UBC Theses and Dissertations

UBC Theses Logo

UBC Theses and Dissertations

La philosophie politique de Diderot Ellis, Madeleine Blanche 1937

Your browser doesn't seem to have a PDF viewer, please download the PDF to view this item.

Item Metadata

Download

Media
831-UBC_1937_A8 E4 P4.pdf [ 8.23MB ]
Metadata
JSON: 831-1.0098655.json
JSON-LD: 831-1.0098655-ld.json
RDF/XML (Pretty): 831-1.0098655-rdf.xml
RDF/JSON: 831-1.0098655-rdf.json
Turtle: 831-1.0098655-turtle.txt
N-Triples: 831-1.0098655-rdf-ntriples.txt
Original Record: 831-1.0098655-source.json
Full Text
831-1.0098655-fulltext.txt
Citation
831-1.0098655.ris

Full Text

# * - r f y Lai "Pbi l o s o p d i e • d e D i d e r o t ele ine XJlaoacke LI lis La philosophie p o l i t i q u e de Diderot hy Madeleine Blanche E l l i s -0-A Thesis submitted for the Degree of Master of Arts i n the Department of French -0-'. The University of B r i t i s h Columbia A p r i l , 1937. La Philosophie p o l i t i q u e de Denis Diderot. Ghapitre I. Notice preliminaire. En consideration de l a largeur de l ' e s p r i t de Diderot, ce premier chapitre ne semblera pas peut-etre trop o'tendu. Dans une recherche quelconque au sujet de Diderot, j'avancerais qu'une consideration de ses vues a propos d'une seule question rendrait une €tude peu complete et plutot obscure, car comment se p o u r r a i t - i l que c e l u i qui a tant preche l'unite des connaissances ne se s o i t pas l a i s s e guider par sa propre doctrine? On ne peut pas trop i n s i s t e r sur lercapporfet de'f i n i entre les id^es de Diderot, tant s c i e n t i f i q u e s que r e l i g i e u s e s et sooiales. L a " l i a i s o n est s i etr o i t e et s i apparente qu'on ne peut pas comprendre un cote de cet e s p r i t large sans e etudier tous les cotes. It d i t lui-meme: "Plus on medite un sujet, plus i l s'etend; on trouve que c'est l ' h i s t o i r e de tout ce qu'on a dans l a tete et de tout ce qui y manque: et cela sert d'autant mieux que l e s idees et les con-naissances y sont plus l i e e s , i l . part tant de branches, et ces branches vont s'entrelacer a tant d'autres qui appartiennent a des sciences et a des arts divers, q u ' i l semble que pour pa r l e r pertinemment d'une a i g u i l l e , i l 2. faudrait posseder l a science u n i v e r s e l l e , " 1 et cela pourrait twks bien s'appliquer a. lui-meme. C'est sa pratique eite cela doit etre l a d i r e c t i o n de nos ef f o r t s en parlant de l u i . Et de plus, Diderot est un "homme d' e s p r i t qui v o i t l o i n dans 1' immensite des possibles." 2 Jamais ne s' a v e u g l e - t - i l par un seul point de vue, mais tous les points de vues qui possedent meme le plus p e t i t germe de ve'rite le seduisent. Et nous ne pouvons trouver l ' e x p l i c a t i o n de ses contradictions apparentes qu'en etudiant l e s principes fondamentaux dont l e s pratiques p o l i t i q u e s defendues par l u i ne sont que des appli c a t i o n s . A. Son Attitude envers l a Religion. Par un etrange paradoxe, toute 1'education s c h l -astique de Denis Diderot, depuis l'age de huit ans, se f i t chez les Jesuites: son pe*re, homme tres pieux, s'etait jure de f a i r e de son f i l s un ec c l 6 s i a s t i q u e I - En e f f e t deux de des enfants entrerent dans les ordres, l e seul frere de Denis et une soeur qui mourut a moitee f o l l e . A i n s i les esperances du vieux c o u t e l i e r de Langres n'etaient pas tout a. f a i t sans fondement. Par quel chemin c e l u i - c i a r r i v a - i - i l a l'atheisme? En 1745 parut le premier ouvrage de Denis Diderot: i l ' Essai sur le Merite et l a Vertu dans lequel i l montre un li Diderot, Oeuvres Completes, J . Assezat; P a r i s : Garnier Freres, 1875. IV., p.22.' Misc. P h i l . 2. Ibid. I, p.140. Pens6es philosophiques, Pensee XXXII. interet peu pieux aux choses de ce bas monde. La morale, d l t - i l , est separable de la r e l i g i o n - quoiqu*il admette, c'est v r a i , que l a r e l i g i o n a une u t i l i t e morale par l'eppoir qu'elle donne de recompenses a ru n i r , suite des actions vertueuses. Mais pourquoi f a u t - i l attendre l'autre vie? C'est une l o i de l a nature que de toute conduite des recompenses et ses peines sont les suites inevitables qui s'executent sans l'aide de Dieu, dans ce monde-ci. Cette idee s'arroge une import-ance considerable dans ses vues p o l i t i q u e s constructives, comme nous le verrons. L'anne'e prochaine parut les PenseesPhilosophiques dans lesquelles Diderot semble penchir tantot vers le deisme et tantot vers le scepticisme et dans lesquelles i l f a i t en meme temps une profession de f o i catholique. Mais i l est deja l o i n de l a r e l i g i o n re"velee. I l r e j e t t e toutes les preuves metaphysiques de Dieu, appuy^es sur les miracles et basees sur l a f o i , plutot que sur l a raison. La vraie preuve de Dieu, c'est l a nature et ses ouvrages, cette preuve tant^ re^je'tee par Pascal. Et cette preuve a une vertu que toutes les autres n'ont pas - et i c i l a "belle ame" de Diderot l u i sert de ressort p r i n c i p a l , cette meme ame qui anime ses vues p o l i t i q u e s . Cette preuve est u n i v e r s e l l e : e l l e convient meme aux sauvages les plus barbares. Point de favorises, point d' elus: tous les hommes sont f r e r e s , musulmans, bouddhistes, brahmanes, Chretiens, tous sont les f i l s d'un meme pere qui s'est revele a tous sans d i s t i n c t i o n et d i r ec te -ment, sans intermediates c h o i s i s et prophetes. De plus, ce n'est que par hasard que nous sommes Chret iens. A i n s i d i t Zaire: " J ' eusse ete pres du Gange esclave des faux dieux, Chretienne dans Paris, musulmane i n ces l i e u x . " "C est un honheur, remarque Diderot, et non pas un merite." Gette preuve a une autre vertu, plus dangereuse peut-etre, c est qu* e l l e est raisonnable, et Diderot se met a exalter l a raison aux un maximum de confiance. Et sicd* est la* l a vraie preuve de Dieu, pour-quoi tant de gens pensent-ils que Dieu n'est que dans 1'eglise le dimanehe? - et Diderot se met a porter Dieu hors des temples sectaires: "Detruisez ces enceintes qui retre c i s s e n t nos ideesl Elargissez Dieu!" Ensuite, apres ces vues constructives, i l commence d&ja a attaquer les dogmes C h r e t i e n s d'abord et surtout l a doctrine de l a chute et l a meehancete' inherente de 1' homme, suivie de l a menace de 1' enfer. Tout cela ehoque le sentiment de la ju s t i c e qui sortout f a i t le merite du "philosophe", tout cela choque sa raison, cette raison qui - c' est l u i qui l e d i t - affe.rmit sa goi. Diderot commence done a examiner cette grande question de lui-meme affranchicckss dogmes, car "ce qu' on n'a jamais mis en 1. Ibid., I., p. 141. Pensees Philosophiques', Pensee IXXVI. 2. Ibid.I., p. 138. Pensees Philosophiques, Pensee XXVI. question n' a point ete prouve". Ce qu* on n* a point examine sans prevention n* a point ete bien examine. Le scepticisme est done le premier pas vers l a v e r i t y . II doit etre general, car i l en est l a pierre de touche." 1 Quel est notre v r a i etat? - c» est let l a grande question, mais Diderot n* a jusqu' alors aucune reponse; i l est sceptique. Deja i l entrevoit les raisonnements des athees: "Je vous dis ... que l' e t e r n i t e du monde n* est pas plus incommode que 1* eternite d' un e s p r i t ; que, parce que je ne concois pas comment le mouvement a pu engendrer cet universe, qu' i l a si- bien l a vertu de conserver, i l est r i d i c u l e de lever cette d i f f i c u l t e par 1* existence suppose d' un etre que je ne concois pas davantage que, s i l e s merveilles qui b r i l l e n t dans 1* ordre physique decelent quelque i n t e l l i g e n c e , les desordres qui regnent dans l f ordre moral aneantissent toute Providence." Comment expliquer 1' existence du mal dans ce monde? C est le grand-probleme de l a r e l i g i o n . Ensuite i l prouve avec les athees qu' i l n* est point au tout impossible que le monde ehgendrat des jets f o r t u i t s des atom.es, car l a d i f f i c u l t e de 1* evenement est compensee par l a quantite des jets. Dans l a Promenade du Sceptique, e c r i t en 1747, Diderot exalte l a raison humaine, et i l se moque des soldats 1. Ibid. I., Pensees P h i l . p. 140, Pensee XXXI. 2. Ibid. I., Pensees P h i l . p.151. Pensee XV. 6. b e a t s q u i se promenent dans 1' a l l e e des e p i n e s , t a b h a n t de l e u r mieux de p r e s e r v e r l a b l a n c h e u r A r o b e e t de b i e r t e n i r l e u r bandeau sur l e s yeux. D e j a dans l e s Pensees P h i l o s o p h i q u e s , D i d e r o t a v a i t c ompris que l a r e l i g i o n p r e f e r e e de tous l e s s e c t a i r e s a p r e s l a l e u r , c* e s t l a r e l i g i o n n a t u r e l l e . V o i l a une r e l i g i o n , c onvenable a t o u s l e s hommes: e t comment tous l e s hommes n* s u r a i e n t - i l s pas l a m.e*me r e l i g i o n ? I l s ont une meme o r g a n i z -a t i o n , l e s memes b e s o i n s , l e s mimes p e i n e s , l e s memes p l a i s i r s , l e s memes d e v o i r s . I I a t r o u v e une r e l i g i o n dont l e s ve r i t e s e s s e n t i e l l e s sont r e c u e s de l a n a t u r e p a r t o u s : "C'est l a lumie're que t o u t homme apporte au monde en n a i s s a n t , " 1 e t q u i impose des d e v o i r s d* a c c o r d avec l a f o r c e de 1' homme -desormais l a c o n s c i e n c e s e r a l a r e g i e u n i v e r s e l l e des a c t i o n s . Tout l e monde de tous l e s ages a l a meme gra*ce de c r o i r e e t de p r a t i q u e r , t o u t l e monde s e r a juge p a r l a meme l o i . Y o i c i une r e l i g i o n q u i cr£e 1' harmonie e n t r e l e s e t r e s humains au l i e u de l a g u e r r e , 1* amour au l i e u de l a h a i n e , l a s o c -i a b i l i t e au l i e u de 1* egolsme, l e raisonnement sense au l i e u de l a s u p e r s t i t i o n f a n a t i q u e , l a t o l e r a n c e au l i e u de 1' i n t o l e r a n c e : " l a r e l i g i o n n a t u r e l l e n' a pas coute une larme au genre humain" 2 - v o i l a son v r a i m e r i t e - e t D i d e r o t se r e j o u i t . M a i s i l n' e s t pas longtemps a son a i s e . H a 1. I b i d . I . , p.264. "De l a S u f f i s a n e e de l a R e l i g i o n n a t u r e l l e " - V I . 2. I b i d . I , p.270 "De l a S u f f i s a n e e de l a R e l i g i o n n a t u r e l l e " . deja mis en question le grand ouvrage de Dieu. Mailtenant i l se demande: Est^ce qu* i l y a un Dieu? et sa seule preuve commence a chanceler: "Ce grand raisonnement qu' on t i r e des merveilles de l a nature est bien f a i b l e pour les aveugles." 1 Une me tap by si que qui depend de l a constitution de notre corps ne peut pas mener a l a ver i t e absolue. Diderot admet que Diep est bien commode comme premiere cause de 1* univers, probleme d i f f i c i l e a explmquer, et apres cela, l a physique experimentale explique tout car les phenombnes se rangent d* apres des l o i s naturelles et impersonnelles que les hommes peuvent constater et que Dieu meme ne pouvait pas contrarier sans^sa propre essence, ce qui est r i d i c u l e . L' idee de l a Providence a r b i t r a i r e et personnelle s i chere a Bossuet est abattue. A i n s i Dieu ne sert qu' a premierecause, mais " s i une supposition ( c e l l e de 1' existence de Dieu) expliquait tous les phenome*nes, i l ne s'ensuivrait pas qu* ells fut v r a i e : car qui s a i t s i 1* ordre general n* a qu' une raison." Et de plus, " s i l a nature nous o f f r e un noeuffl d i f f i c i l e a d e l i e r , l a i s s o n s - l e pour ce qu f i l est; et n r employons pas a l e couper l a main d' un etre qui devient ensuite pour nous 3 un nouveau noeud plus indissoluble que le premier." Quand i l e c r i t 1' Introduction aux Grands  Principes en 1763, Diderot n'a point de doutes - i l est a thee 1. Ibid. I.: p.289 - "Lettre sur les Aveugles" 2. Ibid. XVIII.: p. 512 - "Lettres a Mile. Volland. Lettre XLVII. 3. Ibid. 1:308:"Lettre sur les Aveugles" . . 8. "Le Sage: Que croyez-vous de I* ame? Le Proselyte: Qu'elle peut bien etre le resultat de nos 1. sensations." La raison est "souverain a r b i t r e de ce qu' a pu ou du f a i r e A A S5 1' Etre supreme."*" II se moque des f a i b l e s mortels qui cr'oient r e j o u i r l a D i v i n i t e par leurs p e t i t s hommages. L t i n i a i l l i b i l -i t e des sens renforcee par l a raison est sa mesure dans toutes choses. Dans le Reve de d* Alerabert, e c r i t en 1769, Diderot t i r e de l a nouvelle physiologie des conclusions inr-compatibles avec 1* existence d' un Dieu, d* une ame, d* un au-dela - et presque cent aus avant Darwin, Diderot coneoit l a theorie de 1* Ev o l u t i o n qui explique toute prefection apparente, toute adaptfctionr, ; tout ordre, sans Dieu. 33m 177S, dans l a Refutation suivae de 1* ouvrage  d' Helvetius intitule" 1* Homme, i l s* explique t r e s V o l a i r e -ment sur l a r e l i g i o n : "Tenez, monsieur Helvetius, c' est que Dieu est une mauvaise machine dont on ne peut r i e n f a i r e qui v a i l l e ; C est que 1* a l l i a g e du mensonge et de l a verite' •A. 3 est toujours viciaux, et qu* i l nefaut n i pretres, n i dieux." A i n s i Diderot se defait de l a r e l i g i o n comme nous l a comprenons. Non seulement e l l e est denuee de toute verite', mais aussi e s t - e l l e n u i s i b l e : "Partout ou 1* on admet un Dieu, 1. Ibid. Vol.11, p.77. 2. Ibifl. IT, p.79 - Introduction aux .Grands Principes. 3. Ibid. I I , p.289 - Refutation suivie de 1* Ouvrage d« Helvetius intitule" l f Homme. 9. i l y a un culte; 1* ordre nature!! des devoirs moraux est ren-verse, et l a morale corrompue," 1» car e s t - i l possible qu' i l y a i t des devoirs entre un Etre s i unique et s i superJsir que Dieu et nous, f a i b l e s mortels? La morale ne peut exister qu' entre des etres qui ont l a mime organization, comme nous verrons dans l a sui t e . A i n s i l a justice est detruite entre des etres diversement organiz.es. Et s i nous preferons nos devoirs envers Dieu a ceux envers nos semhlables, l a societe doit s o u f f r i r . De plus, ces devoirs ne sont pas d' accord avec l a nature, par exemple, ce voeu de solitude des r e l i g -ieuses: temoignez les tourments de Marie-Suzanne Simonin. En un mot l e code r e l i g i e u x est trop au-dessus des forces de 5 1* homme et de l a w l e s transes de l a vie et le desespoir de l a mort, can ce Dieu i r a s c i b l e et placable, qui est-ce qui ne 1' a point i r r i t e ? qui est-ce qui est sur de 1' avoir apaise?" Mais ce qui pis e s t , c» est que ce code de devoirs d i f f e r e chez les sectes et chez las nations - et chacun estime sa doctrine plus que sa v i e . De l a tant de maux et de persecutions, car l e s etres humains ne sont pas tolerants. Cette attitude envers l a r e l i g i o n rend Diderot emihemme'n% capable de t r a i t e r de l a p o l i t i q u e . 11 n' espere r i e n apres ee monde. "Vivant, j * agis et je reagis en masse ... mort, j * agis. et je reagis en mole'cules.... Je ne meurs point en ce sens, n i moi, n i quo! que ce s o i t . . . n a i t r e , vivre 1. Ibid. Lettres a Mile. Volland, v o l . XIX. LettBe XGIII. pp.185^186. 2. Ibid. IV. p.96 - Miscellanea philosophiques. 10. et passer, c' est changer de formes."!! II-veut que nous nous occupions des choses de cette t e r r e , parce qu r 11 est convaincu qu' e l l e s dependent de nous et non du c i e l . II veut que tout etre humain a i t dans ce monde-ci sa part du bonheur: c' est l a base de ses ide^es p o l i t i q u e s qu' i l n' abandonne jamais -C* est sur cette base qu' i l veut regler et l a conduite de 1' individu et l a conduite de toute une society. B. Sa Philosophie n a t u r a l i s t e . L' esprit l e plus puissant peut-e^tre et sans doute* le plus e f f i c a c e qui i n s p i r a a Diderot, des doutes au sujet de l a r e l i g i o n , e' e'tait 1' e s p r i t s c i e n t i f i q u e dont 1' ide'al de l a curiosite" c r i t i q u e f a i s a i t contraste avec 1' ide'al r e l i g i e u x de l a soumission et du mysticisme. Son arme l a plus forte contre l a philosophie catholique, c' e'tait l a philosophie contraire, l a doctrine de l a r e l a t i v i t e ^ . L r absolutisme - c' est 1' essence me'me des doctrines catholiques: son e x p l i c a t i o n du monde; sa conception de Dieu, sa morale, son ide'al, tout est absolu. Diderot, sous 1' influence de Locke, declare que toutes nos connaissances de'rivent des sens qui remplacent l a pensee comme mesure de notre lumiere:'*' cette id^e perietre profondement l a Lettre sur l e s Aveugles et le R§ve de d' 1. I b i d . I I . p.139 - l e Reve de d' Alembert. 2. Diderot, OeJJ/res completes, J . Asse'zat; P a r i s : Gamier Freres, 18.75. I I . p. 50. 11.. Alem.bert. A i n s i D i d e r o t a e t a b l i u n r a p p o r t e n t r e n o s e o n -n a i s s a n c e s e t n o s s e n s o a r c e l l e s - l a n ous a r r i v e n t p a r c e u x - c i p a r moyen de 1* e x p e r i e n c e . S i n o u s manquons s e u l e m e n t 1' un de c e s s e n s , p a r example l a vue, nous p o u v o n s e r r e r d a n s l e mensonge p a r l a p a n s e e . E t c e s e r r e u r s de 1* a v e u g l e ne", ne m o n t r e n t - i l s p a s d i s t i n c t e m e n t l e s . e r r e u r s a u x q u e l l e s nous-sommes nous-memes s u j e t s ? - c a r nos s e n s s o n t t r e s i m p a r f a i t s -de l a l a f a i l l i b i l i t e " de nos d o c t r i n e s - e t p e u t - < l t r e p o u r i o n s -nous nous s e r v i r a v e c p r o f i t d' un s e n s de p l u s - de l a l e s l i m i t a t i o n s de n o t r e e x p e r i e n c e e t 1* 6 t a t i n c o m p l e t e d e nos c o n n a i s s a n c e s : i l y a d e s v e r i t e ' s d a ns l e l o i n t a i n a u x j u e l l e s n ous ne pouvons p e u t - e t r e j a m a i s a t t e i n d r e . Dans l a L e t t r e  s u r l e s A v e u g l e s , D i d e r o t t a c h e de t e n i r compte de n o s e r r e u r s au s u j e t de l a me'taphysique e t de l a m o r a l e , n#s de 1* I n s u f f i s a n c e de n o s s e n s . a i n s i que l e p h y s i c i e n a u j o u r d ' h u i , en c o n s t a t a n t l e mouvement d e s c o r p s t3loigne"s de lui-meme d o i t t e n i r compte de s o n p r o p r e mouvement. V o i l a l a d o c t r i n e a u moyen de l a q u e l l e , D i d e r o t se p r o p o s e de r u i n e r 1' a b s o l -u t l s m e r e l i g i e u x . I I commence e n r e j e t a n t 1' e x p l i c a t i o n a b s o l u t i s t e du monde. On o f f r e comme p r e u v e i n f a i l l i b l e de 1' e x i s t e n c e de D i e u c e t o r d r e p a r f a i t . M a i s c e t o r d r e , e s t - i l p a r f a i t t o u j o u r s , p a r t o u t , meme dans l e s e s p a c e s e l o i g n e s ? - i l f a u t c o n s i d e r e r l e temps e t 1' e s p a c e . 11 e s t v r a i que dans l e monde a c t u e l , i l y a q u e l q u e s phenomenes h a r m o n i e u x - m a i s i l y a m i l l i o n s d r annees"^ e ' t a i t - i l p a r f a i t ? E t de p l u s , i l 12. faut tenir compte des monstres qui ont disparu avec le temps: et qui paraissent encore de temps en temps: "combien de mondes estropie's, manqu^s, se sont dissipe"s, se r^forment et se d i s -sipent peut-etre a chaque instant dans les eppaces eloignes.. .. ou le mouvement continue et continuera de combiner des amas de matiexe, jusqu' a*, ce qu' i l s aient obtenu quelque arrangement dans lequel i l s puissent perseve'rer? 0 philosophesl transportez-jvous done avec moi sur les confins de cet univers promenez-vous sur ce nouvel oce^an, et cherchez a travers ces agitations irre^gulieres quelques vestiges de cet A I Etre i n t e l l i g e n t dont vous admlrez i c i l a sagesse." Quand Diderot vient a. considerer des questions r e l a t i v e s a l a p o l i t i q u e , jamais ne c o n s i d e r e r a - t - i l l e s choses en elles-memes - absolument. En discutant un probleos, i l veut t e n i r compte de 1' etat dans lequel ce probleme s' est pre^sente^, le norabre de ses sujets, 1' Itendue de ses l i m i t e s , son climat, l a nature de ses productions, 1' ind u s t r i e de ses habitants, ses moeurs, ses l o i s con-stitutiv-es - tout cela n' est point du tout hors de propos, comme nous le savons aujourd'hui, mais au XVIII e s i e c l e , s i devoue a l a raison u n i v e r s e l l e , ces considerations sont presque inapercues. "On peut comparer l e s notions qui n' ont aucun fondement dans l a nature a ces forets du nord dont les 1. I b i d . I. p.310. Lettre sur l e s Aveugles 13. 1 arbres n* ont point de racines.'t * s i nous avons bien compris 1* ouvrage de Diderot De 1* Interpretation de l a Nature, nous pouvons nous assurer que notre philosophe conoevra un systeme pol i t i q u e qui aura ses racines fermement planters dans le so l du peuple francais entier du XVIII e s i e c l e , dont i l t i r e r a sa nourriture et sa v i e . Dans ee grand ouvrage nous remarquons avec sur-pri s e les consequences bien avancees qu* i l t i r e de ses reflexions a propos de l a physique experimentale et de l a physique r a t i o n n e l l e . Diderot veut que "ceux qui r e f l e c h -issent daignassent enfin s* associer a ceux qui se remuent? - et .comment v o u d r a i t - i l autrement: i l faut que l a pensee soi t r e l a t i v e k l a r e a l i t e , sans quoi e l l e sera abstraite et absolue et e T est l a ce qut'Ml se propose de combattre. II le d i t lui-meme: "La veritable mani^re de philosopher, c' eut ete et ce s e r a i t d* appliquer 1' entendement a. 1' entendement; 1* entendement et 1* experience aux sens; les sens a l a nature, l a nature a 1* Investigation des i n s t r u -ments; les instruments a la recherche et a l a perfection des a r t s , qu* on j e t t e r a i t au peuple pour l u i apprendre a respect-er l a philosophie." 3 Et dans cette tache tous les deux sont necessaires, et l e s p ^ c u l a t i f et le manoeuvre. I I faut les rapporter 1* un a 1* autre, car chacun a son role a jouer 1. Ibid. I I . p. 14. De 1* Interpretation de l a Nature. 2. Ibid. I I . p. 9. De 1* Interpretation de l a Mature, f l . 1) TT. 119 3. Ibid. I I . p. 19. De 1' Interpretation.de l a Nature.3 XVIII. 14. dans cette espece de "ligue philosophique contre l a resistance de la nature."'1' Commoncer avec l a pensee abst r a i t e - c' est ce que f a i t l e spe"culatif et c* est ce que f a i t le p o l i t i q u e quand i l concoit ses principes aussi durables que 1" espece humaine, avant qu* i l les applique. C est le spe^culatif aussi qui r e c o i t les f a i t s que le manoeuvre a r e e u e i l l i : a i n s i ilrapporte sa pensee a 1* experience. C* est ce que f a i t aussi le p o l i t i q u e quand i l commence a rapporter ses theories aux v i c i s s i t u d e s de l a r e a l i t y , tout en se rendant compte de 1 ! insuffisance des connaissances, s u i t e de 1* insuffisance des sens. Et enfin, C est le manoeuvre qui applique les sens a l a nature pour qu' i l s o i t possible d' acquerir plus de eonnaissances, car c e l l e s qui nous arrivent par cette voie en sont les seules v r a i e s : "les f a i t s sont l a v e r i t a b l e richesse du philosophe." 2 Interrogeons l a nature, mais v e i l i o n s a l a perfection de nos instruments car nos r ^ s u l t a t s seront deja assez inexactes a cause de notre propre insuffisance qui, dans l e manoeuvre est nean-moins moins que chez nous autres, car Diderot le doue d' un e s p r i t de d i v i n a t i o n . Quoique Diderot semble prefer er le manoeuvre, i l ne meprise point du tout le speculatif qui donne au 3 premier "un but dans les mouvements i n f i n i e s qu' i l se donne," l . I b i d . II./De 1* Interpretation de l a Nature. 11. 2.Ibid. I I . p.19. De 1' Interpretation de l a Nature, fix. 3. I b i d . I I . p. 9. De 1"' Interpretation de l a Nature.^ I. 15. a f i n qu' i l c hercle systematiquement, avec un but p r e c i s e t determine'. Le s p e ' c u l a t i f combat a u s s i l e pre"juge qu' i l ne se passe r i e n au d e l a de l a p o r t e d de nos s e n s , e t que t o u t c e s s e ou nous ne voyons p l u s . " 3 ' L* i n t e r p r e t e de l a n a t u r e " p a r t du p o i n t ou l e s sens e t l e s i n s t r u m e n t s abandonnent" 1* o b s e r v a t e u r : " i l c o n j e c t u r e p a r ce q u i e s t , ce q u i d o i t e t r e . " 2 Ne pensons pas que tout ce q u i e s t c o n c e v a b l e e s t 3 v r a i , c a r "une hypothese n* e s t pas un f a i t " , mais n* a l l o n s pas ei 1* a u t r e extreme en d e c l a r a n t que n o t r e e x p e r i e n c e met l e s bornes aux p o s s i b i l i t e ' s des c h o s e s : c' e s t une v a n i t e beaucoup p l u s n u i s i b l e que l e p r e m i e r . En d r a u t r e s mots, l a p h y s i q u e r a t i o n n e l l e t e n d a s l i e r t r o p l o i n , t a n d i s que l a p h y s i q u e e x p e r i m e n t a l e t e n d a ne pas a l l e r &ssez l o i n , a cause des bornes f i x e r s p a r l e s l i r u i t e s de nos s e n s . G* e s t l e manoeuvre q u i s' occupe de l a r e a l i t e , m a is I I e s t souvent gene p a r son c o l l e g u e c a r e e l u e - c i , a p r e s l a d e t e r m i n a t i o n de q u e l q u e s f a i t s , t e n d a gene^ral-I s e r , e t D i d e r o t se met en garde c o n t r e c e t t e m a l a d i e s i f u n e s t e aux p r o g r e s de t o u t e s c i e n c e - l a g e n e r a l i s a t i o n : "Les grandes a b s t r a c t i o n s ne comportent qu' une l u e u r sombre. L f a c t e de l a g e n e r a l i s a t i o n tend a d e p o u i l l e r le& c o n c e p t e s de t o u t ce qu' i l s ont de s e n s i b l e . A mesure que c e t a c t e s' avance, l e s s p e c t r e s c o r p o r e l s s* evan§u-1. I b i d . I I , 53. De 1'. I n t e r p r e t a t i o n de l a N a t u r e . L V I . 2. I b i d . I I . p. 53. De..1* I n t e r p r e t a t i o n de l a N a t u r e . L V I . 3. I b i d . I I . p.7. De l r I n t e r p r e t a t i o n de l a N a t u r e . 1 4 ^ J issent; les notions se r e t i r e n t peu a peu de 1* imagination vers 1" entendement et les idees deviennent purement i n t e l l e c t u e l l e s . Alors le philosophe spe^culatif ressemble a c e l u i qui regarde du haut de ces montagnes dont les somrnets se perdent dans les nues: les objetss de l a plaine ont disparu devent l u i ; i l ne l u i reste plus que le spectacle de ses pensees, et que la conscience de l a hauteur a laquelle i l s' est eleW et ou i l n' est peut-e*tre pas donne" a tous de le suivre et de r e s p i r e r . ""*" L* a p p l i c a t i o n de cette pensee d la p o l i t i q u e est evidente et je ne me seas pas obligee d' indiguer 1' eff'et tout a f a i t amortissant qu' un t e l prejuge aurait sur l a v e r s a t i l i t e d f un manoeuvre. C* est a l u i at "re'primer l a fureur des conjectures" 2: "ayez 3 un systeme, j r y consens; mais ne vous en l a i s s e a pas dominer'.1 Mais i l ne faut pas que l e manoeuvre a i l l e a I 1 autre extreme et 1' abandonne avec le^gerete car c* est l a ce qui f a i t sa recherche plus i n t e l l i g e n t e - outre son e s p r i t de d i v i n -ation. Mais l o i n de l u i le prejug^, car alors "au l i e u de reformer ses notions sur les etres, i l semble qu' on prenne a tache de modeler les etres sur ses notions,"^- et n' oublions pas cette phrase piquante quand nous venons a con-siderer l a base de l a p o l i t i q u e de Diderot - l a nature humaine et les choses comme e l l e s le sont. 1. Ibid. I I , : p.39. De-iT'Interpretation de l a Nature. S X L . 2. i b i d . I I . : p .22. De 1•Interpretation de l a Nature. $XXVI. 3. i b i d . I I . : p.23. De 1'Interpretation .de l a Mature. 5XXVII. 4. Ibiat. I I . : p .44. De 1«Interpretation de l a Nature. §XLVIII. Enfin, Diderot pr^fere le manoeuvre parce que 1* oeuvre de c e l u ^ - d est beaucoup plus pratique, faisant contrasts avec les notions quelquefois chime'riques de son collegue." Son ouvrage estppitus u t i l e et c' est "1* u t i l e (qui) c i r c o n s c r i t tout.""1" "Ce sera 1' u t i l e qui, dans quelques s i e c l e s donnera des liorn.es a la physique experimentale." 8 Mais Diderot n' ignore pas que "ce qui e c l a i r e le philosophe et ce qui sert au vulgaire sont deux choses f o r t diff'erentes, puisque l r entendement du philosophe est souvent e c l a i r e par ce qui nuit et obscurci par ce qui s e r t . " Nous pouvons rap-porter ce respect de Diderot envers le manoeuvre qui cherche le f a i t s a son systeme d* education dans lequel, coiame nous le verrons, i l veut remplacer l a rh^torique abstraite et ]a logique chicaneuse par l a connaissance des choses. Que le philosophe cherche done les phenomenes -le "comment"* Diderot 1* appelle - et gu' i l abandonne le "pourquoi" qui est plutot 1* ouvrage du s p e c u l a t i f : "La quest-ion, pourquoi i l existe quelquechose, est l a plus embarrassante que l a philosophie put se proposer, et i l n'y a que l a r e f l a t i o n qui y repond" 4 Diderot attaque l a doctrine des causes f i n a l e s - 1* anthropomorphisms - qui soutient que 1' univers n' est qu' un moyen dont le but p r i n c i p a l c'est 1' homme. Ek ne faut que penser aux insuffisances de 1' homme 1. Ibid. I I . p.12. De 1' Interpretation de l a Nature SVI. 2. Ibid. I I . p.12 De 1' Interpretation de l a Nature f V I . 3. Ibid. I I . p.19 De 1' Interpretation de l a Nature 3XIX. 4. Ibid. I I . p.58 De 1' Interpretation de l a Nature 16. pour r e j e t e r une t e l l e vanite - toute l a conception trans-formiste de Diderot nie cette theorie orgufcilleuse. Comment eroire que 1' herbe s o i t verte pour l a meilleure commodite de nos yeux? - eh bien*. c' est mettre l a charrue devant l e s boeufsl "L* homme f a i t un merite a 1* Eternel de ses pet i t e s vues; et 1* Eternel qui 1' entend du haut de son trone, et, qui connait son intention, accepte sa louange imbecile, et sourit de sa v a n i t e . " 1 Et enfin, "qui sommes nous pour expliquer l e s f i n s de l a nature? Ne nous apercevrons-nous point que c* est presque toujours aux depens de sa puissance que nous preconisons sa sagesse, et que noiasotons a ses ressources plus que nous ne pouvons jamais accorder a ses vues Diderot est d' accord avec 1' idee gen^rale qu* i l n* y a qu' une cause: "Si nous poss'edions le r e c u e i l complet des phenomenes, i l n* y avait plus qu' une cause ou supposi-t i o n , " 3 car 9.1 * independence absolue d* un seul f a i t est incompatible avec 1' idee du tout, et sans 1* idee du tout, y i . plus de phi l o s o p h i e . " 4 C' est l a doctrine de 1* unite des connaissances. Mais quelle est cette cause unique? Diderot, n* est guere curieux et i l ne daigne pas meme f a i r e une conjecture. II n' attache point d» importance a. savoir " s i l e temps existe par lui-meme, s* i l y a quelque chose d r 1. I b i d . I I . p.55. De I ' l n t e r p r ^ t a t i o n de l a Nature. 5LVI." Des Causes f i n a l e s . 2. I b i d . I I . p.55. De 1'Interpretation de l a Nature. SLVI. Des Causes f i n a l e s . 5. I b i d . III.pp.359-60. Essai sur les Rdgnes &c. 4. I b i d . I I . p.15. De 1*Interpretation de l a Nature $ XI. 17. a n t e r i e u r a l a duree, s i e l l e a commence avant l e monde; s i e l l e e x i s t a i t avant l e s c h o s e s , ou l e s choses avant elle,'*" 1" mais l e s c o n n a i s s a n c e s v r a i m e n t i m p o r t a n t e s sont c e l l e s p l u s r e l a t i v e s a 1* homme. D i d e r o t s 1 i n t e r e s s e a. l a s c i e n c e a cause de s a c a p a c i t e d* e x p l i q u e r l e v r a i e t a t de 1* homme et d' a m e l i o r e r s a c o n d i t i o n : "Quand j e t o u r n e mes r e g a r d s s u r l e s t r a v a u x des hommes e t que j e v o i s des v i l l e s b a t i e s de t o u t e s p a r t s , tous l e s 'elements employes, des lan g u e s f i x e r s , des p e u p l e s p o l i c e s , des p o r t s c o n s t r u i t s , l e s mers t r a v e r s e e s , l a t e r r e e t l e s c i e u x mesure's, l e mond me p a r a i t b i e n v i e u x . Lorsque j e t r o u v e l e s hommes i n c e r t a i n s s u r l e s p r e m i e r s p r i n c i p e s de l a medecine e t de 1' a g r i c u l t u r e , s u r l e s p r o p r i e t e s des s u b s t a n c e s l e s p l u s communes, s u r l a co n n a i s s a n c e des m a l a d i e s dont i l s s o n t a f f l i g e s , s u r l a t a i l l e des a r b r e s , sur l a forme de l a c h a r r u e , l a t e r r e ne me p a r a i t habitue que d' h i e r . Et. s i l e s Biomm.es e t a i e n t sages i l s se l i v r e r a a e a t t e n f i n a des r e c h e r c h e s r e l a t i v e s a l e u r b i e n - e t r e . " 2 C e s t c e t i n t e r e t humain q u i anime son Reve de d* Ale m b e r t et sa R e f u t a t i o n s u i v i e de 1* ouvrage d f H e l v e t i u s i n t i t u l e e I ' Homme. De p l u s , D i d e r o t montre souvent 2 un i n t e r e t f r a p p a n t au s u j e t de 1* i n o c u l a t i o n . C e s t l a s c i e n c e s e u l e q u i p u i s s e examines* ces q u e s t i o n s : c* e s t l a s c i e n c e q u i peut f a i r e de c e t t e t e r r e un v r a i p a r a d i s . 