UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

Le realisme d'honore de Balzac par rapport a l'art et a la science Gathercole, Patricia May 1942

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1942_A8 G2 R3.pdf [ 4.24MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0098666.json
JSON-LD: 831-1.0098666-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0098666-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0098666-rdf.json
Turtle: 831-1.0098666-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0098666-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0098666-source.json
Full Text
831-1.0098666-fulltext.txt
Citation
831-1.0098666.ris

Full Text

/<!<-!> fy% LE REALISME D'HONORE" DE BALZAC PAR RAPPORT A L'ART ET A LA SCIENCE. by P a t r i c i a May Gathercole A Thesis submitted i n P a r t i a l Fulfilment of The Requirements for the Degree of MASTER OF ARTS i n the Department of MODERN LANGUAGES The University of B r i t i s h Columbia October, 1942 Le Rgalisme d'Honore de Balzao par rapport a. l ' a r t et a l a science. INTRODUCTION "Un homme qui dispose de l a pensee est un souverain. Les r o i s oommandent aux nations pendant un temps donne; l ' a r t i s t e commands a des s i e c l e s entiers; i l change l a face des choses, i l jette une revolution en moule; i l pese sur l e globe, i l l e faconne. A i n s i de Guttemberg, de Oolomb, de Sohwartz, de Descartes, de Raphael, de Y o l t a i r e , de David. Tous etaient a r t i s t e s , oar i l s oreaient, i l s appliquaient l a pensee a une production nouvelle des foroes humaines, a une oombinaison neuve des Elements de l a nature, ou physique ou morale. Un a r t i s t e t i e n t par un f i l plus ou moins d e l i e , par une acoession plus ou moins intime, au mouvement qui se prepare." ^ Balzao lui-meme est un a r t i s t e qui "change l a face des choses, 1 1 qui "ti e n t par un f i l plus ou moins d e l i € . . . au mouvement qui se prepare." II inaugure v r a i -ment l e mouvement r e a l i s t s dans l e roman, mouvement qui deviendra de plus en plus important a mesure que l e dix-neuvieme sie o l e avanoe. I ~ ! ! " Balzao, Des. A r t i s t e s , Oeuvres Diverses I, p. 351 2 Nous verrons que ce realisms eonsiste dans un prooede nouveau d'Ecrire. Les descriptions des personnages et du m i l i e u ooouperont une bonne partie du roman. Du reste, e l l e s oonstitueront l'inter&t p r i n c i p a l du r e c i t , e l l e s sont s i exactes, s i de t a i l l e e s ^ s i vraisemblables. A i n s i l e premier ohapitre de l a these t r a i t e l e s caracteres dans "Eugenie Grandet," l e deuxieme, l e m i l i e u dans "l e Pere Goriot," l e troisieme, 1*intrigue dans " l e Cousin Pons." Ces romans ne sont que des exemples de son procede general qui v a r i e peu pendant sa oarriere d'6erivain. Nous apprendrons comment oette sorte de realisms provient du v i f i n t e r e t que Balzac portait aux sciences et aux a r t s . II s ' i n t e r e s s a i t aux theories de G a l l et de Lavater, a c e l l e s de Geoffroy S a i n t - H i l a i r e , aux conferences de V i l l e -main et de Cousin; i l antioipa l a theorie de I n v o l u t i o n de Darwin. Mais en meme temps i l admirait les chefs-d'oeuvre de l a peinture, surtout ceux de l'£oole hollandaise du dix-septieme s i e c l e , et en p a r t i c u l i e r l e s o^lebres tableaux de Rembrandt. II e t a i t aussi oolleotionneur avide de peintures et de brio-a-brae de toute sorte. Nous tenterons de deoouvrir quelle influence l e s sciences et l e s arts exeroerent sur ses descriptions de personnages, sur ses p o r t r a i t s , sur sa conception du milieu, sur son i n t r i q u e . Plus tard l ' " u t piotura poesis" d'Horaoe devient incontestable: Henri Monnier, Gautier, Hugo, sont a r t i s t e s aussi bien qu'ecrivains. Flaubert et l e s Goncourt sont 3 fervents admirateurs des a r t s . M. Dumesnil d i t : 'Tarmi l e s assertions un peu oertaines que l'on peut proposer sur notre matiere, i l y a d'abord que l e s ^ changes, l e s reactions mutuelles, l e s ressemblances entre l e s l e t t r e s et l e s arts n'ont jamais et6 aussi incontestables, peut-etre jamais aussi c o n s i d e r a b l e s . M a i s a. cette meme 6poque, ou l e s sciences se de>eloppent rapidement, Leoonte de L i s l e affirme que " l ' a r t et l a solenoe, longtemps separes par suite des e f f o r t s divergents de 1'intelligence, doivent tendre a s'unir etroitement, s i ce n'est a se oonfondre." L'idee de M?19 de Stae'l que l a l i t t e r a t u r e est 1*expression de l a societe s*applique a l a question. Le mouvement r e a l i s t e est l'expression d'une societe d'eorivains qui s'interesse aux arts et aux soienoes. Balzac l'inaugure, Zola l'acheve. Dans l e s onapitres suivants nous etudierons ses commencements. 1 ' ^  ' ' ' ~" Dumesnil j Ren6, Le. Realisms, p. 592. 2 Leconte de L i s l e , c i t e par P e t i t de J u l l e v i l l e , H i s t o i r e  de l a Langue,et de l a L i t t e r a t u r e francaise. VIII, p. 13. CHAPITRE I. Les Caracteres dans "Eugenie Grandet". "La society ne f a i t - e l l e pas de l'homme, suivant l e m i l i e u ou son aotion se deploie, autant d'hommes d i f f e r e n t s q u ' i l y a de v a r i e t ^ s en zoolbgie? Les differences entre un soldat, un ouvrier. . sont aussi considerables que c e l l e s qui distinguent l e loup, l e l i o n , etc. II a done exists, i l existera dono de tout temps des Espeees Sociales comme i l y a des Espeoes Zoologiques." —Avant-Propos de l a Comedie Humaine. 5 Les p o r t r a i t s physiques de Balzao ont pour anoetres les p o r t r a i t s classiques. Dans l e s romans heroSques des Soudery et de l a Calprenede au dix-septieme s i e o l e , on rencontre des p o r t r a i t s des premiers personnages de l a cour et de l a v i l l e . L ' a l l u r e , le t e i n t , l e s yeux, l a bouche, les dents, l e s cheveux, l a gorge et les mains de l'amante y sont louSs dans l e s memes termes et les memes metaphores. Les romans bourgeois de Soarron et de Furetiere peignent des personnages tres vivants des classes moyennes de l a society. Scarron d e c r i t des oom^diens et des provinciaux exoeptionnels comme l'avooat Ragotin et l a veuve M 0 1® Bouvillon* Les bourgeois de Furetiere sont plus ordinaires: un abbe a l a mode, bien f r i s 6 ; une -jolie f i l l e en grande t o i l e t t e , etc. En 1688 La Bruyere publie ses "Caracteres" ou. i l peint satiriquement l e s d e t a i l s physiques, l e s gestes, et les vetements de ses personnages. Tout l e monde oonnait son po r t r a i t de l'homme riohe, Giton, qui ressemble physiquement au pere Grandet: i l a " l e t e i n t f r a i s , l e visage p l e i n et les joues pendantes, l ' o e i l f i x e et assure j l e s epaules larges, l'estomao haut, l a demarche ferme et d€liberee. . . ." Le Sage reprend cette t r a d i t i o n au dix-huitieme s i e o l e . Dans "le Diable Boiteux" i l passe des silhouettes rapidement devant nous. Son bourgeois avare, a l a fagon de Grandet, I ' 7 - ' ! ; ;  La Bruyere, Les Grands ec r i v a i n s de l a Franoe, Oeuvres I, p* 272. "parcourt des yeux ses richesses: i l ne peut s'en r a s s a s i e r . " Plus tard " G i l Bias" presente toute une g a l e r i e de p o r t r a i t s plus exacts et plus detallies. Balzac est l e plus grand p o r t r a i t i s t e du dix-neuvieme s i e c l e . Ses caracteres sont des types, mais des types i n d i v i d u a l i s e s par de petites excentricites physiques et morales. Sous l'i n f l u e n c e de Geoffroy S a i n t - H i l a i r e i l voulait r S a l i s e r l'unite de composition. A i n s i ohaque t r a i t j ohaque geste, ohaque vehement, chaque parole harmonise aveo l'idee generale du type; l'oeuvre a un leitmotiv wagnerien. Selon une comparaison entre l'Humanite et 1'Animalite l e s quatre cent cinq personnages de l a "Comedie Humaine" sont presque tous des types representatifs de ohaque olasse, de chaque profession s o c i a l e . "II a existe, i l existera de tout temps des Espeoes Sociales comme i l y a des Espeoes Zoologiques;" a i n s i Balzac veut trouver l e s t r a i t s l e s plus oaraoteristiques de chaque groupe. Son personnage central est souvent un homme motive par une passion unique, car l'homme nait avec des i n s t i n c t s et des aptitudes et " l a passion est toute l'humanite." Balzac montre l'i n f l u e n c e de cette passion, qui est presque toujours mauvaise, sur les autres caracteres. L'etre f o r t est l a causei l e s autres caracteres deviennent les e f f e t s . Dans "Eugenie Grandet" 1 : ' — — ;  Le Sage, Le, Piable Boiteux. p. 14. 2 Balzac, Avant-Propos de, l a Comedie Humaine, p. XXXIV. 7 Balzao prend l a passion l a plus absorbante des passions egoxstes, l ' a v a r i c e . Le pere Grandet apparalt o l a i r et r e e l sur l a t o i l e ; l e s lignes sont faoilement discernables, l e s oouleurs semblent vives, l'unite de composition est frappante. Les savants Lavater et Ga l l enseignerent Balzao a considerer l a physionomie comme tres importante puisque l e dehors explique l e dedans.* A i n s i l e s p o r t r a i t s abondent en phrases comme "un de ces regards," "annonQait," et " a t t e s t a i t " pour decrire l ' i n t e r i e u r en meme temps que l ' e x t ^ r i e u r . En 1829 dans l a "Physiologie du Mariage" (Meditation XV.), Balzac marque son adhesion a Lavater: "La physiognomie a cree une ve r i t a b l e soienoe. E l l e a p r i s place enfin parmi l e s connaissances humaines. . . . Les habitudes du corps, l ' S c r i t u r e , l ejson de l a voix, l e s manieres, ont plus d'une f o i s e c l a i r e l a femme qui aime* l e diplomate qui trompe, l'administrateur habile ou l e souverain obliges de demeler d'un coup d'oeil l'amour, l a trahison ou l e merite inconnus. L'homme dont 1 1 ame agit avec force est comme un pauvre ver luisant qui, a son insu, l a i s s e » 2 echapper l a lumiere par tous ses pores . . . ." Dans l e p o r t r a i t suivant du pere Grandet se trouvent des qualites homogenes: l a force qu'indique l a s o l i d i t e et l a grandeur de ses t r a i t s , et 1'avarice que montre l a couleur r~—• '—:——•—; — — V i a t t e , Auguste, Les Sources occultes. du romantisme, p. 172. 2 ' ' % Balzac, La Physiologie du Mariage, Oeuvres Completes, XXXII, p. 176. 8 d'or, oertains a d j e c t i f s comme "devoratrice," et des phrases comme "une finesse dangereuse" et "une probite sans chaleur." V o i c i l e p o r t r a i t : "Au physique, Grandet e t a i t un homme de cinq pieds, trapu, oarre, ayant des mollets de douze pouces de circon-ferenoe, des rotules noweuses et de larges epaules; son visage e t a i t rond, tanne, marque de petite verole; son menton e t a i t d r o i t j ses levres n'offraient aucune sinuosite, et ses dents etaient blanches; ses yeux avaient 1'expression calme et devoratrice que l e peuple accorde au b a s i l i c ; son front, p l e i n de lignes transversales, ne manquait pas de protuberances s i g n i f i c a t i v e s ; ses cheveux, jaunatres et grisonnants, etaient blanc et or, disaient quelques jeunes gens qui ne connaissaient pas l a gravite d'une p l a i s a n t e r i e f a i t e sur M. Grandet. Son nez, gros par l e bout, supportait une loupe veinee que l e vulgaire d i s a i t , non sans raison pleine de malice;" Selon le l i v r e de Lavater sur l a physiognomie, l e s yeux resument le caractere."'' A i n s i les yeux des avares ou des financi e r s sont "jaunes d'or." Ceux de Grandet ont "1'expression calme et devoratrice" du b a s i l i c , animal qui f a i t mourir par son regard* Dans un autre l i e u , Balzao di t que l e metal jaune avait communique ses teintes aux yeux de Grandet; son regard est f u r t i f , avide, mysterieux; Baldensperger, fernand, Etudes, d'histoire l i t t e r a i r e , pp. 80-81. 9 Lorsqu'Eugenie pleure l a mort de son oncle; Grandet l u i demande pourquoi e l l e pleure puisqu'elle ne l e connaissait pas, "en l u i lancant un de ces regards de t i g r e affame q u ' i l j e t a i t sans doute a ses tas d'or." Plus tard on l i t que l e s yeux du bonhomme s'animlrent a l a vue d'une poignee d'or que l u i montra Charles. Comme Lavater, Balzao attribue au nez et au menton une valeur rev£latrioe eminente. 1 Le nez de Grandet, gros par l e bout, est remarquable par une loupe vein£e que l e peuple d i s a i t pleine de malice. Cette loupe r e f l e t e l'humeur de Grandet. L o r s q u ' i l d i t a Gruchot q u ' i l met l e s peupliers dans l a r i v i e r e pour se nourr i r aux f r a i s du gouvernement, i l se tourne vers Cruohot en "imprimant a l a loupe de son nez un leger mouvement qui v a l a i t le plus ironique des sourires." Nous l i s o n s a i l l e u r s que pendant une discussion commerciale, "Grandet l e regardait de travers et sa loupe indiquait : un orage i n t e r i e u r . " Quand i l se fSchait, l a loupe se c o l o r a i t . La caresse du menton ^ d r o i t " semble accompagner l e mouvement de l a loupe: Eugenie demande a propos de son oncle s ' i l y a quelque autre personne en Prance qui puisse avoir quatre m i l l i o n s ; "Grandet se caressait l e menton et sa loupe semblait se dilater."- En e f f e t , pendant toute discussion commerciale, Grandet se caressait l e menton: 1 ~ ~ ~ ~ " 7 ' — — — -Baldensperger, Pernand, Etudes d 1 h i s t o i r e l i t t e r a i r e , pp. 78-81. 10 II re pond, ''Nous verrons cela, en se frottant l e menton, " lorsque Gruchot f a i t observer q u ' i l y a vingt pour cent a gagner en deux ans dans l e s fonds; Sa tete, sa bouche, ses mains contribuent surtout a o f f r i r 1'impression de l a force; Selon Gall et Lavater ''des protuberances" sur l e front s i g n i f i e n t des caracteres f o r t s , des "caracteres de bronze." Des levres sans "aucune sinuosite" dSnotent un fond de vanite et aussi de mali c e . 1 Un jour Grandet montra a Charles ses mains "les espeoes d'epaules de mouton que l a nature l u i avait mises au bout des bras." "Voila. des mains f a i t e s pour ramasser des e c u s l " d i t - i l . Plus tard i l tendit "sa large main et emporta l a masse d'or" de Charles; Ses vetements temoignent aussi l'idee dominante, 1'avarice: "Toujours vetu de l a meme maniere, qui l e voyait aujourd'hui l e voyait t e l q u ' i l etait depuis 1791. Ses f o r t s souliers se nouaient avec des cordons de cu i r ; i l p o rtait en tout temps des bas de l a i n e drapes, une culotte courte de gros drap marron a bouoles d'argent, un g i l e t de velours a r a i e s alternativement jaune et puce, boutonne oarrement, un large habit marron a grands pans, une cravate noire et un chapeau de quaker. Ses gents, aussi solides que ceux des g.endarmes, l u i duraient vingt mois, et, pour les conserver propres, i l les posait sur le bord de son chapeau a l a meme place, par un geste methodique;" Les vetements de Grandet Baldensperger, Fernand, Etudes d'histoire l i t t e r a i r e , p; 78. 11 sont aussi solides que ses t r a i t s . "Ses f o r t s s o u l i e r s / ' "sa eulotte eourte de gros drap marron," ses gants solides devraient durer longtemps. Son habit est demode: i l est "toujours vetu de l a meme maniere."' Ohaque pa r t i e est f a i t e pour 1'usage. Les couleurs i n s i s t e n t sur 1*avarice: une eulotte "a boucles d'argent," un g i l e t de velours" a ra i e s alternativement jaune et puce." Le jaune et 1'argent des vetements oomplete l e jaune des yeux; Du reste, ces vete-ments ^t a l e n t une sorte de barometre pour toute l a communaute: "L'hiver sera rude, disait-on, l e pere Grandet a mis ses gants fourres: i l faut vendanger."