UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

L’inspiration romanesque de Gabrielle Roy Merzisen, Yves 1973

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1974_A1 M47.pdf [ 11.38MB ]
Metadata
JSON: 1.0099970.json
JSON-LD: 1.0099970+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0099970.xml
RDF/JSON: 1.0099970+rdf.json
Turtle: 1.0099970+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0099970+rdf-ntriples.txt
Original Record: 1.0099970 +original-record.json
Full Text
1.0099970.txt
Citation
1.0099970.ris

Full Text

L ' I N S P I R A T I O N R O M A N E S Q U E D E G A B R I E L L E R O Y by YVES MERZISEN L. es L., Universite de Paris, 1964 D.E.S., Universite de Paris, 1965 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF Ph. D. in the Department of French We accept this thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSrTY HF BRITISH COLUMBIA August, 197/3 In presenting t h i s thesis i n p a r t i a l f u l f i l m e n t of the requirements for an advanced degree at the University of B r i t i s h Columbia, I agree that the Library s h a l l make i t f r e e l y available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of t h i s thesis for scholarly purposes may be granted by the Head of my Department or by his representatives. It i s understood that copying or publication of t h i s thesis for f i n a n c i a l gain s h a l l not be allowed without my written permission. Department of FRENCH The University of B r i t i s h Columbia Vancouver 8, Canada Date August , 1973 i SOMMAIRE Des etudes b ib l iograph iques recentes indiquent que l e t o t a l des etudes consacrees a G a b r i e l l e Roy depasse maintenantHe m i l l i e r de t i t r e s . C ' e s t certainement une preuve de l a v i t a l i t e de l ' oeuvre de l a romanciere canadienne. Un succes auss i Incontestable montre egalement que l a c rea t ion l i t t e r a i r e du Quebec n 'es t p lus une vue de 1 ' e s p r i t . G a b r i e l l e Roy f a i t p a r t i e d'une p le iade d ' e c r i v a i n s contemporains qui contr ibuent tous , se lon l e u r s moyens p r o p r e s , a e t a b l i r l e s bases d'une t r a d i t i o n l i t t e r a i r e s o l i d e qu i manquait j u s - q u ' a l o r s au roman c a n a d i e n - f r a n c a i s . Ltetude suivante s ' a t t a c h e avant tout aux sources de 1'imagina- t i o n romanesque de G a b r i e l l e Roy. La premiere p a r t i e t r a i t e r a de l a quest ion des in f luences l i t t e r a i r e s et v e r r a comment e l l e s se manifestent dans l 'oeuvre de l a romanciere canadienne. Ce probleme est important au Quebec au meme t i t r e que dans tout pays francophone, car i l met en cause toute 1'orientat ion d'une l i t t e r a t u r e n a t i o n a l e . Dans des pays ou l a t r a d i t i o n l i t t e r a i r e e s t r e c e n t e , i l semble b ien q u ' i l f a i l l e se res igner a a l l e r chercher a i l l e u r s ses mentors. Dans l e cas de G a b r i e l l e Roy, nous avons ete frappe par l e f a i t que deux e c r i v a i n s f ranga is semblaient avo i r ses pre ferences . Nous etudierons ce que G a b r i e l l e Roy semble devoir a Georges Duhamel; e l l e donne 1'impression i i de f o r t b ien connai t re sa Chronique des Pasquier a i n s i que sa Vie et aventures de S a l a v i n . De nombreux c r i t i q u e s avaient deja remarque 1'accent p rous t ien de cer ta ines pages de G a b r i e l l e Roy. Nous passerons rapidement sur ce t te q u e s t i o n , 1 ' e n r i c h i s s a n t d'exemples nouveaux. L ' o r i g i n a l i t e de G a b r i e l l e Roy semble surtout se f a i r e jour a t ravers deux themes pr inc ipaux qui expriment sa v i s i o n du monde sous une forme poetique et symbolique. Le theme du voyage hante l i t t e r a l e m e n t l 'oeuvre de l a roman- c i e r e canadienne et soul igne l e d e s e q u i l i b r e fondamental de l a p lupar t de ses personnages. C e u x - c i , a l a recherche d'un i d e a l a l e u r mesure, errent dans un monde qu i l e s ignore ou l e s ecrase . Ce meme theme permet egalement a G a b r i e l l e Roy de peindre l e desar ro i s o c i a l et metaphysique de 1'homme du vingtieme s i e c l e . Par l e voyage en s o i ou, par son imaginat ion debr idee , l e personnage de G a b r i e l l e Roy tente desesperement d 'accompl i r une sor te d ' e t e r n e l re tour vers l e paradis de l ' e n f a n c e . Par l e b i a i s de ce theme, l ' a u t e u r soul igne egalement l a tendance innee qu 'a 1'homme de v o u l o i r fonder sa l i b e r t e . L 'au t re theme qu i contr ibue a donner son un i te a l 'oeuvre de l a romanciere canadienne- f rancaise est c e l u i de l ' a r b r e . Depuis l ' a n t i q u i t e , c e l u i - c i s ' e s t vu chaiger de symbolisme. Chez G a b r i e l l e Roy, i l e s t , tour a tour , f re re de 1'homme dans l e malheur et l e d e s i r d ' e v a s i o n , a s p i r a t i o n a l ' a b s o l u , support de l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e et medi tat ion sur l ' a r t . i i i Par 1 'usage q u ' e l l e f a i t de ces deux themes, G a b r i e l l e Roy prouve que l e roman ne s a u r a i t se passer d'un c e r t a i n halo poet ique; c e l u i - c i exprime souvent, mieux que les mots, l e s e ta ts d'ame d'un personnage ou l a Weltanschauung de l ' a u t e u r . S i G a b r i e l l e Roy ne parv ient pas toujours a camper des personnages i n o u b l i a b l e s par l e u r psycho log ie , du moins son oeuvre a - t - e l l e d ' i n c o n t e s t a b l e s resonnances poetiques et humaines. T A B L E D E S M A T I E R E S INTRODUCTION GENERALE CHAPITRE I INFLUENCES LITTERAIRES A. B. C. D. E. Introduction Bonheur d'occasion et La Chronique des Pasquier Alexandre Chenevert et Salavin Autres influences Conclusion 10 17 30 57 62 CHAPITRE II Introduction ETUDE THEMATIQUE ' 66 67 1. Le Theme du voyage chez Gabrielle Roy A. Introduction B. L'Invitation au voyage C. Le Voyage de l'art D. Le Voyage comme ascension sociale et comme symbole de 1'ambition E. Conclusion 76 79 107 124 172 II. Le Theme de l'arbre chez Gabrielle Roy A. Introduction B. L'Arbre: resurrection de l'enfance C. L'Arbre: frere de 1'homme et support de la creation artistique D. L'Arbre: symbole de desesperance E. Conclusion CONCLUSION GENERALE BIBLIOGRAPHIE ANNEXES ANNEXE I ANNEXE II ANNEXE III v i AVIS SUR LES CITATIONS Vu les risques d'equivoque qui auraient pu naitre de l a multiplicite des romans cites dans le premier chapitre, on mentionnera le t i t r e complet de chaque roman u t i l i s e , sans toutefois repeter le nom de Gabrielle Roy. Les risques d'equivoque etant annules dans le chapitre suivant, les renvois feront appel au t i t r e abrege des romans de Gabrielle Roy. INTRODUCTION GENERALE ON peut affirmer, sans courir le risque de se tromper beaucoup, que Gabrielle Roy est l'ecrivain canadien-francais le mieux connu a l'etranger. Son oeuvre a contribue, par sa quallte, a faire franchiser a l a litterature de son pays ses frontieres nationales. Le Prix Femina couronnait son premier roman en France alors qu'aux Etats-Unis celui-ci connaissalt un succes de vente dont aucun roman canadien-francais n'avait joui jusqu'alors. Peu avant sa mort recente, Pierre-Henri Simon consacrait sa rubrique l i t t e r a i r e du Monde a son roman La Riviere sans repos. Bien plus que Nelligan, Gabrielle Roy a done contribue a mettre le Canada- frangais sur l a carte l i t t e r a i r e du monde. Cependant, i l est un autre t i t r e de gloire qu'on ne saurait contester a l a romanciere canadienne- frangaise et qu'aucun autre ecrivain de son pays ne peut encore partager avec e l l e : c'est l a satisfaction de laisser derriere elle une imposante oeuvre romanesque qui compte maintenant huit t i t r e s , dont l a plupart compteront dans l a production l i t t e r a i r e de son pays. D'autres se sont montres plus prolifiques, comme Yves Theriault, mais combien de ses oeuvres resteront? Une autre reussite a mettre a l ' a c t i f de Gabrielle Roy, sera sans doute, d'avoir ouvert l a voie a une succession nombreuse, d'avoir montre par son exemple que l a litterature canadienne-frangaise pouvait 2 etre une litterature viable et digne d'etre lue a 1'etranger. La floraison l i t t e r a i r e extraordinaire de ces dernieres annees au Quebec, remonte sans doute indirectement a ce jour de 1946, ou un prix l i t t e r a i r e frangais distinguait non seulement un auteur, mais toute une tradition l i t t e r a i r e qui voyait l a son couronnement. A une epoque ou 1'engagement a l l a i t plus ou moins de soi en France, Bonheur d'occasion reprenait une forme de roman que l'on pourrait juger typique du roman du XIXe siecle ou du debut du XXe siecle. Mais une chose surprend lorsque l'on survole l a creation l i t t e r a i r e de Gabrielle Roy. Si l'on r e l i t sa production de ces dernieres annees, on ne peut manquer d'etre surpris par le peu de place que s'y voit accordee son epoque. Commencant sa carrlere avec le coup d'eclat de Bonheur d'occasion, roman que l'on peut qualifier de social, l a continuant magistralement par Alexandre Chenevert qui deborde le cadre social pour affronter des problemes existentiels, l'auteur semblait avoir trouve sa voie. Avec les oeuvres qui succederont a Alexandre Chenevert on a 1'impression que Gabrielle Roy s'est subitement re- tranchee dans sa tour d'ivoire. Le realisme qui a l l a i t de soi dans ses deux oeuvres majeures f a i t soudain place a un reve ethere sur 1'homme vu a travers sa jeunesse. Le passe va jouer un role de plus en plus grand, comme s i le present et l'avenir n'etaient plus dignes d'attention. Du tableau de famille de Bonheur d'occasion, on passe soudain au heros sol i t a i r e d'Alexandre Chenevert; l a suite de 3 ses oeuvres accentuera cette tendance a l a monographie, l'auteur futur y etant mis en scene continuellement. Retour sur soi-meme, meditation sur l a vie a travers l'enfance et poesie diffuse, tels sont les traits caracteristiques de l a pro- duction post-realiste de Gabrielle Roy. Quand ce n'est pas l'auteur qui revolt et revit sa jeunesse, ce sont des personnages choisis pour leurs possibilites oniriques qui tiennent le devant de l a scene, tels les Esquimaux dans La Riviere sans repos, les Petits-Ruthenes dans Rue Deschambault, ou l a nature personnifiee comme dans Cet ete qui chantait. Gabrielle Roy a tres tot abandonne "l'homo quebecensis" comme s i pour se renouveler: e l l e avait besoin de changer de decor. Les personnages de sa production recente sont tous choisis soit pour leur exotisme et leur purete originelle, soit pour leur jeunesse et par l a , leur idealisme. Gabrielle Roy semble d'allleurs toujours hesiter entre ces deux poles de sa creation. Rappelons le roman La Petite Poule d'Sau, qui se voit plus ou moins ecrase entre ces deux monuments que sont Bonheur d'occasion et Alexandre Chenevert. Mais c'est 1'aspect leger et idealiste de La Petite Poule d'gau qui l'emportera par l a suite. A une epoque ou l a litterature du Quebec se nationalise de plus en plus (pour ne pas dire se p o l i t i s e ) , a une epoque ou l a nouvelle vague met 1'accent sur l'homme du Quebec, ou l'on voit l a revolution sourdre a travers les oeuvres d'un Hubert Aquin, d'un Jacques Godbout, 4 d'un Paul Chamberland, ou le quebecois arrive en force sur les scenes des theatres, bref a une epoque ou l a litterature canadienne-francaise reflete plus que jamais un Quebec en crise, on ne peut s'empecher d'etre frappe par l'attitude olympienne que Gabrielle Roy manifeste dans son oeuvre. Imperturbable, e l l e continue a ecrire comme i l y a vingt ans, faisant abstraction de ce reel qui etait pourtant a l a source de son premier roman. Mais s i Gabrielle Roy ne participe pas a 1'evolution des idees de son epoque, s i el l e a abandonne les preoccupations sociales et humanitaires de ses premiers romans, c'est pour se pencher sur quelque chose qui l u i tient tres certainement a coeur. II est indeniable qu'elle eprouve une forte propension a l a reverie, qui se manifestait deja dans certains aspects de ses premieres grandes oeuvres. On a presque 1'impression qu'a travers Bonheur d'occasion et Alexandre Chenevert, Gabrielle Roy s'est delivree d'un sentiment de compassion qu'elle eprouvait pour les couches sociales defavorisees de son pays, mais que cette forme de roman ne convenait pas vraiment a son temperament. On l a sent plus a l'aise dans les oeuvres auto- biographiques: Rue Deschambault et La Route d'Altamont en particulier. Ces deux ouvrages ont l'avantage de montrer mieux que les autres l a facon dont l a perception du monde de l'auteur joue sur le processus de sa creation l i t t e r a i r e . Legeres de forme et d'inspiration, empreintes d'une grace evanescente, ces deux oeuvres tout en s'opposant 5 a Bonheur d 'occas ion et a Alexandre Chenevert, en forment i n d i r e c t e - ment l e prolongement. Ce qui est maintenant developpe, ce sont l e s scenes de nature et d'enfance que l ' o n trouve deja a l ' e t a t l a ten t dans l e s deux grandes oeuvres qu i precedent e t q u ' e l l e ava i t de ja developpees dans La P e t i t e Poule d'eau sans a r r i v e r a l a p e r f e c t i o n q u ' e l l e mani festera p lus t a r d . Ce qu i frappe maintenant dans ces deux oeuvres , c ' e s t l e t i r a i l l e m e n t incessant qu i to r tu re ses personnages. Ceux -c i sont continuel lement e c a r t e l e s entre l e beso in p r imord ia l d ' e t r e a l a f o i s en s e c u r i t e e t en l i b e r t e . Tout personnage de G a b r i e l l e Roy est constamment en etat de d e s e q u i l i b r e , p r i s entre l ' a t t r a i t de l ' E s t dont i l e s t o r i g i n a i r e e t de l ' O u e s t ou i l r e s i d e , entre l e f u t u r qu i l ' e f f r a i e et l e p a s s e , ou regne 1'ombre p r o t e c t r i c e de l a mere, entre un bonheur toujours fuyant e t un etat d ' i n s a t i s f a c t i o n c o n t i n u e l . Cet e tat de desequ i l ib re constant , p lu to t que d ' e t r e d e c r i t , a f f i r m e , se l a i s s e percevo i r a t ravers l e halo poetique qui enveloppe l e s personnages de G a b r i e l l e Roy et par l e traitement des images qui l u i sont f a v o r i t e s . Sous l e t i t r e general d ' i n s p i r a t i o n romanesque chez G a b r i e l l e Roy, nous nous proposons d ' e t u d i e r successivement l e s deux aspects pr inc ipaux de son i n s p i r a t i o n . Tout d 'abord nous nous pencherons sur l a quest ion des in f luences qu i se sont manifestoes dans ses debuts l i t t e r a i r e s . Nous nous e f fo rcerons de prouver que comme tout e c r i v a l n 6 c a n a d i e n - f r a n c a i s , ou tout e c r i v a i n francophone en g e n e r a l , G a b r i e l l e Roy ne peut a f f i r m e r s a " q u e b e c i t u d e " qu'en passant par l e s grands maltres f r a n g a i s . La t r a d i t i o n l i t t e r a i r e de son passe n a t i o n a l e s t trop mince pour qu'un jeune e c r i v a i n debutant p u i s s e y trouver l ' a i d e dont i l a besoin pour e v e i l l e r son i n s p i r a t i o n e t guider sa technique. Nous nous sommes penches sur un e c r i v a i n que G a b r i e l l e Roy a certainement l u avec a t t e n t i o n et q u i a depose de nombreux ferments dans son imagination l i t t e r a i r e : Georges Duhamel. Nous reviendrons sur l e f a i t qu'entre 1941 et 1944 deux revues l i t t e r a i r e s canadiennes-frangaises sont vouees aux polemiques l i t t e r a i r e s ; y p a r t i c i p e n t des e c r i v a i n s comme Aragon, Frangois Mauriac, Georges Duhamel et Robert Charbonneau. On en trouve des echos dans La Nouvelle Releve. Dans l a premiere vague de l a revue Amerique f r a n g a i s e (entre 1941 e t 1944) on accorde une place eminente a Marcel Proust et a Georges Duhamel q u i semblent e t r e beaucoup l u s au Canada f r a n g a i s a c e t t e epoque. G a b r i e l l e Roy a l u tous ces auteurs au moment ou e l l e se mettra a e c r i r e . Notre premiere p a r t i e sera done une etude systematique, dont 1'objet sera de t e n t e r de montrer s i i n f l u e n c e s i l y a eu, et comment on peut l e s comprendre. Nous nous appuierons autant que p o s s i b l e sur une etude d e t a i l l e e des t e x t e s , s e u l element de preuve d'une etude de ce genre. Dans une seconde p a r t i e generale, nous nous attacherons c e t t e f o i s a ce q u i nous semble c o n s t i t u e r 1 ' o r i g i n a l i t e de G a b r i e l l e Roy. Nous tacherons de v o i r comment se transmet l a v i s i o n du monde q u i l u i 7 est propre. Nous avons deja souligne le cote poetique de son oeuvre et nous verrons que sa vision du monde s'exprime par images. Au nombre de ce l l e s - c i , deux ont particulierement retenu notre attention: 1'image du voyage et celle de l'arbre. Celles-ci sont reliees aux grands themes de l'oeuvre: theme de l a v i l l e , de l a creation artistique, de l a descente en soi-meme etc... On les retrouve dans tous ses romans sans exception ce qui produit un effet de repetition lancinant qui semble donner a l'oeuvre sa tonalite generale. De nombreux critiques ont note que l'on voyageait beaucoup dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. En effet, que ce soit a pied et en cercle comme dans Bonheur d'occasion, en esprit comme dans Alexandre Chenevert, ou de facon rectiligne comme dans La Montagne secrete, 1'invitation au voyage est un des leitmotive de l'oeuvre de Gabrielle Roy. Ceci nous semble indiquer un desequi- libre fondamental de ses personnages qui tentent desesperement de trouver un ideal dans un monde qui les depasse ou les ignore. Le theme du voyage sera done l i e a l a quete parfois abstraite que poursuivent ses heros et souligne le desarroi social et metaphysique de 1'homme du vingtieme siecle. Par le theme du voyage l a pensee de Gabrielle Roy debouche ainsi sur un humanisme. Le second theme que nous suivrons a travers l'oeuvre est celui de l'arbre. Sa presence continuelle en fa i t un element obsedant de l'oeuvre de l a romanciere canadienne. Ce qui pourrait passer au debut pour un simple element du decor se charge peu a peu de signification; 8 en l'arbre l'auteur voit bien au-dela du vegetal: l'arbre est tour a tour, frere de 1'homme, compagnon dans le bonheur et le malheur. Ses arbres citadins sont aussi chetifs et desesperes que les hommes qui y sont decrits. L'arbre est aussi dans son imagination eveil du sens artistique dans La Route d'Altamont et support de la creation artistique dans La Montagne secrete ainsi qu'objet de la meditation sur l'Art. Dans cette derniere oeuvre nous verrons que l'arbre et 1'homme finissent par tellement se confondre qu'on ne peut plus les distinguer l'un de 1'autre, refletant ainsi les concepts paralleles de l a vie et de l a connaissance. ] G H A P I T R E I INFLUENCES LITTERAIRES 10 A. INTRODUCTION Apres a v o i r rapidement passe en revue l e s sources h i s t o r i q u e s , s o c i a l e s et economiques qu i ont aide G a b r i e l l e Roy a rompre avec 1 ' i n s p i r a t i o n romanesque un peu courte de ses devanc ie rs , nous a l l o n s devoir nous a r r e t e r p lus longuement sur un aspect de l a c rea t ion l i t t e r a i r e qui a f fec te p lus ou moins profondement tout e c r i v a i n qui se lance et p lus par t icu l ie rement l ' e c r i v a i n du Quebec, toujours a l a recherche d'une t r a d i t i o n l i t t e r a i r e et d'une c u l t u r e . Nous voulons p a r l e r i c i des in f luences romanesques dont G a b r i e l l e Roy a pu s ' i n s p i r e r . Avant de passer a 1'etude d e t a i l l e e et approfondie de ces i n f l u e n c e s , i l s e r a i t bon, grace a Andre Malraux, de reven i r sur l e processus de l a c r e a t i o n l i t t e r a i r e . Andre Malraux est certainement l ' u n des penseurs modernes qui ont l e p lus profondement in f luence 1'epoque contemporaine en ce qu i concerne le domaine de l ' a r t . Lui-meme c r e a t e u r , i l es t l ' u n de ceux qui ont pousse l a r e f l e x i o n sur l a c rea t ion a r t i s t i q u e dans ses dern iers re t ranche- ments; i l demonte f o r t b i e n , par exemple, l e processus de l a c rea t ion chez l e jeune a r t i s t e , et i l l e f a i t sans h y p o c r i s i e . Pour l u i , tout a r t i s t e , auss i celebre s o i t - i l par l a s u i t e , a commence par i m i t e r un mal t re: Qu'un a r t i s t e commence to t ou tard a p e i n d r e , a e c r i r e , a composer, et quelque s o i t l a force de ses premieres 11 oeuvres, i l y a d e r r i e r e e l l e s 1 ' a t e l i e r , l a c a t h e d r a l e , l e musee, l a b i b l i o t h e q u e , 1'audition.^ - et encore: "Tout a r t i s t e commence par l e p a s t i c h e , f o r m u l e q u i peut p a r a i t r e par trop d e f i n i t i v e , et q u i pourtant f a i t i r r e s i s t i b l e - ment penser a Marcel Proust, ses p a s t i c h e s d ' e c r i v a i n s et son admiration non deguisee pour Ruskin. Les exemples d 1 i n f l u e n c e recherchee par un jeune auteur abondent dans l e s e u l domaine l i t t e r a i r e : 1'admiration du jeune Goethe pour Klopstock se devine dans l e s premieres oeuvres du poete debutant, Hans C h r i s t i a n Andersen commence par mal i m i t e r H e i n r i c h Heine avant de trouver sa v o i e dans un genre q u ' i l i l l u s t r e de son genie, Hemingway debute a Montparnasse a l'ombre de Gertrude S t e i n et d'Ezra Pound e t p l u s pres de nous J . Bloch-Michel reproche a Claude Simon de trop emprunter a Faulkner. L'etape de l ' i m i t a t i o n e st f r a n c h i e rapidement par l e jeune a r t i s t e ; i l f a i t v i t e 1'experience que c e t t e dependance i n t e l l e c t u e l l e n'est qu'un carcan dont i l faut se l i b e r e r au p l u s v i t e . Sa v o c a t i o n , nee dans l a dependance du genie l u i a p p o r t a i t l ' e s p o i r d'une l i b e r t e f u t u r e mais a u s s i l e sentiment d'un esclavage present ... Son esclavage e t a i t un esclavage d ' a r t i s t e , une soumission a des formes, a un s t y l e : et sa l i b e r t e e s t une l i b e r t e d ' a r t i s t e : son evasion de ce s t y l e . ^ 1Andre Malraux, Les Voix du S i l e n c e ( P a r i s : G a l l i m a r d , 1951), p. 313. (C'est nous q u i soulignons) 2 I b i d . , p. 210. 3jean Bloch-Michel, Le Present de l ' i n d i c a t i f ( P a r i s : G a l l i m a r d , 1963), p. 29. ^Andre Malraux. Op. c i t . , p. 357. 12 Pour T.S. E l i o t , 1'influence l i t t e r a i r e est un "stimulus createur", un veritable "eveil a l a vie", du au: sentiment de parente profonde, ou mieux d'une intimlte personnelle particuliere, qu'il a avec un autre ecrivain, probablement avec un ecrivain mort. Ce sentiment peut l'envahir brusquement comme un coup de foudre ou apres une longue frg- quentation; c'est certainement une crise; et quand le jeune ecrivain est pris de sa premiere passion de cette sorte, en quelques semaines, de simple agregat de sentiments empruntes, i l peut se metamorphoser en une personne. Pour l a premiere fois, de cette intimite imperieuse nait une certitude vraie, inebranlable. C'est une cause de developpement analogue a nos relations personnelles dans l a vie. Et comme les intimites personnelles dans l a vie, cela peut passer, et passera sans doute, mais cela sera ineffacable.... Nous n'imitons pas, car nous sommes changes; et notre oeuvre est l'oeuvre de 1'homme transforme; nous n'avons pas emprunte, nous avons ete eveilles a l a vie, et nous sommes devenus porteurs d'une tradition.1 En d'autres termes, le stade de l'imitation ne dure qu'un temps pour le jeune ecrivain et i l ne l u i sert en f a i t que de tremplin. Le processus de liberation pousse a son terme fera 1'artiste de genie; rester dans les chaines de l'imitation voue l'ecrivain a cette mediocrite definitive et fatale qu'est le plagiat. Si des ecrivains comme Gide ou Shakespeare ont consciemment subi ou recherche des influences l i t t e r a i r e s , qu'en e s t - i l des ecrivains du Quebec? T.S. E l i o t , "Reflections on Contemporary Poetry", The Egoist July 1919. (Notre traduction) ~ — ~ ' 13 La question des influences prend i c i une toute autre dimension; le probleme n'est plus uniquement axe sur des affinites personnelles mais devient une question de survie l i t t e r a i r e . Pour l'ecrivain du Quebec, qui ne peut se tourner vers une tradition l i t t e r a i r e nationale qui ne f a i t que naltre, i l y a une tendance tres naturelle a aller chercher a l'exterieur de quoi stimuler son sens createur. Pendant longtemps, c'est vers l a France qu'on se tourne selon un mouvement de bascule, passant d'une periode d'imitation servile de certains ecrivains frangais a un rejet absolu de tout ce qui venait de ce pays. Par exemple, i l est interessant de noter que l a vogue du regionalisme va s'epanouir au Quebec au moment ou l'ecole realiste francaise y est persona non grata. Le roman canadien-francais de cette periode, ferme aux influences exterieures et completement replie sur lui-meme, se meurt litteralement de lethargie. Le roman canadien-frangais de cette epoque i l l u s t r e fort bien l a these qui veut que le roman ne peut naitre du neant et qu'il est sans doute le genre l i t t e r a i r e dont l a survie depend l e plus de l'echange des idees et des experiences en cours a l'echelle mondiale. Voyons, pour prendre un exemple connu, tout ce que le roman am£ricain a apporte a des ecrivains comme Sartre et Camus. II apportait litteralement une bouffee d!oxygene a une tradition romanesque frangaise constamment "en crise" depuis le debut du siecle. Mais s i le roman frangais arrivait a bout de souffle faute de pouvoir depasser une tradition qui avait f a i t son temps, le roman canadien-frangais par contre devait s'en creer une qui ne fut pas celle de l a terre, Cette nouvelle Lignee d'ecrivains 14 canadiens- f ranga is v o i t l e j o u r au cours des annees qu i precedent directement l a deuxieme guerre mondiale. Parmi ces auteurs , G a b r i e l l e Roy prend v i t e 1 ' a l l u r e d'un chef de f i l e , et con t r ibue , p lus que tout a u t r e , a cet te epoque, a e l a r g i r 1 'hor izon du roman c a n a d i e n - f r a n c a i s . Nous a l l o n s tenter de montrer q u ' e l l e l ' a f a i t en s 'ouvrant surtout a 1 ' in f luence f r a n c a i s e , a t ravers des roman- c i e r s q u ' e l l e connalt b ien dont l e s deux p lus importants sera ient Georges Duhamel e t Marcel Proust . Duhamel a f a i t l e voyage du Canada e t , avec Aragon, Mauriac et P rous t , i l es t certainement un des romanciers f ranga is l e s p lus lus dans cet te periode de 1 'avant -guerre , s i importante pour l e renouveau du roman canad ien - f ranga is . II a p a r t i c i p e a l a quere l l e qui oppose a Robert Charbonneau une p le iade d ' e c r i v a i n s f r a n g a i s ; l a revue La Nouvel le Releve de cet te per iode se f a i t l e veh icu le p r i n c i p a l de ce t te q u e r e l l e . En compagnie de ceux des e c r i v a i n s que nous avons c i t e s , l e s e c r i t s de Georges Duhamel t iennent egalement une place importante dans l a revue Amerique frangai i entre 1941 et 1944. S i nous ajoutons quei-GabrielleERpy pub l ie des contes et autres e c r i t s dans ces memes revues, environ aux memes da tes , e l l e ne peut done q u ' a v o i r b ien connu l ' oeuvre de romanciers que l e p u b l i c c u l t i v e du Quebec conna issa i t a lo rs f o r t b i e n . A 1'epoque meme ou La Condi t ion humaine se voya i t decerner l e P r i x Goncourt, Roger Mart in du Gard remettai t Les Th ibaul t sur 15 le chantier, Jules Romains s'attelait a l a tache epuisante que representaient %es Hommes de bonne volonte et Georges Duhamel publiait le premier volume de La Chronique des Pasquier. Ces trois oeuvres representaient une veritable somme et ne visaient pas moins qu'a faire l'inventaire d'une epoque ou un certain humanisme avait f l e u r i tant bien que mal et que Malraux n'avait pas encore totalement remis en question. Un souci etait cependant commun a tous ces ecrivains: 1'abandon de l a f i c t i o n romanesque integrale au profit de l a meditation generale et le refus d'une certaine psychologie. Georges Duhamel en ecrivant l a serie des Pasquier cherchait a realiser tout autre chose que ce qu'avait f a i t avant l u i Emile Zola. Dans son Histoire naturelle et soclale d'une famille sous le Second Empire, ce dernier cherchait a echafauder une theorie scientifique contre laquelle se dresse Duhamel, qui, a une verite historique trompeuse, oppose une "vSrite humaine et poetique". Gabrielle Roy ne desavouerait certainement pas cette prise de position, e l l e dont l'oeuvre entiere est axee sur cette notion. Mais, en quoi Georges Duhamel et sa longue Chronique pouvaient-ils avoir une resonnance sur un jeune auteur canadien- francais qui se lancait en 1945, c'est a dire quatre ans apres l a parution du dernier l i v r e de l a serie des Pasquier, La Passion de Joseph Pasquier, qui date de 1941? 16 De nombreux rapprochements vont se faire jour a l a lecture des deux oeuvres; plutot que de paraphraser les textes qui sont a notre avis les plus representatifs, nous les citerons abondamment puisqu'ils representent l a seule preuve possible dans une etude de ce genre. B. BONHEUR D'OCCASION et LA CHRONIQUE DES PASQUIER II peut paraitre vain a p r i o r i de vouloir comparer deux romans en apparence aussi dissemblables que Bonheur d'occasion et La Chronique des Pasquier; structuralement, nous avons affaire d'un cote a un roman fleuve ou le temps joue un role capital qu'il serait i l l u s o i r e de vouloir retrouver dans le roman de Gabrielle Roy. Chez Georges Duhamel le recit est conduit l a plupart du temps par un personnage qui dit "je" et qui se juge lui-meme ainsi que les autres membres de sa famille. Les personnages de premier plan 1 Sont plus nombreux chez Duhamel, et l a tranche de vie de l a famille Pasquier est beaucoup plus fouillee par son auteur que ne l'est celle de l a famille Lacasse par Gabrielle Roy. Ce qu'il y a de commun aux deux oeuvres, reside bien plus dans le decor general de 1'action, dans les tableaux de l a misere et des atmospheres generales. Comparons ces deux scenes de bidonville, d'abord chez Gabrielle Roy: Une nuee d'enfants depenailles jouaient sur les trottoirs au milieu des saletes. Des femmes maigres et tristes apparaissaient sur les seuils malodorants, etonnees de, .Qe s o l e i l qui fai s a i t des carres de lumiere devant chaque caisse a ordures. D'autres posaient leur nourrisson a l'appui de l a croisee et leur regard absent errait. Partout des voix aigres, des pleurs d'enfants, des cris qui j a i l l i s s a i e n t , douloureux, des profondeurs de quelque maison, portes et volets rabattus, morte, muree sous Joseph, Ferdinand, Cecile, Suzanne, Laurent et les parents. 18 l a lumiere comme une tombe.^" Vp/ons maintenant une scene comparable, pe inte par Georges Duhamel cet te f o i s : Souvent, apres un grand morceau de v i l l e propre et so ignee , s ' o u v r a i t un nouvel u l c e r e , une sombre cour des m i r a c l e s , avec des cahutes p o u r r i e s , des montagnes de d e t r i t u s , des meutes d 'enfants vermineux, des hommes e t des femmes farouches, des odeurs d ' O r i e n t , lugubre , p l u v i e u x , haineux, maudit. Et quand on approchait des p o r t e s , quand on commencait d'entendre p a r l e r , r i r e e t chanter P a r i s , a l o r s e c l a t a i t l a "zone" , l e grand camp de l a misere q u i , de p a r t o u t , i n v e s t i t l a v i l l e i l l u s t r e et magnif ique. Deux scenes , deux s t y l e s et cependant une atmosphere semblable. Par 1 'accumulat ion des a d j e c t i f s , l e s auteurs renforcent l e u r peinture de l a misere e t montrent que cette misere es t i n d i s s o c i a b l e des not ions de t r i s t e s s e , de maigreur physique, d'hebetude e t d 'odeurs p e s t i l e n - t i e l l e s . C ' e s t l a misere dans ce q u ' e l l e a d ' e t e r n e l qui est d e c r i t e i c i . De semblables scenes sont frequentes a l a f o i s chez G a b r i e l l e Roy et chez Georges Duhamel. II saute rapidement aux yeux q u ' e l l e s sont t r a i t e e s se lon l a meme technique romanesque: 1'unanimisme. Dans l e cas de Duhamel, l a v e r i t a b l e per iode unanimiste se f a i t jour au debut de sa c a r r i e r e et ses poemes de jeunesse en sont fortement marques. Bien que 1'unanimisme de Duhamel a i l l e en decro issan t au fu r e t a mesure q u ' i l se rend ma£tre de son a r t , toute son oeuvre en gardera quelque chose. 1 Bonheur d' .occasion (Montreal: Beauchemin, 1967), p. 87 . 2 Georges Duhamel, Vue de l a Terre promise (Ed. L i v r e de Poche), p. 35. 19 Disons pour simplifier qu'il n'en garde que 1'esprit et que 1'unanimisme devient chez l u i de plus en plus diffus. Gabrielle Roy, de son cote, semble avoir ete particulierement attiree par ce mouvement l i t t e r a i r e et cette approche artistique. Bonheur d'occasion foisonne de passages que l'on pourrait qualifier d'unanimistes et qui sont parfois tres reussis comme celui que nous allons citer plus bas. Par dela Rose-Anna, c'est le destin de l a femme eternelle qui est evoque l e i . C'est bien le propre de 1'unani- misme que de refleter a travers un personnage les sentiments de tout un groupe social. L'impact de l a guerre sur l a population feminine est rendu i c i avec un art tres sur de meme que les sentiments anti- militaristes qui caracterisent l a femme du peuple: D'un pas d'automate, elle prit le chemin de l a rue Beaudoin. Elle les connaissait bien soudain, toutes ces femmes des pays lointains, qu'elles fussent polonaises, norvegiennes ou tcheques ou slovaques. C'etaient des femmes comme e l l e . Des femmes du peuple. Des besogneuses. De celles qui, depuis des siecles, voyaient partir leurs maris et leurs enfants. Une epoque passait, une autre venait; et c'etait toujours l a meme chose: les femmes de tous les temps agitaient la main ou pleuraient dans leur fichu, et les hommes defilaient. II l u i sembla qu'elle marchait par cette claire f i n d'apres-midi, non pas seule, mais dans les rangs, parmi des milliers de femmes, et que les soupirs las des besogneuses, des femmes du peuple, du fond des siecles montaient jusqu'a e l l e . E l l e etait de celles qui n'ont rien d'autre a defendre que leurs hommes et leurs f i l s . De celles qui n'ont jamais chante aux departs. De celles qui ont regarde les defiles avec des yeux sees, et dans leur . J; coeur, ont maudit l a guerre. 1 ^Bmheur d'occasion, p. 205. Nombre de pages de Bonheur d'occasion devraient etre evoquees i c i ; contentons-nous de signaler au passage les plus reussies: p. 67 - travailleurs rentrant au logis; p. 90-91 -• clients des Deux Records; p. 188 - l'arrivee du printemps; p. 240 - l a vie du faubourg; p 252 - l'ame de Saint-Henri. 20 A l a source de 1'unanimisme i l y a un puissant besoin de communier dans l a souffranee des hommes et la volonte d'y trouver malgre tout un espoir. Ce sentiment tient uneplace de choix aussi bien dans La Chronique des Pasquier que dans Bonheur d 'occasion ; i l est evident que l a profonde humanite des deux auteurs se revolte devant l a degradation de 1 'homme par l a misere et devant le desespoir qui en resulte. Mais nos deux auteurs font egalement preuve de virtuosite quand i l s jouent de 1'unanimisme sur un autre registre, celui de l'intimite avec les personnes et les choses; c'est en quelque sorte une espece de sixieme sens qu'ils semblent posseder, qui leur permet de penetrer et de faire ressortir l a personnalite profonde et secrete d'une maison, d'un quartier, d'une rue, d'une famille ou d'une foule. C'est l a , sans contredit, que Duhamel est le plus artiste, c'est l a qu'il joue de sa langue avec un brio inimitable, comme dans ce passage sur les odeurs qui hantent l a maison ou les Pasquier ont trouve un appartement: Et l'on sait ce que l'on mange a toutes les altitudes. L'odeur de l'oignon grimpe comme une bete le long des marches. Elle furette, rode, s'accroche a toutes les aspgrites ... Mais 1'odeur du hareng f r i t est plus farouche et plus puissante encore. El l e arrive, par paquets, comme une troupe d'assaut; l'odeur de l'oignon prend peur et lache pied. L'odeur du hareng f r i t campera l a jusqu'a demain. On ne l a respire pas, on l a touche. Elle est gluante et colle aux doigts.^- Gabrielle Roy, qui manie sa langue avec beaucoup moins de dexterite, arrive malgre tout a des reussites incontestables dans ee domaine, ''"Georges Duhamel, Le Not aire du Havre (Paris: Mercure de France , 1933), p. 78 . 21 temoin le coup d'oeil attendri et desole qu'elle jette sur le quartier Saint-Henri; ces evocations sont certainement des modeles du genre dans l a litterature canadienne-francaise. Les descriptions de l'interieur miserable des Lacasse temoignent en elles-memes de l a profonde sympathie que l'auteur porte, a travers ses personnages, a toute unegeneration hantee par l a misere. Mais c'est avant tout 1'etude de l a cellule vivante qu'est l a famille qui retient l'attention de nos deux auteurs; i l s veulent etudier comment e l l e reagit a l a pression du monde exterieur, materiel et social, et meme historique, bien que cet aspect soit beaucoup plus important chez Gabrielle Roy du f a i t meme du denouement du roman. Des deux families s'exhale une acre poesie de l a misere, dont l a note est sans doute plus forcee dans le roman de Gabrielle Roy. Materiellement, ce sont les memes conditions de vie, les memes attributs eternels de la misere humaine: meme decrepitude des maisons habitees, memes demenagements annuels, meme mobilier defrafchi (bien que dans la famille Pasquier on possede encore ces quelques "meubles de famille" qui tranchent sur le reste - en attendant qu'on les mette au mont-de-piete): meme campement, le soir, quand i l faut monter les l i t s de camp, partager des l i t s a plusieurs, dans une promiscuite que Marie-Claire Blais denoncera plus tard avec plus de vigueur encore, sur un ton mi-figue, mi-raisin. Cette realite parfois hideuse que peut devenir l a famille suscite bien sur un besoin d'evasion que l'on retrouve aussi bien chez Florentine Lacasse que chez les enfants Pasquier; mais i l se voit tempere par le devouement de l a mere. C'est grace a e l l e , en effet, que l'entite qu'est l a famille garde un semblant 22 de dignite humaine; grace a des nuits de travail ingrat cm le ronron de l a machine a coudre berce le sommeil des enfants, l a mere preserve au moins l a dignite exterieure des membres de l a famille: Parfois l'argent s'endormait. Pendant quelques jours, quelques semaines, on cessait d'en parler. Nous, les enfants, nous cessions meme d'y penser. La nourriture se trouvait disposee sur l a table aux heures habituelles, les chaussures montraient au pave des semelles suffisamment saines, les vete- ments rallonges, retournes, rapieces, repasses, f a i - saient encore bonne contenance. Sans doute, mere v e i l l a i t - e l l e aux rafales. Nous savions bien qu'elle devait observer les alentours, interroger le vent et les etoiles, faire, dans le silence des nuits, maintes supputations prudentes. Mais e l l e n'en disait rien et nous nous laissions a l l e r au bonheur de vivre comme les personnes pour qui l'argent n'est pas une plaie saignante. Nous reconnaissons dans ce passage les qualites de debrouillardise de Rose-Anna, qui, dans une situation financiere sans doute plus d i f f i c i l e que celle de Madame Pasquier, a les memes preoccupations immediates. Voyons par exemple comme ell e apporte du bonheur a son f i l s Daniel qui, faute de vetements chauds, n'a pu se rendre a l'ecole depuis quelque temps: Mais ce jour-la, e l l e negligea son menage. E l l e laissa meme l a vaisselle s'empiler sur l'evier et elle cousit longtemps. Le soir, lorsque l a salle a manger fut nettoyee et que les sofas furent tires et ouverts, elle cousait encore. Daniel s'endormit au ronronnement de l a machine a coudre, et i l reva de son manteau. Chose etrange, i l 1'avait vu avec un beau col de fourrure dans les fantaisies du sommeil. Et lorsqu'il ouvrit des yeux br i l l a n t s , i l apercut son manteau au dos d'une chaise et garni du vieux loup noir qui avait ete un cadeau de noces de sa mere.2 !(eorges Duhamel, L^Jardin_des betes sauvages (Paris: Mercure de France) , p. 85r~86. ^Bonheur d'occasion, p. 197. 23 Chez Georges Duhamel comme chez Gabrielle Roy, c'est l a mere qui f a i t front aux dangers qui menacent l'unite de cette pauvre chose humaine qu'est a leurs yeux l a famille. Le pere se tient nettement en retrait. Non qu'il soit tout a f a i t inexistant. Comme nous le verrons plus bas i l abandonne son role de pater familias a sa femme. De caractere efface, i l deserte son devoir, soit par faiblesse soit par inconscience. Dans le revers, ce sera done l a figure altiere et massive de l a mere qui empechera l a famille de se desintegrer. Or, i c i encore, i l est interessant de comparer les figures de l a mere chez Georges Duhamel et Gabrielle Roy, et de voir qu'elles sont faites de l a meme pate. Toutes deux, quoique de caractere assez fataliste debordent d'une energie qui les soutient dans l'adversite. Physique- ment, elles sont soeurs, usees jusqu'a l a trame par les soucis tant materiels que moraux auxquels elles font face de facon quotidienne; toutes deux connaissent des effondrements passagers, en particulier lorsque leurs f i l s partent pour l'armee et l a guerre. Dans leur combat quotidien contre le desespoir et l a decadence par l a misere, elles sortent victorieuses et sauvegardent l'unite et l a dignite de l a famille. Par l a voix de Laurent Pasquier, Georges Duhamel adresse a l a mere en general un vibrant hommage que Rose-Anna peut, mot pour mot reprendre a son compte; ses propres enfants n'hesiteraient pas a l u i dresser les trois statues dont parle Duhamel.^ Face a ces paragons de vertus familiales que sont leurs femmes, Raymond Pasquier et Azarius Lacasse presentent les defauts habituels des reveurs inveteres et des optimistes "'"Voir. citation en annexe I. 24 impenitents; autant leurs epouses respectives ont les pieds sur terre, autant eux se dlstinguent par leur manque de realisme. Au point de vue physique, i l est interessant de constater qu'ils se ressemblent etrangement. Si leurs epouses sont v i e i l l i e s precoce- mentj«eux par contre ont reussi a preserver un ai r de jeunesse etonnant; les auteurs y reviennent a plusieurs reprises: Le petit dejeuner pris, ce qui n'etait pas fort long, papa se levait et s'eclaircissait l a voix par deux ou trois "Hum!" energiques. II n'etait pas de haute t a i l l e ; mais i l j e t a i t sur les choses et les hommes un regard bleu-frais, ironique, toujours un peu dedaigneux, et ce regard indechiffrable f a i s a i t paraftre mon pere plus grand qu' i l n'etait en realite, phenomene qui m'a beaucoup frappe dans mon enfance et que je relate sans entreprendre de l ' e c l a i r c i r . II avait des cheveux boucles, d'un blond chaleureux, des traits nets, un teint c l a i r dont i l prenait grand soin. Bien qu'il fut alors en pleine maturite, tout le monde s'accordait a l u i trouver 1'aspect de l a jeunesse et, quand 1'opinion des autres sur ce sujet captivant tardait a se faire jour, i l l a s o l l i c i t a i t deliberement. 1 Vcici maintenant Azarius, vu, non sans une certaine jalousie, par sa propre femme: Elle le regarda fumer sa cigarette par petites bouffees, assis tranquillement aupres du poee de cuisine, le journal de l a v e i l l e deplie sur ses genoux, et elle eprouva de l'amertumev Du gros chandail a demi ferme sur l a poitrine forte, le cou emergeait, blanc et li s s e comme celui d'un jeune homme. La figure etait d'un teint f r a i s , presque sans rides. Elle l u i en voulut d'etre reste jeune, beau de sa sante inalterable, alors qu'elle montrait des marques s i evidentes de ''"Georges Duhamel, Le Jardin des betes sauvages, p. 53-54. 25 fatigue et d'usure. I l avait seulement deux ans de moins qu'elle. La difference d'age ne comptait pas quand i l s s'etaient maries. Maintenant i l paraissait plus jeune qu'elle d'au moins dix ans.l Mais leur jeunesse n'est pas seulement physique. Au moral, i l s sont tous deux splendides d'inconscience et de naive candeur; i l s semblent vivre dans une enfance perpetuelle, "dans le vague", comme le note Rose-Anna en esperant qu'elle se trompe en croyant reconnaltre cette tendance chez ses enfants; plus qu'une image ressemblante de 1'homme canadien-francais, Azarius Lacasse nous semblerait symboliser un type humain eternel et universel, a l a facon de Raymond Pasquier. Gabrielle Roy ne semble pas moins fascinee par les trains que Georges Duhamel et leurs oeuvres respectives sont traversees incessa- ment par des monstres noirs et fumants, apportant a l a fois l'appel de 1'aventure et celui de l a misere. En effet, les trains et le paysage de suie qui suit le trajet qu'ils empruntent a travers l a v i l l e sont une constante du decor de l a misere qui colle aux pas des Pasquier et des Lacasse; ce n'est pas a l l e r trop lo i n que de dire que le chemin de fer rythme l a vie de nos heros: Un etrange tremblement a sa i s i l a batisse. Cela commence par les moellons enfouis sous les caves, dans les entrailles de l a terre. Cela gagne, petit a petit, tout le squelette du monstre et ca se propage, ca monte. Des bouteilles grelottent contre le mur d'une cuisine. Des vitres se prennent Bonheur d'occasion, p. 79. 26 a chanter. I c i , l a , d'autres voix s'eveillent, Present.' Present.' voila ce que repondent, a droite, a gauche, en haut, en bas, tous les objets inquiets dont la nature est de fremir. Le gronde- ment s'enfle, s'exaspere. Avec une terreur jubilante, l a maison tout entiere salue le train hurleur qui l u i passe contre le flanc, dans le lacis des r a i l s , au nord. Le vent rabat sur nous les escadrons de l a fumee. Une fine poudre de tenebres va pleurer sur les balcons. L'odeur de l a houille ardente est entree par une imposte avec une grosse boule de vent. L'odeur des trains, comme elle est familiere.' Nul, i c i , ne la salue plus d 'une pensee, sauf le petit garcon a tablier noir qui monte l'escalier en sucant une b i l l e . ^ Opposons maintenant a,-'.cette belle reussite stylistique de Duhamel une page d'inspiration semblable de Gabrielle Roy. La encore, le train est au centre de l a description; i l anime et fait vivre le quartier; i l l u i donne son atmosphere generale. Le train est intimement l i e a l a vie personnelle des habitants du quartier. Sa presence tyrannique peut arreter toute vie le temps de son passage. Meme une belle matinee peut etre gatee par l a fumee qu'il laisse derriere l u i : Autrefois, i l s vivaient dans le haletement continu des trains encore qu'ils fussent assez eloignes du chemin de fer qui passait la-haut, au dela du remblai fermant l a petite rue Beaudoin. Mais maintenant, i l s etaient colles au flanc meme du laci s de r a i l s qui s'epand au sortir de l a gare de Saint-Henri. II n'y avait plus de repos possible. Le Trans- continental, les trains d'Ottawa et de Toronto et ceux de l a banlieue passaient devant leur porte. Puis, c'etaient les wagons de marchandises, de lourds, d'interminables convois de vivres, ou bien de longues f i l e s de wagons de charbon. Quelquefois, les trains s'arretaient, reculaient, avangaient et, pendant quelque temps, ce n'etait autour de la maison que sonnerie intermittente, melee aux heurts des tampons, Georges Duhamel, Le Notaire du Havre, p. 51-52 27 aux s i f f l e m e n t s , aux vagues de fumee. D'autres f o i s , l a locomotive deva la i t en s i f f l a n t , a grande v i t e s s e , e t l a maison e t a i t p r i s e d'une longue secousse. Les carreaux v i b r a i e n t , des objets qui e ta ient retenus aux c l o i s o n s ou emprisonnes dans l e s t i r o i r s tremblo- t a i e n t , p r i s d'une a g i t a t i o n i n t e n s e . Pour e t re entendu au-dessus du vacarme, i l f a l l a i t e lever l a vo ix jusqu 'au ton c r i a r d de l a d ispute e t , se par lant a i n s i , t res haut , t res f o r t , l e s e t res en a r r i v a i e n t a se regarder avec etonnement et une espece de sourde a n i - mosi te . P u i s , quand le t r a i n hur leur ava i t f u i et que l e l o g i s avec des craquements sonores se remettai t lentement, i l l e u r semblait que l e s o l e i l e t a i t tombe, qu'une autre journee maussade se l e v a i t p a r - d e l a l e s v i t r e s opaques de p o u s s i e r e . l Der r ie re l e s d e s c r i p t i o n s r e a l i s t e s du reseau des r a i l s et du passage des t r a i n s , i l faut v o i r que l a proximite du chemin de f e r symbolise en f a i t ce "voyage au bout de l a n u i t " q u ' e s t l a misere . C 'es t ce qu i est dans 1 ' e s p r i t d'Emmanuel l o r s q u ' i l cherche l e l o g i s des Lacasse: (Emmanuel) eut quelque d i f f i c u l t e a trouver l a maison, et dut s ' in fo rmer aupres de p l u s i e u r s passants . E l l e e t a i t s i tuee dans une impasse ouverte sur l a rue du couvent. Aucun t r o t t o i r n 'y donnait acces . E l l e e t a i t plaquee immediate- ment devant l e chemin de f e r , a quelque cent pas de l a gare.2 S i l ' o n ajoute a ce symbolisme la ten t c e l u i de l ' impasse u t i l i s e a l a f o i s par G a b r i e l l e Roy et Duhamel, ( le dern ie r l o g i s que l ' o n trouve apres avo i r ete j e t e a l a rue e s t } d a n s l e s deux oeuvres ,s i tue dans une impasse jouxtant l e s vo ies de chemin de f e r ) , c ' e s t vraiment l e comble de l a misere qu'ont a t t e i n t l e s deux f a m i l i e s . Le mot impasse e s t par lui-meme s i symbolique que le pere Pasqu ier , avec sa faconde h a b i t u e l l e , re fuse de regarder l a r e a l i t e en face et n ' h e s i t e pas a deformer ce que son o r g u e i l ^Bonheur d T o c c a s i o n , p. 310-311. ^Bonheur d ' o c c a s i o n , p. 257-258. 28 ne peut accepter: Jamais, d i s a i t - i l , jamais je n' i r a i loger dans une impasse. Quand bien meme on m'offrirait toute l a maison. Une impasse! un cul de sac' ... C'est tres agreable. Aucun doute. Mais qu'on ne carle pas d'impasse. Nous dirons l a rue Vandamme. S'ils incarnent les quartiers miserables qu'ils coupent en pleine chair, les trains symbolisent egalement 1'evasion possible de l a misere. Les dernieres pages de Bonheur d'occasion l'indiquent un peu trop clairement, Gabrielle Roy se sentant obligee d'expliciter sa pensee, privant ainsi le lecteur de la satisfaction de l i r e entre les lignes. Comme nous le verrons plus l o i n , l'appel de 1'aventure sera entendu par Jean Levesque. II faudrait encore citer l a poesie de l a machine qui rayonne dans les descriptions du chemin de fer. Les auteurs oscillent entre l'emerveille- ment sans bornes et le degout. La dualite symbolique du train donne a Saint-Henri ainsi qu'aux quartiers habites par les Pasquier,non seule- ment leur caractere mais el l e les anime de cette note d'espoir qui les transfigure selon l a meilleure tradition de 1'unanimisme. Nous citons en annexe deux textes qui du f a i t de leur longueur ne pouvaient etre inseres i c i . Notons leur inspiration tres proche ainsi que l a facon dont i l s suggerent a l a perfection les atmospheres ouvrieres des quartiers qu'ils traversent. ''"Georges Duhamel, Le Not aire du Havre, p. 49-50 29 Plus que des recoupements evidents, ce qui nait de l a comparaison de Bonheur d'occasion et de La Chronique des Pasquier c'est une poesie de l a misere et de l a grande v i l l e , qui forme comme une constante des deux oeuvres. Une autre caracteristique qui frappe le lecteur au f i l des pages, est 1'absence quasi totale de Dieu ou de religion. Bien sur, i l y a dans Bonheur d'occasion certains episodes ou i l est f a i t mention de ces themes.''" Mais contrairement a l'image que l a critique a voulu donner de Gabrielle Roy, nous dirions que Bonheur d'occasion est un roman sans Dieu et Alexandre Chenevert corroborera ce f a i t , ainsi que nous le verrons plus loin . L'absence de Dieu est moins etonnante chez Georges Duhamel; en tant qu'humaniste athee, i l ne voit aucun secours a attendre d'une intervention divine et son oeuvre entiere sera illuminee par cette confiance qu'il porte en 1'homme. Si nous ajoutons que Georges Duhamel et Gabrielle Roy semblent partager l a meme aversion pour certains aspects de 1'epoque moderne2 nous aurons souligne les rapprochements les plus nets que suscite l a lecture de ces deux oeuvres. """Comme lors de l a v i s i t e de Rosa-Anna a l'eglise, lors de scenes a l'hopital, l a vocation religieuse d'Yvonne ne joue qu'un role tout a fa i t minime dans le roman. ^Par exemple "oui, des tentations, c'est ca que l a societe nous a donne". Bonheur d'occasion, p. 52; "Imposer a l'humanite des besoins, des appetits". Georges Duhamel, Scenes de l a vie future,(Paris: Mercure de Fraace, 1330),p. 56. C. ALEXANDRE CHENEVERT et SALAVIN Passons maintenant a quelque chose de p lus n e t , sans doute, dans l e domaine des in f luences l i t t e r a i r e s subies par G a b r i e l l e Roy. Nous a l l o n s ce t te f o i s u t i l i s e r l a s e r i e des S a l a v i n , l a q u e l l e s 'echelonne dans l e temps de 1920 a 1932, c ' e s t - a - d i r e sur une per iode de 12 ans. La Chronique des Pasquier l a s u i t de peu, l e premier volume, Le Nota i re du Havre datant de 1933 et l e d e r n i e r , La Passion de Joseph Pasqu ier , de 1941. Les in f luences adopteraient a i n s i un ordre inversement chronologique, ce qu i est assez cur ieux mais peut -e t re comprehensible: l a s e r i e des S a l a v i n , malgre ses dates de p u b l i c a t i o n , est sans doute beaucoup p lus o r i g i n a l e et p lus adaptee aux problemes de 1'epoque contemporaine que La Chronique des Pasquier . De p l u s , de toute l a s e r i e des S a l a v i n , c ' e s t sans auncun doute l e premier t i t r e p a r u , Confession de M i n u i t , qu i r es te ra de l 'oeuvre de Georges Duhamel. C 'es t certainement une grande oeuvre, b ien en avance sur son temps; nous en re t iendrons en p a r t i c u l i e r que, des 1920, l e roman f r a n c a i s a renonce aux heros g l o r i e u x , surs d'eux-memes et pourvus de toutes l e s q u a l i t e s . A t ravers l a mediocre s ta ture de S a l a v i n , s ' e s q u i s s e un nouveau concept du heros de roman. Sous S a l a v i n , cet "uomo qualunque", ce "jederman", Duhamel cherche a denicher 1'homme e t e r n e l . Or , G a b r i e l l e Roy poursu i t l e meme but avec Alexandre Chenevert 31 et i l devient assez vite evident pour qui l i t les deux oeuvres, qu'il y a l a plus qu'un theme commun, plus qu'une sympathie partagee pour l'humanite dans ce qu'elle a de plus banal, plus qu'uneTEncontre l i t t e r a i r e . II semble bien qu'il ressorte des exemples que nous allons donner, que Gabrielle Roy a lu l'oeuvre de Duhamel peu de temps avant de rediger Alexandre Chenevert et qu'elle ne f a i t pas toujours l a part entre ce qui est souvenir l i t t e r a i r e et creation propre. Nous nous attarderons longu°ment sur ces deux textes, et donnerons de nombreux exemples puisque seul le texte peut servir de preuve dans un pareil t r a v a i l . Le simple f a i t de comparer ces deux oeuvres permettra egalement de jeter un nouvel eclairage sur le personnage d'Alexandre Chenevert, qui bien loin de n'etre qu'un "maigre solo de clarinette" va se reveler une oeuvre tres dense et certainement fort originale dans le contexte canadien-francais. Dans l'optique familiale et sociale sous laquelle nous allons, tout d'abord, envisager nos deux personnages, i l est interessant de constater, chez leurs createurs, un souci evident de les caracteriser a l'extreme. Nous les voyons en famille, a leur travail, penetrons dans leur conscience et partageons leurs reves. Aucun detail ne nous est epargne dans l a meilleure tradition realiste et naturaliste. Nous les voyons du dehors et du dedans. Alexandre Chenevert et Salavin nous apparaissent ainsi, de prime abord, comme des hommes particuliers, echappant ainsi, a 1'abstraction trop factice du symbole. De leur cote, les deux auteurs mettent 1'accent sur le f a i t que leurs heros sont nes 32 du r e e l : pour Duhamel, c ' e s t l a rencontre d'un v isage perdu dans l a n u i t , pour Roy, l a fou le have des employes de P a r i s ou de Montrea l , qui provoquent l e choc createur i n i t i a l . Pour l e l e c t e u r , c ' e s t cet te rencontre avec quelqu'un de f a m i l i e r qui s u s c i t e l 'emot ion et dans l e m e i l l e u r des c a s , 1 ' i d e n t i f i c a t i o n . Des l a premiere rencontre avec l e s deux personnages, l e l e c t e u r est a s s a i l l i par un sentiment de f r a g i l i t e physique: C e t a i t un homme, p e t i t , c h e t i f , avec un immense f ront soucieux.