Open Collections

UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

De l'ancien et du nouveau dans le roman québécois : une étude comparative entre le roman de la terre.. 1991

You don't seem to have a PDF reader installed, try download the pdf

Item Metadata

Download

Media
UBC_1991_A8 B85.pdf
UBC_1991_A8 B85.pdf [ 5.94MB ]
Metadata
JSON: 1.0098719.json
JSON-LD: 1.0098719+ld.json
RDF/XML (Pretty): 1.0098719.xml
RDF/JSON: 1.0098719+rdf.json
Turtle: 1.0098719+rdf-turtle.txt
N-Triples: 1.0098719+rdf-ntriples.txt
Citation
1.0098719.ris

Full Text

DE L'ANCIEN ET DU NOUVEAU DANS LE ROMAN QUEBECOIS UNE ETUDE COMPARATIVE ENTRE LE ROMAN DE LA TERRE ET DEUX ROMANS CONTEMPORAINS: TERRE DU ROI CHRISTIAN DE SYLVAIN TRUDEL ET DE L'AMOUR DANS LA FERRAILLE DE ROCH CARRIER by JOYCE DARLENE BURKE B.A. Saint Francis Xavier University, 1989 A THESIS SUBMITTED IN PARTIAL FULFILLMENT OF THE REQUIREMENTS FOR THE DEGREE OF MASTER OF ARTS i n THE FACULTY OF GRADUATE STUDIES DEPARTMENT OF FRENCH We accept t h i s thesis as conforming to the required standard THE UNIVERSITY OF BRITISH COLUMBIA October 1991 © Joyce Darlene Burke, 1991 In presenting this thesis in partial fulfilment of the requirements for an advanced degree at the University of British Columbia, I agree that the Library shall make it freely available for reference and study. I further agree that permission for extensive copying of this thesis for scholarly purposes may be granted by the head of my department or by his or her representatives. It is understood that copying or publication of this thesis for financial gain shall not be allowed without my written permission. Department of F r e n c h The University of British Columbia Vancouver, Canada Date O c t o b e r 1 0 , 1 9 9 1 DE-6 (2/88) RESUME Dans un a r t i c l e recent, G i l l e s Marcotte etudie l e rapport entre l'ancien et l e nouveau, et remarque q u ' i l y a beaucoup de s i m i l a r i t e s entre l e roman au debut de l'epoque l i t t e r a i r e quebecoise et l e roman quebecois contemporain. Cette idee sert de base a ma these ou je considere deux romans des annees quatre-vingt: Terre du r o i C h r i s t i a n de Sylvain Trudel et De 1'amour dans l a f e r r a i l l e de Roch Car r i e r . Commencant par une etude de l a s i t u a t i o n socio-politique et du developpement du genre, dans l e but de d e f i n i r en quelque sorte l e roman de l a terre et 1'esprit qui l e caracterise, je vais ensuite a une discussion des romans de Trudel et de Carrier dans l e deuxieme et le troisieme chapitres. Au coeur de cette discussion, sont l'ideologie et l a v i s i o n du monde qui l i e n t ces romans contemporains au roman de l a t e r r e . Dans Terre du r o i Christian, l a famille et l e passe jouent un r61e important dans l'univers de Luc, l e heros. Aux yeux de ce p e t i t garcon, l a f a m i l l e sert de l i e n entre l e passe et l e present. Le pere, possedant une connaissance du passe et du monde, montre a son f i l s comment vivre; i l est l e vehicule par lequel 1'heritage est transmis. Un autre caracteristique du roman de l a terre, l e refus de l a r e a l i t e , se retrouve dans ce roman. Ne voulant pas accepter l a r e a l i t e dans laquelle i l v i t , Luc transforme l a te r r e en un p e t i t paradis maya. On trouve de t e l l e s actions dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e ou Jeannot Tremblay se refugie dans son monde d'amour et d'ideaux. Des pionniers, tout comme Jeannot et Luc, ont leur p e t i t monde i d e a l i s e dans lequel i l s vivent. l i s condamnent toute innovation et se refugient dans l e passe et dans l a t r a d i t i o n . D'autres personnages, A c h i l l e Bedard et Sautereau, trouve leur refuge dans l a mort. Les procedes narratives, qu'emplois l e romancier, rapproche ces deux romans contemporains du roman de l a terre aussi. Tout comme dans l e roman de l a terre, l a nature et l a t e r r e nourrissent les metaphores et les comparaisons. D ' a i l l e u r s l a terre et l a nature deviennent p a r f o i s de veritables personnages avec des a t t r i b u t s humains. Cette humanisation de l a nature est aussi cara c t e r i s t i q u e du roman de l a te r r e . Malgre toutes les s i m i l a r i t e s entre le roman de l a t e r r e et le roman contemporain, i l y a, f a u t - i l l e souligner, des differences importantes. Une qui saute aux yeux, c'est l a voix narrative qui a beaucoup change depuis l a naissance du roman quebecois. Le focal i s a t e u r externe, done l i m i t e , du roman de l a terre n'est pas employe dans l e roman de Trudel. Au l i e u d'avoir un narrateur-focalisateur, Trudel se sert d'un narrateur externe et d'un focalisateur interne, ce qui donne a son roman une profondeur qui est absente du roman de l a te r r e . La narration de Carrier est encore plus compliquee. I l a un i v narrateur externe et deux fo c a l i s a t e u r s : l'un externe, 1'autre interne. Cette f o c a l i s a t i o n multiple e q u i l i b r e le roman et l'aide a se distancer parfois de son roman. Dans l a narration des romans contemporains etudies dans cette these, on est tres l o i n du roman de l a t e r r e . TABLE DE MATIERES CHAPITRE PAGE RESUME i i TABLE DE MATIERES v INTRODUCTION 1 I LE ROMAN DE LA TERRE 7 Le genre 7 L'ideologie de conservation 16 La mission de l'auteur et du peuple 25 II TERRE DU ROI CHRISTIAN 43 Trudel et l a t r a d i t i o n du roman de l a terre . . . . 43 L'ecriture de Trudel 63 III DE L'AMOUR DANS LA FERRAILLE 78 Carrier et l a t r a d i t i o n du roman de l a terre . . . 78 L'ecriture de Carrier .95 CONCLUSION 119 BIBLIOGRAPHIE 124 v INTRODUCTION "Pourquoi revenir sur des textes et des auteurs dont l a place est reconnue dans l ' h i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e quebecoise et qui ont deja f a i t l'objet d'etudes serieuses sinon de jugements d e f i n i t i f s ? " 1 T e l l e est l a question posee par Rejean Beaudoin dans son essai recent sur l e messianisme et l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise du dix-neuvieme s i e c l e . Certes, c'est une question a laquelle i l faut absolument repondre vu qu'on a deja beaucoup e c r i t en ce qui concerne l e debut de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise. De plus, pourquoi se l i m i t e r a discuter l e passe quand i l y a de nouveaux auteurs quebecois et des l i v r e s qu'on n'a pas encore etudies de facon approfondie? Les memes questions se posent au debut de cette etude qui ne vise pas a redoubler les e f f o r t s d'autres c r i t i q u e s mais qui revient neanmoins a un sujet deja etudie abondamment. V o i c i l a reponse que propose Beaudoin a de t e l l e s questions: " I l y a plus de parente que de rupture entre l e Canada francais messianique du cure Labelle et l e Quebec postreferendaire de Jean Larose, par exemple, marque par une h e s i t a t i o n compulsive x. Rejean Beaudoin, Naissance d'une l i t t e r a t u r e (Quebec: Boreal,1989), 7. 2 au s e u i l de 1' auto-af f irmation. " 2 II l u i semble, et je suis tout a f a i t d'accord, q u ' i l y a des l i e n s e t r o i t s entre l e passe et l e present. On ne peut pas se debarrasser du passe. L'heritage exerce une certaine influence sur l a pensee des hommes et on doit en t e n i r compte en etudiant leur l i t t e r a t u r e . "1/heritage" est un mot qui a peut-§tre plus de resonnance chez le peuple quebecois, qui a l u t t e pendant des s i e c l e s pour l e preserver, que chez les anglophones dont 1'heritage, s ' i l y en a un, n'etait pas menace par les autres. Cela va de soi done que cet heritage, qui jouait autrefois un grand r61e dans l a l i t t e r a t u r e et l a culture quebecoises, est une question toujours a c t u e l l e . Dans un a r t i c l e recent, Luc Chartrand f a i t une observation qui i l l u s t r e cette idee: " l e nationalisme quebecois a toujours pratique l a drave," d i t - i l ; " i l saute de b i l l o t en b i l l o t pour ne pas couler!" 3 Chartrand se sert d'une metaphore qui evoque l a t r a d i t i o n de l a drave, sur laquelle quelques auteurs ont e c r i t au debut du vingtieme s i e c l e et a l a f i n du s i e c l e precedent. Le draveur est un type mythique qui apparait dans les contes de Beaugrand, entre autres, et qui a t t e i n t son apogee avec Menaud, maitre-draveur, un personnage aux proportions mythiques. Pour Chartrand, cette metaphore i l l u s t r e bien l a voie qu'a suivie l e nationalisme. E l l e sert aussi a evoquer le 2. Ibid., 8. 3. Luc Chartrand, "Les Quebecois s o n t - i l s vraiment na t i o n a l i s t e s , 1 1 A c t u a l i t e , l e r mai 1990, 16. 3 passe, 1'heritage et, peut-etre, l'idee meme du nationalisrae. Si un a r t i c l e de revue f a i t a l l u s i o n au passe et a 1' heritage quebecois, serons-nous surpris de trouver davantage d'allusions semblables dans l a l i t t e r a t u r e contemporaine, une e c r i t u r e encore plus personnelle et creative que l ' e c r i t u r e journalistique? G i l l e s Marcotte, dans un a r t i c l e recent, analyse ce rapport entre l e passe et l e present. II note que les oeuvres de B l a i s , Ferron et Ducharme "entretiennent de s i n g u l i e r s rapports avec les themes anciens que notre roman, d'apres l a c r i t i q u e , avait mis au rancart: l a t r a d i t i o n , l e refus de l a chair et du progres s o c i a l . " 4 Ces oeuvres pourtant ont des caracteristiques qui signalent aussi leur contemporaneity. E l l e s ne sont pas des variations sur des textes anciens, mais des oeuvres tout a f a i t modernes. On trouve chez e l l e s une p r i s e de conscience jumelee a un inter§t pour l e present et l e futur de l'homme plutc-t que pour son origine. Le cadre spatio-temporel a done change; 1'intrigue des romans contemporains se d6roule a l a v i l l e , l'espace du present, et non plus sur l a terre, l'espace du passe. 5 Ces romans ont des personnages plus vraisemblables et des descriptions plus habiles des milieux sociaux p u i s q u ' i l s ne 4. G i l l e s Marcotte, "La dialectique de l'ancien et du nouveau," dans Li t t e r a t u r e et circonstances (Montreal: L'Hexagone, 1989), 167. 5. G i l l e s Dorion, "La L i t t e r a t u r e quebecoise contemporaine," Etudes francaises 13, 302. 4 sont pas bases sur une ideologie de conservation qui tend a deformer l a r e a l i t e . Bien qu'une cinquantaine d'annees se s o i t ecoulee depuis l a mort du roman de l a terre, quelques vestiges de cette t r a d i t i o n demeurent. Aussi moderne que nous voulions §tre, nous accusons neanmoins des traces du passe. Parlant de 1'influence r e l i g i e u s e sur l a l i t t e r a t u r e , Marcotte affirme: Si purement laique que se v e u i l l e aujourd'hui notre e l i t e i n t e l l e c t u e l l e et l i t t e r a i r e , i l ne l u i est pas possible de defaire en un tournemain ce qui a ete t i s s e , et fortement t i s s e , durant quelques s i e c l e s d ' h i s t o i r e . On vide les eglises plus facilement qu'on n'efface une empreinte c u l t u r e l l e de cette profondeur. Nous n'avons pas f i n i de l i r e , au Quebec, des textes ou les determinations rel i g i e u s e s , a l ' i n s u des ecrivains eux-m§mes souvent, feront p a r t i e des regies du jeu. 6 Si l a r e l i g i o n , comme Marcotte l ' a observe, exerce une t e l l e influence sur l a l i t t e r a t u r e contemporaine, n'en e s t - i l pas a i n s i pour d'autres aspects de 1'heritage? T e l l e est l'hypothese de cet ess a i . II s'agira done d'explorer les l i e n s qui existent entre l a l i t t e r a t u r e contemporaine et c e l l e du passe, ou plus precisement, c e l l e du debut du vingtieme s i e c l e qu'on appelle l e roman de l a t e r r e . En d'autres termes, je vais etudier l e roman de l a terre et essayer de montrer comment et jusqu'a quel point ses themes subsistent dans quelques oeuvres de l a l i t t e r a t u r e quebecoise d'aujourd'hui. Evidemment pour f a i r e une t e l l e etude, i l faut commencer par l a t r a d i t i o n du t e r r o i r . Le premier chapitre sera done consacre au roman de l a t e r r e . J'etudierai tout d'abord Ibid., 109. 5 1'evolution de cette t r a d i t i o n , qui commence avec La Terre paternelle de Lacombe et se termine avec Trente arpents de Ringuet, pour ensuite essayer de formuler une d e f i n i t i o n du genre. Dans l a deuxieme p a r t i e de ce chapitre, j'aborderai l a question de l'id6ologie du roman de l a t e r r e . L'ideologie de conservation joue un r61e tres important dans ce genre et son etude permettra d'explorer les themes predominants, qui serviront de point de depart pour l'6tude des romans contemporains dans l e deuxieme et l e troisieme chapitres. Toujours dans l e premier chapitre, je propose d'etudier les procedes du romancier de l a terre : les metaphores dont i l se sert, les personnages-types et son choix de voix narrative. Tous ces procedes ont ete soigneusement c h o i s i s par les auteurs pour des raisons dont je p a r l e r a i plus l o i n . La v i s i o n du monde caracteristique du genre sera analysee aussi. Ayant termine l a discussion du roman de l a terre, qui sert de base a ma these, j'aborderai l e coeur du sujet, c'est-a-dire montrer les points communs entre ce genre et l e roman contemporain. II me semble que l'heure est venue de f a i r e une t e l l e etude vu que les c r i t i q u e s en general s'interessent s o i t au passe s o i t au present, sans etudier, d'une facon systematique, les l i e n s entre les deux. Bien que G i l l e s Marcotte a i t commence avec son etude des themes qu'ont en commun le roman contemporain et l e roman de l a terre, i l faut a l l e r encore plus l o i n . Dans mon deuxieme et mon troisieme chapitres, j ' e s s a i e r a i done de combler cette lacune en analysant deux 6 romans des annees quatre-vingts qui, de fagon differente, incorporent quelques elements du roman de l a t e r r e . Le premier de ces romans est Terre du r o i C h r i s t i a n de Sylvain Trudel, publie en 1989; l e deuxieme, De 1'amour dans l a f e r r a i l l e de Roch Carrier, publie en 1984. Bien que ces deux auteurs aient des styles tres d i f f e r e n t s et que leurs sujets soient d i s t i n c t s , tous les deux semblent §tre influences en quelque sorte, consciemment ou non, par 1'ideologie de conservation et par les procedes du romancier de l a t e r r e . Evidemment les deux romans en question ne sont pas des romans de l a t e r r e . Le Survenant de Guevremont et Trente arpents de Ringuet marquent l a f i n du genre. 7 Depuis ce temps, i l y a eu bien des changements dans l a l i t t e r a t u r e quebecoise: changements de s t y l e , de matiere, de langue et d'espace. Le roman de l a terre ne ressemble pas beaucoup au roman contemporain, mais ne l a i s s e - t - i l pas au moins quelques traces derriere l u i ? II me semble que ce genre exerce une certaine influence sur l e roman contemporain et, en etudiant les themes de Trudel et de Car r i e r aussi bien que leurs procedes l i t t e r a i r e s et leur v i s i o n du monde, j'essayerai de l e prouver. 7. Andre Renaud et Rejean Robidoux, Le roman canadien- francais du vinqtieme s i e c l e (Ottawa: Presses de l'Un i v e r s i t e d'Ottawa, 1966), 50. CHAPITRE 1 LE ROMAN DE LA TERRE LE GENRE Le roman de l a terre, cette grande et glorieuse t r a d i t i o n qui chante l e s louanges de l a terre, du passe, de l a f a m i l l e et de l ' E g l i s e , tout en essayant de convaincre les jeunes hommes, et parfois l e s jeunes femmes, de suivre les pas de leurs ancStres, prend ses racines au dix-neuvieme s i e c l e pour s'6panouir jusque vers 1938. Entre l e commencement et l a f i n de cette t r a d i t i o n , presque cent ans s'ecoulent, au cours desquels le roman de l a te r r e subit naturellement des changements. Tous les romans appartenant a ce genre partagent neanmoins un e s p r i t et une v i s i o n du monde p a r t i c u l i e r s . Comme je vise a comparer le roman de l a terr e avec deux romans contemporains qui, me semble-t-il, ont conserve 1'esprit de cette t r a d i t i o n , i l faut preciser l a nature de cet e s p r i t . En tenant compte du f a i t q u ' i l y a deja des l i v r e s entiers consacrfes a ce genre, ceux de Servais-Maquoi et de Proulx par exemple, je ne vais pas l'etudier en d e t a i l . Ce n'est pas mon but de r e d e f i n i r l e genre. Je vais plutot noter les 6tapes les plus importantes de son d6veloppement pour ensuite examiner de pres les themes et les procedes l i t t e r a i r e s qui l e caracterisent. 7 8 La conqu§te de 17 60 et l e Traite de Paris marquent l a f i n du regime francais au Canada. Avec l a signature de Louis XV cedant l a colonie a 1'Angleterre, "soixante-mille Canadiens francais, prives de leur classe dirigeante, ruines et decus, vont tenter de survivre." 8 La plupart des e l i t e s , les riches et ceux qui tenaient autrefois l e pouvoir, retournent en France; les Anglais, les ennemis, s'emparent de 1'administration publique et de l'economie. Plus rien n'appartient aux Canadiens frangais sauf l a t e r r e , leur seule ressource. E l l e est pourtant une ressource tres riche: avec assez de force et l'aide de ses amis pour l a defricher et l ' e l a r g i r , un homme peut en t i r e r l a subsistance dont i l a besoin pour f a i r e vivre sa fa m i l l e . Sous l a domination anglaise, les Canadiens frangais deviennent de plus en plus i n s a t i s f a i t s . l i s ne reussissent pas a vi v r e dans un monde anglais et, s'en rendant compte, certains hommes d'influence se tournent "avec assez de sympathie vers les m i l i t a i r e s et les fonctionnaires anglais." 9 Louis Joseph Papineau n'est pas de ces hommes. Au l i e u d'accepter l a domination anglaise i l essaie de regagner ce qui a ete p r i s par l'ennemi. Etant donne les circonstances dans lesquelles se trouve le Canadien frangais a cette epoque, i l n'est done pas etonnant que lorsque Louis-Joseph Papineau entre en scene, i l e v e i l l e sans d i f f i c u l t y l'espoir de creer une republique 8. Servais-Maquoi, Le Roman de l a ter r e au Quebec (Quebec: Presses de l'Univ e r s i t e de Laval, 1974), 2. 9. Falardeau, Notre societe et son roman (Montreal: HMH, 1968), 31. 9 francaise ind6pendante. Le peuple des campagnes, y voyant une solution a ses problemes et l a f i n de l a domination anglaise, repond chaleureusement a l'appel de Papineau. 1 0 Le sentiment n a t i o n a l i s t e qui marque le declenchement de l a Revolte des Patriotes et l'epoque de Papineau cede bient6t l e pas a l a resignation. Ayant perdu l a l u t t e contre l'ennemi, les revolt6s, c'est-a-dire ceux qui ont l u t t e avec Papineau, sont executes, emprisonnes ou e x i l e s par les Anglais. II ne reste presque r i e n aux Canadiens francais; leur i d e n t i t y m§me est menacee par l e rapport de Lord Durham, qui recommande aux autorites britanniques 1'assimilation des Canadiens francais a l a societe anglaise a f i n d'eviter des c o n f l i t s a venir. Desormais, selon Servais-Maquoi, les Canadiens renoncent definitivement a l a l u t t e et cherchent " l e bonheur dans l a resignation, a 1'ombre du clocher p a r o i s s i a l , 1 , 1 1 trouvant une certaine securite dans l e passe et dans l e catholicisme. II faut preciser que l a strategie de resistance change de t e r r i n , mais pas d'objectif. A cette epoque, caracterisee par des reactions partagees (la revolte et l a resignation), l e roman de l a terre est ne. En 1846 Patrice Lacombe publie sa Terre paternelle. et Charles Guerin de Pierre J.-O. Chauveau paralt en f e u i l l e t o n . Ces deux premiers ve,ritables romans de l a terre rompent resolument avec l a t r a d i t i o n romantique. Leurs auteurs denoncent l e roman 1 0. Servais-Maquoi, Le Roman de l a terre au Quebec. 4. 1 1. Ibid. 10 contemporain avec tous ses mensonges, pretendant q u ' i l s racontent une h i s t o i r e vraie. II ne s'agit pas simplement d'un projet sociologique, bien que l e roman a i t generalement un aspect documentaire. Chaque romancier de l a terre, tout en chantant les louanges de l a terr e et de l a t r a d i t i o n , vise a donner aux lecteurs un exemple ou un conseil a suivre. II se mefie aussi de tout ce qui vient des etrangers, qui ont f a i t s o u f f r i r son peuple. S i l a l u t t e p o l i t i q u e contre les Anglais se termine avec l a f i n de l a r e b e l l i o n , e l l e renait au front l i t t e r a i r e avec l e roman de l a te r r e . En 1862 Antoine Gerin-Lajoie publie Jean Rivard, l e defricheur, un roman qui " r e a l i s e pour l a premiere f o i s pleinement ce projet l i t t e r a i r e inaugure avec l a Terre paternelle et Charles Guerin, l a composition d'un authentique roman de l a t e r r e . " 1 2 Deux ans plus tard parait l a suite du roman: Jean Rivard, economiste. Ce diptyque, d'une grande importance l i t t e r a i r e et patriotique, reprend 1'ideal a g r i c u l t u r a l i s t e de Lacombe et de Chauveau pour ensuite proposer " une ' recette i n f a i l l i b l e ' pour j o u i r i c i - b a s d'un bonheur sans melange: i l s u f f i t de promettre a l a terre une eternelle et absolue f i d e l i t e . " 1 3 Gerin-Lajoie chante non seulement 1'agriculturisme, comme le font ceux qui l e precedent, mais i l les depasse en chantant l a science agricole, qui est sa reponse 1 . Bernard Proulx, Le Roman du t e r r i t o i r e (Montreal: UQAM, 1987), 62. 1 3. Ibid., 19. 11 a l a s i t u a t i o n p o l i t i q u e , sociale et economique dans laq u e l l e se trouvent les Canadiens francais. II y a d'autres evenements d'importance au dix-neuvieme s i e c l e . Je pense tout d'abord a l a creation en 1860 des Soirees canadiennes, l a premiere revue l i t t e r a i r e du Canada francais, dont l'un des membres fondateurs est l'abbe Casgrain, e c r i v a i n et c r i t i q u e qui influence enormement le developpment du genre romanesque en essayant de creer une l i t t e r a t u r e nationale. Je pense aussi aux Anciens canadiens de Philippe Aubert de Gaspe, pere, paru d'abord en 1863 dans les pages des Soirees canadiennes. Bien q u ' i l ne s o i t pas considere comme un roman de l a terre, i l est cependant un roman historique d'importance incontestable dans l e developpement de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise: c'est l a premiere f o i s que l ' h i s t o i r e du peuple et l a legende sont unies sous l a forme du roman. Le vingtieme s i e c l e entralne l a f l o r a i s o n et l e d e c l i n du genre lance par Lacombe. Au debut du s i e c l e , quelques romans comme Robert Loze de Bouchette et Marie Calumet de Girard, tout en depeignant l a vie et les moeurs canadiennes-francaises, transmettent une v i s i o n negative du monde qui les eloigne de l a t r a d i t i o n de l a terre . Le genre, pourtant, se renouvelle en 1908 guand Damase Potvin publie son roman Restons chez nous. Comme les i n i t i a t e u r s du genre, Potvin attaque l a s i t u a t i o n sociale de son epoque; "en dispensant des legons par l a negative," i l evoque "des desirs d'evasion pour mieux les 12 abattre." 1 4 Dormant comme exemple un homme qui part a l'aventure, perd sa sante et ses ressources, et qui finalement retourne chez l u i pour trouver l e v e r i t a b l e bonheur, Potvin montre a son peuple l e chernin a suivre. Ce roman donne sa reponse a l a tendance croissante des Canadiens francais a s'evader, a q u i t t e r l a terre, l a famille, et l a t r a d i t i o n pour chercher l e bonheur et une vie plus stable aux Etats-Unis. Maria Chapdelaine, publie a Montreal en 1916, t r o i s ans apres l a mort de son auteur, Louis Hemon, est l e premier grand roman de l a t e r r e . Bien que 1'auteur s o i t d'origine francaise, l e roman affirme 1'importance de l a continuity ancree dans l e passe pour l e Canadien francais. L'eloquence de son argument en faveur de l a resignation et de l a conservation de 1'heritage semble f a i r e t a i r e , pour l e moment, ceux qui veulent s'eloigner de l a t r a d i t i o n . C'est un roman tres important dans l e developpement du genre qui influence l e futur de l a l i t t e r a t u r e canadienne-francaise et qui in s p i r e r a des auteurs comme F e l i x - Antoine Savard. Je reviendrai un peu plus l o i n a ce roman important. Le grand succes de Maria Chapdelaine diminue l ' e f f e t de l a Scouine d'Albert Laberge, publie deux annees plus tard. Ce dernier roman, negation de tout ce que represente l e roman de l a terre, est l e v e r i t a b l e commencement du d6clin de l a t r a d i t i o n ; c'est " l a vivante et implacable destruction de tous les mythes Proulx, Le Roman du t e r r i t o i r e , 310. associ6s, au Canada francais, a 1'image de l a t e r r e . " 1 5 Dans ce roman, l a ter r e , enveloppee d'une atmosphere deprimante, est associee a plusieurs reprises a l'echec, a l a desolation et a l a mort. E l l e est "une r e a l i t y i n d i f f e r e n t e a l a vie des Stres humains mais e l l e demeure intimement presente, tout au long du roman, derriere les manifestations de cette vie parce qu'elle en est l a source m§me." 1 6 Le roman de Laberge est rejete par l e s autorit6s de l'epoque, c'est-a-dire par l ' E g l i s e . Quatorze ans plus tard, une autre oeuvre marque l e de c l i n du genre. Dans Un homme et son p6ch6 de Claude-Henri Grignon, publie en 1933, on voi t les e f f e t s nefastes du desir de posseder de l a t e r r e . L'avarice du protagoniste, qui est obsede par l e desi r de posseder de plus en plus, f i n i t par l e tuer. Une vingtaine d'annees apres Hemon, Savard a t t e i n t de nouveaux sommets l i t t 6 r a i r e s avec son chef-d'oeuvre Menaud. maltre-draveur. Un an avant l'echec f i n a l de l'id6ologie chez Ringuet, Savard chante pour l a derniere f o i s l a mainmise sur l e t e r r i t o i r e . 