-Ohaque phrase de Grandet l a i s s e un f r i s s o n dans l e dos de ses auditeurs. II ne parle que de son argent dans l a langue d'un amoureux: "Vraiment l e s eous vivent et g r o u i l l e n t comme des hommes: <ja vaj qa vient, <ja sue, ga produit;" Ses paroles semblent plus ameres apres l 1 arrive* e de Gharles. "Le pauvre jeune homme!" s'ecria M1116 Grandet apres l a mort de son pere; Grandet repond tout de su i t e : "Oui, pauvre, i l ne possede pas un sou." Et apres 1'explosion de pleurs de Charles, Grandet bredouille, "Mais ce jeune homme n'est bon a rie n , i l s'occupe plus des morts que de 1'argent.** Pendant un repas, Grandet demande ou. est son neveu; Nanon d i t q u ' i l ne veut pas manger. Grandet repond nonchalamment, "Autant d'eoonomise." Plus tard, l o r s q u ' i l entre dans l a chambre de Charles pour 1'eclairer, i l decouvre une bougie, objet de luxe selon Grandet, qui, comme Harpagon de Moliere, 12 eoonomisait l e s n6oessit6s: II d i t , "Tiensi v o i l a de l a bougie. Ou diable a-t-on p8ohe de l a bougie? Les garoes demoliraient l e plancher de ma maison pour cuire des oeufs a oe garcon-la." Une nuit i l entre ou plut6t i l s'elance de l a m§me maniere dans l a chambre de sa femme et pose une question sur son t r ^ s o r . M1116 Grandet repond timidement, "Mon ami, je f a i s mes prieres, attendez." Grandet, avare typique de son epoque, replique en grommelant, "Que l e diable emporte ton bon Dieu!" Puis, quand sa femme est serieusement malade, i l demande au medecin l e p r i x des drogues. Meme le leoteur reoule devant l a force, l a cruaute de cet avare s i vraisemblable, s i vivant. II a d ' a i l l e u r s certaines habitudes s i n g u l i e r e s dans sa conversation, des t i c s dignes de Didkens. II affecte un begayement et une surdite dans toutes ses a f f a i r e s de l a meme maniere que Gobseok qui pratique un silence f r o i d et impassible pour intimider ses victimes. II a trouve par experience ( i l avait ete dupe par un j u i f qui appliquait sa main a son o r e i l l e en guise de cornet sous pretexte de mieux entendre, et qui baragouinait terriblement} q u ' " i l y a a boire et a manger dans tout c e l a . " La victime Cruohot, suggere au vigneron ruse l e s mots et les idees q u ' i l parait chercher, acheve ses raisonnements, et f i n i t par §tre dupe. La maniere de Grandet de dire "Ta Ta Ta Ta" sur quatre tons chromatiques n'est pas moins degoutante: Par exemple, l e garde veut parler de ses appoint ements; "Ta ta ta ta d i t 13 Grandet, je sais ce que tu veux dire; tu est un bon diable: nous verrons cela demain, je suis trop presse aujourd*hui.R On trouve ca et l a l a r e p e t i t i o n de phrases qui servent a. i n s i s t e r sur l e leitmotiv, l f a v a r i c e . Voioi des phrases typiques du vieux tonnelier: "Par l a serpette de mon perel"; a Grandet m i l l e f o i s par an* "As-tu quelques sous a me pre'ter?"; "nous verrons c e l a " pendant des transactions commerciales; "puisque c'est l a fSte d'Eugenie"; "de pauvres vignerons qui n'ont jamais l e sou*" a Charles et meme a tous. Son langage est quelquefois tres vulgaire, p l e i n d'argot, surtout l o r s q u ' i l s'adresse a. sa femme: "M^^Grandet, oe que nous avons a d i r e s e r a i t du l a t i n pour vous; i l est sept heures, vous devrlez a l l e r yous serrer dans votre p o r t e f e u i l l e . " Grandet veut 6eonomiser tout, meine l e mouvement, l e s actes. Une nuit Nanon f a i t remarquer, "Nous n'usons point nos langues." "Ne faut r i e n user," repond Grandet qui se vo i t huit m i l l i o n s dans t r o i s ans. A i n s i l e l e rnovembre, ce jour seulement, Grandet permettait qu'on allumSt du feu dans l a s a l l e , et i l l e f a i s a i t eteindre au 31 mars, sans avoir egard n i aux premiers f r o i d s du printemps n i a ceux de l'automme. La lumiere etait aussi un objet de luxe: La nuit de l a fete d'Eugenie lorsque les Gruohot et les des Grassins s'amusent dans l e salon, Grandet d i t : "Nanon, veux-tu bien eteindre ton feu* ta lumiere, et venir avec nous? PardieuJ l a s a l l e est assez grande pour nous tous." Cette 14 meme nuit, Grandet, homme pratique j raooommode lui-«meme son esoalier vermoulUj apres avoir bu comme d'habitude son mauvais v i n et mange ses f r u i t s geltes. Plus tard i l vient dans son cabinet secret pour "ohoyer, oaresser, couver, cuver, cereler son or" parce que "ga l e rechauffe." Grandet ne montrait auoune consideration pour l e s autres dans ses actes. Maftre Cornelius a de meilleurs sentiments; meme Meroadet est plus b l e n v e i l l a n t , i l aime sa femme et sa f i l l e ; Chaque mouvement de Grandet est p l e i n de durete; aooompagnee souvent par des orages de colere. L'avarioe domine encore l e cadre. Le "bonhomme!' n'est pas embarasse pour apprendre a Charles l a mort de son pere^ mais " i l eprouve une sorte de compassion en l e sachant sans un sou." II 6 o r i t meme des c h i f f r e s sur l e journal qui annonce l a mort de son f r e r e . Puis lorsque llP-e Grandet est malade, i l reste "inebranlable, apre et f r o i d comme une p i l e de gr a n i t . " Plus tard i l depouille sa f i l l e de l'heritage maternelle apres avoir chasse son neveu ruine et defendu a. sa f i l l e de 1'aimer. Son dernier geste est typique: Quand l e prStre l u i donne l e c r u c i f i x en vermeil pour l u i f a i r e baiser 1'image du Christ, i l " f a i t un epouvantable geste pour le s a i s i r , et ce dernier e f f o r t l u i coftta l a v i e . " Balzac a contraste beaucoup de caraoteres dans l a "Comedie Humaine" en general, et dans les romans ind i v i d u e l s . II se rendit compte q u ' i l y a des varietes dans l e s Espeoes Animales, quoique l e type de chaoune reste tres o l a i r . 15 M n s i s'explique une reoherohe de doubles dans l e s Espeoes Sooiales, c'est-a-dire I n v o c a t i o n a c6te d'un personnage, d'un autre qui l u i soit s i m l l a i r e jusqu*a un c e r t a i n point. On v o i t un contrasts entre Grandet et Gobseok: Gobseck a de meilleurs sentiments; i l est silencieux dans ses a f f a i r e s . Puis pour contraste dramatique Balzac met Eugenie et son pere sur l a scene: Eugenie est bonne, pure; Grandet est mauvais. 1 l a f i n Eugenie devient aussi avare que son pere et "n'allume l e feu de sa chambre qu'aux jours ou jadis son pere l u i permettait d'allumer l e foyer de l a s a l l e , " mais e l l e est en meine temps pleine de bonte^ e l l e fonde un hospice, des ecoles chretiennes, une bibliotheque etc.; e l l e devient une bonne avare. II y a des ressemblances entre Annette Gerard d'"Argow l e P i r a t e " et Eugenie a l'exception des t r a i t s physiques. 1 Annette est aussi charmante, modeste, t r a v a i l l e u s e qu'Eugenie; e l l e se depouille de ses economies pour son cousin Charles Servignej comme l e f e r a Eugenie pour Charles. Eugenie et Marguerite de " l a Recherche de l'Absolu" se conforment egalement a ce plan de doubles: Marguerite est aussi r e l i g i e u s e , gracieuse, modeste, simple, et oourageuse qu'Eugenie. Gomme c e l l e - c i e l l e reprend l e t r a v a i l et l'education de l a f a m i l i e (sous l'influence de l'amour), pendant que son pere cherche follement l a pierre philosophale. 1 ' ; " ; " ! — — — Bellessort, Andre, Balzac et son Oeuvre, p. 45. 16 Mais son amour, oontraire a c e l u i d'Eugenie est une sorte d'ins t i n c t maternel. " J ' a i trop ete votre f i l l e , " dit-^elle a son pere et douee de plus de volonte qu'Eugenie, e l l e empeche l a ruine de l a fortune de ses f r e r e s . Gomme oaraotere, Eugenie et sa mere semblent f a i t e s aussi du meme bronze. Mais tandis que Grandet reste l a meme, Eugenie (eomme beauooup de personnages balzaciens) se developpe sous l'influence de l'amour. Au commencement e l l e s sont toutes deux d'une imagination delicate, d'une "douceur angelique, d'une piete rare, d'une noblesse d'ame" et d'une finesse nerveuse toujours heurtee par l a durete de Grandet. Gomme nous 1'avons deja. remarque j Grandet est l a cause, e l l e s ne sont que les e f f e t s . E l l e s semblent impregnees de l a meianoolie du l o g i s , "du silenoe du c l o i t r e ; " Depuis quinze ans, e l l e s entretiennent tout l e linge dans cette v i e i l l e maison ou l e son de l a demarche de Grandet cause des f r i s s o n s . Un jour apres l ' a r r i v e e de Charles, l e bonhomme entre bruyamment dans sa chambre et s'eerie, "Voila de l a bougie!": "En entendant ces mots, l a mire et l a f i l l e rentrerent dans leurs l i t s avec l a c e i e r i t e de souris effrayes qui rentrent dans leurs trottg." Mais Eugenie, frappee par l'apparence de Charles descendu "d'une region seraphique," devient pleine d'opiniStrete, commande a Nanon d'aoheter du suore et d'allumer des bougies pour l u i , concoit une sorte de depit pour son pere 17 et l a maison paternelle, et f i n i t par l e tromper. Considerons l a scene capitale du roman ou Grandet demande a v o i r son or et Eugenie repond sans hesitation, "Je n'ai plus mon or." Eugenie devient rusee, impassible; Grandet, abasourdi par l a logique de sa f i l l e , s'eorie finalement exaspere: " E l l e ne bougera pas! e l l e ne s o u r c i l l e r a pas^ e l l e est plus Grandet que je ne suis Grandet." llPe Grandet 4 quoiqu'elle soit gravement malade, trouve aussi dans le danger qui menace sa f i l l e assez de force pour demeurer "froide, muette et sourde." Apres l a mort de sa mere, c e l l e de son pere, et l a l e t t r e f a t a l e de Gharles, Eugenie paye gen4reusement les dettes de son amant, epouse, resigne^ i M. de Bonfons, et souffre en silence. " S o u f f r i r et mourir" avait dit sa mere en mourant. C'etait vraiment leur v i e . Les p o r t r a i t s de ces deux femmes suivent l e plan general de ceux de Grandet. W*-e Grandet est d i o r i t e exacte-ment dans peu de mots. Ghaque detail i n s i s t e sur l a phrase "une de ces femmes qui semblent f a i t e s pour §tre tyrannisees." E l l e est negligee; e l l e a des dents nolres et rares* Grandet l u i a meme communique son t e i n t jaune: "M3316 Grandet etait une femme seche et maigre, jaune comme un coing* gauche, lente; une de ces femmes qui semblent f a i t e s pour itre tyrannisees. E l l e avait de gros os, un gros nez, un gros front, de gros yeux, et o f f r a i t , au premier aspect^ une vague ressemblance avec ces f r u i t s eotonneux qui n'ont plus 18 n i saveur n i sue. Ses dents etaient noires et rares, sa bouehe etait ridee, son menton a f f e d t a i t l a forme dite en galoehe." Son costume est f a c i l e a deviner: E l l e p o r t a i t une robe de levantine verd&tre depuis une annee, avec un t a b l i e r de taffetas noir pour l a proteger; "sortant peu du lo g i s , e l l e usait peu de s o u l i e r s . " "Enfin e l l e ne voula i t jamais r i e n pour e l l e . " Eugenie etait fortement constituee. E l l e avait une t§te enorme, un front masoulin, signes selon Lavater d'un caractere I n t e l l i g e n t ; des yeux g r i s , auxquels sa chaste vie imprimait une lumiere j a i l l i s s a n t e . E l l e appartient a l a oategorie de Lavater de l'herolne des espoirs sans lendemain, qui est grande, aux oheveux cendr^s, au te i n t de l y s , aux yeux g r i s ou bleus. La veloiite de sa peau etait marquee par l a p e t i t e verole, signe de l a meme nature puissante que c e l l e de son pere. Son nez etait un peu trop f o r t , mais i l s'harmoniait avec une bouehe dont l e s levres a m i l l e r a i e s etaient pleines d'amour et de bonte; E l l e a t t i r a i t l e regard des a r t i s t e s qui voyaient dans sa physionomie calme l a celeste purete de Marie. Balzac ne mentionne pas sa faqon de s' h a b i l l e r ; i l dit seulement, " i l manquait sans doute un peu de l a grace due a l a t o i l e t t e ; " Le meme realisme* l a meme luminosite se trouve chez l e s autres caracteres du l i v r e . I l s ne sont pas des marionnettes, mais des Stres vivants qui parlent et agissent 19 aussi bien que Grandet. Nanon, domestique de Grandet, etait modelee sur une oertaine "Rose," bonne de Balzaoi Type de ohien f i d e l e , e l l e s'dtait l a i s s e mettre au oou "un c o l l i e r garni de pointes dont l e s piqflres ne l a piquaient plus*" •Elle f a i s a i t p artie de l a fa m i l i e : •'elle r i a i t quand r i a i t Grandet, s ' a t t r i s t a i t , g e l a i t , se ohauffait, t r a v a i l l a i t avec l u i . " Son maitre l u i temoignait une sorte de pitie atroee, l u i d i s a i t de temps en temps "Cette pauvre Nanon!"; et apres vingt ans de service I I l u i donna sa v i e i l l e montre; E l l e etait grosse, repoussante, au te i n t de brique, t a i l i e e en Heroule, "plantee sur ses pieds comme un chene de soixante ans sur ses raoines, forte de hanches, oarree du dos, ayant des mains de cha r r e t i e r et une probite vigoureuse; . . " Physiquement, e l l e est mise en contrasts aveo Charles qui semble s i effemine, s i freMe, avec ses petites mains blanohes. E l l e a pitie d*Eugenie et de M m e Grandet sans perdre sa fideiite envers Grandet. Une ohaufferette, entretenue par Nanon avec l a braise provenant du feu de l a cuisine, a i d a i t Eugenie et sa mere a passer l e s matinees et l e s soirees l e s plus fralohes des mois d ' a v r i l et d'octobre. E l l e achete des objjets de luxe pour Charles a l a demande d'Eugenie, et plus tard lorsque Eugenie est enfermee dans sa chambre et ne mange que du pain sec, Nanon l u i appprte un pSte s p e c i a l . Mais quand Charles demande s ' i l est chez M-. Grandet, Nanon repond fierementj "Oui, Monsieur," chez un ben aimable, un ben doux, un ben pa r f a i t Monsieur." ao De l a meme maniere e l l e defend son maitre oontre l e s in s u l t e s de l a v i l l e : "Eh bien . . ., est-ce que nous ne devenons pas tous plus durs en v i e i l l i s s a n t ? " Puis apres l a mort de IP6 et de M. Grandet, e l l e reste f i d e l e a Eugenie, et a l a f i n du l i v r e o e l l e - o i affirme, "II n'y a que t o i qui m'aimes." Comme nous I 1avons deja vu, Balzao eontraste drama-tiquement Nanon avec Charles. Charles est f a i b l e , physique-ment et moralement; Nanon est f o r t e . Balzac ne l e decri t pas physiquement en d e t a i l parce que nous pouvons deviner son p o r t r a i t d'apres sa "oargaison de f u t i l i t e s parisiennes." Ce jeune homme qui "se croyait dans un juohoir a poules" chez Grandet et qui "lorgnait son barometre comme s ' i l avait voulu en f a i r e du feu," trompe finalement Eugenie et homme riche, i l dit a M. des Grassins, "Les a f f a i r e s de mon pere ne sont pas les miennes." Sainte-Beuve a raison de o r i t i q u e r l e caractere de Charles: i l est trop ignoble de l a sorte envers sa cousine et trop n a f f de n'avoir pas devine l a grande fortune de son onole. 1 Ce jeune dandy Charles apparalt aussi dans "La Maison Nucingen." En e f f e t , en 1833; Balzao commence a l i e r ses romans entre eux-m§mes au moyen de personnages reparaissants. Balzao avait remarque l e manque de l i a i s o n entre l e s romans I — — ;  Sainte-Beuve, P o r t r a i t s Contemporains, p. 344. 