1. I b i d . I I I . p.257. E s s a i s u r l e s Regnes &o. 2. I b i d . I I . p.60. De X,* I n t e r p r e t a t i o n de l a N a t u r e . 3. I b i d . X V I I . p. 37 8. voyage de H o l l a n d . 18. Diderot estime hautement l a physique experiment ale, l a me can i que e.tll * hydraulique "qui introduisent a 1* etude du corps humain, l a plus b e l l e des machines, a i n s i que l a plus e s s e n t i e l l e a A I connaitre pour, nous, dont e l l e est une bonne portion." M n s i Diderot s* occupe surtout de 1* homme qu' i l estime beaucoup malgre son abandon de l a doctrine de 1' anthrop-omorphisms. Et quoiqui*-il desespere de trouver l a cause unique de fiaut ce qui peut remplacer cete doctrine, i l n' en c r o i t pas moins a une cause unique, qui embrasse toutes les v e r i t e s , meme pol i t i q u e s et sociales: "Les v e r i t l s sont done identiques .... en Iconomie p o l i t i q u e , pourquoi done l a solution de ces problemes e s t - e l l e a peine au niveau des plus vastes tetes? C est par cette i d e n t i t e meme qui ne permet pas de remuer une pierre sans qu' i l en resulte une i n f i n i t e s de contre-coups dont i l faut c a l c u l e r les effets. ensemble et separement; c' est qu' i l faut y f a i r e entrer les opinions^ l e s prejuges et l e s usages." 2 Dans le Reve de d* Alembert, Diderot t i r e les con-sequences les plus avancees de cette nouvelle physiologie qui occupait les grands e s p r i t s de son temps. C est tout d' abord une attaque forte sur l a d i s t i n c t i o n de Descartes entre le corps et 1* ame, l a mati^re et 1' e s p r i t . Deja dans 1' Interpretation de la Nature 3 i l nous avait donne une annonce de cette doctrine fondamentale: 1' unite de l a matiere. 1. I b i d . I I I . p.463. Plan d ' une un ive r s i ty le gouvernmente 9 de l a Russie* ^ 2. Ibi d . I I . p 351. Refutation suivie d 1' Ouvrage d'Helvetius 3. I b i d . I I . p.58. De 1' Interpretation de l a Nature, 3 LVIII. 19. IT n* y a qui une substance dans tout 1" univers; c' est l a matiere qui est une. Remplacez, c r i e Diderot, cette seconde substance que personne ne comprend par l a matiere s i concrete et s i r e s i l e . Au commencement des choses le tout n' "etait qu* une masse de matiere. Mais comment cette unite est e l l e possible vu qu' i l y a tant de d i v e r s i t y dans les choses? - Par l a s e n s i b i l i t y physique, qualite" gene'rale et e s s e n t i e l l e de l a matie*re, commune a l a masse commune: e* est cette seule .propriete qui explique tout: "ne substituez pas a une chose qui est et qui explique tout une autre cause Ila substance: esprit) qui ne se concoit pas, dont l a l i a i s o n avec 1' ef f e t se concoit encore moins, qui engendre une multitude i n f i n i e de d i f f l c u l t e ' s , et qui n* en resout aucune."-'-Diderot, comme nous 1* avons deja vu, avait doute de 1* existence d* une matiere vivant et d* une matiere morte 2 et i c i i l regafcde comme qualite d i s t i n c t i v e de l a premiere l a s e n s i b i l i t e active et de l a seconde l a s e n s i b i l -i t e i nerte, tout comme i l y a une force "vive" (dynamique) et une force "morte" (statique), et i l se met a prouver l a p o s s i b i l i t e de passer de 1* etat d* i n e r t i e et l 1 etate de s e n s i b i l i t y et vice versa. II est evident que, vu que cette transformation est s i simple et que l a seule difference, c'est qu' i l y a des obstacles, facilement amovibles, qui 1. I b i d . I I . p. 117 - le Reve de d'" Alembert. 2. IbidL. IT • p.5-«,:De I"1 Interpretation . cfe /a rv/ature. 20. s' opposent a l a s e n s i b i l i t e active de cette matiere dite morte: "On f a i t du marbre avec de l a chair, et de la chair avec du marbre," 1 i l est evident, d i s - j e , que ces deux "etats apparement separes sont deux formes d* une meme substance car comment: 1* un p o u r r a i t - i l se transformer en 1' autre par une simple juxtaposition? Done i l n' y a qu' une seule matiere homoge'ne, malgre' la d i v e r s i t e apparente. "voila cette unite s i chere a notre philosophe. 0* est du materialisme tout pur. Je repete done, qu* au commencement des choses, i l n' y avait qu' une masse de matiere. Peu a peu lemQUvems&t de cette m matiere en fermentation dans les espaces combinait des amas de matiere et f a i s a i t eclore 1* univers — apres beaucoup d* essais a b o r t i f s sans doute, jusqu' a ce qu' i l a r r i v a r t a un ordre qui e t a i t s i adapte qu* i l pouvait p e r s i s t e r . Dans cet ordre general le monde se forma - et Diderot soupconne que •T* animalite avait de toute Iternite ses elements p a r t i c u l i e r s epars et confondus dans l a masse de l a matiere." 2 En tout cas, i l s' echappa de cette masse qu' i l compare a une ruche, un essaim d* a b e i l l e s contigues, 1' animalite, e l l e aussi le produit de l a fermentation, r e s u l t a t naturel et neceaaaire des conditions qui 1* environment. Mais i l ne faut pas penser que Diderot croie que cette fermentation soit epuisee: au contraire, e l l e ne f i n e r a jamais: "Et s i tout est unflux 1. Ibid. I I . p.106. le Reve de d' Alembert. 2. Ibid. I I . p.57 - De 1* Interpretation de la Nature. 21. general comme le spectacle de 1* univers me le montre partout, que ne produiront i c i et a i l l e u r s l a duree et les v i c i s s i t u d e s de quelques m i l l i o n s de s ieeles?" 1 Et a i n s i que le monde physique et les especes qui le peuplent s£ sont transformes et se sont adapted selon les conditions qui les environnent, de cette maniere, 1* organisms s o c i a l aussi doit s' adapter a son mi l i e u - au temps et a 1' espace (sa p o s i t i o n dans le monde), car c' est aussi un organisme - un - et non un syspeme abstrait et chime'rique, et, comme les autres organismes, i l d o i t S tabl i r un rapport entre lui-meme et. son mi l i e u . Et 1' experience nous montre 1' evolution constante de ce mi l i e u - done i l faut que 1 T organ-isme change aussi constamment. "Rerum novus nascitur ordor* doit s' appliquer non seulement au systeme physique, mais aussi au systeme s o c i a l . IT n' y a r i e n de statique dans l a p o l i t i q u e s i ce n* est pas les principes, qui sont, a i n s i que les l o i s de l a nature, aussi durables que 1* ordre present des choses. Mais l 1 application de ses principes est r e l a t i v e au mil i e u . A i n s i les doctrines du transforinisme et de l a r e l a t i v i t y ont mis l e dynamique dans le statique. Mais i l ne faut pas penser que ce statique des principes est comme mort: au contraire c' est une force statique - ou "morte n, comme Diderot 1 T appelle - mais neanmoins une f o r c e . On peut les regarder sur 1. I b i d . I I . p. 134 - le Reve de d f Alembert. 22. 1* analogie de cette matiere dite "morte" mais douee de l a s e n s i b i l i t y , quoique ine^te, car ces principes memes s* appliquent aux etres vivants qui ont des t r a i t s fondamentaux les memes dans tous les ages. Diderot regarde 1 ? animalite comme une chaine continue de developpements successifs: "Tout animal est plus ou moins homme....toute plante est plus ou moins animal.... Toute chose est plus ou. moins une chose quelconque... .done r i e n n* est de 1* essence d* un etre p a r t i c u l i e r . . . .non, sans doute, paisqu' i l n' y a aucune qualite dont aucun etre ne soit p a r t i c i p a n t . . . . Ne convenez-vous pas que tout t i e n t en nature, et qu' i l est impossible qu" i l y a i t un vide dans l a chaine? Que voulez-vous done dire avec nos individusS II n'y en a point II n' y a qu' un suel i n d i v i d u , c' est 1 le tout." Etqquand nous emaminons les idees purement po l i t i q u e s de Diderot, nous verrons cette id6e au fond: c'est l a base de sa morale, completement s o c i a l e , qui se developpe en une espece de s a c r i f i c e de 1' individu a l a societe, de 1' in t e r e t p a r t i c u l i e r a 1* interet general. 6'' est aussi le germe de cette doctrine d' u t i l i t e s i chere a Diderot. A i n s i , quoique l a d i v e r s i t e de l a nature, resultat de cette evolution constante et i n f l n i e , ne l u i echappe pas, neanmoins son esprit synthetique voi t le tout comme une unite: "II n' y a plus qu' une substance dans 1' univers, dans 1' homme, dans 1' animal. La serinette est de bois, 1' homme 1* Ibid. I I . pp.138-139 - le Reve de d' Alembert. 23. est ^ e chair. Le seri n est de chair, le musicien est d f une chair diversement organisee; mais 1' un et 1' autre ont une meme formation, les memes fonctions et l a meme fin."" 1- Et cette f i n ? c' est l a r e s o l u t i o n en molecules dont tous sont composes. C T est cette s e n s i b i l i t e " physique commune a tous qui met en contact l e s d i f f e r e n t s organismes. V o i l a pour leur unite. Mais que f a u t - i l penser de l a formation de 1* individu? "Voulez-vous trarrformer l a grappe d* a b e i l l e s en un seul et unique animal? amollissez les pattes par lesquelles e l l e s se tiennent, de eontigues qu' e l l e s etaient, rendez-les continues," 2 et c T est un tout qui se produit, et chacun des abjeilles represente maintenant un seul organe dans 1' organi sme animal. Mais comment Diderot d i s t i n g u e - t - i l les i.ndividus d' une espece de ceux d* une autre? En quoi consiste cette d i v e r s i t e s i evidente entre les especes? C est enc<D<ref,, comme nous 1* avons d i t , l a s e n s i b i l i t e physique tantot active, tantot inerte, tantot grossiere, tantot subtlliseev II n& y a r i e n que l a matiere douee de l a s e n s i h i l i t e , mais a mesure que 1* animalite s* avance des formes dans lesquelles cette s e n s i h i l i t e * est l a moins evidente jusqu' a c e l l e s dans lesquelles e l l e en est l e plus, e l l e se s u b t i l i s e , mais son l . I b i d . I I . p.117. le R§ve de d* Alembert. 2.Ibid. IT. p.127. leRive de d' Alembert. 24. essence ne change point: dans 1' homme e l l e est l a plus s u b t i l e . L* id^e d' une nouvelle substance appelee "1* ame" ou "1' e s p r i t " est tout a f a i t incomprehensible. La pensee n' est done qu* une modification de l a s e n s i h i l i t e physique. St l a cervelle? Diderot compare 1* organisme humain st une t o i l e d* araignee dont l e s f i l s Imperceptibles aboutissent partout dans le corps et 1' araignee est dans le cerveau: "au centre e l l e est instrulte.de tout ce qui se passe en quelque endroit que ce s o i t de 1* appartement immense qu* e l l e a s t a p i s s e . " 1 Ou s i nous voulons nous souvenir de 1* anajogie de l a grappe d' a b e i l l e s , 1' araignee est a 1* origine commune de toutes les pattes. U' est 1' araingee qui rapporte a t e l ou t e l endroit l a sensation recue et e l l e peut ae souvenir de toutes ces sensations et f a i r e des comparaisons et " c'est l a iaemoire et l a comparaison qui s' ensuivent ne'eessairement de toutes ces impressions qui font l a pensee et le raison-nement."2 Heureusement cette s e n s i h i l i t e pure et simple, ce toucher, a l a surface de tout le corps se d i v e r s i f i e par les organes: par les yeux, par les o r e i l l e s , par le ne<5, par l a langue, et parllapeau - et cette derniere a un toucher s p e c i a l selon le l i e u sur le corps ou e l l e se trouve. Le cerveau ne f a i t que r e c u e i l l i r les impressions des sensations 1. Ibid. I I . p.14, le Rive de &.' Alembert. 21 ".Ibid.- I I . p. 152, le Reve de d' Alembert. 25. r e c u e s , l e s comparer'et l e s r e t b e n i r . A i n s i t o u t e s nos con-n a i s s a n c e s r e e l l e s nous a r r i v e n t par v o i e des sens e t l a d i v e r s i t e des sens donne l a d i v e r s i t e des c o n n a i s s a n c e s . M a i s comment l e c e r v e a u p e u t - i l se s o u v e n i r de t o u t e s ces d i v e r ses i m p r e s s i o n s ? D i d e r o t e x p l i q u e ce piaen-omene en comparant l e s f i b r e s des organes a des eordes v i b r -a n t e s s e n s i b l e s q u i o s c i l l e n t e t resonnent longtemps a p r e s qu* on l e s a p i n c e e s . A i n s i l a memoire e s t a u s s i une s e n s i b -i l i t e p h y s i q u e - e t de meme l a co m p a r a i s o n , c a r " c ' e s t c e t t e o s c i l l a t i o n , c e t t e espece de resonnance ne"cessaire q u i t i e n t l r o b j e t p r e s e n t , (iitandis que 1' entendement s f occupe de l a q u a l i t e q u i l u i convient."-*• E t ces deux o p e r a t i o n s purement p h y s i q u e s f o n t l a pensee. A i n s i , en comparant 1' organisms a une c l a v e c i n , D i d e r o t ne separe pas l e m u s i c i e n e t 1' i n s t r u m e n t : ce s e r a i t une d i s t i n c t i o n de deux s u b s t a n c e s . M a i s dans c e t t e a n a l o g i e , l e c l a v e c i n e s t s e n s i b l e : i l a l a c o n s c i e n c e du son rendu e t i l en a l a memoire. A i n s i t o u t e 1* a n i m a l i t e se r e d u i t a des i n s t r u m e n t s doues de s e n s i h i l i t e e t de memoire e t ayant a u s s i l a f a c u l t e de se n o u r r i r e t de se r e p r o d u i r e . " G* e s t l a memoire q u i f a i t 1* u n i t e d' un a n i m a l , c a r sans ce " r a p p o r t c o n s t a n t , i n v a r i a b l e s de t o u t e s l e s i m p r e s s i o n s a. c e t t e o r i g i n e commune," comment chaque m o l e c u l e 1. I b i d . I I . p.113. l e Reve de d' A l e m b e r t . 26. sensible ayant son "moi" avant l a formation de 1* animal, le per&araifesi-l, et sans cela, comment de toutes ces pertes r e s u l t e r a i t r - i l l a conscience d' un tout? Et quand 1' organisme c r o i t , des molecules nouveaux a' appliquent aux autres sans que 1* organisme perde son "moi", car a mesure que 1' a p p l i c -ation se f a i s a i t peu a peu tres lentement, chaque molecule eut le temps de prendre 1' e s p r i t du corps. Et Diderot f a i t 1* a l l e g o r i e du couvent: "Je dis que 1' e s p r i t monastique se conserve parce que le monastdre se r e f a i t peu a peu et quand i l entre un moine nouveau, i l en trouve une centaine de vieux qui 1* entrainent a" penser et a* s e n t i r comme eux." Et c'est l a l a vraie d i f f i c u l t e des innovations, qui n* echappe pas a 1' e s p r i t large de Diderot. I l faut les introduire peu a peu par 1 T Education et les enraciner. dans 1' essence de l a nature mime d' une nation: i l faut changer son esprit avant de changer son gouvernement et ses l o i s . Cette conscience de soi qui est le r e s u l t a t des e f f o r t s conjoints du cerveau et de l a croissance lente, donne naissance a toutes nos actions, fout ce que nous faisons est 1 ! effet. n€cessaire d' une cause une: nous, tres compliquee mais une,"-'- c' est " l e dernier r e s u l t a t de tout ce qu T on a ete depuis sa naissance gusqu' au moment ou l'on . est. "2 Q, QS^ ]_a doctrine du determinisme expose par Diderot dans son roman "Jacques le F a t a l i s t e . " 1. Ibid. I I . p.175. le Reve de Q* Alembert. 8. Ibid. I I . p.175. le ReVe de d T Alembert.v.aussi XIX.p.435-•f56.Correspondence gene'rale 27. A i n s i " s i un e'tre qui sent et qui a eette organ-i s a t i o n propre a l a memoire l i e les impressions qu T i l rec^oit, forme par cette l i a i s o n une h i s t o i r e qui est c e l l e de sa vi e , et et acquiert l a conscience de l u i , i l nie, i l affirme, i l conclut, 11 pense."'*' La memoire done n' est pas l a moins importante de nos facult e s . Mais est-ce que nous ne pouv..ons pas etre plus originaux? Comment formons-nous des syllogismes, par example? "C'est que nous n' en ti r o n s point: e l l e s sont toutes t i r e e s par l a nature. Nous ne faisons qu' enoncer des phenomenes conjoints, dont l a l i a i s o n et ou n^cessaire ou contingente, phenomenes qui nous sont connus par 1* exp£r-2 ience." Serait-ce que Diderot respire i c i 1* influence de Montesquieu? - peut-etre, car' c' e t a i t Montesquieu qui soutenait qu' une l o i n* e t a i t que l a reconnaissance d' un rapport entre les hommes, rapport deja en existence mais d* abord inaper^u et dont les hommes sont devenus peu a peu consc ien tS i - c' e t a i t Montesquieu qui soutenait qu' une l o i ne cr^e pas arbitrairement un nouveau rapport. Diderot procede a donner un autre caractere de ces phenomenes conjoints, de ces rapports: c' est qu' i l s sont "necessaires en mathematiques, en physique et en autres sciences rigour-euses; contingents en morale, i n p o l i t i q u e , et autres sciences con jecturales." Ces rapports ne sont pas necessaires en 1. Ibid. I I . p.113; le Reve de d' Alembert. 2. I b i d . I I . p.118. le Reve de d« Alembert 3. v. %. 28. p o l i t i q u e , c a r a l o r s i l s s e r a i e n t p l u s f a c i l e ' s a degager -mais l a l i a i s o n e s t souvent o b s c u r c i e p a r l e s prejuge's, l e s moeurs e t a u t r e s c o n d i t i o n s peu n a t u r e l l e s . L a l i a i s o n e s t v r a i m e n t a u s s i n e c e s s a i r e dans un c a s que dans 1' a u t r e , mais f T a cause s u b i t t r o p de v i c i s s i t u d e s p a r t i a u l i e r e s q u i nous echappent, pour que nous p u i s s i o n s compter i n f a i l l i b l e m e n t s u r 1' e f f e t q u i s' en s u i v r a . " ^ - De la. l a n e c e s s i t e " de t e n i r compte des c o n d i t i o n s . E t a i n s i D i d e r o t , sans p l u s de f a c o n s se de'fait de 1* o r i g i n s l i t e humaine. V o i l a a q u o i se r e d u i t c e t organe dont nous sommes s i o r g u e i l l e u x . M a i s malgre c e t t e d o c t r i n e peu f l a t -t e u s e , D i d e r o t i n s i s t e s u r 1* importance de 1* o r i g i n e du r e s e a u : i l f a u t qu' e l l e domine l e s f i l e t s pour que 1*animal s o i t m a i t r e de s o i e t fer.me. C e s t l e v r a i c a r a c t e r e de 1* homme d* e t a t : " A l o r s i l se p o s s e d e r a au m i l i e u des p l u s grands dangers, i l j u g e r a f r o i d e m e n t , m a i s sainement. R i e n de ce q u i peut s e r v i r a ses v u e s , c o n c o u r i r a son b u t , ne l u i e chappera, o n 1' et o n n e r a d i f f i c i l e m e n t ; i l a u ra q u a r a n t e -c i n q a ns; i l s e r a grand r o i , grand m i n i s t r e , grand p o l i t i q u e ; i l r ^ g n e r a s u r lui-meme e t sur t o u t ce q u i 1 f e n v i r o n n e . " 2 A i n s i 1" homme n* e s t pas t o u t a f a i t d e p o u i l l e de sa d i g n i t e , e t dans l a R e f u t a t i o n s u l v i e de 1' Ouvrage d* H e l v e t i u s  i n t i t u l e 1* Homme, D i d e r o t l u i en rend encore p l u s . A 1' age de c i n q u a n t e - s i x a n s , D i d e r o t a v a i t d i t 1. I b i d . I I . p. 118. l e Reve de d f A l e m b e r t . 2. I b i d . I I . p. 171. l e Re\e de d* A l e m b e r t . 29 . que l a pensee n' e t a i t que l a m a t i e r e douee de l a s e n s i b i l i t e p h y s i q u e s u b t i l e , mais q u a t r e ans p l u s t a r d , quand i l l i t dans H e l v e ' t i u s , " s e n t i r , c ' e s t j u g e r " , i l avafet "de 1' humear": i l ne p o u v a i t pas s u p p o r t e r une t e l l e d e g r a d a t i o n de 1* homme. H e l v e t i u s passe de 1' e x i s t e n c e a 1 * o r g a n i s a t i o n (Ta forme de 1 ' e x i s t e n c e ) , a l a s e n s i h i l i t e p h y s i q u e dont l a s u i t e est l e d e s i r du bonheur q u i donne n a i s s a n c e a 1* i n t e r e t de comparer l e s I d e e s , 1' a t t e n t i o n e t l a comparaison des i d e e s dont l e passage au jugement e s t c o u r t , mais D i d e r o t n f e s t pas s a t i s -f a i t de ce rai s o n n e m e n t : " V o i l a une c o n c l u s i o n t i r e e de b i e n l o i n ; e l l e c o n v i e n t plutSt a 1' animal en g e n e r a l qu' a 1* homme. P a s s e r brusquement de l a s e n s i b i l i t e ' p h y s i q u e , c ' e s t -a - d i r e de ce que j e ne s u i s pas une p l a n t e , une p i e r r e , un m e t a l , a l'amour du bonheur; de l'amour du honheur a I ' i n t e r e t ; de l ' i n t e r e t a l ' a t t e n t i o n ; de 1 ' i n t e r e t a l a comparaison des i d e e s ; j e ne s a u r a i s m'accommoder de ces g e n e r a l i t e s - l a : j e s u i s homme, e t i l me f a u t des c a u s e s p r o p r e s a l'homme." 1 Dans ce rai s o n n e m e n t , H e l v e t i u s ne c o n s i d & r e que l e s seHS q u i sont a? peu pre*s l e s memes chez tous l e s hommes communement b i e n o r g a n i s e s : quand i l s s o n t n es, l e s hommes sont des b i l l e t s b l a n c s s u r l e s q u e l s 1' e d u c a t i o n e t l e s h h a s a r d s e c r i v e n t t o u t ce q u ' i l l e u r p l a i f t , c a r l e s s e n s a t i o n s r e c u e s p a r l e s sens s o n t done a u s s i a^. peu prgs l e s rae*mes e t comme s u i t e de c e t t e s e n s i b i l i t e p h y s i q u e u n i f o r m e , t o u s l e s 1. I b i d . I I . p.300. R e f u t a t i o n s u i v i e de 1^ ouvrage d ' H e l v e t i u s i n t i t u l e 1* Homme.-30. hommes o n t l a meme a p t i t u d e de v o i r d e s r e s s e m b l a n c e s e t d e s d i f f e r e n c e s e n t r e l e s o b j e t s , t o u t e v a r i e t e e t a n t l a s u i t e de 1' e d u c a t i o n , d e s h a s a r d s e t de 1* i n t e r e t . M a i s H e l v e t i u s ' A / p a r a i t i g n o r e r l a d i f f e r e n c e p r o d i g i e u s e qu' i l y a e n t r e l e s e f f e t s ( q u e l q u e l e g e r e que s o i t c e l l e q u ' i l y a e n t r e l e s c a u s e s ) l o r s q u e l e s c a u s e s a g i s s e n t l o n g t e m p s e t s a n s c e s s e . " 1 M a i s H e l v e t i u s o u b l i e " l e j u g e ou l e r a p p o r t e u r " d e s c i n q " t e m o i n s " . L e s s e n s a t i o n s "ne nous f r a p p e n t p o i n t 2 d a ns une p r o p o r t i o n c o n s t a n t e e t u n i f o r m e " c a r l e s i m p r e s s i o n s que f o n t c e s s e n s a t i o n s s u r nous d e p e n d e n t de l ' o r g a n i a a t i o n du c e r v e a u , de s a c o n f o r m a t i o n , d i f f e r e n t e c h e z t o u t l e monde. D i d e r o t r e v i e n t s o u v e n t a c e t t e i d e e de l a c o r r e s p o n d a n c e r i g o u r e u s e de 1' 6 t a t du c o r p s a v e c 1 ' e t a t de l ' e s p r i t : "1,8 e s p r i t , l e c a r a c t e ^ r e e t l e s p a s s i o n s d e s hommes d e p e n d e n t de l ' i n e ^ g a l e p e r f e c t i o n de l e u r s o r g a n e s " e t " l a p e r f e c t i o n d e s o p e r a t i o n s i n t e l l e c t u e l l e s depend p r i n e i p a l e m e n t de l a c o n -4 , s / f o r m a t i o n d u c e r v e a u . " H e l v e t i u s a o u b l i e c e t o r g a n e d e l i c a t e t D i d e r o t s ' e n f a c h e : " I I y a un o r g a n e p a r t i c u l i e r , l e c e r v e a u , a u q u e l l e s c i n q fcemoins f o n t l e u r r a p p o r t . Get o r g a n e m e r i t a i t un examen p a r t i c u l i e r . " C ' e s t l a ou se t r o u v e l a v r a i e d i f f e r e n c e e n t r e l'homme e t l e s animaux. L a r a i s o n de I 1 a n i m a l e s t dominee p a r un s e n s d e s p o t e q u i l a s u b j u g u e t a n d i s que l a r a i s o n de l'homme domine t o u s l e s s e n s e t 1. I b i d . I I . p.271 - R e f l e x i o n s s u r l e l i v r e de 1 ' E s p r i t . 2. I b i d . I I . p.329 - R e f u t a t i o n s u i v i e de 1'ouvrage d ' H e l v e t i u s i n t i t u l e ' 1'Homme. 3. I b i t f i l l . p403 - " " " " 4. I b i d . I I . p.296- " " " " 5. I b i d . I I . p.318- " " " " 31. D i d e r o t d i t a l'homme q u i am b i t i o n n e l e r e g a r d p e r c a n t de 1* a i g l e : "L'organe de t o n jugement e s t r e s t e l e predominant e t l e m a i t r e ; i l eut e t e l ' e s c l a v e d'un de t e s sens t r o p r i g o u r -eux: de l a t a p e r f e c t i b i l i t e . " 3 " La r a i s o n , e ' e s t " l e t r i b u n a l &§ui» a f f i r m a t i o n et de l a n e g a t i o n . " 2 G ? e s t l a a u s s i ou se t r o u v e l a v r a i e d i f f e r e n c e e n t r e l e s hommes, e t i i e l v e t i u s , f a u t e de t e n i r compte du cerveau., nggarde de meme tous l e s hormiE s. D i d e r o t cede a H e l v e t i u s sur l e s " b i l l e t s b l a n c s " , mais s u r eux, 1' e d u c a t i o n ne peut e c r i r e t o u t , c a r "llBhomme ne n a i t r i e n , mais chaque homme n a i t avec une a p t i t u d e p r o p r e a une c h o s e , " 3 une a p t i t u d e n a t u r e l l e a combiner de p r e f e r e n c e s r\ 4 t e l l e s et t e l l e s i d e e s p l u t o t que t e l l e s ou t e l l e s a u t r e s . " "L' homme est a u s s i une espece a n i r a a l e , sa r a i s o n n ' e s t qu'un i n s t i n c t p e r f e c t i b l e et p e r f e c t i o n n e , e t dans l a c a r r i e r e des s c i e n c e s e t des a r t s i l y a a u t a n t d T i n s t i n c t s d i v e r s que des e h i e n s dans un equipage de c h a s s e " 5 e t c e t t e i n e g a l i t e des penchants de l a n a t u r e ne peut e t r e a t t r i b u e e qu'a une d i f f e r -ence dans l a c o n f o r m a t i o n du c e r v e a u , qu' H e l v e t i u s n' a pas meme considere'. I I a o u b l i e c e t t e d i f f e r e n c e d' o r g a n i s a t i o n e n t r e l e s hommes, q u o i q u ' i l se s o i t souvenu de l a d i f f e r e n c e d' o r g a n i s a t i o n e n t r e l e s hommes e t l e s animaux a cause de l a d o m i n a t i o n d' un s u e l i n s t i n c t dans c e u x - c i t a n d i s que dans 1. I b i d .111.129. E s s a i s u r l e s Regnes de Claude et de iM'eron. 2. I b i d . I I . p.335 - R e f u t a t i o n 3. I b i d . I I . p.406 - 'R e f u t a t i o n 4. I b i d . I I . p.312 - R e f u t a t i o n 5. I b i d . I I . p.341 - R e f u t a t i o n / / ' / / 32. / ceux-la. les sens sont tous a peu pres de l a meme force. Mais "l'homme d'esprit est essentiellement differ/entx de l'homme et aussi essentiellement d i f f e r e n t qv& l'homme l'es t de l a bete""'". Done, dans une societe quelconque, un homme n'en vaut pas es-sentiellement un.autre. Enfin. , "tout individu n'est done pas propre a. tout, pas meme a etre bon acteur, s i l a nature s'y oppose"» et Diderot a dans son e s p r i t s c i e n t i f i q u e beaucoup d» exemples pratiques propres a prouver son these. Helvetius s* oppose a cette doctrine parce que s i les hommes n' ont pas l a meme organisation n' est-ce pas vr a i que toute morale, toute justice est detruite entre eux? - car l a justice depend de I'absolu/e ressemblance d' organisation. / Quelque part Diderot lui-meme se sert de cet argument pour detruire toute idee de justice entre l'homme et Dieu. II cite 1' exemple d' un homme doue d' une force superieure aux autres hommes et montre comment cette difference change ses idees de j u s t i c e . Et puis, d i t - i l , douez cet homme superieur (ce surhomme) de la d i v i n i t e - combien moins de conformite e x i s t -t - i l entre ses idees de justice et ceux des autres hommes: i l ne peut y avoir aucun rapport moral entre eux: i l s n' ont point d' obligations reciproques. Mais i c i Diderot veut con-venir qu' en general les hommes ont l a meme organization mais qu' i l y a de ces differences d s l i c a t e s et subtiles dans cet 1. Ibid. I I . p.365 -Refutation , 2. I b i d . I I . p.333 -Refutation . 33. organe s i f i n , le cerveau que la societe peut modifier et conformer a. s es!tm:<aeur,q, mais " s i l a ju s t i c e de l a terre chatie egalement des machines dissemblables, c* est qu' e l l e ne saurait n i apprecier. ni t e n i r etat de ces dissemblances."'1' Mais quoique Diderot evalue s i hautement 1* influence de 1' organisation, i l ne deprisepas 1' education i l veut modifier les doctrines d* Helvetius: "L* avantage de 1' education consiste a perfectionner 1' aptitude naturelle, s i e l l e est bonne, a 1' etouffer ou a 1' egarer s i e l l e est mauvaise, mais jamais a supplier a 1* aptitude qui manque..."8 L f education peut modifier les penchants naturels pour les rendre plus avantageux a l a societe', mais."n* a l l e z pas con-t r a r i e r ces penchants naturels, vous n' en f e r i e z que (des) sujets'mediocres." 3 Mais Helve'tius attribue l a difference entre les hommes non seulement a 1' education mais aussi aux hasards. "Qui que tu so i s , d i t Diderot, homme de genie ou stupide, homme de bien ou mechant, renfonce-toi le plus avant que tu pourras dans 1 T h i s t o i r e de ta vie, et tu retrouvera toujours a 1* origine des evenements qui t* ont mene soit au bonheur, soit au malheur, s o i t a 1' obscurite, quelque circonstance f r i v o l e a laquelle tu rapporteras toute ta destinee." 4 Diderot, comme nous 1* avons vu, ne deprise point du tout 1* 1. Ibid. I I . p.456. Refutation 2. Ibid. I I . p.410-411. Refutation ... 3. Ibid. I I . p.280. Refutation .... 4. Ibid. I I . p.290-291. Refutation ... 34. influence sur nous de tout ce qui nous arrive;temoignez sa doctrine du determinisme. Mais quand un hasard nou.s arrive, i l est necessaire que t e l ou t e l r e s u l t a t s'ensuive parce que nous sommes nous: a cause de notre conduite passee et de nos aptitudes naturelles, de notre organisation p a r t i c u l i e r e . Avant ce hasard nous etions les memes et disposes a une conduite p a r t i u c l i e r e propre a nous. Ge hasard n'a f a i t que s o r t i r une impulsion deja prete a s o r t i r mais ayant besoin d' un ressort - tombe sur un autre i l n' aurait eu aucune suite: ee hasard "a t i r e l e rideau qui te derobait a toi-meme et aux autres,"-'- et "1* impulsion qui ne nous s e r a i t pas venue par ce choc nous aurait ete donne par un autre:" 2 de meme ces hasards auxquels l'on attribue l a chute des empires. 0 "Rien ne se f a i t par saut dans l a nature et 1'eclaire subite et rapide qui passe dans l ' e s p r i t t i e n t a un phenomene s i anterieur avec lequel on en reconriiaitrait l a l i a i s o n , se l'on n' e t a i t pas infiniment plus presse de j o u i r de sa lueur que d'en rechercher l a cause. L' idee fecdnde, quelque bizarre qu'elle s o i t , quelque f o r t u i t e qu' e l l e paraisse, ne ressemble point du tout a l a pierre qui se de"tache du tout et qui A 4 s tombe sur une tete." A i n s i le determinisme de Diderot s' est amolli dans quatres ans car maintenant i l d i t de l'homme: "ce n' est point un aveugle qui tatonne, C est un homme 1. Ibi d . I I . p.291 - Refutation .... 2. Ibid.II. p.273 - Refutation .... 3. I b i d . I I . p.286 - Refutation .... 4. Ib i d . I I . p.372 - Refutation .... clairvoyant," car a i n s i que tout se tie n t dans 1*univers, aussi tout se tie n t dans I*entendement humain. II est v r a i que l'homme n'a pas de l i b e r t e morale, qui sa conduite est reglee par l a necessite mais cette necessite est aveugle et l'homme nealj!>estdpa.sibe<s-e*te l o i de necessite "s'execute sans dessein, sans e f f o r t , sans i n t e l l i g e n c e , sans progres, sans / 2 resistance dans toutes les oeuvres de l a nature." II peut combiner ses id<§es et juger par sa conduite passed l e conduite q u ' i l pourrait s'attendre de teni r sous t e l l e s ou t e l l e s circonstances a 1' avenir: c'est a dire, q u ' i l peut §tre prudent. II peut t e n i r compte de sa conduite presente. I l peut vo i r c l a i r : v o i l a 1' homme eleve au-dessus des animaux et meme au-dessus de cette f a t a l i t e , cette necessite' qui le gouverne. Helvetius "n' a pas considere....qu' avec un peu d» attention je demelerais ce f i l et ceconnaitrais l a cause du rapprochement subit et du point de contact de 1' idee presente et de 1* idee survenue." Helvetius, faute de reconnaitre cette difference d* org&nfksation entre les hommes, se rend compte que l a se n s i b i l i t e " physique donne naissance au bonheur et vu que c e l u i - c i est a peu pres l a meme chez tous, deduit que c e l u l -c i est le meme pour tous. Mais, remarque Diderot, "chacun a son bonheur p a r t i c u l i e r " ^ et "1' amour des p l a i s i r s 1.Ibid.II. p.37 - Refutation ... 2.Ibid.XI. p.103 - Salon de 1767. 3. mais quelquefois i l se trompe. v.YI.:20 - Jacques. 4.Ibid.II.p.273 - Refutation .. 5.Ibid.II.p.318 - Refutation ... 