Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Un représentant contemporain de l’inquiétude spirituelle Pesseat, Joseph Jean-Marie Andre 1975

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1975_A1 P48_6.pdf [ 24.44MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0100114.json
JSON-LD: 831-1.0100114-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0100114-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0100114-rdf.json
Turtle: 831-1.0100114-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0100114-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0100114-source.json
Full Text
831-1.0100114-fulltext.txt
Citation
831-1.0100114.ris

Full Text

UN REPRESENT7ANT CONTEMPORAIN DE L1INQUIETUDE SPIPJTUFJiT.F: ROGER BESUS. by JOSEPH PESSEAT Licence es Lettres a l'Universite de Lyon (France),1960,. M.A., University of Br i t i s h Columbia, 1964. A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF DOCTOR OF PHILOSOPHY .. ," i n the Department of FRENCH We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA Sept. 26, 1975. In p r e s e n t i n g t h i s t h e s i s in p a r t i a l f u l f i l m e n t o f the r e q u i r e m e n t s . f o r an advanced degree at the U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia, I agree that the L i b r a r y s h a l l make i t f r e e l y a v a i l a b l e fo r reference and study. I f u r t h e r agree t h a t permiss ion for e x t e n s i v e copying o f t h i s t h e s i s f o r s c h o l a r l y purposes may be granted by the Head of my Department or by h i s r e p r e s e n t a t i v e s . It i s understood that copying or p u b l i c a t i o n o f t h i s t h e s i s f o r f i n a n c i a l ga in s h a l l not be a l lowed without my w r i t t e n p e r m i s s i o n . Department of The U n i v e r s i t y of B r i t i s h Columbia 2075 Wesbrook Place Vancouver, Canada V6T 1W5 v. S O M B R E En marge de son metier, Roger Besus, ingenieur Normand des Ponts et Chaussees e c r i t des romans depuis 1947. Dix-huit l e dernier etant sous presse ont deja vu l e jour. En marge? c'est trop d i r e , car son m i l i e u de t r a v a i l l u i o f f r e precisement chaque jour cet echantillon humain, etendu et varie ,dont s'alimente une imagination d 1 e c r i v a i n . S i Roger Besus a e c r i t son premier roman par necessite psychologi-que pour a i n s i d i r e , l e s suivants repondaient a un besoin d'apologetique r e l i g i e u s e — j u s q u ' a u jour ou, renies par l ' E g l i s e , i l s se tournerent vers une apologetique humaine et continuerent a m i l i t e r "par un autre chemin." S ' i l ne se considere plus catholique, Roger Besus a neanmoins garde entieres sa f o i en Dieu, e t , pour cette raison, sa f o i en l'honime. C'est au nan de c e l l e s - c i q u ' i l s'adresse a notre monde ^ qu'il v o i t s'en-gager a corps perdu dans les voies du materialisme; car son inquietude s p i r i t u e l l e ne se f a i t pas contemplation morose et impuissante du mal,mais s'eleve, c r i e e t fustige. E l l e invective l'harime qui sombre dans l a f r i -v o l i t e et ne prend pas " l a v i e au serieux"; mais e l l e apostrophe aussi l ' E g l i s e coupable, sous l e faux pretexte de rapprochement,de se l a i s s e r naturaliser et d'oublier son role de porteuse de transcendance. Son r e q u i s i t o i r e , tout vibrant encore des accents de Bloy et de Ber-nanos, q u ' i l l'exprime s o i t par l a bouche de v r a i s pretres ou d'un profane affuble d'une soutane., d'abord,soit par c e l l e de simples l a i c s ensuite, - i l l -Roger Besus le maintiendra semblable et sans entorse, charge d'une f o i intense et d'un grand amour. Tous ses personnages, participant d'une nature commune, se reconnais-sent sous leur defrogue variee, car tous, pelerins de l 'Absolu, s ' i l s vivent consummes par leur ideal et "exi les" au mil ieu de leurs contempo-rains qui ne les comprennent pas, l i s n'en restent pas moins les "messa-gers" de l 'au-dela. L'oeuvre de Roger Besus s ' i n s c r i t dans le "hie et nunc" de l 'H i s to i re par l1ensemble de ces etres tout droit sort is de notre epoque, observes qu ' i l s ont ete dans 1'entourage de leur auteur; e l l e s'en degage aussi l e depassant, par l a perception, sous l a canedie des attitudes et 1'agi-tation co l lect ive, du desir permanent de Beau et de Bien. E l l e lance l'anatheme mais profere l'optimisme; e l l e se f a i t violente mais se charge de tendresse. E l l e o sc i l l e entre le concret et le vo i le , le part icu l ier et l 'un iverse l , le quotidien et l 'eternel.. Ces va-et-vient, de nature en apparence differente, sont essentiellement identiques et s'expliquent par les deux tendances contraires qui composent le temperament d'un e c r i -vain aux attaches tant terrestres que celestes fortement et egalement marquees. Vo i la ce que fut le resultat de nos lectures et de notre analyse; et ces observations, nous les avons groupees sous quatre rubriques p r in -cipales. Voulant rendre compte par 1 'orientation meme de notre demarche, - i v -de 1*evolution de l 'auteur qui reporta finalement sur l'hcmme l a mission q u ' i l avait d'abord crue etre ce l le de l 'Eg l i se , nous avons en premier l i eu envisage le versant purement ireligieux de sa somme ramanesque. C'est a ins i que le chapitre i n i t i a l presente " le vra i pretre", reconnu tres proche de son aine, l e cure d'Ambricourt, et qu'un deuxieme chapitre sur " l a re l ig ion" met en contraste 1'image qu 'e l le projette avec ce l le qu 'e l le devrait idealement o f f r i r . Abordant ensuite le versant l a i c de l'oeuvre dans le troisieme chapitre employe a def in i r "l'homme besusien", nous avons remarque q u ' i l n'existe pas de coupure radicale entre le pretre et ce dernier, car "l'hcmme besusien" est devore du meme feu que ce lu i - l a ; et c 'est done moins de la lc i sa t ion q u ' i l faut parler que de l a mise a jour chez le l a i c de ressources et besoins spir i tuels caches. L'auteur est un voyant. Le quatrieme chapitre redi t cela qui , parallelement a 1'aspect famil ier des l ieux, evenements et personnages a ins i qu'au carac-tere concret du style, fera ressort ir , par les structures singulieres qu'on y observe, par l'emploi des correspondances qu'on y decele et par 1'usage repete du symbole qu'on y f a i t , l ' o r i g ina l i te de l 'univers besu-sien. Le reman de Roger Besus, dans lequel on releve l a rencontre de deux mondes, est en def in i t ive le produit d'un ecrivain chez qui l a trans-cr ipt ion real i s te cede bientot le pas a l a creation visionnaire. Ajoutons enfin que Roger Besus est peu lu . Qui s'en etonnerait puis-que n i par ses idees, n i par son style qui ne veulent en r ien sacr i f ie r aux vogues du jour, i l ne f a i t pas le jeu du s iec le. C'est l a l a raison de sa solitude. C'est l a aussi son grand merite. - v -TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.- 1 a - Definition de 1'"Inquietude sp i r i t u e l l e " 2 b - Lignee de 1'Inquietude spirituelle a laquelle appartient Roger Besus 3 c - Biographie de Roger Besus 9 d - Genese d'une oeuvre 11 e - Distinctions l i t t e r a i r e s 15 f - L'oeuvre et l a critique — 15 g - Plan de t r a v a i l 17. CHAPITRE I; LE VRAI PRETRE. 23 I - Portrait de l'abbe Haugard.. 26 A - Faiblesse 26 a - physique 26 b - timidite 26 c - tentation 27 B - Force -. 30 a - autorite...... 30 b - f o i 33 II -Portrait de l'abbe Annebault.. 36 A - Bref survol du roman 37 B - Homme au milieu des hommes 39 a - don de sympathie et d' intuition. y 39 b - intelligence - esprit d'a-propos -humour 40 c - violence 41 d - autorite 43 - v i -e - bonte 45 f - souci de contacts personnels 46 . C - Homme de Dieu: 47 a - fondement de sa f o i : l e Christ..- 47 b - f o i en l a Providence. 48 c - priere 49 d - predication 53 D - Les obstacles: 55 a - inherents a sa personne: 55 1 - menace d'egolsme 55 2 - menace d'orgueil 55 '3..- faiblesse: 56 ./ timidite 56 ./ f r a g i l i t e de 1'enfant 57 ./ tentations du coeur: 58 .) sensibilite 58 , .) solitude 59 ./ tentation des sens 60 b - venant de 1 1exterieur:.. 62 1 - opposition rationnelle 62 ./ de l a part d'un ennemi 62 ./ de l a part d'amis 63 ./ tentation du suicide 65 2 - opposition dans l'exercice de son ministere 66 3 - envahissement progressif du Centre 67 • III -Comparaison avec Bernanos 69 A - Ressemblances: 69 a - quant a l a personnalite : 69 1 - pauvrete. 69 2 - timidite et gaucherie. 70 3 - f r a g i l i t e de 1'enfant 71 4 - maladie 72 - v i i -b - quant a 1'entourage:.... 72 1 - l a paroisse 72 2 - Torcy et le cure de Blaie 73 3 - Rencontres:.— 75 ./ Delbende 75 ./ Olivier 75 ./ Laville 75 4 - ambiance des remans: 76 ./ absolu des personnages 76 ./ langage • • 77 c - quant a l a saintete: 78 1 L- l'exercice du ministere: 78 ./ action. 78 ./ humilite 78 ./ autorite 80 ./ lucidite. • 83 ./ priere 83 ./ confiance en Dieu 84 2 - les d i f f i c u l t e s : 84 ./ d'ordre personnel: 84 .) tentation... 85 .) solitude 85 .) revolte 86 .) desir de more 86 ./ d'ordre exterieur: 87 .) deception 87 .) echec 88 B - Differences: 89 a - le merveilleux 89 b - le mauvais pretre 89 c - critiques de l'Eglise.... 90 d - l a forme des remans: 91 1 - style 91 2 - psychologie des personnages 91 3 - pathetique 92 - v i i i -CHAPTERS. I I : IA RELIGION. 97 I - La Religion de Fait 99 A - Le proces d'une Eglise: 99 a - qui a devie. 100 1 - dans sa doctrine 100 2 - dans sa morale 102 b - qui a perdu le sens du sacre 105 1 - abandonne l a soutane 105 2 - abandonne le ceremonial. 107 c - qui renonce a sa mission spi r i t u e l l e 108 d - par peur 1 110 e - par manque de f o i . . . I l l B - Le proces du monde: 113 a - dechristianise. 114 b - desireux des biens terrestres 114 c - peuple de creatures du mal ou de minables 115 d - superficiel 116 e - lubrique 118 1 - chez les adultes 118 2 - dans sa jeunesse 120 C - Le verdict de Dieu: 125 a - vengeance 125 b - abandon 127 II -La Religion de Droit. 131 A - Dieu: 131 a - a eu des torts: 131 1 - creation imparfaite.. 131 2 - erreur de 1' Incarnation. 133 b - doit redevenir le Dieu majestueux et terrible de l'Ancien Testament 135 B - L'Eglise: • 135 a - doit etre le signe vi s i b l e de l a Transcendance.. 136 - i x -1 - par son caractere d'iimiutabilite. 136 2 - par son autorite retrouvee 136 b - doit s'elargir aux dimensions des autres fois 137 c - doit etre chaste 139 d - doit prier 139 e - doit precher 140 C - "L'Homo Religiosus": 144 a - affirmation de sa vocation divine 144 b - le Dieu q u ' i l reconnait 145 c - modalites de sa religion: 148 1 - dogme 148 ./ racines horizontales de l a religion 148 ./ racines verticales de l a religion 149 2 - morale 152 ./ charite 153 ./ purete 153 CHAPITRE I I I : L'HOMME BESUSIEN. 158 I - Un etre sp i r i t u a l .... 161 A - Appartenance a l a famille de 1'esprit 162 B - Vocation personnelle: Destinee. 168 II -Un etre absolu 174 A - Gouts princiers 175 B - Frequentation des gens de valeur. 175 C - Exigence sur le plan personnel 176 D - Hauteur de 1'option i n i t i a l e 178 E - Fidelite a cette option: 179 a - herolsme de conduite 179 b - en particulier desir de purete absolue 180 F - Echos d 1 absolu en litterature 183 - x -I I I —Un etre etrange 185 A - Affranch! des conventions sociales: 185 a - ou enfant 185 b - cocasse (humour noir) 190 c - singulier 191 d - direct 192 e - discourtois 194 f - colerique 195 g - rosse 196 B - Affranchi des l o i s : 197 a - c i v i l e s 197 b - religieuses 198 c - morales: 199 1 - on est libre en amour.. 199 2 - on vole 200 3 - on ment (humour) 201 4 - on tue.... 204 IV - Un etre souffrant 207 A - Souffranee "a posteriori":" 207 a - reponse a l a vocation dans l a douleur 207 b - degout de soi-meme 209 c - sentiment d'exil 211 B - Souffranee "a p r i o r i " : 212 a - pauvrete 213 b - maladie 214 c - manque d'amour. 215 d - destin hostile 217 V - Un etre axe sur le "salut" 222 A - Salut venant de l'exetieur: 223 a - des autres. 223 b - de Dieu: 223 1 - miracles 223 2 - ccxmtunion des saints 223 - x i -B - Salut venant de l'individu: 226 a - evasion 226 b - vision liberatrice de l a f i n derniere 227 c - redemption d'autrui 227 d - les chemins de l a Transcendance: 229 1 - le Vrai: 1' authenticate 229 2 - le Beau: l'Art 231 3 - le Bon: l'Amour 234 CHAPITRE IV: LE ROMAN DE ROGER BESUS OU LE RECIT D'UN VISIONNAIRE 246 I - Le realisme. . 250 A - Le l i e u 251 B - L'epoque: 252 a - les evenements 252 b - l'auteur ; 255 C - Portrait des personnages 256 a - points de vue de presentation. 256 b - t r a i t leitmotiv 260 c - verite psyehologique 261 d - fetour 263 e - impression de vie 265 D - Cote naturaliste 266 II - Realisme infirme 268 A - Heros besusien, heros "tragique?": 268 a - atmosphere cornelienne 268 b - atmosphere racinienne: 270 1 - amour 270 2 - ambiance etouf f ante 271 3 - mort 273 4 - catharsis 274 B - Heros besusien, heros "rcmantique?": 275 a - heros: 275 1 - s o l i t a i r e 275 - x i i -2 - incapable de bonheur. 276 3 - aspirant a l'au-dela 277 b - ton du r e c i t : 279 1 - style emotif 279 2 - vision idealisee de 1'existence: ambiance "Nouvelle Helolse": 279 ./ perfection. 279 ./ utopie? 281 ./ attendrissement. 281 c - role de l a nature: 282 1 - nuit 282 2 - vent et pluie 282 C - Heros besusien, n i heros "tragique" n i heros " romantigue ":.. 