-*- C ' e t a i t un homme f o r t maigre, a l a p o i t r i n e c reuse , aux longs bras b a l l a n t s . . . i l p a r a i s s a i t de s ta ture mediocre? A s t r e i n t s par l e u r p r o f e s s i o n a un t r a v a i l i n a c t i f , i l s souf f ren t tous deux d'une deformation de l a colonne v e r t e b r a l e . Leurs vetements sont a l a mesure de l e u r physique et de l eu r p r o f e s s i o n ; i l s l e s marquent socialement: Le v i s i t e u r e t a i t vetu d'un complet l u s t r e , propre e n c o r e . . . i l p o r t a i t un pardessus d ' h i v e r , demode, dont l e c o l godait a l a n u q u e , 3 Son habit b ien repasse . . . ne montrait pas trop d ' u s u r e . ^ Des l e s e u i l , i l se d e f a i s a i t de son manteau encore propre mais d'un genre passe de mode. II l e pendait en prenant garde que l e c i n t r e •^Alexandre Chenevert, (Montreal: Beauchemin, 1964) p. 17. 2 Le Club des Lyonna is , ( P a r i s : Mercure de France, 1929), p. 10-11. 3 I b i d . , p. 11. ^Alexandre Chenevert, p. 40 33 epousat correctement l e s epaules et l ' e n c o l u r e , e t face au mur, parce que l e s e n d r o i t s uses se trouv a i e n t sur l e devant. 1 Tous deux sont des hommes uses physiquement, mines i n t e r i e u r e - ment: Qui a u r a i t done pu s'apercevoir qu'Alexandre n'en pouvait p l u s ? 2 Je s u i s un homme epuise.^ C e l u i que commence aujourd'hui ce j o u r n a l e s t , au regard de tous, un homme use.^ Le visage est s c r u t e a l a loupe e t r e f l e t e cet epuisement; visage de malade ou l e s ans ont l a i s s e l e u r depot: (Son visage) semblait use, mordu, rape, diminue dans l ' e p a i s s e u r et l a r i c h e s s e de sa substance. I I y a v a i t encore un peu de c h a i r a ses joues creuses. Dans ces visages ravages de morts v i v a n t s , seuls l e s yeux a t t e s t e n t l a r i c h e s s e i n t e r i e u r e q u i consume nos deux heros: e t sous ses paupieres f l g t r i e s , dans l e s yeux enfonces, une v i e q u i b r u l a i t . Seuls dans ce paysage f l e t r i , l e s yeux a t t e s t a i e n t une v i e b r u l a n t e . ^ ^Alexandre Chenevert, p. 36. 2 I b i d . , p. 40. 3 Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 19. ^Georges Duhamel, J o u r n a l de S a l a v i n , ( P a r i s : Mercure de France,1930), p. 10. ^Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 10. ^Alexandre Chenevert, p. 40. 7 I b i d . , p. 40. 8 " ' ' Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 11. 34 Comme nous l e verrons p lus l o i n , toute 1'essence de ces deux oeuvres es t dans ces regards . Autant l e personnage s o c i a l de Chenevert ou de Sa lav in est terne et p a r f o i s mepfisable ou r i d i c u l e , autant est v ive l a flamme i n t e r i e u r e qui l e s anime. Leur regard exprime t res exactement ce que Sa lav in d i r a b ien clairement dans Confession de minu i t : "Toutes mes aventures me sont a r r i v e e s du dedans. E s s e n t i e l l e pour d e f i n i r S a l a v i n , ce t te remarque ne l ' e s t pas moins pour Alexandre a i n s i que nous l e verrons p lus t a r d . La c a r r i e r e s o c i a l e de nos deux personnages es t tout a u s s i i n s i g n i f i a n t e que l e u r apparence physique. Un mot l a resume f o r t b i e n : l ' e c h e c . Mais i c i pas d'echec r e t e n t i s s a n t , a l a romantique, mais un echec t o t a l , i n s i d i e u x , se degageant de 1'ensemble d'une v i e . I l s sont marques de tous l e s stigmates du rate pour a v o i r sub i 1 'e ros ion de l a v i e , l a monotonie d'un t r a v a i l l a n g u i s s a n t , sans a v o i r vraiment tente d 'y echapper. Tous deux sont de p e t i t s employes aux p r i s e s avec l a misere des temps. Une sor te de f a t a l i t e semble peser sur eux, l e s empechant malgre l eu rs reves de grandeur, de se s o u s t r a i r e a l a mediocr i te d 'un t r a v a i l sans r e s p o n s a b i l i t e qui l e s a b r u t i t : II y ava i t b ientot d ixghui t ans que, tous l e s mat ins , Alexandre e n r o u l a i t des s e r i e s de p i e c e s . Georges Duhamel, Confession de minu i t , ( P a r i s : Mercure de France, 1920), p. 102. 35 II pouvait f a i r e v i t e , sans avo i r besoin d 'accorder une r e e l l e a t ten t ion aux mouvements de ses doigts qu i d'eux-memes semblaient connai t re depuis longtemps l ' exac te dimension qu 'a t te ignent d ix ou v ing t p ieces r e u n i e s . 1 Chez S a l a v i n , l e g ra t te -pap ie r p lus s u s c e p t i b l e , i l y a revo l te apparente contre cet te forme d 'esclavage des temps modernes: J ' a v a i s passe l ' a p r e s - m i d i a re fuser deux ou t r o i s p r o p o s i t i o n s humi l i an tes : des besognes d ' e s c l a v e s , d'automates ou de betes de somme. 2 Seulement, i l faut b ien v i v r e . Sa lav in retournera a l a v i e p r o f e s s i o n n e l l e pour occuper l a p lace que ses moyens i n t e l l e c t u e l s l u i ouvrent . Tous deux, a ce r ta ins moments de l e u r ex is tence lancent un regard morne sur l eu r " c a r r i e r e " passee , f a i t e de p e t i t e s compromi- ss ions et marquee du sceau de l a d e f a i t e . l i s ont pleinement conscience de l e u r mediocr i te congen i ta le , sans pouvoir l a depasser; r i e n de 1'homme d ' a c t i o n en eux; i l s subissent 1 'ex is tence s o c i a l e ; i n d e n i a b l e - ment l e ressor t qu i l eu r permett ra i t de r e a l i s e r pleinement l e u r v i e , l e u r f a i t defaut . A cet echec p r o f e s s i o n n e l s ' a l l i e une autre decheance toute morale et Sa lav in trouve des accents bouleversants pour l ' e x p r i m e r : Alexandre Chenevert, p. 39. Georges Duhamel, Confession de m i n u i t , p. 126. 36 Je su is incapable d'amour, incapable d ' a m i t i e , a moins qu'amour et amit ie ne so ient de b ien pauvres, de b ien miserables sentiments. Je s u i s un mauvais f i l s , un mauvais ami, un mauvais amant. Au fond de mon coeur j ' a i voulu l a mort de ma mere . . . x Bien qu'Alexandre ne fasse pas l e po in t de facon auss i c l a i r e , i l es t a ise de l e comparer dans cet te optique a S a l a v i n . En f a i t , sa decheance est i n s c r i t e en f i l i g r a n e de l ' o e u v r e . On y trouve suffisamment d'exemples qu i i l l u s t r e n t cet te these, pour pouvoir passer rapidement: mariage manque qui about i t a un manque de communic- a t ion t o t a l avec Eugenie; mauvais amant, i l n ' es t pas m e i l l e u r ami comme en temoignent ses rapports a igres-doux avec Godias. Comme S a l a v i n , i l se sent coupable de l a mort de sa mere; a u t r e f o i s i l l ' a t r a i t e e de " v i e i l l e f o l l e " : Des sanglots 1 'e tou f fe ren t . Sa mere ava i t deja a cet te epoque, une maladie de coeur. En l u i portant ce coup, i l ava i t aide ce coeur a mour i r . II ava i t en quelque sor te tue sa pauvre mere.^ Stagnation p r o f e s s i o n n e l l e , sentiment d'une decheance morale , physique p i t o y a b l e , v o i c i done l e s a t t r i b u t s lamentables d'Alexandre et de S a l a v i n . Cette mediocr i te se retrouve dans l e jugement q u ' i l s portent sur eux-memes. Mais c ' e s t une p r i s e de con- sc ience des p lus douloureuses car e l l e ne r e f l e t e que 1 'aspect l e p lus s u p e r f i c i e l de leur p e r s o n n a l i t e . I l s se rendent compte que les "'"Georges Duhamel, Confession de m i n u i t , p. 246-247. ^Alexandre Chenevert , p. 363. 37 autres ne les jugent que sur leur "moi" exterieur, alors qu'eux-memes sentent en eux confusement une certaine beaute, mais i l leur faudra des circonstances exceptionnelles pour voir c l a i r en eux-memes comme nous le verrons plus bas. Quoiqu'il en soit, l'epreuve du miroir les plonge dans l'angoisse, car l'image retransmise ne tient compte que de leur apparencef Mais i l l u i arriva de se voir dans son propre coeur te l qu'il devait etre aux yeux des autres: un homme aigre, contrariant, et qu'il eut ete le premier a ne pouvoir supporter. II s'arreta devant une vitrin e , cloue sur place par l'image soudainement haSssable, qu'il avait de l u i - meme. Dans l a vitre embuee, i l chercha comme une corroboration de ce jugement, son propre visage aux levres pincees. Une grande souffranee se Tpeignit sur ses tra i t s . Si etranger, s i hostile a lui-meme, Alexandre avait envie d'en pleurer.l Salavin, presque au terme de sa quete, eprouve l a meme reaction. Meme apres une transformation interieure, on reste enchafne a son physique: II atteignlt l a Rue de Rennes en face d'un magasin dont les glaces noires l u i renvoyerent son image. "Allons bon.' pensa-t-il. Encore.moi! Des que je suis seul, je recommence a me ressembler". Un peu plus loin, i l se chercha dans les miroirs d'une patisserie. Deux ou trois Salavin surgirent, face et trois quart. "Oui, songea-t-il, C'est l a rue qui me rend mon ancien moi. La rue de toujours". II se trouva plus maigre, plus voute, l a pointe des doigts frolant presque le genou, l a barbe terne et vraiment grisonnante, le regard trouble. 2 Alexandre Chenevert, p. 76. Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 38. 38 Or, cette banalite exterieure joue un role determinant dans les rapports qu'ils entretiennent avec les autres. Ils sont cons- eients que ceux-ci les reduisent a l'etat d'objet, ou, au neant pur. et simple, comme l'affirme Salavin: Que voulez-vous? Je ne suis presque jamais sorti de Paris; je n'ai rien vu, je ne sais rien, je suis un homme quelconque, un homme insignifiant, oui, oui, in s i g n i f i a n t . l Alexandre se voit transpercer par le regard d'un client. C'est dans le regard d'autrui qu'il trouve le temoignage de sa propre inexistence, de cette dissolution de soi dont i l attend qu'elle dissipe son angoisse et l u i procure le salut: En dernier l i e u , i l y avait un homme tres grand, qui pouvait facilement voir par dessus les autres, et i l regardait le caissier avec insistance, sans interet toutefois, i l le regardait comme s i ce l u i - c i eut ete une machine.^ Ce qui leur reste d'orgueil se rebiffe devant de telles atteintes a leur dignite d'homme. Edouard, qui pour un temps sera l'ami tout devoue de Salavin, discerne avec justesse quel fond d'orgueil celui - c i porte en l u i : Je commence a deviner. Vous etes un homme devore de scrupules. Vous vous jugez avec severite, parce que vous ayez, tout au fond, une trop belle idee de vous-meme.3 •'•Georges Duhamel, Confession de minuit, p. 102. 2Alexandre Chenevert, p. 51. ^Georges Duhamel, Deux hommes , (Paris: Mercure de France, 1924), p. 93. 39 Alexandre est tout a u s s i conscient de son importance r e l a t i v e : S ' e t a i t - i l trouve un s e u l e t re sur t e r r e pour penser comme l u i o u , du moins, reconnai t re q u ' i l pensa i t au me i l l eur de son i n t e l l i g e n c e ? 1 Ce sursaut temoignerai t a l u i s e u l que, l o i n de tomber dans un av i l issement moral d e f i n i t i f , nos deux personnages peuvent v i v r e une v i e b ien a eux et que l eu r moi s o c i a l ne f a i t que r e c o u v r i r une v i e i n t e r i e u r e i n t e n s e . Cependant, avant de passer a des aspects p lus p o s i t i f s , i l s e r a i t bon de completer l ' image du ra te s o c i a l e t f a m i l i a l par un dern ier exemple s u g g e s t i f . En cas de c r i s e dans l e u r ex is tence deso lee , Alexandre et Sa lav in ont une r e a c t i o n de defense c a r a c t e r i s t i q u e des f a i b l e s . Tous deux redeviennent des enfants qui se tournent ins t inc t ivement vers l e u r mere q u ' e l l e s o i t encore v ivante pour Sa lav in ou deja morte pour Alexandre: Alexandre se mit a p r i e r . I l p r i a i t v o l o n t i e r s quand i l r econna issa i t sa chet ive c o n d i t i o n . Cela e t a i t auss i i n s t r u c t i f chez l u i que l ' e s p e c e de c r i desole q u ' i l l a n g a i t p a r f o i s dans l e v ide vers s a mere morte depuis des annees. "Maman!" i m p l o r a i t cet homme deja age, au hasard de ses r e v e r i e s , s e u l , l a n u i t . 2 J T e u s l a dechirante impression d ' e t r e sauve, t i r e de l ' ab£me . Je tombai a genoux devant l a pauvre femme, j e cachai mon v isage dans sa robe et me p r i s a sangloter avec f u r e u r , avec f r e n e s i e ; des sanglots qu i me s o r t a i e n t du v e n t r e , e t qu i d e f e r l a i e n t , comme des vagues de fond, chassant tout , balayant t o u t , p u r i f i a n t tout.-* ^-Alexandre Chenevert, p. 76. 2 I b i d . , p. 15. 3Georges Duhamel, Confession de minu i t , p. 51-52. 40 A l a lueur de cet exemple et de bien d'autres, i l serait sans doute interessant de soumettre les deux personnages a une analyse freudienne axee, non seulement, sur leurs rapports passes avec les parents, mais aussi sur leur vie sexuelle, etc... En effet, i l doit paraitre bien evident maintenant que nous avons affaire a deux personnalites caracterisees avant toute chose par une instability chronique. Tous deux sont des hypernerveux, passant sans transition d'une excitation extreme a un abattement qui ne l'est pas moins. Leur cas releve par certains cotes, non seulement de l a medecine mais de l a psychanalyse. Leurs reves de grandeur et d'absolu ne peuvent etrer: envisages que sous 1'angle d'une compensation necessaire. Avant de passer a 1'autre volet de cette comparaison de deux destinees l i t t e r a i r e s , i l serait bon de s'arreter afin de prendre un certain recul. •= Jusqu'a present nous n'avons envisage nos personnages que dans l a perspective du rate. Celle-ci serait banale et quelque peu languissante s i l a lecture des oeuvres n'ouvrait une seconde perspecr." tive: celle de l a detresse humaine dans ce qu'elle a d'eternel. Sous les rates, en effet, nous extrayons 1'image de deux hommes qui se jugent sans mauvaise f o i et qui se rendent compte de leurs limites. Quittant 1'individualisation tres poussee a laquelle etaient soumis Alexandre et Salavin, nous rejoignons le probleme de l a destinee humaine. Les deux heros se sont done charges d'un symbolisme qui leur donne une nouvelle epaisseur; d'autres qu'eux souffrent des memes maux: 41 Nous e t ions l a c inq ou s i x qui a l l i o n s de long en l a r g e , l es mains dans les poches. Nous nous r e - gardions a l a derobee. II y ava i t entre nous, me s e m b l a - t - i l , un a i r de parente: quelque chose de pauvre, d ' i n q u i e t , d ' h u m i l i e ; une cer ta ine def iance rec iproque , a u s s i . ^ Mais se re tournant , Alexandre se trouva face a face avec un homme p e t i t comme l u i , a l ' e x p r e s s i o n de - couragee. II observa d 'aut res v isages p a l e s , t i r e s ; des physionomies aux s o u r c i l s noues et dont l e regard se f a i s a i t dur , mais c ' e t a i t moins par mechancete que par l a s s i t u d e , pensa Alexandre. Les pauvres hommes.'^ Le reve q u ' i l s font de depasser l eurs pauvres l i m i t e s temoigne a l u i s e u l de quelque chose de p l u s large que l e s hommes d'une ce r ta ine c lasse ou d'un c e r t a i n m i l i e u . Sous l e grossissement propre a toute c r e a t i o n a r t i s t i q u e , l e l e c t e u r se reconnai t en eux, retrouve ces memes problemes qu i l e hantent. Au l i e u de f a i r e d'Alexandre et de Sa lav in des cas except ionne ls , i l faut b ien v o i r que l a presence q u ' i l s exercent , l e t rouble et le vague malaise q u ' i l s l a i s s e n t au l e c t e u r ne sont qu'un rg f lexe i n s t i n c t i f de defense de l a par t de ce d e r n i e r ; inconsciemment i l se retrouve en eux. Les auteurs sont d ' a i l l e u r s f o r t e x p l i c i t e s sur ce p o i n t : Ce que j ' a i vu l a , c ' e s t l ' e f f i g i e humaine. Le moule es t unique et l ' o n en t i r e des m i l l i o n s d 'exempla i res . Le mat in , a heure f i x e , i l descendait de m i l l e e s c a l i e r s a l a f o i s , courant de tous l e s po in ts de l a v i l l e vers des trams archicombles. II s ' y en tassa i t a cent , a m i l l e exemplaires. De tram en tram, de rue en rue , on le voya i t debout dans Georges Duhamel, Confession de minu i t , p. 146. Alexandre Chenevert , p . 56. Georges Duhamel, Confession de minu i t , p. 199. 42 les vehicules, les mains passees dans une courroie de cuir, les bras etires dans une curieuse pose de supplicie. Nous voici maintenant arrives au point le plus interessant qu'offre le rapprochement de ces deux oeuvres. Nous ne les avons con- siderees jusqu'a present que sous leur aspect le plus negatif en faisant ressortir l a banalite affligeante d'Alexandre et de Salavin. Une dirnen-̂ ;sion leur manque encore: l a dimension interieure; c'est grace a celle- c i que les deux oeuvres vont prendre leur signification profonde. Georges Duhamel, tentant d'expliciter ce qu'il avait voulu faire avec l a serie des Salavin, l a resume ainsi: Salavin, c'est l'histoire d'un homme qui, prive d'axe metaphysique, ne renonce quand meme pas a la vie morale et n'accepte pas de dechoir. Nous tenterons de demontrer que ce jugement peut egalement s'appliquer a Alexandre. Mais des a present, i l nous est possible de caracteriser l'anxiete profonde qui est un des traits marquants de nos deux personnages. Tous deux ont 1'impression de porter "le monde sur leurs epaules"; c'est une tache angoissante pour eux mais, en definitive, c'est ce qui les sauve de leur mediocrite latente. Dans cette optique i l est ut i l e de relever l'interet qu'ils portent a la concorde humaine; ceci tourne meme, chez Alexandre, a 1'obsession. Un nouveau paradoxe est done introduit car nous avons vu qu'Alexandre et Salavin ressemblaient plus a des roquets hargneux qu'a des paragons de vertu. Mais ecoutons Salavin faire son autocritique ^Alexandre Cheneyert, p. 164. 2Georges Duhamel, Deux patrons, suivi de Vie et mort d'un heros de roman (Paris: Hartmann, 1937), p. 129. 43 avec beaucoup d'humour: Moi un misanthrope.' C les t absurdel J 'a ime l e s hommes et ce n 'es t pas de ma, faute s i , l e p lus souvent, je ne peux l e s supporter . Je reve de concorde, j e reve d'une v i e harmonieuse, conf iante comme une e t r e i n t e u n i v e r s e l l e . Quand je pense aux hommes, j e l e s trouve s i dignes d ' a f f e c t i o n que l e s larmes m'en viennent aux yeux. Je voudrais l e u r d i re des paroles amica les , je voudrais v i d e r mon coeur dans l e u r coeur; j e voudrais e t re assoc ie a l e u r s p r o j e t s , a l eu rs a c t e s , t e n i r une p lace dans l e u r v i e , l e u r montrer que j e s u i s capable de Cons- tance , de f i d e l i t e , de s a c r i f i c e . Mais i l y a en moi quelque chose de s u s c e p t i b l e , de s e n s i b l e , d ' i r r i t a b l e , des que j e me trouve face a face non p lus avec des imaginat ions mais avec des e t res v i v a n t s , mes semblables, j e su is s i v i t e a bout de courage. Je me sens l'ame cont rac tee , l a c h a i r a v i f . Je n ' a s p i r e qu 'a re t rouver ma s o l i t u d e pour aimer encore l e s hommes comme je l e s aime quand i l s ne sont pas l a . . . ^ Nous reconnaissons l a , ce t te meme d u a l i t e qu'Alexandre por te en l u i . Desagreable avec ses c l i e n t s , sa f a m i l l e , i l n 'en reve pas moins, l u i a u s s i , de concorde u n i v e r s e l l e ( I s r a e l , l ' I n d e , l a guerre sont des hant ises permanentes pour l u i ) . Ce manque de f r a t e r n i t e est l e reproche l e plus grave q u ' i l adresse a D ieu: Mais a l o r s , s i Dieu pouvait f a i r e une chose s i d i f f i c u l e , pourquoi n ' a c c o r d e r a i t - i l pas aux hommes ce q u ' i l s d e s i r a i e n t p lus encore que l a r e s u r r e c t i o n des c o r p s , c ' e s t - a - d i r e de s 'entendre entre eux, t e l s q u ' i l s e t a i e n t . 2 Cette d u a l i t e du caractere des deux hommes va nous s e r v i r de point de depart pour mettre a jour l e u r "moi" profond. Notons que n i S a l a v i n , n i Alexandre ne sont f a i t s pour v i v r e a 1'epoque moderne, ce qu i •^•Georges Duhamel, Confession de minu i t , p. 113 9 Alexandre Chenevert, p. 343. 44 cree un r e f l e x e de defense i n s t i n c t i f c a r a c t e r i s e par une misanthropie a f l e u r de peau dont l ' u n et l ' a u t r e se defendent et q u ' i l faut pouvoir depasser a l a l e c t u r e . RefLSchissant a ce t te d u a l i t e , propre a tout e t re humain, S a l a v i n note dans son J o u r n a l : Ce qu i me p a r a l t evident c ' e s t , chez l a p lupar t des s a i n t s , un prodig ieux degout du s i e c l e . l i s p leurent abondamment et ne revent que de se r e t i r e r dans l a s o l i t u d e . Les s a i n t s , en general sont des misanthropes . 1 Le Journa l de S a l a v i n , dont est t i r e e cet te c i t a t i o n , represente , dans l a v i e de S a l a v i n , l a t ro is ieme etape, c ' e s t a d i r e l a ten ta t ion de l ' e r m i t a g e , l e r e p l i v o l o n t a i r e sur soi-meme dans un e f f o r t desespere de se comprendre e n f i n pour ten ter de se t ransformer . Apres l a ten ta t ion du n i h i l i s m e et de l ' a m i t i e , l e Journa l f a i t un b i l a n et met a j o u r l e s d i f f e r e n t e s face t tes de l a personna l i te de S a l a v i n : Je s u i s b ien persuade q u ' a l ' o r i g i n e j e ne contenais pas un seu l homme en p u i s s a n c e , mais p l u s i e u r s . La v i e m'a borne de toutes p a r t s . E l l e a b r u t a l e - ment c h o i s i , pour moi , contre m o i . 2 Nous retrouvons done, par l a bouche de S a l a v i n , ce t te d i a l e c t i q u e que nous avons abordee p lus haut a propos, non seulement de S a l a v i n , mais auss i d 'A lexandre . l i s sont avant tout des mediocres pour n ' a v o i r pu se depasser, parce q u ' i l s subissent l ' e x i s t e n c e . Leur "moi" super - f i c i e l es t l e r e f l e t de ce t te g r i s a i l l e . Or , i l s vont maintenant tenter d'abandonner cet te forme d 'ex is tence pass ive pour se creer une nouvel le v i e . C 'es t l a , l e sens profond du J o u r n a l ; Sa lav in va s ' a t t e l e r -'•Georges Duhamel, Journa l de S a l a y i n , p. 73. 2 I b i d , p. 13. 45 a cette tache d i f f i c i l e : passer d'une mediocrite douloureusement ressentie a l'epanouissement de l a beaute qu'il decouvre en l u i : A compter du present jour, 7 Janvier, j'entreprends de tra\ailler a mon elevation... Pour moi, je pars de zero, exactement. ̂ Me reveler! Tout d'abord a mes propres yeux et, sans doute, uniquement a mes propres yeux. Faire, enfin^ naitre de moi 1'homme que je cache. 2 I l faut que je devienne un saint. Voila bien l a seule chose qui depende encore de moi. 3 Tombe de decheance en decheance, voici que Salavin decouvre un nouveau sens a sa vie. Ce que sa tentative a d'extreme, temoigne bien du profond degout qu'il a de lui-meme ainsi que de la tentative de depassement lucide qu'il entreprend. Ce que Salavin dit clairement, i l nous faut le l i r e en filigrane chez Alexandre; ce rapprochement jette un eclairage nouveau sur les tribulations du petit caissier. En effet, quel est le sens profond du sejour au Lac Vert? Parti prendre des vacances sur prescription medicale, Alexandre va faire l a meme experience decisive de l a solitude que Salavin. Pour tous deux, l a solitude joue le role d'un revelateur, et c'est bien le sentiment d'une revelation, au sens religieux du mot, qui assaille "'"Georges Duhamel, Journal de Salavin, p. 12. 2Ibid., p. 13. 3Ibid., p. 15. 46 Alexandre au moment ou i l f a i t l a decouverte de son "moi" profond: Car l a beaute etait en l u i ; nulle force au monde n'aurait pu l u i arracher cette poignante certitude qu'il l a possedait en son coeur. 1 Cet aboutissement avait ete prepare de fagon magistrale des le debut du roman. Nous avons vu que seul dans son apparence physique, le regard d'Alexandre dementait son "moi" superficiel. Le passage suivant ne peut que renforcer cette idee: En pleine affluence, un peu apres, i l retira ses lunettes... Ses yeux apparurent a nu, des yeux gris fer, clignant a l a lumiere et beaux cependant de leur contenu humain.2 Parler de saintete chez Alexandre peut, a l a premiere lecture, paraftre ridicule.' Mais n'en v a - t - i l pas de meme chez Salavin? Et pourtant ce dernier nous convainc au f i l des pages. Ce qui fa i t sourire, de prime abord, est que cette dimension nouvelle ecrase ces deux fr&les personnages. Salavin, plus loquace qu'Alexandre, ne se fa i t pas d'illusions quant a l a d i f f i c u l t e de l a tache qu'il entreprend. Pretendre arriver a l a saintete, c'est faire table rase du passe, "partir de zero" comme i l dit. L'introspection a laquelle i l s se sont livres leur indique l a voie a suivre: i l faut d'abord etouffer ce "moi" qui leur permettra d'etre pleinement eux-memes: Apres plusieurs semaines de retraite et de medi- tation, j ' a i done pris le parti de rompre avec l a vie que j ' a i menee jusqu'ici. Non que cette vie soit effectivement coupable. Pis encore: morte. Alexandre Chenevert, p. 244. 2Ibid. , p. 53. o JGeorges Duhamel, Journal de Salavin, p. 11. 47 E l l e l u i semblai t done l a preuve que l e v i e i l Alexandre ronchonneur, s o l i t a i r e et i n s o c i a b l e , e t a i t b ien mort e n f i n . Un autre ava i t p r i s sa p lace q u i , sans e f f o r t , nature l lement , engageait a l a sympathie. Tous deux ont done b ien l e sentiment d'une mort psychologique s u i v i e de r e s u r r e c t i o n . Ce n ' e s t pas a une simple quete du bonheur q u ' i l s se l i v r e n t . Ce n ' e s t meme qu'une etape q u ' i l faut depasser. Je me demande au jourd 'hu i s i l e bonheur s u f f i t pour rendre heureux . 2 Alexandre douta que ce fut de bonheur q u ' i l eut fa im. Tous deux sont a l a recherche d'une cer ta ine p e r f e c t i o n s p i r i t t u e l l e , d'une metaphysique qui transcende l a r e v e l a t i o n q u ' i l s ont eue. I l s sentent l 'u rgence q u ' i l y a , a ne pas garder c e l a pour eux; i l faut en f a i r e p r o f i t e r l e s au t res , se transformer en apotres: II e c r i r a i t . S i p o s s i b l e , i l e c l a i r e r a i t . II devai t y avo i r un grand nombre d'homme perp lexes , t r i s t e s comme i l 1 'ava i t ete lui-meme. A c e u x - l a , Alexandre montrerai t l e chemin . 4 Car t e l e t a i t l e p ro je t qui ava i t souleve son ame: s ' a c q u i t t e r envers l e s au t res ; l e u r donner ce q u ' i l ava i t de mieux a donner.^ ^Alexandre Chenevert, p. 238. ^Georges Duhamel, Journa l de S a l a v i n , p. 66. 3 Alexandre Chenevert, p. 249. 4 I b i d . , p. 243. 3 I b i d . , p. 242. 48 Salav in essa ie de d e f i n i r son champ d ' a c t i v i t e : Ma mere et ma femme, qu i ont tant sou f fe r t de mes fautes passees , doivent e t re l e s premieres a b e n e f i c i e r du nouvel etat des choses . . . Puis j ' e t e n d r a i p e t i t a p e t i t l e c e r c l e de mon a c t i v i t e , jusqu 'au j o u r ou l e monde e n t i e r ....1 Et i l se l i v r e a une r e f l e x i o n r e v e l a t r i c e sur l e s moyens de parven i r a ses f i n s : . . . ce n ' e s t pas specialement l a ferveur r e l i g i e u s e qui f a i t l e s a i n t , c ' e s t l a conduite humaine d'un homme o u , mieux encore, b ien que je me def ie du langage pompeux, c ' e s t l 'ordonnance de sa v i e morale. L i n s t a b i l i t y profonde que nous avons notee chez Sa lav in e t chez Alexandre e t a i t done d ' o r i g i n e s p i r i t u e l l e . Avant l a r e v e l a t i o n , tous deux ressenta ient confusement l a presence d'un v ide en eux-memes. S a l a v i n , tout en se re ferant sans cesse a D i e u , n 'en es t pas moins un athee. Quant a Chenevert, dont on f a i t t rop souvent un bon c a t h o l i q u e , i l ne se contente pas de l a r e l i g i o n revelee que tente de l u i incu lquer l 'abbe Marchand. A un Dieu a b s t r a i t et c r u e l ( i l l e compare a un moment aux Nazis) i l pre fere 1'homme avec ses f a i b l e s s e s et sa grandeur: Comme i l essaya un j o u r de l e d i re a l ' aumonier , " S i Dieu ava i t autant de coeur qu'un homme, deja ce s e r a i t b e a u . . . t res beau". . . . - Pensez-donc comme c ' e s t bon un homme! l ' a b b e . . . . . . - O u i , consent i t un peu chichement l 'aumonier ; i l y a eu l e s s a i n t s : Saint Thomas d ' A q u i n , Saint August in . . . b ien d 'aut res . . . Les p a p e s . . . ^Georges Duhamel, Journal de S a l a v i n , p. 30. 2 I b i d . , p. 16. 49 -Mais non, mais non, j e ne par le pas des s a i n t s , f i t Alexandre, vexe. Ce n ' e t a i t que des hommes, en e f f e t , que son coeur s ' e m e r v e i l l a i t . 1 S a l a v i n , l u i , a b ien s o i n de rechercher 1'homme sous l e s a i n t : Dans l a v i e des s a i n t s l e g e n d a i r e s , on a toujours observe, en dehors des p r i e r e s et des gestes que l ' o n peut , somme toute , appeler p r o f e s s i o n n e l s , un admirable concours d ' a c t i o n s purement humaines. C 'es t a une t e l l e forme de sa in te te que j ' a s p i r e . 2 II s e r a i t a ise de c i t e r b ien d 'autres exemples prouvant q u ' A l e x - andre et Sa lav in ne voient d ' e s p o i r qu'en l 'humanite elle-meme, f a isan t a b s t r a c t i o n d'une providence d i v i n e toujours i l l u s o i r e . Georges Duhamel portant un jugement r e t r o s p e c t i f sur S a l a v i n , s i t u e l a sa in te te de c e l u i - c i sur l e p lan d 'une admirat ion purement humaine; i l f a i t t res b ien l a part de ce que l a conduite de Sa lav in a , malgre tou t , de " p r o f e s s i o n n e l " : . . . j ' e s t i m e que S a l a v i n a ete un s a i n t pendant une minute et ce n ' e s t pas , comme on pour ra i t l e c r o i r e , quand i l a donne son pardessus au pauvre, j eune , medite, ou f a i t e f f o r t pour o u b l i e r l e s of fenses dont i l ava i t s o u f f e r t , c ' e s t quand i l se trouve assez genereux pour comprendre l a sa in te te chez un a u t r e . 3 Salav in en quete de sa in te te se rend compte q u ' i l court a un nouvel echec car l a d is tance entre son i d e a l et ce que lui-meme devient lentement, reste immense; a u s s i c h e r c h e - t - i l un modele, un exemple avec ^•Alexandre Chenevert, p. 359-360. ^Georges Duhamel, Journa l de S a l a v i n , p. 17. ^Georges Duhamel, Deux pa t rons , s u i v i de Vie et mort d 'un heros de roman (Par is : Hartmann, 1937) p. 129. 50 lequel i l puisse s 1 identifier. Apres de tres longues recherches, i l rencontre un jeune pretre qui est vraiment un saint et qui veut bien souffrir avec l u i . Jamais Salavin ne voudra le revoir. Mais le seul f a i t de s'etre reconnu depasse par cet homme suf f i t a Georges Duhamel pour temoigner que son personnage a franchi l'etape decisive. Pour en revenir a Alexandre, i l est etonnant de constater combien i l est frappe par la figure tout humaine de Gandhi et combien i l est affecte par l a mort du p a c i f i s t s . 1 Nous nous trouvons en presence d'un phenomene d'identification extremement pousse, que le texte exprime clairement: l i s s'etaient ressemble tous les deux; d'autres 1'avaient remarque; meme bouche creuse, meme regard pergant ... C'etait bien son moi le meilleur qu'aujourd'hui on l u i avait tue.2 Nous pouvons ainsi mesurer le chemin parcouru par Alexandre. La carapace du rate recouvrait-elle un autre Gandhi? Mais voyons ce que l a revelation eprouvee dans l a solitude a change dans leur vie. La solitude elle-meme leur deviendra vite intoler- able; ce n'est que parmi les autres hommes qu'il pourront pleinement realiser leur besoin de fraternite et de sollicitude humaine. Salavin va successivement tenter 1'engagement politique et 1'engagement social pour se rendre compte que l a aussi i l se heurte a l'echec: ^11 va meme se mettre a jeuner, l u i aussi, a l a nouvelle de l a mort de Gandhi. 2 Alexandre Chenevert, p. 279. 51 Etre un saint, quelle ambition, quelle chimere! L'enthousiasme d"Alexandre ne durera pas meme le temps de son retour a Montreal. De retour parmi les hommes i l redevient 1'Alexandre qu'il a toujours ete. L'echec serait done total, desesperant, s i leurs derniers moments ne refletaient a nouveau cette beaute qu'ils avaient decouverte en eux, en un moment f u g i t i f . Ils ont tous deux conscience d'avoir mal commence leur vie. D'oii le theme constant du recommencement qui les anime des leur experience de l'ermitage: Ma bonne Eugenie, tu me reconnaitras a peine ... Nous allons partir sur un autre pied ...2 Car chose incroyable, malgre les deconvenues, malgre l a maladie, malgre ce corps consume, Salavin sortait de l'epreuve avec une force nouvelle, s i l'on peut appeler force un puissant desir. La mort 1'avait renvoye - soit! C'est done qu'i l l u i etait, en quelque sorte, enioint, par les forces obscures, de tout recommencer. Mais c'est surtout lors de leur agonie qu'ils realisent pleine- ment ce qu'ils auraient pu faire de leur vie: Oh! s i je devais recommencer une autre vie ... comme nous serions heureux!4 Pour Alexandre, c'est le Lac Vert qui est synonyme de bonheur: Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 199. Alexandre Chenevert, p. 251. 'Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 43. Georges Duhamel, Tel qu'en lui-meme, (Paris: Mercure de France, 1932), p. 246. 52 Est-ce que s i ... j'en rechappe ... tu viendras vivre avec moi au Lac Vert? 1 C'est l a mort qui leur confere enfin une stature propre en les delivrant de leur "moi" de passage tourmente, anxieux, irrascible. l i s accedent alors a ce "moi" profond, eternel qu'ils ont confusement recherche toute leur vie et qui a voulu l a beaute, l a concorde et l a justice sur terre. Ce qui les sauve en f i n de compte, c'est que ce sont des ames de bonne volonte. Mediocres, i l s le sont, et nous avons vu dans quelle mesure, mais i l s refusent l a douce quietude des mediocres ego'fstes. Ils veulent a l l e r plus l o i n , se depasser, atteindre a un certain mysticisme qui, m§me s ' i l est plus ou moins lalque, temoigne d'un besoin de se dominer soi-meme et d'echapper par 1'esprit a l a sclerose totale qui leur est promise par l a vie qu'ils raenent. Ce qui les grandit c'est cet elan qu'ils portent en eux vers quelque chose qu'ils pressentent confusement. Ce que les deux auteurs nous ont conte c'est en quelque sorte l'histoire du salut de l'homme par l'homme a travers l'echec. Les deux petits employes se sont ainsi charges d'un contenu humain extraordinaire que Duhamel resume fort bien dans l a formule suivante: Ce n'est pas toujours dans le succes que l'homme se li v r e et se demontre, c'est, dans l a souffranee, dans l'epreuve et dans l'echec. 2 Mais, dans l a meme optique, laissons plutot le dernier mot a Salavin en admettant qu'il parle non seulement pour lui-meme mais aussi pour Alexandre: lAlexandre Chenevert, p. 251. o Georges Duhamel, Vie et mort d'un heros de roman, p. 75. 53 Je suis un homme, tout simplement, avec sa misere in f i n i e et, quand meme, son espoir. Quelles conclusions f a u t - i l t i r e r de cette etude comparative du troisieme roman de Gabrielle Roy et de la serie des Salavin? II y a trop de rapprochements aveuglants qui s'imposent pour ne pas voir en Alexandre Chenevert un Salavin canadien. Nombre de similitudes etonnent. Nous pensons i c i a certains passages dont meme le vocabulaire possede des affinites troublantes. De tels passages permettent d'affirmer sans se tromper que Gabrielle Roy connaissait bien, trop bien peut-etre, l'oeuvre de Georges Duhamel lors de l a redaction d'Alexandre Chenevert et que cette lecture n'avait pas f i n i de se decanter dans son esprit. Les oeuvres sont nees de part et d'autre dans des circonstances analogues comme nous l'avons souligne au debut de cette etude. Pour Gabrielle Roy, le stimulant artistique qui est a l'origine de l'oeuvre, e l l e le dit elle-meme, est une situation frangaise, parisienne: une sortie de bureaux vecue a Paris, qu'elle va ensuite transposer dans un cadre canadien. On avait beaucoup reproche a Gabrielle Roy de ne pouvoir camper un personnage masculin. Bonheur d'occasion et La Petite Poule d'Eau temoignent de cette ambiguite fonda- mentale de l'oeuvre de Gabrielle Roy. Non pas que l'on puisse considerer cette oeuvre comme feministe; cependant on sent un certain malaise de la part de l'auteur a se pencher sur un personnage masculin. Dans La Montagne secrete, ou s'effectue une certaine reflexion sur l ' a r t , le heros choisi est un homme, mais on sent trop souvent qu'il aurait du 1Georges Duhamel, Le Club des Lyonnais, p. 195. 54 etre une femme dans l ' e s p r i t de l ' a u t e u r . N ' e s t - c e pas elle-meme q u ' e l l e met en scene portant l e s d i f f i c u l t e s rencontrees dans l a c r e a t i o n l i t t e r a i r e sur l e p lan de l ' a r t f i g u r a t i f ? En ce qu i concerne Alexandre Chenevert, i l semble evident q u ' e l l e aura i t voulu prouver que l e s c r i t i q u e s avaient t o r t : son premier personnage mascul in d'envergure semble done na f t re negativement. E l l e est en quelque sor te forcee de f a i r e ses preuves sur un t e r r a i n qui l u i est peu f a m i l i e r car j u s - q u ' a l o r s , l e personnage mascul in est vu sur un p lan tout a f a i t secondai re . Bonheur d ' o c c a s i o n en temoigne: Azar ius v i t dans 1'ombre de Rose-Anna, ou p lu to t vegete. Jean et Emmanuel ne sont que des comparses dans un roman ou Rose-Anna et F lo ren t ine t iennent l e devant de l a scene. Meme l e s f r e r e s de F lo ren t ine ne sont q u ' e s q u i s s e s . Leurs aspects n e g a t i f s sont ampl i f i es de fagon a l e s f a i r e r e s s o r t i r l e devouement et l a grandeur d'ame de l a mere. Le sexe mascul in est presque absent dans La P e t i t e Poule d 'eau . Le pere y b r i l l e par son i n s i g n i f i a n c e , tout l ' e c l a i r a g e etant d i r i g e a nouveau sur l a mere de f a m i l l e et sur l e s enfants . Les d iverses i n s t i t u t r i c e s qu i se succedent dans l e roman, t iennent l a p lace du pere . Meme l a f igure du capucin est asexuee. C e l u i - c i semble descendre tout d r o i t d'un v i t r a i l de Moyen-Age et beaucoup p lus qu'un personnage de roman, c ' e s t une appar i t ion symbolique et poet ique. Avec Alexandre Chenevert, G a b r i e l l e Roy va r e a g i r contre une tendance innee de son imaginat ion c r e a t r i c e . Le personnage d'Alexandre va dominer l e roman d'un bout a 1 ' au t re . Le choix meme du suje t ne 55 s e r a i t - i l pas inconsciemment guide par une l e c t u r e recente , qui a l a i s s e une t race profonde dans 1'esprit de l a jeune romanciere? Peu sure de son s o u f f l e , a - t - e l l e besoin de se s e n t i r guidee, st imulee par un auteur q u ' e l l e admire? B r e f , que cet te in f luence s o i t del ibeV rement recherchee ou i n c o n s c i e n t e , e l l e es t trop ev idente , souvent, pour que l ' o n n'eprouve pas un sentiment de malaise a l i r e c e r t a i n s passages b ien connus de l ' o e u v r e , et dont l es c r i t i q u e s soul ignent souvent 1'o r i g i n a l i t e , comme l e symbole fameux de l a cage du c a i s s i e r ; or nous trouvons l e meme symbole au debut de Confession de minu i t^ , et l u i a u s s i , quoique non repe te , plane sur l 'oeuvre en t ie re et l u i donne sa s i g n i f i c a t i o n profonde. Au debut de cet ouvrage, en e f f e t , Sa lav in observe un homme p a r l e r au te lephone, v e r i t a b l e pant in d e r r i e r e sa v i t r e de verre et un profond sentiment de l ' absurde de l a cond i t ion humaine 1 'envahi t : C 'es t toujours etonnant , un bonhomme qui cause avec le neant , e t qui l u i s o u r i t , l u i f a i t des graces , un bonhomme qui tout a coup regarde fixement l a pe inture chocolat sur l e mur comme s ' i l y voya i t quelque chose d'etonnant.2 Le neant pour Alexandre c ' e s t son t r a v a i l i d i o t , d'automate, compter des p ieces ou repondre aux memes quest ions toute l a journee; sa peinture choco la t , c ' e s t l ' e t e r n i t e q u ' i l p e r c o i t tout a coup e t qui f a i t n a l t r e pour l u i a u s s i un profond sentiment de l ' a b s u r d e . ^Camus u t i l i s e l e meme symbole dans Le Mythe de Sisyphe: "Un homme par le au telephone d e r r i e r e une c l o i s o n v i t r e e , on ne l ' en tend p a s , mais on v o i t sa mimique sans por tee : on se demande pourquoi i l v i t . " 2 Georges Duhamel, Confession de m i n u i t , p. 6. 56 II est bien connu que Camus doit beaucoup a l a serie des Salavin et Meursault a bien des traits qui sont empruntes a Salavin; le docteur Rieux ne serait au fond qu'un Meursault qui aurait vecu et qui aurait suivi l a meme evolution que Salavin. Cependant, Camus amplifie le theme et en fa i t le symbole de toute une epoque. Sur une reminiscence l i t t e r a i r e i l greffe unephilosophie et repense Salavin pour en faire quelque chose de purement personnel, ce que Gabrielle Roy a plus de d i f f i c u l t e a reussir, peut-etre parce qu'elle n'arrive pas a prendre suffisament de recul par rapport a ses sources. D'oti le leger malaise que l'on sent a l a lecture d'Alexandre Chenevert et que Gilles Marcotte, attaquant l a romanciere sur un autre terrain, exprime en des termes qui nous serviront de conclusion: "...La romanciere ne sent pas le terrain sur ...Alexandre Chenevert n'a pas ete ecrit avec l a joie des creations authentiques."1 G. Marcotte, "Vie et mort de quelqu'un." Le Devoir, 13 mars 1954. p. 6. D. AUTRES INFLUENCES II es t encore une remarque qui s ' impose lorsque l ' o n l i t l ' oeuvre de G a b r i e l l e Roy d 'un o e i l c r i t i q u e ; sans meme v o u l o i r f a i r e l a chasse aux i n f l u e n c e s , des souvenirs venus tout d r o i t de l 'oeuvre de Marcel P r o u s t , a s s a i l l e n t l e l e c t e u r . Gerard Tougas, en tant que s p e c i a l i s t e de l 'oeuvre de P r o u s t , ne pouvai t s ' y tromper e t , des 1956, dans un compte rendu de Rue Deschambault, i l r e l e v a i t dans ce t te oeuvre nombre d'emprunts d i r e c t s sur l esque ls nous ne nous etendrons pas i c i . Rappelons simplement que dans l e r e c i t i n t i t u l e "Ma coqueluche," C h r i s t i n e est l i t t e ra lement fasc inee par un mobile de verre dont l e tintement l a plonge dans l ' e x t a s e et l u i f a i t decouvr i r l a r i c h e s s e de son "moi" profond. Et sa v i e u l t e r i e u r e n 'aura ete qu'une ten ta t ive desesperee de re t rouver ce qu i l u i e t a i t apparu a l o r s dans son hamac de malade: E t , au fond , tous l e s voyages de ma v i e , depuis , n 'ont ete que des retours en a r r i e r e pour tacher de r e s s a i s i r ce que j ' a v a i s tenu dans l e hamac et sans l e chercher . Aux c o l o r a t i o n s fantast iques que prend l a lanterne magique de Marcel enfant , s ' a jou te pour "Pe t i te Misere" 1 'aspect musical et sonore de son mobile m u l t i c o l o r e . Pour Michel G a u l i n , l e caractere p rous t ien de l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy s ' e s t accentue dans La Route d'Altamont. Et de r e l e v e r avec j u s t e s s e , que 1'ombre de l a grand-mere plane sur tout l e l i v r e ; de meme que M a r c e l , C h r i s t i n e a l a douleur de v o i r cet e t re cher entre tous , succomber p e t i t a p e t i t a l a maladie; tous deux feront cet te autre decouverte t raumat isante, q u ' e s t l a re incarna t ion de l a grand-mere en l a mere . t o u g a s , G . , The French Review, v o l . xxx, no 1, o c t . 1956. p. 992-93. 58 Michel Gaulin cite encore d'autres passages etonnants ou des anecdotes similaires se retrouvent (album de photos, le traitement on ne peut plus proustien du temps dans plusieurs des recits de La Route d'Altamont . . . ) • Michel Gaulin termine le survol qu'il fai t de ces reminiscences proustiennes en faisant allusion a une petite "phrase du lac" qui fait irresistiblement penser a l a sonate de Vinteuil. Nous reviendrons dans notre conclusion sur cet exemple, car i l nousssemble etre le signe d'une maladresse extreme. II faut malheureusement avouer qu'une lecture serree de l'oeuvre de Gabrielle Roy suscite bon nombre de rapprochements que Messieurs Tougas et Gaulin n'ont pas voulu faire. Nous n'en donnerons que quelques exemples parmi ceux qui sautent aux yeux. II semble bien que le grenier ou se refugie Christine dans "Petite Misere," corresponde a l'abri qu'est pour Marcel, l a "petite piece sentant l ' i r i s et reservee a l a lecture, l a reverie et les larmes." La, i l s meditent sur l a decouverte qu'ils font de leur premiere caracteristique d'adulter ... deja homme par lachete, je faisais ce que nous faisons tous une fois que nous sommes grands, quand i l y a devant nous des souffranees et des injustices: je ne voulais pas les voir ...1 ... et je pleural a petits coups, sans savoir au juste pourquoi... peut-etre parce que je sentais en moi comme chez les grandes personnes assez de lachete pour me resigner a l a vie tell e qu'elle est ...2 Toujours dans Rue Deschambault, mais dans un autre recit, nous rencontrons le spectre de tante Leonie en l a personne de l a tante de Christine, % a r c e l Proust, A l a Recherche du temps perdu, Biblioteque de l a Pleiade, (Paris: Gallimard, 1954), T. I, p. 12. 2 Gabrielle Roy, Rue Deschambault, (Montreal: Beauchemin, 1967), p. 34-35. 59 Theresina V e i l l e u x . C e l l e - c i v i t de facon tout a u s s i c a l f e u t r e e que l a tante de Marce l : Depuis un an ou deux, e l l e v i v a i t encapuchonnee, emmitouflee, enveloppee de mu l t ip les couver tures , au fond d'une atroce fumee sucree et douceatre , car l e s medecins de Winnipeg f a i s a i e n t fumer a ma tante des c i g a r e t t e s medicamenteuses.-*- MaLs e l l e n 'en est pas moins a l ' a f f u t de tout ce qui se passe en v i l l e ; de meme que tante Leon ie , une f igure etrangere vue par l a f ene t re , l a met sur des charbons ardents: . . . ma tante ava i t acquis un remarquable e s p r i t c r i - t ique ; e l l e met ta i t l e do ig t sur l e s t ravers d ' a u t r u i . II e t a i t meme vraiment ex t raord ina i re que, ne sor tant jamais , v ivant emmuree, immobile, e l l e put d i r i g e r f o r t b ien sa maison, s a v o i r tout ce qu i se p a s s a i t , non s e u l e - ment chez e l l e , mais dans presque toute l a v i l l e . E l l e fut l a premiere a avert i r , ma mere de l a facon d ' a g i r de s notre cousine Yvonne . . . (qui) p rena i t pretexte de ce t te s o r t i e pour rencontrer un c e r t a i n M. B e l l e a u , un nouveau venu, inqu ie tan t surtout parce qu'on ne c o n n a i s s a i t r i e n de ses a n t e c e d e n t s . 2 Toujours dans cet ouvrage nous retrouvons l a d i a l e c t i q u e de Proust a propos de l a memoire; seule l a memoire i n v o l o n t a i r e peut r e s s u c i t e r l e passe dans toute sa splendeur. La memoire v o l o n t a i r e ne peut qu 'en donner un b ien pale r e f l e t . Or , v o i c i l a facon dont G a b r i e l l e Roy enonce cet te d u a l i t e : E t , cer tes j e sava is deja que l e s souvenirs heureux ne nous viennent pas de notre g r e , q u ' i l s appart iennent a un autre monde qu 'a c e l u i de notre vo lon te .3 Le dern ier r e c i t du r e c u e i l qui donne d ' a i l l e u r s son t i t r e a 1'ouvrage e n t i e r , exhale un parfum t r e s p rous t ien dans son i n s p i r a t i o n et l e s ^Rue Deschambault, p. 166. 2 I b i d . , p. 168. 3Gabr ie l l e Roy, La Route d 'Al tamont , (Montreal: HMH, 1966), p. 246. 60 d i f f e r e n t e s routes sera ient l e s chemins qui menent a l ' a r t et l e s p e t i t e s c o l l i n e s pourra ient f o r t b ien se comparer aux aubepines, aux arbres en f l e u r s ou aucclochers de M a r t i n v i l l e . II semble b ien que G a b r i e l l e Roy a i t l u Marcel P rous t , et meme q u ' e l l e l e connaisse b i e n , s i l ' o n en juge par l e nombre de souvenirs q u ' e l l e en a garde. II es t d ' a i l l e u r s extrSmement cur ieux de consta ter combien de reminiscences l i t t e r a i r e s apparaissent par exemple, dans un seu l de ses ouvrages. En l i s a n t La Route d 'Al tamont , on est frappe par l e nombre des references d i r e c t e s a l a l i t t e r a t u r e generale de l a France. Ci tons quelques exemples: II es t v r a i , d i t l e v i e i l l a r d , qu'une seule personne venant a nous manquer, l a te r re peut nous p a r a l t r e un d e s e r t . 1 ce qui p a r a l t paraphraser d'un peu trop pres l e s vers ce lebres de Lamartine. Nous trouvons a u s s i une a l l u s i o n au Diable bo i teux de Lesage, lorsque C h r i s t i n e voulant d i re q u ' e l l e connait f o r t b ien sa p e t i t e v i l l e , ne pense pas q u ' i l s o i t necessa i re de "soulever l e s t o i t s pour 2 v o i r ce qui s ' y c a c h e . " Mais i l y a egalement des a l l u s i o n s p lus d i r e c t e s et proprement i n a c c e p t a b l e s , t e l l e que c e l l e - c i : J ' a p p r i s ce s o i r - l a q u ' i l ne pouvai t demeurer chez sa f i l l e , s i tendrement choyee et aimee, a cause du mari de c e l l e - c i avec qui i l ava i t eu des "p iques" , n i non p lus chez son f i l s parce qu 'avec l a femme de c e l u i - c i i l s ' e t a i t b r o u i l l e . Pour toute ces ra isons i l ava i t du a l l e r se mettre en pension chez des Strangers.-* ^Op. c i t . , p. 127. 2 I b i d . , p . 233. 3 l b i d . , p. 74. 61 Cet e x t r a i t e v e i l l e deja l a c u r i o s i t e d'un l e c t e u r prevenu, mais pour ra i t f o r t b ien ne pas f a i r e penser a Ba lzac . Cependant, pourquoi d iab le completer l a d e s c r i p t i o n de ce pere d e l a i s s e par des enfants i n d i g n e s , en l u i donnant l e meme met ier que l e pere Gor io t dans Ba lzac : II s ' e t a i t marie au Canada, d i t - e l l e , y ava i t fonde un foyer et ava i t r e a l i s e une assez j o l i e for tune a fabr iquer du macaroni , des pates sous d i v e r s noms. Ses enfants e leves dans l e luxe avaient du a peu pres tout l u i manger.^- Parmi l e s m i l l e met iers auxquels G a b r i e l l e Roy pouvai t f a i r e appel pour c a r a c t e r i s e r son F ranga is , pourquoi avo i r commis l a maladresse i n s i g n e , d ' a l l e r precisement l ' a f f u b l e r de l a v e r s i o n moderne du v e r m i c e l l e ba lzac ien? Faute de gout? Reminiscence l i t t e r a i r e non f i l t r e e ? Malheureusement, apres " l a p e t i t e phrase du l a c " et autres " c u i r s " , l e l ec teur est en d r o i t de se poser des quest ions . Une t e l l e candeur e s t - e l l e p o s s i b l e ? Ce q u i se pardonne aisement dans l e cas d 'un premier roman, devient un probleme p lus ser ieux dans l e cas de La Route d 'Al tamont , sixieme roman p u b l i e , apres v ing t ans de c a r r i e r e . La Route d 'Al tamont, p. 75. E. CONCLUSION Ce qui nous a le plus frappe, tout au long de cette etude comparative, ce n'est pas tant de trouver des recoupements a faire entre 1'inspiration de Gabrielle Roy et l'oeuvre d'autres romanciers; nous avons vu qu'il y a peu d'auteurs qui, a un certain moment de leur carriere, n'aient recherche un encouragement dans l'oeuvre d'un devancier qu'ils admiraient. Ce qui nous a frappe, c'est le nombre des recoupements a faire. Discretes encore dans son premier ouvrage, les reminiscences se font plus sensibles dans Alexandre Chenevert, ce qui est curieux dans le cas d'un troisieme ouvrage, un auteur ayant generalement trouve son style propre en abordant cette etape decisive de son oeuvre. Mais faire encore des "emprunts" semblables a ceux qui ont ete releves dans son avant-dernier ouvrage, peut sembler bien decevant dans le cas d'un auteur canadien-francais de tout premier plan. A un monde duhamelien, symbolise par l a misere et l a detresse humaine, infections propres a l a girande v i l l e , faudrait-il opposer un monde proustien ou duhamelien premiere maniere symbolise par les echappees au sein du monde de l'enfance et de l'art? Question irritante s ' i l en est car elle jette une ombre sur les beautes que l'oeuvre de Gabrielle Roy ne doit qu'a elle-meme. Alexandre Chenevert par exemple, malgre ses origines, a ete adapte au sol canadien et ainsi que nous le verrons plus tard, i l symbolise pour Gabrielle Roy 63 quelque chose q u ' e l l e ressent profondement. La t en ta t ion de l ' e r m i - tage n ' e t a i t pour Duhamel que quelque chose qu i r e s t a i t purement i n t e r i e u r a son personnage. Chez G a b r i e l l e Roy, l a medi tat ion sur l e sens de l a v ie et sur l a beaute i n t e r i e u r e se do i t d 'e t re associee a l a nature . C 'es t a i n s i que l ' exper ience du Lac Vert a des resonnances poetiques qu i sont entierement absentes du Sa lav in de Duhamel. Ce dern ie r est l e c i t a d i n par e x c e l l e n c e , pour qu i l a nature ne s i g n i f i e pas grand chose et l a poesle qu i se degage du decor ou i l v i t est avant tout urba ine . Ce qu i est agacant a l a lueur de tous l e s exemples que nous avons donnes, c ' e s t de garder l ' i m p r e s s i o n , p a r f o i s , d ' a s s i s t e r a une impro- v i s a t i o n sur un theme donne que ce s o i t dans Alexandre Chenevert ou dans l e s romans d ' i n s p i r a t i o n proust ienne. Mais qu'en d i t l ' a u t e u r ? L 'equipe des redacteurs du Roman canad ien- f ranca is a pose l a quest ion a G a b r i e l l e Roy d'une maniere on ne peut p lus d i r e c t e : "Quels sont l e s romanciers qui vous ont p a r t i c u - l iSrement marquee?".''' ^Gabr ie l l e Roy, "Temoignages des romanciers c a n a d i e n s - f r a n c a i s . " Le Roman c a n a d i e n - f r a n c a i s , Archives des l e t t r e s canadiennes, T. I l l (Montreal: F i d e s , 1965), p. 303-304. II es t in te ressan t de c i t e r l a reponse personnel le de G a b r i e l l e Roy a cet te ques t ion . L'ensemble des romanciers consideres dans l e cadre de ce t te etude e ta ient p r i e s d 'y repondre: J ' a i v£cu une p a r t i e de ma v i e sous l e charme secret d'une nouvel le que j ' a v a l s lue etant tout a. f a i t jeune, dont cer tes j ' a v a l s o u b l i e beaucoup, mais jamais c e r t a i n s menus d e t a i l s , pour moi d'une importance c a p i t a l e , n i non plus son atmos- phere de tendre me lanco l ie . Longtemps, longtemps, ce t te 64 Peu d 'auteurs aiment avouer des in f luences directement subies et G a b r i e l l e Roy ne f a i t pas except ion a l a r e g i e . II es t neanmoins in te ressant de noter ce r ta ins elements de cet te reponse; d 'abord l ' a v e u de cer ta ines i n f l u e n c e s i n v o l o n t a i r e s mais obsedantes; ensui te 1 ' importance des d e t a i l s et 1'accent qui est mis sur l a f i d e l i t e e t l a p r e c i s i o n de l a memoire de l a romanciere en ce qui concerne 1 'oeuvre de Tchekov en ques t ion . Or , ce qui est va lab le dans l e cas de ce texte l ' e s t sans doute dans l e cas d 'aut res oeuvres et e x p l i q u e r a i t sans l e s excuser , l e s reminiscences frequentes et p a r f o i s t res p r e c i s e s qui semblent c a r a c t e r i s e r l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy. F a u d r a i t - i l a l l e r j usqu 'a d i r e que G a b r i e l l e Roy n ' a pas trouve l o i n t a i n e l e c t u r e a penetre mes pensees, m'a faconnee, s i j e pu is d i r e , une maniSre de v o i r , de regarder et de s a i s i r l e r e e l . Heureusement pour moi i l s ' a g i s s a i t de quelque chose de t r e s beau, une nouve l le de Tchekov, i n t i t u l e e La Steppe. E l l e m'e ta i t apparue toute p l e i n e de grands paysages p l a t s , un peu denudes, assez p a r e i l s aux p l a i n e s du Manitoba que j ' a v a i s a l o r s sous l e s yeux, toute p le ine a u s s i de songer ies un peu t r i s t e s sur ce que 1 ' aven i r peut reserver a chacun, comme s i l a steppe i n f i n i e et 1'ame du jeune garcon dont i l est quest ion dans cet te n o u v e l l e , poursuiva ient ensemble presque l a meme r e v e r i e . C 'es t peut -e t re de ce temps que date mon penchant a u n i r des paysages aux eta ts d'ame. Mais peut -e t re 1 ' a v a l s - j e d e j a , et cet te l e c t u r e n ' a - t - e l l e f a i t que l e ren forcer ou l ' i l l u - miner. Je donne cet exemple comme preuve de notre extreme et miraculeuse v u l n e r a b i l i t y , p a r f o i s a l ' e g a r d de ce r ta ines oeuvres. Par a i l l e u r s , nous sommes l o i n de ressembler souvent a qui nous admirons l e p l u s . J ' a i envie C o l e t t e , par exemple, dans La Naissance du j o u r . Et meme des l i v r e s a u s s i l o i n de moi que l e t e r r i b l e Moby D ick . Auss i b ien ne s a i s - j e trop que penser au fond de cet te pretendue in f luence des l i v r e s sur nous. J u l i e n Green, dans son J o u r n a l , va j u s q u ' a a f f i rmer que l e s l i v r e s que nous avons e c r i t s , nous ne l e s l i r i o n s pas s ' i l s avaient ete f a i t s par d 'aut res que nous. C 'es t peut -e t re v r a i , et assez desolant quand on y pense. 