36. physiques n' est pas le hut de toutes les actions des hommes."'1' Que f a u t - i l penser des ayares, des ambitieux et de ceux qui sont ami-ouereus: de l a glo i r e ? C est un sentiment moral plutot que physique qui est l a cause des secours que les hommes se prennent-j-iils s T i d e n t i f i e n t avec celufc qui souff re - et A 2 Diderot aime "cette honnete et sublime aldentif i c a t i o n . " II y a une peine qui ne resulte certainement pas de l a sen s i b i l i t e ' physiques quoique c' en soit une condition: ce sont des peines de pure opinion. Mous ne voulons pas que nos semblables aient une mauvaise opinion de nous: de l a le remords. Comme nous le verrons, ce sentiment jouera un grand r o l e dans le controle de 1' in d i v i d u par l a societe" mais i l faut que les hommes appren-nent par 1' education a appre'cier l a valeur de l a bonne opinion de leurs semblables. Et que f a u t - i l penser de cette faculte des hommes de joui r des p l a i s i r s non actuelS: "L* animal n' existe que dans le moment, i l ne vo i t r i e n auddela: 1' homme v i t dans l e passe, le present et 1' avenir." De l a le bohheur des philosophes: une sorte de abnegation de soi -i l s souffrent a cause de leur desir de "venger 1' honneur de 1' humanite" 4 et ce sentiment agreable, cette vanite heroique n' est qu' une condition de leur conduite. C est une espece de bonheur de prevoyance qui depend de 1' in t e l l i g e n c e et cette sensation est alors morale et propre a l r homme. I l faut que 1. Ibid. I I . p.314 - Refutation,... 2. I b i d . I I . p.303-4 - Refutation .. 3. Ibid. XVIII. p.178 - Lettres a Falconet. 4. i b i d . I I . p.314 - Helvetius. 37. 1" e d u c a t i o n l u i a a p p r e n n e l a v a l e u r de ces p l a i s i r s de p r e v o y e r ance a f i n qu* i l s sachent que " l a f o l i e c o n s i s t e a p r e f e r e r 1* i n t e r e t d* un moment au bonheur de sa v i e . " 1 I I f a u t qu' i l s apprennent a u s s i a. d e r i v e r du p l a i s i r seulement de l e u r s com-A p a t r i o t e s mais de tous l e u r s c o n t e m p o r a i n s , e t de to u s lear-s hommes a v e n i r . W e s t - c e pas l a l a r^ponse st c e t t e q u e s t i o n q u i a t a n t tourmente n o t r e p h i l o s o p h e : " F a u t - i l s a c r i f i e r aux ha s a r d s d' une r e s o l u t i o n l e bonheur de l a g e n e r a t i o n p r e s e n t e pour l e bonheur de l a g e n e r a t i o n a v e n i r ? " 2 C. Sa P h i l o s o p h i e de l a v i e e t des Hommes. La p h i l o s o p h i e de D i d e r o t a 1' egard de l a v i e et des hommes e s t au p r e m i e r coup d * o e i l un e t r a n g e melange, mais neanmoins, comme nous l e v e r r o n s , sa chere unite n' e s t p o i n t moins i n h e r e n t e i c i qu' a i l l e u r s ou nous avons pu t r o u v e r t o u t e s ses idees t o u t a f a i t c o h e r e n t e s e t co n s e q u e n t e s . I I t r o u v e degoutante l a c o n d i t i o n des hommes: " N a i t r e dans 1' i m h s c i l l i t e , au m i l i e u de l a d o u l e u r e t des o r i s , e t r e l e j o u e t de 1' i g n o r a n c e , de 1' e r r e u r , des b e s o i n , des m a l a d i e s , de l a m e c h a n c i t e e t des p a s s i o n s ; r e t o u r n e r pas "a. pas a 1' i r a b e c i l l i t e ; du moment ou 1' on b a l b u t i e j u s q u ' au moment ou 1' on r a d o t e , v i v r e parmi des C r i p o n s e t des c h a r l a t a n s de t o u t e espece:. ; s' e t e i n d r e e n t r e un homme q u i vous t a t e l e p o u l s , e t un a u t r e q u i vous t r o u b l e l a t e t e , ne s a v o i r d' ou 1. I b i d . I I . p.314 - H e l v e / t i u s . 2. I b i d . I I . p.345 - R e f u t a t i o n . . . 38. 1' on vient, pourquoi 1' on est venu, ou 1* on va: v o i l a ce qu* on appelle le present le plus important de nos parents et de l a nature, l a vie.1'-'- Et dans un moment de jouissance p a r f a i t e , i l s' eerie: "Mais s' i l est doux d' ex i s t e r a. l a facon de Dieu, i l est aussi quelquefois assez doux d' exister a. l a facon des hommes."2 De meme tantot i l a de 1* indulgence pour les f a i b l e s s e s de 1' homme et tantot i l a de 1' admiration pour sa force - mais c' est parce qu' i l entrevoit tous les cotes de cet etre compliquie: " l e batard de l a Eolie et de l a Sagesse delivree par l a v e r i t e , et l e f i l l e u l de Jupiter, ' 3 a l l a i t e par l a Sottise, c' est l 1 homme." Quoiqu' i l voie dans 1' homme 1* oeuvre l a mieux reussie de la nature, i l se rend compte des imperfections de cette nature tant vantee: "C est que cette nature est une f o l l e qui gate d' une main 4 ce qui' e l l e f a i t bien de 1' autre." Ce sont ses doctrines transformistes qui menent Diderot a diminuer 1' importance des hommes. L' existence de 1* homme n' est peut-etre qu* un hasard et de plus, c' est peut-etre 1"image d* une espece qui passe car cette evolution ne s' est point encore epuisee. AinBi conscient des insuffisances des hommes, Diderot ne peut s' empecher d* attaquer cette doctrine:' orgueilleuse de 1' eglise catholique 1' anthropomosphisme. 1. Ibid. XIX. pp.138-139. Lettres a Mile. Volland. 2. Ibid.XI. p.113 - Salon de 1767. ' 3. Ibid^II. p.403 - Refutation de 1'Ouvrage de Helvetius i n t i t u l e 1'Homme. 4. Ibid.XIX. pp.150-151. Lettres a Mile. Volland.,cf.aussi XVIII.-pp.266-267 & X.pp.384-385. 5. Ibid. I. pp.309-310. Lettre sur les Aveugles. 39. Nous disons que tout est ordonne pour nous, mais nous oublions toutes l e s productions de l a nature qui nous blessent - les to u r b i l l o n s de poussiere qui nous aveuglent, les volcans qui nous ecrasent sont aussi parfaitement ordonn.es que 1' univers: le tout n r est pas bon ou mauvais mais necessaire. 1 Si le but unique et supreme, l a cause f i n a l e , de toute l a creation de 1* univers entier c* est 1' homme, quel insucces de l a part du Createur: 1" Eglise en prechant tout a l a f o i s 1* anthropomorphisms et l a doctrine de l a chute n' est e l l e pas inconsequente? En tout cas, Diderot, toujours voyant tous les cotes d' une question quelconque nie 1' une et 1* autre. Et i l appuie ses vues, mon sur des dogmes mais sur 1' experience, ce qui constitue son originalite". Nous allons voir dans cette petite etude que l a philosophie p o l i t i q u e de Diderot a ses recines profondement plantee dans l a nature humaine. Ce n* est point du tout un systems chimerique mais ce sont des vues p o l i t i q u e s appuyees sur T* experience et basees sur une connaissance profonde des v i c i s s i t u d e s de l a vie r e e l l e e t des complications du caractere humain. "Ah.I mon maitre, d i t Jacques, on a beau r e f l e c h i r , mediter, etudier dans tous les l i v r e s du monde, on n* est jamais qu' un 2 pe t i t c l e r c quand on n* a pas l u dans l e grand l i v r e . " 1. Ibid. X. pp.108-109 - Salon de 1765. Aussi: Vol.. X. Salon de 1767 - p.103. 2. Ibid. VI. p.176 - Jacques le F a t a l i s t e . v.aussi IV. p.99-Miscellanea philosophiques. 40. A i n s i Diderot ne manquera jamais de v o i r l e s choses comme e l l e s le sont et une real its' importante, ce sont les passions et la r e l i g i o n avait evite' leur consideration en preehant leur aneantissement. Mais Diderot se moque d' un t e l c o n s e i l : "Le beau projet que c e l u i d' un devot qui se tour-men te comme un foreene", pour ne r i e n desirer, ne r i e n aimer, ne r i e n s e n t i r , et qui f i n i r a i t par devenir un v r a i monstre s' i l r e u s s i s s a i t ! " 1 Ce renvoi f r i v o l s d' une bonne partie de l a nature humaine l e revolte:- "Ceux qui se l i v r e r e n t les premiers a. une etude suivie de l a nature humaine s'attacherent d* abord a. distinguer les passions, a l e s connaitre et a. les caracter i s e r . " 2 Dans un de ses premiers ouvrages, Diderot tente l a r e h a b i l i t a t i o n des passions: "II n'y a que les passions, et l e s grandes passions qui puis sent elever l'ame aux grandes 3 A choses," et "les passions sobres font l e s hommes communs."'* 1' i d e a l de Diderot, c-' est les passions fortes en unisson.® Et comment peut-on mettre a 1' unisson les passions? - par l a raison: "La raison sans les passions s e r a i t presque un r o i sans sujets."^ C est^ula r a i s o n de regler ses sujets et 1. Ibid. I. p.128 - Pensees philosophiques, Pensee V. 2. Ibid. VII. pp.154-155. Dorval et moi. 3. Ibid. I. Pensees philosophiques,p.127. Pensee I. . 4. Ibid. I. Pensees philosophiques, p.127. Pensee II 5. Ibid. I. Pense'e philosophiques. p.128. Pensee IV.* 6. Ibid. I I I . Essai sur les P.dgnes de Claude et de Weron. p.288 - XLIX. De l a Colere. •41. d'en f a i r e d e s v e r t u s c a r " s e l o n l ' u s a g e qu'on en f a i t , c e s o n t ou d e s v i c e s e t d e s v e r t u s . " 1 "Ma v e r t u ne d e t r u i t p o i n t mes p a s s i o n s : e l l e l e s Jempere s e u l e m e n t e t l e s impeche de f r a n c h i r l e s l a i s de l a d r o i t e r a i s o n . " 2 Nous sommes o b l i g e s i n f a i l l i b l e m e n t de s u i v r e l a •firoix d e s p a s s i o n s q u i no u s d i t de nous r e n d r e h e u r e u x ; "L'homme l e p l u s v e r t u e u x e t l e p l u s c o r r o m p u l u i o b e i s s e n t e g a l e m e n t . I I e s t v r a i q u ' e l l e l e u r p a r l e u n l a n g a g e b i e n d i f f e r e n t ; m a i s que t o u s l e s hommes s o i e n t e c l a i r e ' s ; e t e l l e l e u r p a r l e r a a t o u s l e l a n g a g e de l a v e r t u . " 3 A i n s i s i l e s p a s s i o n s nous e g a r e n t , i l ne f a u t p a s l e s blamer c a r l a f a u t e se t r o u v e c h e z l e jugement e t D i d e r o t a une c o n f i a n c e p r o f o n d e e n l a c a p a c i t e de 1 ' e d u c a t i o n de r e f o r m e r l a n a t i o n s a n s c o n t r a t i e r l a n a t u r e - en 1'encourage a n t . I I v o i t l a s u i t e i n e v i t a b l e d'une p o l i t i q u e q u i c o n t r a toe r a i t c e p e n c h -a n t de l'homme v e r s l e b o n h e u r : "Sous q u e l q u e gouvernement que ce s o i t , l a n a t u r e a p o s e des l i m i t e s a u m a i n o u r des p e u p l e s . Au d e l a de c e s l i m i t e s , c ' e s t ou l a m o r t , ou l a f u i t e , ou l a r e v o l t e . " 4 E t quant a c e t t e r a i s o n q u i d o i t g o u v e r n e r l e s p a s s i o n s , D i d e r b t semble 1* e v a l u e r d i v e r s e m e n t . P e u t - e t r e l a s o u r c e de s e s c o n t r a d i c t i o n s a p p a r e n t e s se t r o u v e - t - e l l e d a n s c e t t e d i s t i n c t i o n l o g i q u e q u i semble au f o n d de s e s 1. i b i d . I I I . E s s a i s u r l e s Regnes de C l a u d e e t de iNeron. p.282 XLV. De l a C o l e r e . 2 . I b i d . X I X . p.434. C o r r e s p o n d a n c e g e n e r a l e , L e t t r e X I . 29 3. I b i d . I I I . p . 8 7 - 8 8 . I n t r o d u c t i o n aux u r a n o l e s n P r i n c i p e s . f 4 . I b i d . 5, Ibid-rXVIII. p.339. L e t t r e s a F a l c o n e t , L e t t r e X I V . 42. considerations a ce sujet: i l meprise l a vanite qui est aussi vide que l a derivation du mot imp1ique, mais i l veut toujours encourager iesrespect de s o i . Diderot ne peut " s o u f f r i r en aucune circonstance qu* on mette l'homme a quatre pattes..*"1-et c'est i a raison qui distingue l'homme des animaux. Diderot en veut a un mflthodiste qui a mis dans son systeme 1' homme a l a tete des-quadrupedes: "C'est en vain que la raison sublime dont i l est doue se r e c r i e contre l a denomination d' animal.. La raison n' est suivant e l l e , qu' un i n s t i n c t plus p a r f a i t ; " 2 et Diderot lui-meme d i r a cela plus tard - comme nous 1' avons vu. 3 Mais toute l a Promenade du Sceptique est une g l o r i f i c a t i o n de l a raison humaine: Diderot en veut a l a r e l i g i o n parce qu' e l l e n& est pas raisonnable. Dans ses "Pensees detachees sur l a Peinture," Diderot remarque avec raison: "presque toutes les figures antiques ont l a tete un peu surbaissee. C est le caractere de l a r e f l e x i o n ou de l a qualite propre a. 1' homme; 1' homme est 1' animal / / 4 ref lechissant." S' appuyant sur cette admiration de la raison, Diderot souvent eleve 1' homme a une hauteur immense. IT enumere les grandSf.'. hommes prives de l a vue et suggere que "les dieux jaloux les en priverent de peur d' avoir des egaux 5 parmi les mortels." II dit ddj un tableau: "Quand on'a f a i t 1. Ibid.XVIII. p.239, Lettres d Falconet, Lettre XIV. 2. Ib4d.-II. p.44 - De 1' Interpretation de l a Nature. 3. Ibid.II. p.341.Refutation suivie de 1'ouvrage d'Helvetius i n t i t u l e 1'Homme. v .p..23,dans cette etude. 4. Ibid. XII. p.118. (5. Ibid.I.p.307.Lettre sur les aveugles. 43. cela je ne sais plus ce qui i l y a d'~ impossible." 1 Dans 1' Essai sur les Eegnes de'Claude et de iMeron, i l eleve le sage au-dessus des dieux "sage par leur nature, sans e f f o r t y 2 et sans merite." Mais ce respect de l a raison ne va pas jusqu& a l a vanite': "Sans doute i l y a des choses superieures a notre raison" et quelquefois meme nous ignorons les choses que l a raison l i b r e des prejuges nous d i r a i t , car Diderot se rend compte des faible s s e s de 1 T homme - quelquefois attribue's par l u i au manque de soumission des passions. Dans le conte bleu 4 * * 1" Oiseau blanc, le prince Genistan, qui va chercher l a fee verit e , d i t : "et comme je n' etais occupe d' aucune passion qui_.m* eloignat de son sejour, je n' eus presque aucune peine a l a rencontrer." Quelque p a r t 0 i l se moque de l a vanite d* un auteur qui met une enorme distance entre 1* homme et les animaux: "Si 1' auteur y avait bien regarde, i l aurait vu que cet orguellleux bipede e t a i t a peu pres dans l a regne animal ce que le T i t i a n est entre les peintres, i n f e r i e u r a chacun et meme a plusieurs, s i 1' on considere ses facultes separees; superieur a tous, s i on les considere reunis. La raison, arm.ee d» une pierre et d' un baton, est seule plus forte que tous l e s i n s t i n c t s animaux," et Jacques d i t a son 1. Ibid. X. p.370. Salon de 1765. 2. Ibid. I I I . p.211. V.aussi XI.pp.101-102, Salon de 1767. 3. I b i d . I I . p.97. Introduction aux grands Principes. 4. Ibid. IV. pp.399-400. 5. Ibid. IV. p.94. Miscellanea philosophiques. 44. maitre, parlant de cette meme facul t e : "on suit sa fantaisie qu* on appelle sa raison, ou sa raison qui i i ' est souvent qu* une dangereuse fan t a i s i e qui tourne tantot bien, tantot mal." 1 La jeune f i l l e aveugle dans l a Lettre sur les Aveugles est "revoltee de l a (Contradiction de nos jugements: i l l u i p a r a i s s a i t presque indiffe"rent d' etre lou^e ou blamee par des etres s i inconsequents. " 2 Une inconsequence frappante que Diderot n * a pas manque de remarquer, c* est que "1* homme ambitionne l a superiorite meme dans les plus p e t i t e s choses" -i l veut que les autres tolerent ses vues, i l veut meme les dominer, mais i l ne veut pas tole r e r les autres: " t e l l e est notre vanite' que ce qui nous convient est "a notre jugement, ce qu' i l y a de mieux." II y a des occasions quand notre imagination, eomme Pascal 1* a appelle, 1* importe beaucoup sur notre raison. Diderot, dans l a Lettre sur les Aveugles reiaarque que "les signes exterieurs de' l a puissance, que nous affectent s i vivement n' en imposent point aux aveugles. La notffio comparut devant le magistrat comme devant son semblable'.' Et pourquoi 1* homme ne re u s s i t - i l dans beaucoup d* ouvrages aussi parfaitement que l a nature? C est que " l a nature est o p i n i a t r i e t lente dans ses operations... L 1 a r t , au contraire, se hate, se fatigue et se relache." Et nous pouvons appliquer cette idee a l a po l i t i q u e de Diderot, car souvent i l exprime 1. Ibid. I I I . p.19 - Jacques le E a t a l i s t e . 2. I b id. XI. pp.126-127 - Salon de 1767. 3. Ibid. IV. p.20 Miscellanea philosophiques. 4. Ibid. >I>I. p]>2®6- Pensees detachees sur- l a i'-einturo 5. I bid. I I . p.35. -De 1* Interpretation de la Nature. XXXVII 45. son des i r que toute innovation so i t l en te , que des idees nouvelles penetrent profondement toute une nation avant leur app l i ca t ion prat ique. C* est l a taehe de 1* homme d ' *Stat non simplement de fa i re des lo.-is mais de modeler l e sentiment pub l ic car en ce cas 1' homme d* etat sera force par 1* opinion d T accomplir cette p o l i t i q u e : v o i l a l a part d' Education. est une idee indispensable a une connaissance approfondie de l a phi losophie po l i t i que de Diderot. Mais Diderot regarde toutes les fa ib lesses humaines avec une bonte de coeur tout a f a i t digne-d* un grand p h i l o -sophe - et cette b ienvei l lance est le resu l ta t de sa doctr ine deterministe qui l u i a appris "a v o i r l e bien et a fermer les yeux sur le m a l , " 1 car 1* homme n ' est pas l i b r e : s* i l f a i t le bien ou s' i l f a i t le mal, c* est sans ef for t et de l a une sorte de philosophie ple ine de commiseration, qui attache fortement aux bons, qui n* i r r i t e non plus contre le mechant que contre un ouragan qui nous rempli t l e s yeux de poussiere. II n 'y a qu'une sorte de causes, a proprement pa r l e r ; ce sont les causes physiques. II n&y a qui, une sorte de necessite"; c ' est l a meme pour tous les e t res , quelque d i s t i n c t i o n qu* i l nous p la i se d' e t a b l i r entre eux, ou qui y so i t reellement. V o i c i ce qui me r e c o n c i l i e avec le genre humain, c ' est par cette ra ison que je vous exhortais a l a phi lanthropie ." C est l a le secret de l a bonhomie de 1. Ibid.XII. p.78. Pensees detachers sur l a Peinture. 2. Ibid.XIX. p.436. Correspondance generale. Lettre XI. a Landois. 46. Diderot, mais quand i l e t a i t lui-meme l a dupe de ceux q u ' i l ne dedaignait pas d' aider et dont i l recut comme recompense's des iniiures. Heme quand ses propres amis les plus intimes l e blessaient de mots durs, i l se souvenait du r e f r a i n consolant de Jacques et domptait sa s e n s i b i l i t e en se disant: " i l faut interpreter sa langue par l e caractere.''^ Mais cette doctrine le /feecoma i it fie r non seulement avec l e s autres, mais aussi avec lui-meme: " i l faut que ce qui est s o i t , bien ou mal," 2 - i l ne 3 faut done "se repentir de r i e n . " Diderot est tout a f a i t convaincu qu' a i n s i q u ' i l y a le bien et le mal dans le monde physique, i l y a aussi deux principes dans le monde moral, qu* i l ne separe pas toute-4 f o i s du monde physique, 1' un bienfaisant et 1* autre mal-faisant, tous les deux inseparable et necessaire. Et pourquoi vouloir changer ce qui est necessaire? Tout se tient dans 1' univers et s i vous voulez changer meme l a plus petite chose, "vous renversez 1' ordsre general" 4 et peut-etre renonce-t-on a sa propre existence I Souvent Diderot revient a cette idee que l a nature a "pose une li m i t e au bonheur et au malheur des especes,"^ l i m i t e que, malgre tous nos e f f o r t s nous ne pouvons f r a n c h i r . Quoique ces deux principes existent, l a source 1. Ibid,XIX. p.437 - Correspondance general®.Lettre XI. a landois. £. Ibid.XVIII.p.518.- Lettres a Mile. Volland. Lettre XLVII. 3. Ibid.XIX. p.436. Correspondance ge'ne'rale.'Lettre XI.a. Landois. 4. Ibid.V. p.397. Le Neveu de Rameau. 5. Ibid.VI.pp.445-446. Miscellanea l i t t e r a i r e s ^ V.aussipp.439-ii i s c e l l a n e a l i t t e r a i r e s . 47. des actions bonnes et rnauvaises est l a meme: 1* energie. "Si les raechants n' avaient pas cette .energie dans le crime, les i bons n* auraient pas l a meme engrgie dans l a vertu en cherchant a QU amender [l'hommej d' un cote, vous le degradez de 1' autre," 1 et "les hommes destines par l a nature aux tentatives hardies ne sont p&ut-etre jetes les uns du cote, deu.l'l'hofi'nexir^eles autres du cote de 1' ignominie, que par des causes bien independantes d' eux ! ,l et comme nous le verrons Diderot donne au leg i s l a t e u r et au precepteur l a tache de d i r i g e r cette energie vers l a vertu, en se servant de 1*interet et de l a c u l t i v a t i o n du jugement. Et cette energie est mise en action par les maux de l a vi e , car i l s donnent naissance aux actions heroiques - s i l a tache au l e g i s l a t e u r et au precepteur est'complete. 2 Mais cette tache n' est pas grande, car Diderot a une confiance i n f i n i e en l a bonte des hommes: "les hommes de bien sont plus reellement hommes de bien que les mechants ne sont vraiment mechants." "Y a - t - i l , c r i e - t - i l , sous le c i e l quelque autre chose que l a vertu qui puisse inspirer un enthjaas&ais.me durable et v r a i ? " 4 Dans son ouvrage, ffe l a -5 • Poesie dramatique, i l a confiance en 1* appel e f f i c a c e de l a vertu au theatre ou" i l intr o d u i t le genre serieux qui preche 1.Ibid.XVIII. Lettres a Mi l e . Volland. Lettre XLV. p.497. 2.Ibid.. XIX. pp. 150-151. Lettres S Mile, volland. 3.ibid. VII. p.127. Dorval et moi. 4.Ibid. XVIII. p.497. Lettres a Mile. volland. 5.ibid. VII. p.310. 48. l a vertu aux hommes - l a vertu, qui est naturelle aux hommes} " 'La nature humaine est done bonne?* - Oui, mon ami, et tres bonne. L' eau, l ' a i r , l a terre, le feu, tout est bon dans l a nature. Ce sont les miserables conventions qui pervert-issent l'homme, et non l a nature humaine qu' i l faut accuser.^ II o f f r e des examples sans nombre de cette bonte inherente de l'homme, l ' h o s p i t a l i t e des Tait i e n s , l e s montagnards barbares, et les Iroquois - omi, les Iroquois, car c*est l a r e l i g i o n , 3 qui leur a inspire l a vengeance et l a trahison. II est v r a i que plus taitd dans sa vie, Diderot semble hesiter a donner. • aux hommes cette bonte i n f i n i e , mais v o i c i ou. l'homme Denis Diderot perce a travers le"philosophe" - meme cette grande oeuvre de l a nature n' est pas p a r f a i t e . II est tres convaincu de sa donctine deterministe mais Rouseau l ' a tant maltraite q u ' i l semble se douter que les hommes sont profondeinent mechants - sa f o i chancelle un peu: 1' homme ne vja-irtt r i e n , d i t - i l , mais chaque homme nait avec des aptitudes bien-faisan t s s ou malfaisantes - peut-etre le plus souvent mal-faisantes, l u i semble-t-il dans ces moments passimistes. Mais nous pouvons, je pense, regarder c e c i comme un etat d' e s p r i t passager. Mais malgre' cette confiance sublime dans ses semblables, Diderot n' attend pas trop de l'homme: "Exiger l . I b i d . VII.p.127. Dorval et moi. 2.Ibid.p.312 - De l a Poesie dramatique. v.aussi XIX.p.7. Lettres a Mile. Volland. Cel&pourrait sembler une etrange confusion de l a nature humaine et de l a nature physique, mais peut-etre pourrait-49. trop de 1' homme, ne serait-ce pas un moyen de n T en r i e n o b t e n i r ? " 1 et i l blame le rigourisiae du stoicisms, doctrine peu d* accord avec l a nature humaine - dont i l y a cependant beaucoup de choses qu' i l admire: surtout cette resignation aux choses eomtae e l l e s le sont, et cette amitie avec l a mort. 2 La morale de Diderot est simple et n a t u r e l l e . II c r o i t a une conscience morale, aussi forte chez les sauvages que chez-aous: "Dans les societes corrompues, les avantages du vice sont evidente, son chatiment est au fond du coeur, on ne 1' aper-co i t point. G* est presque le contraite de l a v e r t u . E t Cette conscience morale nait dans tous les hommes, car i l s ont tous l a meme organisation, et c' est e l l e qui r"§gle l a conduite de tous les hommes, modifiee par 1* education et l a l e g i s l a t i o n . C* est cette idee d* une morale universelle qui fraye le chemin au sentiment f r a t e r n a l de Diderot, qui p^ne'tre s i profontement sa p o l i t i q u e . Les hommes "ont tous les memes id6es de l a j u s t i c e , de l a bonte, de l a commistrati on de 1' amitie, de l a f i d e l i t e , de l a reconnaissance, de 1' on l a rapporter a cette i d e n t i f i c a t i o n du monde moral et physique, p a r t i c u l i e r e a Diderot. Par exemple, l a Lettre  sur les Aveugles rappor'te les idees morales au developpement (^unddTps — des sens - et nous avons vu que l e s idees de l a da s i j c e dependent de 1'organisation du corps. 3. XIX. p.7 - Lettres a Mile. Volland. 1. Ibid. I I I . p.344 - Essai sur les Kegnes de Claude et de Nero n. 2. Ibid. XI. pp.229-230 - Salon de 1767. v.aussi "VII. p.224 -• i e Pe*re defSmille . . . 3. Ibid. I I I . p.252 - Essai sur les Regnes de Claude et de iMeron. 50. ingratitude, de tous les vices, de toutes les vert us,"'*' et 1' origine de cette unanimite de jugement, s i constante et s i generale, c T est dans 1' homme , une cause aussi durables, que ce jugement. A i n s i Diderot se moque souvent de l a morale contemporaine, 1' effet d' une cause locale et p a r t i c u l i e r e -incomprehensible a quelques mille s de distance chez les Tai'tiens, incomprehensible meme en France chez l e s aveugles, car que devient, par exexaple, l a modestie chez un aveugle? Quelle f a i b l e morale que c e l l e qui chancelle devant les plus legers modifications dans l e s conditions. G* est seulement une morale universelle. qui peut reunir les hommes, c' est auusl l e premier pas vers 1* e g a l i t e — un preliminaire necessaire a une e'galite' quelconque. —1. -Mi s c E L L f l N / . n 51. Chapit re I I . La societe. Nous avons vu que Diderot se rendait compte que le but des hommes, c* est de se rendre heureux, soit dans ce monde-ci, s o i t dans 1' espoir d' un autre monde: "Si l a nature, le t r a v a i l ou l'occasion m'offre le moyen d'etre heureux, je le s a i s i r a i , je le s a i s i r a i v i t e , je ne crai n d r a i pas de manquer de desirs."'*' Ce de"sir du bonheur est une partie de l a nature humaine qu' i l regarde comme independante du milieu: "II n'est pas du bonheur et du malheur a i n s i que des tinebres et de l a lumiere: l'un ne consists pas dans une pr i v a t i o n pure et simple de 1'autre: Peut-etre eussions-nous assure que le bonheur ne nous e t a i t pas moins e s s e n t i e l que 1' existence et l a pensee, s i nous en eussions joui sans aucune a l t e r a t i o n ; mais je n'en peux pas dire autant du malheur. II eut ete tres naturel de le regaider comme un etat force, de se sen t i r innocent, de se cr o i r e pourtant coupable, et d' accuser ou d'excuser l a nature, tout comme on f a i t . " 2 Ce bohheur est, d'une facon generale, le meme chez tous les homines? i l s onfe tous le memes besoins, les memes peines, les memes p l a i s i r s , suite d'une organisation presque 1. Refutation de l'ouvrage d*Helvetius e n t i t u l e 1'Homme, II. p-.359. 2. Lettre sur les Aveugles, 1.324. 52. A /A l a meme c h e z t o u s . 11 e s t v r a i que c h a c u n a s e s g o u t s p e r s o n n e l s : "11 n'en f a l i a i t pas d a v a n t a g e p o u r me f a i r e s e n t i r combien l e b o n h e u r d'un homme d i f f e r a l t d'un a u t r e e t p o u r me d e g o u t e r de t o u s c e s t r a i t e s du b o n h e u r q u i ne s o n t j a m a i s que 1 T h i s t o i r e de ceux q u i L e s o n t f a i t s . " 1 Ces g o u t s s o n t l a s u i t e de q u e l q u e s p e t i t e s d i f f e r e n c e s d ' o r g a n i s a t i o n , e x p l i q u e e s p a r D i d e r o t en comparant l a r a i s o n a t o u t e l a d i v e r s i t e de I s i n s t i n c t des animaux: "De l a v i e n t que s o u s l a forme b i p e d e de l'homme, i l n'$t a aucune b e t e i n n o c e n t e ou m a l f a i s a n t e dans l ' a i r , ou au f o n d d e s f o r e t s , d a n s l e s eaux, que vous ne p u i s s i e z r e c o n n a i t r e : i l y a 1 T homme l o u p , l'homme t i g r e , l'homme r e n a r d e t c . , J L a a s i , a u t a n t d'hommes, a u t a n t de c r i s d i v e r s " 2 - e t c e s e r i s d i v e r s e x p r i i a e n t a u t a n t de g o u t s d i v e r s . M a i s s a n s d o u t e i l y a c e r t a i n e s c h o s e s f o n d a m e n t a l e s q u i s o n t n e c e s s a i r e s au b o n h e u r de c h a c u n a v a n t q u ' i l p u i s s e s a t i s f a i r e a s e s a p p e t i t s p a r t i c u l i e r s . De p l u s , i l se p e u t que c e s a p p e t i t s p a r t i c u l i e r s s o i e n t h o r s de l a p o r t e e d'un i n d i v i d u q u e l c o n q u e s a n s l e s e c o u r s de ses s e m b l a b l e s . D i d e r o t c r o y a i t que l e s hommes e t a i e n t a u p a r -a v a n t une m u l t i t u d e d ' e t r e s i s o l e s , c h a c u n se p o u r v o y a n t des c h o s e s e s s e n t i e l l e s ei l a v i e , de l a n o u r r i t u r e e t d'un a b r i d e s s e l e m e n t s de l a n a t u r e , c e t t e n a t u r e c r u e l l e , en 1. Le t e m p l e du b o n h e u r . v l . p . 438. 3. M i s c . l i t t . V I . p.304. meme temps "notre mere commune et notre infa'tigable ennemi," 1 cette nature qui devait dire a Alf r e d de Yigny: "Je n'entends n i vos o r i s n i vos soupirs; a peine Je sens passer sur moi l a cornedie humaine." Diderot cr o y a i t sans doute que les hommes sont l a production naturelle des conditions qui l e s environment et q u ' i l s se sont adaptes peu a peu jusqu'a. ce q u ' i l s aient trouve une forme qui pouvait subsister - et, dans ce sens, l a nature est leur mere commune. Mais cette forme n'est pas necessairement l a plus p a r f a i t e : ce n'etait que le premier e f f o r t reussi, apres un nombre i n f i n i d'efforts manques - et, tout comme l e s productions des hommes. sont d'abord imparfaites et prim i t i v e s , quoiqu'ils reussissent et servent a leur but -r mais peut-etre @veodgrandeidifficu&teq^iaahMiidette production de l a nature, l'homme, est une forme qui peut subsister, mais avec grande d i f f i c u l t e , et qui attend la perfection, uette production primitive a pu subsister a cause de quelques qualitess auxquelles l a nature e t a i t favorable, malgre l a majorite** a laquelle e l l e s'opposait, car au commencement des choses i l y avait des individus dans lesquels ces quelques qualites etaient assez fortes pour vaincre les d i f f i c u l t e s et pour perpetuer. Et ces d i f f i c u l t e s etaient d'autant plus accablantes dans l'enfance, et impossibles a. vaincre chez des hommes qui n'avaient pas l a force necessaire pour c r i e r 1. Plan, d'une universite pour le gouvernement de Kussie I I I . p.429. 54. cette balance, qui a lmeu quand l a concentration de l a force de ces qualites convenables est assez grande pour vaincre leur i n f e r i o r i t e numerique aux qualites peu convenables au m i l i e u . A i n s i , ce que nous appelons le mal dans 1'univers n' est que cette p a r t i e de l a nature avec laquelle nous ne coexistons pas, parce que notre adaptation a notre m i l i e u n'est pas parf a i t e et complete. Diderot d i t de cet ordse general: "vous le trouvez alternativement beau ou l a i d , selon que vous coexistez avec l u i , d'une maniere agreeable ou p£n-ible.""*" De la. l'idee que cette nature est notre maiatre plutot que notre mere, car i l faut que nous, ses infants, l u t t i o n s contre e l l e des notre plus tendre enfance. Tant que cette forme humaine ne sera pas absolument d'accord avec l e s conditions qui l'environne, e l l e s o u f f r i r a . Avec le temps 1'evolution l a perfectionnera - cette Evolution qui ne f i n i r a jamais, car ce n'est pas seulement nous qui changeons: mais ce m i l i e u , auquel nous tachons de nous adapter, change, l u i aussi - constamment. Le principe nialfaisant n'est vraiment que le r e s u l t a t des qualites humaines qui ne se sont pas encore adapters a l a nature. 2 A i n s i c'est r i d i c u l e de dire d'une maniere absolue &&§ iCtfie-Sct notre m>ili^u aulp©st mauvais quand ce n'est que 1. Salon de 1767, XI. p.104. 2. Lettres a Mile. Volland, XIX. Lettre LXXXVII, 21 j u i l l e t 1765. pp.150-151. 55. notre rapport avec l u i qui n'est pas p a r f a i t . Comment dire qu'un Soulier est mauvais parce q u ' i l ne nous va pas bien: c' est r i d i c u l e parce que ce meme Soul ier conviendrait peut-etre parfaitement a quelqu'un d'autre, a i n s i que cet ordre d i t malfaisant conviendrait a une espe*ce qui co e x i s t e r a i t avec e l l e . II est r i d i c u l e de dire que le t o u r b i l l o n est "une image passagede du chaos suscitee fortuitement au milieu de 1'oeuvre merveilleuse de l a creation"- 1- - simplement parce que nous ne nous sommes pas adaptes a e l l e . A une phase quelconque d'adaptation dans 1'evolu-ti o n d'une espece quelconque, tous les etres appartenant a cette espece coexistent de l a meme maniere avec l a nature, et tant que cette adaptation ne change pas ostensiblement, le bonheur de cette espdce ne change pas, car ce principe d i t malfaisant reste ostensiblement constant. Cette idee donne naissance a ce principe auquel Diderotr'teyient s i souvent: 'TI m'est souvent venu dans l a pensee que l a somme des maux et a i t variable pour chaque i n d i v i d u : mais que le bonheur ou le malheur d 1 une espece animale quelconque avait sa l i m i t e qu'elle ne pouvait f r a n c h i r , et que peut-etre nos e f f o r t s nous rendaient en dernier r e s u l t a t autant d'inconvenient que d'avantage; en sorte que nous nous etions bien tourmentes pour a c c r o i t r e les deux .membres d'une equation entre lesquels i l s u b s i s t a i t une eternelle e t necessaire e gal its', " car, 1. Salon de 1767, XI. p.108. 2. Supplement au voyage de Bougainville, I I . pp.248-249. 