par Michael et Isabelle-Marie symbolise Adam et Eve avant lepeche, tandis qu'avec Patrice Isabelle-Marie recree la tragedie ori-ginelle. Elle conseille a ce dernier de tuer Lanz (se rebeller contre Dieu) et, jalouse qu'une autre ait ete preferee, elle detruit son innocente beaute. Le crime decouvert, elle sera chassee de la ferme (Paradis) et l'incendie, signe de rejet et d'amertume, nous rappelle les cherubins aux epees de feu lui interdisant a jamais un retour a l'Eden. Patrice de-figure est le type me*me de l'homme dechu: reduit a une existence sans conscience, souffrant dans 1'incomprehension, la solitude et la douleur. PlutSt, cependant, que de nous arr§ter 3 cette version simpliste d'endoc-trinement religieux, analysons les images des premiers poemes publies et, dans La Belle Bite, les themes et structures afin d'y decouvrir les causes de cette oppression que l'imaginaire de l'auteur a transposee dans son texte. 1. Le symbolisme de la premiere poesie A. Situation Marie-Claire Blais est nee a Quebec le 5 octobre 1939 d'une fa-mine ouvriere de condition modeste; son pe"re etait ingenieur-stationnaire dans une industrie de produits laitiers. Elle a cinq ans lors de la nais-sance de son premier frere et neuf ans lors de celle de sa premiere soeur. Suivront,au cours des ans, un autre fre"re et une autre soeur. En 1952, elle entreprend comme externe son cours classique dans un institut prive 14 d i r i g e par l e s Dames de l a Congregation. Plus t a r d , 3 l a question "Avez-vous eu une enfance heureuse?", e l l e repondra evasivement: "Sans souf-france. J ' a i ete elevee ... dans un m i l i e u c a t h o l i q u e severe . . . j ' ( e -t a i s ) compliquee. ...."^ C'est au cours de ces quatre annees de couvent, d'Elements l a t i n s a l a V e r s i f i c a t i o n , q u ' e l l e commence 3 e c r i r e des poe-mes et 3. re*ver d'une c a r r i e r e l i t t e r a i r e . Ses parents s ' i n q u i e t e n t car e l l e n e g l i g e ses etudes en perdant son temps i. f a i r e de l a l i t t e r a t u r e ou i l n'y a aucun e s p o i r d'avenir pour e l l e . A u s s i , en 1956, frequente-t - e l l e une ecole commerciale privee pour y f a i r e une douzieme annee a f i n de pouvoir "gagner sa v i e " . Au cours des t r o i s annees s u i v a n t e s , e l l e q u i t t e sa f a m i l l e et demenage dans une "maison de chambres" du vieux Quebec o u ' e l l e peut e n f i n s'adonner a son a r t tout en t r a v a i l l a n t l e j o u r , pour s u r v i v r e , §. d i f f e r e n t s emplois de bureau ou comme vendeuse de magasin. B. Poesie et i n c o n s c i e n t La premiere passion de l ' e c r i v a i n en herbe est pour l a poesie dans l a q u e l l e e l l e se sent plus a son a i s e qu'en d i s s e r t a t i o n . Une com-pagne de V e r s i f i c a t i o n r e v e l e r a plus t a r d que durant l e s cours, e l l e e t a i t souvent d i s t r a i t e et g r i f f o n n a i t . E l l e e c r i v a i t des poe*mes, mais l e s gar-d a i t soigneusement s e c r e t s . E l l e ne v o u l a i t pas l e s montrer car i l s n'e-t a i e n t pas encore au p o i n t . E n f i n s a t i s f a i t e , M a r i e - C l a i r e B l a i s p u b l i e , en octobre 1957, t r o i s poemes dans l a revue de poesie Emourie. Un autre Denise Bourdet, " M a r i e - C l a i r e B l a i s , " La Revue de P a r i s , No. 2 ( F e v r i e r 1967), p. 130. 15 paraitra dans la Revue Dominicaine en septembre 1959, suivi, en novembre de la meme annee, d'une serie de onze poemes publies aux Ecrits du Canada  Francais. Seuls ces derniers indiquent les dates de composition: entre 1957 et 1959. Ces quinze poemes constituent un bloc S. part dans les deux recueils publies quelques annees plus tard: Pays voiles et Existences. En effet, une simple lecture de ceux-13 nous assure de 1'homogeneite de leur superbe imagerie degagee de 1'intellectualisation plus prononcee de la poesie qui suivra. Ils repondent exactement a la definition de l'emer-veillement poetique de l'auteur: une sorte d'evasion, de fuite miraculeuse et discrete ou 1'image, comme dans un fllon a* la fois sombre et lumineux, doit imposer son rythme, sa chaleur ... une occasion de metamorphoser tout ce que l'on voit en un sentiment plus riche et plus fort ... un simple besoin d'evocation, de souvenir ... la memoire ... choisit les mots et me conduit ou elle veut. II y a des poemes qui naissent spontanement, dans un fremisse-ment d'idees et d'emotions, mais i l y en a d'autres dont la racine me demeure inconnue ... Je les ecris pour me reconnattre, je crois, et parce que tout en me liberant, i l s m'eclairent. 7 Plus que la poesie des recueils qui formule deja en images une "vision du monde", celle de l'adolescence s'offre revelatrice d'incons-cient. Des fantasmes charges d*emotion surgissent de 1'enfance et sont saisis par les mots dans toute leur imminence et leur sensualite sans ?tre cribles ou tamises encore par la conscience de l'ecrivain qu'elle deviendra. Les premiers ecrits d'un auteur, plus encore s ' i l s'agit de poesie, sont charges d'un bagage intime dont toute critique reconnalt la ' Marie-Claire Blais dans "Temoignages des poetes canadiens-fran$ais" dans Archives des lettres canadiennes, Tome IV (Ottawa: Fides, 1969, p. 529). 16 valeur. La poesie, en effet, existe d'abord par les metaphores qui sont 8 des "traces mnesiques ihconscientes" s'ordonnant selon la logique du desir. Ce qui s'ecrit, c'est le recit ineffacable d'un evenement l i b i -dinal. D'une facon analytique, Freud et ses heritiers, plus particu-lierement Brown, Holland et Marcuse, ont postule la primaute de la sexua-li t e non seulement dans le procede artistique mais aussi dans l'objet 9 d'art lui-meme. Toutefois, si 1'analyse critique contribue a une meil-leure connaissance de l'ame humaine en eclairant ses realisations, nous croyons, en accord avec Freud, qu'a la source demeure 1'inspiration inex-pliquable et unique de l'artiste. Marie-Claire Blais, elle-meme, comme bon nombre d'auteurs, nous met en garde. Dans un texte pour la television, L'Ocean, elle fait dire a un personnage-ecrivain des paroles acerbes contre, semble-t-il, la profanation perpe'tree par 1' interpretation psychanaly-tique: "assassins ... jaloux ... impuissants du coeur et de 1 'esprit..."^ Depasser cette ire est cependant necessaire, car 1'oeuvre du vrai critique n'est ni de detruire, ni de salir mais de comprendre pour mieux se com-prendre: c'est de passer par la revelation d'une ame unique a une re-connaissance universelle de l'homme. Serge Leclaire, "Le reel dans le texte" dans Litterature, No. 3 (Paris: Larousse, 1971), p. 30. ^ Jacob Stockinger, "Homotextuality: a proposal" in The Gay  Academic, p. 137. 1 0 Marie-Claire Blais, L'Ocean (Montreal: Quinze, 1977), p. 69. 17 C. I n t e r p r e t a t i o n freudienne de t r o i s metaphores Apres c e t t e necessaire parenthese methodologique, retournons a ces poemes d 1 adolescence de f a c t u r e i d e n t i q u e . Par l e u r c a ractere h a l l u c i -n a t o i r e , nous avons deja reconnu l a v a l e u r pre-consciente due au t a l e n t inexperimente du jeune auteur. C'est un peu avec gene qu'on l e s r e l i t et l e s analyse car l a r e p e t i t i o n des memes symboles l a n c i n a n t s et s i g n i f i c a -t i f s nous ouvre l e s portes de l'enfance " i n t e r d i t e " . Un r e l e v e s t a t i s t i q u e des metaphores appuie ces conjectures. T r o i s themes dominants se recou-pentdans tous l e s poemes: une ha n t i s e d'oiseaux f e r o c e s , une obsession ambigue* de l a mer et l ' a r t procurant un moment de r e p i t . Avant de t e n t e r l e d e c h i f f r a g e metaphorique, etendons-nous quelque peu sur 1'unite thema-tiq u e de ces constantes. L ' i n v e n t a i r e des images d'oiseaux de p r o i e sou-vent associes au c i e l ou au s o l e i l oppresseur est r e p r e s e n t a t i f : douze des quinze poemes r e s s u s c i t e n t 1 'atmosphere b r u t a l e et sanglante ou l ' e n -fant-poete est dechire ou b r u l e . P e r s i s t a n t au me'me degre, l e s a l l u s i o n s £L l a mer et a l'eau o f f rent cependant une d u a l i t e b ien prononcee: l e poe-t e a s s o i f f e d'amour chante l a mer souvent ou b i e n demande son aide mais c e l l e - c i r e s t e muette ou, i r o n i q u e et dedaigneuse, l e r e j e t t e . L ' a c t i v i t e a r t i s t i q u e , de me'me,est evoqueV dans presque tous l e s poemes. Un s u r v o l de l e u r s t i t r e s nous renseigne la-dessus. On y retrouve l e s mots: s a l -timbanque, gammes, piano, p o e t i c e , ode, l e v e r de r i d e a u et cinema. L ' a r t , musical ou poetique, ressemble a un pacte de pai x et renferme m§me p a r f o i s une promesse d'amour et de l i b e r t e . D e p o u i l l a n t l e texte du halo de sa l e c t u r e o r i g i n e l l e , appliquons-nous au t r a v a i l du psychanalyste: "demasquer l e r e e l ... f a i r e a p p a r a i t r e l a place inconcevable ou se deploie 1'angoisse ... e c l a i r e r l a f a i l l e ou 18 se aerobe l a j o u i s s a n c e . " ' ' De prime abord, l a p a r t i e semble f a c i l e et l'on peut r e d u i r e grSce 3 l ' a i d e des t h e o r i e s neo-freudiennes l e t r a u -matisme i n f a n t i l e & sa plus simple expression. Au ris q u e de choquer, i l nous faut b i e n un poin t de depart s i l i m i t e ou mime errone q u ' i l puisse s'averer plus t a r d , puisque, avant d'acceder a l a v e r i t e i l convient d'ex-12 . . . p l o r e r dxverses avenues. Cette premiere i n t e r p r e t a t i o n r e j o i n t l a theo-r i e courante sur 1'homosexualite feminine depassee aujourd'hui, mais q u i n'en demeure pas moins s i g n i f i c a t i v e . A i n s i l e s t r o i s symboles poetiques r e p r e s e n t e r a i e n t des constantes qu'on retrouve chez l a l e s b i e n n e : l a peur du pere et du mtle, l'amour incestueux de l a mere et l ' a c t i v i t e a r t i s -t i q u e representant un moyen d&tteindre 1 ' e g a l i t e v i s - a - v i s du mtl e , et meme de l e b a t t r e sur son propre t e r r a i n de puissance, l a c r e a t i o n . Examinons maintenant po i n t par p o i n t l a v a l i d i t e de c e t t e i n t e r p r e t a t i o n . Attardons-nous d'abord a cet attachement exagere a l a mere q u i semble p l a u s i b l e s i on examine l'enfance de l ' a u t e u r . Jusqu'a l'age de presque s i x ans M a r i e - C l a i r e est f i l l e unique. Le pere t r a v a i l l a n t chaque j o u r , i l est n a t u r e l qu'entre mere et f i l l e se developpent des l i e n s t r e s f o r t s et que 1*atmosphere entourant l a f i l l e t t e s o i t s u r t o u t feminine. L e c l a i r e , p. 30. 12 I I s e r a i t bon de p r e c i s e r i c i que, de l a meme facon que l a psy-chanalyse contemporaine a reconnu ce que Freud a v a i t propose, i l y a bi e n longtemps, a s a v o i r que 1'homosexualite n'est pas tant une'nevrose qu'une v a r i a b l e normale (C. A. T r i p p , The Homosexual M a t r i x New York: McGraw-H i l l , 1976 ), de meme notre etude ne se veut aucunement medicale et en-core moins m o r a l i s a t r i c e . I I n'est n i de notre domaine, n i de notre com-petence de determiner l e s causes de 1'homosexualite de l ' a u t e u r . S i on se prete quelque peu 3 ce j e u , ce n'est que pour mieux en demontrer l e s l i m i t e s et permettre a i n s i de nous o r i e n t e r vers une m e i l l e u r e i n t e r p r e -t a t i o n . Pour l e s t h e o r i e s psychanalytiques sur l e l e s b i a n i s m e , nous avons consulte l e s l i v r e s mentionnes dans notre B i b l i o g r a p h i e — S e c t i o n : Psycha-nalyse et homosexualite. 19 La presence du pe"re declenche l ' h a b i t u e l c o n f l i t : se croyant supplantee dans l ' a f f e c t i o n m a t e r n e l l e , 1'anxiete et 1 ' i n s e c u r i t y s ' i n s t a l l e n t • Son besoin d ' a f f e c t i o n est probablement d i r i g e vers de jeunes compagnes. Ces attachements, b i e n d e e r i t s dans Les Manuscrits de Pau l i n e Archange, son autobiographie romancee, l a i s s e n t l e u r s traces dans l ' e m o t i v i t e i n f a n t i l e . E n f i n , l a naissance d'un jeune f r e r e h e r i t i e r sans doute b i e n attendu par l e jeune couple, psychologiquement marque l a f i l l e t t e j u s q u ' a l o r s sans r i v a l dans l ' a f f e c t i o n des parents. Comment ne pas s'Stre s e n t i e sinon r e j e t e e du moins moins aimee que ce f r e r e q u i , comme tous l e s garcons q u i l'en t o u r e n t , ont acces a des p r i v i l e g e s pendant qu'elle-m§me, comme toutes ses compagnes, ne s u b i t que des i n t e r d i t s . Seule l a r e s u l t a n t e de c e t t e " h i s t o i r e f a m i l i a l e " nous importer 1'amour passionne pour l a mere est b r i s e . S o l i t a i r e , i l ne r e s t e a l a f i l l e t t e que l e re*ve d'antan a c h e r i r . C'est ce r§ve et ce drame amoureux qui r e s u r g i s s e n t puissants et g r a n d i -oses dans ces poemes "oe d i p i e n s " s i l'on peut d i r e . Ce schema de compor-tement i n f a n t i l e correspond b i e n 3 l a symbolique maternelle des poemes. La seule o b j e c t i o n qu'on puisse y apporter est d ' h e s i t e r a r e c o n n a i t r e que toutes l e s connotations marines se rapportent bien a l a mere. Pour-t a n t , non seulement l a consonance entre mer et mere est i d e n t i q u e et i d e n t i f i a b l e dans l ' i n c o n s c i e n t , mais entre l e s deux termes e x i s t e n t de-puls des m i l l e n a i r e s des c o r r e l a t i o n s symboliques. Cette problematique est d ' a i l l e u r s resolue 3. l ' i n t e r i e u r m§me des poemes. "L'Enfant d'Es-pagne", s e u l poeme ou l a mere est mentionnee, concourt a l a m§me thema-tiq u e que c e l l e de l a mer: un appel douleureux vers l a me"re par l ' e n -fant-poe"te q u i "ne d e s i r e (plus) r i e n " , car l e don de s o i a c e l l e - c i a ete r e j e t e ; a l o r s i l ne l u i r e s t e qu'3 tout donner 5 l a Mere, sauf l u i -20 meme car i l se meurt. Une a u t r e p r o p o s i t i o n psychanalytique Suggeree par l e s poemes est c e l l e d'une peut chronique du pere s'etendant a toute presence mas-c u l i n e . Pour n'importe q u e l l e f i l l e t t e , l e pere est un etranger: c e l u i -c i en e f f e t se d i f f e r e n c i e totalement d'elle-meme et de sa mere. Cet inconnu represente une a u t o r i t e p a r f o i s e f f r a y a n t e q u i s ' i d e n t i f i e a 1'image du Dieu-pere omniscient. Sans doute, e l l e devine qu'en etant feminine comme sa mire e l l e p o u r r a i t e n j o l e r c e l u i - c i . Mais independante, e l l e l u i t i e n t t e t e et veut i t r e son egale. E l l e peut 1'admirer, mais etant lui-meme r e t i c e n t a l'amour, e l l e ne peut l'aimer; e l l e p r e f e r e l a douceur m a t e r n e l l e a u s s i s ' i d e n t i f i e r a - t - e l l e a c e l u i - c i pour r i v a l i s e r contre l u i dans 1 ' a f f e c t i o n de sa mere. Plus t a r d , e l l e p r e f e r e r a l a douce compagnie de jeunes compagnes a l a rude impudeur des garcons a l ' e n -d r o i t de l a q u e l l e on l ' a mise en garde. Dans l e Quebec d ' a l o r s , n ' e s t - i l pas coutumier, de mere en f i l l e , de s o u f f r i r p o u r l'amour de Dieu l e d e s i r b r u t a l du mari? A i n s i m a s c u l i n i t e et sexe, honte et douleur deviennent synonymes non seulement dans l e langage que 1'enfant a s s i m i l e mais a u s s i dans son e m o t i v i t e . Ce r e j e t de l a m a s c u l i n i t e consideree comme agres-s i v e et mime b r u t a l e correspond b i e n aux images oppressives des oiseaux de p r o i e , de l a v i o l e n c e du c i e l et du s o l e i l , q u i hantent l e s poemes. "Gammes de mer" en est l e plus r e p r e s e n t a t i f : s i x f o i s , l e poete exhorte l a mer a e l o i g n e r ces oiseaux p r t t s a d e c h i r e r sa c h a i r . Quant au s o l e i l , 13 Pour e v i t e r l'exces f a s t i d i e u x des references aux quinze poemes etudies,nous donnons i c i l a l i s t e de l e u r p u b l i c a t i o n : "Roman vacances", " L u i g i " , " A b s t r a c t i o n s de souffrances" dans Emourie, No. 5 (Quebec: Ed. de l ' A r c , Oct. 1957), pp. 49-54. "La Mort d'un Seigneur" dans Revue Dominicaine, V o l . LXV, I I (Septembre 1959), pp. 65-66. "Poemes" dans E c r i t s du Canada F r a n c a i s , V o l . V, (1959), pp. 173-191. 21 symbole du male, l'on reve de sa mort dans "L'enterrement du s o l e i l " , car le s promesses de c e l u i - c i sont trompeuses et gages de pleu r s feminins. Ce feu r o y a l y attaque l e poete et sa p a r o l e , l e rend p r i s o n n i e r s o l i -t a i r e . Sans doute, dans " A b s t r a c t i o n des souffranees", quand l I MHomme" empoigne "ses couteaux f r o i d s et l o u r d s " , i l faut r e d u i r e l e terme gene-rique et ne l ' a p p l i q u e r qu'au mSle. I I est l e responsable des guerres et de l ' o p p r e s s i o n . Quant au " S o u l i e r Pourpre", i l est plus d i f f i c i l e de p l i e r l e tendre "homme de v i n g t ans" et c e t t e enigmatique "femme fauve ... poignardant l a main ouverte de son pied muet" a c e t t e g r i l l e d ' i n t e r p r e -t a t i o n . Bien que l a f i n r e t a b l i s s e quelque peu l' o r d r e par ce sang cou-l a n t l e long "des jambes p i l e s " , l e jeune homme n'en est pourtant pas responsable et ses pl e u r s sont a l'encontre de 1 ' a g r e s s i v i t e qu'on a t t e n -d a i t de l u i . ^ Qu'en e s t - i l a l o r s de l a t r o i s i e m e constante de 1'homosexualite feminine, c e t t e i d e n t i f i c a t i o n au mile par d e s i r d ' e g a l i t e , d'etre t r a i t e e en s u j e t et non comme un o b j e t , dont nous considerons toute a c t i v i t e a r t i s -t i q u e comme une s i g n i f i c a t i o n ? Cet aspect du lesbianisme est encore plus d i f f i c i l e a reperer ou d e c h i f f r e r dans l e s poe"mes. Bien sQr, l'on peut rec o n n a i t r e dans l e d e s i r de c r e a t i o n un moyen de surmonter l e complexe d ' i n f e r i o r i t y de n ' i t r e que femme a f i n de gagner 1 ' a f f e c t i o n de l a mere q u i , s e m b l e - t - i l , l u i p r e f e r e l e pere ou l e f r e r e . A i n s i , l e poete r e -connait l a puissance des mots se transformant en s o l e i l s ("Poetice") et c e l l e de l a musique, " v i b r a t i o n de parfums" qui l e " m u l t i p l i e n t ... 14 Nous donnons plus l o i n une e x p l i c a t i o n v a l a b l e de ce poeme. Quant au symbolisme du pi e d et de l a chaussure, p l u s i e u r s pages y sont consacrees dans l e d e r n i e r c h a p i t r e de notre etude (3A. Presence metony-mique du p i e d , pp. 181-188). 22 chass(ant) l e s peuples d ' a i g l e s et de corbeaux". Cependant, i l est d i f -f i c i l e de c o n c i l i e r l a c o n t r a d i c t i o n entre c e t t e nouvelle puissance "masculine" acquise et l e r S l e de l ' a r t que l a poesie nous presente. La "Musique, Amour et Pardon" ("La Mer dans l e s Mains"), s'affirme contre toute puissance, opposee H l a guerre et au sang: p l u t S t que d'§tre un apanage de force masculine, e l l e se transforme en son oppose extreme ? 1'es-sence feminine. Cette conception de l ' a r t porte l e s marques de l a femi-n i t e et repudie ses t r a d i t i o n n e l s a t t r i b u t s v i r i l s . C'est l ' a p p r o p r i a t i o n au f e m i n i n , un retour a l a mere et a 1'enfance. Sans n i e r l a precedente l e c t u r e psychanalytique des t r o i s p r i n -cipaux themes discernes dans l a poesie, e l l e est neanmoins remise en ques-t i o n . S'ecartant du neo-freudisme et de ses trop nombreuses facons de devenir l e s b i e n n e , l a psychanalyse contemporaine en est encore a conjec-t u r e r que l e comportement sexuel r e s u l t e t r e s probablement d'un melange de f a c t e u r s c u l t u r e l s , de d i s t r i b u t i o n hormonale pre-natale et meme d'une c e r t a i n e determination b i o l o g i q u e . C'est ce qui p o u r r a i t e x p l i q u e r pour-quoi notre i n t e r p r e t a t i o n des poemes ne pouvait §tre que p a r t i e l l e , v r a i -semblable qu'en ce q u i concerne l a thematique m a t e r n e l l e . D. U n i v e r s a l i t e psychanalytique La seule avenue psychanalytique q u i nous r e s t e ouverte est dans l'approfondissement de c e t t e r e l a t i o n de l ' e n f a n t a l a mere. Cependant, p l u t S t que de s'arrester au stade oedipien avec son fourmillement de theo-r i e s sur l e lesbianisme, analysons un stade a n t e r i e u r , c e l u i de l a pre-miere enfance de l ' a u t e u r , l a q u e l l e est semblable pour toute l'humanite: l e temps p r e - o e d i p i e h , c e l u i ou l a mere et l'enfant v i v e n t en symbiose. 23 C e l u i - c i correspond au stade o r a l , periode n a r c i s s i q u e , n o n - s o c i a l e , appelee parFerenczi l ' i l l u s i o n du d e s i r s a t i s f a i t que seule l a presence maternelle peut combler. Le lesbianisme de l ' a u t e u r , c ' e s t - a - d i r e son d e s i r s e x u a l i s e i n c o n s c i e n t de retour a l a mere, n'a f a i t q u ' a m p l i f i e r l e souvenir de ces i n s t a n t s paradisiaques d'union de tout enfant a sa me"re. L'imagination de M a r i e - C l a i r e B l a i s , doublement motivee par ce besoin ma-t e r n e l i n c o n s c i e n t , r e p r o d u i t avec a r t 1'intense passion de ce premier souvenir u n i v e r s e l . La v a l e u r d'un texte poetique, l e q u e l , plus que tout autre texte l i t t e r a i r e , est l i e a 1'emotion plus qu'a 1 ' i n t e l l i g e n c e , depend en e f f e t de l a decouverte d'un noyau de v e r i t e , non seulement de l a part de l'auteur mais a u s s i du-lecteur q u i s a i t s'y r e c o n n a i t r e . Cette v e r i t e commune est partagee d'abord au niveau du d e s i r d ' e c r i r e comme de c e l u i de l i r e (subs— t i t u t s de c u r i o s i t e s e x u e l l e ) puis au niveau de fantasme dans un rapport mutuellement n a r c i s s i q u e . De meme,l'auteur et l e l e c t e u r se rencontrent non seulement au niveau de l ' i l l u s i o n q u ' i l s reconnaissent comme une rea-l i t e . , mais a u s s i au niveau h i s t o r i q u e car en plus de r e s u l t e r d'une h i s -t o i r e p e r s o n n e l l e , l a l i t t e r a t u r e e s t a u s s i l e p r o d u i t d'une h i s t o i r e u n i v e r s e l l e . A u s s i est-ce seulement par une analyse d e t a i l l e e de c e t t e poesie "pre-oedipienne" que nous a r r i v e r o n s a d e l i e r l e mystere de c e t t e v e r i t e commune. I I convient done maintenant de re-examiner l e t r i o sym-bolique q u i c o n s t i t u e l a charpente de ces quinze poemes, sous ce nouvel e c l a i r a g e psychanalytique de l a premiere enfance que Norman 0. Brown a Andre Green, "La d e l i a i s o n " dans L i t t e r a t u r e , No. 3 ( P a r i s : Larousse, 1971), p. 39. Au quatrieme c h a p i t r e (4. St r u c t u r e s de l ' i m a g i -n a i r e b l a i s i e n ) , nous analysons ces l i e n s entre 1 ' h i s t o i r e personnelle et u n i v e r s e l l e dans l'oeuvre b l a i s i e n n e . 24 brillamment applique a l ' H i s t o i r e dans Eros et T h a n a t o s . ^ Ce l i v r e a l e merite de presenter clairement l e point de depart de l a psychanalyse freudienne, c e t t e dependance t o t a l e de 1'enfant £ l a mere pre-oedipienne et l e s autres stades qui en decoulent. A s o u l i g n e r d'abord est l'attachement i n c o n d i t i o n n e du bebe a l a "mere p r i m i t i v e " , independamment du sexe. En e f f e t , c e t t e premiere l i -bido est g l o b a l e , c ' e s t - a - d i r e non d i f f e r e n c i e e et e s s e n t i e l l e m e n t b i s e x u -e l l e : n'etant pas encore condensee genitalement, l a s e x u a l i t e est repar-t i e a tous l e s organes c o r p o r e l s . Cette periode correspond au mythe para-d i s i a q u e d'avant l a s e p a r a t i o n d'Adam en mile et femelle. L'enfant, n'ayant pas encore ete soumis 3 l a d u a l i t e des r S l e s s e x u e l s , est andro-gyne et ne forme qu'une e n t i t e avec son Dieu, sa mere. Nouveau au monde et entiirement e r o t i s e , s ' i l pouvait s'exprimer son langage correspon-d r a i t a c e l u i des mystiques par sa s e n s u a l i t e : s e u l l'idiome Srotique pouvant d e c r i r e mime maladroitement c e t t e osmose " d i v i n e " ou i d e n t i t e et f o n c t i o n s e x u e l l e n'ont plus l e u r r a i s o n d'etre. La poesie de Marie-C l a i r e B l a i s , comme d ' a i l l e u r s toute sa production l i t t e r a i r e , repose sur l a n o s t a l g i e de cet e t a t de jouissance p a r a d i s i a q u e , l'androgynie adamique. E. A p p l i c a t i o n methodique aux poemes C'est £ l'enseigne de cet attachement maternel que l'auteur e c r i t ses premiers poemes. Dans sa c e l e b r a t i o n de l a mer,'^ l'on retrouve ^ Norman 0. Brown, Eros et Thanatos ( P a r i s : J u l l i a r d , 1960), pp. 156-166. ^ Dans l e s 15 poemes, l'on mentionne 51 f o i s l e mot mer (dont 5 mere) qui souvent (8 f o i s ) se presente sous forme redoublee (Mer! Mer!). 25 un symbolisme s i m p l i s t e : une conc e n t r a t i o n h a l u c i n a t o i r e du souvenir de s a t i s f a c t i o n r e s u l t a n t de 1'union 3 l a mere. "Le Cinema du P e t i t Poete" e st l a m e i l l e u r e r e p r e s e n t a t i o n de cet amour maternel. Dans ce chant q u i touche presque a l ' e r o t i s m e , l e poe te r e u s s i t 5 r e v e i l l e r l a mer (mere) a son amour, mais pour un moment seulement. La Mer, l a Mer devenait de plus en plus l a Mer A mesure que j e l u i d i s a i s que j e l' a i m a i s q u ' e l l e e t a i t b e l l e . . . A l o r s , a l o r s j ' a i arrache l e s c o l l i e r s de g l a c e . . . Et e l l e a c r i e comme un coeur etonne d'etre un coeur... Et ce c r i e t a i t une corde, une f l a q u e , une corde p l e i n e d'epingles d'or qui l e c h a i e n t Mes bras, mon coeur, mes jambes , jge b e l l e s cordes de c h a i r rouge! Dans "La route enchantee", l e seu l autre poeme g l o r i f i a n t l ' i v r e s s e amou-reuse en a s s o c i a t i o n avec l a mer (mere), deja l a mort se p r o f i l e . Nous i r o n s I v r e comme l e cheval q u i sent l a Mer, La Mer dans son o e i l de c o u r s i e r fou, La Mer dans ses naseaux, battent comme des main| coupant l e s roses. La Mer, l a Mer...Ivres, nous i r o n s . . . S i nous ne rapportons pas l e contenu de l a derniere strophe, c'est q u ' i l va a l'encontre de c e t t e apotheose incestueuse, touchant a un autre aspect auquel nous nous interessons un peu plus l o i n . ^ Dans Les Structures anthropologiques de l ' i m a g i n a i r e ( P a r i s : Bordas, 1969, pp. 80-85), G i l b e r t Durand souligne l e s r a c i n e s etymolo-giques t r e s proches des mots mere, mourir (mar) et e t a l o n (mahra). La mere est l e premier objet que 1'enfant chevauche et 1'attachement ma-t e r n e l pour l u i (comme l e cheval) est t e i n t e d'un aspect t e r r i f i a n t . Le ch e v a l , demon malefique des eaux (maternelles), est a u s s i l i e au tonnerre et a i n s i a l a symbolique p a t r i a r c a l e s o l a i r e (comme l a mere). Dans La B e l l e B t t e , c e t t e d u a l i t e symbolique du cheval est t r e s evidente. De plus,isomorphe des tenebres et de l ' e n f e r , l e cheval r e j o i n t l e s themes du maudit et de l'err a n c e que l'on trouve dans l'oeuvre b l a i s i e n n e , p a r t i -culierement dans T§te Blanche, Le Jour est n o i r et Les Voyageurs sacres. 26 Dans ces bois v i v a n t s comme un c i e l de louves b l e s s e e s , Nous mourrons... Cet amour, condamne par l e temps meme, touche a l ' i n t e r d i t . Quelques mois a peine apres l a naissance une separation p a r t i e l l e s u r v i e n t entre l'enfant et sa mere ( l e complexe de c a s t r a t i o n ) et l ' i v r e s s e p r i m o r d i a l e se t a r i t . I l n'en r e s t e r a qu'un souvenir, une s o i f de paradis perdu J I I est s e u l Le matin tombe comme une chevelure coulante d ' e c a i l l e s f r a i c h e s . . . I I se retourne I I est s e u l . .. L u i g i a s o i f Une s o i f attachee a l a p o i t r i n e Comme une o r e i l l e q u i mange l e b r u i t du coeur Une s o i f l e secoue, ... I I s'ouvre l a veine de son bras,... Une source ocree j a i l l i t ...Comme l a fo n t a i n e des Innocents... I I b o i t , I I se regarde ...mourir. ("Luigi") L ' a s s o c i a t i o n matin-tombe-ecaille presente une image a l a f o i s de n a i s -sance et de s e p a r a t i o n : l e s e c a i l l e s proviennent de l a mer et en sont des dechets que l e mot chevelure r e l i e au symbole maternel. Avec l e sang qui se transforme en source et fontaine des Innocents, ne peut-on pas y v o i r un d e s i r de ret o u r si l a mire par l a mort? Ce poeme, comme p l u s i e u r s a u t r e s , presente t r o i s moments d i s -t i n c t s : d'abord, une periode i n d e f i n i e , p a r f o i s joyeuse, s u i v i e d'une oppression que l e poete, hantg par l'innocence d'antan, refuse jusqu'a 20 l a mort. A i n s i dans " A b s t r a c t i o n s des souffranees", nous retrouvons 20 Dans un poeme i n t i t u l e "La Naissance de l"Homme" (Le Devoir, 4 j u i n 1960, p. 9 ) , l e s deux d e r n i e r s vers confirment c e t t e idee qu'en naissant l a mort nous attend: l a perte du paradis de l'enfance 27 un moment de j o i e enfantine avant l a t e r r i b l e condamnation et dans une f i n a l e i d e n t i q u e , l e sang, l a mort r e j o i g n e n t l'eau, l a mere. Une e t r e i n t e d'eau c o u l a i t . . . S i candidement On a u r a i t d i t l ' h a l e i n e des b§tes eventrees, S i candidement... L ' e t r e i n t e d'eau, Q u ' i l ne r e s t a i t que l e sang pour former l e s d o i g t s . A t r a v e r s tous l e s poemes, l'attachement a l a mere est done demontre par 1'absence de c e l l e - c i , t e r r i b l e p r i v a t i o n 3 l a q u e l l e l e poete ne veut s'habituer, a u s s i c l a m e - t - i l un appel sans cesse renouvele vers c e l l e qui p o u r r a i t l e sauver contre l e s attaques du monde e x t e r i e u r t Mer, e l o i g n e - l e s , j e n' a i pas v i n g t ans!... Mer, j e ne peux pas et r e l e u r p r o i e ! ("Gammes de l a Mer") Appels i n u t i l e s c a r , comme nous l'avons deja s i g n a l e , l ' e n f a n t en v i e i l -l i s s a n t s'ecarte de sa mere. Par l e processus d ' i n d i v i d u a l i s a t i o n dont 1'apprentissage du langage f a i t p a r t i e , 1'enfant se v o i t o b l i g e de r e f o u -l e r sa l i b i d o . Deja, l a mere l'encourage a un conditionnement selon son sexe. S i l'on considere l a naissance comme l e premier traumatisme i n f a n -t i l e , l e deuxieme se trouve done £t et r e c e t t e deuxieme se p a r a t i o n de l ' e n -fant d'avec sa mere, c e t t e f o i s - c i non pas b i o l o g i q u e mais psychologique. Le bebe, en prenant conscience du monde e x t e r i e u r q u ' i l considere h o s t i l e , equivalant a l a mort. I l s e t a i e n t s i nus et s i chastes (Adam et Eve) que Dieu pensa q u ' i l s e t a i e n t pre^ts a mourir. Brown, dans Eros et Thanatos (p. 341), e c r i t a propos de c e t t e s e p a r a t i o n de l a mere que 1 heure de l a naissance est a u s s i c e l l e de l a mort. 28 veut retourner vers l a securite maternelle. Cependant mime c e l l e - c i ne s u i t plus son caprice, aussi c r o i r a - t - i l a son r e j e t sinon a l'abandon complet. Au cours de cette periode i n f a n t i l e , l a mere se r e v i t d'ambi-valence. S i par f o i s e l l e est amour pour l'enfant, pas contre souvent absente, e l l e se transforme en un etre t e r r i b l e qui l e l a i s s e confronter seul l a r e a l i t e ennemie, qui ne represente pour l u i qu'ordres et comroande-ments. Sous cet eclairage psychanalytique, l'on peut maintenant r e p l a -cer dans sa vra i e perspective l a derniere strophe du poeme "Le Cinema du  P e t i t Poete" deja c i t e : La Mer...j'ai voulu l'endormir dans l e b r u i t du vent, et l a descendre jusqu'au secret des roseaux. Je l ' a i couverte de tous les remous des l i t s , De l a g l o i r e de ceux qui ne dorment pas, Une e t r e i n t e . . . l u i a i promis(e), de 1 ' e t r e i n t e e l l e a bien r i . . . La Mer! La Mer! E l l e m'a tue a Mid i . Ce traumatisme i n f a n t i l e du r e j e t maternel fut probablement accentue chez l'auteur par l a naissance d'un jeune f r e r e , apres avoir ete l'enfant che-r i de sa mere pendant plus de cinq ans. "L'Enfant d'Espagne" i l l u s t r e ce desabusement desespere du poete t r a h i qui ne desire plus r i e n . II se refuse i. cette Espagne mysterieuse qui " r i t sur (s)on corps comme un na-v i r e qui prolonge les larmes d'enfants sur un fleuve". N'est-ce pas l a le r e j e t mime du desir sensuel, t r i s t e caricature de l a polysexualite en-fantine du temps de l'osmose avec l a mere? II r e j e t t e les amours de cette Espagne maternelle ou les jambes enfantines s'entremilent "en tendre c i r -que de c h a i r " et oil les taureaux (symbole m§le) sont "penetres de brQlures jusqu'au coeur". II "ne desire r i e n " de tout ga et accuse sa mere de 2 9 1'avoir o u b l i e : T o i , t u pleures mon agonie, mais jeja' i l te manque l'epoux pour te co n s o l e r . . . A u s s i ne l u i r e s t e - t - i l qu'a mourir. Tout, j e te donne t o u t , Mere! Sauf moi car je meurs! S ' i l ne peut se donner a sa mere, c'est que c e l l e - c i n'a pas voulu de l u i . Cette h o s t i l i t e de l a mere a laquelle1'enfant c r o i t d o i t cepen-dant etr e etudiee en r e l a t i o n avec l e monde e x t e r i e u r . S i l a mere r e -j e t t e l ' e n f a n t a l ' o b l i g e a n t a un r S l e s o c i a l , elle-meme ne f a i t que su i v r e ce que l a s o c i e t e attend d ' e l l e . Qu'est en e f f e t 1'education de l'enfant sinon une somme d ' i n t e r d i t s l e for c a n t a sublimer toute a c t i v i t y erotique? I l d o i t renoncer i. 1 ' i n s t i n c t et apprendre a l e sublimer en une a c t i v i t e conforme aux v a l e u r s de l a r e a l i t y economique de l a v i e s o c i a l e . Nous sommes a i n s i o b l i g e s de determiner ce qu'est c e t t e s o c i e t e pour pou-v o i r comprendre l a r e a c t i o n de tout enfant et plus p a r t i c u l i e r e m e n t i c i du poete en regard du " r e e l " e x t e r i e u r a l u i . L'un des q u a l i f i c a t i f s les plus d e s c r i p t i f s que l'on puisse a t t r i b u e r a l a s o c i e t e , c'est d 4 e t r e p a t r i a r -c a l e , Reduisons a sa plus simple expression l a d e f i n i t i o n que nous en avons donne dans 1'introduction. N'en re s t e a l o r s que l a c e l l u l e f a m i l i a l e t r a d i t i o n n e l l e dont l e pere est l e p r i n c i p e d ' a u t o r i t e et de s e c u r i t y . A l ' i n t e r i e u r de c e t t e u n i t e , c e l u i - c i prend l e s d e c i s i o n s mais surtout i l r e g i t l e s contacts avec 1 ' e x t e r i e u r . L'homme et l a femme se vo i e n t a i n s i r e d u i t s & l e u r s r S l e s sexuels de pere (mile a c t i f , frondeur, pourvoyeur de l a f a m i l l e ) et de m^re ( b e l l e , g e n t i l l e , p a s s i v e , feconde) c a s t r e s de toute humanite i n d i v i d u e l l e . Les meres se consacrent 3 l e u r r S l e f a m i l i a l tandis qu'autour des peres s'organise l a h i e r a r c h i e s o c i a l e tant au poi n t de vue l e g i s l a t i f q u ' a d m i n i s t r a t i f , que ce s o i t au niveau gouvernemental, 30 r e l i g i e u x ou simplement du t r a v a i l . La femme elle-meme, conditionnee depuis des m i l l e n a i r e s 3 son r o l e , p a r t i c i p e volontairement a cet ordre p a t r i a r c a l . A i n s i quand l' e n f a n t se v o i t coupe psychologiquement de sa mere et force a un entrainement seve"re dans l e q u e l 1 ' i n t e l l e c t u e l se de-veloppe aux depens du p r i n c i p e du p l a i s i r , i l a s s i m i l e done c e l l e - c i H c e t t e r e a l i t e h o s t i l e . Cette t h e o r i e nous permet d ' e l a r g i r l a deuxieme thematique des oiseaux de p r o i e , que nous avions r e d u i t e au pere et a l a presence mas-c u l i n e , pour englober toute l a r e a l i t e e x t e r i e u r e a l ' e n f a n t : l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e qui pourvoit a son education, son "dressage" en male ou f e -melle au s e r v i c e de l a communaute. L ' i n c o n s c i e n t du poete t r a d u i t sym-boliquement ce processus de s o c i a l i s a t i o n par des oiseaux de p r o i e aggres-s i f s q u i l' a t t a q u e n t . Toute une thematique aerienne en decoule: l ' o i s e a u n ' e s t - i l pas par son v o l l i b e r e de l a se r v i t u d e t e r r e s t r e , independant? Ayant pour demeure l e c i e l et pour ami l e s o l e i l , i l est symbole du pere p r i m i t i f , de l a v i r i l i t e , de l a puissance mais a u s s i de l ' o r g u e i l et de l' o p p r e s s i o n . Au poin t de vue r e l i g i e u x , plus que l'ange q u ' i l peut r e -pres e n t e r , i l est l e Zeus antique et l e S a i n t - E s p r i t des c a t h o l i q u e s . Le s o l e i l se metamorphose en un o e i l p a t r i a r c a l , d i v i n qui v o i t tout et s a i t , <- 2 1 t o u t . La thematique m a t e r n e l l e , nous 1'avons vu, s ' a l l i e constamment a c e t t e thematique de r e p r e s s i o n . La mere gardant son ambiguite, amoureu-se et c a s t r a t r i c e , se retrouve dans p l u s i e u r s poe"mes. C'est a l o r s que Dans l e s Manuscrits de Pa u l i n e Archange, l'auteur reprend ce symbole. V o i r notre analyse au quatrieme c h a p i t r e ( l . B . p. 168-173)-31 l e vers " E l l e m'a tue a M i d i " ("Le Cinema du P e t i t Poe"te") prend tout son sens: ce midi s o l a i r e , a g r e s s i f , p a t r i a r c a l . La meme image sera r e p r i s e a i l l e u r s : Mozart, l a Mer pousse comme un bras avec des g r i f f e s pour posseder a M i d i , ... Et 3 chaque humain q ui meurt Est-ce sa faute s i l e s larmes l a font r i r e ? ("Le Piano ouvert sur l e s f l o t s . " ) Dans "Gammes de l a Mer", l e plus long des poemes, l a trame des deux sym-boles.de l a mer et des oiseaux se superposent brillamment en une longue complainte q u i nous r a p p e l l e par son u t i l i s a t i o n de l a gamme l e poeme r i m -baudien " V o y e l l e s " , quoique son contenu ressemble p l u t o t 5 une "descente aux e n f e r s " feminine. Cet "Octave de l a peur" resume b i e n , croyons-nous, l a destinee feminine soumise au r61e qu'une mere, d o c i l e a l ' o r d r e p a t r i a r -c a l e , p r e s c r i t a sa f i l l e . La musique perd a l o r s sa v a l e u r s a l v a t r i c e et l a gamme se transforme en ordonnance. Je n'entends pas l a Musique, JE LA VOIS! Par l e Do repete deux f o i s (comme l a chanson e n f a n t i n e ) , l e s o r t de l'enfant est decide:, on l ' a f a i t mourir, n'en r e s t e qu'un "zero", du v i d e . Le Re, c'est l ' e r r a n c e sans autre guide que Dieu et "une bl e s s u r e a mon f l a n c ... Mais l a mer (me*re) m'enpoigne d e j a " . Les Mi sont "de f e u " , chants d'oiseaux q u ' a t t i r e "un cygne poignarde ... dans l e blanc de ses a i l e s pour 1'amour du rouge de l a v i e ! " La f i l l e t t e c r i e a l o r s a l a mer (mere) pour sa p r o t e c t i o n contre ces oiseaux "Car i l s d e s i r e n t m'e-tr e i n d r e et me devorer ... a i g l e s aux g r i f f e s t r a i t r e s s e s ! P i t i e , j e n'ai pas v i n g t ans". Ce S o l , "caresse d'ete ( e t ) ... sagesse a son epaule", est-ce un peu d'amitie q u i r e c o n f o r t e 1'adolescente q u i erre 32 comme un s o l e i l sans h o r i z o n , sans Ouest, c e l l e q u i a perdu " l ' A v a n t " , l'enfance, et dont ne r e s t e que "1'Apres"? Lentement "La mer g r o u i l l e , l a Mer marche a l a R e v o l u t i o n " , peut-gtre l ' e s p o i r du feminisme ... "Mais quand e l o i g n e r a s - t u ces oiseaux maigres qui commencent a lecher mes pau-pie"res? Mais quand ... Mer?" Le La g r i s q u i "annonce l a f i n du monde", c'est l a r e l i g i o n avec ses cathedrales q u ' i l faut f u i r . "Le s i q u i danse (?) Le s i de flammes", c'est l e sang: menstruation q u i " s i l l o n n e un a r c -e n - c i e l au dessus de moi ... Mer, l e s oiseaux s'arrachent mes jambes". L'avenir de l a femme est t r a c e : l a mate r n i t e : I I me r e s t e mon v e n t r e , i l me r e s t e mes mains, Je p o u r r a i au moins bercer un enfant. Et e l l e s 'apercoit e n f i n que l a mere n'est pas de son c S t e , e l l e est au s e r v i c e des oiseaux. Et l a Mer fouette mes os, F o l l e v i e r g e q u i a besoin de mordre, Mer... "Helas, r i t - e l l e , j e ne donne l a Mer aux enfants de v i n g t ans que pour l e s regarder mourir." Et e l l e r i t et sur chacune de ses dents, 1'octave tragique sanglote! —Oh! Mer... Cette p a r t i c i p a t i o n de l a Mere au p r o j e t p a t e r n e l est condensee m a g i s t r a l e -ment dans ce vers de " L u i g i " : Debout d e r r i e r e l u i , Le c i e l p r o s t i t u e Des seins qui ont trop bu Les g r i f f e s Les ongles v i o l e t s Du s o l e i l . t l e c i e l q u i pose "son pied de plomb" sur des t£tes jeunes 33 qui se transforment en "jeunesse de sang" ("Roman de Vacances"), ou bien le patriarcat baisant "le Dieu nouveau du jour" Et empoignant ses couteaux froids et lourds ... Entail(le) une cathedrale triste, un tombeau pour y cacher ses mains en signes de croix. Ses deux ombres de corbeaux sanglants, Ses mains qui tragiquement tout au long de ces poemes oppriment et assassinent 1'enfance: Des calices de chair s'elevaient candidement Dans l'aurore nacree de 1'Orient, Mille regards aux prunelles chargees Tombaient de leurs yeux mous et opprimes ("Abstractions de souffrances") Pour Marie-Claire Blais, 1'enfance est sacree. "L'authentique purete de son ailleurs" propose aux Smes des desirs illimites "puisqu'elle possede aussi cette illumination nouvelle et fremissante de l'amour". Par contre, le monde ne lui offre en retour qu'un "refus disproportion-ne" repoussant 1'enfance du coeur, 1'enfance surnaturelle de la beaute" que celle-ci lui propose de tout temps. II n'a pas encore su se transfor-22 mer en un lieu de liberte, d' "amour des hommes pour les hommes". Cet espoir est enonce dans "Les Noces Mystiques". Mais plutSt qu'a la Mer (mere) c'est a Dieu que le poete s'adresse pour le debarrasser de "cette nuit de corbeaux (qui) a dechire (s)on corps de sa griffe d'acier". Une Marie-Claire Blais, "Minou Drouet" , Le Carabin, 20 Oct. 1959, p. 6. 34 s o i f d'amour monte aux tempes du poete qui veut se "marier S. l a neige" (1*innocence) malgre ses mains qui " t r a i n e n t encore dans l a boue". Ce-pendant l ' e s p o i r n'est pas pour aujourd'hui: "d'autres c u e i l l e r o n t , au l o i n ... ( l e s ) corbeaux (devenus) des l i s " ( t r a n s f o r m a t i o n s o c i a l e ) . Cette redemption de l a s o c i e t e et de l'humanite ne peut s'amor-cer que par un retour aux v a l e u r s de 1'enfance, ce "LOINTAIN qui a tout l e rythme de l a f a n t a i s i e " , nous d i t M a r i e - C l a i r e B l a i s , et ou l ' e n f a n t , 22 "symphonie battante (, l i v r e ) ... l a promesse de j o i e de sa musique meme". " S i vous ne devenez pas comme l e s p e t i t s enfants, vous n'entrerez pas dans 23 l e royaume des c i e u x " nous d i t l e C h r i s t . La conception freudienne de l ' a r t r e j o i n t c e t t e v a l o r i s a t i o n de l'enfance. Qu'est en e f f e t l ' a c t i v i t e a r t i s t i q u e sinon une porte de l i b e r a t i o n contre l a r e a l i t e r e p r e s s i v e , une r e t r o u v a i l l e de l a premiere enfance ou amour, l i b e r t e et s e x u a l i t e n'avaient qu'un nom: maman? R i l k e l ' a v a i t p r e s s e n t i : " L ' a r t i s t e , d i t - i l , est l ' g t r e qui refuse d'etre i n i t i e par l'education a l ' o r d r e e x i s t a n t , q u i demeure f i d e l e a son moi e n f a n t i n et devient a i n s i un e t r e humain dans l ' e s -p r i t de tous l e s temps, un a r t i s t e . " L ' a r t ignore l e refoulement et l i -bere l ' i n s t i n c t . II se v o i t p a r f o i s frappe d ' i n t e r d i t car i l e s t essen-t i e l l e m e n t r e v o l u t i o n n a i r e . C'est ce que l e s parents de l'auteur probable-25 ment pr e s s e n t a i e n t en s'opposant a ses gouts l i t t e r a i r e s et musicaux. Cette energie d o i t e t r e u t i l i s e e au t r a v a i l , autrement c'est de l a paresse. 2 2 Marie-Claire Blais, "Minou Drouet", Le Carabin , 20 Oct. 1959, p. 6. 2 3 Mathieu 18, 3. 1L" Brown, pp. 74-88. 25 On a deja mentionne 1 ' a t t i t u d e de ceu x - c i que M a r i e - C l a i r e B l a i s resume b i e n dans Les Apparences (Montreal: E d i t i o n s du Jour, 1970, p. 41): "Mozart tant que tu voudras, Pauline Archange, j ' t e j u r e que ton pere est decourage par t a paresse, i l commence a en a v o i r assez de t a machine (a e c r i r e ) et des operas a l a r a d i o ! " . 35 L i r e et e c r i r e devinrent a i n s i pour M a r i e - C l a i r e B l a i s des a c t i v i t e s de r e b e l l i o n contre l e s parents. E l l e r e j o i g n a i t sans l e s a v o i r l a s i g n i f i -c a t i o n mime de l ' a r t . Ses premiers poemes r e v e l e n t d ' a i l l e u r s toute une thematique a r t i s t i q u e sur l a q u e l l e nous pouvons maintenant nous pencher. Plus qu'un moyen de puissance a opposer a l a s o c i e t e , l ' a r t permet de r e -tourner aux temps p r i v i l e g i e s de 1'enfance: une c e l e b r a t i o n du d e s i r , de l a l i b e r t e , de l a p a i x . Le t i t r e "La Mer dans l e s Mains" sembleau premier abord curieux pour un poeme sur l a musique qui s'oppose a toute v i o l e n c e et au sang, et c e l a sans f a i r e a l l u s i o n n i a l a mer, n i a des mains. La va l e u r symbolique de l'eau nous guide vers une i n t e r p r e t a t i o n p l a u s i b l e : par l a musique, l e poete r e j o i n t l a j o i e de l'enfance. Nous a s s i s t o n s i. l a repossession de 26 l a l i b e r t e de son premier amour. Meme l'amour entre homme et femme est rendu p o s s i b l e : 0 Musique, encore ... encore un peu de temps, Avec t o i tout autour de ma c h a i r comme un homme qui c r i e • • • Avec t o i autour de ma c h a i r comme un homme qui p r i e , sans s a v o i r comment. Non, jamais, jamais plus de sang! Comme l a psychanalyse q u i regarde l ' a c t i v i t e a r t i s t i q u e comme une l i b e r a -t i o n du d e s i r , une reconnaissance de l a beaute de 1 ' i n s t i n c t , M a r i e - C l a i r e B l a i s acquiesce a c e t t e l i b i d o que l ' a r t r e a c t i v e . "Le Piano ouvert sur les F l o t s " (maternels) avec son s o u s - t i t r e ("Symphonie en r i r e d'enfants") 26 " P o e t i c e " indique bien 1 ' a c c e s s i b i l i t y 3 l a mer (mere) par l a musique: "Je me sens r o u l e r en l u i ( l ' e n f a n t au piano) Comme l e ga l e t entre l e s e t r e i n t e s de l a Mer." 36 evoque b i e n c e t t e l i b e r a t i o n erotique propre a 1'enfance: 0 Musique, 0 Mozart-enfant, c r i e des c l a v i e r s p l e i n de genie, Comme une femme qui h u r l e contre l e corps d'un homme, • • • Regarde l ' l n f i n i q u i claque dans ma v o i x et regarde ton sang, Car i l monte a 1'horizon et l e s veines des adolescents Qui dorment d'un sommeil fauve, a odeur de cou, Les veines des adolescents se remplissent du rouge de 1'horizon Et l e u r c h a i r bat plus p a i s i b l e dans l e s grands l i t s ! Un rythme inconnu comme l e mai ou l e p l a i s i r l e s e t r e i n t aux poignets. Precedemment, nous avons s i g n a l e l a v a l e u r des mots du poete. Ceux-ci plus a g r e s s i f s que l a musique denoncent " l e l i t glace de l ' u n i v e r s " et veulent "chasse(r) l e s peuples d ' a i g l e s et de corbeaux" ( " P o e t i c e " ) , mais ecoutez-les c e l e b r e r l a v r a i e v i e : ... ecoutez l a magie des yeux mi-ouverts, ... Regardez, i c i ... Une bete nue, un c o q u i l l e Pour 1'envers des regards, 1'horizon seduisant Comme l'Aurore de l ' i n f i n i . Regardez ... des corps e n l a c e s , comme des bagues dans des d o i g t s de jeune f i l l e , ... Ecoutez ... E l l e monte comme un feu de s o l La Musique du Poete E l l e s ' a r r i t e au s e i n de l ' a r t et e l l e l e mange, Et l e chef d'orchestre n'a pas une main diamantee a appliquer ses notes, Mais une main d e l i e e comme l ' e t o i l e q u i tombe, un matin, simplement pour p l a i r e a l a rosee, Une main dure qui claque ses do i g t s comme une source n o i r e , Et c e t t e main est un f r u i t trop doux pour l e s autres l e v r e s . ("Poetice") Ce d e r n i e r vers r e v e l e un peu l e paradoxe de 1 ' a r t i s t e q u i , bien qu'etant un guide pour l e s a u t r e s , ne demeure pas moins un §tre p r i v i e g i e , separe de c e u x - c i . Son a t t i t u d e face H l a v i e est t r e s d i f f e r e n t e car 1'accep-t a t i o n de l a l i b e r t e de l a v i e n a t u r e l l e comporte de mime l e consentement a l a mort. 37 S i j ' a i l e gout de mourir ... C'est pour m'oublier dans 1'Opera des co u l e u r s , C'est pour me t a i r e dans 1'avalanche ephemere des f l e u r s de Dieu. ("Poetice") La mort, a l o r s , ne p r e s a g e - t - e l l e pas 1'union au p r i n c i p e v i t a l , l a mere p r i m i t i v e ? Ceci nous amene a mentionner un autre aspect de l a s o c i e t e p a t r i a r -c a l e : sa peur de v i e i l l i r , de mourir, mort necessaire q u i aide a sa s u r v i e meme. L'homme ne v i t en s o c i e t e que pour o u b l i e r c e t t e f a t a l i t e . Deja Pa s c a l a v a i t e t i q u e t e l a s o l u t i o n humaine a c e t t e angoisse sous l e mot "dive r t i s s e m e n t " . Plus t a r d , Freud remarquait que l ' h i s t o i r e et l e s c i v i -l i s a t i o n s ne sont que l e s p r o d u i t s d'une nevrose u n i v e r s e l l e dont l a source est dans l e refoulement de 1 ' i n s t i n c t de mort et l a deformation de 1 ' i n s t i n c t de v i e . La seule issue a une l i b e r a t i o n de l a v i e s e r a i t done de r e c o n n a i t r e dans l a v i e quotidienne l a mort comme un processus n a t u -27 r e l . V o i l a l e message que v i t l e poete. C e l u i - c i s'opposera toujours a l a douleur et a l a mort causees volontairement ou par ignorance par l'hom-me, mais son acc e p t a t i o n t o t a l e de l a Nature comporte a u s s i c e l l e de l a mort. I I v i t dans l a j o i e a ses c6tes. Ceci peut a i d e r a e x p l i q u e r l a f a c i l i t e de M a r i e - C l a i r e B l a i s a non pas j o u i r de l a mort, mais a s'y resi g n e r s i aisement s i on l u i n i e l a l i b e r t e de son d e s i r . S i v i v r e , c'est e t r e l i b r e dans l a j o i e , alors,ne pas l ' e t r e , c'est p i r e que l a mort. Le s u i c i d e devient a l o r s une l i b e r a t i o n tentante, comme un retour vers l a l i b e r t e de l'enfance. " L u i g i " optera pour c e t t e v o i e , comme p l u s i e u r s des Brown, pp. 1-10 et 118-130. 