1 7 Les etrangers sont venus et Menaud prend sur l u i - meme l a responsabilite de f a i r e decouvrir a son peuple l a menace qui plane sur eux. Son roman, aux proportions epiques, i n v i t e les lecteurs a ressusciter l e passe et a reprendre le t e r r i t o i r e qui leur appartenait autrefois. 15 16 17 Servais-Maquoi, Le Roman de l a terre au Quebec, 100. Ibid., 101. Proulx, Le Roman du t e r r i t o i r e , 275. Dans les oeuvres de Grignon et de Laberge, on v o i t 1'inspiration de Trente arpents, publie par Ringuet en 1938. C'est l e roman qui marque definitivement l a f i n du genre. Dans l'echec d'Euchariste on voit l'echec de 1'ideologie. II perd sa terre, mourant en e x i l aux Etats-Unis et non pas sur l a p o i t r i n e de sa maitresse, l a terre, comme son oncle l ' a v a i t f a i t . Son f i l s Ephrem echoue aussi. II perd son i d e n t i t e en changeant son nom et en se mariant avec une Irlandaise. II perd egalement sa langue maternelle, n'ayant plus 1'occasion n i l e desir de l a pa r l e r . Sans que cela s i g n i f i e pour autant l a f i n de l a l u t t e pour preserver 1'heritage francais, l e culte du t e r r o i r , qui trouve son origine chez Lacombe, est abandonne par Ringuet et les auteurs qui l u i succedent: " l e culte des coutumes ancestrales l i e e s a l a t e r r e . . . rev£t des a present 1'allure d'un r§ve impossible et d e r i s o i r e . 1 , 1 8 Bien q u ' i l y a i t des differences entre les romans qui lancent l a t r a d i t i o n et ceux qui marquent sa f i n , chaque roman possede quelques t r a i t s qui le l i e n t aux autres. Selon Tuchemaier, " l e roman de l a f i d e l i t e , " un terme plus general que l e roman de l a t e r r e , "est caracterise par un attachement r e e l a l a langue, a l a t e r r e , a l a f o i catholique et aux t r a d i t i o n s heritees de l a mere-patrie. 1 , 1 9 Sa d e f i n i t i o n s'applique egalement au roman d i t de l a terre dans lequel on trouve une 1 8. Servais-Maquoi, Le Roman de l a t e r r e au Quebec, 188. 1 9. Henri Tuchemaier, "L'evolution du roman canadien," Revue de l'Universite Laval 14 (1959): 139. 15 v a l o r i s a t i o n de l a terre, de l a langue, de l a famille, et de l a f o i , en somme de 1'heritage francais. 1/ensemble de ces idees forme une ideologie de conservation qui marque un genre dans lequel l a terre, source de vie et de s t a b i l i t e , joue un r61e p r i n c i p a l . Le romancier plaide en faveur de l a vie agricole, l a seule vie qui rend l'homme heureux, et de l a sauvegarde de 1'heritage. II chante 1'enracinement dans une vie champ§tre; ce faisant, i l reprend l a l u t t e contre les Anglais. Le messianisme est un deuxieme t r a i t qui caracterise l e roman de l a te r r e . L'expression c r e a t r i c e n'est pas l a seule raison pour laquelle l'auteur e c r i t ; i l a une mission a accomplir: c'est sa responsabilite d'affirmer l a superiority de l a v i e rurale et c e l l e de l a soci6te catholique. Guide d'un peuple, comme l ' e t a i t l e poete romantique Hugo, l e romancier de l a terre vise a i n c i t e r son lecteur a accomplir sa propre mission qui est de regagner l e paradis perdu, l a ter r e canadienne-francaise, et de preserver son riche heritage catholique. Ces buts messianiques du romancier, comme je l e montrerai plus l o i n , influencent sa technique de composition et l a v i s i o n du monde qui en resulte. L'ideologie de conservation est un autre t r a i t caracteristique du genre. Selon l a d e f i n i t i o n de Denis Moniere, "une ideologie est un systeme global plus ou moins rigoureux de concepts, d'images, de mythes, de representations qui dans une 16 societe donnee affirme une hierarchie de valeurs." 2 0 II y a dans l e roman de l a ter r e un noyau d'idees toujours presentes qui r e f l e t e n t les valeurs de l a societe canadienne-frangaise t e l l e que 1'auteur l a congoit. A 1'ensemble d'idees associees a ce genre on donne 1'appellation "1'ideologie de conservation", car le but de 1'auteur est de persuader l e lecteur de conserver les valeurs q u ' i l propose. L'IDEOLOGIE DE LA CONSERVATION Dans une ideologie de conservation, l e passe joue un r61e assez important. Selon l e romancier de l a terre, "l'age d'or de l'humanite aurait ete c e l u i ou 1'immense majorite de l a population s'occupait a l a culture du s o l . " 2 1 Avant l a conqu§te, l'homme s'occupait de l a culture de l a t e r r e . C'etait l ' a g e d'or du peuple canadien-frangais ou tout a l l a i t bien et ou l'homme e t a i t pres de Dieu. Le souvenir du passe s'oppose directement au present, l'epoque des romanciers, ou les Anglais ne s'occupent pas du s o l et ne semblent pas posseder des valeurs t e l l e s que c e l l e s du bon vieux temps. La seule valeur importante en v i l l e , c'est 1'argent. D'apres les romanciers, nous sommes dans une epoque materialiste. Les gens du pays, influences par les Anglais protestants et materialistes, oublient leur passe. 2 0. Moniere, Le developpement des ideologies au Quebec (Montreal: Quebec/Amerique,1977), 13. 21 Proulx, Le Roman du t e r r i t o i r e , 8, La resistance va main dans l a main avec l a conservation. Non content de ne precher que l a conservation de 1' heritage, l e romancier de l a terre attaque l a societe qui l'entoure. La v i l l e est consideree comme l e domaine des Anglais, done nefaste. E l l e n'est gu'apparence selon Gustave Charmenil, un personnage du roman Jean Rivard, qui d i t que les citadins s'endettent pour maintenir leur apparence: les jeunes se peignent, se parfument et se dandinent. C'est une vie de mensonge qui rend i n s a t i s f a i t l'homme qui y v i t . C'est cependant une vie qui a t t i r e les jeunes qui cherchent a echapper aux epreuves de l a v i e rurale ou qui n'ont pas de terre parce que l a famille est trop grande. Maria Chapdelaine par exemple, connaissant tres bien l e c6te impitoyable de l a nature et,ayant deja subi une tragedie, songe a se marier avec Lorenzo Surprenant pour vivre une vie sans souci. E l l e est tentee par les luxes et les commodites de l a v i l l e , qui l u i semblent preferables aux epreuves de l a vie qu'a choisie sa mere. Pour souligner les problemes de l a vie urbaine, l e romancier contraste cette facon de vivre avec c e l l e d'un cu l t i v a t e u r . La correspondance entre Jean Rivard, cultivateur, et Gustave Charmenil, c i t a d i n , dans Jean Rivard i l l u s t r e bien cette idee. Les l e t t r e s de Gustave, pleines d'admiration pour Jean et pour sa facon de vivre, montrent clairement son mecontentement face a l a vie q u ' i l mene. Tandis que Gustave se nourrit d ' i l l u s i o n s , essayant de devenir avocat, Jean c u l t i v e l a terre avec ses propres mains et fonde toute une paroisse dans 18 laq u e l l e i l occupe une p o s i t i o n sociale respectee. Les reves de Gustave ne se rea l i s e n t jamais dans l a v i l l e , alors que ceux de Jean se rea l i s e n t rapidement. Jean connait un succes extraordinaire qui depasse ses r§ves. Le v e r i t a b l e bonheur et le succes viennent done de l a te r r e . Tout ce que l a v i l l e peut donner ne dure qu'un moment, mais ce qui vient de l a terre a une duree presque e t e r n e l l e aux yeux de Rivard et d'autres c u l t i v a t e u r s . Les dons de l a ter r e sont s a t i s f a i s a n t s , tandis que ceux de l a v i l l e sont i l l u s o i r e s . La terre, 1/image l a plus importante.dans l e genre qui l u i est dedie, represente l a continuation de l a v i e . A i n s i que les saisons se succedent, l'une apres 1'autre, les generations du peuple canadien-frangais se succedent aussi. La nature quasi- e t e r n e l l e de l a te r r e donne de l'espoir au romancier qui, voyant l e renouvellement de l a vie au printemps, v o i t aussi l a p o s s i b i l i t y de renouveler sa race, de ressusciter 1'heritage en t r a i n de se perdre. La ter r e ne change pas: "a des hommes d i f f e r e n t s . . . une ter r e toujours l a m§me." 2 2 Bien que l a societe change et que les Anglais se soient empares du pouvoir p o l i t i q u e , l a ter r e sera toujours f i d e l e ; e l l e ne changera jamais. La te r r e repr6sente aussi 1'heritage catholique du peuple. Des l e debut du monde, d'apres l a Bible, l'homme fut cu l t i v a t e u r . C'etait l a r e s p o n s i b i l i t y d'Adam de s'occuper de 2 2. Ringuet, Trente arpents (Paris: Flammarion, 1980), 319. l a glebe et d'en t i r e r tout ce dont l u i et sa femme avaient besoin. L'homme canadien-frangais done " e t a i t f a i t pour l a terre, sa vocation e t a i t d'etre paysan;" 2 3 l e metier de cul t i v a t e u r est un metier saint, ordonne par Dieu lui-m§me. En culti v a n t l a terre, l'homme s'approche de Dieu et du Paradis ou i l f a i s a i t autrefois le t r a v a i l que Dieu l u i avait donne. La terr e devient done un "paradis t e r r e s t r e en miniature" 2 4 ou l'homme accomplit son devoir s p i r i t u e l . Tout en affirmant sa f i d e l i t e a Dieu, l e cu l t i v a t e u r rend hommage a ses ancStres qui ont conquis l a terre, fondant des paroisses dans l e Nouveau monde sauvage. L'importance de continuer l e t r a v a i l des ancetres est soulignee par les voix qu'entend Maria Chapdelaine: Nous avons marque un plan du continent nouveau, de Gaspe a Montreal, de Saint-Jean-d'Iberville a l'Ungava, en disant: l e i toutes les choses que nous avons apporte.es avec nous, notre culte, notre langue, nos vertus et jusqu'a nos faible s s e s deviennent des choses sacrees, intangibles et qui devront demeurer jusqu'a l a f i n . 2 5 En c u l t i v a n t l a terre comme les premiers colons frangais l'ont f a i t , l e cul t i v a t e u r preserve cette fagon de vivre et done tout l'heritage de ses ancetres, comme i l est charge de l e f a i r e . La conservation de l'heritage est aussi un metier saint. Loin de l a terre, l'homme ne peut pas accomplir son devoir envers Dieu 2 3. Madeleine Ducrocq-Poirier, Le Roman canadien de langue francaise (Paris: Nizet, 1978), 271. 2 4. Servais-Maquoi, Le Roman de l a terre au Quebec, 26. 2 5. Louis Hfemon, Maria Chapdelaine, 195. 20 n i son devoir envers ses anc§tres; l a terre, alors, est es s e n t i e l l e a son bien-etre s o c i a l et s p i r i t u e l . La t e r r e est aussi l e v e r i t a b l e refuge des valeurs t r a d i t i o n n e l l e s . En donnant de l a ter r e a ses enfants, l e cultivateur leur donne aussi un heritage. Pour Euchariste Moisan, e l l e est " l e receptacle des valeurs morales et reli g i e u s e s consacrees par une t r a d i t i o n a laquelle i l demeure fermement, aveuglement f i d e l e . " 2 6 La terre devient alors l'objet d'un culte; e l l e est aussi sacree que les valeurs et les tr a d i t i o n s qu'elle garde dans son sein. Quitter l a terre equivaut a l a t r a i t r i s e , car mepriser l a terre, "c'est aussi v i o l e r l a memoire des ancetres qui l'ont conquise puis defendue, parfois au p r i x de leur v i e . " 2 7 Mepriser l a terre, c'est egalement t r a h i r c e l l e qui a donne a l'homme de quoi viv r e . Source de l a vie, l a ter r e est indispensable au bien-etre physique de l'homme. E l l e recompense son labeur en l u i donnant tout ce dont i l a besoin pour nourrir sa famille. E l l e l u i donne aussi du t r a v a i l a f a i r e pour s'assurer q u ' i l ne devienne pas paresseux comme ceux qui habitent a l a v i l l e . Sans e l l e , l'homme ne peut pas vivre car e l l e l u i donne sa vie. Dans les premiers romans de l a terre "toute tentative de depart ou d'abandon de l a ter r e engendre immediatement les malheurs l e s plus a f f l i g e a n t s . " 2 8 Lacombe et Chauveau donnent des exemples 2 6. Servais-Maquoi, Le Roman de l a te r r e au Quebec. 168. 2 7. Ibid., 255. 2 8. Ibid., 27. 21 de jeunes hommes qui ne reussissent pas a vivre hors de l a te r r e . l i s reviennent, apres de nombreux malheurs, pour trouver le bonheur dans une vie champetre. Dans l'oeuvre de Savard, aussitdt que Menaud est sur q u ' i l perdra sa montagne, i l devient fou. "II ne peut vivre que dans l a mesure ou i l est l i b r e . Et i l ne peut §tre l i b r e que dans l a mesure ou sa te r r e l u i appartient." 2 9 Euchariste Moisan, l u i aussi, meurt apres avoir perdu sa t e r r e . I l ne meurt pas tranquillement, comme son oncle l ' a f a i t , sur l a terre, mais i l mene une vie de misere et devient graduellement de plus en plus decrepit. Loin de l a terre, i l perd sa vigueur et sa dignite. C'est l a terre qui l u i a donne sa force et son identity,- sans e l l e i l n'est plus r i e n . La t e r r e est aussi indispensable au bien-etre materiel de l'homme comme S6raphin s'en rend compte dans Un homme et son p6ch6 de Grignon. Obsede par 1'argent, i l se sert de sa terre pour en accumuler. Pour l u i , l a t e r r e n'est r i e n d'autre qu'un moyen par lequel i l deviendra riche. On trouve un peu l a m§me idee dans Trente arpents ou Euchariste commence a accumuler des p r o f i t s et s'occupe de 1'investissement de son argent. II ne rend pas a sa maitresse, l a terre, ce dont e l l e a d r o i t . Dans les deux cas, 1'avarice de l'homme entraine son echec. Pour vi v r e sur l a terre, i l faut des bras, i l faut une fami l l e nombreuse. V o i c i done une raison pour laquelle l a fami l l e f a i t p a r t i e de 1'ideologie de conservation. Ibid., 77. 22 Ou l e paysan p o u r r a i t - i l recruter cette main-d' oeuvre a meilleur compte que dans sa propre maison? C'est de ce mobile, prosaique d ' a i l l e u r s , que procede originellement l'etonnante symbiose entre l a ter r e et l a famille canadienne-francaise, symbiose qui s'observe... dans tous les romans du t e r r o i r . 3 0 Une famille donne au cul t i v a t e u r non seulement l'aide dont i l a besoin pour e l a r g i r l a terre, mais aussi du support et une raison d'etre; l'homme t r a v a i l l e pour sa famill e aussi bien que pour conserver son heritage. En retour, l a vie agricole favorise l a cohesion et u n i f i e l a famill e de l'homme qui t r a v a i l l e sur l a t e r r e . Les longs hivers et 1'isolation font que l a maison devient l e centre du monde pour l a famill e Chapdelaine a i n s i que pour d'autres f a m i l i e s . l i s n'ont qu'eux- memes sur qui i l s peuvent compter. Produire des enfants e t a i t l e devoir de toute femme catholique. Les hommes et les femmes n'avaient pas l e d r o i t d'emp§cher l a conception, un don de Dieu. En plus, Dieu leur avait commande au debut du monde d'§tre feconds et de se m u l t i p l i e r . 3 1 La contraception e t a i t done condamnee par l ' E g l i s e catholique et i l y avait des pressions religieuses pour avoir une fam i l l e nombreuse, non seulement pour des raisons doctrinales mais aussi pour des raisons messianiques, car des families nombreuses peuvent f a i r e progresser l a mission du peuple. Ibid., 3., Genese 1: 28. "La famille et non l ' i n d i v i d u constitue l a base de l a soc i e t e . " 3 2 L'homme seul ne peut pas construire une societe; i l a besoin de plusieurs families pour l e f a i r e . La famille, alors, est importante au point de vue du futur; conserver l a fami l l e equivaut a conserver l a societe, 1'heritage aussi. Menaud l e s a i t bien; son f i l s est son futur et l e futur de sa race. Menaud, l u i , regardait son f i l s ; et i l eprouve toutes sortes de sentiments, de colere, de revolte, d'amour, lorsque, soudain, les paroles l u i revienrent: ... Une race qui ne s a i t pas mourir. Et ce fut alors comme s ' i l l'eut vue, cette race, non dans les l i v r e s , mais vivante, mais dans sa chair dressee l a , devant l u i . . . 3 3 Menaud espere apprendre a son f i l s tout ce q u ' i l n'a pas f a i t lui-meme. Quand Joson meurt, Menaud perd son espoir: " v o i l a que tout ce beau r§ve g i s a i t l a , devant l u i , sans espoir, maintenant." 3 4 Sans enfants a qui on peut enseigner les valeurs nationales, l a societe canadienne-francaise n'a aucune raison de continuer. Si l a famille est importante pour l a preservation des tr a d i t i o n s , l a r e l i g i o n l ' e s t aussi. La paroisse, l a famille de Dieu, est une prolongation de l a famille canadienne-francaise et joue un r61e aussi important. Le pere de cette famille est l e 3 2. Moniere, Le Developpement des ideologies au Quebec. 237. 3 3. Felix-Antoine Savard, Menaud, maitre-draveur (Montreal: Fides, 1982), 32. 3 4. Ibid., 77. 24 cure. C'est l u i qui donne des di r e c t i v e s aux families de l a paroisse. Samuel Chapdelaine, par exemple, va v o i r le cure quand Maria ne peut se remettre de l a perte de Francois Paradis. C'est aussi l e pr§tre qui c o n s e i l l e a Jean Rivard de c u l t i v e r l a ter r e . II n'est pas surprenant que l e pretre joue un r61e aussi important dans l a societe car apres " l e retour en France des e l i t e s , c'est l e clerge, dernier representant de l a culture frangaise, qui assume l a d i r e c t i o n materielle et s p i r i t u e l l e du p e t i t peuple canadien-f rangais. " 3 5 Le clerge done est tres respecte par l e peuple, non seulement parce que les pretres sont les representants de Dieu, mais egalement parce q u ' i l s preservent 1'heritage apres l a conqu§te. La r e l i g i o n f a i t p a r t i e integrante de l a societe; v o i l a pourquoi l a voix du Quebec, qui rappelle a Maria Chapdelaine son devoir, est a moitie l e sermon du pretre. Dans un monde en t r a n s i t i o n , l ' E g l i s e catholique occupe une po s i t i o n sociale dominante comme s i rien n'avait change; e l l e garde intacte l a culture frangaise pour l a transmettre au peuple. E l l e est aussi l a source d'une ide n t i t e i d e a l i s t e et catholique qui se distingue clairement de c e l l e des Anglais protestants et mate r i a l i s t e s . Cette identite cree une unite assez for t e parmi les Canadiens frangais, en leur donnant une mission. Les cultivateurs sont les enfants de Dieu et i l s ont une mission a r e a l i s e r . C'est l e t r a v a i l de Dieu q u ' i l s font 3 5. Servais-Maquoi, Le Roman de l a terre au Quebec, 4. 25 car " l ' e g l i s e catholique eleve l ' a c t i v i t e pratique des individus au niveau d'une mission sacree." 3 6 I l s 1'entreprennent volontairement, tout en sachant a l'avance que l a vie d'un culti v a t e u r n'est pas une vie aisee, car c'est leur devoir et car Dieu, tout puissant, mene tous les evenements a bon terme. II l e s aidera et recompensera leur t r a v a i l . LA MISSION DE L'AUTEUR ET DU PEUPLE A l'epoque ou les premiers romanciers de l a te r r e ecrivent, i l y a une forte migration vers les v i l l e s et vers les Etats- Unis. Cette migration est l e resultat de l'echec de 1837, de 1'influence croissante des etrangers, et de l a si t u a t i o n economique. Les jeunes, sans terre a cause des families nombreuses et incapables de trouver un emploi, s'expatrient pour chercher une meilleure v i e a i l l e u r s . Oubliant leur mission comme Canadiens francais, i l s laissent derriere eux leurs t r a d i t i o n s et leur i d e n t i t e . Pour repondre a ce probleme s o c i a l , les ecrivains, placant leur moyen d'expression a r t i s t i q u e au service de l a nation, assument l a grande responsabilite de l u i rappeler sa mission. Dans leurs mains, l a l i t t e r a t u r e devient "un instrument de combat s o c i a l ou po l i t i q u e , un refuge, une soupape de surete, 1 , 3 7 comme l'affirme Falardeau. L'enseignement public n'etant pas tres repandu a l'epoque, l a plupart des l e t t r e s etaient des re l i g i e u x . Lorsqu'un interSt 3 6. Tuchemaier, L'evolution du roman canadien, 142. 3 7. Falardeau, Notre societe et son roman, 48. 26 l i t t e r a i r e e s t ne au Canada f r a n g a i s , l ' E g l i s e y r e c o n n a i t l a p o s s i b i l i t y de p r e s e r v e r 1'identity c o l l e c t i v e du peuple et de se p r y s e r v e r elle-meme. Avec l ' a i d e des r e l i g i e u x comme l'abby Casgrain, q u i se pose en pere des l e t t r e s canadiennes, e l l e peut se s e r v i r de l a l i t t y r a t u r e pour former une society conforme a sa propre v i s i o n du monde. Ce t t e l i t t y r a t u r e r e n f o r c e l a p o s i t i o n dominante de l ' E g l i s e e t l a p o s i t i o n soumise de 1'homme. Le roman de l a t e r r e e s t un roman a these; l e romancier a un but t r e s s p y c i f i q u e , un message a communiquer aux l e c t e u r s . Sa m i s s i o n e s t de convaincre son peuple de son d e v o i r r e l i g i e u x et p a t r i o t i q u e , et de l u i r a p p e l e r l a s u p y r i o r i t y de l a v i e r u r a l e . I I v i s e a changer l e s comportements i n d i v i d u e l s et c o l l e c t i f s . En c y i e b r a n t l e s v e r t u s des c u l t i v a t e u r s a i n s i que l e u r mode de v i e , l e romancier de l a t e r r e r e m p l i t sa m i s s i o n p a t r i o t i q u e . Pour l'abby C a s g r a i n , c'est encore p l u s que c e l a . Le s e u l but de l a l i t t e r a t u r e e s t de promouvoir l a r e l i g i o n : E l l e [ l a l i t t y r a t u r e ] s e r a e s s e n t i e l l e m e n t croyante et r e l i g i e u s e . (...) C'est sa seu l e c o n d i t i o n d ' d t r e ; e l l e ife. pas d'autre r a i s o n d ' e x i s t e n c e ; pas p l u s que no t r e peuple n'a de p r i n c i p e de v i e sans r e l i g i o n , sans f o i ; du jou r ou i l c e s s e r a i t de c r o i r e , i l c e s s e r a i t d ' e x i s t e r . 3 8 D'aprys l ' y g l i s e , l e peuple canadien a un d e v o i r a p o s t o l i q u e : c o n v e r t i r l e s Sauvages et f a i r e de ce Nouveau Monde l e royaume de Dieu. V o i l a ce que C a s g r a i n et d'autres v o u l a i e n t communiquer aux l e c t e u r s . En se servant de l a l i t t y r a t u r e , 3 8. Henri-Raymond Ca s g r a i n , Oeuvres completes, tome I (Montryal: Beauchemin et F i l s , 1896), 9. 27 a i n s i que de leur p o s i t i o n d'autorite, i l s v i s a i e nt a convaincre leur peuple de ce devoir r e l i g i e u x . Le romancier, ecrivant dans sa langue maternelle, rend un deuxieme service a sa pat r i e : i l defend et promeut l a langue. Chaque roman de l a terre est une reclame qui assure l a continuation de l a societe canadienne-frangaise. Dans une etude, Camille Roy constate l a grande importance de l a l i t t e r a t u r e : e l l e montrera que notre parler n'est pas c e l u i de colons babares, mais q u ' i l est p l e i n des harmonies de l a plus b e l l e langue du monde; fa i s o n s - l a militante, appliquee a defendre l e verbe gardien de l a f o i , et e l l e s'erigera jusqu'a l a hauteur du plus genereux apostolat. 3 9 En defendant l a langue, gardienne de l a f o i , l e romancier defend egalement l a f o i qui est au centre de 1'identite canadienne- frangaise. Sans langue et sans f o i done, deux armes defensives, le peuple ne peut pas continuer a ex i s t e r . LES PROCEDES DU ROMANCIER DE LA TERRE D'apres l a d e f i n i t i o n de Roland Barthes, l e romancier de l a ter r e n'est pas un v r a i ecrivain, comme l e note Falardeau: L'ecrivain est c e l u i pour qui e c r i r e est un verbe i n t r a n s i t i f , c e l u i qui ' t r a v a i l l e sa parole et s'absorbe fonctionnellement dans ce t r a v a i l . ' II se distingue de 1'ecrivant, lequel est un homme t r a n s i t i f , ' c e l u i qui pose une fin—temoigner, expliquer, enseigner... dont l a parole n'est qu'un moyen.'40 3 9. Camille Roy, Etudes et croquis (Montreal: Car r i e r et cie, 1928), 83. 40 Falardeau, Notre societe et son roman, 66. 28 Le romancier de l a terre est plutc-t ecrivant parce que son roman a une f i n precise. Son 6criture alors n'est que le moyen par lequel i l s'exprime. Je ne suis cependant pas trop sure jusqu'a quel point l'idee de Barthes peut s'appliquer au roman de l a terre, car bien que l e but s o i t au centre de l'oeuvre, i l me semble qu'au fur et a mesure que l e genre se developpe, l e romancier s'absorbe dans son t r a v a i l et j o u i t des paroles avec lesquelles i l joue. Je pense surtout a Maria Chapdelaine, ou l'auteur peint un p o r t r a i t de l a vie rurale avec un s t y l e soigne. Je pense aussi a Menaud, oeuvre lyrique et poetique, qui eleve l e combat du peuple canadien-frangais au niveau epique. II me semble que ces deux auteurs manipulent l a langue, non seulement pour mieux communiquer leur message, mais aussi pour l e p l a i s i r de l e f a i r e . Le message est transmis d'une fagon plus s u b t i l e que c e l l e qu'emploient les premiers romanciers de ce genre, mais l e but de l'auteur demeure neanmoins une p a r t i e importante de l'oeuvre. Les premiers romanciers, ecrivant au dix-neuvieme s i e c l e , ne sont pas du tout s u b t i l s . l i s ont un message a communiquer a leur peuple et ce but est tres evident pour les lecteurs de l'epoque; i l s ne leur cachent r i e n . Dans Jean Rivard, Gerin- Lajoie vise a convaincre les jeunes de rester chez eux et de c u l t i v e r l a t e r r e . II "aurait e.te de sa part parfaitement absurde de representer l a vie du colon comme une aventure aux epreuves surhumaines et vouee d'avance au desastre. C e t a i t une h i s t o i r e du succes, de succ6s remarquable q u ' i l l u i f a l l a i t 29 e c r i r e . " 4 1 V o i l a pourquoi 1'auteur interrompt souvent l e f i l de son r e c i t pour renvoyer a des sources exterieures. Son r e c i t d'un succes extraordinaire et improbable a besoin d'authentification. 