283 a - explication de son allure tragique 283 b - explication de son allure romantique 283 III-Les structures du rec i t (Iere Partie): L'Invasion du dia- logue • 287 A - Sa naissance 287 B - Sa teneur; le devoilement: 289 a - les trois aspects du devoilement: 289 1 - enseignement de l'aine au cadet 289 2 - conscience morale de 1'autre 290 3 - confession 294 b - dualite de l a personne 295 C - La rencontre 297 D - Le dialogue du regard: 300 a - importance du regard 301 b - expressions du regard 301 c - faculte d 1 observation 303 d -"voyeurisme" 304 e - aspect sartrien 304 E - Conclusion: sens du dialogue 305 - x i i i -\ IV - Ijes structures du rec i t (2e Partie) : Le resserrement des cadres de 1'action 306 A - L'espace: 307 a - economie de l a description:... 307 1 - de l a nature 307 2 - du site 307 3 - differences avec Balzac quant a l a presentation: 307 ./ du l i e u 307 ./ du personnage... 308 b - resserrement de l'espace: 310 1 - quant au l i e u 310 2 - quant au personnage: 310 ./ socialement 311 ./ moralement 311 c - abolition de l'espace: role du narrateur: 312 1 - dans 1'expression de 1' inacessible 312 2 - dans 1'expression de l a simultaneity 313 B - Le temps: 314 a - abolition du temps chronometfique manifestee dans: 314 1 - l a reduction des evenements extirieurs 314 2 - l'unite de temps: 315 ./ integrale. 316 ./ relative 316 b - expansion de l a duree: 317 1 - grace au narrateur: 317 ./ qui presente et commente 318 ./ qui devoile 319 2 - grace au temps psychologique du personnage: .dialogues et monologues 321 - xiv -C - L'intensite dramatique: 322 a - l a concentration des ressorts de 1'action 323 b - le choix d'un personnage en crise 323 c - l'emploi repete du contraste 324 d - l'art du crescendo .... 327 e - l'art de l a surprise: 328 1 - deroute: — . 328 ./ incipits 328 ./ fondus 328 2 - mystere par le suspense 328 D - Conclusion: 330 a - role du symbole 330 b - validite des critiques d'invraisemblance? 332 c - necessite d'interpretation symbolique de l'oeuvre 334 V - Le style. 336 A - Le style des personnages: 336 a - realisme. 336 b - phrase de passionnes 339 B - Le style de l'auteur: 341 a - Roger Besus devant l a critique... 341 b - variete de l a phrase. .- 345 c - vocabulaire heurte 349 d - images: 351 1 - images elaborees 351 2 - l a nature comme source d'images: 355 ./ l a botanique 355 ./ l a zoologie 355 ./ l a mer 357 CONCLUSICN 366 a - L'originalite de Roger Besus 367 b - Quatre representants de 1'Inquietude spirituelle appartenant a l a generation de Roger Besus 383 c - A qui s'adresse Roger Besus? 390 - XV -NOTES ET REFERENCES 395 BIBLIOGRAPHIE 435 APPENDICE 468 - xvi -Je voudrais i c i exprimer ma reconnaissance: - a monsieur Roger Besus qui toujours repondit promptement et genereusement a mes moindres appels. - a. mon directeur de these, monsieur Dominique Baudouin, dont les remarques et conseils, prodigues avec une rare conscience professionnelle , furent determinants dans 1' orientation et 1' acfoeirninement de cette etude. A ma mere qui me su iv i t de l o i n , je dedie ce t rava i l . INTRODUCTION "... ce qui faisait la singularite de mon inspiration : 1'inquietude de l'ame en un monde qui n'avait de souci que le corps..."(Paris-le-Monde, p. 185) - 2 -" L 'inquietude s p i r i t u e l l e " qu'est-ce a d i r e ? Car, a n'en pas douter, l e vague des termes ouvre un e v e n t a i l beaucoup t r o p l a r g e q u i p o u r r a i t i n c l u r e l e reniement d'un Gide, l ' e p i c u r i s m e d'un Camus ou d'un Montherlant, l'atheisme d'un S a r t r e a u s s i b i e n que l e s u r n a t u r e l d'un Bernanos. En une epoque metaphysique ccmme l a c r i t i q u e d e f i n i t unaniment l a n o t r e , on ne raconte p l u s pour r a c o n t e r , e t 1'oeuvre rcmanesque, avec p l u s ou'moins de detours, s'alimente au s e r i e u x du s e u l problSme v a l a b l e , c e l u i de 1'orien-t a t i o n de 1'existence, simple v a r i a n t e de l a q u e s t i o n sur sa f i n a l i t e . S i b i e n que, p a r l e r . d e 1'"inquietude s p i r i t u e l l e " , r e v i e n d r a i t finalement a t r a i t e r de l a " L i t t e r a t u r e " . I I f a u t done p r e c i s e r l e s termes. Par " i n q u i e -tude s p i r i t u e l l e " , nous entendrons 1 ' i n t e r r o g a t i o n d'un homme devant sa c o n d i t i o n , l e s debars moraux d'un e t r e auquel l a p e r s p e c t i v e d e ' l a mort peut p r e t e r des soubresauts de r e v o l t e , mais pour q u i s'est f a i t j o u r l a croyance a une s u r v i e . On v o i t done qu'est e x c l u par l a t o u t un pan de l a l i t t e r a t u r e contemporaine, c e l u i s u r g i du materialisme e t pour l e q u e l l a tombe apporte sans r e m i s s i o n son p o i n t f i n a l . Sous 1'"inquietude s p i r i t u e l l e " a i n s i comprise, 1'inquietude "chretienne", i l v a sans d i r e , trouve une p l a c e b i e n j u s t i f i e e . C'est de c e t t e optique chretienne q u ' i l s ' a g i s s a i t l o r s q u e , dans son H i s t o i r e v i v a n t e de l a l i t t e -- 3 -rature d'aujourd'hui"*", Pierre de Boisdeffre, 3. l a sixi&ne partie de son chapitre cinq, t i t r a i t : "Les Chretiens et le reman," Apr^s avoir presente "J.Cayrol ou l'apologie du publicain", "Un naturaliste Chretien: Luc Estang", "Un rcmancier de l'enfance et du miracle: Gilbert Cesbron", i l annoncait: "Un heritier de Bernanos: Roger Besus." Et c'est a ce dernier, qu'a l a suite d'une premiere i n i t i a t i o n et en raison des echos eveilles par sa 2 lecture, nous avons decide de consacrer les pages qui vont suivre. Nous ne situerons qu'en f i n d'etape Roger Besus par rapport au com-pagnonnage pour ainsi dire horizontal des quatre ecrivains auxquels son nam se trouvait associe par l e critique; et ,pour. l.'heure, nous voudrions plutot retracer l a lignee verticale a 1'aboutissement de laquelle peut se situer notre rcmancier. Bien des oeuvres, et d'horizons tres divers, seraient probablement a cit e r i c i , qu'on ne retrouvera cependant pas car, de meme qu'i l est impossible d'evaluer de facon precise les multiples incidences qui font qu'un temperament est ce q u ' i l est, de meme i l serait vain de vou-l o i r determiner a coup sur l a multitude des influences qui font eclore une pensee. Celle-ci en effet se developpe tout autant sous l a stimulation d'un milieu favorable que par reaction contre une faction adverse. Comment en toute bonne f o i affirmer que Gide ou Simone de Beauvoir n'ont pas provoque l a reflexion de notre auteur, qui sait? autant que Bernanos, mais d'une facon bien sur diametralement opposee? A vouloir dencmbrer exhaustivement les forces qui ont agi sur l u i , on risquerait fort d'achopper au danger de conjectures gratuites. Plus prudent sera de s'en tenir ^  un inventaire moins panoramique et de n'evoquer que les predecesseurs avec lesquels - 4 -Roger Besus presente le plus de resserablance. Certes, on pourrait mentionner Ernest Psichari dont l'appel du desert se prolonge jusque dans l'ecriture de Ceux qui aiment, Francois Mauriac qui s'est attache 1 decrire le mal dans le monde et a dessine en creux 1'image du Chretien, Paul Claudel dont la conversion fut suivie d'une defense passionnee de la foi, Julien Green dont les pages crient l'angoisse laissee chez l'homme par le silence de Dieu; c'est l u i qui note en son journal: "II n'y a jamais que deux types d'humanite que j'aie vraiment bien compris, c'est le mystique et le debauche, parce que tous deux volent aux extremes et cherchent, l'un et 3 1'autre, a sa maniere, 1'absolu." Maxence Van der Meersch, le "Zola 4 Chretien" qui, au contact des masses ouvridres, a nourri sa mystique de la souffranee et de la pauvrete, Daniel Rops qui a incarne le nouveau mal du siecle dans l'Ame obscure, Mort ou est ta victoire? et l'Epee de  feu, :—Andre Therive dont le desespoir meme "touche a une certaine espe-ranee" , l'ambigu et contestable Jouhandeau, Andre Billy qui traita des sujets religieux dans Narthex ou Madame, d'autres encore...Mais comment et a quoi bon les nommer tous? Gependant, dans le choeur de 1'inquietude spirituelle chretienne nous preferons choisir les voix d'un meme registre. C'est d'abord celle de Barbey d'Aurevilly (1808-1889) a qui Roger Besus consacra un essai en 1957. Cet essai, i l devait I'ecrire parce que d'abord, comme l u i , Barbey fut Normand, et comme l u i injustement ignor^. Bien des points communs unissent les deux hommes. Tous deux aiment la femme mais ne sont pas necessairement faits pour s'unir definitivement a elle. Tous deux - 5 -travaillent avec achamement. lis ont milite pour leur foi mais se sont heurtes a 1' inccxtprehension des'milieux catholiques; d'ou leur rude decep-tion^sans toutefois que s'infime leur independance farouche. Tous deux 6 sont nances par "l'appetit de vivre et le tragique de la destinee." Tous deux aiment le Moyen-Age en quoi ils reconnaissent l'epoque des hommes forts, tellement plus favorable a 1"expression de l'absolu que les mediocres temps modernes. Une atmosphere aurevillienne est reperable dans l'oeuvre de Roger Besus: peut-etre inspires par la personne malheureuse de Barbey ("Barbey,savez-vous, n'etait pas heureuxl ") de ncmbreux heros gemissent sous le poids de l'insucces et, decourages, s'adonnent cromme lui a la boisson. La repugnance de Darras (Par un autre Chemin) a croire en la personne divine du Christ n'est-elle pas celle de Barbey? L1 amour du quadragenaire Douriez (Pour 1'Amour) envers la jeune Nicole, celui d'Aubry pour la petite Hafsia (Ceux qui aiment) ne sont pas sans comtune mesure avec les vifs sentiments du septuagenaire Barbey qui s'eprend d'une adolescente juive non encore majeure; ni d'un cote ni de 1'autre ces hommes ne sont ridicules car les differences d'age s'oublient sous l'intensite et la sincerite de leur devotion;----La Normandie, toile de fond chez l'un et 1'autre auteur, n'est qu'un point de depart et bientot prend les dimen-sions de l'universel. Ni l'une ni 1'autre oeuvre enfin ne reculent devant l'audace des situations ou la violence de 1'expression. Elles etourdissent les faibles et vivifient les forts, selon la remarque du chanoine Angers-g Billards a. propos de Ce qui ne meurt pas. Une citation va, en nous reve-lant les preoccupations de Barbey et en nous ihitiant au ton de ses attaques, nous laisser deja entrevoir les soucis de Roger Besus et le style de ses propos. i l s'agit d'un jugement porte sur 1'Exposition de 1855: - 6 -L'adoration du Tres Salnt-Sacrement de l a Matiere, les Quarante Heures de tous les Cochons de volupte et de b ien-§ t re qui s'appellent le XIX.siecle... C'est l a Matiere qui est le Dieu de cette ceremonie religieuse de 1'Industrie,..C'est le Charlatanisrae qui est l e pr§ t re et qui donne l a Benediction.(op.cit., pp.85-86) Naturel coinmun, origine et sens ib i l i te communes, deciderment, les deux hommes etaient fa i t s pour s'entendre! Les paroles que nous venons d'entendre annoncent une seconde voix vibrant aux accents de l a premiere: ce l le de Leon Bloy. (1846-1917). Bien que plus jeune d'une quarantaine d'annees, Bloy fut l 'ami et le d isc ip le de Barbey a qui d 'a i l leurs i l serv i t de secretaire. Au contact de l ' a ine, i l passe d'un anticlericalisme virulent a un catholicisme d'une intolerance fanatique. On est des lors renseigne sur le temperament de ce lu i qui s|af-f icha comme le "Pelerin de 1'absolu,.". Son christianisme, tout rarrasse au-tour du mystere de l a Croix", tourne sur deux axes : d'une part l a souffran-ee sans laquelle l 'acces au surnaturel reste interdi t : "Le Chretien, sans l a souffranee,est un pelerin sans boussole. II n 'arr ivera pas au Calvaire. "Le Paradis terrestre, c 'est l a souffranee, et i l n'y en a pas d'autres, l i t - o n encore /ou bien,sur le meme ton: "Je vois toujours Jesus en agonie, 12 Jesus en Croix, et je ne peux l e vo i r autrement." D'autre part, au moment ou l a classe ouvriere s 'est ecartee de 1'Eglise, Bloy preche l a royaute du pauvre au ncm de l 'Evangile qui a maudit les r iches. Tout en revalorisant les humbles i l ne donne cependant pas dans un pauperisme demagogue, car i l veut une plus equitable repart it ion des biens et se dit"mange par le besoin - 7 -de l a just ice, comme par un dragon affame depuis le deluge.""1""3 L'expression est coloree chez l u i auss i l : Enfin, Bloy s'en prend a l a dechristianisation du monde et surtout l 'hypocris ie du bourgeois qui, sous des al lures r e l i -gieuses, cache une durete et une avidite pafennes. Sa colere monte alors: "Toute ma fameuse violence, e c r i t - i l en explication de son attitude agres-sive, consiste dans une volonte ferme, inebranlable, de c r i e r l 'Evangile a une societe soi-disant chretienne et qui n'en veut plus." Cette hauteur d ' inspirat ion, cette resolution opiniatre et ce style for t appartiendront aussi a Roger Besus. Bien q u ' i l a i t § te poete et polemiste, mais non pas rcmancier, on ne peut passer sous silence l e ncm de Charles Peguy (1873-1914) car son idea l , tres proche de ce lu i de Bloy, n'est pas non plus sans rapport avec ce lu i de Roger Besus. Sa pensee se resume dans les deux mots cles qui, en def in i t ive, ne sont 1'expression que de l a meme vertu: "heroIsme"et "honneur". On ne s'etonne pas des lors q u ' i l se soit interesse a Corneil le q u ' i l a s i bien compris et aime."