Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le parler français qub̈écois le parler français plus ... ou moins? : analyse sociolinguistique des… Sloan, Darla Dawn 1992

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-ubc_1992_fall_sloan_darla_dawn.pdf [ 4.75MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0098924.json
JSON-LD: 831-1.0098924-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0098924-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0098924-rdf.json
Turtle: 831-1.0098924-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0098924-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0098924-source.json
Full Text
831-1.0098924-fulltext.txt
Citation
831-1.0098924.ris

Full Text

LE PARLER FRANÇAIS QUEBECOIS LE FRANÇAIS PLUS...OU MOINS? ANALYSE SOCIOLINGUISTIQUE DES NIVEAUX DE LANGUE EN FRANCO-QUEBECOIS by DARLA DAWN SLOAN B.A. The University of B r i t i s h Columbia, 1990 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES (Department of French) We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA September 1992 ^ Darla Dawn Sloan, 1992 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of hME/UCLHr The University of British Columbia Vancouver, Canada Date a. /993L DE-6 (2/88) Abstract The advent of s o c i o l i n g u i s t i c s has engendered a change i n the general attitude towards l i n g u i s t i c evolution. Once seen as evidence of the erosion of a language, l i n g u i s t i c v a r i a t i o n i s now understood to be e s s e n t i a l to the s u r v i v a l of a language. Those languages which can adapt to a wide range of ever-changing s o c i a l contexts are best suited to thri v e i n today's technologically based s o c i e t i e s . In other words, i t i s not h i s t o r i c a l "purity" but rather s o c i o l i n g u i s t i c d i v e r s i t y which best predicts a idiom's chances for s u r v i v a l . It i s these s o c i a l c r i t e r i a that we used i n our i n v e s t i g a t i o n into the state of the French language i n Quebec. Our aim was to challenge the long standing b e l i e f that since the B r i t i s h Conquest of 1760, the s o c i o l i n g u i s t i c climate of North America i s such that the v a r i e t y of French spoken i n Quebec i s merely a "popular" version of European French that has - as a r e s u l t of years of i s o l a t i o n from France - evolved into an independent and impoverished language. After examining, i n each of the preliminary chapters of the present study, two s o c i o l i n g u i s t i c issues that have greatly affected l i n g u i s t i c evolution i n Quebec - namely the evolution of the l i n g u i s t i c consciousness of Quebecers and the evolution of the concept of "standard language" - we hypothesised that because today's generation of Quebecers tend to have a more acute l i n g u i s t i c consciousness than did t h e i r predecessors, they are better prepared to defend t h e i r language by extending i t s uses and thus ensuring that Canadian French continues to meet the s o c i o l i n g u i s t i c demands of modern society. In the t h i r d chapter, we attempted to gather empirical l i n g u i s t i c data to support t h i s hypothesis. Because we were endeavouring to determine the state of Quebec French, that i s , whether or not the va r i e t y of French spoken by Quebecers i s s o c i o l i n g u i s t i c a l l y divers enough to survive i n modern society, we chose to examine speech registers as they are represented i n two modern French d i c t i o n a r i e s published i n 1988 - one European, the P e t i t Robert (henceforth the PR); and one French-Canadian, the Dictionnaire du français plus (henceforth the Plus). A f t e r analyzing the data we reached three p r i n c i p l e conclusions. F i r s t l y , since, as a whole, the four " f a m i l i a r " speech r e g i s t e r s that we studied, namely " f a m i l i e r " , "populaire", "vulgaire" and "argotique", constitute only 4% of the t o t a l nomenclature of the Plus, i t i s u n j u s t i f i e d to say that "Quebec French" i s synonymous with f a m i l i a r speech. Secondly, the fact that approximately 70% of the French-Canadian words i n each of the four r e g i s t e r s can also be found i n France, proves that the language spoken i n Quebec i s a d i a l e c t of French and not an autonomous language. F i n a l l y , i n each of the four registers studied, there were found to e x i s t words which are c l a s s i f i e d i n a "higher" speech r e g i s t e r i n France than i n Quebec. From t h i s we concluded that i t i s Quebecers, and not the French who are the true l i n g u i s t i c " p u r i s t s " . Table des matières Abstract i i Introduction 1 Chapitre 1 13 Chapitre 2 36 Chapitre 3 56 Le Niveau f a m i l i e r 72 Le Niveau populaire 112 Le Niveau vulgaire 125 Le Niveau argotique 128 Conclusion 133 Bibliographie 140 Introduction Toute société évolue mais ce n'est qu'en jetant un regard vers l e "bon vieux temps" qu'on avance vers l e futur. Ce fais a n t , on reproche toujours aux jeunes - qui, plutôt que de vo u l o i r préserver l e passé, cherchent à forger leur v i e à p a r t i r d'un avenir i n c e r t a i n - de ne pas respecter les valeurs et l a culture de leurs aînés. Et puisque les valeurs et l a culture se transmettent, pour l a plupart, au moyen de l a langue, i l n'est pas surprenant qu'on accuse - et cela indépendamment de l a culture en question^ - l e s générations successives, chacune avec ses propres innovations langagières, de "mal pa r l e r " et de perpétuer a i n s i l a détérioration de l a qualité de l a langue. Mais e x i s t e - i l vraiment des groupes sociaux dont l a langue est menacée? A en juger par l e nombre d ' a r t i c l e s qui abordent l e s questions d'ordre l i n g u i s t i q u e dans les revues et les journaux français, on d i r a i t que, de toutes les cultures, ce sont les francophones qui s'inquiètent l e plus de leur langue. Peut-être serait-on porté à c r o i r e q u ' i l s'agit là d'un phénomène localisé et récent: dans les colonies françaises, l e français se trouve souvent concurrencé par d'autres langues. Cet état de choses devrait avoir comme résultat l a contamination du français et cette contamination ne devrait qu'empirer avec l'avènement de l a r a d i o d i f f u s i o n qui f a c i l i t e l a communication entre groupes sociaux. Cependant, l a ^Le f a i t même qu'on a publié un l i v r e t e l que La Crise des langues (Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française, 1985), qui décrit " l a c r i s e " t e l l e qu'elle se manifeste dans plusieurs cultures, en est l a preuve. qualité de l a langue n'est pas l a préoccupation des seules colonies françaises t e l l e que l e Québec. En f a i t , s i un grand nombre des soucis l i n g u i s t i q u e s des Québécois sont aussi ceux des spécialistes français^ et s i ce sont souvent ces derniers qui prennent l ' i n i t i a t i v e en matière de p o l i t i q u e linguistique^, peut-être est-ce parce que l ' i n c l i n a t i o n des francophones à s u r v e i l l e r leur langue naquit en France même. Ce sont les grammairiens français de l'époque classique qui sonnèrent l'alarme et qui, après avoir fondé l'Académie Française, en 1635, f i r e n t répandre l e goût pour l a correction l i n g u i s t i q u e dans toute l a francophonie. Mais s i en France - un pays qui, i l y a b e l l e l u r e t t e déjà, s'affirma aux plans s o c i o - c u l t u r e l et l i n g u i s t i q u e - on s'inquiète de l a langue, i l est normal que, sur ce p e t i t îlot francophone qu'est l e Québec, l a question de l a s i t u a t i o n a c t u e l l e de l a langue française fasse couler beaucoup d'encre. D'autant plus que, bien que l e français, en Amérique du Nord, a i t réussi - du moins jusqu'à présent - à résister au pouvoir assimilateur de l ' a n g l a i s . ^La présence accrue de l'image, de l a télévision, a i n s i que l'importance amoindrie du mot écrit dans l a vie quotidienne des jeunes inquiètent non seulement les Québécois (voir Georgeault, 1981 et Bédard et Maurais, 1981), mais aussi l e s Français. Par exemple l e grammairien français, Gerald Antoine, dénonce " l a domination écrasante de l'image, l a tyrannie séduisante de l a télévision" (Lanes, 1980: p.89), qui font de l'écrit "un état de langue en voie d'extinction" (Lanes, 1980: p.85). ^Le gouvernement français adopta l e projet de l o i Bas-Lauriol, l o i qui exige l'emploi du français dans "les échanges commerciaux, les contrats de t r a v a i l et l a publicité en France" (Gueunier, 1985: p.10) en 1975, deux ans avant l a mise en vigueur de l a l o i 101 au Québec. plusieurs affirment qu'on ne peut r i e n considérer comme a l l a n t de s o i . Le jour où les Québécois cesseront de se battre pour assurer l a survie du français, cette langue disparaîtra de leur pays: La langue n'est actuellement une valeur que pour ceux qui sont conscients de s'en s e r v i r et d'en avoir besoin. Ceux qui l'emploient inconsciemment, comme i l s marchent ou comme i l s mangent, parce q u ' i l s sont préoccupés du souci de survivre, ne peuvent pas r e s s e n t i r l'urgence de l a défendre comme un bien, une richesse, un trésor (Riddez, 1987: p.23). L'idée q u ' i l faut être conscient de se s e r v i r de l a langue -c'est-à-dire q u ' i l faut avoir une certaine "conscience l i n g u i s t i q u e " - s i on espère l a défendre est partagée par tous les spécialistes qui se penchent sur l a question de l'avenir du français au Québec. Cependant, ce sur quoi i l s ne sont pas d'accord, c'est l e degré de conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois. A l a lumière des nombreux changements socio-économiques qui eurent l i e u au Québec depuis les années soixante, i l est normal que les Québécois d'aujourd'hui aient une perception de l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e très différente de c e l l e de leurs parents. I l reste cependant à décider s i cette nouvelle perception - dans l'ensemble positive* - est bien fondée ou s i e l l e est injustifiée et donc *Plusieurs études parmi c e l l e s que nous discuterons dans l e deuxième chapitre de notre t r a v a i l , et qui t r a i t e n t de l ' a t t i t u d e langagière des Québécois depuis l a Révolution Tra n q u i l l e corroborent les résultats de Daniel Monier (1986) qui conclut à l a f i n de son étude que: A l a lumière des données de ce sondage réalisé en octobre 1985, l a société francophone apparaît s a t i s f a i t e de l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e a c t u e l l e , généralement optimiste i l l u s o i r e ^ I l y a, de façon générale, en ce qui concerne l'opinion des spécialistes, deux courants: d'un côté, ceux qui croient que les Québécois d'aujourd'hui ont une conscience l i n g u i s t i q u e de plus en plus forte et que, par conséquent, l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e se s e r a i t considérablement améliorée; et de l'autre côté, ceux qui nous avertissent que l e français est dans une p o s i t i o n de plus en plus précaire. Selon les tenants de l a première théorie, les e f f e t s p o s i t i f s de certains changements sociaux t e l s que l ' i n d u s t r i a l i s a t i o n et l'urbanisation se f i r e n t s e n t i r non seulement au plan socio-économique mais aussi au plan l i n g u i s t i q u e : Avec l a Révolution t r a n q u i l l e est née et s'est développée au Québec, une nouvelle classe moyenne et une nouvelle élite... . Formée surtout de fonctionnaires, de professeurs, de cadres et d'employés des secteurs public et privé, d'esprit c i t a d i n plutôt que r u r a l , plus i n s t r u i t e et plus articulée, désireuse d'élargir ses horizons et son t e r r a i n d'action, cette nouvelle classe...a p r i s rapidement conscience q u ' i l f a l l a i t adapter son instrument l i n g u i s t i q u e , l e moderniser, en même temps qu'on devait donner à l a langue française au Québec, un statut s o c i a l prédominant (Gendron, 1990a: p.54). quant à l'avenir et ouverte à l a culture anglophone (Monier, 1986: p. 67). Plus les Québécois se sentent en sécurité l i n g u i s t i q u e , moins i l s sont conscients de devoir continuer à se battre pour protéger leur langue. Par conséquent, un faux sentiment de sécurité en ce qui concerne l a langue s'avérerait plus n u i s i b l e à l'avenir du français au Québec que l'ancienne impression d'infériorité l i n g u i s t i q u e dont nous parlerons dans l e premier chapitre de notre t r a v a i l . En d'autres mots, 11 y a deux facteurs qui j u s t i f i e n t l a naissance, chez les Québécois, d'un sentiment de sécurité l i n g u i s t i q u e que n'éprouvait pas l a génération précédente: un niveau général de s c o l a r i s a t i o n plus élevé et une certaine ouverture sur l e monde. I l devient évident que l a s c o l a r i s a t i o n joue un rôle important dans l a protection et dans l e développement du français au Québec lorsqu'on se rend compte que, pour ce qui est des anglicismes, l a plus grande menace l i n g u i s t i q u e au Québec, " l e pourcentage des Québécois fortement anglicisés se recrute chez les moins i n s t r u i t s . . . [ q u i ] . . . , par ce fa i t , . . . d i s c r i m i n e n t très peu les deux langues sources" (Laflamme, 1980: p.48). Toutefois, un niveau d ' i n s t r u c t i o n plus élevé ne constitue pas l a seule force motrice de l'évolution l i n g u i s t i q u e au Québec: s i l'école n'a pas réussi, par exemple, à remplacer hamburger par hamberqeois dans l e lexique québécois, c'est parce que l e public n'en voyait pas l'utilité. Ceci revient à d i r e que c'est l a conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois qui est déterminante^. Aussi, certains affirment que, c'est parce que les Québécois d'aujourd'hui sont plus i n s t r u i t s et, en même temps, plus ouverts sur l e monde', que ces derniers sont plus portés à défendre l e français "comme un bien, une richesse, un trésor" (Riddez, 1987: p.23). V o i r Aléong et Winer (1982) pour une l i s t e plus exhaustive des principaux facteurs qui, selon eux, inf l u e n t l e plus sur l'évolution l i n g u i s t i q u e du français québécois. 'c'est-à-dire plus désireux de p a r t i c i p e r pleinement à l a société du 20e siècle, et de se f a i r e entendre non seulement en tant que Québécois mais aussi en tant que société active et influente au sein de l a francophonie mondiale. Néanmoins, selon certains l i n g u i s t e s , cette ouverture sur l e monde constitue une menace apocalyptique pour l e français au Québec : On a développé une conscience du monde mieux intégrée. La fréquentation assidue des Néo-Québécois à l'école ou dans les l o i s i r s , a f a i t découvrir l'appartenance du Québec à un plus grand ensemble. Etre Québécois, oui, mais citoyen du monde aussi. Cette façon de v o i r s'inspire de nobles principes. E l l e recèle aussi des dangers pouvant conduire à l'absence de conscience des conditions p o l i t i q u e s assurant l a sauvegarde et l e développement du caractère français du Québec...(Rocher, 1987: p.104). Et en e f f e t , l o r s de discussions avec des jeunes sur l'avenir du français au Québec, l e Conseil de l a langue française découvrit que les questions lingu i s t i q u e s occupent une place d'arrière- plan dans l ' e s p r i t des jeunes Québécois. Ces derniers se soucient plus de l a paix mondiale, du taux de chômage et de l'environnement que du f a i t français au Québec. Pour ce qui est de l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e , i l s éprouvent un sentiment de sécurité s i f o r t que, "au début les jeunes ont avoué q u ' i l s ne s'étaient jamais posé l a question et se demandaient ce q u ' i l s venaient f a i r e à de t e l l e s réunions" (Gagné et a l . , 1985: P.10) Evidemment, nous ne sommes pas en mesure de conclure, après un examen s u p e r f i c i e l de ces deux façons de v o i r les choses -s'opposant sur de nombreux points mais présentant chacune des Les auteurs disent cependant que, à mesure que les jeunes y réfléchissaient, ce sentiment de sécurité devenait moins marqué. arguments convaincants - laquelle est l a plus valable. Les Québécois, plus i n s t r u i t s et plus ouverts d'esprit, conduisent-ils l e français vers une r i v e sécuritaire ou cette langue risque-t-e l l e , plus que jamais auparavant, de se noyer dans l a mer anglophone qu'est l'Amérique du Nord? Notre t r a v a i l a pour but d'essayer de répondre à cette question. Pour ce f a i r e , i l faudra examiner, de façon plus détaillée, l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e au Québec. La langue est un objet s o c i a l ; aussi, pour bien comprendre l'évolution de l a langue, f a u t - i l étudier l'évolution de l a société: nous ne pourrions espérer t i r e r des conclusions justes sur l'avenir du f a i t français au Québec en passant sous silence l e contexte s o c i a l dans lequel évolue l a langue. C'est pour cette raison que, avant de passer à une étude systématique et purement l i n g u i s t i q u e du p a r l e r français québécois, nous nous attarderons sur deux questions s o c i a l e s . Dans l e dessein de trouver un indice du chemin "évolutionniste" que suivra l e franco-québécois dans les années à venir, nous examinerons d'abord les t r o i s grandes périodes historiques dans l'évolution de l a conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois^ qui pourraient être caractérisées par les descriptions ^Les s o c i o l i n g u i s t e s sont tous d'accord que nos attitudes langagières ont une très grande influence sur notre comportement. Nous croyons, par conséquent, qu'une étude diachronique de l'état de l a conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois devrait nous éclairer sur l a question des événements qui ont pu engendrer des changements li n g u i s t i q u e s a i n s i que sur c e l l e du cheminement futur de l a langue française au Québec, suivantes: " l a honte de ne parler n i comme les Français, n i comme l a classe s o c i a l e dominante anglophone", " l ' a f f i r m a t i o n de sa spécificité l i n g u i s t i q u e " et " l a quête d'une identité l i n g u i s t i q u e meliorative". Dans un deuxième chapitre, nous examinerons comment l'évolution de l ' a t t i t u d e langagière des Québécois modifia et fut modifiée par l'évolution de l a notion de "norme l i n g u i s t i q u e " et nous essayerons, par l a suite , de mieux cerner ce qu'est l a norme au Québec. Nous nous attarderons sur cette question parce que, selon l a définition sociolinguistique du terme, " l a norme" est un point de référence c u l t u r e l et peut, par conséquent, v a r i e r d'une culture à l'autre. Comme nous l e verrons plus l o i n , depuis l'avènement de l a socio l i n g u i s t i q u e , i l ne s u f f i t plus de c h o i s i r une des variétés du français hexagonal comme o u t i l de comparaison^"; i l faut d'abord se demander s i une t e l l e variété constitue, selon les Québécois eux-mêmes, l a langue standard au Québec. Une f o i s délimitée, nous pourrons nous s e r v i r de cette langue standard pour évaluer de façon plus objective l a qualité a c t u e l l e du français au Québec. Et c'est justement ce genre d'évaluation que nous chercherons à f a i r e dans l e troisième chapitre de notre t r a v a i l . Mais i l faut Nous ne pourrions pas espérer confirmer ou infirmer, par exemple, l'ancienne hypothèse selon laquelle l e franco-québécois n'est qu'un parler f a m i l i e r sans préciser, de prime abord, ce par rapport à quoi i l est f a m i l i e r . noter que dans le cadre de l a présente étude, c'est l'absence, et non pas l a présence, d'écarts par rapport à l a langue standard qui s e r a i t l ' i n d i c e d'un avenir précaire pour l e franco-québécois. Ceci s'explique par l e f a i t que, selon les s o c i o l i n g u i s t e s , l a langue standard ne constitue pas " l e bon usage". E l l e est plutôt un des bons usages possibles. La langue standard est une variété de langue parmi d'autres qui s'emploie dans des contextes l i n g u i s t i q u e s spécifiques. Pour cette raison, d i r e que les Québécois parlent mal parce q u ' i l s ne se servent pas invariablement de l a langue standard - même s ' i l s'agit d'une langue standard qui conserverait un a i r québécois - s e r a i t aussi injuste que d'affirmer que l e parler français québécois est inférieur parce que différent de c e l u i des Français. La langue est un instrument et un "instrument, un o u t i l se juge par ses possibilités de remplir certaines tâches, répondre à certains besoins" (François, 1976: p.69). En d'autres mots, l a seule façon d'a r r i v e r à des conclusions f i a b l e s sur l a stabilité/précarité de l a s i t u a t i o n du français québécois s e r a i t d'évaluer l a diversité des usages de c e l u i - c i : plus l e français québécois s'emploie dans des contextes so c i o l i n g u i s t i q u e s variés, plus i l est probable que cette langue survivra. Puisque nous voulons examiner l e l i e n entre l a langue et l e contexte s o c i o l i n g u i s t i q u e , nous avons décidé d'entreprendre une étude des indications de niveau de langue dans les dictionnaires^^ car, après tout, ce sont ces indications qui nous renseignent sur les "connotations de nature soc i a l e , c u l t u r e l l e ou a f f e c t i v e qui dans l e discours accompagnent nécessairement, quoique avec un r e l i e f v a r iable, l e contenu sémantique et grammatical des unités..." (Imbs, 1969: p. 51). Notre étude prendra l a forme d'un dépouillement d'un di c t i o n n a i r e d'usage québécois, à savoir l e Dictionnaire du français plus (1988). Nous y relèverons tous l e s mots^^ accompagnés d'une marque de niveau (fam, pop, vulg, arg) et nous chercherons ensuite ces mêmes mots dans un d i c t i o n n a i r e français comparable, l e P e t i t Robert de 1988^^. En comparant les indications de niveau de langue dans ces deux d i c t i o n n a i r e s " nous espérons trouver des indices^^ de l'état actuel du français ^^ On pourrait envisager d'autres façons d'aborder cette question. Le f a i t que nous avons décidé de nous concentrer sur l e lexique et de passer sous silence l a v a r i a t i o n s o c i o l i n g u i s t i q u e en morpho-syntaxe ou en phonétique relève d'un choix personnel. Nous donnerons, l o r s de notre discussion dans l e troisième chapitre du présent t r a v a i l , des arguments en faveur d'une étude 100% l e x i c a l e . ^^Peut-être s e r a i t - i l u t i l e de préciser ce que nous entendons par "mot". Dans l a présente étude "mot" s i g n i f i e "entrée dans l a nomenclature des dictionnaires en question". ^^Dorénavant, ce premier dictionnaire sera désigné par l e s i g l e Plus, ce dernier par PR. ^*Nous discuterons de notre choix d ' o u t i l s de t r a v a i l dans l e chapitre en question. ^^ Comme nous l e verrons plus l o i n , nous ne pourrons pas nous attendre à a r r i v e r à des conclusions tranchées et définitives avec une étude de ce genre (voir l e troisième chapitre du présent t r a v a i l pour en savoir davantage). Mais nous pourrons quand-même en dégager des tendances et s i ces tendances sont assez fo r t e s , i l est probable qu'elles correspondent à l a réalité s o c i o l i n g u i s t i q u e québécoise. québécois: des résultats démontrant qu'un grand nombre de mots québécois de r e g i s t r e s différents ne figurent pas dans l a nomenclature du PR, s i g n i f i e r a i e n t , par exemple, que l e français québécois est en t r a i n de devenir une langue autonome. Ou, s i notre dépouillement confirme l'ancienne hypothèse selon l a q u e l l e l e français québécois s e r a i t avant tout une variété de langue familière, on pourrait conclure que l a langue que parlent