38 premiers persormages romanesques b l a i s i e n s q u i se refusent a i n s i £ l'op-p r e s s i o n . L"'Ode 5 l a Mort" n'est pas un poeme sur c e t t e l i b e r a t i o n comme nous pourrions nous y attendre, mais servant de s o u s - t i t r e a "L'Enterre-ment du S o l e i l " , c'est p l u t o t une attaque contre l e s promesses f l a t t e u s e s du mile t r a d i t i o n n e l , q u i se transforment en l i e n s d'esclavage et de mort. Ce poeme est une accusation qui s'eleve de l a tombe de c e l l e q u i est morte, contre son a s s a s s i n : Pourquoi ne m'as-tu pas d i t que tes l e v r e s E t a i e n t l'herbe rose ou un pied a mis l e d e u i l ? . . . E t a i e n t l e muguet f r o i d d'un j a r d i n en c e r c u e i l ? . . . Ta nuque, c ' e t a i t , v o i s - t u , 1'encensoir q u i a tenu l a Mer Comme un noye aux dents de nenuphar, comme une b o u t e i l l e de sang E c l a t a n t e du r i r e de toutes l e s femmes q u i ont p l e u r e . Ces l i g n e s denoncent l a souffrance feminine sous l e joug p a t r i a r c a l . Cepen-dant, s i l a femme v i t un drame, l e mi l e a u s s i v i t l e s i e n : i l i d e a l i s e tellement l a femme dont i l reve q u ' i l ne peut r e c o n n a i t r e c e l l e - c i dans toute sa c h a i r . "Le S o u l i e r Pourpre" souligne c e t t e incommunicabilite des sexes q u i , ignorants et p r e t e n t i e u x , transforment l a beaute de 1'amour en horreur. Le mi l e n'est plus a g r e s s i f , i l tend l a main & "son r§ve de j u -pons de mer" ( a s s o c i a t i o n a l a mere). Jouant l a femme f a t a l e , sa b i e n -aimee " d e l i r a n t e dans sa musique" l e dedaigne ou meme, s e m b l e - t - i l , veut se venger du r61e p a s s i f q u ' i l 1'oblige a. jo u e r : ... l a femme fauve Dansait, p o i g n a r d a i t l a main ouverte de son pi e d muet Mais b i e n t o t l'homme f a i t face a l a r e a l i t e b i o l o g i q u e de l a 39 28 imme; Et l'homme de v i n g t ans v i t soudain l e sang c l a i r Descendre sur l e p a t i n parfume des jambes L'homme de v i n g t ans se met a p l e u r e r : p i l e s Les s o u l i e r s empourpres ressemblaient a deux tombeaux a i l e s Et l a p e t i t e dame pure dormait au-dessus, dormait d ' e t e r n i t e . Ne re s t e a l o r s de son reve amoureux que " l e vide des taches de sang". Dans "La Mort d'un Seigneur",, 1'on retrouve l e meme theme de l'homme v i c -time, l u i a u s s i , comme l a femme, d'une s o c i e t e q u i d e t r u i t l ' i n d i v i d u . Malgre l' h o r r e u r de ce t t e r e a l i t e s o c i a l e , l e poete c r o i t en un avenir m e i l l e u r pour l'humanite. "Lever de Rideau" presente c e t t e espe-rance en des temps nouveaux qui sous l e signe de l a Mer (mere) permettra a l'homme de v i v r e comme l ' e n f a n t , un coeur l i b r e debordant d'amour: Et l a scene r e g a r d a i t au-dela des mains o g i v a l e s , debout comme l a mer, ... Et l a scene r e g a r d a i t l ' u n i v e r s nu, c e l u i q u i v i e n d r a l e coeur a l a tet e Pour e c l a t e r de r i r e ou de p l e u r e r , Les comediens aimaient deja ce p u b l i c , q u i n ' e t a i t pas, Comme une femme aime l ' e n f a n t , l e p u b l i c , cet enfant chaud deployant l e ventre maternel avec l u i Dans l a caresse ou l a peur ... I l s e t a i e n t tous l a ... debout, e r r a n t s sur c e t t e mer! Cer t a i n s c r o i r o n t a l a f i n de ce t t e analyse que nous nous sommes e l o i g n e , sinon de notre o b j e c t i f , du moins de l a methode preconisee dans 1 1 i n t r o d u c t i o n 3 propos de l a c r i t i q u e de r e p r e s s i o n . C'est, au c o n t r a i r e , Les menstruations, comme 1'homosexuality, s ' a s s i m i l e n t pour l ' e -c r i v a i n ( c f . Chap. 4A, p. 1 9 3 ) 3 u n e s o u i l l u r e q u i se transmute en chute et en faute comme d ' a i l l e u r s G i l b e r t Durand l e souligne dans son l i v r e (pp. 120-123). 40 une base a c e l l e - c i que nous avons trouvee par l a decouverte de ce trauma-tisme i n f a n t i l e u n i v e r s e l sur l e q u e l se c o n s t r u i t l ' u n i v e r s b l a i s i e n . S i ce traumatisms,d 1ailleurs,marqua plus p a r t i c u l i e r e m e n t M a r i e - C l a i r e B l a i s , c'est que,l'ayant vecu doublement, e l l e dut en s u b i r l a double oppression. Nous croyons que c'est a cause de ce surplus d'attachement 3. l a mere, c a r a c t e r i s t i q u e du lesbianisme, que l'auteur developpa c e t t e urgence a denoncer toute r e p r e s s i o n . En terminant c e t t e etude sur l e s t r o i s thema-tiq u e s propres aux premiers poemes, q u i nous ont r e v e l e l a "marque" de l ' e -c r i v a i n , d eja on peut l e u r reconnaitre une v a l e u r c y c l i q u e . I n d i v i d u n a i s s a n t de l a mere, M a r i e - C l a i r e B l a i s tente par son oeuvrede r e v i v r e ce temps p r i m o r d i a l du bonheur de l'enfance en s'opposant a l a s o c i e t e et i n -consciemment e l l e t r a v a i l l e a y guider l'humanite. 2. La B e l l e Bete A. S i t u a t i o n A ses debuts, l e romanesque b l a i s i e n est encore b i e n e l o i g n e de toute idee de redemption: souffrance et mort y regnent en mattresses. Impregnes d'onirisme, ses premiers romans i n s i s t e n t sur l e tragique de-chirement de l a premiere enfance que l a poesie nous d e v o i l a i t . Cette toute jeune f i l l e , sans preconception sur le metier d ' a r t i s t e , e c r i t d ' i n 3 -t i n c t , transposant dans l ' a l l e g o r i e et l e mythe son drame i n t e r i e u r . Bien que c o n t r o l a n t parfaitement l e s ressources de son e c r i t u r e , nous d i t Jean 29 E t h i e r - B l a i s , e l l e n'est pas maitresse de son imagination. E l l e ne sera E t h i e r B l a i s , Signets I I (Montreal: C e r c l e du l i v r e de France, 1967), p. 229. 41 consciente de 1'influence de la poesie dans ses romans que plus tard. Ce qu'elle veut d'abord, comme elle-meme I'affirme, c'est de rejoindre par 30 des symboles la totalite de la vie. Par surcroit, et c'est ce qui fait sa grandeur, sa grande sensibilite a su photog'raphier 1' irrationnel, a su plonger aux sources memes de 1'enfance et nous en ramener les tragiques images du douloureux apprentissage au contact de la realite. C'est cette "ecriture primordiale" qui nous servira de jalon dans notre etude de ses premiers romans car a travers 1'atmosphere lyrique de ceux-ci, les person-nages allegoriques, a'demi-desincarnes et reduits a leur destin essentiel, re-activent les conflits emotifs de l'auteur et revelent les structures d'oppression causes de celles-ci. Agee de dix-neuf ans, travaillant le jour 3 un mediocre emploi et assistant certains soirs a des cours libres a l'Universite Laval, Marie-Claire Blais trouve encore le temps d'ecrire en moins de six mois La Belle 3 1 Bete. Avec l'aide de Georges-Henri Levesque, alors directeur des Scien-ces sociales a Laval, et de Jeanne Lapointe, professeur de litterature, elle reussit a le faire publier en 1959. Ce roman fut alors considere, plus qu'une promesse, comme 1'oeuvre deja mQre d'une jeune f i l l e extra-ordinairement douee. Reduisons-en 1'intrigue a sa plus simple expression. Louise, une belle et riche fermiere, adore son jeune f i l s Patrice, d'une beaute admi-rable mais idiot. Sa f i l l e ainee, Isabelle-Marie, qu'elle rejette a cause 3 0 B. Callaghan, "An Interview with Marie-Claire Blais", Tamarack Re- view, No. 37 (Autumn 1965), p. 33. 3 1 Marie-Claire Blais, La Belle Be*te (Quebec: Institut litteraire, 1959). Selon J. Hofness dans Books in Canada (Feb. 1979, p. 10), ce ro-man aurait ete ecrit a l'Sge de dix-huit ans, en dix jours. 42 de sa l a i d e u r , s'occupe seule des champs, jal o u s a n t son f r e r e et h a i s s a n t l ' i n j u s t e mere d'une egale p a s s i o n . L o u i s e , en epousant Lanz, un dandy paresseux, s ' a l i e n e son f i l s q u i , j a l o u x et pousse par sa soeur, tue c e l u i r c i avec son cheval f u r i e u x . La mere, a t t e i n t e d'un cancer a l a joue se r e -tourne avec amour vers son f i l s , p e n d a n t qu'Isabelle-Marie epouse un jeune aveugle, M i c h a e l , q u i l a croyant d'une grande beaute en est tombe amou -reux. Recouvrant l a vue, i l l a bat et l a chasse. C e l l e - c i , revenue a l a ferme maternelle et rongee par l'ancienne j a l o u s i e , defigure l e visa g e de son f r e r e en l e poussant dans un b a s s i n d'eau b o u i l l a n t e , prepare pour d e s i n f e c t e r l a p l a i e de sa mere. Denoncee par sa f i l l e t t e Anne, I s a b e l l e -Marie est chassee de l a ferme, tandis que P a t r i c e , l a i d a son t o u r , est place dans un a s i l e . Pour se venger de sa mere, c e l l e - 1 3 met l e feu aux t e r r e s et a i n s i l a tue. Par l a s u i t e , e l l e se j e t t e sous un t r a i n a l o r s que son f r e r e , evade, ne retrouvant que des cendres,se noie dans l e l a c . 32 Ce monde " j a i l l i t de l'l n c o n n u , dur et avide". Roman d'"eternelle pas-sion" nous d i t l'auteur. y intere"t pour nous est q u ' i l r e v e l e avant tout une passion b i e n p e r s o n n e l l e , sa forme poetique et l a r a p i d i t e de sa r e -da c t i o n g a r a n t i s s a n t 1 ' a u t h e n t i c i t y de c e t t e " e c r i t u r e i n s t i n c t i v e " que nous d e f i n i s s i o n s plus haut. Des quelques f a i t s biographiques que nous tenons sur l ' a u t e u r , deux nous semblent p e r t i n e n t s . Le premier e st l a naissance d'un jeune f r e r e que M a r i e - C l a i r e a u r a i t a c c u e i l l i avec une j o i e debordante. S i t e l l e f u t l a premiere r e a c t i o n , nous ne pouvons pas nous empecher de c r o i r e §L un contrecoup sur l e plan psychologique pour c e t t e 32 M a r i e - C l a i r e B l a i s , l e t t r e ouverte dans l e j o u r n a l P o i n t s de Vue (Montreal-Saint-Jerome, j a n v i e r 1960), p. 2. C e l l e - c i d i t de ses person-nages q u ' e l l e l e s t i r e de son subconscient pour l e s f i x e r dans 1'harmonie reassurante de l a r e a l i t e (Le Carabin, 17 mars 1960, p. 5 ) . 43 f i l l e t t e de moins de s i x ans qui jusqu'alors e t a i t l ' e n f a n t unique. Emo-tivement, c e l l e - c i dut s u b i r un choc q u ' e l l e r e f o u l a . Le deuxieme evene-ment concerne l e s r e l a t i o n s entre l'auteur et sa mere. Une compagne de cla s s e de V e r s i f i c a t i o n se r a p p e l l e q u ' i l "semblait y a v o i r souvent con-f l i t entre sa mere et e l l e " et qu'a une occasion c e t t e d e r n i e r e , q u i pour-tant "ne d e v o i l a i t r i e n d'elle-mtme", a v a i t a f f i r m e que sa mere " l a detes-33 t a i t " . Peut-§tre cependant ne s ' a g i s s a i t - i l que de 1'antagonisme natu-r e l entre deux generations, l e me'me qui f a i s a i t d ' a i l l e u r s que l e s parents s'opposaient aux goQts et p r o j e t s l i t t e r a i r e s de l e u r f i l l e . D elaissons l a b iographie par trop r e d u c t r i c e pour r e v e n i r aux t r o i s thematiques qui nous i n t e r e s s e n t et que nous devrions pouvoir r e c o n n a i t r e dans ce roman tre"s proche, dans l e temps et dans sa f a c t u r e , de l a "premiere" poesie. B. Presence des t r o i s symboles de l a poesie On est frappe par 1 ' u t i l i s a t i o n constante de 1'image de l a mere: "L'auteur est en qutte d'absolu et c'est dans 1'amour maternel q u ' e l l e l e 32 recherche". Le symbole de l'eau s u r g i t done sans arr§t, f a i s a n t pendant 34 a l a mere monstrueuse, "image en creux de l a mere i d e a l e " . P a t r i c e , voue i. l a mire, l e sera done a l ' e a u . 1 Nouveau N a r c i s s e , gr§ce si l a r e -35 f l e x i o n de sa beaute dans l'eau et ensuite i. ses m i r o i r s , i l prend 33 Therese Fabi, Le Monde pertmrbe- des jeunes dans l'oeuvre de Marie-Claire B l a i s . Sa vie, son oeuvre, la c r i t i q u e : essai (Montreal: Agence d'Arc Inc., 1973), pp. 2-4. Chaque f o i s q u ' i l e t a i t ne-ce s s a i r e d ' e t a b l i r c e r t a i n s f a i t s biographiques sur l ' a u t e u r , ce l i v r e nous a s e r v i de refer e n c e . Soeur Sainte-Marie E l e u t h e r e , La Mere dans l e roman canadien-fran- c a i s (Quebec: Presses de 1 ' U n i v e r s i t y L a v a l , 1964), p. 91. L ' i d e n t i f i c a t i o n du m i r o i r et de l a mere est evidente. La beaute de P a t r i c e r e f l e t e c e l l e de sa mere, de l a meme facon que l e m i r o i r natu-r e l de l'eau r e f l a t e son v i s a g e . L'analogie s'etend a u s s i a tous l e s 44 conscience de son e x i s t e n c e , "une existence q u ' i l v e r r a toujours 5 t r a -36 vers c e r t a i n e s notions aquatiques": par exemple, d e l i r a n t de f i e v r e , " i l v o y a i t l e l a c perdre son eau" (36); j a l o u x de douleur de son beau-pere, " i l se j e t a i t souvent tout h a b i l l e dans l e l a c " (74) ... L'eau, comme l a mere, domine toute l a v i e de P a t r i c e . Au debut, 1'influence de l'une et de l ' a u t r e semble favorable a c e l u i - c i mais b i e n t S t , comme deja' note dans l a poesie e t u d i e e , l e u r emprise devient "malefique".(202). S i Is a b e l l e - M a r i e r e u s s i t dans ses n o i r s desseins de vengeance contre P a t r i c e en e b o u i l l a n t a n t son beau v i s a g e , c'est que Louise a v a i t deja condamne c e l u i - c i a 1 ' i n f a n t i l i s m e (188). Encore plus responsable, c e t t e mere l ' e n -fermera dans un a s i l e , et P a t r i c e a l o r s en plus de " s a i g n ( e r ) des p l e u r s " (182) sera inonde d'une mer de sang: c e t t e mer empourpree ne s o r t a i t jamais de l u i , e l l e l ' e t r a i g n a i t de toute part (203) C a p t i f de l a mire, P a t r i c e ne s a u r a i t mourir autrement qu'en se noyant dans l e s eaux du l a c ; en r e j o i g n a n t a i n s i 1*element symbolique maternel, i l r e a l i s a i t l ' a n c i e n d e s i r d ' I s a b e l l e (±79). Au premier abord, l ' a u t r e thematique, l e s oiseaux de p r o i e a s s o c i e s a l a r e a l i t e s o c i a l e p a t r i a r c a l e , semble absente, car l e s oiseaux dans l e roman n'ont pas d'autre v a l e u r que de p a r t i c i p e r a l a nature. La verres b r i s e s par P a t r i c e quand i l est en co l e r e contre sa mere. 3 6 Pages 52, 82, 90, 114, 160, 173, 191, 195, 202 ... Gerard Moreau, "Le reve et l e realisme dans La B e l l e Bete de M a r i e - C l a i r e B l a i s , " Revue  de l ' U n i v e r s i t e d'Ottawa. V o l . 42, No. 4 (Oct.-dec. 1972), p. 571. Cet auteur indique l e symbole du metal a s s o c i e 3 I s a b e l l e - M a r i e sans a j o u t e r t o u t e f o i s l a v a l e u r agressive de c e l u i - c i q u i nous semble encore plus importante. decouverte d'une symbolique d' "agression m e t a l l i q u e " dont I s a b e l l e -34 Marie est l e p r i n c i p a l agent peut cependant s'y r a t t a c h e r . P r i v e e de tout amour, e l l e s'arme metaphoriquement contre 1'environnement h o s t i l e , chargee de haine et de j a l o u s i e , e l l e se metamorphose en oiseau de p r o i e : ses mains, son corps, ses gestes se transforment en lames (20), couteau (24), g l a i v e (42), poignard (60, 149), g r i f f e (34, 37, 164, 205) et ongles (174). A l a " f u r e u r " d ' I s a b e l l e - M a r i e s'ajoute 1 ' a g r e s s i v i t e symbolique de tous l e s objets e x t e r i e u r s a l a nature, associes done a une r e a l i t e f a m i l i a l e et s o c i a l e . Ce t r a i n avec ses passagers impressionnes par l e s apparences physiques mais i n s e n s i b l e s aux r e l a t i o n s humaines (15), sous l e q u e l I s a b e l l e - M a r i e se j e t t e ne r e p r e s e n t e - t - i l pas l a f a t a l i t e s o c i a l e a l a q u e l l e n u l ne peut echapper? Le fouet et l a canne d'or: des sym-boles d ' a u t o r i t e , d'oppression et de souffrance ? Le j e u d'echecs sug-gere l ' i m p o s s i b i l i t e de communiquer (120, 159); l a lampe i l l u m i n e l ' a r t i -f i c i a l i t e et 1'incommunicabilite des rapports humains (120, 127, 147) et 1 feu d e t r u i t l e narcissisme (163, 207) et 1'avarice (211). MSme l e p a i n , habituellement signe de paix et de f r a t e r n i t e , permet une mise en scene d'h y p o c r i s i e f a m i l i a l e (24, 120, 176) et de moyen de t o r t u r e (31, 179). Toute c e t t e a g r e s s i v i t e est contrebalancee par l a t r o i s i e m e the-matique du r e t o u r i. 1'enfance. A part l e personnage de Faust dont nous reparlerons plus t a r d , I ' a c t i v i t e a r t i s t i q u e , q u i dans l a poesie o u v r a i t l e s portes d e l ' e n f a n c e , etant une n o t i o n par trop r e a l i s t e dans un "conte mythique", a ete transformed. Les personnages etant des paysans, c'est au contact i n s t i n c t i f avec l a nature que c e r t a i n s retrouveront 1'eden p r i v i l e g i e de l'amour maternel, de l a p a i x de l'enfance. P a t r i c e , " f i x e au stade p r e n a t a l a l o r s q u ' i l ne f a i s a i t qu'un avec sa mere",re-trouve l a s e c u r i t e u t e r i n e " f l o t t a n t et pourtant en e q u i l i b r e dans l'eau". 46 38 Cet enfant sans §ge (184) aime non seulement d 1 i n s t i n c t , mais v i t i n s -tinctivement sa l i b e r t e ( 122) courant a t r a v e r s champs et bois et en communion avec son ch e v a l . , Par son i d i o t i e , P a t r i c e n'a jamais q u i t t e l e temps de l'enfance q u o i q u ' i l en a i t ete presque expulse par son beau-pere. De mime, l a c e c i t e de Michael e x c l u t c e l u i - c i de l a v i e adulte; I I e t a i t un peu sauvage, ardent et l a flamme se mel a i t a l u i comme l a grSce accordee aux enfants. Aveugle, i l v i v a i t comme dans un c l o i t r e mais i l p a r l a i t s i b i e n de l a v i e des animaux, du vent, des saisons qu'on ne pouvait douter de sa lumiere. I s a b e l l e - M a r i e l ' a i m a i t (100) Et l e u r romance d'amour l e s e n t r a i n e dans 1'innocence des jeux de l'enfance, grace au contact avec l a nature! l i s couraient pieds nus, f i e v r e aux dents. l i s avaient toutes l e s f o r e t s et l a nature e n t i e r e pour j o u i r ce jeu d'amour et de jeunesse. (75) Cet amour est a u s s i retour au "temps maternel". Le r i t u e l du d e s i r se pre-sente en offrande d'eau (103) a b o i r e entre l e s amants et 1'atmosphere ma-r i n e f a i t desormais p a r t i e du q u o t i d i e n : l i s g l i s s a i e n t l e u r barque pour l a piche et revenaient l e s o i r , e b o u r i f f e s et dufs comme deux marins crachant l e s e l . l i s sentaient l e poisson et l e s algues ... c ' e t a i t v i v r e l'un dans l ' a u t r e en continuant l e s "jeux". (133) Retrouvant l a vue, Michael apprend a juger en a d u l t e . C'est a l o r s l'echec de l'amour. F i n i ce paradis de l'enfance: c e t t e "barque" avec l a q u e l l e on y a c c e d a i t , "on a v a i t o u b l i e (de 1') attacher ... E l l e s ' e l o i g n a i t au M a r i e - C l a i r e B l a i s , P o i n t s de Vue, p. 2. 47 rythme du lac, sans bruit" (132). Tous les personnages sympathiques a l'auteur partagent ce respect de l'enfance dans son oeuvre. Ici, meme 1'implacable Isabelle-Marie, dans ses souffranees et sa haine, ne peut y resister. Ainsi elle aura pitie de Patrice, l'enfant, "qui vaut au moins une bete" (35), et malgre la laideur de sa f i l l e Anne, elle l'aime, et ecartant la passion du meur-tre, elle la laisse vivre. Marie-Claire Blais inconsciemment rejette tout ce qui eloigne de l'etat privilegie de l'enfance, c'est ce que les trois symboliques Studies demontrent. L'etude du niveau des structures du ro-man nous revele que l'auteur va beaucoup plus loin. Elle s'oppose en temps que femme quebecoise et lesbienne a toute forme d'oppression. Contre ceux qui n'oseraient pas se reconnaltre dans ce monde atroce qu'elle de-nonce tout en le portant avec amour, George Dufresne nous met en garde: nous triplement obsedes comme humains orgueilleux, comme Occidentaux, comme catholiques de type canadien-francais. Toutes ces influences exterieures sociales agiront done sur 1'inconscient 40 de l'auteur et seront par le fait meme transposees dans le recit. 39 G. Dufresne, "Marie-Claire Blais visionnaire", Cite Libre (Janvier 1961), p. 24. Ne retrouvons-nous pas i c i nos trois oppressions: l'hom-me "normal" superieur a 1'homosexuel, le male superieur a la femme et le Quebecois "colonise". 40 Charles Mauron reconnait que les metaphores du mythe personnel evoluent au gre d'influences exterieures. "Les origines d'un mythe per-sonnel chez l'ecrivain " dans Critique sociologique et critique psycha- nalytique (Bruxelles: Ed. de l'lnstitut de Sociologie de l'Univ. Libre de Bruxelles, 1970), pp. 91-98. 48 C. Les in f l u e n c e s e x t e r i e u r e s s o c i a l e s La c r i t i q u e sociologique. a bi e n f a i t r e s s o r t i r l a v i s i o n du monde de La B e l l e Be*te: c e t t e i m p o s s i b i l i t e de v i v r e a l a campagne. L ' i d e o l o -g i c t r a d i t i o n n e l l e ne peut plus sauver l a face ( l e visage de L o u i s e ) . L'univers r u r a l est envahi par l a v i l l e , symbolisee par l e t r a i n et Lanz. Ce dandy fabrique 3 l a v i l l e represente l ' e x p l o i t e u r a n g l a i s ou encore par son nom d'o r i g i n e europeenne, l e " c i v i l i s a t e u r " d ' o r i g i n e etrangere. A i n s i P a t r i c e prend l a f i g u r e meme du c o l o n i s e , ne de l a t r a n s p o s i t i o n de l a v i s i o n de l a communaute f r a n c a i s e abetie et i n t e l l e c t u e l l e m e n t diminuee par 1'education t r a d i t i o n n e l l e . Selon c e t t e c r i t i q u e , par del a l a mytho-l o g i e b l a i s i e n n e nous aurions a f f a i r e a un roman de c o n t e s t a t i o n : a n t i -c l e r i c a l , a n t i - n a t i o n a l i s t e et l i b e r a l . Bien q u ' e c r i t a l a v e i l l e de l a "Revolution T r a n q u i l l e " , nous croyons que l ' e c r i v a i n en r a i s o n de son jeune age ne peut h a i r profondement l a s o c i e t e canadienne-francaise comme 4 1 l e s i g n a l e Goldmann. Cette c r i t i q u e force un peu l e s cadres du roman par son i d e o l o g i e propre. Du t e x t e , nous pouvons cependant degager un contexte f a m i l i a l et s o c i a l rapproche de c e l u i du Quebec, q ui a du* i n f l u -encer M a r i e - C l a i r e B l a i s comme l a plu p a r t des e c r i v a i n s de son epoque. A i n s i , avec l a mort du pere, c a r a c t e r i s t i q u e de 1 ' h i s t o i r e de l a f a m i l l e -42 type quebecoise, l a romanciere perpetue, r e p r o d u i t l e scheme et l a mere ^" Lucien Goldmann, "Notes sur deux romans de M a r i e - C l a i r e B l a i s " , Revue de l ' l n s t i t u t de s o c i o l p g i e , No. 3 (1969), p. 519. Jack Warwick, "Les e c r i v a i n s canadiens-frangais et l e u r s i t u a t i o n m i n o r i t a i r e " , Revue de l ' l n s t i t u t de S o c i o l o g i e No. 3 (1969), p. 487: " D i f f e r e n t e s analogies h i s t o r i q u e s viennent a u s s i t o t & 1 ' e s p r i t : l a perte de l a mere-patrie, ... l e d e c l i n du paternalisme p o l i t i q u e e t , ... 1 ' i n f e -r i o r i t e apparente de l a p o s i t i o n des chefs de f a m i l l e canadiens-frangais dans un monde ou l e s d i r i g e a n t s d'entreprise et l e s capitaux anglo-saxons jouent un r o l e predominant." 49 prend a l o r s des proportions monstrueuses. Jean Le Moyne s'est penche .44 avec c l a i r v o y a n c e sur ce "m a t r i a r c a t s p i r i t u e l " propre aux Quebecois que M a r i e - C l a i r e B l a i s attaque impitoyablement par ce cancer q u i ronge l a joue de Lo u i s e , cet " i n f a t i g a b l e bourreau" (209), tout au long du roman. Quant ii 1*influence d'une r e l i g i o n a saveur quebecoise, e l l e s e r a i t absente du t e x t e , s i ce n ' e t a i t l a peur et l e degoQt d ' l s a b e l l e -Marie devant l e d e s i r c h a r n e l , symbolise par des chats a g r e s s i f s (105-106), q u ' e l l e resume en ces mots: ...Tout re s s e m b l e r a i t a Louise,a Lanz,a l'immense t r a -gedie q u ' i l s deployaient t r i s t e m e n t (106) ... pass(ant) ensemble des jours et des n u i t s v i d e s , echange(ant) l e u r s corps ferocement comme on donne de l a c h a i r a manger. I l s e t a i e n t malsains, sans aucune noblesse ... p l e i n s de v i c e s , i g n o b l e s . (78) A part c e t t e g§ne face a l a s e x u a l i t e , q u i ne dure d ' a i l l e u r s pas car,apres l e mariage d ' l s a b e l l e - M a r i e et de Mi c h a e l , -mutuel goQt d enfance l e s r a p p r o c h a i t dans l e u r c h a i r et l e u r ame" (132), l a m o r a l i t e " r e l i g i e u s e " a ete remplacee dans l e roman par c e t t e " e f f r o y a b l e quete de Beaute a 1'etat pur",^"* recherche passionnee de la beaute primorSial'e de 1'enfance . Restent cependant deux p r i n c i p e s d ' a u t o r i t e qui depassent 1'entendement d ' l s a b e l l e - M a r i e et q u ' e l l e ne peut d e f i e r . La f a b u l a t i o n du pere-mort est a l a source de l'un deux: ^ En plus du pere mort, l e beau-pere Lanz est metaphoriquement sup-plante par L o u i s e : "... l e r u i s s e a u emportait l a canne d'or un f i c h u de fifte passee" ( 126) . 44 Jean Le Moyne, Convergences (Montreal: HMH, 1961). ^ M a r i e - C l a i r e B l a i s , P o i n t s de Vue, p. 2. 50 I s a b e l l e - M a r i e ressemblait ... a son pere, a son brave reveur de pere q u i p a r l a i t de ses t e r r e s comme de f i l l e s elues de Dieu, en poete pur! (30) Ce pere-poete, e l l e l e consacre grand-pretre de son c u l t e envers l a nature: "En l i e u , l a candeur de l'ame se me l a i t a 1 ' i n s t i n c t ..." (57) s ' e l a r g i s -sant a i n s i en symbole du Dieu de l'enfance et de l a nature. Quand e l l e se r e f u g i e pres de son pere, "descendant l e sombre e s c a l i e r q ui c o n d u i ( t ) aux pieces c l o s e s depuis ( s ) a mort", (164), apres a v o i r d e f i g u r e P a t r i c e , l e " p e t i t d i e u " de Louise (16), c'est q u ' e l l e a rendu j u s t i c e a c e t t e mere qui a v a i t a u t r e f o i s abuse de 1'esprit credule de son pere gr§ce a ses charmes (30), 1'avait remplace par Lanz et surtout 1'avait martyrisee (209), e l l e q u i ressemblait & ce paysan dont l a mort l ' a v a i t tant meurtrie (30). Lorsque plus t a r d e l l e met en feu l e s fermes de L o u i s e , l a t e r r e u r et l a honte montent en e l l e : son se u l remords est de r e a l i s e r " q u ' e l l e t u a i t l a t e r r e de Dieu", c ' e s t - a - d i r e l a t e r r e p a t e r n e l l e et l a nature, et se f e r -mait a i n s i l e s portes de l'enfance. I I ne l u i r e s t a i t plus qu'a mourir. L'autre f a t a l i t e a l a q u e l l e est soumise I s a b e l l e - M a r i e , comme l e s autres personnages, est symbolisee par l e s o l e i l q u i , nous nous en sou-46 venons, represente l ' o p p r e s s i o n de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . "Arme j u s -qu'a l a brQlure ... assech(ant) l e t e r r e " (20), i l met l e s n e r f s d'Isa-b e l l e - M a r i e 3 v i f . Par con t r e , t r a v a i l l a n t du cote de Lanz, " i l d i s s i -mul(e) l a b r u t a l i t e de(s) ... yeux" de ce d e r n i e r (42). P a t r i c e , etant ^ Le s o l e i l r e j o i n t toute l a symbolique de d e s t r u c t i o n : l a canne d'or est a s s o c i e ^ a l u i par sa coul e u r ; l a lampe e t l e f e u , par l' e n e r g i e c a l o r i f i q u e . Remarquons que l e s t r o i s personnages masculins, represen-tants de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e , sont condamnes par l e u r i n f i r m i t e . Louise qui y p a r t i c i p e est a t t e i n t e de cancer. 51 m t l e , est associe l u i a u s s i a c e t t e r e a l i t e s o l a i r e (15, 46, 49). Ce-pendant, pour l u i , i d i o t i n u t i l e , e l l e c S t o i e une destinee sanglanteC D i v i s e en deux v i s a g e s , l e s o l e i l a v a i t un fond d'or et un fond rouge et l e s deux p r o f i l s s'enlacaient quand i l s se r e n c o n t r a i e n t . (181). L o r s q u ' i l est d e f i g u r e , P a t r i c e se retrouve 3 l ' a s i l e , hors de l a society, dans "des chambres fermees qui ne d i s t r i b u a i e n t pas l e s o l e i l " (189). Pres du l a c , plus t a r d , " l e s o l e i l (lui-meme) envahit sa nuque et l e con-47 damne a l a mort: " I I e t a i t m i d i " D. I s a b e l l e - M a r i e , "bgtarde par e x c e l l e n c e " G i l l e s Marcotte, s'opposant £ 1 ' e x p l i c a t i o n s o c i o l o g i q u e de ce roman, s'est s e r v i p l u t o t de l a problematique de 1' "enfant trouve" de Marthe Robert, appliquee au personnage de P a t r i c e . Nous avons resume dans 1 ' i n t r o d u c t i o n c e t t e t h e o r i e freudienne du "roman f a m i l i a l " dans l e q u e l 1 ' a p p l i c a t i o n romanesque du " b t t a r d " ecarte l ' o r d r e p a t e r n e l en vue d'y 48 s u b s t i t u e r ses propres l o i s . L' "enfant trouve", en l'occurence Pa-t r i c e , au c o n t r a i r e du " b i t a r d " , ne conteste pas l e monde dans l e q u e l i l v i t , i l est l e heros du conte de fee ,qui,apres a v o i r s u b i une epreuve, retrouve ses parents. A i n s i P a t r i c e , apres 1'epreuve de l a l a i d e u r , ren-contre a l ' a s i l e Faust, " l e pere de ses songes". Quant a sa mort, i l ^ Comme l e d e r n i e r vers du poeme "Le Cinema du P e t i t Poete": " E l l e m'a tue H M i d i " . ^ Marthe Robert, Roman des o r i g i n e s et o r i g i n e s du roman, pp. 94-103 et G i l l e s Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t (Montreal: La Presse, 1976), pp. 93-138. ' 52 faut y v o i r une f i n heureuse, c a r , f o r c e de s ' i n t e r r o g e r par s u i t e de l ' a c t e c r u e l d ' l s a b e l l e - M a r i e , " i l r e t r o u v a i t e n f i n son Sme" (214). Apercu sous cet angle, La B e l l e Bete semble un conte. Ce roman cependant d e v r a i t i t r e etudie en r e l a t i o n avec l e personnage p r i n c i p a l , 1 'agent pre-mier de 1 ' i n t r i g u e , q u i est I s a b e l l e - M a r i e . Nous avons a l o r s a f f a i r e a une v e r i t a b l e tragedie dans l a q u e l l e 1'heroine d e t r u i t son beau-pire, sa 49 mere, son f r e r e e t , s avouant vamcue, elle-meme. I I est c u r i e u x de noter que Marcotte, apres a v o i r q u a l i f i e I s a b e l l e - M a r i e de "bStarde par ex c e l l e n c e " , done c o n t e s t a t a i r e d'un ordre f a m i l i a l et s o c i a l , e l imine l e personnage feminin, quoique l e plus important, en faveur du male, comme s ' i l i m p o r t a i t avant tout de prouver 3 l a c r i t i q u e s o c i o l o g i q u e q u ' e l l e a v a i t t o r t . I I a r a i s o n d ' a f f i r m e r que P a t r i c e n ' o f f r e aucune perspec-t i v e de l i b e r a t i o n s o c i a l e , mais pourquoi a - t - i l ecarte I s a b e l l e - M a r i e comme l e porte-etendard de c e t t e r e v o l u t i o n . Est-ce a cause de c e t t e pers-p e c t i v e p a r t i a l e de l a " c r i t i q u e p a t r i a r c a l e " denoncee par l a c r i t i q u e de repression? En outre, quand i l d i t que l e " l i e u " de P a t r i c e est c e l u i du poe"te, i l a u r a i t f a l l u a j o u t e r que tout l e roman est l i e u poetique, n'oubliant surtout pas de mentionner qu'un " l i e u poetique" est a u s s i " l i e u p o l i t i q u e " car, comme Jean-Paul S a r t r e l e remarque," (u)ne technique roma-nesque ( s i poetique q u ' e l l e s o i t ) renvoie toujours a l a metaphysique du 50 romancier. Comme c'est a I s a b e l l e - M a r i e , plus qu'a P a t r i c e , que l'auteur 49 M. Robert d e f i n i t l a t r a g e d i e par l e cas d'Oedipe tuant son pere et epousant sa mere. 5 0 F a y o l l e , La C r i t i q u e , p. 203. 53 s 1identifie dans ses pensees et ses reactions face a la realite sociale,^' c'est encore par ce personnage, irrecevable dans son monde, qu'elle se voue inconsciemment a la destruction sociale: detruire ce Lanz, "lance-52 lot" defenseur de sa propre vanite, Louise, cette "heroine en guerre" contre tout changement, et Patrice, cet "aristocrate" privilegie §. cause mime de son sexe. Abattre tous ceux qui sucent "le sang des autres ... a force de se reposer" (26). La premiere attaque du roman est dirigee contre les stereotypes sociaux et sexuels que la societe impose aux hommes. Louise represente bien le type "feminin" narcissique qui vit de sa beaute et des hommages du mtle. "Plaire etait sa l o i " (50), avec les obligations de maquillage, de toilettes et de bijoux qui en decoulent. Habituee au luxe, la securite monetaire offerte par le mariage est necessaire, aussi se sert-elle de ses appats sensuels, comme une prostituee pour leurrer son premier mari (30). De mime, se faisant vi e i l l e , elle achetera Lanz par son adoration (47) sinon par sa fortune. Son seul grand amour est son f i l s suivant la coutume patriarcale des privileges accordes aux m§les de la famille. La mere prefere le f i l s et devient son esclave (16). Plus tard, celui-ci Spouse le double de sa mere. C'est ce qu'Isabelle-Marie reconnalt quand elle remarque que "Louise est la mere de Lanz" (68). Elle ridiculise surtout leur piteuse passion, les reduisant a leurs roles sexuels, sans amour veritable (94). l i s sont etrangers l'un a l'autre (81), "se disput(ant) leurs paroles blasees" (76): "couple de poupees, ' B. Callaghan nous rapporte ces mots de l'ecrivain: "I want to be free of ... what you call systems" (Tamarack Reviev, Automn 1965, p.32). 52 Le sens des noms propres est tres important dans 1'oeuvre blai-sienne, bien que rarement nous y recourons. 54 poupee male, poupee femelle ... (sans) ame" (56), "malsains, sans aucune noblesse" (78). Tandis que Louise est q u a l i f i e e de "poupee i n s i g n i f i a n t e , v i d e ... (a 1') Sme de mannequin" (29, 30), Lanz, l u i , represente l e type meme du "bourgeois gentilhomme" de notre epoque: un p a r f a i t dandy (119) " q u i a v a i t pour Dieu ses h a b i t s , ses femmes, l e s b i j o u x de Louise et l a canne d'or" (123) . 5 3 En epousant L o u i s e , i l devient l e pere des enfants. I I se rev§t de toute l ' a u t o r i t e f a m i l i a l e , t r a d i t i o n n e l l e m e n t masculine. Meme Louise l e r e c o n n a i t , e l l e ne s'interpose pas quand i l fouette P a t r i c e , rappelant a c e l u i - c i l a soumission qui l u i est due (83). Tous l e s moyens sont bons pour dominer, l a "fausse tendresse" (73) et me'me l'enivrement de P a t r i c e pour e l o i g n e r c e l u i - c i de sa mere (70). La canne d'or est l'analogon de l ' a u t o r i t e du pere: " E l l e ... l u i p r e t ( e ) a l l u r e de noblesse en l u i don-nant l ' i l l u s i o n de l a l i b e r t e " (120). L ' i r o n i e de l'auteur est b i e n v i -vante i c i , ce symbole p a t r i a r c a l du pouvoir c a p i t a l i s t e d o i t son e x i s t e n c e a sa f a i b l e s s e meme: Lanz est i n f i r m e , i l a une jambe bolteuse (42, 46). A sa mort l a decouverte de ses perruque et fausse barbe montre bien que son d r o i t a l ' a u t o r i t e e t a i t a r t i f i c i e l , sans fondement n a t u r e l ou b i o l o -gique. Avec L o u i s e , r e d u i t e a ce cancer q u i l u i devore l a joue, c h a p i t r e a-pres c h a p i t r e , c'est plus que l a t r a d i t i o n quebecoise qui est condamnee par l ' a u t e u r , c'est l e stereotype meme de l a femme r e d u i t e i. sa f o n c t i o n de mere et d'amante, a s s e r v i e aux enfants et au mari: un legs feminin pas-sant d'une generation 3 1'autre, I s a b e l l e - M a r i e est l a servante i d e a l e . La page 47 du roman donne une autre d e s c r i p t i o n plus complete. 55 Cette destinee de l a femme attend a u s s i sa f i l l e Anne, et c e t t e "tache de sang sur l a tempe gauche" (138) est l a marque d'une trag e d i e qui sera a u s s i sienne (178). P a t r i c e , l u i , se resume a son surnom de " B e l l e Bete mSle" (16): " B e l l e " par l e s p r i v i l e g e s accordes par l a s o c i e t e au male et "Be*te" par l a r e d u c t i o n due a sa s e x u a l i t e b r u t a l e et a son a g r e s s i v i t e c a r a c t e r i s t i q u e s q u i resumaient l'homme dans 1'enseignement t r a d i t i o n n e l des jeunes f i l l e s . P a t r i c e et Michael sont cependant sauves par c e t t e innocence de l'enfance q u ' i l s ont pu conserver, l'un grSce a son i d i o t i e et 1'autre,sa c e c i t e . l i s gardent cependant tous l e s deux l e u r i n s t i n c t en . de v i o l e n c e , P a t r i c e , en aimant l a chasse etvtuant un des chiens d I s a -b e l l e - M a r i e (154), M i c h a e l , en d e t r u i s a n t araignees et p a p i l l o n s (134). Retrouvant l a vue, ce d e r n i e r perd " l a v e r i t e et l a p a i x " (133) de l ' e n -fance et accede a 1 ' a g r e s s i v i t e de 1'adulte (141): i l l u i sera tellement plus f a c i l e a l o r s de "tuer ce qui ( l u i ) p l a i t " (134). E. La l a i d e u r d ' I s a b e l l e - M a r i e Le c a r a c t e r e d ' I s a b e l l e - M a r i e , comme son nom 1'indique ne peut e t r e r e d u i t a i n s i . Marie, c'est c e l l e q u i s ' h a b i l l e de b l a n c , l o r s q u ' e l l e 54 est amoureuse,tandis q u ' l s a b e l l e s ' h a b i l l e toujours de n o i r (44). Marie, c'est l'amour, l a mere, l a s e c u r i t e ; I s a b e l l e , c'est l a r e b e l l e qui "pleure amerement' (47). Cette d u p l i c i t e de "l'Sme ... p r i n c i p e de c o n t r a d i c t i o n " (102) est 3 l a source meme du mystere d ' I s a b e l l e - M a r i e . N'ayant pu §tre l'epouse p a r f a i t e et heureuse, i l ne l u i r e s t e qu'a redevenir l a haineuse Nous referons i c i a l a s i g n i f i c a t i o n des noms. La couleur i s a b e l l e est de t e i n t e g r i s S t r e , symbole de s a l e t e . 56 d e s t r u c t r i c e n o u r r i e au mepris maternel. Interrogeons-nous sur l a cause de ce r e j e t de l a part de sa mere et puis de M i c h a e l , sur c e t t e l a i d e u r dont e l l e n'est pas responsable qui a t t e i n t une dimension de monstruosite mythique. L'on ne peut que s'etonner du f a i t que l a c r i t i q u e a i t propose p l u s i e u r s e x p l i c a t i o n s a propos des symboles du roman, sans se pencher un peu plus sur l a v a l e u r symbolique de l a l a i d e u r d ' l s a b e l l e - M a r i e q u i r e -pousse surtout sa mere et son mari, beaucoup moins Lanz et pas du tout son pere decede et son f r e r e . Pourquoi tant de beaute chez ce d e r n i e r a l o r s que physiquement sa soeur est e f f r o y a b l e ? I I nous apparait c a p i t a l que l e roman a i t in v e r s e chez ces personnages l e s c a r a c t e r i s t i q u e s t r a d i t i o n -n e l l e s des deux sexes: l a beaute et 1 ' i n s i g n i f i a n c e etant l ' h a b i t u e l l o t des personnages feminins romanesques ( a i n s i L o u i s e ) , et,au c o n t r a i r e , l ' i n -t e l l i g e n c e , l a p e r s i s t a n c e et l'ardeur dans 1' a c t i o n , des q u a l i t e s r e s e r -vees aux males. Cette i n v e r s i o n des f o n c t i o n s s e x u e l l e s , " P a t r i c e , d e c r i t en termes aquatiques, evoq(uant) l ' i d e e de v i r g i n i t e et de p a s s i v i t e , I s a -b e l l e - M a r i e , l i e e au metal, evoqu(ant) l a n o t i o n de v i r i l i t e " , a deja ete s i g n a l e e , de meme que l a s i g n i f i c a t i o n p e r t i n e n t e du nom " I s a q u i est b e l l e : I s a ... ancien nom donne 3 1 ' l l e de Lesbos duquel p r o v i e n t l e mot 'lesbienne' Bien que ce c r i t i q u e en r e s t e l a , n'osant sans doute a l l e r plus l o i n , nous croyons que 1 ' i n v e r s i o n s e x u e l l e des deux p r i n c i p a u x personnages est s i g n i f i c a t i v e et r e v e l e une s t r u c t u r a t i o n i n c o n s c i e n t e , p a r t i c u l i e r e au roman. Nous avons d e j i mentionne l e s p r i v i l e g e s decoulant de l a "beaute" masculine q u i permet surtout d'assumer l a l i g n e e et l a puissance p a t r i a r -c a l e . Par c o n t r e , l a l a i d e u r d ' l s a b e l l e - M a r i e , q u i par o p p o s i t i o n au beau P a t r i c e symbolise l a c o n d i t i o n feminine d ' i n f e r i o r i t e , depasse de beaucoup Moreau, pp. 572-573. c e t t e s i g n i f i c a t i o n s o c i a l e . E l l e se charge en e f f e t d'une v a l e u r emo-t i v e en r e l a t i o n avec 1 ' i n v e r s i o n s e x u e l l e consideree comme t a r e psycho-logique ou morale: "son visage r e f l e t a i t son Sme angoissee" ( 6 0); "une ble s s u r e d'enfer" (166). Pour l a f a m i l l e , l a r e l i g i o n , l a s o c i e t e , l a lesbienne est une "vie r g e monstrueuse" (110), une de ces "crea t u r e s d'e-une pouvante" de Rosemond Lehman dont M a r i e - C l a i r e B l a i s u t i l i s e ^ phrase b i e n r e v e l a t r i c e comme exergue au roman ( 9 ) : "monstres ... dont personne n'a jamais r£ve, dont personne n'a jamais su que f a i r e , des monstres d e s t r u c -teurs q u i v i v e n t a jamais." I s a b e l l e - M a r i e represente l a "bStarde" l e s -bienne, incarnant " l a c o n t e s t a t i o n dans sa forme absolue, l a l a i d e u r (con-d i t i o n s feminine et homosexuelle) questionnant l a beaute ( l e s p r i v i l e g e s de l ' o r d r e p a t r i a r c a l ) et l a forcant a l'aveu de sa f r a g i l i t e " ^ ^ (de son imposture). Ce "quelque chose (qui) h u r l a i t en e l l e ... (ce) d e s i r igno-b l e " (26) depasse l a j a l o u s i e q u ' e l l e ressent contre son f r e r e . C e malaise du t r a i n q u i l a f a i t r o u g i r (14) ou qui l u i donne l a nausee (26, 57, 142) et un "etrange goQt de mourir" (14), provient de ce q u ' e l l e appar-t i e n t a " l a race des l a i d s (des 'pervers'), eternellement vouee au mepris" (142). Plus qu'a l a beaute de P a t r i c e , c'est a l'amour incestueux de Louise q u i s u p p l i e c e l u i - c i de ne jamais l a " q u i t t e r ... pour une epouse ou une amie" (160) q u ' e l l e s'attaque. Auparavant,nous s i g n a l i o n s que l a l a i d e u r ( s e x u e l l e ) d ' I s a b e l l e - M a r i e frappe d ' i n t e r d i t surtout sa mere et son epoux. L'un et l ' a u t r e sont en e f f e t l e s plus aptes a, l a r e j e t e r ' pour sa "pe r v e r s i t e " : l a mere a rea g i r contre 5 6 Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t , p. 102. ^ "La p e r v e r s i t e e t a i t , chez e l l e , une seconde nature comme chez ces etres q u i ont une v i e , l e j o u r , et une a u t r e , plus e f f r a y a n t e , l a n u i t " (92): c e t t e phrase est l a premiere a l l u s i o n au theme homosexuel d'une dou-ble v i e que l'auteur reprendra dans p l u s i e u r s de ces romans. 58 l e d e s i r incestueux de sa f i l l e et son mari Michael q u ' e l l e considere plus comme un enfant (99) ou comme un f r e r e (133) qu'un epoux, parce q u ' e l l e ne l u i a pas r e v e l e c e t t e " l a i d e u r " , c o n d i t i o n "d'horreur" (140, 179) incompatible avec l e mariage et l a maternite. Quoique " b r i s e e d ' h u m i l i a t i o n s " ( 2 0 ) , condamnee pour un crime q u i est sa seule fagon de v i v r e (179) et dont e l l e n'est pas responsable (31), e l l e est pourtant "contente d ' e t r e d i f f e r e n t e " (20). S i sa l a i d e u r n'ex-c l u a i t pas l'amour (178), e l l e r e j e t t e r a i t tout de meme l e s facons d'aimer de L o u i s e : ses r e l a t i o n s avec Lanz et P a t r i c e etant des c a r i c a t u r e s du v e r i t a b l e amour. Lanz avec ses beaux h a b i t s , fausse barbe et perruque, r i r e s et paroles fausses, est a 1'image du t r a v e s t i , c e l u i q u i accede a l'amour en pretendant gtre un autre. I s a b e l l e - M a r i e comme l ' a u t e u r , se r e -fuse 3 l ' a r t i f i c i a l i t e . De meme, e l l e abhorre l'amour prodigue a P a t r i c e car i l repose sur l a v a n i t e et l'ego'isme, et a u s s i sur l a preference du sexe m i l e au sexe fem i n i n . La mort de P a t r i c e se j u s t i f i e a u s s i autrement. Ce d e r n i e r , etant l e double v i r i l d ' l s a b e l l e - M a r i e , d o i t e t r e s a c r i f i e car son e x i s t e n c e est l ' o b j e t me'me de l a l a i d e u r " s e x u e l l e " et de l a souffranee i n t e r i e u r e de c e l l e - c i . L'amour me'me q u ' e l l e porte i. Michael est voue a l'echec en r a i s o n meme de 1'aveuglement, de l a faussete dont i l depend, i n -compatible avec l'amour v r a i . L'amour dont reve I s a b e l l e - M a r i e en est un de camaraderie et de f r a t e r n i t e (1.00, 103, 111, 133) ou deux e t r e s en par-t e n a i r e s egaux retrouvent l ' e s p r i t d'enfance. Ce "goQt mutuel d'enfance (qui) l e s rapproch(e) dans l e u r c h a i r et l e u r ame" (132) est sans doute l a me i l l e u r e d e f i n i t i o n de cet amour. L'enfant aime d ' i n s t i n c t . Sans egard pour le s l o i s s o c i a l e s , i l a f f i c h e meme un "dedain s e c r e t " pour ceux-la qui 58 l'accusent de monstruosite (61). Devenu a d u l t e , c e t t e a t t i t u d e non I I faut se rappeler i c i l e t o l l e que l e s decouvertes de Freud sur 59 conventionnelie d'aimer l u i est i n t e r d i t e : a i n s i P a t r i c e devenu " l a i d " comme sa soeur n ' i n s p i r e plus que de l ' h o r r e u r a sa mere, et c e l l e - c i I'emprisonne a cause meme de c e t t e l a i d e u r (186). F. P a t r i c e a l ' a s i l e L ' a s i l e , hors de l a s o c i e t e (sans s o l e i l , 189 ) et de l a nature, symbolise l e domaine de l ' i m a g i n a i r e , l e "refug(e) dans l e s c e r t i t u d e s du j e u " (191), l e retour S. l'enfance. La, l e polymorphisme sexuel de l ' e n -fance v o i s i n e l e "genialement fou" (194), l ' a r t i s t e e t o u f f e d'une "passion dramatique" (196). L'enfance, l a v i e a r t i s t i q u e et 1'homosexualite s ' a l l i e n t i c i , rencontrant l a troisieme thematique decouverte dans l a premiere poesie: par l ' a r t , l e heros, comme l ' a r t i s t e et a i n s i l ' a u t e u r , retourne a l'enfance et §. l'amour incestueux de l a mere. Le nouveau compagnon de P a t r i c e , Faust, represente l e p a r f a i t createur qui ecoute l a "musique de 59 son ame" (198): i l se transforme en chat ou en ch e v a l , joue l a peur ou l a l a i d e u r , devient s o i ou v i o l o n i s t e , et meurt i m i t a n t l e serpent, l e tent a t e u r paradisiaque promettant une nouvelle v i e . C'est grSce a cet "ami" (194), pere de ses songes et f i g u r e p a t e r n e l l e par e x c e l l e n c e , que P a t r i c e p a r t i c i p e de nouveau a l'enfance, v i v a n t dans sa c h a i r ce q u ' i l v o i t (196), ce que l ' a u t r e imagine. Quand ce "bouffon" (194) meurt, Pa-t r i c e perd 1'unique etr e qui l ' a i t aime pour lui-meme en v e r i t a b l e l a s e x u a l i t e enfantine engendra. 59 Dans La B e l l e Bete, ces deux animaux symbolisent 1 ' i n s t i n c t l i b e r e . 60 60 amant. Faust est image inversee.de Louise q u i , e l l e , a reellement vendu son ame pour l e s biens t e r r e s t r e s : i l s'est donne sans reserve a P a t r i c e , 61 rendant hommage si sa l a i d e u r meme (194). L'intere*t que P a t r i c e porte a une araignee, i n s e c t e q u ' l s a b e l l e - M a r i e defend §. Michael de t u e r , j e t t e une lueur symbolique i n t e r e s s a n t e sur l a l a i d e u r maintenant commune au f r e r e et 3 l a soeur (202-203). L'araignee est en e f f e t un symbole de mal-f a i s a n c e et une c a r i c a t u r e de l a d i v i n i t e , ressemblance r e v e l a t r i c e pour l a so c i e t e comparant 1'homosexuel a l'homme "normal". Curieusement, de c e l l e -c i emane un f i l mysterieux qui l u i permet en a r t i s t e d'acceder a l a l i -b e rte et a l a c r e a t i o n au risque meme de mourir. La " l a i d e u r " r e p u l s i v e a u r a i t a i n s i une va l e u r de rachat. La mort de Faust voue P a t r i c e a une d e s t r u c t i o n semblable i. c e l l e d ' I s a b e l l e - M a r i e , l o r s q u ' e l l e r e a l i s e q u ' e l l e a tue l a t e r r e . En e f f e t , sans un der n i e r moyen d*acce"s 3 l'enfance, i l ne r e s t e pour l'un et l ' a u t r e que l e choix de l a mort. Sans amour, l a v i e est impossible. Tous deux s'opposent a i n s i a 1' a t t i t u d e des autres person-nages: Louise q u i , sans amour, v i t pour ses t e r r e s ; Lanz q u i , b l e s s e , se refuse a mourir (124); et e n f i n Michael q u i opte pour une v i e sans amour. En c o n c l u s i o n , d i s o n s d e c e roman q u ' i l est avant tout une h i s t o i r e de r e p r e s s i o n dont 1'inconscient de l'auteur se l i b e r e . Dans son t i t r e ou le s mots " b e l l e " et bete" se sont a l l i e s , nous retrouvons l a d u a l i t e mime de l ' e c r i v a i n en r e l a t i o n avec son i d e n t i t e s e x u e l l e : e t r e " b e l l e " et ^ Un des premiers poemes de M a r i e - C l a i r e B l a i s , " L u i g i " , met en scene un saltimbanque qu'on peut a s s o c i e r §. l ' a r t i s t e et a 1'homosexuel. I I est l u i a u s s i r e j e t e . Desespere, i l se s u i c i d e . 6 1 L'auteur a inverse l e sens de l a legende f a u s t i e n n e : l e magicien allemand dans La B e l l e Bgte echange l e s biens t e r r e s t r e s contre un su r -plus d'ime, l a f o l i e l u i donnant acces aux "biens de l'enfance". 61 feminineau sens s t r i c t e m e n t p a t r i a r c a l et ecraser a i n s i l a "b§te", cet etrange t r o u b l e du d e s i r , ou l a i s s e r v i v r e , £ c 6 t e de l a " b e l l e " , l a "b§te", ce c 6 t e masculin de sa p e r s o n n a l i t e . L'§tre etant i n d i v i s i b l e , tout choix entre l'une et l ' a u t r e de ces tendances s'avere tragique comme ce roman nous l ' a demontre. La B e l l e B i t e est une lecon d'humanite et de s e n s i b i l i t e dont M a r i e - C l a i r e B l a i s , s 'interrogeant sur l e sens de 1'iden-t i t y , de l'amour et de l'enfance, nous f a i t cadeau en se l i v r a n t e l l e -meme a nos regards avec pudeur. 