1/ auteur, s'en rendant compte, donne tout ce dont l e lecteur a besoin pour y c r o i r e . Dans l e "chapitre scabreux", presque deux pages entieres sont consacrees a accrediter l a v e r i t e des resultats obtenus par le heros. D' a i l l e u r s 1'auteur s'assure que ses lecteurs sont toujours conscients de l a veracite de son r e c i t en faisant des commentaires t e l s que: " q u ' i l s u f f i s e de savoir que l e resultat qui vient d'etre enonce est de l a plus scrupuleuse exactitude et pourrait meme etre v e r i f i e au besoin." 4 2 Heureusement pour l e lecteur, les autres romans du genre ne sont pas a i n s i . I l s deviennent de plus en plus r a f f i n e s du point de vue s t y l i s t i q u e . Pour accomplir sa mission patriotique, qui est de rappeler aux lecteurs leur devoir et de leur montrer l e chernin a suivre, l e romancier de l a terre u t i l i s e certains procedes l i t t e r a i r e s . A f i n de convaincre les jeunes de rester sur l a terre et d ' e v e i l l e r un e s p r i t n a t i o n a l i s t e chez l e peuple canadien- frangais i l doit attester l a superiority de cette fagon de vi v r e . II doit prouver que leur heritage est quelque chose de sp e c i a l , qui vaut tous les e f f o r t s pour l e conserver. 4 1. Arthur Saint-Pierre, "Notre l i t t e r a t u r e sociale avant l a Confederation," Revue t r i m e s t r i e l l e canadienne (1950): 299. 4 2. Antoine Gerin-Lajoie, Jean-Rivard l e defricheur s u i v i de Jean Rivard, economiste (LaSalle: Hurtubise HMH, 1977), 99. 30 La terre, le point f o c a l de l a v i s i o n de l'auteur, devient aussi l e point f o c a l du roman. Pour montrer l a prime importance de l a ter r e dans l a vie humaine, i l met l a terre, ou bien l a nature, au coeur d'une ser i e de metaphores, comparaisons et symboles. Dans les premieres pages de Menaud, i l y a plusieurs exemples qui soutiennent cette idee. Pendant que sa f i l l e l i t Maria Chapdelaine, Menaud "se tenait l a , f i x e sur ces mots d'ou j a i l l i s s a i t une force, une jeunesse, quelque chose de comparable au printemps miraculeux de Mainsal avec ses explosions de vie apres l e f r o i d , l a neige, l e s six longs mois d'hiver." 4 3 Trois paragraphes plus l o i n , les regards de Menaud sont compares a des oiseaux: " i l contempla longtemps l a campagne endormie, laissant ses regards voler jusqu'aux horizons l o i n t a i n s , et revenir a i n s i que des engoulevents au ni d de ses pensees." 4 4 Certainement ces comparaisons n'apparaissent pas par hasard. E l l e s sont deliberement employees par l ' e c r i v a i n a f i n d ' a t t i r e r 1'attention des lecteurs sur l a nature et sur l a terre d'ou vient toute vie. Menaud lui-meme a des caracteristiques de l a terre, comme l'affirme Savard: L'homme e t a i t beau a v o i r . Droit et f o r t malgre. l a soixantaine. La vie dure avait decharne a fond son visage, y creusant des rig o l e s et des rides de misere, et le colorant des memes ocres et des m§mes g r i s que les maisons, les rochers et les terres de Mainsal. 4 5 43 44 45 Savard, Menaud, maltre-draveur, 22. Ibid. Ibid., 23. 31 Avec ses couleurs ocres et g r i s , avec ses ri g o l e s et ses rides, Menaud ressemble a l a terr e sur laquelle i l v i t et ou i l prend sa v i e . Sa droiteur et sa force, sa resistance au temps ephemere rappellent aussi 1'image d'un arbre qui se t i e n t f o r t et d r o i t et qui r e s i s t e aux ravages du temps. C'est une image tres juste car sa femme "avait tout f a i t pour enraciner au sol ce f i e r coureur de boi s , " 4 6 et i l y demeure. Son f i l s Joson est aussi enracine au sol comme un arbre. II "est fo r t comme un jeune pin de montagne."47 Pour Menaud, 1'arbre symbolise l a race canadienne-frangaise qui r e s i s t e aux Anglais et dont les racines plongent dans l e passe. Son f i l s , jeune, f o r t et f i d e l e a l a terre, incarne l e futur de l a race. Le temps romanesque que c h o i s i t l e romancier a aussi un role a jouer. D'apres Robidoux et Renaud, " i l se trouve peu de romanciers qui n'aient f a i t vivre a leurs personnages l e cycle des saisons, marquant a l a f o i s l ' a c t i v i t e des personnages et leur psychologie meme."48 Le cycle saisonnier qui regie l ' a c t i v i t e terrienne est une metaphore de l a vie humaine et de l a vie de toute l a race canadienne-frangaise. Les quatre sections de Trente arpents, f a u t - i l l e rappeler, racontent les quatre etapes dans l a vie d'Euchariste Moisan. Le printemps est associe au mariage, commencement de l a vie d'Euchariste et de sa 4 6. Ibid. C'est moi qui souligne. 4 7. Ibid., 30. 4 8. Andre Renaud et Rejean Robidoux, Le Roman canadien- francais du vinqtieme s i e c l e (Ottawa: Presses de l'Universite d'Ottawa, 1966), 28. 32 femme Alphonsine. L'ete amene l e succes et l a croissance de sa fam i l l e . Son declin et son echec suivent dans les sections qui s ' i n t i t u l e n t l'automne et l ' h i v e r . I l est important de noter que c'est l a mort de son oncle, son hiver, qui signale les debuts de l a vie d'Euchariste et que son echec marque les d6buts de c e l l e de son f i l s Etienne. A i n s i que l e printemps su i t toujours 1 'hiver, les debuts d'un homme suivent l a mort d'un autre. A l a f i n du rfecit l'auteur nous f a i t comprendre que Hormidas va bientSt suivre son pere Etienne; l e cycle eternel continue. Trente arpents est beaucoup plus qu'un r e c i t de l a vie d'un seul homme; c'est l ' h i s t o i r e de toute une race et de ses r e l a t i o n s avec l a t e r r e . Un autre procede l i t t e r a i r e qui caracterise l e roman de l a terre, c'est l a facon dont le romancier presente ses personnages. Voulant encourager l a jeunesse a embrasser l a vie agricole, i l doit presenter cette vie d'une maniere seduisante. II l u i faut alors des personnages a t t i r a n t s et dignes d'etre imites. V o i l a pourquoi l e heros de l ' h i s t o i r e , d'habitude un cultivateur, est un homme exemplaire qui incarne les meilleurs t r a i t s de l a race et qui commande du respect. Le meilleur exemple est Jean Rivard, qui fonde toute une paroisse a l a sueur de son front. Gerin-Lajoie attribue a son heros toutes sortes de qualites attirantes, comme le note Rene Dionne dans son Editi o n c r i t i q u e du roman: II est beau, jeune, i n t e l l i g e n t , courageux, i n s t r u i t , studieux, dur de corps, sensible de coeur, industrieux, prudent, sage, charitable, bon administrateur, excellent chr§tien, juste, honnete; i l ne f a i t jamais l e raal, i l ajt 33 toujours dans l ' i n t e r g t du public... En somme, i l est l e type exemplaire du colon canadien. 4 9 Le heros que 1'auteur donne au lecteur en exemple n'est pas toujours s i extraordinaire; i l est cependant digne d'etre s u i v i . Bien que Menaud ne s o i t pas cult i v a t e u r comme d'autres heros du genre, i l leur ressemble en ce q u ' i l est un porte- parole auquel l e lecteur peut se f i e r . Comme je l ' a i d i t , Menaud est d r o i t et f o r t . II est aussi age et " i n v e s t i du prestige des Anciens." 5 0 Maitre-draveur, i l est respecte par son peuple et malgre sa f i n , i l a une certaine dignite qui commande l e respect du lecteur. A l a f i n de l ' h i s t o i r e , Josime affirme: "Ce n'est pas une f o l i e comme une autre! Ca. me d i t , a moi, que c'est un avertissement. 1 , 5 1 Les derniers mots soulignent l e f a i t que l e message et que c e l u i qui l'apporte sont dignes de confiance. II y a d'autres personnages qui apparaissent dans l e roman et, comme l e heros, i l s sont tous des personnages qui representent 1'ideologie. La femme, par exemple, est l'epouse f i d e l e , catholique, pieuse, et mere d'une famille nombreuse. Maria Chapdelaine et Marie, f i l l e de Menaud, sont des jeunes f i l l e s en t r a i n de devenir des femmes comme l a mere Chapdelaine et l a femme de Jean Rivard. E l l e s sont toutes les deux pieuses. 4 9. Rene Dionne, ed., Jean Rivard le defricheur s u i v i de Jean Rivard, economiste, d'Antoine Gerin-Lajoie (LaSalle: Hurtubise HMH, 1977), 388. 5 0. Proulx, Le Roman du t e r r i t o i r e , 272. 5 1. Savard, Menaud, maitre-draveur, 205. 34 Maria d i t ses "ave" a l a Vierge pour qu'elle protege Francois Paradis et qu'elle l e ramene sain et sauf. Dans l a famille de Menaud, c'est Marie qui p r i e . M§me ses a c t i v i t e s menageres sont associees a l a r e l i g i o n : " e l l e ouvrit l a grande armoire et, les mains croise"es, contempla religieusement les hautes p i l e s du beau l i n g e . " 5 2 Dans une famille canadienne-francaise, l a femme est l a gardienne de l a f o i . Un autre personnage qui apparait dans l e roman de l a terre est l e prStre de l a paroisse. Comme je l ' a i note au debut du chapitre, l e pretre joue un r61e important dans l a societe canadienne-frangaise, car c'est l u i qui entreprend l a conservation de l'heritage. I l n'est pas surprenant done que l e pr§tre so i t souvent aux cStes du heros "comme un d6miurge magique, pour l u i proposer ou l u i rappeler ce modele. Meme s i le pr§tre n'est pas l a , l e heros l u i l a i s s e interieurement l e dernier mot."53 Dans Jean Rivard, c'est l e pretre qui indique le chemin a suivre et c'est par l u i que Gerin-Lajoie f a i t transmettre directement 1'ideologie. Jean Rivard est l'exemple qu' i l faut suivre, mais l e message du pr§tre a Jean et a sa nouvelle epouse l e jour du mariage est l e message que l'auteur veut f a i r e passer a ses lecteurs: benie est l a vie qu'entreprend Jean Rivard et benis seront ceux qui l'imitent. Ibid., 32. C'est moi qui souligne. 5 3. J.-C. Falardeau, L'evolution du heros dans le roman quebecois (Montreal: PUM, 1969), 243. 35 Dans l e roman de l a te r r e i l y a un autre personnage qu'on ne v o i t pas generalement dans les romans d'un genre d i f f e r e n t . La t e r r e est le cadre du r e c i t mais e l l e est beaucoup plus qu'un simple morceau de glebe, defriche par l e fondateur d'une lignee f a m i l i a l e et qui se transmet de generation en generation. E l l e est encore plus que le symbole de 1'heritage. E l l e entre en scene et pa r t i c i p e activement a l a progression de 1'intrigue. Selon Falardeau, l a nature est souvent presentee "comme l a protagoniste d'un incessant duel" car e l l e est "tour a tour exaltante et brutale. L'immensite de ses espaces, l a desolante monotonie de ses for§ts, l a rigueur de ses interminables hivers, l u i donnent un caractere souvent h o s t i l e . " 5 4 On vo i t ce cSte h o s t i l e de l a Nature dans Maria Chapdelaine, ou e l l e est animee et personnifiee par 1'auteur. C'est contre l a nature impitoyable que Samuel combat pour conquerir ses quelques arpents de terre. C'est aussi contre l a nature que Francois Paradis se bat et perd. Maria, blamant l a nature pour l a perte de son amant et pour les malheurs de sa mere, songe a l u i echapper. Dans Menaud, maitre-draveur, l a nature est un ennemi contre qui Menaud et son f i l s se battent. Menaud se leva. Devant l u i , h u r l a i t l a r i v i e r e en b§te qL veut tuer. Mais i l ne put qu'etreindre du regard 1'enfant qui s'en a l l a i t , contre lequel tout se dressait haineusement, comme des loups quand i l s cernent l e chevreuil enneige. Falardeau, Notre societe et son roman, 50. 36 Cela s ' a f r i f f a i t , plongeait, remontait dans l e culbutis meurtrier... Puis tout disparut dans les gueules du torrent engloutisseur. 5 5 Savard donne a l a nature des t r a i t s animaux et humains. E l l e veut tuer Joson et agit en b§te pour accomplir ses desseins. La nature pour laquelle Menaud l u t t e l e t r a h i t en tuant Joson. E l l e tue le seul espoir de Menaud et c e l u i de sa race. L'humanisation de l a terre et de l a nature at t e i n t son apogee chez Ringuet. La terre, comme un etre humain, peut §tre blessee: " i l [Euchariste] v i t un trou beant a flanc de c6te, une p l a i e vive ou saignait l a terre chargee d'ocre rouge." 5 6 Dans cette oeuvre, l a ter r e se demultiplie en plusieurs personnages. E l l e est d'abord une mere et une epouse qui engendre des enfants, les nourrit et les i n s t r u i t . L'homme 1'epouse: Euchariste " s ' e t a i t donne a e l l e , 1'avait epousee, n'avait eu de soins, de pensees, de sueurs que pour e l l e . " 5 7 Comme une maltresse i n f i d e l e cependant, e l l e est prSte a se donner a un autre, m§me au f i l s de son amant. E l l e est aussi une suzeraine e t e r n e l l e qui regne sur l'homme et qui exige de l u i beaucoup de services. En retour, e l l e est i n d i f f e r e n t e a sa condition. La ter r e n'a pas de compassion et t r a h i t indifferemment tout homme. E l l e a, neanmoins, besoin de l'homme; c'est l u i qui l a rend feconde. Quitter l a terre, c'est 55 56 57 Savard, Menaud, maltre-draveur, 72. Ringuet, Trente arpents, 194. Ibid., 224. 37 l a t r a h i r , mais c'est egalement t r a h i r Dieu parce qu'elle est sa creation. Pour l e catholique canadien, ceux qui quittent l a terre commettent un peche tres grave. Les procedes n a r r a t i f s qu'emploie l e romancier, ses buts messianiques et son ideologie conservatrice agissent tous ensemble pour former une certaine v i s i o n du monde p a r t i c u l i e r e au roman de l a terre. Cette v i s i o n du monde aide a d e f i n i r l e genre et done devrait s'ajouter a l a d e f i n i t i o n donnee au debut du chapitre. Comme tout createur, l e romancier de l a terre percoit sa societe d'une facon s e l e c t i v e . Les t r a i t s q u ' i l en detache correspondent a des preferences latentes. 5 8 II cree, en e f f e t , son propre monde ̂ Ceux qui ecrivent au debut de l a t r a d i t i o n , Gerin-Lajoie et Chauveau pour ne nommer que les plus connus, maudissent les romans actuels qui, d'apres eux, ne sont pas f i d e l e s a l a r e a l i t e . I l s sont pourtant coupables, eux-m§mes, d'avoir cree un monde i r r e e l car au fur et a mesure q u ' i l s chantent les louanges de l a vie agricole, cette representation correspond de moins en moins a l a r e a l i t e . Le p e t i t lopin de ter r e , pare de mi l l e vertus, sur lequel l'homme v i t devient un paradis t e r r e s t r e ou i l peut vivre tranquillement sans influence etrangere. L'homme devient un nouvel Adam, c e l u i qui fonde, sous l a d i r e c t i o n de Dieu, une nouvelle societe. En cult i v a n t l a t e r r e , Jean Rivard r e a l i s e ses r§ves et fonde une societe. Falardeau, Notre societe et son roman, 1 1 . 38 L'auteur est aussi, en quelque sorte, un nouvel Adam. Croyant q u ' i l agit pour Dieu, i l fonde une autre societe i d e a l i s t e , l o i n de l a r 6 a l i t 6 de 1'urbanisation. Ses r§ves se r 6 a l i s e n t dans son oeuvre l i t t e r a i r e . Dans ces premiers romans, i l existe alors un d 6 c a l a g e entre l a r e a l i t y et l a f i c t i o n . L'fecrivain, p r 6 t e n d a n t e c r i r e une h i s t o i r e vraie, ne l e f a i t pas. Tout en niant l e monde d'autres romans, i l cree son propre monde, aussi i r r e e l que les leurs. II est impossible, i l faut l e noter, de decrire l a r e a l i t e d'une facon completement objective, car e l l e a d 6 j a dans 1'esprit de l'auteur une forme et un sens. 5 9 Le romancier done d e c r i t l a r e a l i t y t e l l e q u ' i l l a v o i t , ou plutSt t e l l e q u ' i l l a r§ve. La r e a l i t 6 du roman de l a terre est une r 6 a l i t < § de r§ves, ceux de l ' e c r i v a i n et ceux d'une societe. Le romancier de l a terre a une v i s i o n " v e r t i c a l e " du monde, e'est-a-dire q u ' i l v o i t tout d'un o e i l qui t i e n t toujours compte de ses r e l a t i o n s avec Dieu. Le monde du roman de l a ter r e va de haut e n b a s . C'est un monde dualiste dans lequel l a " v i l l e - enfer" s'oppose a l a "terre paradis, 1 , 6 0 une v i s i o n du monde qui se conforme parfaitement a 1'ideologie catholique. La v i l l e , l'espace des etrangers, est un l i e u de misere et de decheance. La terre, cependant, l'espace des f i d e l e s , est l a source de l a vie et l e refuge des valeurs. M§me apres l a f i n de l a 5 9. Michel Zeraffa, Roman et societe (Paris: PUF, 1971), 14. 6 0. Servais-Maquoi, Le roman de l a terre au Quebec, 28. 39 t r a d i t i o n , l a v i s i o n de l a terre comme l i e u de refuge demeure et influence d'autres oeuvres l i t t e r a i r e s . Falardeau note que dans Bonheur d' occasion, l a famille Lacasse va a l a campagne pour se refugier un dimanche du temps des sucres. 6 1 Les derniers romanciers de l a terr e maitrisent leur a rt; i l s deviennent de plus en plus capables d'exprimer leurs pensees d'une fagon convaincante. Les personnages ne sont pas aussi extraordinaires que Jean Rivard et les romanciers ne se sentent pas obliges d' interrompre le f i l du r e c i t pour accrediter ce qu ' i l s viennent de dire, comme Gerin-Lajoie l e f a i t . A mesure que l e genre se developpe, i l revet un realisme qui n'appartient pas aux premiers romans du dix-neuvieme s i e c l e . Hemon, par exemple, essaie de presenter objectivement l a vie canadienne- frangaise et dans une large mesure i l y r e u s s i t . Le personnage de Lorenzo Surprenant, qui vient de l a v i l l e , ajoute de 1'objectivite. La vie agricole, d'apres l u i , n'est pas une vie ideale. L'ideologie demeure neanmoins assez forte. La mere Chapdelaine, malgre tout ce qu'elle a subi, prefere rester sur l a terre car l a qu i t t e r est abandonner aussi l a langue et 1'heritage. Influence par l e naturalisme de Zola, Laberge, dans son roman La Scouine, montre les aspects p o s i t i f s et negatifs de l a vie d'un cu l t i v a t e u r . Ce n'est pas un paradis t e r r e s t r e comme le pretendent les romanciers de l a te r r e au dix-neuvieme s i e c l e . Falardeau, Notre societe et son roman, 76. 40 Un c u l t i v a t e u r doit f a i r e face a m i l l e problemes et devient presque l'esclave de son morceau de glebe. Laberge n'est pas considere comme un romancier de l a ter r e parce que sa v i s i o n du monde ne correspond pas a c e l l e de ses pred6cesseurs. Son roman est une d6nonciation tres forte de 1'ideologie. Bien que son roman fut censure par l ' E g l i s e , Laberge reste neanmoins important du point de vue de son realisme, qui influence certains romanciers qui l e suivent. Avec l'oeuvre de Ringuet, qui montre une terre i n d i f f 6 r e n t e a l'homme qui l a c u l t i v e , l e realisme a t t e i n t un nouveau sommet. Le message messianique de l'auteur et de 1'ideologie qui domine le reste des romans du genre commence a ceder l e pas au realisme. Le fosse entre l a re.alit6 et l a f i c t i o n n'est pas aussi beant qu'autrefois. La v i s i o n dualiste du monde ne change pas; l a ter r e demeure l e centre du monde et l a v i l l e reste l'espace de l a dech6ance et de l a misere. Ce qui change c'est l a perspective de l ' e c r i v a i n ; d'abord i d e a l i s t e , i l devient peu a peu r e a l i s t e . Cela n'a rien de surprenant 6tant donne que l e genre embrasse presqu'un s i e c l e . La narration aussi change a travers les decennies. Au debut du genre l'auteur m u l t i p l i e les intrusions, interrompant le f i l du r e c i t pour expliquer quelque chose au lecteur ou bien pour donner son opinion sur 1'action d'un de ses personnages. P e t i t a p e t i t i l se r e t i r e du r 6 c i t . Dans les derniers romans l a presence de l'auteur est moins 6vidente. 41 D'habitude, le r e c i t est raconte par un narrateur omniscient et omnipresent a l a troisieme personne. Temoin de 1'action qui se deroule, l e narrateur, qui n'est pas un participant dans 1'intrigue, donne au lecteur tous les d e t a i l s dont ce dernier a besoin pour suivre le r e c i t . Son omniscience ajoute un a i r a u t o r i t a i r e a l ' h i s t o i r e et l e lecteur a une certaine confiance en l u i . Cette confiance presumee permet au lecteur de p a r t i c i p e r au monde d e c r i t . Cependant, i l y a souvent une tension qui eclate entre l ' a u t o r i t e du narrateur et l a maniere romantique par laquelle i l s'exprime. Ce c o n f l i t entre deux aspects de sa voix narrative souligne l a double v i s i o n du monde qui caracterise le roman de l a t e r r e . Le narrateur, qui est omniscient, a une connaissance de toutes les emotions et toutes les pensees des personnages. Au debut du genre, cependant, i l n'en parle pas; i l ne de c r i t ses personnages que superficiellement. C'est d'abord une f o c a l i s a t i o n externe, mais a mesure que l e genre se developpe, i l y a un passage lent vers 1 ' i n t e r i o r i t e : les pensees et les emotions des personnages deviennent de plus en plus importantes. Le fo c a l i s a t e u r d'un roman de l a terre est generalement le narrateur. II a une ideologie qui influence sa narration; bien q u ' i l y a i t d'autres ideologies dans l ' h i s t o i r e , sa propre ideologie est consideree comme l a plus importante, et tout ce q u ' i l v o i t est vu a travers e l l e . Sa f o c a l i s a t i o n alors "colore" le r e c i t . Les e f f e t s se revelent dans les metaphores, 42 les comparaisons, l e s symboles et dans tous les procedes l i t t e r a i r e s employes. Le roman de l a terre, pour r6sumer, est un genre qui embrasse tout un s i e c l e et qui prend ses racines dans une epoque revolutionnaire pour l e peuple canadien-frangais. Me.content de l a s i t u a t i o n s o c i a l e de 1'epoque, l e romancier vise a l a changer. L'expression "roman de l a t e r r e " designe un repertoire d'oeuvres dans lesquelles l ' e c r i v a i n , ayant des buts messianiques, affirme l a superiority de l a vie rurale et appelle ses lecteurs a suivre l'exemple q u ' i l leur donne. Sont associes a ce genre une ideologie de conservation depeignant l a vie que l'auteur recommande aux autres, et un ensemble de procedes l i t t e r a i r e s dont i l se sert pour i n v i t e r l e lecteur a p a r t i c i p e r a son propre monde, l o i n de l a r e a l i t e a c t u e l l e . CHAPITRE 2 TERRE DU ROI CHRISTIAN TRUDEL ET LA TRADITION DU ROMAN DE LA TERRE I l y a cinq ans, Sylvain Trudel p u b l i a i t son premier roman, Le Souffle de l'Harmattan 6 2, un roman qui a suscite beaucoup d'i n t e r ^ t chez l a c r i t i q u e . Ce roman, p l e i n de surprises, est raconte du point du vue d'un enfant, Hugues Francoeur, qui est le heros p r i n c i p a l de l ' h i s t o i r e . L'intrigue consiste en les aventures de Hugues et de son meilleur ami, Habeke Axoum, qui, i n s a t i s f a i t s de l'univers mensonger qui les entoure, cherchent un monde meilleur, une terre l o i n de l'hypocrisie de "1'adultere". L'imagination vive de Hugues transforme tout ce q u ' i l v o i t autour de l u i ; dans son assiette, par exemple, "un b r o c o l i c'est un orme, les patates p i l e e s font un chateau et l a sauce c'est l'eau des fosses, et les haricots dans l a sauce sont des crocodiles qui font peur aux ennemis." 6 3 Confiant en ses "pouvoirs" d'enfant, i l essaie avec l'aide d'Habeke de trouver un royaume secret, une l i e de peupliers dans l ' E x i l ou i l s pourront vivre tranquillement. 6 2. Sylvain Trudel, Le Souffle de l'Harmattan (Montreal: Quinze, 1986). 6 3. Ibid., 9. 44 Trois annees plus tard, Trudel e c r i t un roman dans l a m§me veine. Terre du r o i C h r i s t i a n 6 4 , tout comme l'oeuvre precedente, raconte les aventures d'un enfant et de son ami. Luc et C h r i s t i a n sont mecontents: Luc cherche 1'amour de son pere, Xavier Dionne, qui t r a v a i l l e sur l a mer. II se sent perdu et a besoin de quelqu'un pour l e guider. Sa mere ne peut pas 1'aider car Luc q u ' i l a besoin d'un homme pour l u i apprendre comment devenir homme. Frustre par les absences frequentes de son pere, Luc cherche refuge dans un monde de r§ve ou i l se c r o i t accepte et entoure par d'autres personnes qui partagent ses idees et son passe. D6tenant l e pouvoir de l'enfance de transformer l e monde, comme en poss&de Hugues, i l r e u s s i t a transformer l e monde maya par lequel i l est fascine. Ce monde devient un univers i d e a l i s e pour l u i . Tous les hommes sont freres parce q u ' i l s ont l a meme mere: l a terr e . Les Mayas ont aussi une raison d'etre, de s e r v i r l a terr e . La f r a t e r n i t e qui f a i t p a r t i e de ce monde maya, a i n s i qu'une raison d'etre, manquent a Luc dans l e monde r e e l . Le monde maya comble les vides dans sa v i e . Chri s t i a n , le meilleur ami de Luc, dont 1'esprit est "hante" par des mantes re l i g i e u s e s , cherche une autre r e a l i t e aussi car i l semble etre incapable de vivre dans l e v r a i monde. II se cache souvent dans l e divan ou dans l a s6cheuse et s i c'e t a i t possible, i l s e r a i t rentre dans l e ventre de sa mere 6 4. Sylvain Trudel, Terre du r o i Chr i s t i a n (Montreal: Quinze, 1989) . 45 pour echapper a ses cauchemars. Contrairement a Luc, C h r i s t i a n n'essaie pas de vivre dans un univers i d e a l i s e . II prefere plutdt se suicider pour echapper a l a r e a l i t e insupportable. La quite d'un monde hors de l a r e a l i t e est un theme qui revient a plusieurs reprises dans les deux romans de Trudel. Dans l e premier, l a ter r e promise est d'abord l a Chine, vers laquelle les deux enfants essaient de creuser un tunnel. Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e , e l l e est representee par " l ' E x i l " a i n s i que par l ' i l e et les peupliers. La terre promise du second roman, comme l'indique l e t i t r e , est l a terre imaginaire de Chr i s t i a n dont i l est r o i . E l l e revet aussi d'autres formes dont je p a r l e r a i plus l o i n . Ce qui frappe le lecteur, c'est que dans les deux romans de Trudel, les heros refusent l a r e a l i t e et cherchent a l a remplacer par une autre, un monde i d e a l i s e . Dans l e roman de l a terre, comme je l ' a i indique dans l e premier chapitre de cette etude, les personnages refusent l e monde autour d'eux et essaient de f a i r e de l a terre, sur laque l l e i l s vivent, un p e t i t paradis t e r r e s t r e . I n s a t i s f a i t s d'un monde domine par les Anglais, i l s derealisent leur propre monde et invitent les lecteurs a en f a i r e p a r t i e . A cela i l faut ajouter que les Canadiens frangais sont, d'apres eux, un peuple elu par Dieu lui-meme. La vie q u ' i l s menent est une vie sainte et c'est leur devoir de montrer l e bon chernin aux autres personnes, et de les i n v i t e r a f a i r e p artie de leur paradis t e r r e s t r e . La terre sur laquelle i l s vivent est certainement un paradis car l e bon Dieu se trouve l a avec Son peuple. La quete 46 d'un paradis t e r r e s t r e , me semble-t-il, rapproche l e roman de Trudel du roman de l a t e r r e . Est-ce l a l a seule s i m i l a r i t y entre l'ancien et le nouveau ou y en a - t - i l d'autres? Le but de ce chapitre est de r6pondre a cette question. Je vais d'abord examiner les elements de 1'ide.ologie de conservation qui apparaissent dans Terre du r o i C h r i s t i a n , pour ensuite analyser l ' e c r i t u r e et l a comparer a c e l l e des romanciers de l a te r r e . La f a m i l l e joue un r61e assez important dans l e roman de l a terre. Source de main-d'oeuvre, e l l e est tout naturellement l a base d'une societe de production. E l l e sert aussi de fondement c u l t u r e l a l a societe, car en assurant l a transmission des tr a d i t i o n s d'une generation a une autre, e l l e fournit un l i e n entre l e passe et l e futur. Sans l a famille, l a soci6t6 ne peut pas exister et les Canadiens frangais ne peuvent pas conserver leur heritage. II va sans dire que l a fam i l l e est aussi importante au point de vue i n d i v i d u e l . E l l e donne au cultivateur une raison d'etre; en plus de sa mission chretienne, i l t r a v a i l l e pour f a i r e vivre sa femme et ses enfants. Pour l'homme, l a famill e est aussi une source d'immortality car, jusqu'a un certa i n point, i l peut continuer a vivre a travers ses enfants. V o i l a pourquoi Menaud tenait tenement a son f i l s : Joson represente 1'immortalite de son pyre et c e l l e de sa race. Pour 1'enfant, l a famill e est une source d'identity: en connaissant ses parents, un enfant se connalt. L'hyritage des ses parents est l'hyritage d'un enfant. C'est l'idye autour de 47 laquelle Terre du r o i Chr i s t i a n tourne. Selon Luc, un enfant doit ressembler a son pere: "... i l s ont d i t que j'avais grandi, mais personne n'a d i t que je ressemblais a Xavier. (...) Tous les garcons ressemblent a leur pere. Sinon, c'est q u ' i l s n'en ont pas." 6 5 Dans l a famille Dionne, l e pere s'absente pendant de longues periodes et Luc en souffre. II ne se connait pas parce q u ' i l ne connait pas son pere. Dans un reve, i l s'imagine centaure, l'avorton d'un etalon inconnu 6 6. Dans son r£ve done, comme dans l a r e a l i t e , son pere est inconnu. Luc, inquiete par son reve et par sa si t u a t i o n f a m i l i a l e , c r o i t q u ' i l ne vaut r i e n . II est comme un batard qui est a moitie humain. Pour devenir homme, i l a besoin d'un homme pour l ' i n s t r u i r e et pour decouvrir son id e n t i t e , i l a besoin de quelqu'un qui a deja decouvert l a sienne. Luc s a i t parler toutes les langues des animaux et des objets mais i l ne connait pas c e l l e de son pere: "... mais ce n'est n i d'un merle, n i d'un arbre, n i d'une roche qu'un enfant a besoin pour apprendre a devenir un homme."67 La nature peut l u i apprendre beaucoup, mais Luc a besoin d'un homme pour l u i parler homme. La mere de Luc ne l'aide pas beaucoup. Dans sa qu§te d'identite, i l l u i pose des questions sur son origine et sa naissance et Catherine essaie d'y repondre, mais e l l e ne reussit pas a l u i f a i r e comprendre que Xavier est vraiment son pere. II 6 5. Ibid., 116. 6 6. Ibid., 50. 6 7. Ibid., 12. 48 me semble que Delphine, l a " s o r c i ^ r e " qui habite toute seule sur une p e t i t e l i e , l a remplace en quelque sorte. C'est chez Delphine que Luc va l o r s q u ' i l a des questions a poser sur l a vie, l a naissance et l a mort. Quand e l l e e t a i t plus jeune, e l l e 6 t a i t une sage-femme. E l l e peut alors l u i pa r l e r de l a naissance et de l a conception assez ouvertement; e l l e n'a pas de d i f f i c u l t e a en pa r l e r et e l l e r6ussit a l u i f a i r e comprendre. Avec Delphine, Luc peut pa r l e r de son monde maya, mais i l ne peut pas l e f a i r e avec sa mere. On peut dire aussi que l a grand-mere Blanche est une mere-substitut comme Delphine, car Luc l'aime beaucoup. C'est sa grand-mere Blanche qui 1'inspire et qui l e comprendrait s i e l l e e t a i t l a avec l u i . N'avait-elle pas quitte l a famille pour voyager dans des terres inconnues et pour r£aliser ses reves d'enfance? Pour en f a i r e autant, i l l u i f a l l a i t beaucoup de courage; ce n'est pas tout l e monde qui peut se j e t e r dans l e ventre d'un volcan. Ces actions, qui semblent f o l l e s aux adultes de l a fami l l e Dionne, sont courageuses aux yeux de Luc. Lorsqu'il a besoin de courage, alors, i l n'a qu'a regarder l e p o r t r a i t de sa grand-mfere Blanche. Jusqu'a un ce r t a i n point done, ces deux femmes aident Luc a developper son i d e n t i t y alors que sa mere n'est pas capable de l e f a i r e . L ' i d e n t i t y que Luc cherche se trouve au milieu du monde, "ce l i e u unique que tout enfant doit connaitre avant de commencer a v i e i l l i r . " 6 8 Dans ce l i e u , Luc pense q u ' i l trouvera son i d e n t i t y car i l aura finalement l e sens de 1'orientation: 6 8. Ibid., 56. i l saura ou se trouve l' e s t et l'ouest, l e nord et l e sud. II envie les o i s i l l o n s qui ont quelqu'un pour les aider a s'elancer sans crainte dans l a vie et i l garde intact 1'espoir que son pere " l e prenne un jour au bout de ses bras et q u ' i l l e fasse tourner autour de l u i , pour l u i f a i r e v o i r enfin ou se trouvait le centre de 1'univers. " 6 9 Pour un enfant comme Luc, i l est tres important de connaitre l e centre du monde. Comme les oiseaux ont une certaine responsabilite envers leurs o i s i l l o n s , Xavier et Catherine Dionne ont des responsabilites envers Luc et sa soeur: Prendre un enfant par l a main et l'emmener vers ce l i e u dl rie n ne menace de basculer dans le vide, ou 1'enfant peut prendre racine comme un p e t i t Maya, voilci l e premier metier de tous les parents. Si le pere et l a mere manquent a leur devoir, 1'enfant perdra des annees, peut-£tre meme sa vi e entiere, en pietinements, en e f f o r t s i n u t i l e s , en vaines errances. 7 0 Catherine manque a son devoir. E l l e aime son f i l s mais e l l e ne reuss i t pas a communiquer avec l u i . Xavier manque a son devoir aussi; i l ne reste pas chez l u i pour guider son f i l s , pour l'emmener vers l e milieu du monde ou Luc pourra trouver son ide n t i t e et devenir homme. Meme apres l a naissance de sa f i l l e , Xavier continue a parcourir les l o i n t a i n s oceans, sans penser aux besoins autres que materiels de ses enfants. Aussi jeune q u ' i l s o i t , Luc sent, au fond de lui-meme, l a necessite d'une fam i l l e . La famill e devrait l e guider, mais e l l e ne l e f a i t pas. II souffre car son pere ne l'embrasse pas 6 9. Ibid., 26. 7 0. Ibid., 122. 50 et ne l u i montre pas comment devenir homme. Les raisons pour lesquelles l a famil l e est importante ne sont pas les m£mes dans ce roman et dans l e roman de l a t e r r e : dans Terre du r o i Christian, le besoin d'une famille ne vient pas de l a necessite de peupler l e Nouveau monde, n i des commandements de Dieu et de l ' E g l i s e ; i l vient de necessites propres a l ' e t r e humain. L'homme, quel que s o i t son age, a besoin d'etre aime par quelqu'un. La famil l e immediate ne s u f f i t pas a Luc. Bien q u ' i l refuse de penser aux morts au dfebut de l ' h i s t o i r e , peu a peu i l se rend compte de 1'importance des ancetres et du passe, en somme, de son heritage: "On se f a i t du mal a penser a ceux qu'on a aimes, mais a 1'epoque Luc ne comprenait pas l a necessity de ce mal. (...) Sa memoire e t a i t une chambre fermee de l ' i n t e r i e u r et i l en re f u s a i t 1'entree aux morts." 7 1 Les heros du Quebec, que sa mere chante, n'ont aucune importance pour l u i . Trahi par son pere, i l se sent t r a h i par toute sa f a m i l l e . V o i l a pourquoi dans son Popol Vuh, les quatre premiers l i v r e s des prophetes, El o i s e , Janvier, Catherine et Xavier, "annoncaient l'Exode de 1'enfant maya dans les terres sans m i l i e u . " 7 2 II est e x i l 6 par sa famille, plonge dans un monde sans l i m i t e s , sans centre. Perdu, comme une planete sans s o l e i l , i l cherche quelque chose pour s'enraciner. II trouve Ibid., 29. Ibid., 131. 51 1'enracinement dont i l a besoin dans l e monde imaginaire maya, un univers i d e a l i s e par son imagination enfantine. En entendant sa mere et d' autres p a r l e r du passe, Luc baisse l e s yeux car i l n'a pas de heros comme eux. Quand les adultes parlent du passe et de 1'heritage, i l s parlent des heros qui ont du combattre pour l e preserver. Luc n'a pas de pere n i de heros: i l n'a done pas d'heritage, p e n s e - t - i l . Cette pensee le rend tres t r i s t e car i l s a i t , malgre son jeune Sge, q u ' i l faut avoir un passe et un heritage. Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e , l a grand-mere Blanche comble ce vide dans l a vie de Luc. Tout comme e l l e e t a i t l a source de lumiere dans l'enfance de Catherine, l a grand-mere devient l a source de lumiere pour Luc. Quand i l a peur du Lustukru, une bete imaginaire qui mange des enfants dans une chanson chantee par sa mere, i l n'a qu'a regarder l e p o r t r a i t de Blanche pour trouver l e courage dont i l a besoin. Comme Basile, l e s a c r i s t a i n qui p o r t a i t avec l u i une chaise sculptee dans le bois de son arbre genealogique que son arriere-grand-pere l u i avait donnee, Luc garde l e p o r t r a i t de sa grand-mere pres de l u i . Ce p o r t r a i t devient une ic6ne, quelque chose de re l i g i e u x . A mesure que Luc connait sa grand-mere et son passe, i l commence a c r o i r e q u ' i l faut respecter l e passe. Ses anc§tres deviennent "des heros q u ' i l f a l l a i t venerer, des dtres de courage aux pieds desquels i l f a l l a i t se prosterner." 7 3 Cette veneration des ancetres f a i t p a r t i e integrale du roman de l a t e r r e aussi. Ibid., 121-122. 52 La r e l i g i o n , qui est un autre element important du roman de l a terre, a aussi un role a jouer dans l e roman de Trudel. La famille Dionne est catholique, comme l'6taient beaucoup de Quebecois dans les annees soixante. l i s ne parlent pas beaucoup de leur catholicisme, mais parfois 1'importance de l a r e l i g i o n pour eux saute aux yeux. A l'epluchette par exemple, i l y a une grande dispute entre les membres de l a famille sur l a question de l a contraception, qui est, selon les catholiques les plus devots, absolument i n t e r d i t e . La grand-mere E l o i s e suggere a ses enfants que l'avortement peut "en certaines occasions, §tre non seulement legale mais m§me souhaitable. " 7 4 Cela ne se d i r a i t jamais dans le roman de l a t e r r e . Evidemment les valeurs ont chang6 depuis 1'epoque du roman de l a terre . Pour mettre f i n a cette dispute et pour reunir l a famille, Janvier, comme un cure, rappelle a ses enfants leur heritage r e l i g i e u x : Sentant que son epluchette e t a i t sur l e point de tourner a vinaigre, l e grand-pere Janvier haussa le ton, dans un noble elan p a t r i a r c a l . Sa parole souveraine s'eleva au- dessus de l a chretiente desunie et i l prononca un sermon bien pese tout en pointant chaque personne, a tour de r61e, avec l'enorme epi a moitie epluch6 q u ' i l tenait dans sa main d r o i t e . "I s r a e l est en guerre contre les nations arabes, r u g i t - i l . Pourtant, pourtant, les J u i f s par Isaac et les Arabes par Ismael ont un ancetre commun. J ' a i nomme Abraham! A l l o n s - nous f a i r e comme eux en basculant dans l'heresie et en profanant l a t r a d i t i o n ? " 7 5 Malgre les apparences, l e "sermon" de Janvier n'est pas un plaidoyer pour l e catholicisme comme on en trouve dans le roman 7 4. Ibid., 135. 7 5. Ibid., 135. 53 de l a te r r e . Le catholicisme de cette f a m i l l e ne se manifeste que dans des moments de d i f f i c u l t e s et quand i l apparait, c'est sous un jour ludique. II y a quelque chose de comique dans l e p o r t r a i t de Janvier, qui pointe tous ceux qui sont autour de l u i avec un enorme epi a moitie epluche. II faut ajouter aussi que les mots de Janvier ne sont pas seuls responsables du retour de l'harmonie, bien que l a famille semble etre un peu honteuse apres l e sermon: le narrateur note que " l ' a l c o o l et les bonnes paroles f i r e n t revenir l'harmonie au sein de l a f a m i l l e . " 7 6 L'alcool a un r61e a jouer aussi dans le retour a l'harmonie. Ce rapprochement entre l e catholicisme et l ' a l c o o l n'aurait jamais ete f a i t dans un roman de l a te r r e . Luc n'est pas croyant. Comme l e font d'autres enfants de son age, i l questionne tout naturellement 1'existence de Dieu. Lorsque son o i s i l l o n , Virgule, meurt, i l commence a douter. Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e , Luc e c r i t une l e t t r e a Dieu et " l u i demanda done d'intervenir pour que jamais plus ne naissent des papillons a l ' a i l e brisee. Luc exigea une reponse dans les plus brefs delais, mais Dieu ne repondit pas et Luc cessa d'y c r o i r e pour toujours." 7 7 Des ce jour-la, l e Tres-Haut n'existe plus pour Luc, car i l ne peut pas cro i r e a un dieu qui ne se porte pas a l a defense des papillons et des o i s i l l o n s innocents. Si un dieu ne se porte pas a defense des papillons et des o i s i l l o n s , se p o r t e r a i t - i l a l a defense des p e t i t s garcons? 7 6. Ibid. 7 7. Ibid., 109. 54 Son ami Ch r i s t i a n n'est pas catholique non plus. I l est, dans les mots de Luc, "absentheiste". Ce n'est pas q u ' i l ne c r o i t pas en Dieu, mais i l pense que Dieu ne c r o i t pas en l u i . C'est done important pour l u i de "provoquer Dieu, de le f a i r e reagir en posant des gestes reprehensibles, de chercher a l u i f a i r e du mal, de l u i c r i e r des injures pour se f a i r e entendre, pour se f a i r e remarquer, pour se f a i r e aimer tout betement." 7 8 I n s a t i s f a i t de 1'amour humain, i l cherche 1'amour d'un §tre puissant et i l f e r a i t tout pour a t t i r e r 1'attention de Dieu sur lui-meme. Ces actions ne sont evidemment pas c e l l e s d'un personnage typique du roman de l a terre qui veut p l a i r e a Dieu, mais l a f i n demeure semblable: i l s veulent tous dtre aimes par Dieu et tout ce q u ' i l s font, bien ou mal, est pour a t t i r e r son attention. Comme Chris t i a n , Luc veut etre aime, non seulement par son pere mais par Dieu aussi. Ce qui est tres interessant, c'est que Luc veut etre pres des dieux, bien q u ' i l c r i t i q u e l e catholicisme et ne croie plus en Dieu. II a besoin d'une vie s p i r i t u e l l e . L'aspect l e plus a t t i r a n t du monde maya, c'est les relations entre les dieux et les hommes: "mais ce qui enchantait l e plus Luc, e'etait cette certitude qu'avaient les Mayas de vivre sur les lieux memes qui leur avaient ete assignes par les dieux. Les Mayas connaissaient done le milieu du monde."79 Comme l e cultivateur du roman de l a terre, les Mayas 7 8. Ibid., 127. 7 9. Ibid., 69. 55 avaient l a certitude que les dieux leur avaient donne l a terre sur laquelle i l vivaient et q u ' i l s f a i s a i e n t un t r a v a i l qui p l a i s a i t aux dieux. Luc a besoin d'une t e l l e assurance; i l a besoin d'un but et de d i r e c t i o n dans l a vie car i l n'en recoit pas de son pere, n i de sa mere. En cela, l e monde maya semble repondre a ses besoins: s ' i l e t a i t Maya, i l saurait q u ' i l vient de l a te r r e . II connaltrait egalement sa po s i t i o n dans l e monde: etant une creation des dieux mayas, sa raison d'etre s e r a i t de les s e r v i r pour l e reste de sa vie en cultivant l a t e r r e . Ayant des rapports bien d e f i n i s entre les hommes, l a te r r e et les dieux, l e monde maya l u i semble un monde securisant, un monde dans lequel i l aimerait v i v r e . Luc a besoin aussi de l a nature dont i l est tres pres des l e debut du roman: II [Luc] voyait tout, i l entendait tout, tout l u i p a r l a i t . Les arbres l u i parlaient arbre, les roches l u i parlaient roche, les merles l u i parlaient merle. Quand l a nuit e t a i t c l a i r e , i l savait ou porter son regard pour vo i r Venus, l ' E t o i l e du matin. 8 0 Luc comprend l a nature et parfois passe des journees entieres "couche dans l'herbe, sur l e ventre, avec les bras en croix. Quand on l u i demandait ce q u ' i l f a i s a i t , i l repondait q u ' i l t e n a i t l a Terre dans ses bras." 8 1 Sa mere ne l e comprend pas, mais pour un enfant, ses pensees ne sont pas aussi bizarres qu'elles l e sont pour Catherine. Luc pense que l a terre va tomber, alors i l f a i t tout ce q u ' i l peut pour retarder sa chute 8 0. Ibid., 11. 8 1. Ibid., 27. 56 car sans l a terre, i l est c e r t a i n q u ' i l ne peut pas s'enraciner et vivre comme toute chose vivante: l a terre est l a source de l a v i e . V o i l a pourquoi Luc enterre des oeufs et attend impatiemment q u ' i l s eclosent. I l est sur que l a t e r r e donnera aux oeufs ce dont i l s ont besoin pour vivre. Une autre f o i s , i l tue une chevre pour l'empecher de manger une p e t i t e f l e u r jaune. Pour l u i , cette f l e u r represente beaucoup plus qu'une simple f l e u r , e l l e t i e n t ensemble l a planete. Aux yeux de ce p e t i t gargon, cette f l e u r est necessaire pour l a conservation de l a t e r r e . Les racines tiendront ensemble son univers. II semble que l a t e r r e , dont " l e metier est de nous clouer au s o l , " 8 2 represente aussi pour l u i l a s t a b i l i t e . Pour ce p e t i t enfant, qui se compare a une p e t i t e planete qui tourne dans l e neant, l a s t a b i l i t e est tres importante. Luc pense tellement a l a nature que p a r f o i s i l s ' i d e n t i f i e a e l l e . Dans un r§ve, i l s'imagine oiseau: "C'est alors que Luc s'envola et q u ' i l apergut, tout en bas, des remous dans l'estuaire, les remous d'un cachalot [dans lequel se trouve son pere - un p e t i t c a i l l o u ] qui remontait l e fleuve." 8 3 Comme un oiseau, i l s'envole et voit tout ce qui est au-dessous de l u i . La nature est l e cadre de tous les evenements importants. C'est dans l ' e r a b l i e r e du chernin du Mitan que les levres de Xavier et de Catherine se sont touchees. Lorsque Catherine parle de ses heros, Luc y r e f l e c h i t pres de l a r i v i e r e et decide 8 2. Ibid., 121. 8 3. Ibid., 111. 57 q u ' i l n'en a pas. II se compare aux fourmis dont l e pere ne navigue pas sur les mers, et aux meduses qui n'ont pas l a notion du pere parce qu'elles n'ont pas d'enfance. Et c'est dans un chene que Luc f a i t une decouverte surprenante et t e r r i b l e : C'est alors qu'un vent f r o i d se leva et que les f e u i l l e s e mirent a parler f e u i l l e . C'est a se moment precis, dans cet arbre, que Luc comprit une chose tres grave: i l avait cesse d'etre un enfant. Les f e u i l l e s chuchotaient doucement, a son o r e i l l e , pour l u i confier un secret, mais Luc, pour l a premiere f o i s de sa vie, ne savait plus les 6couter, i l avait perdu leur langage. 8 4 C h r i s t i a n se rfefugie dans cet arbre pour echapper aux mantes reli g i e u s e s qui l e "hantent". Luc, voulant sauver son ami, va a son secours car, c'est sa responsabilite d'ami de longue date. Ayant accepte des responsabilites, i l n'est plus enfant. Sa grand-m^re l u i avait deja d i t cela, mais i l ne vou l a i t pas y c r o i r e . La nature l'aide a s'en rendre compte. Dans l a troisieme pa r t i e du roman, on assiste a un ev6nement important: l'epluchette de l a famille Dionne. C'est une t r a d i t i o n l i e e a l a t e r r e : apres l a recolte, l a famille se reunit pour eplucher l e mais. Comme dans un scene typique du roman de l a terre, l a fami l l e discute de l'hiver, du temps, de l a r6colte, de l'6te, des voisins, de l'almanach, de l a r e l i g i o n et d'autres sujets du m§me genre. Le grand-p&re Dionne, patriarche de l a famille, s'assure que tout marche comme sur des roulettes. Certains e.l6ments de cette scene n'appartiennent pas au roman de l a te r r e t r a d i t i o n n e l : l a discussion sur l a contraception et l e rapprochement entre l ' a l c o o l et l a r e l i g i o n , 8 4. Ibid., 167. 58 dont j ' a i deja discute. Malgre ces differences, i l est important de noter que l a te r r e est au coeur de cette scene importante, d'ou vient l e t i t r e du roman. La t e r r e est tellement importante pour Luc qu'elle f a i t p a r t i e aussi de son monde i d e a l i s e . Les Mayas etaient des hommes l i e s a l a terre : i l s etaient "forts et stables parce q u ' i l s croyaient q u ' i l s etaient nes de l a terre et du mais." 8 5 Luc admire cette s t a b i l i t e , q u ' i l n'a pas dans le monde r e e l , et veut §tre comme eux. Comme i l ne se sent pas l i e a son propre pere, i l veut §tre l i e , comme les Mayas, "au so l e i l - p e r e et a l a terre-mere, a l a montagne-femelle et a l a montagne-pere, au mais et au volcan." 8 6 Un l i e n avec l a nature l u i donnerait une iden t i t e et l a s t a b i l i t e dont i l a besoin. Comme je l ' a i souligne dans l e premier chapitre, une autre caracteristique du roman de l a terre, c'est l e refus de l a r e a l i t e . Pour l e narrateur et l e cultivateur, ceux qui refusent l a r e a l i t e sont ceux qui quittent l a terre pour chercher l e bonheur a i l l e u r s , car le v r a i bonheur ne se trouve que sur l a terr e . Seduits par les promesses de richesse du monde mater i a l i s t e des Anglais, i l s renoncent a leur heritage et vivent dans un monde d ' i l l u s i o n s , comme c e l u i de Gustave Charmenil dans Jean Rivard. Le narrateur du roman de l a terre raconte l ' h i s t o i r e pour les convaincre de leur faute et de leur trahison. A un deuxieme niveau, c'est le cultivateur et sa 85 Ibid 69. 86 Ibid 7 1 . 61 value va s e r v i r qu'a nous payer des cercueils en ch§ne massif. 8 8 II y a des probl&mes dans cette societe, comme dans n'importe quelle autre. Marcel reconnalt ces problemes mais l e reste de sa famil l e n'en parle pas. l i s vivent dans leur p e t i t monde et ne veulent pas vo i r tout ce qui les entoure. Bien que Blanche quitte sa famille a l a poursuite de ses reves d'enfance et qu'elle explore un monde Stranger a c e l u i de sa famille, e l l e ne connait pas l a r e a l i t e non plus. Dans 1'imagination de Luc, e l l e a d6couvert l e paradis, une "Terre de redemption". E l l e a decouvert un nouveau monde, l o i n de l a r e a l i t y dans laquelle l a famille Dionne v i t : "... un l i e u ou le debut et l a f i n du monde s'entrelacent, un l i e u ou l e temps n'existe pas puisqu'on n'y retrouve que ses deux extremites confondues. (...) Dans cette Islande de Blanche, l e temps est a i l l e u r s et n'a pas d'emprise sur les choses. Les choses sont done eternelles et les forces de l'univers sont exclues des l i e u x . " 8 9 Ce monde n'est 6videmment pas un monde r e e l : i l n'y a pas de temps et pas de forces t e r r e s t r e s ; tout est eternel. Bien que les lieux dont e l l e parle existent, son monde a e l l e est plut6t un monde i d e a l i s e ou derealis6, c'est un monde de r§ve qu'on peut trouver en ecoutant les voix interieures, comme Blanche l ' a f a i t . On peut dire que Luc, aussi, a refuse l a r e a l i t e . Quand i l e t a i t tres jeune, i l n'etait pas du tout conscient du monde, ce qui est tout a f a i t naturel pour un enfant. Son premier 8 8. Ibid., 139-140. 8 9. Ibid., 123. qui ne s a i t r i e n f a i r e d/ autre que mourir apres 1'accouplement. 1 , 9 3 II me semble que Luc ressemble un peu a Sammy, dont l e cousin Jude raconte l ' h i s t o i r e . Sammy a vu mourir son meilleur ami, tue par un Viet-cong. Cette r e a l i t e l u i est inacceptable, alors i l en trouve une autre, preferable a l a premiere: "pour Echapper a l'e n f e r du Vi£t-nam, Sammy plonge dans l e paradis de l'heroine. " 9 4 Tous les deux, ne voulant pas accepter l a r e a l i t e , transforment le monde pour l e rendre conforme a leur i d e a l i s a t i o n , a f i n d'y vivre plus confortablement. II y a d'autres s i m i l a r i t e s entre Sammy et Luc: Luc commence sa quete pour un meilleur monde apres l a mort de l ' o i s i l l o n , Virgule, son premier "ami", et Sammy se refugie dans l e paradis de l'heroine apres l a mort de son meilleur ami. Comme Sammy, Luc a aussi vu s o u f f r i r son meilleur ami, Christian, dont 1'esprit est "hante" par des mantes r e l i g i e u s e s . La mort et l a souffrance semblent rendre plus desirable l a f u i t e face aux problemes quotidiens et 1'i d e a l i s a t i o n du monde. L'ECRITURE DE TRUDEL Comme dans l e roman de l a terre, les metaphores, comparaisons et symboles jouent un role important dans Terre du r o i C h r i s t i a n. II est interessant de noter que l a plupart des symboles dans ce roman sont des objets naturels. Le s o l e i l , par exemple, est un symbole important qui revient souvent. I l Ibid., 102. Ibid., 117. C'est moi qui souligne. 