65 son "style", au sens ou Andre Malraux u t i l i s e cette notion? II semble bien que oui. Malraux parle de genie artistique et le genie est precisement celui qui trouve une facon nouvelle, entierement personnelle de voir le monde et de le capter par son art. Or, i l semble bien que Gabrielle Roy voie bien souvent le monde par les yeux des autres pour etre un ecrivain qui soit l'egal des plus grands. C H A P I T R E II ETUDE THEMATIQUE INTRODUCTION S i dans une premiere p a r t i e nous avons considere l e s sources l i t t e r a i r e s de l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy, c ' e s t que dans notre e s p r i t e l l e s semblaient manifestes et que l ' o n ne saura i t l e s passer sous s i l e n c e dans une etude sur l a creat ion romanesque de l ' a u t e u r canadien- f r a n c a i s . Ce qu i etonne, c ' e s t l a frequence des rapprochements p o s s i b l e s entre deux auteurs et l e u r oeuvre. Mais pourquoi cet impact d 'un auteur sur 1 ' au t re? Personnellement nous voyons s ' a f f i r m e r avec G a b r i e l l e Roy un processus de renouvellement d'une l i t t e r a t u r e par 1' inf luence d'une aut re . Cette tendance continue d ' a i l l e u r s . P lus proche de nous, ceux que l ' o n nomme " l e s nouveaux romanciers du Quebec" renouent avec l e meme processus: b ien que Jacques Godbout, Hubert Aquin , Jean B a s i l e , pour n 'en nommer que les p lus connus, re je t tent toute idee d ' i n f l u e n c e par l eurs confreres de l ' e c o l e f rangaise du "Nouveau Roman", i l n'empeche que l a l e c t u r e de leurs oeuvres montre de facon evidente q u ' i n f l u e n c e i l y a eu. De t e l l e s in f luences sont d ' a i l l e u r s i n e v i t a b l e s puisque l e roman pour se renouveler a besoin de 1'exemple d'une oeuvre de genie qui rompt avec une t r a d i t i o n usee. D idero t , l e premier des romanciers f rangais modernes, p repara i t l a vo ie a Balzac et a Z o l a . Au debut du X^Xe s i e c l e , Proust amorgait une nouvel le t r a d i t i o n en sondant l e s abimes jusque l a neg l iges du subconscient . I I e t a i t i n e v i t a b l e que l e "Nouveau Roman" fasse ecole puisque l a revo lu t ion q u ' i l appor ta i t avec l u i s ' e n prenai t a des not ions en apparence auss i i n d e s t r u c t i b l e s 68 que le traitement du temps, de l'espace, de l a tranche de vie, de l a psychologie traditionnelle. Une mise en question aussi fondamentale du roman traditionnel ne pouvait qu'influencer le roman a l'echelle mondiale. On en trouve des traces meme dans certaines litteratures mineures de l'Amerique du Sud. Le Quebec ne pouvait rejeter cet influx nouveau. Toute une generation de romanciers s'est jetee a corps perdu dans 1'Anti-Roman, coulant une reforme fondamentale des structures du roman dans un moule canadien-francais. Des oeuvres plus qu'estimables en sont nees et un romancier comme Jacques Godbout predit la preeminence future du roman canadien-francais. Dans le cas de Gabrielle Roy, 1'influence peut s'expliquer de diverses manieres: inexperience de l'auteur qui cherche des points de reference dans ses lectures anterieures, concordance de 1'emotion entre deux ecrivains qui portent temoignage sur leur temps en des termes com- parables, fascination de l'auteur canadien pour un confrere estimable et arrive au faite de sa renommee, tout ceci a sans doute joue. Mais, pour un bon romancier 1'influence d'un autre ne peut s'exercer bien longtemps. El l e n'est que tremplin vers une inspiration personnelle qui s'affirmera de plus en plus; Proust se sert de Ruskin pour fixer sa pensee sur des problemes qui l u i tiennent a coeur, et, grace a celui- c i , i l eclaire peu a peu sa propre philosophie de l ' a r t . Plutot qu'un 69 modele, Ruskin sera le revelateur d'une emotion artistique deja proprement proustienne mais qui a besoin du langage des autres pour s'affirmer et se ramifier. Pour Gabrielle Roy, qui f a i s a i t tout a coup emprunter a l a litterature canadienne-francaise des voies nouvelles, elle ne pouvait trouver dans 1'heritage romanesque de son pays l'aine qui aurait pu la guider. S'appuyer sur 1'experience de Duhamel l u i permettait ainsi de s'exprimer elle-meme dans ses premiers romans. Attachons-nous maintenant a ce qui f a i t 1'originalite de l a romanciere canadienne-franqaise. Son oeuvre compte maintenant huit titres dont l a plupart ont ete tres bien recus par l a critique, tant au Quebec qu'a Paris. Gabrielle Roy n'appartient done pas au "club des deux romans", s i typique de l a production romanesque du Quebec. Si el l e ne peut r i v a l i s e r avec l a production plus prolifique d'auteurs plus recents, elle a su conserver a son oeuvre une qualite relativement constante. En lisant, et surtout en relisant son oeuvre, on ne peut qu'etre frappe par sa qualite poetique. Gerard Tougas notait des 1960 l a caracteristique essentielle de cette oeuvre: "Du premier coup, Gabrielle Roy, dans son premier roman, a reussi l'epreuve d i f f i c i l e de l a compassion." "'"Gerard Tougas, Histoire de l a litterature canadienne-francaise (Paris: P.U.F., 1967) p. 159. 70 Cette compassion envers une humanite souffrante sourd a travers tous ses romans, surtout ceux qui traitent de l a v i l l e . Preuve, s ' i l en est, que Gabrielle Roy cherche l a substance vitale de son oeuvre en elle-meme, dans le fond authentique de sa conscience, dans ses souvenirs, et specialement dans ses oeuvres autobiographiques dans ceux qui ont cette saveur et cette fralcheur de source toujours renouvelee: dans ses souvenirs d'enfance. II est evident que l'attitude que montre Gabrielle Roy dans des oeuvres comme Rue Deschambault ou La Route d'Altamont l a voue a une poesie qui, s i elle est diffuse, n'en est pas moins evidente. Mais un univers poetique a - t - i l l a meme substance et l a meme etendue qu'un univers romanesque? Un recit dont le point de depart est visiblement dans une emotion de 1'auteurjdans un ebranlement de son monde interieur, dans une resurgence de ses souvenirs, pourra-t-il etre un roman dans le sens que l'on donne habituellement a ce mot? II faudrait aborder brievement i c i quelques notions sur les genres romanesques et poetiques et tenter une definition du roman. Animer un monde exterieur a nous-memes, c'est-a-dire un monde objectif, est le propre du romancier. La singularity des situations et des caracteres qu'il aspire a nous reveler ne peut prendre vie que dans 1'action, c'est-a-dire grace aux faits et gestes des personnages. Un grand romancier doit maitriser les consciences diverses de ses creatures fictives pour en montrer les rapports, l ' e f f i c a c i t e et 1'originalite. 71 C ' e s t , en b r e f , dans un monde de va leurs s o c i a l e s que nous i n t r o d u i t l e romancier. Le poete , au c o n t r a i r e n ' a s p i r e pas a su ivre l e d e s t i n des e t res et des choses , l eu r c a u s a l i t e , l e u r determinisme. II ne s ' i n t e r e s s e q u ' a l ' e f f e t que l e s etres et l e s choses produisent sur lui-meme. II v i t r e p l i e sur son "moi" . Son monde et l e p l a i s i r q u ' i l en t i r e sont avant tout s u b j e c t i f s et s t a t i q u e s . La poesie est par nature contemplat ion. A i n s i , ouverture sur l ' e x t e r i e u r et repliement sur soi-meme sera ien t l e s deux c a r a c t e r i s t i q u e s opposees du roman et de l a p o e s i e . Le roman s e r a i t a u s s i essent ie l lement une h i s t o i r e , b ien que ce terme tende a s i m p l i f i e r a 1'extreme une not ion dont on debat depuis toujours et que l ' o n a tente de cerner par d' innombrables d e f i n i t i o n s . E t a b l i r une d i s t i n c t i o n entre l e roman et l a poesie est une en t repr ise d i f f i c i l e ; i l e s t , en e f f e t impossible de trouver chaque genre a l ' e t a t pur . Ce qu i es t re lat ivement f a c i l e pour l a poesie l ' e s t beaucoup moins pour l e roman. Car , t e l l e est l a r i chesse de ce genre q u ' i l peut successivement s ' accapare r l a p h i l o s o p h i e , l ' h i s t o i r e , l a p o e s i e , l e s sc iences s o c i a l e s , e t c . . . V i r g i n i a Woolf n o t a i t deja avec j u s t e s s e que redui re l e roman a l a no t ion d ' h i s t o i r e n 'en f e r a i t qu'une chronique. Pour e l l e , l e romancier do i t egalement e t re poete , c ' e s t - a - d i r e q u ' i l do i t s ' a t t a c h e r a l a forme: 72 Le roman futur sera ecrit en prose, mais dans une prose qui aura beaucoup de caracteristiques de l a poesie. II aura quelque chose de 1'exaltation de l a poesie. Mais, nombre de problemes naissent de cette affirmation: peut-on echapper au ton lyrique, pourra-t-on trouver 1'objectivite necessaire dans l'analyse des sentiments? L'independance des personnages a l'egard de leur createur sera-t-elle preservee? Toutes ces notions, s i l'on y ajoute 1'observation du reel, appartiennent bien a 1'essence du genre romanesque. II est evident que l a disposition poetique dans laquelle Gabrielle Roy abordait le roman l u i posait nombre de di f f i c u l t e s tech- niques et l u i assignait des limites. Mais Gabrielle Roy, meme lorsqu'elle est le plus resolument realiste, n'a jamais pretendu faire concurrence a l'etat c i v i l , n i faire l a fresque d'une epoque. En f i n de compte, el l e n'a qu'un sujet veritable sur lequel e l l e va improviser durant toute sa carriere: etudier dans 1'homme le tiraillement entre le desir d'evasion d'une part, et le besoin de s'enraciner de 1'autre. On retrouve cette antinomie fondamentale dans toute l'oeuvre et elle va prendre les traits symboliques du desir de voyage et de l'appel de l'arbre. Ces deux themes jouent dans l'oeuvre le role de leitmotive. Tout lecteur de Gabrielle Roy ne peut pas ne pas s'interroger sur eux, car i l s fleurissent a chaque page. Le theme du voyage et celui de l'arbre Virginia Woolf, L'Art du roman, (Paris: Seuil, 1963), p. 18. 73 sont present des l e s premiers ouvrages et l e u r i n t e n s i t e va s'a c c r o i s s a n t au f i l des pages, exprimant des idees cheres a l ' a u t e u r . Par l e voyage, G a b r i e l l e Roy renoue avec l e s archetypes de l a Nouvelle-France: conquete d'un pays enor me, sorte de Sehnsucht de l a mere p a t r i e , conquete v i t a l e du s o l , et en meme temps, d e s i r immemorial de se s e n t i r en s e c u r i t e . Dans une etude remarquable, Jack Warwick 1 rassemble bon nombre de themes primordiaux de l a l i t t e r a t u r e c a n a d i e n n e - f r a n c a i s e ayant t r a i t au voyage. Dans cet ouvrage, i l aborde s u c c e s s i v e - ment l e s themes s u i v a n t s : l e Nord, l e voyage, l e "coureur des b o i s " , l e "voyageur" et l e s r e l i e au theme plu s general du "pays d'en haut". Nous reviendrons p l u s bas sur cet ouvrage; notons deja que s e u l s , deux romans de G a b r i e l l e Roy y sont examines: Alexandre Chenevert ou l e caractere i l l u s o i r e du voyage e s t developpe e t , La Montagne secrete ou i l exprime, toujours selon Jack Warwick, une a t t i t u d e d ' e s p r i t fondamentale. Or, toute l'oeuvre de G a b r i e l l e Roy e s t concernee par l e voyage; nous nous attacherons a i n s i a 1'ensemble de l'oeuvre. C e r t a i n s romans font une place de choix au theme du voyage, comme ceux qu'a c h o i s i s Jack Warwick pour son etude. Mais p l u t o t que de l e s u i v r e , l o r s q u ' i l f a i t de P i e r r e Cadorai un "voyageur" typique sur l e p o i n t de devenir a r t i s t e , nous nous e f f o r c e r o n s de montrer que l e voyage n ' e n r i c h i t n u l l e - •^-Jack Warwick, The Long Journey; L i t e r a r y Themes of French Canada U n i v e r s i t y of Toronto P r e s s , 1968. 74 ment 1'artiste et que Gabrielle Roy s'est attachee a un faux probleme. L'autre theme que nous suivrons a travers l'oeuvre de Roy est celui de l'arbre. De tout temps, l'arbre a ete un symbole de premier plan. II faut remarquer que tres souvent l'arbre symbolique n'est caracterise par aucune essence particuliere, bien que de nombreuses mythologies et de nombreux auteurs aient recours a 1'ambivalence sym- bolique que presentent ses innombrables essences. Les civilisations reculees utilisaient souvent l'arbre comme motif religieux. Citons pour memoire que les Celtes vene"raient le chene, les peuples scandinaves le frene. Aux Indes, c'est le figuier qui etait sacre. Dans l a mytho- logie classique les associations entre dieux et arbres n'etaient pas rares. Jupiter est generalement represents sous l a forme d'un chene, Apollon par le laurier. Ailleurs encore, l a figure d'Osiris etait projetee sur le cedre. Du f a i t meme de sa longevite on a f a i t de l'arbre un symbole d'immortalite. On l u i a longtemps accorde des caracteristiques r e l i - gieuses. Par sa forme, i l rel i e l a terre aux cieux; i l est symbole d'elevation, d'aspiration a l'absolu et, rejoint ainsi d'autres symboles tels que l'echelle ou l a montagne. Mais s ' i l s'elance vers le c i e l par ses branches superieures, l'arbre n'en est pas moins etroitement prisonnier de l a terre. Nous voyons ainsi se degager un t r i p l e symbol- isme general: par ses racines l'arbre est relie au monde souterrain (enfer); par son tronc, i l est terrestre; ses branches elevees et son 75 f e u i l l a g e l ' a s s o c i e n t directement au monde superieur ( c i e l , p a r a d i s ) . Une q u a n t i t e de symboles sont venus se g r e f f e r sur d'autres plus anciens: l ' a r b r e t r a d u i t a l a f o i s 1'enracinement, l e d e s i r d ' e l e v a t i o n , l'approfondissement de s o i . 11 peut e t r e a l a f o i s support du d e s i r d'evasion par ses hautes branches a g i t e e s par l e vent ou support du f a t a l i s m e par ses r a c i n e s . C e l l e s - c i p o u r r a i e n t encore exprimer l a t e n a c i t e du peuple canadien, voue a " s u r v i v r e " . Mais nous reviendrons en d e t a i l sur l e symbolisme du voyage et de l ' a r b r e dans nos developpe- ments . Notons des maintenant que, par 1'usage q u ' e l l e f a i t de ses deux themes f a v o r i s , G a b r i e l l e Roy cree une atmosphere generale. Le monde q u ' e l l e f a i t v i v r e ne nous e s t pas donne immediatement. Des i n t e r - cesseurs l u i sont n e c e s s a i r e s : ceux-ci seront l e voyage et l ' a r b r e , symboles de l a perception du monde de l' a u t e u r . Quand nous refermons un l i v r e de G a b r i e l l e Roy, ce n'est pas une i n t r i g u e , n i une g a l e r i e de p o r t r a i t s que nous gardons en memoire: c'est un c l i m a t rendu par un s t y l e poetique. I. LE THEME DU VOYAGE CHEZ GABRIELLE ROY A. INTRODUCTION Avant de devenir un peuple d'agriculteurs, les Canadiens- francais furent d'abord un peuple de coureurs des bois et d'explcu rateurs. Bon nombre d'ouvrages dans leur litterature temoignent du penchant qu'ils avaient pour l'aventure. Est-ce un refl e t de 1'enorme etendue d'un territoire qui ne s'est laisse que peu a peu decouvrir qui a attise cette passion? Ou n'est-ce qu'une necessite socio- economique qui les poussait lentement a partir? Jean-Charles Falardeau, dans un chapitre consacre au "desir du depart dans des romans canadiens du XIXe siecle"y voit avant tout une necessite sociale.^ Relevant l a frequence de ce theme dans les romans du XIXe siecle, i l souligne que l a majorite des departs se font vers 1'Stranger et, en particulier, les Etats-Unis. Une des doleances les plus souvent ex- primees par les personnages des livres qu'il examine est que l a plupart des postes gouvernementaux interessants sont reserves aux Anglais; i l en va de meme du commerce. Dans Jean Rivard, l'ami du heros, Gustave Charmenil, evoque les lettres recues d'amis communs partis a l'etranger. Nombreux sont les autres personnages qui, ne partant pas eux-memes, eprouvent l'appel du voyage et du depart, comme Charmenil. Les raisons donnees sont professionnelles et economiques: l a plupart des professions liberales sont saturees, ce qui contraint les jeunes au chomage ou a "'"Jean-Charles Falardeau, Notre societe et son roman (Montreal: H.M.H., 1967). 77 un travail pour lequel i l s ne sont pas f a i t s . Voyant qu'il leur est impossible de reussir dans leur milieu et dans leur pays, i l s ont tendance a associer succes et depart pour l'etranger. Mais i l est trop simple de ramener le theme du voyage du depart a de simples motivations economiques et sociales. La litterature canadienne-francaise s'est nourrie du theme du voyage et i l n'est guere de roman contemporain qui n'en fasse pas un theme latent. Meme un roman aussi ancre sur le theme de l a terre que Maria Chapdelaine est plein de l'appel a 1'evasion et^ des trois pretendants, deux incarnent pleinement le voyage. Francois Paradis, c'est l'appel de l a foret profonde, de l a vie sauvage loi n de toute c i v i l i s a t i o n . II transmet 1'invitation au voyage dans tout ce qu'elle a de romantique. Lorenzo Surprenant, l u i , incarne l'appel plus terre a terre de l a vie facile et brillante des Etats-Unis. II faudra l a mort de l a mere de Maria pour que ce l l e - c i resiste a l'appel transmis par Lorenzo Surprenant et se decide pour les valeurs consacrees du passe: "Ca doit etre beau pourtant."' se d i t - e l l e en songeant aux grandes cites americaines. Et une autre voix s'eleva comme une reponse. La-bas c'etait l'etranger: des gens d'une autre race parlant d'autre chose dans une autre langue, chantant d'autres chansons ... Ici .... 1 Francois Paradis symbolise tout a l a fois l a nature et l a liberte: II semblait avoir apporte avec l u i quelque chose '"Louis Hemon, Maria Chapdelaine, (Montreal: Fides, 1959), p. 184. 78 de l a nature sauvage, en haut des r i v i e r e s , ou l e s Indiens et l e s grands animaux se sont enfonces comme dans une r e t r a i t e sure . Et Mar ia , que sa v i e rendai t incapable de comprendre l a beaute de ce t te n a t u r e - l a , parce q u ' e l l e e t a i t s i pres d ' e l l e , sen ta i t pourtant qu'une magie s ' e t a i t mise a l 'oeuvre et l u i envoyai t l a g r i s e r i e de ses p h i l t r e s dans l e s n a r i n e s • 1 Dans l a l i t t e r a t u r e u n i v e r s e l l e , l e theme du voyage se ramene generalement a deux grands courants: l e voyage en s o i , avec sa part d 'aventures , de decouvertes (c f . l a vogue des r e c i t s de voyage au XVIIIe s i e c l e ) et l e voyage-evasion, qu i ne sous-entend pas toujours l e depart ; i l peut e t re d 'o rdre i n t e l l e c t u e l , et forme un des t r a i t s fondamentaux de l a nature humaine. Un sous-theme in te ressan t es t l e theme du voyage-educat ion que l ' o n trouve dans bon nombre d'oeuvres et en p a r t i c u l i e r dans l e Bildungsroman allemand. Q u ' i l s o i t e c r i t par Goethe ou H H l d e r l i n , ce genre de roman f a i t toujours une p lace de choix au voyage qui reste un de ses a t t r i b u t s majeurs. 1 Louis Hemon, Op. c i t . . p. 68. B. L'INVITATION AU VOYAGE Avant d'abcrder le theme du voyage chez Gabrielle Roy, i l con- viendrait de se pencher sur son contraire: le theme de l a prison est le plus souvent a l'origine de ce desir d'evasion qui est l a caracter ristique de nombre de ses personnages. Toute l'oeuvre de l'auteur canadien peut etre consideree comme une tentative d'echapper aux con- tingences du reel. Pourquoi cette obsession chez l'auteur? II semble bien que l a reponse a cette question reside dans 1'heritage canadien- frangais. Nous tacherons de montrer par l a suite combien est grande 1'importance de Gabrielle Roy pour 1'etude du theme de l'alienation dont l a litterature contemporaine du Quebec s'est emparee. Or, s i aujourd'hui poetes et romanciers trouvent des mots tres durs pour exprimer ce sentiment de frustration, Gabrielle Roy, leur devanciere en ce domaine, se sert de 1'expression poetique pour denoncer en mineur ce que d'autres disent plus crument. Prisonniers, les personnages de Gabrielle Roy le sont de facon evidente. Les Lacasse sont prisonniers de l a misere et de l a crise economique; pas de salut pour eux hormis l a guerre,qui exprime de fagon caricaturale l'etendue du probleme. Mais les Lacasse, ainsi que nous le verrons plus tard, sont egalement prisonniers de leur heritage. 80 F i l s de t e r r i e n s , i l s ne sont pas encore des c i t a d i n s de coeur et ne l e seront sans doute jamais; l e u r impuissance a s 'adapter f a i t du q u a r t i e r Sa in t -Henr i l a p r i s o n par e x c e l l e n c e . Meme F l o r e n t i n e , qui ava i t reve a 1'evasion, se s a c r i f i e a l a f ami l l e et r e j o i n t par l a 1'heroine de Louis Hemon. Le roman l e p lus "metaphysique" de G a b r i e l l e Roy, Alexandre Chenevert, developpe ce theme de l a p r i s o n . Alexandre est p r i s o n n i e r de sa femme qu i ne l e comprend pas - ou qui ne l e comprendra que trop t a r d , p r i s o n n i e r d'un t r a v a i l bete et machinal , symbolise par sa cage de c a i s s i e r ; comme l e s L a c a s s e , i l es t p r i s o n n i e r de l a grande v i l l e , apeure par l a c i r c u l a t i o n , rendu fou par toute ce t te a g i t a t i o n et toute l a p u b l i c i t e envahissante qu i l ' e n t o u r e . Bien que n'ayant jamais connu d 'autre cadre , i l e touf fe a Montreal . Contrairement a Azar ius Lacasse , qui v i t encore 1 'experience de l a v i l l e devorante, Alexandre en est l e dechet . Broye et a b r u t i , i l ne l u i reste plus qu 'a se poser l e s quest ions fondamentales sur 1 ' ex is tence de l'homme. Sa quete d 'un p e t i t bonheur a sa mesure et de f r a t e r n i t e ne l e meneront pas b ien l o i n , mais i l aura du moins entrevu l e bonheur dans un moment d ' e v a s i o n . C 'es t surtout de lui-meme qu'Alexandre est p r i s o n n i e r . Heros anonyme dans l a veine d'un Meursaul t , d'un S a l a v i n , son educat ion et sa v i e quotidienne ne l u i ont appr is qu 'a se renfermer sur lui-meme; l a v i e a f a i t de l u i un minable qui connait ses l i m i t e s sans a v o i r vraiment 1'occasion de l e s depasser. Meme sentiment d 'e t re p r i s o n n i e r de soi-meme dans La Montagne 81 secrete. L'espace canadien est grand ouvert a Pierre, mais ses periples ne peuvent que l u i confirmer que ses aspirations depassent ses moyens artistiques. Sa mort dans une mansarde du quartier l a t i n , rejoint le symbolisme de l a cage du caissier. Christine, dans La Route d'Altamont, nous confie: "Mon coeur bondissait comme quelque animal en cage qui pressent qu'on va l u i ouvrir l a porte." Dans Rue Deschambault, une des nouvelles est tres caracteristique de par son ti t r e meme: "Les deserteuses". La mere va entrainer sa f i l l e dans une sorte d'echappee symbolique de l a vie de tous les jours. Dans La Riviere sans repos, c'est Barnaby, le v i e i l Esquimau qui cede a l a tentation de posse'der un telephone; i l en devient 1'esclave pendant un moment avant de recouvrer sa liberte: Chez ce bavard - qui 1'aurait cru - demeurait intact 1'amour du silence et de l a liberte.' La-bas, sur 1'autre rive, etaient restes quelques rares irreduct- ibles, Barnaby eut tout a coup envie d'etre de leur nombre. En un instant sa decision fut prise.2- Meme dans ce havre de paix que constitue La Petite Poule d'eau, Luzina prepare son echappee annuelle avec ferveur. A certains moments el l e ne peut s'empecher de penser a 1'evasion, mais ce n'est jamais le besoin desespere qu'eprouvent les personnages citadins. ^La Route d'Altamont, p. 165. (Desormais designe par R.A.). ^Gabrielle Roy, La Riviere sans repos, (Montreal: Beauchemin, 1970) p. 87. (Desormais designe'par R.R.). 82 Le theme de l a p r i s o n domine a i n s i l ' oeuvre de G a b r i e l l e Roy, a des degres d i v e r s , surtout dans ses premieres oeuvres ou l a v i l l e domine. Pour echapper a cet te sensat ion d'etouffement qui l e s possede, l e s personnages de G a b r i e l l e Roy ont tout d'abord recours au voyage en s o i , qui n 'a generalement d 'au t re objet que de mettre une cer ta ine d is tance entre l ' e n d r o i t ou l ' o n v i t et soi-meme. La p lupar t du temps cet eloignement n 'es t supporte que pour une breve duree, tant est f o r t e l a puissance de 1 'habi tude; i l se cree egalement une espece de c r i s t a l l i s a t i o n a l a Stendhal , qui pare l e s choses qu i t tees d'une aureole aguichante. Apres de nombreuses h e s i t a t i o n s et sur l e c o n s e i l pressant de son medecin, Alexandre Chenevert se decide a p a r t i r pour l e Lac Ver t . Ce voyage modeste prend pour l u i tous l e s t r a i t s d'une epopee; c ' e s t une rupture to ta le avec l e t r a i n - t r a i n quot id ien qu i a r e g i e sa v ie pendant des annee^ et c ' e s t une rupture t o t a l e avec l e present . Des l e moment ou i l descend maladroitement l e s Stages de son appartement, une enorme v a l i s e a l a main, i l a 1 ' impression d ' a v o i r recouvre une cer ta ine l i b e r t e ; c e l l e - c i va se r e v e l e r i l l u s o i r e par l a s u i t e , mais l e changement est grand chez Alexandre: tout a coup nous avons a f f a i r e a un nouvel Alexandre. Plus dec ide , p lus sur de l u i , i l a accompli l a son cho ix , peut -e t re l e premier depuis des annees. A t ravers sa s i l h o u e t t e gro^ tesque, apeuree par l a c i r c u l a t i o n , indignee a l ' i d e e qu'on ne respecte pas 83 1'ordre d'arrivee a l'arret d'autobus, nous devinons un homme nouveau qui va redevenir enfant face a l a nature. II est caracteristique que sa premiere exclamation lorsque 1'autobus sort de l a v i l l e soit due a une sensation dont i l avait totalement oublie 1'existence: "Que A'espace, de lumiere, de liberte". Arrive au Lac Vert, i l va avoir une revelation digne de Rousseau: ramene a l'etat de bon sauvage, reduit a l a contemplation de la nature et pouvant enfin se li v r e r a une certaine introspection, i l f a i t l a decouverte de l a bonte naturelle de l'homme. A frequenter les Le Gardeur, qui symbolisent aux yeux de l'auteur l a famille ideale qui v i t du sol "sans rien enlever aux autres", Alexandre semble soudain perdre la hargne dont i l f a i s a i t preuve jusqu'alors dans ses rapports avec ses semblables. Pour l a premiere fois, i l se sent a l'aise parmi des vivants et i l devine qu'une transformation se fa i t jour au plus profond de lui-meme: II n'eprouvait plus de doute que l u i , un etranger pour ces gens, i l etait aime d'eux. Mais en vertu de quoi? Comment et pourquoi, en verite? II n'avait rien d i t , rien f a i t ce soir qui meritat 1'affection. Elle l u i semblait done l a preuve que le v i e i l Alexandre rochonneur, solitaire et insociable, etait bien mort enfin. Un autre avait pris sa place qui, sans effort, naturellement, engageait a l a sympathie. Quelle i n - justice cela, tout de meme, envers le premier et pauvre Alexandre .'1 Dans l a decouverte du bonheur frugal par Alexandre, i l y a des echos a l a Bernardin de Saint-Pierre. Donnons-en comme exemple ces quelques 1Alexandre Chenevert, p. 238. ( Desormais designe par A.C). 84 l i g n e s qui pourra ient f l g u c e r en exergue a Alexandre Chenevert: J ' a i tache d 'y peindre un s o l et des vegetaux d i f f e r e n t s de ceux de l ' E u r o p e . . . J ' a i des i re reun i r a l a beaute de l a nature , entre l e s t rop iques , l a beaute morale d'une p e t i t e s o c i e t e . Je me su is propose a u s s i d 'y mettre en evidence p l u s i e u r s grandes v e r i t e s , entre autres c e l l e s - c i , que notre bonheur cons is te a v i v r e suivant l a nature et l a v e r t u . ^ Pour Alexandre, l e voyage est done a l ' o r i g i n e de ce t te decouverte du bonheur o f f e r t par l a v i e n a t u r e l l e . II y a en quelque sor te mort et r e s u r r e c t i o n d'Alexandre sur l e p lan psychologique. Nous retrouvons cet te t ransformat ion chez d 'aut res personnages de G a b r i e l l e Roy. II l eur s u f f i t de q u i t t e r l a c i t e pour se decouvr i r t e l s q u ' i l s devraient vraiment e t re s i l a v i e en ava i t decide autrement ou s ' i l s avaient eu l a force i n t e r i e u r e de s ' a r r a c h e r a l e u r environnement. Nous retrouvons cet te idee dans Bonheur d ' o c c a s i o n , lorsque l e s Lacasse renouent avec une t r a d i t i o n oub l iee pendant sept ans. Leur depart pour l a campagne, tout comme dans Alexandre Chenevert, prend l e s dimensions d'une epopee grotesque et sent lmenta le . Pour accompl ir l e s r i t e s d 'un retour aux sources symboliques, i l faut t rancher avec l a v i e quotidienne de S a i n t - H e n r i . A u s s i , se debanasse-t -on des vetements f r i p e s et rap ieces de tous l e s j o u r s , a f i n de renouer symboliquement avec l e passe et l e paradis perdu de l ' e n f a n c e . On entasse l e s enfants dans " l e t ruck" et v o i l a l e s Lacasse p a r t i s pour un autre monde ou l ' o n n 'a pas de misere . Pendant un moment l e s Lacasse , tout comme Alexandre, • ^ e m a r d i n de S a i n t - P i e r r e , Paul e t V i r g i n i e , ( P a r i s : G a m i e r , 1958), p. CLX. 85 vont ret rouver un bonheur dont i l s avaient perdu l a saveur depuis b ien longtemps. Et c ' e s t a l a vue de l a maison f a m i l i a l e que Rose-Anna prend pleinement conscience du changement qui s ' e s t opere en e l l e : Le t o i t a pignon se p r e c i s a entre l e s e r a b l e s . Puis se dessina nettement l a g a l e r i e a balustrade avec ce qui r e s t a i t de concombres grimpants, r a t a - t ines par l ' h i v e r . Rose-Anna, projetee vers A z a r i u s , murmura avec un t ressa i l l ement de douleur physique auss i b ien que d'emoi: Eh ben, nous v ' l a . . . Quand meme ca pas gros c h a n g e . 1 Elan de tout l ' e t r e vers une v i e o u b l i e e , vers l ' en fance perdue. Mais ces voyages s ' e f f e c t u e n t de l a v i l l e vers l a campagne; dans l e s autres oeuvres de G a b r i e l l e Roy, c ' e s t l e mouvement inverse qui s ' e f f e c t u e , mais l e s ra isons en sont souvent s i m i l a i r e s . Dans l 'echappee de l a mere et de l a f i l l e dans Rue Deschambault,par exemple, i l faut v o i r une tenta t ive de renouer avec l e passe , seu l moyen d'echapper a l a g r i s a i l l e de l ' e x i s t e n c e . Malheureusement, tant d ' e s p o i r et tant d 'expecta t ive sont p laces dans l e voyage que, par un mouvement b ien p r o u s t i e n , l e s yeux se des- s i l l e n t rapidement. Le voyage en s o i , chez G a b r i e l l e Roy n 'es t jamais l e but u l t i m e , e t s i tout l ' e t r e p a r t i c i p e a l a j o i e du depar t , s i l e voyage lui-meme es t emerveillement devant une v i e meconnue et o u b l i e e , i l ne peut s u f f i r e a s a t i s f a i r e l ' a n g o i s s e de v i v r e eprouvee par l e s personnages. L ' e n f e r s u i t de t res pres l e p a r a d i s , e t l e voyage de "^Bonheur d ' o c c a s i o n , p. 170. (Desormais designe par B.O.) • 86 retour reflete generalement le sentiment que l a porte de la prison va se refermer sur le heros et ses reves. Pour Rose-Anna, l a joie sera breve. Retrouver sa famille et les terrains de jeu de son enfance etaient en soi suffisant pour se sentir revivre; or, elle avait oublie combien l a misere qu'elle tentait de dissimuler etait grande. Du premier coup d'oeil, on remarque sa grossesse, la paleur de ses enfants et leur debilite, l a facon miserable dont i l s sont vetus; au li e u d'oublier tout ce qu'elle a laisse derriere elle pour l'espace d'une journee, Rose-Anna se voit rappeler ses problemes quotidiens. Le plus douloureux pour e l l e est de devoir comparer sa propre famille a celle des Laplante. A Saint- Henri du moins tout le monde est dans le meme cas et les enfants ont tous le meme air souffreteux. Le voyage de 1'illusion est ainsi tres vite menace pour Rose-Anna: Rose-Anna chancela sous cet etrange accueil. Elle s'etait corsetee tant qu'elle avait pu et e l l e avait espere que sa grossesse paraitrait inapercue, non par fausse honte, mais parce qu'elle etait toujours venue chez les siens dans cet etat et puis, parce qu'au fond, cette fois, e l l e aurait voulu que cette journee en fut une de detente, de jeunesse retrouvee, d'illusion peut-etre.^- Mais, ce qui va l u i porter le dernier coup, c'est de ne pouvoir realiser son reve d'aller aux sucres. Ce qui symbolisait 1'enfance a ses yeux l u i est ainsi defendu. Tout a coup, le sentiment qui prevaut chez Rose-Anna, est l a soumission au destin. Elle reconnait l a vanite B.O., p. 170. 87 de ses e f f o r t s ; on ne peut re t rouver l e passe par l e voyage. E l l e ava i t pense pouvoir echapper au present mais se rend b ien compte mainte- nant que sa v i e est a Montrea l : Cour i r l e s b o i s ! . . . se r e p e t a i t Rose-Anna, toute navree. Mais ce n ' e t a i t point a i n s i pourtant que l u i e t a i t apparue ce t te promenade. Sans doute a u s s i , a v a i t - e l l e cesse quelque temps de se v o i r elle-meme t e l l e q u ' e l l e e t a i t aux yeux des autres e t , eblouie par son d e s i r , entra lnee par sa decept ion , e l l e ava i t reve 1 ' imposs ib le . Et e l l e c r a i g n a i t tant maintenant d'en a r r i v e r a t rouver son reve r i d i c u l e q u ' e l l e se defendai t d 'y penser , l e r e n i a i t et se d i s a i t : "Je savais b ien auss i que j e n ' i r a i pas . . . dans 1 ' e r a b l i e r e . 1 , 1 Nous reviendrons p lus ta rd sur l e symbolisme de 1 ' e r a b l i e r e , mais par dela l e voyage c ' e t a i t un v e r i t a b l e re tour au passe que v o u l a i t e f f e c t u e r Rose-Anna. Le voyage tant souhaite qu i commence comme un reve se termine a i n s i en cauchemar. C 'es t meme un des po in ts tournants du roman. Au retour se p r e c i p i t e r a l a desagregation de 1 'uni te f a m i l i a l e a l a q u e l l e Rose-Anna t i e n t tan t . Pour F l o r e n t i n e , au meme moment, c ' e s t l a r e a l i s a t i o n d'une experience qu i va l a l a i s s e r desargonnee pour l a v i e . Autre voyage qui se termine en cauchemar: c e l u i d 'Alexandre . Nous avons vu combien l e debut de son sejour 1 ' ava i t metamorphose, l u i rendant t r a n q u i l l i t e d ' e s p r i t e t e q u i l l b r e . La decouverte d'un "moi" profond q u ' i l i g n o r a i t 1 'ava i t transfdarme pour un bref moment en une sor te de messie qui v o u l a i t f a i r e parven i r un message a ceux q u i , comme ^ . O . , p. 176. 88 l u i , sou f f ra ien t dans l a grande v i l l e . Face a sa f e u i l l e b lanche, Alexandre se rend compte combien i l est d i f f i c i l e de transmettre un message qu i res te d i f f u s meme pour l u i . L ' e x c i t a t i o n des premiers moments passee, Alexandre se rend f inalement compte de son peu d ' impor t tance a l ' e c h e l l e du monde; i l abandonne a l o r s l e point de vue de S i r i u s pour reven i r a l a r e a l i t e ; tout a coup, meme au Lac V e r t , i l re t rouve sa pose de s u p p l i c i e : "II s ' a s s i t l e dos au l a c , face au mur, comme un homme emprisonne." La nature va v i t e perdre sa f a s c i n a t i o n et c ' e s t un ennui profond qu i domine dans l e s dernieres pages de son se jour au Lac V e r t , un ennui auquel i l ava i t cru echapper en qu i t tan t Montrea l . La v i l l e est soudain soumise a une sorte de c r i s t a l l i s a t i o n et i l y a soudain renversement des v a l e u r s : c ' e s t l a v i l l e qu i symbolise mainte- nant ce a quoi Alexandre a s p i r e . N'y tenant p l u s , i l f a i t sa v a l i s e et l e v o i l a sur l a route de Montrea l , a l a poursui te de son reve . II ne faudra que l e temps du voyage pour l e ramener a sa c o n d i t i o n premiere de sous-homme perdu dans l ' immensi te de l a metropole. Tout comme Rose-Anna, Alexandre est incapable d'echapper au present qu i l e tor ture et l e f a s c i n e en meme temps, C 'es t l e propre de l a c o n d i t i o n humaine que de v o u l o i r assumer sa des t inee . Le souvenir dore a present l a cage q u ' i l a q u i t t e e : Un s o i r i l se trouva au bord d'une anse protegee. Cet endro i t e t a i t devenu pour l u i un l i e u d 'evas ion d 'ou i l p longeai t d'un coeur avide vers l e passe . Alexandre, ce s o i r , y re t rouva l a v i l l e . Au l i e u des berges n o i r e s , i l apercut l e foisonnement de lumieres par quoi l e s v i l l e s se revelent dans l 'ampleur 89 de l a nuit. La nostalgie des viesentassees l a , des vies solidaires, le surprit, plus fort qu'aucun ennui qu'il eut eprouve dans son existence: comme un ennui d'eternite. ...ses souvenirs continuerent a embellir."'" Le voyage i c i apparait ainsi comme une fuite. Les premiers moments d'exaltation passes, Alexandre repose et ayant retrouve ses esprits, se sent vaguement coupable d'avoir deserte. La v i l l e est sa vie et un sentiment de solidarite envers ses semblables le reprend. Nous retrouverons cette c r i s t a l l i s a t i o n du lie u quitte dans bien d'autres oeuvres de Gabrielle Roy. Dans Rue Deschambault, par exemple, un des recits nous montre l a mere qui, n'en pouvant plus de vivre dans les etroites limites de son village et de son foyer, part a l a recherche de son passe en compagnie de sa f i l l e . La encore, le voyage sera source de di s i l l u s i o n , et 1'absence grandira les personnages absents. De meme qu'Eugenie ne decouvre les qualites d'Alexandre que lorsque celui- c i se meurt, de meme la mere dans "Les deserteuses" voit son mari sous un tout autre jour: Mais depuis que nous etions en voyage et que maman decouvrait tant de qualites a papa, i l me semblait ne plus tres bien le connaitre, et j'etais genee de l u i ecrire... presque autant qu'a un etranger ...2 Du coup, le Manitoba, lieu geometrique de l a famille (le pere est, du f a i t de son travail, appele a voyager et a travailler a l'Ouest, l a mere etant t i r a i l l e e entre son foyer et ses souvenirs d'enfance de 1A.C., p. 250. Gabrielle Roy, Rue Deschambault, p. 111. (Desormais designe par R.D.). 90 de l'Est) prend une valeur symbolique nouvelle du f a i t de ces voyages. C'est l a poesie du. foyer, de l a maison que l'on habite et qui, en f a i t , represente l a vraie vie, celle que l'on a choisie. Nous retrouvons le meme sentiment dans La Petite Poule d'&au. Luzina, l a mere de famille se livre une fois par an a un voyage vers la v i l l e pour echapper a l a g r i s a i l l e de l a vie quotidienne, mais par un revirement bien a l a Gabrielle Roy, e l l e est aussitot en prole a une espece de Sehnsucht pour son foyer: Le but serieux de son voyage atteint ... Luzina n'eut rien de plus presse que de revenir par train a Rorketon ou elle esperait trouver une occasion immediate de rentrer chez e l l e . E l l e etait ainsi; toute l'annee i l l u i paraissait, la-bas dans son l i e , que jamais elle ne se rassasierait du spectacle des vitrines illuminees de Rorketon, des lumieres electriques qui restaient allumees toute l a nuit dans l a rue principale, des nom- breux buggies qui y venaient .... A Rorketon, Luzina ramassait de quoi alimenter les recits qu'elle ferait a sa famille .... jusqu'au prochain voyage pour ainsi dire. Cependant, au bout de quelques jours a Rorketon, elle en avait tout a f a i t assez. Rien ne l u i semblait plus chaleureux, plus humain que cette grise maison isolee qui, de sa hutte entre les saules, n'avait a surveiller que l a tranquille et monotone Petite Poule d'eau.* Luzina est une Emma Bovary qui aurait 1'occasion de satisfaire son reve avant qu'il ne prenne une force obsedante, et qui se rend bien compte de ce que l a v i l l e peut avoir de factice. D'ou ce revirement brutal dans son attitude. La cr i s t a l l i s a t i o n du foyer est un t r a i t necessaire dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. Les personnages sont constamment ecarteles 1Gabrielle Roy, La Petite Poule d'eau, (Montreal: Beauchemin, 1965) , p. 25-26. (Desormais designe par P.P.E.)• 91 entre leur desir d'echappee et leur desir d'enracinement. On peut leur appliquer le dicton populaire: "Partir, c'est mourir un peu". Mais dans le cas de La Petite Poule d'eau, l a situation tranche sur celle des autres oeuvres. C'est un monde presque i r r e e l qui est decrit; les remplacements de 1'institutrice sont les seules crises aux- quelles l a famille doive faire face. C'est un monde heureux et qui se su f f i t a lui-meme que Gabrielle Roy decrit. Un leger ennui berce les reves d'evasion de Luzina; Alexandre Chenevert par contre, eprouve un besoin v i t a l de s'echapper de son ecorce terrestre. C'est ainsi qu'il est rare que les personnages de Gabrielle Roy fassent 1'experience du depart total. II n'y a guere que les etrangers dans son oeuvre qui quittent le Canada pour toujours, comme l'ltalienne dans Rue Deschambault qui rentre en Italie apres l a mort de son mari. Ne pas avoir de racines est done quelque chose d'intolerable pour l'auteur. Travailler pour le chemin de fer, comme les Noirs dans "les deux negres" apporte le charme de 1'evasion a l a famille qui les heberge, mais c'est un travail contre nature dans 1'esprit de l'auteur, car i l implique une vie de vaga- bondage. Un autre personnage plein de verve et qui tranche sur le desir de st a b i l i t e des personnages de Gabrielle Roy est l'oncle Majorique dans Rue Deschambault. Passant de metier a metier selon les circonstances de 1'emploi, i l differe d'Azarius Lacasse par sa mobilite et sa f a c i l i t e d'adaptation, tout en conservant certains traits de ce l u i - c i . Sa femme l'appelle volontiers "1'Utopiste.' le Reveur.'...". Passant de v i l l e 92 en v i l l e et n'etant jamais s a t i s f a i t , s'installant enfin en Californie apres avoir f a i t fortune, i l va connaitre la douleur d'y perdre sa femme. Le sentiment de culpabilite que Majorique eprouve apres l a mort de sa femme est directement l i e au theme du voyage. II se reproche d'avoir cause sa mort en l'obligeant a se rendre en Californie. Nous rejoignons ainsi l'idee generale de Maria Chapdelaine; c e l l e - c i refuse de suivre Lorenzo Surprenant pour ne pas f a i l l i r , pour rester fidele a son heritage. Partir est une solution de f a c i l i t e qui equivaut a une trahison. Pendant longtemps l a famille de l a tante Theresina Veilleux va se demander les raisons de sa mort et se pencher sur l a derniere interrogation que ce l l e - c i s'est posee: Et dans les yeux bleus de Theresina, i l y avait une profonde interrogation, comme s i l'ame de ma pauvre tante en partant de ce monde s'etait demande: Pourquoi? Mais pourquoi? Seulement sur le sens de ce pourquoi on ne fut jamais d'accord dans notre famille. Les uns dirent que ma tante avait du demander a Dieu pourquoi elle devait mourir a present qu'elle etait arrivee; d'autres penserent que, regardant les cfmes neigeuses, c'etait le Manitoba qu'elle avait revu, aime et regrette peut- etre comme jamais; et, ainsi, qu'elle s'etait demande pourquoi e l l e etait i c i , et non pas la-bas, dans son pays, pour mourir.1 Meme interrogation desesperee a l a f i n de Trente arpents, lorsque Euchariste attend l a mort dans une v i l l e de l a cote Est des Etats-Unis et, s i Maria Chapdelaine avait suivi Lorenzo Surprenant, i l est probable que de tels sentiments l'auraient a s s a i l l i e a l a f i n de sa vie. R.D., p. 178-179. 93 Mais, s i l e depart provoque generalement un sentiment de c u l p a b i l i t e * chez G a b r i e l l e Roy, i l n'en r e s t e pas moins que c'est chez ceux q u i ne partent pas que l e besoin d'evasion se manifeste avec l e plus de v i o l e n c e . Que l e voyage r e e l n'aboutisse b i e n souvent qu'au decouragement et a l a deception, c'est un theme bien connu de l a l i t t e r a t u r e , et G a b r i e l l e Roy l e marue avec une i r o n i e q u i denote q u ' e l l e en e s t bien consciente. L'attente de l a p l u p a r t de ses personnages est souvent trompee. Mais s i l'on voyage beaucoup dans l a p l u p a r t des romans de G a b r i e l l e Roy, l'espace parcouru est minime, exception f a i t e de La Montagne s e c r e t e . On ne depasse que b i e n rarement l e s f r o n t i e r e s d'une province e t , a 1'exception de deux romans, on ne q u i t t e pas l e Canada; preuve que pour l ' a u t e u r l e voyage d o i t e t r e etudie dans son contexte l i t t e r a i r e canadien. Ce qui frappe a u s s i t o t lorsque l'on ouvre un de ses l i v r e s , c'est l a f a c u l t e e x c e p t i o n n e l l e que possedent ses personnages, de rever a 1'evasion, au voyage a b s t r a i t q u ' i l s sont conscients de ne jamais pouvoir r e a l i s e r . Nous avons observe p l u s haut que l a grande ma j o r i t e de ses personnages donnaient l ' i m p r e s s i o n d'etre en cage, d ' e t o u f f e r a l ' e n d r o i t ou i l s v i v a i e n t . 94 C'est dans le reve d'evasion qu'ils vont chercher une compens- ation a l a vie de tous les jours, car l a plupart d'entre eux ne peuvent se permettre financierement de voyager. Par 1'imagination, i l s vont parcourir un terrain immense. Si nous prenons 1'exemple d'Alexandre Chenevert, nous voyons que ce petit caissier de banque a l a passion de l a geographic Nous savons qu'il l i t les journaux avec attention et qu'il puise l a sa rancoeur envers l'humanite. Rien ne l u i echappe; par le journal i l a le monde sous les yeux, en sa possession. La lecture stimule son imagination et le fa i t participer aux evenements du monde. L'attrait du voyage est d'autant plus aigu chez Alexandre, qu'il represente le type parfait du casanier, de 1'homme qui ne se sent en securite que dans un decor familier. Deja son excursion au Lac Vert prenait les proportions d'une veritable expedition. Le debut du roman nous indique deja son caractere statique: Autrefois, alors qu'il jouissait d'un bon sommeil, s i , par exception, i l s'etait leve a une heure indue, c'avait ete pour une excursion a l a campagne, pour prendre un train et, une fo i s , i l y avait deja toute une vie de cela, - pour tenter a l'aube, 1'ascension du Mont-Royal.^ Alexandre peut ainsi etre considere comme 1'homme enracine par excellence, que le voyage effraie et eblouit tout a l a fois. Si nous le comparons a ses pairs de l a litterature contemporaine nous verrons qu'il s'en A.C., p. 9. 95 distingue uniquement sur le plan du reve. L'Etranger nous offre un personnage comparable en son symbolisme general. Meursault, tout comme Alexandre, ne veut pas quitter l'endroit ou i l v i t et refuse ainsi une promotion qui 1'aurait entraine a Paris. Le Salavin de Duhamel presente les memes caracteristiques. Terriens au fond de l'ame, i l s s'accrochent au present et l a ou le sort les a fixes. Cependant, ce qui differencie Alexandre de ces deux hommes est sa capacite de voyage onirique. Par le reve i l echappe a sa condition; i l vogue dans un monde a r t i f i c i e l que son imagination cree a partir de la lecture des journaux. On dir a i t qu'il est constamment obsede par l'etroitesse des frontieres de son propre pays. Pour l'auteur, 1'evasion devient un des traits fondamentaux de l a personnalite de l'homme et denote un certain pessimisme chez e l l e : "Sans les morts, les absents, les peuplades jamais visitees, que deviendrait chez l'homme, sa faculte d'aimer?"! Ce que Gabrielle Roy f a i t ressortir chez son personnage, c'est l a caracteristique du refoule, de l'hypocondriaque et du timore de ne se sentir a l'aise qu'avec des absents ou avec une certains conception platonicienne de l'humanite. Les clients d'Alexandre ne presentent aucun interet a ses yeux. Dans son collegue le plus proche, i l ne voit que les imperfections mais, des qu'il pense aux Russe§ son visage s'epa^ nouit, i l les connait s i bien qu'il va jusqu'a denoter les details de leur habillement: 96 Pourtant 240 m i l l i o n s de Russes e x i s t a i e n t a ses yeux a cause de c e r t a i n s d e t a i l s i n s i g n i f i a n t s mais humains. Les Russes por ta ien t d'amples blouses serrees a l a t a i l l e par une ce inture et de hautes bottes de c u i r . I l s e ta ien t music iens; i l s chant- a ient en choeur . . . . 1 Dans un monde ofl semble regner l a f o l i e de l a p e r s e c u t i o n , l e s pensees d'Alexandre ne sont pas p lus f o l l e s que l a marche de ce monde. S ' i l ne comprend pas grand chose a l a p o l i t i q u e In te rna t iona le , du moins m e t - i l 1 'accent sur l e manque d'humanite de cet te p o l i t i q u e . II ne v o i t pas les Russes en termes de Rouges, mais en tant qu'hommes. La d is tance l u i f a i t a i n s i accepter des choses q u ' i l ne pardonnerai t pas a ses propres c l i e n t s . Der r i e re sa facade de p e t i t c a i s s i e r montrea la is , Alexandre Chenevert d iss imule une ame de decouvreur, d ' exp lo ra teur . Conscient de 1'importance minime q u ' i l occupe en ce monde, i l p o u r r a i t rever d ' e t r e d i r e c t e u r de banque ou inventeur , bref de s ' e l e v e r . Or , jamais Alexandre ne l a i s s e appara i t re l a moindre ambit ion. Le s e u l d e s i r qui l u i t ienne a coeur s e r a i t d ' a v o i r un metier qu i l ' e n t r a l n a t vers l ' i n c o n n u . II y a dans ce roman tant d ' a l l u s i o n s au theme du voyage, de 1 'evasion sur l e p lan on i r ique que ce theme ne pouvait qu 'e t re r e p r i s par l a s u i t e par l ' a u t e u r ; dans La Montagne s e c r e t e , l e voyage sera ampl i f i e au po int d'embrasser toute l ' o e u v r e . Les s i m i l i t u d e s s t r u c t u r a l e s entre ces deux romans sont ev identes , mais l a quete des deux heros est d i f f e r e n t e . Le voyage dans La Montagne secrete d e c r i t surtout l e s a f f r e s de l a c r e a t i o n 97 artistique et le voyage symbolise, sur un plan linealre, ce qu'elle a d'angoissant et d'imperieux. Dans Alexandre Chenevert, i l s'agit encore d'une quete, mais d'une quete encore plus d i f f i c i l e a accomplir: celle du voyage interieur, de la decouverte de soi et par l a , des autres. Si ce roman a des assonnances metaphysiques, c'est qu'il pose l a question de 1'existence de 1'homme au meme ti t r e que celle de 1'existence de Dieu. De l a , un voyage mort-ne, qui ne s'accomplit pas mais qui reste possible au niveau de l a conscience et de 1'imagination. Le voyage, ou plutot le desir de voyage est une tentative desesperee d'echapper par le reve a l' i n e r t i e d'un corps ridicule, sorte de boulet que traine l'ame d'Alexandre. En reve, i l fraternise avec ses heros. Ce qui 1'attire dans l a personnalite d'un explorateur comme Amundsen, c'est que sa reussite est basee sur l a volonte. Dans un monde sans Dieu et laisse a l a derive, une personnalite comme Scott compte tout autant que les saints de l a religion traditionnelle. Ce que Alexandre voit en eux, c'est qu'ils ont realise leurs reves et mene leurs vies en parallele a ceux-ci. Eux non plus n'avaient en soi rien d'extraordinaire sur le plan physique, mais i l s ont trouve 1'occasion de se depasser. Dans ses moments d'enthousiasme, Alexandre a presque honte de son metier, comme s i inscrire "caissier" comme profession etait deja l'aveu d'un echec: Pourquoi done Alexandre h e s i t a - t - i l a inscrire encore une fois caissier? Pensa-t-il a se reclamer d'une autre profession? A mettre sur le p o i n t i l l e des lignes: explorateur, apiculteur, grand voyageur?-'- Sur trois occupations qui l u i viennent a 1'esprit en cette minute, deux ^.C., p. 301. 98 sont consacrees au voyage ou a 1'exploration, c'est a dire a 1'extreme. Mais i l est guide dans ce choix par 1'exemple des autres; comme l'indique l'auteur, i l y a l a une tentative de s'approprier l a vie des autres pour tenter de donner un sens a une vie qui est sur le point de se terminer: Alors, i l se mit a chercher dans sa vie, comme s i elle pouvait l u i o f f r i r l'emouvante surprise d'une action qu'il ne savait pas avoir accomplie: etre all e au pole sud avec Scott ou Amundsen - Scott n'avait ete qu'un petit homme guere plus solide que lul-meme; ou, plus simplement, avoir ete bon ... II aurait voulu s'approprier les belles vies. Mais a ce passage de 1'existence a l a mort, est-ce qu'il y avait l i e u de s'enorgueillir des entreprises des autres? 