62 Chapitre I I DE LA DUPLICITE A L'ERRANCE La production l i t t e r a i r e q u i f i t s u i t e & La B e l l e Bete decut beau-coup l a c r i t i q u e . Apres a v o i r ete q u a l i f i e de genie comme de monstre, i l e t a i t d i f f i c i l e pour l'auteur de repondre aux at t e n t e s du m i l i e u l i t t e r a i -r e . Pourtant M a r i e - C l a i r e B l a i s s'y e t a i t appliquee avec energie. Chacun de ses nouveaux e c r i t s , d i f f e r e n t du precedent par sa conception et sa forme, demontrait sa volonte de v a r i e r sa thematique et me'me de l e r e -nouveler. Dans Tete Blanche, l a forme du r e c i t change maintes f o i s . Le  Jour est n o i r , par ses contours i n d e c i s , se rapproche du Nouveau Roman, tandis que Les Voyageurs sacres s'apparente p l u t S t 3 l a poesie s u r r e a l i s t e . Malgre ces e f f o r t s , on s'accordait a p a r l e r s o i t de r e p e t i t i o n ou, p i r e encore, de confusion. Pour nous, l a v a l e u r de c e t t e c r e a t i o n , i n d e n i a b l e pour Les Voyageurs sacres, passe au second rang. Ce q u i nous i n t e r e s s e s u r t o u t , c'est que, f a i s a n t s u i t e i. La B e l l e Bete, ces t r o i s romans sont e c r i t s d'une mtme " e c r i t u r e i n s t i n c t i v e " : s t y l e "mytholyrique" dont l e contenu poetique va nous permettre de r e j o i n d r e l a psyche de l ' e c r i v a i n a ce t t e epoque. Avant d'en et u d i e r l e t e x t e , examinons rapidement ce qu'une simple l e c t u r e nous en l i v r e . Nous nous rendons compte d'abord q u ' i l e x i s -t e une progression du plus simple au plus complexe, non seulement dans l a forme, mais surtout dans l e s u j e t et dans l a facon dont i l est t r a i t e . Ceci t i e n t a ce que l ' e c r i v a i n , tout en demeurant lui-meme ( r e c r i v a n t cons-tamment l e mtme l i v r e , s i l'on peut d i r e ) , par une m e i l l e u r e m a r t r i s e de son a r t , va transmettre up univers i n t e r i e u r q u i , avec l e temps, se 63 nuancera de plus en plus grace £ une connaissance plus approfondie de s o i et des a u t r e s . Percus de plus pres, en e f f e t , ces t r o i s mondes sym-boliqu e s d i f f e r e n t entre eux. Le protagoniste de Tgte Blanche, Evans, a i n t e r i o r i s e en l u i l e s deux caracteres q u i s'opposaient dans La B e l l e Bete: l a beaute et l a l a i d e u r , a t t r i b u t e s par i n v e r s i o n aux personnages masculin et fe m i n i n , se sont transposees en l u i en bonte d'une part et en mechance-te de 1'autre. S i 1'on garde l e p a r a l l e l e b i b l i q u e f a i t au debut du cha-p i t r e precedent avec La B e l l e Bgte, l'on p o u r r a i t d i r e : l a s u p e r i o r i t e ont ete d'Adam ( l e beau P a t r i c e ) et l a c u l p a b i l i t e d'Eve ( l a l a i d e I s a b e l l e - Marie);/ leguees s p i r i t u e l l e m e n t a un f i l s (Evans) q u i , dechire par un dualisme i n -t e r i e u r , ou se t u e r a , ou s u r v i v r a desespere. A i n s i , d'une d u a l i t e , l'on passe a une d u p l i c i t e . Evans, obsede par 1 ' i n j u s t i c e f a i t e a L u c i f e r pour simple r a i s o n d ' o r g u e i l , va comme ce d e r n i e r se s e n t i r r e j e t e l o r s -q u ' i l decouvre qu'Emilie l ' a t r a h i : v i v r e devient a l o r s un e n f e r . Comme Adam et Eve apres l a Faute et Cain apres son crime, l'e r r a n c e sans repos et sans esperance commence. Refoules hors du paradis de 1'enfance, l e s heros du Jour est n o i r et des Voyageurs sacres a c t u a l i s e n t dans l e u r v i e c e t t e condamnation au vagabondage sans port d'attache et sans e s p o i r de s a l u t . ' Les l i e n s f a m i l i a u x ne peuvent g u e r i r ceux q u i sont hantes par 1 ' a i l l e u r s ( J N ) , n i l ' a r t et l'amour l e s sauver (VS). Marques i n t e r i e u r e -ment ( I s a b e l l e - M a r i e l ' e t a i t de 1 ' e x t e r i e u r ) , i l ne l e u r r e s t e plus qu'a f u i r une s o c i e t e incapable de l e s comprendre. Rien d'etonnant a l o r s d'e-prouver une s e n s a t i o n d'etouffement £ l i r e l a f i c t i o n b l a i s i e n n e : l'on Dans l a r e a l i t e , l ' e c r i v a i n r e j o i n t ses heros. Apres l e succes de La B e l l e Bgte, e l l e q u i t t e sa v i l l e n a t a l e pour demeurer d'abord a Mont-r e a l , puis ensuite 3 P a r i s , pour r e v e n i r v i v r e quelque temps dans l a me-t r o p o l e , avant d ' a l l e r s ' i n s t a l l e r aux E t a t s - U n i s . 64 y retrouve une meme atmosphere chargee de c u l p a b i l i t e , d'amour incompris, d'incommunicabilite et de mort. Ce n'est que grSce 3 1'analyse des themes et des s t r u c t u r e s oil evoluent l e s t r o i s metaphores trouvees dans l a poesie en r e l a t i o n avec l e s t r o i s niveaux d'oppression ( p a t r i a r c a l e , feminine et homosexuelle) que nous pourrons a r r i v e r 5 une m e i l l e u r e comprehension de ces romans du " c y c l e mythique" et proposer des r a i s o n s pour ce pessimisme . 2 q u i , au premier abord, semble tellement m a l a d i f . 1 . Tete Blanche A. S i t u a t i o n 3 Le deuxieme roman de jeunesse de M a n e - C l a i r e B l a i s , Tete Blanche, f u t e c r i t a Montreal^ou c e l l e - c i s'est i n s t a l l e e pres de 1 ' U n i v e r s i t e M c G i l l et p u b l i e en 1960. En plus d ' e c r i r e , e l l e d e c h i f f r e des textes l e -gaux, manuscrits datant de 1880. Ce t r a v a i l 1 ' i n t e r e s s e , a u s s i eprouve-t-e l l e une c e r t a i n e j o i e a v i v r e dans l a grande metropole. Mais r i e n n'en t r a n s p a r a i t dans l e nouveau roman q u ' e l l e v i e n t de terminer. Gardant l a lourde atmosphere de La B e l l e Bgte, ce l i v r e , d i t - e l l e , n o u s e n t r e t i e n t l u i a u s s i de p assions, d'emotions dangereuses 5 l i b e r e r . ^ Captivee par l e 2 Par soucx de condenser un s u j e t v a s t e , remarquons que souvent l e s t r o i s thematiques se superposent plus ou moins aux t r o i s niveaux de r e -p r e s s i o n : Metaphores Oppression 1. L'oiseau de p r o i e ... P a t r i a r c a l e 2. La mere (eau) ambigue ... Feminine 3. Le r e t o u r i. l'enfance par l ' a r t ... Homosexuelle 3 M a r i e - C l a i r e B l a i s , Tgte Blanche (Montreal: L ' A c t u e l l e , 1977). ^ B. Callaghan, "An Interview w i t h M a r i e - C l a i r e B l a i s " , Tamarack Re-view, pp. 32-33. 65 probleme du mai inne en l'homme, e l l e remonte passionnement une f o i s de plus au monde de l'enfance dont e l l e continue i. e c r i r e l e drame."* T£te Blanche est l e surnom donne a un garcon de neuf ans par une mere aimante qui ne pouvant s'occuper de son education est o b l i g e e par son mari de l e mettre en pension. Une correspondance s ' e t a b l i t entre l e jeune Evans et sa mere, une comedienne mediocre dont se desinteresse un epoux a l c o o l i q u e . T i t e Blanche l u i r e v e l e sa han t i s e de v i o l e n c e et de d e s t r u c -t i o n contre ses camarades de pension sans q u ' e l l e y c r o i e . Morte de tuber-c u l o s e , c'est E m i l i e , l a soeur d'un de ses compagnons, qui prend l a place m a t e r n e l l e . Gr3ce i c e nouvel. amour et a une nouvelle correspondance, Evans g r a n d i t , s'humanisant a ce contact feminin. Leur s e p a r a t i o n cepen-dant r e a c t i v e l e s problemes de conscience du garcon q u i , a l o r s en pension dans un nouveau c o l l e g e , e c r i t ses d i f f i c u l t e s d'etre, d'aimer p l u t S t que de ha'ir, a son ancien professeur M. Brenner q u ' i l considere un ami. Ce de r n i e r 1'oblige a prendre ses r e s p o n s a b i l i t e s en l e rendant externe, sans l ' a b r i et l e s r e g i e s du pensionnat. Apeure, Evans redevient "T§te Blanche", l'enf a n t r e v o l t e et desespere. La rencontre d 1 E m i l i e au bras d'un inconnu d e t r u i t ses dernieres i l l u s i o n s : seule l a s o l i t u d e demeure et peut-etre une s o l u t i o n , l e s u i c i d e . Ce d i f f i c i l e apprentissage de l a v i e , passage traumatisant de l ' e n -fance a l a v i e adulte est encore chose du present pour l a jeune romanciere. Sans doute n ' a - t - e l l e pas vecu dans un pensionnat, mais e l l e en connait l e s r i t u e l s par ses compagnes de c l a s s e . Sa d e s c r i p t i o n se garde apparemment de tout contenu quebecois pour ne r e t e n i r que l e q u o t i d i e n e n f a n t i n . Le ^ A l a menie epoque, l'auteur p u b l i e une nouvelle "La f i n de l'enfance" ( C h a t e l a i n e , v o l . 2, no. 5, mai 1961, pp. 43-50-52-55) ou l'on retrouve l e s memes elements du passage de l a campagne 5 l a v i l l e , de l'enfance a l a v i e adulte et a u s s i de l a rupture entre l e feminin et l e masculin. 66 r e c i t a i n s i sans p r e c i s i o n s p a t i a l e ou temporelle r e j o i n t l'atmosphere du conte poetique. Cette absence 3 premiere vue de connotations s o c i a l e s est en revanche balancee par une i n f l u e n c e l i t t e r a i r e c e r t a i n e qui c a r a c -t e r i s e b i e n l e s goQts du jeune e c r i v a i n et ses preoccupations: l a d u a l i t e de l'homme et sa r e v o l t e contre l e s systemes. A c e t t e epoque, e l l e recon-n a i t en e f f e t l a marque dans son oeuvre des " t e r r i b l e s J u l i e n Green, Mauriac, Bernanos (qui) p o u r s u i v a i e n t , eux a u s s i , l e s contemplations du b i e n et du mai dans l'homme".*' De me'me, e l l e avoue 1'influence de l a " f r a i cheur et (du) r e l i e f tranchant" de l a l i t t e r a t u r e americaine: par exemple, Faulkner, ses " c r i s de r e v o l t e devant un puritanisme qui nous est connu", et des S o r c i e r e s de Salem d'Arthur M i l l e r , l e s "gemisse(ments de) 1'attente d'une r e l i g i o n lumineuse et c h a r i t a b l e , ce manque ... de l'amour C h r e t i e n " . 1960 o u v r a i t l a decade de l a R e v o l u t i o n T r a n q u i l l e , l ' auteur y par-t i c i p e , se d e c l a r a n t " r e v o l t ( e contre) l e s l o i s ameres"'7 des a d u l t e s . On peut a i n s i r e t r o u v e r dans Tete Blanche deux exagerations typiquement que-g becoises auxquelles e l l e s'oppose: l a constante n e c e s s i t y de l a p r i e r e et l e s maternites trop nombreuses. M a r i e - C l a i r e B l a i s cependant n'en est pas encore au temps de l a r e v o l t e c o n s c i e n t e , ses r e c i t s r e l e v e n t encore de preoccupations personnelles qui proviennent d'une education r e l i g i e u s e p u r i . 9 t a i n e , source, nous d i t - e l l e , de grande t r i s t e s s e chez l e s Quebecois. V o l l a peut-e"tre pourquoi e l l e s u b i t l a f a s c i n a t i o n de D o s t o i e v s k i ^ et de ^ M a r i e - C l a i r e B l a i s , "Notre l i t t e r a t u r e merite l ' a m i t i e Le  Devoir, 16 a v r i l 1960, p. 9. ^ M a r i e - C l a i r e B l a i s , P o i n t s de Viae, p. 2. La c r i t i q u e c a t h o l i q u e a fortement denonce c e t t e a t t i t u d e de l ' a u -t e u r . Cf. R. Legare, "Tgte Blanche". C u l t u r e (Mars 1961), p. 115. 9 Callaghan, p. 31. D o s t o i e v s k i est c i t e comme un de ses auteurs p r e f e r e s dans l e s 67 C l a u d e l , deux auteurs r e l i g i e u x hantes, eux a u s s i , par l a d u p l i c i t e de l'homme. De Claudel e l l e s o u l i g n e : I I temoignait d'une c e r t a i n e connaissance chaude du bien et du mal dans l'homme, d'un c e r t a i n s a v o i r de l e u r s ne-c e s s i t e s . Claudel me frappa par son amour du bien et a u s s i par sonjamour de l ' u n i v e r s ennemi qui e x i s t e en nous, l e mal. L'enfant malheureux de L'Echange, Louis L a i n e , que M a r i e - C l a i r e B l a i s a f f e c t i o n n e particulie*rement, a~ cause de l'amere f a s c i n a t i o n que l e mal ex e r g a i t sur l u i , s e rapproche beaucoup du jeune protagoniste de Tgte Blanche. En f a i t ^ toute l a s t r u c t u r e de ce roman repose sur c e t t e r e -connaissance de l a d u a l i t e de l ' g t r e . L ' e c r i v a i n par l a technique l i t t e -r a i r e de l a correspondance accentue ce p r i n c i p e du double. Les t r o i s . echanges de l e t t r e s c o n s e c u t i f s permettent l a d i f f e r e n c i a t i o n et l a d i s -t a n c i a t i o n entre Evans et l e s autres personnages: sa mere, E m i l i e et M. Brenner. De meme, l a technique du j o u r n a l est c e l l e d'une r e f l e x i o n , per-mettant 3 Evans de s'examiner comme dans un m i r o i r , d ' i d e n t i f i e r sa com-p l e x i t y ! Pourquoi s u i s - j e comme un homme quand j e pense H Dieu, et comme un enfant t r e s p e t i t , quand je pense a Mere? (91) Meme son i n t e n t i o n " d ' e c r i r e un roman sur un t r e s mauvais p e t i t garcon" continue ce besoin de se dedoubler. E c r i t s du Canada Fr a n c a i s V (Montreal, 1959, p. 174). Dans l a mime revue (37, 1973, pp.157-210), Charles A. Lavoie r e l e v e p l u s i e u r s ressemblances entre l e s deux auteurs. ] 1 M a r i e - C l a i r e B l a i s , "Notre l i t t e r a t u r e merite l ' a m i t i e p. 9. 68 B. S t r u c t u r e double selon l e s sexes La s t r u c t u r e double du roman s ' i d e n t i f i e s urtout par l a separation entre l e m i l i e u masculin de l a pension d'une pa r t et d'autre part l a pre-sence feminine de l a mere d'Evans, d'Emilie et de sa f a m i l l e . Cette se-gregation des sexes, c a r a c t e r i s t i q u e de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e , e t a i t b ien i n t i t u t i o n n a l i s e e dans l e Quebec t r a d i t i o n n e l , occasionnee par l a presence obsedante d'un ca t h o l i c i s m e clamant l ' i n t e r d i t de l a c h a i r . Analysons rapidement l e monde feminin du roman. Pour Evans, comme pour l ' a u t e u r , l a mere demeure ambigue. "Je l e s aime ( l e s meres) avec r e v o l t e " (191) d i t Evans, quant a" E m i l i e , e l l e q u a l i f i e l a sienne d'enne-mie aimee (163). L o r s q u ' e l l e est synonyme d'amour, l e r e c i t a l o r s se poe-t i s e et s'accompagne d'une f u i t e vers des maisons de campagne, pres d'un ruisseau (59-62) ou de l a mer (155-171). Par l a nature et surtout l'eau, symbole maternel, Evans, retournant aux temps primordiaux de l a premiere enfance, v i t des jours de Paradis (180). Sa mere et c e l l e d'Emilie sont des t t r e s de grande beaute, mais " f r a g i l e ( s ) et sans ecorce" (119), q u i , comme comedienne ou modele de p e i n t r e , se masquent de maquillage (23) et vi v e n t de na r c i s s i s m e . C'est e f f r a y a n t a l o r s d'avoir une mere car e l l e s'eloigne de nous et de ne plus l a reconnaltre f a i t mai (18). S i ces meres plus ou moins presentes a l e u r s enfants ressemblent un peu a Louise de La B e l l e Bete, 1'absence du pere continue l ' a n a l o g i e entre ces deux u n i v e r s . A part l'amant passager d ' E l i s e , mere d ' E m i l i e , l e mSle n'a pas 12 sa place dans l a f a m i l l e . C e l u i - c i d ' a i l l e u r s presente une image 12 L'absence du pere se remarque avec tous l e s camarades d'Evans: P i e r r e est o r p h e l i n , Marc refuse de v o i r l e s i e n (47), c e l u i de Luc est en p r i s o n , F e l d e r i c k et Yves n'enontpas et B e r t h o l a vu l e s i e n mourir dans l a baie (35) ( e n g l o u t i durant un orage par l'eau m a t e r n e l l e ? ) . 69 v i o l e n t e dont i l faut se mefier: l e pere d'Evans bat sa femme (50), et un des amants d ' E l i s e a voulu v i o l e r E m i l i e (143). Cette d e r n i e r e , q u i presente une autre image de l a femme, est une soeur d ' I s a b e l l e - M a r i e . Par sa l a i d e u r symbolique (101), l'auteur sans probablement en etre c o n s c i e n t , r e j e t t e l e r o l e feminin t r a d i t i o n n e l : sur E m i l i e repose toute l a respon-s a b i l i t e de sa f a m i l l e . E l l e represente l'ipouse typique t r a d i t i o n n e l l e q u i , jeune f i l l e , d o i t se mefier des garcons (110), s'epouvanter du d e s i r (140, 141) et a u s s i "ne vaut r i e n dans l e s c h i f f r e s " (112), q u i se devoue constamment pour l e s a u t r e s , l e u r trouve des excuses et v i t d'esperance en un fu t u r m e i l l e u r (128, 162, 168) grace a sa croyance en un Dieu d'a-mour (113). L'auteur, s ' i d e n t i f i a n t a l a jeune f i l l e , ne l'accuse done pas. Au c o n t r a i r e , etant donne l e s mauvaises c o n d i t i o n s dans l e s q u e l l e s e l l e v i t , sa sagesse (116) et son courage (168) nous etonnent, de me"me que p a r f o i s c e t t e energie i n s t i n c t i v e , erotique presque, qu'on a i m e r a i t tant v o i r l i b e r e e : Je me s u i s mise debout dans l a lumiere et j ' a i danse ... nue ... Moi, j'aimais l a v i e aveuglement; j ' a v a i s envie de danser jusqu'a devenir moi-meme, l a f i n e lumiere du matin. La j o i e me f a i s a i t un peu mal. (134) Le s o i r , s u r l a plage, e l l e court en r i a n t et pense a l a j o i e de v i v r e tout en s o u f f r a n t a u s s i dans "son corps adolescent l e s t o u r b i l l o n s f i e v r e u x de son sang" (169). Ce m§me s o i r ne f a i t - e l l e pas f i du danger t r a d i t i o n n e l pour une jeune f i l l e de rencontrer un Stranger m§le dans un endr o i t de-s e r t . On ret r o u v e , mSme chez E m i l i e , une c e r t a i n e d u a l i t e de l ' e t r e . D'un cote l e b i e n , de l ' a u t r e c e t t e p a r t i c i p a t i o n au mal: On d i r a i t que c'est §. t r a v e r s l e meme b r o u i l l a r d que l e mal du monde v i e n t jusqu'3 nous cache par l ' h y p o c r i s i e des a u t r e s . Mais i l est 15, puisque 1'Sme l e devine (135). 70 Vouer un enfant de plus a l a misere, comme l e f a i t E l i s e e n c e i n t e , f a i t p a r t i s d e ce mai. La r e a c t i o n a c e t t e nouvelle que l u i apprend sa mere est s i g n i f i c a t i v e de l ' i n t e n t i o n d ' i n s i s t e r de l ' e c r i v a i n sur l e tragique evenement d'une maternite non d e s i r e e : " I I f a l l a i t l u t t e r contre un de-13 s i r de mourir" (173). Cette p a r t i c i p a t i o n feminine au mai est symbolisee par l a v i l l e ou l e s deux meres, E m i l i e et ses soeurs v i v e n t . Quand Evans songe aux v i l l e s , i l pense aux femmes- " s e u l e s , n o i r e s et longues dans l e u r s impermeables" (121), et plus t a r d , c'est a l a v i l l e qu'Emilie au bras d'un 14 autre t r a h i r a son amour (205). Au c o n t r a i r e l e monde masculin du roman evolue a l a campagne, a l ' a b r i dans une pension. Dans l a beaute d'Evans qui l u i e st plus e s s e n t i -e l l e que l a v i e me'me (101), et dans l a presence p h a l l i q u e de l a f o r e t aux abords de l a pension (95-99), nous retrouvons l a primaute de l a m a s c u l i n i t e dans l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e que P a t r i c e s y m b o l i s a i t dans La B e l l e Bgte. Bien qu'a l ' a b r i de l a r e a l i t e , l a pension est un en d r o i t de d i s c i p l i n e (13, 181): on y apprend i. devenir un homme. Cet apprentissage se f a i s a i t d ' a i l -l e u r s t r a d i t i o n n e l l e m e n t l o i n de toute presence feminine: l ' e t r a n g e t e des f i l l e s (108) de cet t e epoque rendant a jamais l a femme l o i n t a i n e (174). De plus M. Brenner, s u b s t i t u t p a t e r n e l severe, ne semble pas c r o i r e en l ' a -mour e d u c a t i f : j'aime cruellement ces enfant s , d i t - i l , j e n ' a i pas l e d r o i t de l e u r donner 1'image d'un bonheur q u ' i l ne connaitront jamais (181). 13 Cette phrase prend une autre s i g n i f i c a t i o n a u s s i r e v e l a t r i c e avec l e texte qui s u i t plutot qu'avec c e l u i qui precede. C'est a l o r s £ sa se-pa r a t i o n d'avec Evans qu'Emilie r e a g i t s i violemment; mais, comme l e double masculin d ' l s a b e l l e - M a r i e e st P a t r i c e , c e l u i d'Emilie est Evans, l ' e l o i g n e -ment a i n s i entre l e s deux tendances s e x u e l l e s equivaut a un tragique d e s t i n . ^ La c r i t i q u e s o c i o l o g i q u e u t i l i s e ces passages de l a campagne a v i l l e de l a mgme facon qu'avec La B e l l e Bgte. 71 A u s s i , l e s jeunes garcons y apprennent l e u r r o l e masculin de l a meme f a -con q u ' i l s acceptent Dieu sans inquietude: " l i s sont s i sQrs de ce qu'on l e u r apprend" (91).'"* S i Evans s ' i n q u i e t e de son penchant a l a v i o l e n c e , c e c i n'a pourtant r i e n d'etonnant pour l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e q u i encou-rage c e t t e combativite competitive dans l a r e a l i t e , et M. Brenner, dans sa j u s t i c e , semble p a r t i c u l i e r e m e n t i n e f f i c a c e contre c e t t e a g r e s s i v i t e et me"me a f f e c t i o n n e " l e pervers inconnu d i s s i m u l e parmi eux" (12). Ce besoin d'Evans de dominer l e s autres (114) n ' i n q u i e t e n i sa mere, n i E m i l i e ; per-sonne ne veut c r o i r e a sa cruaute, §. son d e s i r du mal. Lui-meme d ' a i l l e u r s p a r t i c i p e 3 c e t t e tromperie en pretendant 1'innocence apres ses mauvais coups (11-12). Par c o n t r e , c e t t e c u l p a b i l i t e , c e t t e conscience de f a i r e l e mal, qui l e d i s t i n g u e des autres garcons, nous p a r a r t des plus s i g n i f i -c a t i v e s . "Ce v e r t i g e avant d'accomplir l e mal" (10) q u i l e t r o u b l e est comparable a l a nausee d ' I s a b e l l e - M a r i e , j a l o u s e de P a t r i c e . De meme, ce quelque.chose qui l e hante et dont i l l u i faut se venger (10), c'est d'avoir ete r e j e t e par ses parents et surtout par sa mere. Etant s o l i t a i r e , par l a v i o l e n c e , i l essaie d ' a t t i r e r l ' a t t e n t i o n de sa mere et ensuite d'Emilie , tout en se donnant 1'impression de dominer son i n s e c u r i t e . Cet i n s t i n c t de d e s t r u c t i o n a done pour o r i g i n e son trop grand attachement a sa mere: 1'empechement a l ' i n c e s t e p a r a i s s a n t e t r e a l a source meme de son mal. L'auteur stereotype l a m a s c u l i n i t e d'Evans par son d e s i r de devenir savant, voulant tout e x p l i q u e r en equation (38). 72 C. L'amour d'Emilie et d'Evans Cette interpretation se justif ie par 1 'adoucissement de son cara'c-16 tere lorsqu'il est assure de l'amour maternel et de celui d'Emilie. Au-pres de cette derniere qui vit pour les autres (139), i l devient meilleur . Alors le c6te feminin de son etre prend le dessus. Emilie lui enseigne ce Dieu d'amour (113) deja mentionne par sa mere (58), malgre son ambivalence envers ce Dieu qui, d i t - i l , "ne peut pas itre innocent" (87) a cause des crimes et de la souffranee du monde. "Emilie ... a chasse ... ce Tete Blanche (revolte), perdu depuis le commencement de la vie" (145). Ce nou-vel amour, evocation maternelle, permet a Evans de retourner au bonheur de la premiere enfance: l'eau est alors constamment evoquee""7 surtout lors de leurs vacances communes pres de la mer (cinquieme partie), accomplisse-ment symbolique de l'inceste. Comme nous l'avons dej§ observe au chapitre precedent, la musique (48, 165) et l'ecriture (65), comme l'eau, permettent de s'evader de la realite, d'echapper au desespoir en accedant a l'espe-rance (97). L'amour ainsi s'unit a la poesie pour s'opposer au monde des adultes. Emilie, se voyant interdire d'ecrire des poemes par sa mere (136) car, selon cette derniere, refuser la realite par l'ecriture rend malheu-reux, pressent que l'affection entre Evans et elle pourrait itre de mime defendue: "Notre amour ne doit pas etre dit aux grandes personnes." (138) L'obligation pour cet amour de demeurer cache a cause de son carac-tere interdit releve de la symbolique mime des deux enfants. Si Emilie ^ Les marches dans la nature entre Evans et sa mere presentent un caractere incestueux (49, 64) et la conversation sur la naissance des bebes au cours de l'une d'elles rend ceci encore plus explicite (66). 1 7 Pages 99, 100, 120, 122, 131, 134. 73 remplace et represente l a mere i d e a l e , nous comprenons a l o r s l a n e c e s s i -ty de garder l'amour incestueux s e c r e t . De p l u s , l ' u n i o n entre Evans et E m i l i e , l'un et l ' a u t r e p r o j e c t i o n s des tendances feminine et masculine de l ' a u t e u r , semble i n d i q u e r une c e r t a i n e reconnaissance de cet t e d u a l i t e 18 i n t e r i e u r e , promesse de bonheur mais pour un temps t r e s l i m i t s . S i E m i l i e a besoin d'Evans, c'est q u ' e l l e veut connaitre son ame, mais e l l e s a i t dej3 q u ' e l l e devra l u i d i r e adieu (143), apres s ' f t r e reconnu t e l l e q u ' e l l e e s t : " f a t i g u e e ... dans l'Sme" (164, "egaree, b r i s e e par l a v i e de sa propre c h a i r " (171) et rappelee a son d e s t i n de maternity par sa mere en-c e i n t e . A i n s i au moment meme q u ' e l l e l u i avoue son amour, e l l e l u i d i t que "Ce n'est plus comme avant" (175) et q u ' e l l e ne l u i e c r i r a p l u s . Un f u t u r "calmement e n d o l o r i " (204) 1'attend pre"s d'un ma"le q u i , l a main sur son epaule (205), l a guide parmi l a f o u l e , l a s o c i e t e . I I ne r e s t e au double masculin, Evans, qu'3 se considerer a nouveau comme un e t r e pervers, "plus a t t i r e par l e mal que par l e b i e n " (190), apeure par l e s autres (185) et "r e p u l s ( e ) de lui-meme" (190). Reconnaissant a l o r s sa f a i b l e s s e , Evans veut redevenir enfant (199). I I veut se ras s u r e f contre son v e r t i g e en se souvenant de ces "marches incestueuses" avec sa mere ou c e l l e - c i " t r a -c a i t (ses pas) et l u i s'abandonnait a son br a s , delicieusement" (198). Dans l a s o c i e t e impersonnelle et t r a g i q u e , i l ne peut " r e c o n n a l t r e n u l l e part ... (ce) visage f r a t e r n e l " q u ' i l cherche avidement, et " l a j o i e (m§me) des autres f a i ( t ) p a r t i e de son immense b l e s s u r e " (203). 18 Dans La B e l l e Bete, au c o n t r a i r e , 1'opposition marquee entre Pa-t r i c e et I s a b e l l e - M a r i e , l e s doubles de 1'ecrivain,montre 1 ' i m p o s s i b i l i t y de r e connaitre c e t t e d u a l i t e s e x u e l l e . Tete Blanche presente done une minime e v o l u t i o n dans l a conscience de l ' e c r i v a i n sur 1'homosexuality. 74 D. Dualisme et d u a l i t e Mal, etouffement, b l e s s u r e : ces mots rendent b i e n 1 ' a l i e n a t i o n de l'auteur a l a q u e l l e nous nous interessons p a r t i c u l i e r e m e n t . Le mal dont s o u f f r e Evans est d'abord un mal quebecois dont l a m a j o r i t y des auteurs sont a t t e i n t s et q u i pr o v i e n t de c e t t e " c u l p a b i l i t y maudite" denoncee par Jean Le Moyne dans Convergences: ... l a p r o p o s i t i o n r e l i g i e u s e f a i t e aux Canadiens f r a n c a i s r e v e l e une conception du monde et de l'homme nett^ment dua -l i s t e ... remarquable par son caracte"re e x c l u s i f . Chez Evans nous retouvons l a meme se p a r a t i o n entre l a c h a i r et 1 ' e s p r i t : l e mauvais ange s'incarnant dans l e corps (dans 1 ' a g r e s s i v i t e ) et l'Srne s ' i d e n t i f i a n t au bon ange ( E m i l i e ) . La c h a i r , c ' e s t - a - d i r e l e d e s i r i n -s a t i s f a i t de l a mere, devient a i n s i l e siege de l a c u l p a b i l i t y et l e l i e u du mal. Nous ne pouvons nous etonner de l a r e v o l t e d'Evans s ' i d e n t i f i a n t 20 a L u c i f e r , lorsqu'on connatt " l e caractere c l a n d e s t i n de l a l i b e r t y " que prechaient l e s p r e d i c a t e u r s , tonnant contre l ' e n f e r : "Tout contre 2 1 1'unite, l a t o t a l i t y (de l'homme), tout dans l e sens de l a d i v i s i o n " . A l a peur d'Evans de devenir a d u l t e , peur s u b j e c t i v e et psychologique l e g i -time pour un enfant, s'associe l a c u l p a b i l i t y monstrueuse et paralysante de l a m o r a l i t y quebecoise. Ce dualisme est d ' a i l l e u r s f a v o r i s e au Quebec par un mythe 1 Q Jean Le Moyne, Convergences, pp. 5 4 , 5 5 . 20 Le Moyne, p. 6 4 . 2 1 Le Moyne, pp. 70, 71. I I ajoute plus l o i n : " l e dualisme, 1'here-s i e des h e r e s i e s , 1'herdsie a n t i - f e m i n i n e par e x c e l l e n c e " (p. 113). 75 23 p a r t i c u l i e r de l a mere, correspondant aux heroines du passe qui se sa-c r i f i a i e n t pour Dieu, l a p a t r i e et l a f a m i l l e . La mere, ame du f o y e r , pos-sede en e f f e t l e pouvoir s p i r i t u e l sur l a f a m i l l e , propageant a i n s i avec "notre morale n a i v e , ... l a h a n t i s e s e x u e l l e et l'obsession compensatrice 22 de l ' a u t o r i t e " . Le mythe maternel va cependant a l a rencontre du d e s i r de l ' e c r i v a i n , a u s s i ne s'y Oppose-t-elle pas: l a mere d'Evans r e c o n c i l i e a l a f o i s l e c u l t e de 1'Immaculee-Conception ^(car e l l e n'a jamais rencontre d'autre homme que son pere ( l l l ) ] e t de l'Assomption (apres sa mort, sa * l a ^ pensee l u i demeure presente e t i l ^ ' s a n c t i f i e " : " l a bonte de Mere, ce f u t peut-etre de me p r i v e r d ' e l l e pendant sa v i e , a f i n de ne pas trop me b l e s -ser par sa mort" ( 185)J . Curieusement,cependant,1'auteur l ' a p u r i f i e e des tares que l e mythe maternel quebecois l e g u a i t aux enfants: l ' o b s e s s i o n du peche et de l a presence d i v i n e , et 1'ignorance s e x u e l l e , q u'Emilie, par-f a i t e image m a t e r n e l l e , e q u i l i b r e par sa croyance l i b r e en un Dieu d'amour et par son o p p o s i t i o n aux maternites nombreuses, a l a v a n i t e et aux men-songes. L ' i n f l u e n c e maternelle est benefique a Evans, e l l e r e j o i n t l e bon cote de sa p e r s o n n a l i t e q u i peut a l o r s c o n t r o l e r son "etrange mai" qu'on peut i d e n t i f i e r comme 1 ' i n s t i n c t du mile l e poussant a l a v i o l e n c e . Le mai considere sous cet angle represente l a m a s c u l i n i t e pure que l e s peres du roman, chapiteaux de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e ^ i l l u s t r e n t b i e n . I l s sont s o i t a l c o o l i q u e et b r u t a l , s o i t athee ou en p r i s o n et tous sont ab-sents de l a f a m i l l e . Les sexes par consequent s'opposent l'un a l ' a u t r e dans un autre dualisme: l a f e m i n i t e angelique et l a m a s c u l i n i t e d i a b o l i q u e , a u s s i , c e t t e d e r n i e r e a - t - e l l e p a r t i c u l i e r e m e n t besoin de l a d i s c i p l i n e de l ' e c o l e . C'est a M. Brenner que r e v i e n t l e devoir de former l e s jeunes Le Moyne, p. 57. 76 garcons pour l e u r f u t u r r o l e p a t r i a r c a l , l e u r "enseignant" l a d u a l i t e de l'homme par l a r e l i g i o n et l a m a i t r i s e de s o i , en s'abstenant de s' " a t -tacher a ces gosses" ( 194). Par ces deux " q u a l i t e s " , M. Brenner semble 23 1'educateur r e l i g i e u x et s o c i a l i d e a l . Par contre, vue de plus p r e s , i l r e j o i n t l e c6te feminin et lumineux d ' E m i l i e , i n s i s t a n t sur une r e l i g i o n d'amour (91, 188), et l e cSte d'ombre d'Evans par son caracte"re t a c i -turne, renferme et s o l i t a i r e . Quel est l e secret de M. Brenner, ce c e l i -b a t a i r e , sans presence feminine, dont l e s yeux revelent "une p l a i n t e d ' a n i -mal" (65) et dont l e s e u l f a i t personnel connu est son grand amour pour 24 "un eleve t r e s doue" qui s'est tragiquement noye l o r s d'une excursion (194)? Lui-mSme avoue que c e t t e douleur l ' a marquee: "Je me sui s h a b i -tue a ne plus m'attacher fortement a ces d e s t i n s ... On aime encore t r o p . " (194) Depuis par ascetisme presque r e l i g i e u x M. Brenner repousse toute e m o t i v i t e . E. Le " v e r t i g e " d'Evans Le " v e r t i g e emotif" d'Evans evolue differemment. Symboliquement , l e mal de l a c u l p a b i l i t e et c e l u i de l a m a s c u l i n i t e se r e j o i g n e n t dans l e mal homosexuel q u i peut-etre 1'aneantira. Sans doute, a l a maniere de Pa-t r i c e devenu l a i d q u i , i n t e r n e dans un h o s p i c e , rencontre Faust, 1'amant i d e a l q u i l'accepte t e l q u ' i l e s t , Evans rencontre d e r r i e r e l e s g r i l l e s d'une pension M. Brenner. Ce der n i e r accepte pareillement ses p a r t i c u l a -r i t y (180), mais, au c o n t r a i r e de Faust q u i p a r t i c i p e a l a f o l i e de 23 Clement L o c k q u e l l , un r e l i g i e u x , i n s i s t e sur c e t t e " a u t o r i t e ob-j e c t i v e et surtout l e detachement" du bon educateur (Le Devoir, 12 nov. 1960, p. 11 )• L'eau maternelle l u i r e t i r e cet amour i n t e r d i t : modulation de l a P a t r i c e , M. Brenner veut l i b e r e r Evans de son mai.'"' Soyez r e v o l t e , mechant s i vous l e d e s i r e z , c r i e z , p l e u r e z , mais ne vous cachez pas au fond de vo t r e detresse comme le s fous se cachent dans l e u r f o l i e (181). L1 e c r i t u r e permet a Evans une c e r t a i n e l i b e r a t i o n , c e l l e d ' e x p r i -mer son etrange mai: i l e c r i t un long poeme dramatique i n t i t u l e "Les Pri n c e s de l ' E n f e r " (184), dans l e q u e l L u c i f e r "est beau dans sa l a i d e u r et son i n t e l l i g e n c e b r i l l e pour l a d e s t r u c t i o n " (188). Ces dern i e r s mots i l l u m i n e n t c e t t e beaute dans l a l a i d e u r , e n t r a i n a n t necessairement l a transformation sinon l a d e s t r u c t i o n des v a l e u r s s o c i a l e s p a t r i a r c a l e s . "Je s u i s comme Satan et i l s a i t q u i j e s u i s " : c e t t e pensee d'Evans l u t t a n t contre l'abbe (196) q u i c o n v e r t i t l e s eleves par une r e l i g i o n de peur est l a reponse mime de l'homosexuel se r e b e l l a n t contre l ' i n t r a n s i -geance r e l i g i e u s e sur l a s e x u a l i t e dont decoulent l e s vues memes de l a s o c i e t e . A i n s i l a r e t i c e n c e qu'Evans eprouve a a l l e r v i v r e hors de l ' a b r i d'une pension, en plus d f i t r e c e l l e de l'enfant trouve apeure de l a l i -b e rte de v i v r e s e u l parmi l e s a d u l t e s , represente 3 un niveau moins cons-c i e n t l a peur de se perdre et de perdre l e s autres (196), d'etre "damne des c e t t e v i e " (197) et d'etre accuse: noyade de P a t r i c e . M. Brenner a l u i a u s s i l a passion de l'enfance (189). V o i c i ce q u ' i l c o n s e i l l e 5 Evans: "Essayez p a r f o i s d'etre enfant, pen-dant une heure ... au moins" (182). M i c h e l B r u l e souligne que "M. Brenner est une f i g u r e beaucoup plus 'maternelle' que p a t e r n e l l e " , nous ajoutons p l u t o t "homosexuelle". " I n t r o -d u c t i o n £ l ' u n i v e r s de M a r i e - C l a i r e B l a i s " , Revue de l ' l n s t i t u t de s o c i o -l o g i e , No. 3 (1969), p. 508. 78 Hier au s o i r ... j ' a i l u l a B i b l e pendant t r o i s heures. Ensuite dans mon sommeil, l e s mots revenaient comme des p l a i n t e s et j ' a v a i s l'impression d ' e t o u f f e r (197). 26 Le mal d'Evans represente en de r n i e r l i e u l e lesbianisme peut-etre pas avoue de l'auteur q u i , apeure et coupable, refuse l a l i b e r t e dans une v i e s o c i a l e i n t r a n s i g e a n t e . Lorsqu'Evans lance une p i e r r e au delinquant qui 27 " p a r l e de ceux q u i sont l i b r e s " ( 42), c'est ce s t a t u t de p a r i a , d'etre d i f f e r e n t des a u t r e s , que l ' e c r i v a i n inconsciemment r e j e t t e , ce d e l i n -quant n ' e s t - i l pas coupable d ' a i l l e u r s d'avoir tue "une p e t i t e f i l l e de son age" (43), symbole peut-etre du r61e feminin p a t r i a r c a l que l e l e s -bianisme met en danger. Ce deuxieme roman de M a r i e - C l a i r e B l a i s presente une e v o l u t i o n s i on l e compare au monde mythique i n c o n s c i e n t de La B e l l e Bete. La d u a l i t e , qu'on y a v a i t deja observee, i c i se d i f f e r e n c i e et s ' a m p l i f i e en dehors de toute r e a l i t e : l a l a i d e u r physique se transpose dans l e domaine moral et l'on passe d'une c u l p a b i l i t e e x t e r i e u r e (Louise coupable d'avoir r e j e t e I s a b e l l e - M a r i e ) a une c u l p a b i l i t e morale (Evans se sent responsable de son mal). Nous sommes encore l o i n de 1'acceptation du moi, mais l e t r o i s i e m e roman continue c e t t e l e n t e p r i s e de conscience. Z 0 I I faut toujours y ajo u t e r l a presence des deux autres n i -veaux d'oppression: contre l a femme et l e Quebecois. 27 Lancer une p i e r r e correspond au chltiment b i b l i q u e de l a p i d e r c e l u i qui transgresse l a l o i d i v i n e et surtout l e s l o i s s e x u e l l e s . De p l u s ? l a t e n t a t i o n de tuer P i e r r e , enfant f a i b l e , nerveux, q u i l i t p l u t S t que de joue r , a i n s i que sa mort plus t a r d , ne r e p r e s e n t e n t - e l l e s pas c e t t e meme peur de 1*homosexualite: P i e r r e o f f r a n t 1'image typique du garcon e f f e m i -ne , obsede par l a mire q u ' i l n'a jamais connue. 79 2. Le Jour est noir A, Situation En 1961, alors agee de vingt-deux ans, Marie-Claire Blais sejourne a Paris pour un an, grace a une bourse du Conseil des Arts. Blessee par la legerete des milieux litteraires francais et par 1'impossibilite ou elle etait de mediter a son aise, elle ne pouvait y "exister", reve*le-t-elle. La-bas, ca ne fonctionnait pas ... Les gens de la rue m'etaient trop proches ... J'etais entoureede Canadiens qui etudiaient, mais moi je ne voulais qu'ecrire. Au fond, |g ne voulais rien faire comme tout le monde, je crois. 29 Le Jour est noir remonte a cette epoque ou en jeune ecrivain qui "vou-lait tout" et remplie de 1'enthousiasme du "premier vrai depart", elle doit plutSt confronter l'apre desillusion. Le roman a bien su traduire cette atmosphere de desenchantement face a une realite mangeuse de reve, a un tel point d'ailleurs que la critique l'a qualifie comme l'un des ro-mans les plus sombres de la litterature quebecoise d'ou surgit une odeur 30 de decomposition et de mort, tout y revetant 1'aspect fantomatique. L'on reprochait ainsi a cette oeuvre ce qui fait S o n merite car7au-dela de la confusion et de la discontinuite du recit, nous pouvons decouvrir un degre 2 8 Helene Pilotte, "Marie-Claire Blais", Chatelaine (AoQt 1966), pp. 52-53. 29 Marie-Claire Blais, Le Jour est noir (Montreal: Editions du Jour, 1962). 30 J U V. Barbeau, La Face et 1'envers (Montreal: Publications de l'Aca-demie canadienne-frangaise, 1966), p. 49. 80 de coherence a r t i s t i q u e aux niveaux symbolique, thematique et s t r u c t u r a l ^ q u i justement u t i l i s e l e desordre apparent des "anti - r o m a n c i e r s " a l o r s a l a mode. Selon Gerard Tougas, i l faut considerer ce roman "comme 1'oeuvre l a plus poetique de l a n o u v e l l e - e c o l e " , remarquant 1 ' o r i g i n a l i t y de l a j u x t a p o s i t i o n de procedes s t y l i s t i q u e s du nouveau roman a une a r t i c u l a -3 1 t i o n c l a s s i q u e s t r u c t u r e l l e . A t t e n t i v e au mystere de l a v i e , l ' a u t e u r , au c o n t r a i r e de ses deux premiers romans 7n'y condamnerait plus l e s autres 32 de sa d i f f i c u l t y de v i v r e . Ce theme de 1 ' a l i e n a t i o n dans Le Jour est  n o i r a deja ete aborde avec i n t e r e t par Chantal Haussmann, c e l l e - c i ce-pendant se defend d'y f a i r e i n t e r v e n i r l a v i e de l ' a u t e u r , car f a i r e un roman, d i t - e l l e , "presuppose que l'auteur n ' a v a i t pas l a m a i t r i s e i n t e l -33 l e c t u e l l e du probleme qui l ' a pousse a e c r i r e " . L'objet de notre edude c o n s i s t e justement a se pencher sur l'urgence de l ' e c r i t u r e , analyser ce besoin "therapeutique" q ui croyons-nous guide inconsciemment l'auteur non seulement dans l e choix de ses symboles, mais a u s s i dans l a d e s c r i p t i o n de ses personnages et dans l e s s t r u c t u r e s n a r r a t i v e s du r e c i t meme. Marie-C l a i r e B l a i s d ' a i l l e u r s approche l e probleme de l ' a l i e n a t i o n moderne non est pas en philosophe r a t i o n n e l , son e c r i t u r e ^ a u c o n t r a i r e , pourrions-nous d i r e , " v i s c e r a l e " donnant a i n s i au roman un caractere l y r i q u e et o n i r i q u e : l e l e c t e u r ressent l e d e s a r r o i et l a souffranee plus q u ' i l ne trouve d'ex-p l i c a t i o n s a c e u x - c i . Jacques-A. Lamarche a dejsi reconnu c e t t e t r a n s p o s i t i o n 3 1 Gerard Tougas, H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise ( P a r i s : Presses U n i v e r s i t a i r e s de France, 1967), p. 200. 32 Cette a t t i t u d e de ne pas juger est surtout c e l l e du personnage f e -minin Yance, mais nous verrons plus l o i n que l'auteur passe un jugement severe sur l a s o c i e t e . 33 C. Haussmann, "Quelques approches de l a c r i t i q u e devant Le Jour est n o i r , " M a i t r i s e , Univ. de Colombie Britannique, 1 9 7 3 , p. 4 . 81 de 1'alienation personnelle de l'auteur dans son oeuvre, sans toutefois pouvoir "prouver que 1'animation de ses personnages correspond au chemine-34 ment personnel des modulation enfantines" par manque de connaissances biographiques sur celle-ci. Or la revelation de 1'homosexuality de l'au-teur nous permet une nouvelle optique sur son monde romanesque par le fait meme du stigma social et moral attache a cette "particularite" personnelle. La recherche de l'auteur se trouve ainsi marquee d'un desir de connais-sance plus persistant de soi-meme et du monde qui le rejette. Le Jour est  noir continue cette prise de conscience ou la revolte gronde mais sans eclat, contrSlee encore par une culpabilite certaine. Nous avons deja signale 1'incapacity d' "exister" dans laquelle se trouve l'ecrivain a Paris au moment de la redaction du roman. A cette atmosphere et & l'inter§t de l'ecrivain pour les formes du nouveau roman, i l faut ajouter une autre influence aussi importante, croyons-nous, a la creation de ce roman, celle du mouvement existentialiste en France qui avait remis en evidence 1'absurdity de vivre. Camus venant a peine de mourir, Marie-Claire Blais reconnait 1'importance de la recherche spiri-tuelle de celui-ci: Camus a compris cette detresse d'exister ... Pour lui la jeunesse actuelle est bien pres de la sagesse, meditant une vie future, entre un certain desespoir et le goQt du vide. Camus a pu lui parler ... de la responsabilite d'etre, et dans la meme langue aigue, de la responsabi-lite de ne pas "vouloir itre ". . . Les gens de ma genera-tion sont sensibles 3 l'univers de Camus car le mai de Camus est le mai qu'ils portent 'en germe^tplus mal-heureux encore parce qu'il est imprecis. 34 Jacques-A. Lamarche, "La thematique de 1'alienation chez Marie-Claire Blais", Cite Libre, Nos. 88, 89 (juillet-aoQt, 1966), p. 32. 35 Marie-Claire Blais, "Albert Camus", Liberty, 7, vol. 2, No. 1 82 Ces mots nous r a p p e l l e n t quelque peu l e " v e r t i g e " d ' I s a b e l l e - M a r i e e t , plus encore, l e dualisme et l'etrange mal dont s o u f f r e Evans, l e s q u e l s a t t e i n -dront a u s s i Josue et sa f i l l e Roxane dans Le Jour e st n o i r . La m e i l l e u r e facon de resumer ce roman complexe ou evoluent t r o i s couples est probablement d ' u t i l i s e r l e s quinze pages du Prologue oil passe, present et f u t u r s ' a l l i e n t avec m a i t r i s e dans une atmosphere mythologique. Non seulement ce r e c i t d'un apres-midi dans l a v i e de quatre jeunes a d o l e s -cents s e r t de genese symbolique aux evenements f u t u r s de l e u r v i e , mais i l reprend c e r t a i n s themes de l a genese b i b l i q u e . Ce j a r d i n de l'enfance ou l'on c u e i l l e des c e r i s e s ressemble curieusement au Paradis T e r r e s t r e avec un cours d'eau, un arbre, un f r u i t mange et une faute commise q u i est a l a f o i s peche d ' o r g u e i l et de c h a i r comme l a t r a d i t i o n l e transmet: c'est l e drame de l a chflte de l'enfance a l a v i e a d u l t e . Raphael et Marie-C h r i s t i n e reprennent l ' h i s t o i r e d'Adam et d'Eve et l e u r s o r t r e s p e c t i f . Raphael, se bourrant de c e r i s e s e t j o u a n t dans un arbre creux avec l a jeune f i l l e , est presente comme un et r e v i o l e n t q u i re"ve d ' a l l e r a l a guerre. Associe au s o l e i l et £ 1'arbre p o u r r i , i l represente l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e , dominant M a r i e - C h r i s t i n e mais a u s s i manipule par l e s mensonges et l a coquet-t e r i e de c e l l e - c i . L u i proposant une promenade a l a r i v i e r e , symbole ero-tique b l a i s i e n , i l l a v i o l e . Chasse du c o l l e g e , i l p a rt pour r e v e n i r q u e l -ques annees plus t a r d d e s i l l u s i o n n e de ses reves de jeunesse et hante par (j a n v . - f e v . 1960), p. 53. Kafka, l e martre de 1 ' a l i e n a t i o n moderne, est un e c r i v a i n f a v o r i de l a romanciere. P a r l e r des indluences l i t t e r a i r e s se s i t u e toujours dans l e domaine s p e c u l a t i f , car s i un auteur se reconnait dans un a u t r e , c'est justement en f o n c t i o n de problemes semblables q u i l e s hantent. 83 son premier amour. I I Spouse une M a r i e - C h r i s t i n e q u i , devenue comSdienne, ne se l a i s s e p l u s commander comme a u t r e f o i s . Reduit a 1 1 i m p u i s s a n c e , i l se s u i c i d e . MalgrS l e contraste o f f e r t par 1 ' a u t r e c o u p l e , l a destinSe de c e l u i - c i n ' e s t guere plus s o u r i a n t e . Yance, soeur de Raphael, a f f e c t i o n n e Josue, garcon f a i b l e vouS a l 'ombre et a l a mer. Les c e r i s e s v e r t e s q u ' i l 36 c u e i l l e et sa h a n t i s e de l ' e a u montrent b i e n son refus de devenir a d u l t e . L a symbolique de l e u r amour est par consSquent moins r e l i S e a l ' a r b r e " p a t r i a r c a l " que l e couple precSdent, c ' e s t sous le signe de l a b a l a n c o i r e q u ' i l se d S f i n i t . Peu importe l a v o l o n t e d'Yance de "se balancer avec l u i d ' u n rythme e g a l , d ' u n mouvement p a r e i l " (10), e l l e ne r e u s s i t pas: "Josue b r i s e 1 ' S q u i l i b r e " , reprSsentant 1 ' i n c o m p a t i b i l i t S prochaine de l e u r ma-r i a g e . I l s devront se sSparer, a l l a n t chacun de l e u r cQtS, non sans que Yance t o u t e f o i s donne l a v i e a~ une f i l l e Roxane que sa soeur Genevieve, symbole m a t e r n e l , S i e v e . Le t r o i s i e m e couple n ' a p p a r a i t qu'aux quinze pages de l a quatrieme p a r t i e du roman. Roxane, Sgee de d i x - h u i t ans, a epouse J e s s y . C e l l e - l a a h S r i t e de son pere le r e j e t de l a r e a l i t e et de l a ma-t e r n i t S au p r o f i t des voyages s u r t o u t ceux du r e v e , e l l e a u s s i acculant son mari au s u i c i d e . B. D e s i n t S g r a t i o n s o c i a l e La d S s i n t e g r a t i o n de l a f a m i l l e que Raphael condense l e mieux par sa h a n t i s e de f i n du monde, de neige et de mort, semble 1 ' e x p r e s s i o n l a plus evidente du Jour est n o i r . M a r i e - C l a i r e B l a i s s ' y montre a i n s i " J ' a u r a i une maison dans l a brume" (12) d i t JosuS, comme Evans en r e v a i t . 84 h e r i t i e r e des i n t e l l e c t u e l s c a nadiens-francais des annees 50. Places "devant un choix impossible entre l e s symboles d'une t r a d i t i o n a u t o r i -t a i r e q u i ne correspondait plus aux v a l e u r s r e e l l e s de ( l e u r ) s o c i e t e , et l ' i n d i v i d u a i i s m e l i b e r a l d'une s o c i e t e dont l e s v a l e u r s , l o i n de ( l e s ) s a -t i s f a i r e entierement, s o u l e v a i e n t au c o n t r a i r e des c r i t i q u e s de plus en 37 plus v i v e s , " i l s e t a i e n t frappes d ' i n c a p a c i t y devant un choix l i b r e et r a t i o n n e l . Le r e l a t i v i s m e , passant des sciences 3 l a morale, se r e f l e t e a l o r s dans l ' u n i v e r s romanesque. A i n s i , tous l e s personnages sont a l a 38 recherche du bonheur, mais aux questions "Qui s u i s - j e ? " et "Ou v a i s - j e ? " , i l s ne savent repondre, l a v e r i t y etant devenue i n s a i s i s s a b l e . Yance nous resume ce dilemme moderne: Je n'ai pas l e courage de l a v e r i t e (29). Je ne s a l s plus q u i a r a i s o n : l e mal ou l e b i e n , l e s deux ayant une nos-t a l g i e semblable de 1 ' e t e r n i t y , un regr e t devant l e s l i m i t e s de l'homme (37). Mais q u i s u i s - j e pour ... juger (47)? La base meme de l a s o c i e t e , 1'unite f a m i l i a l e , se v o i t questionner. Dans ce roman, l'auteur s'interroge et meme denonce l e s causes de 1 ' a l i e n a t i o n du Quebecois de c u l t u r e o c c i d e n t a l e : l'amour, l e mariage et l a m a t e r n i t y . L ' e c r i v a i n f a i t d'abord l e proces de l'amour d'une facon presque i r o n i q u e . En e f f e t , Le Jour est n o i r est charge d'une s e n s u a l i t y chaude comme s i l'auteur v o u l a i t se l i b e r e r du tabou condamnant toute "parole s e x u e l l e " . Par l a meme occasion,cependant,elle c a r i c a t u r e avec Josue c e t t e 37 J . Warwick, "Les e c r i v a i n s canadiens-frangais et l e u r s i t u a t i o n m i n o r i t a i r e " , p. 493. 38 Le Prologue du roman pose des questions sur l e passe et 1 a v e n i r , l a s u i t e cependant demontre 1 ' i m p o s s i b i l i t y d'y repondre. 85 facon bien quebecoise d'aimer avec l'Sme, gardant l e corps pour l e p l a i s i r du peche charnel ( c f . Raphael 36 ). Cette d i s s o c i a t i o n d u a l i s t e e s p r i t / 39 c h a i r mine toute p o s s i b i l i t y d'amour t o t a l . La conception p a t r i a r c a l e du mariage est une autre chaine ecrasant c e l u i - c i sous son poids: 1'ab-sence de l i b e r t e a l a q u e l l e est r e d u i t e l e couple par l e s biens matrimo-niaux et l a dependance s e x u e l l e en v i e n t a tuer l'amour l e plus f o r t . B i e n t S t nous serons trop amants pour etr e l i b r e s encore (23), d i t Yance. P u i s ^ l a j a l o u s i e s ' i n s t a l l e (35) et l ' o b s e s s i o n q u ' e l l e developpe de l ' a i -e eloigne c e l u i - c i de plus en plus.' me Ah! s i josue e t a i t a moi, s i je c o n n a i s s a i s ses pensees. Mais i l ne s a i t que prendre l a forme que je l u i donne. Et i l ne v i t pas dans l a me*me c h a i r que moi (38) . . . a t r a v e r s c e t t e f r a t e r n i t y p a r f o i s l o i n t a i n e , nous avons garde notre s o l i t u d e et nos r§ves etrangers (23). L'im-p o s s i b l e p a r o l e . Je ne trouve plus l ' e q u i l i b r e des mots (75). Cette a l i e n a t i o n du couple s'etend a toute r e l a t i o n humaine, a i n s i l e r o -man d e c r i t une h i s t o i r e p a r a l l e l e de couples qui ne se c r o i s e n t pas et ou chaque personne se retrouve s o l i t a i r e , " c r e (ant) son (propre) paradis im-mobile" (35). L ' a l i e n a t i o n i n d i v i d u e l l e debouche a l o r s sur 1 ' a l i e n a t i o n 40 cosmique: r e j e t e s de Dieu (24) et du monde, nous "sommes l a generation de l a mort" (49) et nous leguons c e l l e - c i a nos enfants. Dans cet univers ^ Le nom d ' l l e N o i r e , ou Yance et Josue retrouvent l a c o m p l i c i t y de l a c h a i r de l e u r jeunesse, est s i g n i f i c a t i f . L ' i l e associee a l'eau, l a mer, indique bien l'amour incestueux pour l a mer-mere, tandis que Noire re-presente une c e r t a i n e c u l p a b i l i t e en r e l a t i o n s o i t avec l e sexe, s o i t avec 1 1 i n c e s t e . ^ Lamarche et Haussmann dan s l e u r s etudes se penchent sur 1'absence de l i e u et de temps romanesques, 1'inadaptation 5 l a f r e s e n i e moderne et l a s o l u t i o n de l a mort u t i l i s e e s par l'auteur a f i n d 1 i n t e n s i f i e r l e m a l a i -se e x i s t e n t i e l q u ' i l d e c r i t . 