64 represente tout d'abord le r o i de l'univers, un dieu qui regne et qui ecarte les pretendants a son sceptre. II peut etre une force d e s t r u c t r i c e : c'est l e s o l e i l qui a tue Virgule, l ' o i s i l l o n de Luc. Le s o l e i l est aussi un symbole associe aux valeurs masculines. Dans l e roman de l a terre, par exemple, les rayons du s o l e i l percent l a terre-mere pour l a rendre feconde; l e s o l e i l , alors, est aussi une force qui peut donner l a vi e . Dans l a mythologie des Mayas, l e s o l e i l est associe au p6re. Dans 1'imagination d'un enfant comme Luc, un pere possede toutes les caracteristiques attributes au s o l e i l . I l est tout d'abord une source de vie car c'est l u i qui a rendu feconde l a mere de Luc. II est aussi, selon Luc, l a seule personne qui peut l u i apprendre comment devenir un homme: pour vivre, Luc a besoin de son pere. D ' a i l l e u r s dans un reve de Luc, Xavier Dionne t i e n t aussi l e pouvoir de l e f a i r e mourir. Dans ce rSve, "l'avant dernier homme" [Xavier] tue " l e dernier homme" [Luc]. Comme l e s o l e i l , qui a tue Virgule, l e pere peut §tre une force destructrice. Souvent dans ce roman, les personnages sont compares aux arbres ou a d'autres choses naturelles. Xavier, par exemple, est "long et f i n comme un peuplier." 9 5 Son f i l s Luc "survecut au s o l s t i c e de decembre en se recroquevillant sur lui-m§me comme une feuille de peuplier sous l a neige." 9 6 S i Xavier est 1'arbre, Luc est l a f e u i l l e . Tout comme Menaud et son f i l s , 9 5. Ibid., 21. 9 6. Ibid., 107. C'est moi qui souligne. 65 Xavier et Luc sont compares a des arbres. Luc note aussi qu "etre Maya c'est etre comme un arbre." 9 7 Un arbre est f o r t et stable; i l a des racines qui l e tiennent fermement sur l a te r r e . C'est quelque chose d'admirable pour les cultivateurs du roman de l a terre et pour Luc Dionne. Les comparaisons dont l e narrateur se sert pour decrire l a grand-mere Blanche sont interessantes aussi. A i n s i i l d i t qu'elle " e t a i t une femme forte, comme les marees de l a baie de Fundy ou e l l e avait vu l e jour." 9 8 Plus l o i n , Luc 1'imagine pres du volcan: " e l l e e t a i t toute p e t i t e , veuve, vulnerable, menacee a chaque instant d'etre eliminee par l a nature impitoyable comme sont elimines les papillons qui naissent avec une seule a i l e . " 9 9 La nature est tellement importante dans cette h i s t o i r e qu'elle nourrit les metaphores, comparaisons et symboles qui y apparaissent. Les personnages de Trudel sont interessants quand on les compare aux personnages typiques du roman de l a ter r e . Les hommes ne sont pas tous des cult i v a t e u r s . I l s ressemblent plutdt aux anciens coureurs des bois, les aventuriers du roman de l a te r r e . Le grand-pere Janvier, l e patriarche de l a famille, e t a i t "ancien navigateur sur l e Saguenay, homme de l'es t u a i r e au sang iode. 1 1 1 0 0 Homme f i d e l e aux t r a d i t i o n s , i l est respecte par tous et i l encourage sa famill e a etre f i d e l e 97 Ibid., 166. 98 Ibid., 37. 99 Ibid., 97. 100 Ibid., 23. aussi a l'heritage. Comme un pr§tre, l e guide s p i r i t u e l du peuple, i l leur rappelle l a t r a d i t i o n catholique. Xavier n'est pas l e guide de sa famille, comme l ' e s t son pere. II ne passe pas assez de temps chez l u i pour l ' e t r e : ses enfants ne l e connaissent pas. Pourtant, i l est comme son pere dans son metier: i l est aussi aventurier. Xavier "croyait que 1'amour de sa b e l l e Catherine a l l a i t 1'aider a oublier l'estuaire, mais i l 6 t a i t , au plus profond de lui-m§me, un homme de fle u v e . " 1 0 1 Comme l'ancien coureur des bois, Xavier a de l a d i f f i c u l t y a rester chez l u i ; i l a besoin de voyager, d'explorer. II me semble que les femmes dans ce roman sont plus proches de 1'ideal du roman de l a terre que l e sont les hommes. "Luc savait que sa grand-m&re Blanche avait l'ame de ces d6couvreurs de nouveaux mondes.1,102 E l l e a l e courage et l a force des femmes du passe qui ont aide leur mari a s ' e t a b l i r et a fonder une nouvelle societe. E l l e possede aussi, comme e l l e s , un c6te s p i r i t u e l : " e l l e s'appelait Blanche, comme l a couleur, comme l a cla r t 6 , comme 1'immortalite. " 1 0 3 La couleur represente l a purete, comme c e l l e de l a Vierge Marie. Son p o r t r a i t est comme un ic6ne pour Luc parce qu'elle est s i bonne et s i courageuse. Une autre caracteristique de l a femme t r a d i t i o n n e l l e est son immortality, comme dans Une saison dans l a vie d'Emmanuel, ou l a grand-mere semble etre immortelle aux yeux de ses p e t i t s - 1 0 1. Ibid. 1 0 2. Ibid., 123. 1 0 3. Ibid., 38. 67 enfants. Catherine a aussi des caracteristiques d'une femme du roman de l a t e r r e . Tandis que Xavier regardait de 1'autre c6te de l a r i v i e r e , e l l e "regardait dans l a meme direction, mais plus haut, au-dessus des arbres." 1 0 4 L'homme regarde le monde, mais sa femme regarde l e c i e l : peut-§tre pense-t-elle a Dieu. Quelques pages plus l o i n , Trudel continue dans l a meme veine: Catherine "possedait une voix chaude et reconfortante, une voix d'ange qui bercait les §mes apeurees. 1 , 1 0 5 Encore une f o i s , l a femme est associee aux choses s p i r i t u e l l e s . Une autre femme interessante, c'est l a " f o l l e du marais", Delphine. Comme je l ' a i deja souligne, e l l e est une femme importante dans l a vie de Luc. C'est vers e l l e que Luc va l o r s q u ' i l a des questions a poser ou des problemes a resoudre. E l l e est l a sage-femme qu'on trouve parfois dans le roman de l a terre, une femme qui connait les herbes medicinales et qui soigne les femmes enceintes. Dans ce roman, cette femme n'est pas respectee par l a societe, mais e l l e est une source de connaissance pour Luc. E l l e est aussi une femme s p i r i t u e l l e , non pas dans l e sens catholique, mais en ce qu'elle essaie de communiquer avec ses enfants morts. On peut l a comparer a l a grand-mere Antoinette dans Une saison dans l a vie d'Emmanuel, car c'est autour d ' e l l e que deroule l a vie de ses p e t i t s - enfants. E l l e est une source de connaissance et d'orientation pour eux. Dans ce dernier roman, l a mere ne s'occupe pas 1 0 4. Ibid., 24. 1 0 5. Ibid., 29. C'est moi qui souligne. 68 beaucoup des ses enfants; l a grand-mere est l a personne dominante dans l a vie des enfants. C'est aussi l e cas dans l a vie de Luc Dionne ou les femmes les plus importantes sont Blanche et Delphine. Peut-Stre le personnage le plus important de ce roman, quand on l e compare aux romans de l a terre, e s t - i l l a terre . Cette derni^re et l a nature sont beaucoup plus que l e cadre des evenements; e l l e s sont de v6ritables personnages. Au debut de l ' h i s t o i r e , l'univers est compare a une mere: "l'univers e t a i t une ruche, c' e t a i t comme l e ventre d'une mere." 1 0 6 Une ruche, dans laquelle vivent des m i l l i e r s d'abeilles, est un l i e u p l e i n de v i e . Dans ce l i e u naissent des a b e i l l e s , qui sont ensuite nourries et bien soignees par d'autres a b e i l l e s . C'est un symbole de l a vie. Une ruche ressemble en quelque sorte au ventre d'une mere dans lequel un enfant est concu, et nourri pendant neuf mois avant q u ' i l naisse. Ces deux idees sont appliquees a l a te r r e . Dans 1'imagination de Luc alors, l a ter r e est l e l i e u d'ou vient l a vie. E l l e est aussi capable de nourrir ses enfants comme l e font les a b e i l l e s t r a v a i l l e u s e s et les m&res. L'id6e de l a terr e comme mere est soulignee par l e f a i t que Luc s'ensevelit dans l a terre pour renaltre. Pendant l a nuit i l r§ve des dieux mayas: "quand i l [Yumtaax — un dieu maya] v i t l a t§te de son p e t i t - f i l s qui s o r t a i t des flancs de l a Terre, i l empoigna l a p e l l e pour eventrer l ' l l e et interrompre Ibid., 11. sa grossesse. 11107 Comme une ver i t a b l e femme, l a terre a des flanes et des e n t r a i l l e s . E l l e possede non seulement l a capacite de donner naissance, mais aussi les organes necessaires pour l e f a i r e : un ventre et des flanes. Luc pense a l a te r r e comme l a mere de l a race maya et de toute chose vivante. C'est pourquoi i l plante des oeufs et pense q u ' i l s vont eclore. Dans son imagination, l e volcan H e l g a f e l l est aussi un etre vivant parce q u ' i l f a i t p artie de l a te r r e : "1'Helgafell s ' e t a i t r e v e i l l e , son ventre l ' a v a i t f a i t s o u f f r i r et i l avait vomi l a lave dans laquelle Blanche s'etait j e t e e . " 1 0 8 Des choses non vivantes ne peuvent pas vomir comme l e f a i t l e volcan dans cette description. Ces metaphores ajoutent a l a personnification de l a te r r e . Comme dans l e roman de l a terre, l a v i s i o n du monde influence enormement l a description des evenements et des choses. Le mont Saint-Gregoire, par exemple, devient "un sanctuaire dedie a l a suprematie des rives d'enfance sur le feu des e n t r a i l l e s t e r r e s t r e s , et un autel des s a c r i f i c e s ou les Mayas honoraient Delphine, l a deesse de l a Connaissance." 1 0 9 Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e , Luc s'ensevelit lui-meme face au chine de Delphine pour q u ' i l renaisse de l a terre comme un Maya. Son pere le trouve et l e raraene a l a maison, mais Luc, qui est dans son monde maya, pense que c'est le dieu Yumtaax: 107 Ibid 178. 108 Ibid 191. C'est moi qui souligne. 109 Ibid 122. 70 Luc s o r t i t du ventre de l ' l l e en enfant premature qui ne savait n i l i r e , n i e c r i r e , n i parler. Yumtaax l e coucha dans sa pirogue et l e ramena chez l u i , de 1'autre c6te de l a r i v i e r e . Sur l a berge, soutenue par 1'epouse de Yumtaax, une femme enceinte, jalouse comme une f o l l e de l ' l l e de Delphine, attendait son f i l s en pleurant. 1 1 0 Tout ce qui se passe est transformer l a femme enceinte, l'6pouse de Yumtaax, est Catherine Dionne, qui est peut-§tre f o l l e d'inquietude car son f i l s est s o r t i pendant l a nuit. Le roman de l a terre a une v i s i o n du monde dialectique en apparence: i l y a deux mondes contrastes, mais l a v i s i o n du monde qui en resulte est plutdt monologique car c'est evident que l'un est preferable a 1'autre. La duality du roman de l a ter r e se retrouve egalement dans Terre du r o i Christian, un roman qui presente deux mondes, l'un r e e l , 1'autre i d e a l i s e . Le monde i d e a l i s e de Luc est contraste avec c e l u i des autres. Tout d'abord, son polytheisme, par exemple, s'oppose au monotheisme de ses parents. D'ai l l e u r s , sa r e a l i t e a l u i n'a m§me pas l e meme systeme temporel, comme le souligne le narrateur: " l e matin d'un dimanche particulierement ennuyeux (c'etait l e vingt- deuxieme dimanche du temps ordinaire) , Luc s u i v i t ses parents a l a messe... 1 1 1 1 1 En precisant que c'est le temps ordinaire, i l suggere q u ' i l y a un autre temps. Luc veut c r o i r e que son monde est l e meilleur, le paradis t e r r e s t r e qui l u i donne tout ce dont i l a besoin pour vivre et pour devenir homme. Dans son univers, i l a des pouvoirs et i l peut connaltre l e milieu du monde. Son n o . Ibid., 150. 1 1 1. Ibid., 125. 71 monde devient de plus en plus r e e l pour l u i a mesure que 1' intrigue progresse. A l a f i n de l ' h i s t o i r e , i l confond l a r e a l i t e et l ' i r r e a l i t e , car son monde i d e a l i s e l u i est plus r e e l que c e l u i de son pere. Mais l o r s q u ' i l r e c o i t de son pere 1'affection dont i l a besoin, i l commence a l a i s s e r derriere l u i l e monde maya. Le monde "r e e l " de ses parents devient l e monde preferable. La partie de l ' h i s t o i r e qui montre peut-etre l e mieux cette dua l i t e , c'est lorsque Luc de c r i t ce q u ' i l a a l ' i n t e r i e u r de lui-mime: Dans ses e n t r a i l l e s de p e t i t homme, i l avait des gemeaux en gestation qui se battaient pour savoir lequel des deux a l l a i t v o i r l e jour. (...) Et ce qui e f f r a y a i t Luc, c'est q u ' i l e t a i t impossible de prevoir lequel des gemeaux a l l a i t etrangler 1'autre pour ensuite s o r t i r de son ventre et prendre racine dans l a t e r r e . " 1 1 2 II y a deux Delphine, deux Christian, deux Xavier, et deux Luc. Luc v o i t deux r e a l i t e s possibles et c h o i s i t , pour lui-mime, l a r e a l i t e l a plus b e l l e comme Sammy l ' a f a i t . Incapable d'accepter l a mort de son meilleur ami, Sammy c h o i s i t de vivre dans "les paradis de l'heroine." 1 1 3 Dans ce monde, l o i n de l a r e a l i t e , tout ce que Sammy voit est transforme dans ses hallucinations; tout est revetu d'une beaute qui ne l u i est pas propre. Comme Sammy, Luc v o i t un univers transforme par ses reves et par ses desirs, c'est un univers i d e a l i s e . 1 1 2. Ibid., 147-148 1 1 3. Ibid., 117. 72 Comme Luc et Sammy, Ch r i s t i a n a des problemes aussi a vivre dans l e v r a i monde. Ntanmoins, i l n'est pas comme eux dans sa facon de vivre . Son e s p r i t est "hante" par des mantes rel i g i e u s e s , mais i l ne leur echappe pas en se refugiant dans un monde i d e a l i s e comme le font Sammy et Luc. Quand, a l a f i n de l ' h i s t o i r e , Luc 1'invite a partager son monde maya, Ch r i s t i a n a du mal a l e f a i r e . II prefere ne pas vivre: "Je reste i c i , repondit C h r i s t i a n . Je veux arr§ter ma v i e . " 1 1 4 II ne peut pas vivre avec des gens et leurs dieux, n i avec des mantes r e l i g i e u s e s . Selon Luc, C h r i s t i a n doit reapprendre a vivre mais i l semble §tre incapable de l e f a i r e . I l f i n i t par se suicider pour echapper a ce monde qui ne l u i p l a i t pas. Pour l e narrateur du roman de l a terre et les lecteurs de 1'epoque, l a vraie vie e t a i t c e l l e des cu l t i v a t e u r s . Aujourd'hui, tout a change; les lecteurs actuels du roman de l a terre sont toujours conscients de l ' i r r e a l i t e de l a vie pr6sent6e. Dans Terre du r o i Christian, l ' i r r e a l i t e du monde i d e a l i s t de Luc saute aux yeux des lecteurs. Quand ses cousins veulent q u ' i l joue au parchtsi avec eux, Luc repond "que ca ne donnait r i e n de f a i r e avancer des pions imbeciles et d'attendre un coup de des pour gagner un paradis de carton."115 Ironiquement, l e paradis de Luc est aussi faux que c e l u i du jeu et que c e l u i de Christian. Apres son r e v e i l dans l e chene, Luc commence a s'en rendre compte; i l n'est plus n a i f . II suggere 1 1 4. Ibid., 169. 1 1 5. Ibid., 118. C'est moi qui souligne. a Christian t r o i s mondes dans lesquels i l peut vivre sans peur, mais i l s a i t que ces mondes n'existent pas vraiment: "pour convaincre son ami i l l u i avait f a i t miroiter des Kilimandjaro et des Groenland qui n'etaient r i e n d' autre que d'hypothe'tiques terres de redemption peut-§tre aussi improbables que 1'Eldorado. " 1 1 6 Peut-etre s a i t - i l que l e paradis dans lequel i l veut vivre est aussi improbable. II me semble que l a v i s i o n du monde de ce roman ressemble a c e l l e du roman de l a terre dans sa v e r t i c a l i t e aussi. Dans un roman de l a terre, tout va de haut en bas. Les rapports entre l'homme et Dieu sont importants tout comme ceux entre l'homme et son morceau de glebe: l'homme depend du bon Dieu et l a te r r e depend de l'homme. C'est exactement l e cas dans l e monde imaginaire de Luc. Les Mayas sont l i e s a l a terre et en l a cultivant, i l s plaisent aux dieux qui les ont crees. Les hommes ont besoin des dieux pour leur donner de l a p l u i e et du s o l e i l comme l a te r r e a besoin des hommes pour l a rendre f e r t i l e . Le mttier de l a t e r r e a pour resultat de les clouer au sol mais i l y a des forces de l'univers qui "sont contre l a vie, contre 1'evolution, contre l a marche en avant, contre tout ce qui cherche a s'elever, que ce s o i t une pivoine ou un s o l e i l , car ces forces sont horizontales. , l 1 1 7 Ces forces horizontales s'opposent directement aux forces v e r t i c a l e s du monde de Luc. 1 1 6. Ibid., 170. C'est moi qui souligne. 1 1 7. Ibid., 121. 74 II reste une question a laquelle i l faut absolument repondre avant de terminer ce chapitre: est-ce q u ' i l y a des rapports entre l e choix de voix narrative et l a v i s i o n du monde du roman? Le romancier a ch o i s i pour foc a l i s a t e u r un enfant, modalite narrative que l'on retrouve chez d'autres ecrivains quebecois contemporains: B l a i s , Ducharme, Ferron et Roy, entre autres. Ce choix d'instance f o c a l i s a t r i c e est tres interessant. A i n s i , tout est possible pour l e narrateur car 1'univers des enfants n'est pas borne comme c e l u i des adultes. Les enfants ont une imagination vive et l'idee de realisme n'est pas encore importante pour eux comme e l l e l ' e s t pour les gens plus Sges. Les enfants ne sont pas comme les adultes qui acceptent l e monde qui les entoure et n'essaient pas trop souvent de l e changer. Les adultes, me semble-t-il, cachent leurs rives et ne les rea l i s e n t pas tandis que les enfants essaient de les r e a l i s e r quelles que soient les d i f f i c u l t e s . Dans les yeux d'un enfant, l e monde se transforme: un p e t i t garcon peut §tre medecin pour un apres-midi, une pet i t e f i l l e peut devenir astronaute, s i e l l e l e veut,. Un enfant alors est un bon choix comme foc a l i s a t e u r de ce roman, car Trudel presente aux lecteurs un monde transforme par des ideaux, comme c e l u i du roman de l a te r r e . Mais dans une h i s t o i r e ou un enfant est l e focal i s a t e u r , un narrateur peut decrire des mondes id e a l i s e s et i r r e e l s sans i t r e c r i t i q u e par ses lecteurs pour son manque de realime comme l e sont les narrateurs du roman de l a t e r r e . Le lecteur moderne reprocherait aux romanciers de l a terr e peut-etre d'avoir trop 75 i d e a l i s e l e monde, tenement l a vie q u ' i l s decrivaient l u i semble i r r e e l l e . En choisissant un enfant comme focalisateur, Trudel echappe a cette c r i t i q u e . Ce n'est pas a travers les yeux d'un adulte que l e monde se transforme, mais a travers ceux d'un enfant. Un autre probleme que releve l e lecteur moderne, c'est que le romancier de l a ter r e avait des prejuges en faveur de sa propre facon de viv r e et q u ' i l e t a i t trop intolerant. Pour l e narrateur du roman de l a terre, l e seul paradis, l a seule bonne vie, e t a i t c e l u i des cul t i v a t e u r s . Tous ceux qui cherchent l e bonheur a i l l e u r s sont voues a l'echec. Loin de l a terre, i l n'y a pas de vie, selon eux. Dans Terre du r o i Christian, Luc ch o i s i t de vivre dans l e v r a i monde car c'est l a ou i l trouvera son bonheur, semble-t-il. Luc, comme enfant, ne porte aucun jugement moral sur l a valeur des deux mondes en opposition, car i l est trop jeune pour avoir developpe une morale. En choisissant Luc comme focalisateur, Trudel elimine le probleme qu'ont les romanciers de l a te r r e . Son narrateur ne porte aucun jugement moral car c'est a travers les yeux de Luc que tout est vu, et Luc est incapable de porter des jugements moraux. Temoin de tout ce qui se passe, l e narrateur de Terre du r o i C h r i s t i a n est omniscient et omnipresent comme c e l u i du roman de l a te r r e . II a une bonne connaissance des emotions et des pensees de tous les personnages, surtout Luc, le heros de l ' h i s t o i r e . Luc n'est pas l e narrateur; i l est plut6t l e focali s a t e u r interne a travers les yeux de qui les lecteurs voient l e monde. Dans sa voix narrative, ce roman d i f f e r e enormement du roman de l a te r r e . Dans l e roman de l a terre, l e narrateur est externe mais i l est aussi l e fo c a l i s a t e u r . Comme narrateur externe, i l donne un element d' o b j e c t i v i t e a l a narration: i l n'est pas un des personnages et peut alors porter un jugement plus ou moins o b j e c t i f sur les evenements et les personnages. II est pourtant le focalisateur, et ce r61e rend s u b j e c t i f tout ce q u ' i l d i t , car ce sont ses pensees qui sont exprimees. Dans Terre du r o i Christian par contre, i l n'y a pas de jugements portes ouvertement sur l e monde, n i par l e focal i s a t e u r , qui est incapable de l e f a i r e , n i par l e narrateur, qui ne f a i t que raconter tout ce qui passe dans une certaine periode de l a vie de Luc Dionne. Dans l e roman de Trudel, l a separation du narrateur et du foc a l i s a t e u r souligne l a separation des mondes " r e e l " et derealise, l e monde de l a famille Dionne et l e monde maya. On peut distinguer aussi entre l e monde des enfants et l e monde des adultes. En cela, ce roman ressemble a 1'Amelanchier de Jacques Ferron, dans lequel l a Tinamer-adulte est l e narrateur, et l a Tinamer-enfant est l e foc a l i s a t e u r . Encore une f o i s i l y a une separation importante entre le narrateur et l e focalisateur, et entre l e monde des enfants et c e l u i des adultes. L'univers de Tinamer-enfant est derealise, le realisme n'ayant pas grande importance. Tinamer-adulte raconte son enfance comme c' e t a i t , mais c'est evident pour l e lecteur qu'elle est consciente de l'idealisme de ce monde dont e l l e parle. Le narrateur, tvidemment un adulte dans les deux romans, raconte fidtlement l'univers enfantin, mais sa presence rappelle continuellement l a r e a l i t e au lecteur. Cette separation entre l e narrateur et l e fo c a l i s a t e u r donne une profondeur au roman de Trudel qui est absente du roman de l a terre, dont 1'intrigue n'est que le cadre de 1'ideologie que l e narrateur veut promouvoir. CHAPITRE 3 DE L'AMOUR DANS LA FERRAILLE CARRIER ET LA TRADITION DU ROMAN DE LA TERRE En 1984, Roch Carrier, un e c r i v a i n reconnu pour ses romans, ses contes, et son theatre, p u b l i a i t De 1' amour dans l a f e r r a i l l e . Ce roman, qui a pour cadre l a periode duplessiste, est, d'apres un c r i t i q u e , "une gigantesque fresque l i t t e r a i r e de 1'6poque. " 1 1 8 Le roman d t c r i t les rapports entre individus et leurs reactions a l a si t u a t i o n p o l i t i q u e qui prevaut a Saint- Toussaint-des-Saints, p e t i t v i l l a g e agricole situe au fond des Appalaches. Au coeur de 1'intrigue est l a construction d'une route a l a v e i l l e d'une e l e c t i o n . Cette route, qui ne mene nulle part, suscite diverses reactions parmi les habitants. Le Bon P a r t i , l e p a r t i au pouvoir a 1'epoque, entreprend ces travaux pour obtenir les votes des v i l l e g e o i s . Le Cheuf, un personnage qui ressemble beaucoup a Duplessis lui-mtme, d i r i g e l e Bon P a r t i . Comme Duplessis, i l possede beaucoup de pouvoir et ne veut pas l e perdre. A cette f i n , i l promet beaucoup aux v i l l a g e o i s a l a v e i l l e des elections. Aussi, comme Duplessis, i l est pour l e progrts, Edwin Hamblet, French Review 59 (1985-1986): 483. 78 79 1 ' e l e c t r i f i c a t i o n rurale et l a construction de nouvelles routes, bien q u ' i l affirme 1'importance des valeurs du passe. Le lecteur f a i t l a connaissance d'autres personnages tout au long du roman. Tout d'abord, on rencontre Innocent Loiseau, jeune e c o l i e r qui vient de q u i t t e r l'ecole pour decouvrir l a vie . II rentre chez ses parents pour ensuite obtenir un emploi chez Nino Verrochio, 1'entrepreneur qui perd son honneur et sa femme en t r a v a i l l a n t pour le Bon P a r t i . Incapable d'accepter d'avoir tout perdu, Verrochio se suicide et tue sa femme aussi. Innocent, indirectement responsable de 1'explosion de l a voiture de Verrochio, se suicide aussi car l a c u l p a b i l i t e est trop d i f f i c i l e a supporter. En v i l l e , on f a i t l a connaissance de Sautereau, l'editeur de l a Province e n s o l e i l l t e , l e journal du Bon P a r t i , et d'Achille Bedard, un jeune jo u r n a l i s t e qui eventuellement prend sa place. Tous les deux sont victimes de chantage et sont forces d'ecrire ce que le Bon P a r t i veut q u ' i l s ecrivent. Au debut du roman, A c h i l l e est i d e a l i s t e et reje t t e l a corruption qui l'entoure, mais, peu a peu, i l y succombe. Les deux mettent f i n a leur vie pour echapper aux maitre-chanteurs apres avoir essayt, une derniere f o i s , de se f a i r e ecouter. Les bonnes intentions et les ideaux elevts d'Achille tombent devant l a corruption du Bon P a r t i . Le serment de changer l e monde pour l e mieux, q u ' i l avait f a i t dans son enfance, ne vaut r i e n . I l ne l'accomplit pas. Son meilleur ami, Jeannot Tremblay, f i l s d'une prostitute, avait f a i t l e meme serment mais i l l'abandonne pour 80 1'amour d'une femme qui va d'homme en homme. Voue autrefois a ameliorer l e monde, i l se donne desormais a l a quete de 1'amour et du p l a i s i r . Certes, i l y a bien d'autres personnages qui font p a r t i e de 1'intrigue. I l s sont, pour l a plupart, des personnages secondaires. Ce sont des hommes qui t r a v a i l l e n t sur l e chernin neuf et leurs amis. I l y a aussi des vieux pionniers qui sont contre l a construction du chernin neuf, des prostituees, des fous, des t r a i t r e s , et des p e t i t s enfants innocents; l e chernin les unit tous. On se demandera peut-etre pourquoi j ' a i c h o i s i d'etudier un roman s i d i f f e r e n t de c e l u i de Trudel et du roman de l a t e r r e . A premiere vue, De 1'amour dans l a f e r r a i l l e ne ressemble pas beaucoup au roman de l a terre, n i a Terre du r o i Chri s t i a n . Un roman qui a pour cadre l'epoque qui succede a c e l l e du roman de l a terre p e u t - i l partager quelque chose avec ce dernier? Certes, l ' i d e d o l g i e de l a conservation, qui domine l e roman de l a terre, e t a i t plus ou moins presente dans les p e t i t s v i l l a g e s de l'epoque duplessiste. Conscient des valeurs des paysans, chez qui l e p a r t i trouvait ses principaux appuis, Duplessis mettait 1'accent sur l e maintien des valeurs religieuses, de l a langue et des valeurs conservatrices. En cela, l a p o l i t i q u e de Duplessis rappelle 1'ideologie de conservation qui nourrit l e roman de l a te r r e . L'ideologie de conservation, alors, est l e l i e n entre l e roman de Carr i e r et l e roman de l a terre; e l l e l i e egalement les romans de Carr i e r et de Trudel. 