21 de Walter Scott, s i attachants, mais s i i s o l e s Ies uns des autres. II se rendit compte que l e s id£es r^unissent des hommes d'un c e r t a i n temps et d'un c e r t a i n l i e u de l a t e r r e ; Geoffroy S a i n t - H i l a i r e l u i enseigna que l'humanite n'est pas oomposee d'une grande foule d'individus disparates: e l l e peut se ramener a l a c l a s s i f i c a t i o n d'un nombre de types qui ont des analogies et qui forment des classes. A i n s i en eorivant sa "Comedie Humaine" Balzao l a fonda sur l a r e a l i t e et orea plus de personnages reparaissants chaque annee. Gharles en est un des premiers. Charles est a son tour mis en oontraste aveo les Gruchot et l e s des Grassins. L'eleganoe du dandy e l e c t r i s e Eugenie^ qui s'aoooutumait a ne v o i r que ces personnages degoutants: "Tous les t r o i s prenaient du tabao et ne songeaient plus depuis long temps a e v i t e r n i l e s roupies, n i l e s petites g a l e t t e s noires qui parsemaient l e jabot de leurs chemises rousses, a ools reoroquevilLes et a p l i s jaun&tres. Leurs oravates molles se roulaient en corde aussit3t q u ' i l s se l e s etaient a t t a c h e s au cou. L'enorme quantite de linge qui leur permettait de ne f a i r e l a l e s s i v e que tous les six mois, et de l e garder au fond de leurs armoireSj l a i s s a i t l e temps y imprimer ses teintes g r i s e s et v i e i l l e s . II y avait en eux une parfaite entente de mauvaise grace et de s e n i l i t e . Leurs figures, aussi f i e t r i e s que l'etaient leurs habits rSp^s, aussi p l i s s e e s que leurs pantalons, semblaiBnt us£es, raoornies, et grimacaient." 22 Leurs descriptions physiques sont oarioaturales: L'abbe Oruohot etfcait p e t i t , dodu, a figure de v i e i l l e femme joueuse, a perruque rousse; M111® des Grassins etait p e t i t e , rose et blanche, et dodue aussi, qui grace au regime c l a u s t r a l des provinoes, s'est conservee jeune encore a quarante ans. M l l e d'Aubrion au contraire, f i l l e a r istocratique de Paris, etait "longue comme l'inse c t e , son homonyms," maigre, pale sauf pour un nez rouge apres l e s repas, v i e i l l e pour son age, mais qui avait appris l ' a r t de s ' h a b i l l e r avec goftt et d ' u t i l i s e r de j o l i e s manieres. En somme, les contrastes entre l e s personnages secondaires l e s rendent plus r e e l s . On sent que tout un monde mene une vie active dans un seul l i v r e . Ge monde seoondaire donne du r e l i e f aussi aux caracteres prineipaux; nous savons leurs opinions sur Grandet et Eugenie; nous oroyons ces opinions plus que c e l l e s de l'auteur parce qu'elles sont prises sur de v i f . Enfin, ohaque homme est vivant, grace principalement a l a description saisissante de son visage, de son habit; de lui-meme. Nous le voyons, nous l'entendons, nous l e sentons pres de nous. Balzao y a attaint l e f a l t e du realisme. Balzao u t i l i s e presque toujours des personnages reels pour ses romans. Un erudit 1 affirme que l'auteur a vu a Saumur au commencement du dix-neuvieme s i e c l e un c e r t a i n Serval, Maurice, AUtour d'Eugenie Grandet. 23 Jean Niveleau, s o r t i de ri e n comme Grandet, devenu riche en 93 comme l u i , et qui acheta l e chateau de Montreuil-Bellay oomme Grandet aohete l e chateau de Froidfond. II adorait ses ecus, les caohait jusque dans ses savates, et etait dur en a f f a i r e s . Physiquement i l ne ressemblait pas a Grandet, etant p e t i t , l a i d et n a s i l l a r d . II avait une f i l l e d'une "beaute imposante," nee en 1809. E l l e ne fut pas abandonee par son amant comme Eugenie par Gharles, mais sa vie fut aussi t r i s t e a. l a suite de nombreux de deuils* Sa mere, Madame Niveleau * ne ressemblait pas a. Madame Grandet physiquement ou moralement. Selon l a legende, i l y avait une familie riohe a Saumur semblable a c e l l e de des Grassins qui v oulait marier un f i l s a. une riohe h e r i t i e r e . En tout cas, Balzao a pu prendre l e caractere et l e s vices de Niveleau, et quelques autres p e t i t s d e t a i l s de l a v i e a Saumur a cette epoque. Mais quelque peintre l ' a - t - i l influenoe dans l ' a r t du p o r t r a i t ? Nous avons deja vu que l e s romans avant son epoque comme ceux de Soarron, de Furetiere, de Le Sage possedaient des p o r t r a i t s tres s u p e r f i c i e l s . Et sans doute, Balzac, doue d'une bonne memoire, d'une vaste oonnaissanoe de mots et d'une observation s i n g u l i e r e i peut tant deorire sans d i f f i c u l t e . Nous avons aussi observe q u ' i l connut l e s sciences, l e s Theories de Lavater et de Ga l l sur l a physiog-nomic. Mais pour decrire en detail tant de personnages et 24 avec t e l l e foroe, ne s e r a i t - i l pas plus f a c i l e d ' u t i l i s e r des p o r t r a i t s de peintres? II est incontestable qu'une etude de peintures oelebres 1*aurait influence plus qu'une leoture de l i v r e s s c i e n t i f i q u e s . Nous savons que Balzao s'interessa toujours vivement a l ' a r t . Le poete Oanalls dans "Modeste Mignon'' d i t que nous avons autant besoin de l a vie de l'ame que de c e l l e du corps. Puis i l continue:-"Toute oeuvre d'art, q u ' i l s'agisse de l a l i t t e r a t u r e , de l a musique, de l a peinture, de l a sculpture ou de 1'architecture, implique une u t i l i t e sociale egale a o e l l e de tous l e s autres produits commerciaux. Balzao a meme eorit un a r t i c l e "Des A r t i s t e s , " ou i l analyse et deplore 1'indifference a l ' a r t en Prance au dix-neuvieme si e o l e : Les gens vont au Salon parce que l e veut l a mode, 2 i l s n'appreoient pas vraiment l e s peintures. II semble probable que Balzac a i t surtout subi l'influence de Rembrandt. II est digne de remarque que Rembrandt est l e type de l ' a r t i s t e complet que Balzao a toujours admire. Dans l a "Gomedie Humaine;" Daniel d'Arthez 1 Balzao, Modeste Mignon, Oeuvres Completes II, p. 216. 2 Balzao, Des A r t i s t e s , Oeuvres Diverses I, p. 351. £5 et Joseph Bridau dSsignent ce type id6al d ' a r t i s t e que ri e n ne saurait detourner de sa vole, n'ayant qu'un but: l'oeuvre a or6er. Du reste plusieurs peintures de Rembrandt oouvraient l e s murs de sa maison a. Passy. Ges memes peintures deoorent aussi l e s s a l l e s de ses personnages dans l a "Comedie Humaine": une piece luxueuse dans "La Gousine Bette" contient un Holbein, un Mu r i l l o etc., puis un Rembrandt.1 Quelquefois un de ses personnages exprime meme son admiration pour Rem-brandt; par exemple, dans "Modeste Mignon" on l i t : - "Ainsi Modeste, sans r i e n avoir appris du metier de peintre; que ce qu'elle avait vu f a i r e a sa soeur quand sa soeur l a v a i t des aquarelles, devait r a s t e r charmee et abattue devant un tableau de Raphael, de T i t i e n , de Rubens, de Murillo, de Rembrandt, d'Albert Durer etd*Holbein* c'est-a-dire devant l e beau i d e a l de ohaque pays.."2 On s a i t que Balzac sentait surtout le pouvoir magique, l e r^alisme frappant des peintures r e l i g i e u s e s de Rembrandt, oar i l affirme dans l ' a r t i c l e "Des A r t i s t e s , " en parlant des manieres differentes de t r a i t e r des sujets bibliques:-"Rembrandt plongera l a mere du Sauveur dans l'ob-scurite d'une cabane. L'ombre et l a lumilre y seront s i Balzao, La Gousine Bette. Oeuvres Completes XVII, p. 88. g Balzac; Modeste. Mignon, Oeuvres Completes II, p.,41. 26 puissamment vraies, i l y aura une t e l l e r e a l i t e dans ces t r a i t s , dans ces actes de l a v i e commune, que, s£duit, vous resterez devant ce tableau, songeant a votre mere et au s o i r ou vous l a surprltes dans l'ombre et l e s i l e n c e . " 1 Notons ces d e t a i l s : i l a remarque "une t e l l e r e a l i t e " dans "les t r a i t s " et "les actes de l a v i e commune" q u ' i l a peut-etre l u i meme reste "s^duit devant ce tableau." II a aussi etudie l e s gestes reveiateurs des personnages representes dans ces tableaux r e l i g i e u x de Rembrandtj car on trouve ces mots dans "Cesar Birotteau":-"Voila l a mort du juste, d i t l'abbe Loraux d'une voix grave en montrant Cesar par un de ces gestes divins que Rembrandt a su deviner pour son tableau du Christ rappelant Lazare a. l a vie."** Beaucoup de f o i s Balzao a meme mentionne l e nom de Rembrandt l o r s q u ' i l decrit son personnage; par exemple, l e "Colonel Ghabert" dans l a nouvelle de ce nom:-"Le Colonel Ghabert etait aussi parfaitement immobile que peut l'§tre une figure en c i r e de oe cabinet de Curtius od Godeschal avait voulu mener ses camarades. Cette immobilite n'aurait peut-£tre pas ete un sujet d'etonnement T " — — — — — — ' • — ; — " — " ;  Balzao, Pes A r t i s t e s , Oeuvres Diverses I, p. 359. 2 Balzao, Cesar Birotteau* Oeuvres Completes XIV, p. 341* " s i e l l e n'eflt complete l e spectacle surnaturel que prSsentait l'ensemble du personnage. Le vieux soldat e t a i t sec et maigre. Son front* volontairement cache sous l e s cheveux de sa perruque l i s s e , l u i donnait quelque chose de mysterieux. Ses yeux paraissaient couverte d'une ta i e transparente: vous eussiez d i t de l a nacre sale dont l e s r e f l e t s bleu&tres chatoyaient a l a lueur des bougies. Le visage p i l e , l i v i d e , et en lame de couteau, s ' i l est permis d'emprunter cette expression vulgaire, semblait mort* Le cou e t a i t serre par une mauvaise cravate de soie noire. L'ombre eachait s i bien l e corps a. p a r t i r de l a ligne brune que de c r i v a i t ce h a i l l o n , qu'un homme d'imagination avait pu prendre cette v i e i l l e tete pour quelque silhouette due au hasard ou pour un p o r t r a i t  de Rembrandt, sans cadre. . ;" 1 En e f f e t , c'est surtout dans le po r t r a i t de l'homme que l e s deux maltres revelent tout leur feu, toute l a puissance de leur verve, l a force et l a f i e v r e de leur execution i n s p i r e ; Qu'on regarde l e s v i e i l l a r d s et l e s j u i f s de Rembrandt. On peut en comparer plusieurs aux p o r t r a i t s de Balzac. "Un homme a l a casquette" ressemble un peu a M. Grandet de Saumur; II s'y trouve l e meme visage rond, tanne, de larges Epaules; des l i v r e s sans aucune sinuosite, 1 — ! ; ; ; ! ; : ' Balzao, Le Colonel Qhabert, Oeuvres Completes VII, p. 15. £ Manson, J. B;, Rembrandt 1607-1669, p. 5; 28 des yeux "devoratriees," un front p l e i n de lignes trans-versales, des cheveux jaunettres et grisonnants, un nez gros par l e bout, et des vehement s s o l i d e s . Le modele de Rembrandt t e n i r a i t aussi du tig r e et du boa; i l se r a i t capable de "se ooucher, se b l o t t i r , envisager longtemps sa proie, sauter dessus*" II est miraculeusement vivant: l e dessin de toute l a t8te, l e s plans du visage, les lignes, les rondeurs, l e s accentuations des muscles en s a i l l i e , l a chair vivante qui a ses p l i s , sa porosite, les ombres autour des yeux et de l a c3te gauche du visage annoncant 'hme finesse dangereuse." Balzac aurait pu faollement trouver un p o r t r a i t de cette sorte dans sa c o l l e c t i o n et l e copier pour son avare. Rembrandt peignait aussi des bourgeois, simplement, tranqui11ement, avec une acuite psychologique, avec une charmante honnStete. Les Cruchot et l e s des Grassins malgre leu r se"nilit£, rappellent l a peinture des "Syndics des d r a p i e r s . " 1 Leurs visages sont i n t e l l i g e n t s , profonds, rus£s. I l s vivent pour des speculations, pour des trans-actions commeroiales. L'autre vie, l a vie de l a f a m i l i e vaut peu pour eux, " l a v i e est une a f f a i r e " d i t Grandet. Le p e t i t abbe Gruchot, •'-dodu, g r a s s o u i l l e t " est comparable a quelque rabbin j u i f ou quelque ap6tre de Rembrandt au I ; ~ ' ' ' ;  Manson, J. B.,Rembrandt 1607-1669. p. 81. 29 visage l a i d et r i d e . Le p o r t r a i t de Nic* Brtiyningh de Rembrandt1 rappelle Charles Grandet par sa figure rieuse avec des t r a i t s d e l i c a t s et ses beaux oheveux oh&tains f r i s e s ; i l possede aussi l e meme a i r sup^rieur du type amoureux des " c o l i f i c h e t s de dandy*" Le elair-obsour, l a concentration de l a lumiere sur l e visage y rendent 1*effet d'une ''creature desoendue de quelque region s^raphique*" Les p o r t r a i t s de femmes des deux maltres semblent un peu i n f e r i e u r s ; des comparaisons sont plus d i f f i c i l e s ; N^anmoins M m e Grandet ressemble un peu au p o r t r a i t d'Elisabeth g van Leeuwen. C e l l e - e i est aussi une femme seehe et maigre, f a i t e pour §tre tyrannisee; e l l e possede un gros nez, un gros front, de gros yeux, et quoiqu'elle ne semble pas aussi douce que l a femme de Balzac, e l l e a une certaine f i e r t e et une noblesse d'ajne* Eugenie j o u i t de l a meme beaut£ que "Hendriokje S t o f f e l s " 3 (peinte en 1652). La lumiere j a i l l i s s a n t e des yeux, l a peau s i douce, s i f i n e , un nez un peu trop f o r t et des t r a i t s generaux oontribuent a l a ressemblance; a l'ext£rieur e l l e apparait innocente et douce comme Eugenie. M l l e d'Aubrion est un prototype d'un dessin T - — — —• • ;—' — P h i l i p p i , Adolf, Rembrandt. Erste Mappe, p. 7. 2 Van Loon, J. & H., R.v.R., p. 3S2. Van Loon, J. & H., R.v*R.. p. 289. 30 de "Saskia van Uylenburch" f a i t en 1633: Maigre, a bouehe dSdaigneuse, a nez: trop long, e l l e a pour contrebalanoer de t e l s desavantages l ' a i r distingue, e l l e a place une de ses mains contre son visage d'une maniere elegante* e l l e veut b r i l l e r dans l a societe. Chez Rembrandt aussi, l e dehors r e f l e t e l e dedans: Le p o r t r a i t d'une ' ' v i e i l l e femme", peint en 1634, montre un caractere semblable a oelui de Nanon a l a f i n de sa v i e . E l l e a un visage repoussant; e l l e est eneore grande; des lignes transversales qui traversent son front temoignent une v i e dure; pleine de t r a v a i l physique; sa bouehe montre une bonne nature sympathiquej un a i r de melanoolie domine sa physionomie brune. Tout s'est altere pendant sa v i e ; ses mattresses ont subi une l u t t e amere. A i n s i dans l e s p o r t r a i t s des deux maitres Balzac et Rembrandt, 1'exactitude du t r a i t , l a finesse des nuances, l a v e r i t y des d e t a i l s sont t e l l e s que 1 ' i l l u s i o n de l a r e a l i t e est souvent complete. Nous voyons l ' e x t e r i e u r et l e s gestes de leurs personnages. Balzao u t i l i s e aussi l a conversation pour les earaoteriser, tandis que Rembrandt se sert d'un art tres d i f f e r e n t pour f a i r e v i v r e ses modeles, l ' a r t du clair-obscur. (Une sorte de lumiere que les Allemands nomment "goldwarm" traversent ses peintures, et T — — — • ; — • • — — — ; — Op. o i t , , p. 69. 2 Manson, J. B., Rembrandt, p. 63. 31 dans ses p o r t r a i t s cette luminosite rend o l a i r s l e s t r a i t s dominants du visage qui r e f l e t e n t l'fime du personnage; des couleurs brunes et noires enveloppent souvent l e reste du p o r t r a i t ) . En tout cas, quoique on puisse faussement soutenir que Rembrandt n ' i n f l u a pas sur Balzao, i l faut avouer que l e s p o r t r a i t s de Rembrandt sont souvent merveilleux pour illum i n e r l e s regions obscures et profondfes que l e langage des mots dScrit, c'est-a-dire l e s p o r t r a i t s de Balzac. CHAPITRE I I . Le M i l i e u dans "Le Pere Goriot." "L'animal a peu de mobilier, i l n'a n i arts n i soienoes; tandis que l'nommej par une l o i qui est a recnercher, tend a representor ses moeurs, sa pensee et sa v i e dans tout ce q u ' i l approprie a ses besoins." Avant-Propos de l a Comedie Humaine. 