l e s Québécois n'est pas assez diversifiée pour s'adapter à n'importe quelle s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e et risque, par conséquent, d'être remplacée par une autre - l ' a n g l a i s , par exemple - qui pourrait remplir plus de tâches communicatives grâce à un éventail plus diversifié de niveaux de langue. Chapitre 1 L'Evolution de l a conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois de l a honte de mal parler à l a quête d'une identité l i n g u i s t i q u e meliorative Selon les chercheurs en psychologie s o c i a l e , nos attitudes exercent une grande influence sur notre comportement. Aussi, pour qu'un peuple s'épanouisse aux plans socio-économique et c u l t u r e l , f a u t - i l non seulement que ce peuple s o i t perçu mais aussi q u ' i l se perçoive de façon favorable. A force de se f a i r e d i r e q u ' i l est inférieur par rapport à un autre groupe - pour quelque raison que ce soit^ - un groupe s o c i a l peut f i n i r par se c r o i r e inférieur et v o i r l ' a s s i m i l a t i o n au groupe dominant comme l a seule voie d'accès à l a mobilité s o c i a l e : D'ordinaire, l e groupe dominant érige son usage l i n g u i s t i q u e en modèle, s i bien que l'emploi d'une variété de langue peu prestigieuse par les groupes dominés réduit leurs chances de mobilité s o c i a l e . Les locuteurs des groupes minoritaires sont donc souvent confrontés au dilemme suivant: v i s e r l a mobilité so c i a l e en adoptant l a variété l i n g u i s t i q u e du groupe dominant ou maintenir leur identité propre en conservant leur variété l i n g u i s t i q u e (Poplack, 1990: p. 127). Cependant, un groupe dominé peut aussi décider de ne pas accepter sa p o s i t i o n dans l a hiérarchie s o c i a l e et de se battre pour plus de pouvoir socio-économique, tout en préservant son autonomie. Cette l u t t e pour l e pouvoir peut même a l l e r , dans certains cas, jusqu'à un renversement des rapports de force entre les groupes en question. Le cas du Québec en fo u r n i t un excellent ^Bien que l a langue ne s o i t pas l a seule barrière s o c i a l e - i l existe de nombreux groupes sociaux opprimés en raison de leurs pratiques c u l t u r e l l e s ou r e l i g i e u s e s , par exemple - e l l e en est une des p r i n c i p a l e s . Tant qu'un groupe ne parle pas l a langue de ceux qui dominent socio-économiquement, ce groupe gardera une p o s i t i o n secondaire dans l a hiérarchie s o c i a l e . exemple. Ne pouvant accepter de rester en po s i t i o n de dominés partout au Canada, même en t e r r i t o i r e québécois, et refusant de se vo i r comme inférieurs par rapport aux anglophones, les Québécois se mirent à revendiquer leurs d r o i t s et réussirent à arracher un ce r t a i n pouvoir socio-économique aux mains des anglophones. Le f a i t que l e français est aujourd'hui l a langue du t r a v a i l , de l'école et de l'administration au Québec indique q u ' i l est peu probable que l e français - et par conséquent, les francophones -s o i t jamais dominé de nouveau par l'anglais au Québec. Mais pourquoi l a langue devient-elle un enjeu s i important dans ces débats socio-politiques? La réponse est très simple. Puisque l a langue française constitue l e p r i n c i p a l symbole de l'identité québécoise^, pour que les Québécois régnent chez eux, i l faut que leur langue y règne aussi. Aussi tout l e débat sur l e statut des Québécois se réduit-il à l a question du statut du français ou, plus précisément, des différentes variétés de français ^D'après certains, l a langue ne représente qu'un des éléments de l a culture. Lui attr i b u e r l a primauté, sinon l'exclusivité, des principes de l'identité ethnique...c'est l u i att r i b u e r une force dont e l l e ne dispose pas en ce moment (Tremblay, 1990: p. 658). Cependant, nous croyons que, puisque l a quasi-totalité des biens c u l t u r e l s des peuples du monde sont, s o i t engendrés, s o i t transmis au moyen de l a langue, c'est justement dans l a langue que réside l a culture. au Québec.^ Et puisque, comme nous l'avons déjà d i t , nos attitudes influencent notre comportement, i l s'ensuit que l ' a t t i t u d e l i n g u i s t i q u e des Franco-Québécois i n f l u e n c e r a i t les mesures qu'entreprendraient ces derniers pour préserver l e f a i t français au Québec. En d'autres mots, l'avenir du français au Québec dépendrait moins du statut absolu de cette langue que du résultat de l ' i n t e r a c t i o n entre les t r o i s facteurs suivants: l a connaissance qu'ont les sujets parlants de l a réalité l i n g u i s t i q u e au Québec, leurs jugements de valeur et leurs attitudes face à cette réalité et l e comportement qu'adopte l e peuple pour maintenir ou pour changer l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e au Québec* Et l a question est d'autant plus épineuse que l a perception qu'ont les Québécois de l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e peut correspondre ou non à l a réalité et que "leurs usages peuvent être conséquents ou non par rapport à leurs a t t i t u d e s " (Bédard et Maurais, 1981: p. 22). Etant donné l e rôle primordial de l a conscience l i n g u i s t i q u e C^omme nous l e verrons dans l e deuxième chapitre du présent t r a v a i l , l e p r i n c i p a l obstacle contre lequel se heurtent ceux qui espèrent promouvoir un français standard qui conserverait, au Québec, un a i r québécois, c'est l e mythe selon lequel "«français québécois» et «français populaire»...[sont]...des appellations qui recouvrent une même réalité" ( P o i r i e r , 1986a: p. 24). Mais i l faut se rendre compte que tout Québécois a besoin d'un o u t i l l i n g u i s t i q u e assez malléable pour s'adapter à l a diversité des situ a t i o n s l i n g u i s t i q u e s - de l a plus familière à l a plus soutenue. Aussi, s e r a i t - i l plus juste de v o i r l e parl e r français québécois non pas comme une entité homogène mais plutôt comme un éventail de variantes l i n g u i s t i q u e s , chacune s'employant dans des contextes précis. *Selon Bédard et Maurais (1981), c'est cet ensemble de facteurs sociolinguistiques qui forme l a conscience l i n g u i s t i q u e d'un individu ou d'un groupe s o c i a l . dans l'évolution du français québécois et l a complexité de l a question, nous consacrons tout un chapitre à l'évolution de l a conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois. Nous espérons que l a discussion qui s u i t nous aidera à expliquer les résultats de notre dépouillement et nous éclairera sur l a question de l'avenir du français au Québec. D'après les témoignages des premiers v i s i t e u r s au Québec, au début de l a colonisation, l a qualité du parl e r français des Québécois r i v a l i s a i t avec c e l l e des Européens. Au Québec, des gens de diverses régions de France se trouvaient sur un même t e r r i t o i r e et éprouvaient un besoin d'intercommunication - une s i t u a t i o n qui n ' e x i s t a i t pas en France à cette époque-là. I l leur f a l l a i t un par l e r commun et puisque l e di a l e c t e de l'Ile-de-France était l a langue des gens i n s t r u i t s , du clergé et de l'administration -c'est-à-dire des classes supérieures^ - ce d i a l e c t e f i n i t par s'imposer comme l a langue o f f i c i e l l e des Québécois ( P o i r i e r , 1991). Cette "pureté" l i n g u i s t i q u e fut l'objet de nombreuses louanges dans les premiers écrits sur l e par l e r français québécois. Pour ne c i t e r qu'un seul exemple, Pehr Kalm, l o r s d'un voyage au Canada en 1749 écrit c e c i : ^Nous discuterons plus l o i n du rôle déterminant des classes s o c i a l e s supérieures dans l a normalisation l i n g u i s t i q u e . Tous, i c i , tiennent pour assuré que les gens du commun parlent ordinairement au Canada un français plus pur que n'importe quelle province... de France et q u ' i l s peuvent même, à coup sûr, r i v a l i s e r avec Paris. Ce sont les Français nés à Paris, eux-mêmes, qui ont été obligés de le reconnaître (Pehr Kalm cité dans P o i r i e r , 1991: p. 62) . C'est après l a Conquête de 1760 que l a s i t u a t i o n commença à changer. Le sentiment de fierté l i n g u i s t i q u e des Québécois se transforma en complexe d'infériorité. Coupés de l a France et sous l'in f l u e n c e du contact croissant avec l ' a n g l a i s , les écarts entre l e français québécois et son homologue hexagonal se multiplièrent. Le p a r l e r français québécois, l e par l e r d'un groupe francophone de pouvoir socio-économique limité fut jugé, par conséquent, inférieur à c e l u i des Français.^ Et c'est à cause de cette honte de ne plus par l e r comme les Français que surgirent les "campagnes du bon pa r l e r " préconisant l'alignement t o t a l sur l e français hexagonal comme défense contre toute "contamination" future du français québécois par l' a n g l a i s . Mais l e rôle de l'anglais dans l e développement du complexe d'infériorité l i n g u i s t i q u e chez les Québécois ne se l i m i t a pas à l a catalyse du processus de différenciation des deux variétés de français. Après tout, jusqu'à récemment l e Québec avait été ^11 est intéressant de noter que les jugements négatifs sur l e français québécois viennent non seulement des Français - et des Québécois affligés de ce complexe d'infériorité l i n g u i s t i q u e - mais aussi de Britanniques t e l s que John Lambert qui écrit en 1807 que les écarts entre l e français de France et l e français québécois sont l e résultat de " f i f t y years communication with B r i t i s h s e t t l e r s ; i f not, they never merited the praise of speaking pure French" (Lambert cité dans Caron-Leclerc, 1989: p. 96). majoritairement r u r a l ; les agriculteurs francophones vivaient et t r a v a i l l a i e n t , pour l a plupart, sans beaucoup de contact avec l e s administrateurs anglophones qui s'établissaient généralement dans les centres urbains. Cependant, même s i l a connaissance de l'a n g l a i s était au début limitée à des régions précises du Québec, "anglais" était partout synonyme de "succès" et l a prépondérance de l'a n g l a i s dans les domaines de l a fonction publique et de l a gestion des grandes entreprises, entre autres, contribua "à donner à l ' a n g l a i s un très grand prestige et à f a i r e c r o i r e aux francophones q u ' i l s u f f i s a i t de savoir l'anglais pour réussir dans l a v i e " (Dulong, 1967: p. 13). Aussi, même avant l a ruée vers 1'a n g l i c i s a t i o n que fut l'époque de l'urbanisation, les Québécois désireux d'améliorer l a qualité de vie de leurs enfants, se t o u r n a i e n t - i l s vers l ' a n g l a i s : Dès 1819 les habitants de Kamouraska où i l n'y a aucun anglophone, réclament un i n s t i t u t e u r capable d'enseigner l' a n g l a i s à leurs enfants; les deux t i e r s des signatures sont des croix. ... Le dicton "un homme qui a deux langues en vaut deux" se répand de plus en plus et on ne semble pas se rendre compte que ces "bilingues" connaissent aussi mal le français que l'anglais (Dulong, 1967: p. 13-14). En résumé, les Québécois souffraient d'un double complexe d'infériorité' dont i l f a l l a i t s o r t i r à tout p r i x . Et, étant donné que deux des issues possibles - à savoir, l'alignement t o t a l sur l e ' i l s ne parlaient pas l a langue de l a nouvelle majorité anglophone et l e français que parlaient ces colons n'était plus aussi "pur" que c e l u i que parlaient les francophones de " l a mère p a t r i e " . français de France et l ' a s s i m i l a t i o n à l a majorité anglophone -signal a i e n t l a mort des Québécois en tant que groupe s o c i a l d i s t i n c t , i l n'en r e s t a i t qu'une d'acceptable: l ' a f f i r m a t i o n de l a spécificité l i n g u i s t i q u e des Québécois. A i n s i , les Québécois e n t r e p r i r e n t - i l s une longue l u t t e - qui débuta par l a fondation de l a Société du parler français au Canada*, en 1902, et a t t e i g n i t son apogée au cours de l a Révolution Tranquille - pour se débarrasser de ce joug qu'était leur double complexe d'infériorité so c i o l i n g u i s t i q u e . Vu l e rôle déterminant des séquelles de cette l u t t e sur l e cours de l'évolution du français québécois, peut-être s e r a i t - i l u t i l e de nous attarder sur les détails. Toutefois, avant d ' a l l e r plus l o i n , i l faut noter que, malgré l a nette amélioration de l ' a t t i t u d e envers l e français québécois, tant a i l l e u r s qu'au Québec, i l s e r a i t inexact de c r o i r e q u ' i l n'existe plus de c r i t i q u e s . Comme nous l e verrons plus l o i n , i l est parfois très d i f f i c i l e de modifier les attitudes et c'est pour cette raison que quelques-uns des anciens stéréotypes et jugements de valeur p e r s i s t e n t aujourd'hui. La c i t a t i o n suivante, d'un Québécois, qui date de 1981, rappelle les commentaires de John Lambert en 1807 que nous avons cités plus haut: *un organisme qui: "s'engage à promouvoir l e développement, l a conservation et l e perfectionnement de l a langue française au Canada, bien qu'un bon nombre de ses membres continuent, dans l a pratique, à f a i r e preuve d'un purisme étroit" ( P o i r i e r , 1991: pp. 139-140). Notre langue parlée est lamentable, on l a vérifie constamment. Sa piètre condition est l e résultat d'une coupure trop prolongée entre l e Québec et l a France, en même temps qu'une conséquence inévitable de l'enclave de notre ethnie dans une entité anglo-saxonne... (Marchand, 1981: p. 376). En outre, l e Conseil de l a langue française nous rappelle que, malgré l a présence accrue du français dans l a vie quotidienne des Québécois d'aujourd'hui, l'anglais j o u i t toujours d'un ce r t a i n prestige s o c i o l i n g u i s t i q u e . A i n s i , bien que les jeunes sachent q u ' i l faut maîtriser l e français pour avoir accès aux meilleurs postes au Québec, "environ un t i e r s des élèves du secondaire interrogés...déclarent q u ' i l aurait été plus u t i l e pour eux de fréquenter l'école anglaise (Conseil de l a langue française, 1987: p. 128). Ce qui ressort des deux c i t a t i o n s ci-dessus, c'est que les Québécois ont encore du chemin à f a i r e avant de se libérer de l a honte de ne pa r l e r n i comme les anglophones n i comme les Français et que ce chemin n'est pas toujours sans détours. Pour ce qui est de l a l u t t e des Québécois pour modifier leur p o s i t i o n s o c i a l e relativement aux anglophones, après maintes années à se v o i r dominés partout au Canada, même au Québec,' les Québécois cherchaient à f a i r e primer l a langue et l a culture franco-québécoises. D'après certains - t e l que l'ancien premier ministre 'AU début du 20e siècle, l e taux de population anglophone à Montréal dépassait les 50 p. cent. québécois, Maurice Duplessis^° - l a solution de tous les problèmes des Québécois était très simple: devenir plus nombreux que les anglophones au Québec. Pour ce f a i r e , i l f a l l a i t un retour aux anciennes t r a d i t i o n s québécoises et aux valeurs catholiques a f i n de provoquer une "revanche des berceaux". Cependant, i l devint v i t e évident qu'un taux de natalité plus élevé que c e l u i des anglophones ne s u f f i r a i t pas à f a i r e des Franco-Québécois l e groupe s o c i a l dominant au Québec. En f a i t , cette revanche des berceaux eut l ' e f f e t opposé. E l l e engendra un surpeuplement r u r a l et s e r v i t de catalyseur à l'urbanisation et, par conséquent, au contact avec les dirigeants anglophones. Le français devint une langue de deuxième ordre, l e symbole des classes ouvrières: Peu préparés à leur nouveau genre de v i e , . . . [ l e s Franco-Québécois]... servent de main-d'oeuvre bon marché et, étant donné leur taux d'analphabétisation assez élevé, leur langue s'anglicise progressivement... (Laflamme, 1980: p. 46). Cependant, l e f a i t que l e contact avec l' a n g l a i s l a i s s e des traces dans l e parler français québécois ne constitue pas, à l u i seul, un indice de l a mort du français au Québec. "Le f a i t qu'une langue emprunte une pa r t i e de son vocabulaire à une autre est un phénomène universel.... I l n'existe pas de langues «pures»" (Asselin et a l . , 1990: p. 36). En f a i t , certains anglicismes lexicaux seraient considérés comme des enrichissements s ' i l s M. Duplessis fut deux fo i s l e premier ministre du Québec entre 1936 et 1939 et ensuite de 1944 jusqu'à sa mort en 1959. permettaient aux francophones de nommer une nouveauté quelconque: [ I l f a u t ] . . . e n r i c h i r sans cesse l e français en puisant à pleines mains dans les parlers régionaux et les langues étrangères...non pas pour l e vain p l a i s i r de substituer des mots neufs à des mots français déjà existants.. .mais pour p a l l i e r les manques du français face aux nouveaux concepts, aux nouveaux objets, aux nouvelles acquisitions de l a science et de l a technologie (Lanes, 1980: p.90). Après tout, un t i e r s du vocabulaire de l'a n g l a i s moderne fut emprunté au français au cours du Moyen Age, ce qui n'empêcha quand même pas l'anglais de s'épanouir et de s'imposer sur l a scène internationale (Benoît, 1990: p. 22). Ce ne sera que lorsque 1'anglicisation dépassera l e domaine du lexique pour atteindre l a syntaxe q u ' i l faudra commencer à s'alarmer: Avec l a syntaxe nous touchons au coeur du problème. Car c'est l a syntaxe qui, au premier chef, structure une langue; ses règles doivent être aussi scrupuleusement observées que c e l l e s qu'observe l e charpentier qui f a i t des travaux de charpente, faute de quoi, tout l'édifice risque de s'écrouler (Benoit, 1990: p. 23). Et pour l e moment, les recherches ne semblent pas indiquer que l a charpente l i n g u i s t i q u e du Québec court de véritables risques. I l est v r a i que les travaux de Shana Poplack suggèrent que l a syntaxe d'un sous-groupe de Franco-Québécois, à savoir ceux habitant l a région de H u l l , témoigne d'une certaine a n g l i c i s a t i o n mais à l a lumière de quelques particularismes sociaux et géographiques de l a région, i l est peu probable, nous semble-t-il, que ces résultats soient représentatifs de l a réalité l i n g u i s t i q u e du Québec e n t i e r . D'abord, l a v i l l e en question se situe sur l a frontière ontarienne ce qui f a c i l i t e l e contact avec l'anglais^^, d'autant plus q u ' i l s'agit de l a région de l a c a p i t a l e nationale où bon nombre des francophones sont des employés du gouvernement fédéral. Cet état de choses ne devrait que favo r i s e r un taux de bilinguisme élevé et, par conséquent, une certaine "contamination" du français par l ' a n g l a i s . Mais l a s i t u a t i o n n'est pas l a même partout au Québec. En f a i t , Guy Labelle (1976) a découvert q u ' i l n'y avait pas d'anglicismes de structure dans l a langue des enfants^^ de Montréal ce qui suggérerait que l'anglais influence peu l a syntaxe du français québécois en général. Cela ne veut pas d i r e , cependant, que l' a n g l a i s ne présente aucun risque pour l e franco-québécois. C'est en réduisant l e nombre de situations dans lesquelles les Québécois se servent de leur langue maternelle dans l a vie quotidienne que l' a n g l a i s menace gravement l e français au Québec. Comme nous l e signalent les s o c i o l i n g u i s t e s , pour qu'une langue se maintienne sur un ^^ En f a i t , ce contact est s i étroit qu'on peut d i r e que Hull et l a v i l l e ontarienne voisine, à savoir Ottawa, "forment un seul complexe urbain" (Poplack, 1990: p. 128). ^^Labelle a décidé d'étudier l a langue des enfants de 5 ans parce qu' à cet âge-là l ' e s s e n t i e l de l a langue est acquis sans avoir été "perturbé" par l ' a c q u i s i t i o n d'argots spécialisés ou par l'apprentissage de l a lecture et de l'écriture (Labelle, 1976: p. 55). t e r r i t o i r e , i l l u i faut un certain support i n s t i t u t i o n n e l , " faute de quoi l a langue perdra de son utilité et les locuteurs seront moins portés à f a i r e l ' e f f o r t pour l a maintenir: Les élèves ne s'appliqueront pas à l'étude du français s i , en dehors de l'école... les administrateurs et les hommes d'af f a i r e s doivent parler anglais au t r a v a i l et posséder parfaitement cette langue pour obtenir une promotion {Saint-Jacques, 1976: p. 65). C'est pour cette raison que l e Québec a s s i s t a à de nombreuses interventions p o l i t i q u e s " conçues spécifiquement pour m u l t i p l i e r l e nombre des domaines dans lesquels les Québécois pourraient se s e r v i r de l a langue française: Après l'échec des campagnes du bon parl e r français, on peut espérer que l'amélioration du français viendra de l'amélioration de son statut et de c e l u i des francophones. Cela t r a d u i t un changement d ' o b j e c t i f : l a qualité de l a langue n'est plus une f i n en s o i mais est considérée comme l e f r u i t d'une u t i l i s a t i o n de plus en plus étendue du français (Maurais, 1985: p. 68). Mais les e f f e t s p o s i t i f s de l'élargissement du champ d'action du franco-québécois ne s'arrêtent pas au renversement des rapports de force entre les anglophones et les francophones au Québec. En "c'est-à-dire q u ' i l faut des écoles, des média et des services administratifs où on se sert de l a langue en question. ^*Les deux pr i n c i p a l e s étant l a l o i 22 (adoptée l e 31 j u i l l e t , 1974), déclarant que l e français s e r a i t dorénavant l a seule langue o f f i c i e l l e du Québec, et l a l o i 101 (adoptée l e 26 août, 1977), qui déclenche, entre autres, des programmes de f r a n c i s a t i o n des entreprises québécoises et qui oblige les immigrés à envoyer leurs enfants à l'école française. f a i t , l'amélioration du statut du français au Québec permit aussi aux Québécois de se libérer de leur honte de ne pas parler comme leurs cousins européens. En se servant de plus en plus de leur langue maternelle dans des situations l i n g u i s t i q u e s de plus en plus variées, les Québécois se rendirent compte que leur p a r l e r n'était pas simplement une variété populaire du français de France dont i l s devaient avoir honte et dont i l v a l a i t mieux ne pas se s e r v i r en public : Parce que les francophones u t i l i s e n t leur langue plus que jamais dans un nombre de plus en plus grand de domaines de l a v i e so c i a l e , l'évaluation q u ' i l s font des capacités de leur langue est plus p o s i t i v e qu'elle ne l'était antérieurement (Laporte, 1984: p. 65). C'est-à-dire que les Québécois p r i r e n t conscience que leur langue était aussi adéquate que l e français de France pour p a r l e r d ' a f f a i r e s et de science, pour devenir l a langue de l'enseignement, et pour s e r v i r même d'instrument véhiculaire aux biens c u l t u r e l s : " l e joual"^^ trouva enfin sa place dans les chansons et l a littérature québécoises. De f a i t , en se servant davantage d'un par l e r marqué de t r a i t s l i n g u i s t i q u e s distinctement québécois, l a honte de ne pas parl e r comme les Français se transforma en fierté de p a r l e r comme des Québécois. Le parl e r français québécois devint un symbole de l a spécificité de l'identité québécoise. ^^ Nous verrons dans l e chapitre suivant que l e f a i t que l e terme "jouai" - qui désignait au début l a langue populaire québécoise - f i n i t par dénommer l e français québécois en général contribue à f r e i n e r l a c o d i f i c a t i o n et l'implantation d'un français standard québécois. Cette r e v a l o r i s a t i o n du parler français québécois amena des changements dans l e but des recherches linguistiques^^. I l ne s' a g i s s a i t plus de trouver des québécismes dans l e dessein de recenser les "fautes à corriger" mais plutôt