1 Dans ces vies exemplaires, Alexandre voit ses propres limites, mais elles l u i donnent aussi un exemple a sa mesure: l a recherche de l a bonte, un des themes obsessionnels de l'oeuvre. Indirectement, nous avons i c i une critique de la societe contemporaine t e l l e que l a voit Gabrielle Roy. La societe industrielle et urbaine favorise l'egolsme et 1'individualisme outrancier, rendant ainsi impossible l'apitoiement et,par l a , l a bonte. Alexandre est aigri par ses conditions de vie et cela se repercute sur son caractere; i l est rarement aimable et en souffre. Et i l voit dans le voyage, 1'evasion, une possibility de se rapprocher de l a bonte originelle de l'homme: ... comme 1'ile de cora i l , son £le du Pacifique ou, s ' i l pouvait seulement l'atteindre, Alexandre s'imag- inait qu'il serait un homme bon. On pouvait vivre A.C., p. 305. 99 la-bas de noix de coco, de manioc, sous de simples toits de f e u i l l e s . l Voir l'homme a distance est ainsi l a seule possibility de faire de l u i quelque chose d'attirant. II faut en quelque sorte rejoindre le point de vue de Sirius s i l'on veut avoir confiance en l a bonte de l'homme. Alexandre ne peut souffrir sa famille, ses clients, ses collegues, l a foule anonyme qu'il croise tous les jours, mais i l trouve sa revanche dans une espece de philanthropie abstraite ou 1'absent et l'inconnu se parent de toutes les vertus. Autre evasion caracteristique chez Alexandre, et qui recoupe ce sentiment de vague culpabilite qui le possede vis a vis de son prochain: l a maladie. Celle-ci met un ob- stacle aussi infranchissable entre sa vie de tous les jours et une vie nouvelle, que ne le ferait un voyage: Une nostalgie tel l e que ni l a liberte, ni ses projets de voyage n'en avaient encore mis de semblable dans son coeur, le soulevait. En perspective, assez eloignee de l u i , l a maladie l ' a t t i r a presque autant que les l i e s : en avoir f i n i avec les chiffres, n'etre plus coupable surtout - lui-meme ne se pardonnerait-il pas bien plus volontiers d'etre malade que triste et insupportable? 2 Mais i l y a aussi l a tentation de l a solitude, loin des hommes; ell e prend l a forme d'une l i e deserter"...et i l eut a cet instant comme jamais encore - mais pourquoi, pourquoi? - le desir d'une i l e deserte". 3 Un autre aspect important du voyage chez Alexandre est l a recherche du bonheur. Dans une sorte de mouvement dialectique, i l part tout d'abord 1A.-C. , p. 102. 2Ibid., p. 107. 3Ibid., p. 145. 100 du p r i n c i p e que l e bonheur est impossib le au se in de l a metropole et de l a v i e contemporaine. II faut done p a r t i r et , 1 'episode du Lac Vert est p lus qu'une ordonnance medica le , c ' e s t 1'experience de l a s o l i t u d e , de l a descente en soi-meme et du bonheur. D'ou 1 ' i l l u s i o n momentanee du recommencement de toute une v ie grace a 1 ' a c t i o n b i e n - fa isante de l a nature et de l a s o l i t u d e : Ses ra isons memes de s o u f f r i r l u i avaient ete comme rav ies en rou te , devenues minimes, i n s i g n i - fLantes. Qui toucher i c i ? Emouvoir? Alexandre en e t a i t a ce po in t du voyage ou ce que l ' o n eprouve n 'es t pas encore une i l l u s i o n de recommencement, mais bien p lu to t une f i n . P a r f o i s , des arbustes touf fus ( . . . ) , seu l emergeait son p e t i t v isage que creusaient l a f a t i g u e , l ' emot ion et 1 ' impatience dechirante de connai t re s i ce q u ' i l a l l a i t i c i decouvr i r ce s e r a i t e n f i n l e bonheur . 1 Mais l e bonheur n 'es t malheureusement qu'une etape dans l a quete d'Alexandre et i l l a depasse rapidement: "Alexandre douta que ce fu t de bonheur q u ' i l eut fa im". Le bonheur n ' e s t qu'un sentiment e g o i s t e ; ne p lus s o u f f i r physiquement l'empeche d'assumer pleinement l e s malheurs de l 'humanite: Moins on r e f l e c h i s s a i t , et mieux c ' e t a i t pour l e s n e r f s . Regardez l e s Esquimaux, l e s ;peuplades de Po lynes ie . . . " d i s a i t encore Alexandre , mais sans p lus d 'envie de l e u r ressembler . Mais a lo rs a quoi bon guer i r pour tourner autour d ' i n s i g n i f i a n t e s occupations ( . . . ) Quand l e s f r u i t s murs tombes sur l e s o l exhala ient une odeur sucree et chaude, i l ne s ' i n q u i ^ t a i t p lus des malheureux, dans l e s v i l l e s , qu i eussent f a i t l e u r j o i e de cet te abondance. II g l i s s a i t vers 1 ' i n d i f f e r e n c e , retenant tout jus te assez de l u c i d i t e pour se c r o i r e p lus estimable dans son etat an te r i eur . La sante l u i parut a v o i r un caractere h u m i l i a n t . 2 ^•A.C. , p. 190. 2 I b i d . , p. 249. 101 Alexandre a done besoin de l a maladie , comme un drogue ne peut se passer d 'he ro ine . La sante , l e bonheur, ce s e r a i t une s o l u t i o n trop f a c i l e a ses yeux. Ces deux not ions ne menent qu 'a une douce torpeur de 1'espri t , une " i n d i f f e r e n c e " qu i sera ient f a t a l e s a sa quete. II l u i faut done r e j e t e r ce t te experience comme non s a t i s f a i s a n t e , presque degra .: pour l ' e s p r i t . S i l e voyage est l i b e r t e et quete du bonheur, i l n ' a b o u t i t q u ' a un r e s u l t a t i l l u s o i r e . On n'echappe pas au present chez G a b r i e l l e Roy, meme s i l ' o n en transpose l e s donnees. Le sentiment qu'Alexandre en r e t i r e pour un bref moment, c ' e s t c e l u i d'un recommencement auquel s ' a j o u t e l a p o s s i b i l i t y d'une v i e nouve l l e . Deja au debut du l i v r e i l assoc ie depart e t renouvellement: Ses c rue ls r e v e i l s d ' au jourd 'hu i res ta ien t malgre tout l i e s a des j o i e s anciennes, II eprouvait une impression de depar t , de renouvellement p o s s i b l e et meme un sentiment de son importance.1 L 'obsess ion du renouvellement se f a i t jour encore une f o i s durant son sejour au Lac Ver t ; dans sa l e t t r e a Eugenie, i l se proclame un homme transforme et annonce un nouveau depart pour l a v i e . Peu avant sa mort, i l invoquera une nouvel le f o i s ce d e s i r de b a t i r sa v i e sur d 'aut res donnees. Mais ce d e s i r ne reste qu ' imagina i re et ne peut que r e s t e r imaginaire car Alexandre est aux p r i s e s avec une v i e qu i l e depasse et avec l a q u e l l e i l ne peut l u t t e r . II ne peut a i n s i qu'en r e s t e r au niveau des i n t e n t i o n s , re jo ignant par l a un de ses grands ancetres de l a l i t t e r a t u r e u n i v e r s e l l e . 1 A i C J _ , p. 10. 102 De Don Quichotte, Alexandre a plus d'un t r a i t et i l pourrait passer pour le Don Quichotte "que nous meritons". I l a l a meme faculte d'echapper au reel par le reve et de vivre dans 1 'illusion. Son aspect un peu ridicule et une certaine inclination a l a fo l i e renforcerait l a ressemblance. Bien sur i l n'arbore pas 1'accoutrement grotesque qui f a i t de Don Quichotte le chevalier sans peur et sans reproche, mais son physique et son nom memes sont ridicules. A l'origine, tous deux sont, dans 1 'esprit de leurs auteurs, des fantoches, des caricatures, qui prennent de l'ampleur au f i l de l'oeuvre jusqu'a devenir des portraits inoubliables. Autre ressemblance interessante: ces deux romans voient le jour a une epoque charniere de leur litterature nationale. Ils sont diriges contre l a litterature de leur epoque (romans de chevalerie pour l'un, litterature du terroir pour 1'autre); tous deux mettent en pieces une certaine conception du roman. Nos deux chevaliers a l a t r i s t e figure eprouvent l a meme d i f f i c u l t e a s'adapter aux realites qui les entourent. Ils ne sont pas faits pour l a societe nouvelle qui se construit autour d'eux. D'ou ce besoin d'evasion qui leur est necessaire. Don Quichotte partira sur son cheval poursuivre les reves et les illusions qu'il a nourries dans l a lecture des romans de chevalerie. Alexandre, l u i , sans quitter Montreal va tenter de s'echapper par le reve, tentant d'apporter sa modeste contribu- tion a un monde meilleur. Son inspiration nalt de 1'indignation que 103 suscite chez l u i l a lecture des journaux. Tous deux sont les produits d'une c i v i l i s a t i o n nouvelle. L'evolution des idees et des moeurs est trop rapide pour eux, les laissant desempares. Ils se sentent irremediablement menaces dans leur humanisme latent. Le present et le futur leur sont ainsi inter- dits, insupportables; c'est ainsi qu'ils se creent un monde imaginaire dans lequel l a realite est transfiguree. II y a plus d'une centaine d'allusions au voyage dans Alexandre Chenevert. Dans une oeuvre realiste, aux accents souvent naturalistes, ce theme apporte une lueur poetique et humaine. II est l'antithese necessaire au theme de 1'emprisonnement. Sans l a possibilite qu'il possede de s'evader par le reve, de jouer a Don Quichotte, Alexandre i r a i t droit a l a folie ou au suicide. Dans cette oeuvre sombre et tragique les passages r e l a t i f s a l a joie de vivre sont rares, mais ceux que l'on y decouvre rejoignent toujours le theme du voyage: Alors Alexandre decouvrit ce qu'est le matin: une heure de decision, d'elan, d'enthousiasme, une heure qui rend a l'homme l a fraxcheur de sa volonte; un depart; un debut de voyage.^ Si dans le voyage reel 1'illusion est suivie de pres par l a di s i l l u s i o n , par une realite qui ne se moule pas sur 1'imaginaire, c'est que i l l u - sion ne peut sans se detruire sortir de son propre domaine. C'est ce qu'Alexandre, comme nombre de personnages chez Gabrielle Roy ne saisissent 1A,C., p. 211 104 que difficilement. Mais s i le theme du voyage est une tentative d'echapper aux contingences du reel, i l est egalement voyage interieur, l i e au theme de l a connaissance de soi et des autres. Le theme de Faust l'emporte ainsi sur le theme de Robinson Crusoe. A l a source des angoisses d'Alexandre git 1'interrogation existentielle fondamentale, t e l l e qu'exprimee par le passage suivant: II se sentait menace d'une tristesse encore i n - connue et redoutable. Cet amas de papier jauni, de volumes, ce soir le decourageait. Longtemps, i l avait cru les livres d'un grand secours pour aider a mieux connaitre soi-meme d'abord, ensuite les autres. Apres les evasions de l'aventure, voila ce qu'il avait demande aux li v r e s : de se voir exprime par le talent des autres; a travers les ecrits, i l s'etait cherche. Mais lance sur cette piste, on rencontre des bribes, des aspects de soi, partout. Alexandre avait decoupe, numerote, classe des centaines d'articles. Mais i l n'y en avait pas assez i c i , jamais i l n'y en aurait assez pour contenir l'immensite enfermee dans l a petite vie d'Alexandre. Que l'homme etait instable et disperse.'1 Ce passage pose a premiere vue de fagon un peu grotesque le probleme de l a connaissance humaine. A travers ses coupures de journaux et ses quelques li v r e s , Alexandre rejoint dans son interrogation metaphysique des geants de l a litterature comme le Faust de Goethe; Faust ouvre l a piece par son interrogation fameuse: P h i l o s o p h i e , d r o i t , medecine, theologie a u s s i , helas. ' J ' a i tout etudie a fond avec un ardent A.C., p. 141. 105 e f f o r t , et me v o i c i , pauvre f o u , a u s s i avance que j a d i s . l Faust est l e t i t a n moderne qui a p r i s conscience de l a vani te profonde du s a v o i r a b s t r a i t et qui asp i re non a 1 ' e r u d i t i o n mais a une sc ience i n t u i t i v e qui l u i e x p l i q u e r a i t l e mystere de l a v i e et l e f e r a i t penetrer dans 1'essence meme des et res et des choses. Le sentiment de desespoir et d ' impuissance n a i t chez l e s deux hommes de l a meme decouverte: l e s a v o i r l i v resque mene a 1' impuissance et au decouragement. II n 'apa ise pas l a c u r i o s i t e de l'homme, l a i s s a n t ouverte 1 ' i n t e r r o g a t i o n premiere sur l e sens de l a dest inee humaine. A nn niveau d i f f e r e n t , Alexandre se pose l a meme i n t e r r o g a t i o n et c ' e s t sans doute ce qui f a i t l a va leur du roman et qui sauve Alexandre de sa mediocr i te apparente. Meme une v i e auss i banale que c e l l e d'Alexandre ne peut e t re cernee en quelques formules.. , L ' i n t e r r o g a t i o n d'Alexandre en r e j o i n t une autre: c e l l e de 1 ' a r t i s t e ; l e "connais t o i toi-meme" est a l a source de l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e et en est l a donnee i n d i s p e n s a b l e . S i ce t te c o n d i t i o n n ' e s t 1 Goethe , Faust I, E d i t i o n s Montaigne ( P a r i s : A u b i e r , 1932) p. 14. (Notre t raduct ion) Habe nun, ach! P h i l o s o p h i e , J u r i s t e r e i und Med iz in , Und l e i d e r auch Theologie Durchaus s t u d i e r t , mit heissem BemUhn. Da s t e h ' i c h nun, i c h armer Tor.' Und b i n so k lug a l s wie zuvor . . . . 106 pas remplie, i l ne peut y avoir de creation valable. C'est i c i 1'interrogation que Gabrielle Roy se pose a elle-meme. Nous ne pouvons nous empecher de penser i c i a Proust, tirant de lui-meme une fantastique galerie de personnages. Par le personnage d'Alexandre, Gabrielle Roy rejoint ainsi l'humanisme de toujours. C'est ce qui donne a son personnage, a l a fois sa faiblesse et sa grandeur. Dans cet etat d'esprit, i l est caracteristique de noter que le heros du l i v r e ne commence a decouvrir l a bonte de son prochain que sur son l i t de mort, lorsque l a drogue transfigure le monde ou i l a tant erre et souffert; c'est bien le monde qu'il cherchait en reve et qui etait reste imaginaire. Mais le simple f a i t d'avoir a recourir a ce moyen a r t i f i c i e l pour trouver l a paix de l'ame marque bien le pessim- isme foncier de l'auteur quand e l l e traite de l a condition humaine. C. LE VOYAGE DE L'ART La Montagne secrete reprend en majeur ce qu'Alexandre Chenevert exprimait en mineur. Le theme du voyage prend soudain une ampleur demesuree et anime le roman entier, comme s i l'auteur avait voulu par l a se debarrasser d'une obsession. Mais, depuis Bonheur d'occasion, ce theme s'est a l a fois affine et developpe, grace au decantage opere par les oeuvres qui precedent directement La Montagne secrete. Si La Petite Poule d'eau montrait 1'envers de la vie citadine en brossant un cadre de vie paradisiaque, ou regnait l a joie de vivre, elle ne fa i s a i t que tres peu appel au theme du voyage; dans cette oeuvre c'etait avant tout l a st a b i l i t e qui comptait et le bonheur familial etait enfin possible. Gabrielle Roy se debanassait l a des angoisses exprimees lors de l a redaction de Bonheur d'occasion. A cette oeuvre legere et empreinte d'un grand charme poetique succedait le sombre Alexandre Chenevert, comme s i l'auteur avait f a i t sienne cette profession de foi d'Andre Gide: "Les plus belles oeuvres des hommes sont obstinement douloureuses. Que serait le recit du bonheur?"-*- Dans cette oeuvre le theme de 1'evasion repondait de fagon i r r e s i s t i b l e au theme de l a prison. Cette evasion restait cependant -'•Andre Gide, L'Immoraliste (Bibliotheque de l a Pleiade, Paris: Gallimard, 1958) p. 408. 108 s i tuee au niveau du reve et c ' e t a i t un depart - ou p l u t o t une volonte de depart constamment avorte qui y regna i t . Rue Deschambault va pour l a premiere f o i s dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy f a i r e appel a l 'exot isme et a v o i r recours a l ' e t r a n g e r , non p lus a t ravers l e s journaux, comme c ' e t a i t l e cas dans Alexandre Chenevert, mais a t ravers c e r t a i n s personnages qu i t ransplantent au Canada une p a r t i e de leurs habitudes a n c e s t r a l e s . "Les deux negres" apportent avec eux l e vent de l ' i n c o n n u et de 1 'evas ion: Nous en e t ions l a , ma f o i assez heureux tous ensemble, lorsque l ' i n c o n n u entrant dans nos v i e s d'une maniere toute fantasque y i n t r o d u i s i t des r e l a t i o n s p lus d i f f i c i l e s , mais combien p lus i n t e r e s s a n t e s . L ' h i s t o i r e du T i t a n i c , contee par l ' o n c l e Majorique, t ransporte l a f a m i l l e dans l e passe et l e u r f a i t r e v i v r e en imaginat ion ce drame de l a mer. " L ' I t a l i e n n e " t r a i t e du voyage sous son aspect l e p lus n e g a t i f : l e deracinement s u i v i de l a mort; mais ce n 'es t pas l a femme qui mourra a i n s i que l e r e c i t semblait v o u l o i r l e montrer. L ' I t a l i e n n e retournera seule dans son pays n a t a l , l a i s s a n t au coeur de l a mere une f o r t e n o s t a l g i e pour son pays: Car i l e t a i t a r r i v e c e c i : maman, en s 'occupant de d i s t r a i r e 1 ' I t a l i enne de l ' l t a l i e , ava i t appr is a s 'ennuyer de ce p a y s - l a . 2 Dans "Wilhelm" encore, nous retrouvons l e theme du deracinement. Mais ^ . D . , p. 11. 2 I b i d . , p. 196. 109 ce qui est a l a fois interessant et original dans cette breve nouvelle, c'est de voir s'amorcer des themes que l'auteur aborde rarement sinon jamais. Wilhelm, venu de Hollande, joue le role d'initiateur a l'amour et a l'art en general. Hors La Montagne secrete, l a peinture n'est jamais evoquee dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. Nous pourrions en dire autant de l a musique et du theatre. Or, nous avons i c i , non seulement une allusion a Ruysdael et a la peinture hollandaise, mais a l a musique avec Thais. Faut-il voir l a une i n i t i a t i o n artistique qui conduira a l a redaction de La Montagne secrete? II semble bien que oui, surtout apres l a lecture du dernier recit du recueil, "Gagner ma vie", qui eclaire les motivations profondes de l'auteur et qui souligne l ' a t t r a i t qu'a pour elle le voyage. Notons du reste que l'auteur abandonnera son metier d'institutrice pour passer deux annees en Europe. Ce qui ressort de ce dernier recit, c'est l a passion de l'auteur pour l a geographie, passion qu'elle essaie de faire partager a ses eleves. Un peu plus loin, une collegue l u i t i r e les cartes et l u i predit "qu'elle voyagerait beaucoup". Le reve de voyage se f a i t done plus pressant au f i l des oeuvres qui ont suivi le premier ouvrage de Gabrielle Roy. Jusqu'a present le voyage n'avait ete qu'une velleite qui restait avant tout du domaine de 1'imagination. L'aboutissement du theme aura pour cadre La Montagne secrete, ou pour l a premiere fois i l sera etendu a toute une oeuvre. II etait inevitable que Gabrielle Roy developpat un jour le 110 theme du voyage pour en faire le sujet meme d'un roman. C'est le cas de La Montagne secrete ou l a metaphore s'enfle a l'echelle d'une oeuvre tout entiere. Que l'on y voie l a manifestation du mythe du Grand Nord 1 e t 1'heritage des Engages du Grand Portage de Leo-Paul Desrosiers ou l a resurgence historique du pays d'en haut 2, cette oeuvre est unique dans l a production l i t t e r a i r e de Gabrielle Roy. Nous avons deja vu qu'elle ne se pose que rarement le probleme de l a creation l i t t e r a i r e dans ses oeuvres anterieures a La Montagne secrete. La seule expression de l a d i f f i c u l t e d'ecrire est ressentie par Alexandre Chenevert lorsqu'il medite sur le contenu de sa lettre aux journaux; finalement i l y renoncera. Mais cette tentative n'en reste pas moin un cas interessant de composition "en abyme", tentative avortee dans l'oeuf. Le probleme de 1'ecriture, de l a vocation a r t i s - tique sera repris dans La Route a'Altamont, comme s i 1'auteur avait compris que le message contenu dans La Montagne secrete n'avait peut- etre pas porte comme ell e l'entendait. Nous ne nous attacherons pas i c i a l a structure de l'oeuvre, n i a sa composition; de nombreux critiques se sont attaches a cet aspect de l'oeuvre, Notons seulement qu'il s'agit i c i d'un voyage qui s'accom- p l i t de fagon lineaire. L'echappee i c i debouche sur l a v i l l e , symbole de l'Art; par le souvenir, Pierre effectuera ensuite le voyage inverse, "'"Antoine Sirois, "Le Mythe du Nord." Revue de l'Universite de Sherbrooke, vol. 4, no I, oct. 1963. p. 29-36. 2 Jack Warwick, Op. c i t . I l l revoyant par l a pensee les etapes essentielles de sa vie. La Montagne secrete ne sert plus de cadre a une recherche assez vague comme celle qui definissait Alexandre Chenevert. Si Pierre, comme Alexandre, est a l a recherche de lui-meme, c'est pour s'accomplir dans ce qui f a i t toute sa vie: l'Art. Des le debut de l'oeuvre, avant meme que nous n'ayons vu Pierre Cadorai creer.le theme de sa quete est annonce par 1'interessante allegorie du chercheur d'or qui e l l e - meme introduit le theme du voyage. La recherche de l'or, en effet, suppose un deplacement horizontal et rectiligne. L'essentiel est de trouver le f i l o n , d'ou un voyage;:incessant dans la quete du metal jaune; notons au passage que pour l'alchimiste du Moyen-Age, l a re- cherche de l'or s'effectue sur un plan tout a f a i t different; au deplacement continu et a l'appel de l a liberte s'oppose 1'enracinement du chercheur. Depasser ses limites, se nourrir a l'arbre de science et aspirer a l'absolu, voici les t r a i t s principaux de l'alchimiste. Gedeon a tout abandonne pour l'or, mais cela s'est f a i t a ses depens; l a solitude l'accable a l a f i n de sa vie: Y a - t - i l rien au monde, demanda-t-il, qui autant que l'or f a i t voyager les hommes? Ceux d ' i c i avaient traverse tout le continent; i l s repartirent, les uns vers Flin-Flon, quand on entendit parler de cette v i l l e de l'or surgie un jour, presque toute faite dans le nord du Manitoba; d'autres, on ne sut jamais ou i l s porterent leurs pas. Un jour, i l s'etait reveille seul en ces bois.^ Ainsi commence le leitmotiv qui va accompagner l a quete de Pierre. Gabrielle Roy, La Montagne secrete. (Montreal: Beauchemin, 1966) p. 17. (Desormais designe par M.S.). 112 La recherche de l'art va croiser celle de l'or. En termes geo- graphiques, comme en termes d'absolu, une fraternite naft entre Pierre et Gedeon; i l s n'ont pas besoin de mots pour se comprendre. Le heros que choisit l'auteur canadien a sur ses autres personnages l'avantage decisif et dangereux d'etre totalement l i b r e . Pas de famille, pas de l i e u d'habitation bien precis, pas de soucis pecuniaires trop marques; i l pourrait etre compare a ce chemineau insouciant auquel reve Azarius dans Bonheur d'occasion. Gabrielle Roy trouve enfin 1'occasion revee de depeindre le voyageur ideal, ce qui ne manquera pas d'inconvenients: libere de toutes les contingences du reel, Pierre prend des le debut de l'oeuvre, 1'aspect ethere et peu satisfaisant pour 1'esprit d'un personnage symbolique auquel i l est d i f f i c i l e de croire. L'ambiguite fondamentale de l'oeuvre nous semble cependant reposer sur le choix du theme du voyage. Par ce l u i - c i , Gabrielle Roy veut i l l u s t r e r cette espece de quete de l'absolu en art que poursuit son personnage. Peut-on ainsi juxtaposer l a recherche d'un approfon- dissement artistique, qui est par nature meme verti c a l , a une recherche horizontale, lineaire et geographique, surtout s i l'equilibre entre les deux recherches est aussi precaire que dans La Montagne secrete? Ce manque d'equilibre provient sans doute du f a i t qu'il manque a ce roman une definition rationnelle de l a conception de l'Art de l'auteur. En effet, Pierre en plein XXe siecle se comporte comme un peintre naif du Moyen-Age, mais semble tout ignorer des avenues qu'a empruntees l'art contemporain. 113 Depuls l a revolution radlcale introduite par Manet, l'art ne saurait plus se contenter de l a vision objective des choses. Pour Manet et tous ses exegetes (Andre Malraux en particulier), le peintre transforme le monde et le contraint a devenir style. C'est autour de cette notion essentielle de style que naltra le malaise et 1'incer- titude du lecteur de La Montagne secrete. Le style peut se definir par les instruments dont se sert l' a r t i s t e pour exprimer le monde; c'est ce par quoi l ' a r t i s t e traduit sa vision. Pour Malraux, le style delivre l ' a r t i s t e de sa soumission a l a nature, en conferant a son geste createur toute son autonomie. C'est une vision nouvelle qui nalt de l a liberation de l ' a r t i s t e . La peinture tend moins a voir le monde qu'a en creer un autre; le monde sert le style, qui sert l'homme et ses dieux. 1 Le monde perd ainsi 1'importance capitale qu'il possedait chez les peintres realistes; plus essentielle serait l a vision de l ' a r t i s t e , son imagination creatrice. Dans La Montagne secrete, on a trop souvent 1'impression que Pierre recherche l a confirmation de son talent, son style (ce que le grand peintre Masson nomme une intuition lyrique), dans 1'accumulation des milles parcourus et des choses vues. II en reste plus ou moins au stade depasse du realisme; ses hesitations et ses doutes viennent Andre Malraux, op. c i t . , p. 270. 114 naturellement de l a sensation qu'il eprouve de ne pas pouvoir depasser ce stade. Si les croquis et dessins dont i l parseme sa route font 1'admiration des Indiens et des Esquimaux, c'est qu'ils relatent des choses qu'ils connaissent et qui font partie de leur monde familier. S'ils admirent Pierre, c'est pour sa f a c i l i t e de reproduire plutot que pour sa facon de voir le monde. Trop souvent done, on a 1'im- pression que Pierre n'est qu'un artiste de second ordre. Mais Pierre lui-meme reste in s a t i s f a i t de son oeuvre et, c'est pour cette raison qu'il poursuit cette quete incessante. Cette montagne qu'il cherche inconsciemment pendant une bonne partie de sa vie constitue une espece de revelation a ses yeux; elle est unique et n'a jamais ete contemplee par d'autres Blancs. Pierre eprouvera une sorte de beatitude a l a peindre, a l a creer sur l a toil e . De cette decouverte naltra le chef-d'oeuvre auquel i l aspire. Mais s i cela veut symboliser l a creation artistique pour Gabrielle Roy, l'art est mis a dure epreuve. Les conditions requises pour faire oeuvre creatrice seraient done, selon La Montagne secrete, l'ascetisme et le pelerinage incessant a l a recherche de l a beaute. E s t - i l vraiment necessaire de cheminer pendant des annees a l a recherche d'un objet vierge pour faire oeuvre de creation, pour se depasser dans le domaine de l'Art? L'Art veritable residerait plutot dans une matiere morte de Manet, une chaise de Van Gogh. Le periple geographique auquel se soumet Pierre serait plutot une epreuve d'endurance 115 physique qui ne peut aboutir qu'a l a s t e r i l i t e et par suite au doute et au desespoir. Plus i l voyage, plus i l egare son talent en f u t i l i t e s . L'Art ne reside jamais dans le voyage qui ne peut creer que l a carte postale. La premiere esquisse de l a montagne n'est en f a i t qu'une carte postale artistique - elle ne peut etre reussie sur le plan de l'Art. Plutot que voyage lineaire, l'Art est recueillement, intuition, descente en soi-meme, introspection. Si l'on admet avec Proust que l'Art nait au plus profond de nous-memes, i l n'est nul besoin de se deplacer. Proust lui-meme en est l a preuve, l u i qui cree une oeuvre magistrale, cloitre dans son cabinet capitonne. Si Goethe est fascine par l ' l t a l i e , ce n'est pas pour le voyage, le deplacement en soi, mais pour 1'heritage antique qui est ainsi mis a sa portee. Les plus grands artistes ont souvent ete des casaniers endurcis. La Montagne secrete est en f a i t le piege auquel Pierre et_ son createur se laissent prendre. L'art de Pierre n'est pas fonde sur une experience interieure mais au contraire sur une experience purement externe. A certains moments, Pierre semble se rendre compte qu'il fai t fausse route, que l a reponse a ses questions se trouve ailleurs: Autrefois, dans l a solitude des seuls petits arbres, quand i l peinait a en rendre le sens et le climat, souvent deja, i l avait souhaite pour son oeuvre le conseil d'un maitre. En peinture, comme en foret, se d i s a i t - i l , i l doit s'en trouver pour vous eviter de steriles marches. Mais rencontrerait-il jamais ces guides?-1- ;MS. , p. 143. 116 Pour l ' a r t i s t e lui-meme, tout ce q u ' i l a accompli j u s q u ' a present est considere comme"stSri le". S i l a derniere p a r t i e de l 'oeuvre semble s i fausse et s i ma ladro i te , n ' e s t - c e pas du a un revirement sub i t de son auteur qu i veut maintenant g r e f f e r sur 1'oeuvre une espece de r e v e l a t i o n f a c t i c e , dont l e cadre est P a r i s . Au voyage, aux etendues immenses du Grand Nord succede maintenant un cours de pe inture i n t e n s i f s u i v i d'une sor te de r e c l u s i o n monastique v o l o n t a i r e q u i r e i n t r o d u i t l e theme de l a p r i s o n dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy, mais sous un angle crea teur . Sur son l i t de mort, vouS a l a r e c l u s i o n l a plus f o r m e l l e , P i e r r e va e n f i n accSder au p lan de l ' A r t avec une crea t ion qui l u i s u r - v i v r a . Cette f o i s i l a dSpassS l e n iveau de l a reproduct ion r S a l i s t e , de l a carte p o s t a l e . Tous ses echecs, sa v i e en t ie re sont contenus dans ce dern ie r tableau q u i , comme nous l e verrons p lus tard, prend l e s t r a i t s d'une v e r i t a b l e v i s i o n . Le point f a i b l e du roman cons is te a nos yeux dans l e f a i t qu'au s i e c l e du documentaire et de l a t e l e v i s i o n , l ' a u t e u r a i t voulu f a i r e oeuvre d e s c r i p t i v e . Trop souvent P i e r r e n 'appara l t que comme un bon paysag is te . Ce qui aura i t ete passionnant i l y a quelques s i e c l e s dans un t e l p e r i p l e , perd au jourd 'hu i sa saveur de nouveaute. Le l e c t e u r ne dScouvre i c i r i e n q u ' i l ne connaisse de ja . P lus grave encore aura ete l ' e r r e u r de l a romanciere de ne pas pouvoir - ou v o u l o i r - d i s s o c i e r clairement deux concepts Strangers l ' u n a 1 'au t re : c e l u i du voyage et c e l u i de l ' A r t . 117 II existe dans l a litterature allemande une quete similaire a celle de La Montagne secrete. C'est sans doute l a quete l a plus celebre de l a litterature occidentale; l a fleur bleue qui symbolise l'appel de l a poesie pour le jeune heros du roman de NovaHs^" a vu sa reputation franchir les frontieres. Dans 1'esprit de l'auteur, l a f i n de l a quete du heros devait deboucher sur une veritable apotheose de l a poesie. Le jeune Heinrich est f i l s de marchand et fuit l'etat de negociant pour vivre en artiste. Deux parties principales avaient ete prevues a l'origine par le romancier: dans l a premiere, Heinrich recevait sa formation de poete; dans l a seconde l a poesie devait le transfigurer. Cette seconde partie ne v i t jamais le jour, mais l a premiere est d'une te l l e richesse symbolique qu'elle se s u f f i t a e l l e - meme. Comme dans La Montagne secrete, le voyage forme l'ossature du roman. Au hasard des rencontres, Heinrich va avoir l a revelation des principaux aspects de l a nature et de l'ame humaine. Le voyage va eveiller en l u i les dons poetiques qui sommeillaient. Cependant, i l n'y a aucune peripetie romanesque comme dans La Montagne secrete. Le voyage pour Novalis est pretexte au recit des aventures interieures du heros. Ses rencontres successives l u i feront decouvrir l a poesie populaire, l a poesie de l a guerre, l'histoire de l a nature et de l'huroa- nite, le mysticisme, 1'amour, l'Art en general. L'amour et l a mort sont des evenements decisifs dans l a destinee d'Ofterdingen. Elles seront le foyer de sa vie interieure. Tout ceci est a la source Novalis, Heinrich von Ofterdingen Editions Montaigne (Paris: Aubier, reimpression non datee) 118 de l a formation du poete. II y a l a un enrichissement constant du futur poete qu'on chercherait en vain dans le roman de Gabrielle Roy. Car Pierre ne f a i t en somme que 1'experience de l a privation et de l a douleur physique. II a le tort de chercher 1'enrichissement en l u i - meme sans le faire feconder par les autres comme Heinrich le f a i t . La derniere partie arrive bien tard et apparait plus negative que positive en ce qui concerne l'echange des idees entre Pierre, Stanislas et le Maxtre. On ne fa i t pas impunement penetrer dans le Louvre un peintre des steppes sans le parer involontairement d'un ridicule dont i l aurait pu se passer. Ce qui f a i t surtout l'interet et la valeur artistique d'Heinrich von Ofterdingen, c'est que le roman se deroule en quelque sorte dans l'ame du personnage. Le reve est chez l u i plus reel que le monde exterieur. C'est cette dimension qui f a i t cruelle- ment defaut a La Montagne secrete ou l'espace exterieur prend trop de place par rapport au "moi" du personnage. La celebre Fleur bleue, mystere sorti des profondeurs du reve, apparait a Heinrich des le debut du l i v r e . Elle apparaltra plus tard a plusieurs reprises, toujours aux moments les plus critiques pour le heros. C'etait une trouvaille de genie de l a part de Novalis. Le choix de ce symbole donne a toute l'oeuvre son f i l directeur et irradie l'oeuvre de son symbolisme. Sa premiere apparition donne aussitot le ton du recit: entrelacement constant du reve et de l a realite, r e l i - giosite fondamentale de l'oeuvre et perspectives philosophiques. Ce que Novalis veut exprimer dans son chef-d'oeuvre, c'est le vieux reve 119 romantique d'une r e l i g i o n u n i v e r s e l l e dont l e p r i n c i p e s e r a i t 1'amour et l a r e v e l a t i o n . C 'es t cet te par t f a i t e au reve et a l a poesie qui f a i t defaut a La Montagne s e c r e t e , a i n s i que l a profondeur necessa i re a une oeuvre qu i se veut de t r a i t e r d 'un probleme auss i fondamental que l a c r e a t i o n a r t i s t i q u e . La montagne e t a i t une t r o u v a i l l e mais e l l e a u r a i t du etre mieux exp lo i tee structura lement; La Montagne secre te manque d 'onir isme et pourtant l e sujet s ' y p r e t a i t mervei l leusement, surtout que c e r t a i n s passages sont t res r e u s s i s et recoupent t res b ien l e sym- bolisme exprime par l a F leur bleue dans N o v a l i s . P i e r r e , sans avo i r de v i s i o n , pressent cependant l ' a p p e l d i f f u s de l a Beaute et ce , des l e debut de 1'ouvrage. Chez l u i , comme chez Of terdingen, l a quete e s t motivee par un appel e x t r a - s e n s o r i e l qu i l e s fasc ine l i t t e r a l e m e n t . Voyons d 'abord l e message t e l que l e p e r c o i t P i e r r e : Sans doute ne s ' a g i s s a i t - i l que d'un paysage - i l entendait pourtant l ' a p p e l d'une beaute qui n ' e x i s t a i t pas encore , mais q u i , s ' i l en a t t e i g n a i t l a r e v e l a t i o n , l e comblerai t d 'un bonheur sans p a r e i l . 1 L a Montagne l u i r e s t e r a i n v i s i b l e pendant longtemps e t ce n ' e s t que l o r s q u ' i l l ' a p e r c e v r a pour l a premiere f o i s q u ' i l saura que c ' e s t e l l e j q u ' i l rechercha i t aveuglement. Pour Of te rd ingen , l e reve se s i t u e ^"M.S., p. 28. 120 dans les premieres pages du roman, et i l mettra sa vie entiere a en dechiffrer le message. Comme dans le cas de Pierre, c'est d'un veritable envoutement qu'il s'agit: Was ihn aber mit voller Macht anzog, war eine hohe lichtblaue Blume, die zunHchst an der Quelle stand, und ihn mit ihren breiten, glMnzenden BlHttern heritorte. Rund urn sie her standen unzHhlige Blumen von alien Earben, und der kHstlichste Geruch erftlllte die Luft. Er sah nichts als die blaue Blume, und betrachtete sie lange mit unnennbarer ZMrtlichkeit. Endlich wollte er sich ihr nMhern, als sie auf einmal sich zu bewegen und zu verSndern anfing; die Blatter wurden glMnzender und schmlegten sich an den wachsenden Stengel, die Blume neigte sich nach ihm zu, und die BlUtenblHtter zeigten einen blauen ausgebreiteten Kragen, in welchem ein zartes Gesicht schwebte.^ Si l a Fleur bleue est tout a l a fois message d'amour et de poesie, l a montagne est l a Beaute en soi pour Pierre, puisque 1'amour humain n'a pas de place dans La Montagne secrete. Mais son apparition n'est pas moins feerique que celle de l a Fleur bleue: Elle etait fiere incomparablement, et incomparable- ment seule. Faite pour plaire a un o e i l d'artiste en ses plans, ses dimensions, ses couleurs.... Je suis belle extraordinairement, c'est v r a i , d i s a i t - e l l e . En f a i t de montagne, je suis peut-etre Novalis, op. c i t . , p. 72. Mais ce qui l ' a t t i r a d'un charme i r r e s i s t i b l e , c'etait, au bord meme de l a source, une fleur gracieuse, d'un bleu ethere, qui le f r o l a i t de ses larges petales eclatants. Tout autour d'elle, d'innombrables fleurs de toutes especes emplissaient l ' a i r de leurs parfums les plus delicats. Lui, cependant ne voyait que l a Fleur bleue, et i l l a contempla longuement avec une profonde tendresse. II a l l a i t enfin s'en approcher quand el l e se mit soudain a t r e s s a i l l i r et a changer d*aspect; les fe u i l l e s de- vinrent plus brillantes et se serrerent contre l a tige qui s'allongeait; l a fleur s'inclina vers l u i et les petales for- raerent en s'ecartant une collerette bleue ou f l o t t a i t un tendre visage. (Notre traduction). 121 l a mieux reussie de l a creation. II se peut qu'aucune ne soit comme moi. Cependant, personne ne m'ayant vue jusqu'ici, est-ce que j'existais vraiment? Tant que l'on n'a pas ete contenu en un regard, a-t-on l a vie? A-t-on l a vie s i per- sonne encore ne nous a aime ?... Ainsi done, se d i s a i t - i l , ne nous trahissent pas nos grands reves mysterieux d'amour et de beaute. Ce n'est pas pour se jouer de nous qu'ils nous appellent de s i loi n et conservent sur nos ames leur in f i n i e emprise. 1 Cependant, s i l a quete des deux hommes aboutit a l a decouverte de l a beaute en soi, s ' i l s sont guides tous deux par leur intuition qui prend l a forme du reve chez Ofterdingen et a un moindre degre chez Pierre, le pouvoir d'envoutement de l'oeuvre de Novalis est extreme. On ne peut en dire autant de La Montagne secrete, ou, a aucun moment le ton ne semble juste, provoquant ainsi l'apathie et l'ennui chez le lecteur. On sent trop l a presence de Gabrielle Roy derriere Pierre. Ce l i v r e aurait pu etre un bon journal de voyage; Gabrielle Roy en a fait une quete artistique trop superficielle. La Montagne secrete n'est done pas l'oeuvre l a plus accomplie de Gabrielle Roy. Le choix du sujet par lui-meme etait dangereux, car i l supposait d'avance l a perfection, a l l i e e a une perception tres fine du processus de l a creation artistique. Gabrielle Roy ne peut etre con- sidered, en aucun cas,comme une theoricienne; ce n'est que ldsqu'elle se laisse a l l e r a son emotion premiere qu'elle revele le mieux ses dons artistiques. La Montagne secrete est une oeuvre qui sonne creux; a 1M1SJL, p. 102-103. 122 part quelques t r e s b e l l e s pages, l e su je t en est trop ambit ieux. Le theme de cet ouvrage sera d ' a i l l e u r s r e p r i s de facon bien p lus poe- t ique et p lus o r i g i n a l e dans La Route d'Altamont - r e p r i s e qui semble admettre l ' e c h e c de La Montagne s e c r e t e . En ce qui concerne l e theme qu i nous in te resse de prime abord, notons q u ' i l a s o u f f e r t de deveni r t rop dominant, trop m a t e r i e l et pa lpab le . Le theme du voyage, l e i t m o t i v lanc inant de l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy, approche de l a grace poetique l o r s q u ' i l est emanation du d e s i r secret d 'evas ion que chaque homme porte en l u i . C 'es t un theme trop d e l i c a t , trop evanescent pour q u ' i l pu isse supporter d ' e t r e mâ - t e r i a l i s e . Dans La Montagne s e c r e t e , i l perd son essence d e l i c a t e et son aureole poetique pour devenir mise en scene banale . II rythme l ' e p u i s a n t e marche de P i e r r e a t ravers l e nord et ses intemperies mais ne permet que rarement 1 ' e n v o i de 1 ' imag ina t ion c r e a t r i c e . Le theme devient a i n s i trop documentaire ce qui a pour e f f e t de tuer ces lueurs poetiques qui sont propres a G a b r i e l l e Roy l o r s q u ' e l l e est vraiment e l l e - meme. E l l e n 'a r i e n d'une cerebra le mais s u i t p l u t o t son i n t u i t i o n ; e l l e aime peindre par images, mais perd dans La Montagne secrete l a charmante s i m p l i c i t e qui c a r a c t e r i s e en temps o r d i n a i r e ses oeuvres l e s p lus r e u s s i e s . Passons maintenant a tout autre aspect du voyage. Jusqu 'a present nous avons tente de d iscerner l e s ra isons de l ' a p p e l qu i se f a i t jour a t ravers l e s d i f f e r e n t s personnages de G a b r i e l l e Roy. De Rose-Anna, 123 a Alexandre Chenevert , d 'Alexandre a P i e r r e dans La Montagne s e c r e t e , l e personnage e t a i t toujours sur l a de fens ive , s u b i s s a i t l a v i e p lu to t q u ' i l ne l ' a n i m a i t . II r e s s e n t a i t un appel assez vague dont i l ne s a i s i s s a i t pas toujours l e sens . Or , un personnage de Bonheur d 'occas ion tranche nettement sur toute l a g a l e r i e de personnages crees par l ' a u t e u r canadien: i l s a i t ce q u ' i l v e u t , est f asc ine par l ' a v e n i r q u ' i l faconne a sa propre mesure e t , peut e t re c a r a c t e r i s e par l e reve d 'envo i qui es t 1 'archetype de l ' amb i t i eux . D. LE VOYAGE COMME ASCENSION SOCIALE ET COMME SYMBOLE DE L'AMBITION De tous les personnages de Gabrielle Roy, Jean Levesque est sans nul doute l'un des plus fascinants ... et l'un des plus noircis par l a critique en raison de son attitude peu chevaleresque. Ne citons que Bessette par exemple qui a pourtant 1'esprit large: ... ce qu'il nous importe de savoir au sujet de Levesque, c'est l a raison qui le pousse a agir envers Florentine comme un butor de l a pire espece, je ne dis pas apres qu'il l'a seduite - car alors on ne comprend que trop les laches motifs qui l'incitent a fui r - mais avant l a seduction quand i l manifeste une muflerie, une cruaute apparemment gratuite.-*- Voici manifestement une execution des plus sommaires et nous reviendrons plus tard a Jean, vu par Gerard Bessette. Ce n'est pas que l a stature de Jean domine Bonheur d'occasion ( i l prendrait place plutot au sein de ce que l'on appelle generalement les personnages secondaires). Cependant, i l joue le role detonateur dans une situation de crise qui existe prealablement; i l ne fa i t que passer dans l a vie de Florentine, mais cela s u f f i t pour, a l a f o i s , ravager cette ame innocente et l u i faire decouvrir d'autres horizons. En de fort nombreuses occasions, i l sert manifestement de repoussoir a Emmanuel. Gerard Bessette, L'Action Uniyersitaire , t. 18, no 4, j u i l l e t 1952, p. 53-74. 125 Jean Levesque est in te ressan t a p l u s i e u r s po ints de vue; par son metier d 'abord: i l es t un des rares representants dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy de cet te c l a s s e de techn ic iens que l e s progres econo- miques de 1'epoque mettent au premier p l a n . Jean est fo r t consc ient de 1'importance toute nouvel le q u ' i l acquerra en devenant ingen ieur , et c e l a a i g u i s e son ambit ion. A une montee p lus ou moins v e r t i c a l e chez Jean , correspondra une chute non moins v e r t i c a l e chez A z a r i u s . C o n f l i t de generat ions tout autant que t r a i t de caractere et de te r - minisme s o c i a l ; Azar ius v i t l a f i n desolante d'un reve de p rosper i t e generale que l 'Amerique ava i t promis a ses enfants; de l a son amertume et son manque de r e s s o r t . Jean , confronte aux dures r e a l i t e s du moment, s ' y conforme et joue l e j e u ; i l se l a i s s e r a p o r t e r par l a vague avec toute l a rapac i te du jeune loup auquel i l f a i t souvent penser . A ce mouvement de v e r t i c a l i t e q u ' i l es t a ise de d i s c e r n e r chez Jean et sur l e q u e l nous reviendrons p lus t a r d , s ' a jou te un autre mouve- ment, fo r t i n t e r e s s a n t , de f u i t e en avant , l e q u e l est inseparable du precedent et qui r e j o i n t notre not ion generale du voyage chez G a b r i e l l e Roy. Nous a l l o n s done e tud ie r l e personnage de Jean sous cet angle du voyage, de l a m o b i l i t e , de l a mouvance e t e r n e l l e . Nous verrons p lus l o i n que contrairement aux personnages hab i tue ls de G a b r i e l l e Roy, i l n ' a r i e n d'un t e r r i e n et que b ien au con t ra i re l a t e r re est sa h a n t i s e . 126 Nous commencerons done notre etude de Jean en analysant de facon p lus ou moins systematique l e s metaphores et symboles dynamiques q u i se rat tachent a l u i . Sans r i s q u e r de se tromper beaucoup, on peut a f f i rmer que Jean Levesque joue dans Bonheur d ' o c c a s i o n , un r o l e d ' i n q u i e t e u r au sens g i d i e n du terme. En e f f e t , dans une s o c i e t e en voie de decomposi t ion, i l represents c e l u i qui s ' e s t adapte aux changements de va leurs de 1'epoque, qu i l e s provoque meme, contrairement aux autres personnages du roman, l e s Lacasse en p a r t i c u l i e r . De p l u s , i l joue un r o l e d ' i n i t i a t e u r v i s a v i s de F l o r e n t i n e , non seulement en l ' i n i t i a n t aux r e a l i t e s d'un amour condamne d 'avance, mais en l u i ouvrant des hor izons nouveaux q u i l u i feront prendre S a i n t - H e n r i en hor reur . Dans une v i e calme, aux hor izons e t r o i t s , i l joue en quelque sor te au "Survenant", y apportant l e t rouble et l ' a n x i e t e propres a l a decouverte des grands espaces. A cet egard, i l est i n te ressan t de noter que, des son a p p a r i t i o n dans l e roman, J e a n , vu par F l o r e n t i n e es t s t igmat ise par l e t rouble que sa seule presence f a i t n a i t r e : Sa tache de serveuse l a i s s a i t a i n s i a sa pensee, non point de longs moments pour reven i r au souvenir exc i tant et t rouble de l a v e i l l e . . . l Pl is l o i n encore: "Au fond de sa nature t r o u b l e , une c u r i o s i t e sauvage s 'amorca i t " ;2 e t : "II eut un regard t rouble autout de l u i " . 3 "Vo. , p. 9. 2 ] b i d . , p. 96. 3 I b i d . , p. 179. 127 Nous reviendrons sur cet te image dans notre etude des elements aquatiques chez Jean . D'ores et d e j a , se trouve amorce l e l e i t m o t i v qui va accompagner chaque a p p a r i t i o n de Jean , a t ravers tout l e roman. II est c e l u i qui f a i t peur , qu i apporte l e vent de l ' i n c o n n u et qu i f a i t n a l t r e l e mala ise; ce sentiment j a i l l i t d'une personna l i te com- plexe ou l e s aspects n e g a t i f s predominent a i n s i que nous a l l o n s l e v o i r maintenant. A premiere vue, Jean Levesque n 'a r i e n d'un personnage sym- pathique. II t r a l n e d e r r i e r e l u i une ambigulte qu i f a i t n a i t r e un vague malaise chez l e s autres personnages de l ' o e u v r e . En f a i t , ses premieres appar i t ions ne feront que sou l igner son aspect odieux. II est l ' a n t i t h e s e du heros romantique et pourtant F lo ren t ine va t rouver en l u i son Leon. Le mystere qu i plane autour de l u i ne f e r a q u ' a t t i s e r l a pass ion que c e l l e - c i va temoigner a son egard. Les c a r a c t e r i s t i q u e s de Jean sont avant tout l a b rusquer ie , 1 ' i n s o l e n c e , l a g o u a i l l e . Son approche est d i r e c t e , souvent v u l g a i r e ; i l se pose en homme super ieur et marque b ien l a d is tance q u ' i l y a entre l u i et F l o r e n t i n e . Meme son v isage r e f l e t e ses q u a l i t e s de chef: II avangait l e v isage et l e v a i t sur e l l e des yeux dont e l l e d iscerna en un e c l a i r toute 1 ' e f f r o n t e r i e . La machoire dure, v o l o n t a i r e , 1 ' insuppor tab le r a i l l e r i e des yeux sombres, v o i l a ce q u ' e l l e remarquait l e p lus 128 au jourd 'hu i dans ce v i s a g e . Ses i n v i t a t i o n s ne pourra ient e t re p lus d i r e c t e s : Mais justement, i l l a v o u l a i t a i n s i , p u i s q u ' i l l a l u i p r e s e n t a i t dure et d i r e c t e , comme s ' i l ne d e s i r a i t pas q u ' e l l e accepta t . On ne peut pas d i r e que Jean fasse beaucoup d ' e f f o r t s , tout au long de cet te i n t r i g u e pour seduire l a jeune f i l l e ; c e l l e - c i s ' e n rend b ien compte, qu i remarque: V o i l a ce q u ' e l l e h a l s s a l t tant chez ce jeune homme; l e pouvoir q u ' i l a v a i t , apres l u i a v o i r f a i t perdre p i e d , de 1 ' e lo igner de sa pensee, de l 'abandonner comme un objet qu i a ses yeux ne p resenta i t p lus d ' i n t e r e t . 3 t r a i t p r i n c i p a l de Jean est l e cynisme et l e s exemples dans l e roman; c ' e s t meme une c a r a c t e r i s t i q u e que Jean soigneusement et ses rapports avec l e s autres en sont i n f e c t e s : V i e n s - t u f a i r e du recrutement dans Sa in t -Henr i? p l a i s a n t a - t - i l avec un s o u r i r e ou l e cynisme h a b i t u e l se temperait d 'ami t ie II y a une grande d i f f e r e n c e entre nous deux; t o i , tu c r o i s que ce sont l e s so ldats qui changent l e monde, qu i menent l e monde; et moi , b ien moi , j e c r o i s que c ' e s t l e s gars qui restent en a r r i e r e et qui font de 1 'argent avec l a g u e r r e . 4 Nous reviendrons sur ce t te p r o f e s s i o n de f o i par l a s u i t e , mais nous voyons deja q u ' e l l e cadre b ien avec ce que nous venons de v o i r du 1 B . 0 . , p. 10. 2 I b i d . , p. 12. 3 I b i d . , p. 13. 4 I b i d . , p. 58. En f a i t l e foisonnent e n t r e t i e n t 129 caractere de Jean; son cynisme va de p a i r avec l a note de cruaute qu i f a i t que l ' o n a vu en ce personnage un monstre moral . Personne dans l e l i v r e n 'es t vraiment a l ' a i s e en sa compagnie, que ce s o i t F l o r e n t i n e , l e pere de c e l l e - c i , l e s chomeurs ou meme son s e u l ami, Emmanuel. Sous cet te armure, a premiere vue impenetrable, f a i t e de dedain et de mepris pour l e s au t res , se cache un et re totalement d i f f e r e n t qui a dec ide , un j o u r , d'empoigner l a v i e et de ne pas s 'embarrasser de s c r u p u l e s . Nous avons i c i un bon exemple de dedoublement de l a perr- sonnal i te , - s i p a r f a i t q u ' i l faut attendre l e s re tours en a r r i e r e operes par l ' a u t e u r pour l e s a i s i r ; ce t te p e r s o n n a l i t e , s i fo r te en apparence n 'es t pas f a i t e d 'un b loc unique et e l l e ne s ' e s t pas f a i t e en un s e u l j o u r . La carapace recouvre un et re totalement d i f f e r e n t , l e q u e l a opere un choix et qu i s ' y t i e n t dans l a mesure du p o s s i b l e . Nous a l l o n s maintenant nous a t tacher aux ra isons de ce cho ix , qui sont in te ressantes au p o i n t de vue psychologique, a l a f o i s pour comprendre l e s mot ivat ions du personnage, mais a u s s i c e l l e s de l ' a u t e u r . Voyons tout d 'abord comment Jean se juge lui-meme: Le v r a i Jean Levesque e t a i t tout au t re . C ' e t a i t un s i l e n c i e u x , un t e t u , un t r a v a i l l e u r sur tout . C e t a i t c e l u i - l a qui l u i p l a i s a i t davantage au fond , cet e t re prat ique qui a imait l e t r a v a i l non pour lui-meme, mais pour 1 'ambit ion q u ' i l decuple , pour l e succes q u ' i l prepare , ce jeune homme sans reve qui s ' e t a i t donne au t r a v a i l comme a une r e v a n c h e . 1 B.O., p. 23-24. 130 Un autre passage se reve le p lus c a r a c t e r i s t i q u e encore , car i l y es t clairement quest ion de dedoublement v o l o n t a i r e de l a p e r s o n n a l i t e : Et c ' e s t q u ' i l vena i t a u s s i de s a i s i r toutes l e s c o n t r a d i c t i o n s q u ' i l y a v a i t entre lui-meme, l e v r a i Jean Levesque, et l e personnage q u ' i l s ' e t a i t cree" aux yeux de tous, c e l u i d 'un garcon astucieux . . . un gars qu'on admi ra l t . ^ Nbus avons done t res nettement sous l e s yeux un cas de dedoublement v o l o n t a i r e de l a p e r s o n n a l i t e ; Jean apparai t comme un et re a deux f a c e t t e s , un e t re dont l e "moi" profond reste enfoui t res profondement et qui ne ressor t qu 'en de ra res occasions lorsque l e personnage ne peut dominer ses emotions - chose rare dans ce roman. Avant de r e v e n i r en d e t a i l sur ce concept de dedoublement de l a p e r s o n n a l i t e , i l convient d 'abord de v o i r q u e l l e s sont l e s ra isons qui ont mene a cet te t ransformat ion r a d i c a l e . Des l a premiere l e c t u r e de l ' o e u v r e , i l saute aux yeux que l a personna l i te profonde de Jean est dominee par son passe: enfance pauvre, s o l i t a i r e , sans pa ren ts , sans amis v e r i t a b l e s , vouee tout en t ie re a un but unique: echapper a tout p r i x a l a misere qui 1 ' ava i t entoure et marque. La misere , ou p lu to t son obsess ion , joue l e ro le d 'un v e r i t a b l e moteur dans l a v i e de Jean, comme nous l e verrons par l a s u i t e . Voyons combien l a presence de F l o r e n t i n e et c e l l e de son envi ronne- ment renvoient a des souvenirs g r i s a t r e s : 1 B . O . , p. 23. 131 Et v o i d que sa misere depouillee de tout a r t i f i c e , de toute cachotterie, r e v e i l l a i t en l u i des souvenirs lointains, les souvenirs les plus t r i s t e s . 1 De fagon generale, i l est interessant de noter que le passe de Jean reste pour le moins obscur. II n'aime pas y revenir et tente meme de l'oublier tout a f a i t . Cependant, lorsqu'il a une decision d i f f i c i l e a prendre, le retour au passe l u i sert de stimulant, d'aiguillon qui le projette irremediablement vers ce futur qu'il convoite, ou tout n'est que reussite. En f a i t , l e peu que nous apprenons du passe de Jean nous est fourni par des retours en arriere motives par une emotion violente. Les quelques lignes qui nous eclairent le plus a ce sujet se trouvent dans le chapltre consacre a l a seduction de Florentine. L'arrivee de Jean dans l'interieur miserable des Lacasse et l a decouverte d'une image de l a Madone suspendue au mur provoquent un deferlement d'emotions intenses, lesquelles suscitent un retour au passe qui eclaire le trefonds de son subconscient: Et i l comprit pourquoi cette image l ' a t t i r a i t et le troublait. C e t a i t tout son passe qu'elle evoquait, toute son enfance malheureuse et son adolescence inquiete. Un flo t de souvenirs remontait en l u i . Ce qu'il avait cru bien mort, doucement s ' e v e i l l a i t . 2 Le v i o l ou l a seduction de Florentine qui va s'ensuivre peut sans doute etre compris comme une reaction contre ce passe qu'il refuse. Jean n'est done pas un personnage simplifie, f a i t d'une seule 1B.0. , p. 163. 2Ibid., p.179. 132 piece. C'est un etre volontaire qui sait ce qu'il veut et qui sait dominer ses emotions profondes, face a un monde qu'il halt et qu'il ne voit que comme un echelon commode vers le succes. Voyons main- tenant plus en detail le processus de dedoublement de l a personnalite qui f a i t de Jean un personnage interessant dans l a litterature canadienne- francaise de 1'epoque. Toute personnalite humaine est d i f f i c i l e a codifier, a ramener a une formule simple et definitive. Une personne peut etre vue de facon differente selon ses interlocuteurs ou connaissances; cette meme personne pourra se montrer sous differents jours. La psychologie profonde d'un individu est done quelque chose de mouvant et d'insaisis- sable. Elle secrete une espece d'anticorps, lesquels pourraient etre vus comme les differents "moi" inherents a toute personnalite. Le "moi" social est l'idee que nous tendons a donner autour de nous de ce que nous sommes en tant qu'individus. II decoule, bien sur, directement du fa i t que nous vivons en societe et que nous devons faire effort sur nous-memes. William James le notait deja, qui disait: "Nous avons en outre l a tendance innee a vouloir etre remarques, et remarques a notre avantage".1 Et i l ajoute: " l a vie en societe et l'hypocrisie qui l u i est inherente f a i t que nous essayons de nous proteger derriere une personnalite d'emprunt que nous finissons par croire nous appartenir". " Nous avons deja vu que Jean repond tres bien a ces ^William James, Precis de psychologie (Paris: Marcel et Cie, Editeurs, 1915) p. 231. (Traduit de l'anglais par E. Baudin et G. Bertier) Le Chapitre XII est consacee a l a "Personnalite". 