33 Les grands ec r i v a i n s du dix-septieme s i e c l e , Gorneille, Racine et Moliere s'intSressaient aux t r a i t s universels de l'humanite, non pas a l a reproduction du milieu, ou l'homme est s i t u e . Au dix-huitieme sieole sous l'influence des sciences on commenca a ooncevoir l'homme comme produit de son mil i e u s o c i a l ; de son mili e u physique. Diderot, amateur des sciences, preconise un nouveau the&tre qui i n s i s t e r a i t sur l e milieu, non pas sur les caracteres: "G'est l a condition, ses devoirs, ses avantages, ses embarras, qui doivent s e r v i r de base a l'ouvragei" 1 Le metier de l'homme affecte ses moeurs, son caractere. Mais l e type de l'homme de metier d i f f e r e selon sa v i l l e ; son quartier; l'homme a une personn-a l i t e , i l i n d i v i d u a l i s e sa maison, i l "tend a representor ses moeurs, sa pensee et sa vie dans tout oe q u ' i l approprie a ses besoins."^ Au dix-neuvieme s i e c l e , Balzao est l e peintre du milieu par excellence. G'est surtout sous l' i n f l u e n c e du savant Geoffroy S a i n t - H i l a i r e , ' a qui i l avait en 1834 dediS son "Pere Goriot" q u ' i l conqut sa theorie du mili e u ; car nous l i s o n s a i l l e u r s et surtout dans 1'Avant-Propos de l a "Oomedie Humaine": "PenetrS de ce systeme ( c e l u i de Saint-H i l a i r e ) bien avant les debats auxquels i l a donne l i e u ; je v i s que, sous ce rapport, l a Sooiet6 ressemblait a l a T~ ——'——' : ' ; — ; — ~ Diderot, D., Dorvai et moi, 3 entretien* Oeuvres Completes VII, p. 150. 2 Balzac, Avant-Propos de l a Comedie Humaine, p. XXVII. 34 "Nature. La Society ne f a i t - e l l e pas de l'homme, suivant l e s milieux ou son action se deploie* autant d'hommes d i f f e r e n t s q u ' i l y a de varietes en zoologie?" 1 En meme temps i l entendit les conferences de Villemain, oelles de Cousin a l a Sorbonne qui examinaient l'influence du climat, de l a geographic physique. Nous savons de sa soeur q u ' i l revenait de oes cours enthousiaste. A i n s i i l n'est pas etrange q u ' i l a tant i n s i s t e sur l e milieu dans ses ouvrages. Aux apparences, l e proced6 de Balzao est s c i e n t i f i q u e : son tableau de Paris n'est pas c e l u i d'un peintre. Ses descriptions ne sont pas v i s u e l l e s , e l l e s sont f a i t e s d'apres une methode s c i e n t i f i q u e ; i l cherohe des vari£t6s, des contrastes etc. Avant tout, e l l e s presentent un cadre pour le drame: Balzac peint Paris en noir paroe que cette v i l l e doit i n f l u e r sur l e caractere de Rastignac. Son Paris est l a r e a l i t y meme; Balzac parle d'endroits r e e l s a cette Epoque: l a rue des Gres, l a rue Saint-Lazare* l e pont Neuf, l e Palais-Royal etc. II y montre des contrastes, des rues obsoures et des avenues elegantes; l a v a r i e t e , des maisons de toute sorte; l a profondeur, des ombres, des mysteres, des faces sordides. La maison Vauquer situee dans 1*obscure rue Neuve-Sainte-Genevieve ou " l e bruit d'une voiture devient un ev€nement," est mlse en contraste avec les maisons magnifiques,"les appartements h a b i l l e s de soie" dans les Balzac, Avant-Propos de l a Comedie Humaine, p. XXVI 35 quartiers luxueux. II personnifie Paris: "Mais Paris est un v e r i t a b l e ocean. Jetez-y l a sonde, vous n'en connaitrez jamais l a profondeur. Pareourez-le, d£crivez-le: quelque soin que vous mettiez a l e parcourir, a l e deorire; quelque nombreux et interesses que soient l e s explorateurs de cette mer, i l s'y rencontrera toujours un l i e u vierge, un autre InoonnUj des f l e u r s , des perles, des monstres, quelque ohose d'inoul, oubli€ par l e s plongeurs l i t t d r a r r e s . La Maison Vauquer est une de ees monstruosites curieuses." La description de cette pension est u t i l e aussi prinoipalement pour i n s i s t e r sur l a misere de Goriot et a i n s i pour p r 6 c i p i t e r sa mort. E l l e vaut aussi a. cause de son influence sur l e caractere de Rastignac; i l s'abandonne finalement a l a vie vicieuse de Paris. E l l e caracterise aussi Madame Vauquer qui i n f l u e a son tour sur ces deux hommes. La nuance dominante, en tout cas, doit" etre l a misere. Balzac nous l M r e l'ame de cette pension premiere-ment,au moyen d'une description de l a rue Neuve-Sainte Genevieve et du quartier ou e l l e se trouve. Sa s i t u a t i o n au bas de l a rue est favorable au si l e n c e . Le d3me du Val-de-GrSee et c e l u i du Panthion assombrissent l a rue et y jettent des tons jaunes, couleur dominante de toute l a pension. La, les paves sont sees* les ruisseaux n'ont n i boue n i eau, e l l e s semblent aussi dess^ohees et sans vie que Madame Vauquer. Cette rue, "cadre de bronze", ou "l'homme l e plus insouoiant s ' a t t r i s t e , " a laquelle 36 s'approprient l e s mots balzaoiens "misere," "ennui," " h o r r i b l e " et "brun," oonvient admirablement au r e o i t . Le j a r d i n et l ' e x t e r i e u r de l a maison ne sont pas deorits d'une maniere poetique. II y manque des epithetes oolordes, suggestives, romantiques. La peihture semble tout a f a i t r e a l i s t e : "La faqade de l a pension donne sur un jardinet, en sorte que l a maison tombe a angle droit sur l a rue Neuve-Sainte-Genevieve, ou. vous l a voyez ooupee dans sa profondeur. Le long de oette faqade, entre l a maison et l e jardinet, regne un o a i l l o u t i s en cuvette, large d'une toise, devant lequel est une a l l e e sablee, bordSe de geraniums, de lauriers-roses et de grenadiers plantes dans de grands vases en fafence bleue et blanche*" La plupart des details y figurent pour leur u t i l i t e , non pas pour l e u r beaute: entre l e s deux a l l i e s l a t e r a l e s est un carre d'artichauts flanque d'arbres f r u i t i e r s ; des cochons, des poules, des l a p i n s vivent dans une cour a 1'arriere. Les d e t a i l s indiquent souvent l a v i e des pensionnaires; par exemple, les murs sont tapisses de vignes "dont des f r u c t i f i c a t i o n s greles et poudreuses sont 1'objet des craintes annuelles de Madame Vauquer et de ses con-versations avec les pensionnaires." Les jalousies des carreaux; dont i l n'y a pas deux qui soient relev^es de l a meme maniere, indiquent l e desordre qui regne dans l a pension. L ' a i r d'une prison, deja mentionne en parlant 37 de l a rue, est sugg6r6 par des "barreaux en f e r g r i l l a g e s " sur deux oroisees au rez-de-ohaussee. La eouleur jaune, qui t e i g n a i t l a rue, se trouve sur l a facade, l u i donnant un caraotere ignoble commun a presque toutes l e s maisons "jaunes" de Paris. Mais i l y a deux d e t a i l s qui semblent tres s i g n i f i c a t i f s : Sur l'eoriteau a l a porte figure: "Pension Bourgeoise des deux sexes et autres," l e pere Goriot et Vautrin etant c l a s s i f i e s sous "autres." Puis a, l 1 entree s'eleve une statue representant l'Amour, theme dominant du roman: "A v o i r l e vernis 6 c a i l l e qui l a oouvre, l e s amateurs de symboles y decouvriraient peut-§tre un mythe de l'amour p a r i s i e n qu'on guerit a quelques pas de l a . " La description de l ' i n t ^ r i e u r suit c e l l e de l'exter-ieur. Tout y est dugout ant pour l a meine raison: pour i n f l u e r sur l e caraotere de Goriot et c e l u i de Rastignac, et pour caraoteriser Madame Vauquer. Tout sent l a misere, 1 ' u t i l i t e , l a v i e i l l e s s e . V o i c i l a description du salon: "Rien n'est plus t r i s t e a. v o i r que ce salon meuble' de fa u t e u i l s et de chaises en Stoffe de c r i n a raies a l t e r -nativement mates et luisantes. Au mi l i e u se trouve une table ronde a dessus de marbre Sainte-Anne, decoree de' ce cabaret en porcelaine blanche ornee de f i l e t s d'or effaces a demi que l'on rencontre partout aujourd'hui. Gette piece, assez mal planoheree, est lambriss€e a hauteur d'appui. Le surplus des parois est tendu d'un papier verni representant 38 "les prinoipales scenes de 'Telemaque1, et dont les classiques personnages sont c o l o r i e s . Le panneau d'entre l e s croisees g r i l l a g e e s o f f r e aux pensionnaires l e tableau du f e s t i n donne au f i l s d'TJlysse par Calypso. Depuis quarante ans, cette peinture exeite l e s p l a i s a n t e r i e s des jeunes pensionnaires, qui se oroient superieurs a leur position en se moquant du diner auquel l a misere les condamne. La oheminee en pierre* dont l e foyer toujours propre attests q u ' i l ne s'y f a i t de feu que dans l e s grandes occasions, est ornee de deux vases p l e i n s de f l e u r s a r t i f i c i e l l e s , v i e i l l e s et eneagees, qui aecompagnent une pendule en marbre bleuatre du plus mauvais gout. Cette premiere piece exhale une odeur sans nom dans l a langue, et q u ' i l faudrait appelu 1'odeur de  pension." La salle-a-manger est decrite d'apres l e mSme plan. La couleur jaune domine l e salon: des f i l e t s d'or effaces, un papier v e r n i . Tout y est vieux: deux vases pleins de f l e u r s a r t i f i c i e l l e s , v i e i l l i e s , des chaises en 6toffe de c r i n a raies alternativement mates et lui s a n t e s . Du reste, on y devine l a paroimonie: " l e foyer toujours propre a t t e s t s q u ' i l ne s'y f a i t de feu que dans les grandes occasions"; "1'odeur de pension" remplit l a s a l l e . I c i se rencontre a nouveau l'influence de l a peinture sur Balzac. Voyons l a composition du tableau: au m i l i e u se trouve une table ronde, des deux c6tes des chaises, un tableau a figures sur un mur, contre un autre une cheminee 39 en pierre ornee de deux vases pleins de f l e u r s , et d'une pendule bleuatre. La oouleur dominante est jaune; l a pendule seule semble rompre l'harmonie. Assurement, ces d e t a i l s font v un tableau semblable a queLques-uns des peintres hollandais du dix-septieme s i e c l e . On y v o i t l e meme realisme domes-tique qui se trouve dans les peintures de P i e t e r de Hoooh, dans c e l l e s de t.er Boroh, c e l l e s de Gabriel Metzu. Leurs ohambres, aussi nues que c e l l e s de Balzac, oontiennent souvent une cheminee; et des lumieres jaunes y abondent puisqu'Ils s'interessaient surtout aux e f f e t s de l a lumiere dans un i n t e r i e u r . La chambre balzacienne est typique de son epoque, f a i t e pour des etres vivants; Balzao l ' a vue, l ' a sentie, peut-§tre en r<§alit<§j plus probablement dans quelque tableau. M. Arthur McDowell compare les peintres hollandais a B a l z a c . 1 II affirme que l e sujet est tres important chez les peintres et 1'ecrivain paroe que leurs scenes sont familieres, i l s l e s aiment, i l s les admirent. A i n s i leurs i n t ^ r i e u r s se ressemblent. S i Balzac ne voyait pas son i n t e r i e u r avant de l e peindre, on peut affirmer q u ' i l l e d S o r i v i t a cause de sa passion pour des peintures et pour l e bric-a-brac* Ses in t e r i e u r s * meine pauvres, oontiennent presque toujours des "T ' : ~ — ' : " MoDowall, Arthur, Realism, A Study i n Art and Thought, p. 149. 40 tableaux. I c i c'est une peinture du f e s t i n donne au f i l s d'Ulysse par Calypso; des gravures couvrent l e s murs de l a salle-a-manger. Gonsideroris aussi l a table.a dessus de marbre Sainte-Anne et l a pendule en marbre bleuStre. Les in t e r i e u r s elegants possedent une quantity innombrable de tableaux et de meubles preoieux; par exemple, une s a l l e luxueuse dans l a "Cousine Bette," opntient deux tableaux de Greuze, et deux de Watteau, deux tStes.de Van Dyck, deux paysages de RuysdaSl, deux du Guaspre, un Rembrandt, et un Holbein, un Mu r i l l o et un T i t i e n , deux Teniers et deux Metzu, un Van-Huysum et un Abraham Mignon. 1 En e f f e t , des l'annee 1846, l ' e s p r i t de Balzac e t a i t absorbe par le gout des tableaux et l a passion du bric-a-brac; hors de l a i l ne s'inter e s s a i t plus a rie n , et indiquait a peine sa pensee a ses secretaires. Plusieurs annees avant cette date, i l avait deja formule des plans pour l e commence-ment de sa c o l l e c t i o n . Un jour en 1839, i l avait invito aux ; "Jardies" Theophile Gautier, JAon Gozlan et d'autres, d'abord a dejeuner, ensuite a entendre l a lecture d'une comedie q u ' i l venait de terminer. I l s passerent dans ce q u ' i l appelait " l a s a l l e de l'a v e n i r , " ou sur l e s murs points a l a chaux se l i s a i e n t des i n s c r i p t i o n s comme: I c i un \ 2 Raphael, l a un T i t i e n , l a un Rembrandt. Plus t a r d Madame I ' — — ' — : - 7 ' Balzac, La Gousine Bette, Oeuvres Completes XVII, p. 88. o Benjamin, Rene, La Prodigieuse Vie d'Honore* de Balzao, p. 193. D'autres le racontent aussi.. 41 Hanska l ' a i d a a aoheter des peinturesi Les quatre perles de l a c o l l e c t i o n du Cousin Pons qui se oomposaient de soixante-sept tableaux, 6taient dans l a c o l l e c t i o n de Balzac. Toute l a description du salon du Cousin Pons s'applique a oelui de Balzac a Passy. La i l avait de beaux meubles, inorustes de nacre de perles, des girandoles de ouivre, des t o i l e s de chaque 6cole peintes par Giorgione, par Greuze, Palma, Watteau, Van Dyok, Van Huysum.1 Mais dans sa peinture de 1'atmosphere de l a pension, du m i l i e u moral, on remarque encore 1*influence des sciences. Tout doit y Stre miserable pour aoce'lSrer l a mort de Goriot et l e de c l i n moral de Rastignac. Pour accomplir ce but, Balzac commence par f a i r e l a biographie de ses personnages, par p r ^ c i s e r l e u r metier, l e u r aspect physique. Le metier l e s situe dans une "atmosphere morale, non moins modificatrice 2 que l'atmosphere physique l ' e s t pour l a plante ou l a bete.!? Madame Vauquer, v i e i l l e veuve, est dSorite en d e t a i l parce qu'elle sert d'instrument a i n c i t e r ses pensionnaires oontre 1 —. 