pour g l o r i f i e r l'originalité du français québécois. Le parler français québécois n'était plus considéré comme une variété de français "appauvrie" et, en f a i t , certains spécialistes a l l a i e n t jusqu'à d i r e que, entre l e français de France et l e québécois, c'était ce dernier p a r l e r qui était, du point de vue pouvoir communicatif, l e plus diversifié. Léandre Bergeron d i s a i t par exemple q u ' i l s e r a i t plus juste de concevoir l e français québécois comme une langue autonome qui comprendrait tout l e français de France a i n s i qu'un supplément d'éléments lingui s t i q u e s uniquement québécois. En d'autres mots, " l a p a r t i e ne pouvant pas comprendre l e tout, i l est tout à f a i t inapproprié de dire que le français est l a langue du Québec" (Bergeron, 1981: p. 12). Donc, selon Bergeron, c'est l'alignement sur l e français de France qui c o n s t i t u e r a i t l'appauvrissement de l a langue des Québécois et non l e maintien de leur spécificité l i n g u i s t i q u e . Mais cette façon de v o i r les choses est un peu irréaliste. D'abord, i l est peu probable qu'un Québécois s o i t en mesure de comprendre tout ce que pourrait d i r e un Français, surtout lorsque ^^ 11 est important de noter que l ' a t t i t u d e langagière des spécialistes et c e l l e des sujets parlants en général s'influencent l'une l'autre. Nous en parlerons davantage l o r s de notre discussion sur l'évolution de l'acception de "norme l i n g u i s t i q u e " au Québec. c e l u i - c i s'exprime en langage populaire et, de plus, les études en so c i o l i n g u i s t i q u e nous démontrent q u ' i l n'existe pas de langues -ou de variétés d'une même langue - "pauvres" qui seraient intrinsèquement inférieures aux autres. Cependant, i l existe des l i n g u i s t e s qui croient que, bien qu'on ne s o i t pas encore arrivé au point où l'on pourrait considérer l e franco-québécois comme une langue d i s t i n c t e de c e l l e des Français de France, tout porte à c r o i r e que c'est dans cette d i r e c t i o n qu'évolue l e français québécois : Le québécois possède toutes les caractéristiques d'une langue autonome suivant sa propre évolution. Bien que de base et d'origine françaises, cette langue devient de plus en plus d i s t i n c t e de son homologue européen (Saint-Jacques, 1976: p.73). L'état actuel du québécois s e r a i t donc, selon les tenants de cette théorie, analogue à c e l u i du français à l'époque où c e l u i - c i commença à évoluer Indépendamment du l a t i n pour f i n i r par devenir une langue à part. Mais est-ce en créant leur propre langue que les Québécois réussiront à s'affirmer aux plans socio-économique et c u l t u r e l s au Canada et à travers l e monde? Plusieurs spécialistes répondent par l a négative: C'est impossible. Le Québec ne peut pas créer sa propre langue. D'abord parce q u ' i l n'a pas une influence p o l i t i q u e , ou économique ou s c i e n t i f i q u e qui amènerait les étrangers à désirer parler notre langue. Nous ne pourrions plus communiquer (Arguin, 1971: p. 9). Cette c i t a t i o n prend tout son sens quand on se rend compte de l a réalité démographique au Québec où les immigrants constituent une proportion croissante de l a population et " q u ' i l n'y a pas d'immigrant qui voudra s'enfermer dans un ghetto c u l t u r e l qui ne l u i ouvrira même pas les portes de l a francophonie quand i l peut s'intégrer par l ' a n g l a i s , à un ensemble i n t e r n a t i o n a l " (Gagnon, 1989: p. B3). I l ne faut pas se l a i s s e r induire en erreur en pensant que les immigrants ne jouent qu'un p e t i t rôle dans l'évolution l i n g u i s t i q u e au Québec. N'oublions pas que c'est avant tout à cause de protestations par les immigrés à Saint-Léonard^' qu'on attend i t jusqu'en 1977 pour imposer une vra i e p o l i t i q u e d'enseignement unilingue français. Mais s'assurer que l e français parlé au Québec j o u i t d'un c e r t a i n prestige international est e s s e n t i e l non seulement à l ' i n c i t a t i o n des immigrés à l'intégration dans l a culture de l a majorité francophone mais aussi au rayonnement socio-économique du Québec e n t i e r . Puisque l'époque où les Québécois commençaient à ^'ces derniers voyaient l'anglais et non l e français comme " l a lingua del pane" ( Godin, 1990: p. 63), alors à quoi bon envoyer leurs enfants à l'école française? Selon les immigrés i t a l i e n s de Saint-Léonard : Exiger...qu'ils adoptent une langue minable et dévalorisée qui n'a plus grand-chose à v o i r avec l e français international et que les Canadiens français les premiers l e massacrent à belles dents, c'est du plus haut r i d i c u l e . De toute manière, l e jouai s'apprend dans l a rue ou au t r a v a i l avec votre chum ou chumette, pas à l'école. Le français pour l'amitié ou l e p l a i s i r , l ' a nglais pour l e f r i c et l'avenir (Godin, 1990: p. 73). accéder à des postes supérieurs dans l e monde du t r a v a i l au Québec était c e l l e où l e développement dans les domaines de l a science et de l a technologie devenait de plus en plus e s s e n t i e l à l a réussite socio-économique des peuples du monde, les Québécois p r i r e n t v i t e conscience que, pour f i n i r par s'affirmer dans l a société moderne, i l leur f a l l a i t un instrument l i n g u i s t i q u e qui f a c i l i t e r a i t l a communication avec d'autres communautés étant donné que: l'idéal d'un homme de science ou d'un technicien, c'est que les choses soient semblables et les mots pour les exprimer identiques, c e c i pour augmenter l a qualité et l a rapidité des échanges (Corbeil, 1975: p. 8). Evidemment, on pourrait imaginer que l'ère de l a science et de l a technologie r i s q u e r a i t de rendre l a s i t u a t i o n de l a langue française plus précaire que jamais. Après tout, on as s i s t e actuellement à un bouleversement important dans l e monde de l'éducation: ce n'est plus l'homme de l e t t r e s - c'est-à-dire c e l u i qui maîtrise l e mieux l e "génie de l a langue" - qui est estimé, c'est plutôt l'homme de science, c e l u i qui prône l a clarté et l a simplicité du langage. De moins en moins de jeunes gens étudient l a langue en tant que matière s c o l a i r e , ce qui, d'après certains, mènera à l a longue à une maîtrise déficiente de l a langue et, par conséquent, à sa banalisation. De plus, étant donné l'omniprésence de l a langue anglaise dans l e monde scientifique^°, on pourrait s'attendre à ce que l a p a r t i c i p a t i o n des Québécois au développement de l a technologie moderne les pousse plus que jamais vers l ' a n g l i c i s a t i o n . ^ ' S i l e f a i t que de nombreux chercheurs choisissent de publier en anglais - à cause du plus grand tirage des revues américaines -amena l e gouvernement français à adopter un projet de l o i s t i p u l a n t que les colloques en langue étrangère ne recevraient plus de subventions (Maurais, 1985: p.12), i l n'est pas surprenant que les spécialistes québécois se penchent sur l a question de l a place du français dans l e monde de l a science et de l a technologie. ^^Sans oublier que c'est grâce à l'accession de l a r a d i o d i f f u s i o n que les jeunes Québécois d'aujourd'hui connaissent non seulement l a culture canadienne anglaise mais aussi c e l l e des Américains: c'est cette culture qui fournit presque un t i e r s des émissions de télévision et des disques préférés des jeunes Québécois (Bédard et Maurais, 1981; Georgeault, 1981). Cependant, i l y a une autre façon de v o i r les choses. On pourrait avancer l'hypothèse que l a croissance de l a science et de l a technologie constitue une occasion d'améliorer l a qualité du français québécois. Puisque l a société moderne favorise l e partage des connaissances - donc l a communication entre communautés - on pourrait s'attendre à ce que les Québécois rétablissent des rapports plus étroits avec d'autres communautés francophones^" et que, au fur et à mesure que les Québécois "come i n contact with members of the French speaking world, they...[become]...aware of l i n g u i s t i c d e f i c i e n c i e s and are motivated to change them" (Darbelnet,- 1976: p. 9).^^ Selon Jean-Marcel Paquette: L'expérience nous a appris que les facteurs les plus importants qui président à l'ordre des mutations lin g u i s t i q u e s sont eux-mêmes l e plus souvent d'ordre extralinguistiques. C'est a i n s i qu'à eux seuls, les contacts internationaux des Québécois avec d'autres communautés francophones ont été en certains domaines plus e f f i c a c e s que n'importe quelle législation dans l'élargissement du patrimoine l i n g u i s t i q u e " (Paquette, 1981: p. 19). De plus, d'après nous, i l est peu probable que les Québécois choisissent - après s'être battus s i longtemps pour préserver leur identité française - de se l a i s s e r a s s i m i l e r par l e monde Le rétablissement de rapports avec d'autres francophones permettrait aussi au Québécois de se f a i r e connaître au plan in t e r n a t i o n a l et de propager a i n s i une image p o s i t i v e de l'identité québécoise, i c i comme a i l l e u r s . ^^ 11 ne faut pas oublier que selon l a perspective s o c i o l i n g u i s t i q u e que nous adoptons, l a notion de "déficience" ne désigne pas tout écart par rapport au français de France mais plutôt les lacunes dans l e système l i n g u i s t i q u e québécois qui pourraient être comblées par un alignement sur une autre variété du français. s c i e n t i f i q u e anglophone plutôt que de s ' a l l i e r à d'autres communautés francophones au nom du rayonnement de l a francophonie mondiale. Finalement, l a nouvelle société québécoise, axée davantage sur l a science et l a technologie, exige une population de plus en plus scolarisée". Et une s c o l a r i s a t i o n plus poussée, même s i l a langue ne constitue pas, elle-même, un objet d'étude, aurait comme résultat i n d i r e c t l'amélioration de l a qualité de l a langue, étant donné que l a langue de l'école est normalement une langue de haute qualité^^. Vu l'importance accrue de l'école dans l a vie des Québécois, i l est évident que l e choix de l a langue de l'enseignement aurait une grande influence sur l'évolution de l a langue française au Québec. Par exemple, s i les Québécois continuent à se s e r v i r de manuels s c o l a i r e s conçus pour l a plupart en France, i l s risquent de retrouver leur sentiment d'infériorité l i n g u i s t i q u e dû à l'absence de "québécismes" dans leurs l i v r e s de référence. De l'autre côté, s ' i l s décident de promouvoir au maximum leur spécificité l i n g u i s t i q u e , les Québécois risquent de s ' i s o l e r des autres communautés francophones, ce qui les empêcherait de p a r t i c i p e r pleinement à l a société moderne. Evidemment, s i les Québécois espèrent s o r t i r à jamais de leur double complexe d'infériorité, i l Et justement, grâce à l a p o l i t i q u e de l a s c o l a r i s a t i o n de masse, les jeunes d'aujourd'hui sont plus scolarisés que ne l'étaient leurs parents. ^^ Nous discuterons davantage l a notion de "langue de qualité" dans l e chapitre suivant. faudrait trouver un juste milieu entre l a promotion du français québécois au nom de l a r e v a l o r i s a t i o n de l'identité québécoise et l'alignement sur l e français de France au nom de 1 ' intercommunication. ^* Mais même s i les Québécois ne sont pas encore arrivés à ce point-là, des recherches en soci o l i n g u i s t i q u e démontrent, nous semble-t-il, q u ' i l y a de quoi être optimiste. Bien qu'on c i t e souvent l a célèbre étude de Sorecom (1973) - étude dans l a q u e l l e 45% des sujets interrogés auraient souhaité p a r l e r comme les Français d'Europe^^ - pour étayer l'opinion que les Québécois souffrent toujours d'un complexe d'infériorité l i n g u i s t i q u e , des recherches subséquentes précisent que l e parl e r français des Québécois commence à être estimé, l u i aussi. D'une étude menée par Jean-Denis Gendron (1974), par exemple, i l ressort que, bien que C'est ce "juste milieu" qui doit être reflété dans les ouvrages de référence et qui doit être reconnu comme étant l e français standard québécois: l a c o d i f i c a t i o n d'une des variétés du français québécois s e r a i t une preuve concrète que l e français québécois peut être assez soigné pour s'employer même dans les situ a t i o n s de communication les plus soutenues. L'étude de D'Anglejan et Tucker (1973) en est une autre. Les résultats de cette étude infirment l'hypothèse des chercheurs selon l a q u e l l e "Quebec s t y l e French could emerge as a symbol of national i d e n t i t y " (D'Anglejan et Tucker, 1973: p. 91) et i l s en déduisent que: French Canadians have been t o l d for generations that they speek badly and have become apologetic about t h e i r speech. But previous speech improvement mouvements have f a i l e d to provide them with any p r a c t i c a l means for e f f e c t i n g change (D'Anglejan et Tucker, 1973: p. 91). 56% des sujets aient répondu que oui, i l s auraient préféré p a r l e r avec l e vocabulaire des Français d'Europe^^, seulement 21% auraient souhaité avoir l a prononciation de ces d e r n i e r s . C e qu'on peut déduire de ces c h i f f r e s c'est qu'aujourd'hui, l e français québécois - un par l e r dont presque tous les Québécois avaient honte auparavant - j o u i t d'un plus large appui, tandis que l e français de France, souvent "qualifié de prétentieux...[est]...admiré et détesté à l a f o i s " (Léon, 1976: p. 221). Peut-être ces résultats relèvent-ils du f a i t que, de façon générale, "les Québécois s'imaginent pires q u ' i l s ne l e sont et se font toutes sortes d'idées sur l a manière dont tous les Français parlent" (Corbeil, 1975: p. 15). En d'autres mots, l a meilleure façon de f a i r e s o r t i r les Québécois de leur complexe d'infériorité l i n g u i s t i q u e s e r a i t de leur fournir une nouvelle acception de l a notion de " b e l l e langue", c'est-à-dire de "norme l i n g u i s t i q u e " . 39% ont répondu par l a négative et 5% ont d i t q u ' i l s l e f a i s a i e n t déjà. ^^74% ont répondu par non et 5% ont d i t q u ' i l s l e f a i s a i e n t déjà. Chapitre 2 L'Evolution de l a notion de "norme l i n g u i s t i q u e " au Québec La conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois n'évolua pas dans l e vide. Cette évolution est à l a f o i s l a cause et l e résultat d'une modification de l'acception de "norme l i n g u i s t i q u e " : à l'époque où les Québécois cherchaient à f a i r e rayonner leur spécificité l i n g u i s t i q u e , l'avènement de l a s o c i o l i n g u i s t i q u e leur permit de v o i r l a notion de "belle langue" sous un autre angle et de concevoir qu'une variété de langue conservant un a i r québécois pourrait s e r v i r de norme, ce qui catalysa l a r e v a l o r i s a t i o n du français québécois. En d'autres mots, plus on v a l o r i s a i t l e français québécois, plus on cherchait à définir un français québécois standard et, plus on p a r l a i t de cette "norme"^ québécoise, plus on v a l o r i s a i t l a langue québécoise en général. I l n'est donc pas surprenant que l a question "quel est l e français standard au Québec?" fasse couler beaucoup d'encre: l a réponse à cette question nous en d i r a i t long sur l e statut du français québécois et nous a i d e r a i t à expliquer les résultats de notre dépouillement. Alors quel est l e français standard au Québec au juste? La "norme" est traditionnellement associée à l a logique et à l a clarté de l a pensée (Deshaies, 1984: p. 284). C'est l a "be l l e langue", l a langue de l'élite, de ceux qui maîtrisent l e mieux l a langue. I l ^Nous discuterons plus l o i n l a question de l a terminologie dans les débats sur l e français standard au Québec mais, pour l e moment, précisons que puisque l a question d'une terminologie non ambiguë et sans connotation péjorative reste jusqu'à présent sans réponse s a t i s f a i s a n t e , les termes "norme", "langue standard" etc. sont, dans l e cadre de l a présente étude, synonymes et ne comportent aucune nuance de supériorité l i n g u i s t i q u e intrinsèque. n'est donc pas surprenant que l a langue des grands auteurs classiques français s o i t souvent citée conune l'exemple à suivre -après tout, qui d i r a i t que Molière ne maîtrisait pas sa langue! Cette langue s e r a i t l a langue "pure" et toute déviation par rapport à ce "standard" s e r a i t vue comme étant une contamination de l a langue. Bien pa r l e r voudrait d i r e ne par l e r que cette langue "pure": . . . l a correction l i n g u i s t i q u e se confond avec l a pureté historique de l a langue. Selon les puristes, les seuls éléments valables sans possibilité de doute sont ceux que l'on trouvait déjà dans l a langue avant même l e début du XVII^ siècle, et cela - mutatis mutandis - uniquement sous l a forme et avec l a fonction courantes à cette époque (Mathesius, 1983: pp. 809-810).^ Alors, que s i g n i f i e l e f a i t que, après maintes années de "campagnes du bon pa r l e r " les écarts entre l e français québécois et ce soi-disant français "pur"^ continuent à se m u l t i p l i e r ? Est-ce l a preuve que l e français québécois est un français érodé, un français du peuple? Bien sûr que non, mais: ^11 est intéressant de noter que, dans cette p a r t i e de son a r t i c l e , Mathesius p a r l a i t non pas du français mais du tchèque standard ce qui témoigne de l'universalité de l a question. ^Ainsi que les écarts entre l e français classique et l e français moderne de France. I l ne faut pas oublier que les Français assistent, eux aussi, et depuis plusieurs siècles déjà, à des campagnes du bon parler français. l a s i t u a t i o n confuse est entretenue et compliquée par l e f a i t que beaucoup de personnes posent l a d i s t i n c t i o n écrit/oral comme s ' i l s ' a g i s s a i t de deux niveaux de langue alors que ce sont deux réalisations d i s t i n c t e s , deux systèmes différents de langue. Langue parlée n'est pas synonyme de langue populaire, familière ou vulgaire et langue écrite n'implique pas forcément langue c h o i s i e , cultivée, littéraire (Chantefort, 1980: p. 41). Selon les puristes, l a langue écrite s e r a i t l a seule langue valable mais on ne pourrait pas s'attendre à ce que tout l e monde parle toujours de l a même manière q u ' i l écrit: En choisissant un s t y l e plutôt qu'un autre, un locuteur révèle déjà une grande quantité d'information sur l u i -même, l a s i t u a t i o n dans laquelle i l se trouve, l ' e f f e t q u ' i l veut produire sur son interlocuteur, l a r e l a t i o n q u ' i l veut entretenir avec l u i , etc. A i n s i , i l s e r a i t socialement afonctionel de s'exprimer dans un s t y l e unique (Lefebvre, 1983: p. 329). Ceci nous mène à l a deuxième raison derrière l'échec des campagnes du bon français, surtout dans l e cas du Québec. S i l e langage employé communique des informations sur l e contexte s o c i o l i n g u i s t i q u e dans lequel l e locuteur se trouve* - ce qui f a c i l i t e l a conduite, puisqu'elle n'a pas a i n s i à être inventée à *Même s i l'hypothèse whorfienne - hypothèse selon l a q u e l l e notre perception du monde est déterminée par notre langue maternelle - fut rejetée par un grand nombre des l i n g u i s t e s contemporains, i l n'est pas d i f f i c i l e de démontrer q u ' i l e x i s t e un c e r t a i n l i e n entre l e langage et l e contexte s o c i a l dans lequel l a communication s'insère: s i l'on demande à l'un de nos jeunes sujets de dessiner un arbre, on peut parier que l'arbre q u ' i l fera est plus susceptible de ressembler au cèdre ou à l'érable que d'avoir l ' a i r du palmier (Bélanger, 1972: p. 35). tout moment" (Corbeil, 1983: p. 281) - 11 s e r a i t aussi "socialement afonctionnel" (Lefebvre, 1983: p. 331) de s'exprimer dans un langage qui ne reflète pas l a réalité so c i o l i n g u i s t i q u e des sujets parlants et i l n'est pas d i f f i c i l e de v o i r que l a langue de Molière ne reflète guère l a réalité des Québécois. Mais dans l e cas du Québec, les conséquences de l'imposition d'un modèle l i n g u i s t i q u e étranger vont beaucoup plus l o i n que l a seule inefficacité de l a communication. Une t e l l e p o l i t i q u e l i n g u i s t i q u e ne peut que propager l'insécurité l i n g u i s t i q u e des Québécois: "décréter au Québec une norme qui r e j e t t e r a i t l a norme québécoise... s e r a i t placer nos gens dans l e rôle d'immigrant dans leur propre pays" (Bélanger, 1972: p. 63). Evidemment, s i on veut étudier objectivement l a question de l a qualité du français au Québec, " i l s'avère...nécessaire de procéder à un lessivage des idées reçues en matière de ~be l l e ' langue pour f a i r e place à une nouvelle (et plus juste) conception de l'activité l i n g u i s t i q u e " (François, 1980: p. 68) . Ce sont les so c i o l i n g u i s t e s qui f i r e n t les premiers pas vers ce "lessivage". Ces derniers sont conscients - tout comme l'étaient les s t r u c t u r a l i s t e s qui les ont précédés^ - que, ^Selon les s t r u c t u r a l i s t e s - pour qui l'objet d'étude était strictement l e côté systématique et universel de l a langue - les jugements de valeur l i n g u i s t i q u e relèvent des "préférences passagères, des idiosyncrasies ou des prédispositions à l'extériorisation ou à l'émotion..." (Gumperz, 1989: p.136) et, par conséquent, ne devraient pas f a i r e p a r t i e de l'analyse l i n g u i s t i q u e . Mais les soci o l i n g u i s t e s qui se donnèrent comme tâche de trouver une corrélation entre les f a i t s l i n g u i s t i q u e s et les f a i t s sociaux ont réussi à démontrer que ces jugements de théoriquement parlant, " i l n'y a aucune j u s t i f i c a t i o n l i n g u i s t i q u e intrinsèque, aucun mérite interne qui f a i t préférer une forme l i n g u i s t i q u e à une autre" (Chantefort, 1980: p. 34). Néanmoins, i l s savent aussi qu'une étude l i n g u i s t i q u e passant sous s i l e n c e tout jugement de valeur sur l a langue au nom de l'objectivité s c i e n t i f i q u e ne leur permet pas d'expliquer l e f a i t que, dans l e monde réel, certaines formes linguistiques sont vues comme étant plus prestigieuses que d'autres et f i n i s s e n t par s e r v i r de norme ou de modèle l i n g u i s t i q u e à suivre. S i l ' e x p l i c a t i o n n'est pas d'ordre l i n g u i s t i q u e , e l l e d o i t relever de l a société. Et, ce que les s o c i o l i n g u i s t e s ont réussi à démontrer c'est que l e prestige associé à une langue ou à une variété quelconque d'une langue est dû à l a plus haute fréquence^ de c e l l e - c i chez les gens des classes supérieures, c'est-à-dire des "gens de qualité": valeur sont et socialement motivés et systématiques. 1^1 faut noter que les niveaux de langue ne sont pas reliés à des groupes sociaux spécifiques. I l s e r a i t faux de c r o i r e , par exemple, que les gens de l a classe bourgeoise emploient uniquement l a langue de prestige tandis que les classes défavorisées ne connaissent que les variantes stigmatisées. En f a i t les s o c i o l i n g u i s t e s t e l s que William Labov ont réussi à démontrer que même s i les gens des classes supérieures produisent plus de variantes de prestige que ceux des classes inférieures en s i t u a t i o n formelle, ces premiers produisent autant, sinon plus, de variantes stigmatisées que ces derniers en s i t u a t i o n informelle (Labov cité dans Lefebvre, 1983: p. 319). Les êtres de qualité sont connus à l'avance; i l s ont l a qualité dans l e sang ou l a tiennent de leur f a m i l l e . . . . Par l a force des choses, les vêtements que ces gens portent sont de qualité, l a langue q u ' i l s parlent l ' e s t également (Boudreault, 1973: p.472).' En d'autres mots, plutôt que de d i r e , comme l e feraie n t certains, que "ceux qui possèdent l a langue ont plus de pouvoir s o c i a l " (Richard, 1990: p. 85), i l s e r a i t plus exact de d i r e que ceux qui possèdent l e pouvoir s o c i a l ont plus de pouvoir linguistique.