133 c r i t e r e s . Nous l e voyons tout au long du roman f a i r e eta lage de son "moi" s o c i a l a g r e s s i f et dominateur qu i n ' e s t que l a carapace qu i recouvre un tendre et un reveur . Bergson est un de ceux qu i ont l e mieux demonte ce mecanisme de l a d i s s i m u l a t i o n en p u b l i c : "Nous v ivons pour l e monde ex te r ieur p lu to t que pour nous, nous par lons p lu to t que nous pensons, nous "sommes a g i s " p l u t o t que nous n 'ag issons nous-memes".^ Mais ce n 'es t pas toujours l a mode ou l e snobisme qui provoquent l e s "moi" s u c c e s s i f s de l'homme. L 'ambi t ion s e r a i t l ' u n e des motivat ions d'une d i s s i m u l a t i o n souvent n e c e s s a i r e . Jean , pour sa p a r t , a f f i c h e en p u b l i c l ' image du b l a s e , de l'homme super ieur qui va r e u s s i r en f a i s a n t f i de tout humanisme. Cependant ce n ' e s t pas seulement pour se creer une image s o c i a l e q u ' i l s ' e s t c h o i s i e que Jean rompt totalement avec son v e r i t a b l e "moi" . II convient d ' a l l e r chercher p lus l o i n l e s ra isons profondes qu i i n f l u e n t sur son "moi" psychologique. II f a u d r a i t degager ce qu i es t chez Jean l e siege de l a pensee et ce qu i se r t de moteur a sa p e r s o n n a l i t e : idees p e r s o n n e l l e s , actes de raisonnement, l ' i d e e q u ' i l se f a i t de ses f a c u l t e s , de ses tendances et de ses d e s i r s . Pour r e c o n s t r u i r e une personna l i te complexe q u ' i l est d i f f i c i l e de cerner en quelques l i g n e s , i l f audra i t pouvoir mettre a jour ce qu i const i tue ses souvenirs et experiences personnel les et ses reves d ' a v e n i r . Bergson, E s s a i sur l e s donnees immediates de l a conscience ( P a r i s : F. M e a n , E d i t e u r , 1938) p. 178 . 134 Le "moi" psychique et moral est cer tes d i f f i c i l e a determiner en une formule d e c i s i v e ; i l est evident q u ' i l ne peut cesser de changer et de s ' e n r i c h i r . C 'es t une v e r i t e en apparence banale et super - f i c i e l l e mais e l l e a longtemps echappe a de nombreux romanciers , qu i avaient tendance a f i g e r un personnage dans un moule trop s u p e r f i c i e l . II a f a l l u l ' a r r i v e e de Proust pour que l e roman f ranga is prenne p l e i n e - ment conscience de cet aspect p r i m o r d i a l du roman d i t d ' a n a l y s e . Le mouvement amorce par Proust trouve au jourd 'hu i sa p l e i n e j u s t i f i c a t i o n avec l ' e c o l e d i t e du Nouveau Roman et en p a r t i c u l i e r avec Natha l ie Sarraute et Michel Butor. II faut por te r au c r e d i t de G a b r i e l l e Roy d ' a v o i r , sur ce p l a n , f a i t oeuvre de devanciere au Canada f r a n g a i s ; pour f a i r e v i v r e c e r t a i n s de ses personnages e l l e a u t i l i s e de s u b t i l e s connotations psychologiques et metaphoriques. Jusqu'au debut du XXe s i e c l e , l a t r a d i t i o n psychologique et phi losophique du roman n ' a v a i t considere l e s problemes psychiques que sous 1'angle de l a conscience. Dans ce domaine, Proust est l e grand i n i t i a t e u r ; i l pousse p lus l o i n 1 'analyse et s ' a t t a c h e aux problemes fasc inants et combien mouvants de 1 ' i n c o n s c i e n t . Mais lui-meme s'exprime prudemment sur cet te q u e s t i o n , ce qu i se comprend aisement lorsque l ' o n s ' a t t a c h e au domaine de 1 ' i n - consc ien t : " J ' a i tache de f a i r e apparaxtre a l a conscience des pheno- menes i n c o n s c i e n t s , q u i , completement o u b l i e s , sont p a r f o i s s i t u e s t res l o i n dans l e p a s s e " . Sans v o u l o i r comparer G a b r i e l l e Roy a Proust (rappelons cependant q u ' e l l e a l u Proust soigneusement), i l faut admettre q u ' e l l e a t res b ien ^Lettre de Marcel P r o u s t , c i t e e par P i e r r e Chardon, Expl iquez-moi . . . Marcel Proust ( P a r i s : Foucher, 1948) p. 46. ~ ~ 135 su t i r e r p a r t i des equivoques posees par l ' i n c o n s c i e n t . La roman- c i e r e a parfaitement compris que nous ne sommes pas un , mais p lus ou moins m u l t i p l e s , tout en ne pouvant e t re qu'un e t re a l a f o i s , a i n s i qu'en temoigne l e personnage de Jean. Comme chez P r o u s t , nous avons done m u l t i p l i c i t y s u c c e s s i v e , ce qu'exprime t res clairement l e romancier f r a n c a i s en u t i l i s a n t une metaphore geologique: Notre moi est f a i t de l a superpos i t ion de nos e ta ts s u c c e s s i f s . . . . Perpetuellement des soulevements font e f f l e u r e r a l a sur face des couches a n c i e n n e s . 1 Puisque nous avons evoque Prous t , i l s e r a i t bon de v o i r comment ces deux e c r i v a i n s s 'a t tachent au probleme du passe . Nous avons vu que l e personnage de Jean symbol isa i t 1 'ambi t ion; sa personna l i te r e f l e t e a i n s i toutes l e s c a r a c t e r i s t i q u e s psychiques de l ' a m b i t i e u x . II est a r r i v e a un dedoublement p a r f a i t de sa p e r s o n n a l i t e . Cependant, l e v r a i Jean est c e l u i du passe , d'une enfance malheureuse et s o l i t a i r e , toute vouee a 1 ' e v a s i o n . Le second Jean , sa propre c r e a t i o n est , l u i , entierement pro je te dans l e f u t u r . L 'odeur de pauvrete qu i f l o t t e dans l a maison de F lo ren t ine joue sensiblement chez G a b r i e l l e Roy, l e meme r o l e que l a p e t i t e madeleine, l e s paves inegaux de 1 'ho te l des Guermantes, e t c . . . chez Proust : e l l e provoque l e retour en a r r i e r e ; tout un moment de 1'enfance ou de l a jeunesse du personnage se met a rev iv re sous ses yeux: '''Marcel P r o u s t , A l a Recherche du Temps Perdu, Op. c i t . , p. 544. 136 II sava i t maintenant que l a maison de F l o r e n t i n e l u i r a p p e l a i t ce q u ' i l ava i t par-dessus tout redoute; l ' odeur de l a pauvrete , ce t te odeur implacable des vetement pauvres, ce t te pauvrete qu'on reconnai t l e s yeux c l o s . ^ L'image meme de F l o r e n t i n e est h a l s s a b l e , car e l l e incarne cet te misere que Jean f u i t a tout p r i x : Et dans l e meme i n s t a n t , i l s a i s i t l a nature du sentiment qui l e poussa i t vers l a jeune f i l l e . E l l e e t a i t sa misere , son enfance t r i s t e , sa jeunesse s o l i - t a i r e ; e l l e e t a i t tout ce q u ' i l ava i t h a l , ce q u ' i l r e n i a i t et a u s s i ce qui r e s t a i t l e p lus profondement l i e a lui-meme, l e fonds de sa nature et l ' a i g u i l l o n puissant de sa d e s t i n e e . 2 Chez Proust et chez G a b r i e l l e Roy, l e re tour au passe est tout a f a i t i n v o l o n t a i r e et se f a i t sous l e coup d'une emotion v i o l e n t e , ou tout au moins l a provoque. Mais s ' i l es t source de beat i tude chez Prous t , ce n 'es t nullement l e cas chez G a b r i e l l e Roy l o r s q u ' e l l e evoque Jean Levesque. Jean n'eprouve aucune s a t i s f a c t i o n a v o i r son passe r e s u r g i r soudain. Comme nous 1'avons deja s i g n a l e , l a c l e f de son accomplissement res ide dans l e f u t u r . Nous en ar r ivons a i n s i a ce q u ' i l y a de p lus in te ressant dans l e caractere de Jean. Le passe represente pour l u i un a i g u i l l o n p u i s s a n t , une sor te de t rempl in vers l e f u t u r ; nous a l l o n s a present aborder 1'etude de l a dynamique de J e a n , ce que nous pourr ions peut -e t re appeler l e voyage de 1 'ambi t ion. B . O . , p. 183. 2 I b i d . , p. 183. 137 C 'es t certainement un des aspects de l ' a r t de G a b r i e l l e Roy qui est l e mieux r e u s s i : avo i r entoure son personnage d'un reseau de metaphores, q u i , t o u t e s , ont tendance a ren forcer l ' e l a n v i t a l du personnage. Jean Levesque est ne sous l e signe de l ' a m b i t i o n ; c e l l e - c i est l a force motr ice qu i l e pousse en avant et qui l e met dans cet e tat d ' e q u i l i b r e p r e c a i r e qui l u i i n t e r d i t de regarder en a r r i e r e , ou meme de s ' a r r e t e r trop longtemps sur sa v i e presente . Non q u ' i l s o i t l e prototype de ces personnages a l a personna l i te trop s i m p l i f i e e , incarnant une pass ion majeure qui l eur donne un e lan v i t a l a l a Ba lzac . Par un choix raisonne et l u c i d e , i l est a r r i v e a r e f o u l e r en l u i tout ce qu i pouvait s e r v i r de f r e i n a ce q u ' i l convoi te : l ' a rgen t e t , par l a , l a puissance et l a r e u s s i t e . Jean Levesque s e r a i t en f a i t un J u l i e n Sore l qui aura i t remplace l a l e c t u r e du Memorial de Sainte-Helene par 1'etude des mathematiques. Pour r e u s s i r , i l faut a l l e r de 1 'avant , ne f a i r e que passer . Pour s u r v i v r e , Jean d o i t r e s t e r mobile et l e moindre a r re t peut se reve le r f a t a l . D'ou l a b r u t a l i t e necessa i re de ce personnage constamment en mouvement, a l a poursui te d 'un but q u ' i l s ' e s t f i xe et dont r i e n ne do i t l e d i s t r a i r e . Avant de nous a r r e t e r p lus longuement aux mot ivat ions profondes de Jean , voyons comment G a b r i e l l e Roy s 'a t tache a d e c r i r e ce personnage 138 qui manifestement l a fascine. Une remarque s'impose des 1'abord: Jean est presque toujours associe a l'idee de mouvement. Rien que le decor dans lequel i l v i t est eloquent. Le quartier tout entier, qu'il a choisi d'habiter renvoie cette image de fuite en avant qui caracterise le personnage. On peut voir dans ce quartier de Saint-Henri, l a volonte sans cesse affirmee de depasser le pauvre decor du moment. Deja son interieur reflete cette ambiance de qui-vive, de depart imminent: Le l i t etait en desordre; quelques livres reposaient sur l ' o r e i l l e r ; d'autres etaient juches pele-mele avec des vetement sur un vieux fauteuil de peluche. Pas de rayons, pas de placards, pas d'armoire; la piece n'offrait aucun endroit pour y ranger les objets. On 1'aurait cru bouleversee par un demenagement perpetuel. Mais cela meme plaisait au jeune homme. II s'appliquait a conserver chez l u i ce caractere de vie transitoire qui l u i rappelait qu ' i l n'etait point f a i t pour l a misere ni reconcilie avec el l e ... (Cette piece) l'exaltait, le soulevait, l u i apportait comme l a presence d'un obstacle immediat a vaincre Le site de l a maison meme est revelateur; Jean habite au carrefour de l'echappee maritime, terrestre et onirique: Mais l a maison n retait pas seulement sur l e chemin des cargos. Elle etait aussi sur l a route des voles ferrees, au carrefour pour ainsi dire des reseaux de de l'Est et de l'Ouest et des voies maritimes de l a grande v i l l e . Elle etait sur le chemin des oceans, des grands lacs et des p r a i r i e s . 2 Le paysage et le bruit de ces departs continuels fouettent 1'imagination B.O., p. 29. (C'est nous qui soulignons). 2Ibid., p. 29. 139 du i eune homme: Souvent, en s'eveillant l a nuit au milieu de tous ces bruits, Jean avait cru etre en voyage, tantot sur un cargo, tantot dans un wagon-lit: i l avait ferme les yeux et s'etait endormi avec l'agreable sensation de fui r , de fui r constamment.^- Meme l a maison nous est decrite comme symbolisant ce desir d'evasion: Etroite de fagade, l a maison se presentait drole- ment a l a rue; de biais comme s i e l l e eut voulu amortir tous les chocs qui 1'ebranlaient. Ses murs de cote s'ecartaient en V. On eut dit un vaisseau balourd dont l a proue i^mmobile cherchait a fendre le bruit et les tenebres. Cette image de l a maison-bateaj sera reprise plus l o i n dans le l i v r e . Ici nous avions l a maison vue par l'auteur; l a description en est realiste, banale, sans plus. Dans le second exemple que nous allons en donner, l a maison est vue par les yeux de Florentine, apres l a fuite de Jean. L'etat d'ame de Florentine, sa deception profonde et son im- puissance vont se projeter sur l a maison et en renforcer les aspects deprimants: Elle arriva a l a maison ou Jean avait habite. Avec ses larmiers suintants qui ruisselaient comme des dalots, sa peinture galeuse et ce grand bruit d'helice qui l'en- tourait, elle f a i s a i t penser a un triste vaisseau de transport mis au radoub.3 Par sa forme meme et par 1'atmosphere qui 1'entoure, l a maison evoque toujours 1'evasion et le voyage. Ceci rappelle a Florentine que Jean B.O., p. 2 Ibid. , p. 29. 3Ibid., p. 223. 140 est p a r t i cedant e n f i n a l ' a p p e l de l a maison; d 'aut re par t un nouvel elgment d e s c r i p t i f a ete ra joute par l ' a u t e u r : l a maison a maintenant ete mise au radoub. Jean e t sa demeure ne f a i s a i e n t q u ' u n . II e t a i t 1 ' e s p r i t qui donnait a c e l l e - c i son dynamisme. Tous deux se completaient pour en f a i r e un l i e u qu i appe la i t a 1 ' evas ion . Jean d ' a i l l e u r s soul igne lui-meme l e f a i t q u ' i l y a p a r f a i t e a s s i m i l a t i o n entre l e l o c a t a i r e et l a maison ou i l v i t : II a imait cet te maison . . . I l s e ta ient deux forces depuis longtemps a l l i e e s et qu i ne se rendaient pas.-*- S i , a cet te atmosphere pour l e moins i n s t a b l e , nous ajoutons l e c r i du vent et l ' a p p e l de l ' i n c o n n u transmis par l e long ruban d ' a c i e r des r a i l s , l e s i f f l ement des t r a i n s , nous comprenons aisement que Jean re fuse cet te r e a l i t e qui 1'entoure au p r o f i t de l ' a p p e l de 1 'aventure. Le cote f u g i t i f de Jean est a i n s i mis en va leur par l e decor q u ' i l s ' e s t c h o i s i . Dans l e voyage vers l e succes , l e present compte peu; i l n 'es t que l a negat ion du passe et ouverture vers l e f u t u r ; i l n 'en est pas moins une etape n e c e s s a i r e , c a r , de son refus du present na£t pour Jean un avenir que seule sa vo lonte f a i t n a l t r e . Lui-meme, p lus t a r d , l o r s q u ' i l se r e t o u r n e r a i t vers cet te periode presente de sa v i e , i l s a u r a i t q u ' e l l e ava i t contenu en germe tous l e s elements pu issants de son succes et q u ' e l l e n ' a v a i t pas e te , comme c e l a pouvait l e p a r a i t r e , miserable et i n u t i l e . 2 -•-B.O.', p. 29. 2 I b i d . , p. 24. 141 En vivant done entierement pour le futur, en voulant constamment depasser ce present qu'il hait, Jean se montre l'homme d'action par excellence, le seul personnage du livre et peut-etre de toute l'oeuvre de Gabrielle Roy a savoir exactement ce qu'il veut (exception faite de Christine, dans Rue Deschambault, qui affirme a qui veut 1'entendre qu'elle veut ecrire). II y a tres certainement une certaine sympathie de l'auteur envers son personnage etant donne que par bien des points i l s se ressemblent. L'assuran&er de Jean contient deja en germe son succes et Florentine en est consciente des le debut: "Jamais elle n'avait rencontre dans sa vie un etre qui portat sur l u i de tels signes de succes"-'-. L'acces a"cette destinee magnifique" dont i l reve, l u i sera considerablement f a c i l i t e par l a vie solitaire qu'il mene. C'est meme une condition sine qua non de son succes. Pour l'ambitieux parfait, l'homme en transit, toute attache sentimentale ou simplement humaine serait le boulet au pied qui vouerait le voyage a l'echec. C'est ainsi, qu'apres une periode de jeu, i l decide de sac r i f i e r froidement l a jeune f i l l e dont 1'amour vient un instant derSgler le rythme de sa course vers le succes. Elle n'est que le grain de sable, qui, apres s'etre introduit dans un mecanisme delicat se trouve rejete et broye, comme au passage d'un de ces trains auxquels s'identifie Jean. B.O., p. 19. 142 L'amour pour Jean ne represente qu'une de ces lignes de force qui l'entrainent vers l'arriere et qui trainent avec elles les symboles de stagnation et de misere. Ses rapports avec les autres seront marques du meme manque de chaleur: 1'arriviste, l'ambitieux a besoin de marquer son mepris pour se stimuler. Se sentir superieur aux autres n'est en f a i t que le commencement du voyage: Une soiree i c i changerait peut-etre le cours de ses idees, l u i demontrerait surtout comme i l avait bien su employer son temps depuis quelques annees, et g'elever au-dessus de ses anciens compagnons.-'- II eprouve ce meme sentiment envers Florentine: Jean l a considerait, par-dessus son epaule ..., i l pouvait l u i montrer l a grande distance qu'il y avait entre eux .... mais moi, l a , j'aurai bientot mis le pied sur le premier barreau de l'echelle ... et good-bye a Saint-Henri.'2 Nous avons i c i le triangle classique; Florentine aime Jean qui, l u i , est fascine par Mont-Royal, symbole de l a reussite. Le Rastignac de Balzac est proche de Jean. Lui aussi a une v i l l e a conquerir pour affirmer son ego et se prouver sa valeur. Cependant i l ne va pas aussi loin que Jean. L'amour f a i t partie de sa vie. Meme s i les femmes qu'il rencontre peuvent 1'aider dans son ascension sociale, sa personna- l i t e garde une certaine chaleur et une certaine humanite. L'ame de Jean, par contre, est aride comme le desert. 1B.O., p. 189. 2Ibid. , p. 74. 143 L'un des aspects les plus reussis de l'art de Gabrielle Roy est sans nul doute l a facon dont el l e entoure certains de ses personnages de subtiles associations metaphoriques. En prenant comme exemple le personnage de Jean, nous allons tenter de demontrer qu'il est etroite- ment associe aux elements, tels que definis par Gaston Bachelard dans ses ouvrages de base 1. Nous n'aurons ni le temps, ni l a place de reprendre en detail les etudes de Bachelard sur les elements. Nous nous contenterons d'utiliser les grandes lignes de sa philosophie afin de mettre en lumiere le cote original de Gabrielle Roy, lorsqu-'elle cree le personnage de Jean. Selon Gaston Bachelard, i l va de soi que toute personne ne s'attache pas indifferemment a l ' a i r , au feu, a l'eau ou a l a terre. Tout le monde va droit a ce qui l u i ressemble le plus, choisissant obs- curement entre quatre psychologies, quatre temperaments divers 2. C'est ainsi que nous trouverons en Jean des traces de ces quatre elements, qui sont a l a base de toute personnalite un peu complexe. II sera pourtant ^Nous evoquerons principalement i c i les ouvrages suivants du philosophe et critique frangais: Gaston Bachelard, La Psychanalyse du feu (Paris: Gallimard, 1958); L'Air et les songes; essai sur 1'imagination du mouvement (Paris: J. Corti, 1959); L'Eau et les reves; essai sur 1'imaginatijbn de l a matiere (Paris: J. Corti, 1956); La Terre et les reveries de l a volonte (Paris: J. Corti, 1958). p cf. Michel Mansuy, Gaston Bachelard et les elements (Paris: J. Corti, 1967). Ce critique donne un bon resume de ce que sont les quatre elements dans 1'esprit de Bachelard: "En prenant un peu de recul, on s'apercoit aussi que les images de l'eau de l ' a i r , de l a terre et du feu sont un quadruple idiome propre a ex- primer nos desirs et nos craintes les plus vitaux, amour, haine, vouloir- vivre, pulsion de mort, besoin d'echapper a soi-meme, reves d'aventure, 144 a i s e de f a i r e r e s s o r t i r l e s a f f i n i t e s e l e c t i v e s p r i o r i t a i r e s de Jean. En ce qui concerne l e theme general que nous avons de ja aborde longuement et qu i nous p a r a i t e s s e n t i e l pour l a comprehension de l a personna l i te profonde de Jean, c ' e s t - a - d i r e l e theme du mouvement, du voyage, de l a f u i t e , i l es t t res in te ressant de se pencher sur l e s symboles de l ' a i r e t de l ' e a u . Ce sont l a , b ien s u r , l e s deux elements de base de l a personna l i te du personnage. Le vent pa r le surtout a 1 ' imaginat ion dynamique car i l i n v i t e a s ' e l a n c e r et a se transformer; i l represente 1 ' i n v i t a t i o n au voyage. Pour Bachelard , 1 ' imaginat ion aerienne est surtout une imaginat ion du mouvement: " L ' e t r e humain, dans sa jeunesse , dans son e s s o r , dans sa f e c o n d i t e , veut s u r g i r du s o l . Le saut es t une j o i e premiere"* . Comme l ' e a u , l ' a i r est 1'element de 1 'aventure. Nous pensons a v o i r suffisamment demontre dans l e s pages qui precedent que Jean e t a i t tout e n t i e r associe a l ' i d e e de mouvement et d'aventure pour que nous n'ayons pas besoin de nous etendre sur l e symbolisme general de l ' A i r . Voyons maintenant s i nous pouvons confirmer ce jugement par 1'etude des meta- phores aeriennes u t i l i s e e s par G a b r i e l l e Roy. II y a , dans Bonheur d ' o c c a s i o n , de nombreux passages aer iens elan mora l , a s p i r a t i o n s myst iques, i n s t i n c t de p o s s e s s i o n , e t c . . Ces quatre langues t raduisent l es memes choses avec t o u t e f o i s , des nuances sensiblement d i f f e r e n t e s . " p. 366 1 Ga'ston Bachelard , L ' A i r et l e s songes, Op, c i t . , p. 77. 145 q u ' i l s e r a i t bon de c i t e r pour mieux comprendre l e caractere de Jean. Contentons-nous des p lus s i g n i f i c a t i f s . Jean , qui a decide de ne pas se rendre au rendez-vous q u ' i l ava i t donne a F l o r e n t i n e , se v o i t incapable de t r a v a i l l e r ; i l abandonne ses l i v r e s a f i n de s a t i s f a i r e sa c u r i o s i t e . Le r o l e joue par l e vent est i c i ev ident ; l e paysage ex te r i eu r ne f a i t que r e f l e t e r l a tempete qu i se dechaine sous l e crane de Jean: La c u r i o s i t e e t a i t dechainee en l u i comme l e vent partout ce s o i r dans l e faubourg, au long du c a n a l , dans l e s rues deser tes , autour des p e t i t e s maisons de b o i s , par tou t , et jusque sur l a montagne. 1 V o i c i encore un passage t res c a r a c t e r i s t i q u e sur l e meme theme, mais ou l e symbolisme est p lus d i s c r e t , moins accentue et par l a p lus sugges- t i f , p lus a r t i s t i q u e . C ' e s t sans doute un des passages l e s p lus r e u s s i s de Bonheur d ' o c c a s i o n , peut -e t re de l 'oeuvre tout e n t i e r e . II semble b ien que G a b r i e l l e Roy es t p lus a l ' a i s e dans ce genre de d e s - c r i p t i o n psychologique poetique qu i l u i se r t sans mots i n u t i l e s et sans d e s c r i p t i o n psychologique pedante, a f a i r e r e s s o r t i r , non seulement l ' e t a t d'ame d 'un personnage a un moment donne, mais auss i a f a i r e un r a c c o u r c i s a i s i s s a n t de 1 ' i n t r i g u e en une metaphore anthropomorphique t res r e u s s i e . L 'auteur se sent i c i a l ' a i s e , en p l e i n e possess ion de ses moyens; ce passage a t res certainement une resonnance s p e c i a l e pour e l l e : •'"B.O., p. 26. 146 Le vent h u r l a i t tout au long de l a chaussee deser te , e t l a neige sur ses pas se l e v a i t f i n e , e b l o u i s s a n t e , sau ta i t dans l e s a i r s , vena i t ramper au bas des maisons et remontait encore en bonds desordonnes, comme une danseuse que poursui t l e claquement du fouet . Le vent e t a i t l e maitre qu i b r a n d i s s a i t l a cravache et l a n e i g e , l a danseuse f o l l e et souple qu i a l l a i t devant l u i , v i r e v o l t a i t e t , a son o r d r e , vena i t se coucher par t e r r e . Jean ne voya i t a l o r s que l e long f l o t d'une echarpe blanche q u i , en b a s , sur l e s e u i l des maisons, se d e r o u l a i t et f r e m i s s a i t a pe ine . Mais l e s i f f l ement du fouet retombait de nouveau e t , d 'un grand e l a n , l a danseuse remontait secouer son v o i l e vaporeux a l a hauteur des lampadaires. E l l e s ' e l e v a i t , s ' e l e v a i t , e r r a i t par dessus les t o i t s et l e ton p l a i n t i f de sa grande fa t igue heur ta i t l e s v o l e t s c l o s . * Sous une forme poet ique , i l est a ise de reconnai t re i c i , l e s rapports fu turs entre Jean et F l o r e n t i n e . Le vent symbolise Jean , dominateur, qui p i l e tout sur son passage et qui a tendance a s ' e l e v e r et a "remonter encore en bonds desordonnes", poussant devant l u i l a ne ige . II est egalement associe au maitre qui manie l a cravache ou l e fouet du dompteur. La v i c t i m e , etroitement l i e e a c e l u i qui manie l e fouet est i c i l a neige qui n ' es t en f a i t que F lo ren t ine dans 1 ' e s p r i t du jeune homme. Tout comme l a jeune f i l l e , l a neige est corps et ame sous l a domination du plus f o r t . Nous retrouvons i c i l e s rapports an t i the t iques amour/haine qui soul ignent l a l i a i s o n des deux jeunes gens. M a l t r a i t e e , comme l ' e s t F l o r e n t i n e , l a neige danseuse est symbole de pure te , vir-^ g i n i t e ; l a d e f l o r a t i o n de F l o r e n t i n e , son abandon et sa detresse phy- sique et morale sont deja annonces dans cet te espece d 'ouver ture drama- t ique a 1 ' a c t i o n : " E l l e s ' e l e v a i t , s ' e l e v a i t , e r r a i t jusque par-dessus l e s t o i t s et l e son p l a i n t i f de sa grande fa t igue heur ta i t l e s v o l e t s B . Q . , p. 26. 147 c l o s . " Soulevee par l ' e s p o i r d ' e t r e aimee de Jean, jusqu 'au po int culminant de l a v i s i t e de c e l u i - c i chez l e s Lacasse , F lo ren t ine retombe brusquement a l a det resse morale l a p lus in tense apres l a d i s p a r i t i o n du jeune homme. II est c a r a c t e r i s t i q u e des rapports entre Jean et F lo ren t ine que l e vent est souvent p resen t , assoc ie l a p lupar t du temps a l a ne ige ; i l est evident meme que les elements l e s separent deja avant que 1 ' i r r e p a r a b l e n ' a r r i v e . Dans l e s t r o i s l i g n e s qu i s u i v e n t , l ' e p i s o d e du divan et l a separat ion bru ta le sont deja s o u l i g n e s . La neige fondue n ' e s t deja p lus l e signe de l a v i r g i n i t e : Et l e vent autour d'eux t o u r b i l l o n n a i t , et l a neige g l i s s a i t entre leurs v isages rapproches, s ' y fondai t et coura i t entre l eu rs leyres en minces gouttelettes . 1 II es t dommage que souvent l ' a u t e u r n ' a i t pas su conserver a ses metaphores l eu r sens cache, poet ique. Cette decouverte d'un sens occu l te augmente l e p l a i s i r du l e c t e u r e t , l es passages en quest ion gagnent en p o e s i e . G a b r i e l l e Roy a l o u r d i t souvent ses passages poetiques en i n s i s t a n t sur ce qui aura i t du etre evoque, sur ce que l e l e c t e u r a u r a i t du l i r e entre l e s l i g n e s . Trop souvent , e l l e commet l a faute de gout de mettre "en i t a l i q u e s " des passages dont l e sens aura i t du a l l e r de s o i . II est b ien evident a present que Jean es t assoc ie au vent , de nombreux passages l e demontrent; pourquoi y reven i r a u s s i lourdement que dans l e passage c i - d e s s o u s : B . O . , p. 76. 148 E l l e s u i v a i t Jean des yeux, penchee vers l u i , mordue par ce t te c ra in te q u ' e l l e eprouvai t chaque f o i s q u ' e l l e l e voya i t s ' e l o i g n e r , de ne p lus jamais l e r e v o i r . Jean . . . e l l e a v a i t l ' i m p r e s s i o n q u ' i l f a i s a i t auss i f r o i d dans ce coeur que l a n u i t ou i l s s ' e t a i e n t rechauffes l ' u n a 1 'au t re . J e a n , i l e t a i t l e vent dur et c i n g l a n t , l ' h i v e r profondement ennemi de ce t te soudaine douceur que l ' o n eprouve en s o i a l ' e s p o i r du printemps. L u i et e l l e . . . i l s s ' e t a i e n t reconnus dans l a t e m p e t e . . . . Mais l e f r o i d , l a tempete c e s s e r a i e n t . L u i . . . i l e t a i t entre dans sa v i e comme un e c l a t de bourrasque, qui saccage, d e t r u i t . . . * D'autres exemples fo isonnent ; Jean marchait a une a l l u r e p r e c i p i t e e , l e s cheveux au v e n t . 2 II e t a i t d isparu avec l a derniere tempete rude de l ' h i v e r , t e l un coup de bourrasque q u i , une f o i s epu ise , ne l a i s s e d e r r i e r e l u i d 'aut res t races que c e l l e s de l a v i o l e n c e . 3 Q u ' e l l e l e fasse d'une maniere a l l u s i v e ou d i r e c t e , i l es t manifeste que G a b r i e l l e Roy a voulu peindre Jean l e p lus intensement p o s s i b l e . Le recours aux elements ne f a i t a i n s i que ren forcer ses c a r a c t e r i s t i q u e s profondes. L 'eau est certainement un des themes les p lus feconds que Bachelard a i t S tud ies . Ce qui nous i n t e r e s s e r a par t icu l ie rement dans cet element est q u ' i l est t res important pour cerner l a psychologie de Jean. Toute i n s t a b i l i t y se t radu i t generalement par des metaphores aquat iques, et G a b r i e l l e Roy l e s u t i l i s e abondamment dans l ' e s q u i s s e de 1 B . O . , p. 101-102. 2 I b i d . , p. 186. 3 I b i d . , p. 148. 149 son personnage. La maison de Jean ressemble a un bateau et v o i t elle-meme passer des nav i res sans nombre dans un paysage aquat ique: La maison ou Jean ava i t trouve un p e t i t garni se t r o u v a i t immediatement devant l e pont tournant de l a rue Sa in t -An to ine . E l l e v o y a i t passer l e s bateaux p l a t s , l e s bateaux-c i ternes degageant une f o r t e odeur d ' h u i l e ou d 'essence , l es barges a b o i s , l e s charbonniers , qu i tous langaient j u s t e a sa porte l e u r t r o i s coups de s i r e n e , l e u r appel au passage, a l a l i b e r t e , aux grandes eaux l i b r e s q u ' i l s re t rouvera ient beaucoup plus l o i n , l o r s q u ' i l s en auraient f i n i des v i l l e s et s e n t i r a i e n t l e u r carene fendre l e s vagues des grands l a c s . 1 Les v i l l e s sont au bateau ce que Sa in t -Henr i est a Jean. Nous retrouverons p lus l o i n l ' image du bateau dont l a carene fend l e s vagues, a propos de Jean. Pour l ' a r r i v i s t e , pour l ' a m b i t i e u x , l ' e a u est certainement, avec l e vent , 1'element predominant. Non seulement i l se l a i s s e por te r par toutes l e s occasions mais au besoin i l l eu r i n s u f f l e l e rythme q u ' i l congoi t . II est i n te ressan t de v o i r 1'usage que f a i t G a b r i e l l e Roy des formes hybrides de l ' e a u . Le decor , au Canada, ne s a u r a i t se passer de ne ige . Bonheur d ' o c c a s i o n n'echappe pas a l a r e g i e , de meme que les autres oeuvres de G a b r i e l l e Roy. Mais dans Bonheur d ' o c c a s i o n , l e symbolisme de l a neige joue un r o l e important dans l e s rapports de Jean et de F l o r e n t i n e . I l y a , en g r o s , deux fagons de v o i r l e symbolisme B . O . , p. 29. 150 de l a ne ige . Tout d 'abord , e l l e exprime l e degre supreme de l a p u r e t e , qui se l a i s s e r a t e r n i r par l e moindre c o n t a c t , mais e l l e exprime auss i l a blancheur trop f r o i d e pour permettre l a moindre fermentat ion de l a v i e . Nous trouvons ce t te seconde i n t e r p r e t a t i o n dans Sa in t -Henr i en h i v e r , r e c r o q u e v i l l e sur soi-meme, en etat d 'h ibe rna t ion c o n t i n u e l l e . Pour l e s chomeurs, l a v i e s ' e s t a r r e t e e . Mais c ' e s t surtout en ce qu i concerne l e s rapports de Jean et de F l o r e n t i n e que l e symbolisme de l a neige es t r e v e l a t e u r . Nous avons deja c i t e l e s passages r e l a t i f s a l a neige mise en mouvement par l e vent . Nous avions deja pu a s s o c i e r Jean au vent qui cravache l a n e i g e , en l ' o c c u r r e n c e , F l o r e n t i n e . Arretons-nous p lus longuement sur ce t te image de l a ne ige . II es t c l a i r que Jean est l e premier amour de F lo ren t ine et e l l e est t res certainement v i e r g e . Le symbolisme de l a neige s ' app l ique done a e l l e , tout au moins au debut car i l y a une progress ion t res s u b t i l e du symbolisme. Voyons comment Jean v o i t s u r g i r l a s i l h o u e t t e de F lo ren t ine dans l a ne ige : "F lo ren t ine . . . F l o r e n t i n e L a c a s s e . . . , moi t ie peuple , moit ie chanson, moi t ie pr intemps, moit ie misere murmurait l e jeune homme. A force de regarder danser l a neige sous ses yeux, i l l u i semblai t q u ' e l l e ava i t p r i s une forme humaine, c e l l e meme de F l o r e n t i n e , et qu 'epuisee mais ne pouvant s'empecher de tourner , de se depenser, e l l e dansa i t l a , dans l a n u i t , et r e s t a i t p r i sonn ie re de ses e v o l u t i o n s . Ces p e t i t e s f i l l e s - l a , 151 se d i s a i t - i l , doivent e t re a i n s i ; e l l e s vont , viennent et courent , aveuglees, a l e u r p e r t e . * Jean annonce deja ce que l e symbolisme de l a neige exprimera de facon p lus s u b t i l e , comme nous l e verrons p lus haut. Une autre var ian te de l ' e a u qui sera symbolique dans 1'aventure de F l o r e n t i n e est const ! tuee par l a vapeur que degagent ces locomotives que Jean aime tan t . Cette apprehension de F lo ren t ine appara i t a peu pres a mi-chemin entre sa premiere rencontre avec Jean et l a scene de l a d e f l o r a t i o n : E l l e fut t raversee d'une inquietude b i z a r r e et demeura pens ive . Une locomotive qui se rangeai t l e s enveloppa d 'un j e t de vapeur. II l u i sembla un moment q u ' e l l e e t a i t perdue dans une brume i n f i n i e . 2 La brume, a mi-chemin entre l ' e a u et l a neige, est synonyme d ' i n c e r t i t u d e , de danger de se perdre soi-meme ou de perdre l ' u n de ses a t t r i b u t s . S i l a brume peut e t re consideree comme un aver t issement , c ' e s t l a neige qui va maintenant symbol iser l e f a i t accompl i . Dans l e passage ou Jean qu i t t e l a maison des Lacasse apres a v o i r p lus ou moins v i b l e F lo ren t ine en r e a c t i o n contre son propre passe , c ' e s t inconsciemment a 1'element aquatique que vont ses regards l o r s q u ' i l e r re dans l e s rues . La neige a i c i perdu sa couleur v i r g i n a l e pour symbol iser l a s o u i l l u r e et l a detresse morale de F l o r e n t i n e : Sous un vent du sud t res doux qui s ' e t a i t leve a l a tombes de l a n u i t , l a neige f o n d a i t . On l ' e n t e n d a i t ^ . O . , p. 27. 2 I b i d . , p. 74. 152 presque se d i s s o u d r e , se perdre en r u i s s e l e t s d'eau s a l i e dans l e s i l e n c e de l a rue deser te . De tous l e s t o i t s , de toutes l e s branches r a m o l l i e s , de p r e s , de l o i n , e l l e s ' e c r a s a i t dans un b r u i t de p l u i e , cont inu et t r i s t e . 1 Mais on ne peut aborder l e s metaphores aquatiques sans p a r l e r du complexe de N a r c i s s e . II s ' e s t manifeste pour l a premiere f o i s quand l'homme s ' e s t mire devant l ' e a u calme, archetype du m i r o i r . Pour l e psychana lys te , l e Narc isse est dote d'une l i b i d o qui se r e p l i e sur l e "moi" p l u t o t q u ' e l l e ne converge sur l e monde. Le Narcissisme est done avant tout r e p l i sur s o i ; mais i l prepare auss i l a l u t t e contre 1 'Autre qui represente 1 'obstac le a l 'epanouissement de l a personna l i te du N a r c i s s e . II est f a c i l e de v o i r que dans l e cas de J e a n , F l o r e n t i n e presente un pole negat i f qui l 'eraporte sur l e pole p o s i t i f . E l l e represente 1'Autre dans tout ce qu i est i n t o l e r a b l e pour Jean; c e c i f a i t n a l t r e chez l u i masochisme et sadisme. Le Narcissisme est fatalement associe a 1 'ambit ion et nous trouvons en Jean ce besoin de se s e n t i r super ieur , de dominer l e s autres a tout p r i x e t de se s e r v i r d'eux pour a r r i v e r a ses propres f i n s . La tendance masochiste de Jean s e r a i t de s 'enfermer dans sa chambre a r e - soudre de d i f f i c i l e s problemes de geometrie, de se p r i v e r de toute j o i e et de tout p l a i s i r . II se puni t lui-meme en ne venant pas au rendez-vous f i x e a F l o r e n t i n e : II n 'eprouva i t p lus l e gout, n i l ' e n e r g i e d ' a l l e r se remettre au t r a v a i l . Une l a s s i t u d e l e gagnait et i l d e s i r a se meler aux hommes, l e s ecouter p a r l e r , s a i s i r V o . , p. 185. 153 leurs c o n t r a d i c t i o n s , l e u r soumission et a r r i v e r a i n s i a reconnai t re encore une f o i s sa s u p e r i o r i t y . Cette s u p e r i o r i t y q u ' i l eprouve sur l e s autres mene vers l e sadisme la ten t qui dort en Jean pour se r e v e i l l e r lo rsqu ' i l a besoin d'une im- p u l s i o n qu i l e remette sur l e s r a i l s du succes . II aime f a i r e s o u f f r i r e t i l meprise l e s au t res . Sa propre va leur ne saura i t s o u f f r i r d ' e t r e egalee a une au t re : P i t i e ou mepr is , i l n ' a u r a i t su l e d i r e exactement. Mais i l l u i semblait vaguement que son besoin p e r - manent de s u p e r i o r i t y devai t s ' a l i m e n t e r a une forme de compassion a l ' e g a r d d ' e t r e s humains qu i e ta ient l e s p lus e lo ignes de lu i -meme. 2 II j e t a sur e l l e un regard f u r t i f et p o u r s u i v i t son monologue i n d i f f e r e n t : - Me v o i l a chef de mon departement. Tant de naivete et de tenac i te l e f i r e n t s o u r i r e a son tour . Un sou r i re s i c r u e l que, l e voyant , F l o r e n t i n e p e r d i t toute m a i t r i s e d ' e l l e - m e m e . 4 Les exemples de l a cruaute de Jean fo isonnent tout au long du roman. Nous n ' i n s i s t e r o n s done pas sur cet aspect . Meme l e symbolisme de l ' e a u est s i r i che q u ' i l f audra i t l u i consacrer de nombreuses pages supplementaires. Cependant un dern ie r exemple de 1 ' a s s o c i a t i o n de Jean et de l ' e a u montre clairement c e l u i - c i tout tendu vers l e succes: II se voya i t lache dans une v i e qui changeait ses v a l e u r s , elle-meme changeante de j o u r en j o u r , et q u i , dans cet te mer demontee des hommes, l e p o r t e r a i t ~ 1 B I 0 _ L , p. 36. 2 I b i d . , p. 25. 3 I b l d . , p. 161. 4 I b i d . , p. 163. 154 sur une vague haute. II a b a t t i t ses fo r tes mains brunes sur l e parapet de p i e r r e . Que f a i s a i t - i l i c i ? Que p o u v a i t - i l y a v o i r de commun entre l u i et une jeune f i l l e qui se nommait F l o r e n t i n e L a c a s s e ? 1 Les l u t t e s du reveur comportent generalement dans l ' e s p r i t de Bachelard , une cer ta ine dose de souplesse et d'opportunisme. A f i n de pouvoir l u t t e r ef f icacement contre l a mer, i l faut composer avec sa v i o l e n c e : t i r e r des bordees, nager en b i a i s a n t . Voyons egalement l e s expressions pe jo ra t i ves du genre: s a v o i r nager, pecher en eau t r o u b l e . Pour c e l u i qui e touf fe entre l e s quatre murs de sa v i e , l ' e a u symbolise l a l i b e r t e . L'ame marine j e t t e par-dessus bord l e passe et l e present meme s ' i l s sont heureux. Le vent a l l i e a l ' e a u gonf le l e s v o i l e s du navigateur s o l i t a i r e qu 'es t Jean. A chaque etape, a chaque barreau de l ' e c h e l l e , i l repar t a zero . Tres nettement assoc ie au vent et a 1'element l i q u i d e , Jean n 'en est pas moins soumis a un t ro is ieme element: l e f e u . Les v ieux theor ic iens du feu font de c e l u i - c i un e t re v i v a n t , d e c r i t l e p lus souvent par des metaphores anthropomorphiques: l e b r a s i e r devore sa p r o i e . Ne d'une e t i n c e l l e i l se reprodui t comme l ' a n i m a l en pro je tant a son tour des e t i n c e l l e s . Pour l e s Anciens et sur tout pour l e s auteurs du XVIIe s i e c l e , 1'organisme en v i e est lui-meme possede par l e feu ; que l ' o n pense a des expressions metaphoriques comme "pass ion ardente" , "amoureuse flamme", "vapeurs" , "se consumer d'amour", e t c . . . Source ^ B . O . , p. 33. (C 'es t nous qui soul ignons) 155 premiere des vertus et des affections, i l inspirait l'ardeur b e l l i - queuse, 1'amour, le courage, les grandes pensees. Pour resumer, le feu etait aussi bien concu comme un principe v i t a l que comme une substance repandue dans le mineral. II faudrait des pages et des pages pour resumer le theme du feu a travers les ages, ou meme pour n'analyser que La Psychanalyse du feu de Gaston Bachelard. Contentons-nous rapidement de voir en quoi cet element peut nous etre u t i l e pour mieux comprendre Jean Levesque. Nous n'insisterons pas sur les rapprochements qu'il faudrait faire entre cet element et 1'ambition qui devore Jean; i l est cependant bien evident que comme le vent, le feu est un principe moteur qui a sa place dans l a psychologie de l'ambitieux. Ce qui semble plus important pour Gabrielle Roy est de souligner le cote parfois diabolique de Jean. Par certains cotes c e l u i - c i , comme le feu attire; mais par bien d'autres, i l inspire l a crainte vague, indefinissable que f a i t naitre la contemplation du feu, comme en temoignent ses rapports avec Florentine. II y a une antinomie cer- taine dans l a facon dont Florentine voit son amour pour Jean. Tantot son cote infernal la fascine, l a met litteralement a ses genoux: "Toucher ses vetements, en respirer l'odeur de sable chauffe, de fonte, de moule refroidi, l a brisait d'emoi."1 Tantot i l l'inquiete, quand i l l u i apparait plus grand que nature, occupe a une grande tache qui ne laisse aucune place pour el l e et son amour; encore une fois le symbolisme 1B.O., p. 166. 156 qui entoure Jean est f o r t r e u s s i . Cette f o i s nous l e voyons dans son element par l e s yeux de F l o r e n t i n e : F lo ren t ine contourna d 'assez l o i n l a fonder ie dont chaque fenetre l ' e c l a i r a i t vivement au passage. E l l e n 'osa s 'approcher de l a porte donnant sur 1 ' a t e l i e r de fo rge , a cause du gardien arme, debout sur l e pas de l a g u e r i t e . Immobilisee de 1 'autre cote de l a rue , e l l e plongea l e regard dans l a s a l l e du r e z - d e - chaussee. Par l e s carreaux n o i r c i s de su ie et rougeo- y a n t s , e l l e apercevai t des ombres, e t , de temps en temps, quand on t i r a i t des p ieces de f e r rougi d'une fournaise beante, e l l e voya i t s u r g i r soudain une ec la tante lueur dans l a q u e l l e des formes nettement tranchees couraient et se h a t a i e n t . * Tableau des enfers ou Jean est dans son element? II semble b ien que ce s o i t a i n s i que F lo ren t ine l e v o i t , sur tout s i nous c i t o n s cet autre passage ou F lorent ine ressent physiquement, dans sa chai r , cet aspect inquie tant de Jean: M o r s sa main se r a i d i t sur l a c h a i r tendre. E l l e s e n t i t cet te main qu i l a b r u l a i t . . . . et e l l e fut a l o r s dans une brume q u i , de pa r tou t , se refermai t sur e l l e . 2 Dais Bonheur d ' o c c a s i o n , l e s metaphores du feu ne s 'app l iquent a Jean que dans un domaine b ien r e s t r e i n t : l e cote inquie tant de ce personnage est b ien mis en r e l i e f de ce t te f a c o n ; son cote ambitieux est e g a l e - ment sou l igne . Mais nous avons vu p lus haut 1'usage q u ' a f a i t l a l i t t e r a t u r e depuis des s i e c l e s des metaphores anthropomorphiques du f e u . II est cur ieux a cet egard de noter que ces memes metaphores ne sont jamais u t i l i s e e s pour sou l igner l e s rapports amoureux de Jean et 1 B ! 0 J L , p. 159. 2 I b i d . , p. 165, 157 de F l o r e n t i n e . Le sentiment de b r u l e r d'amour est r e s s e n t i par l a jeune f i l l e mais jamais par J e a n , ce qui tendra i t a demontrer une nouvel le f o i s que 1'amour n ' a pas de p r i s e sur l u i , que ce n ' e s t a ses yeux qu'un o b s t a c l e . Des l e depar t , ce que F lo ren t ine ressent comme une i d y l l e , n ' e s t done qu'amusement pour l u i . Ce qui est c l a i r a l a l e c t u r e est a i n s i subti lement renforce par l a presence ou 1'absence des metaphores attendues. Dans 1'exemple c i - d e s s o u s , c ' e s t F lo ren t ine et sa pass ion qui sont d e c r i t e s par l e s metaphores du f e u ; Jean est a nouveau depeint par l ' e a u et sa forme l a p lus dure , l a g lace : Ses p r u n e l l e s , avivees par une flamme devorante, s ' a t t a c h a i e n t au v isage de Jean. II ava i t abaisse l e s paupieres et s o u r i a i t f roidement , comme ina t taquab le . S i Jean peut e t re assoc ie au vent , a l ' e a u et au f e u , i l es t un element en tous cas avec l e q u e l i l ne f a i t pas bon menage: l a t e r r e . Tout ce que nous venons de v o i r nous a prepare a cet te ev idence; Jean n ' a r i e n d'un t e r r i e n et c ' e s t meme par l a q u ' i l prend ses dimensions propres . II est l e seu l personnage de toute l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy a echapper a 1'enracinement et c ' e s t en grande p a r t i e pour cet te r a i s o n q u ' i l ne peut y avo i r de communication entre l u i et l e s autres personnages. 1 B.O. p. 99, 158 Bonheur d ' o c c a s i o n est tout e n t i e r fonde sur un d e s e q u i l i b r e s o c i a l . La p lupar t des personnages sont en quete d'une d i g n i t e humaine qui l eu r est refusee par l e s evenements. L'epoque elle-meme es t i n s t a b l e l a c r i s e economique t ra lne d e r r i e r e e l l e son cortege de miseres et de rancoeurs. Pour c e r t a i n s , l a s o c i e t e de 1'epoque ne peut que l e u r o f f r i r des tenta t ions q u ' i l s ne pourront jamais r e a l i s e r . Pour P i t o u et ses compagnons d ' i n f o r t u n e , l a rue Sa inte -Cather ine apparai t comme l e symbole du paradis sur t e r r e . Mais ce n 'es t qu'un reve et i l s reviennent v i t e a l ' e n f e r du chomage. D'un autre cote l a c r i s e economique va f a v o r i s e r l ' e s s o r de ceux qu i sauront p r o f i t e r des occasions que va l eu r o f f r i r l a guerre. Ce qui n ' es t qu'une aumone pour Azar ius se reve le ra promotion pour Jean . La trame de Bonheur d ' o c c a s i o n est c o n s t i t u t e par l a l en te d i s i n t e g r a t i o n de l a f a m i l l e Lacasse . Meme l a mere, gardienne pourtant t r a d i t i o n n e l l e des vertus f a m i l i a l e s , ne saura e v i t e r l 'ec la tement f i n a l dont e l l e tente avec heroisme de r e c u l e r ou d ' e v i t e r l ' echeance . Nous n ' i n s i s t e r o n s pas sur l e r o l e un peu archaique de l a mere de f a m i l l e dans l e s L e t t r e s canadiennes- f rangaises et p lus specialement dans Bonheur d ' o c c a s i o n . Cette etude a ete f a i t e et a f a i t r e s s o r t i r l e r o l e p r e - dominant de ces femmes au grand c o e u r . 1 Notons au passage que Jean a perdu ses parents et q u ' i l a a i n s i echappe a 1 ' i n f l u e n c e de l a mere, gardienne des vertus a n c e s t r a l e s . C 'es t sans doute une des ra isons "'"Salnte-Marie-Eleuthere, ( S r . ) , La Mere dans l e roman canad ien - f ranga is . (Quebec: Presses de l ' U n i v e r s i t e L a v a l , 1964). Envi ron v ing t pages t r a i t e n t de l a mere t r a d i t i o n n e l l e dans t r o i s romans de G a b r i e l l e Roy.) 159 profondes de son progressisme et amorallsme apparents. Mais abordons maintenant ce qui f a i t l ' an t inomie entre Jean et l e s Lacasse ( c e l l e - c i pour ra i t e t re e l a r g i e a tout S a i n t - H e n r i , mais nous nous contenterons, pour des ra isons de c l a r t e , a opposer Jean aux Lacasse ) . Nous avons longuement vu que Jean Levesque e t a i t tout e n t i e r p lace sous l e signe des elements dynamiques et que l ' e a u , l e feu et l ' a i r f a i s a i e n t p a r t i e in tegrante de l a psychologie de l ' a m b i t i e u x . Reste l e dern ier element: l a t e r r e . II va sans d i r e q u ' i l ne s a u r a i t beaucoup a f f e c t e r Jean p u i s q u ' i l es t synonyme d'enracinement, de s t a b i l i t e e t d ' e q u i l i b r e . La t e r r e , pour Jean Levesque, symbolisee par F lo ren t ine et sa f a m i l l e , s i g n i f i e misere et echec. Tout tendu vers l e succes personne l , re je tant l e passe comme n o n - s a t i s f a i s a n t , Jean ne peut a v o i r que mepris pour l a t e r re et l e s va leurs archaiques q u ' e l l e incarne pour l u i . Au mouvement que Jean I n s u f f l e au roman, i l faut opposer l ' i n e r t i e et l a lourdeur de l a f a m i l l e Lacasse qui ne sont que l e s resu l tan tes d'un choc traumatique provoque par une per iode charn ie re . Non que l ' o n ne se deplace pas dans Bonheur d ' o c c a s i o n . On y marche beaucoup. A l b e r t Le Grand, dans un f o r t bon a r t i c l e * , a f a i t r e s s o r t i r 1' importance de ce t te marche a l a q u e l l e l e s chSmeurs semblent e t re condamnes; l e s desoeuvres de "Albert Le Grand, " G a b r i e l l e Roy ou l ' e t r e par tage" , Etudes f r a n c a i s e s , No. 2, J u i n 1965, p. 39. 160 Saint-Henri tournent sans cesse en rond, dans un cercle infernal. A ce symbole de l a marche emprisonnement, i l faudrait en ajouter un autre, tres caracteristique lui-aussi: par l a marche on colle a la terre, quelle que soit l a direction que l'on emprunte on ne peut echapper aux contin- gences du reel; on reste ancre l a , ou l'on se trouve. L'echappee est ainsi plus d i f f i c i l e et le mouvement ne peut se faire que rectilignement. Les chomeurs, a part quelques incursions dans les quartiers commercants et chics de Montreal, ne dirigent jamais leurs pas vers l a montee verticale de Westmount. Jean est le seul a le faire, et, bien qu'il marche a pied l u i aussi, les symboles exprimes par les trains et navires qu'il aime, suffisent a montrer que l u i v i t au siecle de l a technique. Les grenadiers de Napoleon marchaient au meme pas que les soldats d'Alexandre et i l faut attendre l a f i n du XIX siecle pour que le monde soit soudain sounds a une acceleration fantastique. Le pas lourd de Rose-Anna en quete d'un logis n'est en somme que le pas ancestral du paysan. Tous les habitants de Saint-Henri sont au fond de l'ame des paysans comme e l l e . Lorsque nous faisons l a connaissance du chef de la famille Lacasse, Azarius, i l porte l a livree des chauffeurs de taxi et cela sans le moindre enthousiasme. Nous apprenons bientot que c'est un manuel, un artisan qui a l a nostalgie de l a "belle ouvrage". D'origine paysanne, i l a tente sa chance et a pris un metier dont i l est f i e r . Cette experience va se reveler desastreuse, tant sur le plan personnel que familial. I l est le produit type d'une societe terrienne en pleine evolution, un Euchariste Moisan qui se serait converti et qui se voit plonge en plein 161 desar ro i par l a c r i s e economique. Desempare, sans r e s s o r t , i l devient un sous-produi t que l e marche du t r a v a i l ne peut absorber . Ce n ' e s t pas q u ' i l n ' a i t aucune ambit ion; seulement tout ce q u ' i l a tente a ete voue a l ' e c h e c . Sa seule facon de s ' a f f i r m e r est de se r e f u g i e r dans un passe q u ' i l a tendance a e m b e l l i r : A l o r s ce chomeur q u ' i l e t a i t chercha a renouer connaissance avec 1 ' a u t r e , l e premier , c e l u i qu i s o u f f r a i t encore de sa decheance et ne v o u l a i t pas l e montrer. En ce temps- la , i l e t a i t devenu hab leur , grand d iscoureur , frequentant l e s debi ts de tabac, l e s p e t i t s restaurants du q u a r t i e r , et i l ava i t deve- loppe son penchant inne de beau p a r l e u r . C ' e s t a lo rs q u ' i l ava i t commence a se vanter des couvents , des e g l i s e s , des presbyteres q u ' i l ava i t b a t i s et d 'aut res a 1 'entendre, q u ' i l b a t i r a i t b i e n t o t . En v e r i t e , i l n ' a v a i t jamais b a t i que des p e t i t s cottages pour nouveaux mar ies , mais a force de p a r l e r d ' e g l i s e s , de p resby te res , de couvents, i l a v a i t f i n i par se persuader q u ' i l en a v a i t c o n s t r u i t des c e n t a i n e s . * Ce refuge dans l e passe es t certainement une des di f ferencesfondamentales que nous pouvons e t a b l i r entre Jean et l e s Lacasse . Contrairement au fu tur q u ' i l faut c o n s t r u i r e et qui se l a i s s e d i f f i c i l e m e n t apprehender, l e passe est l e refuge du reveur , du t e r r i e n qui y retrouve en pensee l e n i d d o u i l l e t et protege de 1 'enfance. Autre d i f f e r e n c e e s s e n t i e l l e entre ces deux personnages, Jean es t un s i l e n c i e u x , un renferme. Nous avons vu q u ' i l se s e n t a i t super ieur e t i l a sans doute de bons m o t i f s . Mais c ' e s t p l u t o t une a t t i tude q u ' i l prend, i l ne se vante que rarement de cet te s u p e r i o r i t y . A z a r i u s , par contre ressent l e besoin de f a i r e de sa v i e passee quelque chose de r e u s s i , d ' i n a t t a q u a b l e . P lus i l tombe B . O . , p. 141. 162 dans l a decheance, p lus i l devient hableur . Ce q u ' i l ne peut p lus f a i r e dans l e present ou l ' a v e n i r , i l l e p ro je t te dans son passe . A l'homme d ' a c t i o n q u ' e s t Jean i l oppose l ' i n e r t i e c r e a t r i c e du rate e t du reveur; e m b e l l i r son passe est pour l u i un moyen commode mais decevant d'echapper a ce present qu i l ' e c r a s e . Dans ce systeme de bascule s o c i a l e , p lus Azar ius se degrade, p lus Jean se l i b e r e et vo le vers l e succes; c ' e s t losque Azar ius est au p lus bas qu'ironiquement Jean t r a v a i l l e sans r e p i t , a l a l i m i t e de l a res is tance humaine: C ' e s t v r a i , 5a f a i t un bout de temps que je t ' a i pas vue. On t r a v a i l l e double de ce t emps-c i . J ' a i meme f a i t t r e n t e - s i x heures de t r a v a i l en deux jours de cet te semaine. Un homme s a l t p lus s ' i l es t encore en v i e ou b ien s ' i l es t devenu machine. Cette i n e r t i e d 'Azar ius v i s a v i s du p r e s e n t , qui s 'oppose t o t a l e - ment au mouvement que s u s c i t e l a pe rsonna l i t e de J e a n , se t radu i t encore par l e r o l e ambigu que joue l a maison dans Bonheur d ' o c c a s i o n . E l l e est tout a l a f o i s refuge et appel a 1 ' e v a s i o n . La maison est d 'abord l e t o i t qui a b r i t e et rapproche l e s membres d'une f a m i l l e . E l l e es t l e l i e u geographique et s o c i a l ou s ' a f f i r m e le sentiment de f a i r e f ront devant 1 ' ex is tence : "La c l a r t e de l a lampe u n i s s a i t l a mere et l a f i l l e " . Mais , dans Bonheur d ' o c c a s i o n , l a maison est l ' o b j e t de toutes l e s preoccupat ions; 1' importance du t o i t a t t e i n t son 1 B J 1 0 ^ , p. 160. 