86 b e c k e t t i e n ou demain "tout recommencera, comme aujourd'hui, comme h i e r . . ." (121), l e s enfants jouent a l a f i n du monde (106), l a q u e l l e hante l e u r s parents (104, 113). Toute progeniture se v o i t a i n s i condamnee, l e s en-, fants h e r i t a n t de l a t r i s t e c o n d i t i o n de l e u r s a i n e s . C h r i s t o f e r , l ' e n -fant qui se l a i s s e b a t t r e £ mort ( 1 10) a cause de ce goQt des neiges et de f i n du monde legue par son pere Raphael, n'est qu'une v i c t i m e , portant dans son prenom meme l a faute p a t e r n e l l e : un acte d'agression contre un innocent m a r t y r i s e avec l ' a i d e de camarades perpetuant " l a passion du 4 1 C h r i s t " (104). M a r i e - C l a i r e B l a i s a juge coupables l e s parents et l e u r education: l e pere se s u i c i d e quant a l a mere dont Genevieve est l e sym-bo l e , e l l e est punie dans l ' o b j e t meme de son amour e x c e s s i f pour un en-fant mSle p l u t o t que pour une f i l l e (27, 32, 96). L ' i n s t i n c t maternel maladif est responsable de l a mort de l'enfant ( N i c o l a s , C h r i s t o f e r ? ) , ce dern i e r n'etant pas coupable. Yance celebre 1'innocence de c e l u i - c i , e l l e veut l e defendre de l a "maison des morts" (39), de 1'emprise d'une mere s u r p r o t e c t r i c e . e t a u s s i du monde e x t e r i e u r : J'envie tous ceux q u i n'ont pas encore mis l e pied dans l e temps, l e s e t r e s inacheves dans l e u r propre p l e n i t u d e : l e s enfants ... Je songe aux dimensions d i a b o l i q u e s que prendra l e monde pour e l l e (l'enfance) (59). Mais l a m e i l l e u r e facon de proteger l'enfant s e r a i t de l'empicher de n a i t r e comme l e suggere Josue (49): 42 Qui d e s i r e un enfant l e tue en l e mettant au monde (111). 4 1 C h r i s t o p h e r , l e f i l s de Raphael, est b a t t u pres du pont comme l ' a n -c i e n camarade m a r t y r i s e , done pres de l'eau. Dans l e s deux cas, ei 1'appel maternel s'ajoute une c u l p a b i l i t e . 42 Cf. Chap. I , note no. 19, p. 48. 87 Cependant s i l'enfant r e g o i t l e "mai du monde, l a peste du monde" (114) de ses parents ("Demain ces enfants c r u c i f i e r o n t l e C h r i s t " 114 ), par contre, l u i a u s s i , etant une charge, depossede l e s parents d'une c e r t a i n e l i b e r t e , surtout l a mere: C r u e l l e et devorante v i e ou l e d e s t i n vide l e monde de demain. De mes seins 5 mes e n t r a i l l e s , j e s u i s une femme depossedee (49). L'etude de l a maternite s e l o n l e s d i f f e r e n t s personnages feminins est r e v e l a t r i c e de l a p o s i t i o n de l ' e c r i v a i n . Genevieve perpetuant par son amour e x c e s s i f de p r e d i l e c t i o n pour l'enfant m i l e , l e mythe p a t r i a -c a l de l a femme confinee au r S l e maternel, se condamne elle-meme a sa " f o n c t i o n p r o g e n i t r i c e " : "Genevieve est un monstre ou une femme d e t r u i t e " (51). M a r i e - C h r i s t i n e represente p l u t S t l a femme de c a r r i e r e . SQre d ' e l l e -mime, sa volonte de v i v r e , sa c a r r i e r e et ses enfants importent davantage que l e s problemes i n t e r i e u r s de son mari. Yance f a i t p a r t i e a u s s i de ce que nous surnommerions l e s "femmes l i b e r e e s " , mais, au c o n t r a i r e de Marie-C h r i s t i n e q u i s'est acclimatee au systeme p a t r i a r c a l ("je s u i s une femme s a t i s f a i t e de 1'absence de l'amour" 102 ), e l l e se sent responsable ("Le mai me trouve sombre et v i d e , l i e e aux §tres dans une f r a t e r n i t e passive " 37 ) de 1'eloignement de son m a r i , de 1'abandon de sa f i l l e Roxane et de l a decomposition du monde. Sans juger (47), e l l e cherche une s o l u t i o n , sans l a t r o u v e r , e l l e "espere, froidement ... une humble i n t e g r a t i o n a l a j o i e " (114). La maternite " e x c e s s i v e " remplace l e s "maternites nombreuses" d'un passe quebecois recent: l a q u a l i t e remplace l a q u a n t i t e . 88 C. Condamnation du mSle Tandis que l e s femmes su r v i v e n t a cet ordre s o c i a l malgre son e v i -dente n o c i v i t e , l e s mSles eux-mtmes n'y r e s i s t e n t pas: i l s sont d e t r u i t s . I I faut v o i r dans c e t t e " t u e r i e " des personnages masculins (sauf Josue) plus qu'un reglement de comptes de l a part de l ' e c r i v a i n envers l a s o c i e t e pa-t r i a r c a l e . Le f a i t qu'eux-m§mes demissionnent du monde en se s u i c i d a n t e s t s i g n i f i c a t i f : d'enfants epargnes, comme mtles, i l s se transforment en en-fants maudits (97). A i n s i au debut, p r i v i l e g i e s , i l s revent de f a i r e ce q u ' i l s veulent (13) en possedant l a r e a l i t e du present (88). Avec l a v i o -lence d'un conquerant, l e jeune Raphael v i o l e M a r i e - C h r i s t i n e ; plus t a r d , i l p e r v e r t i t l e s jeunes f i l l e s (36): semant l e d e s a s t r e , i l n'est plus l e maitre de ses f a n t a i s i e s , mais c e l u i p l u t S t de sa s o l i t u d e (32, 33). De meme, Jessy e s s a i e de f i x e r sa v i e et c e l l e de Roxane dans l e temps (89), de r e t r e c i r l e monde autour d'eux (87) a f i n d'emp§cher c e l l e - c i de s'evader dans l ' i r r e e l . Ces deux hommes cependant paient l e p r i x de l e u r s i l l u s i o n s de s u p e r i o r i t y , hantes par l a possession v i o l e n t e et jal o u s e de l'aimee, i l s n'embrassent plus qu'un corps sans ame. Raphael consent a tout pour pos-seder M a r i e - C h r i s t i n e (81) jusqu'a perdre meme son amour-propre (107). Jessy, j a l o u x de l'tme fuyante de sa femme, est "accable d'impuissance ... i l s o u f f r e d ' e l l e " ( 93), du mal mysterieux dont e l l e est a t t e i n t e . Tous deux refusent done c e t t e v i e que l e u r o f f r e l e u r femme, i l s ne peuvent ac-cepter l e partage: Raphael avec d'autres amants, Jessy r i v a l i s a n t contre un mal inconnu. A u s s i c h o i s i s s e n t - i l s l e pays des neiges et de l a f o r S t , cherchant symboliquement a s'innocenter ( l a n e i g e , l a fore"t du Cygne) par un retour a l a campagne t r a d i t i o n n e l l e et a l e u r f o n c t i o n p a t r i a r c a l e mas-c u l i n e ( l ' a r b r e , symbole du p h a l l u s ) & decider du s e u l acte encore p o s s i b l e , 89 c e l u i de l e u r mort. Leur s u i c i d e (et par extension l a p o s s i b l e mort de Christopher) presente des c a r a c t e r i s t i q u e s semblables: 1. 1'absence du s o l e i l symbolisant 1'impuissance: "un arbre d'argent o f f r e ses r a c i n e s au jour q u i f i n i t " (97); "Le s o l e i l (par son absence) a immole un homme pour f a i r e f l e u r i r un arb r e " (108); 2. l a h a n t i s e de l a neige et 1'ensevelissement par c e l l e - c i ; l'eau maternelle ou feminine f u i t entre l e s d o i g t s ; l a neige au c o n t r a i r e moins independante et plus maleable peut se l a i s s e r " s c u l p t e r " (97) selon l e d e s i r de l'homme, mais f r o i d e , sans amour, e l l e peut a u s s i se r e -tourner contre l u i ; 3. 1'arbre, objet de ven e r a t i o n et de chatiment: symbole p h a l l i q u e en d e s t r u c t i o n q u i r e f l e c h i t 1'image meme du mile (98, 107) a n e a n t i , et a u s s i 1' image d'un Dieu pa-t r i a r c a l ( " d r o i t , unique, s i l e n c i e u x " 99 ) i n t r a n s i -geant C"Si e l l e ( M a r i e - C h r i s t i n e ) ne v i e n t pas, cet arbre l e s a i s i r a et l u i apprendra a mourir" 107J mais a u s s i menace ("on se sent e n d e u i l l e de l u i " 97 ) et meme " d e t r u i t depuis longtemps" (107). Plus d e s t r u c t i c e , l a pendaison de Jessy se transforme en acte d'amour pour 1'arbre p a t r i a r c a l , s ' i d e n t i f i a n t meme 3 c e l u i - c i : "On devient son coeur, on adhere a sa n u i t " (98). En e f f e t , s 'affirmant homme (97), Jessy refuse de retourner a 1'enfance et a i n s i 3 l'eau m a t e r n e l l e , i l p r efere p l u t o t l e s arbres et surtout l a neige q u ' i l peut s c u l p t e r en "hautes v i e r g e s " 90 (son i d e a l feminin) et v o i r fondre au contact de 1'arbre (soumission pas-s i v e de l a femme au male). Une autre i n t e r p r e t a t i o n s e r a i t que Jessy se pende a l ' a r b r e , symbole p h a l l i q u e par e x c e l l e n c e , parce q u ' i l n'a pas su rem p l i r avec succes son r S l e p a t r i a r c a l . I I a ete d e f a i t . A l o r s r e d u i t a l a p a s s i v i t e par sa femme et l a s o c i e t e , i l se s a c r i f i e ^ c o u p a b l e revant d'un retour au s e i n maternel; La neige fond a l'ecorce de 1'arbre, sous l a nuque dechiree de Jessy et dans ses vetements. E l l e coule sur ses r e i n s , entre ses c u i s s e s , g l i s s e contre ses talons et se mele a l a sueur de son visage (98). D. Le "Mai" de Josue et de Roxane S i josue e st l e s e u l des personnages masculins du roman echappant a c e t t e condamriation du r61e p a t r i a r c a l m i l e , c'est que precisement i l s o u f f r e d'une curieuse maladie q u i l ' e c a r t e de l a t r a d i t i o n et a i n s i para-doxalement l e sauve. Ce "mai d ' e x i s t e r " q u ' i l leguera a sa f i l l e Roxane, se rattache a l a f o i s £ l a d u a l i t y d'Evans (TB) e t a l a h a n t i s e de leau de P a t r i c e (BB). Comme Evans q u i opte pour l e c6tS "satanique" de son e t r e , Josue refuse l a r e a l i t e de l a v i e , n'acceptant que l e cote changeant du rythme de l a mer, l e monde v i s i o n n a i r e de l'enfance. De mime que son pere e t a i t " l e f i l s des eaux et des plages" (70), Roxane, e l l e a u s s i perdue dans l e b r o u i l l a r d , cherche "comment retourner d'ou ( e l l e ) v i e n ( t ) " ( 86), a cet univers marin du s e i n maternel. Ce mysterieux mai est a i n s i a s socie a l'amour incestueux de l a mere, traumatisme i n f a n t i l e que l a premiere poe-s i e de l ' e c r i v a i n nous a v a i t r e v e l e et qui est S. l a source me'me de son homosexuality. Un p a r a l l e l e d ' a i l l e u r s entre c e t t e o r i e n t a t i o n s e x u e l l e et l e "mai" du pere et de sa f i l l e se re v e l e des plus p e r t i n e n t s : 44 Homosexualite Josue 1. Refus des - " q u e l l e idee de mettre un r61es sexuels enfant au monde" (49). t r a d i -t i o n n e l s : - "ne pas a v o i r l a fo r c e d'ap-p a r t e n i r a une femme" (68). - " j e ne s a u r a i quoi c h o i s i r ... j e ne puis te s u i v r e " (69). - " l e corps de Josue me f u y a i t " (43). 2. Non respon- - " j e n ' a i pas c h o i s i l e s sable: brumes" (69). 3. Sentiments - " i l a l a c e r t i t u d e que Dieu de r e j e t et l ' a r e j e t e ... remords" (24-de c u l p a b i - 25). l i t e : - " l a maladie ... un des e s p o i r " (61). - "avorte au fond de lui-mtme" (72). 91 Roxane - "mains d'esclaves" (84). - "mains de Roxane q u i me chassent" (85). - r e j e t de l' e n f a n t (89). - h e r e d i t e (90) . - r e i n c a r n a t i o n de N i -colas (87) (ame mas-c u l i n e ) . - " a i - j e demande a n a i t r e " (84). - "femme hu m i l i e e " (93). 92 44 Homosexualite 4. Desir de fuir, se cacher, voyager: Josue - " i l s sont en exil" (24). - "II vit dans une fugue con-tinuelle" (62). - "Je connais des villes pres de la mer, 3 l'Ouest" (78). - "separations de deux ou trois jours ... un mois" (58). Roxane "... mouvement de de fuite" (83). 5. Creation d'un monde marginal (l'imaginaire: "1'under-ground") : - "un dieu d'ombres et de delires secrets" (61). - "jeune homme des ombres ... homme de 1'illusion" (62). - "Le mal inconnu, le reve, son r§ve (64). - "j'ai touche les ombres, je les connais" (70). -"elle ne sait pas quoi faire elle-mSme de son propre destin" (92). - son pays: "celui des ombres" (94). Ces caracteristiques de 1'homosexualite se retrouvent facilement dans les livres traitant ce sujet. Voir la bibliographie, section Psychanalyse et homosexualite. 93 Ajoutons que l e p r i n c i p a l couple du roman Josue-Yance presente l a mime dichotomie s e x u e l l e observee dans l e s romans precedents ( P a t r i c e - I s a b e l l e -Marie; E v a n s - E m i l i e ) : on a s s i s t e au dedoublement de l'auteur separant son i d e n t i t e feminine et son d e s i r homosexuel symbolise par un personnage mas-c u l i n obsede par l a symbolique ma t e r n e l l e . Josue, en e f f e t , se rapproche du "heros homosexuel" d e c r i t dans 1 ' i n t r o d u c t i o n . Sans doute, ne pre-s e n t e - t - i l aucune a g r e s s i v i t e contre l a s o c i e t e , mais par son r i v e d'un monde d i f f e r e n t , ses t e n t a t i v e s d ' e c r i r e des romans et surtout par sa ne c e s s i t y d'une l i b e r t y t o t a l e ("J'existe comme l e vent" 79 ) a l a r e -cherche de lui-meme, i l est un digne descendant d ' l s a b e l l e - M a r i e et d'Evans, un "chercheur aneanti" (35). Comme double erot i q u e de l ' a u t e u r , l e per-sonnage de Josue s ' e c l a i r c i t : son desespoir s'associe 3 l a c u l p a b i l i t y de 1'homosexuel auquel, selon l a d o c t r i n e c a t h o l i q u e l a plus l i b e r a l e , i l est permis d'aimer avec l'ame mais non avec l e corps (43). ... ce q u ' i l me f a u t , c'est l e compagnon voyageur de ton ame, Yance, ton ame, o u i m a i s t o i , corps l u c i d e ... j e ne puis te s u i v r e (69). Cet angelisme se resume b i e n par l e surnom que Josue donne a Yance, "B i e n -Aimee Songe" (115), transmis p l u s t a r d a. Roxane (12 1). Avec c e t t e d e r n i i r e , cependant^nous a s s i s t o n s a une e v o l u t i o n : l ' e c r i v a i n passe d'une i d e n t i -f i c a t i o n masculine (Josue) a une i d e n t i f i c a t i o n feminine. Le probleme homosexuel avec une femme prend une tournure d i f f e r e n t e , en r a i s o n meme de l a c a p a c i t y de c e l l e ~ c i d'enfanter: d ' i t r e lesbienne et mere n'est pas i n c o m p a t i b l e . ^ La c r e a t i o n d'une s o c i e t y a l a q u e l l e se voue l e heros Nombre de fem i n i s t e s i n s i s t e n t sur l a b i s e x u a l i t e i n t r i n s e q u e de l a femme. Cf. C h a r l o t t e Wolf, Love Between Women (London: Duckworth Co. L t d . , 1971), pp. 48-62. 94 homosexuel prend a i n s i une p e r s p e c t i v e d i f f e r e n t e quand i l s ' a g i t d'une femme. C e l l e - c i peut par 1'enfantement p a r t i c i p e r au changement s o c i a l d'une facon plus concrete, ce qui explique peut-e*tre l e d e s i r de Roxane d'avoir un enfant apres l ' a v o i r r e f u s e , precisement parce q u ' e l l e "porte l'Ombre", symbole d'un renouveau. En e f f e t , s i " l e jour est n o i r " , c ' e s t -a-dire l a v i e quotidienne p a t r i a r c a l e desesperante, peut-etre a l o r s l a s o l u t i o n a une v i e plus souriante se trouve dans l'Ombre, oppose au s o l e i l p a t r i a r c a l L ' l l e N o i r e , en e f f e t , n ' e t a i t - e l l e pas l ' l l e du Jour, de l'amour inacheve entre Josue et Yance? (73) Cette i n v e r s i o n du j o u r et du n o i r sur l a q u e l l e se s t r u c t u r e l e roman est b i e n l'oeuvre d'un auteur "quebecois, feminin et homosexuel", experimentant une t r i p l e oppression. Toute l a symbolique diurne ( l e so-l e i l , l e j o u r , l ' e t e ...) est en e f f e t associee a l'enfance ou l'amour passes, impossibles a r e v i v r e , a u s s i l e s personnages s o n t - i l s r e d u i t s a v i v r e a l'approche de l ' h i v e r , temps etendant sa d e s o l a t i o n a l ' i n t e r i e u r meme de l e u r tme. Sociologiquement l'on p o u r r a i t d i r e l ' h i e r e n s o l e i l l e de l a v i e a l a campagne a ete remplace par 1'aujourd'hui des v i l l e s o u v r i e -r e s honteuses mais se n s u e l l e s ( 7 3 ) . ^ H i e r , c'est a u s s i l a v i e t r a d i -t i o n n e l l e a l a q u e l l e s'accrochent Raphael et Jessy. Retourner a ces v a l e u r s p a t r i a r c a l e s d ' a u t r e f o i s s e c u r i s a n t e s est i m p o s s i b l e , on n'y trouve dans l e n o i r qu'une campagne desertee et enneigee, qu'un arbre p o u r r i , ^ Nous etudions ce renouveau d e s i r e par l'auteur ou 1'ombre mater-n e l l e l'emporte sur l e s o l e i l p a t r i a r c a l dans l e 4ieme Chap. d i v . 4 et 5, pp. 193-212. ^ Le passe campagnard e t a i t r e g i par une l o i p a t r i a r c a l e r i g i d e . Yance reconnait que l e monde a change: " I I a p r i s des dimensions plus physiques, t r o p feminines" (51). Ayant garde du mariage sa conception t r a d i t i o n n e l l e , i l n'a pas r e u s s i . 95 mais exigeant encore une soumission t o t a l e jusqu'a l a mort. H i e r , c'est encore l a "maison des morts" ou s'emprisonne Genevieve dans son "exces-s i v e maternite" en l i s a n t l a B i b l e , l a v r a i e revanche des berceaux n'ayant s e r v i qu'a 1'asservissement de l a femme s\ 1 ' i d e a l p a t r i a r c a l . Yance pour se l i b e r e r de ce fardeau a dQ apprendre "a ne plus e t r e mere quand ( e l l e ) l e s a v a i ( t ) s i i n s t i n c t i v e m e n t h i e r " (64). Apres s ' i t r e l i b e r e de l a ma-t e r n i t e , e l l e se separe de son mari. Yance qui r e j e t t e un epoux t r o u b l a n t et t r o u b l e , representee a u s s i l'auteur se d i s s o c i a n t de ce double masculin, symbole de son d e s i r homosexuel. De mime Jessy ne peut accepter sa femme Roxane 5 cause de ce mai q u i l a ronge. Mieux que Yance q u i se cherche une facon de v i v r e dans un univer s d e s i n t e g r e , Jessy represente 1 ' i n a l t e r a b l e p o s i t i o n du mSle p a t r i a r c a l refusant tout changement aux r S l e s sexuels t r a d i t i o n n e l s . Comme Michael refusant l a l a i d e u r d ' l s a b e l l e - M a r i e (BB), i l s'objecte au b i z a r r e goQt des brumes de sa femme, qui l' a c c a b l e d'im-puissance (93). En concluant, disons que ce roman est d'abord un deprimant voyage a t r a v e r s l ' a l i e n a t i o n moderne quebecoise. L'homme, er r a n t entre l e r i v e et l a r e a l i t e , n'a pas su harmoniser son i t r e : ses doubles c o r p o r e l et s p i r i t u e l semblent incompatibles. Le Jour est n o i r , c'est a u s s i 1'impos-s i b l e accord entre l'homme v i o l e n t , l e mile q u i decide de tout et t i e n t a sa s u p e r i o r i t y , et l a femme q u i r e j e t t e l ' a n c i e n joug. Cette d u p l i c i t e s t r u c t u r a l e entre l e s personnages et a u s s i a l ' i n t e r i e u r d'eux-mimes t r a -d u i t inconsciemment en d e r n i e r l i e u un combat v i t a l chez l ' e c r i v a i n entre son d e s i r d'acceptation de sa composante homosexuelle et de changement de l a s o c i e t e d'une p a r t , et d'autre part son r e j e t de ce "mai mysterieux" abhorre par l a s o c i e t e t r a d i t i o n n e l l e . Contrairement aux deux romans pre-cedents, c'est l e heros "quebecois feminin homosexuel" q u i semble gagner 96 l a p a r t i e . Les representants patriarcaux (surtout Raphael et Jessy) sont d e t r u i t s par leur intransigeance mgme, tandis que Josue et Roxane sur-vivent a leur "mal". C'est m§me grSce a c e l u i - c i ... que Josue eprouve ce sentiment, i l n'est plus une chair responsable pour e l l e seule, i l est une f l e u r , un s o u f f l e d'ete, l e chemin l i b r e et poussigreux, i l est l e c i e l , l'oiseau sans v o l surpris dans l'extase, i l est une source. Engin, i l ne peut pas ne plus §tre (118). L'epilogue du r e c i t (123) indique en e f f e t un mince espoir de l a r e c o n c i -l i a t i o n entre l'homme et l a femme, et aussi entre l a masculinite et l a feminite d'un §tre. Ce qui les separe n'est que mensonge. Avec du temps et de l a comprehension,^'harmonie est peut-gtre p o s s i b l e . 3. Les Voyageurs sacres A. Sit u a t i o n "Blessee par l a legerete des milieux l i t t e r a i r e s francais et par 1 ' i m p o s s i b i l i t e ou e l l e fut de mediter a son a i s e " , Marie-Claire B l a i s en 1962 revient au Quebec. E l l e s'interesse alors a l a poesie et t r a -v a i l l e sur Les Voyageurs sacres, un recit-poeme dont les racines plongent dans 1'heritage c u l t u r e l europeen. Une rencontre c a p i t a l e dans sa v i e 1'attend & Montreal, c e l l e du c r i t i q u e americain Edmund Wilson. C e l u i - c i , en tournee au Canada pour rediger une s e r i e d ' a r t i c l e s sur l a l i t t e r a t u r e frangaise et anglaise du pays, s'interesse vivement a l a jeune romanciere q u ' i l q u a l i f i e de phenomene g e n i a l . En plus de l a reveler au public ame-r i c a i n , son parrainage permet a c e l l e - c i d'obtenir successivement deux P i l o t t e , p. 53. bourses, en 1963 et 1964, de l a Fondation Guggenheim. I n s t a l l e e a Cam-bridge dans un sous-sol mal meuble et sombre, e l l e se l i v r e l a 3 sa pas-s i o n d ' e c r i r e . Depuis son ret o u r de France cependant, M a r i e - C l a i r e B l a i s v i t une periode de t r a n s i t i o n . Toujours tentee par l a poesie, q u ' e l l e 49 a v a i t d ' a i l l e u r s integree dans ses romans-contes a v i s i o n symbolique, comme elle-mSme l e s o u l i g n e , e l l e s'adonne a c e t t e epoque avec plus de l i b e r t e 3 l a t e n t a t i o n poetique. En r e s u l t e n t une longue nouvelle,Les  Voyageurs sacres"*^ ( e c r i t avant son depart pour l e s E t a t s - U n i s ) , que l a c r i t i q u e h e s i t e a c l a s s i f i e r a cause d'un contenu "ou r i e n n ' e x i s t e que par l a grSce du songe, de l a po e s i e , de l a culture","'' et deux r e c u e i l s de poesie, Pays v o i l e s et E x i s t e n c e s . P l u t S t que dans ces d e r n i e r s poemes cependant, c'est dans l'etrange r e c i t des Voyageurs sacres que nous r e -r 51 trouvons l a "puissance de d e f l a g a t i o n du s u r r e a l i s m e " dont l a premiere poesie nous a v a i t r e v e l e l ' a r d e u r . Par consequent, ce te x t e trouve d i f -52 f i c i l e sinon incomprehensible par l a c r i t i q u e a c q u i e r t une c e r t a i n e trans-parence a e"tre etudie en r e l a t i o n avec l e s themes r e v e l a t e u r s d'incons-c i e n t trouves dans l e s poemes d'adolescence. Dans l e s romans deja ana-l y s e s , l a trame romanesque se developpait suivant une symbolique aquatique maternelle a l a q u e l l e s'opposaient l e s s t r u c t u r e s de l a s o c i e t e p a t r i a r -c a l e : une c o n f r o n t a t i o n entre deux mondes, l'un feminin ( l ' e n f a n c e ) , 49 Callaghan, p. 33. P l u t o t que de nous r e f e r e r a l a premiere p u b l i c a t i o n de ce r e c i t dans l e s E c r i t s du Canada F r a n c a i s (XIV, 1962 , pp. 193-257), nous avons . T i ~ ! — (Montreal: HMH, 1969). 51 p r e f e r e 1 e d i t i o n s u i v a n t e : M a r i e - C l a i r e B l a i s , Les Voyageurs sacres 1: HMH, 1969). Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t , pp. 107, 97. 52 I t i s hard to know j u s t how to describe t h i s p i e c e . " W i l d l y ex-perim e n t a l " might be the k i n d e s t e p i t h e t ... F i n a l l y , however, ( i t ) i s an 98 l'autre masculin (la vie adulte). Par contre, la troisieme thematique sur l'art salvateur, permettant un retour a" la liberte enfantine, etait a peine mentionnee sauf par l'espoir d"Evans et de Josue d'etre un jour ecrivain. Le recit Les Voyageurs sacres comble ce vide par son sujet et ses personnages consacres eritierement a l'art. Comme le nom l'indique, i l s'agit en effet d'une quete spirituelle oil l'art, se transformant en une religion, repond a une soif d'infini. Un couple d'artistes, Miguel, ecrivain, et sa femme Monserrat, sculpteur, cherche une raison de vivre et leur salut dans leur art respectif et leur amour commun. Malheureusement, l'un et l'autre echouent dans la sterilite et 1'incommunicabilite. Leur rencontre avec un pianiste prodige, Johann, complique i. la fois leur amour et leur confiance artistique. Voyant dans ce jeune homme 1'incarnation de 1'Ideal createur et amoureux, leur harmo-nie est rompue . N'etant qu'hommes mortels (65), pres de cet ange tentateur d'infini, la comparaison est injuste. N'est-il pas qu'une illusion creee par leur propre desir? Miguel, croyant a 1'imposture (60), oublie Johann pour ne penser qu'3 Monserrat. Lorsqu'il brise la statue que sa femme a sculpte du pianiste virtuose , celle-ci est delivree de 1'envoQtement. Elle decouvre que Johann n'est qu'humain: i l ment et a meme oublie les instants precieux de leur amour. Pendant que Johann triomphe dans la salle de concert et espere revoir bient6t sa femme qui vient de donner naissance a son deuxieme enfant, Miguel se jette dans la Seine et Monserrat court le rejoindre. artistic failure." Philip Stratford, Marie-Claire Blais (Toronto: Forum House, 1971), pp. 31-32. 99 B. Correspondances et i n t e r p r e t a t i o n s S o u s - t i t r e " 1 * i n s t a n t i n v r a i s e m b l a b l e " , ce r e c i t e st en e f f e t com-pose d'une s u i t e d ' i n s t a n t s p r i v i l e g i e s ( p r e s e n t a t i o n de l a piece de thea-t r e de M i g u e l , concerts de Johann, l ' a t e l i e r de Monserrat, l a v i s i t e de cathedrales) dont 1 assemblage kalei'doscopique l a i s s e une impression de b i z a r r e r i e . Du t o u t , cependant, monte une i n c a n t a t i o n tenant de l a t r a -gedie, d'une symphonie ou mieux encore d'un "myste*re de l a P a s s i o n " s u r -r e a l i s t e . Plus que de 1'abondance des references b i b l i q u e s , ce sont des personnages memes et de l e u r i n t e r a c t i o n que se degage p e t i t a p e t i t 1'at-mosphere de " s u r n a t u r e l " . Deux exemples s u f f i r o n t a demontrer ce p o i n t . "[/expression "eloignez-vous ( t o i , l e ) de moi" r e v i e n t trop souvent (12 f o i s ) dans l e texte pour n'etre pas i n t e n t i o n n e l l e . Dans l e Nouveau Tes-tament, l'on r e t r o u v e , sinon exactement ces mots, du moins l e u r sens, par t r o i s f o i s . Premierement ?lorsque Marie r e c o i t l a v i s i t e de l'archange G a b r i e l l u i annoncant q u ' e l l e sera mere de Dieu, deuxiemement, l o r s de l a Te n t a t i o n de Jesus au desert par Satan l u i promettant 1'immortalite, et e n f i n lorsqu'5 Gethsemani l e C h r i s t demande a son pere de l u i epargner l a 53 mort. L'on peut a i n s i a s s o c i e r l e s t r o i s personnages du r e c i t a des • . 54 v a l e u r s r e l i g i e u s e s plus ou moins p r e c i s e s . Nous i n s i s t e r o n s plus t a r d sur l'ambigu'ite du r61e angelique de Johann. Quant au s o r t du couple, i l nous est r e v e l e dans l e "Poeme de l a P a s s i o n " (72-75) invente par M i g u e l , un songe qui apeure Monserrat "car c e l a p o u r r a i t i t r e v r a i , a u s s i " . La 53 Le passage l e plus r e p r e s e n t a t i f se presente de l a page 92 a 95 ou a l o r s l e s t r o i s a s s o c i a t i o n s s'entrem§lent. C h r i s t c r u c i f i e l o r s q u ' e l l e f a i t l'amour §. Johann (86). 100 mere d'un enfant y "coud l e tragique vetement de l a mort" comme Montser-r a t coud sans cesse des p e l e r i n e s pour M i g u e l . Ce de r n i e r avant de mou-r i r s'apercoit "que son coeur e t a i t une coupe ouverte" (109) comme l e f l a n c de l' e n f a n t qui saigne, l e q u e l g i t sur une c r o i x comme Miguel g i t s e u l dans l a detresse des eaux (111). Cette obsedante presence d'un r i t e s a c r i f i c i e l r etarde dont l e r e c i t est impregne nous apparait comme un p o i n t important a e c l a i r c i r . Interrogeons-nous d'abord sur Miguel en tant que f i g u r e du C h r i s t r e j e t e de son monde ( l e t h e a t r e , par extension l e monde a r t i s t i q u e et l a so c i e t e e n t i e r e ) , s ' i d e n t i f i a n t a i n s i a l ' u n i v e r s aquatique maternel et a l'enfant c r u c i f i e (quand, v i e i l l i s s a n t , i l e s t r e j e t e de ce monde ma-t e r n e l ) . Le message du C h r i s t , d ' a i l l e u r s , n ' e t a i t - i l pas c e l u i de l ' e n -fance e t , par consequent, du v e r i t a b l e amour? Lorsque Miguel et Monser-r a t songent £ 1'Espagne, au pays d ' o r i g i n e ou i l s veulent r e t o u r n e r , ce sont l e s f i a n g a i l l e s (35) sans cesse renouveLses de l e u r enfance q u i s u r -g i s s e n t de l e u r memoire (51). Devenus a d u l t e s , entre eux s'est i n s t a l l e e une " i n f i n i e d i s t a n c e " (97): l e paradis de l'Enfance a ete perdu (40). Selon G i l l e s Marcotte, "aux fa s t e s de l ' H i s t o i r e , evoques par l e s cathe-d r a l e s , (Miguel oppose) l ' a b s o l u de l'enfance", a l a facon de Josue mais i c i , p l u t S t que de se perdre "dans l a t e r r i b l e confusion de 1'immediatete que f i g u r e concretement l a forme du Jour est n o i r , 1 * 'Enfant t r o u v e ' (Miguel-Monserrat) ( v i t ) jusqu'au bout, 1'experience de l a perte""*"* a b o u t i s -sant 3 l a mort. 55 Marcotte, LeR oman a 1 ' i m p a r f a i t , p. 111. Suivant l a t h e o r i e r o -manesque freudienne de Marthe Robert (resumee par Marcotte, pp. 98-100), l'enfant part toujours a l a recherche de ses " v r a i s " parents. S ' i l l e s trouve, i l est 1 ' "enfant trouve" du conte de fee (ex. l e p e t i t poucet; 10.1 Plus i n t e r e s s a n t , Marcotte continue son analyse r e l i a n t c e r t a i n s f a i t s du r e c i t 5 une s i t u a t i o n quebecoise. Miguel et Monserrat, en e f f e t , viennent d'Espagne comme on v i e n t du Quebec. Le r e j e t de l a piece de c e l u i - c i par l e p a r t e r r e p a r i s i e n s'explique par 1'ignorance et l a mala-dresse d'un p r o v i n c i a l , d'un c o l o n i s e en f a c e d'un p u b l i c q ui monopolise l a Beaute et l a Connaissance depuis des s i e c l e s : " l e Canadien f r a n c a i s , en somme, incapable de se f a i r e r e c o n naitre par une mere-patrie q u i de-meure, comme l a mere de P a t r i c e et c e l l e de T i t e Blanche, 'seule avec sa beaute'". Pour Monserrat, ses s c u l p t u r e s ont comme sa v i e peu de poids (28), e l l e refuse m i m e de l e s reconnaitre siennes (83). A u s s i , doutant de sa propre v a l e u r , s u i v r a - t - e l l e son mari dans l a mort. Quant a J o h a n n , i l n'echappe a l'hecatombe que parce q u ' i l a su garder ses r a c i n e s r e e l l e s dans son pays n a t a l , a Vienne, en A u t r i c h e : un pays de neige ott n a i s s e n t des enfants et q u i p o u r r a i t , sans nous etonner, s'appeler l e Quebec. J o h a n n est " c e l u i q u i se trouve et c e l u i q u i se perd" (81). S ' i l ne l e s trouve pas mais par v i e n t £ se creer une s i t u a t i o n dans l e monde et a epouser une femme ( s ' a p p r o p r i e r l e pouvoir p h a l l i q u e du pere et epouser sa m i r e ) , i l est l e "bStard" romanesque, l e parvenu, e n f i n s ' i l tue ses pa-r e n t s , i l accede au t r a g i q u e . D'apres l e s d i r e s de Marcotte, nous pour-r i o n s a j o u t e r a c e t t e l i s t e 1' "enfant perdu". I I s e r a i t c e l u i q u i , comme Miguel et Monserrat, se perd dans sa recherche sans jamais r i e n t r o u -ver ( l e drame?) (40). Quant au heros homosexuel romanesque, i l s e r a i t un "ba'tard" r e v o l u t i o n n a i r e q u i , plus que d'usurper l e pouvoir du pere, l e transforme a f i n que son d e s i r sexuel s o i t reconnu ( l a " b t t a r d e " f e m i n i s t e r e j o i n d r a i t c e t t e d e f i n i t i o n en accord avec ses p r i o r i t e s ) . Marcotte, p. 108. 102 C. Dichotomie des personnages De s a v o i r que Les Voyageurs sacres f u t approximativement concu s i -non terming en meme temps que Le Jour est n o i r nous permet de rapprocher c e t t e o p p o s i t i o n entre l'eau ( b r o u i l l a r d , p l u i e , deluge, Seine ....) et l a neige communes au deux r e c i t s . Nous retrouvons, en e f f e t , chez Miguel et Monserrat l a meme ha n t i s e de l'eau maternelle que Josue et Roxane pre-s e n t a i e n t . Cette c a r a c t e r i s t i q u e r e v e l a i t , nous l'avons vu, l e d e s i r de l a femme chez l ' a u t e u r , auquel s'oppose l a s o c i e t e t r a d i t i o n n e l l e p a t r i a r -c a l e symbolisee par l a r i g i d i t e du pays de neige de Johann, semblable a c e l u i de Jessy, de Raphael et de C h r i s t o f e r . Une analyse de ce couple d ' a r t i s t e s nous r e v e l e que chacun d'eux s ' i d e n t i f i e suivant l a dichotomie e s p r i t / c o r p s , d u a l i t e s t r u c t u r a l e r e -trouvee dans l e s romans precedents. Miguel symbolise par son metier d'e-c r i v a i n l'Sme, l'emotion, l a s e n s i b i l i t e : i l est c e l u i q u i "se l a i s s e broyer par ce qui l'emeut" (21); dans sa trag e d i e emouvante, i l anime " c e t t e l e n t e peine q u i v i e n t au fond des temps ... p l a i n t e d'une bete i n -genue ... c r i de son propre coeur dechire" (14-15). Contrairement a Miguel q u i s a i t t o u t , Monserrat, e l l e , o u b l i e (66), e l l e n'a pas de volonte ( " f a i t e s de moi ce qui vous p l a i r a " 106 ), e l l e n'est pas une ame, mais un c o r p s - i l l u s o i r e (53) qui scu l p t e des oeuvres q u i ne sont que des formes i r r e e l l e s , " e n i v r e ( e s ) par l e s Ombres": "La t e n t a t i o n " ("ce visage e f -fraye ne s a i t pas ou i l va" (26), "Les fantomes" ("des corps q u i avancent dans 1 ' o b s c u r i t e " ) , "La Jeune F i l l e du Sommeil" ( " E s t - e l l e morte? ... Nous n'en savons r i e n " ) et "L'Espoir du Jeune Homme Assoupi" (50); t o u t e s , des "oeuvres de l a n u i t , (de) s t e r i l e s s t a t u e s " (103). Parce que separes par une " i n f i n i e d i s t a n c e " (97), ces deux a r t i s t e s sont a l a f o i s impuissants 103 et s o l i t a i r e s . Cette d u a l i t S entre l'ame et l e corps q u i p r o v i e n t sans doute de 1'enseignement r e l i g i e u x du Quebec, symbolisSe par Miguel ("Je d e s i r e que ton corps n'oublie r i e n ... de ce qui est mon ame" 67 ) et Monserrat, s ' a c t u a l i s e dans l a p e r s o n n a l i t e meme de l ' a u t e u r . D'une p a r t , l'on retrouve sa " s e n s i b i l i t e e r o t i q u e " , ce d e s i r " i n t e r d i t " envers une autre femme, i n t e r p r e t s comme une tendance masculine,"* 7 et d'autre part son corps de femme qui par 1'education recue est destine a l a possession par l e male et a l a maternite. Le duo Miguel-Monserrat c a r a c t e r i s e b i e n ce dechirement a l ' i n t e -r i e u r de l ' a u t e u r : l a jeune femme (Monserrat et l'auteur me'me) a peur de son d e s i r homosexuel ( M i g u e l ) , " E l l e c r a i n t de me v o i r a p p a r a i t r e a t r a v e r s e l l e " (62) avoue Mi g u e l . L'accord amoureux entre eux n'est pas p o s s i b l e : "Nous avons f a i t l e tour du monde, ensemble, nous avons cherchS ce que nous ne trouverons jamais" (40). Bien que le u r r§ve. de retourner en Es-pagne, l e pays de l e u r s amours e n f a n t i n e s , est impossible (38), i l s en r t v e n t . L'enfance est en e f f e t 1'union paradisiaque avec la mere, c'est l'epoque ou l e d e s i r l i b r e s ' a c t u a l i s e , s ' u n i f i e au corps. L'amour, l ' u -nion entre son corps et son ame, n ' e t a i t permis que durant 1'enfance, car l a s o c i e t e reprouve l e d e s i r (l'ame) qui s'Scarte de l a f o n c t i o n s e x u e l l e t r a d i t i o n n e l l e ( l e c o r p s ) . Miguel et Monserrat, dedoublement de l'auteur devenu a d u l t e , eprouvent un "etouffement sans l i m i t e s " (29) au centre du deluge qui dans son sens b i b l i q u e peut et r e i n t e r p r e t s comme une p u n i t i o n contre l e s p e r v e r s i t e s de l'homme. Ce sentiment de c u l p a b i l i t e s'associe Cette i n t e r p r e t a t i o n du lesbianisme comme Stant 1'expression d'une "ame masculine" dans un "corps feminin" n'est plus reconnue comme v a l a b l e par l a plupart des psychanalystes, mais encore aujourd'hui l e grand p u b l i c accepte ces prSmisses comme probablement 1 ' S c r i v a i n dans sa jeunesse. 104 au d e s i r l e s b i e n s t e r i l e et & jamais i n s a t i s f a i t : Monserrat ne veut pas d'enfant; "sans l e v o u l o i r , ( d i t - e l l e , ) mon corps sera toujours i n t a c t ... Et chaste" (46), ne pouvant se donner £ un homme, n i n'osant s ' o f f r i r a une femme. v Une t e n t a t i o n sublime (61) cependant se presente, l e mysterieux Johann par sa musique enchanteresse et sa beaute s e n s u e l l e va hanter l e couple. La musique chez M a r i e - C l a i r e B l a i s est r e l i e e au s u r n a t u r e l , a l a p e r f e c t i o n et a i n s i au monde de l'enfance. Miguel est f a s c i n e par cet etr e marque d'immortalite (61-62): Je s u i s a t t i r e par vous ... non comme une femme est a t t i r e e Par un amant, mais davantage, plus haut que l a mort, t e l l e neant a s p i r e par l a force de l'Ange. Vous e t i e z l'Ange de lumiere, l'Ange tenta t e u r q u i v e n a i t me sauver ou me perdre, vous e t i e z l'Ange (23). Ce symbole de c r e a t i o n , de beaute et de connaissance represente cependant un danger, un "risque paradisiaque et faussement enchanteur comme toute i l -l u s i o n " (60): i l est impossible d ' a t t e i n d r e l e degre d ' i m m o r t a l i t e , de p e r f e c t i o n que l ' A r t exige de tout a r t i s t e c a r , d i t M i g u e l , "toute oeuvre se decompose sous nos mains 5 mesure que nous l a foxtnons . .. Nous perissons a chaque minute que nous sommes". A u s s i , f a u t - i l r e s i s t e r a l a t e n t a t i o n et c r a i n d r e m§me sa per s e c u t i o n (62-63). D. Condamnation p a t r i a r c a l e Pour l e heros homosexuel romanesque l a v o i e est double: i l t r i o m -phe en creant un nouvel univers s'acceptant comme "normal", ou i l est de-58 f a i t , " a s s i m i l e " par l a s o c i e t e en p l a c e . En Johann, Miguel et Monserrat 58 I I en est de meme pour l e heros feminin ou l e heros quebecois. 105 sont f a s c i n e s separement par ces deux p o s s i b i l i t e s . Cette d u p l i c i t e du p i a n i s t e est b i e n marquee , i l est ange et demon (84), " a i g l e et pr o i e de l ' a i g l e " ( 81), Dieu ou homme sans que nous p u i s s i o n s determiner l'un ou l' a u t r e avec c e r t i t u d e . A u s s i Miguel refuse l a t e n t a t i o n d'une v r a i e c r e a t i o n , e l l e e s t trop exigente et trop confuse. P l u t S t que de creer son propre p a r a d i s , i l demissionne e c r i v a n t des " h i s t o i r e ( s ) d'anges i n -compris" (14) et p i r e en r e j o i g n a n t l e s eaux m a t e r n e l l e s . Pour Monser-r a t (corps f e m i n i n ) , Johann represente non pas une t e n t a t i o n s p i r i t u e l l e ( l a c r e a t i o n ) mais une v o i e a 1'accomplissement de l a f o n c t i o n s e x u e l l e ( l a p r o - c r e a t i o n et l e p l a i s i r ) que l a s o c i e t e l u i a p r e s c r i t depuis son plus jeune Sge ("ton visage me poursuit depuis ma naissance" 15 ): l'a p p e l au r S l e feminin t r a d i t i o n n e l . La "race trop flamboyante" dont Johann est un des nombreux representants (43) s'humanise, et l a themati-que s o l a i r e d'un dieu p a t r i a r c a l va a l o r s s'appliquer a un homme v i v a n t "une v i e t r e s simple, normalement a Vienne aupres de ( s ) a femme et de ( l e u r ) enfant" (25). Cette v i e simple et normale en f a m i l l e q u i g l o r i f i e l a mere, v o i l i t l a t e n t a t i o n a l a q u e l l e succombe Montserrat ( " l a brQlure du s o l e i l " 86) me'me s i ce n'est que pour r e m p l i r l ' a u t r e r S l e que l a t r a d i t i o n veut b i e n accorder a l a femme, c e l u i de maltre s s e . Johann, cet "homme au corps de s o l e i l " ( 30), "immobile" comme l a t r a d i t i o n , r e m p l i t b i e n son r S l e de p h a l l o c r a t e i n t r a n s i g e a n t envers toute d e v i a t i o n aux stereotypes sociaux et par consequent sexuels: i l p l a i n t de tout son et r e Miguel (21), et i l s'avoue impuissant 3 l e comprendre (19). Mais Monserrat ne peut que so u l i g n e r 1 ' i n e v i t a b i l i t e de l e u r con-d i t i o n malgre 1'education s o c i a l e recue a u t r e f o i s : 0 106 Enfant, j e me souviens a v o i r d e s i r e de te connaitre ... v o i r tes yeux, etr e p r i s e par t o i . Oui, j e l ' a i v o u l u . Mais pourquoi? C ' e t a i t absurde? Et t u r e -spl e n d i s de tout ce que nous ne serons jamais. Ton heureuse p l a c i d i t e est notre juge. (85) Mais d'ou Johann t i r e - t - e l l e c e t t e a u t o r i t e , c e t t e s t a t u r e de magistrat? Miguel l ' a trouve: Nous avons cherche une evasion (de Johann?) dans l e s cathedrales de France, une evasion de 1 ' e s p r i t . (N'avions-nous pas ete ensorceles par vous?) Nous sommes p a r t i s 5 l a conquete de nos Smes et savez-vous ce que nous avons decouvert? Vous, Johann, et par-tout et en toute chose: v o t r e presence ... Quelle imposture! (60) La r e l i g i o n est en e f f e t a l a base du p a t r i a r c a t : "que de s o l e i l sur l a p i e r r e " (44) de l a cathedrale q u i domine l e monde (70-71). C'est a i n s i qu'on peut a s s o c i e r l e s v i s i t e s aux cathedrales de Ch a r t r e s , de Bourges et de Reims aux t r o i s s t a t i o n s de l a c r o i x ou l e C h r i s t tombe et par extension aux condamnations de l ' E g l i s e contre Miguel-Monserrat, symbole dichotomique du heros homosexuel et de l ' e c r i v a i n . 1. A Chartres: - Condamnation a demeurer s t e r i l e , sans progeniture (46) et a i n s i a l a s o l i t u d e (48). - P u n i t i o n symbolique: g i s a n t "sur un tombeau de p i e r r e ... l e s o l e i l c o u l a i t sur ses pieds et ses mains comme l e sang ..." (49). 2. A Bourges: - Condamnation au Jugement Derni e r : " l a cathedrale 107 entiere s'ecroula entrainant avec elle ton corps et le mien" (57). - A la question de Miguel, "Les flammes (le patriarcat, la religion) ou moi"?, Monserrat choisit et rejoint son mari "sur le tombeau de cuivre" (59). 3. AReims: Dans le "Poeme de la Passion", leur destinee (associee au traumatisme de l'enfance) est symbolisee par le sacri-fice d'un enfant ou nous retrouvons les thematiques de la premiere poesie: l'enfant sacrifie, coiffe d'epines et "abandonne au midi" (74); la mere absente qui participe meme a sa mort ("disparait dans l'ecume des oceans"). Cet enfant abandonne de la mere et condamne a la mort, c'est le desir interdit qui refoule permet a 1'adulte de vivre et d'aimer (73) dans la societe. Ce desir cependant est le plus fort, i l prend "toute la place ... la place inter-dite, la part de Dieu" (78), ce qui explique la culpabi-lite qui court dans le recit, le besoin d'une redemption pour une faute mysterieuse et ainsi 1'utilisation cons-tante du theme de la Passion. Nous avons deja signale 1'inspiration biblique des Voyageurs sacres "sans doute liee i. (une) epoque ou (l'auteur) lisait la Bible, ou i l est sou-vent question des enfants de 1'ombre et des enfants de la lumiere". Donald Smith, "Les vingt annees d'ecriture de Marie-Claire Blais" dans Lettres Quebecoises, No. 16 (Hiver 1979-80), p. 55. 108 La s t r u c t u r e du r e c i t repose en e f f e t sur ce contraste entre l'ombre (Miguel et Monserrat) et l a lumiere (Johann) et sur l a d u a l i t e inherente a chacun de ces cotes. Dans l'ombre de l a r e p r e s s i o n et de l a c u l p a b i l i t y , i l y a l'auteur qui se cherche, qui tente de f a i r e 1'unite en s o i , j o i n -dre son ame, son d e s i r , sa m a s c u l i n i t e (Miguel) a son corps, sa fSm i n i t e (Monserrat). S i c e t t e dichotomie est s i b i e n marquee, c'est q u ' e l l e r e -s u l t e non seulement d'une problematique homosexuelle (m a s c u l i n / f e m i n i n ) , mais aussi' feminine (carriere/epouse et mere) et meme quebecoise (ame/ co r p s ) . Dans sa symbolique s o l a i r e , Johann presente avec ambiguite l e s deux v o i e s o f f e r t e s si l ' a u t e u r . Le heros homosexuel, feminin et quebecois d o i t c h o i s i r entre deux op t i o n s : s o i t par o r g u e i l t e n t e r d'acceder a 1'immortalite de l ' A r t et de l a l i b e r t y supreme en creant un univers a sa mesure propre, ou se soumettre aux v a l e u r s "normales" et "simples" de l a f a m i l l e t r a d i t i o n n e l l e , a 1'immobilisme p a t r i a r c a l et a un Quebec dependant et r e d u i t . I I ne semble pas y a v o i r d'espoir pour l ' a u t e u r . Sans doute, Monserrat tente de se creer une r a i s o n de v i v r e , e l l e c r o i t meme a v o i r ireu s s i a "creer un homme" (88), mais ce visage de Johann q u ' e l l e s c u l p t e n'est qu'une statue f r a g i l e q u i s'est n o u r r i e de son energie ("A mesure que t u v i s de moi, je meurs" 88 ). I l ne represente d ' a i l l e u r s qu'une image de Cain, un f a u x - f r e r e que d e t r u i r a Miguel (104). La rupture est t o t a l e . D'un cSte (Cain s u r v i v a n t ) , l e mensonge, l ' o u b l i (107) et l ' i m -posture de Johann q u i retournera a sa f a m i l l e dans son pays neigeux du p a t r i a r c a t , et de l ' a u t r e (Abel s a c r i f i e ) , l e s d i s i l l u s i o n s et l e deses-p o i r d'un couple et de son auteur. Comme l a c r u c i f i x i o n de l'e n f a n t n ' e t a i t s u i v i e d'aucune r e s u r r e c t i o n , l e r e c i t de Miguel et de Monserrat 109 est une longue p a s s i o n , c e l l e du heros b l a i s i e n (quebecois, feminin et homosexuel) romanesque qui debouche dans l a mort, une noyade dans l e s eaux m a t e r n e l l e s . M a r i e - C l a i r e B l a i s c h o i s i t a nouveau de retourner au s e i n de l a mere: hommage ou abandon a cet amour incestueux q u i l'ob-sede inconsciemment. Dans Le Jour est n o i r , par ce vers de Max Jacob "Le vieux monde est brise", preparons l e s vaisseaux" (JN 83), l'auteur exprimait son d e s i r d'un a i l l e u r s ou i l l u i s e r a i t p o s s i b l e de v i v r e mais Dans q u e l l e contree est-ce? La quelque part je ne s a i s ou ... je ne peux m'en approcher. Ces mots de Kafka, u t i l i s e s en exergue d'un c h a p i t r e des Voyageurs (79), expriment b i e n 1'impasse de l ' e c r i v a i n . Ne pouvant f u i r sa d e s t i n e e , i l ne l u i r e s t e qu'a se r e b e l l e r contre c e t t e s o c i e t e dans l ' e s p o i r d'un renouveau. 1 10 Chapitre I I I DE L'OPPRESSION A LA REVOLTE L'atmosphere sombre des Voyageurs sa c r e s , qui b a i g n a i t a u s s i l e s romans precedents, s i e d b i e n au jeune e c r i v a i n . D'une t i m i d i t e maladive, M a r i e - C l a i r e B l a i s se d e l e c t e de c e t t e v i e de r e c l u s e consacree a l ' e c r i -t u r e . Son a r r i v e e a Cambridge, en 1963, ne change r i e n a ses habitudes. E l l e h a b i t e toujours un s o u s - s o l , e c r i t beaucoup et s o r t peu, s i ce n'est l e s o i r pour se promener a b i c y c l e t t e et a l l e r au cinema. B i e n t o t , cepen-dant, Edmund Wilson l u i presente un p e i n t r e de ses amis, Mary Meigs, v i y a n t e l l e a u s s i dans ce p e t i t v i l l a g e de Weelfleet pres de Cape Cod. Ce f u t l e debut d'un amour turbu l e n t et d'une ami t i e i n d e s t r u c t i b l e dont l e p e i n t r e , i l l u s t r a t e u r de nombreux romans de l ' e c r i v a i n , a esquisse recem-ment l e s t r i b u l a t i o n s dans une prose d'une d e l i c a t e s s e touchante.' Cette c o n f e s s i o n , p u b l i e e dans l a revue l i t t e r a i r e E x i l e , r e v e l e que, s i Marie-C l a i r e B l a i s c r u t un moment a une l i b e r a t i o n , l'euphorie f u t de courte duree. Bien sQr, l e temps de l'errance et de l a s o l i t u d e semblait r e v o l u : e l l e a v a i t trouve un foyer pres de nouveaux amis. T o u t e f o i s , un accident v i n t d'abord r a b a i s s e r l'optimisme de ces premiers j o u r s . Lors d'une promenade, l a branche epineuse d'un arbre l u i c i n g l e l ' o e i l gauche. Pen-dant p l u s i e u r s semaines, dans l a douleur et l a t e r r e u r de perdre l a vue, c e l l e - c i v i t incapable d ' e c r i r e , sapee de toute energie. Une souffranee 1 Mary Meigs,"from L i l y B r i s c o e , a s e l f p o r t r a i t " , dans E x i l e , V o l . 6 (Toronto: Atkinson College of York U n i v e r s i t y , 1980), No. 1-2, pp. 39-64. 111 p i r e d e v a i t provenir d'un ordre d i f f e r e n t : son peu de s a v o i r en a n g l a i s et sa frayeur des etrangers devaient v i t e l ' e x c l u r e de c e t t e communaute d ' a r t i s t e s q u ' e l l e v e n a i t de j o i n d r e . Ces Americains non-conformistes et sQrs d'eux-memes s ' i r r i t a i e n t de l a s i m p l i c i t y , de l'effacement et de 1'ex-treme pudeur de c e l l e - c i . Surtout, i l s ne pouvaient comprendre pourquoi Mary Meigs a v a i t i n t r o d u i t c e t t e " v i l a i n e " dans l e menage respectable q u ' e l l e formait avec Barbara Deming, une j o u r n a l i s t e t r e s a c t i v e dans l e s mouvements p a c i f i s t e s d ' a l o r s . E l l e s v i v a i e n t ensemble depuis p l u s i e u r s annees avant d ' i n v i t e r M a r i e - C l a i r e B l a i s a partager l e u r demeure et l e u r amour. Bien que c e t t e r e l a t i o n t r i a n g u l a i r e , fondee sur l ' a f f e c t i o n et a i t l a s i n c e r i t y j ^ d u r e s i x annees, 1'experience en f u t douleureuse. En plus de s o u f f r i r de l'ostracisme g e n e r a l , l ' e c r i v a i n , l e s a i l e s coupees, es s a i e de s'adapter i. l a v i e posee de ses amies comme un oiseau en cage. Suppor-t e r c e t t e double oppression t i e n t de l'herolsme et du masochisme, mais sous l a retenue et l a reserve de l'auteur couve l a r e b e l l i o n , l a q u e l l e trouve sa l i b r e expression dans l e s e c r i t s de c e t t e epoque. 1. E c r i t u r e et r e b e l l i o n A. S i t u a t i o n et i n f l u e n c e s Deja dans l e s deux r e c u e i l s poetiques e c r i t s au debut et probable-ment en p a r t i e avant c e t t e periode de sa v i e , l a conscience s o c i a l e de l ' e c r i v a i n s ' a i g u i s e . A i n s i Pays v o i l e s presente d'anciens poemes d'un 2 lyrisme sage q u ' e l l e a remanies, mais dans p l u s i e u r s autres poemes, l a Le Carabin, j o u r n a l etudiant de 1 ' U n i v e r s i t y L a v a l , a p u b l i e , l e 15 novembre 1962, s i x poemes modifies et r e p r i s dans Pays v o i l e s . 