56. malgre tous nos e f f o r t s pour vaincre l a nature, nous ne pouvons pas hater cette. evolution dont l a lenteur nous £carte d'une adaptation p a r f a i t e "a l a nature - et, done, du honheur. Ai n s i l e s Grecs anciens, dont les e f f o r t s n'etaient pas s i e"tendus que les n i t r e s , n'etaient n i plus n i moins heureux que nous. 1 De plus, le bonheur est le meme d'une espece a 1'autre7 car, meme s ' i l s n'ont pas tous le meme nombre de facultes convenables au mi l i e u - et ces fa c u l t e s varieront selon 1'espece - n€anmoins i l s suppleiront a ce d e f i c i t numer-ique par l a force de ces qualites auxquelles l a nature est favorable. Mais quoique "la.nature a i t pose une l i m i t e au bonheur et au malheur des especesy a neanmoins c e l u i des individus peut varier - i l peut s ' a c c r o i t r e . Pendant l e s premiers giges, l e s hommes ont, selon Diderot, l u t t e separement contre l a nature, mais souvent i l s ont p e r i , car l a nourriture e t a i t d i f f i c i l e a obtenir, et l ' a b r i des elements n'e"tait pas toujours a leur d i s p o s i t i o n , et i l s ont l u t t e non seulement contre l a nature, mais aussi contre des etres qui, eux aussi, se sont adaptes a cette nature: les betes sauvages qui, souwent jSlus f ortes ont devore les hommes: "l'homme eut a disputer l a foret au t i g r e . " ^ Cette l u t t e peu favorable contre l a nature 1* l i s etaient organises comme nous car l a nature n'a pas change beaucoup dans cette courte espa'ce de temps . 2. Misc. l i t t . VI. p.439. 3. M i s c . l i t t . VI. ppp.445-446. 4. Refutation suivie de 1'ouvrage d'Helve'tius i n t i t u l e 1'Homme. II. p.389. 5 7 . et contre les etres des autres especes, a porte l e s hommes a se reunir pour l u t t e r avec plus d'avantage pour leur bonheur, car i l s se rendaient compte que leurs besoins physiques etaient les mimes et pouvaient etre vainous par leur force reunie. l i s se rendaient compte aussi de I'identity de leurs idees de l a jus t i c e et de l a morale, toujours inh^rentes en eux, et i l s ont reunis done non seulement leur force physique, mais aussi leurs volontes, basees sur ces idees: "Apres les besoins du corps qui ont rassemble les hommes pour l u t t e r contre l a nature, leur mere commune et leur infatigable ennemi, r i e n ne les approche davantage et ne les serre plus etroitement que les besoins de l'ame."1 Et tous ces besoins ne sont que des aspects d i f f e r e n t s de ce d ^ s i r d'etre heureux: "Ne savez-vous que vous voulez etre heureux, que l e s autres ont le meme desir que vous, q u ' i l n'y a de f e l i c i t e " vraie pour vous que par le besoin que vous avez l e s uns des autres, et que par le secours que vous esperez de vos semblables et q u ' i l s attendent de vous." Par l e moyen de l'union, done, les hommes peuvent atteindre aux choses fondamentales et es s e n t i e l l e s au bonheur de chacun, le vrai-ybut de l a societe - tache curieusement d'autant plus d i f f i c i l e que l a societe est nombreuse: "partout ou l a popula-t i o n surabonde, l a nature est l a plus f o r t e : l a societe est dans une l u t t e continuelle avec e l l e , c'est un etat ou l'on 1. Plan d'une universite pour l e gouvernement de Russie, I I I . , D 4 2 9 . 2. Misc. P h i l . IV.93. 58. dispute son existence et on l'on n ' a guere le temps de s' appliquer a autre choses."V On ne peut s'occuper que des besoins l e s plus p r i m i t i f s : l a nourriture et l ' a b r i . Mais i l faut qu'une societe soit absolument reunie pour triompher de ses ennemis ^ e l l e doit fonctionaer eomme une seule machine: "L' independence absolue d'un seulv....est p incompatible avec l'idee de tout." Nous avons vu que dans le A. / *> Reve de d'Alembert, Diderot a nie 1'existence des individus, et i l a indigue* par l'analogie de l a grappe d''abeilles, 1' influence des actions d'une pa r t i e du grand tout sur 1'autre. 4 Mais non seulement f a u t - i l que les hommes trav-a i l l e n t harrnonieusement pour leur but commun et que personne ne s'y appose, mais i l est aussi necessaire que tous t r a v a i l l -ent. Selon Diderot, c'est un crime que de quitte r l a societe et de se r e t i r e r dans une solitude obscure: "II y a dans le stoi'cisme un e s p r i t monacal qui me d e p l a i t , d i t i l , aime le sage en Evidence , comme l'ath l e t e sur l'arene."^ Dans quelques circonstances que ce s o i t , i l ne faut pas "rompre avec le genre humain pour s' enterrer dans une sol i t u d e " -et toute sa p o l i t i q u e est, en un mot, l a c u l t i v a t i o n de ces affections sociales. I l c r o i t que, puisque tous les hommes sont, d'une facon generale l e s memes, ce qui est bien pour l'un est bien pour tous - mais qu' est-ce qui a r r i v e r a i t s i 1. Misc. P h i l . IV.p.93. 2. De l S i n t e r p r ^ t a t i o n de l a .Nature, I I . p. 15. 3. I I . p. 139. 4. I I . pp.125-127. . 5. Essai sur les regnes de Claude et de iMeron. I I I . p.221. 59. tout l e monde q u i t t a i t l a societe? Puisque l a societe doit rendre a chacun une mesure de bonheur plus sure et plus grande, c'est juste que chacun a i t des devoirs envers e l l e - et Diderot, les d e f i n i t a i n s i : le devoir de l'homme, c'est "de se rendre heureux. D'ou derive l a necessite de contribuer au bonheur des autres, ou en d'autres termes d'etre vertueux." 1 A i n s i , chaque devoir de l'homme est l a suite inevitable de ce but naturel des passions, d'etre heureux: pour suivre l a voix de la nature, i l faut remplir des devoirs, qui ne sont que l a contribution au bonheur des autres, e s s e n t i e l a notre propre bonheur: "l'homme le plus heureux est c e l u i qui f a i t le bonheur d'un plus grand nombre d'autres." 2 A i n s i , en suivant l a nature, on devient vertueux. Quand Diderot dit"soyez vertueux", i l d i t en effet "suivez l a nature" car l a nature nous exhorte au bonheur, impossible & atteindre, sauf dans une societe' ou chacun coopdre au but general - ou chacun donne du secours a. son semblable. Et ce bonheur est, par le moyen de 1'education, un bonheur raisonne, car i l ne faut pas preferer le bonheur d'un moment a. c e l u i de l a v i e . Nous avons dit que le bonheur des hommes est di f f e r e n t , mais ces gouts ne devraient pas etre n u i s i b l e s au bien general, car s ' i l est legitime qu'un homme tache par ex-emple, d'accumuler des richesses, et s a c r i f i e a ce desir ses semblables, i l est sans doute legitime que tous dirigent leUrs 1. Introduction aux grands principes, I I . p.85. 2. Dorval et moi, I I . p.85. 60. e f f o r t s vers oe meme but. Enjgin tout ordre sera d e t r u i t dans cette societe: virtuellement un etat de guerre c i v i l e existera - et, c'etite. union une f o i s detruite, l a force des hommes a f f a i b l i r a et leur ennemi commun les renversera - car ceux qui perdent cette l u t t e pour l a richesse seront sans ressource et l a faim e t le f r o i d les atteindra. Quant a. ceux qui L'emport-ent, i l s seront un tres p e t i t nombre et impuissants sans les secours de ceux q u ' i l s ont accablss; quelques individus i s o l e s , et pas plus proches de ce bonheur e s s e n t i e l a l a nature qui • leurs semblables i l y a quelques m i l l i e r s d'annees. A i n s i , toute esperance se trouve dans cette contribution au bonheur des autres, dans cette preference du bien general au bien t! p a r t i c u l i e r , en un mot dans l a vertu, qui n'est done qu'un s a c r i f i c e de soi-meme""'' mais se s a c r i f i c e est necessaire pour atteindre au but de l a nature: "soyez done bienfaisants, tandis que vous et e s . " 2 Et Diderot porte cette bienfaisance dans tous les aspects de l a vie, par example, dans l a c r i t i q u e de l ' a r t , i l c r a i n t de contrister d'honnetes gens qui se sont epuises de fatigue pour nous p l a i r e . Parce qu'un tableau n'aura pas f a i t notre admiration, f a u t - i l q u ' i l devienne l a honte et le supplice de l ' a r t i s t e Qu'un morceau de t o i l e s oit barbouille' ou qu'un cube de marbre soit gate, qu'est-ce que cette perte en comparison du soupir amer qui s'echappe du 1. Eloge de Richardson, V. p.214. 2. Misc. P h i l . , IV. p.93. 61. coeur de l'homme a f f l i g e ? " 1 Enfin, i l rend a l a vertu a i n s i concue ce grand t r i b u t : "Rapportez tout au d e r n i e r moment, a ce moment ou l a memoire des f a i t s le plus eclatants ne vaudra pas le souvenir d'un verre d'eau presente p a r human i t e a" c e l u i qui avait s o i f . " 2 Et cette bienfaisance e s t d'autant plus f a c i l e qu'on croit.au determinisme. 3 C'est cette vertu q u i ' l i e les hommes ensembles, - sans e l l e , l e chaos: " l a b i e n f a i s -ance et l'humanite' l i e n t [ l e s homines/ par d'aimables chaTnes"4 - oui, des chaines: " l e devoir est un maltre dont on ne saurait s'affranchlr sans tomber dans le malheur; c'est avec l a chaine du devoir qu'on brise toutes les autres."5 A i n s i ce devoument aux devoirs est un es s e n t i e l a l a socie'te'' et a. son but. Mais dans l a societe*, le grand ouvrage, cette l u t t e contre l a nature, est partage entre tous les membres et chacun a done des devoirs p a r t i c u l i e r s . II y a ceux qui fourragent: les agriculteurs et les chasseurs: CJe cours apres une idee, parce qu'un miserable court apres un l i e v r e pour moi." II y a aussi le cours d'observation; l e s sage qui donnent leur c o n s e i l . II y a ceux q u i donne de 1' amusement: les gens de l e t t r e s "qui, dans l a suite, f i r e n t respecter leur emploi, parce que, sous pretexte d'amuser et de delasser le peuple, i l s 1 ' i n s t r u i s i r e n t , i l s chanterent des l o i s , i l s encouragerent au t r a v a i l et a l'amour de l a p a t r i e . . ^ 1. Salon de 1763, X. p.226. ~ 2. le Pere de fa m i l i e , Epitre dedicatoire, VII. p.184. 3. Correspondance general, XIX, p.93. 4. Misc. P h i l . IV.^p.110. 5. Essai sur l e s regnes de Claude et de Neron, I I I . p.314, sLXVUI. .6. Salon de 1767, XI. p.205. Dans un. t e l systerae, i l est r i d i c u l e d 1 avoir des soldats, car tous les homines sont des soldats contre un ennemi coraraun: l a nature. De plus, toute guerre est c i v i l e , et quand les hommes sont dechires par les lutt.es c i v i l e s , i l s ne peuvent pas l u t t e r avec avantage contre leurs ennemis. Dans cette l u t t e pour le bonheur, non seulement f a u t - i l que tous soient vertueux, mais i l faut aussi que tous solent l i b r e s , car "pour etre heureux, i l faut etre l i b r e : le bonheur n'est pas f a i t pour celui qui a d'autres maitres que son devoir."'*' C'est l'idee p r i n c i p a l e du s t o i c i e n , qui, pour etre parfaitement heureux, veut etre maitre de lui-meme, "qui n'est abattu ni e n o r g u e i l l i par les evenements; qui dedaigne tout ce q u ' i l n'est n i le maitre de se procurer, n i le maitre .de garder, et pour qui le mepris des voluptes est l a volupte' mime." Done, pour atteindre au bonheur,dilqne faut pas contrar.i;ea? ce sentiment naturel de l a l i b e r t e - et, apres tout, le but de l a societe n'est pas le bonheur de quelques-uns, mais le bonheur de tous. De plus, nous avons d i t que chacun, sans exception, doit lutter contre l a nature pour le bonheur - et puisque l'esclave ne doit avoir cette recompense, pourquoi d o i t - i l l u tter? Car, sans doute, le plus grand ressort est 1'interet general qu'on ne peut pas v e i l l e r a l'un sans v e i l l e r a. l'autre. Mais dans le cas d l'esclave, ce nest pas le cas. 1. Essai sur les regnes de Claude et de JMeron, I I I . p.314. . **LXVIII. 2. Essai sur l e s regnes de Claude et de Keron, I I I . p.314, *LXVIII. 63. Au contraire, s ' i l l u t t e pour I'interet general i l se s a c r i f i e aucune recompense, car ses maitres, qui sont vraiment ses semblables, l'enchaineront et le priveront de son heritage naturel s ' i l s triomphent. La l i b e r t e est done une condition necessaire a 1*execution du devoir. D'une facon speciale, les romains se rendaient compte de cette v e r i t e , et i l s ne permettaient pas aux esclaves de s e r v i r dans l'armee: i l s preferaient comme soldats les grands proprifStaires fonciers, les grands seigneurs, car ceux-ci l u t t a i e n t non seulement pour Rome, mais pour leur propri6t6. Mais i l s ne se rendaient pas compte q u ' i l est tout aussi dangereux d'introduire des esclaves dans l a societe q u ' i l 1'est de les introduire dans l'armee: le resultat doit etre le meme a* l a f i n . Mais souvent i l y a des esclaves dans l a societe', meme quand 1 ' i n s t i t u t i o n de l'esclavage n'est pas reconnue. Diderot exprime cette pensee t r e s bien dans Jacques l e f a t a l -i s t e : "Jacques sui v a i t son maitre comme vous le votre; son maitre s u i v a i t le sien comme Jacques le s u i v a i t . - Mais qui e t a i t le maitre du maitre de Jacques? - Bon, est-ce qu'on manque de maitre dans ce monde? Le maitre de Jacques en avait cent pour un, comme vous.'T Diderot voyait le r i d i c u l e dans cette si t u a t i o n ou chacun est l'esclave de quelqu'un d'autre, tandis que tous ne devraient etre les esclaves que de l a societe, e'est-a-dire du devoir qui n'est que l a petite 1. Jacques le f a t a l i s t e , VI. p.54. 64. mesure de l i b e r t e a laquelle i l s ont ncenonce pour mieux a r r i v e r au bonheur. C'est-a-dire que chacun ne doit etre subordonne qu'a l a vertu, a 1'interest general qui n'est qu' un moyen d'arriver a. l ' i n t e r e t p a r t i e u l i e r . En d'autres termes, chacun ntest subordonne qu' a son propre i n t e r e t , qu'a son propre bonheur, qu'a l a nature humaine, qu'a soi-meme. A i n s i , s i chacun s' adonne a l a srertu et s'occupe de son devoir, l a suite inevitable sera I'ordre. Mais mal-heureusement i l y a ceux qui - faute d'education et de connais-sance quant au v r a i chemin qui meme au bonheur - tachent d' eviter leur devoir et qui nuisent a. l a societe, ce qui necessite une police et des l o i s pour maintenir l'ordee necessaire au bonheur de chacun, jusqu* a ce que les peuples se rendent compte ou se trouve le v r a i bonheur - au moyen de 1' education. Ces hommes qui s'arrogent le devoir de p o l i c e r l a societe doivent e*tre v^tus d' un pouvoir anormal sur les autres, et id^alement ce pouvoir n'est exerce que sur ceux qui tachent d'eviter leur devoir. Ces legislatemrs devraient se souvenir qu'eux aussi i l s sont subordonnes a quelque chose: leur devoir - pour 1'oubli duquel de l a part des autres, i l s sont vetus de leur pouvoir - et s ' i l s manquent eux - ikemes a leur devoir, i l s ne sont n i plus n i moins coupables que les autres. Diderot croyait sincerement que les hommes etaient capables d !exercer" ce pouvoir sans 1'abuser: les Romains r e p u b l i c a n s ne l u i a v a i e n t - i l s pas montre cela? - et quand 65. Helvetius d i t que "1* abus du pouvoir est l i e au pouvoir, comme l ' e f f e t l ' e s t a l a cause."'1 Diderot se fache. Mais i l devait dire plus tard a Vo l t a i r e " q u ' i l est rare qu'un etre passionne" [comme l e sont tous l e s hommes], quelque heureusement q u ' i l s o i t ne, ne fasse pas beaucoup de mal quand i l peut tout."^ Mais i l faut se souvenir qu'en ce moment, Diderot avait recu des injures de son ancien ami Rousseau, et i l croyalt que les hommes etaient foncilrement mechants - etat d f e s p r i t passager, comme nous avons remarque. Mais quoique Diderot se soit vraiment convaincu q u ' i l y a des hommes capables d'exercer ce pouvoir sans en abuser, neanrnoins qu'est-ce qui a r r i v e r a quand des fripons puissants par leur force seule veulent ordonner aux autres? - ce qui est a r r i v e dans les societes primitives, et ce qui a p e r s i s t e : "J'en appelle a toutes les i n s t i t u t i o n s p o l i t i q u e s , c i v i l e s et r e l i g i e u s e s : examinez-les profondement; et je me trompe f o r t , ou vous y verrez 1'espece humaine p l i e e de s i e c l e en siecle au joug qu'une poignee de fripons se promettait de l u i imposer. Mefiez-vous de c e l u i qui veut mettre de I'ordre. Ordonner, c'est toujours se rendre le fflalt*e des autres en les genant."^ Mais p u i s q u ' i l y a des hommes capables d'exercer ce. pouvoir sans en abuser, i l faut que ces hommes soient c h o i s i s par ceux sur lesquels i l s doivent exercer leur pouvoir -1. Refutation suivie^, de l'ouvrage d'helvetius etc. I I . p.389. 2. Correspondance general-, XIX. p.460. Lettre XXV. a v o l t a i r e . 3. Supplement au voyage de Bougainville, I I . p.247. 66. et amovibles, n'importe quand. G'est-a-dire q u ' i l faut remp-laaer l a force par l a jus t i c e comme base de l a societe. Les hommes qui se sont elevens par l a force et 1'injustice au-dessus de leurs semblables ne rendront aux peuples que 1' in j u s t i c e , ce qui ^ carters caiax-ci du devoument aux devoirs, en les ecartant du bonheur. ^es l ^ g i s l a t e u r s devraient avoir comme le but de tarite leur l e g i s l a t i o n le bonheur de l a societe', au moyen de l a j u s t i c e . La ju s t i c e sera rendue aux citoyens par les magistrats, les avocats, les l ^ g i s l a t e u r s et les juges d' une facon a r t i f i c e l i e , jusqu'a ce que ceux qui manquent a leur devoir, faute d'education,.aient appris le chemin au bonheur. Alors l a jus t i c e suivra machinalement l a vertu comme l ' e f f e t suit l a cause. A i n s i Diderot peut ident-1 i f i e r l e s deux: " i l n'y a qu'une vertu: c'est l a j u s t i c e . " Mais sur ces e n t r e f a i t e s , l a jus t i c e est. un encouragement neciissaire a l a vertu. Mais s i l a justice n*est pas rendue pendant l a vie a cause de .pyrans qui oppriment le peuple, celua-ci a encore un autre encouragement *a l a vertu: c'est la justice rendue apres l a mort. Les r e l i g i e u x ont reconnu 1 ' e f f i c a c i t ^ de cet encouragement et ont prornis l a j u s t i c e de Dieu comme l a recompense des bonnes actions. Mai s eette Justice, sera-t - i l d* apres nos conceptions; par exemple, Tennyson d i t : 1. Essai sur les re*gnes de Glaude et de Neuron, I I I . p.312. "Forgive what seem'd my sin in me, What seem'd my worth since I began, ' For merit l i v e s from man to man, And not from man, 0 Lord, to Thee." Comment se p o u r r a i t - i l que l a justice de Dieu fu*t l a meme que l a n6*tre, car Dieu est un e"*tre plus f o r t que nous, et, de plus, doue' de l a divinite", et les id^es de l a justice selon Diderot dependent de 1'organisation. De plus, souvent ces ef f o r t s pour p l a i r e a Dieu ne sont pas avantageux a l a socie'te: i l s menent a des guerres entre ceux qui ont des idees diffe'rentes de ce Dieu et de ce qui l u i p l a t t et qui pre'fe'rent des devoirs envers l u i a ceux envers leurs semblables - et-at d ' a f f a i r e s dangereux a encouragement•a l a vertu, l u i est funeste. Mais i l est naturel aux hommes d'esperer de 1' avenir l a justice que l a vie i c i n*offre pas, car "le present est un point i n d i v i s i b l e qui coupe en deux l a longueur de l a ligne infindie. IT est impossible de rester sur ce point et de g l i s s e r doucement avec l u i , sans tourner l a tete en ar r i e r e ou regarder en avant.""** Et, en se ramenant en a r r i e r e l'homme voit que l a justice s'est exe^cutee dans le cas de ceux qui ont vlcu avant l u i - et i l est parte a chercher dans l f a v e n i r cette ine*me justice pour lui-me*rne: "Le passe m*eclaire, je regois du present le sa l a i r e q u ' i l m* o f f r e . J~*arrache a l f 2 avenir c e l u i q u T i l me d o i t . " Ce n'est pas seulement nos 1. Lettres a Falconet. XVIII. p.112. v.aussi XVIII. p.115. 2. Lettres a Falconet, XVIII. p.119. 68. c o n t e m p o r a i n s q u i p e u v e n t r e n d r e l a j u s t i c e * c ' e s t a u s s i n os a r r i e r e - n e v e u x , l a p o s t e r i t e " . P a r exemple, D i d e r o t v o i t dans 1 ' h i s t o i r e que l a p o s t e r i t e " a r e n v e r s e ' s u r l e s p e r s e e u t e u r s des Soger e t F r a n c o i s B a c o n l ' i g n o m i n i e d o n t l e u r s c o n t e m p o r a i n s l e s c o u v r a i e n t 1 - e t quand i l e s t lul-me*me p e r s e c u t e , i l se promet l a iu§me mesure de j u s t i c e aaaord<£e a s e s g r a n d s p r e -de " c e s s e u r s . Get en c o u r a g e m e n t , q u o i q u e fonde" s u r I ' i n t ^ r ^ t p a r t i c u l i e r e t l e b o n h e u r , e s t v r a i m e n t l e p l u s d i g n e de 1' homme: "J ' a i m e l a p h i l o s o p h i e q u i r e l e v e l ' h u m a n i t e . L a d^grader, c ' e s t e n c o u r a g e r l e s hommes aux v i c e s . ' ' 3 S t en ir£e*me temps, i l e s t n a t u r e l aux hommes: c e l u i q u i veut: (Staindre dans s o n time ce s e n t i m e n t de 1 ' i m m o r t a l i t €, ce r e s p e c t de l a p o s t e r i t e ' poursuit l a n a t u r e "5 coups de f o u r e h e . " i A i n s i ce s e n t i m e n t r e m p l a c e l a r e l i g i o n en p r o -m e t t a n t aux hommes l a j u s t i c e : " l a p o s t e " r i t e " p o u r l e p h i l o -s o p h e , c ' e s t l f a u t r e monde de l'homme r e l i g i e u x " " 5 - e'e*st l ' a u t r e monde de D i d e r o t , un monde q u ' i l s a i t e t q u ' i l comprend e t dont i l e s t su*r p a r 1 ' e x p e r i e n c e . C ' e s t ce s e n t i m e n t q u i sert a c o n t e n i r l e s hommes e n l e u r s d e v o i r s , e t a l e s ©Veiller a l a v e r t u . 6 D i d e r o t donne une i m p o r t a n c e supreme a c e t t e idfse d ans l a p o l i t i q u e : c ' e s t e l l e q u i e s t r e p p o n s a b l e d e s beaux 1. L e t t r e s a F a l c o n e t , X V I I I . p . 100. 2. L e t t r e s a M i l e , v o l l a n d , XIX, p.60. 3. L e t t r e s a M i l . V o l a n d , X V I I I . p . 3 8 4 . 4. L e t t r e s a F a l c o n e t , X V I I I , p.105. 5. L e t t r e s a F a l c o n e t , X V I I I . p.101. 6. L e t t r e s a"! F a l c o n e t , X V I I I . p . 176. v . a u s s i Voyage a Bo u r b o n n e , X V I I . p.542. 69. s i e c l e s des nations "Qui se sont degradees a mesure que les deux grands f ant ome s [le sentiment de 1''immortal i t e et le respect de l a posterity] s'en eloignaient."•*• G'est "une question importante, d i t - i l , tenant au bonheur de l'espece humaine, a sa nature, a* l a l e g i s l a t i o n . "2 c'est e l l e qui donne 1'enthousiasme, "cette qualite sans laquelle on ne doit jamais esperer de s o r t i r de l a mediocrite en r i e n . " Quoiqu'il y a i t au fond de cette idee le desir de l a justice rendue a soi-meme, i l y a un autre sentiment inherent a e l l e : c'est le d l s i r de 1'estime de ses semblables, des hommes - et cela donne naissance a. cette grande question: " V a u t - i l mieux avoir eclaire' le genre humain, qui durera toujours, que d'avoir ou sauve ou bien or donne une pa t r i e qui doit f i n i r ? F a u t - i l etre l'homme de tous les temps, ou 1' homme de son s i e c l e ? C'est un^probleme d i f f i c i l e a resoudre." 4 Diderot sent "que c'est etre n i pour bien peu de monde que de n'avoir vecu pour son s i e c l e . " 5 I I c r o i t done que l e meill'eur p a r t i , c'est de f a i r e quelquechose pour l a p e r f e c t i b i l i t e de 1' humanite: "Si nos predecesseurs n'avaient r i e n f a i t pour nous, et s i nous ne f a i s i o n s r i e n pour nos neveux, ce serait presque en vain que l a nature eut voulu que l'homme fut p e r f e c t i b l e . " 6 Et de plus, "1'individu passe, mais l'espece n'a point de f i n " ^ - et n'est-ce pas mieux que de t r a v a i l l e r 1. Lettres a Falconet, XVIII. p.110. 2. Lettres a" Falconet, XVIII. 3. Corr. generale, XX.p.39. v.aussi Lettres a Falconet ,£VIII, 103 4. Essai sur les regnes etc. III.p.325. 5. Ibid. III.p.96. 6. Lettres a Falconet, XVIII. p.179. 7. Lettres a Falconet, XVIII. p.18. 70. pour quelquechose de durable? Diderot a d i t que 'Ta f o l i e consists a preferer I'interet d'un moment au bonheur de sa vie, - et l a generation presente !ne dure qu'un moment: c'est pour l a vie de l a race q u ' i l faut t r a v a i l l e r . Mais Diderot ne veut pas oublier ses contemporains: "Efarde-t-on un ouvrage posthume qui compromettrait l a fortune, l a l i b e r t e et l a vie, on est sage. Differe-t-on de le publier, on oublie ses contemporains; on est f a i b l e , lache et p u s l l l -p anime." "Mon ami, d i t - i l , aimons notre p a t r i e , aimons nos contemporains."^ Mais i l c r o i t en meme temps que s i nous t r a v a i l l o n s seulement pour notre s i e c l e , nous risquons d'etre enseyelis dans l ' o u b l i : "Mes amis, si je puis vous p l a i r e , sans me mepriser, sans me p l i e r a vos p e t i t e s f a n t a i s i e s , a vos faux gouts, sans t r a h i r la v e r i t y , sans offenser l a vertu, sans meconnaitre l a bonti et l a beaute, je le veux. Mais je veux p l a i r e aussi a ceux qui vous succederont et n'auront aucun de vos pre juges; et s i je n'avais que vous en vue, je ne p l a i r a i s peut-etre pas a ceux-ci et je risquerais de ne. pas vous p l a i r e longtemps a vo u s - m S m e s . E n e f f e t , Diderot decide enfin en faveur d'un compromis: i l c r o i t qu'en t r a v a i l l a n t pour 1' espece humaine, nous t r a v a i l l o n s aussi inevitablement pour notre propre generation, car meme s ' i l faut s a c r i f i e r son bonheur aux hasards d'une revolution pour le bonheur de l a 1. S^futation suivie de l'ouvrage d'Helvetius, etc. IT .pi393. 2. Lettres a. Falconet, XVIII. p. 150. 3. Salon de 1767, X. p.190. • 4. Lettres a Falconet, XVIII. pp.106-107. 71. generation a venir, neanmoins cette generation presente aura veeu, e l l e aura f a i t sa tache - et son bonheur est inevitable, car - l a posterity l u i rendra l a justice et le respect, c e l u i qui v i t pour l a posterite donne a son s i e c l e un e c l a t qui v i v r a eternellement dans l a memoire de ceux qui sont a. venir. 1 Nous avons vu que Diderot lui-meme n'a pas hesite a se s a c r i f i e r lui-meme pour reformer des abus que le temps avait amenes dans l a societe. Ses idees a propos de l a reforme varient selon l a nature des abus: "Quand i l y aurait un i n -convenient momentane, qiiimporte. On ne gue'rit point un malade sans le blesser, sans le f a i r e c r i e r , quelquefois sans l e sa m u t i l e r , " 2 - et cette mutilation implique l a ruine de l a general tion presente. Diderot se rend compte que le seul salut de l a France, c'est l a revolution. II repond a cette question "comment rendre les moeurs a. un peuple corrompu?", en disant "comme Med^e rendit l a jeunesse a son pere, en le d>epecant et le faisant b o u i l l i r . " Mais Diderot se rend compte aussi de l a d i f f i c u l t e de cette question epineuse de la reforme - et son idee de l'unite des connaissances et de l a chaine qui l i e toutes choses l a f a i t encore plus d i f f i c i l e - car on ne peut pas remuer un seul f a i t sans remuer toute la chaine. C'est vraiment cette idee qui l u i f a i t penser que le salut se trouve dans l a revolution. II d i t du T a i t i e n : " i l l u i est plus f a c i l e 1. Lettres a Falconet, XVIII. p.112. 2. Lettres a Mile. Volland, XVI. p.S90. 3. Refutation suivie de l'ouvrage d'Helve'tius i n t i t u l e l'Homme, II . p.276. 72. de se defaire de son trop de r u s t i c i t e , qu'a nous de revenir . le „ , sur nos pas et de reformer nos abus. Cela/porte a considerer cette question de l a c i v i l i s a t i o n - ne s e r a i t - i l pas mieux s i nous etions restes dans l ' e t a t de barbarisme? Diderot ne ferme pas ses yeux aux malheurs de l' e t a t present de l a c i v i l i s a t i o n - et quelquefois i l salable preferer le barbarisme, car les sauvages suivent l a nature Ii humaine, qui est bonne, plus etroitement que nous qui sommes corrompus par les l o i s mauvaises et superllues qui nous ecart-ent de notre v r a i but: le bonheur. Ghez les T a i t i e n s , ce precepte que 1'ignorance f a i t l e bonheur se montre v r a i : "vous ne trouvez l a condition de l'homme heureuse que dans T a i t i . " ^ ' ^ p Son ignorange vaut mieux que toutes vos lumieres^" - ces pretendues lumieres qui, par des l o i s superflues, ont cree des crimes qui vraiment n'existent pas. Apres tout, c'est l a i a i s o n naturelle qui gouverne les actions des sauvages, sans notre gout faux et a r t i f i c i a l qui obscurcit notre raison: •'l'homme sauvage d o i t se soumettre sans peine a l a raison, parce q u ' i l n'est entete d'aucun prejuge', d'aucun devoir f ac t i c tandis que "nous sommes devores par 1'ambition, l a haine, l a jalo u s i e , et l'amour, et nous brulons de so i f de 1'honneur et de l a r i c h e s s e . " 4 Ges prejuge"s ont donne' naissance a des l o i s r i d i c u l e s qui violent l a l i b e r t e : ces pre'juge's ont cree. 1.Supplement au voyage de Bouga inv i l l e , I I . p.248. 2.Ibid. p.203. 3.Fragments echappes du p a r t e f e u i l l e d'un philosophe,VI.p.455. 4.Salon de 1767, XI. p.112. 73. des crimes et les l o i s ont cree" des criminals, car les l e g i s -lateurs ont oublie que leur but p r i m i t i f c ' e t a i t de supprimer ceux qui ont manque a leur devoir ou qui ont menace le bonheur de l a societe'': 'Ta vie sa.uaane. est s i simple, et nos societes sont des machines s i compliquees. Le Tai'tien touche a 1' origine du monde, nous touchons a sa v i a l l e s s e . L ' i n t e r v a l l e ispii le separe de nous est plus grand que l a distance de 1' • enfant qui nait a l'homme decrepit. II n'entend r i e n a nos dsgges, a nos l o i s , ou i l n'y voit que des entrances deguisees sous cent formes diverses, entraves qui ne peuvent qu'exciter 1'indignation et l e mepris d'un etre en qui le sentiment de la l i b e r t e est le plus profond des sentiments."1 De plus, nous avons l f i n s t i t u t i o n de l a propriete priv^e, inconnue chez les Tai'tiens: "Tout est a tous, et vous a l l e z leur porter l a funeste d i s t i n c t i o n du t i e n et dumienn„"3 et puisque "toute guerre nait d'une pretention commune a l a meme propriete", nous pouvons nous attendre a beaucoup de guerres. Diderot hesite a prononcer q u ' i l pregere l ' e t a t de nature brute et sauvage, mais i l remarque "qu'on a vu plusieurs f o i s l'homme des v i l l e s se depouiller et rentrer dans l a foret et qu'on n'a jamais vu l'homme de l a foret se v e t i r et s ' e t a b l i r dans la v i l l e . " u De plus, "nous s a c r i f i o n s une portion de notre opulence a appeler les forets. autour de nos demeures St les murs de nos sornptueuses et maussades 1. Supplement au voyage de Bougainville, II.p.212. 2. Supplement au voyage de Bougainville, II.p.202. 3. Ibid. I I . , pp.247-248. demeures s i couvrent des images d'un bonheur que nous re-g r e t t o n s . N o u s regrettons notre premier etat, mais les sauvages ne regrettent point notre c i v i l i s a t i o n . Mais Diderot a beaucoup d'arguments en faveur de l a c i v i l i s a t i o n et souvent son degout estpilesresultat de ses idees aesthetiques: i l v o i t l a poesie dans l a vie p r i m i t i v e : "que f a i t un macon quand i l t a i l l e une pierre? II en Ste tous les accidents. C'est le symbole de l'education qui nous c i v i l i s ote a l'homme l'empreinte brute et sauvage de l a nature, nous rend tres-agreables dans le monde, tre s - p l a t s dans un poeme ou sur l a t o i l e . " ^ Le point q u ' i l importe le plus a considerer dans cette question, c'est l e bonheur: "La f e l i c i t e ' s erait — e l l e le lot de l a barbarie, et de l a misere c e l u i des temps po l i c e s ? " II avoue " q u ' i l se commet et q u ' i l doit se commettre plus de sceleratesses de toutes especes, en un Jour, dans une des t r o i s grandes capitales de l'Europe qu'idb ne s* en commet et q u ' i l ne s'en peut commettre en un ©iecle dans toutes les hordes, sauvages de la t e r r e , " 4 mais " l i n e s u f f i t pas de m'avoir demontre' q u ' i l y a plus de crimes, i l faudrait encore me demontrer q u ' i l y a moins de bonheur." 5 "La eontrl'e l a plus heureuse n'est pas c e l l e ou. i l s'eleve le moins d' orages; c'est c e l l e qui produit l e plus de f r u i t s . " 6 1. Salon de 1767, XI. p.112. : 2. Salon de 1765, X.•pp.389-390. 3. Essai. sur les regnes de Claude ...,111.pp.260-261. XXXIII. 4. & 5. Refutation suiv i e de 1'ouvrage d'Helvetius I I . p.287. v.aussi p.411. 