163 po in t culminant chaque annee au pr intemps, per iode de migra t ion forcee ou l ' o n se met en quete d'un nouveau l o g i s . Cette recherche, souvent desesperee t r a d u i t b i e n , a l a f o i s , une cer ta ine descente aux abimes de l a misere , et une ten ta t ive desesperee de preserver sa d i g n i t e humaine. Lorsque Rose-Anna arpente l e q u a r t i e r , c ' e s t pour e l l e une v e r i t a b l e obses- s i o n . Echouer s i g n i f i e r a i t tout simplement que l a c e l l u l e f a m i l l a l e aura i t a t t e i n t l e niveau de l a "bete humaine". Se re t rouver dans l ' impasse symbolique qui jouxte l a vo ie de chemin de f e r , f a i t se c r o i s e r i r o n i q u e - ment l e s des t ins Lacasse et Levesque. Le f i l d ' a c i e r des r a i l s et l e grondement des t r a i n s est pour Jean 1 'evas ion qui se prepare; pour l e s Lacasse c ' e s t l ' en l i sement f i n a l , l ' a v e u d'un echec i r remediab le . Mais au moins i l s ont un t o i t au-dessus de l e u r tete ou l ' o n pourra t ranspor te r a l a faveur de 1'ombre p r o t e c t r i c e de l a n u i t l e m o b i l i e r douteux qu i represente tout ce q u ' i l s ont sur t e r r e . Le drame personnel de Rose-Anna, son echec l e p lus c u i s a n t , n ' es t pas d ' a t t e i n d r e l e t refonds de l a misere , mais de v o i r echapper a l a p r o t e c t i o n du t o i t f a m i l i a l tous l e s membres de l a f a m i l l e : l a mort, l e f r o n t , 1'eloignement moral et l e mariage de F lo ren t ine l a l a i s s e r o n t sans r e a c t i o n , b r i s e e . Pour A z a r i u s , sur l e plan p r o f e s s i o n n e l , l a maison qu i s ' e l e v e est symbole a l a f o i s de p l e i n emploi et de j o i e de v i v r e . Pour l u i , l e met ier de charpent ier est l e p lus beau metier du monde et i l trouve des accents l y r i q u e s pour l e c e l e b r e r : 164 II s ' e t a i t avarice d'un pas vers ce macon qui aura i t pu e t re un compagnon des beaux jours e c o u l e s . I I l e v a i t vers l a lumiere ses mains de menuisier qu i avaient aime l e contact du bo is f r a n c , et ses l a rges nar ines f remissa ient a l a bonne odeur des planches neuves q u ' i l c r o y a i t tout a coup re t rouver . - E t re juche sur un echafaudage, d i t - i l , entre c i e l et t e r r e , et entendre cogner du matin au s o i r ! V o i r un mur monter ben l i s s e , ben u n i , au-dessus d'une bonne fondat ion; et p i s , un bon j o u r , v o i r une maison f i n i e au bord du t r o t t o i r , l a ou c ' e s t q u ' i l y a v a i t r i e n que des champs de mauvaises herbes . . . o u i , c a , c ' e s t une v i e ! 1 Le bo is f r a n c , l a bonne odeur et l a j o i e que d i s t i l l e l a maison neuve do ivent , b ien s u r , e t re opposes a l a maison q u ' i l habi te lui-meme en ce moment et qu i en est l ' a n t i t h e s e complete. Mais , s i l a maison represente l e d e r n i e r refuge que l ' o n a i t avant l a misere t o t a l e et l a mise a l a r u e , e l l e est egalement o b s t a c l e . E l l e est elle-meme misere et denuement, m i r o i r f i d e l e d'une decheance sans f i n . 1 La l a i s s e r d e r r i e r e s o i pour une courte echappee est un envoi vers une v i e nouvel le ou l ' o n oubl ie l e present : I l s avaient a t t e i n t tous , l e s p e t i t s et l e s grands,un s i haut t r a n s p o r t , i l s avaient s i b ien l a i s s e d e r r i e r e eux l a maison, l a lumiere douteuse, 1'ombre rampante, i l s e ta ient dans une s i b e l l e cont ree , q u ' i l parut na tu re l a Azar ius de demander: - Et pour t o i , sa mere? II te faudra i t quasiment une robe n e u v e . . . . 2 L'echappee provoque a i n s i une v e r i t a b l e rena issance; on l a i s s e d e r r i e r e s o i tout ce qui represente l e present et l ' o n eprouve meme l e besoin • ' 'B.O. , p. 135. 2 I b i d . , p. 157. 165 de j e t e r au feu l e s v ieux vetements, l 'un i forme de l a misere . Mais c ' e s t certainement Azar ius qu i f a i t 1 'exper ience l a p lus amere en ce qu i concerne l a ma ison-pr ison . Dans l e passage t res r e u s s i qu i va su iv re Azar ius v i t en reve 1'aventure et l a l i b e r t e . Pour une f o i s , i l est f re re de Jean Levesque, mais l a l i b e r t e d 'Azar ius ne r e s t e qu ' imag ina i re ; i l retombe b ien v i t e dans l e present , ce t te r e a l i t e absurde que symbolise l e foyer : II souhai ta 1 'evasion avec une t e l l e melancol ie que sa gorge nouee re fusa de l a i s s e r passer l e f l o t de sa s a l i v e . II souhai ta n ' a v o i r p lus de femme, p lus d ' e n f a n t s , p lus de t o i t . II souhai ta n ' e t re qu'un chemineau trempe, couche dans l a p a i l l e sous les e t o i l e s et l es paupieres humides de rosee . II souhai ta l 'aube qui l e surprendra i t homme l i b r e , sans l i e n s , sans s o u c i s , sans amour. A l o r s ses yeux tomberent sur l ' e v i e r . * Remarquons tout d 'abord l a t r e s b e l l e chute dans ce t e x t r a i t . Des reyes de l i b e r t e , Azar ius passe sans t r a n s i t i o n a l a vue de l ' e v i e r , symbole douloureux de sa s u j e t i o n a l a t e r re et symbole de sa degradat ion humaine. Pr ive de tout r e s s o r t , i l a abdique son r o l e de chef de f a m i l l e en faveur de sa femme qu i va a l l e r queter du t r a v a i l pour l u i . Mais ce passage, tout in te ressant q u ' i l s o i t en ce qu i concerne l a psychologie s ta t ique d ' A z a r i u s , l e montre incapable de l a moindre ambit ion. Meme en reve, l a l i b e r t e to ta le est pour l u i absence de toute responsa- b i l i t e : " n ' e t r e qu'un chemineau trempe"; ins t inc t ivement i l en rev ient aux archetypes du campagnard: l a v i l l e est p r i s o n , i l n 'y a que l a i B J L 0 . , p. 143. 166 campagne qui pu isse o f f r i r l a l i b e r t e . II est cur ieux que sa concep- t i o n de l a l i b e r t e recoupe i c i exactement c e l l e de Jean: "homme l i b r e , sans l i e n s , sans s o u c i s , sans amour". Seulement Jean est mu par 1 'ambi t ion; Azar ius l u i n ' e s t mu que par l e desespoir et l e n i h i l i s m e . S i e l l e peut p a r f o i s a t t i s e r l e d e s i r d ' e v a s i o n , l a maison const i tue a u s s i l e seu l refuge de 1 'enfant qui l a q u i t t e . II n 'y a qu 'a l i r e tous l e s r e c i t s i n s p i r e s par l a parabole de 1'enfant p r o d i g u e 1 pour comprendre comme est profond l e symbolisme de pa ix i n t e r i e u r e et d ' e q u i l i b r e moral q u ' e l l e degage. C ' e s t ce sentiment qu i a s s a i l l e F l o r e n t i n e , q u i , apres a v o i r q u i t t e l e t o i t materne l , e r re sans but dans Montrea l ; e l l e es t en p r o i e au desespoir car e l l e porte en e l l e 1 'enfant i l l e g i t i m e de Jean . L ' a c c u e i l que l u i a reserve sa mSre en decouvrant sa grossesse l ' a f a i t f u i r , mais peu apres e l l e rev ien t roder aux a lentours du f o y e r , comme a t t i r e e par un aimant: De l o i n e l l e v i t l a lumiere de l a s a l l e a manger q u i b r i l l a i t entre l e s r ideaux e c a r t e s . Et c e t t e humble lumiere e c l a i r a soudain en e l l e p lus qu'une bonte c a l c u l e e , d e f i a n t e , qu i s ' e n t r e t e n a i t elle-meme comme une monnaie d'echange; e l l e f i t j a i l l i r , i n - soupconnee, une amit ie i n f i n i e , poignante , pour l eu r ex is tence q u ' e l l e ne jugea p lus e t r o i t e et bousculee , mais embel l ie depuis l e commencement par l e courage de Rose-Anna. Ce courage de Rose-Anna l u i s a i t subitement comme un phare devant e l l e . La maison a l l a i t l a reprendre , l a g u e r i r . E l l e mit l a main sur l a poignee de l a porte e t , avant d ' e n t r e r , connut cependant une minute d ' i n e f f a b l e a t ten te . Puis e l l e Gide et R i l k e , en p a r t i c u l i e r . 167 poussa l a p o r t e . Et ce fu t comme s i un courant g l a c i a l ava i t s o u f f l e sur ses f r e l e s e f f o r t s de recommencement.* Nous avons dans ce passage l ' a v e u de l ' e c h e c de F l o r e n t i n e : soumise a 1 ' i n f l u e n c e de Jean , e l l e a , e l l e a u s s i , reve de se l i b e r e r , de f u i r ce t te v i e miserable qui l a r i v e a S a i n t - H e n r i . C 'es t l a f igure de l a mere, symbole de l ' u n i t e au foyer et de l a perseverance qui l a ramene a ce q u ' e l l e pense e t re son d e v o i r . "Un courant g l a c i a l " e t e i n t i c i l e feu qui s ' e t a i t empare d ' e l l e . Pour F lo ren t ine l a maison est f i n a l e - ment refuge moral et renoncement a 1 'evasion e t , en c e c i , e l l e r e j o i n t 1 ' a t t i t u d e de son pere mais pour d 'aut res m o t i f s . A t ravers l e theme de l a maison, nous s a i s i s s o n s 1'attachement que l a f a m i l l e Lacasse porte a l a ter re et a une cer ta ine t r a d i t i o n r u r a l e . Nous avons deja pu observer que, contrairement a Jean l e s Lacasse sont s t a t i q u e s . A par t quelques e x c u r s i o n s , i l s n'ont jamais ete capables de depasser l es l i m i t e s e t r o i t e s de S a i n t - H e n r i . Meme s ' i l s eprouvent regulierement l e d e s i r de s ' e v a d e r , ce ne peut e t re r e a l i s e qu'en reve . Leur opt ique des choses en est v i c i e e ; l i v r e s tout e n t i e r s au decouragement cause par l a misere , i l s ne peuvent prendre l e r e c u l necessa i re a l e u r s a l u t . Rien n 'es t vraiment c o n s t r u c t i f dans l a v i e d 'Azar ius car i l l u i manque l e dynamisme a c t i f d 'un Jean et meme d'un Emmanuel. Le voyage pour G a b r i e l l e Roy f a i t p a r t i e de 1 'educat ion de tout un chacun; i l s u f f i t a Emmanuel de q u i t t e r Montreal pendant un c e r t a i n temps pour constater a son retour q u ' i l v o i t l e s choses d'un o e i l 1 B . O . , p. 228. (C 'es t nous qui soul ignons) 168 d i f f e r e n t : Emmanuel qui ava i t voyage et qui s ' e t a i t muri rapidement en quelques mois , revenai t au faubourg avec des yeux c l a i r s et o b s e r v a t e u r s . 1 Mais i l es t in te ressant de constater que l a premiere chose qui l u i saute aux yeux a son re tour est l 'apparence et l a menta l i te ru ra les de S a i n t - H e n r i : " S a i n t - H e n r i : t e rmi t i e re v i l l a g e o i s e " . C o n f l i t de generations ou f i n d'une soc ie te et d 'un fagon de v o i r l e monde? Un des aspects l e s p lus prenants de Bonheur d ' o c c a s i o n est sans nu l doute cet te antinomie fondamentale qui e x i s t e entre un Jean Levesque et un Azar ius Lacasse . Nous avons vu que l e personnage de Jean ne peut en aucun cas e t re r e l i e a l a t e r r e . Par contre l e s Lacasse ne peuvent echapper a l ' h e r e d i t e q u ' i l s portent en eux. I l s sont eux, p laces entierement sous l e signe de l a t e r r e . Les ra isons a c e c i sont a l a f o i s evidentes et banales . II ne faut pas o u b l i e r que Bonheur d ' o c c a s i o n rompait avec une t r a d i t i o n b ien e t a b l i e au Canada f r a n g a i s : c e l l e du par t i cu la r i sme et du rura l isme. Bien que ce roman amorgat une r e v o l u t i o n dans 1 ' imaginat ion c r e a t r i c e au Canada f r a n g a i s , i l e s t , malgre son cadre c i t a d i n , encore tout charge de 1'odeur du t e r r o i r . Cec i ne pouvait e t re e v i t e ; on ne peut pas im- punement se l i b e r e r de toute une heredi te l i t t e r a i r e d'une fagon s e c u l a i r e de v o i r l e monde, de fagon s i r a d i c a l e , sans que l 'oeuvre en porte des 1 B 1 0 J L , p, 253. 169 traces. La revolution amorcee par Gabrielle Roy avec Bonheur d'occasion tient beaucoup plus au cadre de son roman qu'aux mentalites profondes des personnages. Tout a coup l a v i l l e penetre en force dans le roman canadien-francais au point de passer pour l e personnage principal. L'auteur se complait a de longues descriptions de Montreal et de ses quartiers. On sent qu'elle a trouve l a un terrain vierge et qu'elle en tir e le maximum. Voyons par exemple le nombre de pages qu'elle consacre a Saint-Henri. La poesie de l a v i l l e et l a poesie de l a misere baignent ces pages. Que ce soit l a misere des Lacasse ou l a detresse des chomeurs qu'elle decrit, tout est finalement ramene a un antagonisme fondamental ville/homme, t e l qu'il est fort bien decrit par Antoine Gerin-Lajoie, dans une lettre de Gustave Charmenil a Jean Rivard: Vers l a f i n de l'hiver on rencontre une nuee de jeunes commis marchands cherchant des situations dans les maisons de commerce; un bon nombre sont nouvelle- ment arrives de l a campagne, et courent apres l a toison d'or; plusieurs d'entre eux en seront quittes pour leurs frais de voyage; parmi les autres combien vegeteront? Combien passeront six, huit, dix ans derriere un comp- toir avant de pouvoir ouvrir boutique a leur propre compte? Puis parmi ceux qui prendront a leur compte, combien resisteront pendant seulement trois ou quatre ans? Presque tous tomberont victimes d'une concurrence ruineuse ou de 1'inexperience, et seront condamnes a une vie miserable. Ah! Si tu savais, mon cher, que de soucis, de misere, se cachent quelquefois sous un pale- tot a l a mode! Va, sois sur d'une chose: i l y a dans l a classe agricole, avec toute sa frugalite, sa simpli- cite, ses privations apparentes, mille fois plus de bonheur et je pourrais dire de veritable aisance, que chez l a 170 grande majorite des habitants de nos cites, avec leur faste emprunte et leur vie de mensonge. Quand je vois un cultivateur vendre sa terre a la campagne pour venir s'etablir en v i l l e , en qualite d'epicier, de cabaretier, de charretier, je ne puis m'empecher de gemir de douleur. Voila done encore, me dis-je, un homme voue au malheur.' Et i l est rare qu'en effet cet homme ne soit pas completement ruine apres trois ou quatre annees d'exercice de sa nouvelle Industrie. Et ses enfants, que deviennent-ils? Dieu le sait. Ce qui pourrait fort bien resumer l a philosophie de Bonheur d'occasion. A nos yeux, Jean est le seul personnage du roman et peut-etre de toute l'oeuvre de Gabrielle Roy, qui tente de personnifier cet homme nouveau, le citadin. Si l'auteur se sent s i mal a l'aise en sa compagnie, c'est qu'elle-meme est rebutee par l'etat d'esprit dont e l l e le gratifie; elle est manifestement plus a l'aise avec l a famille Lacasse, les chomeurs et Emmanuel, par l a bouche duquel elle s'exprime bien souvent, l u i donnant par l a ce caractere antiromanesque qui le caracterise tout au long du roman. Tentant de peindre en Jean le citadin par excellence, Gabrielle Roy commet done l'erreur de le noircir a tout prix, montrant par l a que c'est un sujet qu'elle decouvre. Cette erreur ne sera pas repetee dans l a suite de son oeuvre. Alexandre Chenevert, qui semble •^Antoine Gerin-Lajoie, Jean Rivard, scenes de l a vie reelle; tome I, Jean Rivard, le defricheur; tome 2, Jean Rivard, economiste; l a premiere partie (le defricheur) a paru en 1862, dans Les Soirees canadiennes; l a seconde (economiste), en 1864, dans Le Foyer canadien; deuxieme edition, Montreal: J.-B. Rolland & F i l s , 1877. 171 pourtant e t re l e c i t a d i n typlque sera etudie sous 1'angle de l a v ic t ime qui a perdu l e paradis t e r r e s t r e . Mais s i l a f a m i l l e Lacasse est f o r t e de son appartenance a l a t e r re canadienne retombant a i n s i sous l a coupe de 1 'archetype, c ' e s t que l ' au teur lui-meme ne c r o i t pas aux b i e n f a i t s de 1 'u rban isa t ion et que son humanisme f o n c i e r se r e v o l t e devant 1 ' a c c e l e r a t i o n du progres qu i f a i t dans b ien des cas de l'homme une v i c t i m e . J e a n , qu i se s i t u e tout a f a i t a 1'oppose des Lacasse , prend de ce f a i t une s ta ture r e e l l e dans ce roman. Que l ' a u t e u r ou l e s l e c t e u r s ne l 'a iment pas , c ' e s t evident et sans doute n e c e s s a i r e . Mais i l est d i f f i c i l e d ' a f f i r m e r que c ' e s t un personnage manque. G a b r i e l l e Roy ne l ' a cree que pour l e f a i r e passer a t ravers l e roman; e l l e n 'a pas voulu l e charger psychologiquement. La n ' e t a i t pas son r o l e . S i Jean est dans 1 ' e s p r i t de l ' a u t e u r l e produi t d'une soc ie te nouvel le q u ' e l l e ha i t de toutes ses f o r c e s , i l n ' e s t l a que pour s 'opposer v i o l e m - ment aux Lacasse dans 1 ' e s p r i t du l e c t e u r . Jean incarne a i n s i un sym- bolisme ev ident : i l na l t des decombres d'une soc ie te ancienne dont l e s va leurs s ' e f f r i t e n t . I l est aide dans son ascension par l e c a r a c - tere de vainqueur q u ' i l s ' e s t forge et pour ra i t se v o i r app l iquer l e s propos de Robert Greslou c i - d e s s o u s : C ' e s t l a l o i du monde, que toute ex is tence s o i t une conquete, executee et maintenue par l e p lus f o r t aux depens du p lus f a i b l e . Ce la est v r a i de l ' u n i v e r s moral comme de l ' u n i v e r s physique. II y a des ames de p ro ie comme i l y a des l o u p s , des chats-pards et des e p e r v i e r s . l Paul Bourget , Le D i s c i p l e ( P a r i s : Lemerre, 1893), p. 245. E. CONCLUSION De Bonheur d ' o c c a s i o n a La R i v i e r e sans repos , l e reve de voyage tourmente tous l e s personnagesde G a b r i e l l e Roy. A des ex is tences generalement s ta t iques et depourvues d 'ambi t ion , i l i n s u f f l e un d e s i r d 'evas ion q u i , dans l a p lupar t des c a s , ne peut se s a t i s f a i r e qu 'en reve . Le symbolisme du voyage est a i n s i fonde sur 1 ' inquietude de toute une epoque. Un Chenevert, personnage symbolique comparable a un S a l a v i n , un Meursault ou un Don Quichotte, v o i t sa vague p r o t e s t a t i o n r e p r i s e par l e s gens qu i l ' e n t o u r e n t . Nouveau mal du s i e c l e qui n 'a pas encore ete d e f i n i ? Sans doute, mais i l ne faut pas n e g l i g e r un element v i t a l pour l a l i t t e r a t u r e canad ienne- f ranca ise . L ' a l i e n a t i o n , tant l i t t e r a i r e que p o l i t i q u e ou soc io log ique est au jourd 'hu i a l a mode au Quebec. E l l e t ranspara i t dans l e s t i t r e s de journaux, l e s p ieces de thea t re , l e s romans. Mais l e XXe s i e c l e ne l ' a pas decouverte. Le Canadien- f rancais a , depuis l a Conquete, l e sentiment profond d ' e t r e depossede de sa langue, de sa c u l t u r e , de ses i n s t i t u t i o n s , e t c . . . La l i t t e r a t u r e canadienne a toujours r e f l e t e ce t te tendance mais, au jourd 'hu i on f a i t de l ' a l i e n a t i o n une arme. La major i te des e c r i t s canad iens- f ranca is contemporains sont p l e i n s de c r i s de des- e s p o i r , d 'un sentiment de ha ine , p a r f o i s p l e i n s d ' a r t i f i c i e l . Le sord ide regne en ma l t re . On a l e sentiment d'un defaut d ' e q u i l i b r e constant . 173 Citons pour memoire des oeuvres comme La F i n des songes de Robert E l i e Le Jour est n o i r de M a r i e - C l a i r e B l a i s ou l e s personnages v ivent en p l e i n cauchemar. Rien ne peut l e s sauver de l eu r f o l l e course vers 1'abime. Dans Le Couteau sur l a table de Jacques Godbout, nous r e - trouvons l e meme sentiment d ' impuissance chez l e heros; seulement dans cet ouvrage i l donnera un sens a son existence vagabonde par l a r e v o l u t i o n . Le "couteau" symbolise a i n s i l ' u l t i m e degre du d e s e s p o i r . Par l a v i o l e n c e qui est negat ive on s 'engage, ce qui est en s o i un acte p o s i t i f . Les personnagesde Claude Jasmin sont a f f l i g e s d'une s o l i t u d e qu i l eu r pese; comme chez Godbout, l a seule facon de se d e l i v r e r du cauchemar au s e i n duquel i l s v i v e n t , sera de r e c o u r i r a l a l u t t e . S i 1 ' a l i e n a t i o n est avant tout un etat de depossess ion , i l n'empeche q u ' e l l e a des r a m i f i c a t i o n s profondes qui a f fec ten t toute l a v i e psychique de l ' i n d i v i d u . S i c e l u i - c i pense que ses ac t ions sont depourvues de s i g n i f i c a t i o n , i l en t i r e r a un sentiment d ' impuissance et de f r u s t r a t i o n ; deux voies p r i n c i p a l e s s ' o f f r i r o n t maintenant a l u i : s o i t i l se res igne a son sor t et e 'en est f a i t de son e q u i l i b r e in terne (devaluat ion du "moi" , masochisme, s u i c i d e ) , s o i t i l a f f i rme sa volonte de puissance en recourant a l a v i o l e n c e . L ' a l i e n a t i o n contemporaine t e l l e que r e f l e t e e dans l a l i t t e r a t u r e canad ienne- f ranca ise , joue tour a tour avec des concepts n e g a t i f s : s t e r i l i t e , incommunicabi l i te , refoulement, i n s e c u r i t e , v e r t i g e , de rac ine - ment, t rouble de l ' i d e n t i t e , h o s t i l i t e , c u l p a b i l i t e . On p o u r r a i t a jouter b ien des der ives a ces concepts . La l i t t e r a t u r e du Quebec semble 174 done s o u f f i r d'une depression c o l l e c t i v e . Mais ce que l ' o n aff irtne au jourd 'hu i a haute vo ix n 'es t que l 'about issement de toute une t r a d i t i o n l i t t e r a i r e o u , a notre a v i s , G a b r i e l l e Roy t i e n t une p lace importante. On pouvait deja t rouver 1 ' i n t e r r o g a t i o n e x i s t e n t i e l l e dans Angel ine de Montbrun de Laure Conan ou dans ses autres romans h i s t o r i q u e s : " E s t - c e parce qu'avec un coeur debordant de v i e , i l faut hab i ter un monde v i d e ? " 1 Le theme du voyage chez G a b r i e l l e Roy nous semble representer , sous une forme l a t e n t e , une t en ta t i ve d'echapper a une ex is tence g r i s a t r e , a l a q u e l l e on ne peut t rouver de j u s t i f i c a t i o n . L ' a l i e n a t i o n est presente dans l 'oeuvre de l a romanciere canadienne. On pense, b ien s u r , a u s s i t o t a Alexandre Chenevert. Ce roman est certainement l e p lus e x p l i c i t e de l ' o e u v r e . Mais f a u t - i l passer sous s i l e n c e Bonheur d ' o c c a s i o n ou l ' a b s u r d i t e de 1 'ex is tence es t inseparable du theme de l a misere et de l a guerre? Emmanuel tente de re t rouver son e q u i l i b r e en f a i s a n t appel a des concepts humanistes depasses a notre epoque. L ' a l i e n a t i o n profonde de Jean se manifeste par l a f u i t e vers 1 'avant. Quant aux Lacasse , rever a 1 'evasion et a l a jeunesse perdue est l e u r seule c o n - s o l a t i o n . Dans La Montagne secrete c ' e s t l ' a l i e n a t i o n de l ' a r t i s t e dans un monde contemporain ou l e s va leurs a r t i s t i q u e s changent a u s s i v i t e que les va leurs morales. Dans ce t te oeuvre, l a quete de l ' a r t est a u s s i t en ta t ive d'echapper a soi-meme. Le voyage r e c t i l i g n e peut symbol iser 1'approfondissement i n t e r i e u r dans 1 ' e s p r i t de l ' a u t e u r mais l e probleme ^Cite par G i l l e s Marcotte , Une L i t t e r a t u r e qui se f a i t (Montreal: HMH, 1968) p. 65 . 175 n'est pas uniqueraent artistique. Artiste manque, Pierre voit son monde s'ecrouler. Par le voyage i l se detruit peu a peu consciemment. La haine de soi-meme et de sa mediocrite profonde le pousse vers un suicide qui, s ' i l est ingenieusement deguise, n'en est pas moins reel. Comme nous 1'avons deja note, Pierre est le frere d'Alexandre mais le sentiment de leur impuissance nait de sources differentes. La seule solution a ce "vertige" existentiel ou artistique est pour Gabrielle Roy, le refuge dans une vie champetre et calme ou le desespoir de vivre est refoule au plus profond de soi-meme. Malheureuse- ment, c'est l a une solution de f a c i l i t e bien peu de mise a notre epoque et proche de l a mentalite des "Salauds" que denonce Sartre. C'est ainsi que La Petite Poule d'eau, La Route d'Altamont, Rue Deschambault sont des oeuvres charmantes; le reel y a ete ampute de ses interrogations existentielles profondes. C'est l a vie ideale du foetus, bien abrite dans le sein de sa mere et pour lequel le monde exterieur n'existe pas. Si l'on en juge par sa derniere oeuvre, Cet ete qui chantait, l a tendance qu'a Gabrielle Roy a se refugier dans le monde de 1'enfance est amplement verifiee. La romanciere change de public, s'adressant maintenant aux enfants. Est-ce l a preuve que 1'interrogation posee par les Lacasse, Alexandre et Pierre ne se verra jamais accorder de reponse? Par le theme du voyage, les personnages de Gabrielle Roy tentent d'exprimer le sens profond de leur qualite d'hommes. Aux tentatives 176 de depassement q u ' i l s font corespondent toujours l e s retours au r e e l , v e r i t a b l e choc traumatique pour ces e t res qui revent d'une ex is tence etheree. C 'es t encore C h r i s t i n e dans La Route d'Altamont qui d e c r i t avec l e p lus de p r e c i s i o n l e sentiment d' impuissance qu i obsede l e personnage typique de G a b r i e l l e Roy: Je pense a v o i r a u s s i quelque peu compris q u ' i l ne s u f f i t pas d ' a v o i r l a pass ion de p a r t i r pour pouvoir p a r t i r ; qu'avec cet te pass ion au coeur on peut quand meme r e s t e r p r i s o n n i e r toute sa v ie dans une p e t i t e rue. I c i s'amorce l e theme de l 'enracinement qui va nous conduire au theme de l ' a r b r e et va nous f o u r n i r l a secondefacette de l a pensee de G a b r i e l l e Roy, nous permettant d 'aborder p lus l o i n cet te espece de d i a l e c t i q u e de l ' espace qui es t au trefonds de l ' o e u v r e . Car s i l ' a p p e l au voyage se transmet par l a reve r ie ou l e s songes, s ' i l est fonde sur l ' i n q u i e t u d e et l ' impuissance des personnages de G a b r i e l l e Roy et peut se representer de fagon l i n e a i r e , i l e x i s t e dans l 'oeuvre une autre f o r c e , qu i semble r i v e r l e s personnages a l a t e r r e . Cette force sera symbolisee par l ' a r b r e . U t i l i s o n s l e texte pour montrer que cet te antinomie fondamentale de l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy s'exprime en termes symboliques t res s imples : Car , au s o r t i r de ce bois de chez mon o n c l e , a u s s i t o t on se t rouva i t au bord d 'une immense p l a i n e tout ouverte et presque tout en t ie re en moissons. En sor te ^La Route d 'Al tamont , p. 148. 177 qu'on n'avait jamais su chez mon oncle ce qu'on aimait le mieux: le bois de trembles qui nous abritait, nous servait de cachette, nous faisait nous sentir chez nous; ou le grand pays etale qui appelait au voyage. Cependant, comme disait mon oncle, les deux avaient du charme, l'un reposant de 1'autre. 1 "L'immense plaine" est invitation au voyage, appel de l'espace, comme c'etait le cas dans La Montagne secrete. L'arbre et l a foret sont synonymes d'abri, de repliement sur soi. Ce n'est, bien sur, qu'un des aspects du symbolisme de l'arbre. Mais cette citation, sous sa forme ramassee montre fort bien les deux poles symboliques de 1'inspira- tion romanesque de Gabrielle Roy. Sous une forme poetique cet extrait marque le tiraillement eternal de l'homme entre deux choix fondamentaux. D'un cote i l y a l'appel de l'absolu par l'action. Le monde exterieur joue l a un role predominant puisqu'il est a conquerir. De 1'autre, i l y a l'appel purement interieur de l a meditation ou de l a contemplation. Pour arriver au parfait equilibre, i l faut fondre harmonieusement ces deux concepts, u t i l i s e r l'un pour se reposer de 1'autre comme dit 1'oncle de Christine avec sa sagesse paysanne. Nous rejoignons ainsi le v i e i l ideal humaniste i l l u s t r e par Rabelais et Montaigne. Celui-ci, apres avoir ete grand voyageur et homme d'action, accorde vers l a f i n de sa vie, de plus en plus de place a ce qu'il appelle "l.'arriere-boutique", c'est-a-dire, par dela les vaines apparences et 1'agitation du voyage, le "moi" profond. JR.A., p. 83. II. LE THEME DE L'ARBRE CHEZ GABRIELLE ROY A. INTRODUCTION Dans un tres bon a r t i c l e , Jean Onimus resume rapidement mais de facon exhaustive l a poetique de l'arbre. Le premier theme important est celui de la communion avec l'arbre, ou i l montre que l a tentation qu'exerce le vegetal est parallele a l a tentation qu'exerce le "sauvage": i l souligne le besoin qu'a l'homme de se renouveler pour "revetir l a force prodigieuse d'unevie brute".* Un des documents qui expriment le mieux cette fusion avec l'arbre est un poeme de Supervielle ou"le reve de l'arbre emane de Dieu et prend sa consistance objective": C e t a i t lors de mon premier arbre, J'avals beau le sentir en moi II me surprit par tant de branches, II etait mille arbrffi a l a fois. Moi qui suis tout ce que je forme Je ne me sentais pas s i f e u i l l u Voila que je donnais de 1'ombre Et que j'avais des oiseaux dessus. Je cachais ma seve divine Dans ce fut qui montait au c i e l Mais j'etais pris par l a racine Comme a un piege naturel. 2 Comme le note Jean Onimus c'est toute l a mythologie de l'arbre qui est suggeree dans ce texte. Jean Onimus, "La poetique de l'arbre", Revue des sciences humaines, fasc. 101, Janvier-Mars, 1961. 2 Dieu se souvient de son premier arbre, Choix de Poemes, (Paris: N.R.F., 1947) p. 190. Cite par Jean Onimus, Op. c i t . , p. 105. 179 Dans cette communion de l'homme avec l'arbre, i l y a echange. L'homme recoit un "message," l'arbre l u i "repond" et l u i communique une sagesse^ Confiance dans l a vie, meditation religieuse, defi de l a pesanteur, invitation a s'elever plus haut, patience et serenite. Le symbolisme religieux de l'arbre est des plus riches. Conten- tons nous d'en donner un exemple tire de l'oeuvre du-poete anglais Joyce Kilmer: A tree whose hungry mouth i s pressed Against the earth's sweet flowing breast... A tree that looks at God a l l day And l i f t s her leafy arms to pray. 1 La poetique de l'arbre mene a toute sortes de poetiques secondaires: futaie, t a i l l i s , foret, c l a i r i e r e , etc... De plus chaque essence a sa poetique. Renvoyons i c i au "Langage des arbres" de Paul Wyczynski2, ou l'auteur montre, entre autres, les differences qui existent dans le vocabulaire des arbres chez quatre peuples differents (latin, frangais, allemand, russe). La langue allemande possede une ressource que n'a pas le frangais: l a plupart des noms d'arbres en allemand sont feminins, mais on peut les transformer en noms masculins par le biais du mot com- pose (die Eiche peut devenir der Eichenbaum). Le f a i t d'avoir ainsi a volonte des arbres masculins ou feminins permettra des effets poetiques tres nuances. En frangais ce sera surtout l'aspect de l'arbre, sa grace ou sa puissance qui feront naitre le symbolisme: s i le saule et le ^Cite par Jean Onimus, Op. c i t . , p. 109. 2 Paul Wyczynski, Poesie et Symbole, (Montreal: Librairie Deom, 1965). 180 bouleau ont des connotations femin ines , l e chene sera d'emblee mascul in . II s e r a i t d i f f i c i l e de t e n i r compte i c i du symbolisme de chaque essence, ce qui depassera i t l e cadre de ce t te etude. Contentons-nous de sou l igner que l ' a r b r e est un theme poetique par exce l lence au meme t i t r e que l ' e a u ou l ' a i r . Par l a p o e s i e , i l va perdre son caractere ornemental et d e s c r i p t i f pour s e r v i r de support a l a r e v e r i e et s t imuler l a c r e a t i v i t e du poete . La l i t t e r a t u r e u n i v e r s e l l e , l a poesie en p a r t i c u l i e r , f a i t une large p lace au theme de l ' a r b r e - s igne que tout poete est amene a un moment de sa v i e a f r a t e r n i s e r avec l ' a r b r e , ce qu'exprime parfaitement Gaston Bachelard: V i v r e comme un arbre , quel accroissement , q u e l l e profondeur, q u e l l e r e c t i t u d e , que l l e v e r i t e ! Auss i to t que nous sentons l e s rac ines t r a v a i l l e r , nous sentons que l e passe n ' e s t pas mort, que nous avons quelque chose a f a i r e au jourd 'hu i dans notre v i e s o l i t a i r e , dans notre v i e aer ienne: l ' a r b r e est partout a l a f o i s . * A i n s i tout poete digne de ce nom s ' e s t s e n t i des a f f i n i t e s avec l ' a r b r e . II f audra i t c i t e r toute l a generat ion romantique f r a n g a i s e , mais de ja Ronsard l u i accorda i t une p lace de choix dans son i n s p i r a t i o n , l u i qui maudit l e s bucherons de l a fore t de Gast ines . Parmi l e s auteurs contem- p o r a i n s , Valery se detache nettement et l ' e x c e l l e n t e these de P i e r r e Laurette^ a montre de fagon evidente combien l ' a r b r e e s t souvent au centre iGaston Bachelard , La Poetique de l a r e v e r i e , ( P a r i s : P . U . F . , 1960) p. 13. 2 P i e r r e L a u r e t t e , Le Theme de l ' a r b r e chez Paul V a l e r y , ( P a r i s : K l i n c k s i e c k , 1967). 181 des preoccupations artistiques de l'auteur qui declarait dans ses Cahiers: "Je reflechis a perte de vue sur l'arbre" et plus l o i n : "L'arbre - quel beau sujet" 1. Une des litteratures nationales faisant sans doute l a plus large place a l'arbre est sans aucun doute l a litterature allemande. De Goethe a Rilke en passant par Moerike, Novalis, Hoelderlin et ̂ Stefan George, c'est un desir constant de s'associer a l'arbre, de le comprendre, de s'appuyer a l u i pour se depasser, comme s i l'arbre etait l a clef du passage au jardin de l a poesie. De nombreuses etudes ont souligne ce que le theme de l'arbre pouvait avoir d'archetypique. 11 est banal d'affirmer que l'arbre f a i t partie du decor canadien. L'arbre et son sous-produit, le bois, jouent un role de premier plan dans l'economie du pays. Historiquement, i l est interessant de cons- tater que l'arbre est indirectement le theme de nombreux romans canadiens. Dans tout roman consacre a l a terre on retrouve 1'obsession du defrichage; "faire de l a terre" evoque en un raccourci saisissant l a lutte impitoyable que le paysan a du mener contre l a foret avant de t i r e r les fruits de l a culture d'une terre cherement gagnee. Paul Morin deja use de l a metaphore de l'arbre pour souligner malicieusement l a difference qu'il pergoit entre l a douceur de vivre orientale et l a rudesse du climat canadien. 2 Paul Valery, Cahiers (Paris: C.N.R.S.), p. 356. Paul Morin, La rose au jardin Smyrniote, dans Anthologie de l a poesie canadienne-francaise (Montreal: Beauchemin, 1963) p. 108. 182 Du de f r i cheur au draveur , l ' a r b r e est a i n s i une r e a l i t e q u o t i - dienne de l a l i t t e r a t u r e canad ienne- f ranca ise . Mais s ' i l est obs tac le et l u t t e quotidienne dans l e roman, par contre i l dep lo ie ses ver tus on i r iques dans l a poesie canad ienne- f ranca ise . Paul Wyczynski^ soul igne que l e theme perd son aspect d e s c r i p t i f avec A l f r e d DesRochers. Avec l u i n a l t l a f r a t e r n i t e homme-arbre et un theme symbolique que nous retrouverons chez des poetes a u s s i contemporains que Jacques Godbout et Gra t i en Lapoin te . II a cependant f a l l u l ' a r r i v e e de G a b r i e l l e Roy pour v o i r l ' a r b r e penetrer dans l e roman canad ien- f ranca is sous son aspect o n i r i q u e . Son oeuvre est p lantee d ' a r b r e s , mais c e u x - c i ne p a r t i c i p e n t pas s e u l e - ment au decor de ses romans, i l s p a r t i c i p e n t etroitement a l a v i e on i r ique de ses personnages. L 'a rb re s e r a , tour a t o u r , objet de l a naissance d'une vocat ion l i t t e r a i r e , desesperance et f r a t e r n i t e humaine. P a r f o i s , i l est p lus par lan t que l e s personnages eux-memes et nous f a i t p a r t i c i p e r au symbolisme d i s c r e t qu i accompagne ces personnages. Ce q u i est cur ieux dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy, c ' e s t que l a r a d i a t i o n poetique du theme depasse souvent c e l l e de l ' e c r i t u r e elle-meme; 1'image transcende l e s t y l e a c e r t a i n s moments p r i v i l i g i e s . "0 profonde, amoureuse pa ix o r i e n t a l e Des cypres ombrageant un sepulcre e x i g u , vous me regarderez mieux que l a t e r re nata le Sous l ' e r a b l e neigeux et l e sap in a igu. '" Paul Wyczynski , op. c i t . 183 Generalement dans 1'etude d 'un theme semblable, c ' e s t l a d i v e r s i t e des regards qu i permet d ' e t a b l i r des correspondances entre l e s d i v e r s aspects du theme; l ' o n accede a i n s i a une comprehension p lus l a rge de l ' o e u v r e . Ma is , dans l e cas de G a b r i e l l e Roy, i l est d i f f i c i l e d ' a l l e r au de la de 1 'analyse des aspects l i t t e r a i r e s et esthet iques du theme de l ' a r b r e , par exemple: on ne d ispose en e f f e t chez e l l e que d'une r i c h e s s e semantique assez r e d u i t e . Pour des poetes comme Mallarme ou V a l e r y , i l en va de facon d i f f e r e n t e ; i l s sont nour r i s de l a l e c t u r e de textes anciens ou l a symbolique de l ' a r b r e joue deja un r o l e important . Ces deux auteurs sont done a meme de j o n g l e r avec des concepts t e l s que L 'Arbre d ' O r , L 'Arbre de Connaissance et L 'Arbre de V i e . A p a r t i r de ces mythes un createur comme V a l e r y , sera capable de transformer l ' a r b r e en v e r i t a b l e objet de connaissance; en jouant de l a r i c h e s s e semantique du theme, i l en fe ra l e temoin ou l e support d'une meditat ion metaphysique. B r e f , i l en t i r e r a des accords v a r i e s et p a r l a n t s * . II en va tout autrement d 'un auteur comme G a b r i e l l e Roy. Sa connaissance de l ' a n t i q u i t e , s i e l l e e x i s t e , ne t ranspara i t jamais dans son oeuvre. L'approche des mythes et des archetypes sera done toute * c f . P i e r r e L a u r e t t e , op. c i t . L 'auteur adopte l e p lan d'etude su ivant : Premiere p a r t i e : 1'image de l ' a r b r e dans l a p o e s i e . Deuxieme p a r t i e : l e theme de l ' a r b r e dans l ' a r t combinatoire des Cahiers Troisieme p a r t i e : La mystique de l ' a r b r e ou entre a u t r e s , l ' a u t e u r t r a i t e de l ' a r b r e , embleme du Valerysme. Pour P i e r r e Lauret te 1'image de l ' a r b r e e c l a i r e l e "mythe personnel" de l ' a u t e u r . 184 differente. II s'agira avant tout d'une redecouverte naive, mais non d'un theme transmis ou e l l e ferait b r i l l e r une culture assimilee par les textes. Sa connaissance de l'arbre et le traitement qu'elle accorde au theme derivent ainsi d'une contemplation directe, d'une fraternite vecue et d'une emotion personnelle. Si e l l e choisit ce theme, e l l e ne veut pas en epuiser les effets, a l l e r jusqu'au bout d'une metaphore relativement usee en Europe et qui reclame une grande virtuosite de l a part de celui qui veut en jouer. Plutot que d'une connaissance par l'esprit, i l s'agit bien plutot pour Gabrielle Roy d'une connaissance par les sens. L'arbre f a i t partie de son heritage humain et af f e c t i f ; e l l e en redecouvre les possibilites en ecoutant battre son coeur, en laissant courir sa plume. Ce qu'elle perd en profondeur, e l l e le gagne en sincerite. Art na'if de l a metaphore? Sans doute; i l est bien connu que Gabrielle Roy n'est pas un s t y l i s t e . Pour faire resonner toutes les cordes d'une belle metaphore, i l faut etre avant tout s t y l i s t e . Voyons comment Paul Valery f a i t de son langage un hymne a l a gloire de l a divinite de l'arbre: Afin que 1'hymne monte aux oiseaux qui naitront, Et que le pur de l'ame Fasse fremir d'espoir les feuillages d'un tronc Qui reve de l a flamme, Je t'ai choisi, puissant personnage d'un pare, Ivre de ton Jangage, Puisque le c i e l t'exerce, et te presse 0 grand arc, De l u i rendre un langage .'1 Paul Valery, Cahiers XXIV, p. 691. 185 Comme l'indique tres pertinemment Pierre Laurette, les termes de l a comparaison: arbre-poete, suggerent un rapport symbolique; "de meme que le vent donne a l'arbre une voix tumultueuse, de meme 1'esprit s o l l i c i t e de l'homme un langage".1 On ne requiert bien sur pas ce genre de virtuosite de l a part d'un romancier. Chez Gabrielle Roy c'est bien plutot lorsqu'elle reste simple que le miracle se produit. Ses images sont toujours a l a base d'une emotion vecue. Dans les moments de grace, l'image rayonne, sort du texte et f a i t oublier les faiblesses du style. Nous aurons un bon exemple de ce rayonnement dans le tres beau passage, qui, dans Bonheur d'occasion est consacre a 1'erabliere. (Ce texte sera etudie plus bas en detail; du f a i t de sa longueur i l est cite en annexe III). Faudrait-il, avec Mauron, qualifier d'obsessionnelle l a resurgence du theme de l'arbre dans l'oeuvre de Gabrielle Roy? Par bien des cotes on serait tente de repondre par 1'affirmative, encore qu'il f a i l l e affiner ce concept dans le cas de l'auteur canadien. Plutot qu'une obsession au sens ou l'entend Mauron, voyons-y plutot un processus de redecouverte instinctive d'un mythe ancien. Une conscience d'ecrivain retrouve d'elle-meme l a fascination que les plus grands ecrivains ont eprouve pour l'arbre depuis 1'antiquite. D'autre part, l a predilection de Gabrielle Roy pour l'arbre pourrait provenir de l'heritage canadien, des reactions ancestrales face a l a foret. Dans 1'imagination onirique de Gabrielle Roy un certain nombre de puissances restent a l'oeuvre. Ce sont elles qui vont contribuer a assurer 1'unite et l a stabilite de son imagination ecrite. l-Pierre Laurette, Op. c i t . . p. 40. B. L'ARBRE: r e s u r r e c t i o n de 1'enfance L 'un des sens l e s p lus poetiques et l e s p lus emouvants que l ' o n puisse p re te r au theme de l ' a r b r e chez G a b r i e l l e Roy, est certainement c e l u i qui se f a i t jour dans Bonheur d ' o c c a s i o n , a un des moments l e s p lus sombres du roman. Dans ce passage l ' a r b r e est pourvoyeur de v i e avec son theme sous- jacent de rena issance . Deja Gaston Bachelard ava i t analyse magis- tra lement, l a facon dont l ' a r b r e peut symbol iser l a v l c t o i r e de l a v i e . II donne 1'exemple du chene: tout gland tombe a t e r re rena l t et perpetue l a v i e de l ' e s p e c e . Or , G a b r i e l l e Roy, par l a choix symbolique de l ' e r a b l e et l e trai tement poetique q u ' e l l e va l u i accorder , donne a ce theme une r i c h e s s e et un rayonnement excep t ionne ls , re jo ignant par l a l e mythe de l ' a r b r e cosmogonique: cet arbre de v i e e tendai t ses rac ines et ses bras a 1'ensemble de l ' u n i v e r s , i l soutenai t l a voute c e l e s t e , c a p t a i t l ' e a u du c i e l et a l imenta i t l e s f l e u v e s . P lus que l e chene chez Bache lard , i l est source de v i e p u i s q u ' i l est l a v i e el le-meme, r e p r e - sentee dans un e f f o r t i n t u i t i f ; i l es t d e s c r i p t i o n symbolique du r e e l . Comme nous l e verrons p lus b a s , l e r e e l es t generalement d e c r i t 187 par G a b r i e l l e Roy sous l a forme de l ' a r b r e m u t i l e . L ' e r a b l i e r e que nous avons i c i sous l e s yeux symbolise t res nettement l a v i e perdue: v i e de 1 'enfance, v i e des reves non accompl is . Le contact avec l a seve va amener une renaissance de 1 ' e s p r i t et du corps que l a v i e r e e l l e ava i t mis en etat d ' h i b e r n a t i o n . L 'extase prea lab le a l a v i s i o n poe- t ique a ete creee en Rose-Anna par l e s paro les d ' A z a r i u s . L 'ex tase conduit immediatement a 1 'evocat ion du passe chez Rose-Anna: l e temps s ' a r r e t e pour e l l e et par une sor te de beat i tude momentanee e l l e va se transformer en l ' e t r e heureux et insouc iant q u ' e l l e e t a i t au temps de sa jeunesse. Le passage ou e l l e r e v i t ce moment du passe est empreint d'une poesie qu i tranche nettement sur 1'ensemble de l 'oeuvre. ' ' ' Une v e r i t a b l e fore t de symboles va n a l t r e de 1 'evocat ion de 1 ' e r a b l i e r e pour f a i r e de ce passage un des p lus r e u s s i s de l 'oeuvre ent ie re de G a b r i e l l e Roy: - par l u i e l l e ava i t percu encore que l e printemps v e n a i t . Par l u i quelque chose de sa jeunesse , un fremissement s ' e t a i t conserve, une faim peut -e t re qu i endurai t l e s annees. Dans un premier mouvement, Rose-Anna assoc ie l 'annonce de l a v i s i t e a sa f a m i l l e avec A z a r i u s , por teur de l a bonne n o u v e l l e . II est l e seu l qu i dans ces temps d i f f i c i l e s pu isse encore l a consoler de sa misere . E l l e le v o i t toujours comme l'homme jeune et p l e i n de promesses q u ' i l e t a i t l e j o u r de l e u r mariage. Par l a personne d ' A z a r i u s , e l l e va a u s s i t o t i n t r o d u i r e l e s sous-themes qui d e f i l e n t dans 1 'evocat ion q u ' e l l e "S)u f a i t de sa longueur ce passage est c i t e en Annexe III . 2 B . O . , p. 151. 188 f e r a de l ' e r a b l i e r e : "Un fremissement s ' e t a i t conserve". C 'es t l e fremissement de l a v i e qu'evoque i c i l ' a u t e u r . Le choix du terme marque mieux que toute d e s c r i p t i o n l ' e t a t p r e c a i r e de l a sante de Rose- Anna. Sa v i e est f a i t e de misere profonde et de problemes d 'ex is tence quo t id iens . Depuis son mariage, e l l e n 'a pas vraiment eu l e temps de v i v r e , tout occupee q u ' e l l e est a surv iv re et a f a i r e s u r v i v r e sa f a m i l l e . Le mot "fremissement" est de ja etroitement assoc ie au theme de l ' e r a b l i e r e , q u ' i l annonce; de p lus le fremissement des f e u i l l e s dans le vent est symbole de v i e heureuse et de quietude et annonce l e "debordement de seve" qu i va c a r a c t e r i s e r l a s u i t e du tex te . A i n s i l ' e m p l o i du s e u l mot fremissement nous indique a u s s i t o t l e sens du passage qu i va s u i v r e . Le second mot -c le f est jeunesse. II s ' a g i t b ien i c i d'un retour en a r r i e r e p r o u s t i e n , ne de 1*evocation sensue l le d'une scene champetre. Cette r e s u r r e c t i o n du passe prend une force et une ampleur proportioimelles au desespoir i n t e r i e u r de Rose-Anna. Les mots u t i l i s e s soul ignent l a preeminence du concept de 1 'enfance: "Printemps", " l i e u x de son enfance" , "demarche de jeune f i l l e s v e l t e " - an t i these to ta le de 1 ' a l l u r e grotesque- ment deformee de l a Rose-Anna du present . P lus qu'un retour en a r r i e r e c ' e s t done une r e s u r r e c t i o n par l e reve . Pendant un moment, Rose-Anna va renouer avec ce passe q u ' e l l e v o i t en imaginat ion. Le t ro is ieme theme e s s e n t i e l de ce passage est i n t r o d u i t par l e mot " fa im" qu i i n t r o d u i t l e r o l e n o u n i c i e r de l ' e r a b l e , "Les sucres" sont une v e r i t a b l e fe te pour l e s yeux et pour l e coeur. Tous l e s enfants 189 y participent joyeusement. L'arbre se f a i t nourriture et rejoint ainsi dans son symbolisme l a terre nourriciere. Mais i l etanche aussi l a soif d'ideal, ce qui transcende l a joie purement gustative des enfants. Pour Rose-Anna, c'est i c i tout le sue de l'enfance auquel el l e s'abreuve desesperement; el l e retrouve ses joies d'antan, son insouciance ainsi que ses esperances: " l a grande avenue qui se creusait, aeree, vaste, percee a jour entre les sommets degarnis". Aspiration a 1'ideal, ces lignes symbolisent egalement l a ligne rectiligne de l a vie. Mais c e l l e - c i ne depassera pas le stade de l'esperance: deja le realisme cru de 1'existence peut se deviner dans ce texte: "La neige disparue mettait a nu l a terre rouille et les feuilles pourries de l'automne". Automne s'oppose i c i a printemps; l a neige, symbole de purete et d'innocence f a i t place aux "feuilles pourries de l'automne" reprenant ainsi un theme cher a Gabrielle Roy; l'enfance est l'age beni par excellence. II faut en profiter avant que l a vie ne vous enchaine au reel et,toutes ses compromissions. L'etre, au sortir de l'enfance aspire a l'ideal symbolise par les couronnes des arbres, l'age adulte les voit se transformer en feuilles mortes qui tombent des cimes et qui semblent symboliser une nouvelle chute du paradis. Mais s i degradee que soit l a f e u i l l e morte par une saison de vie, sa transformation en pourriture au sein des intemperies l u i donne un nouvel ideal; e l l e per- petue l a vie en enrichissant l a terre et participe ainsi a l a resurrection de l a nature; Rose-Anna, enceinte sent de meme l a vie se perpetuer au milieu du naufrage de toute une existence. 190 Mais le symbolisme de ce passage ne serait pas complet s i l'on ne parlait du symbolisme plus diffus du retour aux sources qui nait non seulement du premier niveau de la lecture du texte (voyage en "truck" vers les lieux enchantes de 1'enfance), mais d'un second niveau ou le symbolisme se tapit de fagon discrete mais combien artistique. En effet, tout le passage est bati sur 1'element liquide au meme t i t r e que sur le pouvoir evocateur de l'erable. Non seulement celui- c i tire son existence de l'eau, mais i l se f a i t lui-meme liquide en offrant sa seve a l'humanite. Le symbole devient i c i resolument mystique: "Les erables saignant a plaies ouvertes" rappellent de fagon i r r e s i s t i b l e le symbole Chretien de l'offrande du sang et du corps. L'erable fegenere ainsi sur deux plans: source de vie s p i r i t u e l l e et physique, qui en f a i t une veritable source de jouvence pour Rose-Anna. La preeminence de 1'element liquide (neige molle, couler, seaux, debordant de seve, murmure, ruissellement, pluie de printemps, gouttes, seve blonde, gros bouillons, sirop, e t c . . ) souligne le jaillissement des sources profondes de l'etre, 1'affleurement du subconscient et des forces cosmiques par lesquelles Rose-Anna reste attachee a l a terre paternelle et a une certaine conception du bonheur. C. L'ARBRE: f r e r e de l'homme et support de l a c rea t ion a r t i s t i q u e II y a en chaque etre humain un d e s i r profond de communication avec l ' a r b r e , f r e r e immobile de l'homme. II es t frappant de constater que l e s auteurs feminins ont une profonde p r e d i l e c t i o n pour cet te image. Jean Onimus c i t e l a Gomtesse de N o a i l l e s a i n s i que V i r g i n i a Woolf. Cette dern iere d e c r i t en ces termes l a t ransformat ion oni r ique d'un p e t i t gargon: I am as green as a yew tree i n the shade of the edge. My h a i r i s made o f l e a v e s . I am rooted to the middle of the ea r th . My body i s a s t a l k . Ce passage au regne vegeta l e s t , b ien s u r , provoque par l e s ressemblances physiques qui rapprochent l ' a r b r e et l'homme. De tous temps l ' a r b r e a ete u t i l i s e comme metaphore anthropomorphique: l e t ronc correspond au corps humain, l e s branches au bras et l e f e u i l l a g e a l a chevelure . L'image est generalement in terchangeable . Mais l e simple f a i t de pou- v o i r e t re a s s i m i l e s i faci lement prouve b ien que ce n ' e s t pas au niveau de l a simple ressemblance physique q u ' i l faut s ' a r r e t e r . Pour tenter de re t rouver cet te f a s c i n a t i o n o r i g i n e l l e qu i rapproche l'homme de l ' a r b r e , i l faut r e l i r e La R i v i e r e sans repos de G a b r i e l l e Roy. Dans cet ouvrage, nous serons l e s temoins de l a decouverte de "''Cite par Jean Onimus, Op. c i t . , p. 105. 192 l ' a r b r e par l ' u n de ses personnages. Dans "Les s a t e l l i t e s " , r e c i t qui d e c r i t l e s dern iers moments d'une Esquimaude, on tente d 'a r racher cet te derniere a son a t t i tude f a t a l i s t e devant l a mort en l'emmenant par avion a l ' h o p i t a l . Lors d'un changement d 'av ion au cours du v o l vers l e Sud, Deborah f a i t tout a coup l a decouverte de l ' a r b r e : " E l l e apercut a peu de d i s t a n c e , au bord de l a p i s t e d ' e n v o i , quelque chose de f a s c i n a n t . C 'e ta ien t des especes de p e t i t e s creatures v e r t e s " * . Deborah se sent tel lement a t t i r e e par ces arbres nains q u ' e l l e eprouve l e besoin de rempl i r ses poches de f e u i l l e s a f i n de pouvoir l e s montrer a sa f a m i l l e l o r s de son re tour . Mais dans l a decouverte naxve de l ' a r b r e £[ue f a i t Deborah, une chose l a f rappe , c ' e s t 1 'aspect v ivant de c e l u i - c i : Non sans peine e l l e parv in t a se depetrer de l a couverture et se mit en marche vers l e s bouleaux n a i n s . E l l e tenta de derouler l eu rs f r a g i l e s f e u i l l e s dont e l l e s e n t i t au toucher q u ' e l l e s e ta ient des choses v i v a n t e s , l u i l a i s s a n t au creux de l a main, un peu de l e u r h u m i d i t e . 2 Plus l o i n , lorsque Deborah es t p r i s o n n i e r e de l ' h o p i t a l , e l l e ne cesse de s ' i n t e r r o g e r devant ces s i l h o u e t t e s qui l a f asc inen t et l a deroutent tout a l a f o i s : II e t a i t p lante de quelques beaux a rbres . Des fenetres d 'en haut , on put su iv re des yeux Deborah qu i s 'avanca a pas encore un peu t ra inan ts sur l e grav ier de l ' a l l e e . E l l e s 'approcha d'un des erables un peu comme on s'approche avec precaut ions d'un e t re v i v a n t , a ne pas e f fa roucher . E l l e t end i t d 'abord l a main pour l e toucher de l ica tement , du bout des d o i g t s . C ' e t a i t comme s i e l l e chercha i t a l ' a p p r i - v o i s e r . Ensui te e l l e l eva vers l u i un regard r e j o u i R . R . , p. 30. 2 I b id" . , p. 30. 193 tout en l ' ecoutant b r u i r e . E l l e f i n i t par passer un bras autour du t ronc e t , y appuyant sa joue , e l l e demeura longtemps immobile a contempler haut dans l e c i e l l a grande masse des f e u i l l e s que l e vent a g i t a i t doucement. II nous semble que l ' a u t e u r a t res b ien rendu l e mystere de l a decou- ver te de l ' a r b r e par un humain, f a i t e de t i m i d i t e qui se t e in te peu a peu d ' a f f e c t i o n . Deborah trouve un reconfor t t res net a regarder l e f e u i l l a g e de l ' a r b r e qu i semble communiquer directement avec sa nature p r i m i t i v e . De p lus c ' e s t pour e l l e l a premiere etape dans l a conna is - sance des hommes du sud: immediatement apres l a scene de l ' a r b r e , Deborah commence a se l i e r avec ces etrangers qui l ' e n t o u r e n t . L 'a rbre aura a i n s i s e r v i d ' i n i t i a t e u r a un monde qui n ' es t pas c e l u i de Deborah. Cependant c ' e s t surtout dans La Montagne secrete que l e s c a r a c t e r i s t i q u e s humaines de l ' a r b r e prendront toute leur s i g n i f i c a t i o n . Mais avant de nous pencher sur ce t te oeuvre en d e t a i l voyons quelques exemples de l a symbolique de l ' a r b r e chez G a b r i e l l e Roy. P i e r r e , dans La Montagne s e c r e t e . p ro je t te sur eux ses obsessions et l e u r accorde des c a r a c t e r i s - t iques humaines: l e sentiment de f r a t e r n i t e , l e s sentiments de f a i b l e s s e et de s o l i t u d e q u ' i l eprouve lui-meme: IX pencha davantage ces p e t i t s arbres deja s i f a i b l e s et q u i , cependant, dans l e u r i n c l i n a i s o n , semblaient se souten i r l ' u n 1 'autre pour s'empecher tout a f a i t de tomber. II n e i g e a i t sur ce t te scene du monde abandonne. 2 Pour Alexandre, dans Alexandre Chenevert , i l s ' a g i t d'une i d e n t i f i c a t i o n pure et simple avec l ' a r b r e : et i l s ' i d e n t i f i a avec une secrete entente "^R.R., p. 37. 2 M ; S . , p. 47. 194 du coeur aux elements i r responsab les et d o c i l e s de l a creation"- ' ' . Bien s u r , ce sentiment ne sera que momentane puisque Alexandre dec idera que l a v i e vegetat ive ne l u i convient decidement pas. Du moins l ' a r b r e l u i a u r a - t - i l inculque une breve lecon de bonheur. Retrouvant grace a l u i l e monde perdu de l ' e n f a n c e , i l decouvre l a ph i losoph ie de 1 'ex is tence n a t u r e l l e , rythmee par l e passage des s a i s o n s : D ' a i l l e u r s , au mat in , l a s o l i t u d e p a r l a i t l e langage consolant de 1 ' i n d i f f e r e n c e . Les arbres s ' i n c l i n a i e n t , i l s d i s a i e n t a Alexandre q u ' i l s v i v a i e n t un temps, mouraient, e ta ient remplaces et que tout e t a i t b ien a i n s i . 