1 12 poetesse semble v o u l o i r exposer l ' o p p r e s s i o n q u ' e l l e devine. Avec E x i s - tences , f i n i l e romantisme p a i s i b l e ! E l l e y presente une s o c i e t e sans " v o i l e s " v i v a n t d ' i n j u s t i c e s et de guerres. Toutes ces inquietudes q u i l a preoccupent a l o r s vont soudain r e j o i n d r e c e l l e s de ses nouvelles amies. Le choix de l e u r s l e c t u r e s communes l e prouve. Ensemble, l e s o i r , e l l e s l i s e n t a v o i x haute Tchekhov, P i r a n d e l l o et toute 1'oeuvre d'lbsen. Ces auteurs comme son nouvel entourage vont l a guider dans sa recherche per-sonnelle et l i t t e r a i r e q u i va prendre une nouvelle o r i e n t a t i o n . A i n s i , ce premier contact avec des femmes v i v a n t l e u r s e x u a l i t e avec confiance a dQ l a r a s s u r e r sur elle-meme: l e theme homosexuel va app a r a i t r e et evoluer a c e t t e epoque. Mais l ' h o s t i l i t e generale q u ' e l l e rencontre dans ce m i l i e u americain 1'oblige a se questionner sur sa "que-becitude" qui semble e t r e l a cause de cet ostracisme, a u s s i p o s e - t - e l l e un regard accusateur sur l e Quebec de son enfance, ce qu'Une Saison nous l i v r e avec tr a g e d i e et humour. Dans c e t t e peinture i r o n i q u e du paysan quebecois et de ses moeurs morales, di s s i m u l e e d e r r i e r e une i m p a s s i b i l i t y apparente, nous pouvons deceler 1'influence tchekhovienne. L'Insoumise, par son humanisme sombre oQ l'homme comme un fantoche essaie de se con-n a i t r e sans y p a r v e n i r , t i e n t p l u t o t de P i r a n d e l l o . L ' e c r i v a i n y ques-tionne a u s s i c e t t e h a n t i s e de l ' o r d r e et de l a r e s p e c t a b i l i t e , l e s memes c a r a c t e r i s t i q u e s que plus t a r d Mary Meigs s ' a t t r i b u e : 1'obsession de ranger et l e d e s i r d'§tre p a r f a i t e aux yeux des aut r e s . C'est de l ' e x -perience q u ' e l l e t i r e l a matiere de ses l i v r e s dans l e s q u e l s e l l e peut librement juger et meme se r e b e l l e r . I I en est a i n s i dans David Sterne. Dans 1'ombre des t r o i s personnages p r i n c i p a u x se cache l e " t r i a n g l e amou -3 r e u x " q u ' e l l e forme avec ses deux amies: l'une, plus analyste (Mary 3 Ce scheme du t r i a n g l e se retrouve dans presque tous l e s e c r i t s 1 13 Meigs), l ' a u t r e , devouee aux causes s o c i a l e s (Barbara Deming),^ et Marie-C l a i r e B l a i s , prenant l e r o l e du heros David, se l i b e r a n t avec fougue de c e t t e rancoeur contre l a s o c i e t e que dans l a r e a l i t e e l l e r e f o u l e encore. David Sterne q u i , par ses nombreuses i n c a n t a t i o n s , se l i t comme un poeme de douleur, t i e n t a l a f o i s du lyrisme dramatique et de 1 ' e x a l t a t i o n de 1'individualisme contre l a pseudo-moralite de l a s o c i e t e qu'on retrouve dans Brand d'Ibsen. Que 1'influence s o i t l i t t e r a i r e et provienne de l a r e a l i t e , c e l l e -c i n'en demeure pas moins secondaire et d i f f i c i l e a d e f i n i r dans l e roma-nesque b l a i s i e n . L'on peut avec moins de s u b j e c t i v i t y s i g n a l e r que l e s heros de ces t r o i s romans v i v e n t dans un cadre beaucoup plus r e a l i s t e que l e s romans precedents et d e s i r e n t e t r e en p l e i n e possession d'eux-memes: l a conscience de l ' e c r i v a i n evolue e l l e a u s s i . Malgre l a sourde r e v o l t e cependant, l a c u l p a b i l i t e et 1'oppression demeurent et tous l e s protago-n i s t e s de ce que nous avons surnomme l e " c y c l e de r e v o l t e " s o u f f r e n t une agonie et meurent semblables i des C h r i s t en c r o i x . S'ecartant d'une thematique o r i e n t e e vers l a t e r r e u r b i b l i q u e du chatiment, l'imagerie b l a i s i e n s dans une mise en scene r e p e t i t i v e : un personnage est r e j e t e par un autre (ou r e j e t t e l ' a u t r e ) q u i a l o r s se tourne vers un t r o i s i e m e . Ne signalons que deux v a r i a t i o n s i n t e r e s s a n t e s : dans Le Jour est n o i r , l e s t r o i s couples r e a c t i v e n t t r o i s r e j e t s c o n s e c u t i f s ; dans Le Loup, chacune des experiences amoureuses de Sebastien repete un r e j e t . En d e r n i e r l i e u , pour c e l u i - c i , l'amour v e r i t a b l e semble e t r e de pouvoir partager sa v i e a t r o i s . Cette r e p e t i t i o n d'un meme scheme r e l e v e du mythe personnel du r e -j e t p r i m o r d i a l par l a mere que nous avons decouvert dans l a premiere poesie de l ' e c r i v a i n et que La B e l l e Bete presente de facon dramatique. 4 Dans une marche contre l e racisme en Georgia, en J a n v i e r 1964, e l l e f u t emprisonnee avec p l u s i e u r s autres pendant pres d'un mois. E l l e d e c r i t c e t t e d e t e n t i o n et l e u r greve de l a faim dans P r i s o n Notes (N.Y.: Grossman, 1966). 114 b l a i s i e n n e et 1'ambiance romanesque r e j o i g n e n t maintenant c e l l e s du Nou-veau Testament deja rencontrees dans Les Voyageurs s a c r e s . Comme l e C h r i s t , l e heros b l a i s i e n se r e v o l t e contre un ordre ancien q u i l e persecute et qui exige de l u i sa v i e me'me."' David Sterne, l e c r i m i n e l anarchique, est l a r e p r e s e n t a t i o n (inversee) l a plus proche du C h r i s t en douleur, avec son bon l a r r o n (Francois Reine, l e t r a v a i l l e u r s o c i a l ) et son mauvais ( M i c h e l Rameau, l e blasphemateur). Mais Une Saison o f f r e un p a r a l l e l e p l u s i n t e r e s -sant. Le nom menie d'Emmanuel semble nous guider vers c e t t e i n t e r p r e t a t i o n . Sa naissance dans l a pauvrete et d'une mere "en s a i n t e t e " touche l e sur-n a t u r e l : i l est deja conscient de l ' e x t e r i e u r . La f i n du roman nous i n -dique q u ' i l est un doublet de Jean-Le Maigre car comme l u i i l sera poe"te et tuberculeux. Ce d e r n i e r , couronne de poux p l u t o t que d'epines, avec ses dons prodigieux a l l a n t j u s q u ' i l a p r o p h e t i e , ses souffrances (tuber-c u l o s e , fessees, p r i s o n de l ' e c o l e de Reforme) et sa mort (reve de con-damnation par un t r i b u n a l de J e s u i t e s ) se transforme en image du C h r i s t . Nous pouvons developper ce p a r a l l e l e jusqu'au r i d i c u l e : l e Septieme de-v i e n t l'apStre bien-aime; Theodule, un Judas l e t r a h i s s a n t par l e b i a i s meme de l'amour; Helo'ise, Marie-Madeleine, l a p u t a i n pardonnee; Grand-Mere en l'envoyant au N o v i c i a t , Dieu l e pe"re l e condamnant a l a mort. ... L'autobiographie que Jean-Le Maigre redige est l e m e i l l e u r symbole du r o -man: message de l i b e r t e , d'amour f r a t e r n e l et d'amour de s o i que l a La f i c t i o n r e j o i n t encore l a r e a l i t e . Dans " L i l y B r i s c o e , a s e l f - p o r t r a i t " , Mary Meigs nous r e v e l e au su j e t de M a r i e - C l a i r e B l a i s que l ' a t -t i t u d e de c e l l e - c i en r e l a t i o n avec ses amies r e l e v e d'un c e r t a i n maso-chisme et de sentiments de c u l p a b i l i t e (p. 61). Lorsque l e p e i n t r e ren-c o n t r a l ' e c r i v a i n , c e t t e derniere n ' e t a i t - e l l e pas fa s c i n e e par Simone W e i l , une mystique j u i v e qui,dans son oeuvre,demasque l e Dieu c r u e l de l a B i b l e et voulut se s a c r i f i e r dans l a douleur a 1'exemple du C h r i s t pour ses semblables? 115 f i g u r e du C h r i s t propose a l'humanite. I I est temps maintenant de passer au texte meme que nous etudierons selon l a p e r s p e c t i v e q u i nous i n t e r e s s e : determiner dans I'oeuvre b l a i -sienne l e s marques d'oppression d'une part et de r e v o l t e de l ' a u t r e . Apres une courte analyse des deux r e c u e i l s de poesie ou l'on trouve l e s premieres tendances £ l a r e b e l l i o n chez M a r i e - C l a i r e B l a i s , nous a l l o n s nous pencher sur Une Saison, non seulement en r a i s o n de c e t t e remarquable r e a l i s a t i o n mais parce que ce roman plus que tous l e s autres presente admirablement un melange des t r o i s niveaux d'oppression quebecoise, femi-nine et homosexuelle, auxquels l e s heros b l a i s i e n s et l a romanciere e l l e -merae s ' a f f r o n t e n t . E n f i n , apres un rapide s u r v o l des autres r e a l i s a t i o n s de ce " c y c l e de r e v o l t e " , nous aborderons l ' e c r i v a i n et son oeuvre dans l a dernie*re etape de son e v o l u t i o n , (un " c y c l e de l i b e r a t i o n " ) , du moins jusqu'a l a p a r u t i o n du Sourd dans l a v i l l e . B. Les R e c u e i l s de poesie Les courts poemes de Pays v o i l e s ^ dont p l u s i e u r s datent probable-ment d'un temps a n t e r i e u r v a r i e n t d'un s u j e t £ l ' a u t r e et r e v e l e n t un cSte anecdotique. Sereins et r i v e u r s , p l u s i e u r s d e c r i v e n t l e s paysages i n t e -r i e u r s du q u o t i d i e n de l'auteur d'une facon plus prosa'ique que poetique. Nous y retrouvons p i l e - m e l e l e s souvenirs d'enfance (L'ami'' 10 ,"Chez-it «» it f * F II nous 11 , Le premier jour 14 , . . . ) , 1 i n s p i r a t i o n r e l i g i e u s e (L ame 13 , 'Les Piques 44 , ...) et une imagerie paysanne (*Le premier j o u r " 14 , 'Amour" 21 , Le S i l e n c e " 25 , . . . ) . Ce p i t t o r e s q u e r u r a l provoque I ' i r o n i e M a r i e - C l a i r e B l a i s , Pays v o i l e s (Quebec: Garneau, 1963) 116 de Jacques Godbout en une critique laconique: Je m'etais jure d'aimer ga. Mais vraiment, c'est pas possible d'aimer a ce point la campagne! Pays voiles? Et quelles voiles, mon Dieu! Rien n'y est en effet defini: "La vie, la mort, le mai, l'amour, le quo-tidien et le feerique s'y conjugent dans un grand desordre de nature vierge." L'homme d'action a done tout pour etre irrite de ces "brumes". II est certain que Marie-Claire Blais ne travaille aucunement pour une in-dependence politique, mais i l ne faut pas negliger son desir de changement radical de la societe ou les droits de la femme et ceux de l'amour y sont respectes. II suffit de souveler les "voiles" pour s'en rendre compte. A travers l'atmosphere "baroque" (le vent, les "arbres nocturnes" ...) aux etrangers enigmatiques, nous pouvons decouvrir la revolte, l'inquie-g tude, la detresse, la solitude et l'exil interieur. Ainsi au-dela des symboles qui nous sont familiers (la symbolique solaire patriarcale 34, 42... et celle aquatique maternelle 17, 23...), le poete denonce 1'op-pression. Elle condamne la violence et la guerre (13, 33, 38), l'escla-vage de la femme (21, 23, 33, 44), la religion (11), la misere (27, 28, 37), l'absence du pere (10), la calomnie (22) et meme la repression sexuel-le dans "Maternite" (30). Sous cette image de "Femme au desir noir" ne se cache-t-il pas la lesbienne "brQlee ... en silence" par le desir du mile? "En moi j'oublie cette fontaine douce seule connue de mes yeux in-consoles": oublier ce desir secret de la mere (fontaine). J. Godbout, Liberte, 3, No. 3 (Mai-juin 1963), p. 258. G. Marcotte, Le Temps des poetes (Montreal: HMH, 1969), p. 96. 117 S i l'appel a. une liberation se f a i t entendre ("Paix" 24 , "Retour au Pays des Promesses" 35~36)» c e l l e - c i cependant est encore bien eloignee; Nous avons vu le scribe agenouille parmi les etoiles, II dessinait une route nouvelle mais nous n'osions pas l a suivre ... (19) Dans "Les Sommeilleurs" (39), cette figure de l'homme revolte qui "n'aimait pas le travail de ses peres ... parlait une autre langue, avait ... le poing dur ... Silencieusement nous 1'avons repudie." Aussi l'humanite continue-t-elle a souffrir "immobile(s) et sans revolte" (32), d'un "bonheur clandes-ti n Enferme dans nos muscles barbares" (39). Dans le poeme "Le Silence", l'un des mieux reussis par son surrealisme, l'enfant est habitue a. l a souf-france et a. l a mort de 1'innocent par les hommes eux-memes; Quand i l s l'ont tue a. l a ferme Nous etions tous assis dans l a p a i l l e Taciturnes et sales, et l a petite ecole poussiereuse Apparaissait derriere les arhres, l'incendie aux fenetres, Nous l a regardions flamber, assis en rond dans l a p a i l l e , On f e r a i t tomber sa tete a. midi, Ceux qui sont venus avaient l a hache a l a main II les regardait sans comprendre C*etait au mois de juin, i l attendait a. genoux Son visage a. droite du s o l e i l Quand i l s l'ont tue a l a ferme Je n'al rien d i t Nous n'avons rien d i t assis dans l a p a i l l e Et au loin, s'inclinait notre ecole en cendres ... (25) Le s o l e i l qui plombe et 1'ecole qui flambe rejoignent l a symbolique solaire patriarcale. L'education a 1 'injustice ne commence-t-elle pas sur les bancs d'ecole perpetuant les valeurs de l a societe traditionnelle jugee coupable (en cendres)? Ainsi ces "pays" ne sont pas "voiles" par l a volonte de l'ecrivain. 1 18 Au contraire, ces poemes lentement commencent a devoiler et a denoncer la violence d'une societe contre la liberte humaine. Quand les femmes "bri-seront la sagesse de leur vie"alors, seulement," On verra fondre les pre-mieres neiges du printemps "dans les yeux de leurs enfants et contre le mirage des dents (agressivite) de leurs maris (36), et l'amour, et le de-sir seront liberes de tous stereotypes (he Recueillement" 20 ,' Les Piques 44 " L'Etreinte" (26) montre bien 1'ambivalence amoureuse, ideal a atteindre, l'etre androgyne: Tu es tenebres fratches quand tu fermes les yeux, Tu es la foret close ou je ne penetre pas, Tu es l'herbe mouillee que l'on foule, le matin, Tu es une parole dure, tu es une parole tendre, Et j'aime ton corps assombri, a peine beau Quand tu marches vers moi dans la lumiere fugitive ... Cette esperance d'un renouveau, a peine remarquee dans ces poe"mes, j a i l l i t plus tenace dans le second recueil qui offre d'ailleurs une vision plus coherente de la violence du monde traditionnel, laquelle est denoncee. avec encore plus de vehemence. h Si ce recueil Existences se tient si l'ecart de la thematique que-becoise du recours au pays, c'est qu'il touche l'humanite entiere. Plu-tSt que d'etre nationaliste, la liberation anticipee est universelle: l'esthetique blaisienne est "prophetique, c'est-a-dire en mouvance a l' i n -terieur de l'etre en devenir".'^ Cette poesie n'est ni joyeuse,'' ni 9 Marie-Claire Blais, Existences (Quebec: Garneau, 1964). Jean Marcel, "Existences et souvenirs", L'Action Nationale, LIV, No. 3 (Nov. 1964), p. 276. Malgre ce qu'en dit la poetesse: "I think my poems are young and gay. I feel they are. Maybe not for you. But when I write them there is 1 19 apaisee. E l l e est un appel a" l a r e v o l u t i o n , a une t r a n s f o r m a t i o n de 1 ' e x i s -tence de l ' o p p r e s s i o n a l a l i b e r a t i o n . Au c o n t r a i r e de Pays v o i l e s , ces poemes gardent dans l e u r ensemble une forme n a r r a t i v e et d e s c r i p t i v e e t , tout en etant baignes dans un " c l a i r - o b s c u r mystique", i l s peuvent e t r e lus comme un r e c i t . La pre-miere p a r t i e , " E x i s t e n c e s " , presente l a f a m i l l e t r a d i t i o n n e l l e : l a mere, a v e r t i s s a n t ses f i l s contre l a s o c i e t e ; l e pere absent; l e mariage de l a f i l l e , s u i v i d'une nouvelle naissance ... Nous a s s i s t o n s au c e r c l e des progenitures. "Guerre ", l e plus long des poemes, d e c r i t l e s drames de l a v i o l e n c e ou l e m i l e , separe de l a femme, est d e t r u i t par un ennemi etranger. GrSce a notre connaissance des symboles b l a i s i e n s ce panorama ne nous est pas inconnu: A u t r e f o i s ... Nos barques v o l a i e n t doucement, temples perdus Au hasard des vagues. ... (16) Nous, a u t r e f o i s v i v a n t s Sommes e x i l e s aux limbes mon amour Tu ne reconnais plus ton pere n i moi mes nombreux f i l s ... Avec l e u r s bottes s o u i l l e e s de sang Les o r e i l l e s p l e i n e s des c r i s de l e u r s p r o i e s Sous l ' i n f o r t u n e immense du c i e l ... (20) La chQte du monde f u t imperceptible ... (21) Cette h i s t o i r e de d e s t r u c t i o n depasse l e compte-rendu des desastres guer-12 r i e r s . Nous y retrouvons l e s thematiques cheres a l'auteur de l'enfance bafouee par 1'adulte et d'une s o c i e t e qui conduit l'homme 3 l a v i o l e n c e e t v l a mort, enchatne l a l i b e r t e de son d e s i r pour l e r e d u i r e a l a p a s s i v i t e . a g a i e t y . " (B. Callaghan, p. 33). La j o i e est dans l a c r e a t i o n , non dans leur contenu. 12 En 1963-64, l e Quebec se p o l i t i s e avec " P a r t i P r i s " q u i preche l a r e v o l u t i o n . Le FLQ passe a l ' a c t i o n . Aux E t a t s - U n i s , l a guerre du Vietnam continue ses ravages. 120 "L'Amante" (25) complete ce t r i s t e tableau de l'humanite. Ce poeme pre-sente l a femme-epouse-mere, un esclave s o l i t a i r e et incomprise. I I d i t p a r f o i s que je s u i s l i b r e ... Puis sans me v o i r , i l m'invite a l a caresse ... Son corps s a i s i t l e mien q ui dormait encore ... (25) Moi, j ' o u b l i e ces v i l l e s que je ne connais pas (Et peut-etre cet amant que j e d e s i r e en rSve?) ... (27) Mon mari o u b l i e ses enfants ... (29) I I a aime une etrangere c e t t e n u i t ... (30) Dans l a quatrieme p a r t i e , l'auteur p o u r s u i t son ac c u s a t i o n , nous mettant en garde contre c e r t a i n s "Mirages" trompeurs: "Mirages" denonce l e s faux-prophetes q u i n'ont r i e n change, "Les S e u i l s muets" presente l a d u a l i t e corps/ame comme une maladie; " V i e " nous montre l a femme en c a p t i v i t e et "La F o l i e " , l e s o r t de c e l l e q u i est d i f f e r e n t e ( 1 ' a r t i s t e , l a l e s b i e n n e ) ; e n f i n , "La F i l l e Sauvage" est une i n t e r r o g a t i o n sur l a l i b e r a t i o n a t t e n -due. (Pour quand " c e t t e f r a i c h e c o l e r e q u i s e r a i t v o t r e r i r e ? 37)" C'est dans "Temps Eperdus" que l ' e x a l t a t i o n passionnee d'une l i b e -r a t i o n est entrevue. Ce de r n i e r poeme met en scene l a " f i n des temps" p a t r i a r c a u x i Dans l e s v i l l e s d'ombres, des femmes ouvrent Les portes de l a chambre, et s ' e c r i e n t : "Ce s o i r , l e Jugement D e r n i e r ! " (40) Le regne de l a mer ( l ' e a u = l'amour maternel) l'emporte sur c e l u i du so-l e i l ( l e feu = l a v i o l e n c e p a t r i a r c a l e ) * . ... tombent Du s o l e i l l e s s u i c i d e s Qui ... enlacent de l e u r s b r a s , l a f o r e t d'ecume ... (38) A u t r e f o i s on t u a i t l e s jeunes gens, ... (44) Aujourd'hui n u l l e c r e a t r i c e ne r a p p e l l e que l a v i e a f u i a l a derobee du s o l e i l , mais se mefiant encore de l a forme n o i r e du s o l e i l , i l s s'obstinent H ne pas o u v r i r l e s yeux! ... 121 Les o r p h e l i n s ont t r a v e r s e l e s landes flamboyantes ... i l s ont marche vers l a mer ... De ces cages nocturnes ... une main f r a t e r n e l l e f i t des v e r r i e r e s — a u m&ne i n s t a n t , l ' a i l e e c l a t a n t e o u v r i t l e s r e c i f s , emporta l e s f r o n t i e r e s du pays 13 Et eux souleverent l e u r s paupieres timides sur l e monde ... (45) Les hommes l i b e r e s pourront a l o r s regarder " j a i l l i r de le u r songe d e l i r a n t L'ebauche f o l l e de l'amour ..." (47). Bien qu'une v i s i o n de l i b e r a t i o n i c i nous est o f f e r t e , l a derniere strophe du r e c u e i l nous r a p p e l l e l'amere r e a -l i t e p a t r i a r c a l e opprimant encore l a femme. Demain peut-gtre, c e l l e s - c i , surmontant l a souffranee v a i n c r o n t : Un d u e l , dans l e reve, mais l e sang coule un peu, Un coup de f a u c i l l e sur c e t t e p o i t r i n e s i l e n c i e u s e Et de c e t t e b l e s s u r e , l e s louves s u i v r o n t l e s traces Dans l a neige ... (47) L o i n du surrealisme d ' i n s t i n c t de l a premiere poesie, l a grace de ces poemes t i e n t a l e u r extreme l i b e r t e : " L i b e r t e des rapports de l'ima-g i n a i r e , mais a u s s i l i b e r t e d'un langage q u i cree a sa mesure son propre 14 rythme". I I y a dans ces vers une souveraine aisance. Pour G i l l e s Mar-c o t t e , c e t t e poesie apparait "comme l a face apaisee d'une oeuvre que l a 14 prose ... e n t r a i n e r a vers de plus grandes v i o l e n c e s " . Pour nous, e l l e est a l a source meme d'une c o n t e s t a t i o n s o c i a l e que l e s prochains e c r i t s clameront. Comme l e s premiers vers i n i t i e r e n t l'auteur a i n v e n t o r i e r son monde i n t e r i e u r pour l e d e c r i r e apres sous forme de romans "mythiques", de meme ces deux r e c u e i l s de poesie, plus r e a l i s t e s , vont l e guider vers 1 J Selon Jean Marcel (p. 278), ce poeme) souligne "l'ancienne m o r b i d i t e " Nous croyons qu'en i n c l u a n t ce sens i l d'une l i b e r a t i o n u n i v e r s e l l e . 14 Marcotte, Le Temps des poetes, passage (et pourquoi pas tout l e quebecoise dont i l faut se l i b e r e r . l e depasse pour r e j o i n d r e 1'idee pp. 95-97. 122 une nouvelle demarche romanesque. Ou a u t r e f o i s l ' i n c o n s c i e n t m a t t r i s a i t l e monde imaginaire de l ' e c r i v a i n , peu £ peu maintenant une p r i s e de con-science s o c i a l e f a i t son a p p a r i t i o n . P l u t o t que 1'analyse de s o i et de l a t e r r i b l e c u l p a b i l i t e en r e s u l t a n t , M a r i e - C l a i r e B l a i s va s ' a t t a r d e r a examiner l e monde qui l'entoure. Ce regard qu'on d i t d'une a c u i t e decon-certante va a l o r s se tourner vers l e s e t r e s avec autant plus d'amour qu ' e l l e denoncera l ' i n j u s t e s o c i e t e q u ' i l s h a b i t e n t et ceux q u i en sont responsables. I I faut ajouter a ce changement d'optique de l ' e c r i v a i n son h e s i t a t i o n quant a l ' e c r i t u r e a employer. La forme poetique et l e romanes-que dans Les Voyageurs sacres, Pays v o i l e s et Existences se sont melan-ges curieusement. Bien qu'au debut de sa c a r r i i r e , l'auteur avoue n'avoir pas ete consciente de ce chevauchement entre l e s deux, e l l e a f f i r m e que de c e t t e facon e l l e peut rendre l e sens t o t a l de l a v i e , t e l l e q u ' e l l e l a 15 p e r c o i t , dans une v i s i o n symbolique. L'imaginaire de son monde personnel se j o i n t a i n s i a sa conscience a l e r t e de l'environnement. Cet e q u i l i b r e entre poeme et r e c i t trouvera sa plus o r i g i n a l e expression dans Une Saison  dans l a v i e d'Emmanuel, roman qui l u i vaudra une renommee I n t e r n a t i o n a l e . 16 2. Une Saison dans l a v i e d'Emmanuel Une Saison commence un nouveau c y c l e dans l a c a r r i e r e de Marie-C l a i r e B l a i s . S'eloignant de l ' a l l e g o r i e et du mythe, e l l e s'engage dans l'aventure combien plus d i f f i c i l e de transcender l e r e e l c a n a d i e n - f r a n c a i s . 1 5 Callaghan, "An Interview w i t h M a r i e - C l a i r e B l a i s " , p. 33. ^ M a r i e - C l a i r e B l a i s , Une Saison dans l a v i e d'Emmanuel (Montreal: Ed. du Jour, 1965). 1 7 J . E t h i e r - B l a i s , Signets I I , p. 232. 123 Cette nouvelle a t t i t u d e plus r e a l i s t e a su garder cependant quelque chose de 1 ' i n s p i r a t i o n " i n s t i n c t i v e " q u i c a r a c t e r i s a i t ses romans precedents. Elle-meme nous l e d i t : "C'est un l i v r e e c r i t de facon t r e s i n s t i n c t i v e , sans t r o p d ' i n c a n t a t i o n i n t e l l e c t u e l l e . C'est un l i v r e e c r i t parce que je 18 l e s e n t a i s comme ga, je l e voyais comme ga ...". Dans toute l a produc-t i o n qui s u i v r a , l a part de 1 ' i n s t i n c t c o n t r i b u e r a a c e l l e de 1'observa-t i o n . I c i , l e s deux s ' a l l i e n t a f i n de denoncer l a t e r r i b l e education r e -gue du monde adulte de son enfance: "On nous a tellement enseigne l a peur 19 de Dieu et l a peur de v i v r e " . Cette r e b e l l i o n soudaine de l ' e c r i v a i n n'eclate pas sans un c a t a l y s e u r quelconque. Apres a v o i r s o u f f e r t longue-ment d'une b l e s s u r e a l ' e e i l gauche, croyant m§me en perdre 1'usage, f i n a -lement e l l e g u e r i t : " I I m'a semble a v o i r remporte une grande v i c t o i r e et 19 j ' a i cesse d'avoir peur". Ce regain de v i e sans doute l e d o i t - e l l e a u s s i a l a s e c u r i t y a f f e c t i v e trouvee pres d'amis qui reconnaissent sa vale u r et l'aiment pour ce q u ' e l l e e s t . L 1 i n s e c u r i t y , s o i t causee par sa t i m i d i t e n a t u r e l l e ou son homosexualite, s'estompe, de meme que l a c u l p a -b i l i t e accrochee a c e t t e dernie"re. Qui done est coupable s i elle-m&ne n'a aucune r a i s o n de l ' e t r e ? L o i n du Quebec, ou e l l e savoure une grande l i -b e r t e , e l l e peut a l o r s j e t e r un regard o b j e c t i f sur ce qui a marque son 20 education. Sans t e n i r responsable un groupe en p a r t i c u l i e r , Une Saison 1 Q Donald Smith, "Les v i n g t s annees d ' e c r i t u r e de M a r i e - C l a i r e B l a i s " p. 57. 1 9 P i l o t t e , " M a r i e - C l a i r e B l a i s " , p. 54. on De demeurer aux E t a t s - U n i s , e l l e d i t : "... ga m'etait n e c e s s a i r e . On a toujours besoin d'etre protege des gens de son pays. J ' a i voulu etre fortement deracinee ..." (J.Le Clec'h, p. 3 ) . Plus t a r d , en France e l l e reconnait q u ' e l l e v o i t son peuple "de plus l o i n avec plus d ' o b j e c t i -v i t e " (D. Smith, p. 57). 124 pointe l e doigt avec i n s i s t a n c e vers l a r e l i g i o n c a t h o l i q u e a c a r a c t e r e 2 1 j a n s e n i s t e du temps de son enfance: " I I a choque l e s p r e t r e s canadiens ( d i t - e l l e de ce roman, mais i l ) y a encore dans l a campagne de ces f a m i l i e s r u s t i q u e s , i n c u l t e s , nombreuses, pauvres, comme c e l l e d'Emmanuel, q u i vi v e n t sans autre e s p o i r que c e l u i d'un beau j o u r , en voyant un matin l e 22 s o l e i l " . F a l l a i t - i l c r o i r e que c e t t e a t t i t u d e a n t i - r e l i g i e u s e c r i t i -q uait l a s o c i e t e quebecoise t e l l e q u ' e l l e e x i s t a i t , ou e t a i t - c e tout simplement une t r a n s p o s i t i o n de l a r e a l i t e grSce aux q u a l i t e s d ' a f t a b u l a -t i o n du r e c i t . Entre ces deux poles se b a l a n c a i t l a c r i t i q u e l i t t e r a i r e . Comme G i l l e s Marcotte, nous constatons que 1'effet du r e e l est p r o d u i t moins par 1'exactitude ou l a vraisemblance des d e s c r i p t i o n s que par l a reference i. un texte majeur de notre c u l t u r e , c e l u i du roman de l a t e r r e 23 ou de l ' i d e a l o g i e t e r r i e n n e . Ce roman, cependant, comme l e prouve son succes i n t e r n a t i o n a l , depasse une r e a l i t e n a t i o n a l e pour r e j o i n d r e l ' u n i -versel'. La f a m i l l e que j ' a i depeinte, o u i , c'est une f a m i l l e de pa r t o u t , une f a m i l l e miserable comme on peut en trouver dans l e monde e n t i e r . Mais, b i e n sQr, ma f a m i l l e je l ' a i depeinte d'apres des t r a i t s r e e l s que j ' a i trouves au Canada meme ... Ce que j ' a i voulu f a i r e s e n t i r , c'est 1'hiver. Hiver moral, h i v e r physique, l a misere mate-r i e l l e 2 ^ t l a misere morale, l a p r i s o n du g e l et des pre-juges. z 1 " ... you become very sad a f t e r t h i s education ... (but) I do not blame a p a r t i c u l a r group". B. Callaghan, p. 31. 2 2 Bourdet,"Marie-Claire B l a i s " , p. 131. Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t , p. 126. ^ B o i v i n , "Le monde etrange de M a r i e - C l a i r e B l a i s " , p. 16. 125 L'image de l ' h i v e r p a t r i a r c a l , deja rencontree dans Le Jour est n o i r , rend bien c e t t e idee d'une r e p r e s s i o n u n i v e r s e l l e a denoncer, non seulement en tant que Quebecoise, mais a u s s i en temps que femme et homosexuelle. P l u t o t que de considerer ce roman comme une s t y l i s a t i o n dont l e but n'est n i d ' h o r r i f i e r , n i de reformer, mais p l u t o t de p l a i r e , une a t t i t u d e de 25 P h i l i p S t r a t f o r d que nous recusons, nous rejoignons l a c r i t i q u e s o c i o -logique qui considere que " M a r i e - C l a i r e B l a i s semble depasser une r e v o l t e pour assumer une r e a l i t e r e v o l u t i o n n a i r e (meme s i e l l e d o i t e t r e t r a n -26 q u i l l e ) ... avec amour ... sous l e pseudonyme de Jean-Le Maigre ...". A. Repression quebecoise Une l e c t u r e rapide du roman frappe d 1abord par sa s t r u c t u r e non r e a l i s t e ou l'on retrouve tous l e s fantasmes du " c y c l e mythique" prece-dent: " l a mere ( i c i l a grand-mere), l a presence de l a nature (jamais pro-jetee au premier p l a n , mais subtilement envahissante), l e v i c e cache, l e plus secret ( q u i , par son secret meme, co t o i e l a poesie) e n f i n , s u r t o u t , 27 l e s enfants". De c e t t e r e l a t i o n de l a mere (grand-mere) & l'enfant s u r g i s s e n t non seulement l e debut et l a f i n du roman, mais emerge tout l e r e c i t . Symbole de 1 1 i m m o r t a l i t e b i o l o g i q u e , l a grand-mere A n t o i n e t t e c r o i t b i e n d e t e n i r entre l e s mains l e pouvoir de decider de tous (13). Sur une ferme, dans l a misere, v i t l a f a m i l l e "nombreuse" dont Emmanuel 2 5 S t a t f o r d , M a r i e - C l a i r e B l a i s , p. 42.26 B r u l e , " i n t r o d u c t i o n a l ' u n i v e r s de M a r i e - C l a i r e B l a i s " p. 509, 2 7 E t h i e r - B l a i s , Signets I I , p. 230. 126 est l e seizieme. Entre une mere esclave et un pere b r u t a l , ses f r e r e s et soeurs suivent l e s traces des parents selon l e u r sexe: l e s f i l l e s , "soumise(s) au labeur, r e b e l l e ( s ) a l'amour ... un b e t a i l a p p r i v o i s e " (34), l e s gargons, "enivres par l a chasse, l a b i e r e et l e vent ..." (54). D'echapper a c e t t e t y r a n n i e f a m i l i a l e n'est pas aise, mais demeure l a seule facon de developper une c e r t a i n e i n d i v i d u a l i t y : a i n s i en s e r a - t - i l de 1'avenir d'Helo'ise, de Jean-Le Maigre et du Septieme. Suivant des p a r a l -l e l e s i m p l i c i t e s entre l e couvent et l e bordel, 1'ecole de reforme et l e N o v i c i a t ou l ' u s i n e se deroule sous nos yeux l a tragi-comedie de l e u r d e s t i n e e . S i ce n ' e t a i t que c e t t e c a r i c a t u r e grotesque et humoristique l'on r e t r o u v e r a i t peu d'une r e a l i t e quebecoise meme deformee, l a s a t i r e n'y prend du mordant et de l a v e r i t e que par l a constante reference a l a r e l i g i o n q u i sous-tend chaque page du roman. M a r i e - C l a i r e B l a i s r e j o i n t a i n s i l a l i g n e e des e c r i v a i n s c o n t e s t a t a i r e des annees 60, accusant l e c l e r i c a l i s m e de tous l e s maux du Quebecois i n f e r i o r i s e . Avec Une Saison 28 e l l e f a i t m&ae l a somme de toutes nos obsessions, s'attaquant a une r e l i g i o n abStardie q u i r e d u i t l'homme a un i n f a n t i l i s m e i n t e l l e c t u e l et moral. Examinons d'un peu plus pres l e s p r i n c i p a u x personnages, tentant de d e c o u v r i r comment i l s se sont "transformes en mal", devenus nefastes au contact des v a l e u r s r e l i g i e u s e s de l e u r m i l i e u , pour ensuite nous i n -t e r r o g e r sur l e realisme de l'auteur dans sa r e p r e s e n t a t i o n du Quebec. L ' o r i g i n e de c e t t e conception erronee de l a r e l i g i o n decoule de 1'enseignement c h r e t l e n sur l e peche o r i g i n e l . Selon l e mythe p o p u l a i r e , l a faute o r i g i n e l l e a u r a i t deux s i g n i f i c a t i o n s : une r e b e l l i o n o r g u e i l l e u s e 28 Jacques Cotnam, "Le roman quebecois 5 l'heure de l a Re v o l u t i o n T r a n q u i l l e " , Le Roman canadien-frangais, Tome I I I (Montreal: F i d e s , 1977), p. 290. 127 contre l e createur et une degenerescence morale due a* l a c h a i r . Les personnages du cure et du Frere Theodule demontrent bien l a n o c i v i t e de ces conceptions. Le cure, dans sa defiance de l ' o r g u e i l ( 53), indique b i e n ou peut conduire c e t t e passion de l ' h u m i l i t e , d'obeissance aveugle: ignare (59), n a i f et s u p e r s t i t i e u x (51), i l c r o i t que l'amour de Dieu se jauge par l e s malheurs subis • De l ' h u m i l i t e , l'on passe au masochisme. Chez l e Frere Theodule s'ajoute l e sadisme r e l i g i e u x : "l'oeuvre de c h a i r " non seulement tue l'ame mais a u s s i l e corps; p i r e , c'est de l a "metamorphose en mai" de c e l u i - c i que l e p r i n c i p e meme de l a confession s u r g i t (95). Dans l e pardon, i l retrouve l e s forces d i a b o l i q u e s , i l est pre*t a recom-mencer a "pecher": ... quel e s p o i r de s e n t i r que Dieu l ' a t t e n d a i t dans toutes l e s e g l i s e s , q u ' i l r e c e v a i t ce pardon comme une n o u r r i t u r e contenant l a precieuse energie pour accom-p l i r l e m a i — a u s s i t o t q u ' i l en a v a i t b e n e f i c i e ... (95). Cette i n v e r s i o n des b i e n f a i t s r e l i g i e u x se retrouve chez tous l e s person-nages. A i n s i l a grand-mere, symbole a u t o r i t a i r e de l a t r a d i t i o n quebe-c o i s e , avec ses pieds immenses d e j i souligne 1'importance du t e r r e - a -t e r r e comparee au monde i n t e l l e c t u e l et s p i r i t u e l . La r e l i g i o n est l a pour s e r v i r (22, 59), c r o i t - e l l e . Mais s i l a r e l i g i o n l ' a rendue "femme a sens p r a t i q u e " , e l l e l ' a surtout marquee par sa peur de l'homme et a i n s i l'amour se transforme en " d e v o i r " (80) b r u t a l q u ' i l faut s u b i r . A v o i r des enfants, c'est s u i v r e l a yolonte de Dieu. Haine du corps, honte de l'homme (15), honte d'aimer l a v i e (81): v o i l a l a marque r e l i g i e u s e , opposant l'homme a" l a femme p l u t o t que de l e s r e u n i r . La mere p a s s i v e , s o u f f r e -douleur, esclave du male (11* 13 > 21) est confinee dans sa s o l i t u d e ; s e u l de son c6te, l'homme, a c t i f , b r u t a l (16, 21, 95) et ign o r a n t , r e j e t t e toute 128 va l e u r i n t e l l e c t u e l l e (15): " L ' e s s e n t i e l , c'est de pouvoir t r a i r e l e s vaches et couper l e bois ..." (51). Curieusement, cependant, c e l u i - c i eprouve une honte f a m i l i e r e , quotidienne devant l a femme (15), c'est que l a Quebecoise represente l e s forces s p i r i t u e l l e s du couple, l ' h i s t o i r e et l a r e l i g i o n ayant permis 3 c e l l e - c i une c e r t a i n e suprematie, un m a t r i a r -cat sans pouvoir m a t e r i e l . Grand-Mere A n t o i n e t t e , symbole de l a t r a d i t i o n , r e j o i n t ce mythe m a t r i a r c a l . En e f f e t , l a femme a joue dans l a formation de notre peuple un r o l e autonome t r e s c o n s i d e r a b l e , un r S l e ou e l l e s'est affermie avec a u t o r i t e et une independance q u i ont p r o -fondement marque l a memoire c o l l e c t i v e ... Du haut en bas de l ' e c h e l l e s o c i a l e , 1'importance de l a femme c r o i t ... A l a campagne, l a femme " a r b i t r e supreme", regne ... avec l e t i t r e de " c r e a t u r e " que son homme l u i a de-cerne, exprimant l a son a d m i r a t i o n , 2 | o n amour d i s t a n t , sa peur, sa s u j e t i o n et son mepris. Paradoxalement, c e l l e - c i demeure sa servante. Par d e l a c e t t e d e s c r i p t i o n de 1'influence r e l i g i e u s e et de ses v i c t i m e s , l 'auteur i r o n i s e sur une r e a l i t e e ssentiellement quebecoise q u ' e l l e r e n i e . En transformant c e l l e - c i , e l l e 1'accuse et veut i n q u i e t e r l e l e c t e u r , l e f a i r e p a r t i c i p e r a une reforme. Comment en e f f e t n i e r ces id e o l o g i e s que l a . r e l i g i o n a entretenues chez l e s Quebecois pendant long-temps? M i s s i o n d ' e v a n g e l i s e r , d'etendre l a c u l t u r e f r a n c a i s e en Amerique ^ Jean Le Moyne analyse a i n s i ce phenomene dans "La femme dans l a c i v i l i s a t i o n canadienne-francaise" (Convergences, pp. 69-100). Ajoutons qu'aide par l e dualisme enseigne par l a r e l i g i o n , l e fosse entre l'homme et l a femme s ' e l a r g i t . Ces "messieurs ... au fumoir, sanctuaire de v i r i -l i t e s ... eprouvent l e besoin de se donner l e change en formant une f r a n c -maconnerie pourvue de sa l i t u r g i e ...: l e s a f f a i r e s , l e p e t i t v e r r e , l e s cartes et 1'obscenite • • • ( l e systeme s o c i a l a su garder ses bases p a t r i a r -c a l e s . De son c 6 t e , par) son a t t i t u d e negative, l a mere bourgeoise tend a enfermer sa f i l l e en un i n v i o l a b l e gynecee moral". (pp. 90-91) Ce tableau d i f f e r e t r e s peu de 1'attitude campagnarde. 129 30 et de demeurer f i d e l e 3 l a t e r r e : mythes que nous retrouvons i n t e -gralement quoique deformes dans Une Saison. Dans l a h a n t i s e du N o v i c i a t de l a grand-mere, nous reconnaissons l e r§ve, sinon l e d e v o i r , de chaque f a m i l l e quebecoise de "donner", s i p o s s i b l e , un pr e t r e ou un r e l i g i e u x a l ' E g l i s e . La r e g i e de c e u x - c i , "Obeissance, Purete et Pauvrete", e t a i t m^ me adoptee: aucun i n d i v i d u a l i s m e n ' e t a i t encourage, l a h a n t i s e de l ' i m -purete et l e besoin de v i v r e sans attache m a t e r i e l l e e t a i e n t inculques aux jeunes, l e s q u e l s d i t grand-mere A n t o i n e t t e sont destines a Dieu (12). Sans doute, l e s r i t e s r e l i g i e u x r e d u i t s a l a s u p e r s t i t i o n et aux v i c e s depassent l a r e a l i t e , mais volontairement l ' e c r i v a i n en f a i t des symboles i n q u i e t a n t s : Helo'ise representant une r e l i g i o n fondee sur l e dedain du " d e s i r " et Theodule, symbole meme d'une r e l i g i o n indulgente pour ses propres fautes mais "de - f o r m a t r i c e " et me"me c r i m i n e l l e . Comment a u s s i o u b l i e r l e pendant s a r c a s t i q u e de. ce curie u x "missionnarisme". Grand-mere A n t o i n e t t e en e f f e t r e t i r e des avantages m a t e r i e l s (un repas 22 , un manteau 59 , 1 ' i n s t r u c t i o n g r a t u i t e des enfants 12 ) de son a s s o c i a -t i o n avec l a r e l i g i o n : un rappel de l ' e c r i v a i n que l a pratique r e l i g i e u s e est souvent i n t e r e s s e e , s'accompagnant de "primes" m a t e r i e l l e s et s o c i a l e s . Le mythe d'une race c i v i l i s a t r i c e f r a n g a i s e s u b i t l a meme degra-d a t i o n . Bien que Jean-Le Maigre represente c e r t a i n e s v a l e u r s s u p e r i e u r e s . Cette s u p e r i o r i t y s u r g i t de sa c e r t i t u d e d'etre d i f f e r e n t des a u t r e s . Le 30 La d o c t r i n e ultramontaine (1866) defendait ces themes, entre a u t r e s : 1. Le c a t h o l i c i s m e est l'element determinant de l a n a t i o n a l i t y canadienne-f r a n g a i s e . Sa m i s s i o n en est done une d' e v a n g e l i s a t i o n en Amerique du Nord. 2. Toute a u t o r i t e v i e n t de Dieu. La s o c i e t y c i v i l e est done sou-mise a l a s o c i e t y r e l i g i e u s e ... 3. L ' a g r i c u l t u r e c o n s t i t u e l'occupa-t i o n p r i v i l e g i e e des Canadiens f r a n g a i s ... Le Manuel de l a P a r o l e I (Quebec: Bo r e a l Express, 1977), p. 139. 130 cure, c u l t i v a n t l ' h u m i l i t e , represente p l u t o t l a norme avec ses v a l e u r s i n v e r s e e s . A f i n de garder sa f o i et sa langue, on frappe l e peuple d'os-tracisme. I I vaut mieux " f a i r e des p ' t i t s " ( l a revanche des berceaux, dira - t - o n ) , et se mefier des l i v r e s et de 1'enseignement: l e peche d'or-g u e i l est c e l u i des i n t e l l e c t u e l s , a u s s i l ' E g l i s e p r e f e r e - t - e l l e aux "im-p i e s " l e s ignorants ( l e cure et l e s deux mattresses d'ecole l e sont) 3 1 q u ' e l l e veut nombreux a f i n d'augmenter son pouvoir. M a r i e - C l a i r e B l a i s a b i e n rendu ce mepris de l ' i n t e l l e c t u e l par l e s l i v r e s et l e s e c r i t s mis au f e u : r e p r e s e n t a t i o n probable de 1'Index. Bien que Grand-Mere recon-naisse q u ' i l est malheureux de ne pas a v o i r assez d 1 i n s t r u c t i o n (100), e l l e n'y peut r i e n . C'est a contre coeur sans doute, mais e l l e brGle l e s poemes trop " f i e v r e u x " de Jean-Le Maigre (72) et avoue q u ' i l v a u d r a i t mieux de-c h i r e r l e s c a h i e r s de c e l u i - c i (91) comme l e cure l e c o n s e i l l e , t a n d i s que ?contre l a r e s i s t a n c e du pere a 1 ' i n t e l l i g e n c e , e l l e ne s a i t que f a i r e : I I v o u l a i t tout s a v o i r , l e pauvre enfant (Jean-Le Maigre). I I en est mort. Son pere l ' a trop b a t t u . T o i a u s s i (Emmanuel) t u sera b a t t u s i t u poses des questions. Vaut mieux te t a i r e et a l l e r couper du boi s comme l e s autres (101). Cette a l l i a n c e du pere et du cure c o n t r e c a r r a n t tout d e s i r de c i v i l i s a -t i o n (11, 59), qu'au c o n t r a i r e Grand-Mere et Jean-Le Maigre f a v o r i s e n t , dramatise b i e n l e s sympathies de l ' a u t e u r . I I faut y v o i r une r e p r e s e n t a t i o n Lance en 1875 par Honore M e r c i e r , l e debat sur 1 ' i n s t r u c t i o n o b l i -g a t o i r e a l l a i t p e r s i s t e r jusqu'en 1943 a l o r s que fut adoptee l a l o i de 1 ' i n s t r u c t i o n o b l i g a t o i r e . Dans l e "Manifeste contre 1 ' i n s t r u c t i o n o b l i g a -t o i r e " (1919), l'auteur (H. Lalande) suggere de facon d i r e c t e que l ' i n s t r u c -t i o n o b l i g a t o i r e conduit inevitablement au communisme, a l ' a s s i m i l a t i o n , si l a d e s t r u c t i o n de l a f a m i l l e . L'Etat n ' a u r a i t r i e n a f a i r e dans l e domaine de l ' e d u c a t i o n , sauf d'assurer " q u ' i l n'y a i t , dans l e s e c o l e s , r i e n de p r e j u -d i c i a b l e aux moeurs et a l a sante physique. Le Manuel de l a Parole I I , p. 87. 131 de l a societe p a t r i a r c a l e dont les l o i s , derivant d'une r e l i g i o n aussi misogyne q u ' e l l e , repriment toute tentative subversive contre l a domina-t i o n du male, qui ce s o i t l a l i b e r a t i o n de l a femme, c e l l e de 1 ' a r t i s t e ou encore de 1'homosexuel. La l i b e r t e de l ' i n d i v i d u , c e l l e du desir et de l'imaginaire impliquent essentiellement les organismes p o l i t i q u e s et so-c i o - c u l t u r e l s . 32 Quant au mythe de 1'agriculturisme, i l a son origine^plus que les deux autres i d e o l o g i e s , dans un p a t r i a r c a t et dans une r e l i g i o n du Moyen-Age. La Bible et l a figure du Christ Bon Pasteur s'offrent en garan-t i e de son au t h e n t i c i t e pour les paysans. C'est peut-etre l a grand -mere qui l'exprime le mieux quand e l l e v o i t ses p e t i t s - f i l s p a r t i r pour l a v i l l e : "0 c i e l , ( d i t - e l l e ) ayez p i t i e de ces animaux que l'on mene a l ' a b a t t o i r ..." (90). La v i l l e n ' e s t - e l l e pas l'occasion de peche, l a perdition? Le systeme s c o l a i r e contribua d ' a i l l e u r s i. retarder cette mi-gration vers les grands centres: le cours classique, qui d i r i g e a i t vers l a p r e t r i s e et les professions l i b e r a l e s , n'encourageait nullement les jeunes a des c a r r i e r e s en administration ou en sciences. Seul l e salut de son ame importait: l e fatalisme du "quand on est ne pour un p e t i t pain" trouvait a i n s i sa sublimation. Lorsque le Septieme reve de jouer du piano: "Un reve impossible, l u i e c r i t sa grand-mere—nous sommes des petite s gens. Ne f a i s pas l e reve des grandeurs, mon enfant." (123) A i n s i 32 "Pourquoi 1'agriculture s e r a i t - e l l e une occupation p r i v i l e g i e e pour les Canadiens francais? Parce q u ' i l existe une profonde harmonie entre l a f o i et l a t e r r e . " Manifeste messianique (1902), Le Manuel de l a Parole I I , p. 25. 132 f i d e l e a l a t e r r e , on demeure f i d e l e 3 Dieu. Le pere t r a d u i t b i e n c e t t e " v o c a t i o n " . L'important pour l u i est de pouvoir t r a i r e l e s vaches et de couper l e b o i s : a c t u a l i s a t i o n d e - 1 ' i d e a l d'humilite et de pauvrete pre-che par l ' E g l i s e que l e Quebecois r e s p e c t e r a jusqu'aux environs de l a Se-conde Guerre mondiale. 33 Examinant avec plus d ' i n s i s t a n c e ce roman "kaleidoscope", plus qu'une saiso n dans l a v i e d'un peuple, c'est c e l l e de toute une c i v i -l i s a t i o n qui s'y v o i t r e f l e t e e et condamnee par un poete d'un humour g i -35 gantesque et g r i n g a n t . Que l e s p i l i e r s de 1'Occident s o i e n t l a r e l i g i o n c h retienne, j u i v e ou meme isl a m i q u e , tous ses organismes p o l i t i q u e s , eco-nomiques et c u l t u r e l s propagent et perpetuent depuis des s i e c l e s un mime systeme p h i l o s o p h i q u e : l e p a t r i a r c a t . V o i l a l e coupable q u i condamne tous l e s r i v e s de l i b e r t e , comme ceux de Jean-Le Maigre, a echouer dans l a neige (35, 75) ou a 1'immobilisme de l a peur et de l a c u l p a b i l i t e . En decoule une r e l i g i o n q u i d e t r u i t 1'enthousiasme des enfants et 1'innocence de l e u r s d e s i r s . Les "graces" de Theodule vouent ceux-ci a l a mort. De meme, c'est Leopold dans sa robe de s e m i n a r i s t e , pendu a l a branche d'un arbre, p r i t & e t r e ecorche dans l e vent d'hiver (54), q u i i n s p i r e a Jean-Le Maigre et au Septieme l e u r passion du s u i c i d e , r e j o i g n a n t Raphael et Jessy ( J N ) dans un mime " r i t u e l p h a l l i q u e " . En r e s u l t e a u s s i l ' e c o l e au se r v i c e du pouvoir ou des bourreaux d'enfants ( 7 1 ) , ignorants et sans p i -t i e , enseignent l a v a l e u r de l a force sur l e s f a i b l e s et l a n e c e s s i t y de 53 Marcotte, Le Roman a 1'imparfait. p. 12k. Madeleine G r e f f a r d , "Une Saison dans l a v i e d'Emmanuel, k a l e i d o s -cope de l a r e a l i t e quebecoise", L i t t e r a t u r e Canadienne, Cahiers de S a i n t e -Marie (1966), p. 22. C i t e par Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t , pp. 125— 126. •^Normand Leroux, L i v r e s et Auteurs Quebecois (Montreal: J u m o n v i l l e , 1965), p. 51. 133 mentir pour s u r v i v r e . L ' e c r i v a i n p u r i f i e cet enseignement nefaste grSce au feu allume par l e Septieme et Jean~L e Maigre: ce ne sont pas l e s l i v r e s q u ' i l faut d e t r u i r e mais l e s i n s t i t u t i o n s q u i l e s faussent et l e s mepri-sent. Reste a denoncer 1'aboutissement de toute c e t t e education f a m i l i a l e , r e l i g i e u s e et s c o l a i r e , l e pourquoi de c e t t e de-formation i n d i v i d u e l l e de soumission: l e c a p i t a l i s m e . La c r i t i q u e s o c i o l o g i q u e v o i t dans ce roman 36 1'evolution du peuple quebecois de l a ferme a l a v i l l e i n d u s t r i e l l e . Une progression plus v a l a b l e apparait s i on se base sur l ' i d e o l o g i e s o c i o -economique de ces deux termes: du systeme p a t r i a r c a l dans sa plus simple expression ( l a f a m i l l e t e r r i e n n e ) , l'on passe au systeme p a t r i a r c a l mo-de r n i s e , c e l u i du patron oil l a production importe plus que l'humain (125), symbole du c a p i t a l i s m e . L'ignorance p o l i t i q u e , c u l t u r e l l e et r e l i g i e u s e qu'encourage l e premier permet l a s u r v i e et l a "bonne sante" du second. De meme que l a c i v i l i s a t i o n o c c i d e n t a l e apres 1'invasion des bar-37 bares au Moyen Age survecut grace a l ' E g l i s e , l e peuple quebecois d o i t a u s s i 5 l a r e l i g i o n sa survivance. Mais paraphrasant P. E. Borduas, nous 38 pouvons d i r e que m i l l e f o i s e l l e extorqua ce q u ' e l l e donna j a d i s , c o l l a -borant meme H 1'etablissement d'une t r a d i t i o n de r e p r e s s i o n . A i n s i en tant que Quebecois et o c c i d e n t a l , l e joug du peuple de Quebec f u t pro-longs. 0r ; l e systeme p a t r i a r c a l considerant l a femme comme une possession, au Quebec c e l l e - c i s u b i t done une double oppression, a l a q u e l l e e l l e 3 6 Michel B r u l e , " I n t r o d u c t i o n a 1'Univers de M a r i e - C l a i r e B l a i s " , p. 509. Marcotte resume c e t t e p o s i t i o n dans Le Roman a 1 1 i m p a r f a i t , p. 276, 3 7 C e r t a i n s e r u d i t s reconnaissent aujourd'hui que l ' E g l i s e a exagere l a c u l p a b i l i t e des Vandales dans une d e s t r u c t i o n a l a q u e l l e elle-meme con-t r i b u a par l a d i l a p i d a t i o n de v papes et de l e u r s neveux. Lloyd M. Graham, Deceptions and Myths of the B i b l e (N.Y.: B e l l , 1979), p. 456. 3 8 Borduas, "Refus G l o b a l " dans Le Manuel de l a Parole I I , p. 276. 