^ I l a admire le heros mais aussi l a version surnaturelle de c e l u i - c i : l e saint. C'est a ce t i t r e q u ' i l s 'est eleve, ccmme Leon Bloy, contre l a bourgeoisie, classe materialisee par 1'argent, espece batarde n i peuple n i noble, caste i r r i tante des "ames 16 habituees", non susceptibles de grandeur n i de saintete. Peguy, voix f ide le de ce lu i pour qui i l n'y avait qu'une tr istesse qui eta i t de n'etre pas des saints? Sa charite n'exclut pas non plus 1'attitude ferme et v ir i le;mais, a cote de l a douleur et de l a pauvrete a quoi son oeuvre porte temoignage, persiste chez l u i une note optimiste,car son chant s'adresse - 8 -aussi au Christ de majeste, aux saints triomphants et a l a petite f i l l e Esperance. La quatrieme voix qui se fond aux intonations qui l 'ont precedee, est ce l l e , eminemment catholique, de Georges Bernanos (1888-19$8). Avec l u i , le monde devient le terrain oil s1engage le combat des forces du bien et du mal. A 38 ans, i l publie un premier ouvrage dont le seul t i t r e "Sous le So le i l de Satan" montre clairement q u ' i l entend bien fa i re piece au materialiste XXe s iec le qui vo i t , selon l'abbe Menou-Segrais, dans l a v ie interieure " le morne champ de bata i l le des inst incts" et dans l a morale, 17 "une hygiene des sens". I l veut rendre sensibles les deux puissances qui s 'affronterent au premier l i v re de l a Bible: Dieu et satan. C'est pourguoi, le mal occupe une place aussi considerable dans ses remans. Ses imprecations s'adressent au monde moderne qui a delaisse les preceptes des Beatitudes. "Bienheureux les purs", proclamaient-elles; or, l a luxure regne partout et meme sur les ames d'enfants. "Bienheureux les pauvres en espr i t " , disaient-el les encore: or, l a pauvrete est socialement plus honteuse qu'un chancre, et les humbles n'ont dro i t qu'aux derniers bancs des! eglises. "Sinite parvulos venire ad me", avait commande le Christ; or, le s iecle s'emploie non seulement a. r id i cu l i se r Dieu en pietinant les corps et les ames des petits s i proches de Lui mais, plus gravement encore, a tuer 1'"esprit d'enfance" par les robots de l a mechanisation industr ie l le . De ces crimes, les "bien-pensants", les "imbeciles", ont pr is leur par t i , les acceptant lachement cemme al lant de so i . En face de ces demissionnaires, seuls les saints se dressent, pauvres § t re s sans r e l i e f humain, generalement des - 9 -pretres, ayant opte pour'-la f o l i e de l a Croix et dont l a v ie s ' i dent i f i e a ce l le du Sauveur, partageant avec Lui l a nuit de Gefrseroani, l a tentation du desespoir et enfin le martyre., Mauriac aussi a mis en presence les bons et les mauvais, mais le contraste est l o in d'etre aussi marque. P.H.Simon l ' a observe et note en une tres heureuse formule: Mors que les Chretiens de Mauriac, e c r i t - i l , paraissent le plus souvent suspendus entre les joies paisibles de l a vie devote et les pauvres delices de l'impurete charnelle, ceux de Bernanos osc i l lent , avec une autre amplitude, entre le bonheur parfa i t de l a saintete et le malheur irremediable des reprouves. (op.cit.,pp.94-95) "Bonheur parfait de l a saintete", oui, car Bernanos, en face des tenebres du Vendredi Saint, nous laisse aussi entrevoir l a joie pascale chez Chantal de Clergerie ou dans le "Tout est grace" f i na l du cure d'Ambricourt. Et puis, f r u i t du calvaire et de l a souffranee des Chretiens, l a ccranunion des Saints opere ses mysterieux echanges quand le mal devient trop rude ou l a faiblesse trop grande, et la isse percer une lueur d'esperance. Avec Barbey, Bloy,Peguy ou Bernanos, les yeux se portent sur l 'Absolu et le doigt s 'agite sous l a colere prophetique. C'est sur ce fond rendu que s ' i n s c r i t l'oeuvre de Roger Besus. Mais d'abord qui est !'homme? II nait le 18 Janvier 1915 a Bayeux dans le Calvados au l i eu de Paris ou s 'etaient maries un an plus tot ses parents. A l a declaration de guerre en ef fet , l a mere, lingere de profession-, se retrouve seule et retourne au domicile paternel ou e l l e peut recevoir un peu d'appui. Le pere, que 1'enfant ne - 10 -connaxtra jamais, rejoint le front et mourra a l a bata i l le de Verdun. Les premieres annees sont dures. La mire se remarie a un artisan cordonnier qui t rava i l lera un temps a Bayeux'avant de se f ixer definitivement au Havre. C'est dans cette v i l l e que se passera 1'adolescence. Le jeune 18 Roger, "bon pet i t gars", inte l l i gent et t ravai l leur, s 1applique aux diverses discipl ines imposees par l 'ecole et reussit egalement en toutes. II i r a jusqu'au brevet superieur. Suivant le conseil d'un professeur, i l prepare le concours d'Ingenieurs des Travaux Publics. L ' inst inct combatif du Capricorne se manifeste: bien qu'on envisage, vu les d i f f i cu l tes de l ' e -poque(nous sommes dans les annees 30), un abaissement considerable dans le taux des admissions, i l decide q u ' i l sera recu. Tout en travai l lant comme dessinateur a. l a gare maritime du Havre, i l prepare d'arrache-pied le con-cours par correspondance, decroche l a huitieme place et devient ingenieur des ponts et chaussees. Mais 1'effort a ete violent et le surmenage entraine une affection pulmonaire qui vaut au^une homme un pneumothorax. Eclate l a seconds guerre mondiale. Le convalescent ne part i ra pas mais sera affecte au port de Fecamp dont, en 1940, i l se vo i t attribuer l a direction; experience inestimable pour le futur romancier qui se trouve mis en presence de groupes sociaux varies et exerce sur eux son observation. Dans ses l o i -s i r s i l dessine et execute des aquarelles. Tentera- t - i l l ' a r t de l a peinture a l 'hui le? Non, car l a passion des etres le gouverne et i l opte pour l a l i t -terature . Deja i l a ecr i t guelques poemes. Mais l e roman 1 'att i re, qui l u i permettra d'explorer son monde inter ieur. En 1941, les Allemands ont envahi l a Russie et arrivent vainqueurs sous Moscou. Le 2 decembre, pour se del ivrer de ce cauchemar, Roger Besus, u t i l i sant des souvenirs anterieurs qui le - 11 -hantaient naguSre dans sa chambre de malade, compose l a premiere page d'Un Homme pour r ien et de ce jour, i l ne cessera d 'ecr i re . Conscient du tonique que peut apporter une affection feminine, Roger Besus se marie. Son education chretienne a et.e jusque l a ce l le du catechisme. A 12 ans i l a f a i t l a communion solennelle sans ferveur speciale, puis l a pratique religieuse s 'est peu a. peu relachee. Cependant, toujours,reste profondement ancre en l u i le concept moral du bien et du mal qui l u i a ete def in i par 1'Eglise. Eclate un drame fami l ia l qui le bouleverse, engage toute sa ref lexion, et le ramene au catholicisme dont a v ra i d ire i l n 'avait jamais ete tres l o in . La notion du peche se precise en l u i , et l a l icence des moeurs l u i f a i t prendre l a defense de 1'Eglise q u ' i l voudrait vo i r rester garante des valeurs. Deja La Vie au serieux re f l e t a i t ce souci. Mais c 'est surtout avec Get Homme qui vous aimait ou le heros est pretre, q u ' i l approfondit sa f o i et commence sa croisade. Un l i v re de Marius Grout q u ' i l 19 juge incomplet, l u i en a inspire l e sujet. Malheureusement, le mil ieu c l e r i c a l ne f a i t pas a l'ouvrage l ' accue i l espere. Suit Le Refus congu avec le meme etat d 'espr i t , dans lequel on reconnut un veritable talent. Louis  Brancourt, qui voulait exalter l a soutane en un moment ou de partout ron l'abandonnait, rencontra une totale incomprehension. L'energie a beau puiser S une reserve etonnante, le moral est atteint. "Le decouragement m'accable , ec r i t Roger Besus a Jean de Fabregues, directeur de La France Catholique, mais je devrais le dissimuler car i l sera aussi mal compris que l ' a ete mon l i v r e * La blessure est profonde, car l ' ecr i ture , qui 1'engage totalement, n'est pas un jeu chez l u i . Alors, l a question fondamentale surgit: "Voyez-- 12 -vous, continue l 'auteur, je me demande s i beaucoup de catholiques, meritent qu'on a i t souci d'eux en ayant souci du monde ou i l s vivent. Ce pauvre 21 Brancourt est mort pour r i en . " Depuis 1955, annee de Louis Brancourt et date charniere dans 1'evolution sp i r i tue l le de l 'auteur, l a reponse a cette question s 'est peu § peu precisee; s i bien que, onze ans apres cette epreuve traumatisante, i l ecr iva i t : Qu'un l i v re "tombe a p la t " , camme on d i t , en general ce n'est pas autrement grave. Cependant, ce reman n 'eta i t pas pour moi un reman cemme d'autres, i l e ta i t moins "gratuit" encore. Je l 'avais ec r i t , j 'ose le d i re, de toute l a fougue de mon ame. Q u ' i l n ' a i t pas ete plus generalement regu par ceux qui eussent du en comprendre l a s igni f icat ion profonde, me f i t plus ou moins consciemment me demander s i j 'appar-tenais bien a leur communaute. Ce fut pour moi le debut d'un processus de decathol ic i -sation depuis accompli, (ibid.,p.59) Neanmoins, l a passion de servir l a re l ig ion se manifeste encore dans Le  Scandale ou un ecrivain compense par ses ecr i t s de haute teneur les f a i -blesses de sa conduite privee. Les Abandonnes peut etre considere cemme le dernier ouvrage catholique de l 'auteur. Des lors ce lu i - e i va demander a d'autres sources de pourvoir a ses besoins de sp i r i tue l . Aussi est-ce l a Poesie qui sera le ferment dans Un Temoin. Le heros de Par un autre Chemin, pretre defroque, mourra sans revenir a l ' Eg l i se q u ' i l a quittee, mais gardera entiere sa f o i en Dieu avec qui i l se sent pleinement en paix. Ceux qui aiment celebre l a mystique - 13 -du desert.. Dans Paris-le-Monde, le porteur du sp i r i tue l est un temoin de Jehovah tout vibrant d'une ferveur ardente. Pour 1'Amour presente 1'amour comme principe salvateur car Douriez, par l a puissance de son sentiment, arrache Nicole S l a vulgarite ,et, le saisissement que provoque 1'amour ains i que 1'elevation q u ' i l impose, laissent entrevoir le sacre de 1'Amour. Un peu en marge de 1'esprit des autres ouvrages, La Couleur du gris venge l 'auteur de n 1 avoir pu beneficier au cours de son adolescence des conseils d'un .Maitre: Le Morvan des Abaridonnes reparalt et, par 1'autorite de son experience,redresse les maladresses du jeune Godel. Quelque nostalgie et regret de celui qui eut beaucoup partage avec ses cadets s ' i l eut chois i l a carriere enseignante, teintent Le Maitre qui reprend marginalement le theme de La Couleur du gr i s . Mais l 'essent ie l du l i v re repose a i l leurs : emu par le temoignage d'Alain sur son maitre Lagneau, l 'auteur a voulu proner l a culture du " sp i r i tue l " pr i s au sens rel igieux, par le developpe-ment de l a faculte inte l lectuel le de 1'esprit. Dans Comprenne qui pourra, c 'est l ' A r t (en 1'occurrence l a peinture), qui commande l a passion des etres et se propose comme bequil le de v ie . Deuxieme panneau de triptyque commence avec Le Maitre, vient ensuite France-Derniere qui nous projette une vis ion idealisante de 1'esprit en action, dans ce qu'aurait pu etre l a real isat ion de 1'Europe unie s i l a France eut ecoute un premier elan de generosite et donne corps a . ce projet grandiose capable d'exalter les plus nobles sentiments du coeur humain. Dans 1'Unique Semence qui ferme l a t r i -logie, on revient au savoir pour le savoir par l e b ia is de l a philosophie, tremplin d'acces a l a Transcendance. - 14 -S i l 'on ramdne a ses grandes lignes l'aventure in te l lectue l le de l 'auteur, on peut dire que, considerees dans leur ensemble, les intentions de ce dernier relevent toutes de l a meme volonte: redresser l a barre d'un monde deboussole dont les etourdissements violents et les degradations entre-tenues prouvent q u ' i l a perdu sa vraie raison de vivre, et l u i redonner f o i en le fixant sur les valeurs durables. On peut dire encore que dans cette meme et unique entreprise de reeducation, deux orientations se font nette-ment jour: esperant trouver l a partenaire forte capable de raccrocher l a planete a l ' ent i te superieure de plus en plus negligee et de plus en plus floue, Roger Besus s 'est tourne instinctivement vers l 'Eg l i se dont ses premiers ecr i t s , de La Vie au serieux aux Abandonnes (on exclut Un Homme  pour r ien d'ou l'angoisse metaphysique eta i t absente) veulent etre 1'exal-tat ion. A ins i e l l e deviendrait le phare qui i l lumine, denonce les passes d i f f i c i l e s et f a i t eviter les ecueils. Mais l ' a l l i e e presumee n 'eta i t pas a l a hauteur. Quand le navire coule, point n'est le temps cependant d 'er -goter sur les modalites de salut. On ne le comprit pas. Des lors , ignorant ce l le qui l ' ava i t abandonne, l 'auteur sut q u ' i l devait s o l l i c i t e r de ses contemporains leur propre i n i t i a t i ve en leur demandant de se rattacher a Dieu directement et sans intermexiiaire (Par un autre Chemin, Ceux qui aiment) :, ou plus modestement par le b ia is d'une confession autre que catholique (Paris-le-Monde), pari 1'entremise enf in de leurs facultes artist iques (Un Temoin, Ccmprenrie qui pourra), emotives (Pour 1'Amour), ou inte l lectuel les (La Cculeur du gr i s , Le