6 . sD^ xdL + it. 75. Un des f r u i t s d'une societe c i v i l i s e e c'est ce p l a i s i r que les hommes ddrivent de leurs semblables: "Les hommes i n s t r u i t s se cherchent; i l s aiment a. se voi r et a s* entretenir. "•*• De plus, i l s ont un encouragement a l a vertu inconnu chez les sauvages: le d l s i r de l a consideration. Selon Diderot l a v r a i e mesure, c'est l a duree de l a vie et l'6tendue de l a population, car " l a vie l a plus fatigue"e est l a plus mise*rable et l a plus courte, quelles que soient les causes qui 1'abre'gent,"2 Or, je ero i s que la vie mcy moyenne de l'homme police" est plus longue que c e l l e de l'homme sauvage," 3 et de plus l a population de l'espece va toujours croissant chez les peuples polices, et en'diminuant • chez les 4 nations sauvages." Cela d i t , tout est d i t . Et de plus,les conforts de l a c i v i l i s a t i o n le seduisent: "Oui, monsieur Housseau, j'aime mieux l a vice r a f f i n e sous un habit de soie que l a stupid i t e M w c e sous un heau.de bete. J'aime mieux la volupte entre les lamb i s do re's et sur la mollesse des co us sins d'un pa l a i s que l a misere pale, sale et hideuse ,'vetr#i§due. sismyMrterje© hiamfa e.de fc&nsGlsaine et recelee avec l a frayeur dans le fond d'un antre sauvage." 5 Et s ' i l faut necessairement c h o i s i r ou/le barbarisme ou l a c i v i l i s a t i o n , Diderot c h o i s i t c e l l e - c i : "je n'aimerais le gland, n i les tanieres, ni le creux des chenes. I l me faudrait 1. Plan d'une universite', i l l . p . 4 2 9 . 2. Fragments e'chappe's du porltfeuille d'un philosophe,III.p.457 3. Supplement au voyage de Bougainville, I I . pp.248-249. 4. Refutation suivie de 1'ouvrage .... I I . p.411. 5. I b i d . I I . p.411. 76. un carrosse, un appartement commode, un linge fine, une f i l l e parfumee, et je m'aceommoderais volontiers de tout le Beste des maledictions de notre etat c i v i l i s e . "•*-Mais i c i Diderot est influence peutgetre par. son amertume envers Rousseau et vraiment i l prefere a l a c i v i l -i s a t i o n de son temps t e l l e qu'elle e t a i t , un juste m i l i e u entre l a c i v i l i s a t i o n et l e barbarisme.- "Helve'tius a place le bonheur de l'homme s o c i a l dans l a mediocrite; et je c r o i s q u ' i l y a pareillement un teriue dans l a c i v i l i s a t i o n , un terme plus conforme a l a f f c l i c i t e de l'homme en general et bien moins eloigne de l a condition sauvage qu'on ne 1'imagine." 2 I l prefere une espece de societe moitie policee et moitie sauvage: "je suis convaincu que l ' i n d u s t r i e de l'homme est allee beau-coup trop l o i n , et que s i e l l e se fut arre*tee beaucoup plus tot et q u ' i l fut possible de s i m p l i f i e r son ouvrage, nous n'en serions pas plus mal." Diderot c r o i t que l'homme, en s' acheminant a cet Itat de perfection, a oublie son premier but: de vaincre l a nature, et " i l ne s'est pas content^ de l a vaincre, i l en a voulu triompher"^ et tout cet etalage de trlomphe l u i coute plus q u ' i l l u i rend.bellicauf^a;^chDfei3ib%trMifee lU'miit'-e, bdu be so tin seirtllus 'elsfe dq^ofbLeaUgouptdeop.etne^snpour l ' i ; i f i n'ajouter a son sort que des superfluites et compliquer a 1' i.nfini 1 Touvrage de son bonheur qui est devenu une machine ou 1. Lettres a l'abbe le Monnier, XIX. Lettre XV. 2. Refutation I I . pp.431-432. 3. Refutation I I . p.431. 4. Ibid. I I . p.431. 77 . i l y a toujours a r e f a i r e . Mais Diderot se rend compte de l r impossibilite de rester dans cet etat d rheureuse mediocrite: " l ' e t a t s o c i a l s'est peut-etre achemine a cette perfection funeste dont nous jouissons, presque aussi necessairement que les eheveux blancs nous couronnent dans l a v i e i l l e s s e . " ^ Mais Diderot a de l a confiance en 1*avenir de l r humanite, car i l c r o i t qu'au moyen de l'education^ les ide"es q u ' i l a avancees pourraient se reduire en un systeme^ae p o l i t i q u e : c'est 1 Teducation qui chassera tous les malheurs q u ' i l a JKUS dans l a c i v i l i s a t i o n de son s i e c l e : "Maudit soit 1' impertinant qui rend l a nation responsable des desordres qui cesseront avec l a race des be l i t r e s qui l a gouvernent." 2 Par 1'education, on peut encourager l e s hommes a l a pratique du devoir en leur enseignant que c'est l a ou se trouve leur bonheur - dans ce p e t i t s a c r i f i c e necessaire a 1'. harmonie de l a societe. JNOS passions nous disent simplement de nous rendre heureux, et quand nous cherchons ce bonheur dans l a mechanceti i l ne faut pas blamer l e s passions, mais p l u t o t le jugement qui nous egare, faute d'Education. Ainsi le chemin au honheur commence dans l a nature, passe par l a sagesse a l a vertu qui mene au but supreme. Mais Diderot n' espgre r i e n de l ' e t a t deplorable de 1'education de son temps: " I I nly a point d'education 1. Refutation I I . pp.431-432. 2. Misc. L i t t . VI. p.373. 78. publique. Les colleges, somptueux batiments, palais comparables a notre chateau des T u i l e r i e s , sont ocoupes par de riches faineants qui dorment et s'enivrent une p a r t i e du jour, dont i l s emploient 1'autre a faconner grossierement quelques maussades apprentis ministres. "•*- Pour rendre son systerae praticable, i l faut changer tout cela. Tout d'abord, i l faut que l'education soit dans les mains de l ' e t a t : seul moyen de f a i r e fonctionner les ecoles d'apres l a justice - en un mot, c'est un preliminaire necessaire a l a r e a l i s a t i o n de toutes les ide^es pedagogiques de Diderot: "Point, d'autre inspecteur absolu de l'education publique que l ' E t a t . " 2 Diderot veut que tout le monde so i t i n s t r u i t jusqu'a un c e r t a i n point - natureHement, puisque le but de 1' education c'est d'encourager les hommes a leurs devoirs - et chacun a des devoirs: "depuis l e premier ministre jusqu'au dernier paysan, i l est bon que chacun sache l i r e , e c r i r e et compter," 3 mis Diderot devance l'objection. de ceux qui soutiennent qu'un t e l systems n'encouragerait pas le paysan a des devoirs propres a l u i , q u ' i l s e r a i t ports' a. viser a une condition plus haute, abandonnant ce metier s i e s s e n t i e l a l a vie d'un etat: "dans un pays bien gouverne' aucune profession ne doit etre expose' a des vexations. Du reste, chaque ordre de choses a ses inconvenients; et c'est l'etude de l'homme d'Etat de retrancher 1. Lettres S Mile. Volland,XIX."p.182. v.aussi R6f uTaTilSirT' Helvetius, I I . p.451. 2. Plan d'une universite'. .., I I . P.530. 3. Essai sur les Itudes en Russie, I I I . p.417. 79. les inconvenients en conservant les avantages. "1 De plus, Diderot suggere, en badinant, le developpement de "chevres-pieds", nourris de pain, dont on pourrait f a i r e d'excellents domestiques cochers pour executer des fonctions indignes de nos freres - et "nous ne reduirons plus l'homme dans nos colonies a l a condition de l a bete de somme."2 Cela nous rappelle l'idee moderns de remplacer des hommes par des machines pour executer des fonctions indignes d'eux. De l a deux conclusions: l a societe n* a pas besoin de tant d'hommes pour remplacer ces conditions dites subalternes et enfin ces conditions ne seraient plus considerees subalternes. Puisque cette education universelle doit etre o b l i g a t o i r e , i l faut aussi qu'elle s o i t gratuite et i c i Diderot, va meme plus l o i n que nous n'allons augourdhui: i l veut que les enfants soient nourris a. l'ecole pour enlever leur dernier pretexte aux parents r e c a l c i t r a n t s . Cette education priiaaire ou. l'on acquiert des connaissances primitives et es s e n t i e l l e s a tous sans egard. pour l ' e t a t auquel l'eleve est destine", doit prendre pour regie " l a portee commune de l'esppit humain" 3 et pour modele, 1'enfant qui"n'est n i un embecile n i un a i g l e . " ^ Diderot est bourgeois et i l ne veut pas que l'education s o i t reservee a 1' a r i s t o c r a t i e , me'me s i c'est l ' a r i s t o c r a t i e de 1' i n t e l l i g e n c e . 1. Essai sur les etudes en Eussie, I I I . p.417. 2. Reve de d'Alembert, II.pp.189-190. 3. Plan d'une u n i v e r s i t y pour le gouvernement de l a Russie, I I I . p.434. 4. Voyage a Langres, XVII, p.360. v. aussi Essai sur l a Peinture, X. pp.496-497. 80. Le but de cette education u n i v e r s e l l e est, comme nous 1'avons d i t , I ' i n i t i a t i o n de tous a ces connaissances primitives, distinguees par Diderot des connaissances d'etat ou de convenance: "1' objet d'une ecole publique n'est point de f a i r e un homme profond en quelque genre que ce s o i t , mais de 1' i n i t i e r a un grand nombre de connaissances dont 1' 1 ignorance l u i s e r a i t n u i s i b l e dans tous les etats de l a v i e " -c'est l a ou l'on apprend de bons elements. Mais l a mesure dans laqdelle 1'enfant suivra meme ces etudes primitives depend de l a profession a laquelle i l se destinera: "II en faut moins a l'homme de peine ou journalier qu'au manufact-moins au manufacturier urier/qu-'au commercant, moins au comraercant qu'au m i l i t a i r e , moins au m i l i t a i r e qu'au magistrat, ou a 1'ecclesiastique, moins a ceux-ci qu'a l'homme p u b l i c , " ^ Mais comment decider l ' e t a t qu'un enfant quel-conque doit suivre? II faut consulter sa nature:"le premier chapitre d'un bon t r a i t e d'education doit etre de l a maniere de connaitre l e s dispositions naturelles de l ' e n f a n t " 3 -autrement i l ne sera qu'un inepte, car "l'avantage de 1' education consists a perfectionner 1*aptitude naturelle s i e l l e est bonne, a I'et puffer ou a l'egarer s i e l l e est mauvaise, mais jamais a supplier £& 1' aptitude qui manque."4 1. Plan d'une universite'.... I I I . p.444. 2. Ibid. I I I . p.443. 3. Refutation d'Helvetius, I I . p.375. 4. Refutation d'Helvetius, i l . pp.410-411. v. aussi p.384. 81. ? • Peut-etre Diderot s e n t a i t - i l que, pour decider cette question, i l faudrait observer les enfants pendant leurs etudes dans l'ecole publique - et exclure les ineptes au l i e u de permettre a ceux qui auraient rempli les conditions dites subalternes d'arriver a l'age de dix-huit ans sans aucun etat. Puisque tout le monde ne d o i t done pas suivre le cours d'etudes jusqu'a l a f i n , i l faut e t a b l i r un ordre d' instructions compatible avec ce f a i t . II f a i t "proceder de l a chose f a c i l e a l a chose d i f f i c i l e ; a l l e r depuis le premier pas jusqu'au dernier, de ce qui est le plus u t i l e a ce qui 1' est moins, de ce qui est necessaire a* tous a ce qui ne 1'est qu'a quelques-uns; epargner l e temps et l a fatigue, ou proportionner l'enseignement a l'age.""'" S'appuyant sur de t e l l e s idees, i l est ine v i t a b l e que Diderot d i r i g e des reproches contre l a methode d'enseign-ement des langues anciennes: "En general on a donne trop d' importance et d'espace a 1'etude des mots, i l faut l u i sub-s t i t u e r aujourd'hul 1*etude des choses." II veut c u l t i v e r le jugement au bien de l a memoire. I l apprend "a sa f i l l e "a raisonner j u s t e . " 3 La Baison devrait etre "le baton universel" sur lequel les hommes devraient s'appuy'er dans leur voyage a. travers l a v i e . C'est sur ces principes generaux que Diderot modelera son systeme d'education. 1. Plan d'une unive r s i t e . I I I . p.459. 2. Essai sur l e s etudes en Eussie, I I I . p.421. 3. le Neveu de Raneau, V. p.413. . 82. Les connaissances primitives seront les plus u t i l e s a. tous. II y aura un eatechisme de morale et un eatechisme de p o l i t i q u e dans lesquels on apprendre les l o i s , les devoirs et un eatechisme usuel dans lequel on apprendra les choses les plus communes de l a vie c i v i l e : "Je pense qu' on devrait dormer dans les ecoles une idee de toutes les connaissances necessaires a un citoyen, depuis l a l e g i s l a t i o n , jusqu'aux a r t s me'eaniques qui ont tant contribue aux avant ages et aux arguments de l a societe, et dans ces arts mecaniques, je comprend les professions de l a derniere classe de citoyens. Le spectacle de 1' industrie iREtainei est en lui-meme grand et i • s a t i s f a i s a n t : i l est hon de connaitre les d i f f e r e n t s rapports par lesquels chacun contribue aux avantages de l a societe'. "•*-A i n s i Diderot ne pense pas seulement *& ce qui est u t i l e d'une facon m a t e r i e l l e : i l veut. introduire dans les ecoles l'etude d'une morale pratique. Naturellement. l'etude de la morale n'implique pas chez Diderot l f e i n s t r u c t i o n r e l i g -ieuse, quoique, dans son Plan d'une u n i v e r s i t e i l recommande 1'enseignement du eatechisme r e l i g i e u x , et i l ne se prononce pqs pour 1'instruction l a ique - mais c'est pour ne pas choquer les convenances que l u i avait p r e s c r i t e s son I l l u s t r e cor-respondante, Catherine de l a Rus s i e . Mais nous pouvons sans difficulte infer er ses vrais sentiments sur ce point. En donnant une place dans son systeme a ces connaissances de convenance ou d'etat, Diderot aspire a 1' education professionnelle. Naturellement ces connaissances 1. Plan d' un universite', I I I . p.421. 83. ne sont pas propres a tout l e monde et surtout i l ne veut pas de femmes dans un college." 1' Quand Helvetius d i t que les femmes sont susceptibles de l a meme education que les hommes, Diderot veut modifier ses paroles en disant: "On pourrait les elever mieux qu'on ne f a i t . " Diderot admet quatre facultes dans son uni v e r s i t y : c e l l e des arts, de l a medecine, de l a jurisprudence e t de l a theologie - et i l voudrait bien en ajouter une autre, c e l l e du commerce. Son o r i g i n a l i t e est frappante. Dans l a f a c u l t y de jurisprudence, par exemple, i l veut qu'on i t u d i e le droi t francais et le d r o i t des gens, public et c i v i l , au l i e u du dr o i t remain. Dans c e l l e de meaecine, i l favorise l'experience: l'autopsie necessaire au progres. 3 Dans l a faculte des ar t s , i l montre 1'envergure de son g£nie. II i n s i ste sur l a valeur des mathematiques don* "c'est le propre de rendre le raison-nement plus exact et l ' e s p r i t plus j u s t e " 4 - base es s e n t i e l l e de l a mecanique, une des t r o i s sciences les plus importantes, avec l ' h i s t o i r e naturelle et l a chimie - et quelque teinture de mecanique est necessaire a la physique experimentale. IT faut remarquer spi' en choisissant ses sujets preferes, Diderot prend comme mesure l ' u t i l i t e a l a societe. Dans cette 1. Plan d'une university", I I I . p.550. 2. Refutation suivie d l'ouvrage d'Helvetius .. I I . p.357. 3. Plan d'une un i v e r s i t e , I I I . p.499. 4. Ibid. I I I . p.423. 84. f a c u l t l , Diderot n'oublie pas sa propre profession, c e l l e des gens de l e t t r e s : "La g l o i r e l i t t e r a i r e est le fondement de toutes les autres: les grandes actions tombent dans l ' o u b l i ou d^gene^rent en fables extravagetntes, sans un h i s t o r i e n fideTe qui les raconte, un grand orateur qui les preconise, un poete sacr£ qui les chante, ou des arts plastiques qui l e s represented."^ Mais ces arts ne doivent pas seulement imiter l a nature, i l s doivent aussi enseigner l a morale: "0 quel bien i l en reviendrait aux hommes, si tous les arts d' imitation se proposaient un objettcornmun, et concouraient un jour avec 2 les l o i s pour nous f a i r e aimer l a vertu et hair le v i c e . " Mais quand on a prepare les gens pour une pro-fession quelconque, on n'a pas encore e t a b l i une bass solide de l a s o c i e t l . Diderot veut qu'un homme sache aussi " l ' a r t de moderer ses passions, de connaitre ses devoirs et de les remplir, d'exercer l a clemence et l a ju s t i c e , de connaitre les vraies l i m i t e s de son pouvoir, les prerogatives inalienables de l'homme, de les respecter."° Nous avons deja. f a i t a l l u s i o n a l a part de l a morale dans le sypteme d' education de Diderot. Le v r a i but de 1,'education, "ce s e r a i t de convaincre les hommes que tout bien considlre, i l s n'ont r i e n de mieux a f a i r e dans ce monde 4 A. / que de pratiquer l a vertu." Et dans cette tache, l'education 1. Plan d'une universite, I I I . 8 e classe. 2. De l a poesie dramatique, "VII. p.313. v.aussi, 319,312-313, 369. 3. Essai sur les regnes de Claude et de isie'ron, I I I . p.174. 4. Correspondance generale, XIX. p.448. Lettre XVIII. a M. N de Geneve. 85. trouve un appui dans l a nature humaine, dans l a voix de l a conscience, cette pente du (temperament vers l e v r a i , le bon et le beau, l a sainte tr i n i t e ' de 1'empire de l a nature, ce pendent a l a bienfaisance en quoi Diderot a une conscience i n f i n i e . L<$education se sert d'un*> autre ressort puissant dans l a nature de L'homme: l ' i n t e r e t personnel. I l faut montretr c l a i r e -ment au jugement que le bonheur se trouve dans l a vertu. Mais i l ne faut pas seulement raisonner: i l laut montrer les avantages r£els de l a vertu en indiquant clairement que les l o i s recompensent les Ions et punissent l e s mlchants - du moins, tant que les l o i s seront necessaires. Diderot se rend compte de l a valeur pratique de 1'interest personnel: "Tout ce que nous faisons, c'est pour nous; nous avons 1'air de nous s a c r i f i e r , lorsque nous ne faisons. que nous s a t i s f a i r e . Reste a savoir s i nous donnerons le noma* de sages ou d'insenses d ceux qui se sont f a i t une maniere d'etre heureux aussi bizarre enap.parence que ce l l e de s'immoler. Pourquoi l e s appeler ions-nous insense's, puisqu' i l s sont heureux, et que leur bonheur est s i conforme au.bonheur des autres? Oertainement i l s sont heureux; car quo! qu'ils leur en coute, i l s sont toujours ce qui leur coute le moins.""'" Mais quel est ce bonheur dont jouit ces etres sublimes? C'est le bonheur qui se derive de l a consideration de s o i -mime et de l a consideration des autres. "Le mepris de &es 1. Correspondance genlrale, XIX. p.435. 86. semblables est le plus grand des maux.""** Diderot se rend compte de l a valeur de ce sentiment: le desir de l a consider-ation publique, et i l impose aux precepteurs l a tache de l a c u l t i v e r . c'est ce sentiment qui doit r e c o n c i l i e r l ' i n t e r e t personnel - ce ressort puissant, l a force motrice dans l'homme - avec 1'interSt g l n l r a l . C'est l u i seul qui doit contenir les hommes dans leur devoir, c'est l u i qui doit rendre l a justice sans les magistrats, c'est l u i qui doit rendre les l o i s superflues, c'est en e f f e t l a vraie base de l a societe i n s t r u i t e . A i n s i , c'est l'education qui doit l i b l r e r les hommes de toutes ces entraves qui les genent: puisque personne ne s'^cartera de son devoir, i l ne faudrait point de l o i s , point de l e g i s l a t e u r s . Mais meme avant qu'on arri v e a cet etat i d e a l , jusqu'a ce que l'education a i t complete sa tache, e l l e a un grand role a jouer en l i b e l a n t le peuple de ceux qui oppriment, non seulement les mechants -mechants a cause de leur mauvais jugeraent, faute d*education - mais aussi les Mons: "II n' y a aucun despote qui eat le courage de braver l ' i n t e r e t general, s ' i l etait evideminent p d6montre et universellement connu." "Un paysan qui s a i t l i r e et e c r i r e est plus malaise a opprimer qu'un au t r e . " 3 Non 1. Correspondance generals, XIX. p.435. 2. Lettres a Falconet, XVIII. p.262. Lettre XV. 3. Plan d'une u n i v e r s i t e , H I . p.41b. 87. seulement i l refuse de obeir a un mauvais e d i t , mais aussi i l veut connaitre l a raison des bonnes l o i s : " L * i n s t r u c t i o n donne a. l'homme de l a dignite, et l'esclave ne tarde pas a. sentir q u ' i l n'est. pas ne pour, la- servitude."^" Dans ce systeme de Diderot, l'education l i b e r e r a l'homme d'une autre servitude, c e l l e de l a richesse: l'education s'arroger toute 1'importance maintenant aecordle a l a richesse. G'est e l l e qui menera a l a prospe'rite materielle e t morale. Ainsi Diderot donne a. l'education une importance i n f i n i e : " i l s'agit de donner....a 1'empire des citoyens u t i l e s , d l a societe, des p a r t i c u l i e r s i n s t r u i t s , honnetes et meme aimables, a. l a f a m i l i e , de bons epoux et de bons peres, a l a republique des l e t t r e s quelques hommes de grand gout." 2 Enfin, Diderot ne c r o i t pas que 1'ignorance fasse le bonheur des peuples: " S ' e s t - i l f a i t dans aucun temps, chez aucune nation, chez aucun peuple, quelque chose de bien que par l a lumie're?" Les lumieres sont un bien dont on peut abuser, sans doute. L*ignorance et l a s t u p i d i t l , compagnes de 1 ' i n j u s t i c e , de l'erreur et de la superstition, sont toujours des maux." En un mot, tout se ramene a cette idee, dont Diderot est s i sur, cette idee qui est l a force matrice de tous ses e f f o r t s et de toutpsa pensee: " l e mensonge n'est jamais bon a r i e n ; u t i l e pour l e moment , i l nuit toujours dans 1. Plan d'une university, I I I . p.429. 2. Ibid, I I I . p.431. 3. Lettres a Falconet, XVIII. Lettre XVII. p.274. 4. Lettres a M i l e . Volland, XIX. Lettre LIX. p.52. 88. 1'avenir, au rebours de l a verite qui dedommage i n f a i l l i b l e m e n t dans 1'avenir de son inconve'nient actuel.'1'*' 1. Lettres a. Falconet, XVIII. 89. Chapitre I I I .  Le gouvernement de l a societe. La tendance glneVale de ce chapitre ne sera pas c douteuse a c e l u i qui connait l a vie de Diderot. Se ser a i t tres f a c i l e de conjecturer l e s idees gene'rales qui formeraient l a base du gouvernement id e a l du f i l s du coutelier de Langres, de c e l u i qui p r e f e r a i t l a misere inde"pendante a la richesse g^nante, du mari infideTe d' Antoinette Champion, de c e l u i qui secoua le joug de l a r e l i g i o n , de c e l u i qui a tant souffert, renfermf* pendant un seul rnois a Vincennes, de c e l u i qui ne pouvait pas s'arroger l a dignite" des convenances meme en presence de l a grande Catherine elle-ru&nie, enfine de 1'auteur de l a tr a g l d i e bourgeoise et de ce conte charmant, les Deux  amis de Bourftbonne , tableau sympathique au bas peuple. Ain s i nous ne sommes pas surpris que le tyran so i t un homme q u ' i l hait au fond de son coeur**": a son avis, 2 le despotisme est l e malheur le plus grand de tous. Diderot se rend compte que, sous un despotisme, l ' i n t e r e t du gosver-naur et des gouvernes est separe et d i s t i n c t . C e l u i - l a occupe une p o s i t i o n tout a f a i t contraire "a ceux-ci. et ce n'est pas pour eux mais pour lui-me^me q u ' i l les p l t r i t comme i l le f a i t : "On veut des esclaves. pour s o i : on veut des hommes 3 l i b r e s pour l a nation." L'interest du despote est 'toujours 1. Refutation suivie de 1'ouvrage d'Helvetius ..,11. p.447. 2. Encyclope'die , a r t . despote. 3. Principes de la p o l i t i q u e des souverains, I I . p.467. 90. d' aveugler ses esclaves S leur v r a i e t a t . TantcH i l les f l a t t e en leur demandant 1'approbation dont i l peut se passer. Tantot i l prevoit et pr^vient leur impatience et leurs demandes ou par une rupture-'- ou en se pressant d'ordonner ce qu' i l s fe r a i e n t sans son consentement. Mais l e plus, souvent i l les Icrase par l a vive force au moyen de son arm^e. Le despote a encore un autre moyen d'inculquer a ses sujets une soumission a son pouvoir: c'est 1'eglise, et en combattant "l'infame" les philosophes ont en mevmetemps com-battue la monarchie absolue et a r b i t r a i r e : l e monarque despot-ique ta*che de f a i r e croire au peuple que son pouvoir se derive de Dieu lu&.-me*me "a qui seul i l est responsable . 2 Et quand le peuple se p l a i n t de leur misere et la compare avec 1' opulence fastueuse de leur opprimeur, c e l u i - c i leur indique et tabhe de leur f a i r e croire que cette misere q u ' i l s eprouvent n'est qu' apparente: c'est que Dieu eprouve leur confiance en l u i , et par cet honneur les designe comme ses elusV En un mot, l e despote se distingue de ses sujets et se separe d'eux par une barri e r e f o r t e , et "plus c e l u i qui commands met de disproportion et de distance entre l u i et c e l u i qui l u i ob£it, moins l e sang et l a sueun de c e l u i - c i l u i sont prlcieux, plus l a servitude est c r u e l l e . " 4 Son 1. Principes de l a p o l i t i q u e des s o u v e r a i n s , T l . p.467. 2. Ibid., I I . p.469. 3. Qu' en pensez-vous? IV. p.446. 4. Lettres a Mile. Volland, XVIII. p.494. Lettre XLV. 91. pouvoir est base sur l a force m i l i t a i r e dont i l se se r t non seulement pour subjuger ses propres suje ts , mais aussi pour rendre l a nat ion puissante au dehors - et puisque "tout ce qui s 'es t f a i t de ' b i e n ' chez le peuple se rapporte a ce seul homme,"''- ces guerres v ic tor ieuses contribuent a sa propre g l o i r e : l ' inteVe't general de l a nation elle-meme est Itranger a l u i - i l veut tout s a c r i f i e r a l ' e t a t m i l i t a i r e d'ou derive son interest p a r t i c u l i e r , qui tout en Icrasant sa propre nat ion, ^crase aussi les nations vois ines . Dans^te l les condi t ions , on re garde l a l i b e r t e comme l a mesure de protec t ion aceordee aux sujets par l a l i m i t a t i o n du pouvoir du despote, exigee par des patrio.tes. Un de moyens communs de l i m i t e r l e pouvoir du despote, c 'es t de le forcer de reeonnaltre certaines exemptions et cer ta ins p r i v i l e g e s : i l n'y a pas de doute que cette confiance g^nlrale que les privile ' g&es ont dans le prerogatives de leur e^tat t i e n t en echec le pouvoir a r b i t r a i r e du despote. Diderot met l e deppote en garde contre 1'iSbranlement de ces p r i v i l e g e s : " i l s les possedent et s i vous remuez les t i t r e s de leurs possessions, on remuera les t i t r e s de l a v 8 t r e . " 2 Mais Diderot reconnait les effets funestes d'une t e l l e p o l i t i q u e : "Accroitre l a servitude sous le nom de p r i v i l e g e ou de dispenses; c ' est dans l ' u n ou l ' au t r e cas, d i r e de l a maniere l a moins offens-1. Salon de 1767, p . 190-191 2. Misc. P h i l . IV. p.34. 92. ante pour le f a v o r i s e et l a plus injuste pour toute l a nation, qu'on est le maitre."^" Unfc autre moyen de l i m i t er le pouvoir du despote, ce se r a i t de f a i r e i n s t i t u e r un systeme d'echecs constitut i f s . Mais Diderot se rend compte de l a f u t i l i t e complete de cette p o l i t i q u e : i l ne faut pas s' accommcder au despote -i l faut l'e'craser. Diderot ne veut point de despote, mtme un despote juste et E c l a i r e , car "c e l u i qui pourrait nous contraindre au bien pourrait auss i nous contraindre au mal." 2 De plus, "ses vertus accoutument un peuple ~a aimer, a respecter, \ s e r v i r son successeur quel q u ' i l s o i t , me'chant et stupide.." 3 Mais i l y a un autre danger, plus funeste encore, c'est qu' " i l enleve au peuple le dr o i t de delibe'rer, de vouloir ou ne vouloir pas, de s'opposer meme a sa volonte, l o r s q u ' i l ordonne le bien; cependant ce d r o i t d'opposition, tout insense / q u ' i l est, est sacre': sans quoi les sujets ressemblent "at un troupeau dont on me'prise l a reclamation, sous prltexte qu' on les conduit dans de gras paturages." 4 A i n s i Diderot ne Veut pas de despote a tout p r i x . II h a i s s a i t F r e d e r i c , r o i de Prusse, a son avis 1'incarnation me*me du despotisme. On pourrait m'objecter son aniitie' avec Catherine II. imperatriee de Russie, mais quand i l se rendit compte qu'elle n'exeeutait pas ses reformss proposers, i l cessa de l u i parler 1. Principes de l a p o l i t i q u e des souverains,IT. p.471. 2. Essai sur les regnes de Claude et de weron, H I . p.265. 5. Refutation suivie de l'ouvrage d ' H e l v e t i u s I I . p.381-382. 4. Ibid. 95. p o l i t i q u e . De plus, quand i l v i s i t a i t Saint-Petersbourg, i l a du* f ermer les yeux a l a misere du bas peuple - et sans doute avec grande d i f f i c u l t ! , car leur condition e t a i t l a v i o l a t i o n mSme de tous ses principes: s ' i l ne s''etait pas empeche de consider er leur e'tat, qu'aurait - i l pense detrouver autour de ces magnifiqu'es p a l a i s des paysans sans t o i t et sans pain? II s T e'tait force de s'aveugler a tout c e l a , car son i n t e r e t personnel, c e l u i de sa f a m i l i e , c e l u i de ses amis - enfin c e l u i de l a France elle-meme exigaient l'amitie' de cette femme puissante. Peut-etre en Paissie l o u e - t - i l 1'imperatrice, mais en Hollande i l loue la nation entiSre: i l se r e j o u i t du maintien assure et serieux des paysans hollandais.•'• Apres tout, une societe existe pour le bonheur de tous ses membres - impossible s i le gros de l a nation est dans l'esclavage. 11 faut qu'une administration garantisse a. l a masse des individus qui composent l a societe l a suVete ge'ne'rale et l a t r a n q u i l l i t e i n t l r i e u r e , necessaire au bonheur de tous. Ge principe de l a p r i o r i t y de l'int!r§t general sur toutes les autres considerations just i f ie' le renversement du despote. De plus, Diderot eroyait d l a doctrine de l a l i b e r t ! naturelle sur laquelle est basee l a l o i n a t u r e l l e : ''c'est le dro i t que l a nature a donne7 a tous les hommes de disposer de leurs personnes et de leurs biens de l a maniere q u ' i l s jugent l a plus convenable a leur bonheur, sous le r e s t r i c t i o n qu'ils le fassent dans les termes de l a l o i n a t u r e l l e , et qu'ils n'en 1. Voyage de Hollande, XVII. p.410. 94. abxlsent pas au p r i v i l e g e deB autres hommes."^ - Cela ne veut pas dire que Diderot favorise cette funeste d i s t i n c t i o n du mien et du tie n , d'ou naTt toute guerre. D£j'a*. i l a vu le r i d i c u l e dans cette i d l e qu'un etre passager dont l a vie est 1'affaire du moment, un simple sous-produit de l a nature s f arroge impudemiaent l e droit supreme de regarder comme sa possession personnelle une partie de cette mediae nature: s i t u a t i o n incomprehensible a c e l u i qui est imbu du transform-isme. Mais plutot Diderot proteste i c i contre l e d r o i t qu' un despote s'arroge de s a i s i r pour lui-meme toute cette nature physique, y compris les biens' personnels de ses sujets: au nom de l a l o i nat u r e l l e , Diderot demande que l a s o c i e t e s o i t a*. 1* abri de l ' a v i d i t e d ' u n gouverneur peu scrupuleux. C'est de ce code l e g a l que l e peuple d e r i v e son d r o i t de renverser le despote - et Diderot a devant l u i 1'exemple des a i r i e ricains , "un peuple esclave d'un peuple, une nation qui secoue tout a coup le joug de l a servitude, qui s'affranchit du despotisme a l'aide des despotes, et qui, m6ditant sur les moyens d' assurer a jamais son bonheur avec sa l i b e r t e , pr!pare un a s i l e a. tous les enfants des hommes qui gemissent ou gemiront p sous l a verge de l a tyrannie c i v i l e et r e l i g i e u s e . "*•* De plusDiderot ne c r o i t pas "a 1'efficacite de tous les subterfuges du despote: non seulement les sujets o n t - i l s le droit de le renverser, mais i l faut inlvitablement q u ' i l s 1. Enoyolopeaie, a r t . l o i n a t u r e l l e . 2 . Essai sur les regnes de Claude et de N e r o n . I I I . 393. S5. le renversent, ear ce monstre ne peut pas commander a l'opinion et c'est e l l e qui gouverne a l a longue: "un puissant se eonduira comme s i les dr o i t s de la propriety n'etaient r i e n , mais nous le f e r a - t - i l jamais c r o i r e ? . . . Le dis t r i b u t e u r des honneurs, des richesses, des chatirtients, s'attache les personnes, obtient des applaudissements, mais i l n'asservit pas meme les ames qu' i l a corrompues. Le despote ne peut jamais rendre meprisable l ' l t a t e d'homme l i b r e . Les peres n'enseignent pas "a leurs f i l s l a bassesse - i l s ne leur inculquent pas 1'esclavage, mais seulement l a circonspedsion. 2 Enfin 1'oppression extreme leur inspire quelque re s o l u t i o n salutaire et leur sentiment, las to t ou tard de sa contrainte s'echappe par un coup de poignard qui f a i t r u i s s e l e r l e sang noir du tyran. Diderot c r o i t que "tout pouvoir qui n'est fonde que sur l a force se detr u i t par l a meme voie." II y a beaucoup de moyens par lesquels les sujets peuvent renverser le pouvoir des despots. Son prestige se diminuera a mesure que les lumieres se repondent, "unique contreforce de l a tyranniee et source de repos." 3 A mesureque les sujets deviennent e c l a i r e s , peu a peu i l s se mefieront de cette faveur de Dieu - l a misere - et i l s se rendront compte de leur heritage naturel. La the'orie du d r o i t d i v i n de leur 1. Refutation suivie de 1'ouvrage d'Helve'tius .., IIp.446-447 . 2. I b i d . I I . , p.45§.. / 3. Essai sur hs regnes de Claude et de Neron, I I I . p.163. 4. Encyclope'die, a r t . p r o p r i e t e . 5. L i t t r e s a Falconet, Lettre IV. XVIII. p.236. 