81 Un des elements de 1'ideologie de conservation, c'est, comme je l ' a i deja souligne, 1'idealisation du passe. Quand Jeannot Tremblay t r a v a i l l e sur l e chernin neuf, i l rappelle aux hommes que l e passe et 1'heritage des generations precedentes sont tres importants: Hommes de l a generation de mon pere vous aviez recu un pays en heritage • • • Esclaves, vous devrez etre des ro i s Vous i t e s les cai l l o u x , vous etes l a terre Avec lesquels les usurpateurs font les chemins qui menent a leurs richesses 1 1 9 Les ancetres ont beaucoup t r a v a i l l e pour e t a b l i r des paroisses et pour f a i r e vivre leurs families; i l s ont reuss i a preserver 1'heritage catholique. Comment, alors, est-ce que leurs descendants peuvent oublier cela? I l s devraient §tre des ro i s comme 1'etaient leurs ancitres; mais i l s sont, au contraire, les esclaves de l'etranger. I l s t r a v a i l l e n t a e n r i c h i r les Anglais et non pas a preserver leur precieux heritage. L ' h i s t o i r e de C y t r i s t e Tanguay et de ses parents demontre 1'importance de 1'heritage, qui s'incarne dans l a t e r r e . Quand le Bon P a r t i declare q u ' i l construira un chernin sur l a terre de Cy t r i s t e , ce dernier essaie, avec l'aide de quelques amis, de s'opposer au Bon P a r t i . Son heritage vaut bien ses e f f o r t s , semble-t-il: Cette terre l u i appartenait. Son ancitre, i l y avait plusieurs generations, avait decide q u ' i l n ' i r a i t pas a i l l e u r s vivre sa v i e . II avait abattu des arbres, b a t i une cabane, f a i t des enfants qui, devenus hommes, avaient abbatu d'autres arbres, et f a i t d'autres enfants qui, 1 1 9. Carrier, 403. 82 devenus hommes, avaient recommence l a vie de leur parents. C y t r i s t e Tanguay a son tour donnerait sa terre a l'un de ses f i l s . 1 2 0 C'est l a terre de son pere et de son grand-pere, et Cy t r i s t e espere un jour l a donner a un de ses f i l s ; i l semble vouloir que l'heritage se transmette d'une generation a une autre. Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e , on apprend que Cytris t e n'est pas un f i l s f i d d l e au passt: i l t r a h i t "pour quelques deniers, comme Judas, avait t r a h i . " 1 2 1 Lorsque l e Bon P a r t i l u i o f f r e un bon prix, C y t r i s t e l u i cede l a terre, et renie son heritage. I l n'est plus un homme honorable et i l rentre chez l u i honteux: "Cy t r i s t e Tanguay n'etait plus qu'un p e t i t homme rongt par l a honte. II posa son f u s i l contre l e mur et i l entra, tete basse, les epaules tombantes, vaincu. 1 1 1 2 2 II se rend compte de l a gr a v i t t de ce q u ' i l vient de f a i r e et i l a peur d'en parler a ses parents. E v a r i s t e - C y t r i s t e n'est pas du tout comme son f i l s , C y t r i s t e . II accuse C y t r i s t e de t r a i t r i s e , et bien q u ' i l fut content de se l a i s s e r mourir avec sa femme, i l sort de son l i t pour dtfendre son t e r r i t o i r e : "Lui, Evari s t e - C y t r i s t e , l u t t e r a i t contre l e Bon P a r t i de l a m§me maniere q u ' i l avait remporte sa b a t a i l l e contre l a for§t. II e t a i t encore assez f o r t pour se defendre! L'on ne passerait pas sur ses terres. 120 Ibid 200. 121 Ibid 273. 122 Ibid 257. 83 L'on n'envahirait pas son t e r r i t o i r e ! 1 , 1 2 3 C'est un devoir de defendre l a terre et, comme son f i l s ne le f a i t pas, i l va l e f a i r e , malgre son v i e i l fige. La necessite le rend encore plus f o r t . Sa femme, son cheval et l u i donnent leur vie et leur sang pour l a te r r e . En essayant de mettre f i n au projet du Bon P a r t i , i l s meurent et leur sang nourrit l a ter r e au-dessous d'eux. Comme Menaud, qui essaie d'appeller les hommes a l a guerre contre l'etranger, E v a r i s t e - C y t r i s t e et sa femme luttent contre des ennemis t r a d i t i o n n e l s . I l s ne luttent pas contre les Anglais, comme l e f a i t Menaud et d'autres hommes dans l e roman de l a terre, mais i l s luttent contre l e progres et l a perte de l a t e r r e . Aussi, comme Menaud, i l s semblent un peu r i d i c u l e s ; peut-etre s o n t - i l s un peu seniles. Bien que l e narrateur les presente sous un jour ludique, leurs actions, vues a travers 1'ideologie de conservation, sont louables. Leur f o l i e est peut-etre un avertissement, comme l' e s t c e l l e de Menaud. L'incarnation de 1'heritage, l a terre est traditionellement un objet sacre. La terre promise, le p e t i t paradis t e r r e s t r e , est c e l l e que Dieu a donnee aux Quebecois. E l l e est doublement sacree puisque Dieu y habite avec son peuple, suppose-t-on. De l a donner aux Anglais protestants, c'est commettre un peche contre Dieu lui-meme. C y t r i s t e est coupable d'un t e l peche: "indigne de conserver l e tresor depose entre ses mains, Cy t r i s t e avait permis aux ministres de passer sur sa terr e sacree." 1 2 4 1 2 3. Ibid., 273. 1 2 4. Ibid., 258. 84 II a "profane" cette terre et l'avoine, qui pour l u i vaut de l'or, qui poussait dessus. 1 2 5 Aux yeux des paysans de Saint-Toussaint-des-Saints, qui ideal i s e n t l a t e r r e presque autant que les cultivateurs du roman de l a terre, cette dernitre est l a source de l a v i e . V o i l a pourquoi A c h i l l e Bedard suggere a Jeannot Tremblay de passer un peu de temps a l a campagne. En faisant des "taches des honnetes et pauvres gens, 1 1 1 2 6 i l se guerit; i l quitte l a campagne plus heureux q u ' i l n'y est venu. Lorsqu'on quitte l a terre, comme Innocent l ' a f a i t , on perd sa force. Autrefois Innocent "6 t a i t aussi muscle que son pere. A force de t r a v a i l l e r du crayon, i l vous a maintenant des p e t i t s bras de demoiselle." 1 2 7 Au college, i l est deracine et, peu a peu, perd sa force. En v i l l e , on perd non seulement sa force physique, mais aussi sa force morale. A c h i l l e Bedard est un homme avec des ideaux; i l vou l a i t se donner entitrement au journalisme pour changer l e monde. II voulait mettre au jour toute l a corruption du gouvernement et n'avait pas de respect pour des hommes comme Sautereau, qui cachent l a v e r i t e . Sous 1'influence du Bon P a r t i , cependant, i l devient un homme qui ne pense plus et qui n'est plus l i b r e de s'exprimer. Victime de chantage, i l perd sa l i b e r t e et f i n i t par se suicid e r . 125 Ibid 272. 126 Ibid 502. 127 Ibid 211. 85 Un autre Element important de 1'ideologie i d e a l i s t par les paysans est l a r e l i g i o n . L'eglise a une po s i t i o n centrale dans le v i l l a g e de Saint-Toussaint-des Saints, et une grande p a r t i e de 1'intrigue se deroule autour des ceremonies r e l i g i e u s e s . Quelques chapitres assez longs, par exemple, sont consacres a l a procession et a l a messe pour c t l t b r e r Saint Opportun et l a construction du chemin neuf. La description de l a messe est particulierement interessante: "Partout c ' t t a i t l a nuit, mais l ' e g l i s e e t a i t entouree d'un halo de lumiere comme s i les murs etaient devenus transparents. " 1 2 8 L ' t g l i s e est contrastee avec le monde exterieur, tout comme l a te r r e est souvent contrastee avec l a v i l l e dans l e roman de l a te r r e . L'eglise est sacrte car e l l e est l a maison de Dieu; ceux qui y sont assis recoivent de l a lumiere car i l s connaissent l a route vers Dieu. Les paroissiens de Saint- Toussaint-des-Saints ont une f o i fervente: "Les f i d e l e s avaient f a i t vibrer les murs de pierre avec leurs pri e r e s ! Des anges t t a i e n t certainement venus se joindre a cette p i e t e . " 1 2 9 Meme l e Pape remarque l a f i d e l i t e des paroissiens: "c'etaient ces hommes-la... qui avaient mis les unes sur les autres les pierres de ces cathedrales que n i Satan, n i l e temps, n i les f o l i e s violentes des hommes n'avaient encore reussi a ebranler. , , 1 3° C'est une f o i remarquable qu'ont ces paysans, une f o i qui e t a i t disparue de 1'Europe depuis des 1 2 8. Ibid., 135. C'est moi qui souligne. 1 2 9. Ibid. 1 3°. Ibid., 295. 86 centaines d'annees. Tout comme les ancetres, l a famille de Philemon Bouleau, qui ne peut plus t r a v a i l l e r , depend du bon Dieu pour obtenir tout ce dont e l l e a besoin. II faut nourrir les enfants, alors l a femme de Philemon annonce que l'heure est venue de " p r i e r l e p e t i t Jesus pour q u ' i l s'occupe de nous comme i l s'occupe de ses p e t i t s oiseaux. On ne va pas s'inquieter. On va p r i e r seulement. 1 , 1 3 1 Cette f o i , ne ressemble-t-elle pas beaucoup a c e l l e des cultivateurs du roman de l a terre? Le passe est important pour les romanciers de l a terre, et pour le preserver, i l s condamnent le present. Comme dans Maria Chapdelaine de Louis Hemon, rien ne change, rien ne changera. Les premiers mots de 1'amour dans l a f e r r a i l l e rappellent cette i n v a r i a b i l i t y : " I c i , i l ne se passerait r i e n . Les arbres poussaient, les enfants grandissaient, les v i e i l l a r d s s'endormaient. Les saisons se l a i s s a i e n t desirer, s'approchaient, s ' i n s t a l l a i e n t , regnaient puis s' effacaient. " 1 3 2 Les saisons se succedent avec une r e g u l a r i t y p r e v i s i b l e , et l a vie des hommes et des femmes continue, mais a part de cela, r i e n ne change. Pour assurer l a perpetuation de leur facon de vivre, les personnages du roman de l a terre c r i t i q u a i e n t le present et tout ce qui n'appartenait pas a l a vie t r a d i t i o n n e l l e canadienne- frangaise. Le lecteur de 1'amour dans l a f e r r a i l l e trouvera de t e l l e s c r i t i q u e s dans ce roman. La terre, par exemple, est 1 3 1. Ibid., 468. 1 3 2. Ibid., 9. 87 souvent contrastee avec l a v i l l e , l e t e r r i t o i r e de l'etranger. A l'epoque de Duplessis, comme a c e l l e du roman de l a terre, beaucoup de gens quittaient l a terre pour vivre en v i l l e . Lors de l a procession en honneur de Saint Opportun, quelques personnages montrent leur opposition a cet exode: les pionnieres et les pionniers avertissaient aussi les jeunes que, dans les v i l l e s , i l s oublieraient l e bon Dieu et l a vraie r e l i g i o n . . . Les f i l l e s aussi s'enfuyaient vers les v i l l e s . Au l i e u d'etre des reines sur leur domaine, e l l e s a l l a i e n t nettoyer les saletes que f a i s a i e n t dans leurs chateaux des riches qui etaient d'une autre r e l i g i o n et parlaient une autre langue. 1 3 3 La v i l l e est un l i e u nefaste ou les jeunes oublient leur r e l i g i o n et leur langue. I l s y perdent aussi leur honneur car, au l i e u d'§tre r o i s ou reines chez eux, i l s deviennent esclaves en t r a v a i l l a n t pour l'ennemi. Dans les v i l l e s , i l n'y a pas de morale, comme i l y en a sur l a terre : "on voula i t changer de mari ou de femme comme de chemise; les enfants n'etaient plus une benediction, mais une epreuve; beaucoup de femmes engrossies avaient honte de leur ventre comme d'une i n f i r m i t e . 1 , 1 3 4 Tout est d i f f e r e n t . La v i l l e alors, aux yeux des Canadiens frangais, exerce une mauvaise influence sur les jeunes. La description de l a v i l l e qui sui t , se f a i t l'echo de cette idee. La v i l l e est non seulement mauvaise, e l l e est laide aussi. A l a f i n de sa vie, Sautereau, un c i t a d i n , commence a se fatiguer de l a v i l l e . II y v i t depuis longtemps et connait bien 1 3 3. Ibid., 148. 1 3 4. Ibid., 149-150, 88 l a corruption. II sort de son bureau pour prendre un peu d'air, mais l ' a i r n'est pas pur: II aurait voulu aspirer de l ' a i r f r a i s , comme assoiffe, l'on boit un verre d'eau froide, mais l ' a i r e ntrait dans ses narines, tiede, visqueux, s a l i par toutes les malpropretes de l a Capitale. Le s o l e i l e t a i t eteint depuis longtemps, mais l a v i l l e empestait encore l a cendre chaude ou des dechets ont brule. II y avait aussi l a suie, les crachats sur l e t r o t t o i r , les bo u t e i l l e s cassees, les papiers chiffonnes, les mouchoirs et toutes ces fumees chimiques milees a l ' a i r . 1 3 5 Le p o r t r a i t de l a v i l l e peint i c i est l o i n d'etre beau. Comme s ' i l l a voyait a travers les yeux d'un cultivateur, Sautereau reconnait l a laideur de l a v i l l e . Cela renvoie a une metaphore souvent employee dans les descriptions du Bon P a r t i , du Cheuf et de l a s i t u a t i o n p o l i t i q u e de l'epoque: c e l l e de l a pourriture. L ' a r t i c l e f i n a l d'Achille Bedard resume bien cette idee: Cheuf, la"mort apparait le long du chernin neuf parce que vous pourrissez l a v i e . Vous avez pourri l a vie de Verrochio, vous l'avez pourrie par l e succes et vous l a pourrissez par l a f a i l l i t e . Vous avez pourri l a vie de Madame Verrochio parce que l e virus de l a corruption court dans votre gouvernement comme les maladies veneriennes. 1 3 6 Le Bon P a r t i et le Cheuf sont comme un cancer qui pourrit tout et qui f a i t tout mourir. Tous ceux qui ont des rapports avec l e p a r t i pourrissent et meurent comme Verrochio. II y a tenement de morts autour du chernin neuf qu'Achille se demande s i l e Bon P a r t i seme l a mort, et qu'un t r a v a i l l e u r demande s i le chernin neuf va les conduire a l a mort. En comparant l e Bon P a r t i a un Ibid., 218. Ibid., 511. 89 cancer, ceux qui parlent c r i t i q u e n t tres severement l a s i t u a t i o n p o l i t i q u e de 1'epoque duplessiste. Le chemin que b a t i t l e Bon P a r t i est quelque chose de nouveau dans l a communaute et suscite parfois l a mefiance, car le nouveau est souvent nefaste. Avant l e commencement des travaux du chemin, Denommt Plante 6 t a i t un homme normal, semble- t - i l . Mais tout a coup i l "a commence a vili p e n d e r l e chemin neuf. II t r a v a i l l a i t a sa construction et i l e t a i t content d'apporter son s a l a i r e a sa femme, mais i l reprochait au chemin neuf d ' a t t i r e r trop d'hommes dans les environs." 1 3 7 II devient un mari jaloux et pense que sa femme et sa f i l l e veulent avoir des l i a i s o n s amoureuses avec des hommes qui t r a v a i l l e n t sur le chemin. Un jour, i l a une c r i s e et v i o l e sa f i l l e . Selon ses amis, c'est a cause du nouveau chemin que Denomme Plante agit a i n s i . Une autre indica t i o n de l a mefiance des gens a l'egard de ce chemin, c'est l a comparaison entre l e chemin et une b§te. Quand les coureurs ne reviennent pas, le jour de l a course organisee pour feter l a f i n du t r a v a i l sur l e chemin, les spectateurs "marchaient avec l a calme precaution de c e l u i qui se s a i t dans l e t e r r i t o i r e d'une bete dangereuse" 1 3 8 pour les retrouver. C'est une catastrophe; tous les coureurs sont morts. V i o l e t t e Papillon trouve l a queue de renard sauvage que son mari avait attach6e a son auto dans " l e tas de voitures mSlees les 1 3 7. Ibid., 309. 1 3 8. Ibid., 534. 90 unes aux autres comme s i e l l e s avaient ete mSchouillees par les mandibules d'un monstre." 1 3 9 Tout comme un monstre, le chernin tue beaucoup d'hommes; i l l a i s s e derriere l u i une longue l i s t e de victimes, enumerees dans 1 ' a r t i c l e condamnant l e Bon P a r t i qu'Achille e c r i t avant sa mort. A cette l i s t e i l faut ajouter les victimes de l a course mortelle. Les voitures et les camions qui roulent sur le chernin neuf sont consideres aussi comme dangereux. N'est-ce pas une voiture qui a heurte Opportun, a deux reprises? Heureusement, Opportun a t t e r r i t dans l a charrette de Malice Blanchette: "Dieu, assurerent les commeres, avait voulu sauver l e p e t i t Opportun en permettant que Malice Blanchette conduise un cheval lent plut6t qu'un camion rapide." 1 4 0 C'est gr§ce aux moyens de transports t r a d i t i o n n e l s qu'Opportun demeure vivant au debut du roman. II faut egalement ajouter que les voitures et camions soulevent trop de poussiere et qu ' i l s font peur aux animaux du pacage; selon C y t r i s t e Tanguay, "ces moteurs... n'etaient pas naturels parce q u ' i l s n'avaient pas ete inventes par le bon Dieu." 1 4 1 Pour l u i , tout ce qui n'est pas naturel doit §tre nefaste. Les v i l l a g e o i s se mefient aussi de 1'education, car e l l e est associee aux v i l l e s , l e t e r r i t o i r e de l'etranger. L'ecole possede les memes caracteristiques que l a v i l l e aux yeux des paroissiens: 1'edifice "empestait l'encens, le tabac, l a sueur 139 Ibid., 536. 140 Ibid., 41. 141 Ibid., 196. 91 impregnee dans de lourds vetements laineux. Le repas qui c u i s a i t a l'extrtmite du couloir repandait une odeur ecoeurante. Le printemps b r i l l a i t , l'herbe de mai v e r d i s s a i t et les arbres eclataient en f e u i l l a g e . " 1 4 2 Innocent vient de l a campagne et compare, tout naturellement, l a vie terrienne a l a v i e ecoli&re. Le printemps a l a campagne est tres beau; cette beaute s'oppose a l a laideur de l'ecole ou Innocent etudie. Selon Procule Ponton, l e mari d'une f o l l e , l'homme est f a i t de l a te r r e pour vivre sur l a ter r e . On n'a pas besoin d ' a l l e r a l'ecole car on apprend en vivant. Plus l o i n , un boucher se mefie de 1'education pour une autre raison: a l'ecole on apprend beaucoup de nouvelles idees. Ces idees menacent l'heritage. V o i l a pourquoi i l s u r v e i l l e attentivement son apprenti, qui deviendra l e ministre du comte: "un jour, 1'apprenti aurait des idees communistes parce q u ' i l l i s a i t trop. Le boucher savait que l i r e apporte des id6es immorales ou bien derange l e cerveau. 1 , 1 4 3 Le nouveau l u i semble dangereux, idee qui est vehiculee dans le roman de l a t e r r e . Comme dans l e roman de l a te r r e et comme dans Terre du r o i Chr i s t i a n , ceux qui ne veulent pas accepter l a r e a l i t e essaient de l a renier. Au d6but du roman, par exemple, i l y a deux jeunes i d e a l i s t e s , A c h i l l e Bedard et Jeannot Tremblay, qui, mecontents du monde, font l e serment de ne pas §tre influences par d'autres personnes et d'autres valeurs morales. Mais une 142 Ibid 1 4 . 143 Ibid 56. 92 f o i s q u ' i l apprend que sa mere se vend pour payer les dettes, Jeannot commence a devenir une personne tres d i f f e r e n t e . II oublie son serment et vend les faveurs de sa mere, appellee Madame du Bon P a r t i car e l l e a des l i a i s o n s avec tous l e s membres du p a r t i . Plus tard, i l se refugie dans un pays d'amour avec une femme qui s'habille en jaune et qui seduit les hommes. Pour Jeannot, " l a seule Verite est l e r§ve." 1 4 4 Meme apres l e depart de l a femme en jaune, i l continue a vivre dans l ' i r r e a l i t e , dans un pays ou i l ne f a i t rien que penser et rever. II i n v i t e A c h i l l e a partager ce monde aussi, comme i l l e f a i s a i t dans son enfance. L'evasion d'Achille est un peu differente de c e l l e de Jeannot. Tout en etant un esclave du Bon P a r t i corrupteur, A c h i l l e se c r o i t f i d e l e a son serment. II se c r o i t toujours d'une moralite superieure a c e l l e des autres et pense q u ' i l manipule l e Bon P a r t i pour obtenir une pos i t i o n enviable. II ne se rend pas compte du f a i t que le Bon P a r t i le manipule, et q u ' i l devient de plus en plus corrumpu: "II e t a i t plus malhonn§te que Jeannot Tremblay. Son ancien ami avait t r a h i tandis que l u i se jouait l a comedie de cr o i r e encore au serment lance a mer. II se mentait a lui-meme, i l ne pouvait accepter sa v e r i t e . " 1 4 5 Un peu plus l o i n , A c h i l l e essaie d'affronter l a r e a l i t e l o r s q u ' i l e c r i t un a r t i c l e condamnant le Bon P a r t i et revelant au peuple sa p o l i t i q u e corruptrice. Le Cheuf, menace 1 4 4. Ibid., 423. 1 4 5. Ibid., 505. 93 par 1 ' a r t i c l e d'Achille, envoie t r o i s hommes pour l e punir. Encore une f o i s , A c h i l l e nie l a r e a l i t 6 : Pour ne pas accepter l a v 6 r i t 6 flagrante, i l essaya de se raconter q u ' i l dormait encore, q u ' i l n'etait pas r e v e i l l e , que les t r o i s hommes en noir n'etaient que les ombres d'un cauchemar, que sa porte n'avait pas ete enfoncee, que ces photographies [compromettantes] n'etaient que les images i r r e e l l e s de sa memoire.146 II veut que l a r e a l i t e devienne un reve et que l e reve devienne l a r e a l i t e . A c h i l l e retourne alors a son monde de r§ve. II f i n i t par renier compl&tement l a r 6 a l i t 6 en se suicidant, comme Sautereau, son p r 6 d e c e s s e u r , et comme Ch r i s t i a n dans Terre du r o i C h ristian. II y a d'autres personnages qui, comme A c h i l l e , mettent f i n a leurs jours pour echapper, pour de bon, a l a r e a l i t e . Je pense, par exemple, a Verrochio dont l a vie est un long r§ve. II n'accepte pas l a r 6 a l i t e de son echec et d i t q u ' i l ne connalt pas le mot "perdre". Aux yeux d'Innocent i l semble £tre un homme qui gagne, mais en r e a l i t e , i l a tout perdu. Pour l u i , l e "bout de chemin a construire dans les bois perdus e t a i t un dernier r§ve avant de s ' e v e i l l e r . " 1 4 7 II ne veut pas s ' 6 v e i l l e r a l a r e a l i t e , qui est trop dure. II ne veut pas accepter l a perte de sa femme q u ' i l aime tant et pour qui i l v i t . Verrochio f i n i t par echapper completement a l a r e a l i t e en se tuant. Innocent est aussi un des personnages qui cherchent continuellement a echapper a l a r e a l i t e . Au debut du roman, i l 1 4 6. Ibid., 513-514. 1 4 7. Ibid., 254. 94 l a i s s e derriere l u i encore une autre ecole q u ' i l n'aime pas, pour commencer a vivre de nouveau dans l e v r a i monde. En voyageant, i l rencontre deux personnages tres bizarres: Procule Ponton et sa femme f o l l e . Apres quelques moments dans leur maison, i l s'en echappe tres rapidement. La femme veut aimer Innocent pour rendre son mari jaloux, et Procule parle trop d'amour et de ses souffranees. Innocent est un peu etourdi par tout ce q u ' i l v o i t et par tout ce q u ' i l entend. II ne veut plus entendre pa r l e r d'amour et des douleurs amoureuses. Au t r a v a i l , Innocent se refugie dans un reve ou i l est un homme f o r t qui aime une femme, et parfois l a r e a l i t e est incorporee dans ce rgve. La rencontre avec l a femme en jaune semble £tre l a r e a l i s a t i o n de ses r§ves: "Innocent croyait etre retourn6 dans un r§ve. II regardait, i l goutait et cela 6 t a i t delectable comme un f r u i t derobe du paradis t e r r e s t r e . . . l i s se rh a b i l l e r e n t en sile n c e . . . II n'etait plus dans un reve. II 6t a i t t r i s t e . " 1 4 8 Innocent n'est pas heureux dans l e monde r e e l . II prefere vivre dans un paradis t e r r e s t r e comme c e l u i q u ' i l peut trouver dans ses r§ves. Lorsqu'il apprend q u ' i l a ete 1'instrument de l a mort de Verrochio, l a r e a l i t e devient insupportable et Innocent y met f i n . II y a d'autres personnages semblables dans l e roman: Philemon Bouleau, par exemple, se refugie dans un monde i d e a l i s e avec ses nichons, photographies des jeunes f i l l e s americaines qu' i l trouve dans l a Province e n s o l e i l l e e . Comme les 1 4 8. Ibid., 414. 