° Cette façon de v o i r l a chose modifie énormément ce que désigne l a notion de "norme l i n g u i s t i q u e " . "Norme" ne s i g n i f i e plus " l e bon usage" mais plutôt un usage "ayant une fonction s o c i a l e particulière" (Forget, 1979: p. 155): Voilà un autre phénomène derrière l'échec des "campagnes du bon français". S i tout l e monde employait, en toute s i t u a t i o n , l a variété l a plus prestigieuse de l a langue, cette variété ce s s e r a i t d'être l a langue de l'élite pour devenir l a langue de tout l e monde. Ensuite, les classes supérieures, désireuses de se distinguer linguistiquement de l'homme moyen, modifieraient leur langage et ce nouveau pa r l e r de l'élite s o c i a l e deviendrait l a langue standard, c'est-à-dire l e modèle l i n g u i s t i q u e à suivre. Cette affirmation étaye ce que nous avons d i t dans l e premier chapitre de l a présente étude: plus les Québécois accédaient au pouvoir socio-économique, plus i l s cherchaient à définir une langue standard proprement québécoise. [La norme sert de]...point de référence c u l t u r e l . E l l e est souvent appelée à être codifiée, fixée par l'écriture. E l l e possède alors un d i c t i o n n a i r e , une grammaire qui l u i est propre et est o f f i c i e l l e m e n t enseignée dans les écoles. ...Cette variété... est c e l l e utilisée dans les communications o f f i c i e l l e s , journaux, télévision, enseignement etc. ...(Forget, 1979: p. 155). Cette nouvelle conception de "norme" f a i t r e s s o r t i r plusieurs réalités linguistiques dont i l faut être conscient s i on veut définir ce qu'est l a norme li n g u i s t i q u e au Québec. Premièrement, rappelons-nous que l e choix d'une variété de langue sur une autre l o r s q u ' i l s'agit de c o d i f i e r l a langue o f f i c i e l l e d'un groupe ne relève d'aucune qualité intrinsèque des variétés en question. C'est un choix a r b i t r a i r e . S ' i l en était autrement, on ne v e r r a i t jamais de v a r i a t i o n dans l a langue standard: toutes les communautés linguis t i q u e s partageant l a même langue partageraient aussi l a même norme et cette norme n'évoluerait jamais. Cependant, i l existe de nombreux exemples qui infirment cette hypothèse. A New York par exemple, l a prononciation du / r / f i n a l est prestigieuse et sa non prononciation constitue l a variante stigmatisée tandis qu'en Angleterre on a s s i s t e à l a s i t u a t i o n inverse (Lefebvre, 1983: p. 306). En outre, on n'a qu'à regarder l e cas du français moderne pour v o i r que l a norme peut v a r i e r d'une génération à l'autre: L'ancienne prononciation prestigieuse [we] - dans des mots t e l s que r o i - est stigmatisée de nos jours et [wa], qui était stigmatisée à l'époque de Louis XIV, est l a variante de prestige aujourd'hui (Lefebvre, 1983: p. 330). Deuxièmement, s i on accepte que, en tant que variété l i n g u i s t i q u e , l a norme s'emploie dans des contextes spécifiques, i l devient plus f a c i l e de concevoir que d'autres variétés de langue sont appropriées dans d'autres contextes. Ceci a comme résultat de. modifier l a notion de "bon usage": " l e "^ bon usage' c'est donc l'usage. Et vice versa" (Bélanger, 1972: p. 58).' Bien p a r l e r ne s i g n i f i e pas forcément employer l a langue de prestige mais plutôt bien manier l a langue: Dès l o r s , une f o i s clairement acceptée l a diversité des usages, l e développement l i n g u i s t i q u e d'un in d i v i d u ne saurait consister dans l e remplacement d'un code (ex. code "relâché") par un autre (ex. code "soutenu") mais dans l e passage de l'unité de code à l a pluralité de code, l e but f i n a l étant l a communication avec un plus grand nombre (Nespoulous et a l . , 1979: p. 270).^° Même toute l a philosophie de l'enseignement du français et de l a correction l i n g u i s t i q u e change en fonction de l a nouvelle définition soc i o l i n g u i s t i q u e de "norme": 'peut-être s e r a i t - i l u t i l e de préciser cette idée en ajoutant que l e bon usage est l'usage qui, se conformant aux règles de comportement soci o l i n g u i s t i q u e d'un groupe donné, "sécurise l ' i n d i v i d u , puisque alors i l ne provoque aucune hostilité de l a part des autres membres du groupe" (Corbeil, 1983: p. 281) et l u i permet de communiquer avec efficacité - c'est-à-dire sans devoir tout e x p l i c i t e r . l a lumière de cette constatation, i l devient évident qu'imposer l'emploi de l a langue des classes supérieures, c'est-à-d i r e l a norme, en toute s i t u a t i o n de conversation a u r a i t l e même e f f e t que l'emploi de l a seule langue familière: l a banalisation de l a langue de par une perte de flexibilité l i n g u i s t i q u e et donc d'expressivité. Ce q u ' i l faut apprendre aux enfants, c'est que l e langage sert peut-être à communiquer mais i l ne sert pas à communiquer n'importe quoi, de n'importe quelle façon à n'importe qui. . . . A i n s i , pour convaincre, des stratégies différentes seront utilisées comparativement à une simple description. Et convaincre un ami ne se f a i t pas de l a même manière que convaincre un auditoire plus large et plus diversifié (Deshaies, 1984: p. 288). Mais, pour l e Québec, l a répercussion l a plus importante de révolution so c i o l i n g u i s t i q u e est, nous semble-t-il, l a p r i s e de conscience que définir explicitement^^ un français standard québécois s e r a i t théoriquement possible. Pour récapituler, selon les s o c i o l i n g u i s t e s , l a langue standard, est une variété de langue qui est valorisée en raison de sa plus haute fréquence chez l a classe s o c i a l e dominante et qui, de par son prestige, f i n i t par devenir l e but l i n g u i s t i q u e à v i s e r , surtout en s i t u a t i o n formelle. S i c'est bien une variété du français conservant un a i r québécois -et non l'anglais ou une variété du français européen - qui est valorisée par les Québécois, c'est cette variété qui constitue l a vraie langue standard au Québec et qui devrait être codifiée dans les l i v r e s de référence. Mais s ' i l est, grâce aux s o c i o l i n g u i s t e s , théoriquement possible de p a r l e r d'un français québécois standard et s i c'est l a Comme nous l e d i t Claude P o i r i e r , l e français québécois standard existe déjà même s ' i l n'a pas encore trouvé sa place dans les ouvrages de référence: l e modèle l i n g u i s t i q u e doit être défini plutôt au moyen d'une description précise, a f i n de dégager l a norme que pratique l a majorité des Québécois en s i t u a t i o n de discours soigné. Parce que ce modèle existe mais demande à être explicité ( P o i r i e r , 1991: p. 146). c o d i f i c a t i o n de ce français sous forme de l i v r e s de référence qui permettrait aux Québécois de s o r t i r une f o i s pour toutes de leur double complexe d'infériorité, pourquoi est-on s i l o i n de réalisation de t e l s projets?^^ En f a i t , paradoxalement, c'est l a soc i o l i n g u i s t i q u e qui est au coeur de ce problème. S i l e f a i t que l a s o c i o l i n g u i s t i q u e définit l a norme ou l a langue standard comme l a variété de langue l a plus estimée par l a communauté l i n g u i s t i q u e en question nous permet de concevoir un français québécois standard, selon cette même définition, pour que cette possibilité théorique devienne une réalité concrète, i l faut que l ' a t t i t u d e l i n g u i s t i q u e du peuple québécois change. Les Québécois sont p r i s dans un cerc l e vicieux: pour être f i e r s de leur langue et pour se débarrasser à jamais de leurs sentiments d'infériorité l i n g u i s t i q u e , i l leur faudrait l a c o d i f i c a t i o n d'une des variétés du français québécois, un projet qui ne pourra se réaliser sans une attit u d e l i n g u i s t i q u e p o s i t i v e . Et ce q u ' i l faut noter c'est que ce ne sont pas uniquement des non spécialistes qui ont des préjugés et des attitudes stéréotypées face au français québécois. En examinant de plus près l a méthodologie et les commentaires de certains l i n g u i s t e s - qui se donnent pour tâche d'essayer de cerner l ' a t t i t u d e l i n g u i s t i q u e des Québécois a f i n de dégager ce qu'est l a langue standard au Québec -^ Bien que l a formation de l'équipe du Trésor de l a langue française au Québec et l a parution du Dictionnaire du français plus constituent un bon début, comme nous l e démontrons plus l o i n , l e t r a v a i l est l o i n d'être achevé et les c r i t i q u e s sont nombreuses (voi r Gagnon, 1989 et P e l l e r i n , 1989). on note que plusieurs de ces travaux ne sont pas aussi exempts d'ambiguïtés et o b j e c t i f s q u ' i l s veulent l'être. Dans un de ses a r t i c l e s , Danielle Forget (1979) prend l e temps de sig n a l e r quelques problèmes qu'ont rencontrés plusieurs chercheurs^^. Nous croyons q u ' i l s e r a i t u t i l e d'examiner l e t r a v a i l de Forget^* a f i n de mieux comprendre où on en est dans l a l u t t e pour un français québécois standard. Forget commence par l a célèbre étude de Laberge et Chiasson-Lavoie (1971). Ces deux chercheurs veulent mesurer, dans un premier temps, l ' a t t i t u d e de leurs sujets face au "français de Par i s " et au français québécois. Mais, comme Forget nous l e d i t , les auteurs ne précisent pas ce qu'elles entendent par "français de Pa r i s " . Est-ce l a langue soignée de Paris ou l a langue populaire de Paris?^^ De plus. Forget se demande ce que les sujets - tous des Franco-québécois - savent sur l e français de Paris autre que ce qui est propagé par l e mythe selon lequel l e français de Paris est ^^et q u ' i l vaudrait mieux éviter dans l'avenir étant donné qu'une étude qui manque de rigueur méthodologique risque de donner des résultats b i a i s e s . ^*tout en faisant nos propres commentaires là où c e l a nous semblera nécessaire. ^^Forget nous d i t que pour a r r i v e r à des conclusions justes, les chercheurs qui veulent comparer l e français de France et l e français québécois doivent s'assurer de comparer des variétés analogues: s o i t l a langue standard des deux régions, s o i t deux variétés populaires. l e meilleur de tous les français qui se parlent". En outre, i l apparaît dans l a deuxième pa r t i e de cette étude - une pa r t i e que Forget ne c r i t i q u e pas - que pour Laberge et Chiasson-Lavoie e l l e s -mêmes, "français de Paris" est synonyme de "français soigné" et "français québécois" veut d i r e "français populaire". Ces deux l i n g u i s t e s essaient de mesurer, chez leurs sujets, l e degré de reconnaissance de certaines variables l i n g u i s t i q u e s du français de Montréal. Cependant, après avoir f a i t entendre aux sujets 12 phrases - dont quelques- unes comportaient des soi-disant variables l i n g u i s t i q u e s typiques du français de Montréal^' - plutôt que de demander aux sujets de relever des "variables montréalaises", les enquêteurs leur ont demandé de repérer et de cor r i g e r ce qui était "in c o r r e c t " dans les 12 phrases en question; ce qui ne f a i t que propager l e mythe de l'infériorité intrinsèque du français québécois. L'étude de Pierre Léon (1976) - dont nous avons parlé brièvement dans l e chapitre précédent - présente ces mêmes problèmes. Bien que Forget l i m i t e sa c r i t i q u e à l a façon dont Léon Ce mythe passe sous silence l e f a i t que tous les Parisiens ne parlent pas tous de l a même manière en toute s i t u a t i o n de communication. I l existe des Parisiens qui, de par une s c o l a r i s a t i o n plus poussée et/ou une pos i t i o n plus élevée dans l a hiérarchie socio-économique, réussissent à imposer leur façon de pa r l e r comme modèle à suivre. Toute communauté l i n g u i s t i q u e témoigne de l a v a r i a t i o n s o c i o l i n g u i s t i q u e , même Paris. ^^Mais plusieurs de ces "variables montréalaises" - comme l'alternance d ' a u x i l i a i r e avoir/être aux temps composés par exemple - se trouvent en France comme au Québec. pose ses questions^*, après avoir l u son a r t i c l e , i l est évident, quant à nous, que Léon a les mêmes préjugés en ce qui concerne l e français du Québec: c'est un français de basse qualité. Ce f a i t s u r g i t lorsque Léon range les canadianismes parmi l e s "incorrections grammaticales et phonétiques" (Léon, 1976: p. 221) qui caractérisent l a langue populaire. Les auteurs de l a dernière étude que c r i t i q u e Forget - Méar-Crine et Leclerc (1976) - pensent avoir évité ce problème en tentant de cerner - à l'aide de l a technique de "Matched Guise" développée par Lambert" - l ' a t t i t u d e de leurs sujets envers deux variétés du français québécois: l e français académique - c'est-à-d i r e l a langue dont se s e r v i r a i t un Québécois en s i t u a t i o n formelle - et l a langue populaire. Cependant, comme Forget nous l e signale, les textes lus aux sujets ne permettent pas de te s t e r ce que les auteurs veulent t e s t e r : l'un est un e x t r a i t d'un texte littéraire de France (Gommes de Robbe-Grillet) et l'autre est une adaptation Forget nous d i t que demander aux sujets lequel est l e meilleur français, c e l u i des professeurs, c e l u i des commerçants ou l e j o u a i , suggère une réponse puisque l a question sous-entend que l e jouai n'est pas l a langue de l a haute société. ^^Avec cette technique on f a i t entendre une série d'enregistrements aux sujets - une moitié est dans une variété l i n g u i s t i q u e et l'autre moitié est dans une autre variété et on leur demande d'évaluer l a personnalité des personnes dont i l s entendent l a voix selon une série de paires d ' a d j e c t i f s ( g e n t i l vs méchant, i n t e l l i g e n t vs bête e t c . ) . Cependant, puisque l e même texte est l u dans les deux variétés et puisque, à 1 ' insu des sujets, l e même locuteur s'exprime dans les deux variétés l i n g u i s t i q u e s , on peut être sûr que les jugements portent sur l a variété employée et non pas sur l e texte ou sur l a qualité de l a voix des locuteurs. de ce texte littéraire en québécois populaire. Les chercheurs ont donc f i n i par comparer l e français littéraire de France et l e français québécois populaire. Ce qui contribue l e plus à créer et à maintenir ce genre de problème méthodologique c'est, du côté terminologique, un c e r t a i n nombre d'imprécisions. A t i t r e d'exemple, les termes "norme" et "standard" continuent à être employés dans des contextes qui impliquent une hiérarchisation des différentes variétés de langue^": une variété qui s'écarte de l a norme est "anormale" et donc inférieure. Peut-être d i r a i t - o n q u ' i l s'agit là d'un détail plutôt i n s i g n i f i a n t étant donné que les l i n g u i s t e s sont, dans l'ensemble conscients de ce problème. Mais même s i les l i n g u i s t e s savent ce q u ' i l s entendent l o r s q u ' i l s emploient - faute de mieux -des termes t e l s que "norme" et "standard", i l n'en va pas de même pour l e peuple québécois qui se tourne vers ces spécialistes pour se renseigner sur l a langue. L'emploi continuel d'une terminologie imprécise ne peut que contribuer à embrouiller l e débat pour les Québécois qui: réduisent l a réalité l i n g u i s t i q u e au contenu des ouvrages q u ' i l s consultent épisodiquement. Sur ce point, l'écart est t o t a l entre eux et les l i n g u i s t e s qui connaissent les li m i t e s de leurs travaux ou de ceux de leurs collègues (Corbeil, 1983: p.295). ce qui va à 1'encontre de l'axiome s o c i o l i n g u i s t i q u e selon lequel toutes les variétés d'une même langue, a i n s i que toutes les langues, sont, en ce qui concerne leur pouvoir communicatif, sur un pied d'égalité. Ce qui rend l a question encore plus épineuse, c'est que l a définition que donnent certains l i n g u i s t e s de termes t e l s que "langue standard" est souvent floue et ce qu'elle englobe peut v a r i e r énormément d'un auteur à l'autre^^. Parfois "norme" et "langue standard" sont synonymes, parfois i l s se distinguent l'un de l'autre. Pour Bédard et Maurais (1983) par exemple: Chaque variété a, de f a i t , sa propre norme même s i e l l e n'est pas toujours décrite. Ce qui caractérise l a norme de l a langue standard^^ et l u i confère un t e l prestige c'est qu'elle est codifiée dans les l i v r e s de référence comme les grammaires et les dictionnaires (Bédard et Maurais, 1983: p. 436). ^^Et même à l'intérieur du t r a v a i l d'un même chercheur. Dans un a r t i c l e qui date de 1986, Claude P o i r i e r nous d i t que l e "français général" est cet ensemble " de f a i t s l i n g u i s t i q u e s qui sont partagés par toutes les communautés francophones ou par l e plus grand nombre d'entre e l l e s " ( P o i r i e r , 1986b: p. 153). Cependant, en 1983, i l avait déjà précisé que puisque normalement quand on parle du français "général" ou " i n t e r n a t i o n a l " on parle du français qui est présenté: sans mention régionale dans les dictionnaires et dans les grammaires du français contemporain. .. [dont].. .se servent les professeurs de français du monde entier...pour vérifier l'appartenance au système français actuel d'un mot, d'une expression, d'une prononciation, d'un tour syntaxique etc. . . .l'a p p e l l a t i o n l a plus juste paraît être c e l l e de français de référence ( P o i r i e r , 1983: pp. 47-48) . ^^Par "langue standard", les auteurs entendent l a langue de ceux qui dominent au plan socio-économique et qui: "ont l a capacité de contrôler, ou tout au moins d'influencer, l'objet et l e fonctionnement de l ' a p p a r e i l de des c r i p t i o n par l e b i a i s des organismes nationaux de recherches et de subventions, ou encore par l'acceptation ou l e refus d'éditer ou de d i f f u s e r les résultats des travaux. (Corbeil, 1983: pp. 295-296). Ce que Bédard et Maurais appellent "norme" - c'est-à-dire l'usage habituel que font les locuteurs de l a langue dans une s i t u a t i o n de communication précise - est appelé "norme d'usage" par A l a i n Rey (1983). Et ce que désigne "norme de l a langue standard" dans l e t r a v a i l de Bédard et Maurais correspond à l a notion de "norme p r e s c r i p t i v e " chez A l a i n Rey et de "sur-norme"^^ chez Denise François (1976). Mais malgré toute cette confusion autour de l a notion de "norme" c'est, nous semble-t-il, l e manque d'une définition univoque de "langue standard" qui est au coeur des débats li n g u i s t i q u e s au Québec. I l n'est pas surprenant que les Québécois aient de l a difficulté à concevoir un français québécois standard s i , dans les écrits sur l e sujet, "français standard" désigne tantôt l a langue soignée, tantôt l e "français i n t e r n a t i o n a l " -c'est-à-dire ces éléments de l a langue française qui sont communs à toute l a francophonie^* - et se réduit parfois pour n'englober que l e français de France ou tout simplement l e français de François j u s t i f i e son emploi du terme "sur-norme" en disant q u ' i l s'agit d'une variété de langue qui est un modèle c o n s t r u i t et idéologique qui ne s'emploie guère mais qui est enseigné. ^*Selon Jean-Claude Co r b e i l , i l vaudrait mieux, dans ce cas pa r l e r de " l a langue o f f i c i e l l e " puisque c'est l a langue qu'emploie l'état pour communiquer avec l e public a i n s i qu'avec les autres états. Et puisque cette variété de l a langue remplit l a fonction d'intercommunication entre nations d i s t i n c t e s , " l a forme o f f i c i e l l e de l a langue française au Québec doit être l e plus près possible du français de France. Toute divergence doit avoir sa raison d'être" (Corbeil, 1975: p. 10). P a r i s " : Le français de Paris est de partout. C'est l e référentiaire, véhicule sans bruitage qui f a i t qu'un habitant de Port au Prince peut entendre et se f a i r e entendre par un Polonais de Cracovie qui a appris l e français conune langue seconde (Paquette, 1980: p. 90). Si l e français de Paris est l e "référentiaire", à quoi s e r t - i l de pa r l e r d'un français standard qui s e r a i t québécois? D'autant plus que, pour un bon nombre de personnes, "français québécois" est synonyme de "français populaire": l e terme "jouai" qui désignait à son origine l a langue populaire des Québécois f i n i t , au cours de l a Révolution Tranquille^*, par désigner l e français québécois tout court. S i par l e r québécois veut dire parler jouai et que jouai s i g n i f i e "populaire", "de là à dire que l e par l e r québécois est populaire, donc inférieur; i l n'y a qu'un pas" (Forget, 1979: p. 159). Ceci revient à d i r e que seule une variété du français dépourvue de tout québécisme s e r a i t assez soignée pour s e r v i r de langue standard, même au Québec. Les s o c i o l i n g u i s t e s ont beaucoup f a i t pour éclairer l a question de l a possibilité théorique d'un français standard qui s e r a i t québécois - comme nous l'avons déjà vu, i l s ont contribué à modifier l'acception générale de "langue standard" - et i l s nous ^ V o i r l a note 16 du présent chapitre. ^^1'époque où les Québécois cherchaient à s'affirmer en accentuant les différences entre eux-mêmes et les Français de France. ont fourni les o u t i l s méthodologiques qui nous feront savoir s i cette langue québécoise standard, théoriquement possible, deviendra un jour une réalité concrète." Cependant, comme nous l'avons vu dans ce chapitre, i l est très d i f f i c i l e de changer l ' a t t i t u d e des gens: les jugements de valeur négatifs sur l e français québécois persistent même chez les sociolinguistes qui savent, en principe, que toutes les langues a i n s i que toutes les variétés d'une même langue sont égales. Et s i les spécialistes ont toujours des préjugés contre l e français québécois, i l n'est pas surprenant que les Québécois en général continuent à en avoir aussi, et cela en dépit d'un f o r t attachement à leur façon de parl e r . C'est cet état de choses qui explique pourquoi les Québécois peuvent refuser d'accepter l e français standard de France comme point de référence c u l t u r e l tout en ayant de l a difficulté à concevoir une langue standard qui conserverait un a i r québécois. I l existe déjà un français québécois standard. C'est à ce standard qu'on se réfère quand on affirme, par exemple que, dans l a v i l l e de Québec, les gens habitant Ste Foy parlent mieux que ceux des quartiers défavorisés t e l que St Roch. Mais s i on continue à d i r e que ceux qui parlent l e mieux au Québec, les annonceurs à Radio-Canada et certains avocats, médecins, professeurs etc., sont ceux dont l e parle r se rapproche l e plus du parler des Français, c'est que ce Si l'avenir du f a i t français au Québec dépend de l ' a t t i t u d e langagière des sujets parlants, seules des techniques de recherches f i a b l e s permettront aux li n g u i s t e s de bien cerner ces attitudes et les aideront à mieux c h o i s i r les mesures à entreprendre pour f a i r e rayonner l e français au Québec. dernier p a r l e r j o u i t toujours d'un ce r t a i n prestige au Québec^*. Le jour où les spécialistes et les Québécois accepteront q u ' i l est non seulement possible, mais aussi tout à f a i t logique, que l e français standard au Québec s o i t l e français dont se servent les Québécois des classes sociales élevées en s i t u a t i o n formelle^', i l n'existera plus de c o n f l i t entre ce que disent les l i v r e s de référence - qui sont pour l ' i n s t a n t toujours axés sur l e français de France - et l a réalité l i n g u i s t i q u e québécoise. Les Québécois ne se demanderont plus s ' i l s parlent mal parce q u ' i l s ne parlent pas comme les Français mais plutôt s ' i l s parlent mal parce q u ' i l s ne maîtrisent pas toute l a gamme de possibilités l i n g u i s t i q u e s que leur o f f r e l e français québécois. ^*bien que cette façon de parler s o i t souvent vue comme étant prétentieuse. ^'ce qui correspond à l a définition de "norme québécoise" qu'a proposée L'Association québécoise des professeurs de français en 1977. Selon eux, l a variété de français à enseigner au Québec s e r a i t " l e français standard d ' i c i ...