134 consent d'autant plus volontairement q u ' e l l e e t a i t l a r e i n e et l'ame du foyer . Nous avons deja mentionne ce m a t r i a r c a t p a r t i c u l i e r , symbolise par 1 ' a s s o c i a t i o n de Grand-mere et du cure, a u s s i nefaste £ l'homme qu'a l a femme. B. Repression feminine Examinons de plus pres l a s i t u a t i o n feminine du Quebec. Le mouve-ment f e m i n i s t e en faveur du d r o i t de vote et de l a s y n d i c a l i s a t i o n des femmes a rencontre au Quebec une o p p o s i t i o n de t a i l l e : l e c l e r g e , l e s c o r -porations p r o f e s s i o n n e l l e s , l e s m i l i e u x d ' a f f a i r e s , l e s p o l i t i c i e n s , tous avaient de t r e s bonnes ra i s o n s de v o u l o i r maintenir l e s femmes dans un s t a t u t i n f e r i e u r . Tous l e s rapports e c r i t s a ce su j e t c o n c l u a i e n t q u ' i l ne f a l l a i t r i e n changer au code c i v i l q u i a v a i t s i b i e n "protege" l a femme et l a f a m i l l e canadiennes-frangaises. Deja en 1917, l e f e d e r a l l e u r a v a i t accorde d r o i t de v o t e , peu apres l e s provinces f a i s a i e n t de meme, a 1'ex-cep t i o n du Quebec. Le suffrage f e m i n i n , s e m b l a i t - i l , e t a i t un p r i n c i p e s u b v e r s i f de l ' o r d r e , c o n t r a i r e au d r o i t d i v i n , au d r o i t n a t u r e l et au d r o i t s o c i a l . De meme, Pie XI s ' i n q u i e t a i t de l a camaraderie entre l e s sexes et meme de l a p a r t i c i p a t i o n de l a femme aux s p o r t s . L ' i d e a l C h r e -t i e n de l a femme e t a i t defendu avec force et conserve avec g l o i r e . La sai n t e Vierge demeurait l a femme par e x c e l l e n c e : " ( P ) u i s s e n t nos Canadien-nes . conserver l e s vertus c a r a c t e r i s t i q u e s de l a v i e r g e chretienne! ... (Ornee) de c e t t e modestie, c e t t e r e s e r v e , c e t t e d i g n i t e , c e t t e d i s t i n c t i o n ^ c e t t e grSce qui sont 1'apanage de l a femme, ( e l l e gardera a i n s i son) d r o i t au respect du sexe f o r t , et pourr(a) a s p i r e r a~ l a p a i x du coeur a i n s i qu'au v r a i bonheur f a m i l i a l dont l e s anciennes d i s c i p l i n e s ont encore l e 135 s e c r e t . Ce peu d ' h i s t o i r e nous s e r v i r a a donner du r e l i e f a l a perspec-t i v e feminine presente dans Une Saison. A part 1 ' i d e n t i f i c a t i o n du mythe m a t r i a r c a l , symbolise par l a grand-mere et Helcfise, l a q u e l l e est associee davantage 3 l a r e l i g i o n " a n t i - c h a r n e l l e " , l a c r i t i q u e n 1 i n s i s t e gue"re sur l a s a t i r e de l a c o n d i t i o n de l a femme. Sans doute Grand-Mere A n t o i n e t t e , p o i n t i l l e u s e sur l e s questions r e l i g i e u s e s , approuve sans l'enoncer 1 * i d e a l . C h r e t i e n f e m i n i n , l ' u l t i m e b e n e d i c t i o n etant de devenir r e l i g i e u s e , "une S a i n t e " (27), et l e p i r e de ceder a un mari : pour o b e i r a\ Monsieur l e Cure qui p a r l a i t toujours DE SENTIMENT DU DEVOIR dans ses sermons, et parce que c ' e t a i t l a volonte du Seigneur d'avoir des enfants (80). Curieusement, personne n'a r e l e v e que Grand-Mere, l o i n d'aimer l e s enfants, comme nous aurions dQ nous y att e n d r e , "deteste l e s nouveaux-nes" ("des i n s e c t e s dans l a p o u s s i e r e " , d i t - e l l e ) , chasse et repudie "ce deluge d'enfants, d'animaux ... I l s me degoQtent ... ( 9 ) , I l s me pour-suivent ... i l s me devorent"(7-10). Cette maternite o b l i g a t o i r e q u ' e l l e ne peut r e j e t e r qu'en pensee (elle-meme r e g r e t t e d'avoir donne a son mari " t r o p d'enfants" 80 ) trouve son accomplissement dans l e personnage de l a mere. C e l l e - c i presente l'envers du " m a t r i a r c a t s p i r i t u e l " quebecois, l'une des plus r e v o l t a n t e s images de l a femme abusee: pondeuse d'enfants, cons-. tamment v i o l e e (98), fourbue au t r a v a i l de l a ferme et toujours s i l e n c i e u s e (11). C'est vraiment e l l e q u i est "devoree", d e t r u i t e par l a " f o n c t i o n " La s p i r i t u a l i s a t i o n du r S l e de l a femme et sa soumission au mSle sont b i e n marquees dans ce texte t i r e du "Manifeste contre l e garconnisme" Manuel de l a Parole I I , p. 115. 136 meme a" l a q u e l l e l ' a r e d u i t e l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . Rien d'etonnant a l o r s que sa seule c o n s o l a t i o n s o i t de se rappeler l e nom de ses enfants morts. Le present et l a v i e n'ayant r i e n £ l u i o f f r i r , c'est vers l e passe et l a mort q u ' e l l e se tourne, comme d ' a i l l e u r s l ' i n c i t e l'education recue (et l ' h i s t o i r e : "Notre m a i t r e , l e passe") g l o r i f i a n t un passe d i v i n , a f i n d'obtenir avec l a gr3ce d'une "bonne mort une place de l ' a u t r e bord". L'element p a t e r n e l , sauf pour s i g n a l e r sa v i o l e n c e , s'absente. "La (grand-)mere comble ce v i d e , e l l e assure l ' u n i t e de l'ensemble (de l a f a m i l l e , comme du roman), l a mere s u f f i t a tout ... Le mythe f a m i l i a l abou-t i t a e l l e , a l a mere, et non a l ' e p o u s e . " ^ La malheureuse h i s t o i r e que raconte ce l i v r e , comme nombre d'autres dans l a l i t t e r a t u r e quebecoise, s ' e c l a i r e par l a devotion du peuple i. l a Sainte F a m i l l e . Le pere, un mol absent ("Trop de Joseph dans l e s generations passees. Des hommes f a i b l e s ! " d i t Grand-Mere 13 ), qui en surplus ne connait que l a force et l a v i o l e n c e , et l a mere, comme Marie, avec toute l a pudibonderie d'une v i e r g e . Quant au p e t i t Jesus, nous l e retrouvons dans tous ces enfants qu'on empeche de gran d i r humainement et dont on ne connait que l e s souffranees: agonie ou . 41 passion c a r a c t e r i s t i q u e des romans de M a r i e - C l a i r e B l a i s . Cependant, p l u t S t que de s'apitoyer sur c e t t e tragique mythologie quebecoise, l ' a u t e u r avec l e personnage d'Heloise l ' a humanisee i r o n i q u e -ment. Sous l e mysticisme v i r g i n a l et l'amour du s a c r i f i c e se cache un c e r -t a i n egoisme et sommeille "une s e n s u a l i t e f i n e et menacante ... (qui) 40 H V J Le Moyne, pp. 71-72. 4 1 -Jesus ... dont on t i r e r a l a quatrieme hypotase, l e Sacre-Coeur, symbola de l'amour deracine de sa t e r r e c o r p o r e l l e et montre sur l e cous s i n i n e r t e de sa p o i t r i n e d'os et de c h a i r " . Le Moyne, p. 107. 137 n ' e t a i t r i e n d'autre que l e d e s i r e r r a n t sans but" (28-29). L'ardeur de ce t t e v i e r g e pour son Bien-Aime c e l e s t e se consumait dans l e s bras c a r e s -aupres sants de ses compagnes de n o v i c i a t ouvde son confesseur. Trahie et humi-l i e e , e l l e q u i t t e l e couvent pour l e b o r d e l ou e n f i n e l l e r e m p l i t sa voca-t i o n d'amoureuse. E l l e retrouve l a , pourtant, des amants comparables a l'Epoux c r u e l envers q u i e l l e l a n g u i s s a i t a u t r e f o i s (77): l a souffrance n ' e s t - e l l e pas l e jauge de l'amour Chretien? A i n s i , meme dans son amour, l e s o r t d'Helo'ise et de l a femme est d'etre bafoue par un mSle qui n'a jamais g r a n d i : ... toujours i n c l i n e e vers l a compassion, e l l e v o y a i t en l'homme q u i p i e t i n a i t sa jeunesse, sans egard pour l a mi-sere de son corps et l a s o l i t u d e de son d e s i r , l ' e n f a n t , l e gros enfant des premiers a p p e t i t s , suspendu i. son s e i n , e x p l o i t a n t sous toutes s o r t e s de gestes et d'emporte-ments—dont l e s uns ne semblaient pas plus ignobles que l e s autres a p a r t i r d'une c e r t a i n e etape de d e l i r e — l a s o i f l a grande s o i f du premier j o u r , malheureusement i n a s -. s o u v i e , et qui f a i s a i t que l'homme venu pour goQter l a caresse d'une amante d e s i r a i t en meme^temps c e l l e d'une mere capable de corrompre (117-118). Encore une f o i s , l a femme a d i s p a r u pour f a i r e place a l a mere. La meta-morphose d'Helo'ise de r e l i g i e u s e en p u t a i n se termine par l a m a t e r n i t e : 43 dans l e "Testament de Jean-Le Maigre a ses f r e r e s " q u i devait s u i v r e Une Saison, nous retrouvons c e l l e - c i enceinte de son f i a n c e , f i l s a d o p t i f 44 de 1'entremetteuse. Bien avant Les Fees ont s o i f , M a r i e - C l a i r e B l a i s 42 . . . Dans cet i n o u b l i a b l e passage, 1 e c r i v a i n c r i s t a l l i s e a l a f o i s ce f a i t souligne par J . Le Moyne que l e Quebecois epouse "sa mere" ( e x p r e s s i o n que ce d e r n i e r d ' a i l l e u r s u t i l i s e pour i n t e r p e l e r sa femme) p l u t S t qu'une femme, et 1'attachement incestueux et l e s b i e n a sa propre me're. M a r i e - C l a i r e B l a i s , "Testament de Jean-le-Maigre H ses f r e r e s (ex-t r a i t s ) " , L i b e r t e , V o l . 14, No. 3 (1972), pp. 74-83. Desormais designe par T. Denise Boucher, Les Fees ont s o i f (Montreal: Intermede, 1978). 138 a v a i t d e m y s t i f i e l e t r i o feminin de l a Vierge-Putain-Mere avec l e person-nage d'Helo'ise: une iro n i q u e "Nouvelle H e l o l s e " quebecoise e t a i t nee. Le c l e r g e £L l a defense de l a r e l i g i o n et de 1' i d e a l C h r e t i e n de l a f a m i l l e r i p o s t a contre ce roman. Helo'ise, revenant enceinte dans son v i l l a g e n a t a l avec son f u t u r ma r i , ne f u t - e l l e pas i n s u l t e e et r e j e t e e par l a grand-mere, l e cure et l a maitresse d'ecole? Ce d e r n i e r personnage nous permettra d'ajouter un nouveau v o l e t a c e t t e denonciation du mythe ma- .. t r i a x c a l . 45 J u d i t h P r u n e l l e est "La nouvelle i n s t i t u t r i c e " de 1'Ecole du Repentir mise en scene dans l a nouvelle du meme nom, autre e x t r a i t du "Testament" ci-dessus mentionne. Ce curieux personnage est a 1'oppose de 1'ideal feminin pre*che par l ' E g l i s e , tout en etant i n s t i t u t r i c e , un "me-46 t i e r " presqu ' exclusivement feminin. En plus de ne pas soigner son l a n -gage, e l l e sacre comme un v r a i c h a r r e t i e r et n'aime pas l e s p r e t r e s ; "Je p a r l e r a i ben comme je veux, Joseph-Marie," d i s a i t J u d i t h P r u n e l l e en menagant l e cure du poing ... ( e l l e ) e x p l i q u a , de sa v o i x de jeune homme a l a mue, q u ' e l l e n'avait b e s o i n de personne ... (NI 89-90). Independante, e l l e r efuse d'etre dominee: J u d i t h n'ayant connu depuis l'enfance que ses h u i t f r e r e s b a t a i l l e u r s et mechants, heureuse en compagnie des bQcherons plus qu'en c e l l e des jeunes f i l l e s de son tge, f i e r e et meprisante ... (NI_ 89) se g l o r i f i e de ce que " l e s gars ( l a ) r e s p e c t a i e n t comme l'un des l e u r s " 45 M a r i e - C l a i r e B l a i s , "La nouvelle i n s t i t u t r i c e " , Les L e t t r e s Nou- v e l l e s (Dec. 1966-janv. 1967), pp. 88-100. Desormais designe par NI. 46 En 1930, 90% des eleves i n s c r i t s dans l e s ecoles normales e t a i e n t des f i l l e s . Manuel de l a Parole I I , p. 115. 139 (T 75). Quoiqu'elle partage avec son pere un c e r t a i n i r r e s p e c t v i s - a - v i s de 1 1 i n s t r u c t i o n ("A quoi ga s e r t un diplSme ..." NI 91 ), I'ignorance l u i repugne: ... y faut que j ' l e u r r e v e i l l e un peu l ' i m a g i n a t i o n de long en l a r g e , une v r a i e i n s t i t u t r i c e , c'est ca ... (T 75). Nous sommes b i e n l o i n de c e t t e i n s t i t u t r i c e d'Une Saison q u i s ' o f f e n s a i t du mot CONCEPTION, et qui ne s a v a i t meme pas epeler correctement. L ' e c r i -v a i n sympathise avec c e t t e J u d i t h garconniere q u i i r a jusqu'a r e f u s e r l ' h o s -p i t a l i t e a Helo'ise e n c e i n t e , r e j e t a n t avec l a maternite a c c i d e n t e l l e ("Tonnerre de bon sens! Vous pouvez pas f a i r e a t t e n t i o n ! " T 76 ) toute a s s o c i a t i o n au mythe c o l l e c t i f quebecois ("Comme Marie, et Joseph avec l'enfant Jesus, non merci!" T 76 ). Le de r n i e r c r i que J u d i t h l a i s s e tomber, "Jesus-Marie, ou est-ce que chue tombee?" (NI_ 100), exprime b i e n son d e s a r r o i devant ce v i l l a g e , symbole d'un peuple oOt l e s enfants sont s o i t des fous ("II y a beaucoup d ' i d i o t s dans l e v i l l a g e ..." NI_ 94 ) ou des mystiques ( l a jeune Josephine p a r l e inlassablement de ses a p p a r i t i o n s de l a Sainte V i e r g e ) . C. Repression homosexuelle Dans son o p p o s i t i o n aux s t r u c t u r e s t r a d i t i o n n e l l e s engendrant ignorance et outrageux mysticisme, M a r i e - C l a i r e B l a i s nous r e v e l e une autre de ses preoccupations: l a l i b e r a t i o n du d e s i r . Dans Une Saison, pour l a premiere f o i s , e l l e f a i t e x p l i c i t e m e n t a l l u s i o n 3 des comportements homo-sexue l s , mais nous verrons que c'est surtout au niveau des symboles q u ' e l l e nous r e v e l e sa p e r s o n n a l i t e emotive. Signalons d'abord, outre l e ca r a c t e r e 140 garconnier de J u d i t h presente' de facon sympathique, ce "secr e t audacieux et tendre" (86) ou enveloppee de "caresses mysterieuses (Helo'ise) b a i g n a i t dans l ' E t r e i n t e de l'Epoux" (77-78) androgyne dont l e visage comme l e corps changeait de sexe suivant ses v i s i t e s . P arallelement au "mystere Helo'ise" nous est d e v o i l e l e "mystire Jean-L e Maigre" (40). En plus d'etre soeur et f r e r e , c e u x - c i o f f r e n t une autre parente dans l e u r d e s t i n de souffranees souvent r e l i e par 1'imagerie a l a passion du C h r i s t . He-lo'ise, c r u c i f i e e dans un l i t de b o r d e l , soumise a 1'ignoble v o l o n t e du no t a i r e (117) se transforms en un pathetique symbole de l a femme subjugee par l e male. De meme Jean - L e Maigre, "hante du DOUX SUPPLICE DES SENS" (91) partage avec ses f r e r e s ou ses compagnons de N o v i c i a t , d o i t payer son dQ a 1'ordre p a t r i a r c a l par sa maladie et sa mort. R e l i e s par une sexua-l i t e que l a morale s o c i a l e condamne en dehors du mariage, ces deux per-sonnages sont voues a v i v r e "enfermes". Cet emprisonnement pour l a femme n'a r i e n de nouveau, depuis des sie"cles e l l e v i t a l ' e c a r t , l e couvent et l e b o r d e l n'etant que l e s seules a l t e r n a t i v e s au foyer f a m i l i a l . La des-t i n e e de Jean - L e Maigre, doublement coupable car d i f f e r e n t par sa voca-t i o n et sa s e x u a l i t e "deviee", nous semble plus r e v e l a t r i c e de M a r i e - C l a i r e B l a i s elle-m§me, c u l p a b i l i s e e par son reve de devenir e c r i v a i n j a u q u e l son pere s'opposait quand e l l e e t a i t adolescente, e t par ce d e s i r s e c r e t pour un e t r e du meme sexe. Attardons-nous d'abord et c e t t e a s s o c i a t i o n entre l ' a r t et 1'homo-s e x u a l i t y , t r o i s i e m e thematique que l a premiere poesie de l'auteur nous r e v e l a i t et q u i trouve en Jean - L e Maigre sa premiere expression consciente. B i e n que ce d e r n i e r r a t i o n a l i s e ses jeux sensuels, a f f i r m a n t a l a Rimbaud que l e s "poetes goQtent A LA DEBAUCHE" (32), i l n'en est pas moins " l a p r o i e des demons" (39). Dans Une Saison, l a poesie se mele constamment a 141 l a s e x u a l i t e : l e s passages t r a i t a n t de c e l l e - c i sont p a r t i c u l i e r e m e n t l y r i q u e s (23, 37-40, 77, 98, 113, . . . ) . L'une et l ' a u t r e sont considerees comme une "descente en en f e r " (54). Quoique Jean-Le Maigre s ' e f f o r c e de ne pas s c a n d a l i s e r Grand-Mere des "TRACES FUNESTES" (38) de l'amour, i l e c r i t cependant avec beaucoup moins de decence. A u s s i "Grand-Mere b r Q l a i t ei mesure lorsque son tremblant regard tombait sur l e s mots PASSION et AMOUR et LUXURE" (72). Comme l'amour devenu synonyme de dedain ( 15), devoir ©0) et v i o l ( 98), l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e a degenere en quelque chose de sa l e et de degoQtant: ... j e decouvris que mon pere ... f a i s a i t d i s p a r a i t r e a mesure (mes eloges funebres, mes f a b l e s et mes t r a -gedies) dans l e s l a t r i n e s . Quelle deception! (60) Ajoutant a c e t t e r e p r o b a t i o n p a t e r n e l l e contre 1 ' i n t e l l i g e n c e l e tabou s e x u e l , nous obtenons un j u s t e tableau du processus de c u l p a b i l i s a t i o n ac-t i f au niveau f a m i l i a l . L'auteur et son protagoniste Jean-Le Maigre s'echappent avec hu-mour de ces c o n d i t i o n s de v i e a l i e n a n t e s , mais l e s s t r u c t u r e s memes du r e c i t en r e s t e n t marquees. Nous pouvons r e l e v e r toute une thematique, a 47 t r a v e r s 1 atmosphere "gothique" du roman, surtout en ce qui concerne 48 Jean-Le Maigre et son compagnon de fo r t u n e , son f r e r e l e Septieme. Le l i e u c a r a c t e r i s t i q u e , symbolisant s o i t 1'oppression ou un d e s i r cache de ^ Nous donnons i c i un sens a n g l a i s a c e t t e e p i t h e t e : g o t h i c dans "Webster's New C o l l e g i a t e D i c t i o n a r y " — " o f or r e l a t i n g to a s t y l e of f i c t i o n c h a r a c t e r i z e d by the use of desolate or remote s e t t i n g s and macabre, myste-r i o u s , or v i o l e n t i n c i d e n t s " . ^ 8 C e l u i - c i , partageant l e s goQts a r t i s t i q u e s de son f r e r e ( i l reve d ' e c r i r e des romans, de jouer de l'orgue 123 ), c h o i s i t l e monde i n t e r -lope et f i n i r a ses jo u r s en p r i s o n et a l'echafaud. 142 se proteger, est un en d r o i t c l o s avec des g r i l l e s dont l e N o v i c i a t est l'exemple l e plus frappant. Une enumeration s'avere u t i l e pour prouver l a nature obsedante de ce theme: 1. Jean-le-Maigre g r a n d i s s a i t "pieusement sous l a jupe de (sa) grand-mere" (52). 2. Sous l a t a b l e f a m i l i a l e , i l mendie sa n o u r r i t u r e (21). 3. Comme p u n i t i o n , l e s deux comperes sont enfermes dans l a cave. Sous l e s rayons de l a l u n e , i l s se t i r e n t aux c a r t e s , parodient l a " c o n f e s s i o n " , l i s e n t et r e -c i t e n t des poemes ( 19-23, 31-34). 4. Souvent, i l s s'enferment dans l e s l a t r i n e s pour e c r i r e des poemes (24). 5. I l s font des cauchemars, r t v a n t de p u n i t i o n s et de mort (35-36, 74-76). 6. Les ecoles p a r f o i s se transforment en p r i s o n s . Au "FOYER DES ENFANTS PERDUS", on l e s enferme pendant t r o i s j o u r s dans un cachot. 7. E n f i n , a l ' i n f i r m e r i e du N o v i c i a t , Jean-Le Maigre reVede s'echapper. Plus t a r d , l e Septieme t r a -v a i l l a n t a l a manufacture compare sa machine a une g u i l l o t i n e s'acharnant a couper d'innombrables t e t e s (121). Plus que 1 1emprisonnement physique et psychologique, c'est par l e s m u l t i p l e s references £ l a mort que culminent c e t t e r e p r e s s i o n et ce t t e c u l p a b i l i t e . Jean-Le Maigre est obsede par l e tombeau (41, 72): i l joue aux sepulcres en h i v e r (52).et meme l a l e c t u r e devient un simulacre de l a mort ("per-sonne ne me v o i t quand j e l i s ... Je ne s u i s pas l a ... Je s u i s mort" 14 )• Mais c'est s u r t o u t sa maladie, l a tuberculose " q u ' i l aimait comme une soeur (31), q u i represente l e mieux l a tare morale dont l a s o c i e t e l'accuse. C e l l e - c i r e j o i n t l a l a i d e u r d'Isabelle-Marie (BB) et l e mysterieux mal dont sont sans cesse a t t e i n t s l e s heros b l a i s i e n s (Evans TB ; Josue et Roxane 143 JN ; Michael et Monserrat VS ). Cette maladie en est une d'amour: e l l e 49 est symbole de 1 attachement p r i m o r d i a l de 1 enfant pour sa mere. A i n s i , l a mort, l o i n d'Stre t e r r i f i a n t e , est d e l i v r a n c e pour l e heros b l a i s i e n : e l l e est r e t o u r au paradis de l'enfance avant l a separation traumatique de l a mere et de l ' e n f a n t . Pour Emmanuel, c e t t e separation a ete r a p i d e . Deja a peine ne, " i l l u i semblait ... a v o i r une longue habitude du f r o i d , de l a faim, et peut-etre meme du desespoir" (9)'. I I est 15, mais e l l e o u b l i e . I I ne f a i t en e l l e aucun echo de j o i e n i de d e s i r . I I g l i s s e en e l l e , i l repose sans espoir (13). Jean-Le Maigre et l e Septieme ont ete aussi abandonnes par l e u r mere, c'est pourquoi " o r p h e l i n s e r r a n t s ... ( i l s ont) tente des s u i c i d e s qu' ( i l s n'ont) jamais r e u s s i jusqu'au bout" (54). M a r i e - C l a i r e B l a i s dans ses romans a toujours su t r a d u i r e avec passion c e t t e tragedie du royaume de l'enfance parce q u ' e l l e est r e l i e e intimement au d e s i r l e s b i e n . Les mediocres vers de Jean-Le Maigre resu» ment b i e n ce drame i n t e r i e u r que l a premiere poesie de l'auteur nous a v a i t r e v e l e : Combien funebre l a neige Sous l e v o l des oiseaux n o i r s ... (24) Le " v o l des corbeaux" (24) auquel s'est ajoutee l a neige symbolise l e monde e x t e r i e u r h o s t i l e * . Ma t e t e est un aquarium ou nagent l e s choses Tes crimes et l e s miens La tuberculose est contagieuse surtout au temps de l'enfance. 144 Comme des chevaux de mer ... (33) Le theme maternel-de l ' e a u l i e au crime d'aimer l a mere & t r a v e r s t o u t e femme, en t o u t e l i b e r t e : " " ^ Le l e c t e u r peut me s u i v r e dans mon d o u l e u r e u x pe l e r i na ge v e r s l a mort, l a f o r e t s ' e p a i s s i t , mes yeux se ferment ET JE V I E I L L I S DE MILLE ANS A MA SOLITUDE SONGEANT (40). Du traumatisme de l a s e p a r a t i o n d'avec l a mere e t de sa c u l p a b i l i t e s u r g i t une s o l i t u d e " i n a l t e r a b l e " . Par ses poemes e t ses r e c i t s , Jean-Le Maigre se l i b e r e . Dans l a l e c t u r e , i l a v a i t d e j a t r o u v e c e t t e l i b e r t e a l a q u e l l e personne ne peut s'opposer, mime son p e r e : "On ne peut pas b r G l e r l e s pages que j ' a i l u e s . E l l e s sont e c r i t e s l a ! " (15), d i t - i l , e n montrant son f r o n t du d o i g t . Sa pensee comme son d e s i r echappe a I ' i n t e r d i c t i o n . I I l u i importe peu que ses e c r i t s s o i e n t d e t r u i t s , l ' i m p o r t a n t e s t dans l ' a c t e d ' e c r i r e en t a n t qu'acte de l i b e r a t i o n . L ' e c r i t u r e d e v i e n t un moyen de s a l v a t i o n . L ' a u t e u r a c q u i e s c e a c e c i : " E c r i r e , c ' e s t un s a l u t , c ' e s t une d e l i v r a n c e . . . C 'est une t h e r a p i e v i o l e n t e . " " ' ' A u s s i M a r i e - C l a i r e B l a i s , comme Jean-Le Maigre , l i v r e e n t i e r e l a "marque" de son in c o n s c i e n t ' . Chaque c a h i e r t r a h i s s a i t un moment de l a malad i e de Jean-Le M a i g r e ... son s e c r e t f e r o c e (82-83). Ce q u ' i l f a u t g a r d e r a i n s i c l a n d e s t i n e m e n t , l ' a u t e u r nous l e r e v e l e p a r l a t r a n s p a r e n c e du symbole de l ' e a u m a t e r n e l l e q u i , nous l'avons montre, e s t un l i e u commun dans son oeuvre. Nous r e f e r o n s a La B e l l e B e t e , l e c h e v a l r e p r e s e n t e d ' i n s t i n c t l i b r e . ' Smith, p. 55. 145 Dans son r e c i t de l a c r e a t i o n du monde, J u d i t h P r u n e l l e ( " s u j e t f a v o r i de 1 ' i n s t i t u t r i c e " NI 44 ) " a b o n d a i t en images r u i s s e l a n t e s e t l e s mers f r a n c h i s s a i e n t l e u r s r i v a g e s " (pendant que l a s a l i v e c o u l a i t de l a bouche d'un e n f a n t i d i o t e t a u s s i p i s s a i t sous son banc . . . ) , l ' e c r i v a i n 52 f a i t de meme l o r s q u ' e l l e met en scene l a grand-mere: o m n i s c i e n t e , c e l l e -c i semble l a c r e a t r i c e de sa f a m i l l e , l e c e n t r e autour duquel g r a v i t e n t tous l e s personnages, e t , a s s o c i e e a l a symbolique m a t e r n e l l e , e l l e d e v i e n t source de v i e e t eau n o u r r i c i e r e : Immense, s o u v e r a i n e , e l l e s e m b l a i t d i r i g e r l e monde de son f a u t e u i l ... Grand-Mere A n t o i n e t t e se c r o y a i t i m m o r t e l l e ... domptait admirablement t o u t e c e t t e maree d ' e n f a n t s q u i g r o n d a i e n t a ses p i e d s ... t o u t ce deluge d ' e n f a n t s , d'animaux ... (8-10). Emmanuel^decrit comme un c o q u i l l a g e , " v o u l a i t d ormir en e l l e comme dans un f l e u v e chaud ... e l l e ne l e c a r e s s a i t pas, e l l e l e p l o n g e a i t p l u t o t dans ce b a i n de l i n g e s e t d'odeurs ... I I t r e m b l a i t de f r o i d t a n d i s que s a grand-mere l e l a v a i t , l e n o y a i t p l u t S t a p l u s i e u r s r e p r i s e s dans l ' e a u g l a c e e " (8-9). Maigre l e reve de c h a l e u r e t d'amour de l ' e n f a n t , e l l e ne peut y repondre par un amour v e r i t a b l e : i l y a t r o p d ' e n f a n t s a s' o c c u p e r , i l y a t r o p a f a i r e sur l a ferme. A u s s i g a r d e - t - e l l e une severe r e s e r v e s y m bolisee par l ' e a u f r o i d e (9, 34). E l l e defend cependant ses p e t i t s -e n f a n t s de l a b r u t a l i t e p a t e r n e l l e (34). E l l e a meme un f a i b l e pour J e a n -Le Maigre (22), parce qu'etant l e p l u s i n t e l l i g e n t i l s a t i s f a i t sa v a n i t e : 52 L a mere ayant e t e r e d u i t e a s a f o n c t i o n de se r v a n t e e t p r o c r e a -t r i c e , c ' e s t a l a grand-mere que r e v i e n t l e r61e m a t e r n e l de prendre s o i n des e n f a n t s , de l e s eduquer. L 1 a b s e n c e du pere e t l e m a t r i a r c a t quebecois se j o i g n e n t a 1'attachement a l a mere de l ' a u t e u r pour f a i r e de l a grand-mere un personnage mythique. 146 e l l e l e protege et retarde meme sa d e c i s i o n de l e mettre au N o v i c i a t (72). P a r f o i s aimante, p a r f o i s sans p i t i e , Grand-Mere presente 1'ambivalence maternelle de l a premiere poesie et du personnage de Louise (BB) : l'eau tournant au f r o i d g l a c i a l indique sa p a r t i c i p a t i o n au p a t r i a r c a t ( l a n e i g e ) . Jean-Le Maigre, apres avoir subi 1'ire de sa grand-mere et plus t a r d r e - , vant d'evasion au N o v i c i a t , f a i t l e mime cauchemar c a r a c t e r i s t i q u e de c e t t e t r a n s f o r m a t i o n maternelle: ... j e tombe dans un t r o u , l'eau est glacee ... Un a i g l e t r a v e r s e l e c i e l . Je me noie! Les eaux se referment! Mains etrangleuses a mon f r i l e cou (35). ... i l v o y a i t v e n i r vers l u i , sur l a p a t i n o i r e craquelee, tout un t r i b u n a l de J e s u i t e s ... I I appela sa grand-mere. E l l e ne repondit pas ... cet t e n u i t ( d i t l e D i r e c -teur) vous i t e s condamne e\ mort ... I I ne l u i r e s t a i t plus qu'a s ' a g e n o u i l l e r dans l a neige et attendre (75-76). De partager a i n s i l ' a u t o r i t e p a t e r n e l l e permet a Grand-Mere de garder une ce r t a i n e independance. De l a meme facon q u ' e l l e se ref u s a au d e s i r de son mari par vengeance (80), b i e n que cedant a son devoir c o n j u g a l , e l l e c u l -t i v e une a g r e s s i v i t e envers l e m§le. A i n s i , e l l e refuse par d e f i a son gendre l e b a s s i n d'eau chaude q u ' i l attend (13). Meme pres du v o i s i n Horace mourant, e l l e garde c e t t e a t t i t u d e b e l l i q u e u s e : E l l e l a v a i t sa chemise une f o i s l a semaine, mais n'ayant pas l a patience d'attendre q u ' e l l e seche au c o i n du feu, l a l u i r e m e t t a i t encore humide sur l e dos (79). Ce n'est qu'a l a mort de c e l u i - c i comme a c e l l e de son mari d ' a i l l e u r s , que sa r i g i d i t e cede au sentiment: ... e l l e l a v a i t Horace une f o i s de p l u s , sans degout ... avec tendresse, e l l e l e b e r c a i t comme un enfant ... et i l l u i a r r i v a i t de penser l e coeur soudain r e m p l i de 147 detresse ...—que r e p o s a i t sur ses genoux .... l e corps p e r i s s a b l e de Jean-Le Maigre ... (81). Pour l ' a u t e u r , c e t t e mort dans l a chaleur maternelle est i d e a l e . Le heros b l a i s i e n n'a cependant pas d r o i t a c e t t e mort p a i s i b l e . S ' i l r e j o i n t sa mere, c'est en se noyant comme P a t r i c e (BB), Monserrat et Michael (VS) (ou se perdant dans l e s brumes: Josue, Roxane JN ). Les a u t r e s , fuyant l a r e a l i t e e x t e r i e u r e trop a g r e s s i v e , recherche une mort encore plus v i o -l e n t e . Dans un decor de neige, i l s se pendent a un arbre (Raphael et Jessy JN , Leopold SVE ): une mise en scene A caractere p a t r i a r c a l . P l u t S t que de sa maladie, Jean-Le Maigre meurt, comme ses reves l e l u i ont revele,parce qu'entre l a (grand-)mere et 1' a u t o r i t e t r a d i t i o n n e l l e a base r e l i g i e u s e s'est e t a b l i un pacte.Dans sa poesie, i l accuse ces " r i -t u e l s sociaux" : I l s l e tueront Mon Dieu, i l s l e tueront Je v o i s dans l e c i e l blanc Leur couteau yengeur J'entends l e s c r i s farouches Interrompus de mon requiem ... (92). Mais i l a f f i r m e a u s s i : "ma grand-mere me pousse vers l e tombeau" (41). A 1'enterrement d ' a i l l e u r s , "lorsque l e c e r c u e i l de Jean-Le-Maigre g l i s s a dans l a t e r r e , d i s p a r u t lent'ement dans son t r o u de neige et de t e r r e m o u i l -l e e " ( 84), nous retrouvons 1 ' a s s o c i a t i o n symbolique des deux coupables de sa mort. Le Frere Theodule dans son ambigu'ite represente bien c e t t e union 53 Dans La B e l l e Bete, l a mort de P a t r i c e est provoquee par l'eau mat e r n e l l e , tandis que c e l l e d 'Isabelle-Marie l ' e s t par l e t r a i n p h a l l i q u e ; ces deux personnages,doubles de l ' e c r i v a i n , s ' u n i f i e n t dans Jean-Le Maigre a i n s i que l e s causes de le u r s morts dans sa mort. 148 f a t a l e entre l e m a t r i a r c a t s p i r i t u e l et l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . I I est d'abord ambivalent comme l a grand-mere par son costume, son amour des en-fants et par sa r e l i g i o n . S i Grand-Mere par ses vetements memes se pro-54 tege du sexe, l a robe noxre du r e l i g i e u x l u i permet de masquer l e s i e n . L'amour de Grand-Mere pour ses p e t i t s - e n f a n t s s'amalgame presque de haine: d'une main, e l l e d i s t r i b u e l e s m o r c e a u x de S u c r e et l e s miettes de choco-l a t , de l ' a u t r e , e l l e l e s d i s c i p l i n e de coups de canne. Quant £ ses de-v o i r s r e l i g i e u x , nous 1'avons note, e l l e est b i e n a i s e q u ' i l s l u i rapportent . . materiellement. S i l'amour du Frere Theodule pour ses proteges r e s -semble a c e l u i de Grand-Mere pour ses re j e t o n s ( l u i a u s s i u t i l i s e l'eau glacee pour un de ses malades 94 ), c'est que tous l e s deux s'alimentent a une meme r e l i g i o n de souffranee. Le "Dieu vous aime pour vous punir comme ca" (50) du Cure, pour Theodule s ' i n t e r p r e t e a i n s i : "Plus on aime, plus on f a i t s o u f f r i r " . L'amour devient gage de d e s t r u c t i o n . Sa r e l i g i o n est a u s s i i n t e r e s s e e , en plus d'en r e t i r e r l e s "faveurs" des jeunes gar-cons, par l a Confession, i l est excuse et beni de ses fa u t e s . L'auteur ne condamne pas ses goQts erotiques en tant que t e l s mais b i e n parce que, p l u t o t que d'aider l'aime^ Theodule l e d e t r u i t . Cette " d e l i r a n t e cama-r a d e r i e ... impregnee de tendresse" (93-94) dont Jean-Le Maigre l a i s s e l e souvenir n'est " s u p p l i c e " pour ce de r n i e r ("DOUX SUPPLICE DES SENS" 91 ) qu'en tant que reprouvee par l a r e l i g i o n . 0^ l e sens meme de l'amour que c e t t e r e l i g i o n enseigne et que Theodule pr a t i q u e a ete p e r v e r t i , l a v e r t u s'etant entremelee au v i c e (49). Le v i c e se d e f i n i t done pour eux par ce q u i est agreable (24), l a v e r t u et l'amour devenant synonymes de 54 Selon l e Frere U n t e l , p l u t S t que de s i g n i f i e r 1'ame, l e costume r e l i g i e u x , i r r a t i o n n e l et anachronique souvent,n'a pour r a i s o n d'etre que de 149 souffranee. Theodule depasse 1'ambivalence a f f e c t i v e de Grand-Mere pour devenir un symbole me'me de c e t t e r e l i g i o n sadique dont l e m a t r i a r c a t s p i r i t u e l t i r a i t d ' a i l l e u r s son a u t o r i t e . Pour Jean-Le Maigre, l e r e l i -gieux est une a p p a r i t i o n du d i a b l e (47), dont Grand-Mere peut r e s p i r e r dans son s i l l a g e "une odeur b i e n p r e c i s e q u i e t a i t c e l l e de l a mort" (82). Malgre son r e j e t du N o v i c i a t , Theodule, forme par l a r e l i g i o n , en garde l e s p r i n c i p e s , passant de l a s e c u r i t e maternelle de 1 ' i n s t i t u t i o n r e l i g i e u s e a l a r e a l i t e s o c i a l e : l'une etant moralement l a base- de l ' a u t r e . La thematique qui se degage de "THEO CRAPULA INSTITUTEUR" (122) est a u s s i i n q u i e t a n t e que c e l l e l'entourant l o r s q u ' i l e t a i t un r e l i g i e u x enseignant l e s sciences n a t u r e l l e s et experimentant dans son l a b o r a t o i r e ( l e s e r r e u r s comprises 94 ): i l a v a i t dejS a i n s i une base pragmatique favorable £t son entree dans l a v i e s o c i a l e . Quelle education en e f f e t p e u t - i l donner sinon c e l l e q u ' i l a lui-meme recue en he r i t a g e d'une fausse r e l i g i o n , l e degoQt de soi-meme et un reve de pouvoir sur l e s a u t r e s : N'ayant jamais connu l a douceur du s e i n m a t e r n e l , i l e t a i t ennemi des femmes et des meres depuis sa naissance. I I a v a i t grandi au m i l i e u des p r e t r e s , dans l a sombre f o r i t des Freres ... t i r a n t g l o i r e et v a n i t e de l a mauvaise image que l'on a v a i t de l u i ... Malgre c e t t e minable ap-parence de pauvrete et de misere, i l e t a i t redoutable, p e n s a i t - i l , i l se f e r a i t c r a i n d r e (95-96). masquer l e sexe. Les Insolences (Montreal: Ed. de 1'Homme, 1960), p. 70. Theo Crapula est l ' a n t i - h e r o s du roman, contrairement au heros b l a i s i e n homosexuel qui veut r e v o l u t i o n n e r l a s o c i e t e a f i n d'aimer s e l o n son d e s i r (Jean-Le Maigre est obsede de l i b e r t e : s'evader des l i e n s f a m i l i a u x et r e l i g i e u x pour r e j o i n d r e ses f r e r e s ) , Crapula r e j o i n t l e b3-tar d romanesque de Marthe Robert q u i , dans l a s e c u r i t e maternelle de sa r e l i g i o n , veut a r r i v e r , r e u s s i r dans l a s o c i e t e envers et contre tous ( l e s meres et l e s f i l s ) . 150 D e r r i e r e c e t t e d e s c r i p t i o n , une image du p a t r i a r c a t et de ses causes s'impose a nous. P l u t o t que d'elever l ' e n f a n t dans l'amour, i l faut s u i -vre l e s l o i s r i g i d e s d'une fausse m o r a l i t e basee sur des stereotypes sexuels p r o f i t a b l e s a l a s o c i e t e t r a d i t i o n n e l l e c a p i t a l i s t e . En decoulent un dedain de l a femme et un d e s i r de domination de l a part du m31e. Ce per-sonnage c r i s t a l l i s e b i e n l a pensee de l'auteur v i s - a - v i s des responsables ( i n s t i t u t e u r s ) q u i perpetuent, grace £ une m o r a l i t e douteuse, cet ordre s o c i a l base sur une c u l p a b i l i t e maladive degenerant en v i o l e n c e : i l f a u t prouver qu'on est quelqu'un: Oui, on p a r l e r a de moi dans l e s journaux, tout l e monde l e saura, j e l e u r f e r a i peur jusqu'au bout, j e pendrai l e u r s f i l s , j ' i r a i l e s pendre aux arbres ... V i t e , i l eut recours a Dieu ... i l eut quelques i n s t a n t s de pai x (96-97). Crapula: un D r a c u l a , v i v a n t de l'energie des autres par malhonnetete. Nous ne pouvons nous empecher de penser a c e t t e scene ou Pomme se coupe l e s doi g t s au t r a v a i l : "N'arretez pas. Ce sont des choses q u i a r r i v e n t , " ( d i t l e s e c r e t a i r e , ) une journee de perdue, permettez-moi de me l a v e r l e s mains" (125). Grand-Mere reconnalt sa r e s p o n s a b i l i t e et surtout c e l l e du pere q u i a conduit ses f i l s a 1 ' e x p l o i t a t i o n de l a v i l l e : "Mon Dieu, pardonnez-nous nos of f e n s e s ! " - ( 101). Le c a p i t a l i s m e associe au p a t r i a r c a t s a c r i f i e 1'innocent a 1'usine,sinon a l a guerre (dans L'lnsoumise et David  S t e r n e) , et perpetue 1 ' i n j u s t i c e : au besoin du pouvoir s'ajoute l a c u p i -d i t e , tous l e s deux au s e r v i c e d'une f o i en un paradis m a t e r i e l . Lorsque Theo Crapula e c r i t a l a grand-mere pour o f f r i r sa pro t e c -t i o n au Septieme, c e l l e - c i s'exclame: 151 A CET ORPHELIN VOICI UN PERE MERCI MON DIEU ( 122) . Nous ne pouvons plus laconiquement exprimer cet abandon de l'enfant par l a mere a une s o c i e t e p a t r i a r c a l e q u i l e d e t r u i r a avec 1'approbation d'un Dieu a 1'image de cet ordre s o c i a l . Que ce s o i t dans l a r e l i g i o n (Dieu-hommes), l e c a p i t a l i s m e (patron-employes) ou l a f a m i l l e (pere-mere-enfants), l a meme r e l a t i o n de maitre a e s c l a v e , d ' a u t o r i t e 5 l'obeissance y est perpetuee. Le systeme p a t r i a r -c a l , par essence fortement h i e r a r c h i s e , considere une trop grande l i b e r t e comme ferment de r e b e l l i o n . Seul un male f o r t , defendant c e t t e i d e o l o g i e , peut acceder au pouvoir de "commander" aux aut r e s . Theo Crapula, trompe par son Dieu (94), et sans Superieur pour l e guider, a done besoin d'un juge et d'un maitre (126) pour l e punir de ses fa u t e s . Ayant grandi dans l a dependance sous l ' a i l e p r o t e c t r i c e de l a r e l i g i o n , i l ne peut assumer s e u l l a r e s p o n s a b i l i t e de ses ac t e s . Mais l e Septieme, sans mechancete (26), ne peut s a t i s f a i r e son d e s i r d'etre f o u e t t e , a u s s i apeure f u i t - i l . Au premier abord, ce masochisme soudain de Crapula surprend, au N o v i c i a t n ' a v a i t - i l pas e x c e l l e dans l e sadisme? Ce changement de comportement s'explique par son changement de l ' e t a t r e l i g i e u x a l ' e t a t c i v i l . Helo'ise nous a deja* habitues a l ' e x a l t a t i o n r e l i g i e u s e de l'amour du s a c r i f i c e et de l a t o r t u r e (27-28). Cette g l o r i f i c a t i o n du masochisme repond a une r e l i g i o n sadique. Le p r i n c i p e de l a Confession m§me, c a r i c a t u r e e par Jean-Le Maigre et l e Septieme, n ' e s t - i l pas base sur 1 ' h u m i l i a t i o n morale du croyant? Frere Theodule p a r t i c i p a i t a ce t t e r e l i g i o n , i l e t a i t l e symbole de l a n c c i v i t e a u t o r i t a i r e de c e l l e - c i . Hors l e N o v i c i a t , Theo Crapula devient un simple f i d e l e comme Helo'ise, un coupable, comme toute s o c i e t e 152 sous dependance r e l i g i e u s e . Son comportement ( a l o r s ) peut-etre i n t e r -p r e t s comme l e moyen d'obtenir l e pardon d'un sur-moi (conscience r e l i -g ieuse, s o c i a l e et f a m i l i a l e ) severe, de n e u t r a l i s e r par un s a c r i f i c e prea-. I a b l e l'angoisse l i e e au p l a i s i r sexuel i n t e r d i t Sans l i b e r t e morale et i n t e l l e c t u e l l e , accule a l a c u l p a b i l i t e et a l a soumission, comment s u r v i v r e ? F a u t - i l jouer l e j e u du p a t r i a r c a t et devenir patron, pere ou p r e t r e , ou,contre l u i , j o i n d r e l a pegre ( p r o s t i -t u t i o n , v o l , ... ) ou c'est encore l a l o i du plus f o r t q u i regne? Dans 56 Une Saison, l ' e s p o i r n'est pas pour demain comme c e r t a i n s l'ont suggere. La v e r i t a b l e f i n du roman n'est pas dans c e t t e f o l l e esperance d'un p r i n -temps m e i l l e u r , c'est dans l e s propheties de Jean-Le Maigre que nous l a trouvons. La seule s o l u t i o n de p a i x , autre que c e l l e de l a mort, suggeree par M a r i e - C l a i r e B l a i s , se trouve p e u t - t t r e dans c e t t e echappee que l ' a r t o f f r e contre l a misere et l a v i o l e n c e : se r e c o n s t i t u e r un univers comme Jean-Le Maigre par l ' e c r i t u r e et l e mettre au s e r v i c e de l'amour de ses f r e r e s et de l a l i b e r t e . 3. Un C y c l e de r e v o l t e A. De l a d e s t r u c t i o n Le temps de l'amour e s t encore l o i n dans 1'oeuvre b l a i s i e n n e . L a bourrasque i r o n i q u e d'Une S a i s o n q u i b a l a y a i t un Quebec encore enneige dans sa t r a d i t i o n r e l i g i e u s e ne s ' e s t pas a p a i s e e . Le vent e t a i t a l a Selon l a d e f i n i t i o n du masochisme dans l e D i c t i o n n a i r e de psycho- l o g i e ( P a r i s : Larousse, 1965), p. 174. Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t , pp. 125-126. 153 r e v o l t e . C'est a i n s i qu'au c y c l e mythique va s u i v r e un c y c l e de des t r u c -t i o n , r e v o l u t i o n n a i r e s i l'on peut d i r e , dont Une Saison marque l a t r a n s i -t i o n . Apres s'etre v i d e du Quebec de son enfance, melangeant humour et t r a g e d i e , l e ton de l'auteur change. Plus a c c u s a t r i c e avec L'Insoumise (1966) e l l e s'en prend aux stereotypes c h a r r i e s par l a f a m i l l e bourgeoise pour se r e v o l t e r contre toutes l e s s t r u c t u r e s s o c i a l e s dans David Sterne (1967) . Outre une mime i d e o l o g i e de c o n t e s t a t i o n mise en theStre dans L'Execution (1968), nous trouvons nombre de constantes dans toute c e t t e pro-i d u c t i o n . Sans doute, l e theme homosexuel, a part de L'Insoumise ou i l devient episodique, demeure-t-il a c c e s s o i r e , mais sa presence repetee assure d'une preoccupation majeure chez l ' a u t e u r . A 1' "etrange mai" des oeuvres du c y c l e mythique nous pouvons maihtenant donner une i d e n t i f i c a t i o n homo-se x u e l l e e t , i c i , plus qu'auparavant condamne par l a s o c i e t e , ce mai est l i e symboliquement £ l a mort du heros. Dans un s u r v o l r a p i d e , relevons l e s v a r i a t i o n s , s t r u c t u r a l e s ou thematiques, de l i e u x communs qui nous sont f a m i l i e r s . Dans L'insoumise,"* 7 en plus de 1 ' u t i l i s a t i o n du j o u r n a l intime du f i l s r e v o l t e , obsede par l a mort, nous retrouvons l e "mai mysterieux" q u i ce t t e f o i s - c i frappe l a mere (symbole de l a r e p r e s s i o n feminine dans l e mariage), l a r e b e l l i o n f i l i a l e contre l e s v a l e u r s t r a d i t i o n n e l l e s du pere a u t o r i t a i r e ( r e f u s du c a t h o l i c i s m e , de l a ne c e s s i t e de r e u s s i r ...) dont l a p r o f e s s i o n de medecin, avec son u t i l i s a t i o n symbolique du bl a n c , nous r a p p e l l e n t l e thematique p a t r i a r c a l e de l a neige. Comme i l se d o i t , l e f i l s P a u l , e n i v r e de l i b e r t e , meurt sur une pente de s k i dans l e decor r i t u e l M a r i e - C l a i r e B l a i s , L'insoumise (Montreal: Ed. du Jour , 1966). 154 (neige et a r b r e s ) . Deux ra i s o n s expliquent sa mort: i l aime Anna, femme a u s s i agee que sa mere (thematique aquatique), et p l u t S t que de repousser l'amour de son ami F r e d e r i c k , b i e n q u ' i l en a i t peur, i l l u i d i t q u ' i l faut attendre que " c e l a se passe naturellement ... comme l e u r a m i t i e " (107): ensemble i l s s'adonnent £ l a nage ( l ' e a u maternelle) et a l a course ( l a promenade amoureuse). Le pere f a i t l e "proces de P a u l " (92) dont i l doute des moeurs morales, et i l maudit F r e d e r i c k (95). Ce d e r n i e r represente l e type me*me de 1'homosexuel coupable, s o u f f r a n t interieurement ( i l t r a d u i t Faust et e c r i t sur l a s o l i t u d e dans Proust) et r e j e t e par l a s o c i e t e (battu par des voyous sans r a i s o n dans l a neige s a l e ) . La f i n s'ouvre sur un espo i r sans lendemain: l e pere reconnait l'exigence s t e r i l e de ses va-leu r s (mariage d'apparence, obsession du devoir et r e u s s i t e d'une v i e ...) e t , comme sa femme, i l est pret 5 aimer F r e d e r i c k comme un f i l s . Mais d e j a , c e l u i - c i a c h o i s i de " f a i r e quelque chose d ' u t i l e " , i l s'est enrole . Partout 5 t r a v e r s ce roman, " l e signe n o i r de l a guerre" (56) a p p a r a i t . A ce t t e epoque, M a r i e - C l a i r e B l a i s v i v a n t toujours aux Etat s - U n i s est obsedee par l a guerre du Vietnam, et l e s echos du FLQ n'ont r i e n de rassurant. Comme ses heros, e l l e ne doute pas que l e langage des bombes est l ' u l t i m e expression de l a competition pour l e pouvoir. 58 L'atmosphere apocalyptique de David Sterne t r a d u i t b i e n c e t t e pen-see desesperee contre l e s puissances socio-economiques du c a p i t a l i s m e ("C'est l e sentiment de l a p r o p r i e t e qui engendre l e s guerres" 13 ) et du m i l i t a r i s m e toujours grandissant. Pour echapper a 1'endoctrinement et assumer totalement sa l i b e r t e , i l faut pousser jusqu'au bout sa r e v o l t e , M a r i e - C l a i r e B l a i s , D a v i d Sterne ( M o n t r e a l : Ed. du J o u r , 1967). 155 v o i l a ce a quoi s'attarderont ses nouveaux heros. D'Une Saison et des Voya- geurs sacres s u r g i s s a i t un c e r t a i n lyrisme de l a souffranee, avec David Sterne, nous p a r t i c i p o n s au spectacle angoissant d'une t r i p l e P assion avec ses tribunaux, ses souffranees, ses morts v i o l e n t e s s u i v i e s d'oraisons funebres par l e s antagonistes. Le pere et l a mire, a peine presents, sont . remplaces i c i par l a s o c i e t e avec sa p o l i c e , ses i n j u s t i c e s , son a r s e n a l n u c l e a i r e et toute sa symbolique h i v e r n a l e . Vont s'y opposer passionne-ment t r o i s personnages complementaires. Rameau, l e philosophe, dans son d e s i r de tout s a v o i r decouvre jusqu'a l a c o r r u p t i o n s p i r i t u e l l e ("Dieu e t a i t l e pere, l e guide des grands oppresseurs ..." 75 ). Incapable de surmOn-t e r 1 ' h o r r i b l e s o l i t u d e engendree par sa conscience, dans sa haine du monde, i l s'elance du haut d'un clocher q u ' i l compare a un echafaud ( r i t u e l p h a l -l i q u e ) . L'autre ami de David, Francois Reine, r i v e de reforme s o c i a l e . R e a l i s a n t qu'une "Revolution i d e a l i s t e " ( j o u r n a l q u ' i l a fonde) contre l a . so c i e t e d'assassins est i m p o s s i b l e , p l u t o t que de v i v r e dans 1 ' i n j u s t i c e , i l se s u i c i d e par l e feu devant l e M i n i s t e r e des Armes n u c l e a i r e s . David, l e p r i n c i p a l p r o t a g o n i s t e , porte l a marque du heros b l a i s i e n : i l s o u f f r e atrocement d'une "maladie inconnue du code medical" (16). S ' i l est ma-lade, i l n'est pas l e s e u l , i l r e c o nnait que tous nous souffrons d'une "maladie commune: l a p r o p r i e t e " (13). C'est de c e t t e m a l a d i e - l a q u ' i l veut se g u e r i r avant t o u t . Influence par Rameau, dans sa c o l e r e et son o r g u e i l , i l se r e v o l t e . I I veut creer lui-meme son d e s t i n (12). Au l i e u d'etre l a p r o i e de l a s o c i e t e , i l veut v i v r e sa c u l p a b i l i t e jusqu'au bout ("L'enfer, c'est moi" 16 ) car personne n'est innocent. A u s s i v i o l e - t - i l l e s choses pour arracher l e s apparences et l e s d e t r u i r e (19). I I s'attaque a i n s i aux bases memes de l a s o c i e t e bourgeoise: i l v o l e "pour g u e r i r l e s 156 autres du mal de l a p r o p r i e t e (13), et i l v i o l e et se p r o s t i t u e ( i l a v a i t ete chasse de 1'ecole 5 cause du "peche s o u t e r r a i n " , 1'homosexualite 38 ) en defiance de l e u r m o r a l i t e . La mort de David r e j o i n t l a symbolique du retOur £ l a m^re: i l meurt a t t e i n t d'une b a l l e (arme a feu: symbole p h a l -l i q u e ) au bord de l'eau (maternelle) ou un e c r i t e a u marque 1 ' i n t e r d i c t i o n entre l'amour (ou l e d e s i r de l a mere) et l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . DEFENSE DE MARCHER SUR CES PLAGES ( l a promenade amoureuse) INSTALLATIONS MILITAIRES ... DEFENSE DEFENSE DEFENSE SOUS PEINE DE MORT (122) 59 L'Execution est encore plus r e v e l a t r i c e des obsessions b l a i s i e n -nes que l e s deux autres romans, sans doute parce que l e the3tre par sa forme condensee et s t y l i s e e degage l ' e s s e n t i e l . Les themes courants du "mal etrange", symbolise i c i par l e d e s i r du meurtre g r a t u i t , d'un proce"s et de l a p r i s o n se melangent a l a f a m i l i e r e thematique h i v e r n a l e de l ' a u -t o r i t e ( s c o l a i r e : Superieur, President de c l a s s e , ...) qui s'oppose a l a v e r i t e associee a l'amour de l a mere, £ homosexualite et 5 l a l i b e r t e . Les deux p r i n c i p a u x personnages nous r a p p e l l e n t c e t t e d u a l i t e entre l e b i e n et l e mal souvent presente dans l e s autres romans. Kent, " i n f l e x i b l e de f r o i d " , p a r t i c i p e a l a cruaute de l a s o c i e t e , apprise sur l e s bancs d'ecole: "nous sommes nes pour c r u c i f i e r , t u e r , t o r t u r e r " (60). Stephane, son a l l i e s ecret (homosexualite i m p l i c i t e ) , est un poete i d e a l i s t e : i l accepte sa c u l p a b i l i t e dans l e meurtre d ' E r i c , l e q u e l s y m b o l i s a i t a l a f o i s son a t t a -chement a sa soeur Helene, f i g u r e m a t e r n e l l e , et son amour homosexuel envers Kent. E r i c , en plus d ' t t r e accuse d' "immoralite" avec d 1 A r g e n t e u i l , M a r i e - C l a i r e B l a i s , L'Execution (Montreal: Ed. du Jour, 1968). 157 represente l'enfant amoureux de sa mere: ce " b i l l e t de Phedre" ( l e pere y tue son f i l s q u ' i l c r o i t incestueux) qu'on l u i tend somme s i g n a l de sa mort et son de r n i e r c r i , "Maman" sont s i g n i f i c a t i f s . Stephane a refuse de se r e c o n n a i t r e dans E r i c : en l e tuant, i l "casse l e m i r o i r " (110). I I se retrouve en p r i s o n avec Lancelot et D'Argenteuil que Kent, avec l a compli-c i t y de l a c l a s s e , a denonce au Superieur comme l e s m e u r t r i e r s pour r a i s o n d'immoralite (homosexuality). Ceux-ci s e r a i e n t d ' a i l l e u r s l e s p a r f a i t s boucs-emissaires dans l a s o c i e t e : l e premier reconnait que seule l a l o i personnelle compte et l ' a u t r e est reconnu pour ses "am i t i e s p a r t i c u l i e r e s " . L'auteur f a i t a i n s i l e proces d'une s o c i e t e coupable contre 1'hu-manity, s o c i e t y q u i , refusant sa r e s p o n s a b i l i t e , accuse des innocents dont l a seule faute est de s u i v r e l e u r d e s i r (homosexuel), ou encore d ' t t r e trop conscient de l e u r v a l e u r i n d i v i d u e l l e . P l u t S t qu'une morale d'apparence ( l a t r a d i t i o n ) , i l f a u d r a i t s u b s t i t u e r une morale de coeur, une nouvelle s e n s i b i l i t y de v e r i t y & s o i et aux autres. Avec David Sterne et L'Execution, M a r i e - C l a i r e B l a i s decouvre que l a c u l p a b i l i t y , plus que d'etre i n d i v i d u e l l e , est u n i v e r s e l l e : " i l y a 60 en chacun de nous un monstre q u i sommeille". I I app a r t i e n t a chacun de p a r t i c i p e r a l ' h y p o c r i s i e et a l a v i o l e n c e de l' o r d r e s o c i a l , ou de s'y r e f u s e r . Les t r o i s romans du" " c y c l e r e v o l u t i o n n a i r e " r e v e l e n t dans l a r e -cherche de l'auteur une e v o l u t i o n vers plus en plus de conscience. I l s correspondent a t r o i s niveaux de c u l p a b i l i s a t i o n q ui l'ont marquee pro-fondement: l a r e l i g i o n t r a d i t i o n n e l l e (Une Sa i s o n ) , l e s v a l e u r s f a m i l i a l e s et bourgeoises e t a b l i e s (L*Insoumise) et l e s agents de r e p r e s s i o n de l a B l a i s , L'Execution, p. 85. 