1 11 • •—1 • • • Mary Sandars affirme: "His excitement i s intense because Madame Hanska has discovered that a tea service i n his possession i s a r e a l Watteau, and because he has had the 'incredible good fortune' to f i n d a milk jug and a sugar basin to match i t exactly." Honore" de Balzae, His L i f e and Writings, p. 235. p * Bourget, Paul, L'Art du Roman ohez Balzac, Revue des deux Mondes, fev* 15, 1926, p. 935; ' *" 42 l e pere Goriot. E l l e harmonise scientifiquement avec sa pension: sa personne dodue comme un rat d'eglise est drapee dans un jupon de laine trieot£e "qui depasse sa premiere jupe f a i t e avec une v i e i l l e robe, et dont l a ouate s'echappe par les fentes de l ' S t o f f e lezardee." Balzao raconte l ' h i s t o i r e de ses rapports precedents avec Goriot, pour montrer l a raison pour sa haine envers l u i . Les pensionnaires sont aussi desagreables que leur r maitresse. M. Poiret, ancien employe du gouvernement est "une espece de meoanique," a face bulbeuse, a. cou de dindon, aux v§tements sales et demodes. La v i e i l l e demoiselle MiohanneaUi h ^ r i t i e r e d'un vieux monsieur "a f f e c t ^ d'un catarrhe a l a vessie," semble un squelette oouvert d'un chSle a. franges maigres; son regard donne f r o i d , sa figure menace. Puis i l y a Vautrin, forcat evade du bagne de Toulon, physiquement tres f o r t : aux Epaules larges, au busts bien developpe, aux muscles apparents, aux mains epaisses, a figure de durete et de grosse gaiete a l a f o i s , impriniant toujours l a orainte par un certain regard profond, et devinant l e s a f f a i r e s de ceux qui l'entourent. C'est l u i qui aide a detourner Rastignac de l a voie droite, en l u i disant q u ' i l faut de 1'ambition pour f a i r e fortune, en l u i peignant l a v i e monotone d'un honndte homme, "pauvre i l o t e . " II l u i d i t : - "L'honnetete ne sert a r i e n . . . . La corruption est en force, l e talent est rare. . . . S i dono vous voulez promptement l a fortune, i l faut §tre d6ja riche ou l e 43 paraftre,^ et i l l u i oonseille de f a i r e l a oour a une jeune personne qui se rencontre dans des conditions de pauvretS sans qu'elle se doute de sa fortune future. Lorsque Vautrin constate q u ' i l tuera l e f i l s de M. T a i l l e f e r , Rastignac tombe sur une ohaise en palissant; Vautrin s'6orie vilement, "Ah! nous avons encore quelques p e t i t s langes tache's de v e r t u i " Oomme l e dit Rastignac, ce forqat avait ete" cre6 pour l e tourmenter* Les pensionnaires vertueux, mis en oontraste avec ces autres, influent aussi sur l a destined du jeune etudianti Madame Gouture et Victorine T a i l l e f e r l u i semblent trop simples, trop honn§tes, trop rSsign^es, de "pauvres i l o t e s . " Madame Couture, veuve d'un commissaire ordonnateur de l a r£publique francaise, sert de mere a Vic t o r i n e , h e r i t i e r e riche a l a f i n , qui ressemble aux autres pensionnaires, a "un arbuste aux f e u i l l e s jaunies, fratohement plants dans un t e r r a i n oontraire." Goriot est l e pauvre innocent qui in f l u e l e plus sur Rastignac. Son sort montre a Eugene 1 * i n u t i l i t y de l a vertu. Ce riche v e r m i o e l l i e r se ruine pour ses f i l l e s ingrates. II d i t : "Ma vi e , a moi, est dans mes deux f i l l e s . . . . Je n'ai point f r o i d s i e l l e s ont chaud, je ne m'ennuie jamais s i e l l e s r i e n t . Je n'ai de chagrins que l e s l e u r s . " II leur donne tout l'argent que l u i avait apport<§ sa femme; pour payer l a robe d'Anastasie pour l e bal de Madame de Beauseant, i l vend pour six cents francs ses oouverts et ses bouoles. Ce n'est que sur son l i t 44 de mort q u ' i l se rend oompte de leur i n f i d e l i t e . "Vous l e u r ' (aux enfants) donnez l a vie, i l s vous donnent l a mort," d i t -i l et i l continue, "mes f i l l e s , c ' e t a i t mon vice a moi, e l l e s etaient mes mattresses, enfin tout!" La f i n semble trop ironique: Goriot "use de ses dernieres foroes pour Stendre les mains, rencontre de chaque odtS de son l i t l e s tStes des etudiants (Rastignao et Bianchon), l e s s a i s i t violemment par les cheveux, et l'on entend faiblement: 'Ah! mes anges!"' Apres sa mort, Rastignao doit payer l e s f r a i s du pretre, du t e r r a i n etc.; n i les deux f i l l e s n i leurs maris n'ont envoyS de 1'argent; i l s n'assistaient pas meme aux f u n e r a l l i e s . Dans l a pension aussi, l e pere Goriot reste objet de r i d i o u l e . Les pensionnaires ne songent pas que Delphine et Anastasie sont ses f i l l e s , i l s l e s prennent pour ses mattresses; selon l a logique severe de Madame Vauquer, s ' i l avait des f i l l e s aussi riches que c e l l e s - l a * i l ne serait pas dans sa maison au troisieme Stage. Pendant l e s repas, i l mange toujours machinalement sans savoir ce q u ' i l mange, ne faisant auoune attention aux in s u l t e s . Les pensionnaires rient du pauvre homme et l e taquinent oon-tinuellement: une f o i s Vautrin l u i f i t descendre son chapeau jusque sur les yeux. A l a f i n , Rastignao doit o f f r i r 1'argent de sa montre a Madame Vauquer pour payer l a nourriture de Goriot. Puis e l l e donne des draps "retournes," uses, pour le l i t de mort du bonhomme. V o i c i 1'opinion des pensionnaires 45 sur sa mort: ''. . . II y a soixante morts aujourd'hui, voulez-vous vous apitoyer sur l e s heoatombes parisiennes? Que l e pere Goriot soit oreve, tant mieux pour l u l l —Madame Vauquer repond: Ohl oui, tant mieux q u ' i l soit mortI II parait que l e pauvre homme ^uait bien du desagrement, sa vie durant." Du reste, i l s ne semblent pas t r a i t e r mieux Eugene de Rastignao. Lor s q u ' i l reqoit des saos d'argent de sa mere, tous s'y LntSressent vivement: "Vous avez une bonne mere," di t Madame Couture. ''Monsieur a une bonne mere," rSpete Poiret, perroquet de l a maison. "Oui, l a maman s'est saigneei" ajoute Vautrin d'une maniere piquante. Personne ne met un habit neuf sans que chaoun dise son mot. V o i c i ce q u ' i l s pensent quand Eugene apparait endimanche pour l e bal: n —-Kt kt kt kt! f a i t Bianchon en faisant olaquer sa langue contre son p a l a i s . Tournure de due et p a i r ! d i t Madame Vauquer. l i e -—Monsieur va en conqu§te? f a i t observer M Miohonneau. Ooquerioo! orie l e peintre. Mes compliments a Madame votre Spouse, dit 1'employe au Museum; Monsieur a une epouse? demande Poiret; Une Spouse a compartiments qui va sur l'eau..dit Vautrin." 46 De plus, Madame Vauquer regarde toujours ce an.1 Eugene mange a table: par exemple, i l parle d'une aventure, en "se coupant un morceau de pain que Madame Vauquer mesure toujours de l ' o e i l . " Balzac affirme dans "L'Envers de l ' H i s t o i r e Gontemppraine": "La l o i qui r6git l a nature physique r e l a t i v e -ment a 1'influence des milieux atmospheriques pour les conditions d'existence des §tres qui s'y d£veloppent, re"git e'galement l a nature morale. . . .""'"Il est f a c i l e de prevoir qu'Eugene cherchera a i l l e u r s son bonheur, i l deviendra ambitieux, i l adorera les richesses. Et quel m i l i e u plus favorable au deVeloppement de son ambition que l a maison de Madame de Beauseant, c e l l e de M m e de Restaud, c e l l e de M m e de Nucingen? Balzac d i t l u i -meme:- "La t r a n s i t i o n e t a i t trop brusque, l e eontraste trop complet, pour ne pas de"velopper outre mesure ohez l u i l e sentiment de 1'ambition. D'un cote, l e s fralches et charmantes images de l a nature sociale l a plus Elegantej des figures jeunes, vives^ enoadr^es par l e s merveilles de l ' a r t et du luxe; des t£tes passionn^esj pleines de po^sie; de 1'autre, de s i n i s t r e s tableaux bordes de fange ( l e s pensionnaires), et des faces ou les passions n'avaient laiss£ que ieurs cordes et le u r m£canisme." A i n s i Eugene r£sbut de s'appuyer sur l a science et sur l'amour, d'Stre un savant, mais aussi un homme a l a mode. Balzac, L'Envers de l ' H i s t o i r e Contemporaine, Oeuvres Completes XX, p. 294. 47 II apparalt premie rement chez WP-e de Rest audi E l l e exerce une mauvaise influence sur ce jeune p r o v i n c i a l * dont Balzac nous raconte l a biographie avec soin a f i n de preparer le drame. Eugene voit beaucoup de valet s chez cette comtesse, devient timide, et f i n i t par perdre son chemin dans l e s innombrables corridors de sa maison. Yoyant M m e de Restaud pour l a premiere f o i s , i l reste frappe* par l a coquetterie des parisiennes. II y rencontre Maxime de T r a i l l e s et est i n i t i e aux secrets des menages a. t r o i s . Au premier regard, i l se sent une haine violente pour ce jeune dandy: "D'abord, les beaux cheveux blonds et bien f r i s e s de Maxime l u i apprirent combien l e s siens etaient horribles; puis Maxime avait des bottes f i n e s et propres* tandis que l e s siennes, malgre* l e soin q u ' i l avait p r i s en merchant, s'etaient empreintes d'une legere teinte de boue; enfin, Maxime po r t a i t une redingote qui l u i s e r r a i t elegamment l a t a i l l e et l e f a i s a i t ressembler a une j o l i e femme, tandis qu'Eugene avait a deux heures et demie un habit n o i r . " Eugene commence aussi a comprendre 1'importance d'un t i t r e noble a Paris, car lorsque l a comtesse d i t q u ' i l est parent de N\?P-e l a vicomtesse de Beauseant par l e s Ma r c i l l a c , l e comte "quitte son a i r froidement ceremonieux et salue l'etudiant." Plus tard i l se rend compte de l'egolsme, de la. s o t t i s e de cette femme riche, qui refuse m§me de vo i r son pere. E l l e ne l e voit que quand e l l e a besoin d'ecus: Apres qu'elle a vendu ses diamants et ceux de son mari pour donner de 1'argent 48 a. Maxime, et apres que son mari l ' a dfScouvert, e l l e court ehez son pere et c e l u i - c i doit vendre son argent pour l u i payer. Puis, quoiqu'elle fut l a cause de l a mort de son pere, e l l e n*assiste pas m§me a ses f u n e r a i l l e s . La v i e de famil l e ne compte plus a Pa r i s . ^ M m e de Beaus6ant sert aussi a rendre immoral l e caractere d'Eugene. Eugene entre dans "son pet i t salon coquet, g r i s et rose, ou l e luxe semble n'etre que de 1'elegance." II dine a sa maison, ou "resplendit ce luxe de table qui sous l a Restauration fut pouss6, comme chacun l e s a i t , au plus haut degr6; " i l y v o i t l'argenterie s'oulptee, les "mille rechercb.es d'une table somptueuse," un service f a i t sans bruit, l e contraire de tout ce qui existe dans l a pension. Puis e l l e l u i c o n s e i l l e d'oublier l a v i e de famil l e , de f a i r e fortune, d'aimer M m e de Nuoingen:-"N Tacceptez l e s hommes et les femmes que comme des chevaux de poste que vous laisserez orever a chaque r e l a i s , vous arriverez a i n s i au f a i t e de vos desirs. Voyez-vous, vous ne serez rien i c i s i vous n'avez pas une femme qui s'int^resse a nous; II vous l a faut jeune, riche, 6l£gante. Mais s i vous avez un sentiment v r a i , cachez-le comme un tresor, ne l e la i s s e z jamais soupconner, vous seriez perdu i " A i n s i " l e d6mon du luxe l e mordit au coeur, l a f i e v r e du gain l e p r i t , l a s o i f de l ' o r l u i s6oha l a gorge." II va au theatre A. Bardoux a bien peint ce monde 6go!ste dans "La Bourgeoisie Franchise, 1789-1848." 49 avec e l l e , i l "marche d'enchantements en enchantements;" II assiste a son bal avec cinq cents autres personnages, I l l a v o l t abandonnee par l e riche marquis d'Ajuda. Ghez M016 de Nucingen i l peut considerer tous l e s vices de l a haute bourgeoisie: selon M. B e l l e s s o r t , l a vanite, les p l a i s i r s , l a course a l a fortune, et aux honneurs, l e s querelles de f a m i l i e , l e s egolsmes. 1 II a r r i v e dans "une de ces maisons legeres, a colonnes minces, a portiques mesquins, qui constituent l e ' j o l i ' a Paris, une v e r i t a b l e maison de banquier, pleine de recherches ooflteuses, des stucs, des p a l i e r s d'escalier en mo sail que de marbre." E l l e 1 ' i n i t i e au jeu, e l l e l u i raoonte l a vie des femmes a Paris: "un luxe i n t e r i e u r , des soucis oruels dans l'Sme"; e l l e s volent leur mari* e l l e s font jeftner leurs enfants pour a v o i r une robe, e l l e s se vendent a leur mari. Puis i l mene une vie dissipee: i l dine ohaque jour chez e l l e , rentre a t r o i s ou quatre heures du matin, se leve a midi pour f a i r e sa t o i l e t t e , va se promener avec e l l e au Bois, joue, perd ou gagne beauooup, aspire avec e l l e a toutes l e s seductions du luxe et a l f a r i s t o c r a t i e . A i n s i i l n'est pas Strange que Rastignao decide de mener cette sorte de vie; e l l e o f f r e plus de p l a i s i r qu'auoune autre, l a corruption regne partout, presque personne n'est r—'——' '— ! — — : — — ' • ; — — B e l l e s s o r t , A., Balzac et son Oeuvre, p. 169. 50 honnSte; ceux qui sont honnStes souffrent leur v i e entiere, meme Goriot admet que "L fargent, c'est l a v i e . Monnaie f a i t tout." La soci§te court apres 1'argent, l e s t i t r e s ; Rastignac ne doit pas res t e r en a r r i e r e , i l doit fermer ses yeux devant "les competitions, les vices et les crimes que l a rapacite provoque."^ Oe mi l i e u d'argent, que Balzac a 2 presque i n t r o d u i t dans l e roman, o f f r e a i n s i indirectement un cadre important pour 1'ambition de Rastignac. Mais quelle sera l a conclusion de toutes oes recherehes. II est incontestable que 1*importance que Balzao a t t r i b u a au m i l i e u s o c i a l et moral, est une consequence de ses <§tudes so i e n t i f i q u e s . A i n s i i l demerit en d e t a i l l ' i n f l u e n c e de l'Spoque, de l a pension bourgeoise, du monde anobli et riche sur l e jeune homme Eugene de Rastignao et sur l e pere Goriot. Du reste, i l montre l'influenoe de M m e Vauquer sur sa pension et sur ses pensionnaires, influence qui agit surtout sur Goriot. Mais dans ses descriptions d'interieurs de maisons, comme c e l l e de l a pension, i l est possible que son I — ' :—— : ' ' ~" 1 1 " ' ~ Phrase de P. Louis, trouv^e dans Les Types sooiaux chez Balzac et Zola, p. 33. 2 Selon P. Brunetiere, Balzac est le premier des romanciers qui ont essaye de nous dire comment 1'argent se gagnait, en oombien de manieres* L'argent oonstitue un mi l i e u tout nouveau. Honore de Balzac, p* 118* 51 i n s p i r a t i o n a i t eta" a r t i s t i q u e . Nous avons vu que l e s peintres hollandais du dix-septieme s i e o l e possedent des i n t e r i e u r s tres semblables a ceux de Balzac. En tout oas, on peut oonstater sans he s i t a t i o n que sa passion pour d^orire l e s oartels, l e s v i e i l l e s chaises, les tables etc., et l e s peintures^ vient de son amour de sa propre c o l l e c t i o n de bric-a-brac, de meubles pr£oieux, de pelntures de toute sorte, non pas de son goftt personnel pour 1 ?argent. A i n s i l ' i n s p i r a t i o n s c i e n t i f i q u e et a r t i s t i q u e dominant toutes l e s deux sa peinture du milieu, n i l'une n i 1*autre seule, ne l a fournit* CHAPITRE I I I . L*Intrigue dans " l e Cousin Pons." "Enfin, entre l e s animaux, i l y a peu de drames, l a confusion ne s*y met guere; i l s courent sus l e s uns aux autres, v o i l a tout. Les hommes eourent bien aussi les uns sur l e s autres; mais leur plus ou moins d 1 i n t e l l i g e n c e rend l e combat autrement oompliquei" - Avant-Propos de l a Com£die Humaine. 53 Ferdinand Brunetiere affirme que Balzac S t a i t moins soucieux d'art ou de perfection que de succes* de richesses; Selon l u i "une t e l l e force n'a pas besoin d ' a r t . " 1 Mais malgre ces affirmations, Balzac semble un a r t i s t e o r i g i n a l sous beaucoup de rapports. Son prooede d i f f e r e de c e l u i de l a plupart des romanciers; i l est plus sage, plus conois a l a langue. II decrit comme 1'.artiste peint son tableau; i l veut l a meine unitS de composition, des contrastes, un dessin d e f i n i , des couleurs, l a variete, des formes repetees, tout ce que constitue une v e r i t a b l e oeuvre plastique; Dans ''le Cousin Pons" i l nous o f f r e une peinture exaote de Pons et de son ami Sohmucke; nous voyons leurs passions; leurs vices et leurs vertus qui sont cause de l e u r mort; Ce roman se d i v i s e en deux parties dont l a premiere t r a i t e l'avance-ment de Pons a l a g l o i r e et sa ruine grace a l a f a m i l i e M a r v i l l e ; L'intrigue tres simple se compose de t r o i s 6pisod.es: l a scene chez les M a r v i l l e ou Pons presente son eventail* l'avancement subsequente de Pons et l a ruine de 2 Pons. I : ~ ! ! Brunetiere; Ferdinand* Honore de Balzac, p. 59. 2 Dargan, E. P., Studies, in. Balzac's Realism, p. 194. 54 Les premieres pages du roman montrent un de ces "commencements a r a v i r " dent parle Sainte-Beuve:^" Vers t r o i s heures de l'apres-midi dans le mois d'oetobre de l'ann6e 1844i un homme ag6 d'une soixantaine d'annees longe l e boulevard des I t a l i e n s , " l e ne:z a l a piste, l e s levres papelardes." En apercevant de l o i n ce v i e i l l a r d , l e s assistants commencent a r i r e . Puis i l y a des paragrapbes sur son spencer d6mod£, son "horrible chapeau de sole a quatorze francs," son visage l a i d et m6lancolique, sur sa figure en general. Quatre pages nous renseignent sur sa passion pour l ' a r t , l a peinture et l a musique; s i x pages sur sa gourmandise, son gout pour des plats savoureux* Nous 6tudions son amitie' avec Schmucke, v r a i musicien allemand, aussi sentimental et catholique que Pons, et qui f i n i t par demeurer dans l a meme pension que l u i , et jouer dans l e m$me orchestre. Balzac d6crit tous l e s parents de Pons ohez qui i l va diner: l e s Cardot, les Popinot, l e s M a r v i l l e . II nous pre"sente l a si t u a t i o n commerciale des Ma r v i l l e , ses cousins, et parle de l a haine de l a femme et de l a f i l l e envers Pons. Hippolyte Taine t r a i t e ces descriptions d'obscures et parle de "trop d'attendre"; mais i l faut avouer que comme l e s cinq ou six biographies dont deux <5*,u T ' ! " Sainte-Beuve, P o r t r a i t s Oontemporains, p* 345. 