[c'est-à-dire une variété de français]...socialement valorisée dans les modes de communication formelle" (L'Association québécoise des professeurs de français citée dans Forget, 1979: p. 154). Chapitre 3 Les Niveaux de langue dans les dictionnaires : analyse comparative de l'état actuel de deux variétés du français moderne S i on d i t souvent que "français québécois" est synonyme de "français f a m i l i e r " , c'est parce que "une longue t r a d i t i o n , qui remonte à Malherbe et à Vaugelas, considère les régionalismes comme non conformes au bon usage défini par l a norme evaluative/prescriptive" (Paquot, 1988: p. 66). Selon Annette Paquot, l e f a i t que les sujets québécois reconnaissent plus de canadianismes comme t e l s lorsqu'un texte leur est présenté par écrit que lorsque ce même texte leur est présenté oralement démontre que les Québécois eux-mêmes sont de l ' a v i s que l e s canadianismes devraient être exclus des situations de communication les plus soignées et réservés à l a conversation familière^. Cependant cette même étude nous démontre que s i , en théorie, les Québécois condamnent l'emploi des canadianismes dans les sit u a t i o n s formelles, i l en va autrement en pratique: pendant une autre p a r t i e de l'expérience, lorsqu'on leur a présenté des objets, les sujets ont c h o i s i un canadianisme pour les nommer, plutôt qu'un mot du français général^, dans un peu plus de 50% des cas^. De cette 1^1 est important de noter que les conclusions tirées de cette expérience ne pourraient pas être définitives. Le nombre plus élevé de canadianismes repérés dans l e texte écrit pourrait relever du f a i t que, lorsque l e texte est écrit les sujets ont l e temps d'y réfléchir davantage, plutôt que de l ' a t t i t u d e des sujets envers les canadianismes. V o i r l a définition de "français général" dans l e chapitre précédent. ^11 ne faut pas se l a i s s e r induire en erreur en pensant que les sujets étaient plus portés à employer des canadianismes parce q u ' i l s se servaient de l a langue parlée - donc familière - pour répondre aux questions. En e f f e t , des études en s o c i o l i n g u i s t i q u e ont démontré que les situations d'entrevue amènent les sujets à employer un langage plutôt soigné. A en juger par ces résultats, les Québécois ne voient aucune raison d'exclure, à p r i o r i , les étude i l ressort que l e choix entre un canadianisme et un mot du français général n'est déterminé ni par l e niveau de s c o l a r i s a t i o n des interlocuteurs n i par l e degré de familiarité de l a s i t u a t i o n de communication car même les Québécois les plus i n s t r u i t s " u t i l i s e n t dans l a conversation familière un français à l a f o i s peu régional et très relâché" (Paquot, 1988: p. 51) tout en employant, dans une s i t u a t i o n plutôt formelle, un français à l a f o i s très régional et peu relâché. Et puisque ce genre de comportement langagier est jugé acceptable par des n a t i f s - c'est-à-dire conforme à l a norme sociolinguistique québécoise - on peut conclure qu'en pratique, dans l a tête de l a majorité des Québécois, même les plus i n s t r u i t s , * "parler québécois" ne s i g n i f i e pas nécessairement "parler populaire". Mais concéder que "régional" n'est pas synonyme de " f a m i l i e r " , et que c'est par rapport à l a norme québécoise q u ' i l faut juger de l a qualité du franco-québécois, cela s i g n a l e - t - i l l'inutilité de tout t r a v a i l de comparaison entre ce dernier p a r l e r et c e l u i de l'Hexagone? Nous croyons que non. En f a i t , notre hypothèse de départ était qu'une comparaison rigoureuse et objective^ de ces canadianismes des situations de communication formelles. *Les plus i n s t r u i t s , de par leur s c o l a r i s a t i o n plus poussée, auraient eu un contact plus étroit avec l e français général et devraient donc reconnaître et condamner plus facilement les particularismes du français québécois. ^C'est-à-dire un t r a v a i l dont l a méthodologie ne contribue pas à fausser les résultats. I l s e r a i t injuste de conclure, par exemple, que puisqu'un camionneur québécois n'emploie pas un français identique à c e l u i d'un commentateur de sports français, l e deux variétés de français f e r a i t r e s s o r t i r l a diversité du français québécois, ce qui contribuerait à réfuter l e mythe de l'infériorité de ce dernier: comme nous l'avons signalé dans l ' i n t r o d u c t i o n du présent t r a v a i l , selon l'optique s o c i o l i n g u i s t i q u e que nous adoptons, on ne peut conclure que l e français québécois est une variété de langue "pauvre" que s ' i l ne répond pas à tous les besoins langagiers des sujets parlants,^ c'est-à-dire q u ' i l ne s'emploie que dans un nombre réduit de situations de communication. S i , au contraire, l e français s'emploie, au Québec, dans tout l'éventail de contextes linguistiques et que ce français, à multiples emplois, s'avère distinctement québécois, on pourrait conclure deux choses: que les Québécois n'ont pas raison de v o i r leur langue comme une variété appauvrie du français de France et que l a s i t u a t i o n du français québécois est moins précaire que l'on ne l ' a u r a i t pensé. C'est-à-dire que l e français québécois c o u r r a i t p a r l e r français québécois n'est qu'un par l e r populaire. En d'autres mots, tout chercheur qui se propose de comparer deux variétés régionales d'une même langue d o i t , s ' i l espère a r r i v e r à des conclusions qui seraient bien fondées, s'assurer de comparer des sociolectes équivalents. ^Selon Jean-Claude Corbeil (1975), l a langue a t r o i s fonctions. D'abord i l y a l a fonction de communication. C'est cette fonction qui réduit l a v a r i a t i o n l i n g u i s t i q u e au nom de l'efficacité de l a communication et qui régit a i n s i l a forme de l a langue o f f i c i e l l e pour permettre aux locuteurs de différentes régions géographiques de communiquer entre eux. Mais s i " l a forme o f f i c i e l l e de l a langue française au Québec doit être l e plus près possible du français de France" (Corbeil, 1975: p. 10), i l n'en est pas a i n s i lorsque l'accent est mis sur une des deux autres fonctions. La fonction esthétique correspond aux sit u a t i o n s où l e locuteur varie son langage pour produire un e f f e t s t y l i s t i q u e p a r t i c u l i e r chez son interlocuteur et l a fonction ludique répond au besoin de chacun de "s'amuser, de re s s e n t i r l a j o i e de manipuler sa langue" (Corbeil, 1975: p. 13). moins de risques d'être remplacé par une autre langue - t e l l e que l'anglais - ou une autre variété de français qui s e r a i t à l a hauteur des exigences lingui s t i q u e s du peuple québécois. Peut-être pourrait-on a l l e r jusqu'à dire qu'entre l e français québécois et l e français de France, c'est ce dernier qui s e r a i t l e plus en danger'. On pourrait concevoir plusieurs façons de t e s t e r cette hypothèse mais puisqu'en préparant un di c t i o n n a i r e d'usage, " l e lexicographe vise à fournir au lecteur tous les renseignements permettant de f a i r e des choix appropriés, selon les circonstances" ( P o i r i e r , 1990: p. 350), nous croyons qu'une analyse des indications r e l a t i v e s aux niveaux de langue® dans deux dict i o n n a i r e s d'usage, l'un français et l'autre québécois, nous permettra d'évaluer l e degré de diversité s o c i o l i n g u i s t i q u e du français québécois comparativement au français de France. 'Après tout dans l e cas de cette menace l i n g u i s t i q u e apocalyptique qu'est 1'anglicisation: Les Québécois sont généralement plus a t t e n t i f s à l'égard de l a concurrence entre l e français et l ' a n g l a i s , plus sur l a défensive à l'égard de l ' a n g l a i s . Un c e r t a i n engouement des Français pour l ' a n g l a i s , l'usage de plus en plus fréquent par eux de l'anglais dans l e s publications s c i e n t i f i q u e s , dans l e commerce extérieur, l o r s des rencontres i n s t i t u t i o n n e l l e s , p o l i t i q u e s ou s c i e n t i f i q u e s scandalisent et inquiètent les Québécois qui s'interrogent sur l e statut international du français (Corbeil, 1980: p. 836). Mes indications qui nous renseignent sur: "les connotations de nature s o c i a l e , c u l t u r e l l e ou a f f e c t i v e qui dans l e discours accompagnent nécessairement, quoique avec un r e l i e f variable, l e contenu sémantique et grammatical des unités" (Imbs, 1969: p. 51). Une t e l l e démarche/ tout en étant une démarche parmi d'autres, présente de nombreux avantages méthodologiques. D'abord, l e lexique est l e domaine de l a langue où i l y a l e plus de v a r i a t i o n en fonction du contexte so c i o l i n g u i s t i q u e et où cette v a r i a t i o n est l a plus f a c i l e à repérer et à analyser de façon quantitative. En outre, bien que, pour des raisons pratiques, l e lexicographe s o i t obligé de " f i x e r une l i m i t e au nombre de mots q u ' i l enregistre dans un d i c t i o n n a i r e " (Shiaty, 1988: p. XVII), les di c t i o n n a i r e s présentent, sous une forme très concise, des renseignements plus ou moins exhaustifs sur tous les registres.^ Toutefois, l a méthode que nous avons choisie n'est pas sans inconvénients^" et, avant d ' a l l e r plus l o i n , i l faudra examiner, de façon plus détaillée, ces avantages et ces inconveniants méthodologiques a f i n de v o i r l e s résultats de notre dépouillement sous leur v r a i jour. D'abord, en ce qui concerne l e choix d ' o u t i l s de t r a v a i l , nous avons décidé de nous s e r v i r principalement du PR et du Plus parce que dans l'un et l'autre cas, i l s'agit d'un d i c t i o n n a i r e d'usage d'environ 60 000 mots. En choisissant des di c t i o n n a i r e s de t a i l l e égale qui visent l e même but méthodologique, nous espérions 'NOUS avons déjà signalé q u ' i l est parfois d i f f i c i l e d'obtenir, au moyen d'un corpus de français parlé des énoncés des r e g i s t r e s les plus familiers et même s i notre méthodologie nous permettait de l e f a i r e , l e temps nécessaire pour établir et pour analyser un t e l corpus dépasse de l o i n les l i m i t e s d'une étude de ce genre. ^°Ces inconvénients trouvent leur source s o i t dans l a nature même des dictionnaires d'usage, ce qui rend d i f f i c i l e l e choix d ' o u t i l s de t r a v a i l , s o i t dans l'ambiguïté de l a définition de "niveau de langue". minimiser l a marge d'erreur due aux lim i t e s fixées au nombre de mots constituant l a nomenclature de t e l s ouvrages. Et nous avons c h o i s i deux dictionnaires qui parurent l a même année pour n i v e l l e r les e f f e t s dûs à des différences d'ordre temporelle plutôt que géographique. En outre, l a nature même des dictionnaires d'usage a doublement influencé notre choix d'ou t i l s de t r a v a i l . D'abord, nous voulions nous concentrer sur l a langue parlée parce que c'est dans ce domaine que l a langue varie l e plus^^ et, comme nous l e d i t Samar Sabouné (1990), en parlant de l a notion d' "usage": Ce mot a pour synonyme " l a langue parlée" ou alors " l e bon pa r l e r " . Ajoutons que l e terme "usage" est étroitement lié à l a culture d'un peuple et q u ' i l reflète son image. Le di c t i o n n a i r e d'usage est d'une grande importance p u i s q u ' i l constitue un o u t i l pour l'étude de l'évolution d'un parle r . . . [et ] — i l joue un rôle prépondérant dans l a présentation d'un lexique...(Sabouné, 1990: pp. 6-7). Deuxièmement, par opposition aux "glossaires" qui sont traditionnellement des re c u e i l s de "fautes à c o r r i g e r " , les dict i o n n a i r e s d'usage sont à l a f o i s d e s c r i p t i f s et p r e s c r i p t i f s : ces ouvrages se veulent normatifs mais l a norme q u ' i l s enregistrent se dégage d'observations et de descriptions plutôt que d'idées ^^Bien que, au nom du réalisme, les écrivains modernes se servent de l a langue familière ou populaire dans leurs oeuvres, de façon générale, l a langue écrite, fixée par les conventions de l'orthographe etc., est moins susceptible à l a v a r i a t i o n s o c i o l i n g u i s t i q u e que l a langue parlée. préconçues du bon usage, et, par conséquent, correspond à l'acception plus objective de ce terme que nous voulions adopter/^ Mais voilà que surgissent quelques problèmes. Depuis l e début de ce siècle, on rêve de publier un d i c t i o n n a i r e québécois. Le Dictionnaire nord-américain de l a langue française de Louis-Alexendre Bélisle," dont l a première édition parut en 1957, prétend décrire l a réalité l i n g u i s t i q u e nord-américaine mais l e s défauts^* de ce dernier ouvrage l'empêchent d'atteindre l e but que son auteur s'était fixé. C'est l e Plus qui constitue l a première vraie tentative pour établir un dicti o n n a i r e d'usage basé sur l a norme québécoise. Le f a i t que, dans ce d i c t i o n n a i r e , les canadianismes ne paraissent pas accompagnés de marque pour a l e r t e r l e lecteur - comme s ' i l s s'agissaient de termes o f f e n s i f s dont l e "lecteur cultivé" f e r a i t mieux d'éviter l'emploi ( P o i r i e r , 1990)^^ ^Voir l e deuxième chapitre du présent t r a v a i l . ^^Dorénavant, cet ouvrage sera désigné par l e s i g l e Bélisle. ^*Nous en énumérons quelques-uns un peu plus l o i n dans notre discussion. ^^ Ce qui nous choque un peu c'est qu'en 1985, seulement t r o i s ans avant l a parution du Plus, Claude P o i r i e r - un des plus grands promoteurs d'un di c t i o n n a i r e qui ne stigmatise pas les particularismes du français québécois - et l'équipe du Trésor de l a langue française au Québec (TLFQ) précisent que dans l e volume de présentation du Dictionnaire du français québécois; Les marques r e l a t i v e s au r e g i s t r e ne sont pas fréquentes...parce que les régionallsmes appartiennent, pour l a plupart, à l'usage courant (qui correspond pour l ' e s s e n t i e l à l a définition que donne Le P e t i t Robert du r e g i s t r e f a m i l i e r : "courant dans l a langue parlée ordinaire et dans l a langue écrite un peu l i b r e " ) ( P o i r i e r , 1985: p. XX). - en est l a preuve. Néanmoins, bien que l ' o b j e c t i f p r i n c i p a l de l'équipe du Plus - à savoir, l a r e v a l o r i s a t i o n du p a r l e r français québécois - s o i t louable^*, i l y a encore du chemin à f a i r e avant d'ar r i v e r à un di c t i o n n a i r e d'usage franco-québécois comparable à ceux de France. Compiler un d i c t i o n n a i r e d'usage exige l e franchissement d'une énorme étape préliminaire de de s c r i p t i o n des usages. Par opposition aux lexicographes français d'aujourd'hui, dont l e t r a v a i l est facilité par l'existence de nombreux dict i o n n a i r e s servant de point de repère, les Québécois n'ont pas de t r a d i t i o n lexicographique sur laquelle i l s peuvent se baser: Grâce à cette mine de renseignements constituée par ses prédécesseurs, l e lexicographe français peut concentrer sa réflexion sur les aspects q u ' i l veut privilégier: l a mise à jour périodique du vocabulaire..., les r e l a t i o n s sémantiques et formelles entre les mots..., l a parenté étymologique..., etc. ( P o i r i e r , 1990: p. 339). Les Québécois, pourtant, doivent commencer à zéro étant donné que l a majorité du t r a v a i l lexicographique au Québec précédant l a Les auteurs ne cherchaient qu'à f a i r e pour l e français québécois, ce que f i t Webster pour 1'anglo-américain. Néanmoins, certains chercheurs nous disent q u ' i l est irréaliste de comparer l e cas du Québec à c e l u i des Etats-Unis: comme s i l e Québec français (5 m i l l i o n s d'habitants) et l a France (55 millions) étaient dans l e même rapport de force que les Etats-Unis (250 m i l l i o n s ; première puissance économique au monde) et l a Grande-Bretagne (56 mi l l i o n s ) (Gagnon, 1989: p. 3). Mais ce q u ' i l ne faut pas perdre de vue c'est qu'à l'époque où Webster préparait l a première édition de son d i c t i o n n a i r e , l a s i t u a t i o n démographique n'était pas p a r e i l l e à c e l l e d'aujourd'hui et que Webster dut sûrement f a i r e face au même genre de c r i t i q u e s que font certains au sujet du Plus. parution du Plus c o n s i s t a i t à énumérer les différences entre l e pa r l e r français québécois et c e l u i de France ou même à r e c u e i l l i r les "fautes à c o r r i g e r " . " Cela s i g n i f i e q u ' i l faudra f a i r e deux choses avant de procéder à l'élaboration d'un d i c t i o n n a i r e du français québécois. Premièrement, i l faudra modifier l e but que visent les lexicographes québécois. I l ne s'agit pas de changer l ' a v i s des seuls chercheurs adoptant l e point de vue que "québécisme" est synonyme de " f a m i l i e r " et qu'un d i c t i o n n a i r e du français québécois n'enregistrerait qu'un seul niveau de langue et s e r v i r a i t donc à peu de choses; i l y en a aussi qui, tout en sachant quie l e français québécois est un parler à plusieurs r e g i s t r e s , ne voient pas l'utilité d'un d i c t i o n n a i r e d'usage québécois. Selon ces derniers, étant donné que l a base du français québécois est française, "à quoi s e r v i r a i t - i l de reprendre ce qui existe déjà dans les dictionnaires français?" (Guilbert, 1976: p. 52) . La deuxième lacune à combler c'est l e manque d'une desc r i p t i o n objective des usages l i n g u i s t i q u e s , c'est-à-dire de l a norme langagière, au Québec. Bien q u ' i l existe depuis 1972 une équipe à l'Université Laval dont l a préoccupation p r i n c i p a l e est effectivement l'achèvement de cette description et que les f i c h i e r s ^'ce qui est, selon Claude P o i r i e r , compréhensible vu que: à l'époque où Webster proposait aux Américains un modèle de d i c t i o n n a i r e affranchi de l a norme britannique, les Québécois en étaient à se battre pour l a survie de le u r langue ( P o i r i e r , 1990: p. 340). du TLFQ contiennent plus de 3 m i l l i o n s d'exemples, l e t r a v a i l accompli est l o i n d'être exhaustif et i l faudra encore des années de recherches préliminaires avant l a parution de l a première édition de ce dicti o n n a i r e général du français québécois tant attendu. C'est pour cette raison qu'on a publié l e Plus, une adaptation du Dictionnaire du français de Hachette (1987) qui a été "profondément remanié pour rendre compte de l a réalité québécoise, canadienne et nord-américaine" ( P o i r i e r , 1990: p. 347). Le Plus a été conçu pour s e r v i r d'"étape t r a n s i t o i r e vers l e véritable di c t i o n n a i r e général" ( P o i r i e r , 1990: p. 344). L'idée n'était pas nouvelle. Comme nous l'avons déjà signalé Louis-Alexendre Bélisle avait déjà publié l a première édition de son d i c t i o n n a i r e "adapté" en 1957. Mais ce qui distingue l e Plus de son prédécesseur c'est que l'écart entre sa parution et c e l l e de son modèle français est d'un an tandis que Bélisle a c h o i s i comme archétype un di c t i o n n a i r e du siècle dernier, à savoir l'abrégé du Littré de Amédée Beaujean (1874), et, par conséquent, i l est peu probable que l e t r a v a i l de Bélisle reflète l a réalité l i n g u i s t i q u e a c t u e l l e des Québécois : cette portion "française" du Bélisle, constituée de mots relevés en France i l y a plus d'un siècle - et Littré était conservateur! - comment p o u r r a i t - e l l e représenter l'usage d ' i c i ? ( P o i r i e r , 1990: p. 340). En outre, par opposition au Plus, l e Bélisle présente les emplois québécois séparément de l a base française: Le d i c t i o n n a i r e de Bélisle est un ouvrage hybride, formé d'un glossaire québécois et d'un di c t i o n n a i r e , les a r t i c l e s du premier ayant été pour a i n s i d i r e découpés et collés dans l e second/® I l est f a c i l e de reconstituer l a p a r t i e "glossaire" ( P o i r i e r , 1990: p. 342). Le par l e r français québécois n'est pas un parler hybride mais plutôt "un ensemble fonctionnel dont les composants... sont étroitement liés les uns aux autres dans les situ a t i o n s de discours" ( P o i r i e r , 1990: p. 344). Un dic t i o n n a i r e du français québécois, q u ' i l s o i t tout à f a i t nouveau ou adapté, d o i t témoigner de l a nature cohesive de cette variété de français qui est l e résultat d'une in t e r a c t i o n constante entre les québécismes et l e s mots du français général^': La présence d'un mot régional dans un champ l e x i c a l donné a nécessairement une influence sur les mots de l a langue générale fonctionnant à 1'intérieur de ce même champ ( P o i r i e r , 1983: P. 49)." Bien que l'équipe du Plus a i t essayé, dans l a mesure du Et malgré tout l e progrès lexicographique que représente l e Plus, Lysiane Gagnon f a i t l e même commentaire dans sa c r i t i q u e de ce dernier d i c t i o n n a i r e l o r s q u ' e l l e d i t que l e Plus "greffe pêle-mêle à un di c t i o n n a i r e français, et sans les i d e n t i f i e r comme t e l s , 4 000 canadianismes incompréhensibles a i l l e u r s q u ' i c i . . . " (Gagnon, 1989: p. B3). Mais i l faut noter que d'après nous, Mme. Gagnon sous-estime l a rigueur méthodologique avec laquelle l'équipe du Plus a compilé leur d i c t i o n n a i r e . " v o i r l e chapitre précédent pour savoir ce que nous entendons par "français général". "pour ne c i t e r qu'un exemple, l e f a i t que g i l e t a, au Québec, un sens légèrement différent de c e l u i qui existe en France, a une influence sur tout l e champ l e x i c a l "chandail". possible, d'éliminer ces problèmes en intégrant les canadianismes dans l a nomenclature générale d'un d i c t i o n n a i r e français moderne, ce d i c t i o n n a i r e présente d'autres problèmes qui risquent de donner une idée fausse de l'état actuel du français québécois. I l est v r a i que les dictionnaires d'usage ne sont jamais à jour parce q u ' i l y a toujours un cert a i n décalage entre l a première a t t e s t a t i o n d'un mot, d'une locution ou d'une modification l e x i c a l e quelconque et son enregistrement dans les dictionnaires et que "tout lexicographe d o i t f i x e r une l i m i t e au nombre de mots q u ' i l enregistre dans un d i c t i o n n a i r e " (Shiaty, 1988: p. XXVI) mais: c e c i explique difficilement...1'absence de certains mots d'usage courant en français québécois...