Maitre, Frahc^-Derniere, 1'Unique Sentence). - 15 -Par 1'Unique Sentence se c lot provisoirement une oeuvre romanesque qui s/etale sur vingt-sept annees et i. laquelle s'ajoutent une piece de theatre, Savonarole , des etudes sur les ecrivains Cornei l le, Chateaubriand, Flaubert, Barbey d'Aurevi l ly, Proust; sur les penseurs Proudhon, Ala in, Jean Guitton; sur les crit iques Jean Roussel, Pierre-Henri Simon, Jacques Vier, des reflexions diverses enf in, surgies de circonstances personnelles. Oeu-vre provisoirement close disons-nous, car a l'heure ou nous ecrivons ces l ignes, nous apprenohs que Pourquoi pas? , deja sous presse, sera l e d ix-huitieme roman de Roger Besus, et que, malgre l a presidence du Syndicat des Ecrivains qui vient de l u i echoir et de s'ajouter a ses carrieres d'ingenieur et d 'ecr iva in, c e l u i - c i s 1apprete a affronter a nouveau la. page blanche! Une production aussi soutenue devait s'honorer de quelques pr ix l i t t e -ra i res. En 1954 l 'auteur d'Un Homme pour r ien , du Refus et de Cet Homme  qui vous aimait se vo i t decerner un pr ix de l i t terature par l'Academie de Rouen. La publication du Maitre en 1968 l u i vaut le prix de l'Academie de Bretagne. Peut s'en f a l l u t q u ' i l n'obtint le prix Goncourt a l a sortie de France-Derniere en 1971 car son ncm f igura i t parmi les dix candidats admis a concourir. II ne fut pas retenu mais l'echec eta i t f lat teur. En 1972 enfin le Grand Prix de l a Societe des Gens de Lettres v int couronner 1'ensemble de 1'oeuvre. Tres v i te Roger Besus a ete remarque par l a cr it ique dont chacun de ses remans continue a. susciter les reactions. De grands noms se sont manifes-tes pour apprecier t e l l e ou t e l l e oeuvre pa r t i cu l i i r e . Citons entre plusieurs - 16 -ceux d'Andre Rousseau x et d'Albert Beguin a 1' occasion du Ref us, ou ce lu i de Nelly Cormeau lorsque sortirent Les Abandonnes• D'autres cr i t iques, profitant de l a presentation du reman qui venait d ' § t re publie, ajoutaient a leur ccrnmentaire une retrospective evoquant les ouvrages anterieurs, retracant l ' i t i ne ra i re de l 'auteur, et portant sur l u i un jugement plus etendu. Parmi ceux-ci i l faut mentionner R.M.Alberes qui f a i t une place 22 § Roger Besus dans le Dictionnaire de Litterature Contemporaine et dans 23 son Roman d'aujourd'hui (1960-1970) , rend compte de toute l'oeuvre a 24 1'exception des tro is derniers romans, Pierre de Boisdeffre dont 1'ana-lyse va jusqu'aux Abandonnes, Pierre Cogny dont le regard penetrant s'exerce depuis Un Homme pour r ien jusqu'a Par un autre Cheitiin, Charles-26 Henri Reymont qui s 'arrete au Scandale, J.Valguy qui cotimentera en 27 plus Les Abandonnes, Spire Pitou, Americaxn, dont 1 'art ic le,publ ie 28 dans Books Abroad en 1963, ne t ra i tera que jusqu'au Scandale, Jacques Vier qui nous presence deux comptes-rendus dont l 'un s'etend jusqu'a Par un 29 autre.Chemin, et 1'autre, reprenant le premier, le prolonge jusqu'a Paris-30 le-Monde. Mais, par les etudes successives q u ' i l produit depuis, lorsque parait un nouveau roman, on peut aussi le classer parmi ces crit iques qui ont pris 1 tache de suivre l 'auteur pour fa i re etat de chacune de ses crea-tions et dont les rapports, ajoutes l 'un a . 1'autre, fourniraient une docu-mentation de premiere valeur. Parmi ces derniers, penso ns § Liicien Guissard, Philippe Senart, Clement Borgal, Alain Palante et en part icu l ier au regrette P-H.Simon dont le Monde publ ia i t les pages l i t t e ra i re s . - 17 -Tous ces ncms alignes pourraient porter a croire que Roger Besus suscite un prodigieux interet dans ; le monde l i t t e r a i r e . La rea l i te est curieusement tout autre. Son reman t i r e peu, son public est restreint et l a cr it ique qui l ' ava i t pourtant decouvert et loue, le boude. Un organi-gramme montrerait aisement: que toute ideologie contraire a. l a sienne 1'ignore,—-que ces coraientateurs les plus proches par 1'esprit, lo r squ ' i l s 31 n' ironisent pas regrettablement sur son sty le, s'attardent aux defauts de l a forme au l i eu d'apprecier le souffle qui inspire le fond. Tant de fadeurs, d'hermetismes ou d'obscenites prennent aujourd'hui l a vedette (et au nam de quelle raison profonde?) que les efforts d'un rcmancier serieux s'attaquant aux problemes fonciers de 1'existence nous ont paru meriter attention et labeur soutenus. De plus, cemme on a pu s'en rendre compte, l a cr it ique s'interessant a Roger Besus, quelques i n tu i t i f s et extensifs que fussent ses travaux, par 1'aspect tronque ou disperse de ceux-ci, l a i s sa i t l a place a une entreprise qui, s'appuyant sur eux, les depasserait pour arr iver a une presentation groupee et plus complete d'un ecrivain digne de reconnaissance. Ce sont l a a l a fo is les deux motifs et 1'ambition de cette monographie. Ce t rava i l done, qui devait etre le premier a presenter une vue globale d'une oeuvre etudiee jusqu'alors de facon sporadique, o f f r a i t un double dan-ger: on r isquait de pecher par exces ou par defaut. En voulant etre exhaus-t i f , on pouvait en arr iver a un resultat grimagant et indigeste a force de surcharge. Si d'autre part on ne songeait q u ' i l a concision, peut-etre 1'esprit ne trouverait--i l pas son cempte dans les reponses par trop succinctes - 18 -apportees aux questions posees? Nous avons tente d 'eviter les deux ecueils en adoptant un moyen terme nous permettant certes l a vue cavaliere, mais sans prejudice de certains gros plans lorsque le besoin s'en fera i t sentir. Clest a ins i que, renoncant assez v i te a l a methode analytique qui, abordant les divers remans dans un ordre chronologique, aurait cependant eu le merite, en exposant les apports successifs, de souligner davantage 1'evolution d'une ame, nous avons prefere l a synthase qui fera i t ressort i r les structures d'une pensee sans pour cela interdire de signaler comment cette derniere avait pu se chercher et se preciser avec le temps. Des lors nous resta i t de chois ir les centres d ' interet autour desquels a l la ient progresser nos recherches. Plus nous avancions dans nos lectures, plus ceux-la devenaient nombreux. Les t i t re s de fiches se mult ipl ia ient: Dieu, 1'Eglise, le pretre, l a f o i , l a transcendance, 1'absolu, le peche,la souffranee, l a femme, 1'amour, l'enfance, l a violence, Besus et son temps, Besus et l a nu i t . . . I l f a l l a i t organiser; et le plan a surgi comme naturel le-ment de 1'oeuvre elle-meme; car plus nous a l l ions de l'avant et plus aussi nous apparaissait l 'essent ie l du message; reprise diversement selon les situations variees dans lesquelles e l l e s ' insera i t , modifiee d'apres les differences epoques ou e l l e eta i t abordee, toujours l a meme preoccupation re fa i sa i t surface: s i Roger Besus ecr iva i t c ' e ta i t sous l'urgence de proble-mes metaphysiques auxquels, l u i , continait a donner une solution surnaturelle, tandis que, partout a i l leurs , le monde sombrait dans l a f u t i l i t e , sous le regard pusillanime et quelquefois complice de 1'Eglise. S i bien que, quelque point de vue que l 'on retienne, i l ne pouvait forcement s ' in scr i re - 19 -que dans un contexte "rel lgieux, ce dernier terme etant pr i s , indiquons-le v i te , dans son sens le moins e t ro i t . A ins i nos tro is premiers chapitres, qui se presentent globalement comme 1'actualisation de l a societe ideale t e l l e que les besoins essentiels q u ' i l percoit en l'homme l a font entrevoir a l 'auteur, fera ient - i l s figure , abordes separement, de tro is moments dans 1'expression d'un theme central, semblables et differents 3 l a fo i s cemme tro i s visees distinctes sur l a meme rea l i te ou comme tro is cercles concentriques issus du meme choc i n i t i a l sur l a nappe l iquide. Dans l a construction de ce monde souhaite, un person-nage se detache, y occupant une place pr iv i leg iee par son caractere sacre et son role de premier plan, c 'est le pretre. Nous reservant pour plus tard de tracer un portra it plus theorique de ce dernier, nous montrerons dans un premier chapitre 1'image concrete du "vrai pretre" t e l que l 'ont i l l u s t r e plusieurs des remans de l 'auteur, et tout specialement ce lu i dont le sacerdoce devient le sujet pr inc ipa l . Nous ecarterons deliberement i c i ses evocations passageres a ins i que les exemples d'un sacerdoce deforme. L'abbe Haugard (Le Scandale) retiendra un moment notre attention, mais l ' i n te re t se portera rapidement sur le cure de Gretigny, l'abbe Annebault, protaganiste de Get Hatroe qui vous aimait. En suivant ce dernier dans les deplacements que requiert le service de sa paroisse, nous assisterons non seulement aux epreuves externes auxquelles s'expose necessairement l 'apotre authentique, mais aussi a l a lutte intime de ce lu i qui, sur un fond partage de qualites et de defauts humains, se f a i t violence pour la isser prendre en l u i l a greffe d'une personnalite divine. Cette rencontre du c i e l et de l a - 20 -terre (quand i l ne s 'agit pas de 1 'enfer), un autre romancier nous 1 'avait f a i t vivre quelques annees plus tot de facon fulgurante en ecrivant Sous  le So le i l de Satan ou Le Journal d'un cure de campagne. C'est pourquoi le pr§ t re de Roger Besus exigeait avec le pretre de Bernanos une comparaison que nous l u i avons apportee. Apres nous etre arrete au personnage central (du moins apparaissa it - i l t e l dans les premiers ecrits) de l a societe conforme aux voeux de l 'auteur, nous passerons dans un deuxieme chapitre a. l a question plus generale de l a re l ig ion. C'est l a principalement que nous entendrons parmi les voix des nombreux heros, ce l le dominante de Louis Brancourt denoncer un etat de f a i t angoissant et jeter l'anatheme contre 1'Eglise demissionnaire qui pactise avec le s iec le, et contre l a co l l ec t i v i te humaine qui n'a plus de desir que temporel: trahison qui vaut a. l'une et a .1'autre leur abandon par Dieu. En face de ce tableau alarmant, nous etablirons, a 1'inverse, ce que devrait etre l a veritable re l i g ion, avec son Dieu majestueux et souverain de l 'Ancien Testament, une Eglise forte et intransigeante dans sa f o i comme dans ses mceurs, un homme enfin, assure de son origine et de sa f i na l i t e divines. Mais cet homme qui, malgre ces croyances profondes, se t ient nean-moins en marge de l'orthodoxie catholique, nous le nommerons "l'Hcmo Rel ig io-sus" et non pas "1'homme rel ig ieux"; car, plus axe sur l a purete et l a cha-r i t e , l a v ie sacramentelle ne figure qu'en arriere-plan dans l a hierarchie de ses reconstituants sp i r i tue ls , s i tant est qu 'e l le trouve chez l u i l i eu et temps de s'exprimer. Cette appellation qui,par son vague meme,veut marquer l a distance prise par rapport au dogme remain,aura par a i l leurs l'avantage de reunir sous e l l e non seulement ceux, tres rares, en tous points fideTes - 21 -a l a doctxine o f f i c i e l l e , mais aussi le vaste ensemble que nous grouperons sous le nam de "l'hcmme besusien". C'est en effet "l'hcmme besusien" qui interessera notre troisieme cha-p i tre oil nous viserons £ mettre en evidence les signes d i s t inc t i f s de l ' e t re humain cree par Roger Besus. Nous ferons l'examen de ses attitudes physi-ques, morales ou sociales et nous decouvrirons les sources auxquelles puise son action. Ce faisant, nous constaterons que s i l 'on peut noter une desaf-fection croissante v is -a-v is de l 'Eg l i se, et au contraire un interet montant a l 'egard de l'homme, ce changement n'est en r ien motive par 1 ' indifference religieuse mais seulement par l a f o i d'un voyant qui donne l ' a le r te et cr ie a tous ses freres: "Ne comptez plus sur ce l le qui avait pour mission de vous d ir iger sur l a voie du salut; l a maladie a eu raison d ' e l l e et a affecte son jugement. Desormais, prenez en mains vos propres destinees sp i r i tue l les . " II n'y a done pas coupure entre le pretre, "l'Homo Religiosus" et"l'hamme besusien", mais un simple deplacement des pouvoirs ccxtimande par l a v is ion lucide du prophete. Cemme pour le prophete qui participe de deux mondes, ce lu i des hommes parmi lesquels i l v i t et sur lesquels i l veut agir, et ce lu i dont i l t ient son autorite morale, Roger Besus s ' i n s c r i t dans le "hie et nunc" de 1'exis-tence mais i l sa i t de plus que c e l l e - c i n'est pas fermee. I l appartient a l a terre,dans laquelle on l u i sent de solides racines, mais LM n'est pas toute sa demeure car le c i e l aussi le s o l l i c i t e de facon instance. Cette tension entre ces deux appels presidera a. l a demarche de notre quatri&ne - 22 -et dernier chapitre qui, dans une etude technique du reman besusien, s 'efforcera de rendre patente 1'opposition entre les dons real istes et l a puissance visionnaire de l ' ecr iva in . S i , par certains c6tes, le monde q u ' i l decr it semble § t re 1'image de ce lu i dans lequel nous vivons, i l nous apparaltra bient6t, en nous penchant plus attentivement sur les structures du rec i t , q u ' i l s'en eloigne radicalement. Le style enfin, en constante balance entre le concret et l ' abstra i t , le tangible et le reve, 1'apparent et 1 ' invis ib le, l a rea l i te et l a v i s ion, viendra §. son tour s'harmoniser avec