2 Taine, H., Nouveaux Essais de Critique et d'Hls.toire, p./f. 55 moins sont i n u t i l e s a 1'action, e l l e s sont necessaires a l a reoonstitutibn du milieu qui determine l a nature de dette action. L'aotion lo r s q u ' e l l e commence a une grande force; ces descriptions l a poussent sur son ohemin. Les personnages principaux sont i h t r o d u i t s , nous n'avons qu'a l e s observer, les entendre parler; leur monde nous est connu. On s a l t que chaque familie acceptera Pons comme on accepte un imp&t. A i n s i ce procSdS balzacien a son but, but a r t i s t i q u e par excellence. L'aotion commence quand Pons se presente chez MP6 de M a r v i l l e a l'heure du diner, arme de son oadeau, un eventail merveilleux peint par Watteau. "Yous %tes venu de s i bonne houre, mon cousin, dit Ceolie en prenant un pet i t a i r oaiin, que vous nous avez surprises au moment ou. ma mere a l l a i t s ' h a b i l l e r . " Fierement Pons donne son oadeau a M m ede Marville qui l'appelle promptement "une pet i t e bStise." Puis Pons raconte a cette ignorante l a valeur des peintures, de l a porcelaine, et l u i parle du triomphe de sa finesse sur l'Ignorance du brocanteur en achetant l ' e v e n t a i l . Madame a son tour bavarde de sa f i l l e ; "son r6le d'ecouteur e t a i t double d'une approbation constants, Pons s o u r i a i t a tout, i l n'accusalt, i l ne defendait personne; pour l u i , tout le monde avait raison. Aussi ne comptait-il plus comme un homme* c'et a i t un estomao." A l a f i n , Pons se vo i t chasse de cette maison sans savoir pourquoi; i l 1'entend les domestiques l'appeler "un rat f i n i " et resout de ne plus 56 a l l e r n u l l e part sans etre i n v i t e . Cette sorte de scene est un chef-d'oeuvre a r t i s t i q u e . E l l e ob6it a. toutes les regies du jeu. B i l e compose une detente apres trente pages de description qui l'ont bien prepare; e l l e est u t i l i s e s pour quelqueohose d'important. Le dialogue caraoterise bien l e s personnages. Comme M. Bellessort l * a d i t , lorsque ses personnages parlent, ce sont leurs times qui parlent dans l a siennei^ Pons indique sa passion pour l e bric-a-brac, M3316 de Mar v i l l e se soucie de sa f i l l e . L'un est sourd a ce que l'autre d i t et montre facilement son ignorance; chaoun a sa passion dominante. On pre>oit que les deux Interets se heurteront. Dans l e deuxieme Episode de l a premiere partie, Balzao nous peint l Tavancement de Pons* II l e f a i t en posant un grand nombre de jalons qui ressemblent a une s6rie de coups de pinceau tous orienies dans l e m§me sens, donnant a tout l e cadre un contour c l a i r et audacieux* Popinot demands a Pons pourquoi i l ne vient pas l e v o i r . M. de Ma r v i l l e se rend chez Pons et f a i t ses excuses pour l a conduits de sa fami l l e , "mes domestiques sont tous renvoyes; ma femme et ma f i l l e sont au desespoir, " d i t - i l * Tous ses domestiques viennent demander pardon a Pons. Monsieur Berthier, autre amij 1*invite aussi a diner chez l u i . II gagne l a faveur de M1116 de Ma r v i l l e et de Ceoile 1 B e l l e s s o r t , Andre, Balzac et son Oeuvre, p. 2 9 0 . . 57 par sa proposition d'un mariage avec l e riche homme Brunner. A un diner chez l u i Pons l e s prSsente et rec o i t l e s f e l i c i -tations de Brunner sur l a valeur de sa c o l l e c t i o n . Puis pendant un diner chez les M a r v i l l e , on l u i promet une pension et l e compliment aussi sur sa c o l l e c t i o n . Heureux, objet d*admiration, i l declare q u ' i l l a leguera a CSoile. Mais l a scene devient tout a f a i t dramatique lorsque Brunner affirme q u ' i l ne veut pas epouser CSeile a cause de sa qualite de f i l l e unique. GSoile s'evanouit. La mire dont les yeux sont comme deux fontaines de b i l e verte, nomme Pons un "monstre d'ingratitude," et s'ecrie, "Ma f i l l e en mourral vous l'aurez tuee!" Pons doit p a r t i r pour toujours. A i n s i oommencea?t l a ruine de Pons. Ge sont l e s memes sortes de coups de pinceau, mais en sens inverse. Pons tombe malade et aprls une longue f i l v r e nerveuse, i l f a i t une promenade avec son ami Schmucke. I l s rencontrent malheureusement tous ses anciens amis. Le comte Popinot l u i d i t : "Je ne comprends pas que vous ayez assez peu de tact pour saluer une personne a l l i e e a l a f a m i l i e ou. vous avez tente d'imprimer l a honte et l e r i d i c u l e . " G'est "un nouveau coup de poignard dans le coeur" selon Pons. Puis Gardot refuse de l e saluer, l'appelle "un monstre d * ingratitude," et sa f i l l e M016 Berthier, anoienne amie f i d l l e 1'insulte. Sous tous ces coups Pons tombe encore malade. 58 Oes series de soenes sont souvent rompues par des descriptions qui offrent une sorte de detente, de variete; Nous avons une courte description de l a maison Cibot, de M. et de M m e Cibot, de leur revenu, puis de Brunner et de son argent, du president. Les p o r t r a i t s , l e s descriptions du milieu, comme nous 1'avons deja vu dans les deux chapitres precedents font toute l a v i e du roman. La description de l a c o l l e c t i o n de Pons est avant tout n£cessaire oar e l l e sert de cause, e l l e pr6oiplte l e drame, l a l u t t e qui s u i t . Nous devons nous rendre oompte de l a grandeur de sa c o l l e c t i o n ; A i n s i cette premiere partie du roman possede des qualites a r t i s t i q u e s . On y vo i t des oontours c l a i r s grace a ces coups de pinceau, tons savamment d i r i g ^ s vers un but; II y a un contrasts de tous, les elements c l a i r s et sombres sont entremeles: l'emploi du dialogue rompt l a monotonie de l a d e s c r i p t i o n . Comme dans une peinture, une forme est souvent rep6tee d'une maniere un peu diff e r e n t e , Balzac cherohe toujours des doubles, des oaraoteres comme Schmuoke et Pons, et des situations qui se reproduisent, comme c e l l e s de l a rencontre de Pons avec ses anoiens amis. La vari£te, l e s d e t a i l s , les oouleurs n*y manquent pas: l e cadre est p l e i n de oaracteres de cheque olasse; Toutes l e s soenes offrent une vraie impression de l a vie* Les personnages 59 oomme Schmucke sont p r i s sur l e v i f * La peinture et l a l i t t e r a t u r e s'y approohent. La deuxieiae p a r t i e du roman est compliquee; e l l e retombe m@me dans l e mSlodrame. On y remargue 1'influence s o i e n t i f i q u e . L'aotion est pouss^e jusqu'au drame, l e drame balzacien etan-t l e heurt d'int^rets ou de passions en c o n f l i t . Chaque homme a sa passion dominante, i l est monomane. Balzao parle de son proc6d§ de faoture dans l e "Grand Homme de Province." D'Arthez endootrine a i n s i Rubempre: "Vous commenoez, oomme Scott, par de longues conversations, pour poser vos personnages. Quand i l s ont cause, vous f a i t e s a r r i v e r l a description et l'ao t i o n . Get antagonisme  n6oessaire a touts oeuvre dramatique vient en dernier. Renversez l e s termes du probllmei . . . Entrez tout d'abord dans l' a o t i o n . " Comme l ' a d i t Paul Bourget, le s phrases soulign€es "antagonisme neoessaire a toute oeuvre dramatique" et " l ' a o t i o n " sont e s s e n t i e l l e s . Balzac se rendit oompte, 1 1 1 : M. A-. Le Breton affirme qu'en 1838 Balzao se f a i s a i t i n i t i e r a l a musique par un vieux rausicien allemand qui venait chaque semaine passer quelques heures avec l u i . La physionomie de Pons ou de Schmucke, o'est c e l l e de 1-'allemand; le jargon germanique aussi. Balzao, 1'Homme et 1'Oeuvre, p. 193. 2 Balzao, Le Grand Homme de Province, Oeuvres Completes XII, p. 72* Bourget, Paul, L'Art du Roman chez Balzao, Revue des Deux Mondes, jan; 1926, c*p. 935. 60 bien avant Darwin, que l a l u t t e pour l a vie est une des l o i s de l 1 e x i s t e n c e des espeoes, oar i l r e d i t dans 1'Avant-Propos de sa "Comedie Humaine": "Enfin, entre les animaux, i l y a peu de drames, l a confusion ne s'y met guere; i l s oourent sus les uns aux autres, v o i l a tout. Les hommes courent aussi l e s uns sur les autres; mais le u r plus ou moins d'intelligence rend l e combat autrement c o m p l i q u e . P l u s 1'intrigue se noue, plus l e s personnages se donnent temerairement a leurs passions vioieuses. Chacun semble rebutant; i l ne songe qu'a sa propre fortune. Ce sont des l u t t e s de b§tes fauves. Les attaques contre Pons et puis contre Sohmucke deviennent de plus en plus sauvages. Des hommes du type animal sont neoessaires pour administrer ces coups. Voyons ce monde animal. Remonencq, amateur d'objets d'antiquite, qui a <§ coute* les dernieres paroles dites par Brunner a Pons a propos de l a valeur de sa c o l l e c t i o n , y voit une fortune a voler et oommunique cette idee a. M m e Cibot et a Dr. Poulain. M3316 Cibot, portiere typique de son epoque, passe de l a probite l a plus entiere a l a sceleratesse l a plus profonde, en apprenant l a valeur de l a c o l l e c t i o n de Pons. E l l e v i s i t e un diseur de bonne aventure qui l u i dit qu'elle r e c u e i l l e r a l e f r u i t de ses peines. A i n s i l e lendemain, l'idee f i x e de se f a i r e donner une partie du MusSe-Pons se manifeste Balzac, Avant-Propos de l a Comedie Humaine, p* XXVII. 61 chez e l l e . Remonencq l u i eonseille d'introduire E l i e Magus, vieux j u i f , pour evaluer l a c o l l e c t i o n . Introduire Magus dans l e Musee-Pons, c'est "plonger un poignard au ooeur de Pons" qui depuis dix ans, i n t e r d i s a i t a l a Cibot de l a i s s e r penetrer qui que ce ffit chez l u i . Dans l ' i n t e r v a l l e , La Gibot jase avec Pons, l e "couve," l e rassure que personne ne volera sa c o l l e c t i o n et qu'une garde-malade n'est pas necessaire. "Si je connaissais ceux qui vous ont oausS du chagrin, je me f e r a i s mener en cour d'assises," d i t - e l l e . Lorsque Pons l u i raoonte ses chagrins, e l l e se rSpand en invectives contre l e s parents, e l l e pleure* tout en memtionnant neanmoins de temps en temps q u ' i l devrait preparer son testament. Une des seines l e s plus dramatiques qui rappelle c e l l e s de "Manon Lesoaut" r e s u l t s quand Magus et Remonencq avec l a Gibot vont v o i r l e s peintures de Pons. "Ces t r o i s voleurs se regardaient encore, chacun en proie a sa volupte, l a plus vive de toutes, l a s a t i s f a c t i o n du succes en f a i t de fortune," lorsque l a voix du malade r e t e n t i t , "Qui va l a ! " G'est un des premiers evenements qui precipitent l a mort de Pons. D'autres coups l e suivront en peu de temps, l e s i n t r i g a n t s ne sont l a que dans ce but. Puis pour montrer leur bassesse, Balzao l e s f a i t i n t r i g u e r parmi eux-memes. La Gibot demande quatre m i l l e francs par tableau; Magus les l u i paye aprls une dispute. Pons entend l a bruit dans l'autre chambre, se l i v e , 62 s'evanouit. La Cibot l u i assene un autre ooup, en disant qu'elle i n t r o d u i r a une garde. P/esormais les evenements se suivent rapidement. La Cibot va v o i r l e dooteur Poulain et l u i demande de dire a Pons q u ' i l meurt. C e l u i - o i l u i reoommande de v i s i t e r l'avocat P r a i s i e r , son ami* Dans le s termes memes de Balzac, " i e i commence l e drame, ou, s i vous voulez, l a comedie t e r r i b l e de l a mort d'un oe l i b a t a i r e l i v r e par l a force des choses a l a rapaoite des natures oupides qui se groupent a son l i t . " P r a i s i e r , complice de Poulain et de M 0 1 6 de Marvil l e pour vol e r l a fortune de Pons l u i dit q u ' i l est d i f f i c i l e d'obtenir l a c o l l e c t i o n parce que l e president est n a t u r e l l e -ment l ' h e r i t i e r et i l est tout puissant; "La portiere, entree dans ce cabinet, comme une mouohe se je t t e dans une t o i l e d'araignee, devait y rester, l i e e , e n t o r t i l l s e , et s e r v i r de pature a l'ambition de oe petit homme de l o i . " Le dooteur et P r a i s i e r avaient vu dans 1'affaire " l a nourriture de leurs vieux jours;" II voula i t lui-m§me devenir juge de paix. En e f f e t , l e s intrigues entre l e s personnages secondaires deviennent aussi compliquees que les coups contre Pons deviennent plus severes. R6monenoq developpe un amour s p e c u l a t i f pour l a Cibot qui 1'amine a souhaiter l a mort de son mari. I l s ourdissent un complot avec Magus et deoident de vendre quatre autres tableaux avant 1-'arrives de P r a i s i e r . Sur ces entrefaites, P r a i s i e r se rend chez 63 MP6 de M a r v i l l e et l'informe q u ' i l procurera l a suooession de Pons pour sa f a m i l l e s ' i l devient juge de paix a Paris et son ami dooteur Poulain, medecin en chef d'un h 8 p i t a l . WCLe promet de f a i r e ce qu'elle pourra. R6monenoq oommence a empoisonner Cibot, dont "les jambes amaigries, tortues; deviennent des membres presque i n u t i l e s . " G'est une action qui rappelle les melodrames de Pixereoourt * Leurs coups oontre Pons deviennent de plus en plus mortels. La Cibot l u i d i t q u ' i l a ete* remplaoe au theatre par un autre et que Schmucke l u i a ordonne de f a i r e c e c i parce q u ' i l s a i t que l u i , Pons, meurt. Pons ohuohote, " E l l e m'assassins." La Cibot l'entend et menace, "Vous prendrez une garde." E l l e informe Schmucke q u ' i l faut vendre huit autres peintures pour obtenir de 1'argent. A i n s i R£monencq remplaoe huit ohef-d'oeuvres par des tableaux ordinaires. P r a i s i e r vient et i l s evaluent l e s peintures pendant que Pons est endormi. Suit une soene dramatique, comparable a l a precedente mais plus vehemente. " C ' e t a i t un spectacle a navrer l e coeur que o e l u i de ces quatre cupidites differentes soupesant l a succession pendant le sommeil de c e l u i dont l a mort e t a i t l e sujet de leurs convoitises. L'estimation des valeurs contenues dans l e sa&on dura t r o i s heures*" Mais Pons s ' e v e i l l e soudain, "Des voleurs! Les v o i l a l A l a gardel On m'assassinel" s ' e o r i e - t - i l . P r a i s i e r affirme que les M a r v i l l e l'ont 64 envoye pour estimer sa o o l l e c t i o n et l u i p a r l e r . Mais Pons, soupconneux, se l i v e * regarde l e s murs, s'evanouit. Schmucke l u i d i t q u ' i l s ont recu cinq m i l l e francs pour les peintures; Pons, abattu, repond qu'elles en valaient vingt f o i s autant. La serie de scenes qui se suivent devient plus melodramatique. Pons redige son testament, soupQonnant l e s actions de l a Gibot l a v e i l l e . En effet* E r a i s i e r et l a portiere forment un oomplot: La Gibot se g l i s s e dans l a chambre de Pons, vole l e testament, l i t que toute l a fortune est leguSe a Schmucke. Pons et Sohmucke 1'attaque quand e l l e revient et e l l e tombe dans des convulsions affreuses. E r a i s i e r l'accuse de cacher quelquechose, "en jetant un regard de t i g r e sur l a p o r t i e r e ; " e l l e l'aocuse a son tour de l a l a i s s e r s'embrouiller. II rSpond que s i e l l e f a i t ce q u ' i l veut, e l l e reoevra douze cents francs de rente v i a g l r e . Puis pendant que l a Gibot s'oooupe de l a mort de son mari que Remonencq a empoisonne, Pons annuls son testament de l a v e i l l e et i n s t i t u e Sohmucke son legataire u n i v e r s e l . Sur le l i t de mort de Pons, E r a i s i e r et l e dr. Poulain