96-. opprimeur contrariera leur raison. Enfin i l s cesseront de penser q u ' i l soit necessaire que leurs gouverneurs soient un pouvoir inddpendant, dont 1 'interest s 'oppose au leur. St Diderot applaudit leur revolte dont le but est l a l i b e r t ^ c i v i l e basle sur l a l o i naturelle et l a necessite' du bonheur de tous. Une f o i s ce pouvoir despotique renverse, i l faut l e remplacer. Avant de prescrire une forme quelconque de gouvernement, Diderot ne perdant pas de vue l a r e l a t i v i t e , veut considerer le s i e c l e , l a qualite du s o l (convenable ou non a 1 • a g r i c u l t u r e ) , l a s i t u a t i o n (pays maritime, pays i n t e r i e u r , pays du nord, pays du midi, etc), l'etendue, les occupations, les moeurs et les coutumes du peuple. C'est le climat et les considerations ge^ographiques qui forment l a base sur laquelle reste l e gouvernement dont l a forme est deierminee par 1 ' etendue et 1 'occupation du peuple. En ge^nlral^, les "Stats d'une certaine etendue doivent avoir un gouvernement monarchique, car " l a prompitude des resolutions et' de l'execution... . f a i t passer, quand i l le faut et dans un moment, d'une province "a- 1 'autre, les ordEes, les chatiments, les secours." 1 De plus, s i ces grands etats ont une population immense, l a l u t t e contre l a nature est s i d i f f i c i l e qu'on ne peut penser a autre chose hors des besoins p r i m i t i f s de l a v:ie: on n'a pas le temps de 1 . Encyclopedie, a r t . l e g i s l a t e u r . penser aux complications subtiles du gouvernement, qui sont done confiees a*, un r o i . E n f i n , dans un £tat agricole tr£s souvent une monarchie se developpe - non parce qu'elle l u i est plus propre, mais parce qu'en general, les agriculteurs, faute d'education se soucient peu des a f f a i r e s d'etat. Quant aux p e t i t s etats, i l s doivent eHre republic-ains, "car les citoyens y sont trop e c l a i r l s sur leurs intlre^ts ces int e r e t s sont trop peu complique's pour qu ' i l s v e u i l l e n t l a i s s e r decider un monarque qui ne s e r a i t pas plus e c l a i r ^ qu' eux.""'" De plus, "le gouvernement democratique supposant le concert des volonte*s, et le concert des volontds supposant les hommes rassembies dans un espace assez e t r o i t , je c r o i s q u ' i l ne peut y avoir que de p e t i t e s republiques." Et dans un e'tat ou le sol est dur et s t e r i l e et le peuple a recours \ l ' i n t u s t r i e et au commerce, i l faut l u i l a i s s e r cette forme de gouvernement qui leur accorde l a plus grande et plus extreme mesure de liberte'', pour remplacer ce que leur refuse l a nature: "Si It on y refle'chit avec attention, on s'apercevra que le .gouvernement l e plus v o i s i n de l a pure democratie est c e l u i qui convient le mieux a* un peuple coromercant dont l a prosperite' depend de l a plus grande l i b e r t y dans ses operations Une grande democratie a sans doute ses avantages, car cette 1. Encyclope'die, a r t . l e g i s l a t e u r . 2. Rlfu t a t i o n I I . p.391. 3. voyage de Hollande, XVII. p.391. 98. peur de l a disgrace publique et ce desir de l a consideration des homines, sentiments qui doivent gouverner les actions des citoyens, diminuent a mesure que 1'etendue du pays diminue. Mais malheureusement e l l e tend a se corrompre, car les representants du peuple n e sont pas controles par les citoyens et peuvent agir d'une maniere a r b i t r a i r e . A i n s i Diderot exprime 1' i n -suffisance du gouvernement representatif - l e plus souvent peu dernocratique: une vraie d^mocratie exige non seulement des assemblies des r e p r e s e n t a n t s du peuple mais aussi c e l l e s du peuple lui-m§me - assemblies propres a controTer ses represent-ants. Apres avoir t r a i t e des types de gouvernement propres a certains types de pays, Diderot indique clairement ou se trouvent ces preferences. I I c r o i t que dans u n etat monarch-ique le r o i doit gouverner selon l a l o i naturelle et selon des principes fi x e s q u ' i l n'a pas le pouvoir de changer. Mais non aseulement i l doit se conduire selon ces regies, mais toutes ses actions doivent avoil? en vue l ' i n t e r e t g l n ^ r a l auquel i l doit s a c r i f i e r son propre i n t e r e t . A i n s i Diderot condamne. une monarchie a r b i t r a i r e . Et quant a l a raonarchie absolue, e l l e est aussi condamnee, car i l est r i d i c u l e qu.' un r o i t&ehe de gouverner sans l'aide de ses sujets. A i n s i l a seul monarchie q u ' i l admettra, c'est l a monarchie l i m i t e e . Quelquefois Diderot semble favoriser une monarchie, mais c'est parce q u ' i l pense son propre s i e c l e quand le r o i seul e t a i t en etat d'^craser l'arrogance des nobles et leurs 99. p r i v i l e g e s feodaux s i n u i s i b l e s ^ l a l i b e r t e de l a nation -et, en e f f e t , i l n'he'site pas "a se s e r v i r de l'lde^e d'un pacte s o c i a l , base du gouvernement feodal, pour ^eraser l a monarchie : "Si un prince incr"3dule a un d r o i t incontestable a 1'obeissance de son sujet, un sujet mecreant a un droit incontestable a l a protection de son prince. C'est une obligation r^ciproque."- 1- En e f f e t , Diderot se sert de ces deux fl^aux pour les renverser tous deux. Diderot c r o i t sincerement que les r o i s sont incapables de gouverner et cette conviction est has^e sur un de ses principes fondamentaux. iMous citons une conversation s i g n i f i c a t i v e : "Quoil ISorganisation s e r a i t l a base de l a morale! .... Je le crois....Mais les r o i s , mais Dieu, qui est le seul de son espece." 2 Nous avons vu 1'impossibility' q u ' i l y a d ' e t a b l i r entre Dieu et nous un code moral base sur l a j u s t i c e 3 - et pareillement, Diderot nie l a p o s s i b i l i t e ' d'un t e l rapport entre un r o i et ces sujets. Sous de t e l l e s conditions, le bonheur des sujets est impossible. De plus, 1'accent de l a nature " s ' a f f a i b l i t "a mesure que les conditions s*elevent" 4 parce que l e gout des personnes de haut rang devient p e r v e r t i , leurs appetits naturels deviennent soph-istique's et leurs idees a r t i f i c i e l l e s , fausses et pleines de pre"juges, car l a nature seule nous approche de l a v e r i t e . 1. Encyclope'die, a r t . intolerance. 2. Salon de 1767 - XI. p.124. 3. Lettres a* Mile. Volland, Lettre XXV. p.424. 4. Dorval et moi, VII. p.154. 100. A i n s i les r o i s sont les plus eloigned de l a nature et leur puissance meme emp^che qu'on leur dise l a v e r i t e . ^ De t e l s l e g i s l a t e u r s p e r v e r t i r a ient toute 1'administration: i l s oreeraient des l o i s superflues qui contrarieraient la nature q u ' i l s ne comprennent pas - et ces l o i s creeraient autant de c r i m i n e l i s . A i n s i Diderot veut ins p i r e r aux peuples "l'amour de l a l i b e r t e et l'horreur de l a monarchie, deux boulevards p sans lesquels l e s autres ne sont r i e n . " C'est aux souverains que D i d e r o t attribue beaucoup de crimes commis par leur sujets: "La misere est l a mere des grands crimes; ce sont les souverains qui font les miserables, qui repondront dans ce monde et dans 1'autre des crimes que l a m i s e r e aura commis."3 De plus, i l n'aime pas que tant de pomvoir soit repose dans les mains d' un seul, car, quoique les sujets ne puissent pas manquer de vertu impunement, neaxmoins "c'est l e malheureux p r i v i l e g e de ceux qui coiomandent"4 - a cause de leur puissance meme. C'est vr a i qu'eux-me^es, i l s n'en souffrent pas, mais quand les r o i s manquent "a. leurs devoirs, cela cou*te cher aux pauvres sujets: " l a depravation d'une seule volonte" s u f f i t dans le souverain pour l e mettre aa danger, ou pour detruire l a f l l i c i t e - ' de ses s'djets; au l i e u que ces derniers ne peuvent gu^re l u i opposer 1'unanirn.ite ou le concours de v o l o n t e s ou de forces mecessaires 1. Ess ai" -sur les rSgnes , i l l . p.306, L X I I I . 2. Voyage de liollande, 3SVII. p.392 3. Encyclope'die, a r t . mise*re. 4. Principes de l a p o l i t i q u e des souverains, I I . p.492. 101. pour reprimer ses entreprises i n justes. ""*• A i n s i Diderot -gejette l a monarchie en faveur de l a republique, et en rejetant l a monarchie, i l re j e t t e aussi ses deux instruments, l ' e g l i s e et l'armee. 11 ne faut pas que 1* ^ g l i s e , a r b i t r a i r e et despotique, se mele des a f f a i r e s c i v i l e s , car l'etat n'a pas besoin de ses conseils et de son appui pour gouverner une nation ! c l a i r 6 e . De plus l a socie'te' c i v i l e a a f f a i r e aux soins du corps, pas de l'ame. Enfin i l faut que l ' e g l i s e s o i t subordonnle a l ' e t a t : i l faut que les ceremonies re l i g i e u s e s soient s u r v e i l l e e s par le pouvoir s l c u l a i r e . Diderot admire 1*administration de l a Hollande parce que "parmi ces anciens (ministres du gouvernement eccle'siastique) , i l y a toujours quelques magistrats, a f i n q u ' i l ne se passe r i e n dans le gouvernement ecclesiastique qui soit ignored" 2 Puis, i l faut aussi que l ' a u t o r i t e c i v i l e s o it s^paree de l'autorite 7 m i l i t a i r e (dont Diderot voudrait bien se passer). II admire encore une f o i s 1•administration de l a Hollande dans laquelle "les m i l i t a i r e s sont exclus des ats gen^raux sans en excepter le capitaine general ou stathouder, qui, ses propositions f a i t e s , se r e t i r e et l a i s s e aux d e l i b e r -ations toute leur l i b e r t e . " 3 Peut-e*tre Diderot se souvenait-i l que c'est l ' i d e n t i t e de ces deux autorites qui e t a i t res-ponsable, a l r a v i s de queIques-uns, du d ^ c l i n et de l a chute de 1'empire romain. 1. Encyclope'die, a r t . Souverainetef absolue. 2. Voyage de nollande, XVII. p.'435. 3. Voyage de Hollande, XVII. p.383. 102. Ain s i Diderot se decide d e f i n i t i v e m e n t en faveur d'une republique dont le ressort p r i n c i p a l a un a t t r a i t i r r e s i s t i b l e pour l u i : l a vertu qui se deVeloppe en l a pre-ference de l'inter&t general a. l ' i n t e r e t p a r t i c u l i e r , dans laquelle existe l'e'galite economique et p o l i t i q u e et dans laquelle 1'inspiration motrice, c'est l'amour de l a pa t r i e . II c r o i t que la souverainete" devrait re^sider dans le peuple. Diderot, est arnene' a" cette conclusion par son culte de l a nature: "N'est-II pas dans l a nature que les grandes masses fassent l a l o i aux petites?"'' - De plus, les hommes par leur nature m&me ont tous ce de s i r de commander: "Une guerre interminable, c'est c e l l e du peuple qui veut "etre 2 l i b r e , et du r o i qui veut commander." Puisqmiil faut vivre selon l a nature, i l ne faut pas contrarier ce sentiment naturel, une extension, pour ain s i d i r e , du senti^u^nt^de la lib e r te*' -formaient des^socie'tes* Le d ! s i r de l a liberte* c i v i l e s'est dlvelopp! en le d l s i r de l a liberte' p o l i t i q u e . De cette preference d'une republique "a* une mon-archie , Diderot est peut-*e*tre redevable en partie "a son ad-miration de l a republique romaine et de t e l s hommes que Gaton, car i l e t u d i a i t 1'antiquife. Mais Diderot est amene inevitablement a cette preference par ses propres doctrines s o c i a l e s . Apre^s tout, "les l o i s sont f a i t e s pour rendre les hommes heureux" 3 et 1. Fragments echappe's du p o r t e f e u i l l e d'un ghilosophe ,VI.p.447. 2. Principe® de l a pol i t i q u e des souverains, I I . p.487. 3. Lettres a Falconet, XVIII. 225. v. aussi XVIII. 230, CXLVIII. 103. per sonne ne s a i t mieux qu'eux a. quelle s conditions i l s peu vent sHre heureux. Diderot remarque que "les r^publiques se re^crutent aux de^penses des monarchies"'*' - eVidemment parce que c e l l e s - l a donnent aux hommes l a plus grande mesure de bonheur: c'est. " l a seule espe*re de societe" qui puisse e*tre heureuse."2 C'est cette l i b e r t e p o l i t i q u e qui conduit 1'individu et l a societe au plus grand bonheur qu ' i l s puissent desirer car i l faut £tre l i b r e pour "§tre heureux et l a f e l i c i t e ' est l a mesure de l a grandeur des gouvernements. II est tout a f a i t naturel qu'une republique s o i t heureuse, car i l faut qu'un l e g i s l a t e u r consulte sans cesse les desires de l a n a t i o n 3 et prendre toujours 1'action qui sera generalement approuvee 4 - et le peuple sera toujours d*accord avec tout ce qui procurera son bonheur. Lorsque le peuple favorise une innovation e l l e est bonne et l o r s q u ' i l s'y oppose e l l e . e s t mauvaise; "Le peuple n'approuve guere que ce qui est bien. ,Me*me s ' i l a rrive que l e peuple a t o r t , tout est encore bien, car le peuple seul n'a pas besoin d'avoir raison pour que ses actes soient legaux. Mais ordinairement i l aura raison, car Diderot veut l ' i n s t r u i r e . De plus, i l c r o i t que tout le monde doit e*tre i n s t r u i t des a f f a i r e s publiques. II admirait l e parlement d'Angleterre p u i s q u f ' T ' entree en e t a i t ouverte a tout le monde et que les a f f a i r e s 1.Voyage de Hollande,XVII.p£76. 2. Refutation..,11.p.391. 8.. Encyclopedic , a r t . Legislateur. 4. Essai sur les regnes &6. III.,p.314. IXVII. 5. Principes de l a po l i t i q u e des souverains, I I . p.483. CXXXIII. 6. Plan d'une universite....,111. p.510. 104. les plus importantes de l'Etat s'y discutaient sous les yeux me*mes de l a nation assemblee. Sous de t e l l e s conditions i l ne faut pas qu'un etat agricole se developpe en une monarchie, car les fermlers merries s' interessaient aux a f f a i r e s publiques. A i n s i les citoyens, au Meu d'occuper une place opposle au gouvernement, sont le gouvernement lui,-m§me. Et s i l e pouvoir reside dans le peuple, pourquoi le li m i t e r ? Mais Diderot sent l a necessite' de l i m i t e r ce pouvoir, exerci non par le peuple lui-me4me, mais par des magistrats qui represented l a major i t ! du peuple, qui est elle-meme souvent incapable de les controller, surtout dans une grande republique. A i n s i Diderot veut preserver un principe c o r r e c t i f : i l prefere l a constitu t i o n hollandaise d l a constitu t i o n anglaise parce que c e l l e - c i donne un pouvoir i l l i m i t e aux membres du parlement. De plus, ces magistrats, par ce pouvoir derive' de leurs concitoyens, ne controTent les actions des hommes quae .jusqu'a. ce que leur v r a i bonheur se trouve dans l'exercice de leurs devoirs. A i n s i i l s ne controTent que les actions des mechants qui menacent le bonheur des autres en detruisant en m^ rne temps le leur.. En un mot, l a s o c i l t e entrave 1' individueseulement pour se defendre. En e f f e t , les magistrats sont l e s employes du peuple et stipendies par eux: ce qui leur f a i t s e n t i r plus 1. Lettres a Mile. Holland, Lettre XLIV. XVIII. p.488. 105. v i v e m e n t l e u r r e s p o n s a b i l i t e ' a l e u r s c o n c i t o y e n s : i l s en s o n t d e p e n d a n t s e t l e u r d e v o i r e s t de l e s s e r v i r : "Vous :n$etes p o i n t un s i m p l e p a r t i c u l i e r , v o u s e*tes un homme p u b l i c ; v o u s ne vous a p p a r t e n e z p o i n t a. vous seul.""'" Mime s i l e u r p o s i t i o n e s t l a p l u s e l e v ^ e , l e u r r a n g ne change p a s , c a r l e u r "elevation e s t a l o r s b a s e e s u r l e u r s e r v i c e a, l ' e t a t , q u i p r e n d l a forme d e s r e s p o n s a b i l i t e s , fondement de l e u r e l e v a t i o n , s a n s l e q u e l l e s i l s s e r a i e n t plut6*t "en l ' a i r " 2 q u ' e l e v e s f c a r i l s s e r a i e n t p o r t ! s p a r l e u r s p r o p r e s c a p r i c e s , comme un v a i s s e a u s a n s l e s t p o r t e au g r e du v e n t . P u i s q u e c e s m a g i s t r a t s r e p r ^ s e n t e n t l e pwuple, p u i s q u ' i l s s o n t l e s d e p o s i t a i r e s des f o r c e s de t o u s , d o n t i l s se s e r v e n t n p o u r l ' a v a n t a g e e t l a p r o t e c t i o n de t o u s e t de c h a c u n en p a r t i c u l i e r , i l f a u t q u ' i l s s o i e n t c h o i s i s p a r l e p e u p l e lui-me*me. l i s s e r o n t a l o r s "des hommes e t des c i t o y e n s q u i c h e r i s s e n t , q u i p r o t a g e n t d e s hommes s e m b l a b l e s 3 V eux e t des c i t o y e n s d o n t i l s t i e n n e n t l e u r p o u v o i r , " . a u l e s t a l o r s f o n d ! s u r l e b o n h e u r e t 1 ' a p p r o b a t i o n de t o u s . T o u s l e s a u t r e s moyens d ' a r r i v e r a u p o u v o i r s o n t r e j e t e s p o u r e v i t e r 1 • i m p l i c a t i o n dirigee p a r D i d e r o t c o n t r e t o u t e s o c i e t e : " C ' e s t i c i qu'on v o i t un n a i n s u r l a montagne e t un c o l o s s e 4 v a u f o n d d'un. p u i t s . " I I f a u t qu'on p e r m e t t e a un d o m e s t i q u e t r e s i n t e l l i g e n t de p a r v e n i r "a de g r a n d e s p l a c e s . L a r i c h e s s e , 1. E s s a i s u r l e s r e g n e s de C l a u d e e t de Neron, i l l . p .376. C V I I . 2. I b i d . p.243, X X I I . 3. Abrege du code de l a n a t u r e , IV, 109. 4. E s s a i s u r l e s r e g n e s I I I . p.258. 106. l a n o b l e s s e , l a p r o t e c t i o n , 1 *he /re /dite /: t o u t e s s e r o n t de n u l l e v a l e u r e t l a s e u l e q u a l i f i c a t i o n s e r a l e me'rite: " F a i t e s que....sans aucune d i s t i n c t i o n de c u l t e , dans quelque c o n d i t i o n que l e me'rite se t r o u v e , i l c o n d u i s e aux grandes p l a c e s de l ' l t a t " 1 - m e r i t e a l a f o i s m o r a l et i n t e l l e c t u e l . De p l u s , ces m a g i s t r a t s d e v r a i e n t e*tre f a c i l a m e n t deposes. D i d e r o t d i t de l a H o l l a n d e : "Les m a g i s t r a t s s o n t a m o v i b l e s ; p a r c e t t e r a i s o n i l s ne f o n t p o i n t un mal qu'on 2 ne p o u r r a i t l i e u x r e n d r e . " De p l u s , " s i l e grand homme e s t longtemps a l a t & t e des a f f a i r e s , i l y d e v i e n t d e s p o t e . " 3 C e t t e forme r e p u b l i c a i n e decgouvernement i m p l i q u e n a t r u e l l e m e n t l a d i v i s i o n de l ' a u t o r i t e " ' , f a v o r i s l e done p a r D i d e r o t , q u o i q u ' i l v o i e ses i n c o n v e n i e n t s : " s o u v e n t un l e g i s l a t e u r b o r n e d e l i e l e s r e s s o r t s du gowernement e t derange ses p r i n c i p e s , p a r c e q u ' i l n'en v o i t pas a s s e z 1'ensemble, e t q u ' i l donne t o u s ses s o i n s 'a l a p a r t i e q u ' i l v o i t s e u l , ou q-grl. t i e n t de p l u s p r e s a son gout p a r t i c u l i e r , a son cara c t e ^ r e . M a i s c e t t e d i v i s i o n de l ' a u t o r i t e parmi t o u s l e s c i t o y e n s - c a r tous ont un roTe a j o u e r dans l e s a f f a i r e s p p u b l i q u e s - n ' i m p l i q u e pas un manque de l a s u b o r d i n a t i o n , " l i e n de l a s o c i e t e " 5 , sans l a q u e l l e " i l nky a u r a i t aucun o r d r e dans l e s f a m i l i e s n i dans l e gouvernement c i v i l . " 1* E n t r e t i e n d'un p h i l o s o p h e avec l a m a r e c h a l e , p.517. 2. Voyage de H o l l a n d e , X V I I . p.400. 5. E s s a i s u r l e s re*gnes I I I . , p.S24,325. 4. Encyclopedie, a r t . l e g i s l a t e u r . 5. I b i d . , a r t . S o c i e t e . 6. I b i d . 107. L r unite' du tout nai t de l a subordination qui donne de 1 T harmonie a l a v a r i e t ! de l a s o c i e t l . I l faut que tous se soumett.ent a l ' a u t o r i t e ' legitime et aux l o i s tant qu ' e l l e s sont necessaires - soumission possible seulement dans une societe i n t e l l i gen t e: "Plus une nation est ^ c l a i r ^ e , plus e l l e se prete aux demandes d'un gouvernement Equitable,"-'" car e l l e ne s* inc l ine que devant les devoirs basis sur Ta ra ison qui, a mesure que les lumieres se rlpandent, d^place toute autre a u t o r i t ! e t rangl re . 1. Refutation su iv ie , I I . p.397. 108. Chapitre IV. La L e g i s l a t i o n . Quand les hommes etaient une multitude d'etres i s o l e s , le ressort p r i n c i p a l qui diri g e a l a conduite de chacun, c ' l t a i t son interet p a r t i c u l i e r : i l v i v a i t sous l a l o i de l a nature qui l u i p r e s c r i v i t de se proteger lui-meme et tout ce q u ' i l avait gagne a l a suemff de son fron t , c'est-a-dire, de se rendre heureux. Et quand les hommes se sont reunis en socie'te pour se proteger de l a violence, puisque leur organ-i s a t i o n ne changeait pas, leur But r e s t a i t le meme. La nature avait auparavant d i t a. chacun separement Rends-toi heureux sans te nuire a toi-mtme, ou, en d'autres termes: Preferes le bien au mal. Mais, une f o i s l e s hommes reunis, e l l e modifia son code et l u i donna une forme propre a l i e r les hommes ensemble: " J ' i n v i t e au bonheur tous les mortels a i n s i que t o i , ce n'est qu'en les rendant heureux que tu le sera toi-meme,"""" ou, en d'autres termes: Preferes l e bien general ou bien p a r t i c u l i e r . La nature exhortait les hommes a l a mime chose, mais le moyen de 1* atteindre avait chang!, et beaucoup d'hommes ne s'en rendaient pas compte, et ne cessaient pas de pour-suivre l e s monies vieux sent ier s. l i s me'connaissaient leur i n t ^ r S t p a r t i c u l i e r et ne comprenaient pas completement 1' exhortation de l a nature - et leurs semblables souffraient "a 1. Miscellanea philosophiques, IV. p.110. 109. cause de l e u r i g n o r a n c e . La r6ponse de ces d e r n i e r s dont l e bonheur etait menace e'tait l e r e s s e n t i m e n t , don i n a p p r e c i a b l e de l a n a t u r e sans l e q u e l l e s hommes a u r a i e n t s o u f f e r t sans f a i r e des e f f o r t s pour r e m ! d i e r a l e u r s maux.''" M a i s i l s i g n o r a i e n t l a cause des a c t i o n s de l e u r s o p p r i j a e u r s : i l s l a c h e r c h a i e n t dans l a mechancete*' au l i e u que dans l ' i g n o r a n c e . E t , me'connaissant l a m a l a d i e , i l s nie*con-n a i s s a i e n t i n e v i tab lenient l a g u e r i s o n e t p r e s c r i v i r e n t des l o i s au l i e u de T e d u c a t i o n : i l s i n t e r d i r e n t aux m a l f a i t e u r s d'une f a c o n t y r a n n i q u e t e l l e s e t t e l l e s a c t i o n s , au l i e u de l e s E c l a i r e i r e t de l e u r montrer que l e u r c o n d u i t e s ' o p p o s a i t a l e u r p r o p r e i n t ^ r ^ t , au l i e u de l e u r i n d i q u e r q u ' i l s m e c d n n a i s s a i e n t l a l o i n o u v e l l e de l a n a t u r e : "11 ne f a u t pas de l e g i s l a t i o n ou l a nature a c o n s t i t u e un despote a t t e n t i f , j u s t e , ferine, e c l a i r e , qui recompense e t q u i pun i t t o u j o u r s avec p o i d s e t mesure; 1 * i n t e r e t , sans c e s s e f a v o r a b l e a ceux qui le c o n s u l t e n t sagement, n ' e s t j a m a i s c r u e l que pour ceux qui 1'entendent m a l . " 2 La n a t u r e a montre aux hommes r e u n i s en societe" que 1 ' i n t e r i t p a r t i c u l i e r s ' a c c o r d a i t avec 1* interest ge'neral, e l l e l e s a i d e n t i f i e s , e t ceux q u i ne l a comprenaient pas, ceux q u i e n t e n d a i e n t mal l e u r p r o p r e i n t e r e t SlQavaient b e s o i n que de 1 ' e c l a i r c i s s e m e n t pour apprendre 'a l e c o n s u l t e r sagement. M a i s , a u c o n t r a i r e , on l e u r i m p o s a i t 1. E s s a i s u r l e s regnes de Claude et de weron, I I I . p.282. 2. Voyage de H o l l a n d e , XVII. p.391. 110. des l o i s humaines - des l o i s c i v i l e s - qui sernblaient alors restreindre l a nature. E l l e s etaient bonnes, car e l l e s i n t e r p r l t a i e n t simplement les l o i s naturelles - mais e l l e s ni les expliquaient pas: "ce n'est pas assez que les l o i s connue."-'" S i l a raison de ces l o i s c i v i l e s e t a i t bien comprise, s i l'on montrait clairement comment l ' i n t e r e t de tous et de chacun en p a r t i c u l i e r se trouvait dans 1'adopt ion par tous des principes de conduite p r e s c r i t s par ces l o i s , le besoin en d i s p a r a i t r a i t . Mais puisque les malfaiteurs ne comprenaient pas les l o i s c i v i l e s et puisqu'on les f o r c a i t de leur o b l i r aveugllment, i l s en sentaient les poids. C'e'tait eux qui I ta ien t sous le joug de 1'oppression, car "l ' D b^issance ne doit point etre aveugle." La l o i c i v i l e leur semblait un f r e i n au droit de l a nature, et leur conformite' a. e l l e e ' tai t l e s a c r i f i c e tout pur d'eux-memes. A i n s i c'est a. des infracteurs preexist ants que les l o i s c i v i l e s doivent leur origine: "La l o i serait absurde, sans l'existence presuppose d'un coupable et d'un i n f r a c t -eur." En un mot, l e s questions de p o l i t i q u e ne se t r a i t e n t point par abstraction, comme les questions de ge'ome'trie et d' ar i thine* t ique. Les l o i s ne se formerent nulle part a p r i o r i , sur aucun principe g l n l r a l e s s e n t i e l a l a nature humaine," 4 1. Lettres a* Falconet, XVIII. p.297. §. Encyclope'die, a r t . obeissance. 3. Essai sur les rdgnes de Claude et de iMdron, I I I . p.285. 4. Misc. P h i l . , IV. p.55. 111. car, avant que les hommes se soient reunis en socie'te^, l a l o i naturelle ne tenait pas compte des autres etres: le besoin d'une influence restreignante se presents seulement aprls 1' union - et cette influence trouva son expression dans les l o i s , qui ne s'addressaient rlellement alors qu'aux mechants, mais puisque le l e g i s l a t e u r n'a aucun moyen de les discerner, i l rend ses l o i s generalss. Plus tard, i l est v r a i , quand Diderot avait appris de 1'experience l a durete des peines i n f l i g e e s par l e s hommes, i l l u i semblait qu'apres tout, peut-etre que les l o i s naturelles etaient enfreintes plus souvent par l a nie'chancete' que par 1' ignorance, que ces malfaiteurs connaissaient 1'injustice de leurs actions n u i s i b l e s au moment meme q u ' i l s les commettaient. En ce cas, puisque ce remords de l ' a c t i o n , s uite d'un sentiment naturel de l a j u s t i c e , c o n t r a r i e r a i t leur bonheur, i l s n' ignoreraient pas que leur bonheur ne se tr o u v a i t pas dans une t e l l e conduite - qui ne pourrait s'expliquer alors que par l a nie'chancete'. Si c'est l a l a veritd', les l o i s c i v i l e s sont alors l'expression d'un sentiment anterieur de la j u s t i c e , commun a tous l e s hommes, et puisque ce sentiment de l a just i c e est commun a tous, une conduite qui le c o n t r a r i e r a i t n'est pas l a suite de 1'ignorance, mais c e l l e de l a mechancete'. Les hommes alors s'intersssent a i n f l i g e r des peines aux autres, 1 1 2 . a detruire le bonheur des autres, plutot qu* a chercher leur propre bonheur et peut-etre mtrne que ce remords, suite de la v i o l a t i o n du sentiment naturel de l a ju s t i c e , est contre-balanee par l e p l a i s i r derive' d ' i n f l i g e r des peines aux autres Mais cette doctrine pessimiste, a n t i - s o c i a l e et misanthropique ne s'accorde pas avec le oaractere de Diderot: c'est une doctrine expriraee dans un moment de grande douleur par un homme dans sa v i e l l e s s e quand i l i t a i t trop eige' pour se proteger des attaques d'un ami qu'dl avait secouru et ainie/, au moment meW q u ' i l craignait que son nom passat a. l a posterite', plus chere a l u i que l a l i b e r t l et l a vie elle-meme couvert de l'ignominae, sans q u ' i l exit le temps ni l a force de se j u s t i f i e r . Done, nous guidant par sa vie et par les doctrines auxquelles i l revient le plus souvent, nous repetons que les l o i s c i v i l e s sont le r e s u l t a t de 1' ignorance de quelques-uns, le re'sultat de l a connaissance des autres que leur bonheur e t a i t menace7 - et pas d'un sentiment ante^rieur de l a jus t i c e : qui s e r a i t en e f f e t une base tres f a i b l e car i l depend plutot de 1'organ is at ion qui varie chez tous les hommes. Les l o i s c i v i l e s ont une base plus stable: c'est l a l o i sociale de l a nature qui nous d i t que nous ne pouvons pas etre heureux dans la societe' sans f a i r e le bonheur des autres. A i n s i e l l e s dlcoulent "des rapports actuels de l'homme avec se semblables" 1 rapports qui ne sont pas a r b i t r a i r e s mais qui sont necessaires et aussi durables que l a socie'te - rapports 1. Pland'une universite 7 pour le gouvernement de l a Russie, H I . p.490-491. 113. qui sont hors de 1'autorit4 des hommes. En ef f e t , l a science legis la t ive est gouvernee par l e m#me d^terminisme qui gouverne non seulement l a nature physique, mais aussi les actions de toutes les especes ne^es d ' e l l e . Puisque le hut de toute l a l eg i s la t ion , c ! e s t de rendre les hommes heureux et puisque les hommes ne peuvent "itre heureux en society sans suivre cette l o i sociale de l a nature, i l faut que l a l e g i s l a t i o n l a suive. Ges rapports, etablis par l a l o i de l a nature entre les homm.es et propres a les l i e r devraient done "Stre l a base enlbranlable de leur conduite.''" Nature llement i l s sont renferrn.es dans l'espece et dependent de la similitude d* organisation de l'espece en general, du point auquel l'espece est arrivee dans son adaptation a l a nature: c'est 1'imperfection de cette adaptation qui donne naissance a ces rapports, qui sont done glneraux, car i l s ne considered que l ' e t a t de 1' adaptation de 1'estece en g!neral et' pa.s les particularities d'organisation qui different dans chaque in d i v i d u . Done le legislateur d o i t modeler ses l o i s sur ces rapports genlraux et i l ne peut pas t e n i r compte des a p p l t i t e s p a r t i c u l i e r s : "des l o i s propres a. l a genlral i te des e s p r i t s ne peuvent 'etre des l o i s p a r t i c u l i t r e s , " car autrement le r e s u l t a t s e r a i t le meme que s i les l o i s de la nature physique n 'etaient pas glnerales: "je pense que, s i tout ne s'executait dans l a 1. Misc. P h i l . IV. p.109. 2. Plan d'une u n i v e r s i t e ,111. p.434. 114. nature par des l o i s infiniraent gene^rales; s i , par exemple, l a piqure de certains corps durs etait'douloureuse, et c e l l e d'"autres corps accompagnle de p l a i s i r , nous mourrions sans avoir r e c a e i l l i l a cent millionieme partie des experiences necessaires a l a conservation de notre corps et *a notre bien.""'" S i le l e g i s l a t e u r taohait d'accommoder une l o i avec ces appetits p a r t i c u l i e r s , les resu l t a t s seraient affreux, i l donnerait l i e u a cinquante mechants de 1'enfreindre. et a dix "honnetes gens" de 1'observer: les dix "honnetes gens" seraient ceux a 1'organisation p a r t i c u l i e r e desquels l a l o i serait favorable. Done, le l e g i s l a t e u r doit conformer ses l o i s a ces rapports generaux qui existent entre les membres de cette espe"ce humaine reunie en societee. , S ' i l tache de creer des rapports a r b i t r a i r e s se A basis sur ses propres caprices, s ' i l / f a i t le maitre du bien et du mal en attachant le bien a des actions nu i s i b l e s et le mal a des actions innocentes ou u t i l e s , i l res t r e i n t les actions non seulement de ceux qui manquent "a. leur devoir, mais aussi de ceux qui y sont d l j a devouls. 1 ce compte " i l n'y a point de bonte qu'on ne put t ' i n t e r d i r e , point de. mechancete A 2 qu'on ne put t'ordonner." Alors, malheur aux peuples! car, puisque les l o i s sont contraires aux l o i s de l a nature, i l s ne peuvent pas leur obeir: de la "on se hla^ me , on s'accuse, on se suspecte...." 3 La s o c i l t e "ne sera qu'un ramas d' 1. Lettres sur les Aveugles, I. p.320. 2. Supplement au voyage de Bougainville, I I . p.225. 3. Ibid. I I . , p.226-227. 115. hypocrites qui foulent secretement aux pieds les lois'.''-" Alors, on peut dire avec verite que le nombre des vices est "a. prop-ortio n du nombre des l o i s . " 2 H y a d'autres l o i s qui tstchent de relever les hommes hors de leur sphere naturelle a. un sornmet sublime. Quelques-uns auront l a force d'ltouffer l a nature et de leur o b l i r , et peut-etre que ceux-ci seraient c o n s i d e r s rneilleurs, mais la majorite 7 s'en trouverait mar, et m l r i t a i t plus de blame, car "exiger trop de l'homme, ne s e r a i t -ce pas un moyen de n'en r i e n o b t e n i r ? " 3 II vaudrait beaucoup mieux conformer l a l e g i s l a t i o n a l a nature que d'en m u l t i p l i e r les i n f r a c t i o n s en s'y opposant et "tout ressort p o l i t i q u e qui tend a. Eloigner l'homme de l'homme est mauvais," 4 car ce contraste de l'homme naturel avec l'homme a r t i f i c i a l est l ' h i s t o i r e de presque toute notre misSre A i n s i , toutes les l o i s doivent necessairement se conformer au code so c i a l de l a nature s i e l l e s doivent ^ t r e obeies. Diderot voi t le r i d i c u l e dans l' e t a t present des choses ou l a l o i de l a nature, l a l o i c i v i l e et l a l o i r e l i g -ieuse sont en contradiction, et i l voit aussi l e resultat inevitable, c'est-a-dire que toutes les t r o i s seront meprisees et i l n'y aura n i hommes, ni citoyens, n i croyants.