l a dualite du personnage et temoigner par l a meme de 1'union intime de l a forme et du fond. Ains i done notre etude qui se terminera sur l a technique de composi-t ion du reman, se proposera d'abord de mettre en lumiere l a v is ion du monde qui s 'y trouve contenue. Pour ce fa i re , t ro is etapes nous paraitront ne-cessaires qui suivront une logique interne dictee par 1'oeuvre elle-meme. Passant de l a " re l ig ion" (vue en premier l i eu dans le "vrai pretre" puis, plus largement, sous son aspect theorique) a"l'homme besusien", nous ne ferons que modeler notre acheminement sur l ' i t i n e r a i r e sp i r i tue l de l 'auteur. - 23 -CHAPITRE I LE VRAI PRETRE "Mais ce qui m'a surpris, c 'est d'avoir pr is connaissanee tout ensemble de ma solitude et de l a rudesse de ma tache." (Cet Homme Qui Vous Aimait, p.112) 2k -Puisque 1"apparition de Roger Besus dans l a l i t terature de"l ' inquietu^ de sp i r i tue l le " a ete saluee comme la venue d'un "her i t ier authentique de Bernanos""'", et puisque Roger Besus lui-meme a voulu, au debut de sa car-r iere d 'ecr ivain fa i re oeuvre apologetique, i l convient tout naturellement de commencer cette etude par un chapitre sur le pretre. Ce n'est pas moins d'une dizaine de figures sacerdotales que nous ren-controns au f i l des dix-sept romans publies a ce jour. Disons tout de suite que deux types s 'y distinguent: le pretre que l 'on pourrait appeler t r ad i -t ionnel, c 'est -a-d ire ce lu i qu'ont mis en scene les biographies pieuses, d'un Vincent de Paul, d'un Pere Chevrier et d'un Cure d'Ars, ou tout sim-plement ce lu i qui vient immediatement a 1'esprit lorsque, a l a suite de ce dernier surtout, on parle du "bon cure ou v ica i re de paroisse"; pour tout d ire, ce lu i qui reste f idele a 1'image du sacerdoce que nous laisse depuis un s iec le le meilleur du clerge frangais, — et le pretre d'avant-garde qui veut a tout prix adapter a son epoque les real i tes religieuses. I l faudrait aussi ajouter le personnage du pretre de choc car, ayant chois i pour.t i tre " le vra i pretre" nous avons voulu indiquer que Roger Besus n'entend pas g l o r i f i e r sans d ist inct ion tous l e s c l e r c s a qui l'eveque a transmis les pouvoirs du Christ, mais que, parmi eux, i l a f a i t un choix, et q u ' i l pre-tend i l l u s t r e r un sacerdoce bien de f in i . C'est a ce dernier que nous vou-lons nous consacrer uniquement i c i . Sur ce sacerdoce, un retour sera f a i t ulterieurement pour le preciser d'une facon theorique mais, dans ce pre-mier chapitre, c 'est le pretre " a 1'action", qui va retenir 1'attention. A l ' i n ter ieur de cette premiere selection, nous avons precede a un resser-rement suppleraentaire. Auraient pu etre evoques l'abbe Lefebvre de La Cou- leur du gr is , l'abbe Cambremer ou 1'humble v ica ire des Abandonnes, mais i l s n'apparaissaient semme toute que par accident. Moins fug i t i f eut et§ le pretre de Par un autre Chemin, l'abbe Drouville, cure de Blaie, son long tete-a-tete avec un ex-confrere, Darras, nous ayant permis d'en pren-dre une connaissance assez complete au physique et au moral. Mais nous avons juge preferable de centrer notre analyse sur les personnages de l'ab-be Haugard et de l'abbe Annebault que leur auteur a particulierement elabo-res et par lesquels i l a f a i t amplement passer sa vis ion du sacerdoce. 2 -Puisque cette vis ion s 'est trouvee rattachee par l a cr i t ique a une tradit ion, notre t rava i l ne pouvait s 'arreter l a et appelait une comparai-son. C'est a ins i qu'apres avoir f a i t ressort i r 1'image de deux pretres be-susiens, nous l a confronterons a ce l le du pretre bernanosien pour voir com-ment e l l e s'en rapproche et comment e l l e en d i f fere. - 26 -Dans Le Scandale, le personnage de l'abbe Haugard est bat i sur le con-traste de l a faiblesse et de l a force. Rien de bien reluisant dans le don-ne naturel: son origine n'est pas tres bien definie, vraisemblablement issu d'une l ia ison entre sa mere, morte aujourd'hui, et le Dr. Arnaud, heros degenere d'un l i v re anterieur, Le Ref us. Cette question, de lo in en lo in , revient a son esprit et prend, certains soirs, l a forme de 1'obsession car i l ne peut y donner de reponse. II n'en impose pas par son exterieur: pet i t , f re le et les dents grises. I l va sans dire q u ' i l ne f a i t guere le poids devant l a figure autoritaire de Juste, l a grande et r igide secretai -re de l ' ecr iva in Herve Mauny. La premiere fois qu 'e l le se trouve en pre-sence du pretre, l e tableau inattendu l u i arrache le r i r e . Son patron s ' £ t a i t entretenu longuement,la ve i l le , avec ce jeune cure des Plaignes, et l a conversation avait la i sse dans son ame de pecheur beaucoup d'inquietude. Juste a de l a peine a reprendre son serieux et pense que son patron devait 3 etre au plus bas pour s 'etre laisse impressionner par cet "avorton". La sante n'est pas specialement bonne; l'abbe eta i t sujet a des crises ner-veuses l o r squ ' i l eta i t au seminaire. A l a f i n des journees de fatigue et de tension extremes ces crises reviendront et le mettront dans un etat d'agitation febr i le accompagnee de moiteur, et de gouttes de sueur qui l u i tomberont du front. En somme, chez l u i , " 1'homme compte s i peu" comme le 4 -l u i d i ra Mauny. Sur le plan des relations humaines, l'abbe Haugard est tres cord ia l , et Juste est tout de suite frappee par l a chaleur de son accuei l . Cependant d'un naturel affable, son souci d'autrui va trop lo in , qui le pousse a 27. -grandir a ses yeux l'inportance de 1 ' interlocuteur et a rabaisser ses propres merites. Lorsqu ' i l se presents cemme le cure de l a paroisse des Plaignes, le t i t r e 1'amuse et cemme pour s'excuser de sa temerite, i l ajoute que son apostolat s'exerce sur une etendue fort reduite et que de toute f a -con le doyen n'est pas s i l o in s i quelque aide est necessaire. L'abbe Hau-gard a l a t imidite du pauvre et l 'abord des gens le rend gauche. Devant Therese i l ote son beret dans un geste d 'ecol ier. I l apprehende affreuse-ment l a v i s i t e q u ' i l doit fa i re chez Herve Mauny. Cet auteur prise mais ambigu le gene, le glace meme et i l se prend a trembler en l u i parlant. Ses doigts se tordent, se croisent et se decroisent. Ses mains tournent sur elles-memes ou s'agrippent par-dessus l a soutane a un genou nerveux. Aussi est-ce moins le pretre qui apparait d'abord a Mauny, que le "jeune hemme" mal a l ' a i se dans un cadre qui n'est pas le s ien. Therese, toute pleine d'affection et de deference pour son cure, pense neanmoins q u ' i l manque de maturite, nourrit des chimeres et presents une o r e i l l e trop f a -c i l e a l a p i t i e . Pour Juste, beaucoup plus cavaliere, i l n'est qu'un gamin qu 'e l le cemmandera d 'a i l leurs sans menagement un soir q u ' i l se trouvera en detresse. A une sante frag i le et a des attitudes mal assurees, l 'abbi Haugard a l l i e un temperament inguiet sur lequel vient battre l a tentation. La chair l e la i sse generalement en paix. I l peut avoir un fa ib le pour Therese, qui, lorsqu 'e l le enseigne le catechisme, le trouble par son corsage, mais cela ne va pas jusqu'a l a convoitise. Bien plus fortes sont les exigences de 1'esprit qui l u i inspirent le desir de l a connaissance systematique du - 28 -bien et du mal jusqu'a leur contact intime seul capable de sat i s fa i re son intel l igence. Herve Mauny est inf luent, tres apprecie de ses lecteurs et idolatre par secretaire, servantes ou autres femmes dont i l s 'est en-toures de pres ou de l o in . Sur tout ce monde i l exerce un ascendant i n -conteste et cec i , malgre sa v ie privee scandaleuse. Ou pu i s e - t - i l done les verites q u ' i l proclame et 1'assurance qui 1'accompagne? Ne serait-ce pas 1'experience complete de l a v ie , dans le commerce du bien comme du mal? II est d i f f i c i l e de savoir quelle est l a volonte de Dieu, d i t un soir l'abbe, de savoir ce q u ' i l veut de certains hammes. Rappelons-nous St.Augustin. Pen-dant des annees, i l fut asservi a l a bete, pendant des annees i l adhera a l 'heresie, or n 'etait -ce pas l a le desir de Dieu? Y e u t - i l ensuite un docteur plus eff icace dans l a controverse, et qui sut mieux que l u i de quoi i l par la it? Acquiert-on l a connaissance de l 'erreur sans participation a l 'erreur, sans un pacte, au moins provisoire, avec el le? (Le Scandale, p.82) Le terrain est favorable et Juste n'aura plus qu'a jeter son abondante i -vraie: Apprenez d'abord a vivre'. reprend l a secretaire , l a voix plus breve, devenez adulte, apres vous saurez! N'avez-vous jamais pense qu1Herve Mauny savait, sur tout ce qui rampe i c i bas, davantage que vous? Et sur Dieu, pour l 'essent ie l , pour ce qui ccmpte dans l a v ie , a peu pres autant? Done, quand i l s 'ag i t des femmes! Or, vo i l a bien votre preoccupation a son en-droit , n'est-ce pas? Avec cela que leur nombre revele chez l u i , selon les petits esprits actuels, un orgueil sans bornes...Monsieur l e Cure, ne vous tenez plus en face de l u i tant que vous manquerez d'experience, tant que vous resterez un enfant incapable de vivre l e peche. Vivre le peche vo i l a son courage! (op. c i t . , p.134) - 29 -Ces invectives sans mesure vont fa i re leur chemin. Toute l a journee e l les resonneront dans 1'esprit du pretre; e l les s'agiteront en l u i et l 'obse-deront, accumulant jusqu'a 1'evidence l a ver ite de leur teneur. Le soir, apres des heures de tourmente interieure, l'abbe s'enfonce dans l a nuit. Sa resolution est prise. La provocante et satanique Juste est part ie. A defaut de cette preceptrice ideale, c 'est a Therese q u ' i l ordonnera de l u i dess i l ler les yeux l u i demandant de l u i raconter ses peches: Therese'. Dieu vous a place l a pour que je sache, que je sache le Mal, un certain mal, que j ' en fasse 1'expe-rience , que je le vive. Vous parl iez de v ivre, tout a l 'heure, eh bien, je veux vivre comme vous l 'entendiez, comme i l s l'entendent tous: vivre le Mal. Therese, j ' a t -tends de naitre, et c 'est de vous que je 1'attends. Je suis ne un jour au Christ, i l faut que je naisse au Mal. Le Mal, mais que dis-je? Je le connaisl II est deta i l le tout au long de mon dro i t canon, avec ce passage plus terr ib le que les autres, en l a t i n , ou i l faut trembler, trembler des heures, mais sur lequel i l faut garder l a vue, et l a pensee. Seulement, Therese, i l ne s 'ag i t plus de connaitre, i l s 'ag i t de v ivre. Cette femme, je l ' a i laissee par t i r , vous, vous vo i l a . La Providence est patiente, e l l e sa i t que nous pouvons ne pas dechif-f rer le message du premier coup, e l l e delegue un nouvel ambassadeur. Apres e l l e , c 'est vous... Therese, i l faut que je vive, grace a vous, par vous, quelle force alors j 'aurai ' . Non plus seulement un pretre, mais aussi un homme. Je surplomberai le pecheur le plus endurci, mes paroles, i l les entendra d'en haut, e l les le courberont. Alors je les re leverai . OhI jo ie l Et n 'aura - t - i l pas sur moi l a preseance? C'est que le rachat de ses fau-tes aura coute le grand prix dont i l est parle dans l ' E -vangile, ce prix que n'aura pas coute ce lu i des miennes, s i miserables. Mais on ne peut o f f r i r que sa propre nuit. Au surplus, l a nuit est l a nuit, et au-dela d'une certaine epaisseur de tenebres, e s t - i l encore une d i f -ference? Therese, ma nuit ne sera guere epaisse, e l l e n'aura d'epaisseur que vous, mais n'est-ce pas s u f f i -sant? (op. c i t . , pp.173-174) Le peche n'est plus le mal a eviter mais devient condition d'un apostolat eff icace, source de redemption. Alors, on voit paradoxalement le pet i t pretre tendre de toute son energie vers ce mal qui a grandi Mauny, mal qui se trouvera incarne par l a femme. Ne pouvant arr iver a ses f ins avec Therese qui l u i oppose trop de force et de p i t i e , i l se reprend. Mais le lendemain soir, mentant a. l a jeune f i l l e sur les raisons de son deplacement, i l se rend a Rouen, parcourt les rues mal eclairees, s'engage dans un cou-l o i r dont l a porte est ouverte et disparait. Quelgues instants plus tard, i l ressort en jeune homme, l a soutane sous l e bras, f icelee dans un papier. I l penetre dans un bar, prend un tabouret, se r a id i t sur son siege, com-mande un anis q u ' i l ne touchera pas et sans se departir du silence qui l 'ecrase, accepte d'un mouvement de tete, une consomtiation pour l ' e n t r a i -neuse qui vient de l'aborder. Juste, i c i ange gardien, l ' a su iv i . E l l e le f ixe dans l a glace qui f a i t face. Leurs regards se croisent; l'abbe regie et sort. Son escapade n'aura ete qu'uh court moment d'egarement. II n'eut meme pas eu besoin de Juste pour retrouver le droit chemin car 1'ambiance q u ' i l venait de vivre l u i avait cr ie l a laideur de l a deviation. * * Sur ce fond de faiblesse et d'erreur, contrastent chez l'abbe Haugard 1'action et l a f o i du soldat de Dieu capable de toutes les audaces. Certes nous venons de le voir errer, mais nous avons vu aussi combien rapidement i l e ta i t revenu a l a regie de son sacerdoce. Et puis n'est-ce pas par devouement a l a cause de Dieu q u ' i l s ' e ta i t lance s i inconsiderement . . dans l a oonnaissance du mal? C'est pour le mieux combattre