158 s o c i e t e (David S t e r n e ) . Decouvrant que sa c u l p a b i l i t e est l ' a f f a i r e de tous, i l l u i r e s t e 1'option de p a r t i c i p e r au "crime u n i v e r s e l " comme David (malgre sa r e v o l t e ) ou d'en assumer l a r e s p o n s a b i l i t e comme Stephane (E_), et de se chercher une r a i s o n de v i v r e . Une analyse de s o i s'imposait; M a r i e - C l a i r e B l a i s l'entreprend dans l e s t r o i s tomes des Manuscrits de  Paul i n e Archange q u i reprendront l e s t r o i s etapes precedentes, mais, c e t t e f o i s - c i , en r e l a t i o n avec elle-meme: 1 ' i n f l u e n c e de l a r e l i g i o n et de l a f a m i l l e sur son enfance, son contact avec l e s v a l e u r s s o c i a l e s et i d e o l o -giques hors du c e r c l e f a m i l i a l et e n f i n l'apport i n t e l l e c t u e l , l e bagage experimental acquis dans l a s o c i e t e q u i l a guideront vers sa v o c a t i o n d ' e c r i r e . Bien que romances, ces t r o i s e c r i t s c o n s t i t u e n t pour nous l e " c y c l e autobiographique". B. Vers une l i b e r a t i o n , S p e c i f i o n s immediatement que l'etude des Manuscrits comme c e l l e des autres romans p u b l i e s a l a s u i t e de L'Execution se f e r a selon une perspec-t i v e plus s t r u c t u r a l e . E l l e reprendra en e f f e t l'oeuvre e n t i e r e a f i n d'en t i r e r l e s l i e u x communs et en mieux degager l e s grandes l i g n e s e v o l u t i v e s toujours en r e l a t i o n avec l ' e c r i v a i n . Pourquoi ce changement de perspec-t i v e ? C'est qu'a p a r t i r des Manuscrits M a r i e - C l a i r e B l a i s s'auto-analyse. Se degageant des "apparences", e l l e veut " v i v r e ! v i v r e ! " comme l e t i t r e des deux autres tomes l e suggere. A c e t t e epoque, apres s i x ans de v i e commune avec ses amies, e l l e reve de l i b e r t e . Le depart de Barbara vers un autre amour l ' a i d e a se degager de c e t t e v i e trop ajustee aux d e s i r s des autres. Apres a v o i r tant e c r i t de r e b e l l i o n , c'est 3 son tour de prendre l e l a r g e . Apres a v o i r donne a Pauline Archange l ' e s p o i r d'une " r e s u r r e c t i o n " 159 (MPA 182), comme d'ailleurs avoir permis aux protagonistes des romans qui suivent (sauf Le Sourd) de vivre, a son tour l'ecrivain s'ouvre a la vie. Dans 1'insouciance, pendant une annee, elle tente de s'adapter .a une vie a deux avec Mary Meigs, mais bientot la France 1'attire, ou plutSt Andree, une jeune femme rencontree a Paris lorsque toutes deux y avaient gagne 61 62 un prix litteraire. Ce fut le debut d'un nouveau triangle entre ces trois femmes: i l s'ensuivit une annee terrible; une relation trop chargee de melodrame pour e"tre croyable et vouee a une fin rapide, raconte Mary Meigs. A nouveau, libre, Marie-Claire Blais quitte la Bretagne ou elles s'etaient installees sur une ferme et traverse 1'ocean vers son pays natal. Cette fois-ci, c'est pour y vivre. Fini le temps de la timidite et de la soumission a la volonte d'autrui! Aussi peut-elle maintenant s'affirmer en tant que Quebecoise, femme et lesbienne et clamer un non affirmatif a toute oppression. Que dit sa vieille amie apres ces quinze annees d'amitie indestructible: Nous sommes maintenant toute deux libres, non pas de se quitter l'une l'autre mais de vivre^^os vies dans le conteXte de cette singuliere fidelite. Connaissant la vie de l'ecrivain en ses grandes lignes, i l nous est main-tenant possible de considered les themes et les structures de 1'oeuvre dans une vision d'ensemble et selon un point de vue evolutif. ^' Cet episode de sa vie a ete transpose dans Une Liaison parisienne. fi 7 La fiction dedouble la realite, ou vice-versa: cf. Chap. I l l , p. 112. Mary Meigs,"from Lily Briscoe, a self-Portrait", dans Exile, p. 64. Notre traduction. 160 Chapitre IV LES STRUCTURES DE L'IMAGINAIRE BLAISIEN A t r a v e r s l e r e c i t des t r o i s tomes des Manuscrits de Pauline Archan-ge t r a n s p a r a i t une autobiographie de M a r i e - C l a i r e B l a i s dont l e s t r o i s poles m a j e u r s — L a f a m i l l e , l a s o c i e t e et l ' e c r i t u r e — e x p l i c i t e n t f i d e l e -ment les t r o i s metaphores obsedantes qui s u r g i s s e n t de sa premiere poesie: l a mer ambigue, l ' a i g l e c r u e l et 1'enfant-poete. Leurs s i g n i f i c a t i o n s m§mes semblent s ' e n t r e c r o i s e r . La symbolique aquatique maternelle r e j o i n t l e m a t r i a r c a t s p i r i t u e l , 5 l a f o i s benefique et c a s t r a t e u r propre au Que-bec t r a d i t i o n n e l . L'image p a t e r n e l l e s'associe S. Dieu l e Pe*re et a toute l a m o r a l i t e r e p r e s s i v e a l a q u e l l e se conforme l a s o c i e t e , tandis que l ' a c -t i v i t e c r e a t r i c e devient moyen d'acces a l a connaissance et a l'amour: r e -tour au paradis du s e i n maternel, s a t i s f a c t i o n du d e s i r incestueux pre-o e d i p i e n . Avant de transposer son i n c o n s c i e n t , source de l ' i m a g i n a i r e , dans l e s premiers romans Studies comme dans un c y c l e mythique, l ' e c r i v a i n a v a i t r e v e l e et s t y l i s e d'une facon plus transparente et concise ses obsessions personnelles dans deux pieces de theStre e c r i t e s probablement au temps de sa premiere poesie. Eleonor met en scene un pasteur q u i a eleve deux de 2 ses f i l l e s dans " l a peur de Dieu et l a peur de v i v r e " , t a ndis q u ' i l l a i s s e ' Pie"ce de theatre i n e d i t e jouee 5 Quebec par l e s comediens de 1 *Es- t o c , l e 18 j u i n I960. Une copie est conservee a l a b i b l i o t h e q u e de l ' U n i -v e r s i t e de Montreal, copie dont nous avons pu o b t e n i r une r e p r o d u c t i o n . P i l o t t e , pjj4. 161 a g i r a sa guise l a plus jeune, Sgee de di x - s e p t ans, parce que, muette depuis l a mort de sa mere, i l l a c r o i t anormale et en a honte. Sauf a 3 cet t e d e r n i e r e , a qui l'on permet de jouer une e t e r n e l l e gamme au piano, sa seule j o i e , e s t - i l d i t , tout jeu est i n t e r d i t de m§me que toute promena— 4 de l e long de l a r i v i e r e . Leur belle-mere s u i t a u s s i l e s r e g i e s r i g i d e s de ce pere obsede par l e peche de l a c h a i r et par l ' e n f e r . Rebecca, l ' a i -nee, se r e v o l t e et s 1evade voulant e n t r a i n e r sa soeur cadette. Plus t a r d , c e l l e - c i , partagee entre son d e s i r de l i b e r t e et son devoir f a m i l i a l , se pend. Le pere s'accusant de ne pas a v o i r ete assez severe entreprend d'e-duquer l a plus jeune selon l a l o i de Dieu. Apres a v o i r vendu l e piano, i l touche l a main de l a muette avec un t i s o n n i e r chauffe a f i n de l ' o b l i g e r a p a r l e r . Entendant son c r i , i l 1'accuse d ' h y p o c r i s i e . Devant tous ces mal-heurs, l a belle-mere ose e n f i n s ' i n t e r p o s e r . L'accusant de s t e r i l i t e ? s o n mari r i p o s t e q u ' e l l e n'a aucun d r o i t sur "ses" enfants. Lorsque de nouveau e l l e protege l a jeune f i l l e contre son pere, c e t t e derniere s'elance dans ses bras en s ' e c r i a n t "Maman". On retrouve tout ce pathos, mais d'une f a -con plus f a n t a i s i s t e , dans La Roulotte aux poupees""' ou un montreur incapable de se l i b e r e r de sa r o u t i n e refuse l'amour d'une de ses marionnettes, Olympia, qui de grandeur nature et v i v a n t e veut se f a i r e aimer comme une v r a i e femme. E x t a s i e devant sa beaute et sa danse, 1 ' i d i o t du v i l l a g e s u r -monte sa peur du r i d i c u l e , parce q u ' i l l a c r o i t inanimee, et l u i declare 3 La premiere poesie comprend un poeme i n t i t u l e "Gammes de l a Mer" qui sous l a forme d'une gamme re v e l e une dramatique de persecution appa-rentee k\ c e l l e d' "Eleonor". E c r i t s du Canada F r a n c a i s , V o l . V, p. 177. ^ Symbole de l i b e r t e en l a presence m a t e r n e l l e . "* Piece de t h e t t r e jouee en octobre 1960, a Montreal, par 1 ' A t e l i e r 162 son amour. Olympia, emue, q u i t t e ses f i l s pour l u i p a r l e r , mais p r i s de panique i l l a poignarde a mort. Ces deux textes presentent deja l e s t r o i s constantes que toute 1'oeuvre b l a i s i e n n e o f f r e sans cesse sous de m u l t i p l e s c o l o r a t i o n s v a r i a n t selon 1'evolution personnelle de l' a u t e u r . Nous pouvons degager en premier l i e u c e t t e r e l a t i o n de maxtre a e s c l a v e , entre l a f i g u r e p a t e r -n e l l e ecrasante t i r a n t son a u t o r i t e de Dieu et l e s e t r e s sous sa depen-dance t i r a i l l e s entre deux p o s s i b i l i t e s : l a soumission ou l a l i b e r t e . Deuxiemement, l'op p r e s s i o n du mile sur l a femme y est toujours presente: e l l e d o i t se p l i e r au r S l e p a t r i a r c a l de l a mere r i g i d e envers l ' e n f a n t , et au s t a t u t i n f e r i e u r de servante, sinon e l l e est bannie et bafouee. E n f i n , une i n f i r m i t e quelconque, habituellement en r e l a t i o n avec l e r e j e t de l'amour maternel, d'oil symbole d'un d e s i r incestueux reprime et c u l p a -b i l i s e , est r e l i e e a une a c t i v i t e a r t i s t i q u e , i c i l a musique et l a danse. Au d e l a des t r o i s mythes personnels poetiques que nous reconnaissons, t r o i s niveaux d'oppression y sont assez b i e n c a r a c t e r i s e s . D'abord se dessine 1' image d'un Quebecois soumis au regime p a t r i a r c a l , dechire par l e legs r e l i g i e u x de l a d u a l i t e corps/Sine et par l a dichotomie c u l t u r e l l e des i n f l u e n c e s f r a n c a i s e et a n g l a i s e s ' a f f r o n t a n t . Apparalt e n s u i t e , chargee d'une se r v i t u d e m i l l e n a i r e , l a femme qu'aujourd'hui encore on obl i g e aux r S l e s maternels d ' i n f i r m i e r e , d ' i n s t i t u t r i c e et de s e c r e t a i r e . En d e r n i e r l i e u se devine l a s t i g m a t i s a t i o n de 1'homosexualite par l a du Proscenium et t e l e d i f f u s e e par Radio-Canada dans l e cadre des Beaux  Dimanches l e 12 mars 1967. Dans 1 ' i m p o s s i b i l i t e d'obtenir une c o p i e , nous avons eu recours au resume f o u r n i par S t r a t f o r d , M a r i e - C l a i r e B l a i s , pp. 52-53. 163 r e l i g i o n et l a s o c i e t e q ui quelquefois t o l e r e n t c e t t e " a b e r r a t i o n " chez un genie c r e a t e u r , l e q u e l est souvent considere par e l l e s d ' a i l l e u r s comme un excentrique,sinon un anormal. S i l e denominateur commun de tous l e s p o r t r a i t s d'ame rencontres dans l'oeuvre b l a i s i e n n e est 1'oppression, comment s'en etonner? L ' a t -mosphere d'etouffement qui s'en degage provient b i e n de cet t e t r i p l e a l i e -n a t i o n subie par l ' e c r i v a i n et une etude plus approfondie en r e v e l e l e s "marques" dans l e s themes comme dans l e s s t r u c t u r e s romanesques: l a t e x -t u a l i t e r e f l e t e l ' i d e n t i t e de l'auteur en tant que Quebecoise, femme et lesb i e n n e . L'analyse de l a symbolique du m i r o i r nous guidera vers l a de-couverte d'une s t r u c t u r a t i o n et d'un espace causes par l' o p p r e s s i o n . Les p a r t i c u l a r i t e s du langage b l a i s i e n nous conduiront ensuite a l'examen de sa v i s i o n du monde, l a q u e l l e , verrons-nous, r e j o i n t l e regime synthetique nocturne des S t r u c t u r e s anthropologiques de 1'imaginaire^ de G i l b e r t Durand, debouchant a i n s i sur 1 ' a c t i v i t e a r t i s t i q u e et l'amour s p i r i t u a -l i s e . 1. S t ructures et m i r o i r s Devant tout environnement h o s t i l e , l'homme se v o i t f o r c e de c h o i -^ e s i r entre 1 a f f i r m a t i o n de s o i dans 1 affrontment ou a se n i e r dans l a soumission. G i l l e s Marcotte remarque c e t t e propension de l ' e c r i v a i n " c a n a d i e n - f r a n c a i s " au dechirement, si se s e n t i r a t t i r e par une "ex p e r i e n -ce du v e r t i g e " . 7 Le Quebecois, par naissance est en e f f e t un i t r e 6 . G i l b e r t Durand, Les Str u c t u r e s anthropologiques de 1 'imaginaire ( P a r i s : Bordas, 1969). • G i l l e s M a r c o t t e , "L'experience du v e r t i g e dans l e roman canadien-164 partage: Rome, -lui chStrant l e sexe de son ame; P a r i s , exigeant l a part du l i o n de sa c u l t u r e ; Ottawa, voulant l e seduire dans ses alle g e a n c e s , et Washington, s'appropriant ses ressources. I I est l'homme d'un pays a g quatre c a p i t a l e s , dont l a sienne propre n'a plus qu'un r61e h i s t o r i q u e et t o u r i s t i q u e . S i sa s i t u a t i o n m i n o r i t a i r e a i n f e r i o r i s e l e Quebecois pendant longtemps, combien plus l e s c o n d i t i o n s feminine et homosexuelle dans l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e s o n t - e l l e s at p l a i n d r e de l e u r a l i e n a t i o n . Ce-pendant, en r a i s o n d'elements apparents, l e Quebecois par son p a r l e r carac-t e r i s t i q u e et l a femme par ses a t t r i b u t s sexuels ont une base s o l i d e pou-vant l e u r s e r v i r d ' i d e n t i f i c a t i o n et d ' a f f i r m a t i o n de s o i . I I n'en est pas a i n s i de 1'homosexuel. Ses preferences a f f e c t i v e s demeurant souvent i n v i s i b l e s maigre l e mythe c o n t r a i r e , i l peut "passer pour normal", s ' i l l e veut. Sa " p a r t i c u l a r i t e " n'etant pas observable, i l se v o i t a i n s i o b l i -ge de f a i r e un choix. Cette t e n s i o n d i a l e c t i q u e homosexuelle f a s c i n a p a r t i c u l i e r e m e n t Sartre q u i 1 ' u t i l i s a . p o u r demontrer sa p h i l o s o p h i e e x i s -t e n t i e l l e dans Saint Genet, Comedien et martyr. L'homosexuel represente done l e paradigme de l a b a t a i l l e entre l e moi et l ' a u t r e . Condamne a l a l i b e r t e , i l comprend profondement l a problematique d ' a u t h e n t i c i t y et de f r a n c a i s " dans E c r i t s du Canada f r a n g a i s , No. 16 (1963), pp. 223-246. 8 Jacques Godbout d i x i t , l o r s d'une conference a l ' U n i v e r s i t e de l a Colombie B r i t a n n i q u e , l e 27 mars 1980. Q Toutes l e s etudes sur ce s u j e t concluent que par l e u r apparence e x t e r i e u r e et meme par 1 ' u t i l i s a t i o n de t e s t s psychologiques un mSle homo-sexuel ne se d i f f e r e n c i e pas d'un male heteros e x u e l . Gregory K. Lehne, "Homophobia among Men" dans The Forty-nine Percent M a j o r i t y : The Male Sex  Role, ed. Deborah S. David et Robert Brandon (Reading, Massachusetts: Addison-Wesley P u b l i s h i n g Co., 1976), pp. 68-69. 165 mauvaise f o i . * ^ L o i n de nous, l ' i d e e de v o u l o i r comparer Genet e t M a r i e -C l a i r e B l a i s , b i e n que des p a r a l l e l e d sur l e u r r e v o l t e c o n t r e l a s o c i e t e ou l e u r p o e t i q u e i n v e r s e e s e r a i e n t des p l u s p e r t i n e n t s , n o t r e i n t e r e t r e s i d e s u r t o u t de s i g n a l e r 1'importance c a p i t a l e de ce n i v e a u d ' o p p r e s s i o n dans l ' o e u v r e d'un a u t e u r . Pour M a r i e - C l a i r e B l a i s , 1'homosexuality r e n f o r -c a i t deux a u t r e s jougs h u m i l i a n t s , c e l u i d ' e t r e "nee pour un p ' t i t p a i n " q u e b e c o i s , e t , p i r e , c e l u i de v i v r e comme femme sous l a dependance s o u v e r a i -ne d es i n s t i t u t i o n s p a t r i a r c a l e s . Les chances de r e t r o u v e r des " t r a c e s " de s u j e t i o n dans l ' o e u v r e b l a i s i e n n e se t r o u v a i e n t a i n s i m u l t i p l i e r s par t r o i s • A. Le M i r o i r , p r e o c c u p a t i o n de 1 ' i d e n t i t y Comme femme q u e b e c o i s e e t l e s b i e n n e , l ' a u t e u r au debut de sa c a r -r i e r e a v a i t p l u s i e u r s r a i s o n s de se demander "Qui s u i s - j e ? " , s'examinant dans l e m i r o i r de ses e c r i t s . M a i s , t i m i d e e t apeuree, a p e i n e l i b e r e e de 1'egide f a m i l i a l e , e l l e ne peut se l i v r e r qu'inconsciemment dans ses pre m i e r s romans a c a r a c t e r e p l u s f a n t a i s i s t e que r e a l i s t e , r e f l e t a n t a t r a v e r s l a symbolique du m i r o i r une p r e o c c u p a t i o n avec son i d e n t i t y . Dans L a B e l l e B i t e , 1 ' u t i l i s a t i o n du m i r o i r p ar L o u i s e n ' e s t due qu'a l a v a n i -ty f e m i n i n e . Cet o b j e t de c o q u e t t e r i e pour l a femme d e v i e n t un symbole de son importance, comme l e d i s e n t l e s f r e u d i e n s : son corps d e v i e n t son p h a l -l u s , s a be a u t e , s a s e u l e f o r c e . M a r i e - C l a i r e B l a i s r e j e t t e c e t t e v a l o r i -s a t i o n de l a femme en o b j e t de b e a u t e , a u s s i p r e s e n t e - t - e l l e L o u i s e comme Jacob Stock i n g e r , "Homotextuality: a Proposal" dans The Gay Aca-demic , p. 139. 166 une poupee, un personnage execrablement v a i n . L'auteur s ' i d e n t i f i e p l u -t 6 t §. I s a b e l l e - M a r i e q u i dans l e ref u s de sa l a i d e u r ( m a t e r i a l i s a t i o n physique de ce sentiment d'etre d i f f e r e n t e r e s s e n t i par tous l e s heros b l a i s i e n s ) f u i r a l e s m i r o i r s , a u s s i , ne voulant pas se v o i r dans l e s yeux de l ' a u t r e , 1'amant i d e a l se d e v a i t - i l d'e*tre aveugle comme l ' e s t M i c h a e l . C'est par l ' a u t r e qu'on prend conscience de s o i , comme l'enfant se decou-vrant d i f f e r e n t de sa mere. A i n s i l e s courses repetees de P a t r i c e vers l e la c (symbole maternel) q u i r e f l e t e son image r e v e l e n t un besoin de r e a s -surance au s u j e t de son i d e n t i t e . Dans L'lnsoumise, l e symbole du m i r o i r sera r e p r i s . Selon M a r i e - C l a i r e B l a i s , 1'obsession de Paul a s'observer dans l a glace s i g n a l e une recherche de s o i , "a t r a v e r s son corps ... l a decouverte de son monde animal".'' Cette image de l u i qui "est sur l e point de se b r i s e r " , n'est-ce pas c e l l e de sa s e x u a l i t e t i r a i l l e e entre Anna et F r e d e r i c k ? Dans 1'elargissement de l a s i g n i f i c a t i o n metaphorique du m i r o i r , nous rejoignons l e s personnages doubles, p r o j e c t i o n s de deux tendances opposees d'une seule p e r s o n n a l i t e dont I s a b e l l e - M a r i e — P a t r i c e (BB), et M o n s e r r a t — M i c h a e l (VS) sont l e s prototypes. Le m i r o i r est a u s s i "un procede de redoublement des images du moi, et par li. l e doublet 12 tenebreux de l a conscience". Le je u d 1 i d e n t i t e d'Evans dans Tete B l a n - che , t i r a i l l e constamment entre l e bon garcon q u ' i l d e s i r e e t r e et l e mauvais q u ' i l e s t , s u r e n c h e r i t c e t t e e x p l o r a t i o n de l ' e c r i v a i n sur son moi. Dans Le Jour est n o i r , Roxane double l a destinee de son pere Josue, P i e r r e , c e l l e de son pere Raphael, et Jessy c e l l e de ce d e r n i e r . Quant 3 Une  Saison, s i c e r t a i n s y trouvent l e m i r o i r d'un peuple, nous nous i n t e r e s -1 'smith, p. 56. 12 Durand, p. 100. 167 sons davantage a l a d u a l i t e d'Heloise (Vierge/Putain) et a c e l l e de Theo-dule (Frere/Crapula) ou l e u r premier v i s a g e , s'averant un masque, ex-p l i q u e cette problematique s a r t r i e n n e sur l a d i v i s i o n entre l a s i n c e r i t e et l e subterfuge, l a r e a l i t e et l e s apparences quithantentPauline Archange dans ses M a n u s c r i t s . Apres sa t r i l o g i e cependant, M a r i e - C l a i r e B l a i s c h o i s i r a l'entre-deux. En chaque personne i l y a une part d'ombre et une de lumiere, a l o r s pourquoi toujours chercher "a vous d e f i n i r a vous d i m i -nuer quand nous nous sentons p a r f o i s s i v a s t e s , i n f i n i s mime, a s p i r a n t a tout v i v r e tout comprendre tout aimer tout a s s i m i l e r pendant ce b r e f pas-13 sage sur une t e r r e h o s t i l e , dangereuse ..." Lors de c e t t e a c c e p t a t i o n (dans l a r e j o u i s s a n c e ) de son ambiguite, l a "Deesse au double v i s a g e , l a lesbienne" n'aura plus a s ' i n q u i e t e r de son i d e n t i t e . " ^ Mais 1'habitude acquise de 1'analyse demeure et c'est vers l ' a u t r e qu'on se tourne,_ten-tant de soulever son masque, de l e c o n n a i t r e , de 1'aimer (L, NV, SV). L'ultime m i r o i r , c'est l e texte lui-meme avec ses m u l t i p l e s formes n a r r a t r i c e s (TB) ou ses nombreux narrateurs (I_, VS) a l a recherche de l a v e r i t e . Que d i r e de c e t t e phrase se retournant sans cesse sur elle-meme, de son contenu se cherchant une v o i e dans l e s l a b y r i n t h e s de l a syntaxe de l a s i g n i f i c a t i o n ? Le Sourd dans l a v i l l e avec 1'absence presque com-pl e t e de p o i n t est l'exemple l e plus c a r a c t e r i s t i q u e de ce s t y l e , non pas baroque car i l n'est pas d e c o r a t i f , mais p l u t S t t o r t u r e et i n q u i s i t i f , s crutant l e s e t a t s d'ame profondement et inlassablement: un s t y l e de j o u r n a l i n t i m e . 13 M a r i e - C l a i r e B l a i s , " M a r c e l l e " dans La Nef des s o r c i e r e s (Ottawa: Quinze, 1976), pp. 63-64. N i c o l e Brossard sur " M a r c e l l e " dans La Nef, p, 12. 168 B. Le J o u r n a l i n t i m e , un m i r o i r Cette forme n a r r a t i v e p a r t i c u l i e r e m e n t p r i v i l e g i e e par Marie-C l a i r e B l a i s t i e n t e l l e a u s s i du m i r o i r : e l l e permet une q u i t e psycholo-gique et a f f e c t i v e des regions l e s plus i n a c c e s s i b l e s de l ' i t r e . Experien ce c a t h a r s i q u e , l'auteur se met lui-mime en scene et se f a i t f a c e . Ce t i t e - a - t i t e personnel est probablement l a p r i n c i p a l e r a i s o n pourquoi l a c r i t i q u e de t r a d i t i o n masculine se refuse a l a " t r a g e d i e b l a i s i e n n e " . Toutes ces e f f u s i o n s de sentiment repugnent au mile.'"* M a r i e - C l a i r e B l a i s connait c e t t e a t t i t u d e moqueuse p a t r i a r c a l e q u i , ennuyee, relegue ses l i v r e s a l ' o u b l i , parce q u ' i l s ne sont que "des idees de femmes":^ "une parole i r r e c e v a b l e socialement" r e v e l a n t l e s c o n d i t i o n s feminine et homo-s e x u e l l e , et "1'inavouable de son envers: l ' o p p r e s s i o n s y s t e m a t i q u e " . ^ La forme du j o u r n a l intime represente a l a f o i s un symbole de r e -b e l l i o n et de decouverte de s o i face au mondeJ (Un) e t r e qui se decouvre (en e c r i v a n t son j o u r n a l ) , c'est quelqu'un capable de se d i e t e r 5 lui-meme une conduite morale. C'est done un f i l s que l e p i r e ne domine p l u s . Quelle grave menace a" 1'autorite et a l'amour ( s e l o n l ' o p t i q u e p a t r i a r c a l e ) . 1 : 3 Dans Les Apparences, M a r i e - C l a i r e B l a i s par l a bouche de Germaine Leonard rapporte ce que l a c r i t i q u e l u i a rapproche: son d e l i r e , ses obsessions exasperantes, " c e t t e d i s i n t e g r a t i o n i n t e r n e " au d e l a du b i e n et du mal. P i e r r e O l i v i e r nous donne sa reponse: "partout dans l e monde une h a l e i n e de p u t r e f a c t i o n ... Notre maladie est s e c r e t e , mais e l l e est l a . " pp. 72-74. (Parce que r e l e v a n t du j o u r n a l intime.) Comme l e pere du " D i s -paru" q u a l i f i a n t a i n s i l e s e c r i t s de son f i l s . M a r i e - C l a i r e B l a i s , F i e v r e (Montreal: Ed. du J o u r , 1974), p. 66. Brossard dans La N.ef, p. 8. Une defense du j o u r n a l intime par l e f r e r e du "Disparu", F i e v r e , p. 69. 169 Comme nombre de ses personnages romanesques (Evans TB , Jean-Le Maigre SE , Paul I_ ...) obsedes par leurs relations vis-a-vis d'eux-memes et des autres, l'auteur ecrit sa propre autobiographie dans Les Manuscrits. De tous les jeux d'identite de la romanciere, celui-ci est le plus inte-ressant car l'ecrivain, i c i , se fabrique un miroir d'elle-meme, non seule-ment comme fait mais comme fiction. Plus que la premiere phrase que Gilles 19 Marcotte a qualified proustienne (par ironie?) , cette trilogie dans sa presentation meme tient de La Recherche du temps perdu : un narrateur, different de l'auteur, s'y transforme en ecrivain. Cette aventure l i t -teraire cependant, contrairement a la Recherche, s'installe au coeur mime du recit: un journal sur la naissance de la creation a l'interieur du journal intime. Le premier tome se situe dans un temps interieur, pre-20 mier degre de conscience. Pauline Archange narre son enfance afin de retrouver sa propre image i. laquelle elle est devenue "etrangere vivant trop en compagnie de ces miroirs estompes qui vous refletent avec men-songes" (MPA 67). Premiers pas vers I'ecriture: dans la reclusion du soir son "imagination ecrivait de fougueux recits ... (mais elle) ne voyai(t) que des images sans connaitre les mots "(MPA 153). Le deuxieme tome est celui de la conscience sociale. L'adolescente comme l'ecrivain est obligee de sortir de soi. Pour la premiere fois, nous y rencontrons 2 1 des extraits de son "manuscrit": ce sont d'humbles debuts litteraires. Si Vivre! Vivre? etablit un dialogue entre Pauline-narratrice (qui raconte 19 Marcotte, Le Roman, p. 104. 20 Real G i r a r d , " M a r i e - C l a i r e B l a i s , e c r i v a i n : les apparences de I ' e c r i t u r e " dans L i v r e s et Auteurs Quebecois (Montreal: Jumonville, 1972), pp. 363-374. 2 1 W 17, 21, 28, 37, 87-88, 103, 108, 150, 160. 170 l e roman) et P a u l i n e - e c r i v a i n (dont on raconte l ' h i s t o i r e ) , dans Les  Apparences, ces deux consciences ne font plus qu'une: l e temps de l a v i e meme s ' i n s t a l l e avec ses r e l a t i o n s au p a s s e — a u present—-au f u t u r , L o r s q u ' e l l e debouche sur ce present dans 1'acceptation du passe avec P a u l i n e , M a r i e - C l a i r e B l a i s est deja un e c r i v a i n reconnu avec de nombreuses oeuvres a son a c t i f . S i Les Manuscrits sont bien son j o u r n a l i n t i m e , l'on peut done y deceler non seulement un r e c i t de sa v i e , mais plus important une a u t o - c r i t i q u e (un double: 1' e f f e t du m i r o i r ) sur I n -v o l u t i o n de son oeuvre comme de sa v i s i o n du monde. Chacun de ses person-nages e c r i v a i n s ne r e p r e s e n t e - t - i l pas elle-meme s\ un c e r t a i n moment donne, en r e l a t i o n avec l ' e v o l u t i o n de sa production l i t t e r a i r e . L'oncle Sebas-t i e n , avec sa maladie mysterieuse,aux yeux de l a jeune P a u l i n e , sa s o i f i n a l -t e r a b l e c u l p a b i l i s e e et l e s soins maternels nous r a p p e l l e l a l a i d e u r d ' l s a b e l l e - M a r i e et de P a t r i c e obsede des eaux maternelles et de sa mere. I I est l'auteur encore apprenti mais p r o l i f i q u e q u i v o i t dans son e n c r i e r des "monstres" dont i l peuple ses " h i s t o i r e s " (MPA 50): Est-ce que tu l e s v o i s ? Je n ' a i pas peur d'eux, ce sont mes amis. Je l e u r p a r l e et i l s ne r u g i s s e n t p l u s . I I faut jamais se mettre en c o l e r e , P a u l i n e , l e s monstres ne l'aiment pas. (MPA 51) I I est l e createur de La B e l l e Bete, de Tete Blanche et de tous ces per-sonnages monstrueux evoluant dans une atmosphere etouffante dont se peuple l a f i c t i o n b l a i s i e n n e . Dans l e mai physique de Sebastien et "psy-chologique" de Pauline s ' a c t u a l i s e c e t t e " d i f f e r e n c e " qui o b l i g e l'auteur a l a s o l i t u d e et a l a c u l p a b i l i t e : peut-etre d'etre femme et lesbienne dans l e contexte " v e r t i g i n e u x " quebecois. Avec l ' a i d e de Romaine P e t i t -Page, cependant, i l est p o s s i b l e d'apprendre a aimer ses personnages f i c t i f s 171 et sous une transparence poetique de transformer le Vice en Vertu, E l l e dissimulait ainsi toutes les gammes de l a sensualite, s i tabou au Quebec, sous le couvert d'une mystique amoureuse. Le Jour est noir a ete concu par imaginaire a dominante "romaine" (catholique). Sebastien et Romaine dominent les ecrits du cycle mythique blaisien. Avec Une Saison, l a revolte gronde. David Sterne est typique de cette epoque et aurait pu etre e c r i t pax Philippe L'Heureux, Le l i v r e de ce criminel-ecrivain, "Chroniques de Prisons", "n'est qu'un c r i qui ne monte pas de l a tete ni du coeur mais des e n t r a i l l e s j " (A 75) La revolte l a plus totale contre 1'injustice de l a societe est person-nifiee par son parricide d'un pere qui a pour profession de juger, de decider de l a culpabilite d'autrui, responsable done de toute oppression subie par L'Heureux, Pauline et Marie-Claire Blais. Les ecrits de cette periode, d-' Une Saison a L'Execution, foment un cycle revolutionnaire ou l a religion et toutes les valeurs traditionnelles, familiales, bourgeoises et capita-l i s t e s sont attaquees, Le cycle suivant plus autobiographique est compose des trois volumes des Manuscrits. Ceux-ci, disions-nous, raconte 1'epoque de l a remise en question de l'auteur et de son environnement, surtout des relations entre les deux, e'est-a-dire une prise de conscience sociale et l i t t e r a i r e suivant ses demarches ideologiques a travers les livres et son experience. Julien, avec son acharnement a. soulever les apparences sociales et sa devotion a. l a liberte et a. 1'ami t i e , est le symbole de l'ecrivain des Manuscrits. Quant a 1'ideal a atteindre en tant qu'humain et artiste, sug-gere par le Pere A l l a i r e , e l l e le trouve dans cette i l l u s t r a t i o n de Durer, La Melancolia, que Pauline deerit admirablement bien (A 144-146), metaphore ou l ' a r t se voit mis au service de 1*humble connaissance et de l'amour f r a -ternel symbolise par le jeune poete Andre Chevreux. 172 Les Manuscrits sont j o u r n a l intime a u s s i en ce q u ' i l s montrent l ' e v o l u t i o n psychologique de Pauline (et de l ' a u t e u r ) . D'une s i t u a t i o n de honte, d'ignorance et de cl a s s e o u v r i e r e , accusee de n'avoir n i coeur, n i t a l e n t (et de n'etre que femme, lesbienne et Quebecoise), P a u l i n e r e u g s i t , non pas maigre l e s d i f f i c u l t e s mais a cause de c e l l e s - c i , a e c r i r e sinon selon l e s goQts cat h o l i q u e s de Romaine Lepage, du moins avec v e r i t e . ( L ' a u t e u r n ' a - t - i l pas e c r i t Une Saison, un succes mondial?) A u s s i s ' a g i t - i l de sur-monter t i m i d i t e et c u l p a b i l i t e , d'accepter son passe et soi-meme i n t e g r a l e -ment et de se donner 3 sa "v o c a t i o n " d ' e c r i r e . S ' i l r e s t e 3 Pauline d'e-c r i r e son roman (Le Loup?), M a r i e - C l a i r e B l a i s , croyons-nous, a r e u s s i magistralement l e s i e n . Les Manuscrits ne foment qu'un r e c i t unique q u i ne peut s ' e t u d i e r , comme se l i r e d ' a i l l e u r s , que dans son ensemble. Sans doute i n s p i r e e par Proust, l ' e c r i v a i n a donne une oeuvre authentiquement quebecoise dans son contenu et qui par sa s t r u c t u r e innove par ce p a l i e r de l ' e n t r e p r i s e de Pauline a 1'ecriture,passant des obsessions et des r i v e s aux mots et aux e x t r a i t s jusqu'5 l a c r e a t i o n t o t a l e des Apparences. Quant au niveau s t r u c t u r a l du r e c i t meme, en f a i r e un p a r a l l i l e avec La Recherche s e r a i t i n j u s t e non seulement par l e u r longueur inegale mais a u s s i 5 cause de l'epoque, des c l a s s e s , de l'education et de l ' e x -perience totalement d i f f e r e n t e s des deux auteurs. Nous ne pouvons pas cependant ne pas remarquer une parente a r c h i t e c t u r a l e . La f a s c i n a t i o n de Paul i n e pour Germaine Leonard (et son amour coupable pour P. O l i v i e r ) q u i r e l i e tous l e s personnages de 1'oeuvre, nous r a p p e l l e l e r o l e joue par Charlus pour l e n a r r a t e u r , Marcel. Signalons a u s s i c e t t e f i l i a t i o n prous-tienne d'une metaphore ( l a madeleine) evoluant tout au long du roman: c e l l e de l ' o p p r e s s i o n symbolisee par cet omnipresent " o e i l " de Dieu 173 dessine au tableau par une r e l i g i e u s e tyrannique (un "fauve de D i e u " ) , auquel est r e l i e l e " t r i b u n a l " f a m i l i a l culminant dans l e martyr de Jacob l e q u e l par son pere V b l e s s e r a a u s s i Pauline a un o e i l en l a b a t t a n t ) , et avec l a naissance d'enfant anormal, Emile, dont i l faut se debarrasser. Cette thema-thique s ' a m p l i f i e dans l a f i n d'Emile et de Jacob 5 1'hospice et surtout dans ce poste qu'occupera P a u l i n e dans une "maison de fous". Ce l i e u est considere comme un Royaume ou l e s enfants deploient l e u r s reves, f a n t a i -s i e s " t e l l e une nuee de poissons dans un f i l e t " (A 159). N'y s o n t - i l s pas emprisonnes, l a r a i s o n y punissant 1 ' i n s t i n c t (A 158)? Comment a l o r s s'evader de l'oppression? Par l a f o l i e , on peut retourner au paradis de l'enfance, par l e crime, on peut se r e v o l t e r comme P h i l i p p e L'Heureux, ou e n f i n , par l ' a r t , on peut l a transcender. A i n s i 5 l ' o e i l accusateur va s'opposer l a timide r e v o l t e de Mere S a i n t e - A l f r e d a r e c i t a n t N e l l i g a n , "Je s u i s g a i ... Oh! s i g a i , que j ' a i peur d ' e c l a t e r en s a n g l o t s " (A 133), p l u t o t que des bondieuseries a n t i r a c i a l e s , et epinglant sur un mur "1'ange de Durer", symbole de 1'e s p r i t c r e a t e u r . Metamorphoses d'une imagerie con-damnee au joug k a f k a i e n , se nuancant comme chez Dostoievsky par une r e -connaissance de l a d u a l i t e des etr e s pour se terminer sur l ' e s p o i r de l a c r e a t i o n , l ' u l t i m e r e l i g i o n proustienne. 2. L'espace "homotextuel" A. L'espace i n t e r i e u r c l o s Bien q u ' e c r i r e ses reves permette de mettre un pied hors de l a cage de cet univers t r o p humain, au "matin, l e reveur retrouve son e s c l a -vage", sa peur (OM 157-158). L ' e c r i v a i n , comme ses heros, n'est c e r t a i n e que d'une chose, c e l l e d'etre " d i f f e r e n t e " des au t r e s . S i ceux-la. se 1?4 forcent a 1 ' e x p l o r a t i o n d 1eux-mimes, c'est q u ' i l s sentent 1'ostracisme de l a s o c i e t e . A i n s i , Germaine Leonard condamne ceux qui ne se conforme pas a ses idees de sante morale, en 1'occurence P h i l i p p e L'Heureux q u i , lui-meme, se juge coupable et veut se p u n i r . L'auteur et ses personnages a f f i r m e n t done l e u r s o l i t u d e . M a r i e - C l a i r e B l a i s aime e c r i r e a 1 ' e t r o i t , dans une piece minuscule, un peu comme Proust en r e t r a i t e dans sa chambre. (Je) me v o i s de plus en plus seule et de plus en plus agres-s i v e envers l a s o c i e t e . I I y a tant de mensonges et d'hypo-c r i s i e . Je ne m'imagine pas autrement que v i v a n t seule et e c r i v a n t ... On s o u f f r e p a r f o i s de v i v r e s e u l e , mais> en revanche, on en r e t i r e une f i e r t e a u s s i reconfortante que s i l'on a v a i t des i t r e s autour de s o i . . . e c r i r e ^ p o u r e v i t e r l a c u l p a b i l i t e de v i v r e , p o u r s u i t - e l l e . Ce confinement dans un espace r e d u i t a deux consequences q u i . f o n t contras-t e s pour l ' e c r i v a i n : son texte d e v i e n t , selon Blanchot, l ' e x p r e s s i o n de sa s o l i t u d e separee d'avec toute r e a l i t e n o n - l i t t e r a i r e , mais,se-l o n Blanchard, createur d'espace dans son i m a g i n a i r e , l ' a r t i s t e demeure 23 en s o l i d a r i t y avec l e monde. Le texte f a i t appel a deux espaces: c e l u i dans l e q u e l l ' e c r i v a i n se r e t i r e en paiement du r e j e t s o c i a l , et l ' a u t r e ou i l cree sa propre recompense. Cette d u a l i t y s p a t i a l e qu'on retrouve dans l'oeuvre b l a i s i e n n e est d'autant plus marquee que l a r e p r e s s i o n su-b i e par l ' e c r i v a i n est d'ordre r e l i g i e u x f a m i l i a l et s o c i a l . E l l e pro-v i e n t de l a s i t u a t i o n d ' i n f e r i o r i t y a l a q u e l l e e t a i t soumis l e Quebecois d'avant l a R e v o l u t i o n T r a n q u i l l e et de l a c o n d i t i o n de l a femme dans l e systeme p a t r i a r c a l , forcee psychiquement a l a p a s s i v i t e et au masochisme 22 C i t e par Helene P i l o t t e , pp. 53-54. 22 C i t e par ^Stockinger i n The Gay Academic, pp. 142-143. 175 et confinee a l a "maison". En d e r n i e r l i e u , c e t t e oppression est r e n -forcee par l 'anatheme dont est frappe tout penchant homosexuel. Ce t r i — but a payer auquel est force l ' e c r i v a i n est d 'abord transmis dans son texte par 1 ' e t a t d'emprisonnement psychologique et physique auquel est c o n -damne l e heros b l a i s i e n . C e l u i - c i est habituel lement soumis £ 1 ' i n q u i s i -t i o n : les cauchemars de Jean-Le Maigre et le symbole de l ' o e i l dans Les  Manuscrits sont typiques de cette thematique. Le procede implacable du proces r e v i e n t sans r e p i t : dans L ' I n s o u m i s e , l e s parents enquitent sur l a conduite de l e u r f i l s ; l a s t r u c t u r e de David Sterne r a p p e l l e c e l l e d ' u n proces avec une procedure j u r i d i q u e que l ' o n retrouve a u s s i dans L ' E x e c u - t i o n . . . Cependant, l ' a c c u s a t i o n et l a c u l p a b i l i t e en r e s u l t a n t sont mar-quees d'une facon encore plus v i s i b l e par une maladie dont souffre l e h e -ros b l a i s i e n . P a r f o i s c e l l e - c i n ' e s t que psychologique, un "mal s e c r e t " ronge a l o r s l e p r o t a g o n i s t e : Evans ( T B ) , Josue et Roxane ( J N ) , Paul ( I ) , . . . Le plus souvent, cependant, ce "feu i n t e r i e u r " s ' a c t u a l i s e physique-ment, a i n s i l a l a i d e u r d ' I s a b e l l e - M a r i e (BB), l e s maladies de J e a n - l e -Maigre, de David S t e r n e , de Sebastien et de P h i l i p p e L'Heureux (MPA), de T i t - G u y ( J J ) et de Mike ( S V ) . Par ses souffranees, l e heros semble r a c h e -t e r son existence meme. Se transformant en f i g u r e messianique, i l d e -nonce l a cruaute contemporaine. Cette a s s o c i a t i o n aux douleurs de l a P a s -s i o n du C h r i s t est frequente dans l ' o e u v r e b l a i s i e n n e (VS, SVE, PS, L ) . Ce mal i n d i v i d u e l , s p i r i t u e l ou c o r p o r e l , que David Sterne condense b i e n dans sa formule " L ' E n f e r , c ' e s t m o i " , a une c o n t r e p a r t i e externe: l ' e m -prisonnement physique dont l a "maison de fous" d e c r i t e par P a u l i n e A r c h a n -ge est 1 ' i l l u s t r a t i o n symbolique. L ' h o s p i c e ou sont enfermes P a t r i c e (BB) et Jacob (MPA) se transforme en ecole avec g r i l l e s dans Te~te Blanche, 176 pour s ' a m p l i f i e r dans Une Saison avec l e Couvent et l e N o v i c i a t (symbole du tombeau pour Jean-le-Maigre), l a cave ou l'on punit l e s e n f a n t s , l a chambre oil s'enferme Helo'ise (puis l e bordel) et a u s s i l e cachot de l ' e c o l e Reforme, c e l u i ou f i n i r a Pomme et l'echafaud pour l e Septieme. Le theme meme de l a p r i s o n se s a c r a l i s e dans David Sterne et avec l e personnage de P h i l i p p e L'Heureux (Les M a n u s c r i t s ) . Ces d i f f e r e n t s niveaux d ' i n c a r c e r a -t i o n physique s'accompagnent souvent d'une sensation ou d'un sentiment g l a -c i a l qui est r e l i e a l a symbolique de l ' h i v e r parcourant l'oeuvre b l a i s i e n -ne s i g n i f i c a t i v e d'une oppression e x t e r i e u r e g e n e r a l i s e d . Mais a ce f r o i d s'oppose une thematique d 'adhesion a l a douleur subie par l e heros que ce d e r n i e r p a r f o i s retourne contre l e s s i g n i f i a n t s du f r o i d : I s a b e l l e - M a r i e (BB) i n c e n d i e l a maison f a m i l i a l e , Jean-le-Maigre, l ' e c o l e ; David Sterne veut mettre a feu toute l a s o c i e t e , son ami Frangois Reine se s u i c i d e brQle a v i f . Dans l e j e u des thematiques du feu et du f r o i d , nous a s s i s t o n s a une i n v e r s i o n s i g n i f i c a t i v e . " L ' h i v e r s o c i a l " qui gele l e heros physiquement est responsable a u s s i de son "feu i n t g r i e u r " . De p l u s , r e j o i g n a n t l a symbolique du s o l e i l p a t r i a r c a l de l a premiere poesie, cet h i v e r , symbole de f r o i d e u r de l'ame, a pourtant mis a feu et a sang l a t e r r e par son a v i d i t e , ses i n j u s t i c e s , sa v i o l e n c e et ses guerres, a t t e i g n a n t un sommet avec l a force n u c l e a i r e dont Paul (I) et David Sterne sont hantes. Cette "apocalypse s o c i a l e et i n d i v i d u e l l e " (SV 107), dont Le Sourd dans l a v i l l e donne l e tableau l e plus desesperant ( l ' e n f e r e s t , i c i , tout prgs de vous SV 205 ), se resume dans une expression r e v e l a -t r i c e ou l e f r o i d s'est a l l i e au feu: " b r o u i l l a r d incandescent et f r o i d " (SV 198, 210). 1 7 7 B. L'espace e x t e r i e u r ouvert De c e t t e atmosphere lourde et etouffante qui se degage de l'oeuvre b l a i s i e n n e , a c t u a l i s a t i o n dans l e texte de 1'oppression s o c i a l e , p r i x que l ' e c r i v a i n d o i t payer pour ses " d i f f e r e n c e s " , va s u r g i r une recompense. Comme l e f r e r e anormal de Pauline Archange qui a 1'hospice decouvre l ' a -mour i n c o n d i t i o n n e l d'une r e l i g i e u s e et l a l i b e r t e dans l'eau d'une p i s -cine (deux symboles maternels), 1'emprisonnement guide vers des reves d'a-2A mour et de l i b e r t e . L ' e c r i t u r e et l e heros b l a i s i e n accedent a i n s i a une dimension s p a t i a l e l i b e r e e , hors de toute c o n t r a i n t e . A l a v i l l e , q u i r e -presente l a c i v i l i s a t i o n des oppresseurs, s'opposent a l o r s l a campagne et l a nature avec ses b o i s et ses cours d'eau. La part de 1'imaginaire b l a i -s i e n a l a recherche d'un soulagement "baigne" l i t t e r a l e m e n t dans l'eau. C'est dans l'eau que P a t r i c e (BB) trouve un apaisement 5 sa douleur de meme que Michael et Monserrat (VS) q u i , comme l u i , en se noyant, se r e -fusent au monde tyrannique pour retourner au s e i n maternel dans l a mort. David Sterne, l u i , v i e n d r a mourir sur l a greve ou Frangois Reine e t a i t venu se baigner, l u i a u s s i , avant sa mort. Les promenades dans l a nature, habituellement l e long d'une r i v i e " r e , condensent b i e n cet amour intense de l a mere. Citons par exemple l e s promenades d'Evans avec sa mere et J u l i e (TB), c e l l e s de Sebastien (L) avec ses amants. L'amour de l'eau s'ouvre sur une s e x u a l i t e debordante: Paul rencontre Anna a l a plage ( I ) , Bernard (L) se p r o s t i t u e a l a p i s c i n e publique et Madame D'Argenti (LP) qui adore l e bain jusqu'a s'y masturber en presence de Mathieu L e l i e v r e 24 Les N u i t s de 1'underground (comme Le Loup pour l e m§le homosexuel) represente bien c e t t e oppression a l a q u e l l e sont soumises l e s l e s b i e n n e s , et c'est dans l e s bars gais (symbole maternel) qu'on y decouvre l'amour et une c e r t a i n e l i b e r t e . 178 (double de l'auteur) en vient a boucler cette r e l a t i o n d'amour pour l a mere dans l'Srotisme. Genevieve baignant Francoise dans Les Nuits n'est qu'un doublet de cette s i t u a t i o n et mime d'une certaine r e a l i t e . Car nous pouvons r e l i e r l a l i b e r t e que ces passages expriment, "recompense de l'ima-g i n a i r e " , a une l i b e r t e que l'auteur vers cette epoque a su assumer: l i -berte d'ecrire sur l e lesbianisme (NV) comme de le v i v r e plus ouvertement 25 comme nous l e mentionnons au debut du premier chapitre. Grice a l a nature et a l a symbolique de l'eau, Marie-Claire B l a i s cSlebre par I'ecr i t u r e l a magie de l'enfance et le desir de l a mere. L'ac-t i v i t S a r t i s t i q u e devient l a recompense de cette r e c l u s i o n du monde v i o l e n t : "... l a phrase musicale ou l a phrase S c r i t e , c'est l a mime pl a i n t e rSpetSe, (mais aussi) l e mime de s i r de l i b e r t e " (F_ 125). C'est un moyen de rachat du "mal secret" b l a i s i e n . E c r i v a i n s , musiciens, sculpteurs ou simple per-sonne dSvouSe a l ' a r t comme Florence (SV) tentent par l a crea t i o n de se resouvenir du bonheur pre-oedipien. La meilleure expression de cette equation entre l a mere, l'eau et l ' a r t , nous l a retrouvons dans les textes de deux t e l e t h e i t r e s , 1'Ocean et Murmures, ou l'auteur s'interroge sur le rSle de l ' a r t i s t e . C'est pres de l a mer qu'un e c r i v a i n et un musicien ont consacrg toute leur v i e a leur art r e s p e c t i f : La creation d'un a r t i s t e est comme 1'ocSan ... (OM 77) Mais c'est surtout Judith dans Murmures, douSe pour I ' e c r i t u r e et l e des-s i n , nageant seule et nue, l a n u i t , voluptueusement dans les eaux calmes et sombres de l a r i v i e r e , qui g l o r i f i e l e mieux cet Strange l i e n jusqu'a Cf. p. 11. 179 v o u l o i r s'y perdre et s'y d e t r u i r e (comme P a t r i c e , Monserrat et M i c h a e l ) . En nageant en profondeur, en g l i s s a n t en profondeur, j e descendais vers l a connaissance mais l a q u e l l e sinon l a connaissance de mon propre e f f r o i ? ... Ce n'est que par l a connaissance ... souvent ... b r u t a l e que nous decou-vrons l e sens de l a v i e (OM 149): Reconnaitre q u ' e l l e est ephemere, et que " l a mort est i n s c r i t e en chacun de nous". I I ne r e s t e plus a l o r s qu'a " r e s i s t e r i. l a peur ... au souvenir ... (et) a p a r t i r ..." (OM 165-166). 2 6 C. L'entre-deux A i n s i commence l e p e - l e - r i - n a - g e , comme 1 ' e c r i t Jean-Le Maigre, constant voyage vers un avenir s'ouvrant sur l a mort, mais q u i permet d'e-chapper 5 1'emprisonnement s o c i a l et i n t e r i e u r (l'espace t e x t u e l de pu n i -t i o n ) et qui est d'autre part a l a recherche de cet i d e a l impossible de l'amour maternel (l'espace t e x t u e l de recompense), paradis que me"me l a nature et l ' a r t ne s a u r a i e n t combler. Ce voyage sans d e s t i n a t i o n s p e c i -27 fi q u e q u 1 i l l u s t r e n t s u rtout Le Jour est n o i r et Les Voyageurs s a c r e s , r e j o i n t l e s mythes b i b l i q u e s d'errance ( C a i n , Cham, l'Exode . . . ) , c e l u i du J u i f E r r a n t et des randonnees des bohemiens: un i t i n e r a i r e t e r r e s t r e qui correspond au voyage i n t e r i e u r de l a decouverte de son moi. Rejete de tous, 1'homosexuel l e u r ressemble dans sa recherche de lui-meme et d'un 26 Dans L'Ocean, ce mot " P a r t i t " repete p l u s i e u r s f o i s devient un sym-bole important de l i b e r a t i o n pour un f i l s domine par son pere. 27 On trouve en exergue au trois i e m e c h a p i t r e des Voyageurs s a c r e s , i n t i t u l e " i n s t a n t second", ces mots de Kafka: Dans q u e l l e contree est-ce? Je ne l a connais pas. L a , toutes l e s choses se correspondent, toutes l e s choses se fondent doucement. Je s a i s que c e t t e contree est a quelque p a r t , j e 180 l i e u d 1 a c c e p t a t i o n . De meme l'auteur v i v a n t 3 l ' e t r a n g e r se questionne: Qui s u i s - j e ? Une Quebecoise, une Americaine, une Frangaise? Un t t r e femi-n i n ou masculin? Bon ou mauvais? L'apprentissage de l a r e l a t i v i t e se f e r a en tentant de repondre 5 ces questions. Je n ' a i d'appartenance 3 aucun pays. Mes ra c i n e s sont f l o t t a n t e s ... j ' a i horreur des formules, d^ gs de-f i n i t i o n s de ce qui est bien et ce qui est mal. I am, simply, a w r i t e r , and sometimes I w r i t e about Quebec, or about women, or abou^ gay people, but nothing, I f e e l , fences me i n . Aussi ^ p l u s t a r d , correspondant a un chant de l i b e r t e , ses romans ressem-blen t a des r e c i t s de voyage (un c y c l e de l i b e r a t i o n ) . Le Loup raconte un voyage a t r a v e r s l e s d i f f e r e n t e s faeons de v i v r e son homosexualite; Un Jo u a l o n a i s , une promenade 5 t r a v e r s un Montreal en mutation: Une L i a i s o n , une chronique sur l a v i e bourgeoise p a r i s i e n n e en contr a s t e avec l a v i e paysanne de Bretagne et l a misere de T u n i s i e ; Les N u i t s , un v a - e t - v i e n t entre Quebec-Paris-Londres et un i t i n e r a i r e charge d'un "bar g a i " a l ' a u t r e . Avec Le Sourd dans l a v i l l e , f i n i e c e t t e l i b e r t e f e b r i l e , l'errance deses-peree reprend de plus f o r t : d e s i r a n t et r e de partout et tentant de devenir l ' a u t r e , l a v i e de Florence a b o u t i t a l'echec, au s u i c i d e . l a v o i s meme, mais je ne s a i s pas ou e l l e est et j e ne peux m'en .approcher (p. 79). 2 8 P i l o t t e , pp. 52-54. 29 Hofsess, p. 10. 1 8 1 3. I n v e r s i o n et r e v o l t e Le s e u l f a i t de c r o i r e en sa l i b e r t e et de p a r t i r en c r i a n t "Le monde est 3 moi" (F_ 228) ne s u f f i t pas. B i e n t o t , l'on se rend compte que l'esclavage et l a souffranee demeurent, independamment des l i e u x v i s i t e s . Le voyage n'est en e f f e t qu'un " e n t r e - l i e u " entre 1'oppression et l e reve (et l e u r espace t e x t u e l r e s p e c t i f ) , une f u i t e de 1'oppression vers un im-p o s s i b l e reve d'amour et de l i b e r t e . D d s i l l u s i o n n e , un sentiment de degoQt accable l ' e c r i v a i n et a l o r s l e p i e d , s i important au "voyageur sa c r e " dans sa recherche du G r a a l , se transforme en symbole de r e v o l t e . A. Presence metonymique du pi e d En etudiant l'oeuvre de M a r i e - C l a i r e B l a i s nous avons constate de m u l t i p l e s references au pied et par extension au genou et a l a jambe. La plus connue se retrouve dans l a premiere phrase d'Une Saison: "Les pieds de grand'mere A n t o i n e t t e dominaient l a chambre." (SVE 7). Ces "pieds nobles et pieux", image sombre de l ' a u t o r i t e et de l a patience symbolisent l e realisme " t e r r e - a - t e r r e " de l a t r a d i t i o n quebecoise. Quant a l'emploi du terme lui-mtme, G i l l e s Marcotte souligne qu'en plus de r e s u l t e r du point de vue du nouveau-ne i l a surtout une f o n c t i o n metonymique: "Les pieds sont l a personne meme de l a grand-mere en tant q u ' a u t o r i t e , p u i s -30 sance, domination". Cependant, une autre h i s t o i r e de pied dans Une  Saison devait a t t i r e r notre a t t e n t i o n : c e l l e ou Jean-le-Maigre, en pu-n i t i o n , quemande sous l a t a b l e de l a n o u r r i t u r e a sa grand-mere dont i l est l e f a v o r i (SVE 21). I I se g l i s s a i t contre l e s lourdes jambes et l e s G i l l e s Marcotte, Le Roman a l ' i m p a r f a i t , p. 130. 