® De l a l a degradation des moeurs qui ne seront arneliore'es 1. Supplement au voyage de Bougainville, I I . p.226 , 227 ; 2. Essai sur les regnes...., I I I . p.265. 3. Ibid. p.343. 4. le P£re de fam i l i e , I I I . , p.182. 5. Supplement au voyage .., II . p.246. 6. Lettres a Falconet, Lettre XVII. p.23'7' 116. qu'en fondant la morale sur les rapports eternels qui s u b s i s t e d entre l e s hommes: alors l a l o i r e l i g i e u s e devient superflue, et l a l o i c i v i l e ne doit §tre que l'enonciation de l a l o i de l a nature. Ces rapports ne sont pas l t e r n e l s dans le sens p o s i t i f du mot, mais seulement aussi durables que 1*espece: l a nature d i t , "mes l o i s seules sont irorauables, universelles, irr/formables, f a i t e s pour r e g l e r en tous lieux, en tout temps l a soit de l a race humaine. ^  Mais, quoique Diderot pense que l a l o i de l a nature s o i t generalement constante, neanmodms i l se rend compte qu'elle subit des modifications a cause de la difference de l a la t i t u d e qui parvient a. constituer l ' e s p r i t ou l e caractere national:^ "II y a un climat peu propre "d certaines vertus, tres favorable a certains v i c e s . " De plus, i l faut se souvenir que les hommes de l a montagne, de l a plaine et des rnarais ont chacun leur temperament, leur caracte're, leurs passions et leurs maladies. Puisque cet element du climat determine l a maniere de vivre des hommes, i l aura necessairement une grande influence sur l a l e g i s l a t i o n . Par example, les peuples du nor& trouvent l a l u t t e pour l'existence plus dure et plus d i f f i c i l e que leurs semblables du midi. La nourr.iture est plus d i f f i c i l e a obtenir, et i l faut q u ' i l s t r a v a i l l e n t pour se proteger contre le f r o i d , tandis que les 1. Miscellanea Philosophiques, IV. p.113. C'est moi qui souligne. 2. Refutation suivie de 1'ouvrage d'Helvetius..., I I . p.320. 3. Ibid., I I . p.367-368. 117. peuples du rriidi ont besoin du repos pour se p r o t e g e r contre le chaud et tandis qu'ils reposent, i l s veulent de 1'amusement, mais leurs freres du nord se soucient toujours du necessaire. Geux-ci sont done plus devours a l a raison et ceux-1^ aiment le sentiment. Dans de t e l l e s circonstances l a l o i de l a nature varie e t s'arroge une forme un peu modifie^e selon de climat. Diderot introduit aussi une autre ele'ment dans la s l a t i o n : i l faut considerer 1'influence du temps: "C'est du climat et du temps, dont on ne meprise point impuaament l a lecon, que les nations ont appris quelle devait e*tre leur maniere de vivre .habitaeHe . "•"" De plus, i l faut qu'un l e g i s l a t e u r a i t "plus d' egards aux prejug^s, aux opinions, aux nioeurs I t a b l i s , " 2 Quelquefois i l faut qu'un l e g i s l a t e u r combatte les moeurs, £ t alors l ' e s p r i t du peuple s'ecarte de l ' e s p r i t des l o i s , mais "tant que l a contradiction des moeurs et de l a l o i durera, les hommes seront dans une position bien absurde. S i unte m i l i t a i r e accepte un duel, i l est poursuivi par l a l o i : s ' i l le refuse, i l est fi^shonore: q u ' i l accepte ou q u ' i l refuse, i l est sur de perdre son e*tat."3 A i n s i le l e g i s l a t e u r doit interpreter les l o i s de l a nature selon son s i e c l e , son pays et ses moeurs, dont tous, dans quelque mesure, pr^cisent un peu l a l o i n a t u r e l l e . Ce sont ces considerations qui font que les phenomenes conjoints en p o l i t i q u e , science conjecturelle, ne sont que contingentes . au Voyage de Hollande, XVII. p.369. 2. Encyclypedie, arfe. l e g i s l a t e u r . 3. I I sc:;i Jltb*. i M i spit S9 Q, 118. au l i e u de necessaires comme en mathematiques, en physique et en d'autres sciences rigoureuses. Mais le l e g i s l a t e u r ne doit jamais s'ayeajgoleiE* par ces considerations: l a l o i de l a nature ne doit jamais varier I un t e l point qu'"on appelle crime chez t o i , ce que nous regardons i c i comme un acte agrlable de l a d i v i n i t l . " 1 Ses principes f ond anient aux sont modifies, mais i l s ne doivent jamais d i s p a r a i t r e , car alors i l y aurait deux sortes de l o i s , "les unes d'une, ^ quits', d' une generality absolue, d'autres bizarres, qui ne doivent leur sanction qu'a 1'aveuglement ou a l i a necessit! des circonstances." & Ces l o i s "bizarres" doivent leur existence a l a f a n t a i s i e d'un Legislateur qui ouhlia q u ' i l ne faut jamais preferer l ' i n t e r e t d'un moment a l ' i n t e r e t de l a vie et qui f i t le supplice done de l'homme de bien, par exemple v 3 ce l l e l o i qui poursuivit a l a mort le grand Socrate. En ce cas, puisque les l o i s rnauvaises existent, comment d i r e q u ' i l faut se soumettre a toutes les l o i s , car " i l est dur d'assujetir des hommes sense's, par le respect pour une mauvaise l o i , mais bien Ividemment mauvaise, a 1' autoriser de leur exemple, et a se s o u i l l e r d ' a c t i o n s eontre lesquelles leur ame et leur conscience se r e v o l t a i e n t V 4 C'est saas doute mieux pour IM-meine que d'obeir aux l o i s , car c'est un "bon o r e i l l e r " que c e l u i de l a r e l i g i o n et des l o i s . 1. les Bijoux i n d i s c r e t s , IV. p. 196. 2. le Neveu de Rameau, V. p.394. 3. Lettres a Falconet, XVIII. p. 174. 4. Salon de 1767, XI. p. 122. 5. Entretien d'un pe"re avec ses enfants, V. p.301. 119. Mais i l faut considerer l ' i n t e r e t general: "Celui qui, de son autorite privee, enfreint une mauvaise l o i , autorise tout autre a enfreindre les bonnes.""'" Mais cet inconvenient n'est que passager et propre a sa generation. Si l'homme Eclaire* ne reclame pas contre l e s l o i s mauvaises, e l l e s dureront, et dans l a suite- les r e s u l t a t s pourraient etre dangereux, oar ces l o i s sont sesceptibles du me^ me sort que beaucoup d'autres i n s t i t u t i o n s c i v i l e s : " e l l e s degexeTent 'a l a longue en Id)Is surnaturelles et d i v i n e s , " 2 - procId4 d 1autant plus funeste que les l o i s sont mauvaises. Done, Diderot conclut, " i l n' y a point de l o i s pour le sage...Toutes etant sujettes a des exceptions, c'est a l u i q u ' i l appartient de juger des cas ou i l faut s'y soumettre ou s'en a f f r a n c h i r Mais enfin Diderot a de l a confiance dans 1' e f f i c a c i t e de l a bonne l e g i s l a t i o n : c'est e l l e qui donnera secours a l'education dans sa tache d'enseigner aux hommes que le devouement au devoir enfantera-machinalement l e bonheur: e l l e mettra en pratique 1'enseignement thlorique de l'education et <8onf irmera les doctrines par 1'experience . De plus, cette bonne l e g i s l a t i o n sera expliquee et 1'observation de ses prescriptions ne sera point aveugle. A i n s i , peu a. peu, tous les hommes se rendront compte des v r a i s moyens d'ar r i v e r au bonheur, et leur jugernent une f o i s E c l a i r ! sur ce point, 1. Supplement au voyage de Bougainville, I I . p.249. 2. I b i d . H . , p.202. 3. Sntretien d'un plre avec ses enfants, V. p.307. 120 . leurs passions qui leur disent de se rendre heureux les porteront par le chemin in&ique' jusqu'au but desire. Peu a peu, de cette facon, les l o i s deviendront superflues, e'tat ide'al de l a socilte 7. B• L a Justice. La justice est 1'action de rendre V chacun ce qu 1 i l me'rite'. Quoique Diderot, a une phase p a r t i c u l i e r e de sa vie , crut a un sentiment i n h e r e n t de l a just icej neanmoins ce n'a'tait pas cette d i r e c t i o n que sa pensee 1 a prise habituelle-ment. La ju s t i c e , a son avis, n'est pas un sentiment naturel, mais plutot c'est l e proced! automatique dans lequel le devoument sux devoirs de l a part de chacun donne naissance au bonheur en r e s u l t a t i n e v i t a b l e e t necessaire. Puisque la justice accompagne toujours l a pratique de l a vertu par tout l e monde, Diderot parvient a l e s identifier." 1" Mais s i un seul membre de ce grand corps s'eearte de son devoir, l a vertu des autres n'amenera pas l e bonheur - i n j u s t i c e i n t o l e r a b l e : puisque l a cause - le devourment de tous a. l a vertu - a subi des v i c i s s i t u d e s , i l est inevi t a b l e que 1'effet - le bonheur -manquera de suivre. L' infracteur a mis des batons dans les roues du mecanisme, le fonctionnement de toute l a machine souffre, et i l ruine non seulement son propre bonheur mais aussi c e l u i des autres. C'est ce manque de bonheur de l a part 1. Lettres a Falconet, XVIII. p.159. v. aussi Essai sur les R§gnes, etc. H I . p.312. 121. de 1* infracteur s u i v i par l a douleur qui est l a vraie conscience morale. Cela ne veut pas dire q u ' i l a l a conscience de sa faute au moment rotme q u ' i l l a commet, mais plutot q u ' i l sent l e remords, suite de son manque de bonheur et de l a conscience q u ' i l a Tenoned et 1'estime des autres dont le bonheur est outrage7. II n'a pas agi dans l ' i n t e r e t de son propre bien puisque l a nature a voulu que c e l u i - c i s o i t identifie' avec le bien general q u ' i l a v i o l e : de l a son malheur et de la" ces deux chatiments,"1'un au fond de notre coeur, un autre dans le sentiment d'aversion que nous ne manquons jamais d'inspirer aux autres." 1 Puisque les hommes ont senti 1'injustice de ce que l a vertu ne m^ne pas toujours au bonheur a cause de l'e'garement de ces ignorants, i l s ont institue' un systeme de peines propres a punir ceux qui renversent ce proclde de l a justice qui devrait e'tre naturel et a les forcer de poursuivre le bien general. Mais, on pourrait objecter, i l s ont d l j a i nstitue un systeme de o i s dans le but de forcer ces ignorants de modeler leur conduite selon l'lnte ' reH general. CSest v r a i -mais, i l s ne leur ont pas indiqu! que c e l u i - c i est ident i f i e ' avec leur interet p a r t i c u l i e r . A i n s i 1'infracteur est encore denue' du seul ressort vraiment efficace de l a vertu: l ' i n t e r e t personnel - et i l est encore encourage7 a enfreindre l a l o i 1. Lettres a Mile. Volland, XIX. p.321. Lettee GXXV. 122. c i v i l e . Puisque ces l o i s c i v i l e s sont, a. cause de leur insufg-isance, sujettes a 1'infraction, l a societe a ete forcee de cette premiere erreur a cette seconde erreur plus s^rieuse encore dans l'espoir de r e c t i f i e r l a premiere et de rendre efflc.aces leurs e f f o r t s pour e t a b l i r I'ordre: mais deux i n j u s t i c e s ne font jamais une justice - de l a tant de rnalheurs, car l a societe' n'a pas pu s'arreter l a mais e l l e a lite poussee de l o i n en l o i n a mult ip'-jb i e r et a compliquer a l ' i n f i n i les l o i s et les peines et a. les rendre de pifcus en plus seVeres. E l l e a tache de suppleer a 1'inefficacite' des peines de l a , nature, le malheur, - in e f f i c a c e car 1' inf racteun?. est encore ignorant - par des peines a r t i f i c i e l l e s plus i n e f f i c a c e s encore que c e l l e s de l a nature et meme nu i s i b l e s car outre le malheur dont nous avons p a r i ! , i l y a unSs autre malheur qui r ^ s u l t e d' un sentiment de liberte* entrav! et qui excite aux crimes plus grands encore car quand on nous ordonne de f a i r e t e l l e ou t e l l e chose, notre liberte' est revoltde et nous faisons le contraire. A i n s i cette justice humaine et a r t i f i c i e l l e est non seulement inefficace mais aussi un incouragement au crime par sa nature a r b i t r a i r e et tyrannique. De plus, puisque la l o i de l a nature varie selon le climat, etc, et puisque l a l o i c i v i l e varie avec e l l e , l a j u stice c i v i l e v a r i e r a i t aussi d'un pays a l'autre g comme aussi l a justice n a t u r e l l e , car dans l'un pays une certaine action amenerait le malheur, tandis que dans l'autre la meme action produirait un malheur moins a f f l i g e a n t : "les actions 123. auxquelles on donne le nom& de justes varient selon les pays." 1 Mais le changement ne doit 9 t r e qu'une modification et pas une revolution complete. Puisque les l o i s fondamentales de la nature sont infiniment gen^rales, l a conf orriiit! a sa l o i produit le bonheur et son i n f r a c t i o n , l e malheur, pareillement dans tous les hommes sans exception car leur organisation est arrivee au mtme point dans leur adaptation au milieu . Mais cette justice a r t i f i c i e l l e et c i v i l e n'est pas s i universelle - e l l e est a r b i t r a i r e et depend de 1'organisation p a r t i c u l i & r e de c e l u i qui l'invente: "l'homme ne f o r t est moins e n c l i n a. l a justice qui l i e les bras nerveux, que le f a i b l e qu'elle protege et dont e l l e f a i t toute l a force;" de l a l'incapaoite des r o i s et de Dieu de rendre l a justice selon nos conceptions. Mais l a justice c i v i l e depend aussi de 1'organisation de ceux sur lesquels e l l e s'exerce: "Si l a jus t i c e de l a terre cheitie egalement des machines semblables, c'est qu'elle ne saurait / i 3 n i apprecier n i t e n i r etat de ces dissemblances," et'manquant de l a sagesse de l a nature, e l l e les f a i t s o u f f r i r \ cause de ces dissemblances, car ses l o i s , au l i e u de rester ge'ne/rales et propres a l'espece en glndral se sont subiilesees, s u b t i l i e a n t par l a les vices, et mult i p l i a n t necessairement les peines. A i n s i l a j u s t i c e , au l i e u d'etre le r l s u l t a t 1. Introduction aux grands principes, I I . p.8b-8o. '2. Refutation........ I I . p.367. 3. Ibid., I I . p.446. 124. inevitable de 1 ' i d e n t i f i c a t i o n de 1'interest general avec 1' interet p a r t i c u l i e r et 1'observation consequente des deux par tous, devient 1'observation des l o i s c i v i l e s ^ - etat de choses heureux pour l a majorite tant que les l o i s c i v i l e s i n t e r p r l t e n t l a nature, mais malhaareux pour ceux qui sont a i n s i force's d' etre justes aveuglement et malheureux pour tous s i les l o i s c i v i l e s sont a r b i t r a i r e s , car alors e l l e s manqueront de donner le bonheur aux vertueux - et le proce'de' n'est pas l a justice mais plutot l a justice selon l a l o i : cette justice a r t i f i c i e l l e contrarie tout le but de la societe. Diderot ne manque pas de comprendre l a f u t i l i t e " d'une t e l l e p o l i t i q u e . II contraste ces deux tribunaux: c e l u i du coeur, de l a raison, de l a con-science, de l'e'quite' naturelle, et c e l u i de l a l o i c i v i l e 2 , et i l pr^f^re le premier auquel preside l'homme a*, c e l u i auquel preside l'homme de l o i , car "est-ce que l'homme'n* est pas ant^rieur a l'homme de l o i ? Est-ce que l a raison de l'espece humaine n'est pas tout autrement sacree que l a raison d'un idgislateur."4 En e f f e t , 1'ide'al de Diderot s e r a i t un ^tat oil l a j u stice se rendrait imperceptiblement, mais, en attendant cet ide'al, i l ne ferine pas les yeux sur le r l e l et i l p r e s c r i t des regies a ceux qui tSchent de rendre l a justice a r t i f i c i e l l e -1. Introduction aux grands principes, I I . p.85-89. v.aussi p£8. 2. Entretien d'un pgre avec ses enfants,V. p.295-296. 5. Ibid., S. p.301. 4. Ibid. , V. p.301 125. merit, c 1 est-a-dire, a ceux qui taVnent de rendre le bonheur a. -Zaj^n. caGi^ vk^ A -vwjm*^1 «.«*^ a«^w< <a-c> i. ceux q u i A l e menacent. Mais a quoi bon punir ceux qui ne sont pas l i b r e s qui ne sont pas les maitres de leur propre conduite et dont l a destinle est "Serine la-haut"? 1 "Mais quoique l'homme bien QU malfaisant ne soit pas l i b r e , Ithomme n'en est pas moins un e"tre qu'on modifie De la" les hons e f f e t s de 1'exemple, des discours, de l'education, du p l a i s i r , de l a douleur, des "N 2 grandeurs, de l a misere." Mais on ne peut pas le modifier par l a vive force: l a jus t i c e c i v i l e doit "etre rendue efficace par l'education qui peu a. peu l a depaacera comp l e t erne nt a. mesure que les l o i s c i v i l e s deviennent peu necessaires et tombent en de'su^tude. A i n s i Diderot ne favorise pas l a se'verite rigoureuse en i n f l i g e a n t des peines qui ne doivent que renforcer pour le moment 1'eclaircissement qui est l a partie l a plus importante. Mais i l ne va pas a l'autre extreme non plus, car i l y a un point au delet duquel l a cllmence cesse d' "§tre juste, et i l faut que le magistrat apprenne "a discerner ~ / /• / * "5 l a ligne e t r o i t e qui separe l a clemence de 1'injus t i c e : " "l'humanite envers un coupable d o i t - e l l e l'emporter sur le soin de d l l i v r e r les peuples des brigands et des assassins qu'on leur envoie par une fausse compassion? Pensez que quelques minutes de tourments dans un s c l l e r a t peuvent aauver Jacques le f a t a l i s t e , H I . p.180. 2. Correspondance g^ndrale, Lettre XI., a Landois,XIX. 5. Essai sur les regnes...., I I I . pp.289-290. 126. l a vie a cent innocents que vont Igarger ses complices, et l a question vous pa r a i t r a un acte d' human i te7. " 1 En e f f e t " l a justice est entre l'exces de l a clemence et l a cruaute," 2 et l a bont! comprend et la fermete' et l a j u s t i c e . 3 Ce sont ces principes qui rSglera l a reforme du code p^nal suggere* par Diderot. Diderot se rend compte de l a g r a v i t ! de l'e'tat de juge q u ' i l voudrait bien restreindre a ceux qui ont f a i t les preuves de probite* et de lumieres dans l a science des l o i s en abandonnant les places au concours et en faisant entrer dans les d i f f e r e n t s tribunaux de l a magistrature les e'me'rite's en d r o i t des university's. 4 II veut surtout inculquer aux juges le sentiment de leur r e s p o n s a b i l i t l qui s'arroge des propor-tions affreuses: "Vous jugez les actions des hommesI vousl Vous i n s t i t u e z des cha*tirrients et des recompenses entre des choses qui n'ont aucun rapport; vous prononcez sur l a bonte et sur l a malice des "etres: vous avez l u sans doute au fond des coeurs? Vous connaissez toute 1'impetuosite des passions, vous avez tout pese^ dans vos balances e t e r n e l l e s . Etes-vous bien surs...de n'avoir pas commis quelques actions injustes, que v o u s ^ t e s pardonn€s, parce que l'objet en I t a i t f r i v o l e , mais qui. marquaient au fond plus de malice qu'un crime inspire 7 v 5 par l a misere ^u par l a fureur." En ce cas, des conjectures T~. Des d e T i t s dt des peines, IV. p.66. 2. Pensdes philosophiques, Pensee X., I. p.130. 3. Lettre a Mme. l a comtesse de FoEbach, I I I . p.541. 4. Plan d'une universite 7..., I I I . pp.508-509. 5. Lettres a" Iville. Volland, XIX. p.54-55. 127. suffisent pour absoudre et i l faut des f a i t s p o s i t i f s qui ne puissent t t r e contredits pour i n c u l p e r . 1 Un homme est done innocent jusqu'a ce q u ' i l s o i t prouve coupable: principe cont-r a i r e a c e l u i qui caracterise les cours francaises d"aujourd'hui. Les i d l e s fondamentales qui doivent guider l a conduite d'un jugement, selon le conseil de Diderot, sont vraiment frappantes et marquent un contraste a l a r e a l i t e / de son temps: une sympathie profondement humaine r£gne dans tout son traitement de ce sujet. D'abord i l faut conside'rer l a vie passle de l'homme accuse': " l a cause d'un citoyen vertueux et honore7 s ' i n s t r u i t - e l l e comme c e l l e d'un citoyen . obscur et suspect?" 2 Comment peut-on juger de toute l a vie d' un homme sur une seule action, sur quelques instants? II faut examiner soigneusement l a vie de l'homme accuse', et s i l'on trouve q u ' i l a par-devers l u i des actions pour lesquelles on pourrait le ressusciter, " i l est selon mon coeur, et peut-etre e s t - i l encore selon l a j u s t i c e , de hasarder une opinion qui tende a blanchir un personnage i l l u s t r e contre des autor i t ^ s qui contredisent l a teneur de sa vie de sa doctrine, et 1*estime generale dont i l a j o u i . " 4 Puis i l faut conside'rer l a vie passee et le caractere des temoins, des calomniateurs et des d l l a t e u r s : "Quoi! les actions, le caractere, l a teneur de l a vie d'un 1. Essai sur les regnes..., I I I . p.191. 2. Ibid., I I I . , p.191. 3. Lettres a Mile. Volland, XIX. p.19. 4. Essai sur les rlgnes I I I . p.57. XXXVI. 128. sceTe'rat l a i s s e r a l e n t son accusation daas toute sa f o r c e ? " 1 II faut que les tlraoins aient la confiance publique sans laquelle i l s ne peuvent avoir l a confiance de l a l o i - r l g l e beaucoup plus sensee que c e l l e qui se donne l a peine de determiner leur nombre: "ce nombre ne d o i t - i l pas e*tre prop-ortionne 7 au temps, au l i e u , au caracteTe du f a i t , au earacte're de l'accuse', au ca r a c t l r e des accusateurs." 2 Mais enfin qu' importe combien de temoins se pr^sentent? C'est le caract&re du f a i t , l a nature du crime, qui joue le plus grand roTe, car i l y a des cas ou le serment de vingt hommes ne contrebalancer-a i t pas 1'invraisemblance du f a i t - et d'autres ou i l ne faudrait / 3 point de temoins. II faut examiner aussi les circonstances sous lesquelles l ' a c t i o n a ete commise - et i c i Diderot est guide7 par sa doctrine de l a r e l a t i v i t e . II ne prononce pas que t e l l e ou t e l l e action est bonne, ce qui depend plutSt des circonstances. II faut se rnettre a l a place de l'accuse' et "mesurer les forces de l a nature aux e*preuves les plus dangereuses, et reduites a* chaque instant au choix des plus dures extr^mitls," ^ car "on excede l a se've'rite' des l o i s , s s 5 lorsqu'on pese les actions sans egard pour les circonstances." II faut conside'rer ceux avec lesquels l'accuse* avait a f f a i r e dans cette action: peut-e*tre qu'un honnSte homme s'est trouve 7 par accident dans une troupe de coquins. 6 Enfin i l faut que les 1. Essai sur les regnes...., III.p.89. LX. 2. Salon de 1767, XI. p.311. 3. Misc. L i t t . I I I . p.429. 4. Essai sur les regnes..., ill.,pp.381-382. CIX. 5. Ibid.III.,p.226, IX. 6. pensees g h i l . , I. p.135. 129. juges se t ransplantent de leurs bancs au m i l i e u des v i c i s s i -tudes de l a v ie r e e l l e . De p lus , souvent l ' e s p r i t des peuples s'e'carte de l ' e s p r i t des l o i s car " l a Constance de cer tains engagements . . . p r o s c r i t s . . . .par l a l o i c i v i l e . . . . les rend respectables, et en ce cas l e fie'lit est a f f a i b l i par 1' influence des mouers generales."""" Ce se ra i t l 'essence mtme de l ' absurd i t e et de dissemblances. Et avant l a dec is ion f i n a l e , l e juge a encore une ressource pour se dormer l a rassurance complete que son jugement represente l a ve r i t e elle-meme, c 'es t d'envoyer les pieces des proces les plus coraplique's, les plus d e l i c a t s , a quelque faculte 7 de droi t d'une univers i te 7 , en supprimant le nom des pa r t i e s , et faisant a i n s i juger le proems sous des noms supposes par l a faculte 7, c e s t - a - d i r e par une assemblle de jur i sconsul tes qu i , ne cormaissant aucun des interesse's, sont necessairement exempts de tout soupcon de p a r t i a l i t e , de tout p a r t i , de toute passion quelconque qui se g l i s s e quel-quefois dans les jugements des hommes les plus inte*gres d'une maniere imperceptible et a eux-rrt&mes inconnue." 2 A i n s i l 'essence meme de l a j u s t i ce c i v i l e doit e"tre l a ver i te et 1 *equit4 na ture l le et Diderot bannit toutes les influences Itrangeres qui de^guisent et defigurent l a purete' de ces p r inc ipes , par exemple l a r ichesse : i l d^plole T~. Essai sur les regnes de Claude et de ]Ne*ron, I I I . p.74 XXIX. 2. Essai sur les etudes en Rus s i e , I I I . p. 42 -428. 130. toute 1'energie de son a*me contre cette pratique abominable du XVIII e siecle, l a vente de l a justice qui a amene tant de misere. De plus, I'avarice des ven&eurs de la justice n'est jamais s a t i s f a i t e et e l l e s'ltend de l o i n en l o i n , jusquM au point ou "les chisanes des avocats, des procureurs, des rapporteurs et des inte'resse's Iternisent les affaires."-'- Ces longeurs ruineuses rendent l a justice impossible aux pauvres pour lesquels e l l e doit §tre tout a f a i t g r a t u i t e . Une f o i s le proces f i n i quelle d.oit e*tre l a decision? quels principes doivent guider le juge en prononcant le mot f i n a l ? Surtout Diderot veut un rapjprt entre l a faute et le cheitiment: les peines doivent §tre en raison des d e l i t s . Si l e chatiment n'implique pas la vie de l'accuse, i l faut 2 tenir compte de "ce que le coupable deviendra dans l a suite:" au s o r t i r de sa detention, que deviendra-t-il? Cette question attend encore une reponse juste et met a nu toute l a f u t i l i t e ' des peines, e l l e reveTe toute l a corruption de l a justice c i v i l e : i l ne faut pas punir les crimes, i l faut les ernpecher par une Education e f f i c a c e . Mais, de l'autre cote, si le chaktiment implique la vie^ du coupable..? "Quant a l a j u s t i c e de cette peine, e l l e est fondle sur l a convention et sur i ' u t i l i t e commune. Si e l l e est necessaire, e l l e est juste. II reste a savoir s i e l l e est necessaire," et Diderot doute s i e l l e est en e f f e t necessaire. II coimnence en plaidant 1. Voyage de Hollande, XVII. p.40lT ' 2. Lettres a Mile. Volland, XIX. p.67. Lettre LXIII. 3. Des d e l i t s et des peines, IV. p.67. 131. l a l i m i t a t i o n de son usage oar son sentiment humain aussi bien que sa raison supdrieure l u i dit que la mesure dans laquelle on l ' i n f l i g e a i t a ses contemporains e t a i t affreuse. II faut • que c e l u i qui tombe sous le glaive de l a Justice soit un homme dont le retour a l a probite 7 est de/s®sp:ejc©\ "Qui est-ce qui vous a d i t q u ' i l fut pemiis d ' 3 te r l a vie a-qui que ce soit au monde, a moins qu' on en v e u i l l e a l a v3,tre? ... S ' i l est pennis de tuer pour un vo l , i l n'y a r i e n pour quoi on ne puisse tuer: on tuera pour une epingle. Si l'homieide ordonn! par l e s l o i s n'etait pas une convention a laquelle nous avons p tous souscrit, je ne sais comment on pourrait le j u s t i f i e r . " Et i l conclut qu'u"un dur et cruel esclavage est done une peine preferable a* l a peine de mort, uniquement parce que l a 3 N. v. peine en est plus e f f i c a c e , " e'est-a-dire e f f i c a c e a l a s o c i e t l , et eff i c a c e quand e l l e est accompagn6e de l ' ^ c l a i r -cissement. Diderot ne s ' i n t l r e s s e pas a" l a punition d'un homme, mais plutot a son retaur a l a vertu, tache de l'educa-t i o n . Mais Diderot ne t r a i t e pas seulement des d e l i t s et des peines: i l t r a i t e aussi des vertus et des recompenses: "assurez a l a vertu sa recompense, comme vous avez assure \ l a me'chancete son cha'tlment."^ Naturellement son ideal une f o i s accomplirp. ce s e r a i t peu necessaire, car l a reommpense de l a preference du bien g l n e r a l au bien p a r t i c u l i e r et du 1. Misc. p h i l . , IV. p.62. ' 2. Lettres a Mile. Volland, XIX. pp.55-56. Lettre LX. 3. Misc. p h i l . , IV. p.68. 4. Entretien d'un philosophe avec l a marechale de *•••,II.p.517. 132. denouement aux devoirs se ra i t ine'vltablement l a s a t i s f ac t i on de l ' i n t e r e t personnel. Mais sur ces en t re fa i tes , l a suggestion de Diderot pourrai t suppl ier aux doctrines de 1' education. C ' es t par le moyen des recompenses q u ' i l espere r e s t i t u e r au systeme c i v i l un ressort dont e l l e avait grand besoin et l 'absence duquel a donn! naissance a 1' infraction des l o i s et a 1' ineff icaci te de l a jus t ice c i v i l e : lffiinteret personnel: "On commet le crime par in te re t [mal comprisj , on aimerait autant prat iquer l a vertu par le meme m o t i f . " 1 En I t ab l i s san t un systeme de recompenses pour l a ve r tu , on i d e n t i f i e l ' i n t e r e t general et l ' i n t e r e t p a r t i c u l i e r jusqu'a ce que l ' l d u c a t i o n a i t compllte sa ta*che. On off re done aux doctrines de l ' l d u c a t i o n des exemples concrets -qui nlanmoins deviendront peu "a peu moins necessaires. La jus t ice c i v i l e d i r ige ra a i n s i l a societe vers 1'ideal de Diderot. 1. Lettres a Mile. Volland, Lettre LXXIII, p.107. 133. ChapItre V. L'individu s o c i a l ; Liberte', Egalite", Fraternite'. Jusqu' i c i nous nous sonrmes occupe's sur tout de la societe" dont le but est de procurer le bonheur de chaque individu qui le compose. Nous avons vu comment les ^ C l a i r e ' s ont tyrannise^ les ignorants par des l o i s , quoique peut-•etre bonnes, cre'e'es par des lSfgislateurs c h o i s i s par le peuple mais repnesentant seulement l a majorite^et Vetus done d'une autorite' l i m i t e e . Nous avons vu comment ces le'gislateurs ont meoonnu leurs devoirs et au l i e u de se l i m i t e r 1 restreindre les ignorants et "a engager le secours de chaque individu dans la lu t t e contre l a nature, ne sont mere's de l a conduite des vertueux par la c r e a t i o n de l o i s a r b i t r a i r e s , s u p e r f l u e s et compliquees, donnant naissance a des rapports a r t i f i c i e l s entre l e s hommes, a i n s i ajoutant et leurs fardeaux. Toute cette p o l i t i q u e a amen! une condition malheureuse ou l a societe* a tyrannise ses membres comme individus. Mais pour exercer cette tyrannie, e l l e se sert non seulement de ses l©is mais aussi d'un instruraent plus a r b i t r a i r e encore^si c ' e s t possible: e l l e tftche d'imposer sur. chacun ses gouts et ses'opinions, tanfCt t r a n s i t o i r e s et tantot se consacrant en moeurs qui contrarient souvent l es l o i s , mettant 1'individu dans une p o s i t i o n bien r i d i c u l e . Enfin l a force de cette tyrannie s o c i a l e tein t chacun pareillement d 'une monatonie, r£voltante au. gout 134. aestIretique de Diderot. L'education d'abord, ensuite le grand usage du monde usent les hommes "comme ces pieces d'argent qui, It.foiEce de c i r c u l e r , perdent leur emprunte." 1 Diderot se rendait compte de l a necessite" inevitable de ce conf orrai sine dans une socie ' te bien organisme: peut-^tre e s t - i l m€me avantageux. Mais i l aimaiib les francs originaux, les "&mes au fond desquelles . gotit i l reste je ne sais quoi de sauvage, un/pour l ' d i s i v e t e , l a 2 franchise et 1'independence de l a vie p r i m i t i v e . " Diderot ne porte pas son admiration de 1'originalits' jusqu'et 1'insociab-i l i t e , le plus grand crime a ses yeux; mais n€anmoins i l se rend compte comme nous 1'avons vu de l a ti f f e r e n c e d'organis-ation qui donne a chacun un caractere d i s t i n c t et i l veut donner a l a personnalite l'occasion de se d^velopper et de prendre sa propre place a lui-rafime dans la socie ' te . Ge d€veloppement est n€cessaire non seulement a 1'operation de cette grande arrn€e, l a societe", mais aussi 1 son progress, impossible s i chacun est force d'agir et de penser de m§me. A i n s i 1'individu doit garder une certaine mesure de son i n -dependence p r i m i t i v e : i l ne doit "etre r e s t r e i n t qu'en tant que ses actions ou son manque d'action sont nuisibles a l a societe", dont l e bonheur est necessaire au s i e i i . Et i c i je me sers du mot "societe" dans le sens le plus large du terme: on ne peut restreindre 1»individu qu'en tant q u ' i l nuit 1. Kdcqu&salQaffMl.is*e^iYiE(jsl9g"?193« 2. Refutation de 1'ouvrage d'Helvetius I I . p.434. - 1S5. aux interets permanents de l'homme en qua l i t ! d'un e"tre per-f e c t i b l e . Dans tous les autres aspects de l a v i e , 1'individu adulte, i n t e l l i g e n t , c i v i l i s e et i n s t r u i t est son propre maitre. I c i , encore une f o i s , nous voyons l'education en pre'liminaire necessaire a. l a liberte* complete - Education sans laquelle 1'individu est ignorant de son propre interet et donne aux intoLsrants 1'occasion de le tyrannlser sous pre*texte de le mener a. "de gras paturages." Ces conditions une f o i s remplies, la l i b e r t e / de penser, de pa r l e r et d ' l c r i r e est i l l i m i t e e . Diderot r e j e t t e compLstement le projet de dimlnuer le nombre des auteurs en instituant un corps de metier ou.l'on n'entrera qu'apres ap-prentissage et chef-d'oeuvre:- "La l i b e r t ! de publ ier ses pensees n'admet aucun p r i v i l e g e e x c l u s i f ; l ' a r t de penser appartient de droi t a. toute l a classe bipede des homme?- c'est au temps a exterminer toutes les productions r i d i c u l e s , et i l s'acquitte de ce devoir sans que personne s' en meTe. Diderot, en qualite' d'editeur de 1'Encyclope'die et auteur de beaucoup de l i v r e s incredules et hardis avait souffert personnellement comme r l s u l t a t de 1'intolerance de ses contemporains, "des aveugles qui frappent de leur baton' ceux qui veulent se metier de leur rendre l a v i e . " 2 II a souffert de 1'injustice exercee contre l u i et ses e f f o r t s 1. Miscellanea philosophiques, IV. p.75. 