q u ' i l a voulu le penetrer. Mais, depuis q u ' i l est cure des Plaignes, le peche est l ' en -nemi contre lequel i l lutte, surpassant ses imperfections humaines. I l le depiste aux premieres manifestations. C'est pourquoi i l previent Therese qu 'e l le ne devrait pas a l l e r chez Herve Mauny. II sa i t que s i e l l e ec r i t , ce n'est l a qu'un moyen indirect pour rencontrer l ' ec r iva in . Ses avert is -sements ne servant a r ien, c 'est done chez l 'auteur q u ' i l se rend: "Maitre j ' a i a vous par ler. " L'homme le met mal a l ' a i se mais i l sa i t se ressai s i r : "Allons dans votre bureau" commande-t-il a Mauny, "je vous d i r a i ce que j ' a i a vous d i re . " I l refuse le fauteui l q u ' i l juge trop bas et s ' ins t a l l e sur une chaise; son regard plonge directement dans ce lu i de l ' e c r i -vain qui se vo i t force de baisser les yeux. C'est a son orgueil q u ' i l en veut. II reproche a Mauny de supprimer par son magnetisme l a l iberte non seulement de toutes ces femmes qui gravitent a son entour maisL aussi des hommes qui l'approchent. En f i n de v i s i t e , l 'adversaire est ebranle mais non pas vaincu: L'abbe comprit que cette fois l ' ecr iva in ne t r i cha i t pas. Mais vraiment ce n 'eta i t pas un homme defait q u ' i l convenait de deposer aux pieds du Maitre. (op. c i t . , p.68) Juste, l a jalouse gardienne de Mauny,a beau ironiser sur l'apparence du pretre, e l l e comprend bien que ce lu i - c i est un hemme avec lequel on doit, compter et qui risque d'enrayer l a carriere de son patron. E l l e confie a Therese: - 32 -II n'a pas l ' a i r dangereux mais j ' a i bien vu hier q u ' i l avait mis l a main sur le patron. OhI pas toute l a main, pas l a paume, non, seulement quel-ques phalanges. Alors j ' a i eu v i te f a i t d'ecarter ses doigts blancs. Je suis sure q u ' i l a les ongles sales, q u ' i l ne releve meme pas l a peau qui lee re -couvre a l a racine...Vous voyez,ca, poses sur le patron?... Mais le patron est a ins i , une soutane et c 'est le createur qui s'annonce. II peut l u i arr iver de pousser des coleres contre les rel igieux imprudents ou les cures stupides, i l n'a pas long-temps l a conscience en paix...AhI voyez-vous, s i je savais que ce pet i t Haugard va revenir aujourd'hui; je crois que je me preparerais a le prendre par le haut de l a soutane pour le jeter de 1'autre cote de l a g r i l l e . . . (op . c i t . , p.123) E l l e va trouver le pretre pour le dissuader d'exercer toute influence sur l ' ec r i va in . Depuis q u ' i l est l a le danger existe et constamment le spec-tre de l'abbe l a hante, surtout du jour ou c e l u i - c i est a l l e dans le bu-reau de Mauny et l u i a d i t sa ver i te. L'assaut du pretre a eu ses resultats: Mauny n'est plus en paix. Juste s'emporte et apostrophe Therese: Insensee! parlerez-vous encore' de hauteur, quand vous saurez qu'Herve Mauny s'agenouille en ce mo-ment devant cet avorton de pretre, dans cette petite boite qui pue l a v i e i l l e femme? (op. cit.,p.252) E l l e connait l a consequence des aveux au confessionnal: Mais reflechissez done I Notre pet i t cure va exiger engagement sur engagement. Premierement, q u ' i l epou-se Jenny, deuxiemement q u ' i l l u i so i t f i de l e . . . Ma pet i te, 1'absolution et e'en est f a i t de sa l iberte et de son t rava i l , (op. c i t . , p.253) - 33 -L'ecr ivain lui-meme va se rendre compte q u ' i l a af fa ire a partie forte. Lorsque dans l a nuit i l part a l a rencontre du pretre et l u i demande d'entendre sa confession, c e l u i - c i l u i oppose une attitude autoritaire et dure, l u i faisant savoir q u ' i l a des heures de presence au confessionnal mentionnees sur l e tableau a 1'entree de l ' eg l i se . II ne sent pas en cet hornme l a contrit ion et l 'humil ite necessaires a l a pleine e f f i cac i te du sacrement de penitence. Mauny vient se rendre mais le pretre exige une capitulation sans condition, c 1 est-a-d ire sans ce reste d'orgueil q u ' i l apercoit encore. II ne s 'ag i t pas d'epreuve car c e l l e - c i serait encore une mesure d'exception flatteuse pour ce lu i qui en serait l 'objet: Une epreuve? d i t le pretre, alors que je vous demande seulement de vous ranger parmi l a multitude, de vous conformer a l a regie". Je vous le repete, vous seriez en danger de mort, je vous ferais mettre a genoux i c i meme,dans ce coin d'ombre, pres de l a barriere, mais vous ne l 'etes pas, a lors?.. . Al lans, r e p r i t - i l , s i vous donnez a ma demande le caractere d'une epreuve, convenez que votre orgueil est bien v i f encore, et que vous n'etes pas en etat de vous humilier aux pieds de Notre-Seigneur, de vous rendre, comme vous le dis iez s i justement mais done avec tant de prescmptionl (op. cit.,p.258) Une t e l l e autorite, avouons-le, est bien surprenante de l a part d'un homme s i f rag i le par a i l leurs . Mais l'abbe Haugard n'agit pas pour son propre compte mais au nam de son Chef.,. Le cure des Plaignes est un homme de f o i . Pour l u i , Dieu est bien vivant. II le pr ie . C'est a l u i aussi q u ' i l attribue les f ru i t s de son t rava i l . S i Herve Mauny parait trouble , c 'est l'oeuvre de Dieu. De plus, le Dieu de l'abbe Haugard est surtout le Dieu Providence. Tout ce qui arrive a une raison d'etre et s ' i n s c r i t dans le plan d iv in. Cette raison est parfois d i f f i c i l e a discerner pour 1 1 intel l igence humaine. Neanmoins, i l faut fa i re confiance; s i l e chernin est tortueux, i l n'en conduit pas moins a. un as i le sur. De voir Therese se rendre chez HervH Mauny a d'abord cheque le pretre qui a voulu mettre f i n a ces v i s i te s . Puis,voyant l a chose comme inevitable, i l en a conclu qu 'e l le eta i t voulue de Dieu et i l a considere l a jeune f i l l e comme une ambassadrice du C i e l : " . . . j ' a i ccmpris que Dieu.ne vous avait pas placee l a sans raison."^ A part i r de maintenant, vous n'avez pas le droit de vous abandonner, d'avoir un geste de lassitude ou d'enervement, d'elever un seul murmure: l a Providence vous a designee pour vous tenir au cote d'Herve Mauny, l u i apporter l'exemple quotidien, deta i l le , des vertus chretiennes, ordinaires, mais vraies. I l faut en quelque sorte que votre perfection l 'asp ire. (op. cit.,p.89) Lorsque le pretre a tent§ de connaitre le mal par Therese, apres s 'etre repris, i l est a l l e a 1'eglise. D'abord en proie a 1'agitation, le calme s 'est f a i t peu a peu en l u i : Alors i l s1abandonne, i l su f f i t d'attendre: Dieu sa i t ce q u ' i l veut de son serviteur. Dans l a pa-roisse, quel crime a ete cemmis, quel crime que le pretre a pr i s en charge? Une creature est coupable et c 'est le pasteur qui regoit le chat i -ment. Mais Dieu v e i l l e et va deliverer le pasteur. (op. cit.,p.183) "Dieu v e i l l a i t " lorsque le pretre s 'est rendu a Rouen en quete des bas-fonds du v ice. Juste l ' a empeche de poursuivre son dangereux dessein. Pourquoi s 'es t -e l le trouvee disponible et a - t -e l le entrepris de suivre l'abbe? C'est parce que Mauny eta i t alors a Paris et qu 'e l le n'avait done pas a le servir directement. Et l'abbe de conclure:"Vous voyez comme Dieu 9 est habi le." "Dieu v e i l l a i t " encore quand l'abbe Haugard est a l l e trouver Mauny: " i l faut que cesse le scandale l u i a - t - i l d i t , i l faut que vous cessiez d ' e c r i r e i M a i s l ' ecr iva in l u i a f a i t ressort ir l a valeur s p i r i -tuel le de ses ecr i t s . Les lettres q u ' i l recoit en temoignent: i l a redonne le courage a. tant d'etres qui l 'avaient perdu! La compagnie de ses heros repond au besoin de v ie anterieure de s i nombreux lecteurs que l a detruire reviendrait a. supprimer une influence egale a ce l le d'un directeur de con-science. Alors le pretre, non seulement consent a ce que cette oeuvre se poursuive, mais i l 1'encourage et l a s o l l i c i t e : . . .ecr ivez. . .et vivez encore, vivez encore comme vous faites s i cela est vraiment necessaire, v r a i -ment...au moins pour un temps...Essayez seulement tout de meme, de vous rapprocher d'une v ie plus conforme. (op. cit.,p.265) L'abbe sait que tout ce qui arrive est volonte de Dieu. Ne nous alarmons pas vainement. Quand nous avons f a i t ce qui eta i t en notre pouvoir, le reste n'est pas de notre ressort, et r ien n ' i r a a l a derive car, comme le d i t le cure des Plaignes, "Dieu ve i l le . ! '^ " Sante compromise, gaucherie sociale, personnalite mal assuree devant le peche, en vo i l a assez pour mettre a mal une vocation publique et sa-- 36 -cerdotale. Mais l'abbe Haugard n 'eta i t pas seul et savait que l 'acteur pr incipal de son entreprise eta i t son Dieu en qui i l s 'en remettait dans une f o i totale. Comment alors n ' eu t - i l pas, bien qu'humainement demuni, parle et agi au sp i r i tue l avec l 'autor i te des plus nantis? Ce melange de faiblesse et de force va se retrouver chez un autre pretre (dont l a crea-t ion d 'a i l leurs preceda ce l le de l'abbe Haugard) dans lequel Roger Besus l ' a etudie et developpe avec un deta i l , une patience et un amour prouvant largement q u ' i l modelait un personnage de choix. •k * * Ains i abordons-nous i c i , avec 1'intention de l u i reserver toute 1'at-tention q u ' i l fut souhaite l u i voir porter lors de sa sort ie, l'ouvrage dans lequel l 'auteur a mis tout son coeur a defendre l 'Eg l i se et ses repre-sentants,en faisant du pretre le heros pr incipal du l i v r e . Cet Homme qui  vous aimait fut publie en 1953 et, de l a premiere page a l a derniere, fremit de l a personnalite inquidte et devouee de l'abbe Annebault, cet "homme de-12 poui l le " "crucifxe", et "mange" dont par la i t le Pere Chevrier, le fonda-teur du Prado, en faisant al lusion au pretre. Nous assisterons au jour le jour, et c 'est pourtant plutot de nuit q u ' i l faudrait parler, a l 'apostolat infatigable du cure de Gretigny consacre corps et ame a sa pet ite paroisse. L'auteur nous retrace en quatre cent cinquante pages bien remplies, l'annee de t rava i l , de combats de toutes sortes de ce pauvre cure qui a f a i t un don tota l de sa personne, voulant que son action soit au mil ieu des hommes ses freres, 1'expression meme de Dieu sur terre. Par une nuit d'automne, sous les rafales d'un vent g lac ia l et brutal, debouche enfin sur l a plaine l'abbe Annebault. I l devait, l a v e i l l e , prendre le car de Caen qui l 'eut depose a Gretigny. Mais des d i f f i cu l te s l 'en ont empeche et i l a du d i f ferer son depart. Aussi a r r i v e - t - i l tres tard ce vendredi soir et p a r a i t - i l , l a va l i se a l a main, apres une marche epuisante, sur cette plaine qui entoure le v i l l age. C'est sa premiere paroisse. I l va avoir trente-deux ans et jusqu ' ic i i l a assure deux postes de v ica i re, l 'un a Saint-Patrice de Bayeux et 1'autre a Saint-Etienne de Caen. Son pere, receveur d 'octro i , a peri a Verdun et sa mere, lingere a domicile, aujourd'hui invalide et presque aveugle, est ret iree dans une inst i tut ion charitable. Mandate par son eveque, i l se rend l a ou son de-voir l 'appel le. Ce n'est pas une sinecure qui 1'attend, et Monseigneur 1'a bien averti tout en 1'assurant q u 1 i l ne sera pas seul a 1'ouvrage: La tache sera rude, mon ami, et c 'est parce que je vous a i vu a 1'oeuvre a Caen , aux cotes de notre cher Chanoine des Hameaux, que je vous delegue l a pour apporter le message de Notre-Seigneur. Je dis "apporter", car les informations que je possede i n -diquent que l a majorite, sinon l a to ta l i ty de cette colonie est athee, material iste, marxiste evidemment, et comme une fraction de notre pauvre banlieue pa r i -sienne. Ma pensee vous accompagne, et ma pr iere. Ne vous decouragez pas, n'oubliez pas que Notre-Seigneur est partout avec vous, et dans vos decep-tions ayez recours a Lui qui a tant souffert par ceux qui ne voulaient n i entendre, n i vo i r . . . A l l ez , mon ami, je vous beriis. (Cet Homme qui vous aimait, p.17) Un autre que Roger Annebault eut hesite et demande a v i s i t e r l a paroisse avant d'accepter l a ncmmination^mais l u i a vu dans l a decision hierarchique l a volonte divine et i l est par t i . Au lo in , sur l a plaine^des lueurs - 38 -tenoignent d'une act iv i te intense. Un Centre de Recherches Scientifiques vient d'etre cree quelques semaines seulement apres 1'explosion de l a bcm-be a Hiroshima et fonctionne depuis" quelques mois. D'un cote done, ce pe-t i t v i l lage ou survit peniblement une f o i bien entamee et, de 1'autre, cet amas de beton ou habite tout un monde dechristianise. L'abbe mesure l ' e -tendue de sa mission. Adelie Boissel, l a servante, est venue a sa rencontre malgre le mau-vais temps et les tenebres. E l l e l u i signale que l a petite f i l l e du cha-te la in se meurt d'une tuberculose, et q u ' i l serait bon, malgre l'heure tardive, de l u i rendre v i s i t e . L'abbe s'execute. Puis on arr ive au pres-bytere. Mais l'abbe, pesant toutes les responsabilites dont i l se vo i t deja imparti, se rend devant l ' aute l de son eglise et dialogue avec son Maitre. II est t i r e de sa meditation par 1'apparition du jeune ingenieur Jean Beriaud qui ,pris de panique devant le sang perdu de sa maitresse apres un curetage, est entre dans, 1'eglise dans