2 Lorsqu 'a l ' h o p i t a l , Alexandre fe ra face a l a mort, l ' image de l ' a r b r e l u i appara l t ra encore , mais cette f o i s vue de fagon t res personne l le : La seule f e n e t r e , ouverte sur un c i e l d ' h i v e r , devint une source inepu isab le d ' o b s e r v a t i o n s . Alexandre e t u d i a i t l e s dessins de g i v r e ; i l y v i t des f o r e t s , des l a c s mysterieux entoures de ch ico ts d ' a r b r e s , comme dans l e s abat is de Le Gardeur. II est symptomatique qu'Alexandre se p ro je t te i c i lui-meme sur l e s arbres "des c h i c o t s d ' a r b r e s " et non l e s chenes triomphants marquent b i e n l a sensat ion d' impuissance qu i a c a r a c t e r i s e sa v i e e n t i e r e . Deja au cours son se jour au Lac Vert i l a v a i t une preference pour l e s arbres "qui n ' a r r e t a i e n t pas de se p l a i n d r e . II aimait l eurs soupi rs a f f l i g e s . " Ce qu'Alexandre v o i t a i n s i avant tout dans l ' a r b r e , c ' e s t l e r e f l e t de sa propre v i e , f a i t e a l a f o i s d' impuissance et d ' i d e a l . 1 A . C . , p. 200. 2 I b i d . , p. 199. 3 I b i d . , p. 332-333. 195 Dans La Route d'Altamont, une journee deprimante et sans joie de vivre est exprimee par Christine grace au langage des feui l l e s . Le vent est un aspect essentiel du theme du feuillage. C'est l u i qui donne vie: Je m'en a l l a i s toute dolente retrouver le v i e i l l a r d . J'etais ces jours-la sans imagination pour les jeux. Mes pensees dans ma tete etaient comme les petites feuilles aux arbres de cet ete immobile; aucune ne fremissait, ne palpitalt.* Chez 1'enfant, comme nous 1'avons deja vu chez Virginia Woolf, 1'assimilation avec l'arbre est naturelle. Notons i c i l a fra£cheur avec laquelle est rendue cette impression de desolation chez 1'enfant. L'impression est produite en termes uniquement vegetaux. Dans "Ma grand-mere toute puissante," 1'allusion a l'arbre est directe: l a grand-mere est comparee a un chene sol i t a i r e et entete, ce qui plus que toute longue description l a caracterise pour toujours dans 1'esprit du lecteur: Et elle partit ce jour meme pour a l l e r , comme elle disait, donner encore une secousse a l'arbre. Par l a , el l e voulait dire qu'elle a l l a i t s'appliquer de toutes ses forces a ebranler l a volonte de grand-maman.2 Mais comme cela avait ete le cas pour le theme du voyage, c'est dans La Montagne secrete que le theme de l'arbre va vraiment devenir central a une oeuvre, comme s i l'auteur cherchait a se debarrasser par l'ecriture 1RJLAJL, p. 78. 2Ibid. , p. 43. 196 d'une presence obsedante. Dans cette oeuvre l'arbre prend deux dimensions principales; i l continue le theme de 1'homme-arbre et assume pleinement pour l a premiere fois son role d'eveil et de support de l a creation artistique. Les deux themes sont d'ailleurs inextri- cablement l i e s , Pierre cherchant a se connaitre par l'arbre et tentant ensuite de s'exprimer par son intermediaire. Le voyage de La Montagne secrete s'effectue dans un cadre demesure qui n'est pas a l'echelle de l'homme. Dans cetteespece de "voyage au bout de l a nuit" le paysage se reduit a de simples concepts: l a neige et son derive l'eau, qui est partout sous l a forme de fleuves et de rivieres et qui permet les displacements de Pierre en l u i assurant le poisson pour sa nourriture; a part 1'element liquide, i l reste l'arbre, l a seule chose qui soit a l a mesure humaine. Dans l'immensite blanche,celui-ci rythme l'avancee de Pierre vers le nord. Devenant de plus en plus souffreteux a mesure que c e l u i - c i avance vers le pole, i l exprime ainsi les privations physiques et morales auxquelles se soumet Pierre: Cependant, meme les epinettes et les bouleaux se firent rares. Ils n'apparaissaient plus qu'en petites touffes isolees, presque noires sur le sol rocailleux et formaient l a comme des groupes de personnages rassem- bles au hasard dans le grand desert. 1 L'arbre sera done l'interlocuteur favori de Pierre lor-squ'il n'est pas en compagnie de Steve et qu'il arpente seul l'immensite du Grand Nord. Pierre est par nature et par choix un soli t a i r e ; i l retrouve en l'arbre M.S. , p. 30. 197 ce penchant comme en temoigne l e passage su ivant : II ne fu t pas mecontent: sur l e papier comme sur l a berge venteuse l ' a r b r e e t a i t s e u l ; c e l a se dev ina i t a un espace denude autour de l u i ; a quelque chose de l a s dans ses branches. On s e n t a i t que l a v i e de cet arbre e t a i t une f o l i e comme appara i t f o l i e tant de nos e n t r e p r i s e s . * A t ravers l ' a r b r e , P i e r r e se juge lui-meme; mais tout en sachant que son pro je t est insense i l va cont inuer a poursuivre sa F l e u r b leue . De l ' a r b r e f r e r e de l'homme par l a s o l i t u d e , passons maintenant a l a comparaison physique et morale que c e l u i - c i s u s c i t e en P i e r r e : Par p l a c e s * , tentant malgre tout de s ' imp lan te r ca et l a , redu i ts a l a t a i l l e des a rbr isseaux , des arbres du Sud, comme l e s hommes acharnes a gagner sur l e nord , a en d e f i e r l ' absurde d u r e t e . 2 Autre aspect de l a f a s c i n a t i o n de P i e r r e pour l ' a r b r e : i l ne peut s'empecher d 'en v o i r par tout ; c ' e s t devenu une v e r i t a b l e obsession de sa p a r t . Dans l e passage que nous a l l o n s c i t e r , P i e r r e , se promenant dans l e musee du Louvre tombe en a r re t devant un tableau du Moyen-Age; son premier re f l exe est de v o i r un arbre dans l e corps du modele; 1'image est i c i tel lement usee q u ' e l l e en est presque genante. Rappor- tee a l a pe inture et a P a r i s ou se trouve P i e r r e , e l l e soul igne t res bien ce que l e se jour p a r i s i e n de P i e r r e peut a v o i r de s u p e r f i c i e l , d 'use et de r i d i c u l e par c e r t a i n s c o t e s : II v i t une Eve, nue, f r a g i l e aux se ins menus, a l a p e t i t e te te ronde, debout e t pensive au m i l i e u d'une 2 I b i d . , p. 89. *A ce propos notons l ' a n g l i c i s m e a g r e s s i f : "par p l a c e s " , signe parmi tant d 'aut res que l e s t y l e n ' es t pas a l a hauteur du s u j e t . 198 verdure sombre, luxuriante et presque tragique, telle elle etait peut-etre au commencement des siecles. II resta longuement subjugue. Le corps feminin etait-il si pur, si delicat? Cette amphore myste- rieuse? II sondait le regard, le geste pudique, et rien au monde ne lui paraissait plus pathetique que ce corps nu et mince qu'il imaginait voir fremir, tel un petit bouleeLU blanc, a toutes les miseres humaines qui en lui avaient du retentir ^ On sent tout de suite que le sujet n'est pas familier a Gabrielle Roy. Autant dans Bonheur d'occasion elle avait su exploiter le symbolisme de 1'erabliere, autant i c i le courant ne passe pas: la langue est ampoulee, les images usees ("amphore, pathetique, tragique"); c'est un langage de guide du Louvre. Plus interessante a suivre est la relation homme-arbre qui ne cesse de se resserrer tout au long du roman. Nous avons vu que dans un premier mouvement l'arbre etait metaphore anthropomorphique. Bientot i l va y avoir reciprocity; c'est soit l'arbre qui est vu comme un etre humain, soit l'homme qui devient arbre. Cette derniere trans- formation de Pierre est annoncee tres tot dans le roman. Graduelle- ment la metamorphose va se preciser. Dans le passage ci-dessous, i l y a perception interchangeable de l'homme et de l'arbre: Autour d'eux rien ne se detachait clairement en cette lueur de songe, hommes et arbres y prenant la meme allure; par moments, on aurait pu croire les hommes arretes et que c'etaient les arbres qui precautionneux avangaient.2 Puis s'amorce la lente transformation de Pierre. L'image de l'arbre •''M.S., p. 156. 2Ibid., p. 42-43. 199 qui le decrit devient de plus en plus frequente, de plus en plus fouillee jusqu'au portrait f i n a l qu'il f a i t de lui-meme. Ressemblance physique d'abord; l a souffranee physique mine l a sante de Pierre qui devient d'une maigreur extreme, meme avant d'avoir ete atteint du scorbut: Malgre l'epaisseur des vetements, Pierre en vint a ressembler a ces hautes epinettes malades qu'il avait s i patiemment et tant de fois etudiees.* Puis c'est dans son maintien meme qu'il se transformer II revait debout, comme un arbre qu'une lumiere etrange dans l a foret i s o l e . 2 Lui, t e l un arbre malmene du vent, se tenait en avant, t e l un arbre qui s'ecoute lui-meme chanter. La transformation definitive de Pierre en arbre, quelque peu fantastique ne s'effectuera qu'a l a f i n du roman. Cependant ce portrait f i n a l qui annonce l a re-creation de l a montagne n'est que l'aboutissement d'une longue recherche artistique dont l'arbre aura ete l'un des instru- ments . Rendre l a vie de l'arbre par l'art est un des paliers qui con- duiront Pierre a l a beaute abstraite de l a montagne. La quete de l a Beaute est accomplie par un homme dont nous avons deja vu l a solitude i n f i - 1MJLS!_, p. 53. 2Ibid., p. 68. 3Ibid., p. 148. 200 nie; par plusieurs cotes cette solitude rejoint celle de l'ermite donnant ainsi a Pierre une dimension supplementsire; c e l l e - c i peut naitre de l a contemplation de l'arbre dont l'un des sens archetypiques est justement 1'aspiration a 1'ideal. Dans La Route d'Altamont, l a vue de l'arbre suscitait une emotion artistique qui l a i s s a i t pressentir l ' e v e i l d'une vocation crea- trice. Dans La Montagne secrete, deja, l'arbre non seulement suscite 1'emotion mais i l devient lui-meme source de l' a r t , objet de creation au meme t i t r e que l'homme. L'arbre, feconde par le regard de l'artiste tend a se parer d'un sens occulte. Ce que Pierre s'acharne a faire ressortir dans ses croquis et dessins, ce sont les t r a i t s humains de l'arbre. Le passage que nous citons ci-dessous suit de pres le portrait que Pierre a f a i t de Gedeon. L'impression qui domine, est que, bien que Pierre ait quitte son modele vivant, i l continue a essayer d'en fixer les traits caracteristiques a travers l'image de l'arbre: l'arbre qu'il dessine a exactement l a meme posture qu'avait Gedeon, lorsque penche sur l'eau i l meditait sur l a vie qui a l l a i t bientot le quitter: "Tres penche au dessus de l'eau le petit arbre avait l ' a i r de considerer comment pour l u i tout a l l a i t bientot f i n i r " 1 . Comme l a plupart des arbres de Gabrielle Roy, celui que Pierre s'apprete a fixer sur le papier a un message a communiquer: *tt.S., p. 24 201 Les f e u i l l e s de l ' a r b r e t rembla ient . II s 'echappa i t de ce murmure doux une vo ix de tendresse. P i e r r e ecouta un long moment. II eut aime a t ravers son ^ dess in f a i r e entendre a u s s i quelque chose de cet te v o i x . Cet arbre perdu dans l e Nord est une etape dans l a v i e a r t i s t i q u e de P i e r r e . En l e peignant c e l u i - c i est amene a se poser l ' e t e r n e l l e quest ion de 1 ' a r t i s t e : comment c ree r a p a r t i r d 'un modele une oeuvre d ' a r t qui ne s o i t pas rep l ique aveugle de l a r e a l i t e . L 'aspect de cet arbre f a i t resonner une corde int ime en 1 ' a r t i s t e ; c ' e s t ce qui est commun a tous deux q u ' i l va tenter d 'expr imer . Dans l a v o i x de tendresse qui emane de l ' a r b r e , on peut v o i r egalement l e signe p r e - curseur de l a decouverte de l a montagne. Toute l a nature est du cote de P i e r r e et l e pousse a cont inuer sa recherche. Mais s i l ' a r b r e encourage l a quete de P i e r r e et 1 ' i n v i t e a se t ranscender , l e defaut d 'a rbres par contre l u i f a i t cruel lement s e n t i r combien l e s absents sont necessa i res a son i n s p i r a t i o n ; sans arbre i l ne peut y avo i r d 'ac te createur chez P i e r r e : Ni dans l a bourgade, n i dans les p l a t s d ' a l e n t o u r , i l ne semblait y a v o i r d ' a r b r e s . Peut -e t re n 'y en a v a i t - i l jamais eu par i c i . Ou bien l e s a v a i t - o n abattus a l a hache, par c r a i n t e du feu? Sous tant de c i e l , i l n 'y ava i t aucun geste de branches ouvertes ou doucement retombantes. Jamais encore P i e r r e n ' a v a i t contemple paysage plus a c c a b l a n t . 2 Mais c ' e s t surtout dans l a derniere p a r t i e de l ' oeuvre que l ' a r b r e prend un caractere obsess ionne l . II devient symbole de l a l i b e r t e X M . S . , p. 24. ' 2 I b i d . , p. 31. 202 perdue et plus que jamais symbole du Grand Nord. De plus, i l re- presente de facon tragique le deracinement personnel de 1'artiste: De pochade en pochade emergeait un Paris grelottant sous une lueur de l'arctique, aux arbres raccourcis, aux silhouettes lourdes.* 2 Les animaux mais aussi les arbres le hantaient. Sous son pinceau surgirent les arbres du Nord; les arbres en etaient minces a se rompre; i l les amincit encore: ce ne furent plus que des f i l s , allant se perdre a l ' i n f i n i , rien que des f i l s , comment pouvaient- i l s se tenir debout? A travers ces dernieres esquisses de l'arbre nous sentons que l a f i n est proche pour 1'artiste. 11 ne retient plus des caracteristiques de l'arbre que celles qui trouvent un echo en lui-meme: l a minceur, l'epuisement et une sorte de degout de l a vie. Cependant 1'aspect initiateur de l'arbre n'apparait nulle part de facon plus evidente que dans les dernieres pages du roman. Physique- ment et mentalement, Pierre est a bout. Dans une tentative desesperee de se depasser lui-meme, i l s'est enferme dans une chambre de bonne, rue Servandoni. Ce geste est symbolique du besoin qu'il eprouve de se renfermer sur lui-meme et d'essayer de t i r e r de l u i l'oeuvre qu'il porte: "L'immensite au dehors, au dedans l'exiguite" 4. 1 M.S., p. 181. 2Ibid., p. 183. 3Ibid., p. 199-200. 4 Ibid., p. 193. 203 Soudain l u i v ien t l e d e s i r de f a i r e son propre p o r t r a i t , etape d e c i s i v e dans l e processus de c r e a t i o n de l a montagne. Ce p o r t r a i t do i t done temoigner, aux yeux de l ' a u t e u r que son personnage est a r r i - ve a suff isament de m a l t r i s e en ce qu i concerne sa pensee et ses moyens a r t i s t i q u e s . Par c e r t a i n s cotes cet te epreuve f a i t penser a l a v e i l l e e d'armes qui au Moyen-Age precedai t 1'adoubemettt du jeune c h e v a l i e r . La thematique de l ' a r b r e va accompagner tout l e processus qu i va de l a conception du pro je t a sa r e a l i s a t i o n f i n a l e : "II l u i apparut q u ' i l conna issa i t moins son propre v isage que l e moindre des arbres"-^ A i n s i commence l a metamorphose progress ive de P i e r r e ; l e peu q u ' i l connait sur lui-meme i l 1'a appr is des a r b r e s . Mais voyons l a facon dont S t a n i s l a s v o i t l e p o r t r a i t acheve: S t a n i s l a s voya i t un v isage bizarrement c o n s t r u i t . Comme d'une face en pente demesurement a l longee , l e regard tombait de haut . Sur l e sommet de l a tete se dev ina ient de cur ieuses protuberances, une suggest ion de bois de c e r f p e u t - e t r e , que p ro longea i t comme un mouvement de f e u i l l a g e s ou d'ombres. Cependant l a p u p i l l e , quoique d i l a t e e , e t a i t b ien c e l l e d 'un homme, d'une l u c i d i t e , d'une t r i s t e s s e i n t o l e r a b l e s . S t a n i s l a s songea aux douces vaches du tendre C h a g a l l , a l e u r s yeux q u ' i l l u m i n e de l a bonte humaine. Cec i e t a i t b ien autre chose. Qu 'ava i t done voulu suggerer P i e r r e ? Quel le a l l i a n c e e t r o i t e de l 'ame avec l e s forces p r i m i t i v e s ? Ou l a haute p l a i n t e d'une creature en qu i se f u t fondue l ' a n g o i s s e de tuer e t d 'e t re tuee? Le p o r t r a i t a t t i r a i t comme vers une i n s o l i t e reg ion de l a connaissance dont l e s arbres avec l eu rs sombres e n t r e - lacements donnaient quelque i d e e . Son a t t r a i t e t a i t dans ce t te sor te de f a s c i n a t i o n q u ' i l e x e r c a i t , au rebours de l a c l a r t e , vers l e s tor turantes enigmes de l ' e t r e . 2 Bien que ce passage s o i t un peu l o n g , nous avons tenu a l e c i t e r en e n t i e r . *M. S . , p. 211. 2 I b i d . , p. 213. 204 En effet, nous avons i c i l'aboutissement du theme de l'arbre. Dans ce passage empreint de pantheisme, Pierre s'est soude a l a nature et l a transformation de son visage tenant a l a fois du caribou et de l'arbre indique l a f i n de la quete de Pierre. Jusqu'au debut de son sejour a Paris, Pierre avait ete decrit comme un point perdu au milieu d'un paysage immense, decrit en termes de couleurs et bien precis: le paysage du Grand Nord ou l a nature absorbait l'homme et l'ecrasait litteralement. Mais ce point de vue objectif va se transformer dans 1'esprit de la romanciere. La derniere partie, s i mal reussie, a tout au moins le merite de placer au centre du tableau le pelerin douloureux, perdu dans ses pensees, en proie a un desespoir qui le rend insensible aux paroles profondes de l a nature. II est deracine, transports dans un monde de l'art abstrait qui n'est pas le sien et qui ne f a i t resonner aucune corde en lui-meme; d'ofi son besoin incessant de projeter sur la nature de l ' l l e de France des caracteristiques canadiennes: ses arbres, en particulier, ont 1'allure de ceux qu'il avait 1'habitude de peindre dans le Nord. Peu a peu, par l a vertu du souvenir, le rapport original nature-peintre va se transformer; i l n'y aura plus d'un cote l a nature et de 1'autre l'homme. Dans son portrait, Pierre montre sa volonte de se dissoudre et de dis- paraitre dans un paysage de feerie ou de fantastique. Son visage va prendre les traits de ce qui pour l u i etait l a nature: le caribou et l'arbre. II faudrait rappeler que tous deux l u i ont sauve l a vie a un moment donne de son existence: 205 Dans l'etendue sans f i n de l a toundra, i l s formaient une petite tache immobile et comme fraternelle. L'aube parut. L'intensite de sa faim ranima Pierre. Maintenant, apres l'avoir rechauffe, le caribou a l l a i t l u i devenir chair, sang et pensee.1 Quant a l'arbre, i l l u i a sauve l a vie dans des conditions non moins dramatiques: emporte par le courant, le canot de Pierre risque de le precipiter dans les rapides au devant d'une mort certaine. Au dernier moment i l s'agrippe a une branche d'arbre. Maintenant i l ne r e s t a i t i c i que l e f racas des eaux sombres, un insense et v ide tournoiement. Et a u s s i , t res haut, au f a i t e de l ' a r b r e auquel se tena i t P i e r r e , en ses branches l o i n t a i n e s , un f a i b l e , un pat ient mur- mure de f e u i l l e s . 2 Dans les deux cas, i l y a appel de l a nature, mais en des termes que Pierre ne semble pas comprendre: le caribou devient "chair, sang et pensee," l'arbre l u i murmure de rester patient. Peu avant sa mort Pierre retourne aux forces primitives de l a nature en une espece de pantheisme au sens large: l'homme devient lui-meme nature et sa i s i t maintenant le message incompris du caribou et de l'arbre. Lorsque Pierre revient a l u i apres son evanouissement, l a foret et l a montagne eternelles font entendre des mots qui consolent; 1'union est retablie entre l'homme et 1'univers. L'arbre aura ainsi represente le foyer de l a vie interieure de Pierre. Pendant longtemps i l aura ete le seul compagnon ou Pierre puisse projeter ses sentiments. Mainte- M»S-» P- 120-121. Dans un article paru en aout 1969 dans Etudes Litteraires, Gerard Bessette voit dans l a montagne et le caribou le symbole de l a mere. 2Ibid., p. 85. 206 nant i l va 1'aider a franchir l a d i f f i c i l e etape de l a mort. La comprehension de c e l l e - c i ne vient qu'apres une longue periode de desespoir qui correspond en gros a son sejour a Paris. Pierre, en pelerin so l i t a i r e , retourne en esprit vers les lieux ou i l a tant souf- fert. Peu a peu l a serenite revient. L'autoportrait est en soi confession, delivrance, purification necessaire. Pierre pressent a travers l a nature eternelle l'eternite de l'Art. Puis, soudain, c'est 1'illumination: i l revoit sa montagne bienaimee dans un monde harmonieux et eternel; l'espoir et l a serenite remplacent en l u i l a detresse. Pour fixer sa vision, i l sait qu'il l u i faudra payer de sa vie, mais entrevoit vaguement aussi que l a mort n'est pas l a f i n de l a vie: elle est passage a une existence superieure dans l'amour eternel et l a beaute. En prenant les traits du caribou et de l'arbre, i l a vaincu l'esprit de l a terre. L'art s'est epure de sa gangue terrestre: i l est devenu religion. La thematique de l'arbre traduit done i c i l a f i n du voyage symbolique de Pierre vers l a connaissance de soi-meme et i l mourra homme-arbre: 11 (Stanislas) observa l a main decharnee, le long corps fluet. C e t a i t veritablement un homme-arbre, pousse en hauteur, dont l'epiderme use, fendille, asse"che, etait de l'ecorce.* M.S., p. 217. D. L'ARBRE: symbole de desesperance Les travaux de l a psychanalyse moderne ont contribue a demontrer scientifiquement l'espece de relation homme-arbre que chacun porte en soi. II serait bon, a ce propos, de rappeler le celebre test de Koch ou le patient est charge de dessiner un arbre. Dans le dessin du patient, tout ce qui monte correspond a l a s p i r i t u a l i t e ; tout ce qui descend (vers le bas de l a page) correspond a l ' a f f e c t i v i t e , a l'incons- cient et aux instincts; tout ce qui se trouve a gauche de l a page est en liaison avec le passe, l'enfance, les souvenirs et les cotes negatifs de l a personnalite; tout ce qui se trouve a droite est po s i t i f et montre les tendances du patient vers l'avenir, 1'esprit, l a reussite, l a volonte, etc... Etudie selon des criteres scientifiques, ce dessin permet, dans l a plupart des cas de porter un jugement aussi nuance que possible sur le psychisme du patient. Ce test accorde une grande im- portance a l a representation graphique d'un arbre mutile. Le psychiatre y voit en effet un symptome tres grave. Dans la majorite des cas, l a representation d'un arbre mutile marque au minimum un tres fort com- plexe d'inferiorite et un manque inquietant de forces vitales. Le plus souvent le patient est soit un nevrose soit une personne qui court i r r e - mediablement a l'echec. Mais de Rilke a Beckett, en passant par Bernard Buffet et les 208 expressionistes allemands, l'arbre mutile s'est impose dans les lettres et les arts graphiques contemporains. L'arbre mutile sym- bolise ainsi l a plupart du temps ce mal contemporain qu'est l'angoisse de vivre. Quoi de plus proche d'un squelette humain qu'un arbre c a l - cine dressant ses membres decharnes vers le ciel? Autant l'arbre en pleine sante est symbole de vie, de joie de vivre, de renaissance des sens, autant l'arbre mutile est symbole d'echec de l a vie et de deses- perance absolue. L'arbre mutile n'a de place chez Gabrielle Roy que dans Bonheur d'occasion et dans Alexandre Chenevert. Rien d'etonnant a cela: l a v i l l e et l a c i v i l i s a t i o n moderne mutilent a l a fois 1'homme et l a nature dans 1'esprit de l a romanciere. On peut trouver bon nombre d'arbres morts ou sur le point de l'etre dans tous ses romans, mais l'arbre mort ou brule au sein de l a nature n'a pas ce caractere angoissant. Ils sont morts de cause naturelle et l a foret environnante se charge de deguiser l a mort et de perpetuer l a vie. Mais quoi de plus desesperant et de plus tragique pour Gabrielle Roy que ces silhouettes dlfformes essaimees le long des rues de Montreal ou cachees dans les cours? II apercut un arbre, dans un fond de cour, qui poussait ses branches tordues entre les f i l s electriques et un reseau de cordes a linge. Ses feuilles dures et rata- tinees semblaient a demi-mortes de fatigue avant meme de s'etre pleinement ouvertes.* Cet arbre f a i t manifestement penser aux arbres de l'erabliere qui avaient connu une Rose-Anna pleine de vie et d'esperance envers le futur. "'"B.O. , p. 345. 209 Ils symbolisaient l a vie, l a fecondite. Le passage cite reflete cruellement l a realite a laquelle elle doit faire face, c'est meme ell e que cet arbre depeint, avec ses angoisses morales, son usure physique. C'est egalement l a pauvrete que fuit Jean, cet arbre, prisonnier au fond d'une cour sale et sans lumiere. Le symbolisme des feuilles est tout aussi evident: dures et ratatinees, "a demi-mortes de fatigue avant meme de s'etre pleinement ouvertes." L'allusion a Florentine est asez claire pour que nous n'ayons pas besoin d'y insister. Avant meme qu'elle ait pleinement vecu sa jeunesse, l'heredite de l a misere plane sur Florentine comme une menace continuelle. Elle est usee avant l'age. Pour Emmanuel qui remarque cet arbre du train qui l'emmene vers le front, cet arbre symbolise Saint-Henri et tous ses habitants. L'an- goisse de tout un quartier, l'hemorragie de ses forces vives ainsi que son profond desespoir sont ainsi refletees fidelement dans l'image de cet arbre. C'est dans des passages de ce calibre que l'art de Gabrielle Roy se fa i t jour. Les descriptions d'arbres mutiles ne sont pas rares dans Bonheur d'occasion et leurs resonnances anthropomorphiques repercutent done l'angoisse de vivre de Saint-Henri: "avec ses fantomes d'arbres qui jeterent sur l a pierre leurs ombres inquietes." 1 Dans Alexandre Chenevert nous retrouvons l'arbre symbole de la v i l l e . De meme que dans Bonheur d'occasion les vigoureux erables 1B.Q., p. 186. 210 f a i s a i e n t penser a l ' a r b r e qui f a s c i n e Emmanuel; aux arbres du Lac Vert qui s u s c i t a i e n t l ' esperance et l a contemplation repondent l e s arbres de l a v i l l e qui p re f igurent l a t ransformat ion d 'Alexandre . Dans l e re tour en autobus nous pouvons d is t inguer une gradat ion dans l a d e s c r i p t i o n : tout d 'abord l e s champs r e t r e c i s s e n t e t s 'entourent de f i l de f e r barbe le . L 'a rbre devient de p lus en p lus s o l i t a i r e . Lo in de l a f r a t e r n i t e de l a f o r e t , i l se decoupe sur l e c i e l comme une s i l h o u e t t e extravagante: " P a r f o i s , s e u l dans les chaumes, s ' e l e v a i t encore quelque grand bouleau tout transperce de l u m i e r e . " * Puis l ' o n se rapproche encore de l a v i l l e et l a lumiere meme l e u r est re fusee : "Quelques arbres charges de poussiere l u t t a i e n t pour l e u r ex is tence : des champs vagues se defendaient piteusement . . . " 2 La metropole n 'es t done pas l o i n et ses tentacules menacent meme l e s arbres ban l i eusards . Ce court voyage en bus d e c r i t magnifiquement, par 1 ' e x t e r i e u r , l e s etats d'ame s u c c e s s i f s de notre heros et i c i encore l a d e s c r i p t i o n de l ' a r b r e et de l a nature environnante servent en quelque sor te de l e i t m o t i v a l ' a u t e u r . Alexandre, en quelques m i l l e s passe a i n s i de l a v ie a l a mort. Le Lac V e r t , avec sa ce inture d 'a rbres magnifiques et l i b r e s appe la i t a l a r e s u r r e c t i o n de 1 ' e s p r i t autant que du corps . II e t a i t renaissance et re tour au passe , a 1 'enfance. L 'a rb re c i t a d i n annonce maintenant l e sort qui est devolu a Alexandre. II est condamne, l e temps du voyage, 1 A J L C J L , p. 256. 2 I b i d . , p. 257. 211 5 retrouver le v i e i l Alexandre qu'il pensait avoir laisse. l o i n derriere l u i . Rien de positif n'aura done ete accompli; le sejour au bord du lac ne representait qu'une eclaircie dans l a vie du heros, un peu de bonheur a bon marche. A 1'epanouissement des arbres libres et sains repondait 1'epanouissement de 1'esprit et le repos du corps. Revenu en v i l l e , Alexandre voit dans ces pauvres arbres une premonition de son propre sort. Le symbolisme de l'arbre crucifie rejoint ainsi celui du Christ e l e c t r i f i e suspendu a 1'entree de l a v i l l e . Le poteau electrique f a i t d'un arbre abattu et transforme par une societe de consommation ressemble etrangement a ces arbres de l a v i l l e auxquels l a c i v i l i s a t i o n a ote tout caractere, tout occupes qu'ils sont a se defendre contre 1'intrusion du XXe siecle. Mais l e Christ e l e c t r i f i e peut etre compris comme une allegorie beaucoup plus large. II est d i f f i c i l e de ne pas y reconnaitre l a figure de notre caissier qui, apres avoir passe ses quarante jours dans le desert, revient accomplir sa mission. La veritable crucifixion va maintenant pouvoir s'accomplir pour Alexandre et ses semblables. II est interessant de noter que cette image religieuse avait deja ete introduite au debut du roman et ceci nous confirme dans l'idee qu'il faut projeter en Alexandre l'image d'une espece de Christ humaniste du XXe siecle, "le seul que nous meritions," comme dir a i t Camus': Le matin, a. heure fixe, i l descendait de milie escaliers a l a fois, courant de tous les points de l a v i l l e vers des trams archicombles. II s'y entassait a cent, a 212 mille exemplaires. De tram en tram, de rue en rue, on le voyait debout dans les vehicules, les mains passees dans une courroie de cuir, les bras etires dans une curieuse pose de supplicie. Les symboles religieux et humains rejoignent done i c i les symboles vege- taux. Le Christ, les humains, les arbres sont sacrifies par leur epoque. L'absence d'arbres ou leur mutilation est done pour Gabrielle Roy le signe que l a vie est devenue impossible. Dans Bonheur d'occasion l'arbre mutile est principalement absence de gout de vivre. Les descriptions de 1'environnement mecanique du quartier Saint-Henri font courir une espece de vent futuriste sur c e l u i - c i . Nous avons deja vu que ce ne sont que voies de chemin de fer, ponts, navires en tous genres, locomotives et trains. Tous ces elements qui font partie integrante de l a v i l l e industrielle ont, en fait, pris la place de l'arbre, symbole humaniste. A.C., p. 164. E. CONCLUSION Reduire l a thematique de l'arbre chez Gabrielle Roy a quelques concepts generaux empeche de tenir compte de l a richesse du theme dans son oeuvre. II faudrait encore citer le symbole de l a foret, anti- nomie absolue du theme de l a v i l l e ; c'est dans la foret que l'homme se voit soudain delivre de tous ses maux, qu'il retrouve l a paix de l'ame, comme c'est le cas pour Alexandre Chenevert: "II imagina une foret profonde ... Une sensation de repos envahissait son ame dans l a seule vie vegetale." 1 La foret i c i recoupe 1'archetype de l a maison. Dans tous les romans de Gabrielle Roy, exception faite des romans de l a v i l l e , l'arbre est non seulement un element du paysage ex- terieur, mais i l est aussi invest! d'une fonction plus humaine: v e i l l e r sur l a maison, l a proteger: "Rien ne l u i semblait plus chaleureux, plus humain que cette grise maison isolee qui, de sa butte entre les saules, n'avait a surveiller que l a tranquille et monotone Petite Poule d'eau."2 Dans Rue Deschambault, lorsque les enfants sont surpris par une tempete de neige lors d'une excursion, c'est l a rencontre d'un arbre qui leur annonce la proximite de l a maison: "Des arbres par i c i ! ... dit Philippe etonne, reflechissant puis comme rassure. Immediatement surgit une grande forme d'habitation, encore tres imprecise, tres lointaine." 3 L'arbre est ^.C., p. 24. 2P.P.E., p. 26. 3R.D., p. 234. 214 i c i signe precurseur d'abri et symbole de la vie. Mais c'est dans les oeuvres biographiques que la relation intime entre l'auteur et l'arbre est le plus clairement soulignee. Dans Rue Deschambault, i l y a un passage caracteristique qui fait immediatement suite aux descriptions de la maison et des arbres qui l'entourent. II s'agit i c i de deux ormes qui jouxtent la maison, et qui dominent la fenetre du grenier ou s'est enfermee la petite. Petite Misere eprouve le sentiment lancinant que ces deux arbres existent uniquement pour elle. De l'endroit ou elle est perchee, elle n'en distingue que les branches superieures, qui l'invitent au depassement. Elle se trouve en quelque sorte liberee des contingences de ce monde a la vue de ces arbres; i l s semblent lui indiquer son futur; et elle ajoute: Et alors, plus que jamais je desirai mourir, a cause de cette emotion qu'un arbre suffisait a me donner ... traitre, douce emotion! me revelant que le chagrin a des yeux pour mieux voir a quel point le monde est beau.* Scuffranee et beaute. Ces deux mots sont a la source de la creation artistique aux yeux de l'auteur et nous 1'avons deja vue developper ce theme dans La Montagne secrete. Mais i c i 1'emotion existe; la pro- fession de foi est plus sincere et nous indique que la relation Roy-Arbre remonte a 1'enfance, qu'elle a ete a l'origine de sa vocation de roman- ciere. Souvenons-nous qu'a la fin de 1'ouvrage Petite Misere se decidera a se mettre a ecrire. R.D., p. 32. 215 Dans "Ma grand-mere toute p u i s s a n t e , " r e c i t ou nous voyons s ' e f f e c t u e r une c rea t ion symbolique comparable au "boeuf aux c a r o t t e s " de Frangoise dans A l a Recherche du temps perdu , l ' a r b r e compte aux yeux de l a grand-mere parmi l e s choses qui sont d i f f i c i l e s a creer au meme t i t r e qu'une montagne, ce qui annonce deja l e theme general de La Montagne s e c r e t e . La poupee ayant ete assemblee a p a r t i r de r i e n , l a p e t i t e C h r i s t i n e ne peut s'empecher de comparer sa grand-mere a Dieu l e Pere . C e l l e - c i l u i r e p l i q u e : " - Non, j e s u i s l o i n d 'e t re Dieu l e pe re , d i t - e l l e . Penses- tu que j e saura is f a i r e un a r b r e , une f l e u r , une montagne?"*. Comme nous 1'avons deja vu a propos de Bonheur d ' o c c a s i o n , l ' a r b r e symbolise l e passe . Parmi l e s nombreiix exemples que nous pourr ions donner de ce theme, c h o i s i s s o n s - e n un t i r e de La Route d 'Al tamont , une des oeuvres l e s p lus reuss ies de G a b r i e l l e Roy: Cela manque d ' a r b r e s , t o u t e f o i s , par i c i , et d 'eau . Dans mes p e t i t e s c o l l i n e s , C h r i s t i n e , l e s essences e n - melees, l e s p e u p l i e r s - t r e m b l e s , l e s bouleaux, l e s erab les de montagne - Oh! nos erables a sucre s i rouges a l'automne.' - l e s hetres a u s s i f lambaient de cou leur . En bas , d'anse en anse, se d e r o u l a i t , en captant l e s c o u l e u r s , no-re p e t i t e r i v i e r e Assompt ion . 2 II est rare de trouver dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy des passages auss i poe- t i q u e s , c o l o r e s , exprimant une t e l l e j o i e de v i v r e . Ce que nous avions de - couvert t r a i t e en mineur dans l ' e r a b l i e r e de Rose-Anna, nous l e retrouvons "SR .A., p . 28. 2 I b i d . , p. 193. 216 i c i en majeur. Aux erables se sont j o i n t e s d 'aut res especes m u l t i - c o l o r e s . II en r e s u l t e une v e r i t a b l e symphonie de couleurs que l a r i v i e r e r e f l e t e a son tour . Dans "Le p u i t s de Dunrea," l ' a r b r e et l ' e a u s ' a s s o c i e n t , se fecondent mutuellement pour symbol iser l a f e r t i l i t e . D'un d e s e r t , l a j u x t a p o s i t i o n de ces deux elements f a i t une o a s i s , un p a r a d i s : E t , tout a coup, s u r g i s s a i e n t des arbres de b e l l e venue, des p e u p l i e r s , des trembles et des s a u l e s , a i n s i groupes q u ' i l s avaient l ' a i r de former une oas is dans l a nudi te de l a p l a i n e . Un peu avant d ' a r r i v e r a ce bou- quet de verdure , d e j a , d i s a i t mon pere , on entendait l ' e a u c o u r i r et b o n d i r . l Ce n 'es t pas par hasard s i ces arbres poussent a cet e n d r o i t . C 'est l e pere de l a p e t i t e qui l e s a f a i t p l a n t e r pour transformer un desert en l i e u h a b i t a b l e . L ' a r b r e , en retenant l 'humid i te du s o l p a r t i - c ipe a l a c r e a t i o n de Dunrea. II est done l ' image du p r i n c i p e meme de l a v i e , que ce s o i t Rose-Anna ou l a mere de C h r i s t i n e retrouvant en un e c l a i r toute l a j o i e de l ' en fance ou P i e r r e qu i p ro je t te sur l u i ses phantasmes. Un autre symbole exprime par 1'emploi de l ' a r b r e dans l ' oeuvre de G a b r i e l l e Roy merite que l ' o n s ' y a r re te quelque peu: i l s ' a g i t de l ' a r b r e , symbole de 1'enracinement. II y a peu de rac ines dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy qui sont t r a i t e e s en tant que t e l l e s . C ' e s t l ' a r b r e 1 R ! D . , p. 125. 217 tout entier qui se charge de sens, parfois pour exprimer le depasse- ment, 1'evasion, ou, au contraire, l'ancrage dans l a tradition. On ne trouve pas dans son oeuvre de metaphores anthropomorphiques de l a racine mais l'arbre assume son role de "force de maintien et force terebrante." * Comme la maison, l'arbre est synonyme de fixation. Par ses racines i l plonge au sein de l a terre et supporte mal qu'on le transplante. Gabrielle Roy l ' u t i l i s e r a done pour marquer 1'attachement que ses per- sonnages eprouvent pour l a terre. Nous avons deja vu que bien que beaucoup d'entre eux soient des citadins, i l s restent paysans au fond de l'ame. Sans meme prendre d'exemple r e l a t i f aux personnages les plus terriens (Rose-Anna, Azarius, Le Gardeur) penchons-nous sur Florentine Lacasse. Elle est pourtant celle qui est l a plus proche du dynamisme de Jean, e l l e aussi a entendu l'appel de l'inconnu et de 1'evasion. Mais son heredite l a cloue a l a terre. Lorsque Jean cherche a se de- faire de Florentine, c'est en termes de bucheron qu' i l se represente cette corvee: "Abattre, abattre tout ce qu'il y a derriere, se degager." 2 II ne faut pas oublier non plus que le nom de jeune f i l l e de sa mere est Laplante, ce que Jean semble voir instinctivement en Florentine, car pour l u i sa maigreur est tres souvent associee a 1'image de l'arbre, temoin 1'association de pensee suivante. Lorsque Florentine va attendre Jean a l a sortie de l'usine, i l s vont se promener dans le quartier; Jean re- cherche un arbre protecteur sous lequel i l puisse entrainer l a jeune f i l l e . Au pied de l'arbre i l ne peut s'empecher de s'exclamer: "Comme tu es maigre.'" De l a silhouette elancee de l'arbre, i l passe instinctivement *Gaston Bachelard, La Terre et les reveries du repos. Op c i t . , p. 291. 2B.O.. p. 187. 218 a celle de la jeune f i l l e . Dans La Route d'Altamont nous avons un autre passage s i g n i f i c a t i f . L'arbre va non seulement symboliser l a fixation au sol, mais encore l'entetement de l a grand-mere. Les arbres vont aussi symboliser l a famille et se charger a nouveau du symbole de l a jeunesse et du souvenir: Est-ce parce que maman, au temps ou sa mere l u i re s i s t a i t , avait tant parle d'aller ebranler l'arbre, mais grand-mere a cette heure me f i t vraiment penser a un pauvre vieux chene isole des autres, seul sur une petite cote. Peut-etre est-ce de ce temps que m'est restee cette autre curieuse idee que les arbres aussi en un sens sont a plaindre, enfermes en leur dure ecorce, les pieds pris dans l a terre, incapables, le voudraient-ils de s'en a l l e r . Mais aussi, qui peut s'en a l l e r comme i l veut.' Je revais, a mon tour, assise pres de grand-mere, je revais aux arbres, je pense. Puis j'entrevis un spectacle singulier: je croyais voir, en bas, de jeunes arbres nes peut-etre du v i e i l arbre sur le coteau, mais qui eux, avec toutes leurs f e u i l l e s , chantaient dans l a val l e e . 1 Ce tres beau passage reprend done sous une forme ramassee l a plupart des sens dont l'arbre se charge dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. L'association de pensee qu'a eue l a petite en songeant aux arbres qui incarnent l a jeunesse va l u i permettre d'adoucir les derniers moments de sa grand-mere en l u i faisant revivre son passe a l'aide d'un album de photos. La grand-mere semblait attendre ce geste. A present, rassuree sur son heredite, elle va pouvoir mourir en paix. Mais ce passage nous permet de nous rendre compte combien le R.A., p. 54-55. 219 theme de l'arbre est proche de celui du voyage dans l a pensee de Gabrielle Roy. Les arbres"sont enfermes dans leur dure ecorce, les pieds pris dans l a terre, incapables, le voudraient-ils de s'en a l l e r . Mais aussi qui peut s'en a l l e r comme i l veut.'"l Nous voici ainsi revenus a notre interrogation premiere. A l a source de 1'inspiration de Gabrielle Roy se trouvent deux forces apparemment inconciliables: l'une qui appelle a 1'evasion, et 1'autre qui vous voue a l'immobilite en prenant l a forme symbolique de l'arbre. C'est cette espece de dialectique de l'espace que nous etudierons en conclusion. R.A., p. 54. C O N C L U S I O N G E N E R A L E A, A.I Dans 1 ' e s p r i t de Gaston Bache lard , tout e c r i v a i n est une "syntaxe de metaphores"; cet te formule exprime t r e s b i e n , sous sa forme ramassee, que 1 ' imaginat ion de l ' e c r i v a i n t r a v a i l l e en p r i o r i t e sur un p e t i t groupe d'images fondamentales qui correspondent a sa nature profonde et dont i l t i r e des v a r i a t i o n s d i v e r s e s . Notre propos a e t e , essent ie l l ement , de tenter de montrer que l ' o n peut r e - grouper deux grands types de metaphores qui sont e s s e n t i e l l e s a l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy. Nous n'avons pas voulu f a i r e i c i d'etude a p r e t e n - t ion psychana ly t ique , meme s i l e re tour incessant de deux themes fonda- mentaux peut exprimer un genre de complexe chez l ' a u t e u r . Nous avons tente de d e f i n i r l a f a c u l t e de rever qu i est a l a base de ces deux themes. S i l ' a u t e u r a u t i l i s e ces images de facon systematique, c ' e s t q u ' e l l e s sont t i r e e s du spectac le que l e monde met devant ses yeux, q u ' e l l e s sont propres , dans son e s p r i t a t radu i re ce que nous sommes. S i e l l e em- prunte ses comparaisons a un domaine determine, c ' e s t q u ' e l l e y v o i t comme un r e f l e t d'el le-meme. Par ses p r e d i l e c t i o n s , ses o b s e s s i o n s , l ' a u t e u r se t r a h i t , se p ro je t te sur l e s choses. Deja Lamartine prouvai t que tout paysage e t a i t un etat d'ame. Les deux images que nous avons s u i v i e s sont fondamentales a l ' o n i r i s m e de G a b r i e l l e Roy. E l l e s expriment et mettent en va leur de facon s u b t i l e 1'obsession qu i es t a l a base de son imaginat ion c r e a t r i c e : l e jeu de bascule incessant entre l e reve et l a r e a l i t e . 222 Dans un tres bon art i c l e sur Gabrielle Roy, Hugo McPherson-*- f a i t ressortir sous forme antinomique les deux poles de l a pensee de l a romanciere canadienne-francaise, que nous retrouverons sous forme symbolique dans 1'opposition entre l'arbre et le voyage. Cependant reduire les courants generaux de l'oeuvre aux themes de l a prison - present et du jardin - innocence - passe comme le f a i t Hugo McPherson, est a nos yeux insuffisant car c'est une veritable dialectique de l'espace qui se f a i t jour dans l'oeuvre de Gabrielle Roy et qui est sym- bolisee par les deux themes sur lesquels nous nous sommes penches. La prise de conscience chez les personnages de Gabrielle Roy, s'effectue, en effet, de deux faeons en apparence contradictoires. Tout d'abord, l a plupart d'entre eux voient dans le voyage - ou le desir de voyage , l a possibility d'une renaissance qui se manifeste par une sensation de ligerete, d'evanescence, de luminosity. L'espace d'un reve, i l s deviennent dynamiques; un veritable etat de grace est ainsi atteint - une sorte de beatitude. Mais tres vite, dans un mouvement inverse qui les enchalne a nouveau a l a realite de tous les jours, i l y a le sentiment lancinant d'etre enferme, mutile, de revenir a l'etat de pesanteur. C'est alors l'image de l a prison qui domine, celle du cachot ou celle de l'arbre immobile qui reve a d'autres horizons. Mais cet enracinement ou emprisonnement, s i dur s o i t - i l , s i d i f f i c i l e '''Hugo McPherson, "The Garden and the Cage", Canadian Literature, Summer, 1959. 223 s o i t - i l a accepter pour l 'humanite chez G a b r i e l l e Roy marque souvent dans sa pensee une forme de p r o t e c t i o n , un havre de s o l i t u d e dont ce r ta ins de ses personnages ne sauraient se passer - surtout s ' i l s habi tent l a grande v i l l e . Le s e u l moyen de recouvrer sa p e r s o n n a l i t e , de descendre en son ame, d ' e v i t e r une p u b l i c i t e envahissante qui des - humanise est s o i t de se cons t i tue r son propre cachot ou de retourner a c e l u i que l ' o n h a b i t a i t deja pour assumer son d e s t i n en toute l u c i d i t e . Alexandre en est un bon exemple: "Plus encore que d 'e t re heureux, p lus encore que l a grandeur, i l d e s i r a se trouver dans sa c a g e . " 1 Les images s p a t i a l e s dans l 'oeuvre de G a b r i e l l e Roy o f f r e n t a i n s i a l ' a u t e u r une p o s s i b i l i t y d ' e n r e g i s t r e r sous forme poetique l e s reves de ses personnages. Ce sentiment d ' e t r e emprisonne ou coupe du monde et l e d e s i r v i o l e n t de l i b e r a t i o n qui s ' e n s u i t sont l e s themes sur lesque ls est c o n s t r u i t e toute l ' o e u v r e . S i l ' o n par t du p r i n c i p e que toute r e l i g i o n , toute i d e o l o g i e est basee sur l 'hypothese que l a v i e au present e s t une p r i s o n ou une a l i e n a t i o n , et sur l a n o s t a l g i e p a r a l - l e l e qui decoule de l a l i b e r t e , du bonheur du v r a i p a r a d i s , on concoi t que l e passe est important aux yeux de l ' a u t e u r ; e l l e en fe ra une v e r i t a b l e r e l i g i o n . Cependant, cet te hant ise de 1 'evasion qui possede l e s personnages de G a b r i e l l e Roy peut egalement se comprendre comme une forme s u b t i l e de 1 ' a l i e n a t i o n qu i represente un des themes f a v o r i s de l a l i t t e r a t u r e A . C . , p. 184. 224 contemporaine du Quebec. Mais s i elle prend aujourd'hui l a forme d'une revendication politique, sociale et economique, c'est-a-dire une forme agressive, elle est plutot latente chez Gabrielle Roy. Si ce theme existe dans son oeuvre c'est qu'il a toujours ete ressenti par des generations successives d'ecrivains quebecois. La reaction violente qui se f a i t jour a notre epoque vient sans doute du f a i t que l a litterature s'engage de plus en plus. Gabrielle Roy n'a rien de l'ecrivain politique et i l faut chercher ailleurs les raisons de l'alienation qu'elle decrit. II y a prise de conscience chez elle d'une injustice fondamentale qui afflige l'homme. Mais el l e ne voit que les traits generaux de cette injustice. Elle n'en f a i t jamais quelque chose de typiquement canadien. Tous ses personnages souffrent d'un sentiment de depossession. Azarius, hableur typique, trouve les mots justes lorsqu'il s'en prend a l a societe ou i l v i t , une societe qui le rejette lorsqu'elle ne peut plus 1 ' u t i l i s e r . Ce sentiment qu'il a de son alienation s'exprime en termes de justice sociale. II avait appris un metier qu'il aimait et qui l u i donnait une satisfaction professionnelle et humaine; l a crise econo- mique l'en depossede et f a i t de l u i un sous-homme qui mendie n'importe quel travail. Alexandre, c'est l'aliene ideal au sens large, l'aliene con- genital. II f a i t des reves qui sont trop grands pour l u i et qui l'humilient dans sa dignite d'homme. II apparait comme une sorte de 225 clown au grand coeur , qu i f a i t s o u r i r e par son manque d'humour et sa v i s i o n dantesque de 1'existence. P i e r r e , dans La Montagne secre te presente des c a r a c t e r i s t i q u e s semblables. Encore une f o i s c ' e s t un personnage qu i v o i t trop grand, i l l u i est d i f f i c i l e de transcender ses c a p a c i t e s ; l e sentiment de son impuissance en f a i t un re fou le qui a peur de se mesurer aux au t res . Son a l i e n a t i o n a l u i , s 'exprime par l e s d istances q u ' i l parcour t : p lus i l voyage, p lus i l prend conscience q u ' i l es t son propre g e o l i e r . Les personnages de G a b r i e l l e Roy sont souvent des r a t e s ; c e c i permet a l ' a u t e u r de se pencher sur l e combat desespere q u ' i l s l i v r e n t contre 1 ' e x i s t e n c e ; a l i e n e s , p r i s o n n i e r s du monde et d'eux-memes, i l s se debattent constamment que ce s o i t en par lant comme A z a r i u s , ou par l a poucsuite d'un i d e a l hors de l eu r portee comme dans Alexandre Chenevert ou La Montagne s e c r e t e . La v i s i o n du monde de G a b r i e l l e Roy passe done toujours par l'homme. E s t - i l p o s s i b l e de p a r l e r d'humanisme dans son cas? Nous ne voulons pas p a r l e r i c i de l'humanisme t r a d i t i o n n e l qui s i g n i f i e une cer ta ine methode de c u l t u r e grace aux t r a d i t i o n s de l ' a n t i q u i t e greco- romaine, developpees ensui te a t ravers l a pensee europeenne depuis l a Renaissance. II s ' a g i r a i t b ien p l u t o t en ce qu i concerne l a romanciere canadienne- 226 francaise d'une certaine sagesse: se connaitre soi-meme et connaitre les conditions du monde ou l'on doit agir, avoir l a curiosite de l a verite morale, abstraite et universelle; c'est dans ce sens qu'il faut concevoir l'approche humaniste de Gabrielle Roy. Son art s'eclaire d'humour et d'ironie, armes generalement necessaires a qui traite de la condition humaine car elles sont le dernier recours contre le pessimisme. Pour Gabrielle Roy, l'homme est centre de l'univers et mesure de toute chose. II est souverain meme quand i l prend les traits souvent grotesques d'un Alexandre Chenevert. En l'homme s'accomplit le miracle de l a nature et se situe l'absolu. 11 y a de plus une forte tentation chez Gabrielle Roy a faire de l'homme son propre Dieu, rejetant ainsi timidement toute une tradition chretienne canadienne- frangaise. On pourrait ainsi resumer sa pensee en deux affirmations principales. Tout d'abord, l'homme moderne a perdu avec sa f o i , son axe metaphysique; ne pouvant plus s'appuyer sur Dieu et les religions revelees i l l u i faut par contre rehausser sa propre dignite, trouver ses propres ideaux et se reconstruire une morale. Cette quete est, bien sur, d i f f i c i l e mais dans 1'esprit de l'auteur e l l e est digne d'etre tentee, meme s i ses resultats sont relativement negatifs. Ses per- sonnages ont au moins le merite de se poser des questions essentielles et d'essayer de les resoudre. Le retour au passe, a l a nature, sera l'un de ces moyens de recouvrer une dignite perdue. 227 Cependant, ce qui semble surprenant chez Gabrielle Roy, c'est qu'apres avoir transforme de facon radicale les decors et 1'inspiration du roman canadien-francais en rejetant le theme de l a terre dans ses premiers romans, e l l e ne peut s'empecher d'etre fascinee par cette terre qui semble decidement bien puissante dans l a vision du monde de l'ecrivain canadien-francais. Nous avons vu que les deux grandes forces de son oeuvre etaient 1'evasion et 1'enracinement. Or, le sentiment d'evasion naft toujours au sein de l a v i l l e et s'effectue vers l a campagne ou l a nature en general, seuls endroits qui n'ont pas encore ete contamines par l a c i v i l i s a t i o n industrielle. Toute son oeuvre constitue une attaque passionnee menee contre une nouvelle forme de c i v i l i s a t i o n . Gabrielle Roy halt 1'industrialisa- tion et l a bureaucratie, bref tout ce qui vise a augmenter l a puissance materielle aux depens de l a liberte sp i r i t u e l l e . Elle n'a pas meme besoin d'expliciter sa pensee, de passer vraiment a 1'attaque. Les longues descriptions de la vie moderne dont Alexandre Chenevert est rempli atteignent leur objectif. II en va de meme dans Bonheur d'occasion et i l serait peut-etre bon de laisser l a parole a l'auteur; plus que toute longue analyse, e l l e fera tres bien ressortir le senti- ment qui a ete a l a source de l a redaction du roman: C'etait une periode de ma vie ou je m'ennuyais beaucoup .. de ma famille ... mais cet ennui me fut tres u t i l e parce que dans cet ennui je commencais a marcher, a marcher beaucoup ... je cherchais de preference les quartiers populeux ... Je fus aussitot fascinee par les odeurs, la v i t a l i t e (de ces quartiers). C'est alors que j ' a i 228 decouvert l a misere de ce peuple de Saint-Henri, la misere qui etait l'oeuvre du chomage, qui avait detruit l a fibre de fierte humaine ... qui avait f a i t des ravages dans notre peuple ... La guerre paraissait comme un salut ... une espece d'avenir pour les jeunes ... L'indignation fut le moteur de Bonheur d'occasion. 1 La vie de l a metropole aboutit ainsi a l a depoetisation totale de l'homme et de l a vie humaine. L'homme aliene reagit a des impulsions emises par l a publicite un peu comme le faisait le chien de Pavlov. L'homme est agi plutot qu'il n'agit et ceci est proprement intolerable pour Gabrielle Roy. Son humanisme rejette cet abrutissement. Pour elle i l y a des valeurs superieures a l a technique et au modernisme comme en temoigne La Riviere sans repos ou le telephone envahit l a vie de Barnaby, 1'Esquimau: Te voila bien avance, rencherit le Pere. Ton argent depense, et qu'as-tu en retour? Veux-tu que je te le dise? La servitude. C'est 5a le telephone. II sonne: tu accours. Ou bien, tu n'accours pas, mais alors tu te ronges les sangs de regret ou de curiosite insatis faite. 2- Mais s i le telephone provoque 1'esclavage volontaire de Barnaby, du moins celui- c i a - t - i l l'avantage considerable de pouvoir reprendre sa vie errante et libre. Une te l l e evasion est generalement impossible pour les autre personnages de Gabrielle Roy etant donne le caractere envahissant de l a technologie. Gabrielle Roy, Interview accordee a Judith Jasmin pour 1'emission televisee Premier plan, 30 Janvier 1961. Cite par Rejean Robidoux et Andre Renaud dans Le Roman canadien-francais du XXe siecle, (Ed. de l'universite d'Ottawa, Ottawa, 1966) p. 77. 2 R.R., p. 85. 229 Plus que le bien-etre materiel, c'est l a vie de 1'esprit qui fascine Gabrielle Roy car c'est ce qu'il y a de plus humain en l'homme. Cette vie de 1'esprit a laquelle e l l e s'attache prend l a forme d'une meditation a l a fois lucide et passionnee sur le sens de l a destinee humaine. Ce qui l u i importe, c'est l a conscience qu'un individu dans son existence ephemere et sa forme imparfaite prend des parties pures et inalterables de son etre. Elle a fort bien montre cette idee dans Alexandre Chenevert et dans La Montagne secrete. Dans ces deux romans caracteristiques, les personnages principaux sont obsedes par l'idee du salut - salut par l'art pour l'un, salut individuel et c o l l e c t i f pour 1'autre bien qu'il soit arme d'un esprit borne et qu'il fasse une carriere des plus mediocres. L'humanisme de Gabrielle Roy se presenterait done comme une fievre secrete d'aller au dela. Une sorte de sagesse se f a i t jour dans son oeuvre. La romanciere presente un coeur ouvert a l a tendresse et a l a p i t i e ; 1'amour des humbles, le respect pour l'homme s i dechu soit- i l sont les caracteristiques principales de son oeuvre romanesque. A ces qualites humaines s'ajoutent d'autre part une imagination charmante, precise dans sa fantaisie et enrichie d'ironie et d'humour. Mais une chose frappe par son absence dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. L'humanisme traditionnel f a i t une large place a 1'amour humain et tres souvent en f a i t une valeur de redemption. Si nous relisons les romans de Gabrielle Roy d'un oei l critique nous ne pouvons manquer d'etre frappes par 1'inconsistance de ce theme, comme s i l'auteur en avait une conception pessimiste et parfois tres etriquee. 