[surtout]...au niveau du vocabulaire f a m i l i e r et populaire. Certains québécismes familiers sont absents ...alors que les mots fa m i l i e r s du français hexagonal sont abondamment recensés ( P e l l e r i n , 1989: p. 493)." Toutefois, malgré ses défauts, l e Plus représente, nous semble-t-il, l a réalité l i n g u i s t i q u e québécoise mieux que tout autre t r a v a i l lexicographique publié jusqu'à présent étant donné que l'équipe du Plus "a réuni tous les renseignements disponibles sur les r e g i s t r e s , précisés au moyen de marques d'usage établis à ^^ Comme par exemple, les mots poiqner et bozo ou chicanner au sens de "réprimander". ^^ Ce qui ne nie cependant pas l'utilité de notre t r a v a i l . Dans l'analyse des résultats de notre dépouillement, nous nous servirons de pourcentages et non pas de c h i f f r e s absolus et puisque, statistiquement, l ' e f f e t du maintien de certains mots de l'Hexagone et c e l u i de l'absence de certains québécismes f a m i l i e r s devraient s'annuler, ces inexactitudes ne devraient pas b i a i s e r trop les résultats f i n a l s . l a s u i t e de l'examen des exemples disponibles sur les jugements dont certains mots ont f a i t l ' o b j e t . . . " ( P o i r i e r , 1990: p. 350). Le Plus évite a i n s i de graves problèmes que rencontrent d'autres ouvrages lexicographiques. En f e u i l l e t a n t l e Dictionnaire des canadianismes de Gaston Dulong, par exemple, on constate que, bien que bozo et poigner figurent à l a nomenclature, ces mots ne sont accompagnés d'aucune marque d'usage. Cet état de choses donne l'impression que, du point de vue usage, ces mots sont sur un pied d'égalité avec des "canadianismes de bon a l o i " ^ ^ t e l que Cégep ou dépanneur, ce qui n'est pas du tout l e cas. La notion de "niveau de langue" même nous pose un autre problème. Puisque les "niveaux" forment un continuum so c i o l i n g u i s t i q u e , chaque niveau est délimité de façon plus ou moins a r b i t r a i r e . I l n'y a aucun critère universel qui distingue ce qui est f a m i l i e r de ce qui est populaire.^* La preuve ressort d'une étude de Pierre G i l b e r t (1969) qui a p r i s 6 d i c t i o n n a i r e s français^^ et qui a découvert que, sur un échantillon de 70 mots re p a r t i s sur tout l'alphabet, i l n'y avait l'unanimité que dans 8 cas (2 mots fam i l i e r s et 6 populaires). ^^Selon Bélisle: "les canadianismes de bon a l o i . . . représentent des réalités nord-américaines dignes d'êtres reconnues sur l e plan i n t e r n a t i o n a l " (Bélisle, 1979: p.). *^0ù ranger les termes "très f a m i l i e r s " qui ne sont n i f a m i l i e r s n i populaires ou les mots accompagnés de l a mention "très vulgaires"? ^^Le Grand Larousse encyclopédique, l e Larousse, l e P e t i t Larousse de 1968, Le Robert, Le P e t i t Robert de 1967 et l e Dictionnaire du français contemporain. La notion de "niveau de langue" est d'autant plus vague que l a définition exacte de ce terme est presque aussi d i f f i c i l e à cerner que c e l l e des notions de "norme", "français standard", "français i n t e r n a t i o n a l " etc. dont nous avons parlé dans l e chapitre précédent. Les spécialistes sont tous d'accord que chaque langue ou variété de langue peut être "découpée" en plusieurs "niveaux" ou " r e g i s t r e s " , correspondant aux différents contextes soc i o l i n g u i s t i q u e s dans lesquels les locuteurs peuvent se trouver et que ce sont les niveaux de langue qui nous permettent de produire des e f f e t s s t y l i s t i q u e s pour créer une image/une impression particulière chez nos interlocuteurs (Santerre, 1990). Cependant, chaque l i n g u i s t e porte ses propres nuances au sens général. D'après certains, ce n'est que l a langue parlée qui varie en niveau", tandis que d'autres prétendent que l a v a r i a t i o n s t y l i s t i q u e provient de deux sources: l'écart entre l a langue parlée et l a langue écrite et l e degré de familiarité de l a s i t u a t i o n (Corbeil, 1980: p. 86). D'autres encore croient q u ' i l faut f a i r e une d i s t i n c t i o n encore plus nuancée. Selon Bourquin (1965), par exemple, l a notion d'"aspect" correspond à l a d i s t i n c t i o n oral/écrit; "niveau" correspond au statut socio-c u l t u r e l du locuteur (son niveau d' i n s t r u c t i o n etc.) et "registre"^' englobe les facteurs contextuels (le sujet de Cette d i s t i n c t i o n est d i f f i c i l e à j u s t i f i e r aujourd'hui étant donné que de nombreux écrivains modernes adoptent, au nom du réalisme de leur t r a v a i l , un s t y l e plus ou moins f a m i l i e r . ^'qui est, pour nous, comme pour un grand nombre de l i n g u i s t e s , synonyme de "niveau". conversation, l e degré de familiarité etc.)* Selon cette façon de v o i r les choses, i l y a, à l'intérieur de chaque "niveau" plusieurs " r e g i s t r e s " possibles et: "plus l e niveau socio-culturel...[d'un locuteur quelconque]...est placé haut dans l a hiérarchie des niveaux, plus l'éventail des re g i s t r e s (de même que des aspects) tend à s'ouvrir et à se nuancer (Bourquin, 1965: p.9). Vu l e degré d'incertitude et d'ambiguïté qui accompagne toute étude des niveaux de langue, surtout l o r s q u ' i l s'agit de l a langue des Québécois dont l a norme n'a pas encore été entièrement décrite, nous ne pourrions pas t i r e r de conclusions définitives de notre dépouillement. Une étude quantitative des différences de mention de "niveaux de langue" associés à des mots du français hexagonal et à ceux du français québécois ne pourrait être qu'une mesure approximative de l'état actuel des deux variétés de langue. Tout ce que nous pourrions espérer dégager ce sont des tendances li n g u i s t i q u e s générales, mais i l ne faut pas oublier que plus ces tendances sont fortes, plus i l est probable qu'elles reflètent l a réalité. Mais quelles sont ces tendances au juste? Examinons maintenant les résultats de notre dépouillement pour chacun des quatre niveaux de langue que nous avons étudiés. 28 Bien q u ' i l passe sous silence l a notion d'"aspect", l a d i s t i n c t i o n que f a i t Maurice Grévisse (1986) entre "niveau" et " r e g i s t r e " correspond à c e l l e que f a i t Bourquin. Le Niveau f a m i l i e r Dans les dic t i o n n a i r e s , l a mention " f a m i l i e r " s i g n i f i e qu'un mot ou qu'un emploi p a r t i c u l i e r d'un mot est "courant dans l a langue parlée ordinaire et dans l a langue écrite un peu l i b r e " ( l e PR p. XVII). La langue familière est l a langue de l a conversation courante et quotidienne, ce qui veut dire que ce niveau de langue est pratiqué par un grand nombre de locuteurs dans un grand nombre de situations de conversation.^' Malgré ce f a i t , l e niveau f a m i l i e r ne constitue que 3% de l a nomenclature du Plus. Ces résultats infirment, nous semble-t-il, l'hypothèse selon l a q u e l l e l e français québécois ne s e r a i t qu'une variété familière du français de France. D'autant plus que l e nombre t o t a l de mots dans les 4 niveaux de langue "relâchés" que nous avons examinés ne s'élève qu'à 2448, s o i t 4% de l a nomenclature du Plus. De plus, en cherchant ces mêmes mots dans l e PR, nous avons découvert que, sur les 1823 mots familiers figurant dans l e Plus, 1173 (64%) sont aussi familiers dans l e PR, s o i t avec l e même sens, s o i t avec un autre sens f a m i l i e r . I l n'y avait que 176 (9,7%) qui n'y fi g u r a i e n t pas ou dont l e sens f a m i l i e r n'y f i g u r a i t pas. Etant donné l e haut degré de concordance entre l e français I l n'est donc pas surprenant que, dans l e Plus, parmi les quatres niveaux de langue que nous avons étudiés, ce s o i t l e niveau f a m i l i e r qui constitue l e r e g i s t r e l e plus vaste. Avec 1823 mots, l e niveau f a m i l i e r constitue 3% de l a nomenclature de ce dernier d i c t i o n n a i r e tandis que les niveaux populaire, vulgaire et argotique composent respectivement 0,79%, 0,09% et 0,17%. québécois et l e français de France, même l o r q u ' l l s'agit du r e g i s t r e familier^", i l est évident qu'on n'est pas encore arrivé au point où l'on pourrait dir e que l e français québécois s e r a i t une langue autonome. Finalement, puisque 340 (18,7%) des mots/emplois f a m i l i e r s du Plus sont neutres dans l e PR et q u ' i l n'y a que 132 mots f a m i l i e r s ( s o i t 7% du nombre t o t a l figurant dans l e Plus) qui sont accompagnés de marques des niveaux plus "bas", i l semble que ce soient les Québécois, et non les Français - les soi-disant "puristes" - qui ont plus tendance à stigmatiser les usages. Ces résultats pourraient s'expliquer par l e f a i t que, à force de se f a i r e d i r e q u ' i l s parlaient mal, les Québécois p r i r e n t l'habitude de s u r v e i l l e r leur langage à t e l point q u ' i l s f i n i r e n t par devenir plus puristes que leurs cousins européens. N'oublions pas que puisque l e r e g i s t r e neutre sert de langue o f f i c i e l l e , c'est-à-dire d ' o u t i l d'intercommunication, on pourrait s'attendre à ce que les écarts entre l a langue "neutre" québécoise et c e l l e des Français soient minimes. Regardons en détail maintenant les données du niveau f a m i l i e r . 1173 (64%) des 1823 mots qui ont au moins un sens f a m i l i e r dans l e Plus en ont un dans l e PR aussi. De ces 1173 mots, les 1155 mots suivants ont l e même sens f a m i l i e r dans les deux d i c t i o n n a i r e s . abruti abus accrochage accrocher a f f o l a n t affûtiaux agrandir agrémenter aieux alors ambiance amuse-gueule annexer a p l a t i r appétissant argenté arroser asperge assommant a s t i c o t e r astuce attacher attaquer a t t i f e r a t t i r a i l a t t r a c t i o n attrapade av o c a i l l o n avocasserie avocassier baba bac bâcler baderne bagarre bagarrer bagou(t)" baisoter balade ^^Les parenthèses indiquent les variantes orthographiques. balader baladeur b a l l o t bambin bamboche bancroche baragouiner baraque b a r b i f i e r b a t a i l l e r batifolage b a t i f o l e r b a t i f o l e u r b a t t o i r bazarder bec bécane bêcher bécot bécoter bedaine bedon bedonnant bedonner béguin bêlant bêler béni-oui-oui bêta beugler biberonner b i b i bichon bichonner bicot bien b i g l e r bigleux bigophone bigrement b i l e r bileux b i l l a r d b i s b i l l e biscornu bise b i s e r bitume blabla(bla) blackbouler blague blaguer blagueur bled blindé blind e r bloc blouser b l u f f e r bobard boche boeuf bombarder bonhomme bonichon boniment bonsoir bonze botter bouchonner bouffarde bouffe bougeotte bougre boulange boule boulette boulonner boulot bouquin bouquiner boulinguer boulinguer bourrâtif bourrique boussillage b o u s s i l l e r b o u s s i l l e u r boutique boxer boyaux brai r e branché braque brigadier brimbalement brimbaler b r o u i l l a m i n i bûcher bus buse caboche cabot cabotin cabotinage caca ca g i b i cahin-caha c a i l l a s s e calé c a l e r c a l i b r e c a l o t i n c a l o t t e camelote canard cancre caner capharnaum capon carabiné carcasse cargaison caro t t e r carpette casquer casse-cou casse-gueule casse-pieds cataplasme catastrophe catastrophé cauchemar causant causette chamailler chamaillerie chambard chambardement chambarder chambouler chameau champignon champion chançard chanson chantier chapardage chaparder chapeau charabia charcuter charcutier c h a t o u i l l e chattemite chavirer chiennerie chignole chiper chipeur chiqué chouchou chouchoterie ciao cinéma c l a p i e r claquer cl a s s e r cocasse cochon cochonnaille cochonner cochonerie coco c o f f r e c o f f r e r coincer coke c o l l a n t c o l l e c t i o n n e r c o l l e r c o l t i n e r combattant commérage compère compétence complexé complexer compliqué comprennette concierge conquête con s c r i t conséquent constance constipé contredanse contrer copinage coquet cornac corner correct côtelette coucher couette coulage coulant coupe-choux c o u r a i l l e r couru cousette crachat crack crampon cramponner cran crâner crâneur crasse crème crevé crève-la-faim c r i n c r i n crinière croquignolet crotte croupe croûte cruche cuber cucu (cucul) c u e i l l i r c u i r cuire cuisine c u i s i n e r c u i s t o t c u i t e r cul-terreux dada dame damné débagouler déballage déballer débarbouiller débarquer débaucher débile débiner déboussoler débrailler débrouillard décarcasser décoller décomplexer déconfiture déconner décontracté décresendo décrocher déculottée défiler défriser dégaine dégénéré dégingandé déglinguer dégoiser dégommage dégommer dégonflage dégonfler dégot(t)er dégraisser dégringolade dégrossir dégrouiller délayage déménager demi-portion démissionner démolir dépanner dépatouiller déphasage déphasé dépiauter déplumer dépoitraillé dépotoir déprime dérailler désargenté désargenter descendre déshydraté dessoûler (dessaouler) détaler détraqué détraquer déveine diablement digérer dingo dingue dinguer discuter disputer distinguo dondon doubler doucettement douloureuse draguer dragueur d r o i t i e r drôlement dur dynamite ébaubi ébouriffant ébouriffer ébrécher écarter éclipser écrabouillage (écrabouillement) écrabouiller écraseur écrivailleur (écrivaillon) e f f o r t effrayant effroyable ef froyablement éjecter éjection e l l e emballer embarquer emberlificoter embêtant embêtement embêter embobeliner embobiner embringuer embrocher embrouiliage embrouillamini emmancher emmerdant emmerdement emmerder emmerdeur émotionner empaumer empiffrer empiler empoisonnant emposonnement empoisonner empoisonneur empoté encaisser endurer enfariner e n f i l e r enfoncer enfourner engouffrer enguirlander énorme enquiquinant enquiquiner ensoutaner entourloupette envoler envoyer épatamment épatant épat épater épicer épingle époustouflant époustouf1er esbrouffe esbroufer esbroufeur esquinter estampeur estomaquer estourbir étaler étouffe-chrétien étouffer étourdissant étriper eustache évaporer extra f a i b l a r d faisan f a i t fameusement fana f a r f e l u f a r f o u i l l e r fauter f e i n t e r f e s s i e r fessu ficelé f i c h e r f i c h t r e f i c h u f i e r f i e s t a f igaro f i g n o l e r f i l e r f i l o c h e r f i l o n finances flagada flambard flambé flancher flanquer f l a p i flemmard flemmarder flemme f l i c f l a c f l o t t e flûte foirde f o i r e f o i r e r foireux f o l k l o r e f o l k l o r i q u e fonceur fondement formidable formidablement f o r t f o u i l l i s fouiner fouineur (fouinard) fouler fourbi fourniment fourrer fourre-tout f r a i s frérot f r i c h t i f r i c o t f ricotage f r i c o t e r f r i c o t e u r frigorifié frime frimer frimousse f r i n g a l e f r i p o n f r i t f r i t z fumant fumer fumiste gaffe gaffeur gaga g a l i p i a t g a l i p e t t e galopin gamin ganache gang garer gargariser gars gâteau gaudriole gazer geignard geindre gigolo gigot gigoter gigue g i r i e glouglou gnan-gnan gnongnot(t)e gnôle (gnoile) (gnaule) gober gobeur godiche gogo goret g o r i l l e gosse goulée g o u p i l l e r grandelet grandissime grand-maman grand-mère grand-papa grand-père gr a t i n gratiné gratte gratter grenouillage grenouille g r i l l e r g r o u i l l e r grogne guenon gueulement gueuler gueuleton gueuletonner guigne guignon guitoune harponner hasch hein horreur huître huppé idéal i l l i c o imbiber imbuvable impayable imper i n c o l l a b l e indécrottable indifférer inexistant i n f e c t i o n i n f e r n a l intenable invivable i t o u jaboter jaunet je-m'en-fichisme (foutisme) je-m'en-fichiste (foutiste) jérémiade jeunesse jeunet jeunot job jugeote Jules juteux k i f - k i f k i k i lâchage lâcher lâcheur laïus l a i u s s e r lambda lambin lambiner lancer lapinisme l a r b i n larme lascar lavasse lavette lézarder l i c h e t t e l i t r o n longuet louchon loulou louper loupiot loupiote macaque macho mâchouiller madame magouille malade mâle malfrat mamie mamours manche manchot mandibule marcher margouillis marieur mariner marmaille marmot maronner maso masse matérielle math matheux mâtin mécano méchant mélo mémère méninge merdique mère métallo méthode micmac mignon mijoter minable minet minou minus (habens) minute mirobolant m i s t i g r i mistoufle m i t r a i l l e m i t r a i l l e r moche mocheté moitié mollasson mollusque môme monstre monument monumental mordicus moricaud mornifle mortel morveux motard motorisé mouchardage moucharder mouflet mouf{e)ter mouiller moulin moumoute mourant moussaillon mufle museau myrmidon nager naviguer nettement nettoyage nettoyer nicher nipper niquedouille noceur nombrilisme n o u i l l e n u l l a r d numéro o b l i g a t o i r e oiseau o i s e l l e o l i b r i u s on orémus oust(e) oxygéner p a g a i l l e palper panier panse pantoufflard papable papelard papouille parachutage parachuter parano parchemin parigot paroissien p a r t i c u l i e r patauger p a t e l i n patenté pater patoche p a t o u i l l e r patraque patte paumé pause pavoiser payer P.-D.G. peaufiner pêcher peignée pelletée pelotage peloter peloteur pendouiller pénible pépère pépin perche percher perchoir péronnelle pète-sec péteux p e t i o t p e t i t peton pe t r o l e t t e phénomène p h i l o phono phosphorer p i a i l l e r pianissimo piano p i a u l e r peid-noir pigeon pigeonnant pigeonner pigeonnier p i l e p i l e r p i n a i l l a g e pincer piocher piocheur piper p i p i piquer p i s s e - f r o i d pisseux pissotière plan-plan plâtre plâtrer p l e i n pleurer pleurnichage (pleurnichement) pleurnicher plutôt pochard poire poireauter (poiroter) poison poivrer p o l a r i s e r p o l i c i e r p o l i t i c a i l l e r i e pommé pompette ponte pontife popote porc porno poser possible potable potasser pouah p o u l a i l l e r poule poulot poussette poussin prêche prêchi-prêcha presto probable prof p r o f i t e r prolo prose p s i t t (pst) pub puce puceau pucelage pucelle puissamment punaiser punch purée putain quatuor quenotte quignon rab rabibocher rabiot rabioter râble raccommodement raccommoder r a f f u t r a f i s t o l a g e r a f i s t o l e r r a f l e r ragot raide râler râleur ramasser ramer ramollie ramollo rapetassage rapetasser rapiat raplapla r a p l a t i rapportage rasant raser raseur r a s o i r rastaquouère ratatiné r a t a t o u i l l e râtelier r a t i b o i s e r r a t i s s e r ravagé ravigotant ravigoter ravi t a i l l e m e n t r a z z i a r e b i f f e r rebiquer rebouteur re c a l e r recaser récupérer r e f a i r e refoulée réfrigérant réfrigérer régaler réglo regonfler remplumer rencogner regainer rentrer répercuter repérer replâtrer resucée rétamer retarder retourner rétro r e t r o u v a i l l e s revenant revenez-y r e v o i c i (revoilà) révolution révolveriser richard rideau rigolade r i g o l a r d r i g o l e r rignarde r i p a i l l e r i q u i q u i ( r i k i k i ) r o d a i l l e r rogaton rogne roger rognonner ronchonner rondouillard r o n f l e r ronron rossard rossée rosser rossignol rôtir rotondité roublard rouflaquette rouler rouquin rouspéter royalement rude rudement sabre sabrer sa(c)quer sacrement sacrer sacripant sagouine saint-frusquin salade salamelecs salé s a l e r saleté salière sana sangsue sans sans-coeur sans-le-sous saperlotte (saperlipopette) s a p r i s t i satyre sauce saucé saucée saucissonner sauteur sauver savate s c i e s c i e r s c r i b o u i l l a r d séant secouer secteur sensass sensationnel sérénade s e r i n show-biz sidérant sidérer s i f f l e r sinoque siphonné s i r o t e r smala(h) snobinard s o l i d e sombre sonné sonner sono soporiphique sorbonnard s o r c i e r s o r t i r sou(s) s o u f f l e r soulager souler soulographie s o u s - f i f r e sous-off sport s t a t u f i e r stock suant subito succès sucre sucrer sué suer suivez-moi-jeune-homme super super super-grand superlativement surboum sympathique système tacot taloche talocher tambouille tandem tannante tanner tapé tapée taper tapin taratata t a r t a r i n t a r t i n e taule (tôle) télé télévision tendron t e r r i b l e téter téton teuf-teuf timbré t i n t o u i n t i r e - f e s s e s toc tocant (toquant) tocard (toquard) tombeur tondre tonsure toquade (tocade) toqué toquer torché torchon torchonner tordant tord-boyaux tordu toubib t o u i l l a g e t o u i l l e r toupet tournebouler tournée tournicoter tournis t r o c a s s i n t r a f i c o t e r traîne-savate t r a l a l a transbahuter travelo t r i c h e t r i f o u i l l e r trimbal(l)age {trimbal(l)ement) t r i m b a l ( l ) e r t r i p a i l l e t r i p a t o u i l l a g e t r i p a t o u i l l e u r tripotée tris t o u n e t trogne t r o l l e y t r o t t e t r o t t i n e t t e trou truc t r u c i d e r t u i l e t urlupiner tuyau tuyautage tuyauter type typo unique urger usine vache vachement vacherie v a d r o u i l l e v a d r o u i l l e r vadrouilleur valse valser vamper vaseux v a s o u i l l a r d v a s o u l l l e r veau veinard vibron vibronner vice vider vieux v i e i l l e r i e v i o l e n t violoner violoneux virée v i r e r v i s i b l e v i s i o n v i s s e r vomi v o u l o i r vulgum pecus zinc z i z i zozoter zut 18 des 1173 mots qui ont un sens f a m i l i e r dans les deux dictionnaires sont des mots dont l e sens f a m i l i e r québécois est d i f f e r e n t de c e l u i qui existe en France. atroce a t t e r r i r bal(l)uchon barre bastringue bouger caser casserole cravacher défoncer défouler écornif1er endêver gourde grimpette privé rapin renverser Le PR n'enregistre pas 9,7% des entrées/acceptions familières qu'on trouve dans l e Plus. 87 entrées entières ne se trouvent pas dans l e PR. accotable accotage accoté accus achalage achalant achalanterie achaler achalé adon applaudimètre armada arrière-train bagosse bazou bébête b i b i t e boucane bouette c a f o u i l l e u r c a f o u i l l e u x catiner champlure chigner cogneur croc-mitaine croque-mort dindonner doudou enquiquineur flanc-mou f r e t greluche g r r e n o u i l l e r grincher gugusse jasage jasant jase jojo k y r i e l l e lèche-bottes lourdingue magan(n)é magan(n)er magouiller magouilleur mari marie-couche-toi-là marshmallow niaisage n i a i s e r niaiseusement niaiseux paniqué pantoute paparman(n)e pichou p i l e pis piton pitonneur placotage placoter placoteux planque posticheur pot pouceux radinerie râlant ra s - l e - b o l robine robineux roto sabreur slush (sloche) soûlant spéléo stomato stup tabassage t a r t i g n o l trench trombinoscope z i z i ^ ^ zozotement " i l ne faut pas confondre cette occurence du mot " z i z i " avec c e l l e qui se trouve à l a page 100. I l s'agit de deux entrées différentes. I l y a 89 mots qui se trouvent dans l e PR mais sans l e sens qui est f a m i l i e r dans l e Plus. abreuver accoter adonner ag i t e r ambitionner barbe barré b a t a i l l o n bette biche blonde bobinette boucaner boulot brancher cabale cabaler cadran c a t i n c a v alerie chaloupe char charretée châssis chiard chinois chômage club complot croquignol débarquement débilité décontraction décorticage décrasser décrochage décrotter démentiel démolisseur dogue drague engraisser fl a g e o l e t f o r t garage glu gluant greluchon hure lai n e laver l u s t r e malle marquer masacre matraquer mômerie palanquée paletot palette pantoufle papesse pension pincé p i s t o l e t piton pitonnage pitonner p l a i r e planter pompe pousser promener puncheur putassier quelquefoi r e s s o r t i r rouleuse rut semer stresser sucette sucrage taré t a r t i n e r théâtreux t i t i l l e r tordre traque Dans l e cas de 474 (26%) des mots dont au moins un sens est f a m i l i e r dans l e Plus, l e sens qui est f a m i l i e r au Québec se trouve dans l e PR mais appartient à un autre r e g i s t r e dans ce dernier d i c t i o n n a i r e . 