l 'espoir d'un secours d iv in . Le cure se rend done au Centre ou Nadie Kraul l est bien mal en point, et se heurte au planton de garde. C'est alors pour l u i 1'occasion de rencontrer le directeur du Centre Hebert-Davoust et le docteur Benoit. Ce lu i - c i , au retour, le deposera chez le maire Vil lodon; et c 'est a ins i que cette pre-miere nuit dont le rec i t s'etend sur non moins de cent pages, s 'est passee sans repos et a mis l'abbe en contact avec les principales personnalites auxquelles i l aura a f fa i re. Nous assisterons ensuite a 1'influence grandis-sante du Centre, qui, t e l un cancer, gagnant progressivement du terrain, bat en breche les efforts du cure autour duquel se f a i t un vide affolant qui finalement aura raison de l u i . - 39 -* * L'abbe Annebault est d'abord un hcmme au mil ieu des hommes. On le vo i t assez rarement seul et, l o r squ ' i l echappe a l a compagnie des gens, ce n'est que pour sauver le temps necessaire a sa vie interieure. Mais c 'est eux q u ' i l recherche, c 'est eux q u ' i l accompagne. C'est avec eux q u ' i l parle. Tour a tour on l e vo i t s'adressant a Davoust, Madame Poulain l a tenanciere de cafe, Myriam l a petite f i l l e du chatelain, le garde Lebourg, 1 ' instituteur Lemoysan, l a servante Madame Boissel, le maire Vil lodon, le docteur Benoit, Maitre Louis, l a Louise,Sel l ier, Nadie Kraul l , Jean Beriaud, le vieux Bourgaih...Tout ce monde doit compter avec l u i et c 'est au cours de ces interactions personnelles que se degagent les qua l i -tes humaines du pretre. I l possede le don de sympathie,et son intu i t ion l u i f a i t comprendre les autres avant toute explication. Beriaud, qui vient l u i demander assistance, f i n i t par l u i avouer que Nadie Kraul l est sa mai-tresse. A v a i t - i l besoin de tant hesiter puisque,des le premier mot,l'abbe savait de quoi i l s 'ag issait . Le passe de Davoust ne l u i echappe pas non plus car les termes amers qu'emprunte le directeur au sujet de l a femme, prouvent a 1'evidence a qui sa i t observer,que seule une douleur cachee peut inspirer de te ls accents: "N'insistez pas l u i d i t le pretre, vous par-13 lez contre vous, vous vous rouvrez une p la ie . " Le commerce des ames l ' a ins t ru i t beaucoup,et l o r squ ' i l va rendre v i s i t e a 1 ' instituteur Lemoysan, peu de mots l u i suffisent pour q u ' i l devine en c e l u i - c i le secret de son comportement blase: - W -Vous devez etre en ef fet de ceux a qui i l n'a r ien ete donne de perdre, d i t le pretre, et dont le seul denuement leur vient de ce qu ' i l s ne voient pas que l a vie puisse leur donner quelque chose a gagner/.../ Personne ne m'a entretenu serieusement de vous, en ef fet , mais je vous a i apercu du chemin, et j ' a i cru beaucoup sa i s i r . (op. cit.,p.147) Son intel l igence l u i prete aussi 1'element indispensable des bons rap-ports humains, 1'esprit d 'a propos, a l lant meme jusqu'a 1'humour qui r a -proche et l u i f a i t t i r e r part i de reflexions acerbes et de situations ge-nantes ou peri l leuses. A Davoust qui l u i retrace en paroles f ie l leuses des episodes de sa v ie ingrate et l u i demande s ' i l connait le masque de l a ha i -ne, i l est sur le point de repondre: "Vous l 'av iez a 1'instant", mais l a charite le retenant, i l retorque: "Quand je le vois je detourne les yeux: 14 je ne veux connaitre que ce lu i de 1'amour." Au cours du meme entretien, le directeur s'accuse d'etre fa ib le pu i squ ' i l se confie, se l i v re et debite toutes ses infortunes: "Quel de f i le de laches dans vos confessionnauxl " s 'exclame-t- i l . "Non, retorque aussitot l'abbe. Ceux-la viennent s'accuser. 15 Vous, depuis que je suis ICI , vous ne faites que vous defendre." Lors de 1'intronisation du cure, tandis que le vieux chanoine Hertel vient de Je-ter le malaise dans l'assemblee par son sermon fulminant dans lequel i l a declare que e'en e ta i t f i n i de l'Esperance, q u ' i l f a l l a i t fermer 1'eglise et renvoyer le pretre, le nouveau pasteur retab l i t l 'ordre dans l a foule impatiente en annongant que les paroles terr ib les entendues par les f ideles faisaient seulement l 'objet de l a premiere•. partie de l a predication, mais qu'une deuxieme, plus remplie de charite et d'amour, devait temperer, s i Dieu n 'eta i t venu subitement rappeler par l a mort le predicateur, ce qu 'a-va i t d'excessif une entree en matiere qui s ' e ta i t voulue percutante. Plus reposante est la conclusion q u ' i l apporte a l a v i s i t e delicate q u ' i l a rendue au foyer Lebourg. La discussion a ete tendue, mais peu a peu une certaine confiance s 'est etabl ie, et le garde <x>mmuniste a commande l ' a -p e r i t i f a seule f i n q u ' i l ne so i t pas d i t q u ' i l ne sache pas trinquer avec un Chretien. En se ret irant, l'abbe remercie l'hotesse et ajoute jov ia-lement: "Votre aper i t i f vaut les marques d'avant-guerre; s i chaque pres-16 bytere en avait un tonneau on verra i t plus de monde chez les cures!" Au cafe de Madame Poulain i l ecoute un jeune se targuer d'etre l 'un des meilleurs atomiciens de France, et annoncer, grace aux progres de l a science, l a disparit ion d'un Dieu que l ' e ta t actuel des connaissances per-met d'affirmer n 1 etre autre chose "qu'une sorte de radio act iv i te de gran-de puissance, ce l le qui aurait f a i t exploser le noyau prirnitif de 1'univers." II apprecie l'enthousiasme et l a chaleur du ton, mais souriant replique: 18 "Je vous entends bien. Mais alors Jesus?" L'autre, pr i s de cours, he-s i te . C'est alors que l'abbe peut s'approcher et parler du role du Christ. Tout autre homme, moins pourvu en charite que l'abbe Annebault eut t i r e un avantage personnel et egolste d'un esprit alerte et d'une aptitude a l a repartie rapide. Mais l u i , toujours attent i f a l a sens ib i l i te d 'autrui, v e i l l e a ne pas heurter les sentiments de son entourage. Certes, ce n'est pas un tiede au temperament mievre, et. s i le plus souvent i l contient sa colere, i l l a la isse echapper librement devant l a mauvaise f o i affichee du peloton de garde a 1'entree du Centre, car on est mesquin pendant que l u i connait l'urgence du cas de Nadie Kraul l . - 42 -(Une colere sourde a nouveau le souleva contre son impuissance, et ses nerfs l'emporterent sur sa f a -tigue.) Cette femme, cette "sacree femelle" comme vous dites, i l l u i f a l l a i t du secours'. II f a l l a i t l a fou i l l e r , l u i gagner l'ame, fa i re un trou, au niveau du coeur, sans managements, meme s i l a bete avait hurle! J 'e ta i s venu pour ga. En e ta i t -e l l e du parti? Qu'est-ce que ga pouvait me fa ire ? Vous l 'admiriez ou vous l a meprisiez mais e l l e eta i t du Centre, e l l e eta it des votres. Eh bien, vous vous etes rendu un f i e r service: e l l e vous reste. Sa peau est intacte au niveau du coeur, vous le verrez quand vous i rez relever son cadavre, vous ou d'autres. Ce n'est pas de l a que le sang est so r t i , mais d ' a i l -leurs- et je pense que vous comprenez d'ou! Chaque parole, chaque silence host i le entre nous, g'aura ete une certitude de plus que sa peau t iendrait l'ame enfermee, une certitude que le sang ne l u i so r t i r a i t que du ventre. A l lez ! quand l a vie veut s'en a l l e r , r ien ne peut l a retenir. La difference entre nous, c 'est que cette petite v ie l a qui s'echappe, je l a vois se dresser vers l a grande, ce l le qui compte. E l l e monte comme une plante dont l a graine tout a coup trouve le bon so l . Vous, a l lez done voir au fond des fosses ce qui a germe'. Au surplus, vous me direz que vous vous en f ichez. Apres tout, et moi? (op. cit.,p.70) L'abbe se reprendra bien v i te cependant; mais, on le vo i t , ses dispositions naturelles ne le portent pas a 1'acceptation beate. D'ai l leurs ne peut-on pas deceler chez l u i une pointe d ira i t -on de mechancete, ou ne s ' a g i t - i l que d'une naiVete maladroite devant l a femme dont i l veut se defendre? I l est adore par Myriam l a pet ite f i l l e du chatelain, et de plus, i l s 'est la isse a l l e r a quelqu'indiscretion sur l a personne d'une jeune f i l l e de ferme, l a Louise; et, tout au remords de sa faiblesse, i l passe chez Nadie Kraul l , cette Marie-Madeleine impenitente qui appartient un peu a. tout le personnel du Centre et qui ne s 'est pas encore remise de son dernier cure-tage. E l l e est l a dans son l i t et essaie sur le pretre ses coguetteries feminines. Ce lu i - c i , sur la defensive, 1'invective brusquement en termes - 43. -qui ne peuvent que mettre a. v i f l a vanite d'une femme, se permettant des ccmparaisons blessantes: II faut que vous sachiez enfin, d i t - i l , avec len-teur, que s i je suis venu vous voir voila. plusieurs mois, ce n 'eta i t pas pour ranimer quelque trouble, mais au contraire pour me premunir contre l a ten-t a t i o n / " . . . J e cherche tout ce qui peut me f o r t i f i e r J 'avais besoin de hair -la chair, je savais q u ' i l suf-f i s a i t que je vous retrouve, tout habitee de votre desir sacrilege, je suis venu...Ne vous durcissez pas; vous n'etes pas inexorablement corrompue. La bete du demon, choisie par le demon pour tenter, j ' en sais l a forme, l'odeur, l a chaleur de sang. Permettez-moi de vous dire qu 'e l le recele un autre gout de sevel Songez a un arbre jeune, p le in a. c ra -quer, dans le printemps qui renait - mais dont les branches, les feu i l l e s , les f leurs ne pourront s 'epa-nouir vers le c ie l . . . (op . cit.,p.238) Tel le prophete de l 'Ancien Testament, i l avance et c r ie son message. Tant pis s i les ore i l le s se scandalisent et se froissent. Du prophete i l detient 1'autorite, et dans son v i l lage, qu'on le veu i l le ou non, c 'est un homme avec qui on doit compter. II s 'affirms devant chacun par sa droi tu-re. Lebourg, qui l u i a le premier marque son hos t i l i t e , l u i avoue, f ina le -ment vaincu, qu'avec l u i i l ne faut pas qu'on truque, qu'on se raconte des histoires, que c 'est par l a q u ' i l en impose a. tous et qu'en consequence i l aura le coup d'epaule q u ' i l merite. On craint son regard lorsqu'on n'a pas l a conscience en paix. Beriaud, qui est a l l e le trouver, n'ose s 'asseoir et l u i fa i re face. L'envie le prend de bondir jusqu'a l a porte dormant sur le cimetiere et de fu i r . "Mais r ien que le regard de cet homme le cloue sur place." "Asseyez-vous. De quoi s ' a g i t - i l ? " ^ La question directe le glace. II se recule pour gagner un peu de temps avant d'ouvrir l a - 44! -bouche. Le maire Vil lodon, l u i , s 'entete. I l est ferme. Envers et con-tre tout, i l veut que malgre le refus categorique de Gustave dont l a femme est morte, l e corps de l a defunte so i t l 'objet a 1'eglise, d'une ceremonie rel igieuse. II fera f i des scrupules de l'abbe et exprime ouvertement son desir de circonvenir les opposants. Mais, prevoyant une reaction violente de l a part du pretre, i l recule en parlant, et quand i l a termine, toume les talons sans plus attendee. Lorsqu ' i l s 'ag i t de mettre les gens en f a -ce de leurs responsabilites, l'abbe Annebault f a i t montre de l a meme force. Gustave Essault, le sonneur, s 'est revolte contre Dieu apres l a disparit ion d' Emilia, et tout porte a croire que le Centre va trouver en l u i une proie fac i l e . Malgre 1'obstination taciturne de son paroissien, le cure decide de s'occuper de l u i . Pesnel, c u l t i v a t e u r , est un C h r e t i e n a l a f o i simple et sans question. C'est vers l u i que l'abbe se tourne pour l u i demander d'assurer un emploi regulier au yeuf, en collaboration avec Maitre Louis et monsieur Laplanche. Pesnel h e s i t e mais l'abbe presse et exige une decision immediate: II me faut une reponse maihtenantf.. .JC'est oui ou c 'est non. Devrais-je ajouter q u ' i l y va de l 'hon-neur rel igieux de route l a paroisse! f.. J Monsieur Pesnel, j ' a i 1'impression que vous n'avez pas con--science des per i l s qui nous menacent. II ne su f f i t pas d'etre ban Chretien, d ' a l l e r aux of f ices , de communier, i l faut s 'unir, se l i e r a tous, former une societe etro i te, fortement soudee, que r ien des doctrines dissolues ne l a puisse entamer. . ._/ Mon-sieur Pesnel, cet engagement je sais que vous venez de le prendre. Vorre decision,-vous etonne encore un peu, mais dans un instant, ce soir, cette nuit, vous l 'aurez acceptee avec jo ie, vous vous demanderez com-ment i l se sera f a i t que vous ayez meme un instant hesite a l a prendre...(op. c i t . , p.291) - 45 -Et sans r ien ajouter i l sort. Mais, craignant de n'avoir pas ete assez c l a i r quant a l a portee entiere de l a promesse, i l revient quelques minu-tes plus tard et ajoute: Cet engagement, je ne sais pas s i vous avez tres bien compris, i l est a tenir , que Gustave Essault revienne sur sa decision ou non. . .J Et l a cha-r i t e , monsieur Pesnell Je prefererais le Chretien intransigeant, ce lu i - l a serait egare mais f o r t . . . /~.. .J monsieur Pesnel, vous aviez pris un engage-ment tout a l 'heure, i l vous apparait plus dur que vous ne le pensiez: votre merite en sera plus grand, l a est l a seule difference. Et demain ma-t i n des sept heures, vous irez chez Gustave. (op. c i t . , p.294) S ' i l est autoritaire, le cure de Gretigny n'en est pas moins bon. I l l ' a deja d i t a Davoust, i l ne veut pas vo i r le visage de l a haine mais re -cherche ce lu i de 1'Amour. Et c 'est a. tous sans exception q u ' i l voudrait presenter ce visage sans acception de t i t re s n i d' ideologies. Le comte vou-l a i t q u ' i l s'occupat specialement de sa petite f i l l e atteinte par l a mala-die. Mais avant meme qu ' i l . a r r i va t au v i l l age, les termes de l a le t t re du cure avaient ete sans ambiguite: i l e ta i t le pretre de tous, i l se devait egalement a tous et ne pouvait mettre en balance le nombre des ames egarees avec ce l le "d'une f i l l e de chatelain qui sa i t , sans aucun doute, quelle voie dormer a l a sienne et s o l l i c i t e au plus d'y etre encouragee."