95 personnages du roman de l a terre et de Terre du r o i C h r i s t i a n , Philemon, Verrochio, Innocent, A c h i l l e et Jeannot refusent l a r e a l i t e ; i l s choisissent de vivre dans un monde i d e a l i s e . Le reve leur est plus r e e l que l a r e a l i t e . L'ECRITURE DE CARRIER Dans l e roman de Trudel a i n s i que dans l e roman de l a terre, l a nature joue un grand r61e dans les symboles, les metaphores et les comparaisons. La terre et l a nature ont un t e l rdle a jouer dans De 1' amour dans l a f e r r a i l l e . Les saisons, par exemple, sont presque aussi importantes dans ce texte qu'elles l e sont dans c e l u i de Ringuet. Dans Trente apents, les saisons sont u t i l i s e e s pour marquer les d i f f e r e n t e s periodes de l a vie d'Euchariste Moisan. Le narrateur du roman de Carrier u t i l i s e l a meme technique pour marquer l e passage du temps et les changements dans l a vie de ses personnages: "La saison avancait. En son fime, l e temps passait, changeant quelque chose. II [Innocent] devenait un homme."149 Innocent n'est plus au debut de sa vie car i l n'est plus un enfant. II avance vers sa vie d'homme tout comme avancent les saisons. Jeannot l u i a appris beaucoup de choses sur l a vie et Innocent a maintenant plus de confiance en lui-meme. II n'a plus besoin de Verrochio. Les saisons sont importantes pour une autre raison, me semble-t-il. Dans Trente arpents les saisons marquent non I b i d . , 334. seulement l e passage du temps, mais aussi l e cycle eternel de l a vie . L'oncle d'Euchariste meurt et Euchariste le remplace; Euchariste echoue, et son f i l s l e remplace. A i n s i que les saisons se succedent sans cesse, un homme prend l a releve d'un autre; l a vie continue. Les lecteurs ont 1'impression a l a f i n du roman de Ca r r i e r que tout va continuer. Le Bon P a r t i va debatir l e chernin neuf et en b a t i r un autre pour l e remplacer: De beaux services seraient celebres dans plusieurs eglises des Appalaches. II y aurait plusieurs sermons, plusieurs discours p o l i t i q u e s . Les bulldozers reviendraient, les grues, les planteurs d'epinettes, puis d'autres bulldozers, et d'autres grues, des camions et d'autres machines. 1 5 0 Le t r a v a i l recommencera et les hommes auront encore quelque chose a f a i r e . Certains personnages sont meme deja remplaces par d'autres. Un enfant trouve est baptise Opportun-Innocent. Tout recommence. La vie p o l i t i q u e a ses saisons aussi. En saison electorale, par exemple, "les evenements tout a coup ar r i v a i e n t comme les framboises apparaissent aux framboisiers: on n'avait qu'a tendre l a main pour les c u e i l l i r . 1 , 1 5 1 II y a beaucoup de promesses et d'opportunites pour ceux qui veulent t r a v a i l l e r ou f a i r e de 1'argent. En f a i t i l y a beaucoup de references aux saisons lorsque l e narrateur l a i s s e p a r l e r les p o l i t i c i e n s . Tout au debut du roman, l e Cheuf compare les v i l l a g e o i s a un jardin, et les ministres aux j a r d i n i e r s : 1 5 0. Ibid., 544 1 5 1. Ibid., 99. 97 Le bon peuple est en f l e u r s . Vous a l l e z , Messieurs les Ministres, l u i fournir l'arrosage convenable, empoisonner les chenilles de 1'Opposition, nourrir les fl e u r s qui contiennent toutes les promesses favorables. Si vous Stes de bons j a r d i n i e r s , Messieurs les Ministres, le Bon P a r t i fera l a meilleur r i c o l t e de son h i s t o i r e . 1 5 2 C'est maintenant l e debut de l'ete pour les ministres. S ' i l s sement assez de promesses et font des faveurs a ceux qui pensent voter pour l e Bon P a r t i , i l s gagneront les elect i o n s . S ' i l s veulent une bonne r ^ c o l t e aux elections en automne, tout ce q u ' i l leur faut c'est de soigner l e peuple comme l e cultivateur soigne sa terre . Alors l e ministre du comte "s^merait des bouts de chemins partout dans son comte" 1 5 3 pour s'assurer une bonne recolte. La semence est une idee qui revient souvent. Parfois e l l e est comparee a l'acte sexuel. Lorsque l e ministre du comte pense a tromper sa femme avec sa secretaire, Melanie Binette, c e l l e - c i repond: " s i le bon Dieu me donnait a vous a sa place, alors je serais toute a vous, Monsieur 1'Honorable Ministre, et vous pourriez me labourer comme votre t e r r e . " 1 5 4 Quand Origene Rossignol parle de f a i r e 1'amour avec sa femme Pommette, i l parle l u i aussi de l a semence: i l veut semer un enfant a 1'occasion du chemin neuf. Cette metaphore est tres souvent employee dans ce roman et dans l e roman de l a terre, car l a femme y est comparee a l a terre, et vice versa. Comme l a terre, 152 Ibid 12. 153 Ibid 5 5 . 154 Ibid 81-82. 98 une femme, une f o i s ensemencee, produit des f r u i t s . Toujours genereuse, e l l e a l l a i t e aussi ses enfants. Non seulement l a terr e r e v e t - e l l e certaines caracteristiques d'une femme dans le roman de l a terre, mais des caracteristiques de l a ter r e sont parfois attributes a l a femme aussi. La terre et l a femme sont presque des personnages interchangeables. 1 5 5 Juste avant les elections, on decide de mettre des photographies de jeunes f i l l e s americaines dans l a Province e n s o l e i l l e e pour augmenter le tirage, ce qui suscite beaucoup d ' i n t e r i t au v i l l a g e . Dans une des photographies, "un decollete s'ouvrait sur un paysage de montagnes magiques ou un homme aurait aime se perdre." 1 5 6 En comparant les seins d'une femme a des montagnes, le narrateur rappelle au lecteur les lie n s tres e t r o i t s entre l a ter r e et l a femme dans l a mentalite terrienne. L'idee de l a semence revient aussi lorsque Jeannot Tremblay parle de l a mort. II a un reve dans lequel i l prevoit l a mort d'Innocent: "Depuis ce cauchemar ou j ' a i vu ton corps s ' e p a r p i l l e r comme une poignee de graines que l e paysan lance dans sa ter r e , je suis i n q u i e t . 1 , 1 5 7 Cette association est tout a f a i t n a t u r e l l e dans l e roman de l a terre : on affirme que l'homme vient de l a terre et y retourne. 155 156 157 Je p a r l e r a i plus l o i n de l a terre comme personnage. Ibid., 475. Ibid., 498. 99 II est interessant de noter que, tout comme dans l e roman de Trudel, beaucoup de comparaisons et de metaphores sont l i 6 e s a l a ter r e ou a l a nature. Souvent l e narrateur compare une personne ou une chose a un animal. Les tra c t s p o l i t i q u e s venant de 1'avion du ministre, par exemple, "fuyaient comme des oiseaux apeur6s." 1 5 8 Plus l o i n , en parlant des machines devant l e bureau administratif du chantier, le narrateur d i t q u ' i l " e t a i t r6uni, comme des animaux devant 1'Stable, un troupeau de machines peintes en bl e u . " 1 5 9 Peut-§tre que l e meilleur exemple de cela est Opportun, qui est souvent compare a un oiseau maladroit ou a un "gros poulet sans plumes". 1 6 0 Cette comparaison l u i convient bien car Opportun f i n i t par voler au c i e l comme les anges. L'ideologie de 1'epoque de Duplessis, en grande p a r t i e conservatrice, nourrit les comparaisons que je viens de mentionner. A cette epoque, hors de l a v i l l e , les paysans etaient toujours f i d e l e s a l a te r r e . l i s tenaient assez fermement aussi a l a famille et a l ' e g l i s e . Le Bon P a r t i se sert de l'id6ologie recue de 1'epoque pour s'exprimer et pour convaincre l e peuple de ses bonnes intentions. II se compare, par exemple, a une famille: "Le Bon P a r t i est une grande famille et i l n'y a qu'un pere: moi, 1 1 1 6 1 selon l e Cheuf. 158 Ibid., 203. 159 Ibid., 244. 160 Ibid., 42. 161 Ibid., 473. 100 Encore plus etonnant, c'est que le ministre du comte est parfois compare a Dieu lui-meme: "Comme Dieu dans Son c i e l , le ministre considerait l a t e r r e et ses habitants. II admirait son l a c . II pouvait dire "mon" lac comme d'autres disaient: mon pantalon ou mon chapeau. 1 6 2 A l'epoque de Duplessis, l a p o l i t i q u e est presque elevee au niveau de l a r e l i g i o n . Le jour de l a procession en 1'honneur du miracle de Saint-Toussaint-des-Saints, les gens, pares de leurs plus beaux vetements, viennent "acclamer l e bon Dieu et l e Bon P a r t i . " 1 6 3 Dans .cette phrase Dieu et l e Bon P a r t i sont mis c6te a c6te pour souligner qu'aux yeux des v i l l a g e o i s i l s representent deux choses egales. Aux yeux d'Achille Bedard aussi, l a p o l i t i q u e est une r e l i g i o n pour laquelle i l " e t a i t pr£t a ne pas se marier, a ne pas avoir de famille. . . La po l i t i q u e ne peut-elle pas s a t i s f a i r e toutes les ambitions de l'homme? Ne peut-elle pas combler tous les desirs de l'homme?"164 Comme un pretre qui se donne a Dieu pour l e reste de sa vie et f a i t l e voeu de ne pas se marier, A c h i l l e se voue a l a p o l i t i q u e . II est sur qu'elle peut l e s a t i s f a i r e , comme l e bon Dieu s a t i s f a i t tous ceux qui croient en Lui. Si A c h i l l e est un pretre, alors l a secretaire du ministre est une r e l i g i e u s e . Lorsqu'elle p a r l a i t au ministre du comte, e l l e " p a r l a i t de cette voix basse, retenue, qu'elle devait avoir 162 Ibid 54. 163 Ibid 123. 164 Ibid 48. 101 au confessionnal pour avouer au pretre ses imperfections. E l l e n'avait pas d'enfants, e l l e n'avait pas de mari, e l l e n'avait pas d'ami, e l l e r e f u s a i t de voyager et n'acceptait pas de prendre des vacances. 1 , 1 6 5 Comme A c h i l l e , e l l e refuse tout pour se consacrer a sa car r i e r e p o l i t i q u e . Au point de vue des personnages, De 1'amour dans l a f e r r a i l l e est tres riche, car Carrier en presente beaucoup a ses lecteurs. La plupart de ses personnages sont des personnages secondaires auxquels une section d'un chapitre est consacree. Parfois ces personnages reviennent dans une ou deux autres scenes, mais l e plus souvent, i l s n'ont qu'un tres p e t i t rdle a jouer dans une p e t i t e scene. I l y a d'autres personnages qui sont plus developpes par l e narrateur et qui reviennent de chapitre en chapitre; chaque f o i s , l e lecteur en apprend un peu plus sur leur personnalite. Dans un a r t i c l e sur l e roman de Carrier, G i l l e s P e l l e r i n s'interroge sur l ' a t t r a i t qu'exerce 1'arri&re-pays sur certains romanciers actuels. II conclut que dans l e roman de l a terre, " l e v i l l a g e se repose sur un corps s o c i a l ou chaque element est f a c i l e a discerner... Chaque element est a sa place, chaque personnage remplit l e role auquel i l a ete socialement et narrativement assigne." 1 6 6 II y a done des personnages types comme l e cure, l'6pouse, l a v i e i l l e f i l l e , l'ivrogne, etc. Leur 165 Ibid., 7 8 1 6 6. G i l l e s P e l l e r i n , "II est long l e chemin," Lettres guebecoises 37 (1985): 25. 102 r61e dans l a societe est deja e t a b l i et le narrateur n'a pas besoin de les decrire en d e t a i l . Tout comme dans l e roman de l a terre, l a plupart des personnages secondaires ne font que remplir un r61e narrativement assigne; i l s sont des personnages stereotypes. II y a, par exemple, Origene Rossignol qui ne peut plus t r a v a i l l e r et qui ne parle que de f a i r e d'autres enfants. Tout ce q u ' i l f a i t dans l ' h i s t o i r e , c'est essayer de convaincre sa femme Pommette q u ' i l n'est pas impuissant et q u ' i l a besoin de f a i r e des enfants pour f§ter l e nouveau chernin. Je pense aussi a Teton Lachapelle, qui passe de longues heures l o i n de sa femme a f i n de gagner de 1'argent pour qu'elle puisse vivre aisement. II s a i t t r a v a i l l e r mais i l ne s a i t pas aimer. Sa femme Blondine est un autre exemple: e l l e aime trop son mari et ne peut pas vivre sans l u i ; e l l e 1'attend toujours dans son l i t , tout en mangeant des chocolats pour se consoler. Et i l ne faut pas oublier l a mere de Jeannot Tremblay, qu'on appelle "Madame Bon P a r t i " , et l a femme en jaune, qui va d'un homme a un autre bien qu'elle dise aimer Adolphe C e r i s i e r . Le cure Fourre joue un r61e assez important dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e . Comme les cures du roman de l a terre, i l est le guide s p i r i t u e l de l a paroisse [a ses yeux et aux yeux des vi l l a g e o i s ] . Pour l e lecteur, i l ne ressemble pas beaucoup a un guide s p i r i t u e l car l e narrateur l e presente souvent sous un jour ludique. II n'est pas aussi pur que les cures t r a d i t i o n n e l s et souvent ses actions sont interessees. Quand i l reproche aux paroissiens l e manque d'enfants dans l a paroisse, 103 i l l e f a i t non pas pour p l a i r e a Dieu mais pour que sa dime s o i t "sup6rieure a c e l l e de Bouche, un confrere du Seminaire qui avait toujours et6 classe longtemps l o i n derriere l u i autant en l a t i n qu'en mathematiques qu'en h i s t o i r e sainte, ou qu'en comprehension de br 6 v i a i r e . " 1 6 7 II est pourtant un guide s p i r i t u e l aux yeux des paroissiens: " l i s s'assirent; l e messager de Dieu, leur saint cure- FourrS, avait quelques nouvelles a leur communiquer."168 Quand on considere l e respect qu' i l commande dans l a paroisse et son influence sur les paroissiens, on constate q u ' i l ressemble beaucoup au cure t r a d i t i o n n e l du roman de l a terre . Les femmes de ce roman sont interessantes aussi. Je pense tout d'abord a Pommette Rossignol, qui t r a v a i l l e sur l e nouveau chemin. Bien sur, l e f a i t qu'elle t r a v a i l l e avec des hommes ne l a rapproche pas des femmes du roman de l a terr e ; en cela, e l l e n'est pas du tout t r a d i t i o n n e l l e . Mais avant l a maladie de son mari, e l l e 6 t a i t , semble-t-il, une femme conventionnelle. E l l e est tout d'abord une femme dominante. E l l e d i r i g e l a maison et prend les decisions; son mari ne s'en m§le pas. En cela, e l l e ressemble a Germaine Chabotte, qui i n t e r d i t a son mari paresseux de l a toucher jusqu'a ce q u ' i l a i l l e chez l e ministre du Bon P a r t i pour l u i demander un emploi. A cela i l faut ajouter que Pommette est f i e r e d'avoir f a i t son devoir et d'avoir donne naissance a dix-sept enfants: "Moe, 1 6 7. Carrier, 164. 1 6 8. Ibid., 132. C'est moi qui souligne. 104 j ' a i f a i t e mon devoir d'etat: j ' a i pondu autant d'enfants que le bon Yeu m'a d'mande d'en donner a not' pays." 1 6 9 Une autre femme, Aubepine Bouleau, montre l a meme f i e r t e devant ses enfants: e l l e "ne pouvait reprimer un sourire d'avoir une famille s i doucement d i s c i p l i n e e . 1 1 1 7 0 Comme les femmes du roman de l a terre, e l l e s font leur devoir, un devoir saint. V o i l a pourquoi les futures mariees suivent les saintes religieuses dans l a procession pour f§ter l e saint Opportun. E l l e s "avaient aussi l ' a i r d'etre des anges, ces jeunes f i l l e s qui a l l a i e n t o f f r i r leur v i r g i n i t e a un homme, ces futures mariees qui tenaient leurs mains j o i n t e s , comme les r e l i g i e u s e s . " 1 7 1 Aux yeux des v i l l e g e o i s , e l l e s "etaient ce q u ' i l y avait de plus beau dans 1'univers, et l'on savait que sous l e t u l l e et l a dentelle, dans ces corps beaux comme l a jeunesse, e t a i t cache l'avenir du v i l l a g e . . . L'on admira les futures mariees avec l e respect que l'on reserve pour les tabernacles." 1 7 2 Le respect donne a ces jeunes f i l l e s ne ressemble-t-il pas a c e l u i reserve aux meres de l a race dans l e roman de l a terre? Dans plusieurs romans de l a terre, i l y a des femmes qui demeurent dans 1'ombre. Je pense a l a femme de Samuel Chapdelaine dans Maria Chapdelaine, dont l e prenom n'est mentionne qu'une seule f o i s . On l'appelle toujours " l a mere", 1 6 9. Ibid., 169. 1 7°. Ibid., 467. 1 7 1. Ibid., 156. C'est moi qui souligne. 1 7 2. Ibid., 157. 105 son nom etant moins important que sa p o s i t i o n domestique. Je pense aussi a Alphonsine, femme d'Euchariste Moisan dans Trente arpents. Apres l a naissance de son premier enfant, Euchariste l'appelle toujours " l a mere"; e l l e perd son prenom. Dans l e roman de Carrier, i l y a une femme semblable. La femme de Cy t r i s t e "avait perdu son prenom lo r s q u ' e l l e e t a i t entree dans cette f a m i l l e . " 1 7 3 Depuis ce temps-la, e l l e est " l a bru"; e l l e n'a plus d'identite hors sa pos i t i o n domestique. II y a beaucoup de femmes dans l e roman de Carrier qui ressemblent a c e l l e s des romans de l a terre, mais i l n'y a pas beaucoup d'hommes qui incarnent 1'image de l'homme du roman de l a t e r r e . Au debut de l'assaut des oeufs pourris, C y t r i s t e Tanquay semble i t r e un homme qui veut preserver son heritage et sa terre pour laquelle i l l u t t e s i ferocement, mais peu a peu, le lecteur apprend q u ' i l n'est rien qu'un t r a i t r e . La terre que ses ancetres ont culti v e e l u i importe peu. Je pense aussi a Philemon Bouleau, qui autrefois avait une force etonnante malgre son p e t i t corps: i l commencait l e t r a v a i l plus t6t que les autres, i l se debattait plus que les autres, i l q u i t t a i t le t r a v a i l apres les autres, et l'on racontait que, de retour a l a maison, i l s'occupait de sa femme d'une maniere tres chaleureuse, puisque Aubepine e t a i t souriante, joyeuse, tandis que les autres femmes etaient hargneuses, i r r i t a b l e s . 1 7 4 Bien q u ' i l ne s o i t plus f o r t , i l est un homme car i l a f a i t son devoir d'homme: i l a donne a sa femme douze ou t r e i z e enfants. 1 7 3. Ibid., 259... 1 7 4. Ibid., 467. 106 A l a f i n de l ' h i s t o i r e , tout change. II ne ressemble plus aux hommes du roman de l a t e r r e . Au l i e u de t r a v a i l l e r , i l passe sa journee dans une voiture stationnee a regarder des p o r t r a i t s de jeunes f i l l e s et a se renseigner sur e l l e s . L'emploi que l e Bon P a r t i l u i donne n'est pas un v r a i emploi d'homme. En parlant de l u i , quelques t r a v a i l l e u r s disent: "Ce n'etait pas un t r a v a i l pour un homme v r a i , car un homme v r a i a besoin du grand a i r , du vent, i l a besoin de choses lourdes a deplacer, de choses fortes a abattre, de choses dures a b r i s e r . 1 , 1 7 5 La description d'un v r a i homme, donn6e i c i , peut facilement s'appliquer a un cul t i v a t e u r qu'on trouve dans un roman de l a terre, mais pas a Philemon. Un homme passe sa journee a t r a v a i l l e r , non pas a regarder des photographies. Philemon Bouleau n'est pas un homme, mais un anti-homme. Jeannot Tremblay est un anti-homme aussi. Au l i e u de t r a v a i l l e r comme les autres, i l l i t , e c r i t , pense et parle. Aux yeux des t r a v a i l l e u r s , i l n'est pas un ver i t a b l e homme: "Que venait f a i r e cette f i l l e t t e dans l e chemin neuf? ... On l e regardait comme un doux fou, i n t e l l i g e n t dans les l i v r e s , peut- etre, mais, dans l a vie r e e l l e , plut6t simplet. Un homme ne peut pas avancer dans les chemins de l a vie, le nez c o l l e sur un calepin v e r t . " 1 7 6 Quelqu'un qui s'occupe des choses i n t e l l e c t u e l l e s n'est pas un v r a i homme. Jeannot est un r§veur 1 7 5. Ibid., 483. 1 7 6. Ibid., 322. C'est moi qui souligne. et un penseur, comme i l l e d i t lui-meme. Lorsqu'on l e compare aux hommes du roman de l a terre, i l n'y a aucune ressemblance. Un autre personnage d'importance dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e est l a te r r e . Comme dans l e roman de l a terre, l a ter r e et l a nature sont personnifiees par l e narrateur. A plusieurs reprises dans l e roman, des parties du corps sont att r i b u t e s a l a te r r e . En parlant du chernin par exemple, l e narrateur d i t que "notre entrepreneur [Nino Verrochio] commencera l a construction d'une route au flanc d'une c o l l i n e v e r t e . " 1 7 7 Plus l o i n , C y t r i s t e Tanguay " v i t s ' e c l a i r e r tres lentement l e dos des c o l l i n e s qui semblaient se lever lentement dans l e jour." 1 7 8 Et i l ne faut pas oublier l e poeme de Jeannot Tremblay dans lequel " i l comparait le chernin neuf a une blessure i n f l i g e e au flanc de l a t e r r e . " 1 7 9 Si l a terr e a des at t r i b u t s corporels, e l l e pourrait certainement i t r e blessee par un chernin sur son dos. Non seulement l a terr e e s t - e l l e i d e n t i f i e e au corps, mais l e narrateur l u i attribue aussi une personality. "Dans d'autres t e r r i t o i r e s , l a terre e t a i t ingrate, mais tout poussait a profusion chez Malice Blanchette." 1 8 0 Comme une femme, l a te r r e peut c h o i s i r de se donner, ou de ne pas se donner. Ces mots rappellent l a nature humaine de l a terre dans Trente arpents. 177 Ibid 105. C'est moi qui souligne. 178 Ibid 200. C'est moi qui souligne. • i 179 Ibid 351. C'est moi qui souligne. 180 Ibid 40. C est moi qui souligne. 108 Apr&s des annees et des annees de t r a v a i l de l a part d'Euchariste, l a t e r r e se donne a son f i l s , c e l u i qui a p r i s sa terre et qui a envoye son pere aux Etats-Unis. Euchariste pense qu'elle ressemble a une maltresse ingrate qui ne devrait pas se donner a un autre. Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e de Carrier, lorsque l e t r a v a i l devient d i f f i c i l e , on " d i r a i t que l a terre aime pas que les hommes l u i fassent un chemin sur l e dos." 1 8 1 E l l e semble avoir l a capacite d'exprimer des emotions, d'aimer ou de ne pas aimer, d'§tre genereuse ou d'§tre avare. Peut-§tre que les nombreux morts sont une sorte de punition pour l a profanation de l a terre, comme on vo i t dans Un homme et son p6che. A l a f i n de ce roman, Seraphin est puni par l a nature pour son avarice. Tout ce qui l u i importe, son argent, brule dans un incendie. La terre peut m§me §tre t r i s t e , tout comme un §tre humain. Aux f u n e r a i l l e s de Teton Lachapelle, tout est silencieux, comme s i l a nature et l a terre regrettaient l a mort de cet homme: "Les oiseaux s'etaient tus. II n'y avait que l a pl a i n t e t r i s t e du glas qui maintenant ne s o r t a i t plus du clocher, mais de l a po i t r i n e profonde de l a t e r r e . " 1 8 2 Le choix du mot "poi t r i n e " rappellera peut-§tre au lecteur l a comparaison entre l a terre et l a mere qu'on trouve souvent dans un roman de l a te r r e . Peut- §tre l a terre se lamente-elle de l a perte d'un de ses enfants. 1 8 1. Ibid., 321. 1 8 2. Ibid., 385. 109 La v i s i o n du monde de l'Amour dans l a f e r r a i l l e est s i g n i f i c a t i v e quand on l a compare a c e l l e du roman de l a t e r r e . II y a, tout d'abord, une dua l i t e : l e contraste continuel entre l a t erre et l a v i l l e , l e progres et l a preservation du passe, l a r e a l i t e et l ' i r r e a l i t e . Quelques v i l l a g e o i s ne veulent pas qu'on construise un nouveau chernin, car cela amenerait de nouvelles idees. I l s ont peur de tout ce qui est nouveau et de tout ce qui vient de l a v i l l e . La v i l l e , l i e u des Anglais protestants, est pleine d'immoralite d'apres les paroissiens. Les Anglais sont aussi associes au progres et aux idees nouvelles. V o i l a pourquoi des pionniers protestent contre l a construction du chernin et pourquoi les parents de C y t r i s t e Tanguay se levent pour l a combattre. Ce chernin, qui ne mene nulle part, symbolise l e progres et toute l'immoralite de l a v i l l e . En l'eliminant, les paroissiens preserveraient l a ter r e et l a t r a d i t i o n qu'elle incarne. Dans une certaine mesure, on peut dire que l a v e r t i c a l i t e qui f a i t p a r t i e du roman de l a ter r e se retrouve aussi dans l e roman de Ca r r i e r . Les hommes dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e ne sont pas aussi dependants de Dieu q u ' i l s l e sont dans l e roman de l a terre, mais i l y a pourtant beaucoup de references a Dieu et a l a r e l i g i o n catholique. Le catholicisme joue un r61e important dans l a vie des paroissiens et l e cure est un personnage qui revient souvent dans 1'intrigue, comme je l ' a i deja souligne. De plus, 1'ideologie catholique transforme des evenements de tous les jours en evenements extraordinaires: 110 quand C y t r i s t e et ses amis opposes au Bon P a r t i bombardent l a procession d'oeufs pourris, on d i t que c'est "evident que l e Diable essayait d'interrompre l a ceremonie. 1 1 1 8 3 Ce n'est pas 1'Opposition qui s'oppose a l a procession, mais le Diable l u i - m§me. L ' h i s t o i r e d'Opportun soutient aussi 1'idee de transformation. Toute l ' h i s t o i r e est vue a travers les yeux d'un catholique f i d d l e : l e bon Dieu l u i prend son i n t e l l i g e n c e pour ensuite l a l u i rendre. Bien qu'Opportun ne semble pas §tre un enfant pieux, les paroissiens font de l u i un p e t i t saint. Sa mort est une mort sainte: Dieu l ' a ramen6 chez l u i . Une trag6die devient un miracle aux yeux des f i d e l e s car 1'ideologie catholique, qui f a i s a i t p artie de l a p o l i t i q u e duplessiste et de l a vie des paysans, transforme l a r e a l i t e . II me semble que l a v i s i o n du monde dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e est beaucoup plus compliquee que c e l l e du roman de l a ter r e . Dans ce dernier, i l y a deux mondes presentes et contrastes, mais une seul voix sort du roman. La v i s i o n du monde du narrateur est l a plus forte et, en f i n de compte, l a vie terrienne est l a vie p r i v i l e g i e e ; l a vie des citadins est condamnee. Dans l e roman de Carr i e r i l y a beaucoup de mondes presentes. II y a tout d'abord l a vie idealisee des pionniers comme les parents de Cy t r i s t e Tanguay. II y a aussi, tout comme dans l e roman de l a terre, l e monde de ceux qui sont pour l e progr^s. Je pense, par exemple, aux ministres du Bon P a r t i qui poussent l a construction du chemin neuf et qui promettent 1 8 3. Ibid., 188. 1 ' e l e c t r i f i c a t i o n rurale tout en acceptant les valeurs catholiques du passe. C'est un melange curieux de catholicisme et de protestantisme, du passe et du present. Un autre monde dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e est c e l u i des hommes ordinaires. I l s sont, pour l a plupart, des catholiques f i d e l e s et des paysans qui s'opposent a l a v i l l e et au progres. I l s n'hesitent pas, pourtant, a t r a v a i l l e r sur l e chernin qui represente l e progres et l a f i n de leur heritage. Le chernin amene aussi l a destruction de l a terre, un objet sacre pour leurs ancetres. Le monde des i d e a l i s t e s comme Jeannot Tremblay et A c h i l l e Bedard est interessant aussi. Jeannot et A c h i l l e ne sont pas des i d e a l i s t e s comme les narrateurs du roman de l a terre car i l s sont des hommes i n s t r u i t s qui ne vivent pas sur l a te r r e . I l s sont pourtant conscients de 1'heritage et du passe du peuple quebecois et veulent changer l e monde pour l e mieux: Les hommes de notre peuple sont perdus dans les f o r i t s q u ' i l sont les premiers a defricher pour leur passage. Nous devons, nous, monter sur une montagne, etudier les horizons, a f i n de pouvoir les guider vers l a meilleure d i r e c t i o n . Nous ne sommes pas que des passants, nous sommes des guides. 