2. Lettres e£ Falconet, XVIII. p. 121. 136. d'augmenter 1'insecurity des puissants, "des pr£tres qui vend en t le mensonge, des magistrats qui le protegent, et aes souverains qui detestent l a philosophie, parce qu'ils n'ont que des choses facheuses a. entendre du dlfenseur des droits de l'humanite'."1 On ne pouvait dire la-ve /rite qu'en s'attirant d'abord le me'pris public: alors les ^Claire's sont eomme des fous a l a cour des r o i s , car c'est du me'pris qu'on f a i t d'eux q u ' i l s tiennent leur franc-parler. Diderot v i t clairement les r e s u l t a t s funestes de cette intolerance extreme qui amene avec le temps l ' e x t i n c t i o n complete des l e t t r e s , l a mine du comme rce de l i b r a i r i e et l a reduction de la nation a l a s t u p i d i t e 2 : " l a contrainte des gouvernements re'tre'cit l'espjB&t sans qu'on s'en apercoive: machinalement on s' i n t e r d i t une certaine classe d'ide'es f o r t e s , comme on s' lloi g n e d'un obstacle qui nous b l e s s e r a i t . " 3 Dans de t e l l e s conditions, les progres des sciences et des arts sont impossibles l a societe i d l a l e de Diderot ne se r l a l i s e r a i t jamais et'le l i b e r a l i s m e complet serait une pure eh&rnere. Du plus, puisque-l a condition des hommes ne pourrait s'ameliorer, e l l e dege'nemria'it ine^vitablenient car e l l e ne pourrait pas se tenir longtemps a un point quelconque dans son dlveloppement. A i n s i Diderot se declare hautement en faveur de l a l i b e r t ! de penser, de parler et d ' e c r i r e . I I faut que les l e t t r e s s'occupent surtout du gouvernement, de l a r e l i g i o n et des moeurs, ear autrement les 1. Esaai sur les regnes de Claude et de JMeron. I l l . 2'4. 2. Lettres a Falconet, Lettre XV. XVIII. 265. . 3. Essai sur les rdgnes I I I . 137. peuples gemiraient encore sous l e s entraves du gouvernement fe^odal^, i l s seraient encore plongls dans 1'idoieitrie -non pas que nous avons encore f a i t de grands progres, mais Diderot repose des esp^rances i n f i n i e s dans l'avenir quand l'education sera l a possession pr^cieuse de tous. Alors "les objets l e s plus importants au bonheur de la socie'te, a force d'etre a g i t ^ s pour et contre, s ' e c l a i r e i r o n t ; et une f o i s e c l a i r c i s , pour le peuple, pour ceux qui gouvernent, pour ceux qui, jeunes encore doivent avec le temps remplir les places de l a rnagistrature -et du ministre, on fe r a peut-etre un peu moins de s o t t i s e s , ou on les fera moins intrepide-2 A ment." n faut entendre toutes les opinions, meme c e l l e s qui ont tort car nous sommes presque toujours condamnes a passer par 1*erreur pour a r r i v e r a. l a v e r i t e : a mesure que chaque p o s s i b i l i t e est l l i m i n l e , peu a. peu les hommes font des progres vers l a me'rite. Diderot est convaincp: que l a Sagesse est l a f i l l e de la F o l i e : a i n s i i l ne desespere pas de l'eta t deplorable de la societe 7 contemporaine car cette F o l i e ne tardera pas \ enfant er la Sagesse - et 1'operation sera d' autant plus naturelle que l a pensee sera l i b r e a s ' l c l a i r c i r . sous Mais meme/le joug de l a tyrannie l a plus brutale le f a i b l e , q u o i q u i i l garde le silence, ne'anmdins s'acheraene inevitableraent vers une reaction "a. cette contrainte peu naturelle et sure de trouver une issue quelconque et, selon toute apparence, cette 1. Essai sur les regnes , I I I . 2. Misc. p h i l . , IV. 82-83. VII. 158. issue sera peu n a t u r e l l e . Et Diderot c r o i t que cette liberte" de penser et d» exprimer ses pensees ne devrait pas se borner "a l ' i n d i v i d u , mais qu'elle devrait s'ltendre a des groupes d'individus, non vetus de l'autorite 7 c i v i l e , outre ce q u ' i l s sont des citoyens fffgqgs cette li b e r t e 7 n'est pas tout a. f a i t i l l i m i t e e . Quoique Diderot voie l'atrocite" dans une politique qui perd un part-i c u l i e r par l a crainte que l'on a q u ' i l ne trouble I'ordre public, nlanmoins i l ne veut pas que l a base d'une s o c i e t ! s o i t trop p r l c a i r e : i l veut l u i dormer une mesure raisonnable de security. A i n s i i l veut donner aux chefs c h o i s i s par leur concitoyens un pouvoir negatif et limits' de mettre au neant les assemblees auxquelles un c e r t a i n nombre de citoyens ne souscriraient pas: "11 conviendrait qu'on en estimat 1' importance sur le nombre des representants, qu'on exigerait t e l , q u ' i l y aurait l a plus grande probabTTite qu'une demande souscrite par tant de citoyens ne s e r a i t n i f o l i e ni r i d i c u l e Si le nombre en est assez grand pour que sa decision me'rite une audition, i l faut qu'un de ces chefs susdits porte cette decision au t r i b u n a l du peuple. Et quel plus grand nombre, Diderot e x i g e r a i t - i l que toute l a nation? En e f f e t ce s e r a i t soniideal comme nous 1'avons vu: une republique dans laquelle tous les citoyens se rassembleraient pour des discussions. Dans une grande nation i l conside'rer a i t ce conseil impossible mais s i l a transportation eut ete" plus f a c i l e , sans doute i l 1. Misc. p h i l . , IV. 61. v. aussi IV. 71. 139. n'aurait pas manque de sugge'rer que la nation s o i t divise'e en groupes dont un membre quelconque pourrait introduire une proposition qui s e r a i t alors. discutee par les autres merabres jusqu'a ce q u l i l s soient parvenus a une decision. La-dessus ce groupe f e r a i t l a proposition a. d'autres groupes qui p.ar-viendraient aussi a une decision. Enfin on parviendrait a une opinion qui representerait c e l l e de tous les groupes et qui serait done portee au tribunal des representants du peuple qui accepterait la proposition ou qui indiquerait clairement son i m p r a c t i b i l i t e . Be cette facon, toute l a nation I c l a i r e e d i r i g e r a i t vers le progres humain sa pensee entiere a laquelle e l l e donnerait expression par 1'inter mediaire de ses r e p r l s -entants. En e f f e t ce systeme resoudrait cette grande d i f f i c u l t ! qui n&echappait pas a l ' e s p r i t large de Diderot: comment une grande repulMque s e r a i t - e l l e possible? II sentait le besoin d'une p e t i t e rlpublique car les citoyens peuvent se reunir en groupes et communiquer les decisions sans que le probleme de l a communication se presente. A i n s i i l indique clairement que l a democratic r e e l e exige l a reunion de toute l a nation, qu' i l est r i d i c u l e de prltendre que l a seule reprIsentation l a remplace suff isamrrient. Cette chaine de groupes parsemes *a travers l a nation et communiquant ses idles l'une "a 1' autre par les f a c i l i t e s de l a transportation rapide et commode rendra democrat ique le gouvernement repre'sentatif dcJcUU g&a-sd pays: c'est l a vraie solution et l a seule solution a tous les pr&blemes sociaux de Diderot. 140. II y a un autre domaine ou l a personnalite de 1' individu est l i b r e a se d^velopper et a deployer toute son energie naturelle et primitive: c e l u i de se c h o i s i r une condition dans l a v i e . Nous avons vu que dans l a l u t t e de l a societe" contre l a nature, chacun a un role a jouer, role determine par ses propres aptitudes naturelles resultant de son organisation p a r t i c u l i ^ r e , role dont i l n'a pas plus de l i b e r t e de s ' l c a r t e r que l e soldat de q u i t t e r son poste: "Vous avez recu l e s t a l e n t s les plus rares, et vous en devez compte a l a societe'." 1 C'est un crime que d'emporter avec s o i , en mourant, des decouvertes qu'on aurait f a i t e s pendent sa v i e . Puisque les hommes ne sont pas responsables des aptitudes q u ' i l s apportent en naissant, et p u i s q u ' i l s ne sont done pas responsables de leur choix d'une condition dans l a vi e , pourquoi respecter une condition au-dessus d'une autre? "Dans un pays bien gouverne', aucune profession ne d o i t etre exposee a des vexations. Du reste, chaque ordre de choses a ses inconvenients; et c'est l'ltude de l'horrrme d'Etat de retrancher les inconvenients en conservant les avantages." Mais nlanmoins i l y a des conditions qui sont plus iraportantes et plus u t i l e s que Aplu8 e s s e n t i e l l e s de la v i e j l ' a r t qui donne le pain, le vin, l e s aliments, qui fournit l a matiere premiere a toute industrie, "a l a consommation, aua ^changes de citoyen a. citoyen et aux ^changes de s o c i e t l a 1. le F i l s naturel, VII. Act IV., Scene I I I . 2. Plan d'une university pour le gouvernement de la Poassie, I I I . 141. societe.""'" Mais Diderot ne manque pas de comprendre les inconven-ients de cet I t a t qui depend s i corapleteraent d'une chose s i p mcertaine que le temps. A i n s i i l veut que le gouvernement l u i accorde sa faveur. II ne faut pas que 1'agriculteur soit ecrase' par les impSts et que, "de dout le ble q u ' i l a f a i t c r o i t r e , i l ne l u i en reste pas une gerbe pour se n o u r r i r . " 3 II faut que le l e g i s l a t e u r encourage 1 * agriculture en retranchant les inconvenients par exemples les. monopoles: Diderot n'y a point de f o i . Hearrmoins i l voit qu'ilsne peuvent pas nuire pourvu q u ' i l s soient a l a charge du gouvernement.^ Un autre inconvenient serieux de cet etat qui deinandait 1'attention du l e g i s l a t e u r au XVIII.e s i e c l e , c'etait l e probleme de moudre le hie. Au l i e u de le raoudre en France, on 1'exportait surtout en Hollande, le grenier commun de l'Europe qui vendit a la France a un prix exorbitant le produit" de 'ses propres moissons: de l a l a cher't^ du froment. Diderot revient souvent a cette s i t u a t i o n curieuse et peu necessaire qui ecrasai t le peuple francais et. qui p r i v a i t 1'agricultemr lui-meme de l a nourriture. Diderot j o i n t a 1'agriculture comme condition l a plus u t i l e de l a vie le commerce, presque l e seul etat "ou. les grandes fortunes soient proportionnees au t r a v a i l , a. 1' industrie, aux dangers qui les rendent honneHes."5 Mais pour 1. Plan d'une universite 7 ... I I I . 2. Lettres d Mile Volland, LettreCXXX, XIX. 534. 3. E s s a i sur les regnes , I I . , 49^-50. 4. Lettres a Mile. Volland, X33X. 286. 5. le F i l s naturel, VII. Act IV. Scene V. 142. que le commerce prospere, Diderot p r e s c r i t l a l i b r e importation et exportation et une liberte* presque complete dans ses operations: "Les reglements, les inspections, l a p r o h i b i t i o n , les defenses, les ordonnances ne sont jamais sans inconvenients l o r s q u ' i l s'agit d'un objet aussi variable que le commerce."^ Cette l i b e r t l encourage les gens *a entrer dans cet 4tat, mais e l l e donne aussi aux commereants avides une occasion d'en t i r e r de grand p r o f i t ; Diderot voit la sagesse dans une p o l i t i q u e ou le gouvernement tient en reserve des b l l s pour les rendre a bon marche': " i l est evident que cet appro visionnernent en consequence duquel l'Etat peut subitement devenir le con-current du negociant, doit contenir l ' a v i d i t e de c e l u i - c i . " 2 Le commerce avait beaucoup d ' a t t r a i t s pour Diderot: l ' e s p r i t de trocs et d'echanges donne l i e u a de vastes speculations, rapproche les nations les plus Eloign des et se f a i t ami de l a t r a n q u i l l i t e ^ d e l a paix. Mais l e commerce general du XVIII e s i e c l e s o u f f r a i t de l'anarchie a laquelle Diderot v i t un seul remede par lequel " l a sanction t a c i t e des gouvernements s'itendra aux engagements p a r t i c u -l i e r s des sujets d'une nation avec les sujets d'une autre nation, et ou ces banqueroutes dont les contre-coups se font sentir a des distances immenses, deviendront des considerations d'Etat." 3 1. Voyage de Hollande, XVII. 391. 2. Ibid. 275. 3. Miscellanea philosophiques, IV. 42. 143. II n'est gudre necessaire de dire que l ' e a i t e u r de 1'Encyclopedie s 1 i n t ^ r e s s a i t beaucoup aux manufactures. II nous raconte les soins q u ' i l s'est donnas pour comprendre parfaitement les metiers-avant d'ecrire les a r t i c l e s . II nous rassure de ce f a i t frappant,"c'est d'avoir 4%e moi-mSme dans les divers a t e l i e r s de P a r i s ; d'avoir envoys7 dans les plus importantes manufactures du royaume; d'en avoir f a i t construire sous mes yeux, et tendre chez moi leurs metiers." 1 Mais i l y a une condition que Diderot me'prise profondement, c'est c e l l e des mineurs. II v o l t le cote slduisant des mines: e l l e s o f f rent de 1' argent, e l l e s raultiS p l i e n t des travaux et' aiguisent l ' i n d u s t r i e , e l l e s fondent des v i l l e s et font naTtre des manufactures. Mais Diderot voit aussi le c S t l affreux: l a condition roalheureuse des mineurs - et i l conclut: "Laissez l ' o r , s i l a surface de l a terre ve^etale qui l e couvre peut produire un I p i dont vous fasaez du pain, un b r i n d'herbe que nos brebis poissant pa'itre. ' Le seul metal, dont nous avez vraiment besoin, et le seul que vous.puissiez exploiter sans danger, c'est le f e r . Faites du f e r . " 2 Snfin Diderot n'aime point tous les travaux qui amenent rapidement l a v i e i l l e s s e : outre 1'exploitation des mines, i l y a par exemple, l a preparation de l a chaux de ceruse, le transport du bois flott,e, l a cure des f o s s e s . 3 1. Correspondance g e n 6 r a l e , Lettre LVII. XX. p.34. 2. Misc. p h i l . , IV. p«49. 3. R l f u t a t i o n suivie , I I . , p.430. (3. Ibid.yo.^±0-^1. 144. Curieuseriient ces travaux sont souvent les moins recompenses® Diderot pense q u ' i l doit y avoir un rapport du s a l a i r e du journalier au p r i x des o.enre'es nlcessaires car i l faut qu'un ouvrier puisse acheter avec son s a l a i r e du moins le pain qui l u i est necessaire. Enfin i l n'a point d ' i l l u s i o n s quant a l a condition mediocre du journalier, t e l l e s qui sont communes a. tous ceux qui n'en ont jamais Iprouve le malaise. Diderot a une sympathie intime avec"toute condition qui ne permet pas a. l'homme de tomber rnalade sous peine de tomber dans l a mi sere, " , ?aavec"toute condition qui n'assure pas ei l'homme une ressource dans l'age de l a v i e i l l e s s e . I I n'est pas entraine vers de fausses opinions par le chant d'un scieur de pierre qui souffre toujours l a meme peine. II se figure d'une maniere frappante l a journe'e dure d'un charpentier, d i t "bienheureux." Son "ame est penetre'e de compassion pour le sort de ces malheureux "qu'on arrache a leur chaume, et qu'on appelle, de plusieures l i e u x , a l a construction des routes, sans leur f o u r n i r seulement l e pain dont i l s manquent, et sans donner du f o i n et de l a p a i l l e a leurs animaux dont on dispose." Un des fardeaux les plus ecrasants des gens de me'tier au XVIII e s i e c l e , c ' l t a i t le prix peu raisonnable qu' on paya aux corporations auxquelles i l f a l l a i t e*tre admis pour avoir le droit d'exercer librement son metier de tai.lleur, 1. Refutation suivie de 1*ouvrage d'Helvetius ..., II.,440-41. 2. i b i d . 428. 3. Misc. L i t t . VI., p.430-31. 145. de perraquier, e t c . " 1 Enfin, Diderot ne craint point de consequences fetaheuses, suite des e f f o r t s pour t i r e r ces metiers "subalterns" de leur avilissement: i l veut leur retrancher. ces inconvenients de'courage'ants,2 et comme nous avons vu, i l veut e^pargner aux hommes des tSches indignes d'eux, tSches d i f f i c i l e s et dures qui abrlgent l a vie'et t&ches s e r v i l e s qui a v i l i s s e n t l e s homines, par exemple c e l l e s des valets et des cochers, inadmissibles dans sa societe i d l a l e et I c l a i r e e . Quoique Diderot v e u i l l e que tous se fassent g lo i r e de l l eu r t r a v a i l et que tous trouvent leur bonheur dans le devoumentaux devoirs,- neanrnoins i l ne veut pas retrancher cornp-letement l ' i n t e r e t p l c u n i a i r e , puissant chez un individu quelconque: "II semble que l'honneur devrait £tre l ' e s p r i t de tous les copps, et 1'interest c e l u i des individus dont i l s sont composes. "3 Ce principe moteur n'est pas seulement tout a f a i t innocent, mais i l est mime necessaire, car .saaaas un signe convention-ne 1 de toutes les choses nlcessaires a la vie , i l y nai'tra "un etat de stagnation gen£ra le et cet etat e s t - i l bien favorable au progrls des sciences, des ar ts v 4 et a l a perfection de l ' e s p r i t humain?" Mais i l est necess-aire non seulement a 1'^claircissement mais aussi a l a m u l t i p l i c a t i o n des jouissances: pourquoi d^t ru i re toutesllejs 1. Correspondance ge'nerale, Lettre LX. XX. p.47. 2. Lettres, a. Mile Volland, XIX. p.298. Lettre CXVIII. 3. Refutation su iv ie de 1'ouvrage d'helvetius. . ., I I . , p.349. 4. Ibid., p.419. " - 146 -richesses de l a France, cormne Helvetius le suggere, s i toutes les autres nations gardent les leurs, car alors c e l l e s - c i ne feraient pas cre d i t a l a France qui ser r a i t privee des denr^es des contrees eloigneVs. 1 En un mot, 1'argent, representatif des seules voluptes n'est pas d e s t r u c t i f , car ce sont les seuls a vantages naturels a. l a richesses - mats i l faut que l'or cesse d'etre l a representation de toutes les sortes de merite, car de l a cette espece de luxe donnant naissance "a. l a corruption desntmeurs et a l a decadence des sciences et des art s . Et puisqai&un leu est tant de choses "a l a f o i s , chacun t r a v a i l l e pour en procurer autant que possible , meme aux depens de ses semblables et l'armee de l a s o c i e t l est d i v i s e e : chacun prefere l ' i n t e r e t p a r t i c u l i e r a l ' i n t e r e t general et enfin l a nature, l'ennemi commun de tous les hommes, les vaincre malgre l a v i c t o i r e apparente de cette classe tres e t r o i t e des citoyens qui se sont enriches car e l l e se donnera a une ostent-ation du luxe qui amenera sa ruine et l e s pauvres masqueront leur misere par une p a r e i l l e ostentation - seul moyen de se procurer l a consideration nlcessaire a se procurer de quoi vivre car l a richesse ou. ve r i t a b l e ou de parade meme a tout. A i n s i " l ' e x t e r i e u r confond tous les rangs" et " i l n'y a aucune condition qui n' emprunete quelque chose de l a condition au-dessus d ' e l l e ........ De l a un luxe d' imitation, le plus funeste de tous: un luxe, ostentation de l'opulence dans un p e t i t 1. Refutation I I . , p.421. 2. Ibid., p.415. 147. nombre, masque de l a misere dans presque tous les a u t r e s . " 1 Mais une f o i s 1 * importance de cet or diminuee, au moyen, par exemple, d'abandonner toutes les dignite&s de l ' e t a t au concours, i l na i t r a un luxe vraiment desirable. Mais ce luxe doi t e*tre l e partage de tous: c 'es t cette d i s t r i b u t i o n trop i n lga l e de l a richesse qui est cause de cet usage insense 2 de la fortune chez tous. Au XVTII e s i e c l e , lorsque Diderot v i t accro i t re devant ses yeux tant de fortunes immenses, gagnees par des coquins, sans aucune d i f f i c u l t e , par "exauple par les fermiers gene'raux, tandis que ceux qui t r a v a i l l a i e n t le plus non seulement n'ohtenaient r i e n , pas meme de quoi v i v r e , mais I ta ient depouilles de tout ce q u ' i l s aval en t par ces vauriens, i l ne pouvait pas s'empecher de penserque " les fortunes seront llgitimement r^part ies lorsque l a r e p a r t i t i o n sera proportionne'e a l ' i n d u s t r i e et auXtravaux de chacun; c 'es t que cette in^gal i te ' n'aura point de suite fScheuse. " 3 Mais meme alors i l preVoyait l a croissance d'une ine'galite' grande et proposait l a methode pour p r l v e n i r l es effets funestes: "C 'est l a publ ica t ion du t a r i f general des impots et de leur r e p a r t i t i o n . Par l a , on connai t ra i t le denombrement du peuple; les richesses de chaque citoyen, l a pauvrete7, et par consequent l a dette des r ichesses, ca r " s i l a somme de toute l a richesse nat ionale e t a i t connui^ cheque p a r t i c u l i e r saurait quelle port ion de cette dette i l aurai t a acqui t te r . II d i r a i t : Toute l a richesse ra t ionale doi t tant a l a mise*re publique; done l a por t ion de l a r ichesse nationale que je possede doit tant a l a misdre publique que 1. Refutation..., II . p.382 -383. (2. Ib i d p . 4 1 4 - 4 1 5 . i. Ibid., p.417. (4. Mon pere et moi, IV. 481-482. 143 . j' a i a soulager . Une fois/6es deux eondiiiona remplies, 1' iraportance de l ' o r diiainuee, et l a richesse presque Igalement distrihuee, ce "hon luxe" de Diderot n a i t r a . "II y aura peu de crimes, mais beaucoup de vices, mais de ces vices qui font le bonheur dans ce monde-ci et dont on n'est chatie que dans l ' a u t r e . " 2 En effet les effets psychologiques de ce "boh luxe" seront i n f l n i s : toutes les jouissances que la vie peut o f f r i r seront le partage de chacun - et chacun sentira 1'importance a l a societe de son propre existence et fera tous ses e f f o r t s pour 1'amelioration du genre humain. Cette conscience de 1' importance du roTe qu'on joue, cette estime de soi-meme, joint au desir$ de l a consideration de ses semblables est une suite inevitable du respect de toutes les conditions et un preTim-inaire necessaire et une e g a l i t e quelconque. La croyance de Diderot a 1'egalite des biens le me*ne a. aspirer a. une I g a l i t e presque complete: "Faire le bien," connaitre le v r a i , voila. ce qui distingue un homme d'un autre; 3 \ "s le reste n'est r i e n . " Et s i c'est l a le cas, l e systeme d' education propose par Diderot peut rendre egaux tous les hommes. Le determinisme de Diderot joue un grand.rcTe dans le diveloppement de ses idees a. propos de l ' l g a l i t d : "II n'y a qu'une sorte de causes, a proprement parler; ce sont les causes physiques. II n'y a qu'une sorte deooauooo a proprement parler; oe sont los oauooc phyeiquoc. II nTy a 1. Mon pere et'moi, IV. p.48©-4i£. 2. Refutation...., I I . , p.416. 3. Lettres a Mile. Yolland, Lettre XXVII. XVIII. p.40-431. 149. qu" une sorte de necessite', c'est l a meme pour tous les etres, quelque d i s t i n c t i o n q u ' i l nous plaise d ' e t a b l i r entre eux ou qui y soit reellement. "-1- Diderot veut donner une occasion l i b r e et egale a 1'organisation • i n d i v i d u e l l e , aux bonnes a p t i t -udes de chacun, de. se dlvelopper par des voies avantageuses a l a societe et done Igalement respectees par la societe". Quo i qui i l y a i t des emplois plus importants que d'autres, tous me'ritent une egale estime des hournes q u ' i l s servent. Quant a l a d i s t i n c t i o n des nobles et des r o t u r i e r s , suite dasgpuvernement feudal, c'est un fleau qui a amene' les plus grandes i n j u s t i c e s . Le seul t i t r e i n s p i r e r a i t aux autres homraes un sentiment de leur infer iorite', 4tat d'esprit nuisible a l a socie'te'. Diderot demande: "Qu'est-ce que ces nome de r o i s , de grands, de nobles, de r o t u r i e r s , de paysans? des t i tires inventus pour e n o r g u e i l l i r les uns et dlgrader les autres. N'avons-nous pas tous le c i e l au-dessus de nos t e t e s ? " 2 De plus, ces t i t r e s comprennent une i n f i n i t e de prerogatives: exemptions des l o i s qui, idlalement bas6es sur le code de la nature, commun a. tous les hommes, doivent s'appliquer a. tous egalement. St ces inventions impliquent un code legal d i s t i n c t de c e l u i qui l i e les autres hommes aussi bien que des exemptions des impots, naissant de l a protection accorded par l a s o c i l t l a 1'individu. Apres tout, a quoi bon ce t i t r e au dernier moment 1. Correspondance generale, Eettre EI., XIX. p.436. 2. 'Essai sur les regnes..., III . p.220. VII. 150. quand, aux yeux de Diderot, tous sont egaux? Car leur sort est le meme: l a r e so lu t ion en molecules - molecules qui ne seront pas distingue^s par les honneurs qui leur Eta ient accordees pendant la v i e i c i . De p l u s , toute la philosophie na tu ra l i s t e de Diderot le mene a. cette ega l i t e admirable: nous appartenons tous a l a meme espece entre l es membres de laquel le i l n 'y a pas de d i s t i n c t i o n physique ou mater i e l l e , concrete ou sens ib le . Enfin,Diderot c r o i t d ' i n s t i n c t a. 1'egalite'des conditions car en derniere analyse, le premier t i t r e a tous, c 'es t c e l u i de 1 l'homme., Puisque tous les hommes sont les enfants de l a nature, en meme temps leur mere et leur ennemie commune, i l s sont tous des freres et leur union est necessaire s i l a lu t t e contre l a nature leur doit e^tre v i c to r i euse . Toute guerre est en ce cas c i v i l e : "c 'es t une Strange chose que des hommes at t roupls qui se rendent dans un me*me l i e u pour s ' en t r ' e^gorger."2 Les re^sultats de cette so i f qu'ont les hommes de leurs semblables sont affreux, non seulement pour l a nat ion vaincue, mais aussi pour l a nation triomphante. A i n s i Diderot est l'ennemi jure de toute i n s t i t u t i o n qui d l t r u i t l 'harmonie qui devrait ex i s t e r entre l es hommes et qui I touffe dans le coeur de l'homme le sentiment humain: de l a son ant ipathie v io lente contre l a r e l i g i o n , car "le Christ a d i t q u ' i l e ta i t venu pour separer l 'epoux de l a femme, l a mere de ses enfants, le frere de la soeur, l ' ami de l ' a m i , et sa 1. -Lett »es a Mile .Volland, Lettre CM. XIX. p. 250 2. i b i d .,. Lettre XLVII. , XVIII., p.517. 15L. prediction ne s'est que trop fidelement accomplie." 1 Diderot a vu que toute r e l i g i o n meme inevitablement a. 1'intole'rance et au fanatisme, "cette sombre fur.eur qui s'est allumee dans 1' "ame de l'homme a la torche des enfers, et qui l e prome'ne d' o e i l Igare7, le poignard et l a main, char chant le sein de son semblable pour en f a i r e couler le sang e t la vie aux yeux de leur pare comiaun."2 Cette haine pour toutes l e s r e l i g i o n s qui orient l a guerre entre les hommes non seulement par des dogmes qui dif f e r e n t d'une r e l i g i o n a* l'autre et d'une secte a l l ' a u t r e , et d'une secte \ l'autre, mais aussi par leur morale qui prefere les devoirs envers Dieu d ceux envers l e s hommes, cette haine, d i s - j e , mesie Diderot a chercher d'autant plus energiquement une morale"de tous les temps, de tous les peuples, de toutesles co ntree s ,"° une morale universelle enfin qui l i e r a i t les hoinmes ensemble et, par hasard, en rae*rae temps v a i n c r a i t les pretentions des r e l i g i e u x "qui, fa i s a n t sans cesse le mal, se sont imagine q u ' i l e'tait reserve 7 k eux seuls de f a i r e le b i e n . " 4 II y a un autre ressort propre ""a encourager 1'idee de l a fraternite' parmi les hommes: Diderot pense qu'a. mesure que le commerce se deVeloppe, les hommes seront de plus en plus lie's par des a f f a i r e s communes a toutes les nations, q u ' i l s se rapprocheront d'autant plus qu'ils se rendront compte de leur 1. Entretien d'un philosophe avec l a mare'chale de , II.,p.512. 2. Correspondance geWrale, Lettre LVII. XX. 3. Lettres a Mile. Jodin, Lettre IX., XIX., P.397-398. 4. Correspondance gene*rale, Lettre XXVIII. XIX. p.465. 15 2. dlpendance mutuelle et des avantages a d e r i v e r d'un r a p p o r t , d'une e t r o i t e l i a i s o n entre eux. Sn un mot, l e commerce jouera un grand rQle en r e u n i s s a n t tous l e s hommes ensemble: "plus i l y a de marchands, moins i l y a de s o l d a t s . "^ Mais Diderot ne ma.n§ue pas de mettre l e s hommes en garde contre l a competition dangereuse et a n t i - s o c i a l e qui menace s u r t o u t l e s commercants: "II me semble q u ' i l y a une l u t t e e f f r o y a b l e entre tous ceux q u i courent l a rn'sme c a r r i e r e , et que c e t t e emulation outree va \ 2 jusqu'a 1 ' i n j u s t i c e et l a h a i n e . " Mais i l a con f i a n c e en l e s hommes et c r o i t que 1*education q u ' i l propose, j o i n t e au c o n t r o l e exerod sur l e commerce par un gouvernement j u s t e e t E c l a i r ! r e p r l s e n t a n t une n a t i o n Igalement j u s t e et e c l a i r e r e t r a n c h e r -a i e n t ces i n c o n v e n i e n t s . Mais Diderot se r e n d i t compte q u ' i l f a u d r a i t que l e s f o r c e s s u s - d i t e s - c ' e s t - a - d i r e c e t t e f o r c e negative de 1' a f f a i b l i s s e m e n t de l a r e l i g i o n e t ces f o r c e s p o s i t i v e s de l a morale u n i v e r s e l l e e t des a f f a i r e s mutuelles - a g i s s e n t l o n g -temps e t avec une grande c o n c e n t r a t i o n avant 1*accomplissement des e f f e t s desire's: "Le sentiment de l'humanite* ne s ' a f f a i b l a t -i l pas a mesure qu'on s ' i l o i g n e du l i e u de son s l j u r ? " Ainsi Diderot s e n t i t l a necessite* de commencer avec un sentiment peute&tre plus n a t u r e l : le sentiment p a t r i o t i q u e -l ' a t t r a i t du s o l ou l ' o n est n i , sentiment t r e s f o r t chez Diderot lui-mime e t done f a c i l e m e n t compris par l u i . I l c u l t i v e et 1. Voyage de Hollande, XVII. p.597. 2. Refutation , I I . , pp.377-378. 3. Misc. l i t t . , VI., p.452. 153. enoouragerce sentiment non en but supreme, mais pour a r r i v e r plus sur erne nt a son vrai. but. II s'imagine le monde comme une vaste socie'te, chaque nation representant un individu, raeiabre de l a societe entie're de l'humanite. Le sentiment patriotique repr^sente 1'interest personnel, naturel et f o r t dans les hommes. Get i n t l r e t qui forme l a base d'une societe' par son i d e n t i f i c a t i o n avec l ' i n t e r e t ge'neral, formera aussi l a base de cette s o c i l t l universelle qui embrasse toutes les nations, par 1 ' i d e n t i f i c a t i o n du sentiment patriotique avec le sentiment humain. II faat enseigner aux nations que leur interet ne peut-e**tre accompli que par le devourment a l'interet de l'espece, par le devourment a l'humanite entiere. Les nations sont s i etroitement l i l e s dans ce monde"", qui, apres tout, est tres p e t i t en comparaison de 1'univers entier, que chaque action de chacune importe infiniment aux autres. Seulement par l a cooperation de tous les hommes de tous les s i e c l e s i l s peuvent s'acheminer vers l a perfection, cet etat ide'al qui ame ne r a i t le bonheur de chacun par une v i c t o i r e complete sur l'ennerni commun, l a nature. Table des Matieres. page Ghapitre I. 1 Notice Preliminaire 1 A. L' attitude de Diderot envers l a r e l i g i o n 2 B. Sa philosophie n a t u r a l i s t e 10 C. Sa philosophie de l a vie et des hommes 37 Ghapitre IT. La Societe 51 Ghapitre I I I . Le gouvernemente de l a socie'te* 89 Ghapitre IV. .... 108 A. La Legi s l a t i o n 108 B. La justice 120 Ghapitre V. L'individu s o c i a l : Liberte', Egalite 7, F r a t e r n i t y 133 Bibliographie Diderot, Oeuvres Completes, 2. Asslzat; P a r i s : Gamier Freres, # 1875. I - XX, A. seohe' et J . Bertaut, Diderot, Louis Michaud; P a r i s . D. M©rnet, Les origines i n t e l l e c t u e l l e s de l a revolution francaise ($1715-1E87) P a r i s : A. C o l i n , 1934. A. Collignon, Diderot, sa v i e , ses oeuvres, sa corresponiance, Fe l i x Alcan; Paris; Ancienne l i b r a i r i e Germer B a i l l i e r e et Cie, 1895. P. Hermand, Les idees morales de Diderot, Paris: Les Presses u n i v e r s i t a i r e s de France, 1923. J . Reinach, Les grands ecrivains francais: Diderot, P a r i s : L i b r a i r i e Hachette et Cie, 1894. John Morley, Diderot, London, MacMillan & Go-., 1891. J . Thomas, l'Humanisme de Diderot, P a r i s , Societe d'Edition "Les Belles Lettres". James MacKinnon, The Growth and Decline of the French Monarchy, London, Longmans and Co., 1902. Louis Ducros, Diderot, l'homme et l ' e c r i v a i n , P a r i s , P e r r i n et Cie. , 1894. D'Argenson, Memoires, E. Plon; P a r i s , Nourrit & c i e . Bibllotheque Elzdvirienne. 

Cite

Citation Scheme:

        

Citations by CSL (citeproc-js)

Usage Statistics

Share

Embed

Customize your widget with the following options, then copy and paste the code below into the HTML of your page to embed this item in your website.
                        
                            <div id="ubcOpenCollectionsWidgetDisplay">
                            <script id="ubcOpenCollectionsWidget"
                            src="{[{embed.src}]}"
                            data-item="{[{embed.item}]}"
                            data-collection="{[{embed.collection}]}"
                            data-metadata="{[{embed.showMetadata}]}"
                            data-width="{[{embed.width}]}"
                            async >
                            </script>
                            </div>
                        
                    
IIIF logo Our image viewer uses the IIIF 2.0 standard. To load this item in other compatible viewers, use this url:
http://iiif.library.ubc.ca/presentation/dsp.831.1-0098655/manifest

Comment

Related Items