^ II met son monde a l ' a i se et, au dire de Lebourg ce "sacre bonhomme" "sa i t parler aux potes, i l ne se gene pas pour s 'asseoir sans regarder s ' i l va se mouiller les fesses."^l II veut que chacun se sente chez l u i dans son egl ise, et c 'est pourquoi i l a annonce a ses paroissiens des reformes qui ne vont pas - 46 -sans d i f f i cu l te s . Dans un premier temps, i l reduit sensiblement le pana-che des ceremonies, supprime les places reservees aux notables c i v i l s parce que tout le monde est egal devant Dieu, se rapproche des f ideles en abafcr tant l a barriere qui separait le choeur de l a nef, enleve enfin a l a messe son esoterisme inut i le en remplacant les chants lat ins par du frangais. Dans un deuxieme temps, i l prend courageusement l a decision de substituer aux quetes ou au denier du culte les offrandes benevoles et anonymes qui seront desormais deposees dans un tronc place au fond de 1'eglise. Aucun service de bapteme, mariage ou enterrement ne sera dorenavant l 'objet d'une perception. Le risque eta i t gros: i l perd^et c 'est l a misere noire. Dans cet etat de denuement materiel ou tout manque, charbon, nourriture, vete-ment, l'abbe Annebault songe encore aux pauvres de sa paroisse. II ne f a i t plus qu'un repas et recommande l'economie de combustible "pour que son a-postolat put disposer de quelques fonds. " 2 2 Sa generosite est s i notoire que Madame Lecourt-Guillet t ro i s jours avant de mourir, a f a i t appeler Ade-l i e Boissel, l a servante de l a paroisse l u i remettant une petite sarnie que Monsieur le cure, s i e l l e l a l u i avait donnee, aurait distribuee a ceux q u ' i l croyait pauvres, alors que le seul pauvre de Gretigny c 'est l u i . Ses efforts de reformes dans le sens de l a s implif icat ion et de l a c l a r i f i ca t ion des ceremonies, l'abbe desire en fa i re parvenir l'annonce dans chaque maison, et pour donner un caractere plus personnel a sa demar-che, i l t ient a ce que sa le t t re ne so i t pas c i rcu la i re mais prenne un ton approprie a chacun des foyers. II a le souci de l a personne, et, c 'est , inspire par un sentiment identique,qu' i l reste inebranlable devant .1'exal-tation de Vil lodon qui, au nom de l a re l ig ion, voudrait forcer l a l iberte - 47- -individuel le: "Que Gustave change d'avis, s 'oppose-t- i l , vo i l a le seul moyen qui permettra qu'Emilia so i t enterree a. 1 ' e g l i s e . C ' e s t encore par amour du prochain que, plus tard, i l accuei l lera chez l u i Vi l lodon aux abois, ou bien que, ne songeant nullement a. reprocher leur ingratitude a ses paroissiens s i insouciants de sa subsistence, i l s'accusera plutot lui-meme et verra dans cet abandon une juste sanction a son inaptitude a retenir ou gagner les ames. Celui qui a vecu parmi les gens de Gretigny, les v i s i tant , leur en imposant, leur rappelant leurs devoirs, s'epuisant au service de leurs ames, souffrant dans sa chair en vue de leur bien materiel et sp i r i tue l , ce lu i - l a eta i t a coup sur un "homme qui les aimait." * * ^ Nous venons de voir le cure de Gretigny homme parmi les hommes, ou plus exactement homme parmi ses freres car c 'est a ins i qu'a. tout moment i l percpit ses paroissiens. Leur hos t i l i t e n'entame pas son zele. II s 'est consacre totalement a eux. Mais un t e l amour est humainement inexplicable. Les plus belles natures, les coeurs les plus ouverts n'auraient pas tenu en face des adversites de toutes sortes qui foisonnaient sur son c^iemin. I l faut dire que s i Roger Annebault a su res ister, c 'est q u ' i l e ta i t d'abord et avant tout 1'homme de Dieu. Visiblement, i l n'est pas entre dans le sa-cerdoce a l a legere. Son engagement repose sur l 'Evangile et a eu pour point de depart l a personne du Christ. C'est ce q u ' i l explique au jeune couple avec qui i l est entre "en conversation au cafe de Madame Poulain: - 48 -Voyez-vous, monsieur, s i on pouvait me demontrer que Jesus n'est pas le f i l s de Dieu, s i on pou-vai t me prouver q u ' i l n'est pas ressuscite au troisieme jour, eh bien, je deferais tout de suite ma soutane et je l a lancerais dans l a n e i -ge. Croyez-vous que ce so i t pour mon p l a i s i r que je me prive du bonheur simple qui f a i t en ce moment votre raison de vivre? Croyez-vous que Dieu prodigue aussi facilement ses delices que les femmes?...Non, poursu iv i t - i l , je ne fe -ra is r ien de ce que je fa is s i je ne portais en moi l a Certitude.(op. c i t . , p.123) Cartes les textes sacres existent et i l s existent pour tous. Cepen-dant peu nombreux sont ceux qui y adherent. Les textes ne suffisent done pas. A l a base, l a f o i est necessaire. Cel le d1Annebault est entiere. La v ie de l'hcmme a un sens et ne s'explique qu'en Dieu. Dieu est Amour. Le Chanoine Hertel, lors de l ' intronisat ion du nouveau cure, avait ins iste sur le Dieu vengeur de L'Ancien Testament, ce qui avait mis 1'abbe Annebault mal a l ' a i se car pour l u i le vra i visage de Dieu eta i t ce lu i de l a miseri -corde. A Lebourg qui l u i barre la porte d'entree du Centre alors q u ' i l se rend chez Nadie Kraul l en danger, i l declare: "S i vous connaissiez l a ge-nerosite de Dieu, vous sauriez comme moi que cette femme, en ce moment, i l l a sauve!"24 Rien de ce qui arrive n1echappe a l a volonte de Dieu. Ses desseins sont parfois imprevisibles mais i l v e i l l e sur nous et nous d ir ige. Apparemment, un hasard a f a i t que Beriaud a rencontre l'abbe Annebault qui precisement arr iva i t en sa paroisse le so ir ou Nadie Kraul l se v ida i t de son sang. Ce n'est pas a ins i que le vo i t le pretre: "Vous ne serez pas venu en vain, a f f i rme- t - i l au jeune ingenieur. Les voies de Dieu, nul ne les connait, et moi pas davantage que vous. Le Seigneur ne previent per-sonne; i l agit par su rp r i se . " 2 5 "Tout a une raison, songe-t- i l plus tard, - 49 -mais l a plupart du temps on ignore l a g u e l l e . " / b Lorsque,dans un moment de decouragement, a l a f i n de son annee d'apostolat, i l s'en va retrouver le visage de Myriam, q u ' i l est tout pret a presser sur sa poitr ine, celle-la,, dont les forces sp i r i tue l les ont muri par un phehcatiene de reversibi l i t e , resiste et met en garde l'abbe contre l a tentation, avec sur les levres les propos que lui-meme tenait quelques mois auparavant. L'abbe vo i t enco-re l a l a volonte de Dieu: "Dieu, d i t - i l , a voulu que je trouve en vous l a force que j ' y avais mise." 2 ^ Dieu veut notre bien f i n a l , ce qui ne s i gn i -f i e pas q u ' i l ne nous envoie pas des epreuves corrme l 'explique le cure a Davoust lorsque l a menace d'atheisme representee par le Centre devient de plus en plus croissants: " I l en va d'une epreuve presque symbolique que l a Providence m'envoie a ins i qu'aux catholiques de l a region."28 jusqu'a l a f i n l'abbe clamera 1'amour de Dieu,et quand i l revient des funerai l les de sa mere a. Bayeux, retrouvant sa devouee servante Adelie Boissel, i l d i t en-core: "Dieu m'aime."2-3 Sa f o i 1'aide a traverser l a nuit de sa v ie et son existence n'aurait pas de sens separee de Dieu. I l sa i t q u ' i l ne reverra jamais Myriam, mais, bien que cruel le, l a separation, dans l 'optique du pretre, n'est pas desesperee: "A Dieu!"30 l ance - t - i l avant de s 'enfa ir tandis que les larmes l u i roulent sur le visage. Cortme i l l ' a d i t lui-meme, l a compagnie que d'autres demandent a l a femme, le cure de Gretigny l a recherche aupres de Dieu. Ce lu i -c i n'est pas pour l u i un vain mot, une abstraction mais une rea l i te de tous les instants, une presence constante, a. qui i l se refere, q u ' i l implore, q u ' i l remercie. En s'approchant de sa paroisse, dont i l va prendre possession, i l forme l a resolution de pr ie r , de ne jamais cesser de pr ier , et lorsqu'enfin le clocher de Gretigny perce l a nuit , dans un geste semblable a ce lu i de Jean-Marie Vianey apercevant au debouche d'une col l ine l a paroisse oti doit s ' in scr i re son apostolat, i l s 'arrete et torrbe a genoux a meme le so l . II pr ie a 1'eglise. C'est l a que l e decouvre Beriaud a l a lumiere de l a vei l leuse. II pourra ecr ire a son ancien camarade de seminaire: "Si tu savais comme aujourd'hui j ' a i p r ie , tout emu de le fa i re dans mon eglise."31 C'est l a q u ' i l se rend sans prendre son repas lorsqu'Adelie Boissel l u i ap-prend que le pare de son enfant e ta i t un homme marie et qu 'e l le n'avait done pas pu l'epouser. C'est encore l a que Davoust le trouvera allonge sur l a pierre et les bras en croix quand i l voudra l u i annoncer sa demission du poste de directeur du Centre de Recherches. La priere l u i deviendra s i ha-b i tue l le que, meme l a conversation ne l'interrompra pas, et que, parlant a. Lebourg ou a Davoust, i l a recours a e l l e l o r squ ' i l se rend compte q u ' i l n'a guere de prise sur leur endurcissement. A l a f i n de son premier jour, i l monte dans sa chambre et s 1agenouille sur son prie-Dieu. Parfois i l ne l e quitte pas de l a nuit. Davoust le connait bien l u i qui l ' i n terpe l le en ses termes robustes: ...vous qui ne faites que converser avec votre Dieu, qui vous videz en prieres, comme les femmes se vident en v ie , et qu i , a chaque mot trouvez un echo, un re -gard, une paume pour l a r e c u e i l l i r e t , quelque-fo i s , quand i l s 'ag it de votre Vierge, deux bras et une poitr ine...(op. c i t . , p.80) Villodon non plus ne s 'y meprend pas qui annonce aux copains: "L'abbe Anne-bault nous protege, vo i l a un devoue qui pr ie pour nous toute l a journee et une partie de l a nuit."32 gt le grand diable de maire connait bien l ' e f f i -cacite de l a priere et le principe de l a crainmunion des saints pu i squ ' i l ajoute: Les gens ne savent pas ce qu ' i l s gagnent a posseder un bon pretre, un v ra i , qui a l ' o e i l du pere, qui est dans sa nanche quoi! Hertel e ta i t un pauvre type et Dieu en a eu assez. Ces pretres- la ga se decourage, ga ne pr ie plus, ga ne sert plus a r ien. S i les hommes etaient moins betes i l s camrenceraient par susciter le plus de vocations possibles. En-suite i l s pourraient s'en payer.'... Et puisque nous avons l a chance d'etre tombes sur le bon numero, profitons-en. I l n'y a pas de Byrrh dans 1'au-dela, meme au Paradis, conc lu t - i l , s'adressant a l a tenanciere de cafe, alors remettez-nous ga...(op. c i t . , p.193) La priere de l'abbe s'eleve pour tous: pour.Myriam dont l a sante sem-ble condamnee, pour le garde Lebourg af in que Dieu I 'ec la i re, pour l e savant Davoust a qui i l signale q u ' i l n 'a cesse de l a journee de. pr ier a ses i n -tentions, pour 1'instituteur Lemoysan en qui i l decele une solitude extreme, pour le doyen Hertel, ce "serviteur abandonne"33/ pour Vil lodon mourant sur qui i l recite la formule de 1'absolution. Sa priere prend l a forme d'action de graces lorsqu'on l u i annonce l a guerison de l a pet i te f i l l e du chatelain ou bien encore quand enfin i l reussit a. convaincre Lemoysan de l u i remettre l'arme avec laquelle i l perpetrait son suicide. E l l e se f a i t aussi suppl i -cation dans les dangers. Lemoysan, en des mots delirants et enignatiques a laisse entendre au pretre q u ' i l avait beaucoup devine de ses sentiments v i s -a-v is de Myriam et de son cxaiportement a l 'egard de l a Louise. II l ' a torture par les indices troublants avances dans un f l o t de paroles ameres. - 52 -Le pretre appelle a 11 aide: "Seigneur, venez a mon secours, que je l u i par-donne et q u ' i l retrouve l a raison."34 Apres l a mort de 1' instituteur qui s 'est jete dans l a r i v iere , l'abbe qui n'a pas reussi a le retenir, rentre au v i l lage mais, honteux de se presenter devant l ' au te l , va porter § l a sa-c r i s t i e son indignite devant Dieu. A l a f i n , lorsque les tribulations s ' a -charnent sur l u i , i l erre "desempare entre des suites de prieres eperdues."3 Le danger peut aussi etre sp i r i tue l et c 'est alors le meme recours a Dieu. Un so ir Myriam vient trouver le pretre qui l ' a guerie, et ce lu i -c i , j u -geant in jus t i f iee l a presence de l a jeune f i l l e a une heure s i tardive, et deplacees les marques d 'affection qu 'e l le l u i temoigne, l a regoit f ro ide-ment et l u i s i gn i f ie finalement l 'ordre de sor t i r . E l l e , avec l'audace de sa race et de son age, au l i eu de s'executer, declare a l'abbe qu 'e l le est amoureuse de l u i . Devant ce bel epanouissement de jeunesse et de sponta-neite, le pretre f a i b l i t . II s