2 sont littéraires. fr i s q u e t sitôt 340 (18,7%) sont neutres. accoucher accrocheur ahuri a i g u i l l a g e a r i a as attraper badigeonneur bagatelle bajoue bakchich bombocher bombocheur banqueter baragouineur barbouillage ( b a r b o u i l l i s ) bêcheur beurrée bicoque bigre biquet bleu boulotter bourrer brousse brûler bûcheur cache-misère cafard cafarder camelot canarder cancan casse-pattes casseur cataloguer catapulter cauchemarder causer chapeauter chaton chenil chiffonner chinoiser c h i n o i s e r i e chipie chipoter chou chouchouter chouchoteur c i l l e r classique clocher clouer coco cogiter c o l commissions concocter cool coriace corser coucheur courbette coureur courtaud craché crânerie craquer cravater crésus crétin crever c u i t culbter cumulard damoiseau déblatérer débouler déboutonner débrouillardi débrouille débrouiller décamper décortiquer dégonflé dégourdi dégoûtant délester démancher dément déniaiser dételer digeste d i s c u t a i l l e r disparaître d i s p u t a i l l e r docteur donzelle douche doucher drôle écoeurer écoper écrivailler (écrivasser) égorger électricité embarbouiller emberliflecteur empoignade encager encaquer e n f l e r entreprendre épicier es c o g r i f f e espèce estomac éteignoir étrenner fagotage fagoter fameux f e r r a i l l e fessée f i c e l l e fichtrement financer fl a g e o l e r f l a n d r i n flûtes folichon foncer fondre forcer fou foufou fournée foutaise frapper f r i g o frimeur fromage gadoue gaffer gaminer gaminerie gargote gargotier g a r g o u i l l i s girouette givré glouglouter goberger g o d a i l l e r godelureau gommeux gouleyant gourbi gourgandine gramme grenadier grincheux grippe-sous guignol guimbarde gus harnachement harnacher hécatombe hibou impossible incruster jacasserie (jacassement) jacasseur jaser jaseux j o l i joliment jupon laideron languir léché lècheur lèche-vitrines limace locomotive lunch luncher magot maigrichon (maigrelet) mangeaille margoulin maritorne météo miaou mignoter moinillon moisir montrable mordu motus mouillette mouton muflerie nippes nous octroyer onusien ostrogot(h) paniquard paniquer para p a r l o t ( t ) e parole passer pauvret pavé payant peigner peinturer pénates péplum pester péter piaulement pignocher p i n a i l l e u r pistonner p l a i e planer plumer pl u m i t i f p o i l u polisson p o l i t i c a r d p o n t i f i e r p o s t i l l o n p o s t i l l o n n e r p o t - b o u i l l e potin p o u i l l e r i e pouilleux poulet poupée pourri p o u r r i r poussah pousse-café préhistorique pro propret propulser prunelle queue(-)de(-)pie rabâchage rabâcheur rabibochage race racoleur radin radoter r a f f o l e r r a f i o t ragougnasse rayon recta reluquer rembarrer remorquer remuer r e n i f l e r replâtrage requinquer retapage retaper rincée r i n c e t t e rond-de-cuir rosse roublardise rouge rouspétence rouspéteur routard sabot sainte-nitoche sale salut sapajou satané saucissonné s a u t e r e l l e sauterie schnaps seau serré simplet snack-bar sornette sortable sous-marin squelette suçoter suffoquer tapeur tarabiscoté tartempion tas taupe tire-bouchonner tonne topette torcher torgnole t o r t i l l a r d t o u r n a i l l e r tourniquer toutereaux tousseur toutou t r a i n t r a i n ( - ) t r a i n tribou trimer t r i p a t o u i l l e r trou-trou truander tuant vanner veine vélo venir ventrée ventripotent videur v o l t i g e voyage yé-yé zigoteau (zigoto) 132 (7,2%) des entrées/acceptions familières trouvées dans l e Plus appartiennent à des re g i s t r e s plus "bas", c'est-à-dire les nivëâûx populaire, vulgaire et argotique. Plus précisément: A) 117 (6,4%) sont populaires. a b a ( t ) t i s bagarreux bagnole barbe barder bibine bidule bisquer b i s t r o ( t ) bobine boîte boucler bougrement c a f o u i l l e r c a i l l o u canulant cavaleur c h a r r i e r chérot chouette ciné cinglé cinoche cloche contreficher coquard (coquart) c o r r i d a crécher c u l débecter (débéqueter) dérouiller embrouille emmieller empileur emplâtre engueulade engueuler f i s t o n flopée foulant frangin f r i c - f r a c froussard frousse fumier gambette gambiller gnon godasse g o d i l l o t gondoler gouape gueule guincher huil e increvable Ivrognesse ja c t e r jambon j o u i s s i f loufoque lourde lourder lune maxl merdoyer merlan mince miro moucher moule nana nichon noir p a r l e r partouse (partouze) pétant p i a s t r e p i n a i l l e r p i n ardier plaquage plaquer pocharder polochon pomper pondre popotin pote poteau proprio rancarder réac saloper souk soûlard (soûlaud) (soûlot) soûlerie sourdingue tabassée tabasser t a i l l e r t a t a terreur t i f ( t i f f e ) t i n t i n t i r e l i r e t i r e r torchée t o t a l trinquer t r i p e trognon t r o t t e r vachard valdinguer vérole z i n z i n zozo B) 9 sont vulgaires. cocu cocuage cocufier débander garce part i e s pet torche-cul t r i p o t e r C) 6 sont argotiques. barda demi-sel étendre j o i n t pacha polar Le Niveau populaire Selon l e P e t i t Robert (1988), l e s i g l e "pop" s i g n i f i e "courant dans les milieux populaires des v i l l e s , mais réprouvé ou évité par l'ensemble de l a bourgeoisie cultivée" (p. X V I I ) . E t , comme nous V l e d i t Marjan Golobic, " l e vocabulaire populaire est utilisé dans un p e t i t nombre d'activités humaines. De plus, en comparaison avec l a langue soignée, i l tend vers l'expressivité" (Golobic, 1982: p. 43). C'est justement cette fonction expressive qui devrait m u l t i p l i e r les écarts entre les différentes variétés d'une même langue. L'expressivité est un f a i t c u l t u r e l ; nous cherchons à nous exprimer de façon expressive lorsque l e sujet de conversation nous t i e n t à coeur, l o r s q u ' i l correspond à notre propre environnement immédiat. Toutefois, en dépouillant les d i c t i o n n a i r e s , nous avons découvert que seulement 34 mots (7%) du r e g i s t r e populaire du Plus ne se trouvent pas dans l e PR. En outre, 333 (71%) des 471 mots dont au moins un des sens était accompagné de l a marque "pop" dans l e Plus étaient populaires dans l e PR aussi (quoique, dans l e cas de 6 d'entre eux, l e sens populaire s o i t différent dans les deux d i c t i o n n a i r e s ) . Les autres mots dont au moins un des sens est populaire au Québec se trouvent dans d'autres r e g i s t r e s en France: 94 (19%) dans des re g i s t r e s plus "soignés" et 10 (2,1%) dans les Ceci explique pourquoi l e r e g i s t r e populaire, avec seulement 471 mots, ne constitue que 0,70% de l a nomenclature du Plus. Un d i c t i o n n a i r e d'usage t e l que l e Plus "visant à répondre aux besoins du public cultivé, se doit de prendre en compte un large éventail de discours tout en s'assurant de donner l a priorité à ceux de l a langue soignée ou neutre (Shiaty, 1988: p. XVII). r e g i s t r e s plus "relâchés". Comme dans l e cas du niveau f a m i l i e r , ces résultats témoignent d'un haut degré d'homogénéité entre l e s deux parlers français en question, ce qui infirme l'hypothèse selon la q u e l l e l e français québécois s e r a i t une langue à part. De plus, encore une f o i s , ce sont les Québécois qui jugent l'usage l e plus sévèrement. En contexte f a m i l i e r ou neutre, les Français emploient parfois des mots que les Québécois réserveraient aux sit u a t i o n s populaires et l a s i t u a t i o n inverse - ou un mot québécois populaire se trouve dans les registres plus "bas" en France - est rare. Cet état de choses est, nous semble-t-il, tout à f a i t compréhensible. Les Québécois, désireux de se débarrasser de leur complexe d'infériorité l i n g u i s t i q u e , sont plus préoccupés que les Français -qui éprouvent un plus grand sentiment de sécurité l i n g u i s t i q u e -par l a nécessité de normaliser leur p a r l e r et ont, par conséquent, plus tendance à stigmatiser les usages. Les données du niveau populaire s'organisent de l a façon suivante: 333 (71%) des 471 mots populaires dans l e Plus sont aussi populaires dans l e PR. I l y en a 327 dont l e sens populaire est l e même dans les deux d i c t i o n n a i r e s . accoucher affûtiaux amener amocher arquer a t t i g e r baffe bâfrer bâfreur baguenaude balancer balèze (balaise) banquer baraqué baratin baratiner baratineur barbeau barber barboter barbouze barouf basiner bath becquetance becqueter bésef (bézef) beuglante beurré b i b i bidoche bidon bidonner bigleux bigorner b i s t o u i l l l e b i s t r o b i t ( t ) u r e r b l a i r b l a i r e r blindé bonze bordel bosser bosseur boucan boumer b o u s t i f a i l l e brindezingue bringue bûche cabane cafetière caid c a i l l o u calot c a l o t t e r c a l t e r (caleter) camelote canasson canne canuler caoua carafon carapter carne cascader cassant casser charogne c h a r r i e r châtagne c h i a l e r choper ciboulot cirque c i t r o n c i t r o u i l l e clamser (clamecer) claquant claque claquer clebs (klebs) cloche cogner colback c o l l e r contrefoutre corbeau conard cornet cosse costard costaud coton coucherie courge court-jus cramer craque cravater crevaison crevant crève crevée crever croûter cuistance danse débagouler débine débloquer dèche décoller défendre déguster dérouillée écluser e n f i l e r enf oiré entôlage entôler entuber esbigner expliquer f a r c i r feignant (faignant) f i l e r f l a n f l i c f lingue (flinguot) f l i n g u e r f l o t t e r flouse (flouze) fouetter fourbi foutu franco f r i c frlnguer froc f r o t t e u r frusques fumerons g a l u r i n (galure) gaupe gigue gironde glander glandeur gandolant gonflé gourance gourer g r a i l l e r g r a i l l o n g r a tter grognasse impec incendier jactance jaspiner jean-foutre jeton Jules jus lardon légitime l o u f i a t maboul macaron mac(c)habée mam'selle (mam'zelle) manger maquer maquereau margoulette mariol marner marrant marrer marron mec mémère mendigot mendigoter mignon mirette mironton mistoufle mollo mome morpion mou mouise moutard mûr n i c k e l nippes occasse o u t i l ouvrage paf paluche p a r e i l pâtée paternel paumé paumer pêche pécore pé{c)quenaud (pé(c)quenot) pédale pédaler peinard (pénard) peinardement (pénardement) pépé pépée pépètes (pépettes) pétard pétoche p i c a i l l o n s p i c ( c ) o l o p i c o l e r p i c r a t e pieuter p i f p i f ( f ) e r piger pignouf p i l u l e pinard pince pinceau pinter pioneer pipe p i p e l e t piquer piquette p i s s e r planquer p l e i n plumard plume pogne pognon poila n t p o l l e r pointer poire p o i s c a i l l e poisser poivrot pompe p o r t r a i t posséder poupée pourri pruneau punaise purotin quinquet radiner raide romponneau rancard (rencard) rappliquer rasibus r a t a t i n e r r e c t i f i e r r e f i l e r r e f r o i d i r renauder repiquer rincée r i n c e r ripaton r i p e r rogomme rond ronger rouquin r o u s c a i l l e r rupin salaud saligaud salopard saloperie schlass s c i e r singe s o i f f a r d soulever souris tannée tante (tantouse) (tantouze) tata taulard t a u l i e r (tôlerie) touche tournée tourte traînée trempe trinquer t r i q u e r t r i s s e r trombine tronche troquet trou t r o u f i o n t r o u i l l a r d t r o u i l l e tubard turne usiner vanne vérole viande viander vieux vioc (vioque) v i s e r z i g (zigue) z i g o u i l l e r Sur ce t o t a l de 333 mots dont au moins un des sens est populaire dans les deux dic t i o n n a i r e s , 6 ont un sens populaire au Québec qui est différent de c e l u i qui existe en France. b i l l e t bourrer casse-plpe(s) cogne taule (tôle) zyeuter (zieuter) Le PR n'enregistre pas 7% des entrées/acceptions populaires relevées dans l e Plus. A) Dans l e cas de 18 mots, l'entrée se trouve dans l e PR mais l e sens qui est populaire au Québec n'y figure pas. allumer barboteur c a i l l e r cascadeur clapoter commandante c o u i l l e c u i t fendre gazier glandage milord mousmé (mousmée) nerf pied poivré régulière toucher B) I l y a 16 entrées entières qui sont absentes du PR: broc c a f t e r castagne chariot Chopin cintrée débinage débineur foutrement g r a i l l e mégotage pétochard pétocher recaver rouste zef Les autres mots dont au moins un sens est populaire au Québec sont connus en France mais, selon l e PR, l e sens en question appartient à un autre r e g i s t r e en France: 94 (19%) aux r e g i s t r e s plus "soignés" et 10 (2,1%) aux re g i s t r e s plus "relâchés". Pour ce qui est des "plus soignés": 18 sont neutres en France. baguenauder cambuse can(n)er c h i c h i cornichon cornu couillonner culot dégelée embarquer foutriquet pépère poisse pourriture r a i l l e r ramener ra t traîneur 76 sont f a m i l i e r s en France azimuté badigoinces bagnole b a i l balancer b a l l e barbaque bicher bordélique bouffer b o u i l l e cambrousse carburer chichiteux chiée chinetoque (chinetoc) chleuh chochotte combinard combine contrebalancer corniaud (corniot) c o u i l l o n couillonnade cracher culotté curé débiner décaniller déculotter dégobiller descendre embrayer enflé épingler estamper fauche fauché faucher f i o l e f o r t i c h e fringues f r i p o u i l l e grabuge g r a i l l o n n e r gueulard larguer manier mégoter mélanger mélasse méli-mélo mémé mioche néné pépin polak (polaque) (polack) potin poule poulet pousser q u i l l e ramdam r i f l a r d rombière rond r o u p i l l e r r o u p i l l o n sacré salement s i f l e t tatane trône vache verni zinc Pour ce qui est des 10 mots dont l e sens qui est populaire a:u Québec se trouve accompagné d'une marque de niveau plus "relâché" en France, nous avons trouvé: 5 qui sont vulgaires en France foutre gonzesse lèche-cul rot roter et 5 qui sont argotiques b r i f f e r écraser gueulante miches sapes Le Niveau vulgaire Le niveau vulgaire est l e r e g i s t r e des mots et des sens choquants que, selon l e PR, "on ne peut employer dans un discours soucieux de correction, de bienséances, quelle que s o i t l a classe s o c i a l e " (p. XXIX), Pour cette raison, un di c t i o n n a i r e d'usage t e l que l e Plus ne l u i accorde pas beaucoup de place. I l n'y a que 55 entrées dans l e Plus dont au moins un des sens donnés est vulgaire, s o i t 0,09% de l a nomenclature t o t a l e de ce d i c t i o n n a i r e . Vu l a f a i b l e s s e de l a représentation de ce r e g i s t r e dans les di c t i o n n a i r e s , i l s e r a i t d i f f i c i l e de t i r e r de vraies conclusions sur l'état actuel de ce niveau de langue au Québec. Toutefois, i l ressort de nos données que 71% des mots de ce r e g i s t r e se trouvent au même r e g i s t r e en France. I l devient de plus en plus évident que l e français-québécois n'est pas s i différent du français de France. Regardons ce niveau de langue de façon plus détaillée. 39 (71%) des 55 mots vulgaires au Québec ont l e même sens vulgaire en France. baiser bordel chiant chier c h i e r i e colique con con(n)ard con(n)asse connerie c o u i l l e dégueulasse dégueuler démerder enculé enculer e n f i l e r enfoiré engrosser f o i r e f o i r e r foireux foutre foutre merde merdeux merdier morue ordure péter pisse p i s s e r pouffiasse putain putassier pute queue torche-cul t r i n g l e r 16% des mots du r e g i s t r e vulgaire ne figurent pas dans l a nomenclature du PR (8 entrées entières et un mot dont l e sens vul g a i r e est absent). Les 8 entrées qui ne se trouvent pas dans l e PR sont: chaude-pisse c h i e - e n - l i t dégueulasserie démerdard (démerdeur) enculage enculeur gerber putasser Le mot qui se trouve en France mais sans l e sens vulgaire québécois est: t r i q u e r 13% des mots dont un des sens est accompagné de l a mention "vulg" dans l e Plus appartiennent à d'autres r e g i s t r e s en France. 2 sont f a m i l i e r s : capote (anglaise) sauter 3 sont populaires: chiottes gouine salope et i l y en a même deux qui sont neutres: dépuceler pissèment Le Niveau argotique Selon l e PR, l a mention "arg" s i g n i f i e qu'un mot ou un emploi est "limité à un milieu p a r t i c u l i e r , ^ * surtout professionnel...mais inconnu du grand public" (p. XXIV). A l a lumière de cette définition, i l est surprenant que l e r e g i s t r e argotique fasse p a r t i e de l a nomenclature des dictionnaires d'usage qui donnent l a priorité à l a langue soignée ou neutre du public cultivé (Shiaty, 1988: p. XVII). Peut-être ce c i s ' e x p l i q u e - t - i l par l e f a i t que les gens des classes sociales bourgeoises, qui sont toujours à l a recherche d'innovations langagières, f i n i s s e n t par adopter l a langue argotique justement à cause de son originalité. On pourrait donc s'attendre à ce que, une f o i s adoptés par l e grand public, les mots argotiques perdent de leur originalité et passent dans d'autres r e g i s t r e s . Et, en f a i t , des 99 mots argotiques du Plus, 36 (36,3%) appartiennent à d'autres r e g i s t r e s en France. Le f a i t que les mots argotiques figurant dans les di c t i o n n a i r e s d'usage appartiennent à l a langue du grand public devient évident quand on se rend compte q u ' i l n'y a que 19 mots ou sens argotiques québécois qui sont inconnus en France et que 44 (44,4%) des mots dont au moins un sens est argotique au Québec, ont un sens Ce qui explique pourquoi, comparativement aux autres r e g i s t r e s , l e niveau argotique témoigne l e plus de l a v a r i a t i o n régionale. argotique en France aussi. L'ensemble des données du niveau argotique s'organise de l a façon suivante: 36 (36/3%) des 99 mots dans ce r e g i s t r e se trouvent dans l e PR aussi mais l e sens qui est argotique au Québec appartient à un des autres r e g i s t r e s en France. 8 d'entre eux sont neutres. copier copieur entôler flamber g i r a f e mouton pion rampant(s) 12 d'entre eux sont f a m i l i e r s . bac(c)hantes balader bide c o l l e r croulant défoncer dope f i c e l l e groggy manouche moukère (mouquère) rignard Et i l faut noter que ces résultats fournissent en même temps/ un autre exemple pour étayer notre hypothèse selon l a q u e l l e l e pa r l e r français québécois et c e l u i de l'Hexagone seraient deux variétés d'une seule et même langue. 15 sont populaires. cavaler chauffer emballer gamberge gamberger grimpant in d i c monte-en-1'air nougats o s e i l l e panne piaule seringue turbin turbiner et 1 est vulgaire. morpion 44 (44,4%) des mots qui ont au moins un sens argotique en franco-québécois ont un sens argotique dans l e français hexagonal aussi (quoique, pour 3 d'entre eux, l e sens argotique québécois n'est pas l e même que c e l u i qui existe en France). Les 41 mots qui ont un sens argotique en franco-québécois et l e même sens argotique en France sont: abouler b a f o u i l l e b a i l l e baroud biniou bosco braquage braquer brème c a l i b r e can(n)er casse casseur cavale châsse chiasse c o l l e flambeur gagneuse garde-mites gonze g r i s b i mec miche (micheton) neige pèse (pèze) pige pomper rancard (rencard) r i f f e r i f i f i schnouf (chnouf) sécher seringuer sulfateuse tapin tapiner taule (tôle) trapu tube veuve Les 3 mots dont l e sens argotique du Québec sont: français est différent de c e l u i a f f r a n c h i r chiadé chiader 19,2% des entrées/acceptions argotiques du Plus ne figurent pas dans l e PR. Dans 7 cas, l'entrée entière est absente; dans 12 cas l e mot en question figure dans l e PR mais sans l e sens qui est argotique au Québec. Les 7 mots qui ne font pas par t i e de l a nomenclature du PR sont: cambriole camé cher(r)er chouraver piaule tapineuse v i c e l a r d Les 12 mots qui figurent dans l e PR sans l e sens qui est argotique au Québec sont: acide bidule b u t ( t ) e r came charbon conard défoncé pétard pi a u l e r plomber potard turf Conclusion La langue est un objet s o c i a l et puisque tout objet s o c i a l reflète l a société qui l'entoure^, i l n'est pas surprenant que les changements socio-économiques qui eurent l i e u au Québec, depuis l a Conquête de 1760 mais surtout depuis l a Révolution Tranquille^, aient influencé l e cours de l'évolution l i n g u i s t i q u e au Québec. Nous avons vu dans l e premier chapitre du présent t r a v a i l , par exemple, qu'après tant d'années en p o s i t i o n de dominés, les Québécois cherchaient à se débarrasser de ce joug qu'était l a honte de ne p a r l e r n i l e français "pur" de l a "mère p a t r i e " , n i l a langue des classes dirigeantes anglophones. Une f o i s libérés de cette contrainte s o c i a l e , les Québécois étaient en mesure de concevoir un Québec où l e français s e r a i t non pas une langue de deuxième ordre, l e symbole des classes ouvrières mais plutôt l a langue de ceux qui seraient, dorénavant, "maîtres chez eux". Cette fierté l i n g u i s t i q u e amena certains à prôner l'accentuation maximale des particularismes du franco-québécois au nom de l a r e v a l o r i s a t i o n de l'identité québécoise. ^Selon Marjan Golobic (1982), l e grand nombre d'abréviations qui se trouvent en français aujourd'hui témoigne du rythme de v i e accéléré qui est typique des sociétés du 20e siècle. ^Dans une entrevue avec Nicole Beaulieu, Claude P o i r i e r nous d i t que "du 17e siècle jusqu'à récemment, l a langue a gardé une stabilité extraordinaire. Mais depuis 20 ans, ça bouge, ça bouge v i t e ! " ( P o i r i e r , cité dans Beaulieu, 1990: p. 336). Peut-être cet état de choses p o u r r a i t - i l s'expliquer par l e f a i t que c'est depuis l a Révolution Tranquille que les Québécois sont conscients de devoir modifier l e statut de l a langue française au Québec pour améliorer c e l u i des francophones. Mais s i c'est l e contexte s o c i a l qui poussait les Québécois à s'extasier sur l'originalité du parler français québécois, c'est aussi l e contexte s o c i a l qui v i n t f r e i n e r cette insistance sur l a spécificité l i n g u i s t i q u e des Québécois avant qu'elle ne fasse de l a langue française au Québec un idiome autonome. Le rayonnement des sociétés du 20e siècle dépend énormément du développement dans les domaines de l a science et de l a technologie, des domaines qui favorisent l e partage des connaissances et donc, 1'intercommunication. Les Québécois se rendirent compte que, pour survivre dans l e monde moderne, i l leur f a l l a i t un français qui s e r a i t non seulement québécois mais aussi i n t e r n a t i o n a l . En d'autres mots, pour qu'une variété de langue distinctement québécoise survive, i l f a l l a i t qu'elle puisse s'adapter à l a diversité des situations de communication. Une langue qui est trop r i g i d e , s'endurcit jusqu'au point de ne plus pouvoir prendre l a forme de sa culture et une langue dépourvue de culture est une langue morte. Mais comme nous l'avons vu dans l e deuxième chapitre du présent t r a v a i l , ce qui empêchait l e franco-québécois d'améliorer son statut en élargissant son champ d'action, c'était l e manque d'une langue standard québécoise codifiée. Mais l a réalisation d'un t e l projet - qui f a c i l i t e r a i t l a r e v a l o r i s a t i o n du franco-québécois et cont r e c a r r e r a i t a i n s i les e f f e t s des anciens sentiments de "honte de mal pa r l e r " - n'était pas possible avant l'avènement de l a so c i o l i n g u i s t i q u e qui modifia l a notion de "correction l i n g u i s t i q u e " . Plutôt que de v i s e r à "remplacer l e québécois par un état de français qui n'est pas l e français o r a l et vivant, mais un français très cristallisé, en référence étroite avec l a langue écrite et que, par surcroît, on appelle "universel"' (Boudreault, 1973: p. 32), l a correction l i n g u i s t i q u e cherche à contrecarrer l'inefficacité de l a communication due à une inadéquation entre l e discours utilisé et l a s i t u a t i o n (Nespoulous et B o r r e l l , 1979: p.271) . Selon cette façon de v o i r les choses, seule une langue qui ne s e r a i t appropriée que dans un nombre réduit de contextes soc i o l i n g u i s t i q u e s s e r a i t une langue "pauvre". Et c'est justement dans l e dessein d'examiner l a diversité s o c i o - l i n g u i s t i q u e du parl e r français québécois relativement au français de France que nous avons entrepris notre étude sur les niveaux de langue t e l s q u ' i l s sont représentés dans l e Plus et l e PR. Nous voulions t e s t e r , de façon plus objective, l'ancienne hypothèse selon la q u e l l e l e français québécois s e r a i t une variété appauvrie du français de l'Hexagone et v o i r s i l e franco-québécois est vraiment en t r a i n de devenir une langue autonome. En nous basant sur notre discussion préliminaire des deux facteurs sociaux qui influencent énormément l'évolution l i n g u i s t i q u e au Québec, à savoir l'évolution de l a conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois et l'évolution de l a notion de "norme", nous avons avancé l'hypothèse de t r a v a i l suivante: les Québécois d'aujourd'hui ont une conscience l i n g u i s t i q u e plus forte que c e l l e des générations antérieures, ce qui veut d i r e q u ' i l s sont mieux équipés pour défendre l e f a i t français au Québec. Selon cette façon de v o i r les choses, on pourrait s'attendre à ce que, après un examen de l a s i t u a t i o n du franco-québécois, ce par l e r témoigne d'une certaine sécurité so c i o l i n g u i s t i q u e , c'est-à-dire d'un aussi sinon plus - haut degré de diversité s o c i o l i n g u i s t i q u e comparativement aux parlers d'autres groupes - t e l s que les français - qui s'épanouissent aux plans national et i n t e r n a t i o n a l . Et, en f a i t , les résultats de notre analyse des niveaux de langue en franco-québécois comparativement au français de France semblent affirmer notre hypothèse de départ. De notre dépouillement, nous avons pu dégager t r o i s tendances^ p r i n c i p a l e s . D'abord, puisque l'ensemble des re g i s t r e s "relâchés" ne constitue que 4% de l a nomenclature du Plus, i l s e r a i t faux de c r o i r e que l e français québécois s e r a i t un parler populaire. Nous en concluons que l e franco-québécois est assez "riche" pour s'adapter à l a diversité des contextes sociolinguistiques et a i n s i , ne court pas de véritables risques d'être remplacé par un autre p a r l e r . C^omme nous l'avons signalé a i l l e u r s , l'ambiguïté en ce qui concerne l a notion de "niveau de langue" et l a nature même des dict i o n n a i r e s d'usage, et du Plus en p a r t i c u l i e r , nous empêchent d'arr i v e r à des conclusions tranchées et définitives. Mais, puisque les tendances qui surgissent de notre dépouillement sont assez fortes, i l est probable qu'elles reflètent l a réalité socio-l i n g u i s t i q u e québécoise. Ensuite, dans chacun des registres étudiés, environ 70%* des mots ou des sens relevés se trouvent en France avec l a même mention de niveau, ce qui infirme l'hypothèse que l a r e v a l o r i s a t i o n du franco-québécois aurait f a i t de ce par l e r une langue à part et l ' a u r a i t mis a i n s i dans une s i t u a t i o n encore plus précaire en l e rendant inapte à fonctionner au plan i n t e r n a t i o n a l . Finalement, l e f a i t q u ' i l existe, pour chacun des niveaux de langue étudiés, des mots ou des sens qui se trouvent en France mais dans un r e g i s t r e plus "soutenu", semble suggérer qu'entre les Français et les Québécois, ce sont ces derniers qui seraient plus "puristes"^. Sans doute cet état de choses s e r a i t - i l l e résultat des "campagnes du bon pa r l e r " : à force de se f a i r e d i r e qu' i l s parlent mal, les Québécois se méfient de tout ce qui s e r a i t f a m i l i e r . Ces résultats semblent suggérer que, s i en les écoutant, on a *Le f a i t que dans l e cas du niveau argotique, ce pourcentage est un peu plus bas, s o i t 44%, est tout à f a i t compréhensible étant donné que ce niveau est, par définition, plus hermétique. O^n a r r i v e à l a même conclusion en comparant deux études diachroniques et sociolinguistiques qui ont été f a i t e s à l'Université de Colombie-Britannique, l'une sur l e français hexagonal (Golobi^f, 1982), l'autre sur l e franco-québécois (Sabouné, 1990). Le plus grand nombre de suppressions - surtout au niveau des anglicismes - et de changements en général qu'a subi l e pa r l e r français québécois comparativement au français de France, nous amène à postuler que les Québécois auraient une conscience l i n g u i s t i q u e très forte et que, vu l e rôle déterminant de l a conscience l i n g u i s t i q u e dans l'avenir d'une langue, l a s i t u a t i o n de l a langue française au Québec s e r a i t moins précaire que l'on ne l ' a u r a i t pensé. l'impression que l e langage qu'emploient les Québécois est plutôt f a m i l i e r , ce n'est pas à cause d'un manque de diversité l i n g u i s t i q u e , i l s'agit plutôt d'un f a i t c u l t u r e l : On peut d i r e que les Québécois favorisés ou i n s t r u i t s possèdent une espèce d'empan soc i o l i n g u i s t i q u e plus large que ce n'est généralement l e cas pour les Français ou pour les Anglais: leur usage f a m i l i e r de l a langue est souvent éloigné de leur usage public ou soutenu et i l s passent facilement d'un niveau de langue à l'autre. Cela est sans doute attribuable au f a i t q u ' i l ne faut pas remonter l o i n dans l a généalogie et dans l a parenté ac t u e l l e de bien des Québécois pour retrouver des ouvriers et des paysans. Les classes sociales supérieures sont récentes au Québec et e l l e s sont restées en contact avec les autres classes (Bibeau, 1990: p. 13). Bibliographie O u t i l s de t r a v a i l Bélisle, Louis-Alexandre (1979). Dictionnaire nord-américain é h. langue française; édition entièrement refondue. Montréal: L i b r a i r i e Beauchemin. Dulong, Gaston (1989). Dictionnaire des canadianismes. Québec: Larousse Canada. P o i r i e r , Claude (1985). Dictionnaire du français québécois; volume de présentation. Québec: Les Presses de l'Université Laval. Robert, Paul (1988). Le P e t i t Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de l a langue française. Par i s : Dictionnaires Le Robert. Shiaty, A. E. (1988). Dictionnaire du français plus à l'usage <±s francophones d'Amérique. Montréal: Centre Educatif et C u l t u r e l Inc.. Livres et a r t i c l e s consultés Aléong, Stanley (1983). "Normes l i n g u i s t i q u e s , normes s o c i a l e s , une perspective anthropologique." Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec : Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 255-280. Aléong, Stanley et Lise Winer (1982). " S o c i o l i n g u i s t i c Factors Governing the Retension of Branded English Loanwords i n the Quebec French Lexicon." Language Problems and Language Planning. 6 (2), pp. 115-136. Alvarez, Gerardo H. (1977). "Pour une norme du français au Québec." Québec français. 28, pp. 16-17. Arguin, Maurice (1971). "Le Québécois et sa langue." Québec français. 2, pp. 9-10. A s s e l i n , et a l . (1990). "Appartenance s o c i a l e , v a r i a t i o n l i n g u i s t i q u e et jugements de valeur." Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 35-38. Auger, Pierre (1988). " I d e n t i f i c a t i o n l i n g u i s t i q u e des Québécois et d i c t i o n n a i r e général d'usage ou l e comment du sentiment l i n g u i s t i q u e des Québécois en 1986." Revue québécoise de li n g u i s t i q u e théorique et appliquée. 7 (1), pp. 55-67. Beauchemin, Yves (1987). "Le Français au Québec: Combat dans les b r o u s s a i l l e s . " L'Avenir du français au Québec. Montréal: Editions Québec/Amérique, pp. 135-163. Beaulieu, Nicole (1990). "Le Québécois en dix volumes... ." Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et l e s francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 335-337. Bédard, Edith et Jacques Maurais (1981). L'influence de l'environnement l i n g u i s t i q u e chez les élèves francophones de niveau secondaire IV et V. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Dossiers du Conseil de l a langue française, no. 9). Tome 1 de La Conscience l i n g u i s t i q u e des jeunes Québécois. . (1983). "Réflexions sur l a normalisation l i n g u i s t i q u e a u Québec." Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme li n g u i s t i q u e . Québec; Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 435-459. Bélanger, Henri (1972). Place à l'homme; Eloge du français québécois. Montreal; Editions Hurtubise HMH Ltee.. Belleau, André (1983). "Langue et nationalisme." Liberté. 25, pp. 2-9. Benoît, Jacques (1990). "Jouai ou français québécois?" Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 19-28. Bergeron, Léandre (1981). La Charte de l a langue québécoise. Montréal: V.L.B. Editeur. Bibeau, G i l l e s (1990). "Le Français québécois: évolution et état présent." Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 11-18. Boudreault, Marcel (1973). Qualité de l a langue. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec. Bourhis, R. Y. et a l . (1975). "Social Consequences of Accomadating One's Style of Speech: A Cross National Investigation." L i n g u i s t i c s . An International Review. 166, pp. 55-71. Bourquin, Guy (1965). "Niveaux, aspects et reg i s t r e s de langue." L i n g u i s t i c s . 13, pp. 5-15. Caron-Leclerc (1989). "Chronique du T.L.F.Q.... I l s ont parlé de nous... ." Québec français. 75, pp. 96-97. Castonguay, Charles (1987). "L'Assimilation et les bons sentiments." L'Avenir du français au Québec. Montréal: Editions Québec/Amérique, pp. 35-40. Chantefort, Pierre (1980). "Pour une définition de l a qualité de l a langue." La qualité de l a langue après l a l o i 101. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, Conseil de l a langue française, pp. 28-45. Conseil de l a langue française (1987). Le Français à l'école; aujourd'hui et demain. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Notes et Documents, no. 6). Co r b e i l , Jean-Claude (1975). Notes sur les rapports entre l e français québécois et l e français de France. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec. . (1980a). "Aspects sociolinguistiques de l a langue française au Québec." French Review. 53 (6), pp. 165-179. . (1980b). "Les Choix l i n g u i s t i q u e s . " La Qualité de l a langue après l a l o i 101. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, Conseil de l a langue française, pp. 46-53. . (1982). " M y r t i l l e ou bleuet: les Québécois devant l a norme." Le Français dans l e monde. 169, pp. 56-60. . (1983). "Eléments d'une théorie de l a régularisation l i n g u i s t i q u e . " Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme li n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . l'ordre des mots), pp. 281-303. D'Anglejan, A et G.R. Tucker (1973). " S o c i o l i n g u i s t i c correlates of speech s t y l e i n Québec." Darnell, R. (éd.). Canadian Languages i n t h e i r Social Context. Edmonton: L i n g u i s t i c Research Inc., pp. 65-95. Darbelnet, Jean (1976). Le Français en contact avec l'anglais en Amérique du Nord. Québec: Presses de l'Université Laval. .(1983). "La Norme l e x i c a l e et l'anglicisme au Québec." Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 203-224. Deshaies-Lafontaine, Denise (1984). "Une Norme, des normes ou pourquoi pas autre chose." Amyot, Michel et G i l l e s Bibeau (éd.). Le Statut c u l t u r e l du français au Québec. Actes du congrès Langue et société au Québec. Tome I I . Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, pp. 281-290. Drapeau, Arnold (1980). " L ' U t i l i s a t i o n du français dans l e s publications s c i e n t i f i q u e s et techniques." La qualité de l a langue après l a l o i 101. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, Conseil de l a langue française, pp. 150-172. Dufresne, Jacques (1987). "La Langue et les d r o i t s . " L'Avenir du français au Québec. Montréal: EditionsQuébec/Amérique, pp. 71-80. Dulong, Gaston (1967). "L'Anglicisme au Canada français: étude historique." Gendron, Jean-Denis et Georges Straka (éd.). Etudes de l i n g u i s t i q u e franco-canadienne. Communications présentées au XXXIV congrès de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 9-14. Forget, Danielle (1979). "Quel est l e français standard au Québec?" Thibeault, P i e r r e t t e (réd.). Le français parlé; études so c i o l i n g u i s t i q u e s . Edmonton: L i n g u i s t i c Research Inc., pp. 153-161. . (1978). "Quel français parlera-t-on au Québec?" Papers i n L i n g u i s t i c s . 11 (3-4), pp. 459-486. François, Denise (1976). "Sur l a variété des usages l i n g u i s t i q u e s chez les adultes. Relations entre langages et classes s o c i a l e s . " La Pensée. 190, pp. 63-73. Gagné, Francine et a l . (réd) (1985). Réflexions et propositions d'actions; les jeunes et l'avenir du français au Québec. Québec; Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Notes et Documents, no.45). Gagnon, Lysiane (1989). "Oui, mais quelle langue?" La Presse. 1 a v r i l , p. B3. Gendron, Jean-Denis (1974). "La Définition d'une norme de l a langue parlée au Québec: une approche s o c i o l i n g u i s t i q u e . " Revue de l i n g u i s t i q u e romane. 38, pp. 198-209. . (1976). "La Situation du français comme langue d'usage au Québec." Le français au Québec. Langue française. 31, pp. 20-39. . (1986). " E x i s t e - i l un usage l e x i c a l prédominant à l'heure a c t u e l l e au Québec?" Boisvert, L. et a l . (réd.). La Lexicographie québécoise; b i l a n et perspectives. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 89-101. .(1990a). "La Conscience l i n g u i s t i q u e des Québécois depuis l a Révolution Tr a n q u i l l e . " Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 53-62. .(1990b). "Modèles l i n g u i s t i q u e s , évolution s o c i a l e et normalisation du langage." Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 369-388. Georgeault, Pierre (1981). Influence de l'environnement l i n g u i s t i q u e chez les étudiants francophones de niveau collégial I et I I . Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Dossiers du Conseil de l a langue française, no. 10). Tome II de La Conscience l i n g u i s t i q u e des jeunes québécois. G i l b e r t , Pierre (1969). "Différenciations l e x i c a l e s . " Le Français dans l e monde. 50, pp. 41-47. Godin, Pierre (1990). La Poudrière l i n g u i s t i q u e . Québec: Les Editions du Boréal. Goldbloom, Michael (1987). "Le Privilège d'être québécois." L'Avenir du français au Québec. Montréal: Editions Québec/Amérique, pp. 47-53. V Golobic, Marjan (1982). "Quatre niveaux de langue t e l s que reflétés par l e P e t i t Robert." Mémoire de maîtrise, U.B.C.. Grevisse, Maurice (1986). Le Bon Usage. (12e éd. refondue par André Gosse). Paris: Duclot. Gueunier, Nicole (1985). "La Crise du français en France." Jacques Maurais (réd.). La Crise des langues. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . l'ordre des mots), pp. 4-38. Gullbert, Louis (1976). "Problématique d'un d i c t i o n n a i r e du français québécois." Le Français au Québec. Langue française. 31, pp. 40-54. Gumperz, J. (1989). Engager l a conversation. Paris: Les Editions de minuit. Imbs, Paul (1969). "Les Niveaux de langues dans l e d i c t i o n n a i r e . " Le Français dans l e monde. 69, pp. 51-60. Labelle, Guy (1976). "La Langue des enfants de Montréal et de Par i s . " Le Français au Québec. Langue française. 31, p. 55-73. Laberge, S et M. Chiasson-Lavoie (1971). "Attitudes face au français parlé à Montréal et degré de conscience l i n g u i s t i q u e . " L i n g u i s t i c D i v e r s i t y i n Canadian Society. Edmonton: L i n g u i s t i c Research Inc., pp. 89-126. Laflamme, Claude (1980). "Position de l a langue française au Québec dans un rapport de classes et dans l e contexte nord-américain." Klinkenberg, J.-M. et a l . (réd.). Langues et collectivités; l e cas du Québec. Actes du colloque de Liège, mars 1980. Ottawa: Editions Leméac Inc., pp. 43-58. Lanes, Sophie (1980). "Le Français t e l qu'on l e parle." L' Express. 1524, pp. 82-90. Laporte, Pierre-Etienne (1984). "L'Attitude des Québécois francophones à l'égard du français au Québec; idées pour une problématique de recherche." Amyot, Michel et G i l l e s Bibeau (éd.). Le Statut c u l t u r e l du français au Québec. Actes du congrès Langue et société au Québec. Tome I I . Québec; Editeur o f f i c i e l du Québec, pp. 65-66. Lebel, Maurice (1970). La Langue parlée. Sherbrooke; Editions Paulines. Lefebvre, C l a i r e (1983). "Les Notions de s t y l e . " Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 305-333. Lefebvre, G i l l e s (1984). "Le Problème de l a norme l i n g u i s t i q u e au Québec à l a lumière des idéologies s o c i o c u l t u r e l l e s . " Amyot, Michel et G i l l e s Bibeau (éd.). Le Statut c u l t u r e l du français au Québec. Actes du congrès Langue et société au Québec. Tome II . Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec, pp. 275-280. Léon, Pierre (1976). "Attitudes et comportements l i n g u i s t i q u e s : problèmes d'acculturation et d'identité." Cahiers de l i n g u i s t i q u e . La Sociolinguistique au Québec. 6, pp. 199-221. Marchand, Clément (1981). "Le P r o f i l du langage québécois et ses rapports avec l a culture ou l e s t y l e de v i e . " L'Action Nationale. 71 (2), pp. 173-179. Mathesius, Vilém (1983). "Sur l a nécessité de stabilité d'une langue standard." Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 809-813. Maurais, Jacques (1985). "La Crise du français au Québec." Jacques Maurais (réd.). La Crise des langues. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 39-83. . (1983). "Introduction." Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 1-18. Méar-Crine, Annie et Thérèse Leclerc (1976). "Attitudes des adolescents canadiens-français vis-à-vis du franco-québécois et du français académique." Cahier de l i n g u i s t i q u e . La Sociolinguistique au Québec. 6, pp. 199-221. Miron, Gaston (1973). "Décoloniser l a langue." Maintenant. 125, pp. 12-14. Monnier, Daniel (1981). "Les Enjeux de l a langue française chez les jeunes Québécois francophones." Conseil de l a langue française (éd.). Conférences sur l a s i t u a t i o n de l a langue française au Québec: Textes présentés l o r s de rencontres nationales et internationales. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Notes et documents, no. 13), pp. 47-74. . (1985). " P o r t r a i t en rose et g r i s : quelques conclusions de recherches sur l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e au Québec." Aspects de l'évolution de l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e au Québec. Québec : Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Notes et documents, no. 52), pp. 7-22. . (1986). La Perception de l a s i t u a t i o n l i n g u i s t i q u e par l e s Québécois; analyse des résultats d'un sondage effectué en octobre, 1985. Québec; Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Documentation du Conseil de l a langue française, no. 23). Nespoulous, J. L. et A. B o r r e l l (1979). "De l a diversité des usages: contribution à une révision de l a notion de niveaux de langue." Les Langues modernes. 73 (2-3), pp. 260-271. Noël, Danièle (1979). "Que peut bien être l a langue pour de jeunes adolescents?" Thibeault, P i e r r e t t e (réd.). Le français parlé; études s o c i o l i n g u i s t i q u e s . Edmonton; L i n g u i s t i c Research Inc., pp. 131-143. . (1984). " ' l ' parle bien, 1' parle mal, i ' parle ordinaire' ça veut d i r e quoi?" Amyot, Michel et G i l l e s Bibeau (éd.). Le Statut c u l t u r e l du français au Québec. Actes du congrès Langue et société au Québec. Tome I I . Québec; Editeur o f f i c i e l du Québec, pp. 67-75. O f f i c e de l a langue française (1965). "Norme du français écrit et parlé au Québec." Cahiers de L'Office de l a langue française. 1, pp. 8-10. Paquette, Jean-Marcel (1980). "Quel français enseigner?" Baudot, A l a i n et a l . (éd.). Identité c u l t u r e l l e et francophonie dans les Amériques ( I I I ) . Québec; Presses de l'Université Laval, Centre i n t e r n a t i o n a l de recherche sur l e bilinguisme (publication B-88), pp. 88-91. . (1981). "Du bon usage, du bon sens." Conseil de l a langue française (éd.). Conférences sur l a s i t u a t i o n de l a langue française au Québec: Textes présentés l o r s de rencontres nationales et internationales. Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . Notes et documents, no. 13), pp. 15-24. .(1983). "Procès de normalisation et niveaux/registres de langue." Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec; Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . l'ordre des mots), pp. 367-381. Paquot, Annette (1988). Les Québécois et leurs mots; étude sémiologique et sociologique des régionallsmes au Québec. Québec: Presses de l'Université Laval. P e l l e r i n , Suzanne (1989). "Compte rendu du Plus." The Canadian Journal of L i n g u i s t i c s . 34 (4), pp. 490-495. Plourde, Michel (1988). La Politique l i n g u i s t i q u e du Québec; 1977-1987. Québec: I n s t i t u t québécois de recherche sur l a culture ( c o l l . Diagnostique, no. 6). Poplack, Shana (1990). "Statut de langue et accomodation langagière l e long d'une frontière l i n g u i s t i q u e . " Beniak, E. et R. Mongeon (éd.). Le Français parlé hors Québec. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 127-151. P o i r i e r , Claude (1983). " L ' I n t r i c a t i o n des mots régionaux et des mots du français général dans l e discours québécois." Langues et l i n g u i s t i q u e . 9, pp. 45-67. .(1986a). "Chronique du T.L.F.Q.." Québec français. 64, pp. 24-26. .(1986b). "Le Français 'régional': méthodologies et terminologies." Niedereche, H.-J. et L. Wolf (réd.). Français du Canada - français de France. Actes du colloque de Trêves, du 26 au 28 sept., 1985. Tubingen: Niemeyer, pp. 153-158. .(1990). "Un dicti o n n a i r e général du français québécois; produit o r i g i n a l ou produit adapté?" Corbett, Noël (réd.). Langue et identité; l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 339-351. .(1991). Notes de cours du Professeur Claude P o i r i e r . FRN11033 "Langue Franco-Canadienne." L'Université Laval, automne 1991. Rey, A l a i n (1983). "Normes et d i c t i o n n a i r e s . " Bédard, Edith et Jacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 541-569. Ricard, Yolande (1990). " G i l l e s Bibeau: ouverture(s) sur l e langage." Québec français. 78, pp. 84-86. Riddez, Mia (1987). "Vivre et mourir en français." L'Avenir du français au Québec. Montréal: Editions Québec/Amérique, pp.21-25. Rocher, François (1987). "Les Jeunes et l e langage; Les Maux de l'indifférence." L'Avenir du français au Québec. Montréal: Editions Québec/Amérique, pp. 99-108. Sabouné, Samar (1990). "Anglicismes, Canadianismes et Mots Folkloriques dans les dictionnaires Bélisle (1979) et Plus (1988): un aperçu du cheminement du lexique français québécois." Mémoire de maîtrise, U.B.C.. Saint-Jacques, Bernard (1976). Aspects s o c i o l i n g u i s t i q u e du bilinguisme canadien. Québec: Centre international de recherche sur l e bilinguisme. Santerre, Laurent (1990). "Le Français québécois: langue ou d i a l e c t e ? " Corbett, Noël (réd.). Langue et identité: l e français et les francophones d'Amérique du nord. Québec: Les Presses de l'Université Laval, pp. 29-33. Sorecom Inc. (1973). Les Mass média, l'attachement à sa langue et les modèles li n g u i s t i q u e s au Québec en 1971. Québec: Editeur o f f i c i e l du Québec (Commission d'enquête sur l a s i t u a t i o n de l a langue française et les d r o i t s l i n g u i s t i q u e s au Québec, étude E-17). Tremblay, Marc-Adélard (1990). "La Crise de l'identité c u l t u r e l l e des francophones québécois." L'Action Nationale. 79 (9), pp. 654-683. Trudeau, Danielle (1982). Léandre et son péché. Montréal: EditionsHurtubise H.M.H.. Turgeon, Serge (1987). "La Parole de l'autre." L'Avenir du français au Québec. Montréal: Editions Québec/Amérique, pp. 15-20. Vandendorpe, C h r i s t i a n (1979). "La Qualité de l a langue après l a l o i 101." Québec français. 36, pp. 60-61. Wolf, Lothar (1983). "La Normalisation du langage en France. De Malherbe à Grevisse." Bédard, Edith etJacques Maurais (éd.). La Norme l i n g u i s t i q u e . Québec: Gouvernement du Québec, Conseil de l a langue française ( c o l l . L'ordre des mots), pp. 105-133. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0098924/manifest

Comment

Related Items