230 L'amour familial existe. Nous avons vu que l a femme chez Gabrielle Roy est paree des vertus de l a mere et defend sa famille avec acharnement. Encore y a - t - i l certaines exceptions a cette regie, comme dans Alexandre Chenevert ou les liens familiaux paraissent assez laches et ou Alexandre decouvre avec stupeur que sa femme et sa f i l l e l u i sont totalement etrangeres. Ionesco a montre le cote a l a fois comique et tragique que l'on pouvait t i r e r d'une situation nee de 1'habitude et d'un manque de communication1. Mais meme avec ses faiblesses evidentes, l'amour maternel est l a seule donnee positive de l'amour dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. En ce qui concerne maintenant l'amour humain, notons tout d'abord que les relations femmes-maris sont des plus conventionnelles. In- difference qui peut al l e r jusqu'a l a haine dans Alexandre Chenevert. C'est le manque de temps dans Bonheur d'occasion ou les epoux ne communiquent vraiment que lorsque 1'evasion les ramene au passe et a leurs reves de bonheur d'antan. La misere, les soucis quotidiens sem- blent extirper tout sentiment entre Rose-Anna et Azarius. Le prota- goniste chez Gabrielle Roy trouve rarement le reconfort chez son partenaire; c'est au cafe que se rend Azarius pour se remonter le moral. Plus caricatural encore semble etre le traitement de l'amour vu sous 1'angle sexuel. L'aventure entre Florentine et Jean LeVesque s'acheve a l a sauvette sur un divan et l'auteur passe pudiquement sur "*"0n pense i c i a l a celebre scene de La Can tat rice chauve ou les epoux Martin arrivent a l a conclusion cocasse qu'il se connaissent et qu'ils sont meme maries ensemble. 231 cette scene. Dans La Riviere sans repos, l a rencontre entre le soldat et la jeune Esquimaude est pour le moins depoiavue de poesie. Et l'auteur d'insister sur le f a i t que le petit bosquet d'arbres qui abrite l a breve rencontre des jeunes gens sert egalement aux animaux en rut. C'est toujours en termes de honte et de puritanisme que Gabrielle Roy aborde ses rares allusions a l'acte sexuel, restant ainsi dans l a lignee d'une Laure Conan. Pendant des siecles le peche de la chair semble avoir ete inexistant au Quebec. L'amour meme tenait peu de place; dans l e mariage on voyait surtout l'enfantement, l a revanche des berceaux. Un patriotlsme vigilant tenait Eros a l'ecart des realites canadiennes-frangaises. La femme dans les premiers ouvrages canadiens-frangais eprouve une veneration presque mystique pour l'homme, heros des champs de bataille. Malheureusement pour l'homme cette image a l l a i t faire long feu. Comme le note judicieusement Alice Parizeau, des que les femmes se mettront a ecrire, elles s'acharneront a detruire le mythe fondamental de "l'homme-pere, etre ideal et superieur."* Si Gabrielle Roy ecrit toujours avec le puritanisme qui avait caracterise se6 devan- ciers, prouve une fois de plus qu'en depit des transformations profondes qu'elle a f a i t subir au roman, son inspiration est surtout tournee vers les valeurs canadiennes-frangaises traditionnelles. *Alice Parizeau, "L'erotisme a l a canadienne", Liberte, Nov.-Dec., 1967, vol. 9, no 6, p. 97. 232 L'audace de beaucoup d ' e c r i v a i n s contemporains marque l e fosse i n f r a n c h i s s a b l e qui separe une generat ion. Chez G a b r i e l l e Roy l e s personnages sont tous asexues. C 'es t surtout l a maladie , l a souffranee physique ou une cer ta ine angoisse de v i v r e qui en font des personnages romanesques. Tout c e c i a b e l et b ien d isparu du roman contemporain. La nevrose et l e sexe ont p r i s l e u r p l a c e . La f o r - n i c a t i o n es t r e i n e , comme s i l ' o n v o u l a i t en f i n i r une f o i s pour toutes avec un passe p u r i t a i n . Quoi q u ' i l en s o i t , l 'amour dans l e s romans de G a b r i e l l e Roy est d e c r i t avec une secheresse qu i est remarquable. E l l e n ' e s t jamais a l ' a i s e l o r s q u ' e l l e t r a i t e de ce theme, ce qui ajoute a 1 'angoisse de ses personnages; l ' a u t e u r renforce a i n s i , peu t -e t re inconsciemment, l e sentiment q u ' i l s ont de l eu r a l i e n a t i o n . II n 'y a pas et ne peut y a v o i r d'accomplissement par l 'amour chez G a b r i e l l e Roy. Meme dans les oeuvres autobiographiques, l ' en fance n ' e s t pas d e c r i t e en termes d'amour. Le souvenir s ' a t tache de preference a des episodes ou l ' a m i t i e , l ' a v e n t u r e , l ' o n i r i s m e jouent un ro le p r i m o r d i a l . Mais l 'amour n ' e s t que rarement d e c r i t en tant que t e l chez G a b r i e l l e Roy. S i ses oeuvres ne baignaient pas dans une poesie d i f f u s e , 1'absence d'amour menerait a une secheresse e x c e s s i v e . Malgre cer ta ines lacunes etonnantes comme l 'absence de r e f l e x i o n sur l 'amour, sur l a mort ou sur l ' a r t (a 1 'except ion de La Montagne secrete) l a v i s i o n du monde de G a b r i e l l e Roy peut done e t re q u a l i f i e e d'humaniste en ce sens que l'homme est toujours au centre de son i n s p i r a t i o n . 233 Cependant, ce qui ressort surtout de l a lecture de 1'oeuvre de Gabrielle Roy, ce sont ses resonances poetiques. Ce sont elles en particulier qui vont conferer a cette oeuvre son attrait indeniable. Nous avons deja donne de multiples exemples qui tendaient a indiquer que Gabrielle Roy n'est pas ce que l'on pourrait appeler une in t e l l e c - tuelle. Lorsqu'elle se veut dogmatique et abstraite comme dans La Montagne secrete, e l l e court a l'echec. Mais, lorsqu'elle se laisse a l l e r a son premier elan, a son inspiration premiere sans trop l a forcer ou l a fausser, l'oeuvre atteint une sincerite poetique extreme. C'est cette intensite poetique de l'oeuvre qui nous a amenes a nous pencher sur les images utilisees par l'auteur, bien qu'une te l l e etude soit generalement reservee a l a poesie. En effet, l a prose qui est par nature discursive ne refuse pas systematiquement l a meta- phore, comme en temoigne l'oeuvre de Proust. Le seul regret que l'on pourrait avoir en ce qui concerne l'oeuvre de Gabrielle Roy serait 1'absence des "anneaux d'un beau style". Emportee par sa reverie materielle, l a romanciere canadienne-francaise peut inventer des meta- phores qui font tout a coup s c i n t i l l e r une narration. Le prosateur devient alors poete meme s i l a prose se revile moins capable que le vers de ces reussites metaphoriques. Mais i l restera a Gabrielle Roy a t i r e r parti de ressources qui relevent plutot de 1'art de la compo- sition. Plutot qu'une metaphore flamboyante et inattendue qui illumine un poeme entier, on trouvera chez Gabrielle Roy tout un tissu serre de metaphores de base, generalement anthropomorphiques qui se repeteront ou se renouvelleront en se chargeant d'un sens different; plus que tout 234 autre aspect de l'oeuvre, elles contribueront a donner a ce l l e - c i son unite. Le romancier qui veut jouer de la metaphore se heurte des le debut a une di f f i c u l t e de t a i l l e : u t i l i s e r la metaphore a l'echelle de tout un roman 1'oblige a des prouesses; en effet le romancier par l a nature meme du genre qu' i l a adopte est oblige de travailler sur des emotions moins complexes que le poete, plus terre a terre, en tout cas. Meme s ' i l est fecond en trouvailles poetiques, i l se doit de sauvegarder l'unite des images en proscrivant impitoyablement celles qui ne se rattachent pas vraiment au theme dominant. Les Histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe, doivent par exemple une partie de leur beaute a l a constante presence de l'eau et de ses themes derives. Cependant, l a poesie s'oppose surtout au roman par son caractere quasi statique. Toujours centre sur un etat d'ame, l'interet du poete n'aspire pas a se deplacer, a suivre une intrigue, mais a approfondir, a savourer davantage ce qui l u i parait dote d'une importance unique. D'un autre cote, le roman presente toujours necessairement un caractere dynamique, des faits qui s'enchalnent. Tous les critiques du roman qui ont essaye d'en donner une definition ont ete d'accord pour reconnaitre qu'il est d'abord une histoire. Pour Jean-Paul Sartre, le roman est essentiellement un devenir; Jean Hytier prononce le mot "histoire" tous deux insistent sur le f a i t que le roman ne peut se passer de l a duree. 235 Par son caractere statique ou contemplatif, l a poesie s'oppose ainsi a l a caracteristique essentielle du roman. Et lorsque Paul Valery s'est defini un temperament anti-historique, i l a par la-meme confirme sa nature de poete ou de philosophe . Le poete s'immobilise sur une impression, une emotion ou sensation dans laquelle i l trouve sa nourriture; generalement cette emotion se s u f f i t a elle-meme. C'est ainsi que lorsque nous par Ions de poesie chez Gabrielle Roy, i l faut classer sa production l i t t e r a i r e en deux grandes categories, lesquelles, sans s'opposer, sont neanmoins bien distinctes. II y a d'abord les deux romans de l a v i l l e , Bonheur d'occasion et Alexandre Chenevert, qui sont veritablement des romans au sens s t r i c t du mot, avec une histoire et un dynamisme interne. Ce qui n'exclut pas l a poesie, bien entendu. Mais c e l l e - c i , soit f a i t partie de 1'intrigue (poesie de l a v i l l e , de l a misere, etc..) ou alors se cantonne dans les passages descriptifs empreints de lyrisme comme c'est le cas pour l a plupart des grandes scenes d'exterieur de ces deux romans. Nous avons ensuite les recueils de nouvelles ou les romans cham- petres (nous pensons en particulier a La Petite Poule d'eau). I c i l a nature est reine, 1'imagination s'attarde sur l a jeunesse et les reves; i l n'y a plus a proprement parler d'action, chaque recit se suffisant a lui-meme en narrant des souvenirs et des experiences differentes. C'est ainsi que l a poesie peut s'y deployer plus librement. Ce qui compte i c i c'est l a renaissance d'un passe qui est tout puissant dans 1'imagination 236 de l a romanciere canadienne-frangaise. Son monde favori est tres nettement celui d'une enfance qui n'a pas encore fait l a decouverte de la vie, ou 1'habitude ne joue pas encore son role destructeur. L'enfance est joie de vivre, decouverte incessante, purete originelle. La vraie vie, dans son esprit pourrait fort bien s'arreter a l'age adulte. D'ou l a tentation de voir dans le theme du voyage que nous avons suivi 1'expression du mythe du retour eternel adapte a l a Weltanschau- ung de l'auteur. Loin d'etre engloutissement dans l a mort et dans les tenebres, ce mythe serait pour elle retour a une enfance perdue, au paradis originel; on y retrouve le besoin d'etre reuni avec la mere, qui est toujours chez el l e beaucoup plus proche de 1'enfant que le pere. Gabrielle Roy qui semble avoir de bonnes raisons de ne pas aimer la vie moderne et sa lumiere de g r i s a i l l e se trahit meme dans l a fagon dont el l e joue de l a lumiere. Dans l a campagne, l a premiere caracte- ristique de ce l l e - c i est l a mobilite, l'appel au changement qui traduit l a nostalgie de l'absolu de l'auteur et sa double hantise de 1'evasion, ecartelee qu'elle est entre l a stabilite d'une vie sedentaire symbolisee par l'arbre et l a vision glorieuse et poetique d'une mobilite constante te l l e que definie i c i : "Etre a l a derive au f i l de l a vie.' Ressembler aux nomades! Errer dans le monde!"''" Nous retrouvons cette idee etendue cette fois au peuple canadien-frangais tout entier, ce qui te- moignerait que l'auteur considere cette faculte d'evasion comme un legs 1RJLA., p. 157. 237 du passe: "C'est pas l ' e x i l , dis-je, c'est chez nous le Manitoba. -Puis tous ceux de ta race, continua-t-elle, toi comme les autres, des independants, des indifferents, des voyageurs, chacun veut a l l e r de son cote. Et Dieu aussi.' Dans l'esprit de l a grand-mere le voyage est done considere comme quelque chose de negatif. Pour sa part e l l e est bien enracinee dans l a terre et a passe l'age auquel on pense a 1'evasion. De plus sa remarque exprime fort bien ce senti- ment d'alienation dont nous parlions plus haut. Le monde dans lequel elle v i t est un monde sans ligne directrice ou Dieu lui-meme ne s'y retrouve plus. L'homme n'est plus a l a mesure de sa destinee. Nous en revenons ainsi toujours a l a manifestation d'un humanisme quelque peu depasse, un humanisme de f i n de siecle, qui, plutot que de se r a l l i e r aux valeurs nouvelles de 1'epoque moderne, les rejette en bloc, contraignant ainsi Gabrielle Roy a se refugier dans une sorte de tour d'ivoire d'ou le reel est banni. Ses dernieres oeuvres sont caracteristiques a cet egard. Le theme de 1'enfance ayant ete epuise a travers les oeuvres anterieures, l'auteur eprouve l a necessity de se pencher sur des ethnies dont le mode de vie est menace par l'intrusion de l a societe industrielle. Les Esquimaux sont en train de perdre leur innocence originelle, au meme tit r e que 1'enfant qui passe a l'age adulte est pourri par 1'existence. Du moment que l'on empeche les Esquimaux de mourir selon leur tradition, R.A., p. 30. 238 qu'on leur amene les derniers progres de la technique comme le tele- phone, on fa i t de ces ethnies des victimes au meme ti t r e qu'un Alexandre Chenevert. C'est ainsi que l'oeuvre de Gabrielle Roy apparalt comme une denonciation globale d'une certaine conception du monde. Pris entre le reve et la realite, ses personnages misent sur un retour au passe qu'ils ne peuvent realiser qu'oniriquement, d'ou leur sentiment de frustration et d'impuissance. Le theme du voyage apparait ainsi comme quelque chose d'essentiellement dynamique et qui reflete sous forme d'image les aspirations de l'homme comme 1'exprime fort bien l a grand- mere dans La Route d'Altamont: Et e l l e me promettait que je connaltrais moi aussi plus tard ce que c'est que de partir, de chercher a l a vie, sans treve un recommencement possible - que peut-etre meme je pourrais en devenir lasse. 1 Ranarquons au passage que le charme propre aux oeuvres biographiques opere moins dans La Riviere sans repos. A l a lecture de cette oeuvre on a des raisons de croire que 1'imagination creatrice de l'auteur n'a pu se renouveler autant qu'elle 1'aurait voulu. La description des coutumes des Esquimaux tend a atti r e r le lecteur par son exotisme plutot que par ses vertus l i t t e r a i r e s , tendance qui s'est malheureusement con- firmee dans son dernier ouvrage, Cet ete qui chantait ou l'auteur peine a retrouver les qualites qui faisaient le charme de Rue Deschambault et de La Route d'Altamont. 1R.A., p. 164. 239 Est-ce l a courbe descendante qui s'amorce ainsi irremediablement dans l a production l i t t e r a i r e de Gabrielle Roy? Attendons le prochain ouvrage pour porter un jugement d e f i n i t i f . Un f a i t est cependant certain. Depuis l a publication de La Riviere sans repos on a tres nettement 1'impression que l'ecrivain s'essouffle, que 1'inspiration devient courte, bref qu'il est d i f f i c i l e a l'auteur de se renouveler. Remarquons toutefois que son dernier ouvrage f a i t toujours une large place aux deux themes que nous avons suivis a travers son oeuvre. Le theme de l'arbre, en particulier y joue toujours un grand role et l'une des histoires du l i v r e s'intitule "Les freres-arbres." L'imagination creatrice de Gabrielle Roy o s c i l l e de ses souvenirs de lecture de Duhamel et de Proust, a une espece d'emerveillement con- stant devant l a nature en general et l'homme qui s'y projette. Toute son oeuvre repose en f a i t sur un subtil mais fondamental desequilibre entre 1'enracinement et l'appel au voyage, deux forces qui sont ancrees profondement dans le subconscient de ses personnages. Meme l a mort de ceux-ci peut etre vue sous l'angle du voyage et de 1'arbre-nature. Pour Alexandre et Pierre Cadorai en particulier, l a mort c'est en f a i t le retour a l a Terre, cette mere de tous les etres vivants qui ne f a i t pas de distinction entre ses f i l s . La mort apparait done dans l'oeuvre de Gab- r i e l l e Roy, comme 1'aboutissement logique, le couronnement de ces existences qui se sont efforcees inlassablement de comprendre la nature humaine, Alexandre par une espece de saintete a son echelle, Pierre par l a quete 240 de l ' A r t . Pour ces deux r a t e s , l a mort represente l e p a r f a i t e q u i l i b r e , un bonheur e n f i n immobile, une espece de n i rvana . Cette i n s t a b i l i t e de l'homme contemporain ne peut cesser qu'avec l a mort, de meme que l ' a r b r e ne cessera de rever avec l e vent j u s q u ' a ce q u ' i l s ' a b a t t e . BIBLIOGRAPHIE I. Oeuvre de G a b r i e l l e Roy A. Romans Bonheur d'occasion. Montreal: Societe des E d i t i o n s P a s c a l , 1945. Autres e d i t i o n s : Montreal: Beauchemin, 1947. P a r i s : Flam- marion, 1947. Montreal: Beauchemin, 1965. Nouv. e d i t i o n (ne v a r i e t u r ) . La P e t i t e Poule d'eau. Montreal: Beauchemin, 1950. Autres e d i t i o n s : P a r i s : Flammarion, 1951. Montreal: Beauchemin, 1957. Montreal: Beauchemin, 1965. E d i t i o n d e f i n i t i v e . Alexandre Chenevert. Montreal: Beauchemin, 1954. Autres e d i t i o n s : P a r i s ; Flammarion, 1954. Montreal: Beauchemin, 1964. Rue Deschambault. Montreal: Beauchemin, 1955. Autres e d i t i o n s : P a r i s : Flammarion, 1955. Montreal: Beauchemin, 1967. La Montagne sec r e t e . Montreal: Beauchemin, 1961. Autre e d i t i o n : Montreal: Beauchemin, 1966. La Route d'Altamont. Montreal: E d i t i o n s HMH, 1966. La R i v i e r e sans repos. Montreal: Beauchemin, 1970. Cet ete q u i c h a n t a i t . Quebec^Montreal: Les E d i t i o n s Francaises, 1972. B. E c r i t s d i v e r s 1. Grands reportages Dans Le B u l l e t i n des a g r i c u l t e u r s : "La b e l l e aventure de l a Gaspesie." V o l . 36, no 11, hov. 1940. p. 8-9, 67. "La ferme, grande Industrie." V o l . 37, no 3, ifars 1941. p. 14, 32-33, 43. 242 "Nos agriculteurs ceramistes." Vol. 37, no 4, a v r i l 1941. p. 9, 44-45. "Les deux Saint-Laurent." Vol. 37, no 6, juin 1941. p. 8-9, 37, 40. "Est-Ouest." Vol. 37, no 7, j u i l . 1941. p. 9, 25-28. Reportage traitant de l a v i l l e de Montreal. "Un homme et sa volonte." Vol. 38, no 8, aout 1941. p. 9, 31-32. "Du port aux banques." Vol. 37, no 8, aout 1941. p. 11, 32-33. "Apres trois cents ans." Vol. "37, no 9, sept. 1941. p. 9, 37-38. La v i l l e de Montreal. "La cote de tous les vents." Vol. 37, no 10, oct. 1941, p. 7, 42-45. La Cote Nord. "Vive l'Expo." Vol. 37, no 10, oct. 1941. p. 11, 36-38. "Heureux les Nomades." Vol. 37, no 11, nov. 1941. p. 7, 47-49. Les Indiens du Canada. "La terre secourable." Vol. 37, no 11, nov. 1941. p. 11, 14-15, 59 63. Premier d'une serie de reportages sur l ' A b i t i b i . "Le pain et le feu." Vol. 37, no 12, dec. 1941. p. 9, 29-30. L'Abitibi. "Le chef de d i s t r i c t . " Vol. 38, no 1, janv. 1942. p. 7, 28-29. L'AbitihJ|. "Plus que le pain." Vol. 38, no 2, fev. 1942. p. 9, 33-35. L'Abitibi. "Pitie pour les institutrices." Vol. 38, no 3, mars 1942, p. 7, 45-46. L'Abitibi. "Bourgs d'Amerique." Vol. 38, no 4, a v r i l 1942. p. 9, 43-46. L'Abitibi. "Bourgs d'Amerique." Vol. 38, no 5, mai 1942. p. 9, 36, 37. L'Abitibi. "Peuples du Canada." Vol. 38, no 11, nov. 1942. p. 8, 30-32. Premier d'une serie de reportages sur les peuples du Canada. "Turbulents chercheurs de paix." Vol. 38, no 12, dec. 1942. p. 10, 39-40. Les Doukhobors du Canada. 243 "Femmes de dur labeur." Vol. 39, no 1, janv: 1943. p. 10, 25., Les Mehnonites du Canada. "L'avenue Palestine." Vol. 39, no 2, fev. 1943. p. 7, 32-33. Les Juifs du Canada. "De Prague a Good S o i l . " Vol. 39, no 3, mars 1943. p. 8, 46-48. Les Sudetes du Canada. "Ukraine." Vol. 39, no 4, a v r i l 1943. p. 8, 43-45. Les Ukrainiens du Canada. "Les gens de chez-nous." Vol. 39, no 5, mai 1943. p. 10, 33, 36-39. Les Canadiens-francais de l'Ouest du Canada. "La prodigieuse aventure de l a compagnie d'aluminium." Vol. 40, no 1, janv. 1944. p. 6-7, 24-25. Premier d'une serie de reportages intitules: Horizons du Quebec. Le premier porte sur le Saguenay. "Le pays du Saguenay: son ame et son visage." Vol 40, no 2, fev. 1944. p. 8-9, 37. "L'Ile-aux-Coudres." Vol. 40, no 3, mars 1944. p. 10-11, 43-45. "Un jour, je navigueraii" Vol. 40, no 4, a v r i l 1944. p. 10, 51-53. Peti te-Riviere-Saint-Francois. "Une voile dans l a nuit." Vol. 40, no 5, mai 1944. p. 9, 49, 53. La Baie-des-Chaleurs. "Allons, gai, au marche." Vol. 40, no 10, oct. 1944. p. 8-9, 17-20. Le peuple maralcher des environs de Montreal. "Physionomie des Cantons de l'Est." Vol. 40, no 11, nov. 1944. p. 10-11, 47-48. "L'accent durable." Vol. 40, no 12, dec. 1944. p. 10-11, 42-44. Histoire d'un petit village des Cantons de l'Est. "Le carrousel industriel des Cantons de l'Est." Vol. 41, no 2, fev. 1945. p. 8-10, 27-29. Asbestos, V i c t o r i a v i l l e , P l e s s i s v i l l e , Warwick. "Le carrousel industriel des Cantons de l'Est." Vol. 41, no 3, mars 1945. p. 8-11, 18. Granby, Drummondville, Sherbrooke. "L'appel de l a foret." Vol. 41, no 4, a v r i l 1945. p. 10-13, 54, 56-58. Le travail en foret au Quebec. 244 "Le long, long voyage." Vol. 41, no 5, mai 1945. p. 8-9, 51-52. Le flqttage"du bois vers les moulins. "La magie du coton." Vol. 41, no 9, sept. 1945. p. 8-10, 26-27. "La foret canadienne s'en va aux presses." Vol. 41, no 10, oct. 1945. p. 8-11, 19. "Dans l a vallee de l'or." Vol. 41, no 11, nov. 1945. p. 8-10, 51S52. Le Nord-Ouest quebecois. Dans Le Magazine Maclean: "Le Manitoba." Vol. 2, no 7, j u i l . 1962. «-p 18-21, 32-38. Dans La Revue Moderne: "London a Land's End." Vol. 21, no 7, nov. 1939. p. 13, 40-41. "Une menagerie scientifique." Vol. 23, no 1, mai 1941. p. 8-9, 36. Reportage sur un laboratoire de nutrition a 1'Universite de Montreal. Dans La Revue Populaire: "La Maison du Canada." 32e annee, no 8, aout 1939. p. 7, 56. La Maison du Canada a Londres. "Ou en est Saint-Boniface." 32e annee, no 9, sept. 1940. p. 68. 2. Courts reportages Dans Le Jour (Montreal): "Chacun sa verite." 27 mai 1939. p. 7. La liberte d'expression qui regne en Angleterre. "Le week-end en Angleterre." 3 juin 1939. p. 7. "L'heure du the en Angleterre." 17 juin 1939. p. 7. "Nous et les ruines." 27 juin 1939. p. 2. "Strictement pour les monsieurs..." ler j u i l . 1939. p. 7. "Ces chapeaux." 8 j u i l . 1939. p. 3. La nouvelle mode des chapeaux. "Les pigeons de Londres." 12 aout 1939. p. 4. 245 "Douce A n g l e t e r r e . " 5 aout 1939. p. 5. "Encore sur l e sujet de 1 ' h o s p i t a l i t e a n g l a i s e . " 19 aout 1939. p. 2. "La c u i s i n e de Mme Smith." 9 sept . 1939. p. 2. "Le p e t i t dejeuner p a r i s i e n . " 30 sept . 1939. p. 2. "Ceux dont on se p a s s e r a i t v o l o n t i e r s au cinema." 7 o c t . 1939. Cer ta ins acteurs de cinema. "Une t r o u v a i l l e p a r i s i e n n e . " 21 o c t . 1939. p. 2. " L ' A n g l a i s e amoureuse." 4 nov. 1939. p. 2. " S i on f a i s a i t l a meme chose au Pare L a f o n t a i n e . " 11 nov. 1939. p. 4. Photo de l ' a u t e u r en page 7. S i on f a i s a i t l a meme chose qu 'a Hyde Park. "En vagabondant dans l e mid i de l a F rance . Ramatuelle a Hyeres ." 2 dec. 1939. p. 7. "Le theatre sans femmes." 16 dec. 1939. p. 7. "Une messe en Provence." 27 janv. 1940. p. 2. 3. Contes, r e c i t s , nouvel les Dans Amerique F ranca ise : "La Va l lee Houdou." fev . 1945. p. 4-10. "Un vagabond frappe a notre p o r t e . " janv. 1946. p. 29-51. "La Camargue." M a i - j u i n 1952. p. 8-18. Dans Le B u l l e t i n des A g r i c u l t e u r s : "Les p e t i t s pas de C a r o l i n e . " V o l . 36, no 10, o c t . 1940. p. 11, 45-49. "La Grande Ber the ." V o l . 39, no 6, j u i n 1943. p. 4 -9 , 39-49. "La pension de v i e i l l e s s e . " V o l . 39, no 11, nov. 1943. p. 8, 32-33, 36. "La source au d e s e r t . " I. V o l . 42, no 10, o c t . 1946. p. 10-11, 30-47. "La source au d e s e r t . " II. V o l . 42, no 11, nov. 1946. p. 13, 42-48. 246 Dans Le Jour (Montreal): "Nicolax Sulez." 3 fev. 1940. p. 7. "De l a t r i s t e Loulou a son amie Mimi." 17 fev. 1940. p. 7. Dans Maclean's Magazine: " S e c u r i t y . " 15 sept. 1947. p. 20-21, 36, 39. Traduction de " S e c u r i t e " parue dans Combat en 1947, et dans La Revue Moderne en mars 1948. "Dead-Leaves." l e r j u i n 1947. p. 20, 37-38, 40, 42. Traduction de " F e u i l l e s mortes" parue dans Revue de P a r i s en janv. 1948. " S i s t e r Finance." 15 dec. 1962. p. 35, 38-44. Traduction de l a nouvelle suivante. Dans Le Magazine Maclean: "Ma cousine econome." V o l . 3, no 8, aout 1963. p. 26, 41-46. Dans Nouvelle Revue Canadienne: "Sainte-Anne-la-Palud." V o l . 1, no 2, a v r i l - m a i 1951. p. 12-18. Dans Les Oeuvres L i b r e s ( P a r i s ) : "La j u s t i c e en Donaca et a i l l e u r s . " Nouv. s e r i e , no 23, 1948. Dans Revue de P a r i s : " F e u i l l e s mortes." 56e annee, no 1, janv. 1948. Dans La Revue Moderne: "Le monde a l'env e r s . " V o l . 21, no 6, oct. 1939. p. 6, 34. " C e n d r i l l o n '40." V o l . 21, no 10, fev. 1940. p. 8-9, 41-42. "Une h i s t o i r e d'amour." V o l . 21, no 11, mars 1940. p. 8-9, 36-39. "Gerard l e p i r a t e . " V ol 22, no 1, mai 1940. p. 5, 37-39. "Bonne a marier." V o l . 22, no 2, j u i n 1940. p. 13, 40-42. 247 "Avantage p o u r . " V o l . 22, no 6, o c t . 1940. p. 5-6, 26. "La derniere peche." V o l . 22, no 7, nov. 1940. p. 8-9, 38. "Un Noe"l en r o u t e . " V o l . 22, no 8, dec. 1940. p. 8, 32-24. "La sonate a l ' A u r o r e . " V o l . 22, no 11,mars 1941. p. 9-10, 35-37. "A Okko." V o l . 22, no 12, a v r i l 1941. p. 8-9, 41-42. "S ix p i l u l e s par j o u r . " V o l . 23, no 3, j u i l . 1941. p. 17-18, 32-34. "Embobel ine." V o l . 23, no 6, o c t . 1941. p. 7-8, 28, 30, 33-34. "La grande voyageuse." V o l . 24, no 1, mai 1942. p . 12-13, 27-30. "La lune des moissons ." V o l . 29, no 5, sept . 1947. p. 12-13, 76-80. " S e c u r i t e . " Vol . 29, no 11, mars 1948. p. 12-13, 66-68. Dans La Terre et l e Foyer: (Ecole des ar ts domestiques, Parlement de Quebec). "Ma Vache." j u i l . - a o u t 1963. 4. P u b l i c a t i o n s d iverses "Reponse de Mademoiselle G a b r i e l l e Roy." Dans Societe Royale du Canada, Sect ion f r a n c a i s e , no 5, 1947-1948. p. 35-48. Discours de recept ion a l a Societe Royale. "Bonheur d ' o c c a s i o n a u j o u r d ' h u i . " Dans Le B u l l e t i n des A g r i c u l t e u r s , V o l . 44, no 1, janv . 1948. p. 6-7 , 20-23. Meme texte que l e precedent . "Chez-nous" (Notes et pensees) . Dans Le Devo i r , 17 j u i l . 1948. p. 5. "Souvenirs du Manitoba." Dans Memoires de l a Societe Royale du Canada, t . 48, 3e s e r i e , j u i n 1954, l e r e s e c t i o n , p. 1-6. "Comment j ' a i recu l e Femina." Dans Le Devo i r , 15 dec. 1956. p. 2 et 7. Decce qu i s ' e s t passe en 1947 depuis son a r r i v e e en France jusqu 'a 1 ' a t t r i b u t i o n du p r i x . "Les Terres nouvel les de Jean-Paul Lemieux." Dans La Vie des A r t s , no 29, h ive r 1962-63. p. 39-43. 248 "Quelques reflexions sur l a litterature canadienne d'expression francaise." Dans Le Quartier Latin, 27 fev. 1962. p. 7. "Temoignage." Dans Le roman canadien-francais. Archives des Lettres canadiennes, t. III. (Montreal: Fides, 1965), p. 302-306. Gabrielle Roy a aussi f a i t paraltre plusieurs extraits de ses livres dans des revues. Signalons en particulier: "Wilhelm" (extrait de Rue Deschambault). Dans Chatelaine, j u i l . 1959. "Grand-mere et l a poupee" (La Route d'Altamont). Dans Chatelaine, Vol. 1, no 1, oct. 1960. p. 25, 44-46, 48-49. 5. Interviews Duncan, D., "Triomphe de Gabrielle." Dans Maclean's Magazine, 15 a v r i l 1947. p. 23, 51-54. Jasmin, J., "Entrevue avec Gabrielle Roy." A 1'emission televisee Premier Plan, 30 janv. 1961. Radio-Canada, canal 2, Montreal. Parizeau, A., "Gabrielle Roy, l a grande romanciere canadienne." Dans Chatelaine, Vol. 7, no 4, a v r i l 1966. p. 44, 118-123, 137, 140. Texte des plus interessants. Gabrielle Roy y parle surtout de l a femme canadienne, du mariage, du couple, du bonheur. Tasso, L., "Bonheur d'occasion est le temoignage d'une epoque, d'un endroit et de moi-meme." (Gabrielle Roy). Dans La Presse, 17 a v r i l 1965. p. 9. II. Generalites sur l a litterature canadienne-francaise Barbeau, V., La Face et 1'envers. - Essais critiques. (Montreal: Academie canadienne-francaise, 1966). Bergeron, G., Le Canada frangais apres deux siecles de patience. (Paris: Seuil, 1967). Bessette, G, , "French Canadian Society As Seen By Contemporary Novelists." Queen's Quarterly (1962), no 2, p. 177-197. Une Litterature en ebullition. (Montreal: Editions du Jour, 1968). 249 Bosco, M. , L'Isolement dans le roman canadien-francais. These de doctorat, Faculte des Lettres, Universite de Montreal, 1953. Brochu, A., "La nouvelle relation ecrivain-critique." Parti Pris, janv. 1965. p. 52-62. Charbonneau, R., Connaissance du personnage. (Montreal: Ed. de 1'Arbre, 1944). Cloutier, C., "L'homme dans le roman ec r i t par les femmes." Incidences, no 5, a v r i l 1964. p. 9-12. Collet, P., L'Hiver dans le roman canadien-francais. (Quebec: Les Presses de 1'Universite Laval, 1965). Dumont, F. et Falardeau, J.-C., "Litterature et societe canadiennes- francaises," deuxieme colloque de l a revue Recherches socio- graphiques. (Quebec: Les Presses de l'Universite Laval, 1964). Ethier-Blais, J., Signets II. (Montreal: Le Cercle du li v r e de France, 1967). Falardeau, J.-C, "Les milieux sociaux dans le roman canadien-f rancais contemporain." Litterature et societe canadiennes-francaises. (Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1964), p. 124-144. Notre societe et son roman. (Montreal: HMH, 1967). "L'evolution du heros dans le roman quebecois." Dans Litterature canadienne-francaise. Conferences J.A. de Seve, 1-10. (Presses de l'Universite de Montreal, 1969). F i l i a t r a u l t , J., "Le bonheur dans le roman canadien-frangais." Liberte, 18, vol. 3, no 6, dec. 1961. p. 754. Gauthier, J., La Recherche d'un humanisme chez quelques romanciers canadiens contemporains. These de maitrise, University of British Columbia, 1960. Gay, P., "Le roman canadien-frangais de 1900 a nos jours." L'Enseignement secondaire, vol. 43, no 1, janv. 1964, p. 21-26. "L'amour dans le roman canadien-frangais." L'Enseignement secondaire, vol. 44, no 5, nov.-dec. 1965. p. 233-248. Grandpre,P. de, (Montreal: Dix ans de vie l i t t e r a i r e au Canada-francais. Be auchemin, 19 6 6). 250 Hayne, D.M., "Les grandes options de l a litterature canadienne- francaise. " Etudes francaises, lere annee, no 1, fev. 1965. p. 68-89. Hughes, E. C., Rencontre de deux mondes - l a crise d'industrialisation du Canada-francais. Trad, de 1'anglais par J.C. Falardeau. (Montreal: Ed. L. Parizeau, 1964). Le Grand, A., "Lettres quebecoises: une parole enfin liberee." Maintenant, no 68-69, sept. 1967. p. 267-272. Marceau, C., L'Ecrivain canadien face a l a realite. (Montreal: Edition Nocturne, 1962). Marcotte, G., Une litterature qui se f a i t . (Montreal: HMH, 1966;;nouv. ed. augm., 1968). Paradis, S., Femme f i c t i v e , Femme reelle. Le personnage feminin dans le roman feminin canadien-francais. (Quebec: Garneau, 1966). Parizeau, A., "L'erotisme a l a canadienne." Liberte, vol. 9, no 6, nov.-dec. 1967. p. 94-100. Rachel-Eveline, Sr., L'hiver dans le roman canadien. These de M.A. , Faculte des Lettres, Universite de Montreal, 1962. Robidoux, R. et Renaud, A., Le Roman canadien-francais du XXe siecle. (Ed. de 1'Universite d'Ottawa, 1966). Sainte-Marie-Eleuthere, Sr., La Mere dans le roman canadien-francais. (Quebec: Presses de l'Universite Laval, 1964). Coll. Vie des Lettres canadiennes. Sirois, A., Montreal dans le roman canadien. (Montreal et Paris: Didier, 1968). Sylvestre, G., Conron, B., Klinck, C., "Gabrielle Roy." Ecrivains canadiens - Canadian Writers. (Montreal: HMH, 1964). Tougas, G., Histoire de l a litterature canadienne-frangaise, 2e ed. rev. et augm. (Paris: P.U.F., 1964). Tuchmaier, H.-S., "L'evolution du roman canadien-frangais." La Revue de l'Universite Laval, vol. 14, no 3, nov. 1959. p. 235-247. Vachon, G.A., ^''L'espace politique et social dans le roman quebecois." Recherches sociographiques, vol. VII, no 3, sept.-dec. 1966. p. 268-273. Vanasse, A., "Vers une solitude desesperante (La notion d'etranger dans l a litterature canadienne,V)" Action Nationale, vol. 55, no 7, mars 1966. p. 844-851. 251 Warwick, J., The Long Journey: Literary Themes of French Canada. (Toronto: University of Toronto Press, 1968). Wyczynski, P., Poesie et symbole: perspectives du symbolisme - Emile Nelligan, Saint-Denys-Garneau, Anne Hebert, le langage des arbres. (Montreal: Librairie Deom, 1965). Ouvrages en collaboration, Le Roman canadien-frangais. Evolution, temoignages, bibliographie. Archives des Lettres canadiennes, t. I l l (Montreal: Fides, 1965). "Roman 1960-1965." Liberte 42, nov.-dec. 1965. III. Etudes sur Gabrielle Roy et son oeuvre Allard, J., "Le chemin qui mene a La Petite Poiile d'eau." Cahiers de Sainte-Marie, no 1, mai 1966. p. 57-69. Bertrand, M., 'La Montagne secrete et 1'esthetique de Gabrielle Roy. Memoire en vue du D.E.S., Faculte des Lettres, Universite de Montreal, 1965. Bessette, G. , "Bonheur d 'occasion!" Action Universitaire, t. 18, no 4, j u i l . 1952. p. 53-74. "La Route d'Altamont, clef de La Montagne secrete." Livres et Auteurs canadiens, 1966. p. 19-24. "Alexandre Chenevert de Gabrielle Roy." Etudes Litteraires, vol. 2, no 2, 1969. p. 177-202. Brochu, A., "Un apergu sur l'oeuvre de Gabrielle Roy." Le Quartier Latin, 20, 22, 27 fev. 1962. p. 8, 4, 11. "Themes et structures de Bonheur d'occasion." Ecrits du Canada frangais, t. 22, Montreal 1966. p. 163-208. Brown, A., "Gabrielle Roy and the Temporary Provincial." The Tamarack Review, no 1, automne 1956. p. 61-70. Charland, R. et Samson, J.-N., Gabrielle Roy. (Montreal: Fides, 1967). 252 Collin, W.E., "La Petite Poule d'eau." University of Toronto Quarterly, vol. 20, no 4, j u i l . 1951. p. 395-396. "Rue Deschambault.11 University of Toronto Quarterly, vol. 25, no 3, a v r i l 1956. p. 394-395. Desrochers, J.-P., La Famille dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. These de M.A., Universite Laval, Quebec, 1965. Duhamel, R., "La destinee d'un anonyme." L'Action Universitaire, 20e annee, no 4, j u i l . 1954. p. 50-52. Ethier-Blais, J., "La Montagne secrete de Gabrielle Roy." Le Devoir, 28 octobre 1961. p. 11. Gaulin, M.-L., Le Theme du bonheur dans l'oeuvre de Gabrielle Roy. These de M.A. Universite de Montreal, Faculte des Lettres, 1961. "Le monde romanesque de Roger Lemelin et de Gabrielle Roy." Le roman canadien-frangais, Archives des Lettres canadiennes, t. I l l (Montreal: Fides, 1965), p. 133-151. "La Route d'Altamont." Incidences, no 10, aout 1966. p. 27-38. Genuist, M., La Creation romanesque chez Gabrielle Roy. (Montreal: Le Cercle du l i v r e de France, 1966). Grosskurth, P., "Gabrielle Roy." Canadian Literature, automne 1969. p. 6-13. Hayne, D.M., "Gabrielle Roy." The Canadian Modern Language Review, vol. 21, no 1, oct. 1964. p. 20-26. Hornyansky, M., "Countries Of The Mind." Tamarack Review, no 27, printemps 1963. p. 80-89. Lapointe, J., "Quelques apports positifs de notre litterature d'imagination." Cite l i b r e , no 10, oct. 1954. p. 17-36. Lauzieres, A.-E., "Bonheur d'occasion, La Petite Poule d'eau, Alexandre Chenevert (Coups de sonde dans le roman canadien)." Revue de l'Universite d'Ottawa, vol. 26, no 3, juil.-sept. 1956. p. 312-313. Le Grand, A., "Gabrielle Roy ou l'etre partage." Etudes francaises, lere annee, no 2, juin 1965. p. 39-65. 25 3 Lemire, M., "Bonheur d'occasion ou le salut par l a guerre." Recherches sociographiques, vol. 10, no 1, 1969. p. 23-35. Lombard, B., "La Petite Poule d'eau." . Revue de l'Universite Laval, vol. 5, no 5, janv. 1951. p. 467-471. "La Route d'Altamont." Revue de l'Universite Laval, vol. 21, no 2, oct. 1966. p. 196-198. Lougheed, W.C., "Introduction to The Cashier." (Toronto: McClelland and Stewart, 1963), New Canadian Library, no 40. p. v i i - x i i i . McPherson, H., "The Garden And The Cage." Canadian Literature, no 1, ete 1959. p. 46-57. "The Hidden Mountain." Canadian Literature, no 15, hiver 1963. p. 74-76. McPherson, H., Introduction to The Tin Flute. (Toronto: McClelland and Stewart, 1958), New Canadian Library, no 5. p. v-xi. Major, A., "La Route d'Altamont." Le Petit-Journal, 17 a v r i l 1966. p. 42. Marcotte, G., "Rose-Anna retrouvee." Action Nationale, vol. 38, no 1, janv. 1951. p. 50-52. "Vie et mort de quelqu'un." Le Devoir, 13 mars 1954. p. 6. "Toute les routes vont par Altamont." La Presse, 16 a v r i l 1966. Supp."Arts et Lettres',' p. 4. Menard, J., "La Montagne secrete." (Bilan l i t t e r a i r e de l'annee 1961). Archives des Lettres canadiennes, t. II, (Montreal: Fides, 1963), p. 335-337. Murphy, J.J., "Alexandre Chenevert: Gabrielle Roy's Crucified Canadian." Queemls Quarterly. (1965), no 2. p. 334-346. O'Leary, D., Le Roman canadien-francais. (Montreal: Le Cercle du liv r e de France, 1954). Pallascio-Morin, E., "Gabrielle Roy sur l a route d'Altamont." L'Action, 9 sept. 1966. p. 21. Pinsonneault, J.-P., "Alexandre Chenevert." Lectures, t. 10, a v r i l 1954. p. 356-358. 254 Robichaud, R., "Rue Deschambault." Nouvelle Revue Canadienne, vol. 3, no 4, mars-avril 1956. p. 226. Robidoux, R. et Renaud, A., "Bonheur d'occasion." Le Roman canadien-francais du vingtieme siecle. (Ottawa: Ed. de l'Uni- versite d'Ottawa, 1966), p. 75-91. Roy, J.-J., "Bonheur d'occasion." Revue de l'Universite d'Ottawa, vol. 16, no 2, avr i l - j u i n 1946. p. 220-221. Roy, P.-E. , "Gabrielle Roy ou l a di f f i c u l t e de s'ajuster a l a realite." Lectures, nouvelle serie, vol. 11, no 3, nov. 1964. p. 55-61. Sirois, A., "Le mythe du Nord." Revue de l'Universite de Sherbrooke, vol. 4, no 1, oct. 1963. p. 29-36. Soumande, F., "La Montagne secrete." Revue de l'Universite Laval, vol. XVI, no 5, janv. 1962. p. 449-451. Sylvestre, G., "Reflexions sur notre roman." Culture, t. 12, 1951. p. 227-246. "La Petite Poule d'eau. (Ou en est notre litterature?)." Revue de l'Universite d'Ottawa, vol. 21, no 4, oct. dec. 1951. p. 445. "Alexandre Chenevert." Nouvelle Revue Canadienne, vol. 3, no 3, avril-mai 1954. p. 155-156. Therio, A., "Le portrait du pere dans Rue Deschambault de Gabrielle Roy." Livres et auteurs quebecois (1969), p. 237-243. Tougas, G., "Rue Deschambault." The French Review, vol. 30, no 1, oct. 1956. p. 92-93. "La Montagne secrete." Livres et auteurs canadiens,(1961), p. 11-12. Vachon, G..-A. , "Chretien ou Montrealais." Maintenant, no 38, fev. 1965. p. 71-72. "Gabrielle Roy: de Saint-Henri a l a rue Sainte Catherine." La Presse, 3 a v r i l 1965. Supp. "Arts et Lettres." 255 IV. Ouvrages critiques fondamentaux Alberes, R.-M., Les Hommes traques. (Paris: La Nouvelle Edition, 1953). Histoire du roman moderne. (Paris: Albin Michel, 1962). Metamorphoses du roman. (Paris: Albin Michel, 1966). Le Roman d'aujourd'hui. 1960-1970. (Paris: Albin Michel, 1970). Axthelm, P.M., The Modern Confessional Novel. (New Haven and London: Yale University Press, 1967). Barrere, J.-B., La Cure d'amaigrissement du roman. (Paris: Albin Michel, 1964). Barrett, W. , Irrational Man. (London: Mercury Books, 1964). Barriere, P., La Vie intellectuelle en France du XVIe siecle a 1'epoque contemporaine. (Paris: Albin Michel, 1961). Bataille, G., L'experience interieure. (Paris: Gallimard, 1954). Baumgart, R., Aussichten des Romans oder hat Literatur Zukunft. (Neuwied-Berlin, 1968). Bloch-Michel, J., Le Present de l' i n d i c a t i f . (Paris: Gallimard, 1963). Braibant, C. , <= Le Metier d'ecrivain. (Paris: Correa, 1951). Bree, G. and others, Literature and Society. (University of Nebraska Press, 1964). Ca i l l o i s , R., Puissances du roman. (Paris: Gallimard, 1942). Le Mythe et l'homme. (Paris: Gallimard, 1938). L'Homme et le sacre. (Paris: Gallimard, 1950). Cattaui, G., "Esthetiques et Poetiques contemporaines." Critique, fev. 1959. Charney, H., "Le heros anonyme: de Monsieur Teste aux Mandarins." The Romanic Review, dec. 1959. Cormeau, N., Physiologie du roman. (Bruxelles: La Renaissance du li v r e , 1947). 256 Curtius, E.R. , Franzb'slcher Geist im 20. Jahrhundert. (Bern : Francke, 1952). Daiches, D., The Novel and the Modern World. (University of Chicago Press, 1939). Duhamel, G., Essai sur l e roman. (Paris: Lessage, 1925). Edel, L., The Modern psychological Novel. (New York: Grosset & Dunlap, 1964). Eliade, M. , Aspects du mythe. (Paris: Gallimard, 1963). Frohock, W.M., Style and Temper - Studies i n French Fiction, 1925 - 1960. (Harvard University Press, 1967). Girard, R., Mensonge romantique et verite romanesque. (Paris: Grasset, 1961). Haedens, K., Paradoxe sur le roman. (Marseille: Sagittaire, 1941). Hartt, J.N. , The Lost Image of Man. (Louisiana State University Press, 1963). Kayser, W. , Entstehung und Krise des modemen Romans. (Stuttgart, 1963). Lesser, S.O., Fiction and the Unconscious. (Boston: Beacon Press, 1957). Lewis, R.W.B., The Picaresque Saint. (Philadelphia and New York: Lippincott, 1956). Magny, C.-E., Les Sandales d'Empedocle. (Neuchatel: La Baconniere, 1945). L'Age du roman americain. (Paris: Seuil, 1948). Picon, G<«i L'ecrivain et son ombre. (Paris: Gallimard, 1953). Rousset, J.-P., Forme et signification. (Paris: Jose Corti, 1963). Sartre, J.-P., Les mots. (Paris: Gallimard, 1964). V. Divers Bachelard, G., L'Eau et les reves; essai sur 1'imagination de l a matiere. (Paris: Jose Corti, 1956). 257 Bachelard, G., La Psychanalyse du feu. (Paris: Gallimard, 1958). La Terre et les reveries de l a volonte. (Paris: Jose Corti, 1958). L'Air et les songes; essai sur l'imagination du mouvement. (Paris: Jose Corti, 1959). La Poetique de l a reverie. (Paris: P.U.F., 1960). Bergson, H., Essai sur les donnees immediates de l a conscience. (Paris: F. Alcan, Editeur, 1938). Bloch-Michel, J., Le Present de l ' i n d i c a t i f . (Paris: Gallimard, 1963). Bourget, P., Le Disciple. (Paris: Lemerre, 1893). Chardon, P., Expliquez-moi... Marcel Proust. (Paris: Foucher, 1948). Duhamel, G., La Vie et les aventures de Salavin. (Paris: Mercure de France, 5 vol., 1920-1932). 3 Scenes de l a vie future. (Paris: Mercure de France, 1930). Deux patrons, suivi de Vie et mort d'un heros de roman. (Paris: Hartmann, 1937). La Chronique des Pasquier. (Paris: Mercure de France, 10 vol., 1933-1944). El i o t , T.S., "Reflections on Contemporary Poetry." The Egoist, July 1919. Gerin-Lajoie, A., Jean Rivard, Scenes de la vie reelle. (Montreal: J.-B. Rolland et F i l s , 1877). Gide, A., L'Immoraliste. Bibliotheque de l a Pleiade. (Paris: Gallimard, 1958). Goethe Faust I. Editions Montaigne. (Paris: Aubier, 1932). Hemon, L., Maria Chapdelaine. (Montreal: Fides, 1959). Hoffman, J., L'humanisme de Malraux. (Paris: Klincksieck, 1963). James, W., Precis de psychologie. (Paris; Marcel et Cie, Editeurs, 1915). Traduit de 1'anglais par E. Baudin et G. Bertier). Jung, C. G., Von den Wurzeln des Bewusstseins. (Zurich, 1954). 258 Koch, K., Der Baumtest, des Baumweichenversuch als psychodiagnostisches Hilfmittel. (Bern, 1957) Laurette, P., Le Theme de l'arbre chez Paul Valery. (Paris: Klincksieck, 1967). Malraux, A., Les Voix du silence. (Paris: Gallimard, 1951). Mansuy, M., Gaston Bachelard et les elements. (Paris: Jose Corti, 1967). Matthews, H., The Hard Journey: The Myth of Man's Rebirth. (London: Chatts & Windus, 1968). Novalis Heinrich von Ofterdingen. Editions Montaigne (Paris: Aubier) reimpression non datee. Onimus, J., "Poetique de l'arbre." Revue des Sciences humaines, fasc. 101, janv.-mars, 1961. Praz, M. , The Neurotic i n Literature. Occasional paper no 9. Melbourne University Press, 1965. Proust, M., A l a Recherche du temps perdu. Bibliotheque de l a Pleiade. (Paris: Gallimard, 1954). Ricoeur. , P., "Le symbole donne a penser." Revue Esprit, juil.-aout 1959. p. 60-76. Sylvestre§ G., Anthologie de l a poesie canadienne-francaise. (Montreal: Beauchemin, 1963). Tison-Braun, M., La Crise de l'humanisme: le conflit de l'individu et de l a societe dans l a litterature francaise moderne. T. I, 1890- 1914, T. II, 1914-1939. (Paris: Nizet, 1958). Valery, P., Cahiers. (Paris: C.N.R.S., 1957). "Dialogue de l'arbre." Oeuvres, Bibliotheque de l a Pleiade, (Paris: Gallimard, 1960). Woolf, V., L'Art du roman. (Paris: Seuil, 1963). A N N E X E S 260 A N N E X E I Je v o i s t r o i s statues de ma mere. Et l e mot de statue n'est pas, j e l e d i s , presomptueux, pour ce que s i g n i f i a i t au monde c e t t e personne hu m i l i e e . La mere de ma p e t i t e enfance e s t , tout e n t i e r e , assentiment, extase, don e t pardon. P a r f a i t don de s o i et t o t a l pardon de toute offense. E l l e e s t jeune encore, mais courbee vers des travaux sans f i n , des douleurs acceptees dans l'enthousiasme e t savourees comme l e s n o u r r i - tures de l'ame. S'eleve ensuite une f i g u r e p l u s austere. Non pas moins pure, non pas moins tendre, mais r o i d i e contre l e vent. C'est l e visage de l ' e t e . Toute l a ramure est pesante de f r u i t . E l l e va f l e c h i r , craquer peut- e t r e . Quel e f f o r t de chaque f i b r e pour ne pas l a i s s e r p e r i r l ' e p u i s a n t , l e v i v a n t fardeau.' Et c'est p l u s t a r d , b ien plus t a r d , que s u r g l t l a t r o i s i e m e personne. E l l e n'est pas, comme on l e p o u r r a i t c r o i r e , usee par l e s d e f a i t e s , ruinee dans sa substance et dans sa f o i , mais, au c o n t r a i r e , confirmee dans l a majeste des v i e i l l e s regences, dans l a v i c t o i r e obstinee des t r a d i t i o n s , des mensonges r e c o n f o r t a n t s , des fa b l e s p u r i f i c a t r i c e s . Que l ' e t e r n i t e c h o i s i s s e l a premiere ou l a derniere de ces images! Pour 1'autre, l a s o u f f r a n t e , s i j e l a f a i s r e v i v r e i c i , c'est peut-etre dans l ' e s p o i r de l a be r c e r , de l'endormir, de l ' e n s e v e l i r e n f i n dans l e consolant sommeil. Const r u i r e un pont, d i s c e r n e r une l o i de l a nature, composer un l i v r e , ordonner une symphonie, v o i l a de grands e t d i f f i c u l t u e u x travaux. F a i r e une f a m i l l e l a r e c h a u f f e r sans cesse, l ' e t r e i n d r e jusqu'aux supremes demembrements, c'est une oeuvre d'art a u s s i , l a plus fuyante, l a plus decevante de toutes. Combien de f o i s a i - j e decouvert, dans un visage de femme, c e t t e pensee o p i n i a t r e , c e t t e pensee presque toujours muette et q u i t r a v a i l l e a t a t o n s , et qui souvent, demeure ignorante d'elle-meme?* Georges Duhamel, Le J a r d i n des betes sauvages, p. 138-139. 261 A N N E X E II Vers le bout de l a rue du Chateau, s'elevait salubre, austere, l'encens des trains et des machines. La rue, en ce temps lointain, etait interrompue par un passage a niveau. Les charroyeurs et les cochers s'arretalent en jurant devant les barrieres que l a manoeuvre des convois tenait longuement fermees. Plus heureux, les pietons pouvaient, pour gagner l a rue du Cotentin et les spacieux deserts du boulevard de Vaugirard, emprunter une passerelle gracile qui sautait d'un bond de chevre pardessus les voies ferrees. J'aimais de m'arreter au milieu de l a passerelle. On apercevait, d'un cote, l'espece de canal fumeux qui fuyait vers des campagnes, des v i l l e s , des provinces en vacance. De 1'autre cote, le regard atteignait tout de suite les nefs embrumees de l a gare, trous d'ombre, terriers a wagons. A droite, a gauche, on decouvrait les ateliers, les butoirs, les cabines des aiguilleurs, les rotondes comparables, selon le moment et le jour, tantot a des temples charbonneux ou des ouvriers adoraient les locomotives divines, tantot a des ecuries dont on t i r a i t , d'heure en heure, un cheval d'acier, luisant, piaffant, pret a l a course. Parfois, comme nous revions l a , le monde tremblait, tout a coup. Un long train, serpent fabuleux, nous f i l a i t entre les jambes. Sa fumee noire, un instant, nous i s o l a i t , comme les dieux de l'orage, dans de sulfureuses tenebres. 1 II s'arreta au centre de l a place Saint-Henri, une vaste zone sillonee du chemin de fer et de deux voies de tramways, carrefour plante de poteaux noirs et blancs et de barrieres de surete, clairiere de bitume et de neige salie, ouverte entre les clochers, les domes, a l'assaut des locomotives hurlantes, aux vollees de bourdons, aux timbres erailles des trams et a l a circulation incessante de l a rue Notre-Dame et de l a rue Saint-Jacques. ' La sonnerie du chemin de fer eclata. Grele, enervante et soutenue, ell e c r i b l a l ' a i r autour de l a cabine de 1'aiguilleur. Jean crut entendre au lo i n , dans l a neige sifflante, un roulement de tambour. II y avait maintenant, ajoutee a toute 1'angoisse et aux tenebres du fau- bourg, presque tous les soirs, l a rumeur de pas cloutes et de tambours que l'on entendait parfois rue Notre-Dame et parfois meme des hauteurs de Westmount, du cote des casernes, quand le vent soufflait de l a montagne. 262 Puis tous ces bruits furent noyes. Un long tremblement gagna le faubourg. A l a rue Atwater, a l a rue Rose-de-Lima, a l a rue du Couvent et maintenant place Saint-Henri, les barrieres des passages a. niveau tombaient. I c i , au carrefour des deux arteres principales, leurs huit bras de noir et de blanc, leurs huit bras de bois ou luisaient des fanaux rouges se rejoignaient et arretaient l a circulation. A ces quatre intersections rapprochees l a foule, matin et soir, pietinait et des rangs presses d'automobiles y ronronnaient a l'etouffee. Souvent alors des coups de klaxons furieux animaient l ' a i r comme s i Saint-Henri eut brusquement exprime son exasperation contre ces trains hurleurs qui, d'heure en heure, le decoupent violemment en deux parties. Georges Duhamel, Le Notaire du Havre, p. 94-95. Bonheur d'occasion, p. 31-32. 263 A N N E X E III P o u v a i t - i l se douter de l'emoi q u i l a soulevant, A z a r i u s , cet homme e x t r a o r d i n a i r e I Encore une f o i s , n ' a v a i t - i l pas trouve l e chemin ou ses d e s i r s r e f o u l e s se cachaient, comme e f f r a y e s d'eux- memes. "Les sucres!..." Ces deux mots avaient a peine frappe son o r e i l l e q u ' e l l e e t a i t p a r t i e revant sur l a route d i s s i m u l e e de ses songeries. A i n s i , c ^ e t a i t done une j o i e q u ' e l l e a v a i t p r e s s e n t i e a 1'arrivee d'Azarius et q u i l ' a v a i t bouleversee presque autant qu'un malheur, tant e l l e en a v a i t perdu l'habitude; une j o i e v e n a i t a e l l e , l u i coupait l e s o u f f l e . Voyons, e l l e d e v a i t e t r e p l u s r a i s o n n a b l e , ne pas s'abandonner a i n s i . Et pourtant, e l l e se v o y a i t deja l a - b a s , dans l e s l i e u x de son enfance; e l l e avancait a t r a v e r s 1 ' e r a b l i e r e , dans l a neige molle, vers l a cabane a sucre e t , oh, miraculeusementI e l l e avancait a longues f o u l e e s , avec sa demarche de jeune f i l l e s v e l t e , a l l a n t , cassant des branches au passage... E l l e a u r a i t pu d i r e . "Ce v i e i l arbre a donne du s i r o p pendant s i x ans, c e l u i - l a beaucoup moins, et t e l autre n'a coule que quelques j o u r s a chaque printemps." Mais ce q u ' e l l e n ' a u r a i t pas su d i r e , c ' e t a i t encore l a ce qui l ' e p r o u v a i t l e p l u s : l e s b o i s montrant de grandes taches en- s o l e i l l e e s ou l a neige disparue m e t t a i t a nue l a t e r r e r o u i l l e e t l e s f e u i l l e s p o u r r i e s de l'automne; l e s troncs humides ou l e s gouttes s c i n t i l l a i e n t comme des p e r l e s du matin; l a grande avenue q u i se c r e u s a i t , aeree, v a s t e , percee a j o u r entre l e s sommets degarnis. E l l e ne c e s s a i t de v o i r s u r g i r , se recomposer, s'animer, s'en chainer l e s d e l i c e s de son enfance. Au p i e d des plus grands arbr e s , 1'ombre et l a neige se t a s s a i e n t encore, mais l e s o l e i l , p l u s haut chaque j o u r , p e r c a i t plus avant entre l e s erables ou des s i l h o u e t t e s a f f a i r e e s vivement c o u r a i e n t ; son oncle A l f r e d a c t i v a i t l e s chevaux, charroyant du b o i s coupe pour e n t r e t e n i r l e grand feu de l a cabane; l e s enfants en tuniques rouges, jaunes, v e r t e s , s a u t a i e n t comme des l a p i n s ; et l e chien Pato l e s s u i v a i t a t r a v e r s l a c l a i r i e r e e t dans l e s sous-bois avec des jappements que l e s coteaux se renvoyaient. C ' e t a i t g a i , c l a i r , joyeux; e t son coeur b a t t a i t d'aise. E l l e v o y a i t l e s seaux d ' e t a i n q u i b r i l l a i e n t au p i e d des e r a b l e s ; e l l e entendait l e son mat de ceux que l'on t r a n s p o r t a i t a br a s , debordant de seve, e t que p a r f o i s l'on h e u r t a i t ; e l l e e ntendait encore un mince murmure, moins qu'un r u i s s e l l e m e n t , plus doux que l e b r u i t d'une le n t e p l u i e de printemps sur l e s f e u i l l e s jeunes et l i s s e s : l e s erables saignant a p l a i e s ouvertes, c ' e t a i t l e son de m i l l e gouttes j o i n t e s une a une q u i tombaient. Rose-Anna p e r c e v a i t encore l e p e t i l l e m e n t du grand feu de l a cabane; e l l e v o y a i t l a seve blonde dans l e s b a s s i n s , 264 qui, en gros bouillons, se levait et soudain comme des bulles d'air crevait; le gout du sirop etait sur ses levres, l a senteur sucree dans ses narines; et toute l a rumeur de l a foret dans son souvenir. Puis l a vision changeait. Elle se trouvait dans l a maison des vieux, aupres de ses belles-soeurs, de ses freres, et entouree de leurs enfants qu'elle ne connaissait pas tous, les nais- sances se multipliant tres vite chez eux. Elle parlait avec sa v i e i l l e mere qui, dans un coin de l a cuisine, se bercait. Jamais demonstrative n i fort aimable, l a v i e i l l e madame Laplante reservait cependant un accueil chaleureux a sa f i l l e qu'elle n'avait point vue depuis bien des annees. La v i e i l l e prononcait quelques paroles encou- rageantes; l a piece les enveloppait toutes deux dans un moment de confidences. Toute l a maison gardait de l'erabliere comme un lo i n - tain murmure. Sur l a table reposait un grand baquet de neige; on y jetait du sirop qui durcissait aussitot et devenait une belle tire odorante et couleur de miel. Rose-Anna fremit. Elle voyait ses enfants se regaler de trempettes et de toques, douceurs toutes nouvelles pour eux. Elle revint d'un long, d'un magnifique voyage,et, ses yeux tombant sur le travail de couture qu'elle tenait a l a main, un soupir l u i echappa.* Bonheur d'occasion, p. 151-152.

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
Canada 31 2
United States 16 0
Russia 9 0
France 9 0
Italy 7 0
Germany 5 26
Japan 3 0
Mauritius 1 0
Mali 1 0
Guadeloupe 1 0
Unknown 1 0
Mexico 1 0
United Kingdom 1 0
City Views Downloads
Unknown 38 26
Montreal 8 0
Toronto 4 0
Lasalle 4 0
Nepean 4 0
Porto Torres 3 0
Tokyo 3 0
Mountain View 3 0
Paris 2 0
Sherbrooke 2 0
La Tuque 2 0
Ottawa 2 0
Dallas 2 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}
Download Stats

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0099970/manifest

Comment

Related Items