182 pieds amers de ses f r e r e s , t a ndis qu'entre l e s jambes de son pere, comme par l e g r i l l a g e d'un e s c a l i e r , i l v o y a i t sa mire s ' a f f a i r e r , pour e n f i n a r r i v e r a sa grand'mere et l u i c h a t o u i l l e r l a c h e v i l l e . I I nous semblait qu'encore une f o i s l'auteur r e c o u r a i t a l a metonymie. Jean-Le Maigre n'aime guere ses f r e r e s aines q u ' i l trouve sans imagination et i l montre bi e n son degoQt en l e s d e c r i v a n t plus t a r d "remuant l e s d o i g t s de pied de l e u r s chaussettes de l a i n e , ( q u ' i l s n'enlevaient que tous l e s s i x mois...)" (SVE 56). De mime, l o r s q u ' i l accuse l e Septieme d'avoir trop de crimes sur sa conscience (SVE 32), i l ne veut pas dormir avec l u i parce q u ' i l a l e s pieds s a l e s . Quant a 1 ' a l l u s i o n a l a s e r v i t u d e de sa mere ( g r i l l a g e ) , e l l e denote a u s s i l a soumission s e x u e l l e (entre l e s jambes) a un mari b r u -31 t a l . Ce chatouillement de l a c h e v i l l e de 1'a'ieule par Jean-le-Maigre sous-entend une entente amicale que l'on retrouve a i l l e u r s dans l e roman. Cette caresse deguisee de l'enfant s\ sa grand-mere nous permet d'etendre l e symbolisme de c e l l e - c i . Image du m a t r i a r c a t s p i r i t u e l quebecois, e l l e r e j o i n t a u s s i l e symbolisme maternel, son immensite representant 1'impor-tance v i t a l e de l a mere pour l'enfant et l ' e c r i v a i n mime. Dans l'impos-s i b i l i t e de montrer l e u r amour ( e l l e , souveraine, eux, grondant a ses pieds SVE 10 ), i l ne r e s t e aux enfants qu'a jouer avec l e s l a c e t s de ses chaussures et a se cacher sous ses jupes, b i e n que plus tard^en l u i servant de b e q u i l l e s et en 1'aidant a marcher ( s i nous gardons l a valeur metonymique du p i e d ) , i l s l u i aident a s u r v i v r e . 3 1 . L'image de l a c h e v i l l e gonflee sous l a p r i s o n de l a c e t s et de c u i r rend b i e n l ' i d e e du puritanisme et de l a reserve s e x u e l l e de Grand-Mere envers son mari (SVE 80). Sa "blessure secrete a l a jambe" (SVE 7) nous l a i s s e songeur et a l a f o i s nous r a p p e l l e l a scene du v i o l de sa f i l l e par un mari probablement semblable au s i e n (SVE 98). 183 Cette i n t e r p r e t a t i o n semble de plus en plus p l a u s i b l e s i on con-sidere ce symbolisme dans un ensemble, l e pied ou l a jambe presente a l o r s s o i t une v a l e u r erotique ( l e pied nu) ou encore c e l l e d'un jugement de-favorable ( b l e s s u r e , d e f a u t ) . Dans Une Saison, l e cure raconte de sa s e r -vante q u ' e l l e e t a i t "pudique au point de b a i s s e r l e s yeux quand un homme e n l e v a i t ses s o u l i e r s " (SVE 58). A propos des jambes de son i n s t i t u t r i c e ( i n s i s t a n t par deux f o i s ) et de ses longs c i l s , Jean-Le Maigre d i t q u ' i l s " f u r e n t l e s premieres ombres de (s)a passion"(SVE 58). Au l i t , son genou g l i s s e entre l e s jambes du Septieme, l e q u e l l u i repondra plus t a r d en e t i -rant une jambe nerveuse contre l a sienne (SVE 38) ... Dans l e s autres r o -mans, cependant, c e t t e s e n s u a l i t e est remplacee par une metaphore inno-cente: c e l l e d'un pied nu marchant ou courant pres d'un cours d'eau, par-f o i s simplement remplacee par une promenade dans l a nature. Dans La B e l l e  Bgte, au temps du bonheur, Michael et I s a b e l l e - M a r i e courent pieds nus l e long du l a c , comme P a t r i c e d ' a i l l e u r s q ui y retrouve l a presence mater-n e l l e . De meme l e s periodes heureuses d'Evans (TB) ont l i e u l o r s q u ' i l se promene avec sa mere ou avec J u l i e pres d'un r u i s s e a u , ou jouant pieds nus pres de l a mer. C'est dans une s i t u a t i o n i dentique et feignant d'avoir une epine au t a l o n que M a r i e - C h r i s t i n e sera v i o l e e par Raphael (JN) ... P a r f o i s , c e t t e s i g n i f i c a t i o n des pieds nus s ' e l a r g i t pour i n c l u r e l a l i -b erte et l a j o i e de v i v r e i n s t i n c t i v e d'un personnage q u i n'a pas q u i t t e encore 1'enfance: l e p e t i t Ahmed d'Une L i a i s o n p a r i s i e n n e en est l e m e i l -leu r exemple... Un pied defectueux ou deforme renverse l e sens symbolique et r e -v e l e toujours quelques i n d i c e s nefastes d'un personnage,ou du moins ajou-te une s i g n i f i c a t i o n negative aux scenes en question ... A i n s ^ l e f a i t que grand-mere A n t o i n e t t e b o i t e indique 1'ambivalence (amour/haine) de 184 l ' e c r i v a i n v i s - a - v i s de son personnage. I l en est de meme pour c e t t e an-nonce dans l a "Colonne ... des Enfants Perdus": Une jeune f i l l e a q u i t t e l a maison Un s o i r apres souper Cheveux blonds, c i c a t r i c e sur l a jambe (nous soulignons) (SVE 109) Le comportement de c e l l e - c i est a i n s i condamne par sa f a m i l l e . Les exemples sont nombreux. Enumerons-en quelques-uns. Dans La B e l l e B i t e , I s a b e l l e -Marie et son beau-pere b o i t e n t tous l e s deux; P a t r i c e j a l o u x se b l e s s e a un genou, d e f i g u r e , i l g r i f f e l a c h e v i l l e de sa mere q u i l e r e j e t t e . S i dans Le Jour est n o i r Jessy f a i t mal aux c h e v i l l e s de Roxane, c'est qu'in-consciemment i l veut I ' a r r e t e r dans son obsession de voyager. Quand Marie-C h r i s t i n e se b r i s e une c h e v i l l e a c h e v a l , l'auteur semble condamner 1'at-t i t u d e de c e l l e - c i face a l a v i e et surtout a son mari... Jacob, dans Les M a n u s c r i t s , m a r t y r i s e par son p e r e ? r e v e que c e l u i - c i a une jambe de b o i s ... . A i l l e u r s cependant, l e p i e d est u t i l i s e comme symbole r e f l e t a n t l a dynamique propre aux personnages. Dans L'Insoumise, l a course et l a nage (symbole maternel) que p r a t i q u e n t ensemble Paul et F r e d e r i c representent b i e n 1'union de l e u r a m i t i e . Lorsque Pauline Archange t r a v a i l l e chez l e s moines ( A ) , e l l e c a r a c t e r i s e c e u x - c i par l e u r s pieds: Pere Plumeau qui a des pieds dansant v i t i n c o n s c i e n t dans l ' a l l e g r e s s e du q u o t i d i e n ; l e Pere Eugene avec ses gros pieds represente l e bureaucrate paresseux qui aime b i e n manger et commander aux femmes, tandis que l e Pere A l l a i r e , l ' e -c r i v a i n mystique ennuyeux, a toujours l e s pieds g e l e s . Dans Un J o u a l o n a i s , l a marche des femmes a l ' a s s a u t de l a taverne et c e l l e de toute l a s o c i e t e quebecoise qui se termine par une "matraque" montrent une a t t i t u d e plus 185 s o c i a l e ou l e pied p a r t i c i p e 5 un changement de l a s o c i e t e . De trouver chaussures a ces pieds dans l e texte n'est guere d i f -f i c i l e . Dans l'oeuvre b l a i s i e n n e , l a chaussure r e t i e n t l e pied et l'em-prisonne: e l l e est symbole d'une marque de l a c i v i l i s a t i o n sur l ' i n s t i n c t . P l u t 6 t que de r e j o i n d r e l a s i g n i f i c a t i o n freudienne, nous a s s i s t o n s a une i n v e r s i o n . Habituellement l e pied represente l e ph a l l u s et l e S o u l i e r , l a femme, mais^dans ce symbolisme s i m p l i f i e ? n o u s retrouvons l a femme p a s s i v e , contrSlee et " p i e t i n e e " par l e p i e d , p o s i t i o n d'esclave que l'auteur con-damne. Reprenant possession de son corps, de son p i e d , l e " r S l e feminin" p a t r i a r c a l du S o u l i e r est a i n s i r e j e t e et nous retournons a 1'imagerie de s e n s u a l i t e et de l i b e r t e du pied nu. Pour e c l a i r c i r ce qu i r e s t e de con-f u s i o n , l a m e i l l e u r e i l l u s t r a t i o n de c e t t e thematique du pied et de l a chaussure se trouve dans l ' a n c i e n r i t u e l c h i n o i s des pieds bandes. "Cette coutume r e p r e s e n t a i t , ... sous une forme t r e s b i e n adaptee, un symbole de l a r e c l u s i o n des femmes ... En fait., c e t t e deformation e t a i t avant tout de 32 nature s e x u e l l e " ( s o u l i g n e par l ' a u t e u r ) . L'oppression s o c i a l e et J ^ D i c t i o n n a i r e des symboles, V o l . 2 ( P a r i s : Seghers, 1969), pp. 390-391. "Le pied est un symbole erotique de puissance t r e s i n e g a l e , mais par-t i c u l i e r e m e n t f o r t e aux deux extremes de l a s o c i e t e , chez l e s p r i m i t i f s et chez l e s r a f f i n e s . " Comme nous l e verrons dans l e s pages q u i s u i v e n t , l a v i s i o n b l a i s i e n n e du monde comporte une accusation contre 1 ' i n t e l l e c t u a l i s -me de notre s o c i e t e bureaucratique et technique et un reto u r aux va l e u r s simples de l'enfance et de l a l i b e r t e . Ce " p r i m i t i v i s m e " s e n s o r i e l et a f f e c t i f , paradisiaque s i l'on peut d i r e , r e j o i n t l a v a l e u r e r o t i q u e du pie d . Ajoutons que dans " 1 ' e v o l u t i o n psychologique de l ' e n f a n t , l a decou-verte du pied joue un r S l e considerable. Caresser l e s pieds d ' a u t r u i , ... peut devenir une v r a i e passion chez c e r t a i n s enfants; et beaucoup d'adultes avouent conserver une survivance de l a meme impulsion, q u i p a r a i t f a i r e eprouver un p l a i s i r i n t e n s e . " Sachant combien l e monde de l'enfance im-porte pour l ' e c r i v a i n , nous pouvons constater que son imaginaire est de-meure f i d e l e aux souvenirs precieux de son enfance. 186 s e x u e l l e de l a femme est i c i b i e n s o u l i g n e e , mais M a r i e - C l a i r e B l a i s r e -connatt que non seulement l e s femmes mais tous l e s enfants s o u f f r e n t de cet t e t y r a n n i e . L ' a t t i t u d e d'Evans (TB) a c i r e r constamment ses s o u l i e r s et ses nombreuses remarques 3 propos de ceux de ses camarades d'ecole de-c r i v e n t b i e n ce r S l e qu'a 1'education de sta n d a r d i s e r l e s enfants, l e s "former" et l e s mouler selon l e s "reglements" sociaux. Ce geste de David Sterne que l a j u s t i c e ne peut s ' e x p l i q u e r , d'avoir v o l e "dans un magasin en p l e i n jour triomphalement ... Une p a i r e de chaussures trop l a r g e s " (DS 50) prend a l o r s tout son sens: dans une chaussure trop grande., l e pied peut bouger et i l est plus l i b r e encore s i c e l l e - c i est i n u t i l i s a b l e . Dans Une Saison, Theodule avec ses s o u l i e r s boueux et crasseux q u ' i l enleve avant de se g l i s s e r dans l e l i t de Jean-le-Maigre et q u i , plus t a r d , avant son depart du N o v i c i a t , i l l a c e , semble peindre l a morale" douteuse" de l a r e l i g i o n et l e s l i e n s serres de c e l l e - c i avec l a r e a l i t e e x t e r i e u r e s o c i a l e . Pour ce qu i est de c e t t e usine a f a b r i q u e r des chaussures, sym-bole du c a p i t a l i s m e , dont une des machines hache l e s d o i g t s de Pomme (SVE 102, 121, 125), n ' e s t - e l l e pas une image appropriee d'une s o c i e t e q u i r e u s s i t a se f a i r e e x p l o i t e r en p a r t i c i p a n t mime it son propre esclavage. A p r i s ce coup d ' o e i l a n a l y t i q u e sur c e t t e thematique curieuse du p i e d , i l semble bien que globalement l e pied nu symbolise 1'innocence i n s t i n c t i v e de 1'enfance que n u l l e i n f l u e n c e s o c i a l e , representee par l e S o u l i e r ou l a botte (dependant du pouvoir)^n'a encore de-formee en l ' o b l i g e a n t a se conformer aux v a l e u r s p a t r i a r c a l e s . Dans l e d e r n i e r roman de M a r i e - C l a i r e B l a i s , Le Sourd dans l a v i l l e , ce "pedisymbolisme" est a r t i c u l e de fagon plus v e r b a l e , philosophique meme. V o i c i done comment 1'esclavage sentimental de l a femme a son mari y est presente. 187 Florence se souvenait d'une p a i r e de sandales i s o l e e dans un p l a c a r d ... on eQt d i t que ces deux pieds mar-chaient sur vous, et ces sandales et ces pieds ... qu ' e l l e a v a i t tendrement aimes...(c)es pieds volages e r r a i e n t a i l l e u r s , et l e s sandales q u i avaient con-serve, e l l e s , s i longtemps, l e s p l i s d'un homme, d'une v i e , r e p r e s e n t a i e n t c e t t e derniere offrande de l ' a -mour, mais l'amour qui n'est plus qu'objet et d e r i -s i o n , c e l a a u s s i vous f a i s a i t v i o l e n c e , Florence pen-s a i t , non, j ' a i r i v e , ces pieds tyranniques ne v i e n -dront pas jusqu'a moi, quand done l e s a i - j e embras-ses, caresses ... (SV 103). Eduque, b i e n "chausse" par l a s o c i e t e , l'homme apprend a. e t r e c r u e l envers son semblable. Florence en fut temoin dans l e s rues de Madras, ou "l'hom-me bl a n c " , aveuglant tout autour de l u i de sa terne blancheur, marchait ecartant de ses "pieds chausses de c u i r , de f e r , de.fees) t a l o n s de soie" "un paquet ecorche par tant de pas, d ' i n d i f f e r e n c e s , un bebe enveloppe dans un c h i f f o n . . . une chose nue un dechet v i v a n t ... accidentellement tom-be(e) de faim, d'abandon ..." (SV 76-77). Nous a s s i s t o n s dans ce r e c i t a une e v o l u t i o n de l a thematique du p i e d , plus r a t i o n n e l l e , e l l e s'universa-l i s e , gardant toujours cependant une idee d'amour et de c o e r c i t i o n : l a souffranee du r e j e t p r i m o r d i a l de l'enfant par l a mere. Cette r e a c t u a l i -s a t i o n du drame de 1'abandon maternel se retrouve dans une autre scene. T r o i s garcons dans un pare ont lance au l o i n un vieux "running shoe" q u i , separe de l ' a u t r e et o u b l i e des jeunes maintenant endormis sur l'herbe a p r i s l e u r s jeux, va prendre pour Mike, un jeune i n f i r m e , une existence propre: . .. cet objet tourmente et vaincu par son maitre connais-s a i t ... c e l u i q u ' i l a v a i t chausse et protege du f r o i d , i l a v a i t bu de son p r o p r i e t a i r e l e s sueurs de l a j o i e comme de l a peine, i l a v a i t aime, p l e u r e , r i a u s s i , et soudain, e ' e t a i t un objet dej5 vieux qu'on d e l a i s s e r a i t b i e n t i t pour un autre, et i l g i s a i t l a , tout pres de Mike qui l e r e g a r d a i t v i v r e au s o l e i l des de r n i e r s moments de r e v o l t e (SV 17-18). 188 I c i . comme dans l e passage precedent sur l a sandale, une s p i r i t u a l i s a t i o n de l ' o b j e t s ' e f f e c t u e ; Ceci semble i n v e r s e r l e sens auparavant trouve de l a chaussure. Remarquons q u ' i l ne s' a g i t n i de s o u l i e r s , n i de bottes mais bien de sandales qui p l u t o t que d'etre c o n t r a i g n a n t e s , sont au c o n t r a i r e symbole d ' i n t i m i t e et de chaleur tandis que l e s "running shoes" sont h a b i -tuellement u t i l i s e s pour l e s p o r t , done l e jeu^et q u ' i l s sont i c i portes par des enfants. Nous retournons a i n s i au s e i n maternel et a l a l i b e r t e de 1'enfance. B. L ' i n v e r s i o n Le phenomene de 1'i n v e r s i o n est cependant chose courante dans l'oeu-vre b l a i s i e n n e . Qui ne se souvient de c e t t e d e s c r i p t i o n de Jean-le-Maigre? Poe"te au " f r o n t couronne de poux! ... l e maigre Jean, t o i que l e s r a t s ont grignote par l e s p i e d s " (SVE 49): metaphore de l a t u b e r c u l o s e , "maladie q u ' i l aimait comme une. soeur (SVE 31). Mais l e symbole du pied demeure 1'i n v e r s i o n c a p i t a l e de l'oeuvre. C e l u i - c i en s'imposant comme l a r e p r e -s e n t a t i o n meme de 1 ' i n s t i n c t d e f i e l a p r i o r i t y de l a t i t e , siege de 1'i n -t e l l i g e n c e . Les s u i c i d e s par l a pendaison q u i hantent Le Jour est n o i r et Une Saison et l a t e n t a t i o n qu'en a Florence dans Le Sourd ressemblent a une c o n t e s t a t i o n contre l a pretendue s u p e r i o r i t y des t e t e s . La tante de Pauline Archange, comme son on c l e , reconnait c e t t e v a l e u r des f a c u l t e s i n t e l l e c t u e l l e s . Mais pendant que c e l l e - c i veut proteger l a tete aux de-pens des organes i n f e r i e u r s . du corps, son ma r i , l u i , s'acharne contre l a t i t e car c'est l a que r e s i d e l e sie"ge de l a r e v o l t e q u ' i l faut soumettre. Tu peux l e s frapper aux m o l l e t s , pas au visage ... mon mar i ! 189 — C'est sur l e visage, que 1'orgueil est e c r i t , repon-d a i t l e pere et i l f r a p p a i t plus f o r t ... — T'entends Jacob, j'vas f a i r e tomber tes sales yeux de t a face comme sous l'bec d'un oiseau ... (MPA 83). L ' a i g l e s o l a i r e a s s o i f f e de sang, deuxieme thematique que nous a v a i t reve-lee l a poesie de l ' e c r i v a i n adolescent, s u r g i t encore une f o i s . L ' i n t e l l i -gence bafouee par l a r e p r e s s i o n p a t e r n e l l e et p a t r i a r c a l e , i l ne r e s t e a Jacob comme i. P a u l i n e que de reevaluer 1 ' i n s t i n c t et tout ce qui est bas, a f i n de d e t r u i r e l ' o r d r e des val e u r s t r a d i t i o n n e l l e s et a i n s i l ' o r d r e so-c i a l q u i s'acharne contre eux. Jacob, devenu f o u , obstinement lave sans r e p i t l e s planchers. Quant a P a u l i n e , decouvrant dans l ' h u m i l i t e de l'ange de Durer et d'Andre Chevreux sa v o c a t i o n d ' e c r i v a i n , e l l e prendra a son tour l a defence des h u m i l i e s , de tout ce qui est bas, r e j e t e de l a s o c i e t e . Son oeuvre en sera une de r e h a b i l i t a t i o n contre l ' i n j u s t i c e et en faveur de ceux qui s o u f f r e n t . C'est a l o r s que l e pied prend toute sa s i g n i f i c a t i o n . P l u t S t que d'§tre objet de degoCt, i l en devient un de r e v o l t e et de s a l v a t i o n . Dans un curieux a r t i c l e , "Le gros o r t e i l " , G e o r g e s B a t a i l l e denonce l a honte qui s'attache aux pieds dont on f a i t des emblemes d'animalite a l o r s q u ' i l s 33 assurent l a s t a t i o n debout, devenant a i n s i un symbole de l a force de , 3 4 en 1 ame. M a r i e - C l a i r e B l a i s , en c a r a c t e r i s a n t ses personnages e f r e v e l a n t l e u r amour par l ' a c t i v i t e des pi e d s , rabaisse l ' i d e e qu'on se f a i t du su-blime. E l l e nous o b l i g e a questionner ces d i s t i n c t i o n s s u b j e c t i v e s et t r a d i t i o n n e l l e m e n t e t a b l i e s entre l e "haut" et l e "bas", entre l a "Vertu" 3 3 v A l e x a n d r i a , Les L i b e r a t e u r s de l'amour ( P a r i s : S e u i l , 1977), p. 258, 34 D i c t i o n n a i r e des symboles au mot PIED, p. 391. 190 et l e " V i c e " (SVE 49). Rabaisser c o n s i s t e a rapprocher de l a t e r r e , a communier avec l a t e r r e comprise comme un p r i n c i p e d'absorption en en meme temps que de naissance: en r a b a i s s a n t , on en-s e v e l i t et on se"me du meme coup, on donne l a mort pour redonner l e jour e n s u i t e , mieux et p l u s . Rabaisser, c e l a veut d i r e f a i r e communier avec l a v i e de l a p a r t i e i n -f e r i e u r e du corps, c e l l e du ventre et des organes g e n i -taux, par consequent avec des actes comme 1'accouplement, l a conception, l a grossesse, 1'accouchement, l'absorp-t i o n de n o u r r i t u r e , l a s a t i s f a c t i o n des besoins n a t u r e l s . Le rabaissement creuse l a tombe c o r p o r e l l e pour une nou-v e l l e naissance. C'est l a r a i s o n pour l a q u e l l e i l n'a pas seulement une va l e u r d e s t r u c t r i c e , negative, mais encore p o s i t i v e , regene'ratrice : i l es^,. ambivalent, i l est a l a f o i s negation et a f f i r m a t i o n . Une a f f i r m a t i o n de l a negation s e r a i t d i r e plus j u s t e en ce qui concerne l'oeuvre de M a r i e - C l a i r e B l a i s : " l e s signes t r a d i t i o n n e l s de c a r a c t e r i s a -t i o n des heros, comme 1'avoir, l e pouvoir et l a beaute" sont tournes en 36 d e r i s i o n . Les personnages, comme Jean-Le Maigre, sont l u n a i r e s . I l s se deplacent suivant des forces i r r a t i o n n e l l e s et mysterieuses, possedent un savo i r superieur et une s e n s i b i l i t e mystique. Dans l e u r o p p o s i t i o n a toute m a t e r i a l i t e , i l s deviennent a i n s i h o r s - l a - l o i s'opposant a toutes l e s va-leu r s t r a d i t i o n n e l l e s q ui d ' a i l l e u r s l e s persecutent. En s'en prenant a toutes l e s v a l e u r s morales et r e l i g i e u s e s , l e heros b l a i s i e n s'attaquera en p a r t i c u l i e r a l'o r d r e sexuel t r a d i t i o n n e l considere comme g r i l l e s defendant l'acces a l'amour ou chaussures m o r t i f i -ant l e p i e d . L ' i n v e r s i o n des images se double a l o r s de " 1 ' i n v e r s i o n " sexu-e l l e du heros. Avec Une Saison, on l ' a vu, commencait un c y c l e de r e v o l t e M i k h a i l Bakhtin , L'Oeuvre de Francois Rabelais et l a c u l t u r e popu- l a i r e au Moyen Age et sous l a Renaissance, Trad. Andree Robel ( P a r i s : G a l l i -mard, 1970), p. 30. Ce passage, c i t e par G i l l e s Marcotte (Le Roman, 5 1'im-p a r f a i t , p. 131), r e j o i n t l e s s t r u c t u r e s de l ' i m a g i n a i r e du "Regime noc-turne mystique" dont nous etudierons plus l o i n l e s c a r a c t e r i s t i q u e s en r e -l a t i o n avec l'oeuvre b l a i s i e n n e . 36 191 chez M a r i e - C l a i r e B l a i s , a u s s i est-ce avec ce roman que l e theme de 1'homo-s e x u a l i t y est i n t r o d u i t pour l a premiere f o i s . Cette thematique s'ampli-f i e r a dans son oeuvre jusqu'a l a p a r u t i o n du Loup q u i s'y consacre e n t i e r e -ment., Ce roman presente done parallelement a une v i s i o n t o t a l e de 1'homo-s e x u a l i t y 1'expression l a plus systematique de ce "systeme" d ' i n v e r s i o n . Sebastien, jeune p i a n i s t e Sge de ving t - q u a t r e ans, nous y raconte son lourd passe sexuel a f i n d'en penetrer davantage l e mystere et l a complexity (L_ 12 Bousculant l a m o r a l i t y t r a d i t i o n n e l l e , i l nous presente ses experiences ho-mosexuelles comme autant d'actes d'amour re l e v a n t d'une r e l i g i o n de com-passion, de c h a r i t e , de redemption, ou l'echange des corps se transforme en n o u r r i t u r e mystique. Cette "technique s a c r i l e g e " f u s t i g u e e par l a c r i -t ique " c a t h o l i q u e " a v a i t pour but de basculer l e s veaux d'or de l a s o c i e t e . A i n s i , l e s hommes respectables du Loup, Lucien et Georges^servent de r e -poussoirs a Sebastien et Bernard, l e s pervers. Des deux bourgeois, sQrs de l e u r morale et de l e u r p o s i t i o n honorable, l ' e c r i v a i n f a i t des fantoches ISches et veu l e s . Aucune v e r i t e et l i b e r t e chez eux, pourtant, avec l e u r f a t u i t e morale, accuser et juger l e s autres est f a c i l e . Au c o n t r a i r e , Se-b a s t i e n et Bernard, aux antipodes de l a r e s p e c t a b i l i t y ^ sont pourtant l e s plus humains, l e s plus l u c i d e s . Bernard se propose "d'epurer l e monde par l e bas" (L 117), non pas de gagner sa v i e , mais de l a perdre (un dou-b l e t de David Sterne). A i n s i , l a v e r t i c a l i t e ascendante du Bien se t r a n s -forme en v e r t i c a l i t e descendante du Mai. Cette quete "a 1'envers" des heros b l a i s i e n s n'est pas l a recherche du mai pour l e mai, mais bien une de M a r i e - C l a i r e B l a i s " dans Canadian Modern Language Review, V o l . 32, No. 5 (May 1975), p. 382. 192 a t t a q u e c o n t r e l e s apparences du B i e n , l ' h y p o c r i s i e g e n e r a l i s e d de n o t r e 37 c i v i l i s a t i o n . L ' i n t e r d i t se permute en une quete de c o n n a i s s a n c e , une chasse au bonheur dans l'harmonie des sens e t de l'ame: l e reve de Pau-l i n e Archange (MPA 182). Ce roman, s'ouvrant sur une n o u v e l l e c o n c e p t i o n de l'amour e t de l ' a r t , que nous e t u d i e r o n s dans l e s pages s u i v a n t e s , e s t b i e n l e roman de P a u l i n e q u i a p res a v o i r a s s i m i l e sa r e v o l t e t e n t e une r e c o n c i l i a t i o n avec l e monde. De c e t t e c u l p a b i l i t e o p p r e s s i v e dont 1 ' a v a i t charged l a s o c i e t e , e l l e se l i b e r e pour r e t r o u v e r en s o i 1 ' i n s p i r a t i o n , l a f o r c e de l a c r e a t i o n et l ' a m i t i e . Toutes l e s m i n o r i t e s t r o u v e n t en e f f e t , dans 1'objet meme de c e t t e " d i f f e r e n c e " l e s rendant p a r i a s , l e u r o r g u e i l . A i n s i s ' e x p l i q u e l e n a t i o n a l i s m e du Quebecois r e v a l o r i s a n t sa langue e t s a c u l t u r e e t ses pos-s i b i l i t e s d ' a v e n i r . Aux E t a t s - U n i s , l e s mouvements.de l i b e r a t i o n f e m i n i s -t e s e t homosexuels, comme l e " B l a c k Power" des annees 60, g l o r i f i e n t ce q u i l e s d i f f e r e n c i e des te n a n t s de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e , e t e x i g e n t l e r e s p e c t de l e u r s d r o i t s humains. M a r i e - C l a i r e B l a i s a v e c u 1 ' o p p r e s s i o n a ces t r o i s n i v e a u x , a u s s i son oeuvre p l u s que b i e n d ' a u t r e s "condense" ce c o n f l i t e n t r e , d'une p a r t , l e monde du p o u v o i r p a t r i a r c a l c o n s t i t u e par t o u t e s l e s i d e o l o g i e s s o c i a l e s c o n t e m p o r a i n e s — l e "Monde du J o u r " — e t , d ' a u t r e p a r t , l e monde d e s t i t u e de l a femme e t de l'homme e x p l o i t e d : l e s p a u v r e s , l e s p r o s t i t u e s , e t meme l e s c r i m i n e l s — l e "Monde de l a N u i t " . L a c r e a t i o n p r o v i e n t e l l e a u s s i d'un phenomene d ' i n v e r s i o n . Nous v e r r o n s p l u s l o i n que l a m i s s i o n de l ' e c r i v a i n e s t d ' e x t i r p e r l ' o r de l a boue: " . . . f a i t e , modeled pour une v i e s p i r i t u e l l e q u i n ' e x i s t e pas, q u ' i l f a u t chaque j o u r c r e e r , r e n o u v e l e r , e x t i r p e r des choses l e s p l u s b a s s e s . . . " (OM 165). 193 4. Structures de 1'imaginaire b l a i s i e n Nous avons constate avec i n t e r e t combien un imaginaire s'elabore et se transforme en evoluant. Sans doute que l e renversement t o t a l auquel t r a v a i l l e 1'imaginaire b l a i s i e n nous a permis de mieux s a i s i r ses s t r u c -tures et surtout sa d u a l i t e . I n i t i a l e m e n t l e "jour p a t r i a r c a l " v i o l e n t e t a i t conteste par l a " n u i t c o n s o l a t r i c e " ou l e b r o u i l l a r d maternel: a 1 ' i n t e l l i g e n c e s'opposaient l ' i n s t i n c t et l ' i n t u i t i o n , et a l a r a t i o n a l i t e , un c e r t a i n mysticisme. ( I I s u f f i t de se rappeler l e s nombreuses h i s t o i r e s d'anges et de demons que renferment l e s t r o i s premiers c y c l e s de l'oeuvre b l a i s i e n n e et dont Seraphine Lahout et Pauline Archange sont l e s p r o t o -types.) Grace H c e t t e p o l a r i s a t i o n , i l est p o s s i b l e en se fondant sur G i l b e r t Durand de s y n t h e t i s e r 1'imagerie symbolique b l a i s i e n n e et sa dyna-38 mi que. A. Le Regime Diurne et oppresseur La souffranee et l a mort ont amene l'homme p r i m i t i f §. s ' i n t e r r o g e r sur ses maux. De l a proviennent l e s mythologies souvent parentes q u i par l e u r symbolisme donnaient, sinon des reponses c l a i r e s , du moins l e r a s s u -r a i e n t en l u i f o u r n i s s a n t un systeme de references. Pour l'homme occiden-t a l , l a somme de ces mythes contenus dans l a B i b l e marque depuis sa n a i s -sance sa facon de v i v r e et de penser et plus importants encore ses reves, son imaginaire. A i n s i , s o n premier r e c i t , c e l u i de l a Genese, est l e plus dramatique, non pas a cause de son contenu r e l i g i e u x qui nous est secondaire, G i l b e r t Durand, Les Structures anthropologiques de 1'Imaginaire ( P a r i s : Bordas, 1969). ~ ~ ' 194 mais a cause de ses i m p l i c a t i o n s psychologiques et s o c i a l e s . C'est depuis l e Paradis T e r r e s t r e qu'Eve f ut subordonnee a Adam et dut porter l a respon-s a b i l i t e du peche o r i g i n e l , l e q u e l e n t r a i n a i t une c u l p a b i l i t e s e x u e l l e . Le mystere des menstruations en r e l a t i o n avec l a lune q u i , symbole de l a n u i t , e t a i t associee a l a peur et au mal dut jouer un r o l e important dans c e t t e conception nefaste de l a femme, source du peche de l a c h a i r . L'ima-g i n a i r e b l a i s i e n n'a pas echappe au decret misogyne de l a r e l i g i o n q u i f r a p p a i t l a s o c i e t e quebecoise et se t r a d u i s a i t par l e puritanisme l e plus v i g i l a n t . Ecoutons l a mere de Pauline Archange l u i p a r l e r des "mysteres de l a nature": Tu vas m'ecouter jusqu'5 l a f i n . C'est un grand mystere, a ce qu'y p a r a i t , dans l a c r e a t i o n de Dieu, t u comprends, on est comme des animaux i n f e r i e u r s , on est s o r t i de l a c6te d'Adam, d'abord, et en plus y faut enfanter dans l a douleur, comme c'est e c r i t . Je ne s a i s pas s i c'est b i e n j u s t e , tout ga. Mais qu'est-ce que tu veux, l e bon Dieu n'a jamais ete femme et y peut pas tout comprendre comme nous autres. I I en a eu assez de f a i r e l e monde en sept j o u r s . Mais quand on y pense, perdre son sang chaque mois pendant une bonne p a r t i e de sa v i e , c'est une v r a i e sentence de p r i s o n n i e r . J'imagine que c'est ce qu'on merite a" cause d'Eve q u i a desobei dans l e paradis t e r -r e s t r e . Quand meme c ' e t a i t pas une femme qui pensait beaucoup aux aut r e s . Je v a i s pas prendre quatre chemins pour te d i r e l a v e r i t e b ien crue: toute c e t t e misere ga s'appelle l e s mens-tru-a-tions... (MPA 100-101) ( I I est a remarquer, q u ' e l l e n'a r i e n d i t de l a r e a l i t e , e l l e n'a p a r l e que du mythe.) A " c e t t e p u n i t i o n de Dieu" (MPA 163 ) s'ajoute par l e b i a i s de Pauline une autre condamnation, c e l l e de se s e n t i r " d i f f e r e n t e " des aut r e s . Femme et lesbienne, e l l e h e r i t a i t a i n s i d'un double tabou sexuel q u i l a marqua intimement et q u i l'amenera a s'attaquer a toutes l e s s t r u c t u r e s r e p r e s s i v e s s o c i a l e s et r e l i g i e u s e s . Ce que G i l b e r t Durand surnomme l e "Regime Diurne" c o n s t i t u e l ' i m a g i n a i r e de l a s o c i e t e p a t r i a r c a l e . S i l a 195 femme e s t r e g i e par l a n u i t , l e male, l u i l ' e s t par l e s o l e i l . I I e s t l e P e r e , l e Chef, l e R o i , & 1 'image de son D i e u . H a b i t u e au p o u v o i r , i l s u r v e i l l e de h a u t . I I e s t l ' a i g l e romain, i l e s t l e S a i n t - E s p r i t : eros c a s t r e ou s u b l i m e . Dans 1 ' i m a g i n a i r e b l a i s i e n , l e g i g a n t i s m e de Grand-Mere A n t o i n e t t e q u i p a r t i c i p e au p o u v o i r de mime que l e s peres a u t o r i t a i r e s , c r u e l s ou absents r e l e v e n t de c e t t e thematique. L ' o e i l d e s s i n e au t a b l e a u e t l e s i l e n c e qu'on impose aux e n f a n t s e x p l i c i t e n t ce p o u v o i r de s u p e r i o -r i t y e t c e l u i de l a p a r o l e de l ' a d u l t e q u i accuse ou commande. S i l e p r o t a g o n i s t e s o l a i r e a pour s c e p t r e son i n t e l l i g e n c e , avec l u i l a l u m i e r e d e v i e n t f o u d r e . G u e r r i e r v i o l e n t , i l impose sa v o l o n t e par l a f o r c e , p i e -t i n a n t l ' a d v e r s a i r e en occurence l e heros b l a i s i e n . L ' i n t u i t i o n e t l a s e n -s i b i l i t y de ce d e r n i e r l u i sont e t r a n g e r e s . L'homme p a t r i a r c a l e s t un e t r e r a t i o n n e l q u i se c o m p l a i t dans l ' a b s t r a i t , l ' i m m o b i l e , l e r i g i d e . Les systemes de l o i , l a b u r e a u c r a t i e , l e s s c i e n c e s t e c h n i q u e s ( l a s c i e n c e , ... l ' a r t de l a t e r r e u r SV 61 ) e t l a c a p i t a l i s m e sont des r e a l i s a t i o n s q u ' i l d efend et impose avec r i g u e u r . Souvent b o u r g e o i s , on l e r e t r o u v e " p r a t i -quant" l a m o r a l i t y t r a d i t i o n n e l l e , defendant l e s i n s t i t u t i o n s f a m i l i a l e s e t s o c i a l e s , condamnant t o u t e i n n o v a t i o n q u i p o u r r a i t m e t t r e en j e u son p o r t e - f e u i l l e , son s t a t u t , s a r e s p e c t a b i l i t y . D'homme s o l a i r e , i l se tr a n s f o r m e dans l ' o e u v r e de M a r i e - C l a i r e B l a i s en Bete N o i r e : i l e s t l ' o p -p r e s s e u r . B. Le Regime Nocturne s a l v a t e u r Pour l a Quebecoise "nee pour un p ' t i t p a i n " , l e Regime D i u r n e r e -p r e s e n t e l ' e x p l o i t e u r a m e r i c a i n ou a n g l a i s e t meme, c u l t u r e l l e m e n t , l a mere p a t r i e q u i vous r a p e t i s s e n t e t vous condamnent. Pour l a femme, i l e s t 196 symbole de domination tandis que, pour l a lesbienne, i l est l e l e g i s -l a t e u r qui s ' i n f i l t r e dans v o t r e v i e i n t i m e , vous imposant ses goQts sexuels et sa facon d'aimer. Force par l a r e p r e s s i o n p a t r i a r c a l e au Regime Nocturne, l e heros b l a i s i e n transformera c e t t e p r i s o n et c o n s t r u i r a son domaine. La c u l p a b i l i t e et l e sentiment d ' i n f e r i o r i t y o b l i g e n t "1 'hommeJ.de l a n u i t " a descendre en lui-meme et a s'analyser. Les symboles p r i v i l e -g ies s'organisant autour de c e t t e descente que nous retrouvons dans 1'oeu-vre b l a i s i e n n e (berceau, s e p u l c r e , cave, g r o t t e , p r i s o n , l i e , couvent, no-v i c i a t , c a t h e d r a l e , maison, chambre, bar ...: l a descente en enfer de Jean-Le Maigre) l u i font remonter l e temps a f i n de retrouver l a quietude prenatale du s e i n maternel, mais a u s s i l ' i n t i m i t e d i g e s t i v e . Dans c e r -t a i n s romans (SVE, Les M a n u s c r i t s , L P ) , l ' a p p e t i t prend beaucoup d'impor-tance. En perdant l ' a p p e t i t , Jean-Le Maigre au n o v i c i a t perd l a r a i s o n de v i v r e (SVE 73), t a n d i s que pour H e l o l s e , au couvent, l a gourmandise ouvre une v o i e a* l ' e r o t i s m e . Manger devient synonyme de b i e n - e t r e sensuel, c'est pourquoi P a u l i n e Archange, dans sa r e v o l t e , refuse de manger meme s i on l a f o r c e . Le symbolisme des n o u r r i t u r e s t e r r e s t r e s r e j o i n t l e s fantasmes 39 d ' i n v o l u t i o n dans l e corps maternel. Sebastien poussera c e t t e a s s o c i a -t i o n entre aimer et manger, jusqu'a en f a i r e une r e l i g i o n ( l a "communion" des c o r p s ) . Tout Le Loup est impregne de ce symbole de 1'amour-nourriture: s'aimer, c'est s'entredevorer, mais surtout c'est se n o u r r i r l'un l ' a u t r e : ... on d e v r a i t se r e p a t t r e l e s uns des autres ... caresse-moi tout l e corps avec des pommes, enveloppe-moi dans des fougeres, et s i t u as faim et s o i f £. ton t o u r , v i e n s b o i r e , tous mes membres sont i. t o i . . . (L_ 89-90) Durand, p. 228. 197 Sebastien reconnait dans ce besoin d'etre n o u r r i l e probleme de l a s o l i -tude et de l a mendicite des i t r e s . P a r f o i s , p l u t o t que dans l a no u r r i t u r e , c'est dans l ' a l c o o l , l e v i n ou l a b i e r e que l e heros retrouve l a chaleur 40 m a t e r n e l l e . A toute c e t t e dommante d i g e s t i v e , ajoutons e n f i n ses de-r i v e s caenesthesiques (ecoeurement) et thermique (chaud/froid) dont l'oeuvre 4 1 abonde. Cette obsession b l a i s i e n n e de l a rentree v i s c e r a l e va culmmer par c e t t e c e l e b r a t i o n de l a n u i t et de l'eau: .les deux grandes avaleuses, symboles de f e m i n i t e d i v i n i s e e oii l e s heros se rencontrent dans une j u b i -l a t i o n dyonisiaque ou s'y perdent a jamais. L'eau f e r t i l i s a n t l a t e r r e pro-d u i t l a nature et contribue a i n s i a faconner une ambiance de volupte et de bonheur r e h a b i l i t a n t l a f e m i n i t e que l'homme p a t r i a r c a l trouve n e f a s t e . Passons maintenant aux s t r u c t u r e s du Regime Nocturne, G i l b e r t Du -rand remarque q u ' e l l e s sont mystiques. Nous decouvrons que l e s s t r u c t u r e s de l'oeuvre b l a i s i e n n e recoupent c e l l e s - c i : une c e r t a i n e " v i s c o s i t e des themes" que c a r a c t e r i s e une absence de synthese y est c e r t a i n e . De p l u s , comme dans l e s s t r u c t u r e s mystiques, nous retrouvons un renversement com-p l e t des v a l e u r s du Regime Diurne p a t r i a r c a l . Les quatre formes s t r u c -t u r a l e s mystiques sont a u s s i d i s c e r n a b l e s . Le "redoublement" qui se d e f i -n i t comme l a r e p e t i t i o n d'images et de s t r u c t u r e s f a m i l i e r e s a deja ete demontre p l u s i e u r s f o i s . L'absence de synthese qui se d i s t i n g u e par un r e -fus de tran c h e r entre deux p o s s i b i l i t e s (ex: l e bi e n et l e mal, l a poesie et l e roman ...) se d i s t i n g u e meme dans l a syntaxe. I I en est a i n s i du Loup avec ses parentheses, sous-entendus, a d d i t i o n s et constants retours du 40 Les nombreuses tavernes du Quebec et l e probleme de l'alcoolisme tant denonce en c h a i r e ne s o n t - i l s pas une r e s u l t a n t e du p a t r i a r c a t s p i r i t u e l quebecois? 4 1 Durand, p. 506. 198 texte sur lui-mime. Le Sourd avec ses deux cents pages e c r i t e s en q u e l -ques phrases t i e n t a u s s i de c e t t e tendance a 1'adhesion ou tout debouche sur une " r e l i g i o s i t e " , ou tout s'euphemise, tout est c o n t r e d i t : l a man-ducation devient t r a n s u b s t a n t i a t i o n , l e bonheur du couple, un ego'isme a deux, l a matiere s'adoucit "en mere et l e s tombes en demeures bien heureu-42 ses et en berceaux". M a r i e - C l a i r e B l a i s a de meme une habitude du realisme s e n s o r i e l . Avec v i v a c i t e , e l l e s'attarde a des d e t a i l s concrets et r e v e l e l e s resonnances intimes de l ' o b j e t ( l e "running shoe" SV ). Les images possedent des q u a l i t e s s u r r e a l i s t e s . En d e r n i e r l i e u , l a "mise en m i n i a t u r e " ne se r a p p r o c h e - t - e l l e pas du goQt de l'auteurde c o n s t r u i r e . 4 3 . . . ses romans s e l o n , d i t - e l l e , des v i s i o n s symboliques que son i m a g i n a i r e , d'apres nous, t r a d u i t encore mieux inconsciemment comme l a thematique du pied et de l a chaussure l e demontre. C. Le Regime Synthetique Nocturne Apres c e t t e decouverte de l a s u b o r d i n a t i o n du heros b l a i s i e n a "1'imagerie nocturne" a l a q u e l l e s'opposent l e s protagonistes de l a so-c i e t e p a t r i a r c a l e , t r i b u t a i r e s d'un univers s o l a i r e , i l nous r e s t e a ana-l y s e r une derniere etape. Dans l e c y c l e mythique b l a i s i e n q ui f u t l ' o b j e t p r i n c i p a l de notre etude, l e Regime Diurne a v a i t repousse l e s d i s s i d e n t s dans l'ombre de l a n u i t , a l i e n a t i o n soulignee dans toute l'oeuvre de Marie-C l a i r e B l a i s . T o u t e f o i S j a v e c Une Saison, une periode de d e s t r u c t i o n debu-t a i t , l e Regime Nocturne y e x i g e a i t une r e h a b i l i t a t i o n de ses d r o i t s , b i e n ^ Durand, 313. ^ 3 Callaghan, p. 33. 199 que sans succes. Vers l a f i n du c y c l e autobiographique des Manuscrits q u i s u i v i t , Pauline et l'auteur c r o y a i e n t qu'une r e c o n c i l i a t i o n entre l e u r monde i n t e r i e u r a l a defense des opprimes et l e monde s o c i a l oppresseur e t a i t peut-e*tre p o s s i b l e . Cet e s p o i r symbolise par l'ange de Durer d e v a i t se r e a l i s e r par l'amour et l ' a r t . Selon Durand c e t t e rencontre entre l e s deux tendances extremistes des Regimes Diurne et Nocturne s ' a c t u a l i s e dans une categorie mitoyenne q u ' i l a p p e l l e Regime Synthetique. Ce nouveau r e -gime depend toujours de l ' u n i v e r s de l a n u i t car i l n'est a l o r s accepte que p a r t i e l l e m e n t par l e Regime Diurne. C'est l a que dans une "dramatisa-t i o n " l e s deux antagonistes se rencontrent en vue d'une e v o l u t i o n . Ce domaine est c e l u i de 1 ' h i s t o i r e et a u s s i de 1 ' a c t i v i t e amoureuse et a r t i s -tique ou l e conscient et l ' i n c o n s c i e n t , p r i n c i p e s du jou r et de l a n u i t , se c r o i s e n t . Comme Jehovah exigeant un s a c r i f i c e ou un r i t u e l pour consacrer 1 ' a l l i a n c e entre l u i et son peuple, 1'union des c o n t r a i r e s exige un s a c r i -f i c e q u i est 1 ' i n i t i a t i o n en vue d'une renaissance. Cette " e x p i a t i o n " chez M a r i e - C l a i r e B l a i s correspond aux "romans mythiques" et en p a r t i e a ceux de l a r e v o l t e , ou dans l a c u l p a b i l i t e et l a r e p r e s s i o n , l e s p r o t a -g o n i s t e s , transformed en f i g u r e de C h r i s t , meurent dans un r i t u e l de r e -demption. A part Pauline Archange que nous associons a l ' a u t e u r , Sebas-t i e n (L) est l e premier de ses heros q u i s u r v i t a ses souffranees. GrSce a son a r t et a son amour, i l apprend a se connaitre et a connaitre l e s au t r e s . Avec Le Loup, nous a s s i s t o n s i. une e v o l u t i o n dans l'oeuvre b l a i -sienne, l e debut d'une periode de l i b e r a t i o n , une ouverture vers l e Regime Diurne. C'est l a " r e s u r r e c t i o n " (MPA 182) apres l e " s a c r i f i c e " ; c'est une r e p r i s e en main d'une destinee dans l a l i b e r t e . Comme Sebastien s'etudiant 200 ame e t coeur dans son r e c i t , M a r i e - C l a i r e B l a i s par l ' e c r i t u r e a d'abord p r o j e t e r son i m a g i n a i r e dans une f i c t i o n , ce q u i l u i permet de se decou-v r i r , de r e c o n n a i t r e ses p e u r s , ses d e s i r s e t ses r e v e s , e t de s ' a c c e p t e r e n f i n comme e l l e e t a i t . I I nous e s t p o s s i b l e d ' o b s e r v e r ce p r o g r e s dans l a p e r s o n n a l i t e de l ' a u t e u r §. t r a v e r s ses romans memes. Un rapprochement r a p i d e e n t r e l ' o e u v r e a ses debuts e t l e s d e r n i e r s romans p u b l i e s e s t t r e s r e v e l a t e u r . Dans L a B e l l e B e t e , I s a b e l l e - M a r i e n o u r r i s s a i t une t e r r i b l e h a i n e envers sa mere, parce que c e l l e - c i l u i p r e -f e r a i t P a t r i c e , e t envers elle-meme a cause de sa " l a i d e u r " . Dans Une  L i a i s o n p a r i s i e n n e , b i e n que l e heros s o i t un jeune e c r i v a i n q u e b e c o i s s'amourachant d'une P a r i s i e n n e p l u s Sgee, l ' a u t e u r lui-meme nous a v e r t i t q u ' i l s ' a g i t d'une h i s t o i r e d'amour e n t r e deux femmes.^ I I e s t i n t e r e s -sant de remarquer l ' a c c e n t b l a i s i e n de c e t t e r e l a t i o n : Mme d ' A r g e n t i e s t mere de t r o i s e n f a n t s dont une f i l l e q u ' e l l e d e t e s t e en p e n s i o n dans un couvent de L o n d r e s . L a f a m i l i a r i t e e n t r e c e t t e b o u r g e o i s e e g o i s t e e t s e n -s u e l l e e t son jeune amant a une " s a v e u r " i n c e s t u e u s e qu'on r e t r o u v e dans l e roman s u i v a n t de fagon p l u s e v i d e n t e . Les N u i t s de 1'underground de-ve l o p p e l i b r e m e n t c e t t e r e l a t i o n amoureuse f i l l e - m e r e : une jeune Quebe-c o i s e s c u l p t e u r } Genevieve, s'eprend d'une b o u r g e o i s e f r a n g a i s e q u i , veuve, malade e t d e l a i s s e e de ses f i l l e s a de l a d i f f i c u l t e a c r o i r e a ce n o u v e l amour ou e x i s t e une t e l l e d i f f e r e n c e d'Sge. Le r e j e t m a t e r n e l p r i m o r d i a l se metamorphose a i n s i en un amour ou l a f i l l e peut aimer l a mere comme e l l e a u r a i t v o u l u e t r e aimee d ' e l l e . ^ 44 H o f s e s s , p. 10. ^ L a f i c t i o n , comme 1 ' i m a g i n a i r e , ne r e n c o n t r e - t - e l l e pas i c i une c e r t a i n e r e a l i t e : c e l l e de l'amour e n t r e e l l e et Mary Meigs d e p u i s pres de v i n g t ans. Les recentes r e v e l a t i o n s de c e t t e d e r n i e r e dans l a revue 201 Une autre e v o l u t i o n , en r e l a t i o n e l l e a u s s i avec 1'homosexualite (a l a q u e l l e s'ajoutent toujours l e s deux autres c o n d i t i o n s oppressives, e t r e femme et Quebecoise c a t h o l i q u e romaine ), est que d'une part dans ses premiers romans, l'auteur se r e v e l e a e l l e - meme, essayant de compren-dre ce qui l a rend " d i f f e r e n t e " des autres. D'autre p a r t , c e t t e i n t r o -s p e c t i o n forcee va l u i permettre de developper un t a l e n t d'analyste q u ' e l l e va employer a questionner l a s o c i e t e et a r e c o n n a i t r e au-dela des masques l a douleur des a u t r e s : de l a connaissance de s o i , passer a" c e l l e d ' a u t r u i . Le Sourd dans l a v i l l e est l a r e p r e s e n t a t i o n l a plus l u c i d e de c e t t e de-n o n c i a t i o n de l ' a l i e n a t i o n u n i v e r s e l l e . Par Pauline Archange n ' a v a i t - e l l e pas a f f i r m e que " l e sang de l ' i n j u s t e v i o l e n c e s e r a i t l a seve de (ses) l i v r e s " (VV 152)? Dans l ' o u b l i complet d'elle-mtme, l ' e c r i v a i n dans ce recent roman, l o i n d'etre "sourd" a l a p l a i n t e de l'humanite, temoigne de l a misere ou s'engouffrent l e s "demunies" de l a s o c i e t e , r e j o i g n a n t a i n s i l'amour democratique de Walt Whitman et l'amour au-dela des c l a s s e s d'Os-car Wilde. L'homosexualite, s e m b l e - t - i l , permet a c e r t a i n s i n d i v i d u s de se l i b e r e r de l a t y r a n n i e du troupeau s o c i a l et d ' a t t e i n d r e dans l a l i -b e rte personnelle une ethique superieure qui degenere p a r f o i s en "complexe de Napoleon". S i nous poursuivons notre p a r a l l e l e entre l e s debuts de l a roman-c i e r e et sa production plus recente, une autre e v o l u t i o n s'y observe: avec Le Jour est n o i r commencait l'errance de. M a r i e - C l a i r e B l a i s . Dans Une Saison, e l l e denongait l a n o i r c e u r d'un Quebec moyen-3geux. Avec Un l i t t e r a i r e E x i l e (Spring-Summer 1980) r e v e l e c e t t e " f a i b l e s s e " de l ' e c r i v a i n pour l e s femmes p l u s agees (p. 55)• 202 Joualonais cependant, nous accedons a un p a y s d u l a v i o l e n c e se melange a 1* "amour-pitie", oO: l a mesquinerie des i n t e l l e c t u e l s , des p e t i t s - b o u r -geois comme des t r a v a i l l e u r s y est d e v o i l e e , mais ou, avec de l ' e n t r a i d e , i l est peut-etre p o s s i b l e 5 chacun de s u r v i v r e librement dans sa propre i d e n t i t y . Encore une f o i s , l a f i c t i o n r e j o i n t l a r e a l i t e : apres a v o i r vecu tant d'annees aux Etats-Unis et ensuite en France, M a r i e - C l a i r e B l a i s depuis quelques annees v i t au Quebec. Peut-Stre pour un e c r i v a i n q u i se 46 veut des "r a c i n e s f l o t t a n t e s " et un coeur u n i v e r s e l , ce retour n ' e s t - i l pas d e f i n i t i f , mais nous ne pouvons nous empecher de v o i r un autre stade e v o l u -t i f dans c e t t e reconnaissance complete d'elle-meme 3 l a q u e l l e e l l e a s p i r e , r e a l i s e r l e reve de Pauline Archange: "... v i v r e librement dans l ' h a r -monie d'un corps et d'un e s p r i t heureux", c e l a etant p o s s i b l e au Quebec meme. 5• L'imaginaire musical A» L ' a r t - c o n t r e p o i n t Effectuees au point de rencontre entre l e s Regimes Nocturnes et Diurne, c e t t e decouverte de s o i et l'ouverture au monde, qui representent une e v o l u t i o n de l a conscience de l ' a u t e u r , s'accompagnent d'une a c t i v i t e a r t i s t i q u e f o r m e l l e q u ' i l ne faut pas n e g l i g e r . La mise en e c r i t u r e d i f -fere d'un auteur a l ' a u t r e , comme en peinture l e s t y l e d'un Van Gogh se d i s t i n g u e de c e l u i d'un Renoir. L ' a r t i s t e , quel q u ' i l s o i t , par l e manie-ment de son m a t e r i e l i n s c r i t dans son t e x t e l e s traces memes de son P i l o t t e , p. 52. 203 de 47 caractere e t ^ s a p e r s o n n a l i t e . Cette "rare science du c o n t r e p o i n t " qu'un c r i t i q u e r e c o n n a i s s a i t a" Une Saison se retrouve dans toute l'oeuvre b l a i -sienne: e l l e en est l a marque s t r u c t u r a l e . Avant d'etre l i t t e r a i r e , ce-pendant, l e contrepoint t i e n t de l a musique qui est 1' expression l a plus elevee des s t r u c t u r e s d'harmonisation entre l e s Regimes Diurne et Nocturne. Dans l a forme meme de son e c r i t u r e , M a r i e - C l a i r e B l a i s r e j o i n t a i n s i c e t t e v i s i o n " s y n t h e t i q u e " du monde a l a q u e l l e e l l e c r o i t : transformer l a r e a -l i t e s o c i a l e a c t u e l l e (diurne) grSce a son univers i n t e r i e u r (nocturne). Par son s u j e t , ses themes et sa s t r u c t u r e , Le Loup^ 8 est l'exemple l e mieux r e u s s i de c e t t e technique du c o n t r e p o i n t . E c r i t apres Les Ma n u s c r i t s , i l se d e v a i t d'etre l ' e x p r e s s i o n i d e a l e de ce dont r e v a i t P a u l i n e Archange, que 1 ' i n s p i r a t i o n d o i t e t r e p l i e e sous " 1 ' e f f o r t d'un labeur q u o t i d i e n " (symbolise par l'Ange de Diirer A 145 ) , en d'autres mots que l e fond d o i t se p l i e r a l a forme. A u s s i l ' e c r i v a i n y j u s t i f i a l a s t r u c t u r e de son r o -man par l a f o n c t i o n m§me de son n a r r a t e u r . Sebastien est un c o n c e r t i s t e q u i , en l i v r a n t sa v i e et ses amours (tous ses amants sont associes au monde musical) par e c r i t , transpose dans l a s t r u c t u r e de son r e c i t , une s t r u c t u r e musicale dont i l est f a m i l i e r : c e l l e de l a fugue (composition musicale e c r i t e dans l e s t y l e du c o n t r e p o i n t ) . C e l u i - c i par metier se devait de m a l t r i s e r parfaitement l ' A r t de l a Fugue ( e c r i t par son homonyme Sebastian Bach, l e q u e l s'est i d e n t i f i e a c e t t e forme m u s i c a l e ) , car l a fugue demeure l'une des d i s c i p l i n e s majeures de 1'enseignement academique. Sous l e couvert d'un narrateur musicien, l'auteur s'attarde done avec plus ^ormand Leroux, L i v r e s et Auteurs Quebecois 1965, p. 51. 48 M a r i e - C l a i r e B l a i s , Le Loup (Montreal: Ed. du J o u r , 1972). 204 de s o i n a sa technique f a v o r i t e : c e l l e du co n t r e p o i n t . Dans l'Appen-dice A de notre etude, nous proposons, dans un exer c i c e s t r u c t u r a l entre forme l i t t e r a i r e et forme musicale, que l e s quatre c h a p i t r e s du roman se superposent aux quatre mouvements de l a fugue. Bien que nous n'hesitions pas a y v o i r l e r e s u l t a t d'un s t y l e et d'une s t r u c t u r e en accord i n t u i t i f avec son s u j e t et meme sa v i s i o n du monde (harmonisation entre diurne et noc-t u r n e ) , nous preferons c r o i r e 3 1 ' i n t e r v e n t i o n v o l o n t a i r e d'un auteur t r a v a i l l a n t une technique en accord avec l e s themes developpes: l a v e r i t e se s i t u a n t probablement entre ces deux p o s s i b i l i t e s . B. L'amour-contrepoint En plus d'une s t r u c t u r e l i t t e r a i r e conforme au s u j e t du Loup, au temperament et a l a conception a r t i s t i q u e de l ' a u t e u r