1 8 4 V o i l a un nouveau messianisme: comme les narrateurs du roman de l a terre, ces i d e a l i s t e s se considerent des guides du peuple quebecois. C'est leur devoir de guider l e peuple et d'assurer q u ' i l obtient tout ce a quoi i l a d r o i t . A cette f i n , A c h i l l e essaie de garder intactes ses valeurs, de corriger les actions Ibid., 423. 112 de Sautereau et de l e rendre conscient de ses erreurs; a cette f i n , Jeannot rappelle aux ouvriers leur heritage et leurs ancetres. Mais contrairement aux anciens guides du roman de l a terre, ces nouveaux guides ne s'opposent pas au progres. l i s acceptent tout ce qui peut ameliorer leur vie et c e l l e de leur peuple. Puisqu'ils sont eduques, i l s pensent connaltre l a r e a l i t e des choses et l a facon d'am61iorer l e monde. I l s ne sont pas f i d d l e s a l'heritage. Comme i l y a tenement de mondes di f f e r e n t s pr6sent6s dans ce roman, i l faut consid6rer l a r e a l i t e de ces mondes. Tout au debut de l ' h i s t o i r e , l e lecteur devient conscient de cette question car des personnages comme Innocent Loiseau, et d'autres, s'interrogent sur ce point l a . Apres avoir quitte l'ecole, Innocent rencontre une f o l l e qui v i t sur l e chemin. II passe un peu de temps chez e l l e mais l a quitte rapidement l o r s q u ' e l l e essaie de l e t e n i r entre ses bras. Est-ce l a r e a l i t y ? Innocent n'est pas sur: "Cette maison e x i s t a i t - e l l e ? Cette f o l l e l ' a v a i t - e l l e vraiment tenu dans ses bras? ... Mais qu'est-ce qui existe? Qu'est-ce qui n'existe pas?" 1 8 5 Avant q u ' i l ne decouvre l a maison du mari de cette femme, Innocent pense que c'6tait un cauchemar et que l a nourriture de cette maison "n'etait que de l a nourriture i r r e e l l e . " 1 8 6 Plus l o i n sa certitude est ebranl6e quand i l passe du temps dans une maison identique, devant l a m§me nourriture; c'est l a maison du 1 8 5. Ibid., 21. 1 8 6. Ibid., 22. 113 mari de l a f o l l e . Est-ce un autre reve? On ne s a i t pas, car l e narrateur ne t i r e pas de conclusions. Peut-§tre 1'enfant transforme-t-il l a r e a l i t e avec son imagination comme Luc dans Terre du r o i C h r i s t i a n . Certes, Innocent lui-m§me semble associer l a r e a l i t e aux hommes et l ' i r r e a l i t e aux enfants: "II eut honte de ses monologues r i d i c u l e s dans un telephone debranche ou i l p a r l a i t a une femme qui n ' e x i s t a i t pas. C e t a i t des jeux enfantins. Desormais, Innocent Loiseau e t a i t condamne a l a vie r e e l l e . " Apres sa rencontre avec l a femme en jaune, Innocent devient un homme. II connait l a r e a l i t e et l a i s s e derriere l u i ses reves et l ' i r r e a l i t e enfantins. Dans ce roman, le chernin, une metaphore de l a vie de l'homme et l e symbole du progres, d i v i s e les personnages en deux groupes. Le Bon P a r t i , les i d e a l i s t e s comme A c h i l l e Bedard 1 8 7 et Jeannot Tremblay, et quelques hommes, qui ont besoin de t r a v a i l , sont pour le progres. II y en a d'autres, comme les parents de C y t r i s t e Tanguay, Teton Lachapelle, et des pionners, qui font p a r t i de l a procession l e jour de l a f i t e , qui s'opposent au progres. I l s sont s o i t contre l a construction du chernin neuf, s o i t contre l a corruption et l'immoralite q u ' i l amene. Dans l e roman de l a terre, en depit de l a dualite, i l y avait toujours une voix dominante dans l e texte. Retrouve-t-on 1 8 7. II faut noter qu'Achille est pour le progres bien q u ' i l s o i t contre l a corruption qui 1' accompagne. Plus l o i n dans l ' h i s t o i r e i l condamne l a corruption et le chernin du Bon P a r t i ; a ce po i n t - l a , i l devient contre l e progres. 114 une t e l l e voix dans l e roman de Carrier? Tout au debut de l ' h i s t o i r e , les lecteurs sont conscients du deroulement continuel des saisons, de l a beaut6 de l a nature et de l a t r a n q u i l l i t e de l a v i e a Saint-Toussaint-des-Saints. Sans 1'interruption brutale de l a radio qui f a i t comprendre qu'on est a l a v e i l l e d'une el e c t i o n , l e premier chapitre de L'amour dans l a f e r r a i l l e pourrait facilement f a i r e p a r t i e d'un roman de l a te r r e . Dans le dernier chapitre, i l y a cependant un renversement complet de l a premiere scene: Fumantes, des ruines de voitures toutes chiffonnees, metal f r o i s s e , renversees, empilees, mglees les unes aux autres, 6taient grimpees les unes sur les autres comme des insectes hideux qui auraient eu l e desir de se manger. Cela puait l a chair brulee. Ces mottes grossieres de m6tal roussi ressemblaient a ce qu ' i l s avaient vu a l a t e l e v i s i o n en des pays ou regnait l a guerre. 1 8 8 II n'y a maintenant que l a destruction et l a mort. Tout est l a i d ; i l n'y a plus de beaut6. Le "progres" et l e chemin neuf ont tout d6truit. La paroisse, qui e t a i t autrefois b e l l e et tr a n q u i l l e , ressemble maintenant a un pays en guerre. Les saisons continuent de se succeder comme e l l e s le font depuis toujours mais i l y a desormais des changemehts dans l a vie et dans l a societe aussi. On ne peut plus dire que rien ne change, r i e n ne changera. Tout a deja change et i l y aura des changements a venir. A l a f i n du roman, l e Bon P a r t i f a i t debcltir l e chemin neuf et en f a i t construire un autre pour l e remplacer. On ne peut pas arr§ter l e "progres" (si cette destruction peut etre appelee "progres"); l e peuple quebecois, Ibid., 534-535. 115 pourtant, continue a exister. Quelqu'un trouve un p e t i t enfant dans les hautes herbes pres du chernin deja ancien et le cure l e baptise Opportun-Innocent. Cet enfant, venant de l a nature semble-t-il/ porte les noms de deux personnes qui l'ont precede, comme un enfant porte l e nom d'un de ses anc§tres. La vie recommence et l e peuple continuera a exister malgre l a metamorphose de l a societe qui les entoure. V o i l a l a voix qui emerge de l ' h i s t o i r e , l a voix qui domine en depit d'autres voix, et i l y en a beaucoup, qui essaient d'occuper l a po s i t i o n dominante. C'est l a voix d'un peuple qui ne s a i t pas mourir, comme l'on trouve dans Menaud, maitre-draveur. La multitude de personnages et de voix dans ce roman rend importante l a question de l a voix narrative. II n y a qu'un seul narrateur, mais i l y a plusieurs f ocalisateurs car l e narrateur delegue parfois l a f o c a l i s a t i o n aux personnages. Dans le roman de l a terre, l e narrateur est l e foc a l i s a t e u r a travers les yeux de qui les evenements de l ' h i s t o i r e sont vus, mais dans ce roman on vo i t les evenements a travers les yeux de plusieurs personnages d i f f e r e n t s . Le narrateur est heterodiegetique; i l n'entre pas dans 1'intrigue, n i pour agir, n i pour commenter, comme l e font parfois les narrateurs du roman de l a terre . Loin des evenements racontes et de l'epoque de Duplessis, l e narrateur peut e c r i r e plus ou moins objectivement. La d i v e r s i t e des personnages dans 1'intrigue aide a rendre l ' h i s t o i r e objective car " l a coupe sociographique de Saint-Toussaint-des-Saints o f f r e 116 1'image d'une societe qu6becoise complete, ideale, equitablement d i s t r i b u t e , avec suffisamment d'acteurs pour jouer de manitre tres convaincante des scenes de procession, de f§te foraine, de combat d'oeufs pourris. " 1 8 9 De ce point de vue, l a societe presentee.dans ce roman est plus r e e l l e que c e l l e presentee dans le roman de l a t e r r e . La f o c a l i s a t i o n est p a r f o i s externe, comme e l l e l ' e s t dans le roman de l a t e r r e . Je pense par exemple a l a description de l a femme en jaune: on n'entre pas dans ses pensees et ses emotions. La description demeure s u p e r f i c i e l l e ; l e narrateur ne de c r i t que son corps, sa robe, sa voiture, et ses actions. On n' entre pas dans les pensees et les emotions de l a f o l l e non plus. Les lecteurs apprennent qu'elle pense que son mari est trop jaloux, mais sa personnalite n'est pas developpte du tout. Souvent l a f o c a l i s a t i o n est interne comme e l l e l ' e s t dans le cas de Sautereau et d'Achille Bedard. Peu a peu, les lecteurs connaissent ces personnages. I l s partagent leur peur et leurs regrets; i l s savent pourquoi A c h i l l e et Sautereau sont forces de cacher l a v e r i t e et i l s comprennent l e tourment mental qui en resulte. La f o c a l i s a t i o n interne est employee pour les personnages les plus importants dans le roman tandis que l a f o c a l i s a t i o n externe est u t i l i s 6 e pour les personnages secondaires et peripheriques. Les personnages deerits de l ' i n t e r i e u r sont plus vivants que ceux qui ne sont de c r i t s que P e l l e r i n , "II est long l e chemin," 25. 117 superficiellement. La f o c a l i s a t i o n multiple souligne done les differences entre les personnages principaux et secondaires. Un des problemes qu'ont les narrateurs du roman de l a terre, c'est q u ' i l s ne sont pas o b j e c t i f s . Le narrateur- f o c a l i s a t e u r se sert de l ' h i s t o i r e pour soutenir sa propre ideologie et pour en attaquer d'autres. En l e faisant, i l transforme le monde q u ' i l d e c r i t . On n'a pas un t e l probleme dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e . II y a un changement continuel entre f o c a l i s a t i o n interne et f o c a l i s a t i o n externe, qui e q u i l i b r e le roman. Le narrateur se distancie de l ' h i s t o i r e et ne l a manipule pas, du moins pas ouvertement. Et contrairement au narrateur du roman de l a terre, i l ne porte pas de jugements sur ses personnages: "En tant que romancier et f i n observateur de son milieu, 1'auteur ne juge pas ses multiples personnages, s o i e n t - i l s dr61es ou francs, genereux ou frustes, ou tout carrement erotiques. II prefere les l a i s s e r p arler directement au l e c t e u r . " 1 9 0 Cette o b j e c t i v i t e distingue Carrier des romanciers de l a te r r e . A cela i l faut ajouter que l ' i r o n i e de Carrier l e distancie doublement de l ' h i s t o i r e . Le narrateur observe tout ce qui ar r i v e a Saint-Toussaint-des-Saints sans porter de jugements sur les actions des v i l l a g e o i s . II r i t doucement de tous ses personnages. II se moque des parents de C y t r i s t e Tanguay, qui sont un peu seniles, et des membres du Bon P a r t i et du Cheuf, qui se croient aussi importants que Dieu lui-meme. Le narrateur 1 9 0. Hamblet, French Review, 4 84. 118 r i t aussi des p r o s t i t u t e s , des i d e a l i s t e s , et des f i d e l e s de l a . paroisse. Le sourire, present tout au long de l ' h i s t o i r e , n'est pas une caracteristique du roman de l a t e r r e . CONCLUSION II y a beaucoup de s i m i l a r i t e s entre l e roman de l a ter r e et les romans de Trudel et de Carrier etudies dans cet essai, en depit des ecarts temporels entre leur date de production. L'influence du roman de l a terre est done l o i n d'etre eteinte: certains de ses t r a i t s caracteristiques se retrouvent dans quelques romans contemporains. Bien q u ' i l y a i t des s i m i l a r i t e s entre les deux genres de roman, les romans contemporains, i l faut l e souligner, ne sont pas du tout messianiques comme l e sont les romans de l a terr e . Les romanciers contemporains ne visent pas a convertir le monde au catholicisme, n i a pr§cher l a perpetuation de 1'heritage et de l a race. Par son int e n t i o n n a l i t e done, l e roman de l a terre ne ressemble aucunement aux romans de Carr i e r et de Trudel. II y a pourtant des s i m i l a r i t e s frappantes entre l'ancien et l e nouveau qui apparaissent dans 1'esprit des romans contemporains: dans les themes, dans les figures de st y l e et surtout dans l a v i s i o n du monde presentee par 1'auteur. L'ideologie de conservation, qui est au coeur du roman de l a terre, trouve un echo a plusieurs reprises dans Terre du r o i Chr i s t i a n et dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e . La p o s i t i o n dominante accordee a l ' E g l i s e , a l a terre, a l a nature et au passe dans ces romans est s i g n i f i c a t i v e ; on ne peut pas 119 l'ignorer. Dans Terre du r o i Christian, l a terre et l a nature sont tres importantes dans l e monde de Luc. Le pass6 est aussi important pour l u i car, sans pass6, i l ne se connaltrait jamais. II c r o i t q u ' i l a besoin de connaitre le passe pour trouver son i d e n t i t e et pour mieux vivre dans l e present. II y a l a un p a r a l l & l e avec l e roman de l a terre, ou l e pass6 est tres important pour 1'identite qu6b6coise. L'influence de 1'ideologie se donne aussi a l i r e a travers l a multitude de metaphores, de comparaisons et d'autres figures de s t y l e comme l a personnification de l a t e r r e . Dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e , par exemple, l a plupart des expressions f i g u r a t i v e s sont bas6es sur l a r e l i g i o n , l a t e r r e et l a nature, tenement e l l e s sont importantes dans l a vie des personnages. Dans cette h i s t o i r e , qui a l i e u a 1'epoque de Duplessis, 1'influence de 1'ideologie de conservation est considerable. Dans le roman de l a terre, a i n s i que dans les deux romans contemporains etudies dans cette th^se, i l y a une dualite interessante: l a t e r r e et l a nature sont contrast§es avec l a v i l l e , l e passe avec l e present, et les id6es d'un personnage avec c e l l e s d'un autre. II y a toujours une confrontation qui resulte en l a presentation de mondes ou de r e a l i t e s d i f f e r e n t s . A 1'epoque des romans de l a terre, i l n'y a que deux mondes pour l e Canadien frangais: l e monde frangais et l e monde anglais. A notre epoque, tout n'est pas aussi simple; chaque personne a des reactions di f f e r e n t e s v i s a v i s de l a r e a l i t e . Le romancier contemporain, conscient de cette complexite, donne a ses 121 lecteurs une v i s i o n du monde plus nuancee. A i n s i , dans Terre du r o i Christian, i l y a l e monde de Luc, c e l u i de Chris t i a n , c e l u i de l a famille Dionne, c e l u i de Sammy, etc. Dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e , l a v i s i o n du monde est encore plus complexe: l a multitude de personnages resulte en une multitude de mondes, car chacun reagit differemment a l a r e a l i t e . D ' a i l l e u r s dans les deux romans, l a reaction des personnages face a l a r e a l i t e temoigne de l a ressemblance entre le roman contemporain et l e roman de l a t e r r e . Dans les deux genres, i l y a des personnages qui refusent l a r 6 a l i t e . Dans le roman de Trudel, Luc, le personnage p r i n c i p a l , i d e a l i s e son monde et v i t dans ce monde der6alise. II ne peut pas accepter 1'absence de son pere n i l e manque d'affection. II se sent perdu dans l a r e a l i t e et prefere se refugier dans un autre monde, un monde ou l a ter r e et le passe ont de 1'importance. Son refus de l a r e a l i t e rapproche Terre du r o i Chri s t i a n du roman de l a terre. Le monde der6alise dans lequel Luc v i t ressemble aussi au monde d6realise du dernier. On peut dire l a m§me chose a propos de L'amour dans l a f e r r a i l l e car tous les personnages semblent refuser l a r e a l i t e d'une facon ou une autre. Certains se mefient des changements qui ont l i e u autour d'eux, et se refugient dans l e passe et dans l a t r a d i t i o n . D'autres refusent leur heritage et s'accrochent au futur; i l s embrassent 1'innovation et vivent pour 1'argent et pour le succes qui semblent suivre l a route du progres. En reniant le passe et l'heritage, i l s nient aussi leur i d e n t i t e . I l s perdent 122 parfois leur v i e . Comme dans l e roman de l a terre, i l est tres d i f f i c i l e de vivre l o i n de l a t e r r e . Le developpement des techniques l i t t e r a i r e s , a i n s i que l e changement dans 1'intentionnalite des auteurs, resultent en une voix narrative qui parfois ressemble a c e l l e du roman de l a terre, et qui parfois ne l u i ressemble pas du tout. Dans l e roman de Trudel, 1'absence de li m i t e s dans l e monde derealise ressemble beaucoup au roman de l a te r r e . Le monde de Luc Dionne semble pa r f o i s aussi i r r e e l que c e l u i de Jean Rivard. Dans l e monde d'un enfant qui est le focalisateur, tout est possible pour l e narrateur de Terre du r o i Chr i s t i a n : des mantes reli g i e u s e s peuvent hanter des p e t i t s gargons comme Ch r i s t i a n et on peut v o i r des dieux en mangeant des champignons. Par contre, l a separation du narrateur et du foc a l i s a t e u r dans ce romann et le degre d ' i n t e r i o r i t e dans l a narration ne ressemblent aucunement au roman de l a te r r e ; l a narration est plus sophistiquee que c e l l e des romanciers de l a te r r e . Le choix de Trudel d ' u t i l i s e r un regard d'enfant l e met a l ' a b r i de tout reproche car un enfant n'est pas responsable de ses actions et on ne peut pas l e c r i t i q u e r . D ' a i l l e u r s , Trudel ne porte aucun jugement moral sur les actions des personnages, comme l e font les romanciers de l a terre, car 1'enfant, qui f o c a l i s e , n'est pas capable de porter de jugement moraux. Dans De 1'amour dans l a f e r r a i l l e , i l y a un narrateur omnipresent et omniscient tout comme l e roman de l a te r r e . La description des personnages, aussi, ressemble parfois beaucoup 123 a c e l l e que l'on trouve dans l e roman de l a te r r e . II y a quand mime des differences importantes. Encore une f o i s , comme dans le cas de Terre du r o i Christian, l a narration est plus sophistiquee que c e l l e du debut du s i e c l e . Le narrateur ne se li m i t e pas a quatre ou a cinq personnages; i l en met beaucoup en scene. II n'est pas lim i t e , non plus, a l a f o c a l i s a t i o n externe. La f o c a l i s a t i o n interne, que c h o i s i t Carrier, resulte en une v i s i o n du monde qui n'est plus duelle mais p l u r i e l l e . Cette p l u r a l i t e rend plus convaincante l a description de l a societe presentee. On est, bien sur, l o i n du roman de l a t e r r e . Ce ne sont l a que les aspects les plus manifestes des l i e n s qui unissent les oeuvres de Carrier et Trudel au roman de l a terre, car cet essai ne pretend pas a 1'exhaustivite. II s e r a i t done interessant de poursuivre dans cette voie en etudiant ces romans plus en d e t a i l , ou bien, selon une autre perspective theorique. On pourrait egalement f a i r e une t e l l e etude avec d'autres romans. II reste beaucoup de t r a v a i l a f a i r e s i l'on veut comprendre les rapports entre l'ancien et l e nouveau dans l e roman quebecois. Suivant les pas de Marcotte, je n'ai que commence a t r a v a i l l e r un champ f e r t i l e qui est l o i n d ' i t r e epuise. BIBLIOGRAPHIE OEUVRES LITTERAIRES ROMANS PRINCIPAUX Carrier, Roch. De 1'amour dans l a f e r r a i l l e . Quebec: Stanke, 1984. Trudel, Sylvain. Terre du r o i Christian. Montreal: Quinze, 1989. ROMANS SECONDAIRES Ferron, Jacques. L'Amelanchier. Montreal: Editions du jour, 1970. Gerin-Lajoie, Antoine. Jean Rivard l e derricheur s u i v i de Jean Rivard, economiste. LaSalle: Hurtubise HMH, 1977. Grignon, C-H. Un Homme et son peche. Montreal: Stanke, 1984. Hemon, Louis. Maria Chapdelaine. Montreal: Fides, 1980. Ringuet. Trente arpents. Paris: Flammarion, 1938. Savard, F61ix-Antoine. Menaud, maltre-draveur. Montr6al: Fides, 1982. Trudel, Sylvain. Le Souffle de l'Harmattan. Montreal: Quinze, 1986. OUVRAGES ET ARTICLES CARRIER ET TRUDEL Beaudoin, Rejean. "Le Chemin du milieu du monde." Libert6, 3 juin 1990: 68-73. Bernier, Yvon. "La redoutable 6preuve qu'est un deuxieme roman." Lettres guebecoises 56 (1989-1990): 23. 124 Hamblet, Edwin. "Roch Carrier, De 1'amour dans l a f e r r a i l l e . " French Review 59 (1985-86): 483-484. Marcotte. "Des monuments essentiels de 1'imaginaire quebecois." L'Actualite, decembre 1989: 178. P e l l e r i n , G i l l e s . "II est long l e chernin." Lettres guebecoises 37 (1985): 24-26. LE ROMAN DE LA TERRE Brunet, Michel. "Trois dominantes de l a pensee canadienne- francaise: 1'agriculturisme, 1'anti-etatisme et l e messianisme." dans La Presence anglaise et l e s Canadiens. Montreal: Beauchemin, 1964. Jobin, A-J. "Quelques aspects du regionalisme l i t t e r a i r e en France et au Canada." Carnets Viatoriens 15,3 (1950): 216- 220. Lemire, Maurice. Introduction a l a l i t t e r a t u r e guebecoise (1900-1939). Montreal: Fides, 1981. . "Le roman regi o n a l i s t e au Quebec (1900-1940). Essai de c l a s s i f i c a t i o n . " Journal of Canadian F i c t i o n 25-26 (1979): 124-135. Losique, Serge. "L'evolution du roman au Canada-frangais (1837-1938)." Revue d' h i s t o i r e l i t t e r a i r e de l a France (1969): 737-745. Proulx, Bernard. Le roman du t e r r i t o i r e . Montreal: Presses de 1'Universite du Quebec a Montreal, 1987. Robidoux, Rejean. "Le roman: 18 95 jusqu'a l a Seconde Guerre Mondiale." Le Quebecois et sa l i t t e r a t u r e sous l a d i r e c t i o n de Rene Dionne. Sherbrooke: Editions Naaman, 1984. Servais-Maquoi, M i r e i l l e . Le roman de l a te r r e au Quebec. Quebec: Presses de 1'University Laval, 1974. S i r o i s , Antoine. "L'image de l a v i l l e dans l e roman du t e r r o i r d'expression frangaise et d'expression anglaise." Canadian Review of Comparative Literature 3 (1976): 269- 285. Thyrio, Adrien. "'En marge de l a vie' ou l e roman quybycois: 1900-1933." Voix et Images 7.1 (1981): 45-55. 126 GENERAL Bachart, Gerard. "Le sentiment r e l i g i e u x dans l e roman canadien-francais." Revue de l'Universite Laval 9 (1955): 868-896; 10 (1955): 41-61. Beaudoin, Rejean. Naissance d'une l i t t e r a t u r e . Montreal: Boreal, 1989. Casgrain, Henri-Raymond. Oeuvres completes, tome 1. Montreal: Beauchemin et F i l s , 1896. Chartrand, L6o. "Les Quebecois s o n t - i l s vraiment n a t i o n a l i s t e s . " L'Actualite, l e r mai 1990: 16-20. Dandurand, Albert. Le roman canadien-francais. Montreal: Action canadienne-francaise, 1937. . L i t t e r a t u r e canadienne-francaise. La prose. Montreal: Le Devoir, 1936. Dorion, G i l l e s . "La l i t t e r a t u r e queb6coise contemporaine, 1960-1977." Etudes francaises 13 (1977): 301-338. Ducrocq-Poirier, Madeleine. Le roman canadien de langue francaise de 1860 a 1958. Paris: Nizet, 1978. Falardeau, J-C. L'evolution du heros dans l e roman gueb6cois. Montreal: Presses de l' U n i v e r s i t e de Montreal, 1969. . Notre societe et son roman. Montreal: HMH, 1968. Grandpr6 (de), Pierre. H i s t o i r e de l a l i t t e r a t u r e francaise du Quebec. tome 1. Montreal: Beauchemin, 1967. Grignon, C-H. Ombres et clameurs, regards sur l a l i t t e r a t u r e canadienne. Montreal: Levesque, 1933. H6bert, Pi e r r e . "Les cycles du roman queb6cois." Etudes canadiennes 14 (1983): 55-63. Lauzidre, Arsene. "Primeveres du roman canadien-francais." Culture 18 (1957): 225-244. Leger, Jules. Le Canada francais et son expression l i t t 6 r a i r e . Paris: Nizet et Bastard, 1938. Marcotte, G i l l e s . "La dialectique de l'ancien et du nouveau." dans L i t t e r a t u r e et circonstances. Montreal: l'Hexagone, 1989. Une l i t t e r a t u r e qui se f a i t . Montreal: HMH, 1971. 127 Marion, Seraphin. En f e u i l l e t a n t nos fecrivains. Etude de l i t t e r a t u r e canadienne. Montreal: Action canadienne- frangaise, 1931. . Nos t r o i s premiers romans canadiens-francais. Quebec: Edit i o n du Cap Diamant, 1943. . Sur les pas de nos l i t t e r a t e u r s . Montreal: Levesque, 1933. Moni&re, Denis. Le Dfeveloppement des ideologies au Quebec, des origines a nos jours. Montreal: Quebec/Amerique, 1977. Robidoux, Rejean et Andre Renaud. Le roman canadien-francais du vingtieme s i e c l e . Ottawa: Presses de 1'University d'Ottawa, 1966. Roy, Camille. Essais sur l a l i t t e r a t u r e canadienne. Quebec: Action sociale, 1914. . Etudes et croguis. -Montreal: C a r r i e r et cie, 1928. . Regards sur nos l e t t r e s . Quebec: Action sociale, 1930. Saint-Pierre, Arthur. "Notre l i t t e r a t u r e sociale avant l a Confederation." Revue t r i m e s t r i e l l e canadienne 36 (1950): 285-314. Tuchemaier, Henri. "L'evolution du roman canadien." Revue de l'Universite Laval 19 (1959): 131-143, 235-247. Zeraffa, Michel. Roman et societfe. Paris: PUF, 1971.

Cite

Citation Scheme:

    

Usage Statistics

Country Views Downloads
United States 17 0
Canada 16 0
Morocco 10 0
France 5 0
Germany 3 13
China 2 11
Haiti 1 0
Algeria 1 0
City Views Downloads
Unknown 31 13
Mountain View 5 0
Rouyn-Noranda 4 0
Montreal 3 0
Toronto 3 0
Saint-Jerome 2 0
Beijing 2 0
Mississauga 1 0
Buffalo 1 0
Delmar 1 0
Redmond 1 0
Ashburn 1 0

{[{ mDataHeader[type] }]} {[{ month[type] }]} {[{ tData[type] }]}

Share

Share to:

Comment

Related Items