conseillent a Pons de l a i s s e r M016 Oatinet et certaine Mm© Sauvage, autre intrigante, l e s soigner, l u i et Sohmuoke. La solne dramatique de l a mort de Pons su i t bientot, seine de denouement* typique de Balzac. Sohmucke, timide et innocent reste l a parmi tous ces loups. M1116 Sauvage "l e 65 suprit tenement par sa tournure, q u ' i l l a i s s a Schapper un mouvement de frayeur." E l l e sSpare vivement l a main de Sohmucke de l a main du mort, "Quittez-la done, monsieur, vous ne pourriez plus l * 8 t e r ; vous ne savez pas eomme l e s os vont se d u r c i r ! " Le reste du roman s'occupe de l a persecution de Schmucke, devenu h e r i t i e r de Pons. Les attaques qu'in-stituent M1516 Gatinet et M3116 Sauvage contre l u i sur son l i t de mort* deviennent feroces; e l l e s l e sont d'autant plus q u ' i l ne leur r e s i s t s pas. Agneau innocent, i l y demeure pendant que toutes l e s betes sauvages grognent et lut t e n t entre elles-memes, et l'attaquent avid ement. Sous l'influence des sciences* Balzac a sans doute concu ce monde tout animal qui avec chaque semaine devient plus avare. Apres l a mort de Pons* Schmucke est ohasse par les entre-preneurs de monuments funeraires, i l est tormente* par le courtier d1embaumement et d'autres; F r a i s i e r l e force .h. accepter un M. Tabareau pour s'oocuper de tous ces d e t a i l s . Schmucke est l e seul homme qui a s s i s t s aux fu n e r a i l l e s de Pons, tandis qu'une foule accompagne Cibot au cimetiere. La scene est tout a f a i t ironique: "Remonencq e t a i t derriere l e char de sa victime, et recevait des compliments de condoleance sur l a perte de son v o i s i n . " Schmucke mine son propre convoi, tenant dans sa main l a main du gargon Topinard, l e seul homme qui efit dans l e 66 ooeur un v r a i regret de l a mort de Pons. Puis P r a i s i e r et l e s autres oommenoent a tormenter Sohmuoke; un inventaire est f a i t de l a c o l l e c t i o n de Pons et Schmucke est contraint de q u i t t e r l a maison. II va demeurer chez une pauvre f a m i l l e , l e s Topinard. P r a i s i e r et Gaudissart, directeur du theatre dupent Schmucke: II s a c r i f i e son heritage pour une tres petite somme. "Ne comprenant rien aux g e n t i l l e s s e s de l a procedure, i l recut un coup mortel," et mourut en dix jours. Parmi ce grand nombre d'incidents Balzac nous decrit des scenes h o r r i b l e s . Les scenes deviennent de plus en plus c rasseuses i Voyons l e bureau de P r a i s i e r : "Ce cabinet ressemblait absolument a ces petites etudes d'huissier du troisieme ordre, ou les cartonniers sont en bois n o i r c i j ou l e s dossiers sont s i vieux q u ' i l s ont de l a barbe, en st y l e de cl e r i c a t u r e , ou les f i c e l l e s rouges pendent d'une fagon lamentable, ou les cartons sentent les ebats des souris, ou le plancher est g r i s de poussilre et l e plafond jaune de fumee. La glace de l a cheminee e t a i t trouble; l e s chenets en fonte supportaient une btlche £conomique; l a pendule en marqueterie moderne, valant soixante francs^ avait et£ achet£e a quelque vente par autorite de j u s t i c e et les flambeaux qui l'accompagnent 6taient en zinc^ mais i l s affectaient des formes rococo mal r£ussies, et l a peinture, partie en plusieurs endroits, l a i s s a i t v o i r l e metal." Tout y est g r i s de poussiere et jaune de fumee. La demeure de Topinard ou Schmucke se loge^ est situee dans "une de ces 67 affreuses l o c a l i t e s qu'on pourrait appeler les cancers de P a r i s . " La description de l ' i n t e r i e u r est tout a f a i t n a t u r a l i s t s , zolaesque: "Ges t r o i s pieces barrelees en briques, tendues d'affreux papier a s i x sous le rouleau de.corSes de cheminSes dites a l a capucine, peintes en peinture vulgaire, couleur de bois, contenaient ce manage de cinq personnes dont t r o i s enfants. Aussi chacun p e u t - i l entrevioir les egratignures profondes que fa i s a i e n t l e s t r o i s enfants a l a hauteur ou leurs bras pouvaient atteindre. Les riches n'imagineraient pas l a si m p l i c i t y de l a batterie de cuisine qui consistait en une c u i s i n i e r e , un chaudron, un g r i l , une casserole, deux ou t r o i s marabouts, et une poele a f r i r e . La v a i s s e l l e en faience, brune et blanche, v a l a i t bien douze francs. La table servait a l a f o i s de table de cuisine et de table de manger. Le mobilier consi s t a i t en deux chaises et deux tabourets." La derniere scene du roman est un coup f i n a l . Les Mar v i l l e montrent a un prince russe leur c o l l e c t i o n de bric-a-brac, ou plut6t c e l l e de Pons. II demande au president ou i l a trouve l e temps de chercher toutes ces c u r i o s i t e s . La presidente repond que le trSsor l u i est Schu par succession d'un cousin nomme Pons, "homme charmant" et e l l e l u i montre fierement l ' e v e n t a i l de de Pompadour que Pons l u i avait donne. "II dinait t r o i s ou quatre f o i s par semaine chez moi, r e p r i t - e l l e , i l nous amait tant I nous savions l.'apprecier, les a r t i s t e s se plaisent aveo ceux qui gotltent leur e s p r i t . " O'est un coup trop ironique. Tout l e roman i n s i s t e sur une verite" sooiale. La plupart des personnages sont egoSstes,, i n d i f f e r e n t s , cruels: La Cibot, P r a i s i e r , l e s Mar v i l l e , l e dooteur Poulain, et Gaudissart representent oette olasse; i l s ne pensent qu'a leur propre fortune. Puis de 1'autre oSte" i l y a des hommes honn§tes comme Pons, Schmucke et Topinard. I l s sont l a proie des hommes vicieux, des hommes en gen6ral. Tout l e l i v r e est done une accumu-r l a t i o n de coups frappes sur l e s innocents. A i n s i l e l i v r e a une certaine unite de composition; La philosophie amere de Balzac y domine: Les attaques contre les innocents Pons et Schmucke continuent dans l e s deux parties et deviennent de plus en plus sauvages; Pour eette raison l a premiere p a r t i e est meilleure, plus a r t i s t i q u e que l a deuxieme: La deuxieme semble trop compliquee, trop melodramatique; les evenements y sont invraisemblables, l e s hommes trop n o i r s . II y a tant de scenes que l a v r a i e valeur des scenes en est perdue; On s'embrouille dans l e grand nombre de personnages. L 1 imagination de Balzac y t r a v a i l l e . II a oublie l ' a r t , l e s sciences l'ont dirige sur un mauvais chemin. Mais son procede en general est superieur a tous ceux qui l'ont precede et f i n i t par i n f l u e r sur presque tous l e s romanciers posterieurs; Au dix-septieme s i e e l e , 69 des romans comme " l a Princesse de Gleves" se composent de series de scenes de c r i s e s psychologiques; des descrip-tions du mi l i e u et du caractere n'y figurent pas; Le "Roman Comique" de Soarron et l e "Roman Bourgeois" de Furetiere sont remplis de courtes descriptions de personnages ordinaires et de beaucoup d'evSnements. Au dix-huitieme sie o l e "Manon Lesoaut" de Prevost continue l a t r a d i t i o n de scenes dramatiques de l a "Princesse de Gleves," mais c'est plutSt.plus un r e c i t personnel. Puis chez Le Sage on trouve un melange de descriptions et d'incidents. Dans 'Ue Diable Boiteuste" et " G i l Bias" qui proviennent du roman picaresque espagnol, i l y a des descriptions d S t a i l l S e s de l'aspeot physique des personnages, suivies par un r S c i t d'aventures extraordinaires. La "Nouvelle Helolse" de Rousseau manque de forme dSfinie; ce n'est qu'une analyse psychologique du moi, S c r i t e dans des l e t t r e s . "Rene" de Chateaubriand et l e s autres romans de cette Spoque continue oette t r a d i t i o n . Dans "Paul et Y i r g i n i e " de Bernardin de Saint-Pierre, l a description du mi l i e u devient plus importante, mais c'est un mi l i e u exotique* Puis le roman historique sous l'influence de Scott possede une v r a i e couleur locale, aussi bien qu'une masse d'incidents. Les premiers romans de George Sand et de M6rim.ee fourmillent de suites de scenes; i l y manque des d e t a i l s a propos de l'apparence physique du personnage et de son m i l i e u . Duoray-Duminil et Pigault-Lebrun peignent des incidents extraordinaires. Puis Balzac formule son propre proo6d6: i l d e c r i t en d e t a i l l e milieu, l e s personnages, ensuite i l introduit l'aotion qui est fondle sur cette masse de description qui l ' a pr£o6d6e. Ses sucoesseurs l e copient Flaubert decrit ses personnages en d e t a i l , mais en route, pendant une scene. Les Goncourt d£crivent l e m i l i e u et les personnages pendant deux t i e r s du roman; par exemple, dans "Manette Salomon" on conceit clairement l e s demeures et l a v i e de boheme des a r t i s t e s de ce quartier avant l e commencement de l'aotion. Emile Zola i n s i s t s aussi sur cette sorts de description. Le m i l i e u selon l u i est l a raison d'etre du r e c i t ; l a v i e h o r r i b l e des mineurs de "Germinal" cause l a l u t t e qui s u i t . Jusqu'a nos jours l e procede balzacien de descriptions de personnages et de milieux, l a meilleure partie de ses romans, trouve son 6oho. 71 CONCLUSION 7£ Le realisms d'Honore de Balzac reste incontestable. Ses caraoteres sont p r i s sur l e v i f , ses milieux v r a i -semblables, ses intrigues r e e l l e s . Oomme nous 1'avons observe, son roman inaugure un genre nouveau* Quelques romans, oomme ceux de Scarron et de Furetiere, poss§daient des p o r t r a i t s medioores, d*autres avaient des milieux bizarres, d'autres encore, des intrigues p a r e i l l e s . Mais Balzac seul avait l e pouvoir de r 6 u n i r toutes oes qualites. II l e possedait graoe a son interet pour l e s arts et l e s sciences. Les a r t s l u i enseignerent l ' a r t du p o r t r a i t ; de son etude des peintures de Rembrandt provient son habilete de de"crire ses personnages; l e s sciences l u i montrerent l'unite" de composition qu'on trouve dans ses descriptions d1hommes et de milieux* Son amour du bric-a-brac et des tableaux l'enoouragea a decrire en detail l ' i n t e r i e u r de ses maisons, de donner un aperqu de tous leurs meubles. Ces i n t e r i e u r s balzaciens ressemblent aux chambres des peintres hollandais de genre du dix-septieme s i e c l e ; l e s i n t e r i e u r s de Pieter de Hooch respirent l e meme a i r d1"humble verite," de chaleur, de lumiere. Sous l'influenoe des sciences, sous c e l l e de Geoffroy S a i n t - H i l a i r e , Balzao a developpe sa conception du milie u moral et s o c i a l : l a Maison Vauquer avec tous ses pensionnaires, aussi bien que l e grand monde de l a haute bourgeoisie parisienne, l 1atmosphere de son epoque decident Rastignac a suivre un mauvais chemin. 73 Dans son procede de faoture, Balzao est a r t i s t e o r i g i n a l avant tout; son observation penStrante de bons tableaux l u i enseigna les regies genSrales de toute oeuvre a r t i s t i q u e : l ' u n i t e , l a variete, l a forme eto. Mais son etude du monde animal l u i aida a dSvelopper son intrigue d'une maniere r S a l i s t e ; en meme temps qu'un peu exageree: Ses personnages, a oause de leurs passions dominantes, sont oonstamment en lu t t e , s'attaquent et s'entre-tuent comme une troupe d'animaux. A mesure que l e r e c i t avance; l'a o t i o n devient plus oompliquee; on s'y perd dans l a masse des personnages, par exemple, dans l e "Cousin Pons." A. Bellessort maintient:-"On avait etS v r a i avant l u i i nul n'avait su comme l u i a l l i e r l a plus grande somme de veritS a l a plus grande somme d* invention. ""'" A i n s i Balzac a inaugure un mouvement nouveau, l e mouvement r e a l i s t e qui se developpera sous son influence et aussi sous c e l l e des arts et des sciences. En 1850, apres sa mort, Balzac fut proclame ancStre par l e s jeunes r S a l i s t e s de l'Spoque, des bohemes comme Dumas f i l s qui avaient avide-ment l u ses romans pour y trouver des sujets propres a t r a i t e r eux-memes. En e f f e t , Taine a d e f i n i le rSalisme comme l a recherche mSthodique de documents sur l a nature humaine. La "Comedie Humaine," c'est dono le realisme par excellence. Gomme nous 1'avons deja vu, le roman d'apres Bell e s s o r t , A., Balzac et son Oeuvre, p* 372* 74 Balzao sera essentiellement un amas de souvenirs qu'on peut appeler "documents," une serie de biographies d S t a i l l e e s . La p r i n c i p a l s a f f a i r e du romancier sera de nous montrer l e s evenements ordinaires de 1'existence: un mariage, une f a i l l i t e , des crimes eto. L'amour n'aura point l a place q u ' i l a d'ordinaire dans le roman; i l sera aussi maltraite que l e s autres sentiments. Rien ne sera solide devant l a passion de 1'argent. L'influence de Henri Monnier se f a i t s e n t i r dans l e s oeuvres de Balzac. Un des plus authentiques prScurseurs du rSalisme, i l ne fut reoonnu qu'apres 1850. Balzac oonnut ses "Scenes populaires" de 1830, s'en enthousiasma, a represente Monnier et a souvent mentionne son nom dans plusieurs de ses romans. II oopia quelques-uns de ses types et en dSforma d'autres par l a puissance de son imagination. La fortune de Monnier acoompagne c e l l e de Balzac dans l a photographie l i t t S r a i r e . Ses bourgeois; par exemple Joseph Prudhomme, sont presentSs avec toute leur f a m i l i e , avec leurs r e l a t i o n s habituelles; i l s sont copies d'apres l e s originaux et i l s'agit que l a reproduction soit aussi exaote que possible. Sous l'influence de Balzac, l e realisms dans l a peinture s'incarna surtout en Gourbet* Ses sujets rSvolterent l e p u b l i c: selon les oritiques, toute image qui S v e i l l e dans l ' e s p r i t de c e l u i qui l a contemple une pensee vulgaire, un 75 sentiment bas, est pour c e l a mauvaise, quelque vraie qu'elle puisse paraltre* Neanmoins, Gourbet peignait bruyamment l e vulgaire et l e "moderne" et signait "Courbet sans i d e a l et sans r e l i g i o n " a. des peintures comme "Les Casseurs de p i e r r e , " "L'enterrement a Ornans." "Faire de l ' a r t vivant, t e l est mon but," d i s a i t - i l . Chez l u i , avaient ooutume de se reunir nombre d'artistes et de l i t t e r a t e u r s , presque tous du monde de l a boheme: Champfleury, Duranty, Baudelaire, Proudon, Daumier, Gorot, Gustave Blanche, etc* Un des membres du Ge"nacle transposa de l ' a r t a l a l i t t e r a t u r e l a doctrine de Courbet, Champfleury entend par " l a sinoerite dans l ' a r t , " que l ' e o r i v a i n doit representer uniquement tout oe q u ' i l a vu sans r e s t r i c t i o n et sans pruderie. Pour aocomplir ce projet de sinoerite, i l faut renoncer a tout ce qui, dans l a l i t t e r a t u r e , est e f f o r t d'art: pas de paysages, pas de s t y l e , pas d'harmonie, pas de " l ' a r t pour l ' a r t * " La forme est esolave de l ' i d e e . Comme Balzac, i l pensait q u ' i l v a l a i t mieux peindre d'abord l e s basses classes ou l a sinoerite des sentiments, des actions et des paroles est plus en evidence que dans l a haute sooiete. Pour aooomplir ce but, i l f a i s a i t l e p o r t r a i t physique d'un individu, d e c r i v a i t ses habits, sa t a i l l e exacts etc* En e f f e t , 1'influence de Balzac sur Champfleury demeure inestimable. En 1851 i l e o r i v i t une preface aux 76 "Pensees" de Balzac. Plus tard i l compara ses descriptions aux peintures flamandes. Dans son roman "Le Pays*" i l l e loue: "Depuis dix ans* d i t - i l en 1852, l a 'Comedie Humaine• est entree dans ma t§te; e l l e ocoupe au moins l e dixieme des cases de mon cerveau . . . j'en eonnais l e s parties f a i b l e s ; mais je dis que par l a volonte* M. de Balzac a f a i t f a i r e un pas enorme au roman; i l l ' a place dans de nouvelles conditions, i l l ' a avance par de supremes e f f o r t s , et i l S t a i t bien en avant de son 6poque par l e cdte s c i e n t i f i q u e et serieux qui doit marquer une generation que nous ne connattjrons pas. 1 , 1 Duranty, contemporain de Ghampfleury et membre de 1'6cole r e a l i s t s qui derive de Balzao* envisage l e c8te s o c i a l de l'homme. II represente l e peuple, non pas en se bornant aux habituelles aventures sentimentales ou aux tracas d'argent comme l e f a i s a i t Balzao, mais i l montre l ' o u v r i e r au t r a v a i l , toutes les manifestations de l ' a o t i v i t e s o c i a l e . Comme Zola, i l attribue a 1'artiste un but philosophique, u t i l e * et non un but divertissant* Ses romans, par exemple, "Le Malheur d'Henriette Gerard," sont des analyses psycholo-giques* des etudes de caraoteres a. theses l i b e r a l e s . Le style n'est qu'une preoccupation secondaire. Le r6alisme d e s o r i p t i f d'un Gautier ou d'un Flaubert est d'apres l u i une tentative sans i n t e r e t . Champfleury, Le Pays, c i t e par Emile Bouvier, La B a t a i l l e  Realiste, p. 105* 77 Quoiqu'une voix unanime l e declarat le chef de l'ecole r ^ a l i s t e , Flaubert ne reconnut jamais l e s maitres r e a l i s t e s comme l e s siens. II ne comprit point Stendhal et Ghampfleury. Bien q u ' i l nommat Balzac "un immense bonhomme, mais du second ordre," i l a peut-Stre subi son influence. Pendant sa jeunesse, Flaubert oomme Balzac a lone" l ' a r t : - " S ' i l y a sur l a t e r r e , et parmi tous les neants une oroyance qu'on adore; s ' i l est quelque chose de saint, de pur, de sublime, qui a i l l e a ce desir immod6re de l ' i n f i n i et du vague que nous appelons ame, c'est l ' A r t . " Selon l u i , 1'oeuvre de l ' a r t ne doit avoir aucun but pratique. C'est deja l ' o r i g i n e de l a thSorie femeuse de l'Art pour l ' A r t : - "Le but de l'A r t n'est n i de moraliser n i d ' i n s t r u i r e j c'est 2 uniquement de r e a l i s e r l a beaute." Cette beaute, cette v i s i o n harmonieuse, i l n'esp§rait l'att e i n d r e que par l a toute puissance du s t y l e . II parle de jouir de 1'emotion de son idee et de l a phrase qui l a rendait. Sa grande decouverte en matiere de prose suggestive, c'est-a-dire en matiere de realisme en general^ c'est que l a phrase agit comme une image, que son unite superposes aux images p a r t i e l l e s , est capable de f a i r e l a synthase rz d?un morceau r e e l . II ev i t e a 1'imagination l e s moindres Plaubert, Memoires d'un Pou, ch. 18, cite par Rene Decharmes, Plaubert^ p. 145. rz • Mayoux, Jean Jacques, Plaubert et le R e e l , Mercure de Prance, 1934, p. 39. " 78 frottements, les r e p e t i t i o n s de mots, bref, tout ce qui pourrait choquer l ' o r e i l l e ou le bon gout. Ses phrases evolvent a l a maniere d'une symphonie. Contrairement a Balzao, l ' i d ^ e nalt de l a forme. Mais sa methode, comme c e l l e de Balzao (jusqu'a un certain point), est oalqu6e sur l a methode des sciences biologiques. II ne met pas en doute l a predominance du physique sur l e moral, l a puissance des causes exterieures. Le premier devoir de l ' e c r i v a i n est de reunir une documen-tatio n p a r f a i t e . II est n£eessaire de ne r i e n negliger et de dormer a tous les f a i t s une meme importance. II faut q u ' i l existe un rapport rationnel entre l e phenomena et sa cause. Par exemple, s i l'on etudie les influences de l'h6r£dite sur un caraotere, on dolt rechercher l e s mani-festations de sa personnalite" a travers 1'oeuvre entiere. De plus, par sa methode d'"induction," i l pretend remonter des cas p a r t i c u l i e r s aux cas gen^raux, a i n s i i l fonde l a p o s s i b i l i t y de f a i r e du v r a i : "Je c r o i s , d i r a - t - i l , que l e grand art est s c i e n t i f i q u e et impersonnel. II faut par un ef f o r t d'esprit se transporter dans les personnages et non le s a t t i r e r a soi."^* L'impartialite de l a peinture doit atteindre a l a precision s c i e n t i f i q u e . Son a r t , oomme c e l u i de Balzac, emprunte aussi a l a soienoe son observation directe, un pouvoir d'associer —; • — • — • Plaubert, c i t e par Pierre Martino, Le Roman Bealiste, p; 167. 79 a 1'impression du moment des impressions anterieures. II d i t , "Je sais v o i r , et v o i r comme voient l e s myopes, jusque dans l e s pores des choses, parce q u ' i l s se fourrent l e nez dessus." 1 Dans ''l'Education Sentimentale" i l peint pr6ois6-ment son 6poque. "Madame Bovary'' reproduisait un authentique f a i t - d i v e r s ; l e s personnages vivent et meurent a peu pres exaotement comme l e s originaux. Du reste, bien des Episodes du l i v r e , qui ne se rattachent pas au f a i t - d i v e r s i n i t i a l , ont Ste vus par Flaubert et copies d'apres l a r e a l i t e . Parce q u ' i l s sont venus plus tard, l e s Gonoourt ont plus oompletement r e a l i s t toutes ces aspirations diverses de l a doctrine r S a l i s t e : l e roman sociologique a l a Balzac, l e gofit pour 1'information minutieuse a. l a Flaubert, l a preference pour l e s tableaux et les personnages empruntSs aux milieux populaires comme l e voulait Ghampfleury. I l s ont prSsente vers 1865, un systeme l i t t e r a i r e f o r t coherent, qui est l a premiere forme de l a doctrine na t u r a l i s t e * Selon eux, " l ' h i s t o i r e est un roman qui a 6t6; l e roman est de 2 l ' h i s t o i r e qui aurait pu §tre." Les historiens sont l e s raoonteurs du passe, l e s romanciers sonts l e s raconteurs du present. G'est une h i s t o i r e des moeurs balzaoiennes. T ~ ; ' ' ' : Flaubert, cite par R. Dumesnil, Flaubert, p. 345. Les Goncourt, c i t e s par P. Martino, Le Roman Realiste, p. 234. 80 I l s essayent de f a i r e revivre l a societe, non pas dans ses tendanoes generales, mais par ses p e t i t s gestes, ses habitudes de vie, son mobilier etc* Pour cette reoonstitution i l ont u t i l i s e tous les documents de l'epoque. A cause de leur diligence, i l s ont souvent dirige l e roman vers l*6tude des cas anormaux, des gens hysteriques comme Germinie Lacerteux. C'est a i n s i que l a conception historique du roman re j o i n t chez l e s Gonoourt l a conception s c i e n t i f i q u e qui 6 t a i t c e l l e de Flaubert, de Taine, et puis de Zola. Zola a d i t que le but de l a l i t t e r a t u r e est d'6tudier le coeur humain; l a psychologie etant 6troitement soumise a l a physiologie. Dans l a preface de "Th6rese Raquin," i l s Texplique: "On commence, j'espere, a oomprendre que mon but a ete un but sc i e n t i f i q u e avant tout; Lorsque mes deux personnages, Therese et Laurent, ont ete or66s, je me suis plu a me poser et a r6soudre certains problemes. A i n s i j ' a i tente d'expliquer 1'union etrange qui peut se produire entre deux temperaments d i f f e r e n t s ; j ' a i montre l e s troubles profonds d'une nature sanguine au contact d'une nature ner-veuse. . . . J'a i simplement f a i t sur deux corps vivants l e t r a v a i l analytique que les chirurgiens font sur les cadavres."' Ses romans natur a l i s t e s sont l'etude des temperaments sous l a pression des milieux. A i n s i , comme Balzac, i l d6erit en detail 1'interieur ou l e mobilier de l'homme. 1 Zola, Emile, Therese Raquin, c i t e par P. Martino, Le Roman Realiste, p* 275* 81 Nul eorivain n'a loue BaAzao plus que Zola, car i l d i t : "D'autres ec r i v a i n s , chez nous, ont pu e c r i r e avec plus de correction et d'€clat, d'autres ont pu apporter une imagination mieux 6quilibr6e; d'autres ont pu exceller dans l a logique des sentiments^ dans l a creation de figures p a r f a i t e s ; mais personne n'a f o u i l l e 1'humanite" plus avant, personne n'en a dit plus long sur l'homme, personne en un mot n'a entass6 une masse plus considerable de documents. Imagine un chimiste qui entre chaque matin dans son laboratoire, qui s'y enferme pour m u l t i p l i e r l e s experiences; ce ohimiste 6 c r i t toutes ses t r o u v a i l l e s , decouvre a chaque heure des v e r i t e s nouvelles et l e s note dans l a f i e v r e de son t r a v a i l . Peut-§tre l'ordre manque-t-il un peu; mais pour qui l i r a ces papiers, II n'y en a pas moins l a un resplendissement de v e r i t S s de toutes sortes, des mat6riaux d'un p r i x inestimable. Plus tard, on pourra classer tout cela* Le savant qui a, le premier, degrossi l a besogne, gardera l ' ^ t e r n e l honneur d'avoir fonde une science. Eh bienI Balzac est ce chimiste du coeur et du oerveau humainSj i l a fonde une l i t t e r a t u r e . Zola d i t v r a i : Balzac a fonde une l i t e r a t u r e grace a son inter§t pour l e s arts et l e s sciences. Ses sueoesseurs possedent ce m§me int6r8t, mais i l est plus accentue' chez eux, Plaubert pour les arts, Zola pour les sciences. Ghez Zola, trop d'int£rSt pour l e s sciences marque l e point f i n a l du mouvement, i l l e perd. ^ Sola, Emile, Les Homanoiers Naturalistes, p. t>9. 82 BIBLIOGRAPHIE Les ouvrages les plus u t i l e s pour ce sujet sont denotes par un asterisque. Abraham, P., Balzac, Recherohes sur l a Creation I n t e l l e c t u e l l e , Paris, Rieder, 1929. A l t s z y l e r , H£lene, La Genese et l e Plan des Caracteres dans 1'Oeuvre de Balzac, Paris, F e l i x Alean, 1928. Arrigon, L.-J., Les Annies Romantiques de Balzac, Paris, Perrin et Oie, 1927. Ashton, H., The French Novel, London, Ernest Benn, 1928. * Baldensperger, Pernand, Orientations Etrangeres chez Honor6 de Balzac, Paris, Honore Champion, 1927. - Etudes d'histoire l i t t e r a i r e , Paris, Haohette, 1910. Balzac, Honore1 de, Oeuvres Completes, Paris, L. Conard, MP/G cccxxv at Eugenie Grandet. * Le Pere Goriot. * Le Cousin Pons. Gobseek. La Recherche de l'Absolu. Mercadet. Maltre Cornelius. Modeste Mignon. La Cousine Bette. La Physiologie du Mariage; 83 Balzao, Honore de -Le Grand Homme de Province. Le Colonel Ghabert. L'Envers de l ' H i s t o i r e Contemporaine. GSsar Birotteau. -Avant-Propos de l a "ComSdie Humaine*" -Oeuvres Diverses I: "Des A r t i s t e s * " Bardoux, A., La Bourgeoisie Franqaise 1789-1848, Paris, Oalmann Levy, 1893. Barriere, Marcel, L fOeuvre de Balzac, Paris, Calmann Levy, 1890. Bel l e s s o r t , Andr<§, Balzac et son Oeuvre, Paris, Perrin et Cie, 19£4. Benjamin, Rene, La Prodigieuse Vie d'Honore de Balzac, Paris, E. Plon, 1925. Bertaut, Jules, Balzac aneodotique, Paris, E. Sansot, 1908. - Le Pere Goriot de Balzao, Amiens, Edgar Malfere, 1928* Bourget, Paul, "L'Art du Roman chez Balzac," Revue des deux Mondes, f e v r i e r , 1926. Bouvier, Emile, La B a t a i l l e Realiste (1844-1857), Paris, Fontemoing, 1914* Brunetiere, Ferdinand, Honore de Balzac, Paris, Calmann Levy, 1906. - Le Roman Naturaliste, Paris, Calmann Levy, 1883. Cabanes, Auguste, Balzac ignore, Paris, Albin Michel, 1911. 84 Galippe, Charles, Balzac, ses idees sociales, Paris, V* Leooffre, 1906. Cerfbeer, A., et Ohristophe, J., Repertoire de l a Gomedie Humaine de H. de Balzao, Paris, Calmann Levy, 1888. Clouzot, H., et Valensi, R.-H., Le Paris de l a Gomedie Humaine, Paris, Le Goupy, 19E6. Dangelzer, Joan Y., La Description du M i l i e u dans l e roman francais de Balzac a Zola, Paris, Les Presses Modernes, 1938. Dargan, E. Preston, Studies i n Balzac's Realism, Chicago, University Press, 1932* Desoharmes, Rene", Plaubert, Sa v i e , son caractere et ses idees avant 1857, Paris, A. Ferroud, 1909. Diderot, D., "Dorval et moi," Oeuvres Completes VII, Paris, Gamier, 1875. Dumesnil, RenS, Le R6alisme, Paris, J* de Gigord, 1936. - Gustave Plaubert, l'homme et 1'oeuvre, Paris, Desclee de Broumer, 1932* Paguet, Emile, Les Grands E*orivains francais: Balzac, Paris, Hachette; 1913* - Etudes L i t t e r a i r e s : Dix-neuvieme s i e c l e , Paris, Lecene et Oudin, 1887. - En l i s a n t les beaux vieux Livres, Paris, Hachette, 1912. Perry, Gabriel, Balzac et ses Amis, Paris, Calmann L£vy, 1888. 85 * F l a t , Paul, Essais sur Balzao, Paris, E. Plon et Cie., 1893* - Seconds Essais sur Balzao, Paris, E. Plon, 1894. Galpin, Stanley L., "The Influence of Environment i n Le Pere Goriot," Modern Language Notes, XXXII, 1917. Gi l b e r t , Eugene, Le Roman en France pendant l e dix-neuvieme sieole, Paris, Plon-Nourrit, 1909. * Gozlan, LSon, Balzac en Pantoufles, Paris, Michel LSvy, 1865. Green, F. C , Frenoh Nov/elists from the Revolution to Proust, London, J. M. Dent, 1931. Hallays, Andr£, En Flahant a travers l a France: Touraine, Anjou et Maine, Paris, Perrin et Cie., 19£3. Hermant, Abel* Essais de Critique, Paris, B. Grasset, 1912. James, Henry, French Poets and Novelists, London, Macmillan, 1908. La Bruyere, Oeuvres I, Les Grands Ecrivains de l a France, Paris, Hachette, 1865. Lawton, Frederick, Balzac, London, Grant Richards, 1910. * Le Breton, AndrS, Balzac, l'Homme et l'Oeuvre, Paris, Armand Colin, 1905. Lager, Charles, Balzao mis a nu, Paris, C. Gaillandre, 1928* Le Sage, Le Diable Boiteux, Paris, Charpentier, 1913. Louis, Paul, Les Types Sociaux chez Balzac et Zola, Paris, Aux, Editeurs assooies, 1925* * Lubbock, Percy, Art and Craft of F i c t i o n , London, Jonathan Cape, 1922. 86 Martino, Pierre, Le Roman Realiste sous l e Second Empire, Paris, Haohette, 1913* Mayoux* Jean Jacques, "Flaubert et le Reel," Mercure de France* 1934. McDowell, Arthur, Realism, A Study i n Art and Thought, London, Constable, 1918. * M o r i l l o t , Paul, Le Roman en France depuis 1610 jusqu'a nos jours, Paris, G. Masson, s*d* * Preston, Ethel, Recherches sur l a Technique de Balzac, Paris, Les Presses Franchises, 1927. P r i o u l t , A., Balzac avant l a Comedie Humaine, Paris, Georges Courville, 1936* Royce, W. R., A Balzac Bibliography, Chicago, University Press, 1929. * Sainte-Beuve, C.-A., P o r t r a i t s contemporains et divers* II, Paris, Calmann Levy, s*d* - Premiers Lundis, II, Paris* Calmann Levy, 1883-1886. * Saintsbury, George, A History of the French Novel, v o l . II: From 1800 to 1900, London* Macmillan, 1919. Sandars, Mary F., Honore de Balzac* His L i f e and Writings, London, Stanley Paul, 1914. Sauvageot, A. David, Le R^alisme et l e Naturalisme dans l a l i t t e r a t u r e et dans l ' a r t * Paris, Calmann Levy, 1889. 87 S^chej A., et Bertaut, J., La Vie anecdotique et pittoresque des Grands Eorivains: Balzao, Paris, Louis Miehaud, 1910. Stevenson, Norah, Paris dans l a Comedie Humaine, Paris, Georges C o u r v i l l e i 1938. * Taine, H., Nouveaux Essais de Critique et d'Histoire, Paris, Hachette, 1909. Talvert, H., et Plaoe, J., Bibliographie des Auteurs Modernes de langue francaise (1801-1927), Paris, Claude Aveline* s.d. Thibaudet, Albert, Gustave Plaubert 1821-1880, Paris, E. Pion, 1922* Thieme, H. P., Guide bibliographique de l a l i t t e r a t u r e franqaise de 1800 a 1906, I, III, Paris, H. Welter, 1907. Viat t e , Auguste; Les Sources Oocultes du Romantisme, Tome Premier, Paris, H* Champion, 1928. Zola, Emile, Les Romanciers Naturalistes; Paris, G. Charpentier, 1881. - Le Roman Experimental, Paris, E. Pasquelle, 1913. Zweig, Stefan, Baumeister der Welt, Wien, Herbert Reichner, 1936. TABLE DES MATIERES Introduction Chapitre I. - Les Caracteres dans "Eugenie Grandet".....*.*... Chapitre I I . - Le M i l i e u dans "Le Pere Goriot" ........... Chapitre I I I . - L'Intrigue